(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Dictionnaire liegeois"

A propos de ce livre 

Ceci est une copie numerique d'un ouvrage conserve depuis des generations dans les rayonnages d'une bibliotheque avant d'etre numerise avec 
precaution par Google dans le cadre d'un projet visant a permettre aux internautes de decouvrir 1' ensemble du patrimoine litteraire mondial en 
ligne. 

Ce livre etant relativement ancien, il n'est plus protege par la loi sur les droits d'auteur et appartient a present au domaine public. L' expression 
"appartenir au domaine public" signifie que le livre en question n' a jamais ete soumis aux droits d'auteur ou que ses droits legaux sont arrives a 
expiration. Les conditions requises pour qu'un livre tombe dans le domaine public peuvent varier d'un pays a 1' autre. Les livres libres de droit sont 
autant de liens avec le passe. lis sont les temoins de la richesse de notre histoire, de notre patrimoine culturel et de la connaissance humaine et sont 
trop souvent difficilement accessibles au public. 

Les notes de bas de page et autres annotations en marge du texte presentes dans le volume original sont reprises dans ce fichier, comme un souvenir 
du long chemin parcouru par 1' ouvrage depuis la maison d' edition en passant par la bibliotheque pour finalement se retrouver entre vos mains. 

Consignes d 'utilisation 

Google est fier de travailler en partenariat avec des bibliotheques a la numerisation des ouvrages appartenant au domaine public et de les rendre 
ainsi accessibles a tous. Ces livres sont en effet la propriete de tous et de toutes et nous sommes tout simplement les gardiens de ce patrimoine. 
II s'agit toutefois d'un projet couteux. Par consequent et en vue de poursuivre la diffusion de ces ressources inepuisables, nous avons pris les 
dispositions necessaires afin de prevenir les eventuels abus auxquels pourraient se livrer des sites marchands tiers, notamment en instaurant des 
contraintes techniques relatives aux requetes automatisees. 

Nous vous demandons egalement de: 

+ Ne pas utiliser les fichier s a des fins commerciales Nous avons congu le programme Google Recherche de Livres a I'usage des particuliers. 
Nous vous demandons done d' utiliser uniquement ces fichiers a des fins personnelles. lis ne sauraient en effet etre employes dans un 
quelconque but commercial. 

+ Ne pas proceder a des requetes automatisees N'envoyez aucune requete automatisee quelle qu'elle soit au systeme Google. Si vous effectuez 
des recherches concernant les logiciels de traduction, la reconnaissance optique de caracteres ou tout autre domaine necessitant de disposer 
d'importantes quantites de texte, n'hesitez pas a nous contacter. Nous encourageons pour la realisation de ce type de travaux 1' utilisation des 
ouvrages et documents appartenant au domaine public et serious heureux de vous etre utile. 

+ Nepas supprimer r attribution Le filigrane Google contenu dans chaque fichier est indispensable pour informer les internautes de notre projet 
et leur permettre d'acceder a davantage de documents par I'intermediaire du Programme Google Recherche de Livres. Ne le supprimez en 
aucun cas. 

+ Rester dans la legalite Quelle que soit I'utilisation que vous comptez faire des fichiers, n'oubliez pas qu'il est de votre responsabilite de 
veiller a respecter la loi. Si un ouvrage appartient au domaine public americain, n'en deduisez pas pour autant qu'il en va de meme dans 
les autres pays. La duree legale des droits d'auteur d'un livre varie d'un pays a I'autre. Nous ne sommes done pas en mesure de repertorier 
les ouvrages dont I'utilisation est autorisee et ceux dont elle ne Test pas. Ne croyez pas que le simple fait d'afficher un livre sur Google 
Recherche de Livres signifie que celui-ci pent etre utilise de quelque fagon que ce soit dans le monde entier. La condamnation a laquelle vous 
vous exposeriez en cas de violation des droits d'auteur pent etre severe. 

A propos du service Google Recherche de Livres 

En favorisant la recherche et I'acces a un nombre croissant de livres disponibles dans de nombreuses langues, dont le frangais, Google souhaite 
contribuer a promouvoir la diversite culturelle grace a Google Recherche de Livres. En effet, le Programme Google Recherche de Livres permet 
aux internautes de decouvrir le patrimoine litteraire mondial, tout en aidant les auteurs et les editeurs a elargir leur public. Vous pouvez effectuer 



des recherches en ligne dans le texte integral de cet ouvrage a I'adresse lhttp : //books .google . com 




This is a digital copy of a book that was preserved for generations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose legal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journey from the 
publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we have taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use these files for 
personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's system: If you are conducting research on machine 
translation, optical character recognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any specific use of 
any specific book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 

at http : //books . google . com/| 



Digitized by VjOOQIC 



•m 



V 



^. ._.^. 



iiilrratgiif 



^ 3 

BpblauinaJ 



Barid Paton '74 

In memory of 

William Agnew Paton 






\^^tm4/nr' 



.Ar.u^^'J/o^^'. 




zed by Google 



Digitized by VjOOQIC 



' Digitized by VjOOQIC 



Digitized by VjOOQIC 



Digitized by VjOOQIC 



DICTIONNAIRE 



Il£GEOIS-FRANGAIS, 



Digitized by VjOOQIC 



D4]^ a%w temui de la Loi. 



Digitized by VjOOQIC 



DICTIONNAIRE 



LIIGEOIS-FRANCAIS 



PAR 



H. FORIR 



Chevalier de l*Ordre Leopold, Professeur honoraire de Mathdmatiques sup^rienreB 

& I'Ath^nte royal de Li6ge, 

Ex- President de la Soci6t6 lidgeoise de Litt^rature wallonne. 



TOME PREMIER 



LIEGE 
&• Mmnanrs ar a. favst, iitv&xinvm»-teiTBUM 

Roe Soeurs-de-Haaqae, IL 

1866 



Digitized by VjOOQIC 



Digitized by VjOOQIC 



PREFACE 



Plusieurs Dictionnaires wallons-francais publics depuis un 
certain nombre d*ann6es ont acquis une vogue incontest^e. 
Et d'abord , je citerai en premifere ligne celui de M. Tabb^ 
Cambresier, qui a paru en 1787 , et qui , bien qu'il ne 
soit qu'une ^baucbe imparfaite, a n^anmoins le double 
avantage d'avoir fait ressortir le besoin d'un tel dictionnaire , 
et en mfime temps d'avoir sauv6 de Foubli une quantity de 
mots et de locutions proverbiales. 

Plus tard, le glossaire de M. Simonon, son K6pardie, et 
sommairement ses travaux po^tiques , sont venus enrichir 
le repertoire wallon, esquiss6 par le savant eccl^siastique 
que je viens de nommer. 




s^^ ' 

-^•^f^ 



420493 Digi,i,3d by Google 



— YI — 

A son lour, M. Hubert (Joseph) a publitS lout recemment 
un vocabulaire assez complet, d'un format commode et 
Irfes-porlatif : malgr^ Tomission de quelques termes d'un 
usage frequent, c'est un Manuel de poche que Ton pent 
consulter utilement. 

MM. Remade et Lobet, de Verviers, ont aussi pay6 un 
large tribut k la science philologique; mais nonobstant tout 
rint^rfet que pr^senle la lecture de leurs oeuvres , qui se 
distinguent par un fonds d*^rudition et de connaissances 
historiques, elles ne peuvent gufere servir aux habitants 
de Li^ge et de sa banlieue ; car, quoique nous nous com- 
prenions parfaitement avec nos frferes vervi^tois, leur pro- 
nonciation et, par suite, leur manifere d'orthographier, rcndent 
beaucoup de mots et de phrases iniutelligibles pour nous , 
Li^geois, surtout dans la langue ^crite. 

En presence de tels inconv^nients, on a reconnu la n^ces- 
sit6 d'un nouveau Dictionnaire plus d^velopp^, plus complet 
et plus con forme au dialecte usit^ dans la m^tropole de la 
province et du pays wallon : c'est la t&che que j'ai os6 
entreprendre. 

Mais, pour r^ussir, il fallait, k Fimitation des estimables 
^crivains mentionn^s plus haut, attacher k ce travail un 
caractfere d'utilit^ publique et un dement de curiosity pour 
les amateurs du vieux idiome de nos pferes. 

J'ai cru y parvenir en y insurant : 

i* line collection nombreuse de mots wallons dont la tra- 
duction g£ne le commun du peuple, et dont la definition est 
suivie de plusieurs synonymes propres k Tornement du style. 

2** Un recueil de proverbes, que je dois en partie aux 
souvenirs de mon cnfance, et qui, par leur simplicity et 
leur ^nergique laconisme, animent la conversation, y sfement 
de Tagrement et de la gatt^ : tels sont les suivants : 

Ld meUr pArlet et U hdie hoAtet. — Ki vin (Tpoie greit. — J^e koltbeH ^ 
vl bribeH, — Pu rmow-i-on on stron^ pu fiair-t-i, — Ki a pdrdss a m&vAi^, 
— Folt soula horn inn vdit A Idr, — Inn bone krdss (Ate di ba^r n'a mAU 
$itr6nn6 s*mms, etc. 



Digitized by VjOOQIC 



— VII — 

Autanl que possible, je les ai fail suivre des proverbes 
iVancais correspondanls , sinon je mg suis bora6 k en 
expliquer le sens. 

3"" J*ai chercln^ surloul k metti*e en 6videncDe toutes ees 
loeutions vicieuses qui d^parent noire langage quand nous 
parlous francais ; d^faut dont les personnes qui d*ha- 
bilude veulent briller par leur doculion , out beaueoup de 
peine k s*amender, outre qu*il nous expose aux railleries 
de nos voisins du Midi, k qui nous faisons la partie belle, 
par noire indiffc^renee i nous conformer striclemenl aux 
pr^eeptes de leurs sommil^s lill^raires. 

Soil dit en passanl, je ne me rends pas eomple du 
pen d*^tat que nous faisons de parler correclement leur 
langue; noire amour-propre nalional nous ^gare au point 
que toule expression fran^ise, souvenl la seule admissible, 
est consid6r^e eomme une afTeetation, comme un acle de 
p^danlisme, si elle n*est pas dun usage g^n^ral dans nos 
contr^es, el celui qui s*en sert encourt la satire ou le ridi- 
cule. En revanche, lorsque nous sommes en qufele d'un 
mot qui refuse de sWrir incontinent k noire imagination, 
nous ne sommes nullement ggn^s pour y subslituer un 
terme exotique de n'importe quelle origine ; pourvu qu il 
nous chatouille un tanlinel Toreille, nous Taccueillons avec 
empressement , sans nous soucier s*il a re^u droit de 
bourgeoisie (i). 

A Tappui de ce que j'avance, qu'il me soil permis de citer 
seulement deux exemples qui me sonl personnels. Rien que 
lemploi des mots soixante-dix cl quatre-vbigt'dix au lieu de 
septante et nonante, m'a valu plus d*une fois T^pith^te de 
fransquillon (2); et mes 6pilogueurs ne font pas attention 
que si celte anomalie , qui provient d'une ancienne coutume 



(1) En scmblablc occurrence, il est une certaine categoric asscz nombreusc do 
narrateurs qui , dans leur faconde soporiferc , font un abus insupportable dc^ 
uiots chose et choser, dont ils assaisonncnt presque toutes leurs phrases. 

(j) Itpithctc barbare qu'on applique a cclui qui ojfcclc des manicrcb franraibcs. 



Digitized by VjOOQIC 



— VIII — 

de compter par vingtaines (i) y s'est conserv^e invariablement 
en France, c'est qu'^IIe a la vertu d'interrompre la monolonie 
de la desinence qui afiecte chaque groupe de dix unites , et 
qu'ainsi ell6 contribue k T^l^gance du langage, laquelle 
consisle bien moins dans la r^gularit^ que dans la vari<it^ des 
expressions (a). 

Maintespersonnes ne me comprennent pas quand je d^signe 
par sabot le jouet que nous nommons toUmai; on veut que je 
disc toupie, mot qui est, en r^alit^, la traduction de notre 
kampinair ou peAr: les lexicographes frangais d^finissent 
convenablement ces deux objets et en font trfes-bien sentir la 
difference. 

Ce pen de citations suffisent pour 6tablir le reproche que 
nous avons k nous adresser , et donl on ne doit pas m6me 
exempter ceux qui ont la noble et delicate mission d*instruire 
leurs semblables, parce qu'ils ne s'observent pas toujours 
assez scrupuleusement , lorsque, s^duits par un n^ologisme 
exager^ , qui , malbeureusement , devient fort k la mode , ils 
parlent k des enfants naturellement disposes k accepter et k 
propager des termes incorrects , que parfois ils leur d^bitent 
inconsid^r^ment. 

Qu'on le croie bien, il m'en coiite de faire cet aveu, et j'en 
demande pardon k mes compatriotes ch^ris , si je comprime un 
moment les sentiments inalt^rables d*amour et de fraternity 
qu'ils m'inspirent, et qui devraient peut-6tre, k cet egard , me 
faire garder le silence; mais amicus Plato, sed magis arnica 
Veritas. 

(i) Beaueonp de nos campagnards suivent encore ccUc coutume dans la vente 
de leurs bestiaux: ils disent , par exemple , qu*un veau , quun pore p^e 8 vingU, 
9 vingU, 10 vingU, etc., en sous-entendant le mot Uvres. 

(t) Je dirai aux partisans de runiformit^, en fait de linguistique , que, pour 
Mre consequents , ils doivent aussi r^lamer le remplacement des mots dix et vingt 
par ceux deunanteet duante, et que, par suite, ilfaudra dire unarUe-un, unante- 

deux, tmante-lrois ; duante-un, duante-detuo au lieu de onze, douze , 

treiie ; vingt-et^un, vingt-deux '; sans oublier le nombre quatre-^ingi ou 

Bctante, auquel il faudra substituer huitante, qui, bien qu*il u'ait jamais etc 
fran^ais, sera beaueoup plus regulier. 



Digitized by VjOOQIC 



IX 



Pour meltre le lecteur k m6me de saisir d'aulant mieux mes 
intentions pr^dominantes , je crois utile de placer encore ici 
quelques leodicismes, que Ton retrouvera dans la suite de cet 
ouvrage avec une foule d'autres. 



PHRASES WALLONNES. 



TRADUCTION VUL6AIRE. 



Mohann & vintt oU a rinte : 
II a ploU fameHsmin del nutt : 
Vos8 8^i hi gott : 
Disfi vo 8oU po l^z-^kr&kt : 

I cJiess po Vkrtveitr di Vouh : 
N'M nindtoH d^Vrnw, 8av6l 

— Ji tCpou md : 

Ell esti leH tre^ : 

Vdfan m*a tote dipiht : 

Vola rmess foA, li shot foA : 

Jowd A mdle : 

Mett dd dra A kurech : 

Ovri d peur U bress : 

Vola Vdra d^mohonn , dind-mel. 

Magnt 8*kwatreitr : 

BeHr on d^mtie di France : 

Flip h d'ja tv6'ie : 

On kdrti d^sett pless a louw6 : 



Maison ^ vendre ou ^ rendre. 

n a pleu fameusemeni de la nuii. 

Votre s^au qui goulte. 

Defaites vos souliers pour les en- 

graisser. 
li chasse par la crevasse de la porte. 
N'allez pas k I'entour de Teau , savez- 

vous ! 
— Je ne peux mal. 
EUes etaient leurs Irois. 
L*enfarit jn*a toute d^pissde. 
Voilk la messe hors , Tecole hors. 
Jouer aux malls, aux chiques. 
Mettre des draps au curage. 
Travailler en purette. 
Voilkledrapde maison, donnez-m6-le. 
Manger son quatre-heures. 
Boire un demi de France. 
Ph*lippe est d'jh envoie. 
Un quartier de sept places ^ louer. 



Tel est le but essentiel vers lequel j'ai dirig(5 tous mes 
efforts en donnant le jour k cette production : c'est de 
purger notre conversation frangaise de tous ces wallonisraes 
qui d^naturent le caractfere de cette belle langue, si r^pandue 
par toute I'Europe, disons plut6t par tout Tunivers, et que 
nous avons d'ailleurs phoisie pour la discussion, la redac- 
tion et la promulgation officielle de nos lois : j'ai I'espoir que 
ses vrais appr^ciateurs m'en sauront gr^. 

Je dois maintenant exposer le systfeme d'orthographe 
auquel j'ai donn6 la preference pour la composition de ce 



Digitized by VjOOQIC 



Diclionnaire. J'ai pense qWk I'inslar de bcaucoup de 
langues de TEurope , Torlhographe la plus naturelle , la 
plus simple et en rafime temps la plus facile k apprendre, 
est celle qui est le signe repr^sentatif de la prononcialion; 
de sorte que j'exclus comme superflue toute lettre qui ne 
la change pas. 

J'ai 61& heureux de me trouver, sur ce point capital, en 
accord parfait avec plusieurs philologues dont la capacity 
litt^raire est inscrite au livre de la Renommt^e. D*une 
part, feu M. Adolphe Lesoinne, que la mort a enlev^ trop 
t6t aux sciences et aux lettres, m'avait, par ses bienveil- 
lants avis , encourage k suivre la route que je m'^tais traciSe. 
A leur tour, par leurs affectueux conseils et les int^ressants 
manuscrits quils ont bien voulu me confier, M. le cure 
Du Vivier (i) et M. le g^n^ral Brixlie (2), partageant la 
mfeme opinion que celle du regrettable professeur de notre 
University, ont 616 pour moi de puissants auxiliaires. Fort 
de leur assentiment et de leur imposante autorit^ , j'ai 
march(5 avec toute assurance , et aucune consideration n*au- 
rait pu me faire ^carter du principe que j'avais pos6 de 
concert avec eux. 

En consequence, j'tois I'om, li feum e fefan : Thomme, 
la femme et Tenfant ; au pluriel : U-z-om, le feum i Vz-efan: 
Ics hommes, les femmes et les enfants. II est visible que le z 
n'est pas ici la marque du pluriel , laquelle est absolumeut 
inutile (3); on Temploie seulement par euphonic, pour 



(1) Auteur d'un Dictionnaire wallon- franca i$ et d*un Diclionnaire det ritnei 
wallonnei, riches collections qui menteraieiit bien les honneurs de rimprcssion. 

(<) Opuscule dans Icquel Tauteur propose un iystenie d'orthographe toallonnt 
dans ses rapports avec les autres langues connues ; ouvrage serieux ct digue 
d*dtrc mcditd par les amateurs. 

( 3 ) Gette particularitc n'a ricn d*etrangc ; cite se remarquc dans les verbes 
allemands, hoUandais ot flamands, au participc passe, lequel est invariable, 
c*est-a-dire que , dans tons les cas, il ne re^oit ni la marque du pluriel ni celle 
du fcminin, quoique les verbes fran^ais soicnt, dans la mcme circonstance , 
soumis a quatrc inflexions difTcrcntes. 



Digitized by VjOOQIC 



— XI — 

6viter riiiatus. ~ Li per, H met e I'fi : le pftre, la mfere et le 
fils; pluriel : le per, le mer e left : les ptres, les mferes et 
les fils. — Parlant d'une fcmme, el di, el fai, el kevss : elle 
dit, elle fait, elle coud ; mais il faut ell ouveur, ell iret, ell a 
di, ell a fat : elle travaille, elle ira, ellc a dit, elle a fait; le» 
deux // se faisant entendre trfcs-distinctement en wallon y 
lorsque ce pronom est suivi d'une voyelle. 

Telle est la base de mon systfeme : eoHre comme on 
parle, parler comme on icnt, rejeter toute lettre inutile a la 
prononciation. 

On pourra renconlrer quelques exceptions k cette rfegle , 
mais qui toutefois ne s'en 6cartent que trfes-peu; elles ne 
sont pour ainsi dire qu'apparentes. Les mots ovrech, maneeh, 
ou ovriche, maniche^ par exemple, peuvent aussi s'^crire 
ovreg, maneg, ou ovrege, manege. Je suis souvent guid^ par 
la lettre initiale du mot qui suit imm^diatement, selon qu*elle 
est rude ou douce, comme dans ovreg di min, maneg di so; 
ovrech sognt, manechpof: les mots frangais qui y corres- 
pondent doivent aussi, on doit le remarquer, subir la m6me 
vari^t^ d'aspiration ; car dans ouvrage soigne ^ menage pauvrCj 
on doit forc^ment faire entendre ouvrac^, minache. En 
g6n6ral, les mots wallons de cette categoric aspirent toujours 
leur dernifere syllabe , si c'est k la fin d'une phrase ; Ye muet 
s'omet souvent, k moins qu'il ne termine un vers. 

J'teris indifilfiremment printt, printe etprinde (prendre); 
jontt, jonte, et jonde (joindre) ; toH et tote (toute); fair et tir 
(terre) ; koir et kw^r (corps); koiri et kweri (chercher). 

L'^lision de Ye et de 17, 6tant trfes-fr^quente dans le wallon , 
entralne la multiplicity des apostrophes ; j'ai tltch^ , lorsqu'il 
s'en trouve deux dans le merae mot , d'amoindrir cet incon- 
venient par un tiret qui remplace la premifere. Exemple : 
le k'm/innmin d-Filglfss, li min d-Hfan, i fa k-Vom o&veur. 
La mfime consideration permet d'^crire // imd au lieu de 
li r'nd (le renard); ji rle, ti mw, au lieu deji rle, ti r*vin 
(je relis, tu reviens). 

Je remplace g^nt^ralcment par la lettre k le c dur; mais 



Digitized by VjOOQIC 



— XII — 

j'ai conserve Tusage de cette dernifere lellre pour le cas 
particulier oil k enlre plusieurs fois dans un mfeme mot 
ou dans plusieurs mots trfes-rapproch^s , parce que sa trop 
fr^quente apparition serait d*un aspect d6sagr^able. Dans 
beaucoup de circonstances , j'ai cherch^ h satisfaire en mfeme 
temps les yeux et Toreille. Ainsi j'teris cok, clikott, croktai, 
et non kok, klikott, kroktai. De cette manifere, la lettre q 
est expuls^e de Talphabet, et je ne pense pas qu'on doive la 
regretter, ne fftt-ce qu'Ji cause de son ancienne appellation. 

J'abandonne ^galement Xy comme n'^tant pas utile, et je 
reserve Vx seulement pour les mots oh elle a le son doux , 
comme dans exinp, exdmenn; dans le cas contraire, j'y 
substitue ks ou kc, Cependant, je Tavoue el j'en dois dire 
mon mea culpa, le d^laissement de Yx et de Yy me rend 
coupable du p6ch6 d'ingratitude , ces bienfaisantes lettres 
m'ayant tenu lieu de mferes nourriciferes pendant 50 ans. 

Le genre des substantifs , tant wallons que frangais , n'y 
est pas indiqu6; mais on trouvera toujours, dans le con- 
texte de chaque article , au moins une phrase qui suppltera 
k cette omission. 

Ce systfeme, un peu arbitraire, si Ton veut, ne pr^sente 
Dul obstacle de nature k 6tre not^. Dans la confection de 
cet ouvrage , ou j'ai eu k tracer de 26 k 27 mille mots 
wallons, j'aiBrme n'avoir pas 6prouv6 la moindre contrariety 
pour faire Tapplication, dans toute sa simplicity, de la rfegle 
unique qui ra'a servi de base. Je n'en excepte que ceux 
qui commencent par ch, g et j, comme chdbottj chirett, git, 
Jdk, jowe, etc., pour lesquels nous ne poss6dons aucun 
symbole, aucun indice propre k faire saisir la vraie pro- 
nonciation de ces consonnes. On a propose tch et dj, je 
ne puis admettre ces caractferes; outre qu'ils compliquent 
Torthographe , les sons qu'ils produisent s'^loignent encore 
trop de la v6rit6. Les Italiens, dans leurs grammaires , rejet- 
tent aussi cette indication pour le m^me motif. Un Wallon 
pur sang peut ais^ment s'assurer que cette articulation 
laisse beaucoup k d^sirer au point de vue de Texactitude ; 



Digitized by VjOOQIC 



— xin — 

il suiTit qu ii ^Doace s^par^ment les deux mots ja et d'ja , 
pour sentir que leurs assonances diflfi&rent nolablement. II 
faut done renoncer k r^soudre cette difBcult6; T^tranger 
amateur ne pent la vaincre autrement que pap la fr^uen- 
tation permanente des Wallons, et en prfetant une oreille 
attentive k la manifere dont ceux-ci prononcent chy g eij. 

Par la m^thode que je viens de d^velopper, on voit que 
je laisse toute latitude k r^crivain , pourvu qu'il se con- 
forme au principe fondamental : ecrire les mots comme on 
les prononce et exclure toute lettre oiseuse. II en r^sultera 
que ridiome wallon aura son orthograpbe k lui « sa phy- 
sionomie particulifere, son caractfere d'ind^pendance et de 
nationalite, ii ne ressemblera k aucun autre dialecte. Et 
pourquoi d'ailleurs chercher k I'^tranger ce qu'on peot 
trouver chez sol? Ne serions-nous pas r6pr6hensibles , au 
moment o(i le pays tout entier s'est lev6 comme un seul 
homme pour protester, au cri de Vive la Belgique ! vive le Roi ! 
conlre certaine clameur impopulaire que Li6ge particulifere- 
ment a 6touff(£e avec enthousiasme par la brillante reception 
quelle vient de faire k son monarque v^n6r6? reception 
unique, peut-fetre, dans Thistoire des souverains, et qui 
nous . a valu Tadmiration des strangers t^moins de cette 
magnifique ovation ! 

Non , je ne veux pas qu on nous accuse de plagiat, et qu'on 
nous jette k la tfite cette fausse et injurieuse sentence : 
que la langue wallonne nest que la langue franfaise 
corrompue (i)/ 

Sans doute , les ^tymologistes ne trouveront pas leur 



(i) Dans une circonstance rcccntc, ct a la suite d'un aper^u que j*avais donoe 
de mon sysUme , je fus traite de gallophobe , qualification qui ne se concilic 
guero arec ceUe de fran$qu\llon, Je m^rite si peu un t«l rcproche , que si j*avttts 
quclqacs lustres de moius sur la tdte , j*irais avec delectation segourner quelquea 
ann^s en France , tout cxpr^s pour m*y perfectionner dans la langue des Racine , 
des Boileau , des Delille , etc. , etc. ; ct surtout en vue d y acquerir cet accent gra- 
cieuK, cette d^ieieuse intonation de voix qui cause un charme indiciblc; ct ce 
degr^ de perfection » il est rare quun Wallon puisse Tatteindre. 



Digitized by VjOOQIC 



— XIY — 

compte dans le systfeme que je pr^conise; ils auront, k leur 
point de vue, beaucoup de lacunes, beaucoup de fautes k 
signaler, surtout k Tendroit de la derivation des mots; mais 
ils se persuaderont facilement que je n ai pas eu la pre- 
tention de faire un savant ouvrage, que consequemment ce 
n'est pas k eux qu*il s'adresse : je n'ai envisage que Tin- 
leret des classes mediocrement instruites, toujours elpartoul 
les plus norabreuses , les gens leltr^s etant perpetuellement 
en infime minority dians tous les pays du monde. Mais si, 
en me lisant, de doctes linguisles sont d^sappointes , quils 
se rassurent, ils trouveront de quoi se dedommager ample- 
ment dans le Dictionnaire etymologique de la langue wallonne, 
par Ch. Grandgagnage , ouvrage profond qui a necessity k 
son auteur des recherches immenses , un labeur p^nible , 
herisse d'innombrables difflcultes. Faisons des voeux pour 
qu'il nous favorise bient6t du complement de cette pre- 
cieuse publication , qui dotera la republique des lettres 
d'un bon livre de plus, que nous altendons avec une juste 
impatience : puisse-t-il en retirer le fruit qu'il a le droit d'en 
esperer, independamment de la reconnaissance de ses conci- 
toyens qui lui est assuree d'avance ! 

J'ai deji fait connaltrc , dans ce qui precede, les prin- 
cipaux documents que j'ai fructueusement compulses dans 
mon interet; mais, avant de terminer ce preambule, je ne 
dois pas omettre la mention de quelques autres sources oil 
j'ai puise pour accomplir la tSche que je me suis imposee. — 
Li Voieg di Chofontainn et accessoires , le Choix de poesies 
wallonnes, par F. Bailleux et J. Dejardin, les tdudes sur 
le wallon, par Ferd. Henaux; les poesies de Dehin, de 
Lamaye, etc. ; les travaux recents de nos jeunes laureats, 
Defrecheux, Delarge, Delchef, Hock, Sfappers et d'autres, 
peut-6tre , dont les noms m'echappent ; tous m'ont effica- 
cement seoonde pour Tamplification et le perfectionnement 
d'un travail, fruit de quarante annees de perseverance, et 
que je soumets de bon coeur au contr6Ie de mes compa- 
triotes bien-aimes. S'il est juge digne de quelques eioges, 



Digitized by VjOOQIC 



— XV — 

quoique acheve par une lourde plume presqu octogtoaire , 
les 6crivains remarquables que je me suis fait un plaisir 
autant qu un devoir de nommer, seront en droit d'en reven- 
diquer leur part : puissent-ils un jour y allacher assez de 
prix pour amender ce qu'ils y trouveraient de ddfectueux 
et combler les vides qu'ils ne manqueront pas d'y decouvrir ! 



Digitized by VjOOQIC 



Digitized by VjOOQIC 



SICTIONNAIRE 



LifiGEOlS-FRANCAIS 



Ay subs. A, a, premiere leltre de l*al- 
phabet; premiere \oyQ\\e,—Vd drprumt 
iett del kreUheit : Ta est la premiere letti*c 
de la croix-de-pardieu» des ab^cedaires. 

— On gran A : un grand A, un A majus- 
cule. — On pHi A : un petit a , un a mi- 
nuscule. — DeH'Z-Af treH'Z'&y kwatt-r-d : 
deux a, Irois a, quatre a. — Ji n'a nin 
oUie fai »' pams d*d : je n'ai pas fait 
aujourd'hui une panse d'a. — Jihan-GU 
css-t-m boubiet hi n's6 ni A nib: Jean-Gilles 
est un ignorant qui ne sait ni a ni b. — 
On Va fmHou a Tdy b, c: on Ta remis k 
Ta, b, c, aux elements, aux premiers 
principes d'un art , d*une science , k 
Tab^cedaire, au syllabaire. 

A, int. Ua! ab! Exclamation de sur- 
prise, d'^tonnement. — A , Af vola! Ah I 
Yous voilk ! 

A et A, pr^p. Au, aux, k, en. — A toir 
ou a dreU : k tort ou k droit. — Cess-t-a 
vo a v^z-espliki : c*est k vous k vous ex- 
pliquer. — Pdrli d Boi : parler au Roi ou 
aux rois. — Din6 A-z-^tl : donner aux 
autres , donner k aulrui. — Ti va-Ua Tonk : 
tu vas a Tongfes. — Yin^-z-d feU : appro- 
chez-vou6 du feu ; venez vous chauffer ( i ). 

— Inn feum mouctie a om : une femme 
Iravestie en homme. — - Ktt6 a VoneUr d^ 
Sin-Sakramin : qu6ter en I'honneur du 
Saint-Sacrement. — A Vaiw ! Au feu ! — 
A mondreU ! Au meurtre ! 

A, s. Ail, sorle de petit ognon d'un 
goAt tr^s-fort; rocambole, ^chalotte 
d'Espagne ; cive ou civette. — Hlv d*a : 
t^te, gousse d*ail. — OdeUr d'a : odeur 
alliaci^e. — Magnt dH-z-a ; manger de Tail , 
des aulx ou des ails, ^Sdz-d-z-a : aillade , 

( i) Bicu des pcrsonnes disent : reticz au feu , <*e qnl 
ml i eqtoiVak'ttt do ttnex dans U feu. 



AB 

sauce k Tail. -— Sin-Ptry plante U-z^; 
Sin-Ptr, me U-z-a; Sin-Ptr, rdte U-z-a : 
S. Pierre, plante tes aulx; S. Pierre, lie 
tes aulx; S. Pierre, arrache tes aulx (i); 
Aairt, V. (foairdU, MhZ'Oairian), A^rer, 
donner de Fair, chasser le mauvais air. 

— Aairt n'pless a doirmi , on grint : a^rer 
une chambre k coucher, un grenier. 

Ab, s. Arbrc, plante boiseuse, le plus 
grand des v^g^taux. — IM hd-z-db : de 
hauts arbres , arbres de haute lige. — 
HoulS db : arbre tortu. — On gran maik 
db : arbre Glance. — Ab a bouiott : arbre 
loupeux. — Koh d'db : branche d'arbre. 

— PHott d*db : ^corce d'arbre. — Fog 
d'db : fourchon. — Bogd'db : tronc, gros 
de Tarbre. — Chaboit d'db : creux dans 
un arbre, abreuvoir. —Li heUv d'inn db : 
Tensemble des branches. — Kou d*db , 
sitrouk d*db : souche d'arbre, chicot. ~ 
Rdcenn d'db : racine d'arbre. — Al kopett 
di Vdb ; au fatle, k la cime de Tarbre. — 
Ptl6 n'db : ^corcer un arbre. — RiplanU 
dd-z-&b : transplanter des arbres. — Ab 
kifindott par li jalaie : arbre g^lif, pleiu 
de g^livures. — K6p6 Id fjei dd-z-db : 
6bourgeonner les arbres. — DikoJd n'db : 
^brancher, elaguer un arbre; faire 
Tebranchement d*un arbre. — Ditiestd inn 
db : etiSter, ecimer, ehouper uri arbre. — 
FeJ n'foss dtoA dHnn db : cerner un arbre. 
Fd fintt inn db to Vsdchanju : ecuisser un 
arbre en Tabaltant. — Rikoped d'db : ela- 
gueur. — Li boi d-Vdb: la partie ligneuse 
de Tarbre. — Al difouietdh d^z-db : k la 
chute des feuilles , quand Ics arbres 

( < ) Traduction lilterale d'uno aliasion aax troU ppoqncs 
de I'uunec oit If^f j^rdioicrs planlenl, soigneol el arru- 
chent les ailr,^et qai sont maraaees par ies trois Kla de 
S. Pierre, inarlyr, daDS le teois d'aviil; do S. Pierre cl 
S. Paul, CO jalu, el dc S. Pierre t-s Liens, vn aofll. 

I 



Digitized by VjOOQIC 



2 



ABA 



(juitlenl leure feuilles; k la fin de Tau- 
lomne. — Plak di j6nn-z-db : p^pinidre, 
plant d*arbres. — Li vin a r'viers^ baikd 
d*6b t V088 boi ; il y a beauconp dc cbabiis 
dans voire for^t. — Ab dl famil : afbre 
g^n^alogique. — CisS't-om la t foir horn 
in Ab : cet homme est extr^mement ro- 
busle , c'est un athlete , il est d'une force 
atbletique, il est fort eommo un croche- 
leur. --IlafuionHv so It-z-Ab t Uplanti : 
il a compose un traits des v6g^taux, du 
r^gne vegetal. 

Ab, 8. Arbre , pi^ce longue, forte, el la 
principale d'une machine. —Ab di molin, 
di stoirdeU : arbre d'un moulin, d'un 
pressoir. 

Ab, s. Aube, v^tement eccl^siastique 
de toile blanche, lequel descend jus- 
qu'aux talons. — Fd k'on priess mett si db 
po dir mess : un prfitre doit rev^tir, doit 
ceindre son aube pour dire la messe, 

Ab, 8. Aubel, commune et chef-lieu 
de canton dans Tarrohdissement de Ver- 
viers, k 26 kilometres de Liege. Popu- 
lation : 3,250 habitants. Superflcie : 
i,857 hectares. —It marchi d'Ab ess-t-onk 
d6 pti bai ki gnAie , c'ess-t-on grint dt pai : 
le marchi d' Aubel est un des plus im- 
portants qui existent, c'est un grenier 
du pays. 

Aba, int. Bah! — Aba! sou k'vo m'dih^ 
la! Bah ! ce que vous me dites Ih ! 

Abiigv^,v. (fabakynO'Z-abagan). Em- 
m^nager vers le lieu oil Ton parle; 
ddmenager. — // a-Uabagu6 del vtie t noss 
viech ; il a d^m^nage de la ville pour 
s'emm^nager dans notre village (i). 

Abngaeeb, 8. Emm^nagcment, action 
d'emmenager. — Fd n'saki po ratinte d 
po fsar Vabagucch : il faut commettre 
quelqu'un pour attendre et recevoir 
Tcmm^nagement. 

Abaheeb, s. Abaissement , action 
d'abaisser, r^sultat de cette action; 
soumission , humiliation. — C6 Vabahech 
po d'hintt t VkAf ki m'fl fai mA m^tin : 
c'est en m'abaissant pour descendre dans 
la cave que je me suis fait mal aux 

reins. , , , . , 

Abaht, v. (Tabah, no-z-amhan). 
Abaisser, faire descendre, mettre plus 
bas • baisser. — Abahi voss tiess : baissez 
la t6te. — S'abaM d'zo VvolU dt Bondiu : 
s'abaisser, se prosterner sous la volont^ , 
sous la main de Dieu. — Abahiv inn goti 
po ramaU sou k'ess-t-al fair : baissez- 

ii) Ponr marcroer I'acUon dc cerUios ^erbo« r^iler<«e 
iuiau-4 saliete. les WalloM rcxprimcnt d jAord <leux 
Urn puis une troUlfeme foii immcdialemcnt sous forme 

vom/a ratinU, i rotintt, et ratlndnt tu, cto. 



ABA 

vous (i) un peu pour ramasser ce qui 
est k terrc. 

Abffi, ad. C*est pour cela que, ce 
n*est pas poor rien que. — Abail ki chess 
si foir c"^ ki gna n*krtveilr d Vouh i ce 
n'est pas pour rien , il n*est pas (3lonnant 
qu*il y ait un si fort courant d'air, c'est 
que la porte est entre-baill^e (i). 

Abatim, S. Aubaine. Voy. dbataa. 

Abaira, s. Abbesse, sup^rieure d*un 
monasl^re de fiUes. — Ell ess-t-abaiss po 
treH-z-an : c'est une abbesse triennale. — 
CesS'i'inn abaiss po tote si vHe : c'est une 
abbesse perp^tuelle. 

Abaus, s. Abbesse, qualification iro- 
nique de celle qui tient maison de tole- 
rance. —• Li m^r-abaiss d tott U mamait 
on stu mHow t Vprthon : la mdre-abaisse 
(la maquerclle) et toutes les filles de 
joie ont et^ mises en prison. 

AbaiM, 9. Guigne noire cultivee, 
cerise douce assez approchante du goilt 
et de la forme d'un bigarreau. —• Cherd 
d-z-abaiss : guignier, arbre qui porte des 
guignes. — Magiit on d^mdie kih d'abaiss : 
manger un demi-kilogramme de guignes. 

Aba-joA, s. Abat-jour, appui de fe- 
nfire en talus pour raballre la lumiere. 
— Ld marchan on d^-z-abajoU a fed botik 
po fi fglaU IcA marchandUe : les mar- 
chands ont des abat-jour dans leurs 
magasins pour faire parattre leurS mar- 
chandises plus belles. 

Abaj^^w, s. Abajoue,pocheo(i(Jeft^ins 
animaux placent leurs aliments. 

Abak, s. Abaque, panie sup^rieuro 
des chapileaux deS colonnes sur laquelle 
porte Tarchitrave; taillolr. 

Abatow, s. Hannetoii, itisecte qui a 
des ailes recouvertes d'ecaillcs et qui 
paratt au pfintemps. — Uapi di-z-i^aloxv : 
prendre des hannetons. — U-x-dbalow fet 
baikd d'dumach d magnt U fm dt-z-db : les 
hannetons font beaucoup dc d^gSts en 
d^vorant les feuilles des arbres. 

AbaadoB , 8. Abandon , ^tat de T^tre 
abandonn^ ; ddlaissement , desaisissc- 
ment. — LH to-t-afai a Vabandon : laisser 
tout h Tabandon. — // a fai abandon d'to 
si bin : il a fait Tabandon , la cession de 
tons scs biens. — Abandon d'inn dritech : 
deguerpissement d'un heritage. 

AbABB^, V. (Tabdnnaie , no-z-abdnnan) . 
Abandonner, d^laisser, quiltcr, deguer- 
pir; se dessaisir, se d^nantir. — Abdnni 
Vpai: abandonner, quitter, desemparer 
le pays. — Ci kapm la a-t-abdnnd s'feum t 
st-z-ifan : ce gueusard a abandonne sa 

( I ) Jbaitut-rotu serail incorrect. 
(t^ Ne dil«« p»% qu'il chatite, nl qu'i/ y « une creifa$$e 
& la port*r. 



Digitized by VjOOQIC 



_ 3 -, 



ABA 



ABE 



femme el ses ent'ants. — Ji sin ki m^ fm$ 
m'abdnnet : je sens que mes Torces m*aban- 
donnent. — Oa maldii k^ess-i-abdun^ (U 
dokteAr : un malade desesper^ des m^ 
deeins (i). — S*ab&nnS : s abandonner , 
so corrompre , se laisser s^duire, — 
S'abdnn^ al pi^ovidims : s'abandonner k 
la Providence. 

AbAaa^, abABBato, s. et adj. Aban- 
donne , delaisse. — J6nn efan MnrU so 
on 8oA : jcune enfanl abandonne et depos^ 
sur le seuil d'une porie, -- Inn pdv abdn- 
note : une malheureuse abandonn^ , une 
i'emme qui se prostituo. 

AbBBBeche AbABBmia, s. Abandon- 
nement, abandon, defection; d^r^gle- 
ment dans la conduite. — Pokoi ass fai 
Vitbdnnnun d'lo U dreu? Pourquoi as-tu 
fait Tabandonnement de tous tes droits? 

— Yik^ dVin Vabdnnmin : vi vre dans I'aban- 
donnement, dans le dereglement. — F6 
proHiv d'abdnnech di lu mmnm: fairepreuve 
d'abnegation de soi-mtoe. 

AbaroBB, s. Banni^re, dtendard, 
banderolle, oriflamme, labarum (i). — 
On bai batai avou to pUn dt-z-dbaronn : un 
beau bateau tout pavois^ de banderolles. 

AbMUrdi, V. (Tabastdrdih^ no-z-^as- 
tdrdihan). AbStardir, faire d^choir une 
€hose da son ^tat naturel, la faire d6ge- 
uerer; Talterer; abrutir, rendre sauvage. 

— Li mdl kuUeur abastdr^h U plantt : la 
mauvaise culture abdtardit les plantes. 

AbaatArdllbeeh^AbiistAmllbiBlB. S. 

Abdtardissement , alteration, degenera- 
tion ou degenerescence d'une chose. — 
Uabast&rdihmin d'inn sdr di biess : Tabd- 
tardissement d*une race d'animaux. 

AhmmirifS. Arbal^trier, celui qui tire 
de Tarbaiete. — A 17s^, gna dd k'pagnMe 
d*dbasiri t d'hdrkibUi: k Vise, il y a des 
compagnies d'arbaietriers et d'arquebu- 
siers. 

Abateeh, s. Abatage, action d^abattre. 

— Labateg d'inn mohonn : Tabatage , la 
demolition d'une maison. — Uabateg dt 
biess: Tabatage , Taction de tuer Ics 
bestiaux. 

Abatecb, s. Abatage « taxe sur les 
boBufs , vaches , cochons , etc. , que Ton 
tue pour la consommation. — Pdi Vabateg 
d'on vai: payer Tabatage d'un veau (s). 

Abatelk, s. Abateur, celui qui abat. — 
Yoss kitHeA d'kgn ess-t-on fir abakUL d'boi : 
votre bOcheron est un grand abateur de 
bois. — CesS't'On fameU abateH d'beie : c'est 

1 1 : Ne dites pas : reiutnei dos medeciiis. 

't, Etendard imperial tur leqnel Cou»tanUn lit placer 
nae cmix et le mooogramine ile J.-C. 

'3 J L'impdt sur la nioutur** et r.il>ala(te est une de!> 
<'auses priaripale» qui uol aincu(> la re\o|ution bclpc 
•J* IKJO. 



un grand abateur de quilles ; il se vanto 
des prouesses qu*il n*a pas faites. 

Abatoir, S. Abatoir. Voy. Toui;»r^le. 

AbatoB, s. Appentis, petit bdtimeut 
centre un autre plus haut ; hangar , re- 
mise , abri. — - RinkU Vkdrmann ^ VbcrwcH 
divin Vabatou : remettez la charrette a ri- 
delles et la brouette dans Tappentis. 

Abatt, V. (fabatl, no-z-abatan) . Abatlre, 
Jeter parterre, mettre k bas, renvei^ser, 
faire tomber. —Abatt inn nwhonn: abattre, 
demolir une maison. — Abatt dt pom : 
gauler des pommes. — Li tinipess abata 
baikd d'chdgn t bai : la tempete fit un grand 
abatis de chenes dans la foret. — Abatt 
ded gtie d'on kd d'warokai': faire d'uue 
pierre deux coups. 

Abatt, V. Abattre, soumettre, con- 
vaincre, faire desister. — \o n'sdrt dbatt 
ciss't-om la^Ht tro vired: vous no sauricz 
faire ceder cet honime, vous ne pourriez 
le faire demouvoir de ses pretentions, il 
est trop tetu , trop obstine. 

AbattmiB, s. Abattemeut, aflaiblisse- 
ment , diminution de force , de courage 
ou d^energie. — Vabattmin d'on maldtt : 
Tabattement d'un malade. -— Inn mdl no- 
vel a-i-amini Vabattmin : une mauvaise nou- 
velle a cause rabattement. 

Ab-a-T^e^le, s. Baguenaudier, arbre h 
fleurs legii^mineuses , dont les gousses, 
qu'on appelle baguenaudcs , edatent lors- 
qu'elles sont pressees; faux sene. 

Abeet, s. Abces, amas d*humeurs avcc 
tunieur; aposteme ou apostume. — Mi 
infiedr t todrnaie a abcet: ma tumeur est 
tournee en abcds; elle a abcede. — L'ab- 
cet k'd hiri, k'd traw4: rabc^s a creve. — 
Kwan inn abcet traw , sotUa ^ danjred : 
Taboutissement d'un abcds est dangereux . 

Ab6, s. Abbe, celui qui porte un habit 
ecclesiastique ; clerc ; superieur d'une ab- 
baye , archimandrite. — Molwnn di Vab^ : 
maison abbatiale. — Ld dred d-Vab^ : 
mense , les droits abbatiaux. — Vabdcoko : 
Tabbe coquet. 

Ab^Te, int. Vite! Depdchez-vous. — 
Abdie , jan ! allons vite ; k moi ! — Abtie 
tvdie : sortez vite ! — A pu-z-abHe : le 
plus vite possible. — Ab^ fou d'cial ! 
loin d1ci, vite, denichez de ceans (i). 

Ab^Te, adj. Expeditif, prompt, agile,, 
preste. — Abdie ovri : ouvrier actif , labo-^ 
rieux, diligent. — Noss vikair ess-t-abiie 
kom on dial a dir si mess : notre vicaire dit 
tres-prestement sa messe ( i ). 

Ab^Te, s. Aloso, poissoii dc mer qui 
reraontc ordinairement au priiilemps dan^ 

' i) N'tmilez pat> le> bnnnc» et les snubrellek qui fiaii 
Client re mot en dis:iiit : ahic ! DaDS ce cas , liabifc n* 
rnii>icnt pa? Mon plu>. 



Digitized by VjOOQIC 



ABI 



— i — 



ABI 



les rivieres ; pucelle. — Tring d'dbiTie : 
darne d'alose. — Cess-t-d meH (Tmaie k'an 
peh A'Z-Abiiie : la p^che des aloses a lieu 
au mois de mai. 

Ab^Te, s. Ab^e, d^pendance de la com- 
mune de Scry-Ab^e, au canton de Nan- 
drin, arrondis^ement de Huy, k 9 kilom. 
de cette derni^re ville. Pop. 400 hab. 
Sup. 1034 hect. 

Ab^Tcmin , adv. Vitement, vile, exp6- 
ditivement, promptement, agilemeni, dili- 
gemment, presto. — AU-z-abtlemin f6 voss 
mtcech: allez vitement faire votre mes- 
sage. 

AMiTe-sikrieAj s. St^nographe, celui 
qui 6crit aussi vite que la parole. — Gna 
<U z^HesikrieU po VChanb <U Kprizintan , 
po VSHiAypo U TribunM^ etc. : il y a des 
st^nographes pour la Chambre des Repr6- 
scntants, pour le Sdnat, pour les tribu- 
naux , etc. 

Ab^Tst^, s. Vitesse, agility, prompti- 
tude , prestesse , diligence , c^leritd. — 
VdbmU d'inn ovri : la vitesse , Tactivitd 
d'un ouvriep. — UabHistS d'inn son : Tagi- 
lit^ d'une souris, 

Abeikr, s. BoissoH , liqucur k boire ; 
breuvage , potion. — VdbeUr t ramagnt : 
le boire et le manger ( i ). 

Abbor^, v. (fobhoT OM fobhoraie) , Ab- 
horer, avoir en horreur. — Tott Id hravh 
gin abhoret ci kalin la : tous les honnfites 
gens abhorent ce b^lttre. 

Abi, s. Habit, vitement, habilleroent 

Sour couvrir le corps. — On noA abi : un 
abit neuf. — OnvtaM: nn vieux habit. 

— Abi d'gaM: Habit de gala. — Abi 
d^ttidle^ di kom^dimn: costume de th^fitre. 

— / vin ou i low d^z-abi d komMimn: c'cst 
le costumier du theatre. — Abi to hiltan 
noH: habit tout batlant neuf. — Mi neUr 
abi , c*d m'jama : mon habit noir , c'est 
mon habit de f6te , de e(^r^monie. — Abi 
d'd viwari: habit de friperie. — Pdi abi: 
habit sec , habit rftp^. — Abi tro halt : ha- 
bit ^triqu^, trop juste, ginguet, guilleret. 

— On tro tenn abi : un habit trop mince , 
un habit de vinaigre. — Voss t-abi va kom 
pondou: votre habit semble cousu sur 
vous, il vous va comme de cire. — Si abi 
fai dt pleU : son habit fait des poches , de 
faux plis , son habit Tengonce. — Mi abi 
k'ess-a sdidiin maiss : mon habit a fait 
son temps. — Bait U-z-abi : battre , hous- 
siner les habits. — Ci n'd nin Vabi ki fai 
Vmdnn : Thabit ne fait pas le moine. 

Abiair, S.Adalbert, prdnom d'homme. 

— Sin-zrAbiair esteH d'Prdk^ il a stu nwu- 
dri t VPrUss : S. Adalbert dtait nd h Prague, 

{il rioR d*«n Lirfeoifl nc a" g^ni* p-<« pour dirp : Vtihoirf 
f I t'ntnfingrr. 



il a 6i6 assassin^ en Prusse. — A Lick, 
i gnavcH n*^glis^ t n'porog di Sin-z-Abiair ^ 
k L\6ge , il y avait une eglise et une pa- 
roisse de S. Adalbert (i). 

Abie^, ale, adj. Obscur. Voy. Sipct. 

Abi-d'sddAr, s. Uniformc; habit mili- 
taire en gdn^ral. — L'abi-d^sdddr H va trd^ 
bin : Tuniforme militaire lui va tr^s-bien, 

AbiSch , s. Habillage , preparation des 
volailles ou du gibier pour les mettre en 
broche. — Ta pdi ottan po Vabieg d'inn kop 
di pitlri : j'ai pay^ tant pour Fhabillage 
d'une couple de perdrix. 

Abi6eh, s. Gardcs, terme de jeu. Voy. 

CSArdech. 

Abicmin, s. Habillement. Voy. siou- 

eeftr. 

Abiesi^y V. (Tabieslaie). Procurer des 
bestiaux. — Pdk-a-pd^ noss dnsress s^a-t- 
abiesU : petit k petit, notre fermi^re s'est 
pourvue d*un b^tail. 

Abiesieeh, s. Acquisition de bestiaux, 
accroissement d'un troupeau. — Po rabies- 
l4xh i fa dt tin t dd-z^idan : pour acqu^rir 
un troupeau , il faut du temps et de 
Targent. 

Abiesii, v. (Tabieslaie on fabiestih). 
Ab^tir , rendre stupide , hebeter. — Li 
pdket Va-t'Obiesti : le geni6vre Ta abruti. 

Abiestfheeb ^ Abiestibmin , S, Action 

d'ab^tir, effet de cette action. 
Abit, v. (Tabeie, no-z-abian). Habiller. 

— Abit on jvd : enhamacher un cheval. 

Voy. Blouet. 

Abtin, s. Vacarme, bruit, tapage,, sab- 
bat. — Min^ Vabim : faire du bruit, du 
vacarme; quereller, pester, tapager. — 
fa sen d'abim : j'ai une soif ardente. 

Abtiii^,v. (Tabtniy no-z-^iman), GA- 
ter, salir, avarier, mu tiler, d^grader. — 
Vo v'Z'iH to abim^ t Vplaif: vous iroz g^ter, 
abfmer tous vos v^tements dans la pluie. 

— Li timpess a-t-abim^ pluzie^r vitch : la 
lemp^te a abtm^, a d6vast^ plusieurs 
villages. — Vola m*gAmett to-t-abtmaie : 
voil^ ma coiffe toute salie , toute gSit^e. 

AbKaa, 8. Habitant, celui qui habile, 
qui fait sa demeure en quelque lieu; 
boui^eois, citoyen. — Le-z-abitan d'on 
vU'ch , d'on kdrtiy d'inn row : les habitants 
d'un village, d'un quartier, d*une rue. — 
Li vine di Lick a bin nonantt mdie dbitan : 
la ville de Li^ge a bien quatre-vingt-dix- 
miile habitants. 

AbitoQw^, ale, s. Habitu^, cclui qui 
va frequemment et habituellement dans 
un lieu ; coutumier. — Lt-z-dbitomvi del 
konUdeie^ d'on staminai : les habitues du 
spectacle, d'un estaminet. — Ld-z-dbi- 

{*) Ia pcr.'emcnt de la rne LarufUc a en Hen iur Ic 
terrain de coUc i^glUc. 



Digitized by VjOOQIC 



s 



ABL 



louwaie di VtglisB dt Pdr : les habitudes de 
I'dglise des P6res Rddemplorisles. 

Abiu»ai;»^, V. (TMtow on fAMtouwaiej 
nO'Z'Ubitouwan). Habituer, accoutumer, 
faire prendre Thabitude. — Abiiouwi vo- 
%-tfan a v'koilU, a supoirU VfreH t Vchd: 
habituez vos enfants k robdissance , k 
supporter le froid et le chaud. — SW- 
iouw6 a Voir dt pat: s'habituer k l*air du 
pays, s'acclimater. 

AbiUMmr^i , adj. Habituel, qui est passd 
en habitude. — Li j^dinech t s*pastin dbi- 
touwdl: rhorticulture est son passe-temps 
habituel. — Ta m'pcrmindtt dbitouw6l: j'ai 
ma promenade habituelle. 

jlbUouw^imiB, adv. Habituellement, 
par habitude; ordinairement. — Jmvd, 
minti , si sdU dhUouwdmin : jouer , mentir , 
s'enivrer habituellement. 

AbH«te, s. Habitude, coutume, dis- 
position acquise par des actes rciteres. 
— Vde dbitute: vieille habitude. —Ptchi 
d'dbitute : pechd d'habitude. — Fd heir 
U lait^'Z-mtutt : il faut se dofaire des 
mauvaises habitudes. — Vabitute ess-t-inn 
deHzinm nateiir , diss-t-on : Thabitude est 
une seconde nature , dit-on. 

Ab-ko^(t-j6Te , 8. M^compte, desnp- 
pointement, deception. — Jravcart-on fa- 
meil rap<i di rn'mari^ , min ji so logi a Vab- 
koHtt'jdie ( f ) : je m'dtais promis monts el 
mer\'eilles de mon mariage, mais je suis 
desillusionnd. ^ 

AbiAm^, Y. (JTabU'm, no-z-abUman). 
BlAmer , improuver , reprimander. — 
Abldm6 del marchandMe : ddpriser de la 
marchandise. — Abldm^ n*ovrech ; ddpre- 
cier un ouvrage. — // abldm to , i voreA 
kangl to : il censure tout, il voudrait tout 
changer, c'estun redresseur de torts. 

Abiatir, s. Ablatif, sixi^me cas des 
declinaisons latines. 

Abieu, s. Able ou ablette , petit 
poisson de riviere, argents, plat et 
mince. — Ptht d-z-dblett : pficher aux 
ablettes. — Pdm4 kom inn dblett : pAmer 
comme une ablette. — On s'siev de hate 
d*dblett po fd dt fd piel : les dcailles 
d'ablettes entrent dans la fabrication des 
pedes fausses. 

Abio , s. Bloc de charpentier. 

Abio^Abion, s. £lai, dtauQon. Voy. 
Siip. 

Ablok^ 6 Abioktf , V. (J'ablok OMfablo- 
kaie). Asseoir, affermir sur des blocs. 

Abi«ukn^,v. (fobloukcnn on fablouk- 
naie). Bonder, attacheravec une boucle 



(i) Allnsion h nn \\enx lillcul silue dans la campagnc 
de Rocoar et que le crime a rendu odieu^emrnl celcbrr. 
1^ tradition rapportc que sons eel arbrc un amant r 
a<«»a«9ina $a maitressc ripres en avoir abusc^. 



ABO 

ou des buucles. — Ablouktti n'sink : bon- 
der une sangle. — Abloukn6 dt sold , de 
jdrtir : bonder des souliers , des jarre- 
ti6res. Voy. Ab«((n6. 

Aboet, V. (II aboceie ou il abocih). 
Apostumer, percer, abcdder, aboutir; 
suppurer. — Si abcet k*minss a-z-aboct : 
son abc6s commence h abceder, k 
suppurer. 

Abocfh^eh, s. Aboutissemcnt , action 
d'aboutir. — Uabocihdch d'inn abcet : 
faboutissement d'un abces. 

Aboi, s. Fin, mort prochaine; per- 
turbation , trouble. — Kwan m'fhie b ma- 
Idtt, ji sO't'd'Z-aboi : quand ma fille est 
malade , je suis dans des angoisses mor- 
telles, je suis aux abois. — Li p6v dial, 
il esS't-A-z-aboi : le pauvre diablc est aux 
abois, il est dans une situation deses- 
perde , il a dpuis^ toutes ses ressourccs ; 
il est prct de mourir. 

Aboir, s, Abord , acc^s.— Ci rivach la 
n'a ml aboir : ce rivage n*offre point 
d'abord. — Noss borguimaiss t d'inn dhde 
aboir : notre bourgmestre est d'un facile 
abord. 

AboirdAb d AboirdAf, adj. (i) Abor- 

dable, qu'on pent aborder; accessible. 

— AV hatdv om , i n'd nin aboirddf! Quel 
fAcheux personnage ! il n*est pas abor- 
dal)le. — Noss marktss t trd-z-aboirddf : 
noire marquise est trcs-abordable. 

Aboird<s, V. (Taboirdaif). Aborder, 
arriver h bord, attdrer, prendre terre. 

— Li vin esteH si foir ki no n'poll't-ahoirdd : 
le vent dlait si fort que nous ne pAnies 
aborder. 

Aboird^eh, s. Abordagc, action d'a- 
border un vaisseau; atterissage, action 
d'atterir, de prendre terro. — Prinit on 
batai a Faboirddck : prendre un vaisseau 
h Fabordage. 

Aboirn6, V. (Taboimaic), Rorncr, 
metlre des bornes h un terrain; deli- 
miter, tracer des limites. — Aboinid dd- 
z-ahminss : homer ou aborner des ter- 
rains communaux, des pAtures. 

Abolrncoh 6 Abolrn^mfn , S. Bor- 

nage, action de planter des bornes pour 
marquer les limites d'un champ ; abor- 
nement , delimitation. — No n'estan nin 
d'akoir po Vnboirneg di no tdr : nous 
sommes en differend pour le bornage de 
nos terrcs. 

Aboifin6, V. (Toboisnoie), Echauder, 
combuger, aviner. — Aboisnd on krameU, 
inn cokmar : dchauder une terrine, un 



(<) En general, lea adjeclifs de cello caU^gorie onl 
ks deux tenninnison^; il t » neanmoina nn certain 
noinbro d'exception!: que fujage et Toreillc |»euvenl ecul* 
dctprraincr. 



Digitized by VjOOQIC 



— 



AlU) 

coquemar. — Abohndon tonai : conibuger 
un tonueau. — Abo'wii Id-z-ovrt : douuer 
a boire aux ouvriers. 

Aboisaech, 8. Action ct mani^re de 
rincer, de combuger. — Vaboisneg d'inn 
cokmaVj d'innpaikii : le fait de combuger 
unebouilloire, un poelon. 

Aboi^, V. (II aboMc), Jaillir. Voy. 
AboAr. 

Ab«il, V. (JTabolih, no-z-abolihan ) . 
Abolir, mellre hors d'usage; annuler, 
mettre k neant; abroger, supprimer; 
annihiler. — Ld mvai r^glumin abolihcl Id 
vt : les nouveaux r^glemcnts abolissent 
Ics anciens. — ICa-t-on bin fai d'aboli 
rinkfzicion! Comme on a bien fait d*abolir 
rinquisition ! 

AbolicioB, Abolibeeh ^ AbolibmiB, 
s. Abolition, abolissement, suppression, 
annulation , abrogation. — - Abolihmin 
d*inn loi, dHnn tak: abolition d^une loi, 
d*un imp6t. — Abolihech del mark : abo- 
lition de la marque, de la fl^trissure. 

Abdin6, V. (Tabdm ou fabdmaie), 
Creuser, faire un creux ; caver. — AbOm^ 
on puss : creuser un puits. 

Abdm^, aie, adj. Caverneux, s^pul- 
oral. — On kri abdnU : un cri caverneux. 

— Voi abdmaie : voix caverneuse. — Pkss 
abdmaie : chambre sombre , obscure. 

AbdminAb, adj. Abominable, detes- 
table, odieux, execrable. — AbdminAb 
tin : temps abominable. — Abdmindb hi- 
naie : bouffee, odeur abominable. 

AbdminAb, adj. Considerable, enorme. 

— GnavcH n'abdmindb montt & siermon : ii 
y avait une foule immense au sermon. 

AbdmiBAbmiB , adv. Abominable- 
ment, horriblement, odieusement. — 
On Va iruitt abdminubmin : on Ta traite 
honteuscmcnt , abominablement. 

AbdminAbmin , adv. Prodigieuse- 
mcnt , immensement , excessivement , 
enorm^ment. — GneM abdmindbmin digin 
al fbr : il y cut un nombre considerable 
de personnes sur le ebamp de foire. 

AbdminAcion, s. Abomination, detes- 
tation, execration. — Fdri s'p^ ou s'mdTy 
c'csS'Uinn abdmindcion : frapper son pero 
ou sa mere , c'cst une abomination , un 
crime. 

AbdmiB^, v. (JTabdminaie , no-z-ahd- 
minan). Detester, execrer, hair. — Iless- 
l-ah6min6 d s'viech ; il est execre dans 
son village. 

AboB , s. Morelle , arbre qui porte des 
bales rouges el venencuses appeiees pcA 
d*makral. 

AboB , s. Aubier, bois tendre et blan- 
rhAlre qui est entre recorce et le corps 
dc Tarbre; lihcr, tillc. — Yola inn ab ki 



ABO 



n*vd tin po fd on sodmi , il a tro d*(ibon : 
\oi\h un arbre qui ne peut servir k faire 
une poutre , il a trop d*aubier. 

AboBdaB, ABU, adj. Abondant, qui 
abonde ; copicux , riche , plantureux. — 
On Urin ubondan: un terrain abondant, 
fertile. — Plaiv abondanti : pluie abon- 
dante. 

AboBdiiBBiiB, adv. Abondamment, en 
abondance, en quanlite, copieusemeut, 
richemenl, plantureusement.— Ct s^rdon 
la fomih di Vaiw abondanmin: cette source 
fournit de Foau abondamment. —£ «om 
pat, U i krdk di tote sdr edHmdanmin : notre 
pays abonde en toutes sortes de biens. 

AboBdaBM, s. Abondance , grande 
quantite, multitude; fertiiite, fecondite. 

— Annaie d'abondanss : annee d*abon- 
dance , annee fertile. — Si plintt kwan on- 
Z't d'vin Vabondanss : crier famine sur un 
tas de bie. — Abondanss di sonk : plcthore. 

Ab«Bd^, V. (J'ahontt o\xf abonde, no-z- 
abondan), Abonder , avoir en grande 
quantite, k souhait; elre riche , regorger. 
— Ji sohaiti ki v'z-abond^s an tote s6r di 
boneUr: je souhaile que vous abondiez en 
toute sorte de prosperites. 

AboBdrelk, s. Casucl , minerval , ac- 
cessoire, emolument, grivelee, revenant- 
bon , nivel. — // a on gag di dihil patakon , 
sin kontd Id-z-abondreU : son gage est de 
18 ecus, sans compter le tour du bfliton. 
—Wangntdd'Z-abondreil:6mo\\xme\ner(i), 

Ab^B^f v. (Tabdnn ou j'abdnaic). Abon- 
ner, faire un abonnement. — S*abdnd al 
komMdie : s'abonner au spectacle. — S'a- 
b6n^ al gazett : s'abonner k la gazette , au 
journal. 

Ab4B^,«i«, s. et adj. Abonne, celui 
qui a pris un abonnement; souscripteur. 

— YossjoHrndl a baikd d'abdni: votre jour- 
nal a beaucoup d'abonnes. 

Ab^Becb d AbdBBBftiB, s. Abonne- 
ment , marche k prix fixe pour un temps 
determine. — Piintt inn abdnnmin po doze 
bagn: prendre un abonnement pour douze 
bains. 

AboB^i«fB,adv. Sciemment, en tonte 
securite. — Ji n'mi nmrieret k^aboneciain : 
je ne me marierai qu'a bonne enseigne. 

AbdBf, V. (Tabdnih, no-z-abdnihan ) . 
Abonnir, rendre bon, rendre meilleur. 

— Ld frizd kfiv abdnihet Pbir : les eaux 
fralches abonissent la biere. 

A-boB-koBtt, adv. En definitive, tou- 
jours est-il que... — Si bon dreH a stu rik- 
nohou , Orbon-kontt ess-t-i obligi d'pat : sou 
droit a eie reconnu ; nonobstant , il est 
oblige de payer. 

i Jbondroil* u'cil pa* fraiivai*. 



Digitized by VjOOQIC 



ABR 

AMm^, V. (JTabdniaie). Borner. Voy. 
Al^irn^. 

A^^un6y V. (Tabotenn ou fabottnaie). 
Boutonner , mettre , passer les boutons ; 
boucler. — Abottnd s*kouttchds$ : bouton- 
ner sa culotte. — -A^oWw^ $d soU: boucler 
ses souliers. — Fd s-abottiU kont li bih : il 
faut se boutonner contre la bise. 

Aboueht, V. (Tabouchde on fabouchih; 
nO'Z-abouchan ou no-z-abouchihan). Abou- 
cher, amener k un entretien ; rapprocher. 

— Abouchi deU'Z-om po Id fmett t^onl: 
aboucher deux hommes pour les recon- 
cilier. — S'abotichi avou VMateur: s*abou- 
cher avee le bourgmestre, avoir une 
explication avec lui. 

AhonchmiB, s. Entrevue, pourparlers. 

— J*aret n'abouchmin avou m'iavokA po 
m'procet : j'aurai avec mon avocal un en- 
tretien concernant mon proems. 

A-Bouket) adv. En panicule. Voy. 

PruslB. 

AboAr, v. (TaboH, no-z-abolan) , Jaillir, 
sortir avec abondance, avec impetuosity ; 
faire explosion, sourdre. — YH^fU fou- 
miTy kom ell abolet foU dt chminaie dd ho- 
fomai! Voyez-vous les fum^es, comme 
elles sortent abondammeni des chemi- 
n^es des hauts-foumeaux. 

Abo«t^, V. (Taboutt, no-z-aboutan), 
Avancer , donner , pousser. — Abouti 
fCchHr: avancez une chaise. — i4^/^ 
smla : donnez-moi cela. — Kiesski no-z- 
Ori-abouU dss-t-om la: qui nous a eng^s 
(ou engeanc^s) de cet homme? 

Abouti, v. (Taboutih, no-z-abotUihan), 
Aboutir, toucher par un bout; tendre, se 
terminer, avoir pour r^sultat. — Mi waitt 
abouiih al grantt vote : ma prairie aboutit 
au grand chemin. — A koi aboutihret to 
soula? h quelle fm aboutira tout cela? 

Abo«tihaB, aau, s. Aboutissant, qui 
aboutit, qui joint. — No volan k'noh Id 
Vnan d le-z-aboutihan (Tvoss bin : nous vou- 
lons connaftre les tenants et les abou- 
tissants de votre propri^t6. 

AboAs^, V. (J'abo^isSy nO'Z'OboHzan), 
Boursiller, se cotiser. — AboAzan to tcmn 
po-z-aU al f&r d Wihou: cotisons-nous 
tons ensemble pour aller k la foire de 
Wihou (i) 

Abrani, s. Alarmes , inquietudes. — 
Ell d d'vin.U'Z-aln'anlpo s'fi ki va sicht: 
elle est dans des angoisses au sujet de son 
fils, qui va tirer au sort. 

( I } Ilameau d'une dizaine de maisons , dependant de la 
cotnmane d'Argeuteau, el ou se trouvc une aocienoe cha- 
pelie qui a et^ rebAtie par le comte de Mercy-Argentean 
el consacr^ par Mgr. Tarchevique de Tyr* en i88i. C'esl 
roainteoant one des plus belles chapelles de la province 
de Ufige. Cue foire Ires-flrequenlde, qui j a lien le 8 scp- 
tembre de cliaqne ann(>e, ajoutc encore ^ la vognc de 
celle petite localile. 



ABR 

Abr^le,Abr^U,Abr«eech^AbreiM 
min, 8. Embrassement, action d^embras- 
ser ; embrassade , baiser , accolade. — 
Kwan tott cd gin la si fvtl , ci fouri n'dial 
d'abrtQuie : quand toutes ces gens se re- 
virent, ce furent de vives embrassades , 
des etreintes enthousiastes (i). 

Ahrhety V. (Tabress, no-z-abrtcan ) . 
Embrasser, dtreindre dans ses bras; 
serrer; s'accoler, donner Taccolade. — 
Abrtci s'pdr t s'mdr : embrasser ses pa- 
rents. — Abrect s'madronbel : embrasser 
sa bergere, sa dulcin^e. — Abrdct n'afair : 
embrasser une aflaire, Fentreprendre < 
s'en charger. — Gna nouk com Napoldion 
prumi k'die si bin jusiifit li spo : ki trop 
abress, md strin : nul comme Napoleon 
premier n*a si bien justilie le proverbe : 
qui trop embrasse , mal etreint. 

Abr«j^, s. Abr^g^, precis; abrevia- 
tion, sommaire, compendium. — Ddwd d 
H6n6 on publii n'abri^d d-Vistoir di Lich : 
Dewez et Henaux ont public un precis 
de rhistoire de Li^ge. 

Abr^jeik, s. Abroviateur, auteur qui 
abrege Touvrage d*un autre. — Pagdnt t 
I'abrdjeH da Dupin : Pagani est Tabrdvia- 
teur de Dupin. 

Abrejt, V. (Tabr6g on fabrigdie, no-z- 
abrSjan). Abreger, rendre plus court; 
accourcir. — Abrdjt voss-t-istoir : abreger 
voire histoire , abreger votre discours. 

— Ld chagrin an-t-abr^i sd joA : les cha- 
grins ont abr^g^ ses jours. 

Abremmiii, 8. Embrassement. Voy. 
Abr^^le. 

Abri, s. Exposition, position exposec 
k rintemp^rie des saisons, au brigan- 
dage , etc. — Ni IH nin vo bdrai d^fiir A 
Vabri del plaif: ne laissez pas vos barres 
de fer exposees a la pluie (2). 

Abriko, s. Abricot, fruit h noyau, 
tirant sur le jaune , et dont le godt tient 
de la p^che et de la prune. — Ptrett 
d'dbriko : noyau (5) d'abricot. — Kdrin 
d-z-dbriko ; marmelade aux abricots. 

Abrikott, s. Abricotier, arbre rosace 
qui produit les abricots. — Abrikoti d 
vin : abricotier en plein vent. — Abn- 
kott d meUr : abricotier en espalier. 

— Ld tddrowt jalme abimet U z^bri- 
koti : les gel^es tardives d6truisent les 
abricotiers. 

A-briBbAit, adj. D^guenilM, dont les 
vfitements sont en lambeaux. — Ci polak 
la h to a-bfinbdtt : ce malotru est tout 

( f ) t>c beaacoap de verbea wallons di^rivent des tubs- 
tanlifs analogues pour exprimer des actes exagores ou 
prolont^s. 

(t) Le mot fran^als abri exprime prtk^isenMil le 
oonlrairc. 

' 3 ) Ne diles ni pierre ni pirrrette d'abrioot. 



Digitized by VjOOQIC 



ABS 



-- 8 — 



il^pcnaille. — Vola m'kott a-briMtt : voilk 
ma jupe h iambeaux. 

Abrokech, s. Percement, mise en 
perce d*un tonneau. — RatUM co UhjoU^ 
po Vabrokeg di voss tonai : attendez encore 
quelques joui*s pour metti^ voire ton- 
neau en perce. 

Abrokl, V. (J'abroky no-z-abrokan). 
tercer, mettre un tonneau en perce, 
faire une ouverturo au tonneau pour en 
tirer le vin , la biere , etc. — To-zHtbi'okau 
Vtonai, li bir a spiU to-i-avA-r-mi : en 
mettant le tonneau en perce , j'ai etd tout 
convert do la biere qui a jailli sur moi. 

Abr«kt, V. Filler, se precipiter sur ; 
fondre, sauter avec imp^tuosite. — On 
ro^i chin dok a-t-abroki sor mi : un chien 
dogue k poll roux s'est ^lanc6 sur moi. 
— - Laiw a*t-abrokl foU po n'krdveur : Teau 
a ddborde , a fait irruption par une 
ouverture. 

A-broabt, adv. A foison. Voy. Broabt. 

AbM^B h AbAin , s. et adj. Absent , qui 
est eloigne de sa demeure. — Vo-z-av^ stu 
Imtiu absan : vous avez ete longtemps 
absent. — Li bdguenn a stu abmntt di 
s*kovin : la religieuse a ^te absente de 
son convent. — On roUvHe viit l^Trabsin : 
U'Zrabsin an totr : on oublie ais^ment les 
absents , les absents ont tort. Yoy. Evi>ie 

AbiiAiuiM b Abninee, s. Absence, eloi^ 
gnement d*une personne qui n*est point 
dans le lieu de sa residence ordinaire. 
— Kodtl on lonk absince : courte ou longue 
absence. — 11 a d^-z-absinss d'espri : il a 
des absences d'esprit. Voy. Barett. 

Abtfint^, aie, adj. £veiitd, verjut^. — 
D^ tnn k^esS't-absinU : du vin verjut^. — 
Likeiir absintaie : liqueur 6vent^e. 

.Absinu, s. Absintbe , plante tr^s- 
amere , cordiale , stomachique. — BeHr 
on d'mtie d'absintt : boire un petit verre 
d'absinthe. — Vin a Vabsinii : vermout, 
vin dans lequel on a m61e de Tabsinthe. 

Abiioiou,ow, adj. Absolu, indepen- 
dant , sans contr61e. — Sovcrin absolou : 
souverain absolu; despoto; intolerant. 
— Ell CM't-absolow divin n'kipagneie , el 
vou sou ki liplai : elle est absolue dans 
une soci6te, elle ne veut quo ce qui lui 
plan. 

AbfloiueioB, s. Absolution, remission 
des p^chds : bref absolutoire ; pardon , 
gr^ce , indulgence. — P^r Bemdr ni m*a 
nin volou ritUt Vabsolucion : p^re Bernard 
n*a pas voulu me donner Tabsolution. — 
UEvek a d'nd Vabsolucion gtnirdl lijoU d^ 
blanjUdi : l*fiv^que a fait la c^remonie de 
I*absoute le jour du Jeudi-Saint. 

AbsoiaoiiB, adv. Absolument, d*une 



ACA 



maniere absolue ; n^cessairement , deci- 
dement, r^solOment. —-Fd k'jd n-n'ivass 
absolutnin : ii faut absolument que je 
m'en aille. — Absolumin p&rlan : absolu- 
ment parlant, k juger de la chose en 
g^n^rai , et sans entrer dans aucun detail. 

AbsoAtt, s. (J'abnoH ou fabsoHtty no- 
Z'OhsoMan). Absoudre, donner Tabsolu- 
tion; remettre, pardonner les p^ch(5s; 
faire gr^ce. — An ka d'moir, to priess 
jwU't-absoHU : en cas de mort, tout prfitre 
a le pouvoir d*absoudre. 

AbtiBf (s'), V. (Ji m'abtin, ji nCab- 
Imret). S*absteuir, s'emp^cher de faire 
quelque chose. — S'abtini d'beUr d magni : 
s'ab§tenir de boire et manger. — Abtin6v 
de jurd : abstenez-vous de jurer. — Ld 
priess divet s'abiini d'feum : les pr6tres 
doivent s'abstenir de fcmmes. 

AbtiBiBM, s. Abstinence, action de 
s*abslenir. — Ci n'd nin ouie jcunn , c*e 
scClmin ablininss di cMr : il n'est pas 
jeune aujourd'hui , il n'est que jour 
d*abstinence. 

Abu, 8. Abus, mauvais usage, immo- 
dere, excessif, pernicieux. — Abu d'on 
mo; catachr^se, abus d'un mot. — //% 
kor^Ql le-z-abu : il faut con'iger les abus. 

— Si on-z-a fai souia , c't par abu : si on 
a fait telle chose, c*est abusivement; 
c'est par abus, par ub usage abusif. — 
Kwan inn abu a pri r^cenn , i7 d bin md- 
Idhdie dd Vdistntr : quand un abus est 
enracine , il est bien difficile de le 
detruire. 

Abuvr^, V. (JTabuvraie, no-z-abuvran). 
Abreuver, faire boire. — Ald-z-abuvrd Id 
vach d flo: allez abreuver les vaches dans 
la mare. 

Abuvrceb , s. Action d*abreuver ; 
abreuvoir. — Gna d noss viech on flo po 
rabuvreg di no bie^s ; il y a dans notre 
village une mare pour abreuver notre 
b^tail. 

Abiks6, V. (J'abttss, nO'Z-abAzan). Abu- 
ser, tromper, seduire. -^ AbUzd le gin 
avou d^ fdzd promess : abuser le monde 
avec des promesses fallacieuses. — AbUz^ 
d'innjdnn feie : abuser d'une jeune fille , 
la seduire, la suborner, en jouir sans 
Tavoir dpousee; en 6tre le s^ducteur. 

AbAsir, adj. Abusif, contraire aux 
regies , aux lois ; mal employ^. — On 
molain abilzif: un moyen abusif. —PUni' 
don abUzif: punition abusive. 

AblkBitaUB, adv. Abusivomeut, d'une 
maniere abusive; improprement, a faux. 

— Si siervi d*on mo ab^zifinin : employer 
un mot abusivement. 

AfAd^9 V. (rapdit oixj'acddaie). Atta- 
quer, donner une semonce , un assaul ; 



Digitized by VjOOQIC 



ACH 



— 9 



tlire lies injures. — / m^a-Ua^di u hru- 
Utlmltt U ji rCvtUfpu goit : il m'a apos- 
irophd si brulalement que j*en etais 
etourdi. Voy. KiftviB^* 

A^de€h, s. Attaque, assaut, provo- 
i^alion. — Cd In k'a k'minct ra(!hd€ch : 
c est lui qui a commence I'atUique. 

AfAhn^, V. (Tacdhenn ou faodhmie). 
Assaisoiiner , appreler les aliments.— 
Ta nJevM ki sd bin acdhtU n^kouJtenn : ma 
femn}6 sait bien assaisonner la cuisine. 
— Li feum ess-t-on gh bokct, kwan c'nt 
nin Vdial ki Vacd^hnc^e : la femme est un 
friand morceau , quand ce n'est pas le 
<^iab4e qui rassaisonne. 

A^hn^, v> Aoiilcr, mOnr par la cha- 
leur du mois d'aoAt. — FdreA dd sdo po- 
Zra^'tkn6 iHd f Huron : il faudrait du soleil 
pour aoAter mes potirons. 

AeAhMeeii, s. Assaisonnement) me- 
lange des ingredients qui servent h 
assaisonner ; accommodage , appr^t , 
condiment, b^aiilles. — Li pe^f, li 86 y 
U'Z-a, c'd d^z-acdhnech : le poivre, le 
sel , Tail , sont des condiments. 

A^sin , Af amlna, A^sia^, Voy. Mov- 
dreA, Moutl, Mondrl. 

Ae^, adv. Assez, suHlsamment (i), 
aiitant quMl faut. —II a d^^z-aidan aU : 
il a assez d'argent (s). — U n^na-t-aH : 
yen ai k suffisance. — Ci n*^ nin ac4 : 
e'est insuffisant, il y a insufflsance. — - 
No-z-estan no-z-ac^ : nous sommes en 
nombro suffisant, nous sommes assez 
nambreux. — Avu magnl del jolt ac4 : 
Jeter sa langue aux chiens. 

Ac^ht, V. (Tacech). Tirer vers soi, 
attirer, approcher, baler. —Acifchi soula 
ver vo : tirer cela vers vou3. 

Ae^sran, adj. Grandelet, diminutif 
de grand. — EH a deja tre^ bdcel acd- 
granit : elle a d^j^ trois filles grandelettes. 

Ac^Aaie, 8. fipigramme, lardon. — 
On It a fai houm6 n'flr acenaie : on lui a 
fait gober une fi^re gouaille. 

AeeBB, s. Indice, fond, confiance. 
— Li baromett rimontl , c'ess-t-inn acenn di 
bai Un : ie barometre remonte, on augure 
bien du temps. Voy. Asiem. 

Aeermennte, v. (Taceimenntaie) . As- 
sermenter, exiger, faire prater le ser- 
ment. — Acermennti d^-z-espair : asser- 
menter des experts. 

AeeriiB^, V. (facertimic). Assurer, 
(jcrtifier, confirmer. — Qn m'a-t-acertinS 
Vnovel : on m*a certifi^ la nouvelle. 
' Aeh ^ Ag, s. Age, duree, cours, 
^poque do la vie. — L'ag di s'marid ; TSge 
nubile. — Al pHr di Vach : h la fleur de 

I i ) Proiiono<»7. iuffitamment. 

[t ; De r<trgeiit aurz e^t incnrrcil. 



ACH 

rage , a la fleur des ans. — M ach ai^^f? 
Quel Age avez-vous? Quel est votre flge? 

— Foiss di Vach : virility, Sge viril. — 
-^11 t d'ja d'm certainn ach : il est dej^ 
d'un certain Age, il est entre deux agec\ 

— Dolain d'ach : nestor, doyen d'^ge. — 
Li pai d'Vach : le poids , le fardeau des 
ans. — Ess foil d'ach : 6tre hors d'^ge. — 
Uag dHnn otn ni va nin drdinairmin outt di 
kmati'tnn'Z'an : Tftge d'un homme ne 
depasse pas commun^ment quatre-vingts 
ans. — L'ag d'on jvA n't wair di pu dHrinie 
an : TAge d*ua cheval n'est gu6re de plus 
de trente ans. 

Ateh, int. Fi ! pour exprimer le mepris 
ou le degoiit ; pouah ! — Ni m'pArU nin 
d'inn mkoi d'si mdct , ach / Ne me parlez 
pas de choses si sales ; ft ! 

Aeh) s. Arche , partie d*un pont sous 
laquelle Feau passe; arcade, voiUe. — 
Ach tro hdii ou tro bass ; arcbe trop sur- 
hauss^e ou trop surbaiss^. — Le irtcerin 
a-t-tpmrii dei^z-dch : la d^bScle a em- 
porte deux arches. — Le karoch pacet d'zo 
inn dch di noss vi pon : les voitures passent 
sous une arche de notre vieux pont (i). 

Aeh , s. Arche. — Ach di NoU : arche 
de No^ , vaisseau que No^ fit construire 
par le commandement de Dieu pour se 
sauver du deluge; habitation qui con- 
tient beaucoup de manages , des gens de 
toute esp^ce. 

Aehaie, s. Bardane. Voy. FUkoa. 

AehArn^, ale, adj. Acharn^, opi- 
ni^tre , violemment irrit^. — Ld chin esit- 
t'Ochdm^ kontt Id M : les chiens ^taient 
acharn^s centre les loups. — DeC hari'jress 
k'estt't'achdrnait Veunn konti di Vdtt : deux 
hareng^res 6taient acharn^es Tune centre 
Tautre. 

AehArnceh ^ AehAra^inlii , S. Achar- 
nement, animosity opinidtre, violente 
irritation. — Is*on baton avou ochAm^in : 
ils se sont battus avec acharnement. 

A-ehAM, adj. Calcaire, qui peut-^lre 
change en chaux. — On tiair a-chdss : 
mont calcaire. —Pfr a-chdss : pierre cal- 
caire, pierre k chaux. 

Aehet, s. Acquit, chose acquise; 
achat, eoiplette, acquisition. — F6 d^-z- 
achet: acqu6ter, acquerir un immeuble 
par un acte. — Uom pou fi dt-z-achel son 
ki It plai : il est permis k Thomme do 
disposer de ses acquets et conqu^ts. 

A-ehet, int. Au chat! Gri pour faire 
fuir un chat. 

Aeh^v^, V. (Tachev ou fachef, nc-z- 
ach^an). Achever, finir une chose coni- 
menc^e; perfectionner , accomplir. — 

[ 1 ) Dili^ : le pant de$ arches , el non le poHt d'z arched. 
TOME I. * 



Digitized by VjOOQIC 



— 10 — 



ACI 



\o$8 mohom, Vach^^f dss-t-ost^f Noire 
maison , Tach^verez-vous cet ei6 ? — 
Uovreg dimeUr la sin ess achtv6 : Touyrage 
reste inachev^. 

AeheiraiiB,s. Ach^vement, fin, exe- 
cution enti^re, accompUssement d*une 
chose , denii^re main. — Vachevmin d'inn 
mohonn^ d'inn ovrech : l*ach^vement d'une 
maison, d*un ouvrage. 

AdM^min, s. Achoppement, ^cueil, 
obstacle. — On ti'oHv dt pir d^achopmin 
divin to sou k^on-z-intriprin : on trouve des 
pierres d^achoopement dans tout ce que 
Ton enlreprend. 

Aekt^, V. (TachtaiCy no-z-achinn ) , 
Acheter, acqu^rir quelque chose h prix 
d'argent ; faire emplette. — Ji li a-l-acht6 
n'mohonn : je lui ai achct6 une maison , 
j'ai achete de lui une maison. — Acht6 
bon marcht : acheter h bon march^. — 
AchU chir : acheter cher, acheter ch^re- 
ment. — Achti po rCpess di pan : acheter 
k vil prix. — AchU a peH d*6r : acheter 
au poids de Tor. — Acht6 a chird pailaie, 
al k6p guHie : acheter h un prix on^reux , 
exorbitant. — AchU an gro d al kit He : 
acheter en gros et en detail. — Ki Pack- 
taie bon, VbeH bon : qui bon Tach^te, bon 
le boit. 

Aehtoft, eiiUNi, s. Achcteur, acqu4- 
reur, adjudicataire. — Li vinden t Vach- 
M : le vendeur et Tacheteur. ~ Gna pu 
d'sO'Z^u^tdl ki d'so vinde^ : il y a plus de 
sots acheteurs que de sots vendeurs. 

Aei, s. Affdt, machine pour soutenir et 
mouvoir une pi6ce d'artillerie. --Ad a 
rdkit : affat roulant. 

Aei, s. Essieu, pi^ce qui traverse les 
roues; axe. — L'ad dt nCch^o a knn6, 
put s'a kaci : Tessieu de mon chariot a 
crie, puis s'est bris^. 

Aeidowmin, adv. Assidiiment, d*une 
mani^re assidue, constamment, jour- 
nellement. — Mifi va-t-i skol assidownUn : 
man ills frequente assidiliment T^cole. 

— Lij&nn kip^ ess-t-acidoumin adU s*kur 
zcunn : le jeune gaillard est fr^quemment 
aupres de sa cousine. 

Aeicrvi^v. (faciervihjno-ZHiciervihan), 
Asservir, assujettir, r^duire k une ex- 
treme d^pendance; soumettre, subju- 
guer. — Noss Roie n'a nin volou adervi 
s'peUp : notre Roi n'a pas voulu asservir 
son peuple. 

AeicrTihaB,aBtt, adj. Asservissant , 
qui asser\'it. — Din6 di-z-dr acier- 
tihan : donner des ordres asscrvissanls. 

— Rdk, volti aciervih^intt : r^gle, volenti 
asservissante. 

AeienihmiD , s. Asscrvissemcnt , elat 
de oe qui est asservi. — Tini n'ndcion 



ACI, 

divin Vacietmhmin : tenir une nation dans 
Tasservissement. 

Aeiett, s. Assiette, vaisselle plate pour 
servir ce qu'on mange. — Aciett di sop : 
assiette ou assiett^e de soupe. — Aciett 
volantt : assiette volante , assiette creuse 
que Ton sert entre les plats. — Inn prdp 
aciett: une assiette propre, une assiette 
blanche. — Hopai d'aciett : pile d'as- 
siettes. — PikeH d'aciett^ pique-assielte , 
^comifleur, ^cumeur de marmiles, flai- 
reur de tables ou de cuisines, qui ne vlt 
que d'ecornifleries , qui va cuisiner ehez 
Tun Chez I'autre. 

Aeigt, V. (J'acig, no-z-adjan). Assie- 
ger, faire le sidge d'une place; impor- 
tuner, obs^der. — On-z-a-t-acfgi Mdstnik 
pluziei^r {He ; Maestricht a dte assic^ge 
plusieurs fois. — Li fiouh dd montt adgif 
li burd del komMHe : la foule assi^geait le 
bureau du th^dtre. 

Aeigna, s. Assignat, sorte de papier- 
monnaie qui ^tait en usage du temps dc 
la premiere Rdpublique frangaise. — />- 
z-acigna on bin rait toum4 a rin : la depre- 
ciation des assignats a eu bient6t lieu. 

Aeinbiaie , s. Assemblee , reunion de 
personnes en soci^t^; corps ddliberant, 
cercle , comity. — Adnblaie d'dlekteUr : 
assemblee , reunion , deliberation d'clec- 
teurs; comices , meeting. — Ldmoniagndr 
rdpublikiny c'estcU Id-z-ar^gt d-Vadnblaie 
nddondl di Franss : les montagnards r^pu- 
blicains etaient les energum^nes de TAs- 
sembiee nationale de France. —Adnbloie 
d'^rdtik, di Mtd gin : conciliabule, con- 
venticule, assemblee d'h^reliques , de 
malhonn^tes gens. — Adnblaie di rligen : 
assembiee capitulaire.—AciwWflic di lick : 
rout, assembiee des gens du grand 
monde. — Ji n'a nin voi d'vin Vadnblaie : 
je n*ai pas voix deliberative. 

Aeinbi^, V. (fadnbel ou fadnblaie). 
Assembler, reunir, convoquer; mettre 
ensemble, joindre, unir. — AdnbU U 
ddteH i It krHand : assembler les debi- 
teurs et les creanciers. —AdnbU U troup : 
assembler les troupes. — AdnbU U vd- 
gnuron : assembler les vignerons. — 
S'adnbU al Mohonn-del'VHe : s'assembler, 
se reunir k ra^tel-de-Ville, y etre en 
deliberation. 

AeiBbieeh, s. Assemblage, union, 
jonction, liaison, ivizge. -- Adnbleg di 
boi b d'planch po fion b(US : assemblage 
de pieces de bois pour la confection d'un 
bateau. 

AeinbieA, s. Assembleur, ouvrier bro- 
cheur qui assemble les feuilles d*un 
volume. 

Aein^) v. (Tacenn ou fadnaie, no-z- 



Digitized by VjOOQIC 



ACl 



— H — 



acinan). Ass^ner, porter un coup rude et 
violent. --Acini onkdso Vmakett : frapper 
droit k la t^te. 

AeinsioB, s. Ascensioo , Tune des 
grandes f^tes conservees ^ar I'figlise. — 
C^ Vjo4 d'l'Acinsian ki VBondiu t fnumU 
A Cir : c'est le jour de I'Ascension que 
Notre-Seigneur est remont^ au Ciel. — 
A YAcinsiofiy on magn pandh d moutan : 
a Tepoque de TAscension , on mange des 
panais et du mouton. 

Aetr, s. Acier, fer raffing tr^s-pur, 
corabinaison du fer avec le carbone. — 
Gna nin baikd d'acir divin voss lam di 
koAtai : il y a peu d'acier dans la lame de 
votre couteau. — Acir di Dama : acier 
de Damas. — Vacir d pu foir ki Vfiair; 
i peliss kdzi H (Ue puss ki I'aiw : Tacier est 
plus fort que le fer; son poids est k celui 
de Teau comme 7,78 est ^ i. 

Aetr, V. fi'ttd, no-z-adan), Asseoir, 
mettre sur une chaise, sur un banc; 
poser, placer sur un sidge. — Acir so on 
ham : asseoir sur un escabeau. — Ji m'ad : 
je m'assieds ou je m'asseois. — Acitty 
valet : assieds-toi , mon garden . — S*adr 
at tdf : s'attabler. — Ess aciou so s'kou : 
^tre assis sur son s^ant , assis a terre. 

Aetr, V. Taxer, frapper une contribu- 
tion. — On va-t-aclr de novtld tak : on va 
frapper de nouveaux imp6ts. 

Aefre,v. (factraic, nO'Z'Ociran), Ace- 
rer, souder de Tacier k la pointe ou au 
tranchant d'un outil , pour le rendre plus 
propre h percer ou k couper. — Aclr^ 
ttlam di koHtai : ac6rer une lame de 
couteau. 

Aefr^ie, s. Acier ie, fabrique d'acier. 
— Li maiss d Vz-ovri drVacirtie ; le direc- 
teur et les ouvriers de Tacierie. 

Aetreft, elbM, adj. Aci6re, converti 
en acier, qui contient de I'acier. — De 
flair adreU : fer aci6r6. — Pontl acireUss : 
pointe aci^r^e. 

AefM, s. Embasement, base d'un bati- 
ment, sol sur lequel il est construit ou 
doit ^tre construit. — Voss batimin dret 
tro pd d'actss : votre bAtiment aura une 
base trop restreinte. 

AciM, s. Assises, session d*une cour 
criminelle. — Prizid6 U-z-aciss : pr^sider 
les assises. 

Aetata, V. (Tadss ou facistaie), As- 
sister, aider, secourir ; 6tre present k, — 
Fd-t-adsU U p6f : on doit assister les 
pauvres. — AcisUl^prizoiUr : assister les 
prisonniers, adoucir leur captivite. — Li 
Bandiu v'z-aciss ! Dieu vous assisle ! Voy. 

AMt. 

Aei0<iBM, s. Assistance, aide, se- 
COUPS. — Dimandif promctt acistinss : de- 



Ago 

mander, promettre assistance. — Brair a 
Vacistinss : crier k Taide , rdclamer du 
secours. 

Aein, 8. Acide, un des sels primitifs , 
qui imprime sur la langue une saveur 
plus ou moins aigre. — fainm bin U-z- 
adit diinn sou ki fmagn : j'aime bien les 
acides dans mes aliments. 

A^ J 8. Assaut , attaque pour emporter 
de vive force. — Printt inn vHe d*acd ou 
a Vofd : prendre une ville d*assaut ou k 
Tassaut. — On n'sdreH printt ciss vHe la 
d'acd : cette ville est inexpugnable. 

A^et, V. (TofdcHe^ no-z-^cddan). As- 
socier , recevoir quelqu'un dans une 
compagnie pour participer k ses avan- 
tages; agreger, donner part, — iVo 
n^z-avan-t-a^cl po ciss-t-intripriss la : 
nous nous sommes associ^s pour cettc 
entreprise. 

A^eieeh, s. Association, club, pro- 
pagande; soci^t^ dont le but est de pro- 
pager certaines opinions politiques. 

Af«iiiaM,aBn, adj. Assommant, ex- 
cessivement ennuyeux, incommode. — 
Ovrech a{ioman : ouvrage assommant. — 
UoUti pdrU di spair t d'leHwarou , c'd de- 
z-isWir ofomantt: entendre parler de reve- 
nants et do loups-garous , ce sont des 
histoires assommantes. 

A^om^, V. (J* acorn, no-z-aQoman) . As- 
sommer, tucr avec quelque chose de 
pesant; assassinor, massacrer; ennuycr 
avec exc^s. — De moudre^ Von stu ratinte 
po ra(wn<^ : des assassins ont ete Taltendre 
pour Tassommer. — Sin Stienn a sfu 
acom4 a kd d'pir : S. Etienne a et^ lapide. 

A^omeft, s. Assommoir, pi^ge pouras- 
sommer les b^tes ; massue, bfiton plomb^. 

— D'on kd d'afomeU i Va bouht ju : d'un 
coup d'assommoir il Fa abattu. 

A^npsion, s. Assomption, enlevement 
miraculeux de la S*« Vierge au Ciel par les 
anges. — UAconpsion torn d mete Vawouss : 
la f^te de TAssomption tombe k la mi- 
aoilt, au 15 aoOt. 

Af drti , V. (Tacdrtih , no-z-ac6rtan ou no- 
z-ac6rtihan). Assortir, r^unir les choses 
qui se conviennent; fournir, pourvoir. 

— Bolik bin acorteie di tote s6r di stofal 
dterainn mdtt : boutique, magasin bien 
assorti de tons genres d*etoftes au der- 
nier gotit. 

Af«r(iiniii , s. Assortiment, assem- 
blage de certaines choses de m^me na- 
ture; collection, fourniture, pacotilie. 

— Afortimin d'mlHc , di kokAr, di pdvion : 
assemblage d'outils, dccouleurs, de pa- 
pillons. 

Afot^lcmin, adv. Diablcment, cxccs- 
sivement, diaboliquemenl. — Sf fcum ess- 



Digitized by VjOOQIC 



A^:ii 



!2 



ADA 



t-aceUkmnn lailt : sa femme est extr^rae- 
iiient iaide. 

Afoti, V. (J^apotih, wh^afotihan), En- 
diabler, end^ver, se fAchep, raffoler, 
enrager. — // afoiih t spai : il enrage, il 
a le diable au corps. — F6 acoli : faire 
fAcher, touraienter, tarabuster. — Tacotih 
di fill t d*8eil : la faim et la soif me d^- 
vorent. 

Aeoftkeeh, s. Accoiichement , aH, m^- 
thode d*accoucber, de d^livr er les femmes 
enceintes. 

A«oftkcft, oikM, 8. Accoucheur, celui 
dont la profession est de faire des aecou- 
cheraenls ; m^decin ou chiinirgien accou- 
cheur. — Cd Vaco^ke^ d'madam itm (41 : 
c*est Taccoucheur de madame une telle. 
— Ell ainm mi n'acoUke^ ki rCseg-dam : elle 
aime mieux un accoucheur qu'une sage- 
fenime. 

Aeoftki , V. (Tacoak, no-z-acMkan). Ac- 
eoucher , delivrer une femme. — El s'a- 
t-acoM oUte del nutt : elle a accouche (ou 
enfante) cette nuit (i). — S'aroUki d*tnn 
germal di vakt ou d'bdcel: accoucher de 
deux jumeaux ou de deux jumelles. 

Acoikkmin, Accouchement , enfante- 
ment , action d'accoucher. — Acodkmin 
doloreH : accouchement douloureux. — 
Kinoh'ti bin li bone mitdie d^-z-acoUkmin ? 
Connaft-il la bonne m^lhode des accou- 
chements? 

A^oapi, V. (Tacounihjno-z-acoupihan). 
Assoupir, endormir a demi, disposer au 
sommeil. — L^ wapeHtr ki monU-t-e Vtiess 
acoupihet: les vapours qui montent k la 
l^te assoupissent. — S'acoupi: s*assoupir, 
roupiller. — / 8'aveii konpromttou, min sd 
parin on-t-acoupi Vafair : il s'^tait com- 
promis, mais ses parents ont assoupi 
raffaire. 

A^nplkan, mntij adj. AsSOUpissant , 
qui predispose au sommeil ; soporeux , 
narcotique. — On fm6ii acoupihan : un re- 
m6de assoupissant , un narcotique, un 
soporifique ou soporif^re. — Vdpiom ess- 
t-ncmpihan : Topium estsoporatif. — Acou- 
pikanit foumir : fumee assoupissantc. 

Afovpihmin, s. Assoupisscment, som- 
meil linger , sopeur. — Cess-t inn acoupih- 
min ki raviss inn IMrg^e : c*est un assou- 
pisscment Icthargique. 

Aerokt^, V. (Tacroktaic). Gaffer, ao- 
crocher avec une gaffe. — AcrokU on batai : 
gaffer un bateau. 

Afoj^ii, V. (J'acujetih^no-Z'acnjdtihan), 
Assujetir ou assujettir, soumettre, as- 
ireindre, obliger h ; fixer. — // css-t-acn' 

{ I ) Ne ilit«« pa5 : elle »e$t accoiichtfe . » raoin» qu'HIe nc 
sc fcoil ilrliMXH. die wiciuc sails K- swour; d'une aulir 



j^i a d*mafti ^ rkoulaie di s'feu : il esl as- 
sujetti k rester au coin de son feu. — 
S*ucujHi A numir d^-z-dtt: s'assujettir aux 
mani^res d*autrui. 

Af nj^iiiimiM, s. Assujettissemeni, con- 
trainte, obligation de ; dependance, suj^ 
tion. — Kd acttjdtihmin ! on n^ VH{treil so- 
poirUloniin: quel assuj^tissement ! on ne 
pourrait le supporter longtemps. 

Af fhriUemlB , adv. Yoy. A^fhr^. 

Af ftniiiMi b Af ftreeh, s. Assurance, cer- 
titude, confiance, security.— /tv'donrei 
toll l^Troewrann ki vo d'ztrrd: je vou» 
donnerai toutes les garanties que vous 
d^sirerez. — Kipagn^ie d'apAranss konit H 
feU : compagnie ou societe d'assuranco 
centre incendie. Voy. 'WaraniMo. 

Afftr^, v. (J'acAr, no-z-a^ran). Assu- 
rer , affirmer une chose ; certifier. — 
Sottla t vraiey ji v'z-^ n-n^of^r : cela est 
vrai , je vous en assure. — Vov'z-a^rr6 ki 
c'd rtair ki toiinn : vous vous assurerez 
que c*est la terre qui est en mouvement. 

— On m'a promdtou soula wn VacUri : on 
m'a promis cela indetermin^ment. 

A^ar^, V. Assurer, mettre en siiret^; 
6tayer, rendre solide. — F6 ac^rS n'nw- 
honn: faire assurer sa maison contre in- 
cendie. —Sou/a It-ess-t-acUr^ : cela lui est 
hoc . — S\f0r6 d*inn novel ; s'assurer d*une 
nouvelle, la verifier, la constater, Taverer. 

Af Ar^ ^ Af Ar^min, adv. Assur^ment, 
certainement , vraisemblablement , pro- 
bablement, apparemment , sans doute, 
sftrement, k coup sAr, indubitablement, 

A^^re^j s. Assureur, qui assure une 
maison ou un navire contre Tincendic, 
le naufrage, etc. — Lt-z-oQAre^ on v' nou 
vMfii P damach : les assureurs sont venus 
verifier, constater le dommage. 

Adagio. Voy. Asadl6. 

Adal. Voy. Dal. 

A-dai-dai , adv. A dos. — Vind m-fi , 
vo vair4 a-dai-dai : venez, petit, je vous 
porterai k mon dos. 

Adam 6 Adan, s. Adam, lej premier 
homme. — No-z-estan turto parin di p& 
noss prumi p6r Adam : nous sommes tous 
parents de par notre premier p6re Adam. 

— Li ptchi d'Adam t d'Ev : le peche 
d*Adam et d*five, le peche originel. 

Addr^ , V. (faddr, no-z-addran). Four- 
rer, passer, bouter. — I m'a-t-ad&r6 on 
papt : il m'a pass6 un papier. 

Adawt, V. (Tadawy no-z-adawan). 
Amadouer , flatter, caresser pour attiror 
k soi; allecher, affrioler, enjOler (ou 
enge6ler). — Li spiik vi di d'iole s6r di 
bai po v'z-adawi : Tespi^gle vous dit do 
belles choses, des choscs insidicuscs 
pour vous amadouer. 



Digitized by VjOOQIC 



ADE 



— 13 — 



ADI 



AdawiAM, anu, adj. Attirant, s^dui- 
saiit. — Avu inn adawian lingach : avoir 
un langage qui attire, qui amadoue. — 
Ell a de-z-adawianU manir : elle a des 
maui^res soduisantes. 

AdawicA , e^M , s. Celui qui ama- 
doue, qui flatle; enj6leur, cajoleur, fla- 
goraeur, adulateur. — N^ I'hoiUi nin, 
c'ess-t-inn adawieU : no I'ecoutez pas , 
e'est uQ enj61eur, il vous parte iusi- 
dieusement. 

AddieioM 6 AkdieioB^ s. Addition, 
premiere rdj^le d'arithm^tique, pour as- 
sembly* plusieurs nombres en un seul. 

— Yoss-i-addicion d bonn, fa fhi VproHf: 
votre addition est exacte, j'en ai fait la 
preuve. 

AddlelOB^ ^ AkdleioM^, V. (foddi- 

cioitaiey no-z-addicionan). Additionner, 
faire une addition; sommer , ajouter une 
chose h une autre. — Mi p'ti ki k'minss 
ii-z-^uidkion^ : mon petit fils commence k 
additionner. 

Addleian^l e Akdlelon^l, adj. Addi- 
tionnel, ce qui doit ^tre ajout^. — Ci »'^ 
ni'n ac6 dt pat vo Uk , i fa ko mett It caniim 
addidondl : non-seuiement il faut payer 
vos contributions, mais vous devez en- 
core les centimes addilionnels. 

Addirff , s. Reliquat de payement d'une 
dette, d'un compte, d'une rente. — Ni 
lei mile dt-z-Addiri a sou k'vo d'v6 : ne 
laissez jamais de queue k une dette. — 
Dimmi Mdiri : 6li*e , rester retardataire. 

AddiYan, pr^p. Au-devant, vis-k-vis, 
h Fopposite. — AU Mdivan di 8*feum : aller 
au-devant, k la rencontre de sa femme. 

— \o d'mani podri rMohonn-del-VHe , t mi 
dddivan ; vous demeurez derri^re rh6tel- 
de-ville , ct moi vis-k-vis. 

AddimeAr, s. Exc^dant, surplus; su- 
brecot, surcroit de travail ou de be- 
nefice; travail de surt^rogation , travail 
surerogatoire ; Emolument, pdcule. — 
F6 d^'Z'AddizeUr : gagner au-dessus de 
sii journoe; (^molumenter, gagner par- 
dessus le marche, au-dessus de sa tftche , 
gagner en sus. 

Addiaevbr, prcp. Au-dessus.— Fo d'ma- 
ni addizetlr di to zel : vous demeurez 
au-dessus d'eux tons. — Ji n'sdreH ovri 
dddizeUr di m6 foiss : je ne saurais faire 
de Fouvrage au-dcssus de mes forces. — 
MiU^v dddizeUr di to Ujdsmin : placez-vous 
au-dessus de tons les cancans. — Noss 
sikrieg a d-respri jusk'dddize^r del tiets : 
notre avocat a de Tesprit jusque par- 
dessus la t^te. 

AdesMt, V. (Tadegn^ no-z-adegnan). 
Bonneter, faire des sollicitations sou- 
niises ct rcileiees. — A foiss d'adegni k 



hd bonet, il a obtinoH Vpless ki fkoirif : 
k force de courbettes k regard des per- 
sonnes haut plac^es, il a obtenu la place 
qu'il convoitait. 

Adei , s. Ad^le , nom de femme , abre- 
viation d'AdiaTtt. 

A^cA, adj. Digits, d^coupd en forme de 
doigts. — Dt foie a-deH : feuilles digit^es. 

A^eft-pt, adj. BipMe, qui a deux 
pieds , qui marche k deux pieds. — U-z- 
oHkai c'6 dt Mess OrdeHrpi : les oiseaux sont 
des animaux bipMes, sont des bip^des. 

Ado«ri,v. (Tadeurih^ no-z-adeurihrn), 
endurcir, rendre dur; accoutumer. — 
S'adeuri d mAva tin : s*endurcir, se faire, 
s*acclimater k rintemperie des saisons. 
— Li tair kiminss a s*adeuri : la terre 
commence k se durcir, k se seller, k so 
tasser. — Li boi d'chdgn s*adeurih t Vaiw : 
le chfine durcit dans Teau. 

Adenrlkeeh 6 AdenrikoilB, S. En- 
durcissement, ^tat de ce qui devient dur; 
situation d'une ftme qui a perdu tout sen- 
timent de pi6t6, de vertu. — Adeurihmin 
d'ko&r : endurcissement de coeur. 

A-dcft-s-^i , adj. Dipt^res , insectes k 
deux ailes. — Lt moh , rV de hiess a-deH- 
z-d: les mouches sont des dipteres. -— 
Batiinin a-dcH-z-d : bAtiment dipt^re. 

A-d'foA, adv. Exlerieurement, k Tex- 
toriour, au dehors. — Yola on batimin 
k'ess't-aci b:ii d-dJoA : voilk un bktiment 
qui est assez beau exlerieurement. — 
^ess dM k'drd'foH : nX'tre pieux qu'ex- 
terieurement. 

Adiersceh, S. R^USSitC , bonSUCC^S, 

heureuso issue, dextdrito. — Uadierseg 
di sou k'oh-Z'inli'iprin : la reussite de ce 
qu'on entreprend. 

Adiersi , V. (TudiesSy no-z-adiei'saUy no- 
z-adiesran). Reussir, avoir un aucces; 
toucher droit oil Ton vise , adresser au 
but. — Vo'Z-^v6 bin adiersi : vous avez 
bien adress(3 , vous avez vis6 juste. — 
/ vairet , s'adiess : il viendra peut-6tre ; il 
viendra ou il ne viendra pas. 

AdieM, s. Adresse, subtilite. — Voss- 
t-om a n'grantt adiess divin to : votre mari 
se distingue par son adresse en toute 
chose. 

Adiet, int. Adieu; salut en se quit- 
tant. — Dir adiel : dire adieu , prendre 
cong^. — Enn n'dU sin dir adiel : partir 
sans saluer son h6te. — Si fa mate Vaiw 
d m'k&v, adiet mt kronpir : si jamais nia 
cave est inond^e , adieu mes pommes do 
terre, c*en est fait. 

Adfi, s. Odile, nom propre de femme. 
— Ld pHitt gin jmet sintt-Adil po U-z- 
oAic : le petit peuplc invoquc sainte Odilc 
pour le mal d'yeux. 



Digitized by VjOOQIC 



ADJ 



14 



ADO 



A-diiB, adv. A dents de loup. —Sitof 
kdpaie a-din : ddcoupure k dcnis de loup. 

A«i«M, 8. Obs^quiosit^ , c6r^monie, 
complaisance servile, flatterie, sala- 
malec. — F6 dd-z-Mioss a n*8aki : hre ob- 
sdquieux, servile h regard de quelqu*un. 

Aditr, 8. Difference, m^compte. — 
Soula n*d ttin ImaU.gna bin drVadlr : cela 
n*est pas assez long, il y a bien k dire, 
il s'en faut de beaucoup , il y a bien de 
la difference. 

Adtr , V. Persuader. — St IH adir : con- 
sentir, se laisser fl^chir, se montrer exo- 
rable; c^der (i). 

Adin, s. Adieu. — Fd sd-z-adiu : faire 
ses adieux, prendre cong^. Voy. Adiet. 

Adjekiir 6 Akjektir, s. Adjectif , mot 
qui qualifie, qui modifle un substantif. 
Blan, near, freH, chd, gran,fnti, cV dd-z- 
adjeklif : blanc, noir, froid , chaud , 
grand, petit, sent des adjectirs(3). 

AdJektifmlB 6 AkJektlfmlB , adv. 

Adjectivement, en mani^re d*adjectif. — 
Gna dJt suptantif kon s*i siev adjekli/min : 
il y a des substantifs qu'on emploie 
adjectivement. 

AdjoiB, s. Adjoint, joint, associ6 k 
un autre pour Taider, pour le supplier. 

— Ladjoin dt Mair : Tadjoint du Maire. 
Adjondeek, s. Adjonction , jonction 

d*une personne k une autre. — Po ft 
roU villnUn ciss-t-afair la, i f^t Vadjondeg 
d'on komi{mr di puss : pour faire marcher 
rapidement cette affaire, il faudra Tad- 
jonction d*un commissaire de plus. 

AdjoBtt, V. Adjoindre, joindre une 
personne k une ou plusieurs autres , pour 
un travail, pour le soin d*une affaire. — 
/ n^sdreH f6 toseH, i f& li lutjontt on skrieU 
po Vaidi : ii ne pourrait faire seul, il faut 
lui adjoindre un homme de loi pour le 
seconder. 

AdjofhrB^^v. (TadjoHmaic), Ajourner, 
assignor quelqu'un pour certain jour; 
renvoyer k un autre jour. — Li kdss ess- 
t-adjoUmaie a kwinzainn : la cause est 
ajournee k quinzaine. Voy. Rimeu. 

AdjoftrBo«k h Ad|«arB^BiiB, s. Ajour- 
nemeut, assignation ou avertissement 
pour un jour designe. — Konsinti a n'ad- 
jolamtmin : consentir k un ajournement. 

— you por ou kontt Vadjoi^memin : voter 
pour ou centre Tajournement. 

Adjott(^9 v. (fadjoull, no-z-adjouian). 

(i) Adtr n'est asit^ qa'& rinflnif. Se UUtser d-dire n'e»t 
pas tranfais. 

(fl) On peul dire qa'en ^en^ral let Wallons placeat 
radiecUr a^anl le subsUnlif; example: nt4r pan, hai 
jdrdin, hdtt wtokonn, rogjott. Mais il ▼ a de noinbrcoHog 
evcppUont : pan ifUt^ . ties private , md francel , linaach 
waloH. D'auti^s a«|jectifs prtkcilciit ou hiii\eiil inuiffc- 
rpininenl k'urs sabciantifs : Wan papf pt papr Nan , 
panlulon traw^ el trawi pantahn. 



Ajouter, mettre quelque chose de plus ; 
joindre, intercaler, annexer. — A^'om/^ 
m*no d voss liss di Uvranct : sgoutez mon 
nom k votre liste de fournisseurs. — 
AdjouUvfoiadds'f(iiboignnUcechfAioni&^ 
vous foi a de telles balivernes ? 

Adj^BUy 8. Annexe, ce qui est uni ^ 
une chose principale ; adjonction , addi- 
tion, supplement, amplification; ajou- 
tage , allonge , intercalation. — FAret 
n'adjouii a ci meur la : il faudra une an- 
nexe, un prolongement k ce mur (i). 

AdjBdBB, s. Adjudant, officier ou 
sous-officier d*etat-magor destin^k se- 
conder les chefs dans le commandement. 

— Adjudan-m&j&r : adjudant -msgor. — 
Adjudanrba-z-ofict : adjudant-sous-offlcier. 

Adjust, v. (fading ou fadjugHe, no- 
z-adiujan), Adjuger, declarer en justice 
qu^une chose appartient de droit k Tun 
des plaideurs. — Onlia adjugi on lek k'on 
U dtspuiif: on lui a adjug6 un legs qu*on 
lui contestait. — A(^'ti^ U frai : adjuger 
les d^pens. 

Adiatit, s. Adelaide, nom de femme. 

Adi^, adv. et prep. Pres, aupres, 
proche , chcz. — IMm al6 adU vo : laissez- 
moi aller aupres de vous. — Dimani a 
Grivgnaie, adl6 Lich : demeurer k Grive- 
gnee , lez-Liege. 

A-d'Bi^ie, adj. Passable, mediocre, 
k moitie, entre le zist et le zest. — Son- 
M bat vo kolm? Pa, a-d'tndie : sont-ils 
beaux vos pigeons? Mais, passables. 

A-d'Hi^ie, adv. Passablement, medio- 
crement. — C/Minte-M bin voss lignro^? 
AHTmHe : chante-t-elle bien votre linotte? 
Passablement. 

AdAii^, ale, adj. Atteint, frappe. Voy. 

Asklhr. 

AdoB, adv. Alors (i), en ce temps-Ik, 
en ce cas-lk, k cette epoque; puis, en- 
suite. — Voss mdnnonk ni vik^fpu-z-adon : 
voire oncle ne vivait plus alors. — Asteiir 
kom adon : des-ii-present comme d^s-lors. 

AdoB-pni, adv. Apres quoi. —No no 
fpoizl a miian vdie, adon-pui no-Zrali so 
Hd : nous nous reposdmes k mi-chemin, 
aprus quoi nous nous dirigedmes sur 
Hal. 

AdArAcioB, s. Adoration, action par 
laquelle on adore. — UadOrddon dt Sin 
Sakramin: adoration du Saint-Sacrement. 

— // ainm ciss feum la a Vaddrdcion : son 
amour pour cette femme va jusqu*k Tado- 
ration. — Addrdcion dt solo , d^-z-ass : 
sabeisme, sabalsme ou sabisme, religion 
des auciens mages, laquelle consistait 

( I ) Unc ajoMte n*<»sl pas franvais. 
(«| l/« dn mot aion ne »e prononcc que devant uup 
voveilc. 



Digitized by VjOOQIC 



ADR 



— 15 — 



ADU 



dans radoralion des aslres. — Addrdcion 
dd fcA : religion des ignieoles , qui adorent 
le feu. 

AdiArAr, adj. Adorable, digne d^Stre 
adore. — Gna ki PBondiu hi seH^ie addrdf: 
Dieu seul est adorable. 

AdAraienr 6 Adorelk, 8. Adorateur, 

celui qui adore ; amoureux passionne pour 
une femme. — L4-%^6rateilr dd traie 
Bottdiu: les adorateurs du vrai Dieu. — 
Cm damzel In a baikd d'addrateUr : celto 
demoiselle a de nombreux adoraleurs. 

AdAr^, V. (fad^). Adorer, rendre un 
culle h. Dieu; rdv^rer, aimer passionn^- 
ment. — On n'deH^t-addri ki VBmdiu : il ne 
faut adorer que Dieu. — Addr^ U /S dm : 
adorer les faux dieux, les idoles. — iiTiJ^i 
tott U hdt feum s'ad^et : presque toutes 
les jolies femmes s'adorent. 

Addreft-d'iinAeh, s. Iconoldire, nom 
que les iconoclastes donnaient aux ca- 
Iholiques. 

Adodei, V. (fadoikih), Adoucir. Voy. 
KadoAel. 

AdoiheiiiaB, adj. Adoucissant, qui di- 
minue la douleur ou Tirrilation ; anodin , 
par^orique. — DroukadoHcihantl: drogue 
anodine. 

Adoikelheeh h Ad«<kelhinlM. Voy. Ka- 
dolkelhech. 

AdoSt, V. (TadoiUe). Hesurer de Ta^il 
ou k Toeil. — Ta't-adoiii tms kotiech , i 
m'sorU ki gna bin tre^ vech ^ d'mide : j'ai 
mesur^ \k vue voire cotillage , je revalue ^ 
trois verges et demie. 

AdoAi^, V. (TadoUlonfadoniaie). Adu- 
ler, flagorner. — El si lai-t-ado^S par an 
f& litrai: elle se laisse aduler par un 
perfide. 

Adrdtct^, V. (J*adrdU ou j'adrhlctaie). 
Accourir. Voy. Airaft^, Akorl. 

Adram, adv. Bien , coDvenablement. 

— Soula n'va nin adram : cela ne va pas 
bien, ne va pas au but, ad rem ; cela ne 
Concorde pas, cela ne s'emmanche pas 
bien. 

Adnimt^, v. (Tadramtaie). Ajuster, 
adapter, appliquer une chose h une autre. 

— Ji n*8&reiii adramU ci coviek la avou vass 
ckddron : je ne puis adapter ce couvercle 
h votre chaudron. 

Adi^et, V. (Tadress, n(hz^ri(^n). 
Adresser, envoyer, feire parvenir direc- 
tement. — Adrtci n*leU, on pakei a n'saki : 
adresser une lettre , un paquet k quel- 
qu*un. — S*adrici a s^maiss : s*adresser , 
avoir recours, recourir, se presenter k son 
maftre, k son patron. — Yd mi d-s'adrict 
A Bondiu k*a sd sin : ii vaut mieux de se 
tenir au gros de Tarbre qu'aux branches. 

AdreMy s. Adrcssc, suscription , titre 



d*une lettre.—- On ikj sArHl lir ciss-t-adress 
Uty ell t tro md skrtss : cette adresse est 
inlisible (ou illisible), elle est trop mal 
^crite. — - Ni doti4 mAU inn kit ki n't nin 
a voss't-adress : n'ouvrez jamais une lettre 
qui n^est pas k votre adresse. 

Adr«M, s. Adresse, dexteritc^, agilitd, 
habilet^, subtilit^, ruse. — Savu f6 de 
toltr d'adress : savoir faire des tours d'a- 
dresse. 

AdMtt, adj. Adroit, celui qui a de 
Tadresse, dela dext^rit^; habile, avise, 
fin , rus6 , subtil ; sp^cieux. — Foir 
adreii : habilissisme , ingdnieux , indus- 
trieux. — Ess adreti a f6 n'sakoi : 6 1 re 
adroit, avoir de Taptitude, de Tintelli- 
gence k Toeuvre. -- Ct Vci k*t Vpu-z- 
adreii ki I'^aill so Vpu foir : le plus adroit 
Temporte sur le plus fort. — FA bin ess 
adreti po plair a to Vmontt : il faut beau- 
coup d*art pour plaire k tout le monde. 

Adrettoiiii, adv. Adroitement, d*une 
manidre adroite, avec adresse; habile- 
ment, dextrement, sublilement, inge- 
nieusement, sp^cieuseraent. — Ti jow 
adrettmin A btie : tu es Irds-habile au jeu 
de quilles. — El s'a stcht adrettmin foU 
dHnbara : elle s'cst adroitement tir^c 
d'embarras. 

AdreA , s. pr^p. Vis-k-vis, en face. — 
Adreu d*mon Bielimi : vis-k-vis la maison 
Barth^lemi (i). 

Adreftti, V. Rcndrc droit. Voy. Ka« 

drefhtl. 

Advr^, V. (TadeAr, no-z-aduran). Dai- 
gner, condescendre. — On n'a nin aduri 
H ]fr^zint6 on voir d'aiw : on n*a pas daigne 
lui offrir un verre d'eau. 

Adari , V. (J'adurih, no-z-adurihan) . En- 
durcir, rendre dur. — Li chAgn s'adurih d 
Vaiw : le chfine se durcit dans Teau. —FA 
k*U jAnd gin s'adurihess A to Id tin : il faut 
que les jeunes gens s*endurcissent k toutes 
les intemp^ries. 

Adariheeh h AdwrlhmiB^ S. Eudur- 

cissement, 6tat de ce qui devient dur. — 
Uaduriheg dt fiair par li trinp : Tendur- 
cissement du fer par la trempe. 

AdasAf, adj. Tactile, tangible, qu'on 
pent toucher .—L^z-e«pri n*son nin aduzAf: 
les esprits ne sont pas tangibles. 

Adas^ ,v. (fadus8onj*aduze , no-z-adu- 
zan). Toucher, palper, t4ter, frAler. — 
Onn'anin aduzi sovda : on n*a pas touche k 
cela , cela est intact. — On n' s'AreA aduz^ 
riounUr: la lumi^re est intactile, impal- 
pable. — Gna dt maladtie k'on hap to s*adu- 
xan Von Volt: il y a des maladies qui se 
communiquent par le contact. 

(i ) Re dites pas : ou droit de la maimn... 



Digitized by VjOOQIC 



ADV 



16 — 



AFA 



Atium^,aie, adj. Touche, fr61^, f^ch6; 
offense, suscepliblc, bless(^. —ltd vitt 
aduzi : il s'offeuse aisement, il est cha- 
louilleux, il est tendre aux mouches, il 
a la peau tendre, un rien le met aux 
champs, il esld'unegrandesusceptibilite. 

AduBe«h, s. Tact, attouchement , fr6- 
lemeni.-^Kom ciss sitofh d rah a Vaduzech : 
comme cette ^toffe est raide au toucher. 

AdnseAr^s. Emprcinte,tache, marque, 
vestiges. — On rikmh I'adiizeUr di $^ mdci 
deH : on reconnatt les traces de ses sales 

doigtS. Voy. AUsedr. 

Adivoirii, s. Adverbe, modificatif, joint 
au verbe. — DoHsmin , baikd , p^^ c't dd- 
z-advairb : doucement, beaucoup , peu, 
sont des adverbes. 

Advairtanss, adviilrtlhiiilii 6 adTalr- 
4UmiB, s. Avertissement, avis, informa- 
tion; preface, avant-propos , discours 
preliminaire , conseil ; monition , moni- 
toire, lettre monitoriale. — Din6j ri^r 
inn advairtanss : donner, recevoir un aver- 
tissement. — CesS't'inn avairUhmin dd 
Baihdiu : c'est un avertissement du Ciel. 
— Uadvairtismin d'm Uv t t^lftie oci gro 
ki Vltv mainm : Tavertissement ou preface 
d'un livre est parfois aussi volumineux 
que le livre ni^me. 

AdTAird , V. (Tadvairiih). Avertir, don- 
ner avis, informer, faire part. — idvair/i 
a tin par on senn : avertir k temps par un 
signe , par un geste, — S'advairti Von V6U : 
s'entre-avertir. 

Advi^ii^, V. (fadvigilai^), Veiller k, 
surveiller. — Louki d'advigiU horn i fU voss 
intriprtss: veiller soigneusement a votre 
entreprise. 

A-d'vin, adv. Interieurement , au de- 
dans. — Ci fru la t bai d-d'foH, min d-d'vin 
U t viermoukU : ce fruit est beau en de- 
hors , mais interieurement il est vereux. 
-— Vola n*bel facdit di mohonn, d d-d'vin cV 
kom inn heUr : voil^ une belle facade de 
maison, mais Tint^rieur ressemble k uae 
grange. 

AdviiMi,s. Enigme, definition en termes 
m^taphoriques, discours envelopp6, pa- 
role enigmati(}ue, proposition obscure, 
posde ^nigmatiquement; allegorie. — Ad- 
vin^ n*advina: deviner une Enigme. — Sin 
li rHigion, li monU essA-inn advina: sans 
la religion , Tunivers est une Enigme. 

.4dviiiAr, adj. Enigmatique, qui tient 
de Y6mgme.'—Diskottr advindf, discours 
6nigmatique. — Diviss advindf: paroles 
^nigmatiques. 

AdvinAfmin, adv. £nigmatiquemcnt , 
d'une mani^rc enigmatiquc. — Tijclvt todi 
advindfmhi : lu paries toujoui*s cnij^ma- 
liqucment. 



AdYinaii (a V), adv. A Tavenanl, k 
proportion. ~ Om bdcel la a dh bai jvet , 
dd bai'Z-o^U y t to-t-afai a Vadvinun : cette 
fille a de beaux cheveux,de beaux yeux, 
et tout k Tavenant. 

AdYiB^, V. (Tadvenn, no-z-advinan). 
Deviner, juger, pr6dire par conjectures. 
— Advini n*chardtty on ligogrif: deviner 
une charade, un logogriphe. — /t n'so nin 
s&rci po^'Odvin^ soula : je ne suis pas un 
sorcier,un (Hdipe, pour de\iner cela. — 
On n'sdreH advind ratmfr: on ne saurait 
deviner Tavenir. — Advin^ n'bo&tt : dire 
un mensonge officieux. 

Advlneeh 6 .AdYlnnr^le, s. Action et 
mani^re de deviner. — Si melt a faitt di 
Vadvinech : s'exercer k deviner. 

AdTineft, rc00, s. Devineur, qui de- 
vine, qui invenle; oedipe.—Acft'ffUftl d'cM- 
rdUf di Idgogrif: devineur de charades, 
de logogriphes. — Advinc^ d'boAtt : for- 
geur de menteries, de craques. 

AdTini, v. (Iladvin). Advenir, avenir, 
arriver par accident; resulter, s'ensuivre. 
— No ve^an sou k'enn advairet : nous ver- 
rons ce qu'il en adviendra, cc qu'il en 
arrivera. — Enn n'advairel sou ki poret : 
il en adviendra ce quMl pourra. 

Advis^ , V. (fadvisSy no-z-advizan). Avi- 
ser , donner avis. — On Va-t-advizd a tin : 
on lui a donn6 avis k temps opportuu. — 
On so advize bin on sUti : un fou aviso bien 
un sage. — On hena d'vin advize bin inn om : 
un verre de vin aviso bien un hommc. 

A-d'BcAr, pr^p. Voy. Ad-dlselkr. 

Aeftr^ , V. (TaeCraiey no-z-aeHran) . Man- 
ger, travailler k heures fixes. — Si manech 
e todi parfailtmin ae^r6 : dans son menage, 
les heures des repas et du travail sont 
toujours r^guli^rement fixees. 

Af, s. Aphte, petit ulcere qui vient 
dans la bouche. — Ld-z-afson doloreil: les 
aphtes sont douloureux. 

Af4ii, adj. Affable, qui a de Taffabilite; 
accessible, d*un abord facile; bienveil- 
lant. — Noss MaieUr esS't-estremmin afdb : 
notreMayeur (ou notre Bourgmestre) est 
extrfimement affable, courtois. —Avu d^ 
numirafdb: il a des mani^res affables. 

AfAbiist^, s. Affability, am^nit^.— Si 
a^blisid Va fat ainviU d'to Vmontt : son affa- 
bilite lui a gagnc tons les coeurs; son 
ton gracieux, sa courtoisie Tout fait aimer 
de tout le monde. 

AfAbmiB, adv. Affablement, avec affa- 
bilite, gracieusement, courtoisement. — 
Noss kontess ricH to Vmontt apUbmin : notre 
comtesseregoitaffablementtoutlemonde. 

AfAhan, adj. Vieux mot. Voy. Atom^. 

Aral, prep. A mesure que, au fur et a 
mosure. — Pnt a fai : payer chaque fois, 



Digitized by VjOOQIC 



4J 



AFA 



— 17 — 



All 



paver argent complant. ~ Afai Id wangu 
k^k aidan, i Id beA : au fur et k mesure 
qu*il gagne quclquc argent, il lo boit. 

A-i«i, prep. A propos. -^ A-fai d'han- 
trdie, U feie da Mail rpougnoU lU bizaie : 
h propos de liaisons amuureuses , la fllle 
do Mathieu le mancbot s'est laiss^ en- 
lever, 

Afair, s. Aflaire, tout ce qui est le 
sujet d'une occupation ; chose , int^- 
ret , etc. — Marchan ki fai dt bond-z-afair ; 
inarcband qui fail de bonnes aflaires, qui 
est sur le irultoir. — Ifaidd mtdd-z-^ifair : 
il fait de niauvaises afl'aires , ses alfaires 
comnicnccnt h se decoudro. — Cess-t-inn 
iaitl a fair : c'est une affaire obscure , 
equivoque; c'est la bouteilleii Tencre. — 
Fd l^'Z-tifair d'um ott ; gercr, conduire, 
gouveriier, aduiinistrer les affaires d'un 
auU'e. — J'a tan dUifair ki ji n*sd d'ki cesU 
^I'mtc : je snis si affaire que je ne sais oil 
donner li^te. — S? sechi foA dHnu mdl 
a fair : se tii-er d'une inouvaise affaire les 
braies netles. — // on dt-Trafair tcfml : ils 
ont affaire ensemble. — U-z-afair ni mu 
nin : les aff^iires sent en etat de stagna- 
tion. — CV sd'Z-afair e nin le vob9 : ce soot 
ses affaii-es et non les v^lres. — Cess-t- 
inn a fair dot soula! c'est une affaire que 
cela ! c'est une otrartge affaire. — OnOai 
41 fair : un bel objet, une jolie chose. — 
I// om d'afair : mon homme d'affaires, mon 
comniettant, mon mandataire, mon fonde 
do pouvoirs. — Ajan (Tafair: homme d'af- 
faires, courtier, maquignon d'affaires. 

— No pinsan mitU U^z-afair , i c*d zel ki 
no minet : nous croyons conduire les 
choses , et ce sent elles qui nous mdnent. 

Atmirty V. (J^afairdie, no-z-^fairm ) , 
Charger quelqu'un de l>eaucoup d'af- 
faires , le surcharger de Iravaux. — St 
9*0 Vafairl imp , i n'frel rin d^bon : si vous 
lui donncz trop de besogne , il ne fera 
rien qui vaille. 

Afairf, Me, adj. Affaird, occnp6 de 
beaucoup d'affaires ; embesognd. — Vos8 
sikrieA t tro-z-afairl , on n*pou rin fini avou 
lu: voire avocat est trop affair^, on ne 
pent en finir avec lui. 

Afaiii, V. (Tafaiteie ouj'afaitih, no-z- 
afailihan). Habitucr, accuutumer, faire 
prendre une habitude, une coutume; 
agucrrir, acclimater, affailer, apprivoi- 
ser un oiseau de proie. — On dvH^l- 
afaiti It-z-^fan a-z^vrd : on doit habituer 
les enfants au travail. — Mi w^zenu ess-t- 
afaiUie a beiti' »t kwatt tans di kafet : ma 
voisine a coutume de boire ses quatre 
lasses de cM. 

A-f*itt, adj. Habitu^, inilie, capable. 

— Ji n'so nin ko A-fait( di* mnti : je ne suis 



pas encore au courant du metier. -— Ell 
a 8lu bin rati drfaitt del kouhenn : elle s'est 
bient6t mise en ^tat de faire la cuisine. 

AtemaieiiiiM, adv. Avidement, goulu- 
ment, comme un affam^. Voy. RnfA- 

raiemlB. 

Jktmwk^^ V. (J'afnm ou fafamaie). Affa- 
mer, 6ter, retrancher, couper les vivres ; 
causer la faim. — BlokS n'vtie t Vafami : 
bloquer une ville et Taffamer. 

Ateoi^, ale, adj. Affame , qui est sou- 
vent tourment^ par la faim ; famelique. 

— On stoumak afamd : un estomac fame- 
lique. — OteAr afam^, k'aregdi fin : auteur 
famelique (par denigrement ). — Avu 
n'menn afamaie : avoir une mine fame- 
lique, — On led afainS : un loup affamd. — 
GueAie afamaie ni kw(r nin VsAce : k I'af- 
fame tout est bon. -— Vinil afanU n*a not 
ortie : ventre affam^ n'a point d'oreilles. 

A-f^, s. Affaire.— C<'««-/-flw? k'vo n-n'Ard 
a'f& : c'esl k moi que vous aurez affaire. 

— Td n-n'tt't-awou a-pi a Vmaiss : tu as eu 
affaire h ton mattre. 

AfeklAelon ^ Afekieeh, S. Affecta- 
tion, mani^re de parlor ou de faire qui 
s'eloigne du naturel; ostentation. — Kd 
sou afektAcion d'vin st-z-air! Quelle ridi- 
cule affectation dans son ton et ses ma- 
ni6res! Quelle vanity ! quelle emphase! 

Afekiaieniiii, adv. Avcc affectation. 
—PArU, sikrir afektaiemin : parler, ^crire 
avec affectation. — Si moud afektai^^min : 
s'habiller avec affectation. 

Afekt^, v. (rafek on f a fektaie). Affec- 
ter, parler ou agir d'une maniere qui 
s'^arte du naturel ; chercher h montrer 
des quality qu'on n'a pas, — On stil 
afekU : style affcct<5 , emphalique. — 
Manir afektaie : mani^res affect^es, vani- 
teuses , ridicules. — PArU Uhz-afektan : 
parler emphaliquement. 

Aipkteik, cAm, adj, Aff^t^, qui est 
plein d'affectation dans son air, dans ses 
mani^res, dans son langage. — Cess-t-on 
j6nn om tro-z-afektcA divin sd gess : c'est un 
jeune homme trop affects dans ses mou- 
vements , dans ses gestes. — Ell ess-t-on 
p6 afekteAss divin slingach : elle est un 
pen affi^tde dans son langage. 

AfeBBmiii. Voy. AAneek. 

AAeh, s. Alfiche, placard, ^crit, im- 
pnm6 pour aunoncer, designer. — Afich 
di kom^dHe : alHche de spectacle. — Plakl 
dd-z-afich divin toll It row : placarder dea 
afflchcs dans toutes les rues. — Kihiri 
n'afich : d($chircr une alfiche, 

Aiieh^, V. (r afich ou fa flchaie). Affi- 
cher, attacher une ou plusieurs amches; 
placarder, rendrc public. — Afich^ de 
papi: aflRcher, placarder, attacher ^cj 

TOME I. 3 



Digitized by VjOOQIC 



AFI 



— 18 — 



AFL 



placards, des imprimis. — Li jmjmin 
va-t-ess afich6 : le jugement va ^tre afD- 
ch^. — Pdl t Chmicfiess si von marU^ ka i 
son-t-afich^ ( i ) : Paul et Frangoisc vont se 
marier, car Icur annonce de manage est 
afflch^e. — Jdnn f^ ki safich : jeune fille 
qui s'affiche, qui affiche sa l^gdrel^, sa 
honte , qui met le public dans la confi- 
dence de ses desordres. 

Aiieheeh h AflehmiM, s. Action d*affi- 
cher, de placarder. — Fd k-rafickech si 
pale kom dttchoi : le soin d*afficher des 
placards doit ^tre pay^ comme tout autre 
travail. 

Afiehell 9 e^M, 8. Afficheur, cclui qui 
affiche des placards dans les rues. — 
Vaficheilk del komeMe : raffichcur du 
th^dtre. 

Aftdi^, ale, 8. Affid^, celui k qui Ton se 
fie , confident. — Evoi n'afidi : envoyer un 
affid^ , un homme de confiance. — Vo-z- 
esU eunn di si-z-afidaie : vous ^tes une de 
SOS affid^es, de ses confidentes. 

AfliAB . iiBtt , adj. Aigu , pointu. — On 
kougnd afilan : un coin tranchaut. — Toum6 
Viiesg 80 n'pir afilantt : tomber la t^to sur 
une pierre aigue. 

A-iiiet, adj. Filan:enteux, qui a des 
filaments. — Vola del char k'd to-l-a-fiU : 
voitk de la viande filandreuse , pleine de 
filandres. 

AHiont^, V. (fafUoulaie), Filouter, 
voler avec adresse; gripper. — Cess-t-on 
kaponass ki nCa-UafilouU trett pat&r : c'est 
un larron qui m*a gripp6 trois sous. 

Aiiuiiteeh, s. Action et mani^re do 
filouter. — Ess pacSmaiss divin VaMou- 
tech : 6tre pass6 mattre en fait de filou- 
teric. 

Aflloatclk , eikM OU rem*, S. Escroc, 
filou, larron. — On Va-UarHi kom afi- 
1oute4 : on fa arrSl^ comme faisant le 
metier de filou. ^ 

AOiontr^ic, s. Filouterie, escroquerie, 
larcin. — Li janfess m'a vhip6 m'bnk par 
afiioutrHc : Ic larron m*a grippe ma bague 
par un tour de maftre Gonin. 

AiiM, conj. Afin, marque le but qu'on 
se propose. — Piian VBondiu afin dt 
wanfiiit sd grdss : prions Dieu afin d'ob- 
tcnir ses grftces. — PdrU bai afin de Vra- 
pd(l6: dites-lui des douces paroles pour 
fapaiser. 

Afiii^, V. (J'afenny no-z-^finan), fibouil- 
lir, diminuer h force de bouillir; ^purer, 
consommer. — Voss bouion t tro-z-afin^; il 
d divnou kom del sirdp : votre bouillon est 
trop ^bouilli , il a la consistance du sirop. 

AfiBeeh , 8. Action de diminuer k force 

(4 ) On (lit il Vcrv'icrs *. % ton $9 I'planch al jott. 



d*^bouillir ; consoinmation. — - Par tro 
d'afk^ch li bolt n'vd pu rin : le boeuf trop 
obouilli ne vaut plus rien. 

AOMi-ki, conj. Afin que, pour que. — 
Ji v'di soula d/iss-ki vo Vstpiss : je vous dis 
cela afin que vous le sachiez. 

Mkmfi^ ($') , V. (Ji m'aflstol ou ji m'a- 
fistolaie). S'atinter. — Ji m"a n'goil afistoU 
pO'Z-aU al fiess : je me suis un peu attifee 
pour aller k la kermesse. 

A-fl«h, adv. Beaucoup, abondamment, 
k foison , par flots , excessivement. — 
Ciss'l-dnnaie gna dd kronpir a flah : celle 
ann^e, il y a des pommes de terre k 
foison. 

AflAwi, V. (TaftAwih, no-z-afidwihan). 
Afiaiblir, rendre faible; d^biliter, rendro 
debiie ; debiffer , extenuer , effeminer , 
enerver. — AfUtwi on maldtt po Vriweri : 
affaiblir, dc^biliter un malade pour le 
gu^rir. — Li d'bdch afidwih li koir : la do- 
bauche affaiblit le corps. 

AiiAwiiMiB^aBU, adj. Affaiblissant , 
qui affaiblit; d^bilitant, cachectique. — 
Po U maladHe di koilr^ i fa di fmdtt afid- 
wihan: pour les maladies du coDur, les 
andvrismcs, il faut des rein^des d^bi- 
litants. 

AflAiitiheeh ^ AflAwlliinlii, S. Aflai- 
blissement , debilitation , extenuation , 
cachexie , prostration. — Vafluuihmin d^ 
koir, del vol, del vuw : faffaiblissement du 
corps , de la voix, de la vue. 

Afleikri h Aflori, V. (Tafleuhh oufaflo- 
rih). Aflleurer, r^^duire deux corps con- 
tigus k un m^me niveau; planer, unir, 
^galer. — AfleUri on tapkou d Uvai del row : 
afileurer une ti*appe au niveau de la rue. 

Afleftriheeh ^ AfloArlkmln, S. Action 
et mani^re d'affleurer. — Uafiedriheg di 
ded terdss : action d'affieurer deux solives. 

Aflieh, s. Aflliction , chagrin , etat de 
tritesse et d'abattoment d'esprit. — Fd-t- 
Hur6 Id-z-aftieh k"i plai-t-d Bondiu d'no-Z' 
avoi: il faut savoir supporter les afflic- 
tions qu'il platt k Dieu de nous ^nvoyer. 
—Ess rich di tonai d'afiich ^ d'lrawi huflet : 
6tre riche de maintes tribulations et do 
futiles objets; avoir plus de dettes quo 
d*argenti 

Aflieh, s. Bardane, plante k flours com- 
pos^es et k folioles crochues ; elle s'at- 
tache aux v^tements. Voy. Fiakon. 

Aflijaieiiiiii, adv. D'une manidre nffli- 
geante. — Ld maladiie no-z-oU't-akdbUafii' 
jaiemin : les maladies nous ont doulou- 
reusement accables. 

AfliJ«B9«iitt, adj. Aflligeant, qui af- 
flige ; ddsolanl. — Akcidinaflijan : accident 
aflligeant. — Aflijantl novel: nouvoUe aflli- 
geante , navrantc. 



Digitized by VjOOQIC 



— 19 — 



AFO 



AFR 



tiiijt, V. (Taflkhonfapijeyno-z-aflijan), 
Ainiger, causer de raflliction , de la dou- 
leur; attrister, navrer. — Si mdleUr m'a 
fmneAsmin a/Ujt: son malheur m*a pro- 
fond^ment afflige. — S'aflijt del moir di 
s'liMm: s'affliger, se d^soler, se con- 
ti'ister de la mort de sa m^re. 

Aflljt,He, s. Eslropi^, impotent, in- 
curable, inflrme. — AcisU Id p&V'Z-afligi 
ki fCon pu ni bress ni janb : secourir les 
pauvres incurables qui sent perclus des 
bras et des jambes. — Din6 Pdm&nn a n'pdv 
a/lijde: donnez TaumAne h une pauvre 
iutfrme. 

AfllkclOB, S. Voy. Aflleh. 

Afiori, V. Affleurir. Voy. Aiieftri. 

Afloiiw^, V. (Tafbw, no-z-afhuwan), 
Afiluer , survenir en grand nombre. — 
Ld'Z-^tringir afiauwd't-a Spd ; il y a af- 
fluence d^dtrangers h Spa. 

A-foiwi, adv. A foison, beaucoup, en 
grand nombre. — Gna dtjoit a-foiss ciss- 
t'dnnaie: il y a abondance de choux cette 
ann^e. ~ A Uch, i gna-l-Orfoiss dd bon-z- 
ovri: Liege foisonne en bons ouvriera. 

AfoiM, V. Renforce. — D/ei v'z-afom! 
Dieu vous garde ; je vous salue ! 

Afoiaie,s.Choseextraordinaire,inouTe. 
— VWfl n'afolaie ! Voil^ une chose Strange, 
surprenante ! 

Aroi^, V. (Tafolaie), Fouler, estropier. 
— El s'art-afolS on gnair: elle s'est foul6 
UQ nerf. 

A«»ie«k h AtoicAr, 8. Foulure, contu- 
sion d'une partie foul^e; mutilation, 
hlessure , nerf offens^. — Riweri rCafo- 
le^r: gu^rir une foulure. 

Afsondir^, V. (Tafondraie , no-z-afon- 
drm). Effondror, fouillcr et remuer, en- 
f oncer.— Ftf sovin afondrd Idpireilzd fair : 
on doit souvent elTondrer les terres 
pierreuses. 

Afondrlhech d AfoBdrlhOilii , S. Ef- 

fondrement, action de creuser profond6- 
ment la terre. — Uafondnheg dd kaiewM 
tair : Teifondrement des terrains cail- 
louteux. 

AfoM^, V. (Tafonss, ruhz-afiman). 
Enfoneer, pousser au fond ; creuser. — 
Afonsd d*vin U brofdl : enfoneer dans la 
boue , s'embourber. — Li balai a-t-afonci : 
le bateau est coule h fond , est coul6 bas , 
a chavir^. — Am U-z-oiAe af<ms6 : avoir 
les yeux enfonc^s , creux , deprimds. 

AfoB0«eh, AfoB««ftr h AfoMsmlB, S. 

Enfoncement, action d*enfoncer; creux, 
cavity, trou, vide; depression; crique 
(petite baie). — Gna baikd d'afancihech 
divin CIS patfoie /a : il y a beaucoup d'en- 
fon^urcs dans ce pave. 
Atmrmm, sBii, s. Stranger, survcnanl. 



— Gm pless b amagni po U-z-aforan : il y 
a place et k manger pour les survenants. 

Afor^, V. (Taforhfafbraie), Mettre en 
perce. Voy. Aiirokt. 

Afor^, ale, adj. Pr^somptueux , avan- 
tageux. Voy. haiib. 

Afoaweek, s. AfTouage , droit de 
prendre du bois dans une fordt pour se 
chauffer. — Ldpaizan di hamdjouwihet d^ 
drHl d*afoumch : les paysans du hameau 
jouissent du droit d*affouage. 

AfmBki, V. (Tafrankih, no-z-aftan- 
kihan), Affranchir, rendre libre; d^- 
charger, exempter. ~ Aftanki n'esklAf: 
affranchir un esclave, lui accorder sa 
liberty. — Afranki nlett : affranchir une 
lettre. — Onbon mestt afrankih del mizir : 
un bon metier garantit de la mis^re. 

Afraaklkeek 6 AfraaklkmlB, S. Af- 

franchissement , action d'affranchir ; ga- 
rantie, d^charge. — Afrankihmin dHnn 
kit : affiranchissement d*une lettre. — 
Aflrankihmin d'inn eskldf: manumission, 
affiranchissement d'un esclave. 

Anreft,eft0«, adj. Affreux, 6pouvan- 
table, horrible , hideux. — Touw6 s'pir ou 
8*mSr, c*e8S't-inn sakoi d^afreH : le parri- 
cide est un crime abominable. — Ta di 
n'afreHtss bom : tu as dit un mensonge 
affreux. — Kwan on-z-ess-Ut VmiziTy to-t- 
afai ess-t-afreHi : tout est affreux dans la 
pauvre te. 

ArreA, eft00, adj. Considerable, im- 
mense, prodigieux. — GnaveH n'afrcA 
montl al porsdcion : il y avail une foulc 
immense k la pi*ocession. — M afreUss 
conv^ di gin po vH pac6 Vprinss ! quelle 
enorme circulation se porte sur le pas- 
sage du prince ! 

AfrelksiniB , adv. Afflreusemcnt, horri- 
blement, ^pou van tablemen t. — Onbrdiiv 
afi'e^min : on criait horriblement. — 
/ fm-t-afireUsmin lai : le temps est affreu- 
sement mauvais. 

AfreAsmiB , adv. Extraordinairement , 
consid^rablement , excessivement, im- 
mens^ment, prodigieusement. — OHle^ 
i fai't-afletismin bai : aujourd*hui il fait 
extraordinairement beau. — Gnave^t- 
afreAsmin de gin : il y avait un nombre 
considerable de personnes. 

AfrikABB, s. Rose d*lnde, sorte de 
fleur jaune. — Av dd-z-aftikdnn d voss 
jdrdin? Ayez-yons des roses d*Inde dans 
votre jardin ? 

AffHkot^ , v. (TaflikoH onfaftikotate), 
Affrioler, attirer par quelque chose 
d'agreable au goOt, ou par des prdsents. 

— Ji Id-z-a/rikota avon di ehdpatnn t n'bo- 
leie di trinie kwatt : je les affriolai avci- 
des grivcs et une boulcille de 34. — Vo 



Digitized by VjOOQIC 



AFU 

//// prdzin ott't-afiikoU Bebctt : vos petits 
presepts ont affriol^ Dabet. — S*afrikoti : 
se pimper, s'habillcr d'une maniere 
attrayanle. 

Afroi, V. (raft'du\ no-z-afrotan). filar- 
gir, faire prC'ter; facililer; mellre en 
train , decrasser. — Afroi dt wan , dt soU : 
assouplir, faire pretor des gants ou des 
souliers; leur faii^ prendre la forme de 
la main ou du pied; les ^trenner. — Fo/a 
me hozai afroi : voil^ mes gu^tros assou- 
plies. — Afroi n'aprindiss : d^grossir un 
apprenli. 

AnroTeeh, 8, filargissement , appr^t, 
action d'assouplir. — Ce Vafroiech U rin 
de soU dhdie a mett : e'est en assouplis- 
sant d'abord des souliers, qu'on les rend 
faciles k chausser. 

Afron, s. Affront, injure, outrage de 
paroles ou de faits; avanie. — RicUr inn 
aft'on : essuyer un affront, une rebuffade, 
un camouflet. — Jfrfwr^ n'afran : boire, 
avaler, digerer un affront. — ra iMi ciss- 
i-afron la so H stoumak : j'ai toujours eet 
affront sur le cocur, je ne puis le digerer. 
— UamiiU d*on vdrin etts-i-inn apron po on 
brav om : I'amiti^ d'un vaurien est une 
injure pour un honnetehomme.--L'/r//'o« 
ni s'ronvdie mdie po to^ enn nt d'meUr todi 
dt mark : Taffront ne peut entiere- 
ment s'oublier, la cicatrice en demeure 
toujours. 

AlTronuiieiitin , adv. Effrontement , 
iinpudemment, insolemment, impcrti- 
ncmmenl. —Louki afrontaiemin : regarder 
cfTront^ment. — Vo v'divh6 tro-z-afran- 
taiemin : vous vous cxprimez trop 
arrogamment. 

Atrout6,aiejS, Effronte, impudent, 
insolent, os^. — Taiss-tu^ Vess-l-on p'ti 
afi'ouU : tais-toi , tu es un petit effronte, 
un petit impertinent. — M afronlaiel 
Uuelle egueulee ! — £»« afronU kom on pag 
di koHr : 6tre insolent comme un page 
de cour. 

Afroitt^, V. (Tafronti o\x fafrontaie). 
Afi'ronter, troraper sous prdtexte de 
bonne foi. — • AfronU n'bdcel : tromper, 
suborner, seduire une fiUe. 

Afronteft, eAM, s. Affronteur, celui 
qui affronte , qui trompe. — On Vkimh 
po n'afronteHy dhntfUthzt: on le connatt 
pour un affronteur, m^fiez-vous-en. 

Affronir^ie , s. Effronterio, insolence, 
imprudence, arrogance. — Ji H le-z- 
afrontreie: je hais les effronteries, fcs 
impertinences. 

A-fra, adj. Fruitier, qui poile du 
fruit. — Vo waitt son plinie d'db a-frn : vos 
prairies sont pleines d'arbrcs fruitiers. 

Afu,S. AfflU. Voy. Acrl. 



20 — 



AGA 



Af6i^, V. (raful OMfafulak), Affubler, 
couvrir, envelopper la tcte, le corps, do 
quelque v^lemenl. — Xola n'pdv feum 
k'eM't-iifaiak d s'koH : voili une pauvre 
femme affublee de sa jupc. — S'afM d 
s'mantai , t s'viantulet : s'affublcr de son 
manleau , de sa niaute ou mantelet. — 
AfM d'on sdiai d'aiw so Hiess : vei'ser un 
seau d'eau sur la tete de quelqu^un. 

Afikieeh OU AfAiaiin , s. Affublement, 
habillement , voile; ce qui couvre la tele, 
le visage , le corps. — Divin kH afulecii 
ki vo-t'la I dans quel bizarre affublement 
te voili! 

AfvbieAr y s. Mante, ancien habillement 
de femme en soie ; mantelet. — Mi hel afH- 
leUr di sdie^ diMfmi granmir : ma -belle 
mante de soie , disail ma grand'mere. 

Af6t^, v. (Tafm on fafiUaie), Affater, 
disposer le canon pour tirer, metlre une 
pi^ce en batterie. — Lt kanon son-t-afAU 
t toprett a iiri ; les canons sont disposes 
en batterie et tout prets k tirer. 

Ar«i«€h, s. Affi&tage, action d'affOter 
un canon. — - / fa pat ottan po Vafitech : 
il faut payer tant pour Taffdtage. 

Ag», s. Aga, commandant turc, offi- 
cier des janissaires. 

AsA, s. Schiste houiller, pierre qui se 
separe par lames et par fcuilles et qui 
sort d'engrais aux vignobles. — Of* Hair 
a VagA : montagne ou roehe schistouse. 

A-sAcii, adj. Attitrd, ii gages; gagiste, 
mercenaii^e. — Tdmon d-gach : temoiu h 
gage , t^moin attitr^. 

Agaet, v. (Tagass oxxfagaQaie). Agacer, 
aniraer, exciter; chercher ii plaire par 
des regards, des gestes, des manidres 
attrayantes. — No-z-agasran Cokoss, el 
pinss iro Ion : nous agacerous PentecOle ; 
elle est trop pensive. 

Agadle ^ Agadroii^, v. (Tagadlaie, 
fagadronme) , v. Affubler, envelopper , 
entortiller. — Kom vo-t-la agadlaie, bdcel! 
comme te voilk atintee, jeune FiUe ! 

A^ai, s. Aguets, guet; embuscade. — 
Si mett A-z-agai po pici on wleUr : se tenip 
aux aguets pour saisir un voleur; ^tre 
aux ^coutes, ^pier, observer. 

AsATem^i^, V. (J'agAiemHaie). Sou- 
tirer de Tagent. — Ld filou agdiemttel 
Id'Z-aidan dt iro bonass pmzan : les Hlous 
soutiront Targent des paysans trop b6- 
nevoles. 

AsAiein^teA, s. Enj61cur, qui sur- 
prend et qui attire par des paroles flat- 
tenses. — El s*a lei tgaioM par itm 
agdiemtteH : elle s'est laisso tromper par 
un enjOleur. 

AgiiTofti6,v. Empaumer. V. i:s«Toiki^. 

Agaii, Ho, adj, D^>gag(5, elegant, mi- 



Digitized by VjOOQIC 



ACN 



— 2! -^ 



guon, gcnlii, avenaul, semillant. — Dd 
bai-z-agali soU : de beaux soulicrs bien 
tlegages, mignons. — Dd-zntgal^d boU- 
kcnn : dcs bollines bien elegantes , bien 
Hiignonues. — Tate agalHe : taillc svelte. 

Asanmin, s. Agaeement , sensation 
(Ifsagreable d*un fiuit acide. — Agasmin 
d'din : agacenient de dents. — Agasmin 
d'ijnair : agaeement , irrit;)tion de nerfs. 

.igati, s. Agate, pierre precieuse deini- 
Irnnspaiente; ealcedoine, pierre calcd- 
dunieuse; sardoine; onix. — Li tiesa di 
JSolru'Dum gravaie so inn agntt dniks : la 
tcte de la salute Vierge gravee sur une 
agate onix. 

4s«(t, s. Agnlhe, nom de femme. — 
On inett asteur Id r^pintenu a Sinte-Agatt : 
les recluses pour cause de demence sont 
aujourd'hui in Thospice Sainte-Agathe (i). 

A-s^ian, abu, adj. Gigantesque, qui 
ticnt du geant; colossal , extraordinaire, 
di^mesure, prodigieux.— S/«-Ari«(0/*i'«/«'ii 
ti'inn taie a-g^anti : Saint Christophe etait 
d'une taille gigantesque. -— GnaddcMgn 
k'i soH't-a-ijHan : il y a des chines qui sont 
d'une hauteur prodigieuse. 

Ag^ncch, s. Genuflexion, acte reli- 
gieux par lequel on flechit le genou; 
prosteruation. — Lagenech d d'Hk^ hvan 
on pass divan rSin-Sakramin : la genu- 
llexion est obligatoire quand on passe 
devant le Saint-Sacrement. 

Ag^mt (s'), V. (Ji m'agcnn, no no'z- 
ag^an), S*agenouiller, so nieltre k ge- 
noux; se proslerner; faire une genu- 
flexion. — Kwan Vpiiess liv li Bondiu , to 
Vinonll s'agenn ; a Tei^vation , tout le 
inonde s*agcnouille. — Lt chamd t le-z- 
^'i'fan s'agenei : les chiiraeaux et les dl6- 
pimnts s'agenouillent. 

Afttoir^, V. (Tagisirnie), fitablir, 
prendre gtte. — Ell a v*nou s^agUtri t 
noss mohonc , Mzi magrd no-z^U : elle est 
venue slmplanter dans notre famille pour 
ainsi dire malgrd nous. 

Agtotin^ , V. (J'aglotenn ou faglotinaie). 
Afl'riander, aflVioler, rcndre friand, ex- 
citer par la bonne ch6re. — Voss bon rosbif 
m^a-t-aglolini : voire succulent rosbif m'a 
alTriande. 

Agioiinerh, s. Action et mani^re d*af- 
friander; appAt. — Uaglotineg gait Ib-z- 
tfnn : on gAte les enfanls k les alTriander. 

Agn, s. Ane, bete de somine a longues 
oreilles, plus petit que le cheval, b<^te 
nsine, grison; chantre, roussin d'Areadie. 
— PoAiiin d*inn Agn : Anon, bourriquet. — 
Jgu bacetl : bourriquet, petit Anon. — Set 
d'dgn : bAt d'uu Ane. — Ldlvli& dlnn fign : 

( I Kfert fi ffmn d Ir^ai de Painli ? CV SlntcA fiafl. 



AGR 

licol ou licou d*un Ane. — - Li cheg dlnn 
dgn : An^e, charge d*un Ane. — SeU i dicdU 
n*dgn ; bater et debAler un Ane. — Sdvach 
dgn : onagre , Ane sauvage. — Udgn brai : 
rAne brait. — Li henihon d'inn dgn: le brat- 
ment d'un Ane. — F6 li vH k*il ess-t-inn 
dgUy hi s*idgn n't k'inn bivss: faites lui voir 
que son Ane n'estqu'une bete; montrez 
lui son bee jaune. 

Agnemm, s. Ancsso, feuiello de TAne; 
bourrique. — Dt It^ai d'Agiwss : du lait 
d'Anessc. 

Agncfh ou Agmii^ s. Anier, celui qui 
conduit des Anes. — Ld-z-dgncH son kdzi 
turio de mMgt d-VArdcnn t del Kondro : les 
Aniers sont presque tons des messagers 
de I'Ardenne et du Condroz. 

AsBeA, s. Ayeneux, commune du can- 
ton de Fleron, a 10 kilom. de Herve et 
de Liege. Pop. 980 hab. Sup. 385 i/j hect. 
— Li bni chestai d* Wdgimon e so lair dWgneA: 
le beau chAleau de Wegimont est sur le 
territoire d'Ayeneux. 

A^Bi^i V. (Tdgnel oufdgnlaie). Anon- 
ner, no lire ou ne reciter, ne repondro 
qu'avec peine, qu'en hesitant. — Vola pa 
d*si men ki ra-t-d skol, t i n'fai co kVignli^ : 
voilkplus de six mois qu'il va k Fecole, 
et 11 ne fait encore qu'Anonuer. 

A^notkii^, V. Amadouer. Yuy. Ama- 

AgoDesn. Voy. IVanevi*. 

.i^nr^ie, s. Anerie, faute commiso 
pnr ignorance ; ^alourdisc. — // a fat la 
n'fameUss d{;nrtie : il a fait la une fieie 
Anerie. 

.%SB«Mi, s. Agnus, figure en cire ou 
en broderie, representant un agncau et 
benite par le Pape; petilc medallie en 
cuivre figurant un saint poi'sonua^e ou 
un symbole quelconque religieux. — De 
tin pacd , Id bcguenn dini dd btit p't'ite-z- 
agnuss A skollr k'avi bin di leA katricem : 
anciennemcnt les religieusos donnaient 
de beaux petits agnus aux ecolieres qui 
avaienl bien recite le calechisme. 

Af;nii((0.n6t, s. Agnus Dei, point de la 
messe inuni^diatement avnnt la commu- 
nion. — Vola Vmess kdzl foUy oiKHHs-t-a 
Vagnnss-Dti : voila la messe presque Dnie, 
le pretre va communier. 

AgoilnA, s. GoufTre oil Feau s*engloutit. 

Agdnt, v. (TagAnihy no-z-agdmhun). 
Agoniser, ^tre k Tagonie. — Kwan fa kwit6 
Vmaldtl , il agdnihdf: quand j'ai quitte le 
malade, il agonisait. 

AsOnihan, mbU, s. Agonisant, qui 
est h Tagonie. — Dir le patair di-z-ngdni- 
han: dire les pri6res des agonisants. 

AgrArff, V. (Tagrdss v fagravdie, no-z- 
fiffinriitn). r.rarier, faire grAcc h un cri- 



Digitized by VjOOQIC 



2i - 



AGR 



AGU 



niincl, lui remettro sa peine— On-z-espair 
ki I'konddniU sbrt-t-agraci par H Rot : on 
esp^re que le condamnd sera graci6 par 
le Roi. 

A^rafA, s. Agrippa, nom d*un auteur 
qui a ^crit sur la physique et la philoso- 
phie occuUe. — Li liv AgrafA : le grimoire 
des sorciere. — / s'Hin avou VDial , H a 
riivAgrafd : il est en correspondance avee 
le d^mon , il poss6de le livre d'Agrippa 
(erreur populaire). 

Agrmtij V. (fagmfbfagrafaie). Agrip- 
per, arracher brusquement , saisir. — 
Agrafe foAddmin: arracher des mains; ex- 
torquer, se rendre coupable d'extorsion. 

Ayrait, V. (Tagraky tuhz-agraian). 
Amincir, rendre gr^le; att^nuer.-— Agfraii 
ott pd : amincir un pieux. — L^ damzel si 
koirset voltt po s'agraii : les demoiselles 
aiment de se serrer dans leur eoi^set 
pour s'amincir la taille. 

Agrandiy V. (Tagrandth^ no-z-agran- 
dihan), Agrandir, rendre plus grand, plus 
etcndu ; accroftre , augmenter. — Pdk-a 
p6, fd't-agrandi m^ bin : peu h peu, j'ai 
agrandi mes propriet^s. 

AgrABdllhech 6 AgraBdUhmlB , S. Ac- 
croissemeut, augmentation. — Ji rfed Va- 
grandiheg di nCcinss a inn dritech : je dois 
Tagrandissement de ma ferme h un he- 
ritage. 

A-gran-Mnn ; adv. A grand* peine, 
malaisemcnt , difficilement. — Cesg-t-a- 
gmn-p6nn s*il esH-t-^vdie : c'est k grand'- 
pcine s'il est parti. 

Agrap, s. Agrafe, crochet de fer qui 
entre dans un anneau qu*on appelleporte, 
et qui sort h attacher ensemble differentes 
choscs; crampon de fer pour retenir des 
picrres et autres ol)jets(i). — Di*/"^ «V 
grup : Oter, detacher une agrafe. —- 0» /< 
a d'nd on Itv avou dd-z-agrap d'Argin : on 
lui a donn^ un livre avec des fermoirs 
en argent. 

Asrap^ e Asrapi^, V. (Tagrapyfagra- 
pale cfagraptaie). Agrafer, attacher avec 
unc agi*afe. — Agrapdm mi mantaiy sif-plai: 
agrafcz-moi mon manteau, s*i[ vous platt. 

Af^raiwt 6 .%graw(^, V. (Tagraw e fa- 
grawtaie). Grippcr, allraper subtilcment. 
— On U a-t-agrawtd sd wan : on lui a grippd 
ses gants. 

Agr^t, V. (TagrdiCy no-z-agrdian ) 
Agrocr, recevoirfavorablement; accueil- 
lir, admettre. — Ki PBondiu v6le ogrH no 
pdtair : Dieu veuille agr^er nos pridres. 
— Souia n-m^agr^ie nin : cela ne m*6gr6e 
pas , cela me d^sagr^e. — Fd li me kon- 
plumin. . . AgrMUdis'pAri faites-lui nics 
compliments. . . Agrc^ez Ics sicns. 

( I ) Ne ditc» i»as vnc accroche. 



Agi^iAb, adj. Agn^able, plaisant, gra- 
cleux, divertissant. — On tin agriidb : un 
temps agrcable. — Agr^db dime^ : habi- 
tation agr^ble. 

Agr^iAbmiB , adv. AgT^blement, plai- 
samment, d*une mani^re gracieuse, di- 
vertissante. — Ji so-t-agr^dbmin legi: 
je suis agreablement log^. — Dimmi sin 
rin fiy ci n'^ nin agrHdimin viki : rester 
oisif , ce n*est pas vivre agreablement. 

Agr^iAeUn, s. Admission, agr^gation 
dans un corps, dans une compagnie. — 
Oft-2-a stu kontt si agrcidcion : on 8*est op- 
pose k son agregation. 

AgrhUkiy adj. Qu*on pent agr^er. Voy. 

AkeeptAf. 

Asr^iemiM, s. Agr^ment, omeftient 
aux habits et aux meubles ; milleret. — 
Ci fdtedie ki^tronoUyi fdreH kik^-agrHe- 
mtn ; ce fauteuil est trop uni , il aurait 
besoin de quelques agrdments. 

Asr^icmin , s. Agrdment, approba- 
tion , consentement. — it n^vou tin f6 sin 
Vagrdiemin del kipagnHe ; je ne veux rien 
faire sans Tasscntiment de la compagnie. 

Agr^miD, s. Agrement, plaisir, satis- 
faction. — Trouvrt-i'i d-Vagremin ^ viech 
wiss k'il tf Trouvera-t-il de Tagrement 
dans le village oii il est? 

Agret, s. Courage, Anergic, volenti^ 
d'entreprendre; provenance, attention, 
dgard, complaisance, condescendance. 
— Vb n'avd nin tan sedlmin Vagret dd dir 
bonjo^ : vous n'avez pas seulement Tat- 
tention de dire bonjour. — / n'a not agt*et 
po tin [6 : il est nonchalant, il n*a pas le 
courage de rien faire. 

Agrifc, V. (J'agrifoH fagrifaie), Agrip- 
per. Voy. Agrar^. 

AgrUan^antt, adj. Agissant, actif, 
laborieux, hardi. —Cess't-inn om agrijan^ 
i reiddhret: c'est un homme entrepre- 
nant et rdsolu, il rdussira. — Si pHite 
feum ess-t-agrijantt oci : sa petite femmo 
est aussi active et laborieuse. 

Agrijt, V. (fagrichy no-z-aghjan), 
Empoigner, prendre aux cheveux; se 
colleter, se tignoner, se harper. — Gna 
ded har^jress ki s'on-t-agrijt : il y a deux 
harengdres qui se sent prises aux che- 
veux. 

Agn^ri, V. (Tagutrih yno-z-agu^ran ou 
no-z-agutiihan). Aguerrir, accoutumer 
aux fatigues de la guerre , ou ^ quelque 
autre chose de pdnible. — Yoss gdndrdl 
a-t-awou bin rait agntri st sdddr ; votre 
gdndral a eu promptement aguerri ses 
troupes. 

AgnefffM, s. Pie, agasse ou agace; 
oiseau do plumage blanc et noir, de la 
grosseur d'un pigeon. — Jdzd kom inn 



Digitized by VjOOQIC 



25 — 



AHA 



agufM : jaset* couiine une pie borgno. — 
Gt^v li'Z-aguess chawtd? Entendez-vous 
ies pies jacasser? — MoudrikeH d'aguess : 
pie-gri6che. 

A8«es0 , s. Cor au pied , sorte de du- 
rillon qui vient aux pieds. — Hikdp4 
sS'Z-aguess : couper ses core. — Rdi 
U'Z-^guess : extirper Ies cors. — Rik(^ii 
ou rdkA d*agues8 : artiste pedicure. — 
/ plo^ret, mt-z-aguess chanlet: mes core 
m'annoncent la pluie, its me foot mal (i). 

Asaiett, s. Aiguillctte, tresse, cordon 
ferr6 par le bout. — Fdrom d'aguiett : 
ferret d^aiguillette. — Di-z-aguteH firaie 
d'Argin : des aiguillettes ferries d'argent. 

— PtrH d^aguieit : aiguilletier , ferreur 
d'aiguilletles et de lacets. 

AsuBtin , s. Augustin , nom d'homme. 

— Sin-z-Agti^iin esteit Pfi da Sintt-Monik , 
il a 8tu hati%6 a Vag di trinte-deH'Z'an : 
saint Augustin ^tait fils de sainte Mo- 
nique ; il a ^te baptist h Tdge de 32 ans. 

Asnatin, enii, s. Augustin, religieux 
de Tordre de saint Augustin. — Ld gran-z- 
dgmtiHy It p'ti-z-dgusiin : Ies grands au- 
guslins , Ies petits augustins. 

Ah, s. Aise, loisir, satisfaction, ai- 
sance. — Prinit sd-z-dh : prendre ses 
aises, se mettre h son aise, se goberger; 
manquer aux convenances. — On n'a nin 
iott s^z-dh a ci montt : on n'a pas toutes 
ses aises, toutes ses commodites,dansce 
monde. — Ivika sHdk : il vit h son aiso, 
dans Faisance , opulemment ; il vit chez 
lui paix et aise, il a Ies pieds chauds. — 
Ji fret soula a m'i&k : je ferai cela k loisir. 

— Melt inn sakt a s'idk : mettre quelqu'un 
Il son aise, Fencourager, emp^cher qu'11 
ait de la timidity ou de Tembarras. 

Ah, 8. Aix-la-Chapelle, ville des fitats 
prussiens, capitale de la province du 
Bas-Rhin. Pop. 39,000 hab. — Li moss 
(TJh : la montre des reliques h Aix-la- 
Chapelle. Voy. mom. 

Aha, int. Ah ! ah ! Ha I— Aha! vo v'cial: 
ah ! vous voici. 

Ahaft^, V. (Tahaftttk). Accrocher. — 
^ vantrin s^a-i-ahafti a n'sipenn, b s'a fat 
OH dnk : une 6pine k laquelle son tablier 
s'est accrochd y a fait un cinq. 

Ahaff«eeh 6 AhaffteAr, 8. AccrOC, d^- 
chirure. 

AhAt, V. (TaMle), Agr^er, plaire, 
revenir. — Ciss-t-im la ni m*ahAie nin, i 
tn'a Vair d'on kaponass : cet homme ne 
m*agrde pas, ii ne me revient pas bien, 
il m*a Fair d*un maraud. 

AhAKam, anu, adj. Attrayant, qui 
platt, qui int^resse. —Kom li tin ess-U 

( 4 ) R J'ai es ans , disait une dame , ot je n'ai pas encore 
«ne Mule pie. • 



AIIE 

aMlanJipdtret oule : comme le temps se 
prepare bien, je partirai aujourdhui. 

— faparsUva n'pitxie grigoiss k^esteH't- 
ahdittntt : j'avisai une petite donzelle qui 
^tait int^ressante. 

A-hate, adj. £cailleux, qui se Idve par 
failles, par plaques minces; lamella et 
lamelleux.— J'a-^att^cm Fbress to-z^-hau: 
j*ai eu le bras tout ^cailleux. ~ Avu Vpai 
deiir t a-haie : avoir la peau dure et 
dcailieuse. 

AhA¥e, 8. utility, aisance. — Gna bin 
dd'Z-ahdUe d voss kMi : il y a bien des 
utilit^s dans votre appartement. 

AhaM, s. Semis. — Vela on miiva tin po 
Id p'ti-z-^han : voilk un temps defavorable 
auxpetils Idgumes croissants, aux jeunes 
plantes d^licates. 

A-hap, adv. A peine. Voy. A-hip. 

Ahardi, v. (fahafdih , no-z-ftliardihan), 
Enhardir, rendre hardi ; encourager, ex- 
citer. —Ahardi n'saki a-z-ali pdrU A Roi : 
enhardir quelqu'un h alier parlor au Roi. 

— Noss j(mn vikair s^a-i-ahardi di prdchi : 
notre jeune vicaire s^est enhardi k pr6- 
cher, a pris la resolution de pr^cher. 

AhasAr4aieiiiiB,adv. £ventuellement, 
hasardeusement, d'une mani^re hasar- 
deuse; avec risque, avec peril; dange- 
reusement, temerairement. — M fd ml 
intripriss akazdrdaiemin : ne faites nulle en- 
treprise hasardeusement, imprudemment. 

AhasArd^, v. (Tahazdrdaie), Hasardor, 
risquer, exposer au p^ril; aventurer. — 
Ahazdrd6 si-z-^idan , si fnomaie , si vHe : 
hasarder sa fortune, sa reputation, 
sa vie. 

AhasArdeA, eAM, adj. Hardi, qui 
hasarde volontiere sa pereonne, sa for- 
tune; hasardeux, dangereux, aventu- 
reux , ^ventuel. — Gna dh joweA ki son 
tro-z-ahazArdeH ; il y a des joueure qui 
sont trop hasardeux. — J'a fai inn aha- 
zdrdeH kd, inn ahazdrdeUss intripiiss : j'ai 
fait un coup hasardeux, une entreprise 
hasardeuse. 

Ah^^r, adj. Accommodant , obligeant , 
officieux, serviable, commode, utile, 
ais^. — Om ahtodf : homme officieux , 
utile ; mari commode. — Feum ahecdf : 
femme serviable, officieuse; femme 
galante. 

Ah^^rmin, adv. Commod^ment, uti- 
lement. — Vzravi aringt voss mohonn 
ah^Cdftnin : vous avez arrange votre 
maison d'une mani^re commode et utile. 

Ah6ct, V. (J'ahess ou fah^ce, no-z- 
aUoan), Accommoder, expddier; prOter 
ou donner ce dont quelqu'un a bosoin. 
■— Ahbcim bin ratt : exp^diez-moi tout de 
suite. — To sonh n-m^aness nin : tout ccla 



Digitized by VjOOQIC 



AlII 

nc m*arrange pas, ne fait pas men 
atfatre. 
Ah^ie, adj. Facile. ais6, commode. 

— Ahde chapai : chapoau aisd. — De-z- 
(ihtit vMss : des has ais^s, — Soxtla d tro- 
z-(lhdie : cela est trop ais^. — RivU Ah^ie : 
faciiiter, rendre facile. — ^o-zdtran pvr 
Z'dhtie : nous aurons plus de facilite, il 
nous sera plus facile do... — Vo-z-arf bin 
ahtiel Cela vous scrait bicn facile (i) ! 

— / ti'fai nth Aheie roM : le marcher est 
difficile. 

Ah^iemiA, adv. Facilement, ais^ment, 
commodement. — Pdrld, Ur^ sikrlr dliHc- 
min : parler, lire, ^crire coulamment, 
avoc aisance. — Ti faut-dhHewin dt chan" 
son : tu fais ais^ment des vers , des 
chansons. 

Aii«>Tflt^, s. Faciiit(^, qualit6 de ce qui 
est aise k faire, h employer; aisance. — 
Voss m6tdte t d'inn grimll dheUU : votre 
indthode est d*une grandc facility. — On- 
z-dretd-rdhcUU po U pdlemin : on aura 
des facilit^s pour les patmcnls. 

.ih^r^, V. (faher). Avancer, poussor. 

— Pokoi vin-i'i H^aiitri d'vin no-z-dii , on 
n-Va nin houki? Pourquoi vieut-il so 
fourrcr parmi nous, on ne Ta pas appele? 

Ahe»(it, s. Commodit^s, aisances, uti- 
lilc's, facilites. — / mik dd p'tU^-z-^ihess 
a viss mokonn la : il manque k cette 
maison les accompagnements , les ai- 
sances ncccssaires. 

Ahe0s, s. Femme galante, catin, cour- 
tisane. — On vcti bin a Bt-z-air ki c'ess-t- 
inji ahess : on juge bien k son ton et h sa 
tournure que c*est une catin. 

Ahet, s. Premier lundi du mois d'aoCit 
(scion Grandg). 

Ahelkr, s. Aisance, facility, ampleur. 

— Ji vou k'mt clu'm ^ mt soli diess di 
NheUr : je veux que mes has et ines sou- 
liers aient de Taisance, de Tamplcup. 

Ahicreht, V. (J'uhiccli , uo-z-dhierclwn), 
Tircr, atlircr, oulrntnorvers soi; amencr. 
Lc-z-ovri on-t-ahierchi ci sodml la cidl : les 
ouvriers ont tir^ cette poutre jusqu'ici. 

Ahfnf , V. (fahenn^ iio-z-^hitutu). Her- 
scr, passer la horse dans un champ. — 
On jvfl ahenn bin on bounl par jo^ : un 
choval pent hcrser un bonier do tcrre 
par jour. 

Ahinreh^s. Hersngc, action (1c hcreer. 

— Gna dd novels mm-lienn po Vakimrh : il y 
a de nouvelles machines pour le hersage. 

Ahlaeik, reM, s. Hei'scuf, cclui qui 
hersc. — Al6ss poirU Vkafet a Pahinen : 
allcz porter le cafd au hcrseur. 

A-hip, adv. A peine, prcsqtie p^s, c*est 

( I ) Jroir facile csl incorn^ct. 



AHO 

tout le bout du monde. — Si gtia IreA .w- 
penndivin c^poiikel lay c^ess-t-a-hip : s*il y 
a trois cbopines dans ce petit pot , c'est 
tout le bout du monde. 

Ahiv^, V. (Tahivaie). Cultiver, faire les 
travaux n^cessaires pour fertiliser uno 
terre. — Ahiv6 on chan^ inn hoUtbir : cul- 
tiver un champ , une houblonniere. 

Ahiaie, s. Trousso, tas, faisceau. — 
Inn ahlaie di atriUf di foAr^ di trinblenn : 
une trousse de paille, de foin, de trifle. 

Ahi^, s. Braie, linge dont on enve- 
loppe le derri^re des enfants ; aleze. — 
kangt d'ahU, V6U b ddbori: changez de 
braie , Tautre est breneux. 

Ahieu, s. Planche pour soutenir la 
vaisselle h la campagne. 

AhmiBMi, s. Terrain communal ; com- 
munaux , terrain banal. — On i*a vintl dv- 
z-almims : on va vendre des communaux. 

AhmiAM, s. Aisances. Voy. AhcM». 

Ahntr,s.Enclos pour legumes etplantes 
delicatcs. — On^z-a 8hn6 dd bon^-z-ieb di- 
vin Vahnk: on a sem6 des fournitures do 
salades dans le clos. 

Ahontt, V. (TahontHey no-z-aliontian) , 
Faire honte, humilier, mortifier, faire 
cprouver une mortification.— fVi-MZ/ow/i 
dss j&nn (hie la, ell d iro kiin&ic : il faut 
faire honte k cette jeune fille, elle est 
trop nonchalanle. 

Aiior6, v. (Tahor(ifahoraie). figorger, 
couper la gorge ; ^ventrer. — Alwr6 an 
jv&y on boAfy onpoursai : ^gorger un cheval , 
un bo£5uf , un pore. 

Aiior^,Aie, adj. Hdve, ddfait, p41e, 
decharn^. — On vizech ahor6 : une physio- 
nomie maigre, pSle, defaite. — Ell a Id 
chiv ahoraie : elle a les joues enfonc^es. 

Alioiitieeii , s. Honte, humiliation. — 
VahefUieg H a fai dd W», i s'a-l-amindi : 
en lui faisant honte , on lui a i^ndu ser- 
vice, il s*est amende. 

Ahorcrh, s. Action d'egorger. — Laho- 
rvg d'on bo6f n*d nin bni a vdl : egorgcr 
un bo:uf est une operation d'un vilain 
aspect. 

.%horoft, s. Celui qui (^gorge, qui tuo 
les iMJstiaux; abatteur. — AhoreA dijvdy di 
vuchy di vai: abatteur de chevaux, de 
vaches , de veaux. 

Ahonric, V. (rnhoHrlaie). Assommer, 
tucr avec un corps lourd , tel qu*unc 
massue. -— Aho^rli a kd d'haxvai : assom- 
mer h coups de pioehe. 

Ahonic, V. (Tahotttty no-z-aJioutmi), 
Abriler, mettre h Tabri, k couvert. — 
Si molionn ess-t-ahoAlaie par on tiair : sa 
maison est abril^e par une colline. — 
Vocial on lavasSy ahontan no: voici une 
averse , abritons-nous. 



Digitized by VjOOQIC 



AID 



— 25 — 



AIM 



A-houit, pr6p. A Tabri, k couvert; 
egido. — VocUil li pluif^ koirm napless po 
uo rnetl a-houtt: voici la pluic^ oherchons 
un abri. 

Ah*v^, V. (Tahe&f^ no-z-ahovan), Ba- 
layer vers. — Li nanaie a-t-ahm'^ to l^ 
chiuiss divan m'iouh : rimbecile en ba- 
lavant a pousse loutes les crasses devant 
ina porte. 

AhAuw^, V. (Tahmv , no-z-ahouwan). 
Obslruer une bure abandonn^e. — / fH- 
t-ahouwS ci beHr In^ pawou Won n'si vass 
iap6 d*vin: il faudra combler cette bure, 
ou entourer son orifice d'une gare, dans 
la crainte qu'on n'y torabe. 

Ahouweeh , s. Fermclurc , cl6ture , 
reniblai. — On rdklam rahouweg di voss 
hear, U t danjre^ dd IHH insi : on reclame 
le remblai ou la fermeture de voire bure, 
il estdangereuxdela kisser dans cetetat. 

Ai, int. Ah! — At! kalin ki v'z-esUl 
Ah ! gredin que vous 6les \ 

A7Ab, s. Erable. Voy. doYA. 

amai, s. Levier en fer pour soulever 
ou remuer des faixleaux. — Sorltvi mnm 
n'aidai : soulever h Taide d'un levier en 
fer. Voy. namaiti. 

AMan , s. Liard , quart d'un sou de 
Liege, un centime et demi h peu pr^s.— - 
Sowa m'kossstbai'Z'Oidan: cela me coOte 
six Hards bien coniptes. — PiW^ n'tddan : 
Harder, marchanderun Hard. — Tin^vdnin 
deH-z-aidan : lu ne vaux pas deux Hards. 

AMan, s. Argent, numeraire, ^cus, 
p^cune et p^cule. — D^ p'ti-z-aidan : pe- 
tite monnaie, monnaie de cuivre, menue 
monnaie , menuaiUe , quincaille ( i ). — Dd 
peU'Zraidan: de la monnaie fruste.— // a 
d^'Z-aidan : il est p^cunieux. — Ramac6 
d^z-aidan : amasser beaucoup d'argent. 
— Ramac4 VdiMn aidan : ^conomiser jus- 
qu'au dernier sou. — Vo-z-aidan son-t-oci 
ban k'ld ci d^nn dtt : voire argent vaut ce- 
lui d*un autre.— On-2-y t chaktunn po st- 
z-aidan : cbacun y est pour sa vade. — 
Tim d'Z-iUdan : ^re fipre k Fargent, 6lre 
cupide, faire preuve do cupidity. — Tapd 
d^'Z-aidan H*die : faire de folles d^penses , 
dissiper sa fortune , dilapider. — Avon dt- 
z-aidany on fat to sou k*on inm : Tor ouvrc 
tous les verroux ; qui a de Tai^ent a des 
pirouettes. —Avon soula t dih aidan , vo-z- 
ArS n*kwdH di tHr : cela n*a aucune valeur. 
— L^>aidan li Vnet chd : il tient h Targent. 

Aid-4i-kan, s. Aide-de-camp , officier 
attach^ parliculieremenl h un chef mili- 
taire pour porter ses ordres. — Ld-Zroid* 
di'kan dS g^tiid : les aides-de-camp du 
g^ni^ral. 

( I ) Ne dit<*s ( as : tfe» petiti Harth. 



AMI, V. (Taitt, no-z-aidan). Aider « 
assister, secourir, soulager; exaucer, 
cooperer , seconder.. -^-AidfljUyi n'd pou 
pu: aidez cet homme, il plie sous la 
charge qu'il porte. — Aidfl su : aidez- 
le k soulever son fardeau. — S'aidi Von 
Pdtl : s'aider niuluellement, s'entre-aider, 
s'entre-secourir. — iVr v'fim&te aidi kwan 
v'polS f6 to sen ; ne vous faites point aider 
dans ce que vous pouvez faire tout seul. 

— Aite tUf VBondiu Vaidret : aide-loi , le 
Ciel t'aidera ; k toile ourdie Dieu envoie 
le fil. — Pd aitt d tin n'aitt: un peu d*aide 
fait grand bien. — Kwan den pdfs'aidety 
rBottdiu n"nd Hie : quand deux pauvred 
s'enlre-aident , Dieu s*en rejouit. 

AMveM, 8. Aide, femme qui est au- 
pres d*unc autre personne pour Taider 
dans son service, ou pour lui donner des 
soins. F^minin d^Aicc. 

Ate, int. Ah! Ouf! Voy. waTe. 

AYet, s. AUiaire, plants qui a Fodeur 
et le goOl de Tail ; ciboulette ou civette. 

— S^ d^'Z-met : semer des cibouleltes. 
AisHmair, s. Aigremore , charbon 

pulv^ris^ pour le feu d'artifice. 

Aisrimdnn, 8. Aigremoine, plante 
rosacee, vivace, k fleurs jaunes dispo- 
s^es en epis et k feuilles ailees. — Lai- 
grimdnn t bonn po Id md d*gorche : on em- 
ploie Taigremoine centre les maux de 
gorge. 

Aik, s. Aigle , le plus grand et le plus 
fort des oiseaux de prole ; oiseau de Ju- 
piter; griffon. — Jdnn aik : aiglon. — On 
nid d'aik : Faire d'un aigle. — Vaik vou 
fd s'nid : Faigle veut airer. — Oi brair inn 
aik :enlendre un aigle trompeter. — Ptr 
d*aik : a^lile, esp^ce de pierre , nomm^e 
aussi pierre d'aigle, parce qu'on a pre- 
lendu qu*elle se trouvait dans le nid des 
aigles. — Lt-z-drmurde di NapolHonprn- 
mi, c'esten inn bel aik ki Vndfli tonir divin 
si grif: les armes de Napoleon premier 
^taient un bel aigle tenant un foudre 
dans ses serres. 

Aik , s. Aigle ; pupitre surmonle d'un 
aigle au milieu du choeur d'une ^glise ; 
lulrin. — A gran jama, gna den chapt ki 
chantd't-a Vaik : les jours de grande so- 
lennit(^, deux chapiers chanlent k Faigle. 

Aik-dii-m^r , s. Uuard , orfraie ou aigle 
de mer. — Laik di m6r a on famed lai kri : 
Faigle de mer a un cri bien d^sagr^able. 

Alii , s. Ailie ou Ally, nom de femme. 

Allan, s. Saumonneau, petit saumon 
qui n*a pas encore alteint la longueur de 
30 centimetres. — Hap4 sih ailon d*on kd 
d'havrodl : prendre six jeunes saumon- 
neaux d*un coup de carrelet. 

Aimaa, s. Aimant, mineral ferrugi- 

TOME I. 4 



Digitized by VjOOQIC 



AIR 



— !26 - 



AIR 



neux , electrique , qui a la propriete 
d*atlirer le fer. — Pir d'ainian : pierre 
d*aimant. — KdlUi d-Vaiman : vertu ma- 
gnetique. — Li doHceUr , c*es8-4'inn aiman 
k'ater VamiiU : la douceur esl un aimant 
qui attire les coeurs. 

Aimaat^, V. (J'nimantt ^ faimantme), 
Aimanter, frotter avec Faimant. — Ai- 
wanU VawHe d'inn boucol : aimanter Fai- 
guille d'une boussole. 

AimAii«ceii 9 s. Action d'aimanter. — 
LaimanUg d'oti b/irai d*fiair, d'inn lam: 
la vertu magn^tique d'une barre de fer , 
d'une lame. 

Aim«ii9 s. Aymond, nom d'homme. — 
Ld kwatt /i'^Ainum : les quatre fils Ay- 
mond , titre d'un roman populaire. 

Aiaef . 8. Aineffe , petite commune du 
canton ae Bodegn^e, k 3/4 de myriam. 
de Waremme. Popul., 430 habit. Super- 
ficie,S74i/i. hect. 

Aiam^ , V. Aimer. Voy. lam^. 

AtAB, 8. Aine, partie du corps humain 
entre le haut de la cuisse et le bas-ventre. 

— / m*a spiU dt boian A-z-ainn : j'ai une 
Eruption aux aines. 

AtAABti, 8. Ennemi, celui qui veut, 
qui fait du mal h quelqu*un; adversaire, 
antagoniste. — Ld deU wdzin ton-i-asteUr 
deii-gran-z^nnmi : les deux voisins sont 
aujourd*hui deux grands ennemis , deux 
ennemis acharn^s , irr^conciliables ; ils 
sont k couteau tir6, ils sont brouili^s 
irr^conciliablement. — Ess so pai ainnmi : 
^tre en pays ennemi. — Li krapd, c't 
Vainrmi del markott : le crapaud est Ten- 
nemi de la belette. — L*aiw d Vfe^, c'd 
deH-z-ainnmi : Feau et le feu sont ennemis. 

— Li jolt d Vvign6b son-t-ainnmi : le chou 
est Fennemi de la vigne. — On n'a sovin 
k' l^-Zrafnnmi k*on 8*a fai : on n'a souvent 
que les ennemis qu'on s'est faits. — On 
pHi ainnmi pou f6 pu d*md k'on gran-t-ami 
n^fdle fi dt bin : le moindre ennemi pent 
faire plus de mal qu'un grand ami ne puisse 
faire du bien. — Ami po prmU , ainnmi po 
rintt : ami au prater, ennemi au rendre. 

aYoa , s. ATeux, ceux qui ont vecu dans 
les si^cles passes; persounes dont on 
descend. — No-z-aion pinst kom soida : 
nos aleux pensaient ainsi. «- Ji tinc*dre^ 
la d*md-z^ion : je tiens cc droit de mes 
aleux. 

Air, s. Air, 61(^ment qui enveloppe le 
globe terrestre et dont la masse totale 
fdfme Fatmosph^re ; air atmospbdrique. 

— Inn bone air : un bon air, un air sa- 
lubre. — Inn mdl air , inn air mdhait^ : 
un mauvais air, intemp^rie de Fair; air 
malsain, corrompu, infect. — Lair d 
ftiss : Fair est frais, vif. — Printt Vmr^ 



hapiVair: prendre Fair, respirer Fair. — 
Gna nin ngoti d'air cial : il n*y a pas un 
brin d*air ici. — Uair dal vesprak t matt : 
Fair du soir est humide. — Dini d-A'air a 
n*chanb : a6rer une chambre , F^venter ; 
renouveler Fair d*une chambre. — Aid 
hmm6 Vair di s'pai : aller respirer Fair 
natal. — Melt de dra a Voir : mettre du 
linge k F^vent, ^venter du linge. — To 
t plin d'air : tout est plein d*air. — Jfo- 
chenn po sichi Vair: machine pneuma- 
tique , instrument pour faire le vide. — 
Gna ko del nivaie ou dt gruzai d Voir : il y a 
encore de Faigre dans Fair. — L*air e pn 
Uglr ki Vaiw : Fair est plus 16ger que Feau. 
— Tird onkdd Voir : tirer un coup ea Fair, 
faire une demarche inutile. — Pir d'air : 
a^rolilhe. — On n^sdreH-t-^spUk^ losouki 
s'pass t Vair : on ne saurait expliqner tons 
les ph<^nom^nes a^riens. — Siaince di 
Vair : acrographie , description , thdorie 
de Fair ; a^rologie, traits sur les proprie- 
tes de Fair ; a^romancie , art pr^tendu 
de deviner par le moyen de Fair et des 
ph^nom^nes a^riens; a^rometrie, con- 
naissance de la constitution physique de 
Fair et de ses eflets m^caniques. 
Air, s. Air, ton, mani^re, apparence. 

— N'a-t'i nin Vair d'on so? On dirait d'un 
fou; il a la mine, la physionomie, Fen- 
colure d*un fou. — Vola n'feum Va Vair 
dnocainn: voilli une femme qui a Fair 
niais. — Ell a Vair kontainn : elle a Fair 
contente. — LddeH soUr on Vair kdndie : 
les deux soDurs ont Fair nonchalant. — 
Ell avi Vair bin mdl : elles avaient Fair 
bien fftchdes. — Vo kronpir n*on nin Vair 
km : vos pommes de terre n'ont pas Fair 
cuites. — Si d'n4 d^-Zroir divin to soukon 
fai : avoir des airs de hauteur, d'impor- 
tance, de mcpris dans tout ce que Fon 
fait; faire jabot, tirer le jabot pour en 
faire parade ; se rengorger. — To v*nan 
foU del fahelt , il s'vou d^ja d^ni dd-z-air : 
il ne fait que sortir de la coque, et il 
ose d6}k se permetlre des pretentions. — 
iVd»», so m'inir! Non, sur ma foi! 

Air, s. Air, chant, m^lodie. — Li 
Braibansonn ess-i-inn bel air di chanson : la 
firabangonne est un bel air de chanson. 

— Kiminct , Hon6 inn air : entonner un 
air, un chant, une cantate. — Vola 
n'joleAze air : voWk un air joyeux, un air 
gai. — Jowd no n'pUite air : jouez-nous 
un petit air, une ariette. 

Air, s. Aube, point du jour.— L^a-oir 
d^ joA : le point ou la pointe du jour , le 
crepuscule du matin; Faurore, Favant- 
courri^re, le chant du coq. — Si Urd 
d*van Id-z-air dd joH : se lever avant Faube 
du jour, avant la lumi^re cr^pusculaire. 



Digitized by VjOOQIC 



AIR 



27 — 



AIW 



Air, 8. Arc, forme, cadre. — Air <U 
dragon: baguettes formaoi le contour 
d'un cerf- volant. — Air d*drbaleU on 
d*c9inkin : arc d*arbal^te. 

Air, s. Cintre, figure en arcade, en 
demi-cercle. — Jfe« /^a-air, 1^4 It-z-^ir : 
poser, lever ou 6ter les cintres. 

Air, s. Arrhes , argent qu'on donne 
pour Tassurance d'un niarch^ verbal , 
et qu'on perd si le march6 est rompu. 

— Din6 di^z-air so s'marchl : donner 
des arrhes au coche , prendre un en- 
gagement. 

Aireii6 , s. Archer , ancien officier de 
police portant dp^e ou hallebarde; sa- 
gittaire. -- lA-THiircM d^ Gran-PrHH) : 
les archers du Grand-Prev6t. 

Aireht, s. Martinet, hirondelle qui a 
les quatre doigts en avant. — L^-z-aircht 
onddptt lonkd'Z'd ki Id-z-did-z^rontt : les 
martinets ont les ailes plus longues que 
les autres hirondelles. 

Airdiet, s. Arc-en-ciel, mdt^ore en 
arc compost de plusieurs bandes de 
eouleurs ; iris. — On vdL sovin deil-z-air- 
diet : on voit souvent deux arcs-en-ciel. 

— Pir d'mrdiei : pierre iris^e. 
Airech , s. Air , atmosphere. — / fai 

tCaireg di lonir : ratmosph^re est ora- 
geuse. — BeAr d'tnrech : bure d'a^rnge. 

Aireftr, s. Lueur, lumi^re faibie ou 
affaiblie; apparence. — Ji Va rihiohou a 
faireiir del baiU : je Tai reconnu a la lueur 
de la lune. 

Airsou, s. Sorted'6resip61e, rongeur 
douloureuse avec gonflement. — I It a 
ferott foa inn airgott ^ vizech ; unc esp^ce 
d'^resip^le lui a fait Eruption au visage. 

Airt, V. (TairHe). Avoir fair, res- 
sembler. — Afai ICel ci*eh , ell aivdie si 
vUr: elle ressemble plus k sa m^re, ^ 
mesure qu'elle grandit. 

Airteeh , s. Rcssemblance. — Yo-z-avi 
n^airieg di parintd avou zel ; vous avez des 
traits de famille avec eux. 

AiHed , e^Bm , adject. Frais , froid , 
agreable. — Otitic A matin , i f&v airieU : 
aujourd'hui la matinee etait fratcho. 

Airk^f Y. (TairkHc, no-z-airkan). Cin- 
trer, faire un cintre, faire un ouvrage 
en cintre. — AirJk^ n'poitt, on kdvA : cin- 
trer uoe porte, un caveau. 

Airkech, s. Action de cintrer. — F4 
voss-t-airkeg bin juss : cintrer bien exac- 
tement. 

Airkeu, s. Petit cintre, petite ar- 
cade; arceau , archet. ■— FAret fi n*airketl 
po ciss vdceUr la : il faudra faire un arceau 
pour cette voussure. 

AirMA , s. Archet , sorte de petit arc 
qui a pour cordes plusieurs crins de 



cheval, el dont on se sert pour Lirer des 
sons d*un instrument. — Airson d'viohn , 
di kotitribass : archet de violon, de contre- 
basse. 

Airson, s. Archet, arc de baleiue ou 
d*acier, courb^ au moyen d'une corde 
attach^e aux deux bouts, et dont les 
ouvriers se servent pour tournor et pour 
percer. 

Aimon , s. Argon , piece de bois cin- 
trde , partie principale de la selle d*un 
cheval. — L airson a blM lijvd : Tarpon 
a bless6 le cheval. 

AIM, s. Aire, foyer, place ou Ton fait 
le feu dans les maisons; cendrier. — 
HoviTaiss: nettoyer, balayer TAtre. — 
Pet6 dd ki*onptr d Taiss : cuire des pommes 
de terre dans le cendrier, — On n'kinoh 
U maiss ki kwan on U tin d Paiss : on ne 
connatt le mari qu'apr^s le mariage. 

AIM , s. Lierre terrestre. — Beiir di 
raiss : boire une infusion de lierre. 

aTm, s. Bord d'un goufTre, oil Teau 
est calme et oii se rassemblent les objets 
qu*il a entratn6s. 

Aiti, s. Cimeti^re, lieu h d^couvert 
destine a enterrer les morts. — Poirtion 
moir t raitt so on bird : porter un morl au 
cimeti^re sur une bi^re. — Po to U ci ki 
son-t't Vaitt, cV V6gMil6 : le cimeliere est 
pour nous le champ de T^galit^. 

Aiu, s. Aide, adjoint, auxiliaire, 
cooperateur. — Ld priess , cV U-z-aitt de 
Bondiu : les eccl^siastiqucs sont les pro- 
poses, les ministres de J.-C. 

Aiii, s. Aide, secours, cooperation. 

— Fi n'ovrech avou Vaitt ^on kamdrdlt : 
faire un travail avec la cooperation d*un 
ami. 

Aia-BiiMisoA, s. £talier, celui qui 
vend la viande pour le mattre-boucher. 

— Vo rioum6 mangon^ t c'nt kinn aitt- 
mangon : vous Tappelez boucher, et ce 
n*est qu'un etalier. 

Aiw, s. Eau, element liquide, fluide. 

— Aiw di puss, di ponp : eau de puits, de 
pompo. — Aiw di gotir : eau de pluie, 
eau pluviale. — Aiw di Mel : eau de vais- 
selle. — Aiw d'aratnn : eau d*ar6ne. — 
Aiw keM : eau dormante, eau stagnante. 

— Del nett aiw : de Teau proprc. — Del 
maei'ie ou del mdcitt aiw : de Teau sale. — 
Del kUr, del rilUhantt aiw : de Teau lim- 
pide , de Teau cristalline. —Dt mdhaiteid" 
z-aiw : des eaux malsaines , insalubres. 

— Aiw di menu : eau min^rale. — Aiw 
fitreUss : eau forrugineuse. — Del tenn 
aiw : eau ti6do. — Di Vaiw roiipow : de 
Teau degourdie. — Aiw firaie , pamie • 
eau ferree, pannee.— Atw d^amidon : eau 
d*enipois. — Aiw di bntem : eau baptis- 



Digitized by VjOOQIC 



AIW 



— 28 — 



AJE 



male. — BeneUtt aiw : eau b^nite. -~ Vdte 
(Taiw : voio d*eau , les deux seaux d*eau 
que porte un hommo. — A1^ ku^dri drVaiw 
A flo : aller chercher, aller puiser de 
Feau k la mare. — Tap^ d-Vaiw t vizech : 
flaquer de Tean , jeter une flaqu^e d'ean 
sur le visage. — ChipotS t Taiw : bar- 
boter (i), gapgouiller dans Feau. — K(h 
(Taiw : coui*s d*eau, courant d'eau; 
chenal. — Avu dd grantd-z-aiw : avoir des 
inondations , ^tre inond6 , submerge. — 
Enn n'M avd Vaiw : s*en aller ^-vau-Feau. 

— A raiw I Au feu ! cri d'alarme. — Mett 
di Vaiw d s'vin : mettre de Teau dans son 
vin , se moderer, raballre de ses preten- 
tions. — Seula t Ummi t faiw : cela est 
tomb^ dans Feau , cela est manqu^ , cela 
n'aura pas lieu. —lUprusii al freMi aiw : 
11 est pclri h Feau froide. — Poir/d d4'aiw 
1 3ioilss : porter de Feau dans la riviere , 
donner h celui qui n'a besoin de rien. — 
CesS't-inn goti d*aiw d VnUr : c'cst une 
goutte d*eau dans la mer, une d^pense 
insignifiante. — DM dt k6 d'sab t Vaiw : 
donner des coups d'epee dans Feau. — 
Si sdvi d raiw po Pplaif: se couvrir d'un 
sac mouille , se servir d'une excuse qui 
aggrave la faute plut6t que de Fattenuer. 

— Ess horn It p^hon t Vaiw : 6lre comme 
le poisson dans Feau ; se trouver bien , 
^tre k son aise en quelque lieu. — Ess 
kom li pdhon foU d^-Vaiw : ^tre comme le 
poisson hors de Feau , ^tre bors du lieu 
oil Fon voudrait 6tre. — Al^ so Vaiw : na- 
viguer, voguer, faire le metier de bate- 
lier. — Pac6 Vaiw d'an kd d'firi ; dormir 
la nuit tout d'une pi^ce. — Not intt deH- 
z-mo : nager entre deux eaux ; mcnager 
la ch^vre et le chou , donner une chan- 
dello k Dieu et une au diable. — Tint 
Vbech d Vaiw : tenir le bee dans Feau, 
amuser par des promesses , laisser dans 
Fincertitude. — Ld deH fr4 si ravizet kom 
den gott d'aiw : les deux fr6res se res- 
semblent comme deux gouttes d'eau. — 
F6 v'm Vaiw so Vmolin : faire venir Feau 
au moulin, faire du profit h la maison. 
— Li'Z-aiw son bass : les eaux sent basses ; 
la bourse est k sec. — Fd v'ni Vaiw ai bok : 
faire venir Feau k la bouche, donner 
envie. — Ess to-i-enn aiw : Otre lout en 
eau , tout en nage , baigne de sueur. — 
Avu Vkow h Vaiw : ne battre plus que 
d'une ailc. — M6 soU fiA-aiw : mes sou- 
liers tirent Feau comme une Sponge. — 
PoirU di s'iaiw a Vapoiikar : porter de 
son urine la Fapolhicaire. — A pu gran 
fen Vaiw : il faut courir au plus press6, 
il faut s'occuper de ce qui importc le 

(0 N'cmplnrcr jamais barboter dan? Ic sens do 
mirrmurer. 



plus dans le moment. ^ D*aiw rivin, d*aiw 
riva: ce qui vientde la flOte s'en retourae 
au tambour. — AU piiiUt It-z-aiw di Spd , 
di Chdfontaine : aller boire les eaux fer- 
rugineuses de Spa , de Chaudfontaine. — 
Aiw di sinienr : eau de senteur, eau 
odoriferanle. — Aiw di Kologn : eau dc 
Cologne. — L^ biess d'aiw : les animnux 
aquatiques. — Studl Vistoir de-z-^iiw : 
etudier Fhydrologie. 

Aii;»ATe, s. Ayvvaille, commune du cai>- 
ton de Louvegnez, k 2 myriam. de Liege. 
Pop., 2,420 hab. Sup., 4,839 hect.—A'ttw* 
on-z-ess-t-a Aiwate , on va vdt Vbdm di R'mod- 
chan : quand on se trouve h Ayvvaille , on 
va visiter la grotte de Remouchamps. 

Aiw^i-miiet, s. Bosan, breuvage fait 
avec du millet bouilli dans Feau. — Ld 
Turk buret baikd d'aiw-di-milet : les Turcs 
font un grand usage de bosan. 

Aiwt, s. Aigui^re, vase fort ouvert , k 
anse et bee, oii Fon met de Feau. — Aiwi 
if^r^n, di pdrdlainn^ di stin : aiguiere 
d*argent, de porcelaine, d'etain. — Aiwi 
to plin d'aiw : aigui^re loute pleine d'eau. 

.%iwt, s. Seau en m^tal avecun bee. 

— On moutt It vavh divin n'aiwi : on re^oit 
le lait des vaches dans un seau k bee. 

Aiwf , V. (II aiwHe). Faii*e eau. — Ife 
sold k'aiwiet : mes souliers font eau. Voy. 

Aiwisii, adj. Aqueux, de la nature de 
Feau, qui a un goDt d'eau. — Ct firu la 
son-t-aimss : ces fruits sent aqueux. — 
Li kouhnir a fai n'sdce k"t tro-z-aiwiss : la 
cuisini^re a fait une sauce trop aqueuse. 

Aii^tienn, s. Hydropisie,enflure causee 
par Fepanchemenl des eaux. — Avu Vaiw- 
lenn t Vtie^ : Otre atteint de Fhydroce- 
phale. — On iVmoar nin todi d-VaiwIenn : 
Fhydropisie n*est pas toujours mortelle. 

— Vaiwienn di fwAfmcn : la grossesse. 
AiwieDii-dii-eic0s , s. Uydrocepbale , 

bydropisie dans la t^te. — Mi petite n^ 
vetlsstmoitt di Vaiwlenn-di-tiess : ma petite 
ni6ce a succomb^ k Fhydrocdphale. 

.%jaii, 8. Agent, celui qui est charge 
d'une fonction, d*une mission. — Afin 
d*poliss : agent de police; sbire , alguazil. 

— Ajan-d'afair : agent d'affaires , celui 
qui dirige les affaires d'int^r^ts des par- 
ticuliers moyennant retribution ; maqui- 
gnon d'affaires. 

A-janb , adj. Ingambo, l(^ger, dispos, 
alerte. — Voss granp&, si vi ki «etfw, ens- 
t-dko a-janb ; voire aleul , tout vieux qu*il 
est, est encore ingambe. — Vdie feum 
a-janb : vieille femme iugambe. 

Ajet, s. £tres d'une habitation. — /* 
k*nok to k'Z-ajet del mohonn : je connais 
tous les (Hres dc la maison. 



Digitized by VjOOQIC 



AJU 



29 — 



AKA 



/k$hUy V. (Tajett, no-xijttan). Jeter 
vers. —Aj^^ mi noret po Ffignesi : jetez- 
moi mon mouchoir par la fenfire. 

Ajet<, adj. Agile, qui a une grande 
facitite k agir, k se mouvoir. — To Ih- 
z-eskarmoteUr son foir ajelt : tons les esca- 
moteurs sonl tres-agiles. — Ld mdrUkOj 
Id chety c't (It biess estremmin ajett : les 
singes , les chats sont des animaux ex- 
tremenient agiles. Voy. Adrect. 

Ajeumin , adv. Agilement , avec agi- 
lite; adroitement. — Pocht ajettmin : sau- 
ter agilement. Voy. Adreitmia. 

Ajiii,adv. En ordro, k la file. — Si 
melt ajin : se ranger, se placer en ordre, 
symetriquement; s'arranger. — BoUagin: 
marcher h la file. — Ramaci U peitr agin : 
ramasser les poires les unes aprds les 
aulres. 

Ajiawn^, V. (Taginmaie). Agencer, 
accommoder, ajusler, arranger, appro- 
prier, adapter, arrimer. — Mi sotr qjins- 
note si bin cV p*ti sakoi la : ma soeur salt 
si bien agencer ccs petites choses. 

AjlAsnoeli OU AJInflmlB, S. AgeUCe- 
ment, mani^re de mettre en ordre; ar- 
rangement, ajustement. — Vaginsnech 
fat Kinn sakoi sonl pu bai : Tagencement 
fait valoir les choses. 

Ajir 6 Agfr, V. (Togihy no-Z'Ogihm), 
Agir, faire quelque chose, op^rer, pro- 
c^der. — S'ajfr : s'agir, 6tre question. — 
In'fi nin agir insi : il ne faut pas agir de la 
sorle. — Jivou savu (Tkoi hi s'agih ; je veux 
savoir de quoi il s'agit. —Kwan i s'a-t-agi 
dt n-n'd rati : quand il s*est agi (i) de 
s'en retourner. — Ajir divin rkoUr, c^t 
s'dbarki d'rin on tinpess : agir dans la co- 
lore, c'est s'embarquer dans la temp^te. 

A-joA , adj. A claire-voic , perc^ h jour, 
percd de part en part, en sorte qu*on voit 
le jour a travors. — Ouh a-joU : porle k 
claire-voie. — Brosdeur n-joU : broderie 
h jour. — Foie a-joU : feuille fonestr^e. 

ilJolkHloii , adv. Voy. OATe. 

A-juD, adv. A jedn. Voy. Jon-koAr. 

Ajast^, V. ( rajusiaie), Ajuster, ar- 
ranger, adapter; embellir par des ajus- 
temenls. — Ajusti on chtci a n'figness , on 
coviek a nlAss , on viss a n'sikrdw : ajuster 
un chassis k une fen6tre, un couvercle h 
une botte, une vis k un dcrou. — Voln 
n'jdnn feie k'ess-t-A dial tnd ajustaie : voilh 
une jeune fille qui est troussde k la 
turquo, k la diable. 

AjuAiecii , s. Ajustage , action d'ajuster, 
de donner k une pidco de monnaie le 
poids Idgal. 

(ij Gnmment s« Aiit-il que det personoci, ponrruos 
d'aillears d'ane instrnctioa asses xotide, lass«nt enlendrc 
vn 9ol«cisra« tel quo celui-ci : quand it a t'ayi ! 



AjastamtA, 3. Ajustement , action par 
laquelle on ajuste quelque chose ; dispo- 
sition, arrangement convenable; affu- 
blement, accoutrement. — Dd-z-ajustumin 
d'feum : des sgustements de femme. 

A-jvA, adj. fiquestre, k cheval. — 
Posteur a-jvd : statue (5questre. 

Ak, s. Actc, fait, action, operation. 
— Ak di notair : acte notari^ , passe 
devant notaire; acte authentique. — Sin6 
n'ak : signer un acte. — Kangt n^ak : de- 
roger k un acte. — Cess-t-on feii d^fd-z-ak : 
c'est un fabricateur de faux actes. — Kac6 
n'ak : rescinder un acte. — KopHe d'inn 
ak : grosse , copie d'un acte. — Fi fkopMe 
d'inn ak ; grossoyer. — Ak d'akuzdcion : 
acte d'accusation. — L^z-ak di-z-Apdtt : 
les actes des Ap6tres, livre canonique 
6crit par saint Luc. — Ji va prinlt ak di 
sou Kvo d'hd : je vais prendre acte de ce 
que vous dites. 

Ak, s. Acte, mouveraent religieux ou 
vertueux de Tdme. — Ak di foi , di kon- 
tricion : acte de foi, de contrition. —Sav 
bin ton vO'Z-ak, mi fi? Savez-vous tous 
vos actes par coeur, mon petit ami ? 

Ak, s. Acte, partie a*une pi^ce de 
theatre. —KomddMe t tre^-z-ak : comddie 
en trois actes. — On-z-ess-t-ai dieratnn 
ak : on est au dernier acte. 

A-kaiMM«, adv. Bras dessus, bras 
dessous. — Toll U kop si fni-t-a-kabass : 
tous les couples se tcnaient bras dessus 
bras dessous. 

AkAMan, anu, adj. Accablant, qui 
accable; affligeant,ddchirant; fatigant. — 
On mdle^r akdblan : un malheur accablant. 
— Prodv akdblanit : prcuve accablante. 

AkAbi^, V. (fakdbel b fakdblaie) Ac- 
cabler, aflliger; opprimer; oppressor; 
attdrer, ddcourager. — Ess akdbli d'otfreg, 
di fnlik: 6tre accabld d'ouvrage, de fa- 
tigue. — AkdbU d*rdmatisSf di sonUie : 
accabid de rhumatisme, de sommeil. — 
Inn p6v akdblaie : une pauvre estropide , 
incurable. 

AkHM^miD , s. Accablement , dtat 
d'une pcrsonne accablee par la maladie 
ou par Faffliction. — Dis])die li moir di 
sfi, il t d*vin on fir akdblcmtn : depuis la 
mort de son fits , il est dans un grand 
abattement. 

.%k«c^ , v. (Fakass 6 faka^ie , no-z- 
akacan, fakasrt). Pressor, serrer, fou- 
ler. — No'Z-estan tro-z-akacS cial : nous 
sommes trop serres ici. — Kwan i 
skri, sd mo son tro-z-akacd : quand il 
dcrit, ses mots sont trop serrc^s, trop 
compactes. 

AkaeiA, s. Acacia , arbre d*agrdment, 
csp6cc dc robinicr k rameaux dpincux ct 



Digitized by VjOOQIC 



AKA 



— 30 



h flcurs blanches. — Vakacid vin (TAmd- 
rik : Tacacia est origiriaire d'Amerique. 

Akatf^m^ie, s. Acad^mie , compagnie 
de personnes qui se r^unissent pour 8*00 
cuper de belles-lettres, de sciences ou 
de beaux-arts. — Li dikcimair di VAka- 
demdie : le dictionnaire de TAcadeinie. 

Akntf^nfeiatii , 8. Acad^micien, mem- 
bre d*une acadf^noie de gens de leltres , 
de savants ou d'artistes. — Li karaiuU 
akadhniciain d^Pari : les quarante acad6- 
miciens de Paris. — Enn ItaiHe^ i gm 
d^'Z-akadimiciainn : en Italie , il y a des 
academiciennes. 

AkatfiMiiik, adj. Acad^mique, qui ap- 
paiiient ou qui convient k une aead^mie. 
— Li (btHie akadimik : le fauteuil acad^- 
mique. — Konftriim akaddmik: confe- 
rences 9cad6mique8. 

jtkatf^mikmlii , adv. Acaddmique- 
ment, d'une maniere acad(5mique. -- 
Vo-z-av^ train ci ngei la akadimikmin : vous 
avez traits ce sujet acad^miquement. 

jtkaiuM^y V. (Takahott b fakithotaif). 
Fagoter , arranger grossi^rement. — Kl- 
min a-M akahotS H'Ufan, dm? Comraeot 
a^t-ello done fagots son enfant? Voy. 

Ahmlmmd^, v. (Takalonll b fakal^n^ 
dale). Achalander, procurer des oha^ 
laods, des pratiques; accroditer. — Ci 
l^rificipalmvi li bone marcimndHe k'acalan^ 
daie im botik : c'est surtout la bonne 
quality des marchandises qui achalande 
une boutique. 

AknUiiitfeeii, 8. Action d'acbalander. 
-r- VosB botik n'd nin milow k<m i f^ po 
Vakalandech : votre boutique n'est pas 
plac^ convenablement pour aitirer les 
chalands. 

Akaii , 8. Alcali , sel poreux tire de In 
cendre de soude. — Li pota^H , VArmdmak, 
e't di'Z-akaii : la potasse , Tammoniaque 
son! des alealis. 

Akaiin , •wn 9 adj. Alcalin , qui a rap- 
port aux alcalis. — Di s6 akalin : sel 
alcalin. — Tair akalenn : terre alcali ne. 

itkAiitt^yV. (TaklimieJ Encanailler, 
frequenter la canaille, prendre ses ha- 
bitudes. — Pokoi s'tfa-t'i akalini avou di 
loss ki rriwinnron? Pourquoi va-t-il s'en- 
canailler avec des d(^bauchds qui le rui- 
neront? 

Ak»il»ceh, 8. Accointances avec la 
canaille. — Ji krin s'iakalinech avou li 
cakaie : je crains ses sales liaisons avec 
la i*acaille. 

Ak»y»n6, V. (Takapar bfakaparaie). 
Accaparer , acheter ou arrher une quan- 
tity considerable d^nne marchandise, 
d*ttnB demr^e, pour en avoir le trafic 



AKC 

exclusif et la vendre plus cher; exercor 
le monopole; amasser, enlever. — On 
Vamit^ d^avu akapari to Vgrin di pal : on 
Taccusait d^avoir accapare tous les bles 
du pays. 

Akapareek 6 AkaparailA, 8. Accapa- 

remcnt, action d'accaparer; monopole, 
grand amas. — Akaparmin d'farenn, di 
fru : accaparement de farines , de fruits, 

Akapapeik , «iimi , 8. Accapareur, celui 
qui accapare , qui amasse , qui cherche 
k exercer le monopole. — (Ti di^z-dca^ 
pareA d^hoAbion : ce sont des accapareurs 
de houblon. 

A-ka«t, int. Au chat! cri pour Eloigner 
le chat. ^A-katty minou! Au chat, au 
chat ! itinte a-katt sin dir mirum : k bon 
entendeur salut ! 

A-kavaTe , prdp. A califourchon , af- 
fourch^. — Ess a-kavaU : ^ive k califour- 
chon , ^tre assis jambe dec^ , jambe del^ , 
comme quand on est k ohevaL — Ciss 
feum la si mett a karate com inn om : cette 
femme enfourche son cheval comme lo 
ferait un cavalier. — Li-z-ifan tHm-t-a- 
kavaie d*on bordon : les enfants se mettent 
k califourchon sur un bdton, sur un 
dada. 

AkeeplAelon ^ Akeept«ek, S. Accep- 
tation, admission. — Akceptddou d'inn 
leit di kanch : acceptation d'une lettre 
de change , promesse de la payer k son 
^oh^mce^—Akceptdcion d^iritech : adition 
d^h^r^dite. — UakcepUicion n"i ninpocib : 
il y a inadmiseibilitc^. 

Akr«p«Af, adj. Acceptable, admis- 
sible, sortable, plausible. — Vossprizin 
ess^-akcepMf : votre cadeau est accep- 
table. — Si'Z-of ni son nin akceptdf: ses 
oflTres ne sont pas acceptables, sont inad- 
missibles. 

Ak^epeaa , aati , 8. Cessionnaire , 
celui qui accepte une cession , un trans- 
port, — Vo'Z-agirhi com akceptan d'mi 
dreH : vous agirez en qualite de cession- 
naire de mes droits. 

AfLtmpUj V. (Takcep bj'akceptaiey no- 
z-akceptan). Accepter, admettre, agreer, 
prendre, acceder k. — AkcepU li klaw i 
li kondidon : accepter les clauses et con- 
ditions. — lakcep : j'accepte , d'accord , 
soit, je conviens de cela. — Ki n'di rin 
akcep : qui ne dit mot consent. — Xak- 
eepti m(ue li sertiss d'on kalin, i v'li preA 
pat tro chir : n'acceptoz pas les services 
d'un mdchant, il y metlrait un trop grand 
prix. 

AkeepieA, s. Acccpteur , celui qui 
accepte , tcrme de banque. ■— Uakc^pteH 
divin VditetX: Taccepteur devient le de- 
biteur. 



Digitized by VjOOQIC 



AKC 



— 31 — 



AKL 



Akei, 8. Pigeon mouchet^, tachei^, 
ou dont le corps est blanc et les ailes 
color^es. — Akcid'neUr: pigeon iachet^ 
dc noir. — Akci d'vtwr : pigeon blanc 
color^ de verl. — Mi akd d'vair a stu tapi 
t foH d*TUe^: mon pigeon vert a eU 
likch^ dans le vallon de Tilieur. 

AkeMiA, s. Accident, cas fortuit; 
disgrace, 6v^nement impr^vu; infor- 
tune. — On mdlureH akcidin : un accident 
malheureux. — Saula ess-t-arM par akci- 
din: ceia est arrive accidentelleinent ; 
cette circonstance est purement acciden- 
telle. — Li vHe di Vom ^ sujett a tan d'ak- 
cidin ! la vie humaine est sujette k tant 
d'accidents! 

Akeitfini^, ale, adj. Atteint, accabl^, 
souffrant (*). — AkcidinU d'rdmatiss ou 
del gotl : atteint de rhumatisme ou de la 
goutte , de la diath^se rhumatismale. — 
Mi mam ess-t-akcidintaie del koAtress d'a- 
lenn : maman est atteinte d'asthme. 

AkeiAseeii) s. Action d*annexer un 
bien ^ un autre. — Li baron kwir rakctn- 
seg di toll U ieir d^&toA di s'bin : le baron 
cherche k joindre h sa propri^t^ toutes 
les terres qui Tenvironnent. 

AiLcimmtj v. (fakcinsSf no-THikcinsan), 
Joindre, annexer un bien k un autre. — 
Li mai$s akcinsret to U Inn d'AtoH di s'cims : 
le propri^taire joindra k sa ferme tous 
les biens d'alentour. 

AkoiBM, s. Ddpendance d'un bien, 
annexe. — Atfou Vchestai gna baikd d^ak- 
cinss : avec le cbdteau il y a beaucoup 
d'annexes. 

AkelBsmiii. Voy. AkelBMwk. 

AkeioA, s. Action , tout ce qu*on fait; 
operation , fait. — F6 n'bone aliion : faire 
une bonne action , une action g^n^reuse. 
— Komett inn laitt , inn nUU akcion : com- 
mettre une mauvaise action, une action 
blAmable , reprebensible. 

AkeioD, 8. Action, titre et part dans 
les benefices d'une compagnie de com- 
merce ct d'industrie. — Ld-z^kcion del 
Bank lijoiss : les actions de la Banque li^- 
geoise. — Ld-z-akcion dt ncH pan : les 
actions du pont neuf. — Inn akcion di 
mtie (ran , di cink cin firan : une action 
de mille francs , de cinq cents francs. 

Akei«AAfr, s. Actionnaire, celui qui a 
one ou plusieurs actions dans une entre- 
prise. — L^'Z-^kcionair del komHtte^ dt 
pan d^al Bovrtie: les actionnaires du 
theatre , du pont de la Boverie. 

Ak«i«M^, s. (Fakdonn h fakcionaie). 
Actionner, agir centre quelqu'un en jus- 
tice , intenter action centre lui. — Puski 

(< ) Accidenti oe se dit, en firan^aiSi que des inegalit^ 
du sol. 



n'vou nin pdi^i (j^ Vakcion^ : puisau'il no 
veut pas payer, ii faut le faire actionner, 
il faut Tattraire en justice. 

AketM, s. Accise, taxe sur les bois- 
sons et autres objets de consommalion ; 
inip6t. — Komi dt-z-akctss : commis des 
accises , employe des accises. 

Ak4iA^, v. (Takdonn, no-z-akdinan). 
£tre cause ; engager ; enclin , porl6 k , 
avoir un penchant. — S'akdin^ a jeU: s'a- 
doiiner, s'acoquiner au jeu. — Kwan ji 
m'fai gdie Ii joU d'Pdk, c"e Fjama ki Vak- 
donn : si je suis ^l^gant, si je suis brave 
le jour de Pdques, c'est la solenuite qui 
en est cause. — Cm vHe fetim la ess-t- 
akdinaie & ptket d A franss : cetle vieille 
femme se livre aux liqueurs spiiMtueuses. 

Aktfikr, v. (TakdH, noz-akduhan) . Ame- 
ner do ce cdt^-ci. — Vo-z-akdUr^ voss HoAr 
juski cial: vous accompagnerez voire 
soeur jusqu'ici. 

AkMae. Voy. Pon e P«iuwii. 

Ak^reik e Akw^reA, eAM, S. Acqu^- 
reur, celui qui acquiert (particuli^rement 
des immeubles); acheteur; adjudicalaire. 
L^'Z-ak^e^ d^bin d^imigri on hnp4 dt v^tt 
sogn a Varivaie de Cdzdk : les acqu^reurs 
des biens nationaux ont eu la venette 
lors de Tinvasion des Cosaques. 

Akefthi, v. (TakeUhde ou fakeHhih, 
no-z-akeHhan), Calmer, apaiser. — Vo/a 
Vgran vin ki s'akeHhih : voilk le grand 
vent qui se calme. Voy. ApAki^. 

Akeikie, s. Accueil, reception; traite- 
ment. — Noss borgmmaiss fai bonn akeHie d 
to kt va It d^mandi sou k^djuss h raizondb : 
notre bourgmestre fait un accueil bien- 
veillant k quiconque va lui demander ce 
qui est de justice et de raison. 

Aki, s. Acquit, quittance, re(?u, d6- 
charge. — Ta Faki dd dreH ki fa pdi al 
doHwdnn : j'ai Tacquit des droits d*entr^ 
que j'ai pay^s k la douane. 

AklHi-kaweUa, S. Acquit-k-caution , 
autorisation sur papier timbre , qui per- 
met la circulation d*une marcbandise 
d'un entrep6t k un autre. 

Akie^ 6 Akiwit^, v. (fakilt ou fakwitt). 
Acquitter , renvoyer absous d'une accusa- 
tion. — Ldjugvinet d'akwit^ onk k'on^z-amd- 
t^d'avu dr6b6: les juges viennent d'acquit- 
ter quelqu'un qu*on accusait d'avoir vol^. 

AkltimlA ^ AkwlilmlA, 8. Acquitte* 

ment, renvoi d'un accus(3 ddclar^ non- 
coupable. — Li prizidan a prononcd Vak- 
wittmin dd-z-akuz^ : le president a pro- 
nonc^ Tacquittement des accuses. 

AkUip^, V. (Taklap h faklapaie), 
Adosser, acculer. — Saklapi konti on 
rneUr po s*difintt : s*adosser, se coller 
centre un mur pour se d^fendre. 



Digitized by VjOOQIC 



— 32 - 



AKO 

Aki^T^y V. (Taklfv, nO'Z-akltvan). file- 
ver, nourrir, instruire , donner de T^du- 
calion ; discipliner, morigener. — AklM 
sd-z-^fan : Clever, nourrir ses enfants 
jusqu'Si ce qu'ils aient acquis une eer- 
taine force. — U paw son mdldheie a-z- 
akltx^ : les paons soiit malaises k Clever. 
— Ci jdnn momieA k d bin akl^'^ : ce 
jeune monsieur a du savoir-vivre. 

Aki^veeh , s. Action et mani^re d'ele- 
ver^ de nourrir. — Vakleveg d^ paw^ dd 
pinlak , de paroket : la maniere d'^lever 
les paons , les pintados , les perroquets. 

Akm«i;iit6, V. (J'akmagniaie). Acqu^- 
rir petit h petit; erapi^ter. — Loukicom 
il a akmagnU ciss trih la pkhott a mijott : 
voyez commo il s'est empare insensible- 
ment de ce terrain inculte. 

jtkmcDAt^ 6 %kmiiiAi^,v. (Takmenn- 
taie ei fakminntaie). Attirer, apprivoiser, 
familiariser. — / nYd nin aJminnU It mAU 
linw : il ne faut point attirer chez soi les 
mauvaises langues, les mcklisants. 

Akmoir, oiu, adj. Habitu^ , avoir 
rhabitude, la routine; rout^, apprivois^, 
acclimate. — Voss piti kuzin esft-t-i akmoir 
tsiskoU Votre petit cousin est-il fami- 
liarise avec sa classe ? — // ess-t-ahnoir 
80 m^ : il est amarind. 

Akmoird6 6 Akmolli , V. (J'akmoiU , 

fuhz-akfiwirdan) . Habituer, apprivoiser, 
accoutumer, router, routiner. — Mi nd- 
veUss d tO't-akmoitt t s'novel dimoranss : ma 
ni^ce est tout accoutum^e dans sa uou- 
velle demeure. — S'akmoitt avoust novtlt 
wtzenn : s'identifier avec ses nouvelles 
voisines. 

Akock, s. Sacoche, deux grandes 
bourses de cuir ou de telle jointes en- 
semble ; sac fendu par le milieu , ferm6 
par les bouts. — RdpoirU n'akoch tote 
plinte a-mon Vbanki : reporter une sacoche 
toute remplie chez le banquier. 

Akot, V. (Takdle), Empoigner. Voy. 
Agrlst, Apoagnt. 

A-koiBD, adj. Encornc^; comu. — L^ 
hiess a-koinn : les bdles ^ comes, les 
animaux encorn^s. — On chapai a^koinn : 
un chapeau k comes. 

Akoir, s. Accord, accommodement , 
convention, transaction, pacto, com- 
promis, paction , medium. —Mettd^akoir : 
accorder , mettre d'accord , mettre k 
Tunisson ; concilier. — Akoirpar kontra : 
convention contractuelle. — On mdva 
akoir vA mt k'on bon procet : un mauvais 
accommodement vaut mieux qu'un bon 
proems. 

Ak«tr, s. Accord, concordance, har- 
monie, convenance, homophonie. — Vik^ 
d'bonn akoir: concorder, vivre dans la 



AKO 

concordo. — D'akoir ! D*accord ! mot 
pour marquer Tassentiment. 

AkoirdAf, adj. Accordable, qui peut 
elre accorde ; impctrable. — Sou k'ro 
d^mandi ess-t-akoirddf : ce que vous de- 
niandez est accordable. — Dtprdenncion 
ki n'son wair ahoirddf : des pretentions 
qui ne sent guere accordables. 

AkoirdAr, adj. Conciliablc. — Gna dt 
plaitieU ki n'son nin akoirddf: il y a des 
plaideurs qui ne sent pas concitiables. 

— \vla deH-z-esplikdvion ki ji trodv akoir^ 
duf : voilk deux explications que je 
trouve conciliables. 

AkoiHiAD, adu. adj. Accordant, qui 
s*accorde bien. — Dd ton akoirdan : des 
tons accordants. — Dt-z-akoirdantd nott : 
des notes accordantes. 

Ak«ir4aBM, s. AccordaiUcs , reunion 
pour signer un contrat de mariage. — 

— GncUri pd d*parin A-z-akoirdnnss : il y 
eut pen de parents aux accordailles. 

Ak«ir4^, V. (Takoiti, no-z-akoird^in ^ 
fakoidret), Accorder, permeltre, ac- 
quiescer, conc^der; decemer, ddf^rer, 
octroyer. — Akoirdd dd tin a on diteA : 
accorder du temps h un d^biteur. — 
Pins6f k'on'Z-akoidret mi demand? Croyez- 
vous qu*on accordera ma demande ? — 
Akoirdi n'jdnn ftie e moheche : accorder 
une jeune fille en mariage. 

Akoird^, V. Accorder, mettre d'ac- 
cord, remettre en bonne intelligence. — 
Ld deii pr6 avi-t-on procet , on tnn d'ld-z- 
akoird^ : les deux fr^res plaidaient Tun 
centre Tautre , on vient de les concilier. 

— To It ttmon s'akoirdel : tons les temoins 
concordenl, s*entre-accordent ; il y a 
concordance entre eux. 

AkoiHieeii, s. Action, manidre d'ac- 
corder un instrument. — Po Vakoirdeg 
d'on pidnd , gna nin s'parHe : pour ac- 
corder un piano , il est le premier. 

AkoirdeH, s. Accordcur, celui qui fait 
metier d'accorder certains instruments 
de musique ; accordoir, outil de luthier, 
de facteur d'instruments, pour les ac- 
corder. — Noss piAnd t (f rin^ j i f^ f^ vni 
rakoirdc4 : notre piano est derange , il 
faudra faire venir Taccordeur. 

Ak«tri, V. (Takwiry no-z-akoiran ou 
nO'Z-akwtran). Acquerir, attirer, se 
procurer, se crder. — Akwtri dt rintt : 
acquerir, acqudter des rentes. — Ti fak-^ 
wiret n'maladHe , inn laitt afair so It bress : 
tu gagneras une maladie , tu Tattireras 
une mauvaise affaire sur les bras. — KAzi 
to It md s'akwtret . presque tons les 
maux s'acquidrent. — Dt bin mdl akwtrou 
n'profitet mdiCy diss-t-on : biens mal acquis 
ne profitenl jamais, dit-on. 



Digitized by VjOOQIC 



AKO 



— oti — 



AKO 



Ak^iitcar, adj. Accostablc, celui qui 
est facile k aborder ; affable. —M mdrdss 
^ si sovin (Tmdl oumeHry Wei n't nin akois- 
idf: raa belle-mere est si souvent de 
mauvaise humeur , qu'elle n*est pas ac- 
costable. — Li Baroness ess-Uinn gin si 
akwest&f! la Baronne est une personne si 
accostable ! 

AkoiAt^, V. (Tdkoislaie), Accoster, 
laborder quelqu'un pour lui parler.— On 
m'akwesta ki ji nH pinsif nin : on m'ac- 
€Osta quand je D*y pensais pas. Voy. 

Aralnt. 

Akoiett, s. Aconit vulgaire, plantefort 
vdneneuse ; napel. — Ni w&riU nin dt-z- 
Akoletttvossjdrdin: ne gardez pas d'aco- 
nit dans votre jardin. 

Akoieu, s. Acolythe, clerc promu k 
l*un des quatre ordres mineurs, enfant 
de choeur qui en fait les fonctions ( i ). — 
Mi fi K'esS't'OHie Akolett a granmess : mon 
Ills fait aujourd'hui les^ fonctions d'aco- 
ly the k la grand*messe. * 

Akoint,v. (J'akomde).\oy. Akomugot. 

AkomddAf OU AkomddAD , anU , adj. 

Accommodable , accommodant, serviabie, 
def^rant, conciliant. — Att* I'espri akomd- 
dan: avoir Fesprit conciliateur, Tesprit 
de conciliation ; 6tre coulant en affaires. 
— Ciss karel la ess-t-akorndddf : cette que- 
relle est accommodable. — Vola deH ties- 
ton ki n'son nin akomdddf: \oi\k deux 
ent^tes qui sont inconciliables. 

Akomdd^, V. (TakomOtt, no-z-akomd- 
dan). Accommoder, ajusler ; traiter, con- 
ci 1 ier . — L^ deH vireH s'on finMmin akomOdd : 
Ics deux obstin^s se sont finalement ar- 
ranges ; ils ont transige. — S'akomdd^ com 
chin d chet : vivre comme chien et chat , 
vivre en m^sintelligence. 

Akomddd, V. Accommoder , coiffer 
(ou cbeffer), arranger les cheveux. — 
Akom6d4 n'perik : accommoder une per- 
ruque. 

Akoind4c,v.Assaisonn6r.Voy.AeAhA^. 

Akomdtfeeh, s. Accommodage , ma- 
ni^re de coiffer ; coiffure. — El pate ottan 
po Vakomddeg di se jvet : elle paie tant 
pour faccommodage de sa chevelure. 

Akomdtfcch, s. Assaisonnement. Voy. 

AfAhne^h. 

Akomdnnmin , s. Accommodement. 
Voy. .%kolr. 

Ak«musiieek , s. Cdr^monie de la com- 
ninnion distribute par le prStre. — Uako- 
mugneg durret lontin, baikd Sgin on fai 
le4 bonjoU : la distribution du pain sacr^ 
durera longtemps, beaucoupde personnes 
ont fait l€ur bonjour. 

( 4 } jieotHtt «t cof«2 ne to&t pas franfaif . 



Akomusot, V. (rakomwjntie , no-i- 
akomugna?i) . Communier quelqu'un, don- 
ner la communion, administrer |e sacre- 
ment d*Eucharistie. — A Pdk, c*d Vcuri 
k'acomugnHe : k PSque, c'est le cut6 qui 
donne la communion. 

Ak«De«i0e^, V. (fakoncoistaie). Es- 
corter, conduire. — On Fa fai akoncoisti 
par li gdr<hanpeU : on Fa fait escorter par 
le garde-champ^tre. 

Akonjor^, V. (Takonjeur ou fakonju- 
raie). Conjurer, adjurer, interpeller. — 
Ahmjuri on sph' , akonjuH FDial : con- 
jurer, interpeller un spectre, conjurer 
le Diable. Voy. Exdrefi^. 

AkoBiareek, s. Conjuration, Evoca- 
tion. Voy. ExdreiM. 

AkonjvreA, s. Conjurateur. Voy. szAr- 
elleft. 

Akonpagiiecli ^ AkftapagBmUi, s. 
Accompagnement, action d*accompagner 
dans certaines ceremonies ; accords poor 
accompagner la voix ou un instrument. 
— - A konpagnmin d'on wahai : accompagne- 
ment a'un cercueil. — Lakmpagnmin 
d'pidnd soutin Vvoi : Taccompagnement de 
piano soutient la voix. 

Akonpasnea, e^mm OU re«0. AcCOm- 
pagnaleur, celui qui accompagne la voix 
ou un instrument.— 0»«arfl» akonpagneH : 
savant accompagnateur. — Kd binamaie 
akonpagnress I quelle gentille accompa- 
gnatrice ! 

Akonpasnt, V. (Takonpogn). Accom- 
pagner, jouer les parties de Taccompa- 
gnement dans une musique. — St v'voli 
chanU, ji v'z-akonpagnret del guitdr : si 
vous voalez chanter, je vous accompa- 
gnerai avec la guitare. 

Akont^, V. (J'akontt, no-z-akontan) , 
Estimer, faire cas, avoir confiance. — Po 
m'aii poritiini t Vplaif, ji n"i akontt nin : 
je ne tiens pas k aller me promener dans 
la pluie. — Po-z-avu on sierviss di lUy nH 
akonU nin : pour obtenir un service de 
lui, n*y comptez pas. 

A-kontrAf, adj. £trange, bizarre, gd- 
nant , contrariant. — Soula m'sonl a-kon- 
trdf: cela me paraft etrange, cela me 
gfiue. 

A-konu, s. A-compte, ce qu'on a 
dcnne sur la somme due. — Dini dd-^ 
akontt: donner des k-compte, arroeer 
les creanciers. 

Akopi^, v. (Takopel bfakoplaie), Ac- 
coupler, joindre, unir, apparier. — AkwU 
dt koloUy dt turturel, dd kanM : accoupler 
des pigeons, des tourterelles, dessenns. 
— Li tiUAe t Vfhmel si von-UakopU : le 
mdle et la femelle vont 8*accoupler. 

Ak«pleeli h Ak«pl^ntin, 8. Accouple- 
TOME I. » 



Digitized by VjOOQIC 



34 — 



AKO 



AKH 



RieiH,copulaUon, assemblage parcouples. 

— Li moiMororin di fakopleg tTinn dgn t 
dlnn kaval ; le mulct vienl de Taccouple- 
ment d'un dne et d'une jumcnt. 

Ak^pieUr, 8. jointurc, joint. — A&0- 
pkHr dd'Z-ohai , jointure des os. 

Ak«picAM, s. Entremetteuse, qui fait 
des mamges.—Ldjdnefeits'adrdcet hies- 
min d'Z-akopleiUs : les jeunes fiUes s'a- 
dressent bdtement aux entremetteuses. 

Akori, V. (fahoHry no-z-^karan), Ac- 
courir, approcher vite, venir en hAte, 
avec precipitation. — Ta-i-akorau di nCpu 
titt : j*ai accouru (ou je suis accouru) en 
grande hSte , en toute diligence. — On-z- 
akara d^to cosU A sdko^r : on accourut de 
toutes parts au secours. 

l»kor«A, pr^p. Au bout, k rextr^mite, 
au fond. — To-t-d (I koron ddpoiss : tout 
au bout du vestibule. 

AkoM, 8. Acosse, commune du canton 
d*Avennes, k % myriam. de Waremme. 
Pop. 400 hab. Sup. 253 hect. 

A.kMt«, adv. Lateralement, de c6td, 
eur le c6te. — L'ouh k'i nUtou a-kosU : la 
porte qui est placde lateralement. 

A-kosecftr, adj. Couture. — Ld pok li 
onfaion vizech to a-kostcUr : la petite v^- 
role lui a sillonne, lui a ravage la figure. 

Ak«umiB, s. Accottement, espace 
entre la maison et le ruisseau ; trottoir. 

— Siv6 Vakottmin , vo-z-^rd de Vonb : sui- 
vez Faccottement, vous aurez de Tombre. 

Ak*« y s. Accul , lieu sans issue ou Ton 
est accuie. — Ld chinporsuvt li md divin 
n'akou: les chiens poursuivirent le renard 
dans un accul. — Tini a-kou on led , on 
nngli : acculer un loup, un sanglier. 

A-ko«-k«i»k«i , adv. A dos. •— Poirtd 
n'ifma'koU'bai''bai: porter un enfant^ dos. 

Ak««n^, V. (Takouftak). Envelopper , 
entortiller. •— Sakouflt b s'paltOy divin 
t'ckabrak : s'envelopper dans sa rjedin- 
gotte, dans son chSle; so vetir comme 
un oignon, s'embeguiner , s*emmitou- 
fler, s'encapuchonner. — No V trovi akcufld 
podrl on hopai d'legn : nous le trouvi!^mes 
blotti derriere un tas de cotrets. 

Ak^ufteeky s. Maniere de s*emmi- 
ioufler, de seblottir; accoutrement gro- 
tesque. — K6l akouftcg di m'baston ! quel 
ridicule accoutrement \ 

Ak«iikii^ , V. (rakouhenn ou fakouh- 
naie). Cuisiner, faire la cuisine; assai- 
sonner les m^ts, les appr^ter. — EU 
nkoukntUe Hn to Pamagni : elle assaisonne 
bjen tout ce qu'on mange. — Lifeum ess- 
i-on glo hokety kwan d nd nin VDtal ki Va- 
k&uhuiie: la femme est un mets digne 
des dienx , quand le Diable ne Fassai- 
Sonne pas. Voy. AfAka^. 



Ak««bBe«k , s. Assuisonnement. Voy. 
AfAkaeek. 

A-k«ftrHiitr£, adv. A la genette. — AU 
ajvd a-kodr-sitrt : aller k cheval a la ge- 
nette, avec des ctriers fort courts. 

AkonsinmMiM , s. Accoutumance, ha- 
bitude, coutume, maniere habituelle. — 
Innvtie akoustumanss : vieille, ancienue 
coutume. — Cess-t-inn lain akoustumanss 
dt 8acrimennt6 : c'est une bien mauvaise 
habitude que de jurer et de sacrer. — 
Lakoustumams , c'^ rraiz-on dt boubiet : la 
coutume est la raison des sots. 

Akoastam^, v. (J'akowUumoie). Ac- 
coutumer, habiluer. — // ess-t-akauitum^ 
dt fS 8*prangir : il a accoulume, il a cou- 
tume de faire, il est coutumier de faire 
sa meridienne , il a fait sa meridienne k 
Taccoutumee. — On s'akoustumaie a to : 
on s*accoutume , on se fait k tout. 

Ak«iriair, v. (Tak^df ^no-z-akovim). 
Couvrir, reconvrir^ mettre une chose 
sur une autre pour la cacher, la conser- 
ver, Tomer. — Akoviair on maldtt : cou- 
vrir un malade. — £ Viviair, i s'fd bin 
acoviair del nutt : en hiver , il faut bien 
se couvrir de la nuit. — Akoviair on batai^ 
inn clitreit : couvrir un bateau , une char- 
rette. — Akoviir inn batrHe : blinder une 
batterie. — Akovidr inn maconnrde avou 
d^strin : liter une maconnerie avec de la 
paille. 

.%-k«w, adv. A bascule. -— F6 aid 
n'chdrett a-kow : faire basculer une cbar- 
rette. 

A^krA-TAi , adv, A dos. — PoirU a-krd^ 
vai : porter k son dos, sur son dos. 

Akmw, s. Becard ou beccard, femclle 
du saumon. — Od d'akraw : oeufs de 
saumon. 

Akreh, V. (Takreh, no-Z'Okrehan) . 
Accrotlre, augmenter, etendre. — Voss 
famil t bin akrdkow i el s'acrdhret co : voire 
famillo est bien crue, elleva crescendo 
et s'agrandira encore. — jikreh si mo- 
maie , st rivnow : accroltre sa reputation , 
son revenu. 

Akr^hecb e .tkrehmlD , S. AccroissO- 

ment, accrue, augmentation, propaga- 
tion. — Akrehmin d'fbrieunn : accroisse- 
ment de fortune. — Akriheg cfon poi : 
accroissement d'un pays. 

Akreikr, V. Acbctcr k credit, acheter 
sans payer. — Ji vin d^achti on froumag 
di Haif, si Vach akr^Mu : je viens d'ache- 
ter un froraage de Herve, et je ne Fai 
pas paye. 

AkreAr, v. (fakred, nO'XikrHan , 
fakredret), Accroire. Voy. KreAr. 

A-krcAr, adj. Crovable , probable, 
vraiscmblable. — Sottla wV nin a kredr : 



Digitized by VjOOQIC 



AKS 



— 35 — 



AKU 



ecia est improbable, il n*a nulle probabi- 
iit6 ; c*est invraisemblable , cela manque 
de vraisemblance. 
A-krouf, adj. Gibbeux, bossu, ^lev^. 

— Inn prtrteie dt feUt esS't-a-krauf : une 
partie du foie est gibbeuse. 

Akroeh , s. Tenon , petite cheville de 
ferqui doit assujettir le canon d'une arme 
sur son bois. 

Akroeht h Akroet^, V. (Takroch ^fth 
kroctaie), Accrocher, attacher, suspondre 
k un crochet , a un clou. — De^ chtreil 
s'onA-akrocU : deux charrettes sesontac- 
crochto , se sont enchevelr^es. 

Akroeteek, s. Accrochement , action 
d'accpocher. — Vakrocleg di deA karoch , 
c"c8S't'inn sakoi d^danjreH: Taccrochement 
de deux voitures est dangereux. 

Akropi, V. (Takrop , no-z-akropan), 
Accroupir, baisser le derri6re pr^s des 
talons. — J'akropiha mHefan d Vfiaieie po 
f6 St mdctsU : je (is accroupir mon enfant 
dans la petite cour pour soulager son 
besoin. — S^akroupi dri n'hongnett di foUr : 
s'accroupir, se ramasscr en un tas; se 
blottir, se tapir derri^re un tas de foin, 

Akroplkeek e Akroplhmliiy S. Ac- 
croupissement , action d'accroupir. — 
L'akropiheg vi rin bin rati ndhi : Faccrou- 
pissement fatigue bient6t. 

Ak0, s. Axe, ligne droite qui passe 
par le centre d*une figure et qui la par- 
tage en deux parties ^gales et sem- 
blables; essieu. — L'aksdHnn haul, d'inn 
&vdl : Taxe d*une boule ou d*un globe , 
d'un ovale, etc. 

Aksan, s. Accent, Elevation ou abais- 
sement de la voix sur certaines syllabcs; 
prononciation propre k certaine pro- 
vince, k telle ou telle localite. —Vaksm 
dd botress : Taccent des hotteuses. — 
Vaksan fUmin ou tihon : Taccent flamand. 

— Vaksan lijoi fax k'on parol md francei : 
I'accent liegeois est cause qu*on pro- 
nonce incorrectenient le francais. — Ji 
souf di n'pokAr akwm Vaksan francet : je 
soufTre de ne pouvoir acquerir Taccent 
francais. 

AkMiA, s. Accent, petite marque sur 
une voyelle pour en faire connattro la 
prononciation. — / n'mett nin db-z-aksan 
wiss kenn nt fd : il ue salt pas accentuer, 
il n'obsen'C pas bien Taccentuation. ~ 
De tin pad, Vaksan drconflek si louin^ on 
pti teCtai : anciennement Taccent cir- 
conflexe se d^signait par les mots : petit 
auvent. 

AkMiAi^, V. (Taksanii ^ faksantaie). 
Accentuer, marqucr d'un accent. — Vo- 
3-at»^ n^ligi d^aksanti com i fd : vous avez 
H^gligc Tacccntuation convenahle. 



AkMBieek y 8. Accentuation , mani^re 
d'accentuer. — Vo knohi bin Vaksantech : 
vous connaissez bien Taccentuation. 

Aks^iUy s. Accessit, recompense de 
celui qui approche d*un prix. — Mi pti 
a-t'Obtinou an pri t deU-z-aksecitt ; mon 
petit a obtenu un prix et deux accessits 
(ou deux accessit). 

AksegBeH, s. Ddmonstrateur, qui de- 
mon tre. — Dih^'Z-a VaksegneH ki v'z-espUk 
to : dites au demonstrateur qu*il vous 
explique tout. 

AksesBcUr, s. Signe , designation , 
trace. — Ji H dna VaksegneUr ki li faUv 
po sYiknoh : je lui fournis les indications 
qui lui ^taient necessaires pour se re- 
connattre. — Diet wdtl VaksegneUr ; Dieu 
preserve la place (oil Ton s'est bless6). 

AksesDt, v. (raksegn, no-z-aksegnan), 
Enseigner, apprendre, instruire; indi- 
quer, montrer. — Akscgni Vgranmair, 
VdrnUtik: enseigner la grammaire, Tarilh- 
metique. — Aksegnim li row Ma-tantt- 
SflTtt : indiquer-moi la rue Ma-tante-Sara. 
—-Lidki n'apiin nou mestt a s'fi , U akscgn 
li filoutrHe : celui qui n*apprend pas uu 
metier k son ills lui enseigne la 
Olouterie. 

AksM^r^, ate, adj. Acc^Mr6, hi^t^, 
press^. — FS rot6 le sodar d pa-z-akstlin-i : 
faire marcher les soldats au pas acc^- 
lere. — MectjrHe akstleraie ; messagerio 
accel^r^e. 

Akseftr, s. SouiUurc, petit trou , petite 
tache, leg^re atteinte. — Vola n'rOb k*a 
slu lontin mdtow t ki n'a nin n'akseUr : 
voilk une robe qui a ete mise lougtemps 
et qui est restee intacte. 

Aktfur, V. (J^aksH), Atteindre. Voy. 

A0kAr. 

Akieftr, trtiMi, s. Acteur, personnage 
dans une pi^ce de theatre ; com^dien , 
artiste dramatique. — On-z-a-t-aplddi 
Vaktriss e hup4 Vaktedr : on a applaudi 
Tactrice et siffl^ I'acteur. 

Akiatvei, adj. Actuel. — Li pdchi ak- 
tuw6l : le p6che actuel , par opposition 
au pech6 originel. — Li mdtt aktuw^ : la 
mode actuelle. 

Akiu\»-6iiiiiii, adv. Actuellement, pre- 
sentement, h present, aujourd'hui. — 
Deddivan, i dmaniv t Vveie, aktuwilinin i 
s'tin- d viech : autrefois il demeurait en 
ville , actuellement il se tient k la 
campagne. 

AkamAr, adj. Accusable, qui pent ^tre 
accus^. — De dmait pro&v rindd-t-inn om 
akuzdf : des semi-preuves rcndent un 
homme accusable. — Li p&v feum, on 
n-Va nin trovi' akuzdf : la pauvre feinine , 
on nc V'd pa* Irouvec accut?able. 



Digitized by VjOOQIC 



ALA 



— SG 



Akax4«ioii h Akumeeh, s. Accusation f 
action judiciaire par laquelle on accuse 
quelqu'un ; inculpation » d^nonciation , 
delation. —Ak d'akuzddon : acte d'accu- 
sation. — Fdze akuzAcion : accusation 
fausse, calomnieuse. 

AkasatcAr, s. Accusatour, cclui qui 
accuse; denonciateur, d^lateur. — Li 
prokureH d^ Roi s'a poirU akuzateiir d'on 
fa temon : le procureur du Roi s'est port^ 
accusatour d*un faux temoin. 

Akus^, V. (fakusSy no-z-akuzan). Ac- 
cuser, d^noncer, inculper. — Akuz6 a 
ioir : accuser k tort, accuser calomnieu- 
sement. — S^akuzd Von Vdtl : s'entre-ac- 
cuser. -^ Li did s'difin Uivan d'ess akuzd, 
si riknoh koupAb : celui qui se de- 
fend avant d'etre accusd se reconnatt 
coupable. 

Akamin^, V. (fakuzirufie). Cousiner, 
nommer queiqu*un cousin ; se cousiner. 

— // akuzinaie kdzi io Vmontt : il se cou- 
sine presque avec tout le monde. 

Akwaelil ^ Akwall, V. (Takwatih^ 
ruhz-akwatihan). Se bioltir, se clapir, se 
raccourcir. — Vdef li chet s'akwati po 
ratinle li sori? Voyez-vous le chat se 
blottir pour attendre la souris? 

A-k^vaie.p8, adj. Quadrup6de, qui a 
quatre pieds. — Le jvd^ le chin^ le 
ch£t, etc., c'd dt Mess a-kwatt-pi ; les 
C:iie\aux, les chiens, les chats, etc., sont 
des animaux quadrup^des, sont des 
quadrup^des. 

Akw^ri, V. Acquerir. Voy. Akoiri. 

A-ki!viA, adv. A quia. — // ess-t-d- 
kwia : il est a quia, il est aux abois, il 
ne peut plus repondre; il est mis au sac, 
il est hors d*6tat de repondre (i). 

Ai, pr^p. A la. — Ji v'prHe al fiess : 
je vous invite k la f^te (a). Aid al cm ; 
aller passer la soiree. 

Al, s. Aile, bi^re anglaise sans hou- 
blon. — / vin p6 d'al c noss pat : on importe 
peu d'aile dans notre pays. 

A-la-boftrlott, adv. Voy. Boikrlatt. 

A-iAeh, adj. Ouvert. — L^/ Vouh to-t-d- 
Inch : laisser la porte tout ouverte(3). — 
L'ouh d Vfigness on d'manou d-ldg del nutt : 
la porte et la fen<5treont couche ouvertes. 

- - Li lea aveH rgueUie d-ldch : le loup avait 
la gneule b^ante. — Dimani rbok d-Utch : 
roster bouche b^ante, ne savoir plus ^que 
dire. — Ri(ilr U bre^ d-ldch : recevoir h^ 
bras ouverts. — A4dch , Mali , tap ti kou 
enn M : ddrive , Mathieu , vise au large , 
vire de bord. 



[*l Enfonei et huai loni dei teraes reMfu^ dam It 
^ocabnlaire des ^tudianU. 
(a) Ne dites pat : j« WM fHe i la ftto. 
(i; foufe AM torye n'eat pat fran^aia. . 



ALB 

A-rasA, adj. Schisteux, qui peut se 
divisor en lames ou feuilles. — On tiair 
a-Vagd : montagne schisteuse. 

Aiai, 8. Petit jalon, piquet, dchalas. 
-^PlanU d^'Z'dlni po s'alignl : planter des 
jalons pour s*aligner. 

Aiaie, s. All^e, avenue, passage entre 
deux murs, entre deux haies. — Alnie di 
plop, di iioUy di gH: all^e de peupliers, 
de tilleuls, de noyers. 

Aiaie, s. Allee, action d*aller; circu- 
lation. — Ci n*^ kHnn alaie t n'vinow : ce 
ne sont qu*all6es et venues. 

Aiairii, s. Alerte, alarme subite. — 
No-z-avan-t-awou deUss ireH-z-aldirtt dss 
nutt: nous avons eu plusieurs alertes 
cette nuit. 

AlAm. Voy. AlArm. 

Aiambik, s. Alambic, vaisseau pour 
distiller.— AtewW/: di veHl, di keHv, di f&r : 
alambic de verre, de cuivre, de terre. 

Aiambik, s. Bi^re forte de Bruxelles. 

A-rap^ti, pr^p. A Tapp^tit, h cause 
de. — LM tounU s'mohonn a-Vapiti di treA 
kwatt cin fran ki faUfpo VrikpaH : laisser 
tomber sa maison k Tapp^tit de trois ou 
quatre cents francs qu'il fallait pour la 
reparer. 

A*ia-p6siu, adv. A m<^me de. — Ji nVo 
nm a-la-pdzitt di v'pdi, di on p6 d"pacimn$s : 
je ne suis pas en mesure de vous payer » 
ayez un peu de patience. 

AiArgi, V. (Taldrgih, no-z-aldrgihan), 
Elargir, rendre plus large, plus ample. 
— Aldrgi dt wan, dt soU: ^largir des 
gants , des souliers. Voy. maiArgi. 

AiArgihech) s. £|argissement. Voy. 

BalArgihech. 

AiAr^keftr, s. £largissure. Voy. Ra- 

UrglheAr. 

AiArm, s. Alarme, cri, signal, epou- 
vanle subite; Amotion. — Tap6 Valdrm : 
Jeter Falarme. — CV todi In ki jett Valdrm : 
c'est un alarmiste , c*esl toujours lui qui 
rcpand I'alarme. — Fdze aldrm : fausse 
alarme, faux bruit. 

AUrmnn, antt, adj. Alarmant, in- 
quietant, emouvaiit. — Dd hru oldrmnnt : 
des bruits alarmants.— /)<r-2-fl/fl;7fta«fd wo- 
rt?/; des nouvelles alarmantes. 

AiArin6,v. (Taldrmaie). Alarmer,don- 
ner Talarme. — Ci bru la aUarmret to 
Vmontt : ce bruit alarmera tout le monde. 

A-ia-Tflr, adv. Au hasard , \k Taven- 
ture , inconsid6r^ment , en aveugle , 
k Faveuglette, en la garde de Dieu. — 
Tiri a-ia-vir : tirer au hasard , h coup 
perdu. 

AiHbagweu , adv. Despotiquement , 
d*une mani^re despotique , avec un pou- 
voir absolu et arbitraire. --On no vou mini 



Digitized by VjOOQIC 



ALD 



— SI 



ol'hagHetl : on veut nous mener tyranni- 
quement. 

Aibair, s. Albert, nom d*bomme. — 
Li Gran-t'Albair : Albert-le-Grand. 

Aib«00y s. AlbAtre, espdce do marbre 
transparent et vein^. — Blan kam inn 
aWass : blanc comme Falbdtre. — Oit mdie 
d'aUfoss : une petite btlle d*albdtre. 

Aibom, s. Album, cabler, carnet, ta- 
blettes de voyageurs pour y inscrire les 
noms des personnages consider^s. — - Inn 
j6tie konless Hringir a prit mamzcl Vcrcken 
de ««d s'tto so s*ialbom : une jeune com- 
tesse ^trangere a pri^ M"« Vercken d*ins- 
crire son nom dans son album. 

Ai-ebABi) s. A Timproviste. — On m'a 
vnou printt al-cham : on est venu me 
prendre ex-abrupto, k Timprovisle. 

Ai-eham, s. Aux quatre coins, jeu 
jou^ par quatre personnes plac^es aux 
^ quatre angles d'un espace carre, et par 
une cinqui^me qui en tient le milieu et 
qui cherche h s'emparer de Tun des quatre 
coins lorsqu'il reste vide. — On n'jow 
nin lontin al ckam : on ne joue pas long- 
temps aux quatre coins. 

Ai-eheeii, adj. Cbargc, portantun far- 
deau. — - Vini al-chech t n-n'd ral6 al vUtt : 
venir charge et retourner k vide. 

Aiehim^ie, s. Alchimie, art chim^- 
rique de la transmutation des m^taux ; 
recherche du remade universel , de la 
pierre phijosophale.— L'flicAf/w^/« ess-t-on 
so nUcech : Talchimie est une aberration 
de Tesprit humain. 

Ai€iiiiiiik, adj. Alchimique, qui a rap- 
port h Falchimie. — Dt rabdjrHe alchimik : 
des reveries alchimiques. 

AiehhMisfl, 8. Alchimistc, cclui qui 
s'occupe d'alchimie. — Gna pu wair d^- 
z-alchimiss : les alchlmistes sont devenus 
rares, 

AiefM, 8. Soiree. — To It-z-alciss ijow 
a pikel avou rdnci : il passe toutcs ses 
soirees ^ jouer le piquet avec le fermier. 

AidisftDD, s. Aldegonde, nom de 
femrae. — No-z-md inn egliss , inn poroch 
t n'row di Sintt-Aldigdnn : nous a v ions 
une^glise, une paroisse et une rue de 
S^'-Aldegonde(i). 

Ai-diionk, pr^p. Le long, tout du 
long, tout le long, au long de. -—Roid 
Uhl-d-dilank di Vaiw : marcher tout le 
long de Teau; longer, cdtoyer la ri- 
viere. — Att'triviei , al'di-lank : ab hoc 
et ab hac. 



(i) Cette rue, ainsi que ceU<>sdn Dragon d'or et du 
Cndfix, sonl aigourd'lioi confondupt d^ini cvlle de la 
CafiAlrote. L'^ine, qui etait adosM^» a celle de Saiiit- 
wms, a ete demoiie, et let deux paroi&»C8 u'eo foul plus 



ALE 
Ai.4rir.ai.4rar, adv. fitourdimeut. 

Voyez Al-irisM-al.YaMi. 

AI6 , v. (Ji va , no-Zrolan ; fdif, fala ; 
yiret, va, alan; hi vass, k*U alah; fa stu 
ou situ). Aller, marcher, 8*acheminer. 

— Aid apt : aller k pied, pddestrement. 

— A16 a ji'd : aller k cheval. — AI4 d 
VkAv, t grint: descendre dans la cave, 
monter au grenier. — AU a tness, a vep : 
aller k la messe , aux v^pres. — AU d 
Roi^ A Miniss, d I'Evek : aller au Roi , aux 
Ministres , k Tfivdque. — AU pormin^ : 
aller promener (ou se promener). — 
AUastok : heurter, choquer, donner de 
la t6le centre quelque chose. — Si ti 
vou-t-aU al fiess, va-z-i : si tu veux aller 
k la fC'te, vas-y.— Vfl->^;drdm, si cdp on 
bouket : va au jardin et cueilles-y un bou- 
quet. — Va-z-t planUd^joU : vas-y planter 
des choux. — Vass td nHnttfdrmS : va t'en 
informer. — Va-z^nn n't savu dd novel : 
va en savoir des nouvelles. — AU IdreM 
vdie: aller le droit chemin, suivre lo 
chemin de la verlu, vivre en honn^to 
homme. — / n*va k'avou dt vilrin: il ne 
fraie qu'avec des vauriens. — Ciss-U 
6fun la ni fai k^'aU t vni : cet enfant ne 
fait que d'aller et venir. — Soula va ko : 
cela va passablement , assez bien. — 
Souk va-t-aU : cela va aller son train. — 
Soula va todi pi, todi mi : cela va de mdl 
en pis, de mieux en mieux, — Gna rin 
ki vass pu viit ki Vtin : rien ne va plus vilo 
que le temps. — Kimin v^va-i-i? comment 
vous portez-vousV comment vous en va? 
-— Ki vass d Dial! quMl aille au diable! 
Fi aU U-z-^li : mettre les autres en branle. 

— Fi aU cisS't-afair la : donner le branle 
k cette affaire. — Yoss-t-drlog va-t-el bin ? 
votre horloge va-t-elle bien ^ — Ki soula 
n'vass nin pu Ion : que cela ne nous passe 
pas. — Ce deU sakoi la n*von nin ^dnl^ 
ni von nin adram: ces deux choses ne 
cadrentpas, sont incompatibles; il y a 
incompatibility entre elles. — Voss pbrik 
ni va nin bin : votre perruque ne va pas 
bien. — Soula va kam on pogn so inn oHle : 
cela va comme un poing sur un ceil , 
comme un cheveu dans une soupe. — 
To'i-afai va Vkou-z-d hd : tout va k la dd- 
bandade. — Alon, hale: aliens, vite, 
courage ! — Va pu Ion : va-t*en , retire- 
toi , en arri6re ! — AU al chess d lurcett : 
courir apr^s des riens, poursuivre une 
chim^re, un fant6me. -- Po bin aUy 
fdre^ k*to Vmmtt s'Hindah : il irait bien 
si tout le monde s'entendait. — Uovreg 
va-t-ess fai : Touvi^age s*en va fait. — Li 
grdss va-i-ess foU: le salut s'en va fini. — 
/ va-t-ess doz eUr : il s*en va midi. — £/ va 
so vintt an : clle court sa vingti^me an- 

TOME I. 6 



Digitized by VjOOQIC 



ALE 



— 38 ^ 



ale:. 



opinions. — No veitrati ,i(»tt CQ¥ln iret : 
nous verrons qufil,,coi\fd Dfr^endront les 
choses. .. • c . .^ 

Ai^, int. Ailez. -r-J/t n-n'Avet sogn, aU : 
yen aiirais soin, ail^zi -t 4/5^, t'o d*vri ens 
honteH! Allez,n'gvez-vpu^|>oint de bonte! 

Ai^ (Enn n*) ,,\,(J[^^TH*Hfa , no n-n^a- 
Ian) (i). S'en aller, p'artir, sorlir, s*ab- 
senter, se relirer, ieguerpir, prendre 
le camp, d^semparer, s*^clipser, dispa- 
rattre, tirer ses gufilres, faire Gille. — 
// m'va't-eU : je m'en vais au lit, je ui'en 
vas me coucher. — Enn n'al6 A pu-z- 
abtie: s'en aller au plus vite, prendre 
Jacques Ddloge pour son procureur. — 
Jan-zty alan-z^i allons-nous-en. — Enn 
n*al/aign? nous en alions-nous? — Enn 
n*al6 80 Ha88 : s'acheminer vers Hasselt, 
prendre la route de Hasselt. —Fd n-n'aU: 
expulser, faire sortir. — On 8ekr6 po fi 
n-n'aU U wandion : un secret pour faire 
en aller les punaises. — To n-n'alan : en 
s*en allant, eliemin faisant, passant che- 
min. — Enn n'ald hdr d hott : s'en aller 
0^ et Ik , par monts et par vaux. — Ld 
jdnn vinet , U H n-n'ti^on : les jeunes gens 
viennent ct les vieillards s'en vonl. — Li 
p&v-r-om enn n'eva: le pauvre homme 
decline, deperit; sa sant6 periclite. — 
Enn-n^M to moran Id vdle : s'en aller mou- 
pant. — Avon ciss maladeie la , on n-n'H'a 
80 vinte-kwaU'r-eUr : par cette maladie, 
on est Irousse en vingt-quatre heures. — 
LH n-n'ali: laisser aller, IScher. —Si 
leln-n^aii: so laisser aller, se dt^coura- 
ger. — St vo n-n'dU , vo n\tv6 nin mdzAh 
di lavmin : si vous allez , vous n'avez pas 
besoin de clyst^re (sorte de calembourg: 
voyez le mot suivant). 

AU (Enn n*), v. Aller h selle, ^vacuer, 
faire une Evacuation; vider, aller k la 
garderobe. — Enn n'dU po d*zc^r t po 
d*zo : s'en aller par baut et par bas. — 
On fnUtt po n-n'aU: dvacuant, evacua- 
tif. — Rim^li po n-n'aU dodmnin : remede 
anodin, purgation anodine. — Ji n'pou 
n-n'oli : je suis constipE. ^ 

Ai« (Enn n'), v. Dire,, . rdp^tcr , s'E- 
crier. — Tess-l-on pofakj enn n'aUf-t-i 
todi : tu es un chenapan, faisait-il , disait- 
il toujpurs. . '■ A ■ 

Ai^-««ok , V. (Ji va-Ui'Mok).. Heurter , 
se cognei:, cboquer qmrenconlrer mde- 
ment. Afirfi'Siok d*inn sqkl : heurter quel- 
qu*un. ,— ; fala-rt-a^aUfk 4'inn pU; : je ;ne 
cognai centre upe pL^re. t^ (feU yalio 
ali-astok Fonif di Vd/t: los .de.ux camioas 
se choqu6rent l*un Fauire. .,, , 

(t) Vdrti n'a n-n'oU 6<Ai*^. XtiAwrt aHteh/* M'hi «ii« 



Api^^i, adj. {^aUeiixvise ditd^nn^iH^ 
on d*autre chose qui a la couleur da iait. « 
-^ Li Uip8m e.fl8'b4im ieb ^rUcai : le lai- 
teron est m& Jierbe vdont l« . suci e&t 
laiteuH, . ' . ; V M '». 

^^dvaa , ,v. (Ji va 49mn). Vtecdder^ 
aller Levant, marjcher derani. -r^Ui tejt* » 
bouri wn^dvan M troup : les lambouri 
pr^oedent. to troupe. — J*fl stu dvan to 
a-m4m CMarki po v-z-nnonci : j'ai ele votro 
prdcurseur ch^zM. le Marquis. . . 

Arl'i^lUlr. Voy, FoA-vfiTTc. 

Aiefc»i,s< Alexis, noin propred'hommes 

Ai<^ki«tM*9 v^ (Ji vu-klQir). hi^iReri^^ 
aller de biais, obliquement^ user da 
moyeasdetournes, de biajsemonlfi-'-^ 
Vola onpaxfii h'4'nn n'hn^ /o-fc^ir ;^ voil^ 
un sentier qui biaifto tout4i-f«it; . ■ • • 

Ai^DAie, s. Halenee 4 souffle iiecom-i' 
pagnE d'odeui»;,oxpjrMionv -^Hilai nnpai 
la m'a sop6 in aldnaie a iimU U].moh al 
vol : CO vikin chen^pan m'a JQaDqu^ one 
balene^ k tuer les mouebes au voJ. 

Ai^ii^,v. (TaUnaie), Halener, sentir 
Thaleiqe de quelqu*un. — Kmni^zroUtU 
ci napai la^ li koHr vi Mfih : qo^nd vou^^ 
baleoez ce canapsa ,,vous resseatescdes^ 
nausE^s. , . .V * . ,. , ..i 

Ai^nf, s. Al^ni^r^ celui quijfait ou:- 
vend.d^si aldnes. rrlmri^^ wmHin.d4^i-. 
aidan,;, ijn a^cnier ftittbieado«iComple. . 

Afen^, s. HaleiQjQ, s^0Ai(1pv;r6&pirationj 
"^ FlairaMLal^mfi z )halejne;.jMianleu— * % 
Akr^n dypdlf^ ;hialei.n^^^cflii(^vre.---, 
Od^ratennctinnsaki: haleijierqu6lqu>ji.i 
— L\ bth ^ «i. foi^t JkW. mi cdp /'dirttft;' leu 
vent dU'Nojcd eat gi vk)U«t qijCli me coope . 
larespiration. — At%J*li^tre8$ 4*aknH : 
Stre .^tteint^de )a oo<Kte Meioe, i^^^ 
aslhqiatiqu.e , «voir la respii^tion br^YO^. 
et fi[;e-quei\te. -r,£f^iiir':<i!ifiiij«fci!^^ :.. boire . 
aim trait, sabler. 

Aic(pp9 8. Al^ne, poincoB. de fer avec 
un niatnche rond^jK^ur percep ie cuir. — 
AlennrK^disponUie: alfioe^poinl^e, dont 
la pointe^^ est cass^e, dmousaee. — Ld 
koipfU.dlil gorit si siervet d^aknn : les cor- 
donniers et les bourreliers se ser\'ent 
d'al^peSj .. , . . ;. 

Aicte', s. Aileron, aube. Voy. Eiett. 

AieAr,.$, All.eur,,.cDmmune du canton 
de Fexhe-Slihs, 4iCi Jvilom. de Li^gc. 
Pop. 700 hab.Supj 85* i/a.hect. — Li 
chesta^ 4'W4roil^ M r}oum4 divin Vinhir 
di Liph,^ 80 dmr d'AJeitr ^lecMic^u de- 
Waroux, c^l^bre dans Thistoire de Li^gei 
est sur le territoire d'Alleur. 

Aiexanti, s. Alexandre, nom d^bom- 
■iPQ(ij; ;.. 'VV ■:,:;;. ,...;'", v. ' ^ 

(i) To fnncaiSiOh jirononet Meltmndre. 



Digitized by VjOOQIC 



(4LI 



—•^39 



ALI 



AifA^f €. Alpha ^premi^re lettrtf Uc Tal- 
:phabet gnect:— iA Brndiudi^i ji goTalfd 
t VornHja: Dieu dit: je sttis ralpha et 
Fooieiga'; c'est-ii-diro *e ooiumencement 
etlafitt. n 

i iAfr«M(iiiy>adj. Alphahetique , selob 
F^rdre de Tftlpiiabet. — Idvlai alfaHiik : 

> 4fltie«iu ^lpliat)(^tique. — Lm alfabdik : 
liste alphabetique. 

V *" -Aifmii«iiknaii> adv. Alphabotique- 
meiit, dans Fejtdre alpiiabetique.— SiniV 
to Idvoialfiitfetikmin: ecrire tous les nonis 

i^alpliab^tiqueiiient; 

!'. AUMMsuV s: A^phftbet, ensemble des 
lettres d*uDe languo, eroix* de par Dieu , 
ab^cedlure^ — Mfabeti frattcet^ «/«w//i, gnik : 
alphabet fraocaiB , allernand , 'grec. — 

^Aprmie Vntfkbet^: appr^ndre l*»lphabet. 
-^.RinUtd a I'alfabelt: renvoycz-le k 
falphabel. • . 

jouAi 6 i4tfAi^ 8. Aspbalte, bitume 
solide, itoir et luisant. — Gna ddpanklet 
ki son plaki d'aifait : it y a des IrOtCOirs qui 
sent oourerts eu aipbalte. 
.^ AWoi^ii, a^v. Forcdmenl, psir for*e, 
de'torcQt malgwi'soi. -^li afalou 9tchi 
mifa'd'^biu^ tt»'a fallu iirer cela de 
foEceiK'"- ■.'^"' •'''^' . • ' ■ 
Aigiu^Uy 8. Algarade V sorlie brusque 

uconti'e tjuofcqu'un, insulte; aventore 'filf. 
chcuse ,i ecboc , uubaino , tebufltede. — i- 
No j6ni gin eUri n'famciize ulgar^Ct po fjo^ 
deLt^B^: en (iti nos joiines gens une 
liere al^pntdo'pour ie Jowr de fe f(He. ' 
.jii^^V^.iAli^dbret caleut d^ qUtin- 
tiles representees par des leltresl' — // 
aptin Vdgibi U^ludie (ou ilenseigne) 
Palg^bre. ^-^ <M konii d^alg^: ^6^ ealcols 

f»lg6bplqui8»i ' ' 

' *Al9^b»l«1mlir, tO^m^s ^ ' Alg^bt*iSte , 
ceiui 4fii sait Palg^bre. -- 5V<> skoll , cV 
d^a de bon-z-alg^bridam : vos el^ves sont 

'd^^le bons algebristes. 
'.^diig«ii>iiL , adj. Alg^brique I ^ui eon^ 
^cerne I'^lg^bre.-^l^ilf&n//; demzonnmin 
(dgdfrik : des calculs, des raisonnements 
al^^brkjues. -^ Prat^ dlgibrik :- preuve 
alg^brique, ^ ' 

vf .Ai^ftrikmiii, adv. Alg^rlqiiOfnent v 
par des operatiolis ou des r^isoi>neinenil^ 
algebTiques. — Dimostrd ttlgdbrikmin: de-^ 
montrer , prouver alg^briquemenl. , 

AtF6ii1evue^1i'*la bAter subrepticement , 
d'une maniere subreptice.— 0» n'fhi mdie 
-rind^^n al^hap-: on ne fait rien d*exceU 
lent h i^h^h , pr^cipitam : ent « ik d^- 
p^che compagnon. 
^' .%r4hiipikit, adv.Alagribouillette.Voy. 

AiimiMkmm t .%ii«nss, s. Alliance , afll- 



nitt^. — No-z-Cittan parin par aliams: nous 
sommes parents par alliance. 

AiiaiMS0 e AiiAiiM, s. Alliance , fede- 
ration, union, confederation. —Li veie 
alianss : Tancienne alliance , celle que 
Dieu contracta avec Abraham et ses des- 
cendants. — Novel aliams : nouvelle al- 
liance, cello que Dieu a contract^e par la 
redemption, avec tous ceuxqui croiraient 
en J.-C. — Alianss d'atak h di d'fltiss intt 
deH soveriH : alliance oflensivc et defen- 
sive entre deux souverains. 

Aiiaiiuis e .%ii«MM, s. Alliance, bague 
d'or composee de deux oercles reunis. 
—Alianss di nuiriech : alliance de mariage. 

Auhij s. Alibi, presence dans un Iteu 
autre que celui qui est designe par Fac- 
cusation. ~ / tt*a polou prov6 s'lAlibt : il 
n'a pu prouver sou alibi. — Ld krimiiUl 
koiret volit a fi vaie^r leA-z-dlibt : les cri- 
ininels chercheul souvent k faire valoir 
leur alibi. 

A¥ibiei, s.' Personne ou chose gro- 
tesque, ridicules ; vieillerie. — ifW<*-*-fl( 
pindicion cl vi UHbict la : mettez co vieux 
mcuble^ M ve^e. 

AiYei^W. (faliaie^ na-z-^lian}. Allier, 
associer, unir , confeddrer. — L<i dett pal 
s'oU't'dlU po f6 Vgair : les deux fitats so 
sWit allies pour faire la guerre. — Lt-z- 
alid fourt baton: les allies furent battus. 
' ' 'Aii*>ti. Allie, confedere, federe, liguo 
avec un autre. — C'd le-ZHilid d-Van 14 ki 
nd^z^fi-t-amind le Cozak : ce sont les allies 
^e 4814 qui nous ont amene les Cosaques. 

Arlieeh, s. Alliago, assemblage, eom- 
binslison de plusieui^s metaux. — Li homts 
e Vjenn keHv , c'd de-JHiliech ; lo bronze et 
le *cuivi*e jaune sont des alliages. — 
Kinoh^bin Vr^k d'oiu'cA? connaissez-vous 
la regfe d'alliage ? 

AiigMt, V. (J'alegn^ no-z^Ugnan). Wi- 
gnerjMranger, dresser sur uno meiuc 
ligne;^ enligner. — Alignl dt s6d/ir, inn 
hxiie, Uifi row: aligner des soldats, uuo 
haie, uffehie. 

« ^ Aitgii^eii e AUgnmin, s. Alignement , 
dispOisitioh 'Sur une ligne droite, action 
4^i{^ner. ^Rintrd dvin Valignminy, ka 
v'z-esU foU : rentrer dans Falignemeut, 
cflr Vdiis <?tes en dehors. — Mett inn mo- 
%om $0 Valighmin del row : bdtir uue 
nidfson sur Falignement de la rue. 

AiiBi^, V. (falemy no-z^iinan), Usei', 
payer,. deteriorer. — Com al lonk dt tin 
ciss-t-aci la s^a-t-alimil Comme k la 
kJftgue cct essieu s'est use ! 

Aiimin, s. Aliment, nourriture, en- 
tretien, subsistance, vivrcs, munitions. 
•^ Li pan e VcMr , f V de bon-z-aliinin : Ic 
pain et la viande sont de bons aliments. 



Digitized by VjOOQIC 



ALK 



- 40 — 



ALO 



-— Lt-Z'bfan divet db-Zralimin a kH pir t 
m&r : les enfaats doivent des aliments, 
doivent une pension aliincntaire k leurs 
p6re et mere. — Li hoi d ralimin de 
fcH : le bois est Taliment du feu. Voy. 
BiAgnhoii. 

Aiimint^, V. (ralimintt ^ j*aUmintaie). 
Alimenler, nourrir, fournir les aliments 
necessaires. — Lb marchi d'Lich alitnintet 
to Vz-dbitan del provinss : les marches de 
Liege alimentent tons les habitants de la 
province. 

AiimiMtccii , s. Alimentation, action 
de nourrir, de fournir des aliments. — 
Fa bin de dinraie po raliminteij d'onpai : il 
faut beaucoup de deuri^es pour Talimen- 
tation d*un pays. 

Aiiminteik, oAm , adj. Allmenteux, 
nourrissant, nutritif, substantiel. — Bu- 
vrech aUminieU : breuvage, liquide ali- 
menteux. — Db pastel aliminleUss : des 
pastilles alimenteuses (ou alimentaires). 

AitiM^iA, s. Alinea, mot qui signifie ^ 
la ligne, quand on dicle k quelqu'un. — 
Li prumt b Tdibrin alindid del pdch : le 
premier et le dernier alinea de la page. 

Aifr, s. Allier, filet pour prendre les 
perdrix et les cailles; tirasse. — No-z- 
avan mHou ottan d'alir po hap4 dt kwate : 
nous avons place tant d'alliors, pour 
prendre des cailles. 

Ai.ka«potc, adv. Au gaspillage. Voy. 
KMpoYe. 

Ai-ki«Mc, adv. En detail, par petites 
portions, par petites mesures. — Vintt, 
achli del sitof, dd cHr al-kitcie : vendre, 
acheter de Tetoffe, du cuir en dt^tail. 

Voy. AI-kdp-gaeJklf». 

Ai*kivmimnM, pr^p. A T^quivalent. — 
Ovr6 por lu al-Uvalams di sou k'vo li dvi : 
travailler pour lui jusqu'^ concurrence 
de ce que vous lui devez. 

Aikdr, s. Alc6ve. Voy. FoAm-iikidiHi. 

Aikoi, s. Alcool , esprit-de-vin pur.— 
Gna trop d'alkol divin cuhs likeUr te ; il y a 
trop d'alcool dans cette liqueur. 

Aikoiie, adj. Alcoolique, qui contient 
de ralcool. — Brouwet alkolic ; liquide 
alcQolique. — LikeUr alkolic : liqueur 
alcoolique. 

Aikdiim^, V. (Talkdliss oufalkdlizaie). 
Alcooliser, m^ler de Talcool k un autre 
liquide. — Alkdltz6 de boi^n : alcooliser 
des boissoiis. 

Ai-kopeti, s. Au sommet, h la cime. 
Voy. Kopeii. 

Ai-kdp*saeAie, adv. A un prix one- 
reux , exorbitant. — Sin sb porvAzion, i 
fh't'Ocht^ al'kdp^ueilie : se trouvant sans 
provision, il faut acheter chez le re- 
graltier, a un prix onereux. 



AikoniM, 8. Alcoran ou Coran, li\Te 
qui contient la loi de Mahomet. — Hindi 
I'alkoran : abjurer T Alcoran. 

All A, s. Allah, nom que les Mahome- 
tans donnent a Dieu, el qui est leur ex- 
clamation ordinaire de surprise, de joie , 
de craiule, etc. — / brH Alia , « broki-t-i 
so no-z-dtt : ils crierent Allah et se preci- 
piterent sur nous. 

AiieiutA, int. Alleluia, mot hebreu 
qui signille louez le Seigneur, et quo 
TEglise chante au temps de Piques. 

AiiciuVA,s. Alleluia, petite plantequi 
fleurit vers le temps de Piques , et qui 
fournit le set d'oseille. 

Ainum, mntt, 6. et adj. Allemand , 
originaire d'Allemagne ; germain. —Karel 
d'Alman : querelle d'Allemand , querelle 
suscitee sans sujet. — Li lank alimntt : la 
langue allemande. 

Aimanu, s. Allemande, danse vivo 
et gaie. — Dans^ Valmantt : danser 
Tallemande. 

Aimcnn, s. Alumine, sorte de terre 
qui fait la base de Falun. — Avon Valmenn , 
on fai de potreie, de faiainss ede poreilainn : 
Talumine sert k la fabrication des pole- 
ries, des faiences et des porcelaines. 

Ai-miM, adv. Manuellcment , h la 
main, avec la main. — RicUr del min 
al-min: recevoir de la main k la main, 
manuellement. 

Ai*miiitoniiiku, adv. A la diable. — 
Cess't-inn ovrech fai al-mistonflAtt : e'ejit 
un travail sabrenaude , un ouvrage fait k 
la diable. 

Ai*moir, adv. A Farticle de la mort, 
in extremis. — F^ on lestamin kwan an-z- 
ess-t-al-moir : faire un testament in ex- 
tremis. — On Va nuirii k'il esteH-t-d-moir : 
on Fa marie in extremis , qu'il dtait 
moribond. 

Ai-nuti, s. Soir, soiree. — Ytniss mi 
vei n'ol-nuti : venez me voir un soir. 

— /* sdrtt to le-z-alnutt : je sors tous les 
soirs. 

Aiot, v. (J'alCie). Enlier, joindre et 
engager des pierres ensemble. — Poirt^ 
db plr a macon po-z-doi tfont : porter des 
pierres au magon pour ehlier. 

Aiot, v. £paissir, rendre gluant. — 
Aloi n's&ce : rendre une sauce gluanle. 

AioYA, s. Aloyau , pi^ce de boeuf couple 
le long du dos. — Hosli n'aloid : r6lir uq 
aloyau. 

aioIam, onii, adj. £paissi, gluant. — 
Bouion aloian : bouillon, potage epaissi. 

— Sdce aloiantt : sauce gluanle. 

aum, s. Alun , sel mineral , d*uD ^oM 
austere et astringent. Di Vaiw d*aloH : cau 
d*alun. 



Digitized by VjOOQIC 



ALO 



4i — 



ALO 



AioM, int. Cbut! Allons! — • Alon, tai- 
hiff ho^6 fou k'on di : allons ! taisez- 
vous , ^coutez ce qu'on dil. 

AioM, s. Cchalas, bdlon pour sou tenir 
un cep de vigne, un arbusle, etc. — On 
boirai (Tdlan : une botle d*echalas. 

AioM, s. Jalon , perehe ou grand 
b«iton qu*on fiche en terre pour prendre 
des alignewents. — Alignt n'hme avau 
de-z-^lan : aligner une haie avec des 
jalons. 

A-ion, pr^p. Dnrant, pendant. — Ctt 
an d-loH: huit annees durant. — A-lm di 
jod i s'porm&nn : pendant la journi^o , il se 
promene. 

AioMcii, 8. Allonge, ce qu'on njoute pour 
allonger; morceau de cuir ajoute a la 
senielle sous le talon. — Mctt inn alonch 
a n'kotty a dd gordenn: uiettre une al- 
longe a une jupe, a des rideaux. 

AioB^, V. (falonaie), Aluncr, trem- 
per dans une dissolution d'aluu. — Alotid 
n*sitofau on llv : aluner une etoffe ou un 
livre. 

Aion^, Y. Jalonner, planter des ja- 
lons de distance en distance ; bornoyer. 
— Aloni n'dr6f: jalonner une allee. 

AieMeeh, s. Alunagc, action d^aiuner; 
alunation , action par laquelle on forine 
l*alun. — Valmu'ch fai tni le kolcUr so l^ 
stof: Talunage lixe les couleurs sur les 
etoifes. 

AUMeeh, s. Jalonage, action et ma- 
nidre de jalonner. — Ldlonech e mdldheie 
a f6 kom i fa: le jalonnage est diificile h 
fai re exactement. 

AioMeik, eAstf, adj. Alumineux, qui 
est de la nature de Talun. — Ttrin aloneu: 
terrain alumineux. — Aiw aloneUss : eau 
alumineuse. 

AioMelk, s. Jalonneur, celui qui ja- 
lonne. — On n'sdreH forpdi on ban jalo- 
neA : on ne saurail payer trop largement 
un bon jalonneur. 

Along!, V. (J'alonch, no-z-alanjan). 
Allonger, d^ployer, etendre. —- Alongi 
rbress , le janb , H hatrai : allonger le 
bras, les jambes, le cou. Yoy. sittMie e 

RaloMgni. 

AioMnr^ie, s. Aluniere, fabrique dV 
lun, lieu ou Ton tire de Talun. — Onve^ 
d'lott le vti^'Z-alonnrHe di dzeH Chokir : on 
aper^it de loin les aucienues aluni^res 
au-dessus de Chokier. 

AiAnM , adv. Alors. Voy. Adon. 

Aimw, 8. Alosi, ville de la Flandre 
orientale, entre Gand et Bruxelles, k 
^t kilora. de Tune et de Tautre. Popul. 
i7,000 hab. 

Ai^M, 8. Alo^s, arbre d*Asie et d'A- 
frique odorifcrant ; pile. — De koitt 



d'Mss : coi*des d'aloes. — Pil d'dloss : 
pilules alocHiques. 
Aioamc, Y. £clairer, faire des (Eclairs. 

— // a-t-aloumi dss mitt d'inn fameilss 
foic^: il a fait cette nuit des eclairs 
eblouissants, eftrayants. — Komil dtoml 
comine il eclaire! (i)- 

Aiounie, V. (J'alom^ no-z-alouman), 
Allunier. Yoy. Ktfpriutt. 

Aioumceii, s. Lcs cchui^s, explosion 
des nuages ^lectriques. — Utdouniech fai 
dd toir d'Z-oiTie : les eclairs sunt nuisibles 
^ la vue. 

Aloameft, S. AUumeur. Yoy. EspHm- 
deft. 

Aioamtr, s. Eclair, ^clat de lumitNre 
subil, de peu de dur^e et qui precede le 
bruit du tonnerre ; fulguration. — Gna- 
t-awou dt fameHzd'Z-aloumtr del nuti : il y a 
eu de forts et brillants eclairs cette nuit. 

— On n^veidfk'a raireUr d^-z-aloninir : on 
ne voyait qu'^ la lueur des eclaire. — 
Souh pass kom inn aloumfr : cela passe 
aYCc la rapidite de Teclair. — On n'si co 
sou k'cd ki le-z-aloumir di choicer : la cause 
des eclairs do chaleur est encore ignoree. 

Aiodrdi, V. (faloUi'dihy m-z-aloitrdi- 
han). Alourdir, appesantir. — Ci tin In 
niaioiirdih : ce temps m'alourdit. — Ta 
I'tiess aloHrdtie : j'ai la t^le alourdie. 

Aioi^rdin^, V. (laloHrdcnn efalodrdi- 
naie), Tromper, attraper. -^ El s'a lei 
aloUrdini par ci clunoi la : elle s'est laiss^ 
leurrer par ce denicheur de merles. 

Aiouw^, Y. (r alow J no-z-alouumn). 
User, consommer, diminuer. — Mechass 
son-t-alouwaie al htchett : les bouts de mes 
bas sent us^s. — £ riviair , on-z-alow 
baikd d'hote t d'dl : en hiver, on con- 
somme beaucoup de chaufTage et de lu- 
miere. — Kom ci d'ineie fran la ess-t- 
alouwd! comme ce demi-franc a fray(^, 
comme il est use ! 

Aiouw^, V. Depenser, d^bourser, pro- 
diguer , dissiper. — Divin on gran manech^ 
on-z-alow dd-z-aidan ki c'ess-i-inn 8ogn : 
dans un nombreux menage, la d^pense 
est considerable, effrayante. — Sin-z- 
alouwi n'aidan : sans depenser un Hard , 
une obole ; sans bourse duller. 

Aiouw^ , V. Allouer , passer une allo- 
cation, une d^pense. — To T^win, U budjet 
alow on traittmin a to U ci Kon dt ple^s : 
le budget alloue cbaque ann^e un traite- 
ment k tons les fonctionnaires. 

Aioawecii , s. Frai , alteration des 
monuaies. — / /a piett ottan po Valouweg 
d^ mandie : il faut perdre tant pour Talte- 
ration des monnaies. 

(i) Ne dite* pat : cotnme il aUume! 



Digitized by VjOOQIC 



— 42 — 

AioH^^cu, s. Alouelle, petit. ois^au 

' graiiivdre , mauviette^ — : . Almwett r^ 

. ciainn : p^\^p,iife^ favlou^ef-rC^^oitwett ki 

. '.gfi^xent^ i ralwieltegns^^lje^-— //?in«^ flt^ 

^ !' lii^;cfllof^wcU yife r^ifide.: if croyait que les.^ 

' l^/jiIpu^lAJeaj^lui ibinliei'aieiii Iputes rOlies.. 

Aioawctt, 8. l^ueUe^Riprceau de chajr 

^9M?if! ^-^*^^*'*^^<^4u?^s*®^- — r Art* /'fl/oiH, 
mi 



gete . 



AMA 

dersoie pour U;^vaiUer arl'aiguiUe. — 
Pr^sUhB^ im alweie di gii fi d eunu dibMf 
saiett : pretez-moi une aij^uill^edeiU^ris 
ejtf4Uiei4e,laioe bieue h tricoler.. t • 

Am^ 8. Ame, principe de lavie; esprit. 

— VimdisVom : rSme de I'hoaimfe, 1 ftine 

raijBOEwiable. — Van^dB biess : l*ftrue des 

li^esk, rAme sensitive. i-tT4 L)a«t< if^pten^L* 

aYp]i;.la..luetlft dduiise (et} rfim^ dipst pfei^tes, rime.Y^geiativoj— 

I^ |idi^--5r/ii?i (feiPiM-^fl^^r ; lesvpau\u-es 

dmes du Purgatoire, ies Smes des Odeles 

NoH^^m inn ^mai$dv6: 



Voy. 



we 
non 

Ai-riwAti,* adv. toans Tattenle, en 
gjuet-^-pjBns. r7^^f,.,«^/drfl s'jab mett al- 
rimtt po Ipougtidrdd : lb scelerat fut se 
jHieUre en f,itibuscade pour lapoignarder. 
{ Ai-tt^c^Ar, ^;,,iEmbraDchement des 
"^.tiges, noeuds des soudures. — Li bUss k'e 
iklapaie al'SddeUr : le tuyau est dessoude 
'ii Venibranchement. 

, .,', . AI-t«ll«rlgo. Voy. Tallarlgo. 

Ait6r6, V. (TalUroufallair). AUerer, 
^c^fiser de la soif. — Lt-z-inglitin k-fa 
Jmagntm'on dabim altera : Ics harengs-saurs 
- !.Slue i'^' nianges m*out allere tres-fort. 
!ai4^s«, s. Altesse, litre d'honneur 
'altribue aux princes. — Alttiss roidl, 
,,^\alf4s8 s^Mcim : allesse royale, altesse 
\ {jereiVissiine. — Dcprcunn d'alUss : prunes 
' de Moii^jijur. 

.•^i<d,,s,,4lto,, grand violon monto h 
uijte quinle au-dq^i^ous.4u.;Yiolon ordi- 
^.uairq, At /flwi' d-l^alt^: jojuer.,4A I'alto. 
^ '— -' Feii d'.pJidi; (abjiyjinj, d'altjds. ; . , 

.Aitraiks^ai A^uirax , bubpn>,tr4es-cn- 
ilarame , trj^rdpulpur,eyj3^;. .chsirbouu '— 

^^soufri : j'ai h 1^ niique un anthrax qui me 
I'fait cruelienient30ufii^r. , r 
[^ Ai-trotc, adi^.'jPer,du , d^fait, flf'^mb^. 
^— Ji m'a stu mfla^joM^d i^foie , dvlu^vie-^ 

k la poule, ot voiui mop. argent ftaq^^e. ^ 

^ , Ai^vioM, 6. -AiUivio^, terrain iJ>C\qui$ 

4)at! suite de. ia ^le des^^^ux^ jave^..:— ^ 

fawangni u'dimaie f!g,d^ tain par Mlii4'i9tt i 

^ jii,^ague iipe'>demi-\ier^e de terrain .pa^ 

ay^vibn; ,.,;., 7.. , .; . ^ ., : 

,..^>-j^'jiiiae, $.wPrap. En. bas. — Tonm6 

alvalaw di, t^le grl ; ^^gringoleir Teaoa-^ 

.lij^r^bauteribas'.. r . . ,, ]. 

Air* iiM^-ai-iirfiM , idv. A la volee , k \^ 

. « . . — - -3^^ ai^ hoG.et 

?!^ Mi^l-viss- 

j'ea^ toujQMrs 

^our^iuiepij. ... .,,,.. . 

" , AKvAitj.iidv. .Yiwpemenl, mal li%proi 

' po^ ♦ ^liuij^ilemerit. <-^ (Hsi pliji.(i(ii'tm , 

on he Vhodti 7un: ellei^e plaint inulUe-i 

mcnt , on ne Fecoule pas. 

AiMdie, s. AiguUl^e, longijiqur^de fiU 




trepQsses.' 
nous avons uwe (Um k afujyer. 1— Bona 
dm : bonne,;i)ime;,..Jionne fiUe. — Xr«i< 
flirt, rwiirdm : Sme noire, ftmeijeboue. 

— Avu d-Vdmi avoir tdu courage, de 
Tenergie. —Li tranj^UU 4-r<iw .via Iran- 
quillit^ de r^me; atniraxie^ qui^de, 
C4ilme. ^.Bi&mfliK/^v^Vflw d Boidiu: re- 
commander son- ^me a .DieUvidirCv s&a io 
manus. — Rinit Vim: rendre rftme, le 
dernier soupir; expirer; -— i m rimt TiHb : 
il a TAnie sur Ies levres. — £'e$8't^inn£m 
ddnnaie : c'est une flme damn^e, un franc 
coquin. — Va-z-e, p&v Am : allez, pauvre 
femme , pauvre malheureuse.; '— *«/- sd 
cmla t fm di 8*idm,: il en » rirtime 
conviction , il le sait impUcitement , 
dans son for interieur. -7-/^ V-f**'* ji<«*« 
Vdm : j'en suis emu jusqa3a rAmeyifen 
suis navr^. — Fa-ft-eHs kalin d'vin . V4m : 
il faut ^tre un archi-fripon. r^ Srueel 
k^nU^rf^A'^^. <^ ^^^ ^^ : Braxelles 
ccnitieni pliHi de.deux oealjniile^^mos. 
—^L^ZroHUf c'>e^Vmme^d4'da^ .\\es youx 
sent le miroir de TAme* rr-.iijfiwMfitf die 
slidm! pieu^'euiUft avoir son, 4me, que 
Die^ i;ab$olve,;.que Dieu lui lasse miae- 
xioovdl^l'rr^j^wet, so m*Mim/*.iOui, sur 
mon Ame, sur ma foi ; oui, en verile! -^ 
Mag^i 9Hdm : se ;4«K)iiffondre. -— Udm cfe 
*o/(7f.t oeil, 4rou tfaoa le pain. — /fori 
iv^y^mk^pd/dtnS ^'per, Tdli po VdiH di 
s'mir : se debander, prendre la fuile» 
s*enfuiir^qui ci,^utK»* •— Ondi ki Vchin 
,tit*anoldnif^partan^i,fnoAr so Vwahaidi 
fmai8^:.on dii qu& le chien n*a pas d^Ame , 
. et. oependaat il meurt sur la tombe,de 

son mattre. — Kinohanss di Vdm : psycho- 
4ogie>, cpnBaia3»n€ps~psychologique&, du 
psychologisAe ( ou psychologue ) jscieoce 
del-flime. \ .v. .,r ^ . •- 

. Amu,, s./Amay, bourget coramune.du 
canton de Huy, k 6.^4i«i'*^ilom. de cettc 
derniec^d'ille,;et i aO kilom. de Liege. 
Pop. 2,700 babitants. -Sup. -1,639 beet. 

— L^ Ir^ti/kwdr dd-z-otri: d'Aiha , c'eude 
bjjiktcii.: J^ trois- quarts des ouvriei-s 
d'Amay sent des briquetiers < i ). 



Digitized by VjOOQIC 



AMA^ 

il faut lravaillei»:-i-^\« sdr^ tiHie/a^Ofiid 
k'wyn^tCMsii': je %^Pia(i de r^tour avaftt- 
que vous vous en alliez; '^ 

AtAM'f ^dV Botivill^Jn ; - jfeune* bceufr ~ 
a n'tldn%'gUliki oV^*-l-miH(i»*W_; ce ii'e^t 
pasmiWg^isde.-e^^t^in boUviuOn/' ' 

de vesl^ bdutbnrt^e^'BUt*' le Jj^^^et. *^' 
On li^foiA pu^tld-z-dlrMdiiss : m h^ porte 
plus d^dtnfildis; ' ' '^ ^ " * ' • ^^ ' 

Am^RdioAi£^ ^f^. ffmmdMMe)t Ama^' 
douer, flatter quelqu*uH pour olitenh* ce 
qu'ofn d^sii^ de Juivcajdler, atl^d>ei*,' 
affmnder. — Amnd^At&n'krapdtt : enj6lef i 
embabouiner »ne jeutie fitte. -^ L^ a W* 
ffi (fd r^ohician khn'iHcet ptwr dftidd(^(4 
fpeUp : les feseurs de rdvolutionis c5in- 
mencent par amadouer le petfple. ' '* 

AnMdoikieeiK, s. AllJ^ebeittent; tno/jetT 
par iequel on amadoue^ ob aH^che'; 
flalterie , cajolerie. — »• Avon ^ianiado^lech' 
i k^sfiaimngnt : il les a s^Ultd par Fall^- 
chemeoty par la flatterid. ' > ^'' ^ ' 

AmWMMHikf ediM, s. Flim^r/^ejo- 



AMk''* 

iim*k /iidV; AulaHt '(jue'jiiisslbife/"' ^ ^^ 
Airtiaik^Jv. CJ*imakf. Sttfp^fier, fkpp(ir /.^ 



leurjisu-borneuiv — iV;^P//i)fll<^7wn, c*e»«i-f-^' sujets k geler. 



d!elpnneinent , inlerdire t*^^ iritert'o^uer ^' 

d^sapp)o\ntlir:-^Cw«^t»^/ f« /'rtwrnfei : ;c6irc.. . 

'■■■' ' nOuvfeliele^tnpefia. ^JisdYofe amaUau'": '^ 

^^ jes\ffstolil1nlelrdrtc 'iout^batibie', toutci*''' 

• * L%imaiii,aaf.1rtaniaque;'attciptd'une ' 
inanie, d'une fantaisie de^pMoiinee. — "'** 
{Teaif'tAin ftn^ m\ H t^s-rt-U-maket : c*est; 
li0 hotnme d'dsagreablfe,'ii est^maniaque/' . 
fe'esl'iinitianlaque. ' ^' ' '' 

AAi**(ke^^, d.i)feapl)o1nrteraenl, stupo- 
hci\o)ii':'— Vmttdkech e 1% divni to Man- 
mint': fd isttip6factibri le fi^ pdlir. 
' .%*inAYYA, adv. Inutflement, mal h pro- 
j)6s , en vain , en pure perte , infructueil- 
sement; pi*d4i^lement. ~ Vo v'fi n/ihi 
a-mdivd: VouS vous fatiguez inutilement. 
'^ Ttilott dd'Z-^i^m a-mdlvA : tu depenscs ' 
de Ti^rgent'enfmre perte, tu fais des 
dQpenses itifrtictueuSels. 

Aiiii'iiat^ s/Amandter, arbre qui porto 
les amandes. — Ld-z-amandi flohliet tinp , 
fnin'Hsion tinr at jdlate : les amandiers,; 
fleurissent de bonite heure, mais ils sont 



inn atnado^M : ne Ten crdy02^« pos^ il 
cherotteiif vdtis tromper en yous ctfjotetif; 
c'est^n' eiftboteeui?. ' ' ' • * 

j«iMtttf|it>9.^Ee' manger, la nobrfiiUi^, 
la Diihfeeaille^^les'ftliinents, lesvivres; 
— PiAI'amagiiiytSih^e la«oupe, la cUisine. 
— K6drold*amagnt! que] dr6\edemdingef'\ 
quel >^trattge m^ter^l -^ Si porminS po f6 
d'hirUl P4am§n$: faire dfeTexereice apr^s 
le repa9^nrot)^ref la digestion, pour 
abattreies nvoroeaux (i). ' ' 

Ataftnirif ) s. GeniBd^ , jeime vlK^be qui 
n'a .poiat;*p<wn^; tfirtite. ^ NeiBtr dmaie : 
g^nisse noire. 

Aiiuiisri , v. (famaigrih). Araaigrir; em- 
maigrir, rendremaigre, devenir maigre; 
decharner. — Li kwarem Va-t-amaigii : le 
carfime Ta amaigri, Ta atrophic. -—TairAi 
s'amiffrih: terre qui s'effrile, qui s'use, 
quiB-^puise, qui perd sa fertilite. 

Aili«isrilic«h^Amalsrllimln,S. Amai- 

grissement, ^td'une personnequi passe 
de FeiuboDpoint "^'la maigreur. —Po Id 
veie gin , ramaigrihmin esa-t-on mdm senn : 
ramaigrissement est un mauvais presage 
dans lis personnes ag^es. 

Ammtaninin, s. Amendement, chan- 
genMnt en mieux; conversion, correc- 
tiott, modification h un projet de loi. — 
U iin a pacS sin-z-amainnmin : la loi a 
pass^ sans amendements. 

[*)' Leister (on (aire) detctndrt Vamangcr, wallonisme 
q« il 'Unt ivUcT en parlant fran^is. 



A^iiiiU,'s. Amande, fruit d*une subs- 
tance blanche et compacle, d*uno forme 
6bl6tigae;'il, reiM'ermt^ dnns une coque 
fecoMertfe- d'une ecale verte; dragee, 
amande liss6e. — Hdgn d'amanli ; coque 
d'amande., — Dd-z-amanU ^ hagn : des 
amaiidfes en ^oque. — A'manit a pralenn : 
pr^tihes.'^Beilr.dd l^C(^i A'Z-itiHanft : boirc 
de Tamand^j boisson fait^^avcc dulait 
et des amehdes bif^by^es et pass^es. 

Amaiiti, s. Amygdales, glandes sous 
la luette. — Avu Vamanft inflaie : avoir les 
amygdales enfldes. 

.Amarantt, s. et adf.' Aniarantho, fleur 
d'automne, d'un rouge de pourpre ve- 
lout^ ; passe-velours. — Del siminss d'ama- 
ranit: de la graine d'amaranthe. — htdra 
amaranit : du drap amaranlhe. — Del s&e 
amarantt : de la soie amaranthe , de cou- 
leur amaranthe. 

Amasmln ^ .%ma«s, S. Amas, depot; 
assemblage, collection ; araoncellement, 
ramas , entassement. — Amass di tnvlai , 
di mtdaie, di carakol : collection de ta- 
bleaux, de m^dailles, de coquillages. 

Amass, s. Amas, plusieurs choses ac- 
cumulates en une seule masse. — Amass 
di pfr , di sdmon : amas de pierres , do 
sable. — Amass di iote s6r di gin : amas 
de toutes sortes de gens.— Anwws di sonk, 
d'ounietlr: amas de sang, d*humeurs. 

AniassHii-sravf, s. Ensablcmcnt, amas 
de sable form6 par un courant d'eau ou 
par le vent. — Dhin ciss rivtr la , i gna 



Digitized by VjOOQIC 



AME 



44 — 



AMI 



n'nmass di gravl ki jodnn li naiviech : dans 
ectte riviere, il y a un easablement qui 
gene la navigation. 

AnateiHr, s. Amatcur, Gurieux, con- 
naisseur. — AfiuUeUr di chet , di kolon : 
amateur de chats, de pigeons.— /i n*ainm 
nin le damzel ki san-t-cmateil^r di toman : 
je n*aime pas les demoiselles qui sont 
amateurs de romans. 

Amaiin, s. Matin, premiere partie ou 
premieres heures du jour; matinee, tout 
le temps qui s'ecoule depuis Ic moment 
ou on se l^ve jusqu'k Theure du dfner. 
^K6k sicoH bahiMt to rdmatin: quelques 
ecoliers fldnent tout le matin, toute la 
matinee. — SorUf to l^z-diuatin ? sortez- 
vous tous les matins ? 

AiuasAnii, s. Amazone, femme pier- 

ri^re , femme courageuse ; robe ordinai- 

' rement de drap que les femmes portent 

pour monter a choval. —Ell e mouceie an- 

n-avMzdnn : elle est habill^e en amazone. 

Am^d^f V. Ch&trer , 6ter les testicules. 
Voy. Hmnl^. 

ariMmIi, s. Castration, operation 
par laquelle on chdtre un homme , un 
animal. Voy. Hamieeh. 

AmeMn, int. Amen, ainsi-soit-il , je le 
souhaite. — Dir awet dmenn a toll sd mess : 
dire amen h toutes les propositions qu'on 
vous fait , y eonsentir. -— Td todi la po dir 
dmenn : tu as toujours ton petit mot k 
dire. 

Am^r, adj. Amer, qui a de Tamer- 
tume, une saveur rude, ficre. — Soula 
eU'l-amir kom dt soUf: cela est amer 
comme de la suie, comme chicotin. — 
Sou k'ess't'afn& t I'bok i doU A coUr : ce 
qui est amer k la bouche est doux au 
coeur. 

Am^r, s. Amer, liqueur faite d*in fu- 
sions ou de jus d*herbes am^res , m6\6e 
avec de Teau-de-vie ou du geni^vre. — 
Di Vamer d f)rdns8 : amer k Teau-de-vie. 
— Taji^n on dmtie d'amirdptket : servez^ 
moi un verre d*amer au geni^vre. — 
BeHr dt'Z-amir : prendre des amers. — 
Vannir dd vinaik : Tamer du vinaigre. — 

Am^r , s. Amer, flel de quelques ani- 
maux. — Uamir d'on boHf, d^inn kdrp, 
d^on brocket: Tamer d*un boeuf, d*une 
carpo, d'un brochet. 

Am^riiit^, s. Amertume, qualite, sa- 
veur de ce qui est amer; Acret^. — 
VamMstS del s^koieie : Tamertume de la 
chicor^e, du chicotin. — On-z^inm ac6 
l*amirist6 del bir di saizofi : on goOte assez 
bien Tamertume de la bi^re d'Avent ou 
de mars. 

Am^miM, adv. Am^rement, penible- 
ment. — Li p6v feum waugti gi pan am&- 



min , el pMr amirmin : I9 pauvre femme 
gagne son pain am^rement, laborieuse- 
mcnt; elle pleure ameremenl. 

Am^iiM, s. Am^thyste, pierre pr6- 
cieuse de couleur violelte. 

Amctt, V. (J'amett, noz-am^tan). 
Inculper, accuser, incriminer, imputer, 
taxer, attribucr. — FdpinsddeU (tie divan 
d'ameti inn saki : il faut y penser k deux fois 
avant d*aceuser quelqu'un, avantdelui 
Jeter le chat aux jambcs. — Lid ki «'n- 
parol divan k'on I'amett , si riknoh kaupdb : 
celui qui se defend avant qu*on Taceuse 
se reconnatt coupable. 

Amedikii^, V. (TomeUbel tfame^laie). 
Meubler, garnir de meubles. — ^mrtl^/^ 
n*mohonn , on kdrti , inn cims : meubler 
une maison , un appartement , uneferme. 
— S^ameHbU po rfiess : se meubler, se 
pourvoir de meubles , s'emmt^nager pour 
la kermesse. — Avu Vtiess bin ameHblaie : 
avoir la t^te bien meubi^e, avoir beau- 
coup de connaissances , beaucoup d*in- 
struction. - Bok bin ameilblaie : boache 
bien meublee, pourvue de belles dents, 
d'un beau rfitelier. — Kdv bin omeMaie : 
cave garnie de beaucoup de vins de dif- 
ferentes esp^ces. 

AmeAbii 9 V. (fanwUblih bfa$neitbl^e , 
no-z-ameHblihan). Ameublir, rendre meu- 
ble, rendre de nature mobili^recequi est 
immeuble ; rendre une terre plus meuble , 
plus l^g6re. — Ameiibli n'^Uech : ameu- 
blir un heritage. 

AmeftbllliCH!li ^ AmeAbUhmln , S. 
Ameublissement , action d*ameublir. — 
Uameublihmin d^inn cinss : Taroeublisse- 
ment d'une ferme. — / costreU baikd po 
rameMihmin d'voss ttrin: il coikterait 
beaucoup pour Tameublissementde votre 
terrain. 

AmeftbiamiMyS. Amcublement, assor- 
timent de meubles. — Fomi on rick ame^- 
blumin : fournir un riche ameublement. 

Ameftr, s. Graisso de la terre, subs- 
tance la plus onctueuse et qui conlribue 
le plus k la fertility de la terre; s^ve, 
jus, liqueur, sue que Ton tire de quelque 
chose. — Ld rdcenn di plop haumet tote 
rameUr del tair : les racines du peuplier 
absorbent toute la substance fertilisante 
do la terre vegetale. 

Ami, iM, s. Ami, celui avec qui on 
est lie par une affection reciproque; pro- 
lecteur , patron. — On brav d fidd ami : 
un sincere et fidele ami. — Inn ami ki 
s'm^treH't't kwatt por vo : c'est un ami fi 
pendre et k d^pendre. — Ami po prust^^ 
ainnmi po rintl : ami au prdter, ennemi 
pour rendre. — Ell esti grantt amiss kA 
deil, min el ni slouket pu : elles ^taieui 



Digitized by VjOOQIC 



AMI 



— 48 — 



ABfl 



deux grandos amies , deux intimes amies ; 
elies ^taient intimement li^es , mais elies 
ne se voient plus. — Ld vi-z-ami , c'd U 
niHe^ d' to : les vieux amis sont les meil- 
leurs de tous ; vieux amis , vieux ^cus. 

— Li chin ess-t-am d-Pom ; le chien est 
ami de Thomme. — Kwan ji so-t-avou 
n'oni , ji n's<? nin toseH^d portan no n'estan 
nittde^ : lorsque je suis avec un ami, je 
ne suis pas seul, et pourtant nous oe 
sommes pas deux. Voy. iLmiueratt. 

Amijmmitt, 6 Aiiiicu,s. Amict,sorte 
de linge benit que le pr6lre met sur ses 
epaules pour dire la messe. — Kwan 
Fpriess si mouss, i kminss par rami ; c*est 
par Famict que le prfitre commence k 
s'babiiler. 

Ami , pr^p. Apr^s , au bout de. —Ami 
deHjoily amitreHjoU: de deux jours Tun, 
de trois jours Tun , tous les trois jours. 

AmiAi^ 6 AmiAr, adv. A Tamlabie , par 
la douceur, sans proces. — Ci skrieii la 
sd't-aringi n'afair a Vamidf: cet avocat 
est un amiable compositeur; il est habile 
k vider un difl'i^rena h Tamiable. 

AmiAf^min 6 AmiArmiB, adv. Amia- 
blement, paisiblement , sans emporte- 
ment. — II avi kminci on procet , min i Von 
fki amidbmin : ils avaient commence un 
proems, mais ils Font fmi amiablement. 

Amimnu, s. Amiante, mineral fibreux 
et incombustible. — Avou d-l'amiantt , on 
fat del ieULl hi n'broiU nin : avec de Tami- 
ante, on fait de la toile incombustible. 

AmidAi, s. Amygdales, glandes sous 
la luette , en forme d'amandes. Voy. 
Amantt. 

AmidoB, s. Amidon, pAte de fleur de 
ble s^che donton fail la poudre; empois , 
colle d'amidon. — Aiw d' amidon : eau 
d*empois. — BUin amidon, blcA amidon: 
amidon blanc , amidon bleu ; empois 
blanc , empois bleu. — Mett b V amidon : 
mettre du linge dans Tempois ; empeser , 
aiguayer du linge. — Li bouwress mett e 
tamidon : Tempeseuse aiguaye le linge. 

— PoUtt d^ amidon : poudre amylac^e. — 
Yola md chdss ^ mt soU toum6 d V amidon : 
voilk mes bas et mes souliers uses. 

Amidon^ , v. (Tamidonnhfamidonaie). 
Empeser, accommoder , apprfiter le linge 
avec de Tempois pour lui donner une 
sorle de raideur. — Amidonnd on chabo , 
onnoret : empeser un jabot, unmouchoir. 

Amid^nocik , s. Empesage , action 
d*empeser. -r Lamidoneg H a blouvd U 
min: Tempesage lui a rendu les mains 
bleuflitres. 

Amidoncik, eftM, s. Empeseur, celui 
qui emp^se. — Pdi Pamidoneilss : payer 
Teippcseuse. 



Amidont, s. Amidonnier, fabricantet 
marchand d'amidon.— /'oilt/ear a-mon inn 
amidont : je travaillechez un amidonnier. 

AmidoBnr^ie 9 s. Fabrique d*amidon. 
-Si amidonnrtie va bin : son ^lablissement 
d*amidon va bien, il prosp^re. 

Attisnam, s. A manger (ne so dit 
qu'aux petits enfants). 

AmikAi, adj. Amical ) qui part de 
I'amitie; affectueux, cordial. —IWnd on 
konseie amikdl : donner un conseil amical. 

— F6 dd-z^mikdlt-z-of: faire des olfres , 
des propositions amicales (i). 

AmikAimin, adv. Amicalcmcnt , en 
ami; affectueusement , cordialement. — 
Jdzdamikdlmin, traitt (wiikdlmin: jaser, 
trailer amicalement. 

AmiB , s. Priority , premier rang , lermc 
de jeu. — Avu Vamin : ^tre premier k 
jouer, jouer en premier, avoir la pri- 
maut^. — Vola n'laitt amin : voil^ un vilain 
jeu pour d^buter. 

AmiM, adv. Convenablement, ^port^e. 

— Ji n'so nin amin po printl souln : je ne 
suis pas bien place pour prendre cola. 

AmiBdAr, ddj. Amendable, cequi est 
susceptible d'amelioration. — Sicarakidr 
n't nin aminddf: son caracl^re n^est pi)s 
amendable. 

AmiBdAr, adj. Amendable , sujet k 
Tamende , passible de Tamende. -- Li ci 
ki brai apre Id gin ess-t-amlnddf: celui qui 
apostrophe les personnes grossi^remenl 
est amendable. — Fdtt aminddf : fauto 
amendable. 

AmiBd6,v. (Tamintt^ no-z-imindm). 
Amender, amdliorer, convertir, huma- 
niser. — Ld bon-z-exinp amindd-t-on j6nn 
om : les bons exemples modifient le ca- 
ractere d'un jeune homme. — Amind6 on 
jugmin : ^mender, reformer un jugement. 

— On-z-aminlt le t&r avou d-Vancenn on del 
mMe , par li labeUr on Vsdkkch : on amende 
les terres avec du fumier on de la marne , 
par le labour ou le sarclage. — Ji n^ 
rsdreH't-amindi : je ne puis faire mieux, 
ce n*est pas ma faute , que voulez-vous 
que j'y fasse , c'est un mal irremediable. 

AmiB^, V. (Tamdnn, no-z-aminan , 
famonret). Amener, conduire , attirer. — 
Amtn6 n'chtraie di hdie: charrier, voi- 
turcr untombereaude houille. —Amtn^w 
ci kalin Id po Vpogn : amenez-moi ce 
gredin par le poing. — Soula poreU bin 
amini Cpdie : cet evenement pent ache- 
miner la paix , est un acheminement ^ la 
paix. 

Amiaocii, s. Transport, action par 
laquelle on porte une chose c^un lieu h 

( I ) Lo pluriel mascoliD ii*csl pat usite. 

TOME I. 7 



Digitized by VjOOQIC 



AMO 

un autre. — Pdt rimiitech : payer le trans- 
port , rarrivage. 

Aminccik , s. Avalaisoo ou avalasse , 
chute d'eau imp^tueuse qui vient des 
pluies torrentielles et qui am^ne des 
terres, des pierres , etc. — No faret chdri 
ciss-i-amhieg m dvdte : ii nous I'audra d^- 
blayer ces terres. 

Aminit, s. Amende, peine pecuniaire 
inflig^e pour contraventioi:. — Ess 
indou a Vamintt: 6tre mis, 6tre con- 
damn6 h Tamende. — Tipoupdt I'antintt : 
tu es amendable. — Cd I baton ki pdte 
Vamintt : les battus paienl I'amcnao , 
c'est la coutume de Lorris. — F6 amintt 
onor&b : faire amende honorable. 

AinirAi, s, Amiral , grand ofQcier des 
armies navales, commandant d'une flotte. 

— Amirdl turk : capitan-pacha , chef des 
forces navales de Tempire ottoman. — 
Li pless^ li ran d' amir 61 : amiraut^, office 
d*amiral. 

Anitas, s. Amie, f^minin d'Ami. 

JkmimtAtj adj. Officieux, prompt h 
rendre de bons offices ; courtois , ser- 
viable. — Voss pir ess-t-amistdv avou to 
Vmontt : votre p6re est officieux envcrs 
tout le monde. — Si soAr n't wavr si 
amistdf : sa soour n^est gu^re aussi 
serviable. 

AmitfiArmin, adv. Offlcicuscment , 
courtoisement , avec courtoisie. — El 
m'a tnou kpagntie amistdf min : elle m'a 
fait compagD'C obligeaniment. 

Amiti^ , s. AffectioQ mutuclle des amis; 
attachement, liaison, sympathie, affec- 
tion sympath'que , intimite. — Ess lot 
d'amilid : utre un'S par les liens de 
Tamitid. — Faze amiii^ : fausse amiti6. — 
lA pti prdzin intrittnd ramili6 : les petits 
presents entretiennenl Tamitie, sont des 
arrhes d'amitid. — Li mokreie tow lamiiid : 
rironie tue Tamitid. — To par amitid t rin 
par foiss: tout par amitie et rien par 
force. — L\imiti6 finih kwan li dmdfianss 
kiminss : Tamiti^ fmit oil la deliance 
commence. 

Amllleft, eikmuj adj. AffbctUCUX, qui 

montre beaucoup d*aff*ection, d'amitie, 
de bienveillance. — Cess-t-inn om trt-z- 
amitied : c*est un homme tr^s-afiectueux. 

— II a dt'Z-amitieHzd mantr : il a des 
mani^res aimables , bienveillantes. 

AmiiieiksniiM , adv. Affectueuscment , 
d'une manidre affectueuse. — Li markize 
mi respottda amitiedsmin : la marquise me 
repondit avec bont6. 

Amieit, s. Aumelette ou omelette, 
oeufs battus et cuits ensemble. — Amktt 
A mo : aumelette aux rognons. Voy. vdtt. 

Amoindri , V. (Tamoindrih , no-z-amoin- 



46 — 



AMO 



drihan). Amoindrir, diminuer , rendrc 
plus petit. — Md foiss s'amoindriliei to U 
jod : mes Torces s*amoindrissent tous les 
jours. 

Amolndrihiscli ^ Amolndrlhmlii, S. 

Amoindrissement, diminution.— L'amom- 
drihmin di me rivnow : ramoiudrissement 
de mon revenu. 

A-noin-ki, conj. A molns que. — Vo 
n'i vaird mdte a tin , a-moin-ki vo n'cordss : 
vous n'yviendrez jamais k temps, k moins 
que vous ne courriez. 

Amoireeeli 6 AmolrclheelijS.fibauche, 

trou commence ; action d dmorceo,appat. 
— Sdv6 bin Inmoirceck po fd vo tro ; suivez 
exactement Tebauche pour faire vos trous. 
— LtpdJied kinohet ramo'i'cech ki fd: 'es 
p^cheurs connaisseut Tesp^ce d*appat 
qui convient. 

Amoireei^, s. Amorgoir, ebauchoir, 
outil pour commencer les trous. — On 
windai achef le tr6 ki Vamoirced a kmind: 
un vilebrequin ach^ve les trous que Fa- 
morgoir a commences. 

Amoirct, v. (famoircih bfamoiss, no- 
z-amoirsan e no-z-amoircihan). fibaucher, 
commencer des trous. — Amoirci dt trd 
divin n'batnn dl fiair : 6baucher des trous 
dans une bande de fer. 

Amoirei, V. Amorccr, garnir d'amorce ; 
attirer par TappSit d i gain. — Amoirci 
on fizik : amercer un fusil. — Amoirci dd 
pdhon, dd'Z'Odhai : amorcer des pois- 
sons , des oiseau... — Cess-t-inn rdzaie 
feum po-z-amoircl le (/.'.* ; c'est une femmo 
astucieuse pour r iiOi'cer les gens. 

Amoirii,v. (/amoirlih^ no-z-amoir- 
tihan), AmoHir, aff'aiblir, rendre moins 
violent, moins rude; ^teindre. — Si 
chapai C't-amoirli I kd (Csdp ,* son chapeau 
a amorU \e coup de sabre. — Awwirti 
n'dett : amortir une dette. — Amoirti 
Vkorech : enerver le courage. 

AmoirtiiiAr, adj. Amortissable , qui 
pent etrc amorti , rachetable. — KapitM 
amoirtihdf: capital amortissable. — AtnW 
amoirtihdf: rente amortissable. 

Amolrliliocli 6 Amolrlihinlii , S. 

Amortissement, afiaiblissement; extinc- 
tion. — Lamoirtihmin d'inn rinlt : Tamor- 
tissement d'une rente. — Likaissd'amoir- 
tihmin : la caisse d'amortissement. 

AmoiMi, s. Amorce, poudre dans le 
bassinet du fusil; ^toupille; appdt pour 
prendre les oiseaux et les poissons ; 
leurre, embAche, piege. — Vamoiss d 
tro freh : I'amorce est trop mouill^e. — 
Fd JHch so Vamoiss : rater , manquer son 
coup, faire faux jeu, prendre un rat. — 
Printt innv^ sinbrodldn'amoiss: prendre 
une ville sans bri)ler une amorce, sans 



Digitized by VjOOQIC 



AMO 



47 



AMO 



coup f^rir, sans se batlre. — Amoiss di 
kanon : ^toupille. 

Amou, V. (ramolikf no-z-amolihan,) 
Amollir, rendre raou et maniable. — Li 
choleUr amollh It cair : la chaleur amollit 
la cire. — Mctt dt Mr d raiw po VamoH : 
mettre du cuir dans Feau pour ramollir. 

— Li vdie dibdrdaie amolih li korech : la 
vie dissip^e amoilit, dnerve le courage. 

Voy. Bam^ll. 

Amollliecli h Amolllinilii, S. AmolHs- 

sement, action d*amollir. Voy. Bamo- 

lihmln. 

Amon (Enn), prep, et adv. Voy. 

Enn-Amon. 

A-mon, pr^p. Chez, dans la maison 
de, au logis de; parmi. — Siervi a-mon 
VtMieUr : servir chez le bourgmestre. — 
Ovr6 a-mon Wdti : Iravailler chez Wal- 
th^re. — A'tnon U gin : chez Tetranger , 
chezautrui (i). 

Amon^, ale, s. Celui qui rcQoit beau- 
coup d*aum6ne8 (3). -^ Onpdv aveM k'd 
foir dmmtd : un pauvre aveugle qui regoit 
beaucoup d'aum6nes. — Ciss utiureiiss 
affligHe ess't-dmonaie kom ifd: on est fort 
charitable envers cette pauvre impotenle. 

AiiioB^9 V. (Tdmonaie). Framboiser, 
accommoderavecdujusdeframboises. — 
Amo'iU (-t gruzal^ dt celik : i^amboiser des 
groseilles, des cerises, les accommoder 
avec du jus de framboises. 

Amonech, s. Action el mani^re de 
framboiser. — V Amonech di certin frv Id 
rinpu glo : certains fruits deviennen. deli- 
cieux lorsqu*on les framboise. 

Amoneft , eAstf 6 remi, S. et adj. Per- 
sonnage charitable, qui aime k faire 
Taumdne. — Cess-t-on grandmoneH, il ess- 
t-akoncoisU di to Id bribeU : c'est un 
homme fort charitable , il est acosle de 
tous les mendiants. 

AmoMt, s. Aum6nier, pr^tre attach^ k 
an corps , h un ^tablissement pour dire 
la messe, les pri^res, etc. ; cbapelain. — 
UAmoni (Tonrigimin, ('inn ospitd, d'inn 
prthon: Taumdnier d un rdgimeni, d'un 
h6pital , d'une prison. 

Amont, s. MOrier , arbre dont le fruit, 
appel6 mdre, est la reunion d*un assez 
grand norabre de petites bales charnues. 

— NeUr dmont : miirier noir. — Blan 
Amoni : mtirier blanc. — Roch Amoni : 
frambo'sier, arbre qui pprte les fram- 
boises. — Cess-t'drdtnairmin avou dt f&ie 
di bian Amoni k'on noArih Id viair a sdU : 
c'est ordinairement avec des feuilles de 
mftrier blanc qu'on nourrit les vers k 
sole. 

(0 En Trancals, ehet le$ gem est iocorrect. 
(t) Mum^H4 n'e«t pas fran9ai&. 



Amontr, s. Aum6ni6r6, sorte do 
bourse qu'on portait anciennement ii la 
ceinture. 

Amonitt , s. Ammonite , coquille fos- 
sile qui ressemble h une corne de belier; 
corne d'ammon. — On iroHv baikO d'amo- 
nitt divin Id tdrin chAsleA : on trouve 
beaucoup d*ammonites dans les terrains 
calcaires. 

AmdDB, s. Aum6ne, ce qu'on donne 
aux pauvres ; chariU^. — Fd ou dn6 Va- 
mdnn : faire ou donner FaumOne. — 
Dimandd VAmdnn : mendier, demander 
sa vie, demanderlacarislade,lapassadc. 

— Ess so VAmdnn dd p6f: 6tre k TaumOne 
de la paroisse, 6lre inscrit au tableau 
des indigents. —/ drdb VAmdnn A p6f: 
il derobe raura6ne aux pauvres. — 
LAmOnn d Vtneieil dHolt Id priir^ el rdiilcih 
todi : raum6ne est la pri^re par excel- 
lence , elle atteint toujours son but. 

Amdnn, s. Miire, fruit du mftrier. — 
NcUr (mdnn, blank Amdnn-: mdre noire , 
miire b\»nche.— Roch Amdnn: framboise. 

— Ani&tin I'i hd&e: miire sauvagc, fruit 
de la ronce. — Sirdp d' amdnn : sirop 
de mtires, sirop de framboises. 

Amontr, v. (Tamontl^no-z-amovMn.) 
MontCi' de ce c6te-ci. — Li cinsi vn-t' 
amontd adid no-z-dtt : le fermier va monter 
vers nous. 

Amoniceh, s. Guiudago , action d'ele- 
ver les fardeaux au m(tyen d*une machine. 

— Vamonteg dd grozd pir al kopelt d^ 
batiinin ess-t-on mdlAheie ovrech : le guin- 
dage des grosses pierres au haut des 
bAtiments est une operation laborieuse. 

AmoMueion, s. Munitions, vivres ,. 
provisions. — Pan d'amonucion : pain do 
munition , pain qu*on distribue aux soU 
dats. — Fizik d'ammucion : fusil de muni- 
tion , fusil de gros calibre avec balonnetto 
pour les fantassins. — Batai d'amonucion: 
flDte , vaisseau charge de vivres. 

AmonueioneikjS. Munltionnairo, celui 
qui fournit les munitions aux troupes ; 
fournisseur. — Daikd d^amonudaneU s'on 
fai Id deA kiii : beaucoup do munition- 
naires ont grassement ^molumente^ ont 
fait leurs orgcs. 

Amor , S. Amour. Toy. Amo^v, 

Amorbgtf V. (Tamofcg OMfamor^aiCy 
no-z-amordjan), Amouracher , engager 
dans de foUes amours. — Ji n'si ki Va-t- 
amordgi di ciss-Udnocatnn la : je ne sais 
qui Fa amourach^ de cette nigaude. — 
S'amordgi dlnn laiit mAcdie feum : s'^pren- 
dre d'une passion foUe , s*assoter cFun 
vilain souillon de femme. 

Ainaiiety V. (famouss , no-z-amouQan). 
Sortir, debouchcr. — Li ciair a-t-amoud 



Digitized by VjOOQIC 



AMO 



_ 48 ^ 



AN 



fo(L dt hoi: le cerf a d^buch^. -- Li chet 

a-t-amoUci foi^ po Vldrmir del Mf: le chat 

s'esl ^chappe par le soupirail de la cave. 

Amo90, V. (Tamdiey no-z-amouian), 

Voy. IHo&t ^ Bagnf. 

Amoateeii , s. L^ger arroscment ; hu- 
meclation. — Vamouieg d'inn potate di 
jalofreunn : rarrosement d'une pot^e 
d*C3illets. — Uamonleg d^inn pldU : la 
fomentation d*une plaie. 

Amo^ry s. Amour , sentiment du co&ur 
qui se porte vers ce qui est aimable , et 
desire de le poss6der. — VanwUr di Din : 
Tamour de Dieu, Tamour divin, I'amour 
celeste. — UamoHr d'on p6r^ d^inn nUrpo 
sd'Z'ifan: Tamour, la tendresse d'un pdre 
ou d'une m^re pour ses enfants. — F6 
n'sakoi po VamoHr di Diu : faire quelque 
chose pour I'amour de Dieu , par charity, 
par pitie , par dilection ; k contre-coeur , 
par l^sinerie. 

Amoikr, s. Amour, passion d'un sexe 
pour Tautre. -r- F6 ramoUr, courtiser , 
faire Tamour, faire la conr. — Chanson 
d^amoHr : chanson d'amour , chanson 
^rotique. — FreHtd mm, chdU-z-amoHr : 
mains froides, chaudes amours. — RinM 
d^amoHr : remade d'amour, laide femme. 

— UamdUr t Vamiti6 son rdrmin d'akoir : 
Tamour et Tamitie sont rarement d'ac- 
cord. —,Vamoilr fai dms6 U-z^gn : 
I'amour apprend les dues h danser ; les 
gens les plus grossiors sont civilisds par 
Tamour. — L6 birik t U bUin jvety c'd dd 
kwitanss d^amoHr : les lunettes et les che- 
veux gris sont dcs quittances d'amour. 

Amoarett, s. Amourettes, amour de 
pur amusement , sans veritable passion. 

— Sd'Z-amouretl li fet dd toir : ses amou- 
rettes lui font du tort. 

Amoareik, eftm, s. etadj. Amoureux, 
qui aime d'amour; passionn^, amant; 
celadon. — Voss kuzcunn a-t-inn amoureU: 
votre cousine a un amoureux, un bon 
ami. — D^Ur amoureH : d6\\re araoureux, 
^rotique ; ^rotomanio. — D^-z-amoureUzd 
lett : des lettres amoureuses. — On konU- 
diain kijow U vol d'amoureH : un com^dien 
qui joue les r61es d'amoureux, de jeune 
premier. — AmoureH d'kwarem : amou- 
reux de car^me , amoureux timide , 
n'osant toucher k la chair. — 11 ess-t- 
amoureHL dlu mainm : c'est un narcisse , il 
est amoureux de lui-m(^me. 

AmoiireAsmiM, adv. Amoureusement, 
passionn^ment, tendrement. — Louki, 
pdrU, chanU amoureHsmin : regarder, 
parler, chanter amoureusement. 

AmolkiNi, s. Aumusso ou aumuce, v6- 
tement de chanoine. — Amo^s di ptigri : 
aumusse de petit-gris. 



AnuiiD , s. Ampsin , communeducanton 
de Huy, h 4 1/3 kilom. de cette derni^re 
ville, et k 25 kilom. de Lidge. Pop. 
900 hab. Sup. 570 i/a hect. — Li vin 
d'Amsin pass po Tprumi di to U vin d'pai : 
le vin d'Ampsin passe pour tenir le pre- 
mier rang parmi tous les crAs du pays. 

AmftsAr, adj. Amusable, qui pent ^tre 
araus^. — Li p&v vi om n'd pu-z-amUzAf : 
le pauvre vieillard n'est plus amusable. 
— St mam d ko amUz&f: sa maman est 
encore amusable. 

AiiiftxaM,miiu, ad. Amusant, agr6a- 
ble, int6ressant, curieux, plaisant, 
divertissanl , rdcrealif. — Amiizan ka- 
nUrdtt : amusant compagnon. — Istoir 
am^zantt : histoire amusante. — Si bin 
poirU ^ avu s'pan kH , c'ess-Uinn sakoi 
damUzan : c'est quelque chose de fort 
agr^able de bien se porter et de jouir 
d'une honn^te aisance. 

Amftid, V. (famHsSy no-z-am&zan). 
Amuser, procurer du plaisir; leurrer, 
tromper par de fausses esp^ranccs. — 
Tam^s li kpagntie avou dt galgutzotttt : 
j'amuse la compaguieavecdesbalivernes. 
— S^amUzS : s'amuser , passer son temps ; 
se reorder, jouer, batifoler. — S'omiii^ 
dinn saki : s'amuser de quelqu'un, se 
moquer de lui. — AmUzd n'jOnn (tie : 
tromper une jeune flUe. 

Amftsceh ^ AmiksniiM, s. Amusement, 
passe-temps, amusoire, divertissement, 
recreation. — Si flatly c'd to s'iamUzmin : 
sa fliUte fait tout son amusement. — On 
n' deH jow6 ki par amUzmin : il ne faut 
jouer que par amusement. 

Amftmeit, s. Amusette, petit amuse- 
ment, badinerie, sornette. — L6 pop^ 
c'^ dd'Z-amiizett po dd ptit^ bdcel : les pou- 
p^es sont des amusettes de petites lilies. 

Amftseik, reM, s. Amuseur, celui qui 
amuse ; contour de fleurettes. — iVi holUd 
nin ci majo]9in la^ Toutou, c'ess-t-inn 
amUzett : n'ecoulez pas ce godelureau , . 
Gertrude, c'est un enj61eur. 

An, 8. An, annee, espace de douze 
mois. — To tz-an : tous les ans (i) , 
chaque ann^e , annuellement. — - Ess ma- 
IMi inn an d-lon : ^tre malade pendant un 
an. — Soula deUr in an , deH-z-an , treH-z-cn , 
cink an, dih an : cela est annal, biennal, 
triennal, quinquennal, d^nnal. --ToU 
treH-z-an : k chaque triennat. — Plante ki 
vik deH'Z-an : plante bisannuelle. — Fiess 
di cintt an : f^te seculaire. — LijoA dnovel 
an: le jour de I'an. —£/«;« so vinttan: elle 
court sa vingti6me ann^.— To U vinte Att 
an , li novel an torn t dimign : le cycle solai re 

(1] Tout I' t ant, mauTaiM prenuncialion. 



Digitized by VjOOQIC 



ANB 



49 — 



ANB 



est de 28 ans; tous les 28 ans, Ic jour de 
I'an est un dimanche. — To U dih-^noUv an. 
It novel leunn torn lijoU d'novel an ; le cycle 
lunaire est de 19 amines, c*est-a-dire 
qu*au bout de 19 ann^es , la nouvelle lune 
tombe le premier jour de Tan. 

An, prep. En. — Metl inn sakai an r6k : 
mettre quelque chose en regie. -— T% Ca 
baim an guM : tu t'es battu en guerrier. 

AMAbAUM, s. Anabaptistes , sectaires 
Chretiens qui n^ baptisent qu*k Tdge de 
raison, ou qui rebaptisent k cet Age. —' 
Si mett divin Id-z-dndbatiss : se faire ana> 
baptiste. 

AMasram,s. Anagramme, changemcnt 
d'un mot en un autre par la transposition 
des lettres du premier. — Wan et naw si 
f^'t-ananram Von V6tt : wan et naw sont 
anagrammes Tun de Tautre. 

AnaiiMi, s. Analyse, decomposition 
d'une phrase en ses Elements gramma- 
ticaux. — On pti skolt hi faibin s^-z-ana- 
liss : un jeune ^colier qui fait bien ses 
analyses grammaticales. 

Anaiuik, adj. Analytique, qui precede 
par voie d'analyse , qui concerne Tana- 
lyse. — MMOte analitik : m6thode analy- 
tique. —Ex&menn analitik : examen ana- 
lytique. 

AnaiiiikmiB, adv. Analytiquement , 
par voie d'analyse. — DvmosM analitik" 
mini d^montrer analytiquement. 

Anaiis^, V. (Tanaliss ^fanalizaie, no- 
z-andizan). Analyser, faire une analyse. 
— Tanalizret treH rdie di mo : j'analyserai 
trois lignes de mots. 

AtaanMs, s. Ananas, plante originaire 
des Indes, dont le fruit, qui porte le 
m^me nom , a la forme d*une pomme de 
pin et est tr^s-estim^ par sa saveur. — On 
p6f klawti ni magn nin sovin dd-z-ananass : 
un pauvre cloutier ne mange pas souvent 
des ananas. 

AnaiiAM, s. Capron. Voy. ifan«M. 
^ Ank, s. Ambe, deux num^ros de lo- 
terie pris ou sortant ensemble. — WangrU 
n'anb : gagner un ambe. 

AMky s. Ambre, substance r^sineuse, 
odorante , inflammable. — Jenn anb : 
ambre jaune, carabd, succin. — Anb gri : 
ambre gris. 

Anka^adelkr, 8. Ambassadeur , en- 
voy^ d'une puissance aupr^s d'une autre 
avec le caract^re de repr^sentant. — An- 
bacade^ drdinair , estradrdinair : ambas- 
sadeur ordinaire, extraordinaire. — Evoiy 
rihoukt n'anbacadeUr : envoyer, rappeler 
un ambassadeur, un pl^nipotentiaire. 

AMba^Att, s. Ambassadc, charge, fonc- 
tion d*ambassadeur ; sa suite. — Lex- 
miniss ess-i'H'oi an-n-anbacdtt a Horn : 



rex-ministre est envoyd en ambassade a 
Rome. 

AnkaitaM, anu, adj. (i). Enuuyeux , 
importun , assommant, vexant. — Cess-t- 
inn sakoi d*anbaitan : c'est quelque chose 
de vexant, d'ennuyeux. — Vola n'vdegrou- 
mott k'esS'i-anbaitnnU : voilk une vieille 
^dent^e qui est bien importune. 

Ankalt^, V. (fanbaitt, no-z-anbaitan) . 
Ennuyer, imporluner, vexer; enj6ler, 
emboiser, empaumer. — Fa-z-^, ti mUtn- 
baiit : va-t'en, tu m'impatienles. — Ti Va 
M anbaiU par dss feum la : tu t'es laisse 
embabouin^ par cette femme. — Soula 
m'anbaite : cela me chicane. 

AnkaUeft, ehwBy s. Ennuyeux person- 
nage; enj61eur, emboiseur, endormeur. 

— CesS't-inn anbaiteH d^prumi foiss : c*est 
un importun de premiere classe. — Vo-z- 
estd inn anbaiteU di j6n^ {hie : vous ^tes 
un enj6leur de fllles. 

AMk^ii, V. (fanbdlik^ no-z-anbtUhan), 
Embellir, orner, d^corer; rendrebeau, 
parer, enjoliver. — Aribdi n^mohonn^ on 
jdrdiny inn ovrech : embellir une maison , 
un jardin, un ouvrage. —Anbdi n'istoir: 
embellir une histoire, la rendre plus 
agr^able par des details int^ressants, et 
parfois aux d^pens de la v6rit6. — Ld 
bdcel anbHihet to krdhan: les ftUes embel- 
lissent en grandissant ; elles ne font que 
crottre et embellir. —DispOie kik dnnaie^ 
Llch s'anbdih t^lmin k'el n'tpvrz^ riknoh: 
depuis quelques aondes, Li6ge s'embellit 
d'une mani^re m^connaissable. 

Ank^llkeek h ABk^llkmln , S. Embcl- 
lissement, action par laqnelle on embellit; 
enjolivure, omement, decoration. — iVo 
borguimaiss on fai baiM d'anbHihmin divin 
nossvHe : nos bourgmestres ont fait beau- 
coup d*embellissements dans notre ville. 

AnkMikeHi, eftM, s. Enjoliveur, celui 
qui enjolive, qui embellit, qui pare. — 
Gna dd-z-anbHiheH ki n'on nou goss ; il y a 
des enjoliveurs qui sont sans goAt. 

AMkeriiiikai^, V. (TanberUfikott ou 
fanberlifikoiaie). Emberlucoquer ; s'infa- 
tuer, se passionner, se coiffer. — Si IH 
anberlifikotd d^inn krapdtt : se laisser em- 
berlucoquer d'une jeune fille. 

Ankicieft, eftM, s. et adj. Ambiticux, 
celui qui a de Tambition ; fastueux. — 
On 8ohai anbicieU : un souhait ambitieux. 

— AnbicieUss pinsaie : pens^e ambitieuse. 

— UanbicieU n-s'aretl mdie , li tir d tro 
ptite por Itt : Tambitieux ne s'arr^te ja- 
mais, la terre ne lui sufllt pas. 



(i) (Test faire du manvais Tran^ais que de (raduirr. 
litleralement ce mol ct les deux suiTants. qni. il e#t 
penible de le dire, sont geaeralement repandus parmi 



Digitized by VjOOQIC 



ANB 



— 80 — 



ANC 



AMkieieftsmin, adv. Ambilieuscment, 
avec ambition. — / rkwir anbicieHsmm 
U hdtd pless: il recherche ambilieuse- 
ment les hauls empiois, Ics fonctions 
^levees. 

AnPiaeioB, s. Ambition, desir immo- 
d^r^ de gloire, d'honneurs, de pouvoir, 
de distinctions. —Lotf(iZ>, omitt, ndb anbi- 
don: ambition louable, honn^te, noble. 

— lUfin so d'anbicion : il est d*une ambi- 
tion demesuree. -- Noss Role rCa nol 611 
anbicion ki d'rinil si peAp ureH : notre Roi 
n'a d'autre ambition que de rcndre son 
peuple heureux. — Anbicion d'peUp : de- 
magogic , syst^me des demagogues , me- 
nses ddmagogiques. — C'e ranbicien k'd 
cAss di toil It gair : c'est Tambition qui est 
la cause de toutes les guerres. — L^an- 
bicion s'tf^ptaie, el ni doim m&ie : I'ambi- 
tion s'assoupit, elle ne dort jamais. 

Anklelon^ V. (fanbicionn ^ fanbicio- 
naie), Ambitionner, rechercher avec 
ardeur, avec empressement, avec pas- 
sion. — Anbicion^ Id tichess : ambitionner 
les richesses. — / fH-t-anbiciond VoneUr t 
nin U'Z-one^r : il faut ambitionner Thon- 
neur et non les honneurs. 

AnbioD, s. Ombre, obscurite causae 
par Tinterposition d'un corps opaque, 
principaleroent de celui d*une personne. 
— Jowi a Vanbion : jouer au jeu d'ombre. 

— Kacht avou s'ianbion : obombrer , cou- 
vrir de son ombre. — Avu sogn di s'ian- 
bion : avoir peur de son ombre. — Kori 
apret n'anbion : courir apres une ombre, 
se livrer h une esp^rance chimerique. 

AMbi^r, s. Embl^ve, oivi^re qui prend 
sa source en Pr sse, passe par Stavelot, 
Aywaille, etc. Sa largeur moyenne est de 
37 metres. 

ABb«ehoir,s. Embauchoir, morceau 
de bois qu'on met dans les bottes pour 
les 6largir ou pour les emp6cher de se 
d^former. — K16 (Tanbdchoir : c\6 d'em- 
bauchoir, piece du milieu. 

ABboii^, V. (Tanboitl 6 fanboitai^). 
Embotter , enchdsser une chose dans une 
autre. — Ld-z-ohai d-Vom s'anboiici onk 
divin VdU : les os de Thomme s'embot- 
tenl les uns dans les autres. -— An^if^ 
dtbUss: embotter des tuyaux, faire en- 
trer le bout d'un tuyau dans un autre 
tuyau. 

Anbolieeh , Anbolieftr 5 Anb«l(tmlii, 
s. Embottement,embofture,enchd$sure, 
position d*un os dans un autre; endroit 
oil les choses s'embottent. — LS-z-anboi- 
leilr dd'Z-ohai : les embottures des os. — 
U-z-amboiicitr d'inn ouh , don volet : les 
embottures d'une porte, d'un volet. 

AMbre, v. (fanbraie), Ambrer, par- 



Aimer avec de Tambre gris. — Anbri di 
wan : ambrer des gants. — Odei^ anhaie : 
odeur ambr^e. 

Anbreeh , s. Action ct mani^re d*am- 
bror. — Lambreg tVinn odeUr , dinn pal : 
la mani^reetract'ond'ambrer une odeur, 
une peau. 

Anbr^eiB , s. Embressin ou AmbresiD , 
commune du canton d'Avennes, k 19 kil. 
de Huy et k 46 kilom. de Waremme. Pop. 
580 bab. Sup. 608 i/a hect. 

Anbrdstf, 8. Ambroise, nom d*homme. 

ADbroaiiAmiMt,s. Brouillamini, em- 
brouillement , brouillerie , confusion , 
imbroglio , ddsordre. -— Gna la dvin ine 
anbroulidmini k'on nH veit goti : il y a la 
dedans un brouillamini inextricable. 

AnbuiABM, s. Ambulance, sorte d*hd- 
pital militaire qui suit un corps d'armde 
pour en recueillir les malades ou les 
blesses. — Poirii dd bleci a PanbtiUmss : 
porter des blesses k Fambulance. 

ABceBB, 8. Fumier, paille m^l^e de 
fiente pour amender la terre, engrais. — 
Stdr6 rf- Pancenn : epand *e du fumier. — 
Mori so Fancenn : mourir sur un fumier , 
SMC un grabat, sur la paille. 

ABeeu, s. Anc6tres, nos p(^i*es, nos 
aieux, les anciens, nos devanciers. — 
Sd'Z-ancett son dt pat di Sl&i'leil : ses peres 
sont originaires , sent originaironient du 
pays de Slavelol. — F6 kom sd-z-ancett : 
marcher sur les traces de ses aucC'tres. — 
Si vanU del ndbless di st-z-ancett, c'd hvtii 
dvin It ricenn dinn db It fru Kon deH trovi 
so It coh : se glorifier de la noblesse de 
ses ancdtres, c'est chercher dans les 
racines d'unarbreles fruits que Ton doil 
trouver sur les branches. Voy. a'E^b. 

ABeeA, s. Rouleau de tisserand. 

ABch 6 ABg, s. Ange, creature spi- 
rituelle et intellectuelle doude de qua- 
litds divines ; ch6rubin. — Voss bone any 
vi'Z-a konct : votre bon ange, votive ango 
tatclaire, Tange de lumi^re vous a ins- 
pire. — Li mdl anch , Vanch a kivcnn : lo 
mauvais ange, Tange rebelle, Tesprit 
malin , Tange des lenebres , Satan. — 
Li konfrairtie di Vann gArdiain : la con- 
frdrie de Tange gardien. —On bon priess , 
c^ess-t'inn anch so I't^ : un bon prC*lre 
est un ange lerrestre. —ElU,el sikri , 
el chantt com inn anch : elle lit, elle ecrit, 
elle chante comme un ange. — /»»;*()«» 
dnch pou divni on vt dial : un jeune ango 
pent devenir un vieux diable. 

ABeh , s. Anche , petit tuyau par lequel 
on souffle dans une trompette, un haut- 
bois. — Anch d'dr : anche d'orgue. 

Aaeh, s. Anche, petit conduit par 
lequel la farine coule dans la huche du 



Digitized by VjOOQIC 



AND 

moulin. —Rikpari Vang dan molin : r^- 
parer I cache d un moul'n. 

Anchoi, s. Anchois, petit poisson de 
mer que Ton sale apr^s en avoir coupe la 
lete Cvquc 1 on mange ordinal emeot cru. 
— On pti tonai d'anchoi : un baril d*an- 
chois. — Sdze d-z-anchoi : sauce aux 
anchois. 

ABeiAfn, mtMB, adj. Ancien, qui c^tait 
autrefois ; antique , vieux. — Lanciain 
borguimaiss : I'ancien bourjmestro , le 
predecesseur du bourgmestre actuel. — 
L'anciainn dam-di-skol : Fancienne insti- 
tutrice. 

AMeiatnaiti^, s. Anciennet^, quality 
de ce qui est ancie j. — i?iik/am^ se dreH 
(Tanciainnitd : reclamer ses droits d'an- 
ciennete. 

AnciatDDiniB , adv. Ancienuement , 
autrefois , jadis. — Anciainnmin on vikdv 
dltmin k'aste^r: ancienuement on vivait 
autrement qu*aujourd*hui. 

AneikiopM^ie , s. Encyclopedic, en- 
semble de toutes les sciences, ouvrage 
ou Ton traite de toutes les sciences. — 
Dld^o t d'Alanbair on publit n'anciklopt- 
deie : Diderot et d'Alembert ont public 
une Encyclopedic. 

AncikiopMie, adj. Eucyclopddique , 
qui concerne toutes les sciences. — Dik- 
cionair anciklopMc: diclionnaire ency- 
clop^dique. — Avu n'tiess anciklopddic : 
avoir une tele, une Erudition encyclopd- 
dique, possdder des connaissances en 
tons genres. 

Aiicikiop^iii0,s. Encyclop^diste, au- 
teur d'une Encyclopedic (se dit partJci'- 
lierement de ceux qui travaill^reut h 
TEncyclopedie entreprise par Diderot et 
d'Alerabert).— // a skri so tOy c"es84-on vro^e 
anciklop^diss : il a ^crit sur toutes sortes 
de sujets, c'est un vrai encyclopediste. 

AnciB^, v. (Tancinaie), Fumer, 
epandre le fumier , r^parpiller sur le tei- 
rain pour Tengraisser, pour Tamender. 

— Andni n'vegn : fumer une vigne. 
Aneineeh, s. Action el mani^re de 

fumer les terres. — Vandnech d dndriss , 
al mdie : Taction de fumer les terres k la 
cendre , k la marne. 

AMeiDeA, refl0, s. Ouvrier qui epar- 
pille le fumier. — Gna dd-z-ancined to-t- 
avd fkanpagn : toute la campagne est 
couverte d'ouvriers qui ^pandent le 
fumier. 

Aneint, s. Tas de fumier h demeure. 

— On cok so s'iancini : un coq sur son 
pailler. — UoHie dd cinst vd Vancini : Toeil 
du fermier vaut fumier. 

ABd^ii , s. Sentier dans la vigne. 
jiBdi, s. Chenet, ustensile de cuisine 



51 



ANE 



surlequelonmetleboisdansiachci inee; 
hatier, contre-hAtier. — On hai andi 
d'keHf: un beau chenet, un landier, une 
chevrette de cuivre. 

Andi, adj. Candi. — On dnieie kilo 
d'soukandi : un demi-kilog»*ammede sucre 
candi, de sucre ddpur^, c«istallise. 

Andin^^ v. (fandinok). Poss^derune 
chose pendant un an. 

ABdii, s. Andain, ce que Ton fauche 
d*un seul coup; rang^e de foin fauche.— 
BamaU U-z-andli po n'nt fd dt hougnett : 
ramasser les andains pour en faire des 
veillotes. 

AndoAi^, V. (random 6 fandoHlaie). 
Amadouer. Voy. AmadoAi^. 

Andrt , s. Andre , nom d*homme. — 
KreH d'Sin-z-Andri : croix de S'-Andrd , 
croix en sautoir. — Baikd ffrintt hoU-t-al 
Sin-z-Andrt: be^ucoup de rentes echoient 
klaS^-Andre (i). 

AndrimiB, mtaa, s. Adrien, nom 
d'homme. 

ABdrimoB, s. Andrimont, commune 
du canton de Limbourg, k 2 i/a kilom. 
de Verviers. Pop. 750 hab. Sup. 962 hect. 

ABdroi, 8. Endroit, lieu, place, local. 
— Noprindipo id androi: nous nousache- 
minamesverstel endroit.— iVb-2-e«/fln (Ton 
mainm androi : nous sommes de la m^me 
locality , nous sommes compatriotes. 

Aaekddii, s. Anccdoticr, celui qui 
recueille ei raconte des anecdotes , le 
plussouventfausses.— (7c««-^-mn(Wi€JWd/i 
kd n'ne conU de blett : c*est un anecdotier 
qui en conte de cossues. 

Aaekddtik, adj. Anccdotiquc , qui 
tient de Tanecdote. —Onrdgiss anekddtik: 
un recueil anecdotique. — Isloir anek- 
ddtik : histoire anecdotique. 

Aaekddu, s. Anecdote, particularity 
historique. — Krdze anekddtl : anecdote 
graveleuse, scandaleuse.— Canted d'anek- 
rfdW ; contour d'anecdotes, anecdotier. 

— Ld'Z-anekddtt son't'6rdinainnin ha- 
gnantt: les anecdotes sont ordinairemenl 
satiriques. 

AB^mdBB, s. Anemone, plante prin* 
taniere, k trois feuilles, h fleur inodoro, 
mais remarquable par Teclai et la variete 
desescouleurs;passe-fleur;coquelourde. 

— Dob andmdnn : anemone double. — 
Blank an^&nn y roch andmdnn: anemone 
blanche , anemone rouge. 

AB^vrisif, s. Anevrisme, tumeur san- 
guinecausee parladilatationou larupture 

{ I ) Co nom rappelle Teglise de S*-Andrc , silaee an 
Grand>Marcbe de Liege, et une de ses Zt anciennes 
paroisses. Depuis longtempi ce local ne aerl plus aux 
ceremonies religicoses. Vers la fin du dernier siecle , on 
J celdbrait io bizarre office republicain nomme le eulte 
th^philanthropiqtte. 



Digitized by VjOOQIC 



ANI 



— 32 



ANK 



d*unc art^re. —MoiiiTim andmze d koHr: 
mourir d'lin ani^vrisnie au coeur. 

ABiiMie,s. adj. Amphibie,qui vitsur 
la terre et dans reau.— L^ rad'aiw. Id 
crokodily c'd dt biess anfibdie : les rats 
d*eau, les crocodiles sent des animaux 
amphibies. 

Aniin , adv. EnfiD , ^ la On, finalement , 
apr^s lout, bref , en un mot. — Vo v'cialy 
anfhi! vous voici, enfln! — Puss k*anfin 
vo v'voU marii : puisqu'enfin vous voulez 
vous maricr. 

Anfli^Uti, s. Amphith^dtre , vaste 
enceinte ronde avec des gradins pour les 
f6les publiques, pour les lemons d*ana- 
tomie , de chimie , etc. — Onjdrdin Wd fai 
an-n-anfitHdU : un jardin qui va , qui 
s'el^ve en amphitheatre. —On bilet d^an- 
fiUim : billet d'amphith(5Atre. 

.AngiAie, s. Angle, coin, espace entre 
deux lignes ou deux plans qui se cou- 
pent. — DreiUt anglaie : angle droit. — 
Maik anglaie: angle Si'\ga,^Krdze anglaie: 
angle obtus. — Anglaie sMante : angle 
saillant. — Anglaie rintrante : angle ren- 
trant. -- On tain Ka toil sd-z-anglaie igdl : 
un terrain ^quiangle. — // d savan so 
Vmezreg dd-z-anglaie ; il est savant dans 
la goniometrie. 

AMgieM, 8. Anglaise, csptec de danse 
d'un mouvement tr6s-vif. — Jow6y danU 
n'angless : joucr, danser une anglaise. 

Angiot, e«0, s. Anglais, natif d*Angle- 
lerre; aimant les Anglais. ~ Ess Anglet 
dvin Vdm : 6lre anglomane, 6tre atteint 
de Tanglomanie. -- Riligion dd-z-Anglet : 
religion anglicane. 

AMgieikr, s. Auglcur, commune du 
canton de Li^ge (Est), k 4 1/2 kilom. de 
cette ville. Pop. 4,000 hab.Sup. 4 ,062 hect. 

AngoU, At«, adj. Angora, chat, la- 
pin , etc. , h polls longs et soyeux. — On 
chet angold : un chat angora. — Gail an- 
golail : ch6vre angora. 

Angon^ie, 8. Agonic, domi^re lutte 
de la nature centre la mort. — UangonHe 
dd Bondiu d jdrdin dd-z-Oliv : Tagonie de 
N.-S. au jardin des Olives. — St p6fp6r 
csS't'd riangonHe ; son pauvre p^re est k 
Tagonie ; il agonise , il est agonisant. — 
Sons n*angoneie (ou n' trams) : sonner un 
glas (1). Voy. i.«Bgoii6ie. 

AngripA, S. Agrippa. Voy. AgrmiA. 

Angoiste, s. Aiguillette. Voy. Agai??u. 

ABiiuareh, s. Brandebourg, espece de 
broderie aux boutonni^res ; guirlande, 
bariolage. — - Gna trop d'animarch so ce 
gordenn la : ces rideaux sent trop charges 
de falbalas. 

( I ) Sonner «nf agonle nVfl pns admit. 



AntM, s. Anis (1), dragee faile avec 
de la graine de la plante qui porte le 
m^me nom. — SdmS dd^z-anissso n'tdle di 
boar : aniser une beurr^e , la parsemer 
d'anis. — Del juzaie a Faniss: du jus anise. 
— De vdt^z-aniss , dd-z^niss di Chinn : 
badiane, anis ^toile, qui sert k faire Tani- 
sette d*Hollande. -— L'dfan k'a chi di-z- 
aniss : Tenfant a ^vacue des anis (expres- 
sion figuree pour indiquer le repas qui 
a lieu en r^jouissance d*un enfant nou- 
veau-n4, et qui consiste principalemeni 
en de petits gdteaux beurres et anises). 

Anfss, s. Anisette, liqueur faite avec 
de ranis. — Tapthn on dmHe d^ aniss : 
servez-moi un petit verre d'anisette. — 
Uantss fai pet6 d piht : I'anis est carmi- 
natif et diur^tiqne. 

AniTmirsmir, s. et adj. Anniversaire , 
jour correspondantd'une ann^ek Tautre; 
obit, service annuel pour un mort. — 
On fiestaie oAie Vdnivairsair di s^mariech : 
on f^te, on c^l^bre Tanniversaire de son 
mariage. — F6 on lekpon*mess itnivairsau' ; 
faire un legs pour une messe anniver- 
saire, fonder une messe anniversaire, 
un annuel. — RSgiss dd-z-dnivairsair : 
obituaire, n^crologe. 

Ants^, V. (Tanlzaie), Aniser, mdler 
de ranis avec une autre substance. — 
AntzS dh ptkei : aniser du geni^vre. — 
Anizi s'tdte : aniser sa tartine. 

Ank9 s. Ancre, gros instrument de fer 
h branches aigues pour arrdter les vais- 
seaux. — Onai d'ank : anneau ou organ- 
neau d*ancre. — It veg. It bress d^inn ank : 
la verge, les bras d*une ancre. — Koitt 
d'ank : orin, gum6ne, c^ble d*une ancre. 
Jet6 I'ank : ancrer, jeter Fancre. ~ Uv6 
Vank : d^sancrer, lever Fancre. — Disft 
Vkoitt dinn ank: d^talinguer, 6ter le 
cable d'une ancre. — Vank, c'd Fscnn di 
Vesptranss: Fancre est le symbole de 
Fesperance. * 

ABk, s. Ancre, crochet, fenton, barre 
de fer en S , X ou Y pour consolider les 
mure. — • Akrochti n'bUze di chminme avou 
dt-Z'Onk: accrocher un tuyau de che- 
min^e avec des ancres. 

Ankr^, V. (Tankraic). Ancrer, jeter 
Fancre, mouilier; s'etablir, s'aflbrmir 
dans quelque situation, enraciner, inve- 
i6rer. —Ankri n'bark : ancrer une barque. 
/ s*a pH a-mon Vinarki ,tili ess-t-ankrd : 
il s'esl introduit chez le marquis, et il y 
est ancrd. 

Ankrceh, s. Ancrage , lieu propre et 
commode pour ancrer ; mouillage. — Pfl< 
rdred d'ankrech : payer Ic droit d'ancrage. 

{t) Pronr.ncer ani cl bod anize. 



Digitized by VjOOQIC 



ANN 

.%na, s. Anne, nom de fonimc— S/rt//- 
Aun eskil VvUi' di Nolru-Dam : sainle 
Anne etail la m^re dc la Saintc Vierge. — 
Ell esS'l'd Cdrmd Sintt Ann: c'est unc 
vieille lille hors d'age.—Aww, ti bo goU: 
Anne, ta hotle degoutte. 

Innaie, s. Annee, lemps que la tcrre 
met h faire une revoluliou autour du 
soleil; duree de douze mois, a pai^tir 
d'un jour quelconque de Tannee. — 
U Annate bizek t (Ttrei^ cin soli^ntt st joH : 
Tannee bissextile est de Irois cent 
soixanle-six jours. — UAnnaie drdinair d 
(TlreA cin soicfintt dnk joA cink eHr d ka- 
rantt notiv miuult : Fannie commune ou 
asiponoraique est de trois cent soixante- 
cinq jours cinq heures et quaranle-neuf 
minutes. — Ldnnaie pacnie : Tannee 
passde, Tannee derniero, Tannee pr^ce- 
dente. — Udnnak ki vin : Tannee qui 
vient, Tannee prochaine. — Inn dnnaie 
paitni rdtt : bon an , nial an ; annee com- 
mune , communes anndes. — Ml p6r a ouie 
sd'Z'dunaie : c'est aujourd*hui Tanniver- 
saire de la naissance de mon pdre. — Ji 
so-t'intrd divin m'soicante-tre^zimn dnnaie : 
je suis entre dans ma soixante-troisieme 
annee, j'ai alteint mon annde climate- 
rique. — No'TrCHian del mainm dnnaie : nous 
sommes contemporains. — Mess d'dnnaie: 
obit, mcssc anniversaire. — Di kdl dnnaie 
ess-t-el ciss pess di mandU la? quel est le 
milMsime de celto piece do monnaie? — 
ybone dnnaie, save, Mareic! Marie, je 
vous souhaile la bonne annde. — II a skri 
di'Z'isloir, dnnaie par dnnaie : il a ecrit 
des annales , c'est un annalisle. — Udn- 
naie rtpublikalnn kiminclv a VMnox di 
septinb : Tannee republicaine commen- 
cait a r^quinoxe d'automne. — AniMte di 
skol, di koUg : annee scolastiquo ou sco- 
laire. — Annate diplaif, freh dnnaie: annee 
pluvieuse, fiumide. — A vintt an, on 
n*konte nin U-Ti-dnnaie ; a soicanttfOnkonte 
ItjoA : k vingt ans, on ne compte pas les 
ann^es ; k soixanle , on compte les jours. 

Aand(f, s. Endive, laituo romaine, 
espdce de chicoree ; chicon. — Ldi dt-z- 
anndif: Her la chicoree pour la faire 
blanchir par un dtiolement factice. — 
D^z-anndif ki montet : endives qui raon- 
lenl en graine. Sitokeie d'anndif: planlo 
de chicoree. —Jfoflfwf di I'anndtfsitoAvaie: 
manger de Fendive h Fdluv^e. ( i ) 

Aanddiiom, s. Morue de premiere 
quality. 

laaeft, s. Anier. Voy. IsneA. 

(i) D€ Pendivft Hui^e, dei pommet de terre 4lmviei, 
«oal des barliarUmes goncralcinent osit^ dans le pays 
wallon; crpi^adant ittiv^ n'esl ni adjeotir, ni le partiripe 
« ua terbe timter, qui, dans cetle accrplioo, n'exisle pas. 



OO 



ANN 



Anageiik, adj. Angelique , qui tient 
des anges. — On vidir anngdik : physio- 
nomie angelique. — £7/ a n'voi anngeiik : 
ellc a une voix angelique. 

Anag^iikAjSub. Angelique, plan leom- 
bcllifere, odorifdrante, stomacbique, etc. 

— Bordon, aiw d'anngdlikd : baton, eau 
d'angelique. 

Anng^iikmin , adj. Angdliquement , 
d'une maniere angelique.— \'ik6 anng^lik- 
min : vivre angeliquement. 

Anng^iuMi, s. Angelus, pri^re que les 
catholiques font le matin , a midi et au 
soir. — Sonti, dlr U-z-anngdass : sonner, 
dire Tangelus. 

AnamiBifltrAeioB , s. Administration, 
gouvernelnent, direction ; r(3gie , gcstion , 
manulention des allaires publiques ou 
particuli^res. — IJannminislrdvion dt bin 
dt pdf: Tadministration des biens des 
pauvres. — Di kd annminislrdcion ni 
s'pUn-t-on mdie? de quelle administration 
ne se plalnt-on jamais ? 

Anamlnliitraateikr, (rimi , S. Adminis- 

trateur, celui qui regit les affaires d'une 
communaut6, d'un hospice, etc. ; direc- 
teur , regisseur. — To-/-rt«M/wimi^rrtMr fai 
lodi baled d'mekonlin : tout administraieur 
fait toujours beaucoup dc mdcontenls. 

AnnmiMintraiir, adj. Administratif , 
qui. a rapport h Tadminislralion. — Li^wr<) 
annmlnlstralif : le bui*eau administralif. 

— Konpetlnss annmlnislratif: competence 
administraiive. 

AnnntiaUtr^, V. (Tannminiss 6fann- 
mlnislraie). Adminislrer, gouverner, di- 
nger, regir les affaires publiques ou 
particulieres. — Annministri U rivnow dd 
pai: administrer les flnances de r£tal. 

— Annminislr6 le sakramin: adminislrer 
les sacrements. 

Annministreeii, s. Mani^ro d'admi- 
nistrer. Voy. ABBmlnlstrAeloB. 

ABBiniBistreA 9 s. Cclui qui admi- 
nistre. Voy. ABBmiBfutNiteAr. 

ABBmirAk, adj. Admirable, qui md- 
rite , qui attire Tadmiration ; merveilleux, 
surprenant. — Li Bondiu est-t-annmirdb 
divin to sou k'i fai : Dieu est admirable 
dans toutes ses oeuvres. — Cess-i-inn 
omi, k'a n*kondullt annmirdb : c*est un 
ouvrier qui a une conduite admirable. 

ABBBiirAbBiiB) adv. Admirablement, 
d'une maniere admirable ; merveilleu- 
semenl. — / parol , i skrt , i U annmi- 
r^min : il parle, il dcrit, il lit admira- 
blement. 

ABBiBirAeioB , s. Admiration, senti- 
ment de celui qui regarde une chose 
comme extraordinaire ; dtonnemenl , 
surprise, contemplation; engouemcnt, 

TOME I. « 



Digitized by VjOOQIC 



)i — 



ANO 

mlmiraiion exngoree ; extasc. — VaM 
d'tms-t'^gllss, c't Vannmm\vion (TtoVmontt : 
Tautcl de voire eglise lait radmiration 
gen^rale. 

AnnmlratoAr 6 AnnmiroA, trlmm 6 
cikiis,s. Admiratcur, eelui qui admire, 
i'omtcniplalcur. — Cess-t-inn annmiratedr 
di to sou We norm : c'est un admiratcur 
de tout ce qui est nouveau. 

Annmir^, V. (J"annmer, no-z-admiran). 
Admirer, considerer avcc un elonne- 
ment ttM6 de salisfaclion ; (^tre surpris , 
contempler , s'extasier. — Annmiri to sou 
ki VBondiu a krdid : admirer tout co que 
Dicu a crec. — On s'fai pu iMlurcH k'on 
wV po fd annmird s'korech : on^ exagere 
son maiheur pour faire admirer son 
counijje. 

Anuotc, V. (Tannott 6 f annotate), 
A4motcr , prendre note , prendre des 
notes. — Av annotd cou k'ji f-z-a di ? 
avez-YOus annoU^ ce que je vous ai dit ? 
— Prokurdm on Xirgil annotd : procurez- 
moi un Virgile anuol6. 

Annoteeh, s. Action d*annoter; anno- 
tation. — Sin Vannoteg^ ji roAvieirH baicd 
d'sakoi : sans les notes, j*oublierais beau- 
coup de choscs. 

AnnoieO , cOfm OU rcMi, S. Annota- 
teur, cclui qui prend, qui fait des notes, 
des annotations sur quelque chose. — Po 
n'rin roM , f f^t-inn annoteH ki markaie to : 
pour ne rieu oublier, il faut quelqu'un 
qui tienne note de tout. 

Aonoaw^i, adj. Annuel , qui dure un 
an. — Li moui'mia annouu^l rfd solo: le 
mouvement annuel dii soleil. — Rintl 
annouwdl : rente annuclle. 

Annoaw^iniin , adv. Annuellcmeni , 
par chaque annee. — Ji tier annouu*dlmin 
fin fran di m'houbir : je retire annuelle- 
uHjnt cent francs de ma houbionniei^. — 
On sin k'on fiestaie annouwiHmin : un saint 
qu'on f6te, qu*on colebre annuellement. 

Anntii^ott, s. Antipode, licux, habi- 
tants de deux pays diamctraloment op- 
poses. — Li Norcl'Zdlantt y ce rz^nntipott 
di I'EilrOp : la Nouvelle-Zelande est Tan- 
lipode de TEurope. 

Annate , V. (f annul ou fannulaie). 
Annuler. Voy. Knc<^. 

And, s. Tilie ou teille , ecorce du 
chanvre. 

AndbllyV. (fandblih, no-z-andblihan). 
Anoblir , faire noble, donner a quelqu'un 
le titre et les droits de la noblesse. — Li 
sovirin pou v^z-ambli : le sou vera in pent 
vous anoblir. 

Andiiii, v. Ennoblir, rendre plus im- 
portant, plus noble, plus digne de res- 
pect , augmciiter la celcbrile. — \o Ult 



AxNO 



kdlitd polei r"z-an6bli : vos vorlus peuvcul 
vous ennoblir, vous illustrer. 

AMdMlheck d Andblihmin, S. Abo- 
blissement, recompense, faveurdu prince 
par laquelle on est anobli ; illustration.— 
lUcAr sd let I d'anoblihmin : recevoir ses 
letlres d*anoblissement. 

aboT, v. (fan&ie, no-z-anoifm ^ fandret 
oufanOieret). Ennuyer, lasser, faligoer 
Fesprit. — Vapu /on, ti m'andie : va-t'en, 
tu m*ennuies.-— L€f(/m ki s^divairlUict irop 
s'anoiet : les gens qui se divertissent trop 
s^ennuient, sedeplaisent, s^attristenl. 

AnoTaM, amu, adj. Ennuyant, fati- 
gant; ennuyeux, importun, fastidieux,— 
Li Ion siermon d'on p6v avoka esS't-anoian : 
le long plaidoyer d'un pauvre avocat est 
ennuyeux. — Anotantt caktress: eauuyanle 
caillette. 

AnoTaomin, odv. Ennuyousement , 
d*une maniereennuyeuse, avec ennui.— 
Ldr, si d*vizd, rakanti anolanmin : lire, 
s*entpetenir , raconter fastidieusement. 

— No pad rjoHmaie anoUmmin : nous 
passiimes la journee accablcs d^ennui. 

AndTemiM, e An^oniMmi, s. Euuui, 
tristesse, melancolie, deplaisir. — ifwi 
d'andiemin : mourir d'ennui , de chagiin. 

— Li doleUr fai pac4 Vandlemin : ia dou- 
leur chasse Fennui. — Vom ki n^fai tin 
deH ptri d*andiemin : Fhomme inoccupe 
doit perir d'ennui. — Van&iemin e^ts-t-inn 
maladcie; si rmdlt, cV rovrech : I'ennui 
est une maladie dont le travail est le 
remede. 

AnoTeft, «Am, adj. Tristc, abattu , 
desole. — Yola n*sakoi dUinoieiA : voila 
quelque chose de triste, d'affligeant, dc 
deplorable, de lugubre, d'attristant. — 
Cess't'inn anoleUze veie; c'est une Irisle 
vie (ou une triste ville). — Ess anoleu: 
avoirdu regret, ^trc repentant, s'attrisler. 

AnoTeikMuiin, adv. Trislement, deplo- 
rablement, mclancoliquement, lugubre- 
ment, fastidieusement. — Enn fi^ rm 
tO'>anok^min : il s'en retourne tout 
tristemcnt. 

Anoicikst^, s. Ennui , tristesse vive et 
continue; chagrin. — Eli ^ kaptib di; mori 
d'anoUMd : elle pent mourir de tristesse. 

— Lanolcdstd riwenn li santd : I'enimi 
mine la sante. 

amoucI, v. (J'anonss, no-z-anonsan), 
Annonccr, faire savoir, publier, pro- 
clamer, informer, donner avis. — J'a- 
nonsret n'bone ou n'mdl novel : j'annoncerai 
une bonne ou une mauvaise nouveile. — 
Toutou a stu anoncl s*mariech : Gertrude a 
ete annoncer son manage. 

AnoiineiArion , s. Annonciation, mes- 
sage de Fange Gabriel h la Merge pour 



Digitized by VjOOQIC 



AxNP 



— oo 



ANT 



liii iiunoncer le mystt^redc rincaniation. 
— L»i fiess di rAnaniwiddan, fV Vprumi 
bizdh ad Lijoiss : c'est le jour de TAnnon- 
ciation qu'a lieu la pi'cniiere excursion 
clianip^tre des fenimes de Liege. Voy. 

IHotru^Daiii. 

Anoiifiii, s. Annonce, avis, informa- 
tion , avertissement. — Gua dd yasH ki fei 
leU jf^rteunn amn le-z-anonss : certains 
gazetiei-s font leur fortune avec les 
uunonces. 

j^npmre (»•). V. (Ji mUmpar ,no no-z-an- 
paran; jira'anparrii). S'einparer, se saisir 
d'uae chose, s'en rendre mattrc, Toc- 
ciiper ; envahir, usurper. — Uatruimi 
s'anpara del pless par surpiiss : reimemi 
s'empara de la place par surprise. ~ Li 
skricH s^a-l-anpard di to Id ddkumin dd 
procet : Tavocat s*cst cmpare de tous ^es 
documents du proems. — Inu feie ki Vpa- 
ivoUy li jalozreie, U koUr, etc., s'anpar 
dlnn sakiy i pielt li kaboss : une fois que 
la peur, la jalousie, la colore, etc. , s'em- 
pare dequelqu^un, il perd la tramontane. 

Aiii»^rcihr,s. Empereur, chef, souvc- 
rain d'un empire; monarque. — AnpercUr 
di Rueie : empereur de llussie, Czar ou 
autocrate de Kussie. — Aprei VanpercUr 
^'apoicion prumi , k'on m'vass co koiri on 
sfai : apres Tempereur Napoleon 1", il 
faul tirer rechellc. 

Anpir, s. Empire, monarchic sous un 
empei'eur. — Anpir di Rude , anpir francet : 
empire de Russie, empire frangais. 

AnpicMiniii , s. Emplacement, lieu, 
cndroil, place, terrain. — Anplesminpo 
batiy po-z-t fi n'briktrdle : emplacement 
pour y biitir, pour y 6U\h\ir une hri- 
queterie. 

Anpiett, s. Emplette , achat d*une 
marchandise, d'un meuble, d*un vete- 
menl; chose achetee, acquisition. — Voldf 
vei vie-z-auplell? Volela : voulez-vous voir 
mes emplettes? Les voilii. 

Aapiiflceh, s. Amplillcation, exten- 
sion donnce au sujet qu'on traite, au 
rt^cit que Ton fait; paraphrase, exage- 
ration. — Uanpliftegd'tnu mdl mvel : Fam- 
plilication , Taggravation d'une mauvaise 
nouvclle. 

AMpiiflcA, s. Amplificateur, qui am- 
plille; paraphraseur, paraphraste, auteur 
de paraphrases. 

Anpiiot, V. (fanplifeie , no-z-anplifian). 
Amplifier, etendre, augmenter par le 
discours; paraphraser. — Ell anpliftieio 
sou k'ell 6 dir : elle exagere tout cequ'elle 
entend dire. 

Anprdte, s. Lamproie , esp6co d'an- 
guillc de mcr ayant sept trous de chaque 
cOto pour la respiration. — P/7/7t?«w/;r()/(? : 



lamproyon ou lamprillon , petit serpent 
de mer. 

Anr^ffistr^, V. (faiirdgistraie), Enre- 
gistrer, inscrire dans un registre; im- 
matriculcr. — Anntgialrd on louwcch, inn 
ak di vinlly on judmin: enregistrer un 
bail , un acte de vente , un jugement ( i ). 

Anr6siMtr6iiiin , s. Enreglstrcmcnt , 
action d'enregistrer; immatricule; imma- 
Iriculation; bureau oil Ton enregistre 
des acies publics. — RidveH, kontroled , 
direkletlr d'anrdgisiriimin : receveur, con- 
tr6lcur, dirccteur d'enregistrement. — 
/ koss baicd po ranr^gistremin : il coOto 
beaucoup pour Tenregistremeqt. 

An-rek, adj. Regulicr, qui a de la rc- 
gularite, qui est conforme ii la regie. — 
Se n^giss, on le-z-^i trovd an-Hk: ses re- 
gistres , on les a Irouves en ordre, regu- 
lierement tonus. — Soula u'e nin an-rdk : 
cela est irregulier, se fait irrdguli^rement. 

AnMegnmin , s. Ensoignemcnt, action 
et manicrc d'enseigncr; instruction, pe- 
dagogic.— Ow-^fl/r/i n'r^voludon po-z-aiu 
riibertd d*ansegnmiu : on a fait une revo- 
lution pour avoir la liberte d'enseignc- 
mcnt. — Meidde d'amegnmin : metbodo 
d'enseiguement. 

.Ansel, s. Anselme, nom d'hommc. 

Auftpnriitt , s. Anspessade ; il se disait 
autrefois' d'un bas-ollicier d'infanterio 
subordonne au capoi*al. 

Aims, s. Anse, esp^ce dc saillie en 
arc qui sert h porter uu vase. — Anss di 
seiai : anse d'un seau. 

ABM ou Aiififl-^<«iin,s. Ans ou Ans-et- 
Glain, commune du canton de Liege, 
(Quest), li 4 kilom. de cette ville. Pop. 
4,750 hab. Sup. 752 i/i hect. — Li pro- 
feceilr Salaie esteH d'An^s : Salt^e, profes- 
seur de sculpture , etait ne ii Ans. 

Answdi-pnnt, s. Anse de panier, 
courbe (lui en a la forme. — Le-z-adi di 
d pon la son failtaansH di pani : les arches 
de ce pout sont faites a anse de panier. 

Ant6ic, s. Sortc dc targette, petit 
verrou de bois ou de fer h une porte d*ar- 
moiro; birl6ir, tourniquet qui tieut ua 
chassis de fenOtre leve, 

ABtermngik, s. Lantcme magiquc , 
instrument d'optique qui fait parattre 
diflerents objets sur une toile ou sur 
une muraille ; fantasmagorie. — On fai 
vde inn aniermagik so Vf6r : on montre 
une lanterue magique sur le champ de 
foire. 

Aiitet,s. Antheit, commune du canton 
de Huy, h 4 i/a kilom. de cette derniere 
ville. Pop. 4,700 hab. Sup. 712 bed. — 

( I ) IK'sli ibilucz vous «lo i»runoiiccr juf/icincnl. 



Digitized by VjOOQIC 



AINT 



— TiG — 



ANW 



Lf bai chestai del Vd-^^^oss-Dam c uo Vko- 
mennn d'Antet : le beau chftteau du Val- 
Nolre-Dame est sur le territoire d*Antheit. 

AiiUatiiit, s. Antienne, verset qui se 
chante avant un psaume ou un cantique ; 
d^but de chant. — Elond fCantiainn : on- 
lonner une antienne. — Liv d-^anliainn : 
antiphonier ou antiphonaire. 

Andehanii 9 s. Antichambrc » pi6ce 
imra^diateinent avant la chambre. — On 
m'a fax fi deH-z-^Hr antichanb: on m'a fail 
faire antichanibre , on m'a fait faire le 
pied de grue pendant deux heures. 

AittiAAt6, V. (J*antiddtt hfanUddtdie). 
Antidater, mettre une date anterieure ^ 
la veritable ; mettre une fausse dale , 
falsifier une date. — AntiddU iiak^ inn 
left : antidater un acte, une lellre. 

ABiMAteeh ^ AMtMAftmln^ S. Action 

d'antidater. — Vantidaieg di Vak n'a nin 
stu riknohou : Fantidate de Facte n*a pas 
t*te constate. 

AiitidACi, 8. Antidate, date antt^rieure 
a la veritable » fausse date , dale falsiliee. 

— Prov6 rantiddtt d'on louwcch : prouvcr 
Fantidate d'un bail. 

AnUmdnn, s. Antimoine, m(5tal dont 
on fait diflerentes pr(^parations dans la 
pharmacie, telles que Fem^tiquc. — lU 
rcAl d'antim&nn : verre d*antimoine. — 
TinteUr d^anthn&nn: teinture d'anlimoine. 
—llinUlt a rantimOnn : remede antimonial. 

Antin, s. Grand oncle, grandUante. 

Antioai, 8. Agneau de plus d*un an. 

Antinn 6 Ant^nc, s. Anlhisncs , com- 
mune du canton de Nandrin , ^ 5 i/i kilom. 
aFEsneux. Pop. 900 hab. Sup. 4,445 i/i 
Jiect. — Antinn ess-l-onk dc pu vl vieg di> 
pai : Anthisnes est un des plus ancicns 
villages du pays. 

An-(itc, adj. Titulaire, qui est rev^lu 
d'un litre pour remplir cerlaine fonction; 
oncraire ; il est opposed h honoraire. — 
Vo-z-est^ li rciveH an-titCy d lu fax Vovrech : 
vous Ctes Ic receveur titulairo, el lui en 
est le gerant. 

An(omMe^s.Anatomio,artdediss^quer. 

— Sludi Vaniomcic : ctudier Fanatoinie. 
Antom^ie, s. Squcletle , personne 

maigre et s6che. — Loukt das pdv feum , 
dl t com inn antomtie : voyez cotte pauvrc 
femme; elle est comrae unemomie, elle 
est toute maigre et toute desseehee. 

AntiMnik, adj. Anatomique, qui appar- 
licnt h Fanatomie. ~ Oirech antomik : 
ouvrage analomique. — Esplikddon an- 
tomik : explication anatomique. 

AntomikiiiiB , adv. Anatomiquemcnt, 
d'une maniore anatomique. — Pflr/(*, dis- 
krir aniomikmin : parler , dc^crire anato- 
miquemcnt. 



AntomiM^ s. Anatomistc, savant dans 
Fanatomie. — Po ess on par fat dokUAr, i 
fd't-ess antomiss : pour ^tre parfait lue- 
decin, il faut Ctre anatomiste. 

am(«iiiIx^, v. (J'antomisSy no-z-aulfh 
mizan). Anatomiser^ faire Fanaiomie, la 
dissection. — Antomiz^ on koir : aiialo- 
miser, diss<^quer un corps. 

Antdnn, s. Autoine, nom d'bomme.— 
Krett d*Sin'Z'An1dnn : croix de S'-Anloine, 
croix faite en forme del. — Lipoursai £/*Siji- 
Z'Anidnn : le cochon de saint AutoiRC. 

— Li peiip pr^ie Sin-z-AniOnn po rtrote 
sou k'^ pierdou : le peuple prie saint An- 
loine pour retrouver les objets perdus. 

Antrak, s. Anthrax. Voy. Aitmk. 

AnCrikaTc^ s. Antiquaille , vieillerie, 
chiffon. — WesU toil vo-z-antrikaU : 6ler 
toutes vos bucoliques. 

Antrikniry s. Antiquaire, savaot dans 
laconnaissancedes monuments antiques. 

— Mostr6 voss tn^dnle a iun antrikair : 
monlrez voire m^daille k un archeologue. 

Andkri, s. Antechrist, ennemi dc 
J.-C. ; imposteur annonce pour la iio du 
monde ; mechant homme. — £ tin de<' 
apolt y gnavcA pluzieHr-z-anttkri : au temps 
des ap6tres, il y avail plusicurs anle- 
christs, — CesS't-on kapmi^ inn anilkri: 
c'cst un coquin, un antechrist. 

AntoriAr, s. Manicro d'etre, d*agir» 
proc^de ; tournure. — Ji rou knoh si m- 
turlUr : je veux connattre sou cutouruure, 
sa maniere de voir et d*agir. 

AoiuriAr, s. DrOlcsse, lilie ou femnio 
m^prisable. — Ji Va vHou pacd avou n'an- 
turhr : je Fai vue passer avcc une gour- 
gandine. 

Anoie, v. (Tanul ou fanulaie), An- 
nuler, invalider. Voy. Mure. 

AMuierb, s. Annulalion , cassation, 
redhibition; rcscisiou. 

Anuti (»'), V. (Ji vi^anuiih y no-no-Z" 
anutihan ; ji m'anutihret), S*anuiler , se 
laisser surprendre en chemin par la uuil. 
-— KreiHn , ni vlei nin anuti : croycz-m'en , 
ne vous anuilez pas. — Li ktcel ki s'anutih 
faijdzd: la jeune fille qui s'auuilc s*ex- 
poso II la critique, i\ la uuHlisjinrc. 

Anviioi^^ s. Enveloppe, ce qui serl a 
envelopper; couverture. — Anvilop di 
pnpl , di teHl ciraie , di kHr , envoloppe de 
papier, de toile circc, de cuir. — i/c/«f 
n'anvilop a voss kit : nietlez voire leltre 
sous enveloppe. 

Anvilop, s. Rallonge. Voy. Riier* 

kwArtt. 

Anw^io, s. Anguille, long et menu 
poisson d'eau douce, dc la forme d'un 
serpen 1. — Dihdd n'anwde : ecorcher 
une anguille. — KUfi n'anwdic a boket ; 



Digitized by VjOOQIC 



— 57 — 



APA 



APA 



tronconncr une anguille, couper uno 
anguille par tron^ons. — K6 (Tpai d'an- 
weie : anguillade , coup doiinc avec une 
peau d'anguille. — Dihdci ranwfie po 
fkow : dcorcher TanguiUc par la queue , 
coramencer par oil il faudrait finir. 

AnwMe-di-m^r , s. Congre, poisson 
de nier semblable k une anguille ; uiurene. 

— NeUr ou blank anw^ie-di-mdr : congic 
iioir ou blanc. 

Aptij s. Palier. Voy. pa-d*ffi^. 

ApA , s. Mangeaillc , picture pour attiror 
les oiseaux ou les poissons; appAt. — Ld 
vimr t le moh , c"^ de bon-z-apd po Id pthon : 
les vers el les niouchcs sont de bons 
app4ts pour les poissons. — M6 dt peA so 
r>apd : lourrer, lendre un pledge. 

AMbiAA) anti, adj. Caimant. Voy. 
mapAhtan, Adoi^ciHaB. 

ApAkc^, Y. (fapdhtaie). Apaiser. Voy. 
WLmp^hU. 

Apairl, Y. (Tapairtie , no-z-apairian). 
Appareiller,apparier,joindrcdeuxchoses 
pareilles; assorlir. — Ajwirt de chandU^ 
dd tdvlai : apparier des chandeliers , des 
tableaux. — fa on bai spoulbak, i fd kl 
j'Vapcurtk : j*ai une belle jatte , il faut 
que je Fappai^eille. 

Apairt, Y. Accouplcr, apparier, unir 
pour la g^n^ration. — Apairi d^ colon , 
dd turturel : accoupler des pigeons , dos 
tourlerelles. — Ld pktrl sou-t-apaireie : 
les perdrixsontadou^es, sonlaccouplees. 

Apairieeh, s. Accouplenient, apparie- 
nient (ou appartinent), action d*accou- 
pler; appareillement. — Uapamegde male 
edel fruniel: raccouplement du male etde 
la femelle. — Apairieg di pietri : pariade. 

A-panai-kau, adv. En pan de chemise. 

— Estan surpri so tchd fat , i s'sava a- 
panai-kou : 6iant surpris en flagrant dclit, 
il sc sauva en pan dc chemise. 

Apaneeb, s. Grande toilette. — Divin 
kel apaneg Jdget s'a oiUe mdtou ! quel luxe 
de toilette Josephine ^tale aujourd'hui ! 

A-pAr, adj. Particulier, special, dis- 
linctif, d'uneesp^ce particuli6re. — Noss 
Ito'ie, c'ess't-on soverin a-pdr: notre Roi 
est un souverain tout special, d'une rare 
s.'icresse. — idkolo aveH-t-inn m^tdde a-pdr* 
Jaculul avail une methode toute parti- 
culi6re. 

A-pAr, adv. A part Tun de Tautre , 
sdpar^ment. Voy. l»^paraiemin. 

Aparaiftmin, adv. Apparcmment, sui- 
vant les apparences; vraiseniblablcment, 
probablement. — Aparanmin k'i vaire-i- 
onjoiloii roll : appareninientqu il viendra 
un jour ou Tautre. — Aparanmin ki vo 
m*louki po n'Hocm : apparcmment que 
vous me regardcz pour un niais. 



ApanuiM 6 AperiBM, S. ApparODCO, 
rexterieup, ce qui paratt au-doix)rs; 
vraisemblance ; sympt6ine indicatil, pro- 
bability, conjecture. — Lc-z-apwaiis: 
son tronpdf: les apparences sont trom- 
peuses, sont souvent des illusions. — 
Gna not aparanss dd vei Win kangi : il n'y 
a nulle apparence de voir le temps chan- 
ger. — Aparanss di maladtie : maladie 
symptomatique. 

Aparenntd , Y. (Tapareuntaie), Appa- 
I'enter, donner k quelqu'un des parents 
par alliance. — Louki d'aparennU voss fete 
kom i fd : lAchoz de bien apparenler voire 
fiUe — Si marieg Va aparennU al borgeHz- 
reie : son mariage Ta apparente a la 
bourgeoisie. 

Aparcti , Y. (faparcU , no-z-aparelan). 
Apparattre, devenir visible , se faire voir, 
se montrer. — Li Bondiu a volou aparett 
a Motss divin n'drdan bouhon : Dieu a 
voulu apparattre h Molse dans un buisson 
ardent. 

AparfandrcrH h Aparfondrihcch , S. 
Action el maniere d'approfondir ; creu- 
sement, excavation. — Uaparfondrilieg 
d^ horai si^ret maldlme ; il sera difficile 
d'approfondir le fossi^. 

Aparfondri, V. (faparfondrihy no-z- 
aparfondriJian), Approfondir, rcndre plus 
profond, creusor plus avant; p6nelrer 
bien avant dans la connaissance de 
quelque chose. — Aparfondri on pwts^ 
on horai : approfondir un puits, un fosse. 
— Aparfondri n'siaincey inn kestion. — 
Cd piett se p6nn ki d'voleAr aparfondri Id 
misUr : c*est peine perdue que de vouloir 
approfondir les mysleres. 

Aparitcdr, s. Appariteur , certains 
huissiers attaches aux univcrsites; mas- 
siers. — Ji rkwir U picss d'aparilcttr : je 
poslule Tomploi d'up|)arileur. 

ApanitkiiAr, adj. Apercevable , qu'on 
pent apercovoir. — Li chkl d'Sin-Gil ess- 
i-aparstlhdv di bin Ion : le clocher dc 
S* Gilles est apercevable de bien loin. — 
Ciss pitite fall la n'e nin aparsUkdf: celte 
petite faute n'est pas apercevable. 

AparMJkr j V. (faparsH , nO'Z-aparswvan), 
Apercevoir, decouvrir, remarquer, entrc- 
voir. — MecieU , no v^z-avan-l-aparsu dlon : 
messieurs, nous vous avons apercus de 
loin. — // mUi't-aparsu k*on nCdrMf: je 
me suis aper^u qu'on me volait. — Ld deA 
wtzenn s^on-l-aparsu k'on U tronp^f: les 
deux voisines se sont oper^^ues qu*on les 
trompait. 

AparsAvaniiMC Apar»ihhani(ii,S. Apcr- 
cevance, faculte d'apercevoir. — Vo-z- 
csU dlnn fcnn apars^vanss : vous Hes 
d'une promple, d'une line aperccvancc. 



Digitized by VjOOQIC 



APE 



- 58 - 



API 



AMrte, 8. Apartd , paroles eniendues 
des spcdiUeurs et uon des autres acteurs. 

AiiAri^iiiiM, s. Appartement , loge- 
ment. Voy. KArtt. 

ApnriiBi, V. (fapartinyno-z-apartimn; 
fapartairci), Apparlenir, C*tre h quelqu'un ; 
convenir , seoir. — Sou ki n'vhz-apartin 
nin, i Vfd rhUi: ce qui ne vous appar- 
tient pas , il faut le reiidre. — / v'z^par- 
tin bin dd k*jdz6 le-z-Ott I ii vous sied bien 
de deiiigi'cr aulrui ! 

AiNirUniioMi, s. Appartenance, dc^pen- 
dauee, ce qui apparlienl a une chose, 
cc qui en depend. — Ji vindret n'mohann 
ttvou loll sd'Z-apartinanss : je vondrai une 
raaison avec loules scs appartenanees. 

ApameioB, s. Apparition (i), mani- 
festation visible d'une chose naturelle- 
inent invisible ; vision. — Vaparttdon 
d'Vang Gdirriel a Notru-Dam : Tapparilion 
de range Gabriel h la Sainte Vierge. — 
Apm-ucwn d'iun siteul a kow : apparition 
d'une etoile lilanle, d*unc comele. 

Apnmi, s. hnpasse. Voy. Kou-4^«ak. 

Ai»a(roB4^, V. (fapatrotin tfapatronaie). 
/Vjuster, arranger une chose en sorte 
qu'elle convienne h une autre. — Apa- 
troiU on vm avou n'sikrdw : appropricr 
une vis avec un ecrou. 

Apatmnceli e Apatronnmln, S. AJUS- 
lenient, accomniodement. — Uapatroneg 
de planch d'inn drmd : I'ajustement des 
rayons d'une arnioire. 

Apoi, s. Appcl, signal pour appeler; 
appellation a haute voix; recours a un 
juge superieur. — Resjwntt a Vapd, m&k6 
a I'apd : repondre , nianquer a Tappel. 
— Pr(fzid6 n\'hanb del KoAr d'aj)el : pre- 
sidcr une chambrede la Cour d*appel. 

Apei, s. Appeau, petit siillel avec le- 
quel on iniitc le chant des oiseaux. — 
Apel a b^guinelt : appeau aux bccilgues. 

Api>ic, V. (fapcl, no-z-apHan). Ap- 
peler, a Hirer les oiseaux avec des ap- 
pcaux ; frouer. — Apdi le kwate avou dd 
kivdt : atlirer les caillcs avec des cour- 
caillets. 

Ap^ieeh, s. Action et mani^re d*ap- 
peler les oiseaux. — S7 vou-t-al^ tinte , 
k'il aprinss rupelech : s'il veut tendre les 
filets aux oiseaux, qu'il apprenne la ma- 
niere de les appeler. 

Ap^parf^t 6 AplBpt («'). (Jt m'apd' 
purgndie), S*ajuster, se bichonner , s'a tin- 
ier. — EH t todi n'groze eHr a s*apdpurgni 
dvan s'mureil: elle est toujours une heurc 
au moins h se pimper devant son miroir. 

Ap6il,s. App^tit, d^sir de manger; 
faim; app<5tonce, sensualite. —Li pornii- 

(i) Jppar\xtion est une faulc. 



«//// donn di Vap^ii : la promenade donno, 
excite, ^veille, ouvre, aiguise l*api>etit. 

— Vapili rin to magnan : Tappetit vieul 
en mangeant. — Avu apiti to-t-d matin : 
avoir Tappelit ouvert de bon matin. — 
Bonn apHil bon appelit! Espdce de sou- 
hait qu'on adresse ii celui qui mange ou 
qui va manger. — Ap6ti a hagni on kid i 
ded : app^tit vorace , devorant , faim 
canine, I'ringale. — Soitla wess V(tp6li : 
cela 6te, dmousse, fait passer Tapjietil. 
—Mmjnt sin-z-apdi : manger sans appelit, 
inAeher de haul. — Pietl d'ap6ti : inap- 
peicnce , perte d'appelit. — F6 riimi 
l'ap6ti : exciter, reveiller , aiguiser I'ap- 
pt'tit. — Uapdli ki mYivin : je rentre en 
appelit, je me remets en appelit. — Xfa 
nm jusiumin hodi6 s'iapdi : il faut dc- 
meurer sur son appelit. — Vapili d F- 
meied d'tott le sdss : la faim assaisonne 
tous les mets, il n'est chere que d'ap- 
petit. 

Ap^dhAf 6 Ap6lihiiB, ABll, adj. Ap^ 

pdtissant, qui reveille Tappetit. — Vola 
on flown A'V dabtm apHihnn : voilk un flan 
qui est on ne pent plus ap|)clissant. — 
J6nn d apilihantl feum : femme jeune et 
pleine d*altraits. 

Ap^lihAfmlB 6 Ap^tlhBBmlB , adv. 

D'une maniere appetissanle. — Vo-z-avi 
sogni apdihdfmin voss didon : vous avez 
soigne voire dindon d'une maniere appe- 
tissanle. 

.%pcarmiB, s. Apuremcnl, derni^ro 
verification d'un comple rendu. — Oblini 
n'onordb apcurmin d'konnl : obtenir un ho- 
norable apurcment de comple. 

A-pt, adj. et adv. Pedestre, k pied. — 
Voh'ch a-pl : voyage pddestre. — Posteur 
a-pt : statue pedestre. — Eun n'aU a-pi : 
s'en aller pedeslrement. 

Apieff, v. (fapiss, no-z^pican). Pincer 
forlement, serrer avec les bouts des 
doigts. — Apicl U koitt d*inn instrumin : 
pincer les cordes d'un instrument. 

A-pih, adv. Abondamment, consid^ra- 
blement. — Ji s6niv a-pih : je saignais 
abondamment, mon sang ruisselait. 

ApiBM^ (m*), v. (Ji m*apin»s^ iumi*^' 
apinsan), S'aviser , songer , se metlre 
dans Fesprit. — S'apinss-t-i , jd Vva melt 
divin : il aura dit a part soi : je vais le 
tenir dans mu^s filets. — Li LHal s'apinss ! 
du diable ! voila qui est surprenant ! 

A-pt-dhA y adv. Nu-pleds, k piods mis. 

— On bribed t n^bribress Id rote a-pi-dhd : 
un mendiant et une mendiante qui mar- 
chcnt nu-pieds. — F6 rvotcg di Notru'dam 
di Vervi a-pi-dhd : faire h pieds nus le p6- 
lerinagc de la Vierge miraculeuse de 
Verviers. 



Digitized by VjOOQIC 



APL 
Aptmi6, V. (Taptslaie), Pcrcher. Voy. 

Jok6. 

ApUt, V. (fapiteie, no-z-apltian). Api- 
loycr, toucher de pitie. — Ji n*a polou 
Vaplti so i»'«dr : je n*ai pu Tapitoyep siir 
moa sort. — S'apltt so id krctl dd-z-OH : 
s'apitoycr sur les mis^res d'aulrui. 

A-pia, adj. A plat, tout uni. — Cess- 
i'inn waitt k'e to-t-a-pla : c*est une prairie 
tout unie , loute de niveau. 

A-pi«iBi , int. Au revoir ; adieu , jus- 
qu'au revoir. — A-plaizi , Chanchet ! au 
revoir , Frangois ! 

Apiaium, «Mi«, adj. Insinuant, alti- 
rant, qui sait se faufiler aupres de quel- 
qu'un pour obtenir ses bonnes grSees. — 
Damzel tro-z-aplakantt : demoiselle trop 
insinuante, m^me trop complaisante. 
Voy. Plakejk. 

.%pi«keeh , s. Concubinage. Voy. coku- 

lilncch. 

Apiakt (•') , V. (Jim'aplnk). Se coller, 
s'attacher, se prendre, se joindre. — / 
s'a stu aplakt kontt on mHr : il a ete se 
coller centre un mur. — Ikwir a s'aplakl 
avon Vci ki H vou lav6 Vjaif: il chcrche a 
s'attacher ^ celui qui lui lave la mAchoire. 

Apiaoi , V. (Taplanih , no-z-aplanilian), 
Aplanir, mettre de niveau , rendre egal ; 
faire disparaUre les dittlcultes; doler, 
aplanir avec la doloire. — Aplmi rCvdle ^ 
on krmpet : aplanir un chemin, une 
Eminence. 

Aplnnlheeh 6 Aplnnlliinlii , S. Apia- 
nisseinent,nivellenicnt, action d*aplanir. 
— Aplanihmin (Tinn drif: aplanissement 
d*une all6e. 

Apiati,v. (TapMihy tuhz-aplatihan), 
Aplatir, rendre plat, pressor , comprimer. 
Aplati del pdss : aplatir de la pAte. — Li 
b(U Vina s' aplati kontt li meUr : la ballo 
vint s'aplatir centre la muraille. — Li 
iair ess-t-aplatfie a sd deH bou : la terre 
est aplatie a ses deux p6Ies. 

Apla4ihech e Aplntihniin, S. Aplatis- 

seraenl, action d*aplatir; depression. -— 
Vaplaiihmin d^inn bal di fizik : Taplatis- 
sement d'une balle do lusil. — Lapla- 
tihmin d'noss glob : raplatissement de 
notre globe. 

ApiaUhcik, s. Aplatisseur, ouvrier ou 
machine qui aplatit les barres de fer. 

Api6j s. Rucher, hangar pour abriter 
des ruches. — Ji pou tnett di moh divin 
m'iapU : je puis meltre dix ruches sous 
mon rucher. 

ApiikAf, adj. Applicable , qui doit ou 
l>eut i^lre applique. — Voss raizonnmin n'd 
nin aplikafai kestion : votre raisonnement 
n*est pas applicable, est inapplicable k 
la question. —Lamintt ess-t-aplikdv a ciss 



APO 

frawtinnreie la : Tamende est applicable a 
cette fraude. 

ApiikAeioM 6 Apiikech, s. Applica- 
tion, action d*appliquer une chose a une 
autre ou sur une autre; attention suivie. 
— Aplikacion d'on chaiimin a on krim : 
application d*une peine, d'un chAlimonth 
un crime. — Avu baud d^tplikacion a 
r^tule : avoir beaucoup d'application h 
Tetude. — Ddtd d'aplikdcion : inapplioa- 
tion, dcfaut d application. 

Apiik6, v. (J'aplik), Appliquer, em- 
ployer une chose dans le cas oii son 
usage convient; apporler une grandc 
attention h quelque chose. —Apliki de- 
z-aidan a ftidd moltonn : appliquer de Tar- 
gent a faire des maisons. —Mi fi s'aplik : 
mon Ills s'applique, il prospcre dans ses 
etudes. — St netfcdss ni s'aplik nin : sa 
ni^ce est inappliquee. 

Apiddi, V. (faplddihy no-z-aplddihan). 
Applaudir, battre des mains en signe 
d'approbation. -— Dd piel kom Talma t 
Mamzel Rachel , on U-z-aplodihev volli : de 
grands talents tels que Talma et iM"« Ra- 
chel , on aimait k les applaudir. 

Aplddiheeb. Voy. Aplddlhmiit. 

ApUdiiicik, oAwi, s. Applaudisseur , 
celui qui applaudit. — Le-z-apiddiheH dd 
partair son sovin pal : les claqueurs du 
parterre son souvent payes. 

Aplddlhmln 6 %plodii»mln , S. Applau- 

dissement, battement de mains, accla- 
mation, vivo approbation. — Si diskoAr 
a stu rsu avou de gran-z-aplddihrnin : son 
discours a etc recu avec de grands 
applaud issements. 

Apioit, s. Aplomb, ligne verticale, 
perpendiculaire ii I'horizon. — Sitah 
plautaie d'aplon : perchc plantce verticale- 
ment, bien droite. Voy. l^vhi. 

ApioAr , V. (II aplod, il aplovet). Aflluer, 
abonder, plcuvoir; survcnir en grand 
nombrc. — Lt-z-ttiingir aplovt-t-asieHir a 
Llch : les etrangers aiHueut , pullulcnt 
mainlenant a Liege. 

A points, v. (Tapoinil 6 fapointaie), 
Viser, mii'er, regarder au but pour y 
atteindre. — fajmnta ma, ji fa berwett : 
je visai mal , je lis liasco. 

Apoiniocii, s. Visoe, direction de la 
vue h un but. — Adred voss-t-apointech 
so Frondai d'papi : dirigez votre point de 
mire sur le disque de papier. 

Apoinumin , s. Appoinlemcnts , sa- 
laire annuel attache a un emploi; traite- 
ment , emoluments ; gages. — DinS 
dd-z-apoinitmin : appointer , donner des 
appointements.-— Wangni dd-z^pointtmin 
sin rin f6 : gagner des appointements 
sans rien faire, poss^der une sin^ure. 



Digitized by VjOOQIC 



API) 



60 — 



APO 



Apoir, s. Apporl, bicns apporU's en 
mariage par Ics epoux et mis en comniu- 
naule. — WprinU si apoir : reprendrc son 
apport. — Li p6f cldnn aveu-l-on liair-di- 
ligeA po to siapoir : la pauvre diablesse 
avail an fer a repasser pour tout son 

apport. Voy. Bo(on»d*«potr. 

Apoirtc, V. (fapoilt, nO'Z-apoirlan ; 
fapoitret), Apporler, porter d'un lieu h 
eelui oil la personne qui parle on dont on 
parle. — ApoivU d^, bonn ou de mM novel: 
apporler de bonnes ou de mauvaises 
nouvclles. — Bin vmu kl apoiit : bien 
vcnu qui apporlc. 

Apofrtech, s. Peine, salaire de eelui 
qui apporte. — Pdi C apoir teg dd tctv et dd 
cheir : payer le transport des tables et des 
cbaises. 

ApoiMi, s. Ap6tre ( par d(^»rision ). Voy. 

ApdK. 

Apdkaiip, s. Apocalypse, livrocano- 
niquequi contient les reveUitions de saint 
Jean. — Stil d'apOkalip : style d'apoca- 
Jypse, style apocalyptique, style obscur. 

— Li jvd d\tp6kalip : le eheval de TApo- 
calypse , mauvais cbeval , baridelle 
efllanquee, 

Apoidnn, s. Apolline, nom de femme. 

— SitUe \pol6nn a stu mdrlifizaiey li peHtp 
t Ppreie po rmd d'dia : sainte Apolline a 
souflert le martyrc; le peuple Tinvoque 
centre la douleur des dents. 

Apon, Adv. En ordre, h point. ~ Mett 
inn sakoi a pon : mettre quelque chose de 
c6te , h sa place ; r6tcr avec soin. — 
Yini to-t-apon: venir k point nommc , 
arriver sonica. 

ApoB, s. Appoint, toute somme qui 
fail le soldo d*un compte; passe, com- 
plement. — / v'rifii cink cantim po fi I'apon 
(TU fran ki ji v'deil : il vous revient cinq 
centimes pour faire Tappoint do buil 
francs que je vous dois. 

A-pdnn, adv. A peine, difTicilement, 
malaisemenl. — Li pdv dial wangn a-pdnn 
po VpoH k'i magn : le pauvre diable gagne 
a peine pour le pain qu'il mange. — A- 
pdnnesteigMie k'il intra : k peine dlais-je 
sorli qu'il cntra. — / fai joH a gran-pdnn : 
il fail jour tout au plus. 

ApoMtt, V. (fapontde^ no-z-^ponlian). 
Apprfiter, preparer, disposer. — Vo-z- 
apontierd to vo pti kanntia pon-n'ald : vous 
nppr^terez tous les petits objets qui vous 
sent n^cessaires pour parlir. — Volla 
apontt! le voilk bien avis6 ! quelle inop- 
portunit^! il ne pouvail choisir un mo- 
ment plus inopporlun. 

Apopiin^^T. (fapoplinaif),\oY. Kamb- 

ApuplUf , ale, adj. Apoplccliquc, qui 



nppnrlicnl a Tapoplexie, qui menace 
d'apoplexic; attaqu^ d'apoplexie. — II a 
rair apopliz^: il parall apoplectique, il 
prcsenle des sympt6mes apoplectiques. 
— Ell a n'mennapoplizaie : elle a une mino 
apoplectique. 

Apopiis^ie, s. Apoplexie, maladie du 
cerveau qui tjte subilement la facuite du 
niouvement et du sentiment. — Toumd 
moir d'aiwplizdie : tomber , ^tre frappo 
d'apoplexic foudroyante. — Rimdtt konte 
Fapoplizdie : remade anti-apoplectique. 

A-pd*pre(, adv. A pen pr6s, presque, 
environ , approchant. — Soula n'^ nin to 
juss , ci n'd k'inn a-pd-pret : cela n'est pas 
tout-k-fait exact, ce n*est qu*une approxi- 
mation , ce n*est qu'approximalivement , 
d'une manidre approximative. 

AporvAximio , V. ( TapoTvUzionn ^ 
faporvnzionaie), Approvisionner, fournir 
les provisions necessaires ; avilailler.— 
AporvUziond on inanech , inn veie , in Ar- 
male: approvisionner un manage, uno 
ville, une armee. 

Aporvftxioneeh d AporvABionnmlM , 

s. Approvisionnement, action d'approvi- 
sionner ; avitaillement. — AporvAzumnmiu 
d'chdfegy di kronptr, d'Ol : approvision- 
nement de chauflage, de pommes dc 
terre , d*huile. 

ApQutAj 8. et adj. Aposlat, qui a quittd 
sa religion pour une autre; religieux qui 
renonce h ses vodux el a son habit. — 
Mdnn apostd : moine aposlat. — Julin 
rapostd : Julien I'Apostat. 

ApofltAs^ie, s. Apostasic, abandon 
public d'une religion pour une autre ; 
action d*un religieux qui renonce h ses 
voeux et h son habit ; abandon d'une doc- 
trine , d*un parti. — Toumi dvin Vapos- 
tazcie : tomber dans Tapostasie. 

Apostaat, V. (J'apostdzdie y no-z-^pos- 
Idzian), Apostasier, tomber dans Tapos- 
tasic. — C^ rUbertinech ki Va fat apostdzi : 
c'est le libertinage qui Ta fait apostasier. 

ApMt^, s. Apost^me ou apostume, 
enflure exti^rieure avec putrefaction. — 
Traw6 n'aposti : crever un aposlume. 

Apostd, v. (faposlaie), Aposler, placer, 
mettre en embuscade. — Apo$U dt kapon 
po [6 bait inn sakt: aposler, embusquer 
des vauriens pour faire batlre quelqu'un. 

Apoii(«iik, adj. Aposlolique, qui pre- 
cede des ap6lres. — Egliss aposloUk : 
^glise aposlolique. — Siermon apostolik : 
sermon aposlolique, concernanl Tapos- 
tolat. 

Apofltoiikmiii , adv. Aposloliquemeoi, 
k la facon des ap6tres. — Vik^, prtichiapos- 
toUkmin : vivre, prt^cher aposloliquement. 

ApMtrof , s. Apostrophe, petite marque 



Digitized by VjOOQIC 



APO 



— 61 — 



APR 



en forme de virgulc pour indiqucr TeH- 
sion d'uno.yoyellc. -—Po nin Ur li dm^ on 
^krl Fdm avou n'apostrof : pour no pas 
€crire la Arae, ou (^crit r&me avec uoo 
apostropfao. 

Ap^tikAr, s. Apoihicaire , cclui qui 
fait et vend les rem^des; pharmacion; 
droguiste. — Botik d'apotikdr : apothi- 
thicairerie, oflicine de pharraacien. — 
Konlid'apoiik&r: comple, m^moire d'apo- 
thicaire ^ comple de menus frais exag^rds. 

— BotHe ^a^tiMr: potion, breuvage, 
boisson, m^decine, preparation phar- 
maceutique. — D^z-ieh (Tapotik/ir : sim- 
ples, plantes m^dicinales , officinales.— 
Taprin rapotik&r : j'^tudie la pharmac4e, 

— Apotik&r sill sonk: apothicaire sans 
Sucre; homme manquant des choses in- 
dispensables ill son etat; pharmacopole. 

— F6 di s'koir inn hotik d'apolikAr : faire 
de son corps une boutique d^apothicaire, 
prendre trop de rem^des. — LapotikAr 
n'ott nin sd drouk : Tapothicaire ne sent 
pas ses drogues, — Vdmi d^dli A bolgt k'a 
fapotikdr : il vaut mieux recourir au bou- 
langer qu*au pharniacien. 

ApotikArr^ie, s. Apothicairerie , ma- 
gasins de drogues d*apothicaire , de 
medicaments; pharmacie. — Avu n^apo- 
iikdrrtie bin montaie : avoir une pharmacie 
bien mont^e. 

ApoUk^, V. (rapotikaie), Confec- 
tionner , ajuster , agencer, — Ji n'veH nin 
com U a-i-apoVM soula : je ne vois pas 
comme il a arrange cela. — On n's6 wair 
Mu k^^i d'apotiki on dikcionair : on n*ap- 
prdcie gu^re la difficult^ de composer 
un dictionnairc. 

Ap«tike€h, s. Accommodage, agen- 
cement. — Cess^-on-mdldtieie apoiikech : 
c'est un agencement dilllcile. 

Ap4u, s. Disciple du Christ, ceux 
qui ont pr^che les premiers la religion 
dans un pays.— L^ doze ap6U dt Bondiu: 
les douze ap6tres de N.-S. , que J.-C. a 
appeies k TapostolaU — On lorn Sin-Pir d 
Sin-Pd U prinss d^-z-^pdU : on nomme 
S. Pierre el S, Paul les princes des apd- 
tres. — Sin-Dnih , c'd Vapdii di Pari : 
S, Denis est rap6tre de Paris. —F6 Vbonn 

Ktt: faire le bon ap^tre, contreraire 
)mm6 de bien. 

A^mugmSitj adj. Qui peut ^tre em- 
poigne. — Cess-t-on bankroU k^ess-t-apon- 
gndf: c'est un banquerouUer qu*on peut 
apprehender au corps. — Si janb d « 
^OM k'el n't nin apcuffnAf: sa jambe est 
si grosse qu*on ne saurait Tempoigner. 

AiM»nsBt> V. (Tapogn^ no-z-npougnan; 
fapougnret) . Empoigncr , prendre otserrer 
avec la main ; se saisir de ; prendre au 



collet , apprehender au corps. — Apougnt 
poUjvet : prendre aux cheveux.— A//otfp^ 
on kalin po li stoumak : prendre un mal* 
faiteur au collet, k la gorge, le harper. 
--S'apouffni: se colieter, se prendre 
corps k corps ; luUer , s'exorcer k la 
lutte. 

A»d¥ri , v. (Tapdvrih , $uhzrapdvrihun). 
Appauvrir, rendre pauvro; ob^rer, en- 
delter, — Li gmn nonb d'tfan apdvrih : 
le grand nombre d'enfants appauvrit. — 
Uavariss apdvrih : Tavarice appauvrit. 

ApdTrihmlM 6 Apdvrlheeh, S. Appau- 

vrissement, etat de pauvreie, d indi- 
gence; decadence d*affaires, renverse- 
ment de fortune, — Lapdvrihmin d'on 
maneg^ d*mpai : Tappauvrissement d'une 
famille , d'un pays. 

Apr^ e Apret, pr^p, Apr^s, eusuito , 
poslerieurement, subsequemmcnt , ulte- 
rieurement. — Li dimegn d'aprd : le di- 
manche ensuivant. — Tote di stUtt apre : 
immediatement apr^s. — Li ddil d^aprt ; 
la dale posldrieure. — Kori aprd n'saki : 
courir apres quelqu'un. — i4/>r^ ki rf'- 
mand4f? qui demandez-vous? (i). — 
Batinte apret n'sakt : altendre quelqu'un 
ou apr^s quelqu*un. — Vd mt Vpdle ki 
Vgair, aprt to: apr^s tout, tout bien 
consider^, toute reflexion faite, la paix 
est preferable k la guerre. — Kimin va 
mlafairf On-z-ess-t-apret : ou en est mon 
affaire ? On est apres. — Aprd Vplaiv i 
vairet dd bai tin : apres la pluie, le beau 
temps ; apres la pause vicnt la danse. — 
Aprt luy gnapu nouk : apres lui , il faut 
tirer rechelle. —Ldciki vairon aprt no- 
z-dtt : ceux qui viendront apres nous , 
noire posteriie, nos neveux, nos descen- 
dants. — Lt richcss ni son d'zirdf k'apret 
FoneUr t Vsanti : les richesses ne sent 
desirables qu'apres Fhonneur etla sante. 

Apr^e^, V. (Tapress, no-z-aprecan), 
Oppresser, generla respiration ;etoufl'er. 
— Li spess broheAr m*a aprM li sioumak : 
repais brouillard m'a opprcsse la poi- 
trine. — Li mM konsiaince si sin todi 
apri(me : la mauvaise conscience se sent 
toujours oppressee. 

Apr^ct, V. (Taprdcdief no-z-aprician), 
Apprecier. Voy. Astim^, Apr^ht. 

Apr^ioM , s. Oppression , etat de ce 
qui est oppresse. — Aprtcion d'pitrenn ; 
oppression de poitrine ; asthme. 

Apr^^miM e Apret-4iiilii,S. Ct adv. 

Apres-demain, second jour apres celui 
ou Ton est. — Li kdss t rmttow po aprt* 



( I ) La tradnciion lillerale apri$ qui dtmandcx-nm f 
n'esl pu admise. 

TOME I, • 



Digitized by VjOOQIC 



iyi 



APR 



APR 



rimin : la cause est remise ^ apr^s-demain. 
— Lott aprd-dmin : dans irois jours ( i ). 
Apr^heeh, s. Appreciation, estima- 
tion de la valeur d*une chose ; evaluation , 
prisee, taxation. — F^ Vaprdheg di vt id- 
vlai, di vt meHb : faire Testimation de 
vicux tableaux, de vieux meubles. Voy. 

Afltem. 

Apr^honneioB , s. Apprehension , 
erainte, peur , inquietude. — Lipdf'lioir 
d dvin VapHhcnmion dt pielt si kdss : le 
pauvre homme est dans Tapprehension 
de perdresa cause. 

Apr^heniui^, V. (Tapr4henndaie). Ap- 
pr^hender, craindre, avoir peur, ^Ire dans 
rinqui^tude. — On-z-apHhenndaie on foir 
iviair : on apprehende un hiver rigoureux. 

Apreht, v. (J'aprdh ^ faprt^Iieie , no-z- 
aprdhan), Appr^cier, estimer la valeur 
cles choses ; ^valuer , priser , taxer. — 
AprM dt blauk d'dr : apprecier des bou- 
cles en or. — AprM It kdlit6 d'im feum : 
apprecier les qualites d*une femme. — 
Soula vd d'Vdr , on n'sdreH Vaprehi : cela 
est inappreciable. 

Apr6-kd, adv. Posterieurement, apr6s 
coup, en dernier lieu. — Soula ess-t- 
ariv6 aprd-kd : cela est arriv^ posterieu- 
rement. 

Apr^pt, V. (Taprep), Approchcr , 
avancer aupr^s , mettre proche; aborder, 
accoster. — Aprtpi Vtdf to prt d'vo : appro- 
chez la taJ)le pr^s de \ous. — On n'sdre^ 
t-aprepi dss-t-om la : cct homme n*cst pas 
accessible, n'est pas abordable, il est 
inabordable. 

Aprons 6 Aprcstcch, s. Appr(!*ts , prc- 
paratifs, dispositions, preparation, pr^- 
liminaires, appareil. — On fai les apress 
po s'inaricch : on fait les preparatifs do 
son mariage. 

AprcMi^, V. (faprestaie). ApprCter, 
preparer , disposer , preluder. Voy. 

Apontt. 

Aprcs(elii9 s. ApprSteur, celui qui 
appr^le; pre.parateur, celui qui fait les 
preparations. — Lt cOreU, c't lt-2rapresied 
dd Mr : les corroycurs sont les appr(3- 
teurs des cuirs. 

Aprei-rdtn^, adv. Apr^s-midi , apres- 
dtner, apr^s-dtnce; rclevec. — Pac6 
V(fpret'rdUi6 to buvan I'kafel : passer 
Tapr^s-dtnee en prenanl le cafe.— To 
U-z-^tpret-rdhUji m'vaponnind : toutes les 
apres-midisjevais promener (ou me pro- 
mener). — 0;* fi'ct n'vindicion a det-z-eur 
upret-T'dint : on fera une veate a deux 
heures de relevee. 

Apret-sop^ , s. Apres-souper ou apr6s- 

( I ! L'antrt apr^-dcmain csl un wallonieine. 



soupce , temps qui est entre le souper et 
le coucher. -— ^opa^n to U'^-aprel-sop^ 
ajow6 d kwdrjed : nous passons toutes Ics 
aprds-soupees k jouer aux cartes. 

Aprcte, s. Appreis. Voy. Aprem. 

Aprcam, ad. Seulemout, pas plus, 
pas plus tot. — Vintv apreum? venez-vous 
seulcment?— Cess-l-apreum ki no-z-dran 
bon : c'est seulement alors que nous au- 
reus du plaisir. 

Apriest^, V. (fapriestaie). Ordonner, 
conferer les ordres ecclesiasliques, fairo 
pretre. — fa dcd valet , ji va apriest^ Vjm 
jdnn : j*ai deux gargons , jo ferai entrer 
le plus jeunc dans les ordres sacres. — 
Vo n'cst6 nin fai po v^z-apriestt : vons 
n'avez pas les dispositions necessaires 
pour le saint sacerdoce. 

Aprindieeeh, s. Apprentissage , etat, 
occupation de celui qui apprend un me- 
tier , un art , une profession ; novicial , 
probation. — A rdvlogi , fd f6 on Ion aprin- 
dicech: h Tetat d*horloger, il faul fairo 
un long apprentissage. — L'flkin^*, cd 
Vaprindiceg del moir : Tabsence est Tap- 
prenlissage de la mort. 

AprindisM , s. Apprcnti , celui qui ap- 
prend un metier , un art, une profession , 
qui y fait son apprentissage. — Aprindiss 
sikrhii, coturt, koipki: apprenti menui- 
sier, lailleur, cordonnier. — Aprindiss 
monteUss on mddiss : Tapprentie d'unc 
modiste. 

Aprintt, v. (fapnn, no-z-aprindan , 
fapiindret). — Apprendre, acquerirquel- 
que connaissance, etudier, enseigner, 
inslruire; informer, annoncer, faire 
savoir. — Aprintt a Ur, a skrt: apprendre 
h lire , a ecrire. — Aprintt on mesti : ap- 
prendre un melier. — llodvi son k^on-z-n- 
t-apri : desapprendre, oublier ce qu'on 
a appris. — Si n'pou rin apiint, ki vass 
tonte Id chin : s'il ne pent rien apprendre, 
qu'il aille tondre les chiens. — On v'z- 
aprindret vo pdtair : on vous apprendra h 
vivre, h parler; on vous apprendra votrc 
devoir. -— Apiint si p6r a f6 dt-z-efan : 
Gros-Jean qui remontre h son cure. — Li 
mon kuried d*aprintt , c't I'd ki n's^ riu : 
personne n*estmoins curieuxd'apprendrc 
que celui qui ne salt rien. 

Jkprtwhx6 , V. (fapriwess e fapriwd- 
zaie^ no-z-apriwdzan). Apprivoiser. Voy, 

Akminnt^. 

Apriw^aech, s. Action d'apprivoiser, 
son effet. — VapHwezeg dt sdvadit bie^ t 
divnon pocib : ap|)rivoiser les animaux 
sauvages est devenu chose possible. 

Aproehg,V. (faproch). Vov. Apr6pg. 

A-propd, prep, et adv. A propos. Vo^-. 
propd .4-r«i. 



Digitized by VjOOQIC 



AR 



65 — 



AUA 



Aproi^riech , s. Acllun el maiiiere cl*i<p- 
proprier ;ameublement. — Houki on maiss 
drchitek po VaprOprieg di voss mohonn : 
appelez un architecle expert pour appro- 
prier voire maison. 

Apr^prii^x. (Taprdprdieoufaprdpriaie, 
no-z-aprOprian). Approprier, reiidrepro- 
pre, utile; appliquer, destiner. — Ap- 
proprii on hatiminpo n-ne f6 n'ospiid : appro- 
prierun bStiment pour en faireunh6pital. 

Aprov^, V. (TaproAf, no-z-aprovan; 
faproUvret). Approuver, donner son ap- 
probation, son consentement, son adhd- 
slon; agreer, ratifier, autoriser. — Senn 
po-z-aprovi : signc approbatif. — Li pir 
ni vola nin ap^'ov^ Vmarkch : le p^re ne 
voulut pas approuver ie mariage. — Baicd 
(Tgin Von-t-aprovi : il a trouve bcaucoup 
d'approbateurs. — fiin aprove : infirnier, 
donner un avis infirmatif. — Ld-z-om 
hlamet Talnutt sou k'il on-t-aprovd Vdmitin : 
les homines condamnent le soir co qu*ils 
ont approuvd le matin. 

Aprovech, s. Approbation, agrdment, 
consentement qu'on donne ^ quelque 
chose ; acquiescement. — Po k'voss papl 
seHie an rik , i fh Faproveg dd prdzidan : 
pour que votre pi^ce soit legale, il faul 
Tapprobation du president. 

Aproveft, cAm, s. et adj. Approba- 
teur, adherent , celui qui agree , qui 
adhere, ratifie, autorise. — Inn konduitt 
ittsi n'a wair d'aproveH : une telle conduite 
no trouve gu^re d'approbateurs. 

Apn-ki, pr^p. Hormis , sauf , 6t<^. — 
Vo'Z'Ard iurto voss rawett, apu k'Micht , 
k'ess-t'on naw oiri : vous aurez tous une 
gpalilication, Michel exceptiJ, parco que 
c'cst un paresseux ouvrier.— Ow Ta lonmd 
to U no rf^ chin dpu-Kfidd : on a fait mi He 
imprecations centre lui, on Ta charge 
de mille imprecations. 

Apar^, V. (fapeur, no-z-apuran). 
Apurer, verifier ddfinitivement uncompte 
reudu. — Noss riciveU dret bin maldhdie 
de f& apur^ sd konit : notre receveur aura 
bien de la peine k faire apurer ses 
comptes. 

Apurech e Aparmln. Voy. Apearmln. 

A-pv-x-ab^ie , adv. Prcstement, rapi- 
dement. — Si n'mamaie vivon-UtconkoisU , 
core evdie A-pa-z-abeie : lorsqu'une gouine 
veut vousacoster , fuyez prdcipitamment. 

Ir , s. Art, collection de regies, d*ex- 
p(5riences , etc. , pour faire un ouvrago ; 
connaissance pratique , habiletd , science. 
— Udrlojrtie , c'tpu vitt inn dr k'on mesli: 
rhorlogerie est plut6t un art qu'un m6- 
ticr. — Li skol de-z-dr d de mesli : Tecole 
des artsetm(^tici*s, ccolc philotechniquc. 
InvanU n'dr : invcnler un art. 



Ar, s. Are, mesure de superficie, ceu- 
ti^me partiede Thectare ; il vaut4 petiles 
verges 59 centidmes, ancienne mesure de 
S*-Lambert. — I fd cin melt ramoHm^ po 
f6 inn dr : il faut cent metres carres pour 
faire un arc. 

Arab^Arnp, s. Arabe, hommc dur 
et avare; crdancier exigeant, inhumah), 
usurier. — On h'a nin bon d'avu a f^ a hi , 
c'ess'l'inn arap ; il est cruel d'avoir affaire 
a lui , c*e8t un arabe. 

Arabess , s. Arabesque , ornemenl dont 
Tinvention est attribuee aux Arabes, el 
qui consiste en enlrelacemenls de feuil- 
lages, de fruits , de fleurs , etc. —Ikcin^ 
n'arabess : dessiner une arabesque. 

Arnbik, adj. Arabiquc, ee qui est 
d'Arabie. — Golf arabik : golfe arabique. 
— Gdm arabik : gomme arabique. 

ArAi, V. (Tardie).0\xsv\v^ entr'ouvrir, 
clargir. — Ardi st janb : ecarquiller ou 
dcartiller les jambes. — Matiass Vardi : 
Mathias le bancale. 

ArATeeh, s. ficarquillemenl, dcarlil- 
Icmcnt, action d'equarquiller. — LVdiVjf 
dejanb : recarquillement des jambes. 

ArAYe-koa, adv. En ecarquillanl les 
jambes. — Fd kHl die li froion, ca i roll 
ardie-kou : faut qu'il ait une irritation au 
fondcment, car il marchc en ecartillant 
les jambes. 

ArAlnaf. Voy. AboirdAf 6 AkoiiitAff. 

Amine b Arninerh , s. Interpellation , 
question. — Voln n'drol d'arafne : voilh 
une etrange interrogation. * 

Aratnt, V. (famine, no-z-arainan). 
Accoster, aborder, adresser la parole, 
interpellor. — Arainl n'sakt avd le v6le : 
accoster quelqu'un chemiu faisant. — 
Taihify pitite afrontaie, on nUn-z-araine 
nin: taisez-vous, petite impcrtinente, on 
ne vous parle pas , on ne demande pas 
votre avis. 

Aratnn , s. ArSnc , menu sable , gra- 
vier au bord des rivieres. — Aiwd'araiitn: 
eau d*ar6no. 

Aratnnf, s. Fontainier. Voy. fob- 
talnnl. 

Aranch, S. Hirondelle. Voy. Aronch. 

Arap^, V. (farap). End^ver, palliatif 

d'A^oti h d'Ar6gt. 

Arass, prdp. Rasibus, tout pr^s, tout 
con Ire. — Li cd Ifpaca a-rass del narenn : 
le coup lui passa rasibus du nez. 

Arasfl, s. Arroche, plante potagere 
d'un godt fade et dont les feuilles ne 
se mangent qu'avec les dpinards, To- 
seille , etc. — Mell di Vdrass divin iCveli 
sop ; mettre de Tai-roche dans une soui>o 
aux herbos. 

Ara«ta9 adv. ArrOte coun.—Dimani 



Digitized by VjOOQIC 



ARC 



— 64 — 



ARD 



aras(a : rester court, perdre le fil de ce 
qu*on Youlait dire; iive trahi par la 
memoirc. 

Arbaieu, s. Arbalete, sorte d'arme 
de trail; arc. — Air d'drbalett : arc d'ar- 
ht^l^le, —ManchiT^rkaktt : m d'arbal^te. 
— Makel d^Arbaktt ; trail d'arbalijte. — 
Krin d'drbaklt : cocho d'arbal6te. — 
BindU ou tingle n*drbaleU : bander une 
arbal^le, encocber un trait d'arbal6te. — 
Tir6 on k6 d'drbalelt : d^eocber un trait 
d'arbaldle. . 

IrbUreehy s. Arbitrage , jugement 
d*un diffdrend par arbitre, estimation, 
appreciation. — Si soumett a r&rbilrech : 
se soumettre h Tarbitrage. 

ArbUrair, adj. Arbitraire , CO qui est 
produit par la seule volonte de Thomme 
iuddpendant. — Govemtmin drbitrair : 
gouvernement arbitraire, despotiquc. — 
M^ze&r drbitrair : mosure arbitraire. 

Arbiti, s. Arbitre, celui qui est charge 
de terminer un diffi^rend. — S'enn nd 
rapoirU d-z-drbitl : s*en rapporter aux 
arbitres. — lA Bondiu t Vdrbitl del vtie 6 
del moir : Dieu est Tarbitre de la vie et 
de la mort- 

Arbore, V. (fdrboraic), Arborer , 
planter, ddployer. — On-z-a-t'drborS 
hlrapd belch so rmohonn-del-vdie : on a 
arbore le drapeau beige sur rb6tel-de- 
ville. 

Irbor^, ale, adj. Pourvu d'arbres. — 
On kotthai bin drbor6 : un closeau bien 
founni d'arbres. — On va vinte inn waitt 
k't joldiemtn drboraie : on va vendre une 
prairie joliment garnie d'arbres. 

ArboftM) s. Arbouse, fruit de Tar- 
bousier. 

Arbonat, s. Arbousicr, fraisier en 
arbre. 

Areh^T^b^) s. Archov^chd , (^tendue 
de pays sous Tautorite spirituelle d*un 
archevdque; ville ou est un siege archid- 
piscopal; demeure, palais de Tarche- 
v6que. — Mdlenn ess-t-inn drchtvichi : 
Malines est un archevfichd. — St rintt a 
VdrchtvbcM: se rend re k rarcbevfichd, 
au palais archiepiscopal ( i ). 

Areh^vek, s. Archev^que, prelat md- 
tropolitain qui a un certain nombre 
d'ev6ques pour suffragants. —Vdrchh^ek 
di Mdlenn a dzo-r-lu It-z-tvek di Lichy di 
Can, di Name^, di Todmai t d*Bruch : 
Tarchev^que de Malines a pour suffra- 
gants les dvfiques de Lidge, de Gand , de 
Piamur, de Tournai et de Bruges. 

Arehidiak, s. Archidiacre , eccldsias- 
tique qui a une certaine juridiction sur 

(0 ^'roiioncci arkiipiuopttU 



les cures de campagnc. — Vdrchtdiak fai 
s'Mmaie to Vz-an : Farcbidiacre fait sa 
touraee tous les ans. — Vdrchidiak aA-d 
dfr 80 baled d^viech : rarchidiacond esl 
assez etendu. 

ArehMnch^ , s, ArchiducLd , sei- 
gneurie d*Autricbe. 

ArehMak, ebcM, s. Archiduc, pre- 
mier due , titre de dignil<^. — Noss imnss 
a spoz^ inn drchiduchess d^Olrich : notre 
prince royal a Spouse une arcbiduchesse 
d*Autriche. 

Archtf b Arehtw, s. Archives , anciens 
titres, chartes, documents importants. — 
Ld'Z-drchiv dh pal , del vHe , d'on kovin : 
les archives du pays, de la ville, d'uu 
monast^re. 

Arehipraitt, s. Archipr^tre, curd qui 
a la preeminence sur les autrcs cures; 
curd-doyen. — U^ek a vol on tndnnmin 
a to It-z-drchipraitt : Tev^que a adrcsso 
un mandement \x tous les archipi'^tres. — 
Udrchipraitt a Vhdtl min so to cd viech la : 
tous ces villages sent compris dans 
Tarchipr^trd. 

Arehitek , s. Architeclc , qui possdde 
et exerce Tart de Tarchitecture, Tart de 
bflitir. — Mi fi vou divni drchitek : men Ills 
veut dexenir archilecle. — Vola on p6v 
drchitek : voilk un pitoyablo architecte. 
— Ldpu htpd d'to U-z-drchitek , c'd Vci k'a 
fai Pmontt : rarchilecte supreme, c'esl 
Tarchitecte de Funivers, c'est Dieu. 

Arehitckieur, s. Architectui*e, art de 
construire , disposer etorner les edifices; 
Tart architectonique. — Li vHe^ U novel 
drchitekteur : Tancienne, la moderne 
architecture. 

ArebiviM, s. Archiviste, garde des 
archives. — On li a fai avu Vpless d'dr- 
chiviss : on lui a procurd la place d'ar- 
chiviste. 

ArdaB, antt, adj. Ardent, brdlant, 
incandescent;; vif, violent, passionne ; 
fervent. — Li solo ess-t-dule drdan : le 
soleil est aujourd'bui ardent. — Fiv 
drdantt : fidvre ardente. — Ardan chin 
duchess: chien de chasse forsenant. 

Ardan-bouhan, s. Pyrucantho, buis- 
son ardent, espdce de ndflier dont les 
fruits rassembles en bouquets sont d*un 
beau rouge dcarlate. —lA Bondidpdrla a 
Molss divin n'drdnn-bonlwn : Dieu parla k 
MoTse dans un buisson ardent. 

Ardan-kiA, s. Furonclc, petit flegmon 
trds-douloureux qui a son sidge dans la 
peau ; clou. — Ta dzo Vbress inn drdan- 
kid ki m'fai distermini : j*ai k Faisselle 
un furoncle qui me fait cruellement 
souffrir. 

Ardamnin, adv. Ardcmment, avec 



Digitized by VjOOQIC 



ARE 



— 65 — 



AKE 



ardeur; vivcmenl, passionnemeiil, vio- 
lemmenl. — Ainm4, dizlH drdanmin : 
aimer, ddsirer ardemment, fervemment. 

Ard^, V. (fdUj nO'Z-Ardan), Allamer. 
Voy. At*. 

Awienii, s.ArdeDDO, contreesitudesur 
la rive droite de TOurthe el faisanl partie 
des provinces de Li^ge , de Luxembourg 
et de Namur. — Cd Vaiw d'Om ki s^ 
FArdenn del Kondro : c'est la riviere 
d'Ourthequiscpare FArdennedu Condroz. 

— Yin d'Ardenn : vent du Sud. —Janbon, 
g'lQo d'Ardenn : jambon , gigot d'Ardenne. 

— Bastogn , c'e VPari d-l'Ardenn : Bas- 
logne, c'esl Paris en Ardcnne. 

Ardejkr , s. Ardeur, chaleur excessive ; 
ferveur, enihousi^sme.-—L'ardeilrddfe^ , 
ddsolo, di VosU: Tardeur du feu, du 
soleil , de V€i^, — On j6nn om on n'jtnn 
fiie k'i (Tvin s^'Z-^deUr : un jeunehomme 
ou une jeune fdle qui est dans Tardeur 
des passions. 

ArdiBoi, •i»0, s. Ardennais, habitant 
de TArdenne. — L^s-ilrdiMoirw vindei dt 
bond kronpir d dt sawaurett gigo : les Ar- 
dennais nous vendent de bonnes pommes 
deterre et de succulents gigots. 

Ardi«iieMM , s. Aub^pine ou aub^piu , 
arbrisseau k pelites fleurs odorantes 
dispos^es par bouquets ou cor>mbes ; 
epine blanche. — VArdispenn florih ^ wr d 
d^maU : Taub^pine fleurit au mois de 
mai. — Li rdskignoH ainm Fdrdispenn d i 
fai swin s'ni : le rossiguol aime Taubdpine 
et y fait souvent son nid. 

Areek, s. Bruit, tapage , tumuUe , 
vacarme, bagarre , hourvari. — Innareg 
dipocMi : un bruit d'enfer , un sabbat du 
diable. •— KH arech ki ti mdnnl quel 
tapage , quel vacarme tu fais ! — MiiU 
Farech tote nu(t : fairo la vie , faire du 
bacchanal toutc la nuit. — TVtown, kwan 
voss't-om rivairel , i monrel n'flr arech : 
voisine, lorsque voire mari renlrcra, il 
fera une belle vie, une vie enrag^e. 

Ar^s^iemiM, adj. Diablemenl , exces- 
sivement, au supriime degre (i). — // 
esteA't-aregtiemin mdva : il ctait furieuse- 
ment fdche, courrouc^. 

Ar^gt, ^ie, s.eladj. Enrag^, endiable , 
forcend , fougueux , frdnetiquo , ma- 
niaque, furibond.— -Avw Fair d'inn ar^gi : 
avoir Taird'un enrag^, d*un6nergum6ne, 
d'un coupe-jarret, d*un d^mon incarnd, 
d\m d^moniaque. — Cess-i-inn ardgHe , 
cis8 feU^m la : cette femme est une m^g^re , 
une vraie bacchante , une furie. — On 
ma dardgi : un mal d'enrage. —TaveH't- 



( 1 1 Jn ttijferlatif dfgrd r«t «nc fant? grave ; k mol 
'"perhtif ut doil pas itrc emplove adjects cmcnt. 



inn fain dartgt : j'avais une faim enragee, 
une faim canine. — Acinblaie dartgi : 
assemblee tumultuaire.— YolaWartgHcl 
voilk une chose surprenante , inouTe ! 

Ar^st, ^le, adj. Considerable, ^ton- 
nant, fameux, superbe, rare, singulier, 
aifreux. — Vo/a n'artgi bai sakramin : 
\oi\h un magnifique ostensoir. — Li krapd 
ess't'inu ardgdie Mil btess : le crapaud est 
un animal hideux , d'une laideur d^goft- 
tante. — Cess-t-inn sakoi d'arigt : c*est 
une chose bien enrageante , c'est enra- 
geant. — Ta magni del vach artgtie : j*ai 
mang^ de la vache enragee ; j*ai souffert 
des privations de loute esp6ce. 

Ar*g£ , V. (T arech 6 fareg^ no-z-ar^an). 
Enrager, ^ire atteint de rage, de fre- 
nc^sie ; 6tre effrcnd , sans freiu , sans 
relenue, avoir un violent d^pit. — Ardgt 
dfain i d'seH : enrager de faim et de soif. 
—KiblaguetLl ilartgd^jdzi: quel bavard ! 
il enrage de causer, de clabauder. — 
Pfl, ii mYai't-aregi : eh mais ! lu me fais 
enrager , end^ver , endiabler ; tu mo 
vexes, tu m'importunes. -— /d />/m, il a 
n'feum kt Ffai-l-arigi : je le plains , il a 
une femme qui le fait enrager , qui lo 
pei^secute. — Oii tik vi-z-dreU-t-ardgi so 
Fed : un tigre vous aurait d^vor^ a Tins- 
tant. -- Ld pole artjron to tiFjdrdin : les 
poules dovasleront tout mon jardin (i). 

Areg^n, s. Araignoc, insecle h huit 
patteset sans ailes,qui tire de son corps 
un fil auquel il se suspend et dont il 
forme une toile pour prendre d'autres 
inseetes dont il se nourrit. — Aregn di 
k(iv, di jardin: araigndo de cave, de 
jardin. — Filet daregn : fil d'araignde.— 
TeHl d'aregn : toile d'araignde. — Li-z- 
aregn si magnet Feunn Fdtt : les araignees 
se mangent entre elles. — Li /oi, c'd kom dd 
teal d'aregn, U plild mohett si fet printt , d 
Id grozd moh pact Att-triviet : les lois 
sent comme les toiles d'araignde : les 
pelits inseetes s'y prennent, les gros 
passent k travers. 

Ar^ni, V. (Tartnih^ no-z-arhdluin), 
Brouiller, produire de la rouille sur la 
surface d'un corps; enrouiller, oxyder. 
— Li mateUr artnih li fiair : Thumidito 
rouille le fer. — Fd bin rhorbi sd rdzeupo 
ki n-s'artniliess nin : il faut bien essuyer 
ses rasoirs pour quails ne s*enrouillent 
pas. 

Ar^MiiiAf, adj. Oxydable, qui peut 
s*oxyder. — Li fiair d foir ardnihdf: le fer 
est lr6s-oxydable. 

Ar^nihceh, s. Rouillc, crassc rou- 



(i ) Lr vcrbc enrager n'esl jamais artif (on transitifl: 
on uc dit pa? enrager juelqn'un ni enrager qnetque r Ao#c. 



Digitized by VjOOQIC 



— 66 



ARE 



ARG 



^irMve de fer , oxydation. — VarMheg 
(Tinn aer d'ouh , d'on painnmin : la rouille 
d'une seiTure de porte, d'une peiilure. 

Ar^niheOr, s. Kouillure , cffet de la 
rouille; altdralion des m^laux; oxyde. 
— UarHihcUr magn li flair: la rouille 
ronge, consume le fer. — AreniheHtr di 
kedf: rouille erugineuse. 

.i-reMpei, prt'p. cl conj. A cause de, 
a cause que, parco que, en considera- 
tion de. — Ji nil von mu mA , d respet di 
Hbrav mdr : je ne lui veux point de mal , 
a cause de sa respectable mere. — Rind^ 
// siervhs, d respel kll d p6f : rendez-lui 
service en consideration de sa pauvrele. 

AreM, s. Arr(}t, jugemcnt d*une Cour 
souveraine; saisie; sdquestre. — Metl 
drens so Id bin dt dtied, : mettre arrfit , 
laire arrdt sur les biens des d^biteui^s. 

A-reM,adv. Au rcsle, au demeurant, 
du reste, au surplus, d*ailleurs; cepen- 
danl, nialgre cela. — A-ress, vo fr6 son 
k^vo vor6 : au demeurant , vous ferez ce 
que vous voudrez. -^EU e tiesiow; d-ress, 
cess-t'iiin brav feum : elle est ent^tt^e , 
mais c*cst une femnie estimable , du reste. 

.%-!•*•», pr^p. Rez, tout centre, joi- 
gnant. — On-z-a bonhi ciss mohon la ju 
jusk'tt-rdss di fair : on a abaltu cette 
maison jusqu*^ fleur do tcrre, rez-pied, 
rez-terre, jusqu'au rez-de-chauss6e. — 
RinpH on seiai Jusk'd-rdss dd boir : remplir 
un seau rez de bord. 

A'T^M, adv. La, sans rien ajouter, 
sans dire un mot de plus. — LH d-rdss : 
en resler Ik , n'en plus parler , briser Ik- 
dessus. 

jkrcHim, s. Arr(^t, retard, court intcr- 
valle ou repos , interruption. — Gna 
n'aresta divin Ffl^udetlr di Viviair : il y a 
un temps d'arret dans la rigueur de 
rhiver. 

ArestAcion, s. Arrestation , action 
d'arr^terquelqu'un, desesaisir desa per- 
sonne , de Temprisonner. — Ld-z-ajan on 
mtiou on baligan an-n-arcstdcion : les 
agents de la police ont mis un vagabond 
en arrestation . — Aresidcion dd lett : inter- 
ception des lettres. 

Arcnt^y V. (Tarestaie , no-z-arcstan) , 
Arr^ter, emp^cher d'avancer; retarder, 
faire cesser, discontinuer; suspendro. — 
F6 dth eHr sin s'aresU : faire dix lieues 
sans 8*arr6ter, sans d^brider, sans faire 
une pause. — Mi montt k^ess-t-aresiaie : 
ma montre est arr^t^e.— AresU Id Ictl : 
intercepter les lettres. — S'arestddmitan 
del row : stationner au milieu de li rue. — 
Epaicht d'S'aresid : empdcher le station- 
nement. — Arestd n'escrokcA : arrdter un 
escroc. — Li tin ni s'arcstaie male po no 



ratinle :'le temps ne s'arrete jau»ais pour 
nous attendre. 

ArdiAcionni'urinii, s. Dysurie, reten- 
tion d^urine, maladie parlaquellel'uriue 
est retenue ; ischurie , suppression totale 
d*urine. — UarHdcion d'nrinn fin sovin 
n'artgi md : la retention d'urine cause 
souvent une douleur des plus cuisantes. 
— Rimdltkonte Vareldciond'urinn : remede 
iscburetique. 

Ar6t6, 8. Arr^te, resolution prise par 
quelque autorite administrative; deci- 
sion. — ArtU de Roi, dt miniss : arrC'te 
royal, minisieriel. 

Ardie, Y. (forett, no-z-aretan ) . Ar- 
reter. Voy. Aresti^. 

Arcikdi, Y. (fareildih , no-z-arcMihan), 
Roidir, bander, tendre avec force. —Li 
jalaie areHdih on mouf dra : la gelde roidit 
un linge mouilld. — Sonla pou s'areAdi : 
cela est contractile, est susceptible de 
contractility. — S'areildi kontt le Iron- 
bldiion : se roidir centre fadversiie. 

ArcAdiheoh 6 Arcikdihmiii, s. Con- 
traction , resserrement. — UareMihmin 
dd gnalr : contraction nerveuse , muscu- 
laire ; contracture. 

Arfe«^, v. (rartzaic), Araser, mettre 
de niveau. — Yoss metlr n'd nin si hd d'on 
cosli ki d-Tdttj i fd Vartzd> : voire mur est 
d'indgale hauteur, il faut Taraser. 

Ar^Beeii 6 Arexmiii, s. Arascment , 
action d'araser, de mettre de niveau les 
diverses parties d'un mifme ouvrage; rc- 
sultat de ce travail. —Uarezmin d'on meiir, 
d'on plancht, dlnn bale : Tarasement d'uu 
mur, d'un plancher, d'une galerie. 

Ars6i«i, s. Argenteau, commune du 
canton de Dalhem, h S \l% kilom. de 
Liege. Pop. 750 hab. Sup. 351 ij^ hect. 
— Al^z-enn Argdtai po vdi s'bai chest ai : 
allez a Argenteau pour en admirer le 
beau chateau. 

Ar^iM, s. Argent, mcStal blanc, le plus 
parfait et le plus prdcieux apr^s Tor. — 
Dd bonn drgin : du bon argent , de Tar- 
gent de bon aloi. — Dd penr drgin : 
argent pur, h 24 carats ou a 4,000 mil- 
liemes ; argent de coupelle. — Argin dord : 
vermeil. — Dord d' drgin : argcnter. -^ 
Argin manoi , drgin drfdvri : argent nion- 
nayd, argent orfevre. — Argin d'filou : 
mauvais argent , etain. —Li tile di V drgin : 
le titre de Fargent, quantity de maticre 
pure qu'il contient. 

Argin ,s. Argent, monnaie quelconque, 
numeraire.— -lVaw{/wf, rnmacd d-Vdrgin: 
gagner, amasser de Fargent. — LH'6 
d'Vdrgin: toucher, palper de Fargent.— 
Argin kontan: argent comptant, argent 
sec, argent bas, urgent sur table. — On 



Digitized by VjOOQIC 



AUG 

sffj iV^rffhi : un group , sac d'argent 
qu'on envoio d'un endroit a un autre. — 
AloH,w6 sHdrgin a mdl-v& : dopenser son 
argent mal-k-propos. — Jdt6 dd bonndrgin 
apret dd mdva : meltre du bon argent 
contre du mauvais. ~ Priutt di Vdvyin a 
fi-ai: prendre, emprunler de Targent k 
inter^l. — Li tin, c't d-l'drgin : le temps 
est de Targent, — Inn om di strin vd 
n'feum d'drgin : un homme de paille vaut 
une femnie d'ai^ent. — Kia d-Vdrgin, on 
H fai (less ; d kt n-n'a nin nd k'inn biess : 
qui a de Targent, on le f^te; qui n'eu a 
pas , est b^to. 

iirgiMt^, V. (Tdrgintaie). Argenter, 
couvrir de feuilles d'argent. — F6 drginU 
dt Monk di stin : faire argenler des bou- 
cles d'eiSiin.—Koledrgridrgint^: couleur 
gris argent^. 

AreintecH, s. Aclion et mani^re d*ar- 
genter ; argenlure. — Ldrginteg di md 
chandl6 m'a kosU Mr : il m'en a coiite 
Cher pour faire argenter mes chandeliers. 

Argimenn, s. Argentine, planie de 
la famille des rosac^es, qui a le dessous 
des feuilles d'un blanc luisant et comme 
argents. — On m^a-t-avoi n'plantt d'ar- 
gintcnn : on m'a envoyc une plante 
d*argenline. 

Arffintcik, s. Argenteur, qui argento 
les nietaux, les bois et autres matieres. 
— VdrginleO, s'a bin fai pdi : Targenteur 
s'est fait grassement payer. 

Arffinict^ , eusii, adj. Argenteux, qui a 
bcaucoup d'sirgenL — Tim'raviss , kanp^ y 
li n*d nin tro-z-drginteH : tu me ressem- 
bles, mon compere, tu n'es pas trop 
cossu. — Fd k*el settie drginledsspo s'f6 to 
lejoA gale: il faut qu'elle soit pecunieuse 
pour 6tre tons les jours distingude par 
sa toilette. 

ArsinieOr, s. Argeuturc, feuiUes tr^s- 
minces d'argentappliqu^es sur la surface 
do quelque ouvi'agc ; art deles appliquer. 
-— Mcit del bel drgintedr : employer de 
belle argcnture. 

Arsintr^ie, s. Argentcrie, vaisselle et 
autres meubles d'argcnt. -— Cess-l-on 
richd k'a po di meie [ran d'drgintreie : c'est 
un cresus qui a pour dix mille francs 
d*argenterie. — Ldrginlrtie d'inn egllss : 
Targenterie d'une cglise: la croix, le 
benitier, les chandeliers, etc. — Mett di 
Vdrgintrtie d gran lonbdr : meltre do Tar- 
genterie au Mont-de-Pi^td. 

Arso, s. Argot, langage particulier 
dos nioux , des gueux, et qui n'est intel- 
ligible qu'entrc eux. — Savu Vdrgo d^ 
poirtdsech : connaftro Target des porte- 
balles. 

Arsod^^ aio^adj. Ruse;matois,malin, 



(i7 — 

ARG 

inadre. -— Xoss frS ess-t-on piel k'ess-f" 
drgotti : voire frere est un luron qui a du 
toupet et I'usage du monde. — Si feuin 
n"e nin rnon drgotaie ki In : sa fern me n'a 
pas moins de caraclere et d*usage que lui. 
Arffoto, V. (fdrgott ef drgotaie). Er- 
goter, pointiller, contester mal-a-propos 
et avec iraporlunite ; chicaner. -— K'il d 
haUv I i n'fai k'drgotd: qu'il est importun ! 
il ne fait qu'ergoter. 

Argolech 6 Ar||;o(r6le , S. Action OU 

manie d'ergoter; chicane, oscobarderic, 
subterfuge, mensonge adroit. — C* n'^ 
nin raizon6 soula, cin*d k'd^-z-drgotr^ie : 
ce sent la , non pas des arguments, mais 
des arguties. 

Argoteik,eAM 6 re»», S. ErgOlCUr, 
pointilleur, qui contcsle mal-k-propos.— • 
Vo n'sdrt v'z-^splikd avon /«, ci n*d k*inn 
drgoted : vous ne sauriez discuter avec 
lui , ce n*est qu*un ergoleur. 

Argoawan, muH^ adj. Brutal, gron- 
deur. —LeH maisse trO'>drgottwan : Icur 
maltre est trop grondeur. — Ell a n^ou- 
medr drgouwantt : clle est d'une humour 
imperieuse. 

Argoaw6, V. (Tdrgouwaie). Repri- 
mandcr, tancer, gronder rudement. — 
Li vdrlet fouri-l-drgouw^ kom i fd par si 
maiss : le domestiquo fut rudoye par son 
mattre. 

Argouwi^h, s. Rebuffade, admoni-* 
tion. — Ldrgouweg rimett U-z-afrontd t 
led pless : Fadmonition remet les impcr- 
tinents k leur place. 

Arffouain, s. Argoulet , homme dc 
neant. — Piett-el li tiess , el vou spoz6 ciss- 
t-drgouzin la! perd-ellc la t^te, elle veut 
epouser cc chenapan ! 

Arganicnnt^ , V. ( Tdrgumeuntaie ), 
Argumenter, tirer des consequences , rai- 
sonncr, discuter. — N*drgvmennt6 mute 
kontl on fanatik : n*argumentez jamais 
contre un fanatique. 

ArgamenMieeh, s. Argumentation , 
aclion et manicre d'argumcntcr.--Si drgu- 
menntevh a plai djuch : son argumenta- 
tion a el6 accueillie par les juges. 

Argunienntca , s. Argumentatcur , 
celui qui cherche, qui se platt a argu- 
menter. — Ld'Z-drgumennteAni mdkel mdie, 
c'd Id bon rai zoned ki son rdr : les argu- 
mentateurs ne font jamais ddfaut, mais 
il y a penurie de ceux qui raisonnent 
juste. 

Arsamin, s. Argument, raisonne- 
ment par lequel on tire une consequence 
des propositions. — On famed argdmin : 
un argument irresistible, concluant. — 
¥6valedr inn drgumin : argucr, faire une 
argumentation. — Voss't-drgnmin n'vd nin 



Digitized by VjOOQIC 



Ahi 



— G8 — 



ARI 



n'geie : voire argument est sans valeur ; 
il est faux , captieux , sophistique ; ce 
n'est qu'une argutie. 

AriAf, adj. Salissant, qui so salit 
promptenient. — Vola n'Mank sitofk'd iro- 
z-ariaf: \oi\h une elofTc blanche qui se 
salit trop aisdment. — On mantai d'jenn 
vloHr ess't'oci Iro-z-ariAf: un manteau de 
velours jaune est aussi trop susceptible 
de se ternir promptement. 

ahAm , s. Grandeur , orgueil , joie. 

Art-boiik, s. Arri^re-boutique, pi6ce 
placee immediatement et de plain-pied 
derridre la boutique.— S^ptt/^morcAflw- 
dHe son nUtow d Cari-boiik : ses marchan- 
discs les plus fines sent mises dans 
Tarri^re-boutique. 

Ariebi, V. (J'arichih^ no-z-arichihan). 
Enrichir, rendre riche, augmenter la 
richesse, combler de biens. — Li komerss 
arichih on pal : le commerce enrichit un 
£tat. — S'arichi di sd spdgn : s'enrichir , 
devenir riche, acqu^rir du bien, faire de 
nouvelles acquisitions au moyen de ses 
(ipargnes. — Ki piue sd dett s'arichih : 
qui s'acquitte s'enrichit. —Kivou s'arichi 
so inn an , si fai pintt d bou d'st me4 : qui 
veut s'enrichir en un an se fait pendre 
au bout de six mois. 

Arlebihech 6 ArichlKmin , S. Enri- 

chissement, action de rendre riche , plus 
riche; accroissement de richesses. — 
Ld'Z'Ogreiemn ^ Id flog d^dr, c'ess-t-inn 
arichihminpo Ustof: les agr^ments et les 
touffes en or sent un enrichissement 
pour les ^toffes. 

Arid6Arit,v. (rariaiCy no-z-arian). 
Ternir, endommager, faner, salir, ta- 
cher. — Li plaiv ariaie bin rati on chapai : 
la pluie ternit bient6t un chapeau. 

Arieeh 6 Arieftr, s. Action de salir, 
de tacher. — Varicg d'on chapai ^ d'on 
ploumeg : la salissuro d'un chapeau , d'un 
plumage. 

Ariem, S. Ar^te. Voy. Blemi. 

Ariett , s. Ariette, air 16ger d'un mou- 
vement vif qui s'adapte h des paroles et 
qui se chante avec des accompagnements. 
— KomddHe m^laie d'driell : com^die 
m^lee d^arieltes, 

Ariejkr, 8. Tacho , souillure. Voy. 

Ak»eJkr,P^«eftr. 

Artfa , s. Arri^re-faix , membrane 0(1 
Tenfant est envelopp^ avant de nattre ; 
d^livre, secondines, amnios. — L*artfa 
dimei^r Mpie loniin sin vni : Tarri^re-faix 
(ou le d^livre) reste parfois longtemps 
avant de sortir. 

Art-gmis, s. Arri^re - goilit , dernier 
goiH d'une liqueur, diflTdrent de celui 
(|u'il a d'abord ; d^boire. — Yoss kafet 



a-t-inn ari-goss marin6 : votre cafe a un 
arriere-goOt marine. 

Ardkrct 6 Arinkret, s. Toile d*arai^ 
gn^e. — Hap4 to Id-z-arinkret ki son-M 
planchi : 6ter toutes les toiles d'araignees 
du plafond. — Voss sitofni vd nin Vmeit tnn 
oHf, ell t com inn artkret : votre eloffe ne 
m^rite pas d*ctre employee ; elJe est 
comme une toile d'araign^C; 

Aringt, V. (farinch ou faring, 110-5- 
arinjan). Arranger, mettre en ordre ; 
coordonner, ajuster, approprier, ac- 
corder, concilier. — Vo Ifv son dabim md 
aringi ; votre bibliolh6que est extr^me- 
ment mal arrangee. — Soula n'si sdre^-t- 
aringi : cela n'est pas accommodable. — 
S'aringt a PamiAf: composer k Tamiable, 
se concilier conventionnellement. — On 
v-Va-t-aringl kom i fd: on Ta accoutre de 
toutes pieces; on Ta rou^, maltralt6. 

AringmiM , s. Arrangement, accommo- 
dement, convention, march6, transac- 
tion conventionnelle , conciliation. — On 
mdva aringmin vd nd k*on bon procei : une 
mauvaise transaction vaut mieux qu un 
bon proems. 

Arinffiiiiii , s. Arrangement, action 
d'arranger, ^tat de ce qui est arrange; 
ordre, coordination. — Chergiv tU Taring^ 
min di md idvlai t d'mt medb : chargez-vous 
de Tarrangement de mes tableaux et de 
mes meubles. 

AriBjeft, s. Ordonnateur, celui qui 
dispose , qui ordonne. — UarinjeH <f inn 
fiessy d'ondin4 : Tordonnateur d'une f^te, 
d'un dtner. 

AriBjeftM, reM, s. Compteuse, cello 
qui arrange les mains de papier; qui 
arrange et s^pare les ^pingles. 

Arini^, v. (J'arintt ^ farintaic). Ar- 
renter. Voy. minu. 

Arioi, s. Divertissement bruyant , 
bruit nocturne. — Min6 Tariol juska maie- 
nutt : faire tapagimini , faire ses bam- 
boches jusqu*k minuit. 

Ari» , s. Avare , pince-maille , grippe- 
sou. — CesS't'inn drip ki touwrei^t-on 
piou po-n^nd vintl li pai : c'est un fesse- 
mathieu qui tueralt un pou pour en 
vendre la peau. 

Arip , s. Lierre. Voy. Ciripeu. 

Arip, 8. Arroche. Voy. fir«M. 

Artr^, V. (Tariraic , no-z-artran). 
Arri^rer, differer, retarderunpayement, 
ne pas le faire h son 6ch^ance ; arr^rager. 
— Li rciveilL s'a IM arir6 po sh vierstmin : 
le receveur 8*est laiss^ arrierer pour ses 
versements. — M \H nin arird t*o rintl : 
ne laissez pas arr^rager vos rentes. 

Artr^ 6 Artreeh, s. Arri^r^, arr6- 
rages, delles dont le payement est 



Digitized by VjOOQIC 



AKI 



69 — 



ARM 



suouro*.— On n'dei rUn M akreh U-z-arti : 
i\ oe faut pas laisser s*accrottrQ les 
arr^rages. 

Artr^r, 8. Am^re-garde , portion 
d*une armee marcbaot la derniere. — 
Uafnnmi tirifso noss^t-arir-gdr : rennemi 
faisait feu sur notre arri^re-gard^. 

Artr-ionw^, v« Sous*louer« Yoy. Son* 

Artr-viMMUe, s. Arri^re-pens^ , pcn- 
see que Ton tient secrete, intention que 
Ton cacbe, tandis qu*on en manifeste 
une autre. — Cess-t-on chinai k'a iodi tU- 
z-wriit pinaaie k^on kmh pu Mr : c'est un 
sournois qui a toujours des arriere-pen- 
sees qu*on connatt plus tard. 

Artr-MasoM, s. Automne, troisi^me 
saison de Tannee, entre T^t^ et Thiver. 
— iVo-a-oww n'bel arir-Mizan : nous avons 
un bel (ou une belle) automne, une 
agr^able arriere-saison. —Larir-satumy 
c't Viin dt fru : Tautomne est la saison 
des fruits. — L^ ftv (U VariT'Smzm: les 
flevres atitomnales. 

AristokrAc^ie, S. AHstOCratiO , gOU- 

vemement des nobles, des grands, des 
ricbes. — 1)6 tin pac6 rarUtokrAcHe ni 
save^ wai-^'choi : autrefois Taristocratie 
etait pen instmite. 

AristokrAu, s. Aristocrato, partisan 
du goavernement aristocratique. — - Gna 
dnkoHtt otty le pdlrioit h U-z-amtokrall si 
kbalt sin savupokoi : il y a cinquante ans , 
les patriotes et les aristocrates s*entre- 
d^cniraient sans savoir pourquoi. 

ArkitokrAu, ad. Aristocratiquo, qui 
appartient k Taristocratie. — Govem^in 
wristokrdtt: gouvemement aristocratique. 
^FirU aristokr&tt : flerti^, morgue aris- 
tocratique. 

AriMt^krAtimin, adv. Aristocratique- 
ment, d*une mani^re aristocratique. — 
NossBelgik n*6 nin govemaie oristokrAltmin : 
notre Belgique n'est pas gouvern^e aris- 
tocratiquement. 

AriTAie, s. Arriv^e, temps ou arrivent 
les personnes , les lettres , etc. ; approche. 
—Varivak delposSy (U koriy d^nUcigt: Tar- 
riv^ de la poste, du courrier, du mes- 
sager. — fa stu MnAh di Varivaie di m'fri: 
l*arriveo de mon fr^re m*a fait plaisir. 

AriTAto h ArirechjS. Arrivage,abord 
des bateaux ; port. — Arivaie del bark di 
Hu , di Nameiir , di MMr6k : arrivage pour 
les barques de Huy, de Namur, de 
Maestricbt. 

AriT^, V. (TarifhfariVy nO'Z-arivan), 
Arriver, parvenir au lieu oil Ton voulait 
se trouver; aborder , iitteindre. — U 
batai arivron dmin : les bateaux arri- 
veront demain. — Kdn-n'orifsou ki s*v&ie , 



arif ki plantt : vaille qu^ vaille, tout 
coup vaille, arrive qui planto. —Bsaula 
v'zrarifkol que cela vous arrive encore 1 
(expression comminatoire). Si liariviv 
in sakoi : s*il arrivait faute de lui « s*il 
venait k mourir. 

Arka, S. Archal. Voy. FI-d*Ark«. 

Arkujon, s. Acajou, bois rouge^tre« 
susceptible d*un beau poli et employ^ 
dans Tebenisterie, latabletterie, etc.— 
TdVy drmd eCarkajau : table, armoiro 
d*ac^ou. 

Arkaaek, 8. Arcbange , ange d*un 
ordre sup^rieur,— Sin-JficW Varkmchfol 
so VdM : saint Micbel, arcbange, foule aux 
pieds le d^mon. 

Arkimin, s. Fil pour instrument. 

A-rki«p , adv. En sautoir ; se dit d*un 
v^tement quelconque en forme de collier 
qui tombe en pointe k c6t6 ou sur la 
poi trine. — On riban a-rklap : ruban en 
sautoir. 

A-rkoftvremiB, adv. En chevauchant, 
jonction par recouvrement. — Vo hale 6 
vo pann si jond^t-el par rikoUvrtmin ? vos 
tuiles, vos ardoises chevauchent-elles ? 

A-ries-doft, adv. A s*en lecher les 
doigts. — Ji magn db sdciss a rleg-de^ : 
je mange des saucisses k m*en l^cber les 
doigts. — Onliafai n'ofkHl a akcepU a- 
rleg-deH : on lui a fait une| offre qu*il a 
accept^e avec empressement. 

Arm J s. Arme , ce qui sert k altaquer 
ou k se d^fendre.-— ^opat d'drm : faisceau 
d*armes. — Maiss d'drm: mattre d'armes, 
maftre d'escrime. — Tir4 d^drm : s'es- 
crimer , faire des armes, s*exercer avec 
des fleurets. — Sdl d'drm : salle d'escrime. 
—-PrizinU U-z-drm: presenter les armes. 
— Rintt U'Z-drm : rendre les armes , 
s'avouer vaincu. — Ess todi so Id-z-drm : 
^tre toujours sous les armes. — Arm 
difinsif: arme defensive , porte-respect. 

ArmA, s. Armoire, sorte de grand 
meuble pour serrer des habits et autres 
objets ; placard.— On vi drmd : une vieille 
armoire. — Armd a Vamagni: garde-man- 
ger, armoire pour serrer les viandes et 
autres objets servant k la nourriture ; 
buffet. — Ld'Z-ouh , Id ridan^ Id planch , U 
koroniss d^inn drmd : les volets, les tiroirs 
ou layettes, les tablettes, la comiche 
d*une armoire. — Armd d papl : serre- 
papier. — Armd d pess : chiffonnier. — 
Ell ess-t'd r&rmd Sintt-Ann t c'est une 
vieille ftlle hors d*dge. 

Armatoy 8. Arm^e, nombre important 
de troupes sous les ordres d*un general ; 
multitude. ^Armaie vinkeitr : armee vic- 
torieuse , triompbante. — Armaie ^zan- 
Qttdie , disfaiit : arm^e d^labr^e , d^faite. 

TOME I. 10 



Digitized by VjOOQIC 



ARM 



— 70 — 



ARO 



— Rangi u'drmaie ^ halaie : ranger une 
armee en bataille. — Kimand6 u'drmaie : 
commander une arm^e. — Meit inn dnnaie 
80 Cpt (Tgair , so Vpt d'pAie : mettre une 
armee sur le pied de guerre , sur le pied 
de paix. — Rdvoi on kdr (Tarmaie : licen- 
cier un corps d'arm^e. — Varmaie dt 
Ndr^ Vdrmaie d'Almagn : Tarm^e du Nord , 
Tarm^ d'Allemagne. — Armaie di m6r ; 
«rm^e aavate.—jC^&rt/^don d*inn ^maie : 
.^tratographie, 

Armanak, s. Almanach , calcndrier 
^contenant tous les jours de Fannie , les 
fdtes, les lunaisons, les eclipses, etc. — 
Armanak di VEgliss : almanach , comput 
^ecclesiastique. — Armanak di Mali Lans- 
bair : almanach de Matbieu Lansberg. — 
Armanak di biergi : almanach des labou- 
reurs , des jardiniers, — Armanak del 
Provims , Annanak da Dtsdr : Almanach 
de la Province, ^dile par M. Desoer, — 
Cd rP&p Grig6 XIII k'a fai Vnovel drmanak : 
!e Pape Gregoire XIII est Tauleur du 
jiouveau calendrier qui porle son nom. — 
Li novel ^armanak avanze di doze joH so 
Vvtie ■: le nouveau calendrier avauco de 
douze jours sur Tancien. — Li dierin finou 
<l-V4rmanak : le dernier venu , la fin , la 
condusion. — Si koir ess-t-inn drmanak : 
son corps est un almanach , un baro- 
mdtre; chaque changemeni de tempe- 
rature lui fait ressentir une infirmite. 

Armanak, s. Gommentaires , d^ve- 
loppements , paraphrase, glose, critique. 

— NifSnin tan d^.-z-drmanak posip4 d'choi : 
ne faiies pas tanl de commentaires, pas de 
bruit, pas de cancans pour si peude chose. 

ArmaiifrdiiiH^s. Hermaphrodite. Voy. 
Cok-^-lpeTc. 

Arm^, V. (fdrm 6 f Armaie), Armer , 
faire un armement , pourvoir d*armes. — 
NosS't-^rsdndl pou-t-drm^ vin mHe om : 
notre arsenal pent armer vingt mille 
hommes. —Arm4 on batimin d^gair : armer 
un vaisseau de guerre. — S'drin^ d'koreck 
^ d'paciainss konit IS-z-akcidin : s' armer 
de patience et de courage centre les 
accidents. 

Arm^miB , s. Armement, appareil de 
guerre, action d'armer. — Udrmemin (Ton 
sOdAr, d'inn vHe di gair, d^on batai : Tar- 
mement d'un soldat , d*une place de 
guerre, d'un vaisseau. 

ArmHiefaiB, s. Arithm6Ucien , qui 
salt Tarithmetique, qui Tcnseigne; cai- 
culateur , comptable. — Haroi d U deH fr6 
Rdss t Hinri Mulkemann on stu dd bon-z- 
(IrnMciain Ujoi : Harroy el les deux fr^res 
Erasme et Henri Mulkeman furent de 
bons arilhm(^ticiens4iegeois. 

Arm^Uk, s. Arithmetiquo , science 



des nombres, art de calculcr. — Gna 
none ki n^kinok le kwatt prunU rik d'dr- 
mdtik ; personne n*ignore les qualre pre- 
mieres regies d'arithmetique. — Armelik 
dirndl : arithm^tique decimate. — Kanlt 
d'drmtUk : calculs arithmetiques. 

Arm^tikmin, adv. ArithmeUquement, 
selon les principes de Tarithmetique. ~ 
Konti drmdlikmin : calculcr arithmdti- 
quement. 

Armeftr, s. Cordeletles d'un filet. — 
UdrmeUr d'on hema d'pekei. : les cordc- 
lettes d'un illet dc pScheur. 

ArmiBti0s, s. Armistice, suspension 
d'armes. — Armistiss di kdk me^ : armis- 
tice de quelques mois. 

Arman^ie, s. Harmonie, concours et 
accord de divers sons.— L'drmWterf^ 
Z'instrumin: Tharmonie des instruments. 
— SdcidUd'drmondie: Soci6t(^d*harmonie. 

— Loukt dt minilni Vbonn drmondie t voss 
famil ; efforcez-vous de maintenir la 
bonne harmonie dans votre famille. 

Armdniak, s. Ammoniaque, nom chi- 
niique de Talcali volatil. — WapeUr d'ar- 
mdttiak : vapeur ammoniacale. — S6 d^ar- 
mOniak: sel ammoniac, combinaison de 
Tacide du sel marin avec Talcali volatil. 

— G6m armdniak : gomme ammoniaque , 
gomme resine d'une odeu'r f6tide. 

ArmdriAi , s. ArmoHal , livre conte- 
nant les armoiries de la noblesse. — Voss 
nod so VdrmdriAl ddpm : votre nom figure 
dans Tarmorial du pays. 

Armdrit, v. (Tdrmdriaic), Armorier, 
mettre, peindre, graver ou appliquer 
des armoiries sur quelque chose. — Fi 
drmdrit n'karoch , on kachet : faire armo- 
rier une voiture, un cachet. 

ArmdriM , s. Armoristc , celui qui fait 
des armoiries , qui enseigne le blason , 
ou qui ^crit sur le blason. 

Armori^fo, s. Armoiries, attributs dis- 
tincts des families nobles. — Melt dd-z- 
drmurtie dize^ n'poiit : placer des armoi- 
ries au-dessus d'une porte ; armorier un 
fronton. — Ccss-t-on ponded d'armnrHe : 
c'est un armoriste. 

Armort, s. Armurier , ouvrier qui 
fabrique ou qui vend des armes. — Lt-z- 
drmui'i d'Lich evoicl de fizik divin to It pai 
dt montt : les armuriers de Liege en- 
voient des armes dans tous les pays de 
la terre. 

Armorr^ie, s. Profession, magasin, 
atelier d'armurier. — Fodveiir a l^drmur- 
rHe dd govemtmin : je travaille a Tatelier 
d*armes du gouvernement. 

.Arnoi, s. Arnold, nom d'homme. 

Ara8aB,aiiu,adj. Arrogant, hautain, 
fier, superbe, impertinent. — PniiW on 



Digitized by VjOOQIC 



AKO 



— 7i — 



ART 



ton arogan : prendre un ton arrogant. — 
Fe fCmenn arogantt : fairc une mine 
arrogante. 

Arosanaiiii , 8. Arrogamment , avec 
arrogance; hautainement, fl^rement. — 
Araint n'saki aroganmin : interpeller quel- 
qu*ua arrogamment. 

ArosMUM 6 Ar^saiBMi, 8. Arrogance « 
fiertd, orgueii, pr^somption.— Respontl 
avou arogams : r^pondre avec arrogance. 

— On rh6 po s'iarogttinss : son arrogance 
le fait d^tester. 

Arogt ( •' ) J V. (Ji nCarog h ji m'aroch , 
non'z^rqjan). S'arroger, s^attribuermal- 
a-propos quelque chose. — Pokoi v'z-arogi 
on dre& U n'idreH v'THipartini ? pourquoi 
vous arroger un droit qui ne saurait vous 
appartenir? 

Arogn^, V. (Tarogak ).\oy, eiotIb^. 

ArdTe^ 8. Sillon, trace que faitlc soc, 
le coutre do la charrue en labourant , 
ou le navire en fendant les ilots ; sillagc. 

— F6 dd'Z-arMe : silionner , tracer des 
sillons, des billons. -— C^ dd-z-ardie hi 
n'ixm nin parfonit ac6 : ce sont des sillons 
qui ne sont pas assez profonds. 

ArdiemiB, s. Rainure pratiqu6e dans 
les parois d'une bure. 

Arok^, V. (Tarok). Engorgcr, bou- 
cher , obstruer le passage. — Avu an pit 
ohm aroU t gozi : avoir un petit os arr^t^ 
au gosier. — Gna dd chiniss arokd d Vb&ze 
del ponp : des crasses engorgent le tuyau 
(le la pompe. 

Arokeeh, s. Engorgement, obstruc- 
tion, epilation. — Ce I'arokech k'espaich 
H chinA di kari : c'est Tengorgement qui 
s'oppose h r^coulement de Feau du 
cbenal. 

Ardi^y V. (Tardl), Rouler vers. — Vo«« 
Mie esS't-arOU vercial : votre biUe est 
roal^e par ici. 

A.r*B, adv. L'un portant Tautre. Voy. 

Parml. 

Aroneh^ ArottU, 8. Hirondolle, oiseau 
de passage qui paratt ordinal rement au 
printemps et qu*on ne voit plus en hiver. 

— Kwan Id'Z-arong rizet Vtair io volan , c'd 
^enndiplaif: quand les hirondelles rasent 
le sol en volant, c'est signe de pluie. 

Arondi, V. (forondih , nO'Z-^irandihan), 
Arrondir , rendre rond , donner h quelque 
chose la forme ronde, cylindrique ou 
circulaire. — Arondi on bordon : arrondir 
un baton. — Arondi n'mMe di foUr ; ar- 
rondir une meule de foin. — S'arondi ; 
s'arrondir, augmenter ses propri^t^, 
faire bien ses aflfaires. 

Aroadlheeh 6 Ar«BdlhmUi , 8. Arron- 

dissement, action d*arrondir, etat do ce 
qui est arrondi. — Uwrondiheg di cm honl 



la a stu mdldh^ie : rarrondlssett:ent de 
cette boule a ^tc difficile. 

Ar«iidUimiB, s. Arrondissement, partie 
d*une province, d'un departement; sous- 
intendance, sous-prefecture. — Li pro- 
vims di Lick a kwatt arondi$miny Lich^ 
Vervi^ Hud Warem : la province de Li6ge 
est subdivisee en quatro arrondisse- 
ments: Li^ge, Verviers, Huyet Warerame. 

Ar«iiii^y v. (Tarotenn 6 farotimie). 
Routiner , habituer quelqu*un a fa. re une 
chose; la lui faire apprendre par routine, 
dresser, fagonner, instruire par habitude 
et par experience.— Aro(i»^ voss (tie a 
keUze t a i^nawi : routinez votre ulle h 
coudi'e et k ravauder. 

Aroiineeh, s. Action et mani^re de 
routiner. — / t/*/are/ dd tin po rarotineg di 
vosS't'Ovri : il faudra du temps pour rou- 
tiner, pour fagonner votre ouvrier. 

Arou, s. Trace, vestige, empreinte 
des pas. — S^v6 Varoit d^ ci k*evon d'van 
vo : suivez la trace , I'impression laisseo 
sur la neige, sur le sable, etc. , de ceux 
qui vous precedent. — Arott di ciair : 
abattures , traces ou foulures de cerf 
dans les broussailles. 

ArpaM 6 ArpiBy s. Arpont, ancienne 
mesure frangaise de superficie contenant 
400 perches carrees ou 51 3ives, — Acht6 
n*drpan d'vegn : acheter un arpent do 
vigne. 

Arpint^, V. (Tdrpinit 6 ydrpintaie). 
Arpenter. Voy. Mesr^. 

Irpinteeh , s. Arpentage; planimetrie. 
Voy. Mesreeh. 

ArplBleft d ArplB«eftr, S. Arpcnteur, 
gCOmetre. V. MexreA. 

ArsdnAi y 8. Arsenal , lieu ou Ton gaixle 
des armes et des munitions de guerre. — 
Lt-z-ovreU dHnn drsendl : les ateliers d'un 
arsenal. 

Amiii , s. Bois ou gazon brAlds dans 
une forfit qu'on veut labourer. 

AmiAik, 8. Arsenic, demi-metal qui 
so volatilise au feu; poison violent.—/)^ 
blan drsinik : arsenic blanc, mort-aux- 
rzis. — Rock drMnik : realgar, arsenic 
rouge. —Jenn drsinik : orpiment, ars^nio 
jaune. — S6 d^drdnik : sel arsenical. 

Are^i, 8. Arl(^re, vaisseauqui portele 
sang du coeur aux veines. — Pitite drUil : 
arteriole. — Li sonk dd'%-4rUl dpu roch ki 
rd d^ v(^n : le sang arteriel est plus 
rouge que le sang veineux. 

Irtieho, 8. Artichaut, Idgume ayantk 
pen pr^s la forme d'un gros chardon , 
avec des feuilles larges et piquantes. — 
Tiess d'drticho : pomme d artichaut. — 
Bdb d^drticho : foin d*artichaut. — Sdvach 
drticho : chardonnette ou cardonnettc , 



Digitized by VjOOQIC 



ARZ 



— 72 — 



ASP 



plaiUe dont la fleur sert k faire cailler le 
lait. 

ArtitoTe, 8. Objet surann^f ddtraqu6, 
de peu de valeur. — fa mtiou al vindi- 
don di tote sCr d*Mifate : j*ai misen vente 
ioutes sortes de guenilles. 

Artifi«f, s. Arliiicier, celui qui fait 
des feux d*artifice. — JU-z-drtifict d*um 
Ars^ndl : les artiflciers d*un arsenal. 

Arliibui, S. Yoy. Feft d'ArtlAM. 

Artiky s. Article, petite partie d'un 
livre, d'un journal , paragraphe, etc. — 
fa 16 n'bel drtik so Pgazeit : j*ai lu un bel 
( et non tme belle) article dans la gazette. 
— C^ess-lAnn dtt Mik, soula : c'esl un 
autre article, c*est diif^rent. — Sou Udi 
c-nd nin n^drlik di foi : ce qu1l dit, ce 
n'est pas un article de foi. ^ Artik del 
moir : article de la mort. 

Artiir^ieyS.Artillerie, canons, mor- 
tiers , boulets , bombes , etc. , qui font 
partie du materiel de guerre. — Dihieg 
i'drtilrdie : d^chargc d'artillerie. 

ArtumiBy adv. Artistement, avec art 
et industrie , industrieusement. — Fola 
dt medb drtismin aringi : voilk des meu- 
bles artistement arranges. 

AriiM, s. Artiste, celui qui travaille 
dans un art ou le gdnie a plus de part 
que la main.— Ldpom^d, Id skiUtureH^ 
U muzicimny cV dd-z-drtiss : les peintres, 
les sculpteuffs, les musiciens sent des 
artistes. 

Arhf int. Hue! hurhant! cri des char- 
reliers pour faire tourner les cbevaux h 
droite. — Ard kott! mfime cri. 

Arrdy s. Arcade (t), passage au- 
dessous, accul, lieu qui n*a pas d'issue; 
cul-de-sac ou impasse; viaduc d'un 
chemin de fer. — Si mett dixo rCdrvdpo IH 
pa€6 rpkdf: se r6fugier sous une arcade 
pour s'abriter centre la pluie. 

Arroion, ttw, adj. Brusque, brutal, 
imp^tueux, bourru. — / n*fai nin AhHe 
vik6 avou /», il d tro-z-drvolou : il n'est 
pas ais^ de vivre avec lui , il est trop 
despotique , trop arrogant. 

Arvfti»«, ftw, 8. et adj. Bancale. Voy. 

ArAt. 

Arable , s. Argile, glaise ou terre glaise, 
lerre molle et jaune. — PosteUr d'drzHe : 
statue d'argile.— TVdfl Tdrj^c : glaisi^re, 
endroit d*oii Ton tire de la glaise. 

Arat, V. (fdrzMe , no-z-drzian), Glaiser, 
faire un courroi de terre glaise. — Arzi 
an bacin d^fontainn : glaiser un bassin de 
fontaine. —Arzt db tair ki son maik i sdr 
noneUss : engraisser avec de la glaise 
des terres maigres et sablonneuses. 



ArBie*,eftM, adj. Argileux, qui est 
d*argile, qui tient de Targile; glaiseux. 
— Tdrin ArzieU : terrain ai^ileux. — Jdg 
di tair drzie^ : couche de terre argi- 
leuse , de terre sigill^e. 

A-M»eh, adj. A sec, sans eau, tari, 
dpuis6. --Onrz-^i dangi (TplaiVy U stair 
son-t-a-sech : on a besoin dep^uie, les 
citernes sont k sec. — On jmss ki n't nUae 
a-sech : un puits intarissable, inepuisable. 

A^foiy s. Asphalte. Voy. Airatt. 

Asflgt e jUiiikflt , V. (Tasfigdie h fas- 
fiksHe^ no-z-asfijan h no-Zrosfiksan). As- 
phyxier, suffoquer, ^touflPer. — Li finunir 
d*on chddron d'bruu a mdk&d^no-z-asfikst : 
Texhalaison d'un brasier a failli nous 
asphyxier. 

A0koheeh , s. Actiou et mani^re d'en- 
jamber; saut, bond. — Uaskoheg di d 
horai la b danjreA : 11 est dangereux de 
sauter ce fosse. 

A0k»hMe, s. Enjamb^e, espace qu*on 
enjambe. — Avou dt skde com Ta, ii deA 
f6 dd fameHzd-z-^iskoUie : avec des gigues 
comme les tiennes, tu dois faire de 
fibres enjamb^es. — Di m'mohonn ai ds» 
d^a Stienn^ i gua k'inn askohde: de ma 
maison k celle d*Ctienne, il n*y a qu*uno 
enjambee , qu'un coup de pied. 

Askohf, V. (faskoh^ no-z-^iskohan). 
Enjamber , faire un grand pas pour passer 
par-dessus quelque chose. — Askohi 
n'korolt, on Jiorai : ei^amber une rigole « 
un ruisseau, fi*anchir un fosse, un ravin. 
— Askohi deA gr6 a n'fHe : enjamber deux 
marches k la fois. 

AutLQt^ , V. ( Taskolt ^ faskataie ). 
Soutenir , etangonner. —Askot^ onpariou: 
etayer une parol. Voy. AutoiLe. 

A0koit, s. Soutien, ^tangon, point 
d'appui. — Vola n'paliz&ti k*a mtzdh d'as- 
kott: voilk une palissade qui a besoin de 
soutien. Voy. Astok. 
* A0kdr, v. (faskA, no-z-askHhany fas- 
kdret), Atteindre, toucher, adresser, 
frapper juste. — / VaskUha d^on kd d^pir al 
tiess : il Tatteignit d*un coup de pierre 
k la X&ie. — On Va^-asku wiss k'ilamd : 
on Fa piqu6 au vif , on a touche sa partie 
sensible. 

Asmeu, v. Se dit d*une'vache pleine 
qui annonce sa procbaine delivrance par 
la grosseur progressive de son pis. 

A«pii«B , s. Empan, distance entre Tex- 
tr^mit^ du pouce et le petit doigt ecarte 
le plus possible. — Gna kHnn aspoiu di 
diftrinss intt cd deC pA la i il Q*y a qu*un 
empan de difference entre ces deux 
piquets. 

A«pasBeek, s. Action etmani6redo 
mesurer a Fempan. — Laspagneg ni donn 



Digitized by VjOOQIC 



ASP 



— 73 — 



AST 



iMe inn mtuH^ foh'juu : k Tempan , on 
n'obtient jamais une mesure rigoureu- 
sement exacte. 

Ampm^ut^ V. (faspagtty no-z-aspagnan), 
Mesurer k Fempan. — Aspagni I'longueAr 
d^inn ouk^ ^inntdf: mesurer k Fempan 
la longueur d*uneporte, cFune table. 

Aspsir, s. Asperge, plante 16gumi- 
nense \k longue lige et en forme d'ar- 
brisseau , portant une petite graine rouge. 
--Onboi d'aspair : une botte d'asperges. 
— Dd-z-^ispair sitoiivaie : des asperges k 
F^tuv^, une ^tuv^e d'asperges. 

jkmpmi^j V. (faspal 6 faspaUue). 
Epauler, assister, aider. — /espair dt 
trov6 on brav om kt m'aspalret : j'es- 
p6re trouver un homme obligeant qui 
m*^paulera. 

A0paleeh 6 Aspslaio, S. £pauMe , 

effort de Fepaule en poussant quelque 
chose. — Chdki n'chtreit par aspalaie : 
pousser une charrette par ^paul^s. 

AspaimiB, s. £paulement, rempart 
fait de fascines, de terre, etc. , terme 
de fortification. — Aspalmin di si meti 
di spthe€ar : epaulement de six metres 
d'epaisseur. 

jkmpmUf V. (Taspait, no-^aspatm), 
Serrer, pousser, entasser. Voy. luuipai^. 

A«p^heeh, s. Spaississcment. Voy. 

Asp^iiiyV. (fa9pihih,no-z-^ispehihan), 
£paissir. Voy. luuip^hi. 

Asperses^, s. Aspcrg^s ou aspersoir, 
goupillon pour jeter de Feau b^nite. — 
Li mess kinUnss t finih par Vasp^gess : la 
messe commence et finit par Fasperg6s, 
par Faspersion. 

A«pergt, V. (Taspergtie, whZrosperjan), 
Asperger, arroser par petites gouttes 
avec Faspersoir. — On-z-aspergHe divan d 
apret mess : on asperge avant et apr^s 
la messe. 

A^pik, s. Aspic, serpent dont la mor- 
sure est tr6s-dangereuse. — Ciss mdMe 
feum lay ell a n'linw d^aspik : cette mau- 
dite femme a une langue d'aspic. 

A»pik, s. Aspic, nom vulgaire de la 
grande lavande. — 61 d^aspik : huile 
d*aspic. 

Aspik, s. Aspic, roots compost de 
viande ou de poisson froid etdegel^e.— 
Av d^a magni d-Taspik? avez-vous d^jk 
rnang^ de Faspic? 

A«pirAi, s. Rosette, petit cadranpour 
Favance ou le retard d'une montre, d'une 
horlogo ; spire. — - Voss montl rastdch , t fd 
UmM a I'aspirdl : votre montre retarde, 
il faut mouvoir la rosette. 

AapirAM y anti , s. Aspirant , celui qui 
aspire k une chose, qui veut y parvenir ; 



pr^tendant, postulant, candidat. — Ri- 
civei^-aspiran : receveur-aspirant. — Dam- 
di'Skol aspirantt : institulrice aspirante. 

— Po n*pititepless a dni , gna trinte aspiran : 
pour une petite place vacante, il y a 
trente competiteurs. 

Aspii^, V. (Taspitt, no-z-aspitan). 
Jaillir, bondir. — Li mdciU aiw del karott 
li aspita d vizech : Feau bourbeuse du 
ruisseau lui jaillit au visage. — On kd 
d'pir aspita juski dot : un coup de pierre 
bonditjusqu'ici. 

jUipeia, s. Appui, dossier, accoudoir, 
accotoir, soutien, support. — Aspaia 
dHnn chtir : dossier d'une chaise. ~ 
Aspoia d^flgnesse : appui de fenfire. — 
Aspoia d'pondeH : appui-main. 

Atfpety V. (faspdUy no-z-^isp&ian), 
Appuyer, soutenir, prot^ger, favoriser. 
— Aspoi so s^koiUt : appuy^ sur son coude. 

— Aspoi kontt on meHar : appuyer centre 
un mur. — ^aspoi : s*appuyer , se reposer 
sur ... , s'accoter. — S'aspoi so n'mdl koh : 
s*appuyer sur un bdton rompu , sur quel- 
qu*un sans pouvoir, sur un roseau. — 
Avu on roie aspoi : avoir un roi garde 
(terme de jeu de cartes). 

Am, s. Astre, corps celeste; etoile, 
plan6te, eomete, etc. — Studi dvin U-z-ass: 
se livrer k F^tude des astres, ^tudier 
Fastronomie. — PeUp k'addret U-z-ass : 
Sab<^ens. 

A-«iA, int. Hoik! quelqu*un ! (pour 
appeler). 

A0iA«h , s. Retard ou retardemenl, obs- 
tacle, entravcs, emp^chemont, accroc. 

— Men inn astdch : metlre un obstacle , 
rctarder , entraver , user d*un moyen 
diialoire , mettre un rdmora. 

Ast«iii,v. (Taslailihy no-z-astailihan). 
Cblouir. Voy. Esbiawi. 

Asiai, s. Assignation, action d^affector 
un fonds au payement d'une dette , d'une 
rente, etc. ; hypoth^que. — On-z-a pri 
astal so s'no&f cinss : on lui a donn^ assi- 
gnation sur sa ferme neuve. 

Astai^, V. (Faslal ^ fastalaie). Ins- 
taller, mettre solennellement en posses- 
sion d'une place, d'un emploi, d'une 
dignity ; introniser, implanter.— A«/«/($ 
rborguimaiss t Vz-eskevin : installer le 
bourgmestre et les ^chevins. — Sasiail6 
divin n'cheir bouraie : se camper sur une 
chaise bourr^e. 

Astaieeh, s. Installation, action dins- 
taller, d*^tablir quelqu*un dans son em- 
ploi ; intronisation.--L'<wto/d(y<fm»^i/e*, 
d'on kuri : Finstallation d*un ^v^quc , 
d*un cure. 

Aaiaii9ii^ , V. (Tastansnaie , no-z-as- 
tansnan ; fasiansinnret), £tanQonner , 



Digitized by VjOOQIC 



AST 

acclamper, elresillonuer , chevaler; ac- 
curer, soutenir avec des accores (ou 
etangons ) un objet queiconque , particu- 
lieremenl des navires. — Vola on meUr ki 
clinch , i fd Va»ian9n6 : voilk un mur qui 
penche , il faut F^tan^^onner. 

Astansneeh , s. £layement, action d*d- 
tayer, d*^tangonner. — Sin Vaslangneg , 
V08S lair wagret : sans r^tayement, votre 
lerre s'eboulera. 

A«i4iBiiiiejkr, s. £tanQons , ^tat de 
retayement ; etais. — Ci884'a8tansneilr la 
n'pou md : cet ^tayement Q*oifre point de 
danger. 

A«t«r^ h A0««pU, V. (fastap hfas- 
tapaie, oyxfaslapel ^faslaplaie). Camper, 
placer, installer convenablemcnt (assez 
souvent par ironic). ■— VomhySO m'idmy 
bin astaplti ! me voilSi , parbleu , bien 
camp^ ! 

AMiArgfi, V. Tastdch, nO':Histdrjan ; 
fastdjret). Retarder, emp6cher d'aller ou 
de venir; enlraver. — - /(wpjn^ n'goit avou 
lu po rastdrgt : causez un peu avec lui 
pour le retarder. — Li leunn s'aaldch to le 
joH dipud'treUkwdrd'edr: la luneretarde 
tous les jours de plus de trois quarts 
d'heure.—S*a«^arflfl uvd It vdie : s'arr^ter, 
s'amuser chemin faisant. 

Ast^ehett, s. Verge de fer qui s'at- 
tache derri^re un tratueau pour le retenir 
dans uue pente; objet de nature k se 
licher. 

A0tem , s. Estimation , appreciation , 
evaluation , ventilation , estimation rela- 
tive; expertise. — On va f6 raslein di to 
sc bin : on va faire Testimation de tous 
ses biens. 

A«(eiii, s. Fond, fondement, confiance. 

— Ni fd not astern sor lu , kwan i di n'vraie 
i li torn on din , sd Cz-a-fi ko to It trinte-deH : 
c'est un h^bleur, il ne faut faire aucun 
fond sur ce qu'il dit; quand une verit6 
lui 6chappe, il perd une dent, et son 
ritelier est encore au complet. 

Ast^rik, s. Ast6risque, etoile qui in- 
dique un nom ou un renvoi. — El pless di 
m'no, mtU n'asttrik : au lieu de mon nom, 
cmployez un asterisque. 

AiiieAr, adv. Tant6t, dansun instant, 
actuellement. — LtjOnt gin d'asteUr ; les 
jeunes gens actuels , la jeunesse moderne. 

— VoUv vini to-t-asteUr ? voulez-vous 
venir tout de suite, tout-k-Fheure, sur- 
le-cbamp ?—A8^i2r il» . . . : maintenant 
que . . .—AsteUr komadon: d^s-k-pr^sent 
comme des lors, actuellement comme 
alors. ~ Aste^ (fon, Utm pdrUl Un mo- 
ment done, laissez-moi parler! (i) 

(0 Dam C€ tens, d ctffc kemre, donel eit incorrect. 



74 — 



AST 



Astfehfi, V. (Taatich , no-Zraftticfum)- 
Avancer, pousseren avant; donuer. — 
Astichim vosa-t-aciett , ji v'nevrei del jolt : 
avancez votre assiette , je vous servirai 
du chou. 

Asifk, s. Astic, outil de cordonnier 
pour lisser. — Astik d'otm^ di pdkt^ di 
sawou: astic d*os, de buis, de sureau. 

A»tik^, v. (J'astik efastikaie),?o\'n'^ 
avec Tastic. — AsUkS n'simel diioU : polir 
avec Tastic la semelle d*un Soulier. 

A0tikoi^, ale, adj. Indispose. Voy. 

FaT6. 

A«iik«u,s. Indisposition, malaise. — 
El ni 8'vou nin portnind oUAe , ell a n'pitiU 
astikott : elle ne veut pas se promener 
aujourd^hui » elle a uue l^gdre indispo- 
silion. 

AfltimAcion, d A«tiiii«eh^ s. Estima- 
tion , appreciation , pris6e , evaluation ^ 
taxation. — On s"e n-n't rapoitcet a Vesti- 
mdcion dt-z-espair : on s.'en rapporlera k 
restimation des experts. 

AMtimAr^ adj. Appreciable, qui pent 
etre appr^ci^ par les sens. — Ct dd iro 
pti sakoi ki n'son nin astimdf: ce sent de 
trop menus objets qui ne sontpas appre- 
ciables, qui sent inappreciables. — Cissldv 
la ess't-astimdf: cette table peut dtre mise 
h prix. 

A0timatir, adj. Estimatif, se dit des 
proc^s-verbaux ou devis d*estimation. — 
Fdm on ddvi astimatifdi pou k^sottla costret : 
faites-moi un devis estimatif de ce que 
cela coOtera. — Inn lonk Itss a^timatif: 
une longue liste estimative. 

Astini^, V. (f astern, no-z-astiman}. 
Estimer, apprdcier, evaluer, ventiler^ 
expertiser, arbitrer, penser, faire ^tat. 
— On-z-^'t-astimd voss peas di lair a nottf 
cin fran : on a dvalut^ votre parcclle de 
terre k neuf cents francs. —JL'a«(tweii Va- 
t-astimd tro ba : Texpert Fa mesestim^. 

Astimedy s. Appreciateur, celui qui 
apprecie; estimaleur, expert, qui exper- 
tise. — AstimeU d'tdvlai : appreciateur de 
tableaux. — Vastime^ a tapdju a tipri ; 
Tappreciateur, celui qui vendait publi- 
quement, Fa adjuge k tol prix. —Si no 
n'polan no-z-akoirdd , no prindran d^-z- 
astimeU : si nous ne pouvons nous mettre 
d'accord, nous prendrons des esiima- 
teurs. 

Aiitip^ , V. (Tastiphfastipaie). Etayer , 
etanC'Onner , chevaler , accorer , etre- 
sillonner. — Astipi on soUmiy Stayer une 
poutre. 

A0ioiiMe, s. Enjambee. Voy. AskohMe. 

A0ioht, v. (Taatoh^ no-z-astohan), 
Sauter. Voy. A«kohf. 

A»iiik, pi^^p. Centre.— A/^ asiok d^inn 



Digitized by VjOOQIC 



ASW 

saki o» (Pinn sakoi : so heurter conire 
queiqu'un ou quelque chose. — Dimani 
astok : rester, demeurcr court. 

AflCok, adv. Beaucoup, abondamment. 
— Gn/tret dd fru astok ciss-t-dnnaie : cette 
onnee, il y aura abondance de fruits, il 
y aura des fruits h foison. 

Astok , s. Cale , morceau de foois , de 
pierre, etc. , qu'on place sous un objet 
quelconque pour le mettre de niveau , 
ou pour lui donnerde Tassiette. —LitAf 
ki ho8s , nUtd n'ostok : la table vacille , 
mettez-y une cale. 

A»iok^, h AMiokt, V. (J'astok ^fas- 
Jokaie)* Caler, affennir au moyen d'une 
cale.—Fd-^-fls/o^ ciss tdv la ; il faut caler 
<;ette table. 

Astok^, V. Bdcler. Voy. BAeht. 

jkmi%riogbie , s. Astrologie , art chime- 
rique de lire Tavenir dans les astres. — 
L^astoriogdie ess-t-iun fameiUs galguizoi^U : 
I'astrologie est une fi6re niaiserie. 

A0t4Mriogik, adj. Astrologique , qui 
appartient k Tastroiogie. 

Atftoriok y s. Astrologue, qui est vers^ 
dans la pratique de Tastrologie. — Ti voa 
fi Paslorhk : i\t veux contrefaire le sa- 
vant , Tentendu. — On n'kreA pu wair Id- 
:>a8torlok : on oe croit plus gu^re aux 
predictions astrologiques. 

Astomom, s. Astronome , celui qui 
oonnatt et praiique Tastronomie. —Ktikt 
pass po Vprumi astomom di noss pai : 
ituetelet passe pour le premier astronome 
xle ROtre pays. Voy. iMatt-iiAiuiiMiir. 

AiiiorBoiiiMe , s. Astronomie , science 
<|ui a pour objel T^tude des astres; ura- 
iiographie. — Studt^ aksegnt VastomamHe: 
etudier, enseigner Tastronomie. 

A<it4MrBomik, adj. Astronomique, qui 
appartieni k Tastronomie; urauogra- 
pbique. — Kontt astomomik : calcul astro- 
iiomique. —Kesti&n astomomik : question 
astronomique. 

A«t«riioiiiikniiB, adv. Astronomiquc- 
ment, suivant les principes de Tastro- 
i)omie. — Lt savan espliket soula asior- 
nofnikmin : les savants expUquent cela 
aslivnomiquement. 

A»trapA«i,s. Mcsaventure, d^sappoin- 
tement, rencontre ficheuse, accident.— 
Jl e^ri n'asirapAU ki U fa bin dt displi : 
i\ eut une mcsaventure qui lui causa bicn 
•de la peine et de Tembarras. 

A-Mijrieh , adv. A ras de bord. -— Onsti 
d'pe^ tntur^ a-strich : un setier de pois k 
mesure rase. 

A«wAgi , V. (Taswdgih^ m-z-aswdgihan). 
Calmer , arrfiter , 6tancher. — Asw/^ 
rsonk: dtancher le sang, arr^ter, faire 
cesser rhCmorragie, — Aswdgi rdole&r : 



75 



ATE 



apaiser, soulager, allCger la douleur.— 
RinUtl po-z-aswAgi : mmede anodin. 

AswAgfhan^aiitt, adj. Anodin, cal- 
mant , adoucissant , sedatif. — Udpiom 
esS't-aswAgihan : Topium est adoucissant. 

— Drouk aswAgihantl : drogue anodinc. 
AswAgikeeh , s. £tanchement , action 

d'Ctancher. — Abeie on rmdtt po PaswA- 
giheg dd sonk ; vite un remade pour 
rdtanchement du sang. 

Atiaehmiii , s. Attachement , senti- 
ment par lequel on s*altache fortement 
et volontairement k une personne ou k 
quelque chose ; attache , inclination , pas- 
sion. — Am drl*atachmin po on kanUrdtl, 
po n'jdnn (tie : avoir de faltachement , 
une affection particuli^re pour un ami ; 
avoir un tendre attachement pour une 
jeune fille. 

AiAk, s. Attaque , commencement 
d*un combat , d'une rixe ; provocation , 
reproche, bldme; agression, attentat, 
acte attentatoire ; maladie subite. — 
Laiak fouri chdtt , min rainnmi reskoula : 
Tattaque fut chaude , mais Tennemi 
rccula, Idcha pied. — Kiminct l*atak : 
prendre Toffensive. — Atak di (jott , di 
paralizdte : attaque, acc^s de goutte, do 
paralysie. — Atak di gnair : attaque de 
nerfs, nCvralgie. 

AiiakAr, adj. Attaquable, qui pcut 
5tre attaquC. — Ct fbr la u'ess-t-atakhf ki 
po on kostS : ce fort n'est attaquable que 
par un c6t6. — Cess-t-inn vtie ac ki n'd 
nin atak&f: c'est un ancien acte qui n'est 
pas attaquable , qui est inattaquable. 

At«k^9 V. (Tatak). Attaquer, com- 
mencer le combat , la querelle ; assaiiiir ; 
blftmer, rCprimander, provoquer, atten- 
ter. — Ld dH-z-Armaie s^on-t-atak^ so 
Vkanpagn di RdcoU : les deux armees sc 
sent attaquCes dans la plaine de Rocour. 
— FApHni Vci k'atak inn 6tt: il faut punir 
Tassaillant, Tagresseur, Tattaquant, le 
provocateur, celui qui agitoffensivement. 

AiAp6, V. (Taiap). Voy. Aj^td. 

aiAyI^, v. (fatAvel ^fatAvlaie, no-z- 
atAvlan), Attabler, mettre k table. — iVb 
n'z^van atAvli no baicd : nous Ctions nom- 
breux quand nous nous sommes attables, 
quand nous nous sommes mis k table. 

AiAvieeh, s. Action et mani^re de s*at- 
iibler,-^ LatAvleg di cinkantt gin mdnn 
todi baicd d'bru : en s*attablant, cinquante 
personnes font toujours beaucoup de 
bruit. 

At6jS. Autel, table pour les sacri- 
fices. — Tav d^At6 : retable, pierre d'autel. 

— Divan d^AU : devant d'autel. — Grd 
d'VAti : marches de Fautel. — Gran Aii : 
roattre-autel. — Ai6 privxUgi: autel pri- 



Digitized by VjOOQIC 



ATE 



— 10 — 



ATE 



vil^gi^, oil il est permis de dire la messe 
des morts par privilege. — F6 n*dU po 
rparsccion: dresser, dlever, ^riger un 
autel , un reposoir pour la procession.— 
Si mHt a deH gno d^van I'Ali : se prosterner 
devant raulcl. — Ci janfess la VpindrH 
so V&U : ce belUre le prendrait sur Fautel, 
sur le mattre-autel. — Nim in aidan po 
mett a VdU dt gozi : donncz-moi un Hard 
pour godailler. 

Aieek , s. £pingle , brin de ftl de laiton , 
k tSte et pointe. — Mak t pontt d'aUch : 
tfite et pointe d'dpingle. — Aleg di bd- 
guenn : camion , tr^s-petite ^pingle. — 
Aleg di p^iki , di krd : ^pingle k cheveux. 
— Metl inn aiech : attacher, assurer avec 
une 6pingle. — Disfi n^atcch : dter , de- 
tacher une epinglc.— Si pontt avou n'atech : 
se piquer , se faire une piqiJlre avec une 
^pingle. — Ld ptitd bdcel jowt-t-d'^oiech : 
les petites filles jouent aux <^pingles, k la 
poussette. — Marchan on fabrikan d^atech : 
epinglier, fabricant d'^pingles. — - /i n'« 
nin po n'atech : je n*ai rien du tout. — 
Mett inn atech so s'manch : garder le 
souvenir d*une offense. — Din6 po dt-z- 
atech: donner pour des ^pingles, pour 
gratification , pour encouragement. — 
Ric^ht s^iatech foU dd jeH : retirer son 
^pingle du jeu. — GAr a Vatech ! gare le 
pot au noir ! casse-cou ! 

At^cht,v. (f atech, no-z-atdchan). Atta- 
cher avec une epingle, joindre une chose 
h une autre. — At^chi voss noret , ka vo 
rpiHr6 ; atlachez votre mouchoir avec 
une ^pingle , car vous pourriez le perdre. 

j|t^Hi>ors6eioB, s. Reposoir, autel 
6\e\6 k certain endroit oil la procession 
passe. — Li poliss a permdtou li-z-At^- 
kporsddon : la police a autoris^ les 
reposoirs. 

Ates-di-b^Saenn, S. Camion , trds* 
petite ^pingle. 

jlt^ie, s. Alh^e, celui qui ne recon- 
natt point de Dieu. — Avu It sintimin dHnn 
diiie : avoir les sentiments d'un ath^e. — 
Gna-t-i vraimin dt-z-^tiie? existe-t-il rdel- 
lement des ath^es ? 

jlt^tM, s. Ath^isme, opinion, doc- 
trine des ath^es. •— WArdan no di tounU 
ffvin V&tSiss : gardons-nous de tomber 
dans Fatheisme. — L&t^iss ess-t-on lai 
bordon d^viess : Tath^isme est un mauvais 
bdton de vieillesse. 

A4^i«ie, 8. Bagarre, cohue, bruit, 
rumeur, confusion.— Si sichi foU d-^ate- 
late : se retirer de la bagarre. —Dial ivoU 
Vatdaie I au diable la bagarre, Taventure ! 

AiM^, V. (Tatel, nO'Z-atdlan), Atteler, 
allacher, joindre, mettre ensemble.-— 
Atek dtjvd a nchtrett : altacher des che^ 



vaux k une charrette.— i4(^/^ n'sakoi awm 
on koj'on (f /I : attacher quelque chose par 
le moyen d'un bout de fil. 

Ai^i^, V. £quiper, v^tir, pourvoir. — 
Attl6 dispdUe U pi Juska Vtiess : ^quiper , 
v^tir des pieds a la t^te. 

A«^ie«h, s. Attelage, certain nombre 
de chevaux, de booufs, pour tratner les 
voitures, la cbarrue. — Attleg di si bai 
jvd : attelage de six beaux chevaux. 

At^B^Te, s. Athen^e, etablissement 
royal d*instruction moyenne en Belgique ; 
sortede college.— Stir U ko^ di VAiinae: 
suivre les cours de TAth^nde. — Gna todi 
pu (TdnJE; 'ctn skoli a VAttnUe di Lick : 
TAthende de Lidge compte toiijours plus 
de cinq cents dl^ves. Voy. koi^ii. 

Ai^ni, V. (Tatdnihf no^ZraUnihan). 
Attiddir, rendre li6de; devenir tidde. — 
Mett di iaiw so VfeHpo Vattni : mettre de 
Teau sur le feu pour WiiMiT,-^ AUm 
del chdtt aiw avou del PreUt : attiddir de 
Teau chaude avec de 1 eau froide. 

Ai^ni, s. Amincir, amenuiser, rendre 
plus mince , moins dpais. -—At^idelpai: 
amincir de la peau. — At^i on panai 
d^ouh : amenuiser un pan de porte. 

At^nilieeh ^ At^BlhmiM, s. Atti^is- 
sement, action et manidre d'attiddir. — 
Uat^iheg di Vaiw : Tattiddissement de 
Teau. 

At^nlhfMh h At^BlhmlB, S. Amiucis- 

sement, action d'd;m\ncir. — Latdnikeg 
d*on kH^rai : Tamincissement d*un roor- 
ceau de cuir. 

A«eBBh4r, s. Attenhoven , commune 
du canton de Landen , k 2 kilom. de ce 
dernier village et k i3 kilom. de Wa- 
remme. Pop. 700 hab. Sup. 533 i/s hect. 

AtermiM^, V. (J*aterminn, no-z-ater- 
minan). Atermoyer, prolonger le terme 
d'un p2iyemeni.—Atermindn*lett-di'k€mch^ 
on hilet : atermoyer une letti^ de change, 
un billet. 

Aierminecii, s. Alermotment, acco- 
modement avec ses crdanciers pour les 
payer k certains termes. — Loukt d^optini 
n'atermvneg^ vo v*sdvr6 : \Achez d*obtenir 
un atermotmcnt, vous vous libdrerez, 
vous vous sauverez. Voy. TeimeaB. 

AtesiAetoM, s. Attestation, certificat, 
tdmoignage donn6 par dcrit. —fasormi 
n^atestdcion dt horguimaiss t di kur6 : je 
suis nanti d'une attestation du boui^- 
mestre et du curd. 

Atest^, v. (Tatess, no-z-aiestan). At- 
testor , assurer , certifier un fait. — Di 
temon atesti so sermin ki I'avt veiou : des 
tdmoins attestdrent sous serment quails 
Tavaient vu. 

AteAtf, v. (J^atedtafCy no^z-ateMan). 



Digitized by VjOOQIC 



ATI 

Abriter sous un toil. ~ Ate&U dd^Zrovrech : 
abritcr des travaux sous dcs hangars ou 
autre esp6ce de toiture. 

Atik, s. Attique, partie supdrioure 
d'une corniche. 

AtiMeion, s. Attention, application 
d'esprit; dgards, deference, prevenances, 
empressement, vigilance. — Fi^ aiincion 
a sou k'on vdi : faites attenlion ^ ce qu'on 
vous dit. — Cess-t-mi si brav b&cel , ell a 
tan ^atmdon po s'veie m^-! c'est une si 
estimable fiUe; comme elle est aux petits 
soins pour sa vieiile m6re! — Mdk ou 
d^fdd'atincwn: inadvertance, inattention. 

AiinpranM, s. Moderation, retenue, 
presence d'esprit. — Pa^ vo tCavi ml 
aiinpi'anss : vous n'avoz pas de retenue , 
vous agissez comme un etourdi. 

Atinpren , ow , adj. En primour. — 
Magni de-zrutinprou peH, d^-z-atinprmve-z- 
aspair : manger des pois et des asperges 
en primeur. 

Atinri, V. (Talinnh^no-Zraiinrihan). 
Rendre tendre et facile k manger ; amollir. 

— MMifit rchdr po I'aiiuri : battre , mor- 
tifier la viande pour Tattendrir. 

Aiinri, V. Attendrir, rendi*e sensible. 
—Mi nudadtie ma atinri : ma maladie m*a 
rendu sensible, frileux. 

AiiBrihMi, nnti, adj. AmoUissant , 
qui amollit. —Po Id char, li freHL ess-t- 
alinri/tan , li jalaie ess-t-atinrikanU : pour 
les viandes, ie froid est amoUissant, la 
gel^e est amollissautc. 

Atlnrlheeh e AtliirlhiitiB,S. Amollis- 

sement et action d*amollir; attend ris- 
sement , action et maui6re d'attendrir. — 
Li jalaie atinnh Ujott : la gelee attendrit 
les choux. — Voss ft si rpin di s'fdlt , Idv 
atinri : votre fils se repent de sa faute, 
laissez-vous attendrir. 

Aifntif, adj. Attontif, qui fait atten- 
lion; applique, vigilant. — M/2, c'd Vpu- 
Z'tttiuiif sikoli d^d Kol^h : mon fils est 
Toldve le plus attentif du College. — Avu 
d^-z-orHe alintif : avoir des oreilles 
attentives. — / n'd nin alintif : il est 
inattentif. 

AtiBiirmiii , adv. Atlentivement, avec 
attention, avec application; vigilamment. 

— L^r, houU, pni alintifmin : lire, 
<^couter, prior atlentivement. 

Atinit, s. Atlente, dtat de celui qui 
attend, temps pendant lequel on est ^ 
attendre. — Lank atinte : longue atlente. 
—V^ennmin a ironpi V atinte di to Pmonlt ; 
Tev^nement a trompd Fattenle gen^ralc. 

— Pir ou brik d'alinte : pierros ou bri- 
qucs d'atteute, pierres ou briques sail- 
lantes pour faire liaison par la suite avec 
quelque autre construction. 



ATO 

Atinu, V. (Tatin, no-z-alindanifaiin- 
drel). Aveindre, tirer une chose d'oii 
elle etait mise. — Atinte d^ bo^r: aveindre 
du beurre, en extraire du pot oil il s'en 
trouve. 

Atinit ( s' ). S'attendre k quelque chose; 
se promettre, esperer. — J/i»'^»'fl^iiwf^', 
ji n*so nin surpri : je m'y attendais , je nc 
suis pas surpris. — Aprd soula i fd s'atinte 
a to : apr6s cela , il faut s'attendro a 
tout. 

AtiraTe, s. Attirail, grande quantil6 
de choses diverses et necessaires. — 
Aiirale di gair, di chess, di kouhenn : 
attirail de guerre, de chasse, de cuisine. 
—Atirale di m6r : greement. 

Atiran,anH, adj. Atliranl, engngeant, 
seduisanl, flatteur, attrayant. — 0« »wfr- 
chan k'ess't-atiran : un marchand qui est 
attirant. —Ellade mantr atirantt : ello a 
des manidres atlirantes. 

A«ir6,v. (fater, no-z-atiran). Aiiircr , 
faire venir, engager, flatter, sdduirc, 
alldcher. — Atir6 Id kanit : atlirer la pra- 
tique.— Aftr^J Ic'Z-oHhai : attraire, appAlcr 
les oiseaux. — Vaiinan ater li fiair : Tai- 
mant attire le fer , il est doud d*altraction. 

— S'atird de rproch, inn disgrdss : cn- 
courir des reproches, une disgrace. 

Atttoi^ , V. (fatitote^fatitotaie). Alinter, 
attifer, parer, accoutrer, fagoter, engon- 
cer, requinquer. — S'atilotS kom li dimegn : 
s'endiraancher, se bichonner, so pom- 
ponner comme le dimanche. — Kom ti /*«- 
t-alitotd, Tonton! comme tu t*cs alintdc, 
Jeannelon! te voila parde comme une 
epousde de village. 

AtUoteeh, s. Action et manidrc de 
s'atinter, de se parer; habillemcnt re- 
cherchd. — Vola on drol d'atitotech : \o\\h 
un bizarre accoutrement. 

AtUM, s. Atlas, recueil do cartes 
gdographiques. — Atlass di vin planch : 
atlas de vingt planches. 

Ato, prep, et adv. Aussi, avec. — 
Vin^z-alo mi : venez avec moi. — 7Y va-t-a 
Mdlenn , d mi ato : tu vas h Malines , et 
moi j*y vais aussi. Voy. oci. 

A-coir, adv. Faussement , k tort. — 
On ra rakuz^a-loir : on Ta accuse calom- 
nieusement. 

AtomHe , S. Analomio. Voy. Aniom^ic. 

Atote, s. Atout, triomphe, terme do 
jeu de carles. — Di koi ess atole? do quoi 
est la triomphe? Ddpdl, c'ess-t-aiole : la 
triomphe est de pique.— Kwantl alotl avdf? 
combicn de triomphes avez-vous? — Pa, 
Va totd z-atott * ah ! tu n*as que des atouts. 

— TesS't-on chaie-atoie : tu es constam- 
ment hdrisse d'atouts. — Jow^ atole foA : 
dcbuter par atout. — JikOpd ji jow atotc : 

TOME I. 11 



Digitized by VjOOQIC 



ATO 



— 78 



ATR 



jc coupe et jc fais atout ( 0- —^ ^«'* P'^^^^ 
atote hagn on pu gro ktv^rjal d'inn 6tl s6r : 
im petit atout prend une plus forte carte 
(i'une autre couleur. — Ualote ou rtrionf 
hagn to: Fatout ou la trioniphe coupe, 
einporte toutesles aulres couleurs.— -0» 
paizan prin sd deil po sofld s'mrenn, to 
dlian : atote : un paysan se mouche avec 
les doigts en disant : atout. 

Atoto, s. Balafre, coupure, 6grati- 
gnure ; r^primande s6v6re. — Si mar&ie s'a 
rnAvU sor in ell a jowd riatote d s'vizech : 
sa belle s'est filcliee contre lui et lui a 
fait une balafre au visage. — Ld naw-z- 
ovrl ricUvd't'inn atote di leH maiss : les 
ouvriers paresseux rcQoivent une verte 
semonce de leurs patrons. 

AtoCk, adv. et prep. Autour, alenlour , 
pr6s, aupres, environ. — Atou d'cial : ici 
autour.— Inn eHr to-t-dtoH ; une lieue k 
la ronde, a une lieue de rayon. — ToiVcAf 
dtvH dlnn sakoi : entortiller quelque 
chose. — Ta stu a Drucel d dvin to Id vieg 
d'dtoU : j*ai ete k Bruxelles et dans toutes 
les communes circonvoisines. — E// d todi 
dtoA dd maldtl : elle est constamment 
aupres des maladcs. — ^'al6 nin dtod 
d-VaiWy savd : n'aliez pas trop pr6s de 
Teau, de la riviere. — N'M nin dtod 
d'soula: ne touchez pas h cela ; laissez cela, 
no vous jouez pas k cela. — Vossmamadlod 
d'scptantt an^ wag-ju? je gage que votre 
maman a bien soixante el dix ans? — Li 
jdnn koir todnn dtod d^lHe : le jeune homme 
cherchc k lui plairc. — Todmd dtod dd po: 
tourner autour du pot , user d'artifices , 
biaiser, parler par ambages, alambiquer; 
manquer de franchise ou de sincerity. 

Aioaeht, V. (fatouch). Voy. Adoz^. 

Atonehmin , s. Attouchement, action 
de toucher ; tact. — Li Bondiu riwdrihdv 
Id maldtt par Vatouchmin : Dieu gueris- 
sait les malades par rattouchement.— 
Atouchmin ddzonaitt : attouchement des- 
honn^te. 

Aionnianmi, s. Hasard, accident.— 
CesS't'On kd d'atoumanss : c'est un coup 
du hasard, un cas fortuit; raccroc, cas 
exceptionnel. 

Atoam^, v. (fatom, no-z-atouman), 
fichoir, tomber en partage, 6tre acquis, 
devolu. — Mi frd est-t-atoumd at mohonn : 
mon frere a eu la maison en partage. — 
Ci sdred bin atoumd : ce serait bien extra- 
ordinaire , ce serait bien un grand 
hasard. 

Aioa^vc, v. (fatow, no-z-atouwan). 

(i) BiUtre atout, pour faire on jouera4out, csl nne 
«»\|»re>»ioii <|u'on in* Inmvf iImiih aticiiii auU^ur ; en oiilrc, 
olIi» ni;tnqii<- il'exaj tilmk- , «>ii ci- sru5 que c'cil pluldl 
Vatvut qui bat. 



Tuloycr, se ser\ir des mots tu et toi en 
parlanl k quelqu'un. — / n'si fabm nin 
po-z-atouwd kl ki s'sedie : il ne se gCne pas 
pour tutoyer qui que ce soit (i). 

Aioawceh, s. Tutoiemonl ou iDtot- 
ment , action de tutoyer. — Vaiouwech 
ess-t-onsenn di famliairitd d d'kanierddech : 
le tutoiment est un signe de familiarite 
et d'amitie. 

Aiouwod, remt^ s. Celui qui tutoie. — 
Ld-z-atouwed n'son nin todi bin viwu : ceux 
qui tuloient ne sont pas toujours bien vus. 

Airart6, v. ( fatmflaie ). Acoourir, 
venir promptemeot. — No rot k'atraftdv 
aprct nO'Z'Ott : nous Fentendions qui 
courait, qui trotiait apr^s nous, qui bal- 
tait la semelle apres nous. 

Airap, s. Altrape, tromperie , super- 
cherie ; attrape-nigaud, altrape-lourdaud, 
attrapoir, attrapette; leun*e. — Ld filon 
knohet co cin sOr d'atrap : les filoux con- 
naissent cent ct cent sortes d^attrapes. 

Atrap, s. Pidge pour prendre les ani- 
maux. Voy. Trap. 

Atrapc, V. (J'atrap). Altraper, sur- 
prendre artificieusement ; sdduire; saisir 
la ressemblance. — Atrapd n'oUfm avou 
del verjal : attraper un oiseau avec de la 
glu. — Li feie dd hould Todn ks'a lei 
atrapd : la fille de Toussaint le boiteux 
s*est laissd sdduire , a laissd aller le chat 
au fromage. — Atrapd Id fiv : prendre ou 
attraper la ficvre. — Atrapd n'rouf: at- 
traper une taloche. — il(rap , potinss! 
attrape , dr61e! — To koran apret Pespri , 
on-z-atrap li sotrdie: en courant apr6s 
Fesprit, on attrape la sottise. — Kwanon 
capon d n-n' airap inn 6tt , H did d w-n'd rdit : 
quand un gredin en attrape un autre, le 
(liable se met a rire. 

Atrapoik, 8. Seducteur, trompeur, 
Lbuscur, covTVL^iQnT. — Ld'Z'Otrapeii son 
savin atrapd : les trompeurs sont sou vent 
trompes. 

Airap.Bioh,s. Attrape-mouche, plantc 
dont les feuilles ou les fleurs se plient 
lorsqu*un insecte vient s'y poser. 

Atrap.«o, s. Attrape-nigaud, ruse 
"grossicre qui ne peut tromper que des 
niais. — Vomaliati, ci n'd k' dd-z-HUrap-so : 
vos malices ne sont que des attrapoirs. 

Airiboaw^, v. (TatHbow ^ no-x-fl/n- 
bouwan). Attribuer, r^f^rer, donner k 
quelqu'un une qualite , un ddfaut. — 
Cess-t-a lu k'on-z-atribmv li fdtt : c'est k 
lui qu*on attribue la faute; on la lui 
impute. 

( I } Ed TrancaiH, on ne intoic pas an pluriel , mais \ti 
WalloDi ditenl : ti z-dtt. — IFi*» pass don^ l^-t-Ml * Ki 
fa'M don, ti'iOUf ijomka tiz-6tt : on all<>z-v«tiiK a«>iu* . 
vouvantresY qim TaiWs \oiis done , vou^ aiitiw* prciifj 
garde i vou» an ires. 



Digitized by VjOOQIC 



AYA 



— 79 — 



AVA 



AiriB^(s'), V. (Ji nCairinp y no tiz- 
atrinpan). S'irabiber, s^improgner. — Le 
lair s'atrinpet avou It plaiv : les lerres 
s'imbibenl avec les pluies. 

Atronp^, V. (fairoup, no-z-atroupan). 
Atlrouper,' assembler plusieurs per- 
soDoes en troupes. — Kwm on-z-cm 
rkdp^^ to I'mmtt s'atroupa : quand on en- 
tendit le tocsin, tout le mondes'attroupa* 

— // atroupa to id baligan po mini Varech : 
il attroupa, il ameuta tous les faineants 
pour causer du bruit, du tapage. 

AtroapmiB , s. Altroupemeut , assem- 
blee de plusieurs persounes attroupdes ; 
reunion ili^gale , tumuUueuse. — £ tin 
(TtroHb , U'Z-atroupmin dipu cTcink gin son 
dfindoa : dans les temps de troubles , les 
attroupements de plus decinq personnes 
sonl interdits. 

Atronwand^ , 6 Airouwandt , v. 
( Tatrouwandaie), Accagnarder, accou- 
tumcr quelqu'un k mener une vie oisive 
et fain^ante. — Lt kpagnHe di haligan 
ron-i-atrouwandi : la societe des gens 
oisifsTa accagnard^. 

Att, V. (fAtt, nO'Z^rdan; no-z-ddran). 
Ailumer, flamber, prendre feu. — Voss 
feUn'odret nin^ gna tro p6 d'legn :\oire 
feu ne s*allumera pas , il y a trop peu 
de bois. 

AttBi, V. (TatinynO'Z'attnan; fatairet). 
£lre parent, apparlenir.— /f »7ffl(mm: 
jc ne suis nuUement parent avec lui; nul 
degre de parente n'existe entre lui et 
moi. 

AuiioB,owy adj. Oppress6e, qui a la 
respiration gC*n6e. — Mi p6f pir ess-t- 
altnou dtstoumak: mon pauvre p6re souffre 
d'une oppression de poitrine. — EU ess- 
t-altnow del koi^tress-d'alenn ; elle est souf- 
franie deTastbme. 

Att-tririei, pr^p. et adv. A travers, 
au travers , de travere , de part en part. 

— RiQdr on kd d'epMe Mt-trimt dt koir : 
recevoir un coup d'epde au travers du 
corps. — Att-tritfietyd dUonk : a tort et k 
travers. 

AUflii , v. (Taustde e faUstih , no-z- 
austihan). Outillcr, garnir, fournir d'ou- 
tils. — I fa ki s'austihpo poleUr tinis'mesti: 
ii faut qu'il s'outille pour pouvoir tcnir 
son metier. 

AvA, prdp. De c6te et d'autre. -— 
Avd-r-cial ; dans cet endi*oit-ci , dans ce 
quarticr-ci. — Avd-r-la : de ce c6te-lii , 
dans cet endroit-lk. — Avd-r-no-z-dU ; 
dans notre endroit , de nos cOtes. — 
Avd-r-vo-Z'dlt : do vos c6tes, dans votre 
endroit. — Avd-r-zel : dans leur endroit. 

— Lei n\sakoi avA ItjeA : laisser quelque 
chose en vole ou en vue. — Lei tO't-ofai 



ava le jei : laisser lout Irafncr en de- 
sordre. — Rot6 to-t-avA VstnU : marcher 
tout en travers le somd. — Ess to fair ava 
Id vdle : 6tre toujours en chemin , r6der 
continuellement dans les rues , battre le 
pav^ ( 0- — To-t-avA : partout. — Gna de 
tech tO't-avA m*gAmett : ma cornette est 
tout« couverte de taches (a). — AvA Vaiw : 
k vau-reau, suivant le courant de Teau. 
—- Ciss-t-intTtpriss la ess-t-avA Paiw ; celte 
entreprise est h vau-reau : elle n'a pas 
rdussi. 

Avaehi, v. (Tavachih, na-z-avachihan) . 
Avachir , affaisser , rendre flasque. — 
Ld plaiv avachihet Id tair : les pluies aflais- 
sent, depriment les terres. — S'avachi : 
s'avachir, s'aft'aisser sous son propre 
poids; se farder. — Kom ciss p6v gi^oss 
feum la s'avachih! comme cette pauvix) 
femme s*avachit sous son embonpoint! 

Avaehlheeh 6 AvachihmlB , S. AfTais- 
sement , accablement , depression. — 
Uavachihmin dt praireie : I'affaissement 
des prairies. 

Avair«ie^, s. Ad vei*site, disgrace, mal- 
heur, tribulations, croix. — Li p6f vef 
a-t-awou dd granid-z-avnirsiti : la pauvre 
veuve a essuyd de grandes adversit^s. — 
Ki l*Bondiu no wAtt d'avairsiti! Dieu nous 
preserve d*infortunes! 

AvAi (d'), adv. D*aval, c6td vers 
lequel descend la riviere. — Vo-z-esld 
nCjondan d'avAl : vous 6tes mon joignant 
d'aval. 

atAi , s. Aval , promesse de payer 
pour un autre ; caution. — Sin4 par aval 
ou hilet : mettre son aval au bas d'un 
billet. 

Avaia, s. Avaloire , grand gosier 
(terme de plaisanterie). — Cess-t-on ma- 
gncA k'a-t'inn avala d'galaval : c'est un 
goinfre qui a une avaloire de bdfreur. 

Avai^, V. (faval). Avaler , faire entrer 
dans Testomac par le gosier. — Avald on 
novai oH ; avaler un o&uf frais. — AvaU on 
riess dipdhon : avaler une arfite de poisson. 

— Avoid Id boket sin khagni : avaler, en- 
gloutir les morceaux sans les mdcher. — 
Avald d^ deHtr boket : recevoir des degoiUs, 
souffrir des mortifications, dprouverdes 
deboires, avaler le calice dcTamertumc, 
avaler des couleuvres. 

Avai6, V. (favaloufavalaie).CrGuscv. 

— Avald on betlr : crouser une bure. 
Avaieeh,s. Deglutition, action d*avaler. 

— TasimA m'gorch ki Vavaleg mi fai soufri : 
mon mal de gorge est si douloureux que 
la deglutition me fait souffrir. 



!i ) Ne dilcs pas : parmi /«» chcmins. 
i) Ni : il y eu a tout parmi. 



Digitized by VjOOQIC 



AVA 



— 80 — 



AVA 



Avaicik, eA00, s. Avalcup, cclui qui a 
rhabitudo d'avalcr quelquc aliment , 
quelque liqueur. — Cess-t-on fir avaleU 
(Cmoss t (ThdrikrUti : c'est un grand ava- 
leur de moules et de petits eoquillages 
de mer. 

Avairc0» , s. Bure que Ton cpeuso. — 
On-z-a kminci rCavalress d pidd tiair : on 
a commenc6 k creuser une bure au pied 
de la montagne. 

Avan (onn-), adv. En avant, au-delk 
du lieu oil Ton est; vers le lieu , vers le 
c6te qui est devant. — ChOki enn-avan ; 
pousser en avant, faire avancer. -—Elm 
frea nin an pa enn-avan ni enn-dri : die ne 
fcrail pas un pas en avant ni en arri^re , 
elle reste stationnaire. 

Avan-beeh, s. Avant-bec; angle, 
eperon de chaquc pile d'un pont, du c6le 
oppose au courant ; brise-glace. — Gna 
n'ttvan-hech dt pon k'd hdrdd: il y a un 
avanl-bec du pont qui est ebr6ch6. 

Avan-breM, s. Avant-bras, partie du 
bras depuis le coude jusqu'au poignet. — 
J'a-t-avou Vavan-bress foa dd louwd : j*ai eu 
Tavanl-bras demis, luxd. 

Avan^io, s. Avancee, corps-de-gardo 
avancd. — On nCaveHi metou d poss di 
VavauQuie : on m'avail plac6 au po^tc do 
ravanede. 

Avan<;i , v. (Tavanss 6 favancih , no-z- 
avnncan bno-z-avandhan), Avancer, aller 
en avant; faire aller plus vite; sortir de 
ralignement. — - L'Orloch avmcih : Tlior- 
loge avance. — Si v-n'av^ninpawon^ avan- 
ciU; si v-z-avi pawou , avandhd ko : si 
vous n'avez pas pcur , avancez ; dans la 
pcur, avancez encore. — S'avamipo raskHr 
li nU'cdgi : s*avancer, se ddp^chcr, se 
hater pour atteindre le messager. — 
Avanci on buraliss : promouvoir un em- 
ploye de bureau, 

Avaneihech, s. Promptilude, avau- 
ccmcnt. — Cd Vavancihcch ki v'^t-t-arivd 
a tin : c'est la celerit6 qui vous fera 
a r river k temps. 

Avaneihfti, adj. Accelerateuf , qui 
accel6re, qui augmente la vitesse; pro- 
gressif. — Moufmin avancihM : mouve- 
menl accolerateur. — Foiss avandhUl : 
force accdldratrice. 

Avani^lo, S. Avanio. Voy. Invan^ic. 

Avan-gAry s. Avant-gardo, premiere 
division d'une troupe en marche ou en 
bataille. — Kimand^ Vavan-gdr : com- 
mander Tavant-garde. — L^ deH-z-avan- 
gdr reskoull : les deux avant-gardes 
reculerent, pli^rent. 

ATan-icoMii, s. Avanl-goOl, godt qu'on 
a par avance d'une chose agrcablc. — IJ 
char i Id ess-t-inn avati-goss de plaizir di I'dlt 



monk : la bienfaisanco est un avan'-godt 
de la beatitude, de la c6Ieste fi^licit^. 

Avan-kdr, s. Avant-corps , corps de 
maconnerie en saillie. Voy. s^ieftu. 

Avan-koreft, s. AvantH[M)ureur, celui 
qui va devant quelqu'un et qui en an- 
nonce Tarrivde. —• Lt Cdzak esH U-z-avan- 
koreH dd-z-drmaie rUciainn : les Cosaques 
dtaient les avant-coureurs des arm6cs 
russes. — Ld pUnlty les barbotreie dd ptUp^ 
c'd U-z-avan-koretiss dd rivolucion : les 
plaintes, les murmures du peuple sent 
les avant-coureurs des revolutions. 

ATan-kolkr, s. Avant-cour, cspdcc dc 
cour qui prdc^de la coup principale d*un 
grand bfttiment. — Ld-z-avan-koHr cTob 
chestai : les avant-cours d^unchfitcau. 

Avan-kwAr, 8. Avant-quart, coup que 
quelques horloges sonnent avant Theurc 
et la demi-heure. 

Avan-moftr , s. Mup avance. — Avou 
ravan-meUr], il d mAldkde dd vni d rosx 
haieie : le mup avanc6 rend difficile Tacces 
de votre cour de derri^re. 

Avan-niin, s. Priority, termo de jeu. 

— Cd mi k'a Vavan-rmin : c'est moi qui 
suis premier h jouer. — Bail ravan-min : 
s'eraparer de Tavantage du premier 
joueur. 

Avan-pAr. Voy. Foft-pAr. 

Avan-p£, s. Avant-pied , empcigne dc 
bolte. — Si v'mdk in pair d'avan-pi, jt 
n-n'a : s'il vous manque une paire d'avanfc- 
pieds, j'en ai. 

Avan-pth , s. Avant-p6che , espcce de 
petite p6che precoce. 

Avan-pdr, s. Avant-port, entr6o d'un 
grand port en dehors do son enceinte. 

Avan-poM , s. Avant-posto , poste 
avancd, le plus prcis do Tennemi. — No- 
z-avan-poss fouri-t-atakd d-zntir dd jd: 
nos avant-postes furent altaquds d6s la 
pointe du jour. 

Avaii-propd, s. Avant-propos , dis- 
cours h la l6te d*un livre pour faire con- 
nallre le dessein de Fauteur; prdfacc, 
prdambule, introduction. — Cd dt iro 
lon-z-avan-propO : ce sent de trop longs 
avant-propos. 

Avan-iiatnn, s. Avant-sc6ne, partie 
du IhdAtre en avant des decorations et 
qui s'etend jusqu'a Torcheslre. — L'fltwi- 
sainn di noss tddie d (Tinn bel Idrgeiar : 
Tavant-sceoe do noire Ih^Atre est d*une 
belle ouverture. 

Avansmin, s. Avancement , action dc 
monler en grade; promotion, progres. 

— Dine , riciir di ravansmin : donncr , 
reccvoir de ravanccment ; promouvoir , 
etre promu. 

AToiie'91, s. Avance, cspccc de chemin 



Digitized by VjOOQIC 



AVA 



~ 81 - 



AVE 



quo Ton a dcvant quelqu'un ; pnycmcnts 
anticip^s; premieres demarches pour 
concilier. — Yo-z-avd ireH joH d'avams so 
lUhz-dlt : V0U8 avez trois joum^es d'avance 
sur nous. -— Pdid^avanss : payer d*avanee, 
par aDticipation ( 1 ) ; anticiper un paye- 
ment. — On n-l'a tiin rkwdrou, c'd Itie k'a 
fai l^z-avans8 : on ne Ta pas recherchee 
en mariage , e'est elle qui a fait les 
avances. 

Avantech, s. Avantage, CO qui est 
utile, profitable; proOt, emolument, 
gain, superiority. — Akoirdd n'avanlech : 
accorder, attribuer un avantage , un pri- 
vilege. — On s'a mart a voss-t-avantech : 
on s'est tromp6 avantageusemcnl pour 
vous. — V(hz-av6 Vamin , c'ess-l-inn avan- 
tech : vous 6tes premier en carte , c'est 
un avantage. — Avu Vavaniech so n'saki : 
avoir la superiorite, le dessus du vent 
sur quelqu'un. — /{i/ird baled (Tavantech 
(Ton marcht : relirer beaucoup d'avan- 
tages d*un march6. 

Av«Bt6se<i, ewuMy adj. Avantngcux , 
qui apporte, qui produit de Tavantage; 
utile, favorable. — F4 on marchi avan- 
legeH : faire un marchd avantageux. — 
Mett dt klawavantigeUss : poser des clauses 
avantageuses , fructueuses. 

AYant^seftAinin, adv. Avantagouse- 
nient, d'une maniere avantageuse; utile- 
ment. — Si marii avantdgeHsmin : se marier 
avantageusement, fructueusement. 

Avant^^gt, V. (favanUgdie , no-THwan- 
i^an), Avantager, faire des avantages , 
porter profit. — Ld vHd lot avantdgivet Id 
pu vi dd'Z-efan : les anciennes lois avan- 
tageaient les atn^s des families. 

Avan-teft, s. Batellement, double 
rang de tuiles qui termine un toit par en 
bas et par oix le toit s'egoutte; egoflt, 
avant-toit tout en saillie. Voy. Teiktai. 

Avan-triB, s. Avant-train, train qui 
comprend les deux roues de devant et le 
limon d*un carrosse ou d*un canon ; 
jambes de devant et poitrail d*un cheval. 
— To fan kori Ujvd iro reH , no kad Vavan- 
trin : en faisant courir les chevaux trop 
rapidemcnt, nous brisAmes Tavan-train. 

Avan-xtr, adv. Avant-hier, le jour qui 
prec^dait hier. — n ess-i-dvdie avan-z-ir : 
il est parti avant-hier. — Ell ess-t-d sl6 
ddp^e avan-Z'ir : elle est siiMe depuis 
avant-hier. Voy. Divan-s-tr. 

Avar, s. et adj. Avare, qui aimo trop 
Tor et ne le d^pense pas; pince-maille , 
crasseux , cancre , sordide , ladre vert.— 



( t) Aucnn Icxirographti, que jo saclic, n'a donno asilc 
a I'adverbo anticipaiirement. NVn ayons pas do rtgrcl , 
«.ir, a rausc dc m longtioar, il pourrail coiivHr I'cspacfl 
d'unu lignc cnlicrc d'uot; ccrilurc un pcu delit'C. 



Li potinss , il d si avar ki s^mcskcil to : 
le vilain, il est si avare qu'il se plaint 
tout. — CesS't'inn avar bougrcss : c*est 
une fiere ladresse. — Li pu bai irai d'inn 
avar, c't kwan i moHr : mourir est la seuie 
belle action de Tavare. 

AvaricieA, eftss, s. et adj. Avaricicux, 
chiche , tenace. — Ci vi kabai la a todi stu 
avaricieU : ce vieux maroufle a toujours 
vecu dans la crasse , c'est un 6tre sordide. 

— Vo n'dr6 rin foil d'lHe, c'ess-t-inn ava- 
rideUss : vous n'obtiendrez ricn d*elle , 
c*est une avaricieuse. 

AvariM 6 Avari04^9 s. Avarice , alta- 
chement excessif aux richesses ; soif de 
Tor sans en jouir; sordidit^, t^nacild , 
crasse. -— Si meskeUr to par avariss : se 
plaindre tout par avarice, par ladrerie. 

— Uavariss a todi trop t m&te ac6 : Tava- 
ricc a toujours trop et jamais assez. 

Av6 e jlv^-mariA, s. Avc-Maria , salu- 
tation angeliqiie, point d'un sermon oil 
Ton dit un av^, — On sonn It-z-dvi-Marid : 
on Sonne Tangelus. — Ld-z-Avd-Maiid 
d'on chaplet : les ave-Maria d'un chapelet. 

— Ratinte li valeUr d'inn Avi-MariA : 
attendre le temps d'un av^, d'un ave- 
Maria. 

Avcnn, s. Avennes, commune et chef- 
lieu du canton do ce nom, k 5 kilom. dc 
Waremme et 40 kilom. de Huv. Pop. 
430 hab. Sup. 284 hect. 

Avennmin, s. Avdncment , venuo , 
arrivee, Elevation h uno dignite supreme. 
— Vavennmin di Liopdl al koronn di Belgik : 
Tav^nement de Leopold h la couronne 
de Belgique. 

AveCksiaiomin , adv. Avcuglemont , 
en aveugle ; sans reflexion , sans examen , 
etourdiment, inconsid6rement. — Mouci 
aveHglaiemin divin Vdangi : courir aveu- 
gldment au p^ril. — Li b&bd hoUll aveA- 
glmemin sou k'on It di: le niais dcoute 
aveugldment ce qu*on lui dit. 

Aveikgi^j ale, adj. Avougle, priv^ dc 
la raison , du jugement. — Ell a sin n'pdv 
aveAglaie di s'mariS avou d napai la : elle 
s*est marine bien aveugl^mcnt avec ce 
chenapan. 

Avejkgi6, V. (TaveAgud hfaveAgMe), 
Aveugler, rendre aveugle; 6ter Tusage 
de la raison. — Avotf Viin, resblawiheg dt 
solo ou del nivaie pou-t-^veAgU : k la longue , 
r^clat du soleil ou de la ncige pout 
rendre aveugle. — i4vc%/^ n'oAhai, c'ess- 
t'inn kalinnrde : faire aveugle un oiseau 
est uno atrocity. -- Lt-z-oAie dHnn jdnn 
luretl aveAglet sovin Id jdnn hAzai : lesyeux 
d'une jeune donzello aveuglcnt souvcnt 
un tcndro jouvcnceau. 

Avoibgidiiiiii, s. Avouglemcnt, priva- 



Digitized by VjOOQIC 



AVI 



-^ 8-2 — 



AVI 



lion du sens do la vuc; cccito ; trouble, 
egaremcnt de la raison. -— Li Bandiu Va 
pUni d-rave^Umin : pour Ic punir, Dieu 
Ta frapp6 d*aveuglcment, — Cess-t-on 
drol d^aveHgl^in : c*est ua Strange aveu- 
glement. 

AYedi, s. et adj. Aveugle, priv^ de la 
vue; depourvu de raison, de jugemenl. 

— nni A monit aveHi : naftre aveugle-ne. 

— Divni aveHl : devenir aveugle, etre 
frappd de cccitd. — F^ VaveHl : conlre- 
faire Taveugie. — F4aveill : aveugler. — 
Si kdUr a Vavedl : se conduire, agir en 
aveugle. — Li koUr ess-t-avciU : la colere 
est aveugle. — Ld hanteH son-t-avM : les 
amants sont aveugles. — Jugi dHnn sakm 
comm in aveHl jug dd kokHr : juger de 
quelque chose comme un aveugle des 
couleurs. — F6 Vboign t FaveHl : dissi- 
muler, feindre de n'avoir rien vu. ~ 
Brdr kom in aveHl k'a pierdou s'chin ; crier 
comme un aveugle qui a perdu son chien 
(ou son Mion). — Kangi on boign chivd 
kontt inn avM : changer son cheval borgne 
centre un aveugle, faire un troc ddsa- 
vantageux. — Divin li roidm dd-z-aveHl , U 
boign son role : au royaurae des aveugles 
les borgnes sont rois , la mcdiocrite s*ano- 
blit aux yeux de Tignorance. — Toum^ 
(Von boign so n'avcM : tomber de il6vre 
en chaud mal , tomber de Charybde en 
Scylla. — Kwan on vou diimi ave(tl, li md 
prin po Id-z-oiUe : quand on doit devenir 
aveugle, Ic mal commence par les yeux; 
on subit le sort dont on est menact^. — 
Safnnl siavM : aller pisser. 

AYoikiniin , s. Aveuglement. Voy. 

Avoftgl6inlB. 

AYedr, s. Avoir, ce qu*on posstJde de 
bien; possession, propriety. — \ola mi 
ptite mohincU, c'd to m'iaveUr : \o\\h ma 
petite maisonnette , c'est tout mon avoir, 
toute ma cbevance. 

Avisnt, «^ic, adj. Sensee. Voy. A«in^. 

Avti, e Avtii, v. (raviih 6 favtlih). 
Vieillir, devenir vicux , decrepit, ex- 
tcnu6; avancer en Age. — Voss krotaic 
pdrik vi-z-aviih : votre maussade perruque 
vous vieillit. — Lespri avlih com li koir : 
Fesprit vieillit comme le corps. — On 
bon koUr n'aviih m&ie : un bon coour ne 
veillit jamais. 

Avfiihan, anti, adj. Vicillissant, qui 
deviant vieux; ce qui fait paraftrevieux. 

— Ell a melon on chapai k^ess-i-aviihan : 
(lie a mis un chapeau qui la vieillit. — 
Ciss mouceiir la t tro-z-aviihanti : cette toi- 
lette vieillit trop, fait paraitre trop vieux. 

Avtihmfn, s. Vicillissemcnt, <^tat de 
ce qui vieillit; acbcminement vers la vicil- 
Icsse. — Ess a Vuch ki Vaviihmm s'fai 



sinti : ctpc a riigc oil le vicillissemcnt sc 
fait sentir. 

Aviii , v. (J'avilih, no-z-avilihan). Avilir, 
rendre vil , abject , meprisable , d^primer; 
vilipender. — / s'avilih par si mdl yovienn : 
sa mauvaise conduite ravilit.— M IHnin 
avili voss marchand^ : ne laissez pas 
avilir votre marchandise. 

Aviiiban, antt^ adj. Avilissant, qui 
avilit. — Richr ddbouihal-gueHie , c'ess-t-inn 
sakoi d'atnlihan : 6tre soufflet^, c'est avi- 
lissant. — Maladdie aviUhantt : maladie 
avilissante. 

Aviiihinin, s. Avilisscment, ^tatd*une 
personne ou d*une chose avilie; situa- 
tion vile, abjection, degradation, bas- 
sesse. — Yik6 dvin Vhontt d ravilihmin : 
vivre dans la honte et Tavilissement. 

Avin, s. Avent , temps pour se preparer 
^ la f^te de Noel. —So Piin dd-z-^tin: 
pendant I'Avent. — A^K-Dflm d^z-aviu : 
f^te de la Conception.— I?fr d^z-avin: 
biere d'Avent. — Cess-i-CTdinmrmin d-z- 
avin k'onplantt : c*estaux Avents qu'on a 
coutume de planter. 

AviB, s. Avin, commune du canton 
d'Avennes, k 5 i/i kilom. de Hannut et a 
18 kilom. de Huy. Pop. 650 hab. Sup. 
663 hect. 

Avind , aie , adj. Gcntll , sensd , discret, 
avis^, gai, espiegle. — Voss pitite soiir e 
si avinaie! votre petite soeur est si en- 
jouee , si gentille ! 

AvinieAr, s. Avcnturc, evenement , 
cas fortuit, rencontre inopinee. — Vola 
n'drol d^avinteitr , c*d PavinteUr Sin-Jidin : 
voilii une aventure etrango, bis&arre, 
singuliere. — L(H* li bone aiHnUHr : lire 
la bonne aventure, Thoroscope. — t oleg 
d"avinte4r : odyss(5e. 

Aviniur^, V. (Tavintcur e faviniuroie , 
no-z-aviniuran). Aventurer , hasarder , 
mettre k Taventure. — Fd piett li Hess 
pO'Z-avintur6 to s'bin : il faut perdre la 
t{ite pour aventurer tout son bien. — 
Cess-t-on si gran m&lHr dt- piett inn feum 
k'on'Z-ainm , k'i n'fd nin sH aviniur^ deii 
fdie : c'est un si grand malhcur de perdre 
une femme qu'on aime , qu'il ne fuut pos 
s'y exposcr deux fois. 

ATintarcBB, s. Avcnturine , pierre 
jaune ou brune sem^e de points brii- 
lants, dor6s ou argent^s; composition 
de poudre d'or jetde k Taventure sur du 
vernis ou sur du verre fondu. — Onbordon 
d^avinturenn : un b^ton d'aventurine. 

Avintared, eikmn^ adj. Avcntureux , 
qui s'aventure, qui se hasardc. — ^ss 
tro-z-avinttircH dvin se-z-intripriss : elrc 
trop avciUureux dans sos entrcprises.— 
Yeie avinturctm : vie avcnturcusc. 



Digitized by VjOOQIC 



^ 85 — 



AVN 



AVO 



Avintarf , fir, s. Avcnturicr, qui aime 
les avonturcs extraordinaircs , qui s'en- 
gage dans des enlrcprises hasardcuscs ; 
paladin , chevalier d'induslrie. — Ci 
voiegeH la mdnn inn vHe (Tavinturt: ce 
voyageur mene une vie d*aventurier. 

Avis*, s. Avis, conseii, opinion, sen- 
timent , instruction. — Ta tnezdh dHnn 
aviss (Tavokd : j*ai besoin de i'avis d'un 
jurisconsulte. — Ams di docleUr : avis 
d'un mddecin. — DM dd-z-aviss po rin : 
donner des avis gratuitement. 

Avimn (II), V. 11 paratt. — // aviss ki : 
i\ paratt, ii semble, on dirait que.... ; il 
semble a voir que. . . — N^ams-t-i nin ki, . . : 
ne seinbie-t-ii pas que... 

A-vtv-Arsin, adj. Mcrcuriol, qui con- 
tient du mercuro. — dlmin d-viv-drgin : 
onguent mcrcuriei. — Frotdh <m froleck 
d-viy-drgin : friction mercurielle. 

Avisaiemin, adv. Discr^tement, d'une 
maniere discrete, reservee, judicieuse- 
inent. — PdrU, agir avizaiemiH: parier, 
agir avec circonspection. 

AvixaiiM, s. Id^e, expedient, moyen. 

— Kd avizanss trouvrdfpo v'sUhi fotl d'in- 
bora? quel expc^dient trouverez - vous 
pour vous tirer d'embarras? 

Avix^, ale, adj. Avisd , prudent, re- 
flechi , circonspect , prdvoyant. — II a stu 
bcnn aviz6 dt wdrd6 st-^raidan : il a (Jtd bicn 
avise de garder son argent. — Ta stu tndl 
Hvizaie , kdcel, dd hoUii cijdnn hUzai la : 
lu as ^td mal avis^e, ma chore, d*dcouter 
ce jeune godelureau. 

AiriB^( •' ) 5 V. (Jim'avisSy no-n^z-avizan). 
S'aviser , s'imaginer; entreprendre. — Di 
koi s'a iri stu avizd? de quoi s'est-il avise? 

— M v'z-aviz^ nin di m'fbri: ne vous 
avisez pas de me frapper. 

atoab, s. Avenant. Voy. Advlnan. 

AvnMM, s. Avernas-le-Bauduin, com- 
mune du canton de Landen, k 2 kilom. 
de Hannut, h 20 kil. de Huy , k 33 kil. 
de Liege. Pop. 400 hab. Sup. 489 hect. 

AvBi , v. (J'avin , no-z-avnan ;favairet). 
Atteindre, parvenir k, toucher ^...-— 
Avni d soUmi: atteindre, toucher k la 
poutre. — Vo n'i avaxH nin insi : vous n'y 
viendrez pas de cette maniere. 

atbI,v. (Ilavin, ilavairel). Advenir 
ou avenir, arriver par accident; surgir. 

— On n'sdreH pr^veUr to sou k'enn nd pou- 
i-avni : on ne peut pr^voir tout ce qui 
peut en advenir. — Enn n'avairel sou ki 
poret : il en adviendra ce qu*il pourra. 

AvBtfr, s. Avenir, temps futur. — On 
n'sareH re^iwnit di Vavnir : on ne peut 
repondre de Tavenir. — A Vavnir y ji n'li 
hodlrci pu: a Tavcnir, desormais, dord- 
navant , jc nc Tecoutcrai plus. 



AvBow, s. Avenue, allee, entree, 
passage , endroit par oil Ton arrive. — 
Uavnow d'on chestaiy dHnn cinss, d'inn 
ouhienn : Tavenue d*un chateau , d*uno 
ferme , d'une usine. 

Avofi, v. (favdie, fav^et), Envoyer, 
faire qu*une chose soit portee en un cer- 
tain lieu (parlant des choses qui nous 
arrivent) ; dep^cher vers vous. — Li solo 
nO'Z-^vO'ie del humir t dt bat tin : le soleil 
nous envoie de la lumi6re et du beau 
temps.— Lt bolgl m*avdle to Vz-an on wastai : 
le boulanger m*cnvoie chaque annee un 
gateau. — Eduran kor^eHsmin U creH ki 
VBondiu nO'Z^vd'ie : endurons courageu- 
sement les tribulations que Dieu nous 
envoie. 

AT-oToa, int. ficoutez, arr^tez. — Ar- 
oiou! mtctgi, av dd-z-oH? messager, avez- 
vous des oBufs? 

AvokA, s. Avocat, celui qui defend 
une cause en justice, jurisconsulte, Ic- 
giste, homme de loi. — DiskoHr d'avokd : 
plaidoyer. — Li kdr dd-z-avokd : le corps 
des avocats, le barreau, la faculU^ de 
droit. — Bonet d'avokd : toque. — Rdb 
d'avokd : toge. — L^ kantt d'inn avokd: 
les clients, la clientele d'un avocat.-— 
Vavocd-generdl : Tavocat-gendral , avocat 
du Roi , qui plaide dans Fiutdrut do la 
loi et do Tordrc public. — / studdie po 
divni avokd : c'est un avocat en herbe.— 
Avokd novlss : avocat stagiaire. — Avokd 
sin kdss : avocat sans cause , avocat sans 
nitrite, manquantde clientele. —L'aroifed 
maldtt , Vavocd di mdlt kdss : avocat sans 
delicatesse , le champion des mauvaises 
causes. — /votf f'6 Vavokd: il veut faire 
Tentendu , le suffisant , Timportant , il 
veutavocasser. — S/ pass Vavokd^ser ti 
drmd : m^fie-toi des avocats. — Uavokd 
di dial : Tavocat du diable, qui fait des 
objections surlcsmatieres religieuses.— 
LtpriesSy ci le-z-avokd de p6f: les pr^tres 
sent les avocats des pauvres. 

ATokAit, s. Avocate, femme intelli- 
gente , qui defend les inter^ts d'unc 
autre pei*souue aupres de quclqu'un. — 
Noiru-Daniy c'i lUmkdlt de pecheH : la 
S»«-Vierge est Tavocate des pecheurs. 

Avoi^, V. (favol), Voler vers. — Ld 
kolon ott't'-avol4 vercial : les pigeons se 
sent abattus par ici. 

Avdnn, s. Avoine, sorle de grain long 
et pointu pour les chcvaux.— FolcflrflW)/m : 
pampe d'avoine. — A'dp^ U-z-avdnn: fau- 
cher, faire les avoines. — Tam^f Vavdnn: 
cribler ravoino.— fio/d« a Vavdnn : gruau. 
—Sott avOnn: folle avoine, avoine sterile. 
— Aprt Vpdnn vin PavOnn ; ou sin pdnn ni 
vin Vavdnn : nul bicn sans peine, tout ce 



Digitized by VjOOQIC 



8i — 



AVO 



AVU 



qui est avantageux coOte h acqu^rir. — 
So riin lU ni'iavdnn kreh , mi jvd krif: pen- 
dant que ravoino crotl, le cheval meurt. 
Avdri^ , V. (favdrtaic), Avorter, accou- 
cher avant terme ; faireunefausse couche. 

— Ell a 8lu amttow d'avu bu n'sakoi po s'fe 
avdrU : on lui a impute d'avoir pris des 
boissons pour se faire avorler. — Lt vach 
avdrlet kwan rmagnet c€rtainitd'Z'i4ib : les 
vaches avortent quand eiles mangent 
ccrtaines herbes. 

AvdrCeeh 6 Avdrlemlv, S. AvortC- 
ment, action d'avoiler, accouchement 
avant terme pardes moyens criminels.— 
CesS't-ott krim dt prokurd rat*drtdmtn a 
nfeum : procurer Tavortement k une 
femme est ua crime. 

Avoa, prep. Avec, ensemble , conjoin- 
tement, aussi. — / »'a marU avou m«-/- 
tnociilnn la : il s'est marid avec cette 
imbecile. — FA louki (Vbin vik6 avou to 
Vmonie : il faut tflcher de vivre en 
bonne intelligence avec tout le monde. 

— Avou Vpaciainss on fai bdcd : avec de 
la patience on fait beaucoup. — Fd meti 
inn saki avou lu : il faut lui adjoindre 
quelqu*un. — Vo-z-eitd kontin^ t mi avou: 
vous etes content et moi aussi. — JiTt fdv 
avou vo-z-aidott? que faites-vous de votre 
argent? ( i ) — Gna male tin d'bin fai avou 
vo : il nV a jamais rien de bien fait avec 
vous, selon vous, si Ton s'en rapporte 
h vous. — Li spi^k a pri m^bordon, st 
n-n'o-t-i al6 avou : Tespidgle a pris mon 
Mton , et il s'en est all6 avec. — Avou to 
soula, no n'stran vMe ki ddpdfchin : avec 
tout cela, malgre tout cela, nous ne 
serons jamais que do pauvres cancres. 

Avoaw^, v. (favoWf no-z-avouwan), 
Avouer, confessor, faire Tavou, convenir, 
reconnaftre. — Avouw6 s'fdti: confessor 
sa faule, passer condamnation.— Vo-s- 
av6 fai n* gross biestreie^ avouwdl ; vous 
avezfait unelourde sottise, convenez-en. 

— Fdtt avouwaie ess-l-a mitan pardonaie : 
faule avou^e est a moi tie pardonn6e. — 
E88 ^'ieti 80 n'saki , c'ess-Uavouwi k'on-z-d 
mon kHu : euvierquelqu'un, c'est s*avouer 
son infcrieur. 

Avoaw^, s. Avoud, olUcier ministeriel 
charge de conduire une procedure ; d6- 
fcnscur. — Avouw6 d'prumir instanss : 
avou6 de premi6re instance. — Avouwd 
del koHr d'apel : avoue k la Cour d'appol. 

— Klair d'avoud: clorc d"Si\o\x6.— Bonet 
d^avouwd: toque.— /{^^ d'avouwi : toge. 

Avoawecta, s. Aveu, confossion d*une 
faule. — CV s'invouwcch ki Va cxint6 del 
prlhon : c'est son avou qui Fa excmpU^ 

(0 Q"^ faitavoHs aeee scrail incorrect. 



de remprisonnemont — Ell a disdi s'ia- 
vouwech : elle a r^tract^ ses aveux. 

A-vraic, adj. Vraiment, en verity. — 
fa di souUt, d-vraie^ minjim'drpiu : h 
vrai dire , je me suis exprim^ de la sorte , 
mais j'en ai du regret. 

Avri, s. Avril, quatri^me mois de 
Tann^e. — Li leunn d'avri : la lune d'avril , 
la lune rousse. — (T^ Pprumt joA d'avri 
k'on kvdie : c'cst le premier avril qu'on 
donne des poissons d*avril. — Kwan i 
ionn enn avri , li laboured d rtjouwi , min 
Vnioh t Vberbi on haicd a souffri : les oragcs 
on avril sont favorables au labour, mais 
rabeille et la brcbis en souirrent. — On 
n'a hned d'avri ki kwan Vcoukou Vdi : le 
chant du coucou annonce le mois d^avril. 

— Am plod po k-z-om , male plou po Id 
biess: les pluies d'avril procurent des 
grains, celles de mai des fourrages. 

Avn , v. (Ta , no-z-avan ;faved ; fava 6 
fcdri;fdrel). Avoir, poss^der, 6tre pos- 
sesseur; tenir. — Avu fain ou sed : avoir 
faim ou soif. — Avu chd ou fred : avoir 
chaud ou froid. — Avu md s'tiess : avoir 
mal h la t^te. — Avu bon : Ctre bien , 
n'avoir ni trop chaud ni trop froid , ^tre 
h son aise , bien content ; jouir. — Updv 
feum a-t-avu paunm : la pauvre femme a 
eu pour. — El n*a pu rin : elle est dans le 
di^nOment. — Ld prizin ki v'z-nvdri-^wou : 
les presents que vous avez eus.-— I^ 
plaifki n^z-avan-t-awou onrirobinU to UpU 
dvair : les pluies que nous avons eue8 
ont gdt6 toutes les plantes potag^res. — 
Si fdved stpou ki vo vni^ ji v'z-dred ra- 
tindou: si Java is ( ou si j*eusse ) su que 
vous veniez, je vous aurais atlendu (i). 

— // fl d^koi , il a n'sakoi , il a bin fUn : 
il a de la fortune, il est cossu, il a du 
foin dans ses bottcs {i), — F6avu : fairc 
avoir, procurer, pourvoir. — - 0«-5^ toi 
adir da f6 : on a beau dire et beau faire. 
— /d n-»*fl, il d dvin : il en a , il en tient. 

— Vo n-n'drd : vous en aurez , vous scrcz 
chiitie, on vous en donnera. — Ennn'a 
todi »or mi : il m'en veut, il me gronde 
toujours. — Ji v'z-dret! je vous aurai! 
vous viondrez cuire h mon four. — Enn 
n'tt'l-awou kom i fd: on Fa ross6 bien 
scrrd, on lui en a donne tout du long de 
Faune. — Vo Vdri bin hatetl : vous Tau- 
ricz bien belle. — Vo-z-dri Vchcl dvin 
dd papi : vous n'auroz rien , vous ne 
Taurez pas. —Gna dd bravt gin to cmU : 
il y a, il est d'honn^tes gens partout. — 
Gna k'on moumin k'ested cial : il n'y a 
qu'un moment qu*il etait icL—ICat-if 



U) Sij'avraU tu c«t anc faute grossicrc. 

(s j Daos ce scos , it a bien U tompt n'cst pas fraDpaift. 



Digitized by VjOOQIC 



AWA 



- 85 — 



AWE 



qu*e8l-cc? qu'est-ce qu'il y a? -— A ikf 
n-h'av^f? h qui en voulez-vous? h qui 
faites-vous allusion? — A kt pins^ d 
U'tt'avu : h qui pensez-vous vous adresser ? 
k qui vendez-vous vos coquilles, h ccux 
qui reviennentdoSt-Michel?— Om n-n^a! 
pris! (cri des cnfanls au jeu de barres). 

Ava-i^B, V. (Ta'bariy no-z-avan-bon), 
Jouir, ^'tre heureux, k son aise. — if 
Viviair , on-z-a-hon d /hi ; en hiver on est 
content aupr^ d*un bon feu. — Ta ban 
d*ol chanU U-z-ovri : je suis heureux 
d'entendre ehanter les ouvriers. 

Avn-keftr, V. Se soucier, avoir eure, 
se mettro en peine. — El n'a kei^ di In : 
clle ne se soueie pas de lui. —Kav^keHtr 
di soula? de quoi vous souciez-vous? en 
quoi cela vous interesse-t-il ? — F^ sou 
Vvo vMj fenn n'a keUr: failes ee que bon 
vous semble , je ne m*en soueie pas ( i ). 

jkwm peiit, V. (Tapchi), Aimer mieux, 
pr^f^rer. — EU a pcM Vcdim hi Vc^liba : 
elle pr6r6re Funion conjugate au celibat. 

Aw, s. Oie, oiseau aquatique, plus 
gros et plus grand qu*une cane. — Jdnn 
Aw : oison , jeune oie.— Penn d'dw : plume 
d'oie. — JM a VAw : rondiner, tirerFoie 
au rondin. — Giblet d'dw : galimarr^e 
d'oie. — Li jeu d-Vdw : le jeu de Toie. — 
KoleUr sitrm d'&w : couleur merde-d'oie , 
couleur verdatre ra^ide de jaunc.— PiU 
n'saki a fdw : lancer un bAton apr6s 
qneiqu'un. — Sdvach dw : oie sauvage, 
grue. — VdmiondeA ju ki dd fvH pintl a 
Vdw : mieux vaut un doigt coup<^ qu*un 
doigt pendant; Tincertitude est le plus 
grand mal. 

Awseiii, V. (Tawachihy fUhz-awacJiilum). 
Avachir. Voy. avacIii. 

A-w«Te, adv. A gu^, sans nager et 
sans s'embourber. — A certin-z-androi , 
on pou pac6 VModss a-tvaU : h certains en- 
droits , on peut passer la Metise h gu6. 

Awai4t, V. (rawaili bfawaitdie , no-z- 
awaitan 6 no-z^wailian), Guetter en ta- 
pinois, k Is^ d^robde; epier, lorgner. — 
Awaiti po Vkiicheti di Touh : lorgner par 
le trou de la serrure.— Li chet k'awaUdie 
H sori : le chat guette la souris. 

AwaiAieeii, s. Action de guetter, de 
lorgner. — Avou Vawaitieg di nutl , U vo- 
idir son kouton^ : la surveillance de nuit 
ddroute les voleurs. 

AwaUieft, eftMi,s. Surveillant, garde, 
observaleur; espion. — Loukt bin a sou 
k*vo f6, giM dd'Z-awaitiei^ : prenez bien 
garde k co que vous faites , il y a des 
obscrvaleurs. 



(i) Bifin d<^ pcrsonnes sc conlcnlont de dire : Jc m'cn 
•oMor , cc qni cxprime precisemcnt le contraire. 



Await*, s. Guet, acUon par laquelle 
on (^pie» on observe ce qui se passe. — 
L^ jandarm s'on mdtou a Vawaitt po-z- 
apougni on kalin : les gendarmes se 
sont mis au guet, en embuscade, pour 
empoigner un malfaiteur. 

Awaa, s. Awans, commune du canton 
de Hollogne-aux-Pierres , ^ 7 kilom. de 
Li^ge. — Pop. 800 hab. Sup. 947 hect. 
— Ligaird^z-AwandddWdrou dura trinte 
Att an d kosta Irinie ded mtie om : la guerre 
des Awans et des Waroux dura 38 ans et 
coCita 3i,000 hommes. 

Awat«a 6 Awatr«B , s. Enfant adul- 
t^rin, qui est ne deTadultdre ; violement 
de la foi conjugale ; production informe 
de la nature , foetus. — L^z-awatron ni 
sdri ess riknoftou par led p6r : les adul- 
terins ne peuvent jamais 6tre reconnus 
par leur p6re.— A wfl/ro» d'db: avorlon 
d'arbre, sauvageon. 

AwMe, s. Aiguille (i), outil d*acior 
long et pointu, h t^te perc^e et dont on 
sc sort pour coudre. — Kou d'awdie : t^te 
d'aiguille. — Trd d'aweie : chas , trou de 
Taiguille. — Ponit d'awHe : pointe d'ai- 
guWle.—Awdieakedss: aiguille a coudre. 
^AwHe d chdss : aiguille h tricoter, k 
ravauder.— Aur^iea i^d: aiguille ii passer. 
— AwHe di pak : aiguille d'emballeur. — 
Awde di bdanss : aiguille, languette do 
balance. — Awtie di fizik^ di kanonl : 
aiguillette de fusil , do canonnier. — 
Bouhtai d-z-awdie : aiguillier , <^tui k ai- 
guilles. — Li grand d H plite awHe d'inn 
Orloch : aiguille des beures et celle des 
minutes.— UawHe t so doze edr : I'aiguillo 
marque midi. — F6 on procet so n'pontt 
d'aw^ : faire un proems sur la pointo 
d'une aiguille.-— /TM'^i n'aw^ divin n'jddf 
di strin : cbercher une aiguille dans une 
botte de paille.— Jle/^ Vaw^ d Vhotl : 
emmortaiser , mettre le tenon ou la lan- 
guette dans la mortaise. — 6fil6 Vawtie : 
avoir les pieds cagneux. — Di fi cnnawtie : 
de fil en aiguille, de propos en propos(3). 

Aw«r,s. Awirs, commune du canton 
de HoUogne-aux-Pierres, k 13 kilom. de 
Liege. — Pop. 1,200 hab. Sup. 459 i/t 
hect. 

Awei, adv. Oui, mot pour afHrmcr.— 
Awel dai : oui-d^, certainement , sans 
doute; de bon coeur , volontiers. — Awet, 
soiHa! awet^ ciett: oui certes, oui vrai- 
ment, ouais! —F^ senn po dir awet ou 
ndni : faire un signe approbalif ou n^gatif. 

fi ) Prononcez Vu. 
t] L'expraMion d'eneore en encwrt commen^it h sMn- 
Irodeire dans la convenalion , mats quelqaes oreilles 
taoi Boit pea mvsicales, blcssees par le ton naial em 
repcte trois fois imin<kliatement dans one anssi breve 
locution , Ini ont signiftc an coiuilium abeundi. 

TOME I. 13 



Digitized by VjOOQIC 



AWO 



— 86 — 



AZO 



•— EH a respondou awei ou nini : elle a 
rdpondu affirmalivemcnt ou negative- 
mcnt. — / n*a di ni awei ni ntni : il n'a 
rdpondu ni oui , ni non ; il n*a pas donn^ 
de rcponse categorique « il n*a pas 
r^pondu categoriquement. 

Aweftr, s. Augure, presage t chanco 
heureuse ou roalheureuse ; profit, r6us- 
site. — Tdrei bonn aweHiT aprct vo : voire 
pratique me portera bonheur, me pro- 
eurera une chance favorable. — OAhai 
d'mdl aweiir : oiseau de mauvais augure. 

Aweftr, s. Filandres, fils blancs et 
longs qui volligent en Fair. — Ou pinss 
hi Id-zraweUr son failt par d^ ptiU-Z'^regn : 
on croit que les fllandres sent formdes 
par de pelites araign^es. 

Aw^siaaii , aau, adj. Procbe, voisin. 
— Li kotthai aw^^nan : le cotillage avoisi- 
nant. — Li mtitt aw^imntt : la prairie 
avoisinante. 

Aw^miB^, V. (Tawtzinaie). Avoisiner, 
fitre procbe voisin. —Essawtzini komifd: 
Hre avoisind convenablement , avoir de 
bons voisins , ^tre bien envoisin^. 

Awbai, s. Frctin , alevin, jeunes pois- 
sons. — Tapd d-rawhai d'vin an vuvi : jeter 
de Falovin dans un etang, aleviner un 
etang. 

Awiit, V. (TawhHe, no-z^whan), Ai- 
guiser(i), rendre aigu, pointu; ame- 
nuisor. — No-ZHiwhicran di slech , dd pacai 
d^fiv : nous amenuiserons des perches , 
des ^chalas pour les haricots. 

Awiiieeii, s. Aiguisement (i), action 
d'aiguiser, d'amenuiser.— i4/?re^ Vawhicg 
divopd, vo-z-AH faijoHrnaie : apr^s Fai- 
guisement de vos pieux, voire journde 
sera (inie. 

Awkicft, s. Celui qui aiguise, qui 
amenuisc. — Fd pu d'inn awhie^ po toil no 
nieg di hodbion : il faut plus d*un ouvrier 
pour aiguiser toules nos perches k 
boublon. 

AwioB , s. Aiguillon , dard des mouches 
h miel , des bourdons. — Inn wass nCa 
choki s'iawion t deii : une gu^pe m*a donnd 
un coup d'aigui lion au doigt. — A/^ a rdu; 
d hap6 Vawion : courir le guilledou cl 
attraper un coup dc pied de Vc^nus, le 
mal vendrien.— Li fti-divd raviss Id moh d 
pdpiny il a Vldm al bok d I'awion kachi : 
Fhypocrite est comme les abeilles, il a le 
miel h la bouche ct Faiguillon cachd. 

Aiwidie, s. Aiguillc^e. Voy. AlwHe. 

Awit, s. Marcband d'oies. — L'<2u;/I a 
vindou toil sd-z-dw : le marcband d'oies a 
vendu toutes ses bCHes. 

Awoarei> , ci^»8 , adj. Hcureux , for- 

( I } Dans CCS Jcux mots , pronoocez I'u. 



tun6, chanceux, qui a du bonheur, qui 
prosp^re. ~ Awoure^ 9&r : houreux sort. 

— Awourc^ze vUss : heureuse vieillesse. 

— Vo-z-esU tro-z-miHfureH : vous ^tes trop 
heureux. — Rintl awoureii : beatiflor, 
declarer la beatillcation.— £«s-/-(iiMwrdl 
kt pinss Vess: est heureux qui croit F^tre. 

— No n*seran awourdl com i fd k*d paradi : 
nous ne serons parfaitement heureux 
qu'au Ciel. 

AwoareftMuiB , adv. Heureusemenl , 
d*une mani^ire heureuse, avec bonhear, 
avec succ^s. — Yiki^ jowi awoureii$mn : 
vivre, jouer heureusemenl. 

Awoureftst^, 8. Fdlicitd, bonbeor, 
dtat heureux , fortune , prospdritd. — 
VawoureM6 di c'monll cial n*^ wair durdf: 
la fdlicitd de ce monde n*est gu^re du- 
rable. — Li vraie owoureAsid ess4-dc(r: la 
vraie beatitude est au Ciel. 

AW011M9 s* Aoat(i), huitidmemois 
de Fannie. — A mHe-l^atpouss : h la mi- 
aoOt. — Nairn 'Dam di mHe-rawduss: 
Notre-Dame de la mi-aoOt, FAssomplioo 
de la S*«-Vierge. — Mawri t met d'awouss: 
ao0ler (i), mArir au mois d'aoiit. — 
F6 l^awouss: faire FaoAt; moissonner, 
faire la moisson ; n^colter le b\6 , faire 
la rdcolte des bids. -- Uawauss n't 1^ 
CO kminceie : FaoAt n*ost pas encore com- 
moner. — Mehni d Vawouss : glaner pea- 
dant la moisson. — Ld-t-oH dd meH d'awoust 
si wdrdet loniln : les oeufs du mois d*aoAl 
seconservent longtemps.— Sec^ awousSt 
fieh vindinch : k moisson seche, vendange 
humide. 

Awoa«roB, s. Aodtcron, ouvrier lou^ 
pour les travaux de la campagne dans le 
mois d'aoOt. -^ Li cinci drel mdzAh ii 
baicO d'awoutrott po fi I'awous dss-t-dnnaie : 
le fermier aura besoin de beaucoup 
d*aoQtcrons pour faire la moisson cello 
annde. 

AmMe, s. Asie, uno des cinq parties 
du monde. 

AmiaiB, ataii, s. et adj. Asien; celui 
qui est d*Asie, ce qui appartient h FAsie. 

— On luss aziain : un luxe asiatique , un 
luxe oriental , luxe excessif. — Dd nundr 
d dd mdU aziainn : moours asiatiques. 

A-s-iBvaroa, adv. Environ , kpeu pris, 
un peu plus, un pen moins.— J^ii>m aw^ 
d'oHdvoss banslai ? — Cjkwdlron A-z-iiwuran : 
combien avez-vous d'ooufs dans voire 
panier? — Huit quarterons k peu prds. 

A-x-onb ou A-x^nt*, adj. Ondule, 
dont la surface prdsente des ondulations. 

— Laiw dd flo ess-t-a-z-onb : Feau de la 
mare est ondu\6Q.— Avon Id gran viu, li 

{ I ) ProuoDccz oH ct a-4iler, oHleron, 



Digitized by VjOOQIC 



BAB 



— 87 



Modss b le grin fet dd moitfmin a-z-onb ; Ic 
grand vent fait ondulei* la Meusc el Ics 
bids ; il lour imprimc un mouvement 
ondulatoire. — Sitof pleutdi^ a-z-oitb : 
dtofTe h replis onduleux. 

Am#«t, 8. Azoto, gaz qui cntro dans la 
composition de Tair atmosph6rique , mais 



BAB 

qui> seul, no pcut cntPcicnir la respira- 
tion ni la oombustion. — Gna trop d'dzott 
d voss chanby mtUn'hiel d'aiw so vosssiloilf: 
il y a trop d*azoto dans votre chambre, 
placez une Quelle pleine d'eau sur votro 
calorifi^re. 

Asftr) s. Azur. Voy. Bleft-d'efr. 



B 



B, b, s. Seconde lettre de Talphabet , 
premiere consonne. — On gran D : un 
grand B, un B majuscule. — On pii b : 
un petit b , un b minuscule. — Cess-i-on 
bouinel ki n"s6 ni^nih: c*est un ignorant, 
un imbecile qui ne sait ni anib, — Ess 
marki d^an b : 6tre marque an b , c*est-^- 
dire ^tre borgne, bossu, boiteux, bigle. 

Ba! int. Bah! mot qui marque Tdton- 
nement, ledoute, la negation, lemdpris; 
baste! zeste!— Ba/ n*krti6 nin soula : 
bah! ne croyez pas cela. 

Ba, bM«, adj. Bas, qui est pen 6\ev6, 
qui a pen de hauteur; vil, meprisable, 
inflme. — Ci leH la d tro ba , Id figness son 
tro bass : ce toit est trop bas , les croisees 
sont trop basses. — Avu n'bass vuw ; avoir 
la vue basse, la vue courle; 6lre myope. 

— PdrU to ba : parler tout bas ; parler h 
voix basse. — Bass mess : messe basse.— 
Bass tote : basse-taille, voix entre le 
second tenor et les sons graves. — Idba 
de vintl : le bas-ventre.— Avw rdm bass : 
avoir TAme basse, ignoble. —L^ bazd 
klass : les basses classes, les classes 
infdrieures. — L^ ba-z-ofict: les sous- 
ofliciers. — // a stu bin ba: il a 6i6 bien 
bas , bien malade. — Ld-z-aiw son bass : 
les eaux sont basses ; Targent commence 
h manquer. — Traiti n'om di hd-i-an ba : 
trailer unhomme de haul en bas, deTuro 
k Mauro.— A-bn I ^ bas ! cri d'lmprobation. 

BAi^, s. Barbe, poll du menton et des 
joues. — NeUr bob , roceit bdb , blank b6b : 
barbe noire , barbe rousse, barbe grise. 

— Sipess bdb : barbe touffue.— Aiw n*bdb 
kom on jwif : avoir une barbe comme un 
juif. — I n'a ko nol bdb : il est encore 
imberbe. — Fi sMb : faire sa barbe , se 
barbiiier. — F6 Vbdb a n'saki, li (6 Vbdb sin 
savoneil : faire la barbe i quelqu'un , 
exercer la supdrioritd sur lui, le sup- 
planter , lui darner le pion. — Si trovd bdb 
a bdb : se trouver nez k nez, tdte pour 
t^te , cap h cap. — Trov6 bdb di foilr : 
trouver visage de bois, trouver porte 
close ♦ buisson creux. —-Jilt a di Qoula a 
s'bdb : je lui ai dit cela k sa barbe, k sa 



moustache. — Rir t s'bdb : rire dans sa 
barbe, rire sous cape. — B(l^ di cok: 
barbes de coq , mot*ceaux de chair qui 
pendent sous le bee des cocjs. — Bdb di 

Sit : barbes ou pointes d*dpis. — K6p6 It 
b £inn perm : ^barber une plume, 
couper , arracher les barbes d'une plume. 
— Bdb di bonk ou d^gatt : barbe de chdvre , 
barbe qu^un homme laisse grandir sous 
le menton. — Drad'bdb : frottoir. 

BAbA, 8. Bobo, mot pris dans le Ian- 
gage des enfants pour exprimer quelque 
16ger mal. — Vi-zra^-on fai bdbd , mam6 f 
vous a-t-on fait bobo , petit ami ? 

BabaVe, s. Dada. Voy. iravaVe. 

Baiiaw (f^) V. Vomir. Voy* ▼dmi. 

BAb-di-bouk , s. Barbo de bouc, nom 
vulgaire du salsiflssauvage. Voy. Kinoie. 

BAb-di-sAt*9 s. Barbe de ch6vre, 
esp^co de spiree k fleurs blanches. 

BAb*di-kapaeia , 8. Barbe de capucin^ 
chicorde sauvage eloilde qu'on mange 
en salade. 

BAb-dUmdnn, s. Barbe de moine, 
nom vulgaire de la cuscute , plante pa- 
rasite qui pousse des tiges rougedtrcs 
fort ddliees et sans feuilles. 

BAbHii-riiA, s. Barbe de renard, astra^ 
gale epineux d*oii ddcoule la gomme 
adragant(ou adragante). 

BAb^tnn^ s. Lucame , petite fen^tre 
pratiqude dans le toit. —Liehei k't gripd 
so VteH po rbdbdcfnn : le chat est monto 
au toit par la lucame, 

BabeoA 6 Babeeb j a. Babines, l^vres 
des animaux , particuli^rement des va- 
ches , des singes, -— Dt grozd babenn : de 
grosses babines. 

BAbeft, s. Visi^re de casque. 

Babtbabiam, s. Sot, extravagant, 
t^te Idg^re; inconsiddrd; illusion. — 
Cess^-on babibablam kidito sou kli vin t 
Vtiess : c'est un dtourdi qui dit tout ce qui 
lui passe par la t^te. ^Iladt babibablam 
d I'tiess : il se met des chimdres dans la 
tdte. 

Babil h Babllieeh , 8. Babil , caquct , 
abondance excessive de paroles inutiles. 



Digitized by VjOOQIC 



BAB 



— 88 



BAG 



Si babil no-z-esiodrdih : son babil nous 
etoardit. 

BabuiAr, s. BabiUard, qui aime h 
babilier, k caqueter, k parlor beaucoup. 
—K6 h(Mv babilidr ! quel maudit bavard ! 

Babiii^, V. (Ji balfUiaie , no babilian). 
Babilier « caqueter, parler beaucoup k 
propos de rien. ~ PieU si tin a babilid : 
perdre son temps a babilier. 

■akiidaa , s. Babel , la tour de Babel. 

— Divin dss-t-acinblaie la , c*d kom li loUr 
di Bainl&nn : cette assemble , cette con- 
ference est la tour de Babel. — A »V<?t'o- 
ludan , c'd kom t I'to^ di Babildnn , on-z-d 
turto bablou : une revolution reporte les 
bommes k la tour de Babel, on ne s*y 
entend plus. 

BabiidMB , s. Sorte de jeu de hasard 
oil Ton fait rouler un d^ dans une espdce 
de petite tour taill^e interieurement en 
spirale. — RisU n*dimaie canss a babildnn : 
risquer un centime au jeu dit babilone. 

BAbiaeaiy s. Bendt, sot, niais, ga- 
nache , mannequin. — In'ininsi bdbinem 
ki vo pinU : il n*est pas si claude que 
vous le croyez. 

BablaeU, S. Caillette. Voy. CakireM. 

Babtoi, s. Babiole, v^tille, bagatelle, 
billevesde, coliQcbet, sornette, bibus, 
brimborion. — M v'karU nin po dd babiol : 
ne vous querellez pas pour des balivernes. 

— In'fai k'dt babiol: e*esl un v^tilleur , 
c*est un esprit vetilleux. 

■akiena, s. Balbine, nom de femme. 

— On va-i-Hi Hntt Bablenn po s'f6 dd vair 
kotrai : on va k la promenade de Sainte- 
Balbine pour donner la cotte verte, c'est- 
k-dire pour jeter une fiUe sur Therbe 
en Xoldtrant avec eWe. — Sinit Babkm y 
c'd Vfatronn dd bablou d dd bablow : sainte 
Balbine est la palronc des personnes qui 
ont la visi^re trouble, des personnes 
iroubl^es, confuses, qui radotcnt. 

BabUMy s. EU'ondrilles. Voy. Fon- 

BaMoa . aw, adj. Trouble , surpris , 
embarrasse , confus. — Ti n'U pu con k'ti 
fai, C^ to bablou : tu as la t<3to f^lde, tu as 
le timbre f^ie. — Avu Vtiess bablow : avoir 
la t^te troubl^e, ^tre en d^sarroi. 

BAM, s. Balourd, imbecile, baudet, 
buche , bufOe , bestiasse. — Ti d^viss kom 
on bdbd : tu paries niaisement , comme 
un nigaud. — Cess-t-on vraie bdb6 k"b 
n'ntva d'innjanb so Vdti : c*est une vraie 
soucbe, un niais qui ne fait que se dan- 
diner ; c*est un grand dandin , un mattre 
aliboron , un peccata. 

Ba»«ir, s. Babord, c6te gauche d*un 
navire en partant de la poupo. — F6 
(cA d^baboir t d'triboir ; faire feu de ba- 



bord et de tribord ; user de toutes sc$ 
ressources. 

BA»«(^, V. (Ji bdboUy no bAbotan). 
B^gayer. Voy. Beeht^. 

BA»«a, s. Ogre, croquemitaine, per- 
sonnage fantastique invente pour fairc 
peur aux enfants; le moine bourru. — 
No viid gin no fl sogn avou FbAbou : nos 
percs nous causaient des frayeurs avcc 
le moine bourru. 

Ba»«8ff, V. (Ji baboUy no babamanj. 
Bredouiller, parler d'une mani^re pen 
distincto, sans articuler; barbouiller, 
baragouiner, marmotler, verbiager, — 
C'ess-t-inn sakoi d^anoian dd hoiUi n'f^n hi 
baboU : il est bien ennuyevx d*<kx>iiter 
parler celui qui bredouille, quibalbutie. 

Babonieeii, s. Bredouillement, bar- 
bouillage, baragouin, verbiage, balbti- 
tiement. — Ji n'konprin gott li babowg di 
c't-om la : le bredouillement de ccl 
homme est inintelligiblc pour moi. 

Ba»«aTeft, eftMi, s. Bredouilleur , 
barbouilleur, baragouineur, verbiageur. 
— Fd s'Arm6 d'paciainss po hoM6 ci baboiUei 
la : il faut s*armer de patience pour 
dcouter ce bredouilleur. 

BAeei, s. Fille, personne du sexe fe- 
minin par rapport k ses p^re et m6re. — 
Brav bdcel : fille hona^te, vortueuse. — 
Si feum s'ort-acoHkt d'inn pitite bdcel : sa 
femme a accouchd d*une petite fiUc. — 
Lailt pitite bdcel : vilaine trousse-p^te. — 
On di k'U bdcel , kwan V volet , savei boMH 
com Id valet : on dit que les filles, quand 
elles veulent, savent bourder comme les 
garcons. — Cess-t-inn bel bdcel, sielnU 
Vd&viVy ji n'lt kwitreA nin : c*est une jolio 
fille, si elle dtait sous ma puissance, jc 
ne la Idcherais pas. — Del kancl po k 
bdcel , dd stron debet po U valet : de la 
canelle pour les demoiselles, crotte de 
chaton pour les gar^ons. 

BAeei^^vaie* 9 s. Hermaphrodite. Voy. 

Boak-^S«*<- 

BaeeM, s. Bassesse, sentiment, in- 
clination, action, mani^re indigne d*un 
bonn^te homme; servilite. — II agihavou 
bacess : il agit avec bassesse. — On pou 
s'abahi sin bacess : on peut s*abaisser sans 
bassesse. 

Baeenn, 8. Ravin, lieu que la ravine 
a creus^; chemin creux.— Pocrf n'parfontt 
bacenn : passer un ravin profond. 

Baee(,eu, s. et adj. Basset , chien 
de la petite esp^ce; cequi a peu de hau- 
teur. — On chin bacet : un basset. — 
Mdlaie bacett : pommier nain. 

Baeby s. Mangeoire, auge, lavoir. — 
Pti bach: baquet, petit cuvier de bois. 
— Bach di ma{m : auge de magon. — On 



Digitized by VjOOQIC 



BAC 



— 89 — 



BAD 



hack di moirtl : unc aug^c do morlier. — 
Bach d cittU : baquel aux cendres. — 
Bachdi pehress : caqu^te.— IfeW d-Vavdnn 
t bach dtjvd : mettez de l*avoine dans la 
mangeoiro des chevaux. >- A-t-on mttou 
del chenn-siminss t bach dt tierdinf a-l-on 
mis du chenevis dans Tauget du cbar- 
donnerel? (t) 

■Aeh, s. Bac, passe-cheval, grande 
nacelle servant k passer les chevaux, les 
voitures, etc. ; toue, ivtkiWo.— Paed Vaiw 
d Vbdch : passer lo bac. 

BAek, s. Lambris, rev^'tement du pla- 
fond ou des murs d*une salle k hauteur 
d*appui. — Meii dd bdch Juskd figness : 
meltre des lambris h la hauteur des 
croisees. 

mkeUy s. BAcbe, grosse toile dont on 
couvre les charreltes , les bateaux , les 
marchandises ; banne.— Ni toM nin dt 
melt H bdch so Vchdrelt, kaipMret : n*ou- 
bliez pas de couvrir la charrette avec la 
bdche , car il plcuvra. 

BAek, s. Bdche, caisse vitree pour 
abriter les plantes. — Dd tinprowd saiAtt 
k*OH crdhou d'vin dt bdch : laitues hdtives 
qui ont crA dans des bdches. 

BAek, s. Bauge, lieu fangeux oil le 
sanglierse retire, secouche.— D^ irakncH 
on, fat sdrli PsingU fad di s'bdch : les tra- 
queurs ont fait sortir le sanglicr de sa 
bauge. 

■Aeh, 8. Bauge, mortier faitde terre 
grasse et do paille. — Plakt on medr di 
bdch : enduire un mur de bauge. 

Baeha, s. Pacha , titre d*honneur en 
Turquie. 

■iMiMii , s. Auget, petite auge ; godet. 
— Molin a bachai : moulin k augets. — Ld 
vi^ bachai fh grognt U poursai : la misdre 
engendre les querelles domestiques. 

■iMiuiiik, s. Pachalik, dlendue de 
pays gouvern^e par un pacha. 

BAeiiff , V. (Ji bdch b ji bdchih, no bdchan 
6 nobdchihan), Lambrisser, rev^tir de 
lambris. — Bdchi on bedr : cuveler une 
bure , le puits d*une mine. 

BAekt, v. Bdcler , fermer une porte ou 
une fen^tre par-derri^re avec une barre 
ou autre chose. — Bdchi Vouh del kontrHe : 
b^cler la porte du bureau decomptabilil^. 

■Aeht , v. Bdcher , couvrir d*une bdche ; 
banner. — Bdchi on galio : bdcher un 



camion. 

■Aeiiiiieeh, s. Lambrissage, ouvrage 
du magon ou du menuisier qui a lambrissi^; 



(i} Le mot wallon Back ne pent sc tradiiirc en fran^ais 
par bae, •^omme le font improprement bcaucwiip d« 
Li^feois , qal en abnsenl encore en I'appliquant A one 
botte on table a jen ; ils disenl : faisons une partie dc 
bac, apportei un bac » etc. 



cuvclago. — Li bdchiheg d'inn kouheitn : 
le lambrissage d'une cuisine. 

BAektr h BAeimiiB , s. Palplanche , 
pi^ce de bois qui tient en liaison les 
pilotis d*une digue , d*une jctde. 

BAekleft. Voy. P^atoat. 

Ba«t, s. Belier, quadrapdde portant 
laine et qui est le mdle de la brebis. — 
Inn artgi gro bad : un enorme holier. — 
Sdvag bad : mouflon , holier sauvage. 

BaeiB, s. Bassin , esp^ce de grand plat 
rond ou ovale. — Badn d^bdrM : bassin h 
barbe. — Badnposlav6: cuvette, bassin 
pour se laver. — Badn po vddi di fondou 
plonk : catin , bassin pour recevoir du 
plomb fondu. 

BaelB^ e VasB^, y. (Ji badnaie). 
Bassiner, chauffer avec une bassinoire. 

— Bacin6 on U : bassiner un lit. 
BaelBcch 6 ■•■neeli, S. Action de 

bassiner. — Li bacineg d'on U fax dd bin t 
Viviair : un lit bassin^ fait du bien en 
hiver. 

Baeiaet, s. Bassinet, pi^ce creusc 
d*une arme k feu ou Ton met Tamorce. 

— Sir6, dovi^li badnet: fermer, ouvrir 
lo bassinet. — Metl dd podr t badnet : 
mettre de la poudre dans le bassinet. 

Baeiaeik 6 Basneft, s. Bassinoirc, 
bassin h manche ayant un couverclo 
perc6 de plusicurs trous et servant u 
chauffer le lit.— On badned d'kedv, d'drgln : 
une bassinoire de cuivre, d*argent. 

Ba^oB, s. Basson, instiiiment h vent 
et k anche pour exdcuter les parlies de 
basse ; musicien qui en joue. — Cd 
Vprumi bacon dd pal : c'est le premier 
basson du pays. 



, s. Etourdie, sotto, dvaporec, 
r^jouie. — Nanon ess-t-im so bada : Anne 
est une fac^tieuse comm^re. 

Bad*, s. Grand pic de houillour. 

Badena , 8. Badine , petite canne , 
petite baguette. — / n'aved k'inn pitite 
badenn d s'min : il ne tenait qu*une badine 
k la main. 

Ba^^riB, s. Lombes, partie infe- 
rieure du dos composee de cinq vert6- 
bres et des chairs y adhdrentes. —fa dd 
md d ba-dd-rin : j'ai du mal aux lombes , 
dans la region loaibaire. 

BAdet, s. Baudot, Ane, roussin d'Ar- 
cadie ; homme stupide. — 7^' harott di jvd 
raviss on bddet : ta rosse de cheval rcs- 
semble k un baudet. 

BA4e*. Tr^teaux. Voy. Hoftr. 

BAdet, s. Subr^cot, supplement au 
prix de la journee d'un ouvrier. Voy. 
A«-«lmeAr. 

Ba-«6-vin*«, s. Bas-vcnlre, pnrtic 
inf^ricuredu ventre, hypogastrc, region 



Digitized by VjOOQIC 



BAG 

hypogaslrique. — RicUr on kd iVpl b ba-iU- 
viiiH : recevoir un coup dc pied au bas- 
ventre. — Rakozeg dt ba-dd-viriU : gastro- 
raphie , suture au bas-venlre. 

Bildi , V. (Ji bddih, no b&dihan). Baudir, 
exciter ies chiens.— Li ;an/^/( a bAdi 
s'chin dok conit di mi : le lAcbe a baudi 
son cbien dogue conlre moi. 

BadiB^, V. (Jibadenn^ nobadinan), 
Badiner, plaisanler leg^rement, foldtrer. 
— Cess'i-im kadet hi n'badenn nin : c'est un 
gaillard qui ne badine pas. — Si Grigd di 
hi n*ainm nin Vpeket, c'd k"i badenn : si 
Gregoire dit qu'il n'aime pas le genidvre , 
c*est qu'il badine. 

Badineeh, s. Badinage > plaisanterie 
leg^re , folfttrerie ; action ou discours de 
badin; fac^tie. —On n^deil ninprintt on 
badineeh d mdl pdr : un badinage ne doit 
pas ^tre pris en mauvaise part. 

Badlneik^eftMiOU reM, 8. Badin, fo- 
lAtre, plaisant, folichon. — Voss cuzin 
esS't'On badineU k'ess-t-amUzan : voire 
cousin est badin et diverlissant. 

BadiBBi^ie, s. Badinerie, plaisan- 
terie, (r\\olil6, — I n-s^amUss k'a dir d^ 
badinnrdie : il ne se platt qu'^ dire des 
badineries, des frivolites. 

B4dii, gargon, ouvrier foulon qui 
foule , appr^te Ies draps. — Evoi dd dm 
a-mon lo Id bddli : cnvoyer du drap a tous 
Ies foulons. 

Badoa , s. Broc, graudc crucbe, jarre. 

— On stchifli btr par badou : on tirait ia 
bi^re par brocs. 

BAduiii,s. Beauduin, nomd'homme. 

Bar,s. Taloche. Voy. Bonr. 

B«f , s. BiHrrc, repas abondant,ripailley 
bombancc. — Gna oUte in bafal Bovrcie : 
il y a aujourd'hui une bfifre a la Boverie. 

— Ti n'sonch k'a Vbaf: lu no penses qu'a 
la ripaille. Voy. Boafr^ie. 

Baf^, V. (Ji baf^ no bafan). BAfrer. 
Voy. wut4i, 
Bar<»«h 6 Bafi^io, s. Biirre. Voy. 

BoafaTe. 

Bafelk , rem , s. BSfreur. Voy. B«afeft. 

Basach, s. Bagage , Equipage de guerre 
ou de voyage; atlirail, train. — L^ bagag 
di rdnnaie : Ies bagages dc rarmee. — 
Li bagag d'on p6v manech : le bagage , 
le mobilier d*un pauvre menage. — Plot 
bagach : plier, trousser bagage; deloger 
furtivement, s'enfuir, mourir. — - Kwan 
no pdrtan po Vdit monli , noss bagach n'd 
nin gro : on ne va pas a la posl^rite avec 
un gros bagage. 

Ba^adei, s. Bagatelle, chose de peu 
de valcur, peu utile el peu ndcessaire; 
I'rivolite, vetillc, fadaise, niaiserie. — 
Gna k'dd bagadd i »"boiik : il n*y a que des 



BAG 

bagatelles dans sa boutique. — S*amizd 
al bagadel : s^amuscr h la bagatelle, niaiser ; 
baguenauder, 6lre un baguenaudier , 
s*occuper de loule autre chose que de 
ses devoirs; v^tiller. 

Basil, s. Bain, liquide oil Ton so 
baigne ; baignoire , cuve , vaisseau dans 
lequelon prend des bains; sabot, bai** 
gnoire qui a la forme d*un sabot.— Prm// 
on bagn : prendre un bain. —¥6on bagn 
dipt : faire un bain de pied , un pediluve. 

— Dimdie bagn : demi-bain , oil Ton oe se 
met dans Feau que jusqu'k la ceinture. — 
Bagn al mostdte : bain sinapis^. — I tindd 
bagn : c*est un baigneur , un barbier dtu- 
viste. — L^ bagn di Chdfontainn son fa- 
meUsmin iuiiit : Ies bains de Chaudfon- 
taine sent extr^mement saius. — Oft Man 
solo y c'd sovin on bagn ki chAf: un soleil 
p41eannonce souventun bain qui chauflb, 
un gros nuage qui menace de la pluie. 

Basneeh, s. Action, mani^re de so 
baigner; eluvement, action d*dtuver une 
plaie ; lotion. — Li bagnech d haUt kwan 
c'i dvan dd magni : Ies bains ne sont salu- 
taires qu'avant le repas. 

Bagnelk, ehm» OU roM, S. Baigneur, 
celui qui se baigne; celui qui tient uu 
^tablissement de bains ; etuviste. — 0» 
veH dd bagneHL to kosU^ mdgrd ki Vpoliss c 
Vdifin : on voit des baigneui's partout , 
malgre Ies avertissemcnts de la police. 

— Vola on tdvlai ki rprdzintl inn bagnetiss : 
voiik un tableau qui repr^enle une 
baigneuse. 

Basal y V. (Ji bagn^ no bagnan), Bai- 
gner, mcttre dans Teau , Iremper, ar- 
roser. — AU bagni : aller se baigner (et 
non aller bcugner) , aller prendre un bain 
de Meuse. — Fd bagnt on chin kan^ : fairo 
baigner un chien barbel. — Bagni n'plMc : 
6tuver, injector, laver, humecler, has- 
siner , arroser nne plaie. — Bagni sd-* 
Z'OUie : se bassiner Ies yeux. 

Bagon, s. Hdblerie, bourde, gascon- 
nade, colle. •— KonieU d'bagou : hdbleur, 
exagerateur, gascon. -— Ell a on famed 
bagott : elle est d*une grande ioquacite. 

Basad, V. (Ji bak, no bagan^ji bagrel). 
D^menager , changer de domicile ; de- 
loger , remuer Ies escabelles ; sorlir for- 
cement, d^guerpir (i). — Ji bak al Si«- 
Than ou d Noi6 ; je dem^nage , je d^loge 
a la saint Jean ou k Noel. — Ba§iU sin 
chandel : d^m^nager clandestinement. 
— /an, hate , bagtU foU d'cial : allons vile , 
sortez, ddnichez de ceans. — Bagti6 trcA 
(die ou broUld n'fHe : trois d^menagements 
valent un incendle. 

( I ] D¥ba$agcr n'cst pas frao^is. 



Digitized by VjOOQIC 



BAH 



- 91 — 



BAI 



Basueeh, s. D^m^nagement , action 
de d^menager , transport de meubles 
d'uno maison k une autre oil Ton va loger. 
—Li baguech d pu-z-aUie t VosU Wt Viviair : 
le d^mdnagement est plus facile en 6i6 
qu'en hiver. 

Basneu, s. Baguette, menu Mton, 
verge , houssine. — Kd ihagueil : coup 
de hBgixeile.—'Baguett di kouct : baguette 
d^huissier. — Baguett di ftzik : baguette 
de fusil. — Baguetl di kamm : refouloir. 
— BiW^H di figness: tringle, verge de 
fer, roenue ronde, qu*on passe dans les 
anneaux d'un rideau. — Baguetl po batt 
Id^z-abi: houssine, baguette pour batlre 
les habits. — Rog-baguett : bedeau. — 
Mind U gin at baguetl : mener les gens k 
la baguette, les commander avec hauteur 
et impdrieusement. — Baguett di sdrd , 
di makral t d'faie : baguette magique dont 
les magiciens, les magiciennes et les f^es 
se servent dans leurs enchantements ; 
baguette divinatoire, branche de cou- 
drier avec laquelle on decouvre les mines 
de charbon. — Tini Vbaguetl : exercer la 
rabdomanie ou rabdomancie. — Tmtl at 
baguetl : vendre h Tencan. 

Basut, s. Baguier, petit cofiPret pour 
serrer des bagues ; ^crin. — On bai rich 
bagui : un beau et riche baguier. 

Bah, s. Baisse, diminution de prix 
dans les fonds publics ou de commerce ; 
d^chet. — / vairel n'bah divin It louwi dt 
mohann: il y aura une baisse dans les 
loyers des maisons. 

Bahech, s. Surbaissement , ^tat de ce 
qui est surbaiss^. — Li bahegd'inn vdceUr : 
le surbaissement d'une voussure. 

BAheeii 6 BAhmin, s. Baisement, ac- 
tion de baisor. — Li bdheg ddptdt Pap : 
Ic baisement des pieds de Sa Saintet6. 

BAheA, reiis, S. Baiscur. Voy. Cboaf- 
(oft. 

Bahcikr, s. Profondeur, ^tendue d*une 
chose consid^r^e de haut en has. — - 
Li baheUr d'on puss : la profondeur d'un 
puits. 

BAheAr, s« Baisure, endroit oil des 
pains se sent touches dans le four. — 
£(/am^ on pan po VbdheUr : entamer un 
pain par la baisure. — BdheUr di sori : 
mangoure de souris , petite gale sur les 
levres. 

Baht, V. (Ji bah, no baban), Baisser, 
abaisser, mettre plus has, descendre, 
incliner; diminuor de prix. — Si bahi : 
se baisser, se pcncher, s'incliner. — 
Divni bold : s'affaisser, se voAter.— Lt grin 
hi bah : le seigle est en baisse. — On vt 
om k*d to bahi: un vicillard tout cass^, 
tout courb6 , decrepit. — / sfd bin bahi 



wiss k'ott n'si pou tni drtcl : il faut bien 
s*humilicr quand on ne pout faire autre- 
ment. 

BAhf, V. (Ji bdh, no bdhan). Baiser, 
appliquer sa bouche ou sa joue sur le 
visage de quelqu*un, par amour ou par 
civility ; embrasser; donner Taccolade 
fratemelle. — B&hi a picell: baiser k 
pincettes ou en pincettes. — Elni s'a nin 
volou IH b&ht : elie lui a refuse un baiser. 

— Si bdhi Von l*dU : 8*entre-baiser. — 
BAhf voss min, m*ft, : baisez la main, petit 
ami, faites la r^v^rence. —Bdhi l*kou del 
vHe feum: baiser le cul de la vieille, 
perdre au jeu sans prendre un point. — 
F6 bdhi brizell : envoyer promener , en- 
voyer paftre. 

BAhtr^BAh-kou, 8. Trou^e, ouver- 
ture pratiqu^e dans une hale pour laisser 
un passage aux pistons. — Kwan U bdh- 
kou son tro hd, Id feum barbotdl . . . avou 
raizon : quand les troupes sent trop 
^lev^es , les femmes murmurent . . . et 
pour cause. 

Bahon, ow, adj. Courb6, arqud, p\\6 
en arc ; vodt^. — Ciss pdv feum la roll 
tote bahow : cetto pauvre femme marche 
toute courbee. 

Bahowmin, adv. En SO baissant, en 
se courbant. — Rot6 bahowmin kom s'on-^ 
z-esteH kroufieU : marcher courbe comme 
si on ^tait bossu. 

Bai,bei, adj. Beau , qui platt aux 
yeux. — Bel om^ bel feum: bel homme, 
belle femme. — Trt bai , foir bai , fameHs- 
min bai : extr^mement beau, bellissime, 
excellent. — A dmHebai: bellot, bellotte. 

— Dt bdU mohonn : de belles maisons. — 
Divni bai : embellir , dovenir beau. — 
Fd n'sakoi pu bai : embellir , enjoliver , 
historier quelque chose. — (loula nV nin 
bai po n*jdnn krapdtt : cela n'est pas beau 
k une jeune fille. -— Ipinss essonbm j6nn 
om : c'est un belfttre, qui so croit fort 
beau. — Inn bel ach : un bel (ige, un grand 
^ge,—Li bel ach : le bel ^ge, la jeunesse. 

— On bai jo& : un beau jour , certain 
jour , un beau matin. -^ I fai o(Ue bai : 
il fait aujourd^hui beau temps. — Soula 
t bai-z-^ bon : c*est bel et bon. — H dret 
bai-l-a fi : il aura beau faire. — Li bel 
phm fai I'bai oHhai : la plume fait le bel 
oiseau. — Kwan en de^ , i fi pdt ou pdrU 
bai: quand on doit, il faut payer ou 
agr^er ; il faut filer doux. --To bai doAs- 
min : tout beau , doucement. — JD^ pom 
di bel fleUr : pommes de belle-fleur, qua- 
lification attribut^e dans le pays k une 
pomme de la grossc espdce. — A pu bai 
Ai . . . : au moment que . . . — /i so-t-d 
pu bid : je suis h mon apogde. — Si 



Digitized by VjOOQIC 



BAI 



— 9i — 



BAI 



melt 80 8'pu bat : mettrc ses plus beaux 
habits. 

Bat! int. Bd, cri du mouton. 

Miff, s. Bailli, oflicier de justice. —Li 
feum ddbdi:\n baillive, Spouse du bailli. 
— AsteUr i gm pu dd bdty c"d dt jug-di- 
pdte d dd borguimam: actuellement ce 
sent Ics juges de paix et les bourgmestrcs 
qui font les Tonctions de bailii. 

BAff, V. (Ji bAlCy no bdHan^ ji bdleret), 
Bdiller, respirer en ouvranl la bouehe 
forlement et involontairement ; faire des 
bdiilements. — On bdte sovin to v^an bdt 
U'Z-dtt : on bdille souveut en voyant 
bdiller les autres. — Giui dd drol d^avoM 
ki fh Mi U gin kwan i plailiet : il y a de 
dr61es d*avocats qui font bdiller leurs 
auditeurs quand ils plaident. —DhsoU ki 
bd^el: des souliers qui bftillent, qui s*en- 
tr*ouvrent. — J6nn ftie ki MIe dimarUl H 
mAU : jeune Qlle qui bftille demande un 
mari. 

BaTA, s. figoiHt, conduite des eaux, 
de la pluie , des immondices , etc. ; 
eloaque, foss^, receptacle. — LowW-a-fl 
w dt mn tounU t baid : prenez garde de 
tomber, ou h ne pas tomber dans le 
cloaque. 

BalA, s. Bayard. — Li jvA bald : le 
cheval bayard. 

BaTA, s. H6Dilal de fous. — 7i Vfret 
mett d iHtidy Va hiesa iro soil : tu te feras 
renfermer dans un b6pital de fous , tu 
perds la t^te. 

BATA,At(, adj. Ouvert, mur. — Di 
gHe toid bdUii : des noix toutes mOres , 
dont le brou s'entr'ouvre ; des noix 
b4antes,aot]itees. 

BaiArdai, s. Balivcau, jcunc arbre 
qu*on laisso h la coupe d*un taillis, cht^ne 
au-dessous de 40 ans; lais, perot. —Fd 
wdrdi katwass baWdai par bount : il faut 
reserver quatorze baliveaux par bonnier. 

BaTArdai , s. Gros marteau , masse de 
fer emmancbi^ pour chasser des coins , 
des cercles de fer. — Fintt on kou d^db 
avou on kougnet a c6 d'baldrdai : pour- 
fendre une souche d*arbre au moyen du 
coin et k coups de gros marteau. 

BaVardeeh , S. Balivage , choix Ct 

marque des baliveaux qui doivent 6tre 
conserves dans les coupes. — Li Baron 
nCa cfiergt dd fi VbaUrdeg di sd boi : le 
Baron m'a charge de faire le balivage de 
ses bois. 

Baikal, s. Jouet, joujou , hochct , 
iemie enfantin.— PoirMd^MiMirt «V/<in; 
porter des jouets h un enfant. — Vintt de 
baibai d^Sin-Nikoleie : vendre des jouets 
d'enfants , de la bimbloterie pour la 
Si-Nicolas. — Av vtiou Vbaibai? avcz-vous 



vu le beau sire ! — PoirU n'tfan a kou 
baibai : porter un enfant h son dos. 

Bate, s. Garde-fou , garde-corps , pa- 
ra|)et , balustrade , barri^re que Ton met 
au bord des quais, des ponts, des ter- 
rasses, des paliers, pour emp^her do 
tomber. —Bflie di numtaie : rampe d'es- 
calier, dcuyer,— Bate di pir : parapet, 
rampe d*escalier. — Tin^ al bate po nin 
toumi t Paiw : tenez-vous au garde-fou 
pour ne pas tomber dans Teau. 

BaTe, adj. Bai, qui est d*un roogc 
brnn, — On jtfd bale : un cheval bai. 

Bate, S. Bail. Voy. Lanwach. 

BATc, s. Bdillement, action de bdiller. 
—F6$otnn di bdU : biiiller souveut, avoir 
de frequents bdillements (t). -—F^ dt 
bdle to s'sitindan : faire une pendicula- 
tion. — Gna rin d^pujah k'inn bdie : ricn 
de plus jaloux qu'un bdillement. 

BAVccii, s. Bdillement, manicre de 
bAiller; relAchement, ouverture. — Ta 
on drol di bdiech , valet: tu as une etrange 
mani6re de bAiller, garden. — Li bditch 
d'on sold kanch to Vpi : le bdillemcnt 
d*un Soulier deHgure tout le pied. 

BaTer^ie, s. Bailliage, tribunal , juri- 
diction, maison du bailli. — (htu'diviss pu 
d^balertie : on ne parle plus de bailliage. 

BaTei, eii, adj. Baillet, qui a le poit 
roux tirant sur le blanc. — Onjvd bidet : 
un cheval baillet. — i^avd^ balett : jumont 
baillette. 

BaTeU, S. Burc. Voy. Haaakait. 

BATeft , ehtm OU resa, S. Bdilleur, qui 
est sujet k bdiller. — Gna di bdieU ki v'fH 
doirmi to dreC : il y a des bAilleurs k vous 
faire dormir debout. 

BATeA, eAMi OU reM, s. Badaud, niais 
qui admire tout et d*une curiosity fri- 
vole; benfit, nigaud. — Gna dd bdleU to 
kostd : il y a des badauds parlout. — F6 
ramaci to U bdUA : faire attrouper les 
badauds. 

BATeAr, s. Petite ouvcrture , poche, 
chose entr*ouverte. — BdleUr di pan : ou- 
verture dans le pain. — Bdledr di sol6 : 
poche , faux pli que fait un Soulier mal 
coup6. 

BaifaT, s. Beauf^s, commune da 
canton de Louvegnez, k ii kilom. do 
Li(^ge , sur Fancienne route de Spa. Pop. 
620 hab. Sup. 675 i/s hect. 

Bal-fl. Yoy. Blm^lc-fl. 

Bai-fr^, s. Beau-fr6re, fr6re du mari 
OU de la femme ; mari de la belle-soDur. 
—Jdzef, cV m'bai'frd^ pask'il a spozi m'soi 
Mardie : Joseph est mon beau-fr^re, 
parce quil a epous6 ma socur Marie. 

( i) Nc Uiles pas : faire det bdUle: 



Digitized by VjOOQIC 



BAI 



— 93 — 



BAK 



iui0iioir, s. Baignoire, logo saillanle 
et arrondie dans les salles do spectacle. 
-^LouwS iCbmgMvr po (rei^jaU : louer une 
baignoire pour trois jours. 

Bat*M« , s. Adonis , jeune homme qui 
fait le beau> qui est soigneux d^ sa 
parure (souvent en mauvaise part) ; ch^- 
rubin. -—Ess ci baUjojo la Wei va spoz6f 
est*<^ ce godelureau qu'elle va Sponsor? 

Batkd, adv. Beaucoup, grand nombre, 
grande quantity, abondamment , une 
multitude. — Ct peazan la on baikd d'bin : 
ces paysans abondent en biens. — Gna 
baikd afru cUs^-^nnaie : il y a beaucoup 
de fruits cetle ann^e. — iVb-»-e«tett no baikd : 
nous sommes nombreux. — Ji v'rimercih 
baikd d^fHe : je vous reroercie beaucoup , 
je vous suis Ires-reconnaissant. — l^frS 
^ CO baikd pu-z-^nodn kHu : son fr^re est 
encore plus bornd que lui. — I sd n'nd fd 
^baikd : il s*en faut de beaucoup. 

Ball, s. Moiti^ d*un tonneau. 

Baii-^bia, adv. Apparemment, pro- 
bablement, vraisemblablement. — // dret 
pri po n*dU vtHe , baiUb-Hn : il aura pris 
une autre direction apparemment. 

Baii«« , s. Baelen, commune du canton 
de Limbourg , sur les bords de la Vesdre, 
k 4 i/i kilom. d*Cupen , k ii kilom. de Ver- 
viers. Pop. 1,950 hab. Sup. i,844 i/a hect. 

BatBB, s. Bande, lien plat et large 
pour eovelopper ou serrer quelque chose. 
— JSoteii di ieM, di kdr, di fiair : bande 
de loile, de cuir, de fer. — Li bainndi 
sainnUe s'a dfai del null : la bande dc la 
saign^e s*est d^faite pendant la nuit. — - 
U bainu (Ton fiair di feU : les barreaux de 
la grille d*ua foyer. — Dd soU al balnu : 
des souliers k double semelle. 

Batmn-iieftBai , s. Beyne - Heuzay , 
commune du canton de Fl^ron , sur la 
route de Liege k Aix-la-Cbapelle , et k 
6 kilom. de la premiere de ces villes. 
Pop. 2,200 hab. Sup. 379 i/i hect. 

B«T«aett , s. Bayonnette ou baTonnette, 
sorte &6p6e au boutdu fusil. — Firodldi 
bdioneit : virole de bayonnette. — No braf 
Mdr on rtchM U-z-ainnmi al balonett : 
flos braves troupes ont repousse les en- 
nemis ir-la bayonne)te. 

Bai-i^r, s. Beau-p6re, i^m quedonne 
ie mari au pdre desa femme, ou laJemme 
au pero de son mari, ou lesen^nts au 
second mari d& leur m^re. ~4/(jrdimirmin 
li bel'ftie s'akomdii bin avou h'bai-pdr : 
ordinairement la belle-fille et le beau- 
perc vivent en bonne intelligence. 

BairpA, s. Beaurepart, ancicn ordre 
rcligieux. — Ld Bdirpd avi (fe blan chapai : 
les Beaureparts ou Pr<5montres portaicnt 
dcs chapeaux binncs. 



BairteBs, s. Lambortino-, nom de 
femme. 

BairwA^ s. Beauregard, maison reli^ 
gieuse k L\6ge. — Li pansiona dt BaimA 
asturhumd: le pensionnaidu Beauregard 
a ^t6 tr6s-en vogue> 

mmk'-m^my 8. Soleil, tourae-sol; herbc 
aux ^cus, nummulaire; ses feuilles ont 
la forme ronde d*une pi^ce de monnaie. 

Bait^, s. Lune, plan6te la plus proche 
de la terre ; astre des nuits. —Li ^i7d ter 
«i kldrU di nolo : la lune emprunte sa lu- 
mi^re du soleil. --//tl FbaiU : il faitclair 
de lune. — Gna on sorcai dtoA dt baiU : la 
lune est entourc^e d*un halot, d*une cou- 
ronne, d*un cercle lumineux. —Li ^i/^ 
icilnn dtod del tair : la lune tourne autour 
de la terre , la lune est un satellite de la 
terre. 

Bait^ , s. Beauts, juste proportion dans 
les formes avec un mdlange agr^able de 
couleurs. — - BaiU d:'inn feum : beauid , 
charmes, attraits, appas d'une femme. 
—Elkreh t baiU: elleembellitau croUre, 
elle ne fait que crottre et embellir. — 
WesU VbaiU a n'sakoi : d^parer quelque 
chose, le rendre moins beau, moins 
agrdable. — Feum ki sjai-lron mdriU di 
s'baiU fax vH Kei n'a k'dla : la femme qui 
se fait un mdrite de sa beaute anaonce 
qu'elle n*on a pas d'autres. 

BaUri, s. Beatrix, nom dc fomme. 

Bai-Yaiet, s. Adonis, jeune homme 
qui fait ie beau et qui est ir^-soigneux 
de sa parure. — To UjoA , t fd t^im^valet : 
chaque jour , c*cst un adonis , il ne manque 
jamais de s*adoniser. Voy. Fara ^ Bai- 

Bajaw, s. Bajoue, partie do la t^ du 
cochon qui s*dtend dcpuis reeiljusqu'k 
la mdchoire; il se dit aussi d'une per* 
Sonne, mais en mauvaise part. — 0» Ua 
fait p^td s'bajow : on Ta soufflet^, 

Bak, s. Bague, anneau d'or ou d*autro 
matiere qui se met au doigt. — Bak a 
diaman, bak di jvet : bague garnie de 
diamants, bague de cheveux. — Bakdi 
mari^k: anneau nuptial.— (reM^/*ifti»^il; 
^ V0S8 de^: c'est une bague au doigt, 
c'est-4i-dire une jolie maison de campagne, 
ou autre chose de prix. — /e4 i^bak : jeu 
de bague, carrousel.— Li diamand^voss 
bak pou 8dv4 Vvdie d*on pe^ afam6 : le 
diamant de votre bague pent sauver la 
vie d'un peupie aifam^. 

Bak, s. llardes, tout ce qui sort a 
rhabillement; v^tements, nippos. — Si 
iap6 i Vaiw bak^to : se jeter a Tcau tout 
habill^, — llovleit d bak : vergcttc , brossc 
h habits. 

BakanAi, s. Bacchannlc, debauchc 



TOME I. 



Digitized by VjOOQIC 



BAL 



— 94 — 



BAL 



bruyantc. — MM bakandl tote null ': faire 
ilu bacchanal, faire grand bruil, fairo 
tapago toule la nuit. 

Bakara , s. Jeu de cartes. 

BAkei, s. Balisc, pieu, fascine ou 
tonneau indiquant ies 6cueils sur les ri- 
vieres; bou6e desauvetage, salvanos.— 
ViemeU, f6 atincion al bdkel : timonnier , 
prenez garde k la balise. 

Bakt, 8. Baguier. Voy. Bagat. 

BAki^ , V. (Ji bakel 6 ji bdklaic, no bd- 
klan;ji bdkulret), Bftcler , fermer par-der- 
riere avcc uno barre ou autre chose; 
exp^dier promptement une affaire. — 
BdkM n'ouh , inn fiyness : bScler une porle, 
une fcnOtre. — Iv'bdkel bated d'ovrech so 
pd d'lin : il vous bSclc beaucoup de be- 
sogne en pen de temps. 

BAkicM^h , s. Action de bAcler ; prompte 
expedition des affaires. — Li bdkkg d'on 
tapkou ; mani^re de baclor uue trappe 
de cave. 

BAkie^ , s. Ouvrier qui est charge de 
baeler; expedilionnaire. 

Bakaelhr. s. Galerie horizontale k une 
bure. — Ld houieU on kminci n'novel bak- 
neUr : los ouvriers mineurs ont commence 
une nouvelle galerie. 

Bakon, s. Fiecho, quartier de lard , 
i^e qu'on a enleve de Tun des c6tes d'un 
cochon depuisrepaulejusqu*ii la cuisse. 
— To Id sincl on de bakon dldr d phncht : 
tons les fermiers ont des fieches de lard 
suspendues au plafond. 

Bakoa , s. Petit vcrre sans pied , verre 
epate; basset, petit homme. — Tap6 on 
(Tmdie divin on bakou : sci*vir du genievre 
dans un petit verre sans pied. — Cess-t- 
on pti bakou dhMe a riknoh : c*est un petit 
horame basset facile a reconnattre. 

Baku , s. Bacchus , Dieu du vin.— Baku 
i sovin aciou so on tonai : Bacchus est sou- 
vent assis sur un tonneau (i). 

Bai, s. Bal, assembiee pour danser ; 
divertissement. — Bal al lanponctt : bal 
bourgeois, populaire; bastringue.— Ifon 
Id bal : courir les bnls. 

Bal , s. Balle, petite boule de plomb 
pour les armes h feu. — Bal di fizik , di 
muskett : balle de fusil , de mousquct. — 
Kd d'bal : coup de balle. — Enn n'nald red 
kom inn bal : s*en a Her promptement ; 
s'enfuir, s'esquiver, pnrtir comme un 
trait. —Dd peH ki son dcUr com dd bal : 
des pois aussi dui*s que des balles de 
fusil. 

Bal, s. Balle, paquet de marchandises 
lices et enveloppecs. — Bal di tedl : balle 
de toile. -— TeM di bal : serpilliere, toile 

(i) Les Fran^ait pronoDcciit Bakucr. 



d*emballage , grosse etoffc de laioe pour 
emballer des marchandises. 

Bal , 3. Balle , pellicule qui enveloppe 
les graminees ; menue paille. — On kocin 
d'bal d*avdnn : un oreillcr de balle d*avoine. 

Baiar, s. Balafre. Voy. Bariar. 

Baiatna y s. Baleine , poisson de mer 
d'une grandeur extraordinaire. — Jdnn 
balainn : baleineau , petit de la baleine. 

— Mint di balainn : balenas, membrc de 
la baleine. — Blan d'balatnn : blanc ou 
sperme de baleine, sperma-ceti. — Buss 
di balainn : busc de baleine. — Lt balntnn 
d'onparaplaif: les baleines d*un parapluie, 
fanons de baleine. — Gdmi a*balainu : 
baleine, garni de baleines. 

Baiainnf , s. ct adj. Baleinior, navire 
pour la pdche de la baleine. — Onbatai 
balainni vin dd pdrli : un bStiment balci- 
niervient departir. 

Baianct, s. Balancier, piece d'horloge 
qui, par son balancement, en rdglo le 
mouvement; pendule, contre-poids, Icn- 
tille. — Kd d'balanci : vibration , oscil- 
lation , mouvement oscillatoire. — Li 
bal and dkvoss-l-drlog va bin : le balancier 
de votre horloge oscille bien, dodine 
bien, ses vibrations sent isochrones. — 
Li dansed d'koilt si soutin avou on balanci : 
le danseur de corde se tient en equilibre 
k Taide d'un balancier. 

Balanel, V. (Ji balanss b ji baiansdie , 
no bdansan). Balancer, teniren equilibre, 
en suspens; chanceler, osciller.— Jlte- 
lanss po n'n-aU ou po d'mani : je suis 
indecis si je m'en irai ou si je resterai. — 
Bed gin ki s"(h balanci so n'planch : deux 
personnes qui se balancent sur un ais. 

Baianet, s. Balancier, qui fait et vend 
des poids et des balances. — Li balunci 
d'al koinn del row : le balancier du coin 
de la rue. 

Ba-i.andcn, s. Ncerlandcn , communo 
du canton de Landen, k 35 i/a kilom. de 
Huy. Pop. 350 hab. Sup. 366 hect. 

BalaBsmln e Balanseeli , S. Balan- 
cement, vibration, oscillation, mou- 
vement oscillatoire ; mouvement par le- 
quol un corps penche alternativement 
d*un c6te et de Tautre. — BalansmindHun 
ndcal : balancement d'une nacelle. 

BaiaiMs, s. Balance, instrument pour 
peser; peson ou romaine, trebuchet. — 
Platai d'balanss : bassins, plats ou plateaux 
d*une balance. — Li flair , fawdie , Id crok 
dHnn balanss : le fleau, la languette ou la 
ch^sse , les esses d'uno balance.— Bahuss 
d'drfiv : trebuchet , biquet. — BaJanss k"d 
juss : balance qui est juste , qui est sn^o. 

— Ji so so balanss : je suis en balance , 
jc suis irrcsolu, indecis, dans riiide- 



Digitized by VjOOQIC 



— 95 — 



BAL 



BAL 



cision, dans rinJdtermination; j'h^sile. 
— Balanss d'mtkontt : balance d'un eon>pte, 
(Uffi^rence de compte entre le debiteur et 
le cr^ancier. — Balanss a V&r d rdrgin : 
trebuchet ou biquet. — Melt d halarm : 
mettre ea balance , en question , en 
probl^me. 

baUu, s. Ballade, ancienne podsie 
frangaise compos^e de trois couplets et 
d'un envoi h rimes et refrains sem- 
blables. —Li respleU del b(UAU : le refrain 
de la ballade; ce qu'une personne ram^ne 
sans cesse dans scs discours. 

Baibueeehy 8. Balbuticment, action 
de balbutier; balbutie; b6gaiement. — 
Avon s'ballmceh on-z-a del pdnn dd konjyrinU 
(pan kH di : son balbutiement fait qu'on a 
de la peine k le conaprendre. 

Balbutier, prononcerraal, en hesitant, 
sans articulor ; begayer. -— // eAri del 

rmn dh balbud kdk mo : 11 eut de la peine 
balbutier quelques mots. 
Bai^^ V. (Jibalaie). Battre. Voy. Fdkt. 
iiaiet, s. Ballet, dansesurun th^dtre. 

— On balet comik t treH-z-nk : un ballet 
comique en trois actes. 

BaleU, s. Batte. Voy. Fdk. 

Baiisan, anu,s. Vagabond, faindant, 
batteur de pave, truand, cagnard, pied 
poudreux. -— F6 Fbaligan : vagabonder , 
faindanter, courir la prdtantaine. — Ti fai 
rbaligan so I' tin hi Vpdr si tow d-z-ovrd : tu 
faindantes pendant que ton p6re s'dchine 
h fouvrage. 

iiaiisand6, V. (Ji baligmiit ^ ji bali- 
gandaie, no baligandan), Vagabonder, 
faindanler, divaguer, battre le pavd, 
Iruander, error; gueusai Her, cagnarder; 
vaquer de c6t<^ ot d'aulre, aller Qh ct \k 
h favcnture. — El pless d*al6 d skol ou 
dovri^ i balinandaie : au lieu dialler h 
Fc^cole ou de travailler, il divague par- 
tout, il gueusaille, il bat la semelle. 

Baitgandeeh, s. Fain^antisc, dissi- 
pation, truanderie, cagnardise, divaga- 
tion, fai lard isc. — Li baligandech ess-t-on 
pu gran dtfd ki Vnawr^ie : la faint^antise 
est un plus grand vice que la paresse. 

iiaiiB. s. Manoeuvre dans les houil- 
16res ; aide. 

Balkean, S. Poutrc. Voy. Softmt. 

maikon, s. Balcon, grille de fer fai- 
sant saillio ii une fen^trc; petit plancher 
avcc balustrade h la faoade d*un edifice. 

— Uap6 Vair so on balkon : prendre Tair 
sur un balcon. 

Baio, s. Ballot, gros paquet do mar- 
ctiandises ou do meubles; ballo. — 0/* 
balo d'papl d^loiMr : uu ballot do papier 
brouillard. — Vili balo : ballotin. 



■•lo , s. Tigc do pommcs de tcrre* — 
Yo mildr k'on dd fhmeU balo : vos pommcs 
de terre dites milords out d^cnormes 
tiges. 

BAioir, s. Demi-lune , espdce de forti- 
fication. — GnaveU on bdloir A pon d'Amd- 
koAr : il y avait une demi-lune au pent 
d'Araorco&ur. 

BaioB, s. Machine enflde d*un fluide 
plus Idger que Tair et au moyen duquel 
on peut s'dlcver dans Tatmosph^re a une 
grande hauteur; aerostat, machine aeros- 
tatique ; montgolfi^re. — Sofl4 on baton : 
enfler un ballon. —S'dnairt dvin on baton : 
faire une ascension aerostatique.— -iJa//»a 
d'on baton : parachute. 

Baton , s. Cerf-volant ayant le proOl 
d'un ballon. — Enairi on baton : lancer un 
cerf-volant. 

BaioB, s. Bouteille, bulle d*eau do 
savon que les enfants chassent en Fair 
par le moyen d'un chalumeau. — Md baton 
von juskd teH : mes bulles vont jusqu^au 
toit. 

Baioatf, s. Balonnier, faiseur de bal- 
lons k jouor; aeronaute, celui qui par- 
court les airs dans un ae^rostat. 

Baioneeh 6 BaionnrMoy s. Aeros- 
tation, art de faire des aerostats et de 
les employer. 

Baiot^, V. (Ji batMj no balotan). 
Ballotter, ^ller aux voix, donner les suf- 
frages, tirer au sort. — 0» balott inte td 
deU ci Won-t-avu Vpu d'voi : on ballotte 
entre les deux candidats qui ont obtenu 
le plus de suffrages. 

Baioteeh , s. Ballottage , tiragc au sort. 

— Li baloiecti nivdrin^ifh Vrikmincl ; le 
ballottage est nul , il faut lerecommencer. 

Baiou, s. Boule pour les scrutins. — 
Li toi a stu adoptaie par soioanntt btankd 
batolt konte trlnte neUr : la loi a 6l6 adoptee 
par soixan to boules blanches centre trente 
noires. 

Baiou, Larme de verre fulminante. 

— On-z-cHa pdl6 Vbatott : on cntendit Tex- 
plosion de la larme de vcrre. 

BaioArdr^ic , s. Balourdise, chose 
ditc ou faite sans esprit , ou mal a propos ; 
gaucherie , maladresse. —Si bounam a fai 
la nUjross baloArdreie : son mari a fait Ih 
une grosse balourdise. 

Baiow, s. Naso, poisson du genre du 
dupe, du cyprin. — Ilap^ dd batmu : 
prendre des nascs, des gardens. 

Baiow, s. Fleureltes, chimeres, illu- 
sions. — Melt dd batow d Vtiess a n'jdnn file : 
conter fleureltes h une demoiselle , lui 
mctlre des chimeres dans la Icte, lui 
echauffcr Timagination. 

BaKasy ABit, adj. Ballant. — Abi lo 



Digitized by VjOOQIC 



BAL 



— 06 — 



BAN 



haltan nod : habit tout battant neuf, sor- 
tant du magasin. 

Baitaa, abu, adj. Ballant, pendant 
ot balan^ant. — Dd baltan bress : des bras 
ballants. — D^z-^l MtarUt : des ailes 
batlantes. 

B«it^, V. (Ji baltaie). Bailer, faire dc 
grandes reverences h droite et k gauebe, 
puis en tace.-^I gnadicermannrded^dgliss 
wis ki Id jpriess balid ; il y a des ci^r^- 
monies d*egliso dans lesquolles les pr^tres 
ballent. 

Baii^, v. (Jibaltaie). Ballotler, aller 
les bras ballants, marcher en laissant 
aller ses bras suivant lo mouvement de 
son corps. — Li Mads ki baltaie kontt li 
itra : les (lots de la Meuse qui battent , 
ondoient, ondulent le rivage. — - LwAri 
ciM't'&lauweU com el fai bald st-z-Hl 
voyez celte alouette, comme elle tr^- 
mousse des ailes X^Abi to baltan nou : 
habit tout battant neuf. 

Baiteeh, s. Ballottement, action de 
ballotter, d*agiter en divers sens. — Gna 
dd'Z-oAhai k'on riknoh A balieek di leH-z-M : 
il y a des oiseaux qu*on reconnaft au 
ballottement de leurs ailes, k leur 
Iremoussement. 

Balieft , S. Tricheur. Voy. Prawilsaeft • 

Baiticiit, V. (Ji baltich^ no baltichan). 
Tricher. Voy. FmwtiB^. 

B«i«»mAr 6 Bait«Mi , s. Dalthasar « 
nom d'homme. — Onk d6 treH Mdch si 
loumiv Baltuss :■ un des trois Mages s*ap- 
pelait Balthasar. 

Baiiriehy s. Tricherie. Voy. Pmw*!- 

BaiiiMy s. Balustre, sorle de petit 
pilier fagonnd ; balustrade. — Melt dt 
bdluss A keitr dHnn tgliss : mettre une ba- 
lustrade au choeur d'une 6glise, balustrer 
lo choeur d*une ^glise. — kagtni A baluss : 
8*agenoniller k la balustrade.— Tornum// 
admer le baluss dd noA pan d'al BAch-^-Po : 
tout le monde admire la balustrade du 
pent neuf du Rivage-en-Pot, 

Baiasti^, v. (Ji balustraie). Balus- 
trer, orner, entourer d*une balustrade. 
— Balustr^ n"at6^ li keUr d*inn tgliss : ba- 
lustrer un autel , le choDur d*une dglisc. 

BaUiB J s. Grelot , tremblement. -^ 
Tr6nn6 U balzin : trembler comme les 
vieillards, trembler le grelot, grelotter. 

BaUiB^, v. (Ji balzenn ^ji Ifalzinaie, 
nobalzinan), Lambiner, travailler lente- 
mentet nonchalamment, tuer le temps , 
fldner, niaiscr, badauder, trdler, muser. 
^Hdvdi to U'Z'Ovri ki n'ftt k'balzini : ren- 
voyer tous les ouvriers nonchalants , 
df^soccup^s, desoeuvres. 

BalBlneeh 6 IMlBlMiir^ic , S. Passc- 



temps, nonchalance, indolence, paressc, 
desoccupation , d^soeuvrement. — i n'vA 
nm U p&nn cou k'il oAveAr , ci n'd k'an bal- 
vnech : ce qu*il travaille n*en vaut pas la 
peine, ce n*estqu*une franche badauderie. 
BalBlaeft ^ e^ss ^ wemm , 8. FIdneur , 
lambin , mauvais ouvrier , paresseux , 
musard , badaud. — FS ramacd t» It bal- 
zineA : faire altronper tous les fldnenrs , 
tous les d^soauvres. 

B«-ine«tff, s. Metier portatif , machine 
€^u*on pose sur les genoux pour confec- 
tionner certains ouvrages. 

Ban, s. Ban, proclamation qui se fait 
dans Feglise pour annoncer qu'il y a pro- 
messe de roariage entre deux personnes. 
— 'P^ t Maiann si von maridy k'a on-z-a 
publit leA prumi t ditrin ban A granmess : 
Paul et Biarianne vont se marier, car on 
a public au pr6ne leur pi^mier et dernier 
ban. — Room sd ban : acbeter ses bans. 
Baa , s. Banlieuo, certaino elcndue do 
pays qui est autour d*une ville et qui en 
depend.— Li ban d^IIaif: la banlleue de 
Herve. 

Baa, s. Banc, long si^ge od plusieurs 
personnes se pcuvent asseoir Tune 5 c6te 
de Tautre; gradin, banquette, ottomanc. 
---Ban di skoli : bancs d*(k;olier. — Ban 
d^tgltss : bancs d*6glise. — Ban di sknnt : 
etabli , banc de menuisier. — Ban d'pir » 
di wazen : banc ou si^ge de pierre , de 
gazon. — Ban d^keAr : stalle , forme. 

BaB,s. Couehe, assise, rang depicrres 
de taille qu'on pose horizontalemcnt pour 
eonstruire une muraille. — Lt-z-iivri son- 
t-4 deAzinm ban d'ptr : les ouvriers sent ^ 
la socondo assise de pierres. 

BanAf y adj. Banal, k Tusago de tout 
le monde; commun, vulgaire, trivial, 
public. — F&Ty molin^ stoirdeA, iorai JkV 
hanAf: four, rooulin, pressoir, taureau 
banal. — Waide banAf: prairie banalc. — 
Konplumin banAf : compliment banal , 
exeessivemont commun. 

Banakor , s. Lit de veillo , lit mobile , 
portatif. — Li seg-dam a doit^ou dvin on 
hanakof : h: sngo-fcmme a couch6 dans 
un lit de veille. 

BanAnt, s. Bauanicr, figuierdcslndes, 
esp6ce de roseau h feuilles de 2 metres 
60 centimetres. ■— Ld foxe di banAnt polet 
siervi d^map d d'servielt : les feuilles do 
bananier :pouvent servir de nappes ot 
de serviettes. 

Baaiiair, s. Nigaud , dadais, sot. — 
Cess't-on banbair ki n's6 cou ki di : c*esi 
un nigaud qui ne salt ce quil dit. — Baicd 
d^feum loumt leA-z-^m banbair : beaucoup 
dc femmcs traitent leur mnri d'imbecile. 
Banbl, V. (Jibanb^ic, no banbian). 



Digitized by VjOOQIC 



BAN 



97 — 



BAN 



Vaciller, chauccler, broncher, locher, 
sourcilter. — Ta dmanou la treA-z-eikr sin 
banbi : je suis reste li trois heures d'ar- 
rache-pied. — Ji vorc^ bin vtl U m'vaireHL 
fd banbi : je voudrais voir qui mQ ferait 
reculer , qui me ferait broncher. — Cess- 
t-cn kadei kln't run a f6 banbi : c*ost une 
barre de fer. — In'wess banbi pos'mdnnonk : 
il n*ose oilier , sourciller en presence de 
son oncle. 

BanMaa^aati, adj. Chancelant, sour- 
cillant. — Avtt U-z-oHle banbian: avoir les 
yeux sourcillants. — Ell a rUeas ban- 
biantt : elle a la t^tc branlante. 

Baaboch, s. Bamboche, amusement 
immod^r^ , partie de plaisir et m^me de 
debaucbe ou Ton se livre h la grosse 
gatl^; farce, fredaine. — / fai ouie sd 
banboch : il fait aujourd'hui sos bam- 
boches, il est dans ses bamboches, il 
fait des siennes. — £^ (oulaon bai tAvlai? 
Pa, C'n*d k'inn banboch : est-^a uno 
belle peinture? mais ce n*est qu*une 
bambochade. 

Banbacii^, v. (Ji banbochy no banbo- 
chan). Faire des bamboches , des farces , 
des fredaines; faire des sicnnes.— I von 
banbochi to UjoU (Tkamaval : ils vont faire 
des farces tout lo carnaval ; ils vont dire 
en frairie. 

■aabacheft y e^M , S. Bambocheur , 
colui qui a Tbabitude do faire des bam- 
boches ; farceur. — Vocial Id fiess , no-z-alan 
cidibanbocheii: voici venir les kermesses , 
nous aliens entendre des bambocheurs. 

Baabaaky s. Bambou , csp^ce de 
roseau dont la tige s*616ve h plus de 
20 metres, et qui crott dans les Imles.— 
Ine kanndibanbouk: une canne de bambou. 

Baa-«*akaB^, s. ScUette, si6ge des 
accuses dans une Gour de justice. — Li 
ban d^akuzd n'd nin bviab : la sellette d*un 
tribunal n*est pas enviable. 

Baadt, s. Bandit, vagabond , fain<5anl, 
homme sans aveu; bandoulier, brigand 
de montagnes. — / vik com on veritdb bandt : 
il vit comme un rieff(3 bandit ; il brave 
ouvertement les bicnsdancesetleslois.— 
Fd Fbandi : vagabonder, eri»er, faindantor. 

Baa-d'keikry s. Stalles, sidges do bois 
dans le choDur d'une 6glise, desquols le 
fond se 16ve et se baisse. —Dd ban-d'keUr 
to noA : des stalles toutes neuves (i). — 
On 8*mett divin Id ban-^keiir po chant6 lb 
vep : on se place dans les stalles pour 
chanter v^pres. 

Baadait, s. Bandoulier, brigand qui 
vole dans les montagnes. 

Baadoitr^ s. Bandouli^rc, bando de 

( I ) Autrefois ce mot elait masculin. 



cuir pour porter le mousquelon. —Sdddr 
sin bandolir : soldat sans bandouli^ro. — 
BandoUr d'on tronpcti : bandereau d*un 
trompelle^— Poirt6 on fizik albcendoltr : 
porter un fusil en bandouli6re , en sau- 
toir, derri^re le dos. 

Baaeti, s. Nacelle de p^cheur. — lib 
rivnau avou s^banetl tote pUnlt di ptkon : 
il est de retour avec sa nacelle pleine do 
poissons. 

Baal , V. (Ji banihy no banihan), Bannir , 
condamner judiciairement k sortir d*un 
pays; d^porter, exiler, chasser, exclure, 
Eloigner de soiv expulser, releguer. — 
Bant po todi : bannir k perp^tuit^. — B/iai 
po on tin : bannir k temps. — / /22 bani U mdld 
linw foa db bravt kpagnHe : il faut bannir 
les mddisantsdes bonnes soc\6i6s.—Gngd 
banih U chagrin avou n'botdie di vin : 
Gr^goiro nargue le chagrin avec une 
bouteille de vin. 

Baal , Me , s. Banni ,*celui qui est con- 
damn^ k sortir du pays avec defense d'y 
rentrer. — Bihouki lb bani : rappcler les 
bannis. 

BaaihAf, adj. Banuissable, qui doit 
^tre banni. •— On kapon com lu b banihdf: 
un tel gredin est bannissable. 

Baalkeek 6 Baalkmia , S. Baunis- 
sement, action de bannir; deportation, 
proscription, exit, relegation.— B/?iiiAmin 
po toll li vbie : bannissement perp(^tuel. 

Baaiheft, s. Proscripteur, celui qui 
proscrit. — Di bani k'il cstl^ i son divnon 
baniheH: de presents quils dtaient, ils 
sent devenus proscripteurs. 

Baafr, s. Banni^re, drapeau, dtcn- 
dard, gonfalon, insigne. — f^<i»/r (fo» 
ftfl/fli; banderol le, flamme. — Banir de 
ten : girouetle. — Banir di Sin-Grigd : 
petite bannidro de clinquant que les 
mallres d*ecoles donnaient aux enfants le 
jour de S^'Gr^goire. •— Cin-t-an banir , 
ciU't-an civir: cent ans banni^re, cent ans 
civi^re ; changement de fortune dans les 
families. 

Baak , s. Banquo, etat de celui qui fait 
commerce d'argent; lieu oii ce commerce 
se fait; certain jeu de basard. — Bank 
belgik , bank lijovts : Banque belgique , 
banquc li^geoise. — Poirtb db-z-aidan al 
bank : porter de Targent k la banque. — 
Jow6 at bank : jouer k la banque.— F(^ sAt6 
Vbank : dcbanquer, faire sauter la banque. 

Baak, s. Pctit-paquct, jeu de basard 
avec des cartes rang^es enpetits paquets. 

Baakai , s. Sidgo du timonnier. — Li 
viemeU n'deA nin kwitb s'bankai : le timon- 
nier no doit pas quitter son bane. 

Baakair, s. Pension sur bcncOcc 
r(5dimiblc. 



Digitized by VjOOQIC 



BAN 



— 98 — 



Bankai, s. el udj. Bancalc. Voy. ArAt 

C CliinoU. 

Banket, 3. Banquet, festin, repas 
exlraordinaire. — Li sin banket ; le sacr^ 
banquet , la sainte communion. — Irech a 
V088 banket d'tnariech? m'invitorez-vous 
k votre banquet nuplial?— F6 on bmiket: 
festiner , festoyer ou f^toyer. 

Bank^ic, V. (Ji bankett ^ ji bankdtaie , 
no bankdtan). Banqueter, ^tre souvent h 
des banquets. — I n'fai k'bankdt6 : il ne 
fait que banqueter, festiner. 

Baakt, s. Banquier, qui tient banque 
ct qui fait commerce d'argent de place 
en place; celui qui tient le jeu de hnsard. 

— Ld banki d'Brucel , d'Anvers , di Lich : 
les banquiers de Bruxelies, d*Anvers , de 
Li^ge. — Ltv6 n'lett di kanch a^mon on 
bankt : toucber une lettre de change 
Chez un banquier. 

Banko, s. Rcnvi, ce que Ton met par- 
dossus la vade , terme de jeu. — F^ banko: 
faire un renvi ; jouer la martingale. 

Bankroll, V. (Ji bankrott 6 ji ban- 
krotaiCy no bankrotan), Faire banqueroute 
(seditdeceluiquiafaitplusicursfailiites). 

— Vou-i-i pac6 s'vdie a bankroUy ci-la? 
veux-t-il passer sa vie h faire faillito, 
celui-lk? 

Bankroit, ffr, s. Banqucroutier, qui 
manque h payer ses cr^anciers par insol- 
vabilitd feinte ou veritable; failli. — Dd 
tin pac6. Id bankroti all'l'd carkan ou A 
jubet : anciennemenl, les banquerou tiers 
dtaient condamnds au carcan ou au gibct. 

Bankrott 6 Bankroatt, S. BanquC- 

route frauduleuse; faillite, banqueroute 
non frauduleuse ; cessation de payemcnts, 
ddcoufiture. — // a tapi^ U-z-ouh foU po It 
flffness, pui il a fai bankrott : 11 a fait des 
depenses extravagantes, puis il a ddposd 
son bilan , a fait banqueroute. — Fd ban- 
krott a VoneUr : faire banqueroute h 
rhonneur, manquer h son honneur, h 
son devoir. — Li bankrott , c'd VimHik dd 
gin mind : la banqueroute est Tem^tique 
des gens ruines. 

Bann, s. Rdgion du Cicl. —Soula d 
vnou del bann dd Cir : cela est venu de 
Dieu grftce; sans savoir d*oii il vient. — 
To vin la kom del bann dd Cir : tout vient 
1^ comme la manne du Cicl. 

BAnn, s. Voie , distance entre les 
roues d'une voiture. — Li bdnn dt clitrett 
n't nin Vminm to kost6 : la voie des 
charrettes n'est pas la mume partout. 

Banni^ , v. (Ji bannlaie), Brandonner, 
mettre des brandons aux extrdmitds d'un 
terrain. — On-z-a bannU pu d'dt hectdr di 
pr6 : on a brandonnd plus do dix hectares 
de prairies. 



BAN 

y s. Brandon , paille tortillecau 
bout d'un bflton qu'on plantc aux extrc- 
mitds d'un champ^ pour marquer que les 
fruits en ont dtd saisis judicial rement, 
ou pour ddfendre dV paltre. — OnveUdd 
banon to-t-avA I'kampagn: la campagne est 
couverte de brandons. 

Bansiaie, s. Ce que peut contenir une 
manne. — Banslnie di kronpir , di ttroily 
di grdf: manne de pommes de iefre, de 
houille, de gravier. 

Baniii6, V. (Ji bansel 6 ji bamlaie). 
Couvrir le drap pour qu*il ne prcnne pas 
la tcinture. 

Bansiech, s. Vannerie , mdticr de 
vannier , objets confectionnds par le van- 
nier; sa marchandise. — Vo-z-avi n*M 
botik di banslech : vous avez un beau 
magasin de vannerie. 

Bansictt, s. Petite manne on panier. 
— Banslett di gruzal : petit panier de 



BansieftM, s. Ouvridre qui couvre le 
drap pour qu*il ne prenne pas la tcin- 
ture. 

Bansif, s. Vannier, ouvrier qui tra- 
vaille en osier, dans la vannerie. — On 
bansli ki fai bin Id bo t U koirbeie : ce 
vannier fait bien les hottes et les cor- 
beiiles. 

BanM, s. Manne, esp^cc de panier 
d'osier plus long que large. — Bams A dra : 
manne de ling^re. — Banss A cintt : manne 
k ccndres. — Griss banss : mannequin. — 
Piatt banss: panier plat, maniveau. — 
Banss di kronpir: panneree de pommes de 
terre. — Z?n«»s tote hopaie : manne, panier 
tout comblc. 

BanHn, s. Partic de la grange oil Ton 
place les gcrbes. 

Banmfai, s. Panier, ustensile de jonc 
ou d'osier avec anse. — Pla banstai : 
maniveau . — Banstai ajoA : panier k claire- 
voie. — On banstai d' kronpir : un panier, 
uno panneree de pommes de tcrre. — 
Bamiai po kopi dd fru : cueilloir, panier 
pour faire la cueillettc des fruits. — Il a 
rpri Vbanslai A pess : il a fait corps ncuf , 
il a fait peau neuve ; il est convalescent. 

Bantt, s. Bande, troupe, compagnie, 
parti , ligue. — Ba»(/ di kaiin : tas de co- 
quins. — Bantt di vdleiir d d'loUA : bande 
de voleurs et de garrotteurs, bande de 
brigands. — F6 bantt a pAr : faire bando 
k part , sc sdparer des autres. 

Banit 6 Bintt, s. Bande, c6tes int^- 
ricurs d*un billard qui sont rembourres. 
— Ess kol6 so bantt : ^tre coll6 sous 
bande. 

BanBc-d*l^ran, s. Bcrccau , mannc 
d'enfanl; bar^clonnette. — RimetS /V/fln 



Digitized by VjOOQIC 



BAR 



- 99 



^ s'banze , i von dairmi : romcitez rcnfanl 
doDS son berceau , il sommciile (i). 

BApa, s. Grand-p6ro. Yoy. pAp«. 

iBAi»^r,8. Catonnct, petit ca ton, jcune 
homme qui affecte Taustdritd des moours; 
mirmidon. — Ce^s-t-on jdnn hUzai hi rCa 
ICvinit an, i ki vou (6 VhApir : e'est iin 
jeune godelureau qui n'a que vingt ans et 
qui veut faire le catonnct. 

iiAr , 8. Barre , pi6ce de bois ou do fer 
6troile et longue; barreau. — Bdcht n'ouh 
di kdvavott n'bdr di flair : bAcler une portc 
do cave avee une barre de fer. 

BAr, s. Barbo, nom de femme. — 
Sitttt'BAr d i'patronn d6 houteH : Sainte- 
Barbo est la patronne, la protectrice des 
ouvrieps mineurs. 

BAr, s. Barres, termes d'un jeu de 
course dans de certaines limites. — Printl 
bdr : toucher barres. — Michl a bdr so 
Stienn : Michel a barres sur fitienne; il a 
la superiority sur lui. — Avu bdr so to : 
avoir barres sur tous les autres ; etre 
preponderant , avoir carte blanche. — 
Jow6 d kwatt bdr : jouer aux quatre coins. 

naradfi , s. Bavolet , bord d^etolTc 
ajoutd k un chapcau de femme pour cou- 
vrir la nuque; coiffure de paysanne. — 
Oh barada bin pUcl : un bavolet bien 
plisse. 

Barada, s. Femme ecervelee, sotle, 
dlourtlie, inconsider6e. — Ni m'amiiU nin 
ci barada la : ne m'amenez pas cctte 
ccervelee. 

Barasoiisnt, V. (Ji baragougn), Bara- 
gouiner, parler mal une langue; bre- 
douiller. — Ji n's6 qou ki nCa baragougnt , 
ji tt-Ta nin konpri : je ne sais ce qu'il a 
baragouind, je ne Tai pas compris. 

Baragwin, s. Baragouin , langage 
imparfait et corrompu ; jargon , patois , 
tortillage , amphigouri. — Taihiv , vo 
»' diki k'dd baragwin : taisez-vous , vous 
ne dites que du baragouin. 

Bara^winc, v. (Ji baragwcnn , no 
baragwinan).J)ixvti^omnev, parler mal une 
langue. — Ji kminss a barngwind Vflamin : 
jo commence h baragouinerdu flamand. 

Baraswincch, s. Baragouinage, ma- 
niere de parler vicieuse , embrouiiiee ; 
langage amphigourique. — Si lingnch n't 
k'on baragwinecli : son langage n*est qu*un 
baragouinage. 

BaragwiBev, e^kmm ^ rcMi, S. Bara- 
gouineur, qui parle mal une langue, qui 
la ppononce mal. — K^ haUv baragwineH ! 
quel fdcheux baragouineur ! 

BArai, s. Barre ou barreau, piece de 
for etroite et longue. — Metl on bdrai a 

( I ] Uer<c nVsl p.n8 Trancai^. 



BAR 

n'figness, ainnouhy a n'tdf: barrcr une 
porte, une fen^tre, une table. — D/«/iJ 
on bdrai : debarrer , 6ter une barre. 

Barak 9 s. Baraquc, cabane, hulte; 
petite logo, dchoppe; feuillce. — F<J dt 
barak so Vfdr : baraquer sur le champ de 
foire. — Vtte barak : masure , taudis , 
vieille baraque. 

Barak6, v. (Ji barakaie , no barakan), 
Baraquer, faire des baraques. — Ltsdddr 
n'an nin awou Vlin di s'barakd : les troupes 
n'ont pas eu le temps do se baraquer. 

Barakeeh 6 BarakmiB , s. Construc- 
tion de baraques. — Cnaon gran barakmin 
so Vfbr : on ei^ve une quantite de baraques 
sur le champ de foire. 

Barbai, s. Barbcau, poisson d*eau 
douce, ainsi nomme parce qu*il a commo 
quatre barbes ou moustaches k chacun 
des deux c6tds de la gueule. — Magni on 
barbaiaskavech: manger un barbeau k la 
daube. 

Barbai-noii, s. Mouchc pour prendre 
les barbeaux. 

Barbar, s. et adj. Barbare, cruel, 
inhumain , sauvage. — On Va traitt kom on 
barbar : on Fa traits comme un barbare. 

— On koUr barbar ; un coeur barbare. — 
Dd barbar sdddr : des soldals barbares. — 
Mcion barbar : nation barbare. 

Barbar^ie, s. Barbaric, cruaute , in- 
humanity, brutalile. — /TomeW in ak di 
barbareie : commettre un acte de barbaric. 

— Ld sidk di barbarMe : les si^cles de 
barbaric. 

Barbariii0,s. Barbarisme, faute centre 
la purete de la langue; emploi abusif do 
mois forges ou alter^s. — Ovrech plin 
d'btirbariss : ouvrage plein de barbarismes. 

Barbarnin , adv. Barbarcmcnt, d'une 
mnuiere barbare , inhumaine. — Ct dd 
palp ki viket barbarmin : ce sent des 
peuples qui vivent barbarement. 

BArbeeh , BArbr^le 6 BArbirftIc , 

s. Barberie, vieux mot qui signifiait au- 
trefois Tart de raser etdecoiffer; lieu 
oil Ton fait la barbe. — Lt bdrbrdie son 
divnow rdr : les barberies sent devenues 
rares. 

BArbet, s. et adj. Barbu, h barbe. — 
On koloH bdrbet : pigeon barbu , pigeon- 
cravate. 

BArbou 9 s. Poule ou coq hupp(5. 

BArbt, 8. Barbier, qui fait la barbe, 
qui rase. — Aid A bdrbi : aller se faire 
raser. — Kanett di bdrbt : cruche de bar- 
bier. — BAcin d'bdrbi : bassin h barbe. — 
Li mesH d^bdrbl esleU mHeA dt tin pacd : 
la barberie. Tart de raser, le metier de 
barbier ^tait meilleur anciennement. — 
Bdrbl d' sdddr : fratcr. — On bdrbi rass V6U : 



Digitized by VjOOQIC 



BAR 



— iOO — 



BAR 



)cs gens qui ont un inU^i*^ commun se 
iiauiiennciit , s*entr*aidcnl , se louent 
I'^ciproquemcnl. 

BAriity V. (Ji Mrbdie^ no Mrban 6 no 
harlnan), Barbifier, faire la barbe. — Si 
MrU lu minm : sc barbifier soi-mdme. — - 
/ ton U map d i MrbHe li pofon : c'est un 
grand mangeur et un grand buveur. — 
B/irbi le peuii : ^barber les plumes. 

BarbUii) s. Bai'billon , diminutif de 
barbeauy poisson; moustaches du bar- 
beau, —fa $tu pM^ si n'ach hafi k*onpti 
barbiott : j*ai etc p^cher^ el je n'ai pu 
prendre qu*un petit barbillon. 

BarbdrUB, s. BrimborioQ, babio]e> 
chose de peu de valeur. — /Ci vo!4ff6 di to 
ci barb^non la? que voulez-vous faire de 
toulcs ces bucoliques? 

B«rb«(^, V. (Jibarbotl, fwbarbotan), 
Blurmurer, gronder, se plaindre, gour- 
mander, rc^primander, fronder, gal- 
vauder, gloser , hogner , rognoner, mar- 
monner, bougonner( i ). — / barbott so to : 
il trouve k rediro h tout, il contr61e, il 
(Epilogue sur tout; c*est un censeur, un 
^pilogueur irapitoyable. —Li v^e Margo 
ni fai ICdt barbold dvin sd din : la vicille 
Marguerite grommelle , marmonne , bou- 
gonne sans cesse« 

ii»rbot«cb, Action > manic de mur- 
murer^ de gloser; clabauderie. ■— Dial li 
barbotecii kwan on-Z'^ss-t-a jow4l pcste 
soil dc la censure quand on est au jeu! 

Barb^tcii^cAM^refMi, s. Grondcur, 
censeur. gloseur, eriailleur. — Xo-z-esti 
on vt barboteU : vous 6tes un vieux fron- 
deur, vous vous plaignez toujours, vous 
^tes un hypercritique% 

]i«rb«tr«»ie , s. Gronderie , rdpri- 
mande, censure, glose, criaillerie. — 
Toti ct barbotriie po n'ckichaie! que de 
murmures, quedeplaintespouruno bille^ 
vesee ! 

■«■«•*<, s. Barbote, nom de la loche 
et de la lotte. Voy. Lett. 

B«rb«u,s. Vieillegrondeuse.— SoAri 
veic barbott, el n't mike konlainn : cette 
fichue vieille grondeuse n*est jamais 
contentc. 

iiAriion, owy adj. Barbu, qui a de la 
barbe. — // 1 si bdrboA ki fai sogn : il est 
barbu a faire peur. — Vola n'feum Kt 
bdrbow com inn om : voilk une femme qui 
est barbue comme un homme. 

Barbolit, V. (Ji borbote hji barbouie ; 
no barbouian). Barbouiller, peindre gros- 
si6rement avec une brosse; billebarrer. 
—Uarbofd dh H wietfr , dt z-ouh di kdv : 

( I ) Boau«-on|» ile Licg<H»is distnl abusiveiMiil en Tran- 
•Tii*: harbittU'T vX hoHConner. 



barbouiller de vieux murs, des portes 
de cave. 

Bari^Aiiteeh, Barbouillage , enduit de 
couleur fait grossidrement k la brosse ; 
mauvaise poiwture. — Ci »V nin on pon- 
deck soula, ci nV k'on barboUiech : ee 
n'est pas une peinture> ce n'est qu'ua 
barbouillage. 

B«rb«Htcik, s. Barbouilleur, artisan 
qui peint grossidrenient , avec la brosse, 
des planches, des mui's, etc.; mauvais 
pcintre. — fa fai mi on barbouie^ po 
blanki nCmmtaie : j*ai fait venir un bai^ 
bouilleur pour blanchir mon escalier. 

BardAh, s. Gaulis, branche d'arbre, 
bAton informe, grosse baguette. — Di tote 
s6r di bardah : lou tes sortes de branchages. 

Bardah, s« Ped^rastc, sodomite. 

Bardaheieh OU Bardahrfcle , s. P^d6^ 
raslie, sodomie, p6ch6 centre nature. 

Bardaht,v.r/{^^rcfa/<;.Gauler, abaltre 
des fruits avec la gaule. — No bardakran 
vo gH : nous gaulerons vos noyers. 

BardakiB, s. Dais quc Ton porte sur 
le S*-Sacrement dans les processions; 
poele en ciel-de-lit; baldaquin. — Ci Id 
principA del poroch ki poirtt tbardakin : ce 
sont les notables de la paroisse qui por- 
tent le baldaquin. — On 16 a bardMn : 
un lit h baldaquin. 

Bardavh, S. Avcline. Voy. LOBbardlMi. 

Bardavheeh, s. Bruit causd par le 
mouvcment d*une chaise, d*une table, etc. 
— C*d Vbardouhech ki nCa dispierti : c'esl 
le bruit des meubles qu*on remuait qui 
m*a ^veill^. 

Bardauhft , v. (// bardouhy no bardouhan), 
Faire du bruit en remnant des chaises, 
des tables ou autre chose. — Art-t-on bin 
rait to bardouhi lahd? cessera-t-on bient6t 
ce bruit en haul? 

Bardoaiit, V. Rosscr > frappcr avec on 
bdton, une gaule; mesurer les c(^tes, 
dpousseter. — Bardouhi to ju : renverser 
tout. — Bardouhi to^-ava-r-zel : frapper 
sur eux indistinctement de droite et de 
gauche. 

BAr6, V, (Jibdr6jibAraie^noMuvn). 
Barrer, inlerrompre, former, obstruer 
un chemin, un passage. — Bdr4 Vpaceh a 
n*saki : barrer le chemin ^ quelqu*un; le 
traverser dans ses projets , lui susciter 
des obstacles. 

Bareeh, s. Barege, ^toflb dc laine, 
leg6re et non crois^e, pour robes de 
femmes , chftles, fichus, etc. — El s"a fai 
f4 n'bel rdb di barech po Vfiess : ellc s'est 
fait faire une belle robe de barege pour 
la ftJle. 

Bai^trik, elkaa, s. D^faillant, absent, 
qui fail Tecolc buissonnidrc. — I^wom 



Digitized by VjOOQIC 



BAR 



101 — 



BAR 



pdnihet k bnr^teA i Id bardteiss : les mattres 
punissent ceux el celles de leurs ^idves 
qui s^absentent. 

narett, s. Barrette, bonnet cavr6 rouge 
que portent les cardinaux. — Noss't-^rckb- 
vek a r(ni fbareU di kardin&l : notre arche- 
v^que a re(?u la barette de cardinal. 

v«ren , s. Barrette , bonnet de nuit.~ 
Hi f& Vkbarelt po doirmi : il lui faut une 
barrette ponr dormir. 

Barett, s. Campos> absence, cong4, 
escapade. — F4 barett : faire T^cole buis- 
sonnidre, — Pokoi avdf fai de4 barett ciss 
samainn dau^ m'fil pourquoi done vous 
^tes-vous absent^ de la classe deux fois 
cette semaine , mon fils ? 

BMcsamou, s. Bergamotte, esp^ce de 
poire fondante qu*on croit originaire de 
Bergame. — BargamoU d'ostS^ bargamoU 
d^iviair: bergamotte d'^t^, bergamotte 
dliiver. 

BargamoU, s.Cataire, herbe-aux-chats, 
sorte de mentbe que les chats aiment 
fort. — On magn U bargamoU avou Vsal&tt : 
CD mange Therbe-aux-chats avec la laitue. 

BaH, s. Cruche, buire, — Ptrt bari : 
cruchon. — Bari d'pdket: cruch^e de ge- 
ni^vre. —Bari a VOl : cruche k rhuile.— 
Dd vt lin^ onrZ-aUv beiir an bari d'hoAgdr a 
KronmoUss : autrefois on aliait boire une 
cruche de hougarde k Coronmeuse. — 
Li bari b ftndou : la cruche est f^l^e. (i) 

BarikAd^, V. (iibarik&iihjibaricddaie^ 
nobarikddan). Barricader, faire des bar- 
ricades. — BarikAdi U row : barricader les 
rues. — Si barikdd4 : se barricader, se 
remparer. 

BarikAdech, s. Action, mani^re de 
barricader. — Lb sakri r^volucton on-t-apri 
U barikddech d peUp : les d^plorables 
commotions politiques ont appris aux 
peuples la mani^re de barricader. 

Bariiuuieii , s. Cclui qui fait des barri- 
cades. Voy. B^volnelonalr. 

BarikAtt, s. Barricade, retranchement 
avec des arbres, des charrettes, des ton- 
neaux , etc. — t!poirt6 n'barikhit a c6 
d^Jumon : emporter,enfoncer,enleverune 
barricade k coups de canon. 

BArtr, s. Barri6re, pi^ce de bois ser- 
~vant k fermer un passage; barricade, 
cl6ture, barrage. — Pdi VbMr: payer la 
barridre, Ic barrage. — Li komi, li rdveU 
del bdrir : le barrager, le receveur de la 
barri^re. — Doviair , str^ Vbdrir : ouvrir , 
fermer la barridre. — Pocht , &ohi tfbMr : 
franchir, rompre une barriere. — Ltloi 
son dd bMr contt U krim : les lois sent 
des barri^res centre les crimes. 

( « ) Bari ne peut paii Mr« repr^sent^ par I9 mol firao- 
fau lioril , «orU de petit tonfltau wx barrique. 



Bark, 8. Barque, petit bateau pour 
aller sur I'eau. — Li tnaiss del bark : le 
patron de la barque. —Aid d'Lich a Huso 
Vbark , c^ess-t-ofi pd anoieU : faire !e trajet 
de Li^e k Huy par la barque, c*est asses 
ennuyeux. — Chivd debark : cheval de ha- 
iage. — / 8d kdUr si bark : il sait conduire 
sa barque, il conduit bien ses affaires. 

— Li bark di Kdron : la barque de Garon. 

— Koite di bark : cSble. 

Barken, s. Barquette, petite barque, 
barquerolle , esquif. — Cbplaizir di a'por* 
min6 so MoUss divin ti'barkett : il est 
agr^able de se promener sur la Mouse 
en barquerolle. 

Bariaf, s. Balafre, longue blessure au 
visage; cicatrice, estafilade.— F^n'&arte/* 
A visech d'inn saki : balafrer quelqu'un. 

Bariaii6, V. (Ji barlaf), Balafrer, 
blesser en faisant une balafre. —Kiess 
ki Vabarlafi V visech insi? qui t'a balafrd 
ainsi la figure ? 

Bariok, s. Brcloquo , cuHositd depeu 
de valeur ; colifichet. — Toie U barlok H 
mett a s'monii ! que de breloques il met k 
sa montre I 

BariakaB , anu , adj. Vacillant , oscil- 
lant. — RoU to barlokan : marcher en 
vacillant. —Koite barlokantt : corde pen- 
diilante. 

Barlok^, V. (Ji borlok). Pendiller, 
^tre suspendu en Tair et agite par le 
vent ; 6tre pr6t k tomber. — Westd cd 
klicott la ki barlokd-t-d figness : 6tez ces 
guenilles qui pendillent k la fen^tre. 

Bariakeeh, s. Mouvement d'un objet 
suspendu; balancement, oscillation. — 
A barlokeg di voss drapia, on veA ki Vvin 
d foir : le mouvement de votre drapeau 
prouve que le vent est fort. 

Bamech, 8. Entourage , compagnie , 
voisinage. — Ji n'va nin d s*mohonn, paski 
s'bamech ni m'dH nin : je ne vais pas ches 
lui , son entourage ne me convient pas. 

Barok, adj. Baroque, bizarre, fan- 
tasque , informe. — A-t-on mdie vbiou 
n*sakoi d'si barok ! vit-on jamais quelque 
chose d*aussi grotesque ! — Fola n'karok 
moCceUr: voilk un baroque accoutrement. 

BarokmiB, adv. D'une manidre ba- 
roque; bizarrement, grotesquement. — 
Is'diviss barokmin : il parle grotesqifefnent. 

Barokri^ie, s. Bizarrerie, caprice, 
extravagance. — Li barokrHe dt mdtt et dd 
goss d'asteAr : la bizarrerie des modes et 
des goOts modernes. 

BarAm^trik, adj. Barom^Hque, qui 
a rapport au baromdtre. — Mouflnin bard- 
mbirik: mouvement barom^trique. — Di- ' 
hindaie bardnUlrik : abaisscment baro- 
m^trique. 

TOME I. u 



Digitized by VjOOQIC 



BAS 



<02 — 



itaronicu ^ B«ronet#, 6. Barometro, 
inslrumeiil pour connaltro la pesanteur 
(Je Tair. — BUss di haromeit : tube d'un 
barom^tre. — Potikel ou cokil di baromett : 
euvelte de bapometre. —Li baromett ested 
d'hindowjuskatinpess, min volla rmontate 
jmka bai tin : le barom^tre (Jiait descondu 
jusqu'k lompete, mais le voilk remonl^ 
jusqu'^ beau temps. — On s'siev di bare- 
men po mdzrd VhdtcUr dd montagn : on me- 
sure la hauteur dos montagnes par des 
observations baromdlriques. 

Baron , 000, s. Baron, litre de noblesse, 
genlilhomme qui poss^de une terre avec 
litre de baronio. — Dd tin d'Nopoleion 
jtrumi , dd kOparAl son divnou baron : du 
temps do Napoleon premier, des capo- 
raux sent devenus barons. — Li baroness 
c flrmin charitdf: la baronne est extr^- 
mement charitable (i). 

Baron, s. Narcisse, planle bulbeuso 
-dontilyabeaucoupdevari^tes;amaryllis. 
— IHan baron : narcisse blanc. — Jenn 
baron : narcisse jaune , narcisse des prds. 
-- Dob baron : narcisse double. ~ Bleit 
baron: bluet ou barbeau, aubifoin, plante 
qui crott dans les bl^s et qui a les flours 
bleues : on Tappelle encore casse-lunettes, 
;i>aiH)e qu*on Fordonne dans les maladies 
'des yeux. 

Boroneeh, Baronnage , qualitd de 
baron. — Li Roi It a-t-akoirdd t'baronech : 
Ic Uoi lui a confere le baronnage. 

Baronnr^ie, s. Baronnie, seigneurie 
et terre d'un baron. — Li baronnrtie di 
Hesta : la baronnie d'Herstal ( i ). 

BarAoioBi^ , s. Bartb^lcini. Voy. 

Bicttm6. 

Ba0koic4i , s. Belette. Voy. narkott. 

Ba«kcal 6 Ba«kal, S. BaSCUlc , ma- 

cliiae dont un des bouts s'el^ve quand 
on p^m sur Fautre; levier dont lo point 
•d*appui est entre la puissance et la resis- 
tance. — Cess'4'avau n^baskut kon bah d 
k\m lU) U pon Uviss : c'«st k Taide d'une 
bascule qu'on l^ve et qu'on baisse les 
ponts-levis- — On peilss U chtrctt so on 
pon a baskut : les ponts h bascule servent 
h connatlre les poids des voitures. — 
KoAtaiabaskid : couteau h bascule, cou- 
teau de table 4uquei la lame n'appuie 
pas sur la table. 

Baahvi^, V. (li baskeul, no baskulan). 
Basculer, faire la bascule. — It a rot6 so 
iCptanch k'a bascule d k-Va fai ioumd Vkou-z-A 
hd : ii a march^ sur un ais qui a bascule 
ot qui Fa fait tomber h la ren verse. 

BankvieA. s. Pr^pos6 k un pent h 
bascule. — Fiptzi s'clidrett d^on baskuleii : 

[ i ) Baronneue cl haronntrit toot deux barb»rifincs. 



BAS 



faire poser sa eharrette par un garde- 
pout k bascule. 

Basmin, adv. Bassoment, d*une ma- 
nidrevile, abjeete; ignoblcment, seni- 
lement. — Cijdtm omlaastu aklev^basmiu : 
ce jcune homrao a ei6 elev6 basscmenl, 
roturidrement. — Ptakt bastnin : faire 
bassement la cour. 

Basnc^v. (Ji bacenn h ji bamaie^ji 
bacinnret). Bassiner, chaufler avec unc 
bassinoire; fomenter en mouillant avec 
une liqueur liede ou cliaude. — Basnd 
on Id : bassiner un ML—Basnd n'pthU: 
bassiner une plaie. — Bosn^ sd-z-oHie : se 
bassiner les yeux. 

Basn6 ^ Ba«i^, v. fitre en rut (se dit 
des moutons). — Ld mumet ki kmincd-t-a 
basnd : les moutons commenceot h ^rc 
en rut. 

Basn^, V. (Ji basnaie). Gaaler, battre 
un arbre avec une gaule pour en abattre 
le fruit. — Basnd dd gdie : gauler , abattre 
dos noix. 

Baaneeh, s. Action de gaulcr.— Li 
basnech d'on gdt ess-t-acd mdldhdie : gauler 
un noyer est chose assez difficile. 

BaaneA, s, Colui qui gaule lesarbres, 
—■ Gna dd basnet so to Id gdiddviech : i\j SL 
des ouvriers sur tous les noyers du \ill^c 
pour les gauler. 

Bassy s. Basse, instrument de mnsiqae 
pour les notes les plus graves; basse- 
centre ; musicienqui en joue.— No-z^ven 
d^ bon joweA d'bass a Lich : nous avons de 
bonnes basses k Lidge. —Ldm d'inn bass : 
r^me d'une basse, petit morceau de bois 
dans Tint^rieur de la basse, sous le che- 
valet, pour en soutenir la table. 

Baaa, s. Basque. — Pa d'bass: pas de 
basque, pas rapide. 

Baaa, s. Flaquo, mare, terrain bas.— 
Si vo n'nald po Id bass^ vo-z-frd wai : si 
vous vous en allez par U^ bas-fonds , 
vous pataugerez dans la mare. 

Baaa, s. Basque. Voy. i.amkenn. 

Bnaa-B^deH, s. Basse-Bodeux , com- 
mune du canton de Stavebt, k 9 kil. de 
cello derni^re ville et k 44 1^ kilom. de 
Huy. Pop. 400 hab. Sup. i,706 beet. 

Baaaishank, s. Licu d*aisance, retrait, 
priv^ , garderobe. — Cd kivan on-z-a pri 
po prugt , kHun bass-chanb fai ptaiztr ; c*est 
quand on a pris mddecine que la gar- 
derobe est utile. 

Bawkon^t, s. Basse-contre , esp^ee 
de basse-taillc. — ChaM Fbass-konU : 
chanter la basse-contre. —// a n'bone, iuu 
bd basS'kotttt : 11 a une bonne , tuie belle 
basse-contre. 



ko6r. s. Basse-cour, cndroit 
d'une ferme ou sent les volailles et les 



Digitized by VjOOQIC 



BAS 



103 — 



BAT 



funuers. — Dasif'koilr bin fomtk : basse- 
cour bien fournio. — 1)6 novel del bass- 
k<ntr : des nouvelles do la basse-cour , 
Douvelics fausses ou mat fondles. 

BAM-ronpenr, 8. Hornie. Voy. Kob- 
peor. 

JBac»-i«Te 6 BaM-t^le, s. Basse-iaille , 
terme de niusique, parlie de la basse qui 
sc chante. — Ta-t-otou n'fameAss bass-iaU : 
j*ai entenda une rare basse-iaiile. 

BAM-^nriDB, 8. Neenvinden, com* 
mune du canton de Landen , k 3 i/i kilom. 
de la m^ine ville. Pop. 330 hab. Sup. 
463 heel. — Li bata'ie di Bass-Winn : la 
balaille de Neenvinden. 

jBM(A,Aft, s. etadj. Bdtard, enfant 
naturcl, illegitime, ne hers de I6gitime 
roariage. — F6 on bastA dreHzcitr : Icgi- 
linaer un bAtard. — On brav om 6 lodi 
dreHzeitr , Id kal'm c'd Id vraie baslA : 
rhomme probe est toujours legitime, le 
mechanl est le vrai bdtard. 

B«0iArd«ieii>iB, adv. lll^gitimement, 
contre la loi ou les usages ; sans raison. 

— Si marii bast&rdaiemin : se marier iili- 
cilement, vivre en concubinage. — F6 
n'ovreg bastdrdaiemin : faire un ouvrage 
grotesquement. 

B«0tArd^,aieyadj. lllegitime, abilitardi, 
degen^r6, aH6r^, modific. — On batstdrdd 
kanich : sorte de chien barbet abilitardi. 

— Divni bastdrdd : s'abAtarder. 
lla»tAr«eeh b Ban^Hrdr^le , S. BAtar- 

drie, ill^itimit^, ctat de celui qui est 
bi^tard ; ab^tardissement , degeneration 
ou d^gdui^rescence. — Li bastdrdrdie fai 
dkitttt li nObkss: la bAtardise fait ddgc^- 
nerer la noblesse. 

BasiAte-chcBD , s. Gal^opsis, chanvre 
bAtard. 

Baffiaie-icm, s. Crapone, limebAtarde 
d'horloger. 

BasUn, s. S6bastien, nom d^homme. 

— Sin Bastin a stu ieuwi a kd d'drbaletl : 
saint Sebaslien a 6i6 martyrise a coups 
de flccbe. 

Bfui«#n, s. BAton, morceau de bois 
long et rond servant de eanne. — Gro 
boston: rondin, gourd i n. — ^rw^ d:'on 
gro boston: embAtonner, arm^ d*un bAton. 

— DiiU de kd d'basion : bAtonner, donner 
la bastonnade , des coups de bAton , de 
rhuilc de cotrfit; rondiner. — Noss jnli 
oyms strt m'basion d'viess : notre Ills 
Auguste sera mon bdton de vieillesse , 
me ser\ira d'appui dans mes vieux 
jours (i). — Boston d'paroket: bAton de 
perroquet, bAton garni d'e^chelons, sur 
lesquels un perroquet monte et descend 

(i) Fi€i-Tcus-y! 



a sa fantaisie. -— Totfr di boston : tour do 
bAton, ce qu*on oblient au-del^ de son 
droit, revenant-bon , casuel , nivet, emo- 
luments, douceurs, gratifications^ pelits 
privileges. — K'oss fai don , m*baston ? 
qu'as-lu fait done , drdle?— Kwan on wa 
ball on chiny on troHftodi bin on boston : 
quand on veut faire de la peine, on trouvo 
toujours bien un motif. 

iiastoB^, V. (Ji bastonnbji ba^onaie), 
Bfitonner, frapper avec un bftton, ron- 
diner. — On To ruttmin bastond : on Ta 
rudeoAent bAtonnd. 

v««tonoeh, 8. BastODuade, coups do 
bfiton. — Gna ko dd sovdiin ki ptinHicl par 
li baslonech : il y a encore des souverains 
qui punissent de la bastonnade. 

nasioneH, s. BAtoniste. Voy. ba»- 
ionlss. 

Bantonty s. Bdtonnier, chef tempo- 
raire des avocats ; chef d'une confrdric. 

— On PveH si volti kon Va chUzi po bastonl : 
il est tant estimd qu'on Ta <^lu bAtonnier. 

— Li bastonl de-z-avocd ivdtt li boston del 
koiifraireie di Siti-JSicoUie : le bAtonnier 
des avocats a en garde le bAton de la 
confrerie de S^-Nicolas. 

B«04onis0, s. BAtoniste , qui sait jouer 
du bAton, qui sait s'en faire une armc 
offensive et defensive. — Cd rbastoniss li 
pu rlouind ki n^z-diams : c'est le bAtoniste 
le plus renomme que nous ayons. 

Bastrdie, s. Alaison oil Ton met les 
bdtards. 

B«««riBk , s. Bnstringue, bal de guin- 
guelte. — Tini on bastrink : tenir, dtablir 
un bastringue. — Aid dvin Id bastrink : 
frequenter les baslringues. 

Bala, s. Heurtoir, marteau h la porte 
pour heurler. — Bata d'inn clok : battant 
d'une cloche, pilon d'un mortier. — Bala 
d'ponp : brimballe , levier d'uue pompe. 

BatAh , s. £poque de Tannde ou les 
laboureurs battenl en grange. 

BatAh, s. Rixe, batterie, m^leevio- 
lenle.Voy. xrAiaic. 

Ba«ai, s. Bateau, esp6ce de barque 
de rivi6re; naviro, belandre, felouque. 
— Li smoky li teHl d'on batai : le niftt, 
la voile d'un bateau. — Koite di batai: 
cAble, amarre. — Kouhcnn d^on batai : 
fougon. — S^^^/< d'on batai: boutcilles. 
—Piti batai : batelet, bachet, barquc- 
rolle , cague. — Fon don batai : cale. — 
Ckeg d'on batai : cai»gaison , charge d*un 
bateau. —Batai d'transpOr : gabare. — 
Model di batai : gabarit. — Biakoniddi on 
batai : radouber un bateau , en faire Ic 
radoub. — Ristope It findedr d'on batai : 
calfater un bateau , en faire le calfatage. 

— On batai d'foHr, di ch^ss : un bateau 



Digitized by VjOOQIC 



BAT 



— 104 — 



BAT 



00 pne batlelee de foin , de chaux. — 
Dihkrgi It marchandde foU cTon batai : 
d^sembarquer les marchandises, faire le 
d^sembarquement. — Min6 on batai : ba- 
ieler, conduire un bateau. — Louweg d'on 
baiai : fret , afir^tement ; nolis , noli- 
sement ou naulage. — Ta pri on halai a 
louwech po-z-^lSaMdstrik : je suis fr^teur, 
affr^teur d*un bateau pour aller k Maes- 
tricht. — Ci batcU la va lonjatnnmin : la 
vogue de ce bateau est lente. — Batai k'b 
80 UHr : bateau engrave. — Li batai a 
dmanou n'dimaie eUr $o iair : I'engra- 
vement du bateau a dur^ unedemi-heure. 

— Li batai a toCmS tkou-z-A hd^ a fai 
Fplonket : le bateau a chavir^ , a sanci , a 
sombr^. — Loi on batai A-z-onai del batt : 
amarrer un bateau aux anneaux du port. 
— Batai d^amonucion : Mie. — Mdva batai: 
bourque.— Batoi ckinoiou indiain : jonque. 

— Batai d'sdvach : pirogue. 
BatAi-d'm^r, s. Vaissoau, navire , 

b&timent de mer ; salque. — On batai- 
d^nUf di septantt kanon : un vaisseau de 
80ixante-dix canons.— f7o// di tan d*batai : 
llotte de tant de vaisseaux. 

BAtAle, s. Airde, quantity de gerbes 
qu*on met en une fois dans Taire. — 
Bataie di doze jdb : airee de douze 
gerbes. 

Bauie, s. Quantity de beurre qu*on 
bat en une fois. — Bataie di sett kilo : 
sept kilog. de beurre battu. 

Vfitoie 9 s. Coups violents et r^it^rds. 

— Vola rdial bataie ! voilk une brutale 
manidre de frapper ! 

BatAte, s. Bataille, combat g(Sndral 
entre deux armies; collision, rixe, 
querelle. — LibatatediRdcoa: labataille de 
^ocour.-^WangtUjpiett innbatale : gagner, 
perdre une bataille. — Ons'sovairet lontin 
del bataie di Wdterld : on se souviendra 
longtemps de la bataille de Waterloo. — 
Melt cok t bataU : mettre en train, 
^moustiller. 

mmiwSe^^ s. Ferrailleur, qui se bat 
souvent k T^pde, qui en cberche les occa- 
sions ; bretailleur. — Ld bataie^ n'on nin 
bai jeH t noss pal : les ferrailleurs n*ont 
pas beau jeu dans notre pays. 

Baiaiioii, s. Bataillon , partie d*un 
regiment compos^e do plusieurs compa- 

fnies. — VO'Z-estd dd prumi batalion ; vous 
tes du premier bataillon. — ifonc^ on 
baidion : enfoncer, rompre, percer un 
bataillon. — Li skol di batalion : T^cole 
de bataillon. 

Batan, s. Battant, chaque partie d*une 
porte qui s'ouvre en deux. — VocialMonsieC 
Vmarkiy dovid U deA baton d-Vouh : voici 
monsieur le marquis, ouvroz les deux 



battants de ia porto, ouvrez les deux 
ventaux de la porte. 

BAUUI9 mmUy adj. Battant. — Ouk 
balan^ poite batante : porte battante, qui 
se referme d^elle-m^me. — Abi to ^otoJi 
nou : habit tout battant neuf. 

]i«t«s-«i-veeii, s. Flagellation, action 
de fouetter, de faire subir h quelqu'uQ 
le supplice du fouet. 

Bat«ch, s. Battage, action de battre 
le bid, temps qu'on y emploie. — Kwam 
U grin son rakoi , fit songi A bateck z 
quand les bids sent rentrds , il faut songer 
au battage. 

Batcitt, s. Bapt^me (t), sacremeni 
par lequel le pdchd originel est cflacd. — 
RicUr li batem : recevoir le bapt^me. — 
AU a batem : porter un enfant k Teglise 
pour le baptiser. — DimMe batem : on- 
doiement. — Fir di batem : fonts baptis- 
maux. — Aiw di batem : eau baptismale. — 
No d^batem : prdnom , nom de baptdmo , 
petit nom. —Btgain d'batem : chrdmeaa. 

— Dra d^batem : tavaTolle baptismale. — 
RSgiss di batem : registro baptistdre. — 
Rikwiri s'batem. : aller chercber son 
extrait de baptdme, son extrait de nais- 
sance, son extrait baptistdre, son bap- 
tistdre. — Batem di sonk : baptOme de 
sang. — Batem dd jwif: circoncision. — 
Batem (f inn clok : baptdme d*une cloche. 

— Difonc6 rbatem : enfoncer le crSne. 
BaieU, elkm, s. Batteur, qui aime k 

battre, h frapper, jouteur, fesseur, fouet- 
teur. — BateU d'gin : batteur de gens , 
bretteur , bretailleur. — BateH d'grin : 
batteur en grange. — Bate^ d'^r : batteur 
d'or, ouvrier qui bat les feuilles d*or 
pour les aplatir. — BateH d'pavaie : bat- 
teur de pavd, ouvrier qui enfonce les 
pavds au moyen de la hie; faindant qui 
n'a d*autre occupation que de se pro- 
mener dans les rues. — BateH d'boutih 
res8 : battoir de lessive.— iVowii batei^ : 
intervcnant, innovateur, nouveau fer- 
railleur. 

Batenr, s. Court bAton (run flenu. 

Bati, V. (Ji batik ^ no batihan). B;Hir, 
construire, ddifier, fonder.^ Bati so 
pilott : batir sur pilotis. — Bati al vHe ou 
al novel mOtt , Avion A novai goss : bdtir 
k Fantique ou k la moderne. — Vola on 
j6nn om k'd batijusk^ tair : voilk un jeone 
homme qui est bien bdti de la t^le aux 
pieds. 

Bati, s. Agglomeration de maisons, 
partie agglomerde d*une commune. — 
Logt 80 Vbati dd viech : loger dans la partie 
agglomdrde du village. 

( 4 } Dans le mot hoftimt et set derivea , le p ett muct. 



Digitized by VjOOQIC 



BAT 



— 405 — 



BAT 



BAiiheeii, 8. B&tisse, coustruction , 
enlreprise de magoQDerie; ddilication , 
structure y mani^re de bfltir. — ChUsihS- 
%-cn maQon ki knoh bin rbatihech : faites 
choix d'un maQon qui connaisse bien 
Tart de construiro des b^itiments, la con- 
fection d*un b&timent. 

■aiiheH, 3. Bdtisseur , qui aime h 
b&tir, qui a ia manie de faire bdtir; 
constructeur, ^dificateur. — Viv UbatiheU, 
i no fei dd htU row : vivent les b&tisseurs, 
lis embeilisscnl nos rues. 

BaiimiB , s. B^timenl , maison, Edifice, 
construction. — Batimin cTmdr : bfttiment 
de mer, navire, vaisseau, salque, aviso. 

— VI batimin : bdtiment antique. — Plan 
d'on batimin : ichnographie , dessin ichno- 
graphique; sciographio. 

Battr, s. Aire d*une grange. 

BatiM, s. Batiste, toile tr6s-fine.— 
Dd goli d^batiss : collets de batiste. 

BaUss, s. Jean-Baptiste, nom d'homme. 
•^S n'nd rd6 trankil com Batiss : s'en re- 
tournertranquillement, aveccalme, sans 
s'inqui6ter de rien. 

BatiM, s. Gbaudeau k la bi^re , me- 
lange battu. 

BatiM, 8. Battice, commune du canton 
de Herve, k 18 kilom. de Li^ge. Pop. 
4,300 hab. Sup. 2,442 hect.— Li komeunn 
di Batiss toUnn to-4'Atoil d'Haif: la com- 
mune de Battice toume autour du terri- 
toire de Herve. 

naiistAir, s. Baptist5re, extrait de 
naissance.— i4^ rkwdri s'batistair al mai- 
zonrd'vHe: aller rechercher son extrait do 
naissance k rhdtel-de-ville, I) F^tat-civil. 

— Avon V0S8 batistair ^vo f6v^ ki v'z-esti 
foU del miliss : par votre extrait baptis- 
taire, vous prouvez que vous n'^tes plus 
de la milice. 

BaiiB^, v. (Ji batizaie). Baptiser. Voy. 

Battht. 

Baiiai«,s. Batel^e, chaise d'un bateau. 

— Bailaie di h&tey di chdss : batclde de 
houille, de chaux. 

Ba«i^9 V. (Ji bateHji batlaie). Faire 
un batardeau, un p6r6. — On vabatl^ to 
Vboir del MoH^ : on va faire un p^r^ tout 
le long de la Meuse. 

vatieeh, s. Batelago, allies et venues 
de bateaux ; navigation. — Li batlech d bai 
a Lick y kwan VMoUss h kdtt aU : k Li^ge , 
le batelage est anim^ quand la Meuse est 
assez baute. 

BatoBt, s. Bdtonnier. Voy. Bast^nt. 

Batow, s. Battue, chasse avec bruit 
dans les bois, pour en faire sortir les 
loups , les renards , etc. — RadnbU M 
fm%m po pi n'batow : rassembler les 
paysans pour faire une battue. 



Batr^ie, 8. Batteric^ querelio avec 
coups; combat, rixe, collision, oplo- 
machie.— L^ fiess di viech finihet sovinpar 
db batrtie a kd d'bordon : les kermesses 
finissent souvent par des batteries h 
coups de baton.— ia/r^ie di cok : joiUte 
de coqs. 

Batr^ie,s. Battcrie.— ^d/ref^ di kanon : 
pieces d'artillerie disposdes pour tirer; 
barbette. —Monte sh batrtie : dresser ses 
batteries, prendre ses mesures. — Di- 
mont6 st batrtie : ddmonter sa batterie ou 
ses batteries. — Rakovidr inn batrHe : 
blinder une batterie. 

Batrtie, s. Batterie. — Batrtie di kou- 
henn : batterie de cuisine, ustensiles qui 
servent k la cuisine. — On n*vou pu dH 
batrtie di kouhennan keHf: on ne veutplus 
de batterie de cuisine en cuivre. 

Bair^ie , s. Batterie.— ^^rct« di fizik : 
Voy. »ftr. 

BatroM, s. Batte, bdton rond pour 
battre le beurre. — Voss batroHl t tro 
mdl&htiey on s'dihaflt min : votre batte h 
beurre est d^sagreable h mouvoir, on 
s*en ^corche les mains. 

Bat4, V. (Ji batty no batan, ji batret), 
Battre, frapper, rosser, donner des 
coups; fesser; combattre, attaqucr son 
ennemi ou en rcpousser Tattaque. — Si 
Iti butt : se laisser battre, se laisser 
accabler sans se d^fendre.—Batt Vainnmi : 
battre Tennemi, le d^faire, leddconfire. 

— On g6n6rdl k't baton a todi loir: un 
g^n^ral battu a toujours tort. — Si batl 
po rtiess , a kd d^pogn : se prendre aux 
cheveux ou se tignoner, se battre k coups 
de poings. — Si battjmka Vmoir : se battre 
k entrance. -^ Batt inn om tan k'po Vf6 
artgi : battre un homme dos et ventre , 
comme un chien, le battre en diable et 
demi , le battre comme pldtre. — / von ess 
baton: le dos lui demange. — MicoHrki 
batt: mon coeur bat, palpite. — Batt li 
chin dvan ITion : battre le cbien devant 
le lion, devant le loup; faire une r6pri- 
mande k quelqu^un devant une personno 
plus considerable , pour que celle-ci so 
I'applique. — / dviss todi di s'batt : c'est 
un bretailleur, il bretaille toujours. — 
Batt li fiair tan Wil t chd : battre le fer 
tant qu'il est chaud , poursuivre une 
affaire qui est en bon train. —Bolt on gtt : 
gauler un noyer, en faire tomber les 
noix.— 5a(l dt pi : tr^pigner, frapper 
des pieds centre terre avec vivacite. — 
Batt li boAr : baratter , agiter du lait 
dans une baratte pour faire du beurre. 

— Batt It'Z-abi : houssiner les habits. — 
Batt mandie : battre monnaie. — Batt t 
VhcUr : battre en grange.— 5aW li mtzeUr: 



Digitized by VjOOQIC 



BAT 



— 106 



BAW 



baltre la mesure. — Batt H kais$ : battre 
la caisse.— Ba/< ddfeU : battre le fusil.— 
Batt dt kanpagn : battre la caoipagne , 
parier d*uno manidre vague, faire des 
r^ponsos ^vasives. —MiiU n'saki tabeiir 
baton : inener quelqu'un tambour battant. 

— Batt del linw : ddsargonncr. — Batt inn 
mAl kdss : soutenir, plaider une mau- 
vaise cause. — Batt U-z-aiw : ^puiser les 
caux. — Kwan on vou batt on chin, on 
troAf todi bin on boston : quand oo veut 
causer de la peine , on trouve toujours 
bien un motif. 

Bad, s. Batardeau, digue, cbemin do 
halagc , quai , balise. — Fd n'batt po 8'wdrd6 
dt grantd-z-aiw : faire un batardeau, une 
digue, une turcie, une jet^e pour se 
garantir contre Ics inondations. — Dihin- 
daie d'inn batt : cale. 

Batt, s. Fouet, pour fouetler le sabot. 

— Ji n^sdreH fi al6 m'toHrnai , ji n'a not 
batt : je ne saurais jouer au sabot, je n'ai 
pas do fouet. 

Bait , s. March^. — lA batt A-z-oHhai , A 
kolon : marchd aux oiseaux, aux pigeons. 
Batty s. Andain. Voy. Andii. 
Batt-boikr, S. Baratte. Voy. Chremm, 

Batt.di.Yeeh, V. FlageUor, fouetter, 
faire subir le supplice du fouet, de la 
flagellation ; fusliger. — Dd tin vac6 It 
dzairtetr esti baton d'vtch : autrefois les 
deserleurs ctaient battus do verges. 

Batt-fen, s. Briquet, fusil, petite 
piece d'acicr pour tirer du feu d'un 
caillou, d'un silex. — Lt batt-feU fosforik 
son-t-oc^ danjreH : les briquets phospbo- 
riques sent assez dangcreux. 

Batt-sraBM^r, V. Vomir. Voy. BlBtt 
6 Ydml. 

Battht, V. (Ji battMiCy no bathian; ji 
batthieret). Baptiser , conferer le bapt^me. 

— On battJiHe avou d-Vaiw : on baptise 
avec de Teau. — fia«/*f n'clok: baptiser 
une cloche, la b^nir et lui donner un 
nom. — Batthi Vvinou rUcai : baptiser le 
vin ou le lait , y mettre de Teau. — 
Novelmin battht : neophyte. 

Bat4hieA, «iiMi, s. Donneur de sobri- 
quets. — Lt batihieU atrapt tH(He inn 
i^taie : les donneurs de sobriquets attra- 
pent parfois une taloche. 

Batt-karaM, V. Tr61er, courir ca et 
1^; battre Festrade. — fa stu batt-karass 
tO't-avA It viech po-z^chl6 dt poursai : j'ai 
couru par monts et par vaux pour acheter 
des pores. 

BattU, tr, 8. Batelier, celui dont le 
metier est de conduire un bateau ; marin 
d'eau douce. — Piti batli : bachotour , 
petit batelier ; gabarier. — Crok di battli : 
gaffe. 



BattmiB , 6. Battcmcnt , action dc 
battre; agitation. — Battmin drkoHr : b^it- 
tement de coeur, palpitation, spasme« 
mouvcment spasmodique. — Battmin 
d^pdss : battement du pouls , pulsations. 
Battmin d^pi : trepignements pour np- 
plaudir. — ^a«wimd'^: tire-d*aile, bat- 
tement que fait un oiseau quand ii vole 
vite. 

BavArd^y v. (Ji bavdrdok), Bavarder, 
parier beaucoup et indiscrdtement; cla- 
bauder, medire. — Taiss-tu don , ti barar- 
daie trop, ti no-z-andie : tais-toi done, tu 
bavardes trop , tu nous ennuies. 

BavArdech, s. Bavardage , clabau- 
derie , medisance , cancan. — Awu vox^ 
bavdrdcch , w v"f6 hir , mamzel : votre 
bavardage vous rend insupportable , 
mademoiselle. 

BavArdeA, cAm OU recs, S. Bavard , 
qui parte sans discretion et sans mesure; 
clabaud, clabaudeur, m^disant, d^ba- 
gouleur. — Ct It bavdrdeH t It bavdrdrcss 
ki ft vni dt karell intl It wtzin t It kamtrdtt : 
ce sont les bavards et les bavardes qui 
font nattre ia zizanie entre les voisins et 
les amis. 

BavArdr^ie, s. BavardcHe, caract^re 
du bavard; caqueterie , jaserie. Voy. 
BavArdc«h. 

BavaroiM, s. Bavaroise, infusion do 
the oil Ton met du sirop de capillaire 
au lieu de sucre. — Bavaroiss A It-foi : 
bavaroise au lait. 

Bavtr, s. Bavi6re, hospice k Li^ge. — 
iplAss di Bavtr : emplStre de Fhospice de 
Bavi^rc. — Chttr di Bavfr : chaise h por- 
teur in Tusage des hospices. 

Bawett, s.Trou, petite ouvcrture pour 
observer, pour lorgner; ineurtri^re. — 
Awaittpo rhawctt : observer, lorgner par 
le trou , par la barbarcane. 

Bawt, v. (Ji bawtie, no bawian), Lor- 
gner, regarder en tournant les yeux ; 
(^pier, observer. — // 1 todi a louki t baui 
to costt : il est toujours occupy k lorgner, 
h ^pier tout le monde. 

Baiwieeh, s. Lorgnerie , action de 
lorgner. — Kom i s'dimosteAr avou se ba- 
wiech ! comme il se fait remarquer par 
ses lorgneries ! 

BawioA, cAm, s. Lorgneur, celui qui 
lorgne. — Gna baikd d'bawieit at komtdtie : 
il y a beaucoup de lorgneurs au spec- 
tacle. 

Bawion, 8. Lorgnofi, petite lunette k 
un seul verre qu'on porte ordinaire- 
ment suspendue h un cordon. — Toct faro 
la, t I'Z'i (A todi dt bawion! lous ces fas- 
hionables , il leur faut toujoui-s des 
lorgnons ! 



Digitized by VjOOQIC 



BEG 



lOl 



BEG 



Biiw«^9 V. (Jibawtaie). Diminutif do 

iiasAB^,fiie, adj. Noirdtro, hal6. — 
On bazdnd visech : un visage basan^. — 
EU a Vpai bazdmie : ello a la peau 
basan^e. 

BamAnB , s. Basane , pcau de mouton 
prdpar^e pour couvrir des livres et pour 
(fautres usages ; aludc. — RiloUHr di 
bazann : reh'ure en basane. 

BamAr, s. Bazar, lieu d'exposition et 
do vente d'objels d'art et d'industrie. — 
No-z^van deUss trH bai bazdr a Lick : 
nous poss^dons k Liege plusieurs beaux 
bazai*s. 

BaB-EspeBDy s. Neerhospen , com- 
mune du canton de Landen , h 45 1/9 kijom. 
deWaremme.Pop.325hab.Sup.396hect. 

Baziiik, s. Basilic, serpent fabuleux 
Uont le regard tue. — Kwan Jkenn d m&l ^ 
el fai dt-Z'OMe di bazilik : quand Jeanne 
est courrouc^e, elle vous fait des yeux 
de basilic. 

BaMiiik , s. Basilic , herbe odorif^rante 
qu*on emploie quelquefois dans les ra- 
goOts. — D^ptvion & bazilik : des pigeon- 
ueaux an basilic. 

iiasin, s. Basin, ^tofTe de fil de coton 
quelquefois m^l^e avec du fil decbanvro. 

— Melt on gikt d'ba:dn al pai : porter un 
gilet de basin h la peau. 

Baz-ohA, s. Bas-Oha, commune du 
canton de U^ron , k 4 i/s kilom. de Huy. 
Pop. 760 bab. Sup. 697 beet. 

Baa-^r, s. Orgu6 de BarbaHo, ins- 
trument qui a beaucoup d*anaIogie avec 
Torgue , et qu'on met en mouvement k 
raide d^une manivelle. — Baikd d'bribe^ 
jowet del baz-^ : beaucoup de mendiants 
font usage de Torgue de Barbaric. 

BMiei, s. Isabelle, nom de femme. 

B^iieit,s. Elisabeth, nom de femme. — 
Smll B^beU esleU rkuzeunn di Notru-Dam : 
sainte Elisabeth ^tait la cousine de la 
S«*-Vierge. 

Beeh, s. Bcc, partio dure qui sert de 
bouche aux oiseaux. — Lou beck , koHr 
beck ; long bee , bee court. —iW di'bech : 
coup de bee; trait piquant, trait de m6di- 
sance. — Bech a crok : bee crochu. — 
Blan bech : blanc-bec , jeune homme 
imberbe, sans experience. — Kl&r si 
bech: rester bouche close, se taire, 
baisser le ton , caler la voile , d^hanter. 

— Vthz-avi todi rbech Uv Ion : vous parlez 
toujotrrs trop, vous extravaguez, vous 
dites des impertinences. — Avupud^bech 
ki d'cou : avoir plus de paroles que d'e£R&t, 
faire plus 4e bruit que de besogne. — 
Bech di penn : bee de plume. — Bech di 
lif: bee de li^vre , 16\Te fenduc. 



Beeh, s. Petit baiseramoureuxUcrmo 
familier. — U Vz-a vdiou leA deH ki s'dini 
d^ bech : je les ai vus eux deux se don- 
nant de petits baisers (et non de petiles 
baises), 

Beeh, s. Pois, petite boule d*argile ; 
esp^ce de jalet qu*on lance par le moyen 
d*une sarbacane. •— Sofld dt bech aprd 
d^'Z-aronit : lancer des pois sur des hi- 
rondelles. — Bech d'inn bouhnl : tampon 
de fllasse ou de papier pour une canon- 
ni^re. 

Beeh-dl-grAw. Voy. d^rAnfoiii. 

Beeh-dl-mehon , S. Petitclouk FusagO 

des cordonniers. -— Klawd dd bech di 
mohon al btchett d'on sold: metlro des 
petits clous au bout de la semelle d'un 
Soulier. 

B^eh^ie , s. Bouchde , petit morceau 
de quelque chose k manger; lipp^e, 
gobet. — Bdchdie di chAr : bouchee de 
viande. — Ni f& kHnn btchtie d^on pAstd : 
ne faire qu'une goul^e d*un pftt^. — Li 
btchHe dt kurd : la bouchee grassc , la 
bonne bouche. —Din^ rbdch^ie a n'oHhai : 
abecquer ou ab^quer un oiseau , lui 
donner la becquee. — Li p^kon a magni 
Vbdch^ : le poisson a mang6 Tappat. 

B^het, s. Brocheton, petit brochet. 
Voy. Breehet. 

B^het^^n^r, s. B^cunc , potsson de 
mer tr^s-vorace qui ressemble un peu 
au brochet. 

B^heu, s. Bout, pointe, extremity. 
— Ld btchelt de pt : les bouts des pieds. 
— Ld bdchett dt deH : les bouts , les extre- 
mit^s des doigts. — Bdchett di kolltai : 
pointe d'un couteau. — B^AcW (on sopeii) 
d'ab ou d'plaTiit : sommiles d'arbres ou de 
plantes. — / s^ soula so VbicheU di s'de^ : 
il salt cela sur le bout du doigt. — fa ci 
mo la sol bdchelt del linw : j*ai ee mot sur 
le bout de la langue, sur les bords des 
livres. — Rijonlt Id deil bdcheit : raboutir ; 
unir les bouts de deux objets. — On-5- 
atnm mi sd talon k'sd bdchett : on desire 
qu'il montre les talons , qu*il nous delivre 
de sa presence. 

B^ht, V. (Ji becft, no bdchan). Donner 
des coups de bee; becqueler. — Li ko- 
vress vCa bdcht : la poule couveuse m'a 
donnd un coup de bee ( i). 

B^ht, 8. Mordre k Tappdt (se ditdes 
poissons).— SecA , i bech : tire, le poisson 
mord (i). 

B^ht, V. Joindre presque, se toucher h 
peine. — Li Moilss n'd mn ko foA rify el bech : 



(t) Le Tcrb« francait hiquet n'exUte pas ; il Uque 
nne faiita , non4«u1ement dant 1a cat actuol , mai« ai 
poar ezprimer : donn$r de$ coups dt hec. 



eat 

ausst 



Digitized by VjOOQIC 



BEG 



— 108 — 



3E1 



)a Mouse n*e8t pas encore sortie de son lit, 
mais peu s'en faut. 

B^hoa,«w, adj. Pointu, qui a une 
pointe aigue ; acuraind. —Bdchou minton : 
menton pointu. — Ddchow mrenn : nez 
pointu. 

BechU. Voy. Beeliteik. 

Beeh-flalr^S.Grimpereau.Voy.GripeU. 
Pivcrt, oiseau grimpeur du genre des 
pics. — // ouveUr kom on bech-fiair : il tra- 
vaille comme un format. 

Becht^, V. (Ji bcchiaiCy no bechtan), 
Bccqueter ou b^queter, donner des coups 
de bee; picoter. — Bechtd dtoU d'on pan : 
manger un pain petit h petit. — lAmohon 
ki s'bechtei Von Vdtt : les moineaux qui se 
battent h coups de bee. 

lieeht^ 6 Beki^, V. B^gayer , pro- 
noncer les mots avec peine par un ddfaut 
d'organe; balbuticr. —On-z-a tote li p^n 
dd monit dd comprinte dss't-om la , i bechtaie 
tro foir : on a toutes les peincs du monde 
de comprendre cet homme, il begaie 
trop fort (i). 

Beehteeh. s. Begaiement, action de 
begayer; hesitation, balbutiement. — 
On pou korigi Vbechtdch : on pent corriger 
le b^iement. 

BeehteA ^ WMkieh, ettmrn ^ reM, S. 

B^gue, qui a peine k prononcer les 
mots , rdpdtant souvent les m^mes syl- 
labes. — Ldpu hip6 dokteUr ni $avt nin ko 
rwtri U bechteH : les mt^decins les plus 
experiment's ne peuvent pas encore 
gudrir les b6gues. 

B^ehnron, s. Petit bec, becd^un vase, 
sucoir d*une cigale. — Li b^huron d'inn 
/^fi^e:lebecd*unethei6re.Voy.Tiitar#B. 

B^dA, s. Bedeau, offlcier muni d'une 
baguette ou masse , pour le maintien de 
Tordre dans les dglises; Suisse, appa- 
riteur. — Ld bM (tasteUr, c'd d^ faro: 
les bedeaux d'aujourd*hui sent des 
dldgants. 

B^denn, s. Biseau, outil de tourneur, 
de menuisier.— Rt€^n< n'btdenn : dmoudre 
un biseau. 

B^drMe, s. Mauvais lit; literie, cou- 
che, couchette; liti^re. — BddrHedi chin 
d*ch€8s : bans , liti^re de chiensdechasse. 

B^dwiB, 8. Bedouin, Arabe qui vit 
dans le desert et qui exerce le bri- 
gandage. — Ld Francet on kchtd U Btdwin : 
les FranQaisontpourchass6 les Bedouins. 

Beftenr, s. Beifroi , charpente qui 
porte les cloches. 

B^gAy s. Bdgard, institution religieuse 
h Lidge. — Ridhind U grd dt BigA : des- 
cendre les degr's des Boards. 

(i } Nf ditet pM : •/ Wguf. 



Biis*9 8. Fange, boue; cloaque. — 
Rihoukt voss-t'tfan ki n'vass toumi t UgA : 
rappelez votre enfant, de crainte qu*il 
ne tombe dans le cloaque. 

B^sA , s. Titulaire, celui qui estrev^tu 
d'une charge, d'un office, etc. — Ia 
bdgd d Vsorvikan : le titulaire et le survi- 
vancier. 

B^gaeenn , s. Becassine , oiseau plus 
petit que la b6casse et qui a aussi le 
bee fort long; bdcasseau, cul-blanc — 
Siervi n'adeii di bdgacenn : servir uno 
assiette de b6cassines. — TirS Vbtgacenn: 
tirer la becassine, cacher son jeu, sa 
superiority , son adresse. 

B^8«in, s. B'guin, petite coiffe de 
linge pour les enfants ; teti^re, — Meii on 
bdguin: embeguiner, envelopper la tete 
de linge ou d*autre chose en forme de 
b6guin. 

B^8«iBHi'ii««em , s. Ghr'meau , petit 
bonnet sur la t^te de Tenfant apr^s Tonc- 
tion du saint Chri^me. 

B^SMM, s. Bdcasse (i), oiseau de pas- 
sage qui a le bec fort long.— Jfo^ion ragou 
d^b^gass : manger un ragoQt ou salmis de 
b'casses. — Jdnn btgass : bdcasseau. 

Begnet, s. Beignet, esp^ce de pdte 
frite a la poele et contenant une tranche 
de fruit. ^F6d^ begnet d pom : faire des 
beignets de pommes. 

BegnoB , s. Gharrette k fumier. — 
Ckdri d'Vansenn divin on begnon : charrier 
de Tengrais dans une charrette k fumier. 

B^gueiiByS.Beligieuse, femme obligee 
par des voeux k suivrc certaines rdgles 
etablies par r£dise; nonne, nonain» 
moinesse , moniale. — J6nn btguenn : no- 
nette.-— Si fdbdguenn : se faire religieuse, 
prend re le voile. — // aved ireA (He , t n-n'a 
fai deH bbguenn : il avait trois demoiselles, 
il en a grill6 deux. — Chanb di bdgvtnn : 
cellule. — Biguenn d'ospitA : soeur de 
charite, soeur grise. —Sou k't fai t fai, di 
Vbdgufnn : ce qui est fait est fait, dit la 
religieuse. 

B^goeBB, 8. Ores becfigue. Voy. 

B^viBell. 

B^gniBMh, s. B'guinage , maison on 
convent de b^guines; prieure, asile^ 
rctraite pour les femraes ftgees ou in- 
iirmes. — Li b^inech di Sin-Kristof: le 
b^guinage de S^-Christophe. 

B^gviBetiy s. Becflgue, petit oiseau 
qui se nourrit ordinairement de figues. — 
Li tindrHe d bdguinetl : la chasse aux 
becflgues. 

B^t, s. Bey* gouverneur d*une viUe 
ou d*une province en Turquie. 

( t) PronoDCPc Bikace et non Bigace* 



Digitized by VjOOQIC 



i09 — 



BEL 

B^iAtaiMi, 8. B^at, exempt dojouer, 
qui ne paie pas. — FSon HiMuss d hiss 
di koHr : voir k qui aura Tas do cocur 
pour ulro b6al. 

iN)ie, s. Billo, boulo d'ivoire avec la- 
quelle on jouc au billard. — Jow6 n'b^e : 
poussef uflc billo. — F6 n'bHe : fairc , 
hlouser une billo , la moltre dans la 
hlonsc—BIokSn'bMe: bloquor une billo, 
la blouscr de force, 

B^ie, s. Quille , morceau de bois long 
ct arrondi servant h un jcu oil il y a 
neuf do ccs morceaux ranges trois k trois 
en carrd pour les abaltre de loin avec 
line boule. — Pir d'onje^ (Tbdie: quillier. 
— Baukt dbdie : boule d*un jeu de quilles. 

— On bonjoweUdbHe : un bon joueur de 
quilles, un grand abaUeur de quilles.— F^ 
lioUvbHe: fa ire les neuf quilles, abaltre 
lout le quillier. — Ni fi nolbHe, pi benvctl: 
fairc chou-blanc, n'abattre aucune bille, 
inanquer son coup.— Sdmda We: quiller, 
c*cst-k-dire que chaque joueur jcltc une 
qui lie le plus pr^s de la boule pour savoir 
qui jouera le premier. — Ess ricu kom on 
chin dvin on jeA ^bdie : ^Ire ro^u comme 
un eliicn dans un jeudo quilles, recevoir 
un tr<^s-mauvais accueil. 

B^ui, s. Bouleau, arbre de respcce 
de ceux qu'on appelle bois blanc. — 
Pepinir di bdiol : boulaio , lieu planted dc 
bouleaux. — Ramon d'beiol : balai de 
bouleau. 

B^kAr, s. Btori*e, signe musical qui 
scrl k rdtablir dans son ton naturel une 
note haussdc ou baissee d'un dcmi-ton. 

— Ni roHvl nin dd met I H bdMr a ciss noil la : 
n'oubliez pas de metti*e le becarre ii cette 
note. 

B^kAr, s. B^carrc, femelledusaumon. 

Bdk^borgn, adj. Perplcxc, inddcis.— 
Li ci kd bdkiborgn divin li':Hifair ni fret 
mak rin : celui qui est irresolu dans les 
affaires ne progi^essera jamais. 

Bel, s. As d'atout. — On rtdrnU inn 
r^e po Vbel : on efface une marque pour 
Tas d*atout. 

B^ioir 9 s. Bellaire, commune du canton 
de Fleron , ^ 6 i/« kilom. de Liege. Pop. 
850 hab. Sup. 100 i^ hect,— iVofrtf-Dam 
di Bdair a wgrantt rinomaie : la Vierge de 
Bellaire est en grande veneration. 

Beick , s. Beige (i ) , n^ ou naturalist 
en Belgique. —No-z-avan sin Belch par H 
r^lncion d*dth^ cin trinte: nous avons 6i6 
Beiges par la revolution de 1830. 

Bei^^iam, s. BcUa-doua OU belladone, 
plantc mddicinale h bale vdneneuse ; 



(i) Ne prononf<»z pas Bclchcf : en 1830, on criait : 
Yivent les Dtrchet! 



BEM 



belle-damo. — Di Vesirai d'bel-dam : ex- 
trait de belladone. 

Bci-di-joft, s. BeUe-de-jour, espdco 
de liseron donl les fleurs ne s'^panouis* 
sent que pendant le jour ; ophemdrocalle. 

Bei-di-BHti, s. Belle-de-nuit ou jalap , 
plante dont les fleurs ne s*<5panouisseni 
gu^re qu'apr^s le coucher du soleil. 

Bei-d'oB-joft , s. Belle -d'un -jour , 
planto k belles fleurs jaunes qui so 
fanent tres-promplement ; hemdrocalle. 

Bei-ffeie, s. Belle-fille, fille du mart 
par rapport h la fcmme; flllede la femme 
par rapport au mari , bru. — Li bel-fHe ni 
s'ttaiu wair avou s'bel-m&; li fidss s'akoiii 
mt : la belle-flUe ne vit gu^re en bonne 
intelligence avecsabelle-m^re; legendre 
s'accorde mieux. 

Bei-j«menB, 8. Balsaminc. Voy. Ja*> 



Bci«ik,s. Belgique, pays situd entro 
la France , la Prusse , le grand-duche do 
Luxembourg, le duchd de Limbourg, les 
Pays-Bas et la mer du Nord. Elle contient 
2,530 communes. Pop. 4,430,000 hab. 
Sup. 2,945,593 hect. 

B^iicim, adj. Bellissime, tr^s-beau.— 
On belicim chapai d'madam : un bellissime 
chapcau de dame. --BHUim cermonnr^ie : 
bellissime cdrdmonie. 

Bci-JiheDB, s. Damc-jeanne, grossc 
bouteille , grand pot pour transporter des 
liquides ; jarre. — PoirtS dd Ufoi divin 
n'bel'jihenn : transporter du lait dans une 
dame-jeanne. 

Bei-n^r, 8. Bello-m^re, femme du 
p^re par rapport au gendre et k la bru. — 
Si belrmir ess-t-inn haidfchinn : sa belle- 
mere est une femme detestable. 

BeimiBi adv. Bellemeni, doucement, 
avec moderation. — Fd to beimin : faites 
tout bellement, posement. — Lt ci k'a 
fain n'sdreH magnt beimin : qui a faim no 
pout manger bellement* 

Bei-«oftr, s. Belle-soHiri soeur du 
mari, de la femme du fr^re, du beau- 
MrC'—TaUne, c"t m'bel toUr , pusk'eU a 
spozS m'fYi : Catherine est ma belle-soour » 
puisqu'elle a epouse men fr^re. 

BeiYidair, s. Belvedere t pavilion au 
haut d*un ediflce ou sur quelque ele- 
vation, el d*oii Ton decouvre au loin. — 
Di m'belvidau*y ji ve^ dei-z-^Hr /o-f-4toA 
tfmi : de mon belvedere je vols deux 
licues h la ronde. 

B^moi, s. Bemol, caractere do mu- 
sique en forme de petit b, pour fairo 
baisser d'un demi-ton la note qui suit. — 
Li boubiet a stu metl on bdkdr d fpless d'on 
bdmol : le nigaud a dte meltre un becarro 
pour un bemol. 

TOME I. «» 



Digitized by VjOOQIC 



BEN 



110 — 



BEU 



-Ahin, 8. Den-Ahin, commune du 
canton do Huy, k un kilom. do cctlo villc. 
Pop. 1,300 hal). Sup. 2,421 hoot.— L/ 
fametl chestni d'Baifdr d so Vkomeunn di 
Ben-Ahitt : le cel^bre chSleau dc Beau- 
forl est sur le territoire de Ben-Ahin. 

B^nai, s. Banneau ou bancttc, dimi- 
niitifde Bcnn. 

B^n^dieit^, s. Bonddicit^ , pri^re 
qu'on fait avant lo rcpas. — Dih4 vo 
binMiciU^ m'fi : ditcs votre bcnedicilc, 
nion fils. — lio^vi n'hmtdiciU : no plus 
savoir son benddicit6. — Ld tro Ion bdnd- 
diciU ft pieil padainss A-z-afamd : un 
bcncdieite Irop long impatiente ceux quo 
la faim presse. 

iMMiedik«ioD, s. Bdn6diction , action 
dc licnir, consacrer au culto avec des 
ceremonies; actions de {?pAces ; don ou 
fnvcur du Ciel. — DM Vbenedikclon ovou 
rvcnerdh : donner la b(5nediction avec 
Toslcnsoir. — Ki VBondiu vOiemctl si sinie 
henddikcion : que Dieu y meltc , y donne 
sa sainte bcnt3diction. 

B^n^diktin, enn, S. Bdnddiclin, rc- 

li^'ieuxde Tordre de saint Bcnotl. —Kovin 
dlienddiktitt : convent de Benddictins. — 
l/^gltss de Dcnddiklenn : Tcglisc des 
Benediclines. 

Bitncflet, s. Beneficier, quiaunbd- 
ncfice. — L<^ Benefid d"Sin-Pd : les bene- 
lliMcrs dc S*-Paul. 

B^n^Oct , V. (Ji bdttdficdk). Bdndficier 
(cinq syllabcs), fairc quelque profit. — 
Vo li'sdfi wait' bendficl so ciss marduindeie 
la : vous no sauricz guere beneficier sur 
cetle marchandise. 

B6ii^iii>iii , s. Bt^ndfico, gain, profit, 
avantage, lucre. — /I vintt vo kronpir a d 
pri la , vo fr6 on haili bendfiss : en vendant 
vos ponimes de tcrre a un lei prix, vous 
fcrez un benefice consid(5rable. — Dispand6 
lodi on patdr di mon ki voss btniffiss : de- 
penscz toujours un sou de moins que 
voire bdnetice. 

B^n^flfMi , s. Bdn(^(lco , litre , dignit6 
cccldsiaslique acconipagnde de revenu ; 
pei*sonnal. — Irkwir on bendfiss : il postulc 
un bdnefice. 

BdB^riM^s. Tr(^pointe, bandede cuir 
Irds-mince que les cordonniers mettcnt 
cnlrc deux coins plus 6pais qu*ils veulont 
coudre ensemble. — Avon Id btn^tss , le 
smel paretet jm spess : la trdpoinle fail 
paratlre la semelle plus dpaisse. 

B^ncfttt, s. Benitier, vase pour mellre 
de Teau bdnilc. — On bai bdneM d'mami : 
un beau bdnilier de marbre. — / s'kitap^f 
com It dial divin on bdneUti : il gcsticulail , 
il se demenail, il faisait des contoi'sions 
comme le diablc dans un biiniticr. 



Boncfttc-iiiw, s. Eau bdnite, eauqui 
sc bt^nit dans I'ogliso avec des c<^re- 
monies parliculitjres. — Jeid y iapd on 
spitd del btnetUt-aiiv : faire une aspci^ion 
d'cau bcnite. — Pir al beneHit-aiw : be- 
nitier dans une dglise, vase a Feau benilc. 

Beneiktt-aiw , s. Galimafrco, esp^ee 
de fricassee composeede restes de viaudc. 

— VO'Z'dr^ n'beneMt-aiw po voss sopd : 
vous aurez une galimafree pour votre 
sou per. 

B^ni, v. (Ji bdnih, nobhiihan). B6nir, 
donner la benediction, consacrer au 
c\x\iQ. — BHi n' chapel : inaugurer, con- 
sacrer, bt^nir une chapellc. — Beni dd-> 
drnumin d'dgliss : b6nir des orncmenls 
d'cglise. — Beni Vaiw di baiem : lienir les 
fonts baptismaux. — L'£vek b^nihif U 
paean k^esti-i-agimi : Tfiv^que bdnissailles 
passanls agenouillcs. — Ki VBondiu scHk 
bhii : que Dieu soil h6m , soil loue. — 
Ki Ibinamaie Viergi MarHe sefiie bendie : 
que la Sainte-Vicrge soil bcnic, louee. 

— Ki VBondiu v'bi'ude : Dieu vous benissc 
(quand on dternue). 

B^ni, Mc, adj. el part. B<5ni,sanclifie, 
sacrd. — Dd pan b^ii : du pain bcnit. — 
Bdieie chandel : chandelle bdnilc. — De 
sakoi d'beni : eulogies, choscs beniles. 

B^nihAf, adj. Ce qui merile d*elre 
beni. — Sintimin bhiihdf : senliuicnl 
louable, ddifiant. — Elmdnn innveie be- 
niltdf: elle m6ne une vie sainte. 

Bdnihcch, s. Inauguration, cdremonic 
religieuse pour inaugurer un lemple, 
une statue. — Li beniheg d'on monumin , 
dlnn posteur : Tinauguration d'un mo- 
nument, d'une statue. 

Benn, s. Bannc, grande manne qn*on 
place sur un tratneau pour transporter 
loules sortes d'objcls. — F^ mind dd vl 
chiniss di meiib so n'benn : faire transporter 
dc vieux meubles , des guenilles sur une 
banne. — Pitile benn: banneau, banelle. 

Bcnn, s. Banne, grande toile tcnduc 
pour couvrir les marchandiscs, les ga- 
rantir du soleil, etc. — Meit li benn: 
banner , couvrir avec une bannc. 

B^noMis^, adv. Bien oblige. Yoy. 
Bank, 

B^Daroft, cikfifl, s. el adj. Bienhcu- 
rcux, fort heureux, cxtrdmement hcu- 
reux; saint. — Vo-z-avd stu bdnnreU di 
v'scchi foU dla : vous avez 6i6 bien heureux 
de vous lirer de la. — Mind n'bdnnretlss 
vde : mener une vie bienheureuse. — 
Si rdjouwi kom on bdnureA : se rcjouir 
comme un bienheureux. 

B^rAdt 6 B^rddt, s. Cage, apparcil 
servant a dlevcr les badigeonneure. — 
Divan d'ald d btrddt , pnndd vo prdkddon : 



Digitized by VjOOQIC 



BEU 



— Hi 



BEU 



avant dc monter dans la cajjjo des pla- 
fonneurs, prenez vos precautions. 

Berbi, s. Brcbis, femcllc du belicr; 
ouaillc. — Hiett di berbi : troupcau do 
brebis. — Sid d*berbi: bei^crie, bercail. 

— Krotal di bcrbi : crotte ou croltin do 
brebis. — IMnn di berbi : toison. —-Lid 
ki s'fai berbi y li leA Vmagn: qui so fait 
brebis, le loop le mange, c'cst-2i-ilire 
quMl est quelquefois dangereux d*^tro 
trop bon. 

Berbixeii, 8. Jouno brcbis. — Achl6 
rCberbizeit po amUz^ sd-z^fan : achctcr 
unejeune brebis pour amusersosenrants. 

Ber^, s. Berceau. Voy. ChAr. 

nbrety 8. B6rct ou berrct, coiflfuro 
ronde et plate que les dames mettent 
quelquefois.— 0» bdrci d'rog vloHr : un 
beret de velours rouge. 

Bersii6, s. Bergilers, commune du 
canton de Waremme, h 4 1/2 kilom. de 
cetto ville. Pop. 600 hab. Sup. 572 hect. 

— On-z-achtaie baikd d*pourcai a Bergild : 
on fait k Bergilers un grand commerce 
de cochons. 

B^rik, s. Lunettes, verres assembles 
dans une mdmo enchAssure. — MdU sd 
btrik : mettre sos lunettes. —Btrikarsdr : 
b(^8iclcs, lunettes qui s'attachent h la 
t^to. — Ouie di bdrik : verres de lunette. 

B^rikt, 8. Luncltier, faiseuroa mar- 
chand de lunettes. 

BcrinfBB, s. Tratncau, chariot de 
hoailleur. 

iicri«iid6, V. (Jiberlandaie), Divagucr, 
badauder, battre le pav6, iianer.— Wm 
ass ko stu berlnndd, don, halozi! [oil as-tu 
encore 6i6 badauder, done, faindant? 

Beriik 6 Bernik, int. Bemiquo, ex- 
pression pour significr que croyant tenir 
quelque chose on ne tient rien. — Ji 
pim/f ki ni'pdreil, min beriik! je croyais 
qu'il me payerait, bcrnique! lanturlu! 

Berid, s. Berloz, commune du canton 
do Waremme, h 3 1/2 kilom. de cetle 
ville. Pop. 550 hab. Sup. 52i hect. 

BernAr, s. Bernard, non d'homme. 

BcrnArdcnn, s. Bernardino, nom de 
femme. 

BemArdiD, 8. Bornardin , religieux 
de Fordre do saint Benott , rdformo par 
saint Bernard. —Onkovind'Bemdrdin: un 
couvent de Bemardins. 

B^rondtyS. Fauxplancher,dtayonnage 
au-dcssus d'une grange. 

Bertr^lo, 8. Bcrtrcc, communc du 
canton de Landen, Ji iO kilom. dc Wa- 
remme et 2 i/s kilom. de llannut. Pop. 
280 hab. Sup. 278 hect. 

Berw^Uiie , s. Broucttee , ehargcd'une 
brouctte. — Dei'wdiaie di (frdv , di chdss , 



di Urns: broucttee dc gravicr, dc chaux, 
de terreau. 

Bcrvi^A6, V. Brouettcr , transporter 
dans une hrouelie.—BerwdUddchdfech, 
dt cindriss, dd irigu : brouettcr du chauf- 
fage, du fumier, du plAtras. 

Ber^-^i^, V. (Ji bet^xU ^ji benvdlaie). 
Pirouetter et tomber, d(3gringolcr. — 
Loukt'Z-a vo dd nin berwtU at valaie di lo 
Id grd : prenez garde k ne pas ddgringoler 
du haut en^ has de rescalier. 

Bcrw^teft , eikiM 6 rcnm , S. Brouclticr , 
celui qui transporte des terres ou d'autres 
fardeaux; brouetteur, qui tratne des 
hommes dans une brouettc. — Fd baikd 
d^berwtted po Fddrivddondel Modss : il faut 
beaucoup de brouetliers pour les travaux 
de la derivation de la Mouse. 

Bcrwett, 8. Brouctte, petit tombercau 
h une roue etqu'un hommepousse devant 
lui; sorte de chaise k deux roues tirdes 
par un homme. — / mdnn li berwett po vikd : 
son etat est de pousserla brouettc, il est 
brouetticrde son €Ui.—Bress di berwcli : 
brancards d*une brouettc. — 0» mdnn li 
berwelt avou on wach : on s'aide d*uno 
courroic pour pousser la brouelte. — 
Berwelt a deH row , berwett d vimik : 
vinaigrette. 

Bcrweti, 8. Chou-blanc, lermedojcu 
de quilles, se dit d'un joueur qui n*abat 
rien. —F6 berwett: faire chou-blanc, 
fairc blanc , n'abattro aucuno quille ; 
manquer son coup dans une entrepriso. 
— Fd ired bei'wett enndirott : faire chou- 
blanc trois fois de suite ( 1 ). 

BerziBk, adj. £ntre deux vins. Voy. 
MakaiMi. 

BesAieik, s. Bdtail , troupcau de belcs 
h quatre pieds , telles que booufs , vaclics , 
brcbis , cochons. — Av veiou Vbai bestied 
d'noss cinsi? avez-vous vu lo riche bolail 
dcnotrc fermier? 

Bel, s. Lait de la vacho qui a vcle, 
lail couleur de rose. 

Beiinkoftr, s. Bcltincourt , communo 
du canton de Waremme, h 2 1/2 kilom. do 
cctte ville. Pop. 370 hab. Sup. 487 1/2 
hect. 

B^tdnn , s. Bdtoine , planto qui , 6tant 
reduite en poudre, est un bon sternu- 
tatoire. — Si f6 stierni avou n'pdnaie di 
betdnn : se faire <^ternuer avec une pincdo 
do betoine. — Betdnn di montagn, Voy. 

OATe-di-botiir. 

BeCI. Voy. BelM»(e. 

Bcft , s. Collusion , convention secrcltc , 
simulaire, slratageme, ruse, cautclc. — 



( I ) Daus cclle acception , il nc faut pas se servir du 
mot brotwltc* 



Digitized by VjOOQIC 



BEU 



— Ii2 — 



BIB 



Dlm^fltu di ci marchi la , ci n*d k'on beH : 
rndficz-vous do cetle convenliou, cc n'esl 
qu'une collusion^ an acte coUusoire, Trus- 
Iratoire , une embAche , une maDiganco » 
Bu subterfuge. 

BeHle ou BeMfile , S. BoufT^O do vent 
ou de fum^e , coup de vent , raffalo. — 
/ vm Vkbeaiaie di vin t d'plaif ki m&ka 
d'no-Z'tvoU : il vint une rafale do vent ct 
de pluie qui faillit nous emporter. 

veikkett^ s. Yasistas , petite partie 
d'une porte ou d*une fen^tre, pour voir, 
^pier; ventilateur, petite machine dans 
un carreau de vttre pour absorber )a 
fumde dans Jes estaminets , etc. — Fdmetl 
inn benkeli a voss ftgness y % fom tro foir cial : 
faites mettre un ventilateur k votre fo- 
n(}tre, il fume trop fort ici. — J'a vHou 
po rbeHkett ki vo n-n'all : j'ai vu, par le 
vasistas, que vous vous en alliez. 

BeHiaiw, s. Hydropote, celui ou cclle 
qui ne boit que do Teau , qui boit beau- 
coup d*eau ; abst^me , qui ne boit jamais 
de vin. — / streM-a sohaiU ki tatt Id sdlaie 
divnahi dd keiUaiw : il serait h ddsirer que 
ious les ivrognes devinssent bydropotes. 

veUr , V. (JibeHjno bitvan ; ji beHret ; 
ki beiUs). Botre« avaler un liquide. — 
BeHr di Vaiw ^delblVydi pbket , dt fi^anss : 
boire de Teau^ de la bi6re, du genidvre, 
de Feau-de-vie. — Be^r d i'min : boire 
dans le creux de la main. ^ BeiAr d*inn 
alenn : sabler, boire d*un iniU — BeUr 
dd gran k6 : boire k longs traits. — BeHr 
kom on M : boire eomme un trou, comme 
une Sponge , comme un templier. — Be4r 
on vair to pUn : boire une rasade , un 
rouge bord. — / be^H cek d ionai : il boit 
bien, il boit sec; il entonne bien, il 
aime le piot. — BeHr onptikdy on h^fion : 
boire un doigt de liqueur. — BeHr a 
pH kd : buvoter, siroter. —Alfiess^ on 
bcA altallarigo : i la kermesse, on trinque, 
on boit h tire-larigot. — II d joieU kwan 
il a bu : il a le vin gai. —Ji beU a vo, 
kamdr&U Lorin : je bois h votre santd , 
rami Laurent. — VMi ou viers6 a beHr : 
verscr a boire , faire Toffice d'dchanson. 

— Voss vin divin bon a beHr : votre vin est 
en botle. —Bote ki beH (on ki boi) : lo Roi 
boit , cri de rejouissance parmi ceux qui 
assistent au festin du jour des Rois. — 
No n-n'iran kwan n'z-dran bu : nous nous 
en irons apr6s boire. — Bind po beHr a 
n*ovri : donner le pour-boire h un ouvrier. 
— FdbeUr U bicss : abrcuver les bcstiaux. 

— / s'amCz a beAr : il fait abus des spi- 
ritueux ; il godaille. — Lei dansdrpaizan, 
i beHrci mon : laisscz danser le paysan , il 
boini mo ins. 

uoikr, s. Dure, puils des mines de 



houille. — On parfon bcUr : une profondc 
bure. — Buss d'on bcUr : trou d'uue bure. 

— Otrd t beHr : travailler aux houill^res. 

— BeHr d'airech : bure d'a^rage. — Topi 
Vouh 80 Fbe^r: former la boutique, re^ 
noncer k son entreprise. 

BeibpcMi, s. Buveuse, qui boit souvent 
une m^me liqueur. — BeHress di kafety 
di peket : buveuse de cafd , de gcni^vre. 

DeftriA, AU, 8. Braillard , hurleur, 
aboyeur, braque. — N'^i nin sogn di lu , 
ci w'^ k'on bcilrld : ne le craignez pas » c© 
n*est qu'un braillard, un enfonceur de 
portes ouvertes, 

Beftri6, V. (Ji bedrlaie). Bengler, 
mugir , se dit du cri du boeuf et de la 
vacuo ; jeter les hauls cm.—Aldss rikoiri 
le vach , ka VbcHrlct : allcz rentrer les 
vaches, carelles beuglent. 

BeCirieeh, s. Mugissomont ^ meu- 
glement, beuglement, cri du taureau , du 
boeuf et de la vache. —Ld rack on fat oHe 
tlinte dd Ion beiirlech : les vaches out fait 
entendre do longs mugissements. 

Beftt^yV. (JibeutibjibeUiatc).KcfS3sdtT 
sans ^Ire vu. Voy. nvaitt. 

B^B^oeft h ii^m^f, s. Bosacior, celui 
qui porte la besace ; canapsa. 

Bdstea, s. Besace, bissac, sac ouverl 
par le milieu , do mani^ro qu*il forme 
deux poches; bougette. --Ce««-<-{mA Id 
poitt li bdzess : c'est un besacier. — To ou 
rin , karoch oh bdzess : tout ou rien , for- 
tune ou mis^re. 

ii^set^ s. Double-as. Voy. n^b^ibidcc. 

B6s«gn , s. Besogne , travail , ou vrage. 

— F4 voss bdzogn si vHaiht : faites votre 
besogne et no dilos mot. — F6 baiko 
d^bdzogn : besogner beaucoup , faire beau- 
coup do besogne. 

B^sognf , V. (Ji bdzognaie), Besogner, 
faire de la besogne. 

Biy s. Biez, canal qui conduit sur les 
roues d'un moulin; auges. — / fai tro 
secli , li bi h'koHr nin : la s^choresse est 
trop grando, le biez no donno pas d'eau. 

Biair, s.Biais, travers, ligno oblique, 
Icrme relatif. — Pokoi kdpiiv voss sitof 6 
biair? pourquoi coupez-vous votre ^toflc 
de biais ? 

Bifiiri^, s. Obliquity, inclinaison , 
penchant. — Li biairti di dcA Mie ki 
skrcAhlel: Tobliquit^ do deux chcuiius 
qui so croisent. 

BUirsd , V. (Ji biairzaie). Biaiser , user 
de flncsso, employer des moyens dc- 
tournds ; lergiverser. — PdrU li frankmin, 
avou lu i n'fd nin biairzii : parlez-lui fran- 
chcment; avec lui, il nc faut pas peri- 
phraser. 

Bib, s. Ecriture sainle> Ancicnct Nou- 



Digitized by VjOOQIC 



BID 



— 115 — 



BI£ 



vcau Testament. — Cm iU pacech d'tvin 
rsiul Bib ki n'son nin Ahdic a konprintt : il 
y a dans la saiate Bible des passages 
qui ne sont pas faciles k eomprendre. — 
Bib dh Turk : Alcoran ou Coran. — Bib dt 
juif: Talmud. —Bib d^z-Indidin : YCda. 

vii^iM,s.B6te,animal,termeenfantin; 
quelquefois diminutif de b^te; bestiolc. 
— Ua fai 90ula koni innpiiite bibiss : il a 
fail cela un peu1)^tement 

Btiiitk, adj. Bibliquo, qui conccrne la 
Bible. — Lingag btblik : langage, stylo bi- 
bliquo. — Li Socidld biblik di Lonlt : la 
Soeidtd biblique de Londrcs. 

vibudsraf , s. Bibliographo, qui con- 
natt les livres, leurs Editions, etc. — 
CesS't-on maiss MbliOgraf : c'cst un biblio- 
grapho distingu6. 

viMidsrfif^ie^s.BibliographiOyScience 
du bibliographo. 

Bibiidsrafik , adj. Bibliographiquo , 
qui concerne la bibliographie. 

miiiioA^k^ s. Bibliotheque , grand 
nombro de livres ranges en ordre, lieu 
oil ils so trouvent. — Boi^r^u; di biblioM: 
boiserie de bibliotheque. — Inn bone bt- 
blioUk e TrntieU d'ioti U kpat/ndie : uno 
bonne biblioth6que est la meilleuro do 
toutes Ics compagnies. 

Btkiut6k«ir, s. Biblothdcaire , cclui 
qui est pr<$pos6 pour avoir soin d'une 
bibliotheque. — On biblioUkair deil savu 
baikd : un biblioth^cairo doit avoir beau- 
coup d'instruction. 

mkio, s. Bilboquet, sorto dejouetde 
bois ^vase d*un bout, pointu de Fautre, 
pour recevoir une boule. — ICil css-t- 
adrelt A biblol qu*il est subtil au jeu du 
bilboquet! 

Bibriony s. Souris, clignotcmont fre- 
quent de la paupi^re- — Avu I'bibrion ; 
avoir la souris. 

BtkroB. Yoy. I«^^l-d'lfo(ra-D«m. 

BtkoroB, OBB, s. Biberon, celui qui 
oirae le vin, qui en boit frt^quemment. -— 
On riknoh drdinairmia onbiburon a s'botlmie 
narenn : on reconnatt ordinaircmont un 
biberon k son nez bourgeonnd. 

BtkaroA, s. Biberon , petit vase qui a 
un bee ou un tuyau par lequel on fait 
boire un petit enfant ou un malado. — 
El noHtrih si plite d biburon : elle ci6vc sa 
petite au biberon. 

Biicii, s. Boule de papier pour com- 
primer Fair des cannonidres. — N6m dd 
boket d'papipofi de bich : donncz-moi des 
morceaux de papier pour faire des bou- 
leltes de cannoni^res. 

Bidei , s. Bidet, petit cheval , criquet, 
haquence, mdiZOiie.—Sd'Z-dfanaprinde' 
t-a-z-aU a jvd so on bidcl : scs enfanls 



prennent des logons d*(iquitation sur uu 
bidet. 

Bidet , s. Bidet, petite baignoire de pro- 
pret6. — Bf(/e/ d^ak&jou: bidet d'acajou. 

Bidei, s. As ou numdro 4, aux jeux 
de cartes ct de des. —Li dob-bidet : bezel 
ou double as ; ambcsas , rafle d'as. 

Bidon, s. Bidon, vase do fer-blanc ^ 
Tusage des soldats. — On poilt H sop A 
sMdr divin dd bidon : on porlc la soupo 
aux soldats dans des bidons. 

Bidon, s. Jacquctle d*enfanl. — On pii 
bidon d^bMfpcrkale : uno petite jaquetto 
de percale bleue. 

BidoQ, s. Amante, mattresse, jeuuc 
fllle que Ton courtise. — U a dam6 avou 
s'cMr bidon : il a dans6 avcc sa bonne 
amio. 

Biorjr^ic. Voy. Biergir^io. 

Bi^jrcfw, s. Bcrgcre, bergeretto, pas- 
tourelle. Vay. Bicrstf. 

Biei J s. Tiranl do violon , piece mince 
de bois ou sont attach<3es les cordes d'un 
violon. 

Bicn^(iyS.Bien-<3tre,subsistanccaisde 
el commode , situation agrcable du corps 
et de Tesprit. — To sou ki Vcalriccm no-z- 
fiprin, c'd po noss bicnn-etl : lout ce que 
le cal(3chisme nous apprend, c'esl pour 
noire bien-6lre. 

Bicrgt, try s. Bcrgcr, qui garde les 
brebis ; paslcur , pAlre. — Piti bieryi : 
paslourcau.-— Pfl/i'// di biiirgi: houlclte. 
— Sechai d'biergi : panelicrc. — Chin 
d'biergi : chien do bcrger. — Broktd di 
biergl : chcnevolle. — Armanak di biirgi : 
almanach des laboureui's, des jardinicrs. 
'^SMl di biei'gi : plan6lc do Venus, eloile 
du berger. — Biergi ki trodf li letl bai n\i 
wai d'keUr disHroupai : berger qui s'amuse 
neglige son iroupoau. 

Biersir^io, s. Bergcrio, lieu ou Ton 
enferrae les brebis; bercail, clable k 
brebis. — Rectr6 llcU divin rbieryireie : 
renfermer le loup dans la bergerie. 

Bicrgireii, s. Bergeretlc ou bergeron- 
nelle, jeune bergere. — Ji monn oAie mi 
biergireit at (less : j'accompagne aujour- 
d*hui ma bergerelle k la kermessc. 

Bicricnn, s. Bcrlino, carrossc sus- 
pendu enlre deux brancards; berlingol; 
bcrlino, coupce; chariot do houillcur. — 
On m'mina dvdie divin iibicrknn : on mo 
fit parlir, on mo conduisil dans uno 
berline. 

Bierndf, adj. Bornablo, qui mcSrilo 
d'etre bernd el raoque. 

Biernnw, s. Borncau , commune du 
canton de Dalhem , a 2 kiiom. do Vist^. 
Pop. C50 hab. Sup. 349 heel. — L'abd 
Jakob, k'a siu prof^ceiir a Lfvh, d wd « 



Digitized by VjOOQIC 



BIE 



— 144 — 



BIH 



Biernaw : l*abbc Jacob , qui u clo profcs- 
seur h Li(ige, est ne h Berneau. 

Biernc, V. (Jibiernaie). Berncr, fairo 
sauler sur uno couverturc ; se moquor de 
quelqu'un. — On bienui Vkaponass on kwdr- 
deUr d Ion : on bcrna le dr61e pendant un 
quart d'heure. — - Siji d'MfsoxUa , ji m'freH 
biern^:s\'}G disais cela, je mo feraisbernor. 

BIcrikoch, 6 Blcrn^mlii , S. Bomo , 

berncment, action et mani^re de berncr. 

— Li bhrnech di Sanchd Pancd : le ber- 
ncment do Sancho Panga. 

BierncA, s. Bcmour , cclui qui berno. 

— Ji n'a nin sogn de bierneg ni de btemeU : 
je nc crains ni la borne ni les berncurs. 

Bierxct , s. Biorsct , communo du 
canton de Hollogne-aux-Pierres , ^ iO kil. 
do Liege. Pop. 370 hab.Sup. 360 hoct.— 
Lickcstaid'Bicrset : le chateau de Bierset. 

Biesmin, adv. B^tcmont, en b^te ; 
sottement, stupidement. — Si dviz6 , si 
MUr bicsmin: parlor, se conduire b6- 
tement, inconsidcrement, incongrument. 

Bie«Ni, s. B6te, animal irraisonnable. — 
Biess a kwatt pi : quadrup6de. — Biess a 
dcH pi : bipede. — Biess a koinn : betes k 
comes , aumailles. — Biess a-z-d : vola- 
tiles. — Bie^s ki fe ddjdnn : animaux vivi- 
pares. — Biess ki fe d^z-oU : animaux 
ovipares. — Biess a ietl : mammifdres , 
animaux qui ont des mamelles. — Biess 
pMrifiHe : zoolithe. — Pitite biess : petite 
b^to, animalcule, bestiole, insecte, 
animal microscopique. — Nosscinsiabaikd 
d'biess: notre fermier a boaucoup de bes- 
liaux , a un nombreux belail. — Gna 
n'maladcie ki codr divin Id biess ; il y a une 
inaladio qui r^gno parmi les bestiaux , une 
epizootie. — Balluss ess-l-inn gross biess-: 
Balthasar est une grosse b6to, un gros 
bC'ta, un bcouf, un butor, un ignare,une 
besliasse ; il est brute , il est stupide. — 
On Va train d'biess : on Ta iv^M de b^te, 
d'imb6cile, on Ta renvoyd k Ta , b , c. — 
Si dfan dvin to litjoA pu biess : son enfant 
abetit (ou rabelit) do jour en jour. — 
II add biess : il a de la vermino. — Vikd d 
mori kom inn biess : vivre et mourir bes- 
tialement, sans aucun sentiment de reli- 
gion. — Les hartjress on n' koUr di biess : 
les harengdres ont une colore , une fureur 
bestiale. —Fd Vbiess : faire la b^te , parlor 
ct agir comme une b6te. — / /a rprinit d^ 
poleg del biess : il faut reprendro du poil 
de la b6te ; il faut chercher le i*eni6de 
dans la chose qui a caused le mal. — Li 
sogn rin biess: la pour rend b<5te. — Istoir 
d6 biess : zoographie , zoologie. — Add- 
racion dd biess : zoolStrie. 

Bies0-A-bAUw , s. Ilanneton. Voy. 
AbAlow. 



Ble#iii-a-clii-|anb , S. Mille-piods, DOU) 
d*une famille dinsectes qui oot un ires- 
grand nombro do pieds. 

Biestr^ie , 8. Betiso , folie, maladresse, 
sottise , balourdiso , gaucheric , lour- 
derie, Snorio, pas de clerc. — Dtr dd 
biesireie : dire des baiivernes, desabsur- 
ditcs, des billevesees, des incongruites ; 
tenir des propos incongrus. — F6 n'gross 
biestrdie : chopper lourdement. — llafai 
on liv di biestrdie : il est Tautcur d'un 
sotlisier, il a fait un recucil de coq-^- 
TAno. 

Bleed 6 Bj^iet6, V. (Ji Uetoie). Re- 
placer ou rcdresser les quillos abattucs. 

— To bielan on-z-atrap idl feie on kd (Tboulct : 
en redressant les quiiles, on attrapo 
parfois un cftup de boulct. 

BIciech 6 B^letceh, S. BcdrCSSCmCDt 

des quillos. — lA joweH d bdie divei pai 
Vbietdch : les joueurs aux quillos doivont 
payer cclui qui les redrcsse. 

Bieicik 6 B^ietelk , s. Bodrosscur de 
quillos, celui qui replace ou redresse les 
qui I les. — Kwan on fai noiv bdie^ U bietei 
a dob pdie : quand le joueur abat les neuf 
quillos, le redresseur recoil double |>aie. 

Bi^tnm, s. Bortrand , nom d*homme. 

Bioiticnn, s. Barthelomio, nom de 
femme. 

Bieiimd, s. Barthclomi, nom d'hommo. 
— Sin Biettmi^ on li a d'hdci Vpai d vik : 
saint Barthelemi a ^16 6corch6 vif. 

Birtek, s. Bifteck, tranche de bocuf 
Qv\\\6(i.—Bi{lek d kronpir^ d-z-oH : biflock 
aux pommcs de lerre, aux oeufs. —Sopd 
avou on biflek : souper d'un bifteck. 

BigA. Voy. DA et Piccnn. 

Bigo, oil, s. Bigot, devot outr6 et 
superstilieux ; bdat. — F6 Vbigo : faire Ic 
bigot. —/n/i bigoli y c'ess-t-inn ddvdtt k'e 
biess d k'd rtoHrmin di s'tnanech : la bigo- 
tcrie est la bCtiso de la devotion : c'est 
le fleau d'un mdnage. — Li d k'a tro 
pawou d'ess ddnnd divin pu vitt bigo k'bnif: 
cclui qui craint trop d*6tre damne, dc- 
vient plut6t bigot qu'honn^te homme. 

Bisoign, s. Bigorne, enclume a deux 
pointes ou comes. — Pitite bigoign : bi- 
gorneau , bigorne portative. 

Bigotr^ic , 8. Bigoterie , vice du bigot ; 
bigotismo , caract6re du bigot. — Toll si 
ddvocion , ci n'd k'del bigotrdie : toute sa 
devotion n*est que bigoterie. 

Bih,s. Bicbe, femelledu corf. — J&nn 
bih : faon de biche. — Li bih ki chddlaie : 
la biche est en muse. — Noss bih k*aj6nnld: 
notre biche a faonnd. — Tdv a pi d'bih : 
table h pied do biche. 

B2h, s. Bise, vent du Nord; aquilon. 

— Bih di Kanpenn : vent du Nord vini. — 



Digitized by VjOOQIC 



BIL 



— 115 — 



BIL 



Dih di Ihrmaie : vent du Nord-Oucsl ; 
mislral. —DreHie blh : vontdu Nord-Est. 

— Bik (TAh : vent d'Est. — / fai rCmdl bih : 
la biso est forte. — Li bih hugn k'el pocctt , 
ell t kotn on rdzeU : lo vent du Nord coupe 
lo visage, il fouetto dans le visage, 11 
einglc la figure. — Ess kat del bih : 6tro 
victimo, ^;lre tronop^, en ddconfilure. 

Btheeh, s. Action de la bise. — Li 
bilUg mi fai vni U Idm d^z-oHJe : j'ai les 
ycux larmoyants par Teffet du vent du 
Nord. 

Btheikr , S. GergurC. ¥0)^. BiMhceh. 

Btht, v. Venter du c6t6 du Nord (i). 

— / bih^ie asiok : la bise souffle tr6s- 
fort. 

Bijou, s. Bijou, petit objet de luxe, 
precioux par le ti*avail ou par la mati6re. 

— Lass d bijou: dcrin, petit coffret oil 
Ton met des bagues , des pierreries, etc. 

Bijoatt, s. Bijoutier, celui qui fait 
commerce de bijoux; joaillicr, ouvrier 
qui travaille en pierreries ou qui les 
vend . — AchU ou ron d'6r d bijo&tl : acheter 
un anneau , unc bague, chez le bijoutier. 

— Cimitt d'bijouH : lithocoUe. 
Biiontr6io, s. Bijoutcric, fabriquc ou 

boutique de bijoux ;joaillcrie,art, mdtier 
(le joaillicr. — / fai dvin rbijoutrdie : il fait 
lo commerce de bijouterie. — Ld botik di 
fdzd bijoutrcie fb dd loir d bijoutt : lo com- 
merce de fausse bijouterie nuit aux 
bijoutiers. 

Bik , s. Bique, femelle du bouc ; ch6vrc. 
Li bik dd cinsi k*a jdnnU : la bique du 
fermicr a mis bas , a chevrot^. 

Bikoi, s. Biquet, petit d*une bique ou 
d'une ch^vre; cabri , jeune chevreau. — 
Louklpochld /a biket : regarder les biqucls 
gambader. 

Bikt^, V. (Ji biktaie), Chevroter, 
mcttre bas ses petits ; faire des chcvreaux 
(en parlant d'uno ch6vre). — Voss gait 
a-t'Cl bikU? votre bique a-t-elle chevrotd 
(ou faonne)? 

Bii, s. Bill , projet de loi du Parlement 
d'Angleterre. — PrdzinU on bil al Chanb 
dd Ldr : presenter un bill k la Ghambre 
des Lords. 

Bfi , s. Bile, humeur , mucositd , pituite. 
—De veld bil : biles poraceos, ^rugineuscs. 
— Dd krdzd bil : bile grasse et visqueuse, 
bile aduste ; morveau, flegme ou phlegme. 

— Li mMlcenn dd bil : la choledologie , 
parlie de la medecine qui traite de la bile. 

— Li kandl dd bil : le canal chole^doque. 
un6f V. {Ji bil ^ji bilaie), Se d^jeter, 

se tourmenter, se travailler. — /» ouh ki 

(i ) O root nc pcut p«s se traduire par hitcr, qni n'est 
pju franc.iis. 



btl : une porto qui so ddj^to, qui se lour- 
mente , qui se fend , se gerce, se crevasse. 

Btiech, s. Grevasse, gergure, action 
d'un bois qui so dcjette. — Ld bileg d'on 
pami d^ouh : les gercures d'un panneau 
de porte. 

Biiet, s. Billet, petite lettre missive; 
(Jcrit, cornet. —Bf/d doH :h\\\el doux. 

— Bilet d'lotrdie : billet de lotcrie. -— 
Biletd^logmin: billet de logement. —Sind 
on bilel : signer, souscrire un billet. — 
Pat on bilel : payer, acquitter un billet. 

Btica,eikmi, s. ct adj. Bilieux, qui 
abonde en bile; pituiteux, colore, em- 
porto, irascible. —M fd nin ioiirmdtd ciss- 
i'om la, il d tro btled : no tourmentez 
pas cet bomme, il est trop bilieux, 
trop susceptible. — Fiv btkUss : fi^vre 
bilieuse. 

BtieAr, s. Fente, l^zarde, crevasse, 
fissure. — Fola dd tdrdss ki son plintt di 
bileUr : ces poutrelles sent pleines de 
crevasses. 

Btieikr, s. S6ve qui sort par Tdcorce 
d'un arbre; resine, gergure. 

BiiiAr , s. Billard, jcu de billes sur une 
table drapde. — Bdie di bilidr : bille do 
billard. — Kow di bilidr : billard , queue 
do billard.— Dm d'bilidr : tapis d*un bil- 
lard.— Do*J5(j dibilidr: blouse de billard. 

— Li bilidr ess-l-on bai-z-d savan jeH : lo 
billard estun jcu agrt^able et scientifiquo. 

BiiiArd^, v. (Ji bilidrdaie), Billarder, 
pousser deux fois la bille; queuter, 
pousser les deux billes h la fois. — Li ci 
ki bilidr date piell onpoin , dsifai Vbdie , el 
ni konll nin : celui qui billarde perd un 
point, et, sMl fait la bille, elle no compte 
pas. 

BiiiArdeeh , s. Action de billarder. — 
Li bilidr deg n'dninpermdlou : on ne permet 
pas de billarder. 

BiiiArdeik , s. Gclul qui biUardo. —Ld 
bilidrded , c"e dd lididv joweH : les joueurs 
qui billardent sent fort ddsagrdables. 

Biiion, s. Billion, mille millions; 
milliard. — Gna a p6 prd on biiion d'om so 
riair : il y a environ un billion ou un 
milliard d'hommes sur la terre. 

Biuk, s. Sorte de pinine. —Blan bilok : 
prunes blanches, mi rabel les. — l^i/oik di 
poursai : prunes sauvages. 

Biiokt, s. Sorte do prunier. — BUoki 
d'poursai : cr^quier , prunier sauvage. 

Biiseeh, s. Balancement, agitation 
d'un bateau ou autre objet mobile , qui 
pcnche alternativement de droite h 
gauche et do gauche h droite; vacillation. 
— Li bilscg d'inn ndcal d danjred : le roulis 
d'une nacelle est dangereux. 

biibS) v. (Ji bihaiCy no bilsan). Ba- 



Digitized by VjOOQIC 



BIN 



— 116 



BIN 



lancer, bcrcer. — - Si f6 bihl so rCvlanch : 
se balancer sur unais. — F^W/i-ln'/>flrfce^< : 
agiter une barquette , La fairo balancer , 
I'agitcr, la faire vacillor. 

Biifioik, s. Support d*un berccau d'en- 
fant. V. noe«ik. 

Biit^, V, (Ji billaie). Billctcr, atlacher 
des eliqiieltcs; <5liqueter. — FA biltd c^ 
stofia : il faut billeter ccs ctofl'es. 

Diit6, V. (Ji billme), CUer en justice. 

— Si n'vin nin pdl^ i stret bilt6 : s'il ne 
vientpas s'acquitter, il sera assigne. 

Biit<N»h, s. Action de billeter.— Lt 
bilieij di lott no pess di te&l no dmandret 
(Id tin : il nous faudra du tenops pour 
<3tiqueter toutes nos pi<!ices de toile. 

BiB, s. Bien, propri^te, possession ^ 
richesse. — Avu baikd d'bin : avoir , pos^ 
s6der beaucoup de biens. — No-z-estan Id 
maiss di c'bin la : nous sommes co-pro- 
prietaircs de ce bicn. — Ramacd dd bin : 
aniasser du bien , acqudrir de la fortune. 
— Ewagi to st bin : engager , hypothequer 
tons ses biens. — Magni to sd bin ; manger, 
dcpcnsertoutsonbien.-— iJ/nondfls^^m; 
renoncer k la propriet(3 de ses biens , s'en 
ddpouiller, s'en desapproprier, envenir 
a la d(5sapproprialion. — Ldbin d'dgliss: 
les biens d*cgliso, les biens ecclesias- 
tiqucs. — Kladd bin a dd md : qui terre a , 
guerre a. 

Bin, s. Bien, ce qui est bon, utile, 
juste, avanlageux, convenable. — // afai 
soula po on bin : il a fait cela k bonne On , 
h bonne intention, en tout bien ettout 
honncnv.—L'ivangU no rikmanti dd rintl 
H bin po Cmd: r£vangilc nous recom- 
mande de rend re le bien pour le mal ; 
c'est amasser des charbons ardents sur 
la tCte de son ennenii. — / n'fai nol eHr di 
bin, i n'fai nou bin : il p6tille, il se meurt 
dimpatience ; il est dans des angoisses 
continuellos (i). 

BiB , adv. Bien , convenablement, avan- 
tageusemcnt, utilenient, favorablement. 

— Vo Vvold bin, ddon? \ous voulez bien le 
permettre , n'est-ce pas ? — Ottan bin k*md : 
autant bicn que mal , moili6 figue , 
moitie raisin. — / n'ouvciir wair oci bin 
k-VOti : il travaille bien inferieuremcnt k 
Tautre. — iVo«« borguitnaiss d bin dd mmiss: 
notre bourgmestre est bien du ministre , 
oslen favour aupr^sdu ministre.— -£W«/ 
ki diss't-onl eh bien ! h<^ bien ! que dit-on? 

Bin , adv. Bien , beaucoup , fort, maint , 
grand nombre, abondamment.— On-2-a 
bin del pdnn dd wdgni s'vikdreie : on a bien 
de la peine h gagncr sa vie. — GnaveA 



( 1 ) K lie fait pa* de hint est nno phraso qui , dant ce 
tens, cat ininlelligibic pour un Francis. 



bin dd montt d sicrmon : il y avail bien du 
monde Ix la predication. — Gna bin dd 
cdlih d dd gruzal ciss-t'dnnaie : il y a bien 
des cerises et des groseilles cetlc ann<k». 
Bin, adv. Bien, k peu pr^s, environ. 

— Gna bin noittf eiir di cial el d'Ah : il y a 
bien , il y a environ neuf lieucs d'ici i» 
Aix-la-Chapelle. — Kdl eAr esii bin don 
astei^rl quelle heure peut-il <5tre done 
maintenant ? 

BiBAh, adj. Aise, content, salisfait, 
joyeux. — Fd bindh inn saki : rendre qucl- 
qu'un content, lui dire quelquc chose 
de satisfaisant. --II dsi bindli kH »*d po» 
pu : il ne se sent pas, tant il est aisc.— 
Magnt s'bindh : se rassasier, se repatlrc, 
prendre sa refection. — S^d dni s'binah : 
s*en donner h coour-joie. -— Po s'bin poirtd 
i n'fd nin magnt to s'bindh : pour se bien 
porter, il faut demeurer sur son appetil. 

— Jiso bin bindh ki v'z-avd vnou : je suis 
charm6 ( i ) que vous soyez venu. 

BinAhint^) s. Contentementf, joie, 
satifaction , ravissement. — Ell esieiH tote 
fou dldie di bindhistd : elle no pouvait 
revenir do son ravissement, elle tres- 
saillait d'aisc. 

Binamaiist^, s. Amabilit6, caractere 
d'une personneaimable ; genlillesse.— £// 
d knohow po s'binamaiistd : elle est connuc 
par son amabilit^. 

Binam^, ale, s. et adj. Aimable , 
gentil , estimd , serviable. — Vola on 
binamd om : voila un bien aimable homme. 

— Find est't'inn binamaie krapdtl, on 
VmagnreH, : Josephine est une bonne et 
aimable fille, elle est h croqucr. — Cd 
s'binamS : c'est son bien-aimd, son 
benjamin. 

BinbUit, s. Bimbelotier, fabricantou 
marchand de bimbelots ou jouets d*en- 
fants. —Achtd on jvd Godin a on binbloH : 
acheter d'un bimbelotier un cheval do 
bois k bascule. 

Binhioirdie, s. Bimbeloterie , pro- 
fession de celui qui fait , qui vend des 
bimbelots. 

BindAi , s. Lambeau , d^chirui'c, pen- 
deloque , pi6ce , morceau. —Mi coU didso 
k'd tote kihidie a bindai : ma jupe de des- 
sous est tout en lambeaux , elle s*en va 
par lambeaux, elle est toute d^pdnaillde. 

Bindai , 8. Bandcau , bande qui sert h 
ceindre le front et la l6te; frontal, to- 
pique. — Bm(f<ii d'vMr, di krep : ban- 
deau de velours, do cr^pe. —Piti bindm: 
bandelctle. — C'^ dimegn ki vin ki Vdpek 
vin 161 Id bindai : c'est dimanche procbain 
que rdv^quo vient administrer le Sa- 

( I ) Nc diks pat : jc mit Wen bienaise... 



Digitized by VjOOQIC 



BIN 



— H7 - 



BIR 



crement de confirmation. — Av loH voss 
bindai, vol 6tes-vous confirm^, vous? — 
Li koronn (Ton Roi n't savin k'on bindai so 
st-z-oUie : souvcnt la couronne d*un Roi 
n*est qu*un bandeau sur ses yeux. 

DiB-d'Biew, s. Aliment, tout ce qui 
se mange, qui noMWiL -^ Respektan I'bin- 
d^Diew 6 li kpagnHe ! ( iitt. ) respectons le 
bien de Dieu et la compagnie! euphemisnie 
populaire pour pailier une expression 
sale et incongrue ^chappde en presence 
de plusiours personnes qui mangent. 

Bindo, s. Bandcs, c6t<^s interieurs et 
remboures d'un biilard. — Ess koU so 
binde : 6ive coild sous bande. 

Bind^ 6 Bindi^jV. (Ji bindel ^ji bindlaie) . 
Bander, serrcr une bande, roidir,tendre 
avec effort; en cocher. —- //i«rf/^ »'][;/«?<; : 
bander une plaie. — Bindli Id-z-odie ; 
bander les yeux. —Li koitt di m'crinkrin 
bindel tro foir : la corde de mon arbal^te 
bande Irop , est trop fortement encochde. 
— BindU on fizik , on pistolet : bander , 
armer un fusil , un pistolet. 

Blndeeh 6 Blndleeh , S. Bandage, 

bande pour les bernies ou descentes; 
fronde , brayer. — F6 fi on bindleg po 
n'ronpeUr : faire faire un bandage , un sus- 
pensoir pour une hernie, un bandage 
hcrniairo. — Li bindleg dd-z-oUie : le ban- 
dage des yeux. 

Blndeeh, s. Priapismo , maladie qui 
consiste dans une (Erection conlmuelle et 
douloureuse. 

BiBdi^sii»i*9 s. Bandogisto, qui fait et 
vend des bandages pour les hernies , des 
snspcnsoirs, desceiuturons, etc. — MostrS 
n'ronpeUr a on bindUgiss : montrer une 
hernie h un bandagistc. 

Bindioti, s. Bandelette, petite bande 
pour orner. — Le bindlell d'on lignrai : les 
bandelcttes d'un maillot. 

mtn6, V. (Jibinn 6 jibinaie). Biner, 
douner une seconde fa^on aux terres la- 
bourablcs, aux \iQnes, — Qn-z-a bin6 no 
vigndb : on a bind nos vignes. 

Btn^, V. Biner, dire deux messes.— 
No8s kur6 a Vpermicion d'bini : noire cure 
«i la pennission de biner. 

Btneeh , s. Binage, action de biner les 
teiTes. — Li blnech fai dt bin d vegn : le 
bioagc amdliore les vignes. 

Btneeb, s. Binage, action d*un pr^tre 
qui celdbre deux messes le m6me jour. 
—VEvek permelt li binech kwan U priess 
son rdr : Tev^que autorise le binage 
quand il y a pdnurie de prfitres. 

Bintei, s. Bienfait, service, grSce , 
bon office , plaisir. —In' fit male riprochd 
le binfai : il ne faut pas reprochcr les 
bienfaits. — On binfin n'd mate pierdou : 



un bienfait n*est jamais perdu » il a t6t ou 
tard sa recompense. 

Binfaiteikr, triss, s. Bienfaiteur, celui 
qui a fait quelque bien, qui a rendu 
quelque service. — MonsieU Vmarki , c'd 
nCbinfaiteUr ; M. le marquis est mon h'lQn- 
faiienv. —Noss p6f pitite Ratnn a stu Vbin- 
fiiilriss di baikO dgin : notre pauvre pctiio 
Reine a etd la bienfaitrice de beaucoup 
de gens. 

Bia-ron, s. Biens-fonds, immcublcs, 
fonds immobiliers, biens qui tienncni 
lieu de fonds. — Am di bin-fim : avoir 
des biens-fonds, des terres, desmaisons; 
avoir des biens au soleil. 

Binok, 8. Binocle, lunette k main et 
k deux branches pour voir des deux 
yeux k la fois.— Lt binok ess-t-drdinaimiin 
ateU a on koirdai : le binocle est ordinai- 
rement suspendu k un cordeau. 

Bin-rau 6 biB-viu, adv. Bient6t , 
tout de suite , dans pen de temps , sous 
pen , dans le plus href ddlai. — Ji rvairet 
bin-vitl ; je reviendrai bient6t, sans tarder. 

— Vairifcial^ bin-vittd Wn-ra/l.'venezici 
tout de suite. 

Binvnoiw, s. Bienvenue , heureuse 
venue , heureuse arrivdc, entree dans un 
corps , dans une association. — P&i 
s'binvnow: payer sa bienvenue, rdgaler. 

Bidgrar, s. Biographe, autcur qui a 
ecrit une ou plusieurs vies particuli^res. 

— Voss prd est divnou on bon bidgraf: votre 
frdre est devenu un bon biographe. 

BidgraffMe, s. Biographic, ouvrage 
qui a pour objet des vies particulidres. — 
Vola on catahk ki coniin baikd d'drtik di 
bidgraf^: voilk un catalogue qui conlient 
beaucoup d'articles de biographic. 

Bidgraiik, adj. Biographique , qui ap- 
partient h la biographic. — Dikcionair 
biOgi'afik : dictionnaire biographique. — 
Notul bidgra/ik : notice biographique. 

Bien, s. Mastigadour, mors pour ex- 
citer la salivation. —Jlf<*/^ Vbion a ci jvd la 
po Vf6 sam6 : mettez le mastigadour h ce 
cheval pour provoquer la salivation. 

Btr , s. Bi6re, boisson faite avec du ble et 
duhoublon; cervoise, bidre desanciens. 
—Blank Mr : bidre blanche , bi6re do Lou- 
vain. — Midel btr : petite bidre, biere do 
guinguette. — Foilt bir, krdss btr : bi^ro 
forte. — Jdnn Mr : bidro nouvelle. — Bir 
di saizon : bi^re d'Avent, bidre de Mare. 

— On voir di Mr : un verre, une canottc 
de bi^re. — Kwdtt di Mr: pot de bidre. — 
Atnm off bir : une tonne et demie de 
bidre. — Kow di Mr : baissi6re , reste de 
bi^re pres de la lie. — LdveAr di Mr : 
levure de bi^re. — Si Mr d pikaie : sa 
bi<!5re est besaigiie. — Ckerett al Mr : 

T0.ME I. 10 



Digitized by VjOOQIC 



BtR 



- !!8 — 



BIW 



cbarrctte Ac l)rasseur ; haquel, — m« Ur ^ 
^ fioreic : voire bi6re est f6culenlo. 

Btrk/s. Civl^re , brancard pour porter 
line bi^re, un cercueil. — Manditdibird: 
mains, poign^es pour porter le bran- 
card mortuaire. — Li dierdinn pomindlt , 
r'^ I'ciss Von fai so Vbird : la iTernrere 
excursion esi celle qtte l*on fait sur la , 
civiere funeraire. 

Dtr-angiess. s. Aile ou ale, es*pece 
*de bi^re qui be fait sans houblon ; porter, 
biere forte anglaise. — BeHr inn Itoteie 
di Mr anijiess : boiro une bouteillc de 
bidre anglaise. 

Btr-b»iow, s. liirambrot, soupe faite 
de bi^re, de sucr6 , de imiscade , etc. — 
l^Iagfd n'hir-iolow^o 8'rischdf6 : manger un 
birambrot pour se rechauifer. 

kurdf-birdah , adv. Biredi-breda, ex- 
pression faniiliere poiir marquer une 
'action ou un verbiage pfccipft^, — Tiwan 
H va dioii d'inn sakoiy c'etodi Virdi-birdah: 
quand tu toiicbes \k quelque chose , c'est 
toujours brcdi-breda. 

Biribi, s. Pirouette, petit disque avec 
un pivot pour le fai re tourner. —Li pW 
9amii%e a fd ioUmd s'biribi : le petit s^amuse 
avec sa pirouette. 

Biribi, s. Biribi, jeu debasaVd avec 
des boules creuses et un tableaju num6- 
role qui se correspondent. — Li bankf 
d'dn blribi : le banauier d'ufn biribi. 

iiiriteii, s. Brelan, Vf^union oil Von 
joue habituellemen't a dlfferenls jeux de 
cartes. — On rainnvA ki h'^ mdie foU dt 
birlah ; un vauricn qui n*est jamars hors 
des bYelans. 

iBiriand^, v. (Ji birlafiit bjibirl(tndaie). 
Brelnnder, jouer frt^quemmont k iin jeu 
de cartes quclconque. — 1 n^pass si tin 
Va bhlahdi : il nc passe son temps q\x^ 
brelandcr. 

Birikncfc^ e 'Birianiff, s. brelandicr, 
cclui qui frdqiiente les maisbns de jeux. 
— Gmi iiih on sfai birlahdcU bin Ion d'cial : 
on nb trouverait pas iin tel brclandicr 
bien lofn d*ici. 

teiriABmi, s. Balanoofre. Voy. kibiW. 

iirr1ok,'s. Breloque, curiosite de peu 
de \"Mi(v.—POugneie di birlok : breloquet, 
nssembiage d6 plusieurs petits objets, 
coninte etuis, ciscaux, tenant t une 
chatne coiiimune. 

BirkoAr, &. Bi*uit, grohderic. — Vo/rt 
n'finneilss bi/*Mr po rih ; voilii bien du 
bruit pour rten. 

Birids^, v. (Ji'birldzdie), l)^i*ingoIer, 
descendre avec pi^^cipitation ; 6ive em- 
porte, rotiler en hdiS.— Birloz6 to-t^vdiaie 
del montaie : d^gringoler du haut en bas 
de rescalier. 



Ifciran'clh, 8. Birbugc, voiVuPC Ic^vt 
pour tachasse; ^Yisky, cabriolet li^crel 
tres-elevd. — J6 h-n^ali leH kwaft divik 
nlfirdiuh : ils s'en allcrent ieux quairc 
dans uA'e bi'rouge. 

kiiMkaii,, adj. Vcxa'nt , vcxalolre. — 
Sould d biskan : cela ^st cootrairiaiil. 

ftinkey V. (Ji biskdie), End^ver , se 
morfondre , se dcpiler, eti*c vexd , fumer, 
ronger son frein , s'im^alientcr. — Kwm 
j'n'a nih de-z-aidaiiy ji biskaU : quand je 
n'ai pas le soil , cela me chicane , je suis 
vc'xd , j'enrage.— Fd biski : depiter, vcxcr, 
Taire endt^ver, lutiner (i). 

BiHk^irsnaii, adj. Obliqucmenl. Voy. 
is-'biskoirgnan. 

BUkoirgn^eh , s. Obliqufle, posilioD 
oblique , dissimulation. Voy. liiair. 

*iliKk«f rgBt, V. (Jibiskoiftjndie), Biaisor^ 
Cire de biais, alter de biais; user de 
finesse, employer Pastuce. — 0» meur^ 
inn vdie ki biskoirgnaie : un mur, un 
chemin qui biaisc. Voy. Viairs^. 

BUkoirBcti, 8. Recoin , coin plus 
cache, inoins en vuc; lieu dearie.— 
Chdki soula dvin n^biskoimeU ^ Von ni 
Vveiiss nih : fouvrez cela dans un petit 
i'ecoift , qu'on ne Tapergolve pas. 

HiijikrciikM, s. Bois concaVc pour cam- 
brer les semelles , oulil de cordofinicr. 

BUmuUyS. Bismuth, metal fragHc, 
d^un blanc jaunfitre , en lames brillantes; 
ctain de glace. — Li bismutl sieva fi Vblan 
d'fdr : le bismuth sert h la pi^eparatiou da 
blanc de fard. 

nfiM, s. £migrctte, petite poulie qui 
Velance etrevient en roulantsurla ficelle 
qui la tient.— Bm di boi^ d^ohaiydi keif: 
emigrette en bois, en os, en cuivrc. 

Bi00, int. Bis, mot pris du latin pour 
demander queTon repute cequeTona drt 
ou chante. — -Apr^ Vair da Grttry^ on-z^ 
'brai Viss : apres Tair de Gr^try, on a 
cri^bis. 

IiIm, s. trCle, espdce de jonc pour 
polir. — Ld skrinl si siervei d'biss po frofe 
d poll Vboi : les mchuisiers se serveut de 
jonc pdur frotter et polir le bois. 

BifMMbiiiB, s. Bisbille, petite querelle; 
dfirercnd , brouitlcric , altercation , cas- 
tille. — Gnu UHfvk di' hlsi-biss intt Vom ^ 
Vfeum : le mari et la'lemme soiit purloin cu 
bisbille. 

mstelk , s. Bctail. Voy. BesUe^. 

Hiitioari, s. Bislouri, couteau de cb'i- 
purgien pour fairedes incisions.— Trflirf 
n'infleUr d'on kd d'bistouri : ouvrir uue 
tumeur d'un coup de bistouri. 

Bi«vak, 8. Bivac 6u bivouac, gardo 

( i) Bitqver , c'cst do mauvait fren^is. 



Digitized by VjOOQIC 



BIZ 



— 119 — 



BLA 



extraordinaire faite pendant la nuit ct en 
plein air. — No sOddr doirmet oHie d 
^'uvak : no3^ troupes coi^chent aujourd'hui 
au bivj^c. 

piwab^, V. (Ji biwak hji biwakaic) Bi- 
vaquer ou bivouaquer, passer la nuit au 
bivae. — Biwaki 'sin ni mohonn ni tinte : 
bivaquer san$ maison ni tente. 

BisAh, s. Course^ promenade, ex- 
cursion champ^tre. — Al Notru-Dam di 
mdss (ou al Notru-Dam di Grivgnaie) , c'^ 
Fprumt bizAh dd Lijoiss : la premiere pro- 
menade, la premiere excursion cham- 
p(}tre des Li^geoises a lieu le jour de 
TAnnonciation de la Vierge , au ^ois 
dc mars. 

Bfisai, s. Blseau, extr^mitd ou bord 
coupe en biais, en talus; certains o.utils 
dont le tranchant est ^n biscau. — Fiion 
pizai a on mureH : Taire un bizeau h un 
niiroir. — Li Ulan d^on hcrpai m-t-d bizai : 
le tranchant d'un ciseau est en biseau. 

vixAu, s. Esp^ce de hanneton. 

vis|iw, s. Bai*que acc^leree. — Nq-z- 
avan stu d'Lich d Yii6 so u'bizaw : nous 
avons ei6 de Li^ge k Visdsur une bai'que 
Icgdre, 

■(isaw, s. Champignon ou cornlche, 
espdce de sabot plus petit et plus pointu 
qu'un sabot ordinaire ; jouet d'enfant. — 
/ li fd on Mmai d n'bizaw : il lui faut un 
sabot ct un champignon. — El koHr todi 
com inti bizaw : c'est une fllle leg^re et 
rapide h la course. 

Bisaw, s. Toton, csp^cc do d^ tra- 
verse d'une petite chevjlle sur laquelle 
on le fait tourner, et qui est marqu^ 
dc dia*erentcs lettres sur ses fapes; : 
P , M , R , T , correspondant aux mots 
prenez , mettez , rien , tout, -r Jow6 al 
hlzaw: jouer au toton. 

B|s^, V. (Jibize, ttobizan), Enlever, 
ravir, emmener une fllle, commcttre un 
rapt. — Nancss ikV bizaie avou Vkroufieii 
Michi : Agn^s s*est laiss^ enlever par 
Michel le bossu ; elle a quitte la maison 
palernelle. 

Bis^, V. Driller, aller rapidement. — 
To dirt on vai ki biss : on dirait d'qn veau 
qui s'cmporte. — EH Uitrd margo d'fizaie , 
kwan It vach bizel l-Pon Vkow Itvaie : quand 
les vaches drillent, qu'elles se sauvent 
des mouches, elles 16vent la queue (t). 

Bi«^« V. Saillir,avancer; d^border.— 
Narenn \i bize d Ion : nez preeminent. — 
I'aiw ki biss (ou d^inn roch : I'eau qui 
saillit d'une roch^. -— Corqniss ki biss trop 
outt dt meUr : cornjchc qui saille trop au- 
dclh du mur. 

(i) Pbrate bizarre qui expriqip Vciubarras qu'on 
rpruuvc d'arrivcr a uu dcuoaeinuqt , & uae conclusion. 



Bi«e, V. (li biss, nobtzan), Polir avec 
de la px^le. — Btz4 on meHb : polir un 
mcublo. 

^txeehjS. Froltewent, polissure faite 
avec du io^c , de la pr^lc. 

Bisect, s. Enlevement, i*apt, ravi^- 
sement, oeuvre du ravisseur. — Li bizcch 
esS't-inn laittplom d chapai d'innjdne feie : 
rpnldvement d'une jeune ^\\\q est un vilain 
fleuron k son chapeau. 

BtseiL, ^. Bisaigue, outil de cordon- 
nier servant k polir; polissoir, lissoir.— 
Ldbizekson-t'drdinairmind'pdki ou d^sawou : 
les bisaigues sont ordinairemcnt faites 
de buis ou dp sureau. 

BtseijL. ^dj. Bissextil; i) se dit do 
Tanneo ou se rencontre le bissexte , jour 
ajoute au mois de fdvriertous les qualro 
ans. — V annate btzek : Tannde bissextile. 
Tan bisse^til. — Kwan c'e V annate bizek^ 
li vied d'fivrir a vintt-mHv jod : quand 
TanntJe est bissextile, le mois de fevrier 
a 29 jours. ' 

BlB^iAir, s. Tubercule aui renferme 
la semence de la pomme de lerre. — Jet6 
on bizdlair : ^ancer un tubercule , jeu 
d '^enfant. 

BUeft, s. 3iset, sorte de pigeon qui a 
la chair plus noire que les autros, et 
qui s'^carlo du colombier pour chercher 
sa nourriture. 

Bixeft, s. Fromage fait de laitccrdmo 
et seoh^ au soleiJ. — UagnijCi&ie avou on 
bokei d^bized : manger une beurree avec 
un morceau de frontage 6cv6m6, 

BisQie^^ s. Toton, pirouette. Voy. 

Blsa'^. 

pison , s. Jeune veau. — Av vtiou b}z6 
rbizott ? avez-vous vu gambader le jeuno 
veau? 

Bia^r^io, s.Fanfaronnade.Voy.Biak. 

Biii^u^,v. (Jiblak,noblagan), Craquer, 
hdbler, gasconner , exag^rer, verbiager, 
clabauder , amplifier. — Nt VhodU nin , 
sav6y i blak ; n'en croyez rien, il extravaguc. 

Biaguf^lk, eht^ 6 reflm, s. .Craqueur, 
hAbleur, gascon, exagcrateur, embal- 
leur, claque-dent, fanfaron, rodomont, 
clabaudeur, clabaud ; aboyeur, dis- 
coureur, sacripant, homme loquace. -^ 
Son poUff6 fc/dr li jaiv a to It blagued / si 
Ton pouvait r^duire au silence ious les 
clabaudeurs , les paraphraseurs , les epi- 
logueurs , tons Ips enfonceurs de portes 
Quvertes, tons les fler-§-bras! (i) Voy. 

BrAMelk. 

BUky s. Craquerie, hdblerie, gas- 
connade, exag^ration, forfanterie, Tan- 



( I ) Blague , Dlagucr cl Bhgueur sont autant d« 
b^rbarisnics. 



Digitized by VjOOQIC 



120 



BLA 



BLA 



faronnnde, rodomontade, loquacile, fa- 
conde, loquele; clabauderio, langage 
diffus, diiTusion de langage; pathos. — 
Si on jdnn om di hi n'a keUr dt feum , c'ess- 
t'inn blttk : si un jeune homme dit que les 
demoiselles lui sent indifferentes, c'est 
une faufaronnade. 

Diak^ s. Blaque ou blague, vessie ou 
sachet a tabac. — Blah di pai, di piel : 
blague de peau , de perles. 

Biak, s. T^tasses, mamelles llasques 
et pendanles. 

Bifun , s. Flamme, partie subtile et lu- 
mineuse du feu; inflammation. — Distinie 
li blam : eteindrc, (Jloufier la flamme. — 
// 1 kom in blam di fcA : il est vif eomme 
la poudre, il a le sang bouillant. — Av 
oiou petd Vblam dd feil ? avez-vous entendu 
la crdpitation du feu? 

niAni, s. Bldme, improbation, cen- 
sure, reprimande, reprehension, disap- 
probation, reprobation, cri reprobaleur. 
—Jdl6 VblAm so n'saki : deverser lo bl(ime , 
le mepris sur quelqu'un, attirer Tani- 
mad version sur lui. — Voss-t-abi fai bldm 
al tneunn : voire habit fait narguo au 
mien, il lui fait ombre, il lo nargue. 

BUmAb d BiAiuAf, adj. BliUmablo , 
digne de blftme , reprehensible , con- 
damnable , reprimablo. — Vom t blAmdb 
d^ feri s'feum : Thomme est toujours bl5- 
mable quand il frappe sa femme. — Si 
konduilt ne nin bldmdf: sa conduite est 
irreprehensible , irrdprochable, il se 
conduit irreprochablement. 

Diamaic, s. Regalade , feu de bois. — 
Fd n'blamaie : faire une rdgalade , allumer 
du bois. — Hap6 n'blnmaic : prendre fair 
du feu, un air defeu, de fagot; une 
noignde de feu : se degourdir les mains, 
les pieds. 

Diamaii, ABit, adj. Flambant , qui 
Hambe; ardent, fougueux. — On kochtai 
bhman : un charbon flambant , flam- 
boyant, incandescent. — Sokctt tote bla- 
mantt : bdche toute flambante. — Inn 
crapdti k'd tote blamantt: une jeune fille 
pleined'ardeur, rayonnanle de santd. 

BiAn^, V. (Jiblam), FIamber,jeter de 
la flamme; braier. — Fi^ blamd VfeU : faire 
flamber le feu , atliser le feu.— On jdnn om 
ki blam: un jeune homme ardent, pas- 
sionnd. — U-z-oHie It blamd d'koUr : ses 
yeux clincellent de colore. — / fai oAie 
bUiman: le soleil est aujourd'hui brdlant, 
c'ost la z6ne lorridc—iFVi d-Vairpo fiblamS 
rfcii:Vu\r est ndcessaire h la combustion. 

DiAmd 9 V. Bldmer. Voy. AbiAm^. 

Blnniech h DlamoAr, S. Action de 
flamber, eflct de la flamme; incandes- 
cence, deflagration. — Vola del hoic k'a 



on lai blamech : voil^ de la houille qui 
flambe mal. 

Diamiah, s. £tincelle, petite parcelle 
de feu ; bluette. — Inn pitite blamiah 
pou-t-esprintt on gran feA : une petite 
etincelle pent determiner un grand 
embrdsement. 

DlaMUn , ante. Voy. BUoiab. 

Biamie , \. (Ji blamtaie), Jeter un peu 
de flamme, commencer k flamber; flam- 
boyer. — Voss feU esprindret , i kminss a 
blamt6: voire feu s'allumera, il commence 
^ flamber. — Li souk bhmtaieparli frottmin : 
le Sucre est phosphorescent par le 
frottement. 

Biain(e«h, s. Petite flamme, com- 
mencement de flamme ; phosphorescence. 
— On blamiech k'd to vair , to blH : petite 
flamme toute verte, toute bleue. 

Bian, ank, adj. Blanc, qui est do la 
couleur du lait, de la neige. — Blanpan: 
pain blanc. — Blank sdie : sole blanche. — 
Blankd plom : plumes blanches. — Blan 
jvet ; cheveux blancs. — Blan din : dents 
blanches. — Divni blan kom on moir : pAlir 
commo un niorl. — Gna n'diftrinss kom 
d^ netlr d blan ; il y a de la difference 
comme du blanc au noir. — Blank jalaie , 
plaif paraie : la geiee blanche annonce 
la pluie, rhumidile. — Magni s'blan pan 
dvan s'ncUr : manger son pain blanc le 
premier, etre d*abord dans Taisanee , 
puis passer dans un etat de g^ne. — Cd 
Vfi del blank pole : c'est le fils de la poule 
blanche, il est heureux en loutes choscs. 
/ nV nin blan : il n'est pas k son aise , il 
est dans de mauvais draps. — Ld ^/an/tW 
c'd Vkoronn d*on brav vi om : les cheveux 
blancs sent la couronne d*un respectable 
vieillard. 

biah, s. Blanc, couleur ou mati^re 
blanche. — MHt ddblan so s'vizech : metlFO 
du blanc sur son visage. — Blan d'ch-tiss: 
blanc de ceruse. — Blan d'clidss : blanc 
de chaux. — Blan dt-z-oHie : blanc de 
Ta^il, cornee. — Blan d*o& : blanc d'oeuf, 
la glaire (et non le glaire) d'un ocuf. — 
Blan d'polet : blanc de poulet. — Tiri & 
blan : lirer au blanc. 

BiAn, s. Argent blanc, pidcc de 
monnaie d'argent. — Av d6 pti-z-aidan 
po dt blan ? avez-vous de la petite monnaie 
pourde Targent? 

Bian-bAr, s. Troenc, arbrisseau tr^s- 
rameux, k fleurs blanches et a grappes 
de bales noires. — Li blan-bdr em-t-on bd 
jdtidtt k"d bon po fi de hdie , ddpallzdtt , etc. : 
le bois du troene est jaundtre et sert a 
former dcs haies, des palissades , etc. 

BiAii-beeh,s. Blanc-bcc, jeunohomme 
imberbe, presomptueux et sans cxpe- 



Digitized by VjOOQIC 



BLA 



121 



BLA 



rience. — Cess-t-oii jdnn, blan-bech ki von 
dviz6 (Tto : c*est un jeune blanc-bcc qui 
veut parler sur tout. 

Djan-bech , V. Sorte dc noix binnche 
ct anguleuse. — On mtie di blan-bdch : un 
inillicrde noix blanches. 

B Ian-ben ion , S. Bouillon-Manc OU 

niolenc, plante cotonneuse k fleup jaune 
ou rose.— Li blan-bouion d bonpo U bUceur ; 
Ic bouillon-blanc est un vulneraire. 

Bian-deft, s. Panaris, iumeur flegmo- 
ncuse qui vient au bout des doigls; nial 
d'aventure. — On blan-deH fai baikO d'md : 
11 n panaris cause un mal douloureux. — 
Avu Vkoir com on blan-deH ; 6ive tout 
cacochyme. 

Bian-d-roftTe, s. Iris , cercle qui en- 
ton re la prunellc de Foeil ; cornee. 

nian-d'oA , s. Albumine, blanc d'oouf; 
substance albumineusequ'on trouve dans 
' divers vdgdtaux et animaux. 

Bian-fcditt, s. Femme lascivc. Voy. 

I I.aflach. 

[ Bian-hairon , s. Aigrette, esp6ce de 
heron blanc qui porie une aigrette. 

Blank, s. Blanche, note qui vaut la 
rnoiti^ d'une ronde ou deux noircs. — 
Gwi dt hafteil ki n'sdri dir li dipirinss dHnn 
ne&r a n'blank ; il y a des racleurs qui ne 
savent pas distinguer uno noire d'avec 
une blanche. 

BiankAtt, adj. Blanchdtre , tirant sur 
Ic blanc; albugin^. — On blankait riban : 
un ruban blanchatre. —- D<^ blankait gor- 
denn : des rideaux blanchStres. 

Biank^fieAr, s. Fleurs blanchcs , 
ccrtaine raaladie des femmes ; leucorrh^e, 
calharre ut^rin. 

Blanket*, s. Blanquettc, ragoi!it de 
vcau dont la sauce est blanche. — Voss 
blanketl e bin ac^hnaiey kouhnir : votre blan- 
quettc est bien assaisonn^e, cuisini^re. 

Blankeftr, S. Blanchcur. Voy. Blan- 
kihc^r. 

Biank-hArpih, S. Poix dC BourgOgne, 

poix grasse. 

Bianki, V. (Ji blankih, no blankihan). 
Blanchir, rendre blanc, dcvenir blanc; 
pillir. — Bianki n'mohonn : blanchir les 
murs d'une maison. — F6 bianki dd teHl al 
rozaie : faire blanchir des toiles h ia 
rosec. 

Biankiheck, s. Blanchissage, action 
de blanchir ies plafonds et les parois 
des maisons , ainsi que les lingcs sales ; 
blanchrment, action dc blanchir les pieces 
de toile, les monnaies, la cire. — / li 
ko8S olian to Pz-an po Vblankiheg di s'mo- 
honn : il lui en coOte tant par an pour le 
blanchissage de sa maison. 

Blanklhcik, reM, 8. Buandicr, CClui 



ou celle qui fait le premier blanchimcnt 
des toiles neuves; mayons qui blan- 
chissenl les murs. — DihaU tOy It Man- 
kiheH von vni : mettez de c6lc tons les 
nieubles , les macons viennent blanchir. 

BlanklhcAr 6 BlankUte, S. Blan- 

cheur , qualilc de ce qui est blanc. — KM 
blankiheUr! el vi fai ma vo-z-oUie : quelle 
blanchcur ! elle vous dblouit. 

Biankihr^ic, s. Blancherie ou blan- 
chisserie, lieu oil Ton blanchit des toiles, 
de la cire. — Poirld dt teal al bkinkihrtie : 
porter des toiles h la blanchisscrie. 

Blank-mablctl , S. GuiuiaUYC , es- 

pece de mauve qui a la tige plus haute et 
les fleurs plus petites que les mauvcs 
ordinairos. 

Biankmin, adv. Blancbemcnt, pro- 
prement , nettement. — I fd ini It-z-tfan 
li pu blankjuin k'on pou ; il faut tenir les 
enfants le plus propi^ement qu'il est 
possible. 

Blan-kon. Flatteur. V. Plakeft. 

Bian-kou , s. Cul-blanc, nom vulgairo 
de la becassine. 

Blank -nAce, s. Bdchamcl , saucc 
blanche faite avec de la cr6me. — Del 
molow al blank-adce : de la moruo a la 
bechamel. 

Bian-mA , s. Amas dc pus , petit abces. 

Blan-nioir, olU, adj. Lividc, pdlc , 

bl(5me, docolord, hiive, cadavereux. — 
Dimi toblanmoir di sogn: pSlir de frayeur. 
— On grun-bUm-moir : un ecce homo. — 
On p6 blanmoir : p^lot, delave. 

BianmoiriMt^, s. Pdlcur, coulour de 
ce qui est p^lle; teint blafard, lividc. — 
Si blanmoir isU fai sogn : il est d*unc pAleur 
cadav^reuse , effirayante. 

BianniAsa, s. Plaquette, ancienne 
piece de monnaie qui valait autrefois 
5 sous de Liege (30 centimes). — Deil 
blanmUss fi-t-on sktlin: deux plaquettes 
faisaient un escalin ou 60 centimes. 

Bian-pt , s. Balzane , marque blanche 
aux pieds d'un cheval. — ^i jvd a dcH 
blan pi : mon cheval a deux balzanes. 

Blan-waxon, S. Alchimillc OU plcd- 

de-lion , plante rosacde. — Li blan-wazon 
ess'i-inn fameUss bonn fdraie : le pied-do- 
lion est un excellent fourrage. 

Biasfcm, s. Blaspheme, parole centre 
la divinity , insulte a la religion , 6ml blas- 
phdmatoire. — Dir on blasfem abdmindb : 
dire , prof^rer unblasph6me abominable. 

Biasr^m^, v. (Ji blasfemaie). Blas- 
phemer, proferer des blasphemes. — 
Blasftmi Vsin no dt Bondiu : blasphemer 
le saint nom de Dieu. 

Biaiir^nieA,eikM, s. Blasph^matour , 
cclui qui blaspheme. — Dt tin pacd , on 



Digitized by VjOOQIC 



BLE 



Hi — 



BLE 



toawcf U basfdrnd a kd (Tplr ; anoien- 
ncmonl on iapidait les blasph(3iuulcui's. 

Biawett, s. BiucUc, ^Unccllc, flam- 
mOchc , gendaroae. — Im blawelt di feU 
pou broM tote inn vde : une bluelte , une 
elinccllo de feu peut inccndicr toute une 
ville. —Inn petaie ki fiu vet ko cin blawetl: 
un soufllct qui fail voir mille cHincolies. 

Biawian, aiiu,adj. £tinc6lant, scin- 
tillant, pelillanl. — Dd-z-oAie blawtan 
d'kolir: desyeux etincelants de colore. — 
D^ blawtanU steM : etoiles dlincelantcs, 
flamboyantes. 

Biawt6 , V. (Ji blawtaie), £lincclcr , 
scintillor, brillcr, jeler des 6clats de 
lumiore; flamboyer. — Gna (U steiil ki 
blawldpuss ki (k-z-dtt : il y a des oloiles 
qui elincellcnt les unes plus que les 
autres. 

Biaw'tech, s. Etincellement, 6chi de 
ce qui ^tincelle ; scintillation. — Li blawteg 
dt stent esblouwik : la scintillation; des 
etoiles ebouit la vue. 

BiAMB , s. Armoirie , losange en papier 
ou carton representanlunet<}te de mort, 
et qu'on attache aux cierges dans les oiTices 
funebres. — On di tdtfdie in granmess di 
moir sin mett dt blazon : on chante parfois 
une messe funebre sans armoiries. 

Biason^, V. (Ji blozottnejiblazonaie), 
Attacher des armoiries aux cierges. — 
On-z-a blazon^ to Vgran dl6 dispd'ie la hd 
lavd: on a d^cord d'armoirics funebres 
tout le maftre-autel du haut en bas. 

BiaMnech , 8. Action et mani6re d*ar- 
morier les cierges. — JVoss siikristiain ttin 
foir bin rblazonech : notre sacristain salt 
fort bien armorier un service fun6bre. 

Bi^Aii 6 Bi^eech , |s. Action de piler 
avec un mortier; broiement, pulveri- 
sation. — Li btdceg d6 souk , del kanel : la 
pulverisation du sucre, de la cannelle. 

Bi^eikr, 8. Blessure, plaie, meur- 
trissure , contusion , plaie contuse. — 
Mddl n*bUceilr : panser une blessure, une 
plaie. —BUceUr d^on (H : cotissuix) d'un 
fruit. 

Bi^et , V. (Ji bless , no bUcan), Dlesser , 
donner un coup qui fait plaie , fracture 
ou contusion ; meurlrir, l^ser. — Li 
prims d'Orinch a stu bltct al batale di 
Wdterld : Ic prince d'Orange a dte bless^ 
h la bataille de Waterloo. — Instrumin ki 
ble^s: instrument contondant. — Si bled 
Von I'dtt : se blesser Tun Tautre, s'entre- 
percer. — Ottan d'touwd ki d'blhi t persone 
di moir : il y a autant de tuds que de 
blesses et personne n'est mort. — Ld mdU 
linw ni m*sdrt bltd : je suis invulnerable 
aux trails de la medisance; je no suis pas 
vulnerable. 



Bi^ct , V. Piler, concasser, pulveriser, 
broyer. — Bled d^ soukdivin u'dok : piler, 
egruger du sucre dans un mortier. — 
Blddd^pc^f: broyer, concasser du poivre. 

Bi^l, V. Cotir, meurlrir. — L^ pmifli 
on bled toll Id pom : la greie a coli loules 
les pommes. — Vola n*peilr k't blicdie : 
\o\\k une poire qui est colie, meurlrie, 

Bi^k , s. Drique mal cuite. — On m'a 

fbrni n'mdl dteraie di biik^ c'd kdzi tali 
Uk : on m*a fourni une mauvaise char- 
retee de briques, ce sent presque toutes 
briques mal cuites. 

Biem, adj. Dieme, pille, decolore, 
defail , dclave. — // d divnou to blem dispdie 
si mciladeie : il est devenu tout bleme 
depuis sa maladie. — Inn blem pai : peau 
bieme , pAlotte. Yoy. Blanmoir. 

Blj^nii, V. (Ji bldnih, no bldmifian), 
Blemir , devenir bleme , p^lir , decolorer, 
changer de couleur. — Li sogn k'il a hap6 
Va fax bltmi : la frayeur qu'il a cue fa 
fait biemir. 

Biuret, s. Blerei, commune du canton 
de Waremme , & 20 kiiom. de Liege et k 
2 kilom. de la premiere de ces villes. 
Pop. 260 hab. Sup. 231 heel. 

BicM, s. Deperissement , decadence , 
ruine , dissolution. — Toumi 6 bless ou enu 
bless : tomber en ruine, en decadence ; 
depcrir, pericliter, tomber dans Tafluis- 
sement, tomber en chartre, se chemer, 
tomber de vetusie. — Li meilr dd stA torn 
enn bless : le mur de reiable farde. 

Bi^ii, V. (Ji bltiihy no bUtihan). Se 
cotonner. devenir mollasse el spongieux 
comme du colon. — Yind6 vo pom sin 
waists , ka el blHihron : vendez vos pommes 
sans larder , car elles se cotonneront. 

Bi^ii, 6ie, adj. Cailie, flge. — ^/Wt 
sank : sang cailie ; caillot , grumeau de 
sang. 

Bidiihe^h, s. Action de se cotonner, 
etat des fruits trop mdrs. Voy. r^aiL. 

Bleu, adj. Blel. — Db bldt gruzal : 
groseilles h maquereau. 

Bieit, adj. Elrange, ridicule, extra- 
vagant. — Kontd dt bleti : en center des 
cossues, raconter des choses exlrava- 
ganles, incroyables. 

Bled, ear, adj. Bleu , couleur du ciel 
sans nuages ; outre-mer ; Inde. — On 
Men sdro : sarreau bleu. — RUnf koti : 
Juppe b\cue,—Ddbkil'Z'onie:yeux bleus; 
sorle de pomme de lerre h laches bleues. 
—DdbMvdchdss ; bas hiem.—BleAd'dr: 
bleu celeste, bleu d'azur. — Pal bM : 
bleu pillo. — Hd bleu : bleu foncc , bleu 
lurquin. — Ifuran Vsonk H montt t VliesSy 
i dvin to bM : quand le sang lui porle k 
la tete, il devienl tout bleu, lout lividc. 



Digitized by VjOOQIC 



BLO 



- f23 — 



BLO 



i 



'/ 



— Ji nl veA k'd& bleU : je n'y comprends 
rien. — Sat dd trovd on hkU ddlid, vo-z-dr^ 
cink mdie fran di rkonpinss : tflchez de 
irouver un dahlia bleu , vou^ obtiendrez 
une prime de 5,000 francs. 

Biea, s. Empois bleu , esp^ce de colle 
faile avec Tamidon bleu. — Mett d blcA : 
mettrc du Vmge dans Tempois bleu ; 
cmpeser. 

Die6-b«r*B, s. Bloet, fleur bieue qui 
crott dans les blt^s ; barbeau. 

ikicftbih, adj. Pigeon ardois^, h gorge 
couleur changeante. 

Dieik-d^ctr, s. Azur, azur des cieux, 
couleur bleue du firmameTit. — On papt 
bleHrd'cir : un papier bleu d'azur. —-Silof 
bleA-d'cir : 6tofle bleu d'azur , bleu cdleste. 

DieviHitierdoB 9 s. Panicaut, chardon 
Roland. 

BieftwAU, adj. Bleudtre, tirant sur 
; le bleu. — On vantrin d'bleHwdtl sOle : un 
tablier de soie bleufitre. —II a Vvizech 
, to bUAwdtl : il a le teinl tout bleadtre , 
. tout livide. 
I Bieftwi J V. (Ji bldlwih , no bleHwihan). 

Voy. Blonwl. 

/ Bie^wisi^, s. Lividit^ , dtat de ce qui 
i est livide. — lA bleHwist^ del pai : la livi- 
' dit^ de la peau. 

BieftwiM 6 BUuwiM, adj. BleuAtre. 
Yoy. BleftwAU. 

Bica-x-»ftie, s. Esp6ce de pommes de 
terre rondes k taches bleues. — 0» *odei 
d'bleA'Z'Oilie : une grande manne de 
pommes de terre b taches bleues. 

muiin, s. Bilstain, commune du 
canton de Limbourg» h 3 kitom. de ce 
bourg. Pop. 570 hab. Sup. 885 hect. — 
Ld deU chestai (TB/w^in : les deux chateaux 
de Bilstain. 

Biok, s. Billot, troncon de bois ^os 
et court; biichc. —Blok di koukenn : billot 
de cuisine. — Blok a treH pt : tronchct. 

Bi«k, s. Tronc, botte ou coffrc placd 
dans les ^glises pour recevoir les au- 
m6nes; esquipot ou esquibot, tronc de 
barbier. — -MeW ine cans d blok : metire un 
cents ou.pi^ce de ^ centimes au tronc. 

BiokAi, s. Petit billot; biKche, M- 
chclte , vieille souche. — S'actr so on 
blokai : s'asseoir Sur un petit billot. 

Bi«kni , s. Billot , livre tr^s-gros relati- 
vcmcnt h son format. — K6 blokai d*ltv po 
mett divin n'bibliotdk ! quel billot, quel 
livre incommode pour placer dans une 
biblioth^que ! 

Bi«kAi , s. Fcmme lr5s-petite et trds- 
grosse, grosse courtaudie; vigote. — Li 
p6v feum n'^ nin jolHe , ci n't Won blokai : 
la pauvre femme n'est pas jolie, ce n'est 
qu'un billot. 



Blok^, V. (Ji blok bjiblokaie). Bloqucr, 
faire le blocus ; inveslir, cntourer. — 
Blokd n'vMe, on kan : bloqu«r une villo , 
un camp , occuper avec des troupes tontes 
les avenues de ce cnmp.—Ta sin blok6 
t nCmohonn par U grante-z-aiw ; j'ai 6l6 
bloqud chez moi par les ddbordcmcnts 
des eaux. 

bioil6, v. Bloqucr, tcrme de billard , 
lancer vivement dans la blouse.— -Bloki 
n'beie : bloquer une bille. 

Biok^, V. Bloquer, terme d'impri- 
merie, leltre retournde mise provisoi- 
rement en la place d'une autre. — Kwan 
Vovri blok tropf soula n'd nin proflt/tf: il 
n'estpasavantageuxdetloquerbeaucoup. 

Biokd, V. Bloquer, terme de ma^on- 
nerie, remplir les vides sans ordre. — 
Blokd b fiUnnmin avou dt vHd brik : bloquer 
les fondements avec de vieilles briqucs. 

Biokeek, 8. Blocagc, aclion de blo- 
quer les lettres. — Li blok^ch fai pictt dd 
tin : on perd da temps k bloquer les 
lettres. 

BUkeek, 8. BlocageoublocaiIlc,menu 
moellon, petites pierres pour remplir les 
vides; action de bloquer. -— Chtri n"v6ie 
diboketd'ptr d d'brik po Vblokech : charrier 
une voie de pierrailles pour le blocage. 

BUkuM, s. Blocus, dtat d'une ville 
cernee, action de la corner; investis- 
sement, circonvallation. -— iTani// l*s(g a 
bldkuss : convertir le siege en blocus. 

BioB , 6ii(i , adj. Blond , d*une couleur 
moyenne enlre le dord et le chatainclair. 
Dd blon jvet : chevcux blonds. — Blontt 
ptrik : perruque blonde. — Divni blon : 
blondir, devenlr blond. —Blon tiran so 
VroQai : blond ardent. 

Bfondl, v. (Ji blondihf no blondihan). 
Blondir , devenir blond. -— Mt neUr chivet 
kimincd't-a blondi : mes cheveux noirs 
commencent k grisonner. 

Bi6niiiheeh, s. Action de blondir. — 
Li biondiheg dtjvet : la couleur des che- 
veux qui blond issent. 

BiotediB,eBB, adj. Blondin, qui a 
les clieveux blonds. — Ell ainm on pit 
blondin : elle aime un petit blondin. 

BioiDii, s. Blonde, esp6ce de dentellc 
de soie. — KoifeUr di blontt : coifTurc de 
blonde. 

Biovk, s. Boucle, anneau de mdtal 
qui a une petite traverse. — Blouk di 
cinteUr , dijdrtir , di* sol6 : boucle do cein- 
ture, de jarreti^re, de Soulier. — Chap 
di blouk : chape d*une boucle. — Slpinett 
di blouk : ardillon d'une boucle. — Mett 
St blouk : mettre, attacher ses boucles , 
bonder ses souliere. — Disf^se blouk : so 
deboucler. 



Digitized by VjOOQIC 



BOD 



— 424 — 



BOI 



BUnkit, s. Faiscur de bouclcs dc 
ceintures , de bretelles , etc. — Cess-t-ott 
p6v biouktt ki wang si vtie mdldhdemin : 
c'est un pauvre faiseur de bouclcs qui 
gagne sa vie pcniblement. 

Dionweit, s. Homme frivole , sans 
consistance. — Ji n'fai nol astern di In , ci 
rCt \Cm\ blouwetl : je ne fais pas etat de 
lui, c'est un homme insigniflarit. 

Bioawett, s. Feu-follel , mcloore 
igne; furolles. —Li pti pettp a sogn dd 
blouwetl : le peuple ignorant a peur des 
furolles. 

Bioawi, V. (Ji blouwih^no blouwihan). 
Blcuir, rendre bleu, faire devenir bleu. 
— Blouwi d-Pacir ; bleuir do Tacier. 

Bionwihcch, s. Action de bleuir. — 
Li blouwihtg di Vacir : elal de Tacier 
bleui. 

Bo, s. Holte, sorte de panier qu*on porlo 
au dos avec des bretelles. — Poirtii Vbo : 
porter la hotte.— 0» bo d'diel: une bottee 
de terre-glaise. — yln», ti bo (jott : Anne, 
ta holte d(^goutte. 

Bobonn, s. Nanan , friandises, su- 
creries, mot pour parler aux enfants. — 
Taihiv don, mam6, v'z-drd del bobonn : 
taisez-vous done , cher petit , vous aurez 
du nanan. 

Boceiiy s. Ornement au mors d*un 
cheval. 

Boch, s. Trone, la tige, le gros d'un 
arbre sans les branches. — On-z-a k6p6 
tote li heUfdi rdb, i n'dimeUr pu ki Vboch : 
on a coupe toutes les branches de Tarbre, 
il ne reste plus que le tronc. 

Beet, ele, adj. Bossue. Voy. Kiboat. 

B090U , 0W9 s. Bossu, qui a une bosse, 
gibbeux. — On pti boQou : un petit bossu , 
un petit gobin. — Ess bocou po dri d po 
dvan : 6tre bossu par devant el par der- 
ri6re. — To le bocou son sUti : tons les 
bossus ont de Tesprit. 

Bo^owmin, adv. Gomme un bossu.— 
Rot6^ si tni bocrnvmin, marcher, se tenir 
arqu6 comme un bossu. 

Bodc,Aie, s. et adj. Dodn, potel^, 
rebondi, qui a de Tembonpoint. — Bod^ 
vizech : joues potelees. — Bodait janb : 
jambes potelees. — On pti bodS om : un 
petit homme Irapu, un gros courtaud, 
petit ragot , rondelet. —Piti bod6 vaU : 
petit populo. — Bel pitite bodaie bdcel : 
jolie pouponne. 

Bodenn, s. Bedaine , gros ventre; 
panse. — Rinpli s'boden : remplir, farcir 
sa bedaine. 

Bodei, 8. Grand panierk deux anses. 
— Piti bodet : mannequin. — Bodet d^trok, 
di kronpfr: panier de raisins, depommes 
de terre. — PoirteH d'bodet : hotteur. — 



Bod^ d'stch : gabion . —Si marii d'zo Tbodet : 
se marier sous la cheminde, en caehetle. 
, Bodet, s. Urne, botte, capse , qui 
sort au scrutin d'une Election. — Dimani 
e bodet ; rester au fond de Turne, ne pas 
t^trc designe par le sort. 

Bdduron , s. Tigodc quelques plantes. 
— Md kronpfr on dd bdduron com dd pOss : 
mes pommes de terre ont des tiges de la 
grosseur du poucc. Voy. Baio. 

Bofei, s. Pelotte, petit coussinet pour 
y licher des epingles et des aiguilles. -- 
Ron bofct : pelotte ronde. — Kward bofet : 
pelotte carree. — Piti bofet : peloton , 
petite pelotte. — Ld beguenn fd de bofet po 
dn6 d ptit4 bdcel : les religieuses confec- 
tionnent des peloltes pour donner aux 
petites fiUes. 

Best, V. (Ji boch, no bojan), Otcr, 
changer de place, deranger, deplaccr; 
bougcr. — Fd bogi soula : il faut 6ter celu , , 
le placer ailleui*s. — Bogfv inn gott : 6lez- , 
vous , reculez un pen. — bogtf fo^ dla : 
6lez-vous, reculez-vous de 15. — Bogiv 
foU di m'joU : 6tez-vous de devant moi. — 
Bogi ciss'i-efan la tri dd feU : 6tez cct en- 
fant d*aupres du feu. — Bogiv foil del vdie: 
6tez-vous du chemin. — Ni v'bogi nin : ne 
remuez pas de 15. — Ji n'mi bojrd nin, ii 
n'mi sdrcil bogi : je ne bougerai pas , je no 
saurais bouger. — Ovr6sett eHr sin sbogi : 
travailler sept heures sans bouger , sans 
desemparer (1). 

Boi , s. Bois , substance dure et com- 
pacte des arbres. — Seg boi : bois sec. — 
tYeh boi : bois vert. — Boi a vdnn : bois 
vein^. — Boi poUn : bois malandreux. — 
Boi d'Bruzi : bois du Bresil, bresillet. — 
Kagness boi : bois noueux. — Li boi d'on 
halbdr , d'on IwUvion : hampe. — R^cenn di 
boi : racino boiseuse. — Boi ki s'kimagn , 
ki s'kitraw : bois vermoulu, artisonnc. — 
Boi k'oHveiir , kis'kifin : bois qui se dejettc, 
se travaille , se tourmenle. — Boket , 
caiet d'boi : bAchette, lison. — Richdkl le 
boket d'boi d feu : rapprocher les tisons. — 
Ji so d^ boi k'on fai U flUit : je suis du 
bois dont on fait les flAtes ou les vielies ; jo 
suis de tous bons accords. — FA kUo boi 
s'ckdraie : toute peine merite salaire. — 
F6 feA d'to boi : faire fldche de lout bois, 
employer tous les moyens possibles. — 
On veHret d^k6 boi U s'chdf : on verra do 
quel bois il se chaufTe , on verra ce qu'il 
vaut, ce qu*il sail ou ce qu'ilveut faire. 
— Tr6 d boi : biicher. — Ld gtie on dt hdgn 
di boi : la coque de la noix est ligneuse. 

Bel, s. Bois, lieu plants d'arbres , ids 



(1 ) Bouger quelque cho$e , hoyget-vmis , etc. , wwil dps 
faules ; lavcrbc franyaU bouger occcssc jamais d'dlrc ucutrc. 



Digitized by VjOOQIC 



BOI 



125 ~ 



BOI 



que chines, hStres, charmes, etc.; 
taillis , for^t. — On pti boi : bosquet , 
bocage. — JOnn boi ; sp^o ou C(Jp^e. — 
Lizir d'an boi : lisi^re, orn^e d'un bois.-— 
^pet boi : bois touftu. — Gdr di boi : garde- 
forestier, garde-bois. — Li fin chess li leH 
foit dt boi : la faim chasse le loup du bois , 
Textr^me besoin r6duit les hommes k 
faire beaucoup de choses centre leup 
inclination. — L^-z-oHhai dd boi : les 
chanlres ailds des bois. — Diu dd boi: 
Sylvain , dieu des for^ts. — DMess dd boi : 
napee , nympho des bois. — Ddgd dvin 
U boi : vimaire. — F6 n'ndie divin on boi : 
trouer une laie dans un bois, layer; 
faire le travail d'un layeur. — PUi boi a 
kosli d^on gran : s(^grais , petit bois s^par^ 
d'un grand. — On-z-a konU U stok di boi 
k'onrz-a c6p6 d prizinss di Vespair : on 
a fait le souchetage en presence du 
soucheteur. 

Boi, s. Dotte, assemblage de plusieurs 
choses de m^me nature H^es ensemble. 

— Boi d^rtcenn , di pandh , d'ognon , di 
rMiss :boiies de carottes, de panais, 
d*ognons, de radis. 

boTri, s. Boyau, conduit sinueux des 
excrements; intestins, entrai lies. — Li 
maiss botai : caecum, le premier des gros 
intestins. — Krd botai : rectum , dernier 
des trois gros intestins; boyau culier.— 
No-z-^van si botai t noss koir : on distingue 
six intestins dans le corps humain.— 
Sd botai gargouiei : ses boyaux lui orient. 

— Rintt trip et boiai : rendre tripes et 
boyaux , vomir excessivement. — Si hddd 
U boiai : s'^chauder les boyaux. — Avu on 
ftoioi rastrei^li : avoir une occlusion. — 
Avu n'maladtie divin U boiai : avoir les 
intestins offenses, avoir une maladie in- 
testinale. — Koiti di boiai : corde h boyau. 

— F6 dt koitt di boiai : exercer Tc^lat de 
boyaudier. — Si corti n'd k'on boiai : sa 
prairie n'est qu'un boyau, c*est-k-dire 
un espace long et pen large. — Dd kafet 
po lav6 Id boiai : caf6 clair, faible. Voy. 
l4i^(t-4i-eliUi. 

BoTnidt, s. Boyaudier, celui qui pre- 
pare et file des cordes k boyau. 

■•lAidr^ie, s. Boyauderie, lieu ou 
Ton prepare les boyaux de certains ani- 
maux destines aux difT^rents usages dans 
les arts. 

B#i-B«nia , s. Bois-Borsu , commune 
du canton de Huy, h 4 i/i kilom. de 
Havelange. Pop. 580 hab. Sup. i,723 i/s 
hect. 

BoifOB , s. Boisson , liqueur k boire , 
ce qu'on boit ordinairement. — Boicon ki 
monit e rtiess : boisson capiteuse , eni- 
vrante. — Grigd ainm H boicon : Gregoire 



aime le piot. — II a n'boneboi(m : il a le 
vin gai. —II a n'mdl boicon : il a le vin 
mauvais. —Fldw boifon : frustratoire. Voy. 
Lapeti. 

Boi^'bicA, 8. Bois de Camp^cbe, 
arbre qui croft en Amc^rique et dont on 
fait des ouvrages de menuiserie. 

Boi-d'boachon, s. Liege, esp^ce de 
ch^ne vert ; ecorce de cet arbre. — Dd smel 
di boi-d'bouchon ; des scmeiles dMcorce do 
li6ge. — Li boi-d^bouchon flott so Vaiw : 
r^corce de liege nage sur Teau. 

Boi*d^hr»k, s. Bourdaine ou bour- 
g^ne; bois blanc et tendre dont Tdcorco 
est purgative. — Li boi d'brok broM siev a 
f6 dd poAr : la bourdaine brtil^e sort a la 
fabrication de la poudre k canon. 

B»i-d^BruKi , s. Bresillet ou hama- 
toxylum , bois du Brc^sil propre pour la 
teinture. — Avon rboi-d'Bruzi , on fni del 
rock teinteUr : avec le brdsillet, on fait de 
la teinture rouge. 

B»i-d'€ok, Faux platane, du genre 
des Arables, qui crott naturellement en 
France. —Drdv di boi (Took : allde de faux 
platanes. 

D»i-d'paT, s. £rable , arbre dont plu- 
sieurs esp6ces fournissent le sucre et la 
manne; sycomore. — Li boid'pai d bonpo 
fd dd virion : Terable est employ6 k faire 
des violons. 

D»i-d'rak6TeiiiiB, s. Lambourde , 
pi6ce de bois pour soutenir un parquet 
ou les ais d'un plancher. 

BoidreM , S. Fdminln de Boirdeft. 

Boi-d'BiB-€;irA, s. fipinc-vinettc , ar- 
brisseau ^pineux dont le fruit est rouge 
et aigre. Voy. Boeh-sipeBii. 

BoTe, s. Petit dr61o, gamin; petit 
m^chant, mazette. — Ci pti bole ni pou 
d'manipdhUl : ce petit dr61e ne pout roster 
tranquille. — Li bote m'abalt : le bourreau 
m'abatte ; petit juron des Liegeoises, pour 
en ^viter un plus incongru. 

BdTe, s. Boelhe, commune du canton 
de Waremme, k 5 i/2 kilom. de cette der- 
nidre ville et k 24 i/a kilom. de Li^ge. 
Pop. 420 hab. Sup. 299 i/a hect. 

Boign, s. et adj. Borgne, qui n'a 
qu'un ceil. — Si feum d boign ; sa femme 
est borgne, c'est une borgnesse. — F^ 
boign : ^borgner , rendre borgne,— Kangt 
on boign chivd kontt in aveHl : troquer son 
cheval borgne centre un aveugle, changer 
une chose d^fectucuse centre une plus 
d(^fectueuse encore; perdre au change. 
— TounU d'on boign so n'aveHl : tomber 
de Charybde en Sylla , tomber de fi^vre en 
chaud mal. — £ pdi dd-z-aveHl^ Id boign 
son role : au royaumo des aveugles , les 
borgnes sent rois. 

TOMB I. 17 



Digitized by VjOOQIC 



BOI 



— 126 — 



BOK 



voign, adj. Borgnc, sot, ridicule, 
frivolo. — Boign kontt : conlo borgne , sau- 
grenu. — Boign kdbaret : cabaret borgne , 
mauvais petit cabaret. — K^ boign Ukassl 
que ce borgne est nigaud ! 

Boisn-m^eeeh , s. Baliveme , bille- 
vesee , rapsodie ; amphigouri , propos 
amphigourique ; raison cornue , lanti- 
ponnage, frivolity. — KonteH d'hoign- 
»i^t^c/i:sottisier, quidebile des sottises. 
— Dlrd^ boign m^cdeh : lantiponner , dire 
des fariboles. 

Boisn-trd, s. Glotte, fenle du larynx 
pour le passage de Fair. — Gna n'sakoi 
d'arokd d boign trd : la glotte est obliteircJe. 

Boir, s. Bord , extrt^mitd d'une sur- 
face, CO qui la termine; lisiere, liserd, 
rebord. — Boir di Faiw : bord de i'eau ; 
rivage , rive ; greve. — Li MoUss ess-t-a 
r6s8 di boir : la Mouse est bord a bord 
du rivage. — No-z-avan vnou a boir : nous 
avons aborde , nous sommes abordes , 
nous avons attere, nous avons fait notre 
atterissage. — Kwil6boir : dt^river, s'^loi- 
gner du bord, du rivage. — Boir di koli : 
bord d'une jupe. — Rot6 A boir dd mohonn : 
aller par les trottoirs. — On noret avou on 
pti rog boir ; un mouchoir avec un liser6 
rouge. — Ess so Vboir del foss : 6tre sur le 
bord de la tombo. — Ji so-t-inn om foA dd 
boir : je suis un homme perdu , je suis en 
deconliture. — Boir dd solo , del kunn : 
limbe du soleil , de la lune. 

BoirAi , s. Botte , assemblage de plu- 
sieurs choses liees ensemble ; faisceau , 
trousse. — Boirai d'brokal : bottes d'alu- 
mettes. — Boirai d'rama'ie: bourree, fagot 
de menues branches. 

BoirdAie, s. Boidee, decharge de 
tons les canons d*un bord du vaisseau. — 
Li Roi fou rQU avou n'boirdaie di kanon : 
Tarrivde du Roi fut annoncde par uno 
bord^e de canons. 

Boirdd, V. (Ji boiltj no boirdan; ji 
boidret). Border, garnir les cxtremit^s 
ou les bords de quelque chose. — Boirdd 
on chapai , dd soU : border un chapeau , 
des souliers. — Boird6 on gold avou on 
galon d"6r : border un collet d'un galon 
d*or. 

Boirdeeh, 8. Action do border. — 
Li boirdeg d'inn rdb, £on chapai : la ma- 
niere de border une robe , un chapeau. 

Boirdeft, ress, s. Cclui qui borde. — 
Fd dd boirdeH t dd boidress a-mon Id chapli 
d U koipht : chez les chapeliers et les cor- 
donniers, il faut des ouvriers et des 
ouvri6re8 qui sachent border, 

Boirdetiir, s. Bordure, ce qui borde 
et sert d'ornement ; grosses pierres qui 
bordent un chomin pavu. — Mett in boir- 



deH^ a on tdvlai , a n'tapisrHe : eoibordurer 
un tableau , une tapisserie. 

Boir-d'or^ie, s. H^lix , lo grand bord, 
le tour de Toreille externe. — Li h^ di 
boir-d^ordie : la rainure de I'hdlix. 

B^lrgnil ^ All OU BolrgBcft , S. Bor- 

noyeur, qui aligne; loiter, regarder 
en tapinois, en cachette; lorgneur.— 
Dimdfiiv di c'boirgnd la : m<§ncz-vous de 
ce lorgneur, de cet observateur. 

Boiri^ech, s. Lorgncric , action de 
lorgner, d*epier, d'observer. — Li boir- 
gnech fai dd loir al vuw : la lecture ou le 
travail , quand on est mal 6clair^, nuit k 
la vue. 

Boirgnt, V. (Ji boirgnaie , noboirgnan). 
Lire ou travailler 6tant pcu dclaire. — A 
tan boirgni on s'gAti U-z-oHic : un mauvais 
dclairage vous gate la vue. — Boirgnid br6: 
regarder par un trou, epier, observer, 
lorgner. 

Beirut, v. (Ji boirfuiie). Voy. Ateoiim^ 

Boiit, s. Botte, ustensile creux, h 
couvercle , pour contenir une chose. — 
Boitt di fidr-siiainmi : botle do fer-blanc. 
— Boitt'di kdrton : carton. — Boilt-al- 
sinouf: tabati^re. — Boitt A bonbon : boo- 
bonni6re. •— Boitt d'al poss : bofte de la 
poste , botte aux lettres. — Cd dvin U 
ptite boitt ki gna dd bon-z-dlmin : dans les 
petites bottes sont les bons onguents. 

Boiii , s. Ventouse , vaisseau de metal 
qu*on applique sur la peau pour y pro- 
duire une irritation locale. — Si fi mtte 
dd boitt : se faire ventouser» se fairc 
appliquer des ventouses. 

Boia,s. Embottement d'un Soulier.— 
Pik^ n'boitt : piquor le bord d*un embot- 
tement, le coudre k petits points pour 
Tomer. 

Boiii-ai-siBour, s. Tabati6re, petite 
botte oil Ton met du tabac en poudrc.— 
Fd prdzin d*inn boitt-al-sinoufd'Argin : faire 
cadeau d'une tabati^re d*argent. 

Bois6, V. (Jiboizaie). Boiser, garnir 
de menuiserie les murs d*une chambre ; 
garnir do bois un pays, une lerre. — 
Boizd n'pless : boiser une chambre , un 
salon. — Boizd dd trlh : boiser des te^ 
rains arides, incultes. 

Boiaeeh, s. Boisagc, bois qu*on em- 
ploie k boiser; action ou mani^re de 
boiser. — Li boiseg d^inn sAl, d'on tdrtn ; 
le boisage d^une salle , d*un terrain. 

Boixr^ie, s. Boiserie , ouvrage de 
menuiserie dont on couvro les murs 
d*une chambre. — Boizrdie di chAgu : 
boiserie de ch^ne. — Boizrdie di bibliotdk : 
boiserie de biblioth^que. 

B*k, 8. Boucho, partie inf^rieurode 
la t6te par oix Ton parle ot par oil so 



Digitized by VjOOQIC 



BOK 



— 127 — 



BOL 



recoivent les aliments. — Dovi^ si bok : 
ouvrir la bouche. —Sdrd s'bok : former la 
boucho.— ArUl del bok : artdre bucale.— 
Promess di bok : promesse verbale, orale. 

— Dimani avou Vbok d Idch : bayer, rester 
la bouche bdante, exprimerr^tonnement. 

— Ni wdzeUr dovier si bok : n'osor ouvrir 
la bouche , n'oser parler. — Si kaci on din 
foil del bok : se casser une dent. — Bok 
cozoWy sav6! Ah qhl boucho cousue! 
boucho close , gardez le secret. — F6 
vni I'aiw al bok : faire venir Feau k la 
bouche, exciter une esp6ce d'envie h 
ceux qui vous ^coutent en vous regar- 
dant. — Meti del Idm al bok : flatter par de 
belles paroles, par une douceur affectde. 

— Printt li pan foU del bok : 6ter le gagne- 
pain. — Vo m'prindd Vparol foU del bok : 
c'est CO que j'allais dire. — Si VBondiu 
no-z-a dn6 deH-z-ordie ^ n'seHl bok , c'^ po 
no-z^prinll ki no dvan pu hoUti KdtpdrU : 
la Providence nous a donn6 deuxoreilles 
et une seule bouche , pour nous apprendre 
qu'il faut plus dcouter que parler. — Ffi 
wangni Vbok d^-z-om divan leU koHr : il 
faut gagner la bouche des hommes avant 
leur coBur. — In'fh nin f6 di s*bok si kou : 
il ne faut pas desavouer ce qu*on a dit. 

v«iLA, s. Troude, br^che, entrde ou 
issue dans Tdpaisseur d*une haie; dcha- 
lier. — Po-z-^iU d*inn tvaiti a VdU , on pass 
po PbokA : pour allcr d'une prairie h 
Tautro , on passe par la troude. 

■•kA, s. Boucaut, tonneau, futaille 
grossidrement faite pour renfermer cer- 
taines mati^res sdchcs. —Bokd di stokfess : 
boucaut de stockfich. 

BdfcAi, s. Chevalet, support qui tient 
les cordes tendues dans un instrument 
de musique. — Mi violon di*eA mdzdh d^on 
noU bdkai: mon violon a besoin d*un che- 
valet neuf. 

B*kA ^ BokM, s. Bocal, sorto de gros 
vase h cou court. — 3Iett d^ roche pdhon 
dvin on bokdl : mcttre des poissons rouges 
dans un bocal. (PI. bocaux.) 

■•kMiMtfy s. Bec-de-li6vre,personne 
qui a la Idvre supdrieure fendue. — El 
vin d'S'akoM d^inn tfan k"a n^bok-di-lif : 
ello vient d'accoucher d'un bee -de - 
li^vre. 

Bok-^gau ou Bok-^h^Bin, s. Her- 
maphrodite, qui est mftle et femelle, 
androgyne. — ToU vier , c'^ dd bok-d-gatt : 
tous les vers sent hermaphrodites. 

BokMe, s. Bouchde.Voy. e^eh^io. 

B*ke(, s. Morceau, partie d*un tout; 
portion, particule, fragment, gobet. — 
Bokel dkChdr , di pan , di fronmach : pi6ce , 
morceau de viande, de pain, de fro- 
mage.— ITdpiJ a boket : couper par mor- 



ceaux , mettre en morceaux. — Magnl on 
bokei : manger un morceau, faire un 
repas Idger. — Magni Vbon boket : manger 
le friand morceau, le morceau de Roi. 

— Boket d'riban ^ difi : bout de ruban , 
de fil. — Boket d'kronptry di rdcenn : mor- 
ceau de pomme de terre, de carotle; 
pi^ce, parcelle, carrd de pommcs do 
terre, de carottes , etc. —Boket d'mess , 
di vep, di sternum: bout de messe, do 
vdpres , de sermon. — Boket d^pehon : 
trouQon de poisson. — Boket d"A trd dt 
kou : croupion. — Kdp^- on boket foU : 
tronquer. — Magni dd seek boket : r6tir le 
balai. — Kitapi boket : rdjouissance. 

Bokel, s. Gobbe,bol empoisonndpour 
faire pdrir les animaux ; boisson , mor- 
ceau ou breuvage empoisonnd ; noix 
vomique. — Din6 Cboket a on chin k'd sin 
muzlir : donner la gobbe, le boucon h un 
chien sans muselidre. 

Boket^'souk, s. Hcurt h la t^le. — 
To s'ridreoan i s'a dn6 on boket-d^souk : en 
se relevant, il s'est heurtd la t6le centre 
un corps dur. 

Bokhd, s. Sauret. Voy. InglUln. 

Bdkt, ^le, adj. Pourvu, fourni. — ^// 
d chdkMe d boktie di to po s'mari6 : elle a 
tout en abondance pour s'dtablir. 

Bok06 , V. Boxer , se battre k coups de 
pomgs. —II a pierdou inn oHie d boks6 : 
il a perdu un oeil en boxant. 

Bokseeh, s. Action et manidre de 
boxer.— Li napai ki vou-t-aprintt liboksech, 
ki vass a Lontt : que le dr61e qui veut ap- 
prendre Il boxer, aille h Londres. 

Bokseik, s. Boxeur, celui qui boxe, 
qui se fait pour ainsi dire un metier do 
ce genre de combats. — Ld pu-z-arcgi 
boxeiHy fh tt'Z'Anglet: les boxeurs les 
plus enragds sent les Anglais. 

Boi, s. Bol , vase ou coupe demi-sphe- 
rique pour prendre le lait, le punch, etc. 

— Pvinlt on boll di ponche : prendre un 
bol de punch. 

Boia, s. Bouillon, bouillonnement, 
mouvement, agitation d'un iiquide qui 
bouillonne. — Prindd rmarmittju dt feA , 
li sop k^ a bola : rctirez cctte marmilte 
du foyer, le potage cuit k bouillons. 

BoittB , s. Bolland , commune du canton 
de'Dalhem, h ii kilom. de Verviers eta 
3 kilom. de Herve. Pop. 600 hab. Sup. 
630 hect. 

BoiAB , anit , adj. Bouillant, qui bout , 
qui est en Ebullition. — Del bolanli aiw : 
cau bouillante. — D6 bouion W^ to bolan : 
du bouillon tout brdlant. 

BoUndiM, s. Bollandistes , jdsuites 
d'Anvers qui ont dcrit les vies des saints. 

— Bolandus esteH-t-al tiess dd bolandiss : 



Digitized by VjOOQIC 



BOL 



— 428 



BON 



Boliandus ctait un des principaux Bol- 
landistes. 

Bdi6 , V. (Ji bdl ^ ji bdlaie). Bousiiler , 
mal travailier; ex^cuter k la M\e, co- 
chonner, travailier h la fourche. - Rik- 
mbiss ciss'l'ovrech la , valet , il dto hdl6 : 
recommence ce travail, gargon, il est 
tout bousillc. 

Doiech, s. Bouillonnement, ^tat d'un 
liquide qui bouillonne ; ebullition. — Li 
holeg di Vaiw , d^ sank : le bouillonnement 
de Teau, du sang. 

Bdieeh, 8. Bousillago, ouvrage mal 
fait. — K6 bokch ! soula n'dHrct nin : quel 
bousillage ! cola ne durera pas. 

Boii^io, s. Bouillie, nourriture faite de 
laitetde farinebouillis. —Pailctldlboldie: 
poelon de bouillie. — Boldie a Vavdnn : 
gruau.~fio/d/(j di fru : pulpe ; fruit pul- 
peux. — Bo/di(Jaramido»:empois, bouillie 
ou colic d'amidon. — Vo magnrt bin U 
boldie so sUiess : vous 6tes plus grand que 
lui dc toule la l^te. 

Doieft, s. Amadou, m6che d'agaric, 
qui prend feu au briquet; bolet.—£spnn/^ 
si pip avou dt bokH : allumer sa pipe avec 
de Famadou. 

Boioft, s. Trou de sonde dans les 
houill^res. 

Bdiea, s. Mauvais ouvrier, bousilleur. 

Voy. Brddlcft. 

Boii , s. Bouilli , viande bouillie. •— 
Mett li boli soTlAf: servir le bouilli. — 
Bolt a dnUie krA : bouilli enlrelardd. 

B0IJ8, jreM, s. Boulanger, qui fait et 
vend du pain. — // ouveUr d bolgl : il ap- 
prend laboulangerie, c'estungarQonbou- 
langer, un mitron.—Jtfi^i'a bolji : gftte-piite, 
mauvais boulanger. — Li pri d fai kom li 
pand bolji: c'cst le prix r6glc, le prix 
fixe. — Vd mi d'al6 d bolji k'a Vapoiikdr : 
vautmieux porter son argent au boulanger 
qu'k Tapothicaire. — Amdd bolji : ceil , 
trou dans le pain. 

Boijt) v. (Ji boljaiCy no boljan). Bou- 
langer, p^trirdupain et le faire cuire.— 
Mi feum pass sovin sUin a bolji: tr^s- 
souvent ma femme passe son temps h 
boulanger. 
Boiji-hAiiAr, s. Fournier. Yoy. rornt. 
Boijihceh , s. Pauification, convcrsiou 
des mati^res farineuses en pains. — Li 
boljihegddkronptry de peH d'trouk : la pani- 
iicalion des pommes do terre, du mats. 
Boijr^io, s. Boulangeric, art de faire 
le pain, lieu oil il se faii.—oljrdiepold 
sdddr : boulangerie militaire, manuten- 
tion. 

BdiuM, s. Bol ou bolus, petite boule 
de drogues medicinales; opiat, diaprun, 
diascorolium. — Li dokteUr la'a-i-Ordon^ 



dd bdlrns : le mddecin m*a prescril des 
bols, des 61ectuaires. 

B^isak, s. Faquin, personnagc sans 
consideration comme sans m6rite; 
homme de ndant. — Ji n'poUrt mdie po on 
bolzak insi : je ne donnerai jamais men 
suffrage k un tel faquin. 

Bdn , s. CaviU^, grotte , caveme, antre. 
—B6m at hdie : cavit6 d'oii Ton extrait dc 
la houille. — /rt^rflte d^l bdm : entrde, 
bouche de la caveme. —- Dim cd tier In 
c"e lold bdm : ces montagnes sont toutes 
caverneuses. — Bdm di itcon : terrier de 
blaireau. 

Bdm, s. Bombe, projectile, grosse 
boule de for creuse remplio de poudrc 
pour charger un mortier. — Grossbdm : 
cominge. — Li bdm a pdU t Fat: la 
bombe a crev^ en Vsiir. — Aprinti a tiri 
It bdm : etudier la balistique , Tart de jeter 
les bombes. 

Bdm, s. Baume, onguent, pAto qui a 
des vertus balsamiques ou vulndraires; 
substance r^sineuse, sue odorant qui 
d^coule de certains arbres. — Bdm di 
kopahu : baume de copahu. -— Orfetlr di 
bdm: odeurbalsamique.— Li pr^zi«««ir<m 
dokteHry cV dtjd on bdm so Vmd : la pr<^- 
sence d*un medecin est d^jk an baumo 
sur le mal. 

Bdm , s. Coup de cloche. Voy. Amn« 

Bdn^ , V. (Ji bdm b ji bdmaie), Fouir , 
fouiiler, creuser, faire un trou (ne so dit 
que des animaux). — Ld robett on bdm6 
del null : les lapins ont creus6 de la nuil. 

B6in^ , V. Rcndreconvexe , bomber. — 
Bdm6 n'row, inn ovreg di skrinnrtie ; 
bomber une roue, un ouvrage de menui- 
serie. — VeHl bdnU : verre bombe. 

Bdmech , s. Action de fouir, de creuser, 
resultat de cette action.— Li bdmegd^on 
thcon : le creux, le trou pratique par un 
blaireau. 

Bdmei, s. et adj. Blasd, us^ par Tabus 
des liqueurs fortes; bouffi, boursoufflc. 
— // d divnoubdmeld bcdrdt chnik : il s'est 
blase h force de boire du genidvre. 

Bdmeft , s. Bombeur , celui qui fabnque 
ou vend de& verres bombds. — U bdmc^ 
m'a vindou on glob di veHl : le bombeur 
m'a vendu un globe de verre. 

Bduit, s. Baumier, arbre qui donne 
du baume. — Bdmi d'Judiie : baumier de 
Judde. 

BOB, adj. Bon, qui a de la bont6 ; 
eonvenable, pertinent. — /n» bone air: 
un bon air. — Dd bon vin : du bon vin , 
du vin exquis , excellent. — Del bone aiw : 
de la bonne eau.— D^ bondpih:dGbonnes 
p^ches. — On bonn ovri : un bon ouvrier. 



Digitized by VjOOQIC 



BON 



— 189 



BON 



— D^ bo^z-evri : de bons ouvriers. — 
Ce dd bond gin : ce sont de bonnes gens. 

— VosS't-oH d bai'Z^-bon : votre babit 
est bel et bon.—- Dtvni bon: devenir bon, 
s'abonnir. ~ Ki VBondiu no-z-acoUt in bonn 
nunr : que Dieu nous accorde une bonne 
mori» une bonne fin; qu*il nous fasse 
mourir cbr^tiennement, honorablement. 
—Si kuzin ess-t-an bon dial : son cousin 
est un bon diable , un bon bomme. — // 
e si bon ki n*vd tin : il est si benevolo , 
si d^bonnaire ; il a Irop de bonhomie. — 
/ n'd bon a tin: il n'est bon h rien, il 
n'esl bon ni k r6lir ni h bouillir. — 
Hap6 on bon fireU : attraper un fort rhunie , 
un refroidissement sensible. — IHn6 
n'bone pdtaie : donner un bon soufflet , 
une bonne taloche. —Am bon pi^ bonn 
oiUe: avoir bon pied, bon ceil, se bien 
porter.— /^fli oHie bon : nous avons aujour- 
d'hui du bon temps. — //oi bon roU: le 
temps est bon pour marcher. —Mi^otie 
ang m'a konci : mon bon ange m*a ins- 
pire , a 6i6 mon inspiraleur. — JU bon 
konil fh U bon-z^mi : les bons comptes 
font les bons amis. — Ess to d'bon ? tout 
de bon ? parlez-vous sdrieusement ? — 
Bon , la ! bon ! — Ell d bone ciss la ! vous 
me la baillez belie! —Bony trd-bin : bon , 
optimal — F4 bon po in 6U : faire bon 
pourun autre , repondre qu'on paiera pour 
lui, bonifier quelque chose pour lui. — 
T<»i ton ;tenirbon,tenirferme,faire bonne 
contenance. — F4 bon koHr so mAldjanb : 
faire contre mauvaise fortune bon coeur. 

— FSbon Vonk po VdU : fitre solidaires , 
s'obliger solidairement , avec solidarity. 

— Gna n'bonn e^r t d'mait di cial : il y a 
une bonne, une forte lieue et demie d'ici. 
—SoulaesS'l'Oci bon sin sd k*8in saU : c*est 
aussi bon d'une mani^re que de Tautre , 
cela ne convient sous aucun rapport. — 
Am bon : 6tre k son aise , ^prouver du 
plaisir, du bien-6tre, un bien delectable, 
se d^lecter, ^tre en delectation; jouir; 
se bien divertir. — J'a si bon al kampagn ! 
je m'aime tant h la campagne ! — Ld kann 
on bond Vaiw : les canards s*aiment bien 
dans Teau. — lid maldti d'avu Iro bon : 
il n'est malado que de trop d'aise. — 
Vo-z-drS ko sakwan cdrluss di m>n : il vous 
reviendra encore quelques florins. — faco 
on kd d'bon : j'ai encore un coup h jouer , 
encore un coup franc. — Li joH d'Pdk , 
ilaslu drobd; bonjod^ bone oiif: lejour de 
Piques, il a vole; bon jour, bonne oeuvro. 
—Bonnpenn: bonne plume, bon ecrivain, 
bon r^dacteur. —Ciss fle^r la ode bonn : 
cette fleur sent bon (i). 

( I ) Sent bonne serait une f^ute. 



Bom, s. Bon, cr^ance, mandat, pro- 
messe sign^e, rescription. — Fdm on bon 
po-Z'Old koiri del cMr : faites-moi un bon 
pour aller chercher de la viande. 

B^nA-fld^, adv. Franchement, h la 
bonne to^. — No-z-avan fai noss marchi 
d'bdnd'fiddy nous avons fait notre marchd 
sous la garantie de la bonne foi. 

BomaMrtiM, s. Bonapartiste , par- 
tisan de Bonaparte; napoieoniste. — L^ 
bonapdrtiss ricon U maiss : les bonapar- 
tistes sont remont^s au pouvoir. 

■•■asinim, adv. Ben^volement , avec 
simplicity, avec naivete ; debonnaire- 
ment. — II a stu rakonU bonasmin sou kon 
li aveH di : il a 6i6 center benevolement 
ce qu*on lui avait dit. 

■•■AM, ad. Bonasse, simple , sans ma- 
lice , de peu d'esprit , benevole , bdnin, d^- 
honmire.—KdbofiasslUess-t'aveillsorkon' 
duitl di s'feum : qu'il est bendvole , qu'il 
a peu de bon sens ! il fermc les yeux sur 
rinconduite de sa femme. 

BoBiist^ e Bonasr^ie, s. Debonnairete, 
simplicite , intelligence bornee. — Ci 
paizan la fai vdt n'granll bonasU : ce paysan 
annonce une grande simplicity, beau- 
coup de bonhomie. 

BoBATiBtoikr, s. Horoscope, pre- 
diction de la destinde de quelqu'un. — 
F^ /dr si bone avinleHiT : faire lire son 
horoscope. — Asleitr on nkre^ pu rbone 
QVinMr : on ne croit plus maintenant a 
rhoroscope. 

Bonavinteikr, s. Bonaventure, nom 
d*homme.— Li vrcae no daSin-BonavinleHry 
c'esteH Than Fidennzd : le vrai nom de 
s. Bonaventure, c'dtait Jean de Fidcnza. 
BoaMrd^, V. (Ji bonbdvdaie), Bom- 
barder, jeter des bombes dans une ville, 
dans une place de guerre , dans des re- 
tranchements. — / n'fai nin bon dmani 
dvin n'vdie k*on bonbdrdaie : il n'est pas 
agr^able d'etre habitant d^une ville que 
Ton bombarde. 

BoBiiArdeeh, s. Maniere de bom- 
barder. — Cess-t-in-^retl ofki po Vbonbdr- 
deck : c'est un habile ofilcier dans Tart 
de bombarder. 

BoBMrd^iiiim, s. Bombardement, ac- 
tion de bombarder. — Li bonbdrddmin a 
broHU pluzieiir mohonn : le bombardement 
a incendie plusieurs maisons. 

BonMrdt, s. Bombardier, qui tire 
les bombes. — Gna dd kpagndie di bonbdrdi : 
il y a des compagnies de bombardiers. 

BoBteamiB , s. Bombnsin , eiolTe de 
soie, futaine k deux enyev^. — BMze di 
bonbazin : blouse de bombasin. 

BoBiiom , s. Bonbon , pdte , sucreries , 
friandises, nanan. ^Ldss d bonbon : botte 



Digitized by VjOOQIC 



BON 



— 130 — 



BON 



k bonbons, bonbonnicre. — Ni phri run , 
mamd, v'z-Ar^ dd bonbon : nc pleurez pas , 
chouchou , vous aurez du nanan. 

iioBtediitr, s. Bonbonni6re, botto h 
bonbons ; bergaroottc. — On nCa fai prizin 
dHnn bonbontr : on m*a fait cadeau d*une 
bonbonni^ro. 

iioBeei, s. Bonccllos (les), commune 
du canton de Serain$?, u 9 kil. do Li6gc. 
Pop. 940 hab. Sup. 380 hect. 

Bondiff, s. (t). Banneton, esp6ce do 
coffre percd do trous pour conserver le 
poisson vivant dans Feau ; cabine, cham- 
brette k la poupe d*un bateau de Meusc. 

— Ld pdheH on dd ndcfil a bondif: los 
p^cbeursl ont des nacelles ^ banneton. 

Voy. Mahal. 

Bondin, s. Dicu, Ic Cr^ateur, le pre- 
mier et le souverain £tre ; la Divinitd , 
rfitemel, Tfilre supreme, le Tout-Puis- 
sant; Ji^hovah.— To l*monUcreil ki gna-t- 
on Bondiu : tout le monde croit quil y a 
un Dieu. — Fi n'sakoi po VBondiu : faire 
quelque chose pour Tamour de Dieu. — 
CesS't'inn om kd s^lon VBondin : c*esl un 
homme qui est selon Dieu , qui est tout 
de Dieu, tout en Dieu; c*est un asc^tc. 

— Jur6 Vno dd Bondiu : blasphemer le 
nom de Dieu. — Li Bondiu VvMe : Dieu le 
veuille, plaise k Dieu.-— fou kHnn n'feum 
vou^ VBondiu Vvou : ce que femme vent, 
Dieu le veut. — Li Bondiu v-z-dss ! Dieu 
vous entende ! — Li Bondiu m"d wdtt ! 
Dieu m'en garde, Dieu m'en preserve, k 
Dieu ne plaise! — Si plaisS't-d Bondiu : 
s*il platt h Dieu , avec Taide de Dieu , Dieu 
aidant , si Dieu me pr^te vie. — Li Bondiu 
v*'Z-aci8s : Dieu vous assistc , Dieu vous 
aide. — Li Bondiu v*kidAs8 ! Dieu vous 
conduise! — Grdss A Bondiu: grAce k 
Dieu , Dieu merci. — PoirU VBondiu a on 
malAtt: porter le bon Dieu, porter le 
vialique , le Saint-Sacrement a un ma- 
lade. — Ri(^r It Bondiu : reccvoir son 
cr^ateur. — Li justiss dd Bondiu : la 
thdodic^c. — F^ n'sakoi com po Vamor dd 
Bondiu : faire quelque chose comme par 
man id re d*acquit. — Hapd VBondiu po 
Vliess : commellre un crime de Idse- 
majeste divine. — Li Bondiu t/'z-d Vm4r : 
Dieu vous le rende! 

iianet, s. Bonnet, v^tement de tete 
rond et sans rebord; calotte, coilTe. — 
Piti bonet: bonnelte, coilTure d'onfant. 

— Bonei d'pricss : bonnet carre. — Bonet 
d*pdp: tiare, trirdgne. —Bonet d'dvek: 
mitre. — Bonet d'juch , d*avokd , d'avouwti : 
toque. — Bonet d*lurk : turban. -— Cd 
deii tiess divin on mainm bonet : ce sent 

(i) On a tori Je se tcnir de cc root en parlani fran{«is. 



deux tdtes dans un mdmo bonnet. — 
// ess't-anoieil kom on bonet d'nutt : il est 
triste comme un bonnet de nuit. — Cd 
bonet blan d blan bonet : c*est jus vert et 
vert jus, c*est-k-dire que deux choses 
sent semblables ou que le choix en est 
indifferent. — Kd d^bonet : bonnetade , 
coup de bonnet, reverence, salut. — 
Marchan d'chdss d d'bonet : bonnetier. — 
Polou bonet : colbak. — Chdct s'bonet so 
Vordie : perdre bonne contenanc^. — Kou 
d'bonet: rdseau attache k un fond de 
chapeau. 

wnhtty s. Bonnetier, marchand de 
bonnets et de bas; chaussetier, chaus- 
setier-bonnetier. — On bondti a todi d'koi 
covidr sd krdinnct : un bonnetier a toujours 
de quoi couvrir ses creanciers. 

■•■^ir^ie, s. Bonncterie, art et me- 
tier de bonnetier. — Li bondirdie ess-t- 
inn bonn marott : la bonncterie est une 
branche avantageuse d*industrie. 

Boneii, 8. Bonnette, petit bonnet. — 
Inn pitite bonett avou h'/loche al kopett : 
un petit bonnet avec une huppe au* 
dessus. 

Boneu, s. Vcntricule des animaux 
ruminants. 

Baneftr, s. Bonheur, ^tat heureux; 
fdlicite , prosperity , eiat prospdre. — 
Itadd boneHar A jeA : il est chanceux au 
jeu (pr^juge). — Evii VboneUr dd-z^tt: 
envier le bonheur d'autrui. — Fd on 
marcht A pti boneUr : faire un march6 au 
petit bonheur, arrive ce qu'il pourra. — 
Avtt pu (VboneAr ki d'adress : avoir plus 
de bonheur que de mdrite. — Si vantd di 
i'boneUr, c'd houki Vmdle^r : se vanter de 
sa felicite, c'est appeler le malheur. — 
Par bone^r ! par bonheur ! heurcusement. 

— Bonelir d mAleUr^ c'd ddprd parin ; du 
bonheur k Tinfortune il n'y a qu'un pas. 

— On kalin d mdJureH minm divin VboneUr : 
le mdchant est malheureux mdmc dans 
son bonheur. — Li bone4r d todi wiss k^on 
n"d nin : le bonheur est toujours au lieu 
ou Ton n'est pas. — Li boneUr, c"d Vft& 
di to Vmontt d Vistoir di personn : le bon- 
heur est la fable de tout le monde et 
ce n'est Fhistoire de personne. — Li 
paradi ess-t-on boneAr ki. de^ todi : le pa- 
radis est le bonheur dternel, reternelle 
beatitude. 

vant, s. Boni , exc^dant de la recette 
sur la d^pense, de la vente d'un objet 
sur Targent pr^td ; bonification, bene- 
fice, profit; ce qui reste en caisse. ■— 
Divin on manech, \on deii sai dd fd on pti 
bdni at fin d-V Annate : dans un manage, 
on doit s'efforcer k faire des restes k la 
fin de rann^e. 



Digitized by VjOOQIC 



BON 



131 



BOR 



BdAifMui, s. Boniface, nom propre 
d^homme. — Wangni Fpardon d*sin Bdni- 
fass: gagner ie pardon de saint Boniface, 
boire un verro de vin apr^s avoir dit ses 
grAees (moyen de les faire dire). 

vaBifl«ch, s. Bonification, ameliora- 
tion, r^tablissement, compensation.— 
Oft fa'deH rb^nifidge di pan ki fpktt : on 
me doit la boniflcation de la perie que 
j'dprouve. 

vaBifit, V. (Ji bdnif^e, no bdnifian), 
Boniflcr, mettre en meilleur 6tat ; faire 
bon , supplier ; parfournir. — Li Ur « 
bdnif^e divin U hoUie : la bi^re se boniOe, 
est susceptible de bonification, quand 
clle est mise en bouteiiles. —Ji bdnifieret 
fou ki mdk po pi meie pran : je bonificrai 
ce qu'il s*en faut pour faire mille francs. 

RoBiket , s. Bavolet, coiffure de villa- 
geoise. — Yoss boniket a dinlel t dabim bin 
plicl : votre bavolet k dentelles est extr6- 
mement bien p1iss6. 

RoBjoft, s. Bonjour, expression pour 
saluer quclqu'un.— Priir^njoti a s'wdzin: 
donner ou souhaitor (et non prier) le 
bonjour k son voisin. — Enn iCai6 sin dir 
ni bonjo^^ ni ditw&it : s'en aller sans dire 
adieu k personne ; emporter le chat ; 
mourir subitement. 

iioBjoft, s. Communion.— F^«'toi;ot): 
faire son bonjour, confessor et com- 
munier, approchcr de la Sainte-Table. 

BoB-kr^iiaiB, s. Bon-chrt^tien, sorle 
de grosse poire. — Bon-krdtiain d'osU d bon- 
kriiiaindkiviair: bon-chretien d*dU5ctbon- 
chr^tien d'hiver. 

Bona-avinieftr, s. Horoscope, pre- 
diction d'aslrologue. — On n'kreU puss a 
rbonn-avinte^ : on ne croit plus aux 
horoscopes. 

iieiiB^aiii , s. Bonne-dame , plante 
potagcre qu*on nomme aussi belle-dame 
ou arroche. 

boahbiIb, adv. Bonnement, naTvo- 
ment, avec simplicity, sans cdremonie. 

— I di 80ula to bonnmin : il dit cela tout 
bonnement, d(^bonnairement , toutsim- 
plement. 

Boanlr^io. Voy. Rea^lr^le. 

Bomauit, s. Bonsoir, terme pour sa- 
luer quelqu'un vers la soirde. — Prii 
rbonnuti a n'«afct:souhaiter(etnonpri(T^ 
le bonsoir, la bonne nuit ii quelqu*un. 

BoBomr^ie , s. Bouhomie. Voy. ■•• 

m^tki^ , 8. Bonte , quality de ce qui est 
bon ; complaisance , favour, obligeance. 

— Li bonti dd Bondiu : la bontd divine , 
rinfinie bontd deDieu.— Iferci d*vo bonU: 
je vous suis oblige, je vous suis recon- 
naissant de vos bonUis. —Gna dd michan' 



z-om ki stri mon danjreU , si n'avt nol bonU: 
il y a des merchants qui seraient moins 
dangereux s*ils n'avaient aucune bonti^. 

var, s. Hangar, abri. 

Boriui, s. Bordel, maison publiquc, 
lieu de prostitution , maison de ddbauche. 

— Li ci ki va-t-d bordai s6 todi po kbin : 
celui qui frdquente les mauvais lieux sait 
toujours ce qu*il en coilte h la boui*se et 
k la sant6. 

Bordai^, V. (Ji bordalaie), Fvequcniev 
les maisons de prostitution , courir le 
guilledou. — Ci j6nn om la e crohl, i n'fai 
ICbordaU: ce jeuno homme est perdu, il 
frdquento les maisons de d(^bauche. 

■•rdait, s. Ddbauche, libortin, homme 
crapuleux , plongd dans la ddbauche. — 
Ni kdbiU nin c'kapon ia^ c'ess-l-onbordalt: 
ne fr6quenlez pas ce gueusard , c'est un 
ddbauchd , uh homme vil. 

BoHUil^he. Voy. Bordalr^le. 
Bordalr^le 6 Bordaleeh , S. Do- 

bauche, libertinage, dcrdglement, dis- 
solution, d6boTdemeiii. — Li bordalrdie 
pielt baikd d'j/hid gin : le libertinage perd 
beaucoup de jeunes gens. 

BordoB , s. Bftton , morceau de bois 
rond, longet maniable; gourdin, rondin , 
tricot. — Bordon fhri : baton ferrd , brin- 
d'estoc. — Din6 dt kd d^bordon : rondiner , 
donner des coups de bdton , donner la 
bastonnade.— Bordon d^pdlurin : bourdon , 
bdton de pelerin. — Bordon d'vtiss: bSton 
de vieillesse. — Bordon d'souk j dijuzm^ 
di lak : bdton de sucre , do jus de rdglisse , 
de cire h cacheter. — Bordon d:'innplanU: 
tige principale d'une plante. —Bordon 
d*inn kU : tige d*une cle. 

Bord«B-d'0iB«jAk , s. Androm6de , 
constellation de Themisphdre septen- 
trional. 

BorsninuiiMi , s. Bourgmestre , chef de 
Tadministration communale en Belgique, 
en Hollande et en quelques villes d*Alle- 
magne. — Liche a-t-avou po borguimaiss 
Laruwel, k'a stu moudri : Li6ge a eu pour 
bourgmestre Laruelle , quia dteassassine. 

— Yd mi d'ess calin k-d'ess borguimaiss , 
soula deHrpu lontain : il vaut mieux d'etre 
coquin que d*6tre bourgmestre, les fonc- 
tions du premier durent plus longtemps. 

Borjelk, eikM, s. Bourgeois, citoyen, 
individu qui n*est ni noble ni militaire. 

— Ld borjeH del vHe : les citadins. — 
On-zd-bindh d^avu po wdzin dt bon , dt-7r 
onaiit borjeH: il est bien ngrdable d*avoir 
pour voisins do bons, d*honn6tes bour- 
geois. — Li bofjeH va dvan Vhakin : le 
mattre va avant le valet. 

BorjefttfBiiB, adv. Bourgeoisement , 
d*une mani^re bourgeoise , modestement. 



Digitized by VjOOQIC 



BOT 



— 452 



BOT 



— Digin (xmm inn sakt, an n-n'^a bar- 
je^snUn . des gens comme dous , on s'cn 
va avec une tenue bourgeoise. 

Borjeftmr^ie, s. Bourgeoisie, quality 
de bourgeois. —Dre^ d'borjeHzrdie : droit 
de bou rgeoisie. — HAbiU VborjeHzr^ : fre- 
quenter, banter la bourgeoisie. 

Bori6, s. Borlez, commune du canton 
de Bodegn^e, h 11 kil. de Buy. Pop. 
300 hab. Sup. 317 beet. 

B^rn, s. Borne, limite, circonscrip- 
tion. — Ldbdm del Belgik : les bornesde la 
Belgique. —Ifd melt dd bdrn a vo d^anss : 
il fiiut mettre des bornes k vos d^penses. 
Voy. matBBA. 

B^rn^, V. (Ji bdmaie), Borner, li- 
miter, circonscrire. — Avu Vespri hdmi : 
avoir Tesprit obtus. Voy. .4boirB6. 

BMkeeh, s. Bocage, petit bois, bos- 
quet. — Ld j&nt gin ainmet Vonb (Ton bos- 
keck : les jeunes gens recherchentrombre 
d*un bocage. 

bm1^,v. (Jiboslaie), Bosseler, fairc 
des bosses ; bossuer. — Mi hiel Wi tote 
boslme : mon dcuelle est toute bossel^. 

Voy. Klbont. 

BMieeh , s. Bosselage , action de bos- 
seler. — Li boslech si markaie so U fine di 
certainnd plantt : les f^cullus de certaines 
plantes se boss^lent. 

Bodieii, s. Courbature , lassitude don- 
loureuse. — St maladHe kiminsapo n'bosleti : 
sa maladie commenca parune courbature. 

BMieftr , s. Ciselure naturelle sur les 
feuilies. — L^ fine di jott on dt bosleUr : 
les feuilles de choux sent bossel^es. 

bmm^s. Mine, ext^rieur.— fVan/; to^: 
effront^ , impertinente. 

bmm, s. Bosse. Voy. wLvui. 

bmUb , s Boston , jeu de caries qui 
se joue k quatre personnes et qui a beau- 
coup d*analogie avec le whist.— Lt^«/on 
ess-t-onk dt pu bai jeA d'kwArje^ : le boston 
estun des plus int^ressants jeuxde cartes. 

Bouue 6 Bottle, s. Hott^e, plein une 
botte. — PoirU n'boiaie di cindriss , di diet, 
di kochtai : porter une bottle de fumier , 
de terre-glaiso , de menu charbon. 

B^tanik, s. Botanique , science qui 
traito des plantes et de leurs propridtds. 
— Aprinit li bdtanik : apprendre , ensei- 
gner la botanique. — Si parmind t JArdin 
bdtanik: se promenerau Jardin-Botanique. 

B^tamtM, s. Botaniste , celui qui s*ap- 
plique ^ la botanique , qui est savant dans 
la botanique. 

Boi^, V. (Jibott ^jibotaie). Better, 
faire des bottes. — V(h7Hiv6 an coipht ki 
bolt bin : vous avez un cordonnier qui 
botte bien. 

Bttteeii, s. Mani^re de better. — Voss- 



t-avrt h rloumi pa Vbotech : votre ouvrier 
est en vogue pour sa manidre de better. 

Bottle, s. Bouteille, vase de verre it 
large ventre , k col 6troit et long; flacon , 
flole , bocal.— Rantt , kwdraie , plait botHe : 
bouteille ronde, carr^e, plate. — Bo/di> 
di kHr bolau : bouteille de cuir bouilli. — 
Vintt di boteie : ventre ou vente de bou- 
teille. — Bilss di botdie : col ou goulot de 
bouteille. — Kochtaie botdie : bouteille 
coiflP^e. — Findow , siteHlaie botdie : bou- 
teille felee, 6lo\\6e. — Botde di wd:4r : 
bouteille cliss^e.— Amm^ fbotdie : aimer 
la bouteille, aimer le \in, -- Dd kacaid 
botdie y mfltnzel I bouteilles cass^es ^ 
vend re ! tessons ! — Kaci PbUss d'innboteie : 
^gueuler une bouteille. — Li docteiir rn'ri- 
t-drdont n'botHe : le docleur m'a prescrit 
une m^decine, une potion (i). 

Boi«i«, s. Bassinoire, bassin ayanl 
un couvercle perc^ de plusieurs trous , 
lequel sert h chauffer les lits. — Rihur6 
n'botdie : polir, ^curer une bassinoire. 

Bottle, s. Bouteille , sorte d^empoulc, 
de vessie pleine d*atr qui se forme sur 
Feau quand il pleut. — Li plaiv ki vin dd 
taumd fihf dd grozd botdie so Vaiw : la pluie 
qui vient de tomber faisait de grosses 
bouteilles sur Teau. 

Bol^ie, S Citrouille.Voy. P^lnr^B. 

Bolt, V. (Ji botdie, no botian). Bluter, 
passer la farine parle blutoir; sasser, 
tamiser. — Bott del farenn di fimmin : 
bluter de la farine de froment. 

Bolt, s. Bottler, cordonnier qui fait 
des bottes. — AsteUr, to Id koiphi si dhet 
boti: h present, tous les cordonniers se 
disent bottlers. 

Bolt, s. Hotteur, qui porie la hotte; 
commissionnaire. — On bolt del hdtt Ues* 
bale : hotteur de la haute Hesbaye. 

Boiieeh, s. Action [de bluter. Voy. 
TOHihlech. 

Boiik, s. Boutique, lieu oil Ton vend 
desmarchandises; atelier oil les ouvriers 
travai llent. —Fdon botik di krAsrdie : tenir, 
etaler une boutique de charcuterie. — 
Fil di botik : flllo ou demoiselle de bou- 
tique, demoiselle de comptoir ou de ma- 
g2isin, — Garcond'botik: gargon, courtaud 
de boutique. — Botik al kdp-gueiUe : re- 
gratterie, boutique de regratticr, oil Ton 
vend k petite. mesure et de la seconde 
main. — Ifai di s'coir inn botik d'apaticdr : 
il fait de son corps une boutique d*apo- 
thicaire. — il ^o/i*/ Hol^! quelqu'un.— 
Laukt-z-a voss botik , d voss batik loukrd^^ 
vo : gardez votre boutique, et votre bou- 
tique vous gardera. 

(i) La traduction Utt^rale aerait incorrect^. 



Digitized by VjOO^IC 



BOT 



133 



BOT 



••tikai, 8. Petite boutique, ^tal. — 
El n'a k'<m pti botikai al koinn (Tine rouwal : 
eile n'a qu'un ch^tif elalage au coin d*une 
ruelle. 

B4tik-A-ki^r, s. Boutiquo , d^bit de 
genidvre. 

■•tik^i-Hoiaiiti, s. £picerie, toutes 
scries d'^pices, comme le sucre, la ca- 
nelle, lecaf^, etc— Ell a on baibotik- 
di-Hoianil 80 rmarcht : elie a un beau 
commerce dYpicerie sur le marche. 

■•llk<^l-krAai^to 6 ■•llk.dl-p«ar- 
sal, 8. Charcuterie, ^tat de charcutier. 

ssiikt, s. Boutiquier. Voy. MarehsUii. 

ssiin , s. Bouvillon , jeune boeuf. 

sstioft, s. Bluteau ou bluloir, sas, 
tamis , instruments qui servent h passer 
la farine. — Noss botiaU t tro gro , i »*/hi 
nitt Pfarenn blank aU: notre bluteau n'est 

Eas assez fin , il ne fait pas la farine assez 
lanche. 

■•toB, s. Bouton, petit rond ou pla- 
teau pour attacher les v^tements ; objet 
qui a la forme d'un bouton. — Boton d'dr , 
d'&rgin, di nak: bouton d'or, d'argent, 
de nacre. — Inn gross di boton : une grosse , 
douze douzaines de boutons. — Boton ki 
pin a Vdw : bouton qui pendille , qui est 
pr6s de se detacher.— JfeW d^ boton par^ie 
dt dra : mettre des. boutons de m(3me 
couleur que celle du drap. — Boton dHnn 
ouh , d'inn montt : bouton d*une porte , 
d'une monire. — Toum^ so boton: pivoler, 
toumer sur un pivot. -- Marchan ou feU 
d'boton : boutonnier, qui fait et vend des 
boutons , qui fait le commerce do bou- 
lonnerie. — Monsien sakoi-boton-d'keilf : 
Monsieur chose , monsieur un lei. 

B«taii , s. Bouton , bourgeon des vd- 
getaux. — Boton d'apoir : bouton k fruit. 

— Vo mtlaie son-lott grinaie di boton : vos 
pommiers sont tout converts de boutons. 

b«ub, s. Bouton, bube, dlevure qui 
vient sur la peau ; tanne , bourgeon. — 
J"a di boton d'choleUr to-t-avd Vkoir : j*ai 
le corps lout convert d'^chauboulures , 
tout echaubould. — Si viziche k"d to ftrou 
a boton : son visage est tout bourgeonnd. 

— Dd boton d'pok: pustules de petite- 
\6ro\e.— Rog-hoton : dchauffure, rubis, 
petite rongeur qui vient sur la peau ; 
efflorescence.— /^fl di boton so riinw ; 
j'ai des papilles k la langue. 

BoUii-d*ArsiB , s. Bouton d'argcnt, 
variete de la matricaire des jardins. 

Botoa-d'dr, 8. Bouton d*or , flour d*un 
Irds-beau jaune qui ne se fane point. — 
On park di boton-d'Or : une planche de 
boutons d'itf. 

s«t«Af. Voy. Boitnf. 

Boir^ie, s. Bluterie, mani^re de 



bluter, lieu od Ton blute la farine.— 
Si botrHe i tott prdp : sa bluterie est toute 
propre. 

BoireM, s. Hotteuse, femme qui 
porte la hotte; porteuse, commission- 
naire , messag^re. — S^v6 todi rvdUe di 
botress : suivez toujours le chemin des 
hotteuses , c'est le plus court. — Li bo- 
tress di Lick son knohow po led riplik : 
les hotteuses de Liege sont connues 
pour leurs fac^tieuses r^parlies. 

Boirsfti, 8. Nombril, petit creux sur 
la peau au milieu du ventre ; ombilic. — 
Lot CbotroiU a n'ifan ki vin d montt : 
lier le nombril h un enfant nouveau-n^. 
n a rbotroiU difdfilaie i Vtrd di kou dis- 
krAw6 : il ^prouve du malaise, il est 
indispose. — BotroUd di souk : femme 
delicate , proprette et timide. 

Bott , 8. Botte , chaussure de cuir qui 
enferme le pied et la jambe. — Bott di 
kavoHr : bottes de cavalier, bottes ^ 
r^cuy^re , qui d^passent les genoux. — 
Boll d gnoltr: bottes k revers, k genouil- 
l^res. — Bott di ttneU : bottes de tan- 
neur, grandes et grosses bottes pour 
aller dans Teau.— JfeW si bott : se bolter , 
mettre ses bottes. — Disfi si bott : so 
d^botler , 6ler ses bottes. — Aidi n'sakt 
a disfi si bott : d^botter quelqu'un , lui 
tirer les bottes. — Afiroi di bott : assou- 
plir des bottes. — Tig di bott : tiges de 
holies. — Ginolfr di bott : revers de botte. 
— EkrdM si bott : graisser ses bottes , se 
preparer k partir, k mourir; recevoir 
Texlrdme-onction. — Mettsibottsin chdss : 
se bolter k cru. — On koiphl ki fai di bili 
bott : un xcordonnier qui botte bien. — 
Di ptiti bott , di d'mnid bott : hotlines , 
demi-botles. — Si fi de bott divin li broUli : 
se holler, se faire des bottes dans la 
boue. — Dtr ou fi n'sakoi a propd d'bott : 
dire ou faire quelque chose k propos de 
holies , c'est-a-dire sans que rien y ait 
donn^ lieu. 

Rett, 8. Botte, coup que Ton porte k 
celui centre qui Ton se bat ; estocade. — 
Tiri n'bott : porter une botte k quelqu'un ; 
escrimer , eslocader. — Pari n'bott : parer 
une botte. — Bott di kosti : flanconade. — 
Tiri n^fameilss bott ; porter une rude, une 
terrible botte , une rude estocade. 

Bott, s. Botte, marchc-pied d*une voi- 
ture. — Kwan Vbott i tro hi, i fai mdlAhiie 
monti : quand la botte est trop ^levee , 
on monte difficilemeM. 

Bott, s. BouleroUe, garniture qu'on 
met au bout d'un fourreau d'^p^e. 

Bottkeam , s. Brodequin , hotline , 
demi-bolte. — Nos feum son bin adie avou 
M bottkenn : nos femmes sont elegantes 

TOME I. *8 



Digitized by VjOOQIC 



BOU 



— 154 



BOU 



avec leurs brodeqnins. — Botikenn di k(h 
m^iain: colhurne, brodequin d'acteup. 

BoUn^, V. (Ji bottnaie). Boulonner, 
pousser des boutons; boupgeonner, pous- 
sep des boupgeons. — Les rdzl kmincd-t-a 
hottni: les rosiers commencent ^ bou- 
lonnep. — Li pdvr dfan aveH Vkoir to bolttiS : 
le pauvre enfant avail le copps tout pus- 
tuleux. — Elle aveH slinw toil bottnaie : 
elle avail la langue loute papillaipe. — 
Wdti Rokdie a Fvizech to botlni a foiss d^ 
beHr : Wallh^pe Roquille a le visage loul 
boupgeonn^, toul plein de pubis, tout 
couperos6, pap Tabus de la boisson. 

BoUB^,aie,adj. Dissimuld, couvept, 
artificieux , bbulonn^. — Vos n's&ri tin 
dlu, il d tro bottnS: vous n'apppendrez 
rien de lui , il est tpop boutonn^. — De 
bottnaid manir : des mani6pesdissimul(^es. 

Boltneeh, s. £puption. Voy. MAva- 
ffoft. 

Boiiaeeh, s. Gepmination, ddveloppe- 
ment des boutons dans les plantes lig- 
neuses et vivaces ; ^poque «e ce d^ve- 
loppement. 

boUbI, s. Boutonniep, qui fait et vend 
des boutons. — Maiss bottni : mattpe 
boutonniep. 

iieiiiitr, s. Boutonnidpe, taillade faite 
dans un habit ou autpe chose poup y 
passep un bouton. — Dd bottntr ai sdie : 
boutonni^pes pecouveptes de soie. — F6 
n'bottntr avou n'tpHe : pepcep d'un coup 
d'(^p^e. 

Bott, 8. Bout, extpdmit^, fin, terme. 
— A bou d-Pdnnaie : au bout de Tan. — 
A bou dd montt : k rexlpdmitd du globe. 
— D'on boujuska P6tt : d'un bout,^ fautpe, 
depuis A jusqu'k Z. — A bou de kontt: au 
bout du compte, apri;s toul, toul consi- 
depe , en definitive. — // ess-t-d bou di 
s'latin : il est h bout de voie. — Vini d 
d'bou d:'ittn sakoi : venip h bout de quelque 
chose ; p^ussIp. — Vif»f d d'bou dHnn sakl : 
venip k bout de quelqu'un, lui faipe faire 
ce que Ton veut, en chevip. 

BoikteATe, s. Bombayc, commune du 
canton de Dalhem , k 3 i/a kil. de Vis^ et 
i5 i/i kil. de Liege. Pop. 580 hab. Sup. 
672 heel. 

Bonbair, s. Baloupd, maladpoit, ni- 
gaud. -- Va-z-d , Cess-t-on flr boubair : va- 
Ten, tu es un fiep loupdaud. 

BonbMirr^ie, s. Baloupdise, mala- 
dpesse, imppudence, nigaudepie, Anepie, 
bdvue, cacade, gauiliepie.— Onttv plin 
d*bout)airrdie : livpe pempli d'^nepies , de 
ppopos saugpenus. 

Baabena , s. Bobine , sopte de fuseau 
poup devidcp; fille peu intelligente. — 
Hd8pl4 tan d'boubenn parjoU : ddvidep tant 



de bobines pap joup. — Va-z^ , baubefm , 
ti n'fai rin abon: ya-t'en , ^toupdie, tu ne 
fais pien qui vaille. 

Bonblet, eU, s. Diminutif dCBonbalr. 

Bonbiei, s. Almanach des bepgeps, 
des japdinieps, et des pepsonnes qui ne 
savent lipe. — On veH dvin It boubiet 16 
senn di plaifet dd bai tin : on tpouve , dans 
Talmanach des bepgeps, les signes ou 
symboles de pluie el de beau temps. 

Bonbinai, s. Fuseau de bobine. — Ta 
fai Tf& m'boubenn , ka m'boubinai d kac6 : 
j'ai fait pdpaper ma bobine , cap le fuseau 
en est cassd. 

Boabin^ , v. (Ji boubenn ^ji boubinaie). 
Bobinep , devidep du fll , de la laine , etc. , 
SUP la bobine. — I pass toil si joiamaie a 
boubin6 : il est occup^ toule la joupn^ k 
bobinep. 

Banbiaeeh, s. Action de bobinep, 
tpavail de celui qui bobine. — Mi soitr s'a 
mttou d boubinech : ma so&up s'occupe k 
bobinep. 

Boabiaelk, reM, s. Celui, celle qui 
bobine; gpand d^vidoip. — I^ baubineA 
ovret po Id drapt : les ouvpieps qui bo- 
binent tpavaillent poup les fabpicants de 
dpaps. 

Boabiia,eaa, s. Mazette, petit im- 
poptun. Esppit familiep dont on menace 
sottement les enfants. — Ald-z-M d['m , 
ptiboublin: ^loignez-vous , petirez-vous, 
petit impoptun. 

BoabiiB, s. Bpouwetle k deux roues. 

— Mind dd trigu dvin on boublin : charrier 
des d^combpos, du pldtpas dans une 
bpouette k deux poues. 

Boaboa , s. Bposse k long manche ; 
houssoip, balai de houx, de plumes, etc. 

— Ndti Idjigness avou Vboubou : nettoyer, 
lavep les fen^lpes avec la gpande bposse. 

— Tiess di boubou : vilaine hupe , cheveux 
^boupiffi^s. 

Boabanit , s. Huppe , oiseau hupp^ , 
de Ja gposseup d'un meple. -- T6 n'bou- 
boull : j'entends une huppe. 

Bonbaati, s. Animal fantastique pour 
faipe peup aux enfants. 

Boaeh, 8. Bouohe. — Li bouchd[' OH jvA : 
la bouche d'un cheval, 

Boaehaa, s. Bouchon, ce qui sert k 
bouchep une bouteille ou autpe chose. — 
Bouchon d'papi : bouchon de papier. — 
Bouchon d'veUl, di krustal : bouchon de 
veppe , de cpistal. — Fd sdtld Vbouchon : 
faipe sautep le bouchon. — Bouchon di 
chminaie: devant (et non bouchon) de 
cheminde. 

BoaehaAt, s. Bouchonniep, celui qui 
fait ou vend des bouchons de li^ge pour 
les bouteilles. — On bouchoni deit-4-avu di 



Digitized by VjOOQIC 



— 155 — 



BOU 



BOU 



bouchan d'ko trass s&r : un bouchonnier 
doit dtre pourvu de quantity d'esp6ces 
de bouchons. 

Bonehr^ie, s. Bouchcrie, massacre, 
tuerie , carnage. — Ciss batale la a stu 
n'vraie bouchrdie : cette bataille. fut une 
veritable boucherie. 

Bo«^i, s. Boussole, cadran avec 
une aipiille aimant^e qui tourne vers le 
Nord. — Dd vi tin, on rCkinoMf li bou- 
col : la boussole n*^tait pas connue des 
anciens. 

■•«k^B, 8. Boulon, cheville avec t^te 
ronde et un bout perc^ ot Ton passe une 
clavette ; petit essieu sur lequel tourne 
une poulie, une roue, etc. — Li boiicon 
d^inn berweti : le boulon d*une brouette. 

— Bo^tfon (Von hema ; boulon d'un filet 
d'oiseleur. — Mett on hoCcon : boulonner. 

■•nd-jtt, s. Chatnette pour serrer et 
desserrer une charret^e. — Voss boud-ju 
a dd'Z'Onai plot : la chatnette de votre 
charrette a des anneaux pli^s. 

■•Ikdit, s. Bouvier. Voy. Bouftt. 

■•IkdreM, S. Feminin d*B«ardeft. 

Bo«dHkei ou BAb^M, s. Petite per- 
Sonne rabougrie. 

Bo«r, s. Soufflet, tape, taloche, coup 
de poing. — Dind n'bouf: flanquer un 
soufflet , une mornifle ; couvrir la joue h 
quelqu'un. — Ki rsA n'bouf d'inn feum nd 
rdeH m&U rintt : jamais coup de pied de 
jument n*a fait du mal k bon cheval. 

Bovf , 8. Mtoe coup au jeu , compen- 
sation, refail.— Fi^^ott/": dtre tant h tant, 
abattre le m^me nombre de quilles , com- 
penser , faire compensation. — Ji s'pMie 
so to, s'ach ko del p6nn aUd^fi boufal fin 
d-FAnnaie: j'^conomise sur tout, et j'ai 
encore assez de peine de joindre les deux 
bouts de Tannde, de balancer la recette 
et la d^pense. 

Boar, s. Incident, circonstance impre- 
vue, cas fortuit. — II ess-t-arivd cial so 
bouf: il est arrive ici ^ Timproviste. — 
Ji prindret mi prMcion so to bouf: je me 
precautionnerai centre toute Eventuality. 

— Vinttsobouf: vente aleatoire. 
Bolkr, 8. Boeuf , taureau chdtrE; oiseau 

S*-Luc. — Hiett ou troupai d^boHf; trou- 
peau de boeufs. — W^deH d'boHf: bou- 
vier. — Linw di hoUf: langue de boeuf. 

— Std d'boitf: bouverie , Stable h boeufs. 
—Groqnond^boHf: mufle de boeuf.— /^n 
hoAf: bouvillon. — On boket d^boHf: une 
piece de boeuf, un morceau de viande de 
boeuf. — BoHif waswddd : boeuf fum6. — 
Boif $&nnanl , mouton maUan : boeuf sai- 
{^ant, mouton b^lant; il faut que le 
boeuf et le mouton rdtis ne soient gu^re 
cuits. — L6 boHiv beHrlet : les boeufs mu- | 



gissent, beuglentou meuglcnt. —Sdvag 
boHf: bison , boeuf sauvage de TAmdrique 
septentrionale ; zdbu, boeuf d'Afrique. 
— Sakrifiss di cin boHf: h^catombe. — 
Bfr boUfpo vach: dire une chose pour 
une autre, se m^prendre; prendre marlre 
pourrenard. 

BonffA, s. Bdfreur. Voy. Bonffeft. 

Bonffaie, s. Bouff^e, action subite el 
passag^re de vent, de fum^e, etc. ; ha- 
len^e, souffle, exhalaison. — / »o-z- 
^fkenn avou sd boufaie d^a : il nous em- 
poisonne avec ses boufR^es d'ail. 

BonfaTe, 8. BAfre, gogaille, goinfrcric, 
repas abondant. — Ti n'sonch k'a Vboufdie : 
tu ne songes qu'k la b^ifre, tu es un fier 
bSfreur. 

Bonf^, V. (Ji bouf). Bftfrer, manger 
goulumeht; brifer, friper, goinfrer. — 
CesS't-d fiess di viich k'on bouf com i fh : 
c'est auxf^tes villageoisesque Ton mango 
abondamment, que Ton s'cmpifTre. 

Boafcft ou Bonfieft, rem, S. BAfrcur, 

grand mangeur; goinfre. — Cd IJboiifei^ 
d'ondial: c*est un mangeur du diable, 
un fier* goinfre , un boute-tout-cuire ; 
homme goulu , qui mange goulument. 

Bonffiabai, s. Goinfre, mange-tout; 
visage boursoufflE. Voy. Boniiair, Boftsd 
et Galaval. 

Bonfiair, 8. Mouflard , celui qui a le 
visage gros et rebondi ; qui a de Fem- 
bonpoint. — Li lai gro bouflair, il est oci 
grocir ki s'jaif! le vilain mouflard, il est 
aussi grossier que son visage ! 

Bonfi^, V. (Ji houfel bji bouflaie). Jouflu. 
Voy. Boftm^. 

Boaflett, 8. Bouffissure, boursoufflurc, 
enflure dans les chairs du visage. — 
On-z-a-drdinairmin Id boufletl dd tro bcUr : 
TexcEs de boisson bouffit ordinaircment 
le visage. 

BoufoB, s. Bouflbn, personnage fac6- 
tieux; baladin, bateleur. — Cd Vhoufon 
d'li kpaguMe: c'est le bouflbn de la 
society. — Dd tin paU, U sovdrin avt dd 
boufon: anciennement, les rois, les princes 
avaient des bouffbns. 

Boufon^, V. (Ji boufonn 6;t boufonaie). 
Bouffbnner, faire ou dire des plaisan- 
teries qui sentent le bouflbn; faire des 
farces. — / pass si tin a boufoni: il 
passe son temps k bouflbnner , k gogue- 
narder. 

Boufoniiiiiiii , adv. FacEtieusemen* , 
d'une mani^re facetieuse, bouflbnne. ■ 
J&zd d fir boufonnmin : parler et rire q 
bouflbn, plaisamment. 

BoufomBr^le h Boafoneeh. S. Bouf- 
fonnerie, facEtie, arlequinade, baltelage, 
lazzi. — Sd rierdie , si »'d k^on pla bou- 



Digitized by VjOOQIC 



BOU 



— 156 — 



BOU 



fanech : ses plaisanteries ne sont que de 
plates bouffbnneries. 

Bouftr^ie, s. Goinfrerie, gourmandise, 
gloutonnerie. — / s^akdonn trop d bou- 
frHe : il s'adonne sans reserve a la goin- 
frerie, ^ la gourmandise. 

Bonft^, V. (Ji houflaie). Diminiiif de 
Boaf6. 

Bonfit, tr, s. Bouvier, celui qui con- 
duit les boDufs et qui les garde. — Li 
bouftl Wd iddrou : le bouvier est tardif. 

BougMe, s. Bougie, chandelle de cire. 

— Esprintt, dislintl Id bougdie: allumer, 
dteindre les bougies. — lA bougdie son bin 
pu haitHe ki U chandel di sew : les bougies 
sont bien plus salubres que les chandelles 
de suif . — Bougdie tournaie : rat de cave , 
bougie longue , mince et roul^e sur elle- 
mfime. 

Bougdie, s. Rejeton d*une m^me 
souche. — K6p6 cd bougdie la^ elfedd toir 
d-z-Ab : coupez tons ces rejetons , ils 
nuisent aux arbres. 

BongBo^ ^ BongB^v j s. Puits creus^ 
au fond de la bure pour recueillir les 
eaux; puisard. — N'aU nin toum6 d bou- 
gnou: n'allez pas tomber dans le puisard. 
Voy. Pl«r*ft. 

BongreM, s. Roude, gueuse, mechante 
femme, sans moeurs, sans principes. — 
Tapd ciss bougress la a Vouh : jetez cette 
gueuse k la porte. 

Botth, s. Brin de poussi^re ou de 
paille ; corpuscule, atome. — Art* n'bouh 
d Vo^ie : avoir un corpuscule dans Foeil. 

— Vo'Z-avd n'bouh d voss hdna : vous avez 
un brin de paille dans voire verre. 

B«oh, s. Ancienne piece de deux Hards 
d'Aix-la-Chapelle , valaiU environ Irois 
centimes. — Ld bouh ni von pu-z-a Lich : 
les anciennes pieces de deux liards n'ont 
plus cours h Li^ge. 

Bonhale, s. Action de frapper rude- 
ment, coups vigoureux. — Yola Cdial bou- 
haie ! voila une mani6re de frapper dia- 
bolique. 

Bonhaie, s. Touffe de plantes d'arbris- 
scaux ; hallier. —fa grigt n'niaie di fBMtt 
k'esteH dvin n'bouhaie : j'ai denich^ un 
nidde fauvetles qui dtait dans un hallier. 

Bonbaie, s. Futaie, bois, for^t com- 
posee de grands arbres. — Bouhaie di 
chdgn , di faw : futaie de chines , de 
h^tres. 

Bouhaie, s. C^p^e,tiges d*une mi^me 
souche. — Bouhaie di kronpir : fosse ou 
plante de porames de terre, ensemble 
des tiges et des fruits. 

Bonhai, s. Canonni^re, petit bAlon de 
sureau creux dont les enfants se ser\ent 
pour chasser de petits tampons de filasse 



ou de papier. — Sttonp d'inn bomkal : 
piston d une canonni^re. — Stanp6 n'bou- 
hd : bourrer une canonni^ro. 

B««hai , s. P^ore, personne stupide; 
pecque. 

Boaheeh, s. Frappemcnt, action de 
frapper une porte. — K6 bouhech hi gna 
ciai! quel frappement continuel ici! 

Bo«heeh , 8. Clancement , impression 
douloureuse causae par un panaris, an 
furoncle, etc. Voy. lABsmia. 

Bontaeii, s. Petit, l^gcr corpuscule, 
diminutif de Boah. 

BouhtyV. (Jibouh^nobouhan). Frapper, 
donner des coups ; taper, cogner. — Bouki 
a Vouh : frapper , heurter h la porte. — 
Bouhi a kd d*mdriai : mart^ler , frapper i 
coups de marteau. — Bouhi ju : jeter bas, 
Jeter par terre, abattre, renverser. — 
Si bouht Vtiess konit li posiai d-fouh : se 
cogner la t^tc centre le montant de la 
porte. 

Bonkt, v. £lancer, faire dprouver des 
elancements douloureux. — Jit bUtn dei 
bouh ki pocelt : mon panaris vibre extre- 
mement fort, il me fait ressentir des 
pulsations douloureuses. 

Boaht-j«, V. Adjuger, vendre k quel- 
qu'un k Tench^re. — Li houd Fa bauhi-jn 
a septantt cantim : Thuissier Fa adjug6 k 
soixante et dix centimes. 

BonhlM, S. BuiSSOns. Voy. Bouhaie. 

BonhBeeta, s. Hallier, lieu plants de 
buissons. — Ta fai Uvd on lifkis'a sMe 
bouhnech : j'ai fait lever un li^vre qui s'esl 
sauv(^ dans le hallier. 

Bouhaeft , efts* , adj. Buissonncux , 
convert de buissons. —Ddldrin bovhnei ; 
terrains buissonneux. — Bouhne^ss kanp: 
campagne buissonneuse. 

Boataiit,tr, adj. Buissonnicr, sedit 
des lapins qui, n*ayant point de terrier, 
se retirent dans lesbuissons. — On kpia 
bouhni : un lapin buissonnier. — inM» 
bouhntr : une lapine, une Mse buisson- 
ni6re. 

BotthoB, s. Buisson, touffe d'arbris- 
seaux sauvages, ^pineux. — Gro boukou, 
spei bouhon : hallier , buisson fort epais. 

— II a batou Id bouhan d in dtt a hapd /^ 
z^Hhai: il a battu les buissons et uu 
autre a pris les oiseaux; il a pris toulc 
la peine , et un autre a eu tout le profit. 

— FoU dd lai bouhan^ ivindd baijdton : 
de vilains parents il vient de beaux 
enfants. 

BonboU, s. Petit arbre garni de 
gluaux. — Hap6 dd-z-o^hai al bouhoU : 
prendre des oiseaux au moyen de gluaux. 

Bonhoii, s. Bourree d'dcorce de 
ch^ne. 



Digitized by VjOOQIC 



BOU 



m — 



BOU 



BonhiAi, s. Aiguillier, etui pour 
mettre des aiguilles. — Ji rCa pu not awdie 
d fn'bouhtai : Je D*ai plus rien dans mon 
aiguillier. 

B«aht«i, s. Puits de communication 
int^rieure dans les houiU6re3. 

Boaiii^9 V. (Ji bouklaie,) Tapoter, 
donner de petits coups h plusieurs re- 
prises ; marteler. — una d^a lontin ki 
bouhlaie ; il y a d^ja longtemps qu'il 
mart^Ie. 

Boahi«a, s. Biset, pigeon qui a la 
chair plus noire que les autres. — Ji 
tCvou nin c*kolon kt, c'ess-t-on bouhteH : je 
ne veux pas de ce pigeon , c'est un biset. 

BooTeiAB, amii, adj. Bouillonnant , 
qui bouillonne ; moutonnant. — BouicUin 
krouwet : liquide bouillonnant. — Aiw 
bauietantt : eau bouillonnante , qui mou- 
tonne. 

s«atot^, V. (Ji bouietaie.) Moutonncr, 
sc dit de la mer quand les eaux com- 
mencent k s'agiter, k blanchir; bouil- 
lonner, cuire k petits bouillons. —Kom 
li MaUss bouietaie I comrae la Mouse mou- 
tonne, comme elle bouillonne, quel 
bouillonnement ! 

B«aTei«h, 8. Bouillonnement, mou- 
vement, agitation d*un liquide qui bouil- 
lonne. —Li bouieteg d^ sonk: le bouil- 
lonnement du sang. 

Bonton, s. Bouillon, eau d'infusion , 
oau bouillie avec de la viande, des 
herbes, des drogues. — fiowton d*boil^f, 
di vai , di poie : bouillon de boeuf , de 
veau , de poule. — Hicl di bouian : chau- 
deau, ^cuell^e de bouillon.— KoAr bouion : 
consomm^, bouillon fort succulent d'une 
viande extr^mement cuite. — On jdnn 
coir ki tap si prumi bouion : un jeune ado- 
lescent k reffervescence de r§ge. 

BouTon , s. Bouillon , gros pli a une 
ctoffe. —F6dt bouion a nW6b : faire des 
bouillons k une robe. 

BouTon^, V. (Ji bouionn hji bouionaie). 
Bouillonner, mettre des bouillons, des 
plis ; faire goder. — F^ bouionS dt jdkona: 
faire froncer en bouillons du jaconat. 

BoviSoBeeh, s. Froncis, garniture 
fronc^e. — Rikmandi Vbouimech al kostir : 
recommander le froncis h la couturi^re. 

B«iiTou , s. Bosse faite h la vaisselle 
de m^lal; loupe, lumeur ronde, enkist^e 
sous la peau ; protuberance , nodus. — 
F^ dd bovMtt a n'kwdli di stin : bosseler , 
bossuer un pot dY^lain. — Kdp6 n'bouiott 
d Vhanctt d'inn saki ; couper, cxtirper 
une loupe de la nuque de quelqu'un. — 
Mol bouiott : oed^me, tumeur oeddma- 
leuse , qui retient Timpression du doigt. 
^Ufoie dijott son-t-a bouiott : les feuilles 



de choux sont bossel^s. — Oncd d*fizik 
li a fai n'boulott so s'kfirass : un coup de 
fusil a fait une t^tine dans sa cuirasse. — 
Ababouiott : arbre loupeux. Voy . Boftriou. 

Book , 8. Bouc , radle de la ch6vre. — 
Vi bonk : bouquain , vieux bouc. — Flairi 
I'bouk : sentir lebouc, le bouquain. — 
Sdvag bouk : bouquetin , bouc sauvage. 

Bonk, s. Gare, abri pour les bateaux 
contre les glaces ; brise-glace. — GnaveH 
on bouk & kminsmin dt kai dSin-Lind : il 
existait une gare au commencement du 
quai S^-L^onard. 

Bowkaein, s. Boucassin, etoffe de 
coton pour faire des doublures. 

BoAkai , s. Bouvillon , jeune bocuf. 

Bookan, s. Tapage, querelle, bruit. 

— Min4 boukan : faire tapage , bousculer. 

— K6 boukan d'pocMd ! quel tintamarre I 
quel sabbat du diable. 

Bonkaa^, V. (Ji boukann eji bouka- 
naie). Bougonner, gronder, quereller, 
faire grand bruit ; bousculer , boulever- 
ser. — / boukann todi po tin : il bougonne 
toujours pour des riens. 

Baakaaeeh, s. Action de bougonner; 
gronderie , chicane. — Toit joH , c'ess- 
t'On boukaneg di m*baston : chaque jour 
est marqu^ par des murmures d^testables. 

Bookaneft, roM, s. Grondcur, que- 
relleur , batailleur. — K6 haidv boukaneil ! 
quel censeur detestable ! 

Boakaro, s. Boucaro , tcrro rouge 
pour faire des pots, des thdieres, etc. 

Bonket, s. Bouquet, assemblage de 
fleurs li^es ensemble; panicule.— /?ottto( 
d'pinsaie : bouquet de pensees. — Bonket 
d'cdth : bouquet de cerises. - Bonket 
d'mariolainn : bouquet de marjolaine. — 
Mnrchande di bonket : bouqueti^re , mar- 
chande de fleurs. —Din^ Vboukct a n*saki : 
feter quelqu'un , lui presenter un bou- 
quet. — Ji li a dn6 on ckapai po s'bouket : 
je lui ai donnd un cliapeau pour bouquet. 

— Rimoui rbouket : payer sa f^te. — Metl 
on bouket d'bond-Z'ieb dimn n*sdce : mettre 
un nouet de fines herbes dans une sauce. 

— Mett li bouket so on batimin : placer le 
bouquet sur un bStiment, finir Touvrago 
d*unc maison. 

Boftkeii, s. Sarrazin ou h\6 noir. — 
Farenn di boHkett : farine de sarrazin. — 
Sdvag bo^kett : renoude , liseron , plantc 
grimpante k fleur en cloche. 

Boftketi, s. Sorte de cr^pe, pAte faito 
avec la farine de sarrazin. — F6 IM U 
bo^ikett : faire lever la crCpc. — Magni 
n'ckdti boukett: manger de la crdpe chaude. 
Magnt n*freilde boHkett avou del sirdp di^ : 
manger do la crdpe froide enduite de 
sirop. — CesS't'd Noi6 k'on fai U boH^keti : 



Digitized by VjOOQIC 



BOU 



— 138 — 



BOU 



c*68t pendant la semaine de No^l qu*on 
fait la crdpe. 

■•wkei-io-fai, s. OEillet d^Espagne , 
ceillet-poete. — On park di bouket-to-fiii : 
une planche d'oeiliets-poetes. — Voy. 
Jal«rrc«Bm-a-promiB. 

bosIlIb, s. Bouquin, vieux livre dont 
on fait peu de cas. — Evot to ch boukin la 
al vindicion, i s'vindran todi po Fpapi: 
envoyez tons ces bouquins k une vente 
publique , ils se vendront toujours pour 
le papier. 

BonkiB^, V. (Ji bouketin ^ji boukinaie), 
Bouquiner, chercher, lire de vieux livres. 
— / boukinaie tol Ion ddjoU : il s^amuse tout 
le jour k bouquiner. 

■•nklneft, reM, 8. Bouquineur, qui 
cherche, qui lit de vieux livres.— (rc««-(-o« 
vl bottkinrH : c*est un vieux bouquineur. 

BoakiniM, s. Bouquiniste, celui qui 
achate et vend des bouquins , de vieux 
livres. — Ld boukiniss dd paid : les bou- 
quinistes qui ^talent au palais. 

••nkiiiBreie 9 s. Bouquinerie, amas 
de bouquins , de livres peu estim^s. — 
Ni UU nin ci Hv la , c't del boukinnrHe : 
ne lisez pas ces livres, c'est de la bou- 
quinerie. 

BowkMi, 8. Culoite de grosse toile 
grise. 

Bonkit, tr, s. Artisan qui fait des 
fleurs artiflcielles. — Acht6 dt fieUr d vif 
amon on boukli : acheter des fleurs artifl- 
cielles Chez un fabricant. 

Rottktt, s. Bouquetier, vase propre h 
mettre des fleurs ; bocal. — In pair di 
boukU d'fenn pdrcilatnn: une paire de 
bouquetiers de flne porcelaine. 

■•«kitr, 8. Bouquetidre, qui vend des 
fleurs naturelles. — AchU on chdvioU a 
n'boukitr : acheter une girofl^ k une 
bouquetidre. 

B««i, 8. Boule, globe, corps rond en 
tons sens ; sphere. — On jeH d'boul : un 
jcu de boule.— Dimaie boul : h^misph^re, 
moitid d*une sphere.— ibm kom inn boul : 
rond comme une boule, de forme sph^- 
rique. 

Boul, s. Intelligence, savoir, intellect. 
— Piett li boul : perdre la tdte. 

Ba«iA, 8. Pidce de bois inhdrente au 
bord d*un bateau pour y attacher la corde. 

Bo«ul, s. Aire d*un jeu de boule. 

BottiA, s. Bouillonnement d'eau d*a- 
r6ne. 

Bottiaie, 8. Grosse poign^e, cave. — 
Boulaie di plreti : poign^e de noyaux , 
terme de jeu. — Ji II a wangni toil si 
boulaie : je Tai d^cav^. 

B««M«k, 8. Bouledogue, chien dogue 
dont les dents sont en crochet. — On-z^ 



gon6 Phiitt po on bouldok k'd pierdou : on 
a sonn^ pour annoncer un bouledogue 
perdu. 

Bo«i-4^4r, 8. Trolle d*Europe, plante 
k grande fleur jaune. 

Boni^, V. (Ji boul 6 ji boulaie). Faire 
flotter du bois sur Teau sans bateau. 

Boni^koftr, V. Echouer, ne pas r^us- 
sir dans ce qu'on enlreprend. — No-z-avi 
kminct n'botik, min no-z-avan boul^-koir: 
nous avions commence un n^oce, mais 
nous avons fait faux-bond. 

Boniet, 8. Boulet, boule, globe. — 
Boulel d^ canon : boulet de canon. — Boulet 
pojowi d bdie: boulet k jouer auxquilles. 
—Boulel a deH tiess : boulet ram^. — Tiri 
a boulet roch so n*saki : tirer k boulets 
rouges sur quelqu*un , en parlor sans 
management. 

Bonieti, 8. Boulette, petite boule de 
chair hach^e ou de pSite. — Boulett di 
sop : andouillette. — / s*on kjiti apou di 
boulett di pan : ils se sont lanc^ des bou- 
lettes de pain. 

B««iett, 8. Fauteaujeu; maladresse, 
gaucherie. — Jow6 atott kwan i n^pH mn, 
c*ess'l4nn gross boulett : jouer atout mat 
k propos est une faute grossi^re. 

Bttttitott, 8. Bouillotte, certain brelan 
k cinq personnes. — JowS al boulioU : 
jouer a la bouillotte. 

Bo«iivair«^, V. (Ji boulivairss hji bou- 
/tvotrxou;;. Bourever8er,ruiner, abattre, 
renverserenti^rement, culbuter, detruire, 
mettre en d^sordre. — Li gair boulivairsi 
to Upm : les guerres bouleversent, causent 
la ruine de tons les pays. — Ella bouli- 
vairsi toil si gdrdirdb po kwiri on noret : 
elle a boulevers^ toute sa garderobe 
pour chercher un mouchoir. 

Bottiivaini^Biim , s. Bouleversement, 
renversement qui produit un grand d^ 
sordre; saccage, destruction, ruine, de- 
molition. — Ld rock ripublikin kwdri Pbour 
livairsimin d^tott VEurdp : les r^publicains 
rouges cherchaient le bouleversement de 
toute TEurope. 

Bottin^, V. (Ji boulnaie, no boulnan). 
fibourgeonner, ^pamprer la vigne, couper 
le premier bourgeon des vignes ; 6ter les 
nouveaux jets superflus , les feuilles qui 
empdchent les fruits de mQrir. — Yoaal 
li tin di bouM les vegn : voici le temps 
d^^bourgeonner les vignes. 

B««iBeeh, 8. £boui^eonnement, re- 
tranchement des bourgeons superflus des 
arbres fruitiers. — Cess-t-on bimn ovri po 
rboulnech ; c'est un ouvrier qui entend 
bien T^bourgeonnement. 

Boai«B, 8. Corbeau, pierre ou bois 
mis en saillie pour soutenir une poutre; 



Digitized by VjOOQIC 



BOU 



— 159 — 



BOU 



fer scell^ dans le mur. — Fdret gouttni U 
soUmi avott dd houUm: il faudra soutenir 
les poutres avec des corbeaux. 

Boai«u , s. Loche ou lotte commune, 
poisson d*eaa douce. — PMy magni de 
houlott: p^cher, manger des iottes. 

Bottiouf, s. Homme trapu avec le 
visage plein ou enfl^ ; ragot. — Vo Prik- 
nohri bin^ c^ess-t-on gro bimlouf: vous le 
reconnattrez bien, c*est un gros joufflu. 

Bo«ic^, V. (Ji boultaie). Bluter. Voy. 

ii«aii^, V. (Ji boultaie). Bouiller, 

troubler Teau , remuer la vase avec une 

.bouille. — / /a boultd Vaiw po pdht A 

gotfion : il faul bouiller Teau pour la p6cbe 

aux goujons. 

««aii«ft, s. Bouille, longue perche 
dent les pdcheurs se servent pour re- 
muer la vase et troubler Teau. — / /a- 
t'on boulteH po hap6 di gavion : une bouille 
est n^cessaire pour prendre des goujons. 

■•«ivAr, s. Boulevard , promenade 
plant^e d'arbres autour d*une ville. — 
S'al6 pormind so U boulvAr di dvin ou di 
d'foU: aller se promener sur les boule- 
vards interieurs ou exterieurs. 

■io«makm, s. Empreinte. Voy. T«iiet. 

vennaka, s. Marque h tabac; petils 
vilains hommes. 

K^onam , s. £poux , mari ; bonhomme. 
Fi baunam : vieillard , vieux bonhomme. 

— Lai bounam: vilain monsieur, cha- 
fouin.—Bounam di co^k: figure d*homme 
en pain d*6pice. — Bounam d rog din : 
espece de croque-mitaine. 

BoMBt, s. Bonnier, ancienne roesure 
desuperficie^quivalant k 87 ares 188 mil- 
lidmes. — On oouni d'vegn, di houbion, di 
wtztr : un bonnier dc vigne, de houblon, 
d'osier. 

BoanBi^, V. (Ji bounnlaie). Voy. 

Boftr, s. Beurre, substance grasse qui 
se tire de la cr^me battue dans la baratte. 

— Novai boHr ; beurre frais. — BoHr sin 
saU: beurre non sal^.— D^ foir boiir : 
beurre fort, qui a une odeur et un goOt 
forts, qui est ranee. — Batte li boHtr : 
battre , baratter du beurre.— ^otffe d'boHr : 
motte, masse, quantity de beurre. — 
BoHr di Uaif: beurre de Herve. — BoHr 
di Hass : beurre de Hasselt. — Boib* di 
gpirou : beurre de Campine.— - BoHr di po : 
beurre en pot. — BoHr bruni ou rosti : 
beurre roux. — /?#tlr rosti el pail: beurre 
noir. — &)p A boHr : potage au beurre. — 
Rosti avou di boAr : faire une friture au 
beurre. ■— Trinch di boHr : tranche de 
beurre. — Soula d kom dd bodr : cela est 
hniyreux.—Potaiedi boHr: pot de beurre. 



— Inn bone krAss tAtt di boHr n'a mAU 
sitr&nni s*maiss : jamais beurri^e bien 
grasse n*a 6trangl6 son homme. — Feum 
A boiify marcfiande di boHr : beurri^re, 
marchande de beurre. — Promethpud'boAr 
ki d'pan : prometlre plus de beurre que 
de pain, promettre plus qu'on ne veut et 
qu'on ne pent tenir; donner du galbanum. 
— Mogul dd boAr : Voy. samt^. — Li 
licaif li boAfy li froumacke : le laitage. 

Boikr, V. (Ji Im)A, no bolan; ji b^et , 
kiboAss), Bouillir, bouillonner, s*61ever 
en buUes par la chaleur ou la fermenta- 
tion , s'^lever en bouillons. — L'aiw ki 
boA : Teau bout ( i ). — F^ boAr li eokmdr: 
faire bouillir le coquemar, la bouilloire. 
— BoAr inn silof: debouillir, d^ruer une 
^toffe, mettre une ^toffe au d^bouilli. 

— On n'sAreA gosti Vvin ki boA, ni jugi 
d*inn om k'ess-t-t kol4r : on ne saurait 
goditer le vin qui bouillonne, ni juger 
d*un homme en colore. — PakA^ pu boA : 
plus il g^le, plus il ^treint. 

Banr 6 BanraM, s. Bourre, papier, 
linge, qu'on met dans les armes a feu 
par-dessus la charge pour la retenir et 
la presser. — Yola on boket d'papi ki m'sid- 
vretd'bourass: voilk un morceau de papier 
qui me servira de bourre. 

BaurA, s. Instrument pour bourrer. — 
FAret VbourA po stanp6 U champ : il vous 
faudra Finstrument pour bourrer les 
bottes k tirer. 

Bavrakan, 8. Bouracan, gros ca- 
melot. >^ Mantai d'bourakan : manteau 
de bouracan. 

BanraM, s. Borax, sel tr^s-propre k 
faciliter la fonte des m^taux. — Ld-z- 
drfiv si siervet baikd d'bourass : les orfd- 
vres emploient fr^quemment le borax. 

BaarawijS. Bourrache, plante potag^re 
et pectorale. — K6p6 del bourass po fidel 
tizitne : cueillir de la bourrache pour faire 
de la tisane. 

BanraM, s. Ivrognesse. Voy. Haam- 
re00-di-pekel. 

BanrAu, s. Crosse de fusil, partie 
recourb^e du fOt d*un fusil qu*on appuie 
centre T^paule pour tirer. — Kdd'bourAlt : 
bourrade, coup de crosse de fusil (et 
non coup de bourrade), 

BaarMy s. Echauffbur^e, entreprise 
mal concertee, tentative tto^raire; 
bourbier. — Divin ki bourbi k-sa stu fbri I 
dans quelle ^chauffouree il s*est jete 1 

Bafti^^, V. (Ji boAttj no boArdan; ji 
boAdret, ki boAtt), Bourder, afflrmer 
pour vrai ce qu'on sait ^tre faux; mentir , 
en imposer, dire des mensonges, donner 

(«) Ne ditet pw : rem emit. 



Digitized by VjOOQIC 



BOU 



140 



BOU 



des bourdes. — Nd VhoAU nin , i bo^tt : 
ne r^coutez pas , il bourde. — BoHrdi 
kom itm gazeil : bourder comme une 
gazette. — Ondi k*ld bdcel , kwan Vvolei , 
savet boards kom U valet : on dit que les 
fiUes, quand elles le veulent, savent 
bourder comme les gargons. — Ki n*86 
hoUa-di rCs6 viki : qui ne sait mentir ne 
saitvivre. Voy. iiib«i. 

BoArdceta , s. Manie , habitude do 
mentir. — Li boHrdech fai piett li kon- 
fianss : Thabitude de mentir fait perdre 
la confiance. — Li boHrdech ess-i-on si gran 
dtfb k'il d bldmS par U bourdeH zel-minm : 
le mensonge est un si grand vice qu'il 
est condamn^ m^me par les menteurs. 

Boftrdelk, e^M OU reas, S. Bourdeur, 
menteur, qui donne des bourdes; impos- 
tcur. — To kosU yna dd boHrdeii t de botir 
dress : partout il y a des bourdeurs et 
des bourdeuses. — On n*kreil nin It 
boHrdeu , kwan minm i d^hd Vvraie : on nc 
croit pas les bourdeurs , quand m^me lis 
disent la v^rit^. Voy. BfintoHr. 

Bonrdt-Bonrdooh , int. Exclamation 
pour exprimer une chute , une culbute. — 
Vola ki ritt , pui bourdi-bourdouh al-valaie 
di to It grt : le voil^ qui glisse , puis il 
d^gringole tout en has de Tescalier- 

Bour^, V. (Ji bour h ji bouraie), 
Bourrfer , mettre de la bourre. — Bourt 
on fizik : bourrer un fusil: — Si bourt : 
s'emplir le ventre. 

Bonr^, V. Embourrer, rerabourrcr, 
garnir de bourre. — Bourd dt chttr : 
embourrer des chaises, matelasser des 
chaises. 

Bourech, s. Bourre, amas de poils, 
de crins, etc., pour remplir un vide; 
action de bourrer.— Li boureg d^on gorai : 
la bourre d'un collier de cheval. 

Boar^ie, s. Bourr^e, danse ancienne 
de TAuvergne. — Li pa d*bourtie : le pas 
de bourree. 

BonrcBii , s. Amende pour des coups 
sees. 

BonreH. Voy. BonrA. 

B«aria, s. Bourreau , executeur de la 
haute justice ; mattre des hautes oeuY.res. 
— Li feum dt bouria : bourelle, femme du 
bourreau. —Li sierviteH dt bouria: le 
valet du bourreau. — Ciss-t-om la t kom 
on bouria : cet homme est dur, inhumain 
comme un bourreau, c'est un vrai bour- 
reau. — On kalin t lu minm si bouria : le 
mt^chant est son propre bourreau. — On 
juch ki n't nin juss t pt k'on bouria ; un 
juge qui est injuste est pire qu'un 
bourreau. 

BonriArd^, v. (Ji bouridtt 6 ji bott- 
ridrdaie), Charcutcr, charpenter, d^- 



couper grossi^rement, bousiller son tra- 
vail. — Kom ti bouriArdaie ciss-t-ovreck la ! 
comme tu charpentes cet ouvrage ! 

BouHAu, 8. Bourelle, femme do 
bourreau. 

Bouria, s. Grasses, rognures, ba- 
layures d'une cordonnerie. — Kwan on 
brofU dt bourit, to Vkdrti ess-t-tpufkin^ : 
quand on brtile les balayures d'une cor- 
donnerie, tout le quartier est empuanti. 

Bourik , s. Bourrique , dne , dnesse , 
petit mauvais cheval; homme ignorant. 
— Kwan r/l d'on ndb ess-t-inn bourik, soiUa 
va kom on pogn so inn oHle : quand le fils 
d'un noble est ignare, cela va comme 
un cheveu dans une soupe. 

B«arikA, s. Auon , petit dne mftle.— 
Mi voltv vintt voss bourikd? voulez-vous 
me vendre votre ftnon mftle? 

Booriket, s. Vindas, tour ou cabestan 
pour enrouler les cordes qui servenl k 
amarrer les bateaux. — Li bouriket hoss , 
t Vfd rbouhi dvin : le cabestan branle, il 
faut le raffermir. 

B«ariBdaBM, s. Danse au tambour 
de basque. 

B«ariB6, V. (Ji bourenn h ji bourinme). 
Frapper aux portes. Voy. booIiia^. 

BoftriM, adj. Butyreux, qui est de la 
nature du beurre. 

Bonrk, s. Bourg, gros village oft Ton 
tient march^. — Piti bourk: bourgade, 
petit bourg. — Yoss-t-androi ci n't nin 
justumin n'vtie , ci n't k'on bourk : voire 
endroit n*est pas pr^cisement une ville, 
ce n'est qu*un bourg. 

BoikriA, s. Masse des enjeux an jeu de 
quilles; mise, panier, poule, mftsse. — 
ifeii t boHrlA: mdsser, faire une mise 
au jeu, mettre son enjeu. 

Bolkriet, s. Bourlet ou bourrelet , 
bonnet bourrd pour les enfants. — Avou 
s'boHrkt , inn tfan n'si M nin dt mA kwan 
Horn: le bourlet enpeche un enfant de 
se blesser quand il tombe. 

B«arit, try s. Bcurrier, marchand de 
beurre. — Gna baikd d'boHrli t d'boArHr 
so I'marchtd'Haif: il y a beucoup de beur- 
riers et de beurri^res au march^ de Herve. 

BoArioit, s. Noeud dans un mouchoir. 
— Po m'sovni d'soula , ji m'va ft n'boirlott 
tm'noret : pour me souvenir de cela, jc 
vais faire un noeud dans nion mouchoir. 

Boikrioit, s. Mauvaise manidre.— /Irii 
sakoi d^fai a la boMoit : chose faite gros- 
si^rement. 

BoHrioii, s. Noeud bourre, rn^galilo 
dans le cordage, dans le fil, etc. — - Elle 
a dt mdva fi, gna Irop di bo^lott : elle a 
de mauvais 111, il y a trop de noeuds, 
d'in^galit^. 



Digitized by VjOOQIC 



BOU 



— 141 



BOU 



Bo4ri«u, s. Protuberance, excrois- 
sance charnue; lumeur, contusion. — 
On Vriknoh a n'Mrlott k'U a d vizdch ; 
on le reconnatt h une protubt^rance quMl 
a dans la figure. 

Botkronu , s. Coecum , le premier des 
gros intestins. 

BoAronit, s. Pi^ce de 5 centimes. — 
Fd ko n'toHroutt po f6 Vkontijuss : il faut 
encore 5 centimes pour appoint. 

Boftrouu, s. Boudin. — On boket 
^hoUtrouti : morceau de boudin. 

Bodiraai, s. Bosse, meurtrissure k la 
t^te ; loupe, coup orbe; ecchymose ; con- 
dylome , excroissance de chair provenant 
d'une maladie v^nerienne. — BoArsai Mi: 
contusion h la t6te ; accouchement. — 
Boi^rsai h fron : bigne. — Ki s'boHrsai la a 
stu via tv&ie : admirez la delitescence de 
cette turaeur, de cette foulure. 

Bolkiweu, s. Boursicaut, petite bourse, 
petite somme amass^e avec Economic — 
On bon ovri louk di s'fi n'pititt boHrsett po 
dvin s'viess : un ouvrier prudent doit 
s'efforcer de se faire un petit boursicaut 
pour sa vieillesse. 

BoArat, tr, s. £conome, menager; 
intelligent dans la conduite d'une mai- 
son, entendu dans Fadministration do- 
mestique; depositaire. — Rikwtri Vple^ 
di boiiTsi : rechercher Teconomat , la 
charge , Toffice , Temploi d'econome. 

BoAnit, s. Boursier, celui qui a une 
bourse dans une university, un college. 

— Gna baikd (TboHrst a VUnivairsiU d'Lo- 
vin : runiversite de Louvain compte beau- 
coup de boursiers. 

Boftnit, tr, s. Boursier, qui fait et 
vend des bourses. — Cd VboArst li pvrz- 
akaland6 del viie : c'est le boursier le 
plus achalande de la ville. 

BoAnikd, s. Magot, amas, saint- 
cr^pin. — fa fat on pti boHrsikd po-z-ald 
a Ostante: j*ai fait un petit magot pour 
alter k Ostende. 

Boikni^, v. Bouffer, bomber, goder. 

— GdmiteUr ki boMaie (ou ki boHcel) : 
garniture qui gode. 

BoAtfieeh , s. Bouffe, bouffette, godure. 

— No88 kostir fed n bin VboHslech ! notre 
couturi^re est si habile dans la godure. 

BoibM, s. Bourse, petit sachet od Ton 
met de Fargent; escarcelle, gousset, pro- 
vision d'argent. — Dovier^ 8er6 s^boUss : 
ouvrir, fermer sa bourse. — Tini VboUss: 
nianier la bourse, tenir le cordon de la 
bourse, avoir Fadministration de Fargent. 

— Mttt d VboAss : embourser , mettre en 
bourse. — Ni f6 k*inn boUss : ne faire 
qu'une bourse, faire bourse commune. 

— Kdpeii d^boUss : coupeurs de bourse , 



filoux qui d^robent avec adresse ; mar- 
chand, avocat, h6telier qui exige trop. 
— PoirU n'bodss : mettre ses cheveux 
dans une bourse. — Koirdui d'irin boUss : 
tirants d*une bourse. 

boAm , s. Bourses , peau qui enve- 
loppe les testicules ; scrotum. — Li ma- 
ladHe d (Thindow d VboUss : la maladie est 
descendue dans les bourses ; il a une 
hydrocele. — II a on sktr al boHt^s : il a 
un squirre ou cancer aux testicules , un 
sarcocele. — Abcet t VboHtss : empyoc^le. 

Bo<kM, s. Blouse de billard, trousdes 
coins et des c6tes d'un billard. — Gna si 
boUss a on Mlidr : il y a six blouses dans 
un billard. 

BonUh-d^-m-Ab , s. Printemps, folie, 
epoque de ferpaentation. — Al bouidh-d^- 
z-db^ il dret co Vliess avd le kwdr : k la 
renaissance du printemps , il aura encore 
la tete h Fenvers. 

Bontaie, s. Poussee, effet d*un mur, 
d'une voilte , etc. , contre la culde d*un 
pont ou autre force de resistance. ~ 
CalkuU Vboutaie d'inn dch di pon : calculer 
la poussee d'une arche de pont. 

Bouuin , s. Arc-boutant, console, 
contre-fort. — Voss meit ki klinch , il a 
mdzdh di bouian : votre mur surplombe , 
il a besoin d'arcs-boutants. 

Beui^, V. (Ji boult^no bouian). Bouter, 
mettre, pousser, fourrer. — BouUs*deil 
dvin on trd : mettre , fourrer son doigt 
dans un trou. — Ji n'mi sdreA bouU soulu 
el tiess : je ne saurais me fourrer, m'in- 
culquer cela dans la tete. — BouU VdeH, 
d VoUie : tromper , leurrer , surprendre 
la bonne foi. — BouU d-Vovrech tvdie : 
dep6cher de Fouvrage. — BouU foU : 
supplanter , evincer. — BouU voss vair 
foU : avalez, sablez votre verre. — - BouU 
rfen : mettre le feu , incendier. — BouU 
don , m*/l , korech I aliens done, mon ami , 
courage ! 

Bouteik, s. Boutoir, couteau, instru- 
ment tranchant servant dans plusieurs 
metiers. 

Benteft-fodi, s. Dechargeur, celui qui 
decharge les marchandises de dessus les 
bateaux; debardeur ou gagne-denier , 
qui debarde , qui tire les bois de dessus 
les bateaux ou de la riviere, et les 
porte sur le bord ; gabarier. — Lt bouUH- 
foa d^al Gof: les dechargeurs, les debar- 
deurs du port dit de la Goffe. 

Bontejkr, s. Boiilure, petite branche 
d'arbre que Fon plante pour lui faire 
prendre racine ; marcotte. — Ld wdzir, U 
sd, vinet d^bouleUr : Fosier, le saule 
viennent de bouture, de plangon ou 
plantard. 

TOJiE I. i9-«0 



Digitized by VjOOQIC 



BOU 



— 142 



BOU 



BontiM, s. Boutisse, pierrc ou brique 
qu'on place dans un mur suivant sa lon- 
gueur, de maniere que sa largeur paralt 
en dehors. — Mett inn boutiss ^ n^pannress 
Veunn aprd V6U : placer alternativement 
des pierres 6u des briques en boutisses 
et en parenient. 

BoaireM, s. Triangle dc jardinier. 

Botiiu, s. Bourde, ce qui n'est pas 
vrai ; mensonge , menterie , bruit men- 
songer, imposture, d(5faite. -— Flairanlt 
hoM ; puant mensonge , mensonge gros- 
sier. — Ni dh6 nin d^ boUtt : ne dites pas 
do mensonge , pas de bourde , ne mentez 
pas. — Li pti bote a di dd boMl a s'mam: 
le petit grimaud a donn^ des bourdes h 
sa maman. — Advind rCboUti : dire un 
mensonge officieux. — AdvirU n'boUlt po 
savu dd vraie : faire une 'fausse confi- 
dence pour en obtenir une veritable. Voy. 

Boftu, s. Crasse qui se forme dans Ics 
coutures. — DiheUss on vt kouUchdss d 
ltav6 toil Id boUtl dvO'ie : dccoudre une 
vieille culotte , et gratter toutes les crasses 
des coutures. 

Bonti-boaboaH, S. Huppe. Voy. Bon- 
bon it. 

Bonit , bouit, int. Courage ! en avant ! 

Boutt-^beikr , s. Certain jeu oCi Ton 
pousse un caillou plat qu'on nomme 
galet ; h6re , as qui court. 

Bonit-^irin, s. Tarin , oiseau. Voy. 
Stmet. 

Bonti-ffeii , s. Boutc-feu , baguette , 
bAton pour mettre le feu au canon ; 
brOlot , celui qui excite des discordos et 
des querelles. — Divm Vainnmi li boutt- 
fell d todi aloumi : en face de Tennemi , 
le boute-feu est touj; iirs allum6. — II a 
slu rboutt'feA di ciss irHlaie to : il a c^'te le 
boute-feu de cette collision, de cette 
dohauffource. — Toct halozt hi son sin 
pUss , c'd to boutt-fcH : tous ces va-nu- 
piods qui sont sans emploi sont autant 
de boute-feux. 

Bonti-feik, s. Incendiaire , auteur 
volontaire d'un incendie ; discours incen- 
diaire, seditieux. — Ld bouti-feU son pUni 
d'moir : les incendiaires sont punis de 
mort. 

Bonii-foft, s. Outil de vannier, lame 
d'acier triangulaire. 

Bodritn^, V. Refouler (parlant du 
bitume); refluer en abondance , 6lre 
pouss^ en arriere. — /Tom I boUlenn (ou 
boHttnaie) cial ! comme on sent le bitume , 
comme le bitume refoule ici (i) 1 

Boftitnech, Boftllneikr 6 BotiltCmtr, S. 

( « ) On ne dit pas eu rran^Ais : il bitume. 



Odeur bitumineuse , refoulement du 
bitumo ou de la fum^e. — Li bouiine^ mi 
fai md m'tiess : le refoulement du bitume 
me fait mal a la t^te. 

Bojkiinoft, ofiiM, adj. Bitumineux, 
qui contient du bitume. — Vola dd hochH 
ki son fameHsmin boHttneH : voilk des bri- 
quettes de charbon qui sont tr^s-bitu- 
mineuses. — Ld trouf son boHtlneCss : les 
tourbes sont bitumineuses. 

Boftv-n-la-m^ti , s. Pi^ce de bODUf 
r6tie et lardde. 

Bonv-al-guoikle , S. Soufilet , COUp du 

plat de la main ou du revers de la main 
applique sur la figure. — - Ci kapon la 
atraprd-l-on joH dd bond bouv-al-guetiie : 
ce gredin attrapera un jour une rude 
souflletade. — Ld brilUil-z-om dihet k'on 
dminti vd n^bouthal-gueiUe : les hommes 
brutaux disent qu'un dc^menti vaut un 
soufllet. 

Bouv-ai-jnif , s. M^me mot que le pre- 
cedent , mais moins grossier. 

Bonwnio, s. Lessive, linge sale , linge 
lave ou blanchi ; bude. — Chddron id tm- 
waie : cuvier. — Apontt Vbouwaie : pre- 
parer la lessive. — Mett li bouwaie A 
kurech : mettre essorer la lessive , la 
mettre h Tessui. — Mi bouwaie mi koss to 
Id meH si bai cArluss : mon blanebissage 
me coOte chaque mois six florins bien 
comptes. — Sipitd r bouwaie : d^sempeser 
la lessive. — On n*d nin rsouwd d^inn 
bouwaie a Vdtt : une peine est aussil6t 
suivie d'une autre. — Din6 on toUr al 
bouwaie : essanger la lessive. 

Bouw^, V. (Ji bow J no bouwan), Les- 
siver, faire la lessive, blanchir le linge. 
— £/ bow : elle blanchit, c'est-k-dire que 
son etat est de blanchir du linge , de 
lessiver. — El bow po V baron - elle blanchit 
le baron , elle lave le linge du baron. — 
Bouwd a deH tenn : caresser les deux 
partis. 

Bouweft, s. Blanchisseur , buandier. 
Voy. BInnklhetil. 

Bonwr^ie, s. Buanderie, office oil 
Ton fait la lessive; lavoir. — Potrf(^ toU 
mdci dra d Vbouwrdie : porter tout le linge 
sale k la buanderie. 

Bonwreoo, s. Blanchisseuse , celle 
qui blanchit du linge; lavandi^re. — Ld 
bond bouwress son-t-al Bovrdie : les bonnes 
lavandieres sont au hameau de laBoverie. 
— Poirtd VdoU di s'bouwress : porter le 
deuil de sa blanchisseuse (sc dit d*uD 
homme qui a du linge sale ). 

Bolkm^, ale, adj. Bouffi, boursouffie ; 
mouflard. — II ess-t-Ahdie a riknoh^ c'ess- 
i-on gro boHzd : il est facile k reconnatlre , 
c'est un gros joufflu, un gros maffle ou 



Digitized by VjOOQIC 



— 143 



BRA 



BRA 



mafflu, un gros bedon, un gros horome 
tout bouffi. 

Boasin, s. Boucan, reunion crapu- 
leuse, lieu de d^bauche, guilledou. — 
Ci lai kalin la n'd mdie fott dd bouzin : ce 
vilain gueusard est un pilier de mauvais 
lieux. 

Boasiae, V. (Ji bouzenn, no bouzinan). 
Frequenter les bousins. 

BoiiBiaelk, s. Sale libertin. 

Boasia^«h 6 Boaslanr^le , S. Fre- 
quentation des maisons de tolerance ; 
accointances crapuleuses. 

Bovet, s. Bouvet, sorte de rabot k 
faire des rainures. 

Bovl, s. Metayer, celui qui fait valoir 
des terres qui ne sont pas k lui, et qui 
rend au proprietaire une partie du pro- 
duit; fermier, censier, amodiateur, colon, 
lenancier. — Yoss bovt ess-t-inn om krdtin, 
i ramasret dd-z-mdan : votre metayer est 
un homme intelligent; il fera de bonnes 
affaires, il acquerra de la fortune. 

Bo¥t, s. Bouvier, conducteur et gar- 
dien de boeufs. — PoirUVkafet d dd tdtt d 
botfi: porter le caf6 et des tartines au 
bouvier. Voy. Botiiftt. 

BovieM, adj. Lourd, materiel. 

Boviet, s. Bouvillon , diminutif de 

B«lhf. 

BoTiiUtt, s. Bovenistier, commune 
du canton de Waremme, k 3 kilom. de 
cette demi^re \i\\e. Pop. 270 hab. Sup. 
366 hect. 

BoTr^ie, s. Bouverie, (Stable h boeufs. 
— Gna dd bovrHe to prd d'Mi gran marcht : 
il y a des bouveries k proximity de quel- 
ques grands marches. 

Bonnie, s. Boverie, hameau depen- 
dant de la commune de Li6ge. — Magni 
on skavtcke al BovrHe : manger du pois- 
son en daube k la Boverie. 

BowA, s. Boa, serpent de la plus 
grande et de la plus forte esp6ce. — Gna 
di bowd k'on trinti pt d'lon : il y a des 
boas qui ont trente pieds de longueur. 

B^wA, s. Boa, fourrure 6troite et 
longue que les dames portent au cou en 
hiver. — Prind^ voss bod po sdrti , ha i 
bihHe : prenez votre boa pour sorlir, car 
la bise se fait sentir. 

B«E^, v. (Ji bossji boze e ji bozaie). 
Gripper, gober, derober. — TaveiH n'potaie 
(d jigness , on mTa bozd dd nutt : j^avais 
un pot de fleurs k ma fenfitre, on me Fa 
grippt^ la nuit. 

B«KiB, s. Maladie d'enfant. Voy. Se^ie. 

BrA, s. Ble pr^par^ pour faire de la 
bi^re ou du genidvre ; malt , orge pr^par6e 
pour faire de la bi6re; dr^che. -- Chtraie 
di brd : charret^e de dr^che. 



BrA, s. Bra , commune du canton de 
Stavelot, k 4 i/2 myriam^tres de Buy. 
Pop. 960 hab. Sup. 3066 i/a hect. 

Bra^adel, s. Capucine, virole h un 
fusil. — Fd n'livranss di brofodel : faire 
une fourniture de capucines. 

BrAd^, v. (Ji brddaie). Laisser tomber 
des miettes du pain qu'on mange. 

BrAdeikr, s. Lignctte, ficclle dc me- 
diocre grosseur pour faire des filets ou 
pour emballage. — - Del brddeUr po-z-tbaU 
dd ktcaierHe : lignetle pour emballer de 
la quincaillerie. 

BrAdi^, v. (Ji brddelon brddlaie). Ano'it 
fort chaud^ hftler. —S'al^ brddU a VdrdeUr 
dd solo : s'exposer h la chaleur brftlante 
du soleil. 

Braf, adj. Probe, vertueux, honn^te, 
loyal , integre. — On brav om hi rin scrviss 
a to Vmontt: un brave homme, un bien 
honn^te homme, un homme de bien 
qui oblige tout le monde. — Voss m6r 
ess't'inn brav gin, jd VveH volti: voire 
m^reestune digne femmcje Faffectionne 
beaucoup. — Ci skrieU la m'a siervou kom 
on brav om : cet homme de loi , cet avocat 
m'a servi loyalement. — Akss f6 m'komi- 
don com on braf: aller faire ma commis- 
sion , vous serez bien aimable , bien 
gentil(i). ' 

BragAr, s. Directeur de fete; porte- 
drapeau. — A n'porcdcion Id bragdr si mdte 
todi so leii pu gdie : k une procession , les 
porte-drapeau ont toujours une toilette 
recherchee. 

BnigAr, s. Hdbleur. Voy. bw»«A. 

Bnis«^i V. (Ji brak, no bragan), Bra- 
quer, tourner d*un c6te ou d'un autre. 

— On-z-^ bragud dd kanon so li stadel : 
on a braque des canons k la citadelle. 

Bragueeh, s. Braqucment, action de 
braquer. — Li bragvech dd kanon : la ma- 
ni^re de braquer les canons. 

BrAheeh, s. Action de torrefier le ble; 
preparation d'orge pour faire la biere. 

— Cd In k*d chergt dd brdhech d Vbi'dcenn : 
c'est lui qui est charge de la preparation 
de Forge dans la brasserie. 

BrAht, V. (Ji brdhdie, no brdkan). Tor- 
refier le bie germe pour en faire le malt; 
preparer Forge pour faire la biere. 

BrAhl, ^ie, adj. M^ie, melange, amal- 
game. — Dd kafet brdhi : melange de 
diverses sortes de cafe. 

BrAt, V. (Ji brdle, no brdtan). Entraver, 
mettre une entrave, un lacs aux pattes 
d'un oiseau. — Brdi n'odhai po Vf6 rivni 
so Vkross : mettre un jet aux pattes d'un 
oiseau pour le faire revenir k la crosse. 

(i) Ne dites pas: allez, faites cela comme un brave 



Digitized by VjOOQIC 



BRA 



— 144 — 



BRA 



Braiitoii, s. Brabant, province de 
Belgique , dont la capitale est Bruxelles. 
—Del tedl di Braiban : de la toile de Bra- 
bant. — Pom di Braiban : reinette grise , 
sorte de pomme. 

Braiitoii90B, OBB, s. et adj. Bra- 
ban^on, habitant de la province de Bra- 
bant. — Jow^ Vair del braibansonn : jouer 
la Brabangonne. 

mriXe, s. Entraves aux pattes d'un 
oiseau ; jet. — Mett inn br&ie a on sizet : 
mettro un jet k un tarin. . 

mriSe, s. Braie, linge dont on enve- 
loppe le derri^re des enfants. — Tap^ms 
brdte la el bouwaie , ha ell t tote ddboraie : 
jetcz cette braie au sale linge, car elle 
est toute breneuse. 

Brlffe, s. Rideau de chemin^e dans 
les maisons villageoises ; pente, bonne 
gr^ce. — Inn noHv br&te di bai roch koton 
po Vfless : un rideau de cheminde neuf 
d*un beau colon rouge pour la ker- 
messe. 

BrATe-di-eket, s. Flcur jaune de pr^. 

mriSeU, V. (Ji brAieiaie). Entraver. 

Voy. BrAt. 

BrAteu, s. Fente de devant d*un haut- 
(le-chausses , d*un pantalon. — Sdrd, 
abolM s'brdiett : former, boutonner sa 
brayette. — Ci mdd napai la enn n'tva 
sovin avou s'brdiett lo-i-A-ldch : ce vilain 
chenapan s'en va souvent avec sa brayette 
tout ouverte. 

Braif, s. Braive , commune du canton 
d'Avcnnes , k 9 kil. de Waromme. Pop. 
740 hab. Sup. 7i4 beet.— Cna n'bel Umb 
a Braif: on remarque une belle tombe k 
Braive. 

Brair, V. (Ji bhi, no bri^an,ji brairei , 
kibraiss). Crier, jeter un cri ou des 
cris , elever la voix , brailler. — Brair di 
toil sd foiss, brair kom inn ardgi : crier h 
pleine t6te, a tue-t^te, comme un perdu, 
comme un enrag^. — Brair comm in aveHl 
k'a pierdou B'chin (ou s*bardon) : crier 
comme un aveugle qui a perdu son chien 
(ou son bSton). — Si melt a brair: s'ecrier, 
se mettre h crier. —Ibrai d^md : le mal 
lui fait pousser des cris. — Brair vivd : 
crier vivat. — Brair divan d'avu Vkd : 
avoir peur sans sujet; ressembler aux 
anguilles de Melun, crier avant qu'on 
Vdcorche. — Brair a Vadstims, d mm- 
dreHy a Vaiw : crier au secours ou k 
Taide , au meurtre, au feu ! — Brair aprd 
n*8ak( : crier apres quelqu'un , le bafouer , 
le huer, crier haro sur lui. — On-z-a 
oH'ie brat dt moss a katwass oantim : on a 
iiujourd*hui crio des monies h 44 cen- 
times. —P/ottm^, touw6 n'pdie sin lf6 
brair: plumer, tuer une poule sans la I 



faire crier ; faire des exactions si adroi- 
tement qu'il n'y ait pas de plainte. 

Brair, V. Gronder, r6primander, tan- 
cer, gourmander, galvauder. — Toulou, 
vo str6 brdiow di voss matantt : Gertrude , 
vous serez grondee , vous serez querellee 
de votre tante. — Si voss-t-dfan ni hoUit 
nin, br6i6 dsu : si votre enfant refuse de 
vous obdir, grondez-le, tancez-le. 

Brair, V. Crier, h61er. — On-z-a brai 
aprd VmMgi , min i n*a nin olou : on a cri6 
apr^s le messager, on a appelc, on a 
h^ic le messager, mais il n*a pas entendu. 

Brair, V. Braire, se dit du cri des 
dnes. — Va-z-d^ ti brai kom inn agn : va- 
t'en , tu brais comme un ftne. 

BrStr. Rideau. Voy. BrAIe. 

BraiL, 8. et adj. Braque ou brae, 
etourdi, fou, fanfaron; jongleur. —N'di 
nmsogn di lu, c'ess-i-on brak ; ne le crai- 
gnez pas, c*est un braque, un capitan , 
un bravache, unolibrius, un ferrailleur, 
un fier-k-bras. 

Braiiet, s. Braquemart, courte ep^e, 
petit sabre. — D6 tin pac6 on cop^f li iiess 
avou on braket : autrefois on coupait la 
t^te , on decapitait avec un braquemart. 

Braiieu, s. Courte epde. Diminutif 
de BralLOt. 

BrAiLi^, v. (Ji brdkel ^ ji brdkUue). 
Exagerer, hdbler, amplifier, outrer, 
aimer Thyperbole. Voy. Biasu^. 

BrAiLieek, s. Exagdration, hdblcrie , 
hyperbole. Voy. BiaiL. 

BrAI&left, elkMi OU llreM, S. Exage- 
rateur, hSbleur, gascon, claque-denl. 

Voy. Blasue^k. 

BraiimAr, s. Tuyau de cuir dans les 
mines. 

BraiiB^, V. (Ji braknaiey no braknan , 
ji brakinnrel). Braconner, chasser furti- 
vement sur les terres d'autrui. — 11 i 
dfindou dd brakni : il est defendu de 
braconner. 

Braiineek , s. Braconnage , action de 
braconner. — [AM pUnihel tbraknech : 
les lois punissent le braconnage. 

BraiLneft, s. Braconnier, celui qui 
braconne. — Ld brakneU distrHhel baik^ 
d'ltv : les braconniers detruisent boau- 
coup de lidvres. 

BraiLr^ie, s. Jonglerie, fausse appa- 
rence par laquelle une personne cherche 
h en imposer; charlatanerie, bra\^de. 
— Jd Vdifott avou sd brakrdie : je nargue 
ses jongleries. 

BrAm, s. Br^me, poisson d'eau douce 
plus large et plus plat que la carpe. — 
Pitittbrdm : bordeliere, petite brume.— 
Hap4 n'brdm al havroHl : prendre une 
br^me au carrelet. 



Digitized by VjOOQIC 






BRA 



145 — 



BRA 



BrammlB. Beaucoup. Voy. Bmvmlii. 

Br«B« s. Branle, danse populaire. — 
Dans^ on bran d'fiess : danser un branle 
de r^le. Voy. KrAmlgnoB. 

Braneh, s. Brancbe, le bois que 
l>ousse le Ironc d'un arbre.— L^ fdn^ 
branch : brindilles, broutilles. — K^6 
lott Id branch dHnn db : couper lout le 
branchage d'un arbre. — OHfiai k'd so 
n'branch : oiseau qui branche. — ChandU 
a pluzieUr branch : chandelier h plusieurs 
branches , candelabre. — Li komerss a 
mkwantd branch : le commerce a plusieurs 
branches, divisions ou ramifications. — 
Koiil e deH branch : corde en deux brins 
( ou torons ).— II t hm Voilhai so Vbranch : 
il est comme Toiseau sur la branche, il 
est dans un etat incertain , ohancelant , 
precaire. 

Branekeu, s. Petite branche. Voy. 

I&oheU. 

Braii«hi, V. (Ji branchih^ no bran- 
chihan). Brancher, se placer sur une 
1 ranche ; percher.— On rdskignoH ki bran- 
rhih : un rossignol qui branche. — Ld 
kwaie d U-z-Alouweit ni branchihet nin : 
Ws cailles et les alouettes ne branchent 
pas. Voy. Jok^. 

Braneht, V. (JibranchHe ou branchih, 
Pousser des branches. — Vola onjdnn 6b 
k'on veH bronchi a VoUle : voilk un jeune 
arbre qui pousse des branches a vue. 

Br«Behoa,ow, adj. Branchu , quia 
beaucoup de branches ; rameux. — On 
branchou ptri : un poirier branchu. — 
Jiranchow mdaie : pommier branchu. 

Brancht^, V. (Ji branchtaie). Pousser 
(les branches.— N6j6nn-Z'db branchU com 
i fd : nos jeunes arbres se couvrent de 
hranches. 

Brandvin , s. Brandevin , eau-de-vie. 
— Bagni n'plMe avou dt brandvin dTranss : 
urroser une plaie avec de Teau-de-vie. 

Brandvin^ , V. (Ji brandvenn oujibrand- 
rinaie). Distiller de Teau-de-vie.-- Aprintt 
a brandvin^ : apprendre k distiller. — 
VsUie po brandvind : appareil distillatoire. 

Brandvinech , s. Distillation d eau- 
de-vie.— Li brandvinech alow baikd d'grin : 
les distilleries consomraent beaucoup de 
^Tains. 

BrandTint, tr, s. Brandevinier , qui 
vend et fait du brandevin; distillateur 
d*eau-de-vie ou de brandevin.— jU brand- 
tinir dd r^gimin : les brandevini^res, les 
cantini^res du regiment. 

BraadTinnr^ie, s. Distillerie d'eau- 
de-vie ou de brandevin ; lieu oil Ton fait 
de grandes distillations. — Ld brandvinn- 
reie di Bassel son rloumaie: les distil- 
leries de Hasselt sont renoram^es. — 



BroHlcH d'inn brandvinnrHc : ouvrier qui 
distille. 

Brants, v. (Ji branl). Branler, agiter, 
mouvoir , remuer.— Vo f6 branU Vtdfavou 
voss pi : vous branlez la table avec votre 
pied.— In'wezreH, branU divan s'monnonck : 
il n'oserait branler devant son oncle. 

BraBi6 , V. Masturbcr , commettre cer- 
tain pcche^ d'impuretd; polluer. 

Braniech, s. Masturbation, action de 
celui qui se masturbe, pollution, ona- 
nisme.— Li branlech tow baikd d^jdnn-z-om : 
la masturbation tue beaucoup de jeunes 
hommes. Voy. Doftelnn. 

BraniiniB, s. Branlement, secousse, 
mouvement , ^branlement. — Li branlmin 
d'inn karoch : le branlement d'un carrosse. 

Branuikat^, V. (Ji branskaii ou brans- 
kalaie), Rangonner, exiger plus qu'il ne 
faut en se prevalant du besoin , de la 
force et du pouvoir. — Yoss sikrieA v'z-a 
branskaUy nddon? votre avocat vous a 
rangonne , n^est-ce pas ? 

Branskatech, s. RanQonnemcnt , ac- 
tion de rangonner; rangon. 

Branskateft, emis 6 re»», S. Ran- 
Qonneur, celui qui vanQonne. — Baikd 
d'dbergiss son dt branskateU : beaucoup 
d'h6teliers sont des ranQonneurs. 

Branskoi^, V. (Jibranskott oujibrans- 
kotaic), Turlupiner, importuner, railler. 

— Cd blagueH la I'on branskoU loniin : ces 
hSbleurs Tout tracasse longtemps. 

Branvol^, ale, S. Cc^rvel^, VOiagC ; 
celui qui piaffe , qui montre une grande 
somptuosit^ en habits, en meubles, etc. 

— F6 rbranvold ; piaffer , faire piaffe. 
Brasiet, s. Bracelet. Voy. Brcpiet. 
Bravist^, s. Probite, vertu , integrite, 

droilurc. — Li bravistd t Vprumi dHo It 
bin : le souverain bien est la vertu. — Inn 
feum dobel si dOit par si bravistd : une 
femme double sa dot par ses vertus. 

Bravmin, adv. Bcaucoup, considera- 
blement, en grand nombre. — To kosUy 
gna bravmin & kapon ; les coquins sont 
nombreux partout. 

Bravd, 8. Bravo, mot pour applaudir. 

— Si vitt kHl eUri chanU, on brHa bravd ! 
sit6t qu'il eut chante , on cria bravo ! — 
Si diskoHr fouri suvou di mtie bravd : 
son discours fut suivi do raille bravos. 

Brftw , s. Eau de boudin. — On fai del 
bonn sop avou Pbrdw : on fait un bon 
potage avec le brouet du boudin. 

Braseftr, s. Brasure, endroit ou deux 
pieces de metal sont brasees, soud6es. 

Braxi, V. (Jibrazih), Braser, joindrc 
deux morceaux de metal ensemble avec 
une certaine soudure. — Brazi on kanon 
d'fizik : braser un canon de fusil. 



Digitized by VjOOQIC 



BRE 



— 146 — 



BRE 



UraBikeeh, s. Brasure , action ou 
maniere de braser. — Li brazikech ess- 
Hnn acd m^dhdie ovrech : la brasure est 
un ouvrage assez difficile. 

Brasin, Brazure, endroit ou deux 
pieces de mtHal sonl brasses, unies, 
soudees. — Li brazin d bin riiici : la 
brasure a bien reussi. 

Brastr, s. Brassi^re , petite camisole 
pour maint^nir le corps ; entraves pour 
tenir une personne dans la contrainte. 

Br^ie, s. Brassin, quantite de bi6re 
contenue dans la cuve d'un brasseur; 
cuve oil les brasseurs font la bi6re. — 
Inn brtoaie di midel bir t eunn di saizon : 
un brassin de petite bi^re et un de bi^re 
de mars ou d*avent. 

Br^^Ale, S. Brassde. Voy. Bre«lale. 

Br6e^ ,\.(Ji bress, no br^can, ji bresret) . 
Brasser , faire de la bi^re , du cidre ; 
remuer, m^ler avec les bras pour incor- 
porer un melange.— On sd bin brM a 
Lick : k Li^ge, on connatt la maniere de 
bien brasser.— JiTomror/^re^^, voVbetH: 
comme on fait son lit, on se couche. 

Br^eeh; s. Maniere de brasser. — 
Aprintt It briceh : apprendre h brasser. 

Br^eenn, s. Brasserie, lieu oi!i Ton 
brasse de la bidre. — A Lich d a Lovin , 
gna baikd d'brdcenn : k Lidge et h Louvain, 
il y a beaucoup de brasseries. 

Br^eelk, s. Brasseur, celui qui brasse 
de la bi^re. — KoHv di brdceH : brassin, 
cuve de brasseur. — Ld brtceH d'noss pal 
wangnet d^-s-aidan : les brasseurs de notre 
pays gagnent de Targent. — Wiss ki Vbrt- 
ceH pass, li bolgl n'pass nin: od le bras- 
seur passe, le boulanger ne passe pas; 
quand on boit beaucoup de bi^re on 
mange moins. 

Br^douTe, s. Bredouille, terme de jeu 
de trictrac , marque de deux jetons pour 
indiquer que le joueur a ses points et que 
Tautre n'en a pas. — fa doss poin d brd- 
doule , sotUa fax deA trd : j'ai douze points 
et bredouille, cela me fait deux trous. 

BrMoUt, Y. (Ji brHoute). Marquer 
bredouille. 

Bref, int. Bref, enfin, en un mot; 
brievement , fmalement. — Ki v*direch di 
ciss'i-om la ? brefy c'ess-t-on calin : que 
puis-je vous dire de cet homme? bref, 
c'est un gueusard. 

Br^iA, Au, s. Braillard , bdbleur, tria- 
cleur, fanfaron, faux brave. — Cess-t-on 
fameU brHd : c*est un fier-k-bras , un grand 
abatteur de quilles, un tranche-montagne, 
un bravache , un pourfendeur.. 

Bi^u, Au, s. Brailleur, crieur; criail- 
leur, qui ne fait que brailler, criailler; 
sacripant. — Va-z-d, brdidtl, ki fd haUf: 



va-t'en , brailleuse , comme tu es im- 
portune. 

Br^iA, s. Porte-voix ou trompelte par- 
lante; trompette pour porter la voix au 
loin ; huchet, cornet pour le mfime objcU 

— Kwan on sone U pail po on vef^ on-z-d 
rbrdid: quand on charivarise un veuf, le 
porte-voix se fait entendre. 

Br^iAh, s. Criaillerie, bruit confus; 
crierie; vociferations, exclamations. — 
Vola Vdial brdidk ! voilk un criaillerie du 
diable ; quelle huee ! 

Bi^ieeh, s. Maniere de crier. ^M 
haidv gin avou s'brdiech ! c'est une per- 
sonne detestable avec ses cris. 

BrdioB, s. Graillons, rogatons, debris 
de viande apr^s qu'on a donn6 les bons 
morceaux ; bribes. — Estan vnon tro tdr 
al fiess , j"a magni U brHon : etant arrive 
trop lard k la f^te, j'ai mange les rogatons. 

Br^ion, s. Gras de la jambe, mollet. 

— Magni U brdion dd jamb a n^sakl : 6tre 
obsequieux par intdr^t, valeter, pousser 
k Texc^s les dgards, la complaisance 
envers quelqu'un; le gruger. 

Brei, s. Ciboulette, civett^ , herbe 
qu'on mange en salade. — On pli paket 
d^brel po treU cantim : un petit bouquet 
de ciboulettes pour trois centimes. 

Bresiaie, s. Brass6e, ce que les deux 
bras peuvent contenir. — Inn breslaie di 
ranch di krompir : une brassde, une trousse 
de tiges de pommes de terre. — Breskiie 
d'ieb: fascicule d'herbages. 

Bresiet, s. Bracelet, ornemenl que les 
femmes portent au bras.— F-^prdsin (TinJi 
pair di breslet d'piel : faire prfesent d'une 
paire de bracelets, en perles. 

BroM, s Bras^ membre du corps hu- 
main qui tient k Tdpaule. — Dre^ bress, 
klinch bress: bras droit, bras gauche. — 
Ohai dd bress : humerus.— ir^ dd bress : 
artdre brachiale. — Ld gnair dt bress: les 
nerfs brachiaux. — Dizo Id bress : sous 
les bras , aux aisselles , au gousset. — 
Ld gnair di dzo U bress : les nerfs axil- 
laires, — LongueUr d*on bress: coudee, 
longueur d*un bras. — Longueiir di de& 
bress : brasse. — Silinii Id bress : dtendre 
les bras. — Mezrd d bress : faire le bras- 
siage. — Fdri a lour di bress : frapper a 
tour de bras, k bras raccourcis. — JdU d 
red bress : jeter le bras tendu. — Avu k 
bress troci : avoir les bras relroussds. — 
/ poitt si bress : il a le bras en echarpe. 
— Sitintt on bress d rakrampi VMt: tendre 
un bras et raccourcir Tautre, demander 
raum6ne. — Avu on bress fod dd louwi : 
avoir un bras dcmis , avoir une luxation 
au bras. — St fidsSy c"d s'dred bress : son 
gendre est son bras droit, il a son enti^re 



Digitized by VjOOQIC 



BRE 



— 147 



BRI 



confiance.— Di»m»i d peitr U bress : resler 
sans habit, en manches de chemise. — 
On pdv ovrt n'a Kst bress po vik6 : un 
pauvre artisan ne vit que de ses bras. — 
Ciss novel la m'a kacd bress d jamb : cette 
nouvelle m'a coupe bras et jambes, m'a 
decourage. —Am n'sald so si bress : avoir 
quelqu'un sur les bras, en 6tre charge 
ou importund. — Dimant U bress d kreUt : 
demeurer les bras croises, rester sans 
rien faire. — Avu Id bress lot : avoir les 
bras coupes , 6lre dans Timpuissance 
d'agir. — Vd ml (Tpiett on bress ki to Vcoir : 
il vaut mieux de laisser son enfant mor- 
veux que de lui arracher le nez. — Ldv6 
Vbress : hausser le coude , boire beau- 
coup , hausser le temps.— Br^«5 del Jtfotiss ; 
bras de la ^euse.—Molin d bress : moulin 
a bras. — Chtreit d bress : brancard. — 
Bress di chdrett : brancard, limon, limo- 
niere. — Bress di balanss : bras de balance , 
bras de levier. — Li bondiew a Vbress Ion : 
Dieu punit un jour les m^chants. 

Br^ceft, s. Bretteur, qui aime k so 
battre, k ferrailler; bretailleur, spadas- 
sin , qui est dans I'habitude de frequenter 
les salles d'armes, de tirer souvent 
I'epde , la brette. — N*al6 nin avou U 
hrtteHk , i v'fron dt rilss : ne hantez pas 
les bretleurs, ils vous feront un mauvais 
parti. 

Breu , s. Dem^le , differend, dispute, 
altercation. — Ld deH wtzin on-Uavu n'brett 
tsonl : les deux voisins ont eu une querelle 
ensemble. 

mveham, s. Brosse. Voy. HovleU. 

Br^vei, s. Brevet, expedition non 
scellde par laquelle le Roi accorde quel- 
que grSce , quelque dignity ; titre , di- 
pI6me. — 11 a rsu s'br6vet d*koronMy si 
brdvet d'pansion : il a re^u son brevet de 
colonel, son brevet de pension.— A /roir^f^ 
on br&vet : accorder, dfelivrer un brevet. 
— On li a dni on brivet d'blagueH , di 
minteUr : on lui a donne un brevet d*ex- 
travagant, de menteur. 

Bi^¥^f^, v. (H br^ett, no brMian). 
Breveter, donner un brevet k quelqu'un. 
Li Govemimin I' a br^vdt^po s'i ainvan- 
don : le Gouvernement Ta brevete pour 
son invention. 

Br^¥iair, s. Breviaire, livre d'offlce 
de chaque jour pour un prtoe; diurnal. 
L^r si breviair ; dire son breviaire. — 
Oil vt brdviair to krd W6l : un vieux brd- 
viaire tout huileux. — Kom il a vitt 16 
s'briviair : comme il a bienl6t debride 
son breviaire ! 

Br^seti, s. Mains,— Fe bdhi brdzett: 
envoyer promener, envoyer patlre; baiser 
les mains (parironie). 



Briak, s. Patrouillis ou patrouillage. 

Voy. ChAcha. 

Brib^, V. (Jibrib). Mendier, demander 
la charite, la caristade; gueuser, gueu- 
sailler, truander, trucher. — AU bribd 
dvin Id mohonn : quemander ou cai- 
mander. — II d rMui a^z-al6 brib6 : il 
est reduit k raum6ne, k mendier, k la 
mendicite. — Li ci k'a n'feie kiminci a 
brib6 si plai dvin s'mestl la : le metier 
acoquine ceux qui Font fait une fois. 

Bribelk , ress , s. Mendiant, queman- 
deur , Irucheur , truand , gueux. — Ld 
kapucin c'd dd bribeU : les capucins sbnt 
des mendiants. —AsteHrigna diloikontt 
le bribed ; il y a maintenant des ordon- 
nances contre les mendiants, centre la 
truandaille.— /dwn kolebeH, vt bribed: 
Tamateur passionn6 de pigeons s*appau- 
vrit. —Wiss gna ti Vpu dH bribed"* c'ess-t- 
at kodr d'on Roi : c'est k la cour que les 
mendiants sent le plus nombreux. — Le 
kwatt bi^ibed : les quatre mendiants , 
quatre sortes de fruits sees. — Honied 
bribed d plait bdzess : honteux mendiant 
et besace vide. 

Brtboiu, s. Birambrot, sorte de soupe 
avec de la bi6re, du sucre, de la muscade, 
du beurre et du pnin.—Magni brtboitt po 
sop6: manger un birambrot pour souper. 

Bribr^ie, s. Mendicity, gueuserie , 
truanderie. — St tap6 al bribriie : se 
livrer k la mendicite, k la truanderie, k 
la gueusaille ; demander la caristade. 

Briehdd^, V. (Ji brichdtt, no brichd- 
dan). Sabrenauder ou sabrenasser, tra- 
vailler mal quelque ouvrage que ce soit. 
— Kom il a bricMdd dss-t-ovreck la I 
comme il a sabrenaud^ cet ouvrage ! 

Brid6, V. (H britt, no bridan), Brider, 
ceindre et serrer etroitement; assujettir, 
mod^rer, reprimer, rctenir dans de justes 
homes. —Ow jOtin huzai k'a mdsdh d*ess 
bnxU: un jeune evapore qui a besoin 
d'etre bride. 

Bridon, s. Bridon, bride sans branche; 
petit mors bris^; espdce de licol.— Jfiw^ 
on jvd po l'brido7i : mener un cheval en 
bridon. 

Bridon, s. Vache marqude d'une tache 
k la t^te. 

Bri^TmiB, adv. Bri^vement, d'une 
mani^re brieve et courte ; en pen de 
mots, succinctement. — Fdm voss nUcech 
bri^vmin, save, feum: contez-moi cela 
brievement, femme, s'il vous plait. 

Brtrtai, s. Pate, pent, cartes appr6- 
tees, arrangees d'une certaine manidre 
pour tromper au jeu. — Fd on briftai : 
faire un pent. 

BrisAdt, s. Brigadier, grade corres- 



Digitized by VjOOQIC 



BRI 



— 148 — 



BRI 



pondant k celui de caporal dans rinfan- 
lerie. — B^Hgddi dd chaceUr , d^ land : 
brigadier des chasseurs , des lanciers. 

Brigan, s. Brigand, voleur de grands 
chemins; bandit, \'agabond, coupe-jarret. 
— Piti brigan : brigandeau, petit bri- 
gand , praticien fripon. — Fd I'brigan : 
brigander , vivre en brigand , voler. 

Brigand^, V. (Ji brigautt ou brigan- 
date), Brigander, vivre en brigand, en 
vagabond; infester. - In'a mdiefai kdS 
brigand^ tott si veie : il n'a fait que de 
brigander toute sa vie. 

Brigandech, s. Brigandage, volerie 
sur les grands chemins; pillage, desordre, 
depredation ; vagabondage. — On U-z-a 
mitou el prihon jw leiL brigandech : on 
les emprisonnds pour les punir de leurs 
brigandages. — Li mdl konciainss divin 
I'komerss ci n'd k'on brigandech, : la 
mauvaise foi dans le commerce le con- 
vertit en brigandage. 

Brigandelk, s. Faineant, vagabond. 

BrigAtt, s. Brigade, plusieurs batail- 
Ions ou eseadrons d'une armee. - Bri^dtt 
di cnvalrdie : brigade de cavalerio. — 
C^ndrdl di brigdtl : general de brigade. 

Brigut, s. Brigitte, nom de femme. 

Brignoi, s. Brignole, sorte de prune 
de Brignoles , ville de Provence. 

Brignon, s. Brugnon, sorte de p^che 
ou de pavie qui ne quitte pas le noyau. — 
Rog brignon : brugnon violet. 

BrigoM, s. Graillons , rogatons , petites 
friandises de differentes especes melees 
ensemble. — LijMi on magn toil U hrigoss : 
les jeudis on mange tons les rogatons. 

Brth , s. Effervescence , fougue , exas- 
peration, exaltation, \uhie. — Ess divin 
s'prumi brih ; 6tre dans la fougue , dans 
Teffervescence des passions ; 6tre dans la 
lune de miel. 

Brth , s. Gourme , maladie des jeunes 
chevaux. — On j6nn polin hi n'a nin co jdU 
s'brth : un jeune poulain qui n'a pas encore 
jete sa gourme. 

Brth , s. Mercuriale , fixation du prix 
des cer^ales pour le payement des rentes 
en nature. — Li brih ess-t'OUte so Vgazett : 
les prix des grains sont aujourd'hui 
annonces dans le journal. 

BrthA, s. Pierre schisteuse, fausse 
houille. — Vo m'av6 amini n'mdl chdraie 
di hoie , gna trop di bi*ihd : vous m'avez 
fourni un mauvais tombereau de houille, 
il y a trop de pierres schisteuses. 

Brtht, V. (Ji brih ou brlh^ie, no 
brihan). Jeter sa gourme, faire des folies 
de jeunesse. — / kminss a brihi : il com- 
mence k Jeter sa gourme , h faire des 
siennes. 



Brtht, V. Fixer la mercuriale, les prix 
des denr^es.— Brf/il I' grin, Cfrumin , 
li s'paitt : fixer les prix du seigle , du 
froment, de fdpeautre. 

BHht, V. Herser une terre pour la 
premiere fois. 

Brik, s. Brique, terre argileuse, 
rouge^tre , moulc^e et cuite , dont on se 
sort pour bStir. — Fd di brik : faire de 
la brique. — FoUm di brik : moule de 
brique. — Melt id brik ^ hdie : empiler 
les briques. — Fornaie di bnques : 
fournce de briques. — Brik rdfractair ; 
brique refractaire, brique dure, cuite 
plus fortement qu*une brique ordinaire. 

— Melt d^ brik so kress ; poser de 
champ des briques. — Di brik h d'brok : 
d'estoc et de taille. 

Brik, s. Brick, petit navire k deux 
mAts ; brigantin , brigantine. — Brik di 
gair, dimarchan : brick de guerre, de 
commerce. 

Brik-brok, s. Bric-k-brac, vicillcs fer- 
railles et diverses sortes d'objets menus 
et surannes. ~ Achtdm on loket a-mon 
on marchan d'brikbrok : achetez-moi 
un cadenas chez un marchand de bric-k- 
brac. 

Briket, s. Quignon, gros morceau de 
pain ; bribe , brife , \op\n. —Briket dfrou- 
mach : bribe de pain avec du fromage. 

— Magni dd sech briket : faire maigre 
ch6re. — Piett si coUr a briket : se mor- 
fondre d'impatience. 

Brikoi, s, Bricole, retour d'une bille 
do billard lorsqu'elle a frapp^ la bandc. 

— F^ n'bdie par brikoi : faire une bille 
de bricole. 

Brikoi^, v. (Ji brikoi ou brikolaie). 
Bricoler, jouer de bricole au billard. — 
Gna dd joweH dbilidr ki brikolet volti : 
il y a des joueurs de billard qui aiment k 
bricoler. • 

Brikt^, V. (Ji briktaie). Briqueter, 
faire ou imiter les briques avec un enduit 
de plAtre et d*ocre. — • On va briktef to li 
dvan del mohonn : on va briqueter loute 
la facade de la maison. 

BrikCech, s. Briquetage, briques con- 
trefaites avec du plAtre et de focre ; ma- 
connerie de briques. — Li bnkteg (Ton 
parioit : le briquetage d'une parol. 

Brikteft, s. Briquetier, qui fait ou qui 
vend de la brique ( i). — L^ brikteH, c'd 
kdzi to p6v : les briquetiers sont presque 
tons pauvres. 

Briktt, s. Entrepreneur de brique- 
teries.— Ld brikti wangnet on pti patdr : 



(i ) Brijueteur n'esl pas franpais. 



Digitized by VjOOQIC 



BRI 



— 149 — 



ceux qui entrepreBuent les briqueteries 
font bien leurs orges. 

Briktr^ie, s. Briqueterie, lieu oik Ton 
fait de la brique.— DegndHnn brUUrUe : 
aire d*une briqueterie. 

Briiian, abu, adj. Brillant , qui 
brille, qui a beaucoup d*^elat; eclalant , 
resplendissant , beau , admirable , mer- 
veilleux.— On brUianjowai:\in brillant. 
—Briliantt numcedr : brillante parure. 
—Brilian siermon : admirable sermon. 

Briiiaiinin , adv. Briliamment, d'une 
mani6re brillante, admirablement, mer- 
veilleusement. — // a pUUH briiianmin : 
il a plaide brillammont. 

Briii«ii(6, V. (Ji briliantt oujibriiian' 
taie.) Brillanter, charge d'ornements re- 
chercb^s. — Bnliant^ on diaman : bril- 
lanter un;diamant. —S^!/ briliantt : style 
briliantt. 

BrinMH, s.Lambeau. Voy.BrAbUitBB. 

Bri«e^ , V. (Ji brioss ou ji briogaie , 
no briogan , ji biiosret.) Faindanter , 
hairter le8 gargottes. — Cita n'fai rin 
dttchoi hi dbrioc6 : celui-lk no fait rien 
autre chose que de frequenter les caba- 
rets borgnes. 

BrioMi , 8. Vaurien. Voy. ■•tunvA. 

BrioMi, s. Brioche, gateau de fleur de 
farine, beurre et ceufs. — ITtmawrf^ d^ 
brioss a on pdst^gt : commander des 
brioches k un pdtissier. 

BHsi6, V. (Ji brislaie,) Patauger, 
conrir dans la boue, vagabonder. — Ta 
ko stu brisle to-t-avd U vdie : tu as encore 
ete patauger par tons les chemins. 

bhm, s. Bdtonnet, petit bdton ame- 
nuise par les deux bouts et qu'on fait 
sauter. ~ JotuS at briss : jouer au bfi- 
tonnet. — Jfa7?c/i di briss: baton plus 
long que le bdtonnet pour faire sauter 
celui-ci. 

Br$B«»ffeA , s. £cran , meuble pour se 
garanlir de Tardeur du feu. — On biiss- 
fed brozd^: un dcran brod^ (i). 

BrtM«io, s. £vapor6, ^tourdi. — 
Loukt'Z-a lu, c'esS't'On vraie briss-to : 
prenez garde k lui, c'est un vrai brise- 
tout. 

Briti, s. Bride , partie du harnais d'un 
cheval, compos^e de la t^ti^re, des 
r^nes et du mors ; bridon.—MeW ou disfi 
li hritt a on jvA : brider ou d^brider un 
cheval. — 0» n'sAreil min6 ni om ni jvA 
9in britt : il est impossible de conduire 
rhomme et le cheval sans bride. — Di 
kilt abatow : de but en blanc , de prime 
abord. -— ilfewi d'briit abatow : se lancer 
avec impetuosity. 

( « ) Let FranftU ne diieat jamais an M««-/hf. 



BRO 

BHii-«i-v«i, s. Echappee, action im- 
prudente; escapade, frasque, ^chauf- 
four^e. 

Brtaaie^ s. Soupe froide ( i ). — Brizaie 
al Mr, A vin^ A Uoai : soupe froide k la 
bi^re , au vin , au lait. 

BrtMiky s. Casseur, briseur. 

Brts^, V. (Ji briss ^ no brizan.) — 
Briser , casser , fracasser. — Briz^ dcocin 
boket: briser en mille pieces. — Li mir si 
briss kontt U roclie : la mer falaise. 

Brtseek. S. Bris. Voy. BrtsnilB. 

Brtseft, eftM, s. Briseur, celui qui 
brise , qui rompt quelque chose. — BrizeiL 
d^tmdch: iconoclastes, briseurs d'images, 
espdce d'h^retiques. 

BrtsmiB, s. BHs, rupture faite avoc 
violence d*un scelie ou d'une porte. — L^ 
juch Moni li brizech dd poitt : les juges 
ordonn^rent le bris des portes. 

Broek , s. Broche, vei^e de fer pointue 
pour embrocher et faire r6tir la viande. — 
Rosti d^ polet al broch : r6tir des poulets 
k la broche. 

Br«eh , s. Broche , outil de cordonnier. 

— Fdd^ trd dvin on talim avou n*broch : faire 
des trous dans un talon avec une broche. 

Br«ck^, v. (Ji brock ou ji brochaie.) 
Brocher, coudre un livre sans nervure et 
le couvrirde papiers. — 5roc^^ l^z-ovreg 
di Racine : brocher les oeuvrcs de Racine. 

Br^eh^ h Broekty v. Brocher, faire 
un ouvrage k la hate; ebaucher.— BrocA^ 
n'rdb , inn kanott : brocher une robe , une 
casquette. 

Br«ckeek, s. Brochage, action de 
brocher un livre, r^sultat de cette action. 

— Li brochech koss oltan : le brochage 
codte tant. 

Br«ckeck, s. Ebauche, plan, projet , 
minute d'un travail. — iVo n'avan ko vdiou 
ki rbrochegdi s*ddcin : nous n'avons encore 
vu que Tebauche de son dessin. 

Brocket) s. Brochet, poisson d'eau 
douce qui a la chair blanche, la t^te 
longue et les dents poia tues.— Cro brochet : 
brochet carreau. — Piti brochet : bro- 
cheion.—Tiessdibrochetthnre de brochet. 

Broebeft, eftM, s. Brocheur , qui 
broche des livres. —No-z-alan mAk6 d*bro- 
cheA: nous allons manquer de brocheurs. 

Broekekr, s. Brochure, ouvrage im- 
prime de peu d'etendue , et qui n*est que 
broche. — Publit n'brocheAr so rmaladdie 
dd kromptr : publier une brochure sur la 
maladie des pommec> de icrre. — Mdchantt 
brocheUr: phamphlet, brochure iiijurieuse. 

Br««kt, V. (Ji broch.) Regorger. Voy. 

BIbroekt. 



( f ) BrMe n'ett pas firan^is. 
TOME I. 



SI 



Digitized by VjOOQIC 



BRO 



— ISO — 



BMekvrt, 8. Paiseur de ImwliireB; 
pampbietaire. 

Bi4dty s. Fessier, les fesses d& 
rhomme. — £»fi n'O't-amm sa a'MM r il 
en a eu sur son feesier. 

BrMt, V. (Ji hMMe^ no brd^Han; ji 
brddieret.) Bousiller, trayailler mi$k; sa- 
brenauder ou sabrenasser, faire 4ein- 
vers. — Kom ta brOdi dss-t-avreg la, valet ! 
comme tu as bousill^ cet ouvrage, gar^on I 

Brddfecft 6 si4dioB, s. BousiUage , 
mauvais <mvrage; fagotage. — i4f toMe 
vHau m hrddiech ind? vit-OD >a«ai» on 
tel boasillage I un tel pairouiikige oa 
palronillis ! 

BrMleU, e^M OUres*, S. Bousillear, 
mauvais ouvrier.— Ti m'd k^on brodlem b 
fknzennn m brddkress : lu n*e8 qu'un 
boasiUear, ei la covsioe «iie bousil- 
leuse. 

Br^gnA, AM, s. Boadeur, qui bomk, 
qui est m^content.— /t n^ ^ttapu vM, 
c esS't^tm kroffnAtt : je ne fais plus ohes 
elle , c'est une boudeuse. 

Brogneeii, s. Bouderie, acUoD de 
bouder, mauvaise mine, m^n teute- 
ment.— Li brognech f9»-^iMl sakai fThaiAf: 
la bouderie est q«elque chose, de d^sa- 
gr^able.. 

vregneft, s. Boudevr. Voy. bv^i^iU^ 

nr^gmtj y. (Ji br0gni no brognan,} 
Bouder, aTOir de Thuineur, dtre m^oon- 
tent, faire mauvaise mine, feire sa lippe. 
— Vo nCbr^gM, kam^Alt Mkan : vous me 
boudez , rami Jean. — / s'brognet : ils 
boudeni Fun contre Fhutre, ilasoni en 
bisbille; ils soAt daunts ^ il y a d^sonion 
entre eux. — - Brogni so $*ififUt : bouder, 
se d^piter contre son ventre, se priver 
par depit d*uiie chose utile etagrdtUe.— 
MfeummibrognA matin pof6l*pdie alnutt : 
ma femme me boude le matin poor se 
raccommoder le soir. 

BroiM9Ar, s. Brou^, bruiue, brouil- 
lard ; temps embruro^. — VOI0 n'freAlt 
brohH^ U 9*Hif: voil^ une frdde brou6e 
qui s'^l^ve. 

Br#T, v. (Ji br6Ui , no bruUm.) Broyer, 
piler, pulveriser, triturer. — JBn4 dS kh 
leitr : broyer dee couleurs.— Brol to fin : 
triturer. — Broi n^ipUus : malaxer un emt- 
pldtre. — Broi s'md : prendre Mm msl t n 
patience, se resigner . — Li skmmak brCie 
sou k*on magn : Testomac dlabore lea 
aliments. — Brdi so n'Utv di parfir : 
porphyriser. 

Bi^nr, adj. Triturable, qui pent dtF» 
tritur^ , broy^. ~ lA kinkkid d brMf : le 
quinquinna est triturable. 

BrWe, s. Broie, instrument propre k 
broyer le chanvre ei le lin ; naque. 



BRO 

ou BvMMrta^ SL Action ie 
broyer; trituration, ^tetoratioB, porpby- 
nsatioa. 

■rttMrvMy^s. Pwre k broyer,. spatnle. 

BrWeHi^, s. Egrugeor, instruaioit 
pov briaer, 6eraser, 6gni^r lateL* m 
moyeii d*un ptlon. — On k^-«^ dUpiM : 
ua ^ugeoir de buis. 

■mSM, •Am o« veM) a. Broyeur, qii 
broie; broyon , molelter tm moieeai de 
marbre taiU^ oriiatiremeDt en eftoe et 
qui sert k broyer lea coiuteun.; navhra.^ 
Oil pondeA d^Mtntn ki mdt di broki k 
notv: ua peiBtreeobhianentsqiiiaBploie 
dix broyeurs. — Brmet d^a irm gl m : 
lithotritoir. 

BriflfeAr^ 8. VbAhkJte broyte. -^ Ifili 
VbrcSiiir divmon potiktt : mcitez bt auka- 
tanee broy^ daaa un petit poC 

BroV»B. Voy. BrM«B. 

mn^y a. Cheville de bois on dafer 
pointne doni ott bouche an trolly oa^ 
laquelle on attache ooelque choaeL-- 
Stop6 an towU avou m'mk : boacher aa 
tonaeau avec une chemlle. «<- Piatt si 
chapai al brok : appendre son chapeaa i 
la cheville. — Magni to sin IH nislidu 
brok : naogor tout sans riea laisaar. 

BMk, 8. Dent d'animal, croc.«— Van 
chin k^a di brok ki ft pamu : voire mMm 
k des crocs effiroyables. 

Brok) s. Estimation, Evaluation.-* 
AstinU n'sakoi al psL kAtt on alpu bam it 
brok : apprecier eela ao ma^mom oaao 
minimum de sa valeur. 

Br«k, s. H^morrhoTdes,. dikiation de 
la veine qui aboutit 4 Tanas. — Sd krekU 
coret : ses h^morrholdea fluent. 

mn^j a. Bourdaine 00 boorgtoa, 
grand nernntn, aulne noire k baies 
noires.— £» ckerbon d'brok siev a fi il 
poAr : le charbon de bourdaine est 6B- 
ployE dana la fabrication de la poudra. 

Br«ky s. Soie d'un couteau. 

BrokA, s. Bdton fourefau; -«^ MaiJ 
voss brokk po n'naU VahtUt : pranaa vatre 
bfttOR fourcho poor aertff- le soir. 

Brakttiy s. Aliumette, brin de boia ea 
de chanvre souM par les deux bouts. — 
MarckoM d'brokal: veadeor dTallunutlflB. 
-^ Boirai d'brokal : boites d*allumettes. 
^ Gna am sMrnU d^fH ak baokal : U d> 
a pas ni^me assez de feu poor en prendre 
avec une aUumetta — On-Jhaprindrti 
tibrokal so s*vizuk : ii a le vtaage 
enflamrad. 

BMkai-di.iiforaiCy s. Chteevotie, 
tuyaa de chanvre sana Ecorce, percelle 
de ce tuyau. — F^ on fimwd dbrokal di 
biergi : faire un feu de chdnevottes. 

mwhMUf 8. Belt» aux aUuaiaMes, 



Digitized by VjOOQIC 



— iM — 



BRD 

hU ^pitteHtiam^ fitife cadets d\m beam 
porie«liMnMtles de |»ivelaiii6. 

Bf«kait, 8. Brocoh^ oboa qui noos 
meiA illteltfi. -^ ifefiil ^ brcMi f0 dind 
m jtft maik^ manger ^te JvoooUs pour 
Aon dtwr \m j^mf nature. 

tmej Brocanter, adMter, reveadre ou 
troqiiertabletta^ l)R>Dzes , xuMaaiim^ etc. 
-*ilMii» Ad fa^Hf i hrotmUtie : quel 
•ooffimeroe lait-il? il ixrocanta. 

JiMiuMiMii , .ft. iBroeantage , aetron de 
btoesjkter^ oommeneB ^e joelui qui bro- 
eatte. —I n'kkuA ki TknitmAed ; il ne 
M3t exercer qu0 te bvocaniage. 

BrolumteH, e^mm Ott rcM, &. Bro- 
omteur, oehu qui bpocaau. — d nC^ ma 
(m tMrcfcon, t^en4-^m bntktmieU : oe n*est 
pas no B^ociaDt, c'est un brocautewr. 

mrmhmm , 8. BpocheUft , petite i)roGbe ; 
cheville de bois; Debet, petit elou Ae 
bois tpowt les ccHiioDikiera. -^ MUmi tmm 
di bngMi : ^^beviUor , )oindre , assenbler 
avee des cbevilles. -— Aehtd m ptubiBo 
k WtAett : aeb«l«r ua yieil tebit cbae le 
fripier. 

Bi«iLeli, & PdiAQQB, ouiU <ie for aigu 
pour percer, piqu8r.-^l<V) irawS $aida 
(mm 00 krakH2 il faal pereer oela avee 
on poittcon- 

»M>U, V. <J!i &rol;J S'^lancer, fendro 
ttr qiialqu*un dq sur quelque chose ; 
ruer. Voy. Atap^kt. 

BiwiMaeeiy s. Gotire, twiueur grosse 
et apongieose k la gor^e, tumeiir got- 
treuse. -^Ltfmm sm jm xtii^ Akrokwcel 
U Ib-JHM : les femmes aoot plus sujettes 
au gottre que les hosunes. 

mn^kUf T« (Ji brokUdi^ m k'oktoiLj 
Sorpaaser, supplanter, devaacer* rem- 
porter no avantage mr sou eooourreut ; 
£iire la barbe. -^SilH WokU : se laieser 
daner le pion. — / s'tot hrokU par sd 
fr6jhz*idiie : il se laisae pi^dominer par 
ses propree id^. 

Bi«kt^, f. firocber, boimller« Voy. 



BfiO 



■,s. Poltron, Ucbe; boflune 
pasillamme, qui broocbe. 

mrMMktyV. (M branch on branMie,) 
Brondier, cbopper, faire un faux pas, 
lae broocbade; firire le poltron, r^iiser 
Wkd6t,^V0n4rjHninbnmcklj ci hrav 
cm U : Tous ne le fertez pas broncber , ce 
brave homnib. 

1, 8. CruchoQ en pierre* 
i, 8. Bronze, alliage de cuivre, 
d'^taii et de zinc ; airain. — JU clok «m- 
MrdiMtfttsfi fittU di branu : les clocbes 
aoQt ordinairemeat fatites de bronze. -^ 



Aw «• Mr Siikma : avoir wa iCieur de 
bronze. 

iw>Mtl f T. (JiiiraMS oujih'mume.) 
Bnuszer, peindre en coeleur de bronze. 
-*- BrM%6 n'ptmkHr : bronzer une statue. 
-~/U Vvizech branxi : il a le teiat bronse , 
f^recbamt de la eouleur du ouivre. 

BroBBe«ky s. Action et mani^« de 
broflzer, T^ultat de cetto acttoo. — Li 
pimdeil « m^kmiMi iw bronzech sovopoitl : 
le pewtne a jotoient bronz^ vob portes. 

mwmmmeAi, 6. Ouvrter qui bronze. — 
^y-z-41^ mMh dd bronzeH^ po t(hz-^uh : 
vousauree besoin <t^im artiste pour bronzer 
yos portes. 

•tms^, v. (li brostaie.) Brouter, gri- 
gnoter. Voy. Br«Bd^. 

■tTAH, s. Cbienne en chal^r; Xemme 
•erapuleuse, sans moeurs.— Noes chin a 
bHvou Vbrott : notre chien a suivi la 
d^tenne en rut 

■rofliM ou .A-Br««M, adv. A foison , 
aboDdammeot. — Ciss-^-annaie i gua de 
fi^ to broMbi : cfiXa ann6e, U y a des 
f raises k foison. 

Mrmmi^ 8. Bit>u, ^corce verte de la 
Aoix. — Fd ne^ ^h planchi avm d^ brouf 
dtgHe: ieindre^in plancberavec du brou 
deiK)ix, 

mrMifc^, T. (Ji brouflaiey no brmflm,) 
Godailler, faire ripaiile, faire gogaillc— 
Cwa feum ia «i fiplni k*a brmfld evou sd 
wiwm: eette Semme ne se platt qu'ii sc 
gobe^er avee ses voisines. 

ttrMifiMk 6 Mfuttwhkey s. Gogaille, 
ripaiile, bonne cb^re. — Li brouflech ap4' 
wrib baikA d^manech : la gogaille appau- 
vrii i)eaucoiip de m^ages. 

BMmfircM 9 s. Femme qui godaille , qui 
aimela bonne oh^re.—L^ftrou/lrewu'drcw 
mAie on paidr : les femmes qui aiment la 
gogaille n'^pargneront jamais un sou. 

ii«««Misa» 8- Brebaigne, femellc 
sterile, inf^coDde. —Mi feum t mAlu- 
reHMmn n'bnmkagn : ma femme est mai- 
heureusement sterile. — Cis$ karp la 
ess'i^nnln'ouhagn: cette carpe est bre- 
haigne, c'est-^-dire qu'elle n'a ni oeufs 
ai laH. 

mrmm^wStof s. Broussailles , dpinos, 
ronces, etc. , croissant dans des terres 
incultes; fourr^, broussailles dans un 
bois. — Moufdti di brouhaie : fagot de 
broussailles. -^ BoU Alt triviei d^ broukme : 
passer au travers des broussailles. 

BMttlmui 6 Br««liellr, s. Bruine , pe- 
tite pluie fine et froide. — Kwm rbrouhenu 
Urei Ummaie i lUrei Vtolo : quand la bruine 
aura cess4 de tomber, le soleil luira. 

BMvkt, s. £coufle, milan, busard» 
l^ase, oiseau de proie. — U brouM no-zr^ 



Digitized by VjOOQIC 



162 



BRO 



BRO 



hap6 n*p&ie : T^coufle nous a enleV6 une 
poule. 

BroukiB^ 6 Br«iiiiB^, V (Ibrouhmu , 
i breuhindf.) Bruiner, pleuvoir l^6pe- 
ment. — // a hrouhind to Vlon ddjcu : \\^ 
bruin^ toute la journ^e. 

Broahlneeh, S. Bruine. Voy. Bro«- 

Br^ukiM, s. Broussailles , epines , 
ronces, etc. — Ci tCd nin on boi^ soulay 
ci n*d k'dd brouhiss : ce n*est pas un bois 
cela , ce ne sont que des broussailles. 

BroaTe, s. Brouille, brouillerie, d6- 
mfile, querelle, differend; m6sintelli- 
ligence, disunion, dissension. — Gna- 
t-awou de brouie intl zell : il est survenu 
des querelles entre eux. 

Broftk^to , s. Surannee. — Berbi fe'd 
broUkdie : brebis qui est trop vieille pour 
porter. 

BroakcM 6 BroukUs, adj. Sombre, 
obscur, qui n'est pas ^clair^; t^nebreux. 

Bro^klan, anu, adj. Brtlilant, ardent, 
incai^descent.— BrotWfln/^^/>lto:cmpl§tre 
escarotique. 

Brofti^, V. (Ji broHl,) Brtiler, con- 
sumer par le feu; jeter au feu.— BroM 
del hole, dd boi^ d& papt: briller de la 
houille, du bois, du papier. — Bro^U 
n*fnohonn: brAler, incendier, embrdser 
une maison , la r^duire en cendres. — 
Broitl6 a crahai : carbonisd , calcin^ , 
amen^ k Tt^tat de calcination, de carboni- 
sation. — D^ pan bro{d6 ; du pain brftl^ , 
du pain trop cuit. — LifeHa brouUn*pess 
fot di m'sdro : le feu a fait une brOlure h 
mon sarrau. —On trd Wt broHU : un trou 
de brOlure. — On-z-oii in sakoi ki broHl : 
il sent le brOld. — Li sop sawe^r li broHU: 
la soupe a un goOt de bhil^. ~ lA main 
hi It broHlet : les mains lui brtlilent , lui 
cuisent. — Li tiess mi broiUe : la t6te me 
bout , me cuit. — Ld-z-oHle mi broMet kom 
dd feU : les yeux me cuisent comme du 
feu. — BroHU dd kafet, del sSkorHe, dd 
laton : r6tir, rissoler, torrefier du caf^, 
de la chicor^e , du son. — BroiU6 dt 
brandvin d'Franss: brtller de Teau-de-vie, 
y mettre le feu avec du sucre. — Braille 
delpdk kwan i ionn : brOler du buis b^nit 
quand il tonne. — Bim6tt ki broHi : medi- 
cament cathe^rdtique , escarotique, sar- 
cophage. — BroAU Vdm : brAler la cer- 
velle. — / /a d'Vair po fd broiU6 n'sakoi : 
Fair est necessaire k la combustion. — 
Lipaiky li daguet, li so^f^ li seek boi, to 
soma esS't-Ahdie a broM : la poix , le gou- 
dron, le soufre, le bois sec sont tr6s- 
combustibles. — Gna dd pit Won n'sdre^ 
broUld : il y a des pierres qui sont incom- 
bustibles, qui sont douses dlncombusti- 



bilit^.— Siu-Lonn a Hu bwiU so (mri$im: 
saint Laurent a et^ brA16 sur ub gril. - 
BroHU Vkou: quitter, abandonner quel- 
qu*un ; s'epouffer. 

Br«fti^, s. De Fargent, des vivres, oe 
qui est indispensable k la vie. — 0* pk 
dial f& k'onveur po wangni dd broM : m 
pauvre artisan doit travailler pour pour- 
voir k son existence. 

Broftieek, s. BrOlement, action de 
braier ou ^tat de ce qui brftle ; ustion, 
combustion, dc^flagration , ignition.— Li 
broiUeg dHnn ak m'a fait pieU in rinU : le 
brOilement d'un acte m'a fait perdre uoe 
rente. — Bro^Ueg db kafet : torrefadion 
du caf^. — BroiSdeg d'inn pUHe .-cauteri- 
sation d'une plaie. 

Broftieft, s. BrAleur, qui fait briiler.— 
BroiUeC d'mohonn: brtileur de maisons, 
incendiaire, bandit, vaurien. — Bro^Ui 
d'inn brandvinnrdie : ouvrier qui diiliile. 

Voy. ChAfeft. 

BroAieftr, s. BrOlure, action du feu. 
sa trace. — On veH Vmark del brodiki^' 
on voit la cicatrice de la briilure. 

Brofti-ffueAie , s. Couft tuyau de pipe. 
— LouH don ci rtnt avou s'broHl-gue^ d 
bok ! voyez-donc ce vaurien avec son sale 
tuyau de pipe dans la boucbe ! 

Broftit, s. Boue, crotte, margouillis, 
patrouillis , bourbier. -^Urowaon pliail 
di broUli : les nies sont tr6s-bououses. - 
E88 to spiti d'broUli : 6lre emboue , lout 
convert de boue. — Toum6 dh^in Pbro^ : 
tomber, se flanquer dans la boue, dans 
le bourbier , dons la fange , dans la misere. 
—AfoncS dvin VbroiHi : s'embourber. - 
Kijttd d'broUli : embouer , couvrir de 
boue. — Sdchl foU dd bro^i ; tirer de la 
boue, d^bourber, dep^trer d'un bour- 
bier, d*une emigre; desembourber , tirer 
de la mis^re , d'embarras. — LH dvin k 
broiUi : laisser dans le margouillis, dans 
Tembarras , dans la peine. — / Tfl to 
k'eind dvin U broiUt : il Fa traln^ dans la ' 
boue. — Chdron A broAlt : boueur. 

BrooiUr, s. Brouillard, brouce, temps 
embrume. — On spet brouli&r : un epatf 
brouillard ; brume , temps brumeux. — 
Flairan brouMr: brouillard puant. — 0» 
broulidr ki s'tlif, ki torn : un brouillard 
qui s'^l^ve , qui tombe. — Li brouUdr 
UyAnrt-t-ii plaif: le brouillard tomberaen 
pluie. — K6 broulidr ! on kapret dd M- 
patnn : quel brouillard ! on prendra des 
grives. 

BroaiioB, s. Brouillon , 6bauche, mi- 
nute, ce qu on 6crit d'abord sur le papier, 
pour le mettre ensuite au net; plumitif, 
esquisse, essai. — F6 fbroulion d%n 
ovrech : faire le brouiUon, Tcsquisse, le 



Digitized by VjOOQIC 



BRO 



153 



BRU 



canevas d'un oovrage; esquisser, mi- 
nuter, 6baucherun oovrage. — Broulion 
d'on dtcin ; crayon , minute d*un dessin ; 
pochade. 
BroHimiv, s. BrAIement. Voy. Kroll- 



BroMo, s. Brdlot, navire rempli de 
matidres emflammables pour incendier 
les valsseaux; homme de parti, boute- 
feu ; aliment forteraent sal^ et poivr6. — 
Gmve^ trinte balai d si broUo : il y avail 
trente bateaux et six brdlols.— M ar^ 
montagndr ! c'ess-t-on vraie broUlo : quel 
enrage montagnard ! c^est un vrai brOlot, 
un incendaire — Voss tiess di vai , c'este^ 
kom on br(M) : votre l(5te de veau ^tail 
comme un brAlot. 

• Broumeih, eikM, adj. Nf^buleux, obs- 
curei par les nuages ; sombre , couverl. 
—Li tin d broumeU : le temps est nuageux. 
D6 hroumeHzd steHl : ^toiles n^buleuses , 
dont la lumidreest faible, terne. 

Brosmeftr, s. Bruine. Voy. Broheftr. 

Brstnwaeh , 8. Brcuvage , boisson , 
liqueur h boire. — Brouwach am&r^ dpoi- 
zon6: breuvage amer, empoisonn^. 

Br««wet, s. Brouet, bouillon, breu- 
vage, jiis, fluide. — Brouwet d^trip : eau 
de houd'in. — Brouwet d'jott:etiu de chou. 

— Brouwet d^kach : eau de pommes ou de 
poires tap(5es : mauvais liquide, lavage. 

— Brouwet d'preunn : jus de pruneaux.— 
Brouwet d^tindeH : bain de teinturier. — 
Lon brouwet : discours long et diffbs. — 
Ji so kom on brouwet d'vai : je suis debile , 
j'ai la t^te affaiblie. 

Br«awtr, s. Bruydre , petit arbuste 
qui erolt dans des terres ineultes et 
stdriles , lieu od croissent ces arbustes ; 
landes, brandes. — Po-awi/^ di Jalhai a 
MAmmdMe , i fU pac6 dt fameau brmiwtr : 
pour aller de Jalhay k Malmedy, il faut 
traverser de vastes bruy^res. — Cok di 
brouwir: coq de bruy^re", grianneau. 

Brouwc^, V. (Jibrouwiaie,) Barboter, 
avoir frdquerament les mflins dans Teau. 

— Mi feum a brouwt^. to Pdmatin: ma 
femme a barbote toute la matinee. 

Br8)iiwt^,v. Ivrogner. Voy. Bnri^ e 

Bi*«fi^te«ii , s. Action de barboter 
dans Teau. — Cess-t-avou Vbrouwtech ki 
fa hap6 m'moihnai : c'est k force de tri- 
poler avec les mains dans Teau que j*ai 
attrap^ mon coryza. 

BroAs^, V. (Ji broAzaie.) MAchurcr, 
barbouiller de noir. — Pa, v'Z'Uv6 voss 
vizech to broHz-i : tiens ! vous avez la figure 
toute mdebur^e. 

BrouBiB^ , V. (Ji brouzenn , no brouzi- 
nan.) filre d'humeur sombre, 6lre morne. 



pensif. — ICa noss wtzenn? i m*sonl kd 
brouzenn : qu'a notre voisine ? il me 
semble qu'elle broie du noir. 

BroaBineek, s. Humeur sombre, m6- 
lancolique. — Cess-t-inn anoie^ konpir 
avou s'brouzinech: son humeur sombre le 
rend un ennuyeux personnage. 

Br«iiBiiic»6, euss, s. et adj. Celui qui 
a Fhumeur m^lancolique. — E:«« brouzinetL 
d'akoustumanss : 6tre morose d'habitude. 
—Avu n'haidv bi'ouzineUss tofmr i i'koulaie 
di s'feA : avoir constamment an coin de 
son feu une femme d'humeur boudeuse. 

Brosd^, V. (Ji brozdaie,) Broder, tra- 
cer k Taiguille ou au crochet des figures 
en relief sur des ^toffes; Usurer, broder au 
plumetis. — Brozdi on neret : broder un 
mouchoir. — Brozdd d tabeur : broder au 
tambour.— firo«f^ aboss : broder en relief. 
—BrozdinHstoir : broder une histoire , un 
conte , un r^cit , Tembellir , Tamplifier. 

BroBd^, V. Brouter, ronger, mordiller, 
corroder. — Ld sori on brozdi to-t-atoil dt 
pan: les souris ont rong^ le pain. — Ld 
gatt brozdet It j&nn jet dt h^e t di bonbon : 
les ch^vres broutent les jeunes pousses 
des haies et des buissons. 

BroBdeek , 8. Mani^re de broder , art 
de la broderie. — Ci brozdech la vA bin mt 
k'Pdit: cette mani^re de broder vaut 
bien mieux que Fautre. 

BroBdeft, remi, s. Brodeur, celui qui 
brode; amplificaleur. — PoirtS n'sitof 
amon Fbrozdress : porter une ^tofffe chez 
la brodeuse. 

BroBdeih, s. Rongeur, quad rup^de qui 
a des dents particulidrement propres tVon- 
ger.— Lt spirou , les rat , c"t dt brozdeH : 
les ^cureuils, les rats sent des rongeurs. 

BroBdeftry s. Broderic , ouvrage du 
brodeur; lis^rage, lis^r6. —Gnadtbroz- 
dear tO't-avd ciss s6te In : ceHe soie est 
toute couverte de broderies. 

Bra, s. Bruit, SOU ou assemblage de 
sons; rumeur, tapage. — Mini dd bru: 
faire du bruit, faire esclandre. — Li vin 
e rtonir mint bnikd d'bru : le vent et le 
tonnerre bruyaient fort. — Ce-z-tfan la 
minet trop dibru: ces enfants-lk sont trop 
bruyanls, ils jouent trop bruyammont(0. 

— ti bru dt'Z-otib : le bruissement des 
vagiies. — Ess foA dt bru : Olre loin du 
bruit. — Sin ft dt bru : sans bruit. — Li 
brn koHr : le bruit court, il se repand un 
bruit. — Ft kori di bru, tapt Pbru foil : 
semcr, faire courir des bruits; ^bruiter, 
divulguer, rendre public, donnercours. 

— Fd bru : faux bruit, bruit mensonger, 
nouvelle de basse-cour. — / n'ainm nin 

( I ) Mener da bniit n*Mt pas ^nfals. 



Digitized by VjOOQIC 



BRU 



-IM^ 



BUC 



bruiU 8*11 Hie l6 fail. ^ VManWhtmom^ 

mmt pu i'h» ki M mik U s'tmket ; 4iK 
p^«ooae9 qm parlen^ foirt ptoa 49 binM 
que dix milto <ivt ^ lai«i^, 

vr«99i i 9. Bn^c^Uai, yiil0 ^j^ilAte du 
roy^uma 4I9 Belgique, h 9 myruundtrea 
de IWge. Pop, i80,QQ0 tobitooto. Sup, 

«r«e^iiiir, 8. et odj. Prnx^Ilojif, te]>ir 
UQtd«Bru)(«Ue(»(t). 

prfMP9i»Piiiif adjt Brnn. da <2(CHU6ur 
Urant sur Le rK>ir. -- Z)^ ^n 4ra; du 
dr«p bnip, — D^ hemm Mlof: ^k)ffe 
bjruw. -rr ifi $f4r es9-/^Mi /ranoi; ma 

brun t il <K>Eam0P00 b f^iro bnip, la ouii 
approche. 

PmnlUiy adj. TiraQ( 0ur 1^ brun, gris 
bruo, — fitkui ^ni9id^; niban brpn <!Air. 
'^ SUofbnmdtt : 6ioflfe de ooulejir bruoe. 

Bra»6ftr, 8. BmiAe, Voy. •f«M*jr 

BnuiM, y. fJHfms» ou jibrmkaky nQ 
bruskan,) Bru9qiier , offeoser quelqii*un 
par des paroles mdes, iQcjsivay; bfuta- 
Jwer , Mter, pr^ipiiar. -^ C«iN-{»i ^^ 
idr Id bruBkaie to l*m<mU : c'wt un *U^ 
grossier qui brusque tout ie monde, -- 
Sm$k^ ravkUeiff bruwiu#r ravewUire, 
prendre bru^quemeut son parti, au faia>- 
ftard de ce qui peu ( arrjver. 

Brnskeeii , s. Brusquerie, Yoy* mrfm 
fc»*ie. 

BriMiiHBim, adv. BrasqueiB^pt, d'une 
piani^re brusque; bnitalement , grossid- 
rement. — AraM n^it^ki bm^k^im : ac- 
ooster, iaterpeller qiielquVo brusfue- 
meni; l*apostroplier. 

BfnMk«iii»9 3. Laioe qui porta sa 
couleur. 

BnwkvMei s. Brusquerie, quality de 
oe qui est brusque ; brutality , grossidret^ ; 
aurprise. — Ji flnlrirtHim^k6 per fit brue-^ 
krHe : je fus d^oneert^ par 3a brusquerie« 

Kr«M, 8. Brusque, prompt etrude; 
vif , impiStueux. — Ci kanpAr la * tre brum 
divin»d9Mnir : ce gaillard est trop brusque 
dans ses mani^res. Voy. m*«kiaiMi. 

BrftUi, adj. Brutal, tenant de la b^ 
brute ; bourru, grossier, violent, emport^, 
farouche , rudftnier.— -C'ew-(-<m orahU W 
91 brMl! c'est un oharbonnier qui est 
d'un caract^re si brutal.— Oume^ bru- 
tdie : humeur brutaie. 

BrAfMtoi^, e. Brutality, vice ivt brutal; 



waU( 



I ) Ne pniDonoez ai Bruk$d ni Mruk$ehii : Ie mot 

Ion ei Ie mot teaftip pM ^ mbm vrmmMlQ^' 



fom.'^Sibrm^M^ltfm bmMfiamm: 
m brutality lui fatt beaueoup d*e«iieAi». 

BrAiAiiB^, V. (Ji briU&Us8oujibr^UUi^' 
mt^) Brutali^er. ovUrager ^^ii^w par 
des paroles dures et brutales ; Ie rudoyAr, 
1b violenter, Ie bruaqiuar. ^ iC^ ^afn^u 
chin! i brMUzak to rmomtt; coBMoe il 
e3t bargneux , ii brutalise tout la monde. 

Br^iMmia, ady. Brutalement, avec 
brutality, avec «3wai^t<, viotenoe- — 
BefipwU br^Mmn n*$akt: r^tidm brv- 
talemeot ii quelqu'ua. 

vHiCMk, a. Bruisaameaty bourdaiu»e- 
»ent. -^ Li breech d^Zronb ^ IMsfi : Ie 
bruissement des yaguea de ia Meuae. 

Br*ii , V. (Ji brMHe m ji briUih^ no 
kiUan,) Bruise, ronire aid bou coofus. 
-^On^^rcUf br^ti Vvw ^ FUndr; on eatw- 
dait bruire Ie v^eat et Ie tounerre. 

BrMUi^9 v. (I brUetin , > brmiSf.) 
Courir un bruit, U*aQ$pirer dana Ie public, 
parler aourdement de queji^tie ^bo^e. — 
Onrz^U br^tM; il transpmra a^elque 
cbose. 

BHMipeeii^ a. Bruit soufd et cache, 
rumeur. -^Gm d^ dr^l 4i Mitm^ 90 
I'tapisg: d'^uaogaa rumeurs eiroulent 
dana Ie public. 

mwQU, 8. Brute, aaoJnuil priv^ de la 
raison; grossier, stupide. — Ta ^ p^ 
ifm k^nn bnUt : Mi as auaai peu de bon 
sens qu'ime brute, 

PnMi, adj. Brut, qui n*eat paa poll, 
qui est flipre et raboteux, ^ PW bhut : 
pierre brute.— Dd ^rtU^mailr; nani^res 
brutes, gpossi^raa, ^^ouk WM; mos- 
couade, aucre brut, aucre oon raflln^r 

BmH, ad. Brut, eompris Temballage. 
— Cm ** eTJIwfl^ , pM fentf/ : cent Ulo- 
grammea 4e pomives de terra, poidabnit. 

BHiii, s. Hoi et dame de mteie cou- 
leur, terme de jeu de cartes. ^Bel brMt : 
roi et dame d'atout. —WW briU : vaiol 
et dame de mteie eouleur^ 

mmsl, a. Braise, cbarboa de boulan- 
ger.-^SiporvetrMbrwanmmbolgi: 
acheter de la braise ebez m boulanger. 

ii»ii9«, Brfeii, Voy. jteM^Mmil. 

■niBiiUBB, adj. Br^ilien. ^JUrM 
BruzWAnn : cuir bf^ilien , euir du BrteiK 

m«eii^, y. (Ji buck, no bnchan.) Bucber, 
fa^nner des talons de bois, leur doiiner 
une forme r^li^re, Elegante.— jU koipki 
n'on pu mtzAh dt bucM ; lea eordoouiers 
o*ont plus besoin de fa^nner dea talons 
de bois. 

B«e»»^, a. Action et m^i^^e de 
bucher, de fagonner les taWoade bois. 

mmtihn^., a. Celui qui bQcbe« qui Ta- 
(Qupe lea tolona i^ M»^ 



Digitized by VjOOQIC 



BUK 



— 155 - 



et d^penses SHtaeHe^ pp^n^es de 
I'ttsI, d^ine proviiiee, d'uoe eonoume. 
-- Brid IMiet : chf«8Mr, ^Ubtir le bud- 
get. — SktMkfMmHh fifdpH bw^el, mi 

si €ha(fue »^nag» MMissmI soo petit 
bvdgei, OD ne se trouverait jamais en 
deficit k la fin de rsnji^. 

■•f, s. Bufie, etpdee de bcraf qui a 
]es cornea reovera^ ; bubato. — I&nm 
imf: buffletin.— Air di tmf: cuir debuffle, 

Bnf, s. Rebuffade, maiivai» aoeueil, 
reAia accompagn^ de j^avolea acerbea et 
d^acUoaa de m^pris. ^Uastm ndHf la a» 
fame^ buf: il a ^t^ recetour b ane fi^re 
rebnffiaide. 

B«SM, 8. Buffet, esp^ d'anMoire pour 
renfermer le pain, leviOt la vaisselte et 
le liDf e de table ; buveito. ^ tHbgmi 
VMstt dresaer la buflbt.^Bi^l <fdr: 
buffet d^orguOt menulserie o<l sent reo- 
ferm^es les orgues; petit orgue tont 
eoiier. 

Bttttv^ie, s. Bvfletarle , partie de X^- 
quipement du aoldat ^ en baffle ou en 
cuir. — Uvrtmgu di b^rUa: fourntture 
de bnllleterie r de feurmoient^ 

■ak 9 a. Bugle, plante hibite, ^ rejela 
rampants.— Oil (fhif ki rbuke$teA inw pa 
U mceitr: on disait que la bugie^laitun^ 
ben TubL^ratret 

B«i, s. Bulle, lettre do ^ape enp^ii^ 
ea parebesbii et aoeU^ en pkxoib; rcB- 
crk, Bonitoire ; investiture. — 14 PAp 
m dd publit n'M: le Pape Tieol de 
publier , de fulminer uiie buUe. **< Uv 
on rigiu tk M : builaira 

Bwithfr, a. BufieCin, petit billet, aitf- 
frage donn6 par 6crit. — BuUm- di rtm : 
bulletlB miL — BuUin dei ffranit inum : 
bulletiB de la grande ann^, proclama- 
tion de Napoleon premier.— JM^iii d^hi: 
bulletin des lois. 

BaamaMy 8. Bonne nuit Voy. bmi- 
mmtt. 

mmwwoammi a. Buraliflte, pr^pos6 k un 
bureau ; commis , employ^ , fease^eahier „ 
gratte-papier.— Ld^urooa^/Sil^ JmpHadd 
ktt: les buralistee font les eo^a dea 
lettres* 

B«r*tesB. Yoy. B i ll dt a ite . 

BardiemB) s. Bupdinne, oeniBune du 
canton d'Ayennes, k ii kil. de May. Pop. 
4,030 habitants. Sup. 855 beet. 

B«r^lHi^3Ee, 8. Buratine , popeline 
dont la cbatne est de soie et la trame de 
grosse laine.-**£<f moMiKadifttfMiri^: 
dUev^ue de buratine. 

B«rim, s. Burin, instrument d'acier 
pour graver aur le& mi\A\a.^(Jtvr€Qkfai 



BCR 

& kirk^ .« OQwage f^it av bunn. — lA 
burimd^4^itkfirr le burin, la pmasance de 
riiistoire. 

BnriB^i V. fJihvrenn ou/i thtrvnak,} 
Buriner, Iravalller a\iee le burin, au 
burin ; grarer.— Bwrini dt fiuJt : buriner 
dea ftiaHs.— // • iCikrvtwr *V cwm HrvMM : 
il a une ^Hare qui est comrae burin^, 
qui approcbe de la perfection. 

BmrhMok , a. Bunn, mani^re de graver. 
Cem-Um grawi^ k"a oh diUkait burinech : 
c^eat un graveur qui a le burin d^lical. 

BvHneH , 8. Cehit qui gme au bcrrin. 
— It kn0h dd bm buriie^ : je connaia de 
bons graveora au burin. 

BnrieM, ^, Burleaque, qui eal chme 
bouffonnerie outr^e et hors de nature; 
cemique, drftie, risible, divertiasanl. — 
Dd i^Birmm bmrkn : dea jurements bur- 
lesques.— IAMfceilrft«rie8»: accoutrement 
burlesque. 

■ttgi ^ i iiiy adv. BorleaqiiemeRt , 
d'urie maai^ burlesque; eomiquement , 
df^lcoMit, riaiblement.— £1 iVj^aaloie 
icdi burhimitiz elle s*aeeoutre to^jours 
burleaquement 

BmnOM'BMliB, 8. Cbarpente d*tin 
moulin, ^ JMa. on bumA^m^lm jk"^ M- 
cfon : roil^ me ebarpente de moulin qui 
meaace runne. 

Umrmmm OU BnnUMy adj. Tirant SOT 
le brun. — Voss sitofd bwnMt, H WMb* i 
burmm : votre ^toffisi et son vaioafa tifent 
siv le brun. Voy. BraaeM. 

Bmraety •<«, a. et adj. Brunet, dimi- 
nntif de brun; moricaud.— Mi lamiiM^ 
ess-d'inn immett : ma bonne amie eat une 
brunette, elle eat bise; c'est un petit 
pruneau , un pruneau relav^. 

BMiMiy VL (/i bundh,)' Brun#r, resdre 
de* couleur brwae; polir, Hsaer. — Yo 
jvet esti bhn , min i kminci-t-a burnt : voa 
cbevevx toient blonds, mais il» con- 
meneent k brunir. — Di Mr bumi : 
beurre roux. 

Bmike«fc, 8. Bnmissage, action de 
brunir, ouvrage du brunisaeur. — Li 
bumiheff di Vadr : le brunissage de Taeler. 

Bnraiibeery a. Buinisaeur, artisan qui 
bntnit la vaisseRe; bruniaaoir, dent de 
loup; instrument poor brunir les mdtavx 
et pour les polir. — Fotrlidi kwi d'drgvn 
& bundhi^ : porter dea cuillera d'argtnt 
cbez le brunisaeur. 

umrmwkm^w^ a. Brunisaure, fa^on 
donn^ aux ^offi&s pour adoucir et fondre 
les teintes; poll dun ouvraffe qui a M 
bruni. — f(h9-aidmr4 Me li buri ihei r di 
ctB-t-oaracit fo:vou8 gAterez toute la 
brunissure de cet ouvrage. 

Bnme , eii , a. Morioaad , qui a le teint 



Digitized by VjOOQIC 



BUS 



— 156 — 



BUY 



bnin. — /^ rkmoh tdn^ c'ess-i-on Immo : 
je le connais bien, c^estun moricaud.— 
Vola n'binamaie pititt bumoU : voii^ une 
petite moricaude bien gentille. 

Bard, s. Bureau, lieu destine k y tra- 
vailler h certaines affaires; comptoir; 
table avee pupitre. — Li burd dd rdveU: 
le bureau du receveur.— SiArir »oo» burd: 
^tre employe dans un bureau (i), occuper 
remploi de buraliste, de commis. — Burd 
dt chin : bureau pour la taxe des chiens. 

Bartai, s. Petite bure; voie, conduit 
a6rif6re.—- Gntf drdinairmin on burlai adl6 
n'houlr : il y a ordinalrement un conduit 
a^rif^re annexe k une houill^re. 

Bart^, V. (Ji buriaie.) Buvoter, boire 
frequemment pendant la journde ; cho- 
piner, pinter, gobelotter, grenouiller.— 
Lt paizan burtei volU Id dtmegn : les paysans 
airoent k buvoter les dimanches. 

Bnrieeh, s. Habitude de chopiner. — 
Li buriech eas-t-ijin laiit akousluMonss : go- 
belotter est une mauvaise manie. 

Burtei, s. Bretelle, tissu de cbanvre 
ou de 01 pour soutenir un pantalon, pour 
mettre k une hotte ; bricole.— F^ ralongui 
dt bwrtel : faire allonger des bretelles. 

Bar«eft, re**, s. Celui qui a Thabitudo 
de chopiner. — Ld burteU t U burtresg ni 
valei nin n'ptnaie di snouf: ceux et celles 
qui ont Thabitude de grenouiiler ne 
valent pas un zeste. 

BwikaTn, s. Biscayen, balle de fonte 
ou de fer, de la grosseur d*un oeuf , pour 
la charge k mitraille. —^ Li p6v dial a ilu 
Umw6 d^on kd d'buskatn : le pauvre diable 
a ^t^ tue d'un coup de biscayen. 

«ii0k^, V. (Ji buskaie,) Busquer, 
mettre un busc. 

Bwikeeh, 8. Bocage. Voy. B<mAm«Ii. 

BwikiB, s. Bisquain, peau de mouton 
en laine. 

Bn^kint^ , V. (Ji busUnlt ou buskintaie.) 
Donner le bouquet , f^ter quelqu'un , 
c^l^brer sa f^te , lui faire un present. — 
CesS't^nie Sintt'Bdbetty no buskinUm 
m*mam : nous avons aujourd*hui Sainte- 
Elisabeth , nous offrons le bouquet k 
maman. — Pa bu8kinl6 n'feum hdlainn d 
m^hantt , pr^zenti li on kouitchAsa : pour 
f^ter une femme imp^rieuse et m^chante , 
offrez-lui une culotte. 

Buskinieeky s. Presents ofPerts k 
quelqu'un le jour de sa f^to palronale. — 
Vola on buikintech fat avou bin d^ go» : 
Yoilk une ffite donnde avec beaucoup de 
goAt, avec art. 

BMiktr, s. Busqui^re, endroit d'un 
corps de jupe otx Ton met le busc; cou- 

(i) N« ditet pit ; Mf IM bureau. 



lisse pour mettre le busc. — Rake^ li 
buskir : recoudre la busqui^re. 

BwikHw, s. Biscuit, pain cuit deux 
fois ; biscotin. — Dd novdU buskUtt : bis- 
cuit frais. — U buskiUt di Mdstr^k son 
rnomaie : les biscuits de Maestricht sont 
en reputation. — BuskUti roidl , busk^tt 
di souk : biscuit sucr(^. — Dd krohianU 
buskHtl : biscuit croquant. — S'tbarki sin 
buskHtl : s'embarquersans biscuit, entre- 
prendre quelque chose sans prendre les 
precautions ndcessaires. 

Bom, s. Busc, lame d'i voire, de boi 
ou de baleine pour tenir un corps de 
jupe en etat. — Mett on buss : mettre un 
busc , se busquer. 

Bum, s. Sorte de biscuit. — Be^rimn 
goit to magnan on buss : boire la goutte en 
mangeant un biscuit. 

Bom, s. Buste, la t^te et la partie 
superieure du corps. — Li buss da Grdtri^ 
da Andri Dumon: le buste de Gretry, 
d'Andrd Dumont. 

nham, s. Tuyau, tube, cylindre, con- 
duite.— Bite« di stoAf: tuyau de poele(«). 
BUss di bottle : col , cou ou goulot de 
bouteille. — Kac^ n'bilss di botHe: egueu- 
ler une bouteille. — Bi^s di kdr : boyau. 
—BUss di bawnett: douille, manche creux 
d*une baionnette. —KUabUss: cleforee. 
— Kann-a-bdss : sarbacane. •— JI t todi 
sofld kom foUL dHnn bUss : il est toujours 
d*une grande propret^. 

BBscikiap, 8. Plastron decordonnier. 
Meit si bustiklap : se plastronner , mettre 
son plastron. 

Blktin, s. Butin , argent, hardes, bes- 
tiaux qu'on prend sur les ennemis ; pro- 
fits , acquisitions , richeases. — F^ tU 
butin: butinor. 

Blit4r,s. Butor, homme grossier ei 
stupide; buse, maladroit, lourdaud. — 
Kd biU6r^ com il a brddi soula! ie bQtor , 
comme il a bousill^ cela ! 

Bnii, s. But, dessein, projet, ce que 
Ton se propose. -- Kwan i di soula , c> 
kHl a s'buU: quand il parle aiasi, c'esl 
qu'il a son but. 

Bac«-*-ka«i, adv. But k but, egale- 
ment , quand la perte est 6gale. — Jow6 
butt-a-^mtt , jow6 a butt : jouer but k but , 
k billes pareiUes, k billes egales. 

BBtt^B-kian, adv. De but en blanc, 
brusquement , inconsiderement. — I H 
dtri dbutt-an-blan k'il esteHrt-on calin ; 
il lui dit de but en blanc qu'il 6tai4 an 
gredin. 

BavAk ^BavAT^adj. Buvable, qu*on 
pent boire; potable, bon k boire. — N099 

(1) n ne Tait pat dire : la ku$e d'un pofle. 



Digitized by VjOOQIC 



CAR 



— 157 — 



btr t hovaie^ el n*d pu buvdb : notre bidre 
est event^e, elle n'est plus buyable. 

BaT«ie,s. Libation , .action de boire 
du vin largement. — Vola rdial buvaie ! 
Voilk une copieuse libation. 

BuvAB, amu, adj. Buvant, qui boit.— 
Ell t bin buvarUt d Hn magnantt : elle est 
bien buvante et bien maogeante , c'est-^- 
dire en bonne sant^. 

BBveft, edM OU BeHroM, S. Buveur, 
adonn^ au vin ; biberon. — Grigd ess-t-nm 
bon buveU : Gr^goire est un bon buveur. 

Bftsai, s. Petit tuyau ; petite sarbacane 
en sureau ; chalumeau. — So/U dd bech 
avou on biUai : lancer des pois avec une 
petite sarbacane. 



CAR 



Biksai , s. Gosier, trach^art^re, canal 
qui porte Fair au pouroon, pomme d'Adam, 
OBsophage. — /Wpd VbUzai: couper la 
gorge , tuer , masacrer. — Bilzai d'mou' 
Um OU d^vai : bout saigneux de niouton 
OU de veau. — /^ n-n^ajmkA bUzai ; j'en 
ai pris jusqu'au gosier. 

BikMii, s. Douille, par tie creuse et 
cylindrique de certains instruments. — 
Li bUzai dHnn pdl : la douille d'une 
b^che. 

B^eu, s. Diminutif du precedent, 
fiche , petit tuyau. — BUzett di fizik : 
crapaudine, tuyau dans lequel entre la 
baguette du fusil ; porte-baguette. 

BiiBieUr, s. Tube d'une pompe en bois. 



N. B. — Beaucoup de mots commencant par € sont rdserv^s pour la lettrine 



c, 8. C, troisi^me lettre deTalphabet, 
deuxi^me consonne ; lettre numerale ou 
chiflfre romain qui vaut cent. — On gran C : 
un grand C , un C majuscule. — Onptic : 
un petit c , un c minuscule. 

fa 9 int. et V. AUons! donnez.— Qa, 
rimS-mel : aliens! rendez-le moi. 

CallL, s. Jeu. Voy. Gi^leHr. 

Calk, 8. Geai. Voy. BickA. 

caikeiH) s. Pinson des montagnes; 
pinson d'Ardenne. 

caiiLioki, s. Goqueluche, toux con- 
vulsive qui attaque principalement les 
ent2ini»,—Lip0fpitidsimalMtdel caikioAl! 
ce pauvre enfant est si accabl6 de la 
coqueluche ! 

fAtBB, s. C^ne, souper que J.-C. fit 
avec ses ap6tres la veille de sa passion. 
— Apr^ Voainn^ li Bondiu lava Id pi a 
st-z-apdU : apr^s la C6ne, J.-C. lava les 
pieds k ses disciples. 

CaIl , s. Poign^e de main. -— Fim cak , 
mfi! donnez la main, petit ami, tou- 
chez-lk. 

CAkA, s. Colin-maillard, jeu oCi Tun 
des joueurs a les yeux band^s et poursuit 
les autres ; nom de ce joueur. — Jow4 d 
cdkA : jouer h colin-maillard , au colin- 
maillard. 

cAeA, s. Cancans, bavardage oix il 
entre de la m^disance ; comm^rage. — Vo 
fS bin dd cdkApo rin : vous faites bien des 
cancans pour rien. 

Cakaffol^le 6 Caeafan^le, S. Caco- 
phonie, confusion, quiproquo; rencontre 
de syllabes ou de paroles qui forment un 



son d^sagr^able h roreille. — Av m/Ue 
diou n'sifaitt cakafoMe? ouTt-on jamais 
pareille cacophonie ? 

cakai, s. Groupe, reunion, rassem- 
blement.-— On flfTO cakai d'gin : un groupe 
nombreux de personnes.— Cakaidi steHl : 
constellation, groupe d'6toiles fixes. — 
Inn feum ci n'd rin , ded c^ess-t-inn sakoi , 
treC fd't-on cakai , t kwatt c^iiVdial to fai : 
une femme n'est rien , deux sont quelque 
chose , trois forment un caquet , quatre 
font le diable en personne. 

cakftt, V. (Ji cakdxe.) Crapuler, fre- 
quenter la crapule, la racaille.— On mdi/a 
snjei ki n*fai k'cakdtjoU et nutt : un mau- 
vais sujet qui ne fait que crapuler jour et 
nuit, qui s'encanaille compl^tement. 

cakflVe, s. Crapule, femme de la lie 
du peuple ; vile populace. — IfaU nin 
avou U bdcel la, c'ddd cakaie : ne hantez 
point ces filles, ce sont des crapules, 
des femmes m^prisables. — Govemdmin 
d^cahue : ocblocratie. 

cAkaie, s. Dose, loquette, cuiller^e, 
pellet^e.— Cdfcaie di sirOp : pellet^e , forte 
dose de sirop. 

cakaSier^ie , s. Action vile , crapuleuse, 
immorale. — Pokoi vin-t-i todi pdrU 
d'cakaierHe ? pourquoi vient-il toujours 
parler d'immoralit^ , de salet^s , etc. ? 

cAkaren, s. Mijaur^e, caillette, b6- 
gueule. — Li bdbd vou spoU das pitite 
c4karett la! le nigaud veut ^pouser cette 
petite mijaur^e ! 

€ak.eak-a-ra«k t int. On frappe h la 
porte! 

TOMB I. ss 



Digitized by VjOOQIC 



CAK 



— 158 — 



GAL 



cmk^, V. (Ji eak.) Claquer, Uhm tin 
bruit blatant ^t aigu. ^ CukS it mm ; 
applaudir , cltquer des maias. -^Stdi^ 
U eaket d' fired: il grelotte de froid, it 
tremble le greloi. ^ CaU U voir : €bo^ 
quer ies verres.— OiJk^^ U-z-oiji : cogner, 
casser Ies oeufs. — Cak^ t Vmn : toucher 
dans la main pour r^aliser un naroh^ ; 
. toper. — Uedr t cakaie : Tbeure est 
sonnde. 

Cakd, V. Faire caca , chier. — DifU m 
p6 a voss/iki n'vitmpucM d%o vUfi^tMis : 
dites , je vous prie , h votre mioche qu'il ne 
vienne plus (aire son cas sous mesfen^tres. 
€Ak^, V. (/i edkaie, no (Man.) Pro- 
diguer, enduire. ^ Kwm ja dii bim b$^r 
di Half ou del bonn sirdp , ji 86 bin cAk6 md 
tdtte : quand j'ai de bon beurre de Hcrve 
ou de bon sirop , je sais en fournir gras- 
sement mes tartines. 

Cakeek, s. Glaquoment, craqu^tement, 
bruit des mains ou des dents qui s'entre- 
choquent. — Qn-z-oUf li caheg dt min 
distan cial : on entendait d'ici le cla- 
quement de mains. 

ciAk«pi«>-8a«, V. (Jicak^t-gno.) Etre 

cagneux , avoir Ies genoux en dedans. — 

On n'riQH nin po sdddr d^SHm hi caket U 

(piQ : on pe reQoit pt9 pour 80|4«(6 des 

hommes h jambes eagneuses. 

CakcA, miM», s. Chieur. Voy. CkiA. 

CmUf^w^ , 8. Cagneux , qui a las genoux 

et Ies jambes toumdes en dedans. — 

/ sereH bel om^ n n'eHHi nin cal^ne : ii 

serait bel homme s'il n'^tait pas eagneux. 

CiO&HaB, ^. ClaquemMt. Voy.CAkecii. 

cakd, s. Caoao (i), sorte d^amande 

qui entre dans la composition du eho- 

colat . --< Beilr dt cakO po d'jund : prendre do 

cacao pour dejeuner. — Bewr 4i eak4 : 

beurre de cacao. 

Cak4flpNiffMe, 8. Gaooffraphie, ortho- 
graphe vicieuse. -r- U caMgrafiU tm^Uel 
inn bonn mUMe , pin$4ft croyez*voa8 qve 
la oacographie soit und bonne m^bode? 
cmMkdt, s.Cacaoyerou caoaotier, arbro 
d'Am^rique qui produit le eaeao. -^ Li 
cncdi ni krek nin d no$s pai i le oaoaotier 
ne crott pas dans notre pays. 

Cak4fr, 8. Cacaoy^re , lieu plants de 
cacaoyers. 

cakdug^ie, s. CacoIogM, loeuiion 
vicieuse. — Aveu U eakdlogHe di imum 
pm^ on fl-e^^an gro Hv : avec Ies caco- 
logies de notre pays, on ferait un gros 
volume. 

caki^, v. (Ji cukiaie^ no oaktan), Ca- 
queter , babiller , jaser , jaboter. -^ Lt 
deH wtzenn cakU tan k'on joi ^ Imt \e^ 

(f ) Proooncei caea-« et non coed. 



deuK voieines caqu^ieol, taiUeai des bo- 
vettes depuis le maiis jus^'aa eoir. 

cakteek, 6. Gao«eiage, caquet^ eaq«o- 
terie , jaserie, parflerie ; m^isaiiGe. — Si 
cakteg mi fai mi m^ikess t son caqvetage 
m'^urdit. 

Cakiek, «4m OU reM, 6. GaqueCeof , 
jaseur, babillard, mddisant. ---KiU cak- 
ted d U caktress fou cMieren) ni tmes$ 
nin ^ m'mohofm ; que lee caquetettrs et Ies 
eaqueteuses ne viennent pas chea moi. 

cakit, 8. Gactier, geare de plaiitee 
grasses dont la tige est en g^n^ral eliar- 
nue, garnie d'aiguillons en faiseeaox, et 
ordinairement d^urvue de feuillee. 

cakti^ie, s. Gaqueterie. Voy. €kk«Mk. 

caitok, s. Gagnard, Taineant, truand, 
cSlin. —Ni m'diviU nin d7», c'ess-t-im 
calfak: ne me parlez pas de lui , c'est un 
truand. 

caiikd, s. Galicot, toile de coton moins 
fine que la percale. — Dd chmih , dt gor- 
denn di calik^ : d^^ QbQmi&Q9 » des rideaux 
de calicot. 

Calk, s. Galque, trait l^ger d'un dessin 
oalqu^ ; copie sur un transparent ; imita- 
tion servile de la production d'autrui. — 
Dtcini Vcalk d'on plan : prendre, dessiner 
le caique d'un plan. 

caik^, V. (Ji calkaie , no odkan.) Cal- 
quer, eontre4irer un dessin avec ud 
transparent, le copier trait pour trait. — 
Calk6 n'estanp, on plan dt kadass : ealquer 
une estampe, un plan cadastral. 

caikeek , s. Action et maniire de eal- 
quer. — Li cdkeck n'd nin $i AhHe k'on^ 
pUu9 : reparation du caique n'est pas si 
ais^e qu'on le croit. 

Caikek, s. Gelui qui oalque.— Ofi eal- 
keii ded-^t-ea bon dtcinei: pour ealquer 
parfaitement il faut ^tre bon dessinateur. 

caikui, s. Galcul, supputation,eompte, 
Qp^ration d*aritlin)i^ique ou d*alg^bre ; 
rabdologie. — On ealknl kt jms : calcul 
exact. — fV) ealknl: calcul inexact, faux, 
erron^. — Fdte di oaUnU : faute, erreur 
de calcul. — 81 mari dwn a'caUnU : se 
tromper dans son oaleul. 

Caikaikr, adj. Calculable, qui pent se 
calouler. — Li nonb di Btedl nt mm ed- 
kMfi le nombre d'^toiles n'est pas cal- 
culable , est incaleulabie. •— Li d/UUam 
del tair a 9oh imdwdft calkMf: Id dis- 
tance de la terre au soleil est mesurable 
et calculable. 

caikni^, V. (Ji teidkul ^ii calkuMe, ne 
oalktUan.) Galculer, supputer , compter. 
—AprifUacalkuU: apprendre k calculer, 
^dier rarithm^que.— CtfOwM n'tk^: 
calculer une Mipse. 
€*ik«iMk, s. Aoiion ott manidre de 



Digitized by VjOOQIC 



— 1&9 



CAN 



CAR 



je ne (Hiift oomprdAdre ta mani^ra de 
eal(mlar< 

ci»ik9i»4, etei, a. CalcfUkteufr cpii 
s'occupe de calcul, qui applique les regies 
de raritkm^tMive. •- VM on scoU U daot- 
rd-t-an ^0% oUkitM : yoi4^ itn <^Ue9 <)ai 
devieiidipa un bon edlcubiieiir^ 

CttBftkai, 6. Canioule, oonsteUatiOti 
iiiiremeni nomnde le Grafid C^en, ^ 
laquelle oft i aUribu^ las graidea cha- 
ieurs, paroe qu'dle 96 16ve et se eoitcho 
avee ie soleii durant lea ntoH de juillet 
et d*aodt — NthlhtsUm dm i^ omBAiiii : 
Boua aemmes dans la ceaiM€vle« daAa lea 
jouro oaaicuiaidres (i)* 

€aii«iiiiL, adj. Canoniquet selon les 
canons. -^ Matiech caamik: meriage ea- 
Qooique. — Bik eanonik : r^le eano- 
ni^ue^ f^le de la eaAonlcitdw 

cmmviiaA, a. CaDonieat, ohaxidiQie; 
pr^bende, b^a^ee d'un ehanoioer. — Si 
pless c'ess't-on vraie canonik^ ; son emploi 
eat un vrai oadonicatr il axig* pan de 
^nitail et peu 4e laligoa) e'eafc vne 
aia^curew 

•MMKikMUi^ adv. Gano«i«piemaot , 
•OBform^meal k \a eanotMcit^. -^ VM 
catumikmin: vivr^eailoiijqttemeiii, aelon 
lea caaoaa. 

f«ttM, a. Cena ^lectopal, eoutribu*' 
lion qtt*il faui payer pour 6lre ^leotonr. 
-— Id CM$8 ^ trkgrmUt^deA flrcm ^3 (mHin : 
le cens eat de quaraate-ddux franca 
33 centimes. 

ftaiaM^ s. Cents, oentitoi^ povtia du 
florin dea Paya-Bas. -^Marckandin^dUnma 
ftms$: marchander fui d^al-cetita, un 
caAtime. ^Li dnmi (onss ramet dd boiM 
d'guett : les demi-cents ressemblent k dea 
boutooa de gu6lres (t). 

ftoMM^ a. Argent, numeraire. -« JSkran 
i fm ehir nJU^, on kftk a ii con»» : qtiand 
il fait Cher vivre, on resMint sa d^pense. 
Voy.AMm. 

ctaiBiMra&^ s. Caiktliaride,kiaecte v^i- 
meux, **• Mah cani&rik : nouebe cantha* 
ride, inseete qui sert k faire des eaua^ 
tiquea. Voy. ii«ii.d'B«piiss. 

€a«tf*v, 8. GeAUare, oenti^me partie 
de Tare ; mkre earr^. ^ Id ^aMtdi^ eis^ 
on kmdrSk'aw^me^diUmgueit^d'lArgeiit: 
le eentiape est un carr6 d'un m^tre da 
c6t^. 



(i) M« dites pas : let ctudemlm. 

(«f Le mot (seiMk ou fenn , (Torigifie n^rlfttidaise, ft'est 
maM^ao parnii not* p^vr Mdgmt le doi$M4 cmuim*^ 
Gela wietA d'ooa Uotm qii» notrt fibainbre logislttWe a 
Ia1s»to daoB notre gydt^me ikiAfi^ire : elle D*a pas cn$d de 
monosjilabe pour exprimer la valeac noinifafe Aa eetto 

Siecc. Nulle mention n'y est faite non plus dn tUeime, 
^nomination dont la brievele convenait tres-bien k la 



piece de dix centimes ti 



9f*itirtMl , 8> Gemigramme^ eotoli^tDe 
pftrtie du gramma : o'est moiiid d*un 
dami-miUitoe d'once. 

CaBtiiL, s. Gantique, chant coaaiaof^ h 
\et gloire d» fiiieu. ^ Id caMc di NUfH- 
Dmn: le easlique da la Tterge, le Magni- 
geak -- U cemtik d$ Simion : le danti^iie 
de Sim^OQ , le NuAc dimittta. -^ li ciinHk 
dd caniik; le eantique des oantiques, un 
dea livriaade Salomon, esp^ee d'^pitha- 
lame spirituel et mystique. -^ Eton^ on 
cantik : entoniler un ctntiquc. 

f iiB«llite,8.€en4iiiire, Centl^mepartie 
du litre t i/a de Fanoienike mesurette* 

faatlBi, a. Gentime, eenti^no partie 
du fraae, eayiron ,i/< du sou aiDcien de 
U6ge, '■^ Souia n'vA nin n'oantim : eela ne 
vaut pas un centime. 

f»«afniMe, a. Gentimdtre, centi^me 
pariie dU m^tre. -*- Li paniimHe dpu pH 
Von p^ : le odntitt^e est motndre que 
le pouce anciei. 

fflntt, s. Geotre, point ^lament 
tioigiK^ de tods las points d*une circon- 
f^eaee ou d*une aurfaee spk^ique. — 
Id (foM del (air : le oentre de la terre.^ 
Id ^anti Sct^ pn ^ d^inm vHe : le centre 
d'un psf^i d*une viUe. *^ Li pauM d^inn 
irmai^ : l€r eeifetr^ d^aiie arm^. 

CAraiA, a. Guir du Br^L — Id kir di 
earak eas-^^m^ d6 mHeU : le cuir da Br^sil 
est d'une ^altt^ aop^rieure. 

CAvakdt a. Garico , apencer defiBmmc. 
^dn'dpu Fmdde db cwtuka : la mode des 
caraeos eat paas^e 

anm«k«i, a. Escargot, limagoii k 
coquille; fatiwdaa en coqnille. — Carakol 
(^ ooviek : escargot k opercule, escargot 
ferm^, opercule.*— Girafc«/di mir: eoqail- 
lage d^ After. -*■ Magni dk karukol : mangor 
dea esoargota. -^ Montm a kmrakU : esca- 
liar en Mioe , en lima^on. 

tf nwiko i m w i^ , s. Gonebyte (pro- 
noncer oocyte }y pierre qui ressemble k 
une coquille. 

cmtRiMia, s. Grochetpour praodfe les 
eacargtots. 

wmrtoMf^y a. Garact^re, quality, incli- 
nation d'uae personiie, ce qui la dis- 
tiogue d'un avire individu. —Bon ou mdva 
oarakt^ : bon ou mauvais earact^re. — 
Am on stregn carakMr : aroir un Strange 
cafaci^ , un caract^ra peu sociable. — 
Vespdn , li MiiU dd carakUr : quality , 
esp^ caract^stique. — Lei carakUr ni 
poU s'akoird^ : leura earact^res ne peuvent 
sympathiser. — F6 knoh H caraekUr d'inn 
iikf ou (^ine sak&i : caraot^iaer une per- 
sonne ou une chose. 

c«rm, a. Garrick, sortederedingotte 
fort ample qui a plusieurs eotleta ou un 



Digitized by VjOOQIC 



CAS 



— 160 — 



CE 



collet tr^s-long.— Gna puHUk vt-z-om 
ki tndtess dt carik: il n'y a plus que 
quelques vieillards qui portent des 
carricks. 

* carikatHir, s. Caricature, charge; 
personne d*un air, d'une toumure ridi- 
cule.— L^-2-Aiigfe( son fel po VcarikateAr : 
les Anglais excellent dans la caricature. 

— a n'd nin on portraiy (ouUiy c'ess-Uinn 
carikateUr: ce n'est pas un portrait, cela, 
c'est une caricature. 

carkaSe, s. Guenilles , chiffons, menus 
objets. — WtsU tale vo carkaie : 6lez tous 
vos chiffons, toutes vos bucoliques. 

carkan, s. Garcan, cercle de feravec 
lequel on attache un criminel par le cou ; 
cangue , esp^ce de carcan en usage dans 
la Chine ; chatne ou collier de pierreries. 

— Melt A carkan : mettre au carcan, 
pilorier, exposer au pilori. — Li baroness 
a on bai carkan d^find ptr : la baronne a un 
beau carcan de pierres pr^cieuses. 

carkaM, s. Carcasse, crdne, botte 
osseuse du cerveau ; tdte de lliomme et 
des animaux; 6picrSne, personne ou 
animal extr^mement maigre; bdtiment 
que la mer a d^pec^ en partie ; branches 
de fil de fer pour monter les coifflircs. — 
Li carkass (tonpolety (Tine pidtri^ cTon 
cokai: la carcasse d'un poulet, d*une 
perdrix, d'un cochet, ce qui en reste 
apr^s avoir 616 les cuisses et les ailes. 

CMkAu, s. Cascade, chute d*eau, 
eau qui tombe de rocher en rocher. — 
AUss vm VcaskAit di Kd : allez voir la cas- 
cade du Coo. — F6 n'caskdti b s*jdrdin : 
faire une cascade dans son jardin. — 
Pitite caskdtt : cascatelle, petite cascade. 
CMkagn, s. Chdtaigne, fruit dont la 
substance est farineuse, T^corce de cou- 
leur brune et le brou h^riss^. ^Ddpdtaid 
caskogn : des chdtaignes r6ties. — Dd 
bolowd caskogn : des chdtaignes bouillies. 
— Caskogn d'aiw : ch^taigne d'eau. Voy. 
llarr«ii> 

CMkagii, s. Bigarreau , cerise douce, 
rouge et blanche ; guigne. — On kilo 
d'caskogn : un kilogramme de bigarreaux. 
CMik«9Mt, s. Chdtaignier, marronnier , 
arbre qui porte les ch^taignes , les mar- 
rons. — Cherpintt di boi d^caskognt : char- 
pente de bois de chdtaignier. 

€Mik«gBl, s. Bigarreautier, arbre qui 
porte les bigarreaux. — KM espSss di 
chersf ess soula? c'ess-t-on caskognt : 
quelle esp^ce de cerisier est-ce \k ? c*est 
un bigarreautier. 

ca«k«8nr^ie, s. Chdtaigneraie , lieu 
plants de chdtaigniers. — On-z-a rdt tote 
li caskognr^ : on a abattu toute la 
ch&taigneraie. 



CMM-kA, 8. Casse-cou, brise-cou, 
endroit oil il est ais^ de tomber si Ton 
n*y prend garde ; precipice.— Si numtaie 
esS't-on cass-kd : son esoalier est un casse- 
cou. 

CttM-kA, 8. Tapecu, mauvaise petite 
voiture cahotante et rude ; d6sobligeante. 
— Louki n'gott don, kom i vou f6 Vom avou 
s*kass-cd ! voyez un peu done , comme il 
veut trancher du grand avec son tapecu ! 
€«iai«k, s. Catalogue, liste, denom- 
brement. — Catalok di Uv : catalogue de 
livres. — Rabatt on liv foU d^on catalok : 
rayer un livre d'un catalogue. — Catalok 
di mdrtiTy catalok di Sin : martyrologe 
pour r£glise catholique; menologe, pour 
rfiglise grecque. 

caiarAk, s. Cataracte, humeur, opa- 
city du cristallin, laquelle prive de la 
vue. — On It a fai Vdpirdcion del catarak : 
on lui a fait reparation de la cataracte. 
■— Avu rcataraK so inn oiOe : avoir un 
oeil cataracts. 

catoiik, s. et adj. Catholique, qui 
professe le catholicisme. — Ldp<dcatotik: 
la catholicity, les pays catholiques. — EU 
a vik6 1 moron bonn catolik : elle a v6cu et 
elle est morte bonne catholique. — Catolik 
al&chmanch : catholique h gros grains. — 
Sou k'vo (TW la n't nin caXolik : ce que 
vous ditos n*est pas orthodoxe , est het6- 
rodoxe , est entach6 d'h^t^rodoxie. — 
Vola on meUr ki n't nin tro catolik : voilk 
un mur qui n'est pas solide; il p^riclite^ 
il menace mine. 

catoiikMin, adv. Catholiquement, con- 
form^ment k la foi de T^lise catholique. 
— PdrU^ viki catolikmn : parler , vivre 
catholiquement, d*une manidre ortho- 
doxe. 

cavaikAtt, s. Cavalcade, marche, pro- 
menade de gens k cheval. ^Nofl n^ca- 
vdkAtt juska Tile^ : nous ftmes une caval- 
cade jusqu*k Tilleur. 

casak, s. Casaque, v^tement en man- 
teau, surtout k larges manches; man- 
dille. ^ On bon cazak po Vplaif : une- 
bonne casaque pour la pluie (i). — PiU 
cazak : petite casaque, casaquin ; d^ha- 
bill6 court , demi-robe de femme. — 
To^m^ cazak : tourner casaque, changer 
de parti, d'opinion; changer d*^harpe, 
revirer de bord , chanter la palinodie ; 
apostasier. 

c*, adj. Ces.— C^->om la : ces hommes, 
ces hommes-lk. — Ctfeum la: ces femmes, 
ces femmes-lk. — Cd livdal: ces livres-ci, 
ces livres. — Ct penn dal : ces plumes , 
ces plumes-ci. 

( «) Coioque est tonioon f^minin. 



Digitized by VjOOQIC 



CEK 



— 161 



CER 



€^4i4r, adj. Cessible, qui peut dtre 
c^d^; alienable, transmissible. — Voss 
dreA i cidAf: voire droit est cessible. — 
St deU n'd mn c6dAf: sa dette n'est point 
cessible. 

cM^, V. (Ji ciit, no (Man.) C^der, 
laisser, abandonner k quelqu'un. — Voss 
dreH 8% pou cidS : votre droit est cessible. 
— Cid6 to Bt bin po p&i sou k'on deH : c6der 
tons ses biens, faire cession, 6tre ces- 
sionnaire dc tons ses biens pour payer 
ce qu'on doit. — On n*8dreii ni vintt ni 
cM4 ci bin la: ce bien est inalienable, 
incessible. 

€^d^, V. Ceder, se rendre, se sou- 
mettre, ne pas resistor, condescendre, 
defdrer.— Ifi konti-parUie ni vou nin c6d4 : 
ma partie adverse ne veut pas c^der , ne 
veut pas en d^mordre. — C^ d foiss, 
al raizon, A nomb : c6der k la force , k la 
raison, au nombre. — C^ a sd maiss: 
c6der h ses sup^rieurs. — Cddan, pusk'd 
Vf& : c^dons, puisqu'il le faut. —Ji li cMt 
VoneUr : je lui c6de en m^rite , en expe- 
rience. 

€^e«ii, s. Cession, action de c^der; 
alienation, transmission, abandon. — Par 
li cidech di sd bin, no-z-avan stu pat : par 
la cession de ses biens, nous avons ete 
pay^s. 

c^eH, s. Cessionnaire , qui c^de ses 
biens k ses creanciers. 

cMii, s. cedille, petit signe en forme 
de c, qui adoucit le c, comme dans: 
cantim, av rifu? centimes, avez-vous re^u? 

cek, s. Cercle, espace renferme par 
la circonference ; anneau , rond , disque, 
frette. — On cek di fiair : un cercle de 
fer. — Mett dd cek a on tonai : cercler un 
lonneau, y mettre des cercles.— ZMm^ 
cek : hemicycle. — Cek di U : archet , 
arceau. —Cek dt hatrai : clavicule, muscle 
cervical. 

c©k, s. Cerceau, cercle de tonneau; 
filet pour prendre les oiseaux. — ¥6dU 
8*cek : jouer au cerceau , faire tourner le 
cerceau. 

c^ki^, V. (Ji ctkel hji cdklaie, no cdklan, 
no cdkelranj Cercler, mettre des cercles 
k un tonneau , h une cuve. — CdkU on 
s^toi, ine tinnleU: fretter, cercler un 
seau, une tinette. 

c^kieeh, s. Action et mani^re de cer- 
cler , resultat de cette action.— Mi tonai d 
kdzifai, gnapuki Vcdklech : mon tonneau 
est presque achevd, il n'y a plus qu'k le 
cercler. 

c^kit, s. Celui qui fait et vend des 
cercles. — Marchan cdkli, botik di ctktl : 
marchand de cerceaux , boutique de 
cerceaux. 



c^«rMe) s. Chicoree sauvage, plante 
potag^re que Ton met au pot et dans les 
salades. — Kafet al c6korMe : cafe k la 
chidoree , cafe meie de chicoree. — SA- 
vach sikorHe: barbe de capucin. 

€ei, s. Celles, commune du canton de 
Waremme, k 5 kil. de cette derniere ville. 
Pop. 800 hab. Sup. 1073 i/« beet. 

c*i^, V. (Ji cely no celran,) ceier, taire, 
ne pas donner k connattre; cacher, faire 
mystere.— Vo nCavictUvo hantrHe: vous 
m'avez ceie vos liaisons amoureuses. — 
St f6ciU: se faire ceier, faire dire qu'on 
n*est pas chez soi, bien qu*on ne soit 
pas sorti. 

c^i^ri, s. Ceieri, plante potagere; 
ache de marais. — Boi dc^dri : botte de 
ceieris. — SalAtt A c6Uri : salade de ceieri. 
— F6 j^i dd cddri : faire blanchir des 
ceieris. 

€^ie«tenn, s. ceiestine, religieusede 
Tordre Saint-Benolt. — Li kovin , li row 
dd Cdestenn : le couvent, la rue des 
ceiestines. 

c^iiiia, s. Celibat, etat d*une personne 
qui n'est point mariee. — Li c6Ma db 
priess : le ceiibat des prdtres. — Kihiri 
s'vHe divin Vciliba : consumer , trainer sa 
vie dans le ceiibat. 

c^ith , 8. Cerise , fruit rouge k noyau 
et rond . — Timprow , tAdrowd cdlth : cerises 
precoces ou hfttives , cerises tardives. ^- 
Cdlth a koAU cow : cerises k courte queue , 
gobet. — Cdlih di boi : merise , cerise 
de bois. 

CMtht, s. Cerisier. Yoy. chcret. 

Ceitik, adj. Celtique, qui appartient 
aux Celtes, ancien peuple de la Gaule. 
—Monumin cellik : monuments celtiques. 
■—Li lank celtik : la langue celtique. 

c^n4k, s. cenacle, salle k manger oil 
J.-C. lava les pieds des ap6tres. 

cean h cenM, s. Cents, centieme du 
florin. Voy. ^aiiM. 

€eip, s. Piege, instrument, machine 
pour prendre des animaux. — Oncepdi 
mA : piege au renard ; brayon , traque- 
nard. — Melt on cep : placer, tendre un 
piege. 

€6r, s. Cire, matiere jaune, molle et 
compacte produite par les abeilles. — 
Rondai ou wastai d'c^ : marquette , pain 
de cire — Chandel di cir : bougie. — 
Cess'trin sakoi k'd com delc^, ki ravize 
del ciT ; c'est quelque chose de cerumi- 
neux. — C6r dt-z-ortie : cerumen , cire 
des oreilles.— S/op^ ddpii Ird avou del dr : 
boucher de petits trous avec de la cire. 

c^rA, s. Cerat, pommade ou onguent 
oil il entre de la cire. — Dd ptitd-z-^lAss 
di cirA po mett so Id kr^e^r : de petits 



Digitized by VjOOQIC 



CBR 



— 162 



CHA 



emplAtrea de edrat pour metd% mi9 les 

gerQuree. 

o^r6ii, 8. Gere3che4IeQ$0uti, eommuM 
dtt canton de Fi^ron , k 9 kikMi. de Li^ge* 
Pop. 780 habitants. Sup. 550 f/t beet. 

c»««ii, s. Cerise. Voy. c^ilb. 

c^reiiB^ 8. Baratte, vaisseau de bois 
dans lequel on bat le beurre; batle h 
beupre ou batte-beurro. — Ld c^enm dd 
fUmin son Id pu-z-AhHe : les barattes 
flamandes sont les plus faciles. 

c^reft, eiiM, adj. Qui tient de la cire. 

€»rf , s. Cirier, ouvrier qui travatUe en 
cire. — Oft eM H fai <U bai'%'^hfre4^ : un 
cirier qui fait de beaux ouvrages. 

cerm^BiAi, 8. C^r^monial, r^gfement 
touohant les edr^monies religieases on 
politiques ; livre qui les contient. — U 
cermoniM d difdrin dim ehak pal : le c6r6- 
monial est diffi^rent dans chaque pays. 

l7erm«B»rlell , eium , adj. C^r^O- 
nieux , qui fait trop de c^r^raonies, com- 
plimenteur, formaliste. — Ci fxro hi Pro 
cermonnmn : cet 616gant est trop r^v4- 
rencieux. —Ni seiH niu H cermomirie&Hs , 
mamxel ! ne soyez pas si fa^nni^re , 
mademoiselle! 

cerm^BBr^ie, 8. C^r^monie (et non 
c&^monerie), formality ; civility impor* 
tune. — CemumnrHe di Viglks : oalte , 
c^r^monies de F^ise; rites, liturgie.— 
On fai dd grmU cermmnrHepo Vsak d*inn 
tvek : le sacre d'un ^dque se fart aveo de 
grandes c^r^monies. — lA cermonnrMe 
iinn diermin : c^r^monies fun^bres. — 
Dihd li kifai trop di cermannrde : dites- 
lui quMl est trop c6r6monieux. — // tf fai 
dilUfsoU cenwmnrMe di rdglUg : c*est on 
liturgiste, il a compost des ouvrages 
liturgiques. — Uvdi cemumnrHe : rituel. 
-—Li fdsirHe ainm U cemumnrMe : la 
fausset^ est c^n^monieuse. 

€«rteteamia, adv. Certainemeiit, 
indubitablement, sans eontredit, — Vo 
vmri certainnndn ? vous viendrez oertai- 
nement? Voy. Mmin. 

certiflt, V. (Ji eeriifHe, no certifiai^} 
Certifier , attester qu*une chose est vraie 
ou exacte ; rendre t^raoignage , affirmer. 
— Li kori m'a oerlifH Vnovel : le courrier 
m'a certify la nouvelle. — /t v'ceriifHe U 
Mula d : je vous certifie que cela est. 

ceriiflka, s. CertiOcat, 6crit faisant 
foi de quelque chose ; attestation , t^moi- 
gnage. — DUivri on certifica d^maladtie : 
dfilivrer un certiflcat de maladie.— FH- 
t-on certifika d'vHe po lev6 s'pansion : il 
faul un certiflcat de vie pour toucher sa 
pension. — On d%$r inn meskenn Wide dd 
bon certifika : on d^ire une servante 
munie de bons certifioats. 



^MK , ates , ^. Gmain , vni f sir, 
mdubitabld ; intuitif.-^ S&wla d cerUm^ 
krHA : cela est certain, croyeiMe. -^ li 
wovd ki v'w rapoiriS atf»-l*ei orMunf 
les nouvelles que vous nous rapportes 
sont-elles ceftainas, stored, av^r^M? 

«erNB, •taB, adj. Certain « <|aelqii'an, 
queique chose. >- On oerHn kwidam m'a 
mou pArU : un certain qtndam est venu 
me parler. — Ce$84'0» certim PimnUe : 
c*est un certain PimvaaLy.-^nettdijad'im 
cerkUnn aeh: il a d^ un certain ^, il 
est entre deux dges. 

cervai, s. Cervcau, cervell*, sub^ 
tance molle enferm^ dans le orAoe; 
organe de rintelUgenoe ; minenra. — 
Art6l dd c&rvai : artd^ carotides ,. art^res 
c^^brales.-^Z.^ gnimr dd cervai : nerfs 
c^rdbraux. — Fiv di cenmi : fi^vre ceri- 
hr^le.-^ R a on pdff oarval : ttalecerveaa 
vide , le cerveau timbr^. — S^ivoU Vcarvai 
d*on kd d^pittokt : se fatre sautor la cer- 
velle d*un coup de piglet 

cerweBB, 8. Ciro6n«, ampl^re to- 
nique form^ principalement de cire et 
de vin. ---MeUiMcerwenn so I'mA i mMre 
un ciro§iie sur son mal. 

€4u, s. C6dre, pin dn Liban , arbre k 
bois odorif^rant-- On 9crifl&r M ciU : 
une ^critoire de c^dre. 

c^aAr, 8. C^sar, Bom GOmmutt k Jcdes 
C^sar et aux onze princes qui h^mt^rent 
de sa puissance; quaiiflcalioa tnkJire 
et po^tique des monarques qui oni le 
titre d'empereur; homme hatdi el coa^ 
rageux. -^ Av U Pisioir di dosi CAsAr? 
ave&-vous la Thistoire des dooze C6sars? 
— OuMy valian kan an C6zkf : vaillant, 
brave comme un C^ar. 

c^aArftatiiB, adj. C^sarienne,^ se dit 
d'une operation ehnnirgicale qui consiste 
k tirer Tenfant du corps de la m6re en 
faisant une incision k la matrice. — On 
m'afnVgpdrdcion c^x&riabm:eUirMciie: 
on m'a fait Toptotion c^sarienne « elle 
a r^ussi. 

chabaw, s. Balayures, crasses, reinit. 
--• Tote Mfnarchandiie y cin*H* del ^uAauf : 
toute sa marchandise est de mauvaise 
quality. 

chaiio, s. Jabot, mouBs^ne ou den- 
telle attach^e k Touverture de la chemise 
sur la poitriBe.^CAtfitfJk m cMtf; ehe- 
nise ^ jabot, chemise ganae.-- Vosa choh 
Kt to dAbord di 9nouf: votre jabot est tout 
sali de tabac 

ch«ii«, s. Chabot, petit poisson d*eao 
douce, k grosse t6te plate ; lochs. ^ fa 
hap&on cfud^al tignoul : j'ai prJs un chabot 
k la ligne. 

ctob^t^y V. (Ji chabott hjicMMm.) 



Digitized by VjOOQIC 



CHA 



~ 168 



CHA 



Grenser, hiae un petit cteux, «a potit 
irou. — Ckaboti u'pireH (f ilMlw pof^an 
mdinm : pereer un noyau d*abneoi pour 
en faire ud moulinet. -^/a on din, imi 
ohai ki $'chab9iau : j'ai uoe xlMi , im os 
qui 96 carie, qui ee oreufse, qni se gSie. 

ciiaiHite^h, a. Garie, maladie qui 
attaque les os, ulceration des os. — Li 
chaiileg dddin: la carie des dente. 

Chaliotell , ellMi , pdj . Gelluloux , divis^ 
en ceiiules , en petits trous. 

Chafeott , s. Confessional , tribunal de 
penitence. — Li kfice^r ui^-^ i'ck^inU : 
le coofesseur est daos sa niebe. Voy. 
■iir^ioBAi. 

ChabuM, s. Cellule, petit troii.-^CAa- 
Mt d'an diu : alveole d*iino dent. ^ Cha- 
Ml a tMh «l Vdm : alveole d'abeille. -- 
Chak nwk a m ftiU chab&ii : ofaaque abeille 
^ son petit alv^le.^CAoki/t d^on dtmuw: 
chatofl. ^— ChaboU d^Ab : oreux dans un 
arbre, abreuvoir. ^ Cbi^tt d'irni ohm : 
gl6ne , fosse gl6noIde ou ^l^noidale. 

cftMii^aiL, 8. Cbabraque ou sebabraque, 
esp^ce da houase ou de oaptra^on au 
cheyal d'un hussard ; eh41e de laiae com- 
mun. — Ckabnik M kHracid : ebabraque 
de cuirassier, ^t- Eli aH-awm n'noAf cha- 
brakpos'novel an: elle a eu unechabraque 
aeuve pour ses ^treaaes. 

ciMihniiiL, s. D^v^rgond^, fenome de 
mauvaisesmoeurs; putain, proetittt6e. •— 
loM , cm sabri laitt grante ekfl^rak ! 
voyoz, ceUe i^laine grande gouine ! 

ciuM^, s. Chass^, pas de danse qui 
s'ex^ealD en allant, soit k droite, soit k 
gauohe. ^ / n'sd fi U ckaU : il ne sait 
pas ex^cuter les chasa^. 

CMeeeii, 8. Action de cbauasor, de 
meUre aes bas, aes souliers; entretien 
de la ebanaaulre. — 6 w^ d'okt&b^ i fA 
90ffni VcMcech po Hviair : au mois d'oo* 
tobre, il faut soigner sa chaussure pour 
Thiyer. 

ciiAe^ie, 6. Chauss^, levee, chemin 
pav6 , grande route. — Ld chAcdie di 
Brunnhd : les chauss^es de Brunebaut. — 
Ri d'chdcHe: rez-de-cfaauss^, niveau du 
terrain. — Sikol dtponi chAUie : ^cole 
des ponts-et^hauss^. 

ciiAeeM, 8. Chaussette, sorte de bas 
tr6s-court qu*on met ordinairement dans 
des bottes ; cbauason. — Dd ckdeett di fi , 
dilaftm, di koton: chauasettes de ill, de 
laine, de coton. 

Ckacsiir, s. Cbasscur, soldatarm^ k 
la l^g^re. — ChaceQr a pi, chacedr ajvd: 
chasseur k pied, chasseur k cheval. — 
RdQimn d'ehaceirt r^naent de ehas- 
seurs. 

r, 9. Chauasira, «o qui aert 



pour 96 chaitaser, comma les souliers, 
les bas , ies bottes , etc. — ChdceUr di 
farott: chaotsure ^Mgante, mignonne. 
l^ chdceUr kosU batkd: la chaussure est 
tr^-co(^ieuse. 

Chaeha OU Cha^hlsfi, S. Bouillie pro- 
venant d'une cuisson trop forte ; mar- 
gouillis, g^chis. —M^ krotipir son kiUt a 
chacha : mes pommes de terre sont 
ouites en bouillie, en marmelade. — Ciss 
chdr la , ci n'6 k*dd chacka : oette viande 
est toute glaireuse , toute cartilagineuse. 

chAehA, s. Caca , expression des nour- 
rices pour parlcr de Tordure des enfants ; 
mati6re ficale. — YoUf f6 chdehd, ma- 
maie? voulez-^vous faire caca (i), petite? 

— Foute, rt dd chdchd! fi, c'est du 
caca ! 

caiAehnUMi, 6. IndolcBte. Voy. chA- 

€hAeli«let,.S. Pl6«tre. Voy. dileM. 

Ch4rti0<» , 8. Pleurnicheuse ; poule 
mouill^e ; tttdolentc—Fa-*-^, VchdchMly 
el g^ih todi I arri^re la pleurnicheuse, 
elle se plaint toujours. 

chAet, V. (Ji chdss, fio chd^on , ji 
chdsret/) Chausser, mettre des bas ou 
des souliers. — Ckdcif: ehaussez-vous. 

— On koiphi qui clidss ^nou md: un 
cordonnier qui fait bien ou mal des 
souliers.-— C^ Krespin ki m'chdsst e>st 
Crdpin qui me cbausse , qui fait des sou- 
liers pour moi. — i^ koiphi son Id pu 
md chdci : les cordonniers sont les plus 
mal chauss^s ; c*est4i-dire qu'on neglige 
les avantages qu'on est le plus k portSe 
de se procurer par son ^tat, par sa 
position. 

ChAeia, 8. Eau de ehaux, eau qui 
tient de la chaux en dissolution. 

ckAf •■! , s. Chausson , chaussure qu*on 
met au pied nu avant de prendre les bas. 
^Di chdfon rf'/i, di koton^ diflanel: 
des chaussons de fil , de coton , de 
flanelle. 

chAff, s. Chauffe, terme de fonderie , 
lieu oil se jette et sebrtiile le combustible 
qu'on emploie k la fonte des pieces. 

chAr^, V. (Jichdf.) Chauffer, donner, 
produire de la chaleur , fournir le chauf- 
fage. — Chdf^ sipl, sd min : se chauffer 
les pieds , les mains. —• Vimf^z-d feU , 
si ifch&f^ : approchez-vous du fe« et 
chauffez-vous. — Dd vin chdf4 : du vin 
chaud. — Fiair chdf^ a blan : fer chauffi^ 
k blanc , ^chauffi^ jusqu'k Tincandescence , 
jusqu'k devenir incandescent. — On baqn 
ki chdf : bain qui chauffe , gros nuage 
qui meaaee de la pluie. -^ Ci n't nin por 

(« Cofiier D'est pas asil^ «b Frtaoe. 



Digitized by VjOOQIC 



CHA 



— 164 — 



CHA 



vo ki C(6r chdf: ce n'est pas pour vous 
que le four chauffe, vous n'avez rien k 
pr^tendre k ceci. — No veOran (Vk6 boi 
ki s'chdf : nous verrons de quel bois 
il se chaufie, nous connattrons ses 
intentions. 

chAffeeh, s. Chauffage, provision de 
bois et de houille; combustible. —-'Inn 
chiraie , inn v6ie di chdfeck : une char- 
ret^e, une voie de chauffage. — On It 
fornik li loumir ^ VcMfech : on lui 
fournit le chauffage et la lumi^re. 

chaffet, ett, s. Bigot, superstitieux. — 
On ky^ceUr ainm mi on poirtdsech k'inn 
chafett : un confesseur aime mieux d'en- 
tendre un porte-balle qu*une bigote, 
qu'une b^guine. 

chAffett, s. Chaufferette, botte perc^e 
de plusieurs trous par le haut, et dans 
laquelle on met du feu pour se tenir les 
pieds chauds. Voy. iL«¥et. 

ChafeUmiB, adv. Superstitiejisement, 
d'une mani^re superstitieuse.— Pdr/^, si 
k'dUr chafettmin: parler, se conduire 
superstitieusement. 

chAfeU , s. Chauffoir , lieu oix Ton se 
chauffe; ouvrier qui entretient le feu 
d'une forge. — £ LHviair, U vtie fomih 
d^ chdfeU po Id p6v : en hiver, la ville 
fournit des chauffoirs pour les pauvres. 

chAfeli, s. Chauffeur, ouvrier charge 
d*entretenir le feu d*une forge, d'une 
machine k vapeur , etc. — Li chdfeU dd 
batai a wapeUr mdka d^ess touw€: le 
chauffeur du bateau a vapeur faillit 
d'etre tud. 

chafdr, s. Chaufour ou four k chaux, 
grand four k cuire la chaux. — Baikd 
d'ovrl wangnet leH vdie d chaf&r : beau- 
coup d*ouvriers gagnent leur vie au four 
h chaux. 

€haff«rB^, V. f/i c^/oTwai^.^ Travailler 
h un four k chaux. — Ji chafomaie po 
wangnt m'vdie : je travaille au chaufour 
pour gagner mon pain. 

Chaffomt, s. Chaufoumier, qui fait, 
qui vend la chaux. — Al^s koiri n'vdie 
di chdss amon L'chafoimi : allez chercher 
une voie de chaux chez le chaufournier. 

chAfr^ie, s. Chaufferie, forge des- 
tin^e k forger le fer qu'on veut r^duire 
en barres. 

Charts, V. (Ji chaflaie.) Gazouiller 
lougueraent et fortement. — Ta bon d'oi 
chafli m'UgnroU : je suis heureux d*en- 
tendre le grave gazouiliement de ma 
linotte. 

Chan^, V. Faire le cagot. — DispMe 
* k'ell t divnow vHe, el kiminss a chafl6 : 
depuis qu'elle se fait vieille, elle com- 
mence k faire la bigote. 



ciiaftecii , s. Gazouiliement grave de 
certains oiseaux.— On-z-d volti Vchaftech 
dd-z-oHhai: on ^imeh entendre le gazouil- 
iement ^nergique des oiseaux. 

ciMifieeiiy s. Cagotisme, cagoterie, 
esprit, caract6re, action du cagot. — St 
Chaftech t Vfai h& : son cagotisme le 
le fait detester. 

Charted , s. Oiseau k gorge vibrante. — 
Voss pigon ess-t-oti famed bon chafted : 
votre pinson est remarquable par les 
fortes vibrations de son chant. 

Charted, reM , 8. CagOt. Voy. Chattot. 

Chartr6ie, s. Superstition. Voy. chaff- 
teeh. 

ChdsB, s, Ch^ne, grand arbre qui 
porte le gland; quercitron, ch^ne vert 
d'Am^rique dont T^corce sert k teindre 
en jaune; rouvre ou robre. — J&nnchdgn: 
ch^neau , jeune ch6ne. — P^nir di 
chdgn: ch^naie.— Fair chdgn: chdne 
vert ou yeuse. — Pom di chdgn : pomme 
de ch^ne. — Planch di chdgn ; ais ou 
planche de ch^ne. — Mogai d^chdgn : 
brion. — Li chdgn s'adurih d Caiw : le 
ch^ne durcit dans Teau. 

chdsnai, s. Ch^neau, jeune ch^e.— 
Del legn di chdgnai : des' cotr^ts de 
chfineau. 

chAgnate, s. Chdnaie, lieu plants de 
chines. — Ld chdgnaie divnet rdr : les 
ch^naies deviennent rares. 

chasHn, s. Chagrin, peine, affliction, 
tribulation ; colore , d^pit. — Avu dd 
famed, chagrin : avoir des chagrins cui- 
sants. — Ld chagrin abr^et Vviie : les 
chagrins abr^gent la vie. — Jfori ifc/w- 
grin : mourir de chagrin. 

chasria, adj. Chagrin, triste, m61an- 
colique. — KaracUr chagrin : caractdre 
chagrin. — Mi m^ d si chagretm ki n'i 
nin a dlr : ma m6re est si chagrine 
qu'elle n*est pas k reconnattre. 

Chagrin, s. Chagrin, esp^ce de cuir 
grenu fait ordinairement de peau de 
mulct ou d*kne.— W<ide dipaid^chagrin : 
etui de chagrin , de peau de chagrin. 

Chasrinan, aiitt, adj. Chagrinant, 
qui chagrine ; f&cheux , contrariant , 
deplaisant, triste. — On chagrinan ok- 
cidin : un accident chagrinant.— Chagri- 
nantt novel : fkcheuse nouvelle. 

Chagrin^, V. (Ji chogrenn h ji cha- 
grinaie, no chagrinan,) Chagriner, 
rendre chagrin ; attrister , d6plaire , 
peiner , fScher. — To-t-a fai Pchagrenn: 
tout le chagrine, il se chagrine de tout. 
— / n'si fd nin chagrini po dd rin: 
il ne faut pas se chagriner pour des 
v^tiUes. 

chasriB^ , V. Chagriner, preparer une 



Digitized by VjOOQIC 



CHA 



165 — 



CHA 



peau de manidre h la rendre grenue, k la 
convertir en chagrin. — Chagrind del pai 
ddgn : chagriner de la peau d'dne. 

chaii, s. Schah, souverain de Perse. 
(Prononcez Cha), 

CiMihi^, V. Rire. Voy. iiahi^. 

ciMiie-atoie, s. Chanceux en atouts. — 
On n'sdreH wangnt kontt di lu, c'ess- 
t-wi chaie-atote : on ne saurait gagner 
centre lui, il a le monopole des triomphes. 

ChAle-duka, S. Jouet. V. KaIIAm. 

€haie-^-«iiAM , s. Ya-nu-pied , che- 
napan. -—Enn n'ald nin avau on chaie- 
d'Chdss kom lu : ne vous en allez pas 
avec un vilain dr61e comme lui. 

ciMiie-^raiM, s. Cagnard, cendrillon 
mftle, faineant, paresseux. —CesS't-on 
naw pinddr , on chaie-S-Caiss : c'est un 
franc paresseux , un cagnard. 

€iiaie-^ni«liMi, s. Li^geois , n^ k 
Li^ge, habitant de Li^ge, terme de 
d^nigrement. 

ciiaienaie, s. Gh^n^e, commune du 
canton de Fl^ron , ^ 4 1/2 kil. de Li^ge. 
Pop. 1,750 habitants. Sup. 426 hect. — 
Inn porUcion dLijoi von-t-al fiess a 
Chaienaie : une foule de Li^geois vont k 
la kermesse de Chdn^e. 

€iiaie-n«¥ei , s. Chiffonnier, fabri- 
cateur de nouvelles, celui qui d^bile 
tout ce qu'il entend dire par la ville. -— 
Ni kr^n nin l^irmin U chaie-novel : 
ne croyons pas avec une ferme foi les 
chiffonniers, les nouvellistes. 

€li«le-lArl« 6 Chale-o-to, int. Chie- 
en-lit ! il a chi^ au lit ! cri adress^ aux 
masques qui courent pendant le carnaval. 

Chair 6 ChaiT, s. Cage, petite lege 
portative en fil de fer ou en osier pour 
transporter les oiseaux; panier, charotte. 
— Chaif d kolon : cage k pigeons.— 
Chaifd'Z-od : panier aux oeufs.— C/iaiv 
di so : p^taudi^re, assembl^e sans ordre, 
lieu 01^ chacun veut 6tre mattre. 

ciMiiBaie, s. Ch^naie. Voy. ciuu 
gital«. 

Cliatnn, s. Chatne, suite d'anneaux 
entrelac^s les uns dans les autres. — 
Onaid'innchainn; chatnon, anneau d*une 
chatne. — Frott6 U chainn del chiminate : 
frotter les chatnes de la chemin^e. — 
Chainn di numil : chatne de montre. — 
ChOnn di nUzreU: dtoim^tre, chatne 
d'arpenteur, de mesureur. — Chainn di 
galMain : algenon. 

chatnn, s. Chatne, flls tendus surles 
deux rouleaux d*un metier pour faire 
du drap , de la toile , etc. — Li chainn di 
V0S8 silof c't d*fi, t riraim c't ^idUe : la 
chatne do votre ^toffe est de fll, la 
trame est de soie. 



chatnii, s. Chatne, ligue, complot, 
intrigue. — To cd-z-dtringir la^ c'ess-t-inn 
chainn di filou: tons ces Strangers ferment 
une ligue , une association de Oloux. 

Chatnneu, s. Chatnette, petite chatne. 

— Chalnnetl d*inn montt : chatnette d*une 
montre. 

Chatnnan, s. Chatnon, anneau d*une 
chatne. — Uonai kac4 a fat pielt IreH 
chainnon: Tanneau cass6 a fait perdre 
trois chatnons. 

chatnntt, s. Chatnetier, ouvrier qui 
fait des agrafes et toutes sortes de petites 
chatnes. — On chainnli m*a vindou dd-z- 
agrap d dt chainnetl d^adr : un chatnetier 
m'a vendu des agrafes et des chatnettes 
d'acier. 

Chaiipieu, aw, adj. Chafouin, maigre 
et de petite taille ; piteux , marmiteux , 
malingre. — JTa-M don cila k*enn ndvasi 
chaipiou? qu'a-t-il done celui-lli avec 
son air chafouin ? — Mi mam mHn- 
kietl , ell ess-t-oHie si chaipiow ! maman 
m*inqui6te, elle fait aujourd*hui si pi- 
teuse mine ! 

chaiipi«waii» 9 adv. Piteusement, de 
mani^re k exciter la piti^ ; miserable- 
ment. — Ell d n-d-va tote chtnpiowmin : 
elle s*en va tout piteusement. 

Chair, s. Chair, certaine couleur rouge 

Edle qui approche de celle de la chair 
umaine. — Dd wan koleUr chair : des 
gants couleur de chair. — On dalM ko- 
leUr chair : un dahlia carn^. 

chai¥-di-«a, s. P^taudi^re, assembl^e 
confuse oti chacun veut faire le mattre. 

— I son pu d'leU trinte , ki s*Hindet kom 
inn chaiihdi-^: ils sent plus de trente 
qui s*entendent comme dans une p^tau- 
di^re. 

chaiTiaie, s. Gage pleine.— C^t^/dte 
^t kolon : cage pleine de pigeons. — 
Chaivlaie di so : p^taudidre , reunion 
bruyante od Ton ne s'entend gu^re. 

chak, adj. Chaque, chacun. — Chak 
om, chak feum, chak kamach: chaque 
homme , chaque femme , chaque objet. 

— Chak paif chak mdtt : chaque pays a 
ses coutumes. — Md-z-^wri sonpdia treC 
fran chak: mes ouvriers sent pay^s k 
trois francs chacun (et non chaque). 

Chakett, s. Pierrette, petite pierre, 
jeu d'enfant. — Jow6 al chakett : jouer k 
la Pierrette , aux petites billes. 

Chakeunn, adj. Chacun. — Chakeunti 
di no-Z'dtt : chacun du nous. — Chakeunn 
si pdTy d n'd rin d^trop : chacun le sien 
n*est pas irop.— Chakeunn pinss a s'manir: 
chacun pense k sa mani^re ; chaque t^te, 
chaque avis. — Ld buveH on pdi chakeunn 
leA sko: les buveurs ont pay^ chacun 

TOMB I. §9 



Digitized by VjOOQIC 



CHA 



— 166 — 



CHA 



leur ( I ) 6coi, -— Le feum on pdi ckaketmn 
leU plkTy sHon M komddiU : les femmes 
ont pay4 leur part, chacune selon ses 
moyens (i). — RimdU U ckHr chakeunn t 
leUpless: remettezles chaises chacune (i) 
k sa place. 

ciiakd, s. Shako ou chako, sorte de 
bonnet k Tusage de la plupart des corps 
d'infanterie.— Go<Jrm«« (Ton shakd: men- 
tonni^re, jugulaire d'un shako. 

Chukt^, V. (Ji chakiaie). Chequer Teau 
avec un fllet de p^cheur. — PMI d chakU ; 
p^her au choc. 

Chakieeliy s. P^he au choc. — Li 
chaktech si fai A boir di Paiw : \^ p^che 
au choc a lieu au bord des rivieres. 

chakieft, s. P^cheur au choc. ~ Li 
chakteH rChaipet k'dt pit pilum : les p^ 
cheurs au choc ne prennent que du petit 
poisson. 

ChmktrMB, s. Litome, grive h tdte 
cendr^e. — Ld chaktress ni son nin si glott 
ki U chdpainn MUnair : les litomes ne 
sent pas si friandes que les grives ordi- 
naires. 

ckAi, s. Schale ou chile, grand mou- 
choir du Levant dont les femmes se 
couvrent les ^paules. — Li dam mdU di 
chdl di tote s&r di koleUr : les dames 
mettent des chiles de toutes sortes de 
nuances. 

€hAi| s. Charles, nom d*homme. 

€hM«B, s. Capiton, sole grossi^re 
dont on se sert pour divers ouvrages. — 
f'oss piQO ci n*i nin del fenn sffie^ ci n'i 
kdi chdUm: votre coupon n'est pas de 
One soie, ce n'est que au capiton. 

€hAi«n, s. Schiste sablonneux. 

€hii«n, s. Filet de pdcheur entre deux 
bateaux. 

€hai««iP, s. Chaloupe, petit blliment 
de mer noa pont^ , principalement em- 
ploy6 pour le service des pauvres. — Si 
sdvi dvin n'chakmp : se sauver dans une 
chaloupe. — ChaUmp kanonlr : chaloupe 
canonni^re, chaloupe k fond plat et 
arm^e d*un ou de plusieurs canons. 

Cham, s. Liens d'un fl^au. 

ChaBi, s. Quatre coins, jeu d*enfants. 
— J&w6 al Cham : jouer aux quatre coins. 
Voy. Al-«haiii. 

diani, s. Jante, pi^ce de bois courb^e 
qui f^it une partie du cercle de la roue 
d'une voiture. — Cham d^on puss : jante 
du rouet d'un puits, cercle de bois sous 
la tnagonnerie du puits. 

Cham, s. Improviste. Voy. %i-«ham. 



(«) Oa aet Imur qmud ektiem pr^eMe 1« r^gliM oa 
conplwnent dicocl ; il ikat mh, lorsqve ehttcum oat aprea 
ion compl^ent , •a lonqae le verbe est neatre. 



ciMMnftt, V. (Ji chamtae^ no chamaiaii), 
Chamailler, disputer, chicaner. — No-z* 
avan chamdi Umtin sin voleitr no-z-aringt : 
nous avons chamaille longtemps sans 
pouvoir nous accorder. 

chamAr, s. Vdtement chamarr^, babit 
de f^te. Voy. jraaui. 

Chaoiar^, v« (Ji chomaroie^ no cha- 
maran), Chamarrer, orner de passements, 
de dentelles, de galons. — Li Miniss aveH- 
t-on cazak to chamari : le Ministre avait 
une casaque toute chamarr^, toute 
orn^e de galons d'or. 

Ckaoiarech, OU CkaoMirete, S. Cha- 

marrure, galons, dentelle dont on cha- 
marre. — Ji n*vou nin de chamareek avd- 
r'-mi : je ne veux pas de chamarrure sur 
mes v^tements. 

chaoiarett) s. Grisette d*une toilette 
brillante. 

ckaaiit, s. Chamelier, conducteur do 
chameaux. 

chamA, s. Chameau, quadrup6de phis 
grand que le cheval , k deux bosses sur 
le dos; lama ou llama, petit chameau du 
P^rou , mais sans hosse,—Onmdie cham^: 
chameau m^\e,— Prumelchamd : chameau 
femelle. — Poieg di chamd : testif ou testi , 
poil de chameau. 

€hanii4, s. Maritome, fille hommasse 
et malpropre. —Lai chamd y vt chamd : 
laide, vieille et brutale femme (terme in- 
jurieux). 

ChaBia«^ h ckamMi, V. (Ji chamocHe 
i ji chamocih). Moisir, se couvrir de 
mousse blanche; se chancir. -— O»->0(t 
li chamoci : on sent le moisi. — Noss pan 
a Vgoss di chamoci : notre pain a le goOt 
de moisi. — Lt noil ArmA h n matt ki to- 
t-afai t chamocih : Tarmoire neuve est si 
humide que tout y moisit. 

Chamoeeeh, Chaaioeiheeh OU Cka- 
maeihetei s. Moisissure, chancissure; 
action de moisir, de se cbancir; com- 
mencement de decomposition ; XBom. — 
On veA PchamociheAr tott blank soUfiru: 
on voit la nooisissure loute blanche sur 
les fruits. 

ckaaiai , s. Chamois , esp^e de ch^vre 
sauvage qui vit dans les rochers et les 
montagnes ; peau de cet animal corroy^ 
et pass^ en h\x\\e,—KouttchAss di chamoi : 
culotte de chamois. — KoleAr di chamtn : 
oouleur chamois, couleur d*un jaune 
tr^s-clair. 

ckamai, s. Poll de chdvre (11^. 

ChamaiMi, s. Siamoise , ^tofPe de 
coton imit6e de celle qu*on fabrique k 
Siam. — Kott di chamoiss di Rouen : jupo 
de siamoise de Rouen. 

chamoiB^, v.. (Ji cJutmoiss ouji cha^ 



Digitized by VjOOQIC 



CHA 



— 167 



CHA 



maizaie.nochamoizan). Preparer les peaux 
de chamois; faQonner en chamois. 

€kMi«iBeli, 8. Chamoiseur, ouvrier 
qui prepare les peaux de chamois. 

ciuiBi«imr^ie, s. Chamoiserie , lieu od 
Ton i)r6pare les peaux de chamois* — 
FS dvin Vckammriie : faire le commerce 
de chamoiserie. 

chMiireM, s. Caquoteuse. Voy. 



Chan 9 s. Champ, pi^ce de terre 
labourable; les champs, les campagnes, 
les pr6s, prairies, champeaux. — Kori 
avd Id ctuin : counr k Iravers champs.— 
OvrS d chm : cultiver les champs.— Min6 
U berbi A chan : mener les brebis aux 
champs. —lid todi so chan, so vffie : il 
est touyours en plein champ , il prend 
toujours la cl6 des champs. — Avu Vchan 
lib : avoir le champ libre, avoir la liberty 
d'agir. — Chan d'baUde : champ de ba- 
taille, place od combattent deux arm^s; 
champ d'honneur, champ de Mars.— 
Sol'pt'Sol-chan : sur- le- champ , incon- 
tinent, de bride abattue. 

Chan, s. Chant, ^l^vation et inflexion 
de voix sur difli^rents tons. —C^an d'o^hai : 
chant, ramage des oiseaux. —Plin chan : 
plain-chant, chant d*^giise, chant gr6- 
gorien, chant dontS. Gr^goire estreeard^ 
comme Tinventeur. — Maiss di chan : 
mattre de chapelle, charg6 de dinger le 
chant dans une ^lise et de former les 
enfants de choeur.— Vi chan : m^lop^e. 

ck»»ii, s. Chambre, pi^ce d*une 
maisoD. — Ckanb po doirmi : chambre k 
coucher. — Pitiit chanb : chambrette , 
cabinet, boudoir. — iPt(i trd d^chanb : 
taudis ou taudion , galetas , toit ^ cochons. 

— VaU S chanb : valet de chambre. —fli/ 
ou fenm di chdnb : fllle ou femme de 
chambre ; suivante. — R6b di chanb : robe 
de chambre. — Dimani ess chanb : garder 
la chambre. — Rdcdri n'saki dvin n*chanb : 
eh^brer quelqu*un. — - Dimani dvin 
Pniainm chanb : chambrer ensemble. — 
WesU Vvuw a n*chanb : ^borgner une 
chambre, lui 6ter le point de vue. — F6 
n*chanb : faire une chambre, la nettoyer, 
Tarranger.— i^ a chanb : aller k selle.— 
// d maldde di n'pde^ aU a ch(mb : la 
constipation le rend malade.— Pod'cAon^; 
pot de chambre , pot de nuit. 

Chanii, s. Chambre, assemble legis- 
lative ; parlement. — Noss Chanb di rpri- 
union : notre Chambre des repr^sentants. 

— Evoi n'pdiicion al, Chanb : adresser une 
petition II la Chambre. — Ld Monlagndr , 
c'eslet^ It pocddi del Chanb di Franss : les 
Montagnards ^talent les ^nergum^nes de 
TAssembl^e nationale de France. 



, 8. Botte, 8orte de petit mor- 
tier. •— On-z-a iiri dd chanb po rs^ li novai 
maieUr : on a tir6 des bottes (i) pour la 
reception du nouveau bourgmestre. 

ciMinii, s. Chambre , vide, cavitd aoci- 
dentelle ou pratiqu^e k dessein dans un 
canon , une cloche , etc. — To foran U 
kanon on-z-a trav6 dd chanb : en forant les 
canons, on a reconnu qu*il y avait des 
chambres. 

diMiiberiMii 8. Chambellan, ofilcier 
de la chambre du Roi. — Li gran chan- 
berlan t le grand chambellan.— £^ chan- 
berkm poirtet n*kU a VdreiUt poch di Vabi : 
les chambellans portent une cl^ k la poche 
droite de leur hah'iU^ Chanberlan dd Pdp : 
cam^rier. 

ChanibertaitH, s. Cam^riste , titre des 
femmes qui servent les princesses dans 
leur chambre. 

chanberi««k, 8. Robe de chambre, 
robe que les hommes portent dans la 
chambre. — On direU on so avou s'chan- 
berlouk : on dirait d'un fou avec sa robe 
de chambre. 

chaniirAi, 8. Galeric ou voic directe 
pratiqu^e dans une veine, terme de 
mines. 

€h«Biir»t*9 8. Chambree, soldatsqui 
logent et mangent ensemble.— iVd-2-<?»<a» 
del mainm chambraie; nous sommes do 
la m^me chambree, nous chambrons 
ensemble. 

€h«BhrABi , 8. Chambranle, omcmcnt 
de hois ou de pierre qui encadre , qui horde 
les portes, les fen^tres et les cheminc^es. 
—Ddchantranldi chdgn ; des chambranles 
de chdne. 

Chavbi^, v. (Ji ckanbraie), Chambrer, 
etre de la m^me chambre ; tenir quel- 
qu*un renferm6 par violence. — Lt ba- 
z^fid chrnibrb^rdfonl : les sous-officiers 
chambrent ensemble. — On Va chanbrd 
pindan dH-z-e^ t dmaic : on Fa chambr6 
pendant deux heures et demie. 

ChaBbi^, ale, adj. Chambr^, qui a 
des chambres , des cavit^s. — Rifonll 
inn dbuzi k*d chanbrd : refondre un obu- 
sier chambr^. — Chanbraie dok : cloche 
chambr^. 

ciMiniireH, 8. Chambrette, diminutif 
de chambre. — St plile chanbretie ess-l-A 
kwalrinm osiech : sa petite chambrette est 
au quatri6me dtage. 

€haBiirt,'8. Chambrier, ofilcier claus- 
tral dans quelque* chapitres. — Gran" 
chanbrt: grand chambrier, intendant, 
conseiller de grand*chambre. 

€baaii«ri6, V. (Ji chanbwrlaie , no 

(i ) Ne dlte« pat : K«r dm tkmmhrm. 



Digitized by VjOOQIC 



168 — 



CHA 

chanburlan). Fumer ou brdler mal. — On 
cigdr hi chahburlaie : un cigare qui se 
fume mal , qui brdle de travers. 

€haii«heM| s. Fran(^ise , nom de 
femme. 

chaneiiet , 8. FranQois , nom d'homme. 

Chandei, s.Ghandelle, petit flambeau 
de suif ou de cire; cierge, chandelle de 
cire k Tusage de F^glise. — Esprintt^ 
distinttousofU Vchandel :allumer, ^teindre 
ou souffler la chandelle. — Mouchti 
Vchandel : moucher la chandelle. — 
Nokion d*chandel : bout de chandelle. — 
Si ploU del nutt t ki jal d mating gna dd 
chandel A teH : s*il pleut la nuit ei qu*il 
g^le le matin , Teau de goutti^re g61e sous 
forme de chandelles. — Ld chandell A 
teHsifh gott a goti : les chandelles au toil 
se ferment par stillation. — BroiU6 
Pchandel po lH deH kosU : brdler la chan- 
delle par les deux bouts, d^penser beau- 
coup et mal h propos , le mari d'un cdt^ 
et la femme deTautre. —Melt inn chandel 
a Diew d eunn A Dial : donner une chan- 
delle k Dieu et une au Diable, donner par 
crainte ou parint^r^t; se manager entre 
deux partis opposes. — Tint Vchandel : 
tenir la chandelle , se prater k de hon- 
teuses complaisances, favoriser un com- 
merce de galanlerie. — Li ciss ni vA nin 
Vchandel : le jeu n'en vaut pas la chan- 
delle , la chose cotkie plus au elle ne vaut. 

— Enn n*a n' n-dU kom inn chandel : il s*est 
eteint comme une chandelle. — Chandel 
di ctr : bougie. — Li chandel paskAl : le 
cierge pascal. — Li bdndie cJiandel : le 
cierge b^nit. — Divin Vdangt , no promdlan 
dd cfuindel a to U sin : dans le p^ril , nous 
promettons des chandelles a tous les 
saints. 

ciiandei-di-Miii , s. Stalactite, con- 
cretion pierreuse k la voAte des cavit^s 
souterraines , et qui ressemblent aux 
chandelles de glace qui se ferment aux 
toits des maisons. 

chandi^iS. Chandelier, ustensilepour 
mettre la chandelle ou la bougie. — Pla 
chanM : bougeoir, martinet. — ChandU 
a branch : canddlabre , chandelier k plu- 
sieurs branches ; girandole , lampadaire. 

— Mett dizo VchandU : mettre aux cartes, 
laisser pour la d^pense des cartes. 

CiMmdieU , s. Chandelier. Voy. 
Chandlt. 

Chavdieftr, s. Chandeleur, la Purifl- 
cation, fdte de la presentation de Notre- 
Seigneur au temple. — Al chandieiir , 
Viviair pleUr ou ess-t-ds'lieilr : k la Chan- 
deleur , le grand froid cesse ou est plus 
vif. 

chandit OU cimndien, 8. Chandelier, 



CHA 



artisan qui fait ou vend de la chandelle. 
— Ta mitou m'fi a-mon on maiss chandhn : 
j'ai place mon Ills chez un mattre chan- 
delier (i). 

Chank, s. Chancre, ulcere corrosif ; 
ulcere venerien. — II a Vnarenn toU 
magntie d'on chank : il a le nez tout rong^ 
par un chancre, par un ulcere chancreux. 

CiMinkr^ , ale , adj. Atteint d*un 
chancre, d*une affection chancreuse. — 
Am Vgozi chankrd , li Unw chankraie : 
avoir le gosier chancre , la langue chan- 
cree. 

€haBkrea,eftM,adj. Chancreux, qui 
est de la nature du chancre. -— Boian 
chankreH : bouton chancreux. — PlAie 
chankreUss : plaie chancreuse. 

€hanp»sn, s. Champagne , sorte de 
vin provenant de la Champagne et excel- 
lent pour terminer un joyeux repas. — 
Aprdt Vbourgogn t Vchanpagn, on-^-a Vtiess 
avA U kwAr : apr^s avoir bu du bourgogne 
et du champagne, on a la vue un peu 
trouble. 

€hmnpeUj adj. Champ^tre. — Li gdr- 
chanpett ; le garde-champetre. 

Chaniply v. (Ji chanpih, no chanpihan). 
Picorer , se nourrir aux champs. — M^ 
kolon chanpihet: mes pigeons se noor- 
rissent dans les champs; forpaiser, ou 
forpattre. 

chanipiiieeii , 8. Picoree , nourriture 
des champs. — Li chanpihech ess-t-inm 
sipAgn po U koUbeH : la picoree est une 
economic pour les amateurs de pigeons. 

Ckaniptoni 8. Champignon, plante spon- 
gieuse sans racine ; mousseron , agaric , 
cepe, oronge. — Li pt, li chapai don 
chanpion: le pied, le chapeau d'un cham- 
pignon. -— Ld do^zd plaif fei kreh U chat^ 
pion : les pluies douces' font venir les . 
champignons. — On vilmeA chanpion: un 
champignon veneneux. — Li bolH d fax 
dinn e$p6ss di chanpion: Tamadou est 
fait d*une espdce de champignon. 

Ckanipton, 8. Champion, toute per- 
sonne qui combat; bravache,^ fier-k-bras, 
rodomont. — L6 de^ chanpion s'on dni 
kdk c6 dpogny pui on-z-a mtUm Vinti-de^ : 
les deux champions se sent donne quel- 
ques coups de poings, puis on les a se- 
pares. — Tes^A-on fameU chanpion, va ! 
tu es un fler champion, va ! 

ciiMiP-iPiBdiMi, 8. Appentis, toit en 
manidre d*auvent appuye centre une mu- 
raille; demi-combfe, hangar. — Vodal 
inn fameitss niUaie , sAvan no el chai^ 
pindtss: il s*eieve un nuage tres-intense, 
refugions-nous sous Tappentis. 

(«) Ckondeloii a'esl pu firta^. 



Digitized by VjOOQIC 



CHA 



169 — 



CHA 



ciMiBMirMe, 8. Ghancellerie, lieu o(k 
Ton scelle certains actes avec le sceau 
du souverain ; h6tel qu'habite un chan- 
celier. 

chaasieiiy e600, adj. Ghanceux, qui 
est en chance, en bonhenr; favoris^ du 
jeu ou de la fortune. — In*i nin chansle^ 
a wangni kwan % jow : la chance du jeu ne 
lui est pas favorable. —EsS't-el chansle^s 
d-x-amoureA? est-elle chanceuse en fait 
d*amoureux ? 



CiMiBsleHsmUi , 



adv. 



Avec bonne 
chance , heureusement. — JawS chans- 
leHsmin: jouer avec bonne chance , avan- 
tageusement. 

Chaipsit, s. Chancelier, chef de la 
magistrature, gardien des sceaux. 

Chansiovip , s. Ancienne mode de re- 
dingote en usage vers Fan 4795. 

CliaBMn, s. Chanson, pi6ce de vers 
par couplets que Ton chante; barcarolle, 
chanson italienne.— C/w««(m (Ttdf: chan- 
son de table, chanson k boire, chanson 
bachiqne. — Chanson d'amor : chanson 
amourense , brunette. — Resple^ dHnn 
chanson : refrain d*une chanson. — Pitite 
chanson: chansonnette, brunette. — F6 
n'chanson so n*sakt : faire des chansons 
sur quelqu'un , chansonner , coupletter 
quelqu'un. — Cd todi rnuiinm chanson : 
c'est toujours la mdme turelure. — On- 
Z'idoim U-Zrom kom d^z^fan, avou di 
chanson : on endort les hommes comme 
des enfants , avec des chansons. 

ciiaBMB^ , V. (Ji chansonaie , no chaanr 
sonan). Chansonner, faire des chansons 
satiriques sur quelqu'un. — On chan- 
sonnret iodi U p6f coku : on chansonnera 
toujours les maris Iromp^s. 

ChanMneu, s. Chansonnette, dimi- 
nutif de chanson, petite chanson \6ghre, 
— Li ptite chansoneii ramdnn U jtHe : la 
petite chansonnette ram^ne la gaft^. 

€liaMi#Beft9 eHM ^ €)lian0«nt, tr, S. 
Chansonnier , faiseur de chansons. — Ld 
bon chansont son bin rdr : les bons chan- 
sonniers sont fort rares. — BdrangS t 
Vpasrott diioU chansoni francet : B^ranger 
est le nec-plus-ultra de tous les chanson- 
niers frangais. — Simonon, Simoniss h 
D^hin estidd bon chansoni waUm : Simonon, 
Simonis et Dehin ^taient de bons chan- 
sonniers wallons. 

ciMiBMBti s. Chansonnier, recueil de 
chansons. — Ha to^ on chansonits'poch^ 
kwan i va-t-al fiess : il est toujours muni 
d'un chansonnier quand il va h la ker- 
messe. ^ 

ciiaaM, s. Chance, tout dv^nement 
heureux ou malheureux ; aventure , 
hasard , sort. -- Ji v'sohaitt bonn chanss 



divin vo-Z'intripriss : je vous souhaite 
bonne chance dans vos entreprises. 

ChanUiff, adj. Chantable, qui pent ^tre 
chants ; cantabile. — Ld verss hi vo UM 
son chanidf: les vers que vous lisez sont 
chantables. — Ld losirtie nt son nUUe 
chantAf : les obsc^nit^s ne sont jamais 
chantables. 

Chants, V. (Ji chanti^ no chanian). 
Chanter, former un chant par une suite 
de tons varies et mesur^s. — Chants juss^ 
chants f& : chanter juste , chanter faux. — 
ChanU to ir&nnan : chevroter. — Chants 
granmess, It vep, IS IStanSie : chanter ia 
grand'messe, les vfipres, les litanies. — 
Chants a dmeie to ba : bourdonner , chanter 
^ voix basse. — Chants Spdnl : chanter en 
choeur . — El chantt kom inn moss so Vbainn 
dS feU : elle chante trds-mal. — LS cok 
chantet : les coqs chantent, ils coque- 
linent. — Jfi ouhai k'a chants to Plon dS 
jod : mon oiseau a ddgois6 aujourd*hui 
toute la journ^e. — Kwan i di soula, c"S 
kom si chantah : quand il dit cela, c'est 
comme s*il chantait ; on ne fait aucun cas 
de ce qu'il dit. — Uaiw ki chantt : Teau 
fr^mit , commence k bouillir. 

chanteeii, s. Mani^re de chanter, 
m^thode de chant. -— K6 drol di chantech ! 
quelle bizarre mani^re de chanter ! 

ChanieU , eilM OU rtmm , S. Chanteur, 
qui fait metier de chanter ; amateur de 
musique vocale. — LS chanieU S IS chan- 
tedss dal komSdde : les chanteurs et les 
chanteuses du th6dtre, de Top^ra. 

ChantrAl, S. Chantre. Voy. Chanlt. 

Chantr^ie, s. Chantrerie, benefice, 
dignity de chantre. — Li chantrSie di 
Sin-Pd: la chantrerie de Saint-Paul. 

ChantrSie, s. Chant d*ensemble ; lieu 
oil Ton chante. — Gna chantrSie la ded 
ftie par sanuUnn : il y a Ik musique vocale 
deux fois la semaine. 

chABti, s. Chantre, celui qui chante 
au service divin ; machicot. — Li maiss 
is chantt , li gran chantt : le grand chantre , 
pr^canteur ou pr^chantre. — Li baston 
cTchantt : le bdton de chantre. 

chaiP, s. Chape, large et long vdtement 
d'^lise, en manteau et avec agrafe. — 
C^esS't-d jama ki IS priiss mSlet n'chap : 
c*est au jour d'office solennel que les 
prdtres portent la chape, le pluvial, qu*ils 
sont chapiers. — LS parmin dinn chap : 
orfroi, parements d*une chape, d'une 
chasuble. — Chap di chSn(^n : <;hape de 
chanoine , manteau de drap ou de serge 
que les chanoines portent au choeur pen- 
dant Thiver. 

chaip, s. Chape, pi^ce de boucle par 
laquelle elle tient au Soulier ou k la cein- 



Digitized by VjOOQIC 



CHA 



170 — 



CHA 



ture. — Ligptnetti/bii del chap : Tardillon 
est d^tache de la chape. — Chap di 
tdkenn : chape de poulie. 

ciiapai , s. Ghapeau , coifi^ire des 
hommes et des femmes. — Blan ckapai : 
chapeau blanc. — Chapai di strin : cba- 
peau de paille. — Chapai a pan d*sauk : 
chapeau en pain de sucre. — Chaoai a 
kwenn : chapeau k comes. — Chapai 
d*8Clie : chapeau de sole, chapeau de 
feutre reconvert d'uiie pluche de soie. — 
Chapai d*kardinAl : chapeau de cardinal, 
chapeau rouge, plat et k tr^s-grands 
bords, avec grands cordons de soie rouge. 

— Penn d^on chapai ; bord d'un chapeau. 

— Kou d*on chapai : fond d'un chapeau. 

— Koirdai on riban d^on chapai: laisse, 
cordon ou ruban d'un chapeau; bour- 
dalou. — Pi d'chapai : champignon, sup- 
port sur lequel on place des chapeaux, 
des bonnets de femme. — Dind Vfacon a 
on chapai : donner la forme, la carre k un 
chapeau ; affWter un chapeau. — Melt si 
chapai : mettro son chapeau , se couvrir. 

— Disfi ou wests s*chapai : 6ter son cha- 
peau, sedecouvrir, mettrechapeau has (i); 
saluer. — K6 d'chapai : coup de chapeau , 
salut, salutation, r^v^rence. — Chapai 
d'kotieress : chapeau de maratch^re , cha- 
peau h grands bords. — Chapai d'bridli : 
chapeau rabattu. — Chapai d'Sin-Rok, 
chapai d'priiss : petit chapeau tricorne. — 
Avu n'bel pUm a s'chapai : avoir nne belle 
rosek son chapeau , avoir un bel avenir, 
de hautes espdrances. — Avu n'laitt plom 
a s'chapai : se donner un mauvais chapeau, 
faire tort h sa reputation. — Fr6 chapai : 
fr^re chapeau, moine subalterne qui en 
accompagne un autre; vers oiseux qui 
n'est fait que pour la rime. ^ Chapai 
d^pip : couvercle de pipe. — Chapai d^hach : 
couronne de fleurs k un flambeau 
d'enfant. 

Chapai, s. Feutre, ^toife non tissue 
faite en foulant la laine ou lepoil. ~ Dd 
smel di chapai : semelles de leutre , se- 
melles de chapeau. 

chaipai, s. Gros nuage noir au zenith. 

— Vodal on chapai hi va ioumi : voici 
un gros nuage noir qui va tomber en 
averse. 

ciiaiH^i-eiiiBai , s. Ghapeau-chinois , 
terme de musique militaire, chapeau de 
cuivre garni de clochettes.— L^ hUit d^on 
chapai'Chinoi : les clochettes d'un cha- 
peau chinois. 

ChaiH^i • eiak , s. Claque, chapeau 
aplati ou pouvant s'aplatir, propre k 
6lTe mis sous le bras. — Ltd Kon dd 

(i) Mfairt son chapeau eti an barbarisoie. 



h(^t pless on dd chapai cM : les faauts 
fonctionnaires ont des claques. 

Chapal-dfoiakral, S. Bolet, agaric, 
sorte de champignon v^n^neux qui crott 
an pied de» arbres. — lA chapai-iFmakral 
aswAgih li sonk dt kwaheiU' : Tagaric arrdte 
le sang des coupures. 

€hapai.d>riS(Mi, s. Fusain, boDnei k 
pr^tre , arbrisseau qui vient le long des 
haies, et dont le fruit, qui est rouge , a 
quatre angles comme un bonnet carrd. — 
Li boi dd chapai'd*priiss ess^t-on poixon po 
U biess : le bois de fusain passe pour 6tre 
mortel aux bestiaux. 

€haipai-«'0tB-J'haii, S. Sorte de COU- 

ronne faite de joubarbe. — Ci Pjoil 
d'Sin-Than k'on fai prizin d^on chapai 
d'Sin-J'han : c'est le jour de la Saini-Jean 
qu'on fait cadeau d'une couronne de 
joubarbe. 

cbApatnn, s. Grive, oiseau bon k 
manger, k plumage jaunfttre, el de la 
grosseur d'un merle; tourd ou tourdelle. 

— Gross chApainn : litome , grive k U^te 
cendr^e. — Cess-t-el saizon dt trok ki It 
chdpainn s'ikrAhct : les grives s'en- 
graissent dans la saison des vendanges. 

— Kd brume$r! on va hapS dt chApainn : 
quel brouillard ! on va prendre des grives. 

— FAlt di chdpainn on magn dt mdvi : k 
d^faut de grives , on mange des merles ; 
il faut se contenter de son sort, cdder k 
la n^ssite. 

Cha^^ei, s. Ghapelle, petite ^lise; 
lieux divers o(k Ton dit la messe.-^Chapel 
di Sin-Moir : chapelle de S*-Blaur. — 
Arginlrtie dHnn chapel : chapelle, argen- 
terie d'une chapelle. — Ifai«s di cht^l : 
mattre de chapelle, celui qui est charge 
de diriger le chant dans une ^ise et de 
former des enfants de choenr. 

Chupei, s. Gabaret od Ton s'arrdte 
dans le cours d'un voyage, dans une 
course. --On fhipu d^inn chapel di eial a 
Notru-Dam di HA : on entrc dans plus 
d'un cabaret quand on va d'ici k Notre- 
Dame de Hal. 

ciMipeir^to, s. Chapellerie, art do 
fabriquer les chapeaux, commerce de 
chapeaux. — Ji rn'o-t-ac^t rfm n'c/w- 
pelrHe : je me suis associd dans une 
chapellerie. 

chaM) s. Ghapier ou porte-chape, 
celui qui porte chape dans une ^ise. — 
Gnave^ n*dimaie d^fzainn di chapi a roffiss : 
11 y avait une demi-douzaine de chapiers 
k I'office. 

chaipiiai, s. Ghapitcau, partie du 
haut de la colonne qui pose sur le fDt. — 
Chqniai d*pilass, di haluss: chapiteau 
de pilastre, de balustre. — Chapitai d^on 



Digitized by VjOOQIC 



CHA 



- 174 



CHA 



nolin: ehapiteau d*ua moulm, eouver- 
tare mobile d'un moulin. 

€bapur^, V. (H chapitraie). Chspi- 
Irer, r^primander s^v^rement. — // a 
$tu chiipitr^ com i f& di s'monMonk : son 
oncle Ta s^drement cbapitr^. 

ckm^iUy 8. Chapitre, le corps des 
chaDoines d'une 6glise cath^rale ou 
collegiate. — Li dijiain iU chapiU : le 
doyen du chapitre. — AdnbU fchapiti : 
assembler le chapitre — Avu voi d. cha- 
pitt : avoir voix au chapitre. 

Chaipiu, s. Chapitre, partie» division 
principale d'un livre; sujet, mati^re, 
personne dont on parle. — .Ta U deH 
chapitt di nCliv : j'ai lu deux chapitres de 
mon livre.— No u'eitan ninioci ehapiU la : 
Bous n*en sommes pas sur ce chapitre ; 
nous ne parlous pas de cela. — Cum- 
t-Artik la deH-t-ess mHow t prumi chapitt 
dd bttdjet : cet article est imputable sur 
le premier chapitre du budget. — Li 
chapitt d^'Zrokcidm : le chapitre des acci- 
dents (ou des incidents). — Lt pv Ion 
chapitt del vtcdrrdie c't Vd d^ kreH : dans 
la vie de Thomme, le plus long chapitre 
est celui des adversity. 

chapiet, s. Chapelct, grains enHl^s 
sur chacnn desquels on dit une pri^re. — 
PeU d'chapUt :. grains de cfaapelet. — 
P&ttnoss di chaplet : gros grains d'un 
chapelet, ceux sur lesquels on dit le 
pater. — Frii en chaplet : dire un chapelet. 
— CesS't-onk ki vin dt chaplet^ dt boton t 
^tote 8&r : c'est un mattre paten6trier. — 
DifiUs' chaplet: d^filer son chapelet, re- 
citer en detail et de suite tout ce qu'on 
sait sur une mati^re; adresser ^ quel- 
qu*un tous les reprocbes qu'on pent avoir 
^ lui faire. 

ch»Fit, tr, s. Chapelier, qui fait ou 
vend des cbapeaux. — Ovr6 d chapH : 
travailler au metier de chapelier, a la 
chapellerie. -— U boHk d'on chapU : la 
boutique d'nn chapelier. 

€h«Fiiii, s. Chapelain, pr^tre qui 
revolt des appointements pour dire la 
messe dans une chapelle. •— No fd pM 
noss Chaplin : nous devons payer notre 
chapelain.— On li w&Lt in pless di chaplin : 
on lui reserve une chapellenie. 

€h»PB^, V. (Ji chapnaie). Se retirer 
au lieu d^^panouir. — Ld fleiir dt mdlaie 
en chapnd ciss-t-dnnaie : les fleurs des 
pommiers se sont retirees cette ann^e. 

duipneeh, s. Action dese retirer, de 
seracomir. — Ji krin Vchapneg dd-z-db, 
i fai tro freH ; je crains le racomissement 
des fleurs des arbres, le froid est trop 
vif. 

diiip^a, s. Chapon, coq ch&tr6; cha- 



ponneau, jeuno chapon. — Chapon d' Hen- 
oaU : chapon de Hesbaye ; barde de lard 
r6tio. — - A glo magneH , chapon d"^ meH : 
chapon de huit mois, manger de rois. 

€iiap*B^, V. (Ji chaponn ^ji chapon- 
naie), Chaponner, chairer un jeune coq , 
un cochet. — Chapon^ n'cop di cokat: 
chaponner une couple de cochets. 

chap«Becii , s. Action de chaponner. 
~ Po Vchaponechy houkt n'dtt ki mi : pour 
ce qui est de chaponner, adressez-vous k 
un autre que moi. 

€hap*»et,s. Ghaponneau , diminutif 
de chapon. — St ragostt d'on chaponet : 
se regaler d'un chaponneau. 

ciMip«Btr, s. Chaponni^re, vase de 
cuisine pour faire cuire un chapon en 
ragoAt. — Chapontr dHnk : chaponni^re 
de zinc. 

chaipoB-s^r^t , s. Chapon - Scraing , 
commune du canton de Bodegnde, h 
9 kilom. de Huy. Pop. 340 hah. Sup. 
425 1/3 beet. 

ciMip^Hiett, s. Gapuchon de hotteuse. 

chaipurMiiey s. Grand coup de cha- 
peau , salutation affect^. — DispCHe ki 
fsO't-dekteUr^ i m'fai dt chapumaie juska 
rtair : depuis que je suis ^lecteur , il me 
fait de profondes r^v^rences. 

Chaiparai^, V. (Ji chapumoie), Ghape- 
ronner, conduire une jeune personne 
dans le monde. — Ce$9-4'inn vtie matantt 
kt rchapumaie : c'est une vieille tante qui 
la chaperonne. 

€iMiiparn6, V. Ghapcrouner, faire un 
chaperon k un mur. — Voss meUr t hd 
flc^, ftl chapumt : votre mur est assez 
eiev^, faites-le chaperonner. 

cii«p«nMeii, s. Action de chape- 
ronner. — Dispaichiv d'achtvt Vchapurneg 
di m'meir : h&tez Tach^vement du cha- 
peron de mon mur. 

Chaipvron, s. Ghaperon, haut d*un 
mur de cl6ture fait en forme de toit. — 
Li meiir va-t-ess fai, gnapu ki Vchapuron 
a mett : le mur va 6tre achev^, il n*y 
manque plus que le chaperon. 

cii«ip«r«n, s. Ghaperon, coiffe avec 
bourlet et queue; chausse de docteur, 
pidce d*(5toffe que les membres des uni- 
versit^s portent sur T^paule. — Mett on 
chapuron : enchaperonner , couvrir la 
t^te d*un chapeau. 

chAr I s. Ghair, substance molle et san- 
guine du corps animal. — Li vif chdr, 
la chair vive. — H arech intt k^r t chdr : 
il enrage, il peste entre cuir et chair. — 
El lai vei s'chdr : elle montre sa viande , 
elle se montre k nn. — Ti va printt inn 
chimih plintt di chdr : tu vas prendre une 
femme qui n'a que son corps et sa che- 



Digitized by VjOOQIC 



CHA 



172 



CHA 



mise. — - Soula nCfai vni a chdr di pdU : 
cela me fait avoir la chair de poule. — 
Uadel moitt cMr dizo U bress : c'est un 
paresseux. — Avu Vchdr chdti : avoir du 
foin dans ses bottes, 6tre dans Taisance ; 
avoir beau jeu. 

ChAr, s. Viande« chair des animaux 
dont on se nourrit. — Ch&r di vach , di 
boUf, di vai , dipoursai, di moutan: viande 
de vache , de boeuf , de veau , de cochon , 
de moulon. — Gran magneH d^chdr : car- 
nassier, carnivore. — Grow /><»« dic/wlr ; 
abat-faim, grosse pidce de viande.— Botir 
del chdr : bouillir de la viande. — Bait li 
ch&r : mortifier la viande. — Del navel 
chdr : viande fratche, viande neuve. — 
Chdr del hal : viande de boucherie. — 
Foumtry odeUr del chdr : le fumet de la 
viande. — Ciss chdr la d ptzanit : cette 
viande est de dure digestion. — Del 
kdgniess chdr : chair coriace. — Pik6 del 
chdr : piquer, larder, harder, entrelarder 
de la viande. — Del noHrihanit chdr: 
viande substantielle , succulente. — Del 
chdr hinaie : viande faisand^, vende, 
hasard^e. — Chdr salaie : boDuf sal^. — 
Ju (Tchdr : pressis. — Chdr di kwarem: 
viandes de carSme, poissons. — Chdr kdU 
a filet : viande cuite en charpie. — Ldjad 
magnan chdr : le charnage, temps pendant 
lequel il est perm is de manger de la 
viande. — CessA-o^ maik, on n'magn 
nin del chdr : c*estaujourd'hui abstinence 
de viande. — Chdr fai chdr : la viande 
fait bon corps, la chair nourrit la chair, 
la viande est le meilleur aliment. — Chdr 
di pdhon : chair de poisson. — Chdr d'an 
flru : chair d*un fruit. — Ci dd biess ki 
s'nadrihet d'chdr : ce sont des animaux 
carnassiers , carnivores. 

diAr, s. Berceau de jardin, voAte en 
treillage, all^ en berceau, allee cou- 
verte , salle, feuillee. — Jansno-z-acir d 
chdr : allons-nous asseoir dans le berceau, 
sous la tonnelle. — Vossjdrdini s6 binfd 
Uchdr ; votre jardinier fait bien les treil- 
lages, c'est un bon treillageur 

ChAr, s. Chariot, voiture k qualre 
roues k Tusage des rouliers. — Chdr di 
Braibant, chariot de Brabant. — On chdr 
chergi : la charge d'un chariot. — Chdr 
di trionf: char de triomphe ; quadrige. 

ChArabaB , s. Char-k-bancs , voilure k 
quatre roues longue et basse. — L^ c/wi- 
raban d'Chdfontainn, di Jmep, di Tank, d'A i- 
wate: les chars-k-bancs de Chaudfontaine, 
de Jemeppe, deTongres, d'Aywaille. 

Chaniiiiii, s. Brouillamini , bruit 
confus, charivari. — Ki charabia di 
nCbaston ess soula f quel vilain sabbat 
est-ce Qa ? Voy. iLahv. 



CharAu, s. Charade, sorte d*^nigme 
ou de logogriphe dans laquelle chaque 
partie d*un mot forme un mot. Exemple 
sur le mot Haie-ted : nU to klaw mi pmnU 
so nCditrin. 

€har«ii, s. Charge, toute d^pense, 
tout ce qui met dans la n^cessit^ de faire 
une d^pense. — Ta m'pir 6 m'vUr a md 
charch : j*ai mes parentis k mes charges. 

— Fd louki di n'ess a charch di persone : 
il faut tocher de n'fitre k charge k per- 
sonne. — Po vinti inn mohonn, i fd-t-on 
kmet di charch : pour vendre une maison , 
il faut un cahier des charges. — Gna d6 
tbnwn a charch d a dtcharch : il y a des 
t^moins k charge et k d^harge. 

ciiarcii , s. Charge , attaque imp^ 
tueuse d'une troupe.— Jf/wir^ on rtra»chr 
min d pa d'charch : emporter un retran- 
ment au pas de charge. 

ciMiriiAf, adj. Charitable, qui a de la 
charity pour son prochain ; aum6nier , 
bienfaisant, liberal, hospitaller. — Kon- 
sHe charitdf: conseil , avis charitable. — 
On trodftodi dt-z-dm charitdf: on trouve 
toujours des personnes charitables, com- 
pktissantes. — Pedp ki nV nin charitdf: 
peuple inhospitalier, qui est connu pour 
son inhospitalit^. — Ci »'^ ninUpu riche 
kisonU pu charitdf: ce ne sont pas les 
personnes les plus riches qui sont les 
plus grandes aum6ni^res. 

ciiartUiffiiiin , adv. Charitablemeni , 
d'une mani^re charitable, par charity. — 
Aidt, rikfoirti charitdfmin U pdf: assister, 
reconforter charitablement les pauvres. 

— Rimostri charitdflnin : remontrer cha- 
ritablement. 

eumriUj s. Charity, amour qu*OQ a 
pour le prochain en vue de Dieu; aum6ne, 
carislade, bienfait, don, lib^ralit^. — 
DimaiuU I'chariti : la caristade; mendier. 

— F6 soula par chariti: faites cela par 
charitd. — Fi n'odv di charUi : faire une 
oeuvre de charity. — CharitS (Tko^ : 
charite de cour. 

chariTftH, s. Charivari, crierie; mau- 
vaise musique, toutes sortes de bruits. — 
On-z-a mini on famed clmivari: on a fait 
un terrible charivari. Voy. Arech. 

ChArkutt, s. Charcutier, celui qui pre- 
pare et vend de la chair de pore, des 
boudins, etc. — Cess-t-on chdrkuti ki fin 
di bonni sddss : c*e$t un charcutier qui 
fait de bonnes saucisses. 

ChArkvti^ie, s. Charcuterie, etat et 
commerce de charcutier.— Jt va fi h'botik 
di chdrcutrdie : je vais faire le d^bit de 
charcuterie. Voy. ■•iik-iii-pa«nMii. 

ChAriaian, s. Charlatan, vendeur de 
drogues, marchand d'or\i^tan; hfibleur. 



Digitized by VjOOQIC 



CHA 



— 475 — 



CHA 



craqueur, jongleur. — Voss mSttcin ess- 
t-oH chArlatan , an dokteiir d jtiU vess : 
voire medecin est un charlatan , e'est un 
empirique. — Gna dt chdrlatan dvin to Ih 
mesH: ilya des charlatans dans toutes 
les professions. 

ChAriftfan^, V. (Ji chArkitanaie,) Char- 
lalaner, faire le charlatan. — / n*w p/at 
k'a chArlatani: il ne se complatt qu'k 
charlataner. 

CMrlaianeeh ^ CbArlalannr^ie , 8. 
Charlatanerie , charlatanisme , diseours 
artificieux pour Iromper quelqu*un, hA- 
blerie, oraquerie; empirisme. — To sou 
ki dt, to sou ki fat, ci n't k'del chArla- 
tannrHe : tout ce qu*il dit, tout ce qu*il 
fait, ce n'est que charlatanerie, que 
jonglerie. 

ChArieeii , 8. Charronnage , art , ou- 
vrage du charron. — Boi po rch/trlech : 
bois de charronnage. 

ChAriff, s. Charron, artisan qui fait 
des trains de carrosse, des charrettes, 
des brouettes , etc. — Ovreg di ckdrii : 
charronnage, ouvrage de charron. 

CkAritr, s. Chami^re, deux pieces de 
m^tal enclave et jointes par une broche 
qui les traverse. — Chdrlir d'inn boitt-al' 
sinouf, d^ott cotnek : charni^re d*un taba- 
ti^re , d'un couvercle. 

ChAri«, s. Charles. Voy. chAi. 

€bArt«u, s. Charlotte, nom de femme. 
— Cd Chdrlott Cordai k'a moudri Mara t 
bagn : c*esl Charlotte Corday qui a assas- 
sin^ Marat dans le bain. 

€hAri«u, s. Charlotte, marmelade de 
pommes entour^ de morceaux de pain 
grille et (riis.—ChArlott riciainn : cnar- 
lotte russe, faite de crfime fouett^e et 
entour^ de petits biscuits. 

ciiaraaM , aMU , adj. Charmant , 
agrdable, ravissant. — SpA t Chdfontatnn 
c'i dd charman-z-androi : Spa et Chaud- 
fontaine sont des lieux charmants. — 
Ell a n*charmmtt voi : elle a une voix 
charmante. 

CbArBi^, V. (Ji clUtrmaie,) Charmer, 
produire un effet extraordinaire par 
charme, par enchantement ; ensorceler, 
enchanter, faire illusion, fasciner les 
yeux. — / pinsa kisi jvA cMrmify paskH 
n*si pola logi fo^ di s'pless : il crut que 
son cheval ^tait charm^ parce qu*il ne 
put quitter sa place. 

ChAra^, V. Enrager, lasser par impor- 
tunity. — Ni chdrmaie-l'i nin A vni hufid t 
tarUU6 dzo mt figfiess? n*a-t-il pas le 
diable au corps de venir siffler et chan- 
tonner sous mes fen^tres? 

CkAnBeek, s. Charme, sortilege, sort, 
enchantement, ensorcellement, fascina- 



tion, goetie, illusion, magie, prestige, 
sorcellerie. — CAAr»w!cA, boign nUcech: la 
pr^tendue magie n'est qu'une billeves^e. 

chArmeft, s. Cclui qui charme, per- 
sonnage prestigieux ; sorcier. — Li ban 
tin d pac6 po U chArmeC : le bon temps 
pour les sorciers est pass6. 

ChArnaht, V. (Ji chAmah h ji chAma- 
haie ,) Harnacher ou enharnacher, mettrp 
les harnais h un cheval. — JijvA d drol- 
dimin cJiAmahi: ton cheval est drdlement 
enharnach^. 

ChAnmle ^ ChArneeli, S. Chamage, 
temps oil il est permis de manger de la 
viande. — On-z-ainm mt rchAmech ki 
rkwarem : on aime mieux le chamage 
que le carfime. 

ChAmai, s. Charme, arbre de haute 
tige , qui pousse des branches d^s sa 
racine, se pr^tant h toutes les formes 
par la tonte. — Alaie , berfd d^chAmal : 
all^ , berceau de charmes. — JAnn chAr- 
nal: charmille, jeunes charmes, petits 
charmes. — Pdpinir di chAmal : char- 
moie, lieu plants de charmes. 

ciu^n^i, adj. Charncl, qui appartient 
^ la chair; sensuel, voluptueux, lascif. 

— P^hi chAmal : p^h6 charnel , p<k5h6 
de la chair, oeuvre de la chair, coTt.— 
Om chAm6l: homme incontinent, adonnd 
^ rincontinence ; ^picurien , sectateur 
d'fipicure, de T^picurisme. —Jijenn^ c'd 
nCfeum cfUtmdl : Jeanne est ma femme 
legitime. 

ChAm^iMin , adv. Chamellement , 
selon la chair; sensuellement , lascive- 
ment. — Kinoh in feum chAmdmin : con- 
naftre une femme chamellement. 

chArneH, s. Chameux, commune du 
canton de Herve, k 18 kil. de Li^ge. 
Pop. 2,260 hab.— D^/iAw;/, dvekdi Nameilr, 
d n6 a ChArncH : Dehesselle , 6v6que de 
Namur, est n^ h Chameux. 

charneftr, 8. Chamure, parties char- 
nues , quality de la chair de Thomme. — 
U a n'tro mol chameUr : il a la chamure 
trop molle. 

ciu^Bt, s. Chamier, lieu o(k Ton garde 
les viandes sal6es ; lieu convert od Ton 
met les ossements des morts.— Mtt^ dss 
linw di hoU^f la t chdmi : mettez cette 
langue de boeuf au charnier. 

chArM«u, aw, adj. Chamu , bien 
fourni de chair ; dodu , riche en embon- 
point. — On koir cfiArno^ : un corps 
charnu .— Di ckAmowepreunn : des pmnes 
charnues. 

ChArpavt, V. (Ji chArpoUioU.) Chif- 
fonner d'une mani^re indirecte. 

ciMiBiii) s. Chasselas, raisin; ciotat. 

— Vos laip esS'Uon chasla : votre cep de 

TOME I. 24 



Digitized by VjOOQIC 



CHA 



m — 



vigne est un chasselas. — Chasla dor4 : 
blanquette , chaeselas dor^. 

€%A«ieil, eftM, adj. Calcaire* que 
Taction du feu peut changer en chaux. — 
Tdrin chdsM : terrain calcaire. — Pir 
chAskilfis : pierre calcaire. 

€hA«B^, V, (Ji chdsmie,) Chauier, 
preparer ie b\6 avec de la chaux pour le 
somer ; mettre de la chaux sur los terres. 
— * ChdsiU an bouni tTtair : r(^pandre de la 
chaux sur un bonnier de lerre. 

ChAflaeek, s. Chaulage , action de 
chauler du bid. — U chAsneg rafoircik U 
grin: le chaulage raifermit les bids. 

ciiAsneA, s. Celui qui chaule. — Divin 
mt'Z'Wri^ gna treA ch4sneA : trois de mes 
ouvriers chaulent. 

ChAM, 8. Bas, vdtement qui sert h 
couvrir le pied et la jambe. -— Dd bleUv^ 
chAsi : des has bleus. — Chd$8 a r&ie : baa 
rayds. — Dd chd»s & mesH : has d'estame, 
has faits au meiier. —MdU sd chd98: mettre, 
chausser ses has. — SdcM vo chAss : tirez 
vos has. — L^ toum4 »^ chMs : laisser 
tomber ses has. — Rinawtf mm^U d4 
chdss: ravauder, ressemeler des bos. 
— Faum d chiss : moule de has. — Fiair- 
d^chdts : aiguille ou broche k tricoter. — 
F4 di chdas : tricoter des has. -- Fress 
di ck^$ : tricoteuse , qui fait des bas. -- 
U chd98 di s6ie 8(m pu-ZrdhHe a mett ki U 
cUs di fi : les bas de soie sent plus chaus- 
sants que ceux de (il. — Loiain d'chdss : 
jarretidre. — / n'a ni chdss ni soU : il a 
des souliera et des bas usda et porod»t il 
marche sur la chrdtientd. — /t n'a nin 
oHie faionffon d^ck&ss : je a*ai pas tricots 
aujourd'hui une §eule maille. -— N'ov nin 
onvt pi d^chdss po rhurd U makloit d4 lUr 
di fed ? n*avez-vous pas un vieux bas pour 
frotter les pommeaux de la grille du foyer? 
^Marchan d^chdtts 4 d'bonei : chaussetier, 
bonneticr , marchand de bas et de bon- 
nets.^ Chote-^chdss : faineant, truand , 
batteur do pavd. 

€k*Mi, 8. Chaux, pierre calcinde par 
le feu ; plamde. — Del vif chdnt : chaux 
vive. — • Pir al chdss : pierre calcaire. — 
Fontl del chdis : dissoudre de la chaux.— 
F&r al chdss : four k chaux. — l^oti di 
chdss : chaux non pulverisde, ^ U hdgn 
d'uitl d d'od konitnd del chdss: les ooquilles 
d'huttres et d'oeufs contienaent de la 
chaux. 

ckA«a«4Uffe««, s. Tricoteuse. 

chAM-pt, 8. Corne, chausse*'pied , 
morccau de cuir , de come ou de fer , 
sur lequel on fait glisscr le talon , pour 
mettre les souliers. --- iVi sdriv meti vo 
sol6 sin chdss-pt? ne pourriez-vous pas 
chausser vos souliefs sansehausse-pied? 



CHA 

chAsit. 6. Chaussetier, marchftDd qtti 
faitet qui vend dee bas » des bonnete, Voy. 
wmhti. 

ctoAMMMp, 6. Gbausea-trappe , petite 
machine de guerre pour enferrer ies 
hommes et les chevaux; pidge pour 
prendre les b^tes puantes ; chardon 6U>\16. 

ciiAsir^, V. Chauler. Voy. ckAsa^. 

ckatiniiB, s. Chdtiment, peine souf- 
ferte pour une faute; punition, correc- 
tion. -* Dini on ruU chatmin : iniliger un 
ch£^timent sdvdre, rigoureux. - Ld kalim 
poirtet M chatimin dvin zel mainm : les 
mechants portent dans leur coeur Tiiis- 
trument de leur supplice. 

ckaiiB,adj. Ch&tain, quiestdecouleur 
de chdtaigne. — D4 jvet chaiin : cheveux 
chStains. — Dejvet cUr chatin : cheveux 
chdtain clair. 

chmU e €iuit#B, 8. Rdprimande« 
savon , admonition. — // a-t-awou on famH 
chaid di s'mms : il a regu une rude 
admonition de son mattre. 

cMtr«A. •All, 8. Chartreux, reli- 
gieux de 1 ordre de S^Bruno. — Kopin 
dXhdtroU : Chartreuse, convent de Char- 
treux. — jU chdtroA n'viket ki d'piham : 
les chartreux sent ichtyophages , ils 
vivent prineipalement de poissons. — 
Vik4 com on chdlrod : vivre en chartreux « 
manger beaucoup de poissons. 

ckAir«A , 8. Chartreuse , mets compost 
du melange de plusieurs Idgumes. 

€iiAtr«A, s. Chartreux ou chat char- 
treux, chat dont le poll est d*un grit 
bleufttre. 

Ckavale d CkavAi^, 8. Chemin creux; 
gour, creux produit par une chute d*eau ; 
ravin. — No-z-<ivan sdlU ko trass chavaie : 
nous avons sautd un grand nombre de 
chemins creux, d'excavations. 

ckavA , V. (Ji chaf d ji chavaie , no 
chavan.) Creu»er, rendre oreux; oaver, 
degravoyer, ddchausser. — Laim ckn 
li pir : I'eau creuse la pierre. — Ugrant^ 
z-aiw on vnou chav6 ci medr la : les iaoo- 
dations ont ddgravoyd ce mur. 

Ckav«ek , 8. Ddgravoiement, effet d*une 
eau courante qui ddgravoie, qui creuse 
les murs. ~ Li chaveg dt pHott fjret witgud 
rbait : le ddgravoiement des pilotis fera 
dbouler le chemin de halage. — lA clumg 
dd poumon ess-t-on senn d^^^xHe : la oor- 
rosion ( ou Tdrosion ) du poumon est un 
indice de phthisie. 

CkaveAr, 8. Corrosion, excoriation.— 
Avu n'chdve^r d trd d^podri : avoir une 
corrosion k Tanus. 

chAvi«it, s. Giroflde qui n*a pas fleuri. 
-^ Pacd riviair a on chdvioU : passv Thiver 
k une giroflde* 



Digitized by VjOOQIC 



CHA 



- 115 - 



CHE 



ciiAw, 6. Cboooas, esp^ce do petite 
eoroeille. 

Ch*wii, Au, s. Piailleur, criard , 
criaiiieur, brailiard. -^ Si feum eas4'inn 
fame^ chawOtt : sa femme est udo fi6re 
piailleuse, unecriarde insupportable. 

ckuwAk, s* Hu^e, elameap, cfis 
confus. — M chawAh kwan d sola B'a 
MOstrS ! quelle huc^e g^n^rale quand ce 
fou s'est montr^ ! 

CkAwfti , 8. Perdrigon violet, sorte de 
prune de la Catalogue. —Chdwai d'VizS : 
perdrigons de Vis^. Voy. ptiiIm. 

chm^4>j\. (JichawJV'mlier, criailler, 
pousser des cris, huer. — EB9-ti permi 
d'ohawShtsi? est-il permis de eriailler de 
la sorte ? — Li richd ei FkoimHe ehawet : 
le geai ei la corneille sent des oiseaux 
cpiards. 

Chaweek, s. Cri ^clatant, action de 
eriailler. Voy. ckawrfete. 

cka^«i. 8. Indiscret, importun. — 
Taiss'tu , chatvet, ti n*ii tai mdie : tais-toi , 
babillard , tu ne saurais jamais te taire. 

Ckaweti, s. Chouetee, orseau de nuit 
qui tient du hibou et dn chat-huant ; 
tenne injurieux. — Li ehmeltaonM kri : 
le m de la ebouette est d^sagr^ble. 

CliaweA, rem J 8. Criafd. Voyez 

ciiawt) 8. Norn propre hiistorkpgte pour 
designer un individu laid et imbecile. — 
U ess-l-od lai k'ckawi : il est d*une laideur 
fepoussante. (C^tait aussi un sobriquet 
donn^ bassement h I'^v^ue Zaepfel. ) 

chAwrMe, 8. Piaillerie, oriaHterie, 
eris confus. -^ Kwm toil ct kraplfii la 
an stu vn&w, d fauri ifchawrdh a rtvinU 
to VvinAf: quand toutes ces filles furent 
Tcnues , on entendit une eriaillerie qui 
^tourdit tout le voisinage. 

ckawMri , s. Chauve-souris , quadru- 
p^de nocUrrne , h membranes poirr voler ; 
foussette , rougette , Yampiro. — l^ 
ehawgori ni kmnuiei a voU k'al nuit : les 
elrtuves-sourig ne commencent k voter 
que le soir. 

ckawt^, V. (Ji ehawtaie.) Diminutif de 
Cha^^. Jaeassef . 

Ckawir^le, s. Diminutif dickawr^te. 

ckaattb, s. €baduble, ornement que 
le pr^tre met par-dessus Taube et I'^ole 
pour dire la niesse. — Parmin d'inn 
chazub : orfroi, tissu d'ork une chasuble. 
^Meii^ i%9f6 Tchazu^y mettre, 6ter la 
chasuble. — Chazub di diak i dsou diak : 
dfflmatique, tunique des pr^tres quand ils 
serx'ent la messe. 

ehasaMi, tr, 8. Chasublier, ocrvrier 
qui fait de touted sortes d'omemcnts d'^- 
giise. ^^ On ban chazMt wangn Mn tt'vHe : 



un bod ebasublier exerce une professton 
bien lucrative. 

eikheeUj eftM, 8. Chasseur, qui aime 
la chasse ; giboyeur, perce-for^t, bouca- 
nier. — 0» n'veA k'di clUceH to-t-avd Id 
chan : on ne voit que des chasseurs par 
toute la campagne. — Dd feum m&ueHe a 
ckdce^s : des dames habill^es en chas- 
senses. — Li jat^ d*Sin-Houbair ^ c't fiess 
po U chbCiA : le jour de S^Hubert est une 
f^te pour les chadseurs. — On krdnn 
ehtce^ : un perce-for^. — Mess di chtceH : 
messe dite ^ la hdte. 

cii^«e(ki< 9 8. M^che d*Bn fouef , d*une 
^courgde. — Aie^ in'a not chdceUtt a s'korih ! 
ah ! son fouet manque de m^he « il est 
mal mont^ ! 

Check, s. Charge, fardeau, faix , 
somme. — Chech d'on batai ; charge, 
chargement, cargaison d'un bateau , d'un 
navire , d'un vaisseau. — Cheg dHnn dgih : 
Sn^, charge d*un fine. — Enn n'(ri6 al 
' ch^ch d rivm al $M: 8*en aller chargd ct 
revenir ^ vide. 

Ck^t, 8. Chassis, onvrage de menui- 
serie formant cadre; ce qui encbSsse. *- 
Chiei a panai t chassis k panneaux. — 
Chtct doirman : chassis dormant. 

ck^t, V. (Ji chess y no chican, ji 
chesret.) Cbasser, aller h la chasse; 
giboyer, poursuivre le gibier; boucancr. 
ChM A Hf 1 courre le li^vre. — Chtei 
avau dd ross di chin : chasser avec des 
hourets , hourailler. — Voch^otsomdiair : 
vous chassez sur mes terres ; vous em- 
pi^tez sur mes attributions, sur mes 
,drwtd , etc. — / n'/a nin ehtd deH Hif a 
n'feie : il ne faut pas courir deux li^vres 
k la fbis; qui court deux HMtcs n'en 
prefld wicun. 

ck^t, v. Chasser, mettre dehors avec 
violence; expulser, d^busquer, mettre 
en fufte. — On Pa chtci foU ddpni com on 
kapon : on Ta chass^ comme un coquin 
hors du pays. — Chdd A kou : prosser, 
exciter, talonner , pousser k faire quelque 
chose. — Chdct d v&ie a Vouh : chasser a 
la porte. *- Si f6chtci tvdte : se faire ex- 
pulser. — Chbci on klA t meUr a cd 
d'mdriai : chasser un clou dans le mur k 
coups de marteau. — U fin chess U lea 
fo^ ddboi:h faim chasse le loup hors du 
hois ; la n^cessit^ force un homme h faire 
malgr^ lui beaucoup de choses pour se 
procurer de quoi vivre. — Rim6U ki chess : 
remade aperitif, diur^ique, qui deter- 
mine Texpulsion des mauvaises humeurs. 
-- On m chess rotf : un clou chasse 
Tautre ; une mode nouvelle fait oublier 
Fancienne ; un amant en a supplant^ un 
autre. 



Digitized by VjOOQIC 



CHE 



— 176 



CHE 



Ck^i, V. £tre en chaleur, en rut. — - 

— Nos8 ieh hi chess : notre chienne est en 
chaleur. — U colon hi chdcd-t-a covech : 
les pigeons sent en chaleur. — Li vach 
chess a torai : la vache est en chaleur, 
clle app^te le m^le. 

ck^t, V. Faire du \ eni.^ I chess po ci 
trd la: il y a un air, il vient de Tair, il 
vient un vent coulis par ce trou. — / chess 
poUh'tveiirdiciss fignessla{i):M yades 
fentes d'air par cette croisde. — Ji sin 
chtd so md spal : je sens un vent coulis 
qui me donne sur les epaules. 

ckeei ^ €kAc6, V. Chasser, executer 
le pas de danse appel^ chassS. 

€h^et-A-k««, V. Talonner, aiguil- 
lonner. — Voy. Eff«uw^. 

€h^t-ff«A, s. Boute-hors, jeu. — Jow6 
d chdci'fod : joucr h boute-hors. 

€h^ct-i^-ni«h, V. Cmoucher. Voy. 

€h^ff, s. Chef, celui qui est k la t^te 
d'un corps , d'une assembl^e , etc. , qui a 
le premier rang , la principale autorit^ ; 
president , commandant sup^rieur , cid ; 
commettant. — LiRoi^ Vch^fdi to Vpat : 
le Roi est le chef de I'Etat. — Li Pdp d 
Vchif di r&gliss : le Pape est le chef de 
rEglise. — /^ horn st ch^f: il faut ob^ir 
a ses chefs.— Chdfdi poss : chef de poste. 

— Chdfdi burd : chef de bureau.— Ch4f 
di kouhenn : chef de cuisine. — G^n^dl 
an chif: g^n^ral en chef.— C^/'di bonU: 
chef de bande. 

ch^ff, s. Ch^vre, machine propre k 
Clever des fardeaux, des poutres, etc. — 
F&rei VcUf po monU U pir d deuzinm 
ostech : la ch^vre sara necessaire pour 
guinder les pierres au second 6tage. 

cheiei, s. Traversin. Voy. Che^st. 

ck^ff-iieu, 8. Chef-lieu, ville ou com- 
mune principale d'une division admi- 
nistrative du pays. — Noss viech dTch^f- 
lieu dt kanton : notre village est le chef- 
lieu du canton. 

chMr, s. Chaise, si^gequi a un dos- 
sier. — Ch^r di boi, di strin^ di vl^Qr : 
chaise de bois, de paille, de velours. — 
Dt bourait chHr : chaises bourr^es. — 
Aspota ou esponss dx chtit : dossier d'une 
chaise.— Witkfe di chdtr: fourreau, housse 
de chaise.— Si feumdtodi Ckou so n*chHr : 
sa femme s'accagnarde dans une chaise. 
—ChHrdiBavir : chaise k porteurs (pour 
rhospice de Bavi^re. ) — Li feum kt meit 
U chtlr : loueuse de chaises. — PoirU al 
chtlr li Roi (ou dt Roi) : mot k mot : porter 
h la chaise du Roi ; se ditparticuli^rement 
d'un enfant que deux personnes portent 

( I ] /< cka$$et U lire, n'est pM ftan^is. 



coi^ointement sur la main droite de Tune 
et la main gauche de Fautre reunies, les 
deux autres mains tenant Tenfant par 
les bras respectivement. — Ess inti deA 
chHr likoud tair : 6tre le cul entre deux 
selles. 

cii^reMi , s. Chargeuse. Voy. cherse^k. 

ck^iiB, s. Schelling, monnaie d'ar- 
gent en Angleterre; elle vaut environ un 
franc 25 centimes. — Vin chUin fet n'Uv 
sterlin : vingt schellings font une livre 
sterling. 

ciieniBAie, s. Tranche de lard. Voy. 

€kevB«le. 

ckemat, s. Braise, bois reduit en 
charbons ardents. — FeA di chemni : 
brasier , feu de braise. 

€h^B«, s. Panier. Voy. Banstol. 

ch^nA, s. Goutti^re, tuyau, conduit 
pour rdcoulement des eaux de dessus le 
toit; barbacane.— C/i^nad* ted: cheneau 
ou chenal , conduit de plomb ou de bois 
pour la d^charge des eaux du toit jusqu*^ 
la goutti^re ; noulet. 

ch^BA-d'ni«iiii , s. Ab6e, ouverture 
par laquelle coule Teau d*un moulin. 

ck^nAHiA, V. (Ji chindrdaie,) Faire le 
chenal avec ses ailes (se dit d*un pigeon). 

ck^nArdeek, s. Action d'un pigeon 
lorsqu'il fait le chenal avec ses ailes. 

ck^BlkHieA, s. Pigeon qui fait le 
chenal avec ses ailes. 

chenii, 8. Chienne, femelle du chlen ; 
lice , femelle du chien de chasse — Li 
chenn ajdnnU : la chienne a chienn^. 

ekesB^ s. Chanvre, plantequi portele 
ch^nevis : filasse qu*on tire de son ^corc«. 
— Raskoi^ brot del chenn : cueillir, broyer 
du chanvre. — Toite del chenn : tortiller , 
cordonner du chanvre. — DeMnm pdott 
di chenn : tille. — Chenn bastdte : gal^psis , 
chanvre bdtard. 

Ck^na , S. Ch6ne. Voy. CkA^s. 

€heiiii-«iBiiiiMi, s. Ch^nevis, graine 
de chanvre. — Tapd del chenn-^iminss a 
koUm , s'enn nd mdid dbagdi Foiihai : jetez 
du ch^nevis aux pigeons et mettez-en 
dans Tauget de Toiseau. 

ckennit, s.Celui qui travaille ou vend 
le chanvre. 

ckennvtr, s. Ch^nevi^rc, champ ou 
crott le chanvre. — Mett dd spawta divim 
n'chennvfr : placer des ^pouvantails dans 
une chdneviere. 

ch^ii«iieMi, s. Chanoinesse, Glle qui 
poss^de une pr^bende dans un chapitre 
de filles. — ok chapitt di chtnoness: un 
chapitre de chanoinesse. 

€h^B4Bii , s. Chanoine , celui qui pos- 
sdde un canonicat dans une eglise cath^ 
drale ou coU^giale.— L^cA^iM)mi<fi Sin-Pd : 



Digitized by VjOOQIC 



CHE 



177 



CHE 



les chanoines dc S^PauI. — Offlss di 
ch^ndnn : office canonial. — Mohonn di 
chin&nn : maison canoniale. — Cfiap di 
chin&nn : cbape de chanoine , manteau de 
drap ou de serge que les chanoines 
portent sur la poitrine pendant Fbiver. — 
Vizegdi chdn^n : face de chanoine, figure 
fratche et rebondie. — Adnblaie di chdndnn: 
assembl^e capitulaire ; les chanoines 
assembles capitulairement. — Min6 rCvtie 
di ch^n&nn: mener une vie canoniale, 
une vie douce et tranquille. 

cii^ii«BBr^ie , s. Chanoinie, canonical ; 
emploi facile et lucratif . — On Ha fai avu 
n*clUnonnrHe : on lui a fait obtenir un 
canonicat. 

€ii^ii««, •w, adj. Grison, qui a les 
cheveux gris; chenu.-— D^ chtnm jvei : 
cheveux chenus. — Chtnm Mb : barbe 
chenue , barbe grisonne. — Ji kminss a 
divni chtmu : je commence k devenir 
« grison , h grisonner , la t^te commence k 
uie grisonner. 

ckepiit, s. Traversin, chevet, oreiller 
long qui s'^tend de toute la largeur du 
lit. — On chepH d^plom, di nop : un tra- 
versin de plumes, de flocons de laine. 

chepi^, v. (Ji cheptaie,) Charpenter, 
tailler , equarrir des pieces de bois avec la 
hache. —Mifi kminss onpda chepU : mon 
fils commence k charpenter. 

ciMpteeh , s. Charpenterie. Voy. 
Chepir^le. 

chepiiy s. Charpentier, artisan qui 
travaille en charpente. — Jit mohonn d 
toti kitapaie, fa U chepti d U macon : ma 
maison est toute boulevers^e, les char- 
pentiers et les masons y travaillent. — 
Koirdai d^chepti : simbleau. — Hep di 
chepti : erminette ou herminette. 

chep«r^i«, 8. Charpenterie, art de 
travailler en charpente.— HoihT»i» d'cliep- 
trHe: ^chafaudage de charpenterie. 

Ch^r, adj. Cher, aim^, ch^ri, affec- 
tionn^.— T%n6 m'fi, vini ckir : venez mon 
petit fils, venez, cher enfant. — Bdhtm, 
chir ftie : embrassez-moi , ch6re fille. 

€Jii*rti. Voie charreti^re par oil peuvent 
passer les charrettes pour gravir une 
montagne. — Si v'voU gripi rtiair , aUpo 
Vchtrd: si vous voulez gravir la mon- 
tagne, prenez par la voie charretidre. 

Chorale, s. Charret^e, charge d*une 
charrette; voie, tombereau {i).—Ch^aie 
di legn^ di foUr: charret^ de bois, de 
foin. — Chiraie di hcie, di trigu : tombe- 
reau de houille, de dto)mbres. — Dimflte 
(Mraie: demi-voie.— J'enn n'a ottan Wdn 
chiraie: j'en ai plus que suffisamment. 

( I ) Ckarr^e n'esi pas fran(ai«. 



c»i^m«, s. Cheratte, commune du 
canton de Dalhem , k 6 kil. de Li^ge. Pop. 
2,000 hab. Sup. 606 hect. 

Cherbon, S. Charbon. Voy. Chterbon. 

€kerb«BAle 6 €kerb«BA(l, S. Carbon- 
nade, viande grilj^e sur le charbon. — 
Meit dd trinch di boHfou d'jambon a cher- 
hondti : mettre des tranches de boeuf ou 
de jambon k la carbonnade. 

Cherboaech, s. Diverses sortes de 
charbon. — Ess direkteUr di cherbonech : 
6tre directeur de diverses mines de char- 
bon de terre, 

Cherboaelk, e^um, adj. Charbonneux, 
qui est de la nature du charbon (terme 
de m66ec[ne).—Botoncherbon€(^: bouton 
charbonneux. — Infleiir cherboneAss : tu- 
meur charbonneuse. 

cherbont, tr, s. Charbonnier, celui 
qui fait ou qui vend du charbon. — 
NeUr kom on cherboni : noir comme un 
charbonnier. — Li foi dd cherbont : la foi 
d*un homme simple, qui croit, sans aucun 
examen, tout ce que rCglise enseigne. 

— SdcidU cherbonir ; Society charbon- 
ni^re. 

€heHi«B, s. Chardon. Voy. p^sn. 

ch^reii, s. Charrette, sorte de voilure 
k deux roues et k deux limons ; tombe- 
reau , ^fourceau. — Bress di chtrett : 
liraon, brancard d*une charrette; limo- 
m^re, — Hdl di ch^^ett: ridelle.— CA^ert 
a hdl : charrette k ridelles. -• Ch^ctl at 
bir : charrrette de brasseur ; haquet. — 
Chdrett A bress : brancard. — Li chtreit 
va-t-a how: la charrette fait la bascule, 
elle se met k cul. — Vdte di chtreii : che- 
min charretier. — Poiii po U ch^eti : 
porte charreti^re. 

€h^reit^i-br^«e*, s. Haquet, char- 
rette dtroite, longue et sans ridelles, qui 
sort k voiturer de la bi^re , du vin , etc. 

— Chergt dd Umai so n'ch^ett-di-ln'dceA : 
charger des tonneaux sur un haquet. 

Cbergeeh, s. Chargement, action de 
charger. — Li chergeg d'on baiai , d'inn 
chtrett^ d'on gdio : le chargement d'un 
bateau, d*une charrette, d'un camion. 

Cberge*, s. Chargeur, qui charge un 
bateau , une voiture. — LdchergeH & hoie, 
A brik, A trigu : les chargeurs de houille, 
de briques, de d^combres ou de pldtras. 

— Li cltergeH d'kanon : les chargeurs de 
canon. 

Cherst, V. Charger, mettre une charge 
sur... — Chergi on bataiy inn kdrmann : 
charger un bateau , une charrette k ri- 
delles. — Vo chergt tro foir ci jvA la : 
vous surcharger ce cheval. — Chergt on 
fizik : charger un fusil. — Gna nou dangi a 
tro cher0 h'vdceUr : il n'y a pas de danger 



Digitized by VjOOQIC 



CHE 



— 178 



CHE 



^ trop charger une voAte. — Si ckergi li 
stoumak avou del pAst^tie : se charger 
Testomac avec de la patisserie. — Ch^gi 
n'saki d^ fit n'sakoi : charger, commeltre 
qQelqu'un, lei donner mission de faire 
quelque chose , I'investir de certaine 
fonction. 

ch^rf, 8. Charlil, hangar, pailler, 
remise, appentis. — MeU dd jdb di sirin d 
chdri : mettre des gerbes de paiile au 
ehartil. 

ckdrt, V. (Ji ckdraie, no ch^rtan, ji 
chdrierel.) Charrier, voiturer dans une 
charrette ou chariot; mener, tratner, 
transporter dans «ne voiture. — Chdri 
iifdie: charroyer, d^blayer, d^barrasser. 
-— Chert dreH : charrier droit , se bien 
conduire, s*acquitter de son devoir. — 
ChM k^toir : d(^vier, se fourvoyer; avoir 
de manvais principes , une mauvaise con- 
duite. — Fd k*U>boi s*ch^aie: toute peine 
m^nte salaire. 

cii^riAff, adj. Cbarretier, praticable 
pour les charrettes. — Vdle chdridf: che- 
min cbarretier, voie charreti^re. 

ch^rieeii, s. Charriagc , action de 
charrier; charroi, prix du chanriage; 
d^blai , roulage. -— Li cfUriech t m^&htie 
d I'iviair : ie charriage est difficile en 
hiver. 

Ck^riff, s. Schdrif, offlcier municipal 
en Angleterre (on prononce ch^rif). 

cii^rt«, s. Chariot, voiture k quatre 
roues. — Aci d^m ch^rio : essieu d'un 
chariot. — ChMo d*bagach : chariot de 
bagages. ---CfUrio d:'ammucim: chariot 
de vivres, de munitions. — CfUrio d^DA- 
vitt : chariot du roi David , constellation 
de la grande ourse ; septentrion. — Li 
pH ch^o: le petit chariot, la petite 
ourse. 

€?iiertii«ui, s. Petite miche dDupen, 
ville des provinces rh^nanes. 

€h^r«B, s. Cbarretier, voiturier, torn- 
belier , voiturin. — Chiron A hffie : cbar- 
retier qui conduit de la houille, du 
charbon. — Ck^on A ckmin : roulier , 
cbarretier public qui transporte des mar- 
chandises d*une ville h une autre, etc. 
— Ckdrm A cintt, A dndriss ; boueur. — 
/ jeHr com on chtron k'd stanchi : il jure 
oomme un cbarretier embourb^. — Chd- 
ron A trigu : gravatier. 

€ii^r«B.d'iir^cA, s. Haquetier, con- 
ducteur de haquet. — Din4 Vdrinhel A 
ctUron'4*brdceii : donner le pourboire ao 
haquetier. 

€ii^r«w, s. Charrue, machine k labou- 
rer la terre.— £r^ d*inn chtrow : soc d*une 
charrue.— iVi^rt Vchirom : curer la charrue 
avec le curoir. ^ MeU li chtrow ^van U 



b&Af: mettre la charrue devant led boeufs, 
mettre devant ce qui doit ^re apr^. — 
On palzan k'ess-i-a s'chdrow vA ml k'on 
signeUr atfA U row : un paysan k sa char- 
rue est preferable k un seigneur bague- 
naudant. 

Cfeerpt, v. (Ji cherpihf no eherpiJum, 
ji cherpihreL) Eplucber, nettoyer. — 
Cherpi on malla : Eplucber le crin d*on 
matelas. 

ckcrpikeeii, ». fiphicbage OU ^lu- 
chement , action d'^plncher. — FA sonfi 
A cherpihech di vo lainn : il fait pefitfer k 
r^pluchage de vos laines. 

cherpiken, remtj s. Bplucbeur, cehif 
qui epluche les laines, les matelas, etc. 

— Prind^-Zron cherpiheA d'maUa al jotr- 
naie : prenez un ^plucbeur de matelas en 
journee. 

ciierptair^u 9 s. Charpenterie , art de 
travailler en charpente. 

cherpiaH, 8' Charpente, ouvragede 
pieces de bois taill^es et Quarries; 
racinal. -- Licherpinttdis'mohoim, t^dlo 
chAgn : la charpente, le fattage de sa 
maison est tout en ch^ne. 

ekertoie , s. Une charrette environ. 

— FArei ko n'chertaie di grdf pof^io noa 
mairtt : i\ faudra encore bien une char- 
rette de gravier pour achever tout nortre 
raortier. 

cher^i^ , v. (Ji cherwuie^ m dktryniM.) 
Labourer, ouvrir la terre avw one 
charrue. — Cherw6 n'siteM : d^okantfer, 
labourer u»e terre pour enterrer ee qui 
reste de cbaume apr^s la moisson. 

cherweek , 8. Labour; prix da labour; 
labourage, culture k la charrue. — FrmU 
cherwech : cacisaiHe, premiere fa^d 
qu'on donne k la terre. 

ciierwo*, 8. Laboifreur qui eondifit la 
charrue. ^ Bardon di'ckerwt^ : curoir de 
labqureur. 

€ii«M«BiL ou iniesketiBa. Cbaeon. 
Yoy. CliakeuBA« 

Chem^ 8. Chasse , action de chaser, 
de poursuivre ; v^nerie , art de cbasser ; 
gibier pris par le cbasseur. — - FiM^ 
koiUai (Tchess : fusil , couteau de chasse. 
CMn duchess : ohien de chasse, limier. — 
DrMdi chin duchess : ameuter des chi^s. 

— Leh di chin d*ches9 : lice , femelle de 
chien de chasse. •— Hieti dl mAptt tMn 
d'chess : moute de hourets. — Finlnmn 
chess : faire bonne chasse, toerbeaacoup 
de gibier. — Yola ioU mi chess ; voilk tout 
le gibier que j*ai pris. — Magni del chess : 
manger dti gibier, de la venaison. — Bat 
pai po rchess ; bean courre. *-* (Mr-dt- 
chess : garde-chasse. 

cheMy s. Chasse ^ ontil de serrurier, 



Digitized by VjOOQIC 



CHE 



— 479 — 



CHE 



pour cbasser , enfoncer. ^ Ckesi kw^ute, 
chess rontt: chassecarr^, chaBse roade. 

ch«0»-A»fu«, 8. Fouide, 8ort8 de 
chasse aux oiseaux qui se fait la nuit k 
la clartd du feu. 

ckeM-eiiiii, 8. Su)8se, celui qui est 
chared de la garde d'une ^glise, et qui 
[)recede le clerg^ dans les processions. 
-^ Li kann, li kalbdr d'on chess<kin : la 
canne , la hallebarde d'un Suisse. — l^ 
chess-chin fet tdptie chaw6 Id pti chin so 
rtan (JCmess : les suisscs font parfois 
piailler les roquets pendant la messe. 

ckeM-kaffet , s. Frustratoire , petit 
verre de liqueur ou d'autre boisson sucrde 
ou aromatisee, qu*on boit imm^diateraent 
apr^s le caf^. — On dmtie di friss ptket 
esS't'inn aU bon chess^kafel : un petit 
verre de p^tillant geni^vre fait assez de 
bien apr^s le^caf^. 

CkeM-koBiB, s. Chasse-eousin, mau- 
vais vin et autres ehoses propres k (Eloi- 
gner les parasites. 

€iie»a-aMiB««h » s. Visite domiciliaire. 

— W chess-manech son d/indou : les 
visiles k domicile sont interdites, le 
domicile est inviolable. 

ClieM*niar»tAA, 8. Cfa&flse-mar^ , 
voiturior qui apporte la mar^e; voiture 
qui sert i^ la transporter ; sorte de bSti- 
ment k deux m^ts avantageux pour la 
marche. — On ratin rchess-maralnn A 
marcM : on attend le chasse^mar^ au 
march^. 

ciieM-ai«ii, 8. Chasse-mouche, Diets 
k cordons pendants dont on couvre les 
chevaux en ^t^ ; sorte de capara^on ; 
^moucboir; emoucbette. -— Voss chivA 
K6 faro avou s'naA chess-moh : votre 
obeval est 61egant avec son chasse- 
moucbe neuf. 

chMiai, s. Chateau, maison du sei- 
gneur d'un lieu, maison seigneuriale ; 
maison deplaisance ; fort, place fortiil^e. 

— Li Chesiai d^HameH^r , di Hu : le cha- 
teau de Namur , le chateau de Huy. — 
Piti vi chestai : petit vieux chateau , cbA- 
telet , castel. — Toreii don chestai : donjon, 
partie la plus ^levee d'un cb&teau , tou- 
relles. — Chestai avou dt torelt : chdteau 
donjonn^. — - Veie priss, chestai rindou : 
ville prise, chdteau rendu, —F6dd chestai 
etm Espagn ; faire des chdteaux en 
Espagne, faire des desseins, faire des 
projets en Tair. 

ciiMtai-r^sniAAi, s. Roi detr6ne, jeu 
d*enfant8. — Jan^ n*z^an jow4 A chestai- 
riguinai : allons , nous irons jouer au roi 
d^trdn^. 

ckci, 8. Chat, animal domestique qui 
prend les souris, serval, chat des lodes. 



— iVirtir chet^ gri chet, cbat noir, chat 
gris. — Trd dd chet : chaiihre,— ChM 
c'chei la MUe : chassez ce chat— Lt chet 
k'a jOnnU : la chatte a chatty. —Li chet ki 
di sd pAtatr : le chat qui file. — Piti chet, 
j(hin chett : miuei , minette, ehaton. — 
Ld chet an sogn di Vaiw : les chats haissent 
Teau , ils sont hydrophobes. — Vik6 kom 
chin t chet : s'accorder, vivre comme 
chien et chat.— L^-x-^/hn dd chet magnet 
volti dt sori : bons chiens chassent de 
race ; tel p^re , tel fiis. — Acht6 on chet 
dvin on sech : acheter chat en poche. — 
F6 s'cket : faire ses choux gras , griveler, 
emolumenter, s'emplumer, faire sa main, 
faire ses orges, mettre du foin dans ses 
bottes; tirer de bonnes nippes, pousser 
son bidet, mettre de Targent dans ses 
gr^gues . —In' fa nin dispiertd Pchel ki doim: 
il ne faut pas eveiller le chat qui dort; il 
ne faut pas r^veiller une affaire qui est 
assoupie. — Avu on chet d gozi : avoir un 
chat dans la gorge, eprouver quelque 
embarras dans le gosier quand on parle 
ou qu*on chante. — Ell a stu rakonti soula 
a m'chin , a m'chet : elle a cont^ cela au 
tiers et au quart. — Ji lorn on chet on chet 
d Michi on poursai : j'appelle un chat un 
chat et Michel un cochon; j'appelle les 
ehoses par leur nom. — On chet piett sd 
poiechf djamAie st manir : chacun a son 
d^faut oCi toujours il revient. 

ch^itti, s. Ligneul, fil de cordonnier. 

— Pontt di chttai : bout de ligneul. — Mett 
di seHie a on chttai : mettre, attacher des 
soies k un ^\, — Chttai t tre^ hranch : 
ligneul k trois brins ou torons. 

cii^t^, s. Charge, panier de legumes. 

— Chm d'kronptr, di fiv, di peA : 
panier de pommes de tcrre, de haricots, 
de pois. — Magni U wangn e U chtU : 
depenser la valeur de la marchandiso et 
le benefice. 

€ii^«eik , 8. Ruche de mouches k miel.-^ 
F^ n'apU po di moh al chtteA : faire un 
rucher, un hangar, un abri pour des 
ruches. 

ck^ieikr ^cii^ieikie, 8. Dure dc mine ; 
cheminee d*une houill6re. 

ciiftti^, V. (Ji chitlaie,) Chatter, faire 
ses petits (parlant des chats.) — Noss katt 
a chMl6 ciss nutt : notre chatte a chatty 
cette nuit. 

ek^ton, s. Chaton, partie d'une bague 
dans laquelle une pierre pr^cieuse est 
enchfiss^e.— Li pfrdtoumaiefoAdt chiton : 
la pierre est tombde du chaton. 

€ii^ir«A , 8. Petite case k tiroir dans 
un coflVe. Voy. Uteeii. 

cketHO^Yttch, 8. Margay, chat-tigre, 
chat sauvage ; jaguar. 



Digitized by VjOOQIC 



CHI 



180 — 



CHI 



ch^Tikan , «aM, adj. Actif , laborieux. 
Voy. Jinil, AffrUan. 

ch^vi«B,«w, s. Chevelu, qui porta 
de longs cheveux. — U peilp d'A N&r son 
pu cfUvlou ki U dd'd Midi : les peuples 
septentrionaux sont plus chevelus que 
ceux du Midi. — Aim Vliess foirchdvhw : 
avoir la t6te fort chevelue. 

chevnate, s. Charbonni^c, tranche de 
lard r6tie. — Rosti n'chevnaie divan IfeU : 
r6tir une tranche do lard devant le feu. 

chewn^, V. (Ji chcvnaie , no chevnan,) 
Brasiller, faire griller sur de la braise. — 
Ckevni nHnglitain: brasiller un hareng 
saur. 

cii^Troieaii, s. Chevrotine, gros plomb 
pour tirer le chevreuil et autres bdtes 
fauves. — Mi fizik b chergi ywou dt cht- 
vrotenn : mon fusil est charge de chevro- 
tines ou k chevrotines. 

€iiffaii^9 s. Chevalier, celul qui a re^u 
Tordre de la chevalerie. 

ciiffAir^ie, s. Chevalerie, quality de 
chevalier, ordre militaire ou religieux. 

chiA, Ait 9 s. Chieur, qui se decharge 
le ventre de gros excrements ; homme 
pusillanime, chipotier, tfttillon. --/in*«^ 
sou k'i magny min c'ess-l-on famed ckid : 
je ne sais ce qu'il mange , mais c*est un 
fier chieur. — Ni konU nin so qou kH 
v'promett, c'ess-t-on chid : ne comptez pas 
sur ses promesses , c'est un pleutre , un 
homme nul. 

ciiiaie, s. Dejection, action de chier. 
— F6 n*piiUi chiaie : faire une \6ghve 
Evacuation d'excr^ments. — Vola Vdial 
chiaie ! voilk une dejection diabolique ! 

ckieh, adj. Chiche, trop manager, 
qui craint la d^pense; sordide. — El si 
meskeA n'chimih a s'chdr , Ulmin ell t chick : 
elle se plaint une chemise k la peau , 
tenement elle est chiche. — Vo n'esU nin 
chig di vo p6nn ; vous n'^tes pas chiche 
de vos peines. 

ChiciiA, Ait, s. Pleurnicheur, homme 
timorE; diminutif de ciiiA. 

€ki«iuuir^ie , s. Pusillanimity, pleur- 
nicherie, faiblesse. — Sd chtchdrdrdie d 
rfet mdprizi : sa pagnoterie attire le 
m^pris. 

€kt«kato, 8. Bagatelle, baliverne, 
billevesee , puErilit^ ; bibus , zeste , 
aff(itiau.--£:^ si karlet po dt chichaie : 
elles se qnerellent pour des balivernes. 

ckiehmin, adv. Chichement, d'une 
mani^re chiche; ch^tivement, sordide- 
ment. — Vik6 chichmin : vivre chichement. 
-—Riknoh chichmin on serviss: reconnattre 
chichement un service. 

ckichr^ie , s. £pargne v^tilleuse , la- 
drerie , mesquinerie , sordiditE. — On 



Vlanohpar sichichrMe: on le connatt par 
sa mesquinerie. 

€iii««k , s. Dejection , ^cuation d*ex- 
cr^ments par le fondement. — PrhUl in 
sakoi po Fchiech : prendre quelque chose 
pour faciliter ia dejection. 

ciiierboii, 8. Charbon, bois pen^trc 
de feu et 6teint ou sans flamme. — On 
sechy inn vtae di chierbon : un sac , une 
voie de charbon. — Chierbon (U siruwsi : 
charbon de bois Etoint avant sa com- 
bustion. — Li nod boi fai dibon chierbon : 
le bois neuf fait de bon charbon.— C^ 
vo ki sofhrret Vchierbon : c'est vous qui 
en aurez Tendosse, qui paierez les vio- 
lons , qui paierez les pots cassis. 

€iiierb«B, s. Charbon, espdce de gros 
furoncle qui le plus souvent est pesti- 
lentiel. — I It a f^ou on chierbon fod di 
bress : il lui parut un charbon , une 
tumeur charboneuse au bras. 

€hierib«a«9 s. (Ji chterbonoie,) Char- 
bonner, noircir avec du charbon. — 
ChierborU s'vizech : se charbonner la 
figure. 

€hierb«At, 8. Charbonnior. Voy. 
€lierb«iit. 

Chierboatr, s. Charbonni^re , lieu oili 
Ton fait du charbon dans les bois. — 
Gna n'chierbonir d boidd kontt Albair : il y 
a une charHonni^re dans la for^t du 
comte Albert. 

Ckteret, 8. Cerisier, arbre qui porte 
les cerises. — Pepinir di chierct : cerisaie, 
lieu plants de cerisiers. — Ld chierct tapet 
baikd d^gdm : les cerisiers jettent beau- 
coup de gomme. SAvach chierct, chierct 
d^boi : m^risier , cerisier des bois. — EU 
i kom li chierst dd vidch : elle est comme 
le cerisier du village (sens ^uivoque et 
graveleux). 

ciiierdiBfS.Chardonneret, petit oiseau 
k t^te rouge qui aime la graine de char- 
don , et qui a un joli ramage. — /dM 
chierdin: griset. —AkUv6 de chierdin: 
Clever, nourrir des chardonnerets. Voy. 

Taklln. 

€iil€$wi«ii, s. Chardon, plante epi- 
neuse dont les bonnetiers et les fouloos 
se servent pour carder la laine. — Chier- 
donbacei : chardon nain. — Ld-z/^gn mth 
gnet U chierdon: les ftnes mangent les 
chardons. — Li linw d^on chet t kdzt com 
on chierdon : la langue d'un chat est pres- 
qu'aussi rude qu'un chardon. 

€?iiier^le, s. Plusieurs personnes qui 
se d^chargent des gros excrements. — 
Voln n'fanneUss chierHe A boir di Moiss: 
voilk bien des personnes qui se soulagent 
le venire au.bord de la riviere. 

Ckiff, 8. Joue, parUe lat^rale du visage. 



Digitized by VjOOQIC 



CHI 



^i8i 



CHI 



— DreM ckif, klinch chif: joue droite , 
joue gauche.— Li chdr dt chif: les chairs 
g^nales.— /n/I^ si chif: houflfer ses joues. 

— RogeUr dt chif: vermilion des joues. 

— Fe dt rochd chif: vermillonner les 
joues. — Avu It chif ifonoaie : avoir les 
joues caves, creuses. — SUicht s'chif: 
tendre, presenter la joue. 

cktr, s. Chiffre, caract^re pour mar- 
quer les nombres. — Chif arap , cht fro- 
main : chiffre arabe , chiffre romain. — 
/ 8^ bin konti an chif: il sail bien chiffrer, 
calculer; c'est un bon chiffreur, un cal- 
culateur. — Li chif dd budget dpugroki 
n'esteU: le chiflfre du budget est plus 
^lev6 que pr^c^demment. — Sikrtr an 
chif: 6crive en chiffres, exercer Fart de 
la cryptographic (ou st^ganographie ) , 
faire usage de T^criture st^ganogra- 
phique 

Cktff, s. Chiffre , lettres initiates d*un 
nom entrelac^es ; entrelacs. — Grav6 on 
chif 90 on kachet : graver un chiffre sur 
un cachet. 

chtf, s. Grosse chafne pour extraire 
la houille des bures. — Li chif n' a hac6^ 
t U pdfhauieU on toumi d fin (on dt beAr : 
la chatne de traction s'est bris^e , et les 
pauvres mineurs sont tomb^s tout au fond 
de la bure. 

Cbtf, 8. Cdte, c6teau. — Li chifd:6r : 
la C6te d*or, suite de collines h partir de 
Sclessin, commune d'Ougr^e , jusqu'aux 
environs de Huy. 

Cktff.d««ikff h chtT.d'«ft¥, s. Chef- 
d'oeuvre , ouvrage d*une rare perfection ; 
preuve de capacity ; merveille. — Li Ka- 
2in6 t VAten^ pacet po dd chif-d'oHv : le 
Casino et TAth^n^e passent pour des 
chefs-d'oeuvre. 

ciiifkia, s. Bondon, ce qui bouche la 
bonde d*un tonneau. 

ciiiff«Bt, s. Chiffonni^re, petit meuble 
de dames servant k mettre des morceanx 
d'^toffe et tout ce qui concerne les 
ouvrages k Taiguille. 

chtffi^, y. (Ji chifraie,) Chiffrer, mar- 
quer par chiffres, compter avec la plume; 
num^roter. — Ni savu chifir6 : ne savoir 

ris chiffrer. --ilpritt« a cW^r^; apprendre 
chiffrer. 

ciitffre«h, s. Action de chiffrer, r^- 
sultat de cette action ; num^rotage. — 
Fd todi k*on chifrech $e(^ie AhHe a Ur : il faut 
toujours qu'une expression en chiffres 
soit facilement lisible. 

ClitffreA, e^bw, OU reM, S. Chiffreur, 
qui compte bien avec la plume. — Po ess 
^onn drmdticiain , t fB^t-ess bon chifireH : 
pour 6tre bon arithm^ticien , il faut 6tre 
hon chiffreur. 



Clilftoa ou €hlT«««, •w, adj. Joufflu, 

qui a de grosses joues; bouffl. — Si om 
ess't-aci chiftou : son mari est assez 
joufflu. — IMe t tro chiftow : elle est 
trop joufflue. 

€iii8ii«B, s. Chignon, cheveux de der- 
ri^re relev^s en double. — On n'poiti pu 
dd chignon : les chignons ne sont plus 
de mode. 

chik , s. Chique , m&chicatoire , pinc^e 
de tabac qu'on mdche. — - K6 agostan 
napai! il a todi rchik t VgueHAe : quel d^- 
goOtant canapsa ! il a toujours la chique 
\ la gueule. 

chik, s. Trantran, cours de certaines 
affaires, mani^re de les conduire, rou- 
tine qu'on y suit ; entregent. — Po tote 
s&r di liandel , il a Fchik , savd : pour toute 
esp^ce de trafic, il connatt le trantran , 
je vous assure. 

Chik, s. Signe indecent et quelquefois 
obc^ne. — F4 n*chik : faire un signe de 
main indecent et crapuleux; faire la figue. 

€hikA, 8. Mangeur. Voy. ckikeA. 

ckikadr^ie, s. Margouillis. Voy. €h«- 
ck«. 

€kikATe,s. Mangcaille , victuaille, ali- 
ment, pature.— Li ci k^va-t-a Sin-Rok poitt 
del chikaie avou lu : celui qui va en p^le- 
rinage k S^-Roch se munit de victuaille. 

€hikAii6, V. (Ji chikann^ no chikanan,) 
Chicaner, user de detours, de subtilit^; 
incidenter ; critiquer mal h propos sur 
des bagatelles; cnicoter, ergoter, poin- 
tiller, ipiloguer. — Pa, vo chikand to vo 
wdzin, vo chikand so to : mais vous chi- 
canez tous vos voisins , vous chicanez 
sur toutes choses. 

ChtcaneA, e^M OU reM, S. Chica- 
neur, qui aime k chicaner; chicanier,^ 
qui conteste , qui v^tille sur les moindres 
choses; ergoteur, pointilleur, ^pilogueur; 
processif , v^tillard , incidentaire. — Ci 
skrieU la ^ cV VchikaneU d'on dial: cet 
avocat est un chicaneur du diable ! 

ckikABA, s. Chicane , subtilit^ cap- 
tieuse , detour , sopbisme. — Koiri chi- 
kann : chercher des chicanes. —Ni dviU 
nin avou lu^ il ainm trop It chikann : ne 
discutez pas avec lui, il aime trop la 
chicane. 

CktkaaBf^le^Cklkaaeeh, 9. Chica- 
nerie, tour de chicane, m^chante sub- 
tilit^ ; incident litigieux. — lUa fai tott 
U chikannrHe imaginaf: il lui a fait toutes 
les chicaneries imaginables. 

ckik^, V. (Ji chik ^ ji chikaie.) Chi- 
quer, prendre du tabac en mdchicatoire, 
mScher du tabac. — Cess-t-inn ortgHe 
laitt manir ki dd chikd: c'est une bien 
ignoble habitude que de chiquer. 

TOMB I. 25 



Digitized by VjOOQIC 



CHI 



— 182 — 



CHI 



Chik^, V. Manger et boire. — Li ci 
k'ouvei^r, i f^ ki cliik : celui qui travaiile 
a besoio de se restaurer. 

chikceii, s. Le manger, la refection. 

— Po rchikech , il t todi prett : pour la 
ripaille, il est loujours pr6t. 

Ckiket, s. Chiquet, petit morceau de 
cuir (lerme de cordonnerie). — Mett on 
chiket po rtwaU on talon : mettre un chi- 
quet pour relever le bord d'un talon. 

Chikeik, s. M^cheur de tabae. — On 
chikeH ess-t'inn om digostan : celui qui 
chique est un d^goAtant monsieur. 

Chikeik, eftM, ou re«0, s. Grand man- 
geur, bdfreur, gouliafre. — To Vz-ovrt c'h 
d^ bon chikeH : tons les ouvriers frippent 
bien. 

chiki^, V. (Ji chiklaie.) Travailler 
peu, agir mollement. — Tin'ouveUr nin^ 
nawai , ti chiklaie : tu ne travailles pas , 
indolent , tu lambines. 

ChUeeh, s. L^ger travail, passe-temps. 

chikteA, edM OU reM, s. Lantemier, 
lambin. — Cila n'konll nin po n'ovrty c'n^ 
k'on chikteH : celui-lk ne compte pas pour 
un ouvrier, ce n'est qu'un lanternier. 

Chimair ^ chimftr, s. Chim^re, ima- 
gination vaine et sans fondement; cha- 
teaux en Espagne, reveries. — Vb t/'m^/^ 
toll sdr di chimair el tiess : vous vous rem- 
plissez la t6te de chim^res, de reveries. 

— Porsilr inn chimair : poursuivre une 
chim^re , courir apr^s une ombre. 

chimMe, s. Chimie, art de decom- 
poser, analyser, purifier et recomposer 
les corps. - Situdi d aksdgnt Vchimtie : 
^tudier , enseigner ia chimie. 

chim^rik, adj. Chim^rique , vain, 
imaginaire, ddnu(^ de fondement. — ^«pn 
chimtriky krintt chimrik: esprit chim^- 
rique, crainte chim^rique, fantastique. 

chiHith, s. Chemise, long et ample 
v^tement de toile qu*on porle h la peau. 

— Nett chimih : chemise propre , chemise 
blanche. — M&d chmih ; chemise sale. — 
Melt si chmlh : mettre, passer sa chemise. 

— Disf6 s'chimth : 6ter sa chemise. — 
Plici n'chimth : plisser, froncer une che- 
mise. — Ess sin chmih : manquer de 
chemise , 6tre fort pauvre. — / divna kom 
in chimih ; il devint pAle comme un trd- 
passe. — Ald-zet , ^nocin , v^z-esU vnou d 
monll sin chmih : allez , nigaud , vous dtes 
n6 imbecile. 

cbiMthHii-kapariii, s. Haire , che- 
mise de crin ou de poil de ch^vre pour 
se mortifier. 

chimthett, s. Chemisette, chemise 
tr6s-courte qui se met sur la chemise 
ordinaire. — Mett in chimihell di batiss so 
n'chimih di gi'oss teHl : passer une che- 



misette de batiste sur une chemise dc 
grosse toile. 

ekimik, adj. Chimique, qui appartient 
& la chimie.-— iJim^W chimik : remade 
chimique. — Brokal chimik : allumette 
chimique. 

CktmikHiia , adv. Par les principes de 
la chimie. — On-z-esplik soula chimikmin : 
on cxplique cela par des principes 
chimiques. 

Chiminaict, s. Cheminee, tuyau pour 
la fum^e.— Mantai di chminaie : maDieau 
d'une cheminee, partie de la chemin^ 
qui avance dans la chambre. — Trd di 
chminaie : tuyau de cheminde. — Chi- 
minnie ki fom : chemin<^e qui funae. — 
Houlaie chiminaie : tuyau d6voy<^. — HovS 
li chminaie : ramoner la cheminee. — Fd 
fi nkreU i li chminaie : il faut fatre ia 
croix k la cheminee, pour dire qu^une 
chose arrive rarement. 

ChimiM, s. Chimiste, qui sait ou 
exerce la chimie. — Cess-t-onk d^ pu hip6 
chimiss dtpai : c*est un chimiste des plus 
distingui^s du pays. 

chimt^ , v. (Ji chimtaie.) Racier. Voy. 
Hafft^. 

ckimteeky s. Action de rdcler. Voy. 
Hafftech. 

chimtoA, s. Rdcleur. Voy. Haffteft. 

Chin, s. Chien, quadrup^de domes- 
tique qui aboie. — Chin ^ chess : chien de 
chasse.— Chin d^biergi : chien de berger. 

— Chin d'aress : chien d'arr^t. — Chin 
koran : chien courant. — Chin kandr : 
canard, barbet, barbichon,jeune barbet. 

— Chin kanich : barbette, caniche. — 
Chin dok : chien dogue. — Chin d^ko^ : 
mdiin.—Plti chin d'koHr : mdtineau, 
roquet. — Chin mond : chien monaut, qui 
n*a qu'une oreille. — Grognon d^chin: nez 
ou museau d'un chien. — Hiett di chin ; 
meute de chiens.— Li chin ki hoss si cow : 
le chien fretille de la queue. — Fiesti on 
chin : caresser , rebaudir un chien. — Ch^ 
on chin so in 6tt: chasser, exciter, haler 
un chien contre un autre. — Li chin a- 
t'Obroki sor mi : le chien m*a pi lie, s'est 
eianc^ sur moi. — Mark6 on chin ; llAtrer 
un chien , lui appliquer un fer chaud sur 
le front. — Trd d^chin : chenil , loge , 
logette de chien. — Fain d*chin : faim 
canine, appetit canin, boulimie. — / 
ir(^n kom on chin ki chaie : il tremble 
comme un chien qui se vide.— C'^/^TcWii; 
c'est faire la b^te. — Cess-t-on haidfchin: 
c'est un homme rev^che , fiicheux , c'est un 
fagot d'^pines. — SVfinte kom chinichet : 
s'entendre comme chien et chat. — Mini 
n'vdie di chin : mener une vie de chien , une 
vie de miserable. — Si mett deH chin so 



Digitized by VjOOQIC 



CHI 



— 188 — 



CHI 



tCohai : se meltre deux cbiens apres un os ; 
deux hommes scut en debat pour emporter 
une mdme chose. — Cd SinRok d s\'hin : 
e'est saint Roch et son chien, on les vdit 
toujours ensemble. —Mori kam It chin: 
mourir commeleschicns , mourir inip(Jni- 
tent. —Soula n^vd ninU kwaii fiair d^on chin : 
cela ne vaut pas les quatre fers d*un chien. 
— Bait li chin dvan riion : battre le chien 
devant le lion , devant le loup ; faire une 
reprimande k quelqu'un devant une |)er- 
sonne plus considerable pour que celle-ci 
se Tapplique. — Ess vinau kom on chin 
dirin on jeH d*bMe^ kom on stron divin on 
poiM : venip comme un chien dans un jeu 
de quilles.— -C'd mi k'd Vchin del mohonn : 
je suis le pis-aller de la maison , le bardot , 
le cheval de bat, le souffre-douleur. — 
Li pu mtchan chin^ ci n't mn Vci ki haw 
li pu : tous les chiens qui aboient ne 
mordent pas toujours. — / /'a loumt to Id 
no dt chin dpu k'fid^l : il lui a Idche une 
bord^e d'injures. — II a kontt soula a 
m'chin , a m'chet : il a contt^ cela au tiers 
et au quart, k qui a voulu Tentendre. — 
Li ci ki vou ndt s*chin di k'il ess-t-artgi : 
quand on veut noyer son chien, on dit 
qu'il a la rage; quand on veut se d^faire 
de quelqu'un, on lui impute quelque 
faute. — / fai'i'On tin a nin chdd on chin a 
Vonh : il fait un temps h ne pas mettre 
un chien dehors; il pleut k verse. — Ciw 
todi on chin /cd dvin U famil : il y a tou- 
jours un mauvais sujet dans les families. 

ciiiB, s. Chien, pi6ce qui tient la pierre 
d'une arme ^ feu. — Onk dt chtceU a kac6 
Vchin di s'ftzik: Tun des chasseurs a 
cassd le chien de son fusil. 

CkinaTe, s. Racaille , crapule. — Ti 
n'va k'avou toft chinaie ; tu ne fr^quentes 
que la racaille. Voy. ckiniM. 

ciiiBAi, s. Occiput (suivant Remade), 
le derri^re de la tfete. 

ckia-d'anfoir , s. Cerb^re, chien h 
trois t^tes qui, selon la fable, garde la 
porte des enfers; portier brutal, intrai- 
table. 

chin-d^m^r, 8. Aiguillat, espoce de 
chien de mer ; squale , roussette. — Lt 
totmeU si siervet di pai d'chin-d'm^ po 
poli kd'Z'Otrech : la peau de Faiguillat 
sert aux tourneurs pour polir leurs 
ouvrages. 

Chia^, v. (Ji chinaie.) Chiner, dis- 
poser les fi Is de mani^re h former un 
dessin d'un trait indecis.—C^in^ n'sitof: 
chiner une etoffe. — Dt chi$iait chdss : 
(les bas chinas. 

ChiBoek, s. Dessin chin^, k trait in- 
d^is ; manidre de T^x^cuter. — Aprmtt 
li chiuech : apprendro le dessin chin^. 



diiai, s. Chenil, lieu oCi Ton met les 
chiens de chasse ; logement fort sale et 
fort vilain. — Lt chin minet n'areg di po- 
ctd6 t chini: les chiens font un sabbat du 
diable au chenil. -— Ti fastu logi dvin on 
W(ue chini : tu as et^ te loger dans un 
vrai chenil. 

ciiiiiiM , s. Balayures , ^pluchures , 
crasses , patrouillage ou patrouillis. — 
F6 dt chiniss : patrouiller , salir. — Min , 
k6 chiniss faiss la? mais, quel patrouil- 
lage , quelle cochonnerie fais-tu Ik ? — 
Ni ramact nin soula , ci n't k'dt chiniss : 
ne ramassez pas cela , ce n'est que de la 
chiasse; ce ne sent que des guenilles, 
des guenillons. 

ciiiniM, s. Chenapan, va-nu-pieds, 
personne de basse extraction ; person- 
nage abject, qui vit dans un ctat d'ab- 
jection ; guenipe , femme de la lie du 
peuple.— iVfl/(? nin avou zel, c"t dt chiniss : 
ne les fr^quentez pas , ce sent des gens 
nds dans la crasse , c'est de la racaille , 
de la gueusaille , de la truandaille. — 
Govemtmin d'chiniss , di cakute : ochlo- 
cratie, gouvernement oCi le pouvoir est 
en mains de la multitude turbulente, du 
bas peuple. 

Chin-iumAr, s. Caniche, barbet, bar- 
bichon. 

chian , s. Chienne. Voy. Chean. 

ciiiBiii^, v. (Ji chinnlme.) Jouer gros- 
si^rement ; fol4trer. — Pu d'inn bdcel s*a 
rpintou d^avu chinnlt : plus d'une jeune 
fille s'est repentie d'avoir pris part h des 
jeux incongrus. 

ciiiiinieck, s. Jeu grossicr, rustique, 
inconvenant ; folStrerie. — Li chinnleg n't 
mdie kdss di rin dbon : les jeux grossiers 
n'am^neut jamais rien de bon. 

chionieii, s. Amas de perches k hou- 
blon (selon Duvivier). 

ciitiiiiieA, eftM, s. Celui qui aime los 
jeux grossiers , turbulents. — Gna todi dt 
chinnlHpo ftjlairi ItjeH : il y a toujours 
de sots et bruyants personnages pour 
troubler les jeux, les re-creations. 

CklDAf^le 6 diinair^le, S. Vetille, 
bagatelle.— iVos« yrini t plin t chdki di tott 
chinntrtie : notrc grenier est plein de 
guenilles jusqu'au comble. 

€kiB«i, •iM, s. Homme rus^, nar- 
quois , malin , sournois , fin merle. — To 
It marchan son-t-on p6 chinoi : tous les 
roarchands son! plus ou moins ruses et 
matois, sent des d^nicheurs de merles. 

chia«i, •!««, adj. Chinois, qui vient 
de la Chine , qui est dans le goOt des 
ouvrages de la Chine. — Mago chinoi : 
magot chinois , figure grotesque de por- 
celaine , de pierre , etc. — Ghrictl chi- 



Digitized by VjOOQIC 



CHI 



— 184 



CHI 



noisB : pavilion chinois. — - Onb chinoiss : 
ombres chinoises, figures d^coup^es 
derri^re un transparent. — Batai chinoi : 
jonque chinoise. 

€hiB«it, s. Bancal, celui qui a les 
jambes tortues. — Si h^ vnou d mofitt 
chinott: son fils est ne bancal. 

Chuu, s. Retrait, priv^, latrines, 
commodit^s , lieux oil I on se d^charge 
le ventre. — Tott mohonn sin chioit vd 
CO mdie kdrluss di mon : toute maison 
sans priv6 vaut plusieurs milliers de 
francs de moins. 

chiMt^. V. (Ji chipotl, no chipotan.) 
Chipoter, faire pen k peu, lentement et a 
diverses reprises ce qu'on a k faire ; v^- 
tiller, bargiiigner, lanterner, tAtiilonner. 
—El chipotreU lontin po n'dimaie ganss: 
elle liarderait longtemps pour un cen- 
time. — Chipotd ^ Vaiw : gargouiller , 
barboter dans Teau. 

Chli^iech h Chii^tr^le, S. Tdtillon- 

nage, barguignage, difflcult^s minu- 
tieuses. — Kd chipoteck di m^baston ! 
quel d^sagr^able tdtillonnage ! 

Ckli^lelk ^ €hlp«ii, eiutm OU ress, S. 
Chipotier , v^lilleur ou v^tillard ; tatillon, 
barguigneur. — On n'pou rin fini avou 
c'chipoteU la: on ne pent pas en finir 
avec ce chipotier. 

ckipi^, V. (Ji chiptaie.) Papier, se 
dit du cri naturel des moineaux. — Otf^f 
chiptd U mohon : entendez-vous papier 
les moineaux. — fj poion chipU-trod : 
les poussins piaulent et ils p^pient. 

chipiech y s. Cri des moineaux. — On 
riknoh Id mohon a le^ chiptech : on re- 
connatt les moineaux k leurguilleri. 

cktr, adj. Cher, k haut prix, pr^cieux. 

— On chtr tin , inn cMr dnnaie : un 
temps Cher, une ch6re ann^e. — Si rdb 
It koss chtr : sa robe lui codte cher (i ). 

— / fai chtr vike, li vikdrdie d chtr : il 
fait cher vivre , les vivres sont chers. — 
Ci marchan la d tro chtr : ce marchand 
est trop cher — Soula t chtr kom dd peHf: 
c'est cher comme ^pice. — Li pu chtr^ 
c"t PmdieU marchl : ce qui coAte plus 
cher dure plus longtemps. — To-t-afai d 
bon marchi po Vci ki rvin, d chir po Vd 
ki rachtaie : tout est bon marchi pour 
celui qui revend , et cher pour celui qui 
rach^te. — / m'pdrel ciss-la pu chir k*d 
marchi : il me le paiera plus cher qu*au 
marchi (se dit pour faire entendre qu*on 
se vengera d*un homme dont on a ^t^ 
ofTens^). — - Sou ki n*siev a rind todi tro 
chir : ce qui est inutile est toiyours trop 
cher. 

i <) Chire seiait une ftute. 



Chtr, s. Ch^re, r6gal, bon 
bon mets. — Fi^ bonn chir: faire bonne 
ch^re, grande ch^re, ch6re delicate.— 
Maik chtr : maigre ch^re, ch6re de 
commissaire 

cktr, V. (Ji chaie , no chian ;ji chavret.) 
Chier , d^charger le ventre de gros excr^ 
ments; flenter, faire son cas. — Li talon 
dd chir : le besoin de chier. — Chir t 
8*kouttchA98 di soffn : faire dans ses 
chausses, avoir une grande peur. — Lt- 
z-oHhai chiet Ion kwan Vz^i va bin : les 
oiseaux emeutissent loin quand ils se 
portent bien. — Ci 8*pdr to chi : c'est son 
p^re tout crach6. — / n^von pu ch^ onk 
sin l*6it : ils sont inseparables, c*est 
saint Roch et son chien. --Li pom chiet 
kwan rcdhet : les pommes se vident quand 
elles cuisent. —Ha chi dvin nUjott ou so 
fiCpierun : il m'a manqu6 , j*ai k m'en 
plaindre.— Lt dial chaie todi so Vgro hopai : 
Teau va toujours k la riviere.— /I ^ tov 
tdr po strinte U fess kwan on-z-^ chi t U : 
il est trop tard pour prendre des pre- 
cautions quand une chose est faite. 

cktrip, s. Guilleri, chant du moi- 
nem.—Ali-Z'iboskech, vo-z-Ore chirippo 
to costi : allez dans le bocage, vous enten- 
drez partout le guilleri des moineaux. 

cktrUit^, s. Chertd, haut prix des 
vivres, ench^rissement des denr^s. — 
U freh ost6 ft Vchiristi di grin : les ^les 
pluvieux am^nent la cherte des grains, 
des c^r^ales. 

chtrniB, adv. Ch^rement, h haut 
prix; cher. — AcW^, rivintl chirmin : 
acheter, revendre ch^rement.— Stc*ika/tii 
la vou m'pai, ji It vindret chirmin : si ce 
scelerat en veut k ma peau, je la hii 
vendrai ch^rement. 

€ktr«sraff9 s. Chirographe, obligation 
chirographaire, billet sous seing priv^.— 
F6 anrigistri on chirograf: faire enre- 
gistrer une obligation chirographaire. 

chir«B, s. Hoche-queue, bergeron- 
nette, plumage noir, blanc ct gris. 

Chtrt^, S. Cherts. Voy. Chtrtol^. 

ciitr-iiii, s. Disette, mis^re, famine.— 
F6 Vchir-tin : prficher misdre. 

chtonaitk, s. et adj. Schismatiquc , 
qui fait schisme, qui se s^pare de la 
communion d'une religion. — Li GrA , 
c*i di chismatik : les Grees sont des 
schismatiques. 

chiM, s. Schisme, separation du 
corps et de la communion d'une religion. 
— Sitofi on chiss : etouffer un schisme. 

ciiit^, V. (Ji chit ^ ji chitaiej Faire 
taire, r^clamer le silence, manifester son 
improbation.— Onli^a^raitrlt^, VdUachiU: 
run a crie bravo, Tautre a crie chut ! 



Digitized by VjOOQIC 



CHI 



— 185 — 



CHI 



€kiU9 int. Chut! expression pour faire 
taire , pour imposer silence. — Chitt ! 
taiss-tUy U'Z^iti chut! tai8ez-vous,YOus 
autres. 

ckivAd jtA, s. Cheval, quadrup^de 
domestique qui hennit ; b^te chevaline , 
palefroi, destrier. — C/ift/d d'karoch, di 
ch^etl^ di chtrow : cheval de carrosse , 
de charrette, decharrue.— CAt>4(r/tw» : 
cheval de luxe, de parade. — Chivd d'Um- 
week : cheval de louage, locatis. — Chivd 
di rmontt : cheval de halage. — On jvA 
moral: un cheval moreau. — 0» famei^ 
baijvd: un superbe coursier, un buc^- 
phale. — Chivd pand : cheval panard, 
dont les deux pieds de devant sont 
tourn^s en dehors. — Chivd k't drM : 
cheval achemin^, d^ourdi. — Ftr6 ^ 
diftrionjvd: ferrer, deferrer un cheval. 
—Strii onjvd : ^triller un cheval.— iiTdp^ 
rkaw a onjvd: courtauder un cheval.— 
Bati sijvd : fouailler son chewsiL— Chivd 
ki sech bin : cheval qui est franc du col- 
lier. — Chivd ki s'to^n t idistodnn vittmin : 
cheval qui fait des virevoltes. — Dihdct 
on ;>d: Scorcher un cheval. — CAivri ki 
ft'dwar : cheval qui s'6broue. — Ronflech 
d"<m jvd : dbrouement. — Chivd ki dress 
.^e-z-oriie: cheval qui chauvit des oreilles. 

— Bouch d^on jvd : bouche d'un cheval. — 
/^ pati d^onjvd : les jambes d'un cheval. 

— Gorai di jvd : collier de cheval. — Onk 
di jvd : come de cheval. — Std di jvd : 
ecurie. — AUajvd: aller k cheval, che- 
vaucher. — Aprintt a-z-ali a jvd : prendre 
des lemons d*6quitation. — YcHech on 
pormindtt a jvd : chevauch^e, voyage ou 
promenade k cheval. — Kangi di jvd : 
relayer. — Wiss kanch-t-on di jvd ? oOi y 
a-t-il un relais?— TottWkJ jtt d'sijvd : faire 
une chute de cheval.— £«s bouhiju d'si 
jvd : 6tre d^mont^. — / knoh Id maladde 
d^jvd: il connatt Thippiatrique. —Ndhi 
on jvd : fatiguer, surmener, exlrapasser 
un cheval. — Satnitl on jvd d kwattpait : 
saigner un cheval aux quatre ars, des 
({uatre ars. — /a stu el Jiv kom on jvd: 
j'ai eu une fi^vre de cheval. — Tintt-onjvd: 
vingt et un chevaux.— Sir6 Ustd kwan le 
jvd son foU : fermer T^curie quand les 
chevaux sont dehors , prendre des pr^ 
cautions quand le mal est arrive. — 
TrouflS s'boign chivd po n'aveiU : troquer 
son cheval borgne contre un aveugle, 
une marchandise d6fectueuse contre une 
raauvaise. - tbridi sijvdpo rkou : brider 
son cheval par la queue, Scorcher Fan- 
guille par la queue, commencer une 
affaire par od Ton devrait la finir. — W»e 
k*d fntt arin di jvd : chemin fait k dos 
d'ane. —Logt apt, a jvd : logcr h pied et 



k cheval. — Inn montt ^ s'poch, c'ess- 
t-onjvd so std : une montre au gousset, 
c'est une d^pense on^reuse et reit^r^e. 

— Gna nou si bon jvd ki n'trdbouh : il 
n'est pas de si bon cheval qui nebronche. 

— lid groctr kom mi jvd d^krahlt : c'est 
un gros cheval de carrosse , un cheval de 
bat. — Jow^ d pu foir chivd : jouer au 
cheval fondu. — JBwn n'al^ IHiess d I' air 
kom li jvd Rok : marcher etourdiment , 
la t6te en Fair. — Li jvd Godin : cheval 
de bois pour les enfants. — Aid a jvd so 
on bordim : aller k cheval sur un bdton. 
(Se dit des enfants. )—CAit;(l dCkdreH : 
chevalet de corroyeur.— F(Wf (Con kid, on 
piett li fiair ddjvd; fdit Won fiair, on 
pietl U jvd; fdtt dd jvd, on piett sovin 
Ckavdir : faute d'un clou , on perd le fer 
du cheval; k d^faul d'un fer, on perd le 
cheval; k defaut du cheval, on perd 
souvent le cavalier. 

ckiwAi^'RspiiSB , s. Genet, cheval 
entier dTspagne. 

CMvA-d'rriM, s. Cheval de frise, 
grosse pi6ce de bois h^rissde de longues 
pointes pour d^fendre une br^che , 
arr^ter la cavalerie. 

chtvAi^'k^tt, s. Porte-choux, petit 
cheval de roaratcher pour porter ses 
legumes au march^. 

ciitvA-d'iii^e^st, s. Sommier, cheval 
de somme. — Cess-t-on pOfchivdnVm^ 
cdgi, inn harotl: c*est un pauvre som- 
mier, une rosse. 

ciiiYAi^'m^r, s. Hippopotame, gros 
quadrupede amphibie qui n'habite que 
les grands fleuves de TAfrique. 

€kiYji^'4r, s. Jardinidre, hanneton 
dor^, bupreste. 

€iifYHi'«Aff, chef-d'oeuvre. Voy. cktf- 

chivMe h jv^i«, s. Cheville, morceau 
de bois ou de metal arrondi pour boucher 
un trou ou pour faire des assemblages ; 
goupille. — Kwdraie, rontt chiviie : 
cheville carr^, ronde. —Klawd n'chivdie 
d medr ; planter, ficher une cheville 
dans le mur. — Jontt avou n'chivdie : 
cheviller. 

ciiivMe 6 JvMe, s. Cheville du pied , 
partie de Tos de la jambe qui s'eldvc en 
bosse aux deux c6i6s du pied ; mall^olo. 

— Kdld grozd jviie k'il a ! qu*il a de 
grosses chevilles ! — Wdi dvin U broUll 
juska li jvdie : marcher dans la boue 
jusqu'au-dessus de la cheville du pied. 

— /£ a n'chiv^ po stop6 to Id tro : il a 
r^plique h tout. 

CkivesA ou Jveaa, s. Chevanne, meu- 
nier , poisson du genre du cyprin. — 
Pdht djvenn : pficher aux meuniers. 



Digitized by VjOOQIC 



CHI 



186 



CHN 



CMvetd Jvfsi, s. Cheveu, poii de la 
tdte de rhomme. — KrolAjvet : cheveux 
frisds , crepes. — II add bianjvet ; il a 
des cheveux blancs, il a neig^ sur sa tdte. 

— Dd kmeUjvet : cheveux epars. — Ke 
bai near chivet I quels beaux cheveux 
d'cb6iie ! — De jvet md kdpe : cheveux 
bretaudes. — Dd tro koHrckivet: des che- 
veux ecourtes, une chevelure ecourti^e. 

— Ftoge di jvet : touffe de cheveux. — 
Tress di jvet : tresse de cheveux. — 
Poupaie di jvet : peignures. — F^ rldvd 
sdjvet : relever, taper, rebrousser ses 
cheveux. — F6 akomddd sd jvet : faire 
faire ses cheveux, les faire tcstonner. — 
Toircht ou trdct Id jvet : cordonner, cor- 
deler les cheveux. — Li piett dd jvet : 
la perte des cheveux, la calvitic, I'alo- 
pecie , la pelade. — Poumdtt ki fai toum^ 
Id jvet: depilatoire, pommade depila- 
live, ongueul depilatif, qui determine la 
d^pilation. — II a dd jvet kom dd ratnn 
di ramon : il a des cheveux comme des 
brins de balais. — Si hapd po Id jvet : se 
prendre aux cheveux , aux crins , se 
tignoner. — Hapd Cokdzion po td jvet : 
prendre I'occasion aux cheveux. — Vo 
n'wdzri ti kranki on jvet : vous n'osericz 
lui toucher un cheveu. — Soula fai drdci 
U jvet det tiess : cela fait dresser ( ou 
h^risser) les cheveux do la t^te. — Avu 
Vtiess prd dd jvet : avoir la t6te pr^s du 
bonnet, 6tre susceptible. — On toUr di 
jvet : un tour de cheveux.— ^f n*a k'treU 
jvet CoHi bin vitt p^^ni : qui a peu de 
bien, a peu de soin. — Ld bianjvet, c'd 
dd kwitanss d'amor: les cheveux gris 
sont des quittances d*amour. 

Chivit b Jvit, v. Cheviller, joindre, 
assembler avec des chevilles. — C^ivi/ 
n'tdf, inn drmd, inn ouh : cheviller une 
table, une armoire, une porte. 

chiviBAi 6 Jvinai, s. Petit nieunier, 
poisson , diminutif de ChiTeaa. 

chuieAr, s. Chevelure, les cheveux 
de la i6ic, — Inn bet d ne&r chivleUr : 
une chevelure belle et noire. — ChivteUr 
ki n'd mdie pdgndie : chevelure qui n*est 
jamais peignee; vilaine crini^re. 

ckiv«uie ^ jv«iAie, s. Charge d'un 
cheval. — On it pdte tnntt gantim par 
chivolaie : on lui paie trente centimes 
par charge. 

chiToU h J v«i^ , V. Haler , faire avancer 
un bateau le long d'une riviere au 
moyen d'unecorde tiree ordinairement k 
force de bras ou par des chevaux. — 
ChivolS on ponton dOttt : haler un 
bateau d'Ourthe. 

CkiT«ieeh 6 JT«ieek , s. Halage, action 
de haler, de tirer un bateau. — So t'boir 



d^z-aiw, i fdrt-inn bonn bolt fo Li 
jvolech ; il faut , sur les bords des rivieres, 
un chemin solide pour le halage. 

ciiiT«ici ^ j¥«iei, s. Chevalet, ins- 
trument de bois pour appuyer le tableau 
d'un peintre ou Touvrago d'un artisan. — 
M^td voss't-ovi'ech so lijvotet , vo-z-dr^ 
pU'Z-dhdie: placez votre ouvrage sur 
le chevalet, vons travaillerez plus k 
raise. 

ciiiv«it 6 jv«it, s. Ualeur, celui qui 
hale un bateau. — Cwflvcti trass jvoU po 
rmontd fbatai la : il y avait treize haleurs 
pour remonter ce bateau. 

chtvrimoB » s. Ch^vrcmont , montagne , 
esp6ce de calvaire dependant de la com- 
mune de Vaux, avec une chapelle od los 
fiddles, en grand nombre, se rendent en 
p^lerinage. — Pril Notru-Dam di Chi- 
vnmon : invoquer la Sainte-Vierge de 
Ch6vremont. 

chiTron, s. Chevron, commune du 
canton de Stavelot, k 3 myriam. de Liege. 
Pop. 760 hab. Sup. 1981 hect. 

cktYMii , 8. Chevrons , galons 8ur la 
manche indiquant le nombre d'ann^es 
de service d'un soldat.— Ld chivron d'on 
braf sdddr U siervet d'kreH (Cone^r : 
les chevrons d'un brave soldat lui sen^ent 
de dc^corations. 

€hiTr«i^, V. (Jichivrott onjichivro- 
taie.) Chevroter, faire des chevreauxj 

chivroA, s. Chevreuil , b6te fauve plus 
petite que le cerf.—Frvmel d'on chivroU : 
chevrette. — J6nn chivroU : faon de che- 
vreuil , chevrillard.—Dd wan d'pai d'chi- 
vroU : des gants de chevrotin. 

ChUk, s. Schlague, coups de baguettes, 
punition militaire dans certains pays du 
Nord.— // eUn dd cd di chiak po s'avu 
fai s6 : il re^ut de la schlague pour s'^ire 
enivrd. 

ciimiii, s. Chemin.— C/i^ondc/iinm: 
roulier, charretier public du roulage. 
Yoy. Charon. 

Champ, s. Liqueur spiritueuse, telle 
que geni^vre, eau-de-vie.— Vindss beUr 
ti chnap avou mi : venez boire la gouUe 
avec moi. 

ckaap^, v. (Ji chnap ou ji chnapaie.J 
Boire du spiritueux. — MAlureH-z-ovri , 
ki s'riwinet a schnapdl malheureux ou- 
vriers qui se ruinent par Tabus des 
liqueurs spiritueuses ! 

€kiiape«h, s. Abus des Uqueurs alcoo- 
liques. — Li chnapech riwennrtnanech : 
rhabitude de boire des liqueurs fortes 
est la ruine des manages. 

CkaapeA, e^M OU reM, 8. Celui qui 
use fr^quemment des liqueurs fortes. — 
On chnapeH n*d mdle bon a Covreck : 



Digitized by VjOOQIC 



CHO 



— 187 — 



CHO 



celui qui se livreaux boissonsalcooliques 
n*aura jamais du coeur a Touvrage. 
Chntk, ckBlk^, ebatkeeh , ckalkeA. 

Voy. les quaire mots precedents. 

€h4, 4u, adj. Chaud, qui a ou pro- 
cure dela cbaleur; prompt, ardent, vif, 
empress^. — CM tin : temps chaud. — 
CMtt aiw : eau chaude.— D^ chdtd cintt : 
cendres chaudes. -— Avu chd si pi, avu 
I'chdr chdtt : avoir les pieds chauds , 
^tre dans un ^tat d'aisance. — On 14 k'd 
bonrZ-^. chd : un lit bon et chaud. —Avu 
boU'Z'd chd: avoir bien chaud.-— £M;a/p^ 
sd pi avou cU chd dra : envelopper ses 
pieds avec des chauffoirs.— Fai oUte chd : 
il fait chaud aujourd*hui.— On sofok, on- 
z-% fldw di chd : on ^touffe de chaud. — 
Dd hoch to chd I di kronptr toti chdtt : 
des pois de champs tout bhauds ! des 
pommes de terres toutes chaudes ! cris 
de marchands ambulants.— L^ chdti fiv : 
la fi^vre chaude.— fiati li flair tan kHl i 
chd : battre le fer pendant qu'il est chaud, 
profiterde Toccasion. — Printtso Cchdfai: 
prendre en flagrant d^lit, prendre la main 
dans le sac. — FreUti main , chdti-z- 
anwUr : froides mains, chaudes amours: 
la fratcheur des mains annonce d*ordi- 
naires un temperament ardent. — Biess 
k'i chdtt : animal qui est chaud , qui est 
en chaleur.— /^ n'n-dret ni freU ni chd : 
cela ne me fora ni froid ni chaud. — 
Chdtt tiess : t^te effervescente. 

chddtr, s. Chaudi^re, grand vaisseau 
ordinairement de cuivre. — Chddlr di 
hrdceH, di tindeH: chaudi^re de bras- 
seur, de teinturier. 

ckAdi^, V. (Ji chddel 6 ji chddlaie.) 
fitre en cbaleur, en rut; appeter (ne se 
dit que des animaux ). — Noss gatt ki 
chddlaie : notre ch^vre est en rut. 

ck^dieefc , s. Rut , appetence. — Li 
chddlech dt biess b tit fdte danjreU po U 
gin : le rut des animaux les rend dange- 
reux pour les personnes. 

Chddiroii, s. Chaudron, petite chau- 
di^re qui sert principalement h la cuisine. 
— Huri an chddran : dourer un chau- 
dron. — a Ccrama ki Lorn ti chatidron 
neUr eau : c*est la pelle qui se moque du 
fourgon ; c'est se moquer de celui qui a 
autant de sujet d'user de reciprocity. 

ckddiroiiAte, s. Chaudronnee, ce qu*un 
chaudron pent contenir; garbure. — Ld 
botress on magnt ptin n'chddronaie di 
kronptr t d'navai : les hotteuses ont 
mange une chaudronnee de pommes de 
terre et de navets. 

ckddir*iit. tr, s. Chaudronnier , qui 
fait el vend des chaudrons. — Ovri d 
chaudroni : travailler au metier de chau- 



dronnier. — N^a-t-i rin a fe po U chd- 
dronly la? n*y a-t-il rien k faire pour le 
chaudronnier? ( Cri du chaudronnier 
ambulant. ) 

€hd4r«nor^lee€hd4roiicek, S. Chau- 
dronnerie, ouvrage de chaudronnier. — 
Ji vin d'tott sdr d'ovreg di cliddronnrtie : 
jo vends toutes sortes d'ouvrages de 
cbaudronnerie. 

Chd-ffai, s. Flagrant deiit. — Ess prt 
so Cchd-fai : etre pris en flagrant deiit , 
la main dans le sac, pris au gobet. 

Chd-fiAir, s. Fer-chaud, cbaleur vive 
k repigastre. 

chdfoBiAtiiB , s. Chaufontaine , com- 
mune du canton de Fieron, k 8 kil. de 
Liege. Pop. i050 hab. Sup. 810 hect. — 
On-z-akoUr di to kostipo printt Id bagn 
di Chdfontatnn: on vient de tous les 
coins de TEurope pour prendre les bains 
de Chaudfontaine. 

Choi, s. Chose.— /i n'a nin gran choi 
po dtni : je n'ai pas grand'chose pour 
dtner.— C't p6 d^choi k'souta, soula n'vd 
wai d^choi : c'est peu de chose que cela , 
cela ne vaut pas grand'chose, c*est un 
beau venez-y-voir. — Vola ko dttchoi I 
voilk bien autre chose ! voilk du nouveau ! 

ch«k e ckdk, s. Effort, coup de main ; 
collision ; choc de deux corps. — Jan, co 
n'pititt chok: aliens, encore un leger 
eff'ort, une petite impulsion, un leger 
mouvement impulsif ; un peu de courage, 
de perseverance ; enex^re un tour de 
broche, un coup de collier. 

ch4kAh ou €k4kAi«, s. Poussee, im- 
pulsion, action de pousser; saccade. — 
Vola Vdial chdkdh! voilk une terrible 
poussee ! Voy. BA«tole. 

CkokAB, mnUj adj. Choquant, offen- 
sant, desagreable, deplaisant. — On ton 
chokan, ddchokantd manlr, un ton cho- 
quant, des manieres choquantes. 

CfcokAU, s. Lardon, brocard, gouaille. 

— Com i sfai h6r avou si chokdtt : 
comme il se fait detester par ses sar- 
casmes, parses expressions choquantes. 

€h«k^y V. (Ji chok , no chokan,)ChO' 
quer, offenser, blesser Tamour-propre. 

— Loukt di n'chok4 personn : prenez 
garde k ne chequer personne.— Si choki 
Von Cdtt : s*enlre-choquer. 

ChAkeek , s. Pression. Voy. ckAkAh. 

ChdkcA , edss OU reM , S. Celui qui 
pousse, qui coudoie.— F(l dichokeH at 
row po distanchi : il faut que piusieurs 
personnes poussent h la roue pour 
desembourber. 

€kAk«Ar, s. Fossette de Toeuf. — Voii 
s*a kaci at chdkeUr : Toeuf s'est casse h 
la fossette. 



Digitized by VjOOQIC 



CHO 



188 



CHO 



ckdkt, V. (Ji ckdk, no chdkan.) 
Pousser, presser, comprimer, bourrer, 
fourrer, rencogner.~€wd/cl foir : pousser 
avec effort.— Vote voss banss pUntt t 
ckdkHe : voilk votre manne bien pleine, 
bien bourr^e, bien bond^e. — C/w)/cf a/ 
row : pousser h la roue, k la brouette ; 
aider au succ^s. — EU t chdktie d bdkdie 
ditopo s'marid : elle est fournie de tout 
en abondanee pour se marier.— Sichdkt 
el pdUir mdgrd Diew : s'introduire dans 
une societe ^n^ invitation. — On n'sdred 
li ch6kt soula el liess : on ne saurait lui 
inculquer cela dans la t6te.— St ctioki 
Con Vttl : s'entre-pousser. 

chdkt, V. Cocher,couvrir sa femelle. 
(Se dit du eoq et des autres oiseaux.) 

chdktr, 8. Chokier, commune du 
canton de HoUogne-aux-Pierres , h 9 kil. 
de Li^ge. Pop. 500 hab. Sup. 143 hect.— 
Li ckestai (TChdkir : le chateau de 
Chokier. 

€k4k««, s. Nymphomanie, fureur ute- 
rine; erotomanie; jeune fiUe qui en est 
sffect^e 

cii«ki^, V. (Ji choktaie.) Saccader, 
donner des saccades; rudoyer.— C/ioA^ 
onjvd: saccader un cheval, lui donner 
de rudes secousses en lui tirant la bride. 
cii«ieikr , s. Chaleur, effet du calorique, 
quality de ce qui est chaud.— Li choieAr 
dt fe^, di solo : la chaleur du feu , du 
soieil. — Divin U choleUr : durant les 
grandes chaleurs. — Li termomett mar- 
kaie vin dtgT6 d'choleUr : le thermom^tre 
marque vingt degr^s de chaleur. — / fai 
oHle inn famedss choleUr : aujourd'hui la 
chaleur est excessive, 6touffante.— Boton 
d'choleUr: 6chauboulures, petites ^levures 
rouges qui viennent sur la peau.— /a d^ 
boton d'chole^r : j'ai des 6chauboulures, 
je wis ^chauboul^. — Li choledr d^il 
jdness: la chaleur de la jeunesse, son 
ardeur. ^ ^ . 

chAmAff, adj. Ch6mable, quon doit 
ch6raer.— /oil chdmdf: jour ch6mable.— 
Fiess chdmdf: f^te ch6mable. 

Chtenai, s. Petit chaudron. — Vtlrfl U 
kronpir ^ chtnnai podmf d polet : versez 
les porames de terre dans le petit chau- 
dron pour donner aux poulets. 

Cktanaie, s. Ghaudronn^e, nourri- 
ture journali^re de bestiaux.— Av apresU 
l*ch&nnaie po It vack? avez-vous apprfit^ 
la chaudronn^e pour les vaches ? 

cii«rieA,eikM, adj. Chaleureux, qui 
a beaucoup de chaleur naturelle. — Inn 
chorltUkss krapdtt : une jeune fille chaleu- 
Te\ise.-A8eptantian,onn"twairchorkil: 
k soixante et dix ans, on n*est gu^re 
chaleureux. 



ch^rieAsmtB, adv. Avec chaleur. — 
St dvizS, plain chorUiUmin : parler, 
plaider avec 6nergie , 61oquemment. 

ciidM, s. Chose, ce qui est, un objet 
quelconque, tout ce qui est existe. — 
On bai pti chdss : un joli petit objet. — 
/ rfmeiir a-mon chdss : il demeure chez. . . 
le nom m'echappe. ( i ) 

€h«te-«ieM, s. Exalte, qui a la t^te 
chaude; exag^rateur. — iVi v'nUii m^e 
avoH U chdtd-iiess ffon pdrti : ne vous 
rangez jamais du c6t6 des exalU^ d'un 
parti. 

ciiAiiA, V. (Ji chdlUde,) Pr6cipiter, 
mettre trop de chaleur. —iV/i/^ nin chdlU 
dss'i-ovreg la : n'allez pas faire ce travail 
avec precipitation. 

€k«u , s. Chaude , feu violent de forge , 
chaleur vive. — J»» chdte d^ovrech : une 
forte commanded'ouvrage.— Ovr^slfc^^ 
(ftnn chdU : travailler six heures sans 
d6semparer. 

ck«u- mark, s. Cauchemar. Voy. 
Mark. 

chAumia, adv. Chaudement, avec 
chaleur; ardemment, avec ardeur, avec 
feu. — / /a sHini chdttmin t Piviair : il 
faut se tenir chaudement en hiver. — Jt 
porsAret d kounass la chdttmin : je pour- 
suivrai chaudement ce drftle. 

chAitpih, 8. Strangurie, maladie dans 
laquelle on rend Turine goutte k goutte, 
avec une douleur cuisante; dysurie; 
gonorrh^e , ,blennorrhagie , blennorrh^e , 
syphilis , maladies v^n^riennes. 

cho«, int. Mot de lendresse adresae 
aux enfants.— Vin^, m'c/MW .' venez , men 

chou ! ,, .... 

ck«^h«Ar , 8. Soeurette, nom d amitie. 
— 2V^ voss min , choilchoiir : donnez-moi la 
main , petite soeur. 

€h«ufle«r, s. Choufleur, espece de 
choux k t^te blanche , tendre et charnue; 
c*est la plus estim^e.— Magni de chaufleir 
al blank sdce : manger des choux-fleurs a 
la sauce blanche. ^ ^ . 

ch«aft^,v. (Jichouflaie.) Baiser sur 
les joues, donner de gros baisers, sera- 
brasser avec transport; baisotler, baiser 
souvent, se faire mille embrassades, 
s'entre-baiser.—Lottikdoii, komis chouflet! 
vois done, comme ils s'embrassent 
joyeusement ! 

ckouffteA, reMt s. Baiseur , qui em- 
brasse souvent et avec joie.— On d gostan 
choufteA : un baiseur d^goOtant. 

Cko«rir«ie6€k««Me«k» 8. Embras- 



(« ) Daw ce cas. le niol ekoM i»e»tp*« fUJ^*!* S«n 
doll in dire aaUnl du .erbe ^^^^^^-J '"•'^f^f'^SS 
en font neanmoiM usage prcsque dans chaque pniw» 
qtt'ilB inoBcenl, ce qui est intolefabie. 



Digitized by VjOOQIC 



CHO 



— 189 



CI 



8ements, baisers fr^uents ; embrassades. 

— On s^a-t-amuz^ tott It ciss al clumflrHe : 
ioute la soiree s*cst pass^ en embrassades . 

€li«ablale d €li«alileeli, 8. Rires 6cla- 
tants. — Vola Vdial chouhUUe! voilii de 
terribles Eclats de rire ! 

ch«ahi^, V. (Ji chouhlaie,) Rire avec 
bruit, pousser des oris de joie. — Avoiou 
chouhU c^ feumrde hi avez-vous entendu 
la grosse gatt^ de ces femmes ! 

cii«ak«iA, s. Chocolat, pdte faite de 
cacao, de sucre, de vanille, etc., dont 
on fait une boisson. — Beilar inn toss di 
choucolA : prendre une tasse de chocolat. 

— Tabletl, pastil di choukolA: tablette, 
pastille de chocolat. — KoleUr choukold : 
couleur chocolat, brun fonc6. — KaftHre 
A choukold : chocolati^re. 

ch«Hk«utt, s. Chocolatier, qui fait 
et vend du chocolat. 

ch«ak«uutr, s. Chocolati^rc , vase 
pour faire fondre et bouillir le chocolat 
lorsqu'on veut le prendre en boisson. — 
Choukoldtfr d:Argin, di keHf, di fiair- 
siUUnnd: chocolati^re d'argent, de cuivre, 
de fer-blanc. 

ch«aer«lit«, s. Choucroute, choux 
hach^ et ferment^. — Cess-Ua Ah i enn 
Almagn Won magn It mtieii choukroUtt : 
c^est h Aix-la-Ghapelle et en AUemagne 
qa'on mange la meilleure choucroute. 

cii«aki^ , v. (Ji chouktme.) Chuinter, 
arliculer par le j ou le ch, -— Bmkd 
d^Alman d d^Flamin prononcet sovint cha 
|M) ja , t chouktet : beaucoup d*Allemands 
et de Flamands chuintent. 

cii«Hks^, V. (Ji choukme,) M^me 
mot que ciiaahi^. 

cii«ak(eeh, 8. Chuintcment, action 
de chuinter. — On nt Vpou kordgt di 
s'chouktech: on ne pent le corriger de 
son chuinlement. 

Cli«akteft , eftM OU reM , S. Celui qui 
chuinte. 

ch«ftu, kttf s. Pleureur, pleurard, 
qui pleure pour peu de chose; pleureux, 
qui pleure facilement; pleurnicheur, qui 
feint de pleurer, qui pleure sans cesse 
et sans raison.|-~/i n*vou nin dt cho^lA ni 
(U choMlt AtoH d*mi : je ne veux pas 6tre 
entour^ de pleumicheurs ni de pleur- 
nicheuses. 

cii««ki^ , V. ( /i cho^,) Pleurer , pleur- 
nicher, larmoyer. — Inn pum choAl kwan 
H plot: une femme pleure quand elle 
veut, elle a le don des larmes. — Si mett 
a choHl^: se prendre h pleurer. — Ni f6 
vMe choAU persone, li Bondiu kontt sd 
Idm : ne faites jamais couler des larmes , 
Dieu les compte. 

ciMttir^ie h dioCaiUi, s. Pleurnicherie, 



j^remiade , g^missements. — f *a stu 
n'choHlreie to FalnuU , paski Vgalani 
d*Mamzel It a fai fdit : on a pleurnich6 
toute la soiree parce que Tamoureux de 
Mademoiselle a fait d^faut. 

€h«ftBi^ h ChdBi^ , v. (Ji choUme , no 
choHman.) Chdmer, ne rien faire faute 
de travail. — On bonn ovri n'ded mdu 
choHmd : un bon ouvrier ne doit jamais 
ch6mer. — Chodm^ n'fiess k't mettow ju : 
ch6mer une f^te supprim^e. 

€h«ftiiieeh, s. Ch6mage, espace de 
temps qu'on est sans travailler. — On 
diskontt li chodmech d-z-^wri: on d^duit 
le ch6mage aux ouvriers. 

€h«ap^, V. (Ji choup ^ ji choupaie.) 
H^ler. Yoy. smmp^. 

€ii«apiB, s. Chou blanc hdtif , en pain 
de Sucre ou en pointe. — - Magni dd 
choupin avou del sdciss : manger du chou 
blanc avec de la saucisse. 

€ii«awaB, s. Chouan, royaliste de 
Touest de la France , dans les premieres 
ann^es de la revolution. — Ld chouan 
8*on baton lontin kontt li Rdpublik : les 
chouans se sont battus longtemps centre 
la R^publique. 

ckaaaBBrMe , s. Chouanerie , nom 
d*un parti royaliste connu sous le nom 
de chouan. — Li gair del chouannrHe : 
les guerres de la chouanerie. 

ciidB^ , V. (Ji chdss h ji chdzaie.) Mot 
wallon parasite et insipide, dont on se 
sertpourexprimer une action quelconque 
dont la denomination nous ^chappe (i). 

Chtt! int. Chut! silence! Yoy. Chiut 
''chUeheiiB, s. Petit bdteau fr^le. 

Chaehdkeh ^ Chit lift tt , 8. Ycrge , 

membre viril. (Le premier mot est un 
terme enfantin.) 

chftM, 8. Choix, preference , option, 
alternative, triage; anthologie. — i4c*^^ 
dd preunn al chdss : acheter des prunes ' 
au choix, choisir les meilleures. — 
V0'Z-dr6 Vckdss : vous aurez le choix, 
vous serez maftre du choix. 

ciidksi, V. (Ji chdsihe, no chdzihan.) 
Choisir, faire choix, opter, eiire, trier, 
preferer. — Void on nedr pan h on hlan , 
chdzihd : voilk du pain bis et du blanc , 
choisissez. — Chdzi sou ki gna d^mHed 
dvin n'afair: choisir, tirer ce qu*il y a 
de meilleur dans une affaire; ecr^mer 
une affaire , tirer sur le volet. 

CkHmiheeh, s. Action de choisir, 
choix. Yoy. ckftM. 

ciyCiM, adj. Ce, celui, ceux; cette, 
celle , ci. — Ci valet cial : ce garQon-ci. 
— CisS't-om la : cet homme , cet homme- 



(i) Toyez la Bote an mot Cft^. 
TOMB I. 



96 



Digitized by VjOOQIC 



CIB 



— 190 



CIG 



1^, le dit homme. — Ciss feum In : cette 
femme , cette femnie-1^ , la elite femrao. — 
Ld ci k'on viki dvan no-z-dtt : ceux qui 
ont v6cu avant nous. — Ld ciss ki sont 
cial : celles qui sont ici. — Li ci , li cm 
ki vo vH6: celui, celle que vous voyez. 

— To U ci, toil It ciss ki rrCon knohou: 
tous ceux , toutes celles qui m'ont connu. 

— Gna db ci ki d*hei... : il y en a qui 
disent... (i). — Fd k*ld ci k'on todi n'sakoi 
a fi si savess po Id ci k*on todi n'sakoi a 
dir : ceux qui ont toujours quelque chose 
h faire doivent fuir ceux qui ont toujours 
quelque chose k dire. 

ciiiir, s. Cerf (2) , b^te fauve dont le 
mk\e a des comes branchues en bois ; 
elan. — Koinn di ciair : bois de cerf, 
t6te de cerf , ramure. — Ld ptitd koinn 
d'on ciair : les andouillers d'un cerf. — 
Li dair brai : le cerf brame. — Li dair 
sprongdie : le cerf fait le ronge, il rumine. 

— Ld ciair von paslurd del nuU : les cerfs 
vont viander , vont au viandis la nuit. 

— Chess d ciair ; cervaison. — Chdci d 
ciair : courre le cerf. — Li ciair a-t-amouct 
foa dd boi : le cerf a d^buch^. — Li ciair 
t Vbih ki chddlet : le cerf et la biche sont 
en muse. — Li ciair va pocht Vbih : le 
cerf va daguer la biche. — Jdnn ciair : 
daguet, jeune cerf. — Silron d'ciair ; 
fumees. — Piss di ciair : abattures. 

Cial, adv. Ici, en ce lieu-ci. — Vind 
cial : venez ici. — AbHe cial! vite ici ! — 
Cial d la : ici ei\h. —AU foU d'cial : hors 
d'ici , sortez d'ici , d^nichez de ceans. — 
Pac4por cial : passer par ici. — fa-t-ako- 
rou juski cial ; je suis accouru jusqu'ici. 

— Ciai dizeUr : ici au-dessus , ici en haul. 

— Cial dizo : ici au- lessons , ici en bas. 

— Li maiss di cial : le niattre de c^ans. — 
El n'd nin cial : elle n'est pas cdans. — 
DtnS cial : dtner ceans. — Di cial a 
dmain : entre ci et demain. — Ciss-t-om 
cial , ciss feum cial , ci koiltai dal , dss 
tdf cial , cd chdir cial : cet homme-ci , 
cette ferame-ci, ce couteau-ci, cette 
table-ci , ces chaises-ci (3). 

cfb , s. Cible , planche ou but centre 
lequel on tire avec une arme k feu , un 
arc, et qui a au milieu un point noir oCi 
Ton vise. — Ld dtmegn no tiran al cib : 
les dimanches nous tirons h la cible. 

ciboi , s. Ciboule , petit oignon qu'on 
mange en salade. -- Fd dd cibol avou 
rkaMzett : il faut dt^s ciboules avec la 
salade de laitue. — PiiiU dbol : cibou- 
lette, civette. — Lddbol riUvet Vgoss dd 



(i\ lly en ad€ ceux qui... est one location vicieusc. 
{%) PronoDcer e^. Dans terf, esdavef le f se fail 
entendre. 
^s) Ne dites jamais : eH homnu-ici^ utt$ tabU'iei, etc. 



sdss : les ciboules reinvent le goAt des 
sauces. 

cfbdr, s. Ciboire, vase oh Ton con- 
serve les saintes hosties. — KoviekddSin- 
Cib&r : custode , couverture ou pavilion 
qu'on met sur le ciho'ire. — Rimett liSiu* 
Cibdr d tdbernak : serrer le Saint-Ciboire 
dans le tabernacle. 

ctfAi , s. Clou , furoncle , esp^ de 
flegmon enflamm^ et douloureux qui se 
termine par un abc6s. — Ta n'ci^ sol 
klinch fess ki nCdpaich di nCadr : j'ai sur 
la fesse gauche un furoncle qui m*em- 
p6che de m'asseoir. 

cf-efai, €Us-«iai, pron. Celui-ci, celle- 
ci; icelui, icelle; le dit, le susdit. — JW 
to voS'Z-dfan , c'd d-dal k'd Vpu fair : de 
tous vos enfants, c'est celui-ci qui est 
le plus fort. — LoHkt, vola pluzieiir s&r 
di cotindtl , priiM dss-dal : voyez , voil^ 
plusieurs esp^ces de cotonnades, prenez 
celle-ci. —J'ainm mt cdla, d vo prifiri 
cd'dal: j'aime mieux ceux-lii, et vous 
pr^f^rez ceux-ci. — To pdrlan d^Ugum , 
cess'dal vaicl mt , cess-la son pu-z-aiwiss : 
en parlant de legumes, ceux-ci valent 
mieux , ceux-lk sont plus aqueux. 

cfeti, s. Gdcile, nom de femme. — 
Sintt'Cictld Vpatronn dd muzidain: sainte 
C^cile est la patronne des musiciens. 

cierfou, s. Cerfeuil, herbe potag^re 
dont les feuilles sont assez semblables 
k celles du persil. — Dd spinA , del sural , 
dd cierfou! ^pinards, oseille, cerfeuil! 
( Cris des maratch^res. ) — Kdpd db cier- 
fou : cueillir du cerfeuil. — Siminss di 
cierfou : graine de cerfeuil. — Sih^ach 
derfou : myrrhis , cerfeuil musqud , cica- 
taire odorante. 

ciett, adv. Certes, certainement, sans 
menlir, en v^rit^. — Est^f mdl? Ndni, 
ciett; ndni , sav6 ! 6tes-vous fdch^e? non, 
certes ; non , je vous assure. 

cigAr, s. Cigare, feuille de tabac 
roul^e , propre k fumer. — Cig^ di 
Havdnn: cigare de la Havane. — 0»;tfiMi 
blan-bech pinss ess inn om kwan il a Fdgdr d 
Fbok : tout jeune freluquet se donne le 
ton d*adulte quand il a le cigare h la 
bouche. — Gna dd mdhanteH ki foumel dd 
cigAr po cink cin frans par an : il y a des 
hommes pen soucieux qui fument pour 
500 francs de cigares par ann^e. 

Cigikwij s. Faiseur de cigares. — Ld 
ctgdrif cd dd-z-ovri d^inn novel s&r: les 
faiseurs de cigares sont des ouvriers 
d'une nouvelle esp^ce. 

cigasB, 8. Cigogne, oiseau de pas- 
sage, ^chassier k longues jambes etqui 
fait son nid sur le haut des maisons. — 
On n'nd rakontt dd bkit so Id dgoffn : on 



Digitized by VjOOQIC 



cm 



— 191 — 



CIN 



raconte des cboses merveUleuses sur 
les cigognes. 

ci-ia, ciM-ia, pron. Celui-lk. — Ci-/fl, 
c'^ dameunn : celui-1^, c'est k moi. — Ess 
V0S8 kuzeunn , ciss-la ? est-ce voire cou- 
sine, ceWeAhl — Ci'Cial dimanet , cdla 
n-n'dvon : ceux-ci restent , ceux-1^ s'en 
vont. — Magni cess-la , el son mdeH : 
mangez celles-1^ , elles sont mciUeures. 

cini^, w. (Ji dvMie.) ficimer, et^ter, 
couper la cime des arbres. -— Ji cimrd 
tote U s& del drdf: j'^cimerai tous les 
saules de TaveDue. Voy. Ab h muihmU. 

ciBiiB, s. Ciment, bnque ou tuile 
battue dont on fait une esp^ce de mortier ; 
lien d'amiti^. — Mett dd cimin inlt le ptr 
d^innmuraU : metlre du ciment entreles 
pierres d'une muraille. — Li fameU cimin 
de vi Romin : le ciment parfait des anciens 
Romains. 

cimiBt^, V. (Ji ciminlaie.) Cimenter, 
employer le ciment ; eonfirmer, affermir. 
— CiminiS on bach di fontatnn ; cimenter 
un bassin de fontaine. ~ Cimintd FpAU : 
cimenter la paix. 

cimiBteeii, s. Action de cimenter, r6- 
sultat de cette action. — lA cimintech 
d'tunpavaie : enduit de ciment k un pavd. 

ciB ou cibu, s. et adj. Cent, dix fois 
dix.— Cm kdrluss: cent florins de Li^ge. 
—On cin , deH cin, treH cin : un cent, deux 
cents, trois cents.— Cinttdonk^ cinit ideA, 
cintt b treH : cent un , cent deux , cent 
trois. — Divinl dntt t inn an : dans cent 
un ^ns, ^'Kwatt cin hecl&r : quatre cents 
hectares. — Si cin karantt Ab : six cent 
quarante arbres.— Cin tt/*: quintal, poids 
de cent li\Tes. — Cess-t-on ii omdi cintt 
an : c'est un centonaire. — On chdgn di 
cinit an : un ch^ne s^ulaire. — Jow6 on 
cin d'piket : jouer un cent de piquet. •— 
Gna ko cintt : il y en a par centaines. — 
ii Tfl vdiott kocin fHe: je Tai vu cent et 
cent fois. — Cin feie ottan : cent fois 
autant, le centuple. — F6 n'sakoi cin f&ie 
pu gran: centupler une chose. — On cin 
(Tatech : un cent d'epingles. — Mett di 
Fdrgin a cink par dn : placer de Targent 
k cinq pour cent. 

ciBy 8. Cens , redevance en argent ; 
censive. — ii n'a ni cin ni rintt po vik6, i 
fd k'joUvemr : je n'ai ni fonds ni rentes 
pour vivre, il faut que je travaille. 

cibAp, s. Cinabre, mineral rouge 
compost de soufre et de mercure. — Li 
fermiiion c'd dd cindp bUd : le vermilion 
est du cinabre pulverise. 

dnde^ur^b, s. Fraisil , cendre du 
charbon de terre dans une forge. — Tap6 
di cinde-di-fdg divin vo pazai : jetez du 
fraisil dans vos sentiers. 



ciBdr^y ale, adj. Cendr6, qui est de 
couleur de cendre. — Dd jvet d'on blon 
cindri : cheveux d*un blond cendr^. — 
KoleUr dndraie : couleur cendr^e. 

ciBdreft, eftM, adj. Cendreux, qui est 
plein de cendres. — On cindreH chdfech: 
un chaulfage cendreux, qui donne bean- 
coup de cendres. — Bel cindreUze ancenn : 
engrais cendreux. 

ciBdriss) s. Fumier de cendres, en- 
grais; poudrette, mali^re f^cale dess^- 
ch6e et pulvi^ris^e. — Stdr6 dt cindriss : 
^pandre du fumier. 

cfBk, s. et adj. Cinq, nombre impair 
qui est entre quatre et six.— Cink chivd, 
cink markotl : cinq chevaux , cinq be- 
lettes. — Ld dnk de^ del min : les cinq 
doigts de la main. — TreA-z-d deH fh cink : 
trois et deux font cinq. — Cinkfdie ottan : 
le quintuple. — F4 n'sakoi cink fhie pu 
(/ran : quintuplerquelque chose. —Fifw 
di dnk an : {6ie quinquennale.— On ciwik 
di mak : un cinq de trifle. — Ta Id kwntt 
dnk d m'jeH : j'ai les quatre cinq dans 
monjeu. — LinambS^pouesspdrtiddnk: 
le nombre 35 est un nombre quinaire, 
il pcut 6tre divis^ exactement par 5. 

ciBk, s. Accroc, dechirure que fait 
ce qui accroche. — Gna on lai cink a voss 
mantai : il y a un vilain accroc h votre 
manteau. 

€inkaBUitBB,s. Cinquantaine, nombre 
exact ou approch^ de cinquante. — Inn 
dnkantatnn di gin: une cinquantaine de 
gens, cinquante personnes environ. 

CfBkantiBBi , adj. Cinquanti^me , 
nombre ordinal. — Li dnkantinm drtik 
dt Kdtt : le cinquanti^me article du Code. 

cinkantt, adj. Cinquante, nombre 
compost de cinq dizaines; demi-cent, 
moiti^ d*une Centaine. — Jilt a di soula 
CO cinkantt ftie : je lui ai dit cela cin- 
quante et cinquante fois. — II a cinkantt 
an : il est dg^ de cinquante ans, il est 
quinquag^naire. 

ciBkiaiBBi, s. etadj. Cinqui^me, la 
cinqui^me partie d'un tout. — II a on 
cinkiainm divin n'foss : il a un cinqui^me 
dans une houill^re. 

ciBkiBBi, adj. Cinqui^me, nombre 
ordinal. —lid Vcinkinm d si skol : il est le 
cinquieme de sa classe. — El s^a-t-acoUki 
di s'dnkinm dfan : elle a accouche de son 
cinquieme enfant. 

ciBkiBBunin, adv. Cinqui^mement , 
en cinquieme lieu. 

CiBk-vMe, s. Pentapole, tcrritoire qui 
comprenait cinq villes principales Cg^og. 
anc). 

ciB-mdie, s. Cher, ch^re; petit terme 
d^amitie enfantine. 



Digitized by VjOOQIC 



GIN 



~ 192 — 



cm 



ctmm , s. Cygne, gros oiseau aquatique 
Ik plumage blanc et qui a ie cou fort long. 

— Plom di cinn : duvet, plume de cygne. 

— Li blankihei^ dd cinn : la blancheur du 
cygne. —Griiry a siu Vcinn d^pdt d'Lich: 
Gr?try a ^t^ le cygne du pays de Li^ge. 

ciBs^, ale, adj. Cens6» repute. — 
Li ci hi hdbiit U cakaie d cin86 on chiniss 
kom zel : celui qui hante la crapule est 
cens^ lui appartenir. 

€iB«eAr 6 ciBtfureeb , 8. Censure , 
examen qu*un gouvernement fait des 
livres , des journaux , etc. , critique , 
r^primande , jugement. — Li cinsei^ dd 
pUss di komdddie : la censure des pieces 
de th^dtre. — Li cinse^r di ftlgliss : la 
censure eccldsiastique. 

ClnseUr h Clasareft, S. Censeur , 
critique qui juge des ouvrages d'esprit; 
juges eccl^siastiques.— On deilr dnsureU: 
un rude , un s^v^re censeur. 

ciiuit, s. Fermier, celui qui prend k 
ferme ; censier , metayer, exploitant d'une 
ferme.— L^ dnst del Uesbale : les fermiers 
de la Hesbaye.— Li ^ar(m k'a marids'cins- 
res8 : le baron a ^pous6 sa fermi^re. — 
Uo$ie dd cinai vd ransint : Vm\ du fer- 
mier vaut fumier. 

cium, s. Ferme, cense, m^tairie. — 
AckU n*cin88 : acheter une ferme. — 
Tint n'cinss : exploiter une ferme , en 
faire Fexploitation. 

cinsaH^fy adj. Censurable, qui pent 
6tre censur^ , qui m^rite censure. — Ltf 
cinmrdf: livre, publication censurable. — 
Dd-Z'&Mtutt cinsurdf: des habitudes, des 
accointances censurables. 

ciiuiar^, V. (Ji dnse^^ no dnsuran,) 
Censurer, blftmer, critiquer.— Li Chari 
apostolik dmurrei baled Smdva Itv : la 
Chambre apostolique censurera beaucoup 
de mauvais livres. 

ciBtatBB, s. Centaine, dix dizaines. 
— Di ciniainn ft-tron nUie : dix centaines 
font un mille.— - Inn dntatnn di palakon : 
une centaine d'^cus.— Cna dd kapon par 
dntainn : il y a des vauriens par centaines. 

cinteUr, 8. Ceinture, ruban de soie ou 
de fil ; cordon ; bande de cuir dont on se 
ceint le milieu du corps. — Loi s'r6b avou 
n*dnieur di sdie : lier sa robe avec une 
ceinture de soie. — Bone linomaie vd mi 
k'dnte^r doraie .- bonne renommee vaut 
mieux que ceinture dor6e. 

cintimiir, s. et adj. Centenaire, qui a 
cent ans, qui contient cent ans.— Gna 
k'on dntinair so 40 mdie gin : on ne compte 
qu'un centenaire par 40,000 personnes. 
— Fiess dntinair : f^te centenaire. 

ciBiiBBi, adj. Centi^me, la centidme 
partie. — On vi bounam Va kmind s^dn- 



tinm annaie.: un vieillard qui est entr^ 
dans sa centi^me ann^e. — On wteU ro- 
tnoHm^y c'd rdntinm pdrUie ^inn dr : on 
m6tre carr^ est la centi^me partie d'un 
are. — Ji v'di soula po Fdntinm fHe : je 
vous dis cela pour la centi^me fots. 

cibu, 8. et adj. Cent. Yoy. cia. 

ciBtty s. Cendre, poudre qui reste 
des mati^res brAl^es. — Cinit di f&r^ 
foiU dnlt : cendre de fagot. — Cintt di 
Uhiv : charr^e , cendre qui a servi k faire 
la lessive. — PafeW d dnti : pelle k feu.— 
Li joU dt Cinit : le jour des Cendres , le 
mercredi des Cendres. — Mi soi^ No$tes$ 
esS't-inn l^op-^^ntt : ma soeur Agn^ est 
une cendrillon, une cagnarde, une pares- 
seuse. — VosS't'Obi t to plin d'dntt : votre 
habit est tout cendreux. — Chiron d dntt : 
ho\ie\xr.—Br(HU6po n'nt f6 dt djnii : inci- 
nerer , en faire Tincin^ration. — Laveg 
di cintt : lixiviation. — S6 d^dntt : sel 
lixiviel. 

ciBiart, s. Ceinturier , faiseur ou mar- 
chand de ceintures, de ceinturons et de 
baudriers. — Acht6 n*blouk a on dnturi : 
acheter une boucle k un ceinturier. 

ciBtvroB , s. Ceinturon , sorte do cein- 
ture k pendants, pour rdp6e, le sabre, etc. ; 
baudrier, banderole. — Cindtron d*^ ; 
ceinturon de buffle. 

cipiAe, s. Cipaye, soldat indien. — 
Ld cypaie on comdtou di kruwdti : les 
cipayes ont commis des cruautes. 

cipiet, s. Ciplet, commune du canton 
d'A venues, k 13 kil. de Waremme. Pop. 
760 habitants. Sup. 452 hect. 

cipret, s. Cyprus, arbre toujours vert, 
de la famille des conif^res , qui s'^l^ve 
droit et en pointe. — Driv di dpret : all^ 
de cypres. — Planti di dpret dM d'im 
tomb: planter des cypres autour d^une 
tombe. 

ctr, s. Ciel, espace infini dans lequel 
se meuvent tons les astres; cieux, firma- 
ment, s^jour des bienheureux; Fair, les 
nues, la voAte des cieux. — Li BomUui 
mont6 d Cir : Notre-Seigneur est monte 
au Ciel. — L'^vanflfil, c*i VvdUe di Or: 
r£vangile est le chemin du Ciel. — Li 
mariech son fai & Cir : les manages sont 
faits au Ciel , ils sont r6solus par la Pro- 
vidence. — Diskripdon di Cir : urano- 
graphie. — Rimouwi Pcir i Vtair : remuer 
ciel et terre, faire tons ses efforts, 
employer tons ses moyens pour parvenir 
h son but. — Ci pondeO^ la fai binlidr : 
ce peintre fait bien les ciels. 

cir, s. Ciel, le haut d'un lit. — Fo dr 
di U son tro stre^ : vos ciels de lits soot 
trop ^troits, 

cir6, v. (Ji cir, no dran,) Cirer, 



Digitized by VjOOQIC 



cm 



— 193 — 



CIT 



eaduire de cire.— Ctr^ dd bott : cirer des 
bottes. — Cir6 <m 16 : cirer un lit. — TeHl 
eiraie : toile cir^.— Cir6onpav6d'planch: 
cirer un parquet. 

cirecb, s. Cirage, encaustique, com- 
position , melange , vernis pour les bottes , 
souliers, etc. ; action de cirer. — Cirech 
anglet : cirage anglais. — Cirech (Tan 
plancht : cirage d'un plancher. 

cireH , reM, s. Celui qui cire. — CireH 
tTbott , di planchi : domestique qui cire 
les bottes ou les planchers. 

cireiir, 8. Cirure , enduit de cire pr^- 
par^. -^ F6 del bonn^ del nUU cireiU' ; 
faire de la bonne , de la mauvaise cirure. 

cirk , s. Cirque , lieu destine aux jeux 
publics donnes par des 6cuyers.~ Li 
Cirk olinpik a Pari : le Cirque olympique 
k Paris. — On cirk a Lick aUr del gin : 
un cirque k Li6ge attire du monde. 

€irk«Bei, V. (Ji cirk(mcHe, no cir- 
koncianj Circoncire, couper la peau du 
prepuce. — Ld juif cirkmciel U^-^fan : 
les juifs circoncisent les enfants. — / »V 
ttin cirkanci : il est incirconcis. 

cirk«BeteioB, s. Circoncision , action 
de circoncire; f6te de Tfiglise le premier 
jour de Fan. — Li cirkancisian di /I J^u : 
la circoncision de Tenfant J^sus. 

drk^nfieky adj. Circonflexe, se dit 
d'une lettre qui se prononce la bouche 
tr^s-ouverte. — Mdti n'aksan circmflek 90 
n : mettez un accent circonflexe sur Te. 

€irii«B0iaiiMi, s. Circonstance , parti- 
cularity, conjoncture, incident; situation 
actuelle des choses,— Sonjgtdcirkonstanss : 
examiner, peser les circonstances. — 
RdpUf sivan U cirkanstanss : ob^issez , 
pliez-vous aux circonstances. 

cirkviair, s. Circulaire , lettre ^crite 
a plusieurs pour les informer d'une m^me 
chose; lettre commune. — Cirkulair 
d"tgli$ : lettre encyclique , circulaire 
eccl^siastique. 

draggle ^ drvJrMe, S. Cbirurgie, 
art de gu^rir les blessures, les frac- 
tures , etc. — Si p4r i savan dvin fciru- 
gHe: son p^re est tr6s-vers6 dans la 
cbirurgie. 

€ir«s<«iB« s. Chirurgien, qui sait ou 
exerce la cbirurgie. — AiU-ciru(^ain : 
frater, carabin. — Luneit di cirugiain: 
speculum. — Ji 80 dvin U main di ciru- 
giain : je suis entre les mains du 
chirurgien. 

cirastk, adj. Cbirurgique, qui appar- 
tient k la cbirurgie ; chirurgical. 

cirftM , s. Ceruse , carbonate de 
plomb dont la couleur est blanche. — 
Li cirilss ni fonnind Vaiw : le ceruse ne 
fond pas dans Teau. 



ciM, adj. Ce, celle, cette. Yoy. oi. 

cimmy s. YeiMe, assemble du soir 
pour travailler en causant ; soiree , 
ecraigne , apr^s-soup^e. — Li ctss son 
lonk t Viviair : les veill^es sont longues 
en hiver. — AU al cUts to U-z-alnuU : 
waller tous les soirs k la veill^e. — Lai 
kom li dial ki rvin d*al dss : diablement 
laid. ^ Li ciss ni vd niit U chandel : le 
jeu ne vaut pas la chandelle. 

€itA«i«B^ s. Citation, ajournement, 
assignation devant un juge ; exploit 
d'huissier. — Beiizinme ciiddon : r^assi- 
gnation. 

citodei, 8. Citadelle, forteresse qui 
commando h une ville. — Li horai , li 
ranpdr (ftnn citadel : les fosses , les 
ramparts d'une citadelle. — Li gdrnizon 
d'Lich isoli c'tadel : la garnison de Lii^ge 
est k la citadelle. — DimoCr inn citadel : 
demolir, d^manteler , raser une citadelle. 

Cftair, s. Citerne, reservoir sous 
terre pour recevoir et garder Teau de 
pluie; citerneau , petite citerne oQ Teau 
s*epure avant de passer dans la citerne. 

— Li citair i plinit : la citerne est 
pleine. 

citeraai , s. Citemeau , petite citerne 
oil Teau s'^pure avant de passer dans la 
citerne. 

€11^, V. (Ji citt, no citan.) Citer, 
assignor devant un juge, appeler pour 
comparaltre au tribunal. — Fi ciii di 
timon : faire assignor des t^moins. — 
Sivoni Vpdi nin , i v'fri citi : si vous ne 
le payez pas , il vous fera assignor. 

cttaiaiB, s. Citoyen, habitant d*une 
ville, d'un village, etc.; boui^eois, 
patriote. — Bon ou nUtva citoiain : bon 
ou mauvais citoyen , qui est ou n*est pas 
z6\6 pour les int^r^ts de son pays. — 
Piett li dreH d^cttoiain: 6lre priv^ des 
droits de citoyen. — Trai d^bon ou d^mdva 
dtoiain : acte de civisme ou dMncivisme , 
acte civique ou incivique. 

citraa, s. Citron, fruit ovale, jaune 
et plein de jus acidule; c^drat, lime. — 
Pilott di citron : 6corce de citron. — 
Tizienn d citron : tisane citronnde. — 
Karamel A citron : caramel citronnd. 

— KonfUeUr di pilott di citron : citronnat. 

— Tafia koleHtr citron, sCie koMr citron : 
taffetas citron , sole citrine. 

cur%m6, V. (Ji citronaie.) Imbiber, 
assaisonner de citron. — No citronan di 
Vaiw, di vin i di souk, po n'ni fi n'limondtt : 
nous exprimons du jus de citron dans de 
Teau, du vin et du sucre , pour en faire 
une limonade. — Sdce citronaie : sauce 
citronn6o. 

citranei, s. Citronnollo, nom de plu- 



Digitized by VjOOQIC 



CIZ 



— iU — 



CLA 



siears plantes qui ont une odeur de 
citron. 

citr^Bt, 8. Gitronnier, arbre qui porte 
le citron. — U cilroni ainmei U pai chd : 
las citronniers aiment les pays chauds. 

curoft , s. Lisi^re de drap. — Sol4 
d'citroil : Soulier de lisi^re. — Klawi dd 
dtro^ a inn ouh: calfeutrer une porte 
avec de la lisi^re. 

€it«, s. Cidre, boisson faite de jus de 
pommes. — To Vzron , d Franss .onfaidd 
dtt po septantt milian d'fran : chaque 
ann^e , en France , on fabrique du cidre 
pour soixante et dix millions de francs. 

civet , s. Civet , ragoQt fait de chair de 
li^vre. — Magni I'mitan d^on lif, t f6 on 
civet avou Vress : manger la moitid d'un 
li^vre et faire un civet du reste. 

ctvik, adj. Civique, qui a rapport aux 
citoyens.— Li gdr dvik : la garde civique, 
la garde bourgeoise. 

cfvii, adj. Civil , qui concerne les 
citoyens. — Li KOtt cMl : le Code civil. 
— Tribundl civil : tribunal civil , tribunal 
de premiere instance. — PdrtHe civil : 
partie civile.— Moir civil: mort civile, 
cessation de toute participation aux 
droits civils. 

€tviiBiiB«,adv. Civilement, en mati^re 
civile, en proems civil. — - Moir civilmint : 
mort civilement. 

civtr, s. Civi^re, bard, brancard, 
pour porter k bras , bayart. •— Chergt 
n^dvtr di pir : barder des pierres. — 
Poirle^ d^dvir: bardeurs. — Cintt an 
banir , dntt an civtr : cent ans banni^re , 
cent ans civi^re; avec les temps, les 
families ddchoient. 

ctviii^, s. Civility, ton de la bonne 
compagnie , honn^tet^ , courtoisie. — 
Kinoh U Hk del dvlUi : connattre les 
principes de la civility. — M&U al dvliU : 
manquer k la civility. 

ctviiB^, V. (Ji dvlizaie,) Civiliser, 
rendre civil, sociable, courtois; polir 
les moBurs. — CtvUzrd4-m rndUe UsAvachf 
civilisera-t-on jamais les sauvages? 

ctviiseeii, s. Civilisation, action et 
mani^re de civiliser, r^sultat de cette 
action. — Rastdrgt Vdvlizech d^on pai : 
retarder la civilisation d*un pays. 

cimai, s. Couleuvre de haie. Voy. »mi. 

cuai, s. Ciselet, petit ciseau d'or- 
f^vre, de ciseleur, de graveur, etc. — 
Ciss'l-ovrech la d fai d dzai : ce travail 
est fait au ciselet. 

cim6 , V. (Ji dzaie ou ji dzel, no dzan). 
Veiller, travailler h la lumiere; passer la 
nuit sans dormir. — Li-z-ovri on dz6 
juska inn eHr d dmaie d matin : les ouvriers 
ont travailld jusqu'ii une heure et 



demie du matin. — CixS U matenn : faire 
le r^veillon, un repas pendant la nuit 
de Nogl. 

ctaeeb, s. Action de veiller, de tra- 
vailler tard ; veille. — Li dzech gdit le- 
z-onie: en travaillant tard k la lumiere, 
> on se gSte la vue. 

ctset, s. Tarin, petit oiseau de pas- 
sage, vert-jaune, h t^te noire, k bee 
conique et poinin,— On dzelk*Sfamiliair: 
un tarin apprivois^. 

CtaoH, s. Ciseaux, une paire de ci- 
seaux. — Cizelt di koturi^ di kosUr : 
ciseaux de tailleur, de couturi6re. — 
Cizett di hd&e : ciseaux de jardinier. — 
F6 Tiimt dd cizett : faire ^moudre des 
ciseaux. — Achtim dt cizett : acbetez-moi 
line paire de ciseaux (i). 

ctieU , reM 9 s. Cclui qui veille ; ouvrier 
qui travaille le soir. — Gna H dzeH t noss- 
t-ovreH ; il y a huit ouvriers qui travaillent 
le soir dans notre atelier. 

ctseft, s. Gourdin, gros bAton court 
pour sortir le soir. — ValnuU, fa todi 
m'dzeU avou mi : le soir je suis toqjours 
accompagn^ de mon rondin. 

cisiB , s. Petit glagon. — On knmss a 
vi^ dd dzin so MoUss : la Mouse commence 
k charrier des menus glaQons. 

clsi^ , y . (Ji dzel ouji dzlaie , no dzkM.) 
Ciseler, sculptor des figures, des ome- 
ments sur les m^taux ; travailler au ciselet. 

— CtzU on Sin-Cib^ : ciseler un Saint- 
Ciboire.— VZodr dzU : velours cisel^, 
velours k fleurs, k ramages. 

ctsieHy s. Ciseleur, ouvrier dont le 
metier est de ciseler. — On dzleA rUmmi: 
un ciseleur renomm^. 

ctmieftr 6 ctsieeb, s. Ciselure, Tart 
de ciseler; ouvrage du ciseleur. -*- Ctw- 
t-drgitttrde la d chify a kdss del dzldtr : 
cette argenterie, cette vaisselle est ch^re, 
k cause de la ciselure. 

cisB^, V. (Ji cizenn ou it ciznaie.) 
Charrier des glagons. — Li MoiU$ dznaie 
d^a : la Mouse charrie d6jk. 

ciaeik , adj . Classique , se dit des li vres 
servant de modules. — Ovrech dacik : 
ouvrage classique , employ^ dans les col- 
leges.— Poi^x^ dadk : po^sie classique. 

ciak, s. Sacou quille. Voy. ciik. 

Clak , S. Claque. Voy. Ckapal-olak. 

ciakeek, s. Claquement, action de 
claquer; applaudissement , acclamation. 

— Al komddd€y li dakech b sovinpdi : au 
th^dtre le claquement est souvent pay^. 

€iak-^-i's«e<^ie 9 &• Priandise, mets 
recherche, ragodt d^licat. 

(1 ) DsM le CM tclnel , im dit« ptt mon ei$eau , 9otr§ 
eiteau: ce mot, in sinpiHer, rep«iente on ontil pUt i 
TuMge des tculpteun, des mennisiers, etc. 



Digitized by VjOOQIC 



CLI 



— 195 



CLO 



ciakeUy s. Cliqueltes, instrument fait 
de deux os ou de deux ardoises, que les 
enfants agitent entre leurs doigts pour 
en tirer des sons mesur^. — Fi M st 
clakeil : jouer des cliquettes. — Claketl di 
molin : claquet, petite latte qui est sur la 
tremie d*un moulin , et qui bat continuel- 
lement avec bruit. — Ell a tflinw com inn 
clakelt di molin : la langue lui va comrae 
un claquet de moulin. 

ciakeft , eftM j s. Claqueurs , applau- 
disseurs h gages, gens pay^s pour ap- 
plaudir les pieces ou les acleurs. — - F6 
cldr lijaifd clakeA : imposer silence aux 
claqueurs. 

ciiikiiiiB, s. Claquement. Voy. Mia- 
keeh. 

ci^matfk, s. Cl^matite, genre de 
plante grimpante. -Gna plnzitUr 9&r di 
cUmatik : il y a plusieurs espdees de cl^ 
matites. Voy. lek-di-saeH. 

ci^rikAi, adj. Clt^rical, qui appartient 
au clerc , k Teccl^siastique. — Li pArti 
cUrHUU : le parti clerical. — Acinblaie 
klMkdl : assembl^e cl^ricale. 

ci^rikAinafB , adv. Cl^ricalement , 
d*une mani^re cl^ricale. — V6U cWi- 
kdlmin : voter en favour de Topinion 
el^ricale. 

ci^rikateUr, s. Cl^ricature, ^tatou 
condition du clerc , de Toccl^siastique. 
Ri^r «d Utt di cl&ikateiir : recevoir ses 
lettres de cl^ricature. 

ciik, s. Clique, soci^t^ de gens qui 
s^unissent pour cabaler, pourtromper; 
ligue, s^quelle, cabale, coterie. — Ld 
pandar , i son iurto del mainm clik ! les 
marauds , ils sont tous de la mdme clique ! 
Voy. Ttr. 

Clik, s. Sac ou quille. — Printt it clik 
t si dak t cori t vdie : trousser son sac et 
sesquilles, tirer ses gr^gues, s'enfuir, 
se retirer promptement. — fa m'tabeAr , 
mt klik t mt klaky s'ach mi vierlett A 
m*kosU : j'ai mon tambour, tout mon 
attirail , mon sac et mes quilles , et 
j'ai mon briquet h mon c6t^. Voy. 
▼leHeU. 

Cllk^lak OU Clfk-^klak, int. Flic- 

flac , onomatop6e pour exprimer le bruit 
de plusieurs coups de fouet ou de plu- 
sieurs soufflets. — lA chtron fait clik-^ 
dak to-t-avA U v6ie avou s*corih : le char- 
retier fait flic-flac sur tout le cbemin 
avec son fouet. 

ciikatt, refi0, s. Chiffonnier , qui 
ramasse des chiffons. ^ Li bo t Tcrok 
d'on cUkoti : la hotte et le crochet d*un 
chiffonnier. 

ciikaii^ie, s. Loques de diverses 
esp^ces. — Toll U clikotrHe dd wumech^ 



c'b po rsiervantl : toue les chiffons du 
menage sont pour la servante. 

€iika««,s. Chiffon, loque, lambeau, 
gu^nille , gu^nillon , haillon , drille , 
p^naillon. — Li pAv dial d to a clikott : 
le pauvre diable est tout d^p^naill^. — 
Si dra n*t kHnn clikott : son drap n*est 
que de la chiffe. — Lt krapAtt t U clikott 
s'atdlet to cost6: laide fille et m^chante 
robe trouvenl toujours qui les ac- 
croche. 

ciikt^, v. (H diktaie,) Cliqueter, 
imiter le bruit d*un claquet de moulin. 

— TA n'figness ki diktaie : j*entends une 
fen^tre cliqueter, faire le cliquetis. 

ciikteeii , 8. Cliquctls , bruit des 
armes choqu6es les unes centre les 
autres ; bruit d*une porte ou d'une 
fenfitre agitee par le vent. — Li diktech 
d'inn klichett : le cliquetis d'un loquet. 

— GnaveH deH-z-om ki s'bati , ca on-z-m^ 
li diktech di leU-z-tptie : il y avait deux 
hommes qui se battaient, car on enten- 
dait le cliquetis de leurs ^p^es. 

ciikteH, remie, s. Celui qui cliquette. 

— K4 clikteU di m'baston! quel importun 
avec son cliquetis ! 

cifnkk, s. Clinique, enseignement de 
la m^decine aupr^s du lit des malades. 

— Clinik di dokteAr : clinique m^dicale, 
clinique interne. — Clinik di drugiain : 
clinique chirurgicale , clinique externe. 

dak , s. Cloche , calotte profonde de 
metal avec un battant pour sonner. — 
Li maka d*inn dok: le battant d'une 
cloche.— L'orwi del dok : la beli^re d'une 
cloche. — Gross dok : grosse cloche , 
bourdon. — Li ptUe dok : petite cloche, 
cloche argentic. — S(m6 U dok tponl : 
brimbaler les cloches , sonner les cloches 
h \o\6e , en branle. — Bdni , bathiy Umm6 
n'clok : b(^nir , baptiser , nommer une 
cloche. — Clok di plonked : cloche de 
plongeur ou k plonger. — F4 son6 Vgross 
clok: faire sonner la grosse cloche, faire 
parler ou agir celui qui a le plus de credit 
dans une affaire. — Li ci ki sonn lA clok 
ni sAreH-t-ess al porstHon : on ne saurait 
courir deux li^vres k la fois. 

ciak, s. Cloche, ustensile de cuisine, 
en forme de cloche, qui est de verre ou 
de m^tal, et qui sert k faire cuire des 
fruits, k couvrir les mets pour les em- 
p^cher de se refroidir ou de produire 
une odeur d^sagr^able ; h mettre sur des 
plantes d^licates pour les garantir du 
froid. — Md6 Vdok so Vproumach : mettess 
la cloche sur le fromage. 

ciak, s. Mortier, 6grugeoir, vase pour 
piler, pour ^gruger. — Batad*clok: pilon. 
•— BlAct dA saw ou del kanel divin n'dok : 



Digitized by VjOOQIC 



COK 



— i% — 



COK 



pilcr du Sucre ou de la cannelle dans 
une cloche. 

€i«k, s. Campanule ou gentel^e, piante 
laiteuse dont la fleur est d'une seule 
feuille , en forme de petite cloche. — 
On pdrchet (Tclok : une planche de cam- 
panules. 

cukett, s. Cloche, vessie pleine de 
s^rosite ; ampoule , petite tumeur pleine 
d*eau; bube, elevure, phlyct^ne. — Ld 
broHleilr fel mi d^ clokett : les brtilures 
font venir des ampoules. 

€i«kt, s. Clocher, tour, beffvoi.—Piti 
cbki : petit clocher, petit d6me, campa- 
nile ou campanille. — Cloki turk : mi- 
naret. — Pontt ou awHe d'on cloki : fl^che 
ou aiguille d*un clocher. — Fd meit li 
cloki d mitan del poroch : il faut placer le 
clocher au milieu de la paroisse ; on doit 
mettre h la port^e de chacun une chose 
dont tout le monde a besoin ou doit 
profiter. 

cukmaBB, s. Fondeur de cloches. 

€i«ki^, V. (Ji cloktaiej Copter, tinter, 
faire battre le marteau de la cloche seule- 
ment d'un c6t^ ; sonnailler. — On clok- 
taie a Vddvdcion d d-z-Av^-Marid : on tinte 
h r^ldvation et k FAve-Maria. 

cukteeh, s. Tintement , action de 
tinter. — fd Vcloktech^ on-z-Mtv li Sintt- 
OstHe , agdnan no : j'entends tinter , on 
6\6\e la Sainte-HosUe,agenouillons-nous. 

cukteft , s. Celui qui tinte. — Li clok- 
tea , c't sovin on chanted d*d doksdl : celui 
qui tinte est ordinairoment un chanteur 
du jub^. 

cuuks^, V. (Ji douksaie.) Cri de la 

poule. Voy. ILlmmpm^. 

cuaktai, s. Sorte de petit crapaud. 

Voy. Lurtal. 

cogBAk , s. Cognac , eau-de-vie de 
cognac. — BeHr on dmHe di cognak po on 
chess-kaft : prendre un petit verre de 
cognac pour un chasse-caf^. 

c^iraak, s. Cornac , celui qui est 
charge de soigner et de conduire un 
elephant, — To-t-om ni convin nin po ess 
coirnak: tout homme ne convient pas 
pour 6tre cornac. 

€«k, s. Coq, mAle de la poule, de la 
perdrix et du faisan. — Piti cok , jdnn 
cok : cochet , jeune coq , petit coq. — 
Cress di cok : cr^te de coq. -— BairHe dt 
cok : combat , joAte de coqs. — F^ ball dd 
cok , c'esS'l-onUUpastin : faire joiHter des 
coqs est un vilain delassement. — Cok di 
brouwtr: coq de bruy^re, coq sauvage 
qui se nourrit dans les bruy^res ; grian- 
neau, jeune coq de bruy^re. — C'^ Vcok 
dt viech ; c'est le coq du village, le per- 
sonnage principal, le plus distingue du 



village. — Melt cok h batme : mettre en 
train, ^moustiller. 

Cok, s. Coq, pi6ce d*une montre qui 
couvre et maintient le balancier. 

Cok, s. Coq, ouvrier qui fait chauffer 
le goudron dans les corderies. 

Cok, s. Coke, houille degag^e do son 
gaz par une premiere combustion. — On 
fai vni ddcokpo U /Jtl dt sioHf : on fait 
venir du coke pour les feux des ponies. 

CokA, s. OEuf , terme enfantin. — Tin^, 
binanUy via on cokd: tenez, cher petit, 
voilk un oBuf. — Jisoplin com on cokd: je 
suis dans un 6tat de repletion complete. 

cokiii, s. Cochet, jeune coq, petit 
coq. — Ta on cokai t n'poieU : j'ai un co- 
chet et une poulette.— C/ia|Hwi^(^ cokai : 
chaponner des cochets. 

cokaieoUk, 8. Coq de pdte pour les 
enfants. — Ttikf , m'/l, vola n'csanss^ achi6^ 
Z'On cokaicoUk : tenez , mon petit fils , 
voil^ un cents, achetez un coq de 
pftte. 

Co^-a-i^A^B, s. Coq-k-rSne, balivernes, 
sornettes, discours frivoles.— D^d^cofc- 
a-rdgn: faire des coq-k-rSne, conter des 
coquecigrues. — Kimin pou-t-on hoiU om 
s'fai konteA d^cok-a-Tdifn ! comment peut- 
on ecouter un tel sottisier ! 

cokAtt, 8. Cocarde, noeud de ruban 
qui se met au chapeau d*un ^omme ou 
bien h la parure aune femme. — iVeflr 
cokdtt , blank cokdii , cokdtt trikoU^ : co- 
carde noire, blanche, tricolore.— ColwWI 
patriott : cocarde patriotique. 

coeokaieoftk, s. Coquerico, onoma- 
topde qui d^signe le chant du coq. — 
Kwan on-Z'd chanli cocokaico^k dd nuit , 
c'esS't-on kangmin Stin : quand on entend 
le coquericot pendant la nuit, cela an- 
nonce un changement de temperature. 

cok-d'awouM, s. Cigale, insecte qui 
vole et qui fait un bruit aigre dans les 
chaleurs de I'^t^; criquet , sauterelle 
volante. — Oitv li cok-d'aunmss avou s*Uu 
chanf entendez-vous le cri desagr^able 
de la cigale? 

cok^di-koi, s. Faisan, oiseau de la 
grosseur d'une poule , qui se nourrit d'in- 
sectes dans les bois, et dont la femelle 
se nomme poule faisane ou poule fai- 
sande. — Hapt on cok-di-boi : prendre un 
faisan. — /dftfi cok'<luboi : faisandeau. 

cok-d'ti h cok-d'lBB, s. Coq dlnde , 
oiseau domestique plus gros que le coq ; 
dindon , mdle de la dinde. — tlkrdhi , 
pui touw6 on cok-d'il po magni al fless : 
engraisser, puis tuer un dindon pour 
le manger k la kermesse. 

cok-^-koB, s. Bardane. Voy* 
^] 



Digitized by VjOOQIC 



COK 



— 197 



COK 



€«k.^poTe, s. Hermaphrodite. Voy. 

€*«ket, ett, s. et adj. Coquet , qui fait 
le galant, qui cherche k plaire h plu- 
sieurs femmes k la fois. — Cijdnn hilzai 
la fai Pcoket avou tott U damzel : ce jeune 
^vapor^ fait le coquet avee toutes les 
demoiselles. — Li feum (fa chdss ess-t-inn 
frank , inn fameUse cokelt : la femme d*un 
tel est une franche, une ilelf^e coquette. 

— Li cokett pou bin ess hraf, min c*nd 
md^e inn tnocatnn : la coquette peut 
6tre vertueuse, mais elle n'est jamais 
innocente. 

c^k^t^, V. (Ji coUiaiCy no colUtan.) 
Coqueter, 6tre coquet, faire le coquet. 

— Ell ni fai k'coktU avou to Vmontl : elle 
coqu^te sans cesse avee toot le monde. 

c^k^tr^ie, s. Coquetterie, mani^res 
ou paroles employees h dessein de 
plaire. ~ Ciss j6nn lurett la a d^a baikd 
d'coktirHe: cette jeune lorette a d(ijk 
beaucoup de coquetterie. -— Cest sovin 
par cokdtrHe k'on s'fai hairi po chants : 
e'est souvent par coquetterie qu*on se 
fait solliciter pour chanter. 

cokii , s. Coquille de mer , enveloppe 
dure et calcaire des molusques testaces. 

— Cokil di nak : coquille de nacre. — 
Cokil a din : coquille dentel^. 

€«kiit^ s. Coquillier, collection de 
coquilles, lieu oik on les rassemble. — 
Vin^z-on joH vH m'cokili : venez un jour 
voir mon coquillier. 

cokUriA, s. Gochl^aria, herbe de 
S^-Barbe, herbe aux cuillers, parce que 
ses feuilles ont la forme d'un cuilleron. 

— Li cokldrid d sovdrin contt li skorbutt : 
le cochl^aria est un puissant anti-scor- 
butique. 

cokit, s. Coquetier, marchand d'oeufs 
et de volailles en gros. — Ld coklt del 
Hesbaie t dt Condro : les coquetiers de 
la Hesbaie et du Condroz. 

cokiivt, s. Cochevis, allouette hupp^. 

— Voss coklivi chantt dabim bin : votre 
cochevis chante k merveille. 

c«kBiAr, s. Coquemar, bouilloire, pot 
de terre , de cuivre ou de m^tal avee une 
anse , servant h faire bouillir ou chauffer 
de Teau ; bouillotte. —Melt 1% cokmdr so 
Vfeu : faire bouillir de Teau pour le caf6. 

— Li coknUtr ki boH : le coquemar bout. 

— Li cokmdr k'd trawaie , el koHr : le 
coquemar est trou^, il fuit. — Li cokmdr 
di keHv d^ kuri d'Haif: la bouilloire de 
cuivre du curd de Herve. 

€«kBei, s. Cochenille, insecte qu'on 
trouvo sur le nopal et qui sert k teindre 
en cramoisi ou en dcarlate ; kermis , 
eochenille du ch^ne vert. — Li coknel no 



tfin d'AmMk : la eochenille nous vient 
d'Amdrique. 

cokaM^, V. (Ji coknel ^ ji cokndlaie.) 
Gocheniller, teindre une dtoffe h la 
eochenille. —Cokn^ del sdie, del sAie: 
cocheniller de la soie, de la serge. 

€«kB^ie«h, s. Cochenillage , decoc- 
tion faite avee de la eochenille. — 
Tintt dd wan divin on coknilech : teindre 
des gants dans un cochenillage. 

Cok«, 8. Coco, noix de coco, fruit 
compost d'une enveloppe filamenteuse, 
d*une grosse coque tr^s-dure et d*une 
amande creuse , blanche et succulente , 
contenant une liqueur laiteuse assez 
agr^able au go(\t. — On fai baikd d'ustHe 
avou rboi dd coko : on fait divers usten- 
siles avee la partie ligneuse du coco. — 
Chaplet d*coko : chapelet de coco. 

cok«sBi, s. OEufs de Pdques, oeufs 
rouges ; petit present fait dans le temps 
de Pdques. — Mi malantt nCa dn6 on 
bouhiai po m'cokogn : ma tante m*a donnd 
un aiguiller pour mes oeufs de Pdques. 

cok^M, s. Pentec6te , nom propre de 
femme. — On VUm Cokoss^ paskell h 
vnow d montt li jou ou rnutt dd Stkwem : 
on rappelle Pentecdte, parce qu*ell6 est 
n6e le jour ou la veille de cette f^te. 

cok«tt, s. Coootier, esp^e de pal- 
mier tr^s-dlevd, qui porte le coco. — 
Ld foie dd cokoti onjuska qwinss pi d^lon- 
gueUr : les feuilles du cocotier ont jus- 
qu'k 15 pieds de longueur. 

cok«u, s. Amante, mattresse, amou- 
reuse , dulcinde. — Vo monrS voss cokolt 
al fUsSy sHrmini? vous conduirez votre 
berg^re k la kermessc , sans doute? 

cokraf , s. Coq d*U!ic 6glise, figure de 
coq qu'on met sur la pointe des clochers 
pour servir de girouette. — Li cokrai 
d*Sin'P6 markaie oUxe vin d'Ardenn : le 
coq de Saint-Paul marque anjourd*hui 
vent du Sud. — / raviss li cokrai , i toUnn 
a to vin: il est comme la girouette, il 
tourne k tout vent. 

CokMB , iibh , adj. Guilleret, 6ve\\\6 , 
Idger. — Po on vi CM, il d coksan : pour 
un vieux, il est dgrillard. — Ciss pititt 
kinUr la t d^a coksantt : cette petite 
jeune fille est ddjk guillerette. 

c^umHH , s. Poule qui crie longtemps 
apr^s avoir pondu. 

coks^, V. (Ji coksaie.) Mot pour 
exprimer le cri de la poule avant de 
pondre et surtout apr^s avoir pondu. — 
AUss vH si Vpdie a pounou, ji V6 coksi : 
allez voir si la poule apohdu , jeTentends 
criailler. 

€«kMeh, s. Cri de la poule avant et 
aprds avoir pondu. 

TOME 1. 27 



Digitized by VjOOQIC 



— 198 — 



COL 



CON 



Coktt, s. Coqueticr, petit ustensile 
de table pour y mollre un oeuf h manger 
h la coque. — D^ coklt (Tp/IW, (Tpdrci- 
latnn: des coquetiers de buis, de por- 
celaine. 

coku, s. Cocu, ceiui dont la femme 
est adult^re; cornard. — Li pOv dial 
a-t-avu trcA feum, s^a-i-i stu coku d'tott 
Id ireH : ce pauvre diable a eu trois 
fcmmes, qui toutes trois lui ont fait 
porter des comes. Voy. ivrfiiim. 

cokubenn , s. Concubine , femme qui 
eohabite avec un homme sans ^Ire son 
spouse. — Li rainnvA intrittin u'cokubenn : 
le vaurien entretient une concubine , il 
est concubinaire. — Li feum d'on krahli t 
pu respecM ki l*cokubenn d'on prims-: 
la femme d*un charbonnier est plus res- 
pectacle que la concubine d'un prince. 

cokabineek, s. Concubinage, coha- 
bitation, (^tat d'un homme et d'une 
femme qui ,vivent ensemble , qui coha- 
Ditent sans ^Ire mari^s; manage h la 
d^trempe ; manage de Jean Desvignes. 
— Li cokubinech toAnn todi a chin : le 
concubinage finit loujours mal, d'une 
mani^re scandaleuse , deplorable. 

cokaflt, V. (Ji cokufhtCy no cokufian,) 
Faire cocu. — St ti VmarHe avou ciss la , 
el ti cokufierd : si tu te maries avec 
celle-lk, elle te fera cocu. 

cokaweek , s. Cocuage , etat d*un 
homme qui est cocu. — Li drol, il a 
rpaciatnss dd vik6 dvin rcokuwech : le 
dr61e , il souifre patiemment le cocuage. 

€«ibiik , s. Colback , bonnet de peau 
d'ours que portent certains soldats. — 
Ld tambour-mdjdr d Id jandarm poirtel dt 
colbak : les tambours -majors et les gen- 
darmes portent des coibacks. 

CoUk, s. Colique, maladie qui cause 
des tranch^es dans le ventre. — - Colik 
bllcUss , vinteiis8 , gniervedss : colique 
bilieuse , vcnteuse , nerveuse. — Colik 
di potideH , di plonkl : colique de peintre , 
de plorabier. 

coiiek, s. Collogue, se dit de ceux 
qui sent rev^tus de semblables fonctions; 
confreres. — On n'deU nin kj&si st collek : 
on ne doit pas d^nigrer ses collogues. 

coUokAeioB 6 coiiokeek, s. Collo- 
cation, action de colloquer; dispositions 
des cr^ances hypoth^caires suivant leur 
rang. — Proci-verbdl di coUokdcion : pro- 
c6s-verbal de collocation. 

coiiok^, v. (Ji coiiok ^ ji collokaie.) 
Colloquer, placer un crdancier d'apr6s 
le rang de son hypoth^que. — On Va 
colhokS d'prdfbrinss a baikd d'dtt : on Fa 
coUoqud de pr^fc^rence h beaucoup 
d'autres. 



coUkiBU, s. Coloquinte, sorte de 
concombre trds-amer et tr6s-purgatif. 

coUrik, adj. Chol^rique, atteint du 
choldra; qui appartient au cholera. — 
PoirM dd colorik a I'ospitd : transporter 
des chol^riques k Thdpital. Voy. il«uHL 

c«iiiik, adj. et s. Comique, plaisant, 
propre k faire rire. — On jow oH&e inn 
dpdrd-comik : on joue aujourd'hui un 
op^ra-comique. — Ta nUtou on kboui 
chapai k'b to comik : tu as mis un chapeau 
bossu^ qui est tout-k-fait comique. — EU 
a n' comik narenn : elle a un nez comique. — 
Poiier esleH't-on fameU bon comik : Potier 
dtait un excellent comique. — Moliire d 
Vprumi d'to U-z-dteUr comik : Moli^re est 
le premier de tous les auteurs comiques. 

Comik min , adv. Comiquement, d'une 
mani^re comique , plaisante. — PdrU , 
si moucl comikmin : parler , s*habiller 
comiquement. 

comkona, 8. Quatre-coins. ~ /(nc^ 4 
comkom: jouer aux quatre-coins. 

ComaBlkAeUn S Conaanlkech , 8. 
Communication , action de communi- 
quer. — Li Tribundl Ort-drdond comuni- 
kdcion di to U ddkumin: le tribunal a 
ordonne la communication de tous les 
documents. 

conaanikAr, adj. Communicable, qui 
peut se communiquer , dont on peut faire 
pikH.^Tott cd pi6ss-la son-t-ell comunikdf? 
toutes ces pieces sont-elles commu- 
nicables? — L^ deu kdrti divairon comu- 
nikdf: les deux appartements deviendront 
communicables. 

Comaafk^, V. (Ji comunik h ji comu- 
nikaie.) Communiquer, faire part, con- 
fier. — No n'z-avan commikS no-z-idHe : 
nous nous sommes communique nos 
id6es. 

coBdakteftr, 8. Conductcur, cclui 
qui conduit, qui dirige; guide, voiturfn. 
— Condukteilr di menn : conducteur des 
mines. — CondukteUr d^ pon t cMc^ : 
conducteur des ponts-et-chaussees. — 
CondukteUr di diliginss: conducteur de 
diligence. — Condukte^r di prumt, di 
deilzinm , di treHzinm klass : conducteur 
de premiere , de deuxi^me , de troi- 
si^me classe. 

coBflskAr, adj. Confiscable, qui est 
sujet k confiscation. — Tott marchandHe 
di kontribantt d confiskdf: toute marchan- 
dise de contrebande est confiscable. — 
Voss tonai d'toHbak n^esteH-t-i mn confisk&ff 
votre tonneau de tabac n'^tait-il pas 
confiscable? 

coBflflkAeion 6 Conflskeek, s. Con- 
fiscation, action de confisquer, adjudi- 
cation au flsc — Li Goveni^n a-UCr- 



Digitized by VjOOQIC 



— 199 — 



CON 

don! U confiskAcion d^on joumAl : le 
Gouvernement a ordonn^ la confiscation 
d*un journal. — Li confiskdcion dt bin 
esS't-abolUe : la confiscation dcs biens 
est abolie. 

CoBflflk^, V. (Ji confiskaie.) Confls- 
quer, adjuger au fisc pour cause de 
contravention aux lois. — Ld komi 
d-Voctroi on confisk6 dd tonai d'ptkei ki 
u'eati nin diklari : les employes de l*oc- 
troi ont confisqud deux pieces de geni^vre 
qui n*^taient pas d^clar^es. 

cooflsk^, Hie, adj. Confisqu6, celui 
dont la santd est d^sesperee ou dont la 
fortune est d^truite; moribond, ruin^. 

— Vintriprainneur t canfisk^ par sd fd 
calkul : Tentrepreneur est confisqu^ par 
suite de ses fausses manoeuvres. — Li 
p6v feum t confiskaie par inn maladdic 
nUktdl: la pauvre femme est confisqu^ 
par une maladie mortelle. 

Mnik, adj. Conique, qui a la figure 
d*un c6ne , qui appartient au c6ne. — 
On cloki cdnik : un clocher conique. — 
No-z-estan parvinou d sekcion cdnik : nous 
sommes parvenus aux sections coniques. 

cdniknaiB , adv. En forme conique. — 
Ld pan d^souk son-t-arondi cdnikmin : les 
pains de sucre sont arrondis en forme 
conique. 

€*iij«iikeioB 9 s. Conjonction , mot 
qui sertli Her un mot, un sens h un autre. 

— Gna sakwanti^z-^sp^s di cof^onkcion : 
il y a diverses esp^ces de conjonctions. 

c^nk^riiB, s. Conqu^rant, qui a fait 
de grandes conquStes ; triomphateur , 
vainqueur. — C^zdr d NapolMon on siu deU 
fameU conkb'an : C6sar et Napoleon furent 
deux illustres conqu^rants. — Ndcion 
conk^antt : nation conqu^rante. 

CoBk^i^, V. (Ji conkett ^ ji conkdtaie^ 
no cankitan.) Conqu^rir, acqudrir par les 
armes; remporter des victoires, faire des 
conqu^tes. — ConkiU n'vHe, on roidm^ inn 
anpir: conqufiter une ville, un royaume, 
un empire. — NapoUion a kdzi conk^U tott 
FE^rdp : Napolt^on a conquis presque 
toute TEurope. 

€«Bkeu, s. Conqu^te, action de con- 
qudrir ; chose conquise ; invasion. — 
Wdrdd si conkett : garder ses conqudtes. 

— Pai conki , vHe conktss : pays conquis, 
ville conquise. — Ciss bel krap6tt la fat 
bin dt conkett : cette beauts fait bien des 
conquStes, attire bien des adorateurs. 

€«BkiAff, s. Conclave, assembl^e des 
cardinaux pour 61ire le Pape ; lieu oCi ils 
s'assemblent — Li conkldfa dur6 lontin : 
le conclave a dur^ longtemps. —Ki inteUr 
Pdp d conkldf, vin foU kardindl : qui entre 
Pape au conclave en sort cardinal ; le 



CON 



cardinal qui paratt le plus papable , qui 
paratt avoir le plus de chances, est rare- 
ment ^lu Pape. 

'cookidkr, V. (Ji conklil.no conkluwan,) 
Conclure, achever, terminer. — ConklUr 
on marchi : conclure un marche, un traits. 

— ConklUr on mariech : conclure un ma- 
riage , convenir d'un mariage , en arr^ter 
les conditions. — Dimin li ProkurcU dt 
Roi deH conklUr : demain le Procureur du 
Roi doit conclure. 

ConkijksUa, s. Conclusion, fin d'une 
affaire , d'une ddlibdration. — Uavouw6 
vaprinttsdconklUzion: Tavoudva prendre 
ses conclusions. 

conk«irdiiB, aau, s. et adj. Concor- 
dant, baryton qui peut chanter la taillc 
et la basse -taille. — 11 t conkoirdan A 
td&l^ : il est concordant au thdiltre. — 
Avu n*bel voi conkoirdantt : avoir une 
belle voix concordante. 

Conk«lrdiiiiM , s. Concordance, ac- 
cord , convenance. — Li conkoirdanss dd- 
Z'^antfU : la concordance des fivangiles. 

— Li conkoirdanss db mo tconl : la con- 
cordance des mots les uns avec les autres. 

€«Bk«ird^9 v. (Ji conkoirdaie.) Con- 
corder, ^tre d*accord ; convenir. — Cd 
deH gin la n*sdri mAie conkoirdd : ces deux 
personnes ne pourraient jamais con- 
corder. — F^ conkoird6 deH-z-Artik di loi : 
faire concorder deux articles de loi. 

Conk«Bb, s. Concombre, fruit charnu, 
gros et long , qui vient sur couches ; au- 
bergine, m^long^ne, coloquinle, esp6ce 
de concombre dont la pulpe est extrtoe- 
ment am^reet tres-purgative ; giraumont. 

— Sop , sal&tt d conkonb : potage , salade 
aux concombres. — Ld komichon , c't dt 
ptit^ conkonb: les cornichons sontdepetils 
concombres. 

coBkdrda, s. Concordat, transaction, 
accord , convention en malidre eccld- 
siastique. — Li conkdrda intt Napoldion d 
rPdp : le Concordat passd entre Napoleon 
et le Pape. 

€onk«ftr, s. Concours, action de plu- 
sieurs personnes qui disputent de talent, 
de m^rite , etc.— JfeW inn pless d conkoHr : 
mettre un emploi au concours. ~ Li con- 
koHr-gdn^dl d^-z- Attn fie i dd KoUch : le 
concours general des Athdndes et des 
Colleges. 

€onk«Brf , V. (Ji conkoHr.) Concourir, 
entrer ou 6tre en concurrence pour obte- 
nir un prix , un emploi. — No conkouri 
turtopo Vpri d*ch^ow: nous concourAmes 
pour le prix de cbarrue. 

coBpiek, adj. Complexe, opposd h 
simple. — Aprintt 16 nomb complek : ap- 
prendre le calcul des nombres complexes. 



Digitized by VjOOQIC 



CON 



— 200 — 



CON 



€?oBMikrAei«ii ^ coBMikreeii 9 s. Con- 
secration , action par iaquelle le pr^tre 
consacre qnand il dit la messe. — fa stu 
trotAramess , on-z-^teH^t-alconsacrdcion : 
j*ai 616 trop tard k la messe, on etait k 
la consecration. — Li consacr&cion (Tinn 
^liss, (Von Sin-Cib&r: la consecration 
d'une eglise , d*un Ciboire. 

c^nmmUr^ , V. (Ji consak , no consakran.) 
Consacrer, dedier h Dieu, k quelque 
divinite. — Bdni, consakrS n'dgliss : b^nir, 
consacrer une eglise.— C(Wwa/»-^ n*6stHe: 
consacrer une hostie, prononcer les 
paroles sacramentelles en vertu des- 
quelles le pam est change dans le corps 
deJ.-C. 

coBMkredk, s. Consacrant ou cons^- 
crateur, qui sacre un ev6que. 

€?OB0^kiiB 6 C^nm^ksBy aBtt, adj. 
Consequent, qui raisonne, qui agit con- 
sequemment. — On poss consdkan : un 
poste, un emploi important. — A fair con- 
sdkantt : affaire grave , importante. — Fd- 
t-ess constkan dvin to sou kon-zAntriprin : 
il faut etre consequent dans tout ce qu*on 
entreprend. 

€?OB0^kaBBliB e €?OBB^kBBBllB 9 adV. 

Consequemment , conformement k ses 
vues , a ses principes ; par consequent.— 
PdrU h agir constkanmin : parler et agir 
consequemment. 

CaBii^kBBMi ou CoBs^klBMi e CJaBs^ 
kiBM. s. Consequence, conclusion; 
suite des cboses, des actions; corollaire; 
induction. — Li ci k"a fai n'fati t deH 
sottflri Id consdkims : celui qui a commis 
une faute doit en subir les consequences. 
— Cest sin consdkanss : c'est sans conse- 
quence, sans importance. — DiveUr inn 
conzdkinss : devoir un peu d*argent, une 
petite somme. 

€«B0krf, s. Consent, appeie au ser- 
vice militaire; milicien. — Ldvaie di 
conskri : levee de consents. 

coB0kripcUB , s. Conscription, r6le 
des jeunes gens appeies k porter les 
armes; enr61ement, recrutement force. 
— Li conskripcion m'a dpoirU de^ dinUfi: 
la conscription m'a enleve deux de mes 
flls. 

€«Btrl-ealk^ , V. ( Ji contfi-colk, ) 
Contre-calquer, faire la conlre-epreuve 
d*un caique, ou calquer un caique en le re- 
tournant.— Contri-kalkionpUtn dd kadass: 
contre-calquer un plan du cadastre. 

cootri-kaBeh , s. Centre - echange , 
echange mutuel; troc. — J'a fai n'oontri- 
kang d'on tonai d'pdket po on bari d'Cl k'on 
m'a dn6 : on m*a donne une cruche 
d*huile en contre-echange d*un tonneau 
de genievre. 



caBtrikAr^, v. (Ji cmtriMr, no con- 
trik&ran,) Contrecarrer, s'opposer direc- 
tement h quelqu'un , k ses sentiments , k 
ses desseins ; contrarier , contredire , 
mettre obstacle. — K6 haidv om! i kwir 
iodi a v'conlrikdri : quel homme insup- 
portable ! il cherche toujours k vous 
contrecarrer. 

coBtri^ki^, s. Contre-cie, voussoir 
qui joint la cie d'une voAte. — On raixn 
U deHk conlri'kl4 po-z-achdv^ rvdceUr : on 
attend les deux contre-cies pour achever 
la voussure. 

€«Btri-k6 , s. Contre-coup , repercus- 
sion d'un corps sur un autre ; impression 
d*un coup faite k une partie opposee; 
reaction. — Din^ Vkontri-cdy ess bUct dt 
contri'kd : reagir , donner le contre-coup, 
etre blesse du contre-coup. —Sim' tow/cf 
fai bancrotl , f^ rsintret L'kontri-cd : si 
mon banquier fait faillite, cela reviendra 
sur moi par contre-coup. — Li contri-kd 
d sovin pu danjreH ki I'cd : le contre- 
coup est souvent plus dangereux que le 
coup. 

coBtri-karaB , s. Centre - courant , 
courant inferieur oppose au courant 
superieur. 

caBtri-Biark, s. Contre-marque, se- 
conde marque sur un ballot, sur des 
ouvrages d'or ou d*argent ; billet de sortie 
au spectacle. — Mett li contri-mark so 
(U kaissdifizik : metlre la contre-marque 
sur des caisses de fusils.— To sdrtan, ni 
roHvi nin dd printt in contri-mark : 
n'oubliez pas de prendre une contre- 
marque en sortant. 

coBtrUmark^, V. (Ji contri'mark 6 
ji contri-markaie.) Centre- marquer, 
apposer une seconde marque. — Contri- 
marke dd pess di teU : contre-marquer 
des pieces de toile. 

caBti^kaUr, s. Contre-coDur , plaque 
d*une cheminee, lieu oh elle se met. — 
Avu I'pai oci neUr ki l*contt-koilr : avoir 
la peau aussi noire que la cheminee. 

coBii*kaftr, adv. A contre-coeur. — 
F^ n*sakot contt-koHr : faire quelque 
chose k contre-coeur, malgre soi, avec 
repugnance. 

caBviBk, V. (Jiconvink.) Convaincre, 
persuader , prouver ; demontrer.— Xo nt 
Cconvinkr4 mdie , il t tro vtreH : vous ne 
le convaincrez jamais, il est trop obstine. 

€?aBvokAeiaB 6 coBvakeeh, s. Con- 
vocation , action de convoquer ; appel.— 
Li convokdcion d*inn acinblaie : la con- 
vocation d'une assembiee. — ^i/^, lett 
di convokdcion: billet, lettre de con- 
vocation. 

coBvak6, V. (Ji convok 6 ji convokaie,) 



Digitized by VjOOQIC 



cou 



— 201 — 



COU 



Gonvoquer, faire assembler; appeler, 
rdunir. — Li Rot canvoka U Chamb : le Roi 
convoqua les Chambres.— Conwikd Vacin^ 
blaie dd krHand : convoquer I'assemblee 
des cr^nciers. 

CoBYokeH , 8. Gelui qui convoque ; 
semonneur. — Li convoked a fai sqrU 
Vhieil po Vadmblaie dd moUnt : le semon- 
neur a fait sooner la clochette pour la 
reunion des meuniers. 

c«pek, s. Copeck ou kopeck, mon- 
naie de cuivre de Russie ; il vaut k peu 
pr6s 4 centimes. — Cin copek fi-t-inn 
roUp : cent copecks font un rouble. — 
Pess di di copek : pi^ce de 10 copecks. 

€4p-k«w, s. Ablateur, instrument 
pour couper la queue des brebis. 

corek,adj. Correct, exempt de fautes; 
exact. — On cofek linaach : un langage 
correct. — Li kopHe korek dHnn ak : la 
copie correcte d'un acte. — Soula n'd nin 
corek: cela n*est pas correct, cela est 
incorrect. 

€«rekei«B, s. Correction, action de 
corriger, d*6ter les d^fauts de quelque 
chose; rectification, punition, chdti- 
ment. — Li corekcion d^z-^proHf : la 
correction des 6preuves. — Din4 rCco- 
rekdon a ci pti m&lapri la : donnez une 
correction h ce petit impertinent. 

Corekcton^i , adj. Correctionnel , qui 
conceme la correction. — Triton/i/coreib- 
ciofUl : tribunal de police correctionnelle. 
— Pdtm corekciond : peine, punition cor- 
rectionnelle. 

€«reekeUo^iBiiB , adv. Par la police 
correctionnelle. — On Va jugi corek- 
cioiUlmin : on Fa jug^ en police correc- 
tionnelle. 

CorekmlB 6 Corek t^mfa, adv. Cor- 
rectement, exactement, sans fautes, con- 
form^ment aux regies. — L^-t-i d skri-t^ 
corekldmin? Lit-il et dcrit-il correctement? 

coronik, adj. Chronique , qui dure 
iongtemps. — MaUuUie coronik : maladie 
chronique. — Rdmaiiss coronik : rhuma- 
tisme chronique. 

coroBik, s. Chronique, certainos his- 
loires ecrites anciennement. — Soula , 
c'esS't'inn coronik dd vt tin : cela, c'est une 
vieille chronique. — Ld mdcdid coro7iik 
n'amUzei Wit rainnvd : la chronique scan- 
daleuse n*amuse que les vauriens , que 
les oisifs. 

Cou, pron. Ce, pronom ddmonstratif. 
^ihlJm pou ki s'pass la ; dites-moi ce qui 
se passe-1^. — Cd fou ki m'sonl : c*est ce 
qui me semble. — / n'«^ qou k'i di : il ne 
salt ce qu'il dit. 

cedkk, s. Pain d'dpice. — Crdss coUk : 
gros pain d'dpice. — CoUk a doss : petit 



pain d'^pice k douze cannelures. — CoUk 
di Dinan : pain d'^pice de Dinant. — 
Planch di coUk: carr^ ou plancho de 
pain d'^pice. — Risk6 n'aidan d coUk : 
risquer un Hard k la loterie de paind'^pice. 

— CoUk d limon : pain d'^pice k Torange. 
colik-di-AiBM, s. Nonnettes, petits 

pains d'^pices ronds que des religieuses 
ont fabriqu^s les premieres. 

cojkkeu, s. Couchette, petit lit peu 
^lev^ et sans rideau. — On doim oci bin 
dvin n'sinp co^keU : on dort tout aussi 
bien dans une simple couchette. 

Coakt, V. (Ji coHk.) Coucher, dtendre 
par terre. — Si coUkt d 16 : se coucher 
dans le lit— CoUki iopla altair : coucher 
k plate terre, renverser, blesser gri^vc- 
ment, tuer. — On fai s*U kom on s*vou 
coHkt : comme on fait son lit on se couche. 
—-On-z-d pu codki k'drdci: on est plus 
couch^ que debout; le temps que dure 
la vie est court aupr^s du temps qui la 
suit. 

coHkit, s. Fabricant de pain d'^pice. 

— U conkli d^Dinani sont rloum6 : les 
fabricants de pain d*epice de Dinant ont 
beaucoup de vogue. 

c«akoa , s. Coucou , oiscau gros comme 
un pigeon , qui tire son nom de son chant. 

— L6 coukou n'ft nin leH niaie, i pounet 
leH'Z'On divin U ciss dt-z-dtt-z-oilhai : les 
coucous ne font point de nid , ils d^po- 
sent leurs oeufs dans celui des autres 
oiseaux. — On n^ess-i-M-avri ki kwan 
Vcottkou Vdi : on n*est en avril que quand 
le coucou Tannonce par son chant. 

Coukou, 8. Coucou, fraisier qui fleurit 
et qui ne donne pas de fruits. — Gna nou 
bon ftavi dvin to soula ^ c"d to coukou : il 
n'y pas de bon fraisier dans tout cela, 
ce ne sont que des coucous. 

Coukou , s. Pied-de-li^vre , esp^ce de 
trifle, trifle d'eau. 

Coukou, 8. Sorte de fromage mou h 
la crdme. — Li coukou , c'ess-t-inn gUh 
tinnrtie dt Haivurlin t dt Vervttoi: les 
habitants deHerveetdeVerviers font une 
esp6ce de fromage tr6s-d^licat et friand 
quMls appellent coucou. 

Coukou , s. Coucou ou pendule ^ 
coucou, pendule od une figure d^oiseau 
imite le chant du coucou quand les 
heures sonnent. — Lt-z-drloch a coukou 
displaiH't-a certin-z-om mari6: les hor- 
loges \i coucou d^plaisent ^ certains 
maris. 

Coukou, 8. Coucou, jouet d*enfant, 
petit soufflet, sous la forme d'oiseau, imi- 
tant le chant du coucou. — Rdpoirt^ on 
coukou a voss piti : reportez un coucou 
h votre mioche. 



Digitized by VjOOQIC 



CRA 



— 202 — 



CRI 



€oHk«a, S. COCU. Voy. Coka. 

c^nUuk, s. Sorte de rainette, rep- 
tile qui ressemble h la grenouille; ono- 
matopde imitant le cri de cet animal. 

Voy. Lnrtal. 

coviek, 8. Couvercle, ce qui couvre 
un vase. — Coviek di cokmdr, di hiel , 
d^inn Idss: couvercle d*un coquemar, 
d*une dcuelle , d'une botte. — Mett^ otM 
on coviek : mettre, altacherun couvercle. 

c4siik, s. Cosaque, cavalerie l(^g6re 
de rukraine qui sert dans les troupes 
de Russie. — Li capitatnn dd Cdzak : 
rhetman des Cosaques. 

Cniiks^, V. (Ji craiksaie.) Caqueter , 
cri de la poulo quand elle veut pondre. 
— VO'Z^r^ bin rait di-z-oH , k'a jd vo 
poie craiksd : vous aurez bient6t des 
oDufs , car j'entcnds vos poules caqueter. 

crak , s. Crac , bruit que font les corps 
durs qui se rompent ou se heurtent; 
mot qui marque la soudainet^ d'un fait, 
d'un ^v^nement. — Crak, diss-t-eL Li 
w^r, el si pdrta h deH boket : on entendit 
crac, et le chevron ^clata en deux mor- 
ceaux. — Crak, volld ivdie: crac le 
voilJi parti I — // o fai crak , ki CBondiu 
Cbtntie si c*d stiemi : que Dieu le bdnisse 
s'il a ^ternud. 

Crak , s. Charge de gros morceaux de 
houille ; terme de mineur. — Vocial inn 
crak qui montt foil dd beHr por vo: 
voici une charge de grosse houille qui 
s'el^ve de la bure pour vous. 

Crak, 8. Craquc, hdblerie, menterie, 
colle, cassade. — Kontd dd crak : donner 
des baies, des cassades; craquer, hdbler. 
Voy. Biiik. 

crak^, V. (Ji crak.) Craquer, hftbler, 
mentir, se vanter mal k propos et faus- 
sement. — On-z-ess-t-akoustum^ di I'oi 
crakS: on est habitu6 de Tentendre cra- 
quer. Voy. Blasa^. 

crak^ , V. Craquer , ^clater , se heurter , 
se briser avec eclat. -- On U ki crak : 
un lit qui craque. — F^ crakd sd deU : 
fairo craauer ses doigts. — Ciss-t-om la 
^ si seen ki U-z-ohai U craket : cet 
homme est si sec que les os lui craquent. 

Crakeeh, s. H&blerie habituolle. — 
Li crakech fai sovin rtr : la craque habi- 
tuelle fait souvent rire. Voy. Biasuech 

ou Blasr^le. 

€raketi,s. Pierrette, tr^s-petitcaillou ; 
pierraille. — Avu n'crakett d s\wle : 
avoir une petite pierre dans son Soulier. 

Crakeft, elhM, s. Craqucur, bdbleur, 
exag^rateur. — Nd CkrM nin , ka c'ess- 
t-^n fir crakeU: ne le croyez pas, car 
c*est un fier craqueur. Voy Bia^aei^. 

Crakian.anit, adj. Cclatant, brillant. 



— D^. sold to crakian noH : des souliers 
tout neufs , d*^l^gants souliers. 

crakiiB , s. Craquelin , patisserie qui 
craque sous la dent. -— On no fa beAr li 
kafet avou dd craklin : on nous servit le 
cafd avec des craquelins. 

crakmin, s. Craquement, bruit en 
^clatant. — Av otou Ccrakmin dd soUmt? 
avez-vous entendu le craquement de la 
poutre? 

Crakr^ie, S. Craque. Voy. Crakeek. 

Craki^, v. (Jicraktaic.) Craqueter, 
craquer souvent et avec petit bruit, p^- 
tiller. — On-z-d Id tdv d Id-z-drmd ki 
craktet : on entend les tables et les 
armoires qui craqu6tent. 

crankt, V. (Jicranktie^ no crankian.) 
Toucher, tirer. — Ti n'wdzreH li cranki 
on jvet del tiess : tu n'oserais toucher 
k un seul cheveu de sa tSte ; tu ne sau- 
rais lui faire aucun reproche. 

craakian , s. Tortillement , etat d'une 
chose tortill^e. — Gna trop di crankion 
dvin vo jvet : il y a trop de tortillements 
dans vos cheveux. 

crtr-kaftr , s. Cr^ve-coeur , grand 
d^plaisir , grande douleur m^\6e de 
d^pit. — Kd crif-koHr po inn om hdtin 
com lu! quel cr^ve-coeur pour un homme 
superbe comme il Test! 

Crik, s. Crochet. — Narenn di crik : 
nez crochu. 

€rik.«rak, int. Cric-crac , onomatopec 
pour exprimer le bruit que fait une chose 
en se brisant. — Crifc-cm*, li mHr a 
toumdju! cric-crac , le mur s'est ecroule ! 

criket, s. Frein en fer et de la Ogure 
d'un S. 

crikioB, s. Grillon. Voy. MrfiioB. 

crika^, v. (Ji cHksaie.) Crier, ne se 
dit que des grillons. — No-ZHivan dd 
krition ki criksd toil nutt : nous avons 
des grillons qui crient toute la nuit. 

criekaeeh, s. Cri des griUons. — ti 
crikseck ess-t-inn sakoi d'katdf: le cri 
des grillons est fort desagreable. 

CriBklB, 8. Arc. Voy. ArkaleU. 

CrlBkiat, S. Archer. Voy. Akaatrf. 

rrtakeBB, 8. Fausse bille, petite billc 
de terre cuite. —fa wangni on mdie, 
ni nCdin^. nin n^cHskenn: j'ai gagne 
une bonne bille, ne m*en donnez pas une 
fausse. 

critfk, s. Critique, censure, diatribe, 
satire, glose. — Criiik ruU, anUr, 
mddSraie : critique s^v^re , amdre , mo- 
der^e. — - F^ l*critik de novai liv : 
faire la critique des nouvelles publica- 
tions. — Nfd nin s'fd mett al critik : il 
ne faut pas se mettre en butte h b 
m^disance. — Li critik trodf lodi dd-z- 



Digitized by VjOOQIC 



CRO 



203 — 



CRO 



aproveH : la critique Irouve toujours des 
approbateurs. 

critfk, adj. Critique, qui annonce une 
crise , qui appartient h la crise ; dange- 
reux, perilleux. — Moumin critik: mo- 
ment critique. — EUr critik : heure 
critique. — Ach critik : ftge critique , 
principalement celui oD une femme cesse 
d'avoir ses regies. — Li sitainm d CnoA- 
vainmjoU di certalnn^ maUuldie son dd 
joH critik : le septidme et le neuvi^me 
jours de certaines maladies sont des 
jours critiques. 

criUkAff , adj. Critiquable , qui peut 
6tre justement critique. — U mdieU-z- 
ovrech son critikdf: les meilleurs ou- 
vrages sont critiquables. — MouceUr 
aitikdf: toilette critiquable. 

Criukmi, anu, adj. Critique, dis- 
pose k censurer trop l^g^rement. — 
Carakt^r critikan : caractlre critique. 

— OumeUr critikantt : humeur cri- 
tique. 

Critik^, V. (Ji critik 6 ji critikaie.) 
Critiquer, censurer, trouver k redire; 
satiriser, parler satiriquement ; gloser, 
^piloguer. — - Critik^ on tdvlai , on bati- 
min ; critiquer un tableau , une bdtisse. 

— KHl t haidf, i n*fai Kcritiki tot 
Vmonttl quil est ddsagr^able, il censure 
lout le monde, ce n'est qu*un censeur, 
un aboyeur. — II ess-t-dhiie dd critik^, 
S mdldhtie di mi f^ : il est facile de criti- 
quer et difficile de mieux faire. Voy. 
0lBBdfk^. 

CritikeH, eHM, s. Critique, censeur, 
celui qui trouve k redire k tout; aris- 
tarque, glossateur, gloseur, ^pilogueur, 
zoTle. — Cess-t'On critikeH ki n'sipdgn 
personn : c'est un critique qui n'a d'^gards 
pour personne. Voy. siandikedk. 

€roii-(i«ak, s. Casse-sucre , instru- 
ment pour casser du sucre(i). — Li 
rs6r dd kroh-souk t kac6: le ressort du 
casse-sucre est cass^. 

€r«k , s. Croc , morceau de fer ou de 
bois recourb6 ; fenton. — Crok di kou- 
henn : croc de cuisine.— Fintt deichdr 
d crok : pendre de la viande au croc. — 
Crok di clikoti : crochet de chiffonnier. 

— Croc di imtli, di tmiveH : gaffe, croc 
de batelier.— fiiWwi n'nigat avou Ccrok : 
gaffer une nacelle. — Croc di marin : 
taquet , croc de bois pour les marins. — 
Crok di piheH : angon, crochet de 
p^cheur ; harpon, grappin.—rap^ Ccrok: 
harponner. — C^ iu ki tap li crok : c'est 
lui qui est le harponneur. — Li vdie fai 
Ccrok divin t6L androi : le chemin fait le 

(i) Croque-tucrt n'etlpu francait. 



crochet dans tel endroit.— Aim n'narenn 
a crok : avoir un nez crochu , un nez 
aquilin. — Li kaponass, il a Id deH ou Id 
main a crok: le dr61e, il a les mains 
crochues; il est enclin h derober.— PinW 
si fizik d crok : pendre son fusil au croc , 
quitter le metier de la guerre. 

Croke, V. (Jicrok,) Croquer, figurer 
par quelques traits la premiere idee d'un 
tableau.— Mi dicin n'd crok6 Wd craion : 
mon dessin n*est croqu^ qu'au crayon. 

Crokei, s. Croquet, sorte de pain 
d'^pice croquant. — Magnt on croket to 
buvan on htfion : manger un croquet en 
buvant un tantinet de geni^vre. — Pom 
di croket : pomin^ croquante. 

crokeit, s. F6rule , chiquenaude. — 
Di tin pacd U maiss-di-skoL dint dd 
crokett so li deH d-z-ifan : anciennement 
les mattres-d'^ole frappaient les enfants 
sur les bouts des doigts. 

CrokiM, s. Croquis,esquisse rapide, 
premiere pens^e d'un peintre indiqude 
par quelques traits principaux et caract^- 
ristiques; pochade.— Cro*w« d*inn tiess, 
dinn djmumin , dHnn arabess , d'on 
paizech : croquis d'une tfite , d'un orne- 
ment, d'une arabesque, d'un paysage.— 
On sinp crokiss fai riknoh li savan ou 
Cbiess: on reconnatt dans un simple 
croquis Thabile homme ou Tignorant. 

CrakmiB, s. Dent de bois ajout^e k 
la faux. 

crok-mair, s. Croque-mort, celui qui 
est charge de transporter les morts au 
cimeti^re. 

crokadti, s. Crocodile, animal am- 
phibie k quatre pieds , convert d'^cailles 
et de la figure d'un lizard. — Li pat , /^ 
z-oH don crokodil: la peau, les oeufs 
d*un crocodile. — Li crokodil ess-t-inn 
iwaraie biess po s'foiss i s'michansU : 
le crocodile est un animal redoutable par 
sa force et sa voracity.— Ldm di crokodil : 
larmes de crocodile, pleurs hypocrites 
pour tromper quelqu*un. 

€r«k.patAr, s. Pince-maille , avare 
jusque dans les plus petitcs choses ; 
grippe-sou , chiche , ladre. — / Clai 
crok'patdr, ki touurreH on piou po vintt 
li pai! oh! le vilain grippe-sou, qui 
tuerait un pou pour en vendre la peau ! 

croktiii , s. Fleau de balance. — Li 
crok dinn balanss deH-t-ess d mitan di 
croktai: le crochet d'une balance doit 
dtre au juste milieu du fl^au. 

Croktai, s. Crochet, petit croc de fer 
ou de bois pour pendre la viande et pour 
d'autrcs usages.— Vow gigo, mdtilpintt 
d croktai : votre gigot , pendez-le au 
crochet. 



Digitized by VjOOQIC 



DAB 

cronik, s. et adj. Chronique. Voy. 
Coronlk. 

cronikejk, s. Chroniqueur, auteur de 
chronique. — Cess-t-on vi cronikeA Ka 
Ui dd kurieU ddcumin : c'est un vieux 
chroniqueur qui a laiss6 de curieux 
documents. 

cronk, adj. Court et gros, ramass^ ; 
arqu^ , de travers , contrefait. — Si ^^fan 
d to CTonk: son enfant est tout con- 
trefait. 

Croak, s. Fourchon d'arbre. — Mi 
warko k'6 dmor6 d crouk: mon bftton est 
reste sur Tarbre, dans un fourchon de 
Tarbre. 

crafikin , s. Trusquin , outil de menui- 
sier pour tracer des parall^les. — On noiJi, 
cruskin : un trusquin neuf. 

criiMkiii^, V. (Ji cruskinaie.) Tracer 
au trusquin. 

cakoMi, s. Cochon, terme enfantin et 
Mnitif. — Chdci U kukuss avou voss 
corih, binamd : chassez les cochons 
avec votre fouet, petit ami. — - Vik^ 
com on kukuss : vivro crapuleusement; 
vivre avec des sentiments irr^ligieux. 

cwAk, s. Croasement du corbeau. — 
Brair cwdk aprd U priess : imiter le 



DAD 

croassement du corbeau quand il passe 
un pr^lre. — F(^ fd cwdk : ^trangler 
quelqu'un. 

cwAk*, V. (Ji cwdk.) Croasser, se 
dit du cri des corbeaux. — OUf cwdM U 
coirbd ? entendez - vous les corbeaux 
croasser ? 

€w4keeii. 8. Croassement , cri des 
corbeaux. —Li cwdkeg dd koirbd ess-t-inn 
laitt muzik : le croassement des cor- 
beaux est une musique d^sagr^able. 

CwAkdr, s. Quaker ou quaere, nom 
d'une secte religieuse d'Angleterre et 
d'Am^rique et qui signifie trembleur. — 
On m'a mostr6 on cwdkir d n'cwdkress : 
on m'a rnontr^ un quaker et une 
quakeresse. 

Cwakwa, 8. Pierre d'achoppement , 
obstacle , hie , noeud gordien. — Vola 
Ccwakwa , voil^ la pierre d'achoppement, 
c'estlkqueglt le M^vre.—Trov^rcwakwa: 
d^couvrir le pot aux roses, le noeud 
gordien , Tenclouure. 

CwiBkfl^ , V. (Ji cwinksaie,) Chanter, 
se dit quelquefois du pinson. 

cwiBkaeeii, 8. Certain cri du pinson. 

cwiBkMtii, s. Chanteur, crieur, sedit 
du pinson. 



D 



D, s. D, quatri^me lettre de Talphabet, 
troisi^me consonne. — On gran D : un D 
majuscule. — Onpti d : un d minuscule. 
— Al hnk crdte ,onDvd dnk cin : D est 
une lettre numerate qui vaut cinq cents. 

Da ou DA, pr^p. De, du, des, k, au, 
aux. — Da ki ess ciss-4'UsUie'la f C'i da 
meunny c*d da ionk^dasonk (ou da lu^da 
Uk), da noss, da vo-z-dtiy da zel : h qui 
est, k qui appartient cet outil? C'est h 
moi , c*est k toi , k lui ( ou k elle ) , k nous , 
h vous (ou k vous autres), k eux ou k 
elles. — Li mohonn ki vq vH6 , cV dd 
MaieUr, c'^ Vdss dA Maie^r : la maison que 
vous voyez, c'est au Mayeur, c'est celle 
du Mayeur. — Vola VkouttchAss di m*p^r; 
noHndy cV Vci da Lind : voilk la culotte de 
mon p6re ; non, c*est celle de L^nard (i). 

mkj s. Cloaque ou egout d'une vache- 
rie ; receptacle dimmondices. — Si iapi 
Vpt dvin on dd : tomber le pied dans un 
cloaque de vache. — Li dddbon po iapi 
so U tair : le pissat des animaux sert k 
fumer les terres. Voy. Pieenn. 

DaMBi,.adv. Beaucoup, fort, consi- 
ddrablement, en grande quantity. — Gna 



(i) Ne dit«s pas : 
Lw)oard. 



la culotte d mon p^rc, celle 4 



dabtm ddpdvri gin so Vmontt : les pauvres 
gens sent tr^s-nombreux sur la terre. — 
// d dabim vitt aduz6 : il est extrdmemeni 
susceptible, il a la peau tendre. 

DAboiiB, s. Nigaud, tratnard, pa- 
resseux. 

DaMr, adv. D*abord, premi^rement, 
d6s Tabord. — To d^ab&r : tout d*abord, 
d^s rinstant, incessamment. — Dabdr^ 
ji n'a rin a vdir : d'abord , je n*ai rien k 
vous dire. 

DAbor^, V. (li ddbor h ji ddboraie^ no 
ddboran^jiddborrd.)S^\\Ty crotter, em- 
bouer ; couvrir de mati^re f^cale. — Ess 
ddbor6 di stron : 6tre breneux, merdeux, 
gki6 de merde. — Lt-z^hU d-P^flm son 
ddboriy i U fd rbouwd: les braies de 
Tenfant sont breneuses , il faut les laver. 

Dada, s. Grand'm^re, aieule; expres- 
sion enfantine et rustique. — Av silu dt 
bonjoU a voss dada, manUf avez-vous ^t^ 
dire bonjour k votre grand-m^re, cher 
petit? 

DMa, s. Niatse, insens^. — TaiMVy 
ddda^ v'z-esU loign: taisez-vous, sotte, 
vous rfivez. 

Dadtfe, s. Femme plaisante, sotte, 
joviale. — M soli doMe I quelle plai- 
sante femme ! quelle sotte r^jouie ! 



Digitized by VjOOQIC 



DAH 



— 205 



DAL 



DadftVe, s. Galop. — Kori a dadate : 
courir au galop , venire h terre , courir 
comme un dada. 

DAMifoft, adj. Ext^rieur, qui est au- 
dehors. — Li pareUss U'd-dfoU : la parol 
exterieure. — Li vdceUr d'd-dfoH: la con- 
vexite de la voiite. 

Daditt, s. Marguerite, nom de femme. 

vadreft, adj. et adv. Convenable , 
exact , r^gulier , comme il faut. — Inn 
gin d'adreU : une personne honn^te , 
probe.— /«» sakoi dadre^ : quelque chose 
de bon , de bien confectionne , fait 
exactement, solidement. 

DA-dviHy adj. Interieur, qui est au 
dedans.— L^2-(w;r<?{/ dMvin: les travaux 
int^rieurs. — Lt vdcciir dd-dvin: la con- 
cavitd de la voOte. 

oa-fa^on , adv. Mdthodiquement, avec 
m^thode, dune mani^re m^thodique, 
avec ordre. — S'i prinde da-facon : s'y 
prendre, proc^der raethodiquement. 

DAfln, s. Dauphin, le fils atnc^ des rois 
de France. - Li feum d^ Ddfin : la Dau- 
phine , la femme du Dauphin. 

DAfln, s. Dauphin, mamraif^re marin 
qui a la figure d'un poisson; Spaniard, 
orque ; souffleur , mammif^re c^lac^ ; 
figure de poisson h t^te grosse et ronde 
employee comme attribut. — Gna dd ddfin 
80 U fontainn del VHe : on voit des dau- 
phins sur les fontaines de la ville. 

9mgi4!j V. (Ji daguel h ji daglaie, no 
daglan;ji daguelret.) Goudronner, enduire 
de goudron, de brai; spalmer et espal- 
mer. — DagI4 avou del path : poisser , 
frotter de poix. — DagU n'ndcal : spalmer 
une nacelle. 

i^siecii, s. Goudronnage, action et 
manidre de goudronner; calfatage. — Li 
dagleg d^on batai ; le goudronnage d'un 
bateau. 

Dasiedi, s. Celui qui goudronne. — 
H a falou 8t dagleU po dagU U mastai ^ Id 
koitt : il a fallu six ouvriers pour gou- 
dronner les mats et les cordages. 

Dasnet, s. Goudron, composition de 
gomme et de poix, servant principale- 
lement h calfater les vaisseaux; brai. — 
Meit chdfi dd daguet : faire chaulfer du 
goudron. — On-z-oU li ditguet : on sent 
Todeur de goudron. — Vola del sirOp k'd 
com dd daguet : voilk du sirop qui a le 
goAt aussi fort que du goudron. 

oagiiet, s. Meconium, excrement noir 
et ^pais d*un nouveau-n^. — Rindti Vtfan^ 
il a fai 8'daguet : essuyez cet enfant , il a 
rendu son meconium. 

iNiha, 3. Sotte, ^cervelde.— Oi^/'/iaft/^, 
CMS 8oH daha ? entendez-vous cette ^va- 
por^e rire aux Eclats? 



Dahtr, s. Mauvais lieux, maisons de 
debauche , guilledoux. — Korl al dahlr : 
courir le guilledou, banter' les lieux de 
prostitution. 

Dal , adv. Da , certes. — Awd dai , ndni 
dai: oui-da, non-da. 

oai, adv. A propos, ainsi , ainsi done. 
-^Dai , rboQow Ann si va marU : h propos , 
Anne la bossue va se marier. 

oal-dal, adv. A dos. Voy. a dai-daf. 

o'aidan, adj. P^cuniaire , relatif h 
Targent. — Cess-Hnn interei d'aidan : 
c'est un intdrot p^cuniaire. — Qn jcH 
d'aidan : un jeu d*argent , qui n'est inte- 
ressant que par I'argent qu'on y expose. 

oi^Se, s. Coups, bastonnade (i). — 
Din6 n'daie, atrap6 s'date : donner , 
attrapper des coups : battre , rosser, 6lre 
battu, 6tre ross6 ; recevoir un coup mortcl. 

Daii, s. Volige, planche mince de 
sapin ou autre bois blanc. — Kimand6 
n'vdte di dail po fd dd Idze d cigdr : faire 
venir une voie de voliges pour faire des 
caisses k cigares. 

o'aiman, adj. Magndtique, qui est 
dou6 des propri^tds de Taimant. — Lam 
d'aiman , awtie d'aiman : lame , aiguille 
magndtique. 

o'atnnmi, adj. Hostile, qui est d'un 
ennemi , qui caracterise un ennemi. — 
Vola on trai d'ainnmi ; voilk un acte hos- 
tile, un acte d*hostilite; c'est agir hosti- 
lement. — Pinsaie d'ainnmi : pensee , sen- 
timent hostile. 

Dak, s. T§che, besogne, devoir. — 
J'a fai m'dak : j'ai fini mon ouvrage, ma 
journ^e ; j'ai rempli ma tftche. — No gin 
on fai leH dak a Wdierld : les Beiges ont 
fait leur devoir k Wntorloo. 

Dak, Petit outil de macon. 

Dakoir , adv. D'accord , j'y consens , 
j'en conviens; soit, tope (ou je tope). — 
Vo voU ki fbraiss viv Liopdl ! dakoir, ji so 
vo8S't-om : vous voulez que je crie vive 
Leopold ! d'accord , je suis voire homme. 

D*a-kosi^, adj. Lateral, qui se trouve. 
k c6td de quelque chose. — Li meUr d'a- 
kosid : le mur lateral. — Li poitl d^a-kosU: 
la porte laterale. — Li vdte d'a-kosU : le 
chemin qui se dirige latdraleraent. 

Dal, s. Dalle, tablette de pierre dure. 
— Koviir on tdra avou dt dai : couvrir une 
terrasse avec des dalles. 

Dal , s. Vallon , petite vall^ , espaee 
de terre entre deux coteaux. — S'aUpor- 
mind so U dai : aller so promener dans le 
vallon. 

Dai^, v. (Ji dai hji dalaie.) Daller, 



(i) Piltf, rdcUe, rouUe appartiennent i Ti 
^tudtaDts : ces moU ne sont pas fran^. 
TOME I. 



•argol dea 



Digitized by VjOOQIC 



DAM 



— 206 — 



DAM 



couvrir ou paver de dalles. — DaU on 
poiss , on pannkt : daller un vestibule , un 
Irottoir. 

Daieek , s. Action et mani^re de daller, 
r^sultat de cette action. — On va f6 Vdaleg 
di ni'poiss : on va daller mon vestibule. 

BAiMA, s. Dahlia, plante d'ornement 
qui porte de tr^s-belles fleurs et dont les 
liges naissent en touffes. — On rock , on 
jenn Mt\A : un dahlia rouge , jaune. — 
Louki dd f6 kreh on hleU dalHA, t v'z-dri 
bonn rikonpinss : tftchez de procrder un 
dahlia bleu , une bonne recompense vous 
est assur^e. 

Miiem, s. Dalhem, ancienne ville, 
commune et chef-lieu du canton de ce 
nom, k 13 kilom. de Li6ge et 3 t/a kilom. 
de Vis6. Pop. 1,130 hab. Sup. 225 hect. 

DAier, s. Thaler, monnaie d'Alle- 
magne et de Pologne, qui vaut un pen 
moins de quatre francs. — No-z-avan dt 
vdU rintt krHaie an ddler : nous avons 
d'anciennes rentes exprim6es en thalers. 

BAinuitik h Poinuitik, s. Dalma- 
tique, espdce de chasuble que portent les 
diacres , sous-diacres , etc. , lorsqu'ils 
officient. — Id chap, U chazub d U dal- 
malik di Sin-P6 son darech bel : les chapes , 
les chasubles et les dalmatiques de Saint- 
Paul sont superbes. 

Da-io, dA-iHe, adj. De lui, d*elle; le 
sien , la sienne. — Ciss mohonn la , c'^ 
da-lu , c*d dorltU : cette maison est k lui , 
est k elle ; c*est la sienne. 

»AiB, s. Dame, femme marine; femme 
de quality ; maltresse. — Li dam di cial : 
la maltresse de cdans. — Dam di chariU : 
dame de charity, de Tassociation de bien- 
faisance. — El vou fd P grant I dame : elle 
veut faire la grande dame. — ^a;an Vsier- 
vantt Ldam , c*d k-Tom ess-t-on loss : quand 
la servante est maltresse, le mari est 
un paillard. — On n*kinoh U dam ki kwan 
on U tin so s'ham: on ne connatt les 
femmes que quand on leur appartient. 

van, s. Dame, figure au jeu de cartes. 
— Dam di koHr, dipiky dipdld d'mak : 
dame de coeur, de carreau, de pique et 
de trifle. — Avu n'tredzinm , inn kwatrinm , 
inn kintt al dam : avoir une tierce, une 
quatri^me, une quinte k la dame. -— Avu 
katwass di dam t s'jeH : avoir un quatorze 
de dames, un charivari dans son jeu. — 
Avu treH dam : avoir brelan de dames. — 
Tapd ndam ju : ^cartor une dame. 

mmnkf 8. Dames, petites pieces de bois 
plates et rondes avec lesquelles on joue 
sur un damier; pion.— /oir^A dam: jouer 
aux dames. — AU a dam : aller k dame , 
pousser un pion jusqu*aux derni^res cases 
du c6t(^ de son adversaire. 



DaiB, s. Demoiselle ouhie, outil dont 
les paveurs se servent pour enfoncer les 
paves. — Batt li dam : enfoncer avec 
la hie. 

baoui, s. Damas, ^toife de sole h 
fleurs. — OnU d^dama : un lit de damas. 

Danui, s. Damas, espdce de prune 
dont le plant est venu de la ville de Damas. 
— D^ blankdpreunn di Dama : des damas 
blanches. 

Danui, s. Damas, lame d'acier tr^- 
fin qui se fabrique k Damas.— Se sAp ess- 
t-on vraiedama : son sabre est un veritable 
damas. 

iHiiB«b4Bi, s.Tourbillon depoussi^re, 
vent imp^lueux qui va en tournant. — Ji 
fouri kdzi sofokaie par inn damabdm : je fus 
presque suffoqude par un tourbillon de 
poussi^re. 

iNiiiMM^, V. (Ji damOQaie.) Damasser, 
faire des ornements en fagon de Damas. 
— Damac6 di ling di tdf: damasser du 
linge de table. — Jfa|> damacaie : nappe 
damass^e, h ramages. 

Dao&aeelk, s. Ouvrier qui travaille le 
damas. 

mmntrnme^r 6 BABiMur^le, 8. Damas- 
sure , ouvrage du linge damass^.- Vote 
n'joUie damaceUr : voilk une jolie damas- 
sure. 

DanuMii, s. Dommage, prejudice, 
tort, detriment; Idsion, d^tiSrioration. — 
F6 dd damach : causer du dommage, 6tre 
dommageable; faire des degradations, 
d^t^rioter, ^ Rikpari V damach : payer, 
rdparer le dommage, d^dommager. — 
a damach : c'est dommage, il est dom- 
mage ; c'est f&cheux. — Ci s^ed dial 
damach : ce serait bien le diable , ce 
serait bien malheureux. — Onn^si marih 
mdte a s'damach : on ne se trompe jamais 
k son d^savantage , on ne se trompe qu'k 
son profit. 

iNiiBadioB, 8. Damas de Lyon. — Mi 
ffrannUr pdrUv voUi di s'bel kott di da- 
madlon : mon aleule vantait sa belle jupe 
de damas de Lyon. 

^ Dam-di-skoi, s. Institutrice, mattresse 
d'6co\e,'-'Ldbonidam'di'S'kolsonrkw^ow : 
les bonnes institutrices sont recherchees. 

Dam^, V. (Ji dam ^ji damme.) Darner, 
terme de jeu de dames , mettre une dame 
sur une autre qui a ete pouss^e au 
dernier rang oppose. — Yomla a dam^ 
damim: me voila k dame, damez-moi. 

Damt, s. Damier, echiquier, tablier k 
carreaux noirs et blancs pour jouer aux 
dames , aux echecs. — On dami t pdrtagS 
t dn pii kwdrai : un damier est subdivise 
en cent petits carrds. 

iMteiB6, v. (Ji ddmenn bji ddminaie.) 



Digitized by VjOOQIC 



DAN 



207 — 



DAN 



Endfiver, s'impatienter, enrager.— J^tf a 
inn om U Pfai ddmind : elle a un mari qui 
lui rend la vie dure. 
vamoB, adv. Oppose au courant. Voy. 

DaniBei , s. Demoiselle, fille d*honn6tes 
parents , de bons hourgeois,^F6 Fdamzel: 
singer , imiter les demoiselles. 

Dammtiet , s. Damoiseau ou damoisel , 
homme qui fait le beau , le galant aupr^s 
des femmes. — Ell t koijfaie di ci damzUet- 
la : elle est entich^e de ce damoiseau. 

•ABimfietf , 8. Grisette, jeune demoi- 
selle de la classe ouvri6re. — Elvoufd 
rdamzileli ^tc'hjivou^ ji n'pou : elle veut 
vivre en demoiselle, et elle n'en a pas 
les moyens , elle doit tirer le diable par 
la queue. 

Banding, V. (Ji dandenn ^ji dandinaie,) 
Dandiner, balancer son corps faute de 
contenance ; niaiser. — / s'dandinaie kam 
inn tnodn : il se dandine comme un niais. 

Dandineeh, s. Dandinement, action 
de se dandiner. — Si dandinech fai rir : 
son dandinement fait rire. 

DandlBeft, ellM OU reus, S. Dandin, 
niais , qui n*a aucune contenance ; dadais. 
— Hate don, roll! U dandineA k-V-tl 
allons done, marche! quel dandin es-tu? 

Danjt, s. Danger, pdril, dcueil, pr^ 
cipice. — Kori dd gran dangi : courre ou 
courir de grands dangers, des dangers 
imminents. — Ess foU d'danji: 6tre hors 
de danger, k Tabri du danger. — iVavu 
keHrdddanji : braver, affronter les dan- 
gers. — Songi k'U danji son prd : songez k 
l*imminence du p^ril. — Pad dangi , sin 
roAvi : danger pass6 , saint oubli^. 

VABji, s. Besoin, n^cessit^. — Vo 
n'avi nin danji d'soula : vous n'avez pas 
besoin de cela. — Gna nin dangi : cela 
n'est pas opportun. 

•ABjretii, elkM, adj. Dangereux, p^- 
rilieux, qui expose au danger; hasar- 
deux. — / fai danjre^ dvin ci boi la : il est 
dangereux de passer dans ce bois. — 
DanjreUss maladke : maladie dangereuse. 

•ABjredi, adj. Probable, pr^sumable^, 
apparent. — Vb rvaird otKe, ddon? Il 6 
danjreH^ : vous reviendrez aujourd'hui , 
n'est-ce pas? C'est probable. 

Danjre^sBiiBy adv. Dangereusement, 
avec danger; p^rilleusement , d'une ma- 
ni^re p^rilleuse. — Li p6v feum s*a danj- 
reHsmin hlM d toumi : la pauvre femme 
s'est dangereusement blessee en tombant. 

BABk , adv. Merci , bien oblig^ , bien 
reconnaissant. — Kwan voss mam vi fai 
n'tdte^dih^ dank, savi, m'/l : quand votre 
maman vous fait une tartine , dites bien 
merci, mon petit ami. 



DABkt^, v. (Ji danktaie.) Tinter. Voy. 

Clokt^. 

nAnBAeion h DAsiieeh , s. Damnation , 
punition des damn^s; tourment, souf- 
franco. — Gna ddnndcion itaimd po U ci 
k'mord sin f6 ptniiinss : il y a damnation 
^ternelle pour ceux qui meurent imp6- 
nitents.— C'esa-^inn ddnniuion dd vik6 avou 
n'gin insi : c*est une damnation que de 
devoir vivre avec une personne comme 
elle. 

MIbbAc, adj. Damnable, qui pent 
attirer la damnation; abominable, per- 
nicieux , detestable. — Inn atech ki v'pon 
dvin le tin, c'ess-i-inn sahn d'ddnnAf: une 
^pingle qui vous pique dans les reins, 
c est quelque chose de detestable. 

DAnn^y V. (Ji dAnn , no ddnnan; ji 
ddnnr^.) Damner, punir des peines de 
Tenfer.— On sea pdchi mdrUl vi pou ddnni : 
un seul p^che mortel pent vous damner. 
— Gna mfeum ki m'fai ddnn6 : ma femme 
me fait damner ; elle me tourmente , me 
tarabuste sans cesse. — On-z^d^a ddnni 
kwan on-z-a tro sogn di Vess : on est d^jk 
damne quand on a trop peur de Tfitre. 

DABBd,aie, adj. et s. Damn^, puni 
des peines de Tenfer; r^prouv^, maudit 
de Dieu; coquin, homme k tout faire, 
homme k pendre. — Soufri kom on ddnni, 
com inn dm ddnnaie : souffrir comme un 
damne, comme une ftme damnee.— Ce«s- 
t-on ddnn6 kapon ki fveHreH voUi pintt: 
c'est un damne coquin que je voudrais 
voir pendre. 

DAnBeeii, s. Action de damner. Voy. 

DAbbAcIob. 

DABoiy s. Danois, esp6ce de chiens k 
poll ras, ordinairement blanc et tachete 
de noir. — Ld chin danoi son traitt : les 
chiens danois sont traltres, ils mordent 
sans aboyer. 

VA-Bdry adj. Hyperbor^e, tr^s-septen- 
trional. — U peUp d'd-n&r : les peuples 
hyperborees ou hyperbor^ens. — Ld mir 
d*d'n^ : les mers hyperbor^es. 

w^maS, V. (Ji dansSy no dansan; ji 
dansrb,) Danser, mouvoir le corps en 
cadence , \k pas mesurds. — Dans6 a mt- 
zeUr : danser en cadence. — Dans6 foU del 
mtzeUr : danser hors de cadence. — Dansd 
onminnwety onpaspi, li polkd: danser un 
menuet, un passe-pied, la polka.— Dan«^ 
so rkoiil ; danser sur la corde.— F^ dans6 
n*saki : faire danser quelqu'un ; le faire 
d^guerpir, lui faire un mauvais parti. — 
Fd dans6 kom li mesM sonn : le moine 
r^pond comme Tabb^ chante. — Yola sou 
ki fai rtrdie dansi : voilk ce qui met Taf- 
faire en train , ce qui couronne Toeuvre. 
, s. Danseur, celui qui 



Digitized by VjOOQIC 



DAR 

danse. -- A bal, % gna Minairmin pu 
d'danseUss ki d'danseH : au bal , il y a 
ordinairement plus de danseuses que de 
cavaliers. — DanseH (Tkoiit : danseur de 
eorde, funambule, acrobate, ^quilibrisle. 
•abmi, s. Danse, mouvement du corps 
en cadence , h pas mesur<}s. — Si meit 
al danss : se mettre h la danse, entrer en 
danse. — Min6 Vdanss : mener la danse. 

— Maiss di dams : mattre de danse , 
maltre h danser. — Air di danss : air de 
danse, villanelle. — Sflft* marks U pa d U 
figueCr d'inn danss : savoir noter Ics pas 
et les figures d'une danse ; connattre 
Tart de la chor^graphie (ou chordogra- 
phie); 6tre choreographe , connattre la 
composition chorcographique. 

VADMi, s. Tour, farce, punition, chi- 
timent. — Cd In k'a kminct Vdanss : c*est 
lui qui a commence la farce. — Ji It va 
jow6 n' danss : je vais lui donner une 
danse, je vais lui jouer un mauvais tour, 
je vais lui servir un plat de raon metier. 

oapioB, adj. Verticale, perpendicu- 
laire au plan de Thorizon. — Li meUr 
ioumrd^ i n'dnindaplon: le mur tombera, 
il n'est pas d'aplomb, il n'est pas ver- 
tical. — Pkntd vo-Zrdlon bin daplon : plantez 
vos perches bien verticalement. 

VApoiikAr , adj. Pharmaceutique , 
connaissance des medicaments, mani^re 
de les preparer. — Aprintt H siaince d'apo- 
iikdr : etudier la pharmaceutique. 

Dftpr^ 6 Dapret, prdp. D'aprds, con- 
formement k, en conformity de, h Timi- 
tation de, sur Tautoritd de; dependam- 
raent. — Si fbodtt , c*e daprd vo : si je 
mens , c'est sur votre auloritd. 

hAi^, y. (Jiddr, no ddran; ji ddrrd,) 
Fourrer, introduire, bouter, faire entrer. 

— I ddr sd min to kosU : il fourre ses 
mains partout. — Ddr6 I'deA d Voilie : 
donner du doigt dans ra3il. 

oarecii, adv. Extr^memcnt. Voyez 
•Abtin ^ l£«re«h. 

D'ArsIn, adj. P^CUUiaire. V. D'aldan. 

B'A-rin 6 D^-rfB, adj. Dorsal, qui 
appartient au dos. — Ld gnair d*A-rin : les 
muscles dorsaux. — Li skrenn dt-rin : 
rapine dorsale. 

BArioB , s. Darion , commune du can- 
ton de Waremme, li 5 i/a kilom. de cette 
derni6re ville. Pop. 130 habit. Super. 
157 hect. 

D'ArainfiL, adj. Arsdnical , qui tient 
des qualitds de Tarsdnic. — On-z-a fai 
krdv6 Ih ra avou on poutt d'Arsinik : on a 
fait crever les rats avec des poisons arsd- 
nicaux. — PU d'&rsinik : pillule ars^ni- 
cale , gobe arsenicale. 

D'Art^i, adj. Arteriel, qui appartient 



DAV 

aux artcres. — Sonk d^drUl: sang arte- 
riel. — y&nn d'drtd : veine art^rielle. 

DArieU , e^um , s. et adj . Dartreux, celui 
qui est affects de dartres , ce qui est de 
la nature des dartres. — Traitimin dt 
ddrteU: traitement des dartreux. — BoUm 
ddrteH : bouton dartreux. — Oume^ dAr- 
teUss : humeur dartreuse. 

DArtt, s. Dartre, maladie de la peau; 
humeur dartreuse ; agrie , dartre ron- 
geante. — RimStt konte U darlt : remede 
anti-dartreux. 

Bam, s. Bi^re forte, capiteuse. — Li 
faro d'Drucel c'ess-t-inn doss : le faro de 
Bruxelles est une boisson capiteuse. 

D*astcdr, adj. Modeme, nouveau, 
recent.— -L^-2-otTe^ ^asteUr : les ouvrages 
moderncs. — Lt gin d'asteUr : les mo- 
dernes ; les gens d'aujourd'hui. — Ld mdtl 
d'asteUr : les modes actuelles. 

BAi^, V. (Ji ddtt 6 ji dAtaie.^ Dater, 
mettre la date ; dire , nommer le jour fixe. 

— DAU nlett dt trinie-onk di janvtr : 
dater une lettre du 31 Janvier, de fin de 
Janvier. — W/d d'lon : dater de loin , 6lre 
^gd. 

mmitj s. Dattier, palmier qui porte 
une espdce de prume oblongue, pulpeuse 
et sucrde. — On Ha fai prdzin (fern bai dati: 
on lui a fait cadeau d'un beau dattier. 

Datir, 8. Datif, troisit^me cas des 
ddclinai.sons grecques ou latines , lequel 
marque gdndralemont rattribution. 

Datt, s. Datte, fruit du dattier. — Sirdp 
di datt . sirop de dattes. 

oAtt, s. Date, jour, dpoquo oCi une 
lettre a dtd (^crite , oCi un acte a ^t^ passe. 

— Lett sin dAli : lettre sans dale. — Novel 
dAtt : nouvelle , frafche date.— V^ ddlt 
vieille, ancienne date. — Ife// U dlUi 
mettre la date, dater.— DdWd'tne man(^ 
milldsime d*une pi^ce de monnaie.— F4w 
dAU : antidate. —Li dAU del moir : sque- 
lette armd d'une faux. — Vola inn om 
k'ess-t'oci ki ki VdAtt del moir : voili un 
homme qui a une figure cadavdreuse, qui 
n'est plus qu'un squeletle. 

DavAi d BA¥«i, s. C6t^ vers lequel la 
riviere descend. Voy. avAi. 

batabm, adv. D'avance, par antici- 
pation. Voy. atabm. 

BATABiecii d DATABt^ie, adv. Davan- 
tage, plus, plus grand nombre. — A 
baikO d'foHr 6 nCkorii, min U wdzin e 
n'-n'on davante4:h : j'ai beaueoup de foin 
dans ma prairie , mais les voisins en cot 
davantage. — Nd d'M nin davantech : n*en 
dites pas davantage. ( i ) 



( I ) Dans n' m»ms, axei who i\c tui^our« ccrire tUiratt- 
tage baus apOMiioplie. 



Digitized by VjOOQIC 



DEC 



209 — 



DEC 



B«¥t, 8. Davier, tenaille pour arra- 
cher les dents. — Li davi fiii soffn a baikd 
d'gin : lo davier effraie beaucoup de gens. 
Dawdaw, s. Galoche. — Minton cTdaw- 
daw: menton de galoche, long, poinlu et 
recourb^. 

Bawtr, s. Tuf, subslance blanehatre 
et pierreuse qu'on trouve en dessous de 
de la terre franche. — Gna dd-z-db ki 
crevet kwan i rescontrd Vdawir : il y a des 
arbres qui meurent quand ils rencontrent 
le tuf. 

Baxo, s. Quenotte, dent de petit 
enfant. — Si tfan a di'ja dd bat pti dazo : 
s^on enfant a 66']h de jolies quenottes. 

»*, art. De, du, des.—Dd pan d 
dt'Z'OH: du pain et des oeufs. ^Dt savan- 
z-am : de savants hoinmes , des honimes 
savants. —Ddjdnd gin : des jeunes gens.— 
Dd fameHzd bond preunn ; d'excellentes 
prunes , des prunes exccllentes. — Li 
koronail de rSgimin : le colonel du regi- 
ment.— £ /in dd Kaizerlik : dans le temps 
des Imp^riaux, des Autrichiens. 

B^, s. D6, petit instrument creux pour 
y mettre le doigt et pour coudre. — On 
d6 d^6r , d'drgin , d'ohai : un de d'or, d'ar- 
gent, d'os ou d'ivoire. —BeHr dd pdket 
jflin on dd : boire un doigt de geni^vre.— 
Jo\v6 A rinlt H d6 : jouer au gage touch^. 
Bft 6 D^««, conj. et prop. D6s, depuis, 
a partir de, k dater de. — Dd-z-tr , 
(U'Z'Oiile : d6s hier , d^s aujourd'hui — 
J'irei diss dimin : jMrai d6s domain. — 
Dd ki fou vnou : d6s qu'il fut venu. 

Deba, 8. D^bat, difft?rend, contesta- 
tion, altercation, discussion dans une 
assemblee politique, controverse, dis- 
pute sur les points de foi entre les catho- 
liques et les sectes dissidentes.— Ld ddba 
d'noss Chamb d^ Rprdwilan : les ddbats 
de notre Chambre des Repr^sentants. — 
L^ diba de Tribundl krimind - les ddbats 
(le la Cour d*assises. 

D^iMirkadair, s. M^me chose qvCEbar- 
kadair, selon qu'on sort du bateau ou 
qu'on y entre. 

B^bon, adv. Ensilirete, affranchi.— 
Si Vpdle si fai , no-z-estan d^bon : si la paix 
so fait, nous sommes hors de danger, k 
Fabri de toute inquietude. 

Mbri, s. Debris, restes d'une chose 
brisde, fracassee ou detruite en grande 
partie; morceaux, ddcombres, mines. — 
Ld d^bri d'on rneHb, d^inn posteUr , d'on 
clteslaiy dHnn drmaie batow : les debris 
d'un meuble , d'une statue , d'un chateau , 
trune armde battue. 

Mcafnn, s. B^gueule, agn^s, pim- 
Wcho; prude. — E/ fai rdicatnn : clle 
fait la rdservee, la nice, la mijauree, la 



vestale ; elle donne dans la b^gueulerie , 
dans la pruderie. 

w^ttmtnnimi^j s. Begueulerie , pru- 
derie avec hauteur. — El si fai mok6 avou 
s'dicainnist6 : sa begueulerie la fait ridi- 
culiser. 

B^tuBDiin, adv. Decemment, avec 
ddcence; honn6tement. — Vo dv6 pdrU 
pu d^oafnnmin : vous devez parler plus 
ddcemment. 

B^cerf, 8. Dessert , le fruit et tout ce 
qu'on a coutume de servir avec le fruit. 
— No-z-avan-t-awou dd trok po noss dtcerf: 
nous avons eu du raisin pour notre des- 
sert. — WesU r dtcerf ; 6tez la desscrte , 
desservez. 

B^-chir, adj. G^nal, qui appartient 
aux joues. — Li char dd-chif: les chairs 
gdnales. 

B^ciAr, s. Ddciare, dixi^me partie de 
Tare; il dquivaut k pen pr^s k HI pieds 
carr^s , ancienne mesure de S*-Lambert. 

B^cldaleiiiln 6 B^cld^mln , adv. Dd- 
cidcment, d'une mani^re decidee; finale- 
ment, absolument. — DMdaiemin i no fd 
n-n'aU : deciddment il faut nous en aller. 
B^cfd6, y. (Ji ddcitt e ji ddcidaie; no 
dMdan.) Decider, resoudre, determiner, 
slatuer , arrdter. — Ell t ddcidaie a s*fe 
bdguenn : elle est decidee k se faire reli- 
gieuse. — Iddciit so to A-d'lrivid al dilonk : 
il decide de tout k tort et h travers. 

B^eisram, s. Decigramme, dixi^me 
partie du gramme; il equivaut h un grain 
973 milliemes de Tancien poids. — Li 
dicigram sief d bijouH 6 d-z-apotikdr : le 
decigramme sort aux bijoutiers et aux 
pharmaciens. 

Bi^eiiitc, s. Decilitre, dixieme partie 
du litre, ou une mcsurette et 25 cen- 
tidmes de Tancienne mesure pour les 
liquidcs ; un petit verre. — On ddciliU di 
pdket: un decilitre de genievTe. 

B6ciiii, decime , dixieme partie du 
franc ; piece de cuivre qui vaut iO cen- 
times ou 6 3/4 liards de Liege. — On s'siev 
di ddcim po jow6 d pti paid : on se sort de 
decimes pour jouer au petit palet. 

B^eimAi, adj. Decimal, qui precede 
par dixiejne. — Calkul ddcimdl , frakcion 
ddcimdl : calcul decimal , fraction deci- 
male. — Armdtik ddcimdl : arithmetique 
decimale, application du calcul au sys- 
teme decimal , au systeme des nouvelies 
mesures ; arithmetique denaire. 

B^cimcit, s. Decimetre,