(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Essai de grammaire malgache"

This is a digital copy of a book that was preserved for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that 's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book' s long journey from the 
publisher to a library and finally to y ou. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that y ou: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
any where in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 



at |http : //books . google . corn/ 




B H ES& Ifiil 



BIBLIOTHÈQUE 
DE LA SCIENCE FRANÇAISE 

EXPOSITION DE S^ fRANCISCO 



Mm 










DON DU GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 

A L'UNIVERSITÉ DE CALIFORNIE 
SOUS LES AUSPICES DES "FRI ENDS OF FRANCE' 



2da^u*t.^. 



H^Guiilafnae. dtL 




ESSAI 



GRAMMAIRE MALGACHE 



Digitized by LjOOQ IC 



Digitized by LjOOQIC 



ESSAI 



GRAMMAIRE MALGACHE 



Digitized by LjOOQ IC 

4 



OUVRAGES DU MÊME AUTEUR 



Le Ç^mâL Alger, 1884. 

Notes de grammaire çomâlie, Alger, 1886. 

Notes sur la situation politique, commerciale et reli" 
gieuse du pachalik de Harar et de ses dépendances, 
Nancy, 1886. 

Les Musulmans à Madagascar et aux îles Comores. 
Paris, ia-8 : 

l'^e partie : Les Antaimorona. 1891. 

2« partie : Zafind-Raminia, Antambahoaka^ Onjatsy^ 
Antaiony, ZafikazimambOy Antaivandrika et Sakatavy. 
1893. 

3^ partie : Antankaranay Sakalava, migrations arabes» 
1902. 

Contes populaires malgaches. Paris, 1893. 

Notes sur la transcription arabico-malgache d'après 
les manuscrits antaimorona, Paris, 1902. 

Généalogies et légendes arabico-malgaches d'après le 
manuscnt i $ de la Bibliothèque Nationale. Paris, 1902. 

La légende de Raminia d'après un manuscrit arabico- 
malgache de la Bibliothèque Nationale. Paris, 1902. 

Notes de voyage au Guîlân. Alger^ 1902. 

Les Çomâlis (sous presse). 



ANGERS. — IMPRIMBRIB ORIENTA LB A. BURDIN ET G^«. 



Digitized by LjOOQ IC 



ESSAI 



DE 



mmwu MuacHE 



PAR 



GABRIEL FERRAND 

VICE-CONSUL DE FRANCE 

CORRESPONDANT DU MINISTÈRE DE L*INSTRUCTION PURLIQUE 

MEMBRE DE LA SOCIÉTÉ ASIATIQUE 

ET DE LA SOCIÉTÉ DE LINGUISTIQUE 



PARIS 
ERNEST LEROUX, ÉDITEUR 

28, RUE BONAPARTE, VI® 

1903 



Digitized by LjOOQ IC 



GIFI 



Digitized by LjOOQIC 



PL ^31 s 



Monsieur PAUL RÉVOIL 

MINISTRK PLKNIPOTRNTIAIKK 
C.OrVRRNEUR GÉNÉRAL DR L'ALOKRIK 



liespectueux hommage. 



356545 

Digitized by LjOOQ IC 



Digitizedi)yLjOOQlC 

GIFI ^ 



PL ^B 7 3 



Monsieur PAUL RÉVOIL 

MINISTRE PLKNIPOTKNTlAlKK 
C.OUVRRNEUR fiÉNÉRAL DR L'ALGÉRIE 



Respect lieux hommage. 



356545 

Digitized by^jOOQlC 



Digitized by LjOOQIC 



BIBLIOGRAPHIE 



Spraeck ende word'bœck, Inde Maleysche ende Ma- 
dagaskarsche Talen (Grammaire et Dictionnaire en lan- 
gues malaise et mnlgachCy avec quantité de mots arabes 
et turcs : contenant douze dialogues en malais et trois 
en malgache, avec toute sorte de mots et de noms, rangés 
par ordre alphabétique ; le tout traduit en hollandais. 
Von trouvera encore ci-joint les déclinaisons de beau- 
coup d^étoiles fixes qui sont situées dans le voisinage du 
pôle Sud et qui n'ont encore jamais été observées. Parti- 
culièrement utile à ceux qui visitent les régions des 
Indes Orientales, et non moins attrayant pour les ama- 
teurs de curiosités. Le tout composé, obsei^é et décrit 
par Frédéric de Houtmaa de Gouda. A Amsterdam, 
chez Jean Evertsz. Cloppenburch, marchand-libraire, 
sur l'Eau, à l'enseigne de la Grande Bible, avec privi- 
lège pour huit ans). 1603, in -4®. Réimprimé à Amster- 
dam en 1687 et en 1703; et à Batavia dans les Collée- 
tanea malaica vocabularia en 1707-8. 

Hiéronyme Megiser. Beschreibung .... der Jnsul 
Madagascar. Altenburg, 1609, in-8, 179 p. (vocabu- 
laire p. 75179). 

Colloquia latino-malaica, seu vulgaires quœdam lo- 
quendi formulœ^ latina, malaica et Madagascarica lin- 



Digitized by LjOOQ IC 



it BIBLIOGRAPHIE 

guis in gratiam eorum qui navigalione^n forte in Orien- 
talem Indiam stiscepturi sunt conscriptœ studio et 
opéra Gotardi Arthusii. Francofurli, 1613, in-fol. 

Auguste Spalding. Dialogues in the english and nia- 
laiane languages {traduction anglaise de L'ouvrage pré- 
cédent). Londres, 1614, in-4. 

De Flacourt. Dictionnaire de la langue de Madagas- 
car avec un advertissement intitulé : du langage, des 
lettres, du papier et de Vencre dont se servent les habi- 
tants. Paris, 1658, in-8, pp. xiv-176. 

De Flacourt. Petit recueil de plusieurs dictions ou 
noms propres des choses qui sont d'une même espèce^ 
ou appartiennent à un mesme genre, Paris, 1658, in*8, 
pp. 11-53. 

De Flacourt. Petit catéchisme avec les prières du ma- 
tin et du soir que les missionnaires font et enseignent 
aux néophytes et cathécumènes de Visle de Madagascar, 
le tout en françois et en cette langue. Paris, 1658, in-8, 
pp. vi-il2. 

De Flacourt. Relation de la grande isle Madagascar 
contenant ce qui s^est passé entre les François eties ori- 
ginaires de cette isle depuis Uan i 642 jusques en Van 
1655, 1656, 1657. Paris, 1661, in.4. Chap. xLvi. 

The adventures of Robert Drury during fifteen years* 
captivity on the island of Madagascar. Londres, 1729. 
Vocabulaire. 

Challan. Vocabulaire malgache distribué en deux 
parties, la première français-malgache ; la seconde mal- 
gache^ français. Isle de France, 1773, in-8, p. tv-92. 

Catéchisme abrégé en la langue de Madagascar pour 
instruire sommairement ces peuples, les inviter et les 



Digitized by LjOOQ IC 



BIBLIOGRAPHIE m 

diispùser au baptême, Rome, 1785, ia-8, 28 pp, Propa- 
gânda fide. 

Alexis Rochon. Voyages à Madagascar y à Maroc et 
•auo? Indes Orientales. Paris, an X, 3 vol. in-8 (voca- 
bulaire de Madagascar, t. Il, p. 1-43). 

Dumont d'Urville. Voyages de découverte de TAstro- 
\9hQ 'pendant les années i 826-1 S29, [Essai de gram- 
maire madekasse avec exercices, par Chapelier ; 
Dictionnaire des langues française et madekasse; Voca- 
bulaire madekasse- français. Paris, 1833, in-8, pp. 363.) 

Rev. Jos. John Freeman and David Johnà. A Dk- 
(ionary of tke malagasy language {english-malagasy^ 
p. 421 ; malagasy-english, p. 307) An-tananarivo, 1835, 
in-8. 

• Rev. Jos. John Freeman. General observations on 
ihe malagasy language , outline of grammar and 
exemples. En appendice à V Histoire de Madagascar de 
W. Ellis, vol. I, p. 491 517. Londres, 1838, in-8. 

Dalmond. Vocabulaire et grammaire pour les 
langues malgaches, sakalave et betsimisara (sic), lie 
Bourbon, 1842, in- 8, 124 p. 

Dalmond. Vocabulaire malgache-français pour les 
langues sakalave et betsimisara (sic). Paris, 1844, 
in-8, 40 p. 

Edward Baker. An outline of a grammar of tke 
malagasy language as spoken by the Hovas. Port-Louis, 
1845; réimprimé à Londres en 1864. 

P. Weber. Dictionnaire malgache* français adapté 
aux dialectes de toutes les provinces. Ile Bourbon, 
1853, in-8, 806 p. 

Rev. David Griffiths. A grammar of the malagasy 



Digitized by LjOOQ IC 



IV BIBLIOGRAPHIE 

language in the Ankova dialect. Woodbridge, 1854, 
in-S, 224 p. 

P. Weber. Dictionnaire français-malgache adapté 
aux dialectes de toutes les provinces. Ile Bourbon, 
1855, in^. 

P. Weber. Grammaire malgache. Ile Bourbon, 1855, 
in-8, 118 p. 

Rev. William Ellis. Three visils to Madagascar du- 
ring the y car s 1 853y 1 854 and i 856 [Brief remarks 
on the malagasy language, p. 453-470). Londres, 1858, 

Rabearana, Rabezandrina, Ralaitafikia. Englishand 
malagasy vocabulary, Londres, 1863, in-8, p. viii- 
476. 

Van der Tuuk. Outline$ of grammar of malagasy 
language, Joum, Roy. Asiat. Soc, 1864. 

Rev. JuliusKessler. Introduction to the language and 
littérature of Madagascar, Londres, 1870, 90 p. 

P. Laurent Ailloud, Grammaire malgache-hova, Tana- 
narive, 1872, in-8, p. iv-383. 

Louis Street. Grammar of the Malagasy language. 
Tananarive, in-12, 32 p. (incomplet, deux feuilles 
seulement ont été imprimées). 

Rev. W. E, Cousins. A concise introduction to the 
study of the malagasy language as spoken in Imerina. 
Tananarive, 1873, in-8, 80 p. 

D' Andrew Davidson. Dictionnaire des mots étrangers 
usités en malgache (en malgache). Tananarive, 1875, 
30 p. 

Joseph S. Sewell. Dictionnaire anglais pour les 
Malgaches gui apprennent cette langue (en malgache). 
Tananarive, 1875, in-8, 379 p. 



Digitized by LjOOQ IC 



BIBLIOGRAPHIE v 

Louis Street. Remarks on ivriting malagasy. Tanana- 
rive, 1876, 12 p. 

Rev. Jos. Richardson. « Audi alteram partem, » A 
reply and a Justification ; a Critique on « S orne 
Remarks on writing Malagasy, » Tananarive, 1876, 
28 p. 

Marre- de Marin. Grammaire malgache fondée sur 
les principes de la grammaire javanaise. Paris, 1876, 
in-8, 126 p. 

Rev. James Sibree Junior. Relationships and the 
Names used for them among the peoples of Madagascar^ 
chiefly the Hovas. Jour. Anthrop. Inst. Août 1879. 

G. W. Parker. On the language and people ofMada^ 
gascar. Jour. Anthrop. Institute. Londres, 1882, p. 478. 

G. W. Parker, A concise grammar of the malagasy 
language. Londres, 1183, in-8, 60 p. 

Aristide Marre. Aperçu philologique sur les affinités 
de la langue malgache avec le javanais, le malais et les 
autres principaux idiomes de l'archipel indien. Actes 
du 6« congrès international des orientalistes. Leide, 

1883, in-8, p. 55-214. 

J. Richardson. Malagasy for ée^mner^. Tananarive, 

1884, in-8, 120 p. 

J. Richardson. A new malagasy-english dictionary, 
Tananarive, 1885, in-8, lix-832 p. 

J. Sibree. A Madagascar bibliography, Tananarive, 
in-8, 1885, 92 p. 

P. Pierre Caussèque. Grammaire malgache, Tanana- 
rive, 1886, in-8, ii-198 p. 

P. Pierre Caussèque. Appendice à la grammaire 
malgache. Tananarive, 1886, in-8, 47 p. 



Digitized by LjOOQ IC 



VI BIBLIOGRAPHIE 

PP. Abinal et Malzac. Dictionnaire malgache- français, 
Tanaaarive, 1888, in 8, xvi-815 p. 

P. Malzac. Dictionnaire français-malgache, 1893, in- 
8, xv-860 p. 

Aristide Marre. Grammaire malgache. Paris, 1894, 
iii-8, 155-xxiv p. (2« éd.). 

Basilide Rahidy. Cours 'pratique de langue malgache. 
Paris, 1895, in.l2 : 

l*"® partie. Grammaire matgache^iyAOS p. 

2« partie. Dialogues usuels et vocabulaires français- 
malgaches. 291 p. 

3« partie. Exercices et vocabulaires malgaches'frm' 
çais. 142 p. 

G. Humbert. Madagascar (vocabulaire français- 
malgache). Paris, 1895, in-8, vi-166p. 

Paul Sarda. Petit dictionnaire français-malga^che 
•précédé des principes de grammaire hova,., Limoges, 

1895, in-8, 226 p. 

Aristide Marre. Vocabulaire français ^malgache , Pa- 
ris, 1895, in-8, 391 p. 

A. Durand. Vocabulaire franco^hova d V usage du 
corps expéditionnaire. Tamatave, 1895. 

Aristide Marre. Vocabulaire des principales racines 
malaises et javanaises de la langue malgache. Paris, 

1896, in.8, 57 p. 

J. T. Last. Notes on the language spoken in Mada~ 
gascar. Journ. Anthrop. Institute. Londres, 1896, 
XXV, p. 46-71. 

Paul Sarda. Petit dictionnaire malgache- français 
précédé des principes de grammaire hova,., Paris, 1896, 
in-8, 219 p. 



Digitized by LjOOQIC 



BIBLIOGRAPHIE vu 

J. B. Pour voyager à Madagascar (vocabulaire). Pa- 
ris, 1896, in-8, 400 p. 

Traductions graduées. Cours moyen par les Frères 
des Écoles Chrétiennes. Tours, 1898, in-8, 128 p. 

Tradu<itions graduées. Cours moyen. Tours, 1899, 
ia-8/287p. 

Boucabeille et Lavoipière. Les mots français -malga' 
ches groupés d'après le sens, Paris, 1899, in-8, iii- 
108 p. 

A. Durand. Manuel pour Vusage de la langue hova 
avec indication de la prononciation, Paris, 1899, in-8, 
95 p. 

E. F. Gautier. Les Hova sont-ils des Malais? Essai 
d'une étude comparative entre les dialectes kovu et sa- 
kalava, Journ'dl Asiatique, mars-avril, 1900, p. 278-296. 

A. Durand et E. Taffanel. Essais sur la prononcta" 
tion de la langue hova, Paris, 1900, in-8, 55 p. 

G. Julien. Cours publics de langue malgache. Tana- 
narive, 1901, in-8, 137- vu p. 

Antony Jully. Manuel des dialectes malgaches, Paris. 
1901, in-8, xxi-90 p. 

E. P. Gautier. Madagascar ^ essai de géographie phy- 
sique, Paris, 1902, in-8 {le malgache idiome malayo- 
polynésien, p. 293-312). 

A. Durand. Méthode pratique et progressive de la 
langue hova. Paris, 1902, in-8, viii-232 p. 

Gabriel Ferrand. Les Musulmans à Madagascar et 
aux îles Comores {Notes de grammaire malgache com- 
parée, p. 152-204). Paris 1902, in-8. 

J'he Antananarivo Annual And Madagascar Magazine^ 
Taaanarive, in-8 ; 



Digitized by LjOOQ IC 



viii BIBLIOGRAPHIE 

1875. James Sibree. On a hitherto litile-noticed tise 
of the partide no, p. 125. 

1876. L. Dahle. The infix in mnlagasy^ p. 169-173. 

1877. L. Dahle. Studies in the malagasy language : 
L On accentuation; II. On the reduplication of roots, 
p. 291-309. 

1878. W. E. Cousins. 7'he malagasy language a 
member of the malayo-polynesian family, P. 412-423. 

L. DahLe. Studies in the malagasy language : llï. On 
the inflexion of the verb, P. 480-513. 

1881. G. Cousins. The malagasy passives, P. 83-91. 
W. E. Cousins. Marsden on the malagasy language. 

P. 101-106. 

1882. R. S. Godrington. Resemblances between ma^ 
lagasy words and customs and those of western polyne- 
sia, p. 14-23. 

S. E. Jorgensen. On the use of the hyphen in mala* 
gasyy p. 65-75. 

L. Dahle. Once more on the malagasy passives, 
p. 108-116. 

S. E. Jorgensen. Classification of malagasy conso- 
nants and some of their changes, p. 117-121. 

1883. L. Dahle. A postcript on the malagasy passi-* 
ves, p. 85-93. 

1884. W. E. Cousins. Malagasy dictionaries,p,tâ'^. 
L, Dahle. Studies in the malagasy language : IV. Pro- 

nouns, p. 67-86. 

1885. J. Sibree. The new malagasy -english dictio- 
nary^p, 85-91. 

L. Dahle, The swaheli éléments in the new malagasy- 
english dictionainj, p. 91-95. 



Digitized by LjOOQIC 



BIBLIOGRAPHIE IX 

1886. W. E. Cousins. Malagasy rootSy'p. 157-167. 

R. Baron. The personat article i in malagasy, p. 216- 
218. 

T. Rowlands. Notes on the Betsileo dialect as spoken 
in the Arindrano district, p. 218-235. 

W. E. Cousins. A new malagasy grammar, p. 244- 
247. 

1887. L. Dahle. Studies in the malagasy language : V. 
The compound verbal préfixes; VJ. The genitive case of 
nouns; VIL The préposition amy (aminy?), p. 283-295. 

J. Sibree. Curlosities ofwords counectedwithroyalty 
and chieftainship among the hova and other malagasy 
tribes, p. 301-310. 

A. P. Peill. Bave we a posessive case or a construct 
State in malagasy, p. 310-311. 

J. Richardson. The affinities of malagasy with the 
melanesian languages, p. 345-354, 

1888. S. E. Jorgensen. Case in malagasy , i^. 4Q^-4t99, 

1889. H. F. Standing. The five sensés among the ma- 
lagasy, native words for colour scenty sound, etc., 
p. 97-104. 

1890. J. C. Kingzelt et J. C. Thorne. Orthographical 
errors in malagasy writingy p. 235-242. 

1893. R. Baron. Notes on the Betsimisaraka and 
Tankarana dialects, p. 54-57. 

1894. RenwardBrandstetter. 7'he relationship between 
the malagasy and maiayan languages^ p. 155-176. 

W. E. Cousins. Characteristics of the malagasy lan- 
guages, p. 233-244. 

1895. Renward Brandstetter (suite de l'article pré- 
cédent), p. 345-355. 



Digitized by LjOOQ IC 



X BIBLIOGRAPHIE 

1896. J. Sibree. Malagasy place^namesy p. 401-414. 

1897. W. E. Cousins. Additional illustrations of the 
malayan af /inities of the malagasy language, p. 49-53. 

J. Sibree. The dialects of the malagasy language^ 
p. 105-116. 

1898. J. Sibree (suite de l'article précédent), p. 208- 
214. 

1899. Aristide Marre., A philological Sketch of the 
affiniiies of the malagasy language with Javanese, Ma- 
layan and the other principal languages of the indian 
archipelago, p. 295-311. 

1900. R. Baron. The words hianao, hianareo, andro. 
p. 504-505. 



Digitized by LjOOQ IC 



INTRODUCTION 



« Aux riegres orientaux (I) qui, venus du sud 
de l'Asie à des époques diverses, mais fort an- 
ciennes, forment le fond de la population mal- 
gache, se sont juxtaposés des Javanais ou en tout 
cas des Malais. Il n'y a, en effet, aucun doute que 
les Andriana ou nobles de Tlmerina, qui consti- 
tuent l'aristocratie de la province centrale de Mada- 
gascar, à laquelle ils ont fourni tous ses souverains 
depuis le xvii** siècle, et qui ont peu à peu soumis 
à leur autorité presque toute Tîle, appartiennent à 
la race malaise pure. Ces Andriana descendent des 
conquérants de cette province qui t)nt imposé leur 
autorité à ses habitants primitifs les Yazimba, 
dont une partie a émigré dans l'Ouest, d'où ils 
étaient venus originairement, et dont les chefs (en 
malgache Hova) de ceux qui sont restés dans l'Ime- 
rina sont les ancêtres des Hova actuels » (2). 

« Où et quand ces immigrants de race jaune ont- 
ils abordé dans l'île de Madagascar? Les traditions 
historiques conservées dans la mémoire des Mal- 

4. Alfred Grandidief. Histoire physique, naturelle et politique 
de Madagascar, V origine des Malgaches, Paris, 1901, in-4. 
2, Loc, cit., p. 66-68. 



Digitized by LjOOQ IC 



XII INTRODUCTION 

gâches ne donnent à ce sujet que des renseigne- 
ments vagues et môme contradictoires; cependant 
il semble que les Malais dont sont issus les An- 
driana de Tlmerina ont atterri dans TEst. C'çst 
en effet, à la côte orientale que les courants et las 
vents généraux de l'Océan Indien les amenaient 
tout naturellement et le climat insalubre d'une 
part, d'autre part, les Arabes, qui avaient déjà dès 
longtemps, imposé leur autorité aux habitants de 
cette région et qui avaient toute raison de s'opposer 
à rinstallation au milieu d'eux de nouveaux venus 
capables de leur disputer la prééminence, pou- 
vaient seuls leur faire quitter un pays fertile pour 
un pays aussi nu et aussi aride que le plateau cen- 
tral (i). » 

Quant à l'époque à laquelle ces Malais ont at- 
terri à Madagascar, on peut, en se basant sur la 
généalogie d'Andrinampoinimerina conjecturer 
que leur venue dans le centre de l'île n'a pas eu 
lieu avant le xvi® siècle. Tous les Andriana s'ac- 
cordent, du reste, à dire qu'ils sont arrivés à Ma- 
dagascar après les Silamo (ou Arabes musulmans) 
et les Karany (ou Indiens musulmans) (2). 

« M. Max Leclerc pense que les immigrants 
malais sont arrivés à Madagascar entre le ix® et le 



1. Loc. cit., p. 69-11. 

2. Loc. cit., p. 72. Celte tradition indigène ne peut pas être 
prise en sérieuse considéralion. Les légendes de rimeriua re- 
cueillies vers le milieu du siècle dernier par le P. Callet, ne 
contiennent aucun renseiguement utilisable pour la période 
antérieure au xvu« siècle. 



Digitized by LjOOQIC 



INTRODUCTION xirl 

xii« siècle. M. René Basset trouve que « ces dates 
« doivent être reportées beaucoup plus en arrière, 
« car, à moins de supposer que les Hova aient perdu 
(f leur dialecte, il faut tenir compte du fait linguis- 
« tique suivant: les mots sanscrits, qui occupent une 
« large place dans les vocabulaires javanais et ma- 
te lais, ne se retrouvent pour ainsi dire pas en mal- 
ce gâche, d'où Ton doit supposer que Témigration 
a malaise à Madagascar a eu lieu à une époque anté- 
« rieure à rétablissement des Hindous à Java et à 
« Sumatra ». C'estqu'en effet, ajoute M. Grandidier, 
les Andriana qui sont des Malais ont perdu leur 
dialecte (1). 

(t A Tépoque à laquelle les Malais sont arrivés 
dans rimerina (au milieu du xvi* siècle) ses habi- 
tants étaient, comme ceux de tout Madagascar du 
reste, groupés par familles indépendantes les unes 
des autres et obéissant chacune à son chef direct, 
et non point en nations plus ou moins importantes 
soumises à l'autorité d'un roi; chaque village ou 
plutôt chaque groupe de hameaux avait son auto- 
nomie, quitte en cas de guerre, à se concerter et à 
s'allier avec les villages voisins, dont les habitants 
étaients toujours plus ou moins proches parents, 
et dont le plus âgé ou le plus renommé prenait 
momentanément le pouvoir suprême (2). 

« Les Andriana et les Hova de Tlmerina sont 
lous d'accord pour admettre que les cinq chefs 



i. Loe» cit., p. 72, noie 2. 
2. Loc. cil. y p. 73, 



Digitized by LjOOQ IC 



XIV INTRODUCTION 

d'Ampandra sont de purs Yazimba, et il n'est pas 
douteux que les deux femmes que la tradition leur 
donne comme successeurs et qui habitaient Meri- 
manjaka, dans Test de rimorina, sont de la même 
race ; le nom de la seconde de ces reines, Rangita, 
qui signifie la dame crêpée (Ra-Ngita), suffit pour 
démontrer qu' elle n'était point de sang mongol. 
Cette Rangita a été la femme de l'un des Javanais 
qui sont venus dans le centre de Madagascar au 
XVI* siècle, et elle a eu un fils, Andriamanelo, 
qu'elle a désigné pour lui succéder dans Tlmerina 
oriental et qui est le premier roi de sang malais. 
L'invocationaux douze rois que faisaient Andrinam- 
poinimerina et ses successeurs dans les cérémonies 
publiques, montre bien que si, du coté maternel 
(par Rafohy et Rangita), ils se rattachaient aux 
chefs Yazimba, Andriamanelo a été le vrai fonda- 
teur de la dynastie malaise qui a joué, surtout 
sous ses derniers représentants, un si grand rôle \\ 
Madagascar. » 

« Dès rentrée en scène de ces chefs de race jaune, 
on constate de suite un grand changement dans 
l'organisation sociale de ce pays; c'est en effet à 
Andriamanelo que la tradition attribue l'introduc- 
tion dans le centre de Madagascar des sagayes de 
fer, la construction plus savante des fortifications, 
etc. 11 est certain que, dans le cas présent, ce chef 
personnifie d'une manière générale les 100 ou 200 
[sic) immigrants javanais qui ont apporté avec eux 
leur génie spécial, car le père d'Andriamanelo 
n'est pas le seul qui soit venu de Java sur le pla- 



Digitized by LjOOQ IC 



INTRODUCTION xv 

teau central ; beaucoup d'autres y sont arrivés avec 
lui, et il y en avait dans tous les villages de Test 
de rfmerina, dont les habitants les avaient aussi 
bien accueillis que l'avait été leur compagnon par 
la petite reine de Merimanjaka qui a donné le jour 
au fondateur de leur dynastie » (i). 

« D'après certaines traditions locales, très accep- 
tables, il n'y a guère eu plus d'une centaine d'indi- 
vidus de race jaune qui soient arrivés dans Tlme- 
rina » (2). 

« 11 est à remarquer que tous ces noms (de chefs 
d'origine javanaise des villages de Ambohipeno, 
Ambohibato, Ambohimanambola) essentiellement 
malgaches montrent que ces Javanais avaient non 
seulement épousé des femmes Vazimba, mais qu'ils 
s'étaient intimement mêlés aux indigènes, aban- 
donnant leur langue pour celle du pays d'autant 
plus facilement du reste que les syntaxes et sou- 
vent les mots-racines sont les mêmes » (3). 

« Nous pouvons calculer approximativement la 
date de la venue des Malais en nous aidant des ré- 
cits des anciens marins portugais, ainsi que des 
traditions recueillies par le R. P. Callet et par moi- 
même. Il résulte de la discussion à laquelle j'ai 
soumis ces récits et ces traditions que la reine 
Rangita vivait au miheu du xvi® siècle, que son 
fils Andriamanelo, le premier roi malais, est né 



1. Loc, cit., p. 75-76. 

2. Loc, cU,t p. 76, note i. 

3. Loc, cU,y p. 76, fin de la noie 2. 



Digitized by LjOOQ IC 



XVI INTRODUCTION 

vers 1560 ou 1565, et que les immigrants de race 
jaune sont arrivés dans Tlmerina très peu d'années 
auparavant (l). Quant au temps pendant lequel ils 
ont vécu et erré sur les côtes, rien ne pourrait 
nous permettre de le fixer, si deux marins portu- 
gais. Balthazar Lobo de Souza et surtout Dom 
Luis Fernandez de Vasconcellos, qui ont visité la 
côte orientale de Madagascar, le premier en 1557, 
le second en 1559, ne nous avaient appris qu'ils 
ont trouvé dans plusieurs baies de cette côte 
quelques individus qui paraissaient être de race 
javanaise et qui en parlaient la langue. Diogo do 
Coulo, l'auteur de VHistoire de F Asie portugaise, 
o\x j'ai découvert cet important passage, ajoute 
avec raison que « ces Javanais étaient certainement 
« des naufragés dont les navires s'étaient perdus 
« depuis peu sur cette côte, parce que, s'ils avaient 
« été depuis longtemps dans l'île, ils n'auraient plus 
« parlé leur langue natale, dont ils eussent perdu 
« l'usage au contact journalier des indigènes ». Il 
semble très-probable que ce sont ces Javanais, 
que Vasconcellos a trouvés en 1539 sur la côte Est 
de Madagascar, entre Matitanana et Mahanoro, ou 
tout au moins leurs compagnons qui, fuyant l'hos- 
tilité des Andriana ou seigneurs arabes, maîtres de 
cette côte d'ancienne date, et peut-être aussi le 
climat fiévreux de cette région, ont gravi la chaîne 
côtière et se sont réfugiés dans le centre de Tîlc 



1. Oa verra plus loin qae ceUe affirmation ne nous paraît pas 
acceptable. 



Digitized by LjOOQ IC 



i ga fl 3 asBSJ0a fc:.iij i \i-m.^r s^^^ 



INTRODUCTION xv» 

au milieu de populations douces et inofifensives sur 
lesquelles il leur a été facile d'asseoir leur autorité. 
Il y a, en effet, une concordance remarquable 
entre l'époque à laquelle a eu lieu ce naufrage et 
la naissance du premier roi de la dynastie ma- 
laise (1). » 

« Dans les premières années du xvi® siècle, une 
jonque de Java s'est mise à la côte dans le sud-est 
de Madagascar, un peu au nord de Tembouchure 
du Matitanana et, dans les siècles précédents, il y 
en a eu certainement d'autres (sic), mais il ne me 
semble pas probable que les Javanais qui se sont 
établis dans le centre de l'île, et qui riy sont pas 
montés avant 1550 (sic), soient des descendants de 
ces naufragés (2). 

« Voici du reste, le tableau chronologique tel 
qu'on peut le donner avec le^ rares documents dont 
nous venons de parler et où, si les deux premiers 
rois ont eu pour mère une Vazimba, tous les 
autres sont fils de princesses ayant eu pour père 
un Javanais : 

Arrivée des Javanais, ancêtres des Andriana 
de rimerina, sur la côte est de Madagascar et 
venue sur le plateau central entre 1555 et ISGj)^. 
(Suit la chronologie des rois Merina de Andria- 
manelo, en 1590, à Ranavalona P% décédée en 
1861) (3). 

« De ce qui précède, conclut M. Grandidier, il ré- 

1. Loc. cit., p. 77-78. 

2. Loc. dL, p. 78, note 1. 

3. Loc. ciL, p. 78-84. 



pigitized by LjOOQ IC 



xviri INTRODUCTION 

Suite que la venue des Malais ou plutôt des Javanais 
qui ont joué le rôle prédominant à Madagascar a 
eu lieu à une date relativement récente, quoiqu'il 
semble qu'ils ont abordé a la côte orientale au 
milieu du xvi° siècle, vers 1557 ou 1558, et que 
le premier chef de leur race est né peu après dans 
rimerina d'une princesse Vazimba dont les états 
étaient bien modestes, puisqu'ils comprenaient 
simplement le village où elle résidait avec quelques 
rares hameaux épàrs dans ses environs immédiats. 
Les traditions dont j'ai cherché à résumer les 
plus importantes au point de vue de Tétude 
ethnographique des Malgaches montrent, d*unç 
part, que les habitants actuels de Tlmerina 
sont, pour la plupart, des descendants directs des 
Vazimba et autres indigènes qui vivaient dans le 
centre de Madagascar avant l'arrivée des Javanais; 
d'autre part, que ces immigrants de sang jaune, 
après s'être au début mêlés aux indigènes et avoir 
épousé des femmes Vazimba, ont pris soin^ à par- 
tir de leur troisième roi, de ne plus se marier 
qu'entre eux et ont par conséquent, malgré 
leur métissage originel, conservé une assez grande 
pureté de race et leur génie spécial. Le change- 
ment que les immigrants de race malaise ont ap- 
porté à l'organisation sociale des peuples au milieu 
desquels ils se sont établis et l'introduction ou le 
perfectionnement des arts divers relatifs à Tagricul- 
ture, à rélevage, à la métallurgie, h la construction 
des maisons et des fortifications, etc., qui ont mar- 
qué le gouvernement de leurs premier^ rois, ainsi 



Digitized by LjOOQIC 



INTRODUCTION xix 

que le développement qu'ont pris sous leur impul- 
sion le commerce et Tindustrie, ont complètement 
transformé Madagascar en moins de deux siècles. 
L'amour du travail, Tesprit d'économie, Tobéis- 
sance aux chefs, surtout le désir de se civiliser 
sont autant de qualités inhérentes à la race 
jaune qui les a importées et imposées dans le cen- 
tre de Tile, tandis que les autres peuplades d'ori- 
gine indo mélanésienne livrées à elles mêmes, mal- 
gré une intelligence assurément aussi vive et 
certaines qualités fort appréciables, n'ont jamais 
progressé et sont encore aujourd'hui aussi brutes, 
aussi sauvages que lors de la découverte de Mada- 
gascar par les Portugais » (1). 

« 11 est fait pour la première fois mention de la 
province centrale de Tlmerina en 1613, dans le 
récit suivant du P. Luiz Marianno, sous le nom de 
Royaume des Hova : il y a de notables différences 
dans la couleur, la peau et Taspect physique des 
naturels de Madagascar [botiques). Les uns sont 
noirs et ont les cheveux crépus comme les Cafres de 
Mozambique et d'Angola; d'autres sont également 
noirs, mai« ont les cheveux lisses; certains ont le 
teint des mulâtres et quelques-uns même, sont 
presque blancs, comparables aux métis les plus 
clairs; ce sont ceux qu'on amène du royaume des 
Hova, qui est tout à fait au centre de l'île, pour les 
vendre à Mazàlagem (baies de Bombétoc et de Boina) 
aux Arabes de Malindi, et, parmi ces indi\idus 

1. Loc, cit.y p. 84-85. 



Digitized by LjOOQ IC 



XX INTRODUCTION 

clairs, il y en a qui ont les cheveux crépus comme 
les Cafres, ce qui est étrange, et d'autres les ont 
lisses comme nous; mais la plupart sont basanés 
avec des cheveux soit crépus, soit lisses. Ils sont 
ordinairement bien faits, corpulents, de belle taille, 
assez forts pour le travail, quoique, sous le rapport 
de la force, ils soient inférieurs aux Cafres ; mais, 
en ce qui touche l'intelligence, les capacités et le 
caractère, ils leur sont très supérieurs. L'ex- 
périence que nous avons acquise dans nos rapports 
avec les esclaves et les prisonniers nous a monfré 
que ce peuple était d'une nature facile et docile. Ils 
sont habiles dans les métiers de charpentier, de 
forgeron, de tisserand et de laboureur [Boletim da 
Sociedade de Geog. de Lisboa, 1887, p. 318) (1). » 
« 11 faut arriver à 1774 pour avoir des notions 
sérieuses sur llmerina. Mayeur qui a, pendant 
trente années, de 1738 à 1787, rempli dans les 
établissements français de la côte nord-est les 
fonctions d'interprète du gouvernement, et qui fut 
envoyé en mission dans le centre de l'île en 1777 
et en 1785 par le célèbre et audacieux aventurier 
polonais Benyowski, a rapporté de ces voyages des 
documenis très précieux sur ce pays. A cette épo- 
que, rimerina était encore divisé entre plusieurs 
Andriana dont l'un des plus puissants était le roi 
de Tananarive, Andrianamboatsimarofy. Mayeur a 
été très étonné de Torganisation sociale et de Tin- 
dustrie des Merina [vtdgo Hova) : « Les Européens 

1. Loc, cit. y p. 86, note 1. 



Digitized by LjOOQ IC 



INTRODUCTION xii 

jfi qui fréquentent les côtes de Madagascar, écrit-il, 
« auront de la peine à croire qu'au centre de Tile, à 
« 40 lieues de la mer, dans un pays jusqu'à présent 
« inconnu qu'entourent des peuplades brutes et sau- 
« vages, il y a plus de lumières, plus d'industrie, 
« une police plus active, des arts plus avancés que 
« sur les côtes, dont les habitants, depuis longtemps 
« en relations continuelles avec les Européens, au- 
« raient du, plus que ceux-ci, accroître leurs con- 
« naissances » (i). 

La théorie de M. Grandidier sur les immigra- 
lions malaises dont nous avons tenu à reproduire 
les principaux arguments, est entièrement nouvelle 
par ses conséquences chronologiques. L'auteur de 
VOrigine des Malgaches « en s'appuyant sur tous 
les faits qui pouvaient faire un peu de jour sur ce 
sujet et qu'il a pris aussi bien dans les traditions 
locales que dans les récits des divers auteurs », 
fixe de 1590 à 1615 la durée approximative du 
règne de Andriamanelo, fils de la reine Vazimba 
de Merimanjaka, Rangita, et d'un Javanais. Le 
Père A binai fait régner ce mOme chef de 1567 à 
1587 en attribuant aux prédécesseurs d'Andrianam- 
poinimerina, dont la date d'avènement au trône 
est certaine, une durée moyenne de vingt an- 
nées de règne (2). Ce procédé d'évaluation chrono- 
logique ne doit qu'à son étrangeté d'être rapporté. 
Le Père Malzac fait régner Andriamanelo de 1540 



ï. Loc, cit., p. 90-91. 

2. Vingt ans à Madagascar. Paris, 1885, iQ-8, p. 53» 



Digitized by LjOOQ IC 



tXU iNtRODUCTlON 

à 1575(1): M. JuUy de 1605 à 1625(2). M, E. F. 
Gautier dans son remarquable Essai de géographie 
physique (3) sur Madagascar, conclut prudeniment ; 
qu'on peut aftirnier à tout le moins qu il est diffi- 
cile de reculer Andriamanelo au delà de 1650, au 
pis aller 1600 » (4). D'après les opinions précé- 
dentes uniquement basées sur des traditions popu- 
laires, c*est-à-dire sur des renseignements toujours 
vagues et incertains au regard de la critique his- 
torique, ce chef Merina semble avoir régne Vers le 
commencement du xvii' siècle. Les dates non con- 
cordantes auxquelles se sont arrêtés MM. Gau- 
tier, Grandidier, Jully et Malzac paraissent prove- 
nir davantage d'une interprétation dillérente des 
mêmes documents consultés que de l'utilisation par 
1 un de ces auteurs de textes ou de légendes orales 
d'une authenticité plus grande ou mieux établie. 
Je prendrai volontiers comme les plus vraisembla- 
bles celles de 1590-1615 indiquées par M. Grandi- 
dier; ujais la descendance d Andriamanelo de Ja» 
vanais arrivés sur la côte est en 1555 et venus 
sur le plateau central en 1560 n'est pas également 
acceptable. 

1. TantararC ny Andriana nanjaka telo Imerina (Histoire des 
rois qui ont régné sur l'imerina). Tananarive, 1899. 

2. Origine des Andriana ou nobles. Notes j reconnaissances et 
explorations. Tananarive, 31 juillet 1898, in- 8, p. 890-898. 

3. Paris, 1902, in-8. Je ne puis pas analyser dans ce travail la 
publication de M. Gautier; mais je tiens à la signaler spéciale^ 
ment. Cette œuvre originale est une des plus importantes con- 
tributions à rétablissement de la géographie définitive -de Ma^^ 
dagascar. 

4. Loc. cit,^ p. 340. 



Digitized by LjOOQIC 



mtHODUCrîON xxm 

L'immigration des Malais à Madagascar s'est 
produite soit antérieurement à Tintroduction de 
rhindouïsme à Java, vers le i" siècle de notre ère ; 
soit postérieurement à cette date, mais antérieu- 
rement à rislamisation de Java, du xiv° au milieu 
du XV® siècle ; soit enfin a une date postérieure à 
cette dernière, La philologie comparée s'oppose à 
Tadoption des deux dernières hypothèses. « Le 
malais, dit M. E. F. Gautier, a emprunté à Tarabe 
un très grand nombre de mots ; le malgache en a 
fait autant, mais ce ne sont presque jamais les 
mêmes; les seuls mots d'origine arabe qui se re- 
trouvent à la fois en malais et en malgache sont 
les noms des jours, de la semaine et les quelques 
termes se rapportant à l'écriture ; une dizaine d'em- 
prunts communs, probablement par hasard, sur 
des centaines; il est donc évident que l'influence 
arabe s'est exercée séparément sur les deux langues 
à une époque où elles étaient déjà distinctes. Des 
recherches sur les éléments sanscrits en malgache 
ont conduit à des conclusions analogues. On a re- 
levé, en malgache, quatre mots sanscrits qui se 
trouvent aussi en malais .... Encore admet-on la 
possibilité qu'une ou deux de ces ressemblances 
soient fortuites. Or, en malais, au contraire, les 
mots sanscrits sont légion » (1). 11 résulte de ces 
faits linguistiques que les immigrants Malais n'a- 
vaient subi ni lintluence de l'hindouisme ni celle 
de l'islam; qu'ils ont par conséquent quitté l'Ex- 

1, Loc. cit. y p. 300. 



Digitized by LjOOQ IC 



XXiV rNÎRODUCTlON 

trême-Orient avant le commencement de l'ère chré- 
tienne. Cette opinion indiquée par M. Marre (1), plus 
nettement émise par MM. W. E. Cousins (2) et J. Si- 
bree(3), est combattue par M. Grandidier : « Les im- 
migrants malais ou javanais ne sont venus, d*après 
mes recherches, que très tard au xvi* siècle et en 
très petit nombre, de sorte que, eussent-ils été im- 
prégnés d'hindouisme, et quoiqu'ils parlassent une 
langue différente, leurs enfants, en réalité de 
simples métis, noyés dans la masse des indigènes 
auxquels ils étaient du reste attachés par les liens 
du sang, n'ont du ni pu {sic) garder la moindre 
trace des croyances et de la langue de leurs pères, 
d'autant plus que les Javanais fort indifférents en 
matière de religion, comme beaucoup d'Orien- 
taux accueillent volontiers toutes les supersti- 
tions » (4). 

A M. René Basset dont les conclusions citées 
plus haut sont identiques à celles de MM. Cousins 
et Sibree, M. Grandidier répond également : « C'est 
qu'en effet les Andriana qui sont des Malais ont 
perdu leur dialecte » (5). Cette affirmation si nette 
n'étant appuyée par aucun argument probant, 
reste une simple conjecture peu vraisemblable et 
doit être considérée comme telle. 

1. Museon, Louvaio, 18S6. 

2. The malagasy language, Proc, Philolog, Soc. Londres. 4878, 
p. 34. 

3. Thegreal african island ; chapters on Af ada^o^car. Londres, 
1880, p. 121-122. 

4. Loc, ciL, p. 69, fin de la notule ^. 

5. Loc, cit., p. 72, note 2. 



Digitized by LjOOQIC 



INTRODUCTION xxv 

La légende d'après laquelle rimmigralion ma- 
layo-javanaise serait due à un naufrage de praus 
malaises dans Test de Madagascar, n'est pas ac- 
ceptable pour ceux qui ont parcouru la côte orien- 
tale de la grande île africaine. J y ai subi trois cy- 
clones : deux, à terre, àTamatave et Mananjary en 
février 1888 et 1893; le troisième, en mer, entre 
Sainte-Marie et Vohémar, à bord d'un paquebot 
des Messageries Maritimes en avril 1894. Dans les 
deux premières circonstances, tous les voiliers et 
vapeurs sur rade ont été jetés à la côte ou sur les 
récifs; malgré les appareils de sauvetage, il y a eu 
de nombreuses morts d'hommes. A Mananjary, une 
goélette chassant sur ses ancres, vient au plein sur 
la plage de sable. L'avant s'y enfonce profondé- 
ment, au point de permettre à l'équipage de dé- 
barquer à terre pendant le llux de la lame; mais la 
tempête est si violente qu'un homme est enlevé, 
sous mes yeux, par la lame suivante, rapide et 
hurlante comme une trombe. Naufragée à huit 
heures du matin, la goélette avait entièrement dis- 
paru à midi; il n'en restait que quelques épaves 
brisées, hachées par la mer furieuse. Malgré leur 
structure puissante et leurs instruments d'observa- 
tion; malgré la vapeur, nos bâtiments modernes 
n'échappent qu'avec peine à ces formidables per- 
turbations atmosphériques. Au large, le paquebot 
peut tenir contre le cyclone en mettant à la cape 
jusqu'à la fin du coup de vent, si aucune avarie de 
machine ne survient ; surpris en rade, il est irré- 
médiablement perdu. Qu'une flottille de praus dé- 

2 



Digitized by LjOOQ IC 



Xtn INTRODUCTION 

rivée de sa route par la tempête, vienne naufragei* 
sur la côte orientale en i55S, les Arabes, maîtres 
des trilwis maritimes, réduiront en esclavage les 
quelques rares marins échappés au naufrage, et 
la migration malaise aura vécu (1). 

Le passage de Y Histoire de P Asie portugaise où 
Diogo do Couto mentionne la rencontre sur la côte 
orientale par Balthazar Lobo de Souza et Dom 
Luis Fernandez de Vasconcellos de quelques indi- 
vidus qui paraissaient être de race javanaise et en 
parlaient la langue, ne sauraient s'appliquer à la 
migration malaise. Quelques naufragés dissénu'nés 
dans les ports du Sud-Est, isolés les uns des au- 
tres, partant sans cohésion, vraisemblablement 
sans ressources ni moyens d'action, auraient diffi- 
cilement atteint l'imerina dont l'existence était 
inconnue ou à peine soupçonnée des tribus mari- 
times orientales; et si tant il est qu'ils aient pu 
gagner le plateau central, quelques individus n'au- 
raient pas sufii h la merveilleuse tâche d'organi- 
sation sociale qui étonnera Mayeur deux cents ans 
plus tard. 

Avant 1560, prétend M. Grandidier, Tlmerina 
est habitée par des Vazimba de race pure qu'aucun 
apport de sang étranger n'a encore métissés; ils 



1. Une flutille amenée par les courants sur la côte Est de 
Madagascar aurait eu le môme sort au xvi<! siècle. L'alterrissage 
y est difficile et dangereux même par beau temps; quelques 
Malais ou Javanais n*auraient donc pas pu débarquer sans en- 
combre, lutter avec avantage contre les tribus islamisées et 
s'acheminer ensuite vers l'Ouest. 



Digitized by LjOOQ IC 



INTRODUCTION xxvii 

semblent déjà en relations avec les Sakalava de 
riboina (1), mais aucune migration étrangère n'a 
encore pénétré dans leur pays. Les Vazimba sont 
donc à cette époque d'un niveau inférieur à celui 
de leurs contemporains du Sud-Est, Nord et Nord- 
Ouest, qui, depuis plusieurs siècles, ont été isla- 
misés et ont reçu des Arabes des idées, des moeurs, 
des croyances constituant un stade supérieur à la 
société malgache primitive ; ce sont des peuplades 
brutes et sauvages comparées aux Arabico-Malga- 
ches (2) des côtes. Qu'on se rappelle maintenant 
l'impression de Mayeur en 1777 : « Les Européens 
qui fréquentent les côtes auront de la peine à croire 
qu'au centre de l'île, k 40 lieues de la mer. dans 
un pays jusqu'à présent inconnu qu'entourent des 
peuplades brutes et sauvages, il y a plus de lu- 
mières, plus d'industrie, une police plus active, 
des arts plus avancés que sur les côtes, dont les 
habitants en relations continuelles avec les Euro- 
péens, auraient dû plus que ceux-ci (les Merina) 
accroître leurs connaissances (3). » Ce témoignage 
de Mayeur qui de 1758 à 1787 remplit les fonctions 
d'interprète des établissements français, est con- 
cluant. Cette transformation merveilleuse des 
Vazimba serait l'œuvre de quelques naufragés 
javanais continuée parleurs descendants et accom- 
plie en 217 ans? 11 est douteux que les malgachi- 

i. Foexactement appelé Boue ni. 

2. Malgaches islamisés. Cf. mes Musulmans à Madagascar et, 
aux îles Comores. Paris, iû-8, 3 vol. 189J-93-1902. 

3. Vide supràf p. 14t 



Digitized by LjOOQ IC 



xxYin INTRODUCTION 

sanls familiarisés par un long séjour dans Tîle 
avec l'esprit indigène, adoptent cette conjecture. 
Une évolution aussi remarquable ne pourrait être 
admise que sur l'affirmation de documents indigè- 
nes ou étrangers d'une authenticité indiscutable. 
Le naufrage d'une barque javanaise à la côte 
orientale quelques années avant la naissance de 
Andriamanelo dans l'Imerina, n'implique pas ipso 
facto une corrélation entre ces deux faits et ne 
saurait en tenir lieu. 

« Les quelques naturels comparables à des mu- 
lâtres clairs avec des cheveux lisses que le P. Luis 
Marianno a vus dans la baie de Boina (au com- 
mencement du xvn® siècle), dit M. Grandidier, 
étaient certainement des Malais amenés par les 
Hova Vazimba qui s'en étaient emparés par ruse 
ou dans les combats comme c'était l'usage con- 
stant dans ces pays (1). » Si, en 1613, 33 ans après 
leur arrivée sur le plateau central, des Malais sont 
réduits en esclavage et vendus dans l'Iboina par 
les Vazimba, ceux-ci ne sont donc pas les popula- 
tions hospitalières, douces et inoffensives à l'étran- 
ger dépeintes par l'auteur de Y Origine des Malga- 
ches (2). Comment, dans ces circonstances défavo- 
rables, une centaine d'individus d(î race jaune 
aurait- elle pu asseoir son autorité sur les occu- 
pants de l'Imerina (3)? Comment cette hostiUté 
dont le missionnaire portugais a constaté les con- 

1. Loc, cit., p. 87, notule a, 

2. Loc. ci(,f p. 78. 

3. Loc, cit., p. 76, note 1. 



Digitized by LjOOQ IC 



INTRODUCTION xxix 

séquences, aurait-elle pu se transformer pendant 
les 150 années suivantes, en une union étroite et 
féconde, une fusion complète et l'asservissement 
des Vazimba aux descendants des immigrés Ma- 
lais? Sur la date et le point de débarquement de 
la migration malayojavanaise, déclare M. Grandi- 
dier, les traditions historiques conservées dans la 
mémoire des Malgaches ne donnent que des ren- 
seignements vagues et même contradictoires (1). 
On ne saurait donc en faire état au point de vue 
historique. Cette déclaration infirme les déductions 
chronologiques qu'a cru pouvoir en tirer M. Gran- 
didier. « Les traditions de l'Imerina, dit au con- 
traire M. E. F. Gautier, qui ont été minutieusement 
recueillies racontent longuement les luttes des 
envahisseurs étrangers contre la tribu aborigène 
des Vazimba. Au déhut s'étend une longue période 
nébuleuse dont il n'est resté dans la mémoire des 
indigènes que des noms tout secs de rois qui ont 
perdu leur histoire^ comme dit le folk-lore; de 
quelque façon qu'on essaie crinterpréter ces listes 
de noms, je ne crois pas qu'on puisse en tirer 
d'indication, sauf une seule : étrangers et indigènes 
Vazimba ont évidemment vécu cote à côte, en 
bonne entente pendant très longtemps, le premier 
établissement des étrangers a dû être pacifique. 
Le folk-lore s'éclaire brusquement et parvient 
même très vite à la précision historique à partir 
d'Andriamanelo; c'est à son nom que se rattachent 

1. Vide suprà^ p. xi-xii. 



Digitized by LjOOQ IC 



XXX INTRODUCTION 

les souvenirs de la conquête, et c'est lui qui a battu, 
expulsé ou asservi les Vazimba, qui a fondé Tlme- 
rina actuelle et ouvert sa dynastie (1). » Cela est 
la vraisemblance môme puisqu'il ne peut être 
question de vérité absolue en histoire ancienne de 
la grande île africaine. En résumé, la migration 
Malaise a dû quitter la Malaisie avant l'introduction 
de rhindouïsme. L'étude comparée des deux lan- 
gues ne permet pas de proposer une date posté- 
rieure. Venus à Madagascar pour des causes 
inconnues, les immigrants, beaucoup plus nomr 
breux sans aucun doute que la centaine de Javanais 
acceptés p^r M. Grandidier, sont arrivés sur le 
plateau central où ils se sont installés de gré ou 
de force. Leur présence subie, tolérée ou acceptée 
par les Vazimba, des relations se sont établies qui, 
au cours des siècles, ont amené la fusion complète 
des deux peuples et enfin l'inévitable prédomi- 
nance d'un groupe Malayo- Vazimba sur les tribus 
métissées et aborigènes del'Imerina. On a cherché 
à expliquer l'exode des Malais de la côte malgache 
vers l'intérieur : toutes les conjectures sont pos- 
sibles. Nous ignorons tout de cette période loin- 
taine : autant vaut il mieux confesser notre igno- 
rance des causes et nous en tenir à la constatation 
des effets. Les immigrants, comme on Ta dit à 
tort, n'ont pas abandonné des côtes chaudes et 
fertiles pour une région stérile et froide (2). C'est 

i. Loc, cit., p. 340. 

2. « Aa mois de décembre 1898, racoote M. E. F. Gautier, 
c'est-à-dire en été, sar la route nourelle de Majunga, au som- 



Digitized by LjOOQIC 



INTRODUCTfON xxxi 

un poiat de vue d'historien du xx» siècle qui de la 
période contemporaine remonte dans les siècles 
écoulés. Si la fertilité de la zone maritime orien- 
tale et Taridité de l'Imerina sont deux faits indé- 
niables pour la géographie moderne, les Malais 
qui, dans leur marche vers TOuest, allaient à 
l'aventure ne pouvaient soupçonner ni Tinfertilité 
du plateau central ni la rigueur de son climat. 

Les vagues et contradictoires lovan-isofina [{) 
indigènes ne permettent d'établir aucune conjec- 
ture plausible sur l'arrivée de la migration malaise. 
Je ne leur ai emprunté aucun argument; je n'en 
tirerai pas d'hypothèse nouvelle. Ce que nous sa- 
vons de Madagascar et de ses habitants ne laisse 
pas espérer que des documents anciens y seront 
jamais découverts. Dans les tribus islamisées du 
Sud-Est où l'usage de l'alphabet arabe permettait 
de conserver le souvenir des événements mémora- 
bles, aucune indication chronologique n'est in- 



met des Tampo-Ketsa, entre les postes de Aokarabe et Maneri- 
nerina qui sont distants de 26 kilomètres, j'ai trouvé ane dizaine 
de cadavres d'iodigènes semés le long du chemin, et il n*est 
pas douteux que ces malheureux étaient morts de froid quel- 
ques heures auparavant, encore qu'il faille tenir compte natu- 
rellement de la faim et de la fatigue. Le vent soufflait en tem- 
pête ce jour-là, et poussait devant lui une pluie glaciale; le 
mot ne doit assurément pas être pris à la lettre, mais ce ruissel- 
lement d'eau froide, pour des nègres à peu près nus, était aussi 
mortellement dangereux que l'est chez nous une tempête de 
neige pour un montagnard égaré. Ainsi donc il arrive qu'on 
meure de froid en été sur les hauts plateaux, à 1600 mètres d'al- 
titude seulement. » Loc. ct^., p. 186-187. 
1. Litt. ; « héritage de l'oreille ». Traditions orales. 



Digitized by LjOOQ IC 



xxxii INTRODUCTION 

scrite dans les manuscrits arabico-malgaclies. Après 
quinze ans d'études ininterrompues de la question 
musulmane malgache, la lecture de nombreux ma- 
nuscrits appartenant à des chefs de tribus nobles 
et de clans sacerdotaux; après une longue fréquen- 
tation des sorciers historiographes de ces tribus, 
j'ai dû conclure que des Comores, islamisées vers 
la fin du vai*' siècle, les Musulmans ont abordé à 
la côte Nord-Ouest et sont arrivés ensuite dans 
le Sud-Est en cabotant le long de la côte orientale 
jusqu'à Matitanana et Fort-Dauphin. L'époque de 
la colonisation arabe des Antaimorona n'est cer- 
taine qu'à quelques siècles près. Je dois ajouter 
cependant que notre Bibliothèque Nationale, la 
Vaticane et quelques bibliothèques allemandes pos- 
sèdent des manuscrits arabico-malgaches que je 
n'ai pas pu examiner encore. L'un de ces docu- 
ments contiendra peut-être les renseignements que 
j'ai vainement cherchés à Madagascar même; tout 
espoir de découverte intéressante ne nous est donc 
pas formellement interdit. En ce qui concerne, au 
contraire, l'histoire de l'imerina, nous ne possé- 
dons que les légendes orales recueillies par le 
P. Callet vers le milieu du siècle dernier. Elles ne 
sont utilisables qu'à partir du règne d'Andriama- 
nelo, vers le commencement du xvn® siècle. Les 
règnes de sa grand'mère, Rafohy, de sa mère, Ran- 
gita, sont à peine connus par la mention de ces 
souveraines parmi les douze prédécesseurs de An- 
drianampoinimerina. Les Tantaranny Andriana ci- 
tent encore quelques noms de chefs qui précédè- 



Digitized by LjOOQ IC 



INTRODUCTION xxxni 

rent ces deux reines, et là s'arrête la légende. Les 
Malayo-Vazimba n'avaient pas de système gra- 
phique. L'Imerina parcourue dans tous les sens 
n'a révélé ni inscription ou dessin lapidaires, ni 
architecture ancienne. Ambohimanga, la ville sa- 
crée, récemment ouverte et visitée ne contenait 
aucune antiquité notable : le secret des premiers 
temps de Tlmerinane nous sera point dévoilé. Cela 
expliquera que ne retenant pas l'opinion de 
M. Grandidier sur la date d'arrivée de la migration 
Malaise, j'ai dû recourir à des arguments exclusi- 
vement philologiques pour présenter une conjec- 
ture qui me paraît plus vraisemblable. 



Digitized by LjOOQ IC 



\ 



Digitized by LjOOQIÇ 



PREFACE 



Le territoire soumis à Andriamanelo, le chef 
Malayo-Vazimba qui régnait à Alasora et Am- 
bohidrabiby au commencement du xvii" siècle, 
avait « tout au plus une dizaine de lieues car- 
rées » (1). Cent ans plus tard Andriamasinava- 
lona étendait son autorité « à presque toute 
rimerina, d'une part, entre la forêt à TEst et l'Om- 
bifotsy àrOuest; d'autre part, entre les parallèles 
de i8°40' au Nord et de i9M0' au Sud, soit sur 
une surface d'environ deux cent cinquante lieues 
carrées » (2). Andrianampoinimerina qui régna 
de 1787 à 1810, soumit tous les roitelets \ferinaen 
1794, et fit également reconnaître sa suprématie 
parles Betsileo, les Antsihanaka et les Bezanozano. 
Son fils, lladama P^ se rendit maître de presque 
tout le nord delà grande île africaine, deXamatave 
à l'Est et Majunga à l'Ouest jusqu'au cap d'Ambre. 
Les rois et reines qui vinrent ensuite établirent 
leur autorité sur une partie de la côte sud-est et 
quelques points de la côte occidentale. Ranava- 



1. Grandidier, loc. cil.^ p. 80. 

2. Ibid., p. 81. 



Digitized by LjOOQ IC 



XXXVI PRÉFACE 

lona III, souveraine officielle de l'île entière, com- 
mandait effectivement à un peu plus de la moitié 
de Madagascar. 

Le dialecte Merina a suivi la fortune de la tribu 
qui le parle. Ce n'était encore au commencement 
du siècle dernier, qu'un dialecte parlé sans système 
graphique. Les missionnaires anglais de la Société 
de Londres ouvrent la première école européenne 
à Tananarive le 8 décembre 1820. Ils traduisent 
ensuite et publient les ouvrages nécessaires à la 
propagande religieuse et renseignement primaire. 
Les armées victorieuses de Andrianampoinimerina 
et de ses successeurs avaient fait connaître dans 
Tîle entière la langue de Tlmerina; les écoles évan- 
géliques et officielles, les fonctionnaires, garni- 
saires et commerçants Merina en ont répandu 
Tusage dans les provinces conquises. Far une 
heureuse coïncidence, la langue des immigrants 
malais et celle des occupants du plateau central 
appartenaient au même groupe linguistique, le 
Malayo -polynésien. Cette circonstance a certaine- 
ment contribué pour une grande part à la fusion 
entre Yazimba et Malais. Les conséquences philo- 
logiques en sont curieuses : le dialecte Malayo- 
Yazimba, ainsi que le fait remarquer M. E. F. Gau- 
tier, s'est éloigné du type Yazimba primitif et 
déformé doublement, « D'une part les immigrants 
et leurs métis l'ont écorché et phonétiquement ap- 
pauvri; d'autre part ces représentants d'une race 
évidemment supérieure ont accommodé l'instru- 
ment imparfait qu'est la langue malgache aux be- 



Digitized by LjOOQ IC 



t>RÉFACE xxxvit 

soins de leur cerveau plus riclie en idées et en 
nuances et ils ont amené leur dialecte à un état de 
complexité qui a multiplié ses moyens d'expan- 
sion (1). » Le Merina, ainsi qu'on le verra au cours 
de cette étude, diffère notablement des autres dia- 
lectes malgaches qui forment un bloc linguistique 
d'une homogénéité parfaite. Ses principales parti- 
cularités sont : l'usage fréquent du relatif que 
connaissent à peine les non -Merina; l'addition à 
certaines racines des finales variables ka^ na^ ira, 
exceptionnelle dans les provinces; l'absence des 
nasales provinciales a, ^, i, d, o, n ein; la lecture 
des chi lires en commençant par le plus faible con- 
trairement aux dialectes provinciaux qui énoncent 
d'abord le plus fort; l'emploi de particules et 
d'explétifs; enfin une phrase élégante et littéraire, 
très voisine de celle des langues flexionnelles. 
« Lors donc, conclut M. E. F. Gautier, qu'on re- 
cherche les affinités Malayo -polynésiennes de la 
langue malgache et de ceux qui la parlent, il faut 
laisser complètement en dehors les Merina qui ne 
sont pas des Malgaches (purs) (2). » Nous devrions 
également sinon laisser le dialecte Merina en 
dehors de la grammaire malgache, tout au moins 
lui donner la dernière place, après tous les 
autres dialectes de l'île. Il n'en est pas et ne 
peut pas en être ainsi. La prédominance politique 
et sociale des Merina sur les autres tribus a mis 



1. Loc, ciUf p. 307. 

2. Loc. cit., p. 307. 



Digitized by LjOOQIC 

— À 



xxxviii PRÉFACE 

en relief ce petit peuple et l'a imposé a rattention 
(le l'Europe. Les diplomates, missionnaires el com- 
merçants ont reconnu Tananarive comme capi- 
tale de Tîle entière, longtemps avant que les ambi- 
tieux projets de Andrianampoinimerina se fussent 
réalisés (1). Ils ont étudié les mœurs, les coutumes, 
la langue de Tlmerina, et on y a rapporté ensuite 
celles des autres tribus. Autant vaudrait rapporter 
au français les racines indo-européennes dont il 
dérive. L'erreur est manifeste et inliniment regret- 
table, mais elle s'impose. LeMerina est le seul dia- 
lecte dont nous ayons une connaissance quelque 
peu approfondie; il figurera donc dans cette étude 
comme base de comparaison; mais il reste en- 
tendu que ce contre-sens philologique ne nous 
échappe point. 11 est à souhaiter que cette anoma- 
lie disparaisse dans un avenir prochain et qu'un 
dialecte provincial sérieusement étudié puisse 
prendre en tout droit la place que le Merina n'oc- 
cupe qu'à titre provisoire et pour les raisons qui 
viennent d'être dites. 

En 1826, six ans après l'ouverture de sa pre- 
mière école, la London missio?iary Society installa 
une imprimerie à Tananarive, et publia, Tannée 
suivante, une traduction de la Genèse. Le Merina,^ 
diale(*le parlé jusqu'alors, venait d'être doté de 



4. «< Daus le grand Kabary ou assemblée qu'il Unt à Fidasiaua 
en 1787 lors de son inlronisaUon ou prise de possession du 
nord de rimerina, AndrianampoiniUierina s'écria : « Cette terre 
est à moi! Il faut que la mer soit la limite de mon royaume! r 
Grandidier, toc. cit. y p. 84, note 1. 



Digitized by LjOOQIC 



PKÉFACfc: XXXIX 

Talphabet anglais. Une transformation aussi im- 
portante que l'adoption d*un système graphique 
et la fixation d'une orthographe, entreprise par des 
Européens non linguistes, récemment arrivés à 
Madagascar, peu préparés certainement à cette 
tâche délicate et malaisée, ne laissait pas que d'être 
audacieuse. Les missionnaires l'accomplirent en 
hommes de bonne volonté plus pénétrés des néce^i- 
sites de leur évangélisation que des exigences de 
la philologie. Mais il n'importe; les noms des Rev. 
D. Jones, D. Griftiths, Jos. John Freeman, pour 
ne citer que ceux-là, doivent être retenus ; Mada- 
gascar leur est redevable de ces deux merveilleux 
agents d'expansion et de progrès, l'écriture et 
rimprimerie. 

L'alphabet anglais ne transcrit qu'imparfaite- 
ment le Merina; quelques lettres prirent une va- 
leur conventionnelle : j représenta la double con- 
sonne d% : jakazudzaka^o la voyelle ou: orona'=' 
ourouna; e la voyelle é : tête =: tété; i le son 
franco -malgache i (jamais aï comme en anglais) 
initial et médial : iditra; y, Vi final : firyzzifiri. 
Le son Merina o comme dans folie, fut transcrit 
ao : misaoirazzi mis'otra. c, q Qi x étaient inutili- 
. sables; u et w furent négligés. On peut regretter 
que u n'ait pas été adopté pour la transciption du 
son ow, comme dans orona; o aurait ainsi pu con- 
server sa prononciation anglaise et transcrire le à 
plus exactement que la diphtongue ao. Répandu 
de l'Imerina dans les provinces conquises, l'alpha- 
bet anglais ainsi modifié ne pouvait transcrire ni 



Digitized by LjOOQ IC 



Xh PRÉfACE 

les nasales ni les chuintantes provinciales. Les 
consonances pravinciales inconnues au Merina 
ont été inexactement orthographiées d'après leur 
assonance avec des mots de ce dernier dialecte : 
zompd est devenu zompona^ comme sorona; leô, 
leona comme laona; tanây tanana. Le ts dont j*ai 
trouvé un seul exemple sur la côte sud-est dans 
téia, hérisson; que M. E. F. Gautier a signalé 
également chez les Sakalava, n'est pas davantage 
noté que la chuintante simple s si fréquente dans 
les dialectes provinciaux. J'ai indiqué par des tilde 
les voyelles et consonnes nasales. Cette notation 
s'impose pour sauver de l'oubli pendant qu'il en 
est temps encore, les formes dialectales qui, bien 
mieux que le Merina, nous permettront de com- 
parer avec fruit le malgache au Malayo-polyné- 
sien. 

La première traduction importante dun texte 
anglais fut la version malgache du Nouveau Tes- 
tament. Les Rev. D. Jones et D. Griffiths la publiè- 
rent à Tananarive en 1830 sous le titre de : Ny 
teny n' Andriamanitra, atao hoe : Tesitamenta! ny 
Jesosy Kraisty Tompdntsika^ sady Mpamonjy no 
Mpanovotra, la parole de Dieu appelée Testament 
de Jésus -Christ notre Seigneur, Sauveur et Ré- 
dempteur. Cinq ans après la Bible était entièrement 
traduite et publiée. La même année paraissait à 
Tananarive le premier dictionnaire Merina composé 
et imprimé à Madagascar. L'œuvre forcément in- 
complète et en quelques points inexacte des Rev. 
J. John Freeman et David Johns reste néanmoins 



Digitized by LjOOQ IC 



PRÉFACE xu 

utile par la conservation précieuse de nombreux 
mots tombés en désuétude. En 1833-55, les Jésuites 
français venus quelques années auparavant à Ma- 
dagascar, publient un dictionnaire français-mal- 
gache et malgache -français et une grammaire mal- 
gache dits du Père Weber. C'est le premier essai 
de dictionnaire et de grammaire comparés des dia- 
lectes malgaches. La part des vocabulaires des 
provinces est considérable ; la nasale gutturale ii^ 
la prononciation provinciale de la finale tra sont 
soigneusement notées. Ces travaux remarquables 
serviront de base aux grammairiens et lexicogra- 
phes qui vont suivre. Le second dictionnaire, publié 
en 1888 par la mission catholique fut une déception 
pour les malgachisants : au lieu de rééditer en le 
complétant, le dictionnaire du P. Weber,le P. Mal- 
zac n'en retint que le vocabulaire Merina. Trois 
ans auparavant, le Rev. Richardson mieux inspiré 
inscrivait dans son New malagasy-english dictio- 
nary les formes provinciales. Ce missionnaire et 
le P. Weber ont seuls compris l'importance qui 
s'attache à Tétude des vocabulaires provinciaux ; 
on se saurait trop leur en savoir gré. 

La bibliographie des travaux de lexicographie 
et de grammaire donne l'impression inexacte que 
le malgache a été sérieusement étudié pendant le 
siècle dernier. La plupart de ces travaux, depuis 
une vingtaine d'années surtout, sont des compila- 
tions maladroites, des copies à peine déguisées de 
quelques rares ouvrages recommandables. En lexi- 
cographie, les dictionnaires déjà cités des mission- 



Digitized by LjOOQIC 



XLH PRÉFACE 

naires Freemaii et Johns, Weber, Ricliardson, 
Abinal et Malzac; en grammaire, celles des mis- 
sionnaires Baker, Griflitlis, Weber, Ailloud,' 
W. E. Cousins et B. Rahidy sont seuls à retenir 
et ne peuvent pas être ignorés. Malgré de persis- 
tantes inexactitudes et une insuffisance de méthode 
scientifique, l'importance de ces ouvrages reste con- 
sidérable. U Antanaaarivo Annual and Madagas- 
car Magazine mérite une mention spéciale. Cette 
publication annuelle commencée en 1875, inter- 
rompue pendant deux ans, en 1879-80, a été re- 
prise sans interruption depuis 1881. Elle contient 
de nombreux et remarquables articles sur la topo- 
graphie, la géologie, l'histoire naturelle, la bota- 
nique, les us et coutumes, superstitions, légendes et 
la linguistique de Madagascar, Rédigé presque 
exclusivement parles missionnaires anglais et nor- 
végiens, XAntananarivo Annual a rendu de si utiles 
services que j'ai tenu à le signaler particulièrement 
aux malgachisants européens. Je ne puis qu'expri- 
mer le regret de ne pas trouver à l'actif de nos 
missionnaires une publication de cette valeur. 

Les NoteSy reconnaissances et explorations dont 
nous sommes redevables au général Galliéni, ont 
malheureusement cessé de paraître à la fin de la 
quatrième année, 1897-1900. Cette revue contient 
des renseignements appréciables. Enfin, la Revue 
de Madagascar dont le premier numéro date de 
mars 1895, peut être également consultée avec 
fruit. Ce dernier périodique mensuel assure la pu- 
blication des travaux de nos fonctionnaires et of li- 



Digitized by LjOOQIC 



1 



PKKb'ACK xun 

ciers en service à Madagascar. L'Académie mal- 
gache fondée le 23 janvier i902 par arrêté du 
Gouverneur Général, donnera un bulletin trimes- 
triel contenant des articles sur la philologie, 
l'ethnographie, l'histoire, les traditions, légendes 
et coutumes de la grande île africaine. 

Cet Essai de grammaire malgache doit beaucoup 
aux ouvrages précédemment cités. 11 en diffère 
par Tétude de la permutation des consonnes radi- 
cales dans les principaux dialectes, la classification 
des verbes et des relatifs, la notation des formes 
provinciales, l'opinion émise sur Vn du cas êom^ 
porCtranOy l'indication d'une quatrième finale va- 
riable en ny\ la restitution au relatif de formes 
considérées comme passives, au passif de formes 
considérées comme actives ou neutres; enfin des 
notes de grammaire comparée. Pendant un séjour 
de dix ans à Madagascar, de mars 1887 à oc- 
tobre 1896, j'ai examiné et discuté les diverses 
opinions précédemment émises, et j ai été conduit 
à des conclusions nouvelles qui touchent k lessence 
même de la langue et à la question si controversée 
de l'orthographe. Je souhaite, toute personnalité 
mise à part, qu'elles retiennent lattention des 
malgachisants. 

Cet Essai de grammaire a été spécialement écrit 
pour nos étudiants. La classification des racines et 
des verbes, la formation des dérivés et leurs varia- 
tions toniques ont été étudiées en détail à leur 
intention. Le but de l'auteur serait heureusement 
atteint si nos futurs colons et fonctionnaires de 



Digitized by LjOOQ IC 



TLiv PRÉFACE 

Madagascar trouvent dans ce travail l'enseignement 
méthodique et l'aide efficace qu'on s'est eiïorcé 
de leur donner. 

11 me reste en terminant à témoigner ma vive 
gratitude à mon cher maître, M. René Basset, cor- 
respondant de l'Institut, directeur de l'École des 
Lettres d'Alger, pour le bienveillant intérêt mani- 
festé à cette publication comme à mes précédents 
travaux; et à transmettre mes remercîments à 
M. W. G. Ramamonjy, répétiteur de malgache à 
rÉcole des Langues Orientales vivantes, pour ses 
utiles indications, 

Grand'Bomand {Haute-Savoie) , 
12 Septembre 1902. 



Digitized by LjOOQIC 



De l'Alphabet. 



1. Le malgache (1) est une langue agglulinative 
du groupe Malayo-polynésien. L'alphabet le plus en 
usage à Madagascar est Talphabet latin qui fut intro- 
duit en 1820 par les missionnaires de la Société de 
Londres (2). 11 se compose de trente-quatre lettres : 
dix voyelles, seize consonnes et huit doubles con- 
sonnes. 

2. Les voyelles sont de deux sortes : simples et 
nasales. Les voyelles simples sont : a, e, z, o, ô, y. 

a, i, et y se prononcent comme en français, i et y 
sont une même voyelle ; celui-ci n'est que la forme 
finale de L Exemples. 

ânana (3), posssession (4); 
ganagânaj canard domestique; 

1. Les grandes ligaes de ce travail figarenten appendice dans 
le 3<> fascicule de mes Musulmans à Madagascar^ p. 152-204. 

2. Plusieurs tribus maritimes du Sud-Est, Nord et Ouest ont 
adopté et conservent encore Tusage de l'alphabet arabe. Cf. mes 
Notes sur la transcription arabico -malgache diaprés les manu- 
scrits antaimorona. Mémoires de la Soc, linguistique de Paris, 
1902, t. XII, p. 141-175. 

3. Nota. — Toutes les voyelles non-accentuées sont brèves. 
Exemple : ânana = ânana, 

4. Nous avons généralement adopté la traduction du Diction- 
naire merina-fronçais du P. Malzac. 



Digitized by LjOOQIC , 



2 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

illkitraj celui-ci; 
fanlhyy roussette; 
firy, combien. 

fanihy et firy se prononcent comme s'ils étaient 
écrits fanihi, fin, 

3. La finale brève a d'un mot à finale invariable, 
suivie d'un mot commençant par une voyelle s'élide 
dans la prononciation. Exemples : 

nitaza aminy se prononce nilaz* aminyj 
mpitondra entana — mpitondr* entana^ 

miaia olona — miaV olona, 

matesa ikala — mates' ikala, 

La finale brève o ne s'élide dans la prononciation 
que devant une voyelle du même ordre. Exemple : 

mamono olona se prononce mamon'olona. 

4. i devant A, k^ ng ou. nk est répété après ces con- 
sonnes. Cet i euphonique spécial au Merina, est très 
légèrement prononcé. Il ne s'écrit pas. Exemples : 



mihâvana 


se 


prononce 


mihiavana. 


ikâky 




— 


ikiaky^ 


iaïnga 




— 


laingia, 


maïnka 




— 


mainkia. 



5. e se prononce é comme dans bonté. Exemples : 

tetëy goutte (tété); 

fëy cuisse (fé)^ 

mandrë, apprendre {mandré). 



Digitized by LjOOQ IC 



DK L'ALPHABET 3 

6. se pronoace ou dans rimeriiia, et ou et o dans les 
Provinces (1). C'est cette dernière vocalisation que 
nous avons représentée par à. Exemples. 

mbrixa provinces 

Ecriture, sôralra^ sàratra j Le ô des dialectes des 

Chauve, sôla, sala / provinces se prononce 

Imbécile, fôka, fàka ) comme dans folie. 

Le son à existe cependant en Merina. Les mission- 
naires, pour ne pas ajouter de caractères nouveaux à 
Talphabet anglais l'ont transcrit par la diphtongue 
ao. Exemples : 

misâôlray remercier (misdlra); 
lâôka, mets {Idka); 
kâôna, jonction [k'ona) ; 
mipâôka, enlever de force {mipdka). 

Cette observation s'appuie sur Torthographe des 
noms anglais ou français passés en malgache dans 
lesquels le son o a été transcrit par ao. Exemples : 

kaoma (de Fanglais comma), virgule {koma)\ 
laonina (du français l'aune)^ yard [Ibnina) ; 
laoranjy (du français l'orange), orange [loranjy), 

Vo Merina se prononce b seulement lorsqu'il in- 
dique le vocatif. Exemple : Andriamanitra o! 6 Dieu ! 
7. Les voyelles nasales sont : a, <?, o, et ô. Elles 



1. Provinces est employé par opposition à rJmerina et com- 
prend tout le territoire et toutes les tribus non-Merina. L'ex- 
pression n'a rien de philologique ; mais elle est depuis long- 
temps accréditée et il nous a paru utile de la maiutenir. 



Digitized by LjOOQ IC 



4 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

sont particulières aux dialectes des provinces. Le 
Merina n'en fournit aucun exemple. 

8. â se prononce comme en français an. Exemples: 

MBRfNA 

tanâ, village, tanâna; 
mikorâ^ parler, » 

mazây dur(1), mâzana; 

mivâ, léger, maîvana; 

milomây nager, miiomâna; 
hankâ, espèce de hibou, » 

Cette voyelle nasale et les quatre suivantes ont été 
adoucies en ana, ena et ona parles Malayo-Vazimba de 
rimerina qui n'ont conservé aucune des voyelles ou 
consonnes nasales caractéristiques de la langue mal- 
gache. 

9. ê se prononce comme en dans rien. Exemples : 

MBRilSA 

fanekèy traité, fanaikëna; 

hariè, richesse, harêna, 

10. à se prononce comme le français on. Exem- 
ples : 

MBRINA 

leoy mortier à riz, lâona ; 
lalb^ moule, » 

sahb^ grenouille, snhona; 

sr* _ 

rahàf nuage, rahona, 

1. L'addition d'une syllabe au dissyllabe provincial par la 
transformation de à en ona, a modiûé la quantité de ces mots 
qui de dissyllabes iambiques sont devenus des trissyliabes dac- 
tyliqups. 



Digitized by LjOOQ IC 



DE L* ALPHABET 5 

11. se prononce oun (1). L'n final est sourd 
comme dans bon. Exemples : 

MBRINA 

minôy boire, » 

mionjô^ se balancer, miônjona; 

lavënôy cendre, lavënona, 
zômpô, mulet (poisson). » 

12. Les seize consonnes sont : b, d, /*, g^ h. A-, /, 

13. j est toujours dur comme dans gare. Exem- 
ples : 

gâgaj étonné; 

gêhi/y étreinte (guéhi) ; 

gidro^ espèce de lemur {guidrou) ; 

gôna^ coup. 

14. h est légèrement aspiré comme dans haut. 
Exemples : 

kêvitraj pensée; 
hamôno ïzyy il tuera; 
henihënyj marais. 

15. L'A iutervocalique des formes dérivées est quel- 
quefois purement orthographique. Il s'emploie pour 
atténuer Thiatus que produirait la rencontre de la 
voyelle finale du préfixe avec la voyelle initiale de la 
racine. Exemples : 

mifankahâzOy se comprendre (préfixe mifanka, h iu- 
tervocalique euphonique, azo racine) ; 

1. L'n final doit se prononcer sourdement et non comme dans 
Timmimoun. 



Digitized by LjOOQ IC 



6 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

hahosana, lâcheté (préfixe ha, h intervocalique eu- 
phonique, osana). 

16. s se prononce toujours comme ç. Exemples : 
Isa y un [iça) ; 

sasasâsa, bruit de la pluie qui tombe [çaçaçaça). 

17. s se prononce ch comme dans machine. Cette 
consonance est particulière aux dialectes provin- 
ciaux qui emploient la chuintante pour la sifflante 
Merîua. Exemples : 





MBRINA 


rnasinay salé^ 


mâsina ; 


sîvy, 9, 


sivy; 


m%, il y a, 


misy. 



18. r est lingual dans tous les dialectes comme 
dans ritalien ricordo. 

Les autres consonnes simples se prononcent comme 
en français. 

19. Les huit doubles consonnes sont : (/r, j, n, n, 
ng^ tVy ts et ts, % 

20. dr et tr qu'on prononce dans Tlmerina comme 
dans l'anglais travel et rfnue, ont dans les autres tri- 
bus une prononciation particjalière qui les a quelque- 
fois fait transcrire dsch (1), tsch (2) et tse. Les gens des 
provinces, principalement à la côte sud-est, ne pro- 
noncent ni dr ou dschy ni tr ou tsch, mais un son in- 
termédiaire intranscriptible qui s'obtient en appuyant 

1. DalmoDd^ Vocabulaire et grammaire pour les langues mal- 
gaches, sakalave et betsimisara (sic). Ile de la Réunion, in-8, 
1842, passim. 

2. Ibid. 



Digitized by LjOOQ IC 



DE L'ALPHABET 1 

le bout de la langue au palais, contre les dents et en 
prononçant dr et tr avec IV lingual. Exemples : 

trânOj maison ; 
miâkatra, monter ; 
mandrivotra^ venter ; 
ândrOy jour ; 
ândry^ pilier. 

21. Ainsi qu'on le verra plus loin, l'équivalence des 
finales tra et tse n'est pas douteuse. La dernière nota- 
tion dont la prononciation véritable est intranscrip* 
tible, n'est qu'approximative pour certains dialectes; 
je l'ai cependant conservée, car il n'en est pas de 
moins inexacte. Au malais : lahit, ciel, par exemple, 
le Sakalava et l'Antanosy répondent par lanitse; le 
Betsileo Arindrano et l'Antaimanambondro par lanitse ; 
le Betsimisaraka, l'Antambahoaka et l'Antaimorona 
par lahitra ; le Merina par lanilra. Les quatre finales 
en tse et les trois dernières en tra ne sont pas pho- 
nétiquement égales. La résolution du tse en tra m'a 
paru, à la suite de nombreuses auditions, passer par 
les stades suivants : 



Betsileo Arindrano 




tse\ 


Antaimanambondro 
Antanosy 


î 


tse\ 


Sakalava 0. et N-0. 




tse\ 


Mahajamba 




tse, 


Anlaimorona 




tra\ 


Antambahoaka 




tra\ 


Betsimisaraka 




tra*. 


Merina ^ 




tra. 



Digitized by LjOOQ IC 



8 ESSAI DE GRÂMMAïaE MALGACHE 

Le coefficient de tse indique une accentuation pro- 
gressive de la sifflante vers la chuintante. Le têe de 
la baie de Mahajamba et des petites îles du Nord- 
Ouest — cette notation dépasse la prononciation 
exacte car le s n'est pas nettement émis mais il est 
plus près de la chuintante que de la sifflante — est à 
très peu près égal au tra Anlaimorona. Les deux arti- 
culations donnent en effet un son presque identique. 
Les coefficients de tra indiquent les stades intermé- 
diaires entre têe et tra Merina, ce dernier équivalant 
à l'anglais travel La courbe phonétique précédente 
notée seulement à Toreille^ reste à vérifier par des 
instruments enregistreurs; mais j*ai cru devoir la re- 
produire dans l'espoir qu'elle serait discutée et com- 
plétée par de nouvelles recherches (1). 

22. j se prononce dz. Exemples : 

jabôra^ suif {dzaboura) ; 
manjâry^ devenir {mandzari); 
iânjay poids {landza). 

23. fi se prononce gn. Cette nasale ne se rencontre 
que dans les dialectes des provinces. Exemples : 

MERINA 

î%, celui-ci, iny\ 

marmfla, matin, marïïina; 

mafiënoj chanter, manëno. 

1. L'inexactitude de la transcription tse, est démontrée par 
les formes impératives des racines terminées en tra. Cette 
finale variable se change à Timpératif en ro ou to : ela- 
tra zz elaro ou elato\ mais nous n'avons aucun exempte d'une 
forme elasOf qui existerait certainement si le provincial elatse 
répondait au Merina elatra. Au contraire, le provincial tomoelse^ 
Merina tomoetra, fait à l'impératif provincial tomoera. 



Digitized by LjOOQ IC 



DE L'ALPHABET 9 

24. n (1) se prononce comme ng dans rallemand 
engel. Celte double consonne est particulière aux 
dialectes des provinces. Exemples : 

MBRtNA 

tâhàj main, tânana ; 

manâraka, accompagner, manâraka; 
lâniira, ciel, lânitra. 

25. ng se prononce comme dans engager. 

Cette consonance est commune à tous les dialectes. 
Exemples : 

mitsângana^ être debout ; 
angëlxfy grillon ; 

môngo, son du riz. 

La double consonne ng se rencontre surtout en 
Merina. Je crois volontiers qu'elle n'est qu'une ac- 
centuation incorrecte du h des provinces. Cette der- 
nière consonance difficile à saisir, plus difficile encore 
à rendre pour un étranger, a dû être accentuée en ng 
par les Merina et passer dans leur dialecte sous cette 
forme (2). 

26. ts se prononce comme en français. Exemples : 

Isâra, bon; 
tsîloy épine; 
tsôlOf pointu. 

1. n correspond assez exactement au ^ ng malais. 

2. M. Gautier (Les Hovas sont-ils des Malais ? Essai d'une étude 
comparative entre les dialectes hova et sakalava. Journal Asia- 
tique, mars-avril 1900, p. 288) qui désigne n et n sous le nom 
de n nasilles, constate également que « la prononciation Me- 
rina réduit invariablement ces deux n à Vn ordinaire ». 



Digitized by LjOOQIC 



10 ESSAI DE (;rammairë mal(;ache 

27. J'ai rencontra?* une seule fois dans une tribu de 
la côte sud-est, les Antaisandravinany, le son té^ 
dans le mot tsia, hérisson. C'est l'unique exemple 
que je puisse en donner; mais son authenticité n'est 
pas douteuse. Ce n'est pas là un cas de chuintante 
précédée d'un /, mais bien une double consonne au 
même titre que tr et dr (i). 

Les consonnes c, q, w^ x et la voyelle u n'existent 
pas en malgache. 

28. Les diphtongues sont au nombre de dix; ai et 
ay, ao, ei et ey, eo, ia^ ie, io, oa^ oe, oi et oy. 

29. ai et ay se prononcent comme dans ayant. 
Exemple : 

mâlnay sec: 
mandrâika, incliner; 
ilây, celui-ci. 

30. ao se prononce comme Vo français dans hôte. 
Exemples : 

aonâna, dernière, se prononce oriana; 
niâàlo^ ancêtres, — ntolo., 

manâd, faire, — mano. 

31. ei et ey se prononcent comme dans ayant. 
Exemples : 

ëisy, point du tout. 

32« eo se prononce éou. Exemples : 

ëô, là, se prononce éou; 

lëdy supportable, — léou\ 

fêôy voix, — féou. 

1. M. E. F. Gautier {Madagascar^ p. 195) signale également 
la doubla consonne Is dans un dialecte du Sud-Ouest. 



Digitized by LjOOQIC 



DE L'ALPHABET 



il 



33. la et ie, se prononcent ia et ié. Exemples : 

(/îïï, marche, se prononce dia; 

fitîâ, amour, — fitia; 

dvéni/y avant que, — diény. 

34. io se prononce iou. Exemples : 

iô, celui-ci, se prononce iou; 
rïôtra^ galop, — rioutra; 

vïoy agilité, — viou. 

35. Otty ocy oi et oy se prononcent comme dans 
goitre, bouée et ovi. Exemples : 



wïôâ, particule. 


se prononce moua\ 


hôàtraj qui dépasse. 


— houatra ; 


hôëlrika, foulque à crête, 


— . houétrika ; 


bôéza^ perruche verte. 


— bouéza ; 


rôy, deux, 


— roui; 


hôy^ dit-il, 


— houi. 



36. Les règles précédentes ne sont pas applicables 
aux diphtongues accidentelles formées par la pros- 
thèse d*une voyelle ou de préfixes terminés par une 
Voyelle, à la voyelle initiale d'une racine. Exemples : 

dëlatray à entr'ouvrir, se prononce a-eialra ; 



didjtray à faire entrer, 
aôrinay à bâtir, 
voaëmpoy fondu, 
voalsay compté, 
voaômbaj couvert, 
miâkatray monter, 
miôdina, trahir, 



a-iditra ; 
a-ourina ; 
voua-empou ; 
voua-isa ; 
voua-oumba ; 
miakatra ; 
mi'Oudina, 



Digitized by LjOOQ IC 



12 



ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



37. Tableau d'équivalence des consonnes 





< 
5 


t 

O 

o 

o 

1 

< 


o 

s 

2 

< 
z 

1 

•< 


< 

o 
2 

î 

< 


1 

-< 


< 

< 
O 

S 

< 

GO 

a 

< 


o 

g 

se 

Z 
< 


t 

< 

% 

Z 

g 

< 


5 




i 


o 
z 

< 

OE 
O 

z 

ê 

-< 

i 


i 
(fi 

ë 

n 




]) 


t) 


















n 


V 








d 






/ 












/ 












f 


V 


V 




V 


V 


V 




V 




pv 


V 




V 




ff 


k 


k 




k 




k 








k 






k 




h 




f 


/^ 






fg 




fg 






k 


k 


fkg 




k 










9 


tr 




h 




9 


gà 


tr 


tr 




1 




T 




d 




r 














r 




n 




h 


n 


il 


n 


h 


n 


n 








«!7 


n 




P 






r 








f 




• 












r 


l 


tr 




l 




t 








tr 


Is 


/ 


t 




8 




ts 














Is 












t 






s 


ts 


ts 






h 










h 




V 


b 




b 




b 


b 








b 


b 




b 




z 




















J 


i 








j 


dr 






dr z 








dr 




dr 


g^ 




dr 




«ff 


k 






k 














k 








tr 


s 




t 


s 




s 




s 




s 


dr s 




dr s 




ts 
















t 




t 










ka 


na 


na 


na 


na 


na 


na tra 


na 


na 


na 


na 


na ke 


na 


na tra 




tra 






tsa 












ka tsa 




ka ky 


tse 




mm 



Digitized by LjOOQ IC 



De L'équivalence des coinsonnes radicales 



13 



radicales et des finales ka et tra. 





o 


i 


o 






ce 
52 2S 


o 


H 

t 










1 
< 1 




< 


ti 


? 


ta 


S 


$5 


z 


S 


< 


< 




o 


6 




CQ 


s 

< 


c 

es 

< 
a 


ta 

M 


fifl 

m 
o 

i 




< 
< 


-< 


< 

s 
•< 

a 


< 

B 


o 

>• 


a 

S 

.o 


r. 

S 

s: 






s 








o 


CD 


M 
















« 


V 

l 


l 















/ 


t? 


/ 




k 


V 


V 


pv 




V 


U 


V 


t? 


P 


V 




V 




k 




k 
















A- 




k 






/ 




f 

r 


fk 


htr 
r 


A 


9f 


h 


/• 




r 


f 






h 


n 


f 
tr 


h 


h 
t 


n 
/ 


h 


h 


Z^- 






n 

l 
ts 




h 




ts 




b 


b 


b 
i 


k 


h 
b 




J 


ts 
i 


ts 






s 


dr 
k 


dr s 


s 




dr 


s 






9 * 


k 


dr s 
k 






s 


t 


t 






t 






s 


^ 




s 
t 




na Ira 


na 


na 


na 

ky 


na 


na Ira 
ka 


na 
Isa 


na 
tsa 


Iry na 


na ira 




na 


na 



Digitized by LjOOQ IC 



De réquivalence des consonnes 
radicales. 



38. « La langue malgache, dit le P. Weber, est 
une dans toute Tîle pour ses termes et ses règles; il 
n'y a de différence que dans les accidents (expressions 
dialectales) Elle a beaucoup de mots parmi les- 
quels il n'y a probablement de vrais synonymes que 
ceux qui ne diffèrent que par les lettres identiques; 
mais le manque d^écriture, la multiplicité des castes, 
et leur peu de rapport entre elles restreignent chaque 
province dans un petit nombre de mots d'où elle ne 
sort pas. Chaque tribu a une série de termes choisis 
à sa fantaisie et réservés pour parler avec respect du 
roi ; la sorcellerie possède aussi ses termes propres; 
dans les discussions législatives, les chefs affectent 
un langage élevé et étranger pour se montrer supé- 
rieurs au peuple; plusieurs, surtout les Sakalaves, 
aiment le langage figuré, et disent : mahalena, du 
mouillé, pour orana^ pluie; mahetsaka, du désalté- 
rant, pour ranoj eau; famonty, de l'émollient, pour 
solika, huile; mijeryy considérer (par les yeux ou par 
la pensée), signifie en Merina regarder, et dans les 
provinces penser. Enfin les superstitions interdisent à 
chaque instant des mots avec leurs dérivés, et ce 
serait un crime capital de les prononcer. Le nom du 
roi ou d'un grand chef défunt est interdit pour plu- 



Digitized by LjOOQ IC 



DE L'ÉQUlVALEiNCE DES COiNSONNES UADICALES |,i 

sieurs années. Ainsi après la mort de la reine Tsi- 
omeko à Nosy Be, lesSakalaves seuls ne disaient plus : 
orne, mahomej omenay fanomezana^ etc.; mais pour 
omeo afo ahoy donne-moi du feu, ils disaient : toloro 
mahamay aho, présente-moi du brûlant. Enfin l'es- 
prit de division portant chaque caste à parler et à 
agir différemment des autres, tels mots réservés ou 
pris en bonne part ici, sont libres ou pris dans un 
mauvais sens ailleurs. Ainsi, dihy^ signifiera ici danse 
honnête^ et tsinjaka, danse de sorcier \ ailleurs ce sera 
le contraire » (1). 

39. Nous avons réuni dans le tableau précédent et 
les exemples suivants les cas de permutation les plus 
fréquents des consonnes radicales et des finales ka et 
Ira dans les principaux dialectes. La place du Merina 
pris comme base de comparaison n'est aucunement 
justifiée; mais nous nous sommes expliqués dans la 
préface sur l'impossibilité d'éviter cette erreur linguis- 
tique. 

40. Le b Merina correspond à o en Antaifasy, Bara, 
Maroantsetra, Mavorougo et Vorimo. Exemple : 

boribory^ rond m vonvoi*y, 

41. Le rf Merina correspond à / et quelquefois j 
dans les dialectes suivants : 

,. , , ,., ( Antaimanambondro* 

tandmdona. ombre iz: tandilo. < ,, . 

f Vonmo, 

i. Grammaire malgache, lie Bourbon, 1885, ia-8o, p. iO-li. 
Cf. Flacourt. Relation de la grande isle Madagascar {PsLrÏB, 1661, 
chap. XLVI, p. 194-95), et Dictionnaire de la langue de Mada* 
gascar (Paris, 1668, advertisseiDent). 



Digitized by LjOOQ IC 



16 . £SSAl DE GRAMMAIRK MALGACHE 

tandindonay ombre in tandilo, \ 



Mavorongo, 
Zaûsorona. 



C Ântanosy, 
m o/î/, \ Menabe, 



Sakalava S.-O. 
Fierenaûa. 



— zi talihjona, Sakalava N,-0 

orfy, charme 

madiOj propre =: malio, 

42. f correspond à A;, p et v. Exemples : 

iAntaikoQgona, 
Menabe, 
Tanala. 

/oAy, court =pohipohy, Bara. 

fanoto, pilon = kanoto, Bezanozano. 

I Antaifasy, 
Antaîmorona, 
Antaisaka, 
Antambahoaka, 
Antankarana, 
Bara, 
Betsileo, 
Betsimisaraka^ 
Mavorongo, 
Maroantsetra, 
Menabe, 

Sainte-Marie (1), 
Sakalava N.-E., 
Sakalava N.-O., 

1. L'île Saiote-Marie de Madagascar au nord-est de Tamatave. 



finlanuy hameçon :zz vintana 



Digitized by LjOOQ IC 



DE L ÉQUIVALENCE DES CONSONNES RADICALES 

fintanGy hameçon = vintana 

43. g correspond à k. Exemples : 

ÎAntaifasy, 
Mavorongo, 



n 



Sihanaka, 

Vezo, 

Zafisorona. 



= koaikaj 
z=i koakv. 

= koakoaka, 
zz koakay 



Zafisorona. 

Ântaikongona. 
Antaimorona. 

Antambahoaka, 
Bara. 

Betsimisaraka, 

Bezanozano, 

Vezo. 



mitehakay battre des mains = 
mitefàka 



44. h correspond à /*, ^ et k. Exemples : 

Antaikongona, 
Antaimanambon- 

dro, 
Antambahoaka, 
Antankarana, 
Betsimisaraka, 
Maroantsetra, 
Menabe, 
Ranomena, 
Tanaia, 
Vorimo, 
Zafisorona. 

= manefakaf Sainte-Marie. 

4 






Digitized by LjOOQIC 



Ig ESSAI m GRAMMAIRE MALGACHE 

raha, si -./«%, Betsileo, 

sahy, courageux ^ saky, Betsileo Arindra- 

no. 

iBetsimisaraka, 
Ranomena, 
Sainte-Marie. 

Antambahoaka, 
Antankarana, 
Betsiinisaraka, 
hohoy ongle =angofo, ^ Sainte-Marie, 

Sakalava N.-E. 
Sihanaka. 

45. * correspond à j, tr et h. Exemples : 

/ Antaisaka, 

goaikay corbeau = gaga, < Bara, 

( Betsileo. 

ÎAntankarana, 
Sainte-Marie, 
Sakalava, N.-O. 
Sihanaka. 

faka, racine = vaha, Betsileo. 

/ Antambahoaka, 
I Betsileo Arindra- 

voan-katafana, fruit du bada- 1 ^^^ 

mlev = voan'tratafana, | petsimisaraka, 

V Sainte-Marie. 

46. / correspond à d et r. Exemples : 

Digitized by LjOOQ IC 



DE ^ÉQUIVALENCE DES CONSONNES RADICALES 



19 



AnlaikoDgonay 
Anlambahoaka, 
volondoha,che\eu\z=:vorondoha^ <( Betsimisaraka, 

Menabe, 
Sain te -Marie. 

kely, petit = kidy^ Antaimorona. 

47. n correspond à ng en Betsileo Arindrano, et ri 
en Betsimisaraka et Antambahoaka. Exemples : 

manisay compter = mangisay mahisa. 

Cette permutation de Vn du préfixe verbal man en 
n est commune à presque tous les dialectes de la côte 
orientale. 

48. p correspond k f en Antaimanambondro, An- 
tandroy, Andriantsimaniry et Menabe. Exemples: 

mipetrakay être assis zz mifitaka, 

49. 7* correspond à /, s et tr. Exemples : 

/ Antaifasy, 



Raha^ si 



' 


Antaimorona, 
Antambahoaka, 


TU lahdy < 


Betsimisaraka, 
Sainte-Marie^ 




Sakalava N.-O., 




Tanala, 




Zafisorona. 


zz lakyy 


Betsileo. 


= leha, 


Betsileo Arindra- 


' 


no, 


= pc^tnjy 


Anlaikongona, 



Digitized by LjOOQ IC 



20 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

/ Bara, 
fara^ bouclier =: patry^ c Menabe, 

( Tanala. 

hiray chant z= isa. Belsileo. 

50. s correspoad à /^ dans les dialectes suivants : 

, . , .. . . ^ Antaikongona, 

misangy, plaisanter = mitsingia, j gafisorona. 

saikatraj hermaphrodite i= tsekatra, Antanosy. 

51. t correspond dans les dialectes des provinces à 
A, s et ts. Exemples. 

Antankarana, 
Betsimisaraka, 
tongotra, pied iz: hongotra , ( Bezanozano, 

Sakalava N.-E., 
Sihanaka. 

Antaimorona, 

Antaisaka, 

Mavorongo, 

Vorimo, 

. .^ I Zafisorona. 

mitifitra, chasser =z misifitra et I ^ , . . . 

' . .^ ' < Andriantsimaniry 

^ J de Sandravma- 

Antaimanambon- 

dro, 
Masianaka. 

52. V correspond à 6 et j. Exemples ; 



Digitized by LjOOQ IC 



DE L'ÉQUIVALENCE DES CONSONNES RADICALES 21 



waj/, bouton zi: bay 

avo, haut =z ) 



abo 
ambo 



f Antaifasy, 

Antaimanamboo- 

dro, 
Antaisaka, 
Antambahoaka, 
Bara, 
Betsileo, 
Betsimisaraka, 
Raaomena, 
Sainte-Marie, 
Sakalava N.-O., 
Sihanaka. 
Vezo. 



vokokaj courbé =z jokoka, 
53. 2 correspond à i etj. Exemples : 

/ Betsileo, 



aiza^ 



ou =: aia 



Sakalava 0., 

Vorimo. 

Bara. 



zomay vendredi =: jorna^ 
54. j correspond à rfr, g, s et z. Exemples : 

/ Antaifasy, 
I Antaimorona, 
, randro \ Antaokarana, 
ra«yo, jambe =\ kirindro l «elsimisaraka, 

Joara^ 

Mavorongo, 

Menabe^ 

Zafisorona. 



kirindra 



=r kirango \ 



Betsileo, 
Vezo. 



Digitized by LjOOQ IC 



22 



ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

/ Betsileo, 



jahoray suif = sahora 



Maroantsetra, 
Menabe, 
\ Ranomena, 
Sakalava N.-E., 
Vezo, 
Zafisorona. 

Ânlaimorona. 



la maison 



jamba, aveugle = zambaj 

55. tr correspond à dr, t et s. Exemples : 

trano, maison rr an-dranOy dans C Betsileo, 

( Betsimisaraka. 

Antaiavibola, 
Anlaimanambon- 

mipeiraka, être assis =: mifitaka l dro, 

Andriantsimaniry, 
Menabe. 

/ Antaifasy, 
Antaimorona, 
Antambahoaka, 
Antankarana, 
Bara, 
Betsileo, 
Betsimisaraka, 
Maroantsetra, 
Tanala, 

l Zafîsorona. 



kitrotrn^ rougeole n: kisoso 



56/ ^A* correspond à t. Exemples: 
ratsy, mauvais ^= raty 



Antankarana, 
Bara de iHosy, 



Digitized by LjOOQ IC 



DE L'ÉQUIVALENCE DES CONSONNES RADICALES 23 

Fierenana, 

Mavorongo, 

SakalavaN.-O., 

Vezo, 

Zafisorona. 

Betsileo. 



ratsy, mauvais = raty 



fotsyy blanc zz foty^ 
57. ng correspond à k. Exemples 

bingo^ bancal — biko 



=z vikOy 



Anlaîfasy, 

Antaimorona, 

Mavorongo, 

Vorimo, 

Zafisorona. 

Betsileo. 



L es syllabes finales Merina ka et tra subissent égale- 
ment des modifications dans les dialectes des provin- 
ces. 

58. ka devient na, ira^ try et ke. Exemples : 

Antaifasy, 

Antaimorona, 

Betsimisaraka, 

Maroantsetra, 

Mavorongo, 

Ranomenu, 

Sainte-Marie, 

Tanala. 



lentika, submergé =z lentina 



fasika, sable r= fasina 



Antambahoaka, 

Antanosy, 

Betsileo, 



Digitized by LjOOQ IC 



24 



ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

Betsileo Arindra- 

SakalavaN.-E., 
Sakalava N.-O. 



fasika^ sable = fasina 



lokalika, genou = lohaliira 



zz: lohalit7*y 
1= lohaleke 



Antambahoaka, 

Betsimisaraka, 

BezanozanOy 

Sainte-Marie, 

Tanala. 

Sihanaka. 

Betsileo d'Amba- 
lavao. 



59. tra correspond à ka, ky, Isa, tse. Exemples 



sokatra, tortue ■=. sokaka 

— zz: tsokaka 

fompatray tourbe =: afofaka 

hotsatra, pâle z: hatsaka 

mafaitraj amer = mafaiky 

peratra, bague =: peratsa 

helatray éclair = helatsa 

hevitra^ pensée — hevitse 

somotray barbe = somotsa 



Betsileo. 
Antanosy. 
Betsileo. 
Sainte-Marie. 

Menabe, 
Betsileo, 

Antanosy. 

Sakalava N.-O. 
Sakalava N.-E. 

Betsileo Arindra- 

no. 
Antaimanambon - 

dro. 



60. La finale merina na correspond aux voyelles 
nasalisées des dialectes provinciaux. Exemples ; 



Digitized by LjOOQ IC 



DE L'ÉQUIVALENCE DES CONSONNES RADICALES 25 

MBRINA PKOVINCBS 

tanana, village, tanâ, 

malaina, paresseux, malai^ 

harena, richesse, harië^ 

laonay mortier à riz, /eo, 

lavenona, cendre, lanenô. 



Digitized by LjOOQ IC 



De Torthographe. 



61. L'orthographe n'est point encore soumise à des 
règles absolues, reconnues et acceptées par tous les 
malgachisants. On se rappelle qu'elle fut fixée parles 
premiers missionnaires de la Société de Londres et ré- 
formée sur quelques points par leurs successeurs et 
les missionnaires français. La question reste ouverte 
et l'entente pourtant si désirable n'a pu se faire sur la 
plupart des cas en discussion. La solution suivante 
adoptée dans ce travail, pourrait, il me semble, con- 
cilier les deux écoles : 

62. L Le suffixe prépositif apocope n (1) s'écrit n' de- 
vant un complément commençant par une voyelle ou 
une consonne non-permu tante, n- devant un complé- 
ment commençant par une consonne permutante (2). 
Exemples : 

tompon' tranOy propriétaire de maison [tompoy n', 
trano) ; 

tampon* ny trano, propriétaire de la maison ; 

1. Voir plus loin l'exposé du cas tompon trano. 

2. Le Dictionnaire malgache- français^ 2^ éd., écrit de même 
façon : tompon-tanana et tompon-kenatra. Il nous a paru utile 
de faire une différence entre ces deux cas : tompon" tanana 
indique que l'iûitiale de tanana est non-permu tante, et tompon^ 
kenatra que kenatra est la forme permutée de henatra. 



Digitized by LjOOQ IC 



DE L'ORTHOGRAPHE 21 

tompon' omby, propriétaire de bœufs [tompo, n\ 
ombij); 

hitarC olona, vu par quelqu'un {hila, n\ olona); 

tompon-dakanaj propriélaire de pirogue (<o/wpo, n-, 
lakana)y 

satrom'hilany , couvercle de marmite [satroka^ m- 
pour n- par euphonie, vilany) ; 

elam-podyy aile de cardinal {elatra, m- pour n-, 
fody). 

63. II. Les mots terminés par la finale variable na 
suivent la règle précédente, na devient n' devant un 
complément commençant par une voyelle ; n- ou m- 
devant un complément commençant par une con- 
sonne permutante. Exemples : 

lakan* olona^ pirogue de quelqu'un (lakana^ olona) \ 
tahin* Andriamanitra^ aidé par Dieu [tahina) ; 
lakan-dRakotOj pirogue de Rakoto [lakana^ Ra- 

koto) ; 
tahin-dRanaivOf aidé par Ranaivo (^a/tina, Ranaivo), 
lakam-batOf pierre creusée en forme de pirogue 

[lakantty vato). 

64. Les mots en na suivi d'un qualificatif ou d'un 
complément à initiale non-permutante perdent leur 
finale variable qui est remplacée par un trait d'u- 
nion. Exemples : 

hani^maina, nourriture sèche (hanina) ; 
hani-maizinay mangé dans l'obscurité (hanina). 

65. IIÏ. Les prépositions any et iny régissant un 
complément commençant par une voyelle ou une 



Digitized by LjOOQ IC 



28 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

consonne non-permutante s'écrivent an'\in\ Exem- 
ples : 

an'io olona iOy à cet homme ; 
irCefatra, quatre fois; 
an'trano, dans la maison ; 
in*dimy (1), cinq fois. 

66 Régissant un complément commençant par 
une consonne permutante, ils s'écrivent an-, in- ou 
am-, tm-. Exemples : 

an-dakanay dans la pirogue {any, lakana); 
am-bato, à la pierre {am- pour an-, vato) ; 
im-balo, huit fois, {im pour in, valo), 

67. IV. La finale des mots terminés en ka, tra s'é- 
crit k\ tr' devant un complément commençant par 
une voyelle. Exemples : 

satroKolona, chapeau de quelqu'un ; 
elatr'akanga, aile de pintade. 

68. Les mots en ka ou tra suivi d'un qualificatif ou 
d'un complément commençant par une consonne per- 
mutante ou non-permutante perdent leur finale mo- 
bile qui est remplacée par un trait d'union. Exemples : 

satro-menaf chapeau rouge, {satroka) ; 
ela^mangay aile bleue (etatra); 



1. Grammairiens et lexicographes écrivent généralement 
in'dimy^ in'efatra et im-balo en un seul mot. L'absence d'apos- 
trophe ou de trait d'union a le grave inconvénient de ne pas 
marquer nettement la décomposition de cette expression en 
iny et dimy, efatra, valo. 



Digitized by LjOOQ IC 



t)È L'ORTHOGRAPHE 29 

lava-pozay trou de crabe [lavakay foza); 
ela-panihy y aile de roussette {elatra, fanihy), 

69. V. Les noms propres composés s'écrivent tou- 
jours en un seul mot. Exemples : 

Andrianlsimitoviaminandrinndehibe, roi de Tlme- 
rina (Andynana, le prince; tsy^ ne pas; mitovy^ est 
égalé; amin'andriana^ par les princes; lehibe^ puis- 
sants) ; 

Ambatomasina^ nom de village [any, à [Fendroit où 
il y a]; vato, une pierre ; masina^ sacrée). 

70. VI. Les noms communs composés dont l'usage 
a fixé l'orthographe, tels que masoandro (maso, œil ; 
andrOy du jour), soleil; vavahady (vavŒy la bouche; 
Aarfy, du fossé) porte d'entrée ; vadintany [vady, 
époux ; n\ de ; tany, la terre), anciens huissiers 
royaux, s'écrivent également en un seul mot. 

71. VII. Les noms communs composés dont le pre- 
mier est à finale variable et le second à initiale per- 
mutante, non-permutante ou voyelle, suivent la règle, 
c'est-à-dire prennent l'apostrophe ou le trait d'union. 
Exemples : 

zana-bola, intérêts (zanaka, fils; vola^ de l'argent); 

zanak'andriana, prince {zanaka, enfant; andriana^ 
de roi) ; 

zana-tohatra, échelons [zanaka, enfants; tokatra, de 
l'échelle) ; 

sarobidy, cher [sarolray cher; vidy, quant au prix); 

elatr^angidina^ extrêmement mince (elatra^ aile; 
angid'na, de libellule) ; 



Digitized by LjOOQIC 



âO ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

satO'kibOy chatouilleux (sarotra^ pénible ; kibo, quant 
au ventre); 
lalan^dra, artère (lalanay chemin; ra, du sang) ; 
tonon'androy destin des jours (tonona^ andro) ; 
olo-mainty, esclave (olona^ individu; mainty^ noir). 

72. VIII. Les noms communs composés dont le 
premier est à finale invariable et le second à initiale 
permutante, non-permutante ou voyelle, s'écrivent 
avec un trait d'union. Exemples : 

tadi'Vai'ahinay fil de cuivre; 

tadi'lavay charme [tady^ corde; lava^ longue); 

vato-mairily^ granit [valo, pierre; mainty, noire); 

keli-malaza y petit mais célèbre ; 

valo-afo, silex [vato^ pierre; afo^ à feu). 

73. IX. Les noms communs composés dont le pre- 
mier prend le suffixe prépositif n, suivent la règle I. 
Exemples : 

volon-danitray bleu de ciel {volo, couleur; n-, de; 
lanitra, ciel) ; 

volon'amalona, grisâtre [voloy couleur; n\ de; ama- 
lona, anguille) ; 

voloni'parasyj violet [vota, couleur; m- pour »-, de; 
parasyy puce). 

74. Les exemples précédents me semblent résu* 
mer tous les cas d'orthographe en discussion, à l'ex- 
ception des préfixes verbaux. J'ai exclusivement en- 
visagé les mots formant un nom composé au point 
de vue de la finale du premier et de l'initiale du 
second, conformément à l'esprit de la langue mal- 



Digitized by LjOOQ IC 



DE L'ORTHOGRAPHE 31 

gâche, sans tenir compte de leur sens respectif.. 
Lakan'olona (iakana -|- olona) et hitanolona [hita + n' 
+ olona) semblent ainsi deux composés parallèles, 
bien qu'ils diffèrent entièrement Tun de Tautre. L'ana- 
logie apparente est évidemment regrettable, mais elle 
ne résiste pas à l'analyse. Hitana est un barbarisme; 
il faut donc décomposer en hita + n\ Le diction- 
naire aidant, la difficulté est aisément surmontable. 

75. D'après une règle d'orthographe Merinà, toute 
consonne doit être vocalisée. Exemples : 

fanakiraviravezana, action de suspendre ; 
joalûjoala, nom d'arbre. 

76. Font seules exception à cette règle : 1° les 
combinaisons de consonnes suivantes communes à 
tous les dialectes : 

mb — mbolay encore ; 

m]> — awipj/, suffisant; 

nd — landy, soie ; 

ndr — andriana^ prince : 

nj — onja, vague; 

ng — ng'zrfj/, amer; 

nk — ankizxfj enfant; 

Ht — anfiira, vieux; 

ntr — miantray compatir; 

nts — manantsafaj s'informer. 

77. 2° les consonnes précédées du suffixe prépo- 
^tif apocope n. Exemples : 

tompon'tany, propriétaire de terrain ; 

hetin-damba^ ciseau de tailleur; 

iompon'ny trano^ propriétaire de la maison. 



Digitized by LjOOQ IC 



32 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

78. S*» les finales ày ê, ô, ô des dialectes provin- 
ciaux. Exemples : 

tanâ, village ; 
harié^ richesse ; 
/eo, mortier à riz ; 
mionjô, se balancer. 

L'orthographe Merina a malheureusement prévalu 
et ces consonances provinciales sont transcrites : ta- 
nana^ harena, laona, mionjona. Cette notation inexacte 
enlève aux formes dialectales leur physionomie propre 
caractérisée par un n sourd final. Tanâ est évidem- 
ment la véritable forme malgache que les Malaya- 
Vazimba ont adoucie en tanana. 

79. L'épenthèse n'existe pas en malgache. Tom^ 
pon'ny trano, voaaliy et tafaakàlra ne peuvent être 
considérés comme des cas de râduplication. n\ dans 
le premier cas, est le suffixe prépositif apocope Guivi 
de Tarticle ny ; voa et tafa sont des préfixes partici- 
piaux préfixés à des racines commençant par un a. 
Il n'y a donc pas redoublement mais rencontre for- 
tuite de lettres du même ordre. 



Digitized by LjOOQ IC 



DES MOTS 33 



Des mots. 

80. La langue malgache se compose d'environ 
trois mille mots non-racines et cinq mille racines (1). 
Ceux-là n'ont pas de dérivés ; celles-ci pourraient en 
avoir près de deux cents chacune d'après le para- 
digme des conjugaisons passive, active, neutre et re- 
lative. 

81. Les mots racines ou non-racines se divisent 
d'après leur finale en deux classes : les mots terminés 
en ka^ na ou tra et certains mots terminés en ny (2), 
dits à finale variable, sont de la 1^^ classe ; tous les 
autres mots, dits à finale invariahUy sont de la 
2e classe. Enfin les mots à finale variable ou invaria- 
ble commençant par une des sept consonnes F, H, 
L, R, S, V ou Z, sont dits à initiale permutante. 
Exemples : 

Sâtroka, lâkana^ sârotra, lâhiny sont des mots à 
finale variable et initiale permutante ; les trois pre- 
miers sont des racines, le dernier n'a pas de dérivés ; 

ëlatra^ âfaka, bôntana, tadiny, tôkony sont à finale 
variable et initiale non-permutante; les trois pre- 
miers mots sont des racines, les deux derniers n'ont 
pas de dérivés; 

1. Ce chiffre approximatif a été adopté d'après les dernières 
publications lexicographiques des missions française et anglaise. 

2, Voir la forme en ny sulfixe, 9« paradigme de la l'« classe 
des verbes. 



Digitized by LjOOQ IC 



34 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

kibdbo, andëvo sont à finale invariable et initiale 
nori-permutante ; le premier est un mot non-racine,- 
le second une racine ; 

rarângy, sakôûza^ firlnga sont à finale invariable et 
initiale permutante. Les deux premiers sont des ra- 
cines, le troisième n'a pas de dérivés. 

82. Les mots à finale variable sont apocopes de 
leur syllabe ou voyelle finales dans les cas suivants ; 

1® Les trissyllabes en ka^ na^ tra perdent leur 
voyelle finale lorsqu'ils sont suivis d'un complément 
ou d'un qualificatif commençant par une voyelle. 
Exemple : 

latsak'âlina{i), attac[ue nocturne {lâtsaka); 
zanak'anadâhy^neYeii {zânaka); 
tahirik Andriamânitra^ béni par Dieu [tâhina); 
oiorCântitray vieillard [ôlona) ; 
longotr'ômhy^ pied de bœuf {iôngotra)\ 
efatr'ândrOy quatre jours (ëfatra) (2). 

1. Lâtsaka pris isolément est un dactyle; suivi d'un complé- 
ment ou d*un qualificatif, la syllabe initiale devient brève et 
le complément ou le qualificatif conservent seuls Taccent 
tonique radical. Cette règle de modification de quantité s'ap- 
plique aux cas suivants jusqu'au n* 91 inclusivement. Exemples : 

ôlona — 01011' ântitra, 
mitârika — mitari-jô za, 
amâny — amanin-tsâhona. 

2. Quelques mots à finale invariable suivent exceptionnelle- 
ment cette règle. Exemples : 

lêla — leVâfo, langue de feu ; 

vava — vav'ôrona, narines. 

mpitôndra — mpitondr*ënlana^ porteur de bagages. 



Digitized by LjOOQ IC 



.DES MOTS :\n 

83. 2° Les trissyllabes en ka, na, ira perdent leur 
finale variable lorsqu'ils régissent un complément ou 
un qualificatif commençant par une consonne non- 
permutante. Exemples: 

af a baraka, déshonoré [âfaka); 
rera-môlotray qui a la lèvre inférieure pendante 
{rëraka) ; 
. hodi-nâto, écorce du nâto (kôditra) ; 
varo-mahëry, vente forcée {vârotra): 
ana-mâmyy herbe comestible (ânana) ; 
andria-mnnitra, le bon génie [andnâna). 

84. 3° Lorsqu'un trissyllabe en ka ou ira régit un 
complément ou un qualificatif commençant par une 
consonne permutante, la finale variable s'apocope et 
les initiales F, H, L, R, S, V ou Z se changent respec- 
tivement en P, K, D, DR, TS, B et J. Exemples : 

lava-pôzay trou de crabe [Imaka, foza) ; 
miara-pênoy rempli en même temps (w2V7- 
F-P ( raka, fëno) ; 

hevipôâna^ idée vide de sens {hëvitra, foâna) ; 
ela-panïhy^ aile de roussette (ëlatra^ fanîhy), 

mahalatsa-kâninay qui a de Tappétit [maha- 

lâlsaka, hânina); 
poti'këna, morceau de viande (pôaTf a, hëna)\ 
H-K ^ oli-kâzo, vers qui rongent le bois {ôlitra, 

hâzo) ; 
feni'knrona^ ornements de corbeilles {fëni- 

tra, hârona). 



Digitized by LjOOQ IC 



/ 



36 ESSAI DE GRAMMAIRE MAIGACHE 

rapa-dângo, manger du lângo (râpaka, lângo) ; 
ana-dâhy, frère {ânaka, lâhy) ; 
L-D J raiki-dëla, qui grasseyé [rcûkiira^ lëla); 

taka-dâlana, espèce de huppe {tâkatra, la- 
lana). 

i zana-dRalâmbo, descendants de Ralambo 

!{zânaka, Ralambo) ; 
manapa-drâmbo^ couper la queue [manâ* 

paka, râmbo) ; 
safo-drânoy inondation [sâfoira^ râno) ; 
fati-drây serment de sang [fâtitra, râ). 

i/ hora-tsâhona, coassement de grenouilles {hô- 
l raka^ sâhona) ; 
^ ^^ ) zana-tsâratray voyelles (zânaka, sôratra) ; 
fatra-tsâdnjo, farci [fâtratra, sâônjo); 
maninji'tsândri/j tendre le bras {manïnjilra. 
sandry) . 

lava-bâry, silo à riz (lâvaka, vâry) ; 
kotro'bâratray coup de tonnerre [kôtrokay t?â- 

ratra) ; 
voafaribôdy, travail commencé {voafâritra^ 

vddy; 
hehi-bâzana, mal aux dents [hëhitrUy vâzana), 

efa-jôroy carré {ëfatra, zôro) ; 

ara-joky, selon le droit d'aînesse {âraka, 

zdky)j 
Z-J { tongo-jâvona, colonne de brouillard {ton- 

golra, zâvona)%; 
mitari-jnza, conduire les enfants (mitârikay 

zâza) . 



V-B 



Digitized by LjOOQ IC 



DES MOTS 37 

Dans quelques dialectes de la côte orientale et par- 
ticulièrement en Betsimisaraka, h permute avec" tv 
Exemples : 

voan-tratâfana, fruit du bananier (uôâ, n, ha- 

tfjfana) ; 

H-TR J ombin-trÔDa^ bœuf d'un Ho va {^ifnhj^ n, hô^a); 
fîtian^fravana^ amour des parentâ /îtjâ^ n, 

hâ'vana). 

Je viens de trouver dans le manuscril arabieo-mal- 
gâche 7 de la Bibljûtlièque r^aLionalej un cas de 
permutation de L en DU : vo7'on*dy^Q/ta, poils de la 
tête, pour voron-doha; Itaran-droha^ crûne, pour 
hûran-doha (1). De même que nous avons H ^^TR el K, 
nous avons eu, au moins jusqu'au commencement du 
xvii° siècle, L i= DR et D; mais la première permuta- 
tion est ensuite tombée eu désuétutJe, 

85, 4'' Lorsqu'un trissyliable terminé en na régit 
un complément ou un qualificatir k initiale permu- 
tante, Va de na s^éiide, et Tiniliale du complément 
ou du qualificatif permute avei: sa correspondante. 
Par euphonie, n se change en m devant ff et p. 
Exemples : 



1-P 



iakam-put^tj^ pirogue blanche [lakana^ A''*y) \ 
lefom-pfjfiy^ lance courte {Bfona^ f^^^^u)- 



iùlon-kffla, personne détestée {ôlonay hàla) ; 
ko ira n-kan ma, n o u r ri t u re g ro ss î é r e ( ko l rana , 
hiinina). 



(l) Folio 10 verao^ ligoea 2 f t B, 



Digitized by LjOOQ IC 



R-DR 



S'TS 



V-B 



Z-J 



38 £SSA1 DE GRAMMAIRE MALGACHE 

!saron^d5ha, voile [sâronay lôha) ; 
famaton-dâlanaf le milieu du chemin {fama' 
iona, lâlana). 

afan-drâ, purification par le sang (âfana râ) ; 
masin-drânOj eau salée (mâsina^ râno). 

lalin-tsâinay intelligence profonde {lâlina^ 

sâina) ; 
mihinan^tsosoâj manger du riz à Teau (w^A^- 

nana, sosôa), 

tanam-hâô^ village nouveau (tanâna^ vâb) ; 
riam-bâtOy cascade {rlanay vâto). 

manan-jâra^ qui a de la chance [mânanay 

zâra) ; 
velon-jâza^ qui donrie naissance à un enfant 

[vëlona, zâza). 



86. 5° Les règles précédentes s'appliquent parti- 
culièrement aux trissyllabes et aux mots de plus de 
trois syllabes. Les dissyllabes à finale variable n'y 
sont soumis qu'accidentellement. 

L Quelques dissyllabes régissant un complément 
ou un qualificatif commençant par une voyelle, une 
consonne non-permutante ou permutante, suivent la 
règle : 

ipik'âfOy étincelle {pika) ; 
von'âhitra^ poignée d'herbes (vôna) ; 
fetr'ândroy limite de temps (fetra). 

( po'tândroka, choc de cornes (pôka) ; 
Règle 2 j do-rnivêrinay choc en retour (dôna) ; 
V za-tâny, acclimaté {zâtra). 



Digitized by LjOOQ IC 



DES MOTS . 39 

C po'drxndrina, action de choquer les murs 
Règh h < ipôkOf rindrina) ; 

f tra-bônjyy secouru à temps [traira^ vônjy), 

Igon-dôha, action de se cogner la tête {gônay 
Idha) ; 
aim-bêryy eflFort inutile (âinaf vëry), 

87. II. Quelques dissyllabes conservent leur finale 
variable et n'ont aucun rapport d'annexion avec leur 
qualiOcatif ou complément dont Tinitiale ne permute 
pas. Exemples : 

moka-fôhy, petit moustique diurne {moka): 
aika-vâoyj indigotier (âikà) ; 
sana-lâhyy arbre de construction {sâna) ; 

88. 6* Lorsqu'un mot à initiale permutante est régi 
par le suffixe prépositif apocope n-, l'initiale per- 
mute avec sa correspondante. Par euphonie la prépo- 
sition n se change en m devant b et p. Exemples : 



FP 



vûkim-pary, rassassié de canne {voky, n, 

hazom-pasana, arbre de cimetière (hazo, n, 
fnsana) ; 



itorin kena, tranche de viande crue {tory^ n, 
hëna); 
ngidin-kôditra, hlème [ngidyy n, hôditra); 

C voan'dâlonay fruit du lâlona (rôâ, n, lâlona); 
L-D < asan^dehiiâhyy travail d'homme {âsa, n, lehi^ 
\ lâhy) ; 



Digitized by LjOOQ IC 



40 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

itanin-drâzana, terre des ancêtres (tâny, n, 
râzana) ; 
mason-drânOj réservoir d'eau [maso, n, râno) ; 



STS 
V-B 



amanin-tsahona, goutte {amàny, n, sahona); 
herin^tsândiy, force du bras {hêrij, n, sândry) ; 

ranom-bâva, salive {râno, n, uâya) ; 
(aim-byy scories du fer {tây, n, u^) ; 

kilalaon-jâza, jouet d*enfant {kilaiâd, n, z«za) ; 
ambonin-jâto, chef civil [ambôny n, za/o). 



89. Quelques dissyllabes en A:a, fra, wa conservent 
leur finale variable à laquelle se suffixe la préposition 
n. Exemples: 

tratran-kâla^ tissu à Taiguille [irâira, n, kâla); 
zaitram-bâvy, couture de femme {zaïlra, n, vâvy); 
sokan-kâzo^ teinture noire [sôka, n, hâzo); 
rokam-bâlo, amas de pierres (roka, w, u«^o) ; 
fanam-bâry, riz réchauffé [fâna^ n, vâry); 
henam-pëfyy viande des funérailles {hëna, w, fëfy); 
jakam-behivnvy, étrennes à une femme (jâkariy n, 
vehivâvy) . 

90. 7** Les prépositions âny et my et certains mots 
terminésenny perdent leur y final lorsqu'ils régissent 
un complément commençant par une voyelle. Exem- 
ples : 

an* îsa? à qui? {âny); 

in' Tmina^ six fois (^"y); 

tokon âzy, c'est ce qu*il lui faut {lôkony); 

daron* amlnfio, jeune sauterelle verte (dârony); 



Digitized by LjOOQ IC 



DES MOTS 41 

koban' ândroy jours ouvriers [kôbany); 
lahin' ômby^ taureau [lâhiny], 

91. 8° Lorsque les prépositions ôV??/, iny et certains 
mots terminés en ny sont suivis d'un complément 
commençant par une consonne permutante, Yy final 
s'élide et l'initiale du complément permute avec sa 
correspondante. Exemples : 

am-pëj au cœur (àny, fô) ; 

im-fôlo, dix fois (iny, fôlo) ; 

an-kârana, au corail blanc («ny, hnrana) ; 

an-dâkanUy en pirogue («ny, lâkana) ; 

an-drâriny^ avec justice [âny, râîiny); 

in-drôây deux fois (îny, rôâ) ; 

an-tsâha, aux champs («ny, sâha)\ 

in-tsivyy neuf fois (Iny, slvy) ; 

am-bâvanyy dans sa bouche («ny, vâvany) ; 

im-bâlo, huit fois (ïny, v«/o); 

an-jinga, dans le zmya («ny, zïnga) ; 

in-jâto, cent fois (îny, ::â^o); 

tadim-bâsyy lumière du fusil [tadlny^ bâsy); 

tokom-bidiny, environ son prix {(dkony, vïdiny); 

lahin-tsavily ^ gond {lâhiny (1), savxly). 

92. 9° Les qualificatifs ou compléments à initiale 



1. La finale variable ny de tadmy, iokony^ lâhiny^ subit les 
mêmes modifications que la finale na. Quelques mots possèdent 
même cette double finale : 

a^môrona > ^ , ^ 

\ au bord de, 
a-morony ) ' 

~ , (lé médian d'une pièce d'étoffe. 

vantony ) *^ 



Digitized by LjOOQ IC 



42 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

permutante régis par un mot à finale iavariable, res- 
tent invariables : 
I. Substantif suivi de son qualificatif. Exemples : 

antsy fôhyj couteau court {ântsy (1); 
vatO'harânana, quartz {vâto) ; 
rano iâva, rivière longue {râno) ; 
vatO'SÔâf pierre précieuse [vâto) ; 
didy vëlonay loi en vigueur {dïdy). 

93. II. Lorsque le complément indique la matière 
dont est composé le substantif qui le régit. Exemples : 

tranO'hâzo, maison en bois [trâno); 
kitrO'Vy, sabot en fer {kïti^o) ; 
lamba-rôngonyy lamba en chanvre [lâmba). 

94. Quelques noms composés font exception à 
cette règle et prennent le suffixe prépositif n qui fait 
permuter l'initiale du complément. Exemples : 

akoram-bôla^ lingot d'argent (akôra, n, vola); 
akoran- dandy, cocon de soie {akôra, n, lândy), 

95. III. L'adjectif suivi d'un complément direct 
particulier, identique au cas TccSaç <î)xuç de la gram- 
maire grecque. Exemples : 

tsara fanâky, bon (littéralement : bon quant à l'es- 
prit); . 

1. Àntsy et les mots à finale invariable suivants jusqu*au 
no 95 inclusivement, changent également leur syllabe longue 
en brève lorsqu'ils sont suivis d'un qualificatif ou d*un com- 
plément (voir p. 34, note 4). 



Digitized by LjOOQIC 



DES MOTS 43 

bada lêla, bègue (litt. : embarrassé quant à la lan- 
gue); 

makei*y vâva, braillard (litt. : fort quant à la bou- 
che) (1). 

i. Tsâra et hUda pris isolément sont des trochées ; et mahëry, 
un ampbibraque. 



Digitized by LjOOQ IC 



44 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



Des racines. 

96. Les racines malgaches peuvent se diviser en 
deux classes : les racines primaires et les racines se- 
condaires ou dérivées. 

Les racines primaires ont de une à quatre syllabes : 

97. L Racines monosyllabiques : 

bëy étant grand; py, clignement d'yeux; 

dâf célébrité; rë, étant entendu; 

/y, étant délicieux; /ô, étant vrai ; 

iô, étant pourri; vë, action de ramer; 

mây beuglement; zô, malheur; 

dïâ, pied; fia, action de serrer; 

dïd, propreté ; /ôy, étant éclos ; 

ëô, là; hcû)^ étant su. 

98. IL Les racines dissyllabiques ont généralement 
Taccent Ionique sur la première syllabe, rarement 
sur la dernière. Exemples : 

mânga^ étant bleu; omë^ présent; 

ârify étant créé; ary^ là-bas; 

feno^ étant plein; aty, ici; 

liëhj, étant petit; ern^ amont (1). 

1. n n'existe pas, en malgache, de polysyllabes simple ou 
composé ayant plus à'une syllabe longue ni de polysyllabe 
dont toutes les syllabes soient brèves. Dans les mots composés, 
le dernier conserve seul son accent tonique ; tous ceux qui le 
précèdent changent leur syllabe longue en brève : 

Andriamasinavâlona (Andriâna, mâsina, vâlona). 

C'est en vertu de cette règle que les expressions lalsamina 



Digitized by LjOOQ IC 



DES RACINES 45 

99. m. Les racines trissyllabiques ont générale- 
ment Taccent tonique sur la première ou la seconde 
syllabe, très rarement sur la troisième. Exemples : 

sârotray étant difficile ; 
iâfikaj expédition; 
hazâry, sortilège ; 
tamâna^ étant habitué ; 
sanatriâ^ à Dieu ne plaise ! 

100. IV. Les racines quadrisyllabiquessont accen- 
tuées sur la seconde ou la troisième syllabe. Exem- 
ples : 

bakôrakay gros et mou ; 

antsohâra, action de fortifier la poterie. 

101. Les racines de la deuxième classe se divisent 
en racines redoublées, racines à préGxe et racines à 
infixe. 

102. L Les racines redoublées sont formées par le 
redoublement de racines monosyllabiques, dissylla- 
biques, trissyllabiques et quadrissyllabiques. Exem- 
ples : 

bebë (1), assez nombreux, de bë ; 
lolôy un peu pourri, de lô ; 
akâka, hésitation, de âka ; 

{lâtsaka), antsy fôhy (ântsy), du n" 82 à 95, assimilées à des 
noms composés, changent en brève la longue de ïâtsaka et 
ântsy, 

1. Les racines redoublées assimilées à des noms composés, 
ne conservent Taccent tonique qu'à la seconde partie de la 
forme redoublée : 

râvo — ravorâvQ, 



Digitized by LjOOQ IC 



46 ESSAI DE GRAMMAIBE MALGACHE 

pipika, sautillement, de pika\ 
ravorâvOy joyeux, de râvo ; 
valavâltty séparation, de vâla ; 
hatrakâtraka, fierté, de hâtraka ; 
sampontsâmponay empêchement, de sâmpona ; 
antsoharantsohâra^ action de fortifier légèrement la 
poterie, de antsohâra. 

103. Quelques racines redoublées pourraient être 
inscrites dans la première classe, la racine primaire 
dont elles dérivent étant perdue ou tombée en désué- 
tude. 11 nous a paru cependant préférable de les faire 
figurer dans la seconde classe à laquelle elles appar- 
tiennent par leur formation. Exemples : 

setasëta^ fierté; 
tibatiba^ étant gonflé; 
rendrindrêndrinay trouble de la vue ; 
ieî'onterona, état de ce qui est perché. 

104. II. Les racines à préfixe sont formées par la 
préfîxation à des racines primaires d'une lettre, 
d'une syllabe ou d'un mot. Exemples : 

an{i) tâfiktty expédi- antâfika, en ex- miantâfikay a.U 

tion, pédition, 1er en guerre. 

ôa(2) /ê/aA;a (in usité), balëlaka, étant èaleladëlaka, 

bien ouvert, bien ouvert. 

bo rëraka^ étant borëra^ étant miborëra^ diso'w 
affaibli, faible, les ailes pen- 

dantes. 

1. Forme apocopée de la préposition âny, 

2. Ce préfixe et les suivants n*ont aucune signification propre. 



Digitized by LjOOQ IC 



S2 



DES RACINES 



41 



da ^«^a, étant stu- 
péfait, 

do rëhitra, action 
d'allumer, 

fa ntsokay siffle- 
mentdelacra- 
vache, 

fo rôfotray érup- 
tion cutanée, 



ga rêbohUy action 
de manger 
gloutonne- 
ment, 

go rôbakaj étant 
percé, 

ho rîranay côté, 



ja rôboka, étant 
plongé dans 
un liquide, 

ka bëdy^ action de 
marmotter, 

kar kâinkona, con- 
traction, 



dagâga^ slupé* 

faction, 
doi'ëhitra^éia,ni 

très-rouge, 

farîtsokay cra- 
vache, 

forôfotray état 
de lapeau sou- 
levée par une 
éruption, 

garëbokay ac- 
tion d'avaler. 



midagâguy être 
stupéfait. 

midorëhitra^ 
être rouge 
comme le feu. 

mifarïtsoka, 
siffler comme 
une cravache. 

mamorôfotray 
être atteint 
d'uneéruption 
cutanée. 

managarëboka, 
avaler. 



gorôbakay 
étant trans- 
percé, 

honranuy posi- 
tion sur le cô- 

té,^ 

jaroboka, ac- 
tion de plon- 
ger dans, 

kabëdy , paro- 
les sans fin, 

karcnnkona^ 
contraction 
des feuilles ou 
des peaux sè- 
ches, 



managorôbaka, 
être transper- 
cé. 

manorïrana, 
placer sur le 
côté. 

mijarôboka, se 
plonger dans. 

mikabë dy y 
gourmander 
sans cesse. 

mikar'âinkona 
être crispé. 



Digitized by LjOOQ IC 



48 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

ke pôkay choc, kêpoka^ bruit mikëpoka, cra- 
de ce qui est quer sous la 
écrasé sous la dent, 
dent, 
ki dônay retentis- kidondôna^ mikidondônay 
sèment des son sourd, sonner creux, 
coups, 
ko bilaj de tra- kobila, état de mikobïlay être 
vers, ce qui n'est torlu. 
pas droit, 
lah âsuy travail, lahâsay travail, mUahâsa^ tra- 
vailler. 
mo kôkOy reste des mokôko^ crasse, mokokdina, 
mets adhérant crasseux, 
à la marmite, 
ng îzma, ténèbres, ngizina, étant manangïzina, 

très noir, noircir. 

ngo rôdona, bruit ngorôdona^ mingorôdonay 

des pas d'une bruit des pas faire du bruit 

foule, d'une foule, en marchant. 

po rëtaka, action porë^aAa^ étant miporëtaka, 

de s*affaisser, mou, s'aflfaisser. 

ro âkanay pause, roâhana, hési- miroâhana, 

suspension, tation, sub- hésiter, être 

pension de ju- en suspens, 
gement, 

s ê/a^m, aile, s ë/e/7'a, action misëlah'a, pa.^- 

de passer rapi- ser rapide- 

dement com- ment, 
me un oiseau, 



Digitized by LjOOQ IC 



DES RACINES 49 

sa bôbaka, forte sabôbaka^ étant misabhbakay 

enflure, gonflé, être gonflé. 

so hïlika, action sohïtika, étant misohïtika, 

de marcher vif, être vif. 

lestement, 

soma rôtotra, étant somarototray misomarôiotra^ 

actif, étant empres- agir avec em- 

sé, pressement. 

ta bôika^ action ^aôôîAia, jaillis- mitabTikaj 

de jaillir, sèment de jaillir, 
l'eau, 
le vanavâna^ tëvana^ 
état de ce qui fossé, 

est béant. 

ti pîkay action de tîpika^ qui jail- milipitïpika, 

jaillir, lit, jaillir. 

ta htnjaka, gam- tohinjaka, qui mitohinjaka^ 

bade, s'agite, s'agiter. 

ton Al/ana, incli- tongllana^ mitongïlanay 

naison^ étant penché, pencher, 

tro trôngy^ action trotrôngy, ac- manatrotrôngy , 

de fouiller la tionde tomber faire tomber 

terre avec le la tête la pre- la tête la pre- 

groin, mière, mière. 
Isa tsiaka, étant tsatstaka, éi'àni' mitsatsJakaj se 

déchiré avec déchiré avec déchirer avec 

bruit, bruit, bruit. 

tsi dakaddka^ tsidakadnka , mitsidakadaka, 

étant écarté, qui va en s'é- écarter les 

cartant, jambes en 
marchant. 



Digitized by LjOOQ IC 



80 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

tso riakay torreat <*onafea, actio a miisoriakaj 
d'eau, de couler couler, 

comme l'eau, 
va rëraka, étant varëraka^ état mivarëraka^ 
découragé, de quelqu'un être découra- 

qui est décou- gé. 
ragé, 
vara hâhaka, épar- varakahakay mivarakahaka, 
pillement, qui s'éparpil- s'éparpiller, 

le, 
vo zezika^ étant vozezika, en- mivozezikay 
nombreux, combrement, aller en foule. 

za tovoj qui n'est zatovo^ jeune 
pas marié, homme (1), 

105. m. Les racines à infixe sont des racines 
simples augmentées des infixes te, om^ ra, ne : 

te fotaka^ boue, fotetaka^ étant mamoteiaka^ 
crotté, être barbouil- 

lé. 
om toetra, état, tomoetray qui mitomoetray 

condition, demeure, demeurer. 

ra jadona^^oû' jaradona, posi- manajaradona^ 
tiôn droite, tion droite, laisser tomber 

perpendicu- 
lairement. 
ne fotakay boue, fonetakaj étant 
crotté (2). 

1. Zatovo n'a pas de dérivé. 

2. Fonetaka n*a pas de dérivé. 



Digitized by LjOOQ IC 



DES VERBES ET PRÉFIXES VERBAUX 51 



Des verbes et préfixes verbaux. 

106. Les verbes se forment en ajoutant à la racine 
des préfixes dits préfixes verbaux. Les paradigmes 
comprennent dix classes et sept formes. Les préfixes 
ma, marty manay manka et maha des S*', 3*, 4*, 5' et 6« 
classes forment des verbes actifs; les préfixes miel 
miha des.7* et 8® classes, des verbes actifs ou neutres; 
et les préfixes mian et mitan des 9« et 10* classes des 
verbes neutres. Toutes les formes d'une même classe 
conservent le sens actif ou neutre de la 1'® forme. La 
fonction très nettement déterminée du préfixe verbal 
consiste donc à donner au verbe un sens actif ou 
neutre, quel que soit le sens initial de la racine dont 
il dérive. Les adjectifs verbaux passifs viâky, étant 
brisé; lâlsaka , étant tombé, donnent, par exemple, le 
verbe actif mamâky (1), briser, et le verbe neutre 
milâtsaka, tomber. 

I" Classe. 

107. La première classe est passive. Elle diffère des 
neuf autres par Tabsence de formes, de préfixe indi- 
cateur de la classe, et par ses quatre conjugaisons : 
radicale simple, radicale suffixée, participiale simple 
et participiale suffixée. Le paradigme de la première 
classe comprend : 

1° la racine et ses dérivés suivants : 

1, Mamaky = man + vaky. 



Digitized by LjOOQ IC 



S2 ESSAI DE CI^AMMAIRE MALGACHE 

2** un participe passif à suffixe; 

3** un impératif passif isolé; 

4° un participe passif avec préfixe voa; 

5° un participe passif avec préfixe tafa; 

6® un adjectif verbal avec infixé in ou on; 

7° une racine secondaire avec infixe om; 

8* une racine redoublée ; 

9" une forme avec suffixe ny ; 

10° un adjectif verbal avec préfixe ma; 

11° un substantif ou adjectif avec préfixe ka; 

12° un substantif avec suffixe ana; 

13» un substantif avec préfixe ha ; 

14° un substantif avec préfixe et suffixe ha — ana. 



r — Adjectif verbal passif. 

108. Les racines primaires et secondaires : /ô, vëry^ 
vàky, tibalïba, gorôbaka^ fotëtaka sont généralement 
traduites parles participes passés : pourri, perdu; brisé, 
lu; gonflé^ transpercé, crotté \ et classés par les gram- 
mairiens et lexicographes comme adjectifs, participes 
ou racines verbales. Cette classification est inexacte 
ou incomplète. Les racines précédentes sont des ad- 
jectifs verbaux passifs (1) qui doivent être traduits par 
le participe présent : étant pourri^ étant perduy brisé.,. 
Elles marquent que le sujet souffre ou reçoit Faction 

h. Cette d''noiniQation est plus exacte que celle de nom ou 
substantif verbal employée par MM. Dahle et E. F. Gautier. 
Les adjectifs verbaux peuvent être, en effet, employés adjec- 
tivement, mais jamais substantivemeut. 



Digitized by LjOOQ IC 



ADJECTIF VERBAL PASSIF 93 

(i*être perdu, brisé,... ou se trouve dans l'état d'une 
chose pourrie, gonflée... Exemples : 

lô ny voasâry, litl. : est pourri le citron, c'est-à-dire ; 
le citron est dans Tétat d'une chose qui est pourrie; 

vâky ny siny, litt. : est brisée la cruche, c'est-à-dire : 
la cruche subit l'action d'être brisée ou se trouve dans 
l'état d'une chose qui est brisée ; 

vëry ny ômbiko, litt. : est perdu mon bœuf, c'est-à- 
dire : mon bœuf se trouve dans l'état d'une chose qui 
est perdue. 

109. L'adjectifverbal passif exprime, de plus, l'idée 
que l'action soufferte s'est accomplie en dehors du 
sujet, à son insu, ou contrairement à son désir. 
Exemples : 

efa tâpaka ny hâzo^ l'arbre à été coupé (par quel- 
qu'un ou par quelque chose) ; 

rcâkitra ny anjaranây (1), notre sort est fixé (en de- 
hors de nous, à notre insu, par une autorité supérieure 
qui ordonne sans nous consulter). 

Conjugaison radicale simple. 

110. Les adjectifs verbaux passifs se conjuguent 
exclusivement aux conjugaisons radicales simple et 

. suffixée. Celle-là correspond exactement au passif 



1. Les pronoms possessifs suffixes de la 2^ persoaae da sia- 
gulier et des l""» et 2« personnes du pluriel rendent brèves la 
voyelle longue des mots auxquels Us sont suffixes : anjâra — 
anjaranây^ notre sort. 

6 



Digitized by LjOOQ IC 



84 ËSSÀI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

français. L'auxiliaire être n'existe pas en malgache; il 
fait partie intégrante de la racine. L'adjectif verbal 
conjugué ne prend pas d'af fixes et reste invariable. Le 
parfait s'indique par l'auxiliaire passé ëfa; le futur et 
l'impératif par l'auxiliaire futur hô. 



Présent. 

verij ithoy je suis perdu ; 

véry hianaôy tu es perdu ; 

vtry ny^ il est perdu; 

Vfiruizaàay (i)f ) 

- , _, > nous sommes perdus; 

venj tsika^ ) 

vëry hianarêôj vous êtes perdus; 

mry izy^ ils sont perdus. 



Parfait. 

efa vëry âho (2), j'ai été perdu; 
efa very hianaOy tu as été perdu ; 
efa very izy^ il a été perdu ; 
efa very izahay. 



. ., i nous avons été perdus; 

efa })ery uika^ 3 

efa venj hianareo, vous avez été perdus; 
efa very izy^ ils ont été perdus. 

1. Izahafj eat le pronom exclusif et isika, le pronom nclusif. 
Voir au chapitre des pronoms. 

2, Efa et fia employés comme auxiliaires changent leur 
loDgue ÊD .brève conformément à la règle de quantité des mots 
coitjpoi^é^ auxquelâ le parfait et le futur passifs sont assimilés. 



Digitized by LjOOQ IC 



ADJECTIF VERBAL PASSIF 55 

Fatar. 

ho vëry âho, je serai perdu ; 

ho very hianaOj tu seras perdu ; 

ho very izy^ il sera perdu ; 

ho very izahay, ) 

, ... i nous serons perdus; 

ho very isika^ ) 

ho very hianareo, vous serez perdus ; 

ho very izy^ ils seront perdus. 

Impératif. 

ho vh*y hianâô, sois perdu ; 

ho very izahay, ) 

. . ., > soyons perdus ; 

ho very isika, ) 

ho very hianareo, soyez perdus. 

Participe présent. 

vëry, étant perdu. 

Gonjagpaison radicale suffi xée. 

111 . La traduction de la phrase active française : je 
lis la lettre, par son équivalent littéral : mamaky ny 
taratasy aho, serait inélégante, presque incorrecte. Je 
lis doit être traduit en malgache par l'adjectif verbal 
passif augmenté du suffixe pronominal possessif cor- 
respondant au pronom personnel sujet de la phrase 
active française. Exemples : 



Digitized by LjOOQ IC 

«1 



56 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

Je lis la lettre, vakiko ny taratasy (litt. : vaky^ étant 
lue; koj mon; ny taratasy, la lettre); 

tu nous as perdus, efa verinao izahay (litt. : efa 
veryy ayant été perdus; naoj ton; izahay^ nous). 

112. C'est la conjugaison radicale suffixée. Conrme 
à la conjugaison radicale simple, la racine reste inva- 
riable et ne prend pasd'affixes verbaux. Le parfait, le 
futur et l'impératif s'indiquent également par les 
auxiliaires efa et ho. 

Présent. 

vâkikOy étant lu mon, je lis ; 
vakinâd, étant lu ton, tu lis; 
vâkiny, étant lu son, il lit ; 
vakinâyf 



, . _, , étant lu notre, nous lisons ; 
vakintsika, ) 

vakinarêôy étant lu votre, vous lisez ; 

vâkiny[i)y étant lu leur, ils lisent. 

Parfait. 

efa vâkikOj ayant été lu mon, j'ai lu ; 

efa vakinao, ayant été lu ton, tu as lu ; 

efa vakinyj ayant été lu son, il a lu ; 

efa vakinayy 

efa vakintsikaj 

efa vakinareo, ayant été lu votre, vous avez lu ; 

efa vakinyy ayant été lu leur, ils ont lu. 



> ayant été lu notre, nous avons lu ; 



\é Voir plus haut page 53, note 1, pour la modiÛr:atioQ de la 
quantité radicale par la suffixation de certains pronoms pos- 
sessifs. 



Digitized by LjOOQIC 



ADJECTIF VERBAL PASSIF 57 



Futur. 



ho vnkikoy devant être lu mon, je lirai ; 
ho vakinaOy devant être lu ton, tu liras ; 
ho vakiny, devant être lu son, il lira ; 

. , . ., { devant être lu notre, nous lirons; 
ho vakintsikay ) 

ho vakinareoy devant être lu votre, vous lirez; 

ho vakiny, devant être lu leur, ils liront. 

Impératif. 

ho vakinao, que soit lu ton, lis ; 

ho vakinavy ) 

f . ., i Que soit lu notre, lisons : 
ho vakintsîka, ) 

ho vakinareo, que soit lu votre, lisez (1). 

113. Les adjectifs verbaux passifs suivants gou- 
vernent exceptionnellement Taccusatif : 

adâla, étant affolé, rendu fou par; 
akëîhj, étant près de; 
antônona, antônina^ étant convenable pour; 
ûmpy^ étant suffisant pour; 



1. Cette conjugaison qui est assez proche des formes verbales 
anglaises telles que : / am doing, Je suis faisant, pour / do^ 
je fais, indique que le malgache est, comme rauglais, eu 
pleine décomposition. Cette constatation permet de codCJure 
aune origine extrêmement ancieune, très éloignée de la période 
de décrépitude lioguintique actuelle. Je ne puis, daus ce tra- 
vail, que signaler ce fait dont Tétude approfondie est désirable 
en l'absence complète de documents historiques sur le pasté àe 
la grande île africaine. 



Digitized by LjOOQ IC 



58 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

bêy bëlsaka, étant pombreux dans, avec; 
dlboka, fëno, étant plein de; 
dïso, étant fautif par; 
gâga^ étant surpris, étonné de; 
hênika, étant plein de; 
htboka, étant comblé de ; 
sifhy^ étant audacieux contre; 
sflsatra^ étant fatigué de; 
tiJhak a, étant s em b l able à ; 

vôky^ étant rassasié de. Exemple : akëïky âzy ny 
kfJry^ le chat sauvage est près de lui. 



Digitized by LjOOQIC 



PARTICIPE PASSIF A SUFFIXE 59 



V — Participe passif à suffixe. 

114. Le participe passif à suffixe dont on trouvera 
plus loin les règles de formation, exprime l'idée que 
l'action soufferte est voulue, approuvée par le sujet, 
s'accomplit sur son désir, de sa propre initiative, à 
l'exclusion d'une force ou d'une volonté étrangères. 
Exemple : 

efa no vonôiko Izy^ (litt. : il a été tué mon) je l'ai tué 
(de ma propre volonté, ni accidentellement, ni à l'in- 
stigation de quelqu'un). 

Gonjagaison participiale simple. 

115. Le participe se conjugue aux conjugaisons par- 
ticipiales simple et suffixée. Comme l'adjectif verbal, 
il reste invariable et ne prend pas d'affîxes verbaux. 
Le parfait s'indique par l'auxiliaire efa et la particule 
wo; le futur et l'impératif par l'auxiliaire futur ho. 

Présent. 

vonôïna âho, je suis tué (1). 

Parfait. 

efa no vonôïna âho^ j'ai été tué. 

1. De la racine vôno^ action de tuer. Se conjugue comme very. 



Digitized by LjOOQIC 



60 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

Futur. 

ho vonôïna âho, je serai tué. 

Impératif. 

ko vonôïna hianâô, sois tué ; 

ho vonôïna izahây. ) 

_ . -, ? soyons tués; 
ho vonoma isika, ) 

ho vonôïna hianarëôj soyez tués. 

Participe présent. 

vonôînaj étant tué. 

Conjugaison participiale suffixée. 

116. Comme la conjugaison radicale suffixée, la 
conjugaison participiale suffixée traduit plus exacte- 
ment et plus élégamment l'actif français que la forme 
malgache active correspondante. J'ai tué ne doit donc 
pas être traduit par namono ahoj mais par la forme 
passive : efa no vonoiko, littéralement : a été tué mon. 

Présent. 

vonôiko (1), étant tué mon, je tue. 

Parfait. 

efa no vonôiko^ ayant été tué mon, j'ai tué. 

1. De la racine vôno^ action de tuer. Vonoiko = vonoi{na) 
4- ko. Se coDJugue comme vakiko. 



Digitized by LjOOQ IC 



PARTICIPE PASSIF A SUFFIXE 61 

Fatar. 

ho vonôïko, devant être tué mon, je tuerai. 

Impératif. 

ho vonoinâbj que soit tué ton, tue ; 

ho vonoinctVj ) . , . . 

. \., > que soit tue notre, tuons; 
ho vonomtsikaj ) 

ho vonoinarëôy que soit tué votre, tuez. 



Digitized by LjOOQ IC 



62 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



3° — Impératif passif isolé. 

117. Les racines monosyllabiques et polysylla- 
liques ont à la première classe un impératif passif 
isolé et un participe passif à suffixe. La classification 
de l'impératif en actif ou passif a donné lieu à une 
intéressante discussion entre deux malgacbisants 
érainents, les Rev. G. Cousins et L. Dahle. Celui-là 
tient pour le passif; et cette opinion ne me paraît 
pas contestable. Vonoy^ vakïô et tous les impératifs 
isolés de la première classe, sont traduits par les 
grammairiens et lexicographes par : tue^ lis; c'est-à- 
dire un impératif actif. Cette traduction est manifes- 
tement inexacte. Elle ne peut être acceptée qu'à la 
condition expresse de mentionner que vonoy (litt. : que 
soit accomplie par toi l'action de tuer(i), vakio (litt. : 
que soit accomplie par toi Faction de briser, de lire) 
sont rendus par l'actif tue^ briscy lis, parce que la 
phrase française s'accommoderait mal d'une traduc- 
tion littérale. La preuve évidente de la passivité de 

\. Vonoy se décompose en vono^ action de tuer, et y suffixe 
impératif. Vonoy est à la 2« personne du singulier. La lr« et 
la 2« personnes du pluriel de l'impératif s'indiquent par les pro- 
noms personnels de ces deux personnes et la forme impérative 
du singulier : 

vonoy^ tue ; 
vonoy izahay ) 
vonoy isika \ ^"°'"; 
vonoy hianareOj tuez. 



Digitized by LjOOQ IC 



IMPÉRATIF PASSIF ISOLÉ 63 

vonoy et vakio est aisée à fournir. Tue-le^ brise-le 
peuvent se rendre littéralement par l'impératif actif 
de la 3® classe : mamonôà âzy^ mamakià âzy ; tue ^i 
brise correspondent aussi exactement à mamonoa et 
mamakiay que Taccusatif le à l'accusatif azy. Mais les 
Malgaches ainsi qu*on l'a vu précédemment, tradui- 
sent nos formes actives par le passif; de même que 
nous traduisons leurs passifs par Tactif. Tue-le doit 
donc être rendu par le passif : vonoy izy (lilt. : que 
lui soit tué par toi). L'accusatif azy avec mamonoa 
dont le sens actif n'est ni douteux ni contesté, devient 
le nominatif izy avec vonoy, dont le sens passif me 
semble ainsi démontré. Nous aurions dans le cas con- 
traire, vonoy azy qui est un solécisme également non 
douteux ni contesté. 

M. Dahle, à l'appui de sa thèse (vonoy actif), cite le 
passage de TÉvangile de saint Marc : lève-toi^ em- 
porte ton lit et marche (1), qui a été traduit par : mi- 
tsangâna^ batâô ny fandrianâb kâ mandehâna. De la 
non-passivité du premier et du troisième impératifs, 
il conclut à la non-passivité du second, batao, « Si, 
comme le prétead son contradicteur, le Rev. G. Cou- 
sins, les indigènes qui ont collaboré à la traduction 
de la Bible en malgache, interprètent passivement nos 
idées actives, ils n'auraient pas traduit seulement em- 
porte par le passif, mais aussi lève-toi ei marche (2) ». 
L'argument ne touche pas au fond de la question. Man- 
dehâna et mitsangâna sont deux impératifs neutres de 

1. Chap. u, vers. 9. 

2. Antananarivo Arvnual. Once more on tke malagosy passives. 
1882, p. 108-116. 



Digitized by LjOOQ IC 



64 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

la 1" forme des 3® et 7° classes ; batâà est Timpératif 
de la classe passive. L'emploi de classes différentes 
pour la traduction des trois impératifs non-passifs en 
français, implique seulement que le neutre convenait 
davantage au premier et au troisième, et le passif au 
second pour serrer de plus près le texte de TÉvan- 
gile. Enfin^ ny fandrianao est au nominatif. L'emploi 
du pronom personnel exigerait batao izy, litt. : que 
lui soit emporté par toi ; et non batao azy. C'est le 
même cas que vonoy izy ou entao izy (litt. : que lui 
soit porté par toi) et non entao azy, 

M. Dahle croyant appliquer la thèse de M. G. Cou- 
sins à ce passage de TÉpître de saint Paul aux Thes- 
saloniciens : anâro ny mikorôntana (1), prétend que 
l'agent étant indéterminé, il faudrait traduire : que 
ceux qui sont déréglés soient réprimandés {par quel'- 
qu'un) (2) ; et pense en démontrer ainsi l'inexactitude. 
La traduction est incomplète. Anaro ny mikorôntana 
doit être traduit littéralement par : que soient répri- 
mandés par vous ceux qui sont déréglés^ c'est-à-dire ; 
réprimandez ceux qui sont déréglés. Anaro est l'impératif 
passif isolé de la racine anatra^ ainsi que l'indique sa 
finale ro. Le nombre et la personne de cet impératif 
ressortent du contexte : il est à la deuxième personne 
du pluriel ; litt. : que soient réprimandés par vous. L'a- 
gent est implicitement exprimé dans la forme impé- 
rative passive; il n'y a donc pas à rechercher par qui 
sont réprimandés ceux qui sont déréglés, L'interpréta- 

1. I, chap. V, vers. 14. 

2. Let Ike dùorderly be admonished {by somebody). loCé cil, 
p. 111. 



Digitized by LjOOQ IC 



IMPÉRATIF PASSIF ISOLÉ 65 

tion n'est pas douteuse : ils sont réprimandés par les 
Thessaloniciens nommés plus haut auxquels Tépttre 
est adressée, et sous-entendus dans ce membre de 
phrase. Les textes grec et latin emploient Timpératif 

actif : réprimandez (ô vous * Thessaloniciens) 

comme le remarque M. Dahle. La traduction littérale 
par la 3* classe active : mananâray serait insuffisante 
et inélégante. Ainsi que pour batao, vonoi/y entaoy on 
Ta traduit par le passif anaro qu'exige de façon pres- 
que absolue le génie de la langue malgache. 

118. L'impératif se forme en ajoutant à la racine, 
pleine ou apocopée, une voyelle, une diphtongue ou 
run des thèmes en F, H, M, N, R, S, T, V, Z. La for- 
mation de ce dernier suffixe dont on trouvera le pa- 
radigme à la page suivante, est particulièrement im- 
portante à retenir. Les neuf consonnes précédentes 
déterminent, en effet, la formation de plusieurs suf- 
fixes des neuf autres classes. Exemples : 

l'« classe. Racine râkotra, couvercle. 

Impératif passif : rakôfyy recouvre. 

Participe passif suffixe : rakôfana, étant recouvert. 

Impératif relatif : arakôfy, recouvre, 

3e classe. 

!'• forme. Impératif actif : mandrakôfay recouvre. 

Nom d'action : fandrakofana^ action de recouvrir. 

Relatif : andrakdfana, qu'on recouvre. 

Impératif relatif : andrakôfy, recouvre. 

7« classe. 

l'« forme. Impératif : mirakôfa, sois couvert. 
Nom d'action : firakôfanay action de se couvrir, objet 
avec lequel on se couvre. 

7 



Digitized by LjOOQ IC 



66 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

Relatif : irakôfana, qu'on est couvert. 

Impératif relatif : irakôfy, couvre-toi, sois couvert. 



119. 



H. 



N. 



A. 





Suffixes impératifs. 




— 


— 


ay 


ao 


e 


— 


— 


eo 


y 


ia 


— 


io 





oa 


oy 


— 


— 


fy 




— 


— ■ 


O'fy 




afo 


— 


— 




efo 


— 


— 




ifo 


— - 


ofy 




— 


— 


hy 




ho 


aha 


ahy 




dho 


eha 


— 




eho 


— 


— 




iho 


— 


ohy 




— 


— 


my 




mo 


— 


— 




amo 


— 


— 




CVflO 


orna 


omy 




— 


— 


any 




ano 


— 


— 




eno 


— 


— 




ino 


— 


ony 




— 


ra 


ry 




7^0 


— 


ary 




arô 



Digitized by LjOOQIC 



IMPÉRATIF PASSIF ISOLÉ 67 



S. 



T. 



V. 



era 


— 


ero 


— 


— 


iro 


ora 


ory 


oro 


— 


— 


so 


osa 


— 


aso 


esa 


— 


eso 


isa 


— 


iso 


— 


osy 


— 


— 


aosy 


— 


— 


oasy 


— 


— 


^y 


to 


— 


aty 


ato 


— 


— 


eto 


— 


— 


ito 


— 


oiy 


— 


va 


»y 


vo 


— 


avy 


avo 


— 


— 


ivo 


— 


ovy 


— 


— 


aovy 


— 


— 


— 


iavo 


— ■ 


oavy 


oavo 


za 


— 


zo 


aza 


azy 


azo 


eza 


ezy 


ezo 


— 


— 


izo 



ozy — 

— aizo 

aozy — 

oazy oazo 



Digitized by VjOOQ IC 



68 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

Suffixes participiaux 

120. Le participe passif à suffixe se forme en ajou- 
tant à rimpératif apocope de sa voyelle finale le suf- 
fixe participial ana ou ina. Cette règle est moins abso- 
lue que celle de la formation de Fimpératif et comporte 
d'assez nombreuses exceptions. 

Les suffixes participiaux sont : 

F. afana, efanUy ofana ; fina, afina^ efina, ifina, 
H. hana, ahana^ ekana; hina, akina, iâina, ohina, 
11. manUy amana, émana; mina, emina^ omina, 
N, na^ ana; ena, enana; ina, anina^ enina, onina; 

oina ; aina, naina, 
R. 7*anay arana, erana, orana ; 7'ina, arina, erina, orina. 
S. asana, isana, osana ; sina, asina, esina, isina, osina^ 

aosina, oasina. 
T. etana; tina, atina^ itina, otina, 
V. vina, avina^ ivina, ovina^ aovina, oavina; vana^ 

oavana. 
Z. zana, azana; zina, azina^ ezina, izina, ozina, aizU 

na, aozina, oazina. 

Racines monosyllabiques. 

121. Les racines monosyllabiques simples, comme 
la, conservent à Timpératif et au participe l'accent 
tonique sur la syllabe radicale. Exemples : 

imp, lâvo, 
part, lâvina. 



là \ '' 



Digitized by LjOOQ IC 



IMPÉRATIF PASSIF ISOLÉ 69 

l- j imp. lôvy, 
\ part, lovina. 

Quelques racines diphtonguées suivent exception- 
nellement la règle précédente. Exemples : 



'^y \l 



, ( imp. haizo, 

part, hâizina. 



i imp. fouo, 
^ ( part, foizina. 

122. Les racines monosyllabiques diphtonguées 
deviennent dissyllabiques à Tîmpératif et au participe. 
La première voyelle de la diphtongue devient brève et 
Faccent tonique passe sur la seconde. Exemple : 



soa < 



-__ ^ imp. soava, 
part, soâvina. 



Le suffixe impératif de be l'assimile aux impératifs 
des racines dissyllabiques dont il suit exceptionnel- 
lement la règle de quantité : 

bë — impératif : beâza. 

D'autre part, le participe de cette racine suivant la 
règle de formation des monosyllabes, l'accent tonique 
reste sur la syllabe radicale : 

bê — participe : bëzina. 

Les racines monosyllabiques simples et dipthon- 
guées ont trois sortes d'impératifs : 

123. I. — Impératif en soy participe en sina. 



Digitized by LjOOQ IC 



70 



ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



rayy action de saisir avec les ( imp. raiso^ saisis (1) ; 
mains, admettre ( part, râisinay admis. 

124. II. — Impératifs en va, vy, voy participe en 
vina. 



to^ étant véritable^ \ imp, j 
accepté ) ^ 



tovat puissiez- vous 

dire vrai ! 
tôvy, agrée; ^. 

part, tôvina^ agréé. 



ioj étant pourri, gâté 
lâ^ refus^ négation 

soâ^ étant bon, beau ^ 

dïQj propreté 
tia, aimer^ désirer 



imp. lônyj pourris ; 

part, lôvinaj qu'on fait pourrir. 

i ÎHvyy refuse, nie; 
( lâvo, — 
part, fcTwina, refusé, nié. 



imp. 



soâva, soyez bien I 
saavy^ prospère; 
part, soavina, à qui Ton soïi- 
haîte du bien. 

imp. diôvy^ nettoyé; 

part, diôvinaj rendre propre, 

i tiava, aime; 
imp, l 

( Havo, désire; 

part. tiâvina(2)j damé. 



1. RâUo, lut. 1 it que aolt eaid par toi », est ud impératif pas- 
sif. Nous avoûa eipoaé déjà (p. 62, § IITJ les motifs qui le font 
traduïre par un impératU actif. 

2. La forme contractée tiana oit gêné rai émeut usitée au lieu 
du régulier maïs désuet iiavina. 



Digitized by LjOOQ IC 



IMPÉRATIF PASSIF ISOLÉ 71 

125. III. — Impératifs en za^ zo, aza, participes en 
zana, zina. 

Iîmp. pizoj cligne de Toeil; 
part, ptzina, à qui on fait signe 
de l'œil. 

-/.x .. j ( imp. vêzo, pagaye; 

ve (1), action de ra- i , - . , i. ^ 

^ < part, vezina, qu on fait avan- 

mer, de pagayer / '^ ^ 

° ( cer en pagayant. 

fâîzay repens-toi, ces- 
se de; 

/5y, étant dégoûté de, 1 J /oïzo, repens-toi, ces- 

se repentant de ] [ se de ; 

fcâzanaj dégoûté; 



part. , _. . 

( faizina, — 

t— ^, ^ i imp. Aâï2o. sache ; 

hatjj étant su < . ,_ . . . 

( part, haizinaj qui est su. 

j^ ^^ ^ j^ . ( imp. foïzo, fais éclore; 

/oïï, étant éclos < , ' / r .. ^ , 

^ ( part. /(ozzzna, fait éclore. 

— .. , f inap. vôêzo, pagaye; 

vov, action de paga- ) ^ — . , 

^ r D y pg^j.^^ «otzma, qu on avance en 

f pagayant. 



jia, étreinte, serre- C imp. gtazo^ serre; 
ment ( part, giâzanay serré, étreint. 

voày atteint; imp. voâza, sois atteint. 



i . Forme provinciale du merina voy. 



Digitized by LjOOQ IC 



72 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

( beâzay grandissez; 

j l biâza^ — 

be, étant nombreux < » ,- . . . 

^ part, beziritty augmente^ gran- 
di. 

Si la vocalisation des racines lo, to fait prévoir un 
suffixe impératif en v : tova, lovy ; si celle des racines 
be, fay, Aay, ve, py, gia fait prévoir un suffixe impé- 
ratif en z : beazuy faizo, kaizOy vezOy pizo, giazo; les 
impératifs tiavo et diavo de tia et dia^ voaza de voa sont 
inattendus et peuvent être considérés comme des ex- 
ceptions par rapport aux exemples précédents. 

Le très petit nombre des racines monosyllabiques 
n'exige pas d'autres règles de formation de l'impé- 
ratif dont on trouvera Je paradigme complet aux tris- 
syllabes. 

Racines dissyllabiques. 

126. L'accent tonique des racines dissyllabiques 
trochaïques passe à l'impératif et au participe sur la 
seconde syllabe. Exemples : 

part, lovana, 
imp. lefâsOy 



( part, lefasana. 

Comme pour les monosyllabes, certains dissyllabes 
ïambiques diphtongues prennent à Timpératif Taccent 
tonique sur la seconde voyelle de la diphtongue. 
Exemple : 



Digitized by LjOOQIC 



IMPÉRATIF PASSIF ISOLÉ 73 

__ ( imp. atoâvyy 



part, atoavina. 

Quelques dissyllabes trochaïques à finale invariable 
forment leur impératif en portant l'accent tonique de 
la première sur la seconde syllabe. Exemples : 

gâgtty étant étonné ; Impératif : gagâ^ sois étonné ; 
tsfîra^ étant bon ; — Uarâ^ sois bon ; 

môra, étant facile; — movfï^ sois facile; 

7'ë^y^ étant yai ne u; — resë, sois vaioco. 

Ces formes d'impératifs sont exceptionnelles et il 
n'en existe pas d'autre exemple, mora et re&y possè- 
dent un participe : mormna^ ladifTérant ; resïma^ 
yaincti- 

J>i§ syllabes a finale invamble, 

127. Les dissyllabes à finale invariable terminés 
par les voyelles a, e^ y, o forment leur impératif et 
leur participe comme suit: 

128. Dissyllabes en a. 

129. L — Double impératif en ay et ao, et parti- 
cipe en ana^ aina. 

L'impératif et le participe de ces dissyllabes se 
forment en ajoutant à la racine apocopée de la voyelle 
finale a, les suffixes impératifs ay et ao^ et les suffixes 
participiaux ana ou aina. Exemples ; 

( imp. \ ^""^^ hérite; 
lôva, héritage m f lovao, — 

t part, lôvâna^ dont on bérite. 

1, 



Digitized by LjOOQ IC 



74 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



, ozatjj lave; 
imp. ^ ^ 



ozay action de laver ^ * *^* ( ozao, — 
part, ozâna^ lavé. 



Sotay^ transgresse; 
otâô, — 



ota, violation 

l part, otmna, transgressé. 

tohay^ empêche; 
résister 



.^, , . ( , { tohay, empéc] 

ioha, à qui on peut \ imp. J _ 

i part, tohaïna, empêché. 



130. Impératif en aio et participe en asana. 
Quelques dissyllabes en a ont exceptionnellement 

rimpératîf en âso et le participe en âmna, 

f-^ r A r i ^^P- ^^/^*^j tire; 

lefa^ action de tirer une \ , .^ 

, „ ( part, iefasana. sur quoi 

arme à feu ï -, . . 

I H est tiré. 

131. IL — Impératif en ao et participes en aina^ 

ana* 

_- ,. ,.„ ( imp. ainôSïï, élève: 

amga. action d élever \ , _ 

[ part, «injamaj soulevé. 



fnfa. action de balayer \ **" . V^ ' 
' ' ' f part, fafana. 



balaye ; 
balayé. 



tête, goutte 



132. Dissyllabes en e. 

133. impératif en evo et participe en evana, 

imp, tetevQj fais couler goutte à 

goutte; 
part» tetëvana^ dans quoi on fait 

couler goutte à goutte. 



Digitized by LjOOQ IC 



IMPÉRATIF PASSIF ISOLÉ 75 

134. Dissyllabes en y. 

Les dissyllabes en y ont généralement l'impératif en 
eo ou 20, et le participe en ena ou ina. Exemples : 

135. Impératif en eo, eo, et participe en ena, ina. 
imp. eUêd, approuve; 



eky. assentiment ^ ^ i- 

^ ' part, ekena, approuve. 



kend^y^ action de viser 
fldy^ choix: 

tâdyj corde 



imp, kendreo^ vise; 
part* kendrenay visé, 

imp. (idÏQ^ choisis; 
part, fidina, choisi. 

imp* iadïôy attache avec 

une corde; 
part, iadma^ attaché avec 

une corde. 



Font exception à la règle précédente les formes 

impératives et participiales suivantes : 

136. Impératif en ia et participe en ina* 

--.<*, * . ^ imp. ma/ïâ. sois ferme; 
mafy^ étant dur, fort i > -- . , 

- { part, maflna^ renforce. 

137. Impératif en o et participe en ina, 
imp. gëho^ étreins; 



gehy, étreinte \ \ ^-,. 
^ ^ ( part» gehina, 



étreint. 



138. Impératif en êo^ éêù et participe en ena^ 
edna. 

Quelques dissyllabes en y ont un double impératif 
en eo, eso et un double participe eu ena^ esina. 



Digitized by LjOOQIC 



76 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

( bedëôy gourmande; 
f hedësOy — 
bedxjy action de]gour- ! f bedëna, qu'on gour- 

mander, ] i mande; 

y bedësina, qu'on gour- 
V mande. 

139. Impératifs en aso, esa, esOy isa, iso et participes 
en asana, esinajisana, isina, 

!imp. rambâso^ saisis avec 
les dents ; 
part, rambâsana, ce qui est 
saisi avec les dents. 

mâty^ étant mort; impératif : matësa, meurs. 

f imp.7*e/e50,mesurepar brasse; 
rëfy^ brasse j part, refësina^ mesuré par 

( brasse. 

Iimp, voklsa, sois comblé de 
richesses ; 
part, vokîsanay rassasié. 

_ ^x ^ . ^ iinp. maintïso, noircis; 
mamty. étant noir < . . ^. . / . 

•^ f part, maintisina^ rendu noir. 

140. Double impératif en aso, azo et double parti- 
cipe en asaritty azana, 

dimbâsOf remplace ; 

,_ , , ( dimbâzOy — 

dimby, successeur ^ 



( din 
\ din 

din 

dimbâzanay — 



( dimbasanUy remplacé ; 



Digitized by LjOOQIC 



IMPÉRATIF PASSIF tSOLÉ fl 

141, Impéralifâ en azy, aso, eza^eza, izo et parU- 

cipes en azana^ ezina^ izina, 

iimp. topffzy^ lance ; 
part, topâzana^ sur quoi on 
lance. 

( imp. tamàfizo^ loue à gages ; 
- y^ ^ ^ ( part, iambazana, loué à gages. 

, ( imp, îjerëjsa, sois perdu; 
r^în/i étant perdu \ 

^' ^ ( part, verçzma, ruiné. 

_, ^, _ „ ( imp. fefûizoy lie; 
/eAî/, action de lier î , - ,^ ^ 

"^ ( part, fehezina, hé, 

. „ ,, ., { imp, tohizo^ continue; 
tohvj qui fait suile i , . . . 

t part* ioAîsma, continue. 

142. Impératifs eu ïuo, mt?o et participes en ivina, 

iavina* 

S imp. adïvQf fais la merre; 
«dv, guerre î , ,. ' . ^, 

f part. arffïJiïia, qui dispute* 

, , C imp. tadïavQ, cherche: 
^arfy- recherche } ^ . _,— ^ 

^^ ( part, tadîavina^ cherché, 

143, Dissyllabes en o, 

144. Impératif en oy et participe en orna. 

Les dissyllabes en o ont généralement Timpératif 
en oy et le participe en oina. 



nio, action de s'arrêter i , _ 

( part, atotna^ arrêté. 



imp, ato]j, arrête-loi: 
part, atmnUy ai 

i imp. babôy\ ca 
( part, ùabmnGy 



bnbo, prisonnier de i imp. baboy\ capture; 
guerre ( part, babôïna^ capturé. 



Digitized by LjOOQ IC 



78 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

Font exception à cette règle les formes impératives 
et participiales suivantes : 

145. Impératif en oa. 

âzQ^ étant obtenu. Impératif : azôây obtiens. 

146. Impératifs en osy^ ozy et participes en osina, 
ozina. 

fôno, couverture, enve* ( imp. fonôsxjy enveloppe; 
loppe * part, fonosina, enveloppé. 

,. j , ( imp. ^orôzv, puise; 

tovùt actioa de puiser J x . - • 

' ^ ( part, tovozinay puisé. 

147. Impératif en ovy et participe en ovina. 

tsitOj action d*éclairer C imp, tsiïôvy^ éclaire; 
avec une lampe ( part, tsilôvina, éclairé. 

148. Exceptionnellement les racines suivantes su- 
bissent une modiOeatîon de la première syllabe à 
rimpératif: 

uy, action de mettre à une place. Impératif: dstd, 
mets; 
iiOj action de rompre. Impératif : otôsy, romps ; 
tsTâhy^ dont on se souvient. Impératif : tsahîvo, 

rappelle-loi. 

149. Dissyllabes ea ay^ ao^ oy, oa. 

150. Impératif en aizo et participe en aizina. 

Les dissyllabes terminés par la diphtongue ay ont 
rimpératif en aizo et le participe en aizina : 

hâte- toi; 
, qui est pressé. 



^ ,^— ... ( imp, taitatzOy hi 

taitayj impatience J ^ . _ . 

( part, taitaizma, ( 



Digitized by LjOOQ IC 



IMPÉRATIF PASSIF ISOLÉ 79 

151. Impératifs en aovy, aosy, aozy et participes 
en aovinaf aosinay aozina. 

Les dissyllabes terminés par la diphtongue ao for- 
ment rirapératif en aovy, aosy, aozy et le participe 
en aovina^ aosina^ aozina. 

i imp /a/3ôuï/, joue; 
ialao^ jeu | ^^^^^ lalâôvina, avec quoi on joue. 

( indâùsif^ entraîne; 
( indâozy, — 



indao, étant en- J ^' ( indaozy 

indôôsh 
indmzina^ — 



traîné § i indâàsîyiaf entraîné; 

P*"'- l in 



152. Impératif en oizo et participe en oiùna. 

Les dissyllabes en oy forment Timpératif en oim et 
le participe en oizina, 

_ 1 j' ( imp» aAô7s<?, dis; 
^' ^ ( part, akoizina^ qui est dît. 

153. Impératifs en oavy^ oavo^ oazo et participes 

en oamnat oavana et oazina. 

Les dissyllabes terminés par la diphtongue oa font 
lenr impératif en oany^ Qavo, oazo avec participes cor* 
respondants : 

: imp. atoâvyj célèbre en 
aiôa^ chant en Thonneur \ chantant ; 
dp souverain i part, afoâvina, qui est cé- 

[ lébré en chantant. 

iîmp. tonyoâvù^ ajoute; 
part* tongoâvana, à quoi il 
est ajouté. 



Digitized by LjOOQ IC 



80 



ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



amboa, chien 



imp. amboâzoj traite en 

chien ; 
part, amboâzina^ qui est 

traité en chien. 



154. Impératifs en oasx/j aosy, oazy^ aozy et parti- 
cipes en oasina^ aosina, oaiina, aozina. 

indrôây étant fait pour la deuxième fois, a quatre 
impératifs et participes : 



impératif 



participe 



indrôâsy, 
indraosyy 
indroazy^ 
indraozy^ 

indrôâsinay 
indraosinay 
indroazina, 
indraozinay 



fais une deuxième fois ; 



qui est fait pour la deu- 
xième fois. 



155. Dissyllabes en ka, 

156. Quelques dissyllabes en ka conservent excep- 
tionnellement leur finale et forment leur impératif et 
leur participe comme les racines à finale invariable. 

157. Impératif en kay, kao, participe en kana. 



dôka, action de com- 
mencer au marteau 
un trou de mine 

âka, action de prendre 



imp. dokây, commence à 

percer ; 
part, dokânay commencé à 

percer. 

imp. akâô, prends; 
part, akâna, pris. 



Digitized by LjOOQ IC 



IMPÉRATIF PASSIF ISOLÉ 81 

158. Impératif en kafy^ kafo, kavy, participe en 
kafana^ kavina. 



( dokafyy flatle; 



doka, flatterie s ' dokafo, — 

\ part. dokâfanUy flatté, 

iimp. akâvy, feins ; 
part, akâvina^ avec qpi on 
feint. 

159. Certains dissyllabes en ka perdent h Timpé- 
ratif et au participe leur syllabe finale et prennent les 
suffixes impératifs et participiaux suivants : 

160. Impératif en fy et participe en fina. 
raàka^ action de ramas- ( imp, rôô/y, ramasse; 



ser avec la main ( part, raofinay ramassé. 

161. Double impératif en fy, hy et participe en 
finUy hina, 

( trôfvy aspire; 
imp. l J/' 

trôka^ action de humer { _^. 

S trofina, aspiré : 

part. } '. 

i trohina^ — 

162. Impératif en hy, ho et participe en hina. 

j-1 *. j i_ { imp. /ôAy, hume; 

foka, action de humer \ . ' , . 

( part, fokina, humé* 

!imp. plhOf fais jaillir; 
part, fîhinay sur quoi on 
fait jaillir. 



Digitized by LjOOQ IC 



82 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

163. Quelques dissyllabes en aika adoucissent la 
diphtongue radicale ai en e. 

imp. mêhOf fais à la hâte; 



ïna2Âa, étant pressé ^ , _.. - .^ . , , *. 
( part, menma, fait à la hâte. 

164. Dissyllabes en ira. 

165. Quelques dissyllabes en tra conservent excep- 
tionnellement leur finale et forment leur impératif et 
leur participe comme les racines à finale invariable. 

166. Impératif en traOy participe en traîna, 

,, ( imp. ra^rôô, blesse; 

ratray blessure \ , _ , , , 
( part, ratratnay blesse. 

167. Impératif en traro^ participe en tranna. 

. . l imp. etrârcf, ceins ; 

elra. ceinture \ \ 

( part, etrannaj ceint. 

168. D'autres dissyllabes en tra perdent à l'impé- 
ratif et au participe leur syllabe finale et prennent les 
sufJixes suivants : 

169. Impératif en ry, ro^ participe en rana, rina, 

c 1 1. ^1 ( în^P- 'ôry, brûle; 
^JD a, action de brûler i \ ,_'' , ^,. 
( part, loranay brûlé. 

/ imp. dîrOf entête-toi ; 
rfîfra, obstination < part, dirina^ sur quoi on 

( s'entête. 

170. Impératif en ty, to et participe en tina. 

_ .. , ^ i imp. raoty. prends de 

mo/ra^ action de prendre J ^ . 

à& force ) . -1 . . i i. 

\ part, raotma, pris de force. 



Digitized by LjOOQ IC 



IMPÉRATIF PASSIF ISOLÉ 83 

X4 i j . , , ( imp. nto, dessèche; 
ritruy étant desséché J - . , , 

( part, n^ina, desséché. 

171. Dissyllabes en na. 

172. Quelques dissyllabes en na conservent excep- 
tionnellement leur finale et forment leur impératif et 
leur participe comme les racines à finale invariable. 

173. Impératif en nao^ participe en naina. 

,. j, ,, / imp. tsenâd, va au devant; 

tsena, action d aller au \ ^ _ , 

. , < part, tsenatna, au devant 

devant i . 

\ de qui on va. 

Les autres dissyllabes en na sont apocopes de la 
voyelle ou de la syllabe finale et prennent les suffixes 
impératifs et participiaux suivants : 

174. Impératif en ny, participe en nina. 
imp. gôny, choque; 



Qona, choc , ^ - . i_ . 

^ ( part, gonmoy choqué. 

175. Impératif en no, participe en nana. 
imp. tâno, reliens; 



tâna, retenu ^ , ^- . 

( part, tanana, retenu. 

176. Impératif en my, mo, participe en n^ina, mana. 

— . , . ( îiïip» ^ôômy, porte; 

taona. action de porter ] ^ ^— . , , 

( part, taomina, porte. 

^ ,. . , ., ( imp. lêmo. mouille; 

/ëna, étant humide J \ ,_ .„. 

( part, lemana, mouillé. 

177. Racines trissyllabiques. 

178. Quelques trissyllabes forment leur impé- 



Digitized by LjOOQIC 



84 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

ratif par un simple changement de quantité. Des am- 
phibraques deviennent anapestes : 

adâla^ étant fou; impératif : adalâ, sois fou. 

Des dactyles deviennent amphibraques : 

hdmanay manger; impératif : homâna, mange; 
lâsanay étant parti; — lasânUy pars; 

marina, étant juste; — manna, sois juste. 

179. A l'impératif et au participe, les trissyllabes 
ont l'accent tonique sur la syllabe qui suit la syllabe 
longue de la racine : 



kàpoka \ i^P-fP^^: 

( part, kavohin 

andâla 



part, kapohina. 

imp. andalâso; 
part, andalâsina, 

180. Trissyllabes à finale invariable. 

L'impératif et le participe des trissyllabes à finale 
invariable se forme ainsi qu'il suit : 

181. Trissyllabes en a, 

182. Impératif en ay, ao, participe en aina. 

, . c imp. a^orôv, acclame ; 

akora^ acclamation > , , _1 , , 

( part, akorama, acclamé. 

iimp. sakaizâô, soyons amis ; 
part, sakaizâïnay dont on 
est ami. 

183. Impératif en aso, participe en asina. 



Digitized by LjOOQ IC 



IMPÉRATIF PASSIF ISOLÉ 85 

iimp. andalâso, frappe du- 
rement ; 
part, andalâsinay frappé du- 
rement. 

184. Trissyllabes en y. 

185. Impératif en co, ioy participe en enay ina. 

( imp. angolêôf capte; 
angôlyy captation \ part, angolëna, qui est 

\ capté. 

!imp. tadid^, souviens- toi ; 
part, tadidmay dont on se 
souvient. 

186. Impératif en ino^ participe en ina, 

i imp. iangarinOy trompe; 
tangâry, étant rusé | ^^^^ tangarina, trompé. 

187. Impératif en esOj ezOy izo, participe en esina^ 
ezina, izina* 

„ , / imp. am»a/Î50, polis ; 
ampaly, feuille d arbre \ ^ ^ . « * 

^ ^^ i part, ampalisma, qui est 

servant à polir i ,. 

/ imp. akaikëzOy approche; 
akâîkyy étant près < part, akaikëzina, qui est 

( approché. 

( imp. tahirîzoy garde ; 
^' ^ ( part, tahinzina, gardé. 

188. Trissyllabes en o, 

189. Impératif en oy^ participe en oina. 



Digitized by LjOOQ IC 



86 



ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



hadlnoy étant oublié 



imp, hadinôy, oublie ; 
part, hadinôînay ce qui est 
oublié. 



lomano^ natation 



andëvOf étant esclave * 



190. Impératif en osy^ ozy^ participe en osindy ozina. 

iimp. tomafwsy, nage; 
part, lomanosinay dans quoi 
on nage. 

împ. a7idevôzyf réduis en es- 

clavage ; 
part* andevôzinaj qu'on réduit 

en esclavage. 

191. Impératif en nomy^ participe en nomina. 

iimp, atsinômyf va vers le sud; 
part, atsinomifiaf qu'on dirige 
vers le sud. 

Ce dernier impératif semble être la métathèse de 
r impératif régulier atsimôny devenu alùnômy, 

192. Tri s syllabes ea ka. 

193. Quelques trissyllabes en ka conservent excep- 
tionneilement leur finale et forment leur impératif et 
leur participe comme les racines à ûnale invariable. 

194. Impératif en kay^ kaû^ participe en kaina, 

imp. sodokây^ trompe; 
part* sodokmna, qui est trom* 
pé. 

imp. atikâo^ traite en chien; 
part, alikâlnaf qu'on traite en 
chien. 



sodoka^ induit en er- 
reur 



aHka^ chien 



Digitized by LjOOQIC 



r 



:*'k. 



IMPÉRATIF PASSIF ISOLÉ 87 

195. Les trissyllabes en ka dont la finale variable 
s'apocope à Timpératif et au participe, forment ces 
deux temps ainsi qu'il suit : 

196. Impératif en afy, afo, participe en àfina, 

imp. kohâft/y appelle en tous- 

kôhaka, ioue i * /.-,. . . ,, 

^ part, kohafina, qui est appelé 

en toussant. 

lëlaka, action de lé- c imp. lelâfoj lèche ; 

cher f part, lelâfina^ qui est léché. 

197. Impératif en aka, ahy, aho^ participe en ahina^ 
ahana. 

iimp. mailâhay sois leste; 
part, mailâhinay qu'on rend 
leste. 

,_ , ^. j , / inip. torâhvy lance ; 
^oraAa, action de lan- I *' _,v 

< part, torahmay contre quoi on 

( lance. 

iimp. latsâho, laisse tomber ; 
part, latsâhanay qui est laissé 
tomber. 

198. Impératif en aro^ participe en arana, 

«, , ^ ( imp. trobâro, perce; 

trobakuj trou \ ^ . . - 

( part, trobarana, percé. 

199. Impératif en eha^ ehoy participe en ehana. 
Exceptionnellement les voyelles radicales de la 

seconde et même de la première syllabe des racines 
suivantes subissent une modification à Timpératif et 
au participe. 



Digitized by LjOOQ IC 



88 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

tritrikay étant heureux; imp. tretrëha, sois heureux. 

_ ., ^^ ^ , / imp. lentëho, plonge; 
tëntika, étant sub- \ \ , -, . 

< part, lentehana. dans quoi on 

""«' ( plonge. 

199 bis. Impératif en ikOf participe en ihina. 

.-/»! zj... ^ imp. ^a/iAo, attaque; 

faAA;a, expédition j '^ ' ,. ; .' , 

( part, tafihmay qui est attaqué. 

200. Impératif en e/b, participe en efana. 
Exceptionnellement la voyelle radicale de la se- 
conde syllabe de la racine subit une modification à 
l'impératif et au participe. 

-_.., -. ^ ,,, ( imp. /e/ë/b, comble; 
(e/2A:a, étant comblé ) '^ , '' . . ,,, 

l part, lelefana^ qui est comblé. 

200 bis. Impératif en ifo, participe en ifina. 

!imp. toklfoy obstine- toi ; 
part, tohïfinaj sur quoi on 
s'obstine. 

201. Impératif en ito, participe en itina. 

târikay action de traî- ( imp. tarito, tire ; 
ner ( part, taritina^ qui est tiré. 

202. Impératif en o/y, participe en ofana, 

,_, , . .. ( imp. dobôfy. fais retentir; 

doboka. son retentis- i , , '^ , « ., 

< part, dobofana, qu on fait re- 
sant I ♦ *. 

\ tentir. 

203. Impératif en ohy, participe en ohina. 

j- , ^ imp. kapôhu. bats ; 

kapoka, coups ] \ / _/.' ' . _ .^ 

V part, kapohmay qui est battu. 



Digitized by LjOOQIC 



IMPÉRATIF PASSIF ISOLÉ 89 

204. Trissyllabes en tra. 

205. Quelques irissyllabes dactyles deviennent 
amphibraques à Timpératif et perdent seulement le 
t de leur finale variable : 

lâvitray étant loin ; impératif : lamra^ sois loin ; 

vinitra, étant en colère ; impératif ; umira, mettez- 
vous en colère ; 

vôkatray fruits; impératif : vokâra, que les fruils 
abondent ; 

zâvatra^ chose; impératif : zavara, puissiez^vous 
faire. 

têzitray étant en colère, adoucit à Timpératif la 
voyelle de sa syllabe post-tonique : tezëra, fâche4oî, 

206. Les trissyllabes en tra dont la iînale s*apo- 
cope à rimpératif et au participe forment ces deux 
temps comme suit : 

207. Impératif en a/y, afo, participe en afana, 

,, . , / . ( sokàfu. ouvre: 

sokatra. état de ce I imp. ] .Jf 

qui est ouvert ] .,-/.. 

V part, sokafana^ qui est ouvert, 

208. Impératif en ary^ aro^ participe en aranaj 

ainna, 

-, , X. jf ^ i°iP- solâry. entaille; 

solatray action den- \ . ,« . , 

l part, solarana, qui est en- 

f taillé. 



tailler 



imp. akârOf monte; 
âkatraf ascension ^ part, akârina^ qu'on fait mon- 
ter. 

209. Impératif en asoy participe en uBana, 



Digitized by LjOOQIC 



imp. 



90 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

hâratray action de ra- C imp. hm^âso, rase ; 
ser ( part, harâsanay qui est rasé. 

210. Impératif en a7*o, atOy participe en arinay 
atina. 

fongâro^ sors; 

fongâtOj — 

fôngatray action de 1 / fongârina^ qui est 

sortir ) . 1 sorti; 

' part, s ^ _,. 

' fongatinay qui est 

sorti. 

211. Impératif en aty, atOy participe en atina. 

iimp. roâtt/y enlève l'écume ; 
part, roâtinay dont il est en- 
levé Técume. 

„, .. ^ , / inap» elâtOy entr'ouvre; 

e/a^ra, action de s en- 1 ^ i- . . ^ ^ , 

< part, elatma. qui est entr ou- 

trouvrir J ^ ^ 

\ vert. 

212. Impératif en efoy participe en efina. 
Quelques racines en itra adoucissent exceptionnel- 
lement la voyelle post- tonique i en e, 

Hentsitray action de ( imp. f^en^sê/b, suce; 
sucer ( part, tsentsëfinay qui est sucé. 

213. Impératif en ero, participe en eranuy erina. 
D'autres racines en itra font ero à Timpératif, erana 

au participe, en adoucissant en e Vi de la syllabe 
post-tonique. 

iimp. atëro, présente ; 
/ atëranUf qui est of- 
part. < fert; 
\ a^ërinà, qui est offert. 



Digitized by LjOOQ IC 



IMPÉRATIF PASSIF ISOLÉ 91 

213 bis. Impératif en iroj participe en irana. 

^j., , . ^ , ( imp, /adîro, exorcise ; 

/aaz^ra, objet avec le- j '^ ,- . . 

, . s part, fadirana. qui est exor- 

quel on exorcise I , / 

\ cise. 

214. Impératif en eto, participe en etana. 
D'autres racines en itra font eio à Timpératif, etana 

au participe en adoucissant en e Vi de la syllabe post- 
tonique. 

iimp. raikêtOy consens; 
part, raikëtana, à quoi il est 
consenti. 

214 bis. Impératif en itOy participe en iiana. 

,,,. .^ { imp, /ano'î/o, délimite ; 
fangitra. délimita- ] ! \, - . \ ^,,. 

', < part, fangitana^ qui est déh- 

tion i ^ ./ ^ ^ 

\ mité. 

215. Impératif en ora^ ory, oro^ participe en orina^ 
orana, 

imp. montôra^ mets-toi en ço- 

- . . i^A i_. j 1ère; 

montotra. fâche < . ». , 

' part, montonnay qu on met en 

colère. 

fôfotraj action de ( imp. /b/ôry, chauffe ; 
chauffer ( part, fofôrina^ qui est chauffé. 

fïngotra, la partie l imp. fingôro^ saisis par le pied ; 
resserrée au -des- < part, fingôranay qui est saisi 
3US de la cheville ( par le pied. 

216. Impératif en o/î/, participe en ofana. 



Digitized by LjOOQ IC 



92 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

, ( imp. rakôfy, recouvre; 
rakotra. couvercle ) . , / 

^ part, rakofanay recouvert. 

217. Impératif en ost/, participe en osana. 

,. . l imp. romposy. cueille à plei- 

rompotra. action de l r iri 

„,. , , . ) nés mains; 
cueillir a pleines 



mains 



part, ramposana^ qui est 
cueilli Ëi pleines mains. 



218. Impératif en of y, participe en otana. 

, ,, / imp, ùnqôly. arrache; 
onqotra, action d ar- ] _ . , 

' , < part* ongotana^ qui est arra- 

racner k . ^ 

\ ché. 

219. Trissyllalies en «a. 

Les trissyllabes en na forment leur impéralif et par- 
ticipe comme suit : 

220. Impératif en o. 

Cette forme impérative qui transforme le trissyl- 
Jabe en dissyllabe, est extrêmement rare. 



hanina, nourriture 1 



imp. kano, mange; 

part, hânina^ qui est mangé. 



221. Impératif en nao^ participe en naina. 
Quelques trissyllabes conservent leur finale variable 
à Timpératif et au participe. 

!imp, tamanâOf habitue; 
part, tamanâïna, qui est ha- 
bitué. 

Les impératifs et participes suivants se forment en 
ajoutant au trissyllabe apocope les suffixes impératifs 



Digitized by 



Google 



IMPÉRATIF PASSIF ISOLÉ 93 

et participiaux. Dans quelques cas, la voyelle post- 
tonique i s'adoucit en e, 

222. Impératif en any, anOy participe en anina. 

kôbanay agitation ( imp. A:o^ni/, agite ; 
d'un liquide ( part, kobânina, qui est agité. 

imp. dilâno, rétrécis; 



dîlanay resserrement . ,,.,_. 

' part, aitaninay qui est rétréci. 

223. Impératif en amo, participe en amana. 

i imp. andrâmo, essaye ; 
ândrana, essai l part, andrâmana, qui est es- 

( sayé. 

^224. Impératif en emo, participe en émana, emina, 

_ , . ., / imp. tandrêmo, surveille ; 

tanartna, surveil- < . , - . , 

4 part, tandremanaj qui est sur- 

'^"''^ ( veillé. 

/ imp. enëmo, divise en six ; 
ënina, étant six < part, enëmina, qui est divisé 

\ en six. 

225. Impératif en enoj ino, participe en enanaj 
inina. 

âmbina, action de ( imp. amèëno, garde; 
garder ( part, ambênanaj qui est gardé. 

. , . , « / imp. ambïno, sois favorisé ; 

ambindj bonne for- I , ,- . • x ^ 

i part, ambimna, qui est favo- 

tune i . X 

\ risé. 

226. Impératif en ony^ participe en onina, 

8. 



Digitized by LjOOQIC 



94 E&SÂl DE GRAMMAIRE MALGACHE 

i imp. angôny, réunis; 
ângona, réunion j ^^^^ a„^ômna, réuni. 

227. Impératif en orna, omj/, participe en omina. 

iimp. ^yelôma, vivez ; 
part, velômina, qu*on fait vi- 
vre. 

fënowa, action de tis- i imp. tenômy^ tisse ; 



ser ( part, tenomina, qui est tissé. 



Digitized by LjOOQ IC 



PARTICIPE PASSÉ PASSIF 95 



4'' — Participe passé passif 

en voa. 

228. Ce participe passif se forme en ajoutant à la 
racine le préfixe participial voa. Voa se préfixe inté- 
gralement devant les racines commençant par une 
voyelle. Les groupes aa, ae, ai, ao se prononcent a-a, 
a-e, a-î, a-o et ne forment jamais voyelle longue par 
redoublement ou diphtongue. La quantité de la racine 
ne subit aucune modification du fait de la préfixation 
de voa. Exemples : 

voavâky, ayant été brisé, de vâky, étant brisé ; 

voaâhyy dont on a eu soin, de âAy, soin; 

vodëtry^ ayant été abaissé, de eti'y, abaissement ; 

voaïditray ayant été introduit, de iditra, action 
d'entrer; 

voaôndranaj ayant été embarqué, de ôndranuy 
embarquement. 

Ce participe passif se conjugue comme le participe 
suffîxé aux conjugaisons participiales simple et suf- 
fixée. 

Le préfixe voa indique que l'action exprimée par la 
racine vient d'être complètement accomplie, terminée. 
Exemples : 

voatêndi^ âho,\e viens d'être désigné; 
voalâzdkOy (litt. : il vient d'être dit mon), je viens de 
dire. 



Digitized by LjOOQ IC 



96 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

Le racine fâdy^ tabou, possède un double participe 
en voa ; l'un dérivé de fâdyj voafâdy^ déshonoré ; et 
Tautre du participe suffixe fadina^ voafadîna, désho- 
noré. Ce dernier possède exceptionnellement un im- 
pératif : voafadïôf déshonore. 



Digitized by LjOOQIC 



PARTICIPE PASSÉ PASSIF 97 



5"" — Participe passé passif 

en tafa: 

229. Ce participe se forme en préfixant à la racine 
le prélixe participial iafa, Tafa se préfixe intégrale- 
ment aux racines commençant par une voyelle, et sa 
voyelle finale, comme pour voa^ doit être articulée 
isolément. La quantité de la racine ne subit aucune 
modification du fait de la préfixation de tafa. 
Exemples : 

tafalâtsakay étant tombé, de lâtsaka, étant tombé; 

tafaâkatra, étant monté, de âkatra^ ascension; 

tafaêvotray ayant été soulevé, de êvotra^ soulève- 
ment; 

tafaïditra, ayant été introduit, de iditra, action 
d'entrer; 

tafdôdy^ étant revenu, de ôrfj/, retour. 

Ce participe se conjugue comme le précédent, aux 
conjugaisons participiales simple et suffîxée. Il indique 
que Faction exprimée par la racine est entièrement 
terminée et accomplie spontanément. Exemple : 

tafalâtsaka ïzy, il est tombé (la chute est terminée 
et s'est produite par la volonté du sujet). 



Digitized by LjOOQ IC 



ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



ô"" — Adjectif verbal passif à 
infixes in et on. 

230. L'adjectif verbal à infixe se forme en inter- 
calant après la consonne ou double consonne initiales 
de la racine, l'un des infixes in ou on. L'adjectif ver- 
bal infixé conserve Taccent tonique sur la voyelle 
accentuée de la racine. Exemples : 

trinôtro, étant porté entre les bras, de trôtro^ action 
de porter entre les bras ; 

vinâky, étant brisé, de vûki/^ étant brisé ; 

binâboj étant capturé, de bâbo, étant prisonnier de 
guerre ; 

kinïsoka, étant moulu, dé kïsoka^ action de moudre ; 

hinêtsika^ étant remué, de hëtsika, agitation ; 

bonôry^ étant tronqué, de 6ôn/, privé de ses mem- 
bres ; 

vonônoy étant tué, de vono, action de tuer. 

Un (Participe suffixe pizma,à qui il est fait signe de 
Tœil, de la racine py, possède exceptionnellement la 
forme infixée pimzina. 

231. Les adjectifs verbaux à infixe sont en très 
petit nombre. Ils se conjuguent comme les adjectifs 
verbaux simples, mais prennent de plus au parfait 
la particule no. A la conjugaison radicale simple, ils 
expriment Tidée que l'action soufferte par le sujet est 
indépendante de sa volonté. La conjugaison radicale 



Digitized by LjOOQ IC 



ADJECTIF VERBAL PASSIF A INFIXES 99 

suffîxée indique, au contraire, que le sujet est l'au- 
teur, a la responsabilité de l'action soufferte. 
Exemples : 

tinâdy tôngotraàho (litt. : je suis attaché quant aux 
pieds), on m'a attaché les pieds; 

efa no tinâdiko ny tôngotra, (litt. : a été attaché 
mon quant aux pieds) je me suis attaché moi-même 
les pieds. 



Digitized by LjOOQIC 



100 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



Adjectif verbal passif à 
infixe ont. 



232. L'iafixe om (1) intercalé après Tinitiale de la 
racine forme des adjectifs verbaux à infixé. L'accent 
tonique reste sur la voyelle accentuée de la racine. 
Exemples : 

homéhy^ étant riant, de hêhy, rire ; 
tomânt/y étant pleurant, de tâny^ larmes; 
tomôetra^ étant demeurant, de tôetra^ état; 

Les adjectifs verbaux à infixés om se conjugent 
comme les adjectifs verbaux simples, mais à la con- 
jugaison radicale simple seulement. Exemples : 

homëhy âho, je ris; 
tomâny îzy^ il pleure. 



1. Cf. L. Dahle. The infix inmalagasy, Antananarivo Annual, 
1875-78, p. 169-172. 



L, 



Digitized by VjOOQIC 



RACINES REDOUBLÉES 101 



8*^ — Racines redoublées. 

. 233. La réduplicatioQ donae à la racine le sens gé- 
néral d'accomplir fréquemment Taction ou d'être 
fréquemment dans Tétat qu'elle exprime; et les sens 
spéciaux d'accomplir avec hésitation l'action, de se 
trouver dans un état plus ou moins accentué que 
ceux qu'elle exprime. La réduplication est beaucoup 
plus fréquente et usitée en Merina que dans les dia- 
lectes provinciaux (1). . 

234. Les monosyllabes redoublés prennent l'accent 
tonique sur la seconde syllabe, la première devenant 
brève : 

bebêj un peu plus, de 6ê, beaucoup; 
rairâyy action de saisir fréquemment avec la main, 
de rây, action de saisir avec la main. 

235. Les dissyllabes à finale invariable commençant 
par une consonne, l'une des voyelles e, i, o, ou la voyelle 
a suivie d'une consonne dans la première syllabe, se 
redoublent intégralement. La voyelle finale de ces 
dernières racines ne forme-pas diphtongue avec la 
voyelle initiale de la racine redoublée et s'articule 
isolément. Le premier dissyllabe devient bref et le 
second conserve la quantité de la racine. Exemples : 

mavomâvo, étant jaunâtre, de rnâuo, jaune; 

1. Antananarivo Annual, Î875-1878, p* 300, note de M. J. Si- 
bree. 

9 



Digitized by LjOOQIC 



102 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

eliêly, étant fréquemment dispersé, de ëly, disper- 
sion; 

ilaïla, ayant fréquemment besoin, deîla, besoin; 

ofiôfyy étant fréquemment épluché, de ofy, éplu- 
chure; 

ampiâmpy, étant à peine suffisant, de âmpy, étant 
suffisant; 

andnândry, étant attendu peu sérieusement, de 
ândry, attente. 

Les dissyllabes à finale invariable commençant par 
un a syllabe et finissant par un a, perdent cette 
voyelle à la première partie de la forme redoublée. 
Exemple : 

alâla^ étant enlevé fréquemment, de â/a, enlève- 
ment. 

236. Les dissyllabes à finale variable se redoublent 
comme suit : 

Les dissyllabes en ka commençant par une consonne 
se redoublent intégralement : 

dokadôkay étant flatté fréquemment^ de ddka, flat- 
terie. 

Les dissyllabes en ka commençant par un a ou la 
diphtongue ai; les dissyllabes en na commençant par 
une voyelle ou une consonne non-permutante perdent 
en se redoublant leur voyelle finale. Exemples : 

akakâj étant hésitant, de akâ, feinte; 
aikâikay étant légèrement compact, de aika, état 
compact. ^ 

anânaj étant troublé, de âna, fatigué; 



Digitized by LjOOQIC 



RACINES REDOUBLÉES 103 

dondônUf chocs répétés, de dônay choc. 

LUoitiale des dissyllabes en na commençant par 
une lettre permutante, permute avec sa correspon- 
dante. La finale variable perd sa voyelle et n se 
change en m devant b et p. Exemples : 

rondrônay inclinaison fréquente, de rôna, incli- 
naison ; 

vombônay nœuds fréquents, de vôna^ nœud. 

Les dissyllabes en tra commençant par une con- 
sonne non-permutante perdent leur finale variable. 
Exemple : 

dodôtra, action de brûler légèrement, de dôtra^ 
action de brûler. 

L'initiale des dissyllabes en tra commençant par 
une consonne permutante, permute avec sa corres- 
pondante. La finale variable est apocopée comme dans 
le cas précédent. Exemple : 

zajâtra, étant peu habitué, de zâtra^ habitué. 

Les dissyllabes en tra commençant par une voyelle 
perdent seulement leur voyelle finale. Exemple : 

etrêtray action de mettre fréquemment une ceinture, 
de êtra^ ceinture. 

237. Dans les trissyllabes redoublés, le premier 
devient bref et le second conserve Taccent de la ra- 
cine. 

238. Les trissyllabes à finale invariable commen- 
çant par un a, perdent cette voyelle au duplicatif. 
Exemples : 



Digitized by LjOOQ IC 



104 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

akaikikcnkyf étant plus près, de akâthy, près ; 
akangakângay grand filou, de akângoy filou. 

Fait exception : arivoarivOj innombrable, de arivo, 
mille. 

Les trissyllabes à finale invariable commençant par 
une consonne permutante ou non-permutante, ne 
redoublent que les deux dernières syllabes de la ra- 
cine. Exemples : 

hadinodino, étant oublié fréquemment, de hadîno^ 
étant oublié; 

sakaizakatza, étant ami intime, de sakâiza, ami; 

bohihihihyy étant toujours entêté, de bohïhy, entêté ; 

mosamsâvy, maléfices fréquents, de mosâvy, malé- 
fice; 

239. Les trissyllabes en ka commençant par une 
consonne non-permutante perdent leur finale. Exem- 
ple : 

motsimôtsika, étant complètement broyé, de md- 
tsika, étant broyé. 

Les trissyllabes en ka à initiale permutante per- 
dent leur finale variable et la consonne initiale per- 
mute avec sa correspondante. Exemple : 

lavadâvaka^ petit trou, de lâvaka, trou. 

Les trissyllabes en ka commençant par une voyelle 
perdent seulement leur voyelle finale. Exemple : 

aràkâraka^ poursuite en justice, de âraka, action de 
revendiquer. 



Digitized by LjOOQ IC 



RAaNES REDOUBLÉES 105 

Les trissyllabes en na commençant par une voyelle 
suivent la règle précédente. Exemple : 
alinâlinay crépuscule, de âlina, nuit. 

Les trissyllabes en na commençant par une con- 
sonne non-permutante perdent également leur voyelle 
finale. Exemple : 

janonjânonay arrêts fréquents, de jânona, arrêts. 

Les trissyllabes en na à initiale permutante perdent 
leur voyelle finale, et la consonne initiale permute 
avec sa correspondante. Exemple : 

lanondânonay petite réunion, de lânona^ réunion. 

Les trissyllabes en ira commençant par une voyelle 
perdent leur voyelle finale. Exemple : 

efilrëfitra, séparation en plusieurs parties, de ëfitra, 
séparation. 

Les trissyllabes en trà commençant par un h sui- 
vent la règle précédente. La racine redoublée est 
aphérésée de son initiale. Exemple : 

halatrâlatray vols fréquents, de hâlatra, vol. 

Les trissyllabes en tra à initiale non-permutante 
perdent leur finale variable. Exemple : 
pelapëlatray soufflets fréquents, de pëlatra, soufflet. 

Les trissyllabes en ira à initiale permutante per- 
dent leur finale variable et la consonne initiale per- 
mute avec sa correspondante. Exemple : 

fandropândrotra, étant entouré de nœuds coulants, 
de fândrotra, nœud coulant. 



Digitized by LjOOQ IC 



106 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

240. Les trissyllabes et quadrisyllabes à préfixe ne 
redoublent que le dissyllabe ou trissyllabe radical. 
Exemples : 

borerarera, étant très-faible, de ho-rêra, faible ; 
faroradrôraira, étant entouré de fils d'araignée, de 
fa-roratray fils d'araignée. 



Digitized by LjOOQ IC 



FORME AVEC SUFFIXE 107 



9° — Forme avec suffixe ny. 

241. Le suffixe ny qui ne doit pas être confouilu 
avec ses homonymes homographes le suffixe prépo- 
sitif et le suffixe pronominal de la 3« personne, ne pa- 
rait pas avoir de fonctions nettement déterminées. 
Les racines auxquelles il est suffixe conservent, dans 
certains cas, leur sens initial, et subissent de légères 
modifications de sens, dans d'autres cas. La forme suf- 
fixée garde la quantité de la racine. Exemples : 

rôrj/, action de réconcilier; rârinyj justice, équité ; 
./â»a, long; lâvany, longueur; 

vâhy^ liane; vâhiny, ce qui ressemble à une liane ; 

tâpakay étant coupé ; tâpany, moitié, fraction ; 

sâsakay moitié ; sâsany^ certains, une partie ; 

pikûy action de se détacher; piny, parcelle qui ce 
détache d'un objet ; 

sâkanay tout ce qui est en travers; sâkany^ lar- 
geur; 

sârotra, difficile; sarôtiny^ difficile à contenter (1); 

tory, tôriny, incision; 

uôa, vôânyj rognon. 



1. Sarôtiny est le seul exemple où la finale variable ait subi 
cette modification spéciale de tra en ti, La finale des mots eu 
ka et na est an contraire apocopée et remplacée par le suffixe 
ny. 



Digitized by LjOOQIC 



108 . ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



10^ — Adjectif verbal passif 
en . vïid* 

242. Les adjectifs en ma se forment en ajoutant à 
la racine ce préfixe plein ou apocope. Ils conservent 
la quantité du radical. 

ma se préfixe intégralement devant une consonne. 
Exemple : 

marârxjy étant malade, de râry^ mal. 

Les racines commençant par a ou e prennent le 
préfixe apocope. Exemples : 

malahëloy étant triste, de alahëlo, chagrin ; 
mëndrika, étant digne, de ëndrikay convenance. 

Les racines commençant par i et o prennent le pré- 
fixe plein. Exemples : 

maninay étant obscur, de izina^ ténèbre ; 
maôzatra, étant musculeux, de ôzatra, muscles. 

maëva, bon, de ëva, bonté, et mômbaj étant passé, 
de ômba, action de suivre, font exception aux deux 
règles précédentes. 

Les racines commençant par un h perdent cette ini- 
tiale et prennent le préfixe apocope. Exemples : 

mânitray étant parfumé, de hânilra, parfum; 
mâsina, étant saint^ de hâsina^ vertu. 

243. Les adjectifs en ma se conjuguent comme 



Digitized by LjOOQIC 



ADJECTIF VERBAL PASSIF 109 

les adjectifs verbaux passifs simples, mais à la conju-- 
gaisoD radicale seulement. Le parfait et le futur s*indi* 
quent en changeant en n et h, Huitiale m du préfixe; 
rimpéralif en portant sur la syllabe suivante Taccent 
tonique du présent. Exemple : 

malâzay étant célèbre^ de Inza, renommée. 

Présent : malâza akoy je sois célèbre. 
Parfait : nalâza âho, j'ai été célèbre. 
Futur ; haîâza âho^ je serai célèbre. 
Impératif ; maluzâ^ sois célèbre- 
Participe présent : malazay étant célèbre. 

Les adjectifs en ma dérivés d'une racine com- 
mençant par une voyelle ou un A sont invariables. Ils 
prennent an parfait Tauxiliaire e/a, et an futur Tauxi- 
liaire ho. Exemple : 

mâsina^ étant saint, de hmina^ vertu, * 

Présent : mâstna âkOy je suis saint. 
Parfait : efa mâsina âkOj j'ai été saint. 
Futur : ho mminay je serai saint. 
Impératif: maslna^ sois saint. 
Participe présent : mâ&ina, étant sain L 

Se conjuguent comme les précédents, les adjectifs' 
simples iehquesâda^ étant moucheté; jâmbay étant 
aveugle; ântitra, étant vieux; hëndry^ êtaot prudent, 
Exemples : 

sâda akOf je suis moucheté ; 
efajamha hianao^ tu as été aveugle; 
ho ântitra hy^ il sera vieux, 

a. 



Digitized by LjOOQ IC 



110 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

244. Les adjectifs en ma suivants gouvernent 
exceptionnellement l'accusatif: 

mâninay étant regretté ; 
mânitra^ étant parfumé ; 
mâimbOf étant puant; 
malahëlo, étant triste ; 
mâmo; étant ivre ; 

mêndrikay étant digne. Exemple : malahelo azy aho, 
je suis triste à cause de lui. 



Digitized by LjOOQIC 



ADJECTIF ET SUBSTANTIF AVEC PRÉFIXE 111 



11^ — Adjectif et substantif 
avec préfixe ka. 

245. Les adjectifs en ka se forment en ajoutant ce 
préfixe à la racine. Ka est bref et ne modifie pas la 
quantité de la racine. Exemples : 

kahîhiiray étant ladre, de hihitra, parcimonie ; 
katïïina, étant paresseux, de laïna, paresse ; 
kalâzay étant célèbre par ses discours, de lâza, ac- 
tion de dire ; 
kamâôsyy étant épuisé, de mâdsy, étant détruit ; 
kangâly, étant noir d'ébène, de ngâly, étant noir. 

246. Les adjectifs précédents sont des adjectifs 
verbaux passifs. Ils se conjuguent à la conjugaison 
radicale simple. 

246 bis. Ka forme également des substantifs. 
Exemples : 

karâzanay descendance, de râzana, ancêtres ; 

kabêj gros personnage, de be beaucoup ; 

kabëdyy remontrances sans fin, de bëdy, action de 
gourmander; 

kamënona, bavardages sans fin, de mënona^ dont la 
forme redoublée menomënona, bavardage, s'est seule 
conservée. 



Digitized by LjOOQ IC 



112 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



12** -- Substantif avec suffixe 

ana. 

247. Quelques substantifs se forment en sufQxant 
à la racine le suffixe ana. La finale et la quantité du 
radical suivent les règles énoncées pour les participes 
en ana. Exemples : 

Racine fêhy, action de lier; fehêzana, petit paquet; 

— hântonay suspension ; hantônana, la chose 
qu'on suspend ; 

racine hanva, le soir; harimnay le soir; 

— lânja, poids ; lanjâna, la chose portée ; 

— lânona, réunion; lanônana, réunion; 

— vôno, action de tuer; vonôana, massacre. 



Digitized by LjOOQ IC 



SUBSTANTIF AVEC PRÉFIXE lia 



13^ — Substantif avec préfixe 

ha, 

248. Quelques racines forment un substantif avec 
le préfixe ha, Ea est bref et ne mod!6e pas la quantité 
de la racine. Exemples : 

Racine i^J, étant grand; habë^ grandeur; 

^ — horêrat étant faible ; haborera^ débilité ; 

— ftihy, étant court; hafôhy, brièveté; 

— kêiyi étant petit; hakëiy^ petitesse; 

— ftiana, fragilité; hakiana^ fragilité; 

— iâdy^ vitesse; halâdy^ promptitude ; 

— ngîdyy étant amer; hangidy, amertume; 

— mâïmbOf è tant puan t ; kamâlmbo^ puante ur, 

249. Le thème préfixai //a indique un état ou une 
action intrinsèques par opposition aux substantifs en 
faka et faha ^— ana dont l'état ou l'action est extrin- 
sèque. Exemples ; 

ny hamaimbùn-kùtmka^ la puanteur du maraiâ. 

Bamaimbo indique que Tétai propre, habituel d'un 
marécage est d*êlre puant^ que sa puanteur est natu- 
relle et normale. 

ny fahamaimboan' io trano io^ la puanteur de cette 
maison. 

Fahamaimboana indique, au contraire, que cette 



Digitized by LjOOQIC 



114 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

maison sent mauvais parce qu'elle n'a pas été nettoyée 
comme le sont ordinairement les maisons; que la 
puanteur o'esl pas Podeur habituelle de la maison et 
est le résultai de causes étrangères à Timmeuble. 



Digitized by LjOOQIC 



SUBSTANTIF AVEC PRKFIXE ET SUFFIXE 115 



140 — Substantif avec préfixe 
et suffixe ha — ana. 

250. Quelques racîûes oat un substantif en ha — ana 

dont la sîgniiication est identique aux substantifs en 
ha» 

Le préfixe ha est bref. La finale et la quantité de la 
racine suivent les règles énoncées pour ïa formation 
des participes en ana. Exemples : 

Racine hëndry, étant sage; hahendrëna, sagesse; 
~ kéty^ étant petit ; hakeiëzana^ petitesse ; 

— /oTna, étant paresseux; Âa/olnariâ, paresse; 

— iâva, étant long; halavnna^ longueur; 

— /emy, étant doux; halemëna, douceur; 

— mafy^ étant dur; hamafesana, dureté; 
mHim^vo, étant puant; hamahnbôana ^puani&Mt; 

— sâhtj, étant courageux ; hasakiana, courage; 
~ sâm ha trUf é ta n t heu reux ; h osa m b âran « j bo n* 

heur. 



Digitized by LjOOQ IC 



116 



ESSAI D£ GRAMMAIRE MALGACHE 



«a 
•s 



es S 



u 

0) 

o 

os 

K 

> 

0) 

M 

a 
(1< 



20 

csi 



«s 



§ 



SX. 






s; 



I 

a. 
S 
«s 



J 



I 



e 
s 

c 

g 






e 
s 
.« 






I 

"8 



m s Çtf 



8 
« 
S 



8 



1 






J 












I ht 

« fi p 



« 
S 



r 



I 



'OBSBIO at% 



*«}im;P ess (S snirag 



3 
S 



•i 1 i .f 1 

il- S - « i 

^1 J J s j 



I I 



DigitizedbyCtOOQlC 



PRÉFIXES VERBAUX ACTIFS ET NEUTRES 



117 



. J 




1 






§ 






s; 








•«* 




O fa 


1 
s 


• ««» 










- "^ 




S 






S 




s 1 1 










§ 




« Glas 

bes neu 

en 
mian. 


•««» 

g 


•2 


• 




«2. 




« 1 1 




S 






S 










e 








n d 




2 


Si. 




-1 






e 




s 




•«5 




i if 




r 


a. 




s 
«2 






S 






s 




> § 






s 








1 






•««» 








Classe 

)es actifs 
Butres en 
mi. 


S 




1 

a. 




•s. 
s 


î 


^n 




^ 


1 




S 


S 








« 














-«! 








6* Classe 

Verbes actifs 

en 
^ maba. 




1 


1 




a, 






S 






«> 


^ 






•1 






ni 


1 










^ 






«» 










«» 


t- 




t 


.g 


J 1 1 










B* 
S 


M -ë s 


-i 


s. 




ë^^ 






«» 






^s 


g 


g B § 


S 


g 


• 


s 


«S 




«s 


«2 




2 S 


o 


• « 


i e 


tt 


« 




.*H 


e<i 


CO ** K/^ 


CO 


C-i 



Digitized by LjOOQ IC 



118 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



Verbes en ma. 

^^ elasse. 

251 bis. Verbe actif ou neutre en iwa. 
Le préfixe ma forme des verbes actifs ou neutres 
qui se conjuguent aux l'«, 2« et 6® formes. 

1" forme simple. 

Verbe actif rwaAi^a, voir (1), de la racine hlia^ étant 
vu. 

Présent : mahlta ahOy je vois. 

Parfait : mahlta ahoy j'ai vu. 

Futur : hahlta aho, je verrai. 

Impératif: mahita, vois. 

Participe présent : mahlta^ voyant. 

Nom d'action habituelle : fahlla, ce qui se voit, ma- 
nière de voir. 

Nom d'agent habituel : mpahîtay celui qui voit. 

2* forme causative : mampahîta (2), faire voir. Se 
conjugue comme mahita et possède les mêmes dé- 
rivés. 



1. Mahïta signifie exactement voyant. Nous avons cependant 
traduit par l'infinitif pour suivre les lexicographes français et 
anglais. L'erreur de traduction est peu importante; mais il y 
aura lieu de se rappeler que cette forme verbale et les suivantes 
représentent exactement non un infinitif mais un participe 
présent, actif ou neutre. 

2. Ma, mampa et tous les autres préfixes verbaux sont brefs. 



Digitized by 



Google 



VERBES 119 

6* forme réciproque causatîve : mifampahîtay se 
faire voir réciproquemenL Se conjugue comme mahiia 
et possède les mêmes dérivés. 

ma se préfixe aux racines commençant par une 
consonne. Les racines commençant par une voyelle 
prennent le préfixe apocope m. Exemples : 

mâka, prendre, de âfea, action de prendre ; 
mândro, se baigner, de ândroy action de se baigner. 



Digitized by LjOOQ IC 



120 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



Verbes en màn. 

3« classe. 

252. Verbe actif en man. 

253. La préfixation de la particule verbale man 
fait permuter ou disparaître Tinitiale de la racine 
ainsi qu*il suit : 

I. Les consonnes initiales Z, r et z permutent avec 
leurs correspondantes. Exemples : 

mandâza, louer (man, lâza); 
mandêvinay enterrer {man, têvina); 
mandrâvay démolir (many râva) ; 
mandrwotray venter [many rlvotra) ; 
manjâka, régner {man, zâka) ; 
manjcûtray coudre {man^ zâitra). 

II. Les initiales ky n, s, t, ts disparaissent. Exem- 
ples : 

manïïikitra, mordre {man, kâikitra); 
manajakâja, préparer {many kajakâja); 
manënina, se repentir {man, hënina) ; 
manênOy retentir {man, nëno) ; 
manâsa, laver {man, sâsa); 
manâzy, punir {man, sâza); 
manâtakay découdre {man, tâlaka) ; 
manéry, presser {many iêry) ; 
manlndry, presser {many tsîndry); 
manînjara, détailler {man, tslnjara). 



Digitized by LjOOQ IC 



VERBES 121 

III. L'initiale h disparait quelquefois^ mais se 
change plus généralement en g. Exemples : 

manadino, oublier {mariy hadino) ; 
manâhyy mettre au séchoir [manj hâhy) ; 
mangâtaka^ demander {man, hâtaka) ; 
mangâlatray voler {mariy hâlatrà){l). 

IV. Vn du préfixe man se change en m devant 
les consonnes radicales ^ m^ p et v qui s'élident. 
Exemples : 

mamânày chauffer {mariy fana) ; 
mamâtra, mesurer {many fâtra) ; 
mamëzaka, amincir {many mëzaka); 
mamindrOy se chauffer (man, mîndro) ; 
mamôitray faire jaillir (man, pôitra) ; 
mamôtraka, renverser {man, pôtraka) ; 
mamâlyy répondre [man^ vâly) ; 
. mamângy, visiter (man, vângy), 

V. Les racines commençant par un b conservent 
leur initiale dans certains verbes et la perdent dans 
d'autres. L'n de man se change en m. Exemples : 

mamorabôra, relâcher {man, borabdra); 
mamôntanaj être gonflé {man, bôntana) ; 

1. Le changeineat de h initial en g est très vraisemblable- 
ment un développement de la forme provinciale ancienne ma* 
fialatra en mangalatra, Vh devait disparaître d'une façon 
régulière, et son aphérèse amenait la nasalisation de Vn de 
man en û, devenu ensuite n-g, Vn restitué au préfixe auquel 
il appartient, g a été indiqué comme la permutante de h ini- 
tial. Cette règle ne peut être maintenue que sous réserve de 
Texplication précédente. 



Digitized by LjOOQ IC 



122 ESSAI D£ GRAMMAIRE MALGACHE 

mambôiyj raser {mariy bôiy); 
mambâtay soulever {mariy bâta). 

Quelques verbes ont même les deux formes. Exem- 
ples: 

mamâbo^ . 



, capturer (mariy babo); 
mambabOy ) 

mamosibôsika, ) manger avec voracité {marriy bosi" 

mambosibôsikay ] bôsika). 



254. Man sert à former des verbes actifs et quelques 
verbes neutres. La deuxième classe fournit le para- 
digme de la conjugaison des verbes. Elle se conjugue 
à tous les temps de cette classe et à chacune de ses 
formes. Les sept formes de la deuxième classe sont: 
1° la forme simple (active ou neutre) ; 2** la forme 
causative ; 3° la forme double causative ; 4' la forme 
réciproque ; 5<» la forme causative réciproque ; 6** la 
forme réciproque causative ; et 7® la forme progres- 
sive. 

255. La conjugaison du verbe actif a, comme celle 
du passif, cinq temps : le présent, le parfait, le futur, 
rimpératif et le participe présent. A l'exception de 
Timpératif, les temps du verbe conservent la quantité 
de la racine. Le préfixe est toujours 'bref. Le parfait 
et le futur se forment en changeant en n et A, Tini- 
tiale m du présent. Exemple : 

Verbe actif mandâza, louer, de la racine lâzay re- 
nommée. 
Présent : mandâza àko^ je loue. 



Digitized by LjOOQ IC 



VERBES 



123 



Parfait : nandaza hianao^ tu as loué. 
Futur : handaza izy, il louera. 

256. L*impératîf des verbes de la 3® classe et des 
classes suivantes se forme comme suit : 

1° Les verbes à racine monosyllabique conservent 
la forme impérative de la 1" classe en modifiant quel- 
quefois la voyelle finale. Exemples : 





Impératif de la 


Impératif des classes 


Racine. 


1" classe. 


! 


suivantes. 


rây, 


rcûsOy 


3«cl. 


mandrâisa; 


la, 


tôvy. 


30 cl. 


mandôva ; 


dîOy 


diôvy^ 


4«cl. 


manadïdva; 


tô: 


tôvy, 


50 cl. 


mankatoâva; 


sôà. 


soâva, 


60 cl. 


mahasoâva ; 


pyj 


plzoy 


7«cl. 


mipiza ; 


be, 


beâza. 


8» cl. 


mihabeâza. 



2*» Un certain nombre de verbes trissyllabiques et 
de plus de trois syllabes à finale invariable en a, for- 
ment leur impératif en portant l'accent sur la syllabe 
post-tonique du présent. Exemples : 

Présent : mandaza, impératif : mandazâ; 



manabarëray 

mahantsohâraj 

mankcHza, 

midangadânga, 

mihatsâra^ 

mianjëray 

mitamlay 



manabarerâ; 

mahantsohar(i\ 

7nankaizâ; 

midangadangd \ 

mihatsarâ'y 

mianjerâ; 

mitanilâ. 



3» Les verbes trissyllabiques et de plus de trois 
syllabes à finale variable ou invariable forment leur 



Digitized by LjOOQ IC 



124 



ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



impératif en ajoutant au présent apocope de sa voyelle 
finale, un suffixe identique ou à peu près identique 
au sufQxe impératif de la 1'^ classe. Exemples: 



Présent. 

manangôlyy 
manakaikyf 
manandëvo, 
manândrana, 


Impératif de la 
!'• classe. 

angolêôy 
akaikëzo, 
andevôzy, 
andrâmoy 


Impératif des classes 
suivantes. 

3* cl. manangolë ; 
3® cl. manakaikëza; 
3® cl. manandevôza; 
3« cl. manandrâma; 


mainônoy 

manadinoy 

mandâtsaka, 


fonôsy, 

hadinôy, 

latsâho, 


3«ci. 
3«cl. 
3«cl. 


mamonôsa ; 
manadinôà ; 
mandatsâha; 


mandrëfy, 

manandnfy^ 

manamâilaka, 


refëso, 

tandrifïd^ 

mailâha. 


3«cl. 
3e cl. 
4«cl. 


mandrefësa ; 
manandriftâ; 
manamailâha ; 


manatâdyy 


tadîd, 


4e cl. 


manatadm; 


manatantâvanay 


tantavâno, 


4e cl. 


manatantavâna; 


mahatândrina, 


iandrëmo, 


6e cl. 


mahatandrëma ; 


miâmbinay 


ambëno. 


7e cL 


miambëna ; 


mikôhaka, 
miiadidy. 


kohâfy, 
tadidïôy 


7«cl. 

7e cl. 


mikohafa; 
mitadidïâ ; 


mianavârairaj 


avarâlo, 


9" cl. 


mianavarâta; 


mitandâhatra, 


lahâro, 


10« cl 


. mitandahâra. 



Les trois règles précédentes s'appliquent à toutes 
les classes et toutes les formes. 

l'e forme simple. 

257. Verbe actif wianrfôza, louer, de la racine làza^ 
renommée. 

Présent : mandâza âho^ je loue; 

mandaza hianao, tu loues ; 



Digitized by LjOOQIC 



VERBES 125 

Présent : mandaza izy, il loue; 

( izahay. nous louons, 
mandaza \ . ., 

( isika, — 

mandaza hianareo, vous louez ; 

mandaza izy^ ils louent (1). 

Parfait : nandâza âho, j'ai loué; 

nandaza hianao, tii as loué ; 

nandaza izy^ il a loué ; 

( izahay. nous avons loué; 
nandaza { . ., 

( tsika^ — 

nandaza hianareo, vous avez loué; 

nandaza izy, ils ont loué. 

Futur : handâza ahOy je louerai; 

handaza hianao, tu loueras; 
handaza izy, il louera; 



handaza 



( izahay, nous louerons; 

l isika, — 

handaza hianareo, vous louerez; 
handaza izy, ils loueront. 

Impératif : mandaza, loue ; 
Participe présent : mandâzaj louant. 

258. De mandaza dérivent un nom d'action et un 
nom d'agent habituels qui conservent la quantité du 
verbe. Celui-là se forme en changeant l'initiale du 
présent en /* : 

mandaza, louôr. 



4. La coDjugaisoQ est identique dans les Provinces qui em'- 
ploieot sealemeût le pronom personnel propre à chacun des 
dialectes. 

10 



Digitized by LjOOQ IC 



126 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

Nom d*action habituelle : fandâza^ manière de 
louer habituellement. 

Les noms d'action en fan marquent Taccompliswse- 
ment habituel de l'action indiquée par le verbe ou 
l'instrument dont on se sert habituellement pour ac- 
complir cette action. Exemples : 

manâày faire ; fanâô, action de faire habituellement ; 

mangâdy^ creuser la terre; fangâdt/, bêche (instru- 
ment dont on se sert habituellement pour creuser la 
terre) ; 

manôtOy piler; fanôto, pilon (instrument dont on 
se sert habituellement pour piler). 

Le nom d'agent habituel se forme en intercalant 
un p après l'initiale du présent. Exemple : 

mandâzay louer. 

Nom d'agent habituel : mpandâza (1), louangeur, 
panégyriste, celui qui loue habituellement. 

259. Dans la plupart des dialectes provinciaux le 
préfixe Merina mpan est augmenté d'un a prosthé- 
tique pour atténuer la difficulté de prononciation ré- 
sultant de la rencontre des deux consonnes initiales. 
Exemples : 

manjâkay régner; nom d'action Merina : mpanjâka^ 
roi ; provincial : ampanjâka ; 

manôratray écrire; nom d'action Merina ; mpanôra^ 
tra, écrivain; provincial : ampanôratra {2). 

1. Ce nom d'agent habitael est inexactement dénommé sub- 
stantif verbal par plusieurs grammairiens. 

2. « Flacourt transcrit omp le préfixe provincial du nom 
d'agent habituel. Exemples : 



Digitized by LjOOQ IC 



VERBES 127 

2<^ forme causative. 

260. Le causatif se forme en préfixant mampan à 
la racine. Il se conjugue comme la forme simple. 
Cette forme et les suivantes conservent la qu^uitité 
de la racine. Exemple : 

mampandâza (mampan, laza), faire louer. 

Présent : mampandâza aho, je fais louer. 

Parfait : nampandaza aho, j'ai fait louer. 

Futur : hampandaza ahOy je ferai louer. 

Impératif ; mampandâza, fais louer. 

Participe présent : mampandâza, faisant louer. 

Nom d'agent habituel : mpampandâza, celui qui 
fait louer habituellement (1). 

verbe manoratse, écrire; nom d'agent : ompanoratse; 

verbe misikily, deviner Tavenir par le sikily ; nom d'agent : 
ompisikily. 

Tous les malgacfaisants ont cru devoir rectifier ompanoratse 
en mpanoralse; ompisikily ou mpisikily. L'orthographe malgache 
de Flacourt généralement incorrecte et fantaisiste, doit être 
cependant maintenue. J'ai trouvé des formes identiques dans 
le manuscrit 7 du fond arabico-malgache de la Bibliothèque 
Nationale dont la rédaction remonte au commencement du 
XVII" siècle : 

X X s/ 

» \ ompahala, ennemi^ de mahala ; 

d\ ompanilra, ami, de manitra; 

. «•/ 
J.J \ ompila, celui qui demande, de mila. 

omp est donc une forme régulière tombée en désuétude qui 
correspond exactement à amp et mp des dialectes provinciaux 
et Merina. » Gabriel Ferrand, Généalogies et légendes arahico- 
malgaches cTaprès le manuscrit 13 de la Bibliothèque Nationale. 
Revue de Madagascar, Paris, n« 5, 10 mal 1902, p. 396-397. 

1. Les 2«, 3e, 5®, 7», et 8« formes ne possèdent pas de nom 
d'action habituelle. 



Digitized by LjOOQ IC 

à 



128 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

3^ forme double causatiTe. 

261. Le double causatif se forme en préfixant 
mampifampan à la racine. 11 se conjugue comme la 
forme simple. Les 3% 5« et 6® formes sont peu usitées 
en Merina et inusitées en dialectes provinciaux. 
Exemple : 

mampifampandâza [mampifan^ laza). 

Présent : mampifampandâza izahat/y nous faisons 
que nous nous faisons louer. 

Parfait : nampifampandaza izahay, nous avons fait 
que nous nous sommes faits louer. 

Futur : hampifampandaza izahay^ nous ferons que 
nous nous ferons louer. 

Impératif : mampifampandâza, faisons que nous 
nous fassions louer. 

Participe présent : mampifampandâza^î^X^dJiiqyk^oïi 
se fait louer. 

Nom d'agent habituel : mpampifampandâza, ceux 
qui font qu'ils se font louer. 

4" forme réciproque. 

262. Le réciproque se forme en préfixant mifan à 
la racine. Il se conjugue comme la forme simple. 
Exemple : 

mifandâza {mifan^ laza). 

Présent : mifandâza izahay, nous nous louons réci- 
proquement. 

Parfait : nifandaza izahay ^ nous nous sommes loués 
réciproquement. 



Digitized by LjOOQ IC 



VERBES i29 

Futur : hifandaza izakay^ nous nous louerons réci- 
proquement. 

Impératif : mifandazây louons-nous réciproquement. 

Participe présent : mifandâzay se louant récipro- 
quement. 

Nom d'agent habituel : mpifandâza, ceux qui se 
louent réciproquement. 

5® forme causative réciproqae. 

263. Le causatif réciproque se forme en préfixant 
mampifan à la racine. Il se conjugue comme la forme 
simple. Exemple : 

mampifandâza {mampifan^ laza). 

Présent : mampifandâza izahax/j nous faisons qu'on 
nous loue réciproquement. 

Parfait : nampifandaza izahay, nous avons fait qu'on 
nous a loués réciproquement. 

Futur : hampifandaza izahay, nous ferons qu'on 
nous louera réciproquement. 

Impératif : mampifandâza^ faisons qu'on nous loue 
réciproquement. 

Participe présent : mampifandâza, faisant qu'on est 
loué réciproquement. 

Nom d'agent habituel : mpampifandâza, ceux qui 
font qu'ils se louent réciproquement. 

6<* forme réciproqae causative. 

264. Le réciproque causatif se forme en préfixant 
mifampan à la racine. Il se conjugue comme la forme 
simple. Exemple : 

10. 



Digitized by LjOOQ IC 



130 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGÂCHE 

mifampandâza (mifamparij laza). 

Présent : mifampandâza izakay^ nous nous faisons 
louer réciproquement. 

Parfait : nifampandaza izahay, nous nous sommes 
fait louer réciproquement. 

Futur : hifampandaza izahay^ nous nous ferons 
louer réciproquement. 

Impératif : mifampandâza^ faisons-nous louer réci- 
proquement. 

Participe présent ; mifampandâza^ se faisant louer 
réciproquement. 

Nom d'agent habituel : mpifampandâza^ ceux qui 
se font louer réciproquement. 

7' forme progressive. 

265. Le progressif se forme en préfixant mihaman 
à la racine. Il se conjugue comme la forme simple. 
Exemple : 

mihamandâza [mihaman, laza). 

Présent : mihamandâza âhoy je loue progressive- 
ment. 

Parfait : nihamandaza ahoy j*ai loué progressive- 
ment. 

Futur : hihamandaza aho, je louerai progressive- 
ment. 

Impératif: mihamandâza, loue progressivement. 

Participe présent : mihamandâza, louant progres- 
sivement. 

Nom d'agent habituel : mpihamandâza, celui qui 
loue progressivement. 



Digitized by LjOOQ IC 



VERBES 13i 



Verbes en mana. 



4« Claisse. 



266. Le préfixe mana forme des verbes actifs qui 
expriment Tidée de mettre dana Télat indiqué par la 
racine : Jâmôa, aveugle ; manajUmba^ aveugler, rendre 
aveugle. Il ne s'emploie qu'avec des racines commen- 
çant par une consonne. La 4' classe se conjugue aux 
l'S 2% 4% 5" et 6* formes. 

267. l'« forme. 

Présent : manajâmba âho^ j'aveugle* 
Parfait : nanajamba aho, j'ai aveuglé. 
Futur : hanajamba aho^ j'aveuglerai. 
Impératif : manajambây aveugle. 
Participe présent : manajâmba, aveuglant. 
Nom d'agent habituel : mpanajâmba^ celui qui 
aveugle, rend aveugle. 

2* forme (1) : mampanajàmba, faire aveugler, 

4* forme : mifanajâmba^ s'aveugler réciproque- 
ment. 

5* forme : mampifanajâmba^ faire qu'on s'aveugle 
réciproquement. 

6* forme : mifampanajâmba^ se faire aveugler réci- 
proquement. 



i. Cette forme et les suivantes ae coojaguent comme la 
l^e forme et possèdent le même dérivé. 



Digitized by LjOOQIC 



:J^: 



132 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



Verbes en manka. 

6« Classe. 

268. Le préfixe manka forme des verbes actifs qui 
expriment Tidée de produire, provoquer, de consi- 
dérer, de regarder comme... l'action ou Tétat indi- 
qués par la racine. Exemples : 

mankalâza, de tâza, provoquer la louange, glorir 
fier; 

mankarâry, de 7'ârj/, provoquer la maladie, rendre 
malade ; 

rnankamâmy de mâmy, considérer comme doux, 
avoir pour agréable. 

Ils se conjuguent à toutes les formes sauf à la 
septième. La 5* classe possède un participe passif à 
suffixe. 

l'e forme. 

Présent : mankalâza âho, je glorifie. 

Parfait : nankalaza aho, j'ai glorifié. 

Futur : hankalaza aho, je glorifierai. 

Impératif : mankalazây glorifie. 

Participe présent : mankalâza^ glorifiant. 

Participe passif ; ankalazalnay étant glorifié. 

Nom d'agent habituel : mpankalâza^ celui qui glo- 
rifie. 

Nom d'action habituelle : fankalâza^ manière de glo- 
rifier. 



Digitized by LjOOQIC 



VERBES 133 

269. Le participe passif ankalazaina se conjugue 
comme les participes de la première classe, aux con- 
jugaisons participiales simple et suffixe. Il se forme 
du présent par l'aphérèse de la consonne initiale et 
la suffixation du suffixe participial. Exemple : 

mankalàzay glorifier ; 

ankalazaina^ étant glorifié ; 

ankalazaina âho, je suis glorifié ; 

ankalazâiko, (litt. : étant glorifié mon) je glorifie. 

270. Le préfixe manka est apocope de Va final 
lorsque la racine commence par une voyelle. 

271. Les verbes de mouvement qui suivent sont 
par exception tous neutres : 

mankâizay verbe servant à demander où Ton va, de 
ôîza, où? 

mankâminy, aller à, de âmint/j à ; 
mankâny, se diriger vers, de ôhj/, là ; 
mankâdy aller là, de ôô, là; 
mankary^ conduire à, de ary^ là, là-bas ; 
mankaty, venir ici, de aty, ici ; 
mankâto aller à, de âto, ici ; 
mankêny, se rendre à, de ëny, là ; 
mankëôj aller là, de êô, là; 
mankery, aller là-bas, de ery, là-bas ; 
mankerôây aller là, de erôâ, là; 
mankëtOy venir ici, de êto^ ici ; 
mankëtsy, aller-là, de ëtsy, là. 

272. 2® forme : mampankalâzay faire glorifier. 

3® forme : mampifampankalâzay faire que Ton se 
fait glorifier. 



Digitized by LjOOQ IC 



134 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

4« forme : mifankalâza, se glorifier réciproquement. 

5« forme : mampifankalâza^ faire que Ton se glorifie 
réciproquement. 

6« forme : mifampankalâza, se faire glorifier réci- 
proquemejit. 

Les 2* et 5« formes possèdent un participe passif 
correspondant à ankdlazaina. 



Digitized by LjOOQ IC 



VERBES 135 



Verbes en maha. 

6« Classe. 

273. Le préfixe maka (1) sert à former des verbes 
actifs ou neutres dit verbes potentielsy qui exprîmeat 
ridée de pouvoir, d'avoir la faculté de faire Faction 
indiquée par la racine. Les verbes de cette classe ne 
se conjuguent qu'à la 1", 2* 3* et 6« formes. 

274. Maha donne quelquefois au verbe le sens 
spécial de rendre la racine ce qu'elle est. Exemple : 

ny hazo no mahala{2) azy, ce sont les arbres qui 
constituent la lorét, qui la font ce qu'elle est. 

275. Devant une racine commençant par une des 
voyelles a, e, i, Va final de maha s'élide. Exemples : 

mahânatra, pouvoir conseiller, de anatra, conseil; 
mahanïana, pouvoir jurer, de anlana^ serment; 
mahêna^ pouvoir s'efforcer, de ëna, efforts; 
mahëntanay pouvoir soulever, de ëntana, fardeau; 
mahîsay pouvoir compter, de Isa, nombre ; 
mahîva, pouvoir abaisser, de îuà, étant bas. 

Les racines commençant par la voyelle o prennent 
indistinctement maha ou mah. Exemples *r^ 

mahômbyt être capable de faire quelque chose 
{maha^ ômby, étant suffisant] ; 

1. Maha n*est très probablement qu'une contraction du verbe 
mahay, pouvoir, pouvoir faire, être capable de. 
3. Litt. : maha, pouvoir faire ; ala, forêt* 



Digitized by LjOOQ IC 

-._. J 



136 ESSAI D£ GRAMMAIRE MALGACHE 

mahôry, rendre malheureux {maha, dry, étant mal- 
heureux) ; 

mahàôrina^ pouvoir planter [maha^ drinuy action de 
planter) ; 

mahdôfyy pouvoir éplucher (maAa, ô/y, épluchure). 

276. Maha se préfixe quelquefois à un verbe. 
Exemple : 

mahampândroy faire se baigner, de maha mampân* 
droj littéralement : faire faire baigner. 

277. l'« forme. 

Présent : makasâmbatra (1) «Ao, je rends heureux, 
j'ai le pouvoir de rendre heureux. 

Parfait : nahasambatra ahOy j'ai rendu heureux. 

Futur : hahasamhatra aho, je rendrai heureux. 

Impératif : mahasambâra, rends heureux. 

Participe présent : mahasâmhatra^ rendant heureux. 

Nom d'agent habituel : mpahasâmbaira, celui qui 
rend heureux. 

2® forme : mampahasâmbatra, faire rendre heureux. 

3« forme : mampifampahasâmbatray faire que l'on se 
fasse rendre heureux. 

6® forme : mifampahasambatra^ se faire rendre heu- 
reux réciproquement. 

278. La 6^ classe possède deux substantifs en 
faka et faka — ana qui expriment l'idée que l'état ou 
l'action a été acquis, s'est développé pour des causes 
étrangères à la nature de l'individu ou de la chose ; 

1. De sâmbatra, étant heureux. 



Digitized by LjOOQIC 



VERBES 137 

et n'est pas iané, intrinsèque comme l'indiquent les 
substantifs en ha et ha — na des 1'® et 2"" classes. 
Exemple : 

ny faharerehan' io lehilahy io, la débilité, l'épuise- 
ment de cet homme (provoqués par Tinconduite, la 
misère, la mauvaise nutrition ou la maladie; mais 
l'homme était né bien constitué et son état d'épuise- 
ment n'est pas inhérent à sa complexion; il résulte de 
causes extrinsèques). 

Quelques racines possèdent l'un de ces substantifs, 
d'autres ont les deux formes. Exemples : 

faharatsîanay méchanceté, de râtsy, étant mauvais; 
fahalemëna, douceur, de /êmj/, étant doux ; 
faharôtsaka, port droit, de rôtsaka, étant droit ; 
fahamâfy 



^ , ^_ , dureté, de mafy, étant dur ; 

fahamafesana ) ^ 

fahanglta ) état des cheveux crépus, de nglta, 

fahangitana ) étant crépu. 



Digitized by LjOOQ IC 



138 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



Verbes en mi. 



V^» Classe. 

279. Le préfixe mi forme des verbes actifs ou 
neutres. La 7® classe se conjugue à la 1^% 2^, 3**, 6® et 
7« formes. 

milâza {mi, laza), 

1" forme. 

Présent : milâza âho, je dis. 

Parfait : nilaza aho, j'ai dit. 

Futur : hilazaaho, je dirai. 

Impératif : milazâ^ dis. 

Participe présent : milâza, disant. 

Nom d'action habituelle : filâza, ce qui doit être dit, 
manière de dire. 

Nom d'agent habituel : mvilâza, celui qui dit, narra- 
teur. 

2« forme : mampilâza{i)j faire dire. 

3® forme : mampifampilâza, faire que Ton se fait 
dire. 

6® forme : mifampilâza, se faire dire réciproque- 
ment. 

7® forme : mikamilâza, dire progressivement. 

1. Cette forme possède un participe passif de la forme anka- 
lazainui n» 269. 



Digitized by LjOOQ IC 



V£RBES 139 

280. Mi se préfixe intégralement aux racines com- 
mençant par une consonne ou l'une des voyelles a, e, o. 
Exemples : 

mikdhaka, tousser; 

miâla^ sortir; 

mîénjikay fuir; 

mïdmhay suivre, 

hH final de mi s'élide lorsque la voyelle initiale de 
la racine est un i. Exemples : 

mldinay descendre {mi^ %dma)\ 
mîtay passer à gué {mi^ ïta). 



Digitized by VjOOQIC 



f 



140 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



Verbes en miha. 



8<» Classe. 

281. Les verbes de la 8^ classe ne se conjuguent 
qu'à la 1"», ^\ 3« et 6« formes. 

Le préfixe miha forme des verbes actifs ou neutres. 
Il indique le pouvoir de faire progressivement Fac- 
tion ou de se mettre graduellement dans l'état ex- 
primé par la racine. Exemple : râtsy^ mauvais, mé- 
chant; mikardis]!^ devenir progresmvement méchant. 

1" forme. 

Présent : miharâtsy âho^ je deviens progressive- 
ment méchaotp 

Parfait : niharaUy aho, je suis devenu progressive-» 
ment méchant. 

Futur : hiharatsy ako^ je deviendrai progressive- 
ment méchant. 

Impératif : miharatsiày deviens progressivement 
méchant» 

Participe présent : miharâtsy^ devenant progreaai- 
vement méchant. 

Nom d'agent habituel : mpiharâtsy^ celui qui de- 
vient progressivement méchant. 

afferme : mampikarâtsy^ faire devenir progressive- 
ment méchant. 



Digitized by LjOOQ IC 



VERBES 141 



3* forme : mampifampiharâtsi/y faire qu'on devienne 
progressivement et réciproquement méchants. 

6® forme : mifampiharâtsyy se faire devenir pro- 
gressivement et réciproquement méchants. 



Digitized by LjOOQIC 



fyU ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



Verbes en mian. 



9« Classe. 

282. Le préfixe mian forme des verbes neutres, 
li îadiqtie le mouvement, la tendance vers. Exemple : 
avfîratra^ Dord; mianavâratra, se diriger vers le nord. 

Cette classe se conjugue à la l^®, 2« et 6® formes. 

l'« forme- 

Présenl : mianavâràtra âhOy je me dirige vers le 
nord. 

Parfait : nianavaratra aho, je me suis dirigé vers le 
nord. 

Futur : hianavaratra ahOy je me dirigerai vers le 
nord. 

Impératif : mianavarâta^ dirige-toi vers le nord. 

Participe présent : mianavâràtra^ se dirigeant vers 
le nord. 

Nom d'ageni habituel : mpianavâratra, celui qui se 
dirige habituellement vers le nord. 

2« forme ; mampianamratra, faire se diriger vers le 
nord, 

6*^ forme : mifampianavâratra, se faire diriger réci- 
proquement vers le nord. 



Digitized by LjOOQ IC 



VERBES f*Si 



Verbes en mitan. 



10« Classe. 

283. Le préfixe wîi7an forme dès verbes neutres qui 
ont le sens de se mettre dans Tétat indiqué par la ra- 
cine : lâhatra, alignement : mitandâkatra^ ci Ire en 
ligne. Les verbes de cette classe se conjuguent h. la 
l'f®, 2® et 6« formes. 

l'o forme. 

Présent : mitandâhatra izakây^ nous sommes en 
ligne. 

Parfait : nitandahatra izahay, nous étions en ligne. 

Futur : hitandahatra izahay, nous serons eu ligne. 

Impératif : mitandahâra^ soyons en ligne. 

Participe présent : mitandâhatra^ étant en Irgne. 

Nom d'action habituelle : fitandakatra, manière 
d*éire en ligne. 

Nom d'agent habituel : mpitandâhatm, ceux qui sont 
en ligne. 

2" forme : mampitandâhatra, faire mettre en ligne. 
6* forme : mifàmpitandâhatray se faire meltre réci- 
proquement en ligne. 



Digitized by VjOOQIC 



144 



ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 









™™ 


« 










1 


1 






1 1 1 
1 1. 1 






09 


2) 




1- 




^ î 1 

~ S -S. 






îfl 








S 


o •«* 






t5 








c 






















I-* 










Q câ 






4> 






Q 




g» s 








^ 


(1 


1 
1 




ifanaRna 
ampifanoR 
ifampanaR 






U 
















> 

cS 


râ 


1 


1 


1 

î 


* î i 


1 


4d 


1 








1 

1- 




.B 


Cl 








1. 






^. 










••» 






•^ 














> 












(v^ 




a* 

1 


9B8BI0 «jT 








mvjiv HO (p) H 


< î 
[ h 


































^ 




•3- 

e 

•53 


1 

i 


i 


fit 


i 








i 


g 




1 s i 


g 


te 






•*"■ 




•S 


^ .â ^ 


^ 


^* 






s 


« 


« 


« « « 


« 










©a 


oo 


•^ lO CO 


t— 


B-_ 



Digitized by VjOOQIC 



DU RELATIF 



145 



rr 



s: 

13 






1 



Cl 






fi: 

cri 
e 



13 

î 

^3 



a: 



t3 



ta 

cri 












■bi4 



e 

CL 









S 5 



5 



^3 

Pd 



ffî 

a. 
S 
es 



s; 

î3 



i 






13 



£ 



i 1.1 Jl I 



Digitized by LjOOQ IC 



146 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



Du Relatif. 

285. Le relatif est une forme verbale particulière, 
commune aux dix classes, qui inclut toutes les locu- 
tions relatives françaises reliant la proposition inci- 
dente à la prinefpaKe. Exemple : 

aiza ny rano asafo ny loha f 

pour se laver la tête; 

afin de se laver la tête ; 

avec laquelle on se lave la tête ; 

au moyen de laquelle on se lave la tête. 

286. La forme relative s'emploie en Merina au lieu 
des formes active ou neutre lorsque la phrase contient 
une relation de Lemps^ de lieu, de manière, etc. 

Exemples: 

A.clif : namangy azy aho, je lui ai rendu visite. 

Relatif : 

omaly namangiako azy (1), c'est hier que je lui ai 
rendu visite; 

ao an'tanana namangiako azy^ c'est dans le village 
que je lui ai rendu visite; 

ny fandroana namangiako azy^ c'est à l'occasion de 
la fête du Bain que je lui ai rendu visite ; 



où est Teau i 



i. L«fi dia.Lectea provinciaux emploient les formes non- rela- 
tives Jïveû le mèmâ Ben» : omaly namangy azy aho, c'est hier 
que je lui al rendu visite. 



Digitized by LjOOQIC 



DU RELATIF 147 

izao namangiako azy^ c*est ainsi que je lui ai rendu 
visite ; 

ka izany namangiako azy, c'est la raison pour 
laquelle je lui ai reodu YÎaite; 

mihanfona ny andro namangiako azy^ c*est parce qull 
ne pTeut pas que je lui ai rendu visite. 

Chacune des dix classes possède une forme relative 
caracLérisée par les aCflxes du tableau ci-contre, 

S" Classe. 

287. Parallèlement à rimpératif passif et au par- 
ticipe à suffixe, la 1'" classe possède un impératif isolé 
et un participe relatifs dérivés de la racine. L'impé- 
ratif se forme eu ajoutant au radical le préfixe a, quel- 
quefois i et Aflj et !e suffixe impéralif ; le participe, 
en ajoutant à Timpératif apocope de aa voyelle finale 
le suffixe ana ou ina. Exemple : 

racine : fana^ chaleur; 

afanâà, réchauffe; 



impératif relatif : . , ^ _ 

( hafanaOj 

participe relatif : afanâîna, qu'on réchauffe. 

Cette règle, absolue pour les neuf autres classes^ 

est exceptionnelle k la première- Le participe relatif 
de la première classe se forme généralement en ajou- 
tant seulement à la racine le préfixe a. Exemple : 

racine : vâdika, changement, envers; 

impérati f relatif : au«rfiAo, retourne, change de côté; 

participe relatif ; amdika^ qu'on retourne, qu'on 
change de côté. 



Digitized by LjOOQIC 

à 



148 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

Le participe relatif sans suffixe conserve l'accent 
tonique de la racine. Exemples : 

racine : vâdika ; 
participe relatif : avâdika. 

Le participe relatif à suffixe prend l'accent sur la 
syllabe post-tonique de la racine. Exemple : 

racine : fana ; relatif : afavmna ; 
— mosâvy\ — amosavïna. 

L'impératif relatif conserve quelquefois la quantité 
de la racine; mais l'accent passe généralement sur la 
syllabe post-tonique de la racine. Exemples : 

racine : lëha ; imp. relatif : atëho ; 

— tôpy; — atopâzy; 

— barëra; — abarerâd; 

— tsilâny ; — atsilanëso ; 

— vâdika; — avadiho. 

288. Le relatif se conjugue aux conjugaisons simple 
et suffixée. Il prend au parfait et au futur les parti- 
cules no et ho apocopées. A la conjugaison simple, il 
indique que l'action s'accomplit avec l'autorisation, 
sur l'ordre, le désir d'une autre personne que le sujet; 
à la conjugaison suffixée, il indique que l'action s'ac- 
complit de la propre autorité, par la volonté person- 
nelle du sujet. Exemples : 

didin^ny mpanjaka navela aho^ c'est sur l'ordre du 
roi que j'ai pardonné ; 

nahantra loatra izy efa naveiako, c'est parce qu'il 
était si malheureux que (de moi-même) j'af pardonné* 



Digitized by LjOOQIC 



DU REUTIF 149 

Gonjogaisoû simple. 

Présent : avêla âko, je pardonne. 
Parfait : navëla âhoj j'ai pardonné. 
Futur : havêla aho, je pardonnerai. 
Impératif : avelâd^ pardonne- 
Participe présent : avëîa^ pardonnant, 

Gonjogaisoa su f fixée ^ 

Présent : avëlako^je pardonne. 
Parfait : navêlakoj j'ai pardonné. 
Futur : havëlako, je pardonnerai. 

289. La plupart des grammairiens donnent ane la 
comme verbe passif en a (1), Le DirAionnaire malgache- 
français traduit cette forme verbale par : qu'on laisse^ 
qu'on permet, qu'on pardonne ; le IV^w malagasy-en- 
giish dictionary par : to put aside^ lu be left^ to be for- 
givenj to be permitted. Les traductions anglaises sont 
contradictoires. La première ; mettre de câtê, est ac- 
tive; les suivantes lêtre laissé, pardonné ^permis^ sont 
passives. Cette double interprétation démontre Tin- 
certitude du lexicographe devant cette forme parti- 
culière. L*absence, en anglais» du pronom indéfini 
on ajoute une difficulté nouvelle. J'aurais préféré ce- 
pendant : that one is leaving^ au contre-sens : to be 



1. Le P. B. Rahidy (toc, cit., p» +2-46J l'appelle forme verbale 
seconde. 



Digitized by LjOOQIC 



l-)0 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

left (1). Avela signifie exactemeat : qu'on laisse, qu'on 
pardonne. Que représente toutes les locutions relatives 
incluses dans ce verbe spécial; on, le sujet isolé ou 
suffixe ; et lauscj pardonne, le sens actif. Avela est un 
déponent : il est passif par son préfixe, par lemploi 
du pronom personnel suffixe à l'exemple des conju- 
gaisons passives radicale et participiale; actif par son 
sens et, par cette preuve indéniable, son complément 
direct : il gouverne l'accusatif. Exemples : 

mafy ny teny naveliny azy^ ce sont de dures pa- 
roles qu'il a lancées contre lui (2) ; 

ny zanany lahiaivo no nadimbiny azy, c'est mon 
frère cadet qu'il désigna pour le remplacer (3) ; 

ity ny lamba mafana arakotra azy, voici l'étoffe 
chaude pour le recouvrir (4). 

Arakotra est cité par M. Julien comme exemple de 
passif en a. La traduction que j'ai reproduite textuel- 
lement va à rencontre de sa démonstration : arakotra 
gouverne l'accusatif azy, 

Naveliny et nadimbiny sont de plus concluants 

1. Le Rev. L. Dahie (Antananarivo Annual, 1875-78,' the root 
wilh the prefix a, p. 501-52) reconnaît, comme on le verra plus 
loin, qu'en beaucoup de cas Ips racines en a ont une significa- 
tion très voisine de celle de la forme appelée relatif, 

2. Dictionnaire malgache-français, p. 790, sub verbo vely. Cet 
exemple et les suivants ont été pris dans des ouvrages qui 
donnent comme passif le relatif en a de la i^* classe. Il m*a 
semblé plus probant d'emprunter à mes contradicteurs les ar- 
guments de cette thèse nouvelle, plutôt que d'en créer moi- 
même. 

3. Ibid, p. 99, sub verbo dimhy, 

4. G. Julien, Cours publics de langue malgache, Tananarive, 
1901, ia-8, p. 52. 



Digitized by LjOOQIC 



DU RELATIF 151 

exemples du caractère déponent du relatif. Ils se dé- 
composent en navelt/y nadimby et le pronom suffixe de 
la 3« personne du singulier. Ces verbes sont à la 
3« personne du singulier du parfait de la conjugaison 
suffixée. On doit donc les traduire au déponent : 
qu'on a lancé -j- /wi, c'est-à-dire qu'il a lancé; qu'on 
a remplacé + lui^ qu'il a remplacé. Si les trois 
exemples précédents devaient exprimer une idée 
passives, on aurait employé plutôt les participes pas- 
sifs : rakofanaj étant recouvert; velezina, étant lancé; 
dimbasana, étant remplacé; le nominatif fzj/ au lieu 
de l'accusatif azy, et une construction différente. 

Le Dictionnaire malgache- français contient des 
exemples parallèles à naveling azy^ où le relatif en a 
est employé comme passif : 

natosiky ny ray aman-dreniny izy, il a été chassé 
par ses parents ; 

natosiky ny mponina ny mpangalatra, le voleur a été 
livré à la justice par les habitants (1). 

La formation des deux verbes est cependant abso- 
lument identique. Natosika =z n, marque du parfait 
+ a, préfixe verbal + la racine tosika; de même que 
navely iz n -(- a + vely. Deux verbes semblables en 
tous points, dérivés d'une même racine passive, ne 
sauraient être arbitrairement l'un déponent et l'autre 
passif. La simultanéité de ces deux opinions contradic- 
toires ne peut plus être maintenue en grammaire 
malgache. Naveliny et natosiky sont des verbes dépo- 
nents ainsi que le démontrent leur conjugaison pas- 

1. Dictionnaire malgache-français, p. 705, sub verbo tosika. 



Digitized by LjÔOQ IC 



152 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

sive et leurs fonctions actives. Cette théorie, nouvelle 
quoique tardive, s'applique aux relatifs des dix classes. 
Elle a été généralement observée pour les neuf der- 
nières (1), par conséquent implicitement reconnue 
exacte bien qu'aucun grammairien ou lexicographe 
ne Tait encore nettement formulée. « In many ins- 
tances, dit M. Dahle des formes verbales en a qu'il 
considère comme passives, this form bas a meaning 
ver y similar to the form usually called the relative 
one {lalana alehako does not differ much from lalana 
andekanako), which also it resembles in having its 
object put in the accusative, not in the nominative, 
as is the case in ail the other adjunctive forms (izao 
no havaliko azy^ not izy) (2). » Avela et les formes 
identiques ont donc, de l'aveu de M. Dahle, un sens 
très voisin du relatif et un régime commun à l'accu- 
satif. Il est à regretter que ces importantes contesta- 
tions n'aient pas conduit le distingué malgachisant 
qu'est M. Dahle à une autre conclusion. 

Impératif et participe. 

290. Les racines monosyllabiques et polysyllabi- 
ques forment leur impératif et leur participe de la 
1'® classe ainsi qu'il suit : 

1. Rahidy, Grammaire malgache, p. 43. 3* classe : ny andro 
namangiako azy, le jour où je lui ai fait visite ; 

6® classe : ny marika hahalalako azy^ le signe auquel je le 
recoDuaitrai. 

7« classe ': fa izany no nividianako azy^ c'est pour ce (prix-) 
là que je l'ai acheté (Richardson, Malagasy for beginners, 
p. 85); etc. 

2. Antananarivo Annual, 1875-78, p. 501-502. 



Digitized by LjOOQIC 



DU RELATIF 153 

Monosyllabes. 

291. Impératif en a — o, participe en a, 

^. , , ( imp. ajôïo, fais couler; 

701/, action de couler < ^ '' , _ .^ , 

^ ( part, o/oy, qu on fait couler. 

292. Impératif en a — vy, participe en a. 

kôày action de s'é- ( imp. akoâvyy fais ébouler ; 
bouler ( part, akôày qu'on fait ébouler. 

tâô ce oui est fait \ '""P' '*^'^"^' ^^'^' 

^uUf tyC Util COI» lait \ ^_ , « •• 

( part, a/ao, qu on fait. 

293. Impératif en a — zo, participe en a. 

^iâ, étreinte ( imp. a^ôio. serre ; 

( part, agia, avec quoi on serre. 

^^.— .. ^ . , ,( imp. a/oTzo, abandonne; 
/ov, étant abandonné î '''__, , , 
^ ( part, afoy, qu on abandonne. 

294. Impératif en i — vo, participe en i — nà. 

— ^. ,, . ,. r imp. imâvo, agis librement; 
ma, action d'agir h- V \ . _ * ^ , -.,,., 
, f ) P*''^' ^^^(''^^i qtt on fait libre- 

( ment. 

Ce cas est tout-à-fait exceptionnel. La règle géné- 
rale de formation des participes exigerait iniâvina ou 
iniâvana. Il est possible que inîana soit la forme con- 
tracte du participe désuet iniâvina. 

Oft»î T à ( ^^ — ^^^» participe en ha — azina, 

..- * < ha — iazo, — ha — iazina. 

ratifen j , 

\ ha — zy, — ha — zina. 



Digitized by LjOOQ IC 



154 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

1 



be^ nombreux 



habeâzo^ multipliez ; 
^ habiâzo, — 

habeâzinay qu'on fait mul- 
. tiplier ; 

' habiâzina^ qu'on fait mul- 
tiplier. 

renouvelle ; 

on renouvelle. 



— r. ^ S havaozxj, renoi 
«ao, étant nouveau < , _« . 

f navaozinay qu 

296. Impératif en ka — vy, participe en ha — vina. 

— ,x . 1 { hasoâvy, rends meilleur ; 
5oa, étant bon l , _r , , .„ 

( nasoavinay qu on rend meilleur. 

Dissyllabes. 

297. Dissyllabes en a. 

. 298. Impératif ea a- j ". ?"«"?««« «• 

( ao, — — 

reha, marche \ ™P' "f,"' ^*' . 

( part, aie ha, vers quoi on va. 

-, 1. j , . ( inap. avelâôy laisse; 
vem, action de laisser < *; -, ^v , , . 

( part, avela (1), qu on laisse. 

oftA T ^ *•* \ «2t/, participe en a. 

299. Impératif en a — ^ ^ *^ ^ 

i «zo, — — 

,- ,. , ., (imp. j«^W Jette; 

fo;?j/, action de jeter i '^ ( atopazOy — 

\ part, atôpy, qu'on jette. 



1. Quelquefois ambela pour ave/a, et même par métathèse 
aleva. 



Digitized by LjOOQIC 



DU RELATIF 155 

participe en ha—ina. 



300. Impératifen /la- S «î/' ?""•=•> , . 

( aOy — ha — ina. 



XX A * .1 I ( hamoraoy — 

mora, étant facile < , ,^ _ , 

part, hamoramay qu on rend fa- 



^ AaiTioray, rends facile; 



cile. 
301. Dissyllabes en y. 



o/\o 1 X t'c \ ^0» participe en a. 

302. Impératif en a— < . 

{ 10, — — 

sêsy, continuité 



imp. asesêô^ continue sans inter- 
ruption ; 

part, asësy^ qu'on continue sans 
interruption. 

Îimp. atodÂiôy fais entrer au 
part, aioay, qu on fait entrer 
au port. 

303. Impératif en a — azo^ participe en a. 
hâhyy action de faire ( imp. ahâzoy faire sécher ; 



sécher { part, ahâhy, qu'on fait sécher. 

304. Impératif en ha — ezo, participe en ha — 
ezina, 

imp. hatavëzOy engraisse ; 



tâm/j graisse i . ^ - . 

( part, hatavezma, qu on engraisse. 

o/vfe^ T ' A-i. ( ioj participe en ha — ina. 
305. Impératif en \ *^ ,. . 

, < eso, participe en ha — esina, 

\ isOj participe en ha-^isina. 



Digitized by LjOOQ IC 



156 ËSSAr DE GRAMMAIRE MALGACHE 

, / hamafîô^ fortifie ; 

l imp. < hamafëso^ fortifie; 
mâfy (i), éiaui\ ( hamaflso, iortiriB. 

fortp \ t Aamfl/ïna, qu'on fortifie; 

/ part, l hama/esina, qu'on fortifie ; 
\ f hamafïsinay qu'oQ fortifie. 

306. Dissyllabes en o. 

307. Impératif en a — oy, participe en a. 

imp, asehmj^ montre; 



ïeAo, apparition , -, , x 

( part, aseno, qu on montre* 

308. Impératif en Aa — ot/j participe enAa — oina, 

mâ^Oj étant f imp, hamavôy, méprise; 

méprisé f part, hamavùînaj qn'on méprise, 

309. Dissyllabes en ka. 

a^A T ' ^'i^ ( ^^Vi participe en a. 

310. Impératif en a — î ^' ^ ^^ 

( kaOy — 

iîmp. asokây^ plonge dans 
Tean ; 
part, asôka , qu'on plonge 
dans Teau, 

_,,,,. ( imp, arai^ôô (2), incline: 

ratka, inchnaison i *^ _, : „ .< 

( partparai^a,qu oofaitpencber. 

1. Mafy possède un 4» impératif et participe relatifs qui par 
eiceptloa ûe prennent pas le préflse a ou ha : 

Imp, mafïd, fortifie. 
Part, mûfînaj qu'on fortifie. 
L'impératif isolé da la l^^e oUsse paBsive esl mafias soîfl fenne- 

2. iïai/fff possède uoe seconde forme relative avec adoucis- 
sèment de la diphtongue radicale i areho. Voir n^ 312. 



Digitized by LjOOQIC 



DU REUTIF 157 



311. Impératif en «- j % P^'-^ÇiP^ «na- 

__, ^. ( imp. at^ôâ^y, fais sortir; 

t?oaAa, sortie ) \ __/' , _ . ' .. 

( part, avoaka, qu on fait sortir. 



_, . ^ .,. ( imp. apaAo, juxtapose; 
pakay juxtaposition ] ^^ -, , . ' 

( part, apaka^ qu on juxtapose. 

312. Impératif en a — eho, participe en a. 

—,.,.. C imp. arêAo, incline ; 

raïka^ mchnaison \ . _, , , . 

( part, aratka, à faire pencher. 

313. Dissyllabes en ^ra. 

é^M A M X L'c S rw, participe en a - rina. 

314. Impératif en a -r- < ^'^ ^ ^ 

iimp, ahôâryy fait passer des- 
. \— , .. .. 

part, ahoatray qu on fait passer 
dessus. 

!imp. ambôàryj dispose; 
part, ambôàrinay qu'on dis- 
pose. 

tsitra, mide \ i^P- «'«'"o. «ends; 

( part, atsltray qu'on étend. 

315. Dissyllabes en na. 

naOy participe en a — 

naina. 

316. Impératif en a- \ "2^' .P*'"''P« "° "" 

* naena. 

no, participe en a — 

naina. 



Digitized by LjOOQIC 



1^8 ESSAI D£ GRAMMAIRE MALGACHE 

împ. afanâôy chauffe; 



fana, chaleur . * /^ — x i, /v 

' ( part, afanama^ à chauffer. 

vëna, action d^aller ( imp. avëno^ incline ; 
de travers ( part, avëna, à incliner. 

lônay action de faire ( imp. alôny^ fais fermenter ; 
fermenter ( part, alôna^ à faire fermenter. 

317. Impératif en ha — ao^ participe en ha — naina. 

mena, étant ( imp. hamenâd, rends plus rouge ; 
rouge ( part, hamenâinay qu'on rend plus rouge. 

318. Trissyllabes à finale invariable. 

o^ft r X *T ( ao, participe en a. 

319. Impératif en a — ] 

imp. abarerâô, traîne ; 



barera^ traînant - ^ , - , . . 

( part, abareray qu on traîne. 

dongâïngy, qui a le / imp. adongaingëô, enfonce ; 
cou court et les ) part, adongâingy, qu'on en- 
épaules enfoncées ( fonce. 

320. Impératif en a — lo, participe en a — ina. 

iimp. abolalïô, glisse; 
part, abolaly, qu'on fait glis- 
ser. 

iimp. amosavïd^ ensorcelé; 
part, amosavinaf qu'on ensor* 
cèle. 

321. Impératif en a — eso^ participe en a. 



Digitized by LjOOQ IC 



DU RELATIF 159 

, . / imp. atsilanësOj mets le dos en 
tsilany, état de celui i f^ 

qui est couché sur < * ' . i- x x* i j 

^ , 1 part, atsilany^ à mettre le dos 

le dos. f u 

\ en bas. 

322. Impératif en a — oy^ participe en a- 

,. , , £ imp. ûAiWn(/?*ôvi serre; 

kirindrOy état de ce i . , ■ - » . i 

< part. akiTindro^ a rendre ser- 

qui est serré J 

^ \ re. 

323. Trissyllabes en ka, 

324. Impératif en a — kao^ participe en a^ 

imp« aiokakâôy laisse dans l'é* 

,.,,., bahissement; 
tokfîka, qui est ebahi / ^ , _, , , ^ 

^ part- alokaka^ qu on laisse 

dans rébahissement. 

««.^ t . .^ ( a Aï/, participe en a. 

325. Impératif en a— { / _ _ 

rôrakay qui est dé- ( imp. aroi^âhy^ détends ; 
part, arôraka, à détei 

imp, abëtaho^ ouvre; 



tendu } part, arorakaj à détendre- 



,_,,„. , i imp, aoetanoy ouvre; 

èeiaka, étant ouvert 1 . z-, j \ 

l part, aàeiakat à ouvrir. 

326. Impératif en /ta — aAo, participe en Au — 

ahina, 

iîmp. kalalâkù^ élargis; 
part, hali^làkina, qu'on élar- 
git. 

ortTT î ' 4r ( ^Ao, participe en a. 

327. Impératif eaa— j _ _ 



Digitized by LjOOQ IC 



im fiSSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

iîmp. abosêho, mets dans la 
bouche; 
part, abôsika, à mettre dans 
la bouche. 



la bouche. 



iimp. avadihoy change de côté; 
part, avâdikay qu'on change 
de côté. 

328. Impératif en a — o%, participe en a. 

Iïm^.arebôhy, mange glouton- 
nement; 
part. arëôoAa, ce qu'on mange 
gloutonnement. 

329. Trissyllabes en tra, 

330. Impératif en a — aro, participe en a. 

Bmpatra, action d'é- 1 imp. alampâroj étends; 
tondre les bras. ( part, alâmpatray à étendre. 

331. Impératif en a — a^oy participe en a. 

, / imp. asandrâto, place haut; 
,««rfrafr«, état de ce \ asândratra, à placer 

qd est élevé | j^^^^^ 

C ero, participe en a. 

332. Impératif en a— < . __ __ 

^ C imp. afotërOy renverse; 
/ôtilrfl, renversement j ^^^^ «/^tifra, à renverser. 

C imp. aonto, foule; 
âritra, foulure j ^^^^ ^-^.^^^^ ^ ^^^j^^ 



Digitized by LjOOQ IC 



DU RELATIF 161 



333. Impératif en ( iro, participe ea ha — irina. 
ha — f ito. — —itina. 



: ( iro, participe 

( itOy 

1( halavîro^ rejette loin ; 

f halavitOy — 

/ halavïrina^ qu'on doit re- 

loin S 1 jeter loin ; 

I j halamtina^ qu*on doit re- 

\ \ jeter loin. 

334. Impératif en a- | ^^. Participe en a. 

rompotra, étant raflé \ ''"P; ""f'^''^' 'f^\ 
'^ ( part, afompotraj à rafler. 

sôndrotra^ action de ( imp. a^onrfrôfy, élève; 
s'élever ( part, asdndrotra, à élever. 

335. Impératif en ha — oty^ participe en ha — 
otina. 

iimp. hasard ty^ rends difficile; 
part, hasarôtina^ qu'on rend 
difficile. 

336. Trissyllabes en na. 

337. Impératif en a- j ««!/. Pa'^ticipe en a. 

-, ^^ X . ,, t a^oHny, isole; 
tokana. étant isole < ^ --f » • i 

( part, atokana, qu on isole. 

, « , . , c imp. akambânOy réunis; 

kambanay assemblage \ ^ , - , :l ^ • 
° ( part, akambana, à réunir. 

338. Impératif en a — eno, participe en a. 

12 



Digitized by LjOOQ IC 



162 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

!imp. apempênOf fais aller au 
hasard ; 
part, apempêna^ à faire aller 
au hasard. 

iino^ participe en a. 
emOf — 

idinay action de des* ( imp, aidinoj descends; 
cendre \ part. aïffm^E, à faire descendre, 

iimp, averëno, fais revenir; 
part, averina^ qu'on fait reve- 
nir, 

t imp. afe/ëmo, avale; 
iehna, avaler \ , _ . ^ , 

( part, atelinat a avaler. 

340. Impératif en ka — «o, participe Aa — nina. 

!imp. halaiïnOf rends profond; 
part. Aâ/a/tnmci, qu'on rend 
profond. 

341. Le relatif se conjugue à tontes les classes et 
à chacune des formes des classes actives et neutres. II 
86 forme en ajoutant k ta racine les affîxes du tableau 
précédent. Le préfixe relatif n'est autre que le pré* 
âxe verbal actif ou neutre^ aphrérésé de sa consonne 
initiale. Exemples : 

ma — relatif a; 
man — relatif an; 



Digitized by 



Google^ 



DU RELATIF 163 

mampifan — relatif ampifan ; 
mifampan — relatif ifampan. 

342. !'• forme. 

Racine : tôry^ sommeil. 

Présent : atonana âho, (1) ...je dors. 
Parfait : natoriana aho, ,,, j'ai dormi* 
Futur : halonana aho, <-. je dormirai. 
Impératif : alorw, dors» 

Nom d'action habituelle : faiorîana^ le sommeil, le 
temps pendant lequel ou dort. 

2° forme. 

Présent : ampatorlana aho, ...je fais dormir. 
Impératif ; ampatorïô, fais dormir. 
Nom d'action habituelle : f ampatorlana^ l'action de 
faire dormir. 

e« forme. 

Présent '. ifampalorxana izakây^ ,,. nous noua faisons 
dormir réciproquement. 

Impératif: ifampatorto, faisons-nous dormir récipro* 
quement. 

Nom d'action habitualle : fifampatonana^ l'action 
de se faire dormir réciproquement. 

3« Classe. 

343. 1" forme. 

Présent ; andazâna âho^ „.. je loue. 

f. Les pointa tlennaat Heu de la locution relative ïDcluee 
dans cette forme verbale spéciale. 



Digitized by LjOOQ IC 



164 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

Parfait : nandazâna ahOy ....j'ai loué. 

Futur : handazâna aho, .... je louerai. 

Impératif : ûndazâô^ loue. 

Nom d'action habituelle : fandazânay action de 
louer. 

2® forme (1) : ampandazânay ... faire louer. 

S*' forme : ampifampandazânaj ... faire que l'on se 
fait louer. 

4® forme : i fandazânay ... se louer réciproquement. 

5® forme : ampifandazânay ... faire qu'on se loue ré- 
ciproquement. 

6® forme : ifampandazâna, ... se faire louer récipro- 
quement. 

7® forme : ihamandazâna^ ... louer progressivement. 

^« Classe. 

344. \^ forme : anajambânaj ... aveugler. 

2® forme : ampanajambânay .,, faire aveugler. 

4« forme : ifanajambânay ... s'aveugler mutuelle- 
ment. 

5® forme : ampif anajambânaj ... faire qu'on s'aveugle 
réciproquement. 

6® forme : ifampanajambâna^ ... se faire aveugler 
réciproquement. 

S« Classe. 

345. 1"» forme : ankalazâna, ... glorifier. 
2« forme : ampankalazâna^ ... faire glorifier. 

1. Cette classe et les suivantes se conjuguent comme la 
!'• forme. 



Digitized by VjOOQ IC 



l_ 



DU RELATIF 165 

3® forme : ampifampankalazânay ... faire que Ton se 
fait glorifier. 

4® forme : ifankalazâna^ ... se glorifier réciproque- 
ment. 

&* forme ; ampifankalazânay ... faire que Ton se 
glorifie réciproquement. 

6* forme : ifampankatazana, .., se faire glorifier 
réciproquemeuL 

6« Classe, 

346. i'^ forme : ahalazana^ ... rendre célèbre. 

2* forme : ampahaiazâna, ... faire rendre célèbre. 

3* forme : ampifampahalazâna^ ... faire que l'on se 
fait rendre célèbre. 

6^ forme : ifampahalazâna^ ..> se faire rendre célè- 
bres r éc i p roque ment, 

9^ Classe. 

347. 1" forme ; ilazâna^ .., dire. 

2^ forme : ampîlazàna^ ... faire dire. 

3« forme : ampifampilazânay ..» faire que Ton fait 
dire* 

6« forme : ifampilazâna, ,., se faire dire réciproque- 
ment* 

7« forme ; ihamilazâna, ... dire progressivement. 

8* Clafise. 

348. l''^^ forme ; ihardisïana^ ... devenir progressi- 
vement méchant. 



Digitized by LjOOQ IC 



166 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

2® forme : ampiharatsiana^ ... faire devenir progres- 
sivement méchant. 

3® forme : ampifampiharatéiana^ ... faire qu'on de- 
vienne progressivement et réciproquement méchants. 

6® forme : ifampiharatsiana^ ... se faire devenir pro- 
gressivement et réciproquement méchants. 

9« Classe 

349. 1^« forme : ianavarâtana^ ... se diriger vers le 
nord. 

2« forme : ampianavarâtanay ... faire se diriger vers 
le nord. 

6* forme : ifampianavarâtanay ... se faire diriger ré- 
ciproquement vers le nord. 

tO« Classe. 

350. 1'® forme : itaniahârana, ... être en ligne. 

2« forme : ampitandahârana^ ... faire mettre en ligne. 
6® forme : ifampitandahârana^ ... se faire mettre ré- 
ciproquement en ligne. 



Digitized by LjOOQIC 



VERBES AUXILIAIRES 167 



Du verbe auxiliaire efa. 

351. ëfa est un participe passif signiOant : étant 
flnij terminé, achevé, tué, mort, payé, acquitté, res- 
titué, compensé, réparé (1). H se conjugue aux conju- 
gaisons padioaîcs simple et sufSxée. Exemples ; 

ëfa ny asany^ son travail est terminé ; 
ëfany^ (litt. : étant terminé son) il a terminé* 

Il a également le sens, à la conjugaison suFfixée, de 
pouvoir achever, terminer la chose entreprise. Exem- 
pte : 

Pouvez- vous terminer ce travail ? êfako, (lîlt. : 
étant achevé mon) je puis rachever» 

Employé avec un parfait actif ou neutre^ efa indique 
que l'action marquée par le verbe est entièrement ac- 
complie. Exemples : 

efa nano7^atra tzy^ il a écrite il a fini d*écrire; 

efa nara^y ako^ J'étais malade (mais je vais bien 
maintenant, ma maladie est complètement guérie)* 

Avec un présent^ efa indique que Taction exprimée 
par le verbe est entrain de se faire ou que le sujet est 
complètement dans Vétat marqué par le verbe. Exem- 
ples : 



\ . Lea express loua créoles des lies de la KAuelioii «t IHaurice : 
fini mor (mort), fini pédi (perdujj fini gagné (gagDé| ont iîLé 
latroduttes par les esclaves impartes de Madagascar dans ces 
deux Iles. Elles sont MitémlemeDt traduites du inalgache : efa 
maiy, efa very, efa azo. 



Digitized by 



Google, 



i68 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

efa mihinana izy^ il est en train de manger. 
efa mamoa ny hazo, les arbres sont en train d'avoir 
des fruits, la fructification est en train de se faire. 

Avec un futur, efa indique que Faction est sur le 
point de s'accomplir. Exemples : 

efa ho afaka aho^ je suis sur le point d'ôtre délivré, 
efa hit&raka îzy, elle sur le point d'accoucher» 

Efa se coQJugue aux 3* et 6*^ formes. 



Digitized by LjOOQL 



VERBES AUXILIAIRES 169 



Des verbes auxiliaires mahazo^ 
mahay^ mety^ afaka et tia. 

352. Mahâzo est la 6» classe de la racine âzo et ^i~ 
gniûe gagner (i)j obtenir^ recevoir. 

Mahâg[% est la 2« classe de la racine hây et signifie 
savoir^ connaître, pouvoir, 

Mëty est un adjectif verbal dérivé de la racine dé- 
suète ety, signifiant étant juste, convenable^ permis, 

âfaka est un adjectif verbal passif signifiant : étant 
libre, exempt de, capable de. 

îiâest un verbe actif signifiant aimer, désirer^ vou~ 
loiry qui s*emploie également sous ses formes con- 
tractes te et ta. 

Employés comme verbes auxiliaires : mahazo Indique 
la possibilité d'accomplir l'action exprimée par le verbe 
suivant; mahay, le pouvoir de faire cette action; mety^ 
la volonté ; tia, le désir; afaka^ le pouvoir, la possibi- 
lité de l'accomplir. Exemples : 

mahazo manoratra aho, je puis écrire; 
mahay manoratra aho, je sais, je peux écrire ; 
m£ty handeha izy, il faut, il est convenable quMi 
s'en aille, il veut s'en aller; 

i. Le créole des îles de la RéuDlon et Maurice, gagné est 
également tradait du malgache mahazo, 

2. L'adverbe tsy maintsy ou tsy maitsy est vraisemblablement 
dérivé de mahay, 11 se décompose en tsy mahay tsy et signlfle : 
nécessairement, il faut, il doit, il est nécessaire. 



Digitized by LjOOQ IC 



170 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

tsy afaka mandeha izakay, nous ne pouvons pas, il 
nous est impossible de nous en aller; 

tsy tia mandeha hianareo^ vous ne voulez pas vous 
en aller. 

l'ia s'emploie sous sa forme pleine avec le présent, 
sous la forme contracte ta avec les futurs en ka des 
2% 3% 4% 5" et 6« classes, et sous la forme contracle 
te avec les futurs en hi des 7% 8*, 9« et lO classes. 
Exemples : 

ta-handaza aho, je veux louer ; 
te-hilata aho^ je veux dire. 

Les racines azo et hay s'emploient comme auxiliaires 
avec des verbes passifs et relatifs seulement, Mahazù 
et mahay s'emploient exclusivement avec des verbes 
actifs ou neutres. 



Digitized by 



Google 



VERBES AUXILIAIRES 17 1 



Du verbe auxiliaire misy. 

353. Le verbe neutre mlsy^ mîsy en dialecte pro- 
vincial, équivaut à i'unipersonnel français il y a. 
Exemples : 

tanana misy vazahuy village où il y a des étrangers ; 
tany misy kitay^ terre où il y a du bois à brûler. 

La racine Isy fait exceptionnellement asiana au par- 
ticipe passif de la 1'® classe pour distinguer cette 
forme du relatif isiana de la 7». 

Misy devant un verbe au pluriel indique que l'action 
exprimée par le verbe est accomplie par une partie 
seulement du sujet. Exemple : 

misy miamhina ny lapa hianareo, que quelques-uns 
d'entre vous gardent le palais. 



Digitized by LjOOQ IC 



172 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



Des particules no et ho. 

354. Les particules no et hoy pleines ou apocopées, 
indiquent le parfait et le futur. Exemples : 

manjaka aho, je règne ; 
nanjaka aho y j*aî régné; 
hanjaka aho^ je régnerai; 
efa no vonoikoy j'ai tué ; 
ho vonoiko, je tuerai. 

355. Les formes nanjaka et hanjaka sont relative- 
ment récentes. Les initiales n et A représentent les 
auxiliaires passé et futur no et ho qui se sont conser- 
vés intégralement dans la conjugaison participiale de 
la l'« classe. L'apocope de ho et sa permutation avec 
l'initiale m du présent est postérieure à celle du par- 
fait. Nous trouvons en effet au xviie siècle, dans le 
Petit catéchisme (1) de Flacourt les formes suivantes : 

p. 20, 1. 21 : ho manghatse {ho mananatra)y j'ensei- 
gnerai; 

p. 20, 1. 23-25 : afara anareo homianatse aman ho- 
mahafantatse coua [afara anareo ho mianatra amana ho 
mahafantatra koa)y puis vous apprendrez et vous en- 
tendrez. 

Le futur s'indique alors par la préfixation de ho au 
présent. Dans le même ouvrage, la forme moderne 
du parfait est déjà en usage : 

1. Paris, 1658. 



Digitized by LjOOQIC 



DES PARTICULES no ET ho 173 

p. 15, 1. 23 : nivelome {nivelona), ont été créés; 
p. 82, 1. 20 : niteia {nitia)y il a voulu; 
p. 106, 1. 14 : efa nambouatsi [efa namboatra), il a 
créé. 

Le parfait moderne nandaza dérivé de Tarchaïque 
no mandaza, est donc de formation antérieure au futur 
handaza, qui au temps de Flacourt conservait encore 
la forme ancienne ho mandaza dont la contraction en 
handaza s'est effectuée pendant le siècle suivant. 

356. Noy en dehors de ses fonctions verbales, est 
explétif et corrélatif. Exemples : 

Izy no mahasitraka ahy, c'est lui seul qui peut me 
guérir; 

sady mangalatra no mamono izj/, non seulement il 
vole mais il tue. 

Suivi de Ao, il indique le point de départ d'un mou- 
vement, rénumération d'un chiffre à un autre. 
Exemples : 

hatr'any no ho mankaty, de là-bas jusqu'ici; 
hatr'aminy zato no ho foio, de cent (en descendant) 
jusqu'à dix. 

Avec l'adverbe mbôla, encore, ho marque que l'ac- 
tion exprimée par le verbe s'accomplira dans un temps 
indéterminé. Exemple : 

mbola ho aty^ litt. : encore il viendra, il doit venir 
dans un délai plus ou moins long. 

Seul ou avec âbka, il marque le désir que l'action 
s'accomplisse. Exemple : 

13 



Digitized by LjOOQ IC 



174 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

ho ela velona ou aoka ho ela velona ny mpanjaka ! 
qae le roi vive longtemps ! 

Bo avec un adverbe de lieu remplace le verbe aller 
sous-enténdu dans la phrase malgache. Exemples : 

ho aiza izy ? où (va-t-)il ? 

ho Antananarivo izy, il (va) à Tananarive. 

Devant un substantif ou un adjectif, ho se traduit 
par commey en, pour. Exemples : 

nataoko ho vato be io fano io, j'ai pris cette tortue 
de mer pour une grosse pierre ; 

nataoko ho faty izy, je Tai considéré comme mort ; 

nanjary ho olom-potsy ny andevo, l'esclave s'est 
transformé en homme libre. 

Bo s'emploie quelquefois avec le parfait qui prend 
alors le sens d'un futur indéterminé.' Cet idiotisme 
correspond à notre subjonctif présent. Exemple : 

tokony ho nandro aho, il faut que je me baigne. 



Digitized by LjOOQ IC 



DES AUXILIAIRES lls 



De l'auxiliaire aoka. 



357. âôka dont le sens général est assez, s'emploie 
toujours avec le futur. 11 marque le subjûnctif ou si- 
gnifie laisser. Exemples : 

aoka ho maty izy^ qu'il meure ; 

aoka ko vakiko (litt. : laissez je lirai), laiaaez-moi 
lire; 

aoka hijanona isika (litt. : laissez nous nous arrê- 
terons), arrêtons-nous. 



Digitized by LjOOQIC 



176 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



Des aiixiliaires madiva et antomotra. 



358. Les adverbes synonymes madiva^ antômotra^ 
qui est sur le point de, proche, imminenty s'emploient 
avec le futur et indiquent que Taction exprimée par 
le verbe va s'accomplir très prochainement, que son 
accomplissement est imminent. Ces deux auxiliaires 
futurs ont un sens identique à efa ho, Antomolra s'em- 
ploie particulièrement avec les formes relatives. 
Exemples : 

madiva hanoratra aho^ je suis sur le point d'écrire ; 

antomotra ny hahafatesany y il est sur le point de 
mourir, sa mort est imminente. 



Digitized by LjOOQIC 



DES AUXILIAIRES 177 



De l'auxiliaire tokony. 



359. L'adverbe tôkony (1), justCy convenable^ in- 
dique que raction exprimée par le verbe doit être ac- 
complie, qu'il faut qu'elle s'accomplisse. 11 ne s'emploie 
qu'avec le futur. Exemple : 

tokony hita rano izahay, il faut que nous traversions 
la rivière à gué. 

Tokony ho devant un nom de nombre ou un adverbe 
de lieu a le sens de environ^ à peu près. Exemples : 

tokony ho folo ny fahavalo, les rebelles sont etiviron 
une dizaine ; 

tokony ho eto ny tanana, le village est à peu près là. 

1. Tokony est à final» variable. 



Digitized by LjOOQ IC 



-^^^2£ic^ 



178 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



De l'aiixiliaire vao. 



360. Vâà (1) est un adverbe signifiant récemment^ 
dernièrement, sur le point de. Employé avec le présent, 
il indique un passé immédiat. Exemples : 

vao miakatra izy, il vient de monter ; 

vao manoto vary ahoy je viens de piler du riz. 

Vao avec le futur indique un futur très prochain. 
Exemples : 

vao hidina izy, il est sur le point de descendre; 
vao handeha aho, je suis sur le point départir. 

1. Vao est aussi un adjectif verbal passif sigoifiànt : nouveau, 
récent, neuf, frais, tendre. 



Digitized by VjOOQIC 



DU VERBE manao 479 



Du verbe manao. 



361. Le verbe actif manâd, faire, de la racine fôô, 
a un grand nombre d'acceptions différentes dont les 
principales sont (1) : 

manao adaladala, faire le fou; 

— anganOy dire des fables; 

— an-isavily, se balancer à Tescarpolette ; 

— an-tsitrika^ plonger; 

— anHsojay^ agir avec sévérité, se réjouir du 

malheur d'autrui; 

— ary zato am-pandriana, construire des châ- 

teaux en Espagne ; ^ 

— bango an^kataka, porter les cheveux en tresse 

dans le dos; 

— danisê (2) , danser ; 

— diamanga, tirer à la savate; 

— dian'ondry{3), marcher vite et à petits pas; 

— dimy an-dalana, diviser en cinq; 

— e/a-^'oro, être carré; 

— fanompoana, accomplir la corvée royale, sei- 

gneuriale, militaire ou religieuse; 

1. Cf. Richardaon, Malagasy for beginners^ p. 85-87; Dic- 
tionnaire malgache- français et New malagasy-english dictionary 
sab verbo. 

2. Du français danser, 

3. Litt. : faire le pas de mouton. 



Digitized by LjOOQIC 



180 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

manao fanonona^ jouer aux énigmes; 

— fêty (1), célébrer une fête; 

— havafCny lahy sy havarCny vavy, être juste 

pour ses amis seulement; 

— hira tsangana (2), aller chanter de village en 

village; 

— ho sira io vato ioy prendre une pierre pour du 

sel, quelque chose pour une autre; 

— hoe, dire; 

— kabary, prendre la parole dans une réunion 

publique ; 

— karatra (3), jouer aux cartes (4) ; 

— kely tsy mha mamindrOy mépriser les petits (5) ; 

— kiraroj porter des chaussures (6) ; 

— kitoatoa, parler au hasard, agir à Paventure; 

— lanonana, se rassembler pour célébrer un 

grand événement; 

— marary, se sentir malade ; 

— matsoy assembler les troupes pour la revue; 

— ny tânany amin'ny vavany, porter ses mains à 

sa bouche ; 

— ranomandry (7), pas des porteurs de palan- 

quin; 

— ranomanitray mettre du parfum; 

— rano refy, nager les bras sous Teau; 

1. Du français fête. 

2. Litt. : chanter étant debout. 

3. Du français carte, 

4. Cette expression s'emploie pour tous Jes jeux. 

5. Litt. : ceux auprès desquels on ne se réchauffe pas. 

6. Cette expression s'emploie pour tous les vêtements. 

7. Litt. : faire l'eau dormante. 



Digitized by 



GoogI 



DU VERBE manao 181 

manao rano tsangana^ nager en tenant le corps vertical ; 

— rano tsilany^ nager en se tenant sur le dos; 

— rarangy^ pas de course des porteurs de palan- 

quin ; 

— saina^ agir avec ruse; 

— sarolray vendre cher, agir sévèrement ; 

— sava rano, nager en sortant alternativemerit * 

les bras de l'eau; 

— soa am-poy agir sans autorité légale ; 

— sokera (1), être à angle droit ; 

— solanga, porter les cheveux relevés sur le front 

et tombant dans le dos; 

— tahiri' Andriamanitra, dire : Dieu vous béniaseï 

au revoir ; 

— ^eninaiwa, agir avec inconscience; * 

— toe-daky^ ressembler à un homme par Tex té- 

rieur et les manières ; 

— trano, bâtir une maison; 

— trano fantatrai^)^ aller toujours dans la même 

maison ; 

— tsara hiany Andriana, saluer le souverain; 

— tsikarok'amboa, nager comme les chiens ; 

— tsindriandriana, jouer à représenter le roî et 

le peuple ; 

— vary, moissonner, faire cuire le riz ; 

— vatOy préparer les pierres pour les tombeaux ; 

— veloma, dire adieu ; 

— «lAina, jouer au saut; 

— voloy se peigner. 

1. De Tanglais square^ carré. 

2. Lâtt. : faire la maison connue (par ses fréquentes Tkites). 

13. 

i Digitized by LjOOQ IC 



182 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



De Tarticle. 



362 II y a trois sortes d'articles : Tarticle défini, 
l'article démonstratif et Tarticle personnel. 

363. L'article défini wj/, le, la, les est invariable. Il 
s'emploie comme en français, avec les substantifs, les 
noms de peuples et les autres parties du discours 
prises substantivement. Exemples : 

ny dmbxjy le bœuf; 

ny lâkanuy la pirogue ; 

ny Malagâsy, les Malgaches; 

ny Frantsây, les Français ; 

ny madîtra^ les entêtés ; 

ny matânjakay les forts; 

ny âhy, le mien, 

ny anâô, le tien ; 

ny natâôkoy ce que j'ai fait; 

ny miâîna, le vivre ; i 

ny alôha, le devant ; 

ny aoriana, le derrière, etc. 

L'article ny est usité dans un certain nombre de cas 
où la construction française n'admet pas l'article /e, 
la, les, ou emploie l'article indéfini. Exemples : 

hommes, femmes, enfants s'étaient arrêtés, ny le- 
hilahy sy ny vehivavy ary ny ankizy madinika dia ni- 
janona ; 



Digitized by LjOOQ IC 



DE L'ARTICLE 183 

• arbres et fleurs, ny hazo sy ny vony ; 
comme chien et chat, toy ny aKka sy ny piso ; 
son esclave, ny andevony (litt. : Tesclave sien) ; 
un homme vola, ny olona nangalatra ; 
une femme dit, ny vehivavy anankiray nilaza hoe, 

Ny se met devant les noms propres désignant une 
collectivité, une classe. Exemple : 

ny Andrianiompbkoindrindra, les gens de la 3« caste 
noble appelés ainsi du souverain de ce nom. 

ISy précédant un verbe passif suivi de son sujet, se 
traduit par celui quij ceux qui, ceux dont, rendrait où. 
Exemples : 

ny maty havana, ceux dont les parents sont morts; 
ny tsard voan-kazOj l'endroit où les fruits sont bons. 

364. L'article démonstratif ilay (1) et ses variantes 
layy ley, lehy, ilehy, est singulier. Il s'emploie avec les 
noms propres, les noms d'animaux mâles, les sobri- 
quets et les substantifs désignant une personne ou 
une chose dont il a été précédemment question. 
Exemples : 

Lehidâma^ Radama (la personne appelée Dama) ; 
llaiblngo, la personne surnommée le bancal ; 
ilay ôndry, ce mouton ; . 
ilay sôkina, ce hérisson ; 

ilay jïrika no samàôrinay, ce brigand que nous 
avons arrêté ; 

1. Ilay a la quantité iambique ilay, lorsqu'il est employé 
comme pronom démonstratif. Voir ^u chapitre des pronoms. 



Digitized by LjOOQ IC 



184 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

ilaysïny no nividianakoy cette cruche que j*ai achetée. 
Les articles personnels sont i (1), Ra^ Ray y Ry et Si, 

365. i est bref. Il se préfixe aux noms propres, aux 
noms de lieu et à certains noms communs. Sa préfixa- 
tion à des noms propres est plus particulièrement 
usitée pour les noms d'enfants ou de personnes qu'on 
traite familièrement. Exemples : 

iBôtOy le petit Boto ; 

iKôto, le petit Koto ; 

iBôina^ province dont Mojanga est la capitale ; 

iKôngo, province du Sud ; 

inënyy mère. 

366. Ra est bref. 11 se préfixe aux noms propres 
masculins et féminins. Cette ancienne particule no- 
biliaire est appliquée en malgache moderne à des 
noms de roturiers. Elle est devenue une simple par- 
ticule de courtoisie. Exemples : 

Rabe^ monsieur Be ; 

Ramangamâsoy madame Mangamaso. 

Préfixé à Andriana^ il indique que le nom propre 
est masculin. Exemples : 

Randriamiâdana, le prince Miadana; 
Ramiâdanay la (princesse) Miadana. 

367. Ray eiRy (2) marquent le vocatif. Exemples : 

1. i est UD préfixe personnel et non un article; mais cette 
dernière dénomination est depuis longtemps accréditée. Nous 
l'avons donc maintenue bien qu'elle ne soit pas rigoureuse- 
ment exacte. 

2. Ry se prononce comme ray. 



Digitized by LjOOQ IC 



DE L'ARTICLE 185 

Ray sakâiza, 6 amil 
Ray Andriâna, ô prince ! 

Devant un autre cas, il indique de la déférence, du 
respect pour la personne déterminée. Exemple : 

manompo amin-dry vazaha he izy^ il est en seryice 
chez cet étranger de marque. 

Ry devant un nom propre à un autre cas que le vo- 
catif, inclut la personne dont il s'agit et ses compa- 
gnons ou partisans. Exemples : 

tonga ry Ramialaza^ Ramialaza et ses partisaCnssont 
arrivés ; 

tonga ry Rasoay Rasoa et ses compagnes sont arri* 
vées. 

368. L'article Si (1) préfixé à un nom commun le 
transforme en nom propre. Exemple : 

Sihânaka, les Sihanaka (litt. : ceux du lac, hanaka), 
les riverains du lac Alaotra. 

1. Cf. E. F. Gautier, Madagascar, p. 298-299. 



Digitized by LjOOQ IC 



186 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



Du Substantif. 

369. Le substantif n'a ni cas, ni genre, ni nombre. 
Il y a quatorze sortes de substantifs : 

1* Les substantifs non-racines : /"ô, cœur ; ômbyy 
bovidé ; vôlana^ lune; 

2® les substantifs racines primaires : zô, malheur ; 
âsa^ travail ; kâpokay coup ; 

3<> les substantifs (ormes par le redoublement d'une 
racine primaire : akakâ, hésitation; hairakâtrakay 
fierté; 

4<* les substantifs racines à préfixe : vozëzika^ en- 
combrement; roâhana^ hésitation ; 

5° les substantifs racines à infixe : jarâdona^ posi- 
tion droite ; 

6° les substantifs à suffixe ana : vonôana, massacre ; 

7® les substantifs à préfixe ha : hatsâra^ bonté ; 

S° les substantifs à préfixe et suffixe ha-ana : 
hatsarâna, bonté; 

9** les substantifs à suffixe ny : râriny, la justice ; 

10" les noms d'agents habituels en mp dérivés des 
verbes actifs ou neutres des neuf dernières classes et 
de chacune de leurs formes : mpandâza, celui qui 
loue habituellement; mpilâzay le narrateur habituel; 
mpankalâza, celui qui glorifie habituellement, etc. ; 

11° les noms d'action habituelle dérivés des verbes 
actifs ou neutres des neuf dernières classes : filâzay 
fandâzdy action de dire, de louer habituellement; 



Digitized by LjOOQ IC 



DU SOBSTANTIF 187 

i2^ les noms d'action relatifs habituels des neuf 
dernières classes et de chacune de leurs formes : fan- 
dazânay action de louer habituellement; filazânay 
Tannonce habituelle; 

13* les noms négatifs précédés de la négation Uy^ 
ne pas : tsi-fahamarinana, injustice, de fahamarl- 
nana^ justice; 

14° les noms composés : masoândrOj (l'œil du jour) 
soleil; zana-bôla, (enfant de l'argent) intérêt. 

370. Les noms propres n'ont pas d'onomastique 
spéciale. Ce sont des noms communs simples ou 
composés précédés des articles personnels i, Ra qu 
Si; du mot Andjnana, prince, pour les personnes; de 
la préposition apocopée an^ les prépositions amhâny^ 
amhôdy pour les noms de villes, villages, montagnes; 
des mots Anta ou Aniai pour les noms de clans ou de 
tribus. Exemples : 

iFaravâvy (litt : la dernière femme, la dernière 
née), nom de femme ; 

Rabë (monsieur le grand), nom d'homme; 

Sihânaka, nom de tribu {hânaka, le lac; les gens 
du lac) ; 

Andriantsimitoviaminandriandehibe^ nom d'un an- 
cien roi (litt. : Andriana^ le prince ; tsy mitovy, qui n'est 
pas égalé; amin'Andnana, par les princes; lehibe, 
grands; le prince au-dessus des plus grands princes); 

iVâto, (le village de) la pierre; 

Ambanivôlo, la terre eu friche {ambâny, au-dessous ; 
rô/o, des bambous) ; 



Digitized by LjOOQ IC 



188 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

Ambodisiny; (le village) au pied, ambôdy; de la 
cruche, sîny ; 

Antanifôtsyy (l'endroit où, âny ; la terre, tâny ; est 
blanche, fôtsy), nom de village; 

Antaimôrana {antai, les gens de; morona^ le bord 
de la mer. ou de la rivière), grande tribu du Sud-Est; 

Antanôsy [anta (1), les gens de; nosy, Tîle), tribu du 
Sud-Est. 

371. Certains abjectifs verbaux passifs sont em- 
ployés substantivement et prennent l'article ny. 
Exemples : 

velona, étant vivant; ny velonaj les vivants; 
kely, étant petit ; ny kely, les petits. 

Dans la forme concise des proverbes, les noms ver- 
baux passifs sont employés substantivement sans ar- 
ticle. Exemple : 

velona tsy tiana ka maty oao : Hatompokolahy , les 
vivants ne sont pas aimés ; mais dès qu'ils viennent de 



4 . « Le mot anta ou antai qui sert à former des noms de 
tribus tels que Aotaimorona, Antanôsy, et signifie les gens de.,, 
est également transcrit par ce vieil auteur (Flacourt) onta. 
J'ai trouvé des formes identiques dans le manuscrit 7 du fond 
arabico-malgache de la Bibliothèque Nationale dont la rédac- 
tion remonte au commencement du xvn<^ siècle : 



B»i> \ ontan'afoy les gens du feu ; 



vîX.^ cr-'^ ^ ontaiMakay les gens de la Mekke. » 

Gabriel Ferrand, Généalogies et légendes arahico-malgaches 
d:après le manuscrit 13 de la Bibliothèque Nationale. Revue de 
Madagascar, 1902, p. 397. 



Digitized by LjOOQ IC 



DU SUBSTANTIF 189 

mourir, on les appelle : Monseigneur (allusion à ceux 
qui ont été méconnus de leur vivant et dont on ne 
reconnaît la valeur qu'après leur mort). 

372. Le substantif n'ayant pas de genre, le mas- 
culin s'indique en suffixant /aAj/, mâle; et le féminin, 
vavy, femelle. Exemples : 

ôndry, ovidé ; 
ondri'lâhyy bélier; 
ondri-vâvyy brebis. 

Certains noms propres suivent cette règle. Exem- 
ples : 

iFaralâhy, le dernier né ; 
îFaravâvyy la dernière née. 

373. Le substantif n'ayant pas de nombre, si le 
pluriel ne ressort pas du contexte, on l'indique par 
un des adjectifs pluriels : mâroj nombreux; rehëtra^ 
tous; sâsany, certains, en Merina; et mâroy sâsany et 
âby^ âvy^ ziâby, tous, dans les dialectes provinciaux. 
Exemples : 

ny mpandalo sasany, certains^ quelques passants; 
ny mpandalo maro, de nombreux passants; 
ny mpandalo rehctra, tous les passants ; 
ny ampandalo aby, tous les passants. 

374. En l'absence de déclinaison, les différents cas 
du substantif sont indiqués soit par la place qu'il 
occupe dans la phrase, soit par des prépositions. La 
construction grammaticale place les compléments 
direct et indirect après le verbe. Celui-ci est au 



V -. 



Digitized by LjOOQ IC 



190 ESSAI DE GRAMMAIRE. MALGACHE « 

commencement de la phrase et le sujet à la fin. 
Exemples : 

namely ny ankizy ny tompony,.\e maître a battu son 
esclave (litt. : a battu l'esclave son maître) ; 

no velezin' ny tomponyny andevo, Tesclave a été battu 
par son maître (litt. : a été battu par son maître Tes- 
clave). 

Les adjectifs verbaux passifs à finale invariable 
suivis d'un complément indirect prennent le suffixe 
prépositif n. Exemples : 

vérin' trosa izy, il est perdu de dettes; 
mamon' toaka izy, il est ivre de rhum. 

Le complément indirect s'indique également par la 
préposition any, pleine ou apocopée. Exemples. 

nandeha any Mananjary izy, il est allé à Mananjary ; 

mitsctngantsangana an'tanana izy^ il se promène 
dans le village; 

nanome vola an-dRamena izy, il a donné de l'argent 
à Ramena. 

M. W. E. Cousins auquel j'emprunte ce dernier 
exemple, le traduit par : he gave Ramena some mo- 
ney (1), et donne an-dRamena comme un cas d'ac- 
cusatif avec la particule any {sic). Ramena est au con- 
traire au datif. Les noms propres à l'accusatif pren- 
nent quelquefois la préposition any, mais ce n'est pas 
le cas pour an-d Ramena, 



1. A concise introduction to the study of Ihe malagasy lan-- 
guage as spoken in Imerina, p. 43. 



Digitized by LjOOQ IC 



DU CAS iomporClrano 191 



Du cas tampon' trano. 

376. Le génitif s'indique, en malgache, en suf- 
fixant au mot qui le régit la postposition nj/. Ce suffixe 
prépositif qu'il ne faut pas confondre avec ses homo- 
nymes homographes Tarticle, le suffixe ny ou le pro- 
nom personnel suffixe de la troisième personne, ne 
s'emploie jamais sous sa forme pleine. Suivant la dé- 
sinence du mot auquel il est joint, il prend les formes 
apocopées n' ou n- ; ou la forme aphérésée y. Exemples : 

tampon' trano, propriétaire de maison (tompo^ n' 
pour ny, trano) ; 

vadin-dRasoGy mari de Rasoa, {vady, n- pour ny, 
dRasoa zz: Rasoa) ; 

hoditi^ ny ondry, peau du mouton {hoditra^ y pour 
ny, ny ondry). 

L^orthographe de l'expression tomponHrano a sou- 
vent varié (1). On a successivement écrit : 

^owipo n*trano^ Rév, Jones et Oriffi'ths, 4890(2) ; 
tompontrano, 



, Rév. Johns, 1835 (3) ; 
tompo ny ny trano, ^ 



i. Cf. à ce sujet l'appendice de la Grammaire malgache du 
P. Gaussèque. Le missionnaire français et avec lui la plupart 
des malgachisants, n'ont pas reconnu ou insuffisamment 
démontré le caractère nettement prépositif de Vn de tompon' 
trano . 

2, Traduction malgache du Nouveau-Testament. 

3. A dictionary of tke malagasy language, sub verbo. 



Digitized by LjOOQ IC 



192 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

tompo ny tranOy P. Weber, 1855 (1) ; 
tompo n'trano, P. Ailloud, 1872 (2) ; 
tompony ny trano, Rév. W.-E. Cousins, 1873(3); 
tompon tranoy P. Caussèque, 1886 (4) ; 
Rév. Dahle, 1887 (5) ; 



tomponUrano, ^ p ^^^.^^^ ^^^^ ^^^ 

Les IVfalgaches prononcent tompontrâno. Cette ex- 
pression est composée des deux substantifs tômpo, 
maître, et trânoj maison, réunis par un w. Les gram- 
mairiens et lexicographes français et anglais tout en 
reconnaissant l'existence d'un n, ne s'accordent pas 
comme on Ta vu par les exemples précédents, sur la 
façon de le transcrire. M. Jacquet dans ses Mélanges 
malays, javanais et polynésiens (7), Ta assimilé à la 
nunnation conjonctive ou ligature des Tagals : « Cette 
nunnation conjonctive est propre à la langue mala- 
cassa (sic), dit-il ; et il ne faut pas la confondre avec 
la particule du génitif m'A, na^ dialecte de Madoura; 
na, dialecte de Soumenap ; ni en Batta; na, en Maghin- 
dano; ni, devant les noms propres, nang, devant les 
noms communs, en Tagala; m, dans le dialecte de 
Fidji ». Les exemples que cite cet orientaliste à l'appui 

1 . Grammaire malgache rédigée par les missionnaires calho- 
ligues de Madagascar, p. 57-59. 

2. Grammaire malgache-hova, passim. 

3. A concise introduction to the study ofthe malagasy language 
as spoken in Imerina. 

4. Grammaire malgache. Appendice. 

5. Antananarivo Annual, 1887, p. 286-291. 

6. Cours pratique de langue malgache, p. 10. 

7. Journal Asiatique, t. XI, 1833, no III, p. 122, note 2. 



Digitized by VjOOQ IC^ 



DU CAS tomporCtrano i93 

de sa thèse en démontrent au contraire l'inexactitude : 
volondôha se décompose en vô/o, n, lôha [doha par 
permutation de la liquide initiale); et signifie poils de 
la tête^ cheveux. Harandôka se décompose également 
en hâranuy n, dôAa, coquille de la tête, crâne. Dans ces 
deux cas, comme dans tampon' trano^ Vn correspond 
mot pour mot à la préposition française de. C^osi la 
particule du génitif que nous retrouvons avec une vo- 
calisation différente dans les dialectes malayo-polyoé* 
siens cités plus haut. 
376. 11 y a, en malgache, neuf cas de génitif : 

I. Lorsque le génitif commence par une lettre non- 
permutante et est régi par un mot à finale invariable, 
le suffixe prépositif ny s'emploie sous la forme apo- 
copéen'. Exemples : 

tampon' tranOj propriétaire de maison {tompo^ n\ 
trano) ; 
volon'tany, herbe {valoy n\ tany, cheveu de la terre) ; 
kihorin' taretra, pelote de fil [kibory, n\ taretva]^ 

II. Lorsque le génitif est régi par un mot à finale 
invariable et commence par un n ou un m, le sufïjve 
prépositif se confond avec l'initiale du complément. 
Exemples : 

akanjo-nify, gencive (vêtement des dents akanjo, 
nify) ; 

ro-nato, sève du nata [ro, nata) ; 
voa-nonaka^ fruit du nonoka (voay tionoka); 
rano-masOy larme (eau de l'oeil; rano, maso)\ 
voa-madiro, fruit du tamarinier (woa, madiro) ; 
lela-mamba, langue de caïman (/e/a, mamba)^ 



Digitized by LjOOQ IC 



194 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

L'orthographe précédente a été définitivement adop- 
tée. 11 serait cependant plus grammatical d'écrire 
akanjon'nify, et ranon'maso, comme dans le premier 
cas. La prononciation des indigènes de la côte orien- 
tale laisse percevoir entre les deux mots la même 
nunnation que dans tompon'trano; mais Tusage a 
prévalu de ne pas la transcrire. 

III. Lorsque le génitif commence par une voyelle 
ou l'article personneH, et est régi par un mot à finale 
invariable, le suffixe prépositif s'emploie sous la 
forme n'. Exemples : 

ranan'oranay l'eau de la pluie {ranOy n\ orana) ; 
gadran'alika, collier de chien [gadra, n\ 'alika) ; 
fon^ltrimOy le cœur d'itrimo (/b, n% Itrimo) ; 
lamharCIkoto^ vêtement de Koto {lamba, n\ Ikoto) ; 
varin' Imerinay le riz de Tlmerina [vary^ n\ Ime- 
rinà) ; 

ombin'JmamOy bœuf d'imamo {omby, w', Imamo). 

IV. Lorsque le génitif est précédé de l'article dé- 
fini ny et régi par un mot à finale invariable, le suf- 
fixe prépositif s'emploie sous la forme apocopée n' 
comme dans le premier et le troisième cas. Exemples : 

ny tomporCny trano^ le propriétaire de la maison ; 
ny ombin''ny mpanefy^ le bœuf du forgeron ; 
ny sarin'ny lehilahy, l'image de l'homme ; 
ny antsin'ny mpiasa, la hache du travailleur ; 
ny akanjon'ny vehivavyy le corsage de la femme ; 
ny volon'ny vorona^ les plumes de l'oiseau. 

V. Lorsque le génitif commence par une consonne 



pigitized by LjOOQ IC ^ 



DU CAS lomponUrano 



J95 



permutante et est régi par un mot à finale invariable, 
le suffixe prépositif s'emploie sous la forme n- et Tini- 
tiale du complément permute avec sa correspondante. 
Exemples : 

voan-katafana {voa, n-, hâta fana) y fruit du bada- 
mier; 

kihon-dalana {kiho, n-, lalana)^ coude des chemins; 

vidin-dakana {vidy^ n-, lakanà), prix de pirogue ; 

tanin-drazana {tany, n-, razana), terre des ancêtres; 

kibon-dranjo {kibo, n-, ranjo), gras du mollet; 

fekin-tsatroka (fehy, n-, satroka), cordon de cha- 
peau ; 

tompon-tsaha {tompo, n-, saha)y propriétaire de 
champ ; 

rain-janaka [ray^ n-, zanaka), père des enfants; 

ferin-jaza {fery^ n-, zaza)^ plaie des enfants. 

VI. Lorsque le génitif régi par un mot à finale in- 
variable, commence par f o\x v, ces lettres permutent 
avec leur correspondante et, par euphonie, n- se 
change en m-. Exemples : 

adim-behivavy (ady, m-, vehivavy), querelle de 
femmes ; 
volom-bivy {volo, m-, vivy), plumes de grèbe ; 
valam^parihy [vala^ m-, farihy), bordure de rizière. 

VII. La règle précédente s'applique aux génitifs com- 
mençant par b ou p. Exemples ; 

hkam-piso, {lohay m-, piso), tête de chat ; 
antsoni'papango iantso, m-, papango), cri de milan; 
antsom-biby {antsOy w-, biby)y cris des animaux. 




Digitized by LjOOQIC 



196 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

VIII. Lorsque le génitif est précédé de Tarticle dé- 
fini ny, et est régi par un mot à finale variable, Va 
final de ka^ tra, na permute avec le suffixe prépositif 
aphérèse y. Exemples : 

ny lavaky ny foza {lavaka, y), le trou du crabe; 

ny tandroky ny omhy [tandroka^ y), la corne du 
bœuf; 

ny hoditry ny ondry {hoditra, y), la peau du mou- 
ton ; 

ny elatry ny akanga [elatra, y), l'aile dé la pintade ; 

ny lakany ny mpanjono {lakana, y) y la pirogue du 
pécheur; 

ny raviny ny hazo [ravina^ y), les feuilles de Tarbre. 

IX. Lorsque le génitif est un nom propre commen- 
çant par une consonne non permutante et est régi par 
un mot à finale variable, Va final de ka, Ira^ na per- 
mute avec le suffixe prépositif aphérèse y. Exemples : 

halatiy Mahaka (halatra, y), vols de Mahaka; 
peratry Boto {peratra, y), bague de Boto ; 
mponiny Madagasikara [mponinay y), habitants de 
Madagascar ; 
vintany Kotomena [vintana^ y), destin de Kotomena; 
zanaky Tsiomeko [zandka^ y), enfant de Tsiomeko; 
lafiky Kalo [lafika^ y), natte de Kalo. 



Digitized by LjOOQI^ 



DU PRONOM 19^ 



Du pronom. 



377. Il y a ciaq sortes de pronoms : les pronoms 
personnels, possessifs, dénionslratifs, relatifs et indé- 
finis. 

Pronoms personnels. 

378. Les pronoms personnels possèdent seuls dans 
la langue une forme accusative. Ils n'ont pas de genre. 

NOMINATIF ACCUSATIF» 

MBRINA PKOVINCBS MBRINA PROVINCBS 

je, izâho, âhOy zâhoyiaho, àhy, ^hy, anâhy, 

âhOy anakâhy ; 

tu, hianâôy anâô, anaô^ anâô; 

il, elle, îzy, îzy, âzy, âzy, anâzy ; 

izakây, zahây, ia* anây, anây; 

nous < hmj.ahây, 

] islka^ antslka^ in- antsika, antslka ; 

slka^ 

vous, hianarêôy anarëô^ anarëôy anarêô\ 

ils, elles, %zy, îzy^ izarêôy âzy, âzy, anâzy, iza- 

* zarJôy rëôy zarëô. 

379. Pronoms personnels nominatifs. 

Le pronom Merina i^aAo, za^o dans les dialectes pro- 

14 



Digitized by LjOOQ IC 



198 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

vinciaux, se place avant le verbe; aho^ à la fin de la 
phrase. Exemples : 

izctho nandeha an'tanana^]^ suis allé dans le village; 
nandeha an'tanana aho, je suis allé dans le village. 

Par exception, le verbe hoy que suit toujours le su- 
jet, prend waAo au lieu de aho. Exemple : 
hoy izaho^ je dis. 

Aho est vraisemblablement la forme la plus ancienne 
du pronom personnel. laho représente aho augmenté 
de Tarticle personnel i. Cette seconde forme a donné 
zaho par la permutation de Vi prosthétique avec z (1) ; 
puis izaho, en Merina, par une nouvelle préfixation de 
Tarticle personnel. 

Le manuscrit n© 7 de la Bibliothèque Nationale qui 
est le plus ancien texte arabico-malgache actuelle- 

c • / 

ment connu, donne une forme j-A-a> hanao pour la 
2» personne du singulier, quelquefois avec Tarticle 
personnel j-i-a>i, ihanao (2). Celle-là se retrouve dans 
quelques textes arabico-malgaches contemporains en 
dialectes sud-orientaux, notamment en An tambahoaka; 
mais Vh initial est devenu purement orthographique. 
L'aspiration qu'il représente a complètement disparu 
de la langue parlée des dialectes maritimes de TEst et 
de rOuest. Le Merina hianao constitue une curieuse 
et rare métathèse du provincial archaïque ihanao. 
Le pronom personnel de la 3* personne du singulier 

1. Dans les textes arabico-malgaches le ^ transcrit générale- 
ment le son z, 

2. F» 64 recto et suivants. 



Digitized by LjOOQIC 



DU PRONOM 199 

izyy précédé du démonstratif iza^o, s'emploie familiè- 
rement pour la 2® personne. Exemple : 

marary va izatoizyl Êtes-vous malade; litt. : est-il 
malade celui-là? 

Le pronom exclusif de la l'^ personne du pluriel 
izahay, exclut les personnes auxquelles on s'adresse; 
le pronom inclusif isika les inclut. Exemples : 

andehà isika, allons, partons (l'orateur s'adressant 
à toutes les personnes présentes) ; 

miara-mandeha isika, nous partons tous ensemble ; 

mahery no ho hianareo izahay vazaha, nous étrangers 
sommes plus forts que vous (malgaches). 

Izahay par une formation parallèle à izaho^ dérive 
de ahay par les intermédiaires iahay, zahay. 

Le pronom Merina isika est composé de l'article per- 
sonnel i et du thème pronominal inclusif sika. Cette 
dernière forme a été nasalisée en nsika dans les pro- 
vinces, d'où le Sakalava insïka. Us précédé d'un n per- 
mutant généralement avec sa correspondante ts, nsika 
est devenu ntsika, et enfin antsika dans la plupart 
des dialectes provinciaux qui préfixent un a eupho- 
nique aux syllabes initiales commençant par deux 
consonnes successives (1). 

Le pronom Merina de la 2« personne du pluriel se 
forme en ajoutant au singulier apocope de la voyelle 
finale o, le suffixe reo : hianao, toi; hianareo^ vous (2). 

1. Cf. Merina : mpanjaka; provinces : ampanjaka. 

2. Le New malagasy-english dictionary indique inexactement 
areo {vide sub verbOy p. 65) comme la forme première de ana- 
reo et hianareo. 



Digitized by LjOOQ IC 



200 



ESSAI D£ GRAMMAIRE MALGACHE 



Le pluriel du'pronom de la 2® personne se formait 
anciennement, dans les dialectes orientaux, en ajou- 
tant au singulier le suffixe pluriel reo : hanaoy toi; 
hanaoreo, vous. Vh initial a disparu, la diphtongue 
intérieure ao s*QSt changée en a, d'où la forme mo- 
derne anareo. 

Le pronom de la 3® personne izy, invariable au plu^ 
riel en Merina, fait en Betsimisaraka et dans le Sud- 
Est izareoy eux. 

380. Pronoms personnels accusatifs. 

Le thème préfixai an des pronoms provinciaux re- 
présente la proposition any apocopée : 

an-ahyy moi; 
an-ao, toi ; 
an-azi/, lui, elle; 
an-aj/(l), 
an-tsika (2), 
an-areo (3), vous; 
- an-azy, eux, elles. 



nous; 



Les formes nominatives et accusatives des !'• et 
2* personnes du pluriel sont identiques dans les dia- 
lectes provinciaux. Le Merina, au contraire, a une 
forme différente pour les deux cas : hianareo^ anareo \ 
isikay antsika. 



1. Contraction du nominatif ahay en ay. 

2. Anlsika se décompose en an -f- nlsika. 

3. An-areo est pour aii-anareo. 



Digitized by VjOOQ IC 



DU PRONOM aoi 



Pronoms possessifs. 

381. Il y a deux sortes de pronoms possessifs : le 
pronom isolé et le pronom suffixe. 

382. La forme accusative du pronom s'emploie 
comme possessif isolé. 



ny âhy, ny anâhy, le mien ; 

ny anâày ny anâôy le tien ; 

ny âzy, ny anâzy, le sien ; 

ny anry ny anây ' ) ^^ 

ny antstka, ny antsika, ) 

ny anarêô, ny anarëô, le vôtre; 

ny âzy, ny izarêôy le leur. Exemples r 

anareo ny omby rano fa anay ny omby hova^ 
les bœufs d'Europe sont les vôtres, mais 
les bœufs de Tlmerina sont les nôtres; 

aiza moa ny ahyl où est le mien? 

ity ny anao, celui-ci est le tien. 

383. Le pronom possessif suffixe a deux formes 
différentes suivant la finale du mot auquel il est joint. 

384. L Pronoms possessifs suffixes à des mots à 
finale invariable ou terminés en na. 

1'® personne singulier, &o, mon, mien; 
2e — — nao, ton, tien; 

3* -^ — ny, son, sien; 

14. 



Digitized by LjOOQIC 

A 



202 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

1 'A ^^!/> notre; 
l'« personne pluriel < 

^ ( ntsika, notre; 

2« — — nareo, votre ; 

3« — — ny, leur. 

Exemples : 

irâno^ maison. 

trânoko, ma maison ; 

tranoriâbj ta maison ; 

trânony, sa maison ; 

tranoYiâ^j. ) 

_, > notre maison; 
tranontsika, ) 

tranonarëô, votre maison ; 

trânonxfj leur maison. 

At^a, étant vu. 
hïtako^ je vois (1); 
hitanâôy tu vois ; 
hïtany, il voit ; 
A27anâ^, 



sïkay ) 



. nous voyons; 
hitantsîkay ) 

hitanarëô^ vous voyez ; 

hltany, ils voient. 

385. Les pronoms précédents se suffixent aux 
mots terminés en na après apocope de cette finale va- 
riable. Exemples : 

lâkanay pirogue, 
lâkakOy ma pirogue ; 
lakanâôy ta pirogue; 



1. Litt. : étant vu mon; étant vu ton^ son, notre, votre, leur. 
Voir la conjugaison radicale su fflxée no 112. 



Digitized by LjOOQ IC 



DU PRONOM - 203 

lâkany, sa pirogue ; 
lakanây^ ) . 
lakaritsîka, ) 

lakanarëô, votre pirogue ; 
lâkanxjy leur pirogue. 

lazâïnay dit. 
lazâïko, je dis; 
lazainaôy tu dis; 
lazïïïny, il dit; 
lazainây. 



, . ^ ,, , nous disons: 
lazaintsika, ) 

lazainarêôy vous dites ; 

lazainy, ils disent (1). 

La règle précédente s'applique particulièrement 
aux dactyles. Les racines amphibraques et quelques 
dissyllabes en na conservent leur finale mobile à la- 
quelle se suffixe le pronom possessif. 

386. IL Pronoms possessifs suffixes aux mots ter- 
minés en ka et tra. 

1'® personne singulier o, mon, mien ; 
2® — — ao, ton, tien; 

3* • — — nj/, son, sien. 

A.^ 1 . 1 ^ ^y» notre; 

1" personne pluriel < ., 

( tsikQy notre ; 

2« -^ — 07^60, votre; 

3e — — ny, leur. 



1. Litt. : étant dit moriy étant dit ton^ son, notre, votre, leur. 
Voir la conjugaison participiale suffixée n» 116. 



Digitized by LjOOQIC 



204 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

387. Les mots en ka prennent les pronoms posses- 
sifs des l"** et 2* personnes du singulier, 1'® personne 
exclusive et 2« personne du pluriel après apocope de 
la voyelle finale ; et les pronoms de la 1'* personne 
inclusive du pluriel et de la 3® personne des deux 
nombres après apocope de^la finale variable ka. 
Exemples : 

tâfika, armée; tëlika^ étant couvert. 

388. tâfiko, mon armée ; 
tafikaby ton armée ; 
tâfiny, son armée; 

^* ^ notre armée; 



J 



tafitstkaj 

tafikarêôt votre armée ; 

tâfiny^ leur armée. 

lelikOy je couvre (1) ; 
lelikao^ tu couvres; 
lelirii/f il couvre; 
lelikayy 



likayy ) 
litsika^ ) 



, ,. ., . nous couvrons; 
lehtsika^ ) 

lelikareoy vous couvrez ; 

lelinyy ils couvrent. 

• 

389. Les mots en tra suivent la règle précédente. 
Exemples : 

hôditray peau. 
hôditro^ ma peau ; * 

hoditrâô, ta peau ; • 

hôdiny, sa peau ; 

1. Voir la note précédente. 



Digitized by LjOOQIC 



DU PRONOM 205 



i'J 



hoditray. _ 

L j- -, i notre peau; 

hoditsika, ^ 

hoditrarëôy votre peau ; 

hôdiny, leur peau, 

râîkitra, étant décidé. 

raikitro, je décide (1) ; 

raikitrao^ tu décides; 

raikinyy il décide ; 

raikitrau, ) w . , 

., . ., S nous décidons; 
raïkitsikay ) 

raikitrareo, vous décidez ; 

raikinyy ils décident. 

389 bis. Comme les amphibraques en na, les tris- 
syllabes de même quantité et quelques dissyllabes en 
ka et tra conservent leur finale mobile à laquelle se 
suffixe le pronom possessif. Exemples : 

salakanao, ton salaka ; 
alikany, ^on. chien [alika) ; 
taretranay^ notre fil {laretra) ; 
tratrako^ ma poitrine (tratra) ; 
jakany, ses étrennes (jakà). 

390. Les dialectes provinciaux du Nord et de 
rOuest possèdent les pronoms suffixes pcécédents, 
mais les remplacent ordinairement parle pronom pos- 
sessif isolé qui suit les règles du génitif gouverné 
par des mots à finale variable ou invariable. Exemples : 

1. Voir la note précédente, p. 203. 



Digitized by LjOOQIC 



206 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

* tranon'anahy. ^ . , 

/ , > maison de moi, ma maison ; 
tranon anakany, ) 

ombin'anaOy ton bœuf; 

lakarCanazy^ sa pirogue ; 

lakan'anayy ) 

lakan' antsikay S 

satrok'anareoj votre chapeau; 

fitaratr'izareOy leur miroir. 



Pronoms démonstratifs. 

391. 'Les pronoms démonstratifs les plus usités 
sont au nombre de sept. Ils forment leur pluriel 
en intercalant Tinfixe re après leur voyelle initiale i. 
Au singulier et au pluriel, ils désignent des êtres ou 
des objets visibles de l'endroit où on se trouve. Par 
Pintercalation de Tinfixe za après l'initiale du dé- 
monstratif singulier, on forme d*autres pronoms dési- 
gnant les êtres ou les choses abstraits ou hors de la 
vue. Les premiers n'ont pas de genre, les derniers ni 
genre ni nombre. 

lô, celui-là, celle-là, cet, cette ; 
ïni/, celui-là; 

2>^» — . 

irôâ^ — 

itsy, — 

iiy^ celui-ci, celle-ci ; 

ito (1), - - 

1. ito est désuet. 



Digitized by LjOOQIC 



DU PRONOM 207 

irêô, ceux-là, celles-là; 
irenyy — — 

eVên/, — — 

irërouy — — 

irëtsyy — — 

ij'ëiy, ceux-ci, celles-ci; 
irëlo, — — 

izâdf celui-là, ceux-là, cela; 
izâny, — — — 

izâry;' — — — 

izâroa, — — — 

izâtsy, — — — 

izâty^ celui-ci, ceux-ci, ceci; 
izâtOy — — — 

A ces pronoms s'ajoutent les synonymes invariables 
de ity : itikitJ'a^ îtOy itônyy itôy, qui désignent des êtres 
ou des objets voisins ; et les synonymes de itsy : itsî' 
katrdj itsïana, itsïny, itsônyy qui désignent des êtres 
ou des objets plus éloignés que les précédents. 

L'article démonstratif ilây s'emploie jeomme pro- 
nom* se rapportant à des êtres ou des choses qu*on ne 
voit pas mais dont il a été déjà question. 

392. Les pronoms démonstratifs s'emploient aussi 
adjectivement. Ils doivent, à l'exception d*i/ây, être 
répétés après le substantif ou le membre de phrase 
qu'ils déterminent. Exemples : 

io vary io, ce riz-là; 

ity hazQ ity y cet arbre-ci ; 

ireto olona ireto, ces gens-ci ; 

biby ratsy hiany io kaiy mamono akohonay io^ 



Digitized by LjOOQ IC 



208 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

c'est vraiment une méchante bête que ce chat sau- 
vage-là qui tue nos poules. 

Pronoms interrogatifs. 

393. Il y a trois pronoms interrogatifs : iza et zovy, 
qui, quel, quelle? pour les personnes; eiïnona, quoi, 
qu'est-ce, qu'y a-t-il, quel, quelle? pour les choses. 
Ces pronoms interrogatifs s'emploient fréquemment 
avec la particule interrogative moa. Ils n'ont ni genre 
ni nombre. Exemples : 

zdvy (1), qui vive? 

iza moa kianaOj qui es-tu? 

inona moa no nangatahinao^ qu'as-tu demandé ? 

an'inona, où, en quel endroit? 

anizay à qui, de qui? 

an-jovy^ à qui, de qui? 

394. Redoublés avec la particule na, les pronoms 
iza, zovy et inona prennent un sens indéfini. Exemples : 

na iza na iza. \ 

( qui que ce soit: 
na zovy na zovy^ ) 

na inona na inona, quoi que ce soit. 

Pronom relatif. 

395. Le malgache ne possède qu'un seul pronom 
relatif invariable izây, qui, celui qui, ce qui, ceux 

1. Zovy est probablement la contraction de iza ho avy^ qui 
viendra? 



Digitized by LjOOQ IC 



DU PRONOM 209 

qui, celles qui, etc. Le relatif verbal incluant toutes les 
expressions relatives supplée ainsi à Tabsence d'autres 
pronoms relatifs. Employé démonstrativement^ izay 
doit être répété après le substantif ou le membre de 
phrase qu'il détermine. Exemples : 

iza moa izay te-hiakatra, quel est celui qui veut 
monter? 

izay mahay am-bava dia moana am-pandresena^ ceux 
qui sont forts en paroles (les fanfarons), sont muets 
pendant la bataille ; 

mbola nandositra izay ankizilahy izay, ce ou ces 
esclaves se sont encore évadés. 

Pronoms indéfinis. 

396. Les pronoms indéûnis sont : 
sâsany (de la racine sâsaka, moitié), certains, les 
uns, les autres ; 
sâmy, sâmby dans les dialectes provinciaux, chacun, 
I l'un et l'autre, les uns et les autres; 

^ isâny (de la racine isa, un), isâka, isâky, chacun, 

; chaque. Exemples : 

nandeha ny tafika ainj dia nijanona tany an-dalana 
ny sasany^ l'armée se mit en marche^ mais une partie 
s'arrêta en route ; 

samy fotsy izahay vazaha^ nous étrangers, nous 
sommes tous blancs (litt. : les uns et les autres) ; 
samby tsara e\ que chacun soit en bonne (santé); 
ho avy isarCandrOy isaky ny andro izy, il viendra 
chaque jour. 

Samy possède une forme impératîve : 
samiâ mitandrina ! que chacun veille 1 

15 



Digitized by LjOOQ IC 



210 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



De l'adjectif qualificatif. 

397. « La langue malgache, dit le Rev. Richard- 
son, n'est pas riche en adjectifs (qualificatifs) (1) ». 
L'assertion est inexacte : cet adjectif n'existe pas ; les 
adjectifs verbaux passifs, les participes suffixes et les 
relatifs susceptibles par leur sens d'être transformés 
en qualificatifs, en tiennent lieu. Exemples : 

avo ny trano, la maison est haute, élevée ; 
no ravan-dnvotra ny trano avo, la haute maison a 
été détruite par le vent. 

AvOy dans le premier exemple, est un verbe passif; 
etunadjectif qualificatif dans le second. Comme verbe il 
précède son sujet; comme adjectif, il suit le nom qu'il 
qualifie. 

398. Il y a quatorze sortes d'adjectifs verbaux pas- 
sifs, participes suffixes et relatifs employés comme 
qualificatifs : 

l** adjectif verbal passif non-racine : wôny, jaune; 

2° adjectif verbal passif racine primaire : fôky, court; 
lava^ long; fâtsy^ blanc; 

3° adjectif verbal passif redoublé : fohifohyy un peu 
court; lavalâva, long et peu large; 

4fi adjectif verbal passif à préfixe : sahîrana, affairé; 

5^ adjectif verbal passif à infixe : somëbyy empressé; 

m 
1. Malagasy for beginners^ p. 55. 



Digitized by LjOOQ IC 



DE L'ADJECTIF QUALIFICATIF 211 

6° adjectif verbal passif redoublé à préfixe : sahi- 
ranklrana^ fréquemment affairé; somebisëbxjy préoc- 
cupé; 

7° adjectif verbal passif à préfixe ma : marina^ vrai ; 
rncânty, noir; 

8« adjectif verbal passif en ma redoublé : marimâ- 
rina, vrai ; maintimïïintyy maintînty, noirâtre ; 

9» adjectif verbal passif à préfixe ka : kalâza, célè- 
bre par ses discours; kapêtsy^ rusé; 

10**adjectif négatif en ^sy : isi-?wë/oA;a, non coupable, 
innocent ; 

11° adjectif verbal passif régissant l'accusatif comme 
dans le cas noSaç (I)x6ç ; mafy lôha, têtu (lit t. : dur 
quant à la tète); 

12** adjectifs composés de deux adjectifs verbaux 
passifs dont le second est en opposition avec le pre- 
mier : keli-malâzay petit mais célèbre ; 

13° adjectifs formés de âzo^ tsy âzo et un participe 
suffixe ou un relatif : 

azo vaklnay cassable (litt. : qu'il est possible de cas- 
ser) ; 

tsy azo vakïna, incassable (litt. : qu'il n'est pas pos- 
sible de casser) ; 

azo idîranay pénétrable (litt. : qu'il est possible 
qu'on pénètre); 

tsy azo idirana, impénétrable (litt. : qu*il n'est pas 
possible qu'on pénètre). 

14* l'adjectif distributif formé en préfixant tsy à la 
forme redoublée : tsi-kelikëly, petit à petit; tsi-mora- 
mora^ peu à peu. 



Digitized by LjOOQ IC 



212 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

Ainsi qu'on Ta vu précédemment, l'adjectif verbal 
passif emgloyé comme qualificatif se place immédia- 
tement après le substantif qu'il qualifie. Exemples : 

maty ny ombalahy sada, le taureau tacheté est mort ; 
nividy osilahy jamba aho^ j'ai acheté un bouc 
aveugle; 
ny akondro masaka, les bananes mûres ; 
ny lambo matavyy le porc gras. 

Placé soit avant le substantif, soit entre l'article ny 
et le substantif, l'adjectif verbal passif n'est plus qua- 
lificatif et reprend ses fonctions verbales. Exemples : 

masaka ny akondro ^ les bananes sont mûres; 

ny masaka akondro^ ceux dont les bananes sont 
mûres ; 

ny matavy lambo, l'endroit où sont engraissés les 
porcs. 

Du comparatif. 

399. Le comparatif d'infériorité se forme en re- 
doublant le positif. Exemples : 

tsâray bon; tsaraisâra (1), presque bon; 
fôtsy, blanc; fotsifdlsy^ blanchâtre. 

Ce comparatif exprime un état intermédiaire entre 
le positif et le négatif : cet homme était malade; 
comment va-t-il? tsaratsaraizy^ il est presque bien. 



1. Le comparatif d'infériorité suit la règle de quantité des ra- 
cines redoublées. 



Digitized by LjOOQ IC 



DE L' ADJECTIF QUALIFICATIF 213 

il est mieux que précédemment où il était mal. Tsa- 
ratsara indique plutôt une amélioration de mal vers 
bien^ qu'une péjoration de bien vers mal. Fotsifotsy 
indique, au contraire, que le blanc a diminué de 
blancheur et est devenu blanchâtre, mais sans aller 
jusqu'à la coloration intermédiaire entre blanc et noir. 
Le que relatif suivant le comparatif d'infériorité se 
traduit par kôà nohô et kokÔâ nokô. Exemples : 

tsaratsara koa noho ahy izy^ il est mieux que moi, 
dans un meilleur état de santé que moi; 

menamena kokoa noho anao izy^ il est un peu plus 
rose que toi. 

400. Le comparatif d'égalité s'exprime en faisant 
suivre le positif des adverbes tahaka, ohatra^ hoatra^ 
aussi — que, autant — que. Exemples : 

be tahak^ahy izy^ il est aussi grand que moi; 
7'atsy ohatr'azy hianaOy tu es aussi méchant que lui ; 
malahelo hoatra ny kamboty^ aussi malheureux 
qu'un orphelin. 

401. Le comparatif de supériorité s'exprime en 
faisant suivre le positif des adverbes noAô, kokôâ 
nohôy lâvitra nohô. Exemples : 

lehibe noho ny zanany^ plus grand que son fils ; 
lehibe kokoa noho ahy izy^ il est plus grand que moi; 
lehibe lavitra noho azy hianaoy tu es beaucoup plus 
grand que lui. 

402. Les comparatifs de supériorité et d'infériorité 
des noms de couleur s'expriment par àntitra^ vieux, 



Digitized by LjOOQIC 



214 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

et tanôray jeune, placés après le positif, et les adverbes 
kokoa no ho. Exemples : 

fotsy tanora kokoa noho ny anao ny lambako, mon 
lamba est moins blanc que le tien ; 

maitso antitra kokoa noho ny azy ny variko, mon 
riz est plus vert que le sien. 

Du superlatif. 

403. Le superlatif s'exprime : 
1** parla particule dia intercalée entre le positif re- 
doublé : 

faly dia faly ahoy je suis très heureux (autant qu'on 
peut l'être). y^ 

Les substantifs, pronofhs accusatifs^ verbes, ad- 
verbes ont comme les adjectifs une forme superlative 
avec dia Exemples : 

vy dia vy ity^ c'est bien, c'est absolument du fer; 

anareo dia anareo io vola iOy cet argent-là est bien, 
absolument à vous ; 

voky dia voky izj/, il est absolument, complètement 
rassasié ; 

mandainga dia mandainga hianaoy tu mens au su- 
prême degré; 

ela dia ela no maty tzy, il y a très longtemps qu'il 
est mort; 

omaly dia omaly no nandositra izy^ c'est absolument 
hier qu'il s'est enfui. 

2° par l'adverbe indrïndra suivant le positif : 



Digitized by LjOOQ IC 



DI yADlECTlF ÛUALiFiCATtF 215 

$ahy indrindra izy^ il est extrêmement courageux. 

3* par Tad verbe fnlratra qui précède le positif et 
mdique que Tétai ou raction sont au plua haut degré 
possible. Exemples : 

fatra-maina^ entièrement sec, le plus sec possible, 

4° par la locutiou âminy,..r€hdtra suivant le posi- 
tif. Exemple : 

Isara tarehy amin'nyvehivavy rekeira Rabodo, Rabodo 
est la plus jolie de toutes les femmes* 

5^ par la locution indrindra amîmj. Exemple : 

adala indrindra amin'mj Malagasy ny Betsileo, les 
Betsileo sont les plus stupides des Malgaches, 

6* par la particule no précédant le positif. Exem- 
ples : 

iza no makery? quel est le plus fort? 

Ranawo no madilra, Ranaiyo est le plus entêté. 

7" par la locution kôa rakâ intercalée entre le positif 
redoublé» Ce superlatif est d*un usage moins fréquent 
que les précédents. Exemple : 

meloka koa raha metoka t:y, il est le plus coupable 
(litt. : il est coupabïe s*ily a quelqu'un de coupable). 



Digitized by LjOOQIC 



216 



ESSAI DE CRA51MAIRE MALGACHE 



Des noms de nombre. 



404. Adjectifs numéraux cardinaux. 



MERINA 


PROVINCES 


1, istty irâyy v'cûka^ 


râîky; 


2, rôa, 


rôy; 


3, têlo. 


tëloy mamôkOj mamdka; 


4, ëfatra. 


êfaira, efâtre, efâtry; 


5, dimyy 


dimyy lîmy^ f^fo, pâipo ; 


6, ëninay 


enina, tsiôta (1) ; 


7, fttOy 


fîto; 


8, vâlo, 


valo; 


9, sïvy, 


sivy; 


10, fôlo, 


fdlo. 



405. Les nombres précédents sont des adjectifs 
verbaux passifs qui se conjuguent aux i^, 3«, 4«, 6« et 
7« classes. Exemples : 

. telo izahay, nous sommes trois ; 

nanefatrany tokotany izy^ il a partagé le terrain en 
quatre; 

manadimy ny vola aho^ je divise l'argent en cinq; 

nienina ny tombom-barotra, le bénéfice des affaires 
a été partagé en six; 

mahasivy izy, ils peuvent partager en neuf. 



1. De Tarabe 



Digitized by VjOOQ IC 



DES ISOMS DE ISOMBRE 



217 



406. A partir de 41, les Merina lisent les chiffres 
de droite à gauche, énoncent Tunité avant la dizaine; 
celle-ci avant la centaine; la centaine avant mille, etc. 
Chaque chiffre est lié au suivant par Fadverbe âmby^ 
en plus de. Folo est précédé de l'article ny dans la 
première dizaine seulement. Dans les dialectes pro- 
vinciaux, les chiffres s'énoncent, au contraire, comme 
en français, en commençant par le plus élevé. L'ad- 
verbe amby n'est exprimé qu'une seule fois après 
l'unité. 



11, iraik'amby ny folo (1), 

12, roa amby ny foloy 

13, telo amby ny folo, 

14, efatra amby ny folo, 

15, dimy amby ny folo, 

16, enina amby ny folo, 

17, fito amby ny folo, 

18, valo amby ny folo, 

19, sivy amby ny folo (2), 



folo raik*amby; 
folo roy amby ; 
folo telo amby, 
folo efatr'amby; 
folo dimy amby; 
folo eniû* amby ; 
folo fito amby, 
folo valo amby ; 
folo èivy amby. 



Les dizaines se forment en préfixant l'unité, de 2 à 
9, augmentée du suffixe prépositif n, kfolo dont l'ini- 
tiale permute avec sa correspondante p. La forme 
régulière provinciale n'est passée en Merina que pour 
la cinquième et la sixième dizaines. Les autres dizaines 



1. Litt. : un en plus de dix. 

2. Ces noms de nombre et les suivants suivent la règle de 
quantité des noms composés, c'est-à-dire n'ont qu'une seule 
syllabe longue : valo amby ny fôlo, folo valo amby, 

15. 



Digitized by LjOOQ IC 



218 



ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



Merina n'ont pas conservé le suffixe prépositif, mais, 
sauf pour sivy folo, l'initiale de folo permute avec p. 



MERINA 

20, roa-polo, 

21, iraik'amhy roa-polo, 
30, telo'poio, 

32, roa amby telo-polo, 

40, e fa-polo, 

43, telo amby e fa-polo, 

50, dimam-polo, 



PROVliNCBS 

roam-polo ; 

roam-polo raik^amby; 

telom-polo; 

telom-polo roy amby; 

e fa-polo ; 

e fa-polo telo amby ; 

dimam-polo ; 



54, efatr'amby dimam-polo, dimam-polo efatr'amby; 



60, enim-polo, 
65, dimy amby enim-polo, 
70, fitO'polo, 
76, enin'amby fito-polo, 
80, valo'polo, 
87, fito amby valo-polo, 
90, sivy folo, 
98, valo amby sivy folo, 
400, zâto, 



enim-polo (4); 
enim-polo dimy amby; 
fitom-polo; 
fitom-polo emn*amby ; 
valom-polo; 
valom-polo fito amby ; 
Hvim-polo ; 
èivim-polo valo amby; 
zâto. 



407. Les centaines se forment en Merina et dans 
les dialectes provinciaux en préfixant à zato les unités 
2 à 9 augmentées du suffixe prépositif n. Le z initial 
de za^o permute avec sa correspondante. 

200, roan-jato; 
300, telon-jato; 
400, efa-jato; 
600, enin-jato, 

1 . Le suffixe prépositif m- permute avec le n de enina. 



Digitized by LjOOQ IC 



DES NOMS DE NOMBRE 219 

L'unité de mille s'exprime par anvo{i); la dizaine 
de mille par âlina (2); la centaine de mille par hêtsy^ 
et l'unité de million par tapitrisa{i^). 

1,000, arho\ 
2.000, roa arwo; 
3.000, telo arivo ; 
4.000, efatra arivo ; 
5,000, dimy arwù ; 
R>000j sivy arivo'; 
10.000, iray alina'^ 
20,000, roa atina; 
60.000, mina aiina ; 
70.000, filoaiina\ 
80.000, vaio atina; 
90. 000, sivy alinn; 
100,000, iray heUy ; 
300.000, teio hetsy; 
500.000, dimy hetsy; 
700.000, fito helsy\ 
900,000, siuy heUy^ 
t. 000,000, tapitrim{A), 

Exemples : 4.235.867 : 

Merina : fito amby enim-polo amhy valon-jato amby 

i. Cf. l'arabe k_ÀJÎ, 

2, Litt. : la ntitt, l'obaouritè. Cf. aon dérivé aUrialina, innom^ 
hrable. 

3, Litt. î le nombre, isa; est achevé, iapUra\ tl n'y eu h pJtJS 
an^delà. 

4, A partir de mille, les mêmea exprea&ioDS »oiit nattées 
daoa touB les dîatecUs. 



Digitized by LjOOQ IC 



220 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

dimy arivo amby telo alina amhy roa hetsy amhy efaira 
tapitrisa; 

Provinces : efatra tapitrisa roy hetsy telo alina dimy 
arivo valon-jato enim-polo fito amhy. 

Adjectifs numéraux ordinaux. 

408. Il y a six sortes d'adjectifs numéraux ordi- 
naux. 

409. 1® Les ordinaux correspondants aux nôtres. 
Ils se forment en préfixant faha au cardinal. L'a final 
de faha est apocope lorsque le cardinal commence par 
une voyelle. Dans un nom de nombre ordinal com- 
posé de plusieurs chiffres, le premier chiffre seul 
prend le préfixe faha. Les ordinaux en faha doivent 
être employés dans les réponses à l'interrogation 
fahafii*y{\). 

l^r, fahirïïîka; 
2®, faharôà; 
3«, fahatëlo; 
4e, fahefatra; 
5^, fahadimy; 
6®, fahenina; 
7% fahafito; 
8®, fahavalo; 
9®, fahasivy; 
10% fahnfolo; 
50®, fahadimam-polo ; 
400% fahazato: 

1* Quelle place namérique, quel rangt 



Digitized by LjOOQ IC 



DES NOMS DE INOMBRE 221 

600®, fakenin^jato; 
il .000% faharivo; 
10.000e, fahalina; 
lOO.OOQe, fahahetsy; 
1.000.000«, fahatapitrisa. 

Exemples : 15.634% 

Marina : fahefatra amby telo-polo amhy enin-jato 
amby dimy arivo amby iray alina ; 

Provinces : faharaiky alina dimy arivo enin-jato 
telom-polo efatr'amby. 

410. L'ordinal en faha est pris quelq[uefois comme 
mesure de longueur : 

fàhateloy trois brasses; 
fahefatray quatre brasses ; 
fakadimyy cinq brasses ; 
fahasivy, neuf brasses. 

411. 2° Les nombres ordinaux répondant à l'inter- 
rogation am-pahaflrinyy en combien de parties telle 
chose est-elle divisée. Us se forment en préfixant 
ampaha (1) et en suffixant ny au cardinal : 

en 2 parties, ampaharôany; 

— 3 — ampahatelony; 

— 4 — ampahefany; 

— 5 — ampahadiminy ; 

— 6 — ampaheniny; 

i. Ampaha est formé de la préposition âny et du préfixe 
ordinal faha. L*erthographe précédente a préTalu an lieu de 
am-paha qui serait préférable. 



Digitized by LjOOQ IC 



ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 
en 7 parties, ampahafitony ; 



- 8 


— ampahavalony ; 


— 9 


— ampahasiviny ; 


— 10 


ampakafolony; 


- 100 


— ampahazatony; 


- 1.000 


— ampaharivony . 


412. 3** Les nombres ordinaux répondant à Tinter- 


rogation iw-pw^/, combien de fois. Ils se forment en 


préfixant la préposition 


i iny apocopée au cardinal : 


Ire 


fois, in-drây; 


2e 


fois, in-drôâ; 


3e 


fois, in^tëlo; 


4e 


fois, in'ëfatra; . 


5« 


fois, in'dimy; 


6« 


fois, in'enina; 


7e 


fois, im-pito; 


8e 


fois, im-balo; 


9e 


fois, m-<*it?j/; 


10e 


fois, im-polo; 


100e 


fois, in-jato; 


1.000e 


fois, tVamo; 


10.000e 


fois, in-alina. 



Ces ordinaux, de deux à dix, se conjuguent à la 
3« classe. Exemples : 

manimpitOy faire pour la 7" fois ; 
manimbâloy — 8* — 

manimpôlo, — 10* — 

Iri'dray. avec les verbes mâka^ mande ha, signifie : 
prendre d*un seul coup, aller en une seule fois. 



Digitized by LjOOQ IC 



DES NOMS DE INOMHRE 



223 



413. 4*'Les nombresordinauXfde3à10sealemeûlj 
en réponse à rinterrogalion hafii-^tana^ combien de 
jours? Ils se forment en préfixant ha, h devant une 
voyelle, et en suffixant ana au cardinal. 



hatetôana, 


3 jours; 


hefârana^ 


4 — 


hadimianay 


5 — 


henëmana. 


- 


hafitôanay 


7 — 


havaiôana^ 


8 — 


hasivlanay 


9 ^ 


hafolôana. 


10 ^ 



414. 5» Les participes passifs ordinaux de 3 à 10 et 
100, signifiant : divisé en... Ils se forment en ajoutant 
le suffixe ina au cardinal : 



tëlina. 


divisé en 


3 


efârina^ 


— 


4 


dlminaj 


— 


5 


enëminay 


— 


6 


fitôina^ 


— 


7 


valôina, 


— ■ 


8 


sîvina, 


. — . 


9 


foldina^ 


^ 


10 


zatôinay 


— 


100. 



415. 6** Les participes passifs suffixes dérivés des 
ordinaux de la forme in-dray^ signifiant : étant fait 
pour la fois : 



Digitized by LjOOQIC 



224 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

indrâosina, \ 

. , _ . ' > étant fait pour la 2« fois ; 
îndraoztnaj l 

indrôâzinay J 

intelôina, étant fait pour la 3* fois; 

inefârinay étant fait pour la 4* fois. 

416. Les noms de nombres distributifs se forment 
en préfixant t$y au cardinal redoublé : 

tsirairây^ un par un ; 
tsiroarôây deux par deux ; 
tsiielotêlo, trois par trois ; 
tsiefatrëfatra^ quatre par quatre ; 
tsidimidimy^ cinq par cinq ; 
tsivalovâloy huit par huit ; 
tsisivisïvyj neuf par neuf. 

417. La formule 4X ^ se traduit soit par : in'efatra 
dimy, 4 fois cinq; soit par : efatra dimy^ 4 (multiplié 
par) 5. 4 conii^e 6 se traduit par efatra noho dimy. 

418. Les fractions se lisent comme en français^ le 
numérateur en cardinal et le dénominateur en ordi- 
nal : 

7 

- fito ampahavalony, 7 huitièmes. 

o 

419. Iray et roa. prennent le préfixe ananky qui 
leur donne un sens indéfini. Cette forme est plus spé- 
cialement employée en Merina. Exemples : 

lehilâhy anankirâyy un certain homme ; 
olona anankiroa ou anankoroa^ deux certains indi- 
vidus. 



Digitized by VjOOQ IC 



r 



DES NOMS DE NOMBRE 225 

420. Fôtotra désigne les objets qui, comme les 
œufs, sont comptés trois par trois. Le cardinal précé- 
dant foioira doit donc être multiplié par trois : 

iray fôtotra^ 3 ; 

efa^pototray 12 ; 

enim-pototray 48 ; 

sivim-pototra, 27. 

421. Paire s'appliquant à des objets qui ne sont 
utilisés que par deux, comme les gants, se traduit par 
iray amin'olona^ litt. : un pour une pjersonne (les 
deux étant inséparables ne font qu'un). Dans le sens 
de couplcy paire se traduit par mivady^ être mâle et 
femelle : 

omhy mivady^ paire de bœufs, litt. : bœufs qui sont 
accouplés. 



Digitized by LjOOQIC 



226 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



Des particules interrogaiives moa, 
va et impérative aza. 

422. Les particules interrogaiives môà et va se 
placent celle-là au commencement de la phrase, celle- 
ci à la fin, entre le verbe et sujet. Avec firy, combien? 
et inona^ quoi? on emploiç toujours moa. Exemples : 

maty va ny rainaot ton père est-il mort? 

moa voatoto ny vary^ le riz est il pilé? 

firy moa ny mpiambina, combien y-a-t-il de gardiens? 

423. Aza s'emploie avec le verbe au présent et 
marque Timpératif prohibitif. Exemple : 

aza manda hianao^ ne nie pas ! 



Digitized by LjOOQ IC 



DE L'ADVERBE 



227 



De l'adverbe. 



Il y a sept sortes d'adverbes : 

424. Adverbes de lieu. 

Les adverbes de lieu correspondent exactement aux 
pronoms démonstratifs dont ils ne diffèrent que par 
leur voyelle initiale. Comme ces pronoms, ils possèdent 
une forme s'appliquant aux être et aux choses visibles 
et rapprochées, et une seconde forme s'appliquant 
^ux êtres et aux choses éloignés, invisibles, vagues 



et abstraits. 




Adverbes 


Adverbes 


de proximifc. 


d'él ornement 


êo, là ; 


âo, là; 


êny^ là -bas; 


âny, là-bas ; 


ery, iry, là-bas ; 


anjy — 


erôây là-bas ; 


arôâj — 


êtsy^ itsyy là-bas ; 


atsy, — 


êty, ici ; 


aty, ici ; 


eto, ici. 


âto, ici. 



Elyy elOy ery, i7n/, eroa et etsy ont une double forme 
suffixée en ana et katra qui a un sens plus étendu que 
le thème simple. 



ety- etîkatray ici ; 
etO' eiôana, ici ; 



atïkatra, ici ; 
atôana^ ici ; 



Digitized by LjOOQIC 



ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



.^ .... '[là-bas; 
try- irtkitray ) 



arlkatra^ là-bas; 



C eroana, là-bas: aroana^ là-bas; 

eroa- < 



eroakatra, là-bas. aroakatra^ là-bas. 



425. Les adverbes sont des adverbes verbaux pas- 
sifs qui se conjuguent à la conjugaison radicale 
simple de la l"^* classe et à la 5° classe. Le parfait de 
la 1'® classe s'indique en préfixant un t à la racine; le 
futur par l'auxiliaire ho. Exemples : 

eo izy^ il est là ; 

teto izy, il était ici ; 

ho ary izahay^ nous serons là-bas; 

mankaty aho^ je viens ici ; 

nankany tao Antcmanarivo hianaOy tu t*es dirigé vers 
Tananarive ; 

hankato ao Toamasina izahay^ nous irons à Tama- 
tave. 

426. L'adverbe de lieu, comme le pronom démons- 
tratif, est souvent répété après le mot ou le membre 
de phrase auquel il se rapporte. Exemples : 

any an-dakana any^ là-bas dans la pirogue; 

eto moron-dranomasina etOy ici sur le bord de la mer. 

L'auxiliaire ho intercalé entre Tadverbe redoublé 
lui donne un sens indéfini ou indique une relation de 
temps. Exemples : 

eo ho eo, par là ; 

any ho any, par là; 

ato ho ato^ parla; 

tato ho atOy récemment, dernièrement. 



Digitized by LjOOQ IC 



DE L'ADVERBE 229 

Les expressions précédentes se mettent au compa- 
ratif avec kokoa. Exemples : 

any ho any kokoa, (allez-vous-en) un peu plus 
loin ; 
eto hoeto kokoa, (avance-tôi) un peu plus par ici - 

Aizay où? se conjugue comme les adverbes précé- 
dents. Avec. na et l'adverbe redoublé, na aiza na atza^ 
il prend le sens indéfini : oix que ce soit, en quelque 
endroit que ce soit. 

427. Adverbes de temps. 

Les principaux adverbes de temps sont : 

andromy, aujourd'hui (partie du jour écoulée); 

aniô (provinces : niâny) aujourd'hui (partie du jour 
restant à s'écouler) ; 

ankehltriny, ankehitrïdy maintenant; 

fahlnyy antérieurement, autrefois; 

mdrÂ^, de nouveau, encore; 

indraindrây^ parfois, de temps en temps; 

izâô, maintenant; 

izaoankehitrinyizao,h.Vm^ldiXii même, tout de suite; 

matëtikaj souvent; 

mandrakizôHy y pour toujours, éternellement; 

mhôla, encore, pendant que; 

omâly, hier; afak*omâty, avant-hier; 

ovTânay quand? à quelle époque future? 

rakovïàna, quand? à quelle époque passée? 

fahovïânay depuis longtemps; 

ampïtso, raharrt'pitso, demain, le lendemain (pro- 
vinces : amaray)\ 



Digitized by LjOOQIC 



230 ESSAI D£ GRAMMAIRE MALGACHE 

afak'ampitsoy rahafak'ampïUOy après-demain ; 
rahatëo, déjà auparavant ; 
rahatrizâyy à Tavenir désormais ; 
sahâdy, déjà; 

talôha, auparavant, autrefois; 
velivëtyy vetivëtika ; provinces : belibëty, à Tinstant, 
tout à l'heure. 



428. Adverbes de maDière et de quantité. 

ahoânUy comment? 

nahoâna^ pourquoi? 

akôry^ comment? 

âdkay assez; 

diva, madiva, sur le point de ; 

fâtratra, marque le plus haut degré, parfaitement; 

fôtsiny, inutilement; 

hiânyy même, uniquement, assurément; 

indrindra, le plus, marque le superlatif; 

kôsUy d'autre part ; 

lôatra, trop ; 

mcûnka^ encore plus ; 

malâky, promptement, vite; 

monja, seulement ; 

saLka, sâiky, presque; 

im-pîry, combien de fois ? 

fanim-pïryy combien de fois? 

hafiriâna, combien de jours? 



Digitized by LjOOQIC 



J 



DE L'ADVERBE 231 

429. Adverbes d'affirmation, de négfation 
et de doute. 

êny, oui; 

tokôày vraiment; 

mbâj aussi; 

tsia^ non ; 

tsy^ ne pas ; 

ôza, ne pas ; 

angâha, peut-être ; 

angâmba, probablement; 

âsoy âsany^ je n'en sais rien, tant pis ; 

sëndraf par hasard ; 

tdkonyy probablement ; 

tôkony Aô..., environ.... 

430. L'adverbe mba est souvent employé conime 
particule. 11 exprime le désir. Exemples : 

mba ataovy izanyy veuillez faire cela, soyez ast^ez 
aimable pour faire cela; 

mba ho matanjaka izy, qu'il soit puissant. 

Il est quelquefois employé comme interjection ; 
mba kapetsy izyl ah I quel rusé! 



\ 



f 

Digitized by LjOOQIC 



232 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



Prépositions. 

431. Les principales prépositions sont : 

akêkyy akâiky, près de, auprès de ; 

amânay avec, sur; 

ambârakaj j usq u*à ; 

àmînaf avec, et; 

afâtsy, excepté ; 

âraka, selon, suivant, diaprés; 

hâlra, jusqu'à, depuis; 

hatrâminy, depuis, jusqu'à ; 

mândrakaj jusqu'à; 

nôkot à cause de; 

tandrlfy^ vis-à-vis, en face de. 

432. Les locutions prépositives suivantes sont for- 
mées par la préfixation à des substantifs tombés en 
désuétude ou encore en usage, de la préposition any 
sous ses formes apocopées a, an^ am, ou du préfixe i : 

afovoânyy ampovoâny, au centre, au milieu de; 

alâha, devant^ au devant de ; 

tambâdikaj de l'autre côté de; 

ambânyy dessous, au-dessous de; 

àmbôdyy au pied, au fond, à l'arrière de; 

ambôny, dessus, au-dessus de; 

amdronay sur le bord de ; 

ampituy sur l'autre rive du fleuve; 

anâty, dans, au-dedans de ; 



Digitized by LjOOQ IC 



PRÉPOSITIONS 233 

anatrehâna, anatrehâny^ en face, en présence de ; 

andâfyy au-delà de ; 

andâny, de l'autre côté de ; 

andôha, à la tête, au commencement de ; 

andrêfana, à Touest ; 

anelanëlanay entre; 

dnëraj en amont ; 

anïlay à côté de ; 

anïvOy anivôây au milieu, au centre de ; 

ankïla, à côté de ; 

ankôatra\ à côté de ; 

anhavânana, à droite de ; 

ankavïây à gauche de ; 

aoriâna, derrière, après ; 

ifôtotra^ au pied, à la base de; 

imâso, sous les yeux, à la vue, en présence de ; 

ivëla, au dehors de ; 

wôhoy derrière. 

432 bis. Les prépositions amana et amina sont d'un 
usage restreint et spécial. Celle-là s'emploie surtout 
dans les proclamations officielles et les proverbes. 
Exemples : 

ny biby aman*olonay les bêtes et les gens ; 
ny foko aman-pirenena, la caste et la tribu ; 
ny tany aman-danitray la terre et le ciel ; 
atody tsy miady aman-bato, les œufs ne luttent pas 
avec les pierres. 

Amana s'emploie également dans quelques expres- 
sions consacrées telles que : ray aman-dreny, le père 
et la mère, les parents. 

16 



Digitized by LjOOQ IC 



234 ESSAI D£ GRAMMAIRE MALGACHE 

Amina n'est usité que dans le souhait : miteraha 
lahy amina vavy, enfantez garçons et filles, ayez une 
nombreuse postérité. 

433. Akaiky gouverne généralement l'accusatif; 
noho et afatsy^ le nominatif. Exemples : 

akaiky ahy^ près de moi ; 
noho izy, à cause de lui ; 
afatsy izy^ excepté lui. 

434. La plupart des prépositions et locutions pré- 
positives à finale invariable prennent le suffixe prépo- 
sitif n lorsqu'elles régissent un complément commen- 
çant par une lettre permutante ou précédé de l'article 
ny. Exemples : 

akaikin' ny amontana^ près du sycomore; 
ambanirn-parafara, sous le lit ; 
andahan-dakanay à l'avant de la pirogue ; 
imason'ny olona rehetra^ en présence de tout le 
monde. 

Les prépositions et locutions prépositives terminées 
par Aa, tra^ na^ sont soumises à la règle des mots à finale 
invariable suivis d'un complément. Exemples : 

ambara-pahatongavany [ambarakaj fahatongavany), 
jusqu'à son arrivée ; 

avaratr* iVato, au nord de iVato ; 

ifototry ny aviavy [ifototra^ y pour ny, ny aviavy)^ 
au pied du figuier; 

amoron-drano {amoronay rano) sur le bord de l'eau; 

atsinanan'ny nosy {atsinanana)y au sud de l'île. 



Digitized by LjOOQ IC 



PRÉPOSITIONS 235 



Des prépositions aminy, any 
et iny. 



435. Les trois prépositions âminy, à, avec, chez, 
dans ; âny, à, dans, pour ; et înj/, en ; se composent 
des phonèmes amj/, a, i et du suffixe prépositif ny, 

La suffixation a aminy des pronoms personnels suf- 
fixes ko, nao.,,y fait tomber exceptionnellement la 
finale ny. Exemples : 

amiko {aminy + ko), à moi, de moi ; 
aminao [aminy -j- nao), à toi, de toi ; 
aminy [aminy + ny), à lui, de lui ; 
aminay [aminy + naj/), à nous, de nous. 

Aminy et iny ne s'emploient que sous la forme apo- 
copée aminei in. Exemples : 

amih'Andriantsara, à Andriantsara ; 
amin-drononOj avec du lait ; 
amin'ny Andriana, avec le Roi. 

L'orthographe^ aminny du dernier exemple n'est 
pas encore fixée. Amin'ny andriana est cependant un 
cas absolument identique à akaikin^ny amontana ; 
amin' et akaikin' sont deux phonèmes prépositifs 
augmentés de la postposition apocopée n' et gouver- 
nant un complément précédé de l'article ny. Akaikin' 
ny amontana étant accepté partons les grammairiens, 



Digitized by LjOOQ IC 



236 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

la construction parallèle amirCny andriana s'impose et 
n*est plus à discuter. 

Jny est exclusivement employé avec les noms de 
nombre et Tadverbe firy. Exemples : 

in-dray (iny^ ray), une fois, litt. : en une fois ; 

in'efatra {iny, efatra)^ 4 fois ; 

im-balo [iny^ valo), 8 fois ; 

im-piry {iny^ fi^y)j combien de fois. 

Any s'emploie incorrectement sous sa forme pleine. 
11 est au contraire toujours apocope. Exemples : 

ho any ny mahantra, pour les pauvres ; 
an-tranOy dans la maison ; 
anHza, an-jovy^ à qui? 

Les deux premiers exemples qui sont extraits du 
Dictionnaire malgache- français ^ présentent une diffé- 
rence d'orthographe inexplicable. Dans les deux cas, 
any est suivi d'un complément commençant par une 
lettre non-permutante; Tapocope dans an'^rano doit se 
retrouver dans l'exemple précédent, et il faut donc 
écrire an^ny mahantra au lieu de any ny mahantra. 

436. Quelques verbes actifs gouvernent exception- 
nellement le datif avec any lorsque le complément est 
un nom propre. Exemples : 

midera an-Janahary aho, je loue le Créateur (litt. : 
je loue au Créateur); 

mameleza an-dRasoa^ frappe Rasoa. 

Les premiers grammairiens français, PP. Weber 
et Ailloud, avaient, d'après ces exemples^ inexacte- 



Digitized by LjOOQ IC 



PRÉPOSITIONS 237 

ment indiqué any coname Tarticle personnel accusa- 
tif des noms propres. L*écoIe anglaise moderne s'est 
gardée de cette erreur qu'il est regrettable de re- 
trouver dans la grammaire du P. Rahidy (1) et sur- 
tout dans la seconde édition du dictionnaire des PP. 
Abinal et Malzac (2). La construction midera an-Ja- 
nahary est un simple idiotisme *dont l'interprétation 
ne peut pas être douteuse. 



1. Loc, cit.i p. 10. 

2. Loc. cit.f p. 45, sub verbo. 



16. 



Digitized by LjOOQ IC 



238 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



Conjonctions. 

437. Les principales conjonctions sont : 

âry, et, alo4*s ; 
rfëâ, alors ; 

dïëny, alors que, pendant que; 
/a, car, que ; 

fandrâô^ andrao, de peur que; 
fôny, au temps de, lorsque; 
ka, ainsi, en sorte que, c'est pourquoi ; 
kângOy kânjo, mais, cependant; 
kôâ, aussi; 

kôsuj pour marquer l'opposition; ' 
mbâmy, mbâny, ainsi que; 
na... na,,,, aussi loin... que; 

nëfa, ariëfa, kariêfa, ndrëfa^ andrëfa^ kandrëfa, ce- 
pendant, toutefois, néanmoins ; 
wôny, lorsque^ quand, si; 
râha, rahëfa, rehëfa^ si, lorsque, ensuite; 
sârfy, aussi, non-seulement, d'ailleurs; 
sa, sïïîngy, ou, ou bien, mais, cependant; 
sâôy de peur que ; 
satrla^ parce que; 
sy, et; 
iôyy comme. 

438. Ai^ se met généralement au commencement 
de la phrase. Exemple : 



Digitized by LjOOQ IC 



CONJONCTIONS 239 

ary tonga ny raiko, et mon père arriva. 

Placé entre le verbe et le sujet ou le sujet et le 
verbe, il se traduit par a/or*. Exemples : 

rese ary hianareo, alors soyez vaincus ! 
Radama ary no naharesy^ c'est alors que Radama 
vainquit. 

Il est souvent usité avec l'explétif dia pour mettre 
en relief la phrase qui suit. Exemple : 

ai^ dia nandeha Raminia^ et Raminia partit. 

Ai^ dia accentue ce départ qui a une importance par- 
ticulière, qui est un des faits saillants de la narration. 

Ary y dia et ary dia s'emploient fréquemment en Me- 
rina comme simples particules élégantes Exemples : 

ary \ 

dia > nijanona izy, il s'arrêta. 

a7*y dia ) 

Dans une énumération <iont chaque terme est lié au 
précédent par la conjonction sy, ary s'emploie avec 
le dernier pour en marquer la fin. Exemple : 

ny omby sy ny ondry sy ny osy ary ny lambo, les 
bœufs, les moutons, les chèvres et les sangliers. 

439. Kosa marque l'opposition, le contraire. Exem- 
ple : 

izaho mandeha hianao kosa mijanonûy je marche, 
toi au contraire tu t'arrêtes. 

440. Ka est souvent employé comme explétif : 
Ranaivo ka^ c'est donc Ranaivo. 



Digitized by LjOOQ IC 



240 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 

Répété après chaque membre de phrase dans une 
période, ka marque un temps d*arrét et équivaut à 
notre point et virgule. Exemple : 

nahitako ka no samboriko ka no vonoiko ka, je Tai 
vu; je l'ai saisi; je Tai tué. 

Ka dia est une formule de supplication qui se place 
après le membre de phrase auquel elle se rapporte : 

mivalo aho ka dia, je vous demande pardon, excu- 
sez-moi. 

Ka marque aussi l'opposition dans le cas suivant : 

sahy loatra izy ka matahoby ny lolo, il est très-cou- 
rageux mais il a cependant peur des revenants. 

441. Sa, ou, s'emploie exclusivement dans les 
phrases iuterrogatives. Exemple : 

vei^ vany vola sa Isia, l'argent est-il perdu ou non? 

442. Fony s'emploie avec le passé ; nony et raha 
avec le futur. 

443. Les locutions conjonctives les plus usitées sont : 
sady... no, non seulement... mais encore; na dia.,. 

aza, pas même. Exemples : 

sady babo izy no andevozina, non seulement il est 
prisonnier de guerre, mais il est réduit en esclavage ; 
na dia kely aza, pas même un peu. 

Les locutions ka dia, raha dia, kanefa [koa -{-nefa), 
ne fa koa, ne fa kosa, fa satria, etc., sont également 
d'un fréquent usage. 



Digitized by LjOOQ IC 



I 



INTERJECTIONS 241 



Interjections. 



444. Les principales interjections sont : 

i^ Pour exprimer la joie, Tétonnement, la surprise : 
edrëy! odrëy! hây! hânky! ayf b! 

2<» Pour exprimer la douleur, la tristesse, le regret : 
inay ! injây ! indrîsy ! 

3** Pour exprimer la crainte, le refus, l'ayersion : 
isy ! ëïsy ! pâô ! àôê ! sanatnà ! 

4° Pour exprimer le désir : anïè ! ëndra! ângal 

5* Pour appeler : e! àf^ry/ rayf reyf 

Sanatriaj à Dieu ne plaise, possède seul un participe 
passif suffixe : ^ana^nârma, étant repoussé par l'in- 
terjection sanatfïâ. 



Digitized by LjOOQ IC 



242 ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



APPENDICE 



445. — Noms des jours. 

Lundi : Merina, alatsinïïiny (1); provinces, tsincnnyy 
alatinâïnyf tinâïny; 

Mardi : talâta (2) ; 

Mercredi : alarohïâ (3) ; 

Jeudi : Merina, alakamlsy ; provinces, lakamtéy, ka- 
mïsy (4) ; 

Vendredi : Merina, zomâ; provinces, ^omâ (5) ; 

Samedi : Merina, asabôtsy ; provinces, sabôtsy^ 
bôtsy (6) ; 

Dimanche : Merina, alahâdy ; provinces, lahâdy (7). 

La semaine, herinând^^o (litt. : période, hièrina-^ de 
jours, andro), 

1. De l'arabe ^-j^^*^)\, elethnîn, 

2. De l'arabe filSUx3\, eth^halâthâ, 

3. De l'arabe fiiNS«->j^)\, el-arba^â. 

4. De l'arabe ^M.A».àtC\, el-khamîs. 

5. De l'arabe ia-«^\, el-djouma^a. 
6; De l'arabe CU.-w-tw.J\, es seht, 

7. De l'arabe js.a.^)\, el-ah'ad. 



Digitized by LjOOQ IC 



NOMS DES MOIS 



243 



xn 



xn 



CD 
•4* 



t 

< 
n 

Q 

o 

CQ 

-2 
1 


Hatsia 

Volasïra 

FZsa 

Mâka 

Hiahïà 

Sakamasay 

Volambitabë 

Sakavë 

Volambitafôàna 

Saramânitra 

Sotrindâmbo 

Vatravâtra 


d 

o . . A 
'cl. 9 o . . <n 

0) SP j§ ë o o n 
- 5 O > û. g « 

1 - i2 ^ ^ 1 c 

t ^^ ^"^ f s*^ •• 1 

J-l^-j,Os 1^1 II 

0)4)0 o)a).^a>^^» 

^ U Ut ^H ^ «c) ^ 


:3 

z 


Hasla 

Volasïra 

Faosa 

Mâka 

Hiahïà 

Sakasay 

Volamblta 

Sakavô 

Saramântsy (18) 

Saramânitsa 

Zônjo 

Vatravâtra 


o>o^ Gv|co**ao«ot-oo 


^1 . ^ 

il i%-|lîl 1 

^'*** • . . . ^ . 


o 

s 


Hatsia 

Volasïra (14) 

Volapaôsa 

Volamâka 

Hiahïà 

Sakamasay 

Volamblta 

Asâra (15) 

Asaramanâra (16) 

Asaramânitsa (17) 

Asotrizonjôna 

Vatravâtra 


z 

a 


J 1 'l £ 1 1 II if :'§^il 1 



Digitized by LoOOQlC 



244 



ESSAI DE GRAMMAIRE MALGACHE 



.^ 
co 

•iH 
O 

a 

m 

a 

o 



< 

s 
s 


Hatsia 
Volasira 

Volamâka 

Volampadina 

SakamasTïy 

Volambîta 

Sakavë 

Asarabo 

Asaramântsy 

Asôtry 

Vatravâtra 


o 

N 

> 


Hatsîa 

Volasîra 

Berây 

Mâka 

Hiahiâ. 

Sakamasây 

Volambîta 

Sakavë 

Pitsamâîmbo 

Pitsamânitsa 

Marijôloka 

Vatravâtra 


î 

Z 

< 

< 
te 

t 


Sakavë 

Volambîta 

Asaramâïmbo 

Asaramânitra 

Vatravâtra 

'Miangôlika 

Volasîra 

Hasîha 

Zarây 

Makâ 

Hiahià 

Sakamasây 


< 
as 


Hatsîa 

Volasîra 

Zarây 

Makâ 

Sahiahïâ 

Sakamasây 

Volambîta 

Sakavô 

Saramântsy 

Saramânitsa 

Mianjôloka 

Vatravâtra 


< 
z 

s 


Alahamâdy 

Adâdro 

Adizâôza 

Asorotâny 

Alahasâty 

Asombôla 

Adimizâna 

Alakarâbo 

A lakâôsy 

Adijâdy 

Adâlo 

Alohôtsy 



Digitized by LjOOQ IC 



Table des matières 



Pages 

Bibliographie i 

Introduction xi 

Préface xxxv 

De l'alAhabet. 

N" 

1 Classification linguistique du malgache 1 

2 Des voyelles 1 

3 Élision des finales brèves a et o dés mots à finale 

invariable 2 

4 i euphonique Merinpi devant /i, k, ng ou nA; . . . 2 
6 Voyelle e 2 

6 Voyelle o et ô 3 

7 Voyelles nasales 3 

8 Voyelle a . 4 

9 Voyelle c - 4 

10 Voyelle 5 4 

11 Voyelle o. 5 

12 Des consonnes 5 

13 Consonne g 5 

14 Consonne h ^... 5 

15 h intervocalique 5 

16 Consonne s 6 

17 Consonne 5 . 6 

18 Consonne r 6 

19 Des doubles consonnes 6 

20 Doubles consonnes dr eiir 6 

21 Équivalence des doubles consonnes tr Merina et ts 

provincial 7 

22 Double consonne j 8 

23 Double consonne n 8 

17 



Digitized by LjOOQ IC 



246 TABLE D£S MATIÈRES 

N»» Pages 

24 Double consonne n 9 

25 Double consonne ng 9 

26 Double consonne ts 9 

27 Double consonne t^ 10 

28 Des diphtongues 10 

29 Diphtongues ai eiay 10 

30 Diphtongue ao • 10 

31 Diphtongues et et et/ 10 

32 Diphongue eo 10 

33 Diphtongues ta et te 11 

34 Diphtongue io H 

35 Diphtongues oa, oe, oi et oy 11 

36 Diphtongues accidentelles 11 

37 ^ Tableau d'équivalence des consonnes radicales et 

des finales ka et tva 12 

38 Unité de la langue malgache dans tpate Tile ... U 

39 Place du Merina dans les dialectes malgaches . . 15 
4kO Équivalence du b Merina avec v provincial ... 15 

41 Équivalence du d Merina avec / et / provinciaux . 15 

42 Équivalence de f Merina avec Ar, jp, v provinciaux . 16 

43 Équivalence du g Merina avec k provincial ... 11 

44 Équivalence de h Merina avec /", g, k provinciaux . 17 

45 Équivalence du k Merina avec g^ ir^ h provinciaux. 18 

46 Équivalence de l Merina avec d, r provinciaux . . \% 

47 Équivalence de n Meripa avec ng^ n provinciaux . 19 

48 Équivalence du p Merina avec f provincial ... 19 

49 Équivalence de r Merina avec /, s, tr provinciaux. 19 

50 Équivalence de 5 Merina avec ts provincial ... 20 

51 Équivalence du t Merina avec h, s, ts provinciaux. 20 

52 Équivalence du » Merina avec 6, / provinciaux . . 20 

53 Équivalence du z Merina avec t, / provinciaux . . 21 

54 Équivalence du j Merina avec dr, ^, 5, z provin- 

ciaux .... 2i 

55 Équivalence du Ir Merina^avec dr, <, s provinciaux. 22 

56 Équivalence du ts Merina avec t provincial ... 22 

57 Équivalence du ng Merina avec k provincial ... 23 

58 Équivalence du [ka] Merina avec na, /m, try^ ke 

provinciaux , 23 

59 Équivalence du ira Merina avec ka, ky, t$a, tse 

provinciaux 24 



Digitized by LjOOQ IC 



TABLE DES MATIÈRES 247 

N" Pages 

60 Équivaleuce du fia Merina avec les voyelles nasa- 

lisées provinciales »... 24 

De Torthographe. 

61 Dé l'orthographe 26 

62 Orthographe du sufÛxe prépositif n 26 

63 Orthographe des mots en na devant un complément 

commençant par une voyelle ou une consonne 
permutante 27 

64 Orthographe des mots en na devant un complément 

à initiale non-permutante 27 

65 Orthographe des prépositions any et iny régissant 

un complément à voyelle ou consonne non-per- 
mutante initiales 27 

66 Orthographe de any et iny régissant un complément 

commençant par une lettre permutante . ... 28 

67 Orthographe des mots en Ara, tra suivis d'un com- 

plément commençant par une voyelle .... 28 

68 Orthographe des mots en ka^ tra suivis d'un com- 

plément commençant par une consonne. ... 28 

69 Orthographe des noms propres 29 

70 Orthographe de certains noms communs composés 

fixée par l'usage 29 

71 Orthographe des noms composés dont le premier 

est à finale variable 29 

72 Orthographe des noms composés dont le premier 

est à finale invariable 30 

73 Orthographe des noms composés dont le premier 

prend le suffixe prépositif n 30 

74 Observations sur les règles précédentes 30 

75 Toute consonne Merina doit être suivie de sa 

voyelle 31 

76 Exceptions à la règle précédente 31 

77 - - - 31 

78 — — — ....... 32 

79 L'épentlièse n'existe pas 32 

I Des mots. 

80 Nombre de mots de la langue 33 



Digitized by LjOOQ IC 



-Jt- 



248 TABLE DES MATIÈRES 

N«* Pages 

81 Division des mots 33 

82 Trissyllabes à finale variable ou en ka, na, tra 

suivis d\\n complément commençant par une 
voyelle 34 

83 Trissyllabes à finale variable suivis d'un complé- 

ment commençant par une consonne non-per- 
mutante 35 

84 Trissyllabes en ka ou tra suivis d'un complément à 

consonne initiale permutante 35 

85 Trissyllabes en fia suivis d'un complément à initiale 

permutante 37 

86 Certains dissyllabes suivent ces règles 38 

87 Quelques dissyllabes conservent leur finale va- 

riable ... 39 

88 Dissyllabes à finale invariable avec sufnxe prépositif 

n suivis d'un complément à initiale permutante. 39 

89 Dissyllabes à finale variable avec suffixe préposi- 

tif n. .. . 40 

90 Prépositions .any^ iny et mots en ny suivis d'un 

complément commençant par une voyelle , . . 40 

91 Prépositions any^ iny et mots en ny suivis d'un 

complément à consonne permutante 41 

92 1^' cas de compléments dont l'initiale permutante 

ne permute pas * . . 41 

93 2e cas 42 

94 Exceptions à la règle précédente 42 

05 Cas 7î6ôaç coxuç .* . . 42 

Des racines. 

96 Division des racines, l'» classe 44 

97 Racines monosyllabiques 44 

98 Racines dissyllabiques 44 

99 Racines trissyllabiques 45 

100 Racines quadrisyllabiques . 45 

101 Racines de la seconde classe 45 

102 Racines redoublées 45 

103 Racines redoublées dont la racine primaire est 

désuète 46 

104 Racines à préfixe 46 

105 Racines à infixe 50 



Digitized by LjOOQIC 



TABLE DES MATIÈRES 249 
Des verbes et préfixes verbaux. 

N" Pages 

106 Formations des verbes 51 

107 l'o classe passive 51 

108 Adjectif verbal passif 52 

109 Sa sigQificatioQ spéciale 53 

110 Conjugaison radicale simple passive 53 

111 Traduction de l'actif français par le passif malgache. 55 

112 Conjugaison radicale suffixée passive 56 

113 Adjectifs verbaux passifs gouvernant l'accusatif. . 57 

114 Participe passif à suffixe 59 

115 Conjugaison participiale simple passive 

116 Conjugaison participiale suffixée passive .... 60 

117 impératif passif isolé 62 

118 Formation de l'impératif précédent 65 

119 Suffixes impératifs 66 

120 Suffixes participiaux 68 

121 Accentuation des racines monosyllabiques simples 

à l'impératif et au participe 68 

122 Accentuation des racines monosyllabiques diphton- 

guées à l'impératif et au participe 69 

123 Impératif des monosyllabes en so et participe eu 

sina 69 

124 Impératifs des monosyllabes en va, vy, vo et parti- 

cipes en vina 70 

125 Impératifs des monosyllabes en za^ zo, aza et par- 

ticipes en zanUf zvfia. 71 

126 Accentuation des dissyllabes à l'impératif et au par- 

ticipe 72 

127 Formation de l'impératif et du participe des dis- 

syllabes à finale invariable 73 

128 Dissyllabes terminés en a 73 

129 Impératifs en ay^ ao et participe en ana^ aina. . 73 

130 Impératif en aso et participe en asand 74 

131 Impératifs en ao et participes en ainaf ana ... 74 

132 Dissyllabes terminés en e 74 

133 Impératif en evo et participe en evâna 74 

134 Dissyllabes terminés en ^ 75 

135 Impératifs en eo, io et participes en enUy ina . . 75 

136 Impératif en ia et participe en ina 75 

17. 



Digitized by LjOOQ IC 



250 TABLE DES MATIÈRES 

N" s Pages 

137 Impératif eQ o et participe en ma 75 

138 Impératifs en eo, eso et participes en ena^ mna, . 75 

139 Impératifs eu aso, esa, eso^ isa, iso, et participes 

en asana, esina, isana, isina t6 

140 Double impératif en aso, azo et double participe en 

asana^azana 76 

141 Impératifs en azy^ azo, eza, ezo, izo et participes 

en azana, ezina, izina 77 

142 Impératifs en ivo, iavo et participes en ivinûy iavina. 77 

143 Dissyllabes en o . . 77 

144 Impératif en oy et participe en oina 77 

145 Impératif en oa 78 

146 Impératifs en osy, ozy et participes en osina, ozina. 78 

147 Impératif en ovy et participe en ovina 18 

148 Modification de la première syllabe à l'impératif . 18 

149 Dissyllabes en ay, ao, oy, oa 78 

150 Impératif en aizo, participe en aizina 78 

151 Impératifs en aovy^ aosy, aozy^ participed 6n 

aovina, aosina, aozina 79 

152 Impératif en otzo, participe en oizina 79 

153 Impératifs en oavy, oavo, oazo, participes en 

oavina, oàvanay oazina 19 

154 Impératifs en oasy, aosy, oazy, aozy, participes en 

oasina, aosina^ oazina, aozina 80 

155 Dissyllabes en A;a 80 

156 Quelques-uns conservent leur finale 80 

157 Impératifs en kay, kao, participes en kana ... 80 

158 Impératifs en kufy, kafo, kavy, participes en fea- 

fana, kavina, 81 

159 Dissyllabes en ka apocopes 81 

180 Impératif en fy, participe en fina 81 

161 Impératifs en fy, hy, participes en fina, kina. . . 81 

162 Impératifs en hy, ho, participes en hina .... 81 

163 Adoucissement de la diphtongue des dissyllabes 

en aika 82 

164 Dissyllabes entra 82 

165 Quelques-uns conservent leur finale 82 

166 Impératif en trao, participe en traina 82 

167 Impératif en traro, participe en trarina .... 82 

168 Dissyllabes en ira apocopes 82 



Digitized by LjOOQ IC 



TABLE DES MATIÈRES 231 

N" Pages 

169 Impératifs en ry, ro^ participes en rana, Hna . . 82 

170 Impératifs en ty, to, participes en Hna 82 

171 Dissyllabes en na k . . f . . . 83 

172 Quelques-uns conservent leur finale « 83 

173 Impératif en nao, participe en naina 83 

174 Impératif en ny^ participe en nina 83 

175 Impératif en no, participe en nana » 83 

176 Impératifs en my^ mOf participes en mina^ mana . 63 

177 Racines trissyllabiques. » . . 83 

178 Impératif par changement de quantité 83 

179 Accent tonique à l'impératif et au participe ... 84 

180 Trissyllabes à finale invariable 84 

181 Trissyllabes en a 84 

H82 Impératifs en ay, ao, participes en aifia .... 84 

183 Impératifs en aso participe en asi7ia 84 

184 Trissyllabes en y 85 

185 Impératifs en eo, io, participes en ena, ina ... 85 

186 Impératif en ino, participe en. tnâ 85 

187 Impératifs en eso, ezo, izo, participes esinui ezina, 

izina 85 

188 Trissyllabes en o 85 

189 Impératif en oy, participe en oina 85 

190 Impératifs en osy, ozy, participes en osina, ozina . 86 

191 Impératif en nomy participe en nomina 86 

192 Trissyllabes en Ara 86 

193 Quelques-uns conservent leur finale 86 

194 Impératifs en kay, kaOy participes en kaina ... 86 

195 Trissyllabes en ka apocopes 87 

196 Impératifs en afy, afo, participes en afina ... 87 

197 Impératifs en aha, ahy, aho, participes en ahina, 

ahana 87 

198 Impératif en aro, participe en arana 87 

199 Impératifs en eha, eho, participes en ehana ... 87 

199 bis. Impératif en iho^ participe en ihina .... 88 

200 Impératif en c/b, participe en efana 88 

200 ôis. Impératif en ifo, participe en ifina 88 

201 Impératif en itOy participe en itina -, 88 

202 Impératif en ofy^ participe en ofana 88 

203 Impératif en ohy, participe en ohina 88 

204 Trissyllabes en /ra 89 



Digitized by LjOOQ IC 



252 TABLE DES MATIÈRES 

N»» Pages 

205 Impératif en ra 89 

206 Trissyllabes en ira apocopes 89 

207 Impératifs en afy, afo, participes en a fana ... 89 

208 Impératifs en ary, aro^ participes en arana^ arina. 89 
200 Impératif en a^o^ participe en asana 89 

210 Impératifs en aro, alo, participes en arina y alina . 90 

211 Impératifs en aiy, ato, participes en aiina ... 90 

212 Impératif en e/b, participe en efina 90 

213 Impératifs en eroy participes en erana, erina ... 90 

213 bis. Impératifs en iro, participe en irana 91 

214 Impératif en e/o, participe en etana 91 

214 bis. Impératif en iio, participe en itana .... 91 

215 Impératifs en ora, ory, oro, participes en orinOy » 

orana 91 

216 Impératif eji o/y, participe en o/flTia 91 

217 Impératif en osy, participe en osana 92 

218 Impératif en oty, participe en olana ...... 92 

219 Trissyllabes en na 92 

220 Impératif en o 92 

221 Impératif en naoy participe en naina 92 

222 Impératifs en any, ano, participes en anina ... 93 

223 Impératif en amo, participe en amana 93 

224 Impératifs en emo, participes en emanay emina . . 93 

225 Impératifs en eno, ino, participes en enana, inina . 93 

226 Impératif en ony, participe en onina 93 

227 Impératifs en orna, omy^ participes en omina ... 94 

228 Du participe passé passif en voa 95 

229 Du participe passé passif en iafa 91 

230 De l'adjectif verbal passif à infixe in et om . . . 98 

231 Sa conjugaison 98 

232 De Tadjectif verbal passif à infixé 077t ..... 100 

233 Des racines redoublées 101 

234 Accent tonique des monosyllabes redoublés ... 101 

235 Redoublement des dissyllabes à finale invariable . 101 

236 Redoublement des dissyllabes à finale variable . . 102 

237 Quantité des trissyllabes redoublés 103 

238 Redoublement des trissyllabes à finale invariable . 103 

239 Redoublement des trissyllabes en Aa, ira, na . . 104 

240 Redoublement des trissyllabes et quadrisyllabes à 

préfixe 106 



Digitized by LjOOQ IC 



TABLE DES MATIÈRES * * 253 

N" Pages 

241 De la forme avec suffixe ny 107 

242 De Tabjectif verbal passif eu ma 108 

243 Sa conjugaison 108 

244 Adjectif verbal passif en ma gouvernant l'accusatif. 110 

245 De l'adjectif avec préfixe ka 111 

246 Sa conjugaison passive 111 

246 6 w. Du substantif avec préfixe Ara 111 

247 Du substantif avec suffixe ana 112 

248 Du substantif avec préfixe Aa ....... . 113 

249 Sens donné par le préfixe ha 113 

250 Du substantif avec préfixe et suffixe Aa-ana . . . 115 

251 Tableau des préfixes verbaux actifs et neutres . . H 6 

2* Classe. 

251 bis. Verbe actif ou neutre en ma 118 

3« Classe. 

252 Verbe actif en man 120 

253 Préfixation de man à la racine 120 

254 Des 7 formes verbales 122 

255 Conju^ison du verbe actif 122 

256 Formation de Timpératif des verbes en man ... 123 

257 l'« forme simple 124 

258 Dérivés du verbe en man 125 

259 Forme provinciale du nom d'agent habituel en 

mpan i26 

260 2« forme causative 127 

261 3e forme double causative «128 

262 4» forme réciproque 128 

263 5« forme causative réciproque 129 

264 6e forme réciproque causative 129 

265 7e forme progressive 130 

40 Classe. 

266 Verbe actif en manu 131 

267 Formes auxquelles il se conjugue 131 

5« Classe. 

268 Verbe actif en manka 132 



Digitized by LjOOQIC 



254 ■ TABLE DES MATIÈRES 

N«» Pages 

269 Participe ^dissïî ankalazaina . 133 

270 manka préfixé aux racines cooimeaçaDt par uue 

voyelle * 133 

271 .Verbes neutres en manka 133 

272 Formes auxquelles les verbes en manka se con- 

juguent 133 

6* Classe. 

273 Verbes actif ou neutre en maha dits verbes poten- 

tiels 135 

274 Sens spécial que peut donner maha 135 

275 Préfixation de maha à des racines commençant par 

une voyelle . 135 

276 Préâxation de maAa à un verbe 136 

277 Formes auxquelles les verbes en maha se con- 

juguent 136 

278 Substantifs dérivés en /"aAa et /a^a-awa .... 136 

7« Classe. 

279 Verbes actif ou neutre en mf 138 

280 Préfixation de mi aux racines commençant«pàr une 

voyelle 139 

8« Classe. 

281 Verbes progressifs^ actif ou neutre, en miha ... 140 

9« Classe. 

282 Verbe neutre en mian 142 

10« Classe. 

283 Verbe neutre en mitan 143 

Da relatif. 

284 Préfixes et suffixes verbaux relatifs 144 

285 Définition du relatif 146 

286 Sou emploi 146 

287 Impératif et participe relatifs de la l»*"» classe ... 141 



Digitized by LjOOQ IC 



298 Impératif en a — < 



TABLE DES MATIÈRES 255 

No» Pages 

288 Conjugaison du relatif 148 

289 Le relatif pris inexactement pour un. passif . . . 149 

290 Formation de l'impératif et du participe relatifs de 

la l'« classe 152 

29i Racines monosyllabiques. Impératif en a — o, par- 
ticipe en a .... , 153 

292 Impératif en a — vy, participe en a 153 

293 Impératif en a — zo, participe en a 153 

294 Impératif en i — vo, participe en i — na. .... 153 

(ha — azOi participe en ha — azina . 153 

295 Impératif en} ha — iazOy — ha — iazina. 153 

(ha — zy, — ha — zina. . 153 

296 Impératif en /la— uy, participe en Aa — rina. . . 154 

297 Dissyllabes en a 154 

o, participe en a ... . 154 

oo, -^ — .... 154 

^^^ 1 X X.* ^ ^^y» participe en a ... . 154 

299 Impératif en a — j ^^^ _ _ 154 

^^^ , . X.* # ( ûw, participe en /ia — ina. . 155 

300 Impératif en ha — J^j^ J; __ ^55 

30i Dissyllabes en y 155 

««.-. , , ... ( ^0, participe en a 155 

302 Impératif en a — J . _ _ ^^^ 

303 Impératif en a — azo^ participe en a 155 

304 Impératif en ha — ezo, participe en ha — ezina . . 155 

f io, participe en Aa — ina. . 155 

305 Impératif en /la — } eso, — ha — eêina* 155 

( iso, — ha — isina . 155 

306 Dissyllabes en 156 

307 Impératif en a — oy, participe en a 156 

308 Impératif en Aa — oy, participe en Aa — otna . . . 156 

309 Dissyllabes en ka 156 

«^^ T i. x-x ^ ^«y» participe en a ... . 156 

310 Impératif en a - ) ^^^ / _ ^ - . . . . 156 

^^^ r • x* \ %, participe en a .... 157 

311 Impératif en a — J ^^ '^ _ __ ^^^ 

312 Impératif en a — ehOy participe en a 157 

313 Dissyllabes en ^ra . 157 

ry, participe en a — rina . . 157 
ro^ — — . . 157 



314 Impératif en a — j 



Digitized by LjOOQ IC 



256 



TABLE DES MATIÈRES 



315 Dissyllabes en na . 

316 Impératif en a — 



nao, participe en a — naina 
ny, — — 

no, — — 

317 Impératif en ha — ao, participe eo ha — naina 

318 Trissyllabes à finale iuvariable .... 

L ao, participe en a 

319 Impératif en a— ] J __ 

320 Impératif en a — io, participe en a — ina 

321 Impératif en a—eso^ participe en a . . 

322 Impératif eo a — oy, participe en a . . 

323 Trissyllabes en A;a 

324 Impératif en a — kao, participe en a 



ahyy participe en a 



325 Impératif en a — \ ^^^ _ __ 

326 Impératif en ha-^aho, participe en ha — hina 

ieho, participe en a 
ifiQ _ _ 



328 Impératif en a — ohy, participe en a . 

329 Trissyllabes en ira 

330 Impératif en a — aro, participe en a, . 

331 impératif en a — a^o,. participe en a. . 

( ero, participe en a 

332 Impératif en a — ^ ^y^ __ _ 

ÎirOy participe en ha — 
Uo — ha — 

Sory, participe en a . 
oly] _ _ . 

335 Impératif en ha — oty, participe en ha — oiina 

336 Trissyllabes enna 

( any, participe en a . 

337 Impératif en a— ] ^ J' *^ _ "^ _ 

338 Impératif en a — eno, participe en a. . . 

( ino, participe en a . 

339 Impératif en a — j eno, — — 

340 Impératif en ha — no, participe en ha-nina 

341 2« classe relative 

342 Formes de la 2» classe 

343 3« classe relative 



inna 
tina 



157 
157 
157 
157 
158 
158 
158 
158 
158 
158 
159 
159 
159 
159 
159 
159 
159 
159 
160 
160 
160 
160 
160 
160 
161 
161 
161 
161 
161 
161 
161 
161 
161 
162 
162 
162 
162 
162 
163 
163 



Digitized by LjOOQ IC 



TABLE DES MATIÈRES 257 

N" Pages 

344 4« classe relative 164 

345 58 classe relative 164 

346 6« classe relative 165 

347 7« classe relative 165 

348 8e classe relative. > 165 

349 9» classe relative 166 

350 10® classe relative 166 

Des auxiliaires et partleuies. 

351 Du verbe auxiliaire efa 167 

352 Des verbes auxiliaires mahazo^ mahay, mety, afaka 

Qtiia 169 

353 Du verbe auxiliaire misy 171 

354 Des particules no et ho 172 

355 Formation ancienne du parfait et du futur ... 172 

356 Fonctions non-verbales de no et ho 173 

357 De l'auxiliaire aoka 175 

358 Des auxiliaires madiva et antomotra 176 

359 De l'auxiliaire tokony 177 

360 De l'auxiliaire vao 178 

361 DifiPérentes acceptions du verbe manao 179 

De rartiele. 

362 Différentes sortes d'articles 182 

363 Article ny 182 

364 Article démonstratif t% 183 

365 Article personnel i 184 

366 Article personnel Ra 184 

367 Article personnel Ray, Ry . , 184 

368 Article personnel Si 185 

Du sabslantif. 

369 Ditférentes sortes de substantifs 186 

370 Des noms propres . 187 

371 Adjectifs verbaux passifs employés substantivement. 188 

372 Manière d'indiquer le genre 189 

373 Manière d'indiquer le nombre 189 

374 Manière d'indiquer le cas 189 

18 



Digitized by LjOOQ IC 



258 TABLE DES MATIÈRES 

Du cas tompon'trano. 

375 Définition de l'n' • **^ 

376 Différents cas de génitif ^^3 

Ou pronom. 

377 Différentes sortes de pronoms ........ l^'^ 

378 Pronoms personnels i91 

379 Pronoms personnels nominatifs . 4*T 

380 Pronoms personnels accusatifs 200 

381 Pronoms possessifs 201 

382 Pronoms possessifs isolés 201 

383 Pronoms possessifs suffixes . .....••• 201 

384 Pronoms possessifs suffixes à des mots à finale in- 

variable. . , 20i 

385 Pronoms possessifs suffixes à de» mots terminés en 

na 202 

386 Pronoms possessifs suffixes à des mots terminés en 

ka, tra 203 

387 Suffixation des pronoms possessifs à des mots en 

ka 204 

388 Exemple de la règle précédente • • 204 

389 Suffixation des pronoms possessifs à des mots en 

Ira avec exemples 204 

389 bis. Les amphibraques en ka et tra conservent leur 

finale variable * • 205 

390 Pronoms possessifs suffixes des provinces. . . . 205 

391 Pronoms démonstratifs 206 

392 Pronoms démonstratifs employés adjectivement . 207 

393 Pronoms interrogatifs 208 

394 Pronoms interrogatifs redoublés avec na , . ^ - 208 

395 Pronom relatif ûay 208 

396 Pronoms indéfinis 209 

De radjectif. 

397 De l'adjectif qualificatif . 2iO 

398 Adjectifs verbaux passifs employés comme quali- 

ficatifs 210 



Digitized by LjOOQ IC 



TABLE DES MATIÈRES 259 

N" Pagos 

399 Comparatif d'infériorité 212 

400 Comparatif d'égalité 213 

401 Comparatif de supériorité 213 

402 Comparatif des noms de couleurs ,213 

403 Du superlatif 214 



Des noms de nombre. 

404 Adjectifs numéraux cardinaux de 1 à iO . ♦ . . 216 

405 Leur conjugaison 216 

406 Adjectifs numéraux cardinaux de 11 à 100. ... 217 

407 Centaines, mille et millions 218 

408 Adjectifs numéraux ordinaux 220 

409 — — en faha 220 

410 Ordinaux en faha pris comme mesures de longueur. 22 1 

411 Ordinaux en ampaha-ny 221 

412 Ordinaux en tn 222 

413 Ordinaux en ha-ana 223 

414 Ordinaux à suffixe ina 223 

415 Ordinaux en in-ina 223 

416 Noms de nombre distribulifs 224 

417 Formules -^ X ^ et 4 coni7^e 6 224 

418 Fractions • 224 

419 Préfixe ananky avec iray et roa 224 

420 Objets qu'on compte par trois 223 

421 — — paire . 225 

f 

Des particules moa, va et aza. 

422 Des particules interrogatives moa qï va 226 

423 De la particule impérative négative aza .... 226 

De l'adverbe. 

424 Adverbes de lieu 227 

425 Adverbes verbaux passifs 228 

426 Répétition de l'adverbe de lieu 228 

427 Adverbes de temps 229 

428 Adverbes de manière et de quantité 230 



Digitized by LjOOQ IC 



260 TABLE DES MATIÈRES 

N" Pages 

429 Adverbes d'affirmation, de négation et de doute . 231 

430 Adverbe m6a employé comme particule 231 

De la préposition. 

431 Des prépositions * 232 

432 Des locutions prépositives 232 

432 bis. Prépositions amana et amina 233 

433 Préposition akaiky 23 i 

434 Prépositions prenant le suffixe prépositif n . , . 234 

435 Prépositions aminy^ any et iny 235 

436 Verbes actifs gouvernant le datif avec any . . . 236 



De la eoDJoneiion. 

437 Des conjonctions 238 

438 ai-y 238 

439 kosa 239 

440 ka 239 

441 sa 240 

442 fony 240 

443 Locutions conjonctives 240 

De rintferjection. 

444 Des interjections * . . . 241 

Appendice. 

445 Noms des jours de la semaine 242 

446 Nom des mois 243 

Errata et addenda 261 



Digitized by LjOOQIC 



1 



ERRATA ET ADDENDA 



Page VII, ligne 30 : au lieu de And, lire : and. 

Page XL, ligne 24 : au lieu de mpanovotra^ lire : mpanà- 

votra. 
Page 21 : Vay, bouton, ajouter : clou, furoncle, abcès. 
Page 24, ligne 8 : au lieu de fompatra, lire : fompotra. 
Page 24, ligne 9 : au lieu de hotsatra, lire : hatsatra. 
Page 33,n®81. D'après la Méthode pratique ei progressive (sic) 
de la langue Hova de M. A. Durand (!'• année, Paris, 1902, 
avec une carte idiomatique^ (sic) de Madagascar; 2« an- 
née, Paris, 1903, avec des photographies de types des races • 
de Madagascar) « il existe en malgache deux grandes 

classes de mots Ce sont, d'une part, les mots adjonc- 

tifs (adjungere) ou croissants {sic) ; et les mots disjonctifs 
(disjungeré) ou décroissants (sic). On appelle mots adjonctifs 
des mots qui, suivis d'un complément indirect, prennent 
une lettre additionnelle... On appelle mots disjonctifs des 
mots qui, suivis d*un complément indirect, perdent une 
partie d'eux-mêmes... A vrai dire, ajoute M. Durand, 
nous devrions ajouter une autre classe de mots indiffé^ 
rents (sic) ou mixtes (sic), mais ces mots sont si peu nom- 
breux et suivent tellement l'arbitraire (sic) qu'il vaut 

1. La carte dont il s'agit est idiomatique parce qu'elle est 
consacrée à Vidiomographie de Madagascar {sic) I En d'autres 
termes, M. Durand a voulu indiquer la zone géographique des 
principaux dialectes malgaches et surtout marquer Texpansion 
du dialecte Merina dans Tile entière. Cette carte est d'une re- 
marquable inexactitude. 

2. Races est mis pour tribus ! 



Digitized by LjOOQ IC 



262 ERRATA ET ADDENDA 

mieux ne pas créer une classe spéciale pour eux*. » 
L'auteur indique ensuite « les conditions réunies par les 
mots pour être adjonctifs ou disjonctifs* ». Enfin, pour 
nous en tenir à cette dernière citation, la règle de for- 
mation du relatif caractérisé par un a prosthétique, est 
ainsi formulée : « formation (du verbe passif en a) : on 
ajoute simplement l'infiœe a devant (sic) la racine. Ex. : 
fono^ couverture; a-fonoy avec quoi on se couvre» ». 
M. Durand possède à un rare degré le sens de l'impro- 
priété et de l'inexactitude du terme. Mot adjonctif ou 
croissant correspond, dans ce travail, à mot à finale inva- 
riable, et mot disjonctif ou déeroissanty à mot à finale va- 
riable; lés mots indifférents ou mixtes sont les exceptions 
des deux classes précédentes ; infixe est mis pour préfixe. La 
Méthode pratique et progressive de la langue Hova échappe 
à toute critiqua ; le fond et la forme indiquent une con- 
naissance également insuffisante du français, du malgache 
et de la grammaire générale. Les ouvrages de ce genre 
ne valent pas qu'on s'y arrête, mais il s'agit, dans le cas 
présent, du cours professé par M. Durand à TÉcole des 
Langues Orientales vivantes. 

Page 44, ligne 10, 2" colonne : au lieu de zo, malheur, lire : 
20, bonheur. 

Page 64, lignes 10 et 11 : au lieu de entao, lire : ento. 

Page 65, ligne 8 : au lieu de entao, lire : ento. 

Page 81, ligne 21^ : au lieu de fôkina, lire : fdhina. 

Page 85, lignes 18 et 19 : au lieu de ampaUso, ampatisina, 
lire : ampalêso, ampatêsina. 

Page 88, ligne 16 : au lieu de tôhika, lire : tokîka. 

Page 92, ligne 24 : au lieu de tamana, habitué, lire : tarmna, 
étant habitué. 

Page 95, paragraphe 228. L'usage tend à s'établir d'écrire 
voahahy pour voaahy. L'emploi de Vh intervocalique est 

1. l'e année, p. 9-10. 

2. Ibidem, p. 24. 

3. 20 année, p. 88. 



Digitized by LjOOQ IC 



ERRATA ET ADDENDA 263 

purement orthographique et a pour but de faire dispa- 
raître l*épenthèse apparente de la voyelle a dans voaahy. 
Page 146, lignes 16, 18 et 20. Après omaly, ao an'tanana, 

ny fandroana, ajouter :no. 
Page 147, lignes 1,3 et 5. Après izaOf ka izany, mihantona 

ny andro, ajouter : no. 
Page 173, ligne 12 : au lieu de mahasitraka, lire : mahasi- 

trana. 
Page 186, ligne 5 : au lieu de zô, malheur, 'lire : sô, bon- 
heur. 
Page 197, ligne 9 : au lieu de iahôy lire : iâho. 
Page 213, lignes 10 et 11 : au lieu de tsaratsara koa noho 
' tthy^menamena kokoa noho anao, lire : tsaratsara koa noho 

izahOf menamena kokoa noho hianao. 
Page 213, lignes 24 et 25: au lieu de lehibe kokoa noho ahy, 

lehibe lavitra noho azy, lire : lehibe kokoa noho izaho, lehibe 

lavitra noho izy. 
Page 226, ligne 10 : au lieu de aza manda hianao, lire : aza 

manda hianâd. 
Page 228, lignes 14 et 16 : au lieu de nankany tao Antana- 

narivo, hankato ao Toamasina, lire : nankany Antananarivo, 

hankato Toamasina, 
Page 229, lignes 25 et 26 : au lieu de ovïâna, à quelle époque 

future ; rahovTâna, à quelle époque passée lire : ovïâna, à 

quelle époque passée ; rahovïâna^ d quelle époque future. 



ANOBfVS. — IMP. ORIENTALE A. BURDIPi ET G*®, 4, RUE GARNIEH. 



Digitized by LjOOQ IC 



Digitized by VjOOQIC 



Digitized by VjOOQIC 



^ u due on ih* ^**liîï rS?*»^ ^°^^' 




^^iU"4T6^"«^ 






Digitized by VjOOQIC 



U. C. BERKELEY LIBRARIES 




C05MA07iaii 



*ii. 



f ••".«vv 







Digitized by LjOOQ IC