(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Fables en vers du XIIIe siècle, publiées pour la première fois d'après un manuscrit de la Bibliothèque de Chartres"

This is a digital copy of a book that was preserved for generations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose legal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journey from the 
publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we have taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that you: 

+ Make non- commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use these files for 
personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's system: If you are conducting research on machine 
translation, optical character recognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any specific use of 
any specific book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 



at jhttp : //books . qooqle . com/ 




A propos de ce livre 

Ceci est une copie numerique d'un ouvrage conserve depuis des generations dans les rayonnages d'une bibliotheque avant d'etre numerise avec 
precaution par Google dans le cadre d'un projet visant a permettre aux internautes de decouvrir 1' ensemble du patrimoine litteraire mondial en 
ligne. 

Ce livre etant relativement ancien, il n'est plus protege par la loi sur les droits d'auteur et appartient a present au domaine public. L' expression 
"appartenir au domaine public" signifie que le livre en question n' a jamais ete soumis aux droits d'auteur ou que ses droits legaux sont arrives a 
expiration. Les conditions requises pour qu'un livre tombe dans le domaine public peuvent varier d'un pays a 1' autre. Les livres libres de droit sont 
autant de liens avec le passe. lis sont les temoins de la richesse de notre histoire, de notre patrimoine culturel et de la connaissance humaine et sont 
trop souvent difficilement accessibles au public. 

Les notes de bas de page et autres annotations en marge du texte presentes dans le volume original sont reprises dans ce fichier, comme un souvenir 
du long chemin parcouru par l'ouvrage depuis la maison d'edition en passant par la bibliotheque pour finalement se retrouver entre vos mains. 

Consignes d 'utilisation 

Google est fier de travailler en partenariat avec des bibliotheques a la numerisation des ouvrages appartenant au domaine public et de les rendre 
ainsi accessibles a tous. Ces livres sont en effet la propriete de tous et de toutes et nous sommes tout simplement les gardiens de ce patrimoine. 
II s'agit toutefois d'un projet couteux. Par consequent et en vue de poursuivre la diffusion de ces ressources inepuisables, nous avons pris les 
dispositions necessaires afin de prevenir les eventuels abus auxquels pourraient se livrer des sites marchands tiers, notamment en instaurant des 
contraintes techniques relatives aux requetes automatisees. 

Nous vous demandons egalement de: 

+ Ne pas utiliser les fichier s a des fins commerciales Nous avons concu le programme Google Recherche de Livres a l'usage des particuliers. 
Nous vous demandons done d' utiliser uniquement ces fichiers a des fins personnelles. lis ne sauraient en effet etre employes dans un 
quelconque but commercial. 

+ Ne pas proceder a des requetes automatisees N' envoy ez aucune requete automatisee quelle qu'elle soit au systeme Google. Si vous effectuez 
des recherches concernant les logiciels de traduction, la reconnaissance optique de caracteres ou tout autre domaine necessitant de disposer 
d'importantes quantites de texte, n'hesitez pas a nous contacter. Nous encourageons pour la realisation de ce type de travaux l'utilisation des 
ouvrages et documents appartenant au domaine public et serions heureux de vous etre utile. 

+ Nepas supprimer V attribution Le filigrane Google contenu dans chaque fichier est indispensable pour informer les internautes de notre projet 
et leur permettre d'acceder a davantage de documents par 1' intermediate du Programme Google Recherche de Livres. Ne le supprimez en 
aucun cas. 

+ Rester dans la legalite Quelle que soit l'utilisation que vous comptez faire des fichiers, n'oubliez pas qu'il est de votre responsabilite de 
veiller a respecter la loi. Si un ouvrage appartient au domaine public americain, n'en deduisez pas pour autant qu'il en va de meme dans 
les autres pays. La duree legale des droits d'auteur d'un livre varie d'un pays a l'autre. Nous ne sommes done pas en mesure de repertorier 
les ouvrages dont l'utilisation est autorisee et ceux dont elle ne Test pas. Ne croyez pas que le simple fait d'afficher un livre sur Google 
Recherche de Livres signifie que celui-ci peut etre utilise de quelque facon que ce soit dans le monde entier. La condamnation a laquelle vous 
vous exposeriez en cas de violation des droits d'auteur peut etre severe. 

A propos du service Google Recherche de Livres 

En favorisant la recherche et l'acces a un nombre croissant de livres disponibles dans de nombreuses langues, dont le franoais, Google souhaite 
contribuer a promouvoir la diversite culturelle grace a Google Recherche de Livres. En effet, le Programme Google Recherche de Livres permet 
aux internautes de decouvrir le patrimoine litteraire mondial, tout en aidant les auteurs et les editeurs a elargir leur public. Vous pouvez effectuer 



des recherches en ligne dans le texte integral de cet ouvrage a l'adresse |http : //books .qooqle . com 



COLUMBIA LIBRARIES OFFSITE 



CU53348478 
841-11 G772 Fables en vers du XI 



MmS^M 



,^:^ 






■ 






-■ 4 
4$ 



v 
I 









^N\\\ 



<^sfl r X < & 






Columbia ?Bttitontitp 



LIBRARY 




Sty* 

Nattjanwl Qlurror 3Uwi> 

for tlj* 

tttroaa* of % Iltbnirg 

£fitebttal{*& 1BBB 






i c 






v* \ 




S w- - 




^ r T^ ■ 




W 


< c < 


^ 


■CC 




• V < 


x- $, 


€ 


^ *t 


% 


r ^> 


* 




* C 


" T- x£~\ 


1 *; 

c 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



FABLES EN VERS 

DU XII1> SlfiCLE, 

UtoMtee* pour la premiere fot* 

b'aPKES UfC MANUSCRIT 

DE LA BIBLIOTHEQUE DE CHARTRES. 




CHARTRES, 

IMPRIMERIE DE GARNIER FILS. 

JUILLET l834. 



Digitized by 



Google 



Z.- \\ ^ S 3 






Digitized by 



Google 



AVIS DE L'EDITEUR* 



J'ai peri de chose & dire stir les fables que je 
publie aujorird'hul pour la premiere fois. j'ai decrit 
aillenrs * le curieux manascrit dans lequel elles se 
tr6utent conserves ; qaant a leur me>ite , les hommes 
e*claii£s auxquels s'adresse specialemeht cette publi- 
cation sauront tien t'appr6cier sans qu'il soit n£- 
cessaire de preparer d'avance leur jugement. lis 
reconnaitront sans peine dans ces compositions dans 
art, premiers essais d'une litterature qui depute, 
quelques traits de cette naivet6 si heureuse et si rare 
qui distingue les productions de nos vieux conteurs 
francais , et qui n'a ete* ported a son plus baut point 
de perfection que quelques siecles plus tard et par 
un seul bomme dont le nom est aussi populaire que 
le talent. Je me contente done de leur faire connaitre 
ces fables qui ne me semblent pas indignes de leur 
attention. 



* Le Dit se Droit , piece en vers du xin* siecle, publiee pour 
la premiere fois , d'apres un manuscrit de la bibliotheque de 
Chartrea. In- 8°, tire a 48 exemplaires. 



Digitized by 



Google 



II m'eut ete facile de grossir ce volume de notes , 
de recherches bibliographiques et de discussions 
grammaticales ; avec les secours de tout genre qui 
existent aujourd'hui , un pareil travail n'eut exige ni 
beaucoup de science , ni beaucoup de peine : j'ai 
preiere" laisser aux amateurs de I'ancien langage le 
merite ou le plaisir de resoudre quelques difficultes 
de detail qui ne sauraient arreter long-temps un 
lecteur eclaire , et je me suis born6 a donner du 
manuscrit original une Edition aussi exacte et aussi 
correcte que possible. 

Ge volume a et6 tir6 a quarante-huit exem- 
plaires seulement , savoir : quarante sur beau papier 
velin carre, et huit sur papier de Hollande. 

G.D. 

Chartres , i5 juillet i834« 



Digitized by 



Google 



PRion dieu au comencement 
Que il nos doint auancement > 
De bien faire a son plesir 
Que nos puisson le bien aprendrc 
Et nos pechiez en nos reprendre 
Tant com nos viuons a loisir. 
Et diex qui fist le firmament 
Me doint tant bien dire et ament 
Que iaie biens tens use y 
Mes chacun doit auoir fiance 
Sil reuient tout a penance 
De dieu ne sera refuse. 
Or le gart diex qui entendra 
Ce que mon liuret contendra 
Gar plus en sera resonnable 
Qui sage se fet clamer 
Par sa reson et bien araer 
Deuant touz est plus auenable 
Mes voirs est que par nuit iuerne 
Sanz la lumiere en la lanterne 
Ne puet nus bien aler par voie 
La ou nus horn ne li estoupe 
Sa voie aucune fbiz sacoupe 
Et pour locurte se desuoie 
Pour ce ie di cun petit liure 
Vn pou ocur assez deliure 
De fables nos veult reson rendre 
Mes clerc qui set pou descripture 
Lais qui ont lentention dure 



Digitized by 



Google 



Ni peussent pas entendre 
Pource exposer leur conuient 
Le latin don* la flable vient 
Qui tonte vient a verite 
Le liure ysopet est Dommei 
Et si nest pas (mal) renommez 
Plain de examples et bien ditez 
Ysoper bien uomer le pot 
Car ysope fet trop bon pot 
Ne soit couuert ni escnmez 
Qui dedens de lysope boute 
Miels en vaut la viande toute 
Se li poz iert tons «nf umez 
Ausi don mal se pnet retraire 
Li horn qui bonne essample flere 
la tant naura fier cner ne rogue 
Et cil sa vie bien define 
Qui par essample prent meoine 
Or entendez done mon prologue. 

t. Uou flw et be* JlNawtt*. 

DOu lou dirai premierement 
Qui rungoit. 4. os fierement 
Tant fist que il fu enossez 
Si sen vet aus oisiaus ulant 
Gonseillier maz et reculant 
De mal fere ne fu osez 
Li oisel pristrent. 1 . concille 
Tuit li comencierent a dire 
La grue te guerira bien 



Digitized by 



Google 



3 
Et la grue vient tost sanz ire 
Gemissans si li dist sani rire 
Grue gariz moi pour du mien 
La grue demande loier 
Et qui est plaige dou paier 
Gar ne velt pas perdre sa paine 
Li lous iure quele laura 
Quant quele deraander saura 
Ses diex a tesmoing en amaine 
La grue le traiatre croit 
Los a son grant bee hors U trail; 
Au \*nt enrai le champ le rue. 
Li lous est hex si se heric e 
La grue ia soit elle nice 
Dou loier querre nest pas mue 
Li lous la laua aeruant de trufes 
II la moque si li dit bufes 
Mes encor li requier sa paine 
Li lous li dit biau to puet estre 
Que tu as ne pie ne oil ne teste 
Et quen tressjs la teste saine. 

Lesiample de la fable. 

Gist essample est an debonnairc 
Sil sert cruel hem deputere 
Ni doit ia loier regarder 
Mes son dommage i poet cuidier 
Plus gaingneroit a desonidier 
De tel seigneur se doit garder. 

CrudeUm mitis quisquis iuyat hinc doceatur 
Preemia ne sperel dampna sed ex time at. 



Digitized by 



Google 



4 

2. Be la (Hjauue South et be* <8>maw. 

OR oez dou chauue souriz 
Qui de malice est touz norriz 
Quar moat sait de tours et de guicbes 
Vne bataille vit doisiaus 
Grant paour ot de ses aniaus 
Pour soi sauuer en traus se fiche 
U dreca en haut ses oreilles 
De ses eles fesoit grant veilles 
Bien sembloit de lor corapaignie j 
Quant ot illec grant piece este 
Des autres ne fu areste 
Tuit apercurent sa boidie 
Tretuit ont bien aperceu 
Que celui les ot deceu 
De boute lont ne fas grant conte 
Si com li iour fu avespre 
Quil se departirent dou pre 
Gil sen foui a sa grant honte. 

La sentence de la fable. 

Gist essample est ici donne 
Nus ne doit estre abandonne 
Aus gens gaber ne deceuoir 
Cestui moquer celui rire 
Lui octroier quant quil veult dire 
Despit seroit sacbiez de voir. 

Sic qui se fallax nunc hits nunc ingerit Mis 
Omnibus ingratus iure repulsus erit. 



Digitized by 



Google 



5 

3. Bou Son et be* <Jeilles. 

APres pouez des lous oir 
Qui ne seuez berbis foir 
Mout tiennent le berger a nice 
Au chien met sea bestes en garde 
De la trace au Ions ne se garde 
Gar ne set pas mout de malice. 
Li pastoriaus dilec serapart 
Et les lous sen vont celle part 
Mes pour les chiens ne pueent nuire 
Bien voient quil nont pas la force 
Auant sen vont non pas por ce 
Ausi com vosissent deduire 
Mout commanca au chiens a plaire 
Quant il ne lor virent mal faire 
Nil ne les mordent ne nabaient 
Mes les lous mie ne demeurent 
Grant tropiau des berbiz deueurent 
Et des chiens pas paor nauoient 
Li bergier plain de mal eur 
Auoit este trop asseur. 
De son meffet mout se repent 
Quant Toit que nus ne li aide 
Pour mal auentureus se cuide 
Et par. 1 . pou qu'il ne se pent 

La sentence de la fable. 

Gil vos veult aprendre la fable 
Que deuez estre porueable 
Et deuez bien garder le vostre 



Digitized by 



Google 



6 
Touz iours ne dure pas anoir 
Tot ce poez vos bien sauoir 
Que mielz valt assez mien que nostre 
Qui tot donne et rien ne retient 
A pourete mout tost en vient 
Et sans aide et sans oonsel 
Qui folement a despendu 
Sil cuide quil li soit rendu 
Si sen prenne au pie de jon suil. 

Tradit opem quicumque suam male providus hosti 
Plena ( pena ) plectundum se litneat simili. 

4. Itou etmitt iou ©)tm et be Jfiwitr a kuv 
m$mur. 

ENcor ne pas dou chien conte 
Qui mout estoit de grant bonte 
Et a son seigneur mout plaisoit 
Quant il vient et li chien li ieue 
Entor li va aulant sa queue 
Mout lama pour ce quil fesoit 
Entort li saut et fet sa trace 
Au. ii. piez le col li embrace 
Par druerie et par delit v 

Le sire le fist parronnable 
Et de son pain et de sa table 
Et gisoit au pio de son lit 
Li sire ot ausi. 1 . anon 
Qui de franchise na pas non 
II volt ausi com le chieflTcre. 
Quant li sire a son ostel vient 



Digitized by 



Google 



7 
Et li asne li contreuient 
Bien cuide quili doie pfare 
Des piez ou col le va seruir 
Bien cuide a mengier deseruir 
Et de son iea fere merueilles 
Des cuisses a frape son inestre 
Et a destre et a senestre 
Tout la estonne es oreilles 
Li preudon fa mout esbahi 
Plus que deuant la enhaL 
Si li a dit quest ce paillart 
Ge soit ore de par deable 
Que yotre ieu soit agraable 
Trop estes deuenu gaillart 
Et cil qui not talant de rire 
A pris son asne par grant ire 
Bien fort le lia dun Han 
Mout morut de soif et de fain 
U ne menia ne bran ne fain 
IUecques compara le chien. 

La sentence de la fable. 

Geste fable nos enseigne 
Que cbacun sa maniere tiengne 
Et que sagement se demaine 
la diex ne doint qui tot nos place 
Ne que faciens quantquante face ±^> 
Trop en serion en grant paine. w 

Fabula nostra docel cunctis non ctmcta Hcere 
Et debere modum quemque tenere suum. 



Digitized by 



Google 



5. Me la Bouriz et he ia Kebw. 

VNe souriz vout passer. 1 . fleuue 
Mes hardiesce en lui ne treuue 
Ne de passer ne fut ose 
Mout bien cuida estre ariue 
Et de la reine estre priae 
Quil troua delez. 1 . fosse 
Simplement li requiert aie 
Ele ne li refuse mie 
Mes dit que bien la passera 
Dun fil la lie. a son pie 
En sailletant la tant cachie 
lames vif nen eschapera 
Touz naiez sur leue flota 
Vne escoufle les anglouta 
Mes la refnne ni demoura 
En haut en volant trest la reinne 
Que la souriz ot a compaigne 
A ses pates la deuora. 

La sentence de. la fable. 

Bien nos enseigne cil la fable 
Traison oeuure de deable 
Nus hom ne doit autre trahir 
Toute en porroit auoir la paine 
Si come ot par soulaz la reine 
Dont deuons traison hair. 

Quisguis credentem se prodit pivdiiur Hie 
Sicut rana suo iure peril laqueo. 



Digitized by 



Google 



6. Boil fymttoir et be JfiVglr pot re quauam *e 
nmeljte Men par 0a parole metstne*. 

OR oez dou voiitoir le conte 
Qui mout se viuoit a grant honte 
Car desplumez estoit et vielz 
Pour ce redoutoit la froidure 
De soi hesbergier prist grant cure 
Et ou porroit fere son mieuz 
Le ni dun aigle a trouue 
Ausi com si li fust couue 
Ouec ses faonnaus se boute 
II se vouloit illec norrir 
Ne vouloit pas de fain morir 
Or a meson rien ne li couste 
Dedenz se gist li vieuz chanuz 
Longuement sest illec tenuz ** 
Sa teste en ses eles bessa 
Legle le voit grant si le doute 
Souuent et cil fbrment le doute 
Pour pitie encore li lessa 
Li aigles vit que par nature 
Est cil lez lui outre meiure 
Bien voit que trop ia .este 
1 . iour auint par auenture 
Quil plouoit et fist grant froidure 
Et ventoit a grant tempeste 
De souz le cbesne se bouta 
Li aigles qui le tens douta 
Tant que le tens fu aseri 



Digitized by 



Google 



io 
Li souloil reluisant leua 
Et li maltens si sen rena 
Liez fu li aisles quit ne pert 
II bat ses pennes si sescrie 
Onques ne vi ionr de ma vie 
Ne taut venter ne si plouoir 
Le pareceus vieuz et tondu 
Maintenant li a responda 
Iai greigneur veu tout per voir 
Quant ot parle mont le cremut 
Laigle loit cil nese mat 
Car son barat a perceu 
Si li a dit en meroeiUant 
Comment puet ce estre dam veiUart 
Doncques mas toci deceu 
Et tant doiz tu de moi apresdre 
Que nul plus veil de li nengendre 
Or me di done que tu qmers ei 
Par ta parole tie* tcafe* 
Eschaper volt li esbahi 
Mais laigle loeit sansmerci 

La sentence de la fable. 

Par cest essample du votoir 
Nos poons bien tuit otroier 
Que mout est traison manuese 
Car oil qui de traison use 
La mort au votoir ne refuse 
Et daise vieni bien a malese 
Avec tout ee monstre la fable 
Qui dou fbrfet se sent conpable 



Digitized by 



Google 



It 
A droit doit sa langue mener 
Ele mort et toit bona aims 
Et si mouteplie enemis 
Poor ce la deaon refrener. 

Vulturis exemplo linguam fienare memento 
Tu quicumque grouts oonscius et sceierii. 

7. De Savwt et fcmi ITgmi par kmgiem. 

LI lyons qui est fort et fier 
lasne se vet compaignier 
Bestes sauuages espia 
Si comande lasne a uler 
Pour pins les bestes reculer 
Hin han a haute voiz cria 
Les bestes toutes estonna 
Nolles delles mot ne sonna 
Lone vers lautre se eslessa 
Ne porrent fouir ne combatre 
Et cU les ocit quatre et quatre 
Deuant quil fat las ne cessa 
Lors li commanda a refraindre 
Sa gentil voiz et a reitraindre 
Pour les autres letsier altar 
Li asnes mal qustruz etruide i*~^ 
Le fort lyou bien Taloir cuide 
Fierement commence a paorler 
Que test aois de nostre champ 
Nege bonne voiz et trenchant 
Ge sui oiz de tootes part 
Li lyon dit saches de roir 



Digitized by 



Google 



12 

Bonne voiz as pour deceuoir 
Ne ie ne serpens ne lipars 
Ne toserion pas atendre 
Se ne conneusien ton gendre 
Et toi qui trop sembles hardiz 
Saches se ne te conneusse 
De toi mout grant paour eusse 
Pour ta voiz fosse acoardiz. 

La sentence de la fable. 

Geste fable ne loe mie 
Fox qui par leur grant ianglerie 
Coident les sages gens valoir 
Len ne puet pas en pris monter 
Ains doit len par raison conter 
Et iangle mestre en nonchaloir. 

Increpat hasc stolidum qui par sapientibus ipsis 
Esse putat sola garrulitate sua. 

8. De la tJadje la jBerbis la Ctjieure et hau fgan 
qui tout ltur toli. 

LI lyon la vache la chieure 
Et vne oieile de vers bieure 
Ghacierent. 1 . cerf que il pristrent 
Li lyon vet a vne part 
Le cerf en. nn. moitiez part 
Li autre ce quil fesoit virent 
Li Lyons dist tout sans detroi. 
Ge sui lyon des bestes roi 
Si aure la greigneur partie 



Digitized by 



Google 



i3 
Et car sui fort et vaillant beste 
Lautre aure par deuers la teste. 
Et la tierce nen doutez mie 
Et qui la quarte touchera 
Mon mortel anemi sera 
En moi aura mal compaignon 
En ceste maniere tout a 
Ghacune beste le douta 
Gar il est fort et mal gaingnon. 

La sentence de la fable. 

Symple homme ne doit compaignier 
trop fort gent pour gaaigner 
Gar la force nest mie seue 
'Trop en porroit auoir le pire 
De son trauail porroit bien dire 
Rien nauroit au chief de la queue. 

Hcec velal inbelles -violenlibiis associari 
Nefessi trepident el nihil accipiant. 

9. IPou Cljten qui ya**a le fleuue. 

VN chien qui ne fu pas moult sage 
Volt passer. 1 . petit riuage 
Et char en sa bouche tenoit 
De la char vit en leue lombre 
Qui par desirier moult lencombre 
Grant conuoitise len prenoit. 
En leu de char lombre regarde 
Prendre le vent plus ne se tarde 
Mes li fol folement desirre. 



Digitized by 



Google 



»4 

La char que entre las dens louche 
Maintenant li chiet de la bouche 
Ombre ne tient ne char ne prent. 

La sentence de la fable. 

Ausint sachiez comme semble 
Qui lautri tost couoiste ou emble 
Et cuide po auoir dou sien 
Ge que il a et quil couuoite 
Si com la fable amoneste 
Tretout perdra com li chien. 

Qui sua parua putul alienaque tollerc temptat 
More canis penfa, quod oupit et quoi hahev 

t0« Ihnt Swxct et font JtUmnti. 

POr le mal tens estoit. 1 . lieure 
Mout debatuz et ot la fieure 
Malade fu et decassez 
I. Moinel en vers li sailli 
En degabant li dit fltflli 
Estu ia sitost alassez 
Pourquoi ne tea tu bien garde 
Or me meruoil ie moat parde 
Que tes biaus saus scat deuenu 
Dou chaceor et dou legrier 
Te soloies bien deliurer. 
A poines puez estre tenu 
Di moi porquoi eschiues tu 
Las et coiz et por quoi nies tu 
Par ton sens de la mort deliure 



Digitized by 



Google 



i5 
Len ne doit pas pitie auoir 
De toi qui trop cuides sauoir. 
Ghetif me resembles et iure 
Quant se fa assez debatte * 

Li lieure dit dant bestraue 
Mout mauez ore degabe 
Li lieure le met a la pate 
Pres que mort a la terre plate 
Tout sans confession dabe 
De gaber not lores talant 
Mes des prez yet enuers batant. 
Et li lieure au dens le mort 
Ainsi com il saloit morant 
Ilii dit ne va demorant 
Or me di si tu creins la mort 
Qui si taprist a presenter 
Fu iacobin ou cordelier 
Mes ia ne te donront secours 
Or est ore courte ta vie 
O moi morras par compaignie 
Ne feras mes vol ne ge cours. 

La sentence de la fable. 

Gi nos enseigne ce prologue 
Que nus ne se doit fere rogue 
Dou mal a autre reprochier 
Bien porroit par soudaine fin 
Le mal meesme a la parfin 
Auoir et de mort aprochier. 

Hcec resjftcla monet mitero ne deroget ullus 
JVe subito tandem perpctiajur idem. 



Digitized by 



Google 



i6 
tt. Boil Cljien et be £ot\lk. 

LI chien qui volentiers ne bailie 
Son pain se fist enuers loaille 
De prester large et charitable 
A louaille reuint a plain 
Si dist qui li rendist son pain 
Ele nia tout tint a fable 
Deuant le iuge laccusa 
Gar dou rendre le refusa 
Li iuge tesmoing en requier 
Li lou lescoufle et lostoir dirent 
Qua celle le pain prester virent 
Et dient que veritez iert. 
Quant le iugement atendi 
Le pain tot par force rendi 
Mout en fu corrociee et mue 
Quar el ne lauoit de quoi rendre 
Sa laine li en couuint vendre 
Si remaint frileuse et nue. 

La sentence de la fable. 

Ne vos de plaidier nestes sage 
Ne plaidiez iour de votre aage 
Sans conseil soiez clerc ou lai 
Gar tost seriez deceu 
Rendre ce que nauez deu 
Vos conuendroit tout sanz delai. 

Sic iutore carens vir simplex fraude coactus 
Hoc quod non habuit reddere sepe solet. 



Digitized by 



Google 



x 7 
t2. Jlltou Serpent et it la lime. 

APrez oez petite rime 
Dou serpent qui troua la lime 
En une forge grosse et dure 
Ilia range com fust viande 
La lime rit cil li demande 
Por quel rit et por quel cure 
Et dit ta folie dois rire 
Li serpent commenca a dire 
Plus dur que for bien rungeraie 
Pour ce ne te merveilles mie 
De moi rangier naies enuie 
Car de ton sane pert ia la raie. 

La sentence de la fable. 

Gi enseigne la fable escripte 
Qua plus fort que lui nus ne luitc 
Car soi blesce plus quil ne grieue 
Et quant le plus fort se reuencbe 
Li foible cbiet en male plancbe 
Ne na pooir quil se reHeue. 

Hinc discant homines ne ledant se potiores 
JVe mage ledantur ledere dum cupiunt. 

13. Bou iTarron qui &t maria. 

VN larron estoit qui prist fame 
Ouec lui et ouec la dame 
Vindrent ses voisins au mehgier 

2 



Digitized by 



Google 



i8 
En iouant menioient tretuit 
Et en soulas et en deduit 
Et sans couroz et sans dangier 
1 . sage home moot barecierre 
Vient leans a lostel bon erre 
A tous aporte nne nouelle 
Et don souloil est renomtnee 
Li pueple en fa mou rebeHe 
lone ne creindrent a raaudire 
Et il lenr commenca a dire 
Pour qnoi sont en turbation 
II dient le soaleil nos art 
Tot sol sanz filz de tonte part 
Sil engendroit que ferioft. 

La sentence de la fable. 

Gi nos enseigne nostre mestre 
Quen ne doit pas le mal acroistre 
Mes souz piez mestre et besoir 
Gar se. 1 . mal nos a greue 
Et il resoit en haut leue 
lames bieh ne porrons ioir. 

^ Ista doctnt frigida bonis agnka maJUavm 
lam quando agent plures si nimis unus obest. 

t4. Be Se&crtntut et be 0a mere. 

VNe autre fable conteron 
Dan petit creueiceron 
Qai sen aloit a recolons 
Sa mere la daler repris 



Digitized by 



Google 



*9 
Elli dist trop ies entrepris 
Daler si a bonteculons 
Ie vois dit il le cul ariere 
Alez deuant ie ire derrieres 
Et bonne essample me monstrez 
Gar certes trpp mauez caiure 
Or alez et ie vox suiure 
Si verre voz piez acoutrez 
El cuida pardroit acheminer 
Son filz dessample enluminer 
Mes elle vet plus lordement 
Gil li dist mere par S. Gosme 
On ge sui trop plain de vendosme 
Ou de yous vois plus gentement. 

La sentence de la fable. 

la vos veil bon ieu lotir 
Se voz volez autre asotir 
Deuant fetes et aprenez 
Le bien si ne vos raoquerez 
Ne ne tendre a quo querez 
Se vos les autres reprenez. 

15. Ue Swconbt et bt* ©wtaue. 

OEz le conte de laronde 
1 . des sages oisiaus dou monde 
Aus oisiaus vet porter nouelle 
Dun homme qui ot non raellin 
Qui es chams hauoit seme lin 
Don len fet les roiz et la telle 



Digitized by 



Google 



20 

Laronde leur dit tel sentence 
Qua la roiz ne fussent mespris 
Li oisel orent caer legier 
Tot ce ne prisent. 1 . denier 
Mes de ce dire a mespris 
Et les guerpi ne fat chetiue 
Les mesons sanz paor coitiue 
Car la roix redoute fbrment 
Li autre son conseil despirent 
Mes es laz des roiz serabatirent 
Si chairent en grant torment 
La sentence de la fable. 

Sauchun sage le mal te monstre 
Ainz qail aaienge tout contre 
Eschiuer le doiz par bonne euure 
Bien le voudroies de ton cuer 
Auoir eschiue ainz le soir 
Si le maus vers toi se descueure. 

Sic mala qui nolunt sibi prcemonslrata cauere 
Quum supervenient sero cauere volent. 

16. Bou Ctjauue et it la Utouclje, 

LA mouche a de guerre apele 
Vn prodome chauue pele 
Ou chief mout egrement le point 
Legiere estoit si senuoloit 
Tant le poignoit comme elle voloit 
Mes celui ne la concuit point 
La mouche a rire en commenca 



Digitized by 



Google 



21 

Sor le chief au pie danca 
Li chauue vit la mouche ripe 
Embas dit quil se soufferra 
Tant sil puet quel comparra 
Le sane que de sa teste tire. 
La mouche malement le pigne 
Ou cuir sanz peril le rechapingne 
Gil rechinne de la pointure 
Mes si de paume la flati 
Que toute morte la bati 
Sen conchia sa chabieure. 

La sentence de la fable. 

U veut a essample donner 
Que nus ne doit aguillonner 
Plus fort de lui ne plus puissant 
Quant auoir soufert longueraent 
Cil le puniroit longuement 
Ou tueroit en deffroissant. 

Hinc minimus disc at non infestare pole/item 
Qui pugnit subito quod tulit ipse diu. 

17. Bou £ion et torn Jlastforiau. 

VN lion ou pie se bleca 
Car dedens la char li dreca 
Vne espine grelle et poignant 
Au pastorel sen vet clochant. 
Quil troua en. 1 . pre trotant 
Mout se plaint et vet regroignant 
ft li prie par amours fine 



Digitized by 



Google 



11 
Que dou pie li oste lespine 
Li pastor mout va rcculant. 
Mes li lions sanz chiere fole 
Simplement par bele parole 
Son pie li monstra en ulant 
Li pastorel conoist la chose 
Oeide refuser ne lose. 
Lespine li tret par pitie 
Et laguille hors de son pie 
Tant que il fut et baut et lie 
Graces len rent et amitie 
Apres lone tens fa pris au piege 
Celui qui les bestes assiege 
Et fu mene vendre au marchie 
Tantost auicnt de cop en paume 
Que li pastors fu pris por blame 
Mout fu des gens de mal decachie 
Liure lont au bestes sauuages 
Mes li lions fu fiers et sages 
Bien le connoist si court a lui 
II sareste les mains li leiche 
Vers lui nest pas de male teiche 
Ne niert irez ne empaliz 
Des bestes tout le defFendi 
Quant li peuples ce entendi 
Au pastorel vont tuit parler 
Demandant que ce puet montrer. 
Quant tot o pris a raconter 
Par pitie le lessent aler. 



Digitized by 



Google 



x 

La sentence de la fable. 

Bien deaons aaoir en inemoire 
Nos biensfetours sanz male foire 
Les Terrons inainnestre et perir 
Tout nos deuons abandonner 
Don bien fet tout guerredonner 
Selone le pooir dou merir. 

Hie eollatorum memores hos esse bonorum 
Ammonct et leta mente referre picem. 

18. Be Jffaent ft leu Him. 

VN asne se gisoit a terre 
Li lou Tint a lui tout sans guerre 
Au dens soement le gratoit 
Gil demande qui mout set dart 
Ou plus se deult et en quel part 
II dit que la ou il tastoit. 

La sentence da la fable. 

Ainsi est qui bien. 1 . auise 
Saucun aloit nuz en chemise 
Ieunant en pelerinage 
Por quil soit des gens diffamez 
Ne sara il iames amez 
Napele bon tout son aage. 

Vir sic infidus videtar quum officiosus 
Cumfacit ipse bonum credit ur esse malum: 



Digitized by 



Google 



«4 

19. Ihm JBm et torn fiouuier. 

VOs nauez pas don lou oi 
Qiii pour les bouniers senfoi 
De corre fu tout dequasse 
Cil aloit querant repoucaille 
Mes li las ne set ou il aille 
Recreu fu et alasse 
I . bouuier qui nauoit veu 
Encontra dont fut deceu 
Maugre suen merci li requiert 
Quil nencuse ou se tapira 
Gelui dit que ia non dira 
Se nul autre bouuier le quiert 
Li chaceur au bouuier demande 
Quel part est li lous en la lande 
Gil li dist que deuers senestre 
Mais de lueil li fist le gnignart 
Que li lous est de lautre part 
Repost tout droit vers la main destre. 
Gil nentend pas son guignement 
A ses chiens ya hatiueraent 
A senestre mes il ne treuue 
Maintenant li dit li berchier 
Bien me deuroies auoir chier 
Quant pour ton preu ainsi me cueure 
Li lous li respont sanz menaces 
De tes ieuz ne me chaut que faces 
Mes ta langue doi mercier 
Car pleust ore S. Seluestre 



Digitized by 



Google 



»5 
Que neuses oiel pie ne destre 
Si deuendroies eschacier. 

La sentence de la fable. 

Ne fet pas moat grant vaselage 
Horn qui est de double corage 
De trahir autri par derriere 
Quant par guingniez moustre la chose 
Que a la Louche dire nose 
Sachiez cest ribaude maniere. 

Hie duplicem tangit qui cum mala prome re nobis 
Non audet nutu significare solct. 

20. JJou (SorpU ft it £t%it. 

LAigle pensa comment peust 
Auoir don ses poulez peust. 
Au gourpil vet tollir les siens t 

Li goupil apres li courut 
Bien pres que de duel ne mourut 
Mes son plorer ne li vaut riens 
Grant doulor li est au cuer pris 
De ce quelle la si surpris 
Mes simplement li quiert et prie 
Quele ses faonniaus li rende 
Et dou forfet li doint lamende 
Laigle ne velt mes tout li nie 
Li goupil qui ne vit de segle 
Dit quil ardra le nit de laigle 
Puis que ne li vaut sa priere 
Le feu en la buche bouta 



Digitized by 



Google 



26 

Sous le ni cele se douta 
Si li rendi o belle chiere. 

La sentence de la fable. 

En cest essample doix tu querre 
Comment tu doiz le tien conquerre 
Demander le doiz simplement 
Et sen ne te vient le tien rendre 
Tq te doiz par ton engin prendre 
On par force de iugement. 

Sic sua vir repetat seu vi ttu quaUbet arte 
Cum ncqueunl kumUes pondus habere preces. 

21. Bon <%ucd tt bou £ton, 

VN lion vit pestre. 1 . cheual 
En. 1 . vert pre tout contreual 
A lui Tint si li print a dire 
Quil guerist plaies et goruine 
Mielz que nul mire de salerne 
Mout se fet de plaies bon mire 
Le cheual voit bien sa boidie 
Que cil li veut tollir la Tie. 
II lesse a pestre acoardiz * 
Mes illi dist biau douz amis 
Bien voi que ci ta dieu tramis 
Si se feint et fet le hardiz 
Lautre iour ou piez me tori 
Yne espine one puis ne gueri 
Mes trop es bon cyrargien 
Se dieu plest bien me gueriras 



Digitized by 



Google 



2 7 

Et cil a dit tu sentiras 

Com en t ie te guerire bien 

Quant il le vout aupie taster 

Le cheual nou soufre a grater 

En la teste le va ferir 

Des. ij. piez si quil labati 

Mont lescornist quant lot flati 

Si li dit cor puet guerir 

Li cheual tantost semparti 

Gar dou ieu ot trop mieux parti 

Li lion dit cest a droiture 9 

Or ne me pri ge une escorce 

Quant desus lui auoie force 

Et destre mire auoie cure. 

La sentence de la fable. 

De ceste fable est la somme 
Que gentil horn ne doit son horn me 
Prendre par barat ne par guille 
Se honterie a bien puet dire 
Que de son barat a le pire 
Et la queue tient de languille. 

JYobilis ad turpes cjuum verli peruidet artes 
Formidet turpi se quoquefraude capi. 

22. Be* Coulone et be &t*$xmtx. 

DE lespreuier dire volons 
Que moult redoutent les colons 
Gar il les chace et cil sen fuient 
Pour auoir seurte greigneur. 



Digitized by 



Google 



28 

De lostoir firent leur seigueur. 

A lui se tiennent et apuient 

Moat cuident auoir bon iuge 

Mee quant a li vont a refuge 

Gil les estrangle et deueure 

Li vn dit ci a mal frcmi 

11 nos est plus mal anemi 

Que li premier ne fu nul heure 

De lautre poions eschaper 

Mes quant cil nos puet atraper 

Mourir nos fet a grant ioutise 

Nos ne poons de lui ioir 

Car ne repondre ne fbir 

Ne nous poons par sa grant prise 

A droit nos en deuon sentir 

Mes ne nos poons repentir 

De ee quen ses merciz nos meismes 

Gar il est murtre et tot norri 

De eharoingne et de sane porri 

Done mout mauues conseil primes. 

La sentence de la fable. 

Cil qui veut aprendre a moi viengne 
Et ceste essample bien retiengne 
Gar il fet bien a retenir 
Car qui veult le mal eschiuer 
Ainz doit en son cuer estrier 
A quel fin il en puet renir 
Bien se porroit mestre de grc 
Sil ne sestoit bien porueu 
Ausi comme li colon firent 



Digitized by 



Google 



*9 
Qui en mains despreuier se rairent 
Trop en farent mal deceu. 

Ista iocosa monet homines ne dum mala vitant 
JYon prceuisa satis pessima sponte petant. 

23. B011 (Mjeuol et tow Cerf. 

VN cheual fa grant et fort 
1 . cerf haoit a desconfort 
Mont fu iriez pensiz et morne 
Vaincre nou poit pour poir qui! face 
Ne par force ne par menace 
Car bien est armez de ses cornes. 
Le chaceor requiert et prie 
Qne tant o ses chiens chace et gruie 
Que il puisse prendre le cerf 
Si li a dit que plus nareste 
Le frain et la sele li meste 
Tant quil soit pris sera, serf 
Mout li plest ce quil ot conter 
Sor le cbeual prist a nionter 
Le cerf chacierent par le bois 
Le cerf qui ne fii pas chargie 
Ot de corre meillor inarche. 
Si escbapa tout en fjabois^ 
Li cbeual ot corru assez 
Dou fes de lome f u lassez 
Mout le prie que il descende 
Car bien voudroit estre deliure 
Et ansi comme deuant viure 
Car cheual de cbacier namende 



Digitized by 



Google 



30 
Gil dit tu ties moult mal vante 
Sur toi sui par ta voleate 
Or me sers done com ton seigneur 
Son frain commenca a rangier 
Lome cuida soz lui plungier 
Mes not pas la force greigneur 
Gil le feroit dun bleceron 
Sor la crope et delespeton 
Sa maniere li fist muer 
Si que maugre suen le serui 
Gar il ot mout bien deserui 
One puis ne se vout remuer. 

La sentence de la fable. 

De ce poez auoir fiance 
Que qui conuoite grant venchance 
Dautri sanz ajremper corage 
Bien gart lui meTsmes ne grieue 
Gar tel cbiet qui puis ne se lieue 
Et sapercoit de son outrage. 

Quisquis vindictam nimiam cupit audiat uta 
Ne dum vult hotlem pcrdere se perimat. 

24. Bou Corbtou el Jteu (ftoiunl. 

CLer fu li tens et reluisant 
Desur. 1. arbre dednisant 
Vet. 1. corbeau por rigoler 
Gar a son bee tint. 1 . frontage 
Mes li goupil qui fu plus sage 
Pensa com le porroit touler 



Digitized by 



Google 



31 
Le goupil soz larbre sasist 
Ses paroles verslui sadist 
Car le corbel volt deeeuoir 
D la dist ne se pue* tenir 
Se peuse oisel deuenir 
Corbel Toudroie estre por voir 
Et cil qui les gelines enable 
Dit que nul oisel ne resemble 
Au corbel ne nest si soutil 
Plus fet a loer sa maniere 
Son pou east la roiz plus dere 
Tout ce a dit le xnauues outil 
Quant le corbel ot quil le loe f) 

Mielz euide chanter que la loe 
Et quant son chant ne lireprouche 
De son bel chant se descounri 
Mes tantost com la boucheouuri 
Li frontages chiet de sa bouche 
Mout tantost la pm le renart; 
Graces en rent & Lienart 
Si li a dit par moquerie 
Mielz te veuiit estre ten 
Si ne feusscs pas deceu 
Or puez chanter ta reuerie. 

La sentence de la fable. 

Ceste essample a ce sacorde 
Que trop a male teiehe et orde 
Qui tout son cuer veut reueler. 
Na ieu na gabois ne par ire 
Ne doit a nul son secre dire 



Digitized by 



Google 



32 
A hie le doit sagement celer 
Car se sa priuete decueure 
James apres puis ne recueure 
Sil ne samende o grant respit 
Garde le sien et ne se mueue 
Gar chacun ce quil a trouoe 
Si niert ni gabez ni despit. 

Hcec reticere monet stulium ne forte loquendo 
Secretum perdat quod reticens tenuit. 

25. Be. if. 4U)ttniu0 uwe requitrt ianixt it 
son lit. 

VNe chienne sala complaindre 
A un autre quel not ou makidre 
Et ses cheaus auoir deuoit 
Que son lit li prest mout li prie 
Celle por pitie li otrie. 
Esgaree nen sen reuoit. 
Quant elle ot eu ses cheaus 
Lautre chienne qui fut loiaus 
Reuient et son lit li demande 
Celle se gisoit pareseuse 
Entre ses dens dit mout honteuse 
Que ce niert pas preste viande 
Ele li prie quelle li doingne 
Encore respit aloingne 
Tant que ses chiens sorent creu 
Si sen iront tretuit ensemble. 
Celle qui male ne resemble 
Sa place li a recreu 



Digitized by 



Google 



33 
Tant quapres pou de tens deuint 
Qui son lit demander deuint 
Mes celle ne sen volt issir 
Et lautre la vout hors bouter 
Geste ne la daingna douter 
Ainz inaindra a grant loisir 
Si li a dit notre est la plaoe. 
Se hors nos pnez chacer si chace. 
Je ne sui pas contre toi seule 
Mieuz te vendroit estre a amiens 
Se force me fes ne aus miens 
Car ia te romprion la gueule. 

La sentence de la fable. 

Par ce poez vos bien aprendre 
Que au gens qui ne veulent rendre 
Ne fet pas bon le sien prester 
II le recoiuent a grant graces 
Mes au rendre dient menaces 
Si sont plain de lessier mestier. 

Rinc liomines disc ant ingratis ne sua prestent 
Qui blande capiunl prestita vit/ue tcnent. 

26. Sa iabk bmi jfarau ft bou (Bxmihn. 

OEz la fable dou fromi 
Qui en este nest endormi 
Mout est de grant porchaz et sage 
Car tout este desque en yuer 
Conquiert quil menie lyuer 
Ce nest pas mauues vaselage. 

3 



Digitized by 



Google 



34 
En ce tens quil fiBt grant froidare 
Sen vint a lui par auenture 
Toz afamez. 1 . gresfflon 
De fain a sonfert grant torment 
Si demande de son fipomeat. 
Grant tens a ne fuifbrnillGn. 
Li fromi li a respondu 
Bien me resembles fot toadu 
Por quoi nen as tu porchacie 
II li a dn touz iourz ebantoie 

Sans reposer ne rie pc*oie 

Estre de ces iardins cbacie. 

Li fromi dit sire enchante 

En este auez bien chante 

Or poez en liner sailiir 

Autre froment alez lober 

Or poez morir on rober 

Si voz ponrroiz bien maubaillir. 
La sentence de la Cable. 
La fable nos vent exposer 

Que cil ne se font aloser 

Qui sont vains et plains de paresce 

En este doiuent labourer 

Pour eus en yuer ennourer 

Que la meseise ne les blesce* 

Ammonct hcec pigros estate vacare labori 
Ne mendicantesfrigore nil capianU 



Digitized by 



Google 



35 
27. B* la Jfaiue tt fo* Btxfti. 

DE la louue vos vueil conter 
Qui les moutons vent surmonter 
Et destruire tpqz et tuer. 
En. 1. champ e» Tit gran* trope*, 
Sel le puet teair par la pel 
Et leur fera les dos suer. 
Vers eus sen va inout fierement 
Le greigneur prent premierement 
Par les cornes hors le saoha 
Lun apres laatre les deueure 
De pins de moutons en *niH& euro* 
De tner ne se relaoha* 
Endementres que Inn prenojt 
Ghacun qui aprea reuenoit 
Mont sotemeat se rcconforte 
Nus ne vouloit fair ni courre 
Lun lautre ne Yoloit secorre 
Puisque la louue ne lenporte 
Mes. 1 . tout seal fa demoure 
Qui aincois que fut deuore 
Dit qua droit sueffre la mort dure 
Quant par force une beste seule 
A chacun a rungie la gueule 
Par droit sont a desconfiture 
D nest nolle beste cornue 
Qui taut com qos soil esperdue. 
Moat nos auous mal porchacie 
Lun deust lautre auoir aidje 

3* 



Digitized by 



Google 



36 
Et des comes auoir pledie. 
Si teussons tretuit chacie 
Sainsi fussiemes assemble 
Nas de nos neussez emble 
Si euse saaae ma vie 
Mes nos de ce riens ne feismes 
Dont trop mauues conseil prismea 
Ge et toute ma compaignie. 

La sentence de la fable. 

Ceste fable vos ammoneste 
Se vostre voisin a moleste 
Et de sa chose auchun domage 
Qae vos aidier li deaez 
Quant tel perte ne receuez 
Se voz estes et preuz et sage 
Qui lostel son voisin regarde 
Ardoir et sa meson ne garde 
11 est mout plaint de mal eur 
Ne doit pas auoir piez de borre 
Ainz le doit loiaument secorre 
Ne ne doit pas estre asseur 

Ammonet hcec propriis vicini occurrere damp n is 
Tutus et akzriusfiat ut alter ope. 

28. Mou vow bisant ft bou mttwmgter. 

DOu voir disant pris a songier 
Autre iour et dun mencongier 
Et tout a songe le tin ge 



Digitized by 



Google 



37 
En leur terre auoit. 1 . sire 
Gouuerneor de tout lempire 
Une beste quen nomrae singe 
Quant li rois fu en bonne vaine 
Si commande quen les ameine 
Tantost pardeuant sa personne 
Et quil ne sen puissent aler. 
A eus veut de conseil parler 
Debonnerement sanz rampone 
Onques borne pour son seigneur 
Ne fu de seruise greigneur 
Quant les serians qui les vont querre 
Deuant le roi ont amene 
Lun qui sera bien assene 
Sachiez ce fu le mencongier 
Gelui deuant le roi cest mis 
Li roi li a dit biaus amis 
Gardes que dies verite 
Que te semble de mon lignage 
Ne sui ge bien de baut parage 
Que ie soie rois desheritez 
Li menteur prist a respondre 
Sire ie ne porroie espondre 
Corame vos estes biaus et gens 
Ge ne sai que ie dire puisse 
Ie ne cuit pas que nul horn truisse 
De yos nulle plus noble gens. 
Bien estes fourme et ouure 
En yos auons bon roi troue. 
Mout estes roides en iustise 
Dautre part yos estes moult riche 



Digitized by 



Google 



38 
Vers vos princes nestes pas ohiche 
Mesniee auex a grant deuise. 
Li rois a oekii escoute 
II ne la rate debomte 
Aincois li a grant don donne 
Tous les dus aa rot et au princes 
Es contrees de lor prouinces 
Li ont lors biens abandonnez 
Apres sen Tont les cheualiers 
Au voir disant que volentiers 
Youdront que reson leur rendist 
Mout se font sage de reson 
Si demandent sans mesprison 
Se son compaignon a bien dit 
Gil se cuida fere proisier 
Pour ce quil vit aeisier 
Son compaignon. par bien mentir 
Mout bien cuide auoir auise 
Sil auoit le voir, tense 
la ne sen deuroft repentir 
11 cuide mout bien gaaingner 
Pour son voir dire esparnier 
Sanz dire menconges ni bordes 
II dit ne Youdroit auoir gabe 
Deuant roi ne deuant abe 
Si leur dist ties paroles lordes 
Votre roi est file de aingesae 
Onques noi vespres ne messe 
Et mout est let a desmesure 
Ne vos me semblez pas bestes 
Diex le set par deuers les testes 



Digitized by 



Google 



*9 
Estes de trop leides figure* 
Ou portail S. Gencuieue 
1. deable ses ioes lieue 
A desteindre li 9a lumiere 
Vos estes ie cui eschapez 
De lui si auez atrapez 
Le pueple a la votre manierc 
Esbahiz furent de aes diz 
Quant il les ot ainsi tediz 
Malement en sont CQWHicie 
La cour pas ne le menace 
Tantost li cort a la harace 
On visage lent herice 
II lont malement rechignie 
Et des ongles si chapuignie 
Qui lont tout estrangle 
Mielz li veuist quil fust lie 
Par sa langue et humilie 
Sineust mie tant iangle. 

La sentence de la fable. 

Prodes hommes et veritable 
Doiuent entendre ceste fable 
Gar mout fet bien a retenir 
Par voir dire sont bien sorpris 
Aucune foiz et de leur pris 
Abessie bien puet auenir 
En ce point ne doiz pas voir dire 
Si tu voiz que tien soit li pire 
Ainz doiz par faintise mentir 
Puis que la verite te grieue 



Digitized by 



Google 



4o 

Et la menconge en haut lieue 
Ta ne ten doiz pas repentir, 

Ista docent homines non semper vera referre 
Et prodesse probal tempore falsa suo. 

29. Bou €\)tuai et be Scant par orguetl. 

IE vos veuil conter dou cheaal 
Qui sen va de mont et de val 
Moult desdaignans et orguellox 
II ot frein dore reluisant 
Ioant sen Ta et deduisant 
Trop est cointes et semi Ileus 
Cil qui fu fiers de vers la teste 
En. 1 . estroit sentier sareste 
Bien cuide auoir la voie vuide 
Mes il a. 1 . asne troue 
Mout la despit et repue 
Qui est las et chetif et ruide 
Lasne fu trauailliez et lens 
Mout fut pareceus et dolens 
Ne se puet pas tost destorner 
Li cheual en fu mout irez 
Bien en cuida estre empiriez 
Et estre a vuilte retornez 
II li a dit par grant effroi 
Ne sui ge a mon seigneur geufroi 
De la chapele cheualier 
Par ma biaute par ma franchise 
Men semble il quen nulle guise 
Ne me deuses contralier 



Digitized by 



Google 



4t 

Puisquen me donne frein dore 

Bien pert que doie estre ennore 

£t par mon sens bien le desers 

Tantost com me veis venir 

Tremblant deusses deuenir 

Et toi a la terre couchier 

Que par desus toi passase outre 

Mes franc cuer sa franchise raonstre 

Pour ce ne te veil je conchier 

Gardes que iames ne tauiegne 

Ou que ie voise ne ie viegne 

En voie ne me faces ombre 

Gil qui pieca ne reposa 

Respondre mot ne li osa 

Dieu pric qui li doint encombre 

Quant. 1 . pou de tens fu passe 

Mout fu foibles et alasse 

Tant com deuant ne fu amez 

II not mes frein atornniez 

Ainz fu mis a porter fumiez 

Mout estoit meigre et afamez 

Lasne le vit au tumberel 

Si li a dit dant loberel 

Ou est vostre bel ornement 

Trop estiez enorgueilliz 

Mes ores estes bien auielliz 

Et seruez mout ordement 

Que te valient tes biaus lorainz 

Que ie te vi auoir orainz 

A sonnestes pendans dargent 

Len fesoit de toi la poupee* 



Digitized by 



Google 



42 

Tout ior fbrbi comme vne espee 
Or es ta com ie sai seriant. 

La sentence de la fable. 

Gil qui ccste fable trouua 
Par ces paroles esproua 
Que len doit orgueilleus hair 
Mes chacun hurablement se tiegne 
Que de richesce a riens ne viengne 
Ne ne doit pas paures esbahir 

Audiat ista potens et discatjerre minores 
Et celerem casum pertimeal subitum. 

30. Bern Cerf et be re* event* por ce que nos loon* 
aueunt im a qui 1100 fjrieue. 

EN. 1. fleuue estoit tot moilliez 
1. cerf qui mout fu merueilliez 
Ses comes looit a meruoilles 
Car il les vit belles en londe 
Et dit qui na teles ou monde 
Ni qui ait si belles oreilles 
Ses cuisses a trop pou prisees 
Tost porroient estre brisees 
Pour petit fes sur li porter 
Car trop sont grelles et menues 
£1 ne sont pas fors ne neruues 
Mout sen prit a desconfbrter 
Endementres que se regarde 
Li cerf qui ne se donne garde 
Vn chaceur a lui sailli 



Digitized by 



Google 



• 43 

Apres lui a ses chicns hue 
II ne lont ne pris ne tue 
Gar de corre nest pas failli 
Ainsi com dedens le bois entre 
Es broces fiert iusquau ventre 
Par les comes sest atachie 
Si quil ne sen puet eschaper 
Li chien le vont tuit atraper 
Qui de corre sont relach'ie 
II vit qnil fat a mort liure 
II dist bien estoie eniure 
Qaant mes caisses ai tant blame 
II mont plus aidie que celles 
Que ie tenoie tant a belles 
Maintenant chai mort pasme. 

La sentence de la fable. 

Tout autresi est de nos vices 
Non cuidons que soient deuices 
Et si nous font les ames perdre 
Les bons et les bonnes coustumes 
Tenons nos touz por apostumes 
Ne nos sauons purgier ne terdre 
Et ce loons qui nos puet nuire 
Qui nos fet souuent le cuer cuirc 
Los ne disons pas que quiers tu 
Trop sommes fol et estendu 
Quant nos ne prison. 1 . festa 
Le bien et la bonne vertu. 

Sic qua nos ptrdunt viciorum mdnsim ptebimus 
Et bona virtutum maxima despicimus. 



Digitized by 



Google 



44 

31. Bra Itehmta tt bra ITieum. 

LI chaceor ou li leurier 
Chacun en son poing lespreuier 
Ghacent lieures par la riuiere 
Si com il vont apres huchant 
Gil se ruent entrebuchant 
Por paor emmi la planiere 
Reinnes auoit sus le riuage 
Qui sesuentoient a ldrage 
Par paor saillirent ou fleuue 
Mout se merueille. 1. des lieures 
Ses compaignons tint toz por cbieures 
Si lor di que nul ne se mueue 
II dit ne nos deuons pas plaindre 
Sil nos conuient les greignors craindre 
Ne sommes pas seul de fbuir 
Aussi nos creiment li meneur 
Por eeus qui sont a desenneur 
Se font de lor cors mal ioir 
Doncques deuomraes retorner 
Espoir demain a la iorner ' 
Seromes plain de bon eur 
Alons noz en noz toiz bouter 
la ne nos conuendra douter 
Et i serons tuit plus aseur. 

La sentence de la fable. 

Par ce vos poez conrbrter 
Et votre cuer biau deporter 
Yos qui souffrez paine et labor 



Digitized by 



Google 



45 

Naiez pas paor de pouerte 
Diex vos donra par sa deserte 
Joie greignenr que de tabour. 

Hcec monel aduersis rebus nedeficiamus 
Nam post scepe solent aspera Icela sequi. 

32. Be la iUontaigne qui frrwit eitfanter. 

IL estoit par trop grant plainle 
Gone grant montaigne estoit prainte 
, Et par tens deuoit enfanter 
Tant a crie et haut sonne 
Que tout le pueple a estonne 
Mout sen prist a espoenter 
Nul nosoit issir de son sueil 
II ne seuent prendre conseil 
Lun a lautre sest demande 
Dicel sire de bonte 
Iai grant paor destre afronte 
Diex nos gart destre tormente 
Gist mont porpent toute la terre 
A li ne poons prendre guerre 
Que ferons nos se elle engendre 
Et sa ligniee que fera 
Tretouz nos acreuentera 
Et lame nos conuendra rendre 
Quant il orent fet grant murmure 
Elle enfanta contre nature 
La souriz de poure matire 
Quant il ont ce aperceu 



Digitized by 



Google 



46 

Mout se tindrent a deceu 
Tuit en commencierent a rire 

La sentence de la fable. 

Qui vent aprendre a bonne escole 
Si entende ceste parole 
Nus ne se doit par venterie 
Enhaut leuer ne sormonter 
De tiex paroles raconter 
Sembleroit bien cheualerie 
Tiex gens qui ne font fors haucier 
Fripier resemblent ou raercier 
Qui inrent lor cors et lor bouellc 
Tretout le monde contrefont 
Et an chief dou tout rien ne font 
An vent en enuoient la fuielle. 

Dicitur clatis idem qui maxima iactant 
Cum sefacturos vix modicum faciunt. 

33. Ut la JJurt et toi Ctjmroul. 

LA moache est en este mout drue 
En lair vait volant par la rue 
An soir es eatables se iuucq 
Mes la puce est trap mielz norrie 
Ne de pueur neat tant porrie 
Or vos veil dire de la puce* 
La puce ce fit moult bardie 
En la terre de Pjeardie 
Prist. 1 . chamnel a aswUir 
le sestoit a terre ewebie 



Digitized by 



Google 



47 
La puce la. 1 . pou touchie 
Si le cuida bien maubaillir 
De sus son dos siert apuie 
Bien le cuida estre ennuie 
Et de son fes forment greuer. 
Mout bien cuida anoir luitic 
Quant il fu au soir anuitie 
Desus li se prist a leuer 
Silli a dit sans plet sans noise 
Ghanmel ne sui ge bien cortoise 
Quant ie de toi greuer nai cure 
Li chanmel li a respondu 
Je ne sui pas souz toi fbndu 
Tu nies fort ne pesant He dure 
Ton fes ne ddut ne tes menaces 
Mes toute voiz moult tereifs graces 
De ce que tu me yieuz offrir 
Quant tu sauz sur moi enniron 
Je ne te sens plus cun siron 
Por toi ne puis nul mat boffrir. 

La sentence de la fable. 

Geste fable puet estre escripto 
Por ceus qui ont force petite 
Enfans i puent bien aprendre 
Autant lor ^audroit sor enclume 
Esprouuer force et pesantnme 
Comme il feroit au fors gens prendre 
Moult est fbl oil qui estendeible 
Sa plus fort de lui veut luitier 
Mieuz li vendroit soi alenthr 



Digitized by 



Google 



48 
Gar trop sen porroit repentir 
Ainz que venist a la nnitier. 

Perpendat idem sic plurimis inutilis ista 
Nee putet eximios ledere posse viros. 

34. B011 fcntre et it* ilttembro. 

MOut me semont foible nature 
Que ie die par auenture 
Dou cors et des membresle conte 
Or entendez bien la matire 
Et nest mie des autres pire 
Oir et rien entendre est honte 
Les piez les mains les membres toz 
Estoient corrouciez tretouz 
En cest siecle heent leur vie 
Ne voloient pestre lor ventre 
Mes maudient quanque eus entre 
Tant ont vers le cors grant enuie 
Le ventre se prist a complaindre 
Et de fain malement restraindre 
Bien sembloit que fust en compresse 
Bien paroit au fez et au diz 
Que nestoit pas mout resbaudiz 
Mes mout de ses coustumes lesse 
Les membres ne se porent tere 
Gar point ne leur plet son afere 
Trop est plain de ribauderie 
II li ont dit com forsenez ' ' . 
Tu es cheitif et mausenez 



Digitized by 



Google 



49 
Et glouz et plain de lecherie 
Nos te portons nos te lauons 
Et donnons ce que nos auons 
Et por toi sommes en grant paine 
Pance nos te fesommes viure 
Et quant de lordnre ies deliure 
II nest riens qui de toi pis vaille » 
Ne qui tant por autre trauaille 
Tant soit ores seriant ne mestre 
Nos te seraons comme seigneur 
Nus ne porroit trauail greigneur 
Auoir pour nul autre home pestre 
Vns home deuroit moat lautre amer 
Qui iroit pour lui a la mer 
Et es chans les oisiaus chacier 
Tout ce fesons et cortiuons 
Les biens dont nos te rauiuons 
Tretout nos conuient porchacier 
Tu maines vie de mastin 
Tantost com lieues au matin 
Tu es tretout afameilliez 
Lors te donnomes a mengier 
La midi tout par dangier 
Tant que tout es assoumeilliez 
Quant vient au soir autant demandes 
A mengier de bonnes viandes 
Ne ne puez estre raempli 
Nus ne porroit mie penser 
Que te conuient ne dispenser 
D te conuendra metre empli 
Chose ne fes male ne bone 

4 



Digitized by 



Google 



5o 
Et si prenz bien quant quen ie donne 
Ne tu ne veuz riens deseruk 
Honi soit cil qui taut deueure 
Quant il volentiers ne labeure 
Or te puez dcs or mez seruir 
Le ventre a grant piece orillie 
Que ses inembres lont auillio 
Et ledengie tout sanz deaerte. 
II lor respondi corame sage 
Quant engabois mout grant outrage 
Et sanz doraage et sang grant perte 
Seigneur dit-il ie ne talaat 
De ce que vos alez parlant. 
Quentre vos mi seriant soiea 
Menti auez et affabli 
Me sui votre serf establi 
Por ce en despit ne maiez 
Sachiez ie vos rens la vitaille 
Que li queux par deuant vos taiUe 
Quant vos lauez en moi outree 
Que cuidez vos quelle deuiengne 
Ne cuidez pas quel ie detiengne 
La viande en moi aooutree 
Ie vos sers de mout grant seruise 
Et bien mauient a grant deuise 
Gorroucier ne vos veil noublier 
Por ce vos rent en repontaille 
Ge que cbacun de vos me bailie 
Parmi le fons de mon doublier 
Mon vusier sueffre mout gr&ot peine 
Pour rendre vos la vie sajnne 



Digitized by 



Google 



5i 
Autrement fussiez touz pprrjz 
De la viande bonne pert 
La cresse tout a une part 
Dont vos estes soef norriz 
Dont le mauues babundement 
Met es boiaux dou fondement 
Par les veines le bon atret 
De ce que tome a norreture 
Par viue chalor de nature 
A chacun donne sans retret 
II nest ni saunier ni sueur Cr / • 
Qui tant ait trauail de sueur 
Com ie pour vos ce nest pas fable 
le nen veil tesmoins seculiers . 
Fors visier et boiaux culiers 
Se ie vos sui bien profitable 
Encor ne dit lenfermetez 
Que par outraige en raoi metes 
Quant ie menie outre mesure 
Plus y a dune maladie 
Ie ne pas tens que ie le die 
Or meidiezdonc par droture. 
Les membres tiennent par paroles 
De lor ventre tout a friuoles 
II ne li veulent plus tenir 
Sa coutume ne mambornir 
Car trop conuient a li fornir 
Pour gouuerner le et soutenir 
Le ventre fu chetif et raeigre 
Les membres nen sont pas alegre 
Mes mout sont foible deuenuz 

4. 



Digitized by 



Google 



5a 
An ventre donnerent a boiure 
Et a mangier meilleur que poiure 
Quant il se virent si menuz 
II ont lor ventre confbrte 
Par mengier sest biau deporte 
Gar mout li estoit sauoureus 
Quant il orent empli leur pance 
Bien se ioassent a la dance 
Tant se sentirent viguereus 

La sentence de la fable. 

La fable don ventre et des membres 
Gommande que tu te remembres 
De celui qui bien te fera 
Et qui bon conseil te donra 
Car grant bien venir ten porra 
la celui si fol ne sera 
Saucnn home taide a viure 
Et tu ne veus son conseil suiure 
Bien i porras auoir domage 
Quant tu la perceuras 
Des ores en auant recenras • 
Le conseil don prodome sage. 

Sic qui contempnitdantem sibi commoda vite 
Admonitu dampni rursus obaudittL 

35. Be la flie et be *a queue. 

Pie porte moult belle queue 
Vne sen va crolant la queue 
Desns vne basse riuiere 



Digitized by 



Google 



53 

Tantes fois com seoir vouloit 

Tantes fois sa queue crouloit 

Trop en despisoit sa maniere 

Vne grant mer prist a passer 

Ne se cuida en vain lasser 

Bien cuide lessier sa coustume 

Quant el fu a la riue estrange . 

Dit que sa tache ne change 

Que mieuz voudroit estre sanz plume 

Tout maintenant sa queue crole 

Ele se tint toute pour fole 

Si a dit mout sui esbahie 

Ie cuide par deca la mer 

Ma teiche changier etamer 

Plus que deuant lai enliaie. 

La sentence de la fable. 

Or entendez freres et suers 
Vos qui les volentez des cuers 
De legier ne poez muer 
Sestes gens de religion 
Ne vos deuez ia tresmuer 
Ainsint est de la gent du mondo 
H ne doiuent pas passer londe 
De mer sil ne muent leur teiche 
Des cuers <juil conuient auoir fermes 
Autrement plorroient a lermes 
Et ardroient comme la raeiche. 

Sic loca non animum mutans componere more? 
Qui putal incasswn transferal illeftetum. 



Digitized by 



Google 



54 
36. JEhm Hint tt btni Cl)ien. 

YN ioui* auint pat auenture 
Gun lou tenoit de sa patufe 
Sencontre. 1. chien eras et forili 
II li a dist di moi biau frere 
Dont viens tu pat 1 lame ton pere 
Qui ta touz iours si manborniz 
Li chien li a rendu reson 
Ie vien dit il de la meson 
Mon seigneur qui oomble et rich* 
Ie menie tant a plente 
Que tout sui des entalanto 
Au soir en la granche me fiche 
Tout tart par nuit es huis bairons 
Ie ne faiz fors chacier larrons 
Que mon seigneur le suen ne perde 
Mout maime mon seigneur et enneure 
Et me mande en tens et 6n eure 
Se conchiez sui qui me terde 
Gertes ca dit li lous hure 
Plus que moi ies beneure 
Quant tant az biens sanz trauailler 
Mes de ces liens me raconte 
Que tu as ou col a grant honte 
Trop men sui pris a merueiller 
Gil dit de iorz sui atachie 
Gar iauroie tost detrenchie 
Li gent qui leanz vient estrange 
Iaboie souuent car ie doute 



Digitized by 



Google 



55 
Quen ne face chose qui couste 
A mon seigneur par mauues change 
Li lou li di alas amis 
Tu ties en trop man point commis 
Ta chose me semMe trop dure 
Quant tu sers ainsi por ton ventre 
Chier gaaignes ce que i entre 
De tel seruise naige cure 
Se eras estoie et saoule 
Trop me tiendroie abouie 
Se ie seruoie estroit lie 
Iaimo mieuz. 1 » pou megrement yinre 
Et auoir volente deliure 
Ou ia mon cuer ne sera lie. 

La sentence de la fable. 

Or entent ca par amitie 
Tu qui de ton yentre as pi tie 
Se veuz pestre a grant deuise 
Sa vente veus ton yentre offrir 
II te conuendra trop souffrir 
Et estre de trop grant servise. 

Quisquis dura pati vult causa ventris auati 
A nobis did sentlat ista sibi. 

37. ©ou %m et ie la goucu. 

VN lyon vint en yne fosse 
En. 1. lit de paille escosse 
Endormiz et assommcilliez 
Mout cuida dormir a priue 



Digitized by 



Google 



56 
Souriz ont a lui estriue 
Vers loi queurent moat baaz et liez 
H nont pas paor de morir 
Vers le lyon prist a coarir 
Lim qui folement sembati 
II le sent si sest eueilliez 
Onques ne sen fa conseilliez 
Belement au pie labati 
Me vienz ta dist-il gaber 
le tocirrai ia sanz merci 
Cil merci crie et la flate 
Esparne moi fort lyon noble 
Des bestes contentinoble 
Sai la plus plaine de laate 
Certes ne sont pas de ta proie 
Moiniaus ne souriz ne lemproie 
Mes ces toriaus et ours sauuages 
Soit au lundi ou au mardi 
Afiert aprendre as bardi 
Con tu es et de fier corage 
Se ie me sui delez toi mise 
Assez as yeniance et ioutise 
De tant com ie paor eu 
Li lyons le lessa aler 
Tout le quita par biau parler 
Et par flater la deceu 
Li lyons par le bois traca 
Et dedens. 1 . laz se lanca 
Quant plus se prend et plus se tire 
Onques ne sot tant estriuer 
Qui! peust le laz eschiuer 



Digitized by 



Google 



57 
Moat fu dolens de son martyre 
Parmi le bois chacune beste 
Porce quil est pris fet grant feste 
Gar ceus quil prenoit deuoroit 
La souriz quil ot respitie 
Senlement ot de lui pitie 
Porce que duel se moroit 
Lyon dit il grant et tretiz 
le sui toi mout petiz 
Et si te sauuere la vie 
Soz le lyon se yet plungier 
Les laz au denz print a rangier 
Tretout deliure le deslie. 

La sentence de la fable. 

Geste fable dou lyon 
Ne veut pas que nous oublions 
Geus qui ont eu de nos merci 
Le grant doit deporter le mendre 
Se oil tantost se veut deffendre 
Trop a le cuer fel et nerci 
Ne cuidez pas que len ne truisse 
Aucun petit horame qui puisse 
Le grant aidier et conforter 
Tel nest pas plus grant dune escorce 
Qui bien nuit par sa poure force 
Et bien puet aide porter. 

Qui legit ista potens minimis quoque parcen discat 
Cum magnum minimus scepe iuuare qucaU 



Digitized by 



Google 



58 



38. Bon {loon rt font Emuignol porce qtu tl)trun 
fott eouffire. 

LA fable ne vos soit celee 
Dune dame qui apelee 
Iuno estoit de toute gens 
Gelle dame auoit. 1 . oisel 
Acesme comme. 1 . demoisel 
Gest li poons qui est moult gem 
Li poon plaindre se vouloit 
De ce que li rousignoloit 
Chante de li trop plus seri 
Iuno le vit moult desloer 
Mes elle prist raoalt a loer 
Par ses paroles le guerpi 
Ele dist quil estoit grant et biaus 
Plus que tretuit li oisiaus 
Et moult a cortaise maniere 
Les plumes de ces autres pennes 
Vers les seues portent reuennes 
Et la chiere a droite et fiere 
Biaute dit il que me profite 
Quant vne beste si petite 
Ma vaincu par son cler chanter 
Iuno respont ce fist nature 
Qui donne a toz grace et droiture 
Tout en. 1 . ne la vout planter 
El te donna clere facon 
Greigneur biaute qua limacon 
Tu es plus biau quautre volaille 



Digitized by 



Google 



5$ 
Li corbiau par son chant deuine 
Li koc qui de chanter ne fine 
Les eures de la nuit retaille 
Le rousignol a coronne 
De chant mout bien a donne 
A chacun son delit par droit 
Gar se chacnne creature 
Nauoit son delit a mesure 
Lun pour lautre denuie ard. .... 
Nature qui est preuz et . . . . 
Ne mande par moi en mes. . . . 
Que ie te loe moult. . . . 

De son don 

Ortepri 

A ce 

Lexposicion de la fable. 
Geste fable nous amoneste 
Que ce nest une chose honeste 
Dautrui bien conuoitise auoir 
A chacun doit son bien soufire 
II natend pas quautre en ait le pire 
Tout ce poez voz bien sauoir. 

Torqueri nos isia bonis prohibent alienis 
Et bona sufjiciant ut sua cuique montnt 

39. 3Je ropela la ctjteure et be *<m b*c pov 
lobebteive be pert et were. 

VN prodome menoit sor bieure 
En sa meson ot vne chieure 
Qui voloit aler pestre es prez 



Digitized by 



Google 



Go 

Son bone a deuant acointie 
Qui pour le lou soet apointie 
Vers loi tant quil soit auesprez 
Fils dist elle soies soutil 
Garde toi dou mauues outil 
Dou Ion qui toutes uos estrange 
Auant le cop bien tamoneste 
Ferme luis de ta mesonneste 
Et soies empes en vn angle 
Ne croi celui qui diex maudie 
Tu feroie grant ribaudie 
Mes soiez sages et loirriez 
Se tu croiz ses diz et ses oeuures 
Et par son art ton huis li euures 
II taura tantost enuoirriez 
La chieure dilec se depart 
Tantost vient li lous celle part 
Si com si li fust recetable 
Biau filz Jfet il ie sui ta mere 
... . toi ne fui oncques amere 
...... moi luis de notre estable 

a toi parler 

alaler 

garde 

Le bouc fu sage et afertie 

Bien set que cil la agueitie 

Par la creuace a regarde 

II li a dit sire traitres 

Par voir onques ne me yeistes 

Nonques ne fustes ma norrice 

Ma mere est blanche et debonnaire 



Digitized by 



Google 



6i 
Vos portez groing et teste noire 
Et dens cuisant cornier de grice. 
La sentence de la fable. 

Enfant doit bien croire son pere 
Et sa mere quil nou compere 
Puisquil est a ago Tenuz. 
Sen li ne pnet mestre fin 
Et il se torne a male fin 
Vers dieu ne sont de rien tennz 
Se leur enfants fet grant semille 
Et il hante hasart et billes 
Ne lor conseil ne veille croire 
la pais quilne sen veut retrere 
Vers ens ne le doinent atreire 
Ne dou yaillant dun chou retraire. 

ConsiUis nos ista monent parere parentunt 
Qui nostre euros utilitatis habent. 

40. »<ro fioltil et ie fyitv qui est por tt que ten 
nefcritpor finrte t oiujuerre yor qutn le yuteae 
fax eortafete atiotr. 

VN prodome auoit. 1 . mantel 
Quil acheta a froit mantel 
Chant estoit et de gros burel 
Bien sauez paisanz dorli 
Estroit lot vesta entor lui 
Ne sout pas plain de li dnrel 
Mes iupiter et li souleil 
En riant lagietent don lueil 



Digitized by 



Google 



6a 
Entor lui se sont areste 
Ie metroie ie li toudre 

Ici s'interrompt le manuscrit dont l'avant dernier 
feuillet a ete enleve. Le dernier feu Met , qui n'est ecrit 
qu'au recto , porte Pepilogue suivant qui paratt com- 
plet. 

CElui qui naara finement 
Venir nos face a bonne fin 
Ausi come au commencement 
Le priames deuotement 
Gar mes essamples ci defin 
Sachiez trop criens auoir muse 
Por tant com ie mon tens use 
A fere tel translation 
Trop i conuient mestre grant tente 
De moi conqueutiz et entente 
Et grant ymagination 
Ne pas por ce ie ni ai pas ' 
Plus de* xv. iors cntrepas 
Este en iceste kerelle 
Et au festes apres repas 
One par voie ni gaste pas 
Pour iouer a ieu de merelle 
Mes nus ne doit la corde tendre 
De larc tant quil le face fendre 
Ne prestre perdre son escole 
Ne ie ne doi ci tant entendre 
Que me face a mon mestre aiendre 
Et ie perde mon escole 



Digitized by 



Google 



63 
Tout ce ma mande aristote 
Que ie ne fosse ydyote 
Et que ie lessasse a rimer 
Dit ma que ia prenge sophie 
Et la soe philosophic 
Se ie ne veil coudre ou limer 
Pour ce voil de vos pardon prendre 
Se ie faiz des diz a reprendre 
Je nen puis mes car tiex paroles 
Gouient en les limeter 
Ses vos meismes les imetez 
Entor iroiz com les queroles 
Ie nai translate que ysopet 
Mes trop les suit au galopet 
Vn petit liure auionet 
Mes aristote me detire . 
De gre feroie la matire 
Se il le congie me donnoit 
Mes dautre part de dagoubert 
Songie qui tenoit pour foubert 
Tel fablierre et tel causidique 
Mes respon la chose ocure 
Qui est tesmoing apert a grant cure 
Dit aristote en veil atthique 
Dagoubert voirs est ce sont fables 
Mes ie bons tesmoins estables 
Toutes viennent a verite 
Dex les nos face profitables 
Et que soions tuit pardonnables 
Ou ciel de la soue herite. Amen. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



!V/f 



c^ 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



mi- 



Digitized by 



Google 






COLUMBIA UNIVERSITY LIBRARIES 

This book is due on the date indicated below, or at the 

as ^^ p er j 0( j after the date of borrowing, 

>brary or by special ar- 



pvrnrji 



E5^ 



*K 


A 1S^=*» -tiwJL 


* 


^ ~£ 


, 


^ 


t-i&t 




S^t^f 




"^^ ^* ">^- 


, *¥■ 7 2^> 












7 % ' i 


1 


A m ^|*X» 


% 


i^fe 








I 









•,->»> Jft v j ■ 



PZgfQ 















'«&SiT 



"T9 



& *>< 



■ 



jKh 



*2EW