(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Histoire naturelle des insectes : genera des coleopteres, ou expose methodique et critique de tous les genres proposes jusqu'ici dans cet ordre d'insects"



BOUGHT WITH THE INCOME 
FROM THE 

SAGE ENDOWMENT FUND 

THE GIFT OF 

1891 

Al'imt A/D,^i... 



s 

/A 



QL 573LÎ4'"*"""'''*""y'-lbrary 
V. 12 

';*'jfî°|';e naturelle des Insectes :genera 



3 1924 018 316 236 



COLLECTION 

DES 

SUITES A BUFFON 

loHM\M 

AVEC lES ŒOVRES DE CET AOTEDR ' 

COUDS COMPLET DHISTOIIIE NATURELLE 

l>l nLIBBS AVEC LA COllABORATIO.V 

de Membres de l'Institut de France. 

de Professeurs du Muséum d'Histoire naturelle as raii.-,. 

et de diverses PacuUes, 

de Membres de'Ja Société Entomologique de France, eu 

INSECTES COLÉOPTÈRES 




PARIS 

RORET, J-lBRAIRE-ÉDITEUri 

llUK IIAUTEFEUILLE, 12. 



. 1 ^ a 

<* » Q, 



- ^' S û- ** 



S" S £. " a. c a. ; 



5 ?rS c. 



Il -^' 



>,2» 






S -g" = - S ï.H-g o:s S g-s- 
■ » a — 



j-rs " I |-« S g „ 0-.2 S _; = g « I 



' « " 3 So S-g '=^.= J 



cil 



2 5) a> = u> .^ o ■-;; -2 "g; 
„ .<a T3 " 5 J< g " '3 ■ 



- • S, " r" =• 



a s .£, « .g" « "in 



si 



=,•0 B a 

g 3 ^ -s .g- 
s £ 3 « s 






S. gj;; STo g a S 



. S g- B » 



:§ » K 2 



3-^ "-S! 

B re- c c g- 
I I 1 I s 



1. 


^ 

X 


B 

.g 


OÙ un interlo 
, la cause ser 
1 plus tard, < 
ois, du jour ( 
s ce délai, l'ii 
cil. Le jugem 
le fond sera 
s les matières 
ît en dernier i 
la requête de 




^ 


S 
■2 


s 


1 


S 9 1 «. a."^ 3 ^ a 5 


g S 


■4 


> 


n Dans le ( 
lurait été ordo 
éfinilivement 
élai de quatn 
îrlocntoire. A 
era périmée di 
erait rendu s 
appel, même 
Lige de paix co 
l sera annulé 


a a. 

" g 

If: 


u 


1^ 


— " 






"•O-O- m «t--;^» 


--ÏÏ . 


'!2ç 


B*-' 


> B .2 - - - u 1 - » 



HISTOIRE NATURELLE 



INSECTES 



COLÉOPTÈRES 



xu 



HISTOIRE NATURELLE 



INSECTES 



GENERA 



COLÉOPTÈRES 



EXPOSE METHODIQUE ET URITIOUE DE TOUS LES GENRES PROTOSES JUSQU'ICI 
DANS CET ORDRE D'INSECTES. 

PAR 

MM. ÏH. LAGORDAIRE et F. GHAPUIS 
TOME DOUZIÈME 

FAMILLE DES ÉROTYLIENS, DES ENDOMYCHIDES ET DES COCCINELUDES 



m. F. CHAPUIS 

Chevalier de l'Ordre do Léopold, 

Membre de l'Académie royale des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Belgique, 

Docteur en Médecine et en Sciences naturelles, etc. 



PARIS 

A LA LIBRAIRIE ENCYCLOPÉDIQUE DE RORET. 

lllIE HAUTEFEtlLLR, l2. 

1876 



9/. 5-73 


A^.'ÎM'I^^ 


floùZCC>3 



GENERA 

DES 

COLÉOPTÈRES 



FAMILLE LXX. 



ÉROTYLIENS. 

Tôle, petilo ou médiocre, enfoncée dans le prothorax jusqu'au bord 
postérieur des yeux, réti-écie en un museau tantôt court et obtus, 
tantôt plus allongé, cunéiforme ou qundrangulaire et plus ou moins 
étranglé à sa base. — Epistomc peu distinct du front; labre trans- 
versal, échancré ou arrondi., cilié. — Mandibules en général robustes, 
dépassant peu le labre, trigones, convexes en dehors, brusquement 
arquées vers l'extrémité, celle-ci fissile ou dentée, à bord interne sou- 
vent membraneux ou totalité ou en partie.— Mâchoires à deux lobes, 
l'interne grêle, atténué, tantôt inernie, tantôt muni d'une ou de deux 
spinules cornées ; l'externe subtriangulaire, au moins aussi long que 
l'interne et couché sur lui; palpes de •* articles, i grêle, plus ou 
moins allongé, 2 et 3 toujouis courts et obroniques, 4 de grandeur 
et de forme variables.— Lèvre inférieure composée d'un sous-menton 
fortement transversal, d'un menton bien développé, de formes très- 
diverses, transversal ou longitudinalernent oblong, à bord antérieur 
en général tricuspide, à face externe divisée en trois aires plus ou 
moins nettement dessinées ; d'une languette membraneuse ou cornée, 
entière ou plus souvent échancrée, en général munie de paraglosses 
distinctes ; de palpes labiauï de 3 articles, 1 grêle, plus ou nioius al- 
longé, 2 court, obcouique, 3 très-variable. — Yeux ovalaires ou ar- 
rondis, médiocrement convexes, grossemeut ou finement granulés. — 
Antennes insérées latéralement, au bord antérieur et interne des 
Coléoptères. Tome XII. 1 



2 ÉnoTYLlBNS. 

yeux, dans des cavités limitées en arrière par un repli du front, en 
général courtes et robustes, composées de H articles, les 3 ou 4 der- 
niers formant une massue distincte.— Prothorax grand, subquadran- 
gulaire ou atténué on avant, à bords latéraux toujours accentués, 
l'aulérieur coupé carrément, le postérieur très-variable. — Ecusson 
en général médiocre. — Elytres ovalaires ou oblongues, plus ou 
moins convexes, parfois hémisphériques, à épipleures presque tou- 
jours distinctes et parfois trôs-développées. — Prosternum convexe et 
souvent caréné sur la ligne médiane, légèrement dilaté en arrière, 
tronqué ou échancré; mésosternum subquadrangulaire, transversal 
ou oblong; métasternum généralement très-long, convexe et arrondi 
sur la ligne médiane, ses épisternums grêles, sublinéaires, dilatés ou 
atténués en arrière, ses épimôres le plus souvent distinctes, rarement 
invisibles. — Abdomen composé de 5 segments subégaux entr'eux. 
— Pattes en général robustes, parfois grêles et allongées, par excep- 
tion dissemblables entre elles ; cavités cotyloïdes antérieures fermées 
en arrière, ouvertes par exception ; hanches assez rapprochées sans 
être jamais contiguës; cuisses renflées dans leur partie moyenne, sub- 
canaliculées en dessus ; jambes droites, simples ou faiblement ar- 
quées ; tarses robustes, pontamôres ou subpentamèrcs, terminés par 
des crochets simples. 

La grande majorité des Erotyliens peut se caractériser en deux 
mois, ce sont des Clavicornes subpentamères; quant à ces quelques 
types, tels que les Engis et genres voisins, qni ont les tarses à peu 
près pentamères, ils sont caractérisés par la forme du dernier article 
des palpes ou bien par celle du menton. 

Plusieurs (les notes distinctivcs qui composent la diagnose ci-dessus, 
sujettes à de très-grandes variations, demandent quelques dévelop- 
pements. 

La tête est petite ou médiocre, ovalairo ou transversale, en général 
convexe en dessus ; elle se termine en avant par un museau court et 
obtus, ou bien ce museau s'allonge et son extrémité s'atténue, il 
devient cunéiforme ou bien il conserve une forme quadrangulaire ; 
dans ce dernier cas, il présente à sa base un élranglemont plus ou 
moins marqué, dû au rapprochement des cavités anteuuaires; dis- 
position caractéristique pour certains genres. 

Lo dernier article des palpes, soit maxillaires, soit labiaux, est d'or- 
dinaire très-dévcloppé, celui dos premiers plus que celui des seconds; 
tantôt ovalaire, atténué ou tronqué, tantôt dilaté dans le sens trans- 
versal ; et dans ce dernier cas, il ailecte la forme d'un triangle ou 
celle d'un segment de cercle. Cet article n'est pas toujours également 
conformé aux palpes de la niftchoire et à ceux de la languette; au 
contraire, il est le plus souvent dissemblable; ainsi, ou sait qu'il est 
sécuriformc aux uns et aux autres dans les genres ïuiPi^x, iCciTUUS, 
Erotyj-us, etc.; qu'il est ovalaire à la mâchoire et sécuriiormo à la 



ÉnOTTLIEWS. 3 

lèvre inférioui'o dans les Episcapha, Triplatoma ; le contraire a lieu, 
c'est-à-dire qu'il est sécuriforme à la mâchoire et ovalaire à la lèvre 
inférieure dans les genres Psklaphacus, Mycotretus, Tritoma; enfin, 
il est ovalaire à tous les palpes, chez les Engis seulement. 

Le menton, quoique toujours construit sur un môme type, n'est 
pas sujet à de moins nombreuses variations : il est carré, ou trans- 
versal, ou oblong, le plus souvent tricuspide à son bord antérieur; sa 
face externe parait toujours divisée, par une carène plus ou moins 
saillante, en trois aires ou portions distinctes : une aire médiane 
impaire, ordinairement de forme triangulaire, à sommet dirigé eu 
avant et souvent saillant au bord libre; deux aires latérales symé- 
triques, très-variables dans leur étendue, accolées à la partie médiane 
sur ses bords obliques et anguleuses en dehors; ce sont ces angles 
latéraux, plus ou moins accusés, qui rendent, avec la saillie de la 
partie moyenne, le bord antérieur du menton tricuspide. 11 faut re- 
marquer que l'aire médiane est située sur un plan plus externe que 
les deux latérales, que celles-ci sont souvent repliées vers l'intérieur 
do la cavité buccale et n'apparaissent que par la dissection des or- 
ganes buccaux. Ces parties latérales sont creuses dans la majorité des 
espèces et logent dans leur concavité une partie des palpes labiaux. 

Telle est la forme générale du menton. En se représentant les mo- 
difications de ces parties dans leurs proportions réciproques, dans la 
saillie plus ou moins grande de la partie moyenne, dans l'inclinaison 
plu» ou moins oblique des parties latérales vers la bouche, on aura 
une idée des diverses formes qu'alfecte le menton, et toutes, malgré 
des apparences bien diverses, conservent quelque chose du type 
idéal de cet organe. Les Langurides ne font pas exception sous ce 
rapport. 

Le menton est supporté par la pièce prébasilaire, toujoui'S bien 
distincte chez les Erotyliens; cette pièce est séparée de la basilaire 
qui s'étend jusqu'au trou occipital, par une suture et forme parfois 
avec elle un angle saillant. A son bord antérieur, elle s'articule avec 
le menton et le déborde de chaque côté; dans quelques genres, ses 
extrémités sont fortement recourbées en avant et reçoivent dans leur 
concavité la pièce cardinale de la mAchoire. 

La lauguette est cornée ou membraneuse et translucide; sa forme 
varie dans des limites restreintes; elle est d'ordinaire accompagnée 
de paraglosses pénicilliformcs, libres et saillantes ou bien soudées au 
bord latéral de l'organe qui les supporte. 

Les mandibules sont construites sur un plan très-uniforme. Elles 
sont courtes, assez robustes, convexes en dehors, leur extrémité est 
obtuse ou plus ou moins fortement bidentée. 

Les yeux des Erotyliens sont ai-rondis ou oblongs, tout-à-fait laté- 
raux, leur grandeur et leur convexité varient selon les genres. Les 
facettes ou coriiéulcs, dont ils sont composés, sont tantôt très-petites 



.J ÉROTYUENS. 

et innombrables, tantôt notablement plus grandes et bien distinctes 
sous la loupe. U en résulte que l'on peut distinguer des yeux fine- 
ment granulés et des yeux grossement ou fortement granulés. En 
général, chacune de ces formes est assez constante dans chaque 

genre. 

Les antennes sont insérées au bord antérieur et un peu interne des 
veux, dans de profondes cavités plus ou moins latérales, recouvertes 
en partie par les côtés du front. Dans quelques genres (Zonarius, 
Phiotelus, Bacis, Omoiotelus), les cavités antennaires manquent de 
rebord supérieur et se rapprochent de la ligne médiane du front, de 
manière à rétrécir la base du museau, comme nous l'avous vu pré- 
cédemment. Les articles des antennes sont toujours au nombre de 
11, le 3 est presque toujours plus long que les suivants, et les 3 ou 
A derniers constituent une massue courte ou allongée, serrée ou lAcho. 

La forme du prothorax varie beaucoup et doit être prise eu consi- 
dération, à défaut de caractères plus marqués. Dans un seul genre 
(Tuiplatoma), cette partie du corps forme un quadrilatère à côtés 
sensiblement égaux; ailleurs, il est transversal et ses bords latéraux 
sont tantôt subparallèles, tantôt convergents vers le sommet. Sa sur- 
face est tout aussi variable et ses bords antérieur et postérieur sont 
diversement découpés. L'écusson est partout bien distinct et il affecte 
dans la majorité des espèces la forme d'un triangle curviligne. 

Ce sont surtout les élytres qui déterminent la forme générale du 
corps, et comme on peut, selon les espèces, observer tous les passages 
depuis la forme sublinéaire des Triplacidcs à la forme subarrondie 
de quelques Evolylides, les élytres présentent des modifications cor- 
respondantes. Leur convexité suit une marche analogue; presque 
planes dans quelques genres, elles deviennent gibbeuses, subhémi- 
spliériques et même pyramidales dans d'autres. Leur surface est 
très-rarement lisse et la ponctuation qui les orne est disposée sans 
ordre et d'une façon spéciale dans quelques espèces seulement; le 
plus ordinairement les points sont rangés en séries régulières, éga- 
lement distantes les unes des autres ou bien rapprochées deux à 
deux. 

Dans la tribu des Erotylides, les épipleures des élytres prennent 
un développement remarquable et dans quelques genres (yEcmius), 
il est presque comparable à celui dos Cassidides. Ces épipleures sont 
planes, concaves ou convexes; elles regardent tantôt plus ou moins 
obliquement eu dehors, tantôt directement en bas. Elles impriment 
un cachet spécial à quelques types et doivent faire partie de la dia- 
gnose des genres. 

11 existe toujours des ailes sous les élytres, elles sont courtes et leurs 
nervures fortement dessinées. Le pli se trouve aux trois quarts de la 
longueur totale. La nervure costale est très-courte et se perd après 
un court trajet dans la sous-costalo; celle-ci est la plus forte, à peu 



ÉROTTLIENS. S 

près complètement marginale et présente extérieurement une cellule 
subtriangulaire ; la nervure médiane est aussi longue et accompagnée 
d'une nervure récurrente trés-grôlc; les nervules sont au nombre de 
quatre et dessinent do grandes cellules polyédriques. 

A la partie inférieure du corps, les trois segments thoraciques sont 
constitués sur un plan uniforme et ne nous offrent que de légères 
modifications, à peu près inutiles dans la classification, au contraire 
de ce que l'on observe chez les Phytophages en général. Le pro- 
sternum est toujours nettement distinct du pronotum, J'épisternum 
est très-grand, séparé du sternum par une suture arquée ou flexueuse, 
très-rarement obsolète ; l'épimère de ce même arceau n'est pas net- 
tement limitée; dans les quatre premières tribus, elle se prolonge 
derrière la hanche pour rejoindre une saillie correspondante du ster- 
num et compléter ainsi la cavité cotyloïde ; chez les Langurides seu- 
lement, les cavités cotyloïdes antérieures sont ouvertes en arrière. 

Le mésosternum participe dans une certaine mesure au dévelop- 
pement de l'arceau précédent; sa partie médiane est quadrangulaire, 
transversale ou oblongue, parfois en trapèze. Ses épisternums et ses 
épimères varient dans des limites trôs-restreintes. 

Dans les espèces à forme allongée, qui sont les plus nombreuses 
dans la famille actuelle, le métasternum est aussi très-long, de sorte 
que la dernière paire de pattes est fortement séparée des deux autres; 
il s'unit au segment précédent par une ligne droite ou arquée en 
avant. Ses épisternums sont bien développés et soudés aux épimères, 
ils constituent une lame allongée linéaire, atténuée en arrière ou 
bien un pou élargie. Dans les Engidites, les épimères sont réduites 
à de faibles proportions et dans les Langurides elles disparaissent. 

L'abdomeu est constamment composé en dessous de S segments 
apparents, parfois on observe des vestiges d'un sixième arceau. Le 
premier est un peu plus grand que les autres et le dernier est ar- 
rondi. A cause de son uniformité, cette partie du corps n'est d'aucun 
secours dans la classification . 

Los pattes, à de légères exceptions près, sont également espacées 
les unes des autres, dans le sons transversal, à leur base. Les hanches, 
profondément enfoncées dans les cavités cotyloïdes, sont globuleuses 
aux deux paires antérieures et transversales prismatiques à la der- 
nière. Les cuisses, ainsi que les jambes, ne présentent que de légères 
modifications sur lesquelles il est inutile d'insister. Il n'en est pas de 
même des tarses. 

Chez les Engis, Triplatoma, Episcapha, Coptengis, les tarses sont 
composés de cinq articles; aussi la plupart de ces types ont été, avec 
raison, rangés parmi les pentamères. Dans les autres Erotylions, ces 
organes sont subpentamères. Il est incontestable que l'importance du 
nombre des articles des tarses conserve une très-grande valeur au 
point de vue systématique ; mais, dans l'état actuel de nos connais- 



6 liROTYLIENS. 

sauces, elle ne doit plus primer l'ensemble des caractères résultant 
de l'organisation ; elle a rencontré de trop nombreuses exceptions et 
son application rigoureuse conduirait ;\ séparer ce qui doit rester 
uni. Nous avons déjà eu l'occasion de signaler cette exception remar- 
quable au système tarsal qui nous a été offerte par la famille entière 
des Platypides. Ici, coinmo dans ces derniers, le i article des tarses 
est moins développé, mais il conserve néanmoins la forme, quoique 
réduite, des articles précédents; dans les genres que nous avons cités, 
sa face inférieure est seulement recouverte de quelques poils au lieu 
d'être densément pubescente; mais ce n'est pas non plus un article 
rudimentaire, et les espèces qui en sont pourvues, ne peuvent pas 
être qualifiées de subpentamères. Chez les Carabiques eux-mêmes, si 
homogènes sous ce rapport, on trouverait des exemples analogues. 
Quoi qu'il en soit, nous ne séparerons pas ces genres do la famille 
actuelle, pas plus qu'il ne serait possible de ranger dans des groupes 
différents les ENnis et les CoMDor.Emis. 11 n'est pas de famille dans la 
section des Tétramères de Latreille qui ne se rattache par des liens 
très-intimes à l'un ou l'autre type de la section des Pentamères. 

Avant de terminer ces généralités, nous signalerons cette curieuse 
remarque faite par le Prof. Lacordaire de la relation qui existe entre 
le dernier article des palpes maxillaires et le 4 article des tarses : la 
grandeur de ce dernier est en raison inverse da celle du dernier ar- 
ticle des palpes maxillaires. On ne s'explique pas cette relation. 

Chez les Erotyliens, les tarses sont en général robustes et varient 
peu. Les trois premiers articles sont semblables, ciliés sur leurs bords 
et recouverts en dessous d'une pubescence serrée. Les modifications 
que l'on rencontre consistent dans le plus ou moins de longueur du 
premier article, et spécialement aux tarses postérieurs, et ensuite dans 
la dilatation du 3 qui devient assez fréquemment bilobé à sa face 
supérieure ; dans le genre Tapinotarsus, ce 3 article est à peine plus 
long que le précédent. Le S, qui présente aussi quelques différences 
dans sa longueur, porte de forts crochets toujours simples, parfois 
(TniPLATOMA, Episcapha, Dacne, etc.) séparés par une lamelle raem- 
braheuse coupée carrément et ornée de quelques poils raides. 

Les différences sexuelles sont nulles dans la très-grande majorité 
des espèces; elles sont faibles dans quelques groupes seulement (Ew- 
CAUSTES, EiiOTYLUs) et portent presque uniquement sur la confor- 
mation des pattes antérieures. 

L'anatomie des Erotyliens, qui aurait pu jeter quelque jour sur les 
affinités de ces insectes, est restée tout-à-fait inconnue. Nous con- 
naissons mieux leurs états primitifs, quoique la science ne soit pas 
riche en documents précis sous ce point do vue. On connaît plus ou 
moins bien les larves de deux Énois, d'un Tiuplax, d'un Ischtrds, 
(l'un /EciTHus. 11 serait difficile de les comparer entre elles, plusieurs 
descriptions étant restées incomplètes; celle du Triplax russica, de 



linOTYMRNS. 7 

L. Dufour (i) et celle do VIschyrus i-punctatus (2) publiée dans le 
Catalogue des larves sont assez délaillées. Nous avons en ce moment 
sous les yeux la larve d'nu IsciiVRus qui nous parait oouslituër une 
espèce nouvelle ; cette larve, que le 1)'' Candèze a reçue du Guate- 
mala et qu'il a bien voulu nous communiquer, ne diffère pas, au moins 
pour autant que nous pouvons en juger sur un individu desséché, 
de celle de 17. 4-punctalus, Oliv. 

Ces larves sont allongées, coriaces, légèrement atténuées aux deux 
bouts; la tête est bien distincte, ainsi que les trois segments tliora- 
ciques, l'abdomen se compose de neuf segments. La tète porte des 
ocelles en nombre variable, de petites antennes formées de trois ar- 
ticles, dont le dernier très-grêle. Les segments thoraciques sont munis 
chacun d'une paire de pattes normales et de médiocre longueur. Les 
segments abdominaux, revêtus, comme les segments thoraciques, de 
disques écailleux, sont dépourvus d'appendices, sauf le dernier qui 
est subtriangulaire et terminé par une saillie obtuse à extrémité bifide 
ou échancrée. 

Vu le petit nombre de larves connues, il est inutile de rechercher 
leurs analogies; cependant on reconnaît à première vue que les Ero- 
tyliens sous leur forme première se présentent sous un type qui n'est 
pas essentiellement différent de celui des SUphaks; mais les détails 
de leur organisation les rapprochent néanmoins davantage des Coc- 
cinellides; la forme convexe de la lèvre supérieure, la disposition et 
la composition des antennes et des palpes, le développement du lobe 
maxillaire établissent entre ces deux groupes, les Erotyliens et les 
Coccinellides, des analogies incontestables. 

Nous donnerons en leur place la description do VIschirus 4-punc- 
lalus et du Triplax russica; pour le moment nous dirons un mot de 
leur manière de vivre. Toutes les espèces dont on a eu l'occasion 
d'observer les mœurs (3) vivent uniquement sur les bolets, sur les 
agarics, et les larves s'y rencontrent ordinairement en grand nombre; 
quelques-unes y accomplissent leur développement et y subissent 
leurs métamorphoses ; d'autres, parvenues à toute leur croissance, se 
retirent dans la terre pour se changer en nymphes et en insectes 
parfaits. Le Prof. Lacordaire ajoute qu'il est pleinement convaincu 
que toutes les espèces de la famille sans exception et sous tous leurs 
états, vivent de la môme manière et que si l'on trouve ;issez souvent 
les espèces exotiques sur les feuilles, sur les broussailles, cela ne 
vient pas de ce qu'elles en font leur nourriture, elles y sont arrivées 
accidentellement. ' * 

(1) L. Dufour, Annales Soc. ent. de Fr. 1842, XI, p. 191. 

(2) Cliap. et Canrl. Calai, des Larves, p. 282. 

(3) Lacordaire, Ann. d. Se. Nat. t. XXI, p. 193, M Nouv. Annales du Mns. 
t. Il, p. 89. — Perty, Deicct. anim. art. p. XJ. 



8 ÉBOTYI.IENS. 

Tous les Erotyliens, et surtout les grandes espèces, exhalent tout à 
fait la môme otleiir que les Diapiîris, les Al^hcula, qui vivent égale- 
ment dans les bolets, les agarics. 

Il en résulte que le genre de vie des Erotyliens les lie très-intime- 
ment au règne végétal ; aussi ils atteignent leur plus grande taille et 
leur plus grand développement numérique dans les régions tropicales 
de l'Amérique, où la végétation se montre dans toute sa splendeur. 

La 3"> édition du Catalogue du comte Dejean mentionne 263 espè- 
ces, la Monographie des Erotyliens en renferme plus du double, et 
aujourd'hui les collections doivent en contenir de huit à neuf cents. 

D'après le Prof. Lacordaire, les 570 espèces qu'il a connues se répar- 
tissent d'une façon très-inégale entre l'ancien et le nouveau continent, 
car le premier n'en possède que 65, tandis que le second en a 503, 
c'est-à-dire près de neuf fois davantage. Dans le relevé qu'il en a fait, 
3 espèces seulement appartiennent au continent de l'Asie, 31 aux gran- 
des îles de l'Archipel malais, 2 à l'Australie. L'Afrique, quoique bien 
explorée sur certains points, n'a fourni que 16 types, dont 7 du Sé- 
négal , 2 du Cap et 7 de Madagascar. L'Europe en renferme moins 
encore, mais les espèces qui s'y montrent, au nombre de 13, habitent 
la plus grande partie de son étendue ; ainsi les Triplex russica et Tri- 
loma bipuslulata sont répandues depuis la Sicile jusqu'en Laponie. 

On devrait s'attendre à ce que les découvertes faites depuis une 
trentaine d'années vinssent modilier cette distribution géographique. 
Cependant le changement dans les proportions relatives n'est pas bien 
considérable, surtout si l'on tient compte que nous comprenons dans 
la famille divers genres (|ui n'y avaient pas été admis jusqu'à ce jour. 

Le Nouveau-Monde compte actuellement 666 espèces, l'Asie 30 et 
la Malaisie 48; l'Afrique avec les Canaries 27; l'Australie, en y com- 
prenant la Nouvelle-Calédonie, la Nouvelle-Zélande, 14; enlln l'Eu- 
rope 21, ce qui porte h. 806 le chiffre des espèces décrites. 

L'Amérique intertropicale peut donc être considérée avec juste 
raison comme la métropole de la famille, et celle-ci paraît limitée 
par une ligne tirée au nord k la hauteur du New-York, et au sud à 
celle de Montevideo. Le Brésil, la Guyane, la Bolivie, la Colombie, le 
Mexique, les Antilles, une partie des Etats-Unis sont les seules régions 
où des espèces de la famille aient été découvertes, et parmi ces con- 
trées, le Brésil et la Guyane sont de beaucoup les plus riches, aussi 
bien pour le nombre (jue pour la grandeur des représentants et la 
vivacité des couleurs dont ils sont ornés. 

L^xposé complet de l'histoire scientifique des Erotyliens demande- 
rait de très-grands dévelopi)ements; en effet, les genres qui compo- 
sent la famille ont subi de nombreuses vicissitudes ; d'autre part, les 
affinités de ces mêmes genres, celles de la famille elle-même ont été 
très-diversement Interprétées par les Entomologistes anciens et par 
les auteurs actuels. 



ÉnOTTUF.NS. 9 

Tout ce qui a été fait antérieurement à la Monogi-aphie des Eroty- 
liens, publiée en 1842, a été longuement exposé dans les généralités 
qui servent d'introduction à cet excellent ouvrage. Peu de temps 
après, Guérin-Méneville (1) décrivit, dans l'Iconographie du Règne 
animal, une vingtaine d'espèces nouvelles appartenant au groupe ac- 
tuel. En d847, Erichson (2) terminait la Faune entomologique du Pé- 
rou, et, outre la description de nombreux types inconnus, proposa 
une nouvelle division des Erotylènes de Latreille en trois groupes : les 
Erotyliens proprement dits, les Triplacines et les Engides. Les Lanou- 
niA et genres voisins rentrent dans cette dernière division. A l'exem- 
ple d'Erichson, M. J. Le Conte a compris les Engis dans la Famille 
actuelle, et a publié dans les Mémoires de l'Académie de Philadel- 
phie (3) une revue des Erotyliens qui habitent les Etats-Unis. A l'oc- 
casion de la description de quelcjues insectes très-remarquables, M. i. 
Thomson (4) expose les caractères de deux genres nouveaux apparte- 
nant au groupe des Engidides. 

Le tome VII des Etudes entomologiques (5) de V. de Motschulsky, 
et la seconde partie des Insectes de la Sibérie et en particulier des 
Rives de l'Amour (0) du môme auteur, contiennent un nombre assez 
considérable d'espèces nouvelles et des coupes génériques en général 
mal définies. M. Fauvel (7), en 18G3, dotme la description de quel- 
ques types de la Guyane, et, en 18G2 (8), colle des espèces recueil- 
lies ù, la Nouvelle-Calédonie. 

Dans le Catalogue des insectes dos îles Canaries et des îles Madère, 
M. WoUaston fait connaître quelques types intéressants, et propose 
deux coupes génériques nouvelles, Xestus (9) et Euxestus (10), qui pa- 
raissent se rapprocher des Engis oii des ïriplax. C'est vers la même 
époque que M. Kirsch, de Dresde, a entrepris la description des in- 
sectes appartenant à la Faune de Bogota, et enrichi les Erotyliens 
d'une coupo générique nouvelle (H). M. L. Bedel a publié, en 1868- 
GS, un travail monographique des Erotyliens d'Europe dans le tome V 

(1) Iconogr. du Règ. Anim. Texte, p. 307-314. 

(2) Archiv. de Wiegm. 1847, t. XIII, p. 173. 

(3) Le Conte, Synopsis of the Erotylidse of the United States, — dans Proc. 
Acad. Nat. Se. Pliil. 1834, t. VU, p. 158. 

(4) Ann. de la Soc. Ent. France, 185.4, 3» Sér. t. IV, p. .m. 

(5) Etudes entomologiques, t. VII, 1858, p. 112. 

(6) Schrenk's Rels. In Amur-Lando, 1860, II, p. 240. 

(7) Bull, de la Soc. Linn. de Normandie, 1861, V, p. 326. 

(8) Bull, de la Soc. LInn. de Normandie, 1862, VU, p. 1. 

(9) Wollaston, Cal. Canar. Col. 1864. 

(10) Wollaston, Ann. and Mag. of Nat. Hist. 3' S. t. II, p. 411. 
(il) Kii-gcli, Berl. Enlom. Zeits. 1863, t. IX, p. 40. 



10 éROTYlIENS. 

de l'Abeille (1), et, en 1870, dans les Annales de la Société entomo- 
logique de France, une révision du genre Allacochilus (2). 

Tels sont les principaux travaux dont la science entomologique s'est 
enrichie depuis la Monographie du Prof. Lacordaire. 

Dans le dernier volume du Gênera des Coléoptères, l'éminent en- 
tomologiste que nous venons de nommer avait rappelé, à propos des 
Cryptophagides (3), les diflicultés que l'on éprouve, lorsqu'il s'agit 
de disposer méthodiquement les groupes et les genres on sauvegar- 
dant les rapports qu'ils ont entre eux. Malgré l'analogie étroite qu'il 
avait reconnue entre les Engis et les Cryptophagides, il a cru, à l'exem- 
ple de divers auteurs dont nous avons énuméré les travaux, devoir 
comprendre les premiers dans les Erotyliens. Schaum, MM. Kraatz et 
de Marseul ont adopté le môme arrangement dans les catalogues qu'ils 
ont puhliés. Melsheimer (i) , dans la liste des Coléoptères des Etats- 
Unis, a placé les Engidides, les Triplacides, les Erotylidcs à la suite 
des Cryptophagides. Mui.s les Erotyliens proprement dits ont trop d'a- 
nalogie avec les Chrysomélidcs pour pouvoir les en séparer par un 
intervalle aussi important. Nous laisserons provisoirement les choses 
dans l'état où elles se trouvent, et le seul changement que nous vou- 
drions voir adopter consisterait à placer les Erotyliens on tète de la 
section des Coléoptères subpentamères. Par leurs téguments solides, 
par la structure des organes buccaux, par les contours nettement dé- 
finis de leurs parties, par exemple des pièces des sternums, par le 
rapprochement o.iact de ces parties constitutives, il paraît évident ([ue 
leur organisation est plus parfaite que celle de la plupart des Phyto- 
phages. Leur régime également les rapproche des Silphalcs. 11 est 
bien vrai que leurs larves, ainsi que nous l'avons vu, offrent des ana- 
logies avec celles des Coccinellides ; mais nous ferons observer ?t cet 
égard que nos connaissances sur les états primitifs dos uns et des au- 
tres sont encore bien limitées, et que nos conclusions pourraient se 
modifier par la suite. 

Quel que soit l'arrangement que l'on adopte, il est impossible de 
respecter toutes les affinités ; la disposition linéaire que nous devons 
suivre dans nos ouvrages s'y oppose tout à fait. Telle que nous l'avons 
admise, la Famille des Erotyliens nous paraît so laisser assez facile- 
ment diviser en trois Tribus, très-inégales entre elles par le nombre 
des types génériques ou spécifiques de chacun. Les caractères sui- 
vants les distinguent l'une de l'autre. 

(1) Bedel, Abeille, t. V, 1868-69, p. 1. 

(2) Bedel, Ann. Soc. entom. de France, 1871, p. 271. 

(3) Lacordaire, Gêner, des Coléop. t. Il, p. 421, note. 

{i) Melsheimer, A Calalog. of llie doscribed Coleoptera of tlie United States. 
Washington, 1833. 



LANGlIBinKS. 11 

A. Epimères métatlioraciques indistinctes. 

B. Cavités cotylo'ides aotérieurcs Incomplètes. I. L*ngurides. 
B'. — — — fermées. 11. Hélotides. 
A'. Epimères métathoraciques distinctes des épistor- 

nums par une suture apparente. III. Erotïlides. 



TRIBU I. 

LANGURIDES. 

Tête oblongue, engagée dans le prothorax à peu près jusqu'au bord 
postérieur des yeux ; if'pislome séparé du Iront par un sillon arqué, 
bien distinct ou obsolète; labre transversal, cilié; mandibules den- 
tées; mâchoire iï lobe interne armé de deux ou trois spinules; palpes 
maxillaires 4-arliculés, i article court, 4 long, fusiforme; lèvre infé- 
rieure à menton divisé en trois aires distinctes, à languette évasée 
en avant, à paraglosses soudées. — Yeux finement granulés. — An- 
tennes de H articles, claviformes, tantôt courtes, tantôt et par ex- 
ception très-longues. — Pronotum oblong, subcarré, rétréci au som- 
met, plus rarement vers la base; écusson distinct. — Elytres tou- 
jours allongées, à bords parallèles, ou convergents en arrière avec 
un sommet plus ou moins rétréci, arrondi, échancré ou denté; à sur- 
face régulièrement et faiblement convexe, ponctuée confusément ou 
en stries longitudinales; épipleures latérales effacées ou apparentes, 
regardant en dehors et embrassant étroitement le corps. — Proster- 
num allongé, la première paire de pattes reportée en aiTière, la 
partie médiane plane, quadrangulaire, à base subéohanerée ; cavités 
cotylo'ides ouvertes en arrière ; mésosternuni oblong, rétréci en ar- 
rière; métasternura à parapleures étroites, rélrécies en arrière, sans 
distinction apparente entre l'épisternum et l'épimère. — Abdomen 
régulièrement convexe, formé de cinq arceaux. — Pattes longues et 
grêles, semblables entre eUes ou dissemblables; tarses subpentamères, 
armés de crochets simples. 

Cette Tribu ne renferme que deux genres seulement, Languhia et 
Macromelea ; ce dernier ne nous apparaît que comme une forme 
bizarre et exceptionnelle du type Languria, il en possède les princi- 
paux caractères organiques; nous ne l'avons pas vu en nature, et les 
quehjues généralités que nous allons exposer ne concernent que la 
forme typique. 

Les Langurides se distinguent des Erotylides par un ensemble de 
caractères remarquables, mais d'une manière plus précise par la con- 
stitution des parapleures métathoraciques, cliez lesquelles l'épimère 
est indistincte. Déjà, Erichson avait signalé les affinités de ce type 
avec les Engis; il côté de différences assez sensibles, on reconnaît 



12 ÉROTTLIKNS. 

entre ces types des analogies évidentes aussi bien dans les organes 
buccaux, dans les antennes, que dans l'organisation pi'ise dans son 
ensemble. A leur tour, les Hélotides ont do nombreux points de con- 
tact avec les Langurides, par les organes de la bouche, par la struc- 
ture des antennes, du prosternuni, du métasternum; comme chez 
ces dernières, les épimères du métathorax no sont pas distinctes des 
épisternums; elles se rapprochent néanmoins des Engidites par la 
structure des tarses qui sont pentamères, c'est-à-dire, où le qua- 
trième article est aussi développé que le précédent. 

La forme des cavités cotyloïdes antérieures qui sont ouvertes chez 
les Langurides, établit la distinction avec les Hélotides, où ces par- 
ties sont fermées. 

Telles sont les considérations qui ont présidé à la disposition sys- 
tématique de ces trois Tribus, dont les caractères ont été si diverse- 
ment interprétés jusqu'à ce jour. 

Comme nous l'avons vu, les Langurides ne renferment jusqu'à ce 
jour que deux genres, Languria. et Mackomelea. Nous devons consi- 
dérer, comme non avenues, les coupes génériques de Motschulsky, 
désignées sous les noms de Languiutes et de Trapezidera (1). La 
science ne peut se contenter des vagues indications fournies par l'au- 
teur. Quant au sous-genre Doudleuaya, signalé par A. White et publié 
dans les Transactions de la Société entomologique de Londres (2), nous 
devons réserver notre opinion sur la valeur de cette ccuipe généri- 
que; l'unique exemplaire de ce type se trouve dans la collection de 
la Compagnie des Indes orientales, et la description donnée par A. 
White n'est pas complète. Les deux genres de la Tribu actuelle, qui 
mérite à tant d'égards de faire l'objet d'une Monographie, se distin- 
guent de la manière suivante : 

A. Anlciiues couilcs, moins longues que la tùlo et lu pro- 

notum. Languria. 

A'. — presque aussi longues que le corps. Macrometea. 

LANGURIA. 
Latheille, Gen. Crust. et Ins. 111, p. G5 (3). 

Tête assez large, terminée en avant par un museau court et obtus ; 
épistome subquadrangulaire, séparé du front par un sillon obsolète, 
tronqué carrément en avant; labre distinct, transversal, tronqué à 
sou bord hbre et longuement pubescent; mandibules médiocres, ar- 
quées, à extrémité dentée, ciliées à leur bord interne; mâchoires i 
lieux lobes densément ciliés, l'interne armé de deux ou trois spinules 

(t) Motsclioulfky, Sclirenk's Rcis. in Amur-L. II, p. 213 et 244. 
(-2) A. While, Trans. ent. Soc. of Lond. New. Ser. Il, p. 1. 
(3) Syn. TRûGosni, FabricUis, Sysl. Eleulli. 1, p. 132. 



LANGUniDES. 13 

aiguës, l'externe subtriangulaire, plus large, palpes à i article grêle, 
oblong, 2 et 3 courts, obconiijues, i aussi long que les trois précé- 
dents réunis, fusiforme, légèrement tronqué à l'extrémité; lèvre in- 
férieure à sous-menton distinct, transversal, menton deux fois plus 
largo que long, à bord antérieur tricuspide, divisé en trois aires, la 
médiane très-grande, les latérales très-anguleuses et un peu repliées 
vers la cavité buccale ; languette hyaline, translucide, fortement di- 
latée en avant, à bord libre profondément émarginé, les paraglosses 
très-grandes, formant les angles latéraux, longuement et densément 
pubescentes; palpes de 3 articles, i grêle, oblong, 2 obconique, 3 
plus allongé, subcarré et largement tronqué à l'extrémité. — Yeux 
latéraux, médiocres, subhémisphériques, finement granulés. — An- 
tennes insérées au bord antérieur et interne dos yeux dans une pro- 
fonde cavité on partie recouverte par un repli du front, courtes et 
assez robustes, atteignant on général la base du pronotum, formées 
de Jl articles, i court et renflé, 2 subglobuleux, les suivants légère- 
mont oblongs et obconiques, les derniers formant en nombre variable 
une massue oblongue, obtuse, à articles transversaux et assez serrés. 
— Prothorax de forme variable, le plus souvent plus long que large, 
parfois en arrière, à bords latéraux marginés, droits ou subarrondis, 
l'antérieur coupé carrément, non échancré, le postérieur échancré en 
arc de cercle de chaque côté , avec un petit lobe médian peu sail- 
lant, à surface légèrement convexe, les angles marqués. — Ëcusson 
plus large que long, subpentagonal. — Elytres très-allongées, -i et 5 
fois aussi longues que larges à la base, légèrement convexes, plus ou 
moins atténuées en arrière, à extrémité entière ou échancrée, ou den- 
ticulée, à surface ponctuée-striéc ; épipleures latérales ellacées et con- 
fondues avec la surface des élytres ou bien apparentes et regardant 
tout-à-fait en dehors. — Prosternum convexe, rétréci entre les han- 
ches, subdilaté en arrière, tronqué et légèrement émarginé, les ca- 
vités cotyloïdcs incomplètes en arrière; mésosternum allongé, étroit 
entre les hanches; parapleures niétathoraciques très-longues, atté- 
nuées en arrière, les épimôres indistinctes ou cachées. - Abdomen do 
'6 segments, transversalement convexes, diminuant graduellement de 
longueur du premier au dernier. — Hanches antérieures et moyennes 
subglobuleuses, peu saillantes, pou distantes de la ligne médiane; 
pattes médiocrement robustes , les antérieures souvent un peu plus 
allongées que les autres, cuisses débordant fortement les côtés du 
corps, légèrement renflées dans leur milieu, non canaliculées en des- 
sous; jambes droites ou légèrement arquées, simples; tarses assez 
robustes, subdilatés, les antérieurs souvent un peu plus que les au- 
tres, les articles piibescents eu dessous, ciliés sur leurs bords, 1 un 
peu plus long que les autres aux tarses moyens et postérieurs, 3 bi- 
lobé, l rudimentaire, inclus dans le précédent, 5 robuste, souvent de 
la longueur des précédents réunis, armé de forts crochets simples. 



14 ÉHOTVLIBNS. 

Le genre Lanijuru paraît assez rioho ou espèces; ce sont des in- 
sectes de formes élégantes, très-sveltes, ornés, en généra!, de reflets 
mét<illiques brillants. Leur coloration varie peu; les élylressont bron- 
zées, bleues, vertes ou noires, uniformes ou marquées de quelques 
taches ou de bandes transversales; le pronotum est de même cou- 
leur ou rougeâtro, maculé ou immaculé. Les antennes sont renflées 
vers l'extrémité, le renllement porte sur les i, les 5 ou les 6 der- 
niers articles, il débute d'une manière brusque ou progressive. Le 
pronotum est non moins variable dans sa forme générale ; le plus 
souvent il est légèrement conique et rétréci de la base au sommet; 
plus rarement quadrangulaire et aussi long que large ou bien rétréci 
vers la base; les bords latéraux sont droits ou convexes; les angles 
postérieurs le plus souvent «ligus sont prolongés en arrière et em- 
brassent plus ou moins étroitement la base des élytres. Celles-ci ont 
une surface faiblement et régulièrement convexe, ornée de points 
disposés en séries longitudinales ; les bords latéraux sont à peu près 
droits, rétrécis de la base à l'extrémité ; le sommet lui-même est ar- 
rondi, échancré ou denliculé. 

C'est par suite de ces variations tout extérieures que les auteurs 
ont indiqué différentes coupes géuériques; ainsi, Motschulsky a formé 
le genre Languiutes pour les espèces chez lesquelles l'extrémité des 
élytres est échancrée; le genre Trapezideiu pour celles dont les ély- 
tres ont le sommet tronqué ou arrondi et garni de plusieurs dents. 
Ces indications banales ne suffisout pas pour créer des genres et s'em- 
parer d'une priorité trop facile; cet avantage doit appartenir à celui 
qui entreprendra la Monographie do ce groupe, qui en rassemblera 
péniblement les matériaux épars et qui établira ses genres, non sur 
de vagues indications, mais sur un ensemble de caractères réels, 
qu'une étude approfondie peut seule donner. Il en est de même dos 
coupes génériques de Dejean et de M. Chevrolai, dont les caractères 
n'ont pas été exposés; il dépendra du monographe de les conserver 
ou de les rejeter. 

La distribution géographique des Languria est très-remarquhlo en 
ce qu'elle s'étend dans l'Ancien et dans le Nouveau continents, et, en 
outre, parce qu'elle occupe des aires extrêmement étendues. D'après lo 
relevé que nous en avons lait, l'Amérique boréale renferme 19 espèces, 
l'Amérique centrale 9, l'Amérique méridionalo-i. On trouve 4 espèces 
en Asie, en Sibérie, dans la Chine boréale, aux Indes orientales et à 
Ceylan; l'Afrique en possède 6, au Sénégal, au Gabon, dans l'Afri- 
que australe; les grandes îles de la Sonde, Java, Boruéo> la Malaisie 
renferment également do nombreuses espèces inédites, dont plusieurs 
ont été rapportées par Wallace. 



HÉLOTIDES. AS 

MACROMELEA. 
lloi'E, Coleop. Man. 111, p. 100 (1). 

Tôto et organes buccaux semblables à ces mêmes parties chez les 
Languku. — Antennes trôs-grôles, presque de la longueur du corps, 
i article court et renflé, 2 plus court encore, 3 quatre fois plus long, 
subdilaté à l'extrémité, 4-7 oblongs, décroissant graduellement de 
longueur, 8 subcylindrique, 9-11 très-courts, un peu dilatés, suLtri- 
gonos, formant ensemble une petite massue à peine aussi longue que 
l'article précédent. — Prothorax oblong, assez fortement atténué en 
avant, un peu moins large que les élytres à la base. — Elytres allon- 
gées, atténuées vers l'extrémité qui est arrondie. — Pattes grêles, les 
moyennes un peu plus longues que les postérieures, les antérieures 
beaucoup plus longues que les moyennes; les jambes de la première 
paire légèrement arquées, tarses un peu dilatés, les deux premiers 
articles triangulaires, 3 bilobé, i rudimentaire, 5 assez long et ter- 
miné par des crochets simples. 

Hope a établi son genre Macromelea sur un insecte très-remar- 
quable, originaire de Tranquebar et décrit eu premier lieu par VVie- 
dcmann sous le nom de Languria longicornis. Le genre est bien ca- 
ractérisé et doit être conservé, mais Hope a ou tort de changer le 
nom spécifique impose à l'espèce par Wicdemann. Hope rapporte au 
même genre la Langwria nigripennis du même auteur. 



TRIBU II. 

HÉLOTIDES. 

Têtu grande, dégagée; épistome indistinct; labre très-court, cilié; 
mandibules trigones, à pointe aiguë; mâchoires à lobe interne armé 
de deux spinulcs; palpes maxillaires de quatre articles, 1 très-court, 
■i allongé, fusifurme, acumiué; lèvre inférieure à sous-menton en 
triangle subéquilalérul, menton transversal, non tricuspide en avant, 
largement échancrô; languette élargie, presque bilobée en avant. — 
Yeux oblongs, convexes, finement granulés. — Antennes courtes, de 
11 articlfs, clavifurmcs. — Pronotum à peu près aussi large que les 
élytres, peu convexe, rétréci en avant; écussou distinct. — Êlylres 
oblongues-allongées, peu convexes, arroudies ou subaiguès au som- 
met, à surface peu convexe, striée-ponctuée, les intervalles partiel- 
lement relevés en cotes. — Prosternum graud, plan, élargi en arrière 

(1) Syn. Langukia, Wiod. Zoolog. Mag. 11, p. 48. — Fatua, Uejean, Catal. 
3« 6d. p. 464. 



16 ÉHOTYLIENS. 

dos hanches, à base ôraarginée, cavités cotyloïdes fermées; mésosler- 
num transversal ; môtasternum à parapleures très-étroites, rétrécios 
en arrière, sans épimères distinctes. — Abdomen régulièrement con- 
vexe, de cinq arceaux. — Pattes courtes et robustes, subsemblables; 
tarses pentamères, terminés par de forts crochets simples. 

Ce type, représenté jusqu'à ce jour par un petit nombre d'espèces, 
est l'un des plus intéressants de la Famille entière, aussi bien par l'é- 
clat de leurs couleurs et la sculpture des élytres que par les détails 
de leur organisation. 11 constitue une forme de transition entre les 
Langurides et les Erolylides, et plus particulièrement les Engidites; 
il s'en distingue cependant avec facilité par la structure des para- 
pleures du métathorax, chez lesquelles les épimères sont indistinctes. 
Ce caractère lui est commun avec les Langurides, et ne peut être in- 
voqué pour la distinction ; il faut recourir à l'état des cavités coty- 
loïdes du prosternum qui sont ouvertes chez ces dernières et fermées 
dans la Tribu actuelle. Le quatrième article des tarses n'est nulle- 
ment rudimentaire, il est aussi développé que le précédent, de la 
môme forme, cilié comme lui, de sorte que sous ce rapport les He- 
LOTA sont bien pentamères. 11 faut remarquer que le premier article 
de ces tarses est moins grand que chacun des suivants ; c'est quelque 
chose d'analogue à ce qui existe chez les Bostrichides. 

La forme générale rappelle de loin celle de quelques espèces du 
genre SitPHA à forme étroite; l'extrémité des élytres, prolongée à 
l'angle suturai et subsinueuse, est découpée sur le môme modèle que 
celle de la Silpha sinuala. Mais ce n'est là qu'une apparence superfi- 
cielle qui peut être signalée, mais qui n'emporte aucune autre consé- 
quence, au moins dans l'état actuel des choses. 

Un seul genre : Helota. 

HELOTA. 
SUc-Leay, Annal. Javanic. p. H. 

Tète grande, déprimée, portée en avant, rétrécie on arrière des 
yeux par une espèce de cou; épislome confondu avec le front, sub- 
arroudi au bord antérieur; labre presque complètement recouvert, 
apparaissant sous forme de liseré cilié; mandibules trigones, cornées, 
en lamelles concaves en dessous, à pointe aiguë, à bord interne cilié; 
mâchoires à lobes bien développés, l'interne subtriaugulaire, inerme, 
atténué et brièvement cilié, l'externe plus largo, obtus, longuement 
fascicule; palpes de i articles, le 1 très-court, presque indistinct, les 
2 et 3 courts, obconiques, 4 aus.si long que les précédents réunis, fu- 
siforme, à extrémité subaiguo; lèvre inférieure à sous-menton très- 
grand, triangulaire, menton transversal, subémarginé à son bord 
libre, avec les angles latéraux saillants; languette membraneuse, dia- 
phane, sauf au milieu, élargie on avant en doux lobes divergents, 



IIÉLOTIBF.S. 17 

profondément émarginée à son bord ; palpes de 3 articles, 1 grolo, 2 
très-court, annulaire, 3 ovalaire, trôs-obtusau bout. — Yeux irrégu- 
lièrement arrondis, très-saillants, très-linement granulés. — Antennes 
courtes, à peine do la longueur de la tôte, insérées latéralement en 
avant des yeux, i article assez gros, subcylindrique, 2 le plus court, 
obconique, 3-8 diminuant graduellement de longueur et s'élargissant 
peu à peu, 8-H dilatés, plus larges que longs, formant une massue 
comprimée, serrée, très-obtuse. — Frothorax- assez grand, bords la- 
téraux droits, convergents en avant, l'antérieur échancré, le posté- 
rieur sinueux, émarginé en demi-cercle de chaque côté, ses angles 
aigus, h surface peu convexe, inégale ; écusson très-petit, transversal, 
à contours arrondis. — Elytres oblongues, presque planes, à peine 
atténuées en arrière, à extrémité large, arrondie, ou sinueuse-échan- 
crée. — Prosternum grand, subélargi en arrière des hanches, tronqué 
et profondément échancré, cavités cotyloïdes complètes; mésoster- 
num transversal, à bords sinueux ; parapleures métathoraciques très- 
grélos, atténuées en pointe en arrière, sans trace d'épimères. — Ab- 
domen formé de cinq segments avec des vestiges d'un 6° arceau. — 
Pattes médiocres, hanches à peu près également distantes dans le 
sens transversal, les antérieures et les moyennes globuleuses, cuisses 
assez longues, renflées au milieu, comprimées, très-peu canaliculées 
en dessous; jambes antérieures plus courtes et plus arquées que les 
autres, les postérieures armées, au bord interne de l'extrémité, d'un 
prolongement spinuliformc longuement cilié ; tarses médiocres, de 
cinq articles, comprimés et très-pubescenls, le 1 plus petit que 2 à 
tous les tarses, réduit surtout à la paire antérieure, le b notablement 
plus long que les précédents réunis, garai à sou bord interne d'une 
rangée plus ou moins dense de longs cils raides et terminé par deux 
crochets simples, séparés à leur base par un prolougcment membra- 
neux de forme carrée. 

Ce type, parfaitement décrit par Mac-Leay, qui l'a, avec raison, 
considéré connue devant former une coupe générique distincte, est 
extrêmement remarquable; il rappelle, en cIVet, pour le brillant, la 
sculpture des élytres, la forme allongée, diverses espèces de la Fa- 
mille des Buprestides; comme pour la forme déprimée, la direction 
et les contours de la tête, il fait penser à certains Xylophages du 
groupe des Brontides; mais ce ne sont là que des apparences, en 
réalité, il suffit de le comparer aux Langukia pour être assuré qu'il 
doit être placé dans leur voisinage ; c'est aussi l'opinion do Mac-Leay. 
Cet entomologiste distingué constitue sa quatrième Famille des Né- 
crophages, nommée Engidœ et placée à la suite des Silphidœ, des Ni- 
tidulidœ, non-seulement avec les genres Dacne, Engis, etc., mais il 
y introduit encore les Hblota, les Languuia. On voit ainsi réappa- 
raître cette question, de savoir si les Erotyliens doivent ou non faire 

ColéopUres. Tome XII. 2 



18 ÉROTYLIENS. 

partie du groupe des Clavicornes ou des Nécrophagos. Le Prof. Blan- 
chard a placé le genre en question dans le groupe des Ipsites, do la 
Tribu des Ipsidos, qu'il comprend parmi les Erotyliens. Ces différentes 
opinions s'appuient sur des arguments sérieux. 

Quoi qu'il en soit, une dissection attentive des organes buccaux 
nous a permis de reconnaître que le premier article des palpes maxil- 
laires avait, par sa petitesse, échappé à l'observation do Mac-Leay. 

Le nombre des espèces n'est pas bien considérable ; outre celle dé- 
crite par l'Entomologiste que nous venons de citer, la Hc/oto Vigorsii 
(1. c), deux autres, les H. Servillei et Guerinii, ont été décrites par 
Hope (1); enfin M. Westwood a fait connaître les //. thibelana et Mel- 
lii (2). Ces différents types appartiennent aux Indes orientales, au 
Thibet, à Java. Nous avons vu, dans la Collection du célèbre voya- 
geur Welwitch, un type de l'Afrique occidentale. 



TRIBU III. 

ÉROTYLIDES. 

Tête médiocre ou petite, en général plus largo que longue, plus ou 
moins profondément engagée dans le prothorax ; épistomc eu général 
mal limité ; labre tronqué ou échancré à son bord libre ; mandibules 
peu saillantes, trigones, obtuses ou fendues à l'extrémité; màcliuires 
à lobe interne inerme ou armé d'une ou deux épines cornées, l'ex- 
terne petit, accolé au précédent; palpes de i articles, le dernier de 
formes variables ; lèvre inférieure à menton développé, transversal, 
tricuspide eu avant, sa surface divisée en trois parties; languette pe- 
tite, non dilatée, sinuée ou échancrée à son bord libre, munie do 
paraglosses hbres ou soudées ; palpes de 3 articles. — Yeux finement 
ou grossement granulés. — Antennes de médiocre longueur, de 11 
articles, les 3 ou 4 derniers dilatés et formant une massue lâche ou 
serrée. — Prothorax subquadrangulaire ou rétréci en avant, le plus 
souvent transversal, de la largeur des élytres, très-rarement un peu 
plus étroit; écusson généralement médiocre. — Elytres ovalaires ou 
oblongues, plus ou n)oins convexes, parfois hôniisphôriques. — Pro- 
sternum convexe et souvent caréné sur la ligne médiane, à cavités 
cotyloïdes lormées; métasternum à parapleurcs linéaires, ses épimè- 
res toujours distinctes. — Pattes en général robustes, terminées par 
des tarses subpentauièrcs, plus rarement pentamères, à crochets sim- 
ples. 

(1) Ilopu, Coleop. Mail. 111, 187. 

(2) Westwood, Ana. of Nat. Hist. 1811, p. U-i; Cabiu. ot Orient, cnlom. 
pi. XIV, f. 8. 



KMOIDITKS. 19 

Les généralités placées en tôto de la Famille s'appliquent tout par- 
ticulièrement à la Tribu actuelle; il suffira de rappeler que les Ero- 
tylidos se distinguent des deux premières tribus par la structure des 
parapleurcs métasternales, chez lesquelles les épimères sont toujours 
plus ou moins apparentes; do plus, le» l.angurides ont les cavités co- 
tyloïdes du prosteruum incomplètes, taudis qu'elles sont closes dans 
la Tribu actuelle. 

Le Prof. Lacordaire avait divisé ses Erotyliens, qui correspondent 
à la division en question, en deux groupes : les Erotyliens engidijor- 
mes et les Erotyliens vrais. Dans l'état actuel de la science, il nous 
paraît que cette tribu peut être divisée en quatre groupes de la ma- 
nière suivante : 

A. Lobe interne des mâchoires Inermo, raremeat uni-épi- 

neux. 

B. Tremier article des palpes maxillaires plus court que les 

deux suivants réunis. Engidiles. 

B'. Premier article des palpes maxillaire» au moins aussi 

long que les deux suivants réunis. Triplacites. 

A'. Lobe interne des mAclioires bi-épineux. 

C. Corps très-allongé, pronotum plus étroit que les ély- 

tres; menton relevé en pyramide triquètrc. Encaustites. 

C. Corps ovalairc ou oblong, pronotum aussi large que les 

élytres; menton plus ou moins plan. Erotylites, 

Groupe I. Engidites. 

Mâchoires à. lobe interne inerme. — Palpes maxillaires à 1 article 
moins long que les deux suivants réunis, le dernier oralaire, atténué 
ou tronqué. — Languette non dilatée antérieurement, avec des pa- 
raglosses en général distinctes. — Protliorax subquadrangulaire, aussi 
large que les élytres à sa base. — Cavités cotyloïdes antérieures fer- 
mées. — Epimères métathoraciques très-petites et distinctes. — Tarses 
pcntamères ou subpentamères. — Corps oblong ou ovalaire-oblong. 

Ce premier groupe se distingue des Encaustites et des Erotylites 
par la structure du lobe interne des mâchoires qui est toujours inermo. 
La longueur du premier article des palpes maxillaires, qui est moindre 
que celle des deux suivants réunis, io différencie des Triplacites, où 
cet article est plus long. En outre, chez les Engiditcs, le dernier ar- 
ticle de ces mûmes palpes n'est jamais aussi dilaté, le plus souvent 
il est ovalaire, obtus, parfois tronqué (Panthehopterus), rarement 
tronqué et subdilaté (Oacnk). On doit aussi remarquer que les tarses 
des Engidites sont généralement pentamèics; ils ne sont semblables 
à ceux des Triplacites, c'est-à-diro subpoiitanièros, que dans les genres 
CoMBocEuus, Pantueboptekus et pout-ôtro Euxestus. 



20 ÉnOTYLlENS. 

11 est assez curieux de remarquer que Latreille, dans la seconde 
édition du Règne animal, publiée en 1829, a reconnu une tribu des 
Engidites, dont le genre Dacne forme le type ; il y fait rentrer les 
Cryptophagus, les Anthehophagus, mais aucun type ne porte le nom 
d'ENGis. M. de Castelnau a admis ce même groupe, qu'il a enrichi du 
genre Thorictus. M. Bedel lui donne le nom d'Engides dans la Mo- 
nographie des Erotyliens d'Europe, et il y comprend deux genres, 
Engis et CoMBocEnus. Ce dernier est une coupe nouvelle établie pour 
VEngis sanguinicollis. Les formes exotiques, quoique plus nombreuses 
et de taille beaucoup' plus grande, ne sont cependant pas bien variées; 
elles constituent sept genres différents dont plusieurs ne renferment 
qu'une ou deux espèces. 

Les états primitifs de ces insectes sont encore inconnus; on ne pos- 
sède que de très-brôves indications sur les larves des Engis rufifrom 
et kumeralis. La première a été découverte en grand nombre dans lo 
Boletus polymorphus. M. Westwood, qui en a donné une courte des- 
cription (1), dit qu'elle mesure 4 à 5 millim., qu'elle est étroite, cy- 
lindrique, munie de six pattes courtes; son corps est terminé par 
deux pointes de peu de longueur et çà et là hérissé de poils épars. 
M. Bedel (2) a reçu en communication la larve desséchée do VEngis 
humeralis. A cause de l'état de cette larve, il n'a pu également qu'en 
tracer une description incomplète : elle est subcylindrique, oblongue, 
assez parallèle, d'un blanc légèrement jaunâtre, formée de 11 seg- 
ments, la tête non comprise. Tête arrondie sur les côtés, dégagée dans 
son pourtour; tache oculaire noirâtre; mandibules cornées, noirâtres 
et bifides au Ijout ; 1 segment du corps assez gros et large ; 2 et 3 un 
peu moindres que le 1, plus forts que les suivants. Dernier segment 
muni à son sommet de deux crochets cornés, recourbés d'arrière en 
avant; anus saillant. Corps à peine hérissé de quelques poils très- 
fins et très-courts. Six pattes courtes, terminées par un crochet simple. 

La larve décrite par M. Bedel pourrait bien appartenir à une es- 
pèce du genre Cis, qui se montre dans les mêmes conditions et que 
nous avons fait connaître (3). 

La distribution géographique des Engidites ne présente aucune 
particularité digne d'être mentionnée ; un seul genre, Dacnr, possède 
quelques représentants en Amérique, et il se retrouve à Madagascar, 
au Sénégal. Tous les autres appartiennent à l'ancien continent et 
principalement aux Indes orientales et aux grandes îles de la Sonde. 

Les genres qui composent la Tribu actuelle sont nombreux et d'une 
distinction assez difficile; nous avons tenté d'en faciliter l'étude par 
le tableau exposé ci-dessous : 

(1) Introd. to the modem Classif. of Ins. 1, p. 147, f. 11. 

(-2) Abeille, V, p. 8. 

(3) Cbiipuis et Cauidcze, Cat. des larves de Coléopt. p. 171, 



ENGIDITHS. 21 

Elytres tronquées A l'eitréœitô. Coplengis. 

— arrondies simultanément .1 l'eTtrémité. 
Dernier article des palpes maxillaires largement 

tronqué 4 l'extrémité. 
Tarses penlamèrcs. Dacne. 

— subpentamères, 4" article enclavé dans le 3. Panlheropterus . 
. Dernier article dos palpes maxillaires ovoïde, atté- 
nué ou légèrement tronqué. 
Dernier article des palpes maxillaires légèrement 

tronqué. 
Dernier article des palpes labiaux sécurlforme. Episcapha. 

— — — — fusiforme, tron- 
qué. Buxestus. 

Dernier article des palpes maxillaires atténué, non 

tronqué. 
Prothorax carré, à peu près aussi long que large. Triplatoma. 

Prolhorax transversal. 
Tarses pentamères. 

Paraglosses saillantes. Thallts. 

— soudées à la languette. Engis. 

Tarses subpentamères. Combocerus (1). 

DACNE. 
Latheille, Gêner. Crust. et Ins. Il, p. 20 (2). 

Tôte médiocre, assez large, épistoine non sépar6 du front; labve 
très-petit, replié en dessous; mandibules robustes, fortement biden- 
tées à l'extrémité; mâchoires h. lobes densémcnt ciliés, palpes à 1 
article grêle, moins long que les deux suivants réunis, 2 et 3 courts, 
obconiques, 4 dilaté en triangle isocèle, largement tronqué à l'extré- 
mité, aussi largo que long; lèvre inférieure à menton divisé par une 

(1) Les deux genres Histanocerus et Hoplaspis créés par V. de Motsclmlsky 
pour des espèces indiennes de très-petite taille, mesurant une ligne ou un peu 
pins, ne sont pns admissibles tels qu'ils ont été dédnis dans les Eludes cnlomo- 
lof;i(|ues, t. Vil, pages ll^ et 113. D'aulrc part, divers caractôres signalés dans 
lu description spécifique soulèvent des doutes sur la place assignée par l'autour 
aux genres en question ; en effet, il les rapporte aux Engidides, uniquement 
parce que les tarses sont penlair.ères et les antennes plus ou moins claviformes. 
La science ne peut se contenter de ces vagues renseignemenls; en l'absence des 
types, nous ne pouvons compléter la diagnose do ces genres, et nous devons 
nous borner à les signaler aux rocberclies ultérieures. 

(2) Syn. Ips, Fabrioius, Entom. Syst. Il, p. bll ; Syst. Eleulli. II, p. 377. _ 
Encis, Fabr. Syst. Elouth. II, 58-2; Castcinau, Hist. not. Coleop. II, p. 13. _ 
Tiiu'LAx, Olivier, Entom. V, p. 489. — Erotylus, Ollv. Encyclop. métli. Ins 
VI, p. 433. — Episcapiu (p.), Dejean, Catal. 3° éd. p. 137; Guérin-Mén. Rev.' 
zool. 1841, p. 139. — Dacne, Lacordaire, Monog. Erotyl. p. 03. 



22 ÉnOTTlTRNS. 

carène transversale en deux portions, la postérieure plus grande, 
subconcave et pentagonalc, l'antérieuve repliée dans la cavité buc- 
cale, à bord antérieur échancré, subtridenté; languette très-petite, à 
paraglosses bien distinctes, palpes labiaux à dernier article dilaté en 
dedans, largement tronqué, plus large que long. — Yeux grands, 
fortement granulés. — Antennes plus courtes que le pronotura, 1 ar- 
ticle gros, subturbiné, 2 court, 3 de la longueur des deux suivants 
réunis, 4-8 obconiques, courts, égaux, 9-H formant une massue 
ovale-oblonguc, serrée, comprimée. — Prothorax transversal, à c6tés 
latéraux tantût finement rebordés, tantôt épaissis en bourrelet; bord 
postérieur sinué de chaque côté, lobé dans son milieu, ses angles 
aigus. — Ecusson subpentagonal, transversal. — Elytres aussi larges 
que le prothorax, allongées, subparallèles, arrondies à l'extrémité. — 
Prosternum assez large, tronqué en arrière et faiblement émarginé; 
mésosternum en carré très-peu transversal ; parapleures métathora- 
ciques subparallôlos ou légèrement dilatées en arrière. — - Pattes mé- 
diocres, cuisses un peu renflées au milieu, canaliculées en dedans ; 
jambes subdilatées vers leur extrémité ; tarses à peine dilatés, les 3 
premiers articles subégaux, pubescents en dessous, 4 plus étroit, i\ 
peu près aussi long que 3, 5 plus court que les précédents réunis, 
terminé par des crochets divariqués, séparés à leur base par une pe- 
tite lamelle tronquée. 

Le genre Dacne a été proposé en 179G par Latreillc et détourné de 
sa signification primitive en 1842 par le Prof. Lacordaire, dans la 
Monographie des Erotyliens; en cela, il a voulu, avec raison, res- 
pecter l'usage qui a consacré le nom d'ENCis, créé postérieurement 
par PaykuU pour les mômes insectes. Le nom do IUc.ne, devenu 
vacant, a pu ainsi être conservé. La dilatation do l'article terminal 
des palpes maxillaires le distingue dos Episcapua, des Tnii'LATOMA, 
des Engis et des Coptengis, c'est-à-dire des genres qui précèdent et 
le rapprochent de ceux qui suivent. Les Dacne sont de grande taille; 
le Prof. Lacordaire en décrit 9 espèces et ce nombre n'a pas été 
augmenté depuis; elles présentent une distribution géograpliique 
très-étendue : 2 appartiennent à l'Amérique du Nord, 1 au Mexique, 
1 à la Colombie, 1 h Cayenne, 2 au Brésil, 1 au Sénégal et 1 à Ma- 
dagascar. 

EPISCAPHA. 
Deiean, Lacordaire, Monogr. Erot. p. 48 (1). 

Tête médiocre, épistome indistinctement séparé du front ; labre 
très-petit, transversal, arrondi; mandibules assez fortes, bifides h l'ex- 
trémité; mâchoires à lobes simples, fortement ciliés, l'interne acu- 

(1) Syn. Episcapha, Dej. Cat. 3» éd. p. 137. — Engis, auclor. — Piagiopis- 
TUEN, Tliomson, Ann. 8oc. cnt. de Fr. 1830, p. 321. 



lïNGIDlTES, 23 

miné, l'externe olitus et dépassunt lo premier, à palpes à 1 article 
gi'ùle, presque aussi long que les deux suivants réunis, ceux-ci courts, 
obconiques, le 4 ovalaire, acuminé et très-brièvement échancré; lèvre 
inférieure à menton transversal, divisé par une carène transversale 
en deux portions, dont la postérieure subconcavo, et l'antérieure re- 
pliée et oblique vers l'intérieur de la cavité buccale, à bord anté- 
rieur émarginé, tridenté ; languette petite, subentière avec des para- 
glosses distinctes; palpes labiaux àl article grêle, 2 cupuliforme, 
3 dilaté on dedans, plus large que long, un peu oblique et large- 
ment tronqué.— Yeux transversalement oblongs, fortement granulés. 
— Antennes médiocres, 1 article renflé turbiné, 2 très-court, 3 do 
longueur variable, tantôt subégal à i, tantôt plus long, 4-8 obconi- 
ques ou moniliformcs, 9-1 1 furmant une massue grande et serrée ou 
bien médiocre et perfoliée. — Prothorax transversal, parfois subcarré, 
son bord postérieur sinueux de chaque côté avec un lobe médian et 
dos angles subaigus; écusson transversal, obtusément pentagonal. — 
lïlytres aussi larges que lo prothorax, oblongues, peu convexes, fai- 
blement rétrécies en arrière et arrondies. — Prosternum assez large, 
tronqué en arrière et très-légèrement éniargiué eu arc; mésosternum 
eu carré transversal ; paraploures métathoraciques très-peu dilatées 
on arrière. — Pattes médiocres, simples, cuisses légèrement canali- 
culées eu dessous; tarses un peu dilatés, les 3 premiers articles pu- 
bescents en dessous, presque semblables, 4 de moitié plus petit, bien 
apparent, K long et armé do crochets divariqués, séparés à leur base 
par une petite lamelle membraneuse. 

Comparé aux Dacnf. qui précèdent, le genre actuel se distingue ai- 
.séraent à la forme ovalaire-attéuuée du dernier article des palpes 
maxillaires. C'est ce môme caractère, qui différencie le genre Pla- 
r.ionsTUEN do M. Thomson des Dacne; la longueur relative du 3 ar- 
ticle des antennes est sujette à varier chez les Episcapda, et la forme 
subcarrée du pronotum dans l'espèce connue du genre Plagiopisthen 
ne paraît pas suffisante pour l'établissement d'une coupe générique 
spéciale. En conséquence, nous avons cru devoir la réunir aux Epi- 

SCAPHA. 

Les espèces de ce genre, au nombre de 20, sont réparties comme 
suit : 7 à Java, 1 à Bornéo, 1 à Manille, 2 à la Nouvelle-Hollande, 3 
i la Nouvelle-Calédonie, i à Madagascar, 3 au Sénégal, 2 au Gabon. 

COPTENGIS (1). 

Tôte très-forte, dégagée du prothorax ; épistome non distinct du 
front, triangulairement échancré en avant ; labre court, fortement ci- 
lié; mandibules robustes; mâchoires à lobes subsemblables, oblongs- 

(1) Syn. TniPLATOMA, Pascoe, Joiu'n. Eiitom. I, p. 64. 



24 ÉnOTYLIENS. 

acuminéS; très-densômcnt cili6s, à palpes grôles, i article un peu plus 
long que le suivant, 2 et 3 obconiqiies, courts, i un peu moins long 
que les deux précédents réunis, atténué et arrondi vers l'extrémité; 
lèvre inférieure ;\ menton transversal, divisé dans le sens do sa lar- 
geur par une carène obtuse en deux portions très-inégales, la posté- 
rieure, la plus grande, plane, l'antérieure courte, repliée en dedans 
presque à angle droit, à bord libre fortement échancré; languette 
petite, dépassée en longueur par des paraglosses saillantes, très-ciliées, 
palpes labiaux à dernier article dilaté en dedans, un peu plus large 
que long, tronqué très-obliquement à l'extrémité. — Yeux transver- 
salement oblongs, fortement granulés. — Antennes robustes, assez 
longues, dépassant la base du pronotum, 1 article globuleux, renflé, 
2 plus petit, de même forme, 3 allongé, aussi long que les deux sui- 
vants réunis, 4-8 oblongs, décroissant graduellement de longueur, 
9-11 dilatés en massue oblonguo, serrée, comprimée. — Prothorax 
plus long que large, un peu rétréci en avant et en arrière, bord pos- 
térieur échancré en arc de cercle, sans lobe médian, les angles obtus 
et un peu saillants, un sillon anté-basilaire limité do chaque côté par 
une fossette irrégulière; écusson fortement transversal, subpentago- 
^lal. — Elytres oblongucs, de la largeur du prothorax à la base, atté- 
nuées en arrière, tronquées h l'extrémité. — Prosternum assez large, 
tronqué et échancré triangulai rement en arrière; mésosternum en 
carré transversal, à surface subégale; parapleures métathoruciqucs 
peu ou point dilatées en arrière. — Pattes longues et grêles, cuisses 
subcylindriques, non canaliculées en dedans, jandjes grêles, les an- 
térieures non échancrées; tarses à peine dilatés, les 3 premiers arti- 
cles pubesconts en dessous, diminuant un peu de longueur du 1 au 3, 
4 plus étroit, non enclavé dans le précédent, 5 plus long que les pré- 
cédents réunis, terminé par de forts crochets divariqués et séparés 
par une petite lamelle tronquée. 

Ce genre est fondé sur doux espèces très-remarquables par leur 
taille, leur forme et leurs couleurs; l'une est originaire de MorataJi, 
l'autre de Batchian ; la première, que nous nommerons Coplengis 
splendidus, est en entier d'un bleu vordàtre très-brillant, la seconde a 
été décrite par M. Pascoe (1. c.) sous le nom de Triploloma Sheppardi; 
elle est d'un noir bronzé avec les pattes rougeàtres et 2 taches arron- 
dies jaunes sur chaque élytre. Au point de vue générique, ce type 
est bien caractérisé par ses antennes, ses organes buccaux , son pro- 
notum cintré en arrière, ses élytrcs tronquées au bout, ses cuisses 
suboylindriques, etc. Par ses tarses, il se rapproche plus des Engis 
que d'aucun autre genre. 



TRIPLATOMA. 
Westwood in Griffith's, Anim. Kingd. Ins. II, p. GO et 73 (1). 

Tôle forte, dégagée; épistome presque indistinct, tronqué en avant; 
labre très-court, transversal; mandibules robustes, triquètres, à bord 
supérieur membraneux, mâchoires à lobe interne très-petit, linéaire, 
inerme, trôs-densément cilié, l'externe un peu plus long, cilié ; palpes 
subcylindriquos, à 1 article grêle, 2-3 obconiques, très-courts, 4 pres- 
que aussi long que les précédents réunis, ovalaire, obtusément ar- 
rondi au bout; lèvre inférieure à menton divisé en 2 portions par 
une carène transversale, anguleuse en avant, au milieu, la portion 
postérieure plane, l'antérieure comme repliée un peu obliquement 
en dedans de chaque côté ; à languette cornée^ subéchancrée h son 
sommet, paraglosses distinctes, à palpes à i article très-grêle, 2 ob- 
conique, court, 3 très-dilaté en dedaus, 2 fois plus large que long, 
tronqué. — Yeux transversalement oblongs, fortement granulés. — 
Antennes fortes, atteignant à peine à la base du pronotum, i article 
gros, subglobulcux, 2 très-court, moniliforme, 3 un peu plus long 
seulement que i, 4-8 raoniliformes ou turbines, 9-11 formant brus- 
quement une massue oblongue, serrée, comprimée. — Prothorax 
subquadrangulaire, aussi long que large, un peu rétréci vers la base, 
assez convexe; bord postérieur échancré de chaque côté, les angles 
aigus et saillants, un peu lobé au milieu ; écusson transversal, large- 
ment arrondi en arrière. — Elylres aussi larges que le prothorax, al- 
longées, subdilatées et convexes an milieu. — Prosternum très-large, 
tronqué en arrière et subémarginé; mésosternum en carré subtrans- 
versal, un peu plus étroit que le prosternum, à surface inégale ; pa- 
rapleures métathoraciques distinctement dilatées en arrière. — Pattes 
assez longues et robustes, cuisses canaliculées en dessous, jambes fai- 
blement élargies vers l'extrémité, les antérieures échancrées à leur 
face interne; tarses subdilatés, les 3 premiers articles pubescents eu 
dessous, i moins développé, toujours visible, 5 robuste, moins long 
que les précédents réunis, armé de crochets divergents séparés par 
une petite lamelle en pointe. 

Ce genre a été créé par M. Westwood, qui a omis de le mentionner 
dans le texte de son ouvrage, quoiqu'il en eût donné une bonne 
ligure accompagnée de détails. Le Prof. I.acordairc a tracé les ca- 
ractères du genre, et k l'espèce décrite par l'autour anglais, il eu a 
ajouté deux autres; nous avons dû préciser les caractères génériques 

(1) Enois, Perty, Observ. nonnuU. in Col. Ind. or. p. XXIV, f. 6; Wiedeman, 
Zoo). Miigaz. II, fas. 1, p. 131, 198; Casteio. Hist. nat. d. Col. Il, p. 15. — En- 
CiusTEs et Episcai-iu, Doj. Cat. 8" éd. p. 137.— Tiuplatoma, Lac. Moiiogr. Erot. 
p. 44. 



26 AROTTLreNS. 

et reporter dans un autre genre ces deux derniôres espèces; il ne 
reste dans la coupe actuelle que l'espèce décrite par Pcrty sous le 
nom à'Engis picta, belle et grande espèce assez commune à Java. 

EUXESTDS. 
WouASTON, Ann. a. Mag. of Nat. Hist. 3" S. t. U, p. 411. 

Tête large, à labre transversal, submembraneux, cilié, à peine 
émargiué à son bord libre; mandibules triangulaires, cornées, ar- 
quées, larges, tri-dentées à l'extrémité, à bord interne sinué-denté, 
muni d'une forte membrane; mâchoires à lobes étroits, droits, l'in- 
terne cilié en dedans et plus court que l'externe, il palpes subfusi- 
formes, l article petit, 2 et 3 plus grands, plus épais, 4 allongé, fusi- 
forme, tronqué; lèvre inférieure à menton corné, transversal, un peu 
rétréci en avant et légèrement échancré; à languette oblongue, à 
bord libre membraneux, pubescent, à. palpes à 1 article petit, 2 plus 
grand, plus épais, 3 à peine plus étroit que le précédent, fusiforme 
et tronqué. — Antennes claviformes, à peine aussi longues que la tète et 
le prothorax réunis, 1 article très-gros, renflé, subglobulcux, 2 petit, 3 
plus grêle, plus allongé (résultant peut-être de la fusiou de deux 
articles), le 4 et les suivants jusqu'à la massue, croissant un pou en 
largeur, massue grande, très-compacte, subglobuleuse, formée do 

2 ou de 3 articles très-serrés, le premier beaucoup plus grand. — 
Prothorax transversal, élargi en arrière, subsinué et étroitement ap- 
pliqué contre les élytres; écusson petit, semi-ogival. — Ailes déve- 
loppées, çà et là nébuleuses, manquant presque de nervures ; élytres? 
— Prosternum élevé longitudinalement entre les hanches antérieures, 
formant une plaque subtriangulaire atténuée en avant; mésosternuni 
très-grand, entier et tronqué en avant et en arrière. — Abdomen 
formé de cinq segments — Pattes courtes, subcontractiles, les anté- 
rieures rapprochées, les postérieures très-distantes; jambes compri- 
mées, un peu dilatées vers l'extrémité; tarses de 4 articles (?), le i 
développé, muni en dessous d'une lamelle allongée, pubescente, 2 et 

3 (peut-être 4?) petits, simples, le dernier allongé, armé de crochets 
simples. 

Ce genre a été créé par M. WoUaston pour une petite espèce des 
îles Madère, dont trois exemplaires seulement sont connus et qui res- 
semblent tant pour la forme que pour l'aspect lisse et brillant aux 
espèces du genre Olibrus. La petitesse de leur taille rend l'examen 
de leur structure extrêmement difficile, aussi divers points importants 
sont restés dans le doute, notamment la comj)Osition des antennes et 
des tarses. Cependant, d'après la diagnose ci-dessus, il ne paraît pas 
douteux que le type actuel ne se rapproche beaucoup des Engis. 
L'Euxeslus Parkii a été découvert dans une fourmilière ; ce fait, de 



KNfiiniTES. 27 

môme que lo doute qui subsisto sur divers points de sa structure, doit 
engager les entomologistes à étudier à l'occasion cette intéressante 
espèce. 

THALLIS. 
Eriohson, Archiv. f. Naturg. VUl, p. 237, 

Tète pptite, engagée dans le prothorax jusqu'au bord postérieur des 
yeux; épistome non limité en arrière; labre transversal, assez grand, 
arrondi au bord antérieur; palpes maxillaires filiformes, d article 
grùle, moins long que les deux suivants réunis, 2 et 3 subégaux, 4 
presque aussi allongé que les précédents réunis, atténué vers l'extré- 
mité, un peu obtus. — Menton transversal, à bord antérieur subtri- 
cuspide, les parties latérales repliées en dedans, languette cornée, 
paraglosses membraneuses, un peu saillantes latéralement. — Yeux 
subarrondis, assez convexes, grossement granulés. — Antennes attei- 
gnant à peine à la base du pronotum, moniliformes, terminées par 
une massue de trois articles, dont les deux premiers fortement trans- 
versaux, le dernier suborbiculaire ou ovalaire, atténué au sommet. 
— Pronotum quadrangulaire, transversal, un peu plus étroit que les 
élytres, bord postérieur sinué de chaque cùté avec ses angles aigus; 
écusson subpentagonal, plus large que long. — Elytres oblongues- 
ovalaires, peu convexes, arrondies à l'extrémité, ponctuées-striées.— 
Prosternum médiocre, convexe entre les hanches ; parapleures du mé- 
t.isternum étroites, obtuses en arrière, à épimôres faiblement dis- 
tinctes en arrière. — Pattes médiocres, simples; tarses allongés, non 
dilatés, les quatre premiers articles longuement ciliés, décroissant du 
premier au dernier en largeur et en longueur, article onguéal ro- 
buste, aussi long que les autres réunis, terminé par des crochets 
simples. 

Ericbson a créé ce genre pour de petits insectes qu'il a trouvés dans 
un envoi de la tarre de Van Diémen et qu'il a rapprochés, avec raison, 
des Engis, dont ils s'éloignent néanmoins par la structure de la lan- 
guette, dont les paraglosses sont distinctes sur les côtés; en outre, 
le coips est un peu plus grand, plus linéaire, les antennes sont dif- 
férentes dans la longueur relative des premiers articles. 

Les ÏHALLis ont le corps allongé, un peu convexe, glabre ou pubes- 
cent; trois espèces, originaires do Van Diémen, ont été décrites par 
Erichson; les collections renferment quelques autres types inédits. 

KNGIS. 
Paykuu, Faun. Svec. III, p. 349 (t). 
Tête assez large, terminée par un museau court et obtus, épistome 
(1) Syn. Ips, Fabr. Eiilom. Syst. Il, 511. — Srt.pn*, Marsh. Entom. Brll. I, 



28 itnOTYlIKKS. 

confondu avec le front, labre très-court, peu visible, transversal; 
mandibules dentées à l'extrémité; mâchoires à lobe interne subacu- 
miné, l'externe obtus, tous deux densément ciliés et inermes, palpes 
à 1 article un peu plus long que le suivant, 2 et 3 très-courts, cupu- 
liformes, i ovalaire-oblong, beaucoup plus long; lèvre inférieure 
composée d'un sous-menton transversal, d'un menton formé d'une 
partie médiane rétrécie en avant et de deux parties latérales trian- 
gulaires; à languette cornée, obtuse, nmnie de paraglosses latérales 
non saillantes, palpes à 1 article oblong, 2 très-court, 3 ovalaire obtus. 

— Antennes assez fortes, dépassant un peu la base du pronotum, i 
article gros, subglobuleux, 2 obconique, 3 du double plus long, 4-8 
courts, subtransversaux, obconiques, iJ-H dilatés en massue ovale, 
serrée, obtuse, snbcomprimée. — Yeux subglobuleux, arrondis, 
assez fortement granulés. — Prothorax en carré subtransversal, mar- 
giné et un peu lobé à son bord postérieur; écusson large, demi-cir- 
culaire. — Elytres oblongues, subparallèles, médiocrement convexes, 
arrondies au bout, épipleures subconcaves, entières. — Prosternum 
plan, subélargi et tronqué carrément au bout, marginô; mésosternum 
en carré transversal; métasternum à parapleures étroites, linéaires, 
les épimôres distinctes par une strie très-légère. — Abdomen à seg- 
ments subégaux , le cinquième un peu plus long. — Hanches anté- 
rieures et moyennes subglobuieuses, pattes médiocres, tarses do cinq 
articles, les quatre premiers subégaux, garnis sur les bords de longs 
cils, 5 à peu près égal aux précédents réunis; crochets simples. 

Ce genre se compose de petits insectes vivant généralement en 
grand nombre dans les bolets et sous les ôcorces qui cachent des pro- 
ductions fongueuses ; les espèces, au nombre de quatre, sont propres 
à l'Europe et à la Turquie d'Asie. Le catalogue du comte Dejean si- 
gnale une espèce dans l'Amérique du Nord. 

COMBOCERUS. 
BiDEL, AbeiUe, t. V, p. 12 (1). 

Tète assez large, terminée par un museau court et obtus, épistome 
confondu avec le front, subémarginé en avant, labre très-court, cilié; 
mandibules arquées, dentées au bout; mâchoires à lobes inermes, 
ciliés, à palpes de i articles, 2 et 3 transverses, courts, 4 en ovale 
court; lèvre inférieure à menton court, terminé en pointe en avant, 
cachant la languette, palpes plus grôles que les maxillaires. — Yeux 
subglobuleux, assez fortement granulés. — Antennes assez fortes, at- 

p. 122.— Dacnb, Lalr. Gêner. Crust. et Ins. Il, p. 20 ; Règne Anim. lY, p. SOT. 

— Encis, Fabr. Syst. Eleuth. II, p. 588; Redtenb. Faun. Auslr. 2« éd. p. 373 ; 
BeJel, Abeille, V, p. 6; Fairmaire, Oeii. Colcoii. Europ. lY, p. 272. 

(1) Dacne et ËNGis (pars), Aiiclorum. 



ENGIDITES. 29 

teignant la base du pronotiim, articles i-8 subégaux, monilifoi'ines, 
serrés, 9-H dilatés, formant une massue lâche, obtuse, subcomprimée. 

— Prothorax subtransversal, un peu rétréci en avant, raarginé sur 
SCS bords, un peu lobé au milieu du bord postérieur. — Ecusson en 
triangle à base très-large. — Elytres oblongues, peu convexes, sub- 
dilalées dans leur milieu, offrant à leur base un feston denticulé, ar- 
rondies au bout. — Prosternum subélargi en arrière, tronqué et 
échancré à sa base; mésosternum en carré transversal, caréné au 
milieu ; parapleures métathoraciques linéaires, il épimères distinctes. 

— Pattes médiocres, cuisses canaliculées en dedans, jambes un peu 
élargies de la base à l'extrémité qui est anguleuse, tarses un peu 
élargis, à 4 article nodiforme, enfoui dans le précédent. 

Le genre actuel, établi par M. Bedel dans sa Monographie des Ero- 
lyliens d'Europe (1. c), a été fondé sur ï'Engis sanguinicoUis. Les 
caractères indiqués plus haut, et notamment les tarses et les an- 
tennes, justifient la création de cette coupe générique; par sa forma 
générale, l'espèce unique du genre rappelle, à certains égards, celle 
des IscHYRUs, et par sa structure il établit le passage des Engis pro- 
prement dits aux Tripiacides. 

PANTHEROPTERUS. 
Thobson, Annales Soc. ent. de Fr. 'A' Sôr. IV, p. 323 (1). 

Této forte, épistomo non distinct du front, faiblement et triangu- 
lairement échancré à son bord antérieur; labre peu saillant, arrondi 
et cilié; mandibules robustes; mâchoires à lobes à peu près égaux, 
très-densémcnt ciliés, à palpes à 1 article grêle, 2-3 plus courts, 
obconiques, 4 aussi long que les deux précédonis réunis, subcom- 
primé, dilaté et largement tronqué au bout; lèvre inférieure à men- 
ton subtrapézoïdal, divisé dans le sens transversal en deux por- 
tions par une carène élevée, anguleuse au milieu, la portion posté- 
rieure plane, l'antérieure un peu oblique en dedans et échancrée on 
arc à son bord libre; languette subcarrée, subémarginée, à face ex- 
terne évidée, munie de paraglosses distinctes; palpes labiaux à 1 ar- 
ticle très-grêle, 2 un peu plus large, obconique, 3 dilaté intérieure- 
ment, un peu plus large que long et tronqué. — Yeux transversale- 
ment oblongs, fortement granulés. — Antennes robustes, atteignant 
à peine la base du pronotum, d article globuleux, renilé, 2 très-court, 
3 un peu plus long que 4, 4-8 légèrement oblongs, diminuant peu à 
peu de longueur, 9-1 1 en massue serrée, comprimée, obtuse. — Pro- 
thorax moins long que large à sa base, subrétréci en avant, peu con- 
vexe, bord postérieur sinué de chaque côté, un large lobe médian 
arrondi et des angles subaigus, légèrement saillants en arrière. — 

|t) Syo, TniPLUTOMA (pars), Lacordaire, Monogr, Erotyl. p. 44. 



30 énoiYLiENS. 

Eousson transversal, arrondi en arrière.— Elytrcs oblonguos, à peine 
plus larges à la base que le prothorax, subatténuées en arrière, arron- 
dies à l'extrémité. — Prosternum médiocre, tronqué et à peine échan- 
cré en arrière, niésosterimm plus long que large entre les hanches 
moyennes; parapleures métathoraciques dilatées en arrière. — Pattes 
robustes, cuisses canalioulées ou aplaties en dedans, tarses dilatés, 
les trois premiers articles pubescents en dessous, 4 petit, tout-à-fait 
engagé dans le précédent, visible seulement en dessus, 5 robuste, 
armé de crochets divariqués et séparés par une lamelle tronquée. 

Ce genre a été créé par M. Thomson, qui en a tracé trop brièvement 
les caractères dans les Annales de la Société entomologique de France 
(1. c). Le Panlheroplerus Pjeiffefi, pour la forme et le système do 
coloration, rappelle complètement les Triplaloma &-notala et Mac- 
Leayi de Lacordaire; et nous aurions dû rapprocher génériqucment 
ces types, si le Triplaloma picta n'avait oll'ert des caractères suffi- 
sants pour former une coupe spéciale. Nous ne connaissons du genre 
actuel que ces trois espèces P. Mac-Leayi, {\-notala et Pfeifferi, origi- 
naires la première de Malacca, la deuxième de Java, et la troisième 
de Bornéo. 

GRODPB II. Triplaoites. 

Mâchoires k lobe interne inerme, très-rarement unidenté. — Palpes 
maxillaires à 1 article aussi long que les deux suivants réunis, 4 di- 
laté, sécuriforme ou largement triangulaire. — Languette non di- 
latée antérieurement, munie de paraglosses ordinairement distinc- 
tes. — Prolhorax subquadrangulaire, aussi large que les élytres à la 
base. — Cavités cotyloïdes antérieures fermées. — Epimères méta- 
thoraciques bien visibles. — Tarses subpentamères. — Corps oblong 
ou ovalaire-oblong. 

Lorsque le lobe interne des mâchoires n'est pas inerme, il ne pré- 
sente jamais qu'une seule spinule, comme cela a lieu dans quelques 
espî'ccs du genre TniPLAX. Ce caractère permet do distinguer avec cer- 
titude,sinon avec facilité, le groupe actuel des deux suivants, chez les- 
quels le lobe interne dos mâchoires est armé de deux épines. Quant 
aux groupes qui précèdent, les Engiditcs seules peuvent offrir quelques 
difficultés; cependant on remarquera que chez les Triplacites, les 
tarses sont toujours subpentamères et que le premier article des palpes 
maxillaires est aussi long que les deux suivants réunis. Les deux au- 
tres groupes, les Langurides et les Hélotides, ne possèdent pas d'épi- 
mèros distinctes. 

Les Triplacites n'ont pas do fades particulier ; leur forme allongée 
rapiielle celle do nos Tiuplax, mais elle se modifie sensiblement dan» 
les IscHYKUs, les TRrroMAjIesMvc.oTRKTus et surtout les CïRTOMORPUUS. 

On range dans ce groupe les genres suivants : 



G', 



TniPLAClIES. 

Epistome iiuadrangulairemenl écliaiicré. 

— légèrement émargiiié ou coupé carrément. 
Sous-menton subquadrangulairo , aussi grand que 
le menton. 
'. Sous-mcnton tout-à-fait transversal. 
Dernier ai'licle de tous les palpes largement sécuri- 

forme. 
Angles postérieurs du pronotum prolongés en ar- 
rière. 
'. Angles postérieurs du pronotum aigus ou droits. 
. Yeux fortement granulés dans la tiès-grando ma- 

jorrté. 
'. Yeux flncment granulés dans la très-grande majo- 
rité. 
'. Dernier article des palpes labiaux ou maxillaires ova- 

laire arrondi ou triangulaire tronqué. 
, Yeux fortement granulés. 
'. — finement granulés. 

. Aire médiatie du menton très-grande, transversale. 
. Massue des antennes de i articles, articles 4-7 obco- 

, niques. 
. Massue de» antennes de 3 articles, articles 4-8 mo- 
niliformes. 
Aire médiane du menton en triangle subôquUa- 

téral. 
Massue dos antennes d'un blanc de cire. 
— — de couleur foncée. 

Articles dos antennes 4-8 moniliformcs, serrés. 
— — 4-8 oblongs, obconiqucs. 



Pselaphaciu. 
Cyrlomorphus. 



Xestus. 

Ischyrtis. 
Triplax. 

Amblyopus. 

Mycoiretus. 
Mycophlhorus. 

Oocyanus. 

Trilotna. 
Lybas. 



PSELAPHACUS. 
Perchehon, Gen. des Ins. fasc. 4, n» 6 (1). 

Têtu large, courte; 6pistome non distinct du front, offrant une pro- 
fonde entaille, le plus souvent quadrangulairo, qui met le labre lo 
plus souvent à découvert; celui-ci très-petit, subarroudi, mandibules 
robustes, bidentées à l'extrémité, munies d'une lamelle membra- 
neuse à leur bord interne; mâchoires à lobes subégaux en longueur, 
légèrement ciliés, l'externe trigone et obtus en avant; palpes à i ar- 
ticle très-long, grôle, plus ou moins courbé, plus long que les deux 
suivants réuuis, 2 et 3 courts, obconiques, 4 U'ès-dévoloppé , dilaté 

(1) Syn. Tripi.ax, Oliv. Entom. V, p. 489; Germ. Ing. spec. nov. p. 618. — 
Erotylus, Hcrbst, Col. VIII, p. H03. — EwciUSTUS, Guéiin, Rov. zool. 1841, 
p. 15)8. — EriscAPiiA, Uvjean, Catal. 3» éd. p. 137. — Pselapuacus, Lacordaire 
Monogr. Erotyl. p. 73. 



32 ÉnOTVLlBNS. 

en segmont de cercle, fortement transversal; lôvro inférieure à men- 
ton compliqué, divisé par une carène transversale en doux portions, 
la postérieure grande, subconcave, à bord antérieur oblique de cha- 
que côté avec un prolongement médian plus ou moins saillant, la 
portion antérieure plus courte, repliée vers la cavité buccale et à 
bord tri-denté; languette coriace, au plus cornée dans son centre, 
en général tronquée et entière, parfois légèrement sinuée ou un pou 
acuminée au bout ; paraglosses membraneuses, grandes, trigones, se 
touchant sur la ligne médiane; palpes labiaux petits, 1 article grôle, 
oblong, 2 obconique, 3 dilaté en triangle curviligne, fortement tron- 
qué au bout. — Yeux grands, arrondis, saillants, fortement granulés. 
— Antennes courtes, atteignant au plus la base du prothorax, 1 article 
gros, subcylindrique, 2 très-court, 3 au moins aussi long que les deux 
suivants réunis, 4-8 courts, obconiques, subégaux, 9-H formant 
brusquement une massue ovale, serrée, comprimée. — Prothorax un 
peu transversal, subquadrangulaire, peu convexe, bord postérieur si- 
nué de chaque cùté, un faible lobule au milieu; écusson très-large, 
subpentagonal. — Elytres oblongues, légèrement rétrécies, arrondies 
au bout. — Prosternum ordinairement subcaréné au milieu, aigu on 
avant, dilaté en arrière, tronqué et subémarginé ; mésosternum plus 
étroit, en carré plus long que large; parapleures méta1,horaciques 
peu ou point dilatées en arrière. — Pattes assez longues, robustes, 
cuisses un peu comprimées, fortement aplaties et subcanaliculées en 
dessous; jambes glabres ou très-légèrement pubescentes à leur ex- 
trémité; les antérieures souvent arquées à leur base et élargies dans 
leur moitié terminale; tarses subpentamères, assez dilatés, les 3 pre- 
miers articles égaux, densément pubesceuts en dessous, i très-réduit, 
5 moins long que les précédents réunis, terminé par de forts crochets 
divariqués. 

C'est au Prof. Lacordaire que l'on doit l'exposé des véritables ca- 
ractères du genre et la description complète des seize espèces connues ; 
Percheron, le créateur du nom, n'a pas connu d'une manière exacte 
les organes buccaux. 11 n'est pas nécessaire do rappeler que le type 
actuel se distinguo des suivants par l'échancrure triangulaire ou sub- 
quadrangulaire de l'épistomo. Des espèces connues, i sont du Brésil, 
5 do Cayenne, 4 de Bolivie et du Pérou, 3 de Colombie, 1 du Mexi- 
que; la dernière habite à la fois le Brésil et la Guyane. 

MYCOTRETUS. 
CiiËVKOi.ikT, Dej. Cntal. 3' éd. p. 452 (1). 
Tête médiocre, assez engagée dans le prothorax ; épistome non sô- 

(1) Syn. Erotylus, Olivier, Encyclop. méth. Ids. \I, p. 437 ; Entom. V, 
p. 48»; Duponchcl, Monogr. du g. Erol. p. 22; Germar, 1ns. spcc. Nov. p. 614. 



TKIPLACITES. 33 

paré (lu front, omargiiié en avant; labre très-court; mandibules 
moins robustes que dans les genres précédents, à extrémité dentée; 
mâchoires h lobe interne acuminé, l'externe plus long, obtus, ciliés 
tous deux et inermes; palpes à i arliclc grêle, long, arqué, 2 et 3 
obconiques, très-courts, 4 on segment de cercle, plus ou moins di- 
laté, très-rarement raccourci et sublriangulaire; lèvre inférieure à 
menton transversal, il bord antérieur replié vers la cavité buccale, 
la partie visible coupée carrément ou obliquement de chaque côté, 
languette petite, subcarrée, paraglosses saillantes aux angles, palpes 
à 1 article grêle, 2 obconique, 3 largement ovalaire et fortement tron- 
qué. — Yeux médiocres, finement granulés. — Antennes grêles, at- 
teignant au plus la base du pronotum, i article gros, subcylindrique, 
2 globuleux, 3 au moins de la longueur des deux suivants réunis, 
A-1 obconiques, plus ou moins oblongs,8 tantôt semblable aux pré- 
cédents, tantôt élargi et contribuant à former la massue, 'Mi en 
massue plus ou moins élargie et serrée. — Prothorax transversal, peu 
convexe. — Ecusson subpentagoual , un pou plus large que long. — 
Elytres ovalaires ou suboblongucs. — Prosternum élargi en arrière, 
tronqué, échancré en arc de cercle, obtusément caréué en avant; 
mésosternum en carré subtransversal ; paraploures métathoraciques 
linéaires. — Pattes médiocres ou courtes, cuisses canaliculées en des- 
sons, jambes droites, parfois élargies vers l'extrémité et comprimées, 
tarses subpentamères, i article souvent un peu plus long que les sui- 
vants, 4 petit, plus ou moins apparent, crochets terminaux assez 
longs. 

Comparé aux Iscutrus, le genre actuel se distingue par le menton 
qui est transversal, à bord libre, tronqué, subarrondi ou bien oblique 
de chaque côté, tandis qu'il est bien tricuspide chez les Ischyuus et 
en triangle oblong; les antennes dilTôrout également dans le genre 
actuel, chez toutes les espèces, sauf une, les (juatre derniers articles 
concourent il former la massue; enfin lus yeux sont finement granu- 
lés. Le système de coloration est aussi quelque peu différent, le fond 
est jaune ferrugineux ou rougeâtn; uniforme ou à dessins noirs; 
tandis que chez les Ischyuus le fond est noir. 

Lacordaire a décrit 90 espèces, 32 du Brésil, 22 de Cayeniie, 1 de 
Bolivie, 27 de Colombie, et 8 du Mexique. Une seule a été ajoutée, 
par M. Fauvel, M. unicolor, de Cayenne (1). 

— Brachymerus et Lybas (p.), Dejean, Catal. 3" éd. p. \a\. — Mïcotbetus, 
Lacord. Monogr. Erotyl. p. 132. 

(1) Bull, do la Soc. Lin. do Normaudie, V, p. 32G. 



Coléoptères. Tome Xll. 



34 ÉROTYLlIiNS. 

MYCOPHTHORUS. 
LacordairBj Monogr. Erot. p. 193. 

Tôte médiocre ; épistome coupé carrément ou échancré angulairc- 
ment; mâchoires à lobe interne inerme, l'externe petit, subtrigone; tous 
deux finement ciliés; palpes à dernier article en triangle curviligne, 
médiocrement dilaté ; lèvre inférieure à menton formant une plaque 
tantôt subquadrangulaire et tronquée obliquement de chaque côté 
en avant, tantôt subogivale ; à languette coriace, légèrement sinuée 
en avant, à paraglossos presque nulles ; palpes à dernier article très- 
petit, légèrement sôcuriforme. — Yeux médiocres, finement granulés. 
— Antennes robustes, de la longueur du prothorax, ;\ 3 article de la 
longueur des deux suivants réunis, 4-8 très-courts, arrondis ou ob- 
coniqucs, 9-11 transversaux, formant une massue ovale et serrée.— 
Prothorax transversal. — Elytres oblongues ou subovales, peu con- 
vefes. — Pattes courtes, élargies dans leur milieu, comprimées et 
canaliculécs en dessous; jambes parfois un peu élargies à leur extré- 
mité; tarses subpentamôres, asseï robustes, courts. 

Le Prof. Lacordaire a établi ce genre sur deux espèces, l'une do 
Colombie, l'antre de Cayenno, qui ressemblent aux AJycotretus dans 
la plupart des détails, mais s'en distinguent par la massue des an- 
tennes, qui est serrée, régulièrement orale et comprimée. 

OOCYANUS. 
HopE, Revue zool. 1841, p. 113 (1). 

Tète médiocre; épistome indistinctement séparé du front, coupé 
carrément en aviint, labre très-petit; mandibules arquées, médiocre- 
ment robustes; mâchoires à lobe interne petit, linéaire, l'externe tri- 
gono, ciliés tous deux; palpes à 1 article grêle, 2-3 courts, obcouiques, 
-4 on 'segment de cercle raccourci; lèvre inférieure à menton trans- 
versal, tricuspide en avant, la pointe médiane formant le sommet 
d'un triangle placé sur un plan plus externe que les deux portions 
latérales plus ou moins concaves; à languette légôi'ement échancrée 
en avant, à paraglosses peu distinctes, â palpes â 1 article grêle, 2 
obconique, plus court, 3 relativement plus large que l'article terminal 
des maxillaires. — Yeux médiocrement granulés. — Antennes assez 
fortes, atteignant à la base du prothorax, \ article gros, subcylindri- 
que 2 globuleux, 3 de la longueur des deux suivants réunis, 4-6 
oblongs, obcouiques, 7-8 subdilatés, 9-H dilatés en massue lâche, 
d'un blanc de cire, un peu jaunâtre. — Prothorax transversal, peu 

(1) Sjn. Epvtus, Dej. Cat. 6d. 3, p. 4S2. — Erotïlus, Slurm, Oat. 18ib, 
p_ 81. _ OocïAMUS, Lac. Monog. Erot. p. 194. 



TRll'LACITHS. 3jj 

convexe, rétréci en avant, à bord postérieur presque droit, légère- 
ment lobé dans son milieu; écusson transversal, subpontaffonal — 
lilytros oblongo-ovalaires. - Prosteruura largo, réguliôrement con- 
vexe, à sutures presque droites, tronqué en arrière et très-faiblement 
émargmé; niésosternum en carré subtransversal, paraplcures méta- 
tlioraciquos parallèles. - Pattes médiocres, peu robustes, cuisses ca- 
naliculées en dessous, jambes presque droites, subcomprimées tarses 
simples, les trois premiers ariicles subégaux, serrés, i annulaire pou 
visible, 5 aussi long que les précédents réunis, armé de crochets ro- 
bustes. 

Le genre a été indiqué par Uejean sous le nom d'EpTius, nom qui 
a été changé sans motif par Uope en celui d'OocYANus. Ce dernier a 
du être adopté par Lacordaire, parce que Dejean n'en avait pas ex- 
posé les caractères. Les espèces connues, en petit nombre, appartien- 
nent à 1 lie de Cuba; elles sont d'un bleu indigo plus ou moins foncé, 
et la massue des antennes est d'un blauc de cire. Cette dernière par- 
ticularité rappelle lo genre Leucocera parmi les Chrysoméliiies Mai- 
gre 1 opmion d'Erichson, nous croyons que ce genre est assez distinct 
des IscHYnus et peut être conservé; la forme des parapleures méta- 
thoraciques et la direction des sutures épisternales du prothorax per- 
mcltent la distinction. 

ISCHYHUS. 

Chevuolat, Dk. Catal. 3« éd. p. 432 (1). 

Tète petite, assez profondément engagée dans le prothorax; épis- 
toino non distinct du Iront, tronqué; labre bien visible, arrondi- 
mandibules courtes, dentées à l'extrémité, munies d'une lamelle à 
leur bord interne ; mâchoires à lobe interne acuminé, inerme ou Irès- 
larement armé d'un crochet à son extrémité (2) ; lobe externe trian- 
gulaire, obtus, cilié ; palpes à 1 article allongé, arqué, 2-3 obconiques, 
courts, i en segment de cercle, plus ou moins dilaté; lèvre inférieure 
à menton subquadrangulair« ou obioiig, h bord antérieur tricuspide, 
la pointe médiane formant le sommet d'une carène bilide qui divisé 
eu .•) parties la face inférieure ; à languette en cùnc obtus ou subcar- 
rée avec le bord entier ou émarginé; paraglosses saillantes; palpes 
a 1 article grêle, -2 obcouique, 3 triangulaire, ou bien en segment de 
cercle plus ou moins 'dilaté. — Yeux grands, le plus souvent fortement 

(1) Syn. MïcoTRETns et Lybas (iWis), Dej. Cat. 3- éd. p. 452-«53. ~ Mor- 
l'iioiDEs (pars), G.iiM-. lU-v. Zoo). 18{l, p. 118. -1ïb()tïi,us (pars), Ollv. Entom. 
V, p. iU; Gcruiiir, Ins. spec. Nuv. p. (ili; Diipoiicliol.Moiiogr. duMure Eiolvl 
I'. 18; Casteln. llist. nal. d. Col. 11, p. 320. - TuirLAX, Ôliv. È^jd. inôih. 
lus. VI, p. «4; Entom. V, p. iflO. — Ischïrus, Lacord. Monog. Eiotjl. p. 89. 

(-2) Nous avons trouvé ce lobe armé d'un ciochct dans VI. IJaviiarsis de 
Cuba. 



36 ÉHOTYLIENS. 

granulés (1).— Antennes assez grêles, atteignant à peine à la base du pro- 
notum, i article gros, subcylindrique, 2 couvl, subglobuleux, 3 grêle, 
au moins aussi long que les deux suivants réunis, 4-8 oblongs ou 
moniliformes, 9-H dilatés en massue petite, comprimée, lâche ou 
sevrée. — Protborax transversal, peu convexe, rétréci en avant, bord 
postérieur sinué de chaque côté, sublobé au milieu, écusson trans- 
versal, subpentagoual. — ISiytres oblongo-ovalaires, ou allongées et 
à bords subparallôlos, parfois presque planes. — Prosternum large, 
tronqué en arrière, à peine émarginé, souvent relevé en caréné lon- 
gitudinale en avant; mésosternum en carré transversal; parapleures 
métathoraciques peu ou point dilatées en arrière. — Pattes courtes, 
assez robustes, cuisses élargies, comprimées, canaliculées en dessous, 
jambes droites, tarses subdilatés, les 3 premiers articles subégaux, 
pubescenls en dessous, 4 rudimentaire, à peine visible, 5 médiocre, 
terminé par des crochets divergents. 

Ce genre a été indiqué par M. Chcvrolat et caractérisé par le Prof. 
Lacordaire ; lo faciès des es])èces qu'il renferme n'est plus celui des 
TiuPLAx; à la forme allongée, subparnllôlc, a succédé un contour plus 
large, plus ovalaire, qui conduit par des passages gradués à celle des 
Erotyliens propreuiont dits. Quelques espèces sont d'assez grande 
taille, la plupart de taille moyenne; le plus ordinairement elles sont 
colorées en noir avec des dessins ou des taches d'un fauve obscur ou 
d'un brun rougeâtie; aucune ne présente de reflets métalliques. 
Comme type générique, elles se distinguent surtout par la forme du 
dernier article des palpes maxillaires et labiaux ; cet article est en 
segment de cercle, fortement transversal ou bien triangulaire et tron- 
qué au bout. Les Tiuplax, qui possèdent ces mêmes caractères, s'en 
éloignent par la structure des yeux, qui sont linement granulés, tan- 
dis que chez les Isr.uïRus, au moins la très-grande majorité, les cor- 
néules sont beaucoup plus grandes. 

Nous avons fait connaître (2) la larve de VIsckyrus i-punctalus 
Oliv., qui présente les caractères suivants : tête médiocre, légère- 
ment déprimée en dessus, impressionnée de chaque côté ; antennes 
de 3 articles, 1 court, 2 du double plus long, 3 grêle, de la moi- 
tié du précédent; ocelles au nombre de six de chaque côté, eu deux 
séries transversales, disposées derrière l'insertion dos antennes; labre 
développé, convexe eu avant et recouvrant l'extrémité des mandi- 
bules; celles-ci médiocres, tridentées au bout; mâchoires présentant 
un palpe tri-articulé^ les deux premier* articles égaux, le 3 aussi long 
que les deux précédents léunis, et en dedans un lobe carré, cilié, 
presque aiwsi long que le palpe; lèvre inférieure à menton allongé, 

(1) Erichson, dans les Comptes-Rendus des Progrès de l'Eutomologiu pour 
18-12, a déjà lait remarquer «luc ce caraclÈrc admell;iil des exceptions. 
(-2) Cliapuis et Candèie, Calai, des larves des Col. p. 282. 



TniPiACiTEs. 37 

charnu, à palpes biarticulôs, à languette petite, conique. — Segments 
thoraci(|ues un peu plus longs ((ue les segments abdominaux, le pro- 
notum recouvert d'une plaque cornée, rugueuse; les deux autres 
segments thoraciqnes semblables aux segments abdominaux, au nom- 
bre de 9, présentant chacun en dessus un écusson corné, muni de 
deux carènes saillantes transversales, confondues en une seule sur les 
derniers arceaux et surmontées do pointes cornées, plus nombreuses 
et plus développées sur les parties latérales et postérieures. En dehors 
de cet écusson , chaque segment porte de chaque côté un tubercule 
charnu, muni aussi de trois â, quatre pointes, mais non coruées; en 
dessous, les segments abdominaux sont recouverts de séries transver- 
sales de poils fauves peu allongés. Segment terminal plus étroit que 
les précédents, muni sur ses bords de 3 à 4 pointes et à l'extrémité 
de deux petites cornes subparallèles, relevées en avant et aussi gar- 
nies de quelques ])ointes; ce môme segment prolongé en dessous eu 
un appendice charnu divisé en deux parties sur la ligne médiane par 
un léger sillon et servant, selon toute probabilité, à la progression; 
l'anus s'ouvre derrière cet appendice. — Pattes de médiocre longueur, 
formées d'une hanche obconique, dirigée en dedans et un peu en 
arrière; d'un trochanter et d'une cuisse d'égale longueur; d'une 
jambe un peu moins longue, terminée par un crochet simple. — 
Stigmates au nombre de 9 paires; la l" située au bord antérieur et 
inférieur du mésothorax, les huit autres, portées sur de petits prolon- 
gements coniques, sur les huit premiers segments abdominaux. 

Cette larve mesure A h. V) lignes de longueur; elle est un peu ré- 
trécie en avant et on arrière, obtuse aux deux bouis; la face supé- 
rieure de la tôto et les écussons dorsaux sont d'un brun rougeâtre 
foncé, le dessous est d'un blanc jaunâtre suie. 

Si l'on recherche les analogies de ces larves, on no peut mécon- 
naître les points de contact qu'elles olfront avec celles des Coccinella. 
La forme et l'organisation sont formées sur le même type; mais le 
rapport est plus frappant encore, si l'on se rappelle la forme convexe 
de la lèvre supérieure dans l'une et l'autre famille, la structure des 
antennes et des palpes et surtout le développement du lobe des mâ- 
choires. 

Une autre larve du même genre, que nous avons actuellement 
sous les yeux, diffère de la précédente par quelques particularités : 
le deuxième article des anteimos est très-allongé, subclaviforme, et 
quatre fois plus long que le troisième qui ost très-grélo; les arceaux 
dorsaux de la poitrine et de l'abdomen manquent de carènes trans- 
versales et de tubercules latéraux; les écussons sont coriaces, chagri- 
nés; la coloration est d'un ronge-brun assez clair; les deux premiers 
arceaux thoraciques et les deux derniers do l'abdomen sont ornés 
de grandes taches noires, au nombre de quatre, disposées transver- 
salement; les arceaux intermédiaires sont presque entièrement noirs 



38 liROTYLIENS. 

par l'extension de ces lâches. Pour la forme générale et l'organisa- 
tion, elle ressemble à celle que nous avons décrite précédemment. 
Cette larve appartient à l'Ischyi'us Candezei, espèce nouvelle décou- 
verte au Guatemala. 

Pour le Prof. Laeordaire, les Ischvrus étaient dos Erotyliens ex- 
clusivement propres à l'Amérique ; 52 types sont décrits dans sa Mo- 
nographie, 14 du Urésil, 4 de Cayenne, S de Holivie, 15 de Colombie, 
9 du Mexique, 1 des Etats-Unis, i de Cuba et 3 de Haïti. Depuis la 
publication de cet ouvrage, Motschulsky (i) a décrit quatre espèces 
nouvelles, dont deux appartiennent aux Indes orientales, une à la 
Colombie, une à l'Amérique centrale ; l'habitat exceptionnel des deux 
premières demande une nouvelle détermination générique. Anté- 
rieurement, Guérin-Ménoville (2) avait fait connaître également quatre 
types nouveaux rapportés de Colombie, et dans la description des in- 
sectes du Pérou, Erichson a inséré celle de trois espèces du genre en 
question (3). 

AMBLYOPUS. 
Chevbolat, Dej. Caial. 3" éd. p. 433 (4). 

Tête large, engagée dans le prothorax à peu près jusqu'au milieu 
do la largeur des yeux; épistorae non distinct du front, assez forte- 
ment échancré en demi-cercle; labre eu grande partie à découvert, 
cilié ; mandibules subsaillantes, bifides à l'extrémité, membraneuses 
CM dudans; mâchoires à lobe interne grêle, linéaire, droit, l'externe 
siibtrigone, atténué à sa base, ciliés tous deux, palpes à i article grêle, 
2 court, obconique, 3 plus long, de même forme, 4 grand, dilaté en 
segment de cercle ou parfois en triangle inéquilatéral ; lèvre infé- 
rieure à menton subcarré, tricuspide en avant, la pointe médiane 
formant le sommet d'un triangle placé sur un plan plus externe que 
les pointes latérales; languette semi-ovalaire, atténuée en avant, à 
paraglûsses soudées, légèrement saillantes, ce qui fait paraître la lan- 
guette échancrée; palpes à 1 article oblong, 2 obconique, 3 ovale, 
fortement tron(|uô ou bien subsécuriforme. — Yeux grands, forte- 
ment granulés. — Antennes assez grêles, dépassant un peu la base du 
prothorax, 1 article gros, subcylindrique, 2 subgloliuleux, 3 do la lon- 
gueur des deux suivants réunis, 4-8 oblongs, obconiques, 9-H dila- 
tés, comprimés, formant ime massue allongée. — Prothorax court et 
très-large, bord postérieur sublobé au milieu; écusson large, arrondi 
ou subpentagonal. — Elytres oblongues, subparallèles. — Prosternum 

(1) Etudes entomolng. t. VU, p. H6. 
("2) Guerin-Méii. Icon. Règ. Anim. Texte, p. 310. 
(.t) Ericlisoii, Arch. f. Naturg. XIII, p. 180. 

(4) Syu. Tnipux (p.), Olivier, lintoin. Y, p. 490; Deji'an, Calai. 3' éil. p. 4ri;i. 
— Ambi.ïophs, Laconiaire, Moiiogr. Erolyl. p. 107. 



TniPiAciTES. 39 

en triangle allongé, à sommet antérieur, il base tronquée, subémar- 
ginéc ; mésosternum en carré transversal ; parapleures métalhoraci- 
ques légèrement dilatées en arrière. — Pattes courtes, cuisses cana- 
liculées en dessous, jambes tantôt faiblement, tantôt fortement dilatées 
à leur extrémité; tarses courts, les 3 premiers articles subégaux, pu- 
bescents en dessous, longuement ciliés sur tous leurs bords, 4 rudi- 
mentaire, 5 grêle, plus long que les précédents réunis, terminé par 
des crochets faibles. 

Comparé aux Triplas, ce genre se distingue par sa forme plus 
convexe, par la longueur du 3 article des antennes, par ses yeux plus 
grands et fortement granulés, lise rapproche davantage des Tuitoma, 
mais ces dernières n'ont pas l'épistome aussi fortement échancré, et 
leur prosternum est plus large et plus court. Les Aulacochilus, qui 
affectent la même forme générale, ont le lobe interne des mâchoires 
armé de deux crochets. 

Les Amblyopus sont propres à l'ancien continent. Le Prof. Lacor- 
daire a décrit six espèces, 2 du Bengale, 2 de Java et 2 du Sénégal. 
On n'a rien découvert depuis. 

XESTUS. 
WoLLASTON, Catalog. Canar. Coleop. 1864, p. 420, 24« (1). 

Tête dégagée; labre submembraneux, transverse, à peine échancré 
au sommet, à angles antérieurs arrondis, ciliés; mandibules forte- 
ment recourbées au sommet, crochues, aigufis, armées d'une petite 
dent au-dessous du crochet et immédiatement au-dessous de cette 
dent, pubesceutos et membraneuses; mâchoires bilobécs, lobes courts, 
pnhescents, l'interne recourbé et crochu au sommet, palpes à 1 article 
allongé, subcylindrique, 2-3 plus courts, plus épais, presque eu forme 
de coupe, dernier très-grand, sécuriforrae; lèvre inférieure à menton 
en carré long, largement, mais légôromcnt échancré au bout et pro- 
bablement muni d'une petite dent médiane, languette membraneuse, 
presque carrée, un peu échancrée au bout, à angles antérieurs ar- 
rondis, ciliés; palpes à 1 article courbe, 2 beaucoup plus large et â 
peine plus long, dernier grand, subsécuriforme. — Antennes de H 
articles, robustes, à massue médiocre, insérées sous les bords de la 
tète, contre le devant des yeux et pendant le repos couchées sur le 
bord du prothorax, mais non dans des sillons; articles 1 et 2 courts, 
3 suballongé, 4-8 croissant à peine en largeur, le reste formant une 
massue lâche, perfoliée, non brusque, do trois articles, 9 en forme 
de coupe, 10 plus transverse, H arrondi. — Prothorax subconique, 
tronqué au sommet, Iri-sinué à la base, angles postérieurs saillants; 
écusson assez grand, sculiforme, transverse. — Elytres convexes sur 

(1) Bcdel, Alicillc, t. V, p. 4t. 



40 ÉBOTYLIENS. 

le disque, élargies subangulairement aussitôt après la base, puis ré- 
gulièrement acuminées jusqu'à l'extrémité. — Prosternum tronqué au 
sommet, parallèle et légèrement avancé entre les hanches antérieures, 
un peu échancré à la base. — Abdomen composé do 5 sopnents. — 
Pattes épaisses, légèrement distantes à la base ; tibias tronqués oblique- 
ment et ciliés à l'extrémité externe, terminés à l'angle interne par de 
petites épines à peine visibles; tarses de 8 articles, longuement ciliés 
en dessous, articles 1, 2, 3 subégaux en longueur, 3 échancré en 
dessus, enfermant le 4 qui est petit, 5 suballongé, muni de crochets 
simples. 

Ce genre a été fondé par M. Wollaston sur un petit insecte d'un 
noir de poix pris à Tenériffe au mois de mai 1859 ; il a été découvert 
dans des bois de laurier, et paraît vivre dans des champignons et 
sous des écorces pourries que recouvraient de petits cryptogames. Il 
ressemble à un grand Throscus, et pourrait bien appartenir à la même 
Famille, quoique les détails de son organisation, des organes buc- 
caux et des antennes le rapprochent évidemment des Tripliicides. 

TRIPLAX. 
Paykull, Fauna Suec. 111, p. 346 (1). 

• Tête assez large, courte, épistome non séparé du front, indistinc- 
tement émarginé; labre court, cilié; mandibules arquées, à extré- 
mité bidontée, membraneuses au bord interne; mâchoires il lobes 
subégaux en longueur, ciliés, l'interne acuminé, l'externe subtrigone, 
oblus; palpes h 1 article grôle, arqué, notablement plus long que les 
deux suivants réunis, ceux-ci obconiques, 4 transversal, de forme va- 
riable, triangulaire, sécuriforms ou en segment de cercle; lèvre infé- 
rieure à menton tricuspido on avant, la pointe médiane formant le 
sommet d'un triangle curviligne placé sur un plan plus externe que 
les parties latérales; languette oblongue, entière, munie de petites 
paraglosses distinctes; palpes h 1 article grôle, 2 plus court, 3 trans- 
versal, sécuriforme, plus ou moins dilaté. — Youx subglobuleux, fine- 
ment granulés. — Antennes assez robustes, atteignant à la base du 
pronotum, 1 article gros, subcylindri((uo, 2-8 suboblongs ou monili- 
formes, le 2 souvent un peu plus long ()uo 3, 9-H dilatés et formant 
une massue, comprimée, pubcsccnte, plus ou moins allongée et per- 
foliée. — Prolhorax quadrangulaire, bords latéraux presque droits, 

(1) Syn. SiLPHA, Linné, Faun. Suce. 2" éd. p. 419; Marshani, Entom. Brit. 
t, 122. — Ips, Faliric. Entom. Syst. Il, p. 313. — Erotyhis, Olivier, Encycl. 
mélli. VI, p. 438. — Tritoma, Latr. HIst. nat. des Cnist. et des Ins. XII, p. 89. 
— TniPLAX, Fabr. Syst. El. II, p. b8I ; Olivier, Entom. V, p. 491 ; Itedlenb. 
F.iiin. Anslr. 2' é.\. p. 375; Bcdel, Abeille, V, p. 10; Faiimiiirn, Cen. Col. 
Eiipop. IV, p. 290; Lacoid. Munogi-. Eroljl. p. 202. 



TRIPIACITBS. 41 

le postérieur un peu lobé au milieu. — Ecusson transversal, en triangle 
curviligne. — Elytrcs oblongues ou oblongo-ovalaives, parallèles ou 
subrétrécios en arrière, pou convexes. — Prosternum ri'igulièrement 
convexe, tronqué subcarrément en arriére; mésosternum en carré 
transversal; parapleures métathoraciques parallèles. — Pattes courtes, 
assez robustes, cuisses épaisses, subcanaliculées en dessous, jambes 
peu ou sensiblement élargies vers l'extrémité; subprismatiques à 
quatre pans, ciliées ; tarses assez larges, les trois premiers articles 
pubescents en dessous, subégaux, 4 rudimentaire, 5 moins long que 
les précédents réunis, armé de crochets simples. 

Le genre ci-dessus a été créé par PaykuU en 1800; les espèces qui 
le composent avaient été confondues par les anciens auteurs, Linné, 
Kabricius, Panzer, avec les Silpha, les Ips, les Erotylus. Fabricius, 
dans ses travaux subséquents, adopta le genre do l'auteur suédois ; Oli- 
vier en fit autant, mais il en altéra les caractères bn y faisant rentrer 
des TniTOMA, dos Psf.laphacus, dos Dac.ni!, etc. Latreille le consi- 
déra d'abord comme une division des Tbitoma, puis adopta les deux 
genres Tiiiplax et Tkitoma, et finalement ne conserva que le premier, 
tout en y comprenant le second. Aujourd'hui le genre est générale- 
ment admis, tel que l'a créé Paykull. 

Quant à la place assignée à ce genre, elle a subi de nombreuses 
vicissitudes que nous avons précédemment exposées. 

Les Triplax vivent ii l'état parfait, comme à l'état de larve, dans 
les champignons, agarics et bolets; ils se trouvent aussi, mais pins 
rarement, sous les écorces oii végètent des productions fongueuses; 
on les rencontre par petits groupes do 25 à 30 individus, et ils exha- 
lent cette odeur caractéristique qui est si manifeste chez les Diapkius. 
Ce sont des insectes nocturnes qui fuient la lumière, ils volent vers 
le soir. 

Ces petites larves rosées ou blanchâtres que l'on rencontre si fré- 
quemment en nos contrées dans les bolets, appartiennent à la Tri- 
plax russica, elle a été décrite d'abord par M. Westwood (1) et d'une 
manière plus complète par L. Dufour (2); voici ses principaux carac- 
tères empruntés à la Monographie de M. Bedel : 

« Cylindrique, oblongue, subpara'.lèle, formel! de M segments, la 
tète non comprise; portant neuf paires de stigmates situés sur la 
membrane intersegmentaire, 8 abdominales et une thoracique, placée 
entre le 1 et le 2" segment. Tète arrondie sur les côtés, bien dégagée 
dans son pourtour, subcornée, offrant quelques poils rares, présentant 
dans son milieu un espace rond, plus foncé, entouré d'une dépres- 
sion. De chaque côté, à la place que doivent occuper les yeux, quatre 
ou cinq petits points noirâtres et saillants. Antennes très-petites, laté- 

(1) Inlrod. to the modcni. Classif. of Ins. 1, p. 393, Og. 49. 
("2) Ami. do la. Soo. cnlom. de Fr. 18i2, p. 191, pi. VU, II. 



42 ÉnOTYLIEWS. 

raies, conico-subulées, de 3 articles, dont le dernier Irôs-fin. Labve 
demi-circulaire. Mandibules cornées, robustes, bifides au bout, mu- 
uies en arrière au bord interne d'un angle dentiformc. Mâchoires 
oblongues, pressées contre le labre, obtuses à l'extrémité. Palpes maxil- 
laires latéraux, externes, de 3 articles; lèvre bifide, à lanières aiguës; 
palpes labiaux invisibles. 

Premier segment du corps épais, couvert sur sa surface dorsale 
d'une large bande brunâtre, formée d'aspérités saillantes, étroite- 
ment interrompue dans son milieu; segments suivants moins épais 
que le premier, à peu près égaux entre eux, hérissés, sur les côtés 
surtout, de quelques poils courts, traversés dans leur région dorsale 
par dos bandes semblables à celles du premier segment, mais moins 
larges, interrompues de môme dans leur milieu ; intervalles entre les 
bandes beaucoup plus clairs, trôs-flnement et très-régulièrement gra- 
nulés; dernier segment atténué mi arrière, offrant des aspérités pili- 
fères et spiuuleuses, échancré à son extrémité et terminé do chaque 
côté par un petit crochet corné courbé d'arrière en avant. Anus sail- 
lant, conoïde. Pattes courtes, dépassant à peine le corps, terminées 
par un crochet simple. Long., 9 mill. » 

Arrivée à l'état parfait, la larve abandonne le bolet qui a servi à 
sa nourriture, et s'enfonce dans la terre pour y subir sa métamor- 
phose en nymphe. Celle-ci ne présente rien de spécial, elle mesure 
seulement 6 mill. 

Ce genre compte des représentants en Europe, en Asie, en Afrique 
et en Amérique; ces espèces ont généralement un habitat assez 
étendu; ainsi, la Triplax russica habite toute l'Europe, depuis la Si- 
cile jusqu'à la Laponic, le Caucase, l'Algérie et les Etats-Unis d'Amé- 
rique. Le Prof. Lacordaire n'a décrit que 20 types dans sa Monogra- 
phie des Erotylions, ce nombre est à peu près doublé actuellement et 
les espèces se répartissent de la manière suivante : les espèces euro- 
péennes ont été tout récemment l'objet d'un travail monographique 
par M. L. Bedel(l) ; elles sont au nombre de douze. Le Prof Lacordaire 
a publié les descriptions de cinq espèces de Madagascar, de trois ty- 
pes de l'Amérique du Nord et de cette dernière contrée, MM. Le Conte 
et Horn ont publié chacun une forme nouvelle (2). La Monographie 
des Erotyliens ne fait connaître qu'une seule espèce du Brésil ; une 
autre espèce orginaire du Chili a été décrite par le I)'' Philippi (3), 
et ma collection renferme une espèce remarquable des environs de 
Montevideo. Motschoulski (4) a publié les descriptions de six types 

(1) Bedcl, Abeille, t. V, p. 23. 

(2) Le Conte, ProceeJ. Acad. Se. Nat. Phil. 1861, p. ,358. — Horn, Piccewl. 
Eut. Soc. Phil. I, p. 188. 

(3) Philippi, ËDtom. Zcit. Stett. XXV, p. 400. 

(4) Motschoulski, Ëtud. eiitotn. VU, p. 114. 



iniPLACITES. 43 

nouveaux découverts aux Indes orientales et à Ceylan ; un contingent 
d'espèces tout aussi important est dû aux recherches de M. Moutrou- 
zier (1) dans les lies Woodlark. 

TRITOMA. 
FABnicius, Syst. entom. p. S70 ^2). 

Tète médiocre, engagée dans le prothorax jusqu'au milieu des yeux ; 
épistome non distinct du front, ft, bord libre finement marginé, très- 
légÈroment échancré; labre très-court, cilié; mandibules arquées, 
membraneuses en dedans, bifides à l'extrémité; mâchoires à lobes 
snbôgaux en longueur, ciliés, inermes, palpes à i article grêle, al- 
longé, aussi long que les deux suivants réunis, ceux-ci courts, obco- 
niquos, -i très-dilaté, subsemicircuiaire ou subtriangulaire; lèvre in- 
férieure à menton légèrement transversal, tricuspide à son bord libre, 
la saillie médiane formant le sommet d'un triangle placé sur un plan 
plus externe que les parties latérales; languette atténuée en avant, 
paraglosses très-petites, très-diaphanes, palpes à 1 article grôle , 2 
court, obconique, 3 en ovale subtronqué ou légèrement sécuriforme. 
— Yeux médiocres, finement granulés. — Antennes courtes, rigi- 
d\iles, 1 article gros, 2 subglobuleux, 3 au moins aussi long que les 
lieux suivants réunis, 4-8 moniliformcs, serrés, 9-11 formant une 
massue ovale, obtuse, subpubesconte. — l'rolhorax transversal, rétréci 
(iu avant, coupé obliquement de chaque côté k la base sulilobée au 
milieu; écusson en triangle transversal ou curviligne. — Elytres 
ovales, plus ou moins rétrôcies vers l'extrémité, ordinairement assez 
convexes. — Prostoruum large, plan, marginé, affootant assez régu- 
lièrement la forme d'un triangle équilatéral, à sommet arrivant au 
bord céphaliquo du prothorax ; mésosternum en carré fortement trans- 
versal; parapleures métalhoraciques sublinéaires. — Pattes courtes 
et robustes, cuisses comprimées, élargies au milieu, jambes tantôt 
distinctement trigones, tantôt simples ; tarses courts, les trois pre- 
miers articles subégaux, 4 rudimentaire, S médiocre, terminé par 
des crochets simples. 

Le nom de Tiutoma a été employé pour la première fois par Geof- 
froy, en 1762, dans son Histoire des Insectes des environs de l'aris. 
Tabricius a détourné ce mot de son acception primitive pour l'appli- 
i|U(u' aux insectes actuels. Ainsi que nous l'avons vu, son liistoire est 
intimement liée à celle des Triplax; les espèces de l'une et de l'autre 

(1) Montrouiier, Ami. Soc. Agric. Lyon, VII, I. 

(2) Syii. Dermestes, Marsli. Entom. lîrit. I,p. 07.— Triplax, Olivier, nutom. 
V, p. 492; Dejean, Catal. 3" éd. p. 434. — Tripi.ax (p.), Fairmaiie, Gen. Col. 
Kuiop. IV, p. 270. — Tritoma, Latr. lien. Crusl. et Ins. III, p. 6!); Laeoidaire, 
Monogr. Eiolyl. p. 270; Beilel, Aheillc, V, p. 07. 



H ÉROTÏIIENS. 

coupe se rapprochent beaucoup non-seulement au point de vue fie 
l'organisation, mais encore pour les mœurs qui sont semblables. 

Iiulépendamnient d'autres caractères, la forme du prosternum éta- 
blit une différence tranchée entre les deux genres. 

Les Tritoma ont une forme courte, ovalaire, assez convexe; l'espèce 
européenne peut donner une idée exacte du /'actes des espèces exoti- 
ques, leur coloration chez la plupart o.'^t unii'oimo, foncée ou ornée 
de deux grandes taches huméralos d'un rouge plus ou moins vif. 
L'Amérique boïéale paraît être la patrie spéciale des insectes de 
ce genre. Le Prof. Lacordaire décrit 9 espèces de cette contrée, Mels- 
heimer (1) en a ajouté doux autres, et M. Le Conte (2) cinq. Deux es- 
pèces seulement du Brésil sont connues, une seule habite toute l'Ku- 
rope. Dans ces derniers temps, M. Walker (3) a signalé deux types 
nouveaux, originaires de Ceylan, ce qui porte à 21 le nombre des 
espèces actuellement connues. 

LYBAS. 
CuEVROiiT, Dki. Calai. 3= éd. p. 433 {i). 

Tête médiocre, parfois impressionnée on dessus; épistome tronqué 
carrément ou légèrement échanoré ; labre petit, plus ou moins à dé- 
couvert; mandibules membraneuses à leur côté interne; michoires A 
lobe interne très-petit, linéaire, obtus à son sommet; l'exUa'neun peu 
plus grand, trigone; tous deux légèrement ciliés; paljies il dernier 
article assez fortement dilaté; lèvre inférieure à menton tricuspido 
en avant, la pointe médiane lonnant le sommet d'un triangle plus 
ou moius subéquilatéral et placé sur un plan plus externe que les 
pointes latérales; languette légèrement échancrée à son sommet, mu- 
nie de deux petites paraglosses dépassant un peu ses angles latéraux, 
palpes à dernier article petit, en triangle inéquilatéral ou ovale. — 
Yeux médiocres, finement granulés. — Antimnes plus courtes ou à 
peine aussi longues que le protliorax, à i article gros, subglobul(>ux, 
2 court, obconique, 3 de la longueur des deux suivants réunis, 4-7 
obconiques, presque égaux, 8 plus 'court et plus gros, !)-ll formant 
une massue médiocre, oblongue, assez serrée, à articles plus ou moins 
transversaux. — Prothorax assez grand chez les uns, coupé oblique- 
ment (Je chaque côté de sa base et recouvrant en partie l'écusson de 
son lobe médian, plus court chez les autres et laissant l'écusson en- 
tièrement à découvert; écusson en triangle curviligne, tantôt simple, 

(1) Melsheimer, Proc. Acad. N. Se. Pliilad. lU, p. 175. 

(2) Le Conte, Proceed. Acad, N. Se. Pliilad. N. S. t. I, p. 71. 

(3) Walker, Ami. a. Mug. of Nal. Hist. 3» Sér. III, p. 250. 

li) Sjn. Ebotïi.u.s, Olivier, ICnlom. V, p. 482. — lijuciiïMEniis, Giiér.-Méii. 
Kevue Zuol. 1841, p. 153. — I.ybàs, L.icord. Monogr. Krotyl. p. 228. 



TRIPLACIIES. 45 

tcintiH déprimé dans sa moitié anlôrieiirc. — Elytres ovales ou ovales- 
oblonguos, plus ou moius bombées. — Pattes courtfis, assez robustes; 
cuisses comprimées et canaiiculécs en dessous ; jambes simples, tarses 
courts, assez robustes et déprimés chez les uns, linéaires chez les au- 
tres; leurs 3 premiers articles subégaux, le 5 plus court ou presque 
aussi long que les précédents réunis. 

« Constitué de la sorte, dit le Prof. Lacordaire, ce genre no pré- 
sente, à vrai dire, ni dans les parties do la bouche, ni dans ses an- 
tennes, ni dans les pattes, aucun caractère qui le sépare nettement 
des genres qui précèdent ou qui suivent, et cependant la forme 
courte, ovale, plus ou moins convexe de ses espèces, leurs téguments 
solides, luisants, très-souvent comme vernissés, et le système de co- 
loration de la plupart d'entre elles, ne permettent pas de le confondre 
avec aucun d'eux. » Nous ajouterons que ce genre a la plus intime 
analogie avec les Mycotiietus ; cependant, eu y regardant de près, 
ces derniers présentent des dill'érences dans la forme du menton, dans 
la structure de la massue des antennes. La distinction avec les genres 
MïCOPHTHonus et Oocyanus est plus facile à saisir. 

Tous les Lyuas sont américains; la Monographie des lirotyhens 
renferme la description do 18 espèces, dont 4 sont du Brésil, 8 de 
Cayenne, 4 de Colombie et 2 du Rlexique. Erichson a publié la des- 
cription d'une espèce nouvelle du Pérou (1), et dans ces derniers 
temps, M. Kirsch, une seconde appartenant à la Faune do Bogota (2). 

CYRTOMORPHUS. 
Chbvrolat, Dej. Catal. 3' éd. p. 4b3 (3). 

Tète modiocre, engagée dans le prothorax jusque vers le milieu des 
yeux ; épistome indistinctement séparé du front, à bord antérieur 
échaucrô triangulairement ; labre bien visible, en losange transversal, 
convexe dans son milieu; mandibules épaisses, excavées à leur face 
externe, bifides à l'extrémité, non membraneuses en dedans; mâ- 
choires à lobes assez robustes, ciliés, palpes à 4 article grôle, oblong, 
les 2 suivants obcouiques, courts, 4 forlement dilaté en triangle trans- 
versal ; lèvre inférieure portée sur un pédoncule de la pièce préba- 
silaire saillant et carré, à menton à peu près aussi large que long, 
tricuspide en avant, la pointe médiane formant le sommet d'un trian- 
gle équilatéral placé sur un plan plus externe que les deux portions 
latérales; languette semi-ovalaire, subéchancrée en avant, k para- 
glosses assez saillantes, palpes à dernier article petit, subovale, à peine 

(1) EriohsoD, Arcli. f. Naturg. XIII, p. 180. 
Ci) Kirsch, Berlin, Entom. Zoitscli. IX, p. S)7 et s. 

(3) Syu. EnoTïLUS, Guérin-M. Icon. Règ. Aiiioi. Texte, p. 307. — CïRto- 
/loni'uos, Lacord. Monogr. Erotyl. p. '2iO. 



46 ÉROTÏLIKNS. 

tronqué. — Yeux grands, fortement granulés. — Antennes grêles, 
atteignant la base du pronotum, 1 article gros, subcylindriquo, 2 siih- 
globuloux, 3 grôle, au moins aussi long que les deux suivants réunis, 
i-8 obconiques, décroissant peu à peu de longueur en grossissant, 
9-11 formant une massue serrée, pubescente, obtuse, 9 article snb- 
triangulaire, 10 en croissant à pointes tronquées, H très-réduit, sub- 
circulaire, caché dans l'échancrure du précédent. — Prothorax for- 
tement transversal, rétréci en avant, déclive, à bord antérieur large- 
ment émarginé, le postérieur bisinueux de cliaque côté ; écusson en 
triangle curviligne. — Elytres brièvement ovales ou ovales-oblon- 
gues, subdilatées latéralement avec des épipleures très-larges sous les 
épaules. — Prosternum médiocre, distinctement échancré on arrière; 
mésosternum en carré transversal ; paraplenres métathoraciques 
courtes, subdilatées en arrière. — Pattes assez fortes, cuisses canali- 
culées en dessous, jambes subarquées, tarses subdéprimés, 1 article 
plus étroit et un peu plus court que les suivants, tous trois pubcs- 
cenls on dessous. 

Ce genre indiqué dans le Catalogue du comte Dejean et caractérisé 
dans la Monographie des Erotylions, est l'un des mieux tranchés du 
groui)e actuel. La forme de la pièce prébasilaire qui porte le menton, 
celle de la massue des antennes, la largeur des épipleures et la struc- 
ture des tarses sont des notes distinctivcs facilement appréciables pour 
reconnaître cette coupe générique. Elle ne renferme que trois espèces, 
originaires de Java, et ne paraît pas s'être enrichie depuis le travail 
du Prof. Lacordaire. 

Groupe III. Enoauatite». 

Mâchoires à lobe interne bidenté. — Palpes maxillaires à 1 article 
aussi long que les deux suivants réunis, le 4 largement sécuriforme. 
— Languette subquadraugulairo non dilatée en avant. — Menton à 
face externe divisée en trois aires, la médiane triangulaire équilaté- 
rale, située sur un plan beaucoup plus externe que les latérales. — 
Prothorax subquadrangulaire, plus étroit à, sa base que les élytres.— 
Cavités colylijïdes antérieures fermées. — Parapleuros uiélathoraci- 
ques médiocres, à épimères distinctes. — Tarses subpentamôres. — 
Corps allongé. 

Ce groupe ue so compose que d'un seul genre, originaire des Indes 
orientales. C'est le seul Erolyliea à forme d'ENcas, dont la mâchoire 
soit armée d'une double épine; à ce litre, il l'ail lo passage des Tri- 
placites aux Er.jtyiitcs. On sait que le Prof. Lacordaire avait regardé 
lo lobe interne des mâchoires comme armé d'une seule épine; Erich- 
son, dans l«is Comptes-rendus des Progrès do l'Enlomologio pour 
1842, avait déjà relevé cette erreur. De même, en disséquant les or- 



KNCAUSTIIKS. 47 

ganos buccaux do VEncaustes Dehaanii, pour nous rendre compte do 
la forme bizarre du menton, nous avions reconnu que le lobe interne 
des raAclioires était bien réellement armé de deux crochets; nous 
avons voulu dissiper toute espèce de doute à cet égard, en soumet- 
tant également à la dissection !'£. Javanica. Il faut remarquer que 
quand les deux lobes maxillaires sont rapprochés, un fascicule épais 
de cils raides, situé à l'angle interne du lobe externe, cache entière- 
ment l'un des crochets; disposition qui explique l'erreur du Prof. 
Lacordaire. 

A ces caractères de la mâchoire et de la forme générale, il faut 
ajouter que le menton affecte une forme tout à fait remarquable, que 
le pronotum est plus étroit à sa base que les élylres, ce qui ne s'ob- 
serve dans aucun autre type. 

Un seul genre : Encaustes. 

ENCAUSTES. 
Deiean, Catal. 3° éd. p. 137 (1). 

Tète forte, dégagée du prothorax; épistome confondu avec le front, 
échancré en arc do cercle; labre très-petit, à bord antérieur arrondi; 
mandibules épaisses, robustes, concaves en dessous, à extrémité for- 
tement dentée; mâchoires i lobe interne armé de deux forts crochets 
aigus, lobe externe plus obtus, de mémo longueur, densément cilié, 
palpes à i article grêle, aussi long que les deux suivants réunis, 
ceux-ci très-courts, obconiquos, le dernier en segment de cercle, for- 
tement transversal; lèvre inférieure composée d'un sous-menton tra- 
pézoïdal, d'un menton en section de prisme oblique, plus épais que 
large, sa face externe formant un triangle parfois légèrement bifide 
à son sommet; d'une languette échancrée à son sommet, munie do 
deux paraglosses pénicilliformes, dépassant ses angles latéraux, de 
palpes triarliculés, le dernier article triangulaire, renflé, parfois sub- 
cylindrique et un peu comprimé.— Antennes robustes, atteignant la 
base du prolhorax, à 1 article gros, subcylindrique, 2 très-court et 
obconique, 3 de la longueur des deux suivants réunis, 4-8 turbines, 
submonihformes, 9-H formant brusquement une grande massue 
ovale, comprimée, à articles serrés. — Yeux grands, oblongs, porpou- 
dicuiaires et fortement granulés. — • Prothorax en carré plus ou moins 
transversal, ordinairement un peu moins large à la base que les ély- 
tres; écusson en triangle curviligne. — lilytros allongées, subparal- 
lèles, arrondies en demi-cercle à l'extrémité. — Prosternum assez 
large, tuberculeux en avant, dilaté on arrière, tronqué et profondé- 

(I) Syii. ]ùw.\s, Mac-Lcay, Anual. Juvac. |i. 41 ; (!lAstclnau, Ui&t. naliir. des 
Coléop. 11, p. 14. — PsELAViiAcus, Guéiiu-M. Rcv. Zoul. 1841, p. 157. — En- 
caustes, Lacord. Monogr. Jiiolyl. p. 33, 



48 ÉnOTYLlENS. 

ment ômarginù ; mésosternum en carra transversal. — Pattes robustes, 
cuisses un peu renflées dans leur milieu, légôremont comprimées et 
canaliculées en dessous, jambes droites, tarses un peu dilatés, 4° ar- 
ticle nodiforme, rudimentairo, S aussi long que les précédents réunis, 
muni entre ses crochets d'une petite lame membraneuse. 

Indiqué par le comte Dejean, ce genre a été décrit par le Prof. La- 
cordaire, dans l'excellente Monographie des Erotyliens qu'il a publiée 
en 1842. 11 se compose de grands ot beaux insectes qui, sur lui fond 
noir, sont ornés de taches fauves; ils sont à peu près exclusivement 
propres à Java et à la presqu'île de Malacca. Aux espèces décrites 
par Lacordaire, Boheman a ajouté r£. giganlea de Malacca, ce qui 
porte à 12 les espèces connues. 

GRO0PB IV. Érotylitei. 

Mâchoires à lobe interne bidenté. — Palpes maxillaires à 4" ardcle 
dilaté transversalement, subtrianguiaire ou sécuriforme. — Menton 
à l'ace externe divisée en trois aires, la médiane plus grande, située 
sur un plan plus externe que les latérales. — Languette non dilatée 
antérieurement, souvent atténuée, munie de paraglosses. — Prothorax 
transversal, souvent conique et atténué en avant, de la largeur des 
élytres à sa base. — Cavités cotyloïdes fermées. — Epimèros méta- 
thoraciques bien visibles. — Tarses subpentamôres. — Corps ova- 
laire, ou subhémisphérique, très-rarement oblong-ovalaire. 

Ce dernier groupe, presque aussi important que les précédents 
réunis, correspond point pour point à la Tribu des Erotyliens pro- 
prement dits du Prof. Lacordaire; celle-ci n'a guère subi de change- 
ment depuis la publication de la Monographie de cet auteur, éditée 
en 1842; deux genres seulement ont été ajoutés, l'un par Erichson 
(Pkepopuarus), l'autre par M. Kirsch (Tapinotarsds). 

Les deux spinules, dont le lobe interne des mâchoires est muni, 
permettent de distinguer avec certitude les Erotyliens vrais des En- 
gidites et des Triplacites; les trois autres divisions présentent, il est 
vrai, des mâchoires semblables, mais la forme de la languette seule, 
indépendamment d'autres notes distinctives, établit une limite assez 
tranchée : cet organe est plus ou moins atténué en avant dans les 
Erotylites, il est de forme subcarrée dans les Encaustites, et large- 
ment évasée dans les Hélotides et les Langurides. 

En outre, le dernier article des palpes maxillaires est toujours plus 
ou moins largement sécuriforme, tandis qu'il est en fuseau dans les 
deux premières coupes, chez lesquelles, en outre, les épimôres méta- 
Ihoraciques sont indistinctes, tandis que nulle part ailleurs dans la 
famille actuelle, elles ne sont aussi développées que dans les Eroty- 
lites. Les épipleures des élytres sont aussi remarquablement dilatées. 



SRoryuTKs. 49' 

Los Ërotyliens vrais, malgré le grand noiiiltre do types qu'ils ren- 
ferment, se reconnaissent en général avec facilité; mais précisément 
ce tacies un peu uniforme amène de grandes difficultés lorsqu'il 
s'agit de distinguer les genres les uns des autres. Le tableau suivant, 
emprunté à la Monographie des Ërotyliens, pourra faciliter cette 
étude : 



A. Yeux fortement granulés. 

B. Massue des antennes courte et serrée. 

B'. — — grêle, allongée, lormée d'ar- 

ticles Uobcment unis. 

C. Pattes langues et grêles. 

C. — médiocres ou courtes. 

D. Prothorax grand, i peine échancré eu avant. 
D'. — court, fortement échancré en avant. 
A'. Yeux finement granulés. 

E. Museau cunéiforme, court, non rétréci à sa base 

(sauf chez quelques CocciMonrBus). 

F. Corps orbiculaire, ou largement ovale, ou hémi- 

sphérique. 

G. Pronotum coupé carrément à sa base, médiocre- 

ment échancré en avant. 

C. Pronotum coupé obliquement de chaque côté de 
sa base, fortement échancré en avant, ayant 
plus ou moins la forme d'un V, à branches trës- 
écartées. 

F'. Corps de forme variable, mais jamais orbiculaire 
ou hémisphérique. Prolhorax toujours coupé 
carrément à sa base, celle-ci tanlûl largement, 
tantôt étroitement lobée dans son milieu. 

E'. Museau quadrangulaire, à c6tés parallèles chez 
quelques-uns, étranglé fi sa base dans le plus 
grand nombre. 

H. Ëlytrcs fortement cordiformes. 

H". — de forme vaiiable, mais non cordiformes. 

I. Pronotum bi- ou quadrisinué à si base ; cello-ci lar- 
gement lobée dans son milieu. 

K. Pronotum ayant en des3us des impressions plus ou 
moins marquées. 

K'. Pronotum sans impressions en dessus. 

V. — non sluué à sa base. 

L. Pronotum étruitemenl lobé au milieu de sa base; 
autennes médiocres, corps oblong ou ovalaire, 
en général peu convexe. 

U. Languette acuminéc, prosternum plus ou moins 
caréné. 

CoUoplères. Tome Xll. 



Aulacochilus. 



Thonius. 

Euphanistes. 
Cyclomorphus. 



Coccimorphus. 



Aegithus. 



Brachysphœnus. 



Eurycardius. 



Erotylus. 
Zunarius. 



Prepopharui. 
4 



«JO KHOTYLIENS. 

M". Languette écliancrée, prosternum coDvoxe. Scaphidovwrphus. 

V. Pronoliim largement lobé au milieu de sa base. 

N. Antennes courtes. 

0. Cuisses dépassant plus ou moins les cétôs du 

corps. Bacis. 

0'. Cuisses très-courtes, ne dépassant pas les côtés 

du corps. Tapinotarsus. 

N'. Antennes dépassant notablement la base du pro- 

notum, souvent de la longueur du corps ou de 

la moitié du corps. 
P. Corps plus ou moins elliptique. l'riolelus. 

P'. Corps ovale, fortement et également rétréci à ses 

deux extrémités. Omoivlelus. 

AULACOCHILUS. 
Chbvrout, Dej. Catal. 3' éd. p. 483 (1). 

Tôte petite, à museau court, très-obtus, épistome séparé du fiont 
par une fine strie arquée; labre très-court, tronqué ou subarrondi; 
mandibules épaisses, robustes, à extrémité dentée, à bord interne un 
peu membraneux ; mâchoires à lobe interne armé de deux épines 
subégales, lobe externe subtriangulaire, atténué à sa base, palpes à 1 
article grûle, aussi long que les deux suivants réunis, 2 et 3 courts, 
obcouiques, 4 dilaté en segment do cercle ; lèvre inférieure à menton 
obiong, tricuspide à son bord antérieur, sa face externe divisée en 
trois portions par une carène élevée; à languette échancrée au mi- 
lieu, ses paraglosses non saillantes, à palpes à 1 article grêle, 2 trôs- 
court, 3 transversal, à peine sécuriforme, largement tronqué.— Yeux 
arrondis, fortement granulés. — Antennes courtes, 1 article gros, sub- 
cylindrique, 2 court, obcouique, 3 subclaviformc, aussi long que les 
deux suivants réunis, 4-8 oblongs, décroissant de longueur, 9-H for- 
mant brusquement une massue ovale, serrée, à articles transver- 
saux. — Prothorax plus large que long, ôchancré en avant, sinué do 
chaque côté en arrière; écusson médiocre, subpeutagonal , à côtés 
curvilignes. — Eiytros oblongo-ovalaires. — l'roslernum assez largo, 
en triangle à sommet antérieur et en pointe saillante, dilaté en ar- 
rière, tronqué et subémarginé; mésosternum transversal, à bord an- 
térieur en saillie obtuse, parapleures métathoraciques subdilatées en 
arrière. — Pattes courtes, !\ cuisses fortement canaliculées en dessous, 

(1) Syn. TnirtAx, Germar, Faun. Ins. Eur. fasc. 12, n» 15; Castelnau, Hist. 
natur. des Coléopt. 11, p. 3"20. — EnoTVLUS, FaBric. Syst. Eleuth. II, p. 0; 
Scliônh. Syuon. Ins. Il, p. 3-27. — Ewcis, Mac-Loay, jVnnal. Jav. p. i± — 
AuLACocnEiLUS, Lacord. Monogr. Erotyl. p. 245; Bedel, Abeille, V, p. 34; Red- 
lenb. Faun. Austr. 2" éd. p. 374; Fairmairc, Gcn. Colcopt. Europ. IV, p. 270. 
— AULACOCUU.US, Budol, Auu. Suc. untom. France, lb72, p. 271. 



ÉBOTÏLITKS. SI 

jambes simples , tarses û ai'ticles un peu dilatés , les trois premiers 
égaux, pubescents en dessous, le 5 plus court que les précédents 
réunis. 

Le corps de ces insectes est de forme oblongue, ovale-elliptique, 
atténuée en arrière, il est glabre en dessus et souvent brillant. Il est 
surtout caractérisé par la forte granulation des yeux, ce qui indique 
des habitudes nocturnes, et par la massue des antennes dont les ar- 
ticles sont serrés les uns contre les autres et transversaux. 

Le Prof. Lacordaire a connu et décrit huit espèces de ce genre ; 
dans un travail récent, M. L. Bédel (1. c.) a porté le nombre des 
types à quinse. La plupart habitent les grandes îles de l'Arcliipel 
indien; plusieurs so retrouvent simultanément dans plusieurs de ces 
ilcs et la presqu'île de Malacca. Deux types appartiennent à l'Afrique, 
l'un à l'Afrique australe, l'autre à l'Algérie; une espèce, connue de- 
puis longtemps, a été découverte par le comte Dejean dans les Alpes 
do la Croatie et décrite pour la première fois par Germar. 

THONIUS. 
LiCORDAiRE, Monogr. Eroiyl. p. 232. 

Tète grande, terminée par un museau cunéiforme, très-court; épis- 
tonic séparé du front par une ligne très-fine, émarginé on avant; 
labre arrondi et cilié à son bord libre; mandibules épaisses, cornées à 
leur bord interne, dentées à l'extrémité ; mâchoires à lobes subégaux, 
ciliés, l'interne armé de deux crochets, palpes à i article très-grêle, 
long, 2-3 obconiques, 4 médiocrement dilaté en segment de cercle ; 
lèvre inférieure à menton subcarré, tricuspido en avant, languette 
subéchancrée, à paraglosscs distinctes, palpes à dernier article semi- 
ovalaire, largement tronqué. — Yeux médiocres, arrondis, assez for- 
lenicnt granulés. — Antennes grêles, dépassant la base du prothorax, 
1 article gros, subcylindrique, 2 court, obconique, 3 aussi long que 
les deux suivants réunis, 4-8 subégaux, 9-H dilatés en massue al- 
longée, lâche, son 1 article en triangle, le 2 en croissant, le 3 petit, 
subcirculaire. — Prothorax presque aussi long que large, fortement 
échancré en avant, coupé presque carrément à son bord postérieur, 
un peu rétréci vers la base qui est moins large que les élytros; écusson 
en triangle curviligne. — Elytres oblongues, subdilatées vers le mi- 
lieu, presque pianos en dessus chez les màlos, subglobuleuses en ar- 
rière chez les femelles. — Prostornum médiocrement large, convexe, 
obtusément saillant eu avant et cachant une partie des organes buc- 
caux, tronqué carrément en arrière ou subémarginé; mésosternum 
transversal, îi bords droits ; paraploures niétatlioraciiiues subparal- 
lèles. — Pattes longues et grêles, cuisses dépassant les celés du corps, 
îi peine déprimées à leur face iuloruo, jambes linéaires; tarses auté- 



52 ÉnOTTLIEWS. 

rieurs subdilatés, les autres grêles, plus allongés, 5 article aussi long 
que les précédents réunis. 

La forme de ces insectes est tout-à-fait caractéristique; elle est due 
au rétrécissement qui se voit à l'union du pronotum et des élytres; 
en outre, le corps est assez convexe, brillant, protégé par des tégu- 
ments d'un aspect assez résistant. Les antennes rappellent, par leur 
massue, celles des Cyrtomouphus, mais les deux types ne peuvent être 
confondus, ils appartiennent à des sections différentes. Les épipleures 
des élytres, eu égard à celles des autres genres, sont étroites et re- 
gardant obliquement en dehors ; dans la plupart des autres types du 
groupe actuel , ces épipleures sont très-larges , surtout on avant et 
brusquement rétrécies en arrière, elles regardent en général directe- 
ment en bas. Aucun autre genre ne présente non plus des pattes 
aussi grêles et aussi allongées. On connaît quatre espèces originaires 
de la Colombie; l'une a été décrite par Lacordaire, les trois autres 
par Guérin-Méneville dans l'Iconographie du Règne animal (p. 308). 

EUPHANISTES. 
LicoRDAinE, Monogr. Erotyl. p. 255. 

Tête terminée par un museau cunéiforme très-court; épistome ar- 
rondi en avant, tantôt entier, tantôt légèrement échancré eu demi- 
cercle; labre arrondi et cilié; mandibules assez robustes, cornées A, 
leur bord supérieur interne; mâchoires à lobe interne armé de deux 
spinules, dernier article des palpes médiocrement dilaté, trigone; 
lèvre inférieure à menton en triangle allongé, tricuspide à son bord 
antérieur; à languette entière à son bord libre, ses paraglosses pres- 
que nulles; palpes à dernier article de même forme que l'article ter- 
minal des palpes maxillaires, mais beaucoup pjus petit. — Yeux assez 
grands, arrondis et fortement granulés. — Antennes grêles, de la lon- 
gueur du prothorax ou un peu plus longues, il i article assez gros, 
subcyhndrique , 2 très-court, 3 de la longueur des deux suivants 
réunis, i-7 décroissant peu à peu, 8 pareil aux précédents ou globu- 
leux, 9-H formant une massue giôlo, oblongiie, à articles séparés. — 
Protliorax grand, à peine rétréci et faiblement échancré on avant, 
tombant brusquement sur ses bords latéraux, faiblement lobé ou sinué 
à sa base, écusson en triangle curviligne. — Elytres ovalaires, à dé- 
clivité postérieure tantôt s'abaissant peu à peu, tantôt perpendicu- 
laire et arrondie. — Prosternum caréné ou non. — Pattes médiocres, 
assez robustes; cuisses comprimées et canaliculées en dessous; jam- 
bes grêles, très-légèrement arquées; tarses simples, le 1 article des 
postérieurs tantôt un peu, tantôt beaucoup plus long que 2, 3 non 
dilaté, S plus court que les précédents réunis. 

Le corps est ovalaire, assez convexe, protégé, conune chez les Tho- 



ÉROTTLITES. 83 

NUIS, par des téguments solides et brillants. Les deux espèces connues, 
originaires de la Colombie, présentent entre elles des différences dans 
la forme du prosternum et dans celle des élytresj dans l'opinion du 
Prof. Lacordairo, elles pourraient peut-être former deux coupes gé- 
nériques distinctes; pour le moment, nous laissons les choses telles 
qu'il les a établies. 

CYCLOMORPHUS. 
HOPE, Rev. Zool. 18il, p. iU (I). 

Tête terminée par un museau cunéiforme, très-court; épistome in- 
distinctement séparé du front, subémarginé en avant; labre arrondi 
et cilié à son bord; mandibules cornées à leur bord interne; mâchoires 
à lobes subégaux, ciliés, l'interne armé de deux épines, l'une longue, 
aiguë, l'autre très-petite, il peine distincte, palpes ;\ dernier article 
dilaté en triangle transversal ; lèvre intérieure à menton oblong, tri- 
cuspide en avant, languette très-petite, subémarginée avec des para- 
glosses presque nulles, palpes à dernier article transversa!, un peu 
dilaté en dedans. — Yeux médiocres, arrondis, fortement granulés. 

— Antennes atteignant la base du pronotum, grêles, 1 article court, 
renflé, 2 moniliforme, 3 plus long que le suivant, 4-8 allongés, grêles, 
!t-H dilatés en massue oblongue, lâche.— Prothorax transversal, ré- 
tréci en avant, à échancrure antérieure profonde, droite dans son 
fond et oblique sur ses bords, coupé plus ou moins carrément à sa 
base, celle-ci largement, mais faiblement lobée dans son milieu; 
écusson à contours arrondis en arrière. — Elytres largement ovalaires, 
épipleures dilatées vers leur base, planes, regardant en bas. — Pro- 
steruum triangulaire, tronqué en arrière, subcaréné en avant et ter- 
miné par une saillie plus ou moins marquée; mésosternum transver- 
sal, subquadrangulairo ; parapleures môtathoraciquos subparallèles. 

— Pattes médiocres, cuisses canaUculées en dessous, jambes légère- 
ment arquées, subdilatées à leur extrémité; tarses un peu dilatés, 1 
article des postérieurs plus long que 2, 3 subcordiforme, 5 plus court 
que les précédents réunis. 

Chez ces insectes, le corps est largement ovale, convexe, à tégu- 
ments en général solides, luisants et comme vernissés; les uns res- 
semblent à certaines Chrysomèles, d'autres â des Coccinelles. Ils 
représentent en Amérique les Cyrtomorphus de l'Inde, et se rencon- 
trent tous dans la Colombie; le Prof. Lacordaire en a décrit 10 types 
différents. Dans les espèces que nous avons examinées, le lobe interne 
des mâchoires paraît armé d'une seule épine, la seconde est, comme 
le dit Lacordaire, à peine distincte ; ce caractère distingue le type 
actuel des Aulacochilus, qui ont, du reste, une forme plus allongée. 

(!) Lacord. Monogr. Erotyl. p. 238. 



54 KROTYLIENS. 

Quant aux Euphanistiîs, aux Thonius, la grandeur du pronotum ne 
permet pas la confusion. Il est plus difiîcile d'en séparer les Bra- 
CHTSPD^Nus, on ne peut guère avoir recours qu'à la granulation des 
yeux, caractère bien faible et d'une application souvent difficile. 
Aux espèces contenues dans la Monographie des Erotyliens , il faut 
ajouter un type du Pérou, publié par Erichson, el un second des en- 
virons de Bogota, par M. Kirsch. 

COCCIMORPHUS. 
HoPE, Rev. Zool. l&ll, p. lU (1). 

Tête courte , plane ou excavée en dessus, terminée par un mu- 
seau tantôt cunéiforme et court, tantôt en quadrilatère plus ou moins 
allongé; épistome séparé du front par une strie fine, subémarginé; 
labre assez grand, transvei'sal, entier ; mandibules robustes, courtes, 
convexes en dehors, submembraneuses au bord interne, extrémité bi- 
ou tridentée; mâchoires à lobe interne armé de deux spinules très- 
inégales; palpes à dernier arliolo dilaté, sécuriforme, du double plus 
large que long; lèvre iiiférioiu'o à méuton transversal, légèrement 
trjcuspide en avant, divisé en trois aires, les latérales petites; lan- 
guette subéchancrée, paraglosses visibles, palpes à dernier article di- 
laté, un peu plus large que long. — Yeux médiocres, finement gra- 
nulés. — Antennes courtes , n'atteignant pas la base du pronotum, 
subrigidules, grossissant peu ii peu vers l'extrémité, 3 article un peu 
plus long que le suivant, 4-7 obconiques, décroissant graduellement 
de longueur, 8-H dilatés en massue assez grande et assez serrée, les 
articles 9-10 semblables. — Prothorax très-court, à échancrure anté- 
rieure droite dans son fond et oblique sur les côtés, coupé presque 
carrément à sa base avec des angles latéraux subaigus et distincte- 
ment recourbés en arrière ; écusson semi-ogival, presque aussi large 
que long. — Elytres largement ovales, souvent un peu élargies pos- 
térieurement, épipleures subcoucaves, très-larges en avant, regar- 
dant directement en bas. — Prosternum convexe, non élargi, tronqué 
en arrière; mésosternum transversal, plus large en avant; parapleures 
métathoraciques parallèles. — Pattes courtes, faibles, cuisses canalicu- 
lées en dessous, jambes droites, tarses subdilatés, i article des posté- 
rieurs aussi long que les 2 suivants réunis, .S subcordiforme, S plus 
court que les précédents réunis. 

Ce genre a été indiqué par M. Chevrolat, puis par Hope, et carac- 
térisé par le Prof. Lacordairo. Il se rapproche beaucoup des Aegithus 

(1) Syn. SiRONGïLosoMus, Chevrolat, Dej. Catal. H" éd. p. 4SI. — .«githus, 
Guérin-Mén. Revue Zool, 18H. — Erotylus, Duponch. Monogr. du g. Erotyl. 
p. 'i'A; Olivier, Entom. V, p. të\. — CocciMonpiius, Lacord. Monogr. Erotvl. 
p. 266. 



ÉROTYI.ITES. SS 

aiinsi bien pour la forme générale que dans les détails d'organisation; 
les différences résident, ainsi qu'on le verra ci-après, dans les con- 
tours du pronotum et la longueur des antennes. Il est propre à l'A- 
mérique méridionale ; on connaît 6 ospôces du Brésil, 3 de Cayenne, 
2 de Colombie et une du Pérou. 

AEGITHUS. 
Fabbicios, Syst. El. U, p. 9 (1). 

Tôte petite, légèrement aplatie en dessus, terminée par un mu- 
seau cunéiforme; épistome incomplètement séparé du front, plus ou 
moins émarginé en avant ; labre transversal, arrondi et cilié à son bord 
libre; mandibules épaisses, rugueuses sur leur côté externe, légère- 
ment membraneuses au bord interne; mâchoires à lobe interne bi- 
épineux, dernier article des palpes sécuriforme, plus ou moins allongé 
transversalement; lèvre inférieure à menton oblong, très-légèrement 
tricuspide en avant, supporté par un sous-menton, en général, plus 
développé que dans les autres genres; languette subentière à para- 
glosses petites et distinctes, dernier article des palpes de même forme 
que l'article correspondant des palpes maxillaires, mais plus petit. — 
Yeux arrondis, peu saillants, finement granulés. — Antennes grôles, 
dépassant la base du pronotum, grossissant peu à peu vers l'extré- 
mité, 3 article un peu plus long que le suivant, 4-7 obconiques, dimi- 
nuant graduellement de longueur, 8-11 formant une massue oblon 
guo, assez serrée. — l'rothorax très-court, trôs-rôtréci et fortement 
écliancré en avant, coupé très-obliquement de chaque côté en arrière, 
les angles mousses, non prolongés en arrière; écusson semi-ogival, 
plus ou moins allongé. — Elytres de la largeur du prothorax à leur 
base, du double plus larges dans leur milieu, cordiformes, largement 
ovales, très-convexes, hémisphérico-ovales ou hémisphériques; épi- 
plciires subconcaves, regardant directement en bas, remarquable- 
ment larges et oH'rant leur plus grande largeur un peu en arrière des 
épaules. — Prnslernum obtusément caréné sur la ligne médiane, snb- 
Ailaté en arrière et échancré; mésosternum convexe, dilaté d'arrière 
on avant; parapleures métathoraciques parallèles ou subrétrécios vere 
l'extrémité. — Pattes tantôt assez longues, tantôt médiocres ou cour- 
tes, peu robustes; cuisses fortement canaliculées en dessous, jambes 
presque droites ; tarses légèrement dilatés, 1 article plus long que 2, 
surtout aux postérieurs, 3 subcordiforme, Ti moins long que les pré- 
cédents réunis, à crochets divariqués. 

Les insectes qui composent ce genre, empruntent un faciès spécial 
il la forme du corps, ovalo ou hémisphérique et à celle du pronotum. 

(1) Syn. EnoTYHis, Olivier, Latreillc, Germar, Duponchel. — -«RITHiis, Ue- 
jpan, Cat. éd. 3, p. 451 ; Lacord. Monogr. Erolyl. p. 276. 



56 lÎROTYI.IENS. 

Ce dernier est très-petit, très -rétréci en avant, si profondément 
échancré antérieurement et coupé si oblicjuement de chaque cflté à 
la base, qu'il ressemble presque à un V dont les branches formeraient 
un angle très-ouvert; par suite les angles postérieurs sont en général 
mousses et non saillants en arrière comme chez les Cocr.iJioRPHUs. La 
tête et le prothorax ne sont jamais pointillés et les élytres sont éga- 
lement imponctuées, dans la moitié environ des espèces. 

La Monographie des Erotyliens contient les descriptions détaillées 
de 31 espèces, qui se répartissent comme suit sur le continent Amé- 
ricain, 1 paraît répandue dans toute l'Amérique intertropicale, 8 sont 
du Brésil, 2 de la Bolivie, S de Cayenne, 10 de Colombie, i du Mexi- 
que, la patrie exacte de la dernière est inconnue. Depuis la publica- 
tion de ce travail, le genre s'est enrichi d'une espèce de la Colom- 
bie (1), de deux du Pérou (2), d'un même nombre de l'Amazone (3), 
et tout autant des environs de Bogota (4). 

BRACHYSPH^NUS. 
L*C0RDAinE, Monogr. Erolyl. p. 296 (5). 

Tête médiocre, plane ou légèrement convexe ; épistome ordinaire- 
ment confondu avec le front, émarginé à son bord libre; labre ar- 
rondi et cihé; mandibules robustes, partiellement membraneuses à 
leur bord interne, bidentécs à leur extrémité; mâchoires à lobe in- 
terne bi-épineux, dernier article des palpes dilaté, sécuriforme; lèvre 
inférieure à sous-menton assez long, supportant un menton quadran- 
gulaire oblong, tricuspidc en avant et divisé en trois aires subégales, 
les latérales situées sur un plan plus interne; languette très-petite, 
subémarginée, à paraglosses distinctes, à palpes ;\ dernier article di- 
laté, transversal, du double plus largo que long. — Yewx médiocres, 
convexes, finement granulés. — Antennes grôles ou robustes, attei- 
gnant la base du pronotum, souvent plus courtes, 3 article allongé, 
plus long que le suivant, 4-7 oblongs ou obconiques, une massue 

(1) Giiérin-Mén. Icon. du R6g. An. Texte, ]). 308. 

(2) Erichs. Arcli. f. Naturg. XIII, p. 1, p. 179. 

(3) (;ii6rin-Mén. Yerliand. d. Zool-Bot. Verein, zii Wicn. 185b. 

(4) Kirscli, Berlin, cnlom. Zcitscli. IX, p. 9i). 

(3) Syn. CimvsoMELA, Linné, Syst. nat. II, p. 590. — Galkkuca, Fabricius, 
Entom. Syst. II, p. 16. — Enorvi.us, Duponcli. Monogr. du g. Erotyl. p. 39; 
Germar, Ins. Sp. Nov. p. 613 ; Castdnau, Hist. nat. <1. Col. II, p. 520; Olivier, 
Encycl. métli. VI, p. 436; Entom. V, p. 477; Fahric. Syst. Ei. II, p. 7. — 
MïCOTRETUs, Ali.oiotei.us, Ischyuus, Brachtmeiius (p.), Gu6rin-M. Rov. Zool. 
1841, p. 110, 154. — MoiiPUOinEs, Uope, Revue Zool. 1841. — BAnYTOPU.s, 
Iphiclus, SiccoMonriius, Amphu.ocus, Typocephaliis, Dei.phus, Braciwmebus 
(p.), Clievrolat et Dejeau, Catal, 3- ftil. p. 449 et suiv. 



CnoTYinEs. S7 

grAle, lâche, formée par les trois ou par les quatre derniers articles. 
— Prothorax transversal, peu convexe, plus ou moins long et plus ou 
moins rétréci en avant, à bord postérieur lobé dans son milieu, non 
échancré comme dans les Aegithus, ses angles postérieurs plus ou 
moins saillants; écusson en triangle curviligne. — Elytrcs ovales ou 
oblongues, non subhémisphériques, épipleures très-médiocres, leur 
plus grande largeur en avant et regardant directement on bas. — 
Prosternum tantôt médiocrement convexe, tantôt caréné sur la ligne 
médiane avec une saillie tuberculiforme au bord antérieur, subdilaté 
en arrière et plus ou moins échancré; n)ésosternum transversal, uu 
peu convexe, tronqué carrément en avant ou subarrondi ; parapleures 
métathoraciques linéaires ou subdilatéos en arrière. — Pattes courtes, 
cuisses grêles, canaliculées en dessous, jambes plus ou moins flexueu- 
ses, tarses subdilatés, le premier article de longueur variable. 

Le genre actuel, tel qu'il est délimité dans la Monographie des 
Erotyliens, renferme environ 150 espèces; dans ce grand nombre de 
types, la forme générale du corps est sujette à de grandes variations, 
mais jamais il ne présente le contour brièvement ovalaire ou subhé- 
misphérique des Cocr.iMOnPHUS et des Aegithus; en outre, le prono- 
tum, ne présente en aucun type cette forme en V ouvert, si remar- 
quable chez les Aecithus; les épipleures des élj^rcs sont aussi cons- 
truites sur un plan différent. D'autre part, le genre actuel se distingue 
des suivants par la forme du museau, qui est chez ces derniers, au 
moins dans la très-grande majorité des espèces, distinctement étran- 
glé à sa base. 

Le Prof. Lacordaire, après un examen prolongé et très-minutieux 
des riches matériaux qu'il avait sous les yeux, n'a pas cru devoir éle- 
ver au rang de genres les groupes qu'il a formés parmi ces nombreu- 
ses espèces; il s'est borné à établir onze divisions auxquelles il a, par 
exception, imposé des noms et qu'il considère comme des sous-genres. 
Dans l'état actuel de la science entomologiquc, cette manière de pro- 
céder nous parait la plus conforme i la nature des choses, parce qu'on 
évite par là de créer des genres dont la trop grande multiplication a 
pour elTet de détruire des analogies intimes et d'obscurcir la science, 
lorsque les coupes génériques ne peuvent pas être caractérisées d'une 
façon précise. Il n'est pas impossible que de nouvelles études permet- 
tront de séparer les BitAf.HYSPn.KNiis en plusieurs genres; nous som- 
mes porté à croire que les formes du prosternum et du mésosternum, 
si importantes dans le groupe des Phytophages, n'ont pas encore été 
suffisamment appréciées, et il est à désirer qu'un entomologiste re- 
prenne l'étude de ce groupe avec des matériaux suffisants. 

Tous les BiiACHYSFii/ENUs appartiennent à l'Amérique centrale et 
surtout il l'Amérique du Sud ; h propos des sous-genres, nous donne- 
rons d'une manière plus précise leur distribution géographique. 



38 fiUOTYlTBNS. 

Sous-Genre. MEGAPROTUS. 
Lagordaire, Monogr. Erotyl. p. 297. 

Corps court, ovalairc, plus ou moins convexe. — Antennes grêles. 

— Prothorax transversal, très-rétréci et fortement échancré en demi- 
cercle en avant, arrondi sur les côtés, coupé canémont à sa base qui 
est munie dans son milieu d'un lobe étroit assez prononcé, plus ou 
moins convexe en dessus et très-lisse. — Prosternum caréné ou non. 

— Pattes courtes, jambes et tarses grêles, 1 article des postérieurs 
au moins aussi long que les deux suivants réunis, ceux-ci en général 
très-courts. 

Insectes de petite taille, de forme ovalaire plus ou moins atténuée 
aux deux bouts, différant des Habrodactylus par l'échancrure en arc 
de cercle régulier du bord antérieur du pronotum. La Monographie 
des Erotyliens contient la description de 18 espèces, 3 du Brésil, H 
de Cayenne, 3 de Colombie ; la patrie do la dernière est inconnue. 

Sous-Genre. HABRODACTYLUS. 
Lacordàirk, Monogr. Erotyl. p. 311. 

Corps de forme un peu variable, en général ovalaire ou ovale-ellip- 
tique, toujours plus ou moins court, tantôt assez, tantôt médiocre- 
ment convexe. — Prolhorax fortement transversal, plus ou moins ré- 
tréci en avant, à échancrure antérieure droite dans son fond et ohlicjue 
sur les côtés, coupé carrément à sa base qui est tantôt étroitement, 
tantôt largement lobée dans son milieu, peu convexe et souvent pres- 
que plane en dessus. — Pattes courtes, en général assez fortes ; tarses 
grêles ou médiocrement robustes, 1 article do la longueur au moins 
des deux suivants réunis, rarement un peu plus court ; ceux-ci tantôt 
très-courts, tantôt un peu plus longs. 

Insectes également de petite taille, comme les précédents, en diffé- 
rant par la forme de l'échancrure du bord antérieur du pronotum. 
Le Prof. Lacordaire en a décrit 32 types : 10 du Brésil, K do Cayenne, 
■i de Colombie, 2 du Mexique ; la patrie de la dernière lui est restée 
inconnue. 

Sods-Genre. ACnONOTUS. 
Lacordaire, Monogr. Erotyl. p. 332. 

Corps ovalaire, également atténué à ses deux extrémités, convexe. 

— Prothorax assez; long, un peu rétréci en avant, à échancrure an- 
térieure droite dans son fond et oblique sur les côtés, coupé carré- 
ment h sa base qui est largement lobée dans son milieu, presque plane 
en dessus. — Prosternum caréné sur la ligne médiane en avant. — 



ftnOTYLITES. 89 

Pattes courtes, tarses robustes, allongés; 1 article des postérieurs de 
la longueur des deux suivants réunis, ceux-ci bien développés; le 5 
long a. tous les tarses. 

Deux espèces, originaires de Colombie, constituent cotte division; 
l'une a été décrite par Lacordaire, l'autre par Guérin-Méneville dans 
l'Iconographie du Règne anim. Texte, p. 3H. 

Sous-GSNRB. STERNOLOBUS. 
GoÉBiN-M., Revue Zool. 1841, p. 118 (1). 

Corps, prothorax et tarses de forme variable. — Prosternum forte- 
ment caréné, surtout on avant. 

Le caractère essentiel de cette division réside dans la forme du pro- 
slcriium, qui est fortement relevé en avant, comprimé et terminé par 
un fort tubercule qui s'avance vers la cavité buccale. 

Quatre des espèces connues, originaires de la Colombie, sont d'un 
jaune plus ou moins vif, avec deux taches foncées sur les élytres ; la 
cinquième, rencontrée au Pérou, quoique de la même nuance géné- 
rale, a les taches des élytres autrement dessinées. 

Sous-Genre. IPHICLUS. 
Lmordaire, Monogr. Erotyl. p. 337. 

Corps de forme variable, le plus souvent elliptique, parfois très- 
régulièrement ovale-oblong. — Prothorax transversal, court, à échan- 
crure antérieure droite dans son fond et oblique sur les cotés, tantôt 
largement, tantôt étroitement lobé au milieu de sa base, qui est cou- 
pée carrément, peu convexe en dessus. — Pattes dfi longueur varia- 
ble; tarses plus ou moins robustes; 1 article des postérieurs très-ra- 
rement aussi long que les deux suivants réunis. 

Ce sous-genre est très-faiblement caractérisé et les espèces qu'il 
renferme dilfôrent parfois sensiblement les unes des autres, tantôt le 
prosternum est caréné, tantôt convexe ; les jambes sont droites ou 
llfixuouses (/. (î-ipunctatus), les sutures épisternales peuvent s'efl'acer 
(/. variam) au prosternum; enlin on observe des nuances sensibles 
<lans les dimensions des articles qui forment la massue des antennes. 
Une étude comparative des espèces permettrait peut-être de mieux 
caractériser ce type. 

On connaît 22 espèces, IG du Brésil, 2 de Cayenne, 4 de Colombie. 

(!) Lacordaire, Honogr. Erotyl. p. 333. 



60 ÉBOTYI.IENS. 

Soiia-GENRE. MORPHOIDES. 
Lacord. Monogr. Erolyl. p. 3S6. 

Corps généralement oblong ou elliptique, souvent subparallèle et 
alors tr&s-peu convexe, très-rarement ovalaire et court. — Prothorax 
en général assez long, faiblement rétréci et fortement échancré en 
avant, échancrure droite dans son fond et oblique sur les côtés ; muni 
au milieu de sa base qui est coupée carrément, d'un lobe médiocre- 
ment large, tronqué dans la plupart des espèces ; plan ou très-peu 
convexe en dessus. — Tarses assez robustes; 1 article des postérieurs 
souvent aussi long que les deux suivants pris ensemble. 

La coloration peut tout aussi bien servir à reconnaître ces insectes 
que les caractères ci-dessus : ils sont ordinairement noirs avec les 
élytres et l'abdomen d'un rouge de brique ; ces dernières sont sans 
taches ou en ont chacune une ou deux , grandes ou petites, situées 
vers le milieu du disque ; chez d'autres les élytres sont testacées avec 
une ou deux taches allongées sur chacune ; parfois la coloration est 
uniforme et rouge, sauf les pattes et les antennes. Le prosternum est 
tantôt caréné, tantôt simplement convexe. 

Le Prof. Lacordaire décrit 19 espèces, 11 du Brésil, 4 de Cayonne, 
1 de Bolivie et G de Colombie. Erichson en a ajouté deux autres du 
l'érou (1). 

Sous-Genre. AEGITHOMORPHUS. 
Lacordaire, Monogr. Erolyl. p. 374. 

Corps largement ovalaire, atténué i\ ses deux extrémités, convexe. 
— Prothorax trapézoïdal, assez fortement échancré en avant, l'échan- 
crure étant droite dans son fond et oblique sur les côtés; coupé car- 
rément à sa base, qui est assez largement lobée dans son milieu; pres- 
que plane en dessus. — Tarses robustes, 1 article des postérieurs plus 
court que les deux suivants réunis. 

Corps noir avec l'abdomen ferrugineux , élytres noires avec une 
grande tache commune ferrugineuse. On connaît deux espèces seule- 
ment, originaires du Brésil. Aux caractères indiqués, nous ajouterons 
que le prosternum est caréné, comme pincé, seulement vers le bord 
antérieur, que les jambes no présentent pas de stries en dehors. 

Sous-Genre. SPHENOXUS. 
Lacordaire, Monogr. Erotyl. p. 376. 

Tête terminée par un museau aussi court, mais plus rétréci que 
chez les précédents et paraissant conique à la vue simple. — Protho- 

(1) Ericlis. Arcli. f. Naliirg. XIU, p. 1, p. 178. 



ÉnOTïLlTES. 61 

rax trapézoïdal, long, fortement échancré en domi-cercle en avant, 
largement lobé au milieu de sa base qui est coupée carrément, plane 
en dessus. — Pattes assez longues et robustes; tarses allongés; 1 ar- 
ticle des postérieurs plus court que les deux suivants réunis ; le 5 
aussi long que les trois premiers pris ensemble. — Corps ovalaire. 

Cette division, caractérisée par la forme du museau et la longueur 
du dernier article des tarses, ne comprend qu'une seule espèce, ori- 
ginaire de Colombie; c'est un bel insecte à élytres d'un bleu d'acier 
traversé par deux bandes jaunes. 

Socs-Genre. OOGASTER. 
Lacoudaiue, Monogr. Erotyl. p. 377. 

Corps ovalaire, également rétréci à ses deux extrémités, assez con- 
vexe. — Prothorax court, très-rétréci et largement échancré en demi- 
cercle en avant, coupé carrément à sa base, qui est munie dans son 
milieu d'un lobe large et arrondi , presque plane en dessus. — Pattes 
médiocres, assez robustes, ainsi que les tarses; i Mticle des posté- 
rieurs notablement plus court que les deux suivants réunis. 

Deux petites espèces, rencontrées toutes deux à la Guadeloupe, for- 
ment cette division. Nous ajouterons à la diagnose que le prosternum 
est convexe sur la ligne médiane, que les jambes sont distinctement 
striées en dehors. Ce sont des HABnoDACTYLUs pour la forme générale, 
mais ces derniers ont l'échancruro antérieure du pronotum droite 
dans son fond et le 1 article des tarses postérieurs beaucoup plus 
long. 

Sous-Genre. BARYTOPUS. 
Lacoudaire, Monogr. Erotyl. p. 379. 

Corps de forme variable, tantôt régulièrement ovalaire et convexe, 
tantôt subparallèle, aussi large en arrière qu'en avant ou oblong- 
elliptique, et dans ces deux derniers cas peu convexe. — Prothorax en 
général long, médiocrement rétréci en avant, à échancrure antérieure 
droite dans son fond et oblique sur les côtés, coupé carrément à sa 
base qui est assez étroitement et assez fortement lobée dans son mi- 
lieu, un peu convexe sur le disque chez la plupart, presque plane chez 
les autres. — Pattes courtes ou médiocres, plus ou moins robustes, 
ainsi que les tarses; 1 article des po.stérieurs très-rarement aussi long 
que les deux suivants réunis. 

Les Barytopus sont ornés de couleurs vives, qui presque toujours 
sont disposées en bandes transversales, tantôt entières, tantôt formées 
de taches. Le prosternum est le plus souvent caréné sur la ligne mé- 
diane, et les jailîbes str4(!ies en dehors ou arrondies. 

La Monographie des Etotylions contient la description de 33 types. 



62 ÉnOTÏUKNS. 

dont !) du Brésil, 10 de Cayeuno, 6 de Bolivie et 8 de Colombie. Deux 
autres ont été publiées par Ericbson dans les insectes du Pérou (1. c). 

Socs-Genre. BRACHYMERUS. 
Lacordairb, Monogr. Erotyl. p. •lOb. 

Corps ovalaire ou légèrement oblong, rarement elliptique, parfois 
assez fortement rétréci en arrière, peu ou médiocrement convexe. — 
l'rothorax tantôt court, tantôt assez long, plus ou moins rétréci en 
avant, à échancrure antérieure prescpie toujours droite dans son fond 
et oblique sur les côtés, toujours coupé carrément et étroitement lobé 
à sa base. — Pattes courtes, plus ou moins robustes; tarses médiocres 
ou courts, 1 article des postérieurs plus court que les deux suivants 
réunis. 

La brièveté des tarses rapproche cette division des Barytopus, mais 
le système de coloration est différent, quoique trôs-variable selon les 
espèces. Quelques espèces, primitivement séparées de la coupe ac- 
tuelle, à cause de l'excavation de la tête en dessus, y ont été réunies 
par le Prof. Lacordaire. Cet auteur décrit 13 espèces, dont 3 du Bré- 
sil, 8 de Cayenue, 1 de Démérari, 3 de Colombie. L'iconographie du 
Règne animal contient la description d'un nouveau type (1) de la Co- 
lombie et un autre a été découvert au Pérou (2). 

EROTYLUS. 
Fabricius, Gmer. Insect. p. 36 (3). 

Tête médiocre, un peu convexe en dessus, terminée par mi mu- 
seau large, quadrangulaire, ordinairement un peu rétréci à sa base, 
vis-à-vis de l'insertion des antennes; épistome séparé du front par 
un sillon distinct, émarginô en arc de cercle; labre assez saillaut, 
fortement arrondi en avant, cilié sur ses bords; mandibules épaisses, 
ayant iV leur bord interne une échancrure quadrangulaire occupée par 
une lame membraneuse, à extrémité fortement bidentéo; mâchoires 
à lobe interne bi-épineux, l'externe triangulaire, de môme longueur, 
tous deux ciliés, palpes à 1 article grôle, 2 et 3 courts, obcouiqucs, i 
dilaté, sécuriforme, deux fois aussi large que long; lèvre inférieure à 
sous-menton médiocre, menton subquadrangulaire, tricuspide en 

(1) Guévin-M. Icoii. du Rcg. An. Texte, p. lUl. 

(2) Ericlison, Arcli. f. Naliirg. XIII, p. 1, p. 179. 

(3) Syn. Chrysomei.a, Linné, Sysl. Nat. 11, p. 580. — Zonarius (p.), Guérin- 
Bl., Rev. Zool. iHi\j p. 117. — Erotvlus cl Hïpselonotus, Ilope, Rcv. Zool. 
18i1, p. 110. - Ebotïliis, Fahr. Sysl. El. 11, p. 4; Olivier, Enloin. V, p. 468; 
l)u|ioDcliul, MuMO^i'. (In g. Ki'olylns, dans Méni. du Muséum, l. XU; Uejeao, 
Oital. 3' 6d. p. 449; Locurdoiic, Mouugr. Krolyl. p. 41G. 



ÉROTTLITES. 63 

avaut, sa face oxtemo divisée par des carènes en trois aires subéga- 
les, les latérales situées sur un plan plus interne; à languette mé- 
diocre, subéchancrée en avant, munie do paraglosses distinctes, dé- 
passant les angles latéraux; palpes à 1 article grêle, 2 court, trans- 
versal, 3 fortement dilaté, sécuriforme ou triangulaire, toujours moins 
développé que le dernier des maxillaires. — Yeux médiocres, peu sail- 
lants, un peu oblongs et perpendiculaires, finement granulés. — An- 
tennes peu robustes, dépassant le prothorax chez presque tous ; i ar- 
ticle assez gros, subcylindriquo, 2 très-court, obconique, 3 de la lon- 
gueur des deux suivants réunis, 4-7 cylindriques et un peu renflés à 
leur sommet, 8 concourant le plus souvent k former la massue; celle- 
ci médiocre, allongée, ayant ses articles peu serrés. — Prothoi'ax en 
trapèze transversal, profondément et carrément échancré en avant, 
bi-sinu6 de chaque côté à sa base, plus ou moins inégal eu dessus 
avec dos dépressions ou des saillies plus ou moins marquées ; ôcusson 
en triangle curviligne. — Elytres bi-sinuées à leur base, de forme 
très-variable, tantôt médiocrement, tantôt très-convexes, souvent môme 
gibbeuses ou pyramidales, à ponctuation forte, toxijours plus ou moins 
irrégulière ; épipleures médiocres ou très-larges, parfois subdilatées 
en arrière dos épaules, subconcaves et regardant directement en bas. 
— l'rosternum en général caréné sur la ligne médiane en avant, sub- 
dilaté en arrière, tronqué et échancré; mésosternum en carré trans- 
versal; parapleures métathoraciques subdilatées à l'extrémité. — Pattes 
longues, grêles; cuisses faiblement canaliculées en dessous, compri- 
mées; les antérieures assez souvent renflées chez les mâles; toutes 
dépassant notablement les côtés du corps; jambes grêles, légèrement 
arquées ; tarses assez robustes ; 1 article des postérieurs plus long que 2, 
3 fortement cordiforme, 5 faible, plus court que les précédents réunis. 
Ce genre, le plus remarquable de la Famille, par la taille, par l'é- 
clat et la variété des couleurs, par les formes souvent singulières des 
espèces , possède un faciès particulier , qui permet souvent de le re- 
connaître à la première vue. Les caractères qui le distinguent, con- 
sistent dans la forme du prouotum, dans celle du museau et dan» la 
longueur des pattes. Le pronotum ost presque plan, à surface inégale; 
ses bords latéraux sont légèroniont arqués et convergents en avant, 
le bord postérieur est sinué et parfois bi-sinué de chaque côté; les 
angles postérieurs sout aigus et parfois un pou recourbés en arrière. 
La tête se termine en avant par un museau plus ou moins allongé, 
dont la base est rétrécie par les insertions antonnaires. Les pattes 
sont longues et grêles, le plus ordinairement dissemblables entr'elles, 
surtout chez les mâles, qui ont les cuisses imtériisures plus longues 
ou plus renflées, et les tibias de la môme paire plus arqué.s. A ces 
CiU'aclôres, il faut ajouter que la ponctuation des élytres est toujours 
plus ou moins irrégulière, mémo chez les espèces où elle montre une 
leiidanco à se ranger ou séries longitudinales. 



64 ÉnOTYLIENS. 

I.e l'rof. Lacordaire a reconnu qu'il existe des différences sexuelles, 
au moins dans un certain nombre d'espèces ; elles consistent, comme 
il a diyà été dit, dans le renflement et l'allongement des pattes anté- 
rieures chez les mâles; dans le renflement ou l'épaississement des 
bords latéraux du pronotum; dans une légère sinuosité du bord pos- 
térieur du dernier segment abdominal 

La Monographie des Erotyliens contient la description détaillée do 
55 espèces, en grande partie nouvelles à l'époque de sa publication ; 
H types appartiennent au Brésil, 13 à la Guyane, 15 à la Bolivie, 8 
à la Colombie et 5 au Mexique. Depuis cette date, ce genre déjà si 
riche en espèces, s'est encore augmenté de onze types, 7 du Pérou (1), 
1 de la Guyane anglaise (2), 3 de l'Amazone ou du Brésil (3) (4), 1 de 
Bogota (5). 

ZONARIUS. 

HoPE, Revue Zoolog. 1841, p. IH (6). 

Tête petite, terminée par un museau fortement rétréci à sa base ; 
épistomo assez grand, séparé du front par un sillon fin, échancré en 
avant; labre développé, transversal, arrondi et cilié à son bord libre; 
mandibules médiocres, membraneuses à leur bord interne; mâchoires 
à lobo interne biépineux, palpes à dernier article sécuriforme, trois 
ou quatre fois aussi large que long; lèvre inférieure à sous-raentou 
très-couri, menton subquadrangulaire, tricuspide en avant, sa face 
externe divisée en trois aires, la médiane plus externe; languette pe- 
tite, subômarginée, munie de petites paraglosses; dernier article des 
palpes dilaté, sécuriforme, assez petit. — Yeux subarrondis, convexes, 
finement granulés. — Antennes grêles, dépassant la base du prono- 
tum, I article assez court, renflé, 2 de moitié moins long, 3 beaucoup 
plus grêle, trois fois aussi long que le précédent, 4-7 subcylindriques, 
décroissant peu à peu de longueur, massue allongée formée par lus 
trois ou quatre derniers articles. — Prothorax transversal, rétréci en 
avant, fortement échancré antérieurement , bisinué à la base avec 
un lobe médian court et peu large, presque plane avec quelques fos- 
settes obsolètes; écusson eu triangle allongé. — Elytres oblongues, 

(1) Ericlis. Arcli. f. Nalurgcs. XIII, p. I, p. 176. 

(2) Ericlis. Die lusckt. in Scliomburgk's Uolse in Gtiyana, IKIK. 
(H) Guér.-Mén. Verli. do Zool.-Bot. Verein zu Wien. ISSb. 

(i) ThorasoD, Rov. et Mag. d« Zool. VIII, p. 470. 

(5) Kirsch, Berl. culom. Zclts. IX, p. 100. 

(6) Syii. Chuïsomela, Linné, Syst. Nal. éd. Gmclln, IV, p. 1688, 155. — 
Alloiotklus, Hopo, Rev. Zool. 1841, p. n'a. — Bauytopus et OLicoconïNus 
(p.), Chevroiat, Ûcj. Cat. 3* éd. p. 449. — EnoTYHjs, Fabric. Syst. Elcutli. 
II, p. 6; Olivier, Entom. Y, p. 474; Uuponch. Monogr. du g. Erotyl. p. 38; 
Germar, las. spcc. Nov. p. 611; Lacordairc, Monogr. Erotyl. p. 468. 



ÉROTïtlTES. 65 

plus ou moins convexes, à côtés arrondis ou subpar.illôles. — Proster- 
iium convexe ou faiblement caréné en avant, élargi en arrière, tron- 
qué et subéraarginé; raésosternum en carré transversal; parapleures 
métathoraciques très-peu élargies en arrière. — Pattes assez longues, 
peu robustes, cuisses dépassant un peu les côtés du corps, élargies et 
comprimées dans leur milieu, canaliculées en dessous; jambes grôles 
presque droites ; tarses assez robustes; le i article des postérieurs plus 
long que 2, 3 cordiforme, 5 plus petit quo les précédents réunis. 

Le prof. Lacordaire, le créateur de ce genre, a décrit 9 espèces, 
2 du Brésil, 3 de Cayenne, 1 de Bolivie, 2 de Colombie, 1 du Mexi- 
que, Ericbson en a ajouté une dixième du Pérou (1). La coloration 
des ôlytres, sauf chez le discoïdeus, est dilléreate de cellii des Ero- 
TTLUS; sur un fond blanc ou jaunâtre, elle est formée do larges bandes 
noires; en outre, la forme des antennes, l'étranglement marqué du 
museau , la forme et la sculpture du pronotum caractérisent aussi 
nettement ce type que beaucoup d'autres de la section actuelle, oii 
les distinctions sont si fugitives. 

EURYCARDIUS. 
Lmoro. Monogr. Erotyl. p. 479 (2). 

Tète petite, terminée par un museau fortement rétréci à sa ba.se; 
épistomo assez grand, séparé du front par un sillon très-tin, émar- 
giné en arc do cercle en avant; labre arrondi, cilié; mandibules non 
membraneuses en dedans; mâchoires à lobe interne armé de deux spi- 
nulos très-petites et aiguos, dernier article des palpes dilaté assez lar- 
gement; lèvre inférieure à sous-menton court, menton subcarré, tri- 
cuspido en avant, divisé en trois aires, dont la médiane assez grande 
et située sur un plan plus exterue; languette petite, légèrement 
échancrée, paraglosses visibles; dernier article des palpes petit et 
sécuriforme. — Yeux saillants, subarrondis, finement granulés. — 
Aniennos grêles, plus longues que le pronotum, 1 article court, renflé, 
2 obconique, 3 aussi long quo les deux suivants réunis, 4-7 oblongs, 
décroissaat successivement de longueur, 8-11 formant peu à peu une 
massue allongée. — Prothorax court, transversal, à échancrure aaté- 
ricuro droite et subsiuueuse au fond , oblique sur les côtés , un peu 
rétréci en avant, distinctement bisinué à la base do chaque côté, à 
surlace plane; écusson semi-ogival. — Elytros cordiformes, larges en 
avant, fortement rétrécies en arrière, légèrement subsinueusos laté- 
ralement avant l'extrémité, qui est en pointe mousse, ne présentant 
en dessus aucune trace de ponctuation; épipleures très-larges en 

(1) Erlchsou, Arcliiv. f. Naturg. XIII, p. I, p. 177. 

(2) Syn. ^Ecnuus, Dcj. CaUl. 3» 6d. p. «1. 

Coléoptères. Tome XII. U 



66 ÉROTÏLIRNS. 

avaaf, assez rapidement réirécios on arriéro. — i'rosternum convexe, 
subélargi en arrière , tronqué et émarpiné ; mésosteriiuin en carré' 
transversal, subconvoxo; parapleures métathoraciques parallèles. — 
Pattes longues, grêles, cuisses débordant les côtés du corps, à peiiie 
renflées, ca'nalioulées en dessous; jambes allongées, grêles, droites; 
1 article des tarses postérieurs presque aussi long que les deux sui- 
vants, 3 bilobé, 5 plus court quo les précédents réunis. 

Cette coupe générique, qui ne renferme qu'une seule espèce décou- 
verte à Cayenno par le Prof. Lacordaire, est parfaitement rcconnais- 
sable à la forme du pronotum et des élytres, jointe à l'absence com- 
plète de ponctuation sur l'une et l'autre de ces parties. Le système 
de ponctuation, aussi bien que la coloration des élytres, peut être 
pris en considération dans certains groupes, chez lesquels des carac- 
tères plus importants nous font défaut. 

SCAPHIDOMORPHUS. 
HopE, Revue Zoolog. 1841, p. 111 (I). 

Tête petite, atténuée en avant des yeux en un museau grèlo, allongé, 
fortement rétréci à sa base par les insertions des antennes qui sopt 
ainsi assez rapprochées; épistomo confondu avec le front, émarginé 
en avant; labre assez grand, arrondi; mandibules médiocres, étroi- 
tement membraneuses à leur bord interne; mâchoires à lobe interne 
bi-épiueux, dernier article des palpes dilaté en segment de cercle, 
quatre fois aussi largo que long; lèvre inférieure à sous-menton as- 
sez allongé, menton oblong, tricuspide en avant, divisé en trois aires, 
dont les latérales très-petites, repliées en dedans, la médiane plane, 
assez longue; languette évasée en avant, échancrée au sommet, pa- 
raglosses bien distinctes, dernier article des palpes très-dilaté à son 
bord antérieur, deux fois aussi large que long. — Yeux assez grands 
et convexes, finement granulés. — Antennes grêles, dépassant la base 
du pronotum, i article renflé et court, subglobuleux, 3 presque aussi 
long que les deux suivants réunis, 4-8 oblongs, décroissant peu à peu 
de longueur, 9-11 formant une massue grêle, lâche. — Prothorax 
grand, parfois presque aussi long que large, fortement rétréci et 
échancré eu demi-cerclo en avant, arrondi sur les côtés, échancré en 
arc de chaque côté de la base, qui est étroitement lobée au milieu, 
les angles postérieurs aigus, à surface un peu convexe et très-lisse; 
écussou en triangle curviligne. — Elytres oblongues et assez convexes, 

(1) Syii. CiiBïSKUELA, LinnÉ, Syst. Nat. II, p. S80. — ipiiiCLUs et Baiiïtopos 
(l>.), Chcvrolat, Dej. Cat. 3"é(l. p. 450. — Erotylus, Fal)ric. Syst. Eleiitli. II, 
p. b; Olivier, Enlorn. V, p. 470; Dupoucli. Moiiogr. du g. lirot. p. 12; Lacor- 
duiru, Muiiugi'. Krolyl. p. 481. 



ÉIIOTÏLITBS. 67 

épipleures relativement étroites ot regardant un pou en dehors. — 
Prostornum convexe sur la ligne médiane; mésosternum court, for- 
tement transversal; parapleures métathoraciques très-légôrement di- 
latées en arrière. — Pattes grêles, allongées; cuisses un peu élargies 
dans leur milieu, comprimées et canaliculées en dessous; jambes li- 
néaires, presque droites; tarses faibles, i article des postérieurs plus 
long que 2, 3 cordiforme, 5 plus court que les précédents réunis. 

La forme du pronotum, qui est relativement plus long que dans les 
genres précédents, joiute à celle du museau et au rapprochement 
des cavités antennaires, permet de reconnaître assez facilement cette 
coupe générique. Nous ajouterons encore que les épipleures des ély- 
tros, qui, dans les genres précédents, sont plus développées et regar- 
dent directement en bas, affectent ici une direction oblique et regar- 
dent un peu en dehors. 11 se distingue du genre qui suit par la forme 
évasée ot échancrée de la languette, par l'absenco de carène nu pro- 
stcrnum. Il ne renferme que deux espèces décrites par Lacordaire et 
découvertes dans la Guyane et la Colombie. 

PREPOPHARUS. 
Emohson, Archiv. f. Naturg. XIII, p. I, 1847, p. 177 (1). 

Tôte petite, terminée en avant par un museau distinct. — Organes 
buccaux semblables à ces mêmes parties dans le genre précédent, 
sauf la lèvre inférieure; celle-ci présentant un sous-menton très-court, 
séparé de la pièce basilaire par un sillon obsolète, une languette très- 
petite, acuminée en avant, munie de paraglosses grêles, peu saillan- 
tes. — Elytres régulièrement ovales et peu convexes, épipleures assez 
larges, subconvexes et regardant directement eu bas. — Prosternum 
tantôt obtusément caréné sur la ligne médiane, tantôt muni d'une 
carène aiguë et tranchante, continue depuis lo sommet jusque près 
de la base entre les pattes antérieures ; mésosternum subquadrangu- 
lairo, un peu dilaté en avant et subconvexe. — Pattes assez longues 
ou médiocres, 3 article des tarses postérieurs souvent aussi long que 
les deux précédents réunis. 

La forme du corps est plus régulièrement ovalaire, moins allongée 
et moins convexe que dans les Scapiiidomouphus. Erichson, qui a 
constitué cette coupe générique aux dépens des divisions 2 et 3 du 
genre précédent, donne, comme caractère distinctif principal, la forme 
do la languette. Eu effet, dans le genre actuel, cet organe est très- 
petit et subacuminé en avant; dans les Sc.ivphidomobphus proprement 
dits, elle est évasée, son bord lilire est profondément échancré et 
muni latéralement d'assez grandes paraglosses. En outre, la foime 

(1) Syu. ScAPuuJOMonruus (pars), Lac. Mouugr. Erotyl. p. 484 et 486. 



68 ÉnOTYLlENS. 

du corps est plus ovalaire et le prosternum plus ou moins fortement 
caréné. 

La Monographie des Erotyliens renferme la description de H es- 
pèces, découvertes, à la Guyane i, en Colombie 3, au Mexique i, au 
Brésil 2, dans la Bolivie 1. Erichson en a décrit deux autres appar- 
tenant à la Faune du Pérou. 

BACIS. 
Cbbtrolât, Dei. Catal. 3* éd. p. 4SI (1). 

Tête petite, transversale, perpendiculaire, plane entre les yeux, 
terminée par un museau aussi long qu'elle et fortement étranglé à 
sa base; épistome légèrement échancrô en avant; labre fortement 
transversal, coupé carrément ou légèrement échancrô à sa partie an- 
térieure; mandibules peu épaisses, un peu membraneuses à leur bord 
interne; mâchoires à lobe interne muni de deux petites épines ob- 
tuses ; dernier article des palpes maxillaires fortement dilaté en seg- 
ment de cercle; lèvre inférieure à menton divisé en trois aires, la 
médiane en triangle allongé, faiblement tricuspide en avant; lan- 
guette un pou échancrée à son sommet, paraglosses presque nulles. — 
Yeux médiocres, un peu oblongs, assez saillants et finement granulés. 
— Antennes très-grèles, un peu plus longues que le prothorax , à 3 
article de la longueur des deux suivants réunis; 4-7 obconiques et 
terminés par une massue formée insensiblement des quatre derniers 
articles, tantôt assez, tantôt peu serrés. — Prothorax très-court, assez 
rétréci en avant, à échancrure antérieure peu profonde, légèrement 
arrondi sur les côtés, à peine lobé au milieu de sa base qui est ar- 
rondie ou coupée carrément, presque plane en dessus. — Ecusson en 
triangle fortement arrondi à son sommet. — Elytres largement ovales 
ou un peu oblongucs, et subparallèles sur les côtés, médiocrement 
convexes. — Pattes grêles, assez longues, cuisses dépassant plus ou 
moins les côtés du corps, légèrement élargies et comprimées dans leur 
milieu, un peu canaliculées en dessous; jambes linéaires, presque 
droiies; tarses grêles, 1 article des postérieurs de la longueur au 
moins des deux suivants réunis, 3 cordiforme, assez dilaté, 5 plus 
court que les précédents pris ensemble. 

Ce genre diffère des Omoiotelus par la brièveté relative des anten- 
nes, par la forme du pronotum et par les pattes. La forme du corps 
est ovale ou oblongue, médiocrement convexe. Quatre espèces ont été 
décrites par le Prof. Lacordaire, trois de Cayenne et une de Bolivie. 

(1) Syn. Erotïlus, Uupoiichel, Monogr. du g. Erotylus, p. 36.— Omoiotelus 
(pars), tiuér. Rcv. Zool. 1811, p. 119. — B/kCis, Hope, Rev. Zool. 1841, p. 113; 
Lacord. MoDOgr. Ërolyl. p. SO'2. 



ÉnOTYLITBS. 69 

Ei'ichson en a fait connaître deux autres appartenant à la> Faune du 
Pérou (1), et M. Kirsch une dernière trouvée aux environs de Bo- 
gota (2). 

TAPINOTARSUS. 

KiRscu, Berlin. Enlom. Ztiis. 1865, IX, p. 100. 

Této petite, subarrondie, prolongée en avant par un museau obtus 
fortement étranglé à sa base ; épistome séparé du front par un sillon, 
subémarginé en avant, labre très-petit, subarrondi ; mandibules fai- 
bles, non saillantes; dernier article des palpes maxillaires très-grand, 
en segment de cercle, celui des labiaux beaucoup plus petit, prolongé 
en avant et transversal.— Yeux petits, irrégulièromont arrondis, fine- 
ment granulés.— Antennes grôles, atteignant à peino la base du pro- 
notum, -1 article renflé, subcylindrique, 2 court, obconique, 3-8 
oblongs, un peu renflés à l'extrémité, diminuant graduellement de 
longueur et gagnant insensiblement en largeur, 9-H dilatés, formant 
une massue oblongue, lâche, subcomprimée. — Prothorax fortement 
transversal, deux fois au moins aussi large à la base que long ; bord 
antérieur émarginé, le postérieur échancré de chaque côté en arc de 
cercle, peu convexe et à peine impressionné; écusson en triangle 
curviligne. — Elytres ovalaires, à peine atténuées en arrière, épi- 
pleures assez larges, subconcaves, regardant à peu près directement 
en bas. — Prosternum caréné sur la ligne médiane en avant, tron- 
qué, émarginé en arrière ; mésoslernum en carré transversal ; para- 
pleures métathoraciques subdilatées vers l'extrémité. — Pattes assez 
grêles, cuisses en ovale allongé, canaliculées en dessous, très-courtes 
et n'atteignant mémo pas les bords latéraux du corps; jambes subar- 
quées, surtout les antérieures; tarses très-étroits, I article des posté- 
rieurs plus long que les deux suivants réunis, celui des antérieurs 
égal à ces deux derniers, le 3 à peine plus large que le 2, 5 faible et 
plus court que les précédents réunis. 

Ce genre se distingue entre tous les Erotyliens par la forme grêle 
du 3 article des tarses, ainsi que par la brièveté des cuisses. Il se rap- 
proche des Priotelus et des Zonarius et doit être placé dans le voi- 
sinage de ces genres; il se distingue néanmoins du premier par la 
massue tri-articulée des antennes et du second par la forme du pro- 
notum, du prosternum et des pattes. Le corps de la seule espèce con- 
nue, originaire de Bogota, est ovalaire, assez convexe; les élytres 
sont ornées d'une ponctuation tout à fait spéciale et qui rappelle celle 
des Chrysomélides, du genre Ztcogramma. Seules, les deux premières 
séries de points sont à peu près complètes et bien visibles; les sui- 

(1) Ericlis. ArchlY. f. Naturg. XIII, p. I, p. 177. ' 

(2) Kirsch, Berl. entom. Zeits. IX, p. 102. 



70 l'iROTTlIKNS. 

vantes, au nombre de quatre, sont seulement indiquées à la base ; sur 
le disque des taches obscures sont entourées de points, aux épaules et 
vers l'extrémité, on remarque quelques groupes de points translu- 
cides. 

PRIOTELUS. 
HoPE, Revue Zoolog. 1841, p. 112 (1). 

Tête rétrécie en avant des yeux en un museau grêle, fortement ré- 
tréci à sa base ; épistome peu distinct du front, assez long, subémar- 
giné ; labre plus développé que dans \es genres précédents, arrondi 
et cilié ; mandibules peu robustes, un peu membraneuses à leur bord 
interne ; mâchoires à lobe interne armé do deux spinules grêles et 
aiguf s, l'externe faible, sublinéaire, ciliés tous deux ; dernier article 
des palpes dilaté en triangle transversal; lèvre inférieure à sous- 
menton court, à menton subquadrangulaire, tricuspide en avant; la 
partie médiane assez grande et située sur un plan plus externe; lan- 
guette atténuée en avant , subémarginée, munie de paraglosses sail- 
lantes aux angles latéraux, dernier article des palpes transversal, di- 
laté en avant, deux fois plus large que long. — Yeux subarrondis, 
convexes, finement granulés. — Antennes très-grêles, atteignant en 
général le quart et même la moitié de la longueur des élytres, 1 ar- 
ticle gros et court, 2 obconiqiie, 3 de la longueur des deux suivants 
réunis, i-~ subcylindriques, 8-H formant une massue très-grêle, al- 
longée, à articles peu serrés. — Prothorax transversal, fortement ré- 
tréci en avant, échancrure antérieure en demi-cercle, base échancréo 
en arc de chaque côté, angles postérieurs aigus, surface inégale; 
écussou semi-elliptique. — Elytres oblongucs ou elliptiques, peu con- 
vexes, souvent échancrées à leur extréinité avec l'angle suturai épi- 
neux, parfois, en outre, dentelées en scie dans leur quart postérieur. 
— Prosternum convexe, dilaté en arrière, tronqué et légèrement 
éraarginé; mésosternum en carré transversal; pavapleures métatlio- 
raciques à peine dilatées vers l'extrémité. — Pattes assez longues, 
grêles ; cuisses légèrement élargies dans leur milieu, comprimées et 
canaliculées en dessous; jambes linéaires, presque droites; tarses fai- 
bles, i article plus long que 2, 3 légèrement cordiforme, 5 plus court 
que les précédents réunis. 

Ce genre est caractérisé par la gracilité des autennes et en particu- 
lier de la massue qui les termine ; toujours assez longues, elles va- 
rient cependant beaucoup sous ce rapport dans les différentes espèces. 
Les pattes participent plus ou moins à la gracilité des antennes. Ce 
sont, en un mot, les formes les moins massives de la famille actuelle, 

(1) Syn. EnoTYi.us, Olivier, Entom. V, p. 476 ; Clievrolat, Coléop. du Mexi- 
que, 2° cent. r> fasc. — Iphiclus (p.), Pkionocbeii.us, Chevrotât, Dej. Catat. .3' éd. 
p. 45(). — Priotelus, LacoriJ. Monogr. Erolyl. p. 493. 



ÉBOTYIITKS. 71 

Los spinules ot les dentelures qui ornent l'extrémité des élylres peu- 
vent seiiloment servir il établir quelques divisions parmi ces insectes, 
qui sont peu nombreux. Ou connaît 1 espèce du Brésil, 6 de Guyenne 
et 2 de Colombie. A ces espèces, décrites dans la Monographie des 
Erolyliens, Erichson en a ajouté une dixième, originaire du Pérou (1), 
et M. Kirsch une dernière, qu'il a reçue des environs do Bogota (2). 

OMOIOTELUS. 
HoPE, Bel). Zool. IMl, p. H2 (3). 

Tête petite, oblongue, terminée en avant par un museau allongé, 
fortement rétréci à sa base et atténué on avant; épistome indistinc- 
tement séparé du front, subémarginé en avant; labre assez long, 
fortement arrondi en avant; mandibules médiocres, extrémité ter- 
minée par deux dents aiguës ot membraneuses en dessous; mâchoires 
à lobe interne biépineux, l'externe petit, subtriangulaire, dernier ar- 
ticle des palpes fortement dilaté en segment de cercle ou sublriangu- 
laire; lèvre inférieure à sous-menton assez long, menton oblong, di- 
visé en trois aires à peu près égales, la médiane située sur un plan 
plus externe, languette échancrée àson bord libre, munie de paraglosses 
distinctes et saillantes h ses angles latéraux, dernier article des palpes 
fortement dilaté en avant, doux lois aussi large que long. — Yeux 
très-petits, ovalaires, peu saillants, finement granulés. — Antennes 
grêles, de la longueur au moins du tiers du corps, insérées à décou- 
vert sur le front au bord interne et uu pou en avant des yeux, 1 ar- 
ticle court, renflé, 2 très-court, 3 aussi long que les deux suivants 
réunis, 4-8 subcyliudriques, oblongs, décroissant peu i\ pou, !)-11 
formant une massue très-grèlo, très-allongée, à articles libres et en 
général plus longs que les précédents. — Prothorax petit, conique et 
fortement rétréci en avant, bords latéraux presque droits; échancrurc 
antérieure peu profonde, droite dans son fond, oblique sur les côtés; 
bord postérieur sinué on ai'C, do chaque côté, du lobe médian peu 
prononcé; écusson en triangle équilatéral curviligne. — Elytres très- 
régulièrement et plus ou moins largement ovales, très-rarement sub- 
pavallèles sur les côtés, médiocrement convexes, épipleures assez 
larges, im peu dilatées en arrière des épaules, regardant à peu près 
directement en bas. — Prosternum presque toujours caréné sur la li- 

(t) Erichs. Archiv. f. Niturg. XHI, p. I, p. 177. 

(2) Kirsch, Berl. entom. Zeits. IX, p. 10^. 

(•t) Syn. CiiYPTOCEPHALus, Linné, Syst. Nat. éd. Gmélin,IV, p. 1727. — Calb. 
NUS, Dcjcan, Calai. :i" éd. p. 451 .— Ei.LiPTir.iis, Chc?rolat, Dcj. Cat. 3' éd. p. A!iO. 
— Erotylus, Fabr. Syst. Eleutli. Il, p. 4; Duponeli. Mono^T. du g. Krotyl. 
P- ;tl ; Olivior, EuloD). V, p. 4:28. — Omokitki.iis, L.iconl. Monogr. Eintyl, 
p. 306. 



72 ÉROTYLIENS. 

gne médiane, subdilaté on anrière, tronqué et à peine échancré; méso- 
sternum presque carré ; parapleures métatlwraciques un peu dilatées 
vers l'extrémité. — Pattes longues, grêles; cuisses dépassant forte- 
ment les côtés du corps, légèrement renflées dans leur milieu, arron- 
dies ou planes en dessous; jambes presque droites; tarses courts, 
faibles; 1 article des postérieurs du double plus long que 2, 3 cordi- 
forme, S presque aussi long que les précédents réunis. 

Ce genre, dit le Prof. Lacordairo, est un des meilleurs de la famille 
actuelle, ses caractères sont fortement tranchés et résident dans la 
forme générale du corps, la gracilité et la longueur des antennes et 
de la massue qui les termine, dans la petitesse des yeux, etc. Les es- 
pèces peu nombreuses et décrites dans l'ouvrage de cet entomologiste 
sont au nombre de 9, 2 du Brésil, 2 do Caycnne, 1 de Bolivie, 3 de 
Colombie; la dernière paraît répandue dans la plus grande partie de 
l'Amérique du Sud intertropicale. Dopuis la publication de cette Mo- 
nographie, ce genre s'est enrichi de 7 types nouveaux, 3 do (Colom- 
bie (1), 1 du Pérou (2), i des bords de l'Amazone (3) et 2 des envi- 
rons de Bogota (4). 

APPENDICE. 



ORESTIA. 
Chevrout, Dejean^ Catal. 2» éd. p. ■MO (S). 

Tète médiocre, engagée dans le prothorax jusqu'au bord postérieur 
des yeux; labro légèrement transversal, subsinué il son bord libre. — 
Mandibules oblongues, légèrement recourbées en dedans au bout, à 
extrémité large et munie de deux ou trois dents. — MAchoires à lobes 
subégaux, l'interne terminé par un petit faisceau de poils, l'externe 
recouvert de quelques soies raides; palpes de i articles, le i très- 
petit, 2 obconiquc, 3 de même forme, un peu plus grand, le dernier 
en c6ne aigu. — Lèvre inférieure à sous-menton transversal, trapé- 
zo'idal; à menton transversal, échancré en arc de cercle à son bord 
antérieur, languette semi-ovalaire, à extrémité antérieure arrondie 

(1) Guérln-M. Icon. du Règ. An. Texte, p. 312. 

(2) Ericlis. Archiv. f. N.iturg. XIII, p. I, p. 177. 

(3) Thomsoc, Aichiv. ciitomol. 1, p. 410. 

(4) Kirsch, Berl. cntom. Zeits. IX, p. 102. 

{H) Oresti», Clievrolal, Dej. Cal. 'A' éd. p. 464; Clievrolat, Dict. Hist. Nat. 
D'Oiblgny, t. IX, p. 190; Gormur, Faun. 1ns. Europ. fasc. XXIII, p. 17; Red- 
tenbadier. Faim. Aiistr. 2- éd. p. 372; Fairmairc, Geii. Col. Europe, t. IV, 
p. 247; Allard, Monogr. dos Alticidcs, p. 32; Kutscliera, Beitr. i. Kenotniss. 
dar Europ. Uallic. 1864, p. 100. 



ÉROTYtlTES. 73 

et subsinuée au milieu; palpes de 3 articles, les deux premiers sub- 
transversaux, le dernier pointu, beaucoup plus grêle. — Yeux petits, 
arrondis, grossement granulés. — Antennes robustes, mesurant en- 
viron la moitié de la longueur du corps, i article oblong, 2-4 grêles, 
subégaux, les suivants obtriangulaires, légèrement épaissis, le der- 
nier tronque obliquement à l'extrémité. — Pronotum subquadrangu- 
laire, presque aussi large que les élytres, transversal, assez convexe, 
pourvu vers la base de chaque cùté d'un sillon longitudinal, parfois 
reliés l'un à l'autre par un sillon transversal j écusson en triangle 
équilatéral. — Elytres oblongues, présentant leur plus grande lar- 
geur on avant du milieu, légèrement rétrécies en arrière, arrondies 
ou subacuminées, ponctuées-striées. — Prosternum assez large, un peu 
rétréci entre les hanches, dilaté en arrière, marginé sur les bords, à 
base tronquée; mésoslernum invisible; métasternum avancé, touchant 
la base du prosternum et cachant l'arceau moyen de la poitrine. — 
Abdomen de 5 arceaux, le premier et le dernier assez longs, les trois 
autres subégaux. — Hanches antérieures subglobuleuses, ne dépas- 
sant pas la hauteur du prosternum ; cuisses semhlables entre elles, très- 
peu dilatées au milieu; tibias grêles, non mucronés au bout; tarses 
longs et grêles, i article allongé, 2 triangulaire, 3 bilobô, 4 appeudi- 
culaire, article onguéal armé de crochets simples. 

Les OnESTiA sont de petits insectes de 2 à 3 mill. de longueur, or- 
dinairement bruns et luisants ; ils vivent sous là mousse ou bien dans 
le bois en décomposition, et appartiennent à la Faune circummé- 
diterranéenne. Six espèces ont été décrites dans la Monographie de 
M. Allard. 

I.o genre Ohestia a été indiqué par M. Chevrolat et caractérisé pour 
la première fois par Germar. Les entomologistes qui ont eu à s'occu- 
per de ce type sont loin d'être d'accord sur la place à lui assigner 
dans la série naturelle. 

M. Chevrolat le rapporte à la Famille des Erotyliens, et il ajoute 
que Dejean l'a placé à tort parmi les Trimères et dans la Famille des 
l'unglcoles. Lorsque Germar en traça les caractères, il fit remarquer 
(ju'il ne pouvait le placer parmi les Endomychides, à cause de ses 
palpes maxillaires terminés en pointe et de ses tarses quadriarticulés 
dont le pénultième article est bilobé; qu'il fallait, à cause de la struc- 
ture de ses tarses, le considérer comme un Erotylien. Erichson (i), à 
son tour, en enregistrant la description de Germar, exprime l'avis 
que le genre Orestia doit être compté au nombre des Halticides et 
placé dans le voisinage des Crepidodera. 

L'opinion de M. Redtenbacher semble se rapprocher davantage de 
celle de Germar que de celle d'Erichson; il a transporté le genre 
Ohestia dans sa Famille des Cryptophagidos. On a déjà fait remar- 

(I) Eiichson, Berjcht iiber die Lelstun^. 184S, p. 76. 



74 ÉnOTYLIEHS. 

quer que cette famille était composée d'éléments hétérogènes, au 
nombre desquels le genre actuel n'est pas le moins saillant, quoique 
ses espèces, vivant dans le bois en décomposition, paraissent se rap- 
procher par ces mœurs des Cryptophages proprement dits. Si l'auteur 
de la Faune d'Autriche avait eu à traiter des Coléoptères exotiques, 
il est probable que son groupe des Cryptophagides eût compris non- 
seulement les formes typiques, c'est-à-dire les Cryptophagus, les 
Atomaria, mais encore les Erotyliens et les Endomychides, puisque 
les genres européens compris dans ces deux derniers groupes, se 
trouvent énumérés à la suite des Cryptophagus. A la première vue, 
ce rapprochement paraît hasardé, parce qu'il heurte une manière de 
voir qu'un long usage parait avoir consacrée ; il pourrait néanmoins 
s'étayer d'arguments très-plausibles. Nous n'entreprendrons pas en 
ce moment cette discussion; elle exigerait des développements qui 
trouveront mieux leur place ailleurs que dans l'histoire du genre 
Orestia. 

Dans sa belle Monographie des Endomychides, M. Gerstaecker (-1) 
a consacré quelque reflexions sur la place systématique du genre qui 
nous occupe. Ses organes buccaux, d'après cet auteur, rappellent à 
un haut degré ceux des Phytophages en général; la languette en par- 
ticulier, par suite de l'insertion latérale des palpes, reproduit assez 
exactement la structure de celle des Galérucidcs ; ses tarses, d'un autre 
côté, sont évidemment subpentamères. D'après ces considérations, le 
Prof, de Berlin admet que le genre Orestia doit faire partie de la 
Famille des Phytophages, et il le range parmi les Eumolpides, parce 
que ses antennes ne sont pas rapprochées à leur base comme chez les 
Galérucidcs; il ajoute, en outre, qu'il doit prendre place à côté de 
ces genres dont les crochets des tarses sont simples. 

Les Eumolpides à crochets simples ne sont pas nombreux ; jusqu'ici 
on ne connaît guère que les Spilopvra, Ciiloropterus et Pales, et 
ces formes n'ont aucune analogie avec le genre qui nous occupe. 

La manière de voir d'Erichson a été adoptée par M. Fairmairo dans 
la rédaction du Gênera des Coléoptères d'Europe. Cet entomologiste 
admet un grand genre Haltica, divisé en huit groupes, dont l'un, 
constitué par les Chepidodera, renfermerait le genre Orestia, à titre 
de simple subdivision. MM. Allard et Kutschera, qui ont publié des 
Monographies des Halticides européennes, ont adopté cotte opinion, 
seulemeut le premier de ces auteurs conserve le genre Orestia qu'il 
range à côté des Crepidodera. 

D'après ce qui précède, on voit que deux avis se sont partagé les 
entomologistes ; pour les uns, le genre Owestia est un Erotylien; pour 
les autres, c'est un Phytophage. Au premier aspect, lorsqu'on exa- 
mine une Orestia dans sa forme générale, on remanpie que ses 

(1) Gerstaecker, Monogr. d. Endomjcli. p. 82. 



ÉHOTyr.iTRS. 78 

contours, sa convexité, son brillant métallique, rappellent uno foule 
d'Haï ticides. Cette première impression s'accentue davantage encore 
par la découverte du sillon basilaire du pronotum, parfois bien mar- 
qué et limité de chaque côté. 

Nous ne pouvons nous ranger à l'opinion de l'illustre Erichson, ni 
des éminents monographes qui l'ont suivi, et considérer les Ohestia 
comme des Halticides. Sans doute, la composition des tarses subpen- 
tamères, la structure des organes buccaux appuient cette manière de 
voir ; mais le caractère si important fourni par le rapprochement des 
cavités articulaires des antennes, fait défaut chez les Orkstia ; il est 
bien vrai que nous connaissons une Halticide chez laquelle les an- 
tennes sont tout aussi écartées à leur base que chez les Chrysomôles; 
mais cette anomalie, la seule que nous connaissions, coïncide avec 
une organisation si complètement identique avec celle des Halticides, 
qu'il est impossible d'éloigner de ce groupe le type exceptionnel qui 
nous le présente. 

La même raison n'existe pas pour les Orestia, puisque rangées à 
côté des Crepidodera, elles présenteraient, par la conformation des 
cuisses postérieures, une anomalie au moins aussi saillante que celle 
de l'insertion des antennes. En outre, si l'on considère les pattes des 
Orf.stia dans leur ensemble, on peut se convaincre que ces organes, 
par leur brièveté, leur gracilité, ne sont pas appelés à rendre les 
mêmes services que ceux dont sont douées les Halticides. Enfin, pour 
autant que nos souvenirs soient exacts^ nous n'avons rencontré dans 
l'immense tribu des Galérucides aucun type chez lequel les yeux fus- 
sent grossement granulés, ce qui est le cas chez les Orestia et ce qui 
indique, ainsi que chacun le sait, un genre de vie différent. 

La présence de sillons longitudinaux et transversal au pronotum, 
qui nous porte de prime abord à rapprocher les Orestia des Haltici- 
des, devrait avec plus de fondement nous faire penser au.t Endomy- 
chides; car, si l'on veut bien y regarder de près, on observera que 
les sillons longitudinaux, au moins dans l'O. alpina, dépassent en 
avant le point oii le sillon transversal vient les couper perpendicu- 
lairement. Cette disposition est en quelque sorte normale chez les 
Endomychides et inconnue chez les Halticides. 

Quoique nous n'ayons pas non plus suivi la manière de voir du 
Prof. Gerstaecker, il est plus difficile d'en exposer les motifs. Les 
OiiESTiA ne présentent le faciès, la forme générale d'aucun des nom- 
breux types que nous i^vons eus à examiner en étudiant la Tribu des 
Eumolpides. Ceux-ci ont le corps plus massif, moins long, moins dé- 
primé, pourvu ordinairement de pattes longues et robustes; les cro- 
chets des tarses sont presque toujours ou bifides, ou appendiculés, 
simples dans trois types seulement, et ces types n'ont pas la moindre 
analogie avec les Orestia. Dans aucun Eumolpide, nous n'avons 
trouvé des élytres subacuminées en arrière, comme cela a lieu dans 



76 ÉROTTLIF.NS. 

VO. alpina; en outre, leurs antennes sont d'ordinaire plus grêles et 
le dernier article n'est jamais tronqué. Chez les Orestia, les hanches 
sont bien peu saillantes, c'est le conti'aire chez les Eumolpides; ces 
derniers, en effet, jouissent dans leurs pattes d'une grande mobilité, 
ils vivent à l'air libre. D'après ce que nous connaissons des Orestu, 
leurs mœurs sont différentes j elles vivent à couvert, soit sous la 
mousse, soit dans le bois on décomposition ; leurs besoins de locomo- 
tion sont très-limités. 

Par suite de raisons semblables, puisées soit dans la forme des an- 
tennes ou la structure des organes buccaux, le type en question n'est 
à proprement parler ni un Erotylien, ni un Endomychide ; nous in- 
clinons à le considérer comme une forme intermédiaire; mais nous 
n'avons pas voulu le classer, il nous a paru préférable d'attendre la 
solution de cette question des découvertes ultérieures j. peut-être la 
connaissance des états primitifs de ces insectes pourra-t-elle dissiper 
nos doutes à cet égard. 

LITHOPHILUS. 
FnôBLicn, Naiurforscher, 1799, p. 28. 

Ce genre, tout aussi difficile à. classer que le précédent, a égale- 
ment été soumis à de nombreuses vicissitudes. Sous d'autres points 
do vue, il donnerait lieu à des considérations analogues ; nous nous 
abstiendrons de les exposer. Comme pour les Orestia, il faut espérer 
que la découverte dos larves et l'étude attentive de leurs mœurs, nous 
dévoileront des affinilés qui nous échappent en ce moment. 

Les espèces, au nombre de 3 ou 4, appartiennent à la Faune euro- 
péenne. 



FAMILLE LXXL 



ENDOMYGHIDES. 



Tèlo petite ou médiocre, engagée dans le prothorax plus ou moins 
profondément, étranglée en avant des yeux et prolengée en uu petit 
museau quadrangulaire, obtusément arrondi. — Epistome étroit, sub- 
carré, séparé du front par un sillon très-mince; labre transversal, 
plus ou moins saillant, arrondi ou émarginé à sou bord libre.— Man- 
dibules cornées, oblongues, convexes en dehors, arquées vers l'extré- 
mité, plus ou moins membraneuses et ciliées à leur bord interne, à 
extrémité aiguë ou obtuse, simple ou dentée. — Mâchoires à lobes 
distincts et ciliés, l'externe assez grand, l'interne plus grêle et plus 
court, de consistance moins solide, plus ou moins densément cilié à, 
son bord interne et souvent muni en outre de quelques soies plus 
longues et plus raides; à palpes de 4 articles, les 3 premiers variables, 
ordinairement assez courts, 4 jamais sécuriforme, le plus souvent at- 
ténué ou ovalaire, rarement élargi et tronqué au bout. — Lôvre in- 
férieure composée d'un sous-menton indistinctement délimité, d'un 
menton transversal, de forme triangulaire ou rhomboïdale, d'une 
languette coriacéo à sa base, membraneuse vers l'extrémité, tantôt 
iplus large que longue et écbancrée, tantôt plus longue que large et 
arrondie au bout (Eudomychites); de palpes épais et courts, rappro- 
chés à leur base, de 3 articles, 1 très-court, 2 obconique et transver- 
sal, 3 lo plus grand et de forme variable. — Yeux latéraux, transver- 
salement oblongs, assez grands, à bords subsinuôs, raremeut (Leiestites) 
petits et arrondis; en général assez grossement granulés.-- Antennes 
insérées sur le front, près de ses bords latéraux et assez distantes l'une 
de l'autre, mesurant en moyenne la moitié de la langueur du corps, 
formées de 11 articles, rarement moins, 1 oblong, épaissi, les suivants 
variables dans leur longueur relative, les 3 derniers toujours plus ou 
moins développés et formant une massue distincte. — l'rothorax mé- 
diocre ou petit, en carré transversal, bords latéraux droits ou subar- 
rondis, l'antérieur presque toujours fortement échàncré avec les an- 



78 RNUOMÏCHlDliS. 

gles saillants de chaiiue côté de la tète, à surface modérément con- 
vexe, munie, dans la grande majorité des cas, de trois sillons : un 
transversal, longeant la hase, n'atteignant pas les bords latéraux; deux 
autres, plus ou moins longs, disposés parallèlement à l'axe du corps, 
à chaque extrémité du sillon transversal ; très-rarement ces sillons 
effacés en totalité (Panomœa). — Ecusson toujours apparent, triangu- 
laire, semi-circulaire ou subarrondi. — Elytres recouvrant le corps 
en entier, contiguës à la suture, non soudées, marginéos sur les bords 
latéraux, parfois très-dilatéos; épipleures larges en avant, rétrécies 
en arrière; très-variables dans leur forme, oblongues ou subcirculairos, 
tantôt déprimées, tantôt très-convexes et subgibbeuscs ; à surface en 
général confusément ponctuée, ornée, dans quelques cas, de tuber- 
cules ou d'épines aiguës. — Ailes inférieures rarement nulles (Mycb- 
TŒA.), parfois atrophiées (Lycopehuinœ Sp.), en général bien dévelop- 
pées, deux fois aussi longues que les ailes supérieures, plissées dans 
leur milieu, h nervures fortement accusées dans les grandes espèces, 
et disposées sur un plan uniforme. — Prosternum peu développé, 
hanches antérieures parfois contiguës sur la ligne médiane, parfois 
légèrement séparées par la prolongation du prosternum qui s'arrête 
au niveau des hanches ou s'avance en pointe mousse vers le méso- 
sternum; cavités cotyloïdes antérieures toujours largement ouvertes. 
— Mésosternum oblong ou transversal dans sa partie moyenne, ses 
épisternums distincts, triangulaires, ses épimères quadrangulaires en 
rhombe ou en trapèze. — Métusternum à parapleures très-longues, 
grêles. Linéaires, coupées obliquement et on pointe à leur extrémité an- 
térieure. —Abdomen légèrement convexe transversalement, composé 
de 5 segments libres entre eux, quelquefois un rudiment de sixième 
segment à l'extrémité ; 1 segment plus développé et quelquefois aussi 
long que les suivants réunis. — Pattes grêles et longues, débordant 
lo plus souvent les côtés du corps; hanches antérieures et moyennes 
globuleuses et à moitié dégagées des cavités cotyloïdes, celles de la 
dernière paire transversales; les antérieures plus rapprochées l'une 
de l'autre que celles des autres paires, la paire postérieure très-éloi- 
gnée de la paire moyenne; cuisses en général robustes, renflées et 
subcomprimées dans leur milieu, non canaliculées en dessous ou d'une 
manière très-incomplète ; jambes grêles, droites ou légèrement ar- 
quées, subdilatées vers l'extrémité, celles des deux premières paires 
présentant souvent des différences sexuelles prononcées; tarses tétra- 
mères ou subtétraraères. 

La diagnose ci-dessus permettra toujours de distinguer les insectes 
qui composent la famille des Endomychides des autres Coléoptères. 
Dans la très-grande majorité des cas, il sufiit d'examiner la structure 
des tarses; il n'y a guère, dans l'ordre entier dos Coléoptères, que les 
Coccinellidos qui aient ces organes conformés do la même manière. 
Mais chez les Endomychides, les antennes sont frontales, allongées, 



ENDOMTCHIUF.S, 79 

non rétraolilesj lo dernier article des palpes maxillaires n'est pas sé- 
curiforme, le prouotum est orné de sillons, les épimères du méso- 
sternum sont en trapèze, les hanches antérieures globuleuses, les 
cuisses non sillonnées en dessous, les crochets des tarses sont sim- 
ples. 

On voit par ces caractères que les deux familles, quoique voisines 
dans la série naturelle, présentent néanmoins dans les détails de leur 
organisation des différences qui ne permettent pas la confusion. 

Le Prof. Gerstaecker, qui a itudié la famille actuelle d'une manière 
très-approfondie, y a compris un certain nombre de genres très-dif- 
férents au premier abord du type normal, et qu'il a désignés sous le 
nom d'Endomycliidœ adsciti; ce sont," en effet, de ces formes excep- 
tionnelles dont les affinités nous échappent dans l'état actuel de nos 
connaissances et que l'on peut laisser dans ce groupe, parce qu'ils s'y 
trouvent moins étrangers que partout ailleurs. Cependant les quelques 
considérations qui suivent ne les concernent pas et ne regardent que 
les Endomychides proprement dits. 

Chez ces derniers, le prostemum est en général peu développé; 
une suture bien marquée le sépare du prouotum ; cette suture part 
du bord antérieur du prothorax, un peu en dedans de l'angle latéral, 
se dirige en ligne droite en arrière, puis, formant un coude presque 
à angle droit, gagne l'angle antero-externe de la hanche. C'est la seule 
suture bien apparente que l'on reconnaisse au prosternum ; de sorte 
que les épisternums et les épimères sont confondus avec le sternum. 
Celui-ci présente sur la ligne médiane des modifications nombreuses 
et importantes au point de vue systématique. Dans plusieurs genres, 
les hanches antérieures sont contiguës et le sternum se termine, en 
pointe, en avant de ces dernières; ailleurs, il est réduit à une lame 
très-mince ot qui se prolonge plus ou moins loin en arrière. En gé- 
néral, le sternum est bien visible entre les hanches, sa surface est 
creusée eu gouttière, ou plane ou subcarénée, son extrémité posté- 
rieure est parfois bifide (Amphistehnus), le plus souvent eil triangle, 
mais jamais élargie pour rejoindre les épimères; de sorte que les ca- 
vités cotyloïdes sont toujours largement ouvertes en arrière. 

Une autre particularité remarquable pe présente au niésosternum : 
les épimères sont assez grandes, disposées obliquement et quadran- 
gulaires, alî'ectant, tantôt la forme d'un rhombe, tantôt celle d'un 
trapèze. Cette disposition pwaît très-constante et doit être notée 
parce que chez les Coccinellides, ces épimères sont triangulaires et 
autrement placées. 

Les tarses affectent une structure spéciale, qu'aucune famille jus- 
qu ici ne nous a présentée : les deux premiers artijilus sont toujours 
grands, parfois plus largos que longs (Saula, Mkilicuius), ordinaire- 
ment plus longs que larges; garnis en dessous d'une puboscence ser- 
rt-e ol sur lois bords de cils plus longs; le second article est articulé 



80 ENOOUYCIIIDES. 

dans une entaille peu profonde do la face supérieure du prcraierj et 
lui-même oftre sur toute la longueur do sa face supérieure une pro- 
fonde rainure médiane à la base de laquelle vient s'articuler le 3 ar- 
ticle rudimentaire et l'article ouguéal lui-même; de sorte que les ar- 
ticulations des 4 articles se trouvent rapprochées les unes des autres. 
Cet article onguéal est ordinairement assez allongé, libre sur une 
partie de sa longueur, et terminé par des crochets médiocrement ro- 
bustes, simples, par exception, dentés (Aphorista). 

Si l'importance des différences sexuelles devait être prise en consi- 
dération pour déterminer le degré de perfection de l'organisme, il 
faudrait assigner un rang assez élevé aux Endomychides, car chez 
eux ces différences sont plus accentuées que chez les Coccinellides, 
que chez les Erotyliens et même la plupart des Pliytophagos. Les an- 
tennes qui si souvent sont le siège de ces différences, varient à peine 
dans la famille actuelle, parfois les articles sont un peu plus longs 
chez le mâle, la massue parfois plus large. Rappelons cependant que 
nous n'avons en ce moment en vue que les Endomychides vrais; des 
différences sensibles dans ces organes nous seront révélées chez les 
Leiestitcs. Le prothorax et les élytres présentent, principalement chez 
les Eumorphiles, des différences sexuelles plus marquées ; les angles 
latéraux postérieurs du premier sont souvent prolongés en arrière; 
les bords marginaux des secondes présentent dans certaines espèces 
une expansion considérable, ou bien la convexité du disque prend une 
forme pyramidale. Mais ce sont surtout les pattes et on premier lieu les 
tibias qui présentent, chez les mâles, les différences les plus remar- 
quables. Tantôt, c'est la première paire seule, tantôt les deux pre- 
mières paires (Eumorphus), tantôt les trois {Spaïuomelus) qui se trou- 
vent modifiées. Ces modifications consistent dans l'allongement et !■» 
courbure de ces organes, dans le renflement, dans la présence do 
dents ou d'échancrures variées. Il est rare que les cuisses, les trochau- 
ters présentent des différences sexuelles, comme cela a lieu cepen- 
dant dans les genres Auphisternus, Spathomelus, Cïmbacuus. L'ab- 
domen offre à son tour des modifications sexuelles, mais elles va- 
rient selon les genres et seront mentionnées dans la diagnose de ces 
derniurs. 

Depuis la publication de l'excellente monographie du Prof. Gers- 
taecker, la science s'est enrichie d'un précieux mémoire de M. lîates, 
qui a séjourné de longues années dans la vallée de l'Amazone. Ce 
célèbre voyageur a eu l'occasion d'observer les mœurs des Endomy- 
chides aussi bien à l'état d'insectes parfaits qu'à l'élat de krves. 

Comme on le sait depuis longtemps, nos espèces européennes se 
nourrissent de productions fongueuses; les Lycofekdina vivent dans 
les différentes espèces du genre Lycûperdon ; les Endomyc.hus, sous 
les écorces des arbres morts et soulevées par des champignons mi- 
croscopiques; les Mycetœa sur les douves recouvertes de moisissu- 



ENDOMYCHIDKS. g| 

res. Quant aux espèces exotiques, le Prof. Lacùrdaire (1) avait déjà 
fait connaître que diverses espèces des contrées chaudes de l'Améri- 
que se tenaient cachées sous les lichens et les mousses qui végètent sur 
les troncs d'arbres morts. Ces renseignements ont été précisés et com- 
plétés par M. Bâtes : il a souvent rencontré ces insectes, lents dans 
leur démarche et réunis en société, sur les tronçons d'arbres morts 
sur les branches tombées des arbres de la forêt, sur de vieux troncs 
écorcés et servant de palissades, soit dans la forôt même, soit dans 
son voisinage. Dans ces différentes conditions, les Endomychides, à 
l'état de larves ou d'insectes parfaits, semblent faire leur nourriture 
de ces petites productions fongueuses ou de cette substance lichenoïde 
qui partout et en peu de temps se développent sur le bois mort sous 
l'influence de l'humidité. Les grandes espèces de la famille des cham- 
pignons semblent constituer plus spécialement la nourriture des Ero- 
tyliens; c'est sur ces grands bolets, sur ces gigantesques agarics, qui, 
dans les forêts équaioriales de l'Amérique et dans la saison humide, 
arrivent à leur complet développement avec tant de rapidité, que l'on 
rencontre ces magnifiques Coléoptères. Partout où il y a du bois mort, 
sur lequel l'humidité et la chaleur font apparaître des productions 
cryptogamiques variées, on est presque certain de rencontrer, soit 
des Endomychides, soit des Erotyliens. Ces insectes boletophages sont 
extrêmement multipliés, aussi bien comme espèces que comme indi- 
vidus, dans les régions chaudes et humides; aux Erotyliens sont dé- 
volus les grands bolets à texture ferme et ligneuse ; aux Endomychi- 
des, les petites espèces à consistance plus molle ; et certains types do 
moindre taille, comme les Efoptehus, les A»fiDUYTUS, les Phalantha, 
ne se rencontrent guère que sur les branches mortes, dont l'écorce se 
revêt rapidement de minuscules champignons. 

On trouve fréquemment réunis les larves et les insectes parfaits; 
aussi M. Bâtes nous fait connaître deux types intéressants des pre- 
mières, dont nous allons brièvement transcrire la description (2) à titre 
de forme typique. 

la. larve du Corynomalus discotdens est ovalaire et convexe, char- 
nue en dessous, recouverte en dessus d'un tégument rude, granuleux, 
[Kirsemé de squamules; les bords des segments thoraciquos et abdo- 
minaux sont dilatés et foliacés; les parties supérieures, d'un noir de 
suie avec une bordure fauve, sont ornées d'une double série dorsale 
de taches ovalaires d'un noir velouté, entourées d'une bordure de 
fines écailles d'une nuance claire; de semblables écailles formant en- 
core vers les bords des lignes transversales, l.e prolhorax est large- 
ment et peu profondément émarginé, en arc de cercle, à son bord 

(1) Essai sur les Coléoptères do la Guyane française, dans les Nouvelles An- 
nales (lu Muséum d'hislnire naturelle, t. II, |i. 00. 
(i) Tlio journal of Entomology, (. I, p. 158. 
Coléoptères. Tome XII. 6 



82 ENDOMYI'.IllDES. 

anténeuv. Los mandibules sont simples et obtuses, les palpes atténués 
vers l'extrémité ; les maxillaires formés de 3 articles; le lobe de la 
mâchoire est étroit, atténué et courbé en dedans à son extrémité, cilié 
vers la base. Les antennes sont allongées, cylindriques, formées pro- 
bablement de trois articles, 1 et 2 très-courts, ce dernier séparé du 
suivant par un étranglement circulaire, 3 très-long. Les ocelles, au 
nombre de i de chaque côté, 3 disposés en triangle au-dessus de la 
base des antennes, le 4 en dessous. — Tarses formés d'un seul article 
terminé par un crochet simple. 

La nymphe de cette larve est ornée de tubercules charnus ou cor- 
nés, des spinules plus ou moins allongées, simples ou branchues, or- 
nent la face dorsale aussi bien que les côtés du corps. 

La larve du Stenolarsus oblusus est oblougue, ovale, élargie en 
arrière, recouverte de longs poils pâles ; les huit premiers segments 
abdominaux sont prolongés latéralement de chaque côté par un lobo 
obtus. Les parties supérieures sont d'une couleur fauve, les segments 
thoraciqnes ornés chacun de deux taches discoïdales noires, les seg- 
ments abdominaux portant chacun sur les côtés une large strie éga- 
lement noire, laissant le milieu fauve et traversé par une fine ligue 
dorsale de la couleur des taches. Le corps est moins convexe que dans 
l'espèce précédente, et le bord antérieur du prothorax est arrondi. 

Lorsque ces larves veulent se métamorphoser, elles se fixent par 
l'extrémité anale, à la surface du bois, souvent dans quelque crevasse. 
Aux lieux où vivent les insectes parfaits, on découvre fréquemment 
les dépouilles de ces nymphes disposées en grappes et réunies en 
grand nombre. 

Pour établir une comparaison exacte entre ces larves exotiques et 
celles qui se rencontrent en Europe, il faudrait de toute nécessité 
avoir les types sous les yeux; on voit bien que ces diverses larves 
sont construites sur le même plan, mais les différences d'organisation 
sont très-considérables lorsqu'on les examine en détail; d'ailleurs, ce 
n'est pas de la connaissance plus ou moins complète de cinq à six 
larves que l'on peut conclure à leurs caractères généraux (i). 

Comme toutes les grandes familles de l'ordre des Coléoptères et 
qui ont dans l'harmonie de la nature une distinction spéciale, les En- 
domychides sont répandus sur toute la surface du globe. Leur répar- 
tition est extrêmement inégale et on quelque sorte en rapport avec 
leur genre de vie ; nous avons vu que ces insectes se nourrissent, 
pour la très-grande majorité, de ces petites productions fongueuses 
qui se développent A la surface du bois privé de vie; a priori, il est 

(1) Aux indications renseignées dans le Catalogne des larves par Cliapuls et 
Caudèïe, p. 287, il faut ajouter : Bllsson, Ann. Soc. enl. de Fr. IWO, t. VII, 
2"Sér. p. 315, pi. IX {Mycolœa liirta). — L. Uufour, Anu. Sac. enl. do Fr. 
)8EW, II, p. 017 {Lycoperdtna bovislœ). 



BNDOMYCHIDES. 83 

évident que les espèces seront d'autant plus variées et représentées 
par des individus d'autant plus nombreux que les conditions cliraa- 
tériques seront plus appropriées à la multiplication dos champignons 
de moindre taille; en effetj quoiqu'il y ait encore beaucoup de dé- 
couvertes à faire, nous voyons que les Endomychidos atteignent lear 
plus grand développement numérique dans les régions équdtoriales 
de l'Amérique et dans les grandes îles de l'Archipel indien; c'est, en 
effet, dans les vastes forêts qui recouvrent ces contrées que se trou- 
vent réunies au plus haut degré la chaleur et l'humidité si favora- 
bles aux productions cryptogamiques dont nous avons parlé. 

D'après le dernier catalogue des Endomychidos, les espèces con- 
nues s'élèvent actuellement au nombre de 304., réparties en 48 genres; 
le Nouveau-Monde, et plus spécialement les parties les plus chaudes 
de l'Amérique du Sud, est la contrée la plus riche, 132 espèces on 
ont été rapportées; en second lieu vient l'Asie, y compris les grandes 
îles de la Sonde, qui en a environ 86 ; puis l'Afrique 30, l'Europe 
27, l'Amérique du Nord 19, enfin l'Australie et la Malaisie 8 ou 9. 

En conséquence des observations exposées plus haut, on constate, 
on effet, que les contrées les plus chaudes de l'Ancien et du Nouveau 
continents sont aussi les plus riches eu Endomychides : ainsi, le 
groupe dos Eumorphites, qui renferme les espèces les plus grandes 
et les plus belles de la Famille, est k peu près exclusivement propre 
aux grandes îles de la Sonde et aux contrées du continent indien qui 
l'avoisinent; deux genres seulement de médiocre importance, eu 
égard au nombre, ont été retrouvés en Afrique. 

L'Amérique ne nourrit aucune espèce de ce groupe, mais par contre, 
elle possède en propre le genre si nombreux des Corynomalus, qui 
représentent sur ce continent les Eumorphites de l'Ancien. 

De plus, le Nouveau-.Moude renferme toutes les espèces du groupe 
desEpipocites; les unes, en très-petit nombre, habitent les parties 'mé- 
ridionales des Etats-Unis, d'autres l'Amérique centrale, la grande ma- 
jorité les pays tropicaux de l'Amérique du Sud. 11 en est de même 
du groupe des Stenotarsites : trois des genres qui le composent, 
c'est-à-dire les Ephedus, les Rhymbus, les CnEUNooEs, sont originaires 
du Nouveau continent et la très-grande majorité des espèces du qua- 
trième, le genre Stenotarsus, n'a pas d'autre patrie; quelques espèces 
seulement ont été découvertes en Afrique et dans l'Asie insulaire. 

Les autres groupes, les Lycoperdites, les Endomychides, les Leies- 
tites, sont disséminés çà et là à la surface du globe , do préférence 
dans les régions tempérées de l'hémisphère boréal, et quelques types 
ont des aires de distribution très-étendues : ainsi, VAncijlopus mela- 
nocephalus, a été découvert en Sicile, retrouvé dans l'Afrique aus- 
trale, à Ceylan, à Java, aux Indes orientales, et dans ces derniers temps 
sa présence a été constatée au Japon. Les espèces du génie Trochoï- 
UEus ont une distribution géographique non moins remarquable. 



84 BNDOMTCllIDES. 

l'une habite la Colombie, une autre l'île de Madagascar, une troi- 
sième a été trouvée à l'île Maurice, dans l'Inde transgangétique et 
aux îles Philippines. La quatrième existe à l'état fossile dans le copal. 

Tout ce que nous connaissons de l'organisation interne des Endo- 
mychides, est dû aux recherches de M. Gerstaecker. Le Professeur 
de Berlin a fait l'anatomie de VEumorphus i-notatus, grande et ma- 
gnifique espèce de Java. Il a étudié ces parties externes que recou- 
vrent les élytres, c'est-à-dire les arceaux supérieurs du mésotliorax, 
du métathorax et de l'abdomen ; ensuite, il a procédé à la dissection 
du système des organes respiratoires et digestifs, des organes do la 
génération chez le mâle et la femelle. Le résultat de ces recherches 1;>- 
borieuses se trouve consigné dans l'Introduction de sa Monographie 
des Endoraychides ; mais les détails étendue, dans lesquels il faudrait 
entrer pour les exposer convenablement, sortent du cadre de cet ou- 
vrage, et nous devons nous borner à les signaler à l'attention des 
Ifictôurs 

Dans le même ouvrage, M. Gerstaecker a nettement tracé les limites 
delà Famille actuelle; il en a éliminé certains genres qui y avaient été 
introduits à tort, et d'autres, qui avaient été placés dans des Familles 
Uès-éloignécs, en font actuellement partie; la plupart de ces der- 
niers, réunis sous le nom d'Endomychides aberrants, en constituent 
deux groupes, celui des Leiestites et celui des ïrochoïdites, dont le 
type s'éloigne beaucoup plus que le premier de la forme normale et 
bien connue des Endomychides. Lorsque nous aurons à parler do 
chacun de ces groupes, nous reviendrons sur les vicissitudes aux- 
quelles ils ont été soumis. La manière de voir du Prof. Gerstaecker, 
au sujet des limites de la Famille, paraît acceptée par les Entomolo- 
gistes modernes; son livre réaUse un progrès marqué dans la science. 

Néanmoins, il n'a pas fallu moins d'un siècle pour obtenir ce ré- 
sultat, et il no sera pas hors de propos de donner quelques rapides 
indications sur les travaux dont ces insectes ont été l'objet. Linné, 
De Geer, Fabricius ont admis les quelques espèces qu'ils ont con- 
nues, au nombre des Chtsomela, des GALEnucA,des Silpha; Marsham 
et Panzer, au nombre des Tenedrio. La science fit un premier pas, 
lorsque Panzer eut créé le genre Endomychus, Latreillo celui do Lï- 
coPERDiNA, et Wcber celui d'EuMOiiPHUS. A peu d'intervalle, le cé- 
lèbre entomologiste français que nous venons de citer, réalisa un 
double progrès : le premier, en réunissant les trois genres dans un 
même groupe, qu'il plaça, vu la structure do leurs tarses, dans la 
Famille des Coccinelles; lo second, en séparant de ces dernières son 
nouveau groupe qu'il délimita d'une manière plus précise sous le 
nom de Fungicoles el qu'il enrichit du genre Dapsa, indiqué antérieu- 
rement par Zicgler. Le nom d'Endomychides, introduit dans la science 
par Leach, a été substitué à celui de Fungicoles, parce que co der- 
nier peut s'appliquer à beaucoup d'autres espèces qui ont les mêmes 



ENDOHTCHIDES. 85 

mœurs et qui ne font pas partie de ce groupe. C'est à peu prôs à cette 
époque que parut la 2" Edition du Catalog:u6 du comte Dejean ; les 
()3 espèces de sa riche collection sont réparties en des genres nom- 
breux, dus pour une bonne partie à M. Chevrolat, mais dont les ca- 
ractères n'ont pas été publiés. Gormar, à l'article Eumohphus de )'£»- 
cyclopédie d'Histoire nalurelle d'Ersoh et Grober, reprit l'étudo de 
cette Famille dans son ensemble et créa le genre Ampuisternus. Parmi 
les nombreuses publications qui suivirent, les unes ne contiennent 
que la description d'espèces encore inconnues et peuvent être passées 
sous silence dans ces généralités; d'autres, plus importantes, ont rap- 
port soit à la délimitation et à la division systématique de la famille, 
soit à la création de genres nouveaux. A de courts intervalles, on vit 
apparaître les travaux de MM. Redtenbacher (1), Mulsant(2), Costa (3) 
et Le Conte (i). Enfin, en 1857, époque qui doit marquer dans l'his- 
toire scientifique des Eiidoiiiychidcs, des travaux plus étendus furent 
publiés presque simultanément en Allemagne et en France. Et d'a- 
bord, nous rappellerons pour mémoire la notice de M. J. Thomson 
intitulée : « Description d'un nouveau genre de la Famille des Eu- 
morphides » (5), l'auteur n'a pas reconnu que cette coupe générique, 
distincte des Eumorphus par le prosternum, avait déjà été signalée 
par Germar sous le nom d'AuPHiSTERNUs. 

Le tomeXXIlI des Archives d' Histoire nalurelle, fondées par Wieg- 
mann, contient un travail important du Prof. Gerstaocker, sous le 
litre de : Essai d'une division systématique des Genres Eumorphus et 
Endomychus (6). Là, se trouvent exposés les caractères généraux de 
la Famille et sa division en différents groupes, la création de genres 
niunbreux établis sur des caractères positifs. C'est, en un mot, le pro- 
drome de la Monographie des Endomyohides que l'auteur allait pu- 
blier l'année suivante. 

En France et à peu prôs à la même date, Guérin-Méneville insé- 
rait dans les Archives entomologiques un Mémoire intitulé : Matériaux 
pour une Monographie du groupe des Eumorphides et plus spéciale- 
ment du genre Eumorphus (7). Ces recherches déjà faites et manus- 
crites en 1834, au rapport do l'auteur, contiennent la description des 
espèces du genre Eumorphus connues do l'auteur, et, en outre, quel- 

(f ) Tcotamen dispositionis gcnerum et specierum Coleopterorum pseudotri- 
merorum Auslriœ, dans Germar Zeitsc. f. d. Entomolog. t. V, p. 1 13, 18i4. 

(2) Histoire naturelle des Coléoptères de France, Sulcicolles, Paris, 1846. 

(3) Fanna del regno di Napoli, Endomicbidei, Naples, 1849. 

(4) Synopsis of tlie Endomychiila; of the United States, dans Proc. of Iho 
Acad. of ilie N. Se. of Pliiladelp. \'I, p. 357-;560, IBSt. 

(5) Arolilves entomologiques, 1, p. 153-1^7, 1857. 

(<>) Wiegm. Arch. t. Naturgescli. t. XXUI, i, p. 211-243, 1837. 
(7) Arcliiv. entomologiq. t. 1, p. 237-280. 



86 BNDOMYCHIDBS. 

ques renseignements sur les genres voisins inscrits dans le Catalogue 
Dejean. Quelqiies mois à peine se sont écoulés, que l'auteur insère dans 
\a.Revu6elMag. de Zoologie {l), une seconde notice sur le même sujet. 

Evidemment icij il y avait en jeu une question do priorité. Il est à 
regretter que Guérin-Mcneville, à qui l'Entomologie doit tant d'ob- 
servations intéressantes, ait cru pouvoir publier en 1857 un travail 
composé en 1834, en négligeant do le mettre à la hauteur de la 
science, et que l'idée de réparer cette erreur l'ait amené à en com- 
mettre une autre; sans recherches bibliographiques, sans étude atteu- 
tive de la nature, il a donné lo jour à un second opuscule, dont le 
souvenir, inscrit dans les Annales do la Science, servira seulement à 
une seule chose, c'est-à-dire à démontrer que l'intelligence ne peut se 
passer de l'observation, du travail; ni le succès des efforts les plus 
soutenus. 

11 a fallu beaucoup de travail , beaucoup do persévérance, unis à 
une intelligence distinguée pour produire un ouvrage tel que la Mo- 
nographie des Endomychides, qui a paru dans le cours de l'année 1858. 

Il serait superflu de faire l'analyse de cet excellent travail ; le meil- 
leur hommage que nous puissions lui rendre, c'est d'indiquer qu'il a 
servi de base aux études que nous rédigeons en ce moment; nous 
n'avons eu qu'à en disposer les matériaux selon les règles générales 
adoptées dans la rédaction du Gênera des Coléoptères, et, en second 
lieu, à y intercaler les découvertes contemporaines. Eu effet, depuis 
l'apparition de la Monographie des Endomychides, la science s'est en- 
richie d'un mémoire de l'illustre voyageur Bâtes sur les Cortnoma- 
Lus de l'Amazone. En second lieu, a paru peu après la Monographie 
des Endomychides d'Europe par M. l'abbé de Marseul; outre la des- 
cription lidèlo de plusieurs espèces- nouvelles, elle renferme la des- 
cription d'un genre nouveau. En dernier lieu, nous avons à mention- 
ner les études consciencieuses du Rev. M. Gorham, qui nous a donné, 
dans le Recueil mensuel de l'Entomologiste, divers mémoires renfer- 
mant, soit des espèces, soit des coupes génériques nouvelles, et qui 
vient de publier ses Endomycici recilali, travail plus important et qui 
résume les découvertes et les vues de l'auteur sur la Famille dont il 
est ici question. 

De notre côté, nous n'avons eu à ajouter qu'un seul type générique, 
le genre Mtcella , jusqu'à ce jour le seul Endomychide propre à la 
Nouvelle-Hollande. 

La classification que nous avons suivie est au fond celle du Prof. 
Gerstaecker, légèrement modifiée par M. Gorham et dans laquelle 
nous avons, à notre tour, introduit quelques changements, non pour 
la satisfaction d'innover, mais pour la modeler sur le môme plan qui 
régit les autres Familles du Gênera. 

(J) Revue et Mag. de Zoolog. IX, p. 565-381 . 



BUMORPHITKS. 87 

Les divers groupes qui se partagent les 48 genres des Endomychi- 
des peuvent se distinguer de la manière suivante ; 

A. Tarses subtétramères. 

B. Languette un moins aussi large que lunguc, tron- 



quée ou échancréo h son bord libre. 

C. Antennes à massue très-comprimée, subfoliacée. 

D. Palpes labiaux & dernier article transversal. 
D'. — — — — carré. 

C. Antennes à massue cylindro'ide ou subcompri- 
mée. 

E. Antennes à !) et 10 articles aigus et prolongés au 

cété interne. 
E'. Antennes h. 9 et 10 articles non prolongés au côté 
interne. 

F. Corps oblong ou allongé. 

F'. — brièvement ovalairc ou arrondi. 

B'. Languette obiongue, arrondie à son bord libre. 

A'. Tarses tétramères. 

G. Antennes do il articles. 
G'. - 4 - 



Eumorphiles. 
Corynomalites. 



4. Epipociles. 



. Lycoperdites. 
Siénotarsites. 
Endomychiles. 

Leiestites. 
Trochoïdéites. 



Grodpb I. Eumorphitei. 

TAto assez grande, toujours bien visible d'en haut, à oiuseau assez 
développé. — Labre grand, légèrement émarginé à son bord libre ; 
mandibules oblongues, à bord interne peu concave, muni d'une mem- 
brane mince, linéaire, à extrémité longue ou courte, simple, tron- 
quée ou bidentéc; mâchoires à lobe interne grêle, très-court, cilié 
en dedans et muni inférieurement de trois fortes soies; lobe externe 
plus long et plus large, coriace à la base, membraneux vers l'extré- 
niilé, densémciit cilié; dernier article des palpes maxillaires plus 
long ou au moins aussi long que le précédent, taiitOt subcylindrique 
et largement tronqué, tantôt atténué vers l'extrémité avec une petite 
troncature; lèvre inférieure il sous-menton court, m-rondi en avant; 
menton transversal, subhexagonal, ses bords latéraux dilatés-angu- 
leux; languette également transversale, coriacée à sa base seulement, 
à bord libre, en général profondément émarginé ; palpes très-courts, 
2 article toujours transversal, le dernier de même forme et parfois 
trois fois aussi large que long, tronqué. — Antennes allongées, dé- 
passant souvent la moitié de la longueur du corps, à 2 article le plus 
court, le 3 toujours le plus long, les trois derniers formant une mas- 
siti; très-comprimée, subfoliacée, à articles serrés ou plus ou moins 
liclieniiînt unis. — Yeux grands, transversalement oblongs, grosse- 
ment granulés. — Pronotum médiocre ; en général plus étroit que les 



88 BNDOMYr.HIDKS. 

élytres, à surface peu convexe et toujours marquée d'un sillon trans- 
versal à Id base et de sillons longitudinaux plus ou moins allongés. — 
Ecusson toujours transversal, à sommet arrondi ou obtus. — Elytres 
tantôt arrondies, tantôt ovales ou ovalos-oblongues, plus ou moins 
convexes, à bords latéraux tantôt faiblement, tantôt largement dilatés, 
à sculpture et coloration remarquablement constantes selon les genres. 
— Ailes développées. — Prosternum assez large (Encymon excepté) 
et séparant les hanches, tantôt les dépassant en arrière, tantôt plus 
court; mésosternum parfois fortement transversal. — Pattes allongées, 
débordant d'une longueur variable le pourtour du corps; tarses à i 
et 2 articles allongés, article onguéal dilaté vers sou extrémité et armé 
de crochets simples. 

Sans recourir à l'examen des organes buccaux, c'est-à-dire sans se 
rendre un compte exact do la forme de la languette et de ses palpes, 
de la structure des lobes de la mâchoire, il n'est pas toujours facile 
de reconnaître avec certitude les insectes qui appartiennent à ce pre- 
mier groupe. Cependant on remarquera que toujours l'abdomen, dans 
l'un et l'autre sexe, est formé de cinq segments, que les antennes ont 
une massue fortement comprimée, subfoliacée et que le 3 article est 
toujours plus long que les suivants. 

Du reste, le faciès est souvent caractéristique; d'autre part, l'uni- 
formité du dessin et de la coloration des élytres permet souvent de 
préjuger le genre d'une espèce. Ainsi, chez toutes les espèces du 
genre Amphisteiinus, ces organes sont ornés d'épines ou de tuber- 
cules; chez les Eumorphus et les Pedanus, ils offrent quatre taches 
plus claires; et chez les Eugonius et Tkycherus, ce sont des bandes 
transversales. 

Les insectes qui composent ce groupe sont remarquables par leur 
grande taille, par leur belle coloration et par les particularités qui 
distinguent les sexes. En général, chez les mâles, les articles des an- 
tennes sont plus allongés que chez les femelles, parfois la massue est 
plus large. Chez les EuMOnniiis, le corselet du mâle a ses angles pos- 
térieurs prolongés en arrière, et dans quelques espèces les élytres ont 
une convexité en cône surbaissé ; chez lo mâle de tons les Spatho- 
MELES connus, les élytres sont munies d'épines aiguës. Toujours, les 
jambes présentent des différences sexuelles, soit par leur longueur ou 
leur courbure, soit par les dents ou les échancrures dont elles sont 
munies. Dans quelques types, on observe des caractères sexuels aux 
trochanters, anx cuisses, aux segments abdominaux. 

Les Eumorphites sont propres aux régions intertropicales et n'aban- 
donnent pas la zôno des palmiers et des bananiers. Les lies de la Sonde 
paraissent être le berceau de ces insectes, de là ils irradient aux îles 
Philippines, au continent indien et jusque dans l'île de Ceylan. Les 
genres offrent une distribution géographique remarquable par les li- 
mites précises qui les circonscrivent; sur les neuf genres du groupe. 



EUMOBPHITES. 89 

s(>pt appartiennent au continent et à l'Archipel indiens; les deux au- 
tres ont été découverts, l'un à Madagascar, l'autre sur les côtes occi- 
dentales de l'Afrique, eu Guinée et dans la Sénégambie. 

Les genres sont extrêmement difliciles à distinguer les uns des autres; 
pour le plus grand nombre, il est indispensable d'étudier la structure 
des mandibules. Le Prof. Gerstaecker en a tracé le tableau synop- 
tique suivant : 

A . Dernier article des palpes labiaux transversal. 

B. Prosternum large, binde à la base. Amphistemus. 
B'. — simple, dépassant les lianches en arrière. 

V,. Mandibules unidentéos au bord interne, tronquées au 

sommet. 
D. — à extrémité allongée ; massue des antennes 





serrée. 


Spathomeles. 


D'. 


MjQiiibules k extrémité courte ; massue des antennes 






h iirllcles séparés. 


Engonius. 


C. 


MandiL'iiles unidentées à leur bord interne, à sommet 






nssile. 


Trycherus. 


C" 


. Mandibules à bord interne non denté. 




E. 


— acuminées. 


Eumorphus. 


E'. 


— obtuses, arrondies. 


Pednnus. 


B" 


. Prosternum tronqué entre les hanches. 


Dioedes. 


B- 


'. — h peine \lsible, !os hanches presque 






contiguës. 


Encymon. 


A'. 


Dernier article des palpes labiaux ovnlaire. 


Cymbachtis. 



AMPHISTERNUS. 
Gerhar, Ersch und Grober, AUg. Encycl. d. Wissensch. t. 39, p. 85 (1). 

Tête en général assez enfoncée dans le prothorax, mandibules il 
face externe oblique, arquée, à extrémité fissile, et paraissant triden- 
tée par le rapprochement de la dent du bord interne; dernier article 
des palpes maxillaires subcylindrique, comprimé, tronqué au bout, 
de moitié plus long que le précédent; celui des labiaux en segment 
de cercle, très-largement tronqué et deux fois plus large que long. — 
Yeux transversalement oblongs, assez convexes. — Antennes grêles, 
à 3 article presque aussi long que les deux suivants réunis, massue 
oblongue, assez serrée. — l'rothorax variable, atténué vers la hase, 
moins largo que les élytres, à surface peu convexe. — Elytres oblou- 

(t) EuMDBPHUs, Dejean, Cat. 2' éd. p. 4,39 ; Guérin, Archiv. entom. l,p.258; 
Icon. du Rég. An. p. 316, pi. 50, f. 7 ; Thomson, Rev. et Mag. de lool. 2' Sér. 
VIII, p. 4,76. — Cacod^mon, Thomson, Archiv. entom. I, p. 155. — AurHiSTEB- 
1US, Gerstaeclicr, Wiogm. Arch. XXUI, p. 210; Monogr. Endom. p. 45; Gor- 
liam, Lnduu). récit, p. 9. 



90 EN0OMTf.HIDKS. 

gues, assez convexes, très-déclives en arrière, ornées tantôt de tuber- 
cules, de crêtes de couleur plus claire que le fond, tantôt de spinules 
longues et aiguës. — Prosternum plus ou moins large entre les han- 
ches, à surface subcanaliculéo, muni à son bord postérieur de deux 
longuesspinules coniques ; mésosternum transversal, subélargi en ar- 
rière, avec une saillie tuberculil'orme en avant. — Pattes en général 
assez longues, cuisses claviformes, à renflement plus ou moins marqué 
selon les espèces. 

Les différences sexuelles sont très-remarquables dans quelques es- 
pèces ; ainsi, dans VAmpliisternus hamalus, elles se manifestent aux 
jambes antérieures, aux trochanters, au dernier segment abdominal; 
chez d'autres, les jambes seulement portent une petite dent vers l'ex- 
trémité ; parfois encore ce caractère disparaît et le mâle ne se dis- 
tingue que par la forme ou les appendices du corselet et des ély- 
tres. 

Ce genre est très-distinct entre tous par la forme du prosternum 
aussi bien que par celle des mandibules. 11 se compose d'une dizaine 
de belles espèces, assez rares pour la plupart dans les collections et 
originaires soit des îles de la Sonde, soit de l'Inde transgangétique. 

SPATHOMELES. 
Gerstaeoker, Wiegm. Arch. f. Naturg. XXIII, 1, p. 218 (1). 

Tôte relativement assez forte ; mandibules à face externe convexe, 
assez large à la base, à bord interne armé d'une dent dans son rai- 
lieu, à extrémité prolongée, fortement recourbée et tronquée carré- 
ment. — Dernier article des palpes maxillaires subcomprimé, tronqué 
à l'extrémité, une demi-fois plus long que le précédent; celui des 
labiaux en segment de cercle, largement tronqué, deux fois aussi large 
que long. — Yeux assez convexes. — Antennes de longueur médiocre, 
3 article un peu moins long que les deux suivants réunis, massue as- 
sez large, à articles très-serrés. — Prothorax quadrangulaire, un pou 
plus large que long, plus étroit que les élytres à la base, à surface 
peu convexe, souvent très-inégale. — Elytros oblongues-ovalaires, 
coupées carrément h la base a\ ec les épaules assez marquées, étroi- 
tement marginécs sur les bords latéraux, à surface convexe, ornée de 
taches ou de bandes rouges ou jaunes ordinairement saillantes. — Pro- 
sternum à bords latéraux subparallèles ou légèrement rétréci entre 
les hanches, arrondi en arrière ou prolongé en pointe subaigue, à 
surface plane ou subconcave ; mésoslernum un peu transversal, sub- 
élargi en arrière, en pointe tuberculiforme en avant. — Pattes lon- 

(I) Gerstaecker, Honogr. Eodomych. p. 61. — CACoOiGMON, Thomson, Arclilv. 
eotoDi. 1, p. IS-i. — EuMonrnus, Guérln, Archiv. cntom. 1, p. 233; Gorliam, 
Eadomy. récit, p. 10. 



KUMORPniTES. 91 

guos ot robustes, cuisses renflÈPs dans leur milieu, jambes grêles et 
allongées. 

Ce type est voisin du précédent par la forme générale du corps, 
par celle du mésosternum ; il s'en distingue néanmoins avec facilité 
par le bord postérieur du prostornum qui n'est pas bi-épineux. Daus 
toutes les espèces connues, les mâles présentent aux élytres, près de 
la suture et un peu en arrière du milieu, deux longues épines aiguës, 
dirigées en arrière. Tantôt les cuisses antérieures sont dentées, ainsi 
que-les jambes des deux dernières paires, tantôt les cuisses sont iner- 
ines et toutes les jambes sont élargies et dentées. Chez les femelles, 
les élytres sont toujours dépourvues d'épines, les cuisses et les jambes, 
moins allongées et moins robustes, sont inermes. 

Les espèces, au nombre de 4 seulement, sont répandues dans les 
îles de la Sonde. Dans ces derniers temps, M. Gorham a fait connaître 
deux types remarquables, l'un de Bornéo, l'autre des îles Philip- 
pines (IJ. 

ENGONIUS. 
Gbrst. Wiegm. Arch. f. Naturg. XXIII, I, p. 220 (2). 

Tête asseï forte, profondément engagée dans le prothorax. — Man- 
dibules épaissies à la base seulement dans leur partie externe, atté- 
nuées vers le bout qui est légèrement obtus, non Dssile et la dent 
du bord interne rapprochée do l'extrémité. — Dernier article des 
palpes labiaux transversal. — Antennes à 3 article un peu plus court 
que les deux suivants réunis, à massue formée d'articles peu serrés, 
légèrement séparés les uns des autres. — Prothorax quadrangulaire, 
assez fortement transversal, angles antérieurs courts et obtus, bords 
latéraux légèrement arrondis, bord postéridur un peu moins large que 
la base des élytres, ses angles assez marqués. — Elytres à base tron- 
quée carrément, ovalaires-oblongues, peu convexes. — Prosternum 
étroit, prolongé au-delà des hanches, reposant sur le mésosternum 
par son extrémité tronquée ou arrondie; mésosternum subcarré, à 
peine un peu plus large que long. — Pattes assez courtes, cuisses lé- 
gèrement claviformes, jambes moins allongées que dans les genres 
précédents. 

La forme générale du corps des insectes de cette coupe ressemble 
à celle des Spathomkles, le pronolum est notablement plus large, les 
mandibules et la massue des antennes ont une structure différente. 
Quant aux différences sexuelles, elles se trouvent aux jambes ou au 
dernier segment abdominal; tantôt les jambes antérieures sont den- 

(1) Gorliam, Endomy. récit, p. 31. 

(2) Syn. EuMORPiius, Guérin-Mén. Archiv. entom. !, p. 289. — Engonius, 
Geistaecker, lUouogr. Eadom. p. 69 ; Gorliam, Kndom. recil. p. 10. 



92 RNDOMYCHIDES. 

tées vers l'extrémité, tantôt les antérieures et les moyennes portent 
une dent vers le milieu du bord iuterne. 

On ne connaît que 6 à 7 espèces, découvertes dans les îles de la 
Sonde et à Ceylan. 

TRYCHERUS. 
Gebst. Wiegm. Arch. f. Nalurg. XXIII, I, p. 222 (1). 

Tête relativement assez large, fortement engagée dans le protho- 
rax; mandibules à face externe épaissie seulement à la base, à par- 
tie antérieure grêle avec l'extrémité légèrement fendue et la dent du 
bord interne rapprochée du sommet; dernier article des palpes maxil- 
laires allongé, atténué vers l'extrémité et tronqué ; celui des labiaux 
en segment de cercle, deux fois au moins aussi large que long, deux 
fois plus long que le précédent, mais le débordant peu en largeur; 
sous-menton assez long, menton à bord antérieur rétréci, réfléchi, à 
face externe subconcave. — Antennes à 3 article un peu moins long 
que les deux suivants réunis, à massue très-grêle, composée d'articles 
un peu séparés et tronqués, arrondie à l'extrémité. — Prothorax trans- 
versal, parfois doux fois aussi large que long, fortement échancré au 
bord antérieur avec les angles saillants, moins large que la base des 
élytrcs; écusson semi-circulaire. — Elytres oblongues-ovalaires, plus 
ou moins allongées, peu convexes, à épaules peu saillantes. — Pro- 
slornum étroit, lancéolé et dépassant les hanches en arrière, son ex- 
trémité reposant sur le mésosternum ; celui-ci oblong , notablement 
plus long que large, de forme subpentagonale, en partie caché par 
l'arceau précédent. — Pattes médiocres, peu robustes, cuisses im peu 
renflées dans leur milieu et légèrement comprimées. 

Dans ce type les mâles ont ordinairement les jambes antérieures 
dilatées, anguleuses vers l'extrémité, parfois aussi les jambes moyen- 
nes; chez d'autres, on observe dos diflérences sexuelles dans la mas- 
sue des antennes ou aux derniers arceaux de l'abdomen. 

Cinq espèces de ce genre sont décrites, toutes appartiennent à la 
cûle occidentale de l'Afrique, depuis le Sénégal jusqu'à la Guinée. 
M. Gorham a décrit une nouvelle espèce, originaire de la première de 
ces contrées (2). 

EUMORPHUS. 
Weber, Observât, eniom. p. 31 (3). 

Tête au plus médiocre, fortement engagée dans le prothorax. — 

(1) Olenus, Dej. Cat. 2" éd. p. 4M. — Balius, Gu6rin, Arctiiv. entom. I, 
p. 202. — Tkïcherds, Gerst. Monogr. Endom. p. 79; Gorham, Endom. récitât. 
p. 10. 

(2j Gorliam, Endom. récit, p. 33. 

(3) Syii. EuMORPBUs, Fabr. Sysl. El. II, p. 12; Olivier, Eutomol. VI, p. 1065; 



£UMOBPHITBS. 93 

Mandibules à corps large, en lame comprimée, dilatées seulement en 
dehors vers la base, à bord interne assez largement membraneux et 
dépourvu de dent, à pointe plus ou moins allongée, toujours brus- 
quement arquée en dedans. — Dernier article des palpes maxillaires 
linéaire, subcomprimè, tronqué à l'extrémité, et seulement un peu 
plus long que le précédent; celui des labiaux en carré transversal, 
trois fois aussi large que long, ne dépassant pas le précédent qui est 
triangulaire, ni en longueur, ni en largeur; menton fortement rétréci 
en avant, bord antérieur réfléchi, surface concave. — Antennes à 3 
article aussi long et parfois plus long que les deux suivants réunis, à 
massue toujours largo, à articles peu serrés. — Prothorax eu ti'apèze 
transversal, rétréci de la base vers le sommet, à bord antérieur plus 
ou moins profondément échancré avec les angles saillants ; les angles 
postérieurs droits et aigus ou bien prolongés et spinuleux; à surface 
peu convexe et ordinairement égale; écusson semi-ciiculaire. — Ely- 
tres de forme trôs-variable, tantùt oblongues-ovalaires, tantût subcir- 
culaires, à convexité très-faible ou médiocre. — Prosternum étroit, 
un peu élargi et lancéolé entre les hanches, à pointe plus ou moins 
aiguë reposant sur le mésoslcrnum ; celui-ci à peu près aussi long 
que large, à surface subconcave. — Pattes grêles et longues, cuisses 
un peu renflées et comprimées. 

Ce genre est extrêmement remarquable par la grandeur et la beauté 
des insectes qui le composent. Tous, sauf une espèce, sont ornés de 
quatre taches disposées par paires et plus ou moins développées, 
d'une nuance claire sur un fond obscur; ce qui contribue encore à 
leur donner un aspect tout particulier, c'est l'élargissement du bord 
latéral des élytres ; cette expansion lamelliforme et plane commence 
aux épaules, gagne rapidement d'étendue jusqu'au milieu de la lon- 
gueur dos élytres, puis diminue graduellement, ou bien continue il 
s'élargir jusqu'à l'angle suturai. A part chez quelques individus mâles, 
lorsque le bord marginal est fortement dilaté, la convexité est faible; 
au contraire, celle-ci devient plus forte, lorsque la dilatation latérale 
n'a pas lieu et que le bord réfléchi des élytres fait à peine saillie. 

Les différences sexuelles, parfois très-apparentes, portent sur divers 
orgaues : le prothorax du mâle est plus large, ses angles postérieurs 
sont plus saillants, parfois spinuleux; aux élytres, la dilatation laté- 
rale est plus prononcée chez le mâle, et dans certaines espèces, la con- 
vexité du disque prend une forme pyramidale. Au point de vue de la 
forme des jambes antérieures, les espèces forment deux groupes : 
dans l'un, où se trouvent les espèces à élytres très-dilatées, les jambes 
sont comme tordues sur leur axe, carénées en dehors, sillonnées en 

Gerslaocker, Wicgm. Arcliiv. f. Natiirg. XXUI, I, p. 2"25; Giiériii-M. Arcliiv. 
entom. 1, p. iJO; Gorstaccker, Mouogr. Endom. p. 88; tiorliam, ËuduDi. rocil. 
p. 11. 



M ENUOMïCIllDliS. 

dedans et munies d'une dent plus ou moins forte vers le milieu du 
bord interne ; dans l'autre groupe, que constituent les espèces à ély- 
tres oblougues non dilatées, les jambes, toujours chez le mâle, sont 
droites, minces, non sillonnées et armées vers leur milieu d'une pe- 
tite dent. Dans les espèces du premier groupe, les jambes moyennes 
et postérieures ne sont jamais dentées, mais tantôt comprimées et ci- 
liées, tantôt arrondies et arquées; en général, terminées par une 
longue épine. Enfin, le dernier segment abdominal est toujours émar- 
giné chez le mâle et arrondi chez la femelle. 

Entre les divers genres do la Tribu actuelle chez lesquels le proster- 
num déborde les hanches eu arrière, celui-ci est le seul chez lequel les 
mandibules soient allongées, aiguiis à leur extrémité et inormes à leur 
bord interne. 11 est bien vrai que ce caractère est d'une observation 
difficile et appréciable seulement par la dissection des organes buc- 
caux; en général, cependant, la forme du pronotum, celle des ély- 
tres et leur coloration permettront do reconnaître les diverses espèces 
qui composent cette coupe générique; dans quelques cas douteux 
seulement, il devient indispensable de se rendre compte de la forme 
des mandibules. . 

Toutes les espèces décrites, au nombre do 28, ont été découvertes 
dans les îles de la Sonde, quelques-unes dans les îles Philippines, à 
Ceylan, dans l'Inde transgangétiquo. L'île de Java seule en renferme 
plus de la moitié. La patrie do l'une des espèces décrites dans ces 
derniers temps, par M. Gorham, est restée inconnue (1). 

PEDANUS. 
Gerstabckbb, Wiegm. Ârch. f. Naturg. XXHI, I, p. 230 (2). 

Labre profondément émarginé à son bord libre. — Mandibules très- 
courtes, ovalaires-oblongues, dépourvues de dent il leur bord interne, 
et de pointe saillante en avant, termlni^es brusquement par une ex- 
trémité très-obtuse. — Dernier article des palpes maxillaires uu peu 
plus long et un peu plus gi'èle que le précédent, largement tronqué; 
celui des labiaux très-large et court, différant peu du 2. — Menton 
triangulaine, plan, ses bords non réfléchis. — Antennes un pou épais- 
sies, à 1 article développé, aussi long et du double plus gros que le 3, 
celui-ci à peine aussi long que les deux suivants réunis. — Protborax, 
toute proportion gardée, très-petit, en carré transversal, de moitié 
moins large que la base des élytre.-, à côtés latéraux parallèles, an- 
gles antérieurs courts, fortement arrondis, un peu dirigés eu dehors. 
— Elytres subquudrangulaires oblongues, largement arrondies à l'ex- 
trémité, peu convexes et à peine déclives en arrière, à bord marginal 



(1) Gorliam, Endom. récit, p. Sii. 



(1) Gorliam, bndom. récit, p. As. 

(2) Syn. EuMORPUus, Dej. Cat. 2" 6d. p. 438; Guéiiii, Arch. Enl. I, p. 25"2. — 
Pebanus, Gersl. Monog. Endom. p. 127. 



EUMORPniTES. 95 

à peine réfléchi. — Prosternum étroit, à bords latéraux parallèles, 
à extrémité arrondie; mésosternum presque carré, à bord postérieur 
émarginé avec les angles un peu saillants. — Pattes assez robustes, 
courtes, cuisses subclaviformes, subcomprimées, jambes courtes et 
droites, tarses à 2 article un peu élargi. 

Le o". dans ce genre, se distingue par ses antennes plus longues, 
ses cuisses plus renûées, ses jambes moyennes dentées en dedans, 
son dernier segment abdominal émarginé. Les espèces connues, au 
nombre de 3 seulement et originaires des grandes îles de l'Archipel 
indien, sont de taille moindre que les Eumorphus, dont elles possè- 
dent néanmoins le système de coloration. Leur caractère différentiel 
réside dans la forme des mandibules; ses organes sont très-courts, 
cachés par le labre, dépourvus de dent à leur bord interne, et leur 
extrémité, au lieu de présenter une pointe plus ou moins allongée, 
se termine brusquement par la convergence des bords interne et ex- 
terne. 

ENCYMON. 
Gerstaecker, Wiegm. Arch. f. Naturg. XXIH, I, p. 232 (1). 

Mandibules très-larges, plus longues, épaissies en dehors à la base, 
a extrémité grêle , effilée , à dent du bord interne rapprochée du 
sommet; palpes maxillaires à articles 2, 3, i égaux en longueur, 
épaissis vers l'extrémité, le dernier largement tronqué; lèvre infé- 
rieure à menton dilaté latéralement en pointes obtuses, rétréci, trian- 
gulaire en avant, avec ses bords épaissis; dernier article des palpes 
maxillaires très-large, troisfois aussi long que le précédent. — Antennes 
grêles, 3 article plus long que les doux suivants réunis, massue large, 
raccourcie, dernier article tronqué transversalement. — Prolhorax 
étroit à la base, élargi en avant du milieu, avec les angles antérieurs 
arrondis et dirigés en dehors: écusson en triangle obtus. — Elytres 
très-courtes, à peu près circulaires, très-convexes. — Prosternum 
forleinent rétréci à partir du bord antérieur des hanches, linéaire et 
tranchant entre ces dernières, un peu renflé et saillant en arrière, 
profondément enfoncé et reposant sur le mésisternum; celui-ci plus 
long que large, étroit entre les hanches, coupé carrément en arrière, 
subémarginé de chaque côté, triangulairement élargi, puis atténué 
en avant, où il présente une facette articulaire pour le prosternum. 
— Pattes grêles, cuisses un peu épaissies vers l'extrémité, jambes 
minces, les postérieures surtout arquées, tarses médiocrement élargis. 

La forme générale du corps rappelle un peu celle des espèces du 
genre Corynomai.us, aussi bien par leur brièveté que par leur con- 
vexité; mais le pronotum ressemble davantage à celui du genre Pe- 

DANUS. 
(1) Gci-staockur, Monogr. Ëndom. p. iH. 



96 ENDOMTCHIDES. 

Lo Prof. Gei'Staecker n'a connu qu'une seule espèce, trouvée à Su- 
matra. Le Révérend M. Gorham en a fait connaître trois autres, 
originaires, l'une des îles Arou, une autre dos Moluques, la dernière, 
de Bornéo. 

DIOEDES. 

GïRSTABCKER, Wiegm. Arch. f. Naturg. XXllI, I, p. 231 (1). 

Mandibules très-larges et robustes, à extrémité tronquée et la dent 
du bord interne rapprochée du sommet; dernier article des palpes 
maxillaires un peu plus long que le précédent, un peu atténué vers 
l'extrémité qui est obliquement tronquée; celui des palpes labiaux 
trois fois aussi large que long, à peu près semblable au précédent 
pour la grandeur. — Antennes grêles, 3 article au plus aussi long que 
les deux suivants réunis ; à massue étroite. — Prothorax à bords la- 
téraux droits et convergents en avant, fortement infléchi. — Elytres 
•ourtes, assez convexes et très-fortement déclives en arrière. — Pro- 
sternum étroit, linéaire, en gouttièce dans son milieu, tronqué entre 
les hanches antérieures, ne reposant pas sur le mésosternum ; celui-ci 
plus largo que long, tronqué carrément en arrière, droit sur les côtés, 
en pentagone par la convergence en avant des bords latéraux. — 
Pattes plus ou moins allongées, cuisses légèrement comprimées, tarses 
médiocrement élargis. 

Parmi les différents genres qui ont le dernier article des palpes la- 
biaux distinctement transversal, celui-ci se distingue par la brièveté 
et la troncature du prosternum, tandis que chez tous les autres, lo 
pi'osternum se prolonge en arrière au-delà, des hanches. 11 ne ren- 
ferme (lue deux espèces, rapportées de Madagascar. 



GERSTAKCKEn, Wiegm. Arch. f. Nalurg. XXllI, I, p. 233 (2). 

Mandibules longues et grêles, débordant le labre, arquées en fau- 
cille, à pointe effilée, tronquée au bout, à dent du bord interne rap- 
prochée de l'extrémité. — Mâchoires à lobe inlerno plus grêle que 
dans les autres genres, très-attéiiuô ; dernier article des palpes maxil- 
laires deux fois plus long que le précédent, fortement atténué, pres- 
que subulé, l'extrême pointe seulement tronquée. — Lèvre inférieure 
à menton court et large, tronqué carrément en avant, anguleusement 
dilaté vers la base; languette membraneuse, tronquée en avant, en 
triangle renversé avec les angles latéraux très-marqués ; palpes à 2 

(1) Syn. Aplosceus, Di^j. Cal. 2- éd. p. 4;^9. — Eumormius, Klug, Colcop. v. 
Madag. p. 126. — Diueues, Geisl. Mon. Endoin, p. 130; Gorliam, Ëiidom. iccit. 
I.. 13. 

(2) Geret. Honog. Eiidom. p. 140. 



COllYNOMAUTKS. 97 

article transversal, deux fois aussi large que long, cupulifoniio, le 3 
plus long que large, ovalaire, tronqué. — Antennes à 3 article plus 
court que les deux suivants réunis, seulement de moitié plus long que 
i, à massue large et très-grande. — Prothorax large et court, rétréci 
en avant, angles antérieurs aigus, peu saillants, dirigés en dedans; 
écusson en triangle régulier. — Elytres à peine plus larges que lon- 
gues, subcordilormes, très-convexes, très-déclives en arrière. — Pro- 
sternum tronqué entre les hanches, la troncature profondément échan- 
crée en triangle; mésosternum en pentagone à partie antérieure en 
pointe saillante et logée entre les hanches antérieures. — Pattes médio- 
cres, cuisses subcomprimées, jambes grêles et droites, tarses étroits. 
Quoique les cuisses et les jambes ne soient pas tout-à-fait sem- 
blables chez le mâle et chei la femelle, les différences sont à peine 
sensibles; chez le premier, les trochanters antérieurs sont brièvement 
mucronés, et le premier segment abdominal présente une forte im- 
pression triangulaire. On ne connaît qu'une seule espèce, originaire 
do l'ile de Java. 

Groupe II. Corynomalite*. 

Mêmes caractères que les Eumorphites, sauf les particularités sui- 
vantes : Mandibules robustes, longues et larges, triangulairement 
dilatées à la base du bord externe, à pointe assez longue et recourbée 
en dedans, bord interne muni d'une dent obtuse sous l'extrémité et 
d'une lamelle assez large. — Palpes labiaux à 2 article court, en 
croissant, 3 presque carré. — Antennes un peu variables, 3 article 
moins long que les deux suivants réuuis. — Prouotum relativement 
pou développé, moins large que les élytres à leur base et de moitié 
moins large que ces dernières dans leur plus grande largeur; ses 
angles antérieurs pou prononcés, obtus. — Elyfres ordinairement 
aussi larges que longues, très-convexes et presque semi-globuleuses; 
plus rarement un peu ovalaircs et moins fortement bombées. — Pro- 
sternum étroit, tronqué entre les hanches; mésosternum subpenta- 
gonal. — Pattes longues et grêles, dépassant faiblement le contour 
extérieur du corps. 

Les Corynomalites se reconnaissent aisément par la réunion de ces 
deux caractères : la massue dos antennes comprimée, foliacée, et leur 
forme courte et semi-globuleuso. Les Eumorphites ont les mêmes 
antennes, mais, dans aucun de leurs genres, la forme n'est aussi 
courte et aussi convexe. 

Une autre particularité qui différencie ce groupe du précédent, 
s'observe dans la coloration des élytres. Plusieiu'S types sont ornés de 
reflets métalliques brillants ; d'autres ont ces organes bordés de nuance 
claire soit au pourtour extérieur, soit on même temps lo long de la 
suture; enlin, quelques espèces sont pourvues de bandes Iransver- 
ColéopUres. Tome XII. 7 



98 ENUOMYCHIUES. 

sales ou do taches do tointo sonibie sur un fond clair. Cette diversité 
est eu oppoiitiou à la constance si remarquable de la coloration ou 
de la sculpture dans les divers genres du groupe des Kuniorphites. 
De plus, cette variatiou dans la disposition des couleurs ne se re- 
marque pas seulement d'une espèce à l'autre, mais encore chez les 
divers individus d'un môme type; ce qui donne lieu à do nombreuses 
variétés. 

Les différences sexuelles, si remarquables et si tranchées chez les 
Eumorphites, sont bien amoindries dans le type actuel, et ne consis- 
tent guère que dans la forme des pattes. 

En résumé, les Corynonuilites semblent constituer un type diffé- 
rent, quoique très-rapprochô de celui du premier groupe. A ce point 
de vue, on peut dire que ce sont les Eumorphites du Nouveau-Monde. 

Un seul genre : Corynomalus. 

CORYNOMALUS. 
Odevrolat, Dbj. Ctttal. 3" éd. p. 613 (1). 

Tète fortement ongagio dans le prothorax, médiocio. — Labre à 
peine émarginé à son bord libre ; mandibules robustes, épaisses à 
leur base, brusquement atténuées à partir du milieu, lamelle mem- 
braneuse du bord interne assez large, à dent rapprochée du sommet 
tronqué; mâchoires à lobe interne très-allongé, très-grélo et linéaire, 
l'exlerue large, sa partie membraneuse dilatée et arrondie ; palpes à 
1 article de moitié aussi large que le dernier, 2 et 3 subégaux en lon- 
gueur, 4 de moitié plus long que 3, atténué, presque subulé, l'cx- 
trômo pointe seulement tronquée; lèvre inférieure à menton court 
et large, angulousemont dilaté sur les côtés à la base, tronqué carré- 
ment en avant; languette plus large que longue, échancrée à son 
bord libre; palpes ^ 2 article serai-circulaire, 3 presque carré, trans- 
versal, seulement un peu dilaté en dedans. — Antennes variables en 
longueur, 3 article loujours plus court que les deux suivants réunis, 
à massue oblongue, tronquée à l'extrémité, il articles très-serrés, 
comme soudés. — Prothorax petit , en carré transversal, de moitié 
moins large que les élytres, à angles antérieurs courts, larges, arron- 
dis ou obtus, à surface très-peu convexe et déolive en avant, à bord 
postérieur sinueux avec des angles aigus; écusson en triangle curvi- 

(1) Syn. EnoTYLUs, Fabricius, Enlom. Syst. Siipp. p. 101 ; Scliôiihcrr, Syn. 
lus. II, p. 328. — /ïciTHus, Fabricius, Syst. Elculli. Il, p. 10. — EuMonraus, 
Olivier, Eulom. VI, \>. lOOOjHoflmansegg., Wi.cil. Zool. Mag. I, 2, p. li. — 
Amvhix, l)e Casleliiau, Hist. Nat. des Col. II, p. 5-22 ; Ou6rin-M6n. Archiv. cntom. 
1, p. 2C4. — CoitYNUiiAi.us, Eiiclisoii, Archiv. f. Naturg. XIII, Ins. Poruan. 
p. 81 ; Srhomburgk's, Bois. lU, p. 579; Guftrin-Méii. Archiv. enlom. I, p. 203, 
Gcistacclicr, Monog. Endoin. p. 1-13; Gorham, Endom. rccit. p. U. 



LTCoriiUDlNlTES. 99 

ligne. — Elytres à peine plus longues que larges, subcirculaires ou 

cordiformes, trôs-convexes et presque subhémisphériques, rarement 
subdéprimées et plus allongées. — Prosteruum médiocromeut large, 
linéaire, tronqué ou subéraargiuô un peu en avant du bord postérieur 
des hanches ; mésostornum subpcntagonal, aussi large que long, ou 
bien plus large et alors obtus en avant. — Pattes grêles, plus ou moins 
allongées, cuisses comprimées, jambes subélargies vers l'extrémité, 
tarses grêles, étroits, 2 article un pou plus long et un peu plus largo 
que le précédent. 

Los mâles, dans la plupart des espèces, se distinguent des femelles 
seulement par la conformation des pattes; chez les premiers, les ti- 
bias de la première paire sont infléchis en dedans vers l'extrémité; 
ils sont subéchanorés à la paire moyenne et arqués en dedans à la 
dernière paire. 

Outre un faciès général assez caractéristique, les espèces de ce 
genre se reconnaissent assez facilement à la forme subquadrangu- 
laire du dernier article des palpes labiaux. La coloration est peu uni- 
forme, elle varie d'une espèce à l'autre et souvent d'une façon très- 
remarquable selon les exemplaires d'une seule et môme espèce, va- 
riabilité qui a amené des erreurs nombreuses dans la distinction des 
espèces. 

La Monographie du Prof. Gerslaecker contient la description de H 
espèces. Peu de temps après sa publication, M. Bâtes a décrit 11 
types, dont 7 nouveaux (J), et M. Kirsch (2) en a lait connaître une 
dernière, ce qui porte à 22 le nombre des espèces actuellement con- 
nues. Toutes sont originaires do l'Amérique méridionale, oii seules, 
elles représentent le groupe des Eumorphites, et s'étendent depuis la 
Colombie jusqu'aux parties septentrionales du Pérou, 

Groupe III. Lycoperdinltet. 

Tête do forme variable, tantôt allongée et dégagée du prothorax, 
tantôt plus large que longue et engagée au-delà du bord postérieur 
des yeux. — Antennes grêles et longues ou plus courtes et plus épais- 
ses, les huit premiers articles de longueurs relatives très-variables, 
la massue formée de trois articles assez lâchement articulés, jamais 
comprimée-foliacée comme dans les groupes précédents; les 9 et 10 
articles obconiques ou plus larges que longs, jamais triangulairement 
prolongés au côté interne. — Pronotum transversal ou subquadrau- 
gulairo, ordinairement plus étroit que les élytres. — Celles-ci allon- 
gées ou olilongues-ovalaircs; glabres, comme le reste du corps, dans 
la plupart des gonres.— Pattes ou général grêles et peu allongées. 

(1) Bâtes, Journal of Enlomology. 1, p. 158. 
l"2) Kirsch, Berlin, ontom. Zeitsc. IX, p. 103. 



100 BNDOMYCHIDES. 

Ce groupe est le plus riche en types génériques ; il est très-diffi- 
cile d'en rien dire de général et ses caractères sont plutôt négatifs 
que positifs. Ainsi on les distinguera des Eumorphites et des Cory- 
nomalites par la structure des antennes, dont la massue n'est jamais 
comprimée et subfoliacée comme dans ces deux types. Le groupe sui- 
vant, celui des Epipocites, se distingue également du groupe actuel 
par la massue des antennes dont les deux premiers articles sont di- 
latés et aigus à l'angle interne. La forme oblongue-ovalaire ou allon- 
gée différencie les Lycoperdinites des Stenotarsites, où cette forme 
est arrondie ou brièvement ovalaire. Quant aux autres groupes de la 
Famille, on trouve, pour établir la distinction, des différences orga- 
niques plus importantes. 

Les espèces sont des insectes de petite ou de moyenne taille ; celte 
cause, jointe à leur genre de vie, oppose à la découverte des types 
des difficultés de plus d'un genre; il est probable que l'avenir nous 
réserve de nombreuses acquisitions, et il deviendra possible peut-être 
de subdiviser ce groupe, qui parait formé d'éléments hétérogènes. 
Quoi qu'il en soit, le nombre des espèces connues est actuellement 
de 76, réparties en 18 genres; toutes les contrées du globe en ont 
quelques représentants, et la seule chose digne d'être mentionnée, 
c'est le petit nombre des espèces qu'ont produit jusqu'à ce jour les 
contrées de l'Amérique méridionale, tandis qti'elles sont si riches en 
espèces des groupes suivants. 

Les différences sexuelles, sans être aussi prononcées que chez les 
Eumorphites, n'en existent pas moins; sans parler des diverses par- 
ties du corps sur lesquelles ces différences peuvent porter, soit pattes 
ou anteûnes, soit pronotunis ou élytres, il est utile de faire remarquer 
que chez les mâles des différents genres, l'abdomen se compose de'six 
arceaux en dessous; il y a peu d'exceptions, et, lorsque co caractère 
existe, on peut immédiatement en conclure que la forme n'appar- 
tient ni au groupe des Eumorphites, ni à celui des Corynomalites. 
Ce caractère disfinctif perd sa valeur à l'égard des groupes qui sui- 
vent. 

En nous aidant du travail du Prof. Gerstaecker, nous avons élaboré 
le tableau analytique des nombreux genres de ce groupe : 

A. Prostcrnum ne dépassant pas les lianclics en arriére. 

B. Hauclies séparées par le proslcrnum. 

C. Prostenium assez large, déprimé. 

D. Dernier article des palpes labiaux arqué. Acinaces. 
h'. — — — — ovalaire. Perrisia, 
C. Proslcrnum étroit, caréné; dernier article des palpes 

labiaux transversal. 
K. Aotenncs a 8 aiticle au moins égal à 7; tarses k '■2 ar- 
ticle transversal. Indalmus. 



iTropERDmrTES. 101 

E'. Antennes à 8 article moins large que 7; tarses à 2 ar- 
ticle oblong. Mycella. 
B'. Hanches antérieures conligucs. 

F. Antennes A articles 1-8 oblongs. 

G. Pronotum 6chancr<S au sommet, angles antérieurs 

prolongés. 
H. Mandibules à dent Interne nulle. — Palpes labiaux à 
dernier article transversal. — Languette i lobes 
latéraux tronqués. Ancylopus. 

H'. Mandibules i dent Interne subapicale ; palpes labiaux 
à dernier article ovdlaire; languette i lobes laté- 
raux acuminés. Dapsa. 

G'. Pronotum à bord antérieur tronqué. 

1. Antennes allongées, filiformes. — Labre profondément 

sinué ; palpes labiaux à dernier article transversal . Phalanlha. 

1'. Antennes assez courtes; labre tronqué; palpes labiaux 

à dernier arlicle ovalaire. Daulis. 

F'. Antennes i articles 4-8 courts, subglobuleux. 

K. Anlennes à massue formée peu à peu, son premier ar- 
ticle étroit. Lycoperdina. 

K'. Antennes à massue brusque, ses articles transversaux. Hylaia. 

A'. Proslernum prolongé au-delà des hanches et s'ap- 
piiyant sur le raésosternum. 

L. Crochets des tarses dentés à la base. Ap)Mrisla. 

L'. — — non dentés k la base. , 

M. Pronotum subtronqué au sommet. Saula. 

M'. — échancré en are de cercle au sommet. 

N. — offrant un sillon longitudinal parallèle au 
bord latéral. 

0. Antennes à 9 article très-rcnflè, plus gros que chacun 
des suivants. 

P. Angles postérieurs du pronotum prolongés. Rliabduchus. 

P*. — — — aigus, non prolongés. Danae. 

0'. Antennes à 9 et 10 articles subégaux. Conivpoda. 

N'. Pronotum dépourvu de sillon longitudinal parallèle 
au bord externe. 

Q. Sillons longitudinaux profonds et atteignant à peu 

près le milieu du disque. Mycelina. 

U'- Sillons longitudinaux réduits à. des fossettes oblon- 
gues. 

R. Massue des antennes à dernier article aussi long' que 

les deux précédents réunis. Polymus. 

K'. Massue des antennes à dernier article moins long que 

les deux précédents réunis. Hêliublelus. 



102 ENDOMYCHIDKS. 

ACINACES. 
Gerstaeckeb, Monogr. Endomych. p. 178 (1). 

Tête médiocre, un peu plus forte que dans les genres voisius. — 
Labre trôs-légèrement émargiiié ; mandibules robustes, convexes en 
dehors et dilatées, épaissies vers la base, à pointe courte accompagnée 
d'une dent au bord interne, à face inférieure concave ; mâchoires à 
lobe externe très-long, atténué vers l'extrémité, sa moitié basilaire 
cornée, l'autre moitié membraneuse et pubescente, lobe interne court, 
linéaire, corné, obliquement tronqué, cilié en dedans ; palpes très- 
longs, filiformes, i article court, 2 aniué, 3 obconique, 4 subfusifornae, 
aciculé, de moitié plus long que le précédent; lèvre inférieure à men- 
ton transversal, arrondi en avant, rétréci en arrière, à languette for- 
tement cordiforme; palpes à 2 article très-large, arqué, falciforme, 
à pointe externe, 3 deux fois aussi long que large à la base, très-aci- 
culé, arqué avec la convexité en dedans, la concavité en dehors. — 
Antennes mesurant la moitié de la longueur du corps, 1 article ren- 
flé à l'extrémité, 3 de moitié plus long que 4, lés suivants oblongs, 
diminuant graduellement de longueur; massue étroite, à articles lâ- 
chement unis, le dernier subquadrangulaire, échancré à son bord 
libre. — Prothorax court, assez large, rétréci en avant, tous les an- 
gles subaigus, à surface peu convexe, le sillon basilaire eiîacé, les 
latéraux profonds ; écusson semi-elliptique. — Elytres ovalaires, un 
peu plusjongues que larges, assez convexes, atténuées vers l'angle 
suturai qui est saillant. — Prosternuni plan, rétréci en arrière et tron- 
qué entre les hanches; mésosternum court, un peu plus large que 
long, subpentagonal, marginé sur les côtés et en avant, impressionné 
de chaque côté pour loger les hanches antérieures. — Pattes courtes, 
cuisses un peu renflées, tibias droits, grêles; tarses subdilatés. 

Les espèces do ce genre ressemblent, dans leur forme générale, à 
des Coccinelles de taille moyenne; elles sont originaires des contrées 
équatoriales de l'Amérique du Sud et au nombre de trois. On n'a pas 
observé de différences sexuelles. Comme coupe générique, ce type est 
parfaitement caractérisé par la forme des palpes labiaux et des deux 
premiers arceaux thoraciques. 

PERRISIA. 
Db Marsbul, AbeiUe, t. V, p. 113. 

Tête courte, fortement engagée dans le prothorax. — Labre court, 
transversal, suhsinué h son bord libre; mandibules débordant le 
labre ; mâchoires visibles en dehors du menton, à palpes assez longs, 

(1) Syn. CoicïNOMALus, Dej. Cat. 3» éd. p. 403. 



LYCOPBRDINITES. 103 

i article petit, 2 allongé, renflé au bout, 3 court, en cône tronqué, 4 
en ovale beaucoup plus long; menton transversal, tronqué eu avant; 
dernier article des palpes labiaux ovalaire. — Antennes assez ro- 
bustes, mesurant la moitié du corps, 1 article arrondi, 2 et 3 obco- 
niques, subégaux, 4-8 moniliformes, iMO plus larges que longs, di- 
latés en dedans, 11 subarrondi. — Pronotum transversal, légèrement 
rétréci de la base au sommet, angles antérieurs arrondis, les posté- 
rieurs acuminôs; surface un peu convexe sur le disque, ornée d'un 
sillon transversal et de sillons longitudinaux, atteignant le tiers de 
la longueur; éoussoaplan, en cercle. —Elytres brièvement ovalaires, 
convexes, un peu plus larges que le pronotum, offrant leur plus grande 
largeur au tiers antérieur, subatténuées en arrière avec l'angle su- 
turai obtus. — Abdomen formé en dessous de 5 arceaux. — Proster- 
num fort saillant entr-e les hanches antérieures, ne les dépassant pas, 
bordé et élargi en arrière, appuyé sur le raésosternum; celui-ci plus 
long que large. — Pattes médiocres; cuisses subclaviformes, tibias 
élargis eu triangle. 

Le type de ce genre est un petit insecte, originaire de Bône en Al- 
gérie, et communiqué à l'auteur du genre par M. Perris; il est ovale- 
oblong, convexe, lisse, luisant, noir de poix avec la tète, les antennes 
et les pattes d'un rouge ferrugineux; les parties supérieures sont re- 
couvertes de petits poils jaunâtres. 

Il se distingue des Lycopiîruina par son prosternum saillant entre 
les hanches, des Mycetina par cette m^me partie non saillante au- 
delik des hanches, par son mésosternum [dus long que largo, et par 
ses antennes dont les 2 et 3 articles sont subégaux. 

INDALMUS. 
Gbrstaecker, Monogr. Endom. p. 18S {!). 

Labre légèrement émarginé; mandibules épaissies ;\ la base, i 
pointe eflilée, à dent du bord interne petite, aiguë, rapprochée de la 
pointe ; mâchoires à lobe externe allongé, atténué, pubescent, l'in- 
terne étroit, cilié à l'extrémité et en dessous muni de trois longues 
soies; palpes à dernier article atténué, aciculé, tronqué seulement 
à l'extrême pointe; lèvre inférieure à menton subéchancré à sa base, 
dilaté latéralement, prolongé en avant au-delà de la languette, 
atténué et ù. pointe mousse; languette membraneuse, très-courte, 
échuncrée, ses lobes latéraux tronqués obliquement et ciliés, palpes 
à dernier article plus large que long, le précédent très-court. — An- 
tennes grêles, plus longues que la moitié du corps, 1 article gros, 

(1) Syn. EuMOBPiius, Latreillc, Gen. Crust. et Ins. III, p. 72; Olivier, Eatomol. 
VI, p. 1066; Guériii, Arcliiv. cotom. I, p. 2!>l. — Daps/i, Latroille, Règ. Anim. 
' 'iJ- V, p. 159. — Indai.mus, Gorliam, Endum. récit, p. 1(5. 



104 ENDOMYCniDES. 

renflé, 3 presque égal aux deux suivants réunis, massue longue et 
grêle, lâche, dernier article tr;insversalemoiit tronqué. — Prothorax 
en carré transversal, à surface relevée en coussinet sur le disque, sil- 
lons bien marqués. — Ecusson semi-circulaire. — Elytres ovalaires, 
leur plus grande largeur située en arrière du milieu. — Prosternum 
linéaire, caréné, tronqué uu niveau du bord postérieur des hanches 
et contigu seulement au mésostornum; celui-ci de forme subpenta- 
gonale arrondie. — Pattes assez allongées, cuisses subclaviformes, 
jambes grêles, tarses subdilatés, 2 article plus large que long. 

On observe ici de légères différences sexuelles : les antennes du 
mâle sont plus longues, leur massue plus large; les jambes de la pre- 
mière paire, souvent aussi celles de la 2°, sont, dentées à leur bord 
interne. Voisin pour la forme générale et la coloration des genres Eu- 
MORPUUS et Pedanus, le type actuel s'en distinguo par les articles de 
la massue lâchement unis, par la forme linéaire et carénée du pro- 
sternum qui ne repose pas sur l'arceau suivant, mais lui est seule- 
ment contigu. 

Quatre espèces sont connues ; deux d'entr'elles sont décrites dans la 
Monographie des Endomychides, une troisième, de l'Afrique australe, 
a été décrite par l'auteur de cet ouvrage (i); la dernière, originaire 
de l'île Timor, est duo à M. Gorham (2). 

MYCELLA. 

Tête oblongue, terminée en avant par un petit museau quadran- 
gulaire, obtus. — Epistome tronqué obliquement de chaque côté h son 
bord antérieur, anguleux au milieu ; labre dilaté, subbilobé, densé- 
ment cilié; mandibules longues, falciformcs; palpes maxillaires al- 
longés, i article court, 2 allongé, cylindrique, 3 à peu près aussi long, 
obconique, 4 cyUndroïde, légèrement atténué au bout et largement 
tronqué; lèvre inférieure à menton transversal, tronqué eu avant; 
palpes latéraux courts, épais, 2 article cupuliforme, 3 fortement trans- 
versal et largement tronqué. — Antennes grêles, mesurant la moitié 
de la longueur du corps, i article allongé, claviformc, 2 court, obco- 
nique, 3 de la longueur du premier, deux fois plus long que 2 et 
mesurant à peu près la longueur des deux suivants réunis, 4-8 sub- 
égaux en longueur, 8 plus grêle que le précédent, 9-H formant une 
massue lâche, progressive, son 1 article oblong, triangulaire, le 2 
plus court, plus large, le 3 subquadrangulaire, à angles arrondis, 
plus court que les doux précédents réunis. — Pronotum en carré trans- 
versal, un peu moins large que les élytros, bord antérieur échancré en 
arc de cercle, bords latéraux presque droits, subconvergents au sommet, 

(1) G«rsiaecker, Monogr. Endom. Siipp. p. 410. 

(2) Gorliaiu, Enilomyc. récital, p. 40. 



lYCOPKBDIlflTHS. 105 

fortement marginés; surface peu convexe, ornée d'un sillon basilaire 
continu, en s'affaiblissant jusqu'aux angles postérieurs, et de sillons 
longitudinaux profonds et atteignant à peu près le milieu de la lon- 
gueur totale; écusson semi-circulaire. — Elytres ovalaires-obJongues, 
glabres comme le reste du corps, submarginées au milieu, angle su- 
turai aigvi; surface peu convexe, confusément ponctuée. — Proster- 
num très-étroit, carinifornie, tronqué entre les hanches; mésosternura 
fortement rétréci d'avant en arrière, à bord antérieur creusé d'une 
fossette transversale, partagée en deux parties par une carène longi- 
tudinale, continue sur une partie de la face inférieure du mésoster- 
num. — Abdomen à i segment aussi long que les trois suivants réunis, 
le 5 ou dernier à bord postérieur échancré dans son milieu, arrondi 
de chaque côté, sa surface ornée, vis-à-vis de l'échancrure , d'un 
petit tubercule pointu. — Pattes grêles et longues, cuisses renflées et 
subarquées à leur bord externe; tibias grêles, les moyens arqués sur 
le bord interne^ les postérieurs moins; tarses à 1 et 2 articles en 
triangles oblongs, subégaux, 3 aussi long que les 2 premiers réunis, 
dilaté à sa pointe et terminé par des crochets simples. 

Par la structure du prosternum, ce type rappelle le genre Imdal- 
Mus; en effet, le prosternum, en forme de carène, sépare légèrement 
les hanches et no les dépasse pas en arrière; néanmoins, il s'en éloi- 
gne par un ensemble de caractères important; le huitième article 
des antennes est moins dilaté que le précédent, la massue est autre- 
ment faite ; le prosternum et le mésosternum présentent plusieurs 
(iill'érences, les tibias sont légèrement courbés; le deuxième article 
(les tarses est allongé et non pas transversal à tous les tarses comme 
chez les Indalmus. 

L'exemplaire que nous avons eu sous les yeux est probablement une 
foinelle; c'est un insecte de moyenne taille et propre à l'Australie, il 
a été rapporté de Kockhampton (1). 

ANCYLOPUS. 
CHEvnoLAT, Deiean, Catal. 3" éd. p. 463 (2). 

Tête médiocre, oblongue, assez dégagée du prothorax. — Organes 
buccaux semblables à ceux du genre précédent, sauf les particulari- 

(1) Mycella lineelln. — Oblonga, nitida, plceo-biunnea; elylris vitta longl- 
liidinali, utrinque abbreviata, puncto liiimerali, epipleurisque flavo-brunneis. — 
Long. 7 inill. 

(2) Syn. Endomychus, Olivier, Entom. YI, p. 1073; Percheron, Gcnera d. 
l'-isectes, liv. 5, 2, pi. 19. — Eusionpiius, Wiedoman, Zool. Mag. H, 1, p. 78. — 
Ancïlopus, Costa, Faim, du Reg. di Napoli, EDdom. p. 14; Gerslaecker, Monogr. 
Endoni. p. 188; Redtenbacber, Fauii. Aiislr. 2' éd. p. 957; Fairmaire, Gen. 
Col. Europ. IV, p. 275; De Marseul, Abeille, V^ p. C8; Gorbam, £ndom. récit, 
p. 16. 



106 BNDOUTCHIDES. 

tés suivantes : mandibules dépourvues de dent i\ leur bord interne; 
Diontou tronqué carréfnent en avant, laissant la languette à décou- 
vert ; bovd antérieur de celle-ci plus profondément échancré en demi- 
cercle; palpes labiaux à 2 article moins raccourci; le dernier des 
palpes maxillaires moins atténué. — Antennes mesurant à peu près 
la moitié de la longueur du corps, 1 article très-renllé, 2 subglobu- 
leux, 3 aussi long que les deux suivants réunis, 4-8 diminuant gra- 
duellement de longueur, 9 oblong, obconique, 10 transversal, il 
épaissi, ovalaire et obtus, les trois derniers formant une massue lâche 
et assez grôle. — Prothorax en carré transversal, un peu plus étroit 
que les élytres, à bords latéraux légèrement dilatés et arrondis en 
avant du milieu, à surface médiocrement convexe, ornée de sillons 
longitudinaux et transverses bien marqués; écusson plus large que 
long, à bord postérieur obtusément arrondi. — Elytres ovalaires- 
oblongues, arrondies à l'extrémité, légèrement dilatées au-delà du 
milieu. ' — Prosternum nul entre les hanches antérieures qui sont 
coutiguës; mésosternura fortement rétréci d'avant en arrière, à bord 
antérieur sinué de chaque côté, subtubereuleux au milieu. — Pattes 
assez longues et grêles, cuisses subfusiformes, arquées en dedans; 
tibias droits; tarses peu dilatés. 

Ce genre se compose d'insectes de forme élégante, rappelant de 
loin la taille, le contour et le système de coloration du Callistes lu- 
halus. On observe quelques légères différences sexuelles ; ainsi, d'or- 
dinaire, les mâles ont des tibias antérieurs dentés en dedans vers le 
milieu do leur longueur. A ce caractère s'en ajoutent d'autres un pou 
variables selon les espèces : ainsi, dans la plus répandue, VAiicylo- 
■pus melanocephalus, les tibias moyens sont également subdentés, les 
cuisses sont notablement plus arquées que chez la femelle; par contre, 
celle-ci offre, sur la convexité du pronotum, des sillons qui ne se re- 
trouvent pas chez le mâle. 

On connaît actuellement 5 espèces, quatre sont indiquées dans la 
Monographie du Prof. Gerstaecker, la dernière a été décrite par le 
R. Gorham. Trois d'entre elles ont été découvertes sur la côte occi- 
dentale du continent africain , une quatrième à l'extrémité australe 
de cette partie du monde ; la dernière possède une aire de distribu- 
tion très-étendue ; elle a été trouvée en Sicile et au cap de Bonne- 
Espérance; de là elle s'étend aux Indes orientales, à Ccylan, à Java 
et jusqu'au Japon. 

DAPSA. 
LkTRFiLtE, Règn. Anim. 2» éd. t. V, p. 139 (t). 

Tète assez forte, engagée dans le prothorax seulement jusqu'au 

(1) Syn. ENDOMTfcnos, Gcrmar, F.iun. Ins. Europ. III, p. 8. — Phyiih* cl 
DiP.'jÀ, Mulsant, llist. Nat. Col. S6curip. p. 23. — Dafsa, Zicg. in Dnj. Cat. 



LTCOPEBDINITES. 107 

bord postérieur des yeux. — Labre sub6margin6j mandibules larges, 
presque quadrangTilaires, avec une pointe longue, effilée, et au-des- 
sous de celle-ci, au bord interne, une petite dent; mâchoires à lobe 
interne longuement atténué, cilié sur les deux tiers du bord interne 
et muni, en dessous des cils, de trois longues soies; palpes à dernier 
article en ovale allongé, tronqué seulement à rextrême pointe ; lèvre 
inférieure à menton en carré transversal, deux fois aussi large que 
long; languette coriace, trôs-profondément écliancrée et presque à 
angle droit à son bord antérieur, ses lobes latéraux membraneux et 
aigus; palpes à 2 article cupuliforme, le 3 pyriforme renversé et tron- 
qué. — Antennes mesurant en longueur la moitié du corps, 1 article 
assez gros, 3 un peu moins long que les deux suivants réunis, la mas- 
sue peu marquée, formée de 3 articles peu dilatés, lâchement unis 
entre eux, le dernier en ovale court, acuminé. — Prothorax uu peu 
plus large que long, subdilaté en avant, rétréci vers la base, à surface 
assez convexe, ornée de sillons longitudinaux profonds, d'un sillon 
transversal peu distinct et très-rapproché de la base, à bord antérieur 
subsiiiueux, à peine échancré; écusson court, semi-circulaire. — Ely- 
tres ovalaires-oblongues, bords latéraux convexes-arrondis, extrémité 
obtuse, surface régulièrement et médiocrement convexe. — Proster- 
mim nul entre les hanches qui sont contiguës et très-saillantes ; mé- 
sosternum très-étroit, linéaire, subcaréné en avant. — Pattes courtes, 
rol)ustes, cuisses épaissies vers l'extrémité, jambes subdilatées, tarses 
étroits, 2 et 3 articles plus longs que larges. 

Chez le mâle, les jambes antérieures sont armées d'une petite dent 
à leur bord interne un peu au-delà du milieu ; les jambes moyennes 
et les postérieures sont plus longues et plus arquées. 

Parmi les coupes génériques chez lesquelles les hanches antérieures 
sont contiguës, le genre Dapsa se distingue par les articles 4-8 des 
antennes qui sont oblongs, par les angles antérieurs du pronotuui qui 
sont prolongés, et par le dernier article des palpes labiaux qui est 
ovalaire, pyriforme. 

Les espèces de ce genre, au nombre de H, sont très-semblables 
entre elles pour la taille, la forme et la couleur; elles vivent dans le 
sud de l'Europe et dans les contrées voisines de l'Afrique et de l'Asie. 
Aux types décrits dans les Monographies de MM. Gerstaecker et do 
Marseul, il faut ajouter le D. spinicollis Fairmaire, du Maroc, et D. 
inornata, Gorham, de Beyrouth. 

2° éd. p. 440; Guérin-Méa. Icon. du Règ. An. Texte, p. 316; Redtenbacher, 
Faim. Aiistr. p. 388; Gerstaecker, Monogr. Endomych. p. 196; Fairmaire, Gen. 
Col. Eiirop. IV, p. 275; Marseul, Abeille, Y, p. 99; Gorham, Endom. récit. 
[>. 17. 



^08 KNDOMYCHIDES. 

PHALANTHA. 
GERSTAECKEn, Moiiogr. Endom. p. 202. 

Tête courte et large, non engagée dans le corselet ; labre trôs-large, 
profondément éniarginé; mandibules très-larges, convexes eu dehors, 
en lamelles minces, translucides, concaves en dessous, à extrémité 
courte, obtuse, avec une petite dent au bord interne près du sommet; 
mâchoires à lobes normaux ; palpes à 2 article allongé, grêle, 3 ob- 
conique, de inoitié moins long, 4 un peu plus allongé, tronqué dans 
sa partie la plus largej lèvre inférieure à menton large, court, angu- 
leusement dilaté sur les côtés, rétréci en pointe en avant, à languette 
coriace, très-dilatée en avant, à lobes latéraux obliquement tronqués; 
à palpes à 2 et 3 articles transversaux, le 2 très-court, 3 en segment 
de cercle largement tronqué. — Yeux saillants. — Antennes longues 
et grêles, filiformes, 1 article épais, très-allongé, au moins aussi long 
que les deux .suivants réunis, 3 un peu plus long que le suivant, 4-8 
oblongs, 9-10 à peine un peu plus larges que les précédents, 11 très- 
grand, dilaté, tronqué k l'extrémité. — Prothorax presque deux fois 
aussi large que long, tronqué carrément à la base et au sommet, 
bords latéraux anguleusement dilatés en avant du milieu; à sillons 
du pronotum presque effacés ; écusson court, semi-circulaire. — Ely- 
tres oblongues, dilatées dans leur milieu, fortement atténuées en ar- 
rière. — Prosternum nul entre les hanches antérieures qui sont peu 
saillantes; mésosternum très-étroit, linéaire. — Pattes assez longues; 
cuisses un peu allongées, subclaviformes ; tibias étroits, linéaires; 
tar.ses il articles 1 et 2 largement cordiformes. 

Le type de ce genre a été découvert en Colombie. C'est un petit 
insecte d'un teslacé pâle, mesurant au plus 2 1/2 lignes, assez ana- 
logue aux Dafsa pour la forme générale. Le mâle se reconnaît â ses 
jambes antérieures dentées et à l'abdomen composé de six segments. 
Une seconde espèce a été depuis peu décrite par le K. H. S. Gor- 
ham (1); elle avait été rapportée des bords de l'Amazone par le cé- 
lèbre voyageur H. W. Bâtes. 

DAULIS. 
EiucusoN, Beitrag. zur Insektenfaun. von Van Diem. p. 241 (2). 

Tête courte et large, dégagée du prothorax. — Labre transversal, 
non échancré en avant; mandibules larges, presque circulaires, à 
pointe très-courte, pas de dent au bord interne; mâchoires à lobe 
externe arrondi à l'extrémité, densément pubescent; lobe interne 

(1) Gorham, Endomyc. récit, p. 43. 

(2) ËricliBOD, !d Wiegm. Arcliiv. f. Naturg. VIU, I, p. 242 ; Gcrstaecker, 
Monogr. Elidum. p. 205; Gorliain, Endoiu. récit, p. 17. 



LYf.OPEUDlNlTES. lO'J 

faiblement cili6 et muni en dessous des cils do deux longues soles ; 
palpes à 2 et 3 articles subégaux , A de moitié plus long, subcylin- 
drique, largement tronqué ; lèvre inférieure à menton dilaté trans- 
versalement, tronqué en avant; languette fortement échancrée en 
avant, lobes latéraux étroits, tronqués, ciliés, palpes à 2 article deux 
fois plus large que long, 3 grand, brièvement ovalaire, à pointe tron- 
quée et à bord interne cilié. — Antennes moins longues que la moitié 
du corps, article 1 épais, 2 également un peu épaissi, à peine moins 
long que 3, 4-8 un peu oblongs, 9-H subdilatés, lo dernier ovalaire, 
acuminé. — Prothorax petit, deux fois aussi large que long, tronqué 
carrément ;\ la base et au sommet, dilaté latéralement en avant du 
milieu. — Ecusson triangulaire. — lilytres plus larges que le pro- 
notum à la base, dilatées jusqu'au milieu de leur longueur, rétrécies 
et subtronquées vers l'extrémité, à surface revêtue de petits poils 
squammiformes. — I^rosternum nul entre les hanches; mésosternum 
linéaire, étroit. — Pattes courtes, cuisses épaisses, jambes grêles, 
tarses à 1 article étroit, 2 plus long que large, subdilaté à son extré- 
mité. 

Les différences sexuelles restent encore douteuses. On ne connaît 
qu'une seule espèce, de Van-Diemeu; c'est un petit insecte long de 
1 1/4 ligne, d'un testacé pâle et pubescent. 

LYCOPERDINA. 
Latreilie, Gêner. Crust. et Ins. III, p. 73 (1). 

Tète médiocre, engagée dans lo prothorax. — Labre court, sub- 
émarginé; mandibules oblongues, à pointe courte, à dent du bord 
interne rapprochée du sommet; mâchoires à lobe externe allongé, 
acuminé, cilié; l'interne de moitié plus petit, subobtus à l'extrémité, 
cilié et muni de 5 à 6 longues soies raides; palpes à 2 article un peu 
plus long que 3, 4 aciculé; lèvre inférieure à menton transversal, 
sinué au milieu du bord antérieur, arrondi latéralement; languolto 
anguleusement échancrée au bord antérieur, avec ses lobes arrondis 
et ciliés en dedans; palpes à 2 article cupuliforme, 3 obovale, tron- 
qué. — Antennes au moins aussi longues que la moitié du corps,. ro- 
bustes, pubescentes, 1 article renflé, arqué, 2-3 subcylindriques, ob- 

(1) Syn. SiLPHA, Linnée, Syst. Nat. éd. XIII, p. S73, 26. — TEKEDnio, Mars- 
liam, Entom. Brit. I, p. 478, H. — G.atiiccA, Fabricius, Eiitom. Syst. 1, 2, 
p- 20, 33. — Endomïcuus, Paykull, Faun. Siiec. II, p. H5, 3; Olivier, Entom. 
VI, p. 1074, 5; Fabricius, Syst. Eleulli. I, p. 503, 4; Latreilie, Règ. Anim. V, 
p. ICO. — EuMOBPHUs, Say, Jouro. Acad. Se. nat. of Pliil. V, p. 303. ~ Epi- 
wcus, Melslioimer, Cal. of Col. of United Status, p. 13i — Lvcopekoina et 
tiOLciA, Mulsdnt, Hisl. nat. des Coléop. Sécurip. p. 17 et 20. — Lycoperdin*, 
(■yllenliall, Dejeau, Gu6rin-Mén., Redtenbaclier, Le Coule, Gerstaeckcr, Monogr. 
tiulomyc. p. :208; Fiijrmaire, Gen. Col. Europ. IV, p. 27G; Marseul, Abeille, 
V, p. 88; Gorliam, Eudom. roclt. p. 18. 



110 ENDSMÏCUlDIiS. 

coniques, 4-8 courts, subtransversaux, 9-11 dilatés ou massue peu 
distincte, lo dernier tronqué au bout. — Prothorax un peu transversal, 
dilaté, arrondi en avant, rétréci vers la base; à bord antérieur échan- 
cré et bisinué, à surface convexe au milieu, les trois sillons assez 
marqués. — Ecusson variable, transversal ou arrondi. — Elytres 
ovales, convexes, plus larges à la base que le prothorax, tantôt acu- 
minées vers l'extrémité, tantôt plus largement arrondies. — Proster- 
num nul entre les hanches; mésosternum en carène étroite, pou sail- 
lante, échancrée en arriére pour recevoir une pointe du métastornum. 

— Pattes robustes, assez longues, cuisses subclav if ormes, jambes sub- 
élargies, tarses étroits, 1 article long, 2 plus court. 

M. Mulsant a divisé les Ltcoperdina en deux genres, que M. Gers- 
taecker a rejetés. Sans reconnaître les affinités nombreuses qui exis- 
tent entre les deux types sur lequels M. Mulsant a fondé ses deux 
divisions, nous croyons cependant qu'il y a des diiférences suffisantes 
pour motiver une distinction plus nette que celle de la formation do 
deux groupes dans le genre Lycoperdina; nous avons en diverses 
circonstances reconnu l'utilité du Sous-genre, et dans le cas actuel, 
il nous paraît admissible; le Sous-genre a l'avantage de ne pas dé- 
truire les affinités que des espèces peuvent avoir entre elles, et néan- 
moins il indique qu'elles présentent des différences relativement im- 
portantes et souvent communes à plusieurs espèces. 

Les LycoPEnniNA ont des représentants dans les deux Mondes. On 
connaît une espèce de l'Amérique boréale. Les autres sont largement 
disséminées dans l'Ancien continent, en Europe, en Algérie, au Cap, à 
Ceylan, dans la Chine, au Japon, dans la Sibérie ; comme on lo voit, l'A- 
mérique méridionale et l'Australie en sont dépourvues jusqu'à ce jour. 
Onze espèces ont été décrites ; on peut les ranger dans les deux Sous- 
genres suivants : 

Sods-Genre. GOLGLV. 
MoiSANT, Hist. nalur. des Col. Sécur. p. 17. 

Mandibules munies d'une petite dent en dessous de la pointe. — 
Antennes à 3 article de moitié plus long que 2, massue bien distincte. 

— Elytres régulièrement ovalaires, largement arrondies en arrière.— 
Tibias antérieurs munis d'une dent ou d'une saillie dentiforme vers 
le milieu du bord interne. 

Cette preniière division a pour type la L. succincla de Linnée; 
parmi les espèces que nous avons sous les yeux, on peut y joindre les L 
ferruginea, mandarinea, dux ; et d'après M. Gerstaecker, la L. pallida. 

Sous-Gknrk. LYCOPEBDINA. 

Mandibules dépourvues de dent au bord interne, à extrémité simple. 

— Antennes à 2 et 3 articles subôgaux eu longueur, massue pou dis- 



LTCOPBBDINITBS. 111 

linole. — Elytres rétrécies en arrière, subacuminées, déprimées à la 
base et à la suture. — Tibias antérieurs sans dent ni saillie au bord 
interne, les postérieurs arqués et pubescents chez le mâle. 

Nous n'avons sous les yeux que deux espèces appartenant à cette 
subdivision, L. bovislœ et L. validicornis. D'après M. Gerstaecker, la 
L. sericea devrait y être ajoutée. 

Les caractères sexuels sont différents dans les deux Sous-genres : chez 
les GoLGiA, les tibias antérieurs du mâle sont armés d'une dent vers 
le milieu du bord interne, et les tibias moyens portent une échan- 
crure à ce même bord ; la femelle du môme type a les tibias moyens 
simples, mais les antérieurs portent un renflement médian et plus ou 
moins pubescent. Chez les Lycoperdina proprement dites, les tibias 
antérieurs sont simples dans les deux sexes, seulement chez le mâle, 
les tibias postérieurs paraissent plus arqués et pubescents à leur bord 
interne. 

En outre, les antennes, les mandibules présentent quelques détails 
(le structure différents dans l'un et l'autre type. Les élytres surtout 
sont en quelque sorte caractéristiques : chez les Golgia, elles sont 
asôez régulièrement ovalaires, largement arrondies à l'extrémité, leur 
convexité est uniforme. Dans l'autre type, les élytres présentent leur 
plus grande largeur vers le tiers antérieur, de ce point, elles se ré- 
trécissent modérément vers la base et plus fortement vers l'extrémité 
postérieure, qui est en quelque sorte acuminée. On observe de plus 
une forte dépression qui se prolonge le long de la suture jusque vers 
la pointe ; en môme temps, le pronolum est plus rétréci vers la base, 
do sorte que le contour général du corps est bien moins régulier que 
chez les Goloia. 

HYLAU. 
Cbevrolat, Dbi. Cafal. 3« éd. p. -MU (1). 

Tète assez forte, engagée dans le prothorax jusqu'au bord postérieur 
des yeux. — Labre court, émarginé; mandibules grandes, très-larges, 
coudées et terminées par une longue pointe aiguë, munies vers la 
base d'une petite dont pointue; mâchoires à lobe externe un peu plus 
long que large, arrondi au bout, l'interne de moitié plus court, grêle, 
obliquement tronqué ; palpes dépassant longuement les lobes, à der- 
nier article long, aciculô; lèvre inférieure à menton quadrangulaire, 
tronqué en avant, les angles latéraux légèrement saillants, à palpes à 2 
article court, cupuliforme, 3 épais, subcyUndrique, un peu plus long 
que large, tronqué au bout. — Antennes robustes, 1 article allongé, 

(t) Syn. LvcoPERom*, Dabi. Colcop. Yen. p. 80; Geimar, Faun. liisec. 
Eui'op. XXIU, pi. 18. — Ceiumis, Gorsluecker, Mocogr. Endoinyc. p. -ii»; Faii- 
■naire, Gen. Coleopl. Europ. IV, p. 276.— Hïlau, Redtenbaclier, Faun. Austr. 
i* M. p. 960; De Marscul, Abeille, V, p. 116; Gorliam, Endoinyc. récit, p. 18. 



■112 ENDOMYCUIUKS. 

épaissi, 2 et 3 subégaux, obconiques, 4-8 moniliformes, !)-l i dilatés, 
formant une massue bien distincte, lâche, 9 en carré un peu plus 
largo que long, iO de même forme, plus court, 11 arrondi, subtroii- 
qué au bout. — Pronotum subquadrangulaire, transversal, légère- 
ment rétréci vers la base et aussi large que les élytres, bords latéraux 
iinement en scie, subdilatés en avant; surface convexe sur le disque, 
ornée à la base d'un sillon transversal, terminé de chaque côté dans 
une profonde strie longitudinale occupant au moins le tiers do la lon- 
gueur; écusson semi-circulaire. — Elytres oblongues, offrant leur 
plus grande largeur au tiers antérieur, rôtrécies et subacumiuées en 
arrière, pubesceutes comme les autres parties du corps. — Proster- 
num indistinct, hanches antérieures conliguës; mésosternum étroit, 
en carène mince et tranchante, échancré à sa base pour recevoir le 
métasternum. — Pattes médiocres, cuisses un peu renflées vers l'extré- 
mité; tibias simples; tarses à 1 article un peu plus long que le suivant. 

Ce genre a été créé par M. Chevrolat pour un petit insecte, décrit 
primitivement par Dahl, et retrouvé dans la forêt de Fontainebleau. 
Comme type générique, il se rapproche, par sa forme générale, des 
Leiestks, des Lycopeudina, des Dapsa; il se dislingue néanmoins de 
ces trois genres par la forme étroite et carénée du mésosternum; en 
outre, il s'éloigne des Leiestes par les premiers articles de ses tarses 
qui sont bilobés; des Lycoferdina par la massue des antennes brus- 
quement formée, enlin des Dapsa par la forme des élytres qui sont 
rétrécies et subacuminées en arrière. 

A l'espèce do Dahl, qui se trouve on Styrie et en France, il faut 
en ajouter une seconde, découverte à Baloum, eu Turquie d'Asie. 

APHORISTA. 
GoROAM, Endomyc. récit, p. il (1). 

Tôle médiocre, fortement enga!,'éo dans le prothorax. — Labre 
court, émarginé à soii bord libre; mandibules assez grandes, oblon- 
gues, arquées à l'extrémité, larges à la base au côté externe, subcou- 
caves en dessous; palpes maxillaires à 2 et 3 articles obconiques, sub- 
égdux, le dernier conique, atténué vers l'extrémité, faiblement tron- 
qué ; lèvre inférieure à menton transversal, subhexagonal ; languette 
large, subéraarginée; palpes à dernier arlicle subquadrangulaire, 
largement tronqué. — Antennes grêles, longues, mesurant un peu 
plus de la moitié do la longueur du corps, 1 article oblong, subépaissi, 
2 obconique, 3 très-long, aussi long que les deux suivants réunis, et 
plus long que les deux premiers, 4-8 subégaux, obconiciucs, le? trois 

(1) Syn. Erirocus, Le Conte, Proc. of tlie Ac. Nal. Se. of Phil. VI, p. '^^ 
— MïCETiNA, Gerstaecker, MoDogr. Endoin. p. 239; Uoru, Tiaiis. Aiii. Ent. Soc. 
1810, p. «6. 



LYCOPEBDINITES. 113 

derniers formant une massue distincte, lâche, 9 et 10 triangulaires, 
égaux, H semi-ovalaire, obliquement tronqué. — Pronotum forte- 
ment transversal, un peu moins large que les élytres, bord antérieur 
profoudéraent échancré en arc de cercle, les latéraux légèrement ré- 
trécis do la base au sommet, surface relevée sur les côtés latéraux, 
ornée de sillons profonds, un transversal basilaire, deux longitudi- 
naux, prolongés au-delà du milieu; écussou semi-circulaire. — Ely- 
tres ovalaires-oblongues, peu convexes, marginées, arrondies au bout. 
— Prosternum très-étroit, dépassant à peine les hanches, subéchan- 
créàlabase; mésosternum oblong, caréné longitudinalement dans 
son miheu, l'extrémité de la caréné reçue dans l'échancrure du pro- 
slernum. — Abdomen formé en dessous de S arceaux, le 1 aussi long 
sur la ligne médiane que les trois suivants réunis. — Pattes assez ro- 
bustes, cuisses claviformes, tibias subarqués; tarses à 1 et 2 articles 
subbilobés, le 3 terminé par des crochets subdentés à la base. 

Ce type remarquable présente des affinités assez intimes avec les 
genres Mycetina et surtout Epipocus; néanmoins, il s'éloigne de l'un 
et de l'autre par ses antennes et plus encore par la structure des cro- 
chets des tarses qui sont distinctement dentés à la base. Les trois es- 
pèces rapportées il ce genre par M. Gorham sont toutes trois origi- 
naires do la Cahfornie; ce sont de beaux insectes de taille moyenne 
et d'un fades particulier, 

SAULA. 
Gbrstaecker, Monogr. d. Endomyc. p. 223 (1). 

Tête petite, engagée daus le prolhorax un peu au-delà du bord 
postérieur des yeux. — Labre assez large, à peine émarginé à son 
bord libre; mandibules presque quadrangulaires, à pointe bidentée, 
à bord intcrno largement membraneux; mâchoires à lobe externe 
très-court, large, cilié et recouvrant on partie le lobe interne; celui-ci 
grêle, linéaire, acuminé au bout, cilié au bord interne; palpes grêles, 
dernier article de moitié plus long que 2, et du double de 3, acuminé 
au bout et tronqué; lèvre inférieure à menton court, large, tronqué 
en avant et en arrière, dilaté anguleux sur les côtés; languette plus 
allongée que le menton, large et cordiforme, faiblement émarginée 
à son bord Ubre et ciliée; palpes à 2 et 3 articles allongés, le dernier 
également tronqué. — Antennes longues et grêles, 2 article subglo- 
buleux, 3 allongé, 4-8 subégaux, massue très-lâche, ai'ticles 9 et 10 
subtriangulaires, 11 ovalaire, aussi long que les deux précédents réu- 
nis et à peine plus largo. — Pronotum peu développé, de moitié 
moins large que les élytres, en carré transversal, les bords antérieur 
et postérieur presque parallèles, angles postérieurs aigus, surface peu 

(1) Gorham, Endom. récit, p. 10. 
Coléoptères. Tome XII. 8 



lit ENDOJIYCIIIDES. 

convexe, ornée d'un sillon basilaire et do chaque côté dune fossette 
longitudinale peu marquée ; écusson triangulaire, un peu plus large 
que long. — Elytres ovalaires, peu convexes, pubescentes comme le 
reste du corps, non margiaées, largement arrondies en arrière. — 
Prosternum assez large, prolongé au-delà des hanches en une saillie 
arrondie et logée dans une e.xcavation du mésosternum; celui-ci sub- 
quadrangulaire, de moitié plus long que large. — Pattes courtes, 
cuisses subcomprimées, légèrement dilatées vers le bout; tibias sim- 
ples ; tarses dilatés, à i ot 2 articles largement cordiformes. 

Dans le groupe actuel, ce genre se distingue par son prosternura 
prolongé au-delà des hanches, par ses tarses dilatés, ses élytros non 
marginées et le subparallélisrac des bords antérieurs et postérieurs 
du pronotum. 

li no renferme que deux espèces originaires de Ceylau. 

RHABDUCHUS. 
GoRHMi, Entom. Month. Mag. IX, p. 257. 

Premier article de la massue antennaire épaissi et denté à son côté 
interne, beaucoup plus large que chacun des suivants. — Dernier 
article des palpes fusiforme. — Prosternum atténué en arrière, dé- 
passant les hanches, concave dans son milieu, arrondi au sommet. — 
Mésosteriium subquadrangulaire oblong. — Pronotum à bords laté- 
raux margiués comme dans le genre Stenotarsus, marqué d'uuo ligne 
transversale à sa hase, ses angles postérieurs prolongés. - Pattes lon- 
gues, tarses grêles, les postérieurs allongés. — Corps oblong. 

M. Gorbam, qui a tracé la diagnose précédente, ajoute que ce type 
rappelle par la structure de ses antennes le genre Dan.ie ; il a aussi 
des affinités avec les Myceiina et les Stenotarsus. Cependant l'en- 
semble de ses caractères, c'est-à-dire la structure bizarre des an- 
tennes, la forme du pronotum, la gracilité et la longueur de ses pattes, 
en font un type bien distinct. L'exemplaire étant unique, il n'a pas 
été possible d'éludier les organes buccaux. C'est un insecte d'un 
testacé jaunâtre, légèrement pubescent, subponctué, avec les antennes 
noires, la tète, le prolhorax et les pieds nuancés de brun. 

11 a éié rapporté du Japon par M. Lewis. 

DANAÈ. 
Beiciie, Voyage en Abyssinie, par FEnnET et Galinieh, t. III (1). 

Tête petite, engagée dans le prothorax jusqu'au bord postérieur 

(1) Syii. OiiuiAuiHHUs, Ocrstacckor, Moiiogr. Eiidom. p. 3W; Goiham, Eu- 
dum. rucit. p. lU. 



Lyr.opEnnmiTEs. US 

des yeux. — Labre à peine sinué en avant; mandibules étroites, à 
pointe longue, grêle, bifide, à bord interne étroitement membraneux 
et denté; mâchoires à pièce cardinale et la moitié de la pièce hasi- 
laire cornée, l'autre moitié de celle-ci coriacée et recouverte d'un 
duvet velouté; lobe externe long, rétréci vers le sommet et arrondi, 
peu cilié; lobe interne plus court, terminé par un crochet arqué, ci- 
lié intérieurement; palpes à 2 article allongé, grêle, 3 aussi large que 
long, i allongé, atténué vers l'extrémité; lèvre inférieure à menton 
quadrangulaire, transversal, élargi en arrière, brièvement tronqué 
do chaque côté à la base; languette coriacée, courte, largement cor- 
diforme, subémarginéo en avant et ciliée; palpes à 2 article grêle, 3 
allongé, aciculé. — Antennes mesurant à peu près la moitié de la lon- 
gueur du corps, 1 article ovalaire, 2 globuleux, 3 à peine oblong, 
4-8 moiiiliformes, à massue robuste et lâche, 9 article très-gros, aussi 
long que les deux suivants réunis, en triangle à angles arrondis, 10 
fortement transversal, denté du côté interne, li ovalaire, obtus! — 
rroiiotum subquadrangulaire, presque deux fois aussi large que long, 
iïgèrument rétréci vers la base et presque aussi large que les élytres, 
bord antérieur échaucré, fortement sinué de chaque côté, derrière 
les yeux, bords latéraux subarrondis et rétrécis au sommet; angles 
postérieurs aigus; surface peu convexe, ornée à la base d'un lin sil- 
lon transversal terminé de chaque côté dans une fossette oblique, non 
prolongée en sillon; en outre, le long des bords latéraux et courant 
parallèlement une fine strie terminée aux angles antérieurs; écusson 
en trianglo curviligne, plus largo que long. — Elytres oblongues-ova- 
laires, à côtes subparallèles, largement arrondies en arrière; surface 
peu convexe, ponctuée et pubescente comme le reste du corps. — 
Prosternum étroit, convexe entre les hanches, élargi en avant et creusé 
en cupule, prolongé au-delà des hanches en une extrémité arrondie 
et reçue dans le mésosternum ; celui-ci subquadrangulaire, presque 
deux fois aussi long que largo. — Abdomen à premier arceau aussi 
long que les trois suivants réunis. — Pattes courtes, cuisses subdila- 
tées au milieu, tibias faiblement dilatés au bout; tarses grêles, à 1 et 
2 articles allongés. 

La conformation bizarre des antennes n'est pas spéciale au mâle, 
comme cela a lieu dans les genres Putmaphora et Tkochoïdeus; elle 
est identique dans les deux sexes; ceux-ci se distinguent par la con- 
lormation des ai-ceaux inférieurs do l'abdomen; chez la femelle, lu 
cinquième arceau est petit, arrondi; il est plus large chez le m.àle, 
tronqué en arrière et suivi d'un sixième arceau arrondi et rudimen- 
taire. 

Ce sont de petits insectes de 3 millimètres de longueur, de forme 
linéaire, puboscents et d'un fauve jaunâtre avec les antennes, tout 
ou partie, d'un brun de poix. Trois espèces seulement sont connues, 
elles habilont l'Afrique; la première, décrite par M. L. Ruicho, a été 



116 ENDUHYCUIUES. 

rapportée de l'Abyssinie, les deux autres, dont la connaissance est 
due au Prof. Gerstaecker, habitent, l'une, le Sénégal, l'autre les en- 
virons de Port-Natal. 

Lorsque Schaum a rédigé les Comptes- Rendus des Progrès de 
l'Entomologie pendant l'année 1850, il a parfaitement admis, avec 
M. Reiclie, que le genre Danak devait se placer à côté des Ltcoper- 
DiNA ; cependant, dans !a suite de son travail, il a placé, par mégarde, 
le genre Danae dans la Famille des Erotyliens. Cette méprise a été 
cause que le Prof. Gerstaecker n'a pas connu le genre de l'Entomolo- 
giste de Paris, et a créé le nom d'ŒDiARTBBus qui s'applique, ainsi 
que le Professeur de Berlin l'a reconnu, au même type. Les choses 
sont ainsi rétablies dans l'ordre réel. 

CONIOPODA. 
GoRHAM, Eniom. Mont. Mag. IX, p. 2U5. 

Tète petite, engagée dans le prothorax au-delà du bord postérieur 
des yeux. — Labre transversal, subarrondi en avant; mandibules 
courtes, larges, débordant le labre sur les côtés, très-convexes eu de- 
hors ; dernier article des palpes maxillaires un peu plus long que 2 
et fortement atténué au bout. — Antennes grêles, mesurant au moins 
la moitié de la longueur du corps, 1 article épaissi, 2 obconique, 3 
plus grèlc, un peu plus long, 4-8 submoniliformes, les trois derniers 
formant une massue bien distincte, lâche, obtusément terminée., — 
Pronotum presque deux fois aussi large que long, un peu moins large 
que les élytres, bord antérieur émaiginé en arc de cercle, les latéraux 
dilatés arrondis en avant, fortement rétrécis au sommet, angles pos- 
térieurs aigus; surface peu convexe, ornée le long des côtés d'un sil- 
lon atteignant les angles antérieurs, et à la base d'un sillon étroit, 
terminé de chaque côté dans une strie profonde, de forme sigmoïile; 
écusson au moins deux fois plus large que long, bord postérieur sulv 
arrondi. — Elytres oblongues-ovalaires, assez convexes, subatténuées 
en arrière, ponctuées et pubcscente», comme le reste du corps. — Pro- 
sternum séparant les hanches, convexe dans sa longueur, les dépas- 
sant en arrière par une extrémité arrondie, reçue dans le mésoster- 
num ; celui-ci subquadrangulaire, margiué, son bord antérieur coupé 
obliquement de chaque côté et creusé au milieu. — Abdomen formé 
en dessous de 5 arceaux, le 1 aussi long que les trois suivants réunis. 
— Pattes médiocres, cuisses un peu dilatées au milieu, tibias sim- 
ples; tarses à 1 article un peu plus long que le suivant, 2 un peu 
plus large, subbilobé, 3 terminé par des crochets simples et trôs- 
grèles. 

Ce type se distingue des LTroPBRniNA par la massue des antennes 
bien distincte, par la présence du prosternum entre les hanches et 



LYC0PBRDINITE8. 117 

par sa pubescence; en outre, le pronotum présente une sculpture 
différente, les bords latéraux sont accompagnés d'une rainure subpa- 
rallèle, et les sillons longitudinaux de la base, au lieu d'être droits, 
affectent une forme sigmoïde. Comme le genre précédent, il ne ren- 
ferme qu'une seule espèce, originaire du Japon. 

MYCETINA. 
MuLS\NT, Hist. nat. Col. Sécurip. p. IS (1). 

Tète médiocre, ordinairement engagée dans le prolhorax au-delà 
du bord postérieur des yeux, prolongée en un petit museau obtus, 
rétréci à sa base. — Labre assez grand, subémarginé à son bord libre 
ou bien tronqué ; mandibules débordant le labre sur les côtés, à pointe 
bifide ou bidentée; mâchoires à lobe externe large, allongé, atténué 
au bout et barbu ; l'interne étroit, deux fois plus court au moins que 
l'externe, garni en dedans d'une brosse terminée par doux fortes et 
longues soies et commençant par une seule ; palpes plus courts que 
le lobe externe, 1 article court, 2 oblong, obconique, 3 transversal, 
4 de la longueur de 2, subuliforme ; lèvro inférieure h menton trans- 
versal, rétréci à la base, dilaté-arrondi sur les cùtés, subémarginé en 
avant; languette profondément échancréo ; palpes à dernier article 
plus ou moins long, toujours largement tronqué. — Antennes mé- 
diocrement robustes, mesurant environ la moitié de la longueur du 
corps, 1 article allongé, renflé, 2 trôs-court, 3 de la longueur du pre- 
mier, les suivants décroissant graduellement do longueur ; les trois 
derniers renflés et formant une massue plus ou inoins distincte, à 
parties étroitement serrées, tantôt lâchement unies. — Pronotum for- 
tement transversal, un peu moins large que les élytres, bord anté- 
rieur échancré en arc de cercle avec ses angles assez saillants, bords 
latéraux flexueux avec les angles aigus ; surface médiocrement con- 
vexe sur 1(3 disque, ornée d'un sillon transversal à la base et de deux 
sillons longitudinaux, assez courts, à l'extrémité du premier; écusson 
plus large que long, arrondi en arrière et sur les côtés. — Klytres 
oblougues-ovalaires, assez convexes, offrant leur plus grande largeur 
au milieu ou au tiers antérieur, étroitement marginées, arrondies en 
arrière. — Prosternum variable, tantôt convexe entre les hanches, 
les dépassant en arrière et reposant sur le mcsosternura ; tantôt plus 

H] Syn. Opathum, Gmel. Lino. Syst. Nat. — Tenebbio, Panzer. — Gai.e- 
RUCA, Fabriclus, Panzer, de Castelnau. — Chuysomela, Fabriclus^ Slialler. — 
Endomyciius, Paykull, Panzer, Fabricius, Latrelllc, Olivier. — Lycoperdina, 
Sclionberr, Gyllenliall, KedtODbacher, Germar, Melsheimer. — Mycetina, Rcd- 
tabenchor, Fauo. Auslr. 2° éd. p. 989; Geislaecker, Monogr. Endom. p. 226; 
Fairmaire, Gen. Col. Europ.IV.p. 277 ; De Marscul, Abeille, V, p. 82; Gorham, 
Endom. lecil. p. 19. 



118 RNnOMYCniDES. 

étroit, moins élevé que les hanches et à peine prolongé au-delà; mé- 
sosternum tantôt dilaté en arrière, rétréci en avant, tantôt subqua- 
drangulaire. — Abdomen formé de 5 arceaux en dessous. — Pattes 
assez robustes, cuisses légèrement renflées au-delà du milieu, tibias 
subdilatés au bout; tarses à i article un peu plus long que 2, l'un et 
l'autre égaux en largeur, subbilobés. 

Les différences sexuelles ne s'observent pas dans toutes les espèces; 
elles consistent dans un élargissement en forme de dent aux tibias 
antérieurs chez le mâle et dans une échancrure aux postérieurs. 

Ainsi que le remarque le Prof. Gerstaecker, le genre Mycetina, tel 
qu'il est actuellement constitué, est peu homogène, tant sous le rap- 
port du faciès que par les détails de l'organisation , et notamment 
des antennes et des deux premiers arceaux thoraciques. En effet, 
M. Gorham en a déjà génériquemcnt séparé la Mycelina lœta Gerst., 
que M. J. Le Conte avait inscrite dans le genre Epipocus. 

Outre cette espèce, la Monographie des Endomychides contient la 
description de six types ; le Catalogue de M. Gorham en renseigne 12. 
L'aire de distribution de ce petit nombre d'espèces est très-étendue; 
on connaît une espèce en Europe, une autre en Asie-Mineure, deux 
aux Indes orientales, à Ceyian et à Ponang; le môme nombre au Ja- 
pon, une en Sibérie, le reste, c'est-à-dire cinq espèces, font partie do 
la Faune de l'Amérique du Nord. 

POLYMUS. 
Mdlsant, Hist. nat. des Coléop. Sécurip. p. 10 (1). 

Tête enfoncée dans le prothorax jusqu'aux yeux. — Labre court, 
plus large que l'ôpistome; palpes maxillaires grôles, à 3 article plus 
court que 2, 4 atténué et tronqué au bout ; menton transversalement 
quadrangulaire; palpes labiaux à dernier article court, subcylindri- 
que, tronqué. — Antennes à 1 article épais, renflé, 2-8 étroits, un 
peu épaissis au bout, 2 et -i subégaux, 3 un peu plus long, les autres 
diminuant peu à peu de longueur; massue de trois articles plus larges 
que les précédents, peu serrés, comprimés, 1 et 2 obconiques, do 
môme longueur, 3 ovalaire, presque aussi long que les deux précé- 
dents réunis. — ProQotum plus large que long, assez convexe, bords 
latéraux rabattus, arrondis en avant, rétrécis en arrière, bord anté- 
rieur largement échaucré avec les angles peu saillants, angles posté- 
rieurs aigus; surface convexe sur le disque, ornée d'un sillon trans- 
versal terminé de chaque côté dans un enfoncement. — Elytres plus 
larges que le pronotum, pubescentes comme le reste du corps, étroi- 
tement rebordées, ovalaires, convexes, élevées en bosse à l'épaule, ob- 

(1) PoLYMUs, Geistaecker, Monogr. Eadomych. p. 351 ; De Marseiil, Abeille, 
V, p. m ; Gorham, Eudoaiyc. récit, p. 19. 



LYCOPERDINITES. 119 

tuses à l'extrémité. — Piosternum élevé entre les hanches, se pro- 
longeant au-delà en pointe arrondie reçue dans une échancrure du 
mésosternum ; celui-ci en carré long, plan, rebordô latéralement, coupé 
droit à la base, éohancré avec les angles arrondis en devant; méta- 
sternum rebovdé ea devant, enlaillé de chaque côté pour recevoir les 
hanches, large et long, tronqué postérieurement. — Abdomen formé 
eu dessous de S arceaux. — Pattes assez allongées, grêles; hanches 
antérieures et moyennes globuleuses, assez rapprochées; les posté- 
rieures en virgule, canaliculées, distantes entre elles ; cuisses longues, 
un peu épaissies vers le bout; tibias grêles, courts; tarses à 1 et 2 
articles bilobés, garnis de poils épais, 3 petit, caché entre les lobes 
du 2, -4 étroit, allongé, muni de deux petits crochets. 

Le genre actuel a élé créé par M. Mulsant pour un petit insecte 
trouvé en France, aux environs de Loudun, et actuellement dans la 
collection de M. Chevrolat. Jusque maintenant, l'espèce n'a pas été 
retrouvée et l'exemplaire de M. Chevrolat reste unique. M. Gerstaecker, 
dans sa Monographie, a reproduit la description tracée par M. Mul- 
sant, et l'a accompagnée de quelques réflexions. Dans son travail sur 
les EnJomychides d'Europe, M. De Marseul a pu étudier de no\iveau 
cetinsecle, et sa description osi plus détaillée, c'est celle que nous avons 
reproduite; malheureusement il n'a pas été possible d'étudier les or- 
ganes buccaux d'une manière complète, on ignore si la languette est 
ou n'est pas échancrée à son bord libre, quoiqu'il y ait toute pré- 
somption de croire qu'elle ressemble à celle des Hylaia, S\ula, etc. 

D'après M. Marseul, le Polymus se rapproche des Dapsa par la 
forme générale, par la structure des pattes, des antennes , par une 
pubescence analogue; il s'en éloigne par son prosternum, qui est 
njoins étroit, qui est visible entre les hanches, et les dépasse pour aller 
s'enfoncer dans une concavité du mésosternum; en outre, celui-ci est 
en carré long, et il n'y a pas de sillons longitudinaux au pronotum. 
Les mêmes caractères le séparent des Hylaia. 

D'après le Prof. Gerstaecker, les analogies du genre Polymus se- 
raient très-intimes avec les Mycetina et les Stenotarsus, néanmoins, 
la massue des antennes le distingue du premier de ces types; la forme 
et la sculpture du pronotum l'éloigné du second. 

Ainsi que nous l'avons fait, M. Gorham place ce genre dans le voi- 
sinage des Hylaia et des Saula. 

HELIOBLETUS. 
GoRHAH, Endomyc. récital, p. 41. 

Tête médiocre , assez engagée dans le prothorax. — Labre subar- 
tondi à sou bord libre; dernier article des palpes maxillaires ovalaire, 
atténué vers l'extrémité et sabiiigu. — Antennes robustes, mesurant 



<20 BMDOMYf.HIDKS. 

la moitié de la longueur du corps, i article épais, 2 court, 3 obconi- 
que, à peine de moitié plus long que le précédent, les suivants sub- 
mooiliformes, les trois derniers épaissis, formant une massue lâche, 
dont le 1 oblong, triangulaire, le 2 de même forme, transversal, le 
3 plus gros et on triangle, à angles arrondis. — Pronotum en carré 
transversal, un peu plus étroit que les élytres, à bords latéraux sub- 
dilatés et arrondis en avant, à surface peu convexe, marquée à la 
base d'un sillon transversal, linéaire, terminé de chaque côté dans 
une impression longitudinale très-courte; écusson plus large que long, 
en triangle arrondi latéralement et aigu en arrière. — Elytres oblon- 
gues-ovalaires, pubescentes, présentant leur plus grande largeur au 
tiers antérieur, atténuées en arrière et arrondies. — Prosternum étroit, 
à côtes subparallèles; mésosternum également étroit, un peu dilaté 
en arrière des hanches. — Pattes assez robustes, cuisses subcompri- 
mées, tibias grêles, les unes et les autres subflexueux, arqués ; tarses 
courts. 

Ce type, d'après l'auteur du genre, représente, dans les contrées tro- 
picales, les espèces du genre Dapsa. 11 s'en distingue au premier coup- 
d'œil par la présence du prosternum, qui, quoique très-étroit, sépare 
les hanches antérieures l'une de l'autre. En outre, les antennes sont 
plus courtes et plus robustes, la longueur du 3 article, comparée à 
celle du second, est beaucoup moindre que dans le genre Dapsa. 

En comparant le type du genre Heliobletus, que M. Gorham a eu 
l'extrême obligeance de nous communiquer, nous lui trouvons éga- 
ment la plus intime affinité avec le genre Saula qui habite h. peu 
près à la môme latitude ; le prosternum, la forme générale, le faciès, 
la sculpture du pronotum, sont les mêmes dans les deux types; la 
plus grande différence réside dans le bord antérieur du pronotum qui 
est presque droit dans les Saula, et manifestement échancré dans le 
genre actuel. 

Une seule espèce est connue, elle appartient à l'île de Bornéo. 

Groupe IV. Epipocitea. 

Tête médiocre, profondément engagée et embrassée par les angles 
saillants du pronotum. — Antennes grêles ou robustes, médiocrement 
longues, à massue insensiblement formée, ses deux premiers articles 
distinctement dilatés en dedans et anguleux aigus. — Pronotum trans- 
versal, un peu moins large que les élytres, à côtés latéraux tantôt 
réfléchis, tantôt abaissés ; surface régulièrement convexe, ornée de 
sillons longitudinaux, atteignant à peu près le milieu du disque, le 
sillou transversal de la base eU'acé. — Elytres allongées ou ovalaires- 
oblongues, médiocrement convexes, glabres ou pubescentes. — Pro- 
sternum toujours apparent, médiocrement large, sub dilaté en arrière 



(SpiPor.iTBS. 121 

et arrondi. — Abdomen formé en dessous do 5 arcpaiix chez la fe- 
melle et de six chez le mâle. — Pattes normales. 

Ce groupe est peu homogène, quoiqu'il ne renferme que trois gen- 
res : le l'acies diffère, dans l'un, la forme est allongée-ovalaire et les 
parties supérieures sont glabres et brillantes; dans les deux autres 
types, la forme est plus courte, les téguments sont plus ternes et re- 
couverts d'une pubescence plus ou moins serrée. Quoi qu'il en soit, 
ces genres ont un caractère commun et assez remarquable ; il réside 
dans la forme de la massue dont les deux premiers articles, ou au 
moins le second, est fortement prolongé à son côté interne terminé 
par une pointe aiguë. 

Ces trois genres sont relativement assez riches en espèces : i 3 Epi- 
pocus, 21 Anidrytus et 19 Epoptebus. Toutes ces espèces habitent 
le Nouveau-Monde, le plus grand nombre les contrées chaudes de 
l'Amérique méridionale, quelques-unes l'Amérique centrale, deux ou 
trois seulement les Etats du Sud des Etats-Unis. 

La distinction de ces genres, notamment pour les deux derniers, 
n'est pas facile. 

A. AntenDes b. 3 article trè»-a\lODgé, cAtés du proDotum r6- 

Oéchis. Epipocus. 

A'. Antennes à 3 article oblong, cftlés du pronotum abaissés. 

B. Mandibules fi extrémité simple ; lobe externe des mâ- 

choires corné à la base. Anidrytus. 

B'. Mandibules à pointe fissile; lobe externe des mflclioires 

membraneux en entier. Epopterus. 

EPIPOCUS. 
CuEvnoLAT, DeiEÀH, Calai. 3° éd. p. 463 (1). 

Tête plus ou moins forte et engagée dans le prothorax. — Labre 
profondément émarginé ; mandibules falciforraes, épaisses en dehors, 
larges à la base, très-aiguës à la pointe, dentées en dedans ; mâchoires 
à lobe interne de moitié moins long que l'externe, plus ou moins ci- 
lié; palpes courts, épais, le dernier article fusiforme, à peine tron- 
qué au bout; lèvre inférieure à menton dilaté angulousement sur les 
côtés, à languette échancrée; palpes à dernier article presque deux 
fois aussi large que long, tronqué. — Antennes assez grêles, mesu- 
rant à peu près la moitié de la longueur du corps, 1 article épaissi, 
2 obconique, 3 aussi long que les deux premiers ou que les deux sui- 

(1) Syn. ENDomicnus, Chevrotât, Coléop. du Mexique, IV et Y fasc. — Epi- 
pocus, Germar, Ersch und Gruber, Allgem. Encye. d. Wissensch. th. 39, p. 8G; 
Le Conte, Proceed. of the Acad. Nat. Se. of Phil. VI, p. 358; Guêrin-Mén. Ar- 
chiv. entom. I, p. 2B5; Gerslaecker, Monogr. Endom. p. 240; Gorh.im, Endom. 
récit, p. 20. 



122 ENDOMYCHIDES. 

vants, 4-8 décroissant graduollement de longueur, 9-11 formant une 
massue peu distincte à 1 et 2 articles triangulaires et fortement pro- 
longés en dedans, le dernier irrégulièrement arrondi et subtronqué 
au bout. — Pronotum presque deux fois aussi large que long, un peu 
plus étroit que les élylresj bord antérieur échancré, le fond de l'é- 
chancrure presque droit, bords latéraux légèrement rétrécis de la base 
au sommet ou bien dilatés, arrondis eu avant et sinués vers la base, 
angles postérieurs aigus ou prolongés en arriére ; surface peu convexe, 
déprimée latéralement par le redressement des bords, oruép de chaque 
côté d'un sillon longitudinal plus ou moins long, manquant de sillon 
basilaire; écusson semi-circulaire. — Elytres ovalaires-oblongues, 
présentant leur plus grande largeur vers le milieu, subacuminées ou 
non vers l'extrémité, tronquées au bout, tantôt obliquement, tantôt 
carrément. — Prosternum visible entre les hanches, relevé en carène, 
souvent à partir du bord antérieur, prolongé au-delà des hanches en 
une saillie subaiguë ou subarrondie et reposant sur le mésosternum; 
celui-ci déclive en avant, plan ou légèrement concave, trapézoïdal et 
rétréci en arrière. — Pattes assez robustes, cuisses longues, tibias plus 
courts, comprimés; tarses terminés par des crochets simples. 

Ce genre se distingue du précédent par la structure des crochets, 
par la sculpture du pronotum et par ses antennes dont les deux 
premiers articles de la massue sont prolongés en dedans. Ce dernier 
caractère lui est commun avec les deux genres suivants, mais le troi- 
sième article de ces mêmes organes est comparativement beaucoup 
plus long dans le genre actuel. Les Epipocds ont un faciès particulier 
dû en grande partie à leur pronotum et à la troncature postérieure 
des élytres. 

La patrie des Epipocus paraît être le Mexique; sur 13 espèces, 6 y 
ont été découvertes, deux autres, dans le voisinage, au Texas ; deux 
dans les Etats du Sud de l'Amérique boréale, dans le Tennessee et la 
Géorgie ; les deux derniers sont originaires de la Colombie. 

ANIDRYTUS. 
GERSTiBCKER, MoHogr. Endom. p. 256 (1). 

Tête courte, profondément engagée dans le prothorax. — Labre 
échancré, subbilobé en avant; mandibules non dilatées extérieure- 
ment vers la base, la dent intérieure petite ; dernier article des palpes 
maxillaires allongé, atténué en alêne ; dernier article des palpes la- 
biaux variable, toujours plus large que long, souvent du double, 

(1) Syn. Endomychos, Fabricius, Syst. Eleuth. I, p. 504; Scliônherr, Syn. 
Ins. II, p. 323. — Lycoperdina, Chevrotât, Icon. Règ. An. p. 317. — Epipocus, 
Guério, Arcliiv. cntom. I, p. 267; Dejean, Calai. 3» éd. p. 463. — Amdrïtb», 
Gorbam, Endom. lecit. p. 21, p. 40. 



nPlPOr.ITES. 123 

obliquement tronqué et do la largeur du précédent. — Antennes as- 
sez grêles, mesurant la moitié do la longueur du corps, 1 article un 
peu oblong, épaissi, 2-4 subégaux entre eux, 5-8 grtiduellement rac- 
courcis, 9-11 épaissis, dilatés, formant une massue Irès-distincte et 
médiocrement, serrée, articles 9 et 10 obliquement triangulaires, trés- 
dilatés et aigus en dedans, 11 tronqué au bout. — Pronotum presque 
deux fois aussi large que long, pas plus étroit que les élytres, bord 
antérieur échancré en arc do cercle, bords latéraux rétrécis de la base 
au sommet, angles postérieurs aigus ; surface peu convexe, non dé- 
primée latéralement par le redressement des bords ; ornée seulement 
de deux sillons longitudinaux ; écussou semi-circulaire. — Elytres 
brièvement ovalaires, médiocrement convexes, largement arrondies 
en arrière et jamais tronquées. — Prosternum assez large, relevé en 
carène en avant, déprimé entre les hanches, élargi vers la base, sul)- 
tronqué; mésosternum subquadrangulaire, déclive en avant, un peu 
concave dans sa moitié antérieure pour recevoir le prosteruum. — 
Pattes courtes et robustes, cuisses un peu épaissies, les antérieures sil- 
lonnées au bord interne ; tibias plus courts ; crochets des tarses simples. 

Ainsi que l'on peut en juger, ce type ressemble beaucoup au pré- 
cédent, notamment par la forme des deux premiers articles de la 
massue des antennes, mais le troisième article do ces organes est beau- 
coup plus court et à peine distinct du quatrième ; en outre, la massue 
est plus nettement séparée des autres articles ; enfin, le corps est plus 
court, le pronotum n'est pas relové sur ses bords latéraux, les élytres 
ne sont pas tronquées h l'extrémité. Il s'éloigne davantage des Apho- 
RisTA, dont il se distingue aisément par la structure des crochets des 
tarses. 

On connaît aujourd'hui 21 espèces; aux 17 qui sont décrites dans 
la Monographie du Prof. Gerstaecker, M. Gorham en a ajouté 4 (1); 
toutes ajjpartienuent au Brésil, à la Colombie, aux Guyaues; quelques- 
unes à l'Amérique centrale. 

EPOPTERUS. 
Chevrolw, Dw. Catal. 3» éd. p. 463 (2). 

Tête courte, fortement engagée dans le prothorax. — La))re assez 
grand, non échancré, mais légèrement convexe à son bord antérieur; 
mandibules offrant en dehors une dépression assez large, triangulaire 

(1) Gorhatn, Endom. recil.at. p. 46. 

(2) Syn. Tritoma, Fal)rlcius, Syst. El. 11, p. 570, 2 ; lUiger, Mag. Air Insekt. 
VI, p. 3t(). - EtiMonpiius, Olivier, Eotom. VI, p. 99, G. — Endomtcbus, Perty, 
Dclcct. Anim. artio. Bras. p. Hl. — Epopteuus, Ericlis. Archiv. fur Naturg. 
XIII, Ins. peniana, p. 181 ; Gerstaecker, Monogr. Enilom. p. 274; Gorham, 
Endom. récit. \). 22. 



124 ENDOMYCHIDBS. 

à souimot antérieur, à extrémité bidentée, la dent du bord interne 
très-rapprochée de l'extrémité; mâchoires à lobe externe entièrement 
membraneux, pyriforme, arrondi au sommet et longuement cilié; 
l'interne est grêle, linéaire, coriace; palpes à 2 et 3 articles courts, 
celui-ci de moitié plus large que long, i plus ou moins allongé, aci- 
culé ; lèvre inférieure à menton court, subquadrangulaire, transver- 
sal, caréné au milieu; languette courte, subbilobée; palpes à dernier 
article très-court, élargi en avant. — Antennes grêles, un peu moins 
longues que la moitié du corps, 1 article épaissi, 2 obconique, 3 et 4 
un peu plus longs, subégaux entre eux , les suivants graduellement 
raccourcis, 9-H dilatés, formant une massue distincte, assez serrée, 9 
et 10 en triangles obliques, dilatés intérieurement, H tronqué- obtus 
au sommet. — Pronotum variable, tantôt semi-circulaire, tantôt sub- 
quadrangulaire et fortement transversal; surface peu convexe, non 
déprimée le long des bords latéraux, dépourvue de sillon basilaire 
transversal, mais ornée de chaque côté d'un sillon longitudinal plus 
ou moins apparent; écusson semi- circulaire, ou bien en triangle cur- 
viUgne. — Elytres ovalaires, plus ou moins allongées, arrondies à l'ex- 
trémité, pubescentes comme le reste du corps. — Prosternum relevé en 
caréné jusqu'au bord antérieur, élargi entre les hanches et au-delà, 
arrondi à la base, une strie enfoncée parallèle à ses bords; mésoster- 
nuni transversal, déprimé en avant. — Pattes assez courtes, cuisses 
dilatées et subcomprimées, les antérieures sillonnées au bord interne; 
tibias droits, légèrement dilatés à l'extrémité ; crochets des tarses sim- 
ples. 

Comme les genres précédents, le type actuel est dépourvu do sil- 
lon basilaire transversal, les deux premiers articles de la massue dos 
antennes sont triangulaires et prolongés-dentés en dedans. Il est fa- 
cile de le distinguer des Epipocus par la comparaison de la longueur 
relative du 3 article des antennes; il se différencie des Anidbytus 
par les organs buccaux; ainsi le lobe externe des mâchoires est très- 
différent; chez les Anidrytus, les mandibules sont en quelque sorte 
tranchantes à leur bord externe, tandis que dans les EpopTEniis, le 
côté externe de ces organes présente une partie aplatie et de forme 
triangulaire. Du reste, il n'est pas même nécessaire do recourir à ces 
caractères organiques pour reconnaître les espèces du genre en ques- 
tion ; toutes, elles possèdent sur les élytres un dessin d'une forme 
spéciale : sur un fond clair, on remarque d'ordinaire vers la base 
deux taches noires arrondies, vers le milieu une bande transversale 
à bords déchiquetés, vers l'oxlrémité des taches ou des points de 
même couleur. 

Aux 15 espèces décrites dans la Monographie du Prof. Gerstaecker, 
il faut en ajouter 4 que M. Gorham a fait connaître (1) dans ces der- 

(1) Gorliam, Ëndom. rocit. p. 48. 



STÉNOIAHSlIIiS. 125 

niei'S temps. Sauf une seule espèce signalée au Texas, elles se trou- 
vent confinées dans les contrées les plus chaudee de l'Amérique mé- 
ridionale et s'étendent jusqu'à Montevideo, d'une part, et jusqu'au 
Pérou, de l'autre. 

GroOPB V. Sténotarsites. 

Tète profondément enchâssée dans l'échancrure du pronotum, par- 
fois invisible d'en haut. — Antennes assez courtes, de H articles, quel- 
quefois de 9 (Rhymuus), à massue lâche, formée d'articles obconiques 
ou quadrangulaires allongés. — Pronotum à peu près aussi large que 
les olytves à la base, fortement rétréci vers le sommet, muni le long 
du bord latéral d'un sillon ou carinule subparailôle (Epheihis excepté). 
— miytres arrondies, semi-globuleuses, tout au plus brièvement ova- 
laires, glabres ou pubescentes. 

Ce groupe, démembré de celui des Dapsini du Prof. Gerstaecker, 
est faiblement caractérisé : la forme des deux premiers articles de la 
massue antennaire permet de le distinguer des Epipocites, de même 
que la forme arrondie ou brièvement ovalairo du corps, établit la 
distinction avec les Lycoperdites. 

Trois des genres sont plus ou moins pubescents, les Sienotabsiis 
et les Epuebijs d'une manière assers dense, les Rhymbus beaucoup 
moins; les Cremnodes paraissent glabres; sauf les Ephkbus, ces divers 
genres ont encore en commun soit un sillon, soit une carinule le long 
d'.)s bords latéraux du pronotum. 

Les espèces de ces coupes génériques appartiennent à la Faune du 
Nouveau-Monde, à l'exception de quelques formes du genre si nom- 
breux des Stenotarsus, qui ont été découvertes en Asie et en Afrique 
ou bien dans les îles voisines de ces continents. 

Los quatre genres se distinguent facilement l'un de l'autre. 



A. 


Antennes de 9 articles. 


Rhymbus. 


A', 


, — li- 




B. 


ras de sillon parallèle au bord latéral du pronotum. 


Ephebus. 


lî', 


. Un sillon ou carinule parallèle au bord latéral du pro- 
notum. 




C. 


Corps pubescent. 


Stenotarsus. 


C-. 


. — glabre. 

EPHEBUS. 


Cremnodes. 



Gekstaeckeh, Monogr. Endom. p. 29a. 

Tiîte oblongue, fortement engagée dans le prothorax. — Labre en- 
tier au bord antérieur; mandibules très-larges, arrondies en dehors, 
à pointe courte, bifide; mâchoires à lobe externe entièrement mem- 
braneux, large, atténué ou une longue extrémité, l'interno étroit, plus 



126 ENnoMycaifrES. 

court, coriacô, cilié; palpes à 2 et 3 articles courts, transversaux, \ 
allongé, fusiforme, terminé par une partie appendiculaire, séparée 
de l'article par un étrauglement; lèvre inférieure à menton trans- 
versalement quadrangulaire; languette courte, cordiforme, tronquée 
carrément en avant, brièvement ciliée de chaque côté; palpes à 2 ar- 
ticle deux fois aussi large que long, 3 brièvement ovale, à extrémité 
obliquement tronquée. — Antennes grêles, mesurant à peine la moitié 
de la longueur du corps, 3 article un peu plus long que i, S-8 gra- 
duellement raccourcis, 9-H formant une massue serrée, peu distincte, 
9 et 10 articles subquadrangulaires, non prolongés en dedans, H 
ovalaire et tronqué au sommet. — Pronotum court, fortement trans- 
versal, rétréci en avant, les côtés en dehors dos sillons non relevés, 
le bord lui-même étroit et un peu rotléchi; sillons longitudinaux 
fortement enfoncés et bien limités, le sillon transversal de la base 
nul; écusson triangulaire. — Elytres brièvement ovalalres, peu con- 
vexes, densément pubescentes comme les autres parties du corps. — 
Prosternum tantôt relevé sur toute sa longueur, déprimé et linéaire, 
tantôt élargi en arrière et déprimé; mésosternum court, transversale- 
ment quadrangulaire, subcoiicave en avant. — Abdomen à 1 arceau 
presque aus^,i long que les suivants réunis, le dernier, chez la femelle, 
largement arrondi et plus long que dans l'autre sexe. — Pattes très- 
courtes et robustes, cuisses subdilatées, les antérieures sillonnées en 
dedans; tibias un peu élargis vers l'extrémité; tarses à i article al- 
longé, paifois élargi et subcordiforme à la paire antérieure, 2 article 
étroit, de moitié plus court, le dernier à peine aussi long que les 
deux précédents réunis. 

Les différences sexuelles résident uniquement dans les arceaux in- 
férieurs de l'abdomen : chez le mâle, on remarque un sixième arceau 
court et subtriangulaire, le 5 est notablement plus large que chez la 
femelle et coupé droit à l'extrémité. 

On distingue aiséniunt ce type des Stenotahsus, dont il se rapproche 
beaucoup par l'absence de sillon transversal à la base du pronotum et 
par l'articulation serrée des articles qui composent la massue. 

Les espèces sont de petite taille, d'une coloration uniforme et assez 
densément pubescentes; elles habitent uniquement le Brésil et la Co- 
lombie. On n'a rien ajouté aux cinq espèces que renferme la Mono- 
graphie des Endomychidos. 

Le genre Epheuus de M. Chevrolat (1) ne répond nullemon». à celui 
du Prof. Gerstaecker; les Ephebus du Catalogue Dejean sont des Ste- 
notahsus do Porty, de Gerstaecker, de Gorham; néanmoins, quoique 
le genre de l'iuitcur fraugais ait été brièvement caractérisé dans le 
Dictionnaire d'HiUoire naturelle de D'Orbigny (2), nous croyons de- 

(1) Dcjoan, Catal. 3" éJ. p. \SA. 

(2) T. V, 1). 346. 



STÉrfOTARSITES. f27 

voir accepter les choses telles que les a établies le Prof. Gerslaeckor; 
à nos yeux, une monographie bien faite et travaillée par un auteur 
consciencieux, établit, ainsi que l'avait pensé le comte Dejean, un 
jalon dans la science. 

STENOTARSUS. 

Perty, Del. Ànim. artic. Bras. p. 112 (1). 

Tète médiocro, profondément engagée dans lo prothorax. — Labre 

presque tronqué en avant; mandibules plus ou moins robustes, à bord 
interne lamelleux et cilié, à extrémité bilide; mâchoires à lobe ex- 
terne court, mi-corné, à extrémité arrondie et ciliée, lobe interne 
grêle, linéaire, court; palpes robustes, peu allongés, 2 article plus 
long que 3, celui-ci très-court, •* allongé, aciculé et faiblement tron- 
qué au bout; lèvre inférieure à menton subquadrangulaire, trans- 
versal; languette en trapèze, presque membraneuse, à bord antérieur 
droit et cilié; palpes faibles, à dernier article grêle, acuminé. — An- 
tennes k articles très-variables en longueur, tantôt obbngs, tantôt 
moniliformes, massue assez distincte, formée de 3 articles lâchement 
articulés et plus ou moins allongés, le dernier ovalaire-obtus et tou- 
jours plus long que chacun des deux précédents. — Prouotum à 
peu près aussi large que les élytros, au moins deux fois aussi large 
que long; fortement rétréci en arc de cercle de la base au sommet, 
bord antérieur étroit, profondément échancré ; surface ornée de sil- 
lons longitu'iinaux profonds à la base, s'effaçant peu à peu, dépourvue 
mais non constamment de sillon basilaire, marquée, en outre, de 
chaque côté d'une rainure parallèle au bord latéral, commençant en 
dedans des angles postérieurs et se terminant au bord antérieur der- 
rière les yeux; écusson subtriangulaire ou arrondi en arrière. — Ely- 
tres ovalaires, courtes ou longues, assez convexes, marginées, pu- 
bescentes, comme les autres parties du corps ; surface confusément 
ponctuée, les points souvent plus gros extérieurement que vers la 
sature, parfois des stries ponctuées. — Prostornum assez large, dé- 
primé, saillant un peu au-delà des hanches et à. base arrondie ; mé- 
sosternum transversalement quadrangulaire, déprimé dans ça partie 
antérieure. — Abdomen à 1 arceau presque aussi long que les sui- 
vants réunis. — Pattes courtes et robustes; cuisses peu épaissies, les 
antérieures sillonnées; tibias grêles; crochets dos tarses simples. 

(1) Syn. Ephebus et Quirinus, Chevrotât, Dej. Cat. 3' éd. p. 463. — Edhïbus, 
Mclshoimer, Cat. of Coleop. Unit. Stat. p. 132; Guério-Mén, Arcliiv. entom. I, 
11. 270. — Ekoty!,us, Horbst, Nalurs. :all. bek. Ins. Kaf. Ylll, p. 374. — Mvce- 
TiNA, Lu Conto, Proc. Ac. Nat. Se. of Phil. VI, p. 359. — Lïcoperdwa, Say, 
Jouru. Ac. Nat. Se. of Phil. V, p. 304. — Stbnotarsus, Ericlison, Schombiirg's 
Rois, in Biit. Guyan. III, p. 579; D« Castolnau, Hist. nal. Coleop. U, p. 523 ; 
Cicrslaccker, Monogr. Ëndom. p. 298; Gorhaœ, Endom. rooit. p. 24. 



i28 BNDOHVCaiDES. 

Le prineipal caractère du mâle réside dans la présence d'un sixième 
arceau inférieur à l'abdomen; par suite, le 5 est tronqué presque 
droit en arrière, tandis qu'il est arrondi chez la femelle. 

Les espèces, assez nombreuses, habitent les contrées les plus chaudes 
de l'Amérique, de l'Asie et de l'Afrique. Une particularité digne d'être 
mentionnée, c'est que les espèces asiatiques présentent des élytres 
ponctuées-striées. Ces espèces possèdent, en outre, des antennes dont 
les articles 2-8 sont très-courts; ce caractère qu'elles offrent en com- 
mun avec celles do l'Afrique, est rare chez les types du Nouveau- 
Monde. 

La Monographie des Endomychides renferme la description de 43 
espèces; M. Gorham on a ajouté plusieurs, et leur nombre est aujour- 
d'hui porté à 56; l'Amérique est de beaucoup la plus riche, on compte 
1 8 espèces au Brésil, 9 on Colombie, 6 dans les Guyanes, 3 à la Nouvolle- 
Gr«nade, 3 au Guatemala et au Mexique, une seule dans l'Amérique 
du Nord. En Afrique, on a découvert une espèce dans la (iuinée, une 
autre au Sénégal , une troisième à Madagascar. Les types sont plus 
nombreux aux Indes orientales et dans les îles voisines; ainsi on con- 
naît quatre espèces à Ceylau et une dans chacune des localités sui- 
vantes : Penang, Singapore, Japon, Bornéo, Java, dans la Nouvelle- 
Calédonie. La patrie d'une dernière est restée inconnue. 

RHYMBUS. 
Gerstaecker, Monogr. Endom. p. 317 (1). 

Tôte petite, profondément engagée dans le prothorax, au-delà du 
bord postérieur des yeux. — Labre arrondi sur les côtés, presque 
tronqué au milieu ; mandibules fortement échancrées en dedans et 
munies d'une lamelle coriacéo de forme triangulaire et ciliée, à ex- 
trémité bidentée; mâchoires à lobes coriaces, l'externe court, large- 
ment arrondi et garni de longues soies raides en avant; palpes à 3 
article plus long que large, plus court que 1, A ovalaire, allongé, ob- 
tusément arrondi ; lèvre inférieure à menton arrondi sur les côtés, 
rétréci en arrière, triangulairement dilaté eu avant; languette coria- 
cée, transversalement cordiforme, tronquée en avant, ciliée de chaque 
c6té ; palpes à 2 article court, transversal, 3 deux fois aussi large que 
long, obliquement tronqué. — Antennes grêles, atteignant la base 
du pronotum, formées seulement de 9 articles, i article allongé, 
épaissi, 2 oblong, 3 à peine plus long, grêle, 4-6 graduellement rac- 
courcis, 7-9 formant une massue très-distincte, lâche, ses 1 et 2 ar- 
ticles semi-ovalaires, 3 ovalaire, obtus. — Pronotum à peu près aussi 
large que les élytres, deux fois aussi large que long, rétréci en avant, 

(1) Syn. BïSTUs, Guério-Héo. Arcli. enlom. 1, p. 270. — Ruymbus, Goiliam, 
ËDdom. récit, p. 27. 



STÉNOTABSITES. 129 

bord antérieur échancré, bords latéraux arqués, bord postérieur lobé- 
arroudi au milieu, fortement sinué de chaque côté, angles très-obtus 
surface peu convexe, dépourvue de sillon transversal, ornée de ciiaquê 
côté d'un sillon longitudinal peu enfoncé, arqué on dedans, assez 
long; bords latéraux accompagnés de la base au sommet, dune ca- 
rinule saillante, plus éloignée du bord en avant qu'en arrière- écus- 
son en triangle subéquilatéral et curviligne. - Elytres semi-globu- 
leuses, assez convexes, marginées latéralement, confusément ponc- 
tuées et pubescentes comme le reste du corps. — Prosternum aplati 
entre les hanches, dilaté en arrière, arrondi et appuyé sur le méso- 
sternum; celui-ci court, transversal, rétréci en avant. — Abdomen à 
1 arceau moins long que les suivants réunis, le dernier arrondi chez 
la femelle, échancré chez le mâle. -Pattes grôles, allongées, cuisses 
subdilatées au milieu; tibias plus longs et sublinéaires; tarses très- 
étroits^, presque Uliformes, le dernier article plus long que les deux 
précédents réunis, terminé par des crochets simples. 

Le mâle se distingue de la femelle par la présence d'un sixième 
arceau ventral, un peu visible dans l'échaccrure du cinquième. 

Les Rhymdus sont de très-petits insectes mesurant moins de deux 
lignes do longueur; mais ils sont remarquables par leur forme qui 
rappelle tout-à-fait celle des Coccinelles; à la première vue, on s'y 
tromperait facilement. Quoi qu'il en soit de cette apparence singu- 
lière, il suffit de remarquer la sculpture du pronotum pour recon- 
naître le type que l'on a sous les yeux. En effet, les Rhtmbus sont 
tres-voisins des Sif.notarsus par l'ensemble de l'organisation, quoi- 
que des caractères importants les séparent, notamment la structure 
des tarses, la composition des antennes. 

Le Prof. Gerstaecker a décrit 3 espèces, Guériii-Méneville deux, et 
M. Gorham un même nombre. Ces espèces habitent le Brésil, la 
Guyane, la Colombie, le Guatemala, le Mexique, l'Amérique boréale. 

CREMNODES. 
Gerstaecker, Monogr. Endom. p. 412 (1).. 

Tête médiocre, engagée dans le prothorax au-delà du bord posté- 
rieur des yeux, fortement infléchie. - Epistorae grand, dilaté trans- 
versalement, tronqué en avant; labre court, subarrondi à son bord 
hbre ; palpes maxillaires à dernier article grêle, allongé, aciculé au 
sommet; celui des labiaux plus large que long, dilaté, obliquement 
tronqué. — Antennes très-courtes, n'atteignanl pas la hase du pro- 
notum, i article long, grêle, 2 de moitié plus court, 3-8 très-courts, 
intimement articulés, plus grêles ((uo les précédents, massue aussi 
longue que les sept articles précédents, très-grosse, son 1 article triaii- 

(1) Gorliam, Eodoin. récit, p. 27. 
Coléoptères. Tome XII. g 



130 ENDOMYCHIDES 

gulaire, 2 subquadrangulaire arrondi, 3 ovalaire, de moitié plus long 
que le précédent. — Pronotum de la largeur des élytres, trois fois 
aussi large que long, rétréci vers le sommet, bord antérieur échan- 
cré, le fond de l'échancrure presque droit, bords latéraux à peine 
convexes, bord postérieur lobé-arrondi au milieu, bisinué de chaque 
côté ; surface fortement inclinée en avant, dépourvue de sillon trans- 
versal et de sillons longitudinaux, ornée parallèlement aux bords la- 
téraux d'une rainure assez profonde et accompagnée en dehors d'un 
mince bourrelet; écusson très-petit, en triangle rectiligne. — Elyti'es 
semi-globuleuses, très-convexes, échancrées en avant pour recevoir 
le pronotum, épipleures très-larges, concaves; angles huméraux an- 
guleusement saillants en avant, à surface glabre et presque lisse. — 
Prosternum relevé en carène saillante, prolongé vers la bouche, dé- 
primé et un peu rétréci entre les hanches, dilaté en arrière en cuil- 
leron et arrondi ; mésosternum court, transversal. — Abdomen formé 
de 8 arceaux subégaux. — Pattes courtes, les cuisses n'atteignant pa» 
le pourtour du corps, assez larges, .subcomprimées ; tibias grêles, li- 
néaires; tarses grêles et filiformes, 1 article très-long, 2 de moitié plus 
court, article appendiculaire bien visible et non logé dans le précé- 
dent ; le dernier plus court que le second. 

Par la forme générale du corps, ce genre ressemble beaucoup aux 
Rhymuus, on dirait même qu'il rappelle encore davantage les Cocci- 
nelles et plus particulièrement les Exochomus par sa forme obtuse en 
avant, par sa grande convexité qui semble dépasser celle d'une demi- 
sphère. 11 s'éloigne du genre précédent par le défaut de pubescence 
et par la composition des antennes qui sont formées de onze articles 
au lieu de neuf. 

M. le Prof. Gerstaecker a décrit une seule espèce, découverte dans 
les contrées méridionales du Brésil. M. Gorham a bien voulu nous 
communiquer une forme de cette coupe générique, qui parait être 
une espèce nouvelle, rapportée de Colombie par Goudot. 

GrOXJPD VI. Endomyohite*. 

Tête oblongue, avec un petit museau quadrangulaire, profondé- 
ment engagée dans l'échancrure du pronotum. — Labre à bord an- 
térieur variable; mandibules à extrémité bifide, à bord interne mem- 
braneux; mâchoires iV lobes cornés ou parcheminés, subégaux en 
longueur, plus ou moins ciliés; palpes variables, à 2 article plus long 
ou de même longueur que le dernier, celui-ci séciiriformo ou ova- 
lîiire tronqué ; lèvre inférieure à menton en carré transversal ; lan- 
guette oblongue, jamais plus large que longue, subélargie en avant, 
à bord arrondi ou bien insensiblement émarginé; palpes à dernioï 
article allongé, grôle, tronqué. - Yeux oblongs, grossemenl granu- 



ENDOMYC.HITES. 134 

lés. — Antennes de longueur et de structure variables, les articles 4-8 
toujours graduellement raccourcis. — Pronotum tantôt en carré trans- 
versal , tantôt en segment de sphère , pourvu ou non des sillons lon- 
gitudinaux et transversal ; écusson triangulaire ou arrondi. — Elytres 
ovalaires et médiocrement convexes ou hémisphériques et plus bom- 
bées, glabres et vivement colorées. — Des ailes. — Prosternum rela- 
tivement assez large, prolongé au-delà des hanches. — Pattes de lon- 
gueur variable, cuisses souvent sillonnées en dedans, tibias subdilatés 
vers l'extrémité, tarses à 1 et 2 articles toujours larges, quelquefois 
transversalement cordiformes. 

Les différences sexuelles sont de moindre importance, et, sauf dans 
le genre Eucteanus, elles consistent dans la présence, chez le mâle, 
d'un sixième arceau abdominal. 

Les quatre genres de ce groupe sont très-différents l'un de l'autre 
et ne possèdent réellement en commun que les caractères assignés à 
la languette ; pour le reste de leur organisation, de leur forme géné- 
rale, ils pourraient constituer autant de groupes divers. 

Leur distribution géographique ne présente rien de bien remaniua- 
blo : les EuCTKANUs habitent les Indes orientales, vers la chaîne de 
l'Himalaya; l'unique espèce du genre Meiliciiius a été découverte à 
l'onang; les Panomœa à Java et aux Philippines. Deux Endomychus 
de l'Amérique boréale sont connus, deux autres habitent l'Europe, la 
dernière l'Arménie; il faut ajouter cependant que l'une des espèces 
européennes a été retrouvée dans l'Inde boréale. 

Les genres se distinguent comme suit : 

A. Prosternum large, à peine plus étroit que le mésoster- 

num. 

B. Corps oblong ; massue des antennes grande, trÈs-com- 

primée. Eucleanus. 

B'. Corps hémisphérique; massue des antennes peu sen- 
sible. Meilichiut. 

A'. Prosteruum beaucoup plus étroit ([ue le mésosternum. 

C. Corps hémisphérique; massue aussi longue que Ica au- 

tres articles réunis. Panomoea. 

C, Corps ovalalre; massue moins longue que les autres 

articles réunis. Endomychus. 

EUCTEANUS. 

Gerstaeckeb, Monogr. Endom. p. 356 (1). 

l'êto en coiu, ougagée dans le prothorax jusqu'au milieu des yeux. 
—Epistome tronqué; labre transversal, subémarginé à son bord libre; 
mandibules courtes, épaisses en dehors jusqu'à l'extrémité, celle-ci 

(Ij Gorbam, Ëndum. récit, p. 28. 



j32 ENDOMyCUIDKS. 

bifide • mâchoires à lobe interne gvêle, ialciforme, aigu et densémont 
cilié à' l'extrémité, lobe externe de même longueur, arrondi en de- 
hors coupé droit en dedans, cilié ; palpes à 2 article allongé, 3 à peme 
plus long que i, celui-ci plus grêle, presque cylmdrique, tronqué 
obliquement ; lèvre inférieure à menton quadrangulaire, 2 fois aussi 
lar-e que long; languette cornée vers la base, presque carrée, légè- 
rement arrondie en avant et ciliée; palpes à 2 article transversal, 3 
ovalaire, tronqué au bout. - Antennes très-grèles, dépassant en lon- 
gueur la moitié du corps, i article allongé, à peme épaissi, 2 obco- 
nique 3 et 4 subégaux, 5-8 décroissant graduellement de longueur, 
9-H formant une massue très-large, fortement comprimée, son 1 ar- 
ticle triangulaire, à angles pointus, le 2 de même forme, plus large 
et plus obtus à la buse, le 3 irrégulièrement circulaire. — Pronolum 
peu développé, légèrement transversal, bord antérieur écliancré, le 
fond de l'échancrure concave, subsiuueux, les angles très-prolongés 
en avant et aigus; bords latéraux lloxueux, légèrement rétrécis en 
avant, bord postérieur sinué de chaque cùté, ses angles aigus; sur- 
face inégale, peu convexe, les sillons longitudinaux indiqués par un 
très-petit pli basilaire, le sillon transversal obsolète; écusson petit, 
très-obtus en arrière. — Elytres très-amples, fortement dilatées en 
arrière de la base, à bords subparallèles, puis brusquement et obtu- 
sément acuminées; les épaules relevées en pli longitudinal. — Pro- 
sternum assez large, p.u convexe, dilaté et arrondi en arrière des 
hanches, reposant sur le mésosternum; celui-ci à peine plus large 
que le prosternum, subcarré et presque plan. -Abdomen à 1 arceau 
aussi long que les trois suivants réunis. — Pattes très-longues et 
grêles; cuisses dépassant largement le contour extérieur du corps, 
grêles à la base, subdilatées et linéaires dans leurs deux tiers externes; 
tibias grêles, légèrement dilatés à l'extrémité; tarses à i article en 
triangle équilatéral, 2 du double plus grand, largement cordiformo, 
3 plus long que les deux précédents réunis, terminés par de forts cro- 
chets. 

La structure de l'abdomen distingue fortement les sexes : chez la 
femelle, cette partie est régulièrement convexe dans le sens transver- 
sal ; elle est, chez le mâle, divisée en trois parties par deux plis lon- 
gitudinaux , la partie moyenne est déprimée, les latérales sont obh- 
ques et subconcaves. Les deux plis longitudinaux sont à l'extrémité 
des 4 et S arceaux principalement, prolongés en pointes dirigées en 
arrière ; le dernier arceau est fortement échancré, et les angles de 
l'échancrure sont étirés en spioules très-longues. En outre, on observe 
daus les deux sexes un sixième arceau , de contour un peu différent 
chez le mâle et chez la femelle. 

Ce genre a été créé pour une belle et grande espèce do l'Himalaya, 
qui ressemble, par son aspect extérieur et par sa coloration aux plus 
beaux types du genre Eumoupuus. Néanmoins ce n'est là qu'une ap- 



ENDOMYrBITES. 133 

parence extérieure, en étudiant attentivement son organisation et en 
particulier celle des organes buccaux, il est facile de se convaincre 
que ce type remarquable se rapproche bien davantage des autres 
formes du groupe des Enuomychites, dont elle s'éloigne cependant 
par la forte dépression de la massue des antennes. 

A l'espèce décrite en premier lieu par Hope (1) sous le nom de 
Hardwickii, et que M. Gerstaeckcr a uoaimée cœleslinus, il faut ajou- 
ter un second type que M. Gorham a décrit et qu'il croit originaire 
de l'Inde (2). 

MEILICHIUS. 

Gerstaeckeb, Wiegm. Arch. f. Naturg. XXIII, I, p. 240 (3). 

Tôte petite, fortement engagée dans le prothorax. — Epistome tron- 
qué, labre transversal, entier; mandibules longues et grêles, épais- 
sies en dehors, tronquées obliquement en dedans à l'extrémité, avec 
une lamelle au bord interne; mâchoires courtes, épaisses, cornées, 
lobe interne large, quadrangulaiie, presque rhomboïdal, cilié; lobe 
externe un peu plus long, aussi long que large, arrondi en dehors, 
cilié en dedans et vers l'extrémité; palpes robustes, 2 article allongé, 
3 très-com't, transversal, 4 également très-court, conique, non tronqué 
au bout; lèvre inférieure à menton deux fois aussi large que long, à 
hord antérieur concave, abord postérieur convexe; languette coriacée, 
plus longue que large, arrondie en avant et longuement ciliée, palpes 
à dernier article allongé, snbulé à l'extrémité. — Antennes mesurant 
la moitié de la longueur du corps, assez épaisses, les deux articles ba- 
siiaircs courts, le premier brièvement ovale, 2 transversal, 3-8 de 
moitié plus longs que larges, subégaux en longueur, diminuant gra- 
duellement d'épaisseur, 9-11 de moitié plus longs que les précédents, 
ii peine plus épais, le dernier ovalaire-arrondi. — Pronotum très- 
court, deux fois plus large que long, rétréci vers le sommet, à bords 
latéraux épaissis et relevés; surface à sillons longitudinaux apparents, 
prolongés au-delà du milieu, sillon transversal faiblement indiqué ; 
écusson en triangle aigu. — Elytres presque arrondies, subacuminées 
en arrière, légèrement rebordées. — Prosternum remarquablement 
large, presque carré, subtronqué à la base avec les angles subarron- 
dis; niésqsternum de la largeur de l'arceau précédent, très-court, plus 
large que long, parcouru dans son milieu par un sillon transversal. 
— Abdomen à 1 arceau aussi long que les suivants réunis. — Pattes 
courtes et robustes, cuisses épaissies au milieu ; tibias plus courts que 
les cuisses, un peu dilatées au bout; tarses courts et larges, 1 article 

(1) Hope, Zoo). Miscellan. I, i>. 22. 

(2) Gorlmin, Endom. récitât, p. 56. 

(3) Gcrstaeclier, MoDOgr. Encloui. p. 300; Gorliam, Eudom. récit, p. 28. 



134 ENDOMYCniDES. 

en triangle transversal, plus fargn que le suivant; 3 également court 
et fort, terminé par des crochets minces. 

Pour la forme générale, ce type ressemble aux Stenotarsus ; il s'en 
éloigne tout-à-fait par son organisation, et, malgré sa forme courte 
et semi-globuleuse, il est très-voisin des Endomychus. On ne connaît 
qu'une seule femelle; elle provient de Pulo-Penang. 

PANOMOEA. 
GEBST4ECKER, Wtegm. Arch. f. Naturg. XXIII, 1, p. 241 (1). 

Tête petite, fortement engagée dans le prothorax. — Epistorae 
tronqué; labre transversal, subentier; mandibules courtes et larges, 
à extrémité grêle, allongée, fissile, bord extérieur épaissi, bord inté- 
rieur concave, en partie membraneux; mâchoires cornées, lobe in- 
terne aussi long que l'externe, subqua'lrangulaire, allongé, cilié, at- 
ténué vers l'extrémité, celle-ci presque terminée en saillie dentiforme, 
lobe externe presque deux fois aussi large, arrondi en dehors et au 
bout, cilié, coupé droit en dedans ; palpes robustes, courts, 2 article 
il peine de moitié plus long que 3, celui-ci presque carré, 4 plus grêle, 
atténué et tronqué au bout ; lèvre inférieure à menton quadrangu- 
laire, transversal, languette coriacée, un peu plus longue que large, 
arrondie en avant ; palpes à 2 article transversal , 3 allongé, un peu 
courbé, subulé et faiblement tronqué à l'extrémité.— Antennes courtes, 
mesurant à peine le tiers de la longueur du corps, 1 article allongé, 
un peu épaissi au bout, 2 aussi large que long, 3 et 4 subégaux, 5-8 
courts, subtransversaux ; massue aussi longue que les autres articles 
réunis, grêle, 9 et 10 subégaux, oblongs, 11 de moitié plus long, sub- 
pyriforme. — Pronotum plus étroit que les élytres, trois fois aussi 
large à sa base que long, rétréci en avant, bords antérieur et posté- 
rieur arqués, subparallèles, les latéraux convexes-arrondis; surface 
peu convexe, subconcave vers les côtés, tout-à-fait dépourvue de sil- 
lons longitudinaux et basilaire; écusson en triangle. — Elytres très- 
courtes, brièvement cordiformes, assez convexes, largement margi- 
nées aux épaules, plus étroitement sur les côtés et en arrière. — Pro- 
sternum médiocrement large, relevé en carène longitudinale, obtuse, 
élargi en arrière des hanches et arrondi ; mésosternum du double plus 
large, eu carré transversal , subconcave et sinué au bord antérieur. 
— Abdomen à 1 arceau du double plus long que 2, celui-ci aussi long 
que 3 et 4 réunis. — Pattes courtes; cuisses n'atteignant pas le con- 
tour extérieur, fortement comprimées, les antérieures sillonnées en 
dedans; tibias courts , subdilatés et épaissis au bout; tarses courts 
et larges, 2 article un peu plus long et plus grêle que le 1, cor- 

(1) Gerstaeclter, Monogr. Endom. p. 363; Gorham, Endom. récit, p. 28. — 
•/Ctclotoma, Muleant, Mém. Acad. Lyon, I, p. 71. 



ENDOHYCBITBS, 135 

diforme, 3 plus long que les deux précédents réunis, à crocliets mé- 
diocres. 

Le mâle se distingue de la femelle par la présence d'un sixième 
arceau à l'abdomen. 

On ne connaît que deux espèces, découvertes, l'une à Java, l'autre 
aux îles Philippines. Ce sont de petits insectes de trois lignes de lon- 
gueur et qui rappellent, à s'y méprendre, certaines Coccinelles du 
groupe des Cariites, non-seulement par leur forme, mais encore par 
leur coloration. 

Le Prof. Gerstaecker a élevé des doutes sur la possibilité de réunir 
son genre Panomœa au genre Ctclotom* de M. Mulsant; nous ne 
sommes malheureusement pas en mesure de lever ces doutes, les ma- 
tériaux indispensables nous font défaut; il nous paraît néanmoins 
très-probable que cette réunion aura lieu. Quant à l'établissement 
d'une famille spéciale, sous le nom de Lœvicolles, créé par M. Mulsant, 
nous sommes, sous ce rapport, bien d'accord avec l'Entomologiste de 
Berlin , les Panomœa , malgré leur pronotum lisse, et probablement 
les Cyci.otoma et les Opetius, se rapprochent indubitablement des 
Eiidomychites par des caractères fondamentaux. 

ENDOMYCHUS. 
Panzer, Entom. Germ. p. 175 (1). 

Tête médiocre, légèrement engagée dans lo prothorax, un peu au- 
delà du bord postérieur des yeux. — Epistome tronqué, labre trans- 
versal, ai'rondi sur les eûtes, droit ou à peu près au milieu; maudi- 
bules assez grandes, à pointe bifide, échancréos eu dedans et muuies 
d'une lamelle membraneuse et ciliée; mâchoires à lobe interne grêle 
et allongé, l'externe de môme longueur, beaucoup plus large, plus 
ou moins ciliés tous deux; palpes très-robustes,' 2 article allongé, 
obconique, 3 transversal, 4 le plus large^ largement et obliquement 
tronqué au bout, un peu sécuriforme; lèvre inférieure à menton 
transversal, arrondi sur les eûtes, un peu rétréci en arrière, languette 
membraneuse, plus longue que largo, rôtrécie vers la base, arrondie 
en avant, très-légèrement émarginée, ciliée ; palpes minces, 2 article 
transversal, 3 ovalaire, atténué et trouqué. —Antennes assez épaisses, 

(1) Syn. Chrysomela, Linnée, Faun. Suec. p. 166, 532; De Geer, Mémoire!, 
V, p. 301. — Galeruca, Falmclus, Enlom. Sysl. Il, p. 20,31. — Tbnebrio, 
Marsham, Brit. Eotoin. p. 477, 10. — Endobychus, PaykuU, Faun. Suec. H, 
p. 112; Fabricius, Syst. Eleuth. I, p. 505; Lalreillo, Hisl. nat. des Crusl. et Ins. 
XH, 77, 1; Règne Anlin. V, p. 160; Redtenbaclier, Germar's Zeilscli. V, 
p. 120; Fauna Austr. 2- éd. p. 058; Mulsant, Hiet. nat. Col. Sulcicolles, p. 11; 
Gerstaecker, Monog. Endou. p, 308; Fairmaire, Gen. Colcop, Europ. IV, p. S78; 
De Marseul, Abeille, V, p. 72; Gurbain, Endoiu. récital, p, 38. 



_^^ 



136 ENDOMTCHIDES. 

mesurant la moitié de la longueur du corps, l et 3 articles subégaux 
entre eux, un peu plus allongés que 2 et que les suivants, ceux-ci 
un peu plus longs que larges, 9-H formant une massue peu mar- 
quée, assez Itiche, ses i et 2 articles obtriangulaires, un peu compri- 
més, son dernier semi-ovalaire, obliquement tronqué au bout. — Pro- 
notum transversal, trapézoïdal, rétréci de la base au sommet,bord an- 
térieur échancré en arc do cercle, bords latéraux droits, convergents, 
marginés, angles antérieurs et postérieurs aigus; surface peu convexe, 
déprimée vers la base, ornée de sillons longitudinaux fins, subarqués 
et d'un sillon transversal profond; écusson semi-ogival. — Elytres 
oblongues-ovalaires, peu convexes, arrondies isolément à l'extrémité. 

— Prosternum médiocre , plan et légèrement convexe dans sa lon- 
gueur, un peu prolongé; subdilaté et arrondi au-delà des hanches; 
mésosternum transversal, un peu rétréci en arrière. — Abdomen à 1 
arceau aussi long que les suivants réunis. — Pattes médiocres, cuisses 
subdilatées au milieu, tibias un peu épaissis au bout, tarses à 2 article 
un peu plus long et notablement plus large que le 1, article onguéal 
robuste, armé de crochets simples. 

On ne connaît pour toute différence sexuelle, que la forme du 
sixième arceau abdominal; ce dernier est un peu plus long et plus 
arrondi chez le mâle que chez la femelle. 

L'espèce européenne, \'E. coccineus, est assez répandue, et donne 
une bonne idée des espèces exotiques pour la taille, la forme et la 
coloration. Elle vit sous les écorces do certains arbres, lorsqu'elles 
sont plus ou moins détachées du bois et revêtues de productions cryp- 
togamiques. Sa larve est connue depuis longtemps; elle a été décrite 
d'abord par Kirby et Spence (I), puis par Curtis (2) et par M. West- 
wood (3); enfin, le Prof. Gerstaeckor en a tracé une description com- 
plète (4) que nous reproduisons ei-aprôs : 

Tète arrondie, im peu plus large que longue, faiblement convexe 
en dessus, ornée de doux impressions transversales entre les antennes. 

— Ocelles nulles. — Antennes courtes, de 2 articles, 1 article court, 
un peu plus long que large, 2 quatre fois aussi long que le premier, 
grêle, cylindrique. — Labre, mandibules et mâchoires cornés, lèvre 
inférieure membraneuse; labre transversal, subémarginé en avant; 
mandibules courtes, robustes, à pointe échancrée ; mâchoires linéai- 
res, arrondies au bout, ciliées, palpes de 3 articles; lèvre iuférieure 
à menton très-court, languette un peu oblongue, avec des palpes bi- 
arliculés. — l'ronotuni semi-circulaire, beaucoup plus large que la 
tête, du double plus long que les suivants; ceux-ci à peine plus lar- 

(1) Kirby et Spence, Introd. lo Entotn. III, p. 166. 

(2) Curtis, Brit. Eutom. XII, p. 570. 

(3) Westwood, Inlr. to tlie mod. class. of 1ns. I, p. 394. 

(4) Gerstaecker, Monog. Eodom. p. 372. 



LEIIÎSTITES. 137 

ges que les segments abdominaux ; la surface de tous les arceaux 
granulée, ornés chacun d'une ligne longitudinale médiane, carini- 
forme sur le premier arceau thoracique, plane et un peu plus large 
sur les autres. — Segments abdominaux au nombre de 9 , munis 
latéralement d'un proiougemcnt subconique, large et obtus, dont les 
bords paraissent crénelés. — Pattes assez grêles, hanches fusiformes, 
cuisses deux fois plus longues; tibias dilatés au bout, tarses cylindri- 
ques, terminés chacun par un crochet simple. 

Ces larves sont de forme allongée, presque linéaire, déprimées en 
dessus, légûrement convexes en dessous ; leur couleur est d'un rouge 
brun à reflets violets, les angles latéraux des 1 , 4, 5, 9, eti 1 segments 
sont d'un jaune doré. Elles ressemblent assez aux larves des Lampy- 
rides, et comme elles assez actives et parcourant avec facilité les sur- 
faces des écorces revêtues de champignons. Le Prof. Gerstaocker les 
a trouvées au printemps, vers le mois d'avril, sous l'écoroe d'un 
charme. 

A l'espèce que l'illustre Linnée a fait connaître, il faut ajouter pour 
la Faune européenne un autre type qui habite la Hongrie; un troi- 
sième a été découvert en Arménie ; enfin deux autres habitent l'A- 
mérique septentrionale. 

CYANAUGES. 
GoRHAH, Entom. Monthly Magas. 1874, p. 54. 

Antennes à massue lâche, son dernier ai'ticle obliquement tronqué. 
— Palpes maxillaires rétrécis à la base, à dernier anicle acuminé. — 
Prosternum large, déprimé au sommet. 

Ce type a été décrit au mois d'août de l'année précédente par 
M. Gorham; l'exemplaire unique qu'il a eu sous les yeux lui paraît 
appartenir au groupe des Endomychites, mais ce n'est qu'une pré- 
somption, parce qu'il ne lui a pas été donné d'examiner les organes 
buccaux. C'est un petit insecie noir, à élytres à reilets bleuAires, et 
mesurant un peu plus de 2 lignes. 11 a été trouvé à Kawatchi, au 
Japon, et décrit par M. Lewis, sous le nom do Cyanauges Gorhami. 

GROUPD VII. Leiestites. 

Tôte grosse, large, engagée seulement dans le prothorax jusqu'au 
bord postérieur des yeux. — Mandibules à extrémité bifide ou tri- 
dentée, parfois dentées en scie sous la pointe, membraneuses au bord 
interne; mâchoires à lobes subégaux en longueur, l'interne plus 
grêle, palpes courts, le dernier article le plus long, acuminé ou tron- 
qué; lèvre inférieure à menton transversal, à languette arrondie ou 
siibémarginée; palpes courts, à 2 et 3 articles subtransversaux. — 
Yeux relativement très-petits, latéraux, arroudis ou ovalaires, gros- 



138 RNDOMTCniDES. 

sèment granulés. — Antennes de 11 articles, courtes et assez robustes, 
a massue distincte, parfois anormale. — Pronotum à pou près aussi 
large que les élytres, aussi long que large, ou bien transversal, assez 
convexe, orné de sillons ou d'impressions variables; écusson en demi- 
cercle ou en triangle. — Elytres allongées ou oblongues-ovalaires, 
légèrement dilatées vers le milieu et subacuminées en arrière; sur- 
face médiocrement convexe, ponctuée-striée ou confusément ponc- 
tuée, offrant une strie suturale plus ou moins entière; tantôt glabre 
comme le reste du corps, tantôt longuement pubescente. — Des ailes, 
sauf dans un seul genre (Mycetœa). — Prosternum variable, sépa- 
rant ou non les hanches antérieures. — Pattes médiocres, cuisses sub- 
comprimées; tarses tétramôres, le 3 article libre, dégagé du précé- 
dent, ordinairement un peu plus petit. 

Les sept genres do ce groupe peuvent se partager en deux séries; 
dans la première, se trouvent les espèces à forme allongée, à pro- 
notum subcarré, à téguments solides, luisants, glabres ou reviHus 
tout au plus d'une pubescence si légère, qu'elle n'obscurcit en rien 
le brillant du corps. Les espèces de la seconde série sont plus courtes, 
ovalaires, leurs téguments, le plus souvent d'un fauve ferrugineux, 
paraissent moins solides, ils sont plus ternes et revêtus d'une longue 
pubescence jaune et brillante. 

Les difiérences sexuelles sont bien sensibles dans plusieurs types et 
résident soit dans la forme des antennes, soit dans celle des pattes, 
indépendamment d'un sixième arceau abdominal que l'on retrouve 
chez les mâles. 

Los différentes espèces , très-peu nombreusas , habitent principale- 
ment les régions tempérées de l'hémisphèro boréal; les Etats-Unis 
d'Amérique possèdent en propre les Rhanis, les Phymaphoba; l'Eu- 
rope, y compris le Caucase, nourrit les Leiestes, les Sïmbiqtes, les 
Mycetœa, les Clemuus; le type du genre Panamomus a été rapporté 
récemment du Japon. H faut ajouter cependant qu'une Mycetoea a 
été découverte au cap de Bonne-Espérance. 

Le tableau suivant résume les caractères distinctifs de ces divers 
genres : 

A. Corps glabre ou à peine pubcscent. 

B. Hanches antérieures contigiius. 

C. Pronotum dépourvu de sillons longitudinaux, premier 

article de la massue antennaire plus grand (|ue le 

second. Leiestes. 

C. Pronotum orné de sillons longitudlaaux, 1 et 2 articles 

de la massue subégaux. 

D. Pronotum subcarré. Panavwmus. 
D*. — élargi en avant. Hhanis. 

B'. Haochet antérieures tépaiées. Vhi/iiiutihura. 



LEIESTITES. 489 

A'. Corps longuement pubescent, liérisaé. 
Ë. ProuotuD) orné d'un sillon Kubparallèle nu bord latéral. 

F. Corps subarrondi ; élytres confusément ponctuées. Clemmus. 

F'. — ovalaire ; élytres ponctuées-striées. Mycetma. 

E'. Pronotum dépourvu de sillon parallèle au bord latéral. Symhiotes. 

LEIESTES. 
CnTBouT, Dejean, Calai. 3* éd. p. 404 (1). 

Tête oblongue, .engagée dans le prothorax seulement jusqu'au bord 
postérieur des yeux. — Epistome tronqué en avant, limité en arrière 
par un sillon profond, arqué entre les antennes; labre court, subar- 
rondi en avant; mandibules larges et robustes, à bord interne échan- 
cré, muni d'une lamelle frangée, à pointe courte, fendue; mâchoires 
,\ lobes subégaux, l'interne un peu plus grêle, ciliés tous deux à 
l'extrémité, palpes courts et serrés, 2 article cupuliforme, 3 en carré 
Iransverse, 4 ovalaire, allongé, brièvement tronqué ; lèvre inférieure 
courte, large, élargie vers la base, arrondie sur les côtés, avec une 
saillie dentiforme en avant; languette membraneuse au bout, tron- 
quée en avant, cordiforme sur les côtés et en arrière; palpes grands, 
épais, 2 article très-large, 3 court, ovale, épais, largement trontjué 
au bout. — Antennes robustes, dépassant un peu la base du prono- 
tum, ■! article ovalaire, 2 et 3 oblongs, subégaux, 4-8 graduellement 
raccourcis, plus larges que longs, 9-11 formant une massue lâche, 
subcomprimée, son 1 article de moitié plus petit que le suivant, le 
dernier brièvement ovalairo, coupé obliquement. — Pronotum légè- 
rement transversal, de la largeur des élytres, bord antérieur subsinué 
de chaque côté, derrière les yeux, bords latéraux droits, convergents 
au sommet, raarginés; surface assez convexe en avant, ornée d'un 
sillon transversal et de deux profonds enfoncements â la base, limi- 
tés en dehors par un pli longitudinal, élevé et infléchi en avant; 
écusson arrondi en arrière, plus large que long. — Elytres oblongues- 
ovalaires, peu dilatées au milieu, arrondies au bout, ponctuation con- 
fuse, une strie suturale. — Prosternum étroit, terminé en pointe en 
arrière, entre les hanches, celles-ci contiguës; mésostornum étroit, 
acuminô en avant, avec les bords latéraux tranchants et élevés. — 
Abdomen formé en dessous de 5 arceaux, le 1 plus court que les sui- 
vants réunis. — Pattes médiocres, cuisses courtes, subcomprimées; 

(1) Syn. Cryptopuagus, Gyllenhall, Ins. Suec. I, p. 178, 16; Schônherr, Syn. 
Ins. 11, 99, 17. — Lycopebdina, Gyllenhall, Ins. Sueo. lY, p. 221, 4. — Leies- 
TEs, Rcdtenbacher, Faun. Austr. 1" éd. p. 200; 2- éd. p. 373; Guérin-Mén. 
Arcliiv. entom. I, p. 276 ; Gerstaecker, Monogr. Endom. p. 389 ; Hotschulsky, 
BuUel. Moscou, 1K13, III; Uc Alarsoul, Aboillu, Y, p. 120; Gorliaui, Endoui. 
rccil. p. 29. 



no F.NDOMYCHIDES. 

tibias simples ; tarses non dilatt'is, ;\ 1 article un peu plus long que 2, 
ciliés tous deux, 3 covu't, tout à fait libre, i terminé par des crochets 
simples. 

Le mâle se reconnaît par la présence d'un sixième arceau ventral 
et par l'échancrure du bord interne des tibias intermédiaires qui est 
profonde et limitée par deux saillies plus ou moins prononcées. 

Dans le groupe actuel, que caractérise la structure des tarses, lo 
genre Leiestes se distingue des Phtmapiioba par la conliguité des 
hanches antérieures; des Rhanis par son pronotum non dilaté en 
avant et dépourvu de sillons longitudinaux; des Panamomiis par la 
structure des antennes, dont le 9 article est beaucoup plus petit que 
le suivant. 

Le Prof. Gerstaecker n'a connu que l'espèce décrite depuis long- 
temps par Gyllenhall et qui habite une grande partie de l'Europe 
tempérée et boréale ; depuis, Motschiilsky en a décrit une seconde, 
découverte au Caucase. 

PANAMOMUS. 

GoRiiAM, Entom. Monthly Mag. 1873, p. 207. 

Antennes à massue formée do 3 articles, dont les deux premiers 
subégaux entre eux. — Pronotum ample, bisillonné il la base. — 
Hanches antérieures configuës. — Tarses tétramères. 

L'exemplaire unique sur lequel ce genre a été créé, est originaire 
du Japon, et trouvé iV Nagasaki sons une écorce fongueuse d'un chA- 
taignier d'Espagne. C'est un petit insecte d'une ligne de longueur, 
d'un brun de poix avec les antennes et les pattes jaunâtres. Comme 
type générique, il se rapproche évidemment du genre Leiestes, la 
structure des antennes les différencie ; dans le genre actuel , les 9 et 
iO articles sont semblables; très -différents en grandeur chez les 
Leiestes. 

RHANIS. 

Deieân, Catal. 3" éd. p. 404 (1). 

Tête libre, engagée seulement dans le prothorax jusqu'au bord pos- 
térieur des yeux. — Epistome tronqué en avant, séparé du front par 
un sillon arqué entre les antennes; labre en carré transversal; man- 
dibules assez minces, il pointe courte, bifide, à bord interne denticulé 
en dessous de l'extrémité, lamelleux et cilié en arrière ; mâchoires à 
lobes subégaux, l'interne grêle, l'externe subdilaté au bout, courbé 

(1) Syn. Lycopeudina, Ziegler, Proceed. of the Ac. of Nat. Se. of Phll. II, 
p. 272 ; Melsheimer, id. III, p. 177. — Piiymaphoua, Guérin-Mén. Arch. cnlom. 
I, p. 27S; Mfilslicimer, Catal. Col. of tlie Unit. Stat. p. 132. — Rhanis, Le 
Conte, Proc. of the Acad. df Nat. Se. of Phil. IV, p. 300; Geistaeeker, Monogr. 
Enriom. p. 392; Gorliaro, Endom. recll. p. 29. 



I.EIESriTKS. d'il 

en bec en dedans; dernier article des palpes presque cylindrique, de 
moitié plus long que large, tronqué au bout; lôvre inférieure à men- 
ton transversal, tronqué en avant, dilaté et dentiforrne sur les côtés; 
languette allongée, à partie basilaire cornée, rétrécie en avant, à par- 
tie terminale membraneuse, transversalement ovalaire, arrondie eu 
avant; palpes à 2 article plus long que large, 3 allongé, oblusément 
(ivalo. — Antennes grôles, dépassant peu la base du pronotum, i ar- 
ticle épaissi, 2 plus grêle, aussi allongé, 3-8 diminuant graduellement 
do longueur, devenant presque moniliformes, 9-11 formant une pe- 
tite massue, subcomprimée, assez serrée, son i article subtriangu- 
laire, 2 à peu près carré, beaucoup plus développé, 3 ovalaire obtus. 
— l'ronotum presque aussi long que large, rétréci vers la base, dilaté 
et arrondi en avant, bord antérieur presque droit, bords latéraux 
marginés, inlléchis en avant; surface assez convexe, ornée à la base 
d'un fort sillon transversal, limité de chaque côté par une profonde 
fossette subarrondie, pourvue, en outre, sur la partie discoïdale, de 
deux sillons parallèles, longitudinaux et dépassant le milieu do la lon- 
gueur du pronotum; écusson semi-circulaire. — lilytres oblongues- 
ovalaires, faiblement dilatées vers leur milieu, subalténuées en ar- 
rière, arrondies à l'extrémité; éparsément ponctuées avec une strie 
suturalo. — Pronotum nul entre les hanches; mésosternum grêle, al- 
longé, rhomboïdal, marginé sur les cotés. — Abdomen à 1 article un 
peu plus cjurt que les suivants réunis. — Pattes courtes, cuisses sub- 
claviformes, tibias dilatés vers l'extrémité; tarses à 1 et 2 articles sub- 
égaux, ciliés en dessous, 3 court, article onguéal assez long, armé de 
crochets simples. 

Chez le mâle, le 5 arceau ventral est légèrement échancré et laisse 
apercevoir le rudiment d'un sixième; ses tibias antérieurs portent 
vers le milieu du bord interne une petite dent grêle, aiguë et oblique 
en dedans. 

La seule espèce connue habite les Etats du milieu et du sud de 
l'Amérique boréale; elle ne paraît pas bien rare. Au point de vue 
générique, ce type, quoique voisin des Leiestes, s'en distingue aisé- 
ment par les sillons longitudinaux du pronotum; on outre, par la 
forme de ce dernier et celle des derniers articles dos palpes. 

PHYMAPHORA. 
Newman, Entotn. Magaz. V, p. 389 (1). 

Tête triangulaire, engagée dans le prolhorax jusqu'au bord posté- 

(I) Syn. Lycoperdina, Zicgler, Proc. of tlie Acad. of Nat. Se. of Phil. II, 
l>. 271,11 ; Melslieimer, Id. III, p. 176, i. — Rh\nis, Dej. Cat. A" éd, p. 404. — 
l'iiVMAPiioii/i, Le Conte, Proc. of llie Ac. of Nat. Se. of Pliil. VI, p. 360, « ; Gué- 
lÎB-MéD. Aich. cnlom. I, p. 275; Gcrstaoc.ker, Moiiogr. Endoni. p. 397, Gorimm, 
Kndom. rccit. p. 29. 



143 ENUOMYCniDES. 

rieur des youx. — Epistome tronqué en avant, un peu rétréci et limité 
en arrière par un enfoncement transversal; labre court, large, sub- 
arrondi; mandibules à pointe assez longue, bifide, à bord interne 
donticulé en dessous de l'extrémité, largement lamelleux et cilié ; mâ- 
choires à lobes grêles, l'externe un peu plus long, élargi et obtus au 
sommet, avec quelques cils raides; l'interne grêle, tronqué oblique- 
ment et pointu; palpes courts, 2 article aussi long que large, cordi- 
forme, 3 transversal, 4 allongé, subulé, faiblement tronqué; lèvre 
inférieure à menton deux fois plus large que long, subarrondi en 
avant; languette allongée, subélargie et arrondie en avant, subémar- 
ginée et ciliée; palpes épais, 2 article très-large, 3 court, ovalaire, 
arqué en dedans et obtus. — Antennes différentes selon les sexes : 
chez le mâle, 1 article épaissi, dilaté en avant, 2 globuleux, 3-7 
plus courts, transversaux, serrés, 8 deux fois plus large que le précé- 
dent, dilaté en dedans en une saillie comprimée, 9-H formant une 
massue irréguliôre, grosse, serrée, plus longue que les articles pré- 
cédents réunis, concave en arrière, convexe en avant, son premier ar- 
ticle plus gros et plus convexe que chacun des deux autres; chez la 
femelle, 1 article oblong, ovalaire, 2 allongé, 3-8 graduellement rac- 
courcis, 9-H formant une massue subcomprimée, sou i article trans- 
versal, 2 de même forme, le plus élargi, 3 de moitié plus long et on 
carré transverse. — Pronotum presque aussi long que large, légère- 
ment rétréci vers la base, à bord antérieur presque droit; surface 
assez convexe, ornée parallèlement à la base d'un sillon profond li- 
mité de chaque côté dans une fossette, prolongée en sillon jusqu'au 
tiers de la longueur; écusson en triangle, à sommet obtus. — Elytres 
oblongues-ovalaires, subdilatées au milieu, fortement acuminées en 
arrière, ponctuées-substriées, avec une strie suturalo. — Pronotum 
étroit, convexe et séparant les hanches, prolongé en arrière et légè- 
rement dilaté; mésosternura grêle et allongé, creusé longitudinale- 
ment, à bords relevés. — Abdomen à 1 segment à peine plus court 
que les suivants réunis, un sixième arceau rudimentaire. — Pattes 
assez longues, cuisses épaissies vers l'extrémité; tibias grêles; tarses 
à 1 et 2 articles légèrement dilatés, surtout aux pattes antérieures, 
garnis en dessous de cils fascicules, article onguéal aussi long que les 
trois précédents réunis. 

Le mâle se distingue de la femelle d'abord par la structure des an- 
tennes, et ensuite par celle des pattes, les tibias antérieurs sont plus 
fortement dilatés, et ceux de la paire moyenne sont nmnis en dedans 
d'une petite dent. 

Pour la forme générale et l'ensemble de l'orgauisation, ce type 
ressemble aux précédents; néanmoins la forme du prosternum, celle 
du mcsosteruum le différencieraient des autres, si la structure anor- 
male des antennes du mâle no le faisait reconnaître au premier coup- 
d'œil. 



LBIGSTITIiS. 143 

On ne connaît non plus qu'une seule espèce, propre à l'Amérique 
du Nord, où elle ne paraît pas bieu rare. 

SYMBLOTES. 
Redtenbacbkr, Faun. Austr. p. 198 (1). 

Tète large, engagée dans le prothorax jusqu'au bord postérieur dos 
yeux. — Labre court, presque entier; mandibules à base large, asso^ 
longues, subtronquées au bout et partagées en trois dents, ciliées et 
membraneuses au bord interne; mâchoires à lobe externe pyriforme, 
pourvu au bout de cils longs, serrés, fascicules; l'interne beaucoup 
plus court, grêle, cilié à l'extrémité; palpes courts, serrés, 2 et 3 ar- 
ticles égaux, subcordiformes, 4 plus long, ovalaire-acuminé; lèvre 
inférieure à menton transversal, tronqué en avant et en arrière; lan- 
guette de même plus large que longue, arrondie et subdilatée en 
avant, à bord antérieur cilié et subémarginé; palpes à 2 article court, 
transversal, 3 gros, subglobuleux, tronqué. — Antennes mesurant le 
tiers de la longueur du corps, 1 article épaissi, quadrangulaire allongé, 
2 do moitié plus court, grêle, 3-8 courts, serrés, 9-11 dilatés et for- 
mant une massue subcomprimée, ses 1 et 2 articles en triangles trans- 
versaux, le dernier ovalaire-acuminé. — Pronotum en carré trans- 
versal, rétréci au sommet, bords antérieur et postérieur presque 
droits, les latéraux marginés; surface assez convexe, ornée à la base 
d'un sillon transversal terminé de chaque côté dans une assez grande 
fossette arrondie; écusson semi-circulaire. — Elytres ovalaires, sub- 
atténuées en arrière, à peine dilatées au milieu, raarginées latérale- 
ment; surface assez convexe, à ponctuation irrégulièrement en "séries 
longitudinales, une strie suturalo. — Prosternum étroit, hnéaire, lé- 
gèrement en carène, dépassant les hanches et reposant sur le méso- 
sternum; celui-ci allongé, atténué en avant, tronqué en arrière, lé- 
gèrement creusé dans sa longueur. — Abdomen à 1 arceau aussi long 
que les 3 suivants réunis. — Pattes courtes, cuisses assez robustes, 
tibias grêles; tarses à 1, 2 et 3 articles peu dilférents, ciliés en des- 
sous, 4 épais, presque cylindrique, aussi long que les trois premiers 
réunis. 

Le mâle se distingue de la femelle par la structure de l'abdomen, 
son cinquième arceau est tronqué et laisse dépasser un rudiment d'un 
sixième arceau ; chez la femelle, le cinquième arceau est simplement 
arrondi. 

Les Symbiotes sont de très-petits insectes do 2 millimètres de lon- 
gueur, d'un jaune ferrugineux et longuement pubescents. On en con- 
naît trois espèces; elles habitent l'Europe : l'une se rencontre çâ et là, 

(i) Hampi!, Ëntiiin. Zeit. 1850, p. 353; Rcrlteobachcr, Faun. Austr. 2' éd. 
|i. 371 ; tierstttcckcr, Monogi. Eudom. p. 398; Gorbam, Ëndom. récit, p. 30. 



iU KNDOMTCHIDES. 

dans diverses contrées de ce continent; la seconde a été trouvée m 
Sardaigno et aux environs de Vienne ; une troisième, décrite depuis 
peu (1), a été découverte en Italie. Une dernière, encore inédite, m'a 
été communiquée par M. Gorham. 

MYCETŒA. 
SiBCDENS, lUustr. of Brit. Entom. Mandibulata, III, p. 80 (2). 

Tète assez grosse, large, dégagée du prothorax. — Epistome tron- 
qué en avant, limité en arrière; labre transversal , arrondi sur les 
côtés, droit en avant; mandibules en carré long, à pointe large, échan- 
crée, armée en dessous d'une dent, à bord interne échancré, muni 
d'une lamelle étroite et ciliée en avant, plus large en arrière; mâ- 
choires à lobe externe élargi et arrondi au bout, cilié-fasciculé, l'in- 
terne beaucoup plus court, linéaire, à sommet également cilié ; palpes 
assez grêles et courts, 2 article oblong, obconique, 3 court, trans- 
versal, 4 allongé, subulé; lèvre inférieure à menton transverse, sub- 
élargi en arrière ; languette aussi longue que large, subémarginée en 
avant, avec ses angles saillants et garnis de cils; palpes à 2 article 
grand, transversal, 3 épais, court, ovalaire, largement tronqué. — 
Antennes grêles, mesurant environ le tiers de la longueur du corps, 
1 article épaissi, brièvement ovalaire, 2 plus gros et plus long que 
les suivants, oblong, 3-S grôles, un peu plus longs que larges, 6 sub- 
carré, 7-8 globuleux, 9-H dilatés en massue, celle-ci graduellement 
élargie, son 1 article plus petit que le suivant, le dernier oblong, 
tronqué obliquement au bout. — Yeux très-petits, subhémisphériques, 
grossement granulés. — Pronotum transversal, deux fois aussi large 
que long, un peu rétréci au sommet, bord antérieur droit, le posté- 
rieur subsinué de chaque côté, les latéraux un peu marginés et 
élargis au milieu; surface assez convexe, ornée à la base d'un mince 
sillon transversal, et de chaque côté d'un sillon longitudinal, subpa- 
rallùle au bord latéral et limité en dehors par une carinule saillante; 
écusson très-court, arrondi au sommet. — Elytres brièvement ovalai- 
res, acuminées en arrière, assez convexes, ponctuées-striées. — Ailes 
nulles. — l'rosternum étroit, séparant faiblement les hanches et ne 
les dépassant pas en arrière; mésosternura assez large en avant, ré- 
tréci entre les hanches et tronqué. — Abdomen à 1 arceau à peine 
plus long que les deux suivants réunis. — Pattes médiocres, cuisses 

(1) Steinlieil, Atli. Soc. Ital. 8c. Nat. XII, p. 257. 

(2) Syn. Sii.PHA, Marsliam, Coleop. Brit. I, p. 124. — Atomauu, Steplieiis, 
Uliislr. of Brit. Entom. Mand III, p. 66. — Cryptopiiàcus, Gyllenhall, Ins. Suec. 
I, p. 181. — Myoetoka, RedteDbacliei', Faun. Austr. 2" éd. p. 371 ; Ger»taecker, 
Moiiogi. Endom. p. 402; Duval, GcD. Col. Europ. Il, p. 220; De Marseul, 
Abeille, V, p. 132. 



LEIESTITliS. as 

* 

un peu épaissies, tibias grêles; tarses à 1 article un peu plus court 
que 2, l'un et l'autre ciliés en dessous, 3 petit, très-court, dégagé en 
dessus, un peu recouvert en dessous par le précédent, article onguéal 
non rétréci à la base, aussi long que les 3 précédents réunis. 

La structure de l'abdomen distingue le mâle de la femelle; chez 
cette dernière, il y a cinq arceaiix ; chez le premier, on remarque les 
rudiments d'un sixième. 

On ne connaît qu'une seule espèce; elle est propre à l'Europe, 
elle est d'un fauve brunâtre, brillante, longuement pubescente, sa 
■longueur ne mesure pas 2 millimètres; elle vit dans les lieux humides, 
obscurs, et se rencontre fréquemment dins les caves sur les bois, les 
douves recouverts de moisissures. Sa larve a été décrite par Blis- 
son (1); elle ressemble beaucoup à cjlle des Endomychus et des Ly- 
coperdina; le pronotum est plus long que les segments suivants, un 
peu plus large; les parties supérieures, comme chez les Endomychus, 
sont recouvertes de petites granulations; sur les côtés, ces granula- 
tions deviennent de petits appendices allongés en massue. Les an- 
tennes sont formées de 3 articles; il parait y avoir deux ocelles de 
chaque côté; les pattes sont torraiuées par un crochet aigu. 

Ce type présente tout-à-fait la même structure que les Stmbiotes; 
néanmoins la forme et la sculpture du pronotum permettent do les 
distinguer avec la plus grande facilité. 

CLEMMUS. 
HAMPE, Entom. Zeit. SIett. 1880, p. 383 (2). 

Tête courte et large, enfoncée dans le prothorax jusqu'aux yeux. — 
Epislome en carré transversal ; labre petit, arqué ; mandibules à pointe 
bifide, à bord interne cilié; mâchoires à lobes subcoriacés, l'interne 
court et étroit, l'externe beaucoup plus large et plus long, ovataire, 
cilié surtout vers l'extrémité; palpes développés, 1 article très-petit, 
2 épais, brièvement fusilorme, beaucoup plus long que 3, 4 ovaîaire- 
allongé, acuminô, pas plus épais, mais aussi long que les trois précé- 
dents réunis; lèvre intérieure à menton transversal, rétréci en avant 
et arrondi ; languette semi-cornée, élargie en avant, et tronquée avec 
les angles arrondis ; palpes insérés vers le milieu de la languette, à 
articles peu distincts, 1 très-petit, 2 à peine plus grand, 3 très-gros, 
court et tronqué. — Antennes de 11 articles, 1 gros, épais, déprimé, 
2 de moitié moins épais, oblong, 3-8 filiformes, subégaux, beaucoup 
plus minces que 2, 9-11 fortement dilatés, formant une massue très- 

(1) BlissoD, Ann. Soc. entom. de Fr. 1849, p. 315. 

(2) Syn. Symbiotes, J. Duval, Gen. Col. Europ. II, pi. LIV, p. 269. — Cleb- 
Kus, RedtcDbacher, Faun. Austr. 2° éd. p. 975. — Clemuus, De Marseul, Abeille 
V, p. 121) ; Gorliam, Endom. rccit. p. 30. 

Coléoptères. Tome XII. 10 



146 KNUOMÏCHIUES. 

lâche, son premier article brièvement fusiformo, le second arrondi 
le dernier ovalaire. — Pronotiim transversal, plus étroit à la baso 
que les élytres ; bord antérieur échancré en arc de cercle, bord pos- 
térieur sinué de chaque côté ; bords latéraux robordés et convergents 
on avant; surface ornée de chaque côté d'un profond sillon arqué, 
bien limité en dehors, parallèle au bord latéral et allant en s'atté- 
nuant jusqu'au bord antérieur; sillon transverse effacé; écusson trian- 
gulaire. — Elytres brièvement ovalaircs, assez convexes, dJlatées- 
arrondies sur les côtés, avec un étroit rebord élevé, bien net, légè- 
rement atténuées en arrière et terminées en pointe aiguë, finement 
rebordées le long de la suture dans leur moitié postérieure ; épipleures 
larges, planes. — Prosternum assez large, rebordé entre les hanches, 
les dépassant en arrière, à hase arrondie et appuyée sur le mésoster- 
num ; celui-ci transversal et creusé d'une iossette au bord antérieur. 
— Abdomen formé de 5 arceaux, le 1 de la longueur des suivants 
réunis. — Pattes grêles, ne dépassant pas le rebord des élytres; cuisses 
courtes, ovalaires; tibias grêles, un peu plus longs, atténués au bout; 
tarses allongés, filiformes, de 4 articles, 1-3 bien distincts, grêles, le 
dernier long, armé de crochets minces. 

Ce type a de grands rapports avec les Mycetœa pour la structure 
des antennes, des organes buccaux et du prothorax ; sa forme géné- 
rale est très-différente, il est presque arrondi k la manière des Sctm- 
Nus, les élytres sont vaguement ponctuées et longuement pubescentes 
comme le reste du corps; il mesure 2 millimètres, et sa coloration est 
d'un rouge ferrugineux. 

On ijo connaît qu'une seule espèce, découverte récemment en Croa- 
tie ; elle a été retrouvée aux environs de Vienne dans les vieux troncs 
d'arbres. 

Groupb Vin. Troohoidéite». 

Antennes de i articles, le dernier très-grand. — Pronotum trans- 
versal, subcordiforme, dépourvu de siilons. — Tarses télramères. 

Le seul genre do cette division constitue une forme très-aberrante 
dans la Famille actuelle ; elle n'a rien conservé de ce qui nous frappe 
dans la conformation des Endomyphides; ni la forme do la tête avec 
ses antennes claviformes, ni la sculpture si remarijuable du prono- 
tum. Mais, de l'avis du Prof. Gerstaecker, d'accord en ce point avec 
son prédécesseur, le savant Klug, la structure des organes buccaux, 
dont l'importance ne peut être méconnue, démontre que ce type doit 
faire partie de la Famille actuelle. 

Un seul genre : Tbochoideus. 



TROCaOlDélTES. 147 

TROCHOIDES. 
Westwood, Trans. of the Linn. Soc. XVI, p. 673 (1). 

Tête large, assez grosse, dégagée du prothorax. — Epistome tron- 
qué en avant, limité en arrière par une strie fine ; labre très-large, 
arrondi sur les côtés, subémarginé en avant ; mandibules médiocres, 
à pointe longue, trjdentéo, ;\ bord interne largement membraneux et 
cilié ; mâchoires à lobe externe grand, élargi vers le bout, à extrémité 
tronquée ou arrondie, cilié ; lobe interne très-grêle, acuminé, cilié, 
mesurant seulement la moitié de l'externe ; palpes à 2 article cupu- 
liforme, 3 de moitié plus court, 4 ovoïde, terminé en pointe et du 
double plus long; lèvre inférieure à menton court et large, arrondi 
eu avant, languette coriacée, profondément bilobée, les lobes diver- 
gents et ciliés ; palpes à 2 article court, transversalement falciformo, 
3 gros, plus large que long, largement tronqué. — Antennes de i ar- 
ticles seulement, un peu différentes dans l'un et l'autre sexe : chez le 
mâle, 1 article court, ovalaire, 2 très-court, transversal, 3 plus grand, 
obconique, visible seulement à la partie antérieure et inférieure du 
dernier article, sur la base duquel il semble appliqué ; celui-ci beau- 
coup plus grand et plus gros que les trois autres réunis, de forme 
subcjuadrangulaire, un peu comprimé, offrant une strie enfoncée et 
flexueuse sur ses bords latéraux et terminal; chez la femelle, le 3 ar- 
ticle distinct en dessus et en dessous, tantôt de la grandeur du 2, ou 
bien allongé et aussi grand que le dernier; celui-ci est toujours plus 
petit, plus grêle que chez le mâle et n'a pas de strie enfoncée. — 
Pronotum un peu transversal, plus étroit que les élytres, tronqué car- 
rément en avant et en arrière, bords latéraux dilatés, subanguleux au 
milieu ; surface peu convexe, offrant seulement deux impressions ar- 
rondies et obsolètes eu dedans des angles postérieurs; écusson trans- 
versal, arrondi en arrière. — Elytres oblongues-ovalaires, un peu 
dilatées vers lo milieu, rétrécies en arrière, extrémité arrondie ou 
subtronquée; surface peu convexe, ponctuée, avec une strie suturale 
entière. — l'rosternum nul entre les hanches antérieures; mésoster- 
num subtriangulairo, atténué en arrière. — Abdomen formé de 6 ar- 
ceaux, le 1 à peine aussi long que les deux suivants réunis. — Pattes 
plus ou moins grêles, cuisses un peu épaissies, tibias légèrement di- 
latés au bout, les postérieurs un peu courbés ; tarses à 3 article plus 
court que le 2 aux doux paires de pattes postérieures, h peu près égal 
à la paire antérieure. 

(1) Syu. Paossus, Dalman, Kongl. Vetcnsk. Acad. Handllng. 4825, \>. MO, 3. 
— TitociioiDEDs, GuôriD-Méii. Revue Zool. Soc. Ciivier, 1838, p. *2; Westwood, 
Tians. of llio Eutom. Soc. of Lond. 11, p. 97 ; Gorslaeckor, Monogr. Ëudom. 
p. 381 ; Gorliaiu, EDdom. rocit. p. 29. 



148 ENDOMYCHIDEK. 

Comtne il a déjà été reconnu, le mWe se distinguo de la femelle 
par la structure des antennes; en outre, les pattes paraissent un peu 
plus longues chez le premier, et aux tarses antérieurs les deux pre- 
miers articles sont plus dilatés que chez la femelle. 

A cause do la structure des antennes, ce type a été rangé à côté 
des Paussus et l'une des espèces a été décrite sous ce nom par Dal- 
man ; cependant les organes buccaux sont en tous points semblables 
à ceux dos Endomychides et il n'est pas douteux qu'il ne doive ren- 
trer dans cette Famille, à titre de forme aberrante. 

Malgré que les espèces soient peu nombreuses, ce genre possède 
une aire de distribution très-étendue : on connaît une espèce de Ma- 
dagascar; une seconde, découverte primitivement dans l'île Maurice, 
a été retrouvée aux Indes orientales et dans les îles voisines, aux 
Philippines, à l'île Nicobar. Une troisième espèce appartient au Nou- 
veau-Monde et a été rapportée de Colombie. La dernière, décrite par 
Dolman, était renfermée dans le succin. 



FAMILLE LXXÏL 



COGCINELLIDES. 



Tète infléchie, courte, enchâssée dans le prothorax, très-rarement 
libre. — Epistome non séparé du front, à bord antérieur de forme 
très-variable ; labre court, transversal, apparent ou caché par l'épis- 
tome. — Mandibules médiocres, peu saillantes, terminées tantôt en 
pointe aiguë ou fissile, tantôt par 3 ou -i dents robustes. — Mâchoires 
à base cornée, offrant deux lobes ciliés, l'interne plus court et plus 
grêle, l'externe plus variable, subbiarticulé ; palpes do 4 articles, i 
très-court, 2 et 3 de forme variable, 4 très-développé, sécuriforme, 
rarement oblong et tronqué. — Lèvre inférieure formée d'un menton 
triangulaire ou trapézoïdal, d'une languette médiocre, ovalaire ou 
obtuse en avant, rarement échancrée ; de palpes tri-articulés, à 
dernier article ovalaire, tronqué au bout. — Yeux latéraux, médio- 
cres, ovalaires ou arrondis, entiers ou échancrés. — Antennes insé- 
rées dans un point plus ou moins rapproché de l'angle antéro-interne 
des yeux, à base découverte ou cachée, formées do 11 articles, parfois 
de 8, de 9 ou de 10, terminées par une massue variable, eu général 
courtes et rétractiles. — Pronotum transversal, ordinairement plus 
élroit que les élytres, fortement convexe en travers, rétréci en avant, 
à bord antériem' presque toujours fortement échancré. — Ecusson 
triangulaire, médiocre ou très-petit. — Elytres semi-globuleuses, ova- 
laires ou oblongo-ovalaires, à surface convexe, confusément ponctuée 
où lisse, très-rarement ornée de quelques séries de points ; épipleures 
toujours apparentes. — Des ailes bien développées, très-rarement 
nulles. — Prosternum toujours apparent sur la ligne médiane et sé- 
parant les hanches antérieures; mésosternum ordinairement plus 
large, ses épimères irrégulièrement triangulaires; métasternum no- 
tablement plus long, ses épislcrnums et ses épimères distincts, offrant 
vers ses angles antérieurs externes une dépression souvent limitée 
par une cariuule. — Abdomen formé de 5 arceaux ventraux, quel- 
ijuefois de G ou de 7 ; le premier ordinairement plus développé. 



150 COCCWEIXIDKS. 

creusé, do chaque côté, d'une dépression plus ou moins profonde, li- 
mitée par une carinule arquée. — Pattes courtes, rarement un peu 
allongées, le plus souvent rélractiles et invisibles d'en haut, rarement 
les genoux un peu saillants au-delà, du pourtour extérieur du corps; 
les trois paires ordinairement semblables entre elles, les cuisses tou- 
jours incrmes et subcomprimôes; tibias plus variables; tarses subté- 
tramères, terminés par dos crochets appendiculés, assez souvent bi- 
fides, plus rarement simples. 

Les Coccinellides ont une forme bien connue et un faciès qui per- 
met ordinairement de les reconnaître à la première vue; leur corps 
est hémisphérique, rarement oblong; ordinairement convexe, orné 
de couleurs assez brillantes, variées de dessins bizarres ou de taches 
arrondies, parfois très-nombreuses; rarement elles affectent des re- 
flets métalliques et alors leur coloration est plus uniforme ; elles sont 
tantôt glabres et nues, tantôt recouvertes d'une pubescence plus ou 
moins serrée. 

Cependant, si l'on peut à l'inspection reconnaître une Cocciiiellide, 
il se présente maintes circonstances où le doute est possible, et, en 
conséquence, il est indispensable d'étudier attentivement leur orga- 
nisation, afin de pouvoir tracer d'une manière plus exacte les limites 
de cette famille intéressante. 

Les ti'ois grandes parties du corps, la tête, le prothorax et les ély- 
tres, quoifjue bien distinctes, sont très-intimement unies et emboîtées 
les unes dans les autres. Ainsi, il est très-rare que la tête soit déga- 
gée, comme cela se voit chez les Hippodamiiies ; partout ailleui-s, 
elle est enfoncée dans le prothorax et parfois au-delà môme du bord 
antérieur des yeux ; la position des organes buccaux est en rapport 
avec celle de la tète, presque toujours la bouche est dirigée en bas, 
parfois un peu en arrière, et, dans ce cas, elle peut être fermée par 
une espèce de mentonnière formée aux dépens du prosternum (Cryp- 

TOLŒMUS, CrTPTûGNATIIA). 

Le vertex est rarement visible et le front est simple. L'épistome 
n'est pas distinct du front en arrière, son bord antérieur est diverse- 
ment configuré et fournit quelques bons caractères; sa modification 
principale se montre chez les Chilocorites. Dans ce groupe, il est trôs- 
développé aussi bien en avant que sur les côtés; en avant, il recouvre 
parfois entièrement le labre et les mandibules; sur les côtés, il se 
soude aux joues et les entraîne au-delà de la moitié du diamètre des 
yeux, qui sont ainsi partagés en deux parties chacun ; il semble, comme 
le remarque M. Mulsant, former une visière au bord antérieur do la 
tête. 

Le labre ne présente pas de modifications bien profondes ; sa forme 
varie nécessairement d'un genre à l'autre, il est plus ou moins déve- 
loppé en travers eu en avant, son bord libre est entier ou plus ou 
moins échancré. Il importe davantage de remarquer qu'il est ou ap- 



COCCINEUIDBS. 1S1 

parent, comme c'est le cas ordinaiio, ou complètement voilé par l'é- 
pistome dilaté en chaperon, comme chez les Platynaspis. 

On sait que certaines Coccinellides sont phytophages, tandis que le 
plus grand nonil)re est aphidiphage. Ces mœurs différentes se tradui- 
sent principalement dans la forme des mandibules; les espèces phy- 
tophages possèdent, comme les Chrysomélidos, des mandibules ter- 
minées par trois ou quatre dents distinctes ; et ces mômes organes, 
chez les autres, sont simples et atténués en une pointe aiguë ou fis- 
sile, tout au plus bifide. Leur face interne présente, chez ces derniè- 
res, des tubercules qui rappellent les dents molaires des animaux in- 
sectivores. 

Les mâchoires sont cornées à leur base ; elles supportent deux lo- 
bes subégaux ou inégaux, ciliés sur leurs bords ou à l'extrémité; 
l'externe, qui paraît bi-articulé, est ordinairement un peu plus long 
et plus grêle que l'interne ; il se recourbe parfois (Pharus) de manière 
à recouvrir en partie l'extrémité de ce dernier. Sa forme la plus anor- 
male se présente chez les Micuaspis, ofi il est dilaté en demi-cercle 
et frangé sur ses bords. Les palpes sont toujours apparents, formés 
de quatre articles et d'une forme caractéristique pour la Famille ac- 
tuelle ; le 1 est très-petit, les 2 et 3 souvent obconiques et de forme 
semblable, le 4, le plus développé, est comprimé et en forme do fer 
do hache, le bord, qui correspond au tranchant, est tantôt droit et 
tantôt arqué. Les types, chez lesquels cette forme est altérée et où 
l'article est plus ou moins acuminé, sont tout à fait exceptionnels 
(Pharus). 

La lèvre inférieure, peu remarquable, se compose d'un menton en 
trapùze ou en triangle fortement tronqué ou échancré à son bord an- 
térieur; la languette est très-médiocre, arrondie en avant, ou plus 
obtuse et quelquefois échancrée (Michaspis); les palpes sont tri-arti- 
culés, subfiliformes, avec le dernier article oblong, atténué au bout, 
ou bien étroitement ovalaire et tronqué. 

Les yeux- sont toujours bien développés, latéraux et plus ou moins 
prolongés à la face inférieure de la tête. Leur forme est arrondie, 
ovalaire ou oblongue ; leur pourtour est régulier ou bien sinué à son 
bord interne; cette sinuosité peut devenir une échancrure plus ou 
moins profonde et môme se poursuivre à ce point, que ces orgaues 
paraissent divisés en doux parties (Chilocorites). En général, leur gra- 
nulation est très-fine ; elle est notablement plus forte chez les Cocci- 
DULA et surtout les Rhizobius. 

Tout ce qui regarde les anCennes est important à noter, parce que 
ces organes jouent un grand rôle dans la classification. Ainsi, leur 
insertion, recouverte par le chaperon, chez les Chilocorites, est carac- 
téristique de ce groupe; ailleurs, elle a lieu à découvert; tantôt vers 
I angle antero-interne des yeux et d'ordinaire très-près de leur pour- 
tour, tantôt dans un point situé sur la face, à peu près au milieu du 



1S2 r.orciNBu.iDKS. 

bord interne des yeux , ou du moins de la partie de ces organes vi- 
sible en dessus ; dans ce dernier cas, les antennes sont situées à quel- 
que distance des yeux et séparées de leur bord par des ioues longi- 
tudinales. 

Elles sont toujours claviformes, mais à des degrés trôs-divers; la 
massue est courte ou allongée, en cône renversé ou en fuseau ; les 
articles, qui la composent, sont transversaux et serrés, ou bien plus 
longs que larges et lâchement unis; ces articles sont simples en de- 
dans ou prolongés en dents aiguës. 

Leur composition varie peu; d'ordinaire elles sont formées de ii 
articles; mais ce nombre peut descendre fi 40, à 9, chez les Discoto- 
mites ; et même parfois à 8, comme dans le genre Novius. Le premier 
article est toujours plus grand que les suivants, il est allongé, ou 
renflé subclaviforme, ou bien il est dilaté antérieurement en demi- 
cercle et même davantage ; les autres articles sont filiformes ou ob- 
coniques, grêles jusqu'à ce qu'ils se renflent pour former la massue, 
ce qui a lieu ordinairement au 9", plus rarement au 7" ou au 8» ar- 
ticle. 

Une dernière particularité de ces organes, c'est qu'ils sont rétrac- 
tlles sous les côtés du prothorax, et vu leur grande brièveté, la mas- 
sue se loge dans une fossette qui est creusée, dans plusieurs genres, 
sous les angles antérieurs du premier arceau thnracique. 

Le pronotum est toujours transversal, jamais carré ou oblong; dans 
la plupart des types, il est notablement plus étroit que les élytres, 
raremcut (Scymnites) à pou près de même largeur; sa surface est tou- 
jours régulièrement convexe et ne présente ni sillons, ni impressions 
bien marquées ; la configuration des bords varie beaucoup, néan- 
moins, dans des limites assez étroites. Le bord antérieur est, en gé- 
néral, échancré, plus ou moins profondément selon les genres, et le 
plus souvent on observe, de chaque côté, une sinuosité en arrière des 
yeux ; le bord postérieur est arqué, il offre un lobe médian plus ou 
moins prononcé, obtus ou tronqué; do chaque côté une légère flexuo- 
sité dans un certain nombre de types. L'écusson ne manque dans au- 
cune espèce; sa petitesse caractérise le genre Micbaspis ; il est seu- 
lement un peu plus grand chez les Alesia ; partout ailleurs, il est 
médiocre, en triangle équilatéral, ou bien, mais très-rarement, sa lon- 
gueur dépasse un peu sa largeur à la base. 

Les élytres ne manquent dans aucune espèce ; dans aucune, elles 
ne sont notablement raccourcies, ainsi que cela se voit dans tant 
d'autres Familles ; tout au plus observe-t-on dans quelques types du 
groupe des Hyperaspites une très-légère troncature de l'extrémité. 
Ces organes varient de la forme semi-globuleuse à la forme oblongo- 
ovalaire, par exception, ovalaire-allongée (Coccidula). Leur surface 
varie peu; elle est lisse ou confusément ponctuée; dans un seul cas 
(Cor.r.intii.A), on observe quelques rangées longitudinales de gros 



r.ocr.iNF.uiDEs. 1 1>3 

points, alignés entre ceux qui recouvrent confusément la surface; on 
ne rencontre jamais ni côtes, ni stries ; la seule saillie, dont il puisse 
être question, est le calus humerai. 

Deux parties plus importantes à considérer dans la structure des 
élytres, sont les bords et les épipleures. 

Les bords latéraux peuvent être simples, ornés d'un rebord arrondi, 
ou dilatés eu une lamelle plane, réfléchie ou creusée en gouttière. Le 
bord basilaire présente deux modifications, peu importantes en réa- 
lité, mais qui, vu l'absence d'autres caractères, acquièrent une cer- 
taine valeur, parce qu'elles servent à distinguer deux groupes très- 
importants. Chez les Coccinellites, comme aussi les Hippodamiites et 
les Discotomites, la base des élytres est légèrement convexe en avant 
ou anguleuse vis-à-vis du calus humerai ; chez les Cariites, au con- 
traire, cette base est un peu concave et forme, par le redressement 
de son tiers externe, un angle ouvert en avant du calus. 

Les épipleures varient non-seulement dans leur développement, 
mais encore dans leur degré d'inclinaison par rapport au plan hori- 
zontal; ces variations n'ont pas besoin de commentaires. Une parti- 
cularité remarquable de ces replis des élytres, et presque spéciale à 
la Famille actuelle, réside dans la présence . sur les épipleures, de 
fossettes plus ou moins profondes, destinées à loger les genoux des 
pattes intermédiaires ou postérieures. Ces fossettes s'observent dans 
divers groupes, mais à des degrés différents; dans aucun, elles ne 
sont aussi profondes, ni aussi nettement limitées que dans les grou- 
pes des Hyperaspites, des Bucolites et le genre Cynecetis. 

Les ailes membraneuses sont toujours bien développées et fréquem- 
ment déployées par les espèces qui vivent de proie; moins utiles à 
celles qui se nourrissent de substance végétale, leur absence est ce- 
pendant exceptionnelle (Cynegetis). 

L'étude des parties inférieures du corps jouit d'une importance 
qui ne le cède en rien à celle des parties supérieures du corps, les 
arceaux thoraciques, l'abdomen et les pattes exigent un examen ap- 
profondi. 

Le prosternum est toujours visible sur la ligne médiane et sépare 
constamment les hanches antérieures; il est toujours allongé et assez 
étroit; parfois il est relevé le long de la ligne médiane, et la crête 
qu'il forme est arrondie ou aplatie ; elle s'évanouit avant d'atteindre 
au bord antérieur, ou bien s'avance et dépasse même ce berd par ime 
petite saillie aiguG ou tronquée. Cette raôme^partie médiane du pro- 
stemum présente dans plusieurs espèces du genre Rodalia, une dis- 
position tout à fait spéciale ; elle est d'abord très-courte, et en second 
lieu, elle est disposée comme un plan incliné et s'abaisse du sommet 
vers la base; le sommet lui-môme est tantôt aigu, tantôt tronqué. 
Dans les genres Ciiyptognatha et Cryptolœmus , le prosternura est 
dilaté en avant, à ce point qu'il peut rejoindre l'épistome et recouvrir 



iSi r.OCCINELlIDKS. 

ainsi complètement les organes buccaux. Dans de nombreux genres 
(Cydonia, Caria, etc.), les lianes du prosternum sont creusés, sous les 
angles antérieurs, d'une fossette plus ou moins profonde et plus ou 
moins bien limitée; cette dépression parait destinée à recevoir la mas- 
sue des antennes, lorsque l'insecte se contracte. 

Le niésosternum varie moins ; il est transversal et sépare plus ou 
moins largement les hanches moyennes ; sa forme est tantôt subqua- 
drangulaire, tantôt trapézoïdale et plus ou moins rôtrécie en arrière; 
son bord antérieur est entier, sinué ou échancré pour loger la base 
du prosternum. Les épimères sont de forme irrégulièrement triangu- 
ladre, à sommet dirigé en avantj chez les Endomychides, ces mêmes 
parties afTectentla forme d'un quadrilatère disposé obliquement; cette 
différence dans le contour est l'nn des meilleurs caractères pour dis- 
tinguer la Famille que nous venons de nommer de celle des Cooci- 
nellides. 

Le métasternum, selon la règle, est plus développé que les deux 
arceaux thoraciques précédents; en général, ses épisternums sont bien 
limités et constituent une lamelle oblongue, à l'extrémité postérieure 
do laquelle on aperçoit les épimères sous forme d'un mince liseré. 
A la partie antérieure du métasternum, on remarque de chaque côté 
une carinule arquée, circonscrivant un espace d'étendue variable, tan- 
tôt plan, tantôt fortement creusé ; cet espace, que l'ofl désigne sous le 
nom de plaque peclorale, est destiné à recevoir la cuisse et la jambe 
moyennes, lorsque l'insecte se contracte. 

L'abdomen se compose d'un nombre variable d'arceaux ventraux; 
le plus souvent 5, quelquefois 6, très-rarement on remarque des ves- 
tiges d'un 7». Le premier de ces arceaux est do beaucoup le plus im- 
portant à étudier : dans sa partie médiane, il empiète sur le métaster- 
num d'une manière plus ou moins marquée et forme une saillie in- ' 
tercoxale ; celle-ci est diversement configurée, elle est ogivale chez les 
Hippodamiites, semi-elliptique chez les Coccinellites et subtronquée 
chez les Hyperaspites. 

C'est ce même arceau qui porte ce que l'on est convenu de désigner 
sous le nom de plaques abdominales : celles-ci correspondent aux pla- 
ques pectorales et, comme elles, sont destinées à recevoir les pattes 
de la dernière paire, lorsque l'insecte se contracte ; aussi elles sont 
d'autant plus profondes, que la puissance do contraction dont Jouit 
l'insecte est plus considérable, comme cela s'observe, par exemple, 
chez les Hyperaspites. La forme de ces plaques, la carinule ou le mince 
liseré qui les circonscrit, leur étendue, leur concavité, en un mot tout 
ce qui les concerne, a été utilisé avec succès dans la classification de ces 
insectes. Elles ne font guère défaut que dans le groupe des Hippoda- 
miites; leur présence constante constitue ainsi un nouveau caractère 
distinctif dos Coccinellides. 

Considérées sous un point de vue d'ensemble, les pattes des Cocoi- 



COCOIKELIIDES. ISS 

nellides sont peu remarquables. En général, elles sont invisibles, lors- 
qu'on regarde l'insecte directement d'en haut; chez les Hippodamiites 
seules, elles apparaissent un peu on dehors du contour extérieur du 
corps; dans ce type, elles sont plus longues et no peuvent se loger 
dans des dépressions des arceaux inférieurs de la poitrine ou de l'ab- 
domen ; aussi ces espèces, au moment du danger, ne contractent pas 
leurs membres locomoteurs, mais elles tentent, ainsi que le fait re- 
marquer avec justesse le Monographe des Coccinellides, de s'échapper 
par la fuite. Les hanches antérieures, dans toutes les formes, sont 
séparées l'une de l'autre par le prosternum, elles sont peu saillantes, 
allongées dans le sens transversal et disposées un peu obliquement; 
les moyennes sont plus arrondies et pas plus saillantes; au contraire, 
les postérieures sont assez fortement séparées l'une de l'autre, allon- 
gées transversalement et plus robustes. Les trois paires de pattes, à 
de légères différences près, sont semblables entre elles; les cuisses 
sont oblongues, comprimées, creusées à leur bord inférieur d'un sil- 
lon plus ou moins profond, destiné à recevoir les tibias ; ceux-ci sont 
également comprimés, leur bord externe varie selon les genres et 
fournit de bons caractères génériques : ce bord est droit ou plus ou 
moins arqué; muni, près de sa base, tantôt d'une saillie anguleuse, 
tantôt d'une saillie dentiforme, et, dans ces deux cas, entre cette sail- 
lie et l'extrémité, le bord antérieur est creusé d'un sillon destiné à 
recevoir le tarse. La composition de ce dernier est invariablement for- 
mée de trois articles avec un article rudimentaire; il est subtétramère. 
Le premier article est ordinairement en triangle allongé, quelquefois 
un peu élargi dans le sexe mâle de quelques genres; le deuxième est 
beaucoup plus grand, plus large et plus long, creusé à sa face supé- 
rieure d'une large excavation de forme triangulaire, dont le sommet, 
situé près du point d'atta«he, est occupé par l'articulation de l'article 
appendiculaire à la suite duquel s'ajoute l'article onguéal. Celui-ci 
varie peu dans ses dimensions, il supporte constamment deux crochets 
généralement robustes et de structure variable. Dans un petit nombre 
(le types, les crochets sont simples (Nœmu, Amsûsticta, Bulœa,, etc.) ; 
le plus souvent ils sont appendiculés; il n'est pas rare non plus de 
les rencontrer bifides. Dans ce dernier cas, tantôt la partie interne est 
Courte, basilaire ou submédiane, tantôt elle égale à peu près l'externe 
(Synonycua, Epilachna). Une autre modification nous est offerte par 
certaines espèces du genre Epilachna , car nous remarquons qu'elle 
n'existe pas dans toutes, au moins au même degré 5 cette modifica- 
tion réside dans la présence d'une lamelle subquadrangulaire située 
à la base et entre les crochets, l'angle de cette lamelle peut faire une 
certaine saillie et ainsi faire paraître chaque crochet en quelque sorte 
tri-denté. 

A la partie inférieure des deux premiers articles, se voit une pu- 
bescence assez serrée, en forme de brosse, destinée à faciliter la lo- 



•186 COCriNRT.l.IDIiS. 

comotion ; chez certains mâles, cette pubescence est moins serrée, et 
en regardant attentivement, on découvre entre les poils de très-pe- 
tites ventouses, qui font défaut chez les femelles. 

On peut dire d'une manière générale que les sexes sont peu dis- 
tincts dans la Famille actuelle. Outre la présence de ces ventouses à 
la face inférieure des tarses, chez le mâle, on observe encore, mais 
dans quelques types seulement, que le premier article des tarses est 
de forme ovalaire, tandis que chez les femelles, cette pièce demeure 
régulièrement triangulaire et dilatée du point d'attache à son extré- 
mité. Des différences sexuelles plus générales paraissent résider dans 
la configuration des bords postérieurs des deux derniers arceaux in- 
férieurs de l'abdomen, qui sont simplement tronqués chez la femelle 
et siuués chez les mâles. Du reste, comme nous l'avons dit, les sexes 
sont peu distincts et leurs différences n'ont pas été jusqu'ici l'objet 
d'observations suivies. 

L'organisation des Coccinellides étant connue, on peut chercher à 
tracer les limites précises de la Famille qu'elles composent. 

Les seuls groupes que l'on puisse en réalité comprendre dans la 
section des Coléoptères subtélramères, sont les Endoraychides et les 
fCoccinellides. Car le genre Clypeasteu , que Latreille avait compté 
parmi ses Trimères, possède réellement quatre articles aux tarses; son 
organisation présente d'ailleurs d'autres particularités qui ont engagé 
les entomologistes à le placer dans un autre groupe. Quant au genre 
LiTHoriuLus, qui est également tétramère, il ressemble davantage aux 
Coccinellides, ainsi que l'a parfaitement démontré le Prof. Gerstaec- 
ker; mais c'est une forme très-aberrante; on peut en constituer le 
type d'mie Famille spéciale avec autant de raison, que de l'introduire 
dans une autre, dont il altère l'homogénéité. Toutes les Coccinellides 
connues sont subtéiramères, la règle est jusqu'il ce jour tout-à-fait 
intacte; si l'avenir vient à modifier cet état de choses, si les décou- 
vertes ultérieures nous donnent des exceptions moins douteuses, il 
sera temps encore de modifier la diagnose de la Famille actuelle et 
d'en élargir le cadre. 

Ces réserves faites, il ne nous reste qu'à indiquer les différences 
des Endomychides et des Coccinellides, et nous ne pouvons mieux 
faire que de suivre, en cette circonstance, les indications données par 
réminent Entomologiste que nous venons de citer. 

Chez les Coccinellides, la tète est d'ordinaire très-obtuse en avant, 
rarement subtriangulaire, jamais en museau séparé du front par un 
rétrécissement marqué. Les antennes sont très-courtes, atteignant ex- 
ceptionnellement la base du prouotum , et rétractiles sous ses bords 
latéraux. Le dernier article des palpes maxillaires, à deux ou trois ex- 
ceptions près, est largement sécuriforrae; il est subcylindrique chez 
les Endomychites. La surface du pronotum est fortement convexe en 
travers et dépourvue de sillons ou d'impressions marqués ; toujours 



r.OCCINELLlDES. 157 

on remarque, chez les Endomychides, deux sillons longitudinaux vers 
la base du pronotum, dont la surface est généralement beaucoup 
moins convexe. Les épimôres (lu mésothorax, chez les Coccinellides, 
sont de forme subtriangulaire ; chez les Endomychides, elles affectent 
une forme rhomboïdale ou en Irapèze. Par suite, les épisternums du 
métathorax , chez les premières, sont tronqués carrément à la base, 
tandis qu'ils sont coupés obliquement chez les secondes. Les pla- 
ques pectorales et abdominales font complètement défaut chez les 
Endomychides et les pattes ne sont pas rétractiles. Dans la Famille 
des Coccinellides, les hanches antérieures sont allongées et disposées 
transversalement; ces mêmes parties, dans celle des Endomychides, 
sont semi-globuleuses et assez saillantes. Les crochets des tarses, chez 
ces dernières, sont constamment simples ; cette .structure est rare chez 
les Coccinellides, le plus souvent les crochets sont appendiculés ou 
bilides. Quoique les différences sexuelles ne soient pas tout-à-fait nulles 
dans la Famille que nous avons à étudier, elles sont bien moins ac- 
centuées que chez les Endomychides; enfin, ces dernières, pour au- 
tant que la science soit renseignée à cot égard, sont boletophages; les 
Coccinellides sont aphidiphages et quelques types sont phytophages. 
Par suite de cette comparaison, on pourrait dire que les Coccinel- 
lides sont des Coléoptères subtétramères à pattes contractiles. En effet, 
les plaques pectorales et abdominales, les fossettes des épipleures, 
les sillons des cuisses et des tibias, n'ont pas d'autre but que de per- 
mettre, selon leur degré do développement, une contraction plus 
forte des organes locomoteurs. Au point de vue restreint, ce sont les 
Hippodamiites le moins bien douées, les plaques pectorales et abdo- 
minales sont nulles ou rudimentaires, les sillons de la cuisse et du 
tibia sont peu marqués. Aussi, ces espèces tentent d'échapper par la 
fuite à la main qui veut les saisir, tandis que les autres, pour autant 
qu'on ait pu les observer, se contractent et demeurent immobiles. 
C'est dans cette pose craintive que nous les voyons le plus souvent ; 
elles s'aplatissent et se collent aux feuilles des végétaux, sur lesquels 
elles sont à la recherche de leur proie; car, ainsi que la chose est vul- 
gairement connue, les Coccinelles dévorent les innombrables pucerons 
qui attaquent à peu près tous nos arbres. A la suite de cette obser- 
vation, le nom A'aphidiphages leur a été attribué, et longtemps les 
Coccinellides ont été regardées comme insectivores. Les premières ob- 
servations à rencontre de cette manière do voir, datent de la fin du 
siècle passé et ont été faites par Bosc pendant son séjour aux Etats- 
Unis; il a vu VEpilachna borealis ronger les feuilles du melon au point 
de n'en laisser que les nervures. D'autres observations analogues ont 
é*,é faites dans différentes contrées d'Europe, à propos des genres La- 
siA, Cynegetis, EP1LA.CHNA ot môme de la Coccinella hieroglyphica. 
Le fait est aujourd'hui reconnu ; cependant la très-graade majorité 
des espèces est toujours regardée comme aphidiphage; dos habitudes 



158 CoeClNEÏXlDES. 

aussi dilfôrentes n'ont pas eu sur l'organisation d'iniluouco bien mar- 
quée; du reste, lo fait en lui-même n'a rien qui doive surprendre, 
puisque certains Carabiques, certaines Sylphales ont des mœurs sem- 
blables et se nourrissent également de substance végétale. 

Les Coccinellides semblent vivre en plus grande abondance, dans 
les endroits cultivés, dans nos jardins, que dans les plaines désertes 
ou dans les grandes forêts; aussi leurs états primitifs sont aujour- 
d'hui assez bien connus. 

Los larves, envisagées d'une manière générale, présentent les ca- 
ractères suivants : 

Tôto petite, déprimée, arrondie, h bouche dirigée en avant et un 
peu en bas; ocelles au nombre de 3, do chaque ciMé {Lasia globosa) 
ou bien de 4, disposés en losange (C. 1-punctala, Epilachna argus), 
arrondis, assez saillants; antennes insérées à l'angle latéral et an- 
térieur do la tète, de 3 articles, 1 court, 2 subcylindrique, plus long, 
3 conique, accompagné au côté interne d'une petite soie; labre en 
forme de croissant, dont les angles recouvrent la base des mandibules; 
celles-ci petites, triangulaires, à pointe aiguë et biiide, dentées à la 
base; mâchoires à pièce basilairo prolongée en dedans on un lobé 
petit, triangulaire (C. 1-punctata), ou bien plus grand, à contours 
arrondis et creusé en cupule (Epil. argus); palpes très-grands, sub- 
cylindriques, dirigés transversalement en dehors et formés de 4 arti- 
cles; lèvre inférieure à menton très-grand, allongé, soudé à la pièce 
basilaire, un peu échancrô en avant; des pièces palpigôres soudées 
à leur base et divergentes; des palpes labiaux de deux articles. — 
Segments thoraciques peu différents des segments abdominaux. — 
Pattes assez allongées, articulées à une petite distance des bords la- 
téraux du corps, formées de plusieurs pièces et terminées par un ouglo 
très-crochu. — Segments abdominaux au nombre de 9, recouverts 
de téguments assez résistants, diminuant gi'aduelleraent de dimen- 
sions jusqu'au dernier; celui-ci présentant en dessous une ouverture 
anale assez saillante et un bourrelet charnu servant à la progression. 
— Stigmates au nombre de 9 paires; la première située au bord la- 
téral et antérieur du mésothorax, les 8 autres sur les 8 premiers seg- 
ments abdominaux, plus rapprochés du côté dorsal que du côté op- 
posé; tous assez grands et arrondis. 

Ces larves sont d'une forme ovale-lancéolée, amincie surtout en 
arrière; elles sont diversement colorées et munies de tubercules, de 
fossettes ou d'épines très-variables dans leur forme et leur coloration. 

Leur démarche est assez rapide et rappelle celle des lézards. Celle 
des espèces phytophages est bien moins vive. 

A l'époque de la métamorphose, la larvo se colle, par son dernier 
segment, aux feuilles, au moyen d'une substance visqueuse qu'elle 
sécrète. Elle courbe alors son corps et surtout la tète ver;j la face 
inférieure, de manière à former une gibbosité; les granulations de- 



COCCINELLIUES. 159 

viennent plus petites, les poils tombent, la peau se dessôche, se fond 
sur le dos, ot refoulée peu à peu en arrière, elle forme un bourrelet 
chiffonné à l'extrémité du corps. 

A part quelques détails organiques que nous avons expressément 
signalés, ces caractères généraux s'appliquent à toutes les larves de 
la Famille actuelle. On peut néanmoins distinguer trois types secon- 
daires assez bien caractérisés. 

Chez les larves carnassières, qui sont de beaucoup les plus nom- 
breuses, le corps n'est pas recouvert de pointes épineuses, mais seu- 
lement de tubercules ou de simples renflements à surface inégale et 
recouverts de soies courtes et raides. La tête, le prothorax et les bords 
latéraux du corps sont ornés de poils sétiformes disséminés ; sur le 
reste du corps, ces poils se trouvent seulement sur les tubercules et 
ronflements dont nous avons parlé. Le prothorax est protégé par une 
espèce d'écusson étendu à la plus grande partie de sa surface; le mé- 
sothorax et le métathorax présentent chacun deux grosses taches sub- 
discoïdales et deux plus petites latérales; sur les autres segments, on 
observe six taches du côté dorsal et six plus petites du côté ventral ; 
le dernier segment, vu sa petitesse, en porte un nombre moins con- 
sidérable. 

Un autre groupe comprend la plupart des larves phytophages. Elles 
sont beaucoup moins agiles que les précédentes et passent leur vie 
sur le végétal où elles sont nées. Leur corps est hérissé d'épines ou 
longs prolongements ramifiés, disposés sur les arceaux dorsaux; les 
ramifications sont terminées chacune par un poil de longueur va- 
riable et moins épais que la ramification elle-même; il n'en forme 
pas la continuation, mais semble mobile sur elle, et, pour nous servir 
d'une comparaison, l'ensemble du poil et de la ramification est assez 
bien rendu par la baguette d'un fusil en partie engagée dans le canon. 
1.0 prothorax porte quatre de ces épines ramifiées; les autres seg- 
ments six ; sur le dernier, les épines latérales sont beaucoup plus 
courtes et à la face inférieure du corps, on n'observe que des taches 
sétigôres. 

Une troisième modification nous est ofi'erte par les Scymnites et 
particulièrement par les espèces du genre typique. Ici, la face dorsale 
présente de petites fossettes disposées comme les appendices du 
groupe précédent; de ces fossettes sortent des prolongements blau- 
châtres, mous, flexueux, qui donnent à la larve l'aspect d'une petite 
houppe de laine blanche , ce qui rappelle cette espèce d'inflorescence 
si connue du puceron lanigère. Une particularité remarquable, c'est 
que cette espèce de mousse peut se reproduire lorsqu'elle a été en- 
levée, et cola assez rapidement; au bout de deux heures, ou en voit 
déjà des traces, et en douze heures, la larve en est do nouveau re- 
couverte. 
Ainsi que l'on peut on juger, la, connaissance des mœurs et des 



160 C.OCCINELLIDES. 

états primitifs des Coccinellides était déjà à un certain degré d'avan- 
cement, lors de la publication, en 18S2, du Catalogue des Larves des 
Coléoptères; depuis cette date, la Science s'est encore enrichie de 
nombreuses observations concernant les larves, les mœurs et le genre 
de nourriture de diverses espèces; les Mémoires où elles sont consi- 
gnées se trouvent, avec les noms des auteurs, renseignés ci-des- 
sous (l). 

Les larves des Coccinellides se rencontrent surtout en été, lorsque 
la végétation est dans toute sa vigueur et lorsque les pucerons, les 
galiinsectes et autres insectes microscopiques ont envahi les plantes. 
Elles se transforment en nymphes sur les feuilles ou sur les tiges en 
s'attachant par le dernier segment abdominal, qui secrète, dans ce 
but, une humeur visqueuse et gluante. L'insecte parfait apparaît 
après un petit nombre de jours, et demeure pendant quelque temps 
encore sur les végétaux à la recherche de sa proie; cependant, on 
remarque que leur chasse est beaucoup moins active qu'elle ne l'é- 
tait sous leur forme première. Dès que les premiers froids de l'au- 
tomne se font sentir, les Coccinellides deviennent de plus en plus 
rares; c'est qu'elles ont regagné leurs -quartiers d'hiver; les unes se 
retirent sous les écorces des arbres, les autres au pied des plantes 
sous la mousse, et profitent des moindres interstices pour y chercher 
un abri. 

Après la saison rigoureuse, un peu plus tôt, un peu plus tard, selon 
les climats et selon la température, elles quittent leurs retraites hi- 
vernales. Les individus qui ont échappé à leurs ennemis ou que lo 
froid n'a pu atteindre, n'ont plus qu'une seule tâche à remplir, c'est 
la propagation de l'espèce. Les espèces phytophages recherchent na- 
turellement les plantes auxquelles leur existence se trouve liée; les 
autres, douées d'instincts carnassiers, savent découvrir ou même de- 
viner les arbustes sur lesquels se trouvent ces curieux hémiptères 

(1) Aux citations indiquées dans le Catalogue des larves des Coléoptèrei par 
F. Chapuis et E. Candéze, il faut ajouter : 

LetzDer, SitiuDgsber. d. Wien. Akad. XI, p. 210. Chitocorus renipustulatus. 
— Id. 34-Jabresb8r. d. Sches. Gcsclls. f. Valerl. Kultur, p. 108, Cocc. mu- 
talilis. — Id., 1. c. Jubresb.-'U, p. 161, Cocc. ll-pMnc<a(a. 

Hceger, .Sitzungber. d. Wien. Akad. VII, p. 207, Cynegetis optera. — Id. 
I. c. t. IX, p. 233, Cocc. ^-punctata; — id. I. c. t. X, p. 167, Scymms 
ater; — id. 1. c. t. XI, p. 30, Cocc. i'irpunctata ; — Id. l. c. t. XXIV, 
p. 326, Scymnus arenatus : — id. 1. c. t. XXXIX, p. 117, Cocc. l6-guttata 
et Cocc. bissexguttata Fabr. 

Pcrris, Ann. Soc. enl. de Fr. i' Sér. t. U, p. 225, Cocc. ii-guttata, NoviitS 
cruenlattis et Scymnus marginalis. 

Kawall, Stett. Entom. Zeit. 1867, p. 123, Cocc. ^-punclata. 

Frauenfcld, Veih. d. K. K. Zool-Bol. Gesells. in Wien. XVII, p. 780, Cocc. 
bissexguttata, ti[iilachna ghbosa. 



nOCClNEl.LIDES. 161 

dont les jeunes larves sont si avides. Après la ponte, qui a lieu iso- 
lément ou en petits groupes, les femelles subissent rapidement le sort 
des mâles, qui déjà ont disparu de la vie active. 

L'histoire scientifique des Coccinellides a été traitée d'une manière 
très-distinguée par M. Mulsant dans sou premier ouvrage sur ces in- 
sectes, c'est-à-dire dans l'ilistoire naturelle des Coléoptères Sécuri- 
palpes de la France. Dans ce chapitre, l'auteur a exposé nou-seule- 
ment ce qui regarde les genres, mais encore les espèces et leurs grou- 
pements divers ; le premier point de vue seul nous intéresse dans 
l'ouvrage actuel. 

Do même que pour plusieurs autres Familles, l'histoire des Cocci- 
nellides remonte au temps de Linné, parce qu'à cette époque, vers 
1758, ces insectes ont été nettement séparés des autres Coléoptères, 
et désignés sous le nom générique de Coccinella. Pendant longtemps, 
les entomologistes n'ont pas modifié cette manière de voir, et le genre 
primitif est resté intact jusqu'en 1794, époque oii Kugelann créa le 
genre Scymnus pour do petites espèces puhescentes, que Linné n'avait 
pas connues et que d'autres entomologistes, comme Geoffroy, avaient 
avec raison rangées parmi les Coccinelles. 

Cette nouvelle coupe générique ne fut pas immédiatement recon- 
nue, car, malgré les études approfondies dont les Coccinelles furent 
l'objet de la part des Entomologistes les plus illustres, tels que Pay- 
kuU, lUiger, Latreille, le genre linnéen seul se trouve consigné dans 
leurs ouvrages. Cependant, Leach, dans l'Encyclopédie d'Edimbourg, 
adopta le genre Scymnus et proposa une nouvelle division générique 
pour recevoir les Coccinelles comprimées de Schneider ou Cassidifor- 
mes d'IUiger et de Latreille; cette nouvelle coupe fut désignée sous 
le nom de Chilocorus. A peu près vers le même temps, Curtis reprit 
le genre Coccidula, vaguement indiqué par Kiigolann, mais, par une 
erreur typographique, le nom de Cacidula lui fut substitué, et chose 
singulière, l'orthographe de ce nom se trouve encore changée par 
Latreille, dans ses Familles naturelles, ovi est inscrit le nom de Caci- 
cula. 

Ces diftérentes coupes génériques furent l'objef d'un examen cri- 
tique de la part de Stephens (1), qui non-seulement les reconnut toutes, 
mais en proposa deux nouvelles sous les noms de Sphœrosoma et 
Rhiwbius ; le premier de ces noms fut changé par Hope (2) en celui 
de Leplia ; mais ni l'un ni l'autre de ces noms n'a été adopté par les 
entomologistes modernes; quant à celui de Rhizodius, quoique changé 
par le comto Dejean qui l'avait déj.\ employé, en celui de Nukdina, 
il a prévalu. 

Comme on sait, à celle époque, la science cntomologique était cul- 

(1) Steplicns, Illustr. Biil. Entom. IV, p. 373. 

(2) Ho|io, Coleopt. Maii. 111, p. iïït. 

Coléoptères. Tome XII. U 



162 COr.ClNELLlDES. 

tivée avec le plus grand succès, d'immenses matériaux arrivaient in- 
cessamment des contrées les plus éloignées et enrichissaient les collec- 
tions. Une des plus belles et des plus nombreuses était, sans contredit, 
celle du comte Dejean. Déjà, à différentes époques, cet entomologiste 
distingué en avait fait imprimer le Catalogue systématique. Ce genre 
de travail avait été très-bien apprécié du monde entomologique, car, 
vers 1836, de vives instances furent faites près de l'auteur, afin qu'il 
eu donnât une nouvelle édition. 

La tilche était d'autant plus considérable qu'il s'agissait d'élever ce 
nouveau travail à la hauteur de la science, de mettre à profit les pro- 
grès réalisés dans les diverses parties de l'Entomologie, d'y intercaler 
les nombreuses acquisitions dont l'auteur avait enrichi ses cartons. 
Aussi, l'aide d'émiuents entomologistes lui fut assurée, et quant h. la 
partie qui fait l'objet de ce chapitre, la revue critique en fut confiée 
à M. Chevrolat, à qui la science est redevable de tant d'utiles travaux 
et dont le zèle infatigable ne s'est pas un seul instant ralenti. 

Le résultat de ses études fut la création de treize genres nouveaux, 
non compris les deux types indiqués antérieurement par le comte 
Dejean; en y ajoutant les cinq genres dus à des entomologistes plus 
anciens, les 322 Coccinellidcs énumérées dans ce Catalogue se trou- 
vent comprises dans vingt genres différents. Quoique les caractères 
de ces genres n'aient pas été tracés par M. Chevrolat, ils sont pour 
le très-grand nombre reconnus par la science, grâce aux travaux im- 
portants de M. Mulsant, qui a pu étudier eu nature les coupes indi- 
quées par la collaborateur du comte Dejean. 

Avant d'aborder l'étude des ouvrages de l'Entomologiste de Lyon, 
on no peut omettre de citer avec éloge l'excellent Essai de M. L. Hod- 
tenbacher sur la disposition systématique des Coléoptères Pseudotri- 
mères de l'archiduché d'Autriche. Dans ce polit travail, marqué au 
coin d'une grande sagacité, l'auteur a mis en usage des caractères 
plus vrais et plus importants pour délimiter les genres déjà connus 
et ceux qu'il introduisit dans la science, c'est-à-dire les genres Exo- 
CHOMus et Platynaspis. 

Le premier travail de M. Mulsant sur les Coccinellides fait partie 
de V Histoire naturelle des Coléoptères de France; c'est à la suite de 
celte publication que l'auteur a entrepris, ainsi qu'il le dit lui-môme, 
de compléter la Monographie de cette Famille, par la description des 
espèces étrangères à la France. Le Species des Coléoptères Trimères 
Sécuripalpes, qui fut le résultat de ses longues éludes, contient la 
description <lélaiiléi! d'un millier d'espèces environ; nous voili déjà 
bien loin des 322 types de la Collection Dejean, et cependant, en 
moins de trois ans, l'auteur put rassembler les matériaux d'un pre- 
mier supplément, qui ne renferme pas moins de 120 formes inédites, 
et qui (jccupe en entier le tome III dos Opuscules entomologiques. Et 
ce n'est pas tout encore. M. Mulsant, reprenant son sujet favori, a fait 



COCCINBLLIDES. i63 

part au monde entomologique do ses nouvelles recherches et a publié, 
en 1866, la première partie de sa Monographie des Coccinellides. 

La renonunée de M. Mulsant est bien établie; le monde entomolo- 
gique rend un juste hommage à ses travaux variés ; mais on ne peut 
s'empêcher d'admirer le zèle et la persévérance dont il a donné tant 
de prouves dans l'étude des Coccinellides ; il fallait être doué d'une 
sagacité, d'une perspicacité remarquables, pour deviner l'unité de 
type au milieu de formes si variées et d'apparences si diverses ; car, 
dans aucune autre famille, la coloration, soit dans ses nuances, soit 
dans ses dispositions, n'est sujette à plus de variations. 

Nous regrettons de n'être pas en parfaite conformité de vues, tou- 
chant l'organisation et la disposition systématique des Coccinellides, 
avec l'auteur dont nous avons à examiner les travaux, d'autant plus 
que M. Mulsant n'a pas cru devoir modifier en rien, dans ses divers 
ouvrages, la méthode première qu'il avait adoptée. 

11 nous paraît que les genres sont trop nombreux, que les subdi- 
visions sont trop multipliées et que l'importance attribuée à la pré- 
sence ou à l'absence de la pubescence est de beaucoup trop grande. 

Autant que faire se peut, les genres devraient pouvoir se recon- 
naître à des caractères positifs d'une appréciation évidente, et surtout 
s'appliquer à la très-grande majorité (les espèces. Or, il arrive fré- 
quemment à l'auteur d'exposer le caractère d'un type et d'ajouter 
que si cette note distinctive fait défaut, elle est remplacée par telle 
ou telle autre. Ce modus faciendi se rencontre non-seulement à pro- 
pos des genres, mais encore à propos des groupes supérieurs et môme 
pour la division primaire ; ainsi , les Gymnosomides comprennent 
toutes les espèces dont les parties supérieures sont glabres, sauf ce- 
pendant quelques types qui sont pubescents, mais en même temps 
chez lesquels la partie antérieure de la tête est développée en forme 
de chaperon. 

Il n'est peut-être pas possible d'éviter toujours cette manière de 
faire, mais il faut en user avec la plus grande réserve, parce qu'elle 
fatigue beaucoup l'esprit et finit par engendrer l'obscurité. 

Des genres nombreux ont amené l'auteur à créer beaucoup de sub- 
divisions, à répartir les Coccinelles en groupes multiplies : ainsi, le 
genre Coccinella. fait partie du Rameau des Coccinellates, subdivi- 
sion de la Branche des Coccinellaires; celle-ci appartient à la pre- 
mière division des Coccinelliens, l'une des trois Familles du groupe 
des Gymnosomides. Pour nous, le genre Coccinella est une Coccinel- 
lide aphidiphagn du groupe des Coccinellites. 

Du reste, dans le système de réductions que nous avons opérées, 
nous sommes d'accord avec MM. Fairmaire et Hcdtenbacher, et 
nous dirions volontiers avec M. Mulsant lui-môme, puisque dans la 
Préface d'un supplément (1) au Species, après avoir parlé de la mul- 

(I) Opuscules entomologiques, 111, p. 7. 



164 COCCINEUIDES. 

tiplicité de ses genres, 11 ajoute : « Aux yeux de ces entomologistes 
réservés (dans la création des genres), mes noms de genres peuvent 
passer pour les représentants des lettres A, B, C, etc., employées par 
d'autres auteurs comme des moyens de repère dans des groupes trop 
nombreux. » Nous nous rangeons volontiers du côté de ces entomo- 
logistes réservés ; du reste, nous nous sommes fait un devoir de con- 
server, autant que possible, les divisions de M. Mulsant, mais seule- 
ment à titre de sous-genres. De cette manière, toute la valeur des 
ouvrages de cet entomologiste distingué est sauvegardée. 

Nous ajouterons seulement quelques mots sur la manière dont nous 
envisageons la Famille des Coccinellides. 

Autant que faire se peut, les genres ne peuvent être basés que sur 
des caractères organiques d'une certaine importance, et l'une des rai- 
sons qui doit engager les entomologistes à en agir de la sorte, c'est 
que très-souvent les sexes diffèrent l'un de l'autre par des apparences 
extérieures qui, au premier coup-d'œil, sembleraient motiver leur sé- 
paration générique, et cependant jamais on n'admettra que les sexes 
puissent se placer dans des genres différents. C'est ce qui, d'après les 
observations de Heeger, est arrivé à M. Mulsant; la Coccinella bis- 
sexguUata Fabr. paraît être le sexe mâle de la Coccinella scdecim- 
gutiala L. ; ces deux formes ont été génériquement distinguées par 
M. Mulsant, la première forme le type du genre Vibidu, la seconde 
est une espèce du genre Hai.yzia. M. Heeger (i) a élevé ces deux types 
d'une seule et même ponte, et de plus les a observés pendant l'accou- 
plement. Je suis étonné que M. Mulsant n'ait pas parlé de cette obser- 
vation de M. Heeger ni dans un sens ni dans l'autre. 

Comme M. L. Redtonbacher, l'auteur de la Faune d'Autriche si 
savante et si estimée, nous considérons les Coccinellides comme for- 
mées sur deux types, distincts l'un de l'autre sous les points do vue 
organique et physiologique; les unes ont des mandibules simples ou 
tout au plus légèrement bifides, elles sont carnassières ; les autres 
possèdent des mandibules multidentées et sont phyllophagos. Quoique 
d'une importance numérique bien différente, ces deux catégories pré- 
sentent des modifications correspondantes ; il y a entr'elles un paral- 
lélisme évident, quoiqu'incomplet. 

Afin de mieux le faire saisir, nous étudierons les modifications de 
l'un de ces types : en considérant l'ensemble des Coccinellides aphi- 
diphages, il est aisé d'y reconnaître trois formes principales repré- 
sentées par les groupes des Coccinellitos, des Chilocorites et des 
Hypéraspites. 

Les Coccinellites constituent la forme en quelque sorte normale 
et si bien connue; co lype no subit que de légères altérations, car 

(1) Heeger, Silï'.ingsber. dcr math, ualurv. Classe du Akad. d. Wisscnscli. 
ID Wlen. 29 vol. p. 117, Kg. 6. 



COCr.INEttlDES. i6S 

celles qufi présentent les groupes des Cariites ou des Scymnites pa- 
raissent bien moins profondes que celles dont il reste h parler. 

Los Chilocorites se différencient des Coccinellites et groupes voisins, 
non-seulement par la forme du chaperon, mais par un ensemble 
organique qui a frappé même les premiers entomologistes, puisque 
ces espèces avaient été désignées par Schneider sous le nom de Coc- 
cinelles comprimées, et par lUiger et Latreille, sous celui de Cocci- 
nelles cassidif ormes. Il n'est pas nécessaire d'insister sur les caractères 
do ce type, non-seulement la forme générale est caractéristique, mais 
la tôte, le pronotum, les élytres et môme les parties inférieures pré- 
sentent des différences que l'inspection soûle permet do saisir. 

La troisième forme, représentée par les Hypéraspitcs, est non moins 
tranchée. Les espèces modelées sur ce type jouissent au plus haut 
degré de la faculté de se contracter sur elles-mêmes ; c'est dans ce 
but que leur organisme a été modifié; la tête fait peu de saillie, le 
pronotum est intimement uni aux élytres, celles-ci enceignent très- 
étroitement les parties inférieures du corps; les pattes sont très-con- 
tractiles, les cuisses sont profondément creusées pour loger le tibia ; 
celui-ci à son tour reçoit dans un sillon les diverses parties du tarse; 
et les organes locomoteurs ainsi repliés, se logent dans des concavités 
correspondantes, creusées, les premières sur le métasternum, les se- 
condes sur le premier segment abdominal. En outre, les épiplcures 
des élytres sont pourvues de fossettes profondes pour recevoir los 
genoux soit des pattes intermédiaires, soit des postérieures. 

Pai' ces considérations, il semble établi q\ie les Cocciuellides aphi- 
diphages sont contruitcs sur trois types principaux ; autour de cha- 
cun d'eux gravitent des formes subsimilaires et qui font la transition 
de l'un à l'autre ; ainsi, dans chacune de ces trois formes, on trouve 
des espèces glabres et des espèces pubescontes : les Poriites, les Or- 
talites sont les formes pubescentes des Coccinellites, des Cariites; les 
Bucolites ne sont, en réalité, que des Ilypéraspites pubescentes; les 
Chilocorites auraient pu également se partager en deux groupes, 
glabres ou non, si plusieurs espèces d'ExocHOMUS n'avaient rendu 
ce caractère inapplicable par la pubescence dont ils sont revêtus. 

Quant à notre seconde forme, celle des Cocciuellides phytophages, 
quoique bien moins riche on types génériques, elle offre néanmoins 
plusieurs modifications que l'on peut rapprocher de celles que nous 
avons passées on revue. Ainsi, les Epilachna. et les Cunootriba rap- 
pellent le groupe des Cariites ; les Lasu, celui des Coccinellites ; les 
Cynegetis, celui des Hypéraspites. Le parallélisme serait plus com- 
plet, si les découvertes de l'avenir nous donnent quelque Chilocorite 
phytophage ; mais dès aujourd'hui, il est permis de se demander si 
l'un ou l'autre des genres que nous avons compris dans ce groupe 
ne s'y trouve pas étranger par son régime et par sa structure. 

Pour résumer, nous admettrons dans la famille des Cocciuellides, 



1G6 



COCCINRUIDES. 



deux séries parallèles et dans chacune d'elles, des modifications simi- 
laires. En conséquence, il faut diviser la famille en deux tribus : celle 
des Coccinellides aphidiphages et celle des CoccinelUdes phytophages. 
La première renferme trois types principaux, autour desquels se 
groupent des formes do transition. La seconde pourrait dès aujour- 
d'hui se partager en trois groupes; mais ce partage nous paraît ac- 
tuellement sans utilité réelle ; il suffit de se rappeler les considéra- 
tions exposées ci-dessus. 
Les deux tribus sont caractérisées comme suit : 



A. Mandibules simples h rextrémité ou seu- 
lement bifides. 
A*. — multidentées à l'extrémité. 



Coccinellides ai<iiidipuage$, 
Coccinellides pn\TOPiiACEs. 



TRIBU I. 

COCCINELLIDES APHIDIPHAGES. 



Mandibules simples à l'extrémité ou seulement bifides. 

Cette première tribu, de beaucoup la plus importante, se partage 
en treize groupes : 

A. Tête recouverte en entier par le pronotum. 12. Cranophorites. 
A'. Tête non recouverte par le pronotum. 

B. Epistome et joues confondus en une lamelle re- 

couvrant distinctement la base des antennes. 13. Chilocorites. 

B'. Epistome et joues confondus ou non, ne recou- 
vrant pas la base des antennes. 

G. Epiplcures des élytres munies do fossettes pro- 
fondes et bien limitées. 

D. Corps glabre. 11. Ilypéraspites. 
D'. — pubescent. 8. BucolUes. 

C. Epipleures dépourvues de fossettes profondes ot 

bien limitées. 

E. Corps glabre. 

F. Antennes de 9 à 10 articles. 3. Discoiomitet. 
F*. — 11 — 

G. Plaques pectorales et abdominales nulles ou rudi- 

mentaires. 1. Hippodamiites. 

G'. Plaques pectorales et abdominales apparentes. 
H. Base des élytres convexe en avant, régulièrement 

abaissée dans son tiers externe. 2. Coccinellilfs. 

H'. Base des élytres en arc rentrant au devant du 

calus humerai, relevée dans son tiers externe. i. Cariiles. 
E'. Corps pubescent. 



HIPPODAUIITES. 167 

I. Surface dos élytros ornéo de quclr|iics séries de 

points enfoncés. 0. Cocciduliles. 

y. Surface des élytros oonfusément ponctuée ou pics- 

que lisse. 
K. Epistome jilus ou moins distinctement échancré. 10. Chnoodites. 
K'. — entier. 
L. Antennes longues, atteignant les angles du pro- 

notum et terminées par une massue â articles 

dentés et plus longs que larges. S. Poriites. 

V. Antennes plus ou moins courtes, h massue serrée. 
M. Pronotum plus étroit que la base des élytres. 6. Ortaliites. - 

M'. — à peu près aussi large que les élytres 

à la base. 7. Soymnites. - 

Groupe I. Hippodamiites. 

Corps oblong ou ovalaire-allongé, glabre. — Epistonio séparé des 
joues. — Antennes do H articles, atteignant le milieu dos bords la- 
téraux du pronotum, à massue obtriangulaire. — Elytres il base 
anguleuse au-devant du calus humerai. — Mésosternum entier ou 
subéchancrô. — Saillie intorcoxalc du premier arceau ventral en 
ogive. — Plaques pectorales et abdominales nulles ou rudinienlaires. 

— Pattes grêles et longues, les cuisses dépassant le contour externe. 

— Crochets variables. 

Quatre genres composent ce premier groupe, deux d'entr'eux sont 
propres à l'Amérique, les deux autres, tout en étant très-répandus 
sur ce Continent, possèdent des représentants ailleurs, soit en Europe, 
soit aux Indes orientales. Ils se différencient les uns des autres par 
la structure des crochets des tarses, comme on le verra par le tableau 
ci-dessous. 

Le groupe lui-même se distingue assez facilement de tous les autres 
par l'absence de plaques pectorales et abdominales, qui sont tout-à- 
fait ell'acées ou très-rudimen!airos. En outre, les espèces sont remar- 
quables par leur forme allongée, par le dégagement de la tête, par 
leurs pattes longues et grêles, beaucoup moins contractiles que dans 
!i« autres types ; aussi à la partie inférieure du corps, on n'observe 
pas ces dépressions destinées à les recevoir lorsque l'insecte se con- 
tracte. A cet égard, M. Mulsant fait remarquer que nos espèces euro- 
péennes tentent de s'échapper, non en simulant la mort, mais par 
la course. Ce sont les formes qui s'écartent le plus du type bien 
connu des Coccinellides. 

A. Crochets simples. Ncemia. 

'V. — appendiculés. Megilla. 

A". — liiddes. 



i68 COCCINBLLIDBS. 

B. Bord postérieur du pronotum & lobe médian tronqué ou 

éœarglné. Eriopis. 

B'. Bord postérieur du procotum convexo-arqaé. Ilippodamia. 

ERIOPIS. 
MuLSANT, Species des Col. trim. Sécur. p. t> (1). 

Tète dégagée du pronotum, légèrement rétrécie en arrière des 
youx ; labre assez développé, dilaté-arrondi sur les côtés, subarrondi 
à son bord libre. — Yeux convexes, subhômisphériqucs. — Antennes 
atteignant à pou près au milieu des bords latéraux du pronotum, à 
massue oblongue, obconiquo, tronquée carrément au bout. — Pro- 
notum transversal, do moitié plus largo que long, à bord antérieur 
droit, les latéraux arrondis, légèrement dilatés en avant, le postérieur 
tronqué ou sinueux dans son milieu ; écusson triangulaire, médiocre. 
— Elytres d'un tiers plus larges à la base que le pronotum, oblon- 
gues-ovalaires, légèrement dilatées dans leur tiers postérieur, arron- 
dies aux épaules, étroitement marginées, à surface régulièrement 
convexe et confusément ponctuée. — Prosternum légèrement convexe 
entre les hanches, très-étroit ; mésosternum large en avant, rétréci 
et subcariniforme en arrière. — Abdomen à saillie intorcoxale ogivale, 
formé de six arceaux en dessous, le H bisinué h. son bord postérieur, 
le 6 réduit. — Plaques pectorales et abdominales nulles. — Pattes 
longues et grêles, cuisses fusiformes, leur extrémité débordant le 
contour extérieur ; crochets des tarses divariqués et bifides, la divi- 
sion interne courte, submédiane. 

Le corps de ces Coccinellides est ovalaire-allongé, légèrement dilaté 
en arrière; lesélytres, dans leur plus grande largeur, dépassent celle 
du pronotum. Les parties supérieures sont tout-à-fait glabres, les 
inférieures, au contraire, sont assez longuement pubescentes. Les 
espèces, au nombre de quatre, habitent les deux Amériques; le pro- 
notum et les élytres sont le plus souvent noirs, parés de taches ou 
de bordures jaunes. Dans le groupe actuel, ce type se reconnaît par 
les crochets des tarses bifides et par le bord postérieur du pronotum 
binué ou tronqué, non arrondi, comme dans les Hippodamia. 

HIPPODAMIA. 

Chevrolat, Dej. Cat. 3» éd. p. 4S6 (2). 

Tète engagée dans le pronotum jusqu'au bord postérieur des yeux; 

(1) Syo. CocciNEij.A, Germ. Ins. spec. N. p. 621. — Hippodamia, Chevrolat, 
Dej. Cal. 3' éd. p. 45G; Guérin-Mén. Icon. Règ. Anim. p. 321. — Eriopis, Mul- 
sant, MoQOgr. Coccin. p. S. 

(2) Syn. CocciNEi.LA (p.), Linné, Fabricius, Scliônliorr et auct. — Hippodahu, 
Mulsaut, Coleop. de Fr. Securip. p. 30; Species, p. lU; MoDogr. d. Coccin. 



niPPODAMIITES. 169 

labro développé, transversal, dilaté-arrondi sur les côtés, droit à son 
bord libre. — Yeux subhémisphériquos. — Antennes atteignant au 
milieu des côtés du pronotum, à massue allongée, obconique, tron- 
quée un peu obliquement à l'extrémité. — Pronotum transversal, 
prosque doux fois aussi large que long, à bord antérieur légèrement 
émarginé; les latéraux dilatés-arrondis, le postérieur en arc convexe 
vers l'écusson, ni tronqué, ni sinueux; écusson on triangle. — Ely- 
tres ovalaires-allongées, arrondies aux épaules, présentant leur plus 
grande largeur au milieu, assez fortement rétjécies ou acuminées en 
arrière; à bords latéraux étroitement marginés, à surface confusé- 
ment ponctuée. — Prosternum médiocre, peu convexe entre les han- 
ches, arrondi on arrière; mésosternum marqué d'une petite fossette 
on avant, rétréci et comme pincé cm arriùro. — Abdomen à saillie 
intercoxale de forme ogivale, formé de 6 arceaux. — Plaques pecto- 
rales et abdominales nulles. — Pattes longues et grêles; extrémité 
des cuisses débordant le contour extérieur ; crochets des tarses diva- 
riqués et bifides, la division interne plus courte que l'externe et sub- 
médiane. 

Le corps des espèces do ce genre est, comme celui des espèces pré- 
cédentes, en ovale allongé, avec cette dilféronce dans le contour gé- 
néral que les ôlytros no sont pas dilatées k leur tiers postérieur, 
qu'elles sont, au contraire, rétrécies et subacuminécs vers l'angle 
suturai; une autre dilféronce réside dans le pronotum, dont le bord 
antérieur est ordinairement émarginé, tandis que le postérieur est 
régulièrement arqué et convexe vis-à-vis de l'écusson; le prosternum 
est également plus large. Quoi qu'il en soit do ces légères différences, 
les deux types sont extrêmement voisins l'un de l'autre. 

Les mâles se distinguent des femelles par une large échancrure du 
bord postérieur du pénultième arceau ventral et par lo premier ar- 
ticle des tarses antérieurs qui est ovalaire, subconcave en dessous et 
garni do ventouses. 

Les espèces décrites dans le dernier ouvrage de M. Mulsant, la Mo- 
nographie des Coccinellides, sont au nombre de 13; elles appartien- 
nent principalement aux contrées des deux Mondes situées sous les 
zénes tempérées et boréales ; une espèce européenne a été retrouvée 
aux Etats-Unis, une autre a été découverte récemment aux Indes 
orientales. 

MEGILLA. 
MoLSANT, Spec. des Col. Trim. Secur. p. 24 (1). 

Tète engagée dans le prothorax à, peu près jusqu'au bord postérieur 

P- 8; Redteabaclier, Faun. Austr. 2» éd. p. 281; Fairmaire, Gen. Coleop. 
Eiirop. IV, p. 281. 
(l) Syn. CuRïsouELA, Linn. Syst. Nat. I, p. 1682 ; Fabrlcius, Syst. Eoloni. 



170 COCCINELLIDES. 

des yeux; labre transversal, non dilaté sur les côtés, tronqué à son 
bord libre. — Youx assez convexes , subarrondis. — Antennes attei- 
gnant au tiers antérieur des côtés du pronotum, à nussue allongée ■ 
assez compacte, ses articles transversaux, obconique et tronquée au 
bout. — Pronotum moins de deux fois aussi largo que long, pea 
convexe, bord antérieur sinué de chaque cùté, derrière les yeux, bords 
latéraux convexes- arrondis; bord postérieur légèrement sinué de 
chaque côté, arrondi et convexe au milieu; écusson médiocre. — Ely- 
tres d'un tiers plus larges que le pronotum, en ovale allongé, dilatées 
dans leur milieu, atténuées vers l'extrémité, arrondies aux épaules, 
étroitement marginées sur les bords ; à surface finement ponctuée. — 
Prosternum étroit, peu convexe entre les hanches; mésosternum orné 
d'une petite fossette en avant, rétréci eu arrière. — Abdomen à saillie 
arrondie ou subtronquée obliquement de chaque côté, formé de six 
arceaux. — Plaques pectorales et abdominales nulles. — Pattes assez 
longues et grêles ; cuisses dépassant par leur extrémité le contour du 
corps; crochets des tarses divariqués et longuement appendiculés. 

Quoique très-voisin par l'organisation et par le contour allongé- 
ovalaire des deux types précédents, le genre actuel s'en difl'érencie 
par la structure des crochets dos tarses , ainsi que par la forme du 
bord antérieur du pronotum. Ce bord présente de chaque côté, en 
arrière des yeux, une sinuosité plus ou moins profonde, tandis que le 
milieu est avancé au moins autant que les angles. Les esi)èces, au 
nombre de 6, habitent le Nouveau-Monde, et présentent parfois des 
aires de distribution très-étendues. 

NiEMIA. 
MuLSMiT, Spec. des Col. Trim. Sécur. p. 30 (1). 

Tête engagée dans le prothorai jusqu'au bord postérieur de yeux; 
labre assez long, transversal , tronqué en avant. — Youx subhémi- 
sphériques.— Antennes atteignant presque le milieu des côtés du pro- 
notum, à massue obconique, à articles transversaux, le dernier coupé 
carrément. — Pronotum deux fois plus large que long, un peu plus 
étroit que les élytres, bord antérieur faiblement sinué de chaque 
côté, derrière les yeux, les latéraux dilatés-arrondis; le postérieur 
convexe vers l'écusson, peu distinctement sinué vis-à-vis des calus hu- 
méraux, surface peu convexe, tous les angles mousses ; écusson mé- 
diocre. — Elytres oblongues-ovalaires, montrant leur plus grande 

p. 103. — CocciNELLA (p.), Linné, Fabricius, Olivier et auct. — Anisosticta 
(p.), Dejean, Cat. 3' éd. p. ^S6. — Mecilla, Mulsant, Mooogr. des Coco. p. tO. 
(1) Syn. CocciNELLA, Kirby, Fauna Bor.-Amcr. p. 228. — Hippodauia, Man- 
nerheim, Bull, do Moscou, 1843, t. XVI, p. 312. — Anisosticta, Dej. Cat. 3* éd. 
p. 4SC. — N.EUIA, Mulsaut, Monogr. Cuccin. p. 21. 



COCCIICGtLITES. 171 

largeur au tiers postérieur, arrondies aux épaules, peu convexes laté- 
ralement, rétrécies en ogive vers l'angle suturai, étroitement mar- 
ginées, surface peu convexe, confusément ponctuée. — Prosternum 
médiocre, faiblement convexe entre les hanches; mésosternum rétréci 
en arrière et comme pincé latéralement. — Abdomen à saillie inter- 
coxale peu marquée, arrondie, formé de six arceaux. — Plaques pec- 
torales et abdominales nulles. — Pattes médiocrement longues et 
grêles, l'extrémité des cuisses dépassant faiblement les côtés du corps; 
crochets des tarses simples. 

Dans l'espèce que nous avons sous les yeux, la Ncemia vittigera, 
Mann., les crochets des tarses sont sbxiples et légèrement épaissis vers 
la base; d'après M. Mulsant, d'autres types présentent à la base de 
ces crochets une dent rudimentaire. C'est le principal caractère qui 
distingue ce genre des trois précédents; il faut ajouter cependant que 
le corps est moins allongé. L'espèce que nous venons de citer ne pré- 
sente pas de fossette à la partie antérieure du mésosternum ; elle pa- 
rait se rencontrer dans d'autres types. Ce caractère est néanmoins de 
moindre valeur, puisque nous l'avons déjà signalé dans les autres 
genres de ce groupe. Les pattes sont un peu moins larges et les cuisses 
lies deux premières paires ne dépassent que tiès-faiblement le pour- 
tour du corps. 

Les espèces, au nombre de 4, sont originaires de l'Amérique du 
Nord, du Mexique ou de la Colombie. 

Grodpb II. Coaoinellitet. 

Corps ovalaire ou subarrondi, glabre. — Epistome séparé et dis- 
tinct des joues. — Antennes à base découverte, de H articles, attei- 
gnant le milieu ou mieux dépassant les angles antérieurs du pro- 
notum, à massue courte ou allongée, obtriangulaire. — Ecusson 
médiocre ou petit. — Elytres saillantes ou convexes au-devant du 
calus humerai. — Saillie intercoxale du premier arceau ventral ar- 
rondie. — Plaques pectorales ot abdominales apparentes. — Pattes 
courtes, les genoux ne dépassant que peu ou point le contour externe. 
— Crochets des tarses variables, ordinairement appendiculés. 

Ce groupe est riche en types spécifiques et en formes génériques : 
il se distingue facilement des Hippodamiites par la présence do pla- 
ques pectorales et abdominales bien dessinées, et des Discotomites par 
la composition des antennes, à laquelle concourent onze articles dis- 
tincts. Quant aux Hypéraspites et aux Chilocorites, la limite est en- 
core mieux tranchée; elle l'est beaucoup moins avec le groupe des 
(Jariites, et quoique M. Mulsant ait donné une grande importance au 
caractère qui sépare ces deux divisions, il n'en reste pas moins con- 
stant que son application est en général difficile et souvent douteuse. 



172 COCCINELLIDES. 

11 réside dans la forme do la base des élytres : chez les Coccinellites, 
cette base est régulière, convexe transversalement, et de même pres- 
que toujours convexe en avant du calus humerai. Chez les Cariites, 
cette base semble un peu relevée en dehors, vers l'endroit où com- 
mence le bord latéral, et en même temps, vis-à-vis du calus humerai, 
elle offre un angle rentrant très-ouvert. 

Les Coccinellites correspondent à trois branches de la division des 
Coccinelliens de M. Mulsant : les Coccinellaires, les Halyziaires , les 
Micraspiaires. Des deux genres typiques des dernières branches, le 
dernier seul est généralement reconnu comme tel, c'est le genre Mi- 
cnASPis ; le premier, le genre Halyzu, bien loin de constituer le type 
d'un groupe, a été réuni par M. L. Fairmaire,au genre Coccineua., 
M. Redtenbachor, au contraire, a maintenu le genre de M. Mulsant. 
Nous nous sommes rangé à cette dernière manière de voir : les H\- 
LYziA se distinguent assez facilement des Coccinella par la forme 
des antennes, et ce caractère nous paraît accompagné de quelques 
différences aussi bien dans la structure que dans le système de colo- 
ration. 

A ces deux formes principales se rattachent d'autres divisions gé- 
nériques de M. Mulsant. Ainsi, nous avons réuni les Harmonia aux 
Coccinella, et avec les Halyzia tous les autres genres de la branche 
de HALYziAinES, à l'exception des Mysia et et des Vodella qui s'en 
éloignent par leurs crochets bifides. 

Il faut cependant remarquer que nous ne voulons pas ranger pêle- 
mêle dans le genre Hai.yzia toutes les Halyziaires de M. Mulsant; au 
contraire, toutes ses divisions et telles qu'il les a définies et caracté- 
risées sont maintenues, mais seulement à titre de sous-genres. A ce 
point de vue, nous marchons d'accord avec MM. Fairmaire qt Red- 
tenbacher, et avec M. Mulsant lui-même, si l'on veut bien se rappeler 
ce que nous avons dit, à ce propos, dans les généralités placées en 
tôte de la Famille. 

Le tableau suivant résume les caractères distinctifs des genres : 

A. Crochets des tarses bifides. 

3. Antennes courtes, à massue serrée, formée d'articles 

transversaux. Adonia. 

B'. Antennes longues, à massue Uclie, formée d'articles 

plus longs que larges. Mysia. 

A'. Crochets des tarses simples. 
U. Pronotum h. angles postérieurs subdentés et recourbés 

on arrière. Anisosiicia. 

C Pronotum à angles postérieurs arrondis. 

D. Epistome à côtés parallèles. Cisseis. 

1)'. — — oblique». Bulœa. 

A". Crochets des tarses appendlculés. 



noCCINELLlTES. i73 

E. Ecusson Irès-polit, puncliforme. Micraspis. 
E'. — apparent, triangulaire. 

F. Plaques abdominales occupant la moitié ou les dcui 

tiers de la longueur du premier arceau ventral. Adalia. 

F'. Plaques abdominales occupant ou à peu près toute la 
longueur du premier arceau. 

G. Antennes courtes, à massue serrée, formée d'articles 

transversaux. Coccinella. 

G'. Antennes longues, à massue l&che, formée d'articles sub- 

quadrangulaires ou plus longs que larges. Halyzia. 

ANISOSTICTA. 
CflEVROLAT, Dej. Catal. 3- éd. p. 456 (1). 

Tète engagée dans le prothorax jusqu'au bord postérieur des yeux; 
labre court, transversal, subémarginé. — Yeux subhémisphériques.— 
Antennes grôles, n'atteignant pas le milieu des côtés du pronolum, à 
massue obconique, tronquée carrément. — Pronotum fortement trans- 
versal, un peu moins large que les élytres, à bord antérieur émar- 
giné, simié de chaque côté derrière les yeux ; les latéraux convexes- 
arrondis, dilatés et refléchis, le postérieur arqué au milieu, échancré 
en arc de chaque côté avec les angles distinctement recourbés on ar- 
rière et en pointe mousse; angles antérieurs saillants; surface peu 
convexe ; écusson médiocre, triangulaire. — Elytres ovalaires-oblou- 
gues, subdilatées au dernier tiers ; bords latéraux étroitement margi- 
nés, peu convexes surles côtés, rétrécis en ogive en arrière ; épipleures 
subconcaves, regardant directiîment eu bas. — Proslernum étroit, non 
convexe ; mésosternum creusé en avant d'une petite fossette, très-ré- 
tréci en arrière. — Abdomen de six segments en dessous, à saillie in- 
tercoxalo coupée obliquement de chaque côté. — Plaques pectorales 
apparentes, plaques abdominales limitées par un arc régulier, recou- 
vrant seulement la moitié de l'arceau. — Pattes médiocres, l'extré- 
mité des cuisses formant une légère saillie au-delà du pourtour e.x- 
terne du corps ; à crochets simples. 

Ce type présente dos affinités avec ceux du groupe précédent, par 
la forme générale, par la longueur relative des pattes; mais ici, on 
découvre aisément la présence des plaques pectorales et abdominales, 
quoique réduites à de moindres dimensions. 

Dans le groupe actuel, le genre Anisosticta se reconnaît aisément 
à la forme des angles postérieurs du pronotum qui sont on pointe 

(1) Syn. CocciHELiA, Linn. Syst. Nit. éd. Gmel. I, p. 1034; Fabriclus, Syst. 
El. I, p. ;i71 ; Rossi, Olivier, Tliunlerg, Dissert. 9, p. il3. — AKisosTiCTi, Du- 
po'iclicl, D'Orbig. Dict. Hist. Nat. \, p. Hl'2; Hedtenb. Gcrmar. ZeiU. 'V, p. 12! ; 
Fiuu. Austr. 2- Od. p. 961 ; Fairmaire, Gcn. Col. Europ. IV, p. 281. 



174 cocr.mBLLiDBS. 

obtuse et sensiblement recourbés en arrière. Ce caractère le distingue 
non-seulement des genres qui précèdent, mais aussi de ceux qui sui- 
vent. 

M. Mulsant ne signale que deux espèces, toutes deux propres à l'Eu- 
rope. 

ADONIA. 
Mulsant, Hist. nat. des Coleop. Trim. Sécurip. p. 39 (1). 

Tête engagée dans le prothorax jusqu'au bord postérieur des yeux; 
labre transversal, arrondi en avant. — Yeux subhémisphériques. — 
Antennes atteignant le milieu des côtés du pronotum, à massue grêle, 
obconique, tronquée carrément. — Pronotum transversal, moins large 
que les ôlytres, à bord antérieur très-faiblement échancré, sinué do 
chaque côté, derrière les yeux ; bords latéraux convexes-arrondis, bord 
postérieur arrondi au milieu, à peine sinué de chaque côté au-devant 
du calus humerai, surface faiblement convexe ; écusson médiocre.— 
Elytres oblongues-ovalaires, leur plus grande largeur à peu près au 
milieu, rétrécies en ogive vers l'extrémité ; bords latéraux très-étroi- 
tcment marginés ; épipleures assez grandes et presque planes. — Pro- 
sternum étroit, non convexe, un peu saillant en arrière des hanches 
et reçu dans une faible concavité du mésosternum. — Abdomen à 
saillie intercoxale arrondie, formé de six arceaux. — Plaques pecto- 
rales apparentes, les abdominales limitées par un arc de cercle et oc- 
cupant la moitié de la longueur du premier arceau. — Pattes médio- 
cres, assez robustes ; cuisses fusiformes, débordant par leur extrémité 
le contour du corps, à crochets bifides, la division interne submédiane 
et plus courte que l'externe. 

Deux genres seulement du groupe actuel possèdent des crochets 
bifides; ce sont les Adonia et Mysia; le dernier de ces types se dis- 
tingue de l'autre par la forme des plaques abdominales qui s'avan- 
cent jusqu'au bord postérieur du premier arceau ventral, et en outre 
par la longueur des antennes, dont la mas.sue est formée d'articles 
plus longs que larges. 

On connaît 8 espèces dans ce genre ; elles ont une aire de distribu- 
tion remarquable par son étendue ; on a trouvé des représentants on 
Europe, dans la Laponic, la Sibérie, l'Amérique du Nord, et en outre 
en Chine, dans l'indostan, en Abyssinie. 

(1) Syn. CocciNELLA, Linné, Fabricius, Illlger, Olivier, etc. — Coccinbua 
(pars), Redtenb.iclier, Fauna Austr. 2« 6(1. p. 062; Fairm.iire, Gen. Col. Europ. 
IV, p. 282. — Adokia, MuIs. Species, p. 37; Muls. Monogr. Coccln. p. 27. 



COCCINBUITIS. 175 

ASALIA. 
MuLSANT, Species des Col. Trim. Sécurip. p. 40 (I). 

Tote engagée dans le prothorax un peu au-delà du bord postdrieur 
des yeux ; labre court, faiblement émargicé à son bord libre. — Yeux 
ovalaires, assez convexes. — Antennes atteignant le milieu des côtés 
du pronotum, massue obconique, tronquée carrément. — Pronotum 
transversal, notablement moins large que les élytres, bord antérieur 
faiblement émarginé, plus ou moins distinctement sinué de chaque 
côté derrière les yeux, bords latéraux faiblement convexes, un peu 
divergents vers la base ; bord postérieur convexe-arrondi dans son 
milieu, faiblement sinué de chaque côté au-devant du calus hume- 
rai ; surface peu convexe ; angles antérieurs peu ou point saillants ; 
écusson médiocre ou petit. — Elytres ovalaires ou oblongues-ovalai- 
res, médiocrement convexes, arrondies en arrière, étroitement rebor- 
dées; épipleures assez larges, un peu obliques en dedans avec le bord 
interne moins élevé que l'externe. — Prosternum étroit, peu convexe, 
reçu ou non dans une concavité du mésosternum, celui-ci du double 
plus largo que le premier. — Abdomen de six segments en dessous, 
à saillie intercoxale arrondie. — Plaques pectorales distinctes, les ab- 
dominales en arc régulier, occupant la moitié ou les deux tiers de 
l'arceau. — Pattes courtes, cachées par le pourtour du corps; crochets 
des tarses appendiculôs. 

Nous avons réuni sous ce nom, à titre de sous-genres, les Hysia et 
Nrsis de M. Mulsant; les caractères indiqués nous ont paru trop fai- 
bles et d'une appréciation difficile pour justifier la création de coupes 
génériques distinctes. Cette réunion opérée, le genre âdalu se dis- 
tingue assez nettement, parmi ceux du groupe des Coccineilitcs, par 
la réunion do ces deux caractères : ses crochets des tarses appendi- 
culés et ses plaques abdominales n'occupant que la moitié ou les deux 
tiers de la largeur du premier arceau ventral. 

Ce genre, déjà décrit par M. Mulsant dans son ouvrage sur les Coc- 
ciiiellides de la France, était désigné sous le uom d'Idalia; l'auteur a 
modilié cette orthographe, parce que le nom avait déjà été employé 
pour uu genre de Lépidoptères. 

Sous-Genbk. hysia. 
Mdlsamt, Spec. Col. Trim. Secur. p, 47. 

D'après l'auteur, ce type se distingue des Adalia par son corps 

(1) Syn. CocciNELL/i, Linn6, S) st. Nat. Gmcl. 1, p. lOGO; F.ibriclus, llligur, 
Ijiitrcillc, ulr.. — Coccinella (pars), Rcdtuiihaclicr^ Kauiia Austr. ± éd. p. 962; 
'aiiiiwiic, Gcii. Col. Euiop. IV, p. 282, — Iuaua, Mulsaut, Uist. Nat. dos Co- 



476 COCCINBLLIDES. 

oblong, par son pronotum à peine échancré à son bord antérieur, 
subsiuueus de chaque côté; par ses élytres subarrondies aux épaules. 
Il présente le port des Mecilla, dont il se différencie par la présence 
de plaques pectorales et abdominales. 

Cotte première division ne renferme qu'une seule espèce, décou- 
verte dans la Nouvelle-Guinée et dans les îles Célèbes. 

Sous-Genre. ADALIA. 

Dans les espèces de cette division, le corps est ovalaire, rarement 
ovale-oblong; le pronotum est plus distinctement échancré à son bord 
antérieur, et ses angles postérieurs sont plus arrondis. Le mésoster- 
num ne présente pas de fossette. Les élytres sont subarrondies aux 
épaules, étroitement rebordées sur les côtés, peu ou point anguleuses 
au-devant du calus humerai. 

Cette coupe, assez riche en espèces, possède la plupart do ses re- 
présentants dans les parties tempérées ou septentrionales de l'Europe 
et de l'Asie ; sur les 24 espèces connues, 3 ou 4 seulement appartien- 
nent ft l'Amérique centrale ou méridionale; un môme nombre, aux 
Indes orientales, plusieurs à l'Amérique boréale, et l'une d'entre elle» 
est commune à ce continent et à l'Europe. 

Sous-Genre. NESIS. 
MuLSANT, Species des Col. Trim. Sécur. p. 67. 

Corps brièvement ovale.— Pronotum échancré à son bord antérieur. 
— Elytres à épipleures obliques en dedans, presque creusées d'une 
fossette pour recevoir les genoux do la dernière paire. — Mésosternura 
muni d'une fossette à sa partie antérieure. 

Cette division ne renferme qu'un seul type dont la patrie est incon- 
nue. 

BUL^A. 
MoiSANT, Species des Col. Trim. Sécur. p. 69 (1). 

Tête engagée dans le prothorax au-delà du bord postérieur des 
yeux, en petit museau obtus en avant; labre assez long, tronqué et 
pubcscent en avant. — Yeux ovalaires, assez gros. — Antennes attei- 
gnant seulement au tiers des côtés du pronotum, à massue peu forte, 
obtusémeut arrondie au bout. — Pronotum transversal, moins largo 
que les élytres, à bord antérieur échancré, fortement sinué de chaque 

Icop. Sécurip. p. H. — Adalia, Mulsant, MoDogr. de» Coccln. p. 3-4. — Hïsia 
et Nesis, MuIs. Spec. des Cul. Tr. Soeur, p. 47, p. 67. 

(1) Syii. CocciNEUA, Gcblcr, Bem. ub. d. Insck. Sib. U, p. 22i». — Bul/ïa, 
Muls. Monogr. des Cocciu. p. bH. 



COCC.IWELLITRS. 177 

côté, derrière les yeux, bord postôrieur convexe, inipei-ceptiblenienl 
subsinué en avant du cahis huinéral; angles postérieurs arrondis; 
écusson médiocre, triangulaire. — Elytres assez brièvement ovalaires, 
,\ bords latéraux marginés, un peu dilatés, presque on gouttière dans 
la moitié antérieure; épipleures pianos, regardant en bas. — Proster- 
uum relativement assez large, plan, tronqué en arrière; mésosternum 
du double plus large, uni an métasternum au milieu des hanches 
moyennes. — Plaques pectorales apparentes, les abdominales limi- 
tées par un arc un peu anguleux vers le bord latéral et atteignant 
presque le bord postérieur de l'arceau. — Abdomen de six arceaux, à 
saillie intorcoxalo prononcée, arrondie. — Pattes médiocres, cachées; 
crochets des tarses simples. 

Ce type parait faire le passage des formes précédentes à celles qui 
suivent, au moins pour ce qui regarde la disposition des plaques ab- 
dominales : dans les genres déjà étudiés, ces plaques atteignent au 
milieu ou peu au-delà de la longueur de l'arceau; dorénavant, ces 
pla(iuos sont plus irréguliôres et leur contour se confond souvent avec 
le bord postérieur do l'arceau ; il n'en est éloigné que d'une faiblo 
distance dans le type actuel. 

Ce caractère et celui tiré de la structure des crochets pernieltront 
de le distinguer des autres formes de ce groupe. 

Les espèces, au mombro de 3, ont été découvertes, l'une au Séné- 
gal, la deuxième en Egypte et en Turquie , la troisième dans ces deux 
dernières contrées, et en outre dans la Russie méridionale, la Perse 
et la Sibérie. 

CISSEIS. 
MuLSANT, Species Col. Trim. Sécur. p. 129 (1). 

Ongles simples. — Antennes ne paraissant avoir que dix articles.— 
Epistome à côtés parallèles. — Mésostenium entier. 

Telle est la diagnose indiquée par M. Mulsant pour ce type géné- 
rique; à quoi il faut ajouter qu'il fait partie du Rameau des Cocci- 
nellates, de la branche des Coccincllaires, première division de la Fa- 
mille des Coccinelliens, du groupe des Gymuosomites. 

Une seule espèce, originaire de la Nouvelle-Hollande est connue (2). 
Elle ne parait pas bien rare, ef cependant nous n'avons pu nous pro- 
curer \m seul individu. 

(1) Syii. CocciNKLi.4(p.), Guérin-Mén. Voy. de lii Coquille, p. tS'2; Boisduval, 
Voy. de l'Astrolabe, p. 602; Germar, Bcitr. zur Insect. von Adélaïde, io Linn. 
cntom. m, p. 245. — Cissbis, Mulsant, Monogr. Coccinell. p. 10). 

(2) L'impressiou des ouvrages de M. Mulsant est farcie de fautes typogra- 
l'Iilques, à ce point qu'il est iiarfols diflicile de se fixer sur l'ortliograplio des 
uoms propres. 

Coléoptères. Tome XII. 12 



178 C.OCr.INBLUDES. 

COCCINELLA. 
Linné, Syst. Natur. 1" 6d. (1). 

Têlo engagée dans le prothorax au-delà du bord postérieur des 
yeux; labre grand, transversal, très-légèrement échancré à son bord 
libre. — Yeux assez grands, ovalaires, souvent échancrés au bord in- 
terne. — Antennes médiocres, ne dépassant pas le milieu des bords 
latéraux du pronotiim, à massue courte, compacte, formée d'articles 
transversaux, coupée carrément au bout. — Pronotum transversal, 
plus étroit que les ély très, à bord antérieur échancré et sinué de chaque 
côté en arrière des yeux, bords latéraux m.arginés et fortement con- 
vergents en avant, bord postérieur arqué, indistinctement sinué en 
avant du calus himiéral; à surface assez convexe; angles antérieurs 
plus ou moins saillants, mousses, les postérieurs presque droits et ar- 
rondis au sommet; écusson médiocre, en triangle équilatéral. — Ely- 
tres brièvement ovalaires, assez convexes, arrondies aux épaules, 
marginées sur les bords, quelquefois en gouttière étroite; confusément 
ponctuées ; épipleures médiocres, subconcaves, à bord interne moins 
relevé que l'externe. — Prosternum médiocre, faiblement convexe 
entre les hanches; mésosternum à bord antérieur tantôt droit, tantôt 
échancré. — Abdomen de six arceaux ventraux, à saillie intercoxale 
large, arrondie. — Plaques pectorales apparentes; les abdominales 
limitées par un arc irrégulier, à côté externe sinueux, oblique ou 
oblitéré, ou bien en forme do V; dans le premier cas, généralement 
liées ou à peu près au bord postérieur de l'arceau. — Pattes courtes 
et aissez robustes, cachées, à crochets des tarses appendiculés. 

Le genre, tel que nous l'avons admis, correspond à peu près au 
groupe des Coccinellates de M. Mulsant, c'est-à-dire que nous avons 
réuni les Coccinella et les Harmonia de cet auteur, et que nous avons 
séparé les Cisseis, eu égard à leurs crochets des tarses simples. Ce 
n'est pas non plus le genre Coccinella de MM. Fairmaire et Hodten- 
bacher, qui, à part les Anisosticta, y comprendraient la totalité des 
Coccinelluires et des llalyziaires de M. Mulsant, c'est-à-diio 23 à %i 
genres. A cause de la longueur de leurs antennes, de la forme de la 
massue, nous avons conservé le genre Halyzla avec les différents ty- 
pes qui s'y rattachent sous ce rapport. Nous avons réuni les Cocci- 
MELLA et les Haumonia qui ont les mêmes antennes et qui ne se dis- 
tinguent guère que par la forme du bord antérieur du mésosternum, 

(1) Syn. CocciNELf.A {pars), Fabricius, Olivier, Illiger et fil. auct.; Rcdteiiba- 
clioi, Faun. Aiistr. 2» éd. p. i)6i2; Fairmaire, Gec. Col. Europ. IV, p. 282. — 
Coccinella, Mulsant, Hisl. Nat. des Col. Séciir. p. 71 ; Species, p. 03; Mouogr. 
Coci; p. 7:5. — Haumonia, Mutsaut, Hisl nut. Col. S6cur. p. lOtt; Spocics, p. 7S; 
MoDogr. Cocc. p. ïiS. 



COCCINBLLITES. 179 

parce que les caractères empruntés à cet organe ne sont pas constants 
et perdent ainsi une parlie de leur valeur. 

Dans le genre Coccimella, les crochets des tarses sont toujours ap- 
pendiculés et par là, il se distingue d'abord des Adonu et des Mtsia. 
où ils sont bifides ; et ensuite des Anisosticta, des Bulœa, des Cisseis 
où ils sont simples. Les plaques abdominales sont en forme de V ou 
bien liées au bord postérieur de l'arceau qui les porte; ce caractère 
le différencie des Adalia ; enfin la brièveté relative des antennes, la 
structure de la massue les éloignent des Halyzia, cliez lesquelles ces 
organes atteignent à l'angle postérieur du pronotum et dont la mas- 
sue, formée d'articles plus longs que larges, est coupée obliquement 
au bout. De cette façon , les limites du genre paraissent assez nette- 
ment tracées. 

Du reste, il est toujours utile de conserver les divisions reconnues 
par M. Mulsant, et à ce titre nous les changerons en sous-genres. 

Sous-Genre. HARMONU. 
Mbisakt, Hist. des Col. Trim. Sécur. p. 108. 

Les espèces de cette première division se distinguent de celles de 
la suivante par leur méwsternum échancré, rarement entier ou à peu 
près ; dans ce dernier cas, les plaques abdominales sont en forme de 
V, c'est-à-dire peu ou point arquées au côté interne, plus ou moins 
distantes du bord antérieur de l'arceau. 

M. Mulsant a décrit, dans sa Monographie des Coccinellides, 28 es- 
pèces de ce type, répandues à peu près sur le monde entier; un peu 
mieux représentées au Mexique et dans la Faune européenne que dans 
les autres contrées. 

Sous-Genrb. COCCINELLA. 

Ici le mésosternum est toujours entier à son bord antérieur; les 
plaques abdominales sont limitées par un arc régulier à leur côté in- 
terne, et généralement elles occupent toute la longueur du premier 
arceau de l'abdomen. 

Les espèces sont également disséminées sur tout le globe : i3 ont 
été décrites dans la Monographie des Coccinellides; à peu près la moi- 
tié appartient au Nouveau-Monde, l'autre moitié est largement dissé- 
minée dans l'ancien coutinent; plusieurs habitent on même temps 
toute rOcéanie, depuis les Indes orientales et Java, d'une part, jus- 
que dans la Nouvelle-Hollande el la terre de Van-Diémen; d'autres 
se retrouvent dans l'Amérique du Nord, eu Sibérie et jusque dans les 
contrées boréales de l'Europe. Sous le nom de Coccinella, ou a décrit 
duns ces deruier.s temps un certain nombre d'espèces qui peuvent se 
rapportera r.e sous-genre ou à quelque autre. 



180 l'.OCClNELLlDKS. 

MYSIA. 
MoLSàKT, Hisl. nat. des Col. Trim. Sécur. p. 120 (1). 

Tête engagée dans le prothorax presque jusqu'au bord antérieur 
des yeux ; labre assez grand, convexe, tronquA en avant, arrondi sur 
les côtés. — Yeux subovalaircs, sinués en dedans. — Antennes lon- 
gues, atteignant aux angles postérieurs du pronotum, à massue al- 
longée, formée d'articles plus longs que larges, lâchement unis, le 
dernier tronqué en biseau. — Pronotum fortement transversal, un 
peu plus étroit que les élytros, h bord antérieur échancré en arc de 
cercle, bords latéraux convexes-arrondis, trôs-dilatés et subréfléchis, 
le postérieur légèrement flexueux ; angles antérieurs et postérieurs 
obtus, émoussés; surface trôs-peu convexe; écusson en triangle. — 
Elytres brièvement ovalaires, médiocrement convexes, à base légè- 
rement saillante au-devant du calus humoral; à bords arrondis aux 
épaules, dilatés et relevés en gouttière sur les côtés; épipleures 
larges, à bord externe plus marqué que l'interne. — Prosternum 
médiocre, non convexe entre les hanches ; mésosternum du double 
plus large. — Abdomen à six arceaux ventraux, à saillie intercoxalo 
longue, arrondie. — Plaques pectorales apparentes, les abdominales 
occupant toute la longueur ou à peu près du premier arceau ; limi- 
tées en dedans par un arc régulier, mais souvent oblitéré ou peu 
apparent du côté externe. — Pattes médiocres, assez robustes ; cro- 
chets des tarses bifides, la division interne très-courte et médiane. 

Dans le groupe des Coccinellitcs, il n'y a que deux genres k cro- 
chets des tarses bifides; le genre Adonia et le genre Mysu ; ces deux 
types se diC'érencient facilement l'un de l'autre par la forme des pla- 
ques abdominales et par la structure des antennes. 

Comme les Halyzia, dont elles se rapprochent par la forme et la 
taille, les Mysia sont d'un jaune fauve paré de taches blanches. Les 
espèces décrites daus la Monographie des Coccinellidcs sont au nom- 
bre do 5 ; deux appartiennent à l'Amérique du Nord, une à la Sibérie, 
une au Brésil et la dernière à l'Europe. 

HALYZIA. 

MuLSAKT, Monogr. des Col. Trim. Sécur. p. \të ("2). 
Tête profondément engagée daus le prothorax, au-delà du bord 

(1) Syn. CocciNEU.A (pars)^ Linné, Faiin. Suce. p. 138; Fabricius, PaykuU, 
ulc; Fairniaire, Gênera Col. cl'Emop. IV, p. 283. — Halyzia (p.), ReUtenba- 
cher, Kaun. Austr. 2" éd. p. 065. — Mïzia, Mulsant, Specics, p. 137; Monogr. 
p. 107. 

(2) Syu. CocciMiLLA (p.), Linné, Faim. Suec. p. «38; Fabricius, Olivier, de; 
l'airrnaiVc, Gcn. CoL liurop. IV, p. 283. — Halïzia (p.), Heatcnbi.c!i()r, Faun. 



r.onClNELlITES. 181 

postérieur des youx et parfois au-delà de ces organes ; labre trans- 
versal, convexe, tronqué on avant, plus ou moins arrondi sur les 
côtés. — Antennes longues et grôles, atteignant au moins les trois 
quarts de la longueur des côtés du pronotum et parfois dépassant ses 
angles postérieurs, à massue lâche, formée d'articles plus longs que 
larges, le dernier arrondi ou tronqué, tantôt carrément, tantôt olili- 
quement. — Yeux recouverts par le pronotum eu entier ou en partie 
seulement, dans le premier cas, visibles par transparence. — Prono- 
tum transversal, plus étroit que les élytres, écliancré h son bord an- 
térieur, sinueux ou non, do chaque côté, on arriére des yeux; bords 
latéraux convexos-arrondis, subconvergents en avant, dilatés et légè- 
rement réfl.échis; bord postérieur en arc de cercle, convexe vers 
l'écusson ou légèrement sinueux de chaque côté; an^es obtus, 
mousses; éeusson médiocre, en triangle. — Elylres brièvement ova- 
laires, médiocrement convexes, à bords latéraux plus ou moins di- 
latés, tantôt plans, tantôt creusés en gouttière; ;\ base peu ou point 
convexe en avant du calus humerai, mais jamais en angle rentrant. 
— Prosternum étroit, non convexe entre les hanclies, parfois subca- 
réué et terminé en avant par un tubercule aigu ; mésosternnm du 
double plus largo, échancré ou non. — Abdomen formé de six ar- 
ceaux ventraux, le dernier très-petit, à sailho intercoxale large et 
arrondie. — Plaques pectorales apparentes; les abdominales à liord 
interne arqué atteignant le bord postérieur de l'arceau, l'e.xterne ir- 
régulier, effacé ou formant un V avec le premier. — Pattes assez 
ciiurtes, robustes, terminées par des crochets appendiculés. 

Ce genre correspond en entier (sauf Mysia) à la troisième branche 
dos Coccinelliens de M. Mulsaut, désignée sous le nom de Halyziaires; 
cette branche se divise en deux rameaux, assez riches eu coupes gé- 
nériques; celles-ci seront distinguées l'une de l'autre comme sous- 
genres. Les types spécifiques sont assez nombreux et répandus dans 
toutes les contrées du globe. 

Ainsi constitué, le genre Halyzia se distingue des autres types du 
groupe des Coccinellites au moyen de trois caractères : 

Par ses crochets appendiculés, il ne peut être confondu avec les 
AuoNiA, les Mysia, les Vodella qui ont dos crochets bifides; ni avec 
les Anibosticta, Buiœa et Cisskis qui ont des crochets simples. 

Le genre Adalia, qui possède aussi des crochets appendiculés, a 
des plaques abdominales peu développées, ne dépassant pas le milieu 
lie la longueur du pr mier arceau. 

l-es genres Coccinella et Micuaspis ont des antennes courtes, ter- 
minées par une massue obconiquo, formée d'articles serrés et trans- 
versaux; tandis que ces organes sont beaucoup plus allongés dans 

Aiislr. 2* éd. |). 9G3. — Hai.Y7.ia, Mulsiint, Spocies, p. Ifâ; Moiiogr. des Cor- 
ci", p. 121. 



182 COCCINBLLIDBS. 

les Haltzia et terminés par une massue à articles lâches et plus longs 
que larges. 

Les Halyziaires de M. Mulsant comprennent deux groupes, distin- 
gués l'un de l'autre par une légère différence dans la longueur des 
antennes et dans la manière dont est constituée l'extrémité du der- 
nier article de la massue; ces différences sont très-légères et souvent 
inappréciables lorsqu'on n'a pas les types sous les yeux ; tout en con- 
servant l'ordre admis par M. Mulsant, nous n'admettrons qu'une série 
unique pour les nombreux sous-genres caractérisés ci-dessous : 

Sous-Genre., ANATIS. 
Mulsant, Hist. Nat. des Col. Trim. Sécur. p. 133. 

Massue des antennes à articles courts, quoique aussi longs que 
larges, les 1 et 2 triangulaires, plus dilatés en dedans, 3 rétréci à sa 
hase, tronqué à son angle antérieur. — Pronotum sensiblement 
échancré à son bord antérieur. — Elytres bordées d'une gouttière 
latérale peu large. — Mésosternum échancré en avant. — Plaques 
abdominales occupant à peu près toute la longueur de l'arceau. 

C'est dans ce sous-genre que trouve place la C. ocellata de L., la 
plus grande de nos Coccinellides européeunes; c'est un insecte d'une 
coloration remarquable. M. Mulsant signale à ce propos la présence 
d'une courte série de poils vers l'angle postérieur de la suture; il 
omet d'en parler dans sa Monographie ; ce ne serait probablement 
qu'un caractère spécifique. Une particularité plus importante nous est 
offerte par le prosternum; cotte partie sur la ligne médiane est re- 
levée en carène obtuse et se termine au bord buccal par un tubercule 
saillant et aigu. Nous n'avons pu constater si cette conformation se 
retrouve chez les espèces exotiques q\io nous n'avons pas vues et qui 
sont au nombre de 4; trois hal)itent le Thibet, la Chine, la Daourie, 
une autre l'Amérique du Nord. 

Sous-Genre. CLYNIS. 
McisaMT, Species, p. 135 et 1023 (CtEis). 

D'après l'auteur, ce type parait se distinguer par la structure des 
crochets, dont la partie recourbée ne dépasse que faiblement la partie 
appendiculaire ; le mésosternum est moins échancré que chez les 
Anatis. Une seule espèce est connue, elle appartient à la Faune de 
l'île St-Vincent, dans les Antilles. 

Sous-Genhe. SOSPITA. 

MoLSiNT, Hist. nat. Col. Sécur. p. 137. 

Massue des antennes à articles médiocres, & peine plus longs que 



cor.cmKiLiTKS. 183 

larges. — Mésostcrniim simplement et l'aiblement arqué, non échan- 
cré à son bord antérieur. — Plaques abdominales occupant toute la 
longueur du premier arceau. 

Trois espèces de co type sont décrites dans la Monographie des 
Coccinellidesj l'une appartient à la Nouvelle-Hollande, l'autre à la 
Chine et la dernière à l'Europe. A l'égard de cette dernière, le D' 
Siifl'rian (1) fait remarquer que la C. viginti-guUala Linn. doit être 
considérée comme type normal, et la S. iigrina comme une variété 
à coloration foncée. 

Sous-Genre. MYRRHA. 
Mulsant, Hist. nat. d. Col. Sécur. p. 125. 

Massue des antennes à articles manifestement allongés. — Méso- 
slernum entier. — Plaques abdominales non prolongées jusqu'au 
bord postérieur de l'arceau, ordinairement peu courbées à leur côté 
interne. 

Une seule espèce, commune en Europe, est rapportée à ce type. 
M. Mulsant (2) en signale une autre avec doute trouvée à Madère et 
décrite par M, Wollaston sous le nom de C. Andersoni (3). 

Sous-Genre. CALVIA. 
Mulsant, Hist. nat. des Col. Sdcur. p. 140. 

Mésosternum échancré en demi-cercle. — Antennes à massue for- 
mée d'articles allongés. — Plaques abdominales prolongées ou ;\ peu 
près jusqu'au bord de l'arceau. — Elytres ornées de gouttes blanches. 
Dix espèces sont décrites dans la Monographie des Cocciuellides 
de M. Mulsant; i appartiennent à l'Europe, 3 à l'Asie, 3 à l'Amé- 
rique. 

Sous-Genre. EGLEIS. 
Mulsant, Species des Col. Trim. Sécur. p. 131. 

Antennes à articles do la massue relativement assez courts, dont 
le premier très-peu dilaté en dedans. — Plaques abdominales attei- 
gnant le bord postérieur de l'arceau vers le quart de la largeur. — 
Mésostornum à peine échancré. — Corps brièvement ovale, marqué 
de taches ou do signes noirs. 

Aucun type de cette division n'appartient à l'Europe; M. Mulsant 
en décrit cinq, deux d'Australie, trois de l'Amérique méridionale et 
du Mexique. 

(1) Entomol. Zeilung. 1860, p. 409. 

(2) Mulsaut, Monogr. des Coccinell. p. 114. 

(3) Wollaston, Ann. of Nat. Hist. 3' S6r. l. X, p. 227. 



484 r.OCCINRLLIDES. 

Sovs-Genae. CLEOBORA. 
Hdlsant, Species des Col. Trim. Sécur. p. IGO. 

Massue des antennes à articles assez allongés (1). — Mésosternum 
échancré au quart. — Plaques abdominales arquées au côté interne, 
mais n'atteignant ou à peu près les bords de l'arceau que vers les 
côtés du ventre. — Corps ovale-oblong, marqué de taches ou de 
signes obscurs ou noirs. 

Une seule espèce est décrite, elle a été découverte k la Nouvelle- 
Hollande et à Van Diénien. 

Sous-Genre. HALYZIA. 
MuLSANT, Hist. nal. Col. Sécur. p. 148. 

Antennes atteignant aux angles postérieurs du pronotum, celui-ci 
faiblement échancré en avant, non sinué en arrière des yeux. — Ely- 
tres à dilatation latérale large et subhorizontale. — Mésosternum 
entier ou subéchancré. — Corps ovale-oblong. 

Le dernier article de la massue des antennes est toujours allongé et 
parfois du double plus long que large ; les bords latéraux des élytres 
sont un peu relevés en gouttière dans certains types; le plus ordinai- 
rement, ils sont plans et môme plus dilatés en arrière que sur les 
côtés. M. Mulsant a décrit i espèces, une de Colombie, une d'iiurope, 
une de Népaul, la dernière des îlos Mariannes. Une seule, la première, 
est marquée de taches noires ; les autres, comme l'espèce européenne, 
sont ornées de taches pâles. 

Sous-Genre. PSYLLOBORA. 
Mulsant, Species d. Col. Trim. Sécur. p. 1C6. 

Pronotum à bord antérieur échancré en arc de cercle régulier, sans 
sinuosités postoculaires. — Bords latéraux des élytres en gouttière 
médiocre, régulière. — Mésosternum entier ou subéchancré. 

Comme dans les formes précédentes, le dernier article est allongé, 
tantôt ovoïde, tantôt deux fois plus long que large. Les espèces sont 
nombreuses et la plupart, c'est-à-dire 31 sur 44 habitent l'Amérique 
du Sud ; les autres se trouvent disséminées çà et là, dans l'Amérique 
du Nord (2), dans l'Afrique australe, aux Indes orientales, dans les 
îles de la Sonde et en Australie. 

(1) Les caractères de ces uombroux sous-geiires sont si fugaces, que l'au- 
teur leur attribue, sans s'en apercevoir, des qualificitifs tout-à-fait opposés : 
ainsi, p. 103 de la Monograpiiie, les articles de la massue du g. Cleobora sont 
assez courts, et à la f.age 122, il les dit assez allongés. 

("2)_llolicinan, Freg. Eugcn. Resa, p. 203, Californie. 
Le Conte, Kntnni. Report, p. 70, Californie. 



C0CCIIfBtLITE8. 18S 

Sous-Genre. VIBIDIA. 
MuLSANT, Hist. nal. d. Col. Sécur. p. 150. 

Pi'oiiotum à bord antérieur faiblement émarginé eu arc de cercle, 
sans sinuosités postoculaires. — Elytres à gouttière étroite. — Mésu- 
sternum entier. — Corps ovale. 

Comme dans les formes précédentes, les sinuosités postoculaires 
du pronotum font défaut; la différence réside dans la forme de la 
gouttière latérale des élytres qui est étroite et bien dessinée. On ne 
connaît que deux espèces, l'une d'Europe, l'autre de l'Arabie et re- 
irouvée aux Indes. 

Sous-Genre. THEA. 
MoiSANT, Hist. nat. d. Col. Sécur. p. 159. 

Pronotum à échancrure faible et pourvue de sinuosités postocu- 
laires peu marquées. — Antennes à dernier article comprimé, à peine 
do moitié plus long que large. — Mésosternum entier. — Corps sub- 
hAmisphérique ou brièvement ovale. 

Trois espèces sont connues : l'une est européenne, une autre asia- 
tique, la dernière parait habiter le cap de Bonne-Espérance et la 
Nouvelle-Hollande. 

Sous-Genre. CLEIS. 
Mulsàkt, Species des Col. Trim. Sécurip. p. 208. 

Pronotum à bord antérieur fortement échancré, à sinuosités post- 
oculaires profondes. — Elytres en ogive postérieurement. — Méso- 
stevnum à peine échancré. — Corps ovale. 

Deux espèces du Mexique, une troisième de Chine constituent cette 
division. 

Sous-Genre. PROPYLEA. 
MuLSANT, Hist. nat. des Col. Sécur. p. 132. 

Pronotum à bord antérieur fortement échancré, à sinuosités post- 
oculaiies profondes. — Elytres subarrondies postérieurement. — 
Mésosternuni fortement échancré. — Corps ovale. 

M. Mulsaut a décrit trois espèces, l'une de la Chine, l'autre des 
parties boréales de l'Inde, la troisième, connue depuis longtemps, 
appartient il la Faune européenne et méditerranéenne. 



186 C0CCINELIIDE9. 

MICRASPIS 
Chktrolat, Dej. Catal. 3' éd. p. 439 (1). 

Tête engagée dans le prothorax au-delà du bord postérieur des 
yeux; labre arrondi antérieurement; mandibules subbidentées à l'ex- 
trémité, ciliées au bord interne; mâchoires à lobes très-inégaux, l'in- 
terne subaigu, cilié en dedans, l'externe dilaté à son extrémité et 
couronné de cils; palpes maxillaires à dernier article largement sécu- 
riforme; lèvre inférieure à menton large et arrondi, à languette lar- 
gement échancrée et ciliée à son bord libre avec les angles latéraux 
saillants. — Yeux ovalaires, échancrés en dedans. —Antennes courtes, 
à massue obconique, formée d'articles serrés, transversaux, lo dernier 
tronqué. — Pronotum fortement transversal, bord antérieur échan- 
cré, à peine distinctement sinué de chaque côté derrière les yeux ; 
bords latéraux peu convexes, bord postérieur assez arrondi, sans si- 
nuosités marquées. — Ecussou très-petit, punctiforme, à peine visible. 
— Elytres très-brièvement ovalaires, arrondies en arrière, assez con- 
vexes, à bords latéraux très-étroitement marginés, épipleures larges 
et subconcaves. — Prosternum étroit, non saillant en arrière des han- 
ches; mésosternum quatre fois plus large, à bord antérieur entier.— 
Abdomen à six arceaux ventraux ; saillie intercoxale courte et trôs- 
obtusément arrondie. — Plaques abdominales limitées par un arc ré- 
gulier en dedans et confondu latéralement avec le bord postérieur de 
l'arceau. — Pattes courtes, très-peu ou point saillantes au-delà du 
pourtour des élytres ; à crochets des tarses appendiculés. 

Ce type générique a été signalé depuis longtemps et reconnu par 
tous les entomologistes qui se sont occupés des Coccinellides posté- 
rieurement à sa création. 11 se fait remarquer tout d'abord par la pe- 
titesse de l'écusson, qui n'apparait à la base des élytres que comme 
un petit point. En outre, les organes buccaux, et notamment la lan- 
guette, dift^rent de ces mêmes parties dans les autres genres. Comme 
M. L. Fairmaire le fait remarquer, les téguments sont d'une contex- 
ture plus solide ; leur coloration est le jaune pâle varié de dessins 
noirs. Ces insectes sont de petite taille, de forme semi-globuleuse; on 
en connaît trois espèces, l'une habite toute l'Europe, la deuxième a 
été découverte en Sicile et en Algérie, la troisième a été rapportée du 
désert des Kirghis. 

(1) Syn. CocoiNELiA, Linné, Syst. Nat. p. b81; Fabricius, Olivier, Illiger, 
Marsliam, etc. — Micraspis, Clievrolat, D'Orblgny, Dlct. Ulst. Nat. t. VIII, 
p. 194; Itedtenbacher, Faun. Auslr. 2" éd. p. 907; Fairmaire, Gen. Col. Europ. 
IV, p. 283; Mulsant, Hist. Nat. des Col. Sécurip. p. 162; Species, p. 213; Mo- 
nogr. CocciD. p. 152. 



DISCOTOHITRS. 1S7 

GmOUPB in. Diiootomitei. 

Corps ovalaire ou brièvement ovalaire, glabre. — Epistome séparé 
des joues. — Antennes à base découverte, de 9 à 10 articles, en partie 
dentés en dedans, dernier article de forme orbiculaire et discoïdale. 
— Ecusson médiocre. — Elytres plus ou moins convexes au-devant 
du calus humerai. — Mésosternum entier. — Plaques abdominales 
limitées par un arc entier. — Pattes médiocres, crochets appendiculés 
ou bifides. 

Ce groupe renferme quatre genres, médiocrement riches en espèces; 
toutes, elles habitent les contrées chaudes de l'Amérique méridionale 
ou bien le Mexique. Leur forme générale, ni leur organisation ne pré- 
sentent rien de remarquable, mais leurs antennes sont tout à fait carac- 
téristiques, la massue est grande, fortement comprimée et son dernier 
article est orbiculaire, les deux autres sont plus ou moins distincte- 
ment dentés en dedans ; en outre, dans les 5 ou 6 articles précédents, 
tantôt l'un, tantAt l'autre, selon les espèces, est plus développé et pro- 
longé en dent aiguë au cùté interne. 

Dans une note manuscrite de M. Crotch, qui a fait une étude ap- 
profondie de la l''amille des Coccinellides, le groupe des Discotomites 
est enrichi de deux coupes : le genre Euselabia, dont le type se trouve 
au Muséum britannique, et le genre Vodella de M. Mulsant. L'Ento- 
mologiste de Lyon avait placé son genre dans le voisinage des Anatis, 
mais il fait remarquer que l'exemplaire unique qu'il avait sous les 
yeux n'avait que des autennes incomplètes. Quoi qu'il en soit, comme 
nous n'avons pas vu ces types, nous devons nous borner à produire 
cette observation. 

Les quatre genres se distinguent l'un de l'autre do la manière sui- 
vante : 

A. Crochets des tarses bifides. Discotoma. 

A'. — — appendiculés. 

D. Antennes ii articles 8 et 9 seulement dentés. Seladia. 

B'. — dentées à partir du 3' ou 4" article. 

C. — à 4 article très-court, dentées à partir du 3". Pristonema. 

C. — à 3 et 5 articles très-petits, dentées i partir 

du i«. Micaria, 

SELADIA. 
MuiSANT, Species Col. Trim. Sécurip. p. 216 (1). 

Tête assez grande, engagée dans le prothorax jusque vers le milieu 
des' youx, terminée eu avant par un petit museau subquadrangulaire 

(l) Mulsant, Monogr. d. Coccinell. p. 154. 



188 cor.riNKi-LiDRS. 

et obtus; épistome tronquô, labre assez grand, subconvcxe, arrondi 
i\ son bord libre. — Antennes insérées A l'angle antero-interne des 
yeux, atteignant aux angles postérieurs du pronotum, do 10 articles, 
1 renflé, 2 subglobuloux, 3 oblong, 4 de moitié plus long, fi-7 grêles, 
raccourcis, 8-9 triangulaires, à angle interne aigu et saillant, 10 très- 
grand, orbiculaire, comprimé en forme de disque. — Yeux arrondis, 
assez convexes, entiers. — Pronotum transversal, moins large que les 
élytres à la base, bord antérieur échancré et sinué de chaque côté 
derrière les yeux, bords latéraux peu convexes, angles arrondis, bord 
postérieur tronqué au milieu, sinué de chaque côté; écusson petit, 
en triangle équilatéral. — Elytres ovalaires, arrondies à l'extrémité, 
légèrement en gouttière sur les côtés ; épipleures assez larges, sub- 
concaves, regardant directement en bas. — Prosternum étroit, rétréci 
d'arrière en avant, déprimé, assez saillant en avant et terminé par 
une petite pointe au bord antérieur; mésosternum en trapèze trans- 
versal, coupé droit en avant. — Abdomen formé en dessous do 6 ar- 
ceaux, le dernier rudimentaire. — Plaques abdominales limitées par 
un arc à peu près régulier et entier, n'occupant que les deux tiers de 
la longueur de l'arceau. — Pattes médiocres, terminées par des cro- 
chets appendiculés. 

Le genre actuel se différencie du Discotoma. par ses crochets appen- 
diculés et des deux autres genres du groupe par ses antennes plus 
simples, dentées seulement à partir des 8 et !) articles aigus en dedans. 

Les espèces décrites dans le dernier travail de M. Mulsaut, la Mo- 
nographie des Coccinellides, sont au nombre de 9, 2 du Mexique, les 
autres du Brésil. 

Dans la Seladia fasluosa Muls. que nous avons sous les yeux, grice 
à l'extrême obligeance de M. Von Bruck, le 4" article des antennes 
résulte, selon toute probabilité, de la fusion de deux pièces; car sous 
un certain jour, on aperçoit comme une légère ligne suturale, quoique 
l'extrémité de l'article effacé no porte pas de soie h son extrémité, 
comme cela a lieu pour les autres articles. 

MICARIA. 
Dejeah, Catal. ^<> éd. p. 458 (1). 

Tête engagée dans le prothorax jusqu'au bord postérieur des yeux ; 
labre subarrondi. — Yeux semi-globuleux. — Antennes courtes, pro- 
fondément dentées à partir du 4 ou du 6 article, n'en n'olfrant sou- 
vent que 8 ou 9 apparents, les 3 et 5 ordinairement très-petits ; mas- 
sue très-comprimée avec le dernier article subarrondi, en forme de 

(1) Syn. CocciHELiA, Lacordaire, Dej. Cal. 3* éd. p. 458. — Maoari», Miil- 
sunl, Species, p. 220 ; Opusoil. entom. Ill, p. 29. — Micaria, Muls. Moiiogi . 
d. Conc. p. ISO. 



DISr.OTOMITES. 189 

disquo. — Pronotum transversal, bord antérieur ôchanctô et sinu6 
do chaque côté derrière les yeux, bords latéraux dilatés-arrondis, 
bord postérieur convexe; écusson en triangle, médiocre. — Elytres 
brièvement ovalaires, à bords latéraux dilatés, subréfléchis, un peu 
en gouttière. — Prosternum médiocrement large, relevé et subtuber- 
culoux au bord antérieur, canaliculé dans sa longueur; mésosternum 
transversal, à surface convexe. — Abdomen formé en dessous de six 
arceaux, le dernier très-petit. — Plaques pectorales apparentes, les 
abdominales limitées par un arc régulier, dépassant à peine le milieu 
do la longueur de l'arceau. — Pattes médiocres, courtes, terminées 
par des crochets appendiculés. 

Les antennes sont variables dans lu genre actuel, et tout en restant 
pectinées, elles oiTrent des modifications remarquables; dans la forme 
typique, la Micaria serrnticornis do Dejean, le 1 article est allongé, 
claviformo, 2 globuleux, 3 plus grêle, un peu plus long, 4 en triangle 
dilaté en dedans et beaucoup plus grand; le 5 est très-réduit et peu 
différent do 3, les 6 et 7 sout fortement transversaux , longuement 
dentés en dedans, les 8 et 9 sont de même forme, mais notablement 
plu6 développés; enfin le 10 et dernier est subdiscoïdal, obtus et ar- 
rondi au sommet, rétréci vers sa base, très-comprimé. Comme on peut 
en juger, cette structure est tout à fait exceptionnelle et caractéris- 
tique. 

Ce type se distingue aisément des autres formes de ce groupe : des 
DiscoTOMA par ses crochets appendiculés, et des deux autres genres 
par la structure des antennes : chez les Selauia , les deux premiers 
articles de la massue seulement sont dentés à leur bord interne ; chez 
les PmsTONRMA,, le i article est très-court; il est, au contraire, très- 
grand dans le genre actuel. 

Les espèces, au nombre de 10, habitent les contrées chaudes de 
l'Amérique méridionale, la Guyauo française, la Colombie, le Brésil. 

DISCOTOMA. 
MuLSAKT, Species Col. Trim. Sécur. p. 218 (1). 

Antennes de dix articles distincts, les six premiers grêles, les trois 
derniers en massue subdculelée. — Ongles bifides. 

Cette diagnose est empruntée à la Monographie des Coccinellides 
de M. Mulsant. Nous n'avons pas vu l'espèce unique qui en forme le 
type; elle a été rapportée de Cayenne. 

(I) Mulsaul, Moiiogr. Cuccin. p. Voi. 



190 COCCINELLIUBS. 

PRISTONEMA. 
ËRicasoN, Archiv. f. Naturg. Ins. Pentana, XUl, p. 182 (1), 

Antennes de 9 ou 10 articles, le 4 très-court, dentées au côté in- 
terne à partir de 3. — Crochets appendiculés. 

Dans sa diagnose, Erichson ajoute que les palpes maxillaires sont 
fortement sécuriformes, que les labiaux sont petits et filiformes. — 
Il décrit les antennes comme formées do dl articles. M. Mulsant, qui 
a vu l'exemplaire unique du Musée de Derlin sur lequel ce genre a 
été fondé, a signalé cette erreur dans sa Monographie. 

Cette espèce est originaire du Pérou. 

GHOUPB rV. Cariitet. 

Corps arrondi ou brièvement ovalaire, rarement ovalaire, glabre. 
— Epistome denté de chaque côté ou semi-circulairement échancré. 
— Antennes à base découverte, de 1 1 articles, courtes ou médiocrement 
longues, à massue fusiforme ou en triangle renversé. — Ecusson Mé- 
diocre, parfois très-petit. — Elytres non convexes à la base au-de- 
vant du calus humerai, mais en angle rentrant, légèrement relevées 
dans leur tiers externe; munies d'épipleures larges, parfois munies 
de fossettes obsolètes. — Mésosternum le plus souvent échancré. — 
Pattes non saillantes au-delà du pourtour externe ; crochets des tarses 
rarement bifides, presque toujours appendiculés. 

Ce qui a été dit du groupe des Coccincllites s'applique en grande 
partie à celui-ci ; les mômes caractères le distinguent des autres grou- 
pes, et la seule chose à mentionner, c'est la ditféreace que l'on peut 
invoquer pour séparer les Cariites des Coccinellites ; elle réside dans 
la forme de 'la base des élytres. Dans le groupe actuel, cette base est 
légèrement relevée dans sa partie externe et forme un angle rentrant 
plus ou moins apparent vis-à-vis du calus humerai. 

C'est dans ce groupe que se rencontrent les plus belles Coccinellides 
et les plus remarquables par leur grande taille; les genres sont ordi- 
nairement assez riches en espèces et celles-ci se rencontrent dans toutes 
les contrées du globe, hormis colles do l'Europe, qui en sont tout à 
fait privées. 

Les genres se différencient comme suit : 

A. Antennes mesurant à peine la largeur du front. 

B. Une fossette sous les angles antérieurs du prouotum. Cydonia. 
D'. Pas de fossette sous les angles aotirieurs du prooo- 

tum. 

(I) MuL>>aut, ftluDogr. (^occinoll. p. ISt). 



r.AniiTEs. 
C. Elytros plus larges que le pronolum. 
C. — aussi — — 

A'. 



191 
CMlommes. 



Synonychu. 

Caria. 
Ccelophora. 



Neda. 
Alesia. 



Antennes sensiblement plus longues que la largeur du 
front. 

D. Prothorai creusa en dessous, vers son angle antérieur, 

d'une fossette de chaque côté. 

E. Crochets des tarses bifldes. 
E'. — — appendiculés. 

F. Epipleures des élytres presque aussi largos que la 

moitié du métasteroHm. 
F'. Epipleures des élytres mesurant seulement le quart de 

la largeur du mélastcrnum. 
])'. Prothorax sans fossette en dessous de ses angles aaté- 

rieurs. 

G. Ecusson médiocre. 
G'. — très-petit. 

CYDONIA. 
MuLSANT, Species Col. Trim. Sécur. p. 430 (1). 

'l'ètt; cugagéo daus le prothorax au-delà du milieu dos yeux; épi- 
.slome denté de chaque côté,émarginé eu arc de cercle à son bord libre; 
labre transversal, échancré en avant. — Yeux ovalaires, sinués au 
bord interne. — Antennes courtes et grêles, ne mesurant pas la lar- 
geur du front, à massue obconique, peu dilatée, subarroadie au bout. 

— l'ronotum fortement transversal, à bord antérieur échancré et si- 
nuô (le chaque côté, bords latéraux convergents vers le sommet, fai- 
blement arrondis, les angles antérieurs assez saillants ; bord postérieur 
très-arqué et saillant vers l'écusson; celui-ci en triangle équilatéral. 

— Elytres plus larges à la base que le pronotum, a.ssez convexes, avec 
une bordure bien limitée, plane ou peu déclive, atteignant ou peu 
s'en faut l'angle suturai postérieur; à epipleures assez larges, mar- 
quées de fossettes très-obsolètes. — Prosternum médiocre, plan et bi- 
siilonné entre les hanches; des fossettes profondes sous les angles 
(intérieurs; mésosternuni plus ou moins échancré en avant. — Ab- 
domen formé en dessous de six arceaux. — Plaques abdominales ar- 
quées eu dedans, occupant presque la totalité de la longueur de l'ar- 
ceau, limitées ou non en dehors par une ligne obliquement dirigée 
vers l'épimère. — Pattes médiocres, terminées par des crochets ap- 
pendiculés. 

Dans le groupe actuel, le genre Cydonia se distingue par la réu- 
nion de deux caractères : la présence de fossettes sous les angles an- 
Imietn's du pronotum et la gracilité, jointe à la brièveté des antennes. 

(t) Syn. CoGciNKLLA, Fubriclus, Srliiiiiherr. — Cheilomenes, Chcvrolat, Gué- 
liu-MOiicv. — CïDONiA, Mulsant, Mouogr. Coccin. p. '283. 



15)2 f.OCC.lNELI.lOKS. 

La structure de ces derniers orgaaes, loin de motiver sufUsammeiU 
la création d'un groupe spécial, constitue tout au plus une coujih 
générique; à la suite d'un examen attentif, on reconnaît, en effet, 
f[uc la longueur des antennes est moindre que la largeur du front, 
mais la différence est peu sensible, et d'autre part, dans les autres 
genres, si les antennes sont plus longues que le front u'est large, il 
faut y regarder de près pour s'en convaincre. 

Par suite de la présence de fossettes au prosternum, on ne peut con- 
fondre les Cydonia qu'avec les Synonycha, Caria, CŒLOPnonA; les 
premières ont les crochets des tarses bilides, les secondes ont des épi- 
pleures beaucoup plus larges; enfin les Cœlcphora ont des antennes 
différentes. Quant au genre Elpis, il se différencie par son pronotura 
aussi large que les élytres. 

Les espèces, au nombre de 9, sont orginaires du continent afri- 
cain et ne s'en écartent pas, sauf une seule qui a été retrouvée dans 
l'ile de Java; les autres habitent les côtes occidentales ou lo midi, ou 
bien les côtes orientales de l'Afrique; plusieurs ont été découvertes 
en Egypte. 

CHILOMENES. 
Chetholat, Dej. Calai. 3' éd. p. 459 (1). 

Tète engagée dans le prothorax au-delà du milieu des yeux ; éiil- 
stome échancrô en arc do cercle, denté de chaque côté; labre courl, 
transversal, tronqué en avant. — Yeux brièvement ovales, très-peu 
sinués en dedans. — Antennes grêles , mesurant un peu moins que 
la largeur du front, à 1 article dilaté et subcomprimé à l'extrémité ; 
à massue grêle, fusiforme. — Pronotum transversal, moins largo que 
les élytres ; bord antérieur échancré et sinué, bords latéraux subdi- 
latés-arrondis, bord postérieur très-convexe et arrondi vers l'écusson; 
celui-ci en triangle équilatéral. — Elytres très-brièvemout ovalaires, 
à bordure latérale médiocre, plane ou peu inclinée; épipleures de 
largeur moyenne, non creusées de fossettes bien distinctes. — Pi'o- 
sternum étroit, sillonné entre les hanches ; non creusé de fossettes sous 
les angles antérieurs ; môsosternura sinué en avant. — Abdomen 
formé en dessous do six arceaux bien distincts. — Plaques abdomi- 
nales limitées en dedans par un arc régulier, occupant toute la lon- 
gueur do l'arceau, limitées ou non en dehors. — Pattes médiocres, 
les genoux atteignant au milieu de la largeur des épipleures, termi- 
nées par des crochets appeudiculés. 

Les antennes de ce type sont remarquables non-seulement par leur 
gracilité et leur brièveté, mais encore par lo contour fusiforme de U 

(I) S) 11. CocciNEi-LA, Kabricius, Olivier, Scliiiulieir, Ginoliu, etc.— Selenihn 
llopo, Colcop. Man. 111, p. 85. — Cheii.omenb», Mutant, Spcoios Col. Trlm, Se- 
tur. p. 443; Monogr. Cocc. p. 288; Opuscules Enloin. VU, p. <J3. 



OAHUTKS. 193 

massue; co caractôro le sépare des Cïdonia qui olfrent, en oulrc, une 
fossette sous les angles du pronotum; chez les Elpis, la base des ély- 
tres n'est pas plus large que celle du prothorax. 

On connaît quatre espèces, deux outétô découvertes en Egypte(l); 
les deux autres ont dos aires do distribution très-étendues, depuis l'A- 
frique australe ou Madagascar, jusque dans les Indes orientales et la 
Chine d'une part, jusque dans les îles de la Sonde et la Nouvelle- 
Hollande d'autre part. 

ELPIS. 
MuLSANT, Species Col. Trim. Sécur. p. 449 (2). 

Antennes à peine moins longues que la largeur du front; à massue 
fusiforme. — Epistome échancré ou bidenté. — Prothorax à bord 
postérieur très-fortement dirigé eu arriére; à peine aussi long sur les 
côtés que la moitié de sa ligne médiane. — Elytres à peine aussi 
larges en devant que le prothorax; à repli creusé do fossettes, pour 
loger l'extrémité des cuisses intermédiaires et postérieures. — Corps 
hémisphérique. 

Il ne nous a pas été donné de pouvoir étudier en nature ce type 
remarquable. Jusqu'ici nous n'avons pas vu de genre chez lequel le 
pronotum, à sa base, possède la même largeur que les élytres; ce 
caractère semble rapprocher le genre actuel des Hyperaspitos , rap- 
prochement qui est confirmé par la forme hémisphérique et la pré- 
sence de fossettes sur les épipleures dos élytres. 11 serait même utile 
de rechercher par l'inspection de ces fossettes si le type no devrait 
pas faire partie du groupe que nous venons de nommer. 

Une seule espèce est connue, elle est originaire de Madagascar. 

SYNONYCHA. 
CuEVROLAT, Dej. Catol. 3' éd. p. 400 (3). 

Tête engagée dans le prothorax au-delà du milieu des yeux ; labre 
subéchancré. — Yeux ovalaires, assez convexes, émarginés au bord 
interne. — Antennes grêles, aussi longues que la largeur du front, à 
1 article semi-circulairement dilaté à son bord antérieur, les suivants 
obconiques, 9 et 10 transversaux, dentés à l'angle antéro-interne, 11 
subarrondi, très-légèrement comprimé. — Pronotum transversal, peu 
convexe, beaucoup plus étroit que les élytres, bord antérieur échancré 
et sinué de chaque ciMé, bords latéraux convexes-arrondis, un peu 

(1) MulsaDt, Opusc. eotom. IX, p. 63. 

(2) Mouogr. des Coccinell. p. 291. 

(3) Syn. CocciNELLA, Thunborg, Nov. 1ns. Sp. I, p. 12; Fabricius, Syst. 
lîlcutli. I, p. 369; Linné, éd. Gmol. Hoibst, Olivier. — Sïkonycua, Muleaut, 
Species, p. 229; Monogr. Coccin. p. 165. 

Coléoplères. romo XII. 13 



lOi COCClNELLiniiS. 

convergents en avant; bord postérieur convexe, régulier; écusson 
triangulaire, un peu plus largo que long. — Elytres très-amples, sub- 
arrondies, convexes, trôs-dilatées sur les bords, coux-ci déclives; épi- 
pleures très-larges, mesurant dans leur plus grande largeur presque 
la moitié de celle du métasternum, concaves et présentant de légères 
impressions pour loger les genoux des deux paires do pattes posté- 
rieures. — Prosternum étroit, sillonné do chaque côté entre les han- 
ches, subarrondi à sa base, offrant, de chaqiie côté, sous les angles 
antérieurs une large fossette obsolète ; mésosternum échancré jusqu'à 
la moitié de sa longueur. — Abdomen à cinq arceaux ventraux. — 
Plaques abdominales en arc atteignant presque le bord de l'arceau. 
— Pattes courtes, l'extrémité des cuisses atteignant seulement à la 
moitié de la largeur des épipleures, terminées par des crochets bi- 
fides. 

Ce genre ne renferme qu'une seule espèce connue depuis long- 
temps, très-remarquable par sa grande taille, sa forme régulière et 
sa coloration. Son aire de distribution est très-étendue, car on le 
connaît de la Chine, du Japon, do Java, de Bornéo et des îles Phi- 
lippines. 

Comme forme générique, elle est bien caractérisée dans le groupe 
actuel par ses crochets bifides, par la grandeur des épipleures des 
élytres, par la présence de larges dépressions sous les bords latéraux 
du pronotum. Ces dernières, quoique n'ayant pas de bords bien li- 
mités, n'en existent pas moins et ne paraissent pas plus effacées que 
dans certaines espèces du genre Caru. 

CARIA. 
MuisANT, Species Col. Trim. Séour. p. 231 (1). 

Této engagée dans le prothorax au-delà des yeux ; labre tromiiié 
en avant. — Yeux ovalaires, assez convexes, subéchancrés au bord 
interne. — Antennes mesurant environ la largeur du front, \ article 
semi-circulairement dilaté à son bord antérieur, à massue obconique, 
arrondie au bout, non distinctement dentée antérieurement. — Pro- 
notum transversal, peu convexe, notablement moins largo que les 
élytres, bord antérieur profondément échancré, sinué de chaque côté, 
bords latéraux dilatés-arrondis, convergents eu avant, sinués près des 
angles antérieurs qui sont saillants et obtus; bord postérieur régu- 
lièrement convexe ; écusson en triangle équilatéral. — Elytres amples, 
arrondies, convexes, ;\ bords latéraux dilatés et obliques; épipleures 
très-larges, mesurant un peu moins do la moitié du métasternum, 
très-concaves, marquées de quelques dépressions obsolètes pour loger 

(1) Syn. CocciNELLA, Fabricius, Olivier, Hoiio, Illigor, etc. — Caria, MulsanI, 
Monogr. Cocciu. p. 166. 



CAUIITES. 195 

ies genoux. — l'rostornum médiocre, subcanaliculé dans son niiliou, 
arrondi ^ sa base, oiFrunt en dessous des angles antérieurs une Ibs- 
setlo subarrondie; mcsosternum large, écliancré au tiers de sa lon- 
gueur. — A))doraon à cinq arceaux ventraux. — Plaques abdominales 
arquées et étendues presque jusqu'au bord postérieur de l'arceau. — 
Pattes médiocres, l'extrémité des cuisses atteignant seulement le mi- 
lieu de la largeur des épipleures, terminées par des crochets ap- 
pendiculés. 

Au premier abord, les espèces de ce genre ressemblent beaucoup à 
hSynonycka grandis; cependant la différence, au point de yue géné- 
rique, ne résulte pas seulement de la structure des crochets ; le type 
actuel présente d'autres particularités d'organisation dans la forme 
du pronotum, dans celle des épipleures des élytres, du prosternum, 
des antennes. 

Les espèces, au nombre de 14, présentent une aire de distribution 
trés-étendue ; depuis la Chine et les indes orientales, elles se retrou- 
vent jusque dans les grandes îles de la Sonde, aux îles Philippines, 
aux Oélèbes, et d'autre part à Madagascar et le Continent africain. 

CŒXOPHORA. 

MuLSANT, Species Col. Trim. Sécur. p. 390 (1). 

Tète engagée dans le prothorax jusque vers le milieu des yeux ; 
épistome à bord antérieur droit ou échancré, plus ou moins fortement 
bidenté sur les ciMés; labre coupé carrément ou subémarginé. — Yeux 
médiocres, sinués en dedans. — Antennes un peu plus longues que 
la largeur du fror.t, 1 article allongé, non dilaté à son bord anté- 
rieur, à massue grêle, obconique ou subfusiforme. — Pronotum trans- 
versal, peu convexe, moins large que les élytres, bord antérieur 
échancré, subsinueux de chaque côté, bords latéraux dilatés-arrondis, 
un peu convergents en avant, bord postérieur convexe-arrondi vers 
l'écusson ; celui-ci médiocre, en triangle équilatéral. — Elytres sub- 
arrondies ou très-brièvement ovalaires, assez convexes, à bords laté- 
raux subdilatés et obliques, à épipleures médiocres, concaves, regar- 
dant en dedans, mesurant à peine le quart de la largeur totale du 
métasternum, pourvues parfois de fossettes peu distinctes. — Pro- 
sternum étroit, subsillonné entre les hanches, arrondi à sa base, offrant 
de chaque côté, sous les angles antérieurs, une profonde fossette ar- 
rondie; mésosternum échancré à son bord antérieur sur le tiers en- 
viron de sa longueur. — Abdomen formé en dessous de cinq arce.iux, 
et parfois d'un sixième rudimentaire. — Plaques abdominales grandes, 

(1) Syn. CocciNELiA, Fabr. Latr. Dejean, Melly, etc. — CoKLoniOR*, Mulsnnt, 
Monogr. d. Cocciii. p. 257. — Sïnia, Lbmnia, Artemis, Pkocula, Oïsis, Buha, 
QEnoma, Mulsaut, Spcc. Col. Trim. Sôcur. p. MX; Monogr. Cocciii. p. 247. 



196 COCCINBLLIDES. 

régulièrement arquées en dedans et atteignant ou à peu près le bord 
postérieur de l'arceau. — Pattes médiocres, l'extrémité des cuisses 
atteignant le milieu de la largeur des épipleures; crochets des tarses 
appendiculés. 

Tel que nous l'avons compris, le genre Cœlophor\ correspond en 
entier à la huitième branche des Coccinelliens de M. Mulsant, dési- 
gnée sous le nom de Cœloplioraires. En étudiant lo tableau synop- 
tique des genres du groupe composé par cet entomologiste distingué, 
on remarque facilement que les coupes génériques ne sont établies 
que sur des caractères de médiocre importance ; c'est la forme plus 
ou moins allongée do la fossette sous-prothoracique, c'est l'absence 
ou la présence de dépressions obsolètes dans la concavité des épi- 
pleures des élytres, c'est la forme du contour général du corps. Dans 
notre opinion, ces caractères ne peuvent fournir que des divisions 
secondaires, dans le groupement dos espèces d'un même genre. 

D'autre part, toutes les espèces, au nombre de 61, appartiennent 
à r Ancien-Monde, hormis l'Europe; deux espèces seulement sont 
exceptées, elles ont été découvertes aux Antilles et constituent deux 
genres spéciaux, PnocuLA et Buha.; ces types se différencient des au- 
tres par la forme de la fossette située sous les côtés du pronotum et 
pourraient peut-ôtre être conservés, si d'autres caractères accompa- 
gnaient cette structure particulière; ces deux espèces sont très-rares, 
et il ne nous a pas été donné de pouvoir les examiner. 

l^e genre Cœlophora, y compris ses subdivisions, s'éloigne des 
autres coupes du groupe des Cariites par la fossette inférieure du 
prothorax; ce caractère lui est commun avec les Synonycha et les 
Caria; les premières se distinguent par leurs crochets bitides; ([uant 
aux secondes, la distinction est plus difficilo et ne peut guère s'établir 
que par la comparaison de la largeur des épipleures des élytres; dans 
les Caru, ces épipleures sont presque aussi larges que la moitié du 
métasternuin ; elles sont notablement plus étroites dans les Cœloi'HORA. 

Les subdivisions des Cœlopuoua peuvent se caractériser de la ma- 
nière suivante : 

Sous-Genre. SYNIA. 

Mulsant, Species Cul. Trim. Sécurip. p. 248. 

Epistomo échancrô en demi-cercle, ses angles prolongés en avant 
et cachant on grande partie les côtés du labre; celui-ci convexe et 
fortement émarginé. — Antennes plus longues que lo front n'est 
large, à massue courte. — Fossette sous-prothoracique petite, à bords 
indécis. — Elytres très-convexes, subhémisphériques, non marginées. 

Les deux espèces de ce genre, originaires des Indes orientales, res- 
semblent à de grands (IniLOCORUS, dont elles ont la forme et le bril- 
lant. C'est l'une des coupes lo mieux caractérisées du genre Coslo- 
piiora. 



CARIITHS. 197 

Sous-GENRii. LEMNIA. 
MuLSANT, Species Col. Trim. Sécur. p. 377. 

Epistome tronqué carrément en avant, offrant de chaque côté une 
saillie anguleuse et aiguci, recouvrant une petite partie du labre. — 
Antennes allongées, à massue grôle ot obtuse. — Yeux échancrés au 
bord interne.— Elytros semi-globuleuses, à bord dilaté et à peu près 
plan. — Prothorax offrant sous ses angles antérieurs des fossettes pro- 
fondes, bien limitées, un peu irrégulières. 

Cette division renferme 11 espèces, agréablement colorées et comme 
vernissées; elles appartiennent aux Indes orientales, à la Chine, à 
Java et à l'Australie. 

Sods-Genre. ARTEMIS. 
MoLSANT, Species Col. Trim. Sécur. p. 388. 

Epistome à peine bidenté. — Antennes grêles, à massue allongée, 
les 9 et 11 articles, au moins plus longs que larges : celui-ci arrondi 
il IVxlrémité. — Protliorax arqué sur les côtés, subsinué aux angles 
do devant. — Ecusson subsinué sur les côtés. — Elytros à tranche 
assez largo et peu inclinée; creusées do fossettes sur les épipleures. 
— Corps orbiculairc, plus ou moins convexe. 

L(\s trois espèces connues et décrites par M. Mulsant, ont été rap- 
portées de Hong-Kong, en Chine. Nous n'en avons connu aucune. 

Sous-Genre. CŒLOPHORA. 
Mulsant, Species Col. Trim. Sécurip. p. 390. 

Epistome coupé droit on avant, faiblement denté de chaque côté ; 
labre subémarginô. — Antennes dépassant notablement en longueur 
la largeur du front, les 9 et 11 articles plus longs que larges, le 10 
transversal. — Pronotum à bord antérieur échancrc ot sinué de cha- 
que côté derrière les yeux, bords latéraux convexes, légèrement 
tlexueux vers les angles antérieurs. — Ecusson à bords subsinueux 
près du sommet qui est aigu. — Elytros semi-globuleuses, los épi- 
plourcs larges et offrant dos dépressions obsolètes vis-à-vis des pattes 
moyennes et pi^stériouros. 

Ce sous-genro, à lui seul, est plus riche que tous les autres pris 
ensemble; les espèces, au nombre de 37, habitent principalement les 
Indes orientales et l'île de Java; quelque^ types ont été trouvés en 
Chine, dans la Nouvelle-Hollande et aux îles Philippines; trois sont 
originaires de la côte occidentale d'Afriqu(!, une seule du cap de 
Bonne-Espérance. La patrie de qui'lques autres est restée incdunue. 



108 coccnretLiDBs. 

Sods-Genre. PROCULA. 
MaUAMT, Speeits Cot Tfim. Sécurip. p. 410. 

Epistome bidenté ou presque échancré en demi-cercle. — Antennes 
à massue obtriangulairo. — Prolhorax creusé sur son repli d'une 
fossette atteignant le bord externe de celui-ci. — Ecusson en triangle 
subéquilatéral. — Elytres étroitement rebordées ou relevées en re- 
bord, sans fossettes sur les épipleurcs. — Corps brièvement ovale, 
convexe. 

Une seule espèce de la Jamaïque. 

Sous-Genre. DYSIS. 
Mdlsant, Species Col. Trim. Sécur. p. 418. 

Epistome simplement bidenté à ses doux angles antérieurs. — An- 
tennes à massue courte et subfusiforme. — Prothorax creusé sur son 
repli d'une fossette n'atteignant pas le bord extérieur. — Ecusson 
triangulaire à côtés non sinueux. — Elytres sans tranche marginale. 
— Corps subhémisphérique. 

Une seule espèce rapportée d'Australie et de l'Ile-de-France. 

Sods-Genre. BURA. 
MoLSANT, Species Col. Trim. Séeur. p. 419. 

Epistome à peine bidenté. — Palpes maxillaires allongés, peu forte- 
ment sécuriformos. — Antennes assez courtes, h massue assez allongée, 
subfusiforme. — Tète large. — Prothorax creusé sur son repli -d'une 
fossette étendue à peu près sur toute la longueur do ce dernier. — 
Elytres étroitement rebordôes, très-convexes. — Corps hémisphérique. 

Une seule espèce do Haïti. 

Les trois divisions précédentes, fondées chacune sur une seule es- 
pèce, ont été exposées par M. Mulsant dans son Species et ensuite 
dans sa Monographie des Coccinellidos. Nous n'avons vu aucune de 
ces formes, et leurs caractères onl été empruntés aux ouvrages cités 
plus haut. 

Sous-Genre. ŒNOPIA. 
Mulsant, Species Col. Trim. Sécurip. p. 420. 

Epistome très-faiblement échancré en arc de cercle avec ses angles 
légèrement saillants; labre assez développé, subarrondi en avant et 
sur les eûtes. — Antennes un peu plus longues seulement que la lar- 
geur du front, ;\ massue obconique ou fusiformo, fcirméo d'articles 
plus larges que longs et assez serrés. — !>ronolum à fossette inférieure 



CARIITES. 199 

petite, subarrondie, bien limitée. — Elytres briôvement ovalaires, 
médiocrement convexes, submarginées; épipieuies assez larges, sub- 
concaves, sans trace de dépression. 

Cotte dernière division no renferme que cinq types, originaires, 
l'un de l'Assam, deux des Indes orientales, deux de l'Egypte et de 
l'Abyssinie. 

NEDA. 
MuiSAftT, Species Col. Trim. Sécur. p. 274 (1). 

Tête engagée dans le prothorax au-delà du milieu des yeux; épi- 
stome denté de chaque côté ; labre grand, transversal, dilaté-arrondi 
latéralement, tronqué ou lég&rement émarginé à son bord libre. — 
Yeux grands, subsinués au bord interne. — Antennes un peu plus 
longues que la largeur du front, à massue obconique, arrondie au 
bout, avec ses deux premiers articles subdenlés en dedans. — Prono- 
tum transversal, notablement moins large que> les élytres, à bord an- 
térieur échancré et sinué de chaque côté; bords latéraux convergents 
en avant, tantôt faiblement, tantôt plus largement dilatés-arrondis, 
bord postérieur convexe vers l'écusson, légèrement sinué de chaque 
côté; angles postérieurs obtus, arrondis; angles antérieurs plus ou 
moins saillants; écusson médiocre, en triangle équilatéral. — Klylres 
il oontonr snbcirculaire ou brièvement ovalaire, largement arrondies 
il l'extrémité ou subatténuées; à bord latéral étroitement marginé ou 
plus ou moins fortement dilaté en tranche horizontale ou un peu ré- 
ûéchie, épipleures grandes ou médiocres, présentant parfois des traces 
ild (léi)rcssions. — Prosternum étroit entre les hanches, relevé sur la 
ligne médiane en carène obtuse, prolongée ou non jusqu'au bord an- 
térieur, sans trace do dépression circulaire sous les angles antérieurs; 
mésostornum faiblement échancré à son bord antérieur. — Abdomen 
formé en dessous de cinq arceaux, avec un rudiment d'un sixième. 
— Plaques abdominales peu régulièrement arquées en dedans, attei- 
gnant le bord postérieur de l'arceau. — Pattes médiocres, terminées 
par des crochets appendiculés. 

Ce genre, dans lequel nous avons compris cinq coupes de M. Mul- 
sant, dont nous formerons dos sous -genres, se distingue facilement 
des antres types du groupe des Cariites. Ainsi, la longueur des an- 
tennes, qui dépasse un peu la largeur du front, le sépare des Cnir,o- 
MBNEs, chez lesquels cette longueur est notablement moindre ; l'écus- 
son, qui est de grandeur médiocre et eu triangle bien défini, les éloigne 
des Alesia, qui, sous ce rapport, se rapprochent des Micraspis ; enfin 
l'absence complète de dépression circulaire sous les angles antérieurs 

(1) Syn. CocciNELL* (s/).), Fabricius, Redtenbacher, Guérln, Dejean, etc. — 
'■FIS, Pemnv, Neda, Daulis, IsoRA, Mulsant, Species Col. Trim. Sécur. p. 241 
et suiv.; Moiiogr. des Coccinell. p. 1174 et siiiv. 



200 COCCINELI.IDES. 

du pronotum les distingue en môme temps des Synonycha, des Cahu 
et des Cœlophora. 

Les sous-genres sont assez riches on espèces, répandues dans les 
deux Mondes; elles sont cependant tout-à-fait étrangères à l'Europe 
et assez rares sur le continent africain. 

Sols-Genrb. PELINA. 
Mhlsant, Monogr. des Coccinell. p. 187 (1). 

Antennes légèrement dentées ou subdentées aux deux premiers ar- 
ticles de la massue. — Pronotum à bords latéraux peu convexes, très- 
légèrement sinués vers les angles antérieurs. — Elytres rétrécies en 
ogive dans leur moitié postérieure. — Prosternum relevé en carène 
sur la ligne médiane, formant saillie ou non au bord antérieur. 

Le genre Pblina a été établi par M. Mulsant dans le Species des 
Coléoptères Trimères Sécuripalpcs; quelques années après, il a créé, 
dans les Opuscules entomologiques, le genre Ballia. Enfin, dans la 
Monographie des Coccinellides, sous le nom de Pelina , il a réuni, à 
titre de sous-genres, les Pei.ina du Species, les Ballia des Opuscules, 
et ajouté une nouvelle coupe, les Palla. 

Le sous-genre, tel que nous l'avons admis, se distingue par la forme 
suLogivalo des élytres ot par la dispo-sition cariuifornie du proster- 
nuni. Ce dernier caractère pourrait motiver la conservation du genre 
Pelina s'il ne se retrouvait dans quelques types du sous-genre Lbis 
(L. axyridis). 

Les espèces, au nombre de 11 , habitent principalement les Indes 
orientales; quelques-unes ont été découvertes dans l'Amérique cen- 
trale ou méridionale. 

Sous-Genre. LEIS. 
Mulsant, Species Col. Trim. Sécur. p. 241 . 

Antennes à massue obtriangulaire, peu distinctement dentée. — 
Pronotum arqué sur les côtés et souvent d'une manière sinueuse près 
des angles antérieurs, offrant vers lo liers ou au plus vers la moitié 
de ceux-ci le commencement dn rétrécissement. — Elytres arrondies 
ou subarrondies en arrière; ;\ bords déclives, peu ou point développés, 
épipleures assez grandes. 

Si ce type se distingue avec facilité du précédent, il n'en est pas 
de même h l'égard du suivant, celui des Cycloneda; les différences 
sont en réalité minimes : les bords latéraux du pronotum sont plus 
arrondis, plus dilatés; les élytres sont plus dilatées sur les bords ot 
les épipleures sont relativement larges. 

(1) Syn. Pelina, Mulsant, Spec. Col. Trim. Sécur. p. 271. — Ballia, Mul- 
sant, Opuac. cnloni. III, p. M. — Palla (s.-ï.), Muls. Monog, Coccin. p. 1S8. 



CAHUTES, 201 

On connaît 25 espèces répandues à peu près partout; elles ont été 
signalées aux Indes orientales, aux îles Philippines, dans la Nouvelle- 
Hollande, à Madagascar, au Cap, en Guinée. On en a découvert quatre 
espèces en Sibérie et même une dans TAmériquo méridionale, 

Soiis-Genre, CYCLONEDA (1). 
MuisxNT, Species Col. Trim. Sécur. p, 296 (Daulis), 

Antennes à massue obtriangulaire, non dentée. — Pronotum à bords 
latéraux convergents vers le sommet, en ligne presque droite ou peu 
courbe jusqu'aux deux tiers de la longueur, arrondis ou subarrondis 
aux angles postérieurs, — Elytres relevées en un rebord étroit; épi- 
pleures étroites. 

Ce genre, qui compte 40 espèces, est plus répandu dans les Amé- 
riques que partout ailleurs : ainsi, sur ce nombre on ne connaît que 
2 espèces aux Indes orientales, 2 à Java, 1 à la Nouvelle-Hollande, 
1 au Japon et 2 dans de petites îles de la Malaisie, 

Sous-Genre, NEDA. 
MuiSANT, Species Col. Trim. Sécur. p, 274, 

Pronotum à bords latéraux convergents en avant, en ligne presque 
droite sur les trois cinquièmes antérieurs, arrondis aux angles posté- 
rieurs, — Elytres pourvues d'une tranche plus ou moins large, sub- 
liorizontale ou peu inclinée; à épipleures développées. 

C'est la forme des bords latéraux qui distin^e ce sous-genre ; ce 
hord présente une tranche assez large, subhorizontale et continue jus- 
qu'à une faible distance de l'angle suturai. Cette disposition donne 
aux espèces qui en sont pourvues un cachet particulier. 

Cette division est également assez riche en espèces et répandues 
dans les deux Mondes : ainsi, l'Amérique méridionale compte H es- 
pèces ; le Mexique une ; on en a découvert 4 aux Indes orientales, 1 à 
Java, 1 aux îles Philippines. Le cap de Bonno-Espérance et la Nou- 
velle-Hollande possèdent également chacun une espèce, 

Sous-Genre. ISORA. 
MuLSANT, Species Col. Trim. Sécurip. p. 341. 

Plaques abdominales en forme d'arc régulier, dépassant à peine 
les trois cinquièmes de l'arceau. 
Le caractère indiqué distingue ce type non-seulement des autres 

(1) Le nom de Dadlis a été créé aDlérieurement par Ericlison pour un genre 
■ipparlenant à la famille des Eodomycliicles, — Beitiag, iiir Insektenfaiina von 
Van DIemcnsland, p. 24t. 



202 cocciNEtirois. 

sous-genres que nous venons de passer en revue, mais encore de la 
plupart des genres de la di-vision actuelle, chez lesquels les plaques 
abdominales, si elles n'occupent pas toute la longueur de l'arceau, 
se rapprochent très-près de son bord postérieur. 
Le type unique appartient à la Faune do l'Afrique australe. 

ALESIA. 
MuisANT, Species Col. Trim. Séeur. p. 343 (1). 

Tête engagée dans le prothorax jusqu'au milieu des yeux ; épistome 
subbidenté ; labre transversal, un peu convexe en dessus, tronqué à 
son bord libre. — Yeux ovalaires, étroitement échancrés au bord in- 
terne. — Antennes mesuraut au moins la largeur du front, à massue 
obconique, faible, non dentée. — Pronotum fortement transversal, 
arqué en travers, plus étroit que les élytres; bord antérieur échancré, 
sinué de chaque côté derrière les yeux; bords latéraux dilatés, con- 
vexes-arrondis, le postérieur arqué ; écusson en triangle subéquila- 
téral, très-petit. — Elytres hémisphériques ou très-brièvement ova- 
laires, à bordm'e latérale faiblement dilatée, tantôt plane ou déclive, 
tantôt légèrement relevée en gouttière; épipleures médiocrement 
larges, sans fossettes. — Prosternum étroit entre les hanches, un peu 
sillonné sur les bords, non prolongé en carène vers le bord antérieur; 
sans trace de dépression sous les angles antérieurs; mésosternum lai- 
blement sinué à son bord antérieur. — Abdomen formé en dessous 
de cinq arceaux et d'un rudiment de sixième. — Plaques abdominales 
arquées en dedans, occupant toute la longueur du premier arceau. 

— Pattes médiocres, arrivant à peine au milieu de la largeur des 
épipleures, terminées par des crochets divariqués et appendiculés. 

Les Alésiaires constituent dans les ouvrages de M. Mulsant, la sep- 
tième branche des Coccinelliens; elles sont formées des deux genres 
Alesia et Verania. ; leur caractère principal réside dans la petitesse 
de l'écusson ; cette partie est de forme triangulaire équilatérale et sa 
taille diffère, en réalité, très-peu de celle observée dans les genres 
précédents ; le caractère n'a pas la même valeur que dans les espèces 
du genre Micraspis. Quoi qu'il en soit, le genre est très-voisin de cer- 
taines formes du genre Neda et les deux types distingués par M. Mul- 
sant constituent à peine des sous-genres, comme on pourra en juger 
ci-après : 

Sous-Gknre. alesia. 
MuLSAKT, Species Col. Trim. Sécur. p. 343. 

Corps subhémisphérique. — Elytres extérieurement relevées en 

(1) Syn. CocciNSLiA, Fabriciu», Gmelin, SchSDherr, Olivier, Erlchson, etî. 

— Micraspis, Clicvrolal, Reiclie, Dejean.— Cheii.omf.nes, Mac-Leay (Uej. Cat.). 



POtllITES. 203 

une tranche nettement limitée, plane, subhorizontale ou peu dé- 
clive. 

Des 13 espèces de ce type décrites par M. Mulsaat dans la Mono- 
graphie des Coccinellides, une seule appartient aux Indes orientales, 
toutes les autres ont été découvertes sur le continent africain, la 
plupart dans la Cafrerie, une en Guinée, une en Abyssinie. Nous 
n'avons pas compté cette 14° espèce dont la détermination générique 
est restée douteuse. 

Sous-Genre. VERANIA. 
MntSANi, Species Col. Trim. Sécur. p. 338. 

Corps ovale ou ovalaire. — Elytres un peu en ogive postérieure- 
ment, extérieurement relevées en une tranche formant une gouttière 
assez étroite aux épaules, postérieurement affaiblie et réduite au re- 
bord, à l'angle apical. 

Ces caractères paraissent assez tranchés au premier abord, ils le 
sont moins en pratique et dans tous les cas, non applicables à toutes 
les espèces; ainsi, dans la Verania afflicla, la forme ogivale est à 
peine sensible, et la bordure des élytres n'est pas plus en gouttière 
que certaifts types du sous-genro précédent. 

Les 12 espèces de cette division ont été découvertes dans la Nou- 
velle-Hollande, dans la Malaisie, les Indes orientales, laCliine, l'Abys- 
sinie et l'Afrique australe. Certains types ont un habitat trôs-étendu, 
ainsi la V. lineata habite Java, l'Australie et l'Afrique australe. 

GmooPB V. Poriitei. 

Corps de taille moyenne, brièvement ovalaire, médiocrement con- 
vexe, pubescent. — Epistome entier. — Antennes à base découverte, 
insérées vers l'angle antéro-interne des yeux, de 11 articles, atteignant 
aux angles postérieurs du pronotum, à massue lâche, dentée en de- 
dans, formée d'articles plus longs que larges. — Yeux échancrés ou 
non. — Elytres confusément ponctuées, plus larges que le pronotum, 
arrondies aux épaules. — Plaques abdominales limitées par un arc 
large et entier. — Crochets des tarses bifides. 

Deux genres seulement, ne renfermant qu'un petit nombre d'es- 
pèces, composent ce groupe; la plupart habitent les contrées chaudes 
de l'Amérique méridionale, quelques-unes le Mexique. Elles ressem- 
blent pour la forme générale, pour les contours aux Halyzia du 
groupe des Coccinellites. Leur caractère principal et qui permet de 
les reconnaître entre tous les autres types, réside dans la structure 
des antennes ; ces organes sont allongés, ils atteignent au moins aux 
angles postérieurs du prouotum ; la massue qui les termine est très- 



204 nor.ciNELi.inES. 

lâche, elle est formée de trois articles plus longs que larges, subdentés 
en dedans. 
Les deux genres se distinguent par l'inspection des yeux : 

A. Yeux éclmncrés au bord interne, canlhus en triangle aigu. Porta. 
A'. — subsinués au bord interne. Mupaka, 

PORIA. 
MuLSiMT, Species Col. Trim. Sécur. p. 885. 

Tôte triangulaire, engagée dans le prothorax jusqu'au milieu des 
yeux; épistome simple; labre transversal, subtronqué en avant; der- 
nier article des palpes maxillaires très-grand, sécuriforme; languette 
subélargie en avant et tronquée. — Yeux assez grands, finement gra- 
nulés, distinctement sinués au bord interne. — Antennes longues, 
grêles, atteignant les angles du pronoturo, insérées vers l'angle an- 
téro-interne des yeux, i article allongé, renflé, 2 beaucoup plus court, 
3-8 oblongs, grêles, 9-11 allongés, notablement plus longs que larges, 
en triangle fortement rétréci à la base, formant une massue lâche. — 
Pronotum un peu plus étroit que les élytres, peu convexe, bord an- 
térieur faiblement échancré en arc de cercle ; bords latéraux un peu 
convexes-arrondis; bord postérieur lobé et arrondi au milieu, obli- 
quement tronqué de chaque côté ; écusson en triangle équilatéral. — 
Elytres brièvement ovalaires, peu convexes, largement arrondies en 
arrière, étroitement marginées; épipleures médioeres, presque planes, 
regardant en bas. — Prosteruum très-étroit, court; mésosternum sub- 
sinué en avant. — Abdomen formé en dessous de 6 arceaux. — 
Plaques abdominales limitées par un arc régulier, occupant à peu 
près toute la longueur do l'arceau. — Pattes asseï longues, les genoux 
dépassant un peu le contour des élytres; tarses à crochets subbifideiî, 
la division interne formée par une lamelle translucide, tronquée en 
avant et mesurant les trois quarts du crochet externe. 

Ce type est fortement caractérisé par ses antennes longues, à 
massue très-lâche, par sou pronotum à peine échancré en avant, par 
la structure spéciale des crochets des tarses. Ce sont des Coccinellides 
de taille moyenne, à forme brièvement ovalaire, largement arrondie, 
non atténuée en arrière; la pubescence qui les recouvre est assez 
longue et assez abondante. Les espèces, au nombre de huit, habitent 
le Brésil et la Colombie; nous avons reçu un type du Guatemala. 

EUPALEA. 
Muis\NT^ Species Col. Trim. Sécur. p. 889 (1). 
Tête subtriangulaire, engagée dans le prothorax jusque vers le 
(1) Syu. Cor.GiNEU.i, Guérin-Mén. Icon. Règ. Anim. p. 319. 



outalutbs. ÎOS 

milieu des yeuîf; épistome simple, labre tronqué, mandibules bifides. 

— Yeux grands, à granulations assez fortes, légèrement sinués au 
bord interne. — Antennes assez longues, atteignant aux angles pos- 
térieurs du prothorax, i article dilaté, un peu arrondi au bord anté- 
rieur, à massue formée de trois articles plus longs que larges, en 
triangle allongé, l'angle interne prolongé, le dernier tronqué. — 
Prouotum transversal, un peu plus étroit que les élytres, peu con- 
vexe; bord antérieur très-faiblemcnt échancré en arc de cercle; bords 
latéraux un peu arrondis; bord postérieur convexe au milieu et ar- 
rondi, subsinué de chaque côté, écussou petit, triangulaire.— Elytres 
brièvement ovalaires, largement arrondies en arrière, étroitement 
marginées, peu convexes; épipleuros médiocres, infléchies vis-à-vis 
des cuisses postérieures. — Prosternum relevé en carène obtuse, 
subaplalio, saillante au bord antérieur; mésosternum à peine échan- 
cré en avant. — Abdomen formé en dessous de 5 arceaux. — Plaques 
abdominales remarquablement petites, limitées par un arc entier et 
régulier, occupant seulement les deux tiers de la longueur du premier 
arceau. — Pattes médiocres, les genoux ne dépassant pas le contour 
des élytres; tibias subcomprimés, sillonnés en dehors; crochets des 
tarses bifides, la division interne courte, basilaire, atteignant seule- 
ment le milieu de la longueur de l'externe. 

Plusieurs caractères importants séparent ce type du précédent; les 
yeux sont très-faiblement sinués, la massue des antennes moins lâche; 
le nombre des arceaux de l'abdomen de cinq seulement ; les plaques 
abdominales moins développées; enfin les crochets des tarses sont 
bifides et non lamelleux. Quant à la forme générale, elle est la même 
que dans le goiu'C précédent. 

Les espèces décrites sont au nombre de 4 ; elles appartiennent au 
Itrésil, à la Colombie, au Mexique et à la Nouvelle-Hollande (1); une 
cinquième, originaire de cette dernière contrée, nous a été envoyée 
par feu M. Crotch. 

Groupe VI. Ortaliitet. 

Corps brièvement ovalaire ou arrondi, assez convexe, pubescent. 

— Epistome à bord antérieur non échancré. — Antennes insérée» 
vers la partie antéro-iutcrne des yeux, il base découverte, de H ar- 
ticles, atteignant au plus le milieu dos cùtés du pronotum, à massue 
funnéo d'articles moins longs que larges. — Elytres confusément 
ponctuées, plus larges à la base que le pronotum, arrondies aux 
épaules, étroitement rebordées; épipleures dépourvues de fossettes. 

— Plaques abdominales variables. — Pattes courtes, crochets bifides 
ou appondiculés. 

(1) Mulsaiit, Oimsc. culom. III, p. 120. 



206 COCCINBLUDKS. 

Des six genres compris daus la famillo des Ortalions de M. Mulsant 
nous n'avons pu en étudier, en nature, que la moitié seulement; ce 
sont des espèces rares dans les collections; deux do ces genres nous 
ont été généreusement donnés par notre ami, M. Crolch; l'autre nous 
a été obligeamment communiqué par M. E. Deyrolle. 

Les caractères de ce groupe sont peu tranchés ; parmi les Coccinel- 
lides pubescentes, il se rapproche également des Chnooditos et des 
Scymnites; en réalité, l'organisation de ces trois divisions dill'ère 
très-peu ; ainsi, les Ortàlites se distinguent des Chnooditos par leur 
épistome entier, et des Scymnites, sauf le genre Novius,par la largeur 
du pronotum notablement moindre à sa base que celle des élytres. 
La nombre des espèces est très-limité ; elles habitent le Nouveau et 
l'Ancien Monde; quelques genres ont môme des représentants dans 
l'un et dans l'autre. 

Le tableau suivant, qui n'est autre que celui exposé par M. Mulsant 
dans son bel ouvrage, le Species des Coléoptères Sécuripalpes, résume 
les caractères distinctifs dos genres : 

A. Antennes à massue ovoïdo. — Yeux échancrés. 

B. Plaques abdominales n'occupant pat toute la longueur du 

premier arceau. 

C. Plaques abdominales incomplètes au cAté externe. Ortalia. 

C. — — complètes — — Prodilis. 
B'. Plaques abdominales occupant ou A peu près toute la lon- 
gueur du premier arceau et fermées en dehors par une 

ligne à angle droit sur le bord de l'arceau. /enoria. 

A'. Antennes à massue tronquée à l'extrémité; yeux sans 
échancrure. 

D. Tibias grêles, à bord extérieur ni arqué, ni anguleux, non 

sillonné. Aîoria. 

1)'. Tibias anguleux ou arqués au bord extérieur, canalioulé 
dans sa longueur. 

E. Yeux à pourtour régulier. — Joues pou ou point distinctes. HocUtliu. 
£'. Yeux tronqués ou bordés à leur partie antérieure par les 

joues, transversalement dirigées. Vedalia. 

ORTALIA. 
MuLSANi, Species Col. Trim. Sécurip. p. 893 (1). 

Tôte engagée dans le prothorax, inclinée, terminée en avant par 
une espèce de petit museau court et obtus; labre assez long, arrondi 
à son bord antérieur. — Yeux très-grands, étroitement échancrés au 
bord interne. — Antennes insérées à l'angle interne et antérieur dos 

(1) Syn. CocciNELLA, Klug, Abliand. d. K. Akad. d. Wisscns. zu Berlin. 1834, 
p. 211; Guérin-Héu. Icon. Hèg. Anlm. p. 320. 



OllIALlITES. 207 

you.x, n'atteignant pas au milieu des bords latéraux du pronotum, à 
massue petite, serrée, ovoïde. — Pronotum transversal, plus étroit 
que les élytres, bord antérieur faiblement échancré en arc de cercle, 
bords latéraux convergents do la base au sommet, arrondis, bord pos- 
térieur tronqué au milieu, subsinueux do chaque côté; écusson grand, 
on triangle équilatéral. — Elytres brièvement ovalaires, arrondies aux 
épaules, étroitement marginées; épipleures étroites, planes, regardant 
directement en bas. — Prostornum très-étroit; mésosternum tro.nqué 
en avant. — Abdomen formé en dessous de cinq arceaux, avec des 
indices d'un sixième. — Plaques abdominales limitées par un arc 
effacé en dehors, occupant les deux tiers de la longueur de l'arceau. 
— Pattes médiocres; tibias subsillonnés en dehors; crochets des tarses 
bifides, la division interne un peu moins longue que l'externe, dirigée 
en dedans. 

Les yeux sont remarquablement développés, leurs bords internes 
sont droits, parallèles l'un à l'autre, de sorte que le front est presque 
régulièrement en carré ; la tète se termine en avant par une espèce 
de petit museau obtus et le labre qui le recouvre est assez allongé. 

L'insertion des antennes distingue ce genre des Epilachnites ; la 
forme de la massue les éloigne des Poria, des Eupalea. Les plaques 
abdominales sont incomplètes eu dehors, elles sont tout-à-fait fer- 
mées dans le genre suivant, les Prodilis. 

Les Ortalia habitent particulièrement Madagascar; ainsi sur 7 es- 
pèces connues, 5 appartiennent à cette gramde île; les deux autres 
habitent la Cafrerie ou le Gabon. Une dernière espèce a été décrite 
par M. Mulsant dans les Opuscules entomologiques, mais sa patrie est 
inconnue (i). 

PRODILIS. 

Mulsant, Species Col. Trim. Sécurip. p. 898. 

Plaques abdominales en arc ou presque en domi-corcle régulier et 
entier, n'occupant pas toute la longueur du premier arceau. — Pro- 
thorax en angle non bisinueux à la base. — Ongles munis d'une dont 
à la base de chacun de leurs crochets. 

Telle est la diagnoae tracée par M. Mulsant pour distinguer ce type 
du genre précédent, les Ortalia. 11 ne renferme qu'une seule espèce, 
découverte dans la Nouvelle-Grenade. 

ZENORIA. 
Mui.SANT, Species Col. Trim. Sécurip. p. 898. 

Tùtc triangulaire, engagée dans le prothorax; labre tronqué à son 
bord libre. — Yeux très-grands, étroitement échancrés à leur bord 

(I) Opus. oulom. m, p. 130. 



208 COCCINELLIDES. 

interne. — Antennes insérées vers l'angle antéro-intorne de ces der- 
niers, très-courtes, n'atteignant pas à beaucoup près le milieu des 
ccMés du pronotum, à massue petite, serrée, tronquée au bout. — 
Pronotum transversal, plus étroit que les élytres; bord antérieur fai- 
blement échancré on arc de cercle ; bords latéraux subconvexes, for- 
tement convergents de la base au sommet ; bord postérieur arrondi 
au milieu, sinué de chaque côté: écussou en triangle équilatéral. — 
Elytres trôs-brièvement ovalaires, marginées latéralement, assez con- 
vexes; épipleures assez larges, presque planes, regardant directement 
en bas. — Prosternum très-étroit ; mésosternum droit en avant. — 
Abdomen formé en dessous de 5 arceaux, le dernier un peu plus long 
et sinué à son bord postérieur.— Plaques abdominales occupant toute 
la longueur du premier arceau, limitées en dedans par un arc ré- 
gulier et en dehors par une ligne droite perpendiculaire au bord de 
l'arceau. — Pattes médiocres, tibias grêles et longs, atténués vers 
l'extrémité ; tarses à crochets bifides, la division interne un peu plus 
courte et arquée en dedans. 

Dans un type inédit que nous avons sous les yeux, les tarses pos- 
térieurs semblent avoir des crochets simplement appendiculés, tandis 
que ceux des deux autres paires sont bifides. Cette structure anor- 
male mérite d'être signalée à l'attention des entomologistes. 

Le contour des plaques abdominales limitées on dehors par un bord 
droit et perpendiculaire au bord transversal do l'arceau, est tout-à- 
fait caractéristique de ce genre. Les espèces, au nombre do 5, ont 
été découvertes au Brésil ou dans la Colombie. 

AZORIA. 
MutSÀNT, Specits Col. Trim. Sécurip. p. 902. 

Jambes grêles, ni anguleuses ni arquées sur leur arête externe; 
sans sillon pour recevoir le tarse. — Antennes prolongées jusqu'à la 
moitié des côtés du prothorax, à massue subdcntolée. — Yeux bordés 
plutôt qu'échancrés par des joues étroites, très-obliquement dirigées 
en avant, arrondies, séparées par un front deux fois aussi large que 
lo diamètre transversal de chacun d'eux. — Prothorax en angle très- 
ouvert et peu ou point sinueux à la base. 

Cette diagnose, qui est empruntée au Species des Coléoptères Tri- 
mères Sécuripalpes, permettra de distinguer ce genre des Rodaua et 
des Vebalia. H ne comporte qu'une seule espèce, dont la patrie est 

inconnue. 

RODALIA. 

MuiSARi, Species Col. Trim. Sécurip. p. 902. 

Tète assez forte, engagée dans le prothorax à peu i)rès jusqu au 
milieu des yeux; épistome coupé droit en avant; labre développé, 



OHTALUTES. 209 

convexe, arrondi k son bord libre, subdilat6 sur les côtés. — Yeux 
assez grands, droits à leur bord interne, trôs-légèrement sinucs vis- 
à-vis de l'insertion antennaire. — Antennes petites, griMes, à peine 
aussi longues que la largeur du front, à massue peu marquée légè- 
rement ovoïde ou oblongue. — Pronotumi transversal, plus étro'it q^uo 
les élytros, bord antérieur échancré, écliancrure presque droite dans 
son fond, bords latéraux dilatés, tombant en avant; bord postérieur 
arqué, tronqué-obtus dans son milieu; écusson en triangle équila- 
téral. — Elytres brièvement ovalaires, arrondies en arrière, convexes 
trôs-étroitement marginées; épipleures larges, concaves, regardant 
un pou en dedans, dépourvues de fossettes. — Prosternum assez largo 
entre les hanches, relevé et rétréci en avant, saillant au bord anté- 
rieur. — Abdomen formé en dessous de 6 arceaux. — Plaques abdo- 
minales limitées par un arc entier et régulier, occupant un peu plus 
de la moitié de la longueur de l'arceau. — Pattes assez robustes 
subcompnmées; tibias à bord externe creusé en sillon, anguleux près 
du genou; crochets des tarses bifides, la division interne un peu plus 
courte que l'externe. 

Les principaux caractères de ce genre résident dans l'absence d'é- 
chancrure au bord interne des yeux, dans la structure des tibias qui 
sont canahculés longitudinalement et anguleux vers la base. Le pro- 
stornum nous paraît également revêtir une conformation spéciale, il 
est relevé de la base vers le sommet, ou bien si l'on veut, fortement 
doclive en arrière; son sommet est tanlùt aigu (fi. roseipennis), tantôt 
tronqué {R. chermesina, fi. rufopilosa). Ce sont les seules espèces que 
nous ayons pu étudier, grâce à l'obligeance do M. E. DeyroUe; do 
sorte que nous ignorons si le prosternum présente la même structure 
dans les autres types. 

On trouve dans le Species des Coléoptères Sécuripulpes et dans les 
Opuscules entomologiques (1) la description de U espèces de ce genre; 
elles sont disséminées dans l'Ancien et le Nouveau Continents; on en 
a découvert 2 aux environs do Cayenne, 1 au Brésil, 1 en Chine, 2 à 
Java, 2 au Bengale et 1 à Madagascar. M. Thomson a signalé une es- 
pèce au Gabon (2). 

VEDALIA. 
MuLSANT, Species Col. Trim. Sdcurip. p. 903. 

Yeux bordés ou échancrés à leur partie antérieure par des joues 
transversalement dirigées, subparallôles à leur côté interne. — Elytres 
arrondies aux épaules. — Jambes arquées ou anguleuses sur leur 
areto externe. 

Cette diaguose, également empruntée au Hpecies de M. Mulsant, 

(1) Mulsaut, Opus. ontom. 111, p. 130. 
|2) Tliomsoii, Aicliiv. Eutom. Il, p. 237. 
Coléoptères. Tome XI!. ^^ 



210 DOCCINBLLIDKS. 

nous parait appliquée à un type bien pou dill'érent, on réalité, du 
gonro RoDALU. Mais il est impossibift do rien préjuger, vu la brièveté 
des caractères indiqués, sans avoir les espèces sous les yeux, chose 
que nous n'avons pu obtenir. Du reste, il n'y a que deux types dé- 
crits, l'un a été rapporté du Mexique, l'autre de la Nouvelle-Hol- 
lande. 

Groupe VII. Saymnite». 

Cotps très-brièvement ovalaire, de moindre taille, peu convexe, 
pubescent. — Epistome entier à son bord libre. — Antennes comtes, 
atteignant par exception les angles postérieurs du pronotum, formées 
souvent de moins de 11 articles. — Pronotum ordinairement de la 
largeur des élytres à sa base. — Elytres non striées-ponctuées. — 
Pattes courtes et robustes; crochets des tarses appemdiculés. 

Le groupe actuel, tel que nous l'avons admis, ne correspond ni aux 
Scymniens, ni aux Scymniaires de M. Mulsant, il est, au point de vue 
de sa composition, intermédiaire aux uns et aux autres ; moins vaste 
que la première de ces divisions, il a des limites plus étendues que 
la seconde. 

D'après le Species de M. Mulsant et le Supplément à cet ouvrage 
publié dans les Opuscules, les Scymniens renferment quatorze genres 
répartis en sept branches. Les Scymnites ne comprenuent que sept 
genres groupés d'après leurs affinités réciproques. Les genres Orys- 
soMus et Cranaphorus constituent un groupe à part en raison de la 
forme du pronotum ; les Platynaspis et les Puarus, eu égard à la 
disposition do l'épistome, ont été reportés dans le groupe des Chilo- 
corites; enlin les Crypiogonus, avec les Aspidimerus comme sous- 
genre, et les BucALLS constituent mi groupe spécial avec les Azya, à 
causo de la conformation des épipleures des élytres. 

Par suite de cotte disposition, le groupe des Scymnites comprend 
seulement les genres Crypiolœmus, Novius, Scymnls, Clanis, Hazis, 
Platyomus et Rmzonius. A proprement parler, les Scymnites ne nous 
ofl'rent pas un type particulier, ce ne sont ni des Çhilocorites, ni dos 
Hypéraspites, mais plutôt des Coccinellites pubescenles. Leurs carac- 
tères sont plutôt négatifs que positifs et de moindre importance ; les 
antennes sont délicates et terminées par une petite massue à articles 
serrés ; le pronotum est aussi large que les élytres à sa base, excepté 
dans le genre Novius; l'épistome n'est pas échancré à sou bord an- 
térieur. 

Le seul genre Scymnus est assez riche en espèces, et leur distribu- 
tion géographique, pas plus que colle des autres types, ne présente 
do particularités dignes d'être mentionnées ici. Quant aux états pri- 
mitifs, qui nous sont connus, nous avons exposé dans les généralités 
l'état actuel des connaissances. 

Le tableau suivant résume les caractères distinctifs des genres : 



SCYMNITES. 211 

A. ProslerDum avancé en mentonnière et cachant les or- 

ganes buccaux. Cryptokmus. 

A'. Prosternum ne cachant pas les organes buccaux. 

B. Môsosteruum caréné longitudinalement et creusé en 

avant d'une fossette en losange. Platyomus. 

B'. Mésosternum non caréné le ngitudinalement. 

C. Pronotum notablement moins large que les élytres. Novius. 

C. — à peu près aussi large que les élytres. 

D. Epistome échancré en arc de cercle de chaque côté. Clanis. 
D'. — obliquement coupé de chaque côté. 

E. Antennes courtes, atteignant seulement le quart des 

côtés du pronotum. Scymnus. 

E'. Antennes longues, atteignant la base du pronotum. 

F. Yeux échanorés au bord interne. Hazis. 

P. Yeux entiers. Rhisobius. 



CRYPT0L7EMUS. 
MuLSANT, Opuscules entom. III, p. 140. 

Tète large, courte, infléchie, engagée dans le prothorax au-delà du 
milieu des yeux ; epistome tronqué, labre court, droit à son bord 
antérieur; organes buccaux cachés par un prolongement du proster- 
num. — Yeux assez grands, faiblement échanorés. — Ajitennes in- 
sérées à l'angle antéro-iuterne des yeux, atteignant à peine le milieu 
des côtés du pronotum, de 10 articles, les trois derniers dilatés, for- 
mant une petite massue subcomprimée et obtuse au bout. — Prono- 
tum transversal, un peu plus étroit que les élytres, bord antérieur 
faiblement échancré, distinctement sinué de chaque côté derrière les 
yeux, bords latéraux presque droits, arrondis et convergents en avant; 
bord postérieur arqué, tronqué au milieu et subsinueux de chaque 
côté; écusson en triangle équilaléral. — Elytres briôvement ova- 
aires, peu convexes, arrondies en arrière, étroitement marginées; 

épipleures étroites, rétrécios en arrière, sans fossettes distinctes. 

Prosternum étroit entre les hanches, son bord antérieur droit et 
prolongé de manière à cacher les organes buccaux; mésosternum dis- 
tinctement sinué à son liord antérieur. — Abdomen formé de 5 ar- 
ceaux on dessous avec des vestiges d'un sixième. — Plaques abdo- 
minales limitées, par un arc régulier et complet, occupant les trois 
quarts de la longueur du premier arceau. — Pattes médiocres, cuisses 
et tibias subcomprimés, les derniers creusés d'un sillon au bord ex- 
terne ; tarses à crochets appendiculés, 

Cette coupe générique est bien caractérisée par la pubescence des 
parties supérieures, jointe à la prolongation antérieure du proster- 
num. Elle ne renferme qu'une seule espèce rapportée de l'Australie 



£1S COCGINEUJDBS. 

par l'abbé Montrousier; c'est une Coccinellide de forme ovalaire, sub- 
déprimée, mesurant S millimètres, noire, à corselet et extrémité des 
élytres fauves. 

NOyiUS. 
MuLSAMT, Species Col. Trim. Sécurip. p. 943 (1). 

Tête courte, réfléchie en dessous, engagée dans le prothorax au-delà 
du milieu des yeux; épistome coupé carrément en avant; labre éga- 
lement tronqué à son bord antérieur, ses bords latéraux dilatés et 
arrondis; mandibules bifides; dernier article des palpes maxillaires 
développé, sécuriforme. — Yeux entiers, à bord interne droit. — An- 
tennes insérées à l'angle antéro-interne de ces derniers, ne mesurant 
pas la largeur du front, formées de 8 articles. 1 grand, dilaté, 2 semi- 
globuleux, 3-S obconiques, 6-8 renflés, dilatés, formant une petite 
massue cylindroïde. — Pronotum transversal, plus étroit que les ély- 
tres, bord antérieur non échancré, simplement sinué de chaque cété 
derrière les yeux, bords latéraux faiblement convexes, bord postérieur 
simple, arqué; écusson en triangle équilatéral. — Elytres ovalaires, 
peu convexes, étroitement marginées; épipleures médiocres, offrant 
des fossettes très-obsolètes pour loger les genoux des pattes moyennes 
et postérieures. — Prosternum étroit entre les hanches, dilaté en ar- 
rière et concave; mésosternum tronqué en avant, à surface égale- 
ment déprimée. — Abdomen formé on dessous do 6 arceaux, le der- 
nier aussi long que le précédent. — Plaques abdominales limitées 
par un arc régulier, occupant à peine la muitié de là longueur du 
premier arceau. — Pattes médiocres, tibias comprimés, tarses à cro- 
chets appendiculés. 

Les Coccinellides de cette coupe sont de petite taille, 3 à ■* milli- 
mètres, d'une forme assez régulièrement ovalaire et faiblement con- 
vexe ; on ne connaît que trois types, deux sont européens, le troisième 
australien. 

Comme forme générique, elle est bien caractérisée par la structure 
des antennes, formées seulement de 8 articles, par le pronotum, plus 
étroit que les élytres et à bord antérieur presque droit, par son pro- 
sternum concave en arrière, etc. MM. Mulsant, Redtenbacher et Fair- 
maire donnent les antennes comme formées de 8 ou 9 articles; nous 
n'avons pu découvrir la cause de ce doute, les différents articles pa- 
raissent bien distincts l'un de l'autre et dans l'exemplaire que nous 
avons examiné {N. cruentatus, Berlin), ils sont nettement au nombre 
de huit. 

(1) Syn. NoMius, Mulsant, Hist. iiat. Col. Sécurip. p. 21.'$. — Novios, Pair- 
maire, Gênera Col. Europ. lY, p. 287; Redtenbacher, Faun. Austr. 2' éd. 
p. 970. 



SCYUraiTES. 213 

SCYMNUS. 
KucEtANN, Scheider's Magaz. V, p. K45 (1). 

Tête médiocre, engagée dans le prothorax au-delà du bord posté- 
rieur des yeux; épistome non soudé aux joues, échancré en arc de 
cercle à son bord antérieur; labre court, tronqué, rétréci d'arrière en 
avant sur ses côtés; mandibules robustes, à pointe bifide, munies 
vers la base d'une dent aiguë; mâchoires à lobes subégaux, ciliés au 
sommet, à palpes Je i articles, \ très-petit, 2 et 3 obconiques, beau- 
coup plus larges, 4 allongé, subquadrangulaire, tronqué arrondi à 
son sommet, non sécuriforme; lèvre inférieure il menton trapézoïdal, 
languette courte, tronquée on avant, à palpes très-grêles, à dernier 
article aciculé. — Yeux assez grands, entiers et droits à leur bord 
interne. — Antennes grêles et courtes, n'atteignant pas le milieu des 
ci'ités du pronotum, formées de \\ articles, les trois derniers renflés et 
formant une massue ovoïde, obtuse au bout; parfois paraissant for- 
mées de 10 articles seulement, les deux premiers étant plus ou moins 
confondus. — Pronotum transversal, à peu près aussi large que les 
élytres, bord antérieur subémarginô, sinué de chaque côté derrière 
les yeux; bords latéraux faiblement convexes, un peu convergents en 
avant; bord postérieur arqué, tronqué ou subarrondi vis-à-vis de l'é- 
cusson, sinué de chaque côté; angles postérieurs presque droits et 
mousses; écusson petit, triangulaire.— Elytres brièvement ovalaires, 
médiocrement convexes, submarginées; épipleures médiocres, regar- 
dant directement en bas, à fossettes nulles ou peu marquées. — Pro- 
sternum étroit, subcanaliculé longitudiiialement; niésosteruum grand, 
large, subsinuô en avant. — Abdomen formé en dessous do 3 arceaux. 

— Plaques abdominales variables, limitées ou non par un arc irrégu- 
lior, occupant une longueur plus ou moins considérable du premier ar- 
ceau. — Pattes courtes, tibias subcomprimés, subarqués au bord ex- 
terne, déprimés ou sillonnés; crochets des tarses longuement appen- 
liiculés. 

A l'exemple de M. L. Fairmaire, nous avons réuni aux Scymnus le 
genre Cœi.optehus de M. Mulsant; la présence de fossettes épipleu- 
lales un pou plus profondes no suffit pas à la distinction de ce 
genre; d'autant plus que chez certaines espèces de Scymnus, il est 
lacile do constater la présence de fossettes aux épipleures, non-seu- 
lement pour les pattes postérieures, mais également pour celles de la 
paire moyenne. 

(1) Syn. CocciNBLtA, Geoffroy, Fabricins, Rossi, Gyllenliall, Illiger, etc., etc. 

— Scymnus, Herbst, Naluis. VII, p. 3^0; Redicnbaclicr, Germ. Zelts. V, p. 122; 
Faun. Austr. 2" éd. p. 970; Miilsani, Hist. nat. Col. Séourip. p. 219; Specics, 
P- iffiO; Fairmaire, Gon. Col, Eiuop. IV, p. 288. — Coelopterus, MulsanI, 
Opusc. eulom. Il, p. 89. 



214 COCCIMGLLIDBS. 

En outre, M. Mulsant a partagé son gonro Scymnus en six groupes, 
auxquels il a attribué les noms g('m6riques de Diomus, Zilus, Neplius, 
Scymnus, Sidis, Pallus; ils sont basés sur l'état des pla(iues abdomi- 
nales qui sont complètes ou iacomplÈtes, qui occupent des espaces 
différents sur la longueur du premier arceau do l'abdomen ; ce sont 
de bonnes divisions à établir dans un genre assez nombreux, mais 
rien de plus. 

Nous avons soumis au micfosoope les antennes du Scymnus analis 
Fabr. et nous les avons trouvées formées de M articles; cependant, il 
n'est pas impossible que la distinction des deux premières pièces soit 
difficile dans certains cas; leurs rapports, dans l'espèce que nous avons 
examinée, sont très-intimes et la suture peut être parfois effacée. 

Le nombre des espèces dépasse actuellement la centaine ; toutes 
les contrées du globle possèdent des représentants plus ou moins 
nombreux, mais c'est seulement dans ces derniers temps que les en- 
tomologistes ont fait connaître plusieurs espèces do l'Océanie et de la 
Nouvelle-Hollande. Jusqu'à maintenant, l'Europe, comme la mieux 
explorée, paraît la contrée la plus riche en types divers ; vient en- 
suite l'Amérique du Nord, la Cafrerie, les Indes orientales (1). 

CLAMS. 
MuLSAMT, Species Col. Trim. Sécurip. p. 999 (2). 

Repli des élytres non creusé de fossettes.— Antennes de 11 articles, 
prolongées au moins jusqu'à la moitié des. côtés du prothorax; à 
massue ovo'ide. — Epistome échancré presque en cercle vers la base 
de ses côtés, pour l'insertion dos antennes. — Corps hémisphériqne. 
— Plaques abdominales incomplètes, en arc atteignant vers sou quart 
externe le bord postérieur de l'arceau, avec lequel elles se confondent 
ensuite jusqu'au bord latéral. 

Ce genre est très-voisin des Scymnus, et ne s'en distingue guère 
que par l'échancrure en arc de cercle des côtés de l'épistome, échan- 
crure destinée à recevoir l'insertion des antennes. 11 ne renferme 
qu'une seule espèce rapportée des Indes orientales, déjà connue de 
Fabricius et décrite par lui sous le nom de Coccinella pubescens. 
Nous n'avons pu l'étudier en nature. 

(1) Motschulsky, Etudes Enlom. VU, p. 117, décrit onze espèces de Ceylan 
et des Indes orientales. 

Boheman, Freg. Eug. Resa, p. 203, fait connaître treize Scymnus de Cali- 
fornie, de Rio-Janeiro, île Manille, de Malacca, de Sydney, etc. 

Walker (Ann. of Nat. Hist. 3° S. t. IV, p. 174); Brisout do BarneYille, dans 
le Catalogue de Grenier, ont décrit plusieurs espèces nouvelles. 

(2) Syn. Coccinella, Fabricius, Sysl. El. I, p. 357, 5; Scliônherr, Syn. Inseot. 
H, p. 203. 



SIS 



HAZIS. 
MoLSANi, Speciei Col. Trim. Sécur. p. 1001. 

Antennes longues, atteignant au moins les angles postérieurs du pro- 
notum, de il articles distincts, les trois derniers formant une massue 
dentelée, tronquée au bout. — Yeux obliques, grossement granulés, 
échancrés vers le milieu de leur côté interne, par les joues transver- 
salement dirigées. — Pronotum faiblement échancré à son bord an- 
térieur, à sinuosités postoculaires pou marquées. — Plaques abdo- 
minales complètes, prolongées presque jusqu'à l'extrémité de l'arceau. 
— Crochets des tarses appendiculés. 

Ce type que nous n'avons pu étudier en nature, offre les affinités 
les plus intimes avec les Rhizobius; néanmoins, il s'en distingue par 
les yeux qui sont arrondis et échancrés vers le milieu de leur cûté 
interne. 

Il ne renferme qu'une .seule espèce, décrite par M. Mulsant sous le 
nom de Nazis Menouxi; c'est une CoccinoUide de 41/2 millimètres de 
longueur, pul)escente, d'un brun noir et ornée de deux bordures d'un 
rouge carminé, l'une suturale, l'autre marginale. Elle a été décou- 
verte au Brésil, et rappelle, dans le Nouveau-Monde, les Ruizobiiis de 
l'Ancien. 

PLATYOMUS. 
Mulsant, Opusc. entonwl. lU, p. 157. 

Tète médiocre, engagée dans le prothorax jusque vers le milieu 
des yeux; épistome subflexueux à sou bord libre, coupé obliquement 
i\ l'endroit des joues; labre peu saillant, subémarginé; dernier article 
lies palpes maxillaires largement sôcuriforme. — Yeux assez convexes, 
indistinctement sinués au bord interne. — Antennes à insertion décou- 
verte, atteignant le milieu des côtés du pronotum, de 11 articles, les 
trois derniers renflés en massue obtriangulaire. — Pronotum trans- 
versal, un peu moins largo que les élytres, à bord antérieur sub- 
échancré, faiblement sinué de chaque côté, bords latéraux un peu 
convexes, arrondis et convergents en avant ; bord postérieur arqué, 
tronqué dans son milieu et subsinué de chaque côté; écusson en 
triangle équilatéral. — Klytros trôs-briôvement ovalaires, élargies à 
partir des épaules jusqu'au tiers de leur longueur, arrondies en ar- 
lière; épipleures assez larges, rétrécies en arrière, dépourvues de 
fossettes, faiblement impressionnées vis-à-vis des pattes moyennes et 
postérieures. — Prosternum relevé sur la ligne médiane, la partie 
relevée offrant une dépression large en arrière, graduellement ré- 
tiécio et se terminant en avant par une saillie aiguë au bord anté- 
l'ieur; mésosternum assez large, caréné longitudinaleinent sur la ligne 
médiane, offrant eu avant une petite cavité en losange transversal. 



216 C.Or.ClNKLUDES. 

— Abdomen forme en dessous de six arceaux. — Plaques abdomi- 
nales complètes, non prolongées jusqu'au bord externe, limitées par 
un arc régulier, n'occupant iine les trois cinquièmes de la longueur de 
l'arceau. — Pattes médiocres, tibias grêles, subsillonnés en dehors; 
crochets des tarses appendiculés. 

^ous avons tracé ces caractères d'après un type que nous devons à 
l'obligeance de notre ami Crotch et déterminé comme le Platyomus 
lividigaster de M. Mulsant; nous avons vérifié l'exactitude de la des- 
cription. Nous faisons cette remarque, parce que les caractères énon- 
cés diifôrent à certains égards de ceux assignés à ce genre par l'au- 
teur des Opuscules, notamment pour les antennes que nous avons 
données comme formées de 11 articles, et pour les yeux dont la gra- 
nulation nous a paru normale. 

Cette réserve faite, le genre est très-remarquable par la structure 
du prosternum et du mésosternum. C'est le seul type où nous ayons 
trouvé ce dernier caréné longitudinalement. Les plaques abdominales 
sont également remarquables par leur peu de développement. 

Doux espèces, originaires de l'Australie, ont été décrites par M. Mul- 
sant. 

RHIZOBIUS. 

Stepheks, Illustr. of lirit. Enf. p. 373 (1). 

Tête subarrondie, engagée dans le prothorax jusqu'au milieu dos 
yeux; épistome droit en avant; labre arrondi, Irès-légèrement émar- 
giné; dernier article des palpes maxillaires sécuriforme. — Yeux ar- 
rondis, siibentiers, assez grossement granulés. — Antennes insérées 
h découvert an côté interne des yeux, atteignant presqu'à la base du 
pronotum, formées de 1 1 articles, les trois derniers dilatés, formant 
une massue obconique, subdentée en dedans, le dernier anguleux. 

— Pronotum transversal, un peu moins largo que les élytres, bord an- 
térieur très-faiblement émarginé en arc de cercle, non sinué de cha- 
que côté; bords latéraux subarrondis, convergents en avant; bord 
postérieur arqué, subsinué de chaque ciHé; angles antérieurs obtus, 
non saillants, les postérieurs presque droits; écusson très-petit, trian- 
gulaire. — Elytres ovalairos, ayant leur plus grande largeur au mi- 
lieu, à surface peu convexe et confusément ponctuée ; épipleurcs étroi- 
tes, planes, regardant en bas, sans fossettes. — Prosternum subélargi 
en arrière des hanches, tronciué ;\ la base; mésostornum subsinué 
en avant. — Abdomen formé en dessous do 5 arceaux. — Plaques 
abdominales complètes, n'atteignant pas le bord externe, Umitées par 

(1) SïD. NiTiDULA, Fabricius, Hcrbst, Rossi. — Debuesïes, Steplioni. — 
Stroncïlus, Sclionlierr. — Anthribus, Olivier. — Coccineixa, Panzer, llllgcr, 
Latreilte. — Nundina, Dfjean, Redlenbaclier. — ItiiizoBiri.s^ Re(ltenl)acbcr, Faiio. 
Aiistr. 2"éd.p. 97-i;Miilsaiit, Hist. nat. Col Sécurip. p. 2C1 ; Specics, p. 1002; 
Faiimairc, Giîiipra Col. Europ. IV, p. 289. 



cranophorites. 217 

en arc presque régulier, occupant les trois cinquièmes do la longueur 
du premier arceau. — Pattes médiocres; tibias grêles, non sillonnés 
on dehors; tarses à crochets appendiculés. 

Les mâles, au moins dans les espèces européennes, se reconnais- 
sent à la présence d'un sixième arceau ventral à l'abdomen et à la 
plus grande longueur de l'appendice des crochets des tarses. 

Les Hhizobius sont do petites Coccinellides, de 3 à 4 millimètres 
de longueur, rarement davantage. Sur les 11 espèces connues, 6 ha- 
bitent la Nouvelle-Hollande et les îles voisines; 2 ont été découvertes 
au Cap, 1 à l'île Madère (1) ; les deux dernières vivent en Europe. 

Comme on a pu le voir dans la synonymie, la place de ce genre a 
été controversée et très-diversement interprétée par les premiers En- 
tomologistes; aujourd'hui on est généralement d'accord à ce sujet. 
Quoique voisin des Scymnus, ce genre s'en distingue facilement par 
la longueur des antennes, la forme et la composition des yeux; la 
gracilité des tibias, par le peu de développement des plaques abdo- 
minales. 

M. Mulsant a partagé les espèces en trois groupes, qu'il a désignés 
sous les noms de genre Axms, Rodatus, Rhizobius, et ce d'après la 
forme des antennes, ou les angles postérieurs du pronotum. Les dif- 
férences de ces types sont peu sensibles en réalité et suffisantes pour 
caractériser des groupes spécifiques. 

Groupe VIII. Cronophoritei. 

Corps brièvement ovalaire, pubescent. — Tète entièrement cachée 
par le prolongement du pronotum. — Antennes de 11 articles. — 
Pronotum h bords latéraux et antérieurs confondus sous une môme 
courbure en demi-cercle. — Elytres à épipleuros planes, non creu- 
sées de fossettes. — Abdomen formé en dessous de 5 arceaux ; plaques 
abdominales parfois difficiles h reconnaître. — Pattes à crochets sim- 
ples ou bifides. 

Au premier abord, ce type semble étranger à la Famille des Cocci- 
nellides par suite de la dilatation antérieure du prouotum ; cependant, 
à part cette particularité, qui n'inllue on rieu sur le reste de l'oiga- 
nisme, il présente des affinités étroites avec le groupe des Scymnites. 
Deux genres seulement sont connus jusqu'à ce jour, l'un habite la 
Colombie, l'autre, un point à peu près diamétralement opposé, l'Afri- 
ipie australe. Ils se distinguent l'un de l'autre de la manière suivante : 
A. Crochets bifides; massue des antennes de 5 articles 

graduellement renflés. Oryssomus. 

A". Crocliets simples ; massue des antennes ovoide, de 3 

à 4 articles. Crnnophorus. 

(1) Wollaston, Cat. of Col. Ins. of Madeira, p. 137. 



218 COCCINBLUDES. 



- Reicbe, MotSANT, Sptcies Col. Trim. Sicurip. p. 939. 

Tête petite, invisible d'en liaut, entièrement cachée par le prono- 
tum; laire très-légèrement échancré à son bord antérieur; palpes 
maxillaires très-robustes, le dernier article très-développé , sécuri- 
forme; palpes labiaux très-grêles, filiformes. — Yeux recouverts, 
visibles partiellement en dessous. — Antennes assez courtes, de 11 
articles, les cinq derniers progressivement dilatés en une massue ser- 
rée, obconique, tronquée au bout, comprimée et moins large que 
le dernier article des palpes maxillaires. — Pronotum un peu trans- 
versal, plus étroit que les élytres, à bords latéraux et antérieur con- 
fondus sous une même courbure, avancée et cachant la tète, bord 
postérieur convexe-arrondi au milieu, subsinueux de chaque côté; 
surface peu convexe; écusson médiocre, en triangle. — Elytres briè- 
vement ovalaires, peu convexes, étroitement marginées, épipleures 
peu larges, planes, regardant directement en bas. — Prosternum étroit, 
peu convexe; mésosternum droit à son bord antérieur. — Abdomen 
formé en dessous de S arceaux, le dernier du double plus long que 
le précédent. — Plaques abdominales limitées par un arc régulier et 
entier, occupant les deux tiers de la longueur du premier arceau. — 
Pattes faibles; tibias subcomprimés, à bord externe droit; tarses à 
crochets bifides, la division interne courte et médiane. 

Une seule espèce de ce genre remarquable est connue, elle habite 
la Colombie. C'est un petit insecte noir marqué de rouge au prono- 
tum et à l'extrémité des élytres, peu convexe et mesurant 3 à 4 mill. 
de longueur. 

CRANOPHORUS. 
MoLSANT, Species Col. Trim. Sécurip. p. 910. 

Tète petite, tout-à-fait invisible d'en haut; labre faiblement ar- 
rondi en avant; dernier article des palpes maxillaires un peu plus 
long que large, obliquement tronqué au bout. — Yeux difficiles à voir 
et seulement en dessous. — Antennes assez longues, terminées par 
une faible massue ovoïde-allongée, formée de 3 ou 4 articles, cylin- 
driques, non comprimés. — Pronotum un peu moins large que les 
élytres, en demi-cercle assez régulier, bords antérieur et latéraux 
confondus sous une même courbure, bord postérieur faiblement 
arqué et convexe en arrière; angles postérieurs droits, les antérievirs 
nuls; écusson en triangle. — Elytres ovalaires, leur plus grande 
largeur au milieu, peu convexes, étroitement marginées; épipleures 
médiocres, pianos, regardant directement en bas, ofirant une légère 
dépression vis-à-vis des cuisses postérieures et effacées un pou au- 
delà. — Prosternum uu peu relevé sur la ligne médiane, subdé- 



COCCIDUllTES. 219 

primé et sillonné de chaque côté; mésosternum très-court, subsinueuz 
en avant. — Abdomen formé en dessous de 5 arceaux. — Plaques ab- 
dominales limitées par un arc régulier, occupant à peine la moitié 
do la longueur de l'arceau. — Pattes faibles; tibias subarqués au 
bord externe, tarses à crochets simples. 

Les caractères distinctifs de ce genre et du précédent sont nom- 
breux : la forme générale est plus allongée, plus ovalaire; le prono- 
tum est moins largement dilaté en avant; les antennes sont cyliu- 
droïdes et terminées par une faible massue fusiforme ; les crochets 
des tarses sont simples, etc. 

Les espèces, au nombre de 3 seulement, sont propres à l'Afrique 
australe. 

A propos de deux d'entre elles, M. Mulsant fait observer qu'il n'a 
pas vu les plaques abdominales ; on doit en conclure qu'elles sont 
visibles dans la 3° espèce , le C. i-notalus. Nous avons pu étudier 
cette forme et nous avons recherché les plaques; on pourrait, avec 
juste raison, douter de leur existence; l'arc régulier que porte le pre- 
mier arceau ventral, n'est peut-être que le bord marginé de l'échan- 
crure qui donne passage aux hanches postérieures. Si ce type appar- 
tient à la Famille des Coccinellides, c'est une forme très-aberrante. 

Groupe IX. CooaiduUtef. 

Corps oblong, peu convexe, pubescent. — Epistome entier. — An- 
tennes insérées à l'angle antero-interne des yeux, de 11 articles, at- 
teignant aux angles postérieurs du pronotum, à massue allongée, de 
3 articles. — Pronotum rétréci en arrière, moins largo que les élytres. 
— Celles-ci à côtés parallèles sur leurs deux tiers antérieurs, à sur- 
face peu convexe, ponctuée et ornée de quelques séries de gros 
points; épipleures dépourvues de fossettes. — Crochets des tarses 
bifides. 

Cette division ne renferme qu'un seul genre ; les deux espèces con- 
nues, qui appartiennent à la Faune européenne, ne ressemblent, au 
premier abord, en aucune façon au type des Coccinellides, elles rap- 
pellent plutôt les Cryptophagides ou les Nitidulaires ; cependant elles 
rentrent sans aucun doute, dans la Famille actuelle. 

Un seul genre : Coccidula. 

COCCIDULA. 
KuG«iiiNN, lUiger's Kàf. Preuss. p. 421 (1). 

Tôte petite, triangulaire, engagée dans le prothorax un peu au-delà 

(1) CiiRYSoMELA, Herbst, Fabriciiis. — Nitidula, Fabricius. — Anthkibus, 
OliviiT. — Sthoncylus, Ilerbst. — Coccinbi.la, Uliger, Latreille, Uuinéril. — 
Cacidui.», Curtis, Bril. Eotom. 3, pi. 144. — Cocciuiii.*, Dujean, Catal. H' éd. 



220 C.OCr.lNIîLLIDES. 

seulement du bord postérieur dos yeux ; épistotne tronqué ; labre ar- 
rondi en avant; dernier article des palpes maxillaires médiocre, sécu- 
riforme. — Yeux subarrondis, assez convexes, grossement granulés. 
— Antennes grêles et longues, dépassant la base du pronotum, doll 
articles, i dilaté, subarrondi en avant, les trois derniers épaissis, for- 
mant une massue obcouique, peu serrée, subdentée on dedans, tron- 
quée au sommet. — Pronotum transversal, légèrement rétréci vers la 
base, un peu plus étroit que les élytves, à bord antérieur à peine dis- 
tinctement émarginé, bords latéraux dilatés-arrondis en avant, bord 
postérieur faiblement arqué, subsinué de chaque côté ; angles anté- 
rieurs très-obtus, les postérieurs droits, asseï pointus; écusson petit, 
triangulaire, plus large que long. — Elytres oblongues, subélargies, 
jusqu'aux deux tiers postérieurs, arrondies à l'extrémité; surface peu 
convexe, fortement ponctuée, ornée, en outre, de quelques séries de 
gros points; épipleures planes, obliques en dehors, sans trace de fos- 
settes. — Prosternum relevé et aplati sur la ligne médiane, tronqué 
à la base; mésosternum offrant eu avant une profonde fossette trans- 
versale. — Abdomen formé en dessous de 6 arceaux. — Plaques ab- 
dominales complètes, limitées par un arc régulier, n'atteignant pas le 
bord externe ni la moitié de la longueur du premier arceau. — Pattes 
assez longues, l'extrémité des cuisses dépassant le contour extérieur; 
tibias grêles ; crochets des tarses bilides . 

Le corps de ces petites Coccinellides est oblong-ovalaire, peu con- 
vexe, orné d'une pubescence assez rare. Le faciès n'est plus celui des 
autres types do la famille, il rappelle plutôt celui des Nitidulaires ou 
des Cryptophagides ; aussi les premiers Entomologistes ont placé tan- 
tôt dans un genre, tantôt dans un autre, les espèces européennes 
connues. Les affinités de ce genre ont été mises en lumière par Ku- 
gelann, mais il n'en résulte pas moins que les Coccidula, malgré leur 
organisation, constituent des formes de transition. 

La ponctuation des élytres est spéciale à ce genre ; au milieu de 
points nombreux, il n'est pas difficile d'observer des séries ponctuées, 
surtout vers la suture ; rien d'analogue n'a été signalé dans le reste 
de la famille ; cela ne suffirait pas pour former de ce genre un groupe 
à part, si d'autres caractères résultant de la forme exceptionnelle du 
pronotum, de l'écusson, etc., n'en faisaient un type bien distinct. 

On ne connaît que les deux espèces européennes; elles se rencon- 
trent sur les végétaux qui croissent au bord des eaux et font la chasse 
aux pucerons qui cohabitent avec elles. 

p. 462; Redtenbachor, Germ. Zeits. V, p. 123; Faun. Austr. 2» éd. p. 974; 
Falrmaiie, Gêner. Col. Europ. IV, p. 290; Mulsaiit, Hist. nat. Col. S6ciirip. 
p. 207; Species, p. 1007. 



CHNOOOITES. 



221 



GftODVB X. Chnoodite*. 

Corps subhémisphérique on brièvement ovalaire, pubescent. — 
Epistorae plus ou moins profondément échancré. — Antennes courtes 
ou longues, formées de 11 articles, rarement moins, terminées par une 
massue obconique ou fusiforme. — Eiytres médiocrement convexes, 
à angle humerai plus ou moins prononcé ; épipleures dépourvues de 
fossettes profondes et bien limitées. — Pattes médiocres, subcompri- 
mées, tibias simples, crochets des tarses bifides ou appendiculés. 

Nous avons détaché do ce groupe les genres Azya et Exoplectra 
qui ont des fossettes profondes creusées dans les épipleures des ély- 
tres; ces fossettes manquent tout-à-fait dans le groupe actuel ou ne 
sont indiquées que par des dépressions obsolètes; pour le reste, à 
part quelques particularités d'une valeur secondaire, l'organisation est 
la même ; ce sont des Hypéraspites pubescentes, chez lesquelles font 
défaut les fossettes qui caractérisent les premières. Envisagées de la 
sorte, les Chnoodites forment le passage des groupes précédents à 
celui qui suit immédiatement. 

Le caractère principal du groupe actuel réside dans la forme de 
l'épistorae qui est toujours plus ou moins distinctement échancré en 
arc de cercle ; cette partie avancée de la tête est ordinairement assez 
développée dans le sens transversal, et si son bord antérieur n'était 
émarginé, il pourrait recouvrir uue grande partie du labre; souvent 
même, par la dilatation de ses angles latéraux, il voile plus ou moins 
les côtés de la lèvre supérieure. 

Tous les types connus jusqu'à ce jour habitent la Colombie, le 
Brésil et le Chili; il n'y a d'exception que pour deux espèces du genre 
AuLis qui ont été découvertes dans la Cafrerie et le type du genre 
Hypoceras qui est austrahen. 

Les six genres se distinguent comme suit : 

A. Labre aussi long que large. Hypoceras. 
A'. — transversal. 

B. Antennes insérées au côté anléro-interne des yeux, sépa- 

rées de leur pourtour par des joues longitudinales. Ladoria. 
B'. Antennes insérées Irès-près des yeui, à leur angle an- 
téro-iulerne. 

C. Pronotum simplement sinué au bord antérieur. Dioria. 

C. — échancré au bord antéridur. 

D. Echancrure antérieure du pronotum droite duns son fond. Chnoodes. 
D'. — antérieure du pronotum arquée dans son fond 

et sinuée de chaque cété. 
Ë. Pronotum orné en dessous de ses angles antérieurs d'une 

fossette. Aulis. 



— orné en dessous d'une rainure parallèle au 
bord latéral. 



Siola. 



COCCINELLIDES. 



CHNOODES. 
Cbeyrolat, Dei. Cotai. S» éd. p. 461 (i). 

Tète petite, obtuse, engagée dans le prothorax au-delà du milieu 
des yeux; épistome distinctement émarginé, ses angles latéraux sub- 
dilatés, arrondis; labre tronqué en avant. — Yeux étroitement échan- 
orés au bord interne. — Antennes courtes, mesurant à peine la largeur 
du front, à 1 article semi-circulaireraent dilaté en avant, massue ob- 
conique, serrée, tronquée. — Pronotum transversal, plus étroit que 
les élytres, à bord antérieur échancré, bords latéraux droits, arrondis 
et rétrécis en avant, le postérieur simple, arqué; écusson en triangle 
équilatéral. — Elytres semi-globuleuses, à peine marginées; épipleures 
médiocres, un peu obliques en dedans, dépourvues de fossettes. — 
Prosternum étroit; mésosteruum droit en avant. — Abdomen formé 
en dessous de S arceaux avec des vestiges d'un sixième. — Plaques 
abdominales limitées par un arc presque entier, régulier, contigu au 
bord postérieur de l'arceau. — Pattes médiocres; tibias faiblement 
comprimés, à bord externe arqué, non denté, les postérieurs subsil- 
lonnés en dehors; crochets des tarses bifides. 

Dans ce genre, les antennes sont insérées à l'angle antero-inteme 
de la partie des yeux que l'on aperçoit en regardant l'insecte en 
dessus. Du reste, ce type se distingue très-facilement Je Exoplectra 
et des AzTA pai' la structure des tibias, par l'absence de fossettes aux 
épipleures. 

Le Brésil et la Colombie se partagent les 15 espèces connues; l'une 
d'entre elles se retrouve dans ces deux contrées. 

LADORIA. 
Mdlsant, Species Col. Trim. Sécurip. p. 928. 

Tête assez large, engagée seulement dans le protfiorax jusqu'au 
bord postérieur des yeux; épistome court, faiblement émarginé; labre 
également court, assez dilaté transversalement. — Yeux ovalaires, 
peu convexes, entiers. — Antennes insérées au côté interne des yeux, 
en deçà de l'angle antero-interno, séparées de leur bord interne par 
des joues longitudinales, alteignant à peu près le milieu des bords 
latéraux du pronotum, 1 article renflé, convexe en avant, à massue 
obconique, arrondie et obtuse au bout. — Pronotum un peu plus 
étroit que les élytres, à bord antérieur échancré et sinué de chaque 
côté derrière les yeux, bords latéraux convexes, bord postérieur ar- 
qué, tronqué au-dovant de l'écusson; celui-ci aSsoz grand, on triangle 

(1) Chevrolat, Dict. HIst. Nat. D'Orbigny, III, p. 612; Mulsant, Specle», 
p. 908. 



r.nNOODiTES. 223 

é(iuilat6ral. — Elytres semi-globuleuses, convexes sur le disque, non 
margiuôcs, épipleures assez larges, obliques, creusées de dépressions 
obsolètes. — Prosternum médiocre, non creusé de fossettes sous les 
angles antérieurs. — Abdomen formé en dessous de cinq arceaux. — 
Plaques abdominales limitées par un arc régulier, occupant toute la 
longueur du premier arceau. — Pattes assez robustes, comprimées; 
tibias légèrement arqués au bord externe, coupés obliquement à l'ex- 
trémité ; crochets des tarses bifides. 

Dans le groupe actuel, ce genre se distingue assez facilement par 
l'absence de fossettes sous les angles du pronotum, par l'insertion' 
dos antennes au bord interne des yeux, par ses tibias simples exté- 
rieurement. Il ne renferme qu'une seule espèce, originaire du Brésil. 

AULIS. 
MoLSANT, Species Col. Trim. Sécurip. p. 033. 

Tète large, engagée dans le prothorax jusqu'au milieu des yeux; 
épistome développé, émarginé à son bord antérieur, dilaté-arrondi 
sur ses côtés, labre court, tronqué. — Yeux ovalaires, peu convexes, 
entiers. — Antennes insérées tout contre l'angle anterô-interne des 
yeux, atteignant à peine le milieu dos côtés du pronotum, à i article 
dilaté en avant en demi-cercle ou davantage, massue assez forte, tron- 
qiiàe-arrondie au bout. — Pronotum un peu plus étroit que les ely- 
tres, à bord antérieur échancré, non sinué derrière les yeux, bords 
latéraux droits vers la base, arrondis et dilatés eu avant aux angles 
antérieurs, bord postérieur arqué, tronqué au milieu; écusson en 
triangle équilatéral. — Elytres ovalaires, arrondies au bout, assez 
convexes, étroitement marginées; épipleures étroites, planes, dépour- 
vues de fossettes. — Prosternum étroit entre les hanches, creusé de 
fossettes sous les angles antérieurs. — Abdomen formé en dessous de 
5 arceaux. — Plaques abdominales limitées par un arc régulier, oc- 
cupant les trois quarts et parfois toute la longueur du premier arceau. 
— Pattes assez robustes, subcomprimées ; tibias simples au bord ex- 
tome; crochets des tarses bifides, la division interne très-courte et 
basilaire. 

M. Mulsant a partagé en deux groupes, sous les noms génériques 
(i'AuLis et do SiDONis, les huit espèces de ce type ; les diflérences 
sont peu sensibles : dans les unes, la division interne des crochets 
(les tarses est basilaire ; dans les autres, elle est submédiane. Le genre 
se distingue par l'insertion des antennes à l'angle antero-interne des 
yeux, à l'échuncrure assez profonde du bord antérieur du pronotum 
et par la présence d'une fossette sous les angles antérieurs de cet ar- 
ceau thoracique. 

Des huit espèces décrites, 3 appartiennent à la Cafrerie, "2 aux lu- 
dos orientales, 1 à la Colombie, les dernières au Brésil. 





224 COCCINELLIDES. 

DIORIA. 
MuLSANT, Species Col. Trim. Sécur. p. 036. 

Tète courte, très-obtuse en avant, engagée dans le prothorax pres- 
que jusqu'au bord antérieur des youx; épistomc sinuoux-échancré à 
son bord libre, ses angles latéraux dilatés-arrondis et divergents; la- 
bre tronqué. — Yeux échancrés au bord interne, à facettes assez gros- 
ses. — Antennes insérées à l'angle antero-interne des youx, atteignant 
environ la moitié des bords latéraux du pronotum, à i article très- 
grand, subquadrangulaire, déprimé, massue obconique, grande, deit 
articles, dilatés en dedans, le dernier en carré transversal. — Pronn- 
Vum plus étroit que les élytres, bord antérieur faiblement échancré 
en arc de cercle, bords latéraux droits vers la base, arrondis et con- 
vergents en avant, bord postérieur faiblement arqué; écusson en 
triangle équilatéral. — Elytres brièvement ovalaires, convexes, niar- 
ginées, épipleures assez larges, un peu concaves et regardant direc- 
tement en bas. — Prosternum étroit, mésosternum droit en avant.— 
Abdomen formé en dessous do 5 arceaux, le dernier aussi long que 
les deux précédents réunis. — Plaques abdominales limitées par un 
arc entier et régulier, occupant les quatre cinquièmes de la longueur 
do l'arceau. — Pattes médiocres, tibias subcomprimés, à bord externe 
relevé en saillie obtuse vers leur base, sillonné de ce point jusqu'à 
l'extrémité ; crochets des tarses bilides, la division interne plus courte 
et submédiaue. 

Dans la Dioria sordida, que nous avons sous les yeux, on observe 
à la partie inférieure du pronotum, non-seulement une fossette sous 
les angles antérieurs, mais encore une rainure parallèle au bord la- 
téral et prolongée jusqu'au milieu du cùté de ce segment thoraciquo, 
La présence de cette rainure caractérise, d'après M. Mulsiuit, le genre 
SiOLA ; comme elle existe au moins dans l'un des deux types du genre 
Dioui.A, ce caractère perd sa valeur ; pour établir la distinction, il 
faudra recourir à l'échancrure antérieure du pronotum et à la struc- 
ture des tibias. 

Les deux espèces habitent le Brésil et le Chili, 

SIOLA. 
Mulsànt, Species Col. Trim. Sécurip. p. 931. 

Prothorax creusé sous son repli d'une rainure étroite, parallèle au 
bord externe, prolongée jusqu'à la moitié de la longueur. — Yeux 
échancrés par des joues transversales, qui semblent les border à leur 
partie antéro-internc. — Prothorax tros-écluncré; arrondi aux angles 
antérieurs; à- bords latéraux eu ligue droite et subparallèles sur leurs 
deux tiers postérieurs ; peu ou point cmoussé aux angles de derrière; 



r.HNOouiTEs. 225 

en angle trôs-ouvert et faiblement dirigé en amèie à la base. — Ely- 
Ires notablement plus larges en devant que le prothorax; en ligne 
droite à la base jusqu'après le culus; subarrondies aux épaules, en 
ogive postérieurement; relevées en tranche étroite. — Pieds assez 
grêles; jambes non anguleuses. — Ongles offrant chacun do leurs 
crochets bifides. 

Dans une espèce du genre Diouu, il n'y a non plus qu'une rainure 
sous les bords latéraux du pronotum comme dans le genre actuel ; 
néanmoins la différence entre les deux types peut s'établir par l'ins- 
pection du bord antérieur du pronotum, qui est fortement échancré 
dans les Siola et simplement émargiué dans les Dioria. Ce sont, du 
reste, des genres extrêmement voisins. 

Nous n'avons pu étudier en nature le type actuel; la diagnosc ci- 
dessus est empruntée au Species do M. Mulsant, qui a fait connaître 
deux espèces, originaires l'une et l'autre de la Colombie. 

HYPOCERAS. 

Tête courte, large, engagée dans le prothorax jusque vers le milieu 
des yeux, terminée en avant par un petit museau arrondi au bout 
et comme rétréci à sa base; épistome peu avancé, faiblement échancré 
on arc de cercle à son bord libre ; labre aussi lon^ que large, rétréci 
à la base, subdilatô sur les côtés, arrondi en avant. — Mandibules 
assez longues, saillantes sur les côtés du labre, terminées en pointe 
aiguii. — Palpes maxillaires terminés par un grand article sécnri- 
forme. — Yeux très-gros, convexes, médiocrement granulés, à bord 
interne droit, oblique en dedans et rapproché en avant de celui du 
côté opposé, à bord antérieur laiblement sinué. — Antennes insérées 
en dessous des yeux, à peu près vers le milieu de leur bord anté- 
rieur; formées de huit articles, 1 très-gros, 2-4 oljconiqucs, 5 un peu 
plus large, 6-8 formant une petite massue cylindroïde et fusiforme. 
— Pronotum fortement transversal, plus étroit que les élytrcs, à bord 
antérieur profondément échancré, le fond de l'échancrure droit 
ou pou s'en faut, bords latéraux subconvexes, mesurant la moitié de 
la longueur médiane, bord postérieur très-arqué, ses angles effacés, 
arrondi au-devant de l'écussou, subsinuô de chaque côté ; écusson 
médiocre, triangulaire. — Elytres semi-globuleuses, médiocrement 
convexes, k bords latéraux dilatés, obliques, non relevés en gouttière; 
épipleures larges, subconcave», regardant oliliquemont en dedans, 
présentant des traces à peine sensibles de fossettes. — Prosternum 
médiocre; raésosternum subsinué en avant. — Abdomen formé de 
six arceaux en dessous. — Plaques abdominales limitées en dedans 
par un arc régulier, rapidement confondu a\cc le bord postérieur de 
l'urcoau. — Pattes assez grêles; tibias simples; tarses à crochets ap- 
peudiculés. 

Coléoptères. Tome Xll. 15 



226 COCCINELLIDES. 

Le type de ee genre est une petite Coccinollide originaire de l'Aus- 
tralie; il est remarquable entre tous par l'insertion des antennes, qui 
a lieu vers le milieu du bord antérieur des yeux ; cette position est 
tout-à-fait exceptionnelle dans la famille actuelle, et résulte, selon 
toute apparence, du prolongement de l'angle antéro-interne des yeux; 
ces organes sont, en effet, très-développés, leur granulation est assez 
forte, moins cependant que chez les Rhizcbius; leur bord interne est 
droit, mais non parallèle i\ celui du côté opposé, au contraire, les 
deux bords semblent converger en avant; le bord inférieur forme à 
peu de chose prés un angle droit avec le bord interne; il est droit et 
son milieu correspond à peu près à la cavité articulaire des antennes, 
qui est creusée en dessous. 

L'épistome est légèrement échancré en arc de cercle à son bord 
libre. Le labre est non moins remarquable; à peu de chose près, il 
est aussi long que large, sa base est manifestement rétrécie, ses bords 
latéraux dilatés à l'union du tiers antérieur avec les deux autres tiers, 
et de là rétrécis en avant; à son bord libre, le labre est faiblement 
arrondi, sa surface est convexe. Il résulte do cette structure, que la 
tète paraît terminée en avant par un petit museau cunéiforme et lé- 
gèrement étranglé à sa base. 

Les antennes, à ]a loupe simple, nous ont paru formées de 8 ar- 
ticles; l'une d'elles, que nous avions détachée pour la soumettre au 
microscope, s'est égarée sur le porte-objet. En tous cas, ces organes 
sont moins longs quo le front n'est large au bord postérieur des yeux; 
ils sont terminés par une petite massue cylindroïdo et fusiforme. 

Le pronotum, les élytres, les pattes ne nous ont offert aucune par- 
ticularité qui mérite d'ôtre étudiée spécialement. La pubescence des 
parties supérieures est assez longue et médiocrement serrée. 

Nous rapportons ce genre au groupe des Chnooditcs, parce quo 
son ôpistome est échancré ; néanmoins, il ressemble plutôt pour la 
forme générale et les contours au genre Pentilia. 

Dos caractères aussi tranchés n'auraient pu échapper à l'observa- 
tion de M. Mulsant, aussi nous ne formons aucun doute que ce type 
ne soit inédit. Quant à l'espèce, c'est une jolie petite Coccineilide, 
que nous dédions avec plaisir à ce savant illustre qui a si bien étudié 
la famille actuelle (1). 

GroupB XI. Hypéraapitei. 

Corps subarroudi ou semi-globuleux, souvent tronqué et obtus en 
arrière, glabre. — Epistome médiocrement développé, distinct des 

(t) llypoccras Mulstinli. — Scnii-glohosa, siib|)ilo«a, llavo-l'erriiiçiuca; pru- 
Uioriiro liasi, aille sciilullniii, iiigiicaiito ; t'iylris viridibiis, nilidis, litlo ll.ivo- 
uiursiiiiilis; pccloro iiicco.— Louy. 3 iiiill. llockiiigliain-Bay (Australie oiicnl.). 



UYPÉHASPITES. 237 

joues, ne cachant pas les cavit(;s anlounaires. — Antennes de 11 ar- 
ticles, à peine aussi longues que la largeur du front, à massue fusi- 
lorme. — Yeux ovales, peu ou point saillants, entiers ou légèrement 
éclwncrés. — Elytres subarrondies, plus ou moins convexes, parfois 
obtusément tronquées au bout, à repli étroit et creusé de fossettes 
profondes. — Abdomen formé en dessous de 5, de 6 ou de 7 arceaux. 
— Pattes courtes, à crochets simples ou appendiculés. 

Les ôpipleures dos élytres avec leurs fossettes profondes caracté- 
risent les Hypéraspites, comme la forme de l'épistome permet de re- 
connaître les Chilooorites. 

Ce caractère des épipleures n'est pas accidentel, il est lié à un 
ensemble organique qui mérite l'attention. Ainsi, si les élytres se 
sont creusées pour loger les genoux des pattes moyennes et posté- 
rieures, c'est pouf permettre à l'insecte une contraction plus com- 
plète : en elfet, nous voyons coïncider avec cette structure, des plaques 
abdominales et pectorales mieux dessinées et plus ou moins concaves ; 
(les cuisses et des tibias plus courts et creusés de sillons où se logent 
les tibias ou les tarses; enfin, en analysant telle ou telle espèce, on 
reconnaît aisément que toutes les parties sont iotimement unies et 
ramassées pour ainsi dire, les unes sur les autres. 

Cette conformation spéciale se retrouve également chez les Buco- 
liles, qui ne sont en réalité que des Hypéraspites pubescentes. 

L'épistome dans le groupe actuel rappelle à un haut degré celui 
dos Chilocorites; cependant ici, quoique plus grand que dans les au- 
tres groupes, il est moins développé et ne se poursuit pas, de chaque 
ci'ité, sur les joues et môme sur les yeux en une lamelle à bord libre; 
vis-à-vis des joues, il est échancré ou obUque et ne recouvre pas la 
base des antennes; souvent même, colles-ci sont articulées sur une 
espèce de saillie, qui continue l'épistome jusque vers le bord interne 
des yeux. 

D'ordinaire le pronotum est court, transversal, fortement convexe; 
un peu rétréci en avant et souvent aussi large que les élytres en ar- 
rière. 

Vers sa base, on observe une fine strie, bien distincte vis-à-vis de 
l'écusson et se perdant insensiblement sur les côtés. Cette strie parait 
plus ou moins éloignée du bord réel du pronotum, selon que ce der- 
nier est plus ou moins incliné sur les élytres; eu effet, les élytres ainsi 
que l'écusson sont coupés en biseau aux dépens de la face interne, 
de manière que le bord tranchant soit des élytres, soit' de l'écusson, 
s'avance plus ou moius sur la surface du pronotum et la limite ex- 
trême de ce recouvrement est indiquée par la strie en question, l'our 
s'assurer de l'existence ou de l'absencu de cette strie, il est nécessaire 
que le pronotum soit quelque peu séparé des élytres, car si ces deux 
parlios sont intimement accolées, la strie peut exister et échapper à 
la vue; du reste, nous l'avons rencontrée dans la plupart des types 



228 COCCINKLLIUES. 

que nous avons eu roocasion d'examiner et chez lesquels les rapports 
du proriotum et des élytres avaient été légôreraent dérangés par la 
dessiccation. Nous ne croyons pas que l'on puisse accorder à su pré- 
sence ou à son absence une valeur réelle, comme caractère dislinctif ; 
ou au moins de nouvelles recherches nous paraissent indispensables. 
Des neuf genres compris dans ce groupe, les uns sont très-riches 
en espèces, comme les Cleotheha, les Hypeuasims; les autres n'en 
renferment qu'un petit nombre. Leur distribution géographique no 
nous parait pas se prêter à des considérations particulières; toutes 
les parties du monde en possèdent quelques représentants, sauf l'Aus- 
tralie. Ils se différencient les uns des autres de la manière suivante : 

A. Abdomen formé en dessous de 6 arceaux, au moins. 

B. Tibias antérieurs épineux ou anguleux près du ge- 

nou, profondément sillonnés. 

C. Tibias antérieurs épineux, yeux échancrés. Brachyacantha. 

C. — — anguleux, yeux entiers. Meiwscelis. 
B'. Tibias antérieurs ni anguleux, ni épineux près du 

genou. 

D. Ecusson plus long que large. 

E. Pattes déprimées, cuisses à arête tranchante. Tiphysa. 
£'. — nondéprimées, cuisses à arête non tranchante. Iliiuta. 
D'. Ecusson en triangle équiiatéral. 

F. Pronotum à bord postérieur longé d'une strie sub- 

parallèle. Ityperaspis. 

F'. Pronotum h. bord postérieur non accompagné d'une 

strie subparallèle. Cleothera. 

A'. Abdomen formé en dessous de 5 arceaux. 

G. Parties de la bouclie non recouverte» par le proster- 

Dum. 

H. Plaques abdominales n'occupant pas toute la lon- 
gueur du premier arceau. Peniilitt. 

H'. Plaques abdominales occupant toute la longueur 

du premier arceau. Lotis. 

G'. Parties de la bouche recouvertes par le prosternum 

dilaté en mentonnière. Cryptognatha. 

BRACHYACANTHA. 
Chevboiht, Deiean, Calai. 3' éd. p. 438 (1). 

Tête assez grande, large, engagée dans le prothorux au-delà du 
bord postérieur des yeux ; épistomo snbsinné au milieu ou tronqué, 
coupé obliquement de chaque côté et à certain degré soudé avec les 

(I) Syn. CocciNti.L*, Fabiicius, Sclionliorr, Olivier, Say. — Braciiyacahtb*, 
Clievrolat, Dict. univ. Uist. Nat. D'Orbigny, 11, p. 705; Mulsanl, Spucies Coi. 
Trim. Stcur. p. 5-20. 



HTPÉRASPITES. 229 

joues de manière à entamer iïigôiement les yeux et à voiler la cavité 
antennaire, mais seulement d'une manière incomplète. — Yeux 
grands, assez convexes, peu profondément échancrés au bord interne. 
— Antennes à base en partie cachée, trôs-gréles, à massue peu déve- 
loppée, cylindroïde et fusiforme.— Pronotum transversal, à peu près 
aussi large que les olytres ; bord antérieur échancré, sinué de chaque 
cété, bords latéraux presque droits, angles antérieurs tombants, bord 
postérieur arqué, souvent raarginé, obtus ou sublronqué devant l'é- 
cusson; angles postérieurs marqués; écusson en triangle subéquila- 
téral. — Elytres brièvement ovales, très-faiblement rebordées, sub- 
tronquées en arrière et laissant souvent une partie du pygidium à 
découvert; épipleures très-étroites, marquées de très-petites fossettes 
et presque effacées en arrière de celles qui reçoivent les genoux des 
pattes postérieures. — Prosternum médiocre entre les hanches, pres- 
que plan ; mésosternum sinueux en avant. — Abdomen formé en 
dessous de 6, quelquefois de 7 arceaux. — Plaques abdominales 
non concaves, limitées par un arc incomplet en dehors, occupant 
toute la longueiu- du premier arceau. — Pattes médiocres, cuisses 
larges, comprimées, tibias dilatés au bord externe, les antérieurs mu- 
nis au premier tiers d'une spinule aiguë; tarses à crochets longue- 
ment appendiculés, parfois presque bifides. 

Ce genre se distingue aisément de tous les autres du groupe des 
Hypéraspites par la présence d'une épine aiguë située au bord externe 
des tibias antérieurs, à l'union du premier tiers avec les deux der- 
niers; en outre, il est remarquable par son épistome partiellement 
soudé aux joues et par l'étroitesse des épipleures des élytres. 

Par la structure de l'épistome et de ses rapports avec les joues, ce 
type est plus voisin des Chilocorites qu'aucun autre genre; néanmoins 
par d'autres caractères importants, il appartient bien au groupe actuel. 

Les espèces, au nombre de 15, appartiennent à l'Amérique; 8 ont 
été découvertes au Mexique, 4 ou 5 aux Etats-Unis (I), I au Brésil, 
une dernière parait habiter dans des contrées diverses du Nouveau- 
Monde. 

HYPERASPIS. 
ChevboijiT, Deiean, Catal. 3» éd. p. iS9 (2). 

Tête assez forte, engagée dans le prothorax jusqu'au milieu des 
yeux ; épistome sinueux au milieu de sou bord libre, prolongé obli- 
quement sur les côtés par les joues qui ne recouvrent pas la base des 

(1) Le Conte, Coleop. of Kansas and East. N.-Mex. p. 28. 

(2) Syn. CocciNRLLA, Fabricius, Olivier, Schônlierr, Gyllenhall, Panzer, etc. 
— HupERASPis, Chevrolal, Diot. unIv. Hist. Nat. D'Orbig. VI, p. 780; Redten- 
l>achcr, Gormar's Zoits. V, p. 122 ; Fniina Austr. 2' éd. p. 968 ; Mulsant, Hist. 
natur. Coleop. Sécur. p. 179; Spocles Col. Trim. Sécur. p. 049; Opuscules 
uiiloin. 111, p. IH). 



230 COCCINELLIDES. 

antennes. — Palpes maxillaires à dernier article oblong, subquadran- 
guîaire, tronqué et non sécuriforme. — Yenx grands, entiers. — An- 
tennes grêles et mesurant à peu près la largeur du front, de H arti- 
cles, les 3 ou 4 derniers dilatés en massue cylindroïde et fusiforme. 
— Pronotum transversal, un peu moins large que les élytres, à bord 
antérieur échancré et sinué de chaque côté, bords latéraux presque 
droits avec ses angles marqués et tombants ; bord postérieur arqué, 
à lobe médian tronqué ou arrondi, sinué ou non de chaque côté, ac- 
compagné d'une fine strie plus ou moins apparente; angles posté- 
rieurs marqués, droits et pointus; écusson eu triangle équilatéral, à 
sommet aigu. — Elytres très-brièvement ovalaires, assez convexes, à 
bordure marginale très-étroite, invisible d'en haut, à extrémité ar- 
rondie ou très-obtusémcnt tronquée, épipleares étroites, marquées 
de deux fossettes profondes et brusquement rétrécies en arrière de la 
postérieure. — Prosternum médiocre, plan; mésosternum sinué eu 
avant. — Abdomen fi)rmé en dessous de six arceaux. — Plaques ab- 
dominales limitées en dedans par un arc régulier, confondu avec le 
bord postérieur de l'arceau, puis dirigé en avant presqu'en ligne 
droite. — Pattes courtes, cuisses assez robustes ; tibias antérieurs à 
bord externe arqué ; crocliets des tarses le plus souvent appendiculés, 
rarement simples ou bifides. 

Après avoir tracé la diagnose de ce genre, M. Mulsant ajoute : « Le 
prothorax, par la raie fine ou légère qu'il présente à la base ou au- 
devaut de celle-ci, par la déclivité de sa troncature au-devant do 
récusson, quand cette troncature existe, sert à distinguer les insectes 
de cette coupe de ceux do la précédente; cependant, il faut le dire, 
ces caractères sont parfois équivoques, peu marqués ou môme indis- 
tincts, chez un petit nombre des premières espèces, de celles qui ont 
les élytres parées d'une bordure ou do taches allongées, marginales. 
Quant aux différences que fournissent les ongles, elles pourraient ser- 
vir de base à deux nouvelles coupes. Je n'ai pas pu utiliser ces ca- 
ractères, parce que plusieurs des petites espèces confiées à mon exa- 
men, ou manquaient de tarses, ou avaient ces parties tellement en- 
gluées par la gomme ayant servi à les coller, qu'il était impossible 
de distinguer le véritable état des ongles. » 

Cet aveu, d'un auteur aussi plein de zèle, de patience et de persé- 
vérance, nous prouve les difficultés sans nombre que renferme l'é- 
tude des Coccinellides. m en résulte néanmoins que le genre Hype- 
KASPis doit être de nouveau étudié; il est probable que le genre 
Cleoiheiu devra lui être réuni, et cet ensemble important d'espèces 
devra être divisé en plusieurs sous-genres. 

M. Mulsant n'a pas décrit moins de 44 espèces dans le Spccies et 7 
dans un premier supplément à ce travail (1). Plus de la moitié d(! ces 

(1) Opuscules entomologiques, III, p. 98. 



HTPÉRASPITRS. 231 

types appartient au Nouveau-Moiido; on a découvert plusieurs repré- 
sentants du geni'H au S.kn'igiil nt dans l'Afrique australe; plusionrs 
%alemeut en Asie, soit dans la Mongolie, soit dans la Uaourie ou la 
Chine; enfin, l'Iiurope et ses contrées limitrophes ont produit 7 à 8 
types. Quatre autres ont été décrits dans ces derniers temps par Bo- 
heman (1), par MM. Chevrolat (2) et Brisout (3). 

CLEOTHERA. 

MuLSANT, ^eciM Col. Trim. Sécur. p. S41 (4). 

Tête médiocre, engagée dans le prothorax au-delà du bord posté- 
rieur des yeux ; épistome distinct des joues, subémarglné à son bord 
libre; labre invisible. — Yeux assez grands, peu convexes, faiblement 
échancrés à leur bord interne, quelquefois entiers. — Antennes à base 
apparente ou très-faibicmont cachée par la saillie des joues, grêles 
et courtes. — Pronotum transversal , de la largeur des éiytres à sa 
base; bord antérieur échancré et sinué de chaque côté, angles anté- 
rieurs marqués et tombants; bords latéraux presque droits, égalant 
presque la moitié de la ligne médiane du disque ; bord postérieur lé- 
gèrement arqué, tronqué dans son milieu et subsinué de chaque côté; 
non accompagné d'une ligne élevée et parallèle à son pourtour; écus- 
son en triangle subéquilatéral. — Eiytres très-brièvement ovalaires, 
;'i peine rebordées sur les côtés, obtusément arrondies ou subtron- 
quées à l'extrémité; épipleures très-médiocres, marquées chacune de 
deux fossettes et fortement rétrécies au-delà de la dernière. — Pro- 
sternum court, très-étroit entre les hanches. — Abdomen offrant on 
dessous six arceaux. — Plaques pectorales et abdominales subcon- 
caves, les dernières limitées par un arc régulier et occupant presque 
toute la longueur de l'arceau. — Pattes faibles; tibias antérieurs sub- 
sillonnés au côté externe, le bord postérieur du sillon plus ou moins 
dilaté et arqué, quelquefois denticulé; tarses à crochets appendiculés. 

Comparé aux Brachyacantha, le genre Clkothera se disiingue aisé- 
ment par l'absence d'épine aiguë au bord exteru'B des tibias antérieurs; 
il s'éloigne des Tifhysa et Hinda par son écusson subéquilatéral. Quant 
aux ÏHALASSA, elles possèdent des yeux fortement échancrés et des ti- 
bias antérieurs anguleux en dehors. Le nombre des arceaux iufé- 
lieurs de l'abdomen distingue le type actuel des Cryptognatha et 
des Pentilia. 

Ce genre est l'un des plus riches en espèces; co sont de petites 

(1) Bolieman, Freg. Eugen. Resa, p. 203 (Californio, Montevideo). 

(2) Chevrolat, Rev. et Mag. de Zool. 3» Sér. t. XVIII (d'Espagne). 

(3) Brisout, Ann. Soc. entom. de Fr. 4- Sér. t. VI, p. -125 (d'Espague). 

(■1) Syn. C.0CCINEI.I.A, Fabricius, SchôDlicrr. — Hvperasi'IS, Clievrolal, Do- 
jean. 



23î c.ocriNEi.i.iDF.s. 

Coccinellides d'une taille moyenne do 3 millimr'tros, dont la dôlermi- 
natiOD déjà très-difficile osl rendue plus laborieuse encore par les va- 
riations de couleurs de certains types. Le Species renferme la des- 
cription de 66 espèces; la très-grande majorité a ét6 découverte dans 
les contrées chaudes de l'Amérique méridionale, S ou (i seulement 
s'étendent jusqu'au Mexique; une seule est signalée au Sénégal. Dans 
un supplément à ce travail, publié également par M. Mulsant, l'au- 
teur décrit encore 22 types de l'Amérique méridionale et 1 de l'Amé- 
rique boréale (1). 

HINDA. 
MiiLSANT, Species Col. Trim. Sécur. p. 518. 

Tête large, inclinée; épistome peu développé, sinué sur les côtés, 
très-faiblement émarginé en avant; labre distinct, subarqué à son 
bord libre. — Yeux grands, à peine convexes, très-légèrement éclian- 
crés à leur bord interne. — Antennes à base découverte, moins lon- 
gues que la largeur du front, grêles, à massue un peu obconique. — 
Pronotum transversal , médiocrement convexe , presque aussi large 
que les ély très, bord antérieur échancré, sinué de chaque côté derrière 
les yeux ; bords latéraux peu convexes, d'un tiers moins longs que la 
ligne médiane du disque, bord postérieur tronqué-obtus vis-à-vis de 
l'écusson, subsinué de chaque côté ; écusson on triangle, un peu plus 
long que large. — Elytres subhémisphériques, un peu surbaissées, sans 
bordure latérale; épipleures étroites, marquées de fossettes profondes. 
— Prosternum étroit, un peu dilaté en avant et tronqué. — Abdomen 
formé en dessous de six arceaux, le dernier pas plus long que le pré- 
cédent. — Plaques abdominales légèrement concaves, occupant pres- 
que toute la longueur de l'arceau. — Pattes assez robustes, cuisses à 
bord inférieur non tranchant, tibias dilatés, arqués au bord externe; 
denticulés; crochets des tarses appendiculés. 

Ce type se rapproche davantage des Hyperaspis que d'aucun autre 
genre du groupe actuel ; il s'en éloigne néanmoins par ses yeux dis- 
tinctement, quoique faiblement, échancrés au bord interne, et par 
l'écusson qui paraît plus long que large. Le genre Hinda ne renferme 
qu'une seule espèce, rapportée de Santa Fé de Bogota, et assez rare 
dans les collections; grâce à l'obligeance de M. E. DeyroUe, nous 
avons pu l'étudier en nature; c'est un petit insecte de moins de 4 
millimètres de longueur, d'un jaune très-pàle avec quelques dessius 
noirs. 

TIPHYSA. 
Mulsant, Species Col. Trim. Sécur. p. 517. 

Epistome émarginé en arc à son bord antérieur; labre apparent. 

(1) 0|iiisnules entomologiqiics, III, p. 70. 



HTPélUSPITF.S. 233 

— Yftux échancrés. — Antennes insérées à découvert. — Pronotum à 
peine arqué et étroitement reliorJé sur les côtés, tronqué au-devant 
de l'écusson et sensiblement sinueux de chaque côté de cette ligne 
médiane; écusson notablement plus long que large. — Abdomen formé 
en dessous au moins do six arceaux apparents. — Plaques abdomi- 
nales en demi-cercle obtusément tronqué, atteignant presque le bord 
postérieur de l'arceau. — Pattes déprimées, cuisses à arête tranchante, 
jambes antérieures écointées ou obliquement coupées sur leur arête 
externe, mais ni armées d'une épine sur celle-ci, ni dilatées en une 
tranche arquée et denticulée ; tarses à crochets appendiculés. 

Nous n'avons pu étudier ce genre en nature, il ne renferme qu'une 
seule espèce originaire de Cayenne. Les caractères ci-dessus ont été 
empruntés au Species des Coléoptères Trimères sécuripalpes; ils per- 
mettent de reconnaître ce type et de le distinguer des autres formes 
de ce groupe, dont il s'éloigne, comme le genre Hinda, par la dispo- 
sition du prosternum, par le nombre des arceaux inférieurs de l'ab- 
domen et par ses yeux échancrés; le genre que nous avons cité en 
dernier lieu se distingue de celui-ci par ses pieds non déprimés. 

MENOSCELIS. 
Dejbak, Catal. 3" éd. p. 439 (1). 

Tête courte, large, profondément engagée dans le prothorax ; épi- 
slome bien distinct dos joues, peu saillant, échancré faiblement sur 
toute sa largeur, laissant voir partielle.Tient les organes buccaux; joues 
non relevées en lamelle, ne recouvrant pas la base des antennes. — 
Yeux grands, peu convexes, entiers. — Antennes courtes et grêles, 
avec une massue cylindroïde, fusiforme. — Pronotum convexe, for- 
tement transversal, aussi large que les élytres, un peu dilaté de la 
hase vers le sommot; bord antérieur fortement échancré et sinué, avec 
ses angles marqués et tombants ; bords latéraux faiblement convexes; 
bord postérieur en demi-cercle, tronqué vis-à-vis de l'écusson et lé- 
gèrement sinueux de chaque côté; écusson en triangle équilatéral, à 
sommet aigu. — Elytres semi-globuleuses, très-convexes, étroitement 
niarginées, obtusément arrondies en arrière de manière à former un 
augle un peu rentrant à l'extrémité do la suture; épipleures médio- 
cres, faiblement obliques en dedans, creusées do fossettes assez pro- 
fondes. — Prosternum étroit entre les hanches. — Abdomen formé en 
dessous de six arceaux. — Plaques pectorales et abdominales concaves, 
les dernières limitées en dedans par un arc, occupant toute la lon- 
gueur de l'arceau. — Pattes assez robustes, logées dans des excava- 
tions correspondantes des parties inférieures, cuisses larges, eompri- 

(1) Syn. Menoscems et TukUSSA, Mulssnt, Species Col. Trim. Sécur. p. 308 
et KM. 



234 C0CCINELUDK3. 

mées, tibias à bord externe urqué, plus ou moins distinctement 
anguleux vers la base, h peine écliancré vers l'extrémité; crochets des 
tarses appendiculés. 

Comparé au genre Corystes, le type actuel se distingue facilement 
par l'épistome qui reste distinct des joues et par la base des antennes 
qui reste découverte. 

Nous avons réuni sous un même titre les genres Menoscelis et Tua- 
LASSA do M. Mulsaut; ils ont entre eux les plus intimes analogies, et 
ne diffèrent, d'après l'auteur même, que par de très-légers caractères • 
dans l'un, le bord externe des tibias est distinctement anguleux, 
tautidis que dans l'autre ce bord n'est que très-obtusément dilaté; 
mais cette diiféreuoe s'efface peu à peu, et telle espèce (M. glauca) 
établit le passage entre l'un et l'autre. 

Sods-Genre. menoscelis. 

Pattes antérieures à tibias fortement anguleux près du genou, 
échancrés vers l'extrémité et sillonnés en dehors. 

Les espèces décrites, au nombre de 3, sont originaires de l'Améri- 
que méridionale. 

Sous-Genre. THALASSA. 

Pattes antérieures à tibias obtusément dilatés vers le genou, faiiile- 
ment échancrés vers l'extrémité, déprimés en dehors. 

Les espèces, au nombre de 6, appartiennent au Nouveau-Monde et 
plus spécialement à l'Amérique centrale, soit au Mexique, soit imx 
Antilles. 

PENTILIA. 
MoLSiNT, Species Col. Trim. Sécur. p. 802. ' 

Tête large, fortement infléchie; épistome prolongé, distinct des 
joue.s, dilaté d'arrière Jen avant, à bord antérieur légèrement émar- 
giné; labre invisible ou très-peu visible. — Yeux assez grands, peu 
convexes, étroitement et profondément échancrés. — Antennes à inser- 
tion découverte , très-grêles et très-courtes, à massue fusiforme. — 
Pronotum transversal, fortement convexe, plus étroit que les élytres; 
bord antérieur profondément échaucré, sinué de chaque cêté derrière 
les yeux, avec les angles marqués et obtus; bords latéraux subcon- 
vexes, de moitié moins longs que la ligne médiane du disque; bord 
postérieur assez régulièrement convexe ; écusson en triangle subéqui- 
latéral. — Elytres hémisphériques, arrondies on arrière, sans bordure 
marginale; épipleures médiocres, très-obliques et regardant en de- 
dans, creusées de profondes fossettes. — Prosternum assez large, plan, 
laissant à découvert les organes buccaux. — Abdomen formé on des- 
sous di; 5 arceaux, le dernier au moins aussi long que les deux pré- 



HYPiiRASPITES. 235 

c/fdenls réunis. — Plaques pectorales et abdominales profondes, les 
dernières limitées par un arc régulier, incomplet en dehors, n'occu- 
pant pas toute la longueur de l'arceau. — Pattes médiocres, crochets 
des tarses simples. 

Malgré son développement, l'épistome est loin d'être aussi avancé 
que dans le genre Cbyptognatha; la tête estd'ailleurs moins large; de 
mémo, le prosternum n'est pas développé en mentonnière, de sorte 
que les organes buccaux sont toujours visibles, quelle que soit la 
flexion de la tête sur le prostornum. C'est ce qui constitue le carac- 
tère différentiel de ces deux types; pour le reste, leur organisation 
est assez analogue. 

On ne connaît que deux espèces originaires du Nouveau-Monde, 
l'une de la Colombie, l'autre du Brésil. 

LOTIS. 
Mdlsant, Species Col. Trim. Sécurip. p. 303 (1). 

Tête large, fortement infléchie; épistome prolongé, distinct des 
joues, rétréci d'arrière en avant, sinué à son bord libre; labre bien 
visible, transversal, subtronqué. — Yeux assez grands, à peine con- 
vexes, les bords interne et antérieur disposés à angle droit. — An- 
tennes à insertion découverte, très-grêles, à massue subfusil'orme. — 
Pronotum transversal, fortement convexe, à peine pins étroit que 
les t''lytres, bord antérieur échancré et sinué de chaque cùto derrière 
Ifls yeux, bords latéraux de moitié moins longs que la ligne médiane 
(lu disque, bord postérieur assez régulièrement convexe; écussun 
triangulaire, un peu plus long que large. — Elytres subhémisphéri- 
ques, arrondies en arrière, sans bordure marginale; épipleures larges, 
obliques en dedans, creusées de fossettes assez profondes. — Proster- 
num médiocre, un peu creusé dans sa longueur, laissant à découvert 
les organes buccaux. — Abdomen formé en dessous de 5 arceaux, le 
dernier aussi long que les deux précédents réunis. — Plaques abdo- 
minales légèrement concaves, limitées en dedans par un arc régulier, 
occupant toute la longueur du premier arceau. — Pattes médiocres; 
tibias légèrement arqués, tronqués obliquement vers l'extrémité; cro- 
chets des tarses appendiculés. 

Non-seulement la forme générale, mais encore d'importants détails 
d'organisation séparent le genre actuel des Prntilu; ainsi, la première 
est bien moins convexe et plus arrondie en avant; l'épistome est ré- 
tréci d'arrière en avant au lieu d'être élargi; le labre est bien visible, 
les yeux ne sont pas échancrés, les crochets des tarses sont appendi- 
culés. Les Lotis s'éloignent des Cryptognatha. par la forme non pro- 

(!) Syn. Cdilocorus, Dejean, Catal. 3' 6d. p. -ICO. 



236 rOCClNEI.T.IDES. 

longée (lu prosterniim ol des autres geni-es par le nombre cinq des 
arceaux inférieurs do l'abdomen. 
On ne connaît que deux espèces, originaires de l'Afrique australe. 

CRYPTOGNATHA. 
MuLSANT, Species Col. Trim. Sécur. p. 197 (1). 

Tète large, profondément engagée dans le prothorax, subconcave- 
épistome très-dilalé en avant, distinct des joues, onduieux à son bord 
libre ; labre et organes buccaux entièrement cachés. — Yeux grands, 
peu convexes, étroitement échancrés à leur bord interne. — Antennes 
très-grêles, ne mesurant pas à beaucoup près la largeur du front. — 
Pronotum fortement transversal, un peu plus étroit que les élytres; 
bord antérieur éohancré et sinuô de chaque côté; bords latéraux très- 
faiblement convexes, presque droits , tombant en avant, mesurant 
un peu moins que la ligne médiane du disque, avec des angles an- 
térieurs saillants et subaigus ; bord postérieur arqué, à lobe médian 
subtronqué, faiblement sinué de chaque côté, avec dos angles mar- 
qués, subarrondis; écusson triangulaire, plus long que large, à som- 
met aigu. — Elytres semi-globuleuses, arrondies en arrière, à peine 
rebordées ; épipleures regardant obliquement en dedans ou presque 
horizontales, creusées de profondes fossettes. — Prosternum très-large 
entre les hanches, dilaté en avant et cachant les organes buccaux ; 
mésosternum du double plus large. — Abdomen formé en dessous do 
3 arceaux, le dernier de la longueur des deux précédents réunis. — 
Plaques abdominales très-concaves , limitées par un arc régulier et 
n'occupant pas toute la longueur de l'arcoau. — Pattes médiocres, 
tibias subsillonnés en dehors, les antérieurs anguleusement dilatés 
au bord externe, au moins chez le mâle ; tarses à crochets simples. 

Nous avons réuui en un seul, les deux genres Cryptognath a et (Eneis 
de M. Mulsant, qui no diffèrent l'un de l'autre que par l'inclinaison 
plus ou moins marquée des épipleures et la largeur des fossettes dont 
elles sont creusées; tandis que, en regard de ces légères différences, 
ces genres possèdent en commun des caractères de haute valeur. Ce 
ne sont en réalité que do légères modifications d'un même type. 

L'épistome est très-développé, il cache non-seulement le labre, mais 
encore les autres organes buccaux lorsque l'insecte incline la tête en 
dessous; dans ce mouvement, l'épistome peut s'appliquer sur le pro- 
sternum, dilaté en avant en forme de mentonnière. 

Les yeux présentent à leur bord interne une échancrure étroite 
et profonde; vis-à-vis se trouvent les joues et l'articulation des an- 
tennes qui n'est pa^ voilée, parce que l'épistome n'a pas entraîné les 
joues dans sa dilatation on avant. 

(1) Syu. Crtptognatiu et OEnbis, MhIs. Species Col. Trlin. Sérur. p. 'i97 
et riOl). 



uucoLiTKs. 237 

Les élylres sont très-convexes, arrondies on arrière, sans dilatation 
des Ijords latéraux ; les épipleuros sont étroites, disposées tantôt ho- 
rizontalement, tantôt regardant obliquement en dedans j elles sont 
creusées de fossettes profondes pour loger les genoux des pattes 
moyennes et postérieures ; celles-ci sont reçues au repos dans des ex- 
cavations transversales visibles sur les parties latérales du mésoster- 
num et du métasternmn pour la paire intermédiaire, sur le premier 
segment abdominal pour la postérieure. 

Sous-Genre. CRYPTOGNATHA. 
MuLSANT, Species Col. Trim. Sécur. p. -107. 

Kpipieurcs des élytres très-inclinées, creusées de fossettes dépas- 
sant à peine les deux tiers de la largeur. 

M. Mulsant a décrit trois type», l'un de Colombie, l'aulro du Mexi- 
que, lo troisième du Brésil, la patrie de deux autres est indiquée 
comme douteuse. 

Sous-Genre. ŒNEIS. 
Mulsant, Species Col. Trim. Sécurip. p. 300. 

lîpiploures des élytres subhorizontales, étroites, creusées de fos- 
settes occupant presque toute leur largeur. 
Deux espèces du Brésil. 

Groupe XII. Buoolitea. 

Corps de petite taille, brièvement ovalaire, pubescent. — Epistonie 
avancé et échancré à son bord libre, plus ou moins dilaté latérale- 
ment, séparé des yeux par une échancruro où sont creusées les ca- 
vités antennaires. — Antennes à base découverte, de W articles. — 
Yoiix entiers ou faiblement échancrés. — Pronotum de la largeur des 
élytres à la base. — Epipleures des élytres creusées de fossettes pro- 
fondes et bien limitées. — Pattes courtes et robustes, tarses à crochets 
appendiculés, rarement bifides. 

Les genres qui composent ce groupe ne sont on réalité que des Hy- 
péraspites pubescentos ; c'est la même organisation, ce sont les mômes 
modifications d'un type principal; les deux groupes forment en quel- 
que sorte deux séries parallèles. Leur caractère principal réside dans 
lu présence de fossettes profondes et bien limitées aux epipleures 
•les élytres. M. Mulsant, (jui a étudié avjjc tant de soin l'organisation 
de ces insectes, n'a pas attribué à, ce caractère toute la valeur que 
nous lui donnons, et cependant, ainsi que nous l'avons vu, la prô- 
suiico do ces fossultos est l'indice d'uuo organisation spéciale. 

Les quatre goiu'es de ce groupe sont inédiocrcmuut riches eu es- 



238 nOCClNELUDES. 

pôces; l'un appartient à la Faune dos Indes orientales, l'autre à la 
Nouvelle-Hollande, les deux derniers habitent les contrées chaudes 
do l'Amérique. Ils se différencient de la manièro suivante : 

A. Abdomen formé en deBSOus de 6 at-ceaux. Cryptogontts. 

A'. - - _ 5 - 

D. Crochets des taries biOJes. Exoplectra. 

B'. — — appendiculés. 

C. Fronotum offrant une {ossctte sous les angles anté- 
rieurs. Azya. 
C — sans fossette sons les angles antérieurs. Bucoltts. 

CRYPTOGONUS. 
MuiSANT, Species Col. Trim. Sécurip. p. 943 (1). 

Tète courte, infléchie, engagée profondément dans le prothorax; 
épistomo tronqué en avant; labre invisible ou visible seulement par 
son bord antérieur; mandibules à pointe bifide, armées au bord in- 
terne d'une grosse dent basilaire; palpes maxillaires courts, 2 et 3 
articles obconiques, plus larges que longs, 4 en forme de fer de hache 
à tranchant convexe; lèvre inférieure à menton très-grand, dilaté en 
avant, tronqué et échancré au milieu, languette à peine saillante, 
tronquée en avant, ses palpes à dernier article aciculé. — Yeux en- 
tiers, non repliés à la face inférieure de la tête. — Autennos très-peu 
développées, grêles, terminées par une petite massue fusiforme. — 
l'ronotum transversal, presque aussi large que les élytres, à bord an- 
térieur presque droit, faiblement sinué de chaque cété derrière les 
yeux; bords latéraux peu convexes, bord postérieur tronqué dans son 
milieu, sinué do chaquo côté, accompagné dans toute sa longueur 
d'une fine strie parallèle; écusson en triangle équilatôral. — Elytres 
semi-globuleusos, indistinctement marginées, à angle humerai pres- 
que droit; épipleures étroites, effacées en arrière, marquées de pro- 
fondes fossettes vis-à-vis des pattes moyennes et postérieures. — Pro- 
stornum étroit, un pou relevé en carène aplatie, à bords subparallèlcs; 
mésosternum extrômemont court et sinué au bord antérieur. — Abdo- 
men formé en dessous de 6 arceaux. — Plaques abdominales concaves, 
occupant toute la longueur du premier arceau, limitées en dedans 
par un arc qui se confond avec le bord postérieur. — Pattes robustes, 
comprimées, cuisses dilatées à leur bord inférieur, concaves à leur 
face postérieure, aux paires moyenne et postérieure, à la face anté- 
rieure de la première paire; tibias assez grêles, subprismatiques, lé- 
gèrement sillonnés au bord externe, invisibles au repos; tarses à cro- 
chets appendiculés. 

(1) Syn. CucciNELLA, GyHenliall, in Scliônlicrr, Syn. 1ns. U, p. 30b. — Ciur- 
roGUNus ut AsriDiuenus, Mulsant, Species, p. OM elStë. 



BUCOLITES. i39 

J'ai iautilomcnt sacrifié l'unique exemplaire du Cryptogonus orhi- 
cului, que jo devais à l'obligeance de M. Crôtch, pour étudier la 
composition des antennes, que M. Mulsant a passée sous silence. Je 
n'ai pu voir qu'un article basilaire assez gros et une petite massue 
fiisiforme, les autres articles ont échappé à mes recherches. Quoi qu'il 
on soit, ce genre est extrêmement remarquable par la structure des 
pattos; les cuisses assez larges et comprimées latéralement, recou- 
vrent entièrement les tibias qui deviennent invisibles lorsque l'insecto 
80 contracte; de plus, le tarso se replie à son tour dans le sillon du 
bord externe de la jambo; enlin, lorsque le tibia est replié sur la 
cuisse et le tarse sur le tibia, l'organe entier se loge dans une pro- 
fonde dépression correspondante et creusée à la partie inférieure du 
corps ; en un mot, les pattes sont contractiles, comme nous l'avons 
vu chez les Chiamydos et les Lamprosomidcs. 

Cette structure remarquable et caractéristique est commune aux 
deux genres Cryptogonus et Aspidimerus de M. Mulsant. En outre, 
cre genres ont le môme faciès, la même taille, la même patrie; les 
caractères distinctifs signalés par reiitomoiogisto distingué que nous 
venons de citer, sont de minime valeur; que le labre soit caché ou 
visible seulement par son bord externe, on sait que ceia peut dépendre 
des contractions plus ou moins vives de l'individu dans les derniers 
instants do sa vie. La forme du proslernum serait plus iinportante, 
mais nous avouons n'avoir pu saisir do différence dans les types que 
nous avons eus sous les yeux. Ils ont des affinités si étroites, que nous 
ne croyons pas pouvoir en former des sous-genres distincts. Car, pour 
dos différences minimes, il ne faut pas mettre de côté les caractères 
d'une organisation très-remarquablo on réalité. 

Si nous avonsdonnélapréférenco au motCRYPTOGONus, c'est parce que 
lii diagnose générique a été tracée d'après le Cryptogonus orbiculus. 
Lo type Aspidimerus que nous avons sous les yeux, nous a été com- 
muniqué par M. Deyrolle fils, et nous ne pouvions l'étudier dans tous 
SCS détails comme le premier. 

Lo Species des Coléoptères Trimères renferme la description d'un 
C.nTPTor.oNus et d'un Aspidimerus, appartenant l'un et l'autre k la 
Faiiiio dos Indes orientales; l'autour a fait connaître trois autres es- 
pùcos du dernier type dans un supplément à ce grand travail (1); 
elles ont la même patrie. Enfin, Boheman (2) a décrit deux Crypto- 
«oNus, découverts, l'un à Mulacca, l'autre à Java. 

BUCOLUS. 
Mulsant, Species Col. Trim. S^curip. p. 1000. 

Tète petite, infléchie, engagée dans lo prothorax à peu près jus- 

(1) Mulsant, Oiiusc. Eiitomol. 111, p. 137 cl VII, p. 13S. 

(2) liohoniau, Frcgat. Eug. U«s. p. 203. 



^40 C.OCCINKI.LIDKS. 

qu'au iniliou des yeux ; épislomo tronqué carrément en avant, st^s 
angles latéraux antérieurs aigus, échancré derrière ces angles et four- 
nissant la cavité antennairo; labre très-court, tronqué; dernier article 
(les palpes maxillaires sécuriforme. — Yeux médiocres, sinués vers 
l'angle antéro-interne. — Antennes de H articles, insérées sur la 
tranche élargie de l'épistome, à son union avec la joue, terminées 
par une massue fusii'orme, obtuse, les articles 9 et 10 subdentés en 
dedans. — Prosiernum transversal, aussi large que les élytres et peut- 
être un plus large, à bord antérieur échancré, sinué de chaque côté: 
bords latéraux presque droits, convergents en avant, bord postérieur 
faiblement arqué; écusson en triangle équilatéral. — Elytres briève- 
ment ovalairos, largement arrondies en arrière, faiblement convexes, 
submarginées, à épipleures larges, obliques on dedans, marquées du 
profondes fossettes pour les pattes moyennes et postérieures. '— Pro- 
sternum assez largo entre les hanches , prolongé en avant et recou- 
vrant une bonne partie dos organes buccaux ; mésosternum du double 
plus large, droit on avant. — Abdomen formé en dessous de cinq ar- 
ceaux, le dernier presque aussi long que les deux précédents réunis. — 
Plaques abdominales limitées par un arc régulier, un peu ouvert en 
dehors, occupant les cinq sixièmes de la longueur du premier arceau. 
— Pattes courtes ; tibias comprimés, à bord externe anguleux et sil- 
lonnés entre cet angle et l'extrémité; tarses à crochets appendiculés. 
Cette forme est bien caractérisée par un ensemble de caractères remar- 
(juables : son ôpistomo soudé avec les joues et supportant les anten- 
nes; son pronotum aussi large que les élytres, le prosternum cachant 
une partie des organes buccaux, sa forme générale déprimée, ses ti- 
bias anguleux en dehors, constituent tout autant de notes distino- 
tives qui rendent ce type parfaitement reconnaissable. M. Mulsanta 
décrit deux espèces, l'une rapportée de la Nouvelle-Hollande, l'autre 
de Cayenne. Les collections eu renferment plusieurs autres inédites. 

AZYA. 
MuisANT, Species Col. Trim. Sécurip. p. 9'28. 

Tète courte, transversale, infléchie et engagée dans le prolhorax au- 
delà du milieu des yeux; épistome à bord antérieur, subémarginé; 
labre très-court, à peine distinct. — Yeux médiocres, faiblement si- 
nués au bord interne. — Antennes insérées en deçà de l'angle antéro- 
interne de ces derniers, de 11 articles, les trois derniers dilatés en 
dedans, plus larges que longs, formant une massue tronquée au som- 
met. — Pronotum transversal, de la largeur des élytres; bord anté- 
rieur échancré, légèrement sinué de chaque côté; bords latéraux peu 
convexes, convergents on avant, de moitié plus courts que la ligne 
médiane du disijue; bord postérieur trè.s-cunvcxe eu arrière, tronqné 
au milieu, sinueux do chaque cèle; écusson en triangle un peu plus 



BUCULITES. 2H 

long que large. — Elytres semi-globulouses, areondies en nrriÈrej in- 
distinctement marginées ; épipleures médiocres, creusées vis-à-vis des 
pattes moyennes et postérieures, de profondes fossettes. -*• Proslernum 
étroit, subcaréné au milieu, muni d'une fossette arrondie sous les 
angles antérieurs; mésosternum subsiuué en avant. — Abdomen 
formé on dessous de 5 arceaux, le dernier aussi long que les deux 
précédents réunis. — Plaques abdominales concaves, limitées par un 
arc régulier occupant les trois quarts de la longueur do l'arceau. 
— Pattes courtes et robustes ; tibias comprimés , armés d'une forte 
dent à leur bord externe ; crochets des tarses appendiculés. 

Dans le groupe actuel, ce genre semble assez bien caractérisé par 
l'insertion des antennes, par la présence de fossettes aux épipleures 
des éiytres et à la face inférieure du prothorax sous les angles anté- 
rieurs; en outre, les tibias ont une forme particulière; ces organes 
sont comprimés, leur bord externe est divisé en deux parties séparées 
par une dent aiguë et ciliée; la première partie ou basilaire est tran- 
chante, la .seconde est creusée d'un sillon large et profond, dans 
lequel se loge le tarse, lorsque l'insecte se contracte. 

Les espèces connues sont au nombre de 5 seulement; elles appar- 
tiennent aux contrées les plus chaudes de l'Amérique méridionale et 
s'étendent jusqu'au Guatemala, au Mexique et à la Guadeloupe (1). 

EXOPLECTRA. 
Chevrout, Uej. Catal. 'M éd. p. 4G1 (2). 

Tète petite, obtuse, engagée dans le prothorax au-delà du milieu 
des yeux; cpistomo subdilatô en avant, largement échancré à son 
bord libre, ses angles latéraux prolongés ets'iillanls; labre subémar- 
giné. — Yeux grands, échancrés étroitement à leur bord interne. — 
Antennes courtes, épaisses, insérées à l'angle antéro-interne des yeux, 
DB mesurant pas la largeur du front, 1 article renflé, scmi-circulaire- 
ment dilaté en avant, 2 subglobuleux, 3-8 très-courts, transversaux, 
'J-M lorteraont dilatés, beaucoup plus larges que longs, subdentés en 
dedans, le dernier tronqué-arrondi. — Pronotum transversal, un peu 
plus étroit que les élytre.s, bord antérieur émai'giné, les latéraux con- 
vexes-arrondis; le postérieur arqué, parfois tronqué au milieu et 
sinueux do chaque côté; écusson médiocre, en triangle. — Elytres hé- 
misphériques, assez convexes, étroitement marginées; épipleures assez 
larges, marquées de fossettes plus ou moins profondes. — Prosternum 
étroit, mésostornum très-large. — Abdomen formé en dessous de cinq 

(1) Mulsaiit, Opusc. entom. III, p. 131. 

(2) Syn. CocciNELLA, Fabrlcius, Scliônlicrr, Gormar, etc. — Exopiectba, 
Clievrolit, D'Orhig. Dict. Hist. Nat. t. V, p. 545; Mutsant, Species Cul. Trim. 
Sécuilp. p. 916. 

^ Coléoptères. Tomo XI. 16 



242 COCCINELLIDES. 

arceaux et, d'un sixième rudimeutaire. — Plaques abdominales limi- 
tées en dedams par un arc plus ou moins régulier, se confondant avec 
le bord de l'arceau. — Pattes robustes, comprimées; tibias dilatés à 
leur bord externe en une forte dent, sillonnés entre celte deut etl'ex- 
trémilé; tarses à crochets bifides. 

Les genres Exoplbcira et Azya possèdent la même organisation, et 
no se différencient l'un de l'autre que par des détails de moindre im- 
portance. L'insertion des antennes par rapport aux yeux, que M. Mul- 
sant invoque pour diviser les Chnoodiens, est d'une appréciation dif- 
ficile à cause du prolongement des yeux à la face inférieure de la 
tête; la structure des crochets des tarses permet une distinction plus 
facile; ils sont bifides dans le genre Exoplkctra, et appendiculés 
dans les Azïa. 

Les espèces connues habitent les contrées chaudes de l'Amérique 
méridionale ou le Mexique; 20 types sont décrits dans le Species de 
M. Mulsant ; de ce nombre trois ou quatre seulement ont été décou- 
verts dans l'Amérique centrale. 

Dans un Appendice au Species des Coléoptères Trimères sécuripal- 
pes (p. 1042), M. Mulsant propose une nouvelle coupe générique, qui 
serait désignée sous le nom do Coeluria, pour les espèces du genre 
actuel, dont le pronotum serait muni sous les angles antérieurs d'une 
impression plus ou moins profonde. On pourrait peut-être en former 
un sous-genre. 

11 est étonnant que M. Mulsant ait réuni dans un môme genre des 
espèces chez lesquelles les épipleures sont à peu près planes, comme 
chez r£. miniata Germ. et d'autres, où ces mêmes épipleures sont 
ornées de fossettes profondes et bien dessinées. Nous comprenons 
qii'il puisse exister des passages entre ces formes , mais quel est en 
définitive le caractère qui demeure constant et ne donne pas lieu 
à des modifications multiples. Quoi qu'il eu soit, les limites de cer- 
taines coupes peuvent être parfois arbitraires, et, dans le cas actuel, 
nous comprendrons dans le genre Exoplecta toutes les espèces chez 
lesquelles les épipleures sont creusées de fossettes, en transportant 
dans le genre Cunoodes, celles où ces épipleures sont planes ou mu- 
nies seulement de dépressions obsolètes. (E. miniata.) 

GSOSPB XIII. Cbiloooritet. 

Corps subhémisphérique ou brièvement ovalaire, semi-globuleux, 
glabre, rarement pubescent. — Epistome dilaté latéralement en une 
lamelle saillante entamant, on général, les yeux et cachant toujours 
l'insertion des antennes. — Celles-ci grêles, de H, queliiuefois de 8 
à 9 articles, à peine aussi longues que la largeur du front, à massue 
fusiforme. — Yeux entiers, plus souvent enlumés et divisés par les 
joues. — Pronotum très-courbé en travers , échancré en avant. — 



CHILOCORITES. 243 

Elytres très-convexes, arrondies ou subcomprimôcs latéralement; épi- 
pleurcs creusées ou non de fossettes. — Pattes cachées sous le corps; 
crochets des tarses appendiculés, rarement simples. 

Ce groupe constitue, dans les ouvrages de M. Mulsant, l'une dos 
trois Familles du groupe des Gymnosomides ; mais des découvertes 
récentes ayant fait reconnaître que certains types appartenant au 
groupe des Chilocorites sont ornés d'un duvet plus ou moins fourni 
sur les parties supérieures, l'auteur de la Monographie des Cocoinel- 
lides a dû signaler ces exceptions et modifier la caractéristique de la 
division des Gymnosomides, 

Il nous paraît qu'il faut rechercher une autre base de division que 
celle fournie par la présence ou l'absence d'un duvet; la structure 
de l'épislomo, comme modification organique, nous paraît mieux 
appropriée h ce but. 

Chez les Chilocorites, l'épistome est soudé de chaque côté avec les 
joues, il se dilate latéralement et envahit, en général, la plus grande 
partie du petit diamètre des yeux; toujours il recouvre complètement 
les cavités articulaires des antennes. Dans un autre groupe, celui des 
Hypéraspites, l'épistome est également développé en longueur et eu 
largeur, mais, dans aucun cas, il ne recouvre tout-à-fait les cavités 
articulaires des antennes et ne partage pas les yeux en deux parties. 
De chaque côté, au niveau des joues, il est coupé obliquement ou 
échancré, et les cavités articulaires des antennes semblent creusées 
sur le bord libre de cette lamelle saillante et ainsi apparaissent à la 
vue. 

La forme des Chilocorites est arrondie, très-convexe, subhémisphé- 
rique ou très-brièvement ovalaire; leure téguments sont glabres ou 
pubesccnts. Les épiple>ires des élytres sont généralement assez largos 
et creusées de fossettes tantôt obsolètes, tantôt plus profondes. Les 
pattes sont courtes et cachées sous le pourtour externe du corps; les 
tibias antérieurs, à un moindre degré les moyens et les postérieurs, 
sont creusés à leur face externe d'un sillon plus ou moins prononcé, 
plus ou moins long, et l'origine de ce sillon est souvent indiquée par 
une dent ou par une saillie anguleuse. 

Aux cinq genres compris dans ce groupe par M. Mulsant, nous 
avons ajouté les Corystes, les Puarus et les Platynasi'is. Les deux 
derniers types auraient pu, eu égard à la pubescence dont ils sont 
revêtus, former un groupe spécial ; mais la découverte récente d'es- 
pèces offrant ce caractère et rentrant daus les autres genres, et en par- 
ticulier dans le genre ExocHOMiis, s'oppose à ce partage. 

Le tableau suivant expose les caractères distinctifs de ces coupes 
génériques : 

A. Tibias antérieurs déniés ou anguleux vers la base. 
B- — dentés. 



m CUCCINELLIDBS. 

C. Pronotum à bord postérieur sinué de chaque côté du 
lobo médian. 

C. Pronotum à bord postérieur non sinué de chaque cété 

du lobe médian. 
B'. Tibias anguleux. 
A.'. — antérieurs ni dentés, ni anguleux. 

D. Yeux non entamés par les joues. 

D'. — fortement entamés par les joues. 

E. Abdomen formé en dessous de S arceaux. 

F. Plaques abdominales occupant toute la longueur du 

premier arceau. 
F'. Plaques abdominales n'occupant pas toute la longueur 
du premier arceau. 

G. Epipleuros des élytres très-obliques et regardant en 

dedans. 
G". Epipleures des élytres presque planes. 
E". Abdomen formé en dessous de 6 arceaux. 



Chiloccrus. 



Egius. 
Corystes. 



Pliarus. 



Exochomus. 

Drumus. 

Plaiynaspis. 



CHILOCORUS. 
Le/lcu, Edimb. Encycl. t. XV, p. 116 (1). 

Tète large, inclinée, engagée dans lo prothorax au-delà du bord 
postérieur des yeux; épistome à bord libre sinué dans son milieu, 
dilaté arrondi sur les côtés; labre en partie visible, subémarginé en 
avant. — Mandibules à pointe aiguë, simple ou indistinctement fis- 
sile, a bord interne cilié et une grosse dent vers la base ; mâchoires 
à deux lobes subégaux, ciliés, à palpes quadriarticulés, le dernier ar- 
ticle subquadrangulaire , obliquement tronqué; lèvre inférieure à 
meuton trapézoïdal, à languette ovalaire, obtuse eu- avant, à palpes 
de 3 articles, le dernier allongé et subalténué vers le bout. — Yeux 
grands, trùs-peu convexes en dessus. — Antennes très-courtes, de 9 
articles, les deux premiers gros, presque confondus et simulant un 
seul article, les suivants grêles, les derniers épaissis en une petite 
massue cylindroïde. — l'ronotum transversal, plus étroit que les ély- 
tres, du douille plus long sur la ligne médiane que sur les côtés, bcrd 
antérieur échancré, subsinué de chaque cùté derrière les yeux; bords 
latéraux très-courts, convexes ; bord postérieur très-grand, arqué en 
demi-cercle plus ou moids régulier, en partie recouvert par la base 
des élytres, siuué de chaque côté du lobe médian; écusson en triangle. 
— Elytres subhômisphériques, très-convexes et légèrement compri- 

(1) Syn. C0CCINEI.1.A, Linné, Fabricius, Olivier, Faldermann, gtc. — Crnw- 
CORUS, Dejcan, Cat. 3' éd. p. 4S9; Rcdtcnbaclier, Germar Zirits. t. V, p. l'-lj 
Faun. Austr. 2- éd. p. 0^7 ; Mulsant, Hist. Nat. Col. Séour. p. "260; Specios Col. 
Trim. Sécur. p. 452 ; Fairmaire, Gen. Col. Europ. IV, p. 284. 



ciiii.or.oniTES. 24S 

mées latéralement, épaules saillantes, larges, arrondies, une bordure 
marginale plus ou moins apparente et oblique; épipleiires assez larges, 
regardant en dedans, offrant deux fossettes obsolètes pour recevoir les 
genoux des patles moyennes et postérieures. — Prosternum médiocre, 
irès-court et subconcave dans sa longueur, olfrant sur les c6tés, snus 
les angles antérieurs, une fossette arrondie; mésosternum du double 
plus large, plan, siuué en avant. — Abdomen à cinq arceaux en des- 
sous, le dernier assez grand. — Plaques abdominales profondes, li- 
mitées en dedans par un arc régulier confondu en arrière avec le bord 
de l'arceau. — Pattes courtes et robustes; jambes comprimées, sil- 
loimées en dehors et offrant vers le genou une dilatation dentiforme; 
tarses à crochets appendiculés. 

Ce type est l'un des mieux caractérisés de la Famille des Coccinel- 
lides; il se reconnaît au premier abord à sa forme semi-globuleuse, à 
SOS téguments lisses et brillants, à la forme du pronotum qui est ea- 
châssô dans une profonde échancrure de la base des élytres. 

Parmi les autres genres du groupe des Chilocorites, il se distingue 
par la présence d'une dent située vers la base du bord externe des 
tibias; ce caractère lui est commun avec les Eoius; mais chez ces 
derniers, le bord postérieur du pronotum est un arc de cercle régu- 
lier; tandis que chez les Chilocohus, ce bord est sinué de chaque côt'é 
du lobe médian. 

Les espèces de ce genre sont répandues sur le monde entier : l'A- 
mérique boréale et le Mexique possèdent chacun une espèce; l'Eu- 
rope en a 2; 5 habitent les Indes orientales, 1 la Chine, i l'ile de Java. 
Eu Afrique on a découvert un type à Madagascar, un autre dans la 
Cafrerie, et 3 sur les côtes occidentales de ce continent. Quelques es- 
pèces décrites dans ces derniers temps ne se trouvent pas inscrites 
dans le Species (1). 

EGIUS. 

MuLSiNT, Species Col. Trim. Sécurip. p. i6i (2). 

Tête très-large, inclinée, engagée dans le prothorax un pou au-delà 
du bord postérieur dos yeux ; épistome à bord libre en arc de cercle, 
profondément émarginé dans son milieu ; labre en grande partie caché, 
visible seulement dans l'échancrure de l'épistome, faiblement échaucré. 
— Organes buccaux et antennes semblables à ces mêmes parties du 

(I) Motschulsky, Etud. enlom. II, p. 50 (Cliine). 

Mulsant, Opusc. oiitom. Vil, p. 135 (Chine). 

Le Conte, Entom. Report, p. 70 (Californie). 

Walker, Ann. of Nat. HIst. 3' S6r. l. IV, p. 171 (Ceylan). 

Motschulsky, Etud. entom. 1859, p. ^li (Coylan). 

Le Conte, Proceed. Acad. Nat. Se. of Phil. 1859, p. 90 et 280 (Califoniie). 
("2) CiuLocoRos (p.), CUevrolat, Doj. Cat. 3« éd. p. «O. 



246 COCCINELLIDBS. 

type précédent. — Pronotum forlcment transversal, trois fois aussi 
long au milieu que sur les côtés, bord antérieur très-profondément 
échaucré, le fond de l'échancrure presque droit, bord postérieur assez 
régulièrement arqué dans son milieu et sur les côtés; angles posté- 
rieurs tout-à-fait eltacés.— Elyires somi-globulcuscs, assez convexes 
tout-à-fait dépourvues do repli marginal ; épipleures grandes, regar- 
dant obliquement en dedans, présentant à peine quelques vestiges 
de fossettes. — Abdomen formé en dessous do 5 arceaux avec un ru- 
diment de sixième. — Plaques abdominales limitées en dedans par 
un arc régulier, occupant les trois quarts do la longueur de l'arceau, 
ouvertes en dehors. — Pattes courtes et robustes, tibias comprimés' 
sillonnés en dehors et offrant au bord externe, non loin du mi- 
lieu de sa longueur, une spinule aiguë; crochets des tarses appendi- 
culés. 

Ce type a le même faciès que les Chilocorus, il s'en distinguo par 
plusieurs détails d'organisation, notamment par la forme du bord pos- 
térieur du pronotum, par la structure de l'abdomen, par le contour 
des plaques abdominales. 11 a pour type et pour unique espèce, une 
petite coccinellide do Cuba, àélytresd'un bleu mat avec le pronotum 
rouge. 

EXOCHOMUS. 

Redtenbacuer, Germ. Zeits. V, p. 121 (1). 

Tête engagée dans le prothorax un peu au-delà du bord postérieur 
des yeux; épistome légèrement échancré au milieu, non réfléchi; 
labre plus saillant, émarginé; mandibules en pointe aiguë; dernier 
article des palpes maxillaires un peu sécuriforme.— Yeux assez grands, 
à peine convexes. — Antennes courtes, grêles, à massue fusiforme, 
cylindroïde. — Pronotum transversal, plus étroit que les élytres; 
bord antérieur échancré, sinué de chaque côté; bords latéraux con- 
vexes, de moitié plus courts que la longueur médiane; bord posté- 
rieur en demi-cercle, sinué ou non sur les côtés du lobe médian, en 
partie recouvert par les élytres, écusson petit, en triangle. — Elytres 
convexes, parfois subcomprimées, à bord latéral marginé, rarement 
dilaté; épipleures assez étroites, légèrement inclinées en dedans. — 
Prosternum étroit, court, marqué ou non d'une fossette sous les 
bords latéraux du pronotum; mésosternum à peine sinué. — Abdomen 
formé en dessous de 5 arceaux , le dernier uu peu plus long que le 
précédent. — Plaques abdominales limitées par un arc régulier et 
entier, n'occupant pas toute la longueur de l'arceau.— Pattes courtes; 

(1) Syn. CocoiNELii, Liuné, Fabricius, Olivier, Schônherr, etc. — CHiioconus, 
Steptiens, Chevrotât. — Exochomus, Mulsant, Hist. Coleop. Sécur. p. 172; Spe- 
cles Cot. Trim. SCcur. p. 476; Redtenbacher, Fauu. Austr.2' éd. p. 908; Fair- 
maire, Geuera Coleop. Europ. IV, p. 285. 



cHii-or.oRiTF.s. 247 

(ibins subsillonnés en dehors, non dilatés anguleux ; tarses à crochets 
appendiculés. 

En réalité, ce genre ne diffère que très-peu du précédent; les dif- 
férences s'observent à l'épistome dont le bord antérieur est bien 
moins éohancré, et aux plaques abdominales qui sont limitées par un 
arc régulier et qui n'occupent que les deux tiers do la longueur de 
l'arceau. Il est également voisin des BnuMus, dont les caractères dif- 
férenciels seront indiqués ci-après. 

Les espèces, quoique médiocrement nombreuses, sont répandues 
dans toutes les contrées du globe, et quelques-unes ont des aires de 
distribution remarquables. Ainsi, la première, décrite dans l'ouvrage 
de M. Mulsant, habite les îles de la mer des Indes et le Mexique; 
une autre se retrouve on môme temps sur les côtes orientales et sur 
les côtes occidentales du continent africain ; une espèce européenne 
H été découverte au Cap, sur les côtes orientales de l'Afrique, dans 
l'Egypte et dans la Perse. En outre, le genre a des représentants au 
Sénégal, en Europe, dans l'Amérique nriéridionale, centrale et boréale, 
enlin aux Antilles. On no compte cependant que 16 espèces, non 
compris les six types que M. Mulsant a fait connaître par la suite (1), 
et dont l'un, découvert aux environs de Carihagène, en Espagne, est 
légèrement pubescent. Depuis celte publication, une espèce des en- 
virons d'Augsbourga été décrite par M. Weidenbach (2); une autre 
d'Algérie, par M. L. Fairmaire (3). 

ORCUS. 
MoisàNT, Species Col. Trim. Sécur. p. 463 (4). 

Tète large, engagée dans le prothorax jusqu'au bord postérieur des 
yeux; épistome échancré dans son milieu; labre en partie caché, à 
bord antérieur émarginé ; mandibules en pointe aiguë; dernier ar- 
ticle des palpes maxillaires sécuriforme. — Yeux assez grands, très- 
légèrement convexes. — Antennes courtes, grêles, de 8 articles appa- 
rents, le i résultant probablement de la soudure de deux articles; 
2-G courts, obconiques, les 3 derniers épaissis et formant une massue 
fusiforme, cylindroïde. — Pronotum transversal, convexe, plus étroit 
que les élytres ; bord antérieur échancré, sinué de chaque côté; bords 
latéraux courts, arrondis, mesurant k peine la moitié de la longueur 
du milieu ; bord postérieur en demi-cercle, subsinué, en partie re- 
couvert par les élytres; écusson petit, triangulaire. — Elytres briè- 

(1) Mulsant, Opusc. entom. III, p. 64. 

(2) Weidenbach, 12-Bericht d. naturli. Verein in Augsburg. 1859, p. 80. 

(3) Fairmaire, Ann. Soc. entom. de Fr. i' Sér. III, p. 648. 

(1) Syn. CocciNEtt-i, Boisduval, Voy. de l'Astrolabe, p. 59H, 7. — Chiio- 
coRos, Dej. Cal. 3<> 6d. p. 459. 



248 COrCINELllDES. 

vement ovalalres, convexes ou très-convoxos, subcomprimées latéra- 
lement; avec une bordure latérale plus ou moins apparente; épi- 
pleures assez grandes, dirigées en dedans, marquées de fossettes 
obsolètes. — Prosternum étroit, court, subconcave dans sa longueur 
marqué ou aon de fossettes sous les bords latéraux ; mésosternum à 
peine sinué. — Abdomeu formé en dessous de S arceaux, le dernier 
aussi long que les deux précédents réunis, plus rarement de six, les 
derniers égaux en longueur. — Plaques abdominales limitées en de- 
dans par un arc régulier, occupant toute la longueur de l'arceau, li- 
mitées ou non en dehors par un arc réfléchi en avant. — Pattes courtes 
et robustes; cuisses épaisses; tibias sillonnés en dehors, sans prolon- 
gement dentiforme; tarses à crochets appendiculés. 

Ce type se distingue des précédents par ses tibias inermes ; il s'é- 
loigne des suivants par les plaques abdominales qui occupent toute 
la longueur du premier arceau ventral. Le nombre variable des ar- 
ceaux de l'abdomen permettra d'établir deux sous-genres bien dis- 
tincts. 

Treize espèces ont été décrites : 1 appartient à Java, 1 à la Chine, 
6 à la Nouvelle-Hollande ; les autres ont été découvertes dans l'Amé- 
rique méridionale, et l'une d'entre elles s'étend jusqu'au Mexique. 
La patrie de la dernière est inconnue (1). 

BRUMUS. 
MoLSANT, Species Col. Trim. Sécur. p. 492 (2). 

Tête enfoncée dans le prothorax au-delà du bord postérieur des 
yeux; épistome peu avancé, faiblement sinué dans son milieu, droit 
et oblique sur les côtés; labre apparent, développé, tronqué en avant. 
— Yeux assez grands, peu convexes. — Antennes grêles, à massue 
cylindroïde, fusiforrao. — Pronotum transversal, plus étroit que les 
éîytres, faiblement arqué en travers; bord antérieur échancré et sinué 
de chaque côté; bords latéraux presque droits, d'un tiers plus courts 
que la longueur sur la ligne médiane, les angles antérieurs assez mar- 
qués et saillants ; bord postérieur en arc ouvert, non on demi-cercli', 
sans sinuosités; écusson polit, en triangle. — Elytres convexes, briè- 
vement ovalaires, simplement marginées sur les bords, non dilatées; 
épipleures médiocres, un pou concaves et regardant presque directe- 
ment en bas. — Prosternuni très-étroit entre les hanches, dépourvu de 
fossettes sous les bords du pronotum; mésosternum tronqué, droit en 
avant. — Abdomen formé en dessous de 5 arceaux. — Plaques ab- 
dominales limitées par un arc régulier et entier, occupant les trois 

(1) Mulsapt, Opusc. entom. III, p. 62; Vil, p. 13!5. 

(2) Syn. CocciNEi.L», Fabricius, Gcbler, Molscliiilsky, etc. — Brumus, Fair- 
maire, (iener. Col. Eiirop. IV, p. 285. 



f.HILOCORITES. 849 

quarts de la longueur du premier arceau. — Pattes médiocres, assez 
grêles; tibias dépourvus de sillon et de saillie dentiforme au bord 
ejtéfieur; tarses à crochets simples. 

Quoique voisin par la forme générale et par l'ensemble de l'orga- 
nisation du genre Exochomus, le type actuel s'en distingue aisément 
par plusieurs caractères; l'épistomc est bien moins saillant et le labre 
apparaît presque en entier; les tibias sont plus grêles et non sillonnés 
en dehors; les crochets des tarses nous ont paru simples. En outre, 
le bord postérieur du pronotum est bien moins arqué, les bords laté- 
raux sont presque droits ; les épipleures des élytres sont médiocres et 
elles regardeut presque directement en bas. 

Deux espèces, connues depuis longtemps, composent ce petit genre; 
l'une appartient aux Indes orientales; l'autre paraît avoir un habitat 
très-étendu, depuis la Mongolie, la Mésopotamie, la Russie méridio- 
nale jusqu'en Sicile. 

CORYSTES. 

MuLSiNT, Species Col. Trim. Sdcur. p. 506. 

Tète large, courte, fortement engagée dans le prothorax; offrant 
en avant une lamelle formée par l'épistome et les joues : l'épistome 
échancré dans son milieu et limité de chaque côté par un angle sail- 
lant; les joues continuant la direction de l'épistome, soudées avec 
lui, un peu pliées sur le bord interne des yeux et cachant l'insertion 
des antennes; labre indistinct. — Yeux assez grands, peu convexes, 
entiers à leur bord interne. — Antennes cachées à leur base, très- 
courtes et très-gréles, mesurant à peine la moitié de la largeur du 
front, massue fusiforme. — Pronotum transversal, presque aussi large 
que les élytres, très-convexe; bord antérieur échancré et sinué de 
chaque côté ; bords latéraux peu convexes ; bord postérieur en demi- 
cercle, régulièrement arqué; écusson en triangle équilatéral. — Ely- 
tres scnii-globuleuses, arrondies en arrière, à bords latéraux très- 
faiblement dilatés; épipleures médiocres, très-obliques en dedans, 
creusées de profondes fossettes. — Prosternum médiocre entre les 
hanches, élargi en avant, tronqué. — Abdomen formé en dessous de 
arceaux, le dernier rudiraeutaire. — Plaques pectorales et abdomi- 
nales profondes, les dernières occupant toute la longueur de l'arceau. 
— Pattes courtes el robustes, cuisses comprimées, tibias anlériours à 
bord externe anguleux vers la base, échancré vers son extrémité; 
crochets des tarses appendiculés. 

Le genre Cohtstes se distingue des CKYPTOGNATnA par ses yeux 
entiers, pdr la forme de l'épistome et par celle du prosternum qui 
n'est pas avancé en mentonnière. Il s'éloigne des Pf.ntilu également 
par l'épistome soudé aux joues, par ses yeux et par )e nombre six 
des arceaux de l'abdomen. 



250 COCCINEILIDES. 

Eu égard à la structure de l'épistome, le genre actuel fait biea 
partie du groupe des Chilocorites, puisque cette partie est soudée 
latéralement avec les joues et cache entièrement les cavités articu- 
laires des antennes. Cependant cet épistome est bien distinct, quoique 
soudé, par la présence de deux saillies anguleuses au bord antérieur 
à l'endroit où l'épistome se réunit aux joues. Taudis que d'autre 
part, le genre Corystes rappelle les Hypéraspites par les fossettes 
des épipleures des élytres, par la profonde concavité des plaques pec- 
torales et abdominales. C'est une forme de transition. 

Une seule espèce est connue; elle a été rapportée de Cayenne. 

PHARUS. 
MuLSiNT, Spicies Col. Trim. Sécurip. p. 949 (1). 

Tête assez large , engagée dans le prothorax un pou au-delà du 
bord postérieur des yeux; épistome assez grand, soudé latéralement 
avec les joues, n'entamant pas les yeux et voilant la base des an- 
tennes; labre visible seulement par son bord libre; mandibules bi- 
fides; mâchoires à lobes très-grôles, palpes à 2 et 3 articles légère- 
ment obconiques, 4 un peu plus long, aciculé, aigu, non sécuriforme; 
lèvre inférieure à menton échancré en avant, à languette ovalaire 
obtuse, à palpes grêles, le dernier article aciculé. — Yeux médiocres, 
entiers. — Antennes courtes et grêles, formées de 10 articles, i et 2 
renflés, subégaux, 3-4 courts, obconiques, S oblong, ovalaire, 6-7 
légèrement dilatés, les 3 derniers formant une petite m.assue subfu- 
siforme, obtuse. — Pronotum transversal, presque aussi large que les 
élytres, bord antérieur échancré, sinué de chaque côté ; bords laté- 
raux presque droits, tombant en avant, bord postérieur arqué, ar- 
rondi au milieu, accompagné d'une strie parallèle ; écusson en triangle. 
— Elytres très-brièvement ovalaires, arrondies en arrière, submargi- 
nées, angles huméraux presque droits; épipleures médiocres, un peu 
obliques en dedans, trfts-obsolètement impressionnées vis-à-vis des 
pattes moyennes et postérieures. — Prosternum plan, un peu plus 
long que large, sillonné de chaque cûté; mésosternum du double 
plus large , subsinué en avant. — Abdomen formé en dessous de 5 
arceaux. — Plaques abdominales limitées en dedans par un arc peu 
courbé et rapidement confondu avec le bord du premier segment.— 
Pattes courtes, tibias simples, un peu arqués en dehors, tarses grêles, 
longs, terminés par des crochets simples. 

Les Pharus sont de petits insectes de 2 à 3 millim. de longueur, 
de forme plus régulièrement ovalaire que les Sctmnus, à pubescence 
éparse, propres à l'Afrique; deux espèces habitent la Cafrerie, une 

(i) Syn. CocciNELLA, Gyll. in Schônh. Syn. Ins. II, p. 206. — Scyiinus, Dc- 
jcao, Cal. 3° éd. p. 462. 



CHILOCOniTF.S. 2B1 

autre cette mômo contrée et le Sénégal ; une troisième espèce, trouvée 
en Algérie, a été décrite par M. Chevrolat (1). Comme type généri- 
que, les différences sont importantes lorsqu'on le compare aux Scym- 
Nus; les antennes sont formées de 10 articles, le S est plus allongé 
que celui qui le précède et que celui qui le suit; l'épislome se con- 
tinue avec les joues, le prostcrnum est subquadrangulaire, un peu 
oblong ; les crochets des tarses sont simples. 

Quant auï autres genres du groupe actuel qui possèdent comme 
les Pharus des tibias antérieurs simples, ils se différencient par leurs 
yeui profondément entaillés par le chaperon. 

PLATYNASPIS. 
Redtenbacher, Germar's Zeits. V, p. 121 (2). 

Tète forte, assez large, engagée dans le prothorax un peu au-delà 
du bord postérieur des yeux ; épistome développé, soudé latéralement 
avec les joues en un chaperon voilant la base des antennes et coupant 
les yeux; labre visible seulement par sa tranche; mandibules bifides 
à la pointe, pourvues d'une grosse dent basilaire ; dernier article des 
palpes maxillaires sécuriforme. — Yeux assez grands, presque divisés 
en deux parties par une profonde échancrure transversale occupée 
par le chaperon. — Antennes courtes et grêles, terminées par une 
massue obconique, obtusément arrondie au bout, insérées tout-à-fait 
en dessous du chaperon. — Pronotum transversal, à peu près aussi 
large que les élytres, à bord antérieur sinué de chaque côté derrière 
les yeux, avancé au milieu; bords latéraux faiblement convexes, bord 
postérieur arqué, tronqué vis-à-vis de l'écusson; celui-ci en triangle 
à sommet aigu. — Elytres brièvement ovalaires, peu convexes, obtu- 
sément arrondies au bout, angle humerai presque droit, très-étroite- 
ment marginées sur les bords ; épipleures étroites, creusées de pro- 
fondes fossettes et effacées un peu au-delà de la dernière. — Prosternum 
très-étroit entre les hanches, subsillonné de chaque côté; mésoster- 
num très-étroit, sinué en avant. — Abdomen formé en dessous de 
fi arceaux, la suture des deux premiers obsolète au milieu. — Plaques 
abdominales un peu convexes, limitées en dedans par un arc régu- 
lier, occupant toute la longueur du premier arceau, non limitées en 
dehors. — Pattes assez robustes; tibias comprimés, à bord externe 
saillant, arqué et creusé d'un sillon peu profond; crochets des tarses 
appendiculés. 

(1) Chevrolat, Rbt. et Mag. Zool. XUI, p. 269. 

(•2) Syu. CocciNELLA, Fabricius, Geoffroy, Herbst, Latreille, etc. — Platï- 
K*spis, Mulsant, Hisl. nat. Col. Sécur. p. 213; Redtenbacher, Faun. Austr. 
2* éd. p. 970; Fairm. Gênera Col. Europ. IV, p. 288; Mulsant, Species Col. 
Trlm. Sécur. p. 9^. 



252 COCCINF.LUDES. 

La forme de l'épistome jointe il la pubescenco du corps, caractérise 
suffisamment cette cdupe générique; elle relie évidemment le groupe 
des Chilocorites à celui des Hypéraspites. Les Platynaspis sont do 
petits insectes à forme ovalairc, à pubescence médiocre, mesurant de 
3 à i millimètres. Les espèces, au nombre de 7, sont propres à l'Eu- 
rope, à l'Afrique et aux Indes orientales (1). 

TRIBU II. 

COCCINELLIDES PHYTOPHAGES. 

Mandibules multidentées à l'extrémité. 
Cette tribu ne renferme qu'un seul groupe. 

GROOPE XIV. ÉpUaohnitei. 

Corps brièvement ovalaire ou arrondi, pubescent. — Mandibules 
multidentées. — Antennes insérées à quoique distance et à peu près 
au milieu du bord interne des yeux, assez longues et atteignant lo 
milieu des bords latéraux du pronotum, de H article^, il massue en 
triangle renversé. — Yeux ovalaires, étendus à la face inférieure de 
la tête, subsinués on dedans. — Elytres confusément ponctuées, sub- 
dilalées aux épaules, parfois subcomprimées; à épipleures planes, 
presque toujours dépourvues de fossettes. — Pattes grêles, tibias non 
anguleu.x, crochets bifides ou appondiculés. 

Quoique reliés entr'eux par des caractères importants, par des 
mœurs semblables, les types de ce groupe sont peu homogènes; ou 
bien, pour mieux s'expliquer, les trois genres principaux, c'est-à-dire, 
les Epilachna, les Lasia, les Cynegetis diffèrent, à certains égards, 
autant entr'eux que plusieurs des groupes admis dans ce travail : 
ainsi, les Epilachna avec les Chnootriba rappellent le groupe des 
Cariites; les Lasia, celui des Coccinollites; les Cynegetis, celui des 
Hypéraspites. La base des élytres des Epilachna est relevée dans sa 
partie externe comme chez les Cariites ; cette môme base est régu- 
lièrement abaissée chez les Lasia, comme chez les Coccinellites; enfin 
les épipleures des élytres sont creusées de fossettes profondes chez les 
Cynegetis, comme chez les Hypéraspites ou plutôt les Bucolites qui 
sont pubescentes en dessus. 

Quoi qu'il en soit, il y a entre ces types un lien important, c'est la 
structure des mandibules et le régime végétal qui y correspond. 

Un seul point do l'organisation des Epilachnites demande une 

(1) Motschiilsky, Etud. enlom. Vil, p. 117. 



iPILACBNlTES. 253 

mention spéciale, c'est la conformation des crochets des tarses : ces 
organes sont simplement appendicul(:s chez les Cyrenetis. Dans les 
autres genres, ils sont bifides; mais, en outre, comme ils sont diva- 
riqués, on observe à leur base une lamelle oblongue, quadrangulaire, 
d'apparence commune aux deux crochets et qui fait paraître ces or- 
ganes tri-dentés, surtout dans les genres Ciinootkiba et Lasia, chez 
lesquels la division interne du crochet est courte et submédiane. 

Le genre Epilachna est très-riche en espèces et possède des repré- 
sentants dans toutes les contrées du globe. Les CuNOOTRinA sont pro- 
pres à l'Afrique. Les Cygenetis et les Lasia font partie de la Faune 
européenne. Ces types se distinguent facilement les uns des autres : 

A. Crochets des tarses appendiculés. Cynegetis. 
A'. — biDdes. 

B. Les deux divisions de chaque crochet subégalcs cntr'ellcs. Epilachna. 
B'. La division interne du croclict courte et subuiédiane. 

C. Corps semi-globuleux; pronotum à peu près aussi large 

que les élyUcs. Lasta. 

C. Corps oblong ; pronotum notablement plus étroit que 

les élytres. Chnootriba. 

EPILACHNA. 
Chevroiat, Dei. Catal. Z" éd. p. 460 (1). 

Tète assez forte, triangulaire, engagée dans le prothorax jusqu'au 
milieu des yeux ; épistome assez étroit, échancrô en avant ; labre 
transversal, échancré comme l'épistome ; mandibules terminées par 
trois fortes dents aiguâs, crénelées sur leurs bords; mâchoires à lobos 
inégaux, l'externe plus long et plus large, ciliés ; palpes maxillaires 
assez longs, à dernier article sécuriforme : lèvre inférieure à sous- 
menton transversal, à menton trapézoïdal, rétréci en avant; languette 
petite, obtuse, ciliée; palpes giéles et assez courts. — Yeux ovalaiies, 
visibles en dessus et en dessous, sinués au bord interne. — Antennes 
grêles, atteignant seulement le milieu des bords latéraux du prono- 
tum, logées dans de grandes cavités situées vis-à-vis de l'échancrure 
des yeux, 1 article allongé, subclaviforma, 2 plus court et plus grêle, 
3-8 courts, obconiques, 8-H dilatés, triangulaires, comprimés, le der- 
nier tronqué ou obtusément arrondi. — Pronotum transversal, beau- 
coup moins largo que les élytres, peu convexe, bord anlérieur échan- 
cré, bords latéraux dilatés, arrondis, un peu réfléchis, bord postérieur 
arqué, tronqué ou arrondi au milieu, subflexueux sur les côtés; angles 
obtus et arrondis, les antérieurs plus saillants; écusson en triangle 

(1) Syo. CocciNEiLA, Fabricius, Olivier, Sclionherr, Germar, Rossi, etc., etc. 
- lîpiùcH.NA, Mulsant, Hist. nat. Col. Sécur. p. 192; Spccies Cul. Trim. Stîcur. 
p. 700; Fairmaive, Gen. Col. liurop. IV, p. 2«G. - Epilacii.na (pars), Rcdlcn- 
baclier, Germ. Zeils. V, p. 120 ; Faun. Auslr. 2* éd. p. 0G9. 



354 C(iC(:iNELUUEs. 

équilatéral. — Elytres grandes, très-convexes, subatténuées on ar- 
rière, à bords latéraux subdilatés, légèrement relovés entre le calus 
et les épaules; épipleures assez larges, un peu concaves, dépourvues 
de fossettes. — Prosternum étroit, assez court; mésosternum trois fois 
aussi large, à peine sinué en avant. — Abdomen formé on dessous de 
six arceaux, les deux derniers offrent des caractères sexuels. — Pla- 
ques abdominales parfois nulles ou incomplètement délimitées, lo 
plus souvent limitées par un arc régulier et n'occupant pas toute la 
longueur de l'arceau. — Pattes robustes, cuisses subfusiformes ; tarses 
à crochets robustes, profondément bifides, munis en outre d'une 
courte lamelle basilaire. 

Nous avons observé dans quelques types une structure différente 
selon les individus, des deux derniers arceaux do l'abdomen; ainsi 
dans VEpilachna argus, le pénultième arceau ofl're à son bord posté- 
rieur une dilatation arrondie et une sinuosité do chaque côté; lo 
dernier , beaucoup moins développé , présente dans son milieu une 
profonde fissure longitudinale. Dans d'autres individus, que nous re- 
gardons comme des femelles, à cause de leur taille un peu plus grande, 
le pénultième arceau est droit et le doruier est simplement arrondi. 
La dilatation du premier article des tarses antérieurs, signalée par 
M. Mulsant, comme caractérisant le sexe mâle, nous a paru peu sen- 
sible. 

Les détails multiples et assez complets que nous avons donnés sur 
les états primitifs des Coccinellides en général et du genre actuel en 
particulier, nous dispensent de revenir sur ce sujet; il suffira de rap- 
peler que les larves connues des Epilachna sont phytophages, et que 
les espèces européennes vivent sur la bryono ou sur la Momordica 
elaterium. 

Ce genre est extrêmement riche en types spécifiques, les descrip- 
tions de 182 espèces se trouvent exposées dans le Species de M. Mul- 
sant, et dans un supplément à ce travail, l'auteur en a ajouté H. 
Ce sont généralement des Coccinellides de taille au-dessus de la 
moyenne, d'un faciès spécial par le contour et la convexité des ely- 
tres, par la pubescence relativement assez longue et assez abondante 
qui les recouvre. 

Toutes les contrées du globe renferment des Epilachna : le Nouveau- 
Monde en nourrit 62; l'Afrique 43 ou 46; l'Asie, la Malaisie et la 
Nouvelle-Hollande 52 à 53; l'Europe 2. Les pays les plus riches dans 
l'état actuel de la Science, sont la Cafrerio, les Indes orientales, le 
Mexique. Quelques espèces ont des aires de distribution très-étendues, 
ainsi, telle espèce se rencontre aussi bien d.ans l'Amérique du Nord 
que dans celle du Sud; une autre habite le Japon, la Chine, les 
grandes îles de la Sonde, plusieurs petites îles de la Malaisie et jusque 
dans la Nouvelle-Hollande; une troisième suit tout le littoral du con- 
tinent africain, depuis lo Sénégal jusque dans l'Abyssinie, se diri- 



ÉPILACHNITES. 2SS 

gcanl vers le Sud et remontant vers le Nord. Depuis le Species de 
M. Mulsant, on n'a décrit qu'un petit nombre d'espèces nouvelles (1). 

CHNOOTRIBA. 
CuBVROLAT, hu. Catal. 3* éd. p. 460 (2). 

Tôte petite, inclinée, engagée dans le prothorax jusqu'au milieu 
des yeux; labre court, subémarginé, très-pubcscent; mandibules 
médiocres, peu saillantes; dernier article des palpes maxillaires sécu- 
riforme. — Yeux à peine sinués au bord interne. — Antennes insé- 
rées sur les côtés do l'épistome rétréci, à quelque distance des yeux, 
grêles, atteignant le milieu des bords latéraux du pronotum, termi- 
nées par une massue obtusément arrondie au bout. — Pronotum 
transversal, notablement moins large que les ôlytres, peu convexe et 
légèrement relevé vers les côtés, bord antérieur un peu échancré, 
bords latéraux convexes-arrondis, le postérieur arqué; écusson on 
triangle équilatéral. — Elytres oblongues-ovalaires , arrondies aux 
épaules, à bords subparallèles au milieu, acumiiiés vers l'extrémité, 
étroitonieut raarginées; épipleures planes. — Prosteruum étroit, peu 
convexe; mésosternum non sinué en avant. — Abdomen formé en 
dessous do 5 arceaux. — Plaques abdominales nulles ou faiblement 
indli|uées, limitées par un arc irrégulier et n'occupant guère que la 
moitié de la longueur du premier arceau. — Pattes assez longues et 
robustes, terminées p.n' dos crochets bifides, la division interne courte, 
submôdiane, en outre une lamelle basilaire à la base. 

Ce type n'est qu'une légère modification du précédent; il présente, 
sauf quelques détails, l'organisation des Epilachna. Cependant la forme 
générale est plus grêle, plus oblongue, les plaques abdominales 
sont moins nettement limitées et parfois effacées; enfin les crochets 
des tarses, quoique bifides, présentent une structure différente, parce 
que la division interne est très-courte et submédiane; on observe 
(lu reste, comme chez les Epilachna, une lamelle subquadrangulaire, 
oblonguo, commune aux deux crochets qui sont divariqués. 

(1) MuUant, Opusc. entom. VII, p. 133, Quito. 
Molschulsky, Etud. entom. VI, p. 4, Japon. 

Thomson, Arclilv. entom. Il, p. 237, Gabon (nom déjà employé). 
Moiilronzier, Ann. Soc. entom. de Fr. 4" Sér. 1, p. 3(J4, Nouvelle-Calé- 
donie. 

Reiche, Ann. Soc. entom. de Fr. 4' Sér. II, p. 299, Andalousie. 
Fauvcl, Bull. Soc. Linn. Normandie, VII, p. 174, Nouvelle-Calédonie. 
Perroud, Ann. Soc. Linn. Lyon, XI, p. 219, Nouvelle-Calédonie. 

(2) Syn. CocciNBLU, Casstrôm in Thunbeig's Dissert.; Gmelin, Olivier, 
Hcilist, Schônhorr. — Chnootiuba, Chcvrolat, Dict. Hist. Nat. D'Orbigny, 
!■ III, p. 613 ; Mulsant, Spccics, p. 697. 



256 COCCINKLLIDES. 

On no connaît que deux espèces propres à l'Afrique : l'une habile 
le cap de Bonne- Espérance et remonte jusqu'en Ahyssinie; l'autre a 
été découverte à Sierra Leone et dans la Guinée. 

LASIA. 
HoPE, Coleopt. Man. III, p. 137 (1). 

Tête médiocre, engagée dans le protliorax au-delà du milieu des 
yeux; épistome étroit, faiblement émargiué en avant; labre sub- 
échancré. — Yeux trés-légèrement sinués en dedans. — Antennes à 
massue assez forte, obconique, tronquée à l'extrémité. — Pronotum 
fortement transversal, un peu plus étroit que les élylres, bord anté- 
rieur échancré ; bords latéraux presque droits, très-faiblement con- 
vexes ; bord postérieur régulièrement arqué ; écusson en triangle 
équilatéral. — Elytres Irès-brièvemeut ovalairos, leur plus grande lar- 
geur au milieu, régulièrement arrondies en arrière; bords latéraux 
étroilemeut marginés, non dilatés, ni relevés entre le calus et l'é- 
paule ; épipleures médiocres, planes et regardant un peu en dehors, 
sulidéprimées vis-à-vis des pattes postérieures. — Prosternum étroit 
et court; mésostcrnura non sinué.— Abdomen formé en dessous de 
5 arceaux, avec uu rudiment d'un sixième. — Plaques abdominales 
limitées par un arc entier, presque régulier, occupant les trois quarts 
de la longueur de l'arceau. — Pattes courtes et robustes; tarses à 
crochets bifides, la division interne moitié plus courte que l'externe 
et basilaire. 

Pour la Famille des Coccinollides, où les caractères génériques sont 
habifuellemont assez faibles, on peut dire que le type actuel est assez 
distinct : outre les caractères distinctifs signalés par les auteurs, tels 
que la forme générale plus arrondie, le pronotum à bords plus droits, 
la non dilatation des bords latéraux des élytres, la brièveté de la di- 
vision inlerno des crochets ; nous ferons remarquer que chez les Epi- 
LACONA la base des élytres est relevée en dehors comme chez les 
Cariiles ; tandis que chez les Lasia, cette base est régalièrement abais- 
sée, comme chez les Coccincllitcs. 

On no connaît que trois espèces; l'une, répandue dans toute l'Eu- 
rope, présente une quantité considérable do variétés; une autre habite 
le Caucase; la ti'oisième a été découverti». sur les bords de la mer 
Caspienne et retrouvée en Espagne. 

(1) Syn. CoccimLU, Do Gecr, Fabriciiis, Olivier, UUger, etc., etc. — Cïne- 
CETis, Slepliens, Mao. I, p. 317. — Epilaciina (p.), Redteiibacher, Germ. Zeits. 
V, p. 432; Faun. Austr. 2- 6d. p. 969. — Lasia (p.), Mulsant, Hist. Nal. Col. 
S6cur. p. 197. — Lasia, Mulsant, Spceies, p. 882; Fairmaire, Gênera Col. 
Europ. IV, p. 287. 



ÉPILACUniTES. fS'} 

CYNEGETIS. 
CnEVnotiT, Dejean, Catal. 3« éd. p. 461 (1). 

Tèto môdiocro, engagée dans le prothorax au-dolil du milieu dos 
youx; épistome et labve très-courts, peu développés, très-faibleraent 
émarginés en avant; mandibules armées de quatre dents, à bords 
simples, non denticulés; lèvre inférieure à languette tronquée à son 
bord antérieur, ses anglcis latéraux droits. — Yeux faiblement sinués 
au bord interne. — Antennes h massue obconique, tronquée. — Pro- 
notuna transversal, à peu près aussi large que les élytres, convexe; 
bord antérieur écjrancré; bords latéraux presque droits; bord posté- 
rieur régulièrement arqué; écusson petit, en triangle équi latéral. — 
Elytres brièvement ovalaires, arrondies en arrière, convexes, la plus 
forte convexité située on arrière du milieu; indistinctement margi- 
nées latéralement; à épipleures médiocres, planes, offrant deux fos- 
settes assez marquées do chaque côté; ne recouvrant pas d'ailes. — 
Prosternnm étroit, plan; mésosternum sinueux à son bord antérieur. 
— Abdomen formé en dessous de 5 arceaux , le dernier du double 
plus long que le précédent. — Plaques abdominales assez profondes, 
limitées par un arc peu régulier, occupant les quatre cinquièmes de 
la longueur do l'arceau. — Pattes courtes et robustes; tarses à cro- 
chets appendiculés. 

Quoique très-voisin pour la taille, la forme générale, la coloration 
mémo des Lasia, le type actuel s'en éloigne par un ensemble assez 
Important do caractères : la convexité des élytres est dilféronte, les 
épipleures sont creusées de fossettes très-apparentes, le dernier ar- 
ceau ventral est plus long, les crochets des tarses sont appendi- 
culés. 

Il représente parmi les Coccinellides pubesceutes le groupe des 
Hypéraspites, et si ce n'était la structure des mandibules, nous l'au- 
rions placé dans ce dernier groupe, tout on le considérant comme 
une Hypéraspite phytophage. 

Ou ne connaît qu'une seule espèce, répandue dans la plupart dos 
contrées tempérées et septentrionales de l'Europe. 

(1) Syn. CocciNELLA, Linné, PaykiiU, Fabricius, Stephcns, etc. — Cyneoetis, 
RedleulKinber, Germar's Zeits. V, p. 132; Faun. Austr. 2« éd. p. 969; FalrmaireJ 
Gênera Col. Europ. IV, p. 287; Mulsant, Species, p. 884. — Lasia, Mulsant, 
Hist. Nat. Co). Sécurip. p. 208. 



Coléoptères. Tomo Xli. 



298 COCCINSLLIUES. 

APPENDICE. 

VODELLA. 
UuLSANT, Opuscules entomologiques, III, p. 21. 

Massue des antennes à articles allongés. — Ongles bifides. — Pla- 
ques abdominales en demi-cercle prolongé jusqu'à l'extrémité de l'ar- 
ceau. 

Ces caractères, signalés par l'auteur du genre, ne s'appliquent qu'à 
une seule espèce rapportée de Gayenne. Ils paraissent également 
bien convenir au genre Mysia. Dans une note manuscrite, Crotch 
place ce genre dans le groupe des Discotomites; nous ignorons h quels 
titres. M. Mulsant n'a pas connu les antennes du genre Vodella, il 
est probable que l'auteur anglais a été plus heureux, et que c'est par 
l'inspection de ces organes qu'il a opéré cotte transposition. 

JAURâTIA. 
HoTSCBODLSKT, Etttd, entofti. VII, p. 117. 

Jauravia pallidula, orbiculata, convexa, punctatissima, nitida, su- 
pra brevissime albido-puberula,fulvo-testacea, oculis nigris; thorace 
transverso, antice angustato, basi arcuato, utrinque leviter sinuato, 
angulis posticis ferô redis, latoribus subarcuatis, marginatis; ély- 
tris rotundatis, marginatis, subrelloxis; corporo subtus glabro, cor- 
pore ruguloso-punctato; coxarum lamina somilunari; tarsorum arti- 
cule penultimo triangulariter dilatato, unguiculis basi angulatim 
dilatatis. Ântennis H-articulatis. — Long, i 1. 

Par sa forme, elle est voisine do notre Lasia globosa, mais du double 
plus petite et d'un testacé roussâtre unicolore. Ceylan et continent 
Indien. 

Ce genre de Cciccinellides se distinguo dos Zenoiiia Mulsant, à côté 
desquollos il doit être placé, par son corselet non découpé sur les côtés 
et par les plaques coxalos abdominales arquées. 

Cette description, empruntée à l'ouvrage de Motschulsky, ne suffit 
pas, en l'absence do type, pour reconnaître les affinités de ce genre. 
L'auteur signale une seconde espèce du continent indien, /. limbata. 

OXYNYCHUS. 
La Conte, CoUop. du Lac Supérieur. 

A propos du genre Hypf.iiasi'IS, M. Mulsant dit que les crochets 
des tarses sont ou appendiculés ou bilides, rarement simples. L'au- 



ÉPILACHNITES. 259 

tour reconnaît qu'il ne lui a pas été possible d'étudier convenable- 
ment la structure de ces organes, chez les diverses espèces soumises 
à son examen; c'est, en effet, une recherche très-laborieuse pour des 
insectes le plus souvent collés, à cause de leur petite taille. Le genre 
de M. Le Conto, caractérisé parmi les Hypéraspites, par ses crochets 
simples, devra, selon toute probabilité, s'appliquer à un certain 
nombre des types décrits par M. Mulsant. 

Dans ces circonstances, on ne peut on tracer convenablement les 
caractères, sans avoir, au préalable, soumis à un examen détaillé les 
espèces décrites par les deux éminents Entomologistes que nous ve- 
nons de citer. 



OBSERVATION SUR LA FAMILLE DES CORYLOPHIDES. 

Dans ses longues et laborieuses recherches, le Prof. Lacordaire n'a 
pas traité les genres de la Famille des Clypeastrides ou Corylophidos; 
il n'a pas exprimé son opinion sur la place qu'ils doivent occuper 
dans la série naturelle. L'autour du Gênera dos Coléoptères d'Eu- 
rope, Jacquelin-Duval, qui a fait uno étude approfondie do ces es- 
pèces, ponso qu'elles doivent se placer dans le voisinage des Lalri- 
diides; cette opinion est basée sur l'organisation de ces Coléoptères 
microscopiques et sur celle de leurs larves j elle sera probablement 
adoptée par les Entomologistes modernes. Afin de ne pas scinder la 
série des Familles que nous avons trailées dans les deux derniers vo- 
lumes du Gênera, nous nous abstiendrons également de parler de 
cette Famille. Si l'avenir nous permet de réunir les divers types qui 
semblent devoir rentrer dans ce groupe des Corylophites, si nous 
parvenons à nous les procurer en nombre suffisant, puisque leur 
dissection et leur étude microscopique sont indispensables, nous pour- 
rons exposer nos vues sur la place qu'ils doivent occuper dans la sé- 
rie et on faire l'objet d'un travail spécial. 



TABLE ALPHABÉTIQUE 

DES 

TRIBUS, DES GROUPES, DES GENRES 

CONTENUS DANS CE VOLUME. 



Pages. 

Acinaces 102 

Acronotus 58 

Adalia 175 

Adonia 174 

yEgilliomorphus 60 

^gitlius S5 

MgUhus S4-GS 

Alcsia 202 

Alloiolelus S6-M 

Amblyopus 38 

Amphilocus 36 

Araphisternus 89 

Amphix 98 

Analis 182 

Ancylopus 105 

Anidrytus 122 

Anisoïticta 173 

Anisoslicta 170 

Anlhriius 219 

Aphori.sta 112 

Aploscelis 96 

Artemis I97 

Aspidimerus 238 

Alomaria. . I44 

Aulncorheilus 50 

Aulacocliilus ,10 

Aulis 223 

Azolia 208 

Azya 240 

B 

Bacis fi» 



Pagei. 

nalius 92 

Barytopus 61 

Ilarylopus 56 

Brachyacantha 228 

Bracliymerus 62 

Brachymerus 33-36 

Biachysphaenus 56 

Brumus 248 

BiiGOi.iTES 237 

Bucolus 239 

Balœa 176 

Bura 198 

Bystus 128 

C 

Cacidula 219 

Cacodœtnon 89-90 

Calenus 71 

Calvia 183 

Caria 194 

Cariites 190 

Cernmis 111 

Cheilomenes 192-202 

ClIlLOCORITES 242 

Chilocorus 244 

Chilocorus 235-247 

Chilomenes li)2 

Chnoodes 222 

CllNOOOITES 221 

Chnoolriba 233 

Cissfiis 177 

Clanis 214 



262 



TABLB ALPHABÉTIQUE 



Pages. 

Cleis 18b 

Clemmus 145 

Clfmnus 143 

Cleobora 184 

Cleothera 231 

Clynis 182 

Coccidula 210 

COCCIDUHTES 219 

Coccinella. ...... 178-179 

COCCINELLIDE8. ... 149 

COCCINELLIDES APHIDI- 

PHAGES 166 

COCCINELLIDES PHYTO- 
PHAGES 252 

COCCINELLITES 171 

Coccimorphus 54 

Cœlophora 195-197 

Cœloiiterus 213 

Combocerus 28 

Coniopoda 116 

Coptcngis 23 

CORYLOPHIDES. ... 259 

COBÏNOMALITES 97 

Corynomalus 98 

Corystcs 249 

CUANOPHORITES 217 

Cranophorus 218 

Cremnodes 129 

Cryplognatha 236 

CryptogoniiE 238 

Cryptolaîmus 211 

Cyanauges 137 

Cydonia 191 

Cyclomorphus 53 

Cycloneda. ........ 201 

Cyclotoma 13-i 

Cymbachus 96 

Cynegelis 257 

Cynegetis 256 

Cyrtomorphus 45 



Dacno. 21 

Dacne 28 

DaDac 114 



Pages. 
106 
103 



Dapsa 

Dapsa 

Daiilis 108 

Daulis.. ^1 

Delphus 56 

Dioedcs 96 

Dioria 224 

Discotoma 189 

DiSCOTOUITES 187 

Dysis 198 

E 

Egius 24S 

Egleis 183 

EUipticus 71 

Elpis 193 

Encaustes 47 

Encaustes 23-31 

Encaustites 46 

Encymon 95 

ENDOMYCHIDES. ... 77 

Endomïchites 130 

Endotnychus 135 

Endomychtts 103-109 

Encidites 19 

Engis 27 

Engis 21-28-47 

Eogonius 91 

Epilachna 253 

Epilachna 256 

EPILACIINITES 252 

Ephobus 125 

Epipocites. . 120 

Epipocus 121 

Epipocus 112 

Episcapha 22 

Episcapha 25 

Epopterus 123 

Epylus 34 

Eriopis 168 

EROTYLIDES 18 

EROTYLIEN8 1 

Erotylites '18 

Erolylus 62 

Erolylus 31 



DBS THIBUS, DIS GROUPRS, DBS GENRES. 



2C3 



Eucteanus 181 

EUUORPDITES 87 

Eumorphus 92 

Ewnorphus 89 

Eupalasa 204 

Euphanistes 52 

Burycardius 63 

Buxestus 20 

Exocbomus 246 

Exoplectra 241 



Fatm. 



Golgia. 



Habrodaotylus 

Halyzia 180- 

Harmonia 

Hazis 

Holiobletus 

Helola 

HELOTIDES 

Hinda 

Hippodamia 

Hippodamia 

HlPPODAUlITES 

Hylaia 

Hyperaspis 

Hyperaspis 

Hyperaspites 

Hypooeras 



Hysia. 



62 
175 



Idalia 175 

Indalmus 103 

Iphiclus 59 

Iphiclus 56-70 

'f- 21-27-40 



Pages. 

Ischyrus 35 

Ischyrus 50 

Isora 201 



Jauravia 258 



Ladoria 222 

Languria 12 

LANGURIDES 11 

Langurites 14 

Lasia 256 

Lasia 257 

Leiestes 139 

Leiestites 137 

Leis 200 

Lemnia 197 

Lithophilus 70 

Lotis 235 

Lybas 44 

Lybas 33 

Lycoperdina 109 

Lycoperdinites 99 

H 

MaC'iria 188 

Macromelea 15 

Megaprotus 58 

Megilla 169 

Meilicbius 133 

Menoscelis 233 

Micaria 188 

Micraspis 186 

Micraspis 202 

Morphoides 60 

Morphoides 35 

Mycella 104 

Mycetina 117 

Mycelina 112 

Mycptaia 144 

Mycophthonis 34 

Mycotrotus 32 



861 



TABLE ALPHABÉTIQUE 



Pages. 

Mycotretus 35 

Myrrha 183 

Mysia J80 



Naemia 170 

Neda 190 

Nesis 176 

WiHdtt&j 219 

Noda 201 

Nomius 212 

Novius 212 



Œdiarthms lli 

Œneis 237 

Œnopia 198 

Olemis 92 

Olygocorinus 64 

Omoiotolus 71 

Omuiotelus 68 

Oocyanus 34 

Oogasler 61 

Opairum 117 

Orcus 247 

Oreslia 72 

Orlalia 206 

Ortaliites 203 

Orissomus 218 

OiynycUus 258 



PaDamomus 140 

Panomœa 131 

Paniheropterus 29 

Paussus 147 

Pedanus 94 

Pclioa 200 

Pentilia 234 

Perrisia 102 

Phalantha 108 

Phanis 250 

Phylira 106 



Phymaphora \i\ 

Phymaphora 140 

Plagiopisthen 22 

Platyomus 215 

Platynaspîs • • • 251 

Polymus 118 

Poria 204 

PoniiTES 203 

Prcpopharus 67 

Prio7)ocheilus. 70 

Piiolclus 70 

Pristonema 190 

Procula 198 

Piodilis 207 

Propylea 188 

Pselaphacus 31 

Psdaphacus 47 

Psyllobora 184 



Quirinus 127 



Rbabducbus lli 

libanis 140 

Rhizobius 216 

Rhymbus 128 

Rodalia 208 

S 

Saccomorphus 86 

Saula 113 

Scaphidomorpbus 66 

SCYMNITES 67 

Scymnus 210 

Seladia 187 

Seleniles 198 

Siola 224 

Sospita 182 

Spathomelos 90 

Splienoxus 60 

Sténotarsites 125 

Stenotarsus 127 



DES TBIDUS, DES GHOUPES, DES GENHES, ETC. 



2G5 



Pages. 

Sternolobus S9 

Strongylosomus 5i 

Slrongylus 219 

Symbiotes H'.i 

Symbiotes 145 

Synia 196 

Synonycha 193 



Tapinotarsus 69 

Thalassa 234 

Thallis 27 

Thea 18S 

Tlionius SI 

Tiphysa 232 

Trupexidera 14 

TniPLAClTES 30 

Triplatoma 23 

TripUitoma 23 

Triplax 40 

Triplax 31 

Triloma 43 



Pages. 

Tritoma 40-123 

TrocboidEites 146 

Trochoidous 147 

Trogosita 12 

Trycherus 02 

Typocephalus 86 



Vedalia 209 

Verania 203 

Vibidia 185 

Vodella 258 



îestus 39 

Z 

Zenoria 207 

Zonarius C4 

Zonarius 62 



FIN DE LK TABLE ALPHABI^.TIQIIB 
1)11 TOME XII. 



TABLEAU MÉTHODIQUE 

DES 

FAHIllES, DES TRIBUS, DES GROUPES ET DES GENRES 

CONTENUS 

DANS LE GENERA DES COLÉOPTÈRES. 



Famille l. CICINDÉLÈTES. 

Tribu I. MANTICORIDES. 
Manticora. Omus. 

Plalychile. Dromochorus. 

Amblycheila. 

Tribu II. MÉGACÉPHALIDES. 
Osycheila. Tetracha. 

Pseudoxycheila. Aniara. 
Mcgacephala. 

Tribu 111. CICINDÉLIDES. 
Megalomma. 



Iresia. 

Oxygonia. 

Eucallia. 

Eurymorpha. 

Ciciiulela. 

Odoiitocheila. 

Phyllodroma. 



Distipsidera. 

Apteroessa. 

Myrmecoptera. 

Dromica. 

Cosmema. 

Euprosopus. 



Tribu IV. COLLYRIDES. 
Therates. Collyris. 

Tricondyla. 

Tiibu V. CTENOSTOMIDES. 
Pogonostoma. Ctenostoma. 
Procephalus. Myrmecilla. 

Famille IL CARÂBIQUES. 

Légion 1. 

Tribu I. OMOPHRONIDES. 

Omophron. 



Tribu II. ELAPHRIDES. 

Notiophilus. Blethisa. 

Etaphrus. Trachypachys. 

Ti-ibu III. HILÉTIDES. 
Hiletus. 

Tribu \y. CARABIDES. 
Pelophila. Procrustes. 

Nebria. Carabus. 

Metrius. Aplothorax. 

Loistus. Calosonja. 

Procerus. Callisthenes. 

3Vt6u V. CYCHRIDES. 
Damaster. Sphasroderus. 

Cychrus. Scaphinotus. 

LÉGION II. 

Tribu VI. PAMBORIDES. 
Teflus. Pamborus. 

TrtftMVII. TRIGONODACTY- 

LIDES. 

Hcxagonia. Trigonodactyla. 

Tribu VIll. ODACANTHIDES. 
Plagiorhytis. Stenocheila. 
Apiodera. Odacantha. 

Casnonia. Stenidia. 

Ophionea. 

Tribu IX. CTENODACTYLIDES. 
Leptotracholus. Schidonycha. 
Pionycha. Ctenodactyla. 



TADLE Ml 

Trihi X. GALERITIDES. 



Polystichus. 

Ag.istus. 

Mutiixiilius. 

Diaphorus. 

Eiiaphoi'us. 

Thalpius. 



Drypta. 

Dendrocollus. 

Calophœua. 

Galerita. 

Trichognathus. 

Eunostus. 

Zuphium. 

Tribu XI. HELLUONIDES. 

Aenigma. Planètes. 

Helluodes. Omphra. 

Helluo. Helluomorpha. 

Maci'ocheilus. Pleuracaifthus. 
Acanthogenhis. 

Tribu XII. BRACHINIDES. 
Aptiniis. Mastax. 

Pheropsophus. Crepidogaster. 
Brachinus. 



Tribu XIII 
Agra. 
Calieida. 
Xaiithophœa. 
Stenonotufn. 
Cymindis. 
Glycia. 
Singilis. 
Corsyra. 
Trichis. 
Diaphoruncus. 
Ctenoncus. 
Metaxytnor- 

phiis. 
Glyphodactyla. 
Hystrichûpus. 
Plagyopyga. 
Demetrias. 
Pelyocypas. 
Demetrida. 
Plagiotelum. 
Actophorus. 
Axinopalpus. 
Hometlies. 
Dromius. 



. LEBIIDES. 
Bomius. 
Oxoides. 
Variopalpis. 
Metabletus. 
Coptoptera. 
Lionychus. 
Api'istus. 
Sericoda. 
Omostonus. 
Arsinoe. 
Cryptobatis. 
Rhopaloslyla. 
Sarothrocrepis. 
Eiirycoleus. 
Lia. 

Physodera. 
Emplyiies. 
Pi'omecoplera. 
Telragonode- 

rus. 
Haplopeza. 
Pentagoiiica. 
Masoreus. 
Scalidion. 



ÉTHODIQUE. 

Plochionus. 
Dolichoctis. 

Tribu XIV. 
Ccleuœphes. 
Khombodera. 
PhilophliBus. 
Goptodera. 
Stenoglossa. 
Nyctcis. 
Bolonognatha. 
Lobodontus. 



Mochthorus. 

PÉRICALIDES. 

Tliyrdoptems. 

Mormolyce. 

Catascopus. 

Miscolus. 

Poricalus. 

Eucheila. 

Scopodes. 



Tribu XV. PSEUDOMORPHIDES. 

Pseudomorpha. Adelatopus. 



Hydroporomor- 
pha. 



OZÉNIDES. 

Itamus. 
Physea. 
Eustra. 
Nomius. 



S p h a 1 1 m T' 

pha (d). 
S i 1 p h m r- 

pha (1). 

Tribu XVI. 
Mystropomus. 
Ozœna. 
Goniotropis. 
Tropopsis. 

Tribu XVII. SIAGONIDES. 
Siagona. Enceladus. 

Luperca. 

Tribu XVIII. DITOMIDES. 

Melaenus. Chilotomus. 

Coscinia. Pachycarus. 

Aristus. Penthus. 

Ditomus. Mysti'opterus. 

Carterus. Apotomus. 

Tribu XIX. GRAPHIPTÉRIDES. 

Giaphipterus. Piezia. 

Tribu XX. ANTHIADES. 
Anthia. Cypholoba. 

BiBOglossa. Poîyliii'iTia. 

Cycloloba. Atractonota. 

(1) Ces deux genres ont été réunis 
par la suite au genre Pseudomohpha, 
Lac. Gênera, II, p. 518. 



TABLE MÉTHODIQUE. 



Tribu XX\. 
Pli y s c r t a- 

phus. 
Cirapylocnemis 
Morio. 
Platyiiodes. 
Psydrus. 

Tribu XXII. 
Pasimachus. 
Emydopterus. 
Cui'enuin. 
Scaraphites. 
Acanlhoscelis. 
Scai'ites. 
Giiathoxys. 
Scapterus. 
Oxystomus. 
Osyguathus. 
Camptodoutus. 

Tribu XXIII. 
lirachygna- 

thus (1). 
Craspedophorus 
Panagaeus. 

Tribu XXIV. 
Dercylus. 
Lissauchenius. 
Aleptocerus. 
Verlagus. 
Ocyb.itus. 
Ilomalolachnus 
Uhizotrachelus. 
Uiaplioropso- 

phus. 
/Eacus. 
Dibolochilus. 
Epomis. 

Tribu XXV. 
Dicœlus. 



MORIONIDES. 
Haplochile. 
Melisodera. 
Hemiteles. 
Catapiesis. 
Hoinalomoi'pha 
Geta. 

SCARITIDES. 

Stratiotes. 

Lachenus. 

Cryptonima. 

Acephorus. 

Dyschirius. 

Clivina. 

Pyrami». 

Aspidoglossa. 

Ardistomis. 

Scliizogenius. 

PANAGÉIDES. 

Euschizomerus. 
Coptia. 
Geobius. 
Loricera. 

CHLÉNIDES. 

Asporiiius. 

Rhopalopaipus. 

Ghiœnius. 

Amblygeiiius. 

Hololeius. 

Eccoptomenus. 

Atranus. 

Hoplolenus. 

Prionognathus. 

Oodos. 

Lojichostcrnus. 



LICINIDES. 
Liciuus. 



(1) Ce nom doit être changé en 
celui d'EuBTSoMA, Gistl. Lac. Gênera, 
II, 520. 



Rembus. Physolœslhus. 

Badister. Eutogeneius. 

TribuXWl. GNÉMACANTHIDES. 
Dioctes. Oopterus. 

Miscodera. Promecode rus. 

Broscus. Cascelius. 

Cnemacanthus. Cardiophthul- 
Arathyraus. mus. 

Broscûsoma. Baripus. 

Tribu XXVII. STOMIDES. 
Disphajrieus (I ) Promecogna- 
Axiriidium. thus. 

Stoniis. Augasinosomus 

Agelœa. Pelecium. 

Eripus. Idiomorphus. 

Glyptus. 
Tribu XXVIII. CRATOCÉRIDES. 
Gyclosomus. Cratocerus. 
Pachyfrachelus Brachidius. 
Microderes. Somoplatus. 

Geopinus. Macracauthus. 

Daptus. Noihopus. 

Batoscelis. Amblygnalhus. 

Agûiioderus. Melanotus. 

Tribu XXIX. ANISODACTYLIDES. 

Orlhogonius. Crasodactylus. 

Cratogiiaihus. Aiiisolar^us. 

Piosoma. Lecanomerus. 

Geobicnus. Notiobia. 

Diaphoromorus. Rhagodactylus . 

Axinotoma. Hypharpax. 

Migadaps. Gyiiaiidromor- 
Loxomems. phus. 

Brachycœlus. Gyiiandrotarsus 

Diachromus. Gynandropus. 

Amphasiti. Hyphaereon. 
Au ipodactylus. 

Tribu XXX. HARPALIDES. 

Trichopsela- Aciuopus. 
phus. Cratacauthus: 

(1) Co genre se place dans la tribu 
des Panagéides, Lac. Gcuei'a, II,S21. 



270 



TABLE MÉTHODIQUE. 



Paramecus. Harpalus. 

Cylloscelis. Gnathaphanus. 

Barysomus. Orthogenium. 

Lissopterus. Geodromus. 

Bradybœnus. Platymetopus. 

Ooidius. Aniblystomus. 

Ctenomerus. Acupaipus. 

Anomostomus. Stenolophus. 

Bradycellus. Anoplogenius. 

ADisocuemus. Hippolœtis. 

Tribu XXXI. PSEUDO-FÉRO- 
NIDES. 

Heteracantha. Caphora. 

Aephnidius. Anaulacns. 

Tribu XXXll. TRIGONOTOMIDES. 

Microcheila. Drimostoma. 

Dyschromus. Oxycrepis. 

Trigonotoma. Abacetus. 

Lesticus. Distrigus. 

Dirotus. Amblytelus. 

Tribu XXXIII. FÉRONIDES. 

Microcephalus. Feronia. 

Euchroa. Strigia. 

Marsyas. Camptoscelis. 

Eccoptogenius. Cyrtoderus. 

Polpochila. Ratliymus. 

Catadromus. Zabrus. 

Eucamptogna- Amara. 

thus. Lophidius. 
Myas. 

Tribu XXXIV. ANTARCTIIDES. 

Antarctia. Metius. 

Tribu XXXV. ANCHOMÉNIDES. 

Rhopalomelus. Scaphiodac- 
Sphodrus. tylus. 

Pristonychus. Abaris. 

Calathus. Rhadino. 

Pristodactyla. Stenognathus. 

Taphria. Diploharpus. 

Dolichus. Anchomenus. 

Dicrochilp. Mcgalonychus. 

Lestignathus. Olisthopus. 



Euleptus. Onypterygia, 

Ctenognathus. Abropus. 

Cai'diomera. Colpodes. 

Pleui'osoma. Loxocrepis. 

Stenocnemus. Monolobus. 

Dyscolus. Tropopterus. 

Oxyglossus. Nemaglossa. 
Dicranoncus. 

TnftM XXXVI. POGONIDES. 

Omphreus. Sistolosoma. 

Stenomorphus. Merizodus. 

Dicœlindus. Aemalodera. 

Patrqjjus. Trichus. 

Cardiaderus. Anophthalmus. 

Pogonus. Aepus. 

Tribu XXXVII. ANCHONODÉ- 
RIDES. 

Callistus. Lachnophorus. 

Anchonoderus. Chalybe. 
Camptotoma. Ega. 
Lasiocera. 

Tribu XXXVIII. BEMBIDIIDES. 

Thalassobius. Tachypus. 
Anillus. Bembidium. 

Appendice. 
Aratharea. 

Famille III. DYTISCIDES. 

Tribu I. AMPHIZOIDES. 
Amphizoa. 

Tribu II. HALIPLIDES. 
Haliplus. Cuemidotus. 

Tribu III. PELOBIDES. 
Pelobius. 

Tribu IV. HYDROPORIDES. 
Vatellus. Anodocheilus. 

Hyphydrus. Desmopachria. 

Hydi'oporus. Cellna. 

Tribu V. COLYMBÉTIDES. 
Notorus. Suphis. 

Hydrocanthus. Laccophilus. 



TABLB MÉTBODIQUE. 



271 



Coptotomus. Ilybius. 

Anisomera. Agabus. 

Matus. Copelatns. 
Colymbetes. 

Tribu VI. DYTISCIDES. 

Cybister. Acilius. 

Dytiscus. Hydaticus. 

Euneeles. 

Famille IV. GYRINIDES. 

Enhydrus, Gyretes. 

Gyrinus. Orectochilus. 

Dineutus. Patrus. 

Porrorhynchus. 

Famille V. PALPICORNES. 

Tribu 1. HYDROPHILIDES. 

Hydrophilus. Hydrous. 
Tropisternus. Sternolophus. 

Tribu H. HYDROBIIDES. 
Hydrobius. Globai-ia. 

Philhydrus. Limnebius. 

Laccobius. Gyllidium. 

Berosus. Amphiops. 

Volvulus. 

Tribu m. SPERCHÉIDES. 

Spercheus. 

Tribu IV. HÉLOPHORIDES. 
Helophorus. Ochthebius. 

Hydrochus. Hydrasua. 

Epimctopus. 

Tribu V. SPH/ËRIDIIDES. 

Cyclonotum. Megasternum. 
Sphasridium. Cryptopleurum 
Cercyon. 

Famille VI. PAUSSIDES. 

Cerapterus. Lebioderus. 

Ceratoderus. Platyrhopalus. 
Merismoderus. Paussus. 
Poutaplatar- Hylolorus. 
ilu'us. 



Famille VII. STAPHYLI- 

NIENS. 

Tribu I. ALÉOCHARIDES. 

Autalia. Oligota. 

Falagria. Corotoca (1). 

Myrmedonia. Spirachta (1). 

Bolitochara. Aleoohara. 

Apteranilla. Dinarda. 

Tachyusa. Lomechusa. 

Homalota. Euryusa. 

Semiris. Gyrophaîna. 

Phytosus. Peliusa. 

Oxypoda. Placusa. 

Ocalea. Silusa. 

Calodera. Pronomœa. 

Microcera. Myllœaa. 

Phloeopora. Diglossa. 

Hygronoma. Gymnusa. 

Tribu II. TAGHYPORIDES. 

Hypocyptus. Trichophyus. 

Lamprinus. Boletobius. 

Conurus. Mycetoporus. 

Tachyporus. Mccorhopalus. 

Tachinus. Tanygnathus. 
Habrocerus. 

Tribu III. STAPHYLINIDES. 

Sous-Tribu I. Xantholinides. 

Platyprosopus. Vulda. 

Olhius. Scytalinus. 

Holisus. Ilomorocerus. 

Diochus. Xantbolinus. 

Agrodes. Leptacinus. 

Sous-Tribu II. Stapbtlimides 

VRAIS. 

Hœmatodes. Staphylinus. 

Cordylaspis. Ocypus. 

ScariphaBus. Belonuchus. 

Paieslrinus. Philonthus. 

Caranistes. Meterothops. 

Thinopinus. Acylophorus. 

(1) Lacord. Gênera, t. 111, 570. 



272 



TABLE MÉTHODIQUE. 



Quedius. Eurypoi'us. 

Astrapacus. Oxyporus. 

Tribu IV. PÉDÉRIDES. 
Cryptobium. Scopaius. 
HomaBotarsus. Stilicus. 
Latona. Stilicopsis. 

Oolicaon. Liparocephalus. 

Scymbalium. Echiaster. 
Acheniuni. Ophites. 

Lalhi'obium. Siinius. 
Lithocharis. Pffiilerus. 

Polyodontus. 

Tribu V. PINOPHILIDES. 
Pinophilus. Oedichirus. 

Tœuodema. Procivius. 

Palaminus. 

Tribu VI. STÉNIDES. 
Stenus. Euaestethus. 

Dianous. 

Tribu Vil. OXYTÉLIDES. 
Sous-Tribu 1. Mégalopides. 
Megalops. 

Sous-Tribu 11. Osoriides. 

Osorius. Holotrochus. 

Sous-Tribu 111. Oxytélides 

VRAIS. 

Bledius. Phlœonus. 

Platystethus. Trogophlœus. 
Oxytelus. Apocellus. 

Sous-Tribu IV. Copkophilides. 

Coprophilus. Trigonurus. 

Acrognatlius. Syntomium. 
Deleaster, 

Tribu Vlll. PIESTIDES. 
Leptochirus. Prognatba. 
Lispinus. Isomalus. 

Eleusis. Chasolium. 

Piestus. Hypotelus. 

Tribu IX. PHLŒOCHARIDES. 
OlislhiBrus. Phlœocharis. 



Tribu X, OMALIDES. 

Micralymma. Olophrum, 

Chevrieria. Lathrimceum. 

Anthophagus. Deliphrum. 

Lesteva. Lathrium. 

Boroaphilus. Omalium. 

Arpedium. Oncognathus. 

Acidota. Anthobium. 

Tribu X. PROTÉINIDES. 

Proteinus. Glyptoma. 

Megarthrus. Pseudopsis. 

Phlœobium. Micropeplus. 

Famille VIII. PSÉLÂPHIENS 

Tribu 1. PSÉLAPHIDES. 

Chonnium. Tyclms. 

Centrotoma. Hamatus. 

Ctenistes. Batrisus. 

Ceophyllus. Triohonyx. 

Cedius. Amaurops. 

Tmesiphorus. Rhexius. 

Tyrus. Bryaxis. 

Faronus. Eupsenius. 

Phaniisus. Arthmius. 

Metopias. Bithynus. 

Pselapiius. Euploctus. 

Tribu 11. CLAVIGÉRIDES. 

Claviger. Artioerus. 

Adranes. 

Famille IX. SCYDMÉNIDES. 

Chevrolalia. Clidicus. 

Soydmœnus. Mastigus. 

Eutheia. Brathiuus. 
Gepliennium. 

Famille X. SILPHALES. 
Tribu 1. LEPTODÉRIDES. 
Leptoderus. 

Tribu II. SILPIIIDES. 

Necrophorus. Pteroioma. 
Silpha. Apatetiua. 

Necrophilus. Luptinus. 



TA.BLE MÉTHODIQUE. 



273 



Adelops. Colon. 

Choleva. Agyrtes. 

Catopsimor- Sphairites. 
phus. 

Tribu m. ANISOTOMIDES. 

Triarthron. Agaricophagus . 

Hydnobius. Liodes. 

Anisotoma. Amphicyllis. 

Cyrtusa. Agathidium. 

Colenis. Clambus. 

Famille XI. SPHÉRIENS. 
Spbœrius. 

Famille XII. TRICHOPTÉ- 
RYGIENS. 

Trichoptoryx. Ptenidiura. 
Plilium Nossidium. 

Famille XIII. SCAPHIDILES. 
Scaphidium. Amalocera. 
Scapliium. Bœocera. 

Cypariutn. Scaphisoma. 

Famille XIV. HISTÉRIENS. 

Tribu I. HOLOLEPTIDES. 
Hololepta. Phylloma. 

Leionota. Oxysternus. 

Tribu H. HISTÉRIDES. 

Sous-Tribu I. Histérides vrais. 

Macrosternus. Sphyracus. 

PlïBsius. Pelorurus. 

Placodes. Scapomegas. 

Aulacosternus. Notodoma. 

Platysoma. Cypturus. 

Cylistus. Monoplius. 

Omalodes. Eretmotus. 

Rhypochares. Hetœrius. 

Psiloscelis. Epierus. 

Contipus. Tribalus. 

Margai'inotus. Spheerosoma. 

Hister. Bacanius. 

Pachycricrus. Dendrophilus. 

Phelister. Paromalus. 

Coléoptères. Tome XII. 



Sous-Tiibu 11. SAPRINIDES. 

Cmrosternus. Xiphonotus. 
Sapriuus. Plegaderus. 

Pachylopus. Onlhophilus. 

Trypanasus. Abraîus. 

Teretrius. Acritus. 

Famille XV. PHALACRIDES. 

Phalacrus. Olibrus. 

Tolyphus. Lithocrus. 

Famille XVI. NITIDU- 
LAIRES. 

Tribu I. BRACHYPTÉRIDES. 

Cercus. Brachypterus. 

Tribu II. CARPOPHILIDES. 
Mystrops. Cillœus. 

Colastus. Conotelus. 

Carpophilus. Ecnomajus. 
Brachypeplus. 

Tribu m. NITIDULIDES. 



Perilopa. 


Phenolia. 


Epurea. 


Stelidota. 


Nitidula. 


Thalycra. 


Soronia. 


Aethiua. 


Ipidia 


Pria. 


A.xyra. 


Meligethes. 


Ischiuua. 


Hebascus. 


Proaielopia. 


Gaulodcs. 


Psilotus. 


Psilopyga. 


Platycbora. 


Lorditos. 


Amphotis. 


Pocadius. 


Lobiopa. 


Lasiodactylus 


Omosita. 





Tribu IV, CYCHRAMIDES. 

Camptodes Ampliicrossus. 

Cyllodes. Patlodes. 

Cychramus. Oxycnemus. 

Cybocephahis. Triacanus. 

Tribu V. IPIUES. 
Chryptarcha. Paromia. 
Ips. 

18 



274 



TABLE METHODIQUE. 



Tribu VI. RHIZOPHAGIDES. 
Rhizophagus. 

Famille XVII. TROGOSI- 
TAIRES. 
Tribu I. EGOLIIDES. 
Egolia. Acalanthis. 

Tribu II. TROGOSITIDES. 
Nemosoma. Alindria. 

Allseocnemis. Melambia. 
Temnochila. Trogosita. 

Tribu III. GYMNOCHILIDES. 

Leperina. Anacypta. 

Gymnochila. 

Tribu ly. PELTIDES. 
Peltis. Thymalus. 

Peltastica. 

Famille XVIII. GOLYDIENS. 

Tribu I. SYNCHITIDES. 
Sarrotrium. Colobicus. 

Corticus. Ditoma. 

Rhagodera. Phlœodalis. 

Diodosma. Cerchanotus. 

Rechodes. Trachypholis. 

Pristoderus. Diplotoma. 

Ulonotus. Synchita. 

Endophlœus. Cicones. 
Priolomus. Lasconotus. 

Sparactus. Phlœouemus. 

Coxelus. Meryx. 

Tarphius. Acropis. 

Paryphus. Plagiope. 

Cossyphodes. EmmagliBus. 

Tribu II. COLYDIIDES. 
Mecedanum. Nematidium. 
Aulonium. Tcredus. 

Colydium. Oxylœtnus. 

Eulachus. Agionus. 

Petalophora. Anomraatus. 
Tribu III. BOTHRIDÉRIDES. 
Derataphrus. Bothridores. 
Sosylus. 



Tribu IV. PYCNOMIÏRIDES. 
Pycnomerus. Apeistus. 

Tribu V. CÉRYLONIDES. 
Glyptolopus. Discoloma. 
Philothermus. Mychocerus. 
Corylon. 

Famille XIX. RHYSODIDES. 

Rhysodes. Stemmoderus. 

Clinidiutn. 

Famille XX. CUCUJIPES. 
Tribu I. PASSANDRIDES. 
Passandra. Ancistria. 

Hoctarthrum. Prostomis. 
Catûgenus. Chœtosoma. 

Scalidia. 

Tribu II. CUCUJIDES. 
Cucujus. Palaestes. 

Platisus. 

Tribu III. HÉMIPÉPLIDES. 
Hemipeplus. Ino. 

Tribu IV. BRONTIDES. 
Dendrophagus. Platamus. 
Broutes. Telephaaus. 

TnôuV. SILVANIDES. 
Lœmophlœus. Psammaichus. 
Lathropus. Silvanus. 

Pediacus. Omma. 

Phlœostichus. 

Famille XXI. CRYPTOPHA- 
GIDES. 

Telmatophilus. Hypocoprus. 
Aulherophagus Myrmecinomus. 
Emphyius. Atomaria. 

Cryplophagus. Epistemus. 
Paramecosoma. ,i 

Famille XXII. LATHRI- 
DIENS. 
Langelandia. Curticaria. 
Monotoma. Dasycerus. 

Holoparainecus Myrmccoxenus. 
Lathridius. 



TABLE MÉTHODIQUE. 



275 



Famille XXIII. MYCÉTO- 
PHAGIDES. 

Mycetophagus, Typhœa. 
Tripliyllus. Diplocœlus. 

Litargus. Diphyllus. 

Famille XXIV. THORIC- 
TIDES. 

Thorictus. Pycaidium. 

Famille XXV. DERMESTINS 

Byturus. Tiresias. 

Diodontolobus. Cryptorhopa- 

Dermestes. lum. 

Attagenus. Anthrenus. 

Decamerus. Trinodes. 

Megatoma. Orphilus. 

Hadrotoma. Apseotus (1). 
Trogoderma. 

Famille XXVI. BYRRHIENS. 
Tnbu I. NOSODENDRIDES. 

Nosodeudion. 

Tribun. BYRRHIDES. 

Syncalypta. Amphicyrta. 

Microchœtes. Simplocaria. 

Curimus. Bothriophorus 
Byrrhus. (3). 

Cytilus. Aspidiphorus (4) 
Morychus. 

Tribu 111. LIMNICHIDES. 

Limnichus. Physemus (2). 

Ersachus. 

Tribu IV. CHÉLONARIIDES. 
Chelonarium. 
Famille XXVII. GEORISSINS 

Georissus. 

(1) Lacord. Gênera, III, p. 373. 

(2) Lacord. Gonora, III, p. 574. 

(3) Lacord. Gonora, IV, p. 553. 
[i] Lacord. Gênera, IV, p. 556. 



Famille XXVIII. PARKIDES. 

Tribu l. PSÉPHÉNIDES. 
Psephenus. 

Tribu II. PARNIDES VRAIS. 
Lara. Parnus. 

Potamophilus. Parygrus. 
Lutochrus. Potaminus. 

Pelonoraus. Helichus. 

Tribu III. ELMIDES. 
Elmis. Stenelmis. 

Limnius. Macronychus. 

Cyllœpus. Ancyronix. 

Famille XXIX. HÉTÉRO- 

CÉRIDES. 

Heterocerus. 

Famille XXX. PECTINI- 

CORNES. 

Tribu 1. LUCANIDES. 

Sous-Tribu I. CHIASOCNiTHIDKS. 

Pholidotus. Sphœnognathus 

Chiasognathus. 

Sous-Tribu II. Lamprimides. 
Dendroblax. Lamprima. 

Ryssonotus. Streptocerus. 

Sous-Tribu III. Lucanides vrais. 
Colophon. Dorcus. 

Lucanus. Platycerus. 

Sous-Tribu IV. Figuudes. 
Xiphodontus. Figulus. 
Nigidius. Agnus. 

Sous-Tribu V. Syndésides. 
Syndesus. Hexaphyllum. 

Sous-Tribu VI. Aésalides. 
Ceruchus. Aesalus. 

Ceratognathus. 

Sous-Tribu VII. Sinodenorides. 
Sinodendron. 

Tribu II. PASSALIDES. 
Passai us. 



276 



TABLE MÉTHODIQUE. 



Famille XXXI. LAMELLI- 
CORNES. 
Légion I. laihxuoornbs lapa- 

ROSTIOTIQUES. 

Tribu I. COPRIDES. 

Sous-Tribu I. Ateucuides. 

Groupe I. Ateuchides vrais. 
Ateuchus. Circelliura. 

Pachysoma. Sceliages. 

Eucranium. 

Groupe II. Gymnopleurides. 
Sisyphus. Megalhopa. 

Gymnopleurus. Cooloscelis. 
Eudiiiopus. Canthon. 

Groupe III. Deltochilides. 
Deltochilum. Chalconotus. 
Groupe IV. Menthophilides. 
Epirhinus. Tessarodon. 

Epilissus. Menthophilus. 

Cephalodes- Coproecus. 
mius. Teninoplcctron, 

Sous-Tribu II. CorniDES vrais. 

Groupe I. Scatonomides. 
Macroderes. Uroxys. 

Pedaria. Scatinius. 

Sarophorus. Choeridium. 

Coptorhina. Suatonomus. 

Uelophorus. Onihochuris. 

Groupe II. Coprides vrais. 
Canthidium. Phanacus. 

Copris. Dendropœmon. 

Gromphas. 

Groupe III. Onitides. 
Bubas. Onitis. 

Groupe IV. Onthophagides. 
Eurysternus. Oniticellus. 
Tragiscus (I). Urepanocorus. 
Onthopbagus. 

(1) Lacord. Gênera, lY, p. 557. 



Tribu II. APHODIIDES. 

Aulonocnerais. Psammodius, 

Aphodius. Corylhoderus. 

Ryparus. Chaetopisthes. 

Amraoecius. Aegialia. 

Eu paria. Chiron. 

Rhyssemus. Eremazus. 

Tribu III. ORPHNIDES. 
Hybalus. Aegidium. 

Orphnus. Ochodaeus. 

Tribu IV. HYBOSORIDES. 
Hybosorus. Chaitodus. 

Phœochrous. Dicrasodon. 
Coelodes. Hapalonychus. 

Tribu V. GÉOTRUPIDES. 

Aihyreus. Odontœus. 

Stenaspidius. Geotrupes. 
Bolboceras. Lethrus. 

Tribu VI. TROGIDES. 
Sous-Tribu I. Trogides vrais. 
Trox. Glaresis. 

Cryptogenius. Liparochrus. 
Anaides. 

Sous- Tribu II. Acanthocérides. 
Acanthocerus. Sphicrornor- 
Clœotus. phus. 

Synarraostes. 

Tribu VII. GLAPHYRIDES. 
Cratoscelis. Glaphyrus. 

Lichnia. Atnphicoma. 

Dasychiuta. Lichnanthe. 

Anthypna. 

Légion II. lamellicornes 

PLEOROSTIOTIQUES. 

Tribu VIII. MÉLOLONTHIDES. 
Sous-Tribu I. Hoplides. 
Groupe I. Pachycnémides. 
Chasnie. Ei'iesihis. 

Auisoriyx. Stenocnema. 

Peritricbia. Pacbycnema. 

Lepitrix. Hoploscelis. 



TABLE METHODIQUE. 



277 



Groupe II. HojiKdes vrais. 

Diehelus. Lepisia. 

Monochelus. Dicholhoplia. 

Gymnoloma. Hopliopsis. 

Goninspidius. Hoplia. 
Dicranocnemus. Harpina. 

Nanniscus. Dicentrines. 

Cylichnus. Microplus. 

Anisochelus. Microdoris. 

Scelophysa. Paranonca. 

Sous-Tribu II. Séricides. 

Groupe I. Phyllotocides. 
Phyllolocus. 

Groupe II. Séricides vrais. 
Hymenoplia. Serica. 
Triodonta. Trochalus. 

Omaloplia. Pleophylla. 

Groupe III. Ablabérides. 
Symmela. Ablabera. 

Miotemma. Camenta. 

Athlia. Ablaberoïdes. 

Groupe IV. Diphucéphalides. 
Diphucephala. 

Groupe V. Méchidiides. 
Mœchidius. 

Sous-Tribu III. Séricoïdes. 
Groupe I. Pachytrichides. 
Pachytricba. 

Groupe II. Adopides. 
Phainogualha. Aclopus. 

Groupe III. Chasmatoptirides. 
Chasmatopterus Chnaunanthus. 

Groupe IV. Stéthaspides. 
Stetliaspis. Colymbomor- 

Pyronota. pha. 

Groupe V. Hétéronycides. 

Phytolœma. Scitala. 

Heptamera. Culpocliila. 

Liparetrus. Haplonycha. 

Comaphorus. Hoteronyx. 



Hostilina. Tolura. 

Eurychelus. Nopytis. 

Odontria. Diphyllocora. 

Aplodema. Diuphylla. 

Groupe VI. Séricoides vraies. 
Accia. Dichelonycha. 

Séricoïdes. Maypa. 

Listronyx. 

Sous-Tribu IV. Macrodacty- 

LIDES. 

Groupe I. Macrodactylides vrais. 
Macrodactylus. Calodactylus. 
Schizochelus. Isonychus. 

Groupe II. Dicranides. 
Dicrauia. Dasyus. 

Groupe III. Céraspides. 
Dejeania. Manopus. 

Ceraspis. Chariodema. 

Ancistrosoma. 

Groupe IV. Philochlénides. 

Piiiloclilaenia. Alvarinus. 

Demodema. Anoplosiagum. 

Anomalochilùs. Blopharotoma. 

Plectris. Garaa. 

Barybas. Ghtonobia. 

Uloiuenes. Mallotarsus. 
Rhinaspis. 

Sous-Tribu V. Clavipalpides. 

Clavipalpus. Homalochilus. 

Liogeuys. Pachylotoma. 

Pachrodema. Pachydema. 

Hilarianus. Tanyproctus. 

Sous-Tribu VI. Mélolonthides 

VRAIS. 

Groupe I. Diplotaxides. 

Diplotaxys. Erapecta. 
Apogonia. 

Groupe II. Rhizotrogides. 

Enaria. Monotropus. 

Pogylls. Anonotus. 

Lasiopsis. Khizotrogus. 



278 



TABLH MÉTHODIQUE. 



Trematodes. Atys. 

Ancylonycha. Aplidia. 

Eugastra (1). Brahmina. 

Phytalus. Gymnogaster. 

Listrochelus. Xylonychus. 
Schizonycha. 

Groupe III. Mélolonthides vrais. 

Anoxia. Hypopholis. 

Polyphylla. Leucopholis. 

Mclolontha. Proagosternus. 

Rhopea. Lepidiota. 
Hoplosternus. Eucirrus. 

Eulhora. Lachnodera. 

Eucya. Coniopholis. 

Sous-Tribu VU. Macrophyllides. 
Macrophylla. Sebaris. 
Onocliœta. Euryphylla. 

Leontocheeta. Holophylla. 

Sous-Tribu VIII. Pachypcdides. 

Leuretra. Prochelyna. 

Achloa. Pachycolus. 

Clitopa. Pachypus. 

Cyclomera (2). Metascelis. 

Elaphocora. Hadrocerus. 
Achelyna. 

Sous-Tribu IX. Euchirides. 
Eucbirus. Propomacrus. 

Tnbu IX. RUTÉLIDES. 

Sous-Tribu. Anatistides. 
Anatista. 

Sous-Tribu II. Anomalides. 

Rhinyptia. Singhala. 

Dinorhina. Popilia. 

Anisoplia. Pharaonus. 

Epectinaspis. Strigodcrma. 

Phyllopertlia. Callirhinus. 

Anomala. Idiocaema. 
Mimela. 

(1) Lacord. Genora, III, p. 580. 

(2) Lacord. Gênera, IV, p. 5S9. 



Sous-Tribu III. PnÉNOMÉBiDEs. 
Phaînomeris. 

Sous-Tribu IV. Rutélides vraies. 

Groupe I. Antichirides. 
Telaugis. Thyridium. 

Lagochile. Chlorota. 

Ometis. Diabasis. 

Antichira. 

Groupe II. Uutélides vraies. 

Peperonota. Rutela. 

Perastasia. Chalcentis. 
Cnemlda. 

Groupe III. Pélidnotides. 

Strigidia. Macropoides. 

Pelidnota. Ileterosternus. 

Chalcoplethis. Homonyx. 

Plusiotis. Lasiocala. 

Chrysophora. Cratboplus. 

Chrysina. Catoclastus. 

Groupe IV. Aréodides. 

Byrsopolis. Cotalpa. 

Areoda. Oogenius. 
Hoplognathus. 

Sous-Tribu V. Anoplognathidks. 
Groupe 1. Anoplognathides vrais. 
Anoplognathus. Plialaugogonia. 
Repsimus. Platycœlia. 

Groupe II. Brachystcmides. 
Anoplostethus. Tribostethus. 
Schizoguathus. Amblylerus. 
Brachysternus. Callichloris. 
Aulacopalpus. Amblochilus. 

Groupe III. Adorétides. 
Trigonostomum Heterophthai- 
Adoretus. mus. 

Sous-Tribu VI. G^kiatides. 
Bolax. Microchilus. 

Leucothyreus. Geniates. 
Evanos. 



TABLE MÉTHODIQUE. 



279 



Tribu X. DYNASTIDES. 
Sous-Tribu I. Hexodontides. 
Hexodon. 
Sous-Tribu II. Cyclocéphalides. 

Groupe I. Fachylides. 
Pachylus. 

Groupe II. Cyclocéphalides vraies. 
Démocrates. Bradyscelis. 

Augoderia. Peltonotus. 

Harposcelis. Chalepus. 

Cyclocephala. Stenocrates. 
Erioscelis. 

Sous-Tribu III. Ouyctides. 

Groupe I. Pentodontides. 
Hctevonychus. Cheiroplatys. 
l'odalgus. Scaptophilus. 

Ligyi'us. Bothynus. 

Pentodon. Corynoscelis. 

Isodon. Acerus. 

Groupe II. Pimélopides. 



Orsilochus. 


Temnorhyn- 


Pericoptus. 


clius. 


Loncholus. 


Callicnemis. 


Pimelopus. 


Coptognathus. 


Thronistes. 


Dipelicus. 


HoroQotus. 




Groupe III. ( 


Jryctomorphides. 


OryctomorphUv 


Corynophyllus. 


Homœomor 


- 


phus. 




Groupe IV. 


Oryctides vrais. 


Dasygnathus. 


Megaceras. 


Phyllognathus. 


Dicbodontus. 


Oryctes. 


Coelosis. 


Trichogomphus 


Heterogomphus 


Xyloryctes. 


Podischnus. 


Scapanes. 


Enema 


Stypotrupes. 


Strategus. 


Cyphonistes. 


Xenodopus. 


Sous-Tribu IV. 


Dynastides vrais. 


Golofa. 


Dynastes. 



Augosoma. Chalcosoma. 

Xylotrupes. Megalosoma. 

Eupatorus. 

Sous-Tribu V. Agaocéphaiides. 
jCgopsis. Lycomedes. 

Agaocephala. Autedon. 

Sous-Tribu VI. Phileurides. 
Syrichthus. Trionychus. 

Phileurus. Cryptodus. 

Trioplus. Semanotus. 

Actinolobus. 

Sous-Tribu Vil. Cryptodontidbs. 
Pantodinus. Cryptodontes. 

Tribu XI. CÉTONIDES. 
Sous-Tribu 1. Cétonides vraies. 

Groupe I. Goliathides. 
Goliatiius. Dicranocepha- 

Hypselogenia. lus. 

Compsocepha- Bothrorhina. 
lus. Ceraterhina. 

Mycteristes. Astenorhina. 

Narycius. Rhomborhina. 

Cyphonocepha- Tmesorhina. 
lus. Chordodera. 

Heterorhina. 

Groupe II. Ischnostomides. 
Iscbnoscelis. Callipechis. 
Ischnostoma. Rhyxiphlœa. 
Heteroclita. Rhinocœta. 

Heterosoma. Xiphoscelis. 
Heterophana. Blœsia. 

Groupe III. Gymnétides. 
AUorbina Agestrata. 

Gymnetis. Stethodesma. 

Clinteria. Lomaptera. 

Groupe IV. Macrmotides. 
Clerota. Macronota. 

Chalcothea. Doryscelis. 

Groupe V. Schizorhinidcs. 
Cbronioptilia. Stenolarsia. 
Bombodes. Liostraca. 



280 

Epixanthis. 

Euchilia. 

Parachilia. 

Anochilia. 

Coptomia. 

Groupe VI. 
Euohrœa. 
Cyriodera. 
Celidota. 
Euryomia. 
Odontorhina. 
Anoplochilus, 
Anatona. 
Chiloloba. 

Groupe VII 
Macroraa. 
Ptychophorus. 
Centrognathus. 
Spilophorus. 
Hoplostomus. 
Pilinurgiis. 
Cœnochilus. 
Sous-Tribu II 



TABLE MÉTHODIQUE. 



Pogonotarsus. 
Amphistorus. 
Anacamptor- 

hina. 
Schizorhina. 

Cétonides vraies. 
Oxythyrea. 
Tephrœa 
Cetonia. 
Diplognatha. 
Charadronota. 
Anthracophora. 
Uloptera. 

Crémastochilides. 
Genuchus. 
Scaptobius. 
Trichoplus. 
Lissogenius. 
Cremastochilus. 
Psilocnemis. 
Cyclidius. 
. Trichidks. 



Inca. Stegopterus. 

Osmoderma. Gnorimus. 

Platygenia. Cœlocrates. 

Myoderma. Trichius. 

Agenius. Calometopus. 

Eriopeltastes. Valgus. 

Famille XXXII. BUPRES- 
TIDES. 

Tiibu 1. JULODIDES. 
Slernocera. Julodis. 

Tribu II. CHALCOPHOKIDES. 
Groupe I. Chrysochroides. 
Steraspis. Chrysochroa. 

Cœtoxantha. Cyria. 

Groupe II. Chalcophorides vrais 



Euchroraa. 

Chalcophora. 

Halecia. 



Pelecopsela- 

phus. 
Chrysestbes. 



Groupe III. PsHoptérides. 
Psiloptera. Capnodis. 

Latipalpis. Cyphosoma. 

Tribu III. BUPRESTIDES VRAIS. 

Groupe I. Buprestides vrais. 
Dicerca. Euryspilus. 

Pœcilonota. Cinyra. 

Nascio. Melobasis. 

Epistomentis. Phœnops. 
Buprestis. Melanophila. 

Balis. Ânthaxia. 

Asthrœus. Curis. 

Bubastes. 

Groupe II. Stigmodérides. 
Castalia. Dactylozodes. 



Hyperantha. 
Zemina. 



Stigmodera. 
Gulodema. 



Groupe III. Polycestides. 
Polycesta. Sponsor. 

Achorusia. Acmœodera. 

Groupe IV. Sphénoptérides. 
Sphenoptera. 

Groupe V. Chrysobothrides. 
Belionota. Colobogaster. 

Actenodes. Chrysobothris. 

Groupe VI. Agrilides. 
Ethon. Stenogaster. 

Cisseis. Agrilus. 

CoriBbus. Cylindromor- 

Discoderes. phus (d). 

Hliœboscelis. Mastogeniiis. 
Psoudagrilus. 

Groupe VII. Trachydes, 
Brachys. Aphanisticus. 

Trachys. 

Famille XXXIII. THROSCI- 
DES. 

Throscus. Lissomus. 

(I) Lacord. Gênera, IV, p. 364. 



TABLB MÉTHODIQUE. 



281 



Famille XXXIV. EUCNÉMI- 
DES. 

Tribu I. MÉLASIDES. 
Melasis. Tharops. 

Tribu 11. EUCNÉMIDES VRAIS. 

Pterotarsus. Nematodes. 

Galbella. Hypocœlus. 

Galba. Xylobius. 

Dendrocharis. Harminius. 

Galbodema. Emathion. 

Gastraulacus. Picstocera. 

Eucnemis. Phlegon. 

Rhacopus (1). Epiphanis. 

Fornax. Phyllocerus. 

Eucalosoma. Cephaloden- 
Microrhagus. dron. 

Hylochares. Ceratogonys. 

Calyptocerus. Scython. 

Eudorus. Basodonta. 
Anelastes. 

Tribu III. PÉROTHOPIDES. 
Porothops. 

Famille XXXV. ÉLATÉRI- 

DES. 

Tribu 1. AGRYPNIDES. 

Agrypnus. Tylotarsus. 

Adelocera. Dilobotai'sus. 

Lacon. 

Tribu II. MÉLANACTIDES. 
Melantho. Tibiouema. 

Melanactes. 

Tribu III. HÉMIRHIPIDES. 
Hemirhipus. Ctenicera. 
Euphemus. Alaus. 

Tribu IV. CHALCOLÉPIDIIDES. 
Chalcolopidius. Campsosternus, 
Semiotus. 

ÎVi;6u V. OXYNOPTÉRIDES. 
Oxynopterus. Megalorhipis. 

(I) Lacord. Gênera, IV, p. 506. 



Pectocera. Leptophyllus. 
Beliophorus. 

Tribu VI. TETRALOBIDES. 

Totralobus. Charitophyllus. 
Tribu VII. ÉLATÉRIDES VRAIS. 

Groupe I. ÉlatMâes vrais. 

Piezophyllus. Athous. 

iEmidius. Limonius. 

Loboderus. Cratonychus. 

Heterocrepi- Pachyderes. 

dius. Eudactylus. 

Atractosomus. jEolus. 

Pomachilius. Elater. 

Physorbinus. Cryptohypnus. 

Anchastus. Cardiotarsus. 

Brachycrepis. Cardiophorus. 

Monocrepidius. Crepidophorus. 

Pityobius. (Edostethus. 

Pedetes. Coptoslethus. 

Groupe II. Ludiides. 

Asaphes. Sericosomus. 

Dima. Acroniopus. 

Penia. Adrastus. 

Allotrius. Ovipalpus. 

Hypodcsis. Nemasoma. 

Cai'diorhinus. Anacantha. 

Tomicephalus. Podonema. 

Pyrophorus. Genomecus. 

Orthostethus. Somanecus. 

Ludius. Amblygnathus. 

Corymbites. Dismorphogna- 

(^repidomenus. thus. 

Cosmesus. Pleonomus. 

Synapfus. Trichophorus. 
Agriotes. 

Tribu Vin. CAMPYLIDES. 

Dici'iinychus. Macromalocera. 

Campylus. Plas'.ocerus. 

Plectrosternus. Euthysanius. 

Hcmiops. Aphriciis. 

CEstodos. Isosoma. 
Cylindroderus. 



TABLE HàTHODIQUE. 



Famille XXXVI. CÉBRIO- 

NIDES. 
Tribu I. PHYSODACTYLIDES. 
Physodactylus. 

Tribu II. CÉBRIONIDES VRAIS. 
Cebrio. Scaptolenus. 

Famille XXXVII. CÉRO- 
PHYTIDES. 

Cerophytum. 

Famille XXXVIII. RHIPI- 
CÈRIDES. 

Callirhipis. Sandalus. 

Zonoa. Chamœrhipis. 

Rhipicera. Ptyocerus. 

Famille XXXIX. DASCYL- 
LIDES. 
Tiibu I. ARTÉMATOPIDES. 
Artematopus. 

Tribu II. DASCYLLIDES VRAIS. 
Liclias. Therius. 

Stenocolus. Elodes. 

Anchytarsus. Scirtes. 
Odontonyx. Ectopria. 

Cneoglossa. Eurea. 

Octoglossa. Atopida. 

Dascyllus. 

Tribu m. PTILODACTYLIDES. 
Cladotoma. Dœmon. 

Bradytoma. Ptilodactyla. 

Aploglossa. 

Tribu IV. EUCINÉTIDES. 
Euciuetus. 

Tribu \. EUBRIADES. 
Eubria. 

Famille XL. MALACO- 

DERMES. 

Tribu I. LVCIDES. 

Sous-Tribu I. Lycides ybais 

Lycus. Dictyopterus. 



Celiasis. Cœnia. 

Porrostoma. Cladophorus. 

Metriorhynchus Emplectus. 

Caloptera. Eros. 

Sous-Tribu II. Calochrouides. 
Calochromus. 

Sous-Tribu III. Houaiisides. 
Homalisus. 

Tribu II. LAMPYRIDES. 
Sous-Tribu I. Lampyrides vrais. 

Groupe I. Lucidotides. 
Lamprocera. Lucidota. 
Hyas. Alector. 

Cladodes. Phausis. 

Dryptelj'tra. Photinus. 

Calyptocephalus Cratomomor- 
Ethra. phns. 

Lucernuta. Aspidisoma. 

Groupe II. Lampyrides vrais. 
Lamprigera. Phosphajnus. 
Lampyris. 

Sous-Tribu II. Luciolides. 

Groupe I. Lmiolides vrais. 
Amydetes. Luciola. 

Megalophthal- 

mus. 

Groupe II. Photurides. 
Photuris. Lycoidos. 

Tribu III. TÉLÉPHORIDES. 

Phengodes. Polemius. 

Bœoscelis. Pachymesia. 

Mastinocerus. Oontclus. 

Tylocerus. Elattodores. 

Psilorhynchus. Ichthyurus. 

Chauliognathus Lobetus. 

Podabrus. Trypherus. 

Telephorus. Tytthonyx. 

Dysmorpho- Molychnus. 

cerus. Malthinus. 

Silis. Malthodes. 



TABLE HÉTBOBIQUE. 



Malthopterus. 
Biurus. 



Podistra. 
Malthesis. 

Tribu IV. DRILIDES. 

Malacogaster. Selasia. 

Drilus. Eugensis. 

Cosmocerus. Dodecatoma. 

Tribu V. MÉLYRIDES. 

Sous-Tribu I. MALACiiiinEs. 

Apalochrus. Charopus. 

Collops. Atelestùs. 

Laius. ChalicoTus. 

Malachius. Troglops. 

Brachidia. Colotes. 

lUops. Lemphus. 

Pecteropus. , Carphurus. 

Attalus. Condylops. 

Hedybius. Acletus. 

Anthocomus. Microlipus. 
Ebœus. 

Sous-Tribu II. Mélyrides vhais. 

Dasyles. Melyris. 

Dolichosoma. Arthrobrachus. 

Amauronia. Pelecophorus. 

Chalcus. Anthodromius. 

Astylus. Thylodrias (1). 
Melyrosoma. 

Sous-Tribu III. Prionocérides. 



Prionocerus. 

Idgia. 



Diprosopus. 

Agasma. 



Famille XLI. CLÉRIDES. 
Tribu I. CLÉRIDES VRAIS. 
Groupe I. TiUides. 
Cylidrus. Perilypus. 

Pallenis. 
Stenocylidius. 
Cymatodera. 
Bûstrichoides. 



Philocalus. 
Elasmocerus. 
Cladiscus. 
Tillus. 



(1) Lacord. Gênera, IV, p. 568. 



Cléridet vrais. 
Aulicus. 
Tarsostenus. 
Trogodendron. 
Scrobiger. 
Oleàterus. 
Ebariphora. 
Zenithicola. 
Erymanlhus. 
Trlchodes. 
Calendyma. 
Eleale. 
Epiclines. 
Stigmatium. 
Omadius. 



Groupe II. 
Priocera. 
Axina. 
Phlœocopus. 
Opilus. 
Natalis. 
Tillicera. 
SerrigGr. 
Plaoocerus. 
DozocoUetus. 
Derestenus. 
Cleronomus. 
Thanasimus. 
Clerus. 

Thaneroclerus. 
Platyclerus. 

Groupe III. Phyllobénides. 
Phyllobaenus. Plocamocera. 
Epiphlœus. 

Groupe FV. Ilydnocérides. 
Evenus. ElHpotoma. 

Lemidia. Âllelidoa. 

Hydnocera. 

Tribu II. ENOPLIIDES. 
Groupe I. Enopliidcs vrais. 
Tenerus. Pelonium. 

Ichnea. Apolopha, ^ 

Platynoptera. Orthopleura. 
Chariessa. Enoplium. 

Groupe II. Corynétides. 



Pylus. 

Ptosymnus. 

Notostenus. 

Laricobius. 

Lobasiella. 

Corynetes. 

Necrobia. 



Opetiopalpus. 

Theano. 

Dupontiella. 

Emmepus. 

Rhadalus. 

Acrepis. 

Prionophorus. 



Famille XLII. LYMÉXY- 
LONES. 

Atractocerus. Lymexylon. 
Hylœcetus. 



284 



TABLE MÉTUODIQOE. 



Famille XLIII. CUPÉSIDES. 

Cupes. 

Famille XLIV. PTINIORES. 

Tribu I. PTINIDES. 
Hedobia. Meziurn. 

Ptinus. Gibbiuni. 

Trigonogenius. Trachelus. 

TribuU. ANOBIIDES. 
Anobium. Dorcatoma. 

Oligomerus. Catorama. 

Tripopitys Calymmadeius. 

Ochina. Dysides. 

Ptilinus. Pachotelus. 

Xylelinus. Sphindus. 

Famille XLV. BOSTRIGHI- 
DES. 
Polycaon. Xylopertha. 

Exopioides. Enneadesmus. 

Psoa. Bostrichus. 

ApatG. Dinoderus. 

Sinoxylon. Rhizopertha. 

Famille XLVI. CISSIDES. 
Lyctus. Ennearthron. 

Endecatomus. Ceracis. 
Xylographus. Orophius. 
Rhopalodontus. Octotemnus. 
Cis. 

Famille XLVII. TÉNÉBRIO- 

NIDES. 

Section I. 

Cohorte I. 

Tn6u 1. ZOPHOSIDES. 

Zophosis. 

Tribu II. ERODIIDES. 
Leptonychus. Erodius. 
Prestognathus Amnodeis (3). 

(1). Anodcsis. 

Arthrodeis. Diodontes. 

Di rosis (2). 

(1) Lacord. Gênera, V, p. 724. 

(2) Lacord. Gênera, V, p. 722. 

(3) Lacord. Gênera, V, p. 723. 



Tribu III. ADESMIIDES. 

Adesmia. Metriopus. 

Stenocara. 

rnÔMlV.MÉGAGÉNlIDES. 
Megagenius. Craniotus. 

Tribu\. EPIPHYSIDES. 
Groupe I. Epiphysides vraies. 
Epiphysa. 

Groupe II. Edrotides, 
Edrotes. • 

Tribu VI. TENTYRIIDES. 

Groupe I. Gnathosiides. 
Triorophus. Colposcelis. 

Trientoma. Gnathosia. 

Capnisa. 

Groupe II. Tentyriides vraies. 

Anatolica. Axumia. 

Prochoma. Mesostena. 

Stomion. Micipsa. 

Alcinœ. Thalpophila. 

Rhostax. Hegeter. 

Calyptopsis. Gnophota. 

Dichomma. Oxycara. 

Pachychile. Platamodes. 

Microdera. Lachnogya. 

Hypsosoma. Emmcnastus. 

Tontyria. Dysmathes. 
Groupe III. Hypéropides. 

Hyperops. Hylithus. 
Stenosida. 

Groupe IV. Thinobatides. 
Scelosodis. Arthroconus. 

Thinobatis. Auch:nobius. 

Eurymetopon. Cryptadius. 

Groupe V. Tribolocarides. 
Eromœcus. Tribolocava. 

Salax. Trimytis. 

Peltolobus. 

Groupe VI. Evaniosomides. 
Evaniosomus. Melanophorus. 



TABLE HKHHODIQUE. 



285 



Tribu VII. EPITRAGIDES. 

Geoborus. Sphenaria. 

Nyctopetus. Achanius. 

Epitragus. Phytophilus. 

Himatisraus. Hypselops. 
Cohorte II. 

Tribu VIII. CALOGNATHIDES. 
Calognathus. 

Tribu IX. CRYPTOCHILIDES. 
Crypiochile. Pachynotelus. 

Horatoma. 

Tribu X. ZOPHÉRIDES. 
Zopherus. Nosoderma. 

Tribu XI. ADÉLOSTOMIDES. 
Groupe I. Eurychorides. 
Eurychora. Steira. 

Pogonobasis. Psaryphis. 

Groupe II. Adélostomides vrais. 
Adelosioma. Dacoderus. 
TribuWl. STÉNOSIDES. 



Stenosis. 
Arœoschizus. 
Microtelus. 
Gramraicus. 



Discopleurus. 
Heiagonochilus 
Aspiducephalus 
Oogaster. 



Tribu XIII. LEPTODIDES. 
Leptodes. Tapenopsis. 

Tribu XIV. ELENOPHORIDES. 
Caricus. Elenophorus. 

Section II. 

Cohorte I. 

Tribu XV. AKISIDES. 

Morica. Cyphogenia. 

Akis. 

Tribu XVI. SCAURIDES. 

Groupe I. Scaurides vrais. 
Scaurus. Horpiscius. 

Cephalostcnus. 

Groupe II. Scûtobiides. 
Psammelichus. Loptynodoros. 



Diastolcus. Emalodera. 

Scotobius. 

Groupe III. Nyctoporides. 
Nyctoporis. Eulabis. 

Ammophorus. Epantius. 

Groupe IV. Centrioptérides. 
Cerenopus. Cryptoglossa. 

Centrioptera. 

Tribu XVII. BLAPTIDES. 

Groupe I. Blaptides vrais. 
Tagona. Dila. 

Gnaptor. Eleodes. 

Blaps. Nycterinus. 

Prosodes. Leptomorpha. 

Groupe 11. Embaphionides. 
Embaphion. 

Tribu XVIII. ASIDIDES. 



Machla. 



Groupe I. Machlides. 



Groupe II. 


Asidides vrais 


Microschatia. 


Asida. 


Philolithus. 


Ëuschides. 


Ologlyptus. 
Peiecyphorus. 


Çardigenius. 
Scotiaus. 


Tribu XIX. 


NYCTELIIDES. 


Gyriosomus. 


Psectrascelis. 


Nyctelia. 

Epipedonota. 

Cerostena. 


Mitragenius. 

Aulâdera. 

Entomoderes 


Tribu XX 


PIMÉLIIDES. 


Slernodes. 


Ocnera. 


Platyope. 
Diesia. 

Trigonoscelis. 
Lasiostola. 


Thriptera. 
Pachyscelis. 
Gedeon. 
Piraelia. 


Pterocoma. 


Pterolasia. 


Prionotheca. 




Tribu XXI 


MOLURIDES. 


Groupe I. 
Ogcoosoma. 


Molurides vrais. 
Moluris. 



286 



TABLB MÉTHODIQUE. 



Psammodes. Trachynotus. 

Somaticus. Clinocranion, 

Oxura. Trachelœ-um. 

Groupe II. Sépidiides. 
Phrynocolus. Sepidium. 
Phligra. Vieta. 

Echinotus. 

Tribu XXH. PHYSOGASTÉRIDES. 
Philorea. Entomochilus. 

Physogaster. Thylacoderes. 

Tribu XXIII. PRAOCIDES. 
Calymmaphû- Platyholmus. 

rus. Eutelocera. 

Praoci^. Euiygonus. 

Platesthes. 

Tribu XXIV. CONIONTIDES. 

Groupe I. Coniontides vrais. 
Cœlus. Coniontis. 

Eusattus. 

Groupe II. Crypticides. 
Crypticus. Oochrotus. 

Ellipsodes. Seriscius. 

Tribu XXV. PÉDINIDES. 

Groupe ï. Flatyscélides. 
Platyscelis. Oncotus. 

Psectrapus. Ammidium. 

Groupe II. Platynotides. 

Trigonopus. Eurynotus. 

Melauopterus. Opatrinus. 

Platynolus. Selinus. 

Pseudoblaps. Pandarus. 

Groupe III. Pédinides vrais. 
Podinus. Isooerus. 

Colpotus. Litoborus. 

Cabirus. Heliopathes. 

Groupe IV. Blapstinides. 
Blapstiiius. Conibius. 

Pedonœces. ^otibius. 

Tessaromma (1) 

(1) Lacord. Gênera, V, p. 7-26. 



Tribu XXVI. OPATRIDES. 

Groupe I. Gonopides. 

Gonopus. Anomalipus. 

Groupe II. Stizopides. 

Blenosia, Cœdius. 

Stizopus. Isopteron. 
Melanesthes. 

Groupe III. Scléndes. 
Scleron. 

Groupe IV. Opatrides vrais. 
Pachypterus. Opatrum. 
Emmalus. Penthicus. 

Groupe V. Phylacides. 
Hoplarion. Hadrus. 

Micrositus. Tricbaton. 

Phylax. Cestrinus. 

Melambius. 

Groupe VI. Microzoumides. 
Microzoum. 

Groupe VII. Leichénides. 
Leichenum. 

Groupe VIII. Autocérides. 
Autocera (1). Trigonotarsus. 
Tribu XXVII. TRACHYSCÉLIDES. 
Groupe I. Trachyscélides vrais. 
Anémia. Trachyscelis. 

Ammophthorus 

Groupe II. Phalériides. 
Phaloria. Chaerodes. 

Cohorte II. 
Tribu XXVIII. BOLITOPHAGIDES. 
Bolitophagus. Eledona. 
Ulodes. Latometus. 

Tribu XXIX. DIAPÉRIDES. 

Groupe I. Diapérides vraies. 

Diaperis. Oplocephala. 

(1) Co nom doit êtro remplacé par 
celui do Cnemeplatia, Lac. Conora, 
V, p. 727. 



TABLE MÉTHODIQUE. 



287 



Scaphidema. Ceropria. 

platydema. Hemicera. 

Cosmonota. Diphyrhynchus 
Alphitophagus. 

Groupe II. Pentaphyllidcs. 
Heterophylus. Pentaphyllus. 
Tribu XXX. PHHÉNAPATIDES. 
Phrenapates. Delognatha. 
Tribu XXXI. ULOMIDES. 
Groupe I. Fénétides. 
Peneta. 

Groupe II. Triboliides. 
Gnathocerus. Anepsius. 
Tribolium. Phtora. 

Groupe III. Alégoriides. 
Alogoria. 

Groupe IV. Ulomides vraies. 

Oligocara. Scotochares (1). 

Erelus. Ulosonia. 

Antimaohus. Peltoides. 

Uloma. Hypophlœus. 

Alphitobius. Phanerops. 

Pygidiphorus(l) Cryptops. 

Cataphronetis. Batulius. 

Groupe V. Toxicides. 
Toxicura. Anihracias. 

Tribu XXXII. HÉLÉIDES. 

Groupe 1. Héléides vrais. 
Encephalus. Helœus. 

Pterohelaîus. Saragus. 

Groupe II. Nyctozoilides. 
Cilibe. Nyctozoilus. 

Tribu XXXIII. COSSYPHIDES. 
Cûssyphus. Eudustomus. 

Tribu XXXIV. ENTÉLIDES. 
Entelus. Polposipus. 

Diceroderes. 

(1) Lacord. Gonera, V, p. 728. 



Tribu XXXV. CGELOMÉTOPIDES. 

Polypleurus. Coelocnemis. 
Centronopus. Cœlometopus. 
Cibdelis. Macrostethus. 

Tribu XXXVI. TÉNÉBRIONIDES 

VRAIS. 
Groupe I. Ténébrionides vrais. 
Iphthimus. Tauroceras. 

Nyctobates. Zophobas. 

Amenophis. Menephilus. 

Upis. Tenebrio. 

Glyptotus (1). Zolodinus. 
Deroophœrus. 

Groupe II. Catapiestides. 
Catapiestus. 

Groupe III. Calcarides. 
Calcar. Boromorphus. 

Bius. Sitophagus. 

Boros. 

Groupe IV. Nyctéropides. 
Dolichoderus. Nycteropus. 

Groupe V. Gomadérides. 
Goniadera. 

Tribu XXXVII. HÉTÉROTAR- 
SIDES. 
Groupe I. Phobéliides. 
Pbymatodes. Anaedus. 
Phobelius. Lyprops. 

Groupe II. Hétérotarsides vrais. 
Heterotarsus. 

Tribu XXXVII 1. PYGNOCÉRIDES. 
Odontopus. Chiroscelis. 

Metallonotus. Prioscelis. 
Calostega. Pycnoceruo. 

Tribu XXXIX. CVPHALÉIDES. 
Cyphaleus. Hemicyclus. 

Platyphanes. Chartopteryx. 
Prophanes. Lepispilus. 

(1) Lacord. Gonera, V, p. 729. 



TABLE MÉTHODIQUE. 



Tribu XL. CNODALONIDES. 
ScotfEUs. Campsia. 

Cyi'tosoraa. Blapida. 

Cnodalon. Acropteron. 

Tliecacerus. Hypocalis. 

Totraphyllus. Titajna. 
Camaria. 

Tribu XLl. HÉLOPIDES. 

Groupe I. Ajpocryphides. 
Apocrypha. Cononotus. 

Groupe II. Adéliides. 
Amphidora. Adelium. 

Thoracophorus. Laena. 

Groupe 111. Misolampides. 
Pseudhelops. Zophius. 
Misolampus. Osdara. 

Heliofugus. Sphasrotus. 

Dinomus. 

Groupe IV. Hélopides vrais. 
Hegemona. Hedyphanes. 

Enoplopus. Nephodes. 

Helops. Entomogonus. 

Groupe V. Penthides. 
Penthe. 

Tribu XLll. HÉLOPINIDES. 
Micrantereus. Helopinus. 
Emyon. Diestecopus. 

Drosochrus. Menederes. 

Tribu XLIII. MÉRACANTHIDES. 
Psorodes. Meracantha. 

Tnbu XLIV. MÉGACANTHIDES. 
Megacantha. Gonocnemis. 
Oplocheirus. Synopticus. 

Tribu XLV. AMARYGMIDES. 
Eupezus. Rygmodus. 

Amarygmus. Plesiophthal- 
Nesioticus. mus. 

Pyanisia. 

Tribu XLVI. STRONGILIIDES. 
Cyphonotus. Spheniscus. 



Dicyrtus. Oploptera. 

PoBcilesthus. Phymalisoma. 

Strongilium. Prajugena (1). 

Famille XLVIIl. CISTÉ- 
LIDES. 

Tribu I. CYLINDROTHORIDES. 
CylindrothoTus. 

Tribu 11. CISTÉLIDES VRAIES. 

Groupe I. Cistélides vraies. 
Atractus., AUeoula. 

Tanychilus. Cistela. 

Blepusa. Mycetochares. 

Lobopoda. 

Groupe II. Cténiopides. 
Podonta. Omophlus. 

Cteniopus. 

Groupe III. Lystronychides. 
Prostenus. Xystropus. 

Lystronychus. Cteisa. 

Famille XLVIIl (bis). MO- 

NOMMIDES (2). 
Monomma. 

Famille XLIX. NILIONIDES. 
Nilio. 

Famille L. PYTHIDES. 
Tribu I. PYTHIDES VRAIS. 
Pytho. Priognalhus. 

Crymodes. 

Tribu II. SALPINGIDES. 
Salpingus. Homalirhinus. 

Lissodema. Tanyrhinus. 

Rhinosimus. 

Tribu III. AGNATIDES. 
Agnatus. 

(1) Ajoutez à cette famille les trois 
genres Chanopterus, PHroscELiDA, 
Machopbtualuus, Lac. Gênera, V, 
p. 732. 

(2) Lacord. Gênera, V, p. 738. 



TABLE METBOUIQUE. 



289 



Famille LI. MELANDRYIDES 

Tribu 1. TETRATOMIDES. 
Tetratoma 

Tribu II. MELANDRYIDES 
VRAIES. 

Groupe I. Mycetomides. 
Mycetoma. 

Groupe II. Orchésiides. 
Eusirophus. Hallomenus. 

Oi'chesia. 

Groupe III. Synchroîdes. 
Synchroa. 

Groupe IV. Serropalpides. 
Serropalpus. Dircœa. 
Xylita. Anisoxia. 

Zilora. Âbdera. 

Phlœotrya. 
Groupe V. Melandryides vraies 
Hypulus. Scotodes. 

Marolia. Stenotrachelus 

Meiandrya. (i). 

Phryganophilus Eminesa. 

Groupe VI. Conopalpides. 
Conopalpus. 

Groupe VII. Nothides. 
Nothus. 

Famille LU. LAGRIIDES. 
Tribu I. TRACHÉLOSTÉNIDES. 

Trachelostenus. 

Tribu II. LAGRIIDES VRAIES. 
Lagria. Isotoma. 

Eutropela. Euomraa 

Statira. Megalocera. 

Famille LUI. PÈDILIDES. 

Tribu I. PÈDILIDES VRAIS. 

Pedilus. SlcreopaJpnis. 

Eurygenius. Macratria. 

(1) Lacord. Gonera, V, p. 733. 
Coléoptères. Tome XII. 



Steropes. Nomatoplus. 

Mitraelabrus. 

TribuU. SCRAPTIIDES. 
Xylophilus. Trotomma. 

Scraptia. Tanarthrus. 

Famille LIV. ANTHICIDES. 

Formicomus. Mecynotarsus. 
Leplaleus. Amblydcrus. 

Tomoderus. Anthicus. 

Notoxus. Ochthenomus. 

Famille LV. PYROCHROI- 
DES. 

Pyrochroa. Dendroïdes. 

Schizotus. Lemodes. 

Famille LVL MORDELLI- 
DES. 

Tribu I. MORDELLIDES VRAIES 
Tomoxia. Mordellistena. 

Mordella. 

Tribu II. ANASPIDES. 

Anaspis. Peiitaria. 

Famille LVII. RHIPIPHO- 

RIDES. 
Tribu I. EVANIOCÉRIDES. 
Ctenidia. Cliuops. 

Trigonodera. Aucholœmus. 
Geoscopus. Euctenia. 

Pelecofoma Evaniocera. 

Tribu II. RIHPIPHORIDES VRAIS 
Emenadia. Rhipiphorus. 

Tribu III. MYODITIDES. 
Myodites. 

Tribu IV. RHIPIDHDES. 

Rhipidius. 

Famille LVIIL STYLOPIDES. 

Styl.ips. Elenuhus. 

Xenos. Halictophagus. 

llylccthi'us. 

19 



290 



TABLE MÉTBODlgUE. 



Famille LIX. MELOIDES. 
Tribu I. MELOIDES VRAIS. 
Meloe. Henôus. 

Cystoodemus. 

Tribu 11. CANTHARIDES. 



Groupe I. Horiides. 


Horia. 


Cissites. 


Groupe 


I. Mylabrides. 


Cerocoma. 


Myl abris. 


Groupe III. 


Cantharides vraies. 


Eletica. 


Alosimus. 


Tetraonyx. 


Sybaris. 


Phodaga. 


Cepbaloon. 


Tegrodera. 


Paîajstia. 


Cantharis. 


Tmesidera. 


Spastica. 


Zonitis. 


CEnas. 


Apalus. 


Lydus. 


Palocstrida. 


Groupe 


IV. Sitarides. 


Sitaris. 


Sitarida. 


Onyctenus. 


Ctenopus. 


Groupe V 


Nemognathides. 


Nemognatha. 


Gnathium. 


Famille LX. 


OEDÉMÉRIDES 



Tribu I. CEDÉMÉRIDES VRAIES. 

Groupe I. Proméchihdes. 
Rhopalobra- Promechilus. 

cbium. 

Groupe II. CEdémérides vraies. 



Calopus. 

Sparedrus. 

Dytilus. 


Asclcra. 
Dryops. 
OEdcmera. 


Solenopalpus. 
Xantbochroa. 


Stenaxis. 
Clirysanthia 


Nacerdes. 


Probosca. 


Lethonymus. 
Pseudolycus. 
Cycloderus. 
Mecopselaphus. 


Chitona. 
Stenostoma. 
Dohi'nia. 
Loboglossa. 



Tribu II. MYCTÉRIDES. 

Myctorus. 

Famille LXII. CURCULIO- 

NIDES. 

Légion I. CnRouLioNiDES adélo- 

ailATBEB. 

CouoRTE I. Curoulionidea adélo- 

gnathes oyolophthalme». 

Tribu I. MICROCÉRIDES. 
Groupe I. Episides. 
Episus. 

Groupe II. Microcérides vrais. 

Microcerus. Protomantis. 

Tribu II. BRACHYDÉRIDES. 

Groupe I. Blasyrides. 

Holonychus. Proscephaladc- 

Blasyrus. ros. 

Dactylotus. 

Groupe II. Cnéorhinides. 
Ectatops. Cneorhinus. 

Mimaulus. Trigonoscuta. 

Mestorus. Symmathetes. 

Groupe III. Barynotides. 
Catoptes. Liophlœus. 

Mimetes. Catapionus. 

Aosscterus (1). Barynotus. 
Heteroschoinus. 

Groupe IV. Brachydérides vrais. 
Eurymetopus. Projetés. 



Prosayleus. 

jEdophronus. 

Foucartia. 

Platytarsus. 

Sciaphilus. 

Chiloneus. 

Eusomus. 

Sizygops. 

Macrostylus. 



Platycopos. 

Strophosomus. 

Mitophorus. 

Tanycerus. 

Barypeithcs, 

Brachydcres. 

Caulostrophus. 

Stenotherium. 



(1) Lacord. Gênera, VI, p. 



TABLE UÉTHODIQUE. 



Groupe V. Rhadinosomides. 
Ilhadinosomus. 



291 



Groupe VI. 

Naupaclus. • 

Panioplanes. 

Amphideritus. 

Miaiographus. 

Pantomorus. 

Plectrophorus. 

Anypotactus. 

Ainitrus. 

Mesagroicus. 

Groupe VII. 
Amcmerus. 
Atmetonychus. 
Protfinomus. 
Diglossolrox. 
Phacephorus. 
Thylacites. 
Herpisticus. 
Piazomias. 
Enaptoi'hinus. 
Amomphus. 
Astycus. 
Brachyaspistes. 

Groupe VIII 
Dermatodes. 
Stigmatracho- 

lus. 
ilitherhinus. 
Megalostylus. 
Hadropus. 
Oxyderas. 
Cyphus. 
Platyomus. 



Naupactides. 

Sitones. 

Pandeleleius. 

Polydacris. 

Ischnotrachelas 

Podionops. 

Metallites. 

Polydrosus. 

Lissorhinus. 

Apotomoderes. 
Tanymécides. 



Tanymecus. 

Cimbus. 

Polyclajis. 

Hypomeces. 

Dereodus. 

Siderodactylus. 

Hadromerus. 

Macropterus. 

Chloropiianus. 

Platyaspistes. 

Pachnajus. 



Compsus. 

Catamonus. 

Eustales. 

Polycomus. 

Exophthalmus. 

Tetrabolliinus. 

Lachaopus. 

Cratopus. 

Cratopopsis(l). 



Groupe IX. Géonomides. 
Rhiuoscapha. Geonomus. 



Eupholus. 
Celebia. 
Arlipus. 
Bracliyomus 

(1) Lacord. Gênera, VI, p. 6:24. 



Epicajrus. 

Graphorliinus. 

Syuthlibonutus. 



Groupe X. Prypnides. 
Prostomus. Prypnus. 

Groupe XI. PsaUdiiàes. 
Achiainomus. Psalidiuni. 

Groupe XII. Pachyrhynchides. 
Pachyrhynchus Apocyrtus. 

Tribu III. OTIORIIYNCHIDKS. 
Groupe I. CéletUhétides. 
Siteytes. Piezonotus. 

Elytrurus. Sphœrorhinus. 

Elytrogonus. Coptorhynchus 

Celeuthctes. Pyrgops. 

Trigonops. Psomeles. 

Groupe H. Otiorhynchides vrais. 
Otiorhynchus. Agraphus. 



Tylodere.<! 

Troglorhynchus 

Hyphaatus. 

Groupe 111 
Pyctoderes. 
Porpacus. 
Piezoderes. 
Hadrorhinus. 
Catalatus. 
Embrithes. 
Cyclis(»s. 

Groupe IV. Episomides 
Episomus. 
Platyomicus. 

Groupe V. Péiitélides 
Isaniris 



Calyptops 
Sciobîus. 
Phlyctinus. 
Oosomides. 
Lalagotes. 
Oosomus. 
Ellimenistes. 
Cosmorhinus. 
Sympiezorhyn- 
chus. 



Syntaphocerus. 



Caterectus. 

Ilolcorhinus 

iNastus. 

Cœnopsis. 

Peritelus. 

Meira. 

Groupe VI. Trachyphléides. 
Cerp.icuus. Suolioccrus. 

Tracbyphlœns. Anemophilus 
Cathormiocerus 



Omias. 

Mylacus. 

Licheiiophagus. 

Ptocbus. 

Asceparnus. 

Glyptosomus. 



292 



TADLE MÉTHODIQUK. 



Groupe VI. Laparocérides. 
Elytrodon. Pholicodes. 

Laparocerus. Epiphaneus. 
Aomus. Merimnctes. 

Aprepes. 

Groupe VIII. Eustylides. 
Aptolemus. Brachystylus. 

Eustylus. 

Groupe IX. Phyllobiides. 
Aphrastus. Styliscus. * 

Phyllobius. Cladeyterus. * 

Harmûtrophus. Phaglomerin- 
Rhynchuchus. tbus. * 

Macrocorynus. Ptochidius. * 
Myllocerus. Epicalus. * 

Arhiues. Metacinops. * 

Drepanoderes. 
CouonTE II. Curoulîonidei adelo- 

gnathes oxyophthalmes. 

Tribu IV. EREMNIDES. 

Groupe I. Cyphicérides. 
Cyphicerus. Platytrachelus. 

Amblyrhinus. Acaathotrache- 
lus. 

Groupe II. Eremnides vrais. 
Lobetorus. Eremnus. 

Phyxolis. Brachytfciche- 

Bustomus. lus. 

Groupe III. Phytoscaphidcs. 
Phytoscaphus. Oxyophthal- 
Chlœbius. mus. ' 

Maiidalotus. ' Oops * 

' Callirhopalus ' 

Tribu V. LEPTOPSIDES. 
Groupe I. Strangaliodides. 
Panscopus. Scolasmus. 

Dasydema, Tropiphorus. 

Orimus. Eutyus. 

Sclerococcus. Malunotus. 
Odontorhinus. Mogiilometi.s. 
Amphideos. Strangaliodes. 

Tapinopsis. 



Groupe II. Leptopsides vrais. 
Bastactes. Stenocorynus. 

Catasarcus. Elylrocallus. 

Polyphrades. Loptops. 
Cherrus. Amisallus. 

Groupe III. Ophryastides. 
Ophryastes. Deracanthus. 

Groupe IV. Lcptostéthides. 
Leptostethus. 

Groupe V. Hypsonotides. 
Lordops. Lasiopus. 

Tricbocnemus. Hypoptus. 
Aulauietopus. Eueides. 
Alocorhinus. Diaprosomus. 
Acanthobrachys Tropirhinus. 
Eudmetes. Elytroxys. 

Meiodontus. Euryomus. 

Orthocnemus. Eurylobus. 
Hypsonotus. Conothorax. 

Groupe VI. Entimides. 
Rhigus. Entimus. 

Cydianerus. Phaîdropus. 

Polyteles. 

Tribu VI. BRACHYCÉRIDES. 
Bracbycerus. 

LËGION II. CnROVLIOmDES PBA- 

NÉROONATHES. 

CouonTK I. Curculionides phané- 

rognathes lyninéridei. 

Phalange I. 
Section A. 
Tribu VII. DINOMORPHIDES. 
Dinomorphus. 

Tribu VIII. BYRSOPSIDES. 
Groupe I. Byrsopsides vrais. 
Hoplitotraclie- Byrsops. 
lus. 
Groupe II. Rhytirhinides. 
Synthocus. Hypocolobus. 

Spartaccrus. Borborocœlcs. 



TABLE MÉTHODIQUE. 



293 



Minyops. Plastologus. 

Rhytirhhius. Perieges*. 
Gronops. 

Groupe III. Thécéstemides. 
Thecesternus. 

Tribu IX. AMYCTÉRIDES. 
Groupe I. Amyctérides vrais. 
Amycterus. Psalidura. 

Acantholophus. Cubicorhynchus 

Groupe II. Euomides. 
Euomus. Mythites. 

Tetralophus. Amorphorhinus 

Tribu X. SOMATODIDES. 
Bothynorhyn- Oncylotrachelus 
chus. Somatodes. 

Tribu XI. HIPPORHINIDES. 

Cyclomus. Hipporhinus. 

Epichthonius. 

Tribu XII. RHYPAROSOMIDES. 
Groupe I. Eupagides. 
Eupages. Brolheus*. 

Pachytrichus(l) 

Groupe II. Rhyparosomides vrais. 
Stenotarsus. Orthochastes. 

Paraca)rius. Dichotrachelus. 

Rhyparosomus. Trachodema. 
Styphius. Erepsimus. 

Groupe III. Byrsopagides. 
Byrsopages. Homalorhinus. 

Tribu XIII. CYLINDRORHI- 
NIDES. 
Groupe I. Cylindrorhinides vrais. 
Cylindrorhiaus. Otidoderes. 



Adioristus. 
Scotœborus. 



Listroderes. 
Macrotarsus. 



Groupe II. Pantopëdes. 
Sleriphus. Perperus. 

l'antopœus. 

(1) Lacord. Gênera, VI, p. 626. 



Tribu XIV. LITHINIDES. 
Rhitidophlœus. Lithinus. 
Tribu XV. MOLYTIDES. 
Groupe I. Molytides vrais. 
Anisorhynchus. Leiosomus. 
Trysibius. Meleus. 

Molytes. 

Groupe II. PHnthides. 
Plinthns. . Adexius. 

Oncorhinus. Elassonyx. 

Anchonus. Steremnius. 

Trachodes. Echinosoma. 

Cycloteres. Nesiotes. 

Tribu XVI. TANYRHYNCHIDES. 
Groupe I. Tanyrhynchides vrais. 
Solenorhinus. Tanyrhynclius. 

Groupe II. Myorhinides. 
Stercorhynchus Myorhiuns. 

Groupe III. Synaptonycides. 
Synaptonyx. 

Section B. 
Tribu XVII. SCYTHROPIDES. 
Cecractes. Eugnathus. 

Catacha3nus. Scythropus. 

Tribu XVIII. PROMÉCOPIDES. 

Colecerus. Eudius. 

Pororhyiiclius. Eudiagogus. 
Periorges. Promecops. 

Eurysaces. Aracanthus*. 

Tribu XIX. GONIPTÉRIDES. 

Groupe I. Goniptérides vrais. 
Oxyops. Gonipterus. 

Groupe II. Haplopides. 
Haplopus. 

Tribu XX. HYPÉRIDES. 

Alophus. Limobius. 

Cepurus. Cephalalges. 

Lepidophorus. Eurychirus. 
Hypera. Coniatus. 



294 



TABIB MéTHODIQUK. 



Tribu XXI. ITHYCÉRIDES. 
Ithycerus. 

Tribu XXII. DIABATHRARII- 
DES. 
Diabathrarius. Atelicus. 
Strongylorhinus 

Tribu XXIIl. ATERPIDES. 

Groupe I. Aterpides vrais. 
Aterpus. Lophotus. 

Groupe II. Pélororhinides. 
Pelororhinus. Rhiuaria. 

Tribu XXIV. CLÉONIDES. 
Groupe I. Cléonides vrais. 
Rhytidoderes. Leucosomus. 
Leucochromus. Leucomigus. 
Eumocops. Pachycerus. 

Stephanocleo- Mecaspis. 
nus. Cleonus. 

Bothynoderes. Liocleonus. 
Epii'hynchus. 

Groupe II. Rhinocyllides. 
Rhinocyllus. Microlariuus. 

Groupe III. Lixides. 
Larinus. Ileomus. 

Lixus. Peribleptus. 

Tribu XXV. HYLOBUDES. 
Groupe I. Pacholénides. 
Paipalesomus. Pileophorus. 
Pacholenus. 

Groupe II. Steméchides. 
Sternechus. Tylomus. 

Groupe III. Hylobiides vrais. 
Chrysolopus. Heilipus. 



Lcpyrus. 

Eudociraus. 

Hylobius. 

Aclees. 

Parameoops. 



Centor. 

Laccoproctus. 

Pissodes. 

Orthorhinus. 

Euramphus. 



Tribu XXVI. ERIRHINIDES. 

Groupe I. Erirhinides vrais. 



Procas. 

Erirhinoïdes. 

Hypsomus. 

Echinocnemus. 

Rrachypus. 

Philornus. 

Colabus. 

Spermologus. 

Aubconymus. 

Grypidius. 



Aoplocnemis. 

Erirhinus. 

Dorytomus. 

Phytotribus. 

Centemerus. 

Celctes. 

Odontomachus. 

Mecinus. 

Hypoglyptus. 



Groupe II. Rydronomides. 



Hydronomus. 

Bagous. 

Ephimoropus. 

Groupe III. 
Tanysphyrus. 
Eudalus. 
Brachybamus. 
Smicronyx. 



Geranorhiuus 

Cryptoplides. 
Penestes. 
Grypiopbus. 
Anoplus. 
Brachiodes. 



Groupe IV. Storéides. 
Storeus. Ctenomerus. 

Carteromerus. Pansrnicrus. 
Amphibolocory- Monius. 
nus. 

Groupe V. Eugnomides. 
Eugnomus. Meriphus. 

Hypselus. Ophlhalmobo - 

Rhopalomerus. rus. 
Stephanorhyn- Phyllotrox. 
chus. Brachyonyx. 

Tribu XXVII. AMALACTIDES. 

Groupe I. Amaladidcs vrais. 
Tranes. Amalactus. 

Iphipus. 

Groupe II. Emphiastides. 
Emphiastos. 

(1) Lacord. Gênera, VI, p. 027. 



TABLE HÉTBODIQUE. 



293 



Tribu XXVIII. AMBATIDES. 

Groupe I. Ambatides vrais. 
Ambates. Pteracanthus. 

Groupe II. Sijnophthalmides. 
Phacemastyx. Synophthalmus 
Tribu XXIX. PETALOCHILIDES. 
Petaloohilus. Anchylorliyn - 
Balanephagus. chus. 

Tribu XXX. OXYCORYNIDES. 
Oxycorynus. 

Tribu XXXI. BÉLIDES. 
Dicordylus. Rhinotia. 

Belus. Homalocerus. 

Tribu XXXII. EURHYNCHIDES. 
Eurhynchus. 

Tribu XXXIII. CYLADES. 
Cylas. Myrmacicelus. 

Tnbu XXXIV. APIONIDES. 

Apion. Piezotrachelus. 

Phalange II. 

Section A. 

Tribu XXXV. CYBÉBIDES (1). 

Aplenionus. Mecolenus. 

Cybebus. Tanaos. 

Tribu XXXVI. ATTÉLABIDES. 
Groupe I. Apodérides. 
Apoderus. 

Groupe II. Attélabîdes vrais. 
Lagonoderus. Enops. 
Attelabus. Trachelolabus*. 

Tribu XXXVII. RHINOMACÉ- 

RIDES. 
Groupe I. Rhinomachitides. 
Rhynchites. Minurus. 

Eugnamptus. 

(1) Le nom do Tanaonides doit 
remplacer Cybébides, Lacord. Gê- 
nera, VU, p. 609. 



Groupe II. Rhinomacêrides vrais. 
Auletes. Nemonyx. 

Diodyrhynchus. Dicranogna- 
Rhiuomacer. thus *. 

Tribu XXXVIII. ECTEMNORHI- 
NIDES. 
Ectemnorhinus. 

Tribu XXXIX. MÉSOPTILIIDES. 
Mesoptilius. 

Tribu XL. SCOLOPTÉRIDES. 
Scolopterus. 

TiHbu XLI. ERODISCIDES. 
Erodiscus. Toxeutes. 

Tribu XLII. OTIDOCÉPHALIDES. 
Otidocephalus. 

Tribu XLIII. MAGDALINIDES. 
Cuomidophorus Magdalinus. 
Tribu XLIV. BALANINIDES. 
Balaninus. 

Tribu XLV. ANTHONOMIDES. 

Groupe I. Anthonomides vrais. 
Lanchophorus. Minyrus. 
Cnemopachus. Phacellopterus, 
Botanebius. Latiphronus. 

Anlhonomus. Acalyptus. 
Bradybatus. Diapelmus. 

Thamnobius. 

Groupe II. Orchestides. 
Orchostes. 

Tribu XL\l. CÉRATOPIDES. 
Chelotouyx. Acanthobra- 

Ceratopus. chiutn. 

Tribu XLVII. TRIGONOCOLIDES. 
Trigonocolus. 

Section B. 
Tribu XLVIIl. CORYPOMÉRIDES. 
Lamyrus. Euryommatus. 

Corypomorus. 



TABLE MÉTHODIQUE. 



Tribu XLIX. PRIONOMÉRIDES. 
Groupe I. Prionomérides vrais. 
Camptocheirus. Prionomerus. 

Groupe II. Viazorhinides. 
Piazorhinus. 

Tribu L. TYCHIIDES. 
Groupe I. Elleschides. 
EndiDus. Lignyodes. 

Dorasomus. EUeschus. 

Gfoupe II. Tychiides vrais. 
Tychius. Sibynes. 

Tribu LI. CIONIDES. 
Cionus. Nanophyes. 

Cohorte II. Curoulionides phané- 
rognathes apostasimérides. 

Phalange I. 

Section A. 

Tribu LU. GYMNÉTRIDES. 

Gymnetron. Miarus. 

Tribu LUI. DÉRÉLOMIDES. 
Derelomus. Psilorhinus. * 

E verges. 

Tribu LIV. LÉMOSACIDES. 
LcBmosacus. 

Tribu LV. ALCIDIDES. 
Alcides. 

Tribu LVI. HAPLONYCIDES. 

Haplonyx. 

Tribu LVII. EUDÉRIDES. 
Euderes. 
Tribu LVIII. NERTHOPIDES. 
Groupe I. Microstylides. 
Microstylus. 

Groupe II. Nerthopides vrais. 
Nerlhops. 

Groupe III. AcaUopistides. 
Acallopistus. Pristinierus. 
Poleropus. 



Tribu LIX, CAMAROTIDES. 

Camarotus. 

Tribu LX. MÉNÉMACHIDES. 

Groupe I. Ménémachides vrais. 
Menemachus. Pylarus. 
Haplitopales. 

Groupe II. Acicnémides. 
Acicnemis. 

Tribu LXI, CHOLIDES. 



Rhinastus. 

Aphioramphus. 

Cholus. 

Archarias. 

Polyderces. 

Homalonotus. 

Dionyehus. 



Amerhinus. 

Brachycuemis. 

Callinotus. 

Solenopus. 

Sclerosomus. 

Periderasus. 

Desmosomus. 



TribuLXn. CRYPTORHYNCHIDES 
Sous-Tribu I. Ithypoiudes. 
Groupe I. Ithyporides vrais. 

Mecocorynus. Traphecorynus. 

Ectatorhinus. Lobaps. 

Conotrachelus. Polylophus. 

Desmidophorus Milrephorus. 

Colobodes. Arthrostenus. 

Ilhyporus. Cylloramphus. 

Groupe H. Cléogonides. 
Acentrus. Cleogonus. 

Melanterius. Rhyssomalus. 

Hybophorus. Chalcodermus. 

Groupe III. Orobitidcs. 
Orobitis. 

Groupe IV. Fsépholacides. 
Psepholax. 

Groupe V. Strongyloptérides. 
Empleurus. Aularhinus. 

Strongylopterus 

Groupe VI. Nettarhinides. 
Nettarhinus. 

Groupe VU. Guiopérides. 
Guibperus. 



TABLB MÉTHODIQUE. 



297 



Groupe VIII. Ocladiides. 
Ocladius. 

Sous-Tribu 11. Sophhobhinides. 
Sophrorjiinus. Corynephorus. 
Mechistocerus. Panolcus. 

Sous-Tribu III. Camptorhinides. 
Camptoi'hinus. Pachyonyx. 

Sous-Tribu IV. Crtptorhyn- 

CBIDES VRAIS. 

Groupe I. Tylodides. 

Poropterus. Lembodes. 

Tragopus. Ulosomus. 

Anaballus. Euscepes. 

Acalles. Metadupus. 

Echinodera. Pseudomus. 

Tylodes. Glochinorhinus. 

Analcis. Torneuma. 
Plagiocorynus. 

Groupe II. Cryptorhynchides vrais. 



Rhyephenes. 

Rhyncodes. 

Cyamolobus. 

Euthyrhinus. 

Chaitectetorus. 

Oreda. 

^demonus. 

Aonycbus. 

Mamiactes. 

Collahismus. 

Bdthrobatys. 

Gasterocercus. 

Onchoscelis. 

Groupe III. Mécistostylides. 
Protopulus. Mecistostylus. 

Anomocerus. Mecomastyx. 
Hemideres. 

Groupe IV. Sympiezoscélides. 
Sympiezoscelus Cnemecœlus. 

Groupe V. Hybomorphides. 
Hybomorphus. 



Epipedorhinus. 
Cryptorhynchus 
Cœlosternus. 
Cylindrocory- 

nu8. 
Pezichus. 
Macromerus. 
Cnemargus. 
Eutoles. 
Catapycnus. ' 
Aldonus. * 
Rhinochenus. * 



Tribu LXIII, ZYGOPIDES. 
Groupe I. Piasurides. 
Cratosomus. Piazurus. 

Pinarus. 

Groupe II. Lechriopides. 
Lechriops. 

Groupe III. Zygopides vrais. 
Zygops. Timorus. 

Peltophorus. Hemigaster. 
Copturus. 

Groupe IV. Mécopides. 
Mecopus. 

Groupe V. 



Macrobamon. 
Arachnopides. 



Sphadasmides. 
Panoptes. * 

Coryssopides. 
Tetragonops. * 



Arachnopus. 

Groupe VI. 
Sphadasmus. 

Groupe VII, 
Coryssopus. 
Strabus. * 

Groupe VIII. Sympiezopides. 
Sympiezopus. 

Tribu LXIV. TACHYGONIDES. 
Tachygonus. Uinorhopala. 

Tribu LXV. RAMPHIDES. 
Rhamphus. 

Tribu LXVI. ISORHYNCHIDES. 

Groupe I. Lobotrachélides. 

Lobotrachelus. Rhodinocerus. 

Groupe II. Isorhynchides vrais. 
Conophorus. Isorhynchus. 
Elattocerus. 

Tribu LXVII. 
Trypetes. 



TRYPÉTIDES. 

Nanus. 



Arthrotomus. 

Tribu LXVIII. ANTLIARHINIDES. 
Antliarhiniis. Platymerus. 
Tribu LXIX. ULOMASCIDES. 
Uloraascus. 



298 



THbu LXX. EPIPÉDIDES. 

Epipedus. 

TribuUX\. PYROPIDES. 
Pyropus. Craspodotus. 

Section B. 
Tribu LXXII. PTEROCOLIDES. 
Pterocolus. 

rnôaLXXIlI. CEUTORHYN- 
CHIDES. 
Groupe I. Cœliodides. 
Mononyohus. Megacetes. 
Cœliodes. Scleropterus. 

Groupo 11. Ceutorhynchides vrais 
Ceutorhynchus. Mecysmoderes. 
Ceutorhynchi- Poophagus. 
dius. Tapinotus. 

Rhytidosomus. Marmaropus. 

Groupe III. Phytobiides. 
Eubrychius. Rhinoncus. 

Litodactylus. Cœlogaster. 
Phytobius). Amalus. 

Tribu LXXIV. PÉRIDINÉTIDES. 
Peridinetus. Megops. 

Tribu LXXV. PANTOTÉLIDES. 
Liturgus. Pantoteles. 

Tribu LXXVI. BARIDIIDES. 
Sous-Tribu I. Baridiidks vrais. 

Groupe I. Dyorimérides. 
Coleomerus. Dyorimerus. 

Groupe II. Eurhinides, 
Eurhinus. Loboderes. 

Barycerus. 

Groupe HI. Baridiides vrais. 
Baridius. Apotomorhinus 

Groupe IV. Centrinides. 
Odontocorynus. Centriiius. 
Eucalus. Anomœoarthria 

Phacelobarus. Cyiindrocorus. 
Scambus. 



TABLE MÉTHODIQUE. 



Groupe V. Leptoschoînides. 
Platyonix. Loptoschoinus. 

Groupe VI. N&rtides. 
Strongylotes. Trachymerus. 

Nertus. 

Groupe VII. Apostasimérides, 
Apostasimerus. 

Groupe VIII. Madoptirides. 
Lispodemus. Parallelosomus. 
Madopterus. Leptobaris. * 

Lichnus. Trigonopterus. * 

Sous-Tribu II. Madarides. 
Groupe I. Lytériides. 
Elasmorhinus. Microstrates. 
Lyterius. Pseudocholus. 

Eumycterus. 

Groupe II. Madarides vrais. 
Eutoxus. Madarus. 

Coaoproctus. Dactylocropis. 

Groupe III. Barymérides. 

Barymerus. Physoproctus. 

Phalange II. 

Tribu LXXVII. CAMPYLOSCÉ- 

LIDES. 

Campyloscelus. Epiphylax. 

Amorbaius. 

Tribu LXXVIII. CALANDRIDES. 
Groupe I. Rhynchophorides. 
Cyrtotrachelus. Protocerius. 
Macrocheirus. Rhyncophorus. 
Otidognathus. 

Groupe II. Ommatolampides. 
Apbiocephalus. Ommatolampus 

Groupe III. Sphénocorynides. 
Sphaenocorynus Heterotoxus. 
Oxypygus. Crepidotus. 

Oxyopisthen. Abacobius. 

Groupe IV. Sphénophorides. 
Barystothus. Trigonotarsus. 



TABLB MÉTHODIQUE. 



299 



Phacecorynes. Acantharhinus. 

Poteriophorus. Scyphophorus. 

Cercidocofus. Sphenophorus. 

Cyrlorhinus. . Axynophorus. 

Groupe V. Calandrides vrais. 
Eugnoristus. Calandra. 
Belopœus. Catapyges. 

Melchus. 

Groupe VI. Litosomides. 
Toïorhinus. Litosomus. 

Tnte LXXIX. STROMBOSCÉ- 
RIDES. 

Stromboscerus. Xerodermus. 
Tnbu LXXX. OXYRHYNCHIDES. 
Oxyrhynchus. 

Tribu LXXXI. SIPALIDES. 

Groupe I. Orthognathides. 
Orthognathus. 

Groupe II. Sipalidçs vrais. 
Sipalus. Harpacterus. 

Mcsocordylus. Rhina. 

Groupe III. Sclérocardiides. 
Sclerocardius. 
Tribu LXXXII. COSSONIDES. 

Groupe I. DryopMhorides. 
Dryophthorus. Chœrorhinus. 

Groupe II. Pentarthrides. 
Pentarthrum. Pcntatemnus. 
Amaurorhinus. Microxylobius. 
Mesoxenus. 

Groupe III. Lymantides. 

Oodemas. Raymondia. 

Aparoprion. Lymantes. 
Cotaster. 

Groupe IV. Cossonides vrais. 
Leipommata. Stonotis. 
Phœnomerus. Aorus. 
Amorphocerus. Catolothrus. 
Porthotes. Prœces. 



Cossonus. Eremotes. 

Mesites. Stenoscelis. 

Phlocophagus. Caulophilus*. 

Rliyncolus. Onycholips*. 
Hexarthrum. 

Famille LXIII. SCOLY- 
TIDES. 
Tribu I. SCOLYTIDES VRAIS. 
Groupe I. HyUsinides. 
Hylastes. Hylesinus. 

Hylurgus. Phlœophthorus 

Blastophagus. Phlœotribus. 
Dendroctonus. Polygraphus. 
Carphoborus. 

Groupe II. Camptocérides. 
Diamerus. Camptocerus. 

Groupe III. Eutomides. 
Eutomus. 

Groupe IV. Phlœotmpides. 
Phlœotrupes. Phlœoborus. 

Groupe V. Tomicides. 
Crypturgus. Hypoborus. 

Hypothenemus . Xyleborus. 
Aphanarthrum . Dryocœtes. 
Trioteiunus. Pytiophthorus. 

Liparthrum. Thamnurgus. 

Trypodendron. Tomicus. 
Xyloterus. Amphicranus. 

Cryphalus. Corthylus. 

Groupe VI. Scolytides vrais. 
Scolytus. 

Tribu II. PLATYPIDES. 

Crossotarsus. Symmerus. 
Platypus. Mitosoma. 

Tesserocerus. Cenooephalus. 
Spathidicerus. Diapus. 
Periommatus. Genyocerus*. 

Famille LXIV. BRENTHIDES 
Tribu I. BRENTHIDES VRAIS. 

Groupe I. Taphrodérides. 
Calodromus. Zemioses. 



300 



TABLE HÉTnODIOUB. 



Sebasius. Taphroderos. 

Cyphagogus. Aprostoma*. 
Anisognathus. 

Groupe II. Ischnomérides. 
Ischnomerus. 

Groupe III. Iléphébocéridos. 
lonthocerus. Hephebocerus. 

Groupe IV. Trachéliùdes. 
enrobâtes. Amorphocepha- 

Stereoderraus. lus. 

Trachelizus. Symmorpho- 

Miolispa. cerus. 

Cordas. Diastrophus. 

Groupe V. Arrhènodides. 
Prophthalmus. Eupsalis. 
Baryrhynchus. Estenorhinus. 
Arrheuodes. Orychodes. 

Groupe VI. Bélophérides. 
Ectocemus. Raphirhynohus 

Belopherus. 

Groupe VU. Bêlorhynchides. 
Belorhynchus. 

Groupe VIII. Eutrachélides. 
Eulrachelus. 

Groupe IX. Brenthides vrais. 
Clœoderes. Brenthus. 

Cephalobarus. 

Groupe X. Céocéphalide.s. 

Rhyticophalus. Piazocnerais. 

Hormocerus. Storeosomus. 

Pterygostomus. Schizotrachelus 

Rhinoptoryx. Eubactrus. 

Nothogaster. Uropterus. 

Gynandrorbyn- Pliacecerus*. 

cbus. Tomnolaimus*. 
Ceocophalus. 

Groupe XI. Némocêphalides. 
Zetophlœus. Nemocephalus. 

Amerisraus. Acratus. 



Groupe XII. Ithysténides. 
Teramocerus. Lasiorhynchus. 
Ozodecerus. Prodector. 

Bulbogaster. HeteropUtes. 

Ithystenus. Diurus. 

Tribu II. ULOCÉRIDES. 
Pholidochlamys Ulocerus. 

Famille LXV. ANTHRI- 

BIDES. 

Légion I. Anthribidbs plcuro- 

CÉRES. 

Tribu I. TROPI DÉRIDES. 

Groupe I. Phlœotragides. 
Phlœopemon. Phlœotragus. 
Plychoderes. Cerambyrliyn- 
Tribotropis. chus. 

Groupe II. Mécocérides. 
Eugigas. Mecocerus. 

Mecotropis. Physopterus. 

Groupe IIl. Tophodérides. 
ïopboderes. 

Groupe IV. Discoténides. 
Acanthopygus. Bythoprotus*. 
Discotenes. 

Groupe V. Ischnocérides. 

Ischnocerus. Ancylotropis. 

Dinocentrus. Genethila. 
Xylopœmon. 

Groupe VI. Sintorides. 
Sintor. Idiopus. 

Groupe VII. Acorynides. 
Acorynus. Cedus. 

Litocerus. Mecotarsus'. 

Groupe VIII. Fhlœophilides. 

Phlœophilus. Stenocerus. 

Diastatotropis. Gymnogna- 

Eczesaris. tlius. 

Ethneca. Analotes. 

Plintheria. Systellorhyn- 

Phœocratés. chus '. 



TABLE M 

Esocus. Tetragonopte- 

Myctois *. rus *. 

Groupe IX. Tropidérides vrais. 
Systaltocerus. Nessiara. 
Platyrhinus. Apatenia. 
Phlœops. Hypseus. 

Strabosoopus. Hucus. 
Tropideres. Lagopezus. 

Enedreutes. Camptotropis. 

Groupe X. Zygénodides. 
Zygeenodes. Exechesops *. 

Groupe XI. Proscoporhinides. 
Proscoporhinus Anthribisomus 

Groupe XII. Corrhécérides. 

Habrifsus. Ormiscus. 

Gorrhecerus. Camaroderes'. 

Phainithon. Nerlhomma '. 
Phaulimia. 

Groupe XIII. Apolectides. 

Apolecta. Auocerastes *. 

Groupe XIV. Dicataphanides. 

Decataphanes. Deuterocrates. 

Groupe XV. Xenocérides. 
Xenocerus. 

Groupe XVI. Xylinodides. 
Dasycorynus. Xylinodes. 

Groupe XVII. Ecélonéndes. 
Chirotonon. Dendrotrogus. 

liucorynus. Ecelonerus. 

Tribu II. BASITROPIDES. 

Groupe I. Basitropides vrais. 
Basitropis. Gynandrocerus. 

Groupe II. Eugonides. 
Polycorynus. Eugonus. 
Aneurhinus. Ozotonierus. 

Groupe 111. Anthribides vrais. 
Aiithribus. Penestica. 

Toxonoius. Piœnia. 

l*hlœobius. Trigonorhinus. 



Ili.TUODIQUE. 301 

Cratoparis. Blaberus. 

Piezocorynus. Parablops *. 

Protoedus. Dinema *. 

Dœothena. Rhinobrachys*. 
Exillis. 

Groupe IV. Brachytarsides. 
Bracbytarsus. 

Légion II. «maRuiDiis 

ANOOËRES. 

Tribu I. ARAÉOCÉRIDES. 
Groupe I. Araeocérides vrais. 
Caranistes. Misthosima. 

AraeocoryQus. Dysnos. 
AriBocorus. Choragus. 

Groupe II. Notioxénides. 
Notioxenus. 

Tribu II. XÉNORCHESTIDES. 

Xeuorchestes. 

Famille LXVI. BRUCHIDES. 

Tribu 1. URODONTIDES. 
Urodon. 
Tribu II. BRUCHIDES VRAIS. 

Spermophagus. Aglycyderes. 
Bruchus. 

Famille I.XVII. TRICTÉNO- 

TOMIDES. 

Autocrates. ïrictenotoma. 

Famille LXVIII. LONGI- 

CORNES. 

Sous-Famillii: I. PRIONIDES. 

Légion I. pbionides aberrants. 

Tribu I. PARANDRIDES. 
Parandra. 

Tribu II. ERICHSONIIDES. 

Erichsonia. 

Tribu m. ANOPLODERMIDES. 
Mystcria. Anoploderma. 

Sypilus. Migdulus. 



302 



TABLE MÉTBOUIQUE. 



Tribu IV. HYPOCÉPHALIDES. 

Hypocephalus. 

Tribu V. CANTHAROCNÉMIDES. 

Cantharocne- Cantharoctenus 
mis. 

rn6u VI. SCÉLÉOGANTHIDES. 

Sceleocantha. 

Légion II. pmoihdgs vrais. 

CouORTE I. PrioDÏde» vrais 
■outerraint. 

Groupe 1. Psalidocoptides. 
Psalidocoplus. 

Groupe II. Psaîidognathides. 
Psalidognathus. Prionocalus. 

Groupe lU. Micropsalides. 
Micropsalis. 

Groupe IV. Polyartkrides. 
Polyarthron. 

Groupe V. Méroscélisides. 
MsTOscelisus. Rhodocharis. 
Prionapterus. 

Groupe VI. Cyrtognathides. 
Cyrtognatlius. Disosternus. 
Dorystenes. 

COUOHTE II. Prionides vrai» 
sylvaini. 

Section A. 
Groupe I. Prionommides. 
Ancyloprotus. Prionomma. 
Groupe II. Prionides vrais. 
Prionus. Oliartes. 

Groupe III. Catypnides. 
Catypnes. 

Groupe IV.» Cacoscéhdes. 
Cacosceles. Priotyraunus. 

Groupe V. Hoplidérides. 
Hoplideres. 



Groupe VI. Acanthophorides. 
Tilliœs. Dorycera. 

Acanthophorus. 

Groupe VII. Derobrachides. 
Pithocles. Braderoohus. ' 

Derobrachus. 

Grotipe VIII. Enoplocéridcs. 
Enoplocerus. 

Groupe IX. Orthomégides. 
Orthomegas. 

Groupe X. Macrodontides. 
Maciodontia. 

Groupe XI. Titanides. 
Titan us. 

Groupe XII. Ancistrotides. 
Ancistrotus. Acauthinodera. 

Groupe XIII. Aulacocérides. 
Aulacocerus. 

Groupe XIV. Cténoscélides. 
Ctenoscelis. Mocosarthron. 

Jalissus. Xixuthrus. 

Groupe XV. Callipogonides. 
Callipogon. 

Groupe XVI. Ergaiides. 
Navosoma. Ergates. 

Groupe XVII. Macrotomides. 
Macrotoma. Strongylaspis. 

Erioderus. 

Groupe XVIII. Aulacopides. 
Aulacopus. 

Groupe XIX. Remphanides. 
Rhésus. Dioclides. 

Rhaphipodus. Olethtius. 
Remphan. Mallodontro- 

Agrianome. plus. 

Euryaassa. MallodoDopsis. 

ïeispes. Basitoxus. 

Cnemoplites. Pliysopleurus. 
Arimaspes. Xaui'us*. 



TABLE 

Croupe XX. Mallodontides. 
Stenodontes. Opheltes. 
Dendroblaptus. Chiasmetes. 
INoihopleurus. Archetypus. 
Mallodon. Cronodag^us. 

Groupe XXI. Zaracides. 
Neoprion. Zarax. 

Groupe XXII. Colpodérides. 
Omotagus. Notophysis. 

Hystatus. Dorx. 

Colpoderus. Hoplosceiis. 

Section B. 
Groupe XXV. Orthosomides. 
Platygnathus. Orthosoma. 
Cacodacnus. Hephialtes. 

Toxeutes. Anacanthus. 

Stictosomus. Eurypoda. 

Groupe XXVI. Clostérides. 
Elaptus. Closterus. 

Sarmydufi. Polyoza. 

Groupe XXVIl. Mgosomides. 
Baralipton. Megopis. 

yEgosoma. Nepiodes. 

Groupe XXVIII. Monodcsmides 
Delochoilus. Dœsus. 

Monodesmus. Cyrtonops*. 
Philus. Crinosoma*. 

Groupe XXIX. Tragosomides. 
Microplophorus Tragosoma. 
Rhipidocerus. Trichoderes. 
Prionoplus. Acideres. 

Cohorte III. Prionidet vrais 
pœoïloaomea. 

Groupe I. Anacolides. 
Myzomorphus. Anacolus. 
Udeterus. 

Groupe II. Pyrodides. 
Mallaspis. Esmeralda. 

Pyrodes. Calocomus. 



MÉTHODIQUE. 

Groupe III. 
Prosternodes. 
Deraucistrus. 
Solenoptera. 

Groupe IV. 
Ceroctenus. 
Pœcilosoma. 
Nicias. 
Chariea. 



303 

Solénoptérides. 
Elateropsis. 
Sphenostethus. 
Holonotus. 

Pœeilosomides. 
lotherium. 
Phaolus. 
Calloctenus'. 



SODK-FAMILLE II. CÉRAMBY- 

CIDES. 
Légion I. Cérawbtoidbs abbk- 

RANTS. 

rnfcu I. THAUMASIDES. 
Thaumasus. 

Tribu U. DYNAMOSTIDES. 
Dynamostes. 

Tribu III. SPONDYLIDES. 

Spondylis. Scapliinus. 

Légion II. Cérahbvoidbs vrais. 

ConORTE I. Cérambyoides vrais 
sylvains. 

Section A. 
Groupe I. Asémides. 
Asemum. Tefropiuin. 

Nothorina. Criocephalus. 

Cyamophthal- 
mus. 

Groupe II. Saphanides. 



Opsimus. 


Blabinotus. 


Saphanus. 


Zamium. 


Oxypieurus. 




Groupe II 


. (Emides. 


Hypœschrus. 


Comasia. 


Ndserias. 


Ochrus. 


Prosype. 


Hyplius. 


Temnopis. 


Phrynocris. 


Tetraommatus. 


Malacoplcrus 


Ciopera. 


Xystrocera. 


QEme. 


Zathecus. 


Hypomares. 


Oplatocera. 



304 



TABLE MÉTHODIQUE. 



Groupe IV. Achrysonides. 

Achryson. AUogaster. 

Eurymerus. Icosium. 
Nortia. 

Groupe V. Tomeutides. 

Torneutes. Praxythea. 

Spathopygus. Psygmatocerus. 

Diploschema. Coccoderus. 

Groupe VI. Métopocœlides, 

Metopocœlus. Uragus. 

Groupe VII. Cérambycides vrais. 

Taurotagus. Dymasius. 

Cœlodon. Calpazia. 

Neocerambyx. Dialeges. 

Cyriopalus. Lachnopterus. 

Utopia. Tapinoiachnus. 

Prosphilus. Pachydissus. 

Teraschema. Zatrephus. 

Plocœderus. Rhytidodera. 

Hammaticherus Xoanodera. 

Triraehys. Criodion. 

Atylostagma. Xestia. 

Cerarabyx. Sebasmia. 

Massicus. Diorus. 
Hoplocerambyx. 

Groupe VIII. Ifespérophanides. 

Hesporophanes. Gnatholea. 

Phacodes. Corasphorus. 

Gnaphalodes. Chion. 

Anoplomerus. Pantomallus. 

Grammicosum. Phymatioderus 

iEsiotycbe. Opades. 

Zoodes. Chlorida. 

Stromatium. Brathylus. 

Groupe IX. Èburiides. 

Styliceps. Erosida. 

Drynio. Eburodacrys. 

Eburia. Oncoptera. 
Dissacanthus. 

Groupe X. Phoracanthides. 

Orion. Centrocerum. 

Elaphidion. Hypermallus. 



Phoracantha. Thoris. 

Xypeta. Nyphasia. 

Epithora. Skoletodes. 

Atesta. Cordylomera. 
Coptocercus. 

Groupe XI. Sphérionides. 

Nyssicus. Castiale. 

Sphœrion. Mallocera. 

Trichophorus. Eurysthea. 

Mephritus. Appula. 

Miopteryx. Psyrassa. 

Peribœura. Atharsus. 

Nephalius. Terpnissa. 

Groupe XII. Pieiocérides. 

Gorybia. Piezocera. 

Haruspex. Hemilissa. 

Groupe XIII. Ibidionides. 

Gnomidolon. Lylibœum. 

Octoplon. Phormesium. 

Ibidion. Sydax. 

Compsa. Neocorus. 
Cycnidolon. 

Groupe XIV. Eligmodermides. 

Trichomallus. Limozota. 

Eligmoderma. Alcyopis. 

Groupe XV. Callidiopsides. 

Rhysium. Adrium. 

OEmona. Thephantes. 

Didymocantha. Lampromerus. 

Sisyriutn. Anisogaster. 

Acyrusa. Curius. 

Sidis. Ceresium. 

Paphora. Diatomocephala 

Poi'ithea. Anoplium. 

IJethelium. Callidiopsis. 

Groupe XVI. Graciliides. 

Exilia. Axinopaipus. 
Gracilia. 

Groupe XVII. Obrionides. 

Obrium. Longipalpus. 
Stenhomalus. 



TABLE 

Groupe XVIH, Néostenides. 
Neostenus. Mystrosa. 

Aposites. 

Groupe XIX. Aphanasiides. 
Aristogitus. Aphanasium. 

Myrsus. 

Groupe XX. Phlyctenodides. 
Bardistus. Ancylodonta. 

Tricheops. Semnus. 

Diotima. Amimes. 

Phlyctenœdes. Ophryops. * 
Agapaiithida. 

Groupe XXI. Tessarommides. 
Tessaromma. 

Groupe XXU. Strongylurides. 
Heterolepis. Strongylurus. 

Aprosictus. Exerœta. 

Anatisis. Lygesis. 

Opsidota. Bebius. 

Piesarthrius. Oxymagis. 

Groupe XXFII. Vracanthides. 

Scolecobrotus. Rhinophtha: 
Uracanthus. mus. 

jEthiora. 

Groupe XXIV. Psilomorphides. 
Psilomorpha. 

Groupe XXV. Holoptérides . 
Holopterus. 

Tritomacrus. Chlorethe. 

Tylonotus. Aracotis. 

Merostenus. Dodecosis. 

Pentomacrus. Niophis. 

Oxilus. Atenizus. 

Section B. 

Groupe I. Rhagiomorphides. 

Rhagiomorpha. ïritocosmia. 

Groupe II. Tropocalymmides. 

Tropocalyinraa. Tropis. * 

Coléoptères. Tome XII. 



MÉTHODIQUE. 305 

Groupe III. Pterosténides. 
Aphiorhynchus. Demomisis. 
Pterosternus. Calliprason. 
Syllitus. 

Groupe IV. Macronides. 
Macrones. Oroderes. 

Euchoptera. Brachopsis. 

Groupe V. Mythodides. 
Diosyris. Mythodes. 

Groupe VI. Amétrocephalides. 
Ametrocephala. 

Groupe VII. Aphnéopides. 
Aphneope. Zorion. 

Zœdia. 

Groupe VIII. Lepturides. 
Type A. Slenocorides 
Sienocorus. Xylosteus. 

Uhamnusium. Centrodera. 

Type B. Toxotides. 
Capnolymma. Toxotus. 
Otteissa. Pachyta. 

Sagridola. Acmocops. 

Mastododera. Gaurotes. 
Artelida. Aathophylax. 

Akimerus. Oxymiris. 

Type C. Lepturides vraies. 
Leptura. Asilaris. 

(JEdecnema. Ephies. 

Neoleptura. Euryptera. 

Straugalia. Encyclops. 

Ophistomis. Pyrotrichus. 

Ocalemia. 

Groupe IX. Dorcasomides. 
Dorcasomus. Desmocerus. 
Megacœlus. 

Groupe X. Dejanirides. 
Oejanira. 

Groupe XI. Oxypeltides. 
Choloderus. Osypcllus. 

-20 



306 



TABLE MÉTHODIQUE. 



Groupe XII. Bimiides. 
Sybilla. Bimia. 

Adalbus. Akiptera. 

Phantazoderus. 



Groupe XIII. Nécydalides. 

Thranius. Stenorhopalus. 

Sphccogaster. Rhatymoscelis. 

Callisphyris. Necydalis. 

Atelopteryx. Ulochaetes. 
Hephiustion. 

Groupe XIV. Psébiides. 

Chorotyse. Nephithea. 

Psebium. Leptidea. 

Groupe XV. Molorchides. 
Epania. Callimoxys. 

Oxycoleus. Callimus. 

Stenopterus. Merionœda. 
Molorchus. Earinis. 

Brachyptoroma. Mecynopus. 

Groupe XVI. Nécydalopsides. 
Necydalopsis. Sthelenus. 

Groupe XVII. Fhalotides. 
Phalota. Xystœna '. 

Groupe XVHI. Rhinotragides. 
Trichomesia. Charis. 



Oxylymma. 

Rhinotragus. 

Oregostoma. 

Ommata. 

Odoutocera. 

Isthmiade. 

Acyphoderes. 

Bromlades. 



Ischasia. 

Pasyphile. . 

Phygopoda. 

Tomopterus. 

Pandrosos. 

Erythroplatys. 

jEchmutes. 

Anteros. 



Groupe XIX. Hesthésides. 
Hestesis. 

Groupe XX. Distichocérides. 
Distichocera. 

Groupe XXI. Eroschémides. 
Pyrocalymma. Chaodalis. 
Eroschema. 



Groupe XXII. Pyresthides. 
Pachylocherus. Erythrestes. 
Pyresthes. Plutonesthes. 

Erythrus. Dalila. 

Groupe XXIII. Prothémides. 
Homalomelas. Blemmya. 
Prothema. Centrotoclytus ' 

Groupe XXIV. Pythéides. 
Pytheus. Omophœna. 

Brachytria. Cartallum. 

Pempsamacra. Obrida. 

Groupe XXV. Déilides. 
Schizopleurus. Plangono. 
Telocera. Deilus. 

Bicon. Eburophora '. 

Groupe XXVI. Typhocésides. 
Taphos. Bixorestes. 

Typhocesis. Hemesthocera. 



Groupe XXVII. 
Polyschisis. 
lonthodos. 
Compsomera. 
Coloborhombus 
Asmedia. 
Zonopterus. 
Pachyteria. 
Aphrodisium. 
Mecaspis. 
Phyllocnema. 
Hypatium. 
Aromia. 
Callichroma. 
Philematium. 
Rhopalizus. 

Groupe XXVllI. 
Callichromopsis 
Eurybatus. 
Rosalia. 
Hylorus. 
Orthoschema. 
Compsocerus. 
Unxia. 



Callichromides. 

Closteropus. 

Chloridolum. 

Leontium. 

Oxyprosopus. 

PolyzoDus. 

Nothopygus. 

Litopus. 

Promeces. 

Aaubis. 

Closteromerus. 

Helymasus. 

Ipothalia. 

Euporus. 

Osphranteria '. 

Compsocérides. 

Euryprosopus. 

Ethemon. 

Chariergus. 

Chenoderus. 

Brachyrophala. 

Coremia. 

Thalusia. 



TABLE «ÉTH0DIQU8. 



307 



Groupe XXIX. Callidiides. 

Hylotrupes. Lioderes. 

Sympiezocera. Callidium. 

Semanotus. Phymatodes. 

Calydon. Pyrrhidium. 

Dularius. Anisarthron. • 

Rhopalopus. Euryoptera. 

Groupe XXX. Clytides. 

œdenoderus. Ischnodera. 

Cyllene. Raphuma. 

Trichoxys. . Amauresthes. 

Sarosesthes. Rhopalopachys, 

Arhopalus. Euryscelis. 

Dexithea. Neoclytus. 

Ochrestes. Xylotrechus. 

Plagionotus. Thranodes. 

Clytus. Perissus. 

Clylanthus. Calanthemis. 

Clytosaurus. Sclethrus. 

l'silomerus. Cromys. 

Aroyphorus. Arnannus*. 

Grammogra- Plagithmysus'. 
phus. 

Groupe XXXI. Anaglyptides. 

Anaglyptus. Cyrtophorus. 

Epodus. Mygalobas. 
Aglaophis. 

Groupe XXXII. Tillomorphides. 

Euderces. Ipomoria. 

Homœmota. Epipedocera. 

Tillomorpha. Mesolita. 

Ectosticta. Clytellus. 

Groupe XXXIII. Sestyrides. 

Collyrodes. Sestyra. 

Groupe XXXIV. Cléoménides. 

Apiogaster. Sophron. 

Artimpaza. Nida. 

Mydasta. Brachyartliron. 

Dere. Zosterius. 

Cleomcnos. Ochimus. 

Epiaiillie. Listroptera. 

Miraislcna. Diharamaphora 



Groupe XXXV. Rhopalophoridcs. 
Ilhopalophora. Pelossus. 
Cycnoderus. Ozodes. 
Cosmisoma. Ornithia. 

Aniphirhoe. Argyrodines". 

Elaphopsis. 

Groupe XXXVI. Qlaucytides. 
GJaucytes. Iresioïdes. 

Groupe XXXVII. Bétéropsides. 
Aridœus. Eburiola. 

Mallosotna. Slonosphenus. 

Allœsia. Batyle. 

Chrysaprasis. Callideriphus. 
Trichrous. Pœciloderma. 

Heterops. Agallissus. 

Pronuba. Plectrocerum*. 

Microspiloma. , 

Groupe XXXVIII. Ancyloçérides. 
Ancylocera. Cercoptera. 

Callopisma. 

Groupe XXXIX. Cœlarthrides. 
Ptycholœmus. Cœlarthron. 
Stenygra. Trachelia. 

Groupe XL. Smodicides. 
Atimia. Teuthras. 

Smodicum. 



Groupe XLL 
Pœcilopeplus. 

Groupe XLII. 
Tropidosoma. 
Ctenodes. 

Groupe XLIII. 
Sternacanthus. 
Cryptobias. 
Lophonocerus. 

Groupe XLIV, 
Evander. 
Paristomia. 
Diaslellopterus. 
Thelgelra. 



Pœoilop&plides. 

Georgia. 
Tropidosomides. 

Pteracantha. 

Streptolabis*. 
Stemacanthides. 

Cosmocerus. 

Ceragenia. 

Paristémiides. 

Deltosoma. 

Pteroplalus. 

Aphylax. 

Prodontia. 



308 

Groupe XLV. Sténaspides. 

Cmprosopus. Tylosis. 

Stenaspis. Chalchocnes- 
Deltaspis. thés. 

Tragidion. jEthecerus. 

Phœnicus. Sphaanothecus. 

Brototyche. Ischnocnemis. 

Eupyphagus. Galissus. 

Euryclea. Musoidora. 

Philagathes. Entomosterna. 

Purpuricenus. Cyphosterna. 

Eleanor. Gaaibria. 

Sternoplistes. Eriphus. 

Oxoplus. Perarthrus*. 

Anoplistes. Crossidius*. 

Groupe XLVI. Dorcacérides. 
Dorcacerus. 

Groupe XLVII. Trachy dérides. 

Desmoderus. Dicranoderes. 

iËgoidius. Ancylosternus. 

Phœdinus. Oxymerus. 

Basiptera. Xylocharis. 

Deudrobias. Ozodera. 

Trachyderes. Charinoles*. 

Groupe XLVIIl. Lissonotides. 

Lissonotus. Gonyacantha. 

Lissonotypus. Rachidion. 

Phœnidmus. Stiphilus. 

Division 11. 
Groupe I. Mégadérides. 
Megaderus. 

Groupe H. Tragocérides. 
Tragocerus. 

Groupe III. Spinthériides. 
Spintheria. Anaslelha. 

Groupe IV. Coptommides. 
Coptomma. 

Groupe V. Navomorphides. 
Navomorpha. 

Division III. 
Groupe I. Disténiides. 
Distouia. Typodrias. 



TABLE MÉTHODIQUE. 



Nœmia. 
Comètes. 



Heteropalpus. 
Phelocalocera*. 



Groupe II. Hystérarthrides. 
Hysterarthron. 

CouoRTi! II. Cirambyoides vraii 
•outerrains. 

Tribu I. APATOPHYSIDES. 
Apatophysis. Trypogeus. 
Pachyticon. 

Tribu II. VESPÉRIDES. 
Vesperus. 
Sous-Famillf: III. LAMIIDES. 
Tribu I. TMÉSISTERNIDES. 
Buprestomop- Arrhenotus. 

pha. Tmesisternus. 

Pascœa. Blapsilon. 

Elais. Temnosternus. 

Sphingaotus. 

Tribu II. DORCADIONIDES. 

Groupe I. Hexatrichides. 
Blax. Hoxatricha. 

Xyloteles. 

Groupe II. Dorcadidides. 
Deucalion. Echthistatus. 

Plectrura. Phrynidius. 

Somatidia. Opsies. 

Dorcudida. 

Groupe III. Parménides. 

Obagcs. Parmenonta. 

Stychus. Stenoparmena. 

Microtragus. Dasyerrus. 

Cerœgidion. Parmena. 

Dioxippe. Ipochus. 

Auxa. Bybe. 

Hoplonotus. Mosolita. 

Athemistus. Apomempsis. 

Lopromoris. Tricondyloï- 
Microcleptes. des. ' 

Groupe IV. MonéMmides. 

Moneilema. Omosoyion. 





TABLE MÉTHODIQUE. 


309 


Groupe V. Dorcadionides vrais. 


Groupe II 


Agniides. 


DorcadioD. 




Hntarionomus. 


Agnia. 


Groupe VI. Phantasides. 


Omocyrius. 


Acrydocephala. 


Phantasis. 




Peribasis. 


Euthyastus. 


Tribu m. LAMIIDES VRAIES. 


Combe. 
Cycos. 


Marmaroglypha 
Achthophora. 


Division I. 


Tiiammatus. 


Callipyrga. 


Section A. 


Pharsalia. 




Groupe I. 


Morimopsides. 


Groupe III. 


Batocérides. 


Morimopsis. 




Batocera. 


Metopides. 


Groupe II 


Phrissomides. 


Apriona. 


OrsicQs. 


Phrissoma. 


Trachystola. 


Mégacriodes. 
Potemneraus. 


Plectrodera. 
Calloplophora. 


Groupe III. 


Lamiides vraies. 


Periaptodes. 


Trenetica. 


Oriœthus. 
Velleda. 


Dorcatypus. 
Lamia. 


Groupe IV 


. Gnomides. 


Brimus. 


Morimus. 


Imantocera. 


Gnoma. 


Section B. 


Psectrocera. 


Amphœcus. 


Groupe I. 


Honohammides. 


Groupe V. 


Mésosides. 


Stratioceros. 


nammoderus. 


Golsinda. 


Heiixea. 


Epicedia. 


Mimolochus. 


^Emocia. 


Mnemea. 


Archidice. 


Cyriocrates. 


Anancylus. 


Soibia. 


Leprodera. 


Melanauster. 


Mesosa. 


Phemone. 


Anhammus. 


Aristobia. 


Ipocregyes. 


Anamera. 


Nemophas. 


Celosterna. 


Eleala. 


Synaphœta. 


lothocera. 


Domitia. 


Cacia. 


Coptops. 


Sarothrocera. 


Theslus. 


Agelasta. 


Samia. 


Enoplia. 


Goes. 


Dissossira. 


iEsopida. 


Anoplophora. 


Agnoderus. 


Syrrhopeus. 


Clyzomedus. 


Merges. 


Cratotragus. 


Anlhriboscyla. 


Bucynthia. * 


Epepootcs. 


Cereopsius. 


Groupe VI 


. Metonides. 


Pelargoderus. 


Etymestia. 


Meton. 


Ancita. 


Paragnoma. 


Amechana. 


Dulichium. 


Diastamerus. * 


Diochares. 


Urœcha. 


Aderpas. 




Monohammus. 


Planodes. 




Lophoptera. 


Calymmophis. 


Groupe VII. 


Ancylonotides. 


Echinoschema 


Ereis. 


Palimma. 


Ancylonotus. 


Nephelotus. 


Cacoplia. * 


Goniages. 


Lasiopezus. 


Thysimia, 


Psaroaiaia. * 






Mecotragus. 


Blepephaus. * 


Groupe VIII. 


Prosopocérides. 


Ptychodes. 


Tympanopal- 


Prosopocera. 


Zalates. 


Tœaiotes. 


pus. ' 


Hierogyna. 


Aiioplosietha. 


Deliathis. 




Alphitopola. 





310 



TABLE MÉTHODIQUE. 



Groupe IX. Sternotomides. 

Zographus. Geloharpya. 

Pterochaos. Sternotomis. 

Stellognatha. Quimalanca. 

Demagogus. Freadelpha. 

Division II. 
Groupe I. Tragocéphalides. 
Phosphorus. Callimation. 

Tragocephala. Tragiscoschema 
Pœmenesperus. Phymasterna. 
Nyctopais. Rhaphidopsis. 

Groupe II. Cliniides. 
Clinia. 

Groupe 111. CéropUsides. 
Diastocera. Titoceres. 

Thysia. Pycnopsis. 

Ceroplesis. Gnathœnia. 

Moecha. 

Groupe IV. Phrynétides. 
Cochliopalpus. Homelix. 
Eurysops. Pachystola. 

Phryneta. Mallonia. 

Inesida. Calothyrza. 

Groupe V. Baroeides. 
Phrynesthis. Stenobia. 

Temnoscelis. Barœus. 

Groupe Vl. Xylorhizides. 
Cymatura. Xylorhiza. 

Tylactus. jEtholopus. 

Groupe Vil. Omacanthides. 
Omacaulha. loesse. 

Ifhocritus. 

Groupe VIII. Rhodopides. 
Rhodopis. Iphiote. 

Groupe IX. Protonarthrides. 
Protonartbron. 

Groupe X. Acmocérides. 
Acinocera. Acrydoschema. 

Groupe XI. Protorhopalides. 
Protorhopala. 



Groupe XII. Dorcaschémides, 
Cylindrepomus. Dorcaschema. 
Olenocamptus. 

Groupe XIII. Xénoléides. 
Xenolea. 

Groupe XIV. Némotragides. 
Nemotragus. 

Groupe XV. Anauxésides. 
Anauxesis. 

Groupe XVI. Auxésides, 

Auxesis. Psathyrus. 

Groupe XVII. Mélhiides. 

Methia. Dysphaga. 

Groupe XVIII. Nyctiménides. 
Nyctimena. 

Groupe XIX. Amymomides. 
Amymoma. 

Groupe XX. Homonéides. 
Trachelophora. Sormea. 
Mulciber. Homonœa. 

Anapausa. Urocalymma. 

Groupe XXI. Crinotarsides. 
Heteroclytomor- Crlnotarsus. 
pha. 

Groupe XXII. Bumétopidcs. 
Bumetopia. Orinœme. 

Hestima. 

Groupe XXIII. Arsysiides. 
Arsysia. Othelais. 

Amblymora. Otroea. 

Groupe XXIV. Leptmotides. 

Enicodes. Nemaschema. 

Leptonota. 

Groupe XXV. Enotides. 
Enotes. 

Groupe XXVI. Tapeinides. 
Tapeina. 



TABLE MÉTHODIQUE. 



311 



Groupe XXVII. Epicastides. 
Epicasta. Ericopis. 

DysthiBta. Tropidema. 

Groupe XXVIII. Théocrides. 
Typoca3ta. Planodema. 

Theocris. 

Groupe XXIX. Atossides. 
Atossa. Grammœchus. 

Groupe XXX. Zygocérides. 
Demonassa. Zygocera. 

Groupe XXXI. Distemides. 
Thyada. Nicippe. 

Disterna. 

Groupe XXXII. Ecyroschénides. 

Ecyroschema. Apatelarthron. 

Groupe XXXIII. Crossotides. 

Frea. Crossotus. 

Eumimetes. Dichostates. 

Fterolragus. Geteuma. 
Solymus. 

Groupe XXXIV, Hébésécides. 
Probatodes. Hobesecis. 

Retilla. Rosacantha. 

Phyxium. Ranova. 



Velora. 


Tetradia. 1 


Groupe XXXV. Eécyridides. \ 


Hecyrida. 


Mœchotypa. 


Groupe XXXVI. Niphmides. \ 


A. Sotades. 


Cyardium. 


Eczemotes. 


Sesiosa. 


Exarrhenus. 


Etaxalus. 


Escharodes. 


Cryptocranium. 


Axiothea. 


Cenodocus. 


Abryna. 


Nicomia. 


Euclea. 


Cypboscyla. 


Atmodes. 


Theticus. 


Xiphotheata. 


Hylobrotus. 


Niphona. 


Praonetha. 


jElara. 


Lychrosis. 


Ocheutes. 


Hathliodes. 


Camptoenema. 


Diem. 



Stesilea. 

Aie. 

Synelasma. 

Zosmotos. 

Moroa. 

B. Ischioplites. 

Micracantha. 

Atyporis. 

Menillus, 

•Sympliiletes. 

Saperdopsis. 

Platyomopsis. 

Anaches. 

Penthea. 

Oaxata. 

Desisa. 

Rhytiphora. 

Depsages. 

Iphiastus. 

Sthenias. 

Diatylus. 

Zygrita. 

Xynenon. 

Groupe XXXVII. 
Apomecyna. 
Dymascus. 
Garnira. 
Mycerinopsis. 
Eremon. 
Hyagnis. 
Epopea. 



Zœera. 

Cobria. 

Aprophata. 

Doliops. 

Acronia. 

Dystasia. 

Atybe. 

Albana. 

Prionetopsis. 

Alyattes. 

Phesates. 

Elitbiotes. 

Corrhenes. 

Mispila. 

Sodus. 

Enispia. 

Athylia. 

Egesina. 

Gyaritus. 

Axinyllium. 

EbcBides. 

Cupbisia. 

Apomécynides. 

Euaidia. 

Syessita. 

Vocula. 

Hippaphesis. 

Hapheniastus. 

Enaretta. 

Ropica. 



Groupe XXXVIII. Clonioeérides. 
Thercladodes. Cloniocerus. 



Groupe XXXIX. 
Agennopsis. 
Tautoclines. 

Groupe XL. 
Steroplius. 

Groupe XLI. 
Prœcha. 
Ataxia. 
Parysatis. 



Agennopsides. 

Perictbya. 

Stygnesis. 



Rhapbiptera. 
Ataaiiides. 
Estblogena. 
Rosalba. 



312 

Groupe XLII. Ptericoptides. 

Typophaula. Zorolispe. 

Atiinuropsis. Atimura. 

Ptericoptus. Epilysta. 

Bisaltes. Âtelais. 

Tetrarpages. Sybra. 

Craspedoderus. Minonoma. 

Tethystola. Pithodia. 

Mythergates. Bityle. 

Cornallis. Rhadia. 

Plocia. Oopsis. 

Bebelis. Meximia. 

^sylacris. Gemylus. 
Oi'cecis. 

Groupe XLIII. Desmiphorides. 

Desraiphora. Therchœtes. 
Pyrracita. 

Groupe XLIV. Apodasyides. 

Atelodesmis. Phidola. 

Belodora. Eriopsilus. 

Amblesthis. tupogonius. 

Unelcus. Sophronica. 

Tlepolemus. Oplosia. 

Apodasya. Anaîsthetis. 

Biasmia. Psenocerus. 
Esmia. 

Groupe XLV. Nédinides. 
Nadine. 

Groupe XLVl. Estolides. 



TABLE SIÉinODIQUE. 



A. Siilenus. 
Panegyrtes. 
Sydonia. 
Phœapnto. 
Malthonea. 

B. Tœlosilla. 
Hallothainus. 
Tetrorea. 
Mynonebra. 
Diboma. 

Groupe XLVII. Pogonochérides. 
Bucyntliiu. Olib.icores. 

Ecyrus. Lypsimeaa. 



Prymnopteryx. 
Blabia. 
Prymnosis. 
Estola. 

Zotalc. 
Styne. 
Eupromera. 
Epectasis. ' 



Pogonocherus. Colohura. 
Aconopterus. Soluta. 
Cœdomea. 

Groupe XLVIII. Mégabasides. 
Megabasis. 

Groupe XLIX. Compsosomides. 
Pythais. Eusphœrium. 

Compsosoma. Tessarecphora. 

Groupe L. Mrénéides. 
jErenea. Penessada. 

Larœsinia. 



Groupe Ll. 
Phacellus. 

Groupe LU. 

A. Hypselomus 
Jamesia. 
Tybalmia. 
Plerodia. 
Hyporaia. 
Lydipta. 
Hesychotypa. 

B. Oncideres. 
Periergates. 
Psyllotoxus. 
Taricauus. 
Eudosmus. 
Periti'ox. 
Cylicasta. 
Lachajrus. 

Groupe LUI. 
Onocfiphala. 
Groupe LIV, 

A. Pachypeza. 
Aulaconotus. 

B. Aliboron. 
Smermus. 
Hyllisia. 
Amphion. 
Menacera. 

Groupe LV. 
Gloptometopus. 
Tetraglenos. 



Phacellides. 

Brachychilus. 
Oncy dérides. 

Glypthaga. 

Ischiocentra. 

Apamanta. 

Hesycha. 

Hypsioma. 

Trachysomus. 

Cydros. 

Xylomimus. 

Ecthœa. 

Apocoptoma. 

Trestonia. 

Cacostola. 

Helvina. 

Onocéphalides. 
Perma. 



Pothyne. 

Hippopsicon. 

Hippopsis. 

Calamobius. 

Anandra. 

Ectinogramma. 

Spalacopsides. 
Spalacopsis. 
Aprosopus. 





TABLE MÉTHODIQUE. 


3 


Dorcasta. 


Amphicneia. ' 


Tithonus. 


Lalhrœus. 


jEgilopsis. • 


Aletretia. ' 


Amniscus. 


Alcidion. 


Eucoinatocera. ' 




Lagocheirus. 


Laphopœum. 


Groupe LVI 


Ectatosiides. 


Cleodoxus. 




Ectatosia. 




B. Onalcidion. 


ÛEdopeza. 


Groupe LVII. 

Epaphra. 


Ischiolonchides. 
Ischioloncha. 


Anisopodus. 

Ozineus. 

Parœcus. 


Chœtanes. 

Trichonius. 

Oxathres. 


Symperga. 


Nicarete. 


Leptostylus. 


Spore tus. 


Groupe LVIII 


Emphytœcides. 


Tripanidius. 


Seriphus. 


Amillarus. 


Itheum. 


Atrypanius. 


Graphisurus. 


Emphytœcia. 




Dectes. 


Hylettus. 


Groupe LIX 


Anisocérides. 


Leiopus. 


Nyssodrys. 


Trigonopeplus. 


Acanthotritus. 


Hyperplalys. 


Astynoraus. 


Phacellocera. 


Demophoo. 


Lepturges. 


TororiiBus. 


Thryallis. 


Cyclopeplus. 


Stenolis. 


Acanthocinus 


Chalastinus. 


Taurolema. 


Palamo. 


Xylergates. 


Gymnocerus. 


Onychocerus. 


Microplia. 


Eutrypanus. 


Anisocerus. 


Hoplistocerus'. 


Baryssiaus. 


Erphœa*. 


Xylotribus. 




Cosmotoma. 


Callipero*. 


Groupe LX. 


Platysternides. 


Probatius. 


Cobelura*. 


Platysternus. 




II. Acanthocinides de l'Ancien 
Continent. 


Groupe LXI. 


Folyraphides. 


A. Ostedes. 


ChydaBopsis. 


Polyraphis. 




Rondibilis. 


Driopea. 


Groupe LXII 


. Acrocinides. 


Eoporis. 




Acrociuus. 


Macropophora. 


B. Pithomictus. 


(Ectropsis. 


Groupe LXIII. 


Acanthodérides. 


Olmotega. 


Sumelis. 


A. Oreodera. 


Ozotroctes. 


Opsioleus. 


Ombrosaga. 


/Egomorphus. 


Dryocteues. 


Omoderisus. 


Xenapta. 


yEthiopoctines. 


Myoxomorpha. 


Nonyma. 


Clodia. 


Pycnomorphus. 


Plistonax. 


Criodule. 


jEgocidnus. 


Alphus 


Steirastoma. 


Acalolopta. 


MitBuia. 


yEthomerus. 


Hedypathes. 


Exocentrus. 


Sciades. 


Myoxinus. 


Psapharochrus. 


Isse. 


Phlyarus. 






Neissa. 


Camptomyne. 


B. Pteridotelus. 


Scleronotus. 


Pentacostnia. 


Nesomomus. 


Discopus. 


Criopsis. 


Ipochira. 


Emeopedus. 


Acanthoderes. 


Tauroreus. 


Myromeus. 


Blabicenti'us*. 


Scythropopsis. 




Contoderus. 


Illœaa*. 


Groupe LXIV. 


Acanthocinides. 


Eues. 


Ameipsis*. 


I. Acanthocinides du Nouveau 


Groupe LXV 


. Cyrtinides. 


Continent. 


Olœssa. 


Omosarotes. 


A. Acanista. 


Bolœslhes. 


Cyrtinus. 


Scopadus*. 



313 



314 



TABIE MÉTHODIQUB. 



Groupe LXVI. Colobothéides. 

Synehyzopus. Carterica. 

Priscilla. Apechthes. 

Colobothea. Sparna. 
Cathexis. 

Groupe LXVIl. Agapanthiides. 
Agapanthia. 

Groupe LXVIII. Saperdides, 
Saperda. Neoxantha. 

Singalia. Eutelopes. 

Tanylecta. Serixia. 

Zosne. Bacchisa. 

Thermistis. Xyaste. 

Groupe LXIX. Glénéides. 
Malloderma. Cryllis. 
Glenea. Dapliisia. 

Chlorisanis. Tephrocoma. 

Tribu IV. PHYTŒCIIDES. 



Groupe I. Phytaxiides vraies 


Stihara. 


Pilemia. 


Volumnia. 


Conizonia. 


Nupserha. 


Coptosia. 


Dystus. 


Mallosia. 


Scytasis. 


Stenostola. 


Moraegamus. 


Oberea. 


Ossonis. 


Nitocris. 


Oxylia. 


Schœnionta. 


Opsilia. 


Blepisanis. 


Phytœcia. 


Dyeumonus. 


Cardoria. 


Linda. 


Helladia. 


Dasylinda. 


Groupe II. 


Tétraopides. 


4. Astathes. 


Hecphora. 


Tropimetopa. 


Eustathes. 


B. Cleonaria. 


Momisis. 


Chreonoma. 


Phœa. 


Ochrocesis. 


Totraopes. 


Plaxomicrus. 


Tetrops. 


Cyanastus. 




Groupe III. 


A.mpkionychides 


Clythraschema 


Lycidola. 


Alicia. 


Lycaneptia. 



Thomistonoe. 

Hemilophus. 

Malacoscylus. 

Tyrinthia. 

Isomerida. 

Spathoptera. 

Zenicomus. 

Pannychis. 

Hilarolea. 

Groupe IV. 
Phaula. 
^renica. 
Hydraschema. 
Dylobolus. 

Groupe V. 
Gryllica. 
Chalcolyne". 

Groupe VI 
Hemicladus. 
Chereas. 
Hastatis. 
Drycothaea. 

Groupe VII. 
Hebestola. 
Nyctonympha. 
Saepiseuthes. 
Gisostola. 

Famille LXIX. PHYTOPHA- 
GES. 
Section I. EDPODE8. 

Tribu I. SAGRIDES. 
Groupe I. Mégamérites. 
Megamerus. Cheiloxena. 

Duboulaia. Polyoptilus. 

Prionesthis. 

Groupe 11. Carpophagites. 
Carpophagus. Diaphanops. 

Groupe III. Sagriles. 
Sagra. Atalasis. 

Groupe IV. Mécynodérites. 
Mecynodera. 



Amphionycha. 

Cirrhicera. 

Phœbe. 

Butocrysa. 

Zeale. 

Calocosmus. 

Essostrutha. 

Dadoychus. 

Thyrsia. 

Mrénicides. 
Antodice. 
Ischnophygas. 
Erana. 

Gryllicides. 
Eumimesis*. 

, Calliides. 
Graminea. 
Callia. 
Pretilia. 

Hébestoîides. 
Udamina. 
Igualda. 
Eumathes. 



TABLB MÉTHODIQUE. 



315 



Groupe V. Amétallites. 
Ametalla. 

Groupe VI. Orsodacnites. 
Orsodacna. 

Groupe VIL Bhœbites. 
Rhœbus. Eubaptus. 

Groupe VIII. Aulacoscélites. 
Aulacoscelis. 

Tnbu II. DONACIDES. 
Donacia. Hœmonia. 

Tribu III. CRIOCÉRIDES. 
Psathyocerus. Lama. 
Syneta. Crioceris. 

Zeugophora. Brachydactyla. 
Plectonycha. Macrolema. 
Stethopachys. 
Section II. CAMPTOSOMES. 
Tribu IV. MÉGASCÉLIDES. 
Megascelis. Ateledera. 

Tribu V. MÉGALOPIDES. 
Mastostethus. Tenmaspis. 
Homalopterus. Pœcilomorpha. 
Agathomorus. Leucastea. 
Megalopus. Pedrillia. 

Tribu VI. CLYTRIDES. 
Groupe I. Clytrites. 
Labidostomis. Melitonoma. 
Miopristis. Gynandropthal- 

Lachnasa. ma. 

Tltubœa. Cheilotoma. 

Clytra. Coptocephala. 

Diapromorpha. Diapericera. 
Miochira. 

Groupe II. Mégaîostomites. 
Megalostomis. Euryscopa. 
Thcraesia. Proctophana. 

Coscinoptera. 

Groupe III. Babiites. 
Tellena. Dachrys. 

Oinophthalma. Babia. 
Pnesthes. Stereoma. 



Urodera. Aratea. 

Saxinis. 

Groupe IV. Ischiopachites. 
Ischiopachys. 

TnôuVII. CRYPTOCÉPHALIDES. 

Groupe 1. Stylosomites. 
Stylosomus. 

Groupe II. Pachybrachites. 
Mastacanthus. Metallactus. 
Sternoglossus. Acolastus. 
Diandichus. Pachybrachys. 

Scolochrus. Ambrotodes. 

Groupe III. Achœnopites. 
Achaenops. 

Groupe IV. Monachites. 
Heptarthrius. Prasonotus. 
Monachus. Bucharis. 

Melixanthus. Scaphodius. 
Atropidius. Elaphodes. 

Dioryctus. Ditropidus. 

Cœnobius. Pleomorphus. 

Groupe V. Cryptocéphalites. 
Cryptocephalus. Cadmus. 
Loxopleurus. Chlamydicad- 
Rhombostemus mus. 

Tribu VIII. CHLAMYDÉ8. 
Pseudochlamys Exema. 
Diaspis. Hymetes. 

Carcinobœna. Poropleura. 
Chlamys. 

Tribu IX. SPHiEROCHARlDES. 
Sphaîrocharis. 

Section III. CYCLIQUES. 
Tribu X. LAMPROSOMIDES. 
Lamprosoma. Oomorphus. 
Lychnophees. 

Tribu XI. EUMOLPIDES. 

Groupe I. Iphiméites. 

Chrysodina. Lamprosphmrus 

Chalcoplacis. Chalcophyma. 



316 TABLE 

Phtedra. Noda. 

Amasis. Lepronota. 

Clirysolampra. Agbalus. 

Clisithcra. AlittuB. 

Agrianes. Terillus. 

Alphites. Teaspes. 
Iphimeis. 

Groupe II. Colaspites. 

Metaxyonycha. Agetus. 

Prionodera. Dermorhytis. 

Colaspis. Geloptera. 

Epiphyma. Thasycles. 

Aletes. LeproDida. 

Stenolampra. Pales. 

Groupe III. Chakophanites. 

Corysthea. Chalcophana, 

Groupe IV. Spilopyrites. 
Spilopyra. 

Groupe V. Nodostomites. 

Nodostoma. Nodina. 



Groupe 


VI. 


CaUisinites. 


Callisina. 






Groupe 


VII 


. Tomy rites. 


Tomyris. 






Groupe VIII. 


Scelodontites. 


Scelodonta. 




Syricta. 


Groupe 


IX 


Leprotites. 


Aoria. 




Brevicolaspis 


Stasimus. 




Nephrella. 


Damelia. 




Habrophora. 


Tricholheca. 




Piomera. 


Xanlhonia. 




Hypcraxis. 


Lypesthes. 




Leprotes. 


NecuUa. 




Irenes. 


Fidia. 




Demotina. 


Aulexis. 




Heniiplatys. 


Groupe 


X. 


Ileteraspites. 


Eryxia. 




Heteraspis. 


Casmena. 




Nerissus. 



Groupe XI. Pseudocolaspites. 
Pseudocolaspis. Eurytus. 



MIÎTHODIOIIE. 

Pausiris. Macetes. 

Pallena. Trichostola. 

Macrocoma. Enipeus. 
Himera. 

Groupe XII. Metachromites. 
Metachroma. Chrysopida. 
Pyropida. 

Groupe XIII. Eumolpites. 
Eumolpus. Colasposoma. 

Groupe XIV. Euryopites. 
Euryope. 

Groupe XV. Bromiites. 
Bromius. 

Groupe XVI. Edusites. 
Edusa. Olorus. 

Abirus. Argolis. 

Tymnes. Amasia. 

Groupe XVII. Myochroîtes. 

Acpothinium. Glyptoscelis. 

Lophea. Mecistes. 

Hetorotrichus. Pachnephorus. 

Euraspis. Colaspidea. 

Myochrous. Apolepis. 

Dictyneis. Lapina. 

Neocles. Aulacolepis. 
Damasus. 

Groupe XVIII. Merodites. 
Meroda. 

Groupe XIX. Typophorites. 

Typophorus. Eurydemus. 

Paria. Stethotes. 

Syagrus. Aulacia. 

Menius. Chloropterus. 

Groupe XX. Corynodites. 

Corynodes. Chrysochares. 
Chrysochus. 

Groupe XXi. Endocéphalides. 

Endocephalus. Dermoxanthus. 

Mclina. Dematochroma. 
Colaspoides. 



TABLE UÉTRODIQUE. 



317 



Tribu XII. CHRYSOMÉLIDES. 
Groupe I. Colaspidémites. 
Colaspidema. 

Groupe II. Chrysomélites. 
Gastrophysa. Stilodes. 
Phaidon. Leptiuotarsa. 

Prasocuris. Deuterocampta. 

Plagiodera. Cryptostetha. 

Lina. Prosicela. 

Gastrolina. Doryphora. 

Paralina. Metastyla. 

Sphterolina. Desmogramma. 

Chrysomela. Strichosa. 

Calligrapha. Ceralces. 

Zygogramma. Cyclomela. 
Cosniogramma. Cbalcomela. 
Leucocera. Agasta. 

Eugonycha. iKsernia. 

Groupe III. Elytrosphœrites. 
Elytrosphœra. 

Groupe IV. Timarchites. 
Timarcha. Horatopyga. 

Groupe V. Clidonotites. 
Clidonotus. Strumatophyma 

Groupe VI. Cyrtonites. 
Cyrtonus. 

Groupe VII. Entomoscélites. 
Entomoscelis. 

Groupe VIII. Lycariites. 
Lycaria. 

Groupe IX. Sténomélites. 
Stenomela. 

Groupe X. Phyllocharites. 
Phyllocharis. Lamprolina. 
Diphyllocera. Miorotheca. 
Ch;ilcolampra. 

Groupe XI. Australicites. 
Auslralica. Stelhomela. 

Platyinela. 



Groupe XII. Gonioctinites. 
Goniocteaa. Centroscelis. 

Groupe XIII. Phratorites. 
Phratora. Lioplacis. 

Gavirga. Liraenta. 

Groupe XIV. Pyxites. 
Pyxis. Trochalonota. 

Groupe XV. Paropsites. 
Paropsis. Paropsides. 

Tribu XIII. GALÉRUCIDES. 
Sous-Tribu I. Halticides. 
Groupe I. Elithiites. 
Elithia. Crimissa. 

Groupe II. Diamphidiites. 
Oiamphidia. 

Groupe III. Blépharidites. 
Notozona. Ophrida. 

Podontia. Blcpharida. 

Groupe IV. Ampliimélites. 
Araphimela. 

Groupe V. Acrocryptites. 
Acrocrypta. 

Groupe VI. Arsipodites. 
Arsipoda. Nisotra. 

Podagrica. Balanomorpha. 

Groupe VII. Oxygonites. 
Oxygona. Sophtsena. 

Chalsnus. 

Groupe VIII. Plectroscéliles. 
Pleciroscelis. Xenidia. 

Groupe IX. Crépidodérites. 
Pseudodera. Clamophora. 
Crepidodera. Systena. 
Teuosis. Prasona. 

Iphitrea. 

Groupe X. Halticites. 
Haltica. Pelonia. 

Phrynoceplia Plectrotetra. 
Cacoscelis. Uismiycha. 

Caloscolis. Cifiporis. 



318 

Groupe XI. 
Longitarsus. 
Glyptina. 
Aphthona. 

Groupe XII. 
Aspicela. 
Asphœra. 
Rhopalotoma. 

Groupe XIII. 
Omophoita. 
Œdionychis. 
Physonychis. 
Physoma. 

Groupe XIV. 
Monoplatus. 
Roïcus. 
Euphenges. 
Rhinotmetus. 
Tetragonotes. 
Pachyonychis. 
Phaedroinus. 
Physimerus. 
Glenidion. 
Hypantherus. 
Thrasygœus. 
Eupeges. 
Phylacticus. 
Omammatus. 
Homotyphus. 
iCdmon. 
Pleurochroma. 
Leptotrichus. 
Panchrestus. 
Hylodromus. 

Groupe XV. 
Lactica. 
Hermœophaga. 
Myrcina. 

Groupe XVI. 
Mniophila. 
Hypnopbila. 
Apteropeda. 



TABLE MÉTHODIQUE. 



Aphthonites. 
Phyllotreta. 
Batophila. 

Aspicélites. 
Sebaethe. 
Sphœrometopa. 
Febra. 

(Edionychites. 
Physodactyla. 
Eutornus. 
Lithouoma. 

Monoplatites. 
Cœlocephalus. 
Loxoprosopus. 
Peribleptus. 
Octogonotes. 
Apalotrius. 
Exarteinatopus . 
Hydmosyne. 
Atyphus. 
Gethosynus. 
AUochroma. 
Cerichrestus. 
Calypeges. 
Omototus. 
Metriotes. 
Pœbates. 
Hypolampsis. 
Imatium. 
Sparnus. 
Cyrton. 

Lacticites. 
Dipbaulaca. 
Psilapha. 
Xulhea. 

Mniophilites. 
Argopus. 
Sphœi'oderma. 
Argopistes. 



Groupe XVII. Dibolutes. 
Dibolia. Megistops. 

Groupe XVIII. Psylliodites. 
Psylliodes. 

Groupe XIX. Nonarthrites. 
Nonarthra. 

Sous-Tribu II. Galérucides. 
Groupe I. Adoriites. 
Adorium. Cerochroa. 

Groupe II. Aulacophorites. 
Aulacophora. Idacantha. 
Rhapbidopalpa Laetana. 

Groupe III. PhyllobroHcites. 
Pbyllobrotica. Phyllectbris. 
Groupe IV. DiabroHcites. 
Diabrotica. 

Groupe V. Agélasticites. 
Agelastica. Malacosoma. 

Bonesia. Miltina. 

Pyesia. Ootheca. 

Morphosphœra. Atimeta. 

Groupe VI. Procalites. 
Procalus. 

Groupe VII. Omithognathites. 
Ornithognathus. 

Groupe VIII. Agétocérites. 
Agetocera. 

Groupe IX. Mimastrites, 
Cneoraae. Sarda. 

Mimastra. 

Groupe X. Cérophysites. 
Cerophysa. CEdicerus. 

Groupe XI. Apophyliites. 
Apophylia. 

Groupe XII. Scélidites. 
Scelida. Chthoneis. 

Groupe XIII. Lupérites. 
Luporus. Luperodes. 



Ipilidea. 




Astena, 


AJopena. 




Arcastes. 


Nadrana. 






Groupe XIV. Atysites. 


Atysa. 




Trirhabda. 


Monoxia.. 






Groupe 


XV. 


Schematizites. 


Schematiza 






Groupe 


XVI. 


Cœlomérites. 


Cœlomera. 




Mesodonta. 


Hyinenesia. 




Sastra. 


Monocesta. 




Doryxena. 


Dircema. 




Pachytoma. 


Orthoxia. 




Momœa. 


Nestinus. 




Salamis. 


Clitena. 




Nicea. 


Chorina. 




Âlphidia. 


Syphaxia. 




Coraia. 


Groupe 


XVII 


Métacyclites. 


Motacycla. 






Groupe 


XVIII. Rupiliites. 


Metalepta. 




Arima. 


Cydippa. 




Ellopia. 


Rupilia. 




Marsoulia. 


Groupe 


XIX. 


Galérucites. 


Adimonia. 




Menippus. 


Galeruca. 




Buphonida. 


Groupe 


XX. 


Sermylites. 


Sermyla. 




Galerucida. 


Aplosonyx. 




Merista. 


Leptarthra. 






Groupe 


XXI. 


Cirotomites. 


Cerotoma. 




Cynorta. 


Synodita. 






Groupe 


XXII 


. Antiphites. 


Antipha. 




Emathea. 


Groupe XXIII 


Monoleptites. 


Monolepta. 




Ochralea. 


Groupe 


XXIV 


. Eylaspites. 


Hylaspes. 




Laphris. 



MÉTHODIQUE. 319 

Eustetha. Cadlima. 

Doryida. 

Groupe XXV. Theopéites. 
Theopea. Hyphœnia. 

Groupe XXVI. Plutyxardhites. 
Platyxantha. Palpoxena. 
Dorydea. Stenoplatys. 

Groupe XXVII. Goniopleurites. 
Goniopleura. 

Section IV. CRYPTOSTOME8. 
Tribu XIV. HISPIDES. 
Groupe I. Eurispites. 
Aproïda. Eurispa. 

Leucispa. 

Groupe II. Callispites. 
Leptispa. Demotispa. 

Amblispa. QEdiopaïpa. 
Callispa. Cladispa. 

Stenispa. Octocladiscus. 

Groupe III. Cephaloléites. 

Cephaloleia. Xanthispa. 

Homalispa. Xenispa. 

Groupe IV. Wallacéites. 
Wallacea. 

Groupe V. Hispoleptites. 
Hispoleptis. 

Groupe VI. Eispodontites. 
Hispodonta. Spilispa. 

Groupe VII. Cryptonychites. 
Cryptonychus. Octodonta. 
Oxycephala. Plesispa. 

Groupe VIII. Botryonopites. 
Botryonopa. 

Groupe IX. Alumites. 
Alurnus. 

Groupe X. Anisodérites. 
Anisodera. Hispopria. 

Esligmeaa. Macrispa. 



320 



TABLE MÉTHODIQUE. 



Groupe. XI. Arescites. 
Aresous. 

Groupe XII. Promecothécites. 
Promecotheca. 

Groupe XIII. Erionispites. 
Erionispa. 

Groupe XIV. Gonophorites. 
Gonophora. Distulaca. 

Cœlœnomeno- Aspidispa. 
dera. Aceutroptera. 

Groupe XV. Oncocéphalites. 
Oncocephala. Chœridiona. 
Groupe XVI. Octotomites. 
Octotoma. Physocoryna. 

Groupe XVII. Céphalodontites. 
Microrhopala. Uroplata. 
Anoplitis. Acanthispa. 

Charistena. Cephalodonta. 

Odontota. Downesia. 

Groupe XVIII. Monochirites. 
Monochirus. 

Groupe XIX. Trichispites. 
Tiichispa. 

Groupe XX. Hispites. 
Hispa. Prionispa. 

Platypria. 

Tribu XV. CASSIDIDES. 

Groupe I. Uoplionotites. 
Hoplionota. Delocrania. 

Groupe H. Sphœropdlpiles. 
Sphœropalpus. 

Groupe III. Himatidiites, 
Porphyraspis. Calliaspis. 
Himatidium. 

Groupe IV. Spilophorites. 
Spilophora. Calyptocephala. 

Groupe V. Prioptérites. 
Prioptera. Calopepla. 

Megapyga. Epistictia. 



Groupe VI. Tauromites. 
Tauroma. Dolichotoma. 

Canistra. 

Groupe VII. Batonotites. 
Batonota. 

Groupe VIII. Basiptites. 
Basipta. 

Groupe IX. Hybosites. 
Hybosa. 

Groupe X. Ischyrosonychites. 
Ischyrosonyx. 

Groupe XI. Cassidites. 
Charidotis. Asteriza. 

Eurypepla. Cassida. 

Platycycla. Coptocycla. 

Physonota. 

Groupe XII. Mesomphaliitcs. 
Calaspidea. Pœcilaspis. 

Mesomphalia. 

Groupe XIII. Omoplatites. 
Omoplata. Selenis. 

Omaspides. 

Groupe XIV. Chelymorphites. 
Chelymorpha. 

Groupe XV. Elytrogonites. 
Elytrogona. 

Groupe XVI. Chmdites. 
Chirida. 

Groupe XVII. Aspidimorphites. 
Aspidimorpha. Ctenochira. 
Laccoptera. 

Famille LXX. ÉROTYLIENS. 

Tribu I. LANGURIDES. 
Languria. Macroraelea. 

Tribu II. HÉLOTIDES. 
Helota. 

Tribu III. ÉROTYLIDES. 
Groupe I. Engiditcs. 
Dacne. Episca|)ha. 



TABLE MÉTHODIQUE. 



321 



Coptengis. Engis. 

Triplatoma. Combocerus. 

Euxestus. Pantheropterus 
Thallis. 

Groupe II. Triplacites. 

Pselaphacus. Xestus. 

Mycotretus. Triplas. 

Mycophthorus. Tritoma. 

Oocyanus. Libas. 

Ischyrus. Cyrtomorphus. 
Amblyopus. 

Groupe III. Encaustifes. 
Encaustes. 

Groupe IV. 
Aulacocbilus. 
Thonius. 
Euphanistes. 
Cyclomorphus. 
Coccimorphus. 
jCgithus. 
Brachysphaenus 
Erotylus. 
Zonarius. 

Famille LXXI. ENDOMY- 
CHIDES. 

Groupe I. Eumorphites. 
Amphistornus. Pedanus. 
Spathomoles. Encymon. 
Engonius. Dioedes. 

Trycherus. Cymbachus. 

Eumorphus. 

Groupe II. Corynomalites. 
Corynomalus. 

Groupe III. Lycoperdites. 
Acinaces. Daulis. 

Perrisia. Lycoperdina. 

Indalmus. Hylaia. 

Mycella. Aphorista. 

Ancylopus. Saula. 

Dapsa. Rhabduchus. 

Phalantha. Uanae. 

Coléoptères. Tome XII. 



Eurycardius. 
Scaphidomor- 

phus. 
Prepopharus. 
Bacis. 

Tapinotarsus. 
Priolelus. 
Oraoiotelus. 



Coniopoda. Polymus. 

Mycetina. Ilcliobletus. 

Groupe IV. Epipocites. 

Epipocus. Epopterus. 
Aoidrytus. 

Groupe V. Stémtarsites. 
Ephebus. Rhyrabus. 

Stenotarsus. Cremnodes. 

Groupe VI. Endomychites. 
Eucteanus. Endomychus. 

Meilicbius. Cyanauges. 

Panomœa. 

Groupe VII. Leiestitei. 
Leiestes. Symbiotes. 

Panamomus. Mycotœa. 
Rhanis. Clemmus. 

Phymaphora. 

Groupe VIII. Trochoidéites. 
Trochoideus. 

Famille LXXII. COCCINEL- 
LIDES. 

Groupe I. Hippodamiitcs. 
Eriopis. Megilla. 

Hippodamia. Naiinia. 

Groupe II. Coccinelliles. 
Anisosticta. Coccinella. 

Adonia. Mysia. 

Adalia. Halyzia. 

Bulœa. Micraspis. 

Cisseis. 

Groupe III. Discotomites. 
Seladia. Discotoma. 

Mioaria. Pristonema. 

Groupe IV. Cariites. 
Cydonia. Caria. 

Chilomenes. Coelophora. 

Elpis. Neda. 

Synonycha. Alcsia. 

Groupe V. Poriites. 
Poria. Eupalea. 

21 



322 TABLE 

Groupe VI. Ortaliites. 
Ortalia. Azoria. 

Produis. Rodalia. 

Zenoria. Vedalia. 

Groupe VII. Scymnites. 
CryptoliBmus. Hazis. 
Novius. Platyomus. 

Scymnus. Rhizobius. 

Clanis. 

Groupe VIII. Cranophorites. 
Oryssomus. Cranophorus. 

Groupe IX. Coccidulites, 
Coccidula. 

Groupe X. Chnoodites. 
CliQoodos. Dioria. 

Ladoria. Siola. 

Aulis. liypoceras. 



MÉTHODIQUE. 




Groupe XI. 


Uyperaspites. 


Branhyacantha. 


Menoscolis. 


Hyporaspis. 


Pentilia. 


Cleothera. 


Lotis. 


Hinda. 


Cryptognatha 


Tiphysa. 




Groupe XII. Bucolites. 


Cryptogonus. 


Azya. 


Bucolus. 


Exoplectra. 


Groupe XIII 


Chûocorites. 


Chilocorus. 


Brumus. 


Egius. 


Corystes. 


Exoohomus. 


Pharus. 


Orcus. 


Plalynaspis. 


Groupe XiV. 


Epilachnites. 


Epilachna. 


Lasia. 


Chnootriba. 


Cynegetis. 



FIN DE LA TABLE MÉTUOUIQUE. 



TABLE ALPHABÉTIQUE 

DES 

FAMILLES, DES GROUPES ET DES GENRES 

CONTENUS 

DANS LE GENERA DES COLÉOPTÈRES. 



A 








Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Acanthocorus 


III 


137 


Abaoetus 


1 


315 


ACANTHOCmiDES 


IX 


757 


Abacobius 


VII 


283 


Acanthocinus 


IX 


790 


Abaris 


I 


347 


Acanthoderes 


IX 


733 


Abax 


1 


323 


ACANTUODÉRIDES 


IX 


735 


Abirus 


X 


310 


Acanthodes 


XI 


323 


Ablabera 


m 


2H 


Acanthogenius 


I 


93 


Ablabérides 


III 


208 


Acanthûlophus 


VI 


311 


Ablaberoïdes 


m 


212 


Acanthomera 


V 


465 


Abraus 


II 


280 


Acanthomcfrus 


VI 


495 


Abrobapta 


IV 


4G 


Acanthomus 


VI 


317 


Abropus 


I 


360 


Acanthuphotus 


VIII 


69 


Abroscelis 


1 


17 


Acanthoptera 


VIII 


327 


Abryna 


IX 


327 


Acanthopteiiis 


IX 


177 


Acalanthis 


II 


333 


Acanlhopus 


V 449-466 


Acalles 


vil 


94 


Acanthopygus 


VII 


501 


Acallopistus 


VII 


23 


Acantboseelis 


1 


194 


Acallus 


III 


134 


Acanthothorax 


VII 


496 


Acalolepta 


IX 


803 


Acanthotrachelus 


VI 


223 


Acalyptus 


VI 


S83 


Acanthotritus 


IX 


724 


Acaiiista 


IX 


739 


Acanthurus 


III 


367 


Acantha 


IV 


23 


Accia 


III 


238 


Aciintharhinus 


VII 


293 


Acentroptera 


XI 


307 


Acanthinodera 


VIU 


83 


Acentrus 


VII 


64 


Acanthinomerus 


VII 


326 


Acephorus 


I 


201 


Acanthinus 


V 


396 


Accrus 


III 


415 


Acanthispa. 


XI 


323 


AcnvENOPITES 


X 


171 


Acanthobrachium 


VI 


592 


Achœnops 


X 


171 


Acanthobrachys 


VI 


365 


Achanius 


V 


82 


ACANIUOCÉRIDES 


III 


135 


Achelyna 


m 


311 



31i 



Tàblb alphabétique. 





Tomos. 


Pages. 




Tomes, 


Page». 


Achenium 


Il 


92 


Acrothinium 


X 


315 


Acherusia 


IV 


63 


Acrotrichis 


II 


232 


Achlainomus 


VI 


138 


Acrydocephala 


IX 


349 


Achloa 


III 


309 


Acrydoschema 


IX 


454 


Achryson 


VIII 


232 


Actenista 


IV 315-316 


Achthophora 


IX 


351 


Actenodes 


IV 


72 


Acicneinis 


VII 


31 


Actcnodia 


V 


667 


A cidalia 


X 


m 


Actephilus 


I 


323 


Acideres . 


VIII 


169 


Actinolobus 


III 


459 


Acidota 


II 


139 


Actinophorus 


III 66-73 


Acilius 


I 


430 


Acupalpus 


I 


302 


Acimeru$ 


vin 


437 


Acylophorus 


II 


84 


Acinaces 


XII 


102 


Acyphoderos 


VII 


505 


Acinopus 


1 


287 


Acyrusa 


VIII 


345 


Acis 


X 


301 


Adalbus 


VIII 


466 


Acisba 


V 


46 


Adalia 


Xll 


175 


Aclees 


VI 


458 


Adolium 


V 


437 


Acletus 


IV 


397 


Addobium 


11 


91 


ÂCLOPIDES 


III 


218 


Adelocera 


IV 


140 


Aclopus 


III 


219 


Adeloides 


VI 


584 


Acmoccra 


IX 


453 


Adelops. 


11 


208 


ACMOCERIIIES 


IX 


453 


Addosia 


1 


323 


Acmmdera 


IV 


6() 


Adelostoraa 


V 


99 


Acmœops 


VIII 


441 


Adelostomides 


V 


93 


Acolastus 


X 


168 


Addotopxis 


11 


519 


Aconoptei'us 


IX 


6^)4 


Addphus 


V 


488 


Acoryaus 


vil 


513 


Adelus 


VI 


584 


Acratus 


VII 


463 


Aderpas 


IX 


889 


A crépis 


IV 


495 


Aderus 


V 


584 


Acritus 


II 


281 


Adesmia 


V 


23 


A CROC IN IDES 


IX 


733 


Adesuides 


V 


22 


Acrocinus 


IX 


734 


Adétides. 


IX 


592 


Acrocrypta 


XI 


36 


Adolus 


IX 


593 


ACROCnYI'TlTES 


XI 


36 


Adoxius. 


VI 


366 


Acrodon 


I 


332 


Adimonia 


XI 


220 


Acrognathus 


II 


121 


Adioristus 


VI 


342 


Acromis 


XI 


400 


Adoltis 


11 


205 


Aci'oniopus 


IV 


218 


Adonia 


Xll 


174 


Acronotus 


XII 


58 


Adorétides 


m 


379 


Acropia 


IX 


550 


Adoretosoma 


III 


338 


Aci'opis 


H 


3(iH 


Adorelus 


III 


380 


Acrops 


H 


347 


AnORllTES 


XI 


155 


Acropterou 


V 


426 


Adorium 


XI 


156 


Acrossus 


m 


115 


Adoxus 


X 274-304 



TABLE ALPHABÉTIQUE. 



32S 





Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Adranes 


II 


181 


JEschopaliza 


IX 


460 


Adrastus 


IV 


218 


JEschrotes 


m 


106 


Adrium 


VIII 


348 


M<.erma. 


X 


405 


jEacus 


I 


222 


JEsi\a.cns 


IX 


611 


.iîchmuthes 


VIII 


SU 


^siotyche 


VIII 


281 


iEctropsis 


IX 


810 


jEsopida 


IX 


385 


iEdemonus 


VII 


113 


yEthecerus 


IX 


183 


Mdilis 


IX 


789 


A'theodactyla 


X 


130 


iEdmon 


XI 


107 


iEiheomorpha 


X 


123 


jEdopeza 


IX 


782 


^theihinus 


VI 


m 


ylildophronus 


VI 


47 


Mhiessa 


m 


534 


/Egiâlia 


III 


124 


^tliina 


II 


312 


^gialites 


V 


738 


.'Ëthiora 


VIII 


391 


jEgidium 


III 


130 


yEthiopoctines 


IX 


739 


jCgilopsis 


IX 


706 


vEtholopus 


IX 


446 


yEgithomorphus 


XII 


60 


yËthomerus 


IX 


742 


jEgithus 


XII 


55 


.■Ethona 


XI 


249 


^gocydnus 


IX 


813 


yEthophorus 


I 


117 


yEgoidus 


IX 


197 


Agabus 


I 


424 


yEgomomus 


IX 


554 


Agalissus 


IX 


133 


yEgomorphus 


IX 


738 


Agaocephala 


III 


451 


Mgoprosopus 


VIII 


151 


Agaocepualides. 


m 


450 


yl'Igopsis 


III 


451 


Agaone 


VIII 


502 


Mgorhinus 


VI 


413 


Agaosoma 


I 


365 


Mgorhinus 


VIII 


409 


Agapanthia 


IX 


829 


yEgosoma 


vm 


154 


Agapanthida 


VIII 


375 


Mgostheta 


III 


303 


Agapanthiides 


IX 


829 


Mgus 


III 


27 


Agapete 


VIII 


468 


MXatti 


IX 


531 


Agaricophagus 


II 


218 


ilîmalodera 


I 


370 


Agasma 


IV 


414 


yGinidius 


IV 


16!) 


Agasta 


X 


405 


yEmocia 


IX 


370 


Agastus 


1 


87 


jEmylus 


IX 


790 


.\gathidium 


II 221-532 


JEnictomorpha 


I 


17 


Agathomorus 


X 


90 


yEiiigma 


I 


91 


Agatus 


I 


110 


jEoIus 


IV 


186 


Agbalus 


X 


242 


yEphnidius 


I 


308 


Agelœa 


I 


251 


J'^pus 


I 


372 


Agelasta 


IX 


376 


yErenea 


IX 


662 


Agolastica 


XI 


168 


iËRltNâlDBS 


IX 


662 


AgÉLASTICiITES 


XI 


167 


iËrenioa 


IX 


898 


Agelia 


IV 


18 


jCrénicides 


IX 


897 


Ageniiis 


III 


500 


jCsalides 


m 


39 


Agennopsis 


IX 


593 


Alsalus 


III 


42 


Agestrata 


III 


501 



326 


TABLE AlPHAnÉTIQUE. 








Toracs. 


Pages. 




Tomos. 


Pages. 


Agetocera 


XI 


177 


Aleochara 


II 40-527 


AGÉTOCÉniTES 


XI 


177 


Aleocharides 


II 


26 


Agetus 


X 


282 


Aleptocerus 


I 


218 


Aglaophis 


IX 


86 


Aleptus 


IX 


26 


Aglenus 


II 


375 


Alesia 


Xli 


202 


Aglycideres 


VII 


607 


Aletes 


X 


250 


Agnatbides 


V 


531 


Aletretia 


IX 


708 


Agnathus 


V 


532 


Aleurostictus 


III 


563 


Agnia 


IX 


348 


Aliboron 


IX 


695 


Agniides 


IX 


340 


Alicia 


IX 


883 


Agnoderus 


IX 


331 


Alictus 


VI 


588 


Agnus. 


III 


36 


Alindria 


II 


342 


Agonocheila 


I 


140 


Alittus 


X 


243 


Agonodemus 


I 


323 


Allœocnemis 


II 


340 


Agonoderus 


I 


262 


AUelidea 


IV 


473 


Agonum 


I 


349 


Allocerus 


IX 


150 


Agra 


I 


104 


Allochroma 


XI 


116 


Agraphus 


VI 


161 


AUœsia 


IX 


124 


Agrianes 


X 


238 


Allogastei' 


VIII 


233 


Agrianonio 


vin 


109 


Alloiotelus 


XII 


54 


Agrilidrs 


IV 


76 


Allorhina 


III 


497 


Agrilus 


IV 


83 


Allotisis 


VIII 


306 


Agriotes 


IV 


215 


Allotrius 


IV 


201 


Agrodes 


II 


66 


Alûcerus 


VIII 


207 


Agrypnides 


IV 


138 


Alocorhinus 


VI 


263 


Agrypnus 


IV 1 39-366 


Alopena 


XI 


189 


Agyrtes 


II 


211 


Alophus 


VI 


397 


Akimerus 


VIII 


437 


Alosimus 


V 


682 


Akiptera. 


VIII 


468 


Alostema 


VIII 


443 


Akis 


V 


119 


Alpliidia 


XI 


210 


Akisiobs 


V 


117 


Alphites 


X 


239 


Alaus 


IV I51-S67 


Alphitobius 


V 


333 


Albana 


IX 


569 


Alphitophagus 


V 


306 


Alcathous 


IX 


761 


Alphitopola 


IX 


398 


Alcides 


VII 


15 


Alphus 


IX 


741 


Alcidides 


VII 


14 


Alpœus 


I 


50 


Alcidion 


IX 


764 


Alticojjus 


VII 


593 


Alcimus 


III 


27 


Alurnites 


XI 


292 


Alcinoe 


V 


44 


Alurnus 


XI 


293 


Alcyopis 


VIII 


339 


Alvarinus 


m 


262 


Akloiius 


VII 


130 


Alyattcs 


IX 


371 


Aie 


IX 


544 


Amalactides 


VI 


506 


Alecton 


IV 


320 


Amalactus 


VI 


510 


Alegoria 


V 


323 


Amallocerus 


IX 


132 





TADLB ALPHABÉTIQUE. 




327 




Tomos 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Amallopodes 


VIII 


83 


Ametrocephala 


VIII 


420 


Amalocera 


II 


240 


Amilia 


IX 


832 


Amalus 


vil 


209 


Amillarus 


IX 


713 


Amannus 


IX 


82 


Amimes 


VIII 


377 


Amara 


I 


332 


Amisallus 


VI 


255 


AUARYGUIDES 


V 


471 


Amitrus 


VI 


72 


Amarygmus 


V 473-731 


Ammidium 


V 


232 


Amasia 


X 


313 


Ammobius 


V 


284 


Amasis 


X 


236 


Atnmœcius 


III 


119 


Amathitis 


l 


332 


Ammophorus 


V 


132 


Anatodes 


V 


193 


Ammophthorus 


V 


284 


Aniauresthes 


IX 


73 


Ammosia 


I 


12 


Amaurodes 


m 


479 


Amniscus 


IX 


761 


Amauronia 


IV 


403 


Amnodeis 


V 


723 


Anaurops 


II 


173 


Amomphus 


VI 


93 


A-naurorhinus 


VII 


324 


Amorbaius 


VII 


265 


Ambates 


VI 


513 


Amorphocephalus 


VII 


422 


Amdatides 


VI 


S12 


Amorphocerus 


VII 


335 


.Vmblesthis 


IX 


626 


Amorphoidea. 


VI 


620 


Xmblispa 


XI 


271 


Amorphorinus 


VI 


318 


imblochilus 


m 


378 


Amorphosoma 


IV 


80 


Amblycheila 


I 


7 


Ampedus 


IV 


187 


imblychus 


1 


234 


Amphasia 


I 


277 


Amblyderus 


V 


595 


Amphibolocorynus 


VI 


496 


Amblygenius 


I 


227 


Amphibolonarzon 


I 


469 


Amblygnathus 


I 


264 


Amphibolus 


I 


469 


Amblygnathus 


IV 


221 


Amphicneia 


IX 


707 


Amblymora 


IX 


481 


Amphicoma 


m 


165 


Amblyopus 


XII 


38 


Amphicrania 


III 


268 


Ambtyptera 


V 


188 


Aaiplùcranus 


VII 


384 


Arablyrhinus 


VI 


222 


Amphicrossus 


II 


323 


Amblystomus 


I 


301 


Amphicyllis 


II 


220 


Amblytelus 


I 


316 


Amphicyrta 


II 


484 


Amblyterus 


III 


377 


Amphidees 


VI 


242 


Ambrotodes 


X 


170 


Aniphideritus 


VI 


68 


Amechana 


IX 


334 


Amphidesmus 


IX 


160 


Ameipsis 


IX 


817 


Amphidora 


V 


435 


Amenophis 


V 


373 


Amphilocus 


XII 


56 


Amerhinus 


VII 


42 


Amphimallus 


III 


281 


Arneris 


VII 


42 


Amphimela 


XI 


34 


Amerismus 


VII 


461 


Amphimélites 


Xi 


34 


Amesisa 


IX 


334 


Amphion 


IX 


697 


Ametalla 


X 


46 


Amphionycha 


IX 


890 


Ambtallites 


X 


46 


Amphionychites 


IX 


881 



328 



TABLE ALPHABÉTIQUE. 





Tomes. 


Pages. 




Tomss, 


Pages. 


Amphiops 


I 


462 


Anarhynchus 


IV 


300 


Amphirhoo 


IX 


H3 


Anasfides 


V 


612 


Amphisternus 


XII 


89 


Anaspis 


V 


613 


Araphistoros 


m 


518 


Anastetha 


IX 


221 


Amphix 


XII 


98 


Anathrotus 


IV 


180 


Amphizoa 


1 


409 


Anatis 


XII 


182 


Amphizoïues 


I 


409 


Auatisis 


VIII 


383 


Amphœcus 


IX 


367 


Anatista 


III 


321 


Amphotis 


II 


308 


Anatistides 


III 


321 


Amphysus 


V 


443 


Anatolica 


V 


41 


Amyctérides 


VI 


308 


Anatona 


III 


S30 


Amyctorus 


VI 


310 


Anatrichis 


I 


394 


Amycdeles 


IV 


334 


Auaulacus 


I 


309 


Amymoma 


IX 


469 


Anauxésides 


IX 


462 


AUYMOMIDBS 


IX 


468 


Anauxesis 


IX 


463 


Anaballus 


vn 


93 


Anchastus 


IV 


176 


Anacamptorhina 


III 


518 


Anchotemus 


V 


m 


Anacantha 


IV 


220 


Anchoménides 


I 


33J 


Anacanthus 


VIII 


147 


Anchùtnenus 


I 


34) 


Anacerastes 


VII 


556 


Anchonodérides 


I 


37> 


Anackalcos 


III 


80 


Auchonodems 


I 


37J 


Aaaches 


IX 


564 


Anchonus 


VI 


36! 


Anacolus 


VIII 


174 


Anchoptkalmus 


V 


24(! 


Anacypta 


II 


347 


Anchylorhynchus 


IV 


519 


Anœctochilvs 


II 


372 


Anchytarsus 


IV 


266 


Anœdus 


V 


396 


Ancistria 


II 


398 


Anœmei'us 


VI 


84 


Ancistropterus 


VI 


621 


Anœrea 


IX 


832 


Ancistrosoma 


III 


253 


Anœretes 


III 


242 


Ancistrotus 


VIII 


82 


AtiiBsthetis 


IX 


634 


Ancita 


IX 


390 


Anœtia 


IX 


880 


Ancognatha 


III 


398 


Anaglyptides 


IX 


84 


Ancylocera 


IX 


136 


Anaglyptus 


IX 


8i 


Ancylocérides 


IX 


135 


Anaides 


III 


153 


Ancylocheira 


IV 


40 


Analampis 


IV 


47 


Ancylodonta 


VIII 


375 


Analcis 


VII 


97 


Ancylognathus 


V 


86 


Anakstesa 


IV 


2il 


Ant.ylonotides 


IX 


391 


Analotes 


VII 


526 


Aiicylonotus 


IX 


394 


Anamera 


IX 


382 


Ancylonycha 


II 


284 


Anammesis 


III 


79 


Ancyloprotus 


VIII 


57 


Anancylus 


IX 


372 


Ancylopus 


XII 


105 


Anandra 


IX 


700 


Ancylostornus 


IX 


203 


Anapausa 


IX 


472 


Ancylotropis 


VII 


508 


Anaplasta 


III 


533 


Ancyronyx 


II 


512 



TABLE ALPHABÉTIQUE, 



329 





Tomos. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Ancystronycha 


IV 


353 


Anocerastes 


VII 


556 


Anelastes 


IV 


116 


Anochilia 


III 


514 


Anémia 


V 


283 


Anodesis 


V 


21 


Anemophilus 


VI 


193 


Anodochoilus 


I 


416 


Aoepsius 


V 


324 


Anodus 


III 


463 


Aneurbiaus 


VII 


570 


Anodus 


II 


79 


Anhauimus 


IX 


306 


Anogçodes 


V 


708 


Aniara 


I 


13 


Anomœa 


X 


118 


Aniara 


V 


336 


Anoraala 


III 


328 


Anidrytus 


XII 


122 


Anomalidbs 


III 


322 


Anillus 


I 


380 


Anomalipus 


V 


257 


Anisarthria 


II 


231 


Anomalocera 


III 


485 


Anisarthron 


IX 


55 


Anomalochilus 


m 


268 


Anisocera 


II 


291 


Anomiopsis 


III 


69 


Anisocérides 


IX 


716 


Anomiopus 


III 


94 


Anisocenis 


II 


396 


Anommatus 


II 


376 


Anisocerus 


IX 


722 


Anomocerus 


VII 


133 


Anisocheira 


m 


357 


Anomœoarthria 


VII 


234 


Anisochelus 


III 


192 


Anomœocera 


II 


291 


Anisocnemus 


I 


294 


AnonuBsia 


IX 


585 


Anisodactïlides 


I 


268 


Anomœus 


I 


108 


Anisodactylus 


I 


278 


Anomognathus 


II 


15S 


Anisodera 


XI 


293 


Anomostomus 


II 


522 


Anisodérites 


XI 


294 


Anoncodes 


V 


705 


Aiiisogaster 


VIII 


351 


Anophthalmus 


I 


372 


Anisognatha 


X 


130 


Aitoplis 


IV 


40 


Anisognathus 


VII 


411 


Anoplistes 


IX 


180 


Anisomera 


I 


421 


Anoplitis 


XI 


316 


Anisonchw 


m 


328 


Anoplium 


VIII 


3S5 


Anisonyx 


III 


178 


Anoplochilus 


III 


529 


Anisoplia 


ni 


325 


Anoplocnemus 


III 


22 


Aaisopodus 


IX 


769 


Anoplodera 


VIII 


443 


Anisopus 


IX 


769 


Anoploderma 


VIII 


27 


Anisorhina 


III 


483 


Anoplodermitbs 


VIII 


25 


Anisorhynchus 


VI 


352 


Anoplogenius 


I 


304 


Anisorus 


VIII 


438 


Anoplognathides 


III 


367 


Anisosticta 


XII 


173 


Anoplognathides 


VRAIS III 


368 


Anisotarsus 


I 


279 


Anoplognathus 


III 


369 


Anisotelus 


IV 


348 


Anoplomerus 


VIII 


279 


Anisotoma 


II 


216 


Anoplophora 


IX 


310 


Anisotomidbs 


II 


213 


Anoplosiagum 


III 


263 


Auisoxia 


V 


551 


Anoplostemus 


III 


372 


ÂNOBIIDBS 


IV 


518 


Anoplostethus 


m 


372 


Anobium 


IV 


519 


Anoplostheta 


IX 


400 



330 


TABLE ALPHABÉTIQUE. 








Tomes 


Pages. 




Tomea. 


Pagei. 


Anoplus 


VI 


492 


Anubis 


IX 


25 


Anorops 


V 


456 


Anypotaotus 


VI 


71 


Anoxia 


III 


293 


Aocnus 


VI 


621 


Antarctia 


I 


336 


Aomus 


VI 


202 


Antarctiides 


I 


336 


Aonychus 


VII 


114 


Antedon 


III 


453 


Aoplocnemis 


VI 


475 


Anteros 


V 


450 


Aoria 


X 


270 


Anteros 


VIII 


SU 


Aorus 


VII 


337 


Anthaxia 


IV 49-563 


Aosseterus 


VI 


623 


Antherophagus 


II 423-S37 


Apalochrus 


IV 


383 


Anthia 


I 


277 


Apalonychus 


III 


137 


Anthiades 


I 


175 


Apalotrius 


XI 


113 


Anthicides 


V 


588 


Apalus 


V 


686 


Aiithicus 


V S96-735 


Apamanta 


IX 


674 


Anthobates 


V 


613 


Aparoprion 


VII 


329 


Authobium 


Il 145-530 


Apate 


IV 


537 


Anthobius 


VI 


504 


Apatelartron 


IX 


804 


Anthoboscus 


IX 


68 


Apatenia 


VII 


538 


Anthocomus 


IV 


390 


Apatetica 


II 


206 


Anthodromius 


IV 


411 


Apateum 


IV 


27 


Antiionomides 


VI 


575 


APATOPHYSinES 


IX 


234 


Anthunomus 


VI 


580 


Apatophysis 


IX 


234 


Anthophagus 


II 


135 


Apatura 


IV 


47 


Anthophilax 


VIII 


443 


Apechtes 


IX 


828 


Anthores 


IX 


317 


Apeistus 


II 


380 


Antboxenus 


IV 


400 


Apelocera 


IX 


89 


Anthracias 


V 


342 


Apenes 


I 


108 


Anthracophora 


III 


540 


Aphanarthrum 


VII 


375 


Anthronus 


II 


470 


Apbanasium 


VIII 


369 


Anthribides 


VII 


476 


Aphanisticus 


IV 


88 


Anthribosoraus 


VII 


546 


Aphanobius 


IV 


207 


Anthribus 


VII 


574 


Aphelorhina 


m 


479 


Anthrybosoyla 


IX 


378 


Aphtes 


IX 


713 


Authypna 


III 


163 


Aphiocephalus 


VII 


277 


Antichira 


m 


345 


Aphioramphus 


VII 


36 


Antichirides 


III 


341 


Aphiorhynchus 


VIII 


411 


Autimachus 


V 


330 


Aphneope 


VIII 


422 


Antinoe 


IX 


227 


Aphodiides 


III 


112 


Antipa 


X 


116 


Aphodius 


III 115-579 


Antipha 


XI 


233 


Aphorista 


xn 


112 


Antiphites 


XI 


232 


Aphotisttis 


IV 


209 


Antliarhinides 


VII 


180 


Aphrastus 


VI 


209 


Antliai'hinws 


VII 


182 


Aphrlcus 


IV 


233 


Antodice 


IX 


900 


Aphrodisium 


IX 


11 



TABLE ALPHADÉTIQUE. 



331 





Tomes. 


Pagos. 




Tomes. 


Pages. 


Aphthona 


XI 


11 


Apophrena 


IX 


702 


APnTHONlTES 


XI 


69 


Aporhina 


VI 


527 


Aphylai 


IX 


165 


Aporocera 


X 


189 


Apiodera 


I 


72 


Aposites 


VIII 


365 


Apiogaster 


IX 


98 


Apostasimerus 


VII 


242 


Apion 


VI 


533 


Apotomoderes 


VI 


81 


Apionides 


VI 


531 


Apotomopterus 


I 


54 


Aplagiognathus 


VIII 


125 


Apotomoi'hinus 


VII 


226 


Aplasta 


III 


533 


Apotomus 


I 


172 


Aplecims 


IX 


133 


Appula 


VIII 


322 


Aplemonus 


VI 


539 


Aprepes 


VI 


202 


Aplidia 


III 


290 


Apriona 


IX 


356 


Aplocenti-us 


I 


278 


Apristus 


I 


123 


Aplochile 


I 


185 


Aproida 


XI 


265 


Aplocnemus 


IV 


400 


Aprophata 


IX 


548 


Aploderoa 


III 


235 


Aprosictus 


VIII 


382 


Aploderus 


II 


117 


Aprosopus 


IX 


705 


Aploglossa 


IV 


278 


Aprosterna 


III 


328 


Aplognathus 


III 


3C5 


Aprostoma 


VII 


413 


Aplonycha 


III 


230 


Apsectra 


I 


269 


Aplopsis 


III 


231 


Apsectus 


III 


575 


Aploscelis 


XII 


90 


Apsis 


VI 


371 


Aplosonyx 


XI 


226 


Aptema 


I 


11 


Aplotarsus 


IV 182-193 


Apteraucolus 


VIII 


43 


Aplothorax 


I 


58 


Apteranilla 


II 


527 


Apotellus 


II 


119 


Apterœssa 


I 


24 


Apocinocera 


XI 


340 


Apteropeda 


XI 


132 


Apocoptoma 


IX 


686 


Aptinus 


I 


98 


Apocrypha 


V 


433 


Aptolemus 


VI 


206 


Apocyrtus 


VI 


143 


Aptopus 


IV 


193 


Apodasya 


IX 


628 


Aracaothus 


VI 


391 


Apodasyides 


IX 


623 


Arcastes 


XI 


191 


Apoderus 


VI 544-628 


Arachnobas 


vu 


159 


Apogonia 


III 


276 


Arachnodes 


m 


82 


Apolecta 


VII 


553 


Arachnoideus 


I 


323 


Apolepis 


X 


325 


Arachnopus 


VII 


139 


Apolia 


IX 


248 


Arachnosphœrus 


X 


303 


Apolopha 


IV 


481 


Arœcei'us 


VII 


590 


Apomecyna 


IX 


580 


Ar^eocérides 


VII 


588 


Apomécynides 


IX 


579 


Araeocerus 


vu 


590 


Apomempsis 


IX 


278 


Arœocerus 


II 


102 


Apotnata 


X 


140 


Arœocnemis 


II 


86 


Apophylia 


XI 


183 


Arœocorynus 


VII 


590 


Apophyliites 


IX 


182 


Arœosarus 


vu 


590 



332 



TABLE ALPHABÉTIQUE. 





Tomos. 


PâRPS. 




Tomes. 


Pïges. 


Arœoschizus 


V 


i03 


Arslnoe 


I 


125 


Arœotis 


VIII 


398 


Arsipoda 


XI 


38 


Aratea 


X 


151 


AnSIPODITES 


XI 


37 


Aratharea 


I 


384 


Arsysia 


IX 


480 


Arathymus 


I 


242 


Arstsiides 


IX 


479 


Archarias 


VII 


38 


Arlelida 


VIII 


436 


Archetypus 


VIII 


129 


Artématopiobs 


IV 


260 


Archidyoe 


IX 


303 


Artematopus 


IV 


261 


'Archon 


III 


446 


Artemis 


XII 


197 


Arcopagvs 


II 


176 


Arthmius 


II 


176 


Arctodium 


m 


161 


Arthrobrachus 


IV 


409 


Arctylus 


V 


211 


Arthroconus 


V 


67 


Arcyphorus 


IX 


71 


Arthrodeis 


V 


19 


Ardistomis 


I 


206 


Arthromacra 


V 


571 


Areoda 


III 


365 


Arthroplatus 


V 


426 


AnÉODIDES 


III 


364 


Arthropterus 


II 


9 


Arescitbs 


XI 


298 


Arthrostenus 


VII 


62 


Aresous 


XI 


298 


Arthrostomus 


VII 


179 


Argaleus 


VIII 


439 


Arthrotus 


XI 


250 


Argatia 


IX 


832 


Artia 


III 


271 


Argutor 


I 


323 


Articerus 


II 


181 


Argolis 


X 


312 


Avtimpaza 


IX 


99 


Argopistes 


XI 


136 


Artipus 


VI 


129 


Argopus 


XI 133-135 


Asaphes 


IV 


198 


Argyrodines 


IX 


118 


Asboïus 


V 


138 


Arhines 


VI 


214 


Asceparnus 


VI 


189 


Arhipis 


IV 


114 


Asclera 


V 


710 


Arhopalus 


IX 


64 


Asemum 


VIII 


206 


Aridœus 


IX 


122 


Asida 


V 160-725 


Arima 


XI 


217 


Asidides 


V 


163 


Arimaspes 


VIII 


114 


Asilaris 


VIII 


452 


Aristobia 


IX 


327 


Asmedia 


IX 


8 


Aristogitus 


VIII 


367 


Aspasia 


I 


126 


Aristopus 


II 


524 


Aspheera 


XI 


77 


Aristus 


I 


167 


Aspicela 


XI 


76 


Arithmema 


V 


667 


ASPtCftLITES 


XI 


75 


Armideus 


III 


144 


Aspicephalus 


V 


107 


Amidixis 


I 


192 


Aspidimerus 


XII 


238 


Aromia 


IX 


14 


Aspidiraorpha 


XI 


407 


Arpedium 


II «9-530 


ASPIDIMOHPHITES 


XI 


406 


Arrhmocmla 


XI 


53 


Aspidiotes 


VI 


93 


Arrhenodes 


VII 


429 


Aspidiphorus 


IV 


556 


Arrhenoplita 


V 


302 


Aspidispa 


XI 


307 


Arrhenotus 


IX 


247 


Aspidocephalus 


V 


107 





TABLE ALPHABÉTIQUE. 




333 




Tomes. 


Pages. 




Tome». 


Pages. 


Aspidoglossa 


I 


205 


Atimia 


IX 


144 


Aspidolopha 


X 


122 


Atiraura 


IX 


613 


Aspidosoma 


IV 


326 


Atimuropsis 


IX 


604 


Aspisoma 


IV 


326 


Atimus 


III 


134 


Asporina 


I 


223 


Atlantis 


VI 


198 


Asporinus 


I 


223 


Atmetonychus 


VI 


85 


Astœna 


III 


208 


Atmodes 


IX 


529 


Astathes 


IX 


873 


Atomaria 


II 427-537 


Astena 


XI 


190 


Atopa 


IV 


269 


Astenorhina 


III 


'i82 


Atopida 


IV 


275 


Astenus 


II 


99 


Atossa 


IX 


497 


Asteriza 


XI 


387 


Atossides 


IX 


496 


Asthrœus 


IV 


43 


Atractocerus 


IV 


501 


AstrapiBus 


II 


86 


Atractodes 


IV 


173 


Astycus 


VI 


94 


Atraotonota 


I 


180 


Astygis 


I 


315 


Atractopterus 


IV 


209 


Astylbus 


H 


29 


Atractosomus 


IV 


173 


Astylus 


rv 


405 


Atractus 


V 


497 


Astynomus 


IX 


789 


Atranus 


I 


228 


Atalasis 


X 


43 


Atropidius 


X 


175 


Ataxia 


IX 


599 


Atrypanius 


IX 


773 


Ataxides 


IX 


577 


Attagenus 


II 463-537 


Atolais 


IX 


614 


Attalus 


IV 


389 


Atelechira 


X 


110 


Attelabides 


VI 


542 


Alelodera 


X 


85 


AUelabus 


VI 


548 


Atelestus 


IV 


393 


Alybe 


IX 


568 


Atelicus 


VI 


410 


Atylostagma 


VIII 


257 


Atelodesrais 


IX 


625 


Atyphus 


XI 


115 


Atolopteryx 


VIII 


473 


Atyporis 


IX 


555 


Atelemes 


II 


42 


Atys 


III 


289 


Ateoizus 


VIII 


399 


Atysa 


XI 


192 


Aterpides 


VI 


410 


AlïSlTES 


XI 


192 


Atei'pus 


VI 


412 


Aubeonymus 


VI 


473 


Atesta 


VIII 


306 


Anchenia 


X 


67 


Ateucuides 


III 


65 


Auchmeresthes 


VI 


621 


Ateuchides vrais 


III 


66 


Auchmobius 


V 


68 


Ateuchus 


III 


66 


Augasmosomus 


I 


253 


Atharsus 


VIII 


323 


Auge 


IV 


313 


Athcmistus 


IX 


270 


Augoderia 


III 


397 


Athlia 


m 


218 


Augomela 


X 


431 


Athou8 


IV 


180 


Augosoma 


III 


445 


Athylia 


IX 


570 


Aulacia 


X 


335 


Athyrous 


m 


140 


Aulacium 


III 


84 


Atimeta 


XI 


174 


Aulacooerus 


VllI 


8S 



334 


TABLE ALTHABÊTIQUE. 








Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Fagei. 


Aulacodei'us 


X 


596 


Azoria 


XII 


208 


Aulacocheilns 


XII 


50 


Azya 


XII 


240 


Aulacochilus 


XII 


SO 








Avlacodus 


III 


384 


B 






Aulaconotus 


IX 


693 






Aulacolepis 


X 


327 


Babia 


X 


147 


Aulacopalpus 


III 


375 


Babiites 


X 


141 


Aulacophora. 


XI 


158 


Bacanius 


II 


471 


AULICOPHORITBS 


XI 


158 


Bacchisa 


IX 


840 


Aulacopus. 


VIII 


100 


Bacis 


XII 


68 


Aulacoscelis 


X 


54 


Badister 


I 


234 


AULACOSCELFIES 


X 


54 


Bojoglossa 


I 


178 


Aulacosternus. 


II 


258 


Bœocera 


II 


240 


Aulacus 


V 


217 


Bagous 


VI 


485 


Auladera 


V 


173 


Baladeva 


VIII 


51 


Aulametopus 


VI 


264 


Balanephagus 


VI 


518 


Aularhinus 


VII 


75 


Balaninidbs 


VI 


873 


Auletes 


VI 


559 


Balaninus 


VI 


574 


Aulexis 


X 


270 


Balanomorpha 


XI 42-131 


Aulicus 


IV 


451 


Dalius 


XII 


92 


Aulis 


XII 


223 


Baralipton 


VIII 


183 


Aulocnemis 


III 


114 


BaralhrîBa 


X 


114 


Aulonium 


II 


372 


Bardistus 


VIII 


371 


Aurigem 


IV 


27 


Baridiides 


VII 


214 


Australica 


X 


429 


Baridius 


VII 


225 


AUSTRALICITES 


X 


428 


Bai'ipus 


I 


246 


Autalia 


II 


27 


Baris 


VII 


225 


Authades 


IX 


458 


Barissinus 


IX 


779 


Autocera 


V 280-727 


Baroeides 


IX 


439 


Autocrates 


VIII 


3 


Baroeus 


IX 


442 


Auxa 


IX 


269 


Barybœna 


X 


117 


AUXÉSIDBS 


IX 


463 


Barybas 


III 


260 


Auxesis 


IX 


404 


Barycerus 


VII 


222 


Axima 


IV 


437 


Barymerus 


VII 


259 


Axinidium 


I 


249 


Barymorpha 


III 


350 


Axinitlium 


IX 


577 


liarymorphus 


I 


221 


Axinopalpus 


I 


118 


Barynotus 


VI 


42 


Axinophorus 


VIT 


297 


Barypeithes 


VI 


59 


Axinopsophus 


I 


125 


Baryrhynchus 


VII 


428 


Axinotarsus 


IV 


385 


Barysomus 


I 


290 


Axinotûma 


I 


274 


Barystethus 


VII 


287 


Axiothea 


IX 


520 


Barytopus 


XII 


61 


Axumia 


V 


51 


Basiprionotu 


XI 


368 


Axyra 


II 


305 


Basipta 


XI 


379 





TAULE ALPHABÉTIQUE. 




335 




Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Basiptera 


IX 


199 


Biasmia 


IX 


629 


Basiptites 


XI 


379 


Bicellonycha 


IV 


338 


Basitoxus 


VIII 


119 


Bicon 


VIII 


536 


Basitropides 


VII 


566 


Bimia 


VIII 


467 


Basitropis 


VII 


SC7 


Biolus 


V 


239 


Basodonta 


rv 


127 


Biophlœus 


II 


413 


Basoleia 


I 


187 


Bioplanes 


V 


242 


Bassareus 


X 


184 


Biphxjllocera 


III 


237 


Bastactes 


VI 


m 


Biphyllus 


II 


447 


Bathycûlpus 


X 


341 


Bisaltes 


IX 


606 


Bathyscia 


II 


208 


Bisnius 


II 


80 


Batocera 


IX 


354 


Bitoma 


II 


363 


Batocéuides 


IX 


353 


Bityle 


IX 


617 


Batonota 


XI 


377 


Biurus 


IV 


368 


Batonotites 


XI 


377 


Bius 


V 


384 


Batophila 


XI 


74 


Bixorestes 


VIII 


541 


Batoscelis 


I 


261 


Blaberus 


VII 


584 


Batrisus 


II 


171 


Blabia 


IX 


642 


Batulius 


V 


340 


Blabiceiitrus 


IX 


817 


Batyle 


IX 


131 


Blabinotus 


IX 


625 


Bobelis 


IX 


610 


Blabinotus 


VIII 


214 


Bebius 


VIII 


387 


Blacodes 


V 


359 


Bedresia 


IV 


209 


Blœsia 


III 


49S 


Belania 


IV 


204 


Blapida 


V 


425 


Belenognatha 


1 


142 


Blaps 


V 


143 


Bekopterus 


I 


141 


Blapsilon 


IX 


250 


Bélides 


VI 


522 


Blapstinus 


V 


250 


Belionota 


IV 


71 


Blaptidbs 


V 


139 


Beliophorus 


IV 


162 


Blastanus 


V 


580 


Belodora 


IX 


625 


Blastophagus 


VII 


360 


Belœsthes 


IX 


760 


Blattomorpha 


rv 


388 


Belonuchus 


II 


80 


Blauta 


IV 


171 


Belopherus 


VII 


435 


Blax 


IX 


254 


Belopœus 


VII 


299 


Blechms 


I 


122 


Belorhinus 


VII 


281 


Bledius 


II 114-529 


Belorhynchus 


VII 


437 


Blemmya 


VIII 


526 


Beltista 


IX 


780 


Blenosia 


V 


259 


Belus 


VI 


524 


Blepephœus 


IX 


339 


Bembegenius 


III 


374 


Blepharida 


XI 


32 


Bembidiides 


I 


379 


Blepharidites 


XI 


26 


Beinbidium 


I 


382 


Blepharotoma 


III 


264 


Berecyntha 


XI 


226 


Blepharymeuus 


II 


156 


Berosus 


I 


458 


Blepisanis 


IX 


869 


Bethelium 


VIII 


347 


Blepusa 


V 


499 



336 



TABLE ALPHABÉTIQUE. 





Tomes. 


Pages. 




Tomes, 


Pages. 


Blethisia 


I 


46 


Brachybamus 


VI 


489 


Blosyrus 


VI 


29 


Brachycaulus 


X 


188 


Bœoscelis 


IV 


346 


Brachycéhides 


VI 


283 


Boisduvalia 


XI 


250 


Brachycerus 


VI 


284 


Bolax 


III 


382 


Brachychilus 


IX 


665 


Bolboceras 


III 


142 


Brachycnemis 


VII 


43 


Boletaria 


II 


444 


Brachycœlus 


I 


276 


Boletobius 


II 57-528 


Brachycopris 


III 


97 


Bolitochara 


Il 30-527 


Brachycrepis 


IV 


177 


BOLITOPHAGIDES 


V 


292 


Brachydactyla 


X 


77 


Bolitophagus 


V 


294 


Brachyderes 


VI 


eo 


Bombodes 


III 


510 


Brachydérides 


VI 


28 


Bomius 


I 


120 


Brachydirus 


II 


76 


Bouesia 


XI 


168 


Brachygenius 


V 


116 


Borborocœtes 


VI 


300 


Brachygnathus 


I 


210 


Boreaphilus 


II 


137 


Brachymerus 


XII 


62 


Boromorphus 


V 


386 


Brachymorphus 


IV 


478 


Boros 


V 


385 


Brachynotus 


IV 


332 


Boscia 


IV 


241 


Brachyolus 


VI 


621 


B08TRICHIDE8 


IV 


531 


Brachyomus 


VI 


130 


Bostrichoides 


IV 


433 


Brachypaipus 


I 


455 


Bostrichus 


IV 


539 


Brachypeplus 


II 


297 


Botanebius 


VI 


579 


Brachyphylla 


III 


204 


Bolanochara 


XI 


396 


Bhachyptéridbs 


H 


291 


Bothridores 


II 


378 


Brachypteroma 


VIII 


488 


BOTHRIDÉBIDES 


II 


376 


Brachyptei'us 


II 


292 


Bothriopterus 


I 


323 


Brachypiis 


VI 


470 


Bothriophorus 


IV 


554 


Brachyropala 


IX 


41 


Bothrobatys 


VII 


117 


Brachys 


IV 


80 


Bothrorhina 


III 


478 


Brachyscelis 


XI 


143 


Bothynoderes 


VI 


42i 


Brachysphœnus 


XII 


56 


Bothynorhynclius 


VI 


320 


Brachysternides 


III 


372 


Bothynus 


III 


413 


Brachysternus 


III 


374 


Botryonopa 


XI 


291 


Brachystylus 


VI 


207 


BOTRYONOPITES 


XI 


291 


Brackyta 


VIII 


439 


Bracbidia 


IV 


387 


Brachytar.sus 


VII 


587 


Brachidius 


I 


261 


Brachytrachelus 


VI 


228 


Brachinides 


I 


97 


Brachytria 


VIII 


530 


Brachinus 


I 


99 


Braderochus 


VIII 


74 


Brachonyx 


VI 


506 


Bradybœnus 


I 


292 


Brachopsis 


VIII 


417 


Bradybatus 


VI 


581 


Bi'Hchyarthron 


IX 


105 


BiMdycellus 


I 


291 


Brachyacantha 


XII 


228 


Bradyscelis 


III 


401 


Brachyaspistes 


VI 


95 


Bradytoma 


IV 


277 





TABLE ALPHAHÉTIQOE. 




337 




TomPS. 


Pages. 




Tomes. 


PaROS. 


Bradytus 


r 


332 


Buplionidii 


XI 


223 


liradyus 


V 


36 


BUPRESTIDES 


IV 


1 


Brahmina 


III 


290 


Bl'I'hkstides vrais 


IV 


33 


Brathinus 


II 


190 


Bi.iprostis 


IV 40-563 


BRENTHIDES 


VII 


399 


Baiaestomoi'pha 


IX 


244 


BuiiNIlUDES VRAIS 


VII 


404 


Bura 


XII 


198 


Brenlhus 


VII 


442 


Bustomus 


VI 


2-26 


Brevicûlaspis 


X 


276 


Bulocrysa 


IX 


893 


Bricoptis 


m 


514 


Byastus 


VII 


513 


Bi'inius 


IX 


295 


Bybe 


IX 


276 


Brithycera 


IV 


278 


Byblitea 


XI 


249 


Bromiades 


VIII 


500 


BycHscus 


VI 


554 


Brohiites 


X 


304 


Byrhhides 


II 


479 


Bromius 


X 


304 


BYRRHIENS 


II 


474 


Brongniartia 


IV 


341 


Byrrhus 


II 


481 


Brontes 


II 


408 


Byrsopages 


VI 


337 


Brontides 


II 


406 


Dyrsopolis 


III 


364 


Broscosoma 


I 


242 


Byrsops 


V 


296 


Broscus 


I 


239 


BïIlSOPSlDES 


VI 


293 


Brotheus 


VI 


329 


Bystus 


XII 


128 


Brothylus 


VIII 


290 


Bythinus 


II 


176 


Brototyche 


IX 


181 


Bylhoprotus 


VII 


503 


Bruchcla 


VII 


601 


Byturus 


II 


459 


BRUCHIDE8 


VII 


597 


c 






BlIUClllUES VRAIS 


VII 


602 






Bniclius 


VII 


603 


Cabirus 


V 


246 


Bi'umus 


XII 


248 


Cacia 


IX 


374 


Bryaxis 


11 


174 


Cacicus 


V 


112 


Bryobius 


I 


323 


Cacidula 


XII 


219 


Bryocharis 


II 


58 


Caciomorpba 


IX 


718 


Babas 


m 


103 


Cacodaouus 


VIII 


142 


Bubastes 


IV 


44 


Cacodœmon 


XII 


89 


Bucerus 


V 


375 


Cacoplia 


IX 


338 


Bucharis 


X 


178 


Cacosceles 


VIII 


64 


BUCOUTES 


XII 


237 


Cacoscclis 


XI 


62 


Bucolus 


XII 


259 


Cacostola 


IX 


687 


Bucynthia 


IX 


6S1 


Cacostomus 


. III 


22 


Bulœa 


XII 


176 


Cadnius 


X 


188 


Bulbifer 


VII 


322 


Cœdius 


V 


261 


Bulbocerus 


III 


147 


Cainia 


IV 


299 


Bulbogaster 


VII 


467 


Cajporis 


XI 


68 


Bulis 


IV 


42 


Ciei'osternus 


II 


274 


Bumotopia 


IX 


477 


Cafius 


II 


63 


BuiUETOriDES 


IX 


477 


Cagosima 


IX 


832 


Colàopléres. 


Tome XII. 






22 





338 



TAULE AIPUABETIQUB. 





Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Calais 


IV 


151 


Callirhipis 


IV 249-568 


Calamobius 


IX 


699 


Calhrhoe 


VIII 


307 


Calandra 


VII 


301 


Callirhopalus 


VI 


232 


Calandrides 


VII 


267 


Callisina 


X 


264 


Galanthemis 


IX 


80 


Calusinites 


X 


263 


Calasia 


V 


58S 


Callispa 


XI 


272 


Calaspidea 


XI 


393 


Callispites 


XI 


269 


Calathus 


I 


342 


Caliisphyris 


VIII 


472 


Calcar 


V 


383 


Callisthenes 


I 


60 


Calchœaesthes 


IX 


182 


Calhstethus 


III 


328 


Calendyma 


IV 


mo 


CalKstola 


XI 


288 


Calenus 


XII 


71 


Callistus 


I 


374 


Calipegos 


XI 


118 


Callitheres 


IV 


430 


Calleida 


I 


lOu 


Callizonus 


vr 


120 


Callia 


IX 


908 


Cailoctoaus 


VIII 


192 


Callianthia 


IV 


350 


Callona 


IX 


170 


Calliaspis 


XI 


363 


Calloodes 


III 


369 


Callicerus 


II 


32 


Callopisma 


IX 


137 


Callichloris 


III 


377 


Calioplophora 


IX 


361 


Callichroma 


IX 


15 


Callyntra 


V 


169 


Callichuomides 


IX 


1 


Calochroa 


I 


17 


Callichromopsis 


IX 


31 


Calochromus 


IV 


302 


Callicnemis 


III 


422 


Caloclytus 


IX 


68 


Callidema 


I 


16 


Calocnemis 


ni 


422 


Callidemum 


X 


349 


Calocomus 


vni 


178 


Callideriphus 


IX 


131 


Caiùoosmus 


IX 


894 


Callidiides 


IX 


43 


Calodactylus 


III 


246 


CaUidiomorphus 


VIII 


530 


Calodema 
Calodera 


IV 

TT 


60 


Callidiopis 


VIII 


356 


il 


00 


Callidium 


IX 


52 


Caloderus 


IV 


193 


Calligrapha 


X 


383 


Calodromus 


VII 


407 


Calliides 


IX 


905 


Calodus 


IX 


212 


Callima 


XI 


240 


Calognathides 


V 


85 


Calltmosoma 


I 


60 


Calognathus 


V 


86 


Callimation 


IX 


421 


Calolymus 


IV 


503 


Callimoxys 


VIII 


489 


Calomela 


X 


429 


Callimus 


VIII 


489 


Calometopus 


m 


866 


Callinotus 


VII 


44 


Calomicrus 


XI 


186 


Callipechis 


ni 


493 


Calomorpha 


X 


267 


Callipovo 


IX 


794 


Calonota 


m 


224 


Callipogon 


VIH 


92 


Culopopla 


XI 


37» 


Calliprason 


VIII 


414 


Calophoina 


I 


81 


Callipyrga 


IX 


352 


Caloptci'on 


IV 


297 


Callirhinus 


m 


337 


Culoptmtis 


I 


323 



Calopus 

Caioscelis 

Calosoma 

Calostega 

Calothyrsa 

Calpazia 

Calvia 

Calydon 

Calymmaderus 

Calymmaphorus 

Calymmophis 

Calyptobium 

Calyptocephala 

Calyptocephalus 

Calyptocerus 

Calyptops 

Calyptopsis 

Calyptorhina 

Camœna 

Camaragnathus 

Camaria 

Camaroderes 

Camarotides 

Camarotus 

Camenta 

Garnira 

Campa 

Camphonota 

Campsia 

Campsiura 

Campsosternus 

Camptocerus 

Camptocheirus 

Camptocnema 

Camptodes 

Camptodontiis 

Camptognallms 

Ciimptolones 

(j.imptomyne 

Camptorhina 

Caiaptorhiruis 

Camptoscelis 

CAMPTOSOMES 

Camptotoma 



TABLE ALI 


BAllÉTlUUli. 




339 


Tomos 


Pages. 




Tomes 


Pages. 


V 


702 


Caniptotropis 


VII 


541 


XI 


64 


Campuhpus 


III 


560 


I 


58 


Campylides 


IV 


223 


V 


402 


Campylocnemis 


I 


182 


IX 


439 


Camptlosciïlidks 


VII 


264 


VIII 


162 


Campyloscclus 


vil 


265 


XII 


183 


Campylus 


IV 


226 


IX 


48 


Canidia 


IX 


774 


IV 


526 


Canistra 


XI 


375 


V 


211 


Canthaiiides 


V 


662 


IX 


337 


Cantharis 


V 


676 


11 


433 


Cantharocnémidbs 


VIIl 


31 


XI 


366 


Cantharoeiiemis 


VIII 


32 


IV 


315 


Caiitharoctenus 


VIII 


33 


IV 


113 


Cantkarodema 


IV 


330 


VI 


162 


Canthîiroplatys 


VIII 


33 


V 


45 


Canthidium 


m 


96 


X 


130 


Canthon 


III 


77 


XI 


124 


Caphora 


1 


309 


I 


48 


Capnisa 


V 


36 


V 


423 


Capnodis 


IV 


31 


VII 


553 


Capnolymma 


VIII 


433 


VII 


25 


Cababipes 


1 


48 


VII 


26 


CARABIQVES 


1 


34 


III 


212 


Carabus 


1 


B4 


IX 


582 


Caranistes 


11 


73 


I 


382 


Caranistes 


VII 


589 


V 


188 


CarcinobsDna 


X 


201 


V 


424 


Cardanus 


III 


33 


III 


543 


Cardiadevus 


I 


367 


IV 


157 


Cardiapvs 


XI 


42 


VII 


368 


Cardigenius 


V 


163 


VI 


599 


Cardiomera 


I 


334 


IX 


H32 


Cardiopliorus 


IV 


193 


II 


319 


Cardiophtlialmus 


I 


243 


I 


199 


Cardioi'liinus 


IV 


203 


II 


403 


Cardoria 


IX 


860 


X 


113 


Carenostyltts 


1 


323 


IX 


315 


Carenunï 


1 


192 


m 


205 


(iaria 


XII 


194 


VII 


86 


Carida 


V 


531 


1 


328 


Cahutes 


XII 


190 


X 


78 


Carilia 


VIII 


442 


I 


376 


Carpalimus 


11 


118 



340 


TABLE ALPHABÉTIQUE. 








Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Carphoboi'us 


VII 


362 


Cathammistes 


11 


491 


Carphurus 


IV 


39() 


Catharsius 


III 


96 


Cahpophagitks 


X 


30 


Cathexis 


IX 


826 


Carpophagus 


X 


37 


Cathormiocerus 


VI 


194 


Carpopuiudks 


II 


293 


Catoclastus 


m 


363 


Carpophilus 


II 


295 


Cafdgenus 


II 


396 


Cartallum 


VIII 


532 


Catûlothrus 


VII 


338 


Carterica 


IX 


827 


Catops 


11 


209 


Carteromerua 


VI 


493 


Catopsimorphus 


11 


210 


Carteronyx 


m 


249 


Catoptes 


VI 


39 


Carterus 


I 


169 


Catoptria 


I 


17 


Caryedon 


vil 


603 


Catorama 


IV 


525 


Caryoborus 


VII 


603 


Catoxantha 


IV 


17 


Caryopemmi 


VII 


603 


Catypnes 


VIII 


62 


Carystea 


X 


379 


Caulobius 


m 


231 


Cascelius 


1 


24.^ 


Caulophilus 


vil 


346 


Casmena 


X 


284 


Caulostrophus 


VI 


61 


Casnoidea 


I 


73 


Caulotrvpis 


VII 


346 


Casnonia 


I 


72 


Caxisima 


V 


676 


Cassida 


XI 


388 


Cebrio 


IV 


241 


CASSIDIDES 


XI 


311 


CEBRIONIDES 


IV 


233 


Cassidites 


XI 


383 


Cf.urionides vrais 


IV 


238 


Cassidomorphus 
Cassignetus 


IV 

III 


309 
U 


Cechenus 
Cccractes 


I 

VI 


54 
381 

16G 


Castalia 


IV 


53 


Cedius 


11 


Castiale 


VIII 


320 


Cedus 


vu 


613 


Castiarina 


IV 


57 


Celadonia 


iV 


230 


Cataclia3nus 


VI 


382 


Celebia 


VI 


128 


Catadromus 


I 


321 


CelonaBphes 


1 


138 


Catalalus 


VI 


169 


Celetes 


VI 


479 


Catalasis 


m 


293 


Cclcuthetes 


VI 


149 


Catamonus 


VI 


m 


Celia 


I 


332 


Cataphagus 


IV 


215 


Celiasis 


IV 


296 


Cataphorticus 


VI 


133 


Celidota 


m 


524 


Cataphronetis 


V 


335 


Cclina 


I 


417 


Calapiesis 


I 


187 


Celosterna 


IX 


328 


Catapiestus 


V 


381 


Cenocephalus 


VII 


393 


Catapionus 


VI 


42 


Cenodocus 


IX 


535 


Catapycnus 


VII 


129 


Cenlemerus 


VI 


479 


Catapyges 


VII 


303 


Ccutor 


VI 


439 


Catasarcus 


VI 


2i9 


Centrinus 


VII 


232 


Catascopus 


I 


143 


Ceiiti-ioptera 


V 


136 


Caterectus 


VI 


180 


Coutpocorum 


VllI 


302 


Cateretcs 


II 


291 


Ccntrocheila 


1 


11 





TARIE AlPHAHÉTIQUE. 




341 




Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Centrodera 


VIII 


432 


Ceraspis 


III 


252 


Centroglossa 


II 


48 


Ceratofhina 


III 


479 


Centrognathus 


III 


545 


Ceralistes 


IV 


385 


Centronipus 


V 


360 


CeratUes 


IX 


430 


Centronopus 


V 


360 


Ceralobasis 


X 


129 


Centrophorus 


VII 


451 


Ceratoderus 


II 


10 


Centroscelis 


X 


434 


Ceratûdirus 


III 


147 


Centrotoclytus 


VIII 


527 


Ceratognathus 


III 


41 


Centrotoma 


11 


164 


Ceratogonys 


rv 


123 


Centrura 


IX 


268 


Ceralophyus 


III 


144 


Ceocephalus 


vil 


451 


CÉRATOPIDES 


VI 


589 


Coophyllus 


II 


165 


Ceratopus 


VI 


591 


Cephalalgss 


VI 


403 


Ceratoi'hina 


IV 


561 


Cephalobarus 


VII 


441 


Ceratupis 


V 


330 


Cephalodendron 


IV 


125 


Cercoptera 


IX 


137 


Cephalodesmius 


III 


83 


Cerchanotus 


II 


364 


Ceplialodonta 


XI 


323 


Cercidocerus 


VII 


291 


CÉPHALOnONTlTES 


XI 


313 


Cercopeus 


VI 


192 


Cephaloleia 


XI 


277 


Cercus 


II 


291 


Céphai.oléites 


XI 


277 


Cercyon 


I 


473 


Cephaloon 


V 


683 


Cerenopus 


V 


135 


Cephalophis 


vni 


25 


Cereopsius 


IX 


333 


Cephalostenus 


V 


124 


Ceresiuai 


VIII 


353 


Cephahtes 


I 


239 


Cerichrestus 


XI 


117 


Cephalotrichia 


III 


304 


Cerobates 


VII 


418 


Cephax 


III 


34 


Ceroehroa 


XI 


157 


Cephennium 


II 


188 


Cerocoma 


V 


666 


Cepurus 


VI 


398 


Cei'Octenus 


VIII 


186 


Ceracis 


IV 


553 


Ciu'œgidion 


IX 


266 


Coragenia 


IX 


158 


Ceroglossus 


I 


54 


Ceralces 


X 


402 


Ceropachys 


II 


357 


CKRAMBYCIDES 


VIII 


192 


Cerophoi'us 


II 


307 


Cér. aberrants 


VIII 


194 


Cerophysa 


XI 


181 


Céh. vrais 


VIII 


200 


Cérophtsites 


XI 


181 


Cér. vrais stlvains 


VIII 


200 


CÉROPHYTIDES 


rv 


244 


Cér. vrais souterrains IX 


232 


Cerophytum 


IV 


245 


Cerambyrhynchus 


VII 


492 


CÉROPLÉSIUES 


IX 


425 


Corambyx 


VIII 


258 


Ceroplesis 


IX 


428 


Ceramis 


XII 


m 


Ceropogon 


VIII 


285 


Cerandria 


V 


322 


Ceropria 


V 


307 


Ceranota 


II 


32 


Cerostena 


V 


170 


C;crapterus 


II 


8 


Ceroslema 


IX 


328 


Ccrasphorus 


VIII 


285 


Cerotcima 


XI 


229 


CÉHASriDES 


III 


250 


CÛROTOMITES 


XI 


229 



342 



TJIDLE ALPHABETIQUE. 





Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Ceruchus 


m 


40 


Chalcophyma 


X 


235 


Cerylon 


II 


383 


Chalcoplacis 


X 


23à 


Ckrylonides 


II 


381 


Chalcoplethis 


m 


357 


Cestrinus 


V 


276 


Chalcosoma 


m 


448 


Cetonia 


III 


S34 


Chalcothea 


III 


305 


Cétonides 


m 


4Ci 


Chalepus 


III 


403 


Cétonides vraies 


III 


46!) 


Rhalepus 


XI 


325 


Cétonides vraies 


III 


522 


Chalicorus 


IV 


394 


Ceutorhynchides 


VII 


191 


Chalybe 


I 


378 


Ceutorhynchidius 


VII 


200 


Chamœrhipis 


IV 


254 


Ceutorhynchus 


VII 


198 


Chanopterus 


V 


731 


Chœridiona 


XI 


309 


Chaodalis 


VIII 


517 


Chœrodes 


V 


287 


Charactus 


IV 


297 


Chœrodrys 


VI 


78 


Charadronota 


III 


539 


Chœrorhinus 


VI 


621 


Charidotis 


XI 


384 


Chajtanes 


IX 


783 


Chariea 


VIII 


189 


Chœtarthria 


I 


461 


Charientopterus 


IX 


184 


Chmtectetorus 


VII 


112 


Chariergus 


IX 


39 


Chœlocnema 


XI 


48 


Chariessa 


IV 


478 


ChiBtodes 


III 


13C 


Charinotes 


IX 


207 


Chœtophorus 


II 


480 


Chariodema 


III 


255 


Chaîtopisthes 


III 


123 


Charis 


VIII 


807 


Chœtosoma 


II 


399 


Charistena 


XI 


317 


Chalaenus 


XI 


48 


Charitophyllus 


IV 


1S5 


Chalastinus 


IX 


720 


Charopus 


IV 


392 


Chalcanthis 


III 


3S3 


Chartopteryx 


V 


412 


Chalcas 


rv 


404 


Chasmatoptérides 


III 


220 


Chalcimon 


III 


11 


Chasmatopterus 


III 


220 


Chalcochrous 


I 


323 


Chasmo 


III 


178 


Chalcocopris 


III 


96 


Chasmodia 


III 


343 


Chalcodermus 


VII 


70 


Chasolium 


II 


129 


Chalcoderus 


III 


107 


Chauliognathus 


IV 


350 


Chakodes 


III 


22 


Cheilomenes 


XII 


192 


Chalcoides 


XI 


53 


Cheilonycha 


l 


17 


Chalcolampra 


X 


425 


Cheilotoma 


X 


126 


Chalcolépidiides 


rv 


153 


Cheiloxena 


X 


34 


Chalcolepidius 


rv 


154 


Cheirispa 


XI 


338 


Clialcolyne 


IX 


904 


Cheirodes 


V 


283 


Chalcomela 


X 


404 


Cheirolasia 


III 


479 


Chalconotus 


III 


80 


Cheirolonus 


m 


315 


Chalcophana 


X 


238 


Cheiroplatys 


m 


411 


Ghalcophanites 


X 


256 


Chelidonium 


IX 


19 


Chalcophora 


IV 


21 


Cheloderus 


VIII 


4C2 


CHAU'OPUORIDBS 


IV 


14 


Ciielonariides 


II 


487 



TABIE AT.PHABlÎTIOlîE. 



3-13 





Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pagts. 


Chelonarlum 


n 


488 


Chloroplisma 


X 


189 


Chelmodema 


I 


i30 


Chloropterus 


X 


335 


Chelorhina 


m 


479 


Chlorota 


III 


347 


Chelotonyx 


VI 


590 


Chnaunanthus 


III 


221 


Chelymorpha 


XI 


394 


Chnoodes 


XII 


222 


CnÉLYMORPHlTES 


XI 


402 


Chnoodites 


XII 


221 


Chenmum 


II 


1G4 


Chnootriba 


XII 


255 


Chenoderus 


IX 


40 


Chœridium 


III 


93 


Cheporus 


I 


323 


Chœromorpha 


IX 


376 


Chereas 


IX 


906 


Chœropsis 


VIII 


499 


CheiTU3 


VI 


251 


Choleva 


II 


209 


Chevrieria 


II 


133 


Cholides 


VII 


32 


Chevrolatia 


II 


184 


Cholus 


VII 


. 37 


Chiasmetes 


VIII 


128 


Choragus 


VII 


593 


Chiasmus 


VIII 


128 


Chordodera 


m 


484 


Chusognathides 


III 


10 


Chorea 


IV 


245 


Chiasognathus 


m 


12 


Choriaa 


XI 


204 


CUILOCORITES 


XII 


242 


Chorotyse 


VIII 


479 


Chilocorus 


XII 


244 


Chremastodus 


III 


246 


Chiioloba 


III 


530 


ClireoDoma 


iX 


876 


Cbilomenes 


XII 


192 


Chromoderus 


VI 


420 


Chiloneus 


VI 


54 


Chromonotus 
Cbroaaoptilia 


VI 

III 


420 


Chilotomus 


I 


170 


510 


Chirida 


XI 


405 


Chiomosomus 


VI 


420 


Chiriditbs 


XI 


405 


Chrysanthia 


V 


714 


Ghiron 


III 


125 


Chrysesthes 


IV 


25 


Chiroscelis 


V 


403 


Chrysina 


III 


359 


Chirotenon 


vil 


563 


CIvrysobalus 


V 


409 


Chitona 


V 


715 


Chrysobothris 


IV 75-564 


Chlœnius 


I 


224 


Chrysoohares 


X 


342 


ChlîBnobia 


III 


265 


ChrysoMoa 


X 


382 


CHLAMYDES 


X 


193 


Chrysochroa 


IV 


18 


Chlamydicadmus 


X 


191 


Chrysochus 


X 


341 


Chlamys 


X 


202 


Chrysodema 


IV 


21 


Chlénides 


1 


21S 


Chrysodina 


X 


232 


Chlœbius 


VI 


230 


Chrysolampra 


X 


237 


Chlorethe 


VIII 


398 


Chrysolopus 


VI 


451 


Chlorida 


VIII 


289 


Chrysomela 


X 


379 


Chloridolum 


IX 


18 


CHRYSOMÉLIDES 


X 


331 


Chlorima 


VI 


114 


Chrysomélites 


X 


366 


Chlorisanis 


IX 


845 


Chrysophora 


III 


358 


Chlorophanus 


VI 


104 


Chrysopida 


X 


299 


Chloropholus 


VI 


400 


Chrysoprasis 


IX 


125 


Chlorophoms 


IX 


08 


Chrysostigma 


I 


58 



34i 


TABLE ALPHABÉTIQUE. 








Tomes. 


Pages. 




Tomei. 


Pages. 


Chlhoneis 


Xi 


185 


Clavifer 


II 


180 


Chtonobius 


m 


S50 


Claviger 


11 


180 


r.hydœopsis 


IX 


798 


Clavigérides 


II 


178 


Cibdelis 


V 


302 


Clavipalpides 


III 


267 


Cicindela 


I 


17 


Clavipalpus 
Cleadne 


III 
IX 


268 


CICIND#:i.f-.TE8 


1 


1 


103 


ClClNDBLlDES 


I 


M 


Cleis 


XII 


183 


Cicones 


II 


307 


Clemmus 


XII 


145 


Cidnoi-hinus 


VII 


190 


Clemnus 


XII 


14S 


Cilibe 


V 


349 


Cleobora 


XII 


184 


Cillenum 


I 


382 


Cleodoxus 


IX 


763 


Cillœus 


II 


297 


Cleogonus 


vu 


67 


Cimbus 


VI 


98 


Cleomenes 


IX 


101 


Ciayra 


IV 


4S 


Cleohénides 


IX 


97 


ClONIDKS 


VI 


010 


Cleonaria 


IX 


875 


ClONUS 


VI 


018 


Cleonides 


VI 


416 


Ciopera 


VIII 


222 


Cleonis 


VI 


430 


Circellium 


m 


70 


Cleonus 


VI 


430 


Cirrhicera 


IX 


892 


Cleopus 


VI 


618 


Cirsa 


V 


724 


(^leothera 


XII 


231 


Cis 


IV 


551 


Cleptoraetopus 


IX 


702 


Cisseis 


IV 


78 


CLÉRIDES 


IV 


415 


Cisseis 


XII 


177 


Cli:;rides vrais 


IV 


422 


CISSIOES 


IV 


5i3 


Cleroides 


IV 


445 


Cissites 


V 


005 


Cleroncraus 


IV 


444 


Cistela 


V 


504 


Clerota 


III 


504 


CISTÉLIDES 


V 


490 


Clerus 


IV 


446 


ClSTÉI.IDES VRAIES 


V 


490 


Clidicus 


II 


189 


Cladeyterus 


VI 


210 


Clidonotites 


X 


414 


Cladione 


VII 


474 


Clidonotus 


X 


414 


Cladiscus 


IV 


427 


Clinia 


IX 


425 


Cladispa 


XI 


270 


Clinidiiun 


II 


388 


Cladocera 


XI 


25 


Cliniides 


IX 


424 


Cladodes 


IV 


:m3 


Clinocranion 


V 


200 


Cladognathus . 


III 


22 


Clinops 


V 


023 


Cladon 


IV 


270 


Clinteria 


III 


SOI 


Cladophoriis 


IV 


279 


Clisithera 


X 


238 


Cladotoma 


IV 


270 


Clitena 


XI 


203 


ClsBoderes 


VII 


440 


(Uitopa 


m 


309 


Clambus 


II 


222 


Clivina 


I 


204 


Clamophora 


XI 


5() 


Clodia 


IX 


812 


Clanis 


XII 


214 


Clœotes 


III 


158 


ClanopHIus 


IV 


385 


Cloniocérides 


IX 


590 


Ctastocnemis 


III 


5()() 


Cloniocerus 


IX 


592 





TABLE ALPHABÉTIQUE. 




34S 




Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Closteromorus 


IX 


26 


Cor.CINRLLITES 


XII 


171 


Closteropus 


IX 


18 


Coccodei'us 


VIII 


243 


Closterus 


VIII 


151 


Cochleoctonus 


IV 


372 


Clunipes 


m 


U7 


Cochleopalpus 


IX 


433 


Cluvia 


VIII 


236 


Codocera 


III 


131 


Clynis 


XII 


182 


Cœculus 


IV 


32 


Clysomedus 


IX 


386 


Cœdomœa 


IX 


655 


Clytanthus 


IX 


68 


Cœlœnomenodera 


XI 


304 


Clytellus 


IX 


di 


Cœladthrides 


IX 


138 


Clytemnestra 


IX 


669 


Cœlarthron 


IX 


142 


Clythraschema 


IX 


883 


Cœleburia 


VIII 


293 


Clytides 


IX 


57 


Cœliodes 


VII 


194 


Clytosaurus 


IX 


70 


Coelocephalus 


XI 


110 


Clytra 


X 


120 


Cœlocnemis 


V 


363 


CLYTRIDES 


X 


95 


Cœlocratus 


III 


564 


Clytrites 


X 


99 


Cœlodera 


III 


312 


Clytumnus 


IX 


67 


Cœlodes 


III 


135 


Clytus 


IX 


67 


Cœlodon 


VIII 


249 


Clyzomedus 


IX 


386 


Cœlogaster 


VII 


208 


Cnecodes 


XI 


250 


Cœlomera 


XI 


198 


Cnemacanthides 


I 


237 


Cœlomérites 


XI 


196 


Cnemacanthus 


I 


240 


Cœlométopides 


V 


358 


Cnemalobus 


I 


240 


Cœlomelopus 


V 


364 


Cnemargus 


VII 


128 


Cœlophora 


XII 


193 


Cnemeplatia 


V 


263 


Cœloprosopus 


1 


147 


Caemida 


ni 


351 


Cœlopterus 


XII 


213 


Cnemidopliorus 


VI 


571 


Cœlorhina 


III 


479 


Cnemocœlus 


VII 


140 


Cœloscelis 


III 


70 


Cnemopachus 


VI 


579 


Cœlosis 


III 


436 


Cnemoplites 


VIII 


112 


Cœlosternus 


VII 


123 


Cneoglossa 


IV 


267 


Cœlostomu 


I 


461 


Cneorane 


XI 


179 


Cœlostomus 


I 


315 


Cneorhinus 


VI 


34 


Crolus 


V 


219 


Cnodalon 


V 


419 


Cœnobius 


X 


177 


Cnodalonides 


V 


414 


Cœnochiliis 


III 


547 


Cobelura 


XI 


795 


Cœnopsis 


VI 


183 


Cobria 


IX 


547 


Cœnoptera 


VIII 


487 


Coccidula 


XII 


219 


Cœnorhinus 


VI 


554 


COCCIDULITES 


XII 


219 


Coilodes 


III 


135 


Coccimorphus 


XII 


54 


Colabus 


VI 


472 


Coccinella 


XII 


178 


Colaphtis 


X 


365 


COCCINELLIDES 


XII 


149 


Colaspidea 


X 


324 


Cnrr.iN. APiuniPHAOEs 


XII 


106 


Colaspidema 


X 


365 


Coccm. PHYTOPHAGES 


XII 


232 


COLASPIDÉMITES 


X 


364 



346 


TABIR ALPHABÉTIQUE. 








Tomes 


l'agos. 




Tomes 


Pagei. 


Colaspis 


X 


248 


Colyphus 


IV 


4^ 


COLiVSriTES 


X 


2« 


Combe 


IX 


344 


Colaspoides 


X 


346 


Combocerus 


XII 


38 


Colasposoma 


X 


301 


Comètes 


IX 


220 


Colastus 


II 


294 


Comphosida 


V 


52 


Colecerus 


VI 


383 


Compsa 


VIII 


333 


Colenis 


II 


218 


Compsidia 


IX 


832 


Coleomerus 


VII 


218 


Compsooephalus 


III 


474 


Collabismus 


VII 


H6 


COMPSOCÉRIDBS 


IX 


30 


CoUapteryx 


IX 


280 


Compsocerus 


IX 


36 


CoUiuris 


I 


29 


Compsoraira 


IX 


7 


Collops 


rv 


383 


Compsomorphus 


V 


433 


Colloramphus 


vn 


63 


Compsosoma 


IX 


660 


COLLYRIDES 


I 


27 


COMPSOSOMIDES 


IX 


659 


Collyris 


I 


20 


Compsus 


VI 


lie 


Collyrodes 


IX 


93 


Comusia 


VIII 


224 


Colobicus 


n 


363 


Conchopterus 


VIII 


486 


Colobodera 


IV 


278 


Condylops 


IV 


397 


Colobodes 


VII 


37 


Coniatus 


VI 


404 


Colobogaster 


rv 


73 


Conibius 


V 


231 


Colobopterus 


III 


115 


Coniocleonus 


VI 


420 


Goloboi'hombus 


IX 


7 


CONIONTIDES 


V 


217 


Colobostoma 


III 


230 


Coniontis 


V 


221 


Colobothea 


IX 


824 


Coniophagns 


IV 


529 


COLOBOTHÉIDBS 


IX 


821 


Coniopholis 


III 


302 


Colobura 


IX 


656 


Coniopoda 


XII 


116 


Colobus 


IX 


7 


Conizonia 


IX 


862 


Colon 


n 


211 


Conocephalus 


VII 


277 


Colophon 


m 


21 


Conoderes 


VII 


174 


Colophotia 


IV 


333 


Conognatha 


IV 


37 


Colopterus 


II 


294 


Cononotus 


V 


434 


Colorhinus 


III 


422 


Conopalpus 


V 


539 


Colotes 


IV 


395 


Conophorus 


VII 


174 


Colpochila 


III 


230 


Conoppoctus 


VII 


233 


Colpodes 


I 


361 


CoQorhinus 


VI 


621 


Colpoderus 


VIII 


136 


Conorhynchus 


VI 


420 


Colporhina 


III 


260 


Conotelus 


II 


298 


Colposcelis 


V 


37 


Conothorax 


VI 


277 


Colpotus 


V 


246 


Conotrachelus 


VII 


34 


COLYDIEN8 


II 


332 


Contipus 


II 


239 


COLYDIIDES 


II 


370 


Contodera 


IX 


809 


Colydium 


II 


372 


Conurus 


II 


33 


Colymbetes 


I 


422 


Copelatus 


I 


425 


COLYHBÉTIDES 


I 


417 


Cophosus 


I 


323 





TABLE ALP 


HABÉTIQUE. 




347 




Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


COPRIDES 


III 


61 


Cormia 


IX 


571 


COPRIDES VRAIS 


m 


86 


Cornallis 


IX 


609 


Coprides vrais 


III 


93 


Coroloca 


III 


570 


Coprimorphri* 


III 


US 


Corrhecerus 


VII 


548 


Copris 


III 


96 


Corrhenes 


IX 


573 


Coprobas 


III 
III 


88 
77 


Copsyra 
Corthylus 


I 


111 


Coprobius 


VII 


385 


Coprœcus 


III 


85 


Corticaria 


II 


537 


Coprophilus 


II 


120 


Corticius 


II 


357 


Coptengis 


xn 


23 


Cortodera 


VIII 


445 


Coptia 


I 


213 


Corycia 


X 


237 


Coptocephala 


X 


127 


CORYLOPHIDES 


XII 


239 


Coptocephalus 


VIII 


244 


Corymbites 


IV 


209 


Coptocereus 


VIII 


307 


Coryna 


V 


667 


Coptocycla 


XI 


390 


Corynephorus 


VII 


84 


Coptodactyla 


III 


97 


Corynetes 


IV 


489 


Coptodera 


I 


140 


Corynodes 


X 


337 


Coptogaster 


VII 


386 


CORYNODITES 


X 


336 


Coptognatlius 


III 


423 


Corynœides 


X 


337 


Coptolabrus 


I 


54 


CORYNOMALITBS 


XII 


97 


Coptomia 


III 


516 


Corynomalus 


XII 


98 


Coptomma 


IX 


222 


Corynophyllus 


III 


426 


COPTOMMIDES 


IX 


221 


Coryiioscelis 


m 


414 


Coptops 


IX 


384 


Coryphe 


m 


485 


Coptoptera 


I 


122 


Coryphium 


11 


137 


Coptopterus 


VIII 


383 


Goryphocera 


iii 


483 


Coptorhina 


III 


90 


Coryptius 


m 


34 


Coptorhinus 


IV 


292 


CORYSSOMÉRIDES. 


VI 


594 


Coptorhynchus 


Vî 


132 


Coryssoraerus 


VI 


596 


Coptosia 


IX 


802 


Coryssopus 


VII 


163 


Coptostethus 


IV 


196 


Corystes 


XII 


249 


Coptotomus 


I 


420 


Corysthea 


X 


257 


Copturus 


VII 


132 


Corythoderus 


III 


123 


Corœbus 


IV 


79 


Coscinia 


1 


167 


Coraia 


XI 


211 


Coscinoptera 


X 


139 


Corax 


I 


323 


Coscinopterus 


I 


323 


Cordistes 


I 


81 


Cosmema 


I 


26 


Cordus 


VII 


422 


Cosmesus 


IV 


214 


Cordylocera 


IV 


34» 


Cosmiocomus 


IV 


400 


Cordylomera 


VIII 


311 


Cosmiomorpha 


III 


482 


Cordylaspis 


II 


73 


Cosmisotna 


IX 


112 


Coremia 


IX 


42 


Cosmius 


IX 


112 


Corethrogaster 


VIII 


223 


Cosmocerus 


IV 


374 


Coretrophora 


IX 


374 


Cosmooerus 


IX 


157 



348 



TABLE AIPHABÉTIOIIR. 





Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Cosmogramma 


X 


387 


Creobius 


I 


248 


Cosmonota 


V 


30S 


Creophilus 


II 


76 


Cosmorhinus 


VI 


173 


Crepicardus 


IV 


145 


Cosmotoma 


IX 


780 


Crepidodera 


XI 


33 


COSSONIDES 


vil 


319 


CnÉPIDODÉRITES 


XI 


51 


Cossonus 


VII 


33!) 


Crepidogaster 


I 


101 


COSSYPHIDES 


V 


351 


Crcpidomenus 


IV 


213 


Cossyphodes 


II 


362 


Crepidophorus 


IV 


195 


Cossyphus 


V 


352 


Crepidotus 


VII 


284 


Cotalpa 


III 


366 


Crigmus 


IV 


208 


Cotaster 


VII 


330 


Crimissa 


XI 


23 


Cotidia 


m 


229 


Ci'inosoma 


VIII 


162 


Cotinis 


III 


497 


Crinotarsides 


IX 


473 


Coxelus 


II 


361 


Crinotarsus 


IX 


476 


Crabronites 


X 


113 


Criocephalus 


VIII 


210 


Craniotus 


V 


28 


CUIOCÉKIDES 


X 


63 


Cranophorites 


XII 


217 


Ci'ioceris 


X 


76 


Cranophorus 


XII 


218 


Criodion 


VIII 


270 


Crasodactylus 


I 


279 


Criodule 


IX 


804 


Craspedoderus 


IX 


007 


Ci'ioprosopus 


IX 


170 


Craspedonta 


XI 


370 


Criopsis 


IX 


733 


Craspedophorus 


I 


210 


Crocidastus 


VIII 


313 


Ci'aspedotus 


VII 


189 


Ci'onodagus 


VIII 


130 


Cratacantbus 


I 


288 


Ci'ossidius 


IX 


191 


Crathoplus 


m 


303 


Crossotarsus 


vu 


389 


Cratocérides 


I 


257 


Crossotides 


IX 


503 


Cratocerus 


I 


263 


CrosRotus 


IX 


508 


Cratogaster 


1 


323 


Cryllis 


IX 


846 


Ciatognathus 


1 


271 


Crymodes 


V 


526 


Cratohœrea 


I 


17 


Cryobius 


I 


323 


Cratomerus 


IV 


49 


Cryphœus 


v 


341 


Cratomorphus 


IV 


323 


Cryphalus 


VII 


378 


Cratonychus 


IV 


183 


Crypta 


11 


414 


Cratoparis 


VII 


579 


Gryptadius 


V 


68 


Cratopùmorphus 


VI 


624 


Cryptarcha 


II 


326 


Cratopopsis 


VI 


624 


Cryptarchus 


II 


326 


Cratopus 


VI 


■123 


Crypticus 


V 


223 


Cratoscelis 


III 


161 


Cryptobatis 


I 


126 


Cratosoinus 


VII 


145 


Cryptobias 


IX 


155 


Cratotragus 


IX 


332 


(>i'yptobiuin 


II 


89 


Crémastochilides 


m 


541 


CHYPTOCÉPHALIDES X 


153 


Creniastochilus 


III 


551 


CryptociSphalites 


X 


183 


Cremnodes 


XII 


129 


Cryptocepbalus 


X 


184 


Cremys 


IX 


81 


Cryptochile 


V 


88 





TABLE ALPBAUÉTIUUE. 




349 




Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


rages. 


OnyPTOCHILIDES 


V 


87 


Ctenopus 


V 


689 


Cryptocranium 


IX 


534 


Ctenoscelis 


VIII 


87 


Cryptodon 


III 


46;} 


Ctenostoma 


I 


32 


Cryptodontes 


m 


463 


CuiNOSTOMIDES 


1 


30 


CnYPionoNTiuES 


m 


402 


Clesias 


11 


469 


Cryptodus 


III 


400 


Cubicorhynchus 


VI 


314 


Cryptogenius 


III 


152 


Cubicosomus 


VI 


255 


Cryptoglossa 


V 


138 


CUCUJIOES 


II 


400 


Cryptùgnatha 


XII 


236 


CUCUJIPES 


11 


390 


Cryptogonus 


XII 


238 


Cucujus 


II 


401 


Cryptohypnus 


IV 


190 


Cupes 


IV 


50() 


Cryptoliomus 


XII 


211 


CCPÉ8IDES 


IV 


605 


Cryptoniina 


I 


201 


Cuphisia 


IX 


578 


CllYPTONYCHlTES 


XI 


286 


Curimus 


11 


481 


Cryptoriychus 


XI 


287 


Curis 


IV 


51 


CRYPTOPHAGIDES 


II 


418 


Curius 


VIII 


352 


Cryptophagus 


H 


424 


Curtonotus 


I 


332 


Cryptopleurum 


1 


475 


Curtos 


IV 


335 


Cryptoplus 


VI 


4!)1 


Cyamobolus 


vu 


110 


Cryptops 


V 


340 


Cyanophthalmus 


VUI 


207 


Cryptorhopalum 


II 


469 


Cyanastus 


IX 


877 


Cryptorhynchides 


VII 


48 


Cyanauges 


XII 


137 


Cryptorhynchus 


VII 


121 


Cyanippeus 


VI 


298 


Cryptostetha 


X 


393 


Cyardium 


IX 


533 


Cryptostcma 


IV 


125 


Cyathodh-a 


IV 


171 


CllYl'TOSTOMES 


XI 


250 


Cydébides 


VI 


539 


Cryptuigus 


VII 


373 


Cybebus 


VI 


540 


Crypturus 


li 


26() 


Cybisler 


I 


427 


Cteisa 


V 


516 


Cybocephalus 


II 


322 


Ctenicera 


IV 


150 


Cychhamides 


11 


318 


Ctenidia 


V 


619 


Cychramus 


II 


321 


Ctenidion 


IV 


371 


Cychrea 


X 


238 


Cteniopus 


V 


510 


Cychrides 


1 


60 


Ctenipus 




341 


Cychrus 


1 


62 


Ctenistes 


H 


165 


Cyclidius 


m 


553 


Ctenochira 


XI 


409 


Cyclintis 


1 


439 


Ctenodactyla 




78 


Cydioptetirus 


VIU 


300 


Ctenodaciylides 




76 


CYCLIQUES 


X 


209 


Ctenodes 


IX 


151 


Cycliscus 


VI 


170 


Ctonognathus 




353 


Cyclocephala 


m 


398 


Ctenomerus 




293 


CYCLOr.ÉPllALlDES 


m 


393 


Ctenomcrus 


VI 


49() 


Cyclocépualiues 


VRAIES III 


395 


Ctenoncus 




112 


Cyclodema 


m 


69 


Ctenonychus 


IV 


183 


Cyclodera 


IX 


177 



asu 


TABLE ALPlt^BKTlQUK. 








Tomes. 


Pages. 




Tomos. 


fages. 


Cycloderus 


V 


709 


Cyllene 


IX 


62 


Cycloloba 


I 


178 


Cyllidium 


I 


461 


Cyclomaurus 


VI 


621 


Cyllodes 


11 


320 


Cyclomela 


X 


403 


Cyllœpus 


II 


MO 


Cyclomera 


IV 


559 


Cylloramphus 


VII 


63 


Cyclomorphus 


XII 


53 


Cylloscelis 


I 


289 


Cyclomus 


VI 


32i 


Cymathotes 


V 


476 


Cycloneda 


XII 


201 


Cyraatodera 


IV 


432 


Cyclonotum 


I 


471 


Cymatura 


IX 


444 


Cyclopeplus 


IX 


726 


Cymbachus 


XII 


96 


CyclopMhalmus 


m 


22 


Cymbalia 


IX 


897 


Cyctopus 


VI 


50 


Cymindis 


I 


108 


Cyclosomus 


I 


258 


Cymindoidea 


I 


108 


Cycloteres 


VI 


3(i0 


Cymophorus 


III 


544 


Cyclotoma 


XII 


134 


Cynegetis 


XII 


257 


Cyclotrachelus 


I 


323 


Cyno 


X 


349 


Cyclous 


I 


439 


Cynthia 


I 


318 


Cyonoderus 


IX 


H2 


Cyparium 


11 


239 


Cycos 


IX 


345 


Cypha 


II 


51 


Cydianerus 


VI 


279 


Cyphagogus 


VII 


410 


Cydippa 


XI 


215 


Gyphaléides 


V 


407 


Cydonia 


XII 


191 


Cyphaleus 


V 


409 


Cydros 


IX 


084 


Cyphicerus 


VI 


221 


Ctlades 


VI 


529 


Cyphirhinus 


vil 


22B 


Cylanca 


IX 


392 


Cyphocleonus 


VI 


420 


Cylas 


VI 


529 


Cyphogeuia 


V 


120 


Cylicasta 


IX 


682 


Cyphogenius 


I 


271 


Cylichuus 


m 


192 


Cypholoba 


1 


179 


Cylidrus 


IV 


424 


Cyphometopus 


VI 


621 


Cylindera 


1 


17 


Cyphometopus 


IX 


887 


Cylindra 


VII 


391 


Cyphomorpha 


XI 


402 


Cylindrepomus 


IX 


457 


Cyphon 


IV 


271 


Cylindrinotus 


V 


450 


Cyphonistes 


III 


434 


Cylindx'ocerus 


VII 


235 


Cyphonocephalus 


III 


477 


Cylindrocorynus 


VII 


125 


Cyphonota 


IV 


32 


Cylindroderus 


IV 


230 


Cyphonotus 


V 


479 


Cylindromorphus 


IV 


564 


Ctjphorhynchus 


VII 


54 


Cylindronotutn 


I 


107 


Cyphoscelis 


VI 


198 


Cylindrophora 


IV 


51 


Cyphoscyla 


IX 


537 


CYUNDIlonaiNIDES 


VI 


339 


Cyphosoma 


IV 


32 


Cylindiorhinus. 


VI 


341 


Cyphosterna 


IX 


188 


Cylindrotiiohides 


V 


494 


Cyphus 


VI 


114 


Cylindrothorus 


V 


495 


Cypriola 


IX 


359 


Cylistus 


II 


256 


Cypturus 


II 


266 





TABLE ALPHABÉTIQUE. 




ÂSi 




Tomes 


Pages. 




Tomes 


Pages. 


Cyria 


IV 


d9 


Damaster 


I 


61 


Cyriocrates 


IX 


323 


Damatris 


V 


421 


Cyriodera 


III 


S24 


Damelia 


X 


271 


Cyriopalus 


VIII 


251 


Damia " 


X 


125 


Cyrta 


V 


724 


Damicenis 


VII 


392 


Ctrtinides 


IX 


818 


Danacea 


IV 


400 


Cyrtinus 


IX 


819 


Danae 


XII 


114 


Cyrtocephalus 


II 


222 


Daphisia 


IX 


846 


Cyrtoderes 


V 


202 


Dapsa 


XII 


106 


Cyrtoderus 


I 


329 


Daptomorphus 


1 


271 


Cyrtognathus 


VIII 


51 


Daptus 


I 


261 


Cyrtomon 


VII 


161 


DA8CYLLIDES 


IV 


257 


Cyrtomorphus 


XII 


45 


Dascyludes vrais 


IV 


262 


Cyrton 


XI 


122 


Dascyllus 


IV 


269 


Cyiitonites 


X 


416 


Dasycerus 


11 


438 


Cyrtonops 


VIII 


162 


Dasychaeta 


III 


162 


Cyrtonota 


XI 


372 


Dasycorynus 


VII 


560 


Cyrtonus 


X 


417 


Dasydema 


VI 


236 


Cyrtophorus 


IX 


86 


Dasyemis 


IX 


274 


Cyrtops 


VI 


53 


Dasygnathus 


m 


428 


Cyrtorhinus 


VII 


292 


Dasylinda 


IX 


870 


Cyrtoscelis 


II 


198 


Dasyo 


IX 


632 


flyrtosoraa 


V 


418 


Dasystema 


III 


271 


Cyrtosphœrus 


XI 


144 


Dasytes 


IV 


400 


Cyrtostemus 


VIII 


51 


Dasyus 


III 


250 


Cyrtosus 


IV 


385 


Daulis 


XII 


108 


Cyrtotrachelus 


VII 


271 


Daxata 


IX 


560 


Cyrtusa 


II 


217 


Decamera 


III 


195 


Cysteodemus 


V 


661 


Decamerus 


II 


465 


Cytilus 


II 


483 


Decataphanes 


Vil 


557 


D 






Decatoma 


V 


667 






Dectes 


IX 


774 


Dachrys 


X 


446 


Deilus 


VIII 


537 


Dacne 


XII 


21 


Deinopsis 


II 


48 


Dacoderus 


V 


100 


Dejanira 


VIII 


460 


Dactylocrepis 


VII 


258 


Dejeania 


III 


255 


Daotylosodes 


IV 


56 


Deieaster 


11 


122 


Dactylotus 


VI 


31 


Doliat.his 


IX 


323 


Dadoychus 


IX 


895 


Deliphrum 


11 


142 


Dfnmon 


IV 


278 


Delocheilus 


VIII 


158 


Dailognatha 


V 


38 


Deloorania 


XI 


358 


Dailonotus 


1 


86 


Delognalha 


V 


315 


Dalilii 


vm 


523 


Delophorus 


m 


91 


Damasus 


X 


321 


Dclopleurus 


IV 


33S 



352 


TABLE ALPI 


lAOÉTlQUE. 








Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Delopyrus 


IV 


335 


Dei'matodes 


VI 


109 


Deloyala 


XI 


385 


Dennatoma 


IV 


400 


Delphus 


XII 


56 


Dermestes 


il 


461 


Deltaspis 


IX- 


172 


DERME8TIN8 


II 


453 


Deltochiudes 


m 


78 


Dermestoides 


IV 


483 


Deltochilium 


m 


7i) 


Dermoiliytis 


X 


252 


Deltosoma 


IX 


163 


Oernioxanthus 


X 


347 


Demacidia 


VIII 


373 


Ueiobrachus 


VIII 


73 


Deniatochroma 


X 


348 


Deroconus 


VI 


268 


Denaetrida 


1 


H6 


Deromecus 


IV 


187 


Demetrias 


1 


nr; 


Beromma 


IV 


412 


Démocrates 


III 


396 


DeropHa 


IX 


626 


Demoiieraa 


III 


258 


Uerosphaerus 


V 


374 


Demodocus 


IV 


255 


Desera 


I 


80 


Demomisis 


VIII 


413 


Desisa 


IX 


866 


Ueraonassa 


iX 


499 


Desmiphora 


IX 


621 


Demophoo 


IX 
X 


725 
281 


Desmiphorides 
Desmidophorus 


IX 


620 


Oeuiotina 


VII 


55 


DemoUspa 


XI 


274 


Uesmocerus 


VIII 


459 


Dendarus 


V 


241 


Desmoderus 


IX 


196 


Uendrobias 


IX 


200 


Desmogramma 


X 


400 


Dendroblàptus 


VIII 


124 


Desmonota 


IX 


374 


Dendroblax 


III 


15 


Desmopachria 


1 


416 


Dendrocellus 


1 


80 


Deucalion 


IX 


257 


Dendrocharis 


IV 


106 


Deuterocampta 


X 


392 


Dendroctonus 


VII 


360 


Deuteromma 


VIII 


221 


Deudroides 


V 


603 


Dexithea 


IX 


65 


Dendropaemon 


III 


102 


Dia 


X 


324 


Dendropemon 


VII 


564 


Diahasis 


III 


348 


Dendrophagus 


11 


407 


DlAnATHlURllDES 


VI 


407 


Dendrophilus 


II 


271 


Diabathrarius 


VI 


408 


Dendrotrogus 


VII 


564 


Diabrotica 


XI 


165 


Denops 


IV 


423 


DlABROTICITES 


XI 


165 


Deporans 


VI 


554 


Diacantha 


IV 


209 


Depsages 


IX 


562 


Diacanthns 


IV 


209 


Deracanlhus 


VI 


257 


Diacheila 


I 


46 


Derancistrus 


VIII 


181 


Diachronius 


1 


277 


Derataphriis 


11 


377 


Dialeges 


VIII 


263 


Dercylus 


1 


217 


Dialitkus 


III 


564 


Dere 


IX 


100 


Diamerus 


VII 


367 


Dérélomioes 


vu 


9 


Diamesus 


II 


200 


Derelomus 


VII 


10 


Diampliidia 


XI 


25 


Dereodus 


VI 


100 


OlAMPHlDIIXES 


XI 


24 


Dercstenus 


IV 


443 


Diana 


IV 


47 



lADLE AU'IlAlllÎTlgUl!. 



333 





Tomes. 


rages. 




Touii-f. 


rag.s. 


Diandichus 


X 


ICS 


Dichelonycha 


m 


242 


Dianous 


II 


107 


Dichelus 


III 


186 


Diapelmus 


VI 


S86 


Dicherosis 


XI 


134 


Diapericera 


X 


131 


Dichista 


m 


837 


DlAPÉRlDES 


V 


298 


Dichodontus 


III 


436 


Diaperis 


V 


301 


Dichomnia 


V 


46 


Diaphanes 


IV 


330 


Dichostathes 


IX 


809 


Diaphanops 


X 


38 


Dichotoniius 


m 


96 


Diaphonia 


III 


519 


Dichotrachelus 


VI 


334 


Diaphororaerus 


I 


273 


Oicœlindus 


I 


366 


Diaphoroncus 


I 


112 


Dicœlus 


I 


232 


Diaphoropsophus 


I 


221 


Dicordyliis 


VI 


323 


Diaphorus 


I 


88 


Dicrœdon 


m 


136 


Diaphylla 


III 


237 


Dicrania 


III 


249 


Diaplochelus 


III 


186 


DiC.RANIDES 


III 


248 


Diaprepes 


VI 


120 


Dicranocemus 


m 


190 


Diapromorpha 


X 


121 


Dicranocephalus 


III 


477 


Diaprosomus 


VI 


273 


Dicranoderes 


IX 


202 


Diapus 


VII 


3i)7 


Dicranognathus 


VI 


861 


Diasomus 


III 


125 


Dicranoncus 


I 


358 


Diaspis 


X 


200 


Dicranops 


VIII 


371 


Diastamerus 


IX 


391 


Dicranorhina 


III 


479 


Diastatropis 


VII 


520 


Dicrepidius 


IV 


170 


Diastellopterus 


IX 


162 


Dicrochile 


I 


344 


Diastictus 


III 


121 


Dicronochilus 


I 


344 


Diastocera 


IX 


426 


Dicronychus 


IV 


228 


Diastochelus 


VI 


421 


Dictineis 


X 


319 


Diastoleus 


V 


128 


Dictyalotvs 


IV 


549 


Diastrophus 


vu 


425 


Dictyopterus 


IV 


293 


Diastomocephala 


VIII 


354 


Dicyrtus 


V 


482 


Diatylus 


IX 


5(i5 


Uidotus 


I 


389 


Dibolia 


XI 


138 


Didymeus 


IX 


196 


DlDOUITES 


XI 


137 


Didymocantha 


VIII 


343 


Dibolochilus 


I 


222 


Dicsia 


V 


179 


Diboma 


IX 


64(i 


Diestecopus 


V 


461 


Dicenopsis 


X 


189 


Dietopsis 


V 


302 


Dicentriaes 


m 


197 


Diexia 


IX 


843 


Dicerea 


IV 


35 


Diglobicerus 


IV 


384 


Dicerca 


IV 


35 


Diglossa 


II 


47 


Diceroderes 


V 


356 


Diglossotrox 


VI 


86 


Biceros 


III 


485 


Difirapha 


IV 


297 


Dices 


V 


667 


DLhammopliora 


IX 


108 


Dicheirus 


1 


277 


Dihammus 


IX 


314 


Dichelhoplia 


111 


194 


Dila 


V 


147 


Coléoptères. 


Tome XII 






23 





351 


TAULK ALPHADÙTIQUE. 








Tomes. 


PaRCs. 




Tomes. 


Pages. 


Dilychnia 


IV 


318 


DipUyIlomorpha 


III 


48B 


Diina 


IV 


199 


Diphylius 


11 


447 


Dinai'da 


II 


41 


Diphyi'hynchus 


V 


309 


Dincina 


VII 


585 


Dipieza 


VII 


572 


Dineutes 


I 


439 


Diplocheila 


I 


233 


Dinocentrus 


VII 


506 


Diplocœloma 


XI 


304 


Dinodei'us 


IV 


540 


Diplocœlus 


II 


447 


Dinodes 


I 


224 


Diplognalha 


m 


538 


DlNOMORPHinES 


VI 


291 


Diploharp'us 


I 


349 


Dinoraorphus 


VI 


292 


Diploschema 


vm 


240 


Dinomus 


V 


444 


DiPLOTAXJDBS 


III 


275 


Dinophorus 


V 


543 


Diplotaxys 


III 


275 


Uinophthalma 


X 


145 


Diplotùma 


II 


366 


Dinoptera 


VIII 


441 


Dipropus 


IV 


170 


Dinorhina 


III 


325 


Diprosopus 


IV 


413 


Dinorhopala 


vil 


166 


DirccBa 


V 


550 


Dinoscelis 


V 


406 


Dirceœa 


XI 


201 


Diochares 


IX 


313 


Dirhagus 


IV 


110 


Diochus 


II 


65 


Dirhina 


III 


514 


Dioclides 


vm 


115 


Dirosis 


V 


722 


Dioctes 


1 


238 


Dirotus 


I 


312 


Diodesma 


II 


358 


Disaulax 


IX 


112 


Diodontcs 


V 


21 


Dischyrius 


II 


519 


Diodontolobus 


11 


460 


Discoderos 


IV 


80 


Diodyrhynchus 


VI 


560 


Discoderus 


I 


392 


Diœdes 


XII 


90 


niscoloma 


II 


384 


Dionychus 


vu 


41 


Discomorpha 


XI 


375 


Dionyx 


II 


165 


Discopeltis 


III 


525 


Dioria 


XII 


224 


Discopleurus 


V 


105 


Diorus 


VIII 


273 


Discopus 


IX 


762 


Dioryctus 


X 


170 


Discotenes 


VII 


502 


Diorymerus 


VII 


219 


Discotoma 


XII 


189 


Diospides 


VIII 


303 


DlSCOTOMlTES 


XII 


187 


Diosyris 


VIII 


418 


Disidœma 


VIII 


521 


Diotima 


VIII 


372 


Disonycha 


XI 


67 


Dioxyppe 


IX 


268 


Disopus 


X 


184 


Dioiodes 


VIII 


361 


Disphojricus 


I 


249 


Dipelicus 


III 


424 


Dissacanthus 


vm 


295 


Diphaulaca 


XI 


127 


Dissossira 


IX 


377. 


Diphucephala 


III 


213 


Dissosternus 


VIII 


83' 


DlPHUCEPHALIDES 


III 


212 


Distenia 


IX 


227. 


Diphucrania 
Dipliyllocera 


IV 


78 


UlSTÉNlDES 


IX 


225 


m 


237 


Distenia 


IX 


501 


Diphyllooera 


X 


424 


DlSTEHNlDES 


IX 


500 



TABLE AU>UA.IlliTlQl)E, 



385 





Tomes. 


Pag,.». 




TODIOS. 


Pages. 


Distichocora 


VIII 


5U 


Dorcus 


III 


27 


Distipsidera 


I 


24 


Dorthesia 


V 


630 


Distolaca 


XI 


303 


Dotx 


VllI 


138 


Dislrjgus 


I 


316 


Doryoera 


Vill 


70 


Ditoma 


II 


363 


Dorydea 


XI 


248 


DlTOMIDES 


I 


165 


Doryida 


Xi 


239 


Ditomus 


I 


168 


Dorynota 


XI 


377 


Ditropidus 


X 


181 


Doryphora 


X 


395 


Ditylus 


V 


703 


Doryscelis 


III 


507 


Diurus 


VII 


471 


Dorysterna 


X 


399 


Divales 


IV 


400 


Dorysthenes 


VllI 


53 


Dodecatotna 


IV 


377 


Dorytomus 
I)ory.\ena 


VI 


477 


Dodecosis 


VllI 


398 


XI 


207 


Dœothena 


vu 


582 


Downesia 


X( 


329 


Dœsus 


VIII 


161 


DozocoUetus 


IV 


442 


Dohrnia 


V 


717 


Drapetes 


IV 


93 


Dolicaon 


II 


91 


Drasterius 


IV 


190 


Dolichocera 


vu 


494 


Drepaniiis 


IV 


237 


Dolichochtis 


I 


130 


Drepanocerus 


III 


111 


Dolichoderus 


V 


388 


Drepanoderes 


VI 


215 


Dolichosonia 


IV 


402 


Drepanus 


1 


151 


Dolichotoma 


XI 


376 


Drilides 


IV 


368 


Dolichus 


I 


344 


Drilus 


IV 


372 


Doliops 


IX 


550 


Drimostoma 


I 


313 


Dolocerus 


VIII 


488 


Driopea 


IX 


799 


Dojopius 


IV 


215 


Dromica 


I 


26 


Domitia 


IX 


329 


DromuiS 


I 


119 


Donacia 


X 


57 


Dromoceryx 


I 


122 


DONACIDES 


X 


55 


Dromochoms 


I 


9 


Dorasomus 


VI 


604 


Drosochi'us 


V 


460 


Dorcacephalum 


IX 


280 


Drusilla 


II 


29 


UORCACÉKIDES 


IX 


192 


Dryala 


V 


543 


Dorcacems 


IX 


193 


Drycolliea 


IX 


908 


Dorcadida 


IX 


260 


Uryino 


VIH 


392 


DOUCADIDIUES 


IX 


257 


Drymochares 


VIII 


213 


Uoicadion 


IX 


282 


Dryocœtes 


vu 


381 


DOUCADIONIDES 


IX 


251 


Dryocteiies 


IX 


744 


DORCADIONIDES VKAIS 


IX 


281 


Dryophilus 


IV 


519 


Dorcaschema 


IX 


459 


Dryophthorus 


vu 


322 


DoncASCnÉMiDES 


IX 


456 


Dryops 


V 


711 


Doicasoimis 


vin 


457 


hrypta 


1 


79 


1 loi'oasla 


IX 


705 


hiyplolyti'a 


IV 


314 


Dorcatoma 


IV 


524 


Dryptomorpha 


IV 


338 


Dorcalypus 


IX 


296 


Dryiisa 


IX 


574 



336 



TABLE ALPUAUÉtlQUE. 





Tomes. 


Pages. 


Dubowlaia 


X 


33 


Dulai'ius 


IX 


49 


Oulichiuin 


IX 


389 


Dumei-ilia 


IV 


241 


Uupouticlla 


IV 


493 


Dyctyoptera 


IV 


295 


Lyemus 


IX 


57.^ 


Dyenmonus 


IX 


869 


Dylobolus 


IX 


900 


Dyraascus 


IX 


581 


Dymasius 


VIII 


261 


Dymasia 


IH 


483 


Dymoyius 


V 


205 


Dynamostes 


vm 


196 


Dynamostides 


vm 


196 


Dynastes 


III 


444 


Dynastides 


III 


387 


DïNASTIDES VRAIS 


III 


442 


Dyoriche 


I 


300 


Dyorichûikrus 


I 


323 


Dyrphia 


IX 


867 


Dyschirius 


1 


202 


Dyscliromus 


I 


311 


Dyscolus 


I 


356 


Dysi(l(-s 


IV 


527 


Dysidius 


I 


323 


Dysis 


XII 


198 


Dysmatlies 


V 


60 


Dysrnorphoceius 


IV 


335 


Dysmorphognathus 


IV 


222 


Dysnos 


vil 


592 


Dysphaga 


IX 


467 


Dystasia 


IX 


568 


Dysthœta 


IX 


492 


Dystus 


IX 


833 


Dyticus 


I 


428 


DYTI8CIDES 


I 


403 


DïTISC.lOES 


I 


420 


Dytiscus 


I 


428 


£ 






Earinis 


vm 


491 


libœidcs 


IX 


577 


libiBUS 


IV 


392 





Tomes. 


Pages. 


Eburia 


VIII 


293 


Eburida 


VIII 


343 


Ebui'iola 


IX 


129 


Eburiphora 


IV 


456 


Eburodacrys 


VIII 


296 


Eburophora 


VIII 


338 


Eccoptogaster 


VII 


386 


Eccoptogenius 


I 


320 


Eccoptoinenus 


I 


227 


Ecelonetus 


VII 


565 


Echiaster 


II 


98 


Echimatims 


I 


127 


Echinocems 


IX 


68 


Echinocnemus 


VI 


470 


Echinodera 


VII 


95 


Echinosoma 


VI 


375 


Echinotus 


V 


203 


Echoma 


XI 


386 


EchUiistatus 


IX 


261 


Echyra 


III 


195 


Ecnomœus 


II 


299 


Ecphoroma 


V 


188 


Ecranus 


X 


349 


Ectalops 


VI 


32 


Ectitorbiiuis 


vu 


53 


Ectatusia 


IX 


709 


Er.TATOSIDBS 


IX 


708 


Ectalropis 


VII 


490 


ECTEMNORHINIDES 


VI 


562 


Ectcmnorliinus 


VI 


563 


Ecthœa 


IX 


683 


Ectinogonia 


IV 


27 


Ectiiiogruinma 


IX 


700 


Ectinoschema 


IX 


318 


Ectinus 


IV 


215 


Ectosemus 


vil 


434 


Eutopria 


IV 


274 


Ectostictîi 


IX 


91 


Ecyrosc.heraa 


IX 


503 


EcYKOsr.llÉMlDES 


IX 


503 


Ecyriis 


IX 


631 


Eczemotes 


IX 


524 


Eczcsaris 


VII 


520 


Ëdrotes 


V 


31 





TABLE ALPHADÉTIOUE. 




3S7 




Tomes. 


i'agps. 




Tomei. 


Pages. 


Edusa 


X 


307 


Elithiites 


XI 


21 


Edusella 


X 


309 


Elithiotes 


IX 


572 


Ëdusina 


X 


309 


Ellesclius 


VI 


605 


Edusites 


X 


306 


EUescus 


VI 


605 


Ega 


I 


378 


Ellimonistes 


VI 


172 


Egesina 


IX 


576 


Ellipolampis 


;v 


321 


Egius 


XII 


245 


Ellipotonia 


IV 


472 


Egleis 


XII 


183 


Ëllipsodes 


V 


224 


Ego lia 


II 


335 


Ellipticus 


XH 


71 


Egoludes 


II 


334 


EUopia 


XI 


218 


Elais 


IX 


246 


Ellychnia 


IV 


321 


Elaphidion 


VIII 


300 


Eluides 


II 


506 


Elaphinis 


m 


525 


Elmidomorphus 


VI 


485 


Elaphocera 


III 


310 


Elmis 


II 


508 


Elaphodes 


X 


180 


Elodes 


IV 


271 


Elaphuides 


I 


43 


Elonium 


II 


120 


Elaphrosis 


IX 


114 


Elophorus 


I 


465 


Elaphrus 


I 


44 


Elosoma 


V 


738 


Elaptus 


VIII 


150 


Elpis 


XII 


193 


Klasmocerus 


IV 


426 


Elytrocallus 


VI 


253 


Elasmorhinus 


VII 


249 


Elytrodon 


Vî 


197 


Elassonyx 


VI 


307 


Elytrogona 


XI 


404 


Elater 


IV 


187 


Elytrogonites 


XI 


403 


ELATÉRIDES 


IV 


130 


Elytrogonus 


VI 


148 


Elatérides VlUIS 


IV 


100 


Elyti'osphiBra 


X 


407 


Elatcroidcs 


IV 


502 


ELYTnOSPlIjEItlTF.S 


X 


400 


Elaterupsis 


VIII 


183 


Elytroxys 


VI 


274 


Elaltocerus 


VII 


175 


Elyti'urus 


VI 


147 


Elaltodei'os 


IV 


360 


Einalodera 


V 


130 


Eleala 


IX 


374 


Eraathea 


XI 


234 


Elealo 


IV 


461 


Emathion 


IV 


120 


Eleaaor 


IX 


178 


Embaphion 


V 


152 


Eledona 


V 


296 


Embates 


VI 


513 


Elenchus 


V 


64C 


Embrilhes 


VI 


170 


ELÉNOPnORlDES 


V 


111 


Emenadia 


V 


627 


Elenophorus 


V 


113 


Emeopedus 


IX 


816 


Eleodes 


V 


148 


Emidoptorus 


I 


191 


Elephaslomus 


m 


142 


EramagliDus 


II 


369 


Elete 


VllI 


310 


EmiiKilus 


V 


266 


Eletica 


V 


672 


Emmonasius 


V 


59 


Eleusis 


11 


127 


Emmepus 


IV 


494 


Eleutho 


VIII 


292 


Emmesa 


V 


558 


Eligmoderma 


VIII 


338 


Erupecta 


III 


277 


Elithia 


XI 


22 


Empliania 


III 


205 



358 



TAI)LE AlPHAnÉTIOUE. 





Toracs. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Emphiastes 


VI 


511 


Enicopus 


IV 


400 


Emphilus 


II 


in 


Enicotarsus 


III 


102 


Emphytœcia 


IX 


7U 


Enipeus 


X 


294 


Emphïtœciues 


IX 


713 


Enispia 


IX 


575 


Emplectus 


IV 


300 


Enneadesmus 


IV 


539 


Empleur^s 


VII 


74 


Eunearthron 


IV 


542 


Emus 


II 


76 


Enôdius 


IV 


400 


Erayon 


V 


459 


Enoplmms 


I 


458 


Enaphalodes 


vin 


278 


Enoplia 


IX 


309 


Enaphorus 


I 


89 


Enupliides 


IV 


474 


Enaptorhinus 


VI 


92 


Enoplium 


IV 


483 


Enaretta 


IX 


589 


Enoplocerus 


VIII 


75 


Enaria 


III 


279 


Enoploderes 


VIII 


430 


Encaustcs 


XII 


47 


Enoplopus 


V 


449 


Encaustites 


XII 


46 


Knops 


VI 


550 


Enceladus 


I 


164 


Euotes 


IX 


487 


Encephalus 


v 


345 


Enotides 


IX 


487 


Enchoptera 


VIII 


416 


Enteles 


VII 


128 


Encya 


III 


298 


Entelopes 


IX 


838 


Encyclops 


VIII 


455 


Enthora 


m 


298 


Encymon 


XII 


95 


Entimotopus 


VI 


480 


Encyophanes 


111 


186 


Entimus 


VI 


281 


Eiidaîus 


VI 


603 


Entius 


VI 


239 


Endalus 


VI 


488 


Entomochilus 


V 


208 


Endecatomus 


IV 


540 


Entomoderes 


V 


173 


Endemia 


V 


5i)7 


Eutomogonus 


V 


445 


Endocephalites 


X 


343 


Entomoscclis 


X 


419 


Endocephalus 


X 


344 


Entohoscelites 


X 


418 


ENDOMYCHIDE8 


xu 


77 


Entomosterna 


IX 


187 


Endouychites 


XII 


130 


Eoporis 


IX 


797 


Endomychiis 


XII 


135 


Epagrius 


VI 


133 


Endûphlœus 


II 


360 


Epania 


VIII 


484 


Endustomus 


V 


353 


Epautius 


V 


134 


Enedreutes 


VII 


536 


Epaphra 


IX 


710 


Enedreytes 


VII 


536 


Epectaris 


IX 


649 


Enema 


III 


439 


Epectinaspis 


m 


326 


Eues 


IX 


810 


Epepeotes 


IX 


312 


Engiditbs 


XII 


19 


Ephebus 


XII 


125 


Engis 


XII 


27 


Ephies 


VIII 


453 


Engonius 


XII 


91 


Ephinieropus 


VI 


486 


Engyum 


VIII 


335 


Ephimerus 


VI 


621 


Enhydrus 


1 


438 


Ephistemus 


11 


428 


Enicocerus 


1 


468 


Epianthe 


IX 


102 


Enicodes 


IX 


484 


Epicaîrus 


VI 


132 



TABIE AlPHABÉTIQtE. 



389 





Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Epicalus 


VI 


218 


Epithora 


VIII 


306 


Epicanta 


V 


676 


Epitragides 


V 


75 


Epicasta 


IX 


491 


Epitragus 


V 


79 


Epicastides 


IX 


490 


Epitrix 


XI 


53 


Epicedia 


IX 


304 


Epixanthis 


III 


512 


Epichloris 


III 


374 


Eplophorus 


IX 


89 


Epichrysus 


III 


372 


Epodus 


IX 


85 


Epichthomus 


VI 


325 


Epomis 


I 


223 


Epiclines 


IV 


463 


Epopea 


IX 


385 


Epicometis 


III 


331 


Epopterus 


XII 


123 


Epicosmus 


l 


211 


Epurea 


II 


302 


Epicyrtus 


IV 


261 


Epytus 


XII 


34 


Epierus 


II 


26!) 


Erana 


IX 


901 


Epilachna 


XII 


253 


Ereis 


IX 


337 


ÉPILACHNITES 


XII 


232 


Ere lus 


V 


330 


Epilampus 


V 


307 


Eremasus 


III 


126 


Epilasium 


V 


275 


Eremnides 


VI 


220 


Epilissus 


III 


82 


Eremnus 


VI 


226 


Epilysta 


IX 


614 


Eremœcus 


V 


09 


Epimetopus 


I 


467 


Eremon 


IX 


383 


Epinectus 


I 


438 


Eremotos 


VII 


344 


Epipédides 


VII 


186 


Erepsimus 


VI 


336 


Epipedocera 


IX 


93 


Erctes 


I 


429 


Epipedonota 


V 


169 


Eretmotus 


II 


267 


Epipedorhinus 


VII 


120 


Ergates 


VIII 


95 


Epipedus 


Vil 


186 


Ericatus 


I 


303 


Epiphaneus 


VI 


20 i 


Erichsonia. 


VIII 


24 


Epiphanis 


IV 


123 


Erichsonudes 


VIII 


23 


Epiphlœus 


IV 


467 


Eriesthis 


III 


181 


Epiphylax 


VII 


266 


Erigenes 


X 


340 


Epiphyma 


X 


, 249 


Erioderus 


VIII 


99 


Epiphysia 


V 


30 


Erionispa 


XI 


301 


Epiphysides 


V 


29 


Erionispites 


XI 


301 


Epiphyta 


IV 


412 


Eriopeltastes 


III 


361 


Epipocites 


Xll 


120 


Eriopis 


XII 


168 


Epipocus 


XII 


121 


Eriopsilus 


IX 


631 


Epirhynchus 


VI 


425 


Erioscelis 


III 


401 


Epirhinus 


III 


81 


Eriosoma 


IX 


203 


Episcapha 


XII 


22 


Eriphus 


IX 


190 


Episomus 


VI 


173 


Eriphyh 


X 


258 


Epistemus 


II 


428 


Ei'ipus 


I 


231 


Epistictia 


XI 


371 


EniRHlNlDES 


VI 


464 


Epistomentis 


IV 


38 


Erii'hinoides 


VI 


468 


Episus 


VI 


2^2 


Erirhinus 


VI 


470 



360 



TABLE ALPHABÉTIQUE. 





Tonws 


rages. 




Tomes 


Pages. 


Erirhipis 


m 


32r> 


Euœstothus 


II 


109 


Eris 


IX 


337 


Eubaptus 


X 


53 


Eristethus 


II 


109 


Eublepliarus 


VI 


413 


Eriulis 


III 


538 


Eubractus 


VII 


456 


Emoporus 


VII 


378 


Eubria 


IV 


283 


Erouiides 


V 


il 


EUBRIADES 


IV 


283 


Erodiscides 


VI 


r.6(i 


Eubrichius 


VII 


205 


Erodiscus 


VI 


507 


Eucœrus 


I 


393 


Erodius 


V 


20 


Eucallia 


I 


16 


Eros 


IV 


300 


Eucalosoma 


IV 


m 


Eroschema 


VIII 


516 


Eucalus 


VII 


229 


Erosida 


VIII 


295 


Eucamptognathus 


I 


322 


EROTYLIDES 


XII 


18 


Eucamptus 


IV 


155 


EROTYLIEN8 


XII 


1 


Eiwanthus 


III 


142 


Erotylites 


XII 


48 


Eucephalus 


I 


271 


Erotylus 


XII 


62 


Eucheila 


I 


148 


Erphœa 


IX 


79 


Euchilia 


III 


513 


Ersachus 


II 


486 


EUCHIRIDES 


III 


314 


Erymanthus 


IV 


457 


Euchirus 


m 


315 


Erythrestes 


VIII 


522 


EucMamys 


I 


322 


Erythrolychnia 


IV 


321 


Euchlora 


III 


328 


Erythroplatys 


VIII 


511 


Euchœtes 


IX 


623 


Erythrus 


VIII 


521 


Euchroa 


I 


319 


Eryx 


V 


50i 


Euchrœa 


m 


523 


Eryxia 


X 


283 


Euchroma 


IV 


20 


Escliarodes 


IX 


525 


EUCINÉTIDES 


IV 


281 


Eschscholtzia 


IV 


180 


Eucinetus 


IV 


282 


Esmeralda 


VIII 


178 


Eucirrus 


m 


301 


Esmia 


IX 


630 


Eucladiscus 


IV 


316 


Esocus 


vil 


827 


Euclea 


IX 


528 


Essostrutha 


IX 


895 


EUCNÉMIDE8 


IV 


95 


Estenomenns 


III 


543 


EUCNÉMIDES VRAIS 


IV 


101 


Estenorhinus 


VII 


431 


Encnemis 


IV 


108 


Esthesopus 


IV 


218 


Eucolus 


V 


237 


Esthlogena 


IX 


COO 


Eucomatocera 


IX 


707 


Estiginena 


XI 


296 


Eucorynus 


VII 


564 


Estola 


IX 


0i3 


Eiicranium 


III 


69 


ESTOLIDES 


IX 


(i36 


Eucteanus 


XII 


131 


Etaxalus 


IX 


S24 


Euctenia 


V 


625 


Etheinon 


IX 


39 


Eucyphus 


II 


484 


Ethneca 


VII 


521 


Eucyrtns 


V 


417 


Ethon 


IV 


77 


Eudactylus 


IV 


185 


Ethra 


IV 


316 


Eudema 


I 


210 


Etymestia 


IX 


334 


Euderes 


VII 


18 





TABLE ALPHABÉTIQUE. 




361 




Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


EUDÉRIDES 


VU 


18 


Eumorphus 


XII 


92 


Euderus 


IX 


89 


Eumycterus 


VII 


251 


Eudesmus 


IX 


681 


Eunectes 


1 


429 


Eudiagogus 


VI 


389 


Eunidia 


IX 


S8S 


Eudicella 


m 


479 


Eunostus 


I 


85 


Eudinopus 


m 


74 


Euomma 


V 


573 


Eudipnus 


VI 


78 


Euomus 


VI 


316 


Eudius 


VI 


388 


Eupages 


VI 


328 


Eudmetes 


VI 


266 


Eupalea 


XII 


204 


Eudocimus 


VI 


4S3 


Euparia 


m 


119 


Eudora 


m 


34 


Eupatorus 


III 


447 


Eudoi'us 


IV 


116 


Eupeges 


XI 


104 


Eudoxilus 


IX 


172 


Eupez'ds 


V 


472 


Eudromus 


I 


323 


Euphanistes 


XII 


52 


Eueides 


VI 


272 


Euphemus 


IV 


149 


Eugastra 


m 


580 


Euphenges 


XI 


98 


Eugenysa 


XI 


393 


Eupholus 


VI 


128 


Eugensis 


IV 


376 


Euphoria 


III 


525 


Kugigas 


vil 


494 


Eupleclus 


II 


177 


Euglenes 


V 
VI 


584 


Eupleurvs 
Euplynes 


III 
I 


lis 


Eiignamptus 


536 


131 


Eugnathus 


I 


388 


Eupocus 


IV 


438 


Eugnathus 


VI 


383 


EUPODES 


X 


25 


Eugnomus 


VI 


500 


Eupœcila 


III 


K19 


Eugnorislus 


VII 


298 


Eupogonius 


IX 


631 


Eugonus 


VII 


571 


Euporus 


IX 


28 


Eugonycha 


X 


389 


Eupriouota 


XI 


320 


Eulabis 


V 


133 


Eupromera 


IX 


648 


Eulachus 


II 


373 


Euprosopus 


I 


27 


Eulampra 


I 


17 


Eupsalis 


VIT 


430 


Eulasia 


m 


165 


Eupsenius 


II 


175 


Euleptus 


I 


353 


Eupyga 


III 


339 


Eulina 


X 


425 


Euraraphus 


VI 


463 


Eulissvs 


II 


68 


Eurea 


IV 


274 


Eumathes 


IX 


914 


Eurhin 


VII 


221 


Eumerops 


VI 


423 


Eurhinus 


VII 


221 


Eumenis 


IV 


81 


Eurhipis 


IV 


254 


Eumicrus 


11 


184 


Eurhopalus 


II 


467 


Eumimesis 


IX 


904 


EURHYNCHIDES 


VI 


526 


Euraœa 


XI 


249 


Eurhynchus 


VI 


526 


EUMOLPIDES 


X 


220 


Euraspis 


X 


317 


EUMOLPITBS 


X 


299 


Eurispa 


XI 


268 


Eumolpus 


X 


300 


EUHISFITES 


XI 


264 


EuMonrHiTES 


XII 


87 


Euristhoa 


VIII 


321 



362 


TADIB AIPHABÊTIQUE. 








Tomos 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Europa 


IX 


67 


Euryptera 


VIII 


454 


Euryarthron 


I 


17 


Enryptychus 


IV 


122 


Euryarthnm 


vin 


526 


Eurypygon 


IX 


146 


Euryaspis 


III 


259 


Eurysaces. 


VI 


387 


Eurybatus 


IX 


32 


Euryscelis 


IX 


75 


Eurybia 


rv 


U 


Euryscopa 


X 


140 


Eurycardius 


XII 


65 


Eurysoma 


I 


210 


Eurycephalus 


IX 


174 


Eurysops 


IX 


434 


Eurychelus 


III 


233 


Euryspilus 


IX 


U 


Eurychile 


I 


28 


Eurysternus 


in 


105 


Eurychirus 


VI 


404 


Eurythyrea 


IV 


40 


Eurychora 


V 


95 


EwyMchus 


I 


279 


Euryclea 


IX 


176 


Eurytus 


X 


289 


Eurycoleus 


I 


129 


Eusarca 


V 


448 


Eurycorynus 


X 


340 


Eusattus 


V 


220 


Eurycranus 


IV 


463 


Euscapus 


VI 


268 


Eurydactylus 


I 


224 


Euscepes 


VII 


100 


Eurydemus 


X 


333 


Euschatia 


V 


443 


Eurydera 


I 


143 


Euschides 


V 


162 


Eurydents 


I 


266 


Euschizomerus 


I 


212 


Eurygenius 


V 


578 


Eusebis 


IX 


468 


Eurygonus 


V 


217 


Eusoma 


m 


234 


Eurylobus 


VI 


276 


Eusommatm 


VI 


85 


Eurymerus 


VIII 


233 


Eusomus 


VI 


55 


Eurymetopon 


V 


66 


Eusphaîrium 


IX 


661 


Ewymetopum 


IV 


463 


Eustales 


VI 


118 


Eurymetopus 


VI 


45 


Eustalis 


VI 


118 


Eurymorpha 


I 


17 


Eustathes 


IX 


875 


Eurynassa 


VIII 


110 


Eustetha 


XI 


239 


Eurynotus 


V 


238 


Eustolus 


VI 


78 


Euryoda 


I 


17 


Eustra 


I 


161 


Euryoniia 


III 


523 


Eustrophus 


V 


541 


Euryommatus 


YI 


597 


Eustylus 


VI 


207 


Euryomus 


VI 


275 


Eutocheus 


VI 


621 


Euryope 


X 


303 


EUTÉLIDES 


V 


354 


EUHYOPITES 


X 


302 


Eutelocera 


V 


216 


Euryoptera 


IX 


56 


Eutelus 


V 


355 


Eurypalpus 


II 


499 


Eutheia 


II 


188 


Eurypepla 


XI 


384 


Euthorax 


II 


156 


Euryphagus 


IX 


174 


Euthoron 


VI 


587 


Euryphylla 


III 


306 


Euthuorus 


IX 


704 


Eurypoda 


VIII 


148 


Euthyastus 


IX 


349 


Euryporus 


II 


8(1 


Euthyreus 


VI 


268 


Euryprosopus 


IX 


38 


Euthyrhinus 


vn 


m 





TABIE 


ALPHABÉTIQUE. 




363 




Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Euthysanius 


IV 


233 


Febra 


XI 


81 


lilutogeneius 


I 


235 


Forooia 


I 


323 


Eutoma 


I 


192 


Feronides 


I 


317 


Eutomus 


VU 


369 


Feronotnorpha 


I 


323 


Eutornus 


xr 


89 


Fidia 


X 


275 


Eutoxus 


VII 


2Si 


FiGULIDES 


III 


33 


Eutracholus 


VII 


439 


Figulus 


III 


35 


Eutrapela 


V 


570 


Filotarsus 


V 


213 


Eutroctes 


I 


330 


Formicilla 


V 


891 


Eutrypanus 


IX 


792 


Formicomus 


V 


591 


Euxestus 


XII 


26 


Fornax 


IV 


110 


Evagora 


rv 


68 


Foucartia 


VI 


81 


Evander 


IX 


160 


Frea 


IX 


806 


Evaniocera 


V 


625 


Freadelpha 


IX 


408 


EVANIOCÉRIDES 


V 


618 


Frixus 


IX 


585 


EvANIOSOMtDES 


V 


73 


G 






Evaniosomus 


V 


74 






Evanos 


m 


38S 


Gabrius 


II 


80 


Evaithrus 


I 


399 


Galba 


IV 


105 


Evenus 


IV 


469 


Galbella 


IV 


104 


Evethis 


IX 


583 


Galbodema 


IV 


107 


Evides 


IV 


21 


Galerita 


I 


82 


Evolenes 


I 


395 


Galéritides 


I 


79 


Exarrhenus 


IX 


325 


Galeruca 


XI 


221 


Exartomatopus 


XI 


H4 


Galerucida 


XI 


227 


Exechesops 


VII 


543 


GALÉRUCIDES 


XI 


1-145 


Exema 


X 


204 


Galérucites 


XI 


220 


Exerœta 


VIII 


386 


Galissus 


IX 


186 


Exilia 


VIII 


358 


Gama 


III 


264 


Exillis 


VII 


583 


Gambria 


IX 


189 


Exocentrus 


IX 


805 


Gambrinus 


IV 


182 


Exochomus 


XII 


246 


Gametis 


m 


523 


Exophthalmus 


VI 


120 


Gasterocercus 


VII 


118 


Exopioides 


IV 


536 


Gastraulacus 


IV 


107 


Exoplectra 


XII 


241 


Gastrodits 


VI 41-252 


Exops 


IV 


534 


Gastrœidea 


X 


369 


Exopsoides 


IV 


536 


Gastrogyna 


XI 


212 


F 

1 






Gastrolina 


X 


376 






Gastrophysa 


X 


369 


Falacer 


V 


466 


Gastroi'hopalus 


H 


154 


Falagria 


II 


28 


Gaulodes 


II 


315 


Faronus 


II 


168 


Gaurotes 


VIII 


442 


Fatua 


XII 


15 


Gavirga 


X 


436 


Foute 


III 


253 


Gcdeon 


V 


186 



364 


TABLE ALPHADÉTIQUE. 








Toraes 


Pages. 




Tomes 


Pages. 


Geloharpya 


IX 


405 


Glénéides 


IX 


841 


Goloptera 


X 


253 


Gleiiidion 


XI 


103 


Gemmatis 


III 


380 


Globarid 


I 


460 


Gemylus 


IX 


620 


Globicoi'nis 


II 


466 


Genethila 


VII 


509 


Glochinorhinus 


Vil 


103 


Geniates 


III 


386 


Glycia 


I 


HO 


Géniatides 


III 


381 


Gtyciphana 


III 


S2S 


Genomecus 


IV 


221 


Glyphiderus 


III 


69 


Gentinadis 


V 


484 


Glyphodactyla 


1 


114 


Genuohus 


III 


548 


Glypthaga 


IX 


673 


Genyocerus 


VII 


398 


Glyplina 


XI 


71 


Genyodonta 


III 


485 


Glyptoderus 


*I 


224 


Geobaenus 


I 


272 


Glyptoma 


II 


148 


Geobatus 


III 


215 


Glyptopterus 


I 


323 


Geobius 


I 


213 


Glyptoscelis 


X 


322 


Geoborus 


V 


77 


Glytosomus 


VI 


190 


Geodiomus 


I 


300 


Glyptotus 


V 


729 


Geonemiotes 


VI 


243 


Glyptus 


I 


255 


Geonemus 


VI 


131 


Gnaphalodes 


VIII 


278 


Geonomus 


VI 


131 


Gnaphatoryx 


m 


27 


Geopinus 


I 


260 


Gnaptor 


V 


142 


Geopyris 


IV 


332 


Gnathaphanus 


I 


299 


Geoi'gia 


IX 


148 


Gnathium 


V 


692 


GEORY8SINS 


II 


490 


Gnathocera 


111 


518 


Georyssus 


II 


4'JO 


Gnathocerus 


V 


322 


Geoscopus 


V 


622 


Gnalhœnia 


IX 


431 


Geotragus 


VI 


90 


Gnatholabis 


m 


325 


Geotrogus 


III 


281 


Gnatholea 


Vlll 


284 


Geotrupes 


III 


144 


Gnathophorus 


Vlll 


22 


Geotrupides 


III 


138 


Gnathosiides 


V 


33 


Gerauorhinus 


VI 


627 


Gnathosia 


V 


38 


Geronia 


IV 


38 


Gnathoxis 


1 


196 


Geta 


I 


189 


Gnathymenus 


11 


153 


Getetuna 


IX 


509 


Gnoma 


IX 


366 


Gethosynus 


XI 


116 


Gnomioes 


IX 


363 


Gibbium 


IV 


516 


Gnomidolon 


VIII 


530 


Gisostola 


IX 


913 


Gnophota 


V 


66 


Glaphyrides 


III 


159 


Gnorimus 


m 


563 


Glaphyrus 


III 


164 


Gœrius 


II 


79 


Glaresis 


III 


154 


Goes 


IX 


330 


Glaridorhinus 


VI 


621 


Golgia 


XII 


110 


Glaucytes 


IX 


119 


GOLIATHIDES 


m 


471 


Glaucytides 


IX 


118 


Goliathus 


m 


472 


Gleuea 


IX 


843 


Golofa 


m 


443 



TABLE ALPHABÉTIQUE. 



365 





Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Page». 


Gùlsinda 


IX 


370 


Guai'itus 


IX 


877 


Goniadera 


V 


392 


Gymnôtides 


III 


496 


Goniages 


IX 


393 


Gymnetis 


III 


499 


Goiiiaspidius 


m 


190 


Gymnétrides 


VII 


6 


Goiiioctena 


X 


432 


Gymuetron 


vu 


7 


GONIOCTÉNITES 


X 


432 


Gymnocerus 


IX 


721 


Goniophthalma 


IV 


88 


GymnocheUis 


II 


346 


Gouiopleui'a 


XI 


248 


Gyrnnochila 


II 


346 


GONIOPLEURITES 


XI 


247 


Gymnochilides 


II 


344 


Goniotropis 


I 


137 


Gymnodus 


m 


557 


GONIPTÉRIDES 


VI 


391 


Gymnogaster 


m 


291 


Goniplerus 


VI 


393 


Gymnognathus 


vu 


525 


Gonocephalum 


V 


267 


Gymnoloma 


III 


189 


Gonocnemis 


V 


469 


Gymnopleuriues 


III 


72 


Gonodera 


V 


504 


Gymnopleurus 


m 


73 


Qonogmius 


V 


129 


Gymnopterion 


VIII 


487 


Gonophora 


XI 


300 


Gymnwus 


II 


103 


GONOPRORITES 


XI 


303 


Gyraiiusa 


II 


48 


Gonopus 


V 


236 


Gynandrocerus 


vil 


568 


Gonyacantha 


IX 


212 


Gynandromorphus 


I 


283 


GoTffus 


vu 


145 


Gynaiidrophthalma 


X 


125 


Gorybia 


VIII 


325 


Gynandropus 


1 


284 


Gracilia 


VIII 


358 


Gynandrorhynchus 


VII 


450 


(îi'iiminea 


IX 


909 


Gynaudrotarsus 


I 


283 


Grammicosum 


VIII 


280 


Gyroles 


1 


440 


Grammicus 


V 


104 


GYRINIDES 


I 


433 


Grammœchus 


IX 


498 


Gyrinus 


I 


438 


Grammogi'aphus 


IX 


71 


Gyriodera 


X 


118 


Grammophorus 


IV 


187 


Gyriosomus 


V 


166 


Grammoptera 


VIII 


445 


Gyrohypnus 


II 


63 


GRAnilPTÉllIDES 


I 


173 


Gyrophaena 


II 


43 


Graphipterus 


I 


174 


H 






Graphisurus 


IX 


786 






Graphodems 


I 


431 


Habrissus 


vil 


547 


Graphorhinus 


VI 


133 


Habrocerus 


II 


56 


Graptodera 


XI 


59 


Habrjdactylus 


xu 


58 


Griburius 


X 


166 


Habvophora 


X 


278 


Giomilus 


VI 


621 


Habrotoma 


II 


466 


Gromphas 


m 


100 


Hadroceruô 


m 


313 


Gronops 


VI 


304 


Hadi'oraerus 


VI 


102 


Gryllica 


IX 


903 


Hadroplontus 


vu 


198 


Gryllicides 


IX 


902 


Hadiopus 


VI 


112 


Grypidius 


VI 


474 


Iladroi'hinus 


VI 


168 


Guioperus 


VII 


78 


Hadius 


V 


274 



366 



TAUJ.K ALPHABÉTIQUE. 





Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


rages. 


Htematodes 


II 


72 


Haais 


XII 


215 


HiBmonia 


X 


CO 


Hebascus 


II 


314 


Halecia 


iV 


23 


Ilebecerus 


IX 


514 


Halictophagus 


V 


646 


Hébésécides 


IX 


510 


Haliplides 


I 


ilO 


Ilebesecis 


IX 


514 


Haliplus 


I 


411 


Hobostola 


IX 


911 


Hallomeuus 


V 


543 


Hébestolides 


IX 


910 


Hallothamus 


IX 


644 


Hechinoschema 


IX 


318 


Haltica 


XI 


59 


Hecphora 


IX 


874 


HALTICIDES 


XI 


6 


Hectarthrum 


II 


396 


Halticitks 


XI 


58 


Hecyra 


IX 


518 


Halyzia 


XII 


180 


Hecyi'ida 


IX 


518 


Hamadryades 


VIII 


188 


HlïCYRIDIDES 


IX 


517 


Ramaxohium 


IV 


282 


Hedohia 


IV 


512 


Hamraoderus 


IX 


324 


Hedybius 


IV 


390 


Hammonia 


IV 


.241 


Hedypathes 


IX 


749 


Hammaticherus 


VIH 


255 


Hedyphanes 


V 


453 


Haiiiotus 


II 


171 


Hegemona 


V 


448 


Hapaloderus 


IV 


365 


Hcgeter 


V 


55 


Hapalonychus 


III 


137 


Heilipus 


VI 


457 


Hapheniastus 


IX 


888 


Heloius 


V 


347 


Haplochile 


I 


185 


Heléides 
Helichus 


V 

II 


343 


Haplocœlus 


I 


323 


506 


Haplonycha 


III 


230 


Heliobletus 


XII 


119 


Haplonycides 


VII 


16 


Heliocaniharus 


III 


66 


Haplonyx 


VII 


17 


Heliocopris 


III 


96 


Haplopeza 


I 


133 


Ileliodromus 


V 


50 


Haplopistkius 


I 


2(>!) 


Uehomanes 


vin 


486 


Haplopus 


VI 


394 


Heliopathes 


V 


248 


Ilaptoderus 


1 


323 


HeliopMhts 


V 


248 


llargium 


VIII 


428 


Hciiûphugus 


V 


443 


Harminius 


IV 


120 


Ucliotaurus 


V 


511 


Haimouia 


XII 


179 


Helisteres 


V 


443 


Harpacterus 


VII 


315 


Ik'lixœa 


IX 


379 


Hai-pactes 


I 


238 


Helladia 


IX 


861 


Harpalides 


I 


285 


Helluo 


I 


92 


Harpalus 


I 


295 


Helluodes 


I 


92 


Harpina 


III 


197 


Uelluomorpha 


1 


95 


Harpognathus 


H 


137' 


Helluonides 


I 


90 


Harposcolis 


lli 


398 


Ilelobia 


I 


50 


Haruspex 


VIII 


326 


nehbius 


I 


452 


Hastatis 


IX 


907 


Hdochares 


I 


456 


Hathlia 


IX 


542 


llelodes 


X 


372 


Haithliodes 


IX 


542 


lidœotrechtis 


1 


149 





TABLE ALPUABÉTIQUE. 




367 




Tomes 


Pages. 




Tomes 


Pages. 


Holonychus 


VI 


28 


Hesperophanes 


VIII 


273 


Helopuorides 


I 


465 


Ilesperophilus _ 


11 


114 


Helophopus 


I 


46S 


Hesthesis 


VIII 


512 


HllLOPlDES 


V 


429 


Hestima 


IX 


478 


HÉLOPINIDES 


V 


457 


Hesycha 


IX 


673 


Uelojiinus 


V 


460 


Hcsychotypa 


IX 


672 


Helops 


V 


450 


Hetœrius 


II 


268 


Helota 


XII 


16 


Heteracantha 


I 


307 


HÉLOTIDES 


XII 


13 


Ileterachtes 


VIII 


333 


llolvina 


IX 


688 


Heterarthron 


IV 


334 


llelymœus 


IX 


26 


Hetoraspis 


X 


284 


Ileinesthocera 


VIII 


342 


Hétéraspites 


X 


282 


Hemicera 


V 


308 


Heterispa 


XI 


321' 


Hemicladus 


IX 


906 


HÉTÉROCÉRIDE8 


II 




513 


Hemicodes 


IX 


484 


Heterocerus 


11 


515 


Hemicrepidius 


IV 


198 


Heterocheira 


V 


333 


Hemicyolus 


V 


411 


Ileterochelns 


m 


186 


Hemideres 


VII 


135 


Heteroolita 


m 


491 


Heœigaster 


vil 


'154 


Heteroulytomorpha 


IX 


475 


Hemilissa 


VIII 


327 


Ueterocnemis 


III 


531 


Hemilophus 


IX 


884 


Heterocrepidius 


IV 


170 


Hemiops 


IV 


228 


Heterodactylus 


1 


275 


IIEMIPÉPLIDBS 


II 


404 


Eetei-oderes 


IV 


187 


Ilemipephis 


II 
III 


404 
519 


Ileterodromia 
Ueterogastcr 


II 


409 


llemipharis 


VIII 


351 


Ilemiplatys 


X 


282 


Ueterogomphus 


m 


437 


Hemipyxis 


XI 


79 


Heterolepis 


Vîll 


381 


HÉMlItRIPIDES 


ly 


148 
148 


Ueteromorpha 

Heteronychides 

Heteronychus 


1 

m 
m 


131 


Hemirhipis 


223 


Hemisphœrota 


XI 


361 


400 


Heiniteles 


I 


186 


Heteronyx 


m 


231 


Uenicodes 


IX 
V 


484 
661 


Ueteropaipus 
Ileterophaga 


IX 


230 


Henous 


V 


333 


Hephœstipn 


VIII 


474 


lletci'ophana 


m 


492 


Hephebooerus 


VII 


416 


Iletorophthalmus 


m 


381 


Uephialtes 


VIII 


146 


Heterophylus 


V 


311 


Heplamera 


m 


227 


HeteropUa 


m 


328 


Heptadonta 


1 


17 


Heterùps 


IX 


127 


Heptarthtius 


X 


173 


Hetkrofsides 


IX 


121 


Ueptaulacus 


III 


115 


Ueteropus 


IV 


171 


Hermœophaga 


XI 


123 


Heterorhina 


m 


'483 


Uermerius 


VIII 
V 


112 
123 


Heteroscelis 
Heteroscboinus 


1 


182 


lluipiscius 


VI 


40 


Uei'pisticus 


VI 


89 


Heterosoma 


m 


491 



368 



TADLB ALFUAUÉTIUUE. 





Tomes. 


rages. 




Tomes. 


Pages. 


Hetcrosternus 


m 


360 


HlSPITES 


XI 


332 


Heterostomis 


X 


138 


Hispodonta 


XI 


284 


Hbterotahsides 


V 


392 


HiSPODONTITES 


XI 


284 


Heterotarsus 


V 


398 


Hispoleptis 


XI 


283 


Heteroth'ops 


11 


83 


HlSPOLEPTITES 


XI 


283 


Heterotoxus 


VII 


283 


Hispopria 


XI 


297 


Heterotrichus 


X 


316 


Hippuriphila 


XI 


63 


Hcxagonia 


I 


69 


Hister 


II 


260 


Hexagonochilus 


V 


106 


HlSTÉniDES 


II 


252 


Hexaphyllum 


m 


38 


HISTÉRIENS 


II 


243 


Hexaphylltts 


m 


22 


Histerotarsus 


IX 


770 


iiexatricha 


IX 


2S6 


Holacanthus 


VIII 


314 


Hbxatrichidhs 


IX 


254 


Holciophorus 


I 


401 


Ilexarthriiis 


III 


22 


lloloorhinus 


VI 


181 


Hexarthrum 


VII 


3U 


Holisus 


II 


64 


Hexodon 


m 


392 


Holobus 


II 


155 


Hexodontides 


III 


391 


Holocephalus 


III 


96 


Hexoplon 


vin 


330 


Uolocnemis 


II 


205 


Hierogyna 


IX 


398 


Hololeius 


I 


227 


Hilarianns 


III 


270 


Hololepta 


II 


249 


Hilarolea 


IX 


890 


HOLOLEPTIDES 


II 


248 


HlLÉTlDES 


I 


47 


llololissus 


I 


187 


Hiletus 


I 


48 


Holonotus 


VIII 


185 


Himantocera 


IX 


364 


Holonyohus 


VI 


28 


HlBATlBUTES 


XI 


361 


Holoparamecus 


II 


435 


Himatidium 


XI 


362 


Holoptorus 


VIII 


394 


Himantismus 


V 


80 


Iloloscelis 


I 


163 


Himera 


X 


292 


Holotrichia 


m 


283 


Hinda 


XII 


232 


Holotrochus 


II 


113 


Ilipomelus 


V 


193 


HomiBotarsus 


II 


90 


Hippaphesis 


IX 


587 


Homala 


V 


46 


Hippodamia 


XII 


468 


Homalii'hinus 


V 


330 


HlPPOnABUTBS 


Xll 


167 


Homalispa 


XI 


279 


Hippolœtis 


I 


303 


Horaalisus 


IV 


303 


Ilippomelas 


IV 


27 


Homalocerus 


VI 


526 


Hippopsicon 


IX 


694 


Homalochilus 


m 


270 


HlPPOPSlDBS 


IX 


690 


Homaloderes 


V 


92 


Hippopsis 


IX 


698 


Ilomalolachnus 


I 


220 


HlPPOnUINlDBS 


VI 


323 


Homalomelas 


VIll 


525 


Hipporhinus 


VI 


325 


Homalomoppha 


I 


187 


Huspa 


XI 


333 


Hùmalonotiis 


VU 


39 


Hispalis 


I 


301 


Homaloptei'us 


X 


90 


Hispella 


XI 


334 


Homalorhiuus 


VI 


338 


HISPIDES 


XI 


251 


Homalota 


II 


32 





TABLE ♦U'BABÉTIOUË. 




369 




Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Homalotrichus 


11 


1S3 


Hormocerus 


VII 


447 


Ilomapterm 


VI 


77 


Hormotrophus 


VI 


211 


Homelix 


IX 


436 


Horonotus 


III 


421 


Homethos 


I 


118 


Hostilina 


m 


233 


Homocerus 


II 


67 


Hotarionomus 


IX 


342 


Homocopsis 


III 


97 


Hucus 


VII 


539 


Homocyrtus 


V 


479 


Hyagnis 


IX 


584 


Homœomorphus 


m 


426 


Hyas 


IV 


313 


Homœmota 


IX 


90 


Hybalus 


III 


128 


Homonea 


IX 


473 


Eybauchenia 


VI 


251 


HOMONÉIDES 


IX 


469 


Hyboma 


III 


79 


Homonyx 


m 


361 


Hybomorphus 


VII 


141 


Homopterus 


II 


10 


Bybonotus 


V 


421 


Homotyphus 


XI 


106 


Hybophorus 


VII 


66 


Hoplarion 


V 


271 


Hybosa 


XI 


381 


Hoplia 


III 


193 


Hybosites 


XI 


380 


Hoplideres 


VIII 


67 


Hybosorides 


III 


132 


HOPLIDES 


III 


174 


Hybosorus 


III 


133 


HOPLIDES VRAIES 


III 


18.'> 


Uyclams 


V 


667 


Hoplionota 


XI 


3S7 


Hydaticus 


I 


431 


HOPLIONOTITES 


XI 


357 


Uydera 


II 


502 


Hopliopsis 


m 


194 


Hydmosyne 


XI 


115 


Hoplistocerus 


IX 


729 


Hydnobius 


II 


216 


Hoplitopales 


VII 


29 


Hydnocera 


IV 


471 


Hoplitotrachelus 


VI 


295 


Hydrachna 


l 


412 


Hoplitus 


I 


411 


Hydrœna 


I 


469 


Hoplocerambyx 


VIII 


260 


Hydraschema 


IX 


899 


Hoplocneme 


VI 


621 


Uydrium 


I 


382 


noplogenius 


I 


227 


Hydrobiites 


1 


454 


Hoplognathus 


III 


365 


Hydrobius 


I 


455 


Hoplolenus 


I 


229 


Hydrocanthus 


I 


419 


Hoplonotus 


IX 


270 


Hydrocharis 


I 


452 


Hoplonyx 


V 


468 


Ilydrochus 


I 


466 


Hoploparoxus 


VII 


23 


Ihjdrodima 


I 


450 


Hoplopteryx 


VIII 


184 


Hydronomus 


VI 


484 


Hoploprcs 


III 


328 


Hydrophilides 


I 


447 


Hoploscelis 


III 


184 


Hydrophilus 


I 


430 


Hoploscelis 


VIII 


138 


Hydroporides 


I 


413 


Boplosia 


IX 


633 


Hydroporomorpha 


II 


519 


Hoplosternus 


III 


297 


Hydroporus 


I 


415 


Hoplostomus 


m 


546 


Hydrosoma 


I 


450 


lloratoma 


V 


89 


Ilydrous 


I 


452 


Horatopyga 


X 


412 


Hygrobia 


I 


412 


Horia 


V 


663 


Hygronoma 


II 


38 


Coléoptères. 


Tome XII. 






24 





370 



lABLK ALPHABÉTIQUE. 





Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pagos. 


Hygrotus 


1 


415 


Hyporplatys 


IX 


776 


Hylaia 


XII 


m 


HyphiBnia 


XI 


242 


Hylaspes 


XI 


237 


Hyphœreon 


I 


284 


Hylaspites 


XI 


237 


Hyphantus 


XI 


160 


Hylastes 


vu 


358 


Hypharpax 


I 


282 


Hylecthrus 


V 


645 


Hypherpus 


I 


323 


Hylesinus 


vu 


362 


Hyphus 


VIII 


226 


Hylethus 


IX 


787 


Hyphydrus 


I 


414 


Hylithus 


V 


62 


Hypnoidus 


IV 


190 


Hyllisia 


IX 


696 


Hypnophila 


XI 


131 


Hylobiides 


VI 


442 


Hypobopus 


VII 


379 


Hylobius 


VI 


454 


llypocalis 


V 


427 


Hylobrotus 


IX 


538 


Hypocéphalides 


VIII 


28 


Hylocharos 


IV 


114 


Hypocephalus 


VIII 


30 


Hylodroinus 


XI 


109 


Hypoceras 


XII 


225 


Hylœcetus 


IV 


502 


Hypocœlus 


IV 


118 


Uylonoma 


V 


3'25 


Hypocolobus 


VI 


299 


Hylorus 


IX 


34 


Hypocoprus 


II 


426 


Hylotorus 


II 


15 


Hypocyphtus 


II 


51 


Hylotrupes 


IX 


45 


Hypocyptus 


II 


SI 


Hylurgus 


VII 


359 


Hypodesis 


1 


202 


Hymelania 


V 


504 


Hypœschrus 


VIII 


218 


Hymenesia 


XI 


199 


Hypogena 


V 


336 


Hymenontia 


m 


203 


Hypoglyptus 


VI 


482 


Hymenophorus 


V 


504 


Hypolampsis 


XI 


120 


Hymenoplia 


III 


203 


Hypolithus 


I 


295 


Uymemrus 


V 


504 


Hypomares 


VIII 


223 


Uymetes 


X 


204 


Hypomeces 


VI 


99 


Hypaniherus 


XI 


103 


Hypomia 


IX 


716 


Hypatium 


IX 


13 


Hypophlœus 


V 


338 


Hypera 


VI 


400 


Hypopliolis 


m 


299 


Hyperantha 


IV 


54 


Hypoptus 


VI 


271 


Hyperaspis 


XII 


229 


Ilyporhagus 


V 


737 


Hypéhaspites 


XII 


220 


Hyporhiza 


III 


261 


Hyperaxis (1) 


X 


279 


Hyposarothra 


VII 


290 


HYPÉniDES 


VI 


3i)5 


ilypotelus 


II 


130 


Hyperion 


1 


182 


llypotheiiemus 


VII 


374 


Jlyperis 


m 


195 


Hypselogcnia 


III 


473 


Hypermallus 


VIII 


302 


Hypsoloruus 


IX 


669 


Hypéuopiues 


V 


60 


Uypselonotus 


XII 


62 


Hyperops 


V 


61 


Hypselops 


V 


83 








Ilypselotropis 


vu 


488 


(i) Au lieu de 


Metaxis déj 


1 om- 


Hypselus 


VI 


501 


ployé. 






Hypseus 


VII 


529 





TABLE ALPHABÉTIQUE. 




371 




Tomos. 


Pages. 




Tomes. 


PïgOS. 


Hypsioma 


IX 


67S 


Inesida 


IX 


436 


Uypsiophthalmus 


IV 


204 


Iniopachys 


I 


54 


Hypsomus 


VI 


469 


Ino 


II 


405 


Hypsonotus 


VI 


268 


Inopeplus 


II 


405 


Hypsophorus 


VII 


132 


Involvulus 


VI 


544 


Hypsosoma 


V 


49 


lœsse 


IX 


449 


Hypulus 


V 


553 


lûle 


IX 


839 


Hysia 


XII 


175 


lonthocerus 


VII 


414 


llystatus 


VIII 


134 


lonthodes 


IX 


6 


Hystérarthrides 


IX 


231 


lotherium 


VIII 


190 


Hysterarthron 


IX 


232 


lothocera 


IX 


308 


Hystrichopus 


I 


114 


Iphiastus 


IX 


502 


I 






Iphicerus 


V 


406 






Iphiclus 


XII 


59 


lalissus 


VIII 


88 


Iphldea 


XI 


188 


Ibidiomorphum 


IX 


450 


Iphimeis 


X 


240 


Ibidion 


VIII 


331 


IPUIMÉtTES 


X 


230 


Ichnea 


IV 


476 


Iphiote 


IX 


451 


Ichnodes 


V 


682 


Iphipus 


VI 


509 


Ichthiosoma 


IX 


246 


Iphis 


IV 


151 


Ichthiosomus 


IX 


248 


Iphitrea 


XI 


55 


Ichthydion 


V 


578 


Iphiiis 


V 


405 


Ichthyurus 


IV 


361 


Iphthimus 


V 


370 


Icosium 


VIII 


236 


IPIDES 


II 


326 


Ictinus 


I 


156 


Ipidia 


II 


304 


Id.icantha 


XI 


161 


Ipjchira 


IX 


808 


Idalia 


XII 


175 


Ipochus 


IX 


276 


Idiocephala 


X 


189 


Ipocregyes 


IX 


373 


Idiocnema 


III 


338 


Ipomoria 


IX 


92 


Idiomorphus 


I 


254 


Ipothalia 


IX 


27 


Idiopus 


VII 


511 


Ips 


II 


327 


Igenia 


VIII 


344 


Irenes 


X 


280 


Igualda 


IX 


914 


Iresia 


I 


15 


Ileoraus 


VI 


440 


Iresioides 


IX 


120 


Illœna 


IX 


816 


Irichroa 


I 


62 


Illops 


IV 


388 


Irœnus 


II 


127 


llybius 


I 


424 


Isacantha 


VI 


524 


Imantocera 


IX 


304 


Isalium 


VIII 


385 


Imatidium 


XI 


301 


Lsaniris 


VI 


179 


Imatismits 


V 


80 


harthron 


VIII 


208 


Imatium 


XI 


121 


Isarthrus 


IV 


110 


Imbnis 


VIII 


261 


hcadida 


X 


412 


Inca 


III 


55(i 


Ischaena 


II 


306 


ludalmus 


XII 


103 


Ischasia 


VIII 


508 



372 


TABLE ALP 


HABÉTIQUE. 








Tomos. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Ischiocentra 


IX 


673 


Isotarsxis 


I 


211 


Ischioloncha 


IX 


711 


Isotoma 


V 


572 


ISCHIOLONCUIDES 


IX 


709 


Isotomus 


IX 


68 


ISCHIOFACUITES 


X 


151 


Isse 


IX 


806 


Ischiopachys 


X 


153 


Isthmiade 


VIII 


504 


Ischiuplitos 


IX 


553 


Itamus 


I 


160 


Ischnocei'us 


vu 


505 


Itheum 


IX 


715 


Ischnochelus 


111 


188 


Ithocritus 


IX 


448 


Isclmocnemis 


IX 


185 


Ituycérides 


VI 


405 


Ischnodes 


IV 


187 


Ithyoorus 


VI 


406 


Ischnodora 


IX 


72 


Ithyporus 


VII 


57 


Jschnotea 


IX 


623 


Ithystenus 


VII 


467 


Ischnomera 


V 


710 


Jasais 


IX 


536 


Ischnomerus 


VII 


m 


Ixodina 


111 


111 


Ischnophygas 


IX 


902 


3 






Ischnopoda 
Ischnoscelis 


II 
III 


31 

489 


Jamesia 


IX 


669 


Ischnosoma 
Ischnostoma 


II 
III 


59 
490 


Jauravia 
Javeta 


Xll 
XI 


258 
339 


ISCBNOSTOMIDES 

Ischnotrachelus 


III 

VI 


488 
76 


Jodamus 
Julodia 


IV 
VIII 


430 
445 


Ischyromerus 
Ischyropalpm 


VII 
V 


446 
596 


JULODIDBS 

Julodis 
Juffinos 


IV 
IV 

m 


10 
12 

482 


ISCHYROSONTCHITES 


XI 


382 








Ischyrosonyx 


XI 


382 


K 






Ischyrus 


XII 


35 


Korynetes 


IV 


489 


Isocerus 


V 


246 


Kumea 


11 


176 


Isochnus 


VI 


588 


L 






Isodon 


m 


411 






Isomalus 


11 


128 


Labiflognatha 


X 


128 


Isomerida 


IX 


887 


Labiilomera 


X 


394 


Isomerinthus 


VI 


152 


Labidostomis 


X 


106 


Isomerus 


VI 


420 


Labocephalus 


1 


144 


Isomira 


V 


504 


Laccobius 


1 


457 


Jsonotus 


11 


396 


Laccophilus 


1 


420 


Isonychus 


m 


247 


Laccoproctus 


VI 


460 


Isopleurus 


I 


332 


Laccoptera 


XI 


408 


Isopteron 


V 


202 


Lacheuus 


1 


200 


Isora 


Xll 


201 


Lachnabothra 


X 


191 


Isorhipis 


IV 


100 


LachniEa 


X 


112 


ISORUYNCHIDES 


Vil 


172 


Lacliuocropis 


1 


394 


Isorliynchus 


VII 


176 


Laclinodera 


111 


302 


Isosce/cs 


IX 


8C4 


Lachnogya 


V 


59 


Isosoma 


IV 


234 


Laohnophorus 


I 


377 





TABLE ALPHABÉTIQUE. 




373 




Tomes. 


Pages. 




Tome». 


Pages. 


Lachnopterus 


VIII 


264 


Lamprocora 


IV 


311 


Lachnopus 


VI 


122 


Lamprocloptes 


IX 


878 


Lachnostema 


m 


28S 


Lamprodcs 


IV 


321 


Lachœrus 


IX 


683 


Lamprolina 


X 


426 


Lacon 


IV 


141 


Lamproraei'us 


VIII* 


350 


Lacpatica 


XI 


124 


Lampronetes 


IV 


330 


Lactica 


XI 


124 


Lampropterus 


VIII 


489 


Lacticites 


XI 


123 


Lampropus 


III 


401 


Ladoria 


XII 


222 


Lamprorhiza 


IV 


330 


Lœmophlœus 


II 


411 


Lamprosoma 


X 


216 


Lœmosacous 


VII 


13 


LAMPROSOMIDES 


X 


212 


Laena 


V 


439 


Lamprosphœrus 


X 


234 


LaBtaaa 


XI 


162 


Lamprotomus 


IV 


330 


Lagarus 


I 


323 


Lampyiiides 


IV 


304 


Lagenoderus 


VI 


547 


Lampyris 


IV 


330 


Lagocheirus 


IX 


762 


Lamus 


V 


387 


Lagochile 


III 


343 


Lamyrus 


VI 


595 


Lagochiiiis 


IX 


762 


Langelandia 


II 


433 


Lagopezus 


VII 


540 


Languria 


XII 


12 


Lagûsterna 


III 


305 


LANGURIDES 


XII 


11 


Lagostomus 


VI 


109 


Langurites 


XII 


14 


Lagria 


V 


569 


Laparocerus 


VI 


198 


LAGRIIDES 


V 


563 


Laphris 


XI 


238 


Lagriides vraies 


V 


5G8 


Laphyra 


I 


17 


Lairus 


IV 


261 


Lara 


II 


501 


Laius 


IV 


384 


Laricobius 


IV 


487 


Lalagetes 


VI 


171 


Lariniis 


VI 


437 


LAMELLICORNES 


III 


48 


Larœsima 


IX 


663 


LamELL. LAPAUOSTICT 


- 




Larvica 


IX 


681 


QIIES 


III 


59 


Lasconotus 


II 


367 


LaMELL. PLEUHOSTICTl 


- 




Lasia 


XII 


256 


QUES 


III 


167 


Lasiooala 


III 


362 


Lamia 


IX 


297 


Lasiocera 


I 


376 


LAMIIDES 


IX 


238 


Lasiocnemus 


VI 


268 


Lamudes vraies 


IX 


287 


Lasioiiactylus 


II 


317 


Lamiides vraies 


IX 


293 


Lasiodera 


IV 


479 


Lampetis 


IV 


27 


Lasioderus 


V 


238 


Lampra 


IV 


36 


Lasionota 


IV 


55 


Lamprias 


1 


127 


Lasiopsis 


III 


280 


Lamprigera 


IV 


329 


Lasiopus 


VI 


270 


Lamprima 


m 


17 


Lasiorhynchites 


VI 


544 


Lamphimides 


III 


14 


Lasiorhynchus 


vu 


469 


Lamprinus 


II 


52 


Lasiostola 


V 


181 


Lamprocantha 


VIII 


314 


Lasius 


IV 


400 



374 



TABLB ALPHABETIQUE. 





Tomet. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


LATHRIDIEN8 


II 


430 


Leontium 


IX 


19 


Lathridius 


II 


436 


Leontochœta 


III 


304 


LatlnimaBum 


11 


441 


Lcpargtis 


IX 


633 


Lathrium 


II 


142 


Leperina 


II 


343 


LathrObium 


II 


93 


Lepidiota 


m 


301 


Lathrœus 


IX 


764 


Lepidodtis 


m 


22 


Lathropus 


II 


412 


Lepidophorus 


VI 


399 


Latipalpis 


IV 


30 


Lepidopteryx 


II 


346 


Latiphronus 


VI 


S84 


Lepina 


X 


326 


Latometus 


V 


297 


Lepisia 


m 


193 


Latona 


II 


91 


Lepisomus 


VII 


362 


Latrinus 


II 


435 


Lepispilus 


V 


413 


Laziopezus 


IX 


395 


Lepitrix 


III 


180 


Lebasiella 


IV 


488 


Leprodera 


IX 


305 


Lobia 


1 


127 


Lepromoris 


IX 


271 


Lediidbs 


I 


102 


Lepronida 


X 


255 


Lebioderus 


II 


12 


Lepronota 


X 


241 


Lecanomerus 


I 


280 


Lepropus 


VI 


94 


Lecriops 


vn 


149 


Leprosoma 


IX 


271 


Leichenum 


V 


278 


Leprosomus 


VI 


362 


Leiestes 


XII 


139 


Loprotes 


X 


279 


Leiestites 


XII 


137 


Leprotitbs 


X 


268 


Leiochiton 


I 


238 


Leptacinus 


II 


69 


Leiocnemis 


I 


332 


Leptaleus 


V 


592 


Leioderes 


IX 


31 


Loptarthra 


XI 


227 


Leiodes 


II 


219 


Leptia 


rv 


45 


Loionota 


II 


250 


Leptidoa 


VIII 


481 


Leiophlœus 


VI 


41 


Loptinotarsa 


X 


390 


Leiopus 


IX 


775 


Leptinus 


II 


207 


Leiosomus 


VI 


357 


Leptispa 


XI 


270 


Leipommata 


VII 


333 


Leptobarls 


VII 


247 


Leirus 


I 


332 


Leptocera 


IX 


119 


Leis 


XII 


200 


Leptocerus 


VI 


66 


Leistostrophus 


II 


76 


Leptochirus 


II 


123 


Leistus 


I 


52 


Leptocnemus 


IX 


183 


Leja 


I 


382 


Leptodadyla 


I 


146 


Lema 


X 


72 


Lepiodérides 


11 


193 


Lembodes 


vil 


99 


Leptoderus 


II 


196 


Lomidla 


IV 


470 


Lcptodes 


V 


109 


I.cmnia 


XII 


197 


Leptoridiis 


11 


196 


Lumodefl 


V 


604 


Leptognatkus 


m 


463 


LemosaCIDEs 


vu 


12 


Leptomorpha 


V 


150 


Lemphus 


IV 


396 


Leptonemus 


vu 


555 


Leoeœta 


III 


304 


Leptoncrta 


IX 


m 





TABLE ALPHABÉTIQUE. 




378 




Tomos. 


Pages. 




Tomei. 


Pages. 


Lrptonotides 


IX 


483 


Licinus 


I 


233 


Leptonychus 


V 


18 


Ligniperda 


m 


43 


Leptophyllus 


IV 


163 


Lignyodes 


VI 


604 


Leptops 


VI 


2S3 


Ligyrus 


III 


408 


LïPTOPSIDES 


VI 


232 


Limeuta 


X 


438 


Leptopvs 


III 


310 


Limnebius 


I 


460 


Leptorhynchus 


VU 


467 


LlMNICHIDES 


II 


488 


Leptoscelis 


IX 


769 


Limnichus 


II 


486 


Leptoscholnus 


VII 


237 


Limnius 


II 


509 


Leptosomus 


VI 


63 


Limobius 


VI 


402 


Leptostethus 


VI 


2S9 


Limonius 


IV 


182 


Loptostylus 


IX 


771 


Limozota 


VIII 


339 


Leptotrachelus 


I 


76 


Lina 


X 


375 


Leptotrichus 


XI 


108 


Linda 


IX 


870 


Leptura 


VIII 


44S 


Linomnis 


VIII 


486 


Lepturges 


IX 


777 


Linozosta 


XI 


125 


Lefturides 


VIII 


424 


Liocleonus 


VI 


431 


Leptvs 


II 


414 


Lioderes 


IX 


SI 


Leptynoderes 


V 


127 


L iodes . 


H 


219 


Leptynopterus 


III 


Ï7 


Liogenys 


m 


268 


Lepyrus 


VI 


4.'52 


Lionyohus 


I 


123 


Lesteva 


II 


137 


Liophlœus 


VI 


41 


Lestions 


I 


312 


Lioplacis 


X 


437 


Lestigaathus 


I 


345 


Lioptenis 


I 


424 


Lethonymus 


V 


707 


Liopus 


IX 


775 


Lethrus 


III 


147 


Liostraca 


m 


812 


Loucastea 


X 


94 


Liparotrus 


m 


227 


Leucispa 


XI 


266 


Liparocephalus 


II 


529 


Leucoceîis 


m 


531 


Liparochrus 


III 


154 


Leucocera 


X 


388 


Liparoderus 


V 


596 


Leucochromus 


VI 


422 


Liparthrum 


VII 


376 


Leucomigus 


VI 


427 


Liparus 


VI 


386 


Leucopholis 


III 


300 


Lispinus 


II 


126 


Lcucorea 


I 


414 


Lispodemus 


vu 


244 


Leucosomus 


VI 


426 


Lissauchenius 


1 


217 


Leucothyreus 


III 


384 


Lissodenia 


v 


829 


Leuretra 


III 


308 


Lissodes 


IV 


93 


Lia 


1 


130 


Lissogenius 


III 


580 


Lichas 


IV 


267 


Lissomus 


IV 


93 


Liciienophagus 


VI 


188 


LiSSONOTIDES 


IX 


208 


Lichnantlin 


III 


166 


Lissonotus 


IX 


209 


Lichnia 


m 


162 


Lissonotypus 


IX 


210 


Liciinus 


vu 


248 


Lissopterus 


I 


291 


Lk'.inides 


1 


231 


Lissorhinus 


VI 


80 



376 


TABLE ALPHABÉTIQUE. 








Tomes. 


Pages. 




Tomei. 


P(gu. 


Lissotarsus 


I 


323 


Lophea 


X 


316 


Listrocerum 


IX 


465 


Lophidius 


I 


335 


Listrochelus 


III 


287 


Lophobasis 


X 


109 


Listroderes 


VI 


344 


Lophocephala 


VII 


117 


Listronyï 


III 


240 


Lophodes 


VI 


413 


Listroptera 


IX 


107 


Lophoglossus 


I 


401 


Litargus 


II 


445 


Lophoma 


V 


46 


LiTHINIDES 


VI 


349 


Lophonocerus 


IX 


156 


Lithinus 


VI 


351 


Lophopœum 


IX 


765 


Lithocharis 


II 


94 


Lophoptera 


IX 


317 


Lithocrus 


II 


286 


Lophostemus 


VIII 


51 


Lithodus 


VI 


307 


Lophotus 


VI 


413 


Lithonoma 


XI 


90 


Lordites 


II 


316 


Lithophilus 


XII 


76 


Lordops 


VI 


263 


Litoborus 


V 


247 


Loricera 


I 


214 


Litocerus 


VII 


514 


Lotis 


XII 


235 


Litodactylus 


VII 


203 


Loxandrus 


I 


401 


Litomerus 


VII 


43 


Loxocrepis 


I 


362 


Litopus 


IX 


23 


Loxomerus 


I 


275 


Litorhynchus 


VII 


273 


Loxoplûurus 


X 


186 


Litosomus 


VII 


305 


Loxoprosopus 


XI 


111 


Litosonycha 


XI 


145 


Loxopyga 


III 


382 


Liturgus 


vu 


212 


Lubentia 


IX 


348 


Lixus 


VI 


439 


LUCANIDKS 


III 


4 


Lobedcrus 


IV 


169 


Llir.ANinES VHAIS 


III 


19 


Lobetorus 


VI 


224 


Lucanus 


III 


22 


Lobetus 


IV 


362 


Lucernuta 


IV 


317 


Lobiopa 


II 


309 


Lucidota 


IV 


318 


Loboderes 


VII 


223 


Lucio 


IV 


311 


Lobodontus 


I 


142 


Luciola 


IV 


335 


Loboglossa 


V 


718 


Ludius 


IV 


207 


Lobopoda 


V 


500 


Lu perça 


1 


163 


Lobops 


VII 


59 


LtIPÉRITES 


XI 


185 


Lobotrachelus 


VII 


173 


Luperodes 


XI 


187 


Lœmosthenes 


I 


341 


Luperus 


XI 


186 


Lomaptera 


III 


503 


Lutochrus 


II 


503 


Lomechusa 


II 


42 


Lybas 


XII 


44 


Lonchophorus 


VI 


578 


Lycaneptia 


IX 


884 


Lonchosternus 


I 


231 


Lycaria 


X 


420 


Lonchotus 


III 


418 


Lycarutes 


X 


420 


LONGICORNES 


VIII 


5 


Lychnacris 


IV 


309 


Longipaipus 


VIII 


363 


Lyr.hnebius 


IV 


330 


Longitarsus 


XI 


69 


Lychnogaster 


IV 


318 


Lopha 


I 


382 


Lycimophaîs 


X 


218 



TABLE ALPHADÉTIQUB. 



377 





Tomos. 


Pages. 




Tomes. 


P.ges. 


Lychnuris 


IV 


318 


Macrocheirus 


VII 


272 


Lychrosis 


IX 


bH 


Macrochirus 


III 


318 


LVCIDES 


IV 


289 


Macrocnema 


XI 


140 


Lycidius 


n 


102 


Macrocoma 


X 


292 


Lycidola 


IX 


884 


Macrocorynus 


VI 


213 


Lycoides 


IV 


3« 


Macrocrates 


III 


27 


Lycomedes 


m 


452 


MACnODACTYUDES 


III 


243 


Lycoperdina 


XII 


109 


Machodactylides 


VRAIS III 


244 


Ltcopehdinitbs 


XII 


99 


Macrodactylus 


III 


244 


Lyctus 


rv 


547 


Macroderes 


III 


88 


Lycus 


IV 


293 


Macrodes 


IV 


223 


Lydepta 


IX 


672 


Macrodontia 


VIII 


78 


Lydus 


V 


681 


Macrogastei' 


IV 


501 


Lygerus 


IV 


363 


Macrognathus 


m 


27 


Lygesis 


VIII 


386 


Macrolampis 


IV 


321 


Lygistopterus 


IV 


295 


Macrolenia 


X 


78 


Lylibœum 


VIII 


334 


Macrolenes 


X 


110 


Lymantes 


VII 


331 


Macroma 


III 


543 


Lyraexylon 


IV 


S03 


Macromalocera 


IV 


231 


LYMEXYLONES 


IV 


497 


Maoromelea 


XII 


15 


lymnœum 


I 


382 


Macromcms 


VII 


126 


Lyperophorus 


I 


323 


Macronemvs 


IX 


742 


Lyperus 


I 


323 


Macrones 


VIII 


415 


Lypesthes 


X 


273 


Macroiiota 


m 


506 


Lyi)rops 


V 


397 


Macrdnotides 


III 


504 


r.ypsimena 


IX 


653 


Macronychus 


II 


511 


Lyrosoma 


II 


532 


Macropaipus 


II 


137 


Lyrothorax 


I 


323 


Macrophthalmus 


V 


732 


Lystronychus 


V 


514 


Macrophylla 


m 


303 


Lytorius 


VII 


250 


Macrophtllides 


III 


302 


Lytta 


V 


676 


Macroplœa 


X 


60 


M 






Macropoda 


VI 


622 






Macropogon 


IV 


400 


Macaria 


XII 


188 


Macropoides 


III 


360 


Macetes 


X 


293 


Macropophora 


IX 


734 


Machla 


V 


155 


MacropHon 


II 


467 


Machozetus 


I 


238 


Macrops 


VI 


622 


Macracanthus 


I 


205 


Macropterus 


VI 


103 


Macrarthria 


V 


579 


Macropus 


IX 


734 


Macraspis 


III 


345 


Macrorhimis 


VII 


221 


Macratria 


V 


579 


Macrosiagon 


V 


627 


Macrispa 


XI 


297 


Macrosoma 


m 


239 


Macrobamon 


VII 


158 


Macrostornus 


II 


253 


Macrocheilus 


I 


93 


Macrostethus 


V 


365 



378 



TABLE ALPRAB6TIQUB. 





Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


MacrostyluB 


VI 


56 


Margus 


V 


323 


Macrotarsus 


V! 


3m 


Marmarina 


III 


499 


Macrotelus 


IV 


426 


Marmaroglypha 


IX 


350 


Macrotoma 


VIII 


97 


Marmaropus 


VII 


203 


Macrotops 


III 


201 


Mamax 


II 


169 


Madarus 


VII 


256 


Marolia 


V 


554 


Madopterus 


VII 


244 


Marsœus 


X 


296 


McBchidius 


III 


215 


Marseulia 


XI 


219 


Mœniactes 


VII 


113 


Marsyas 


I 


319 


Magdalinidbs 


VI 


570 


Mascalodonta 


IX 


711 


Magdalinus 


VI 


372 


Masoreus 


I 


134 


Magdalis 


VI 


872 


Massicus 


VIII 


260 


Malachius 


IV 


385 


Mastacanthus 


X 


164 


MALACODERMES 


IV 


285 


Mastax 


I 


101 


Malacogaster 


IV 


371 


Mastigocera 


IX 


438 


Malacomacrus 


VIH 


227 


Mastigus 


II 


189 


Malacoptei'us 


VIII 


227 


Mastinocerus 


IV 


347 


Malacoscylns 


IX 


886 


Mastododera 


VIII 


435 


Malacosoma 


XI 


171 


Msistogenius 


IV 


85 


Mallaspis 


VIII 


173 


Mastostethus 


X 


89 


Mallocera 


VIII 


320 


Matus 


I 


422 


Malloderes 


VIII 


83 


Maypa 


m 


2iO 


Malloderma 


IX 


842 


Mecaspis 


VI 


429 


Mallodon 


VIII 


125 


Mecaspls 


IX 


12 


Mallodonhoplus 


VIII 


117 


Mecedanum 


H 


371 


Mallodonopsls 


VIII 


118 


Mbchidiiors 


III 


214 


Mallogaster 


m 


262 


Mechistocerus 


VII 


83 


Mallonia 


IX 


438 


Mecinus 


VI 


481 


Mallosia 


IX 


863 


Meoistes 


X 


322 


Mallosoma 


IX 


123 


Mecistostylus 


VII 


136 


Mallotarsus 


m 


206 


Mecocerus 


VII 


496 


Malonotus 


VI 


243 


Mecocorynus 


VII 


52 


Malthacus 


IV 


332 


Mecoglossa 


IV 


405 


Malthesis 


IV 


367 


Mecolenus 


V 


541 


Malthinus 


IV 


364 


Mecomastyx 


VII 


137 


Malthodes 


IV 


365 


Mecotnetopvs 


IX 


86 


Malthonea 


IX 


641 


Meconemus 


vu 


505 


Malthoptora 


IV 


367 


Mecopselaphiis 


V 


710 


Mandalotus 


VI 


231 


Mecopus 


vu 


187 


Manopus 


III 


235 


Mecosarthron 


VIII 


89 


Manticora 


I 


fi 


Mecosaspis 


IX 


12 


Manticorides 


I 


3 


Mecostethus 


X 


184 


Mantura 


Xi 


42 


Mecotagus 


IX 


319 


Margarluotus 


II 


260 


Mocotarsus 


VII 


317 



TABLB ALPHABÉTIQUE. 



379 





Tomos. 


Pages. 




Tomes. 


Pages- 


Meeothorax 


IV 


187 


Megalostomis 


X 


ISS 


Mecotropis 


vil 


49S 


MÉGALOSTOMITES 


X 


131 


Mecynapus 


IX 


580 


Megalostylus 


VI 


m 


Mecynodera 


X 


45 


MÉGAMÉIUTES 


X 


30 


Méctnodéritks 


X 


U 


Megamerus 


X 


32 


Mecynopus 


VIII 


492 


Megaproctvs 


VII 


281 


Mecynorhina 


III 


479 


Megaprotus 


XII 


58 


Mecynotarsus 


V 


S93 


Megapyga 


XI 


369 


Mecysmoderes 


VII 


201 


Megarhinus 


VI 


593 


Medon 


II 


94 


Megarhipis 


IV 


233 


Medouia 


XI 


144 


Megarthrus 


II 


147 


Mégabasides 


IX 


637 


Mégascélides 


X 


82 


Megabasis 


IX 


CS8 


Megascelis 


X 


83 


Megacantha 


V 


467 


Megasoma 


III 


449 


Mégacanthides 


V 


467 


Megasternum 


I 


474 


Megacephala 


1 


11 


Megathopa 


III 


73 


Mégacépiulides 


1 


9 


Megatrachelus 


V 


68S 


Megacera 


IX 


697 


Megilla 


XII 


169 


Mcgaceras 


III 


433 


Megischia 


V 


309 


Megacerus 


VII 


434 


Megistomela 


X 


398 


Mogacetes 


VII 


196 


Megistops 


XI 


139 


Megacnemius 


IV 


204 


MegodonttiS 


I 


54 


Megacœlus 


VIII 


438 


Megopis 


VIII 


155 


Megœriodes 


IX 


357 


Megops 


VII 


211 


MegacTomis 


II 


58 


Meilichius 


XII 


133 


MlÎGADéRIDBS 


IX 


213 


Meira 


VI 


185 


Megaderus 


IX 


216 


Meladema 


I 


422 


Mcgadcuterus 


IV 


383 


Meladeras 


V 


248 


MÉGAGÉNIIDES 


V 


27 


Meifflnas 


I 


166 


Megagenlus 


V 


27 


Melalgus 


IV 


534 


Megagnathns 


II 


398 


Melambîa 


II 


342 


Megaladerus 


II 


188 


Melambius 


V 


273 


Megalocera 


V 


573 


Melanacfes 


IV 


146 


MogaloDietis 


VI 


244 


Mélanactides 


IV 


144 


Megalomma 


I 


23 


Molanaustor 


IX 


326 


Megalonychus 


I 


352 


Melancrvs 


V 


67 


Megalophrys 


V 


71 


Melandrya 


V 


555 


Megalophthalmus 


IV 


333 


MÉLANDRYIDE8 


V 


533 


MÊGALOPIDES 


X 


80 


Mélanduyiues vraies 


V 


537 


Megalops 


H 


IM 


Melanesthes 


V 


260 


Mogalopus 


X 


91 


Melanispa 


XI 


339 


MegalorMna 


lii 


479 


Melanivs 


I 


323 


Mogalorhipis 


IV 


160 


Melanophila 


IV 


47 


Môgalosoma 


m 


449 


Melanophorus 


V 


74 



380 


TABLE ALPHABÉTIQUE. 








Tomes. 


Pages. 




Tomea. 


Pages. 


Melanopterus 


V 


235 


Meriuvi 


IX 


83 


Melanostola 


V 


18() 


Merilia 


X 


112 


Melanotus 


I 


267 


Merirnuetes 


VI 


204 


Melanoxanthus 


IV 


187 


Morionœda 


VIII 


490 


Melanterius 


VII 


65 


Merionus 


VI 


42 


Melantho 


IV 


145 


Meriphus 


VI 


503 


Melaphorus 


V 


H 


Merismoderus 


II 


11 


Melasia 


V 


322 


Merista 


XI 


228 


Mélasides 


IV 


99 


Merizodus 


I 


369 


Melasis 


IV 


99 


Meroda 


X 


328 


Melasotna 


X 


375 


MlÎRODITES 


X 


327 


Melchus 


vu 


300 


Merodontus 


VI 


266 


Meleus 


VI 


358 


Meropachys 


VIII 


379 


Meligethes 


II 


313 


Meroscelisus 


VIII 


47 


Melina 


X 


345 


Merostenus 


VIII 


396 


Uelinopterus 


III 


115 


Meryx 


II 


368 


Melisodera 


1 


186 


Mesagroicus 


VI 


72 


Melitonoma 


X 


124 


Mesites 


VII 


341 


Melixantbus 


X 


175 


Mesocanthicus 


I 


450 


Melobasis 


IV 


46 


Mesoclastns 


VllI 


30 


Meloe 


V 


658 


Mesocordylus 


VII 


3U 


MÉLOIDES 


V 


648 


Mesodonta 


XI 


205 


Meloides 


V 


666 


Mesolampis 


IV 


318 


MÉLOIDES VRAIS 


V 


657 


Mesolita 


IX 


277 


Mololontha 


m 


295 


Mesophalacrus 


X 


43 


MÉLOLONTIIIDES 


III 


169 


Mosomphalia 


XI 


394 


MÉLOL. VRAIS 


III 


274 


Mésomphaliides 


XI 


392 


Mélol. vrais 


III 


292 


Mésoptilides 


VI 


563 


Melospila 


XI 


227 


Mesoplilius 


VI 


564 


Mélyrides 


IV 


378 


Mesosa 


IX 


372 


Melyris 


IV 


407 


Mésosides 


IX 


368 


Melyrosoma 


IV 


406 


Mesostena 


V 


32 


Menederes 


V 


462 


Mesotopus 


III 


22 


Ménéhachides 


VII 


27 


Mosoxenus 


VII 


323 


Menemachus 


VII 


28 


Mostorus 


VI 


34 


Menephilus 


V 


378 


Metabletus 


I 


122 


Menillus 


IX 


555 


Metachroma 


X 


296 


Menippus 


XI 


222 


MÉTACIIROMITES 


X 


295 


Menius 


X 


332 


Metacynops 


VI 


218 


Menoscelis 


XII 


233 


Metacycla 


XI 


212 


Mephritus 


VIII 


316 


MlÎTACTCLITES 


XI 


212 


Meracantha 


V 


466 


Metadupus 


VII 


101 


Méracantuidks 


V 


464 


Metalepta 


XI 


214 


Merges 


IX 


311 


Metallactus 


X 


167 





TABLE ALPHABÉTIQUE. 




381 




Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Metallites 


VI 


77 


Microcheila 


I 


310 


Metallonotus 


V 


402 


Microchilus 


III 


38Î5 


Metallophilus 


I 


323 


Micrbdema 


II 


188 


Metascelis 


m 


313 


Microdera 


V 


48 


Melastyla 


X 


400 


Micrùderes 


I 


259 


Metaxidius 


I 


87 


Microdonta 


XI 


328 


Metaximorphus 


I 


H3 


Microdoris 


III 


198 


Metaxis 


X 


279 


Microlarinus 


VI 


435 


Metaxycera 


XI 


326 


Microleptes 


IX 


272 


Metaxymorpha 


IV 


57 


Microlestes 


I 


119 


Metaxyonycha 


X 


246 


Microlestia 


1 


179 


Metius 


1 


337 


Microlipus 


IV 


398 


Methia 


IX 


466 


Micronyx 


VI 


490 


Methiides 


IX 


46S 


Micropeltis 


III 


514 


Mrton 


IK 


388 


Micropeplus 


II 


150 


Metonides 


iX 


387 


Microplia 


IX 


778 


Melonius 


IV 


86 


Microplophorus 


VIII 


164 


Metopias 


11 


169 


Alicroplus 


m 


198 


Metopides 


IX 


358 


Microps 


VI 


301 


Metopocoelus 


vni 


244 


Micropsalis 


VllI 


43 


Metopocoilus 


VIII 


244 


Microrhagus 


IV 


112 


Metopodontlws 


III 


22 


Microrhipis 


IV 


253 


Metopon 


il] 


55!) 


Microrhophala 


XI 


315 


Metriopus 


V 


26 


Microsaurus 


II 


84 


Metriorhyuchus 


IV 


297 


Microschatia 


V 


157 


Metriotes 


XI 


119 


Micrositus 


V 


272 


Metrius 


I 


51 


Microspiloma 


IX 


129 


Meximia 


IX 


619 


Microsporus 


II 


224 


Mezium 


IV 


516 


Microstrates 


VII 


252 


Miaenia 


IX 


813 


Microstylus 


VII 


20 


Miarus 


VII 


8 


Microtelus 


V 


104 


Micaria 


XII 


188 


Microtheca 


X 


427 


Miccotrogus 


VI 


607 


Microtragus 


IX 


266 


Micipsa 


V 


63 


Microtrogus 


VI 


607 


Micracantha 


IX 


554 


Microxylobius 


VII 


326 


Micralymma 


II 


134 


Microzoum 


V 


277 


Micruutereus 


V 


458 


Micrus 


II 


232 


Micraspis 


XII 


186 


Migadops 


I 


274 


Micrelus 


vil 


198 


Migdolus 


VIII 


28 


Microcephalus 


I 


318 


Milolhris 


IX 


529 


Microcera 


II 


37 


Miltina 


XI 


172 


MlCROC.KUIDES 


VI 


20 


Mimastra 


XI 


179 


Microcorus 


VI 


23 


MlMASTllITKS 


XI 


178 


Microchaetes 


11 


480 


Mimaulus 


VI 


33 



382 


TABLE ALFEABÉTIQUE. 








Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


MLmela 


III 


333 


Molobrus 


I 


191 


Mimetes 


VI 


39 


itfû^ops 


I 


323 


Mimistena 


IX 


102 


Molorchus 


VIII 


486 


Mimographus 


VI 


69 


Molosoma 


II 


112 


Mimolochus 


IX 


325 


Molpus 


I 


148 


Minaderus 


vin 


439 


MOLURIDES 


V 


190 


Minorus 


V 


239 


Moluris 


V 


194 


Minota 


XI 


131 


Molyohnus 


IV 


364 


MiNTHOPHILIDES 


III 


80 


Molytes 


VI 


356 


Minthophilus 


III 


84 


MOLYTIDES 


VI 


352 


Mintumia 


X 


136 


Momisis 


IX 


877 


Minurus 


VI 


556 


Momœa 


XI 


208 


Minyops 


VI 


301 


Monacantha 


VIII 


232 


Minyrus 


VI 


583 


MONACHITES 


X 


172 


Miochira 


X 


123 


Monachus 


X 


174 


Miolispa 


VII 


421 


Monapiis 


III 


107 


Miopristis 


X 


107 


Moneilema 


IX 


280 


Miopteryx 


VIII 


317 


MONEILÉUIDES 


IX 


279 


Miotennna 


III 


210 


Monius 


VI 


498 


Miscelus 


I 


146 


Monocerus 


V 


594 


Miscodera 


I 


238 


Monocesta 


XI 


200 


Misetes 


VI 


622 


Monochamus 


IX 


314 


Misolampus 


V 


442 


Monochèlus 


III 


188 


Mispila 


IX 


574 


MONOCHIRITES 


XI 


330 


Misthosima 


VII 


591 


Monochirus 


XI 


330 


Mitocera 


X 


187 


Monocrania 


III 


249 


Mitomermus 


VI 


192 


Monocrepidius 


IX 


177 


Mitophorus 


VI 


57 


Mouodesmus 


VIII 


158 


Mitophyllus 


III 


41 


MONOHAHUIDES 


IX 


299 


Mitorhynchus 


VII 


182 


Mûnoharamus 


IX 


314 


Mitosoma 


VII 


395 


Monolepta 


XI 


235 


Mitra^Jabrus 


V 


581 


MONOLKPTITES 


XI 


234 


Mitragenius 


V 


172 


Monolobus 


I 


362 


Mitrephorus 


VII 


61 


Monomacra 


XI 


124 


Mitrophorus 


VII 


61 


Monomma 


V 


737 


Mitua 


V 


276 


Mononychus 


VII 


193 


Mnematium 


III 


G6 


Monophylla 


IV 


426 


Mnomea 


IX 


380 


Monopis 


II 


375 


Mnp,side 


IX 


247 


MOMOPLATITES 


XI 


91 


Muiophila 


XI 


130 


Monoplatus 


XI 


96 


Mniopbilites 


XI 


129 


Monoplia 


IX 


92 


Mochtherus 


I 


137 


Monoplius 


II 


267 


Mœcha 


IX 


429 


Monotoma 


II 


434 


Mœchotypa 


IX 


519 


Monotropus 


III 


281 





TABLE ALPHABÉTIQUE. 




383 




Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Monoxia 


XI 


193 


Myllajna 


Il 


48 


Mordella 


V 


609 


Myllocerus 


VI 


213 


MOHDELLIDE8 


V 


604 


Myllorhinus 


VI 


493 


MonDELLIDBS VRAIES 


V 


608 


Mynonebra 


IX 


646 


MordoUistona 


V 


en 


Mynonoma 


IX 


616 


Morimidius 


IX 


297 


MYOCHnOlIES 


X 


314 


MoniMOPSiDEs 


IX 


289 


Myochrous 


X 


318 


Morimopsis 


IX 


290 


Myoderma 


m 


359 


Morimus 


IX 


297 


Myodes 


V 


630 


Morio 


I 


183 


Myodites 


V 


630 


MoniONIDES 


I 


180 


Myoditidbs 


V 


630 


Mormolyce 


I 


144 


Myorinus 


VI 


371 


Morœgamus 


IX 


834 


Myosodus 


I 


323 


Moron 


IX 


B46 


Myoxinus 


IX 


742 


Morphoides 


XII 


60 


Myoxomorpha 


IX 


743 


Morphosphaora 


XI 


170 


Myrcina 


XI 


126 


Morychus 


II 


483 


Myrmacioelus 


VI 


530 


Mnisca 


IV 


431 


Myrmechixenus 


11 


439 


Mulciber 


IX 


471 


Myrmeoilla 


I 


33 


Musaria 


IX 


858 


Myrmecinomus 


II 


426 


Muscidora 


IX 


186 


Myrmecohius 


II 


451 


Myas 


I 


322 


Myrmecoptera 


I 


25 


Mycella 


XII 


104 


Myrmecosoma 


V 


591 


Mycerinopsis 


IX 


383 


Myrinecoxenus 


II 


439 


Mycerinus 


IX 


541 


Myrniedonia 


II 


29 


Mycetœa 


XII 


144 


Myromeus 


IX 


809 


Mycetina 


XII 


117 


Myrrha 


XII 


183 


Mycotochares 


V 


S07 


Myrsus 


VIII 


368 


Mycetoma 


V 


S38 


Mysia 


XII 


180 


MYCÉTOPHAGIDEfi 


II 


441 


Mysopsis 


IX 


742 


Mycetophagus 


II 


444 


Mystaxus 


V 


853 


Mycetoporus 


II 


. 59 


Mysteria 


vin 


25 


Mycophthorus 


XII 


34 


Mystroeeros 


III 


485 


Mycoti'etus 


XII 


32 


Mystropomus 


I 


156 


Mycteis 


VII 


628 


Mystrops 


II 


294 


Myctérides 


V 


718 


Mystropterus 


I 


172 


Myctcristes 


III 


473 


Mystrosa 


VIII 


360 


Myoterus 


V 


720 


Mythergates 


IX 


608 


Mydasta 


IX 


100 


Mythodos 


VIII 


419 


Mygalobas 


IX 


89 


Myzomorphus 


VIII 


172 


Mylabris 


V 


667 


N 






Mylacus 


VI 


187 






Mylaris 


V 


371 


Nacerdos 


V 


705 


Mylassa 


X 


184 


Nadrana 


XI 


190 



384 



TABLE ALFIUnÉTIQUE. 





Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Naomia 


XII 


170 


Nemognatha 


V 


691 


Nalassits 


V 


450 


Nemoicus 


VI 


210 


Nanarcta 


III 


309 


Nemonyx 


VI 


501 


Nanniscus 


III 


191 


Nemophas 


IX 


307 


Nanodes 


VI 


619 


Nemosoma 


II 


339 


Nanophyes 


VI 


619 


Nemotarsus 


I 


390 


Nanos 


III 


82 


Neuotragides 


IX 


461 


Nanus 


VII 


179 


Nemotragus 


IX 


461 


Narycius 


III 


476 


Nemotrichus 


VII 


548 


Nascio 


IV 


38 


Neocerambix 


vm 


250 


Nastiis 


VI 


182 


Neocles 


X 


320 


Natatis 


IV 


440 


Neoclytus 


IX 


75 


Natrirrica 


V 


611 


Neocorus 


VIII 


336 


Naupactus 


VI 


66 


Neoleptura 


VIII 


450 


Navomorpha 


IX 


224 


Neomida 


V 


302 


Navomohphides 


IX 


223 


Neoprion 


VIII 


131 


Navosoma 


VIII 


94 


Neostenus 


VIII 


364 


Nebalis 


VII 


609 


Neoxantha 


IX 


839 


Nebria 


I 


50 


Nephalius 


VIII 


319 


Neci'obia 


IV 


490 


Nephelotus 


IX 


318 


Necrobora 


II 


200 


Ncphithea 


VIII 


481 


Necrodes 


II 


200 


Nephodes 


V 


454 


Necrophila 


II 


200 


NophroUa 


X 


277 


Necropliilus 


II 


205 


Nepiodes 


VIII 


156 


Necrophorus 


II 


198 


Nqpius 


XI 


308 


Necticus 


1 


424 


Nepytis 


III 


236 


iNeculla 


X 


274 


Nerissus 


X 


286 


Necydalls 


VIII 


477 


Nerthomma 


VII 


554 


Necydalopsis 


VIII 


493 


Nerthopides 


VII 


19 


Neda 


XII 


199 


Nerthops 


VII 


21 


Nedine 


IX 


636 


Nertus 


VII 


240 


Nedinides 


IX 


633 


Nesiotes 


VI 


376 


Neissa 


IX 


807 


Nesioticus 


V 


475 


Neliocarus 


VI 


49 


Nesis 


XII 


176 


Nelites 


V 


303 


Nesomomus 


IX 


815 


Nemaglossa 


I 


363 


ISessia 


VII 


637 


Nomaphorus 


IV 


60 


Nessiara 


vil 


537 


Nemaschema 


IX 


480 


Nestinus 


XI 


202 


Nemasoma 


IV 


220 


Netrodera 


I 


180 


Nomatidium 


II 


374 


Nettarhinus 


VII 


77 


Nctnatocei'us 


VI 


58 


Nicareto 


IX 


712 


Ncmatodes 


IV 


117 


Nicea 


XI 


209 


Nuinatoplus 


V 


582 


Nicias 


VIII 


156 


Nemocephalus 


VII 


462 


ISicippe 


IX 


502 





TABLE ALPHABÉTIQUE. 




385 




Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Nicomia 


IX 


536 


Nothopœus 


IX 


7 


Nicotelea 


IX 


851 


Nolhopus 


I 


266 


Nida 


IX 


104 


Nothopygus 


IX 


22 


Nigidius 


III 


34 


Nolhûi'hina 


VIII 


207 


Nilio 


V 


519 


Nothrodes 


VI 


348 


NILIONIDES 


V 


518 


Nothrus 


VIII 


358 


Niophis 


VIII 


399 


Nothus 


V 


561 


Niphona 


IX 


530 


Notibius 


V 


252 


NlPUONIDBS 


IX 


519 


Notiobia 


I 


281 


Niptus 


IV 


513 


Notiodes 


VI 


488 


Nirœus 


IX 


10 


Notionomus 


VI 


488 


Nisotra 


XI 


41 


Notiophilus 


I 


43 


Nessiara 


VII 


S37 


Notioxeiius 


VII 


594 


Nitidula 


II 


303 


Notoclea 


X 


442 


NITIDDLAIRES 


II 


287 


Notocorax 


V 


237 


NlTIDULIDES 


II 


300 


Notodoma 


II 


266 


Nitocris 


IX 


867 


Notolophia 


IX 


539 


Nivellia 


VIII 


445 


Notosterius 


IV 


487 


Noda 


X 


240 


Notoxus 


V 


549 


Noda 


XII 


201 


Notozona 


XI 


27 


Nodina 


X 


262 


Novius 


XII 


212 


Nodostoma 


X 


261 


Nupserha 


IX 


854 


NODOSTOMITES 


X 


261 


Nycleis 


I 


141 


Noomia 


IX 


228 


Nyctelia 


V 


167 


Nogrus 


I 


429 


Nyctéliides 


V 


165 


Noinaretus 


I 


398 


Nyctei'inus 


V 


150 


Nomius 


I 


ICI 


Nycteropus 


V 


390 


Nonarthra 


XI 


142 


Nycteus 


IV 


282 


NONARTHRITES 


XI 


141 


Nyctimeue 


IX 


468 


Nonyma 


IX 


804 


Nyctiménides 


IX 


467 


Nortia 


VIII 


234 


Nyctipates 


V 


146 


Nosorius 


VIII 


219 


Nyctipeta 


VIII 


354 


NOSODENDRIDES 


II 


478 


Nyctobates 


V 


371 


Nosodendron 


II 


478 


Nyctocliaris 


IV 


313 


Nosoderma 


V 


92 


iNyctûci'epis 


IV 


313 


Nosognatha 


X 


117 


Nyctoiiympha 


IX 


912 


Nosophlœus 


IX 


165 


Nyctopais 


IX 


421 


Nossidium 


II 


235 


Nyctopetus 


V 


78 


Notaphus 


I 


382 


Nyclophanes 


IV 


326 


Notaris 


VI 


476 


Nyctoporis 


V 


131 


ISiitei'us 


1 


418 


iNyctozûilus 


V 


350 


Notliogastor 


VII 


450 


Nypliasia 


VIII 


308 


Nothopliysis 


VIII 


137 


Nyssicus 


VIII 


314 


Nothopleurus 


VIII 


125 


Nyssodi-ys 


IX 


788 


CoUoplère$. 


Tome XII 






25 





386 



TAULE ALPHAUÉTIQUB. 





Tomos. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 









Ocys 


I 


382 






Ocythoe 


III 


46 


Obages 


IX 


2(i4 


Odacantha 


I 


74 


Oberea 


IX 


864 


Odacanthides 


I 


71 


Obcreopsis 


IX 


867 


Odogenius 


I 


169 


Oberopa 


IX 


880 


Odonta3US 


m 


144 


Obrida 


VIII 


533 


Odontium 


I 


382 


Obrium 


VIII 


361 


Odontocera 


VIII 


503 


Ocalea 


II 


36 


Odontocerus 


IV 


292 


Ocalomia 


VIII 


452 


Odontocheila 


I 


22 


Occylotracheltis 


VI 


321 


Odontocnemits 


VI 


257 


Ocheutes 


IX 


532 


Odontocorynus 


vu 


228 


Ochina 


TV 


521 


Odontoderes 


VU 


44 


Ochoduius 


III 


131 


Odontognathus 


III 


355 


Ochralea 


XI 


230 


Odontolabis 


III 


22 


Ochrestes 


IX 


63 


Odontomachus 


VI 


480 


Ochroccsis 


IX 


876 


Odontomus 


IV 


75 


Ochrœstcs 


IX 


65 


Odontonyx 


IV 


267 


Ochrosis 


XI 


53 


Odontopus 


V 


401 


Ochrosopsis 


X 


189 


Odontorhina 


m 


528 


Ochrus 


VIII 


225 


Odontorhinus 


VI 


241 


Ochthebius 


I 


468 


Odontoscelis 


I 


240 


Ochthedromus 


I 


382 


Odontota 


XI 


318 


Ochthenomus 


V 


507 


Odontria 


III 


234 


Ochlhephilvm 


II 


89 


CEbaceres 


IX 


652 


Ochymus 


IX 


106 


OEdccei'us 


VII 


572 


Ochyr<ypus 


I 


194 


Œdecnema 


VIII 


445 


Ocladius 


VII 


80 


CEdemera 


V 


712 


Oclandius 


VI 


622 


ŒDÉMÉRIDEB 


V 


693 


Ocnera 


V 


184 


OËDÉMÉmuEs vraies 


V 


098 


Ocnoscelis 


XI 


143 


Œdemerina 


V 


742 


Ocnus 


X 


349 


Ofidenoderus 


IX 


61 


Octocladiscus 


XI 


276 


(Ediarthrus 


XII 


114 


Octodonta 


XI 


289 


(iidicerus 


XI 


182 


Octoglossa 


IV 


268 


œdichirus 


II 


104 


Octogonotes 


XI 


113 


tEdionychis 


XI 


84 


Octoploti 


VIII 


331 


OiDlONYCHITKS 


XI 


81 


Octotemna 


m 


210 


OKdiopalpa 


XI 


274 


Octotemnus 


IV 


554 


Oidostethus 


IV 


196 


Octotoma 


XI 


311 


(Mdudes 


IX 


890 


OCTOTOMITKS 


XI 


310 


œmo 


VIII 


222 


Ocybatus 


I 


219 


(Emona 


VIII 


343 


Ocydromus 


I 


219 


minas 


V 


680 


Ocypus 


11 


79 


Œneis 


XII 


237 



TABLE ALPHABÉTIQUE. 



387 





Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


(Enemma 


IX 


82 


Omasevs 


I 


323 


Œnopia 


XII 


198 


Omaspides 


XI 


399 


QEstodes 


IV 


229 


Ombrozaga 


IX 


811 


Ogeoosoma 


V 


193 


Omotis 


III 


344 


Oiceptoma 


II 


200 


Oraias 


VI 


186 


Oides 


XI 


ISG 


Omma 


II 


416 


Oideterus 


VIII 


173 


Ommata 


VIII 


502 


Olbius 


IX 


132 


Ommatolampus 


VII 


278 


Olenecamptus 


IX 


438 


Omocera 


XI 


373 


Olenus 


XII 


92 


Omocrates 


III 


190 


Olesterus 


IV 


455 


Omocyrias 


IX 


343 


Olethrius 


VIII 


116 


Omoderisus 


IX 


803 


Olibrus 


II 


283 


Omodon 


X 


340 


Oligocara 


V 


328 


Omoides 


VII 


610 


Oligocorynus 


XII 


64 


Omoionotus 


VI 


275 


Oligamoplus 


IX 


86 


Omoiotelus 


XII 


71 


Oligomerus 


IV 


321 


Omophaina 


VIII 


531 


Oligopsis 


IX 


803 


Omophlus 


V 


511 


Oligorus 


V 


397 


Omophoita 


XI 


83 


Oligota 


II 


39 


Omophorus 


VI 


622 


Olisthœrm 


II 


131 


Omophron 


I 


42 


Olisthœna 


V 


412 


Omophronides 


I 


41 


Olisthopus 


I 


352 


Omoplata 


XI 


398 


Olmotega 


IX 


802 


O.MOPLATITES 


XI 


397 


Olocrates 


V 


248 


Omopsides 


IX 


518 


Olœssa 


IX 


819 


Omorgus 


III 


150 


Ologlyptus 


V 


138 


Omosarotes 


IX 


820 


Olophruin 


II 


140 


Omoscylon 


IX 


281 


Olorus 


X 


311 


Omosita 


II 


309 


Olotelus 


IV 


209 


Omostenus 


I 


125 


Omacaiitha 


IX 


447 


Omotagus 


VIII 


133 


Omacanthides 


IX 


447 


Omoteina 


XI 


377 


Omadius 


IV 


465 


Omototus 


XI 


118 


Otnala 


I 


382 


Omphra 


I 


94 


Omaliides 


II 


132 


Omphreus 


I 


365 


Omalium 


II 


143 


Omus 


I 


8 


Omalisus 


IV 


303 


Onalcidion 


IX 


768 


Omalodera 


I 


370 


Onchomenis 


VIII 


350 


Omalodea 


11 


257 


Onchoscelis 


VII 


119 


Otnalomoi-pha 


1 


120 


Onchosoma 


X 


188 


Omaloplia 


III 


204 


Oiicideres 


IX 


677 


Omalosoma 


1 


323 


Oncidérides 


IX 


666 


Omalûtrichus 


I 


220 


Oncinotus 


Vlll 


143 


Omammatus 


XI 


106 


Oncocephala 


XI 


308 



38S 



TABLE ALPHABÉTIQUE. 





Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Oncocéphalites 


XI 


308 


Ootoma 


III 


268 


Onccdei-us 


I 


238 


Opades 


VIII 


288 


Oncognathus 


II 


m 


Opatridbs 


V 


253 


Oncomera 


V 


711 


Opati'inus 


V 


240 


Oncoptera 


VIH 


297 


Opatroides 


V 


269 


Oncoihinus 


VI 


3G1 


Opatrum 


V 


267 


Oncotus 


V 


231 


Opetiopalpus 


IV 


493 


Oncylolrachelus 


VI 


321 


Opheltes 


VIII 


127 


Ooiticellus 


m 


110 


Ophiomorphus 


II 


91 


Onitides 


III 


103 


Ophionea 


I 


73 


Ouitis 


III 


104 


Ophistomis 


VIII 


4SI 


Onocephala 


IX 


689 


Opliitos 


II 


99 


Onocephalides 


IX 


C88 


Ophoiius 


I 


295 


Onochajta 


m 


304 


Ophrida 


XI 


31 


Onthens 


III 


97 


Ophryastes 


VI 


236 


Onthocharis 


III 


di 


Ophryodactylus 


I 


356 


Onthœcus 


m 


102 


Ophryops 


VIII 


378 


Onthophagides 


III 


lOS 


Ophthalmoborus 


VI 


504 


Onthophagus 


III 


107 


Opilus 


IV 


438 


Onthophilus 


11 


279 


Opisognathus 


VIII 


51 


Onycliocerus 


IX 


728 


Opisthius 


I 


44 


Onychodon 


IV 


110 


Oplatocera 


VIII 


231 


Onycholips 


VII 


347 


Oplocephala 


V 


302 


Onyctenus 


V 


089 


Oplocheirus 


V 


468 


Onypterygia 


I 


3S8 


Opiocnemiis 


VII 


31 


Oochi'otus 


V 


225 


Opiomerus 


V 


469 


Oocyaaus 


XII 


34 


Opiophora 


IX 


325 


Oodemas 


vil 


328 


Oploptera 


V 


486 


Oodes 


I 


229 


Oplosia 


IX 


633 


Oodoscelis 


V 


229 


Opiostemus 


m 


297 


Oogaster 


v 


108 


Opsidota 


VIII 


383 


Oogaster 


XII 


01 


Opsies 


IX 


262 


Oogenius 


III 


367 


Opsila 


IX 


858 


Ooidius 


I 


292 


Opsimus 


VIII 


212 


Oomorpha 


IV 


64 


Opsiolus 


IX 


803 


Oomorphus 


X 


218 


Ora 


XI 


144 


Oontelus 


IV 


3()0 


Orcesis 


IX 


612 


Oophorus 


IV 


177 


Orchesia 


V 


542 


Oopiesius 


V 


337 


Orchestes 


VI 


687 


Oops 


VI 


232 


Orcus 


XII 


247 


Oopsis 


IX 


618 


Orectochilus 


I 


441 


Oopterus 


I 


243 


Oroda 


VII 


113 


Oosomus 


VI 


172 


Orogostoma 


VIII 


501 


Ootheca 


XI 


173 


Oroiua 


X 


382 



TABLE ALPHABÉTIQUE. 



389 





Tomos. 


Pages. 




Tomes. 


Pïges. 


Oreodera 


IX 


737 


Oryctes 


III 


430 


Oreoderus 


m 


567 


Ortctides 


III 


404 


Oreophilus 


r 


323 


Oryctides vrais 


III 


427 


Orestia 


XII 


72 


Oryctoderus 


III 


401 


Oricopsis 


IX 


492 


Oryctomorphides 


III 


424 


Orimus 


VI 


237 


Oryctomorphus 


III 


425 


Orinœme 


IX 


479 


Oryssomus 


XII 


218 


Oriœthus 


IX 


293 


Oryx 


III 


429 


Orion 


VIII 


299 


Osdara 


V 


445 


Ormiscus 


VII 


552 


Osmoderma 


III 


557 


Ornithia 


IX 


117 


Osorius 


II 


112 


Ornithognathites 


XI 


176 


Osphranteria 


IX 


29 


Ornithognathus 


XI 


176 


Osphya 


V 


561 


Orobitis 


vu 


71 


Ossonis 


IX 


857 


Oroderes 


vm 


«6 


Ostedes 


IX 


796 


Orophius 


IV 


553 


Ostoma 


II 


349 


Oropterus 


VI 


622 


Otarionomus 


IX 


342 


Orphilus 


II 


472 


Othelais 


IX 


482 


Orphnides 


III 


127 


Othius 


II 


63 


Orphnus 


III 


429 


Otiartes 


VIII 


61 


Orsidis 


IX 


359 


Otidocephalides 


VI 


568 


Orsilochus 


III 


417 


Otidocephalus 


VI 


569 


Orsodacna 


X 


48 


Otidoderes 


VI 


343 


Orsodacnites 


X 


47 


Otidognathus 


VII 


273 


Ortalia 


XII 


206 


Otiocephalus 


VI 


669 


Ortalutes 


XII 


205 


Otiorhtnchides 


VI 


144 


Orthocerus 


il 


350 


Otioi'hynchus 


VI 


168 


Orthochaetes 


VI 


334 


Otophorus 


III 


lis 


Orthocnemus 


VI 


207 


Otrœa 


IX 


463 


Orthogenium 


I 


299 


Otteissa 


VIII 


434 


Orthognathus 


vu 


311 


Ovipaipus 


rv 


220 


Orthogonius 


I 


269 


Oxathres 


IX 


784 


Orthogonoderes 


V 


214 


Oxilus 


VIII 


397 


Orthomegas 


VIII 


77 


Oxoides 


I 


121 


Orthomus 


I 


323 


Oxoplus 


IX 


179 


Orthopleura 


IV 


482 


Oxura 


V 


198 


Orthoptei-vs 


II 


9 


Oxycara 


V 


67 


Orthorhinus 


VI 


462 


Oxyoephala 


XI 


288 


Orthoschema 


IX 


35 


Oxycheila 


I 


10 


Orthosoma 


VIII 


145 


Oxycleidius 


IV 


147 


Orthostethus 


IV 


207 


Oxycnemus 


II 


324 


Orthostoma 


IX 


35 


Oxycûleus 


VIII 


484 


Orthoxia 


XI 


202 


OXYCORYNIDES 


VI 


521 


Orychodes 


VII 


432 


Oxycorynus 


VI 


522 



390 



TABLB ÀIPHABÉTIQIIK, 





Tomes. 


Pages. 




Tomei. 


Pïges. 


Oxycropis 


I 


3U 


Ozotomerus 


VII 


872 


Oxyderces 


VI 


113 


Ozotroctes 


IX 


743 


Oxyglossus 


I 


338 


P 






Oxygnathus 


I 


198 


Pachnajus 


VI 


106 


Oiygona 


XI 


u 


Pachnephopus 


X 


323 


Oxygonia 


I 


16 


Pachnoda 


m 


334 


OXYGONITES 


XI 


43 


Pacholenus 


VI 


445 


Oxygomis 


XI 


U 


Pachotelus 


rv 


528 


Oxylœmus 


II 


375 


Pachrodema 


III 


269 


Oxylia 


IX 


857 


Pachybrachites 


X 


163 


Oxyglymma 


VIII 


500 


Pachybrachys 


X 


168 


Oxymagis 


VllI 


388 


Pachycarus 


I 


171 


Oxymerus 


IX 


204 


Pachycerus 


VI 


428 


Oxyminis 


VIII 


«3 


Pachychile 


V 


46 


Oxynodera 


XI 


375 


Pachychirus 


V 


706 


OXYNOPTÉRIDES 


IV 


158 


Pachycnema 


III 


183 


Oxynopterus 


IV 


159 


Pachycnémides 


m 


177 


Oxynychus 


XII 


258 


Fachycœlia 


V 


413 


Oscyorniis 


III 


115 


Pachycolus 


III 


311 


Oxyophthalmus 


VI 


231 


l'achycrœrus 


II 


262 


Oxyopisthen 


VII 


282 


Pachycranion 


I 


54 


Oxyops 


VI 


392 


Pachydema 


III 


271 


Oxypeltus 


VIII 


403 


Pachyderes 


IV 


185 


Oxypleums 


VIII 


214 


Pachydissus 


VIII 


205 


Oxypoda 


II 


35 


Pachygaster 


VI 


155 


Oxyporus 


II 


87 


Pachygastra 


III 


311 


Oxyprosopus 


IX 


20 


Pac.hylidks 


III 


394 


Oxypselaphvs 


I 


349 


Pachylocerus 


VIII 


519 


Oxypygus 


VII 


281 


Pachylomei'a 


III 


68 


OXYRHYNCHIDES 


VII 


308 


Pachylopus 


II 


276 


Oxyrhynchus 


VII 


309 


Pachylotoma 


III 


271 


Oxystemon 


III 


100 


Pachylus 


III 


393 


OxystGinus 


11 


251 


Pachylychnia 


rv 


318 


Oxystoma 


VI 


533 


Pachymerus 


III 


164 


Oxystomus 


I 


198 


Pachymesia 


IV 


359 


OXYTÉLIDES 


II 


109 


Pachymorpha 


I 


176 


Oiytelus 


II 


116 


Pachymorphus 


I 


323 


Oxythyrea 


III 


531 


Pachynotelus 


V 


89 


Ozœna 


I 


156 


Pachynotm 


VI 


90 


OzÉNIDES 


I 


155 


Pachyonychis 


XI 


100 


Ozineus 


IX 


770 


Pachyonyx 


VII 


88 


Ozodocorus 


VII 


406 


Pachypeza 


IX 


692 


Ozodera 


IX 


206 


Pachypleuru 


VIII 


155 


Ozodes 


IX 


116 


Paciitpodides 


III 


307 



TABLE ALPHABÉTIQUE. 



391 





Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Pachypterus 


V 


265 


Pandeléteius 


VI 


74 


Pachypus 


m 


312 


Pandrosos 


VIII 


510 


Pachyra 


VT 


824 


Panogyrtes 


IX 


639 


Fachyrhinus 


VII 


206 


Pangua 


I 


295 


Pachyrhynchus 


VI 


142 


Pannychis 


IX 


889 


Pachyscelis 


V 


183 


Panolcus 


VII 


85 


Fachyschelus 


IV 


86 


Panomœa 


XII 


134 


Pachysoma 


III 


68 


Panoptes 


YII 


162 


Pachystethus 


III 


328 


Panscopus 


YI 


235 


Pachystola 


IX 


437 


Pansmicrus 


VI 


407 


Pachyta 


VIII 


439 


Pantheropterus 


XII 


39 


Pachyteles 


I 


187 


Pantocometis 


X 


129 


Pachyteria 


IX 


10 


Pantodinus 


III 


462 


Pachyticoa 


IX 


238 


Pantolia 


III 


514 


Pachytoma 


XI 


207 


Pantoniallus 


VIII 


286 


Pachytrachelus 


I 


289 


Pantomorus 


VI 


70 


Pachytricha 


III 


217 


Pantoplanes 


VI 


68 


Pachythichides 


m 


217 


Pantopœus 


VI 


347 


Pachytrichus 


VI 


626 


Pantoteles 


VII 


213 


Fachyura 


VI 


824 


Pantotélides 


VII 


212 


Pacmia 


m 


269 


Panus 


VI 


572 


Paederus 


11 


100 


l'aphora 


VIII 


346 


Paipalesomus 


VI 


444 


Parablops 


VII 


584 


Palœstes 


II 


403 


Paracœrius 


VI 


331 


Paloîstra 


V 


684 


Paracairus 


VI 


331 


PaliBstrida 


V 


687 


Parachilia 


III 


513 


Palaîslrinus 


II 


74 


Paracntsis 


III 


333 


Pakme 


IX 


778 


Paraglenea 


IX 


843 


Palaminus 


II 


104 


Paragnoma 


IX 


313 


Pales 


X 


286 


Paralina 


X 


377 


Palimna 


IX 


392 


Parallelomorphus 


I 


195 


Pallena 


X 


291 


Parallelosomus 


VII 


246 


Pallenis 


IV 


430 


Paramecops 


VI 


456 


Pal Iodes 


II 


323 


Paramecosoma 


II 


425 


PALPICORNE8 


I 


443 


Paramecus 


I 


289 


Palpoxena 


XI 


240 


Parandra 


VIII 


22 


Pambouides 


I 


68 


Parandrides 


VIII 


21 


Pamborus 


I 


66 


Parammus 


I 


355 


Panagœus 


I 


212 


Paranonca 


m 


199 


Panagtîides 


I 


209 


Paraphus 


VIII 


81 


Panamomus 


XII 


140 


Paraspondus 


VI 


268 


Panchrostus 


XI 


109 


Parastasia 


m 


380 


Pandarimis 


V 


242 


Pavia 


X 


331 


Pandarus 


V 


241 


Paristemia 


IX 


161 



392 


TABLE ALPHABÉTIQUE. 








Tomes. 


P.iges. 




Tomos. 


Pages. 


Paristéhides 


IX 


15!) 


Pedinus 


V 


244 


Parraena 


IX 


275 


Pedonœces 


V 


251 


Parménides 


IX 


263 


l'cdrillia 


X 


94 


Parmenonta 


IX 


273 


Pegylis 


m 


279 


PARNIDE8 


II 


493 


Pelargoderus 


IX 


312 


Pabnides vrais 


II 


500 


Pelecina 


V 


561 


Parnus 


II 


503 


Pelecium 


I 


253 


Paroderus 


V 


2i3 


Pelecophorus 


IV 


410 


Parœcus 


IX 


770 


Pelpcopselaphus 


IV 


25 


Pavomalus 


II 


272 


Pelecotoides 


V 


620 


Paromia 


II 


328 


Pelocotoma 


V 


622 


Paropsides 


X 


M5 


Pelecyphorus 


V 


159 


Paropsis 


X 


442 


Pelenomus 


VII 


206 


Paropsites 


X 


441 


Peleropus 


VII 


23 


Parygrus 


II 


505 


Peliduota 


III 


355 


Paryphus 


II 


3G2 


Pelidnotidbs 


III 


354 


Parysatis 


IX 


599 


Pelina 


XII 


200 


Pascoea 


IX 


245 


Pciiusa 


II 


44 


Pasiniachus 


I 


190 


Pella 


II 


29 


Passaudes 


III 


44 


Pelmatopus 


V 


557 


PaFsalus 


III 


40 


Pelobatus 


I 


330 


Passandra 


II 


395 


Pf.i.obides 


I 


412 


Passandhides 


II 


393 


Pelobius 


I 


412 


Pasyphile 


VIII 


508 


Pelonia 


XI 


64 


Patrobus 


I 


307 


Polonium 


IV 


479 


Patrus 


I 


441 


Pelonomus 


II 


503 


Pausiris 


X 


290 


Pelophila 


I 


49 


PAUS8IDES 


II 


1 


Pelor 


I 


339 


Paussus 


II 


14 


Pelororhinus 


VI 


415 


Paxitlus 


III 


4(i 


Pelorui'us 


II 


264 


Pecteropus 


IV 


388 


Peloriis 


II 


264 


PECTINICORNE8 


III 


1 


Pclosoma 


I 


473 


Pectocera 


IV 


Ifil 


Pelossus 


IX 


lis 


Podamis 


XII 


94 


PcUanum 


V 


146 


Pedaria 


m 


89 


Peltastica 


II 


535 


Pedérides 


II 


88 


Pf.ltides 


II 


347 


Pedetes 


IV 


180 


Peltidion 


II 


349 


Pediacus 


II 


. 413 


Peltis 


II 


349 


Pedilia 


XI 


144 


l'eltoides 


V 


337 


PEDILIDES 


V 


574 


l'oltolobus 


V 


71 


Pedilides vrais 


V 


570 


l'eltonotus 


III 


402 


Fedilophorus 


II 


483 


Poltophorus 


VII 


151 


Pedilus 


V 


577 


Pelyocypas 


I 


116 


Pédinidrs 


V 


220 


Pempsamacra 


vin 


530 



TABLE ALPHABÉTIQUE. 



393 





Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Penessada 


IX 


664 


Perimachelus 


VI 


137 


Penestes 


VI 


491 


Perimecus 


IV 


183 


Penestica 


VII 


S77 


Periommatus 


VII 


394 


Peneta 


V 


319 


Periorges 


VI 


386 


Penia 


IV 


200 


Perissus 


IX 


79 


Pentacosmia 


IX 


808 


Peritelus 


VI 


184 


Pentagonica 


I 


133 


Peritrichia 


III 


179 


Pentaphyllus 


V 


312 


Peritrox 


IX 


682 


Pentaplatarthrus 


II 


11 


Pevma 


IX 


690 


Pentaria 


V 


614 


Peronomerus 


II 


520 


Pentarthrum 


VII 


324 


Péroihopiues 


IV 


128 


Pentatemnus 


VII 


320 


Perothops 


IV 


129 


Penthe 


V 


456 


Perotis 


IV 


27 


Penthea 


IX 


559 


Perperus 


VI 


348 


Penthicus 


V 


269 


Perrisia 


XII 


102 


Penthus 


I 


171 


Pert/phus 


I 


382 


Pentilia 


XII 


234 


Pesomacha 


IX 


282 


Pentispa 


XI 


322 


Petalocuilides 


VI 


517 


Pentodon 


III 


410 


Petalochilus 


VI 


817 


Pentodontides 


III 


405 


Petalodes 


vm 


383 


Pentomacrus 


vm 


397 


Petalon 


IV 


209 


Peperonota 


III 


349 


Pctalophora 


II 


373 


Peploptera 


X 


122 


Petauristes 


X 


72 


Perarthrus 


IX 


191 


Petrobius 


V 


142 


Percosia 


I 


332 


Petrognatha 


IX 


447 


Perçus 


I 


323 


Petrophilus 


I 


323 


Periaptodes 


IX 


358 


Pezichus 


VII 


126 


Peribasis 


IX 


344 


Pezodontus 


V 


401 


Peribleptus 


XI 


112 


Pezopoi-us 


IV 


442 


Peribleptus 


VI 


441 


Phaceeerus 


VII 


458 


Pei'ibœum 


VIII 


319 


Phacecorynes 


VII 


289 


Pericalides 


1 


137 


Phacrlliues 


IX 


664 


Pericallus 


IV 


155 


PliaccUocora 


IX 


718 


Pericalus 


I 


147 


Phacflllopterus 


VI 


584 


Pericornpsus 


I 


382 


Phacellus 


IX 


664 


Pericoptus 


m 


418 


Phacelobarus 


VII 


230 


Periderœus 


VII 


47 


Phacemastyx 


VI 


515 


Péridnétides 


VII 


209 


Phacephorus 


VI 


87 


Peridnetus 


VII 


210 


Phacodes 


VIII 


277 


Perieges 


VI 


306 


Phœa 


IX 


878 


Periergates 


IX 


679 


Phœapate 


IX 


640 


Perigona 


I 


134 


Phœdimvs 


III 


47S 


Perilopa 


H 


302 


Phœdinus 


IX 


198 


Porilypus 


IV 


430 


Phajdon 


X 


371 



394 



TABIB ALPHABÉTIQUE. 





Tomes. 


Pagos. 




Tomes. 


Pages. 


PhîBdra 


X 


235 


Phenolia 


II 


310 


Phœdromus 


XF 


101 


Phbnomérides 


m 


338 


Phaedropus 


VI 


282 


Pherocoma 


III 


179 


Phaanicodera 


X 

IX 


ni 

174 


Pheropsophus 
Phesates 


II 


99 


Pheenicus 


IX 


571 


PhcBnidnus 


IX 


211 


Phidola 


IX 


630 


Pheenithoa 


VII 


550 


Philagathes 


IX 


176 


Phaanognatha 


m 


218 


Philax 


V 


272 


Phœnognathus 


VI 


93 


Philematium 


IX 


16 


Phtenomeris 


III 


339 


Philernus 


VI 


AU 


Phsenomerus 


VII 


334 


Phileurides 


m 


454 


Phœnops 


IV 


47 


Phileurus 


III 


456 


Phajochrous 


III 


134 


Phiihydrus 


I 


456 


Phœocrotes 


VII 


523 


Philhyra 


IV 


479 


Phailomerinthus 


VI 


217 


Philistina 


III 


476 


rhaiona 


V 


544 


Philocalus 
Philochlœnia 


IV 

III 


425 


PHALACRIDES 


n 


282 


257 


Phalacrus 


11 


284 


Philooulénides 


m 


256 


Phalangogonia 


III 


370 


Philocthecnus 


I 


108 


Phalantha 


XII 


108 


Philocthits 


I 


382 


Phaleria 


V 


286 


Philogeus 


1 


213 


rhalidura 


VI 


313 


Philolithus 


V 


157 


Phalops 


III 


107 


Philonthus 


II 


80 


Phalota 


VIII 


496 


Philopedm 


VI 


34 


Phaniisus 


II 


168 


Pliilophlœus 


I 


139 


Phanœus 


III 


100 


Philorea 


V 


207 


Phanerentoma 


V 


195 


Philorhizus 


I 


119 


Phanerops 


V 


339 


l'hilothermus 


II 


382 


Phanophorus 


IV 


124 


Philus 


VIII 


159 


Phantasides 


IX 


285 


Phlegon 


IV 


122 


Phantasis 


IX 


286 


Phleaoys 


III 


271 


Phantazoderus 


VIIl 


466 


l'hligra 


V 


202 


Phaolus 


VIII 


191 


Phlœobium 


II 


148 


Pharaonus 


III 


336 


Phlœobius 


VII 


576 


Pharsalia 


IX 


347 


Phlœoborus 


VII 


372 


Pharus 


XII 


250 


Phlœochahides 


II 


130 


Phaula 


IX 


897 


Phlœocharis 


11 


131 


Phaulimia 


VII 


551 


Phlœocopus 


IV 


437 


Phausis 


IV 


321 


PhluJûdalis 


II 


364 


Phelipara 


IX 


700 


Phlœonasus 


II 


117 


Phelister 


II 


263 


Phlœonomus 


11 


367 


Phelocalocera 


IX 


231 


Phlœonomvs 


II 


143 


Phemone 


IX 


381 


Phlœopemon 


VII 


487 


Phangodes 


IV 


345 


Phlœophagus 


VII 


342 



Phlœophilus 

Phlœophthorus 

Phlœopora 

Phlœops 

Phlœostichus 

Phlœotribus 

l'hlœotrupes 

Phlœotrya 

Phloiotrya 

Phlyarus 

Phlyotenodes 

Phlyclinus 

Pliobelius 

Phoberus 

l'hodaga 

Phœbe 

Phœnicocerus 

Phœnops 

Phœoxantha 

Pholicodes 

Pholidochlamys 

Pholidotus 

Phonius 

Phoracantha 

IMiormcsium 

Phosplia^-nus 

Phospkuga 

Phûsphorus 

Photiuus 

Plioturis 

Pholuronta 

Phoxomela 

Phratora 

PitRATORITES 

Phrenapates 

PunÉNAPATIDES 

PhrepcUes 

Phrynocolus 

Phrissoma 

Phrissomides 

Phryganophilus 

Prynesthis 

Phryneta 

PllRYNÉTIDBS 



Tomos. Pages. 
VII 519 
363 

38 
533 
413 
364 
371 
550 
550 
81 4 
373 
164 
395 
150 
674 
892 
241 

47 

12 
203 
473 

11 
444 
303 
335 
332 
200 
418 
321 
338 



VII 
II 

VII 
II 

VII 

VII 
V 
V 
IX 
VIII 
VI 
V 

III 

V 

IX 

VIH 

IV 

I 

VI 

VII 

III 

IV 
VIII 
VIII 

IV 

II 

IX 
IV 
IV 
IX 

III 

X 
X 

V 
V 
V 
V 
IX 
IX 
V 
IX 
IX 
IX 



525 
435 
435 
313 
312 
313 
201 
291 
290 
556 
440 
435 



ABtTIQflE, 




395 




Tomes. 


Pages. 


Phrynidius 


IX 


262 


Phrynocepha 


XI 


62 


Phrynocris 


VIII 


226 


Phtora 


V 


324 


Phygopoda 


VIII 


509 


Phyîa 


I 


382 


Phylaoticus 


XI 


105 


Phylax 


V 


272 


Phylax 


V 


272 


Phylethus 


V 


306 


Phylira 


XII 


106 


Phyllecthris 


XI 


164 


Phyllecthrus 


XI 


164 


PhyllobiBnus 


IV 


466 


Phyllobius 


VI 


210 


Phyllobrotica 


XI 


163 


PUYLLOBROTICITES 


XI 


163 


Phyllocerus 


IV 


124 


Phyllocharis 


X 


423 


Phyllocharites 


X 


422 


Phyllocnema 


IX 


13 


Phyllodeda 


X 


435 


Phyliodroina 


I 


23 


Phyllognathus 


III 


429 


Pbylloma 


II 


250 


Phyllomorpha 


VIII 


169 


Phyllopertha 


III 


327 


Phyllophaga 


III 


284 


Phyllophila 


X 


425 


Phyllophoms 


IV 


165 


PUYLLOTOCIDES 


III 


201 


Phyllotûcus 


m 


201 


Phyllotrox 


VI 


505 


Phymaphora 


XII 


141 


Phymasterna 


IX 


422 


Phymatioderus 


VIII 


287 


Phymatisoma 


V 


487 


Phymatoderus 


IX 


627 


Phyiiiatodes 


V 


394 


Phymatodes 


IX 


53 


Phymatopterus 


II 


9 


Physauchenia 


X 


123 


Physea 


1 


1/50 


Physemus 


m 


576 



396 


TABLE ALPHABÉTIQUE. 








Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Cages. 


Physetops 


II 


79 


Piazocnemis 


VII 


433 


l'iiysimerus 


XI 


102 


Piazomias 


VI 


90 


Physobi'ochys 


IX 


(U8 


Piazorbinus 


VI 


601 


Physocnemtis 


IX 


49 


Piazurus 


vu 


147 


Physocœlus 


V 


466 


Picnopsis 


IX 


430 


Physocoryna 


XI 


312 


Picnoseus 


V 


674 


Physocrotaphus 


I 


181 


Pidonia 


VIII 


443 


Physodactyla 


XI 


88 


Piesarthrius 


VIII 


384 


Phvsodactylides 


IV 


236 


Piesmus 


I 


323 


Physodactylus 


IV 


237 


Piestides 


II 


124 


Physodera 


I 


130 


Piestocera 


IV 


121 


Physodeutera 


I 


23 


Piestognathus 


V 


724 


Physodroma 


VIII 


406 


Piestus 


II 


127 


Physûgaster 


V 


208 


Piezia 


I 


175 


Physogastérides 


V 


206 


Piezocera 


VIII 


326 


Physognathus 


II 


iî;2 


Piezocorynus 


VII 


S81 


Physolœstus 


I 


235 


Piezoderes 


VI 


167 


Physoraa 


XI 


87 


Piezonotus 


VI 


151 


Physomerus 


VII 


2ri9 


Piezophyllus 


IV 


168 


Physonota 


XI 


380 


Piezorhopalm 


VII 


384 


Physonychis 


XI 


86 


Piezotrachelus 


VI 


335 


Physopleurus 


VIII 


120 


Pilemia 


IX 


861 


Physoproctus 


VII 


260 


Pileophorus 


VI 


446 


Physoptcrus 


VII 


498 


Pilinurgus 


III 


547 


Physorhinus 


IV 


17S 


Pilioloba 


V 


70 


Physostema 


V 


23 


Pimelia 


V 


187 


Physotorus 


vil 


107 


Pimélides 


V 


174 


Phytalus 


III 


287 


PiMÉLOPIDES 


m 


416 


Phytobœnus 


V 


584 


Pimelopus 


III 


419 


Phytobius 


VII 


206 


Pinarus 


VII 


146 


Phytodecta 


X 


432 


PlNOPHlLIDES 


II 


101 


Phytœcia 


IX 


858 


Pinophilus 


II 


102 


PIIYTCECIIDES 


IX 


8i7 


Pinotus 


III 


97 


Phytoeciides vraies 


IX 


819 


Piodes 


vm 


441 


Phytoleema 


m 


226 


Piœnia 


VII 


578 


Phyton 


VIII 


361 


Piomera 


X 


278 


Phytonomus 


VI 


400 


Pionycha 


I 


77 


PHYTOPHAGES 


X 


1 


Piosoma 


I 


277 


Phytophiliis 


V 


82 


Pissodos 


VI 


461 


Phytoscaphus 


VI 


229 


Pithiscus 


IV 


37 


Phytosus 


II 


34 


Pithocles 


VIII 


72 


Phytotribus 


VI 


478 


Pithodia 


IX 


617 


Phyxelis 


VI 


225 


Pithomictus 


IX 


801 


Phyxium 


IX 


512 


Pityobius 


IV 


179 





TABLE ALPHABÉTIQUE. 




397 




Tomiis. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Pityophagus 


11 


327 


Platyderm 


I 


323 


Pityophilus 


11 


102 


Pldtygenia 


m 


858 


Pityphilvs 


IX 


C53 


Platygnathus 


VIII 


141 


Placocerus 


IV 


441 


Platygonium 


il 


25 


Placoderes 


VI 


321 


Platyholraus 


V 


215 


Placodes 


II 


254 


Platylampis 


IV 


309 


Placusa 


II 


45 


Platymela 


X 


430 


Plœsius 


II 


254 


Platymerus 


VII 


183 


Plagiodera 


X 


374 


Platymetopus 


I 


300 


Plagiogonus 


III 


115 


Platymopsis 


IX 


558 


Plagionotus 


IX 


6C 


Plalynaspis 


XII 


251 


Plagiopisthen 


XII 


22 


Platynocephalus 


IV 


561 


Plagiopyga 


I 


115 


Platynocera 


XI 


250 


Plagioi'hylis 


1 


71 


Platynodes 


I 


184 


Plagiotelum 


1 


117 


Platynomerus 


I 


341 


Plagithmysus 


IX 


82 


l'iatynoptera 


IV 


477 


Plagiocoryaus 


VII 


98 


Plalynotus 


V 


236 


Planètes 


I 


1)4 


Plattjnus 


I 


349 


Plangone 


VIII 


537 


Platyomicus 


VI 


177 


Planodema 


IX 


496 


Platyomida 


VI 


622 


Planodes 


IX 


336 


Platyomopsis 


IX 


558 


Plastocerus 


IV 


232 


Platyomus 


VI 


115 


Plastologus 


VI 


305 


Platyomus 


XII 


215 


Platamodes 


V 


58 


Platyonyx 


VII 


236 


Plataïaus 


11 


408 


Platyope 


V 


178 


Plateia 


V 


381 


Platyphanes 


V 


410 


Platesthes 


V 


215 


Platypides 


VII 


387 


Platisus 


II 


402 


Platypria 


XI 


336 


Platyarthron 


IX 


142 


Platyprosopus 


II 


63 


Platyaspistes 


VI 


105 


Platyptems 


I 


323 


Platyauchenia 


XI 


360 


PlatypHs 


VII 


391 


Platycei'us 


III 


32 


Platyrhinus 


VII 


532 


Platychelus 


III 


186 


Platyrhopalus 


11 


13 


Platychile 


I 


7 


Platyscelis 


V 


229 


Platychora 


II 


308 


Platysma 


I 


323 


Platychrus 


I 


54 


Platysoma 


II 


253 


Platyclerus 


IV 


450 


Platysternides 


IX 


720 


Platycnemus 


II 


72 


Platysternus 


IX 


730 


Platycoelia 


m 


371 


Platystes 


IV 


338 


Platycœlus 


I 


323 


Platystethus 


11 


116 


Platycopes 


VI 


48 


Platytarsus 


VI 


52 


Platycorynus 


X 


337 


Platytarus 


1 


108 


Platycycla 


XI 


385 


Platytoma 


II 


72 


Pltttydema 


V 


304 


Platytrachelus 


VI 


222 



398 


TAULE ALPHABÉTIQUE. 








Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pagos. 


Platyxantha 


XI 


m 


Plutoaesthes 


VIII 


522 


PLATYXANTniTES 


XI 


243 


Pnesthes 


X 


146 


Plaxomicrus 


IX 


876 


Pncumida 


VIII 


353 


Plecamocera 


IV 


468 


Pocadius 


II 


317 


Plecomera 


X 


m 


Podabrus 


IV 


352 


Plectes 


I 


54 


Podagrica 


XI 


40 


Plectonycha 


X 


70 


Podalgue 


III 


408 


Plectris 


m 


259 


Podhomala 


V 


187 


Plectrooerum 


IX 


135 


Podionops 


VI 


76 


Plectrodera 


IX 


360 


Podischnus 


III 


438 


Plectromerus 


VIII 


332 


Podispa 


XI 


335 


Plectroscelis 


XI 


48 


Podistra 


IV 


366 


Plectroscéutes 


XI 


47 


Podonema 


IV 


221 


Plectrosternus 


IV 


227 


Pûdonta 


V 


509 


Plôotrotetra 


XI 


65 


Podontia 


XI 


29 


Plectrura 


IX 


258 


Pœbates 


XI 


120 


Plegaderus 


II 


278 


Pœcilaspis 


XI 


396 


Pleomorpha 


X 


181 


Pœcilosthus 


V 


483 


Pleomorphus 


X 


d82 


Pœciloderma 


IX 


132 


Pleonomus 


IV 


222 


Pœcilomorpha 


X 


93 


Pleophylla 


m 


207 


Pœcilonota 


IV 


36 


Plerodia 


IX 


670 


POBCaOPÉPUDES 


IX 


147 


Plesia 


V 


506 


Pœcilopeplus 


IX 


147 


Plesianaspis 


V 


613 


Pœcilosoma 


VIII 


187 


Plesiophthalmus 


V 


477 


Precilum 


IX 


53 


Plesispa 


XI 


290 


Pœcilus 


I 


402 


Pleuracanthus 


I 


96 


Pœcnia 


IX 


98 


Pleuraulaca 


X 


346 


Pœmenosperus 


IX 


420 


Pleurochroma 


XI 


108 


POGONIDES 


I 


364 


Pleurocleoaus 


VI 


420 


Pogonobasis 


V 


96 


Pleurophora 


X 


76 


Pogonocei-us 


V 


603 


Pleurophorus 


III 


121 


POGOKOCHÉRIDES 


IX 


630 


Plmropterus 


II 


10 


Pogonooherus 


IX 


653 


Pleurosoma 


I 


354 


Pogonophoms 


I 


52 


Plintheria 


VII 


522 


Pogonostoma 


I 


31 


Plinthus 


VI 


360 


Pogonotarsus 


m 


517 


Plistonax 


IX 


747 


Pogonus 


I 


368 


Plocœderus 


VIII 


254 


Polemius 


IV 


339 


Plocamocera 


IV 


468 


Polimeta 


IX V 


797 


Plochiocera 


I 


22 


Poliscbnus 


III N438 


Plochioniis 


I 


135 


Pollendera 


VI 


215 


Plocia 


IX 


610 


Polloclasis 


IV 


315 


Plœsiorhina 


III 


478 


Polpocara 


V 


207 


Plusiotis 


III 


357 


Polpochila 


I 


320 



TABLB ALPHABÉTIQUE. 



399 





Tomei. 


Piges. 




Tomes. 


Pages. 


Polpogenia 


V 


187 


Polyzonus 


IX 


21 


Polposipus 


V 


357 


Pomachilius 


IV 


174 


Polyacantha 


IX 


SIS 


Poophagus 


VII 


202 


PolyarthroQ 


VIII 


43 


Popilia 


III 


334 


Polybothris 


IV 


27 


Poria 


Xll 


204 


Polybolus 


II 


4S7 


PORIITES 


XII 


203 


Polycaon 


IV 


S3-i 


Porithea 


VIll 


347 


Polycesta 


IV 


C2 


Porocleonua 


VI 


420 


Polychalca 


XI 


372 


Poropleura 


X 


203 


Polychroma 


IV 


57 


Poropterus 


VII 


91 


Polyclada 


XI 


25 


Pororhynchus 


VI 


386 


Polycliuis 


VI 


98 


Porpacus. 


-Hè 


166 


Polyclasis 


IV 


315 


Porphyraspis 


XI 


361 


Poly cornus 


VI 


119 


Porphyronota 


III 


538 


Polycorynus 


vil 


369 


Porropus 


III 


315 


Polydacryji 


VI 


75 


Porrorhynchus 


I 


440 


Polyderces 


VII 


39 


Porrostoraa 


IV 


296 


Polydius 


VI 


280 


Porthetes 


VII 


330 


Polydrosus 


VI 


78 


Porthmidius 


IV 


171 


Polydrusus 


VI 


78 


Ponis 


II 


29 


Polygraphus 


VII 


363 


Potaminus 


II 


505 


Polyhirma 


1 


179 


Potamophilus 


II 


502 


Polylophus 


VII 


60 


Potemnemus 


IX 


357 


Polymus 


XII 


118 


Poteriophorus 


vu 


290 


Polyodontus 


II 


95 


Pothyne 


IX 


694 


Polyopsia 


IX 


880 


Piœugena 


V 


488 


Polyoptilus 


X 


33 


Praocidks 


V 


210 


Polyozoa 


VIII 


152 


Praocis 


V 


212 


Polyphrades 


VI 


230 


Praonetha 


IX 


539 


Polyphylla 


m 


294 


Prasocuris 


X 


372 


Pohjphyllum 


III 


306 


Prasona 


XI 


57 


Polypleurus 


V 


359 


Prasonotus 


X 


177 


POLYBHAPHIDES 


IX 


731 


Praxithea 


VIH 


241 


Polyrhaphis 


IX 


732 


Prepodes 


VI 


120 


Polyschisis 


IX 


5 


Prepopharus 


XII 


67 


Polyscopvs 


V 


99 


Prepusa 


I 


17 


Polysitus 


I 


330 


Protilia 


IX 


909 


Polyspila 


X 


383 


Pria 


11 


312 


Polystichus 


I 


86 


Pri7iobius 


VIII 


97 


Polysticta 


X 


382 


Prinotheca 


V 


183 


Polystoma 


11 


40 


Priobium 


IV 


519 


Polyteles 


VI 


280 


Priocora 


IV 


430 


Polytomvs 


IV 


251 


Priognathus 


V 


526 


Polyxo 


IX 


247 


Prionapterus 


VIII 


48 



400 


TABLE ALPHADÉTIQUE. 








Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Prionesthis 


X 


33 


Pristonychus 


I 


341 


Priotietha 


JX 


539 


Proagosternus 


III 


300 


Prionetopsis 


IX 


S70 


Probatius 


IX 


781 


PRIONIDES 


VIII 


16 


Probatodes 


IX 


511 


PRIONIDES ABER- 






Probosca 


V 


715 


RANTS 


VIII 


19 


PROCALITES 


XI 


175 


PRIONIDES VRAIS 


VIII 


35 


Procalus 


XI 


175 


Priok. vrais soutek- 






Procas 


VI 


467 


RAINS 


VIII 


37 


Procephalus 


I 


32 


PrION. vrais SYLVAINS VIII 


55 


Procerus 


I 


52 


Prion. vrais pœcilo- 






Prochelyma 


m 


311 


SOMES 


Vlll 


170 


Prochoma 


V 


42 


Prionidium 


VIII 


25 


ProciiTus 


II 


105 


Priouispa 


XI 


337 


Procrustes 


I 


53 


Prionocalus 


VIII 


a 


Procrusticus 


I 


54- 


Prionocerus 


IV 


412 


Proctocera 


IX 


425 


Prionocheilus 


Xli 


70 


Proctophana 


X 


141 


Prionodora 


X 


248 


Proctophysus 


X 


184 


Pi'iouognathus 


I 


229 


Pi'ocula 


XII 


198 


Prionomérides 


VI 


598 


Prodector 


VII 


470 


Pi'ionomerus 


VI 


GOO 


Prodilis 


XII 


207 


Prionomma 


VIII 


58 


Prodontia 


IX 


165 


Prionophora 


IV 


23 


Prœces 


vu 


339 


Priouophorus 


IV 


495 


Pi'OBcha 


IX 


598 


Prionopleura 


X 


188 


Proictes 


VI 


48 


Prionoplus 


VIII 


ICG 


Promeces 


IX 


24 


Prionopus 


VI 


622 


Promechilus 


V 


700 


Prionotheca 


V 


183 


Promeckus 


X 


405 


Prionus 


VIII 


00 


Pi'omecoderus 


I 


iU 


Prionychus 


V 


501 


Promecognathus 


I 


252 


Prioptera 


XI 


368 


Promécopides 


VI 


384 


Prioptérites 


XI 


367 


Promecops 


VI 


389 


Pi'iopus 


V 


405 


Promecoptera 


I 


131 


Prioscelida 


V 


732 


Promecotheca 


XI 


300 


Prioscelis 


V 


405 


Prûmécothécites 


XI 


300 


Priotelus 


XII 


70 


Prometopia 


11 


30(> 


Priotyrannus 


VIII 


65 


Pronomaia 


II 


46 


Priscilla 


IX 


823 


Pronuba 


IX 


128 


Pristilophus 


IV 


209 


Prophanes 


V 


410 


Pristimerus 


VII 


2i 


Prophthalmus 


VII 


427 


Prisliptera 


IV 


23 


Propomacrus 


m 


317 


Pristodactyla 


I 


3i3 


Propylea 


XII 


185 


Pristodorus 


11 


359 


Prorhinus 


VI 


136 


Pristonema 


XII 


190 


Prosacantha 


IX 


515 



TABLE ALPHABETIQUE. 



401 





Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


Prosayleus 


VI 


46 


PsammiBchus 


II 


414 


Proscarabœus 


V 


658 


Psammetichus 


V 


126 


Proscephaladeres 


VI 


30 


Psammebius 


III 


121 


Proscoporhinus 


VII 


545 


Psammodes 


V 


195 


Prosicela 


X 


394 


Psammodius 


III 


121 


Prosodes 


V 


150 


Psammotrupes 


III 


69 


Prosomenes 


V 


356 


Psapharochus 


IX 


750 


Prosopocera 


IX 


397 


Psai'omaia 


IX 


339 


Prosopocérides 


IX 


396 


Psaryphis 


V 


98 


Prosopocoitus 


III 


22 


Psathyrocerus 


X 


66 


Prosopodonta 


XI 


310 


Psathyrus 


IX 


465 


Prospelates 


VI 


95 


Psatmis 


IX 


491 


Prosphilus 


VIII 


253 


Psebium 


VUl 


480 


Prostenus 


V 


S13 


Psectrapus 


V 


231 


Prosternodes 


VIII 


181 


Psectrascelis 


V 


170 


Prostemm 


IV 


209 


Psecirocera 


IX 


305 


Pi'ostomis 


II 


398 


Pselaphacus 


XII 


31 


Prostomus 


VI 


136 


PsÉLAPaiDES 


II 


163 


Prosymnus 


IV 


486 


PSÉLAPHIEN8 


II 


158 


Pïosype 


VIII 


219 


Pselaphus 


II 


169 


Protaedus 


VII 


581 


Psenocerus 


IX 


634 


Protéinides 


II 


145 


PSÉPIIÉNIDES 


II 


497 


Protoinus 


II 


146 


Psephenus 


II 


499 


Protemnemxis 


IX 


357 


Pscphûlax 


VII 


72 


Protenomus 


VI 


86 


Psephits 


III 


131 


Prothema 


VIII 


526 


Pscudagi'ilus 


IV 


82 


Protocerius 


VII 


274 


Pseudaptinus 


I 


88 


Protœlia 


III 


534 


Pseudispa 


XI 


328 


Protomaritis 


VI 


24 


Pscudoblaps 


V 


237 


Protonartuhides 


IX 


452 


Pseudochiamys 


X 


199 


Protonarthron 


IX 


452 


Pseudocholus 


VII 


253 


Protopalus 


VII 


132 


Pseudocolaspis 


X 


288 


Protoi'hopala 


IX 


455 


PSEUDOCOLASPITES 


X 


287 


PROTOnnOPAUDES 


IX 


455 


Pseudodcra 


XI 


52 


Prymnopsis 


IX 


642 


PSEUDO-FEROXIDES 


I 


306 


Prymuopteryx 


IX 


641 


P.seudoholops 


V 


441 


Prypnus 


VI 


137 


Pscudoleptwa 


VIII 


521 


PsaUcenis 


III 


27 


Pseudolyclmims 


IV 


318 


Psalidium 


VI 


139 


Pseudolycus 


V 


708 


Psalidocoptus 


VIII 


38 


Pseudomaseus 


I 


323 


Psalidognatlius 


VIII 


40 


Paeudomcla 


X 


402 


Psalidonota 


XI 


390 


Pseudomorpha 


I 


151 


Psalidostomus 


III 


27 


PSEUDOMORPUIDES 


I 


149 


Psalidura 

Coléoptères. 


VI 
Tome XII. 


313 


Pseudomus 


VII 

26 


102 



402 

Pseudophonus 

Pseudopsis 

Tseudorthomus 

Pseudoserica 

Psendosteropvs 

Pseudexycheila 

Pseudozœna 

Psilapha 

Psilax 

Psilocera 

Psilodadits 

Psilocnemis 

Psilodema 

Psilodon 

Psilomerus 

Psilomorpha 

Psiloptera 

Psilopyga 

Psilorhinus 

Psilorhyuchus 

Psiloscelis 

Psilothrix 

Psilotus 

Psoa 



TABLE ALPHABÉTIQUE. 



Psorbdes 

Psychidium 

Psychobius 

Psydrus 

Psygraatocerus 

Psylliodos 

PSTLLIODITBS 

Psyllobora 

Psyllotoxus 

Ptenidium 

Pteracautha 

PteracanthuB 

Pteraulus 

Pterichthya 

PlÉlllCOl'TlDES 

Ptericoptus 
Pteridotulus 
Pterochaos 
Ptehocolides 



Tomes. 
I 
II 
1 
III 
I 
I 
I 

XI 

m 
I 

IV 

m 
III 
III 

IX 

VIII 

IV 

II 

VII 
IV 

11 

IV 

II 

IV 
VI 
V 

II 
1 
I 

VIII 

XI 

XI 

XII 

IX 

li 

IX 
VI 
V 
IX 
IX 
IX 
IX 
IX 
VII 



Pages. 
295 
149 
323 
259 
323 
H 
157 
128 
107 
31 
315 
552 
165 
38 
70 
393 
27 
315 
11 
349 
258 
400 
307 
536 
154 
405 
428 
323 
184 
241 
140 
140 
184 
680 
234 
152 
814 
460 
594 
602 
605 
751 
403 
190 



Pterocolus 

l'terocoma 

Pteroglossvs 

Pterohelœus 

Pterolasia 

Pteroloma 

Plerolophia 

Pterophoi'us 

Pteroplatus 

Pteroplectus 

Pteropludes 

Pteroplius 

Pterostichus 

Pterotarsus 

Pterotragus 

Ptcrotropis 

Pterygostomus 

Ptichopterus 

Ptilinus 

Ptiliola 

Ptilium 

Ptilodaclyla 

Ptilodactylides 

PHlophorus 

Ptilophyllum 

Plilopns 

Plinella 

Ptinides 

PTINIORES 

PlinHS 

Ptochidius 

Ptoohus 

Ptomapliila 

l'tosim.i 

Ptychoderes 

Plychodes 

Plycolœmus 

Plychophorus 

IHyocerus 

l'urpuricenus 

Pyanisia 

Pycnidiurn 

PYCNOCIiRIDES 

Pycnocerus 



Tomes. Pages. 
VU 190 



V 


182 


I 


292 


V 


346 


V 


189 


II 


205 


IX 


539 


IV 


503 


IX 


164 


VII 


72 


IX 


595 


IX 


596 


I 


400 


IV 


103 


IX 


507 


VI 


70 


VII 


448 


IV 


441 


IV 


522 


11 


232 


II 


233 


IV 


279 


IV 


275 


V 


025 


III 


41 


VI 


122 


II 


232 


IV 


312 


IV 


508 


IV 


513 


VI 


218 


VI 


188 


11 


200 


IV 


65 


vil 


488 


IX 


321 


IX 


139 


m 


544 


IV 


255 


IX 


177 


V 


476 


II 


451 


V 


399 


V 


400 



Pycnoméhiues 

Pycnomerus 

Pycnomorphus 

Pycnopus 

Pycnosiphoms 

Pyctoderes 

Pyesia 

Pygidiphorus 

Pygolampis 

Pygora 

Pygurus 

Pylarus 

Pylus 

Pyramis 

Pyrectomma 

Pyrectosoma 

Pyresthes 

Pyrgops 

Pyrgotes 

Pyrobolus 

Pyrocalymma 

Pyi'ochroa 

PYROCHROIDES 

Pyrodcs 

Pyrogaster 

Pyronota 

Pyi'ophorus 

Pyropida 

Pyropides 

Pyroplenis 

Pyropus 

Pyropyga 

Pyrota 

Pyrotrichus 

Pyrracita 

Pyrrhidium 

Pyrrocis 

Pythais 

Pytheus 

PYTHIDE8 

PVTHIDES VRAIS 

Pytho 

Pyticera 

Pytiophorus 



TABLE AlPHABÉTIQUE. 




403 


Tomes. 


Pages. 




Tomes. 


Pages. 


II 


379 


Pyxis 


X 


439 


11 


379 


Pyxites 


X 


438 


IX 


740 


Q 






VII 


78 






m 


Si 


Quedius 


11 


84 


VI 


16S 


Quimalanca 


IX 


408 


XI 


169 


Quirinus 


XII 


127 


V 


728 


R 






IV 


321 


Rabdota 


IV 


335 


m 


SU 


Rachidion 


IX 


212 


III 


91 


Rachiodes 


VI 


493 


VII 


30 


Ramphides 


Vil 


170 


IV 


483 


Ramphorhina 


IV 


561 


I 


205 


Ramphus 


VII 


171 


IV 


321 


Ranova 


IX 


516 


IV 


321 


Rantus 


I 


422 


VIII 


S20 


Ranzania 


IV 


561 


VI 


153 


Raphidopis 


IX 


423 


VIII 


326 


Raphiptera 


IX 


596 


IX 


900 


Raphirhynchus 


VII 


436 


VIII 


SI 6 


Raphirus 


II 


84 


V 


601 


Raphuma 


IX 


72 


V 


599 


Raptor 


I 


368 


VIII 


177 


Ratbymus 


I 


329 


IV 


338 


RayacheUa 


II 


23 


III 


224 


Rayniondia 


VII 


331 


IV 


204 


Rechodcs 


II 


359 


X 


298 


Rembus 


1 


233 


vil 


187 


Remphan 


VIII 


107 


IV 


300 


Remris 


H 


80 


VII 


188 


Repsimus 


III 


370 


IV 


3-21 


Hetilla 


IX 


512 


V 


676 


Rhabdium 


vm 


431 


VIII 


455 


Rhabdorhynchus 


VI 


420 


IX 


622 


Rhabduchus 


XII 


114 


IX 


53 


Rliacopus 


IV 


56P 


V 


456 


Rhadalus 


IV 


49i 


IX 


660 


Rbadia 


IX 


618 


VIII 


529 


Rhadine 


I 


347 


V 


520 


Rlmdinocerus 


VII 


174 


V 


524 


Rhadiiiosomus 


VI 


63 


V 


524 


RlljEniTES 


X 


49 


IV 


477 


Riisaboscelis 


IV 


81 


vil 


381 


Rbœbus 


X 


51 



404 



TABLE ALPHABÉTIQUE. 





Tojnes. 


Pages. 




Tomos. 


Pages. 


Hhagiomorpha 


VIII 


406 


RlIIPlDIIDES 


V 


631 


lihagium 


vm 


428 


Rliipidius 


V 


632 


Rhagocrepis 


I 


70 


Rhipidocerus 


VIII 


165 


Rhagodactylus 


1 


281 


Rhipidophorus 


IV 


313 


Rhagodera 


II 


3S8 


RHIPIPHORIDE8 


V 


610 


Rhagonycha 


IV 


353 


Rhipiphohides vkais 


V 


626 


Uhagopteryx 


m 


541 


Rhipiphorus 


V 


629 


Rliammisium 


VIII 


430 


Rhizobius 


XII 


216 


Mamses 


IX 


312 


Rhiionemus 


Ul 


257 


Uhanis 


XII 


140 


Rhizopertha 


IV 


541 


Rhaphidopalpa 


XI 


160 


Rhizophagides 


II 


329 


Rhaphidopis 


IX 


423 


Rhizophagus 


II 


330 


Rhaphipodus 


VIII 


106 


Rhizoplatys 


III 


459 


Rhatynioscelis 


VIII 


476 


Rhizûtrachelus 


I 


220 


Rhésus 


Vlll 


105 


RlllZOïnOGlDES 


UI 


278 


Rliexius 


II 


174 


Rliizoti'ogus 


III 


281 


Rhigmaphoi-us 


IV 


111 


Khodochai'is 


VIII 


49 


Rhigus 


VI 


278 


Rhodopides 


IX 


450 


Rhiiia 


• VII 


316 


Rhodopis 


IX 


450 


Rhinaria 


VI 


413 


Rhomhodera 


1 


139 


Rliinaspis 


III 


262 


Rhombonyx 


UI 


328 


Rhinastus 


VII 


34 


Rhonibopalpa 


XI 


156 


Rhinobatus 


VI 


437 


Rhomborhina 


IV 


482 


Rhinobrachys 


vu 


586 


Rhombosternus 


X 


187 


Rhinocheiius 


vu 


130 


Rhopaliïus 


IX 


17 


Rhinocœta 


III 


494 


Rhopalobrachium 


V 


699 


Rhinocyllus 


VI 


434 


RhopaloGWUS 


II 


380 


Rhinodes 


VI 


572 


Hhopalodontus 


IV 


530 


Rhinolaccus 


VI 


530 


Uhopalornelus 


I 


339 


Rhinomacer 


VI 


560 


Rhopalomei'us 


VI 


502 


Rhinomacérides 


VI 


531 


Rhopalopachys 


IX 


74 


Rhinoncus 


vu 


207 


R