(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Biodiversity Heritage Library | Children's Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Edict du roy [Henri II] sur les mariages clandestins des enfans de famille, faictz sans le vouloir & consentement de leurs peres & meres..."

EDI C T DV 

ROY SVR LES MA- 
riagesclandeftins desenfansdc 
famille ,faiâ:z fans le vouloir & 
eonfentement de leurs pères & 
mères. 



AViîC PRIVILEGE. 

A PARIS, - 

On les vend au Palais, en la gai- 
lerie par ou on va à la Chanee- 
lcric,en la boutique de Vincent 
Sertenas. 

M. D.LVL 



EXTRAICT DES 
regiftres de Parlement. 



J^A cour apermùgJ permet àlean 
Caniuet Libraire ,demourant À 
Paris s pouuoir faire imprimer l'E* 
diBfaitlpar le2{oy 3 fur lefaiBdes 
mariages Clandestins, & defenfes À 
tous autres Libraires ft) imprimeur! 
de ne l'imprimer ou faire imprimer, 
iufques a trois ans 3 fans le congé & 
permifîiondudittlean Caniuet , fur 
peine de conffeation d'iceux aui au- 
trement feroyent imprimez^ O d'à- 
mende arbitraire. F aiB en parlemet 
le penultime tour de Feurier , mil 
cinq cens cinquante fix. Collation 
eHfaifte. Signé CAMVS. 



ENRYparlà 
grâce de Dieu 
Roy de Frâce, 
à tous prefens 
& aduenir, fà- 
lut. Comme 
fur la plainte à nous fai&e des 
mariages quiiournellemcnt par 
vne volunté charnelle,indifcre- 
te, ©^defordonnée fe contra- 
dtoient en noftrc royaume par 
lesenfans defamiile,au defeeu 
& contre le vouloir & contente- 
ment de leurs pères & mères, 
n'ayans aucunement deuant les 




yeux la crainte de Dieu , l'hon - 
neur 3 reuerence & obe'nTance 
qu'ilz doiucnt en tout & par 
toutàleurfdictz parens,lefquelz 
reçoiuenttrefgrâd rcgret,ennuy 
& defplaifir defdictz mariages, 
nous eufsions (long tempsa) co 
clud & arrefté fur ce faire vne 
bonne loy& ordonnanceur le 
moyen de laquelle ceulx qui 
pour la crainte de dicu,i'h5neur 
& reuerence paternelle,&mater- 
nelle ne fèroicnt deftournez & 
retirez demalfairc/ufTentparla 
fèuerité de la peine téporelle re- 
uoequez &arreftez: Toutesfois 
par ce quenoftre intention n'a 
efté encores exécutée, Nousa- 
uons congneu par cuidenec de 



fai&quecemal inueteré pullu- 
le & accroift de iour à autre : & 
pourra augmenter , fi prompte- 
ment n'y eft par nous pourueu. 

POVR CES CAVSES,& 
autres bonnes & iuftes confide- 
rationsàce nous mouuans,par 
aduis & délibération de noftrc 
c6feil,auquel afsiftoicnt aucuns 
Princes de noftrcfang,& autres 
grands & notables pcrfonnageS 
pou r noftre regard 3 & entât qu'a 
nouseft,executans le vouloir & 
commandement deDieu, Auôs 
di^ftatué^ôt ordoné,difons, fta 
tuons ^ordonnons par edid, 
loy,ftatur,& ordonnance perpe 
tuelz & irreuocables,quc les en* 



fans de famille ayans cotraété & 
— qui contraftcrôtcy après maria- 
ges i clandeftins cotre le gré, v u- 
loin&confentemet&au defceu 
de leurs percs & mères, puilTent 
pour telle irreucréceftingrati- 
tùdc,mcfpris & contemnement 
de leurfdidz pères & meres } trâï 
grefsion delà Ioy,& commande 
ment de Dieu ■ & ofFenfc contre 
lcdroiâ: de Miôneftctc public- ; 

que,infcparabledWl Vtiiitê, ' 
cftrc par leurfdi&z pères ^ me 
res 3 &chafcun deulx, exheredez 
& cxcludz de leurs fuccefsions, 
fans efpcrâce de pouoir querel- 
ler l'exheredation qui ainfi aura 

eftefaiae.PuiiTentaufsilefdiaz 
pères & mercs pour les caufes 



que defTus, rcuoequer toutes & 
chafeunes les donations & auan 
tages qu'ilz auroient fai<ft à leurs 
enfans . Voulons aufsi & nous 
plaift, que lefdidz enfans qui 
ainfi feront illicitement con- 
ioinetz par m ariages,foy en t dé- 
clarez audicT: cas d'exheredatio, 
& les déclarons incapables de 
tous auâtages, proffitz & emolu 
mes qu'ilz pourroient pretédre 
par le moyen des conuentions 
appofées es contraetz de maria- 
ges, ou par le bénéfice des cou- 
tumes ôcloix denoftre royau- 
me, du bénéfice desquelles les 
auos priuez & déboutez, priuôs 
& déboutons par ces prefentes, 
comme ne pouans implorer le 



bénéfice des loix & coutumes 3 
culx qui ont commis contre la 
loyde Dieu& des hommes. Et 
d'abondant auons ordonne & 
ordonnons que lefàictz enfans 
conioincîz par la manière que 
deflus, & ceulx qui auront trai- 
cté telz mariages auec eulx,& do 
néconfèil & aide pour la con- 
fummation d'icculx, foient fub- 
ieclz à telles peines qui feront 
aduifées,{èlon l'exigécedes cas, 
parnoziugcs,aufquelz la con- 
gnoi/Tanceen appartiendra, dot 
nous chargeons leurs honneurs 
&confciences.DccIarans toute£ 
fois, encorcs que noftre vouloir 
& intention fbit que cefte pré- 
fente ordonnance & edid ait 

lieu, 



lieu,tât pour l'aducnir que pour 
lepafle , d'autant qu'il y a en ce 
tranfgrcfsion delà loy , & com- 
mandement de Dieu,dont on ne 
fe pcult couurir d'ignorance , & 
de tolérance au contraire . 

Ncantmoins pour ne pertur- 
ber les mariages qui font en re- 
posé ne donner occafion à noz 
fubicdlz d'entrer en grandes & 
groflès querelles & differens, 
n'entendons en ce comprendre 
les mariages qui auront efté con 
fommez au parauant la publica- 
tion de ces prefentes par coha- 
bitation charnelle,ains fèulemét 
les mariages efquclz on preten- 
droit feul eonfèntement,foit par 
parolle de prefent ou de futur, 

B 



fans qu'il y euft eu cohabitation 
ou coniuncïion charnelle. 

Ne voulons aufsi & n'enten- 
dons comprendre les mariages 
qui auront cfté & feront contra- 
ctez par les filz excedans l'aage 
de trente ans, & les filles ayans 
vingteinq anspaflez & accom- 
pliz , pourueu qu'ilz fe foict mis 
en deuoir de requérir laduis& 
côfeil de leurfdictz pères & mè- 
res. Ce que voulons aufsi eftre 
gardé pour le regard des mercs 
qui fe rem arien t,defquelles fuffi 
ra requérir leur confeil & ad uis. 
Et ne feront lefdidz enfans au- 
diér. cas,ten uz d attendre leur cô 
fentement. 
SI DONNONS en man- 



dément à noz amcz & Féaux les 
gens tenansnoz cours de Parle- 
ment^ tous Bailliz, Senefchaux, 
Preuofts,Iuges,ou leurs Lieutc- 
nans,& autres noz iufticiers & 
officiers,&: chafeun d'eulx, ficô- 
me à luy appartiendra , que noz 
prefèns edi£t,ftatut } ordonnance 
ôc vouloir,en(èmble tout le con 
tenu ey'dcflusjilz entretiennent, 
gardent & obfcrUent,facentde 
poin&enpoincT: inuiolablemct 
cntrctenir,garder & obferucr 3 li- 
rc , publier & enregiftrer par 
tout ou il fera befoing:Sans fouf 
frir aller ne venir, directement 
ou indirectement au 'contraire, 
en quelque manière que ce foit, 
en procédant contre les tranf- 

B i\ 



grcflcurs&cotreucnans parles 
peines cy deflus indictes,nonob 
ftantoppofitions ou appellatiôs 
quelconques , Edictz , ftatutz, 

ordonnanccs,reftrindionsjman 
demés ou defenfès,& lettres im- 
petrées ou à impetrer à ce con- 
traires : car tel eft noftre plaifir. 
Et afin que ce foit ehofe ferme & 
fiable a toufiours,nous auons 
fait mettre noftre féelà ces pre- 
fèntes , fàuf en autres chofès 
noftre droidt,& Fautruy en tou- 
tes. Donne à Paris au mois de 
Fcurier 5 lan de grâce mil cinq 
cens cinquantefix,& de noftre 
règne le dixiefme. Ainfi fîgnc', 
Parle Roy eftanten (on confèil, 
Bourdin.Et fcellc en laz de foye 



ïougc & vcrd, du g rand fccl, de 
cire vcrd. Et fur le reply eft 
cfcript,Vifa.Etaiaprcs. 

JLeSa } publicata regiHrata, au- 
dito $}reqmmte Procuratoregenc^ 
rdiKegis Farifrjnparlamentopri 
ma duMartij^rmo domini trnUefi- 
m o quingêtejïmo qmnquagejïmofex- 

"'icfignatum, DVTILLET. 

B iij