(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Philosophie zoologique. vol. 1"








J 












w 











PHILOSOPHIE 




D 



ov 



Exposition 

^considerations relative* a Thistoire nalurelle des Anitnaux; a la 
diversite de leur organisation et des faculte's qu'ils en obliennent 5 
au X causes physiques qui maintiennent en eux la vie et donnent 
lieu aux mouvemens qu'ils execulcnt; enfin , a celles qui produisent 

!es unesle sentiment, et les autres I'intelligence de ceux qui en 

sont doue's : 



par J. B, P. A. LAMARCK, 

Professeur iJe-Xoologie au Museum dUisioire Naturelle , membre de ITitflitat de France rl 
de la Legion d'Honncur, de la Societe Philomaiiqae de Paris, de celle denaturalizes dc 
Moscou , Membre correspond am de l'Acade.mie Eojale des Sciences de Munich , de la So- 
ciete des Amis de la Nature de Berlin , de ia Societe Medicale d'EmuIalion de Bordeaux , 
de celle d' Agriculture du department de 1'Oise, de celle d'Agrieulture d*. Lyon, Associt 
libre de la Socitte libre des Pharnfaciens de Paris, etc. 



BoutJclle Litton* 






TOME PREMIER,^ 



PAMS. 

J. B. BAILLIERE, LIBRA1RE 

DE l'aCACEMIE ROYALE DE MEDECI1VE, 

RUE DE l'eCOLE DE MJEDEG1NE } N°"l3 ( BIS ). 

EONDRES. Memc Maison , 3 Bedford street, Bedford square. 
BRUXELLES. Au Depot de la Librairie Medicale Fran^use, 



1830. 






%* K. 







=*» 













































P 




■11 




* ••%• 






8-8 



;£8 * {HO up 9iu < 9Jn?pudoad 'roipH 
<oja« H np nuib 'aojounHoo op ^noo 4om 







* 



wupy-oxij np 9 lu < jgtssinq 'noppij 



• 1 » " Rta^rJtHBg 9iu 'jnajaeooaq < uip /9H 

'8 1 c : 3sioqon.i?3 p^A^noq < uaurcqo < pieip?g 

•,09 -' x;oa3-^uii7g aai <J9JU9 .111911.11104 'p.nnp?H 

ausiu^p M ' ui?Doui-sjiioujno| «ot 49 pins p,rc,ip£H 

•£J ' Sanocpqoi^ pnjf j onbijijiuujp 94S14JU 'jojroif 

/ 89 ' S9uiji?3 sap 911.1 < jii9aiu8 c wcpu 
'81 'supsnSny s?p 9iu 'ps 9p pueqaii>tii ^jdq^g 
^M 9 1 ' oi[iAup?^iuj^ 9iu ' joSopoq < 9Jdq^n 

• frj .' SJUQ ?IU? 9ljj ' J9lSS[liq ' 4Joq?H 

•^ c 9Jipj9j onj < J9T3U9U7J t ^uve spj &!9q9l| 

'96 K^HIAr*pjB^ 9n j ' aoipnoq ^Joqpg 
•fr c oxio^-^p-ivogj 9p 9uj \ xnuADqo 9p irumoj ^dq'aji 



i 



'i6 'S9UUR3 sap wu < 9j?pj9iu < ( 9{I ivO WcpH 
*8t ^[p TO * U0 J 9 P 9ru '*iaunjLi9s ^aqajj 

*8g c 9uisioaii\;o$] l 911a £ s9[io}op pucqojum '-Mocpjj 
•Ql 'sjgiqjug sop 9tu <«9|qn9iii9p puvupjimi *:p»q9|| 

•fe V'PNI ' map? < ( -a-'S ) Uocpil 
8S C ' iao X"°lIP!A- 9SSl ' c <I '$apu9iBj 9p ojr.iu '(aipuy) l^qpjj 

f ' 99JJ9j[-9q9Ul?[ c I 911 J ' J9U11'4UT9'4 i 4^i9qpjj 
;# C 9UpC)J 9p 9I1J «9J9l}U9J < ( 9A119A ) ^I9q9j[ 



*8 



J ' 9^9lOI«Q 9L1J <.I9pU9.l ^J9q?JJ 



J r 






*l\ ' S.aioqoqonj 911 j f 



SS* 



9JIl?4pudo.ld < ^J9q y 9JJ 

;g( 49 f u U9ii|3-9p-pi[j np onx < 9j;in9ijdo.id f W<q?H 

"f (J J ' 9UH>IOAllU9£[ 911 J ' Olliqpudojd ' 4.I9CJ9JJ 

"^ f SJUQ Xritf 91.1 J *UI99p90I c )J9q9]j 
" J 2 ?° 6 J ? 9 r I-^ u P-S 9RJ 'S9JIF40U S9p U9i"op c '4J9q9J[ 

*l J L fc 9U94Utt£) ona 6 (1A19 p?un([U4 nc 9110M? c )ioq^|] 
r-gj { Uv)no-4iiu?g 99i?[d ' icu np .ui9JH9cud c ').ioq9H 

i:ih 



9TDO! 



•fs' 



• 



9^1 



f Zi 



■ 



•5 
•J '91 

•8C' 

•0 



^H 





■ 



' Z \ c s P'l* 7 d" xll9 !A lI P 9W * ojiLqpudojd i ony 

'G c siuAJ9^-^up§ 9iiJ 94y49d £ 4ucouqi?j 'XqoiiH 

•'^q j. c siuujua-s.uog S9p 9iia c J9Tpuuo^ £ aiAviTjg-aoqonn 

•^9 £ siiiQ xni? 9nj £ J9issmq 15 iKnpiijj 
' L2 c 9J9U0uy 9na c s<iaup ' 9Ssbj\[ ^9 .i9q9nji 

\ J9qoriH 
•9^ c j[9A9§-4uii3S 9iu ? 9a9§m| c ( ora W ) J9ipjoo-iJ9qnif 



" 8 C x [ 11 l7 ,I S3 P on ^ * J9JUIBJ9 




•Q|: £ s9[ti9j^ xiii? renb £ S9[ii9ax 9p puuqoauui ' iJ9qnjj 
* J Z I c s^uBjug-suo^ S9p 9ii a ' sioq U9 an9uano4 c )J9qn|{ 

• J |[ t U9nQ-^un?§-9iJ9q9iiog[ ^ jgqonoq f, 4J9qiin 

"8C < 9.J9i0J9 c j[ 9na ^T9iauopaoD £ 4J9qil|J 

*g I c ^ii[Ug-4T49^[ np 9ri j '4m?po§9ii c 4J9qnjj 

• I c 49pnoqi\[--4Uojv[ np 9iiu9Ai? c aoi4U9J c 9tr|B 4J9qiin 

'II c 9SioqoiiB3 pjUAopioc :^9Jit?49tidajd ^J^qnH 

8 C 9US6§J3 V[ 9p 911J I 9p?A*(Xl ail- - - .T9iri9SaOO C 1.T9CI11* 



•11 : 



•qci ' 



*91S 



C 
^ 



'92 4 S91 



f o 







\ 





















1 










NEW FRENCH AND ENGLISH PUBLICATION! 









EXTRACTED FROM THE CATALOGUE OF 

■ 

J. B. BAILLlfcRE 



5 



FOREIGN BOOKSELLER AND PUBLISHER, 



219, REGENT STREET, LONDON 



In October will be Published, in I vol. 18 mo. Price 3s. 6 d. 






ILLUSTRATED WITH WOOD-CUTS. 







RITIS 




ANNUAL, OR ALMANAC, 



AND EPITOME OP THE PROGRESS OP SCIENCE 




EDITED BY ROBERT D. THOMSON, M.D 



EDITOR OF THE RECORDS OF GENERAL SCIENCE, 






1 






The popularity which has continued to attend the annual puhli cation 
French Annwirehhs led to a belief that a similar work in the Enerlish Is 



of the 



anguage 



jvill meet with adequate support from the British public. The British Annual 

as therefore been projected with the view of supplying an Annuaire to this 

country. Instead however of confining the plan to that followed in the latter, it 

s been thought adviseahle to present in the pages of the British Annual an 

P vOme of the recent discoveries and improvements in such branches of science 

** s are advancing with the greatest rapidity. It was originally intended that this 

tVi ? ^ e work should have been considerably extended, so as to have included 

e w hole range of the physical sciences. The expense of such a plan, and the 

^sequent increase in the price of the work have however presented an obstacle 

^s adoption on this occasion : the success of the present attempt will point out 

p tar tne plan may be extended on a future opportunity. 

Contents :— The first part will consist of a calendar, prepared by W. S. B. 
Woolhouse, Esq. F. R. A. S. Head Assistant of the Nautical Almanack estab- 

of d^r nt 5 this wil1 be foll ° wed b Y tables of Weights and Measures, and Coins 
pon i r - 6nt countrie s— tables for the measurement of Mountains — tables of the 
listT f tl( L n ° f various countries— tables of atomic weights and specific gravities 
^th P ro:fess ors of British and Foreign Universities, with their incomes as 

astfteycanbe ascertained— -tables of the heights of mountains, &c. 

a tie second part of the work will contain : 

A^Kecent progress of Optical Science,by the Rev. Baden Powell, M.A. F.R. 
Tr ^T Pr ° fessor of Geometrv in the University of Oxford. 






II-M 



** — ^agnetism, by T. S. Davies, Esq. F.R.S. of the Royal Military Academv, 

vvoolwich. • 



HI 



hv m , x P er ^ m cnts and Observations on Visible Vibration and Nodal Division, 
lj y Charles TnmKr^^ ^_ _-.i , ___^ 



IV 



Tomhnson, Esq., with wood-cuts. 
T ea1 A • ent P r °gi*ess of Astronomy, by W. S. Woolhouse Esq. 
vLIf * * of the Na ^tical Almanack Establishment. 

decent progress of Organic Chemistrv, bv Robert D. Thomson, M 



F.R.A.S. 



7 













^ 









* 





OUTLINES OF COMPARATIVE ANATOMY. 



BY R. E. GRANT, 



! 



PROFESSOR OF COMPARATIVE ANATOMY IN THE UNIVERSITY OF LONDON. 

PARTS I, II, III. Containing Osteology, Ligaments, Muscular and Nervous Systems.| 
Organs of the Senses, and Digestive Organs. Illustrated with 118 wood-cuts. 8vo. 16s 

%* Part IV and Last, to complete the Work, will be published before the end 

of the present year. The Price of the whole will be £l 4s. 



O 






THE ANATOMY OF THE REGIONS, 

Interested in the Surgical Operations performed on the Human Body, with occasional Vi 
of the Pathological conditions, which render the interference of the Surgeon necessary. 

IN A SERIES OF PLATES, THE SIZE OF LIFE, 

by J. LEBAUDY, M.D. 

With Additions, London/ 1835. £l 4s. 

An a series of plates, we admire the execution of Mr, Lebaudy's work, both for clearness and accuracy. »— Forbes 1 
British and Foreign Medical Journal, July 1836. 






ON BLOOD-LETTING. I 

An Account of the Curative effects of the Abstraction of Blood ; with Rules for employing 

both Local and General Blood-letting in the Treatment of Diseases. 

By JAMES WARDROP, M.D 

Surgeon to the late King. 12mo. London 4s. 



* As a summary of our opinions of Dr. Wardrop's Treatise, we are compelled to say, that it comprises mut 
udicious and valuable matter."— Forbes' British and Foreign Medical Journal. July 1836. 



A THEORETICAL AND PRACTICAL TREATISE 






ON THE 

■ 

DISEASES OF THE SKIN, 

BY P. RAYER, M.D. 

PHYSICIAN TO THE HOPITAL DE LA CHARITE, PARIS. SECOND EDITION. 

Remodelled and much enlarged, in one thick volume 8vo. of 1,300 pages, with Atlas, royal 

4 to. of 26 Plates, finely engraved and coloured with the greatest care, exhibiting 

400 varieties of Cutaneous Affection, £4 8s. London. 1835. 
The Text separate, 8vo. in boards, £l 8s. The Atlas, 4to. separate, in boards, £3 10* 

« This is an incomparable work on Cutaneous Diseases. Some notes are added by the translator, Dr. Willis » 
Medico-Ckirurgical Review. JulylSSo. 

Je dois 
dela V 

la generality dTes'maiadierde la jFeau ; U les "a gfoupTs dans an ordre systematique pour en faciliter le diagnostic ;e| 
-•*——■ * « - yontete representees avecunefidehte, tine exactitude etuneperlectionqu oi 



P 







'aiouterai que leurs di verses formes y ont ere repr . , 

n'avait pas encore Q.tteintes»~Bricheteau, Arcnives Generates de Medecme, Juin 1835, 
« We believe this to be by far the most complete work on the skin which exists in any language 



The Atlas is 



tht 



cheapest work we have ever seen, as it contains twenty-six beautifully coloured plates, each containing numerous 
figures-"— Medical Gazette, June 27, 1835, - . . . . . , . | 



ou§o8l[) 























A POPULAR VIEW OF HOMCEOPATHY, 

Exhibiting the present state of the Science, by the 

REV. T. R. EVEREST. 



RECTOR OF WICKWAR. 






IS. 



Second Edition, Amended and much Enlarged, 8vo. London 1836, 



Price 6sj 



, 






Iws 






A PRACTICAL VIEW OF HOMCEOPATHY, 

Ur an Address to British Practitioners on the general applicability and superior efficacy of 

the Homoeopathic Method in the Treatment of Disease. With cases, 

BY STEPHEN SIMPSON, M.D. 

Late resident Practitioner at Rome. 
8vo. London 1836. 9s. 






■es 



.» 






"g 



THEORETICAL AND PRACTICAL COMPENDIUM OF 

LITHOTRIPSY, 

OR REMOVAL OF THE STONE WITHOUT INCISION. 

With numerous Wood-cuts, representing all the most important instruments and 

Improvements to the present time. 

BY HENRY BELINAYE, Esq. 

Surgeon extraordinary to H. R.H. the Duchess of Kent, Medical Officer attached to the 

Embassies of France and Austria, 8vo, London 1836. 6s. 



\ 






v 




) 









! 









lUC 1 



WEBER, ANATOMICAL ATLAS OF THE HUMAN BODY 

IN NATURAL SIZE. 84 Plates Folio and Text, 8vo. London 1836, £7 7s. 
The Vllth and last Part to be had separately. Folio and Text 8vo. £l Is. 










ya 



SHORTLY WILL APPEAR, THE 



PHARMACOPOEIAS OF THE METROPOLITAN HOSPITALS, 

With general views of the Medical and Surgical Practice followed in these 

Establishments — Tables of the Principal Diseases— Ratios of 
Mortality &c. In 1 vol. 18mo. By A PHYSICIAN. 






I 







J 



». 



Eluding the his 



ELEMENTS OF MIDWIFERY, 



acW 









ft 

c ;€l| 

u'oil 

stlid 
irou> 



STORY AND TREATMENT OF THE DISEASES OF WOMEN AND CHILDP^' 

By Dr. ROBERT LEE, M.D. F.R.S. 

Physician to the BritiMi t. a„~ • tj .. , , T * ™-.i •* . c George's Hospital 

ac ■ DritlSu ^ying-m Hospital, and Lecturer on Midwifery p* ° ' 



In 1 vol, 8vo of 600 pages, Illustrated with F 



, ^u-cuts. 
















I 









MEDICAL BOOKS 



LATELY PUBLISHED BY 



J. B. BAILLIERE, 219, REGENT STREET 






Anatomib Patholog-ique du corps humain, ou Description et figures colons dp* HU-. « e 
alterations mcrbides dont le corps humain est susceptible ; par™!cSSn£j Pro^s^ur 
d Anatomie Pathologique a la Faculte de Medecine de Paris. Cet SJ^mWUm 
tiZlT 0aS ,' ?? m P°*« e chacune de 5 d 6 feuille * de *«te in folio, grand ra£2 ftla et 5 

planches colonees avec le plus grand soin, et de 6 planches lorsau'i tn'« \ Jj 1 >, 
partie colorize. Paris 1835. *Prix*de chaque livraison, uT ' q y ""* qu Une 

24 Livraisons sont en vente, et 20 complet le tome I. 

decine de Paris, recueilli 



Axdral, Cours de pathologie interne, professe a la Faculte de Medeci 
et reuige, par le docteur A. Latour, Paris 1836, 3 vols, in 8vo. 1Z. 4*. 



Anglada, 

la Da t hoi 



ikl 



siologie 
















1R- fi P„fcisi ? i o '• * ,e, "-" ucn aieiiitj vwerme. iiuitieme annee de publication 

1836 Public tons les 3 mois par cahier de 15 a 16 feuilles 8vo. 250 pao-es avec les nlanches 

gravees pnx de l'abonnemeut per An. 1/; F ° JM P lancties » 



Archives et Journal de la Medecine homceopathique, public par une Societe de Medecins 
de Pans, 3e annee de publication 1836 les archives paraissent regulierement tons S 
mois par cahiers de 5 feuilles in 8vo, pnx de l'abonnemeut pour \u\ an? 1/. 

Bayle, Bibliothdque de Therapeutique, ou Recueil de Memoires originaux et de Travaux 
anciens et modernes sur le Traitement des Maladies et l'Emploi des Medi, 



8vo. II 2s. 



Medicamens, 3 vols. 



3!'fH homceopathique, on recueil de toutes les observations pratiques, publiees 
jusqu A nos jours traite par la methode homceopatbique. Paris 1836, cet ouvrage sera Dublil 
par livraisons de6 feuilles in 8vo. 6 cahiers formeront I vol. in 8vo. prix 9*. 

3 livraisons sont publiees. 
Beainvilee, Cours de Physiologie generate et comparee, Paris 1833, 3 vols, in 8vo. 18v 

B "n"ffich?P^S ! MS6 S 3J , S. I)e,,ta!^e, C ° nSid6r ' e dansl ' homme et les anima«x,8vo.avcc 

* 

- Traite d'Anatomie topographique, ou Anatomie des Regions du Corps humain 
, 1 vol. 8vo. et atlas de 20 planches, fol. Paris, 1834. \l 3s. P mimaii., 



2e Edition 



le meme, figure col. 21. 



a la faveur 



de l'Autoplastie, on Restauration des parties du Corps qui ont ete detruiles, 
d'unemprunt lait a d'autres parties plus ou moins eloignes, 8vo. Paris, 4* 6.) 

B °JJ^l u1S?°f al ¥ K Art u d J Axcouehemens, ou principes fondes sur la pratique de 1W 
picede la Matermte et celle des plus ce ebres praticiens nationaux et etrangers, avec 143 

" rt>s representant le mecanisme de toutes les especes d'accouchemens. Quatriei-e 

i, augmentee. Pans 1836, 1 fort vol. hi 8vo, en 2 parties. 14*. 



gravui 
Edition 




ti n« ™ ti f *a & 4 } P lanches in -f°}; gravees et colonees, representant les principals altera- 
tions mm bides des organes genitaux de la femme. Paris 1833in-fol. avec explication. 3/. 

B ~~Vonvrage complet pris ensemble, 2 vols, in Svo. atlas in-fol. 31. 10*. 

* f* 1 ™' Trait e cliuique des Maladies du Cceur, 2 vols, avec 10 Planches. Paris 1835. 15s 



cale, Svo.f 8 ?^^ la Philosophic Medicale et sur les Gen^ralites de la Clinique Medi- 

"^S loot) — y$. 




J. B, 



^ILLIEBE, 21 9, REGENT STREET. 






^ u^ 









MEDICAL BOOKS* 



5 







Bouillaud, Nouvelles Recherehes sur le Rhumatisme Articulable aigu en ge*n6ral, 8vo. 
Paris 1836— 3*. 

Breschet. Le Systeme Lymphatique considere sous les Rapports Anatomiques, Physiolo- 
giques et Patholcgiques, 8vo. avec 4 planches. Paris 1836. 6s. 




Recherehes anatomiques et physiologiques sur FOrgane de PAudition chez les 



Oiseaux, 8vo. et atlas de 8 planches, folio, Paris, 1835. Is. 



nouvelles Recherehes sur la Structure de la Peau, 8vo. fig. Paris, 1835. 4.s 6d. 

Memoires Chirurgieaux sur differentes especes d'Anevrysmos, 4to. avec 6 
planches, Paris, 1834, 12*. 

Broussais, Cours de Phrenologie, 8vo. Paris 1836—8.? 6d. 

Cours de Pathologie et de Therapeutique generates, 5 vols. 8vo. Paris 1835* 2J. 

Exainen des Doctrines medicales et des Systemes de Nosologic, troisieme edi- 
tion augrnentee, Paris 1829—1834, 4 vols in 8vo. \l Ss. 

* 

Traite de physiologic appliquee a la pathologic, 2e edition, Paris 1834. 2 vols. 



in 8vo. 1,3*. 




publie sous sa direction par 
s de P Academic royaie de M6- 
tous les mois par cahiers de 4 




3 vols 8vo. accompagnes d'un Atlas de 31 planches in 4to gravees, 34*. 

Chomel, Lecons de clinique medicale faites a PHotel-Dieu de Paris, recueillies et publiee 
par MM. les docteurs Genest et Requiu, Paris 1834—1836. 2 vols, in 8vo f 14*. 



Separement le tome 2 in 8vo, 7*. 

Civiale, Parallele des dives moyens de trait er les Calculeux, contenant Pexamen compara- 
tif de la Lithotritie et de la Cystotomies sous le rapport de leurs divers procSdes, avec 3 
planches 8vo. Paris 1836—8*. 



f'ttViER, Lecons d'Anatomie/nouvelle edition, 
1 et 2 parties. 8vo. Paris 1836, 1Z 1*. Cett 






>ubli£e par Dumeril et Duvernoy, vols 1 et 4, 
dition aura 8 vols 8vo. 



Iconographie du Regne Animal de M. le Baron Cuvier, ou Representation d'apres 

nature de Tune des especes les plus remarquables, et souvent non encore figuree, de 
chaque genre d'animaux ; pouvant servir d'atlas a tons les Traites de Zoologfe ; par E. 
Guerin, membre de la Societe d'Histoire naturelle, Paris 1830—1836, Ce bel ouvrage a 
ete publie en 45 livr, chacune de 10 planches gravees. Prix de chaque livraison 8vo. 
fig, noires— 6*. Le meme in-8vo, fig. coloriees,— 15*. Le meme in-4to. fig coloriees, 1/. 

Guerin est 

iser avec les 

ajoute gu'iin 

grande partie des 

L'ouvrage est compose de 450 planches ;le tableau sxiiv^in^Tente Pensembie et la distribution de ces 450 planches : 




Mammiferes 

Oiseaux 

Beptiles 

Poissons 

Mollusques 
Annelides 



52 planches 


144 genres 


f Crust aces 


69 „ 


271 n 


| Arachnides 


30 „ 


89 » 


1 Insectes 


2 * 


247 » 


I Zoophytes 


38 » 


264 y> 


1 Portraits. Cuvier 


n „ 


36 » 


1 Latreiile 



et 



36 planches 
6 
110 
26 



» 



150 genres 
30 » 
1000 
170 



» 



r> 



Besrtjelles, Traite pratique des Maladies Veneriennes, ou Expose ^a c { 
des traitemens employees contre cettc Maladie, 8vo, Paris 1836 * 



450 plan-' 

aiverses m£thodes 



J, B. BAIIiLIBRE, 219, RF 



NT STREET 









» 



i 









, H 









' 






























: 




/ 














6 




MEDICAL BOOKS, 



Devergie, Medecine L^ale, Theorique et Pratique, avec le texte et ^interpretation des 
lois relatives a la Medecine legale ; revus et annotes, par Dehaussy de Robecourt, 2 vols* 



8vo, Paris 1836—18*. 



Dictionnaire universel de Matiere medicate et de Therapeutique generale ; contenant 
Findication, la description et Pemploi de tous les Medicaments connus dans les diverses 
parties du globe, par F, V, Merat, et A, J, Delens, D,D, M.M, P,P % Membres de PAcade- 
mie royale de Medecine, ouvrage complet, Paris 1829—1834, 6 forts volumes in 8vo 21 12<*, 

_- de Medecine et de Chirurgie pratiques, par M,M, Andral, Begin, Blandin, 

Bouillaud, Bouvier, Cruveiihier, Cullener, A, Devergie, Deslandes, Duges, Dupuytren, 
Foville, Guibourt, Jolly, Lallemand, Londe, Magendie, Martin-Solon, Ratier, Raver. 

Roche, Sanson, 15 vols in 8vo, de 600 pages chacun, ouvrage complet, bl bs % 



deVIndustrie manufacturiere, commerciale et agricole, ouvrage accompagne 

d'un grand nombre de figures intercallees dans le texte ; par MM, A. Baudimont, BJan- 
que aine, Colladon, Coriolis, d'Arcet, Paulin Desormeaux, Despretz, H. Gaul tier de Clau- 
bry, Th. Olivier, Parent Duchatelet, Perdonnet, Sainte Preuve, Soulange-Bodin, A. Tra- 
buchet, 10 forts vols, in 8yo. figures, 5 volumes sont en vente, prix de chaque, 8*. 



Dupuytren, 

mineet 
Paris 1836. lL 



r.en, M£moire sur une maniere nouvelle de pratiquer Toperation de la pierre, ter- 
publie, par Messrs, Sanson et Begin, Iv.grandfol accompagne de 10 belles planches 




Esquirol, Clinique des Maladies Mentales, Paris 1836. 2 vols in 8vo. figures/(m the press.) 

GeoffROY ST. HlLAIRE, Histoire generate et particuliere des anomalies de Porganisation 
chez Phomme et les animaux, ouvrage comprenant des recherches sur les caract&res, la 
classification, Finfluence physiologique et pathologique, les rapports generaux, les lois et 
causes des monstruosites, des varietes et vices de conformation ou Traite de teratologic 
Paris 1832—1836, 3 forts vols, in 8vo. et atlas de 20 planches. 1/ 7$. ' 

separement les tomes 2 et 3, Paris 1836. 2 vols, in 8vo. fig. 15*. 



Guibourt, Histoire abregee des Drogues simples, 3e edition augmentee, 2 vols. 8vo. 
Paris, 1836, 17*, 

Ho u dart, Etudes historiques et critiques, sur la vie et la doctrine d'Hippocrate, et sur 
Petat de la Medecine avant lui, 8vo. Paris 1836 — Is 6d> 

Humbert et Jacquier, Essai et Observations sur la maniere de reduire les luxations spon- 
tanees ou symptomatique de Particulation ilio-fermorale, methode applicable aux luxations 
genitales et aux luxations anciennes par cause externe, ouvrage couronne par Plnstitut de 
France, Paris 1835, in 8vo. et atlas de 30 planches in 4to. 18*. 

Jourdan, Dictionnaire Raisonne, Etymologique, Synonymique et Polyglotte des termes 
usitesdans les sciences naturelles; comprenant Panatomie, Phistoire naturelle et la phy- 
siologic generates ; Pastronomie, la botanique, la chimie, la geographie physique, la geo- 
logic, la mineralogie, la physique, la zoologie, etc, par A, J,"L, Jourdan, membre de 
PAcademie royale de Medecine, Paris 1834, 2 forts vols, in 8vo, a deux colonnes, 18*. 

Ki£ner, Species general et Iconographie des Coquilles vivantes, comprenant le Museum 
Massena, la collection Lamarck, celle du musee d'Histoire Naturelle, et les decouvertes les 
plus recentes des voyageurs *, par L. C, Kiener, conservateur des collections du Museum 
d'Histoire Naturelle de Paris du prince Massena, membre de la Societe des Sciences 
Naturelles de France. 



esndes 

de l'aniffiiCOte I mdividu au traitde grandeur naturelle. Au commencement de chaque genre, on donnera la figure 

Chaque liW'on y ajoutera, lorsque ce sera necessaire, quelques details anatomiques. 
especes qui sertfll*,. ser » composee de 6 planches gravees, coloriees avec le plus grand soin, et du texte descriptif des 

L'ouvrage se coffi? r6es d <}! ls la . ,ivrai son : ce texte formera environ unefeuilleet demie d'impression. 
mainesen trois semaiif£ a d'environ 10 vols, qui seront divisesen 150 livraisons, publies exactement de trois se- 
, Les livraisons 1 a 18 sont c . . . 
rites, Gs. Grand in 4to, papie^??? '* P r V x de chaque hvraison srand in 8vo, papier raisin superfin satine, figures colo- 

hn satine, figures coloriees, 12*. 



Jt B, BAILLIfc^ 219 



P 



JIEGENT STREET, 











s 



1 



i 

SI 

1 

















\ 



\\ 



\ J 




MEDICAL BOOKS* 



s 








LAMARCK, Histoire Naturelle des Animaux sans Vertebres, presentant les earacteres ge- 



neraux et particuliers de ces animaux, leur distribution, leurs classes, leurs families, 
leurs genres et la citation des principales especes, qui s'y rapportent -, par J, B, P, A, de 
Lamarck, membre de l'lnstitut, professeur au Museum d'Histoire Naturelle, Deuxieme 
edition, revue et augnientee de tous les faits nouveaux dont la science s'est enrichie jusqu'a 
ce jour ; par M, G. P, Deshayes et H. Milne Edwards. Paris 1835— 1836, 9 vols, in 8vo, 
prix de chaque— 8s, # # * Les vols 1, 2, 4, 6 et 7, sont parus. 



L 




arrey, Clinique Chirurgicale exercee particulierement dans les camps et les hopitaux 

militaires, depuis 1792 jusqu'en 1836. Paris 1830 a 36, 5 vols. 8vo. avec Atlas de 47 
planches — 21 2s % 

Lecoq, Elemens de GeogTaphie physique et de M£teorologie, servant d'introduction & Petude 
de la Geologie, 8vo. avec 4 planches gravees. Paris 1836, 9*. 

Lee, Coup^d'ceil sur les hopitaux de Londres et sur Fetat de la medecine et de la chirurgie 
en Angleterre, Paris 1836, in 8vo. 2s 6d. 

Lepelletier, Traite de TErysipele et des differentes variety qu'il peut offrir,8vo. V&U 
1836— 4* 6d. H r > 

LEROY-d'E-rioLLE, De la Lithotripsie, avec 50 vignettes, 8vo. Paris 1836—6* 

Leu ret, Anatomie comparee de Pencephale, comprenant son developpement, sa conformation 
et sa structure dans riiomme et les animaux, parle docteur F. Leuret> medecin de Phospice 
«e Bicetre, 1 vol. in folio, accompagne de 30 planches gravees avec le plus grand soin. (in 

L 1 S ^6^6^ Maladies de ruterus d'apres ses Lemons Cliniques; par H. Paujjy, 8vo, Paris 

Louis, Recherches sur les effets de la saignee dans quelques maladies inflammatoires et 
sur 1 action de Pemetique et des vesieatoires dans la pneumonie,*Paris 1834, in 8vo. 2* 6d 

Maillot, Traite des fi&vres ou irritations cerebro-spinales intermittentes, d'aprds des ob^ 
serrations recueillies en France, en Corse, et en *Afrique, par F. C. Maillot, D.M.P, 
ancien medecin des hopitaux militaires d'Ajaccio et'd'Alger, ex-medecin en chef de Ph6* 
pital mihtaire de Bonn, et Paris in 8vo, 6s 6d. 

Malgaigne, Manuel de Medecine operatoire fondee sur l'anatomie normale et Panatomie 
pathologique, 2e edition augmentee, Paris 1837, in 18mo, 6s. 

Memoires de PAcademie royale d<- Medecine. T. I, Paris 1828,— T, IL Paris, 1832.— T, 

111, ^aris, 1833.— T.1V. 1835,— T, V, 1836. 5 forts vols, in 4to. avec planches: prix de 
chaque volume— 20«y. 




rriiTscHEaLiCH, Elemens de Chimie, traduit de Pallemand par Valerius, Bruxelles, 1834 

2 vols, in 8vo. 15*. ' ' 

jNees ab Essenbeck, Genera plantarum florae Germanicse iconibus et description^ us illus- 
trata, Nos, L to 11 containing each 20 plates 8vo, Bonnse, 1834—36, price of each liv. 4*, 

Parent Duchatelet, De la Prostitution dans la ville de Paris, consideree sous le Rap- 
port deThygiene publique, de la morale et de ['administration; ouvrage appuye de docu- 
mens statistiques puises dans les archives de la prefecture de police; avec cartes et ta- 
bleaux, par A, J. B. Parent Duchatelet, membre du Conseil de Salubrite de la ville de 
Paris, 2 vols. 8vo. Paris 1836—16*. 

* Pour composer ce livre, dit l'auteur, j'ai eu recours aux documens renfermes dans les archives de la Prefecture 

ue police. Jl existe dans cette administration line division connuesous le nom de Bureau des mceurs ; la se trou- 

vent des registres et des papiers d'une haute importance. J'ai puise largement a cette source precieuse, et je puis 

see bureau que j'ai compose mon livre; "* ' ' " " """ " ~"~ " 

-j, Debelleyme, Man?i" ru r n^/iL»nA^ i 

; plusieurs anntes pour . ww „ vww .„ w *^t^, — .v^u.u^cui^ica 

2Si ^?i iente i ( ! e ? r ^ istres( l u, ^y conserve, mais encore des dossiers individue Is,' terms sur toutesces femmes 

?^metffi l J ent a ]a -?. te des maisons de prostitution, et sur chacune des filles publiques que l'administration a pu 
soumdLre a sa surveillance,^ 



, ^™ , m -Hygiene publique, ou memoires sur les questions les plusimportantes 

de 1 nygiene appliquee aux professions et aux travaux d'utilite publique, Paris 1836. 2 vols, 
m Svo. avec 18 planches, 16*. 

■ 

^Principales questions traite" es dans cet ouvrage 
















II 





\ I 



I 



t I 







Hi 















\ 



sur rait,ration_des substances alimentaires TS ^"aSSterTd^^ pSSTSSSbSS 

Kecherches sur la cause et la nature d'accidens developpts en mer a bord d' 

iiiveaux nroceues nmn- la Hp.c«in/»Qtin-n #^o r»v«/^rr.v,^ .v»«^.<-„ ^<- 1~ -»»_?«*• i 



o«ai i aiiuauuu u^s suusiances aiime 
le rapport de l'Hygiene publique. 14 
batiment charge de poudrette 
matieres fecales. 16, Rappo 



w —-m w m** ^-^ m* ^r i^^. v **r ^t V-^ JL Vt X * iJ m 

Des Puits artesiens em- 
Influence et de l'Assainisse- 

Emanations put rides 

^feous 
un 



batiment charge de^oudrette^ Nouveaux precedes p^? la dessiccatioVd^cllevau^ 3S la 3SMta°dS 

>rt sur la construction d'un Clos central d'Equarrissage pour la ville de Paris. 17, ^ 



J. B. BAILLIERE, 219^ REGENT STREET. 













■ 








8 



MBDK VL BOOKS 







de toutes 
arquables 



ses facult6s > Pari*, 1836 2 vols, in 8vo. 15,. 



Kjpports et discussions A l'Acad<W R i ; mT« . '*' 1836 2 voR in 8vo - 15,. 

Raspail, jNoaveau SratAmA riaBu.. -., . 



Raspail, Ncteveau Systeme de Phvsioloj I a t> 

fe.ii.eea d'apr^s nature et gravels avef f e plu^l!^' SSS^Wl deGo planches 



nine r~„«» 3 • ' «* . A » V4V - W UldllUUfS 

plus grand soin, Paris 1836, 2 v< g vo . et 



dess 

atlas. 



U. 7*. 




Sanson, Des Hemon-ag.es traumatizes, 8vo. avec % co!. Paris fslo, 6, 

8vorp7^. d 183t R6Um0nimm6diate deS P,aieS ' d — ^vantages et do ses inconvenieuts, 



Segalas, Essai sur 3a 
leurs eiiets et de leui 



gravelle et la pierre, considerees sous le raitoort dr 1 
ra traitements, 8vo Paris 1834—36, 7* 6cl, 




s causes, de 






lomoeopathkjue, 

Teallier, Du Cancer de la Mar-™™ ^ tiao j 

8vo. Paris 1836, 5*. Patrice, de ses causes de son diagnostic et de son traitement 



Thomson (Robert D.) Records nf r>™~ i c • 
21 Numbers are already cut, p r[ c ? of each ° 'I "S publirtied Month, y in 8vo. 

TROTJf.sr.ATT. Traifpnrafir,.,. •,,,_.' ~ ' 



Trousseau, 1 

tions de ia vo , 
iig". (in the press.) 



of $4 pages, 



cm.) b ^ouronne par 1 Academic Royale de Medecine, Paris 1836, in Svo. 








a 



oe 15 planches dessinees e 
Paris 1833, 1 vol. in fol. \l bs, 
luchements, ou Tokologie, theori 



\ 



avec un abrege des maladies qui ™fi~™ents, ™ Jolcologie, theorique et pratique, 
celles qui aftectent les enfaus Lou veau S r£, ^TJIaO ,ravai1 et L es ctmches . et de 
de 16 planches gravee* avec le fCS»JS^^,'K^&SS{ * 

cou^^^voS!:;^^^ Femrnes - ceintcs p endant Ie Tra - et «**» I'A- 




SCHULZE AND CO. PRINTERS, 13, POLAND STREET 




<"' *-• JkJ 






\ 

















I 













I 






PHILOSOPHIE 







\ 









h 




ZOOLOGIQUE 




































/ 










I 









I 



/ 
































MM IN *i&ffi i^v 



■■•'.. 



->■".;*. 





/ 



1 



I 













ON TROUVE CHEZ LE MEME LIBRAIRE. 

AMUSSAT (Lecons du D r .) sur Us maladies des organes genitaux et 
urmaires de rhomme et de la femme , publiees sous ses yeux, par 
feseleyesMM. A. Petit et D. Thiaudiere , D. M. P./i fort v. 

BiTtvti > (sous P resse ) 

AJypiN. Anatomie topographique, ou anatomiedes regions consi- 
der ee speciaiement dans ses rapports avec la chirurgie et la me'de- 
cme operatoire; Paris 1826, un vol. in-8<>, et Atlas in-fol. de 
T I2 .P ! 16 fr. 

^•e meme, avec fig., sur papier de Chine. , 20 fr. 

BOURDON. Principe de physiologie me'dicale ; Pads 1828, 2 vol 

in-8<>. c 

p . • 12 tr. 

rrmcipes de Physiologie comparee , 011 histoire des phe'nomenes 

de la vie, dans tous les etres qui en sont doue's depuis les plantes 

jusqu aux animaux les pins complexes 5 Paris i83o ? t. Ier ? in-8» 

^{Le deuxieme volume est sous presse) 7 fr. 5o c. 

BIUERRE de BOISMONT. Traite elementaire d'anatomie , conte- 
nant : i° les Preparations 5 2 FAnatomie descriptive; 3° les prin- 
cipals regions du corps humain , avec des notes extraites du cours 
de Ph. Fred. Blandin; Paris 1827, 1 fort vol. in-8°. 8 fr. 5o c. 

CABANIS. Rapports du physique et du moral de rhomme; Paris 

1824, 3 vol. in-12, br. .' 8 fr. 

CHOP ART. Traite des maladies des voies rirmalres; nouvelle edition , 
corrigee et augmented; par Fcttix Pascal D. M. P. Paris i83o 
2 vol. in-80, br I2 fr ' 

DANNECY, du Sensorium commune; histoire de sa de'cou verte, de 
1 opinion des pnncipaux auteurs qui ont admis ou cru avoir trouve 
unappareil central; de la determination des veritable* fonctions 
de ce systeme nerveux; jusqu'a quel point il pent etre considere 
comme ia cause materielle du principe vital de quelques physiolo- 
gistes^ de son siege, et des moyens de juger de son developpement 
par I inspection de la tele; des manifestations de son activitc 
propresa faire appre'cier jusqu'a un certain point, son degre 
a energie 5 des signes de son alteration par les progres de Tage et 

HIT ma,a(lies » etc ' 5 2 v °l- in - 8 ° > %• i sous P resse )• • • • 

Dui ROCHET. Recherches anatomiques et physiologiques sur la 

structure intirae des animaux et vegetaux, et sur leur motilite; 
Paris 1824,111.80, %.,br. . . . , 41V. 

DUTROCHET. Nouvelles recherches sur FEndomose "et FExos- 
mose; Paris 1828, in-80, fig., br 2 fr. 5o c. 

DUTROCEET. L'agent immecliat du mouvement vital devoile dans 
sa nature et dans son mode d'action chez les animaux et les vege- 
taux; Paris 1826, in-8°, br /j. f r . 

FOY. Cours de Pharmacologic, ou traite elementaire d'Histoire na- 
turellc me'dicale, de Pharmacie et de Therapeutique; i fort vol. 
in-8° {sous presse) 

GEORGET. Physiologie du systeme nerveux , et speciaiement du 
cerveau ; recherches sur les maladies nerveuses en pe'neral , et en 
particulier sur le siege , ia nature et le traitement de Fhyste'rie et de 
Fhypocondrie, de Fepilepsie et de Fasthme convulsif; Paris 1821 , 
avol. in-8 Q , br 12 fr. 









\ 






I 









. 









J 







PHILOSOPHIE 

ZOOLOGIQUE 



? 



01" 



EXPOSITION 






Des considerations relatives a ttristoire naturelle des Animaux ; a la 

diversite de leur organisation et des faculte's qu'ils en obtiennent ; 

aux causes physiques qui maintiennent en eux la vie et donnent 

lieu aux mouvernens qu'ils executent; enfin , a celles qui produisent 

lesunesle sentiment, et les autres rintelligence de ceux qui en 
sont doues ; 



par J. B, P. A. LAMARCK, 



Prufosseur de Zoologieau Museum d'Hisioire Naturelle , membre de ITiislilut de France et 
de la Legion d'Honneur, de la Societe Philomatique de Paris, de ceile des Naturalises de 
Moscou , Memb.e corre.spondant de l'Academie Eojale des Sciences de Munich , de la Su- 
cittf des Amis de la Nature de Berlin, de la Societe Medicale d'Emulation de Bordeaux , 
de celie d' Agriculture du department de J'Oise , de celle d'Agricullure de Lyon, Associ* 
l«bre de la Societe libre des Pharmaciens de Paris, etc. 



J&outoelle Litton. 








Y 







i 



































\ 













TOME PREMIER. 






PARIS. 



J. B. 



l 



LIBRA1RE 



. 



DE l'aCACEMIE ROYALE DE MEDECINE, 



RUE DE l'eCOLE DE MEDEC1NE , N° I 3 ( BIS ). 

LONDRES. MemeMaison, 3 Bedford street, Bedford squar 
BRUXELEES. Au Depot de la Librairie Medicale Francaisc. 























































• 


































■ 



ft 



h 









' 



i 



Qisarry Soaae.tses 



















W 






x 












I 







* 



.*»., . >+*>+•&:+ a ** rtm » r ^w,ii> .* -> >n+^'-\ . 



t\"> *■ f * * 



AVERTISSEMENT. 








« 



I • 



> 






i 



i 




'experience dans l'enseignement m'; 
fait sentir combien unePhilosophie zoolo 






gique, c'est-a-dir 



d 



corps de precept 



principes relatifs a l'etude d 



am 



maux, et meme applicables aux autres 
parties des sciences naturelles, seroit main- 
tenant utile, nos connoissances de faits 






ologiques ayant, dep 
nees , fait des progre 
En consequence , fai 



consideral 

essaye de 



une 



q 



d 



cette Philosopt 



P 



faire usage dans mes lecons , et me fa 



dre d 




ors aucun 



b 



) 



d 



Mais , pour parvenir a la determinatioi 

If 4 

i principes, et d'apres eux, a Tetablis 
3nt des preceptes qui doivent guide 

is Fctude, me Irouvant oblige de con 
siderer Forganisation clans les differens ani 
maux connus; d'avoir egard aux diffe 



sem 
dan 



a 

















































i 


















y 



\ 
























\ 



l ) 



AVERTISSEMENT. 



\ 



rences singulieres qu'elle offre dans ceux 



de cliaque £ 



de 



c 




surtout de cliaque classe 



q 



d 



et 



le 



fi 



? 



de 



comparer 



q 



ces animaux en obt 



elon son degre de composition d 



haque race 



9 



enfin 




ph 






le 



presente dans 1 



e reconnoitre les 



s 




generaux 



& 



q 



prmcipaux cas 



? 



je fu 



s 



entrame a embrasser de 



considerations du plus grand in te ret p 
science, et a examiner les questions 



giques les plus difficil 



C 



en 



effet 



pouvois 



envi- 



g 



la degradation sing 

dans la composition de 1 



q 



se 



tion des animaux , a mesure que Ton p 



court leur serie , depuis les pi 

:n_„±„? - , . 



d'entr eux , j 



parfai 




imparfa 



sans rechercher a quoi peut tenir*un fa 
si positif et aussi remarquable, un fait qi 

m'est atteste par tant de preuves ? Ne d 
vois - je pas penser que 
















nature avoit 



produit successivement les differens corps 

doues de la vie, en procedant du plus 



























V 

















'■F t BjA. 















■ 




































M 



HI pi 



il ) 



vers le 



plus comp 



? 



I'echell 



puisq 



dep 



mauxles plus imparfaits, jusqu'aux plus 
paruiits, I'organisalionse compose etmenie 
se complique graduellement, dans sa com- 
position, dune maniere extremement re- 
marquable? 



C 



pensee, d'aill 



q 



yeux le plus grand degre d'evidence , 1 



q 



)e reconnus q 



1 



a 




Pi 



de 



toutes les organisations n'offroit aucun or- 

gane special quelconque • que le corps qui 
la possedoit n'avoit effectivement aucune 
faculte particuliere, mais seuiement celles 
qui sont le propre de tout corps vivant; et 
qu'a mesure que la nature parvint a creer , 

Fun apres l'autre ,, les differens organes spe- 
ciaux, et a composer ainsi de plus en plus 



b 



anima 



le degre de composition de leur org 



obtinrent diffe rentes fac 



^ 



quelles 



fa 



d 



dans 
nomb 



le 



s 




e 



par- 
par- 

fqrt 



eminentes 



/ 









* 4 » 




































\ 









\ 















/ 



\ 















• 
































IV 



A V E R T I s S E M E N T. 

Ces considerations, auxquelles je ne p 
efusermon attention, me porterent bie 






tot a examiner en 



quoi consiste reelle- 



qu exige ce 



pi 



qnelles sont les condil 
enomene naturel pou 



«* 



se 



produire, et pouvoir proloriger S a duree 



dans 



un 



ps. Je resistai cl 



mom 



aloi 



m occuper de cette recherche , que je f 



convamcu 



que 



•> r 



toit 



dans la plus simple de toutes les 
tions, qu'on pouvoit 



quement 



\s 



tro 



propres a donner la solution d'un probl 



mojens 



aussi diffic 



en 



offroit le compl 



pparence , puisq 



des cond 



de 



au 



dela 



et rien 



q 



P 



Les cond 



de la vie se trouvant completes d 



res a 1 existence 



6 



ation 



reduites a leur plus simple term 



soit de 



e organisation , 



par des causes de changemens quelconq 
avoitpu enamenerd'autresmoins simples, 
etdonner lieu aux organisations , "raduel- 































dans 1'etend 
employ ant 



A V E R T I S S E M E N T. 

plus compliqu<fes,queronobser 



V 



o 
U 



de l'echelle anfmale. Alors 



d 



/* 



considerations sui 



vantes , auxquelles l'observation m'avo 
conduit, je eras apercevoir 3a solution d 
problerne 



q u i 



upoi 






Preincrement, quantity de fait 
prouyent que l'emploi soutenu d'u 



et Pagrand 



developpement , le fortifie, 

qu'un defaut 

d'un 



ndis 



d'emploi , devenu habituel a I'dgard 

it a ses developpemens 



le 




i 



duit graduellement 



e 



d 



faire disparoitre , si ce defaut d 

pendant une longue d 



t finit 



ubsiste, 
tous les 



d 



q 



de 



par la generation. On congoit d 



q 



? 



gement de circonstances forcant les 




individus d'une race d'animaux a chan* 



leur 



d 



les 



ganes moins em 



ployes deperissent pen a pen, tandis que 
ceux qui le sont davan 



pent mieux 
des dimens 



develop 



squie 
p rop 



1 



\ 






\ 




I 







1 






































































' 



















/ 



ploi q 
lemen 



M 



ces 



dividus en font hab 



Secondement, en reuechissantsur Je po 



voir 
part 



d 



mouvement des f! 



d 




s 



tres 



sour 



q 



je fus bientot con vain cu q 
les fluides d'un 

r 

de 1'acce leratior 



contiennent . 



corps organise 



resure que 
recoivent 

leur mouvement, 
fluides modifien t le tissu cellulaire dans 




e q u 

pass 

enfi 

Fe 



I 



ns se meuvent 



f 





, s'y ouvrent des 
rment des canaux divers, 



in 



, y creent differens 

de Forganisation dans laq 





organes , selon 






trouvent. 

D'apres ces d 



gard 
des 



comme certain 




'es d 



q 



e mouvement 

* des animaux, 



q 



ac- 



1 



composition plus grand 



£> 



et 



q 



Vinfl. 



Constances nouvelles 3 a mesure 






des 
que 



leg 



animaux s y exposerent en 



s 
t 



d 



a n s 



habitabl 



3 



f u rent 



deux causes generates qui ont amene les 



* 



















1 
























AVERTISSEMENT. 



VI] 



diffe 



rens animaux a l'etat ou nous les 



vojons actuellement. 

Je ne me bornai point a developper, 

■ 

ans cet ouvrage , les conditions essen- 




tielles 



a 




existence de la vie dans les or 



ganisations les plus simples \ ainsi que les 
causes qui ont donne lieu a la composi- 



tion croissante de l'organisation. animate, 



depuis les animaux les plus imparfaits 
jusqu'aux plus parfaits d'entr'eux ; mais 

croyant apercevoir la possibility de re- 
connoltre les causes physiques du senti- 



ment , dont tant d'animaux jouissent, je 

ne balancai point a m'en occuper. 

En effet, persuade qu'aucune matiere 



quelconque ne peut avoir en propre la fa- 
culte de sentir , et concevant que le sen- 
timent lui-meme n'est qu'un phenomene 
resultant des fonctions d'un systeme d'or- 
ganes capable de le produire , 



) e 



recber 



cbai quel pouvoit etre le mecanisme or- 
ganique qui peut donner lieu a cet admi- 
rable phenomene , et je crois 1' avoir saisi. 
En rassemblant les observations les plus 
















































































• • • 

Vllj 

pos 



M 






j'eus occasion de 
que , pour la production du j 



foment, il faut que le s$ 
deja tres-comp 



bien davant 



donner 



6 



f 

faut qu 
pour p 



gence. 
D'ap 



phenomenes de Yintelll 



ces 



ad 



que 




observations , j'ai ete per 



systeme 



dans 




sa 



te 



q 



dans 



prop 



grande imperfection , 

des animaux imparfaits qui,' les pre 

>, commencent a le posseder , n'est 



dan 



qu'a Fexcitation d 



mouvement mu 

sauroit produire 
dans ce meme e 
dullaires d'ou 



et 



q 



lor 




ne 




sentiment 



que des nodul 



offr 



partent 




filets 



presente m moelle longitud 



et ne 



epmiere 



ni cerveau. 



teme 



Plus avance dans sa composition, le by 



1 



montre une masse 
principale,d'uneform 



i 



nstituant, soit une moelle longitudinale 
it une moelle epmiere, dont l'extremit 















• 



y 


























AVERTISSEMENT. 



I 



IX 



anterieure offi 



un cerveau qui contient 



lie 
Al 



foyer des sensations, et donne effective 
ent naissance aux nerfs des sens parties 
^s , au moins k quelques-uns d'entr'eux 
)rs, les animaux qui le possedent dan 
t etat, jouissent de la faculle de sentir. 

* * 

Ensuite, j'essayai de determiner le me 



* 

toit: 



me par lequel 



) ai mon 



prive d 



-re qu'elle ne prod 

perception pour l'individu qi 

te pour l'intelligenc 



i est 



quelle ne pouvoit nullement lui d 



ner 



d 



et 



q 



ma 




posses 



sion de cet organe special , cette sensa 



t 



ne 



prod 



encore q 



i 



1 



foi 



1 



lu'elle 



tie per 
toit pa 



ception, toutes 
remarquee. 

A la verite , je ne me suis point decid 



sur 1 



a question de savoir , si, dans 



P 



du fluide 



nerveux partant du point affecte, ou par 
une simple communication de mouvement 
dans le meme fluide, que la sensation s'exe- 

_ 

cute. Cependant, la duree de certaines sen- 






V 



!l 


































































4 




















X 



AVERTISSEMENT. 



q 

a 



i\ 



DT 



me fait pencher p 



r V 



pinio 



Mes o-b 



i 



issement satisfa 



t. produit 






jets d 



on 



t il s'; 

tre et 



g 



f 



sentiment 



, si je ne 

pouvoir pro i 
itabilite sont 



P 



a 



q 





ga n 1 q 



: phe- 
differens : qu'ils 



? 



t 






de < 

par 



eni une source commune , 
pense ; enfin , que le premier 



phenomenes 



une fac 



% 






iculiere a certains animaux , et qui 
exige un systeme d'organes special pour 

pouvoir s'operer, tandis que le deuxieme, 
qui n'en necessite aucun qui soit particu- 
iier, est exclusivenient le propre de toute 

organisation animate. 

Aussi, tant que ces deux phenomenes 
seront confondus dans leur source et leurs 

/ 

diets, il sera tacile et commun de se trom- 
per dans Implication que Ton essayera de 

donner, relativement aux causes de la plu- 
part des plienomenes de 1'organisation ani- 
























. / 

















AVERTISSEME NT. 

male ; il le sera surtout , lorsque voulant 



X) 




cherleprincipe du sentiment etdumou- 
ent, enfin , le siege de ce principe dans 



les animaux qui possedent ces facult 
fera des experiences pour le reconnc 

r exemple , apres avoir decapi 



Pa 






ta 



animaux tres 



jeunes , ou 



en avoir 



upe la moelle epiniere entre Poccipu 
premiere vertebre > ou y avoir enfo 



un 



tyi 



on a 



P 



d 



lvers mouveniens 



excites 
poumo 



P 



des insufl 



t ■ 

a air 



d 



1 



P 




pi 






uves 





renais- 



sance du sentiment a Faide d'une respi- 







fi 



? 



tandi 



s 



q 



ffi 



irrltabilite non 



iq 



tem[ 



i>ait qu'elle sub 
apres la mort 



de 



d 



du ; et les autres, qu'a q 



mouve 



uflation de 1 



mere it a point 
tiou d'un long 
de son canal. 



exciter, lorsque la moelle ep 
nt ete detruite par l'introdu 



s 




d 



ans 



Petend 



Si je n'eus pas reconnu que Facie orga- 
















































y 








































t 



XI] 



AVEHTISSEMEN 1 



que qui donne 1 



ouvement de 



parties est tout-a-fait independant de c( 
qui produitle sentiment, quoique dansl 



1 



t.l'autre 1'infl 



nerveuse soit neces- 



saire * 



si 



je n'eus p 



P 



mettre en action pi 



q 



q 

d< 



) e 



q 



v 



>cles sans eprouver aucune sensation • 
ue je peux recevoir une sensation sans 
1 s'ensuive aucunl 



re 



? 



J 



? 



mouvement muscu 






pu prendre d 



mens excites dans un jeune animal deca- 

pite, ou dont on auroit enleve le cerveau 
pour des signes de sentiment, et je mefus 



mp 



Jepense que si Findividu est hors d 



P 



sa nature ou 



compte d 



que 



?i 



ne teinoig 

la douieur qu'on 1 
cun autre s 

qu'il re^oit < 



trement, de rendre 
>n qu'il eprouve ' et 



pa 



quelq 



ens 



> 



fait subir 



g 



certain 



pou 



qu 



q 



salt que le systeme d'organes qui lui donne 



la faculte d 



sentir , 

? 



est point d 






t meme qu il conserve son inte^rite : d 













i 







MnMi 






yr 







\ 



■ 






• 



AVERTISSEMBNT. xiij 

ftiouvemens musculaires excites ne sau- 
roient , seuls , prouver un acte de sentiment. 



Ay ant fi 



icle 



obi 



xe mes ldees a Fegard de ces 
jets interessans , je considerai le senti- 
ment i?ilerieur, c'est-a-dire , ce sentiment 
existence que possedent seulement les 
limaux qui jouissent de la faculte de sen- 




y rapportai les f; 



sont relatifs 



connus qui y 



que mes prop 



ob 



je fus bientot persuade que 



sentiment interieur constituent 



sance 




i' 



toit essentiel 



P 





d 



en 



E 



derati 
l efFet 



d 



imp 



que 



semble offrir pi 

r 

timent dont il s 



Bit, 



d 



dans l'homme 



dans les 



nimaux qui possede 



ysteme ner 



pabl 



d 



le prod 



ment 



que les b 






q 



mor 



vent emouvoir , et qui d 



on les 

Ifinrc 



les actions 



P 



icb 



- 

moyensd'execution.Personne, q 



e 



y avoit fait attention \ en sorte 



q 



celte lacune , relati 



a 




connois 



i 


















































- 

















y 














XI V 



AVERTISSEME NT. 






sance de 1 



des causes les 




santes des principaux phenomenes de 
ganisation animale, rendoit insuffisant 



P 



ce que 1 



o 



pour expl 



quer ces phenomenes. Nous avons cep 



dant 



de p 



timent de 1 



tence de cette puissance interieur 
que nous parlons des agitations q 



lors 



ep 



raemes d 



Constances; car, le mot emotion 



q 



e 



pas cree, est 



dans la 



P 



P 



prime 



les 



faits remarques qu'il desig 



Lorsquej'eus conside>e que le sentiment 






interieur etoit 

par differentes 



ptible de 



i > 



s emouvoir 






et qu'alors il pou 



\ 



voit constituer une puissance capable d 
citer les actions , je fus , en quelque 
frappe de la multitude de faits conn 
attestent le fondement ou la realite cl 
uissance ; et les difficultes 



i 




qui m'arre- 



toient, depuis long-temps, a Pegard de h 
cause excitatrice des actions , me parurent 
entierement levees. 



























I 



i 


































AVERTISSBMEN T. 



XV 



V y 



En supposant que j'eusse ete assez heu- 
reux pour saisir une verite, dans la pen- 
see d'attribuer au sentiment interieur des 
animaux qui en sont doues, la puissance 

productrice de leurs mouvemens, je n'a- 

Vois leve qu'une partie des difficultes qui 
embarrassent dans cette recherche; car il 
est evident que tous les animaux conn us 
ne possedent pas et ne saurojent posseder 
un systeme nerveux ; que tous consequem- 

ment ne jouissent pas du sentiment inte- 

rieur dont il est question ; et qu'a l'egard 

de ceux qui en sont depourvus , les mou- 

vemens qu'on leur voit executer ont tine 



autre orieine. 



\ 







Pen etois la, lorsqu'ayantconsidere que 
sans les excitations de Pexterieur, la vie 
n'existeroit point et ne sauroit se mainte- 
niren activite dans les veg^taux, ie recon- 



nus bientot qu'un grand nombre d'ani 
maux devoient se trouver dans 




m e m e 



cas ; etcomme j'avois eu bien des occasions 
de remarquer que , pour arriver au merne 
but , la nature varioit ses moyens, lorsque 




] 
















































I 









X V j 



A V E R T I 3 SB M E N T. 



i 



gard 



plus de d 



Ains 

i 

mparf. 



3 pense que les animaux tres 
qui manquent de systeme ner 
ivent qu'a i'aide des excitation 



qu'ils recoivent de Pexterieur c'est-a-d 



quep 



e 



que des fluid 



mouvement , que 1 



P 



ps organises, et y entretieunent 



tant que l'eta 
le pouvoir. O 



le ces corps leur en d 
, cette pensee que j'ai 



tant 



de ibis consideree , que tant de faits me pa 
roissent confirmer , contre laquelle aucun 
de ceux qui me sont connus ne me semble 
deposer ,, enfin, que la vie v< 



b 



1 



P 



e 



d'une maniere evident** 



P 




de 



dis-je ? fut pour moi un trail; sin- 
lumiere qui me fit apercevoir la 



cause principale qu 

mens et la vie des 

i 

uelle les ani mm 



corps organises, et a 




d 



ce 



3es an I me. 

En rapp 



q 






chant 



cette 



d 



l des 
deux 



































A veHtissement 
deux precedentes , c'est-a-dire d 



• • 



J J 



d 



produit du mouvement des fluide 



Finterieur des 



et de celle 



q u 



1 



suites d 



b 



e m e n t 



laintenu dans les circonstances et les ha 
itudes de ces etres ; je pus saisir le fil qu 
lie entr'elles les causes nombreuses des plie 




menes que 



Dffre ^organisation ani 



de dans ses developpemens et sa di 
6; et bientot j'apercus Pimportanc 

moyen de la nature, qui Comiste a 

dividus rep 



de 



duits , tout ce que les suites de la vie et des 
circonstances influentes avoient faitacqu6- 
rir dans l'organisation de ceux qui leur out 
transmis Fexistence. 






Or 

mens 



ya 




m 



emarque qui 
aux ne sont 



les 



tes 



ques , mais qu'ils sont touj 



mouve- 
lis com- 



V 



reconnus 



<] 



la 



obi 



mouve 



d'abord d'emprunter des milieux i 
nans la puissance excitatrice des 
mens vitaux et des actions des animaux 
imparfaits, sut, en composant de plus 

h 
















































































j 



\ 













* 






J 





















© 



XVUJ 



AVEKTISSEMENT* 






en plus l'organisation animale, transpor 
ter cette puissance dans l'interieur meme 

■ 

de ces etres , et qu'a la fin, elle parvint a 
mettre cette meme puissance a la disposi- 
tion de l'indi vidu. 

Tels sont les sujets principaux 
essaye d'etablir et de developper dans cet 
ouvrage.j 

I 

• Ainsi , cette Philosophic zoologique pre 
sente les resultatsdemes etudes sur les ani- 



que }'ai 



/ 



maux, leurs caracteres 




P 



culiers, leur or 




ses d 



el 



ppe 



mens 



de 



les 
di 



causes 



de 
et 



les facultes qu'ils en obtiennent; et pour 



poser, i'ai f 



ge des princip 



materiaux que je rassemblois pour 
vrage projete sur 1 
le titre de Biologie 



corp 



sous 



; ou vrage qui, de m 



P 



nomb 



■ 



Les faits que je cite sonttres- 
et positifs , et les consequences que j'en 
deduitesm'ontparujustesetnecessairesje 
sorte que je suis persuade qu'on les rempl 

cera difficilement par de meilleures. 



i 



























1 . 



V 


























A V E R T I S S E M E N T. 



XIX 



vent 



Cependant, quantite de consideratio 
elles exposees dans cet ouvrage, d( 



turellement 




es 



le 



premiere 



prevenir defavorablem 



lecteur, par le seul ascendant qu'ont tou 
purs celles qui sont admises en 




eneral 



de nouvelles qui tendent a les fa 



jeter. Or, comme 



ce pouvo 



des idees 



anciennes sur celles qui paroissen 



la premiere fois , favor 



P 



cette proven 



lion, surtout lorsque le moindreinterety 

concourt; il en resulte que, quelques dif- 
ficultes qu'it y ait a decouvrir des verites 



nouvelles 



en 



diant la nature . il 



trouve de plus grandes encore a les faire 
reconnoitre. 

Ces difficultes, qui tiennent a differentes 
causes, sont dans le fond pi us avantageuses 
que nuisibles a Fetat des connoissances 
generates; car, par cette rigueur , 



qui 



rend difficile a faire aclmettre comme veri- 
tes, les idees nouvelles que Ton presente, 
une multitude d'idees singulieres, plus ou 
moins specieuses, mais sans fondement , 









' 



> 
























1 



































/ 









I 



a 







M 



ne 



fo 



q 



P 



et 



ntot 



mbent dans l'oubli. Quelquefo 



P 



moms, d 

sol ides, sont, 



P 



le 



vues et des pensees 



causes , re 



meme 



jefefca ou negligees. Mais il vaat mieux 
qu'une verite, une fois apercue , lutte iong- 



temr 



obte 



nir 



qu elle me 



tion 

recu. 
PI 

liere 



que si tout ce que produit l'imagi] 

etoit facile m 



ard 



de 



homme 



med 



parti 



peuvent 



P 



ad 



q 



les causes nombreuses qui 
r nos jugernens , plus je me 

f les fails physiques et 



sau 



..?* 



les fails moraux (%}, quu nest au pou 



voir de per 



de 



revoquer en d 




fc 



'est-a-dire , les resultats des calculs , soil de quantites , soit 
le forces , et ceux des mesures j parce que c'est par Intelli- 
gence , et non par les sens , que ces fails nous sont connus. 
Or , cesfaits moraua, sont a la fois des verites positives , 
comme le sont aussi les faits relatifs l M — --•■■ * 



a l'existence des 



— ^ ulu , iciiuuj, a i existence aes 

corps que nous pouvons observer , et de bien d'autres qui 

les convenient. 



les concernent 












N 













V 










N 









r 



M 



T. 



XX) 



tout le reste n'est qu'opinion out que rai 

sail qu'a des raisonne 



sonnement ; et Ton 




insi 



> 



d 



t peuttoujours en opposer d 
quoiqu'il soil 



evident 



q 



1 y ait 



e 



grandes differences en vraisembl 



probab 



me-me, entre les d 



bl 



pinions des ho 



me sem 



q 



■ 



aurions tort de blamer ceux 



fuseroient d'adop 



Doit-on ne reconnoitre com me fond 



q 



s 



I e s 



P 




us generalement ad 



mises?MaisPexperience montreassez que 
les individus qui ont 1'intelligence la plus 
developpee et qui reunissent le plus de lu- 
mieres , composent ', dans tous les temps, 
une minorite extremement petite. On ne 
sauroit en disconvenir : les autorites , en 
fait de connoissances, doivent s'apprecier 



t 



pp 



101 que , ; 

tres-diffi 



b 



Cependant, d'apres les conditions nom 

t L 

reuses et rigoureuses qu'exige un juge 






ment pour qu'il soit bon ; il n'est pas encore 
certain que celui des individus que Fopi- 




\ 






■ 
























\ 



*s 



. 













































XXI) 



/ 



AVERTISSEMENT. 



nion transforme en autorites , salt parfaite- 
ment juste a l'egard des objets sur lesquels 



il 



prononce. 



II n'y a done reellement pour l'homme 
de verites positives , e'est-a-dire , sur les- 
quelles il puisse solidement compter, que 
lesfaits qu'il peut observer , et nonles con- 
sequences qu'il en tire ; que Pexistence 
de la nature qui lui presente ces faits, ainsi 
que les materiaux pour en obtenir ; e 



nfi 



n 



9 



que les lois qui regissent les mouvemens 
et les changemens de ses parties. Hors de 
la, tout est incertitude ; quoique certaines 



consequences 



the 



eories 



, opinions , etc. , 



aient beaucoup plus de probability 



d'autres. 



que 



Puisque Ton ne peut compter sur aucun 
raisonnement, sur aucune consequence, 
sur aucune theorie, les auteurs de 



ces ac- 






tes d'intelligence ne pouvant avoir la cer- 
titude d'y avoir employe les veritables ele- 
mens qui devoient y donner lieu , de n'y 
avoir fait entrer que ceux-la, et de n'en 

avoir neglige aucun ; puisqu'il n'y a de po- 
























\ 




























AVERTISSEMENT. XXllj 

* 

sitif pour nous que Pexistence des corps qui 
peuvent affecternos sens, quecelle des qua- 
li tes reelles qui leur sont propres ; enfin , que 
les faits physiques etmoraux que nous pou- 
Vons connoitre; les pensees , les raisonne- 
mens, et les explications dont on trouvera 
i expose dans cet ouvrage , ne devront etre 
considered que comme de simples opinions 
que je propose, dans l'intention d'avertir 
de ce qui me paroit etre , et de ce qui pour- 

roit effectivement avoir lieu. 

Quoiqu'il en soit, en me livrant aux ob- 
servations qui ont fait naitre les conside- 
rations exposees dans cet ouvrage, j'ai ob- 
tenu les jouissances que leur ressemblance 
a des verites m'a fait eprouver, ainsi que 









la recompense des fatigues que mes etudes 



ont entrainees • et en 



et mes meditations 
publiant ces observations , avec les resuU 
tats que j'en ai deduits , j'ai pour but d'in- 
viter les hommes eclaires qui aiment l'efude 

» 

de la nature > a les suivre etles verifier , et 
a en tirer de leur cote les consequences 
qu'ils jugeront convenables. 












I 


































!' 












■ 






' 





%J1 





" 



XXIV 



A V E R T I S S E M E N T. 



Comme cette voie me paroit la seule q 



P 



msse 



d 



1 



a connoissance de la 



rite , ou de ce qui en approche le pi 
qu'il est evident que cette connoissa 



nous 



V 



t 




avantageuse que l'erreur 



qu onpeutmettreasaplace,, je ne puis d 



que 



elle 



1 fa 



On pourra remarquer que je me suis pi 
particulierement a Pexposilion 




a se 



de et surtout de la troisieme parties d 

ouyrage, et qu'elles m'ont inspire beat 



coup d'interet. Cepend 






les principes 



fs 



l'histoire na 



turell 



e 



dont 






bjet 



s 



§ dans la premiere 
u moins considered 
peuvent etre les pi 
princip 



je me 



partie , doi- 
comme les 



qu'il j a de plus rapproche de ce que I 
a pense jusqu'a ce jour. 
J'avois les moyens d 
blement cet ouvrj 



b 



ndre consider a- 
donnant a cha 



que article tous les developpemens q 



es 



qu 



V 

1 



b 



permettre \ mais j'ai p 



P 



( 



me res- 
treindre 






. 









■ 






I 




















AVBRTtSSEMENT. 



XXV 






treindre k Fexposition strictement neces- 
saire pour que mes observations puissent 

re suffisamment saisies. Par ce mo yen , 
j'ai epargne le temps de mes lecteurs, sans 

s avoir exposes a ne pouvoir m'entendre. 





Paurai atteint le but que je me suis pro- 
pose, si ceux qui aiment les sciences nalu- 
relles trouvent dans cet ouvrage quelques 
Vues et quelques principes utiles a leur 

egard ; si les observations que j'y ai expo- 
sees , et qui me sont propres , sont confir- 
mees on approuvees par ceux qui ont eu 

occasion de s'occuperdes memes objets; et 
si les idees qu'elles sont dans le cas de faire 
tiaitre, peuvent, quelles qu'elles soient , 
avancer nos connoissances, ou nous mettre 
sur la voie d'arriver a des verites incon* 
n,ues. 















































I 



c 









J 










V^^HM 






















J 













DISCOUR 











* 
















ISCOURS 






PRELIMINAI 




JLu 













bserver la nature , etud 



product 



enfm 



rechercher les rapports geneYaux et par 
quelle a imprimes dans leurs caractere; 
essayer de saisir l'ordre qu'elle fait exister partout, 
ainsi que sa marche , ses lois et les moyens infini- 

ment varies qu'elle emploie pour donner lieu I 
cet ordre ; e'est , a mon avis , se mettre dans h 
cas d'acquerir les seules connoissances positive; 
qui soient a notre disposition, les seules , en outre 
qui puissent nous etre ver 



tablement 



et 



c'est en meme temps se procurer les jouissar 
les plus douces et les plus propres a nous 
dommager des peines inevitables de la vie. 



de 



En efFet, qu'y 



de plus interessant dans 



l'observation de la nature , que l'etude des ani- 
maux ; que la consideration des rapports de leur 
organisation avec celle de l'homme ; que celle 
du pouvoir qu'ont les habitudes , les manieres de 

its et les lieux d'habitation , pour 
organes, leurs facultes et leurs 



difi 



leurs 






I 




































I 











., - *- .. * , 





■ 



I 
























2 



DISCOURS 






d'org 



que l'examen des diSerens systemes 



\ 



d'apres lesque 



qu'on observe parmi eux 



et 



d 






d'eux dar 

distributi< 
animaux, 



grand 



itermine les rapports plus 
li fixent le rang de chacun 
ode naturelle ; enfin , que la 



g 



que nous formo 



de 



ces 



d 



la 



Pi 




ou moms grande de leur organisation , distrib 
tion qui peut conduire a faire connoitre l'ord 



re 



qu 



nature , en fais 



' 



hacune de leurs especes 



exister 



Assur 



on ne sauroit disc 



* 

toutes ces considerations et plusieurs au 

core auxquelles conduit necessairement 
des animaux, ne soient d'un bien grand 



que 



l'etud 



pour 



la 



dans toute ch 



cherche le 



Ce qu'il y a de singulier , c'est que les ph 



nomenes les plus importans 



nsiderer n'ont 



&6 offerts a nos meditations que depuis Tepoque 
ou Ton s'est attache principalement a l'e'tude des 
animaux les moins parfaits, et oil les recherches 
sur les diffe'rentes complications de l'organisation 
de ces animaux sont devenues le principal fon- 
dement de leur etude. 

t 

II n'est pas moins singulier d'etre force de re- 
connoitre que ce fut presque toujours de l'exa- 
Jnen suivi des plus petits objets que nous pre- 























Wtm^^m 





v 












PRELIMINAIRE. 



3 



f 



sente la nature , et de celui des considerations 

qui paroissent les plus minutieuses , qu'on a ob- 
tenu les connoissances les plus importantes pour 
arriver a la decouverte de ses lois , de *ses 



moy 



i 



pour determiner sa marche. Gette 



deja constatee par beaucoup de faits 



marquabl 
exposees 



dans 



recevra dans les considerations 
cet ouvrage, un nouveau degre' 



d'evidence , et devra plus que jamais nous per 
suader que , relativeraent a F^tude de la nature 



aucun 



objet 



que 



dedaig 



\ . 



L'objet de l'etude des animaux n'est p 
quement d'en connoitre les differentes ra 

de determiner parmi eux toutes les distin 
en fixant leurs caracteres particuliers ; 
est aussi de parvenir a connoitre For 



. 



mais 



ii 



facultes dont 



1'origine des 

les causes qui font 

r et qui maintiennent en eux la vie , enfin 
de la progression remarquable qu'ils offrent 



dans la 



positio 



de leur 



"g 



et 






dans le nombre ainsi que dans le developpement 
de leurs facultes. 

A leur source , le physique et le moral ne sont , 
sans doute , qu'une seule et meme chose ; et c'est 
en etudiant l'organisation des differens "ofdres 
d'animaux connus qu'il est possible de mettre 
cette vente' dans la plus grande evidence. Or, 
comme les produitsde cette source sont des effets 3 



V 



V 



1 



. 









I 















/ 
























■ 



\ 













s 



4 



DI SCOURS 



\ 



\ 



et que ces effets, d abord a peine separes , se sont 
par la smte partage's en denx ordres eminemment 
dishucts, ces denx ordres d'affeto, considers dans 
leur pins grande distinction , nons ont 

paroxssent encore a bien des personnes 
entre eux rien de 



paru et 



Cependant 



commun 



deja reconnu Influence dn 



physique sur le moral (i) ; mais il me paroit 
n a pas encore donne une attention suffisant 
influences dn moral snr le physiq ue m eme 
ces deux ordres de choses , qui o 
commune , re'agissent Tun sur Pi 
lorsqu'ils paroissent le plus separes 



Or 



source 
surtout 






de part et d'autre d 



moyens de prouver qu'ils se modifi 



P 



montrer 



gine commune d 



es deux 



ordres d'effets qui , dans leur pl„ s grande d{ 
lion, constituent ce qu'on nomme Ip „/, . ~ 

<* q»on a cW une route opposee a celle Lil 



falloit 



EfFectivement 



commence a 6tudier ces 



apparence 



deux sortes d'objets si d 
dans^ l'homrne meme , on lWganisation7parvI 

composition et de perfec 



terme de 




M 



physique et du moral de I'Homm 







;..-• ■ 


















PRELIMINAIRE 



ement 



offre dans les causes des ph 



* 



5 



menes de la vie , dans celles du 



dan 



s c 



elles des faculte's dont 



enfin 



la 




ou consequemment il 



grande complication, et 

est le plus difficile de saisir la source de tant de 
phenomenes. 



Ap 



\ 



avoir b 



e'tudie l'org 



de 



Hiomme , comme on Fa fait, aulieu de s'empres 



de rechercher dans la consideration de 



"g 



de 



de 



mot , des facult 



mor 



en 



falloit alors s'efForcer de connoitre l'org 



des 



falloit conside'rer les dif- 



ferences qui existent entre eux a cet egard 
que les rapports qui se trouvent entre les £ 
qui leur sont propres, 



et 



d 



'g 



dont 



Si 



qui 




ompare' ces differens objets entr< 
i qui est connu a 1'egard de l'hom 
\ considere , depuis l'organisatioi 
simple , jusqu'a celle de Thornm 
composee et la plus parfaite , 1 



e 






progression qui se montre dans 



7 



de l'org 



position 



que racquisition 



des differens organes speciaux 



■d'autant-de fa__. 
organes obtenus 



alors 



elles que de nouveaux 
on eut pu apercevoir 



"S 


















































' 



f 

















^ 






i 




■ 




6 



DISCOURS 



pro 



comment les besoins 3 d'abord reduits a nullit< 

et dont Ie nombre ensuite s'est accru graduell 
roent, ont amene le penchant aux actions 
pres a y satisfaire ; comment les actions devenu 
habituelles et energiques , ont occasion^ le de- 
veloppement des organes qui les executent ; com- 
ment la force qui excite les mouvemens organi- 
ques , peut , dans les animaux les plus imparfaits 
se tronver hors d'eux , et cependant les animer ; 

a ete transported 



comment 



force 



fin 



fixee dans Tamma! meme; ei 

? y est devenue la source de la sensibilit 
i fin celle des actes de l'intelligence. 



comment 



et 



J'ajouterai que si Ton eut suivi cette methode 

alors on n'eut point considere le sentiment comme 
la cause generale et immediate des mouvemens 
organiques , et on n'eut point dit 

de mouvemens qui 



que 



est 



des sensations recues par diffe'rens organes , on 
autrement , que tous les mouvemens vitaux sont 
le produit des impressions recues par les parties 
sensibles. Rapp. du phys. et du moral de V Homme 



p. 38 a 59 , et 85. 

Cette cause paroitroit, jusqu'a un certain point 
Fonde'e a l'egard des animaux les plus parfaits : 



mais 



etoit 



relativement 



corps qui 



de 



les 



possdderoient 



tous la faculte de sentir. Or , on ne sauroit 

































r 






PR e'liminaire 



7 



montrer que 



■ 

1 



vegetaux sont dans ce cas 
prouver que c'est celui de 



es ammaux connus. 



d 



■ 

Je ne reconnois point da 



la 



pposition 



pareille cause donnee comme g 



la marche reelle de la nature. E 



lai 
blir 

tir ; 



die n'a point debute subitement pa] 
faculte aussi eminente que celle de 






pas eu les moyens de fair 



cette faculte dans 1 



es ammaux 



imparfc 



exister 
its des 



• X 



premieres 



A Fegard des corps qui jouissent de la vie , 

nature a tout fait peu a peu et successivement : 
n'est plus possible d'en douter. 

■ 

En effet , par mi les differens objets que je me 



ouvrage , i essay 



propose d'exposer dans cet 

de faire voir , en citant partout des faits 



nus 



, qu en composant et coi 
en plus F organisation animale 
progressivement les differens 



pliquant de phi 



speciaux 



que les facultes dont les animaux 



X 



pense qu 



II y a long-temps que Ton a 
toit une sorte d'echelle ou de chaine 
parmi les corps doues de la vie. B 



graduee 



a 



d^velopp 



opinion ; mais il ne Fa point 



prouvee par des faits tires de 
ce qui £toit cependant nee 

tivement aux 




onmSme, 

tout rela- 



animaux. II ne pouvoit le faire 



> 




































I 




































8 



DlSCOURS 






car a 



En 



1'epoque ou il yivoit , on n'en avoit 
les moyens. 

tudiant les animaux de toutes les ck 

autres choses a voir 



P 



as 



7 a bien d 



qu 



position croissante de l'organisation animale. L 



produit des eirconstances 



comme causes qui 



amenent de nouveaux besoins, celui des b 



qui fait 



des 






p^tees qui cre'e les habitudes et les penchans 
resultats de 1'emploi augments ou diminue d 
ou tel organe , les moyens dont la nature se 
pour conserver etperfectionner tout ce qui i 
acquis dans l'organisation , etc. , etc. , sont 



des 



obj ets de la plus grande importance pour la ph. 
losophie rationnelle. 

Mais cette dtude des animaux , surtout celle des 

animaux les moins parfaits 






neglige'e, tant on e'toi 
le grand inte'ret qu'elj 
qui a ete commence a 



! ? tat si long-temps 
Soigne de soupconner 
pouvoit offrir: et ce 



^gard 



si 



dre 



qu en le continuant , on a lieu d 
ore beaucoun de lumieres nrm 



Lorsqu'on a commenc 



l'histoire naturelle , et que chaque reg 



ellement 
,, . ---■ -* .- -«-^e a ob- 

tenu 1 attention des ^uranstes , ceux qui ont 
dirige' leurs recherches sur le regne animal ont 
etudie prmcipalement les animaux a vertebres , 
c'est.a-dire les mammifires , les oiseaux } les' 

























\ 



.- 






/ 






t 





















PRELIM INAIKE. 






9 



o 



reptiles, et enfin les poissons, Dans ces classes 

d'animaux , les especes en general plus grandes , 

evelop- 

pees , et etant plus aisement determinables , pa- 
rurent offrir plus d'interet dans leur etude , que 
c elles qui appartiennent a la 



a yant des parties et des facultes pi 



division des ani- 



invertebres 



En efFet , la petitesse extreme de la plupart d 
imaux sans vertebres , leurs facultes bornee 

pports de leurs organes beaucoup 



eloignes d 
observe dans 




onime 




fait , en quelque sorte , mepriser du vu 

jusqua nos jours ne leur ont obtenu de 1< 

part des naturalistes qu'un interet tres-med 

On commence cependant a revenir 



aire } et 




revenir de cette 
Prevention nuisible a l'avancement de nos con- 



V 



depuis peu d'annees que 



g 



ammaux sont examines 



force de reconnoitre que leur etude d 



consider 



comine une 



de 




interessantes 






aux yeux du naturaliste et du philosophe , parce 
^u elle re"pand sur quantite de problemes relatifs 



a l'liistoire naturelle 



pbysique animale , 



des lumieres qu'on obtiendroit difficilement par 



aucune autre voie. 



Ch 



arge de faire , dans 



Museum d'Histo 



demonstration des animaux qu 





































- 

























rfl 









i 

















IO 



DISCO0RS 



noinmai sans vertebres 
de colonne vertebrale . 



de leur defaut 



cherch 






nombreux animaux , le rassemblement que je fis 
des observations et des faits qui l es concerned , 
enfin les lumieres que j'empruntai de l'anatomie 

egard, me donnerent bientot 
se de l'interet que leur etude 



comparee a leur 
la plus haute id 
inspire. 



En effet , 1'e'tude des animaux sans vertebres 



doit interesser 



I 



o 



gulierem 



e naturaliste , 



parce que Les especes de ces animaux sont beau- 
lpplus nombreuses dans la nature que celles des 

parce quetant plus nom- 



teb 



breuses , elles sont necessairement pi 

que les variations de leur org 



3 




beaucoup plus grandes , pi 



g 



4 



o 



enfin 



qu'empl 



pare 






nature pour form 



tranchees et 

que 1'ordre 

successive- 






ment les differens organes des animaux, est b 
mieux exprime dans les mutations que ces organes 



subiss 
rend 



dans les animaux 

de beaucoup 




vertebres, et 
propre a nous 



faire apercevoir l'origine meme de l'organisa- 



tion, 



que la cause de sa composition et de 



ses ddveloppemens , que ne pourroient 

toutes les considerations que presentent ] 

maux plus parfaits, tels que les vertebr 

Lorsque je fus penetre de ces verites i( 



faire 

































* 
























PRELIMINAIRE. 



II 



que pour les faire connoitre a mes eleves , au 
lieu de m'enfoncer d'abord dans le detail des 

objets particuliers 5 je devois, avant tout, leur 



presenter les g 



montrer 1' ensemble , ainsi que les 



derations essentielles qui lui appar 



me proposant 



de saisir les masses prin 



pales qui semblent diviser 



mble pour 



les mettre 



omparaison entre elles , 



les 



faire mieux connoitre chacune separement 
Le vrai moyen 

connoitre un 



de r>arvenir a b 



un objet , meme dans ses plus petits 

details , c'est de commencer par l'envisager dans 
son entier ; par examiner d'abord, soit sa masse , 

soit son etendue , soit 1'ensemble des parties qui le 
composent ; par rechercher quelle est sa nature 
et son origine , quels sont ses rapports avec les 
autres objets connus ; en un mot , par le conside- 
rer sous tous les points de vue qui peuvent nous 
eclairer stir toutes les generalites qui le concer- 
nent. On divise ensuite l'objet dont il s'agit en ses 
parties principals, pour les e^tudier et les 
siderer separement sous tous les rapports qui 



con- 



peuvent nous instruire 



gard ; et conti- 



nuant ainsi a diviser et sous-diviser ces parties 

» 

que Ton examine successivement , on penetre 
jusqu'aux plus petites , dont on recher< 



he le 



s 



particul 



ne 



gligeant pas les moindre 



























i 












i ■ 
























1 



I ■ 








12 



details. Tout 



DISCO.URS 

es ces recherche; 



je d'en deduire 



termine'es , on 



conseq 



pen j a philosophie de la. science s'e'tablit 



P e 



tifi 



c 



perfect 



par cette voie seuie que Intelligence h 



mame peut acque" 

vastes , Ies plus solid 

elles dans quelqne science qu 




uniquenaent p 



connoissances les 
et les mieux lie'es entre 

S ce soit ; et c'est 



thode d 









font de veri tables prog 



que 



que ies objets qui s'y rapportent 



onfond 
ment, 



et 



J 



peuvent etre connus parfait 



Malheureusement onn'est pas assez dans l'usag 



de suivre cette methode 



diant l'hist 



La necessite reconnue de bien obser- 
objets particuliers a fait naitre l'habitude 



de se borner a la consideration de 



de leurs plus petits ddtails, de maniere qu 



obj 



deven 



stes , le 
pendant 






us, pour la plupart des 

swjet principal de l'etude. Ce seroit 

une cause reelle de retard pour les a . im _ 

tnrelles, si Ton s'obstinoit a ne voir dans les objets 
observes , que leur forme , leur dimension , leurs 
parties externes meme les plus petites , leur cou- 
leur , etc. ; et si ceux qui se livrent a une pareille 
etude dedaignoient de s'dlever a des considera- 
tions superieures ; comme de chercher quelle est 



\ 













* 



'.; . 



■..:.-.. r. 




n 



a 



s 



t 



\ 









l 



PRELIMINAIRE. 



3 



J des objets dont ils s'occupent , quelle 
causes des modifications ou des varia 
quelles ces objets sont tous assujettis,quel 

rapports de ces memes objets entr'eux 



C'est parce 



les autres que 



thode 



que 



pas assez la me 



qu 



je viens de citer, que 



remar 



qui 



qui 



quons taut de divergence dans ce 

gne a cet egard , soit dans les ouvrages d'histoire 

Haturelle , soit ailleurs ; et que ce 

sont livres qu'a l'e'tude des especes 

que tres-difficilement les rapports ge'neraux entre 

les objets , n'apercoivent nullement le vrai plan 

de la nature, et ne reconnoissent presque au- 



de 



une 



Convaincu, dune part, qu'ilne faut p 



thode 



qui retrecit et borne 



les 



l dees , et de l'autre me trouvant d 

Q e donner une nouvelle Edition de mon Sj 
des 



Animaux sans vertebres , parce que les pro 



gres rapides de Fanatomie 



parde 



pr 



decouvertes des zoologistes, et mespro 



observations , me fournissent 



moyens 



J* aineliorer cet ouvrage ; j'ai cru devoir rassem 

dans un ouvrage particulier , sous le titre de 



bl 



Philosoph 






zoologique 



fait 



ifs a l'&ude du reg 



les principes gene 



2. 



o 



les 



s 



observes , qu'il importe de 








































i 












I 















s 


















i 

















H 



DISCOURS 



derer dans cette etude ; 3°. les considerations 
qui reglent la distribution non arbitraire des 



animaux, et leur 
nable ; 4 . enfin , 



isification la plus conve- 
consequences les plus ini- 



- 

portantes qui se deduisent naturellement des ob- 
servations et des faits recueillis , et qui fondent 
la veritable philosophic de la science. 
La Philosophic zoologique dont il sag 



chose qu 



nouvelle edition refond 



corrige'e et fort augmente'e de mon ouvrao-e in- 
titule : Recherches sur les Corps vwans.Elle se di- 
vise en trois parties principals , et chacune de 
ces parties se partage en differens chapitres. 

Ainsi , dans la premiere partie , qui doit pre- 
senter les faits essentiels observes , et les prin- 



cipes generaux de 



vais 



d'abord conside'rer ce que je nomme les parties 



' 



de Vart dans les sciences dont 



l'importance de la consideration des 



est question 



ipports 



, 



t l'idee que Ton doit se former de ce que 1 
ppelle espece parmi les corps vivans. 



9 



apres 



developp 



vivans. Ensuite , 
generalites relatives 






ammaux, j'exposerai ; d'une part, les pr 
a degradation 



de 

d'une extremite a 1 



de 



rgc 
de 



qui 



regne 



chelle animate. 



les animaux les plus parfaits etant pi 
tremite anterieure de cette dchelle : et de 1 



part 



montrerai l'influence des 





























s 



s 



t 















PRELIMINAIRE. 



15 



€t des habitudes sur les organes des animaux , 
comme etant la source des causes qui favorisent 



partie par 



developpemehs. Je terrair 
a consideration de Yordre 



net- 



turel des animaux , et par 1' expose de leur dis 



tribution et de leur classifi 



Venables 



Pi 



D 



la 



econde partie 



proposerai mes 



ide"es sur 1'ordre et 1'e'tat de choses qui font 1 
sence de la vie animale , et j'indiquerai les con- 
ditions essentielles a l'existence de cet admirable 
phenomene de la nature. Ensuite je tacherai de 
determiner la cause excitatrice des rnouvemens 
organiques ; celle de l'orgasme et de l'irritabilite; 
les proprie"tes du tissu cellulaire ; la circonstance 
unique dans laquelle les generations spontanees 

peuvent avoir lieu ; les suites evidentes des actes 
de la vip A*r> 



Enfin , la troisieme partie offrira mon opinion 

physiques du sentiment , du pou- 



d'agir, et des actes d'intellig 



de 



cer- 



ammaux 



du 



J'y traiterai i °. de l'origine et de la form 



ysteme 



du fluide nerveux qui 



«e peut etre connu qu'indirectement . mais dont 
a existence est attested par des phenomenes que 
lui seul peut produire ; 3°. de la sensibility phy- 



sique 



du me'canisme d 



sensations; 4 



de 















! 





















































' 





A 





I 













, 



16 



DISCOURS PR^LIMINAIRE. 



la force product 



d 



mouvemens et des 



LS des an imaux; 5°. de la source de la volonte 
de la faculte de vouloir : 6°. des idees of 



leurs differens ordres ; 7 °. enfin , de quelq 
particuliers de l'entendement , comme de 



de 






tion, des 



moir 



pensees, de l'imag 



de la 



me- 



etc. 



Les considerations expc 
la troisieme partie emb 



dans la second 

sans doute 



des sujets tres-difficiles a examiner , et meme des 



questions qui semblent insolubl 
offrent tant d'interet , que des U 
egard peuvent etre a-vantageuses 
trant des verites inapercues , soit 

voie qui peut conduire a elles. 



mais elles 



ouvrant la 




































Philosophie 






\ 









t 











t 








f 

e 



e 



s 






















PHILOSOPHIE 



t 



ZOOLOGIQUE. 




PREMIERE PARTIE. 

Considerations sur V Histoire naturelle des 
Annnaux , leurs caracteres, leurs 

ports, leur organisation, leur distribu 
twn , leur classification et leurs 



rap 



especes 




Be 



s 



CHAPITRE PREMIER. 

Parties de VArt dans les productions de la 

Nature. 




A r t o u T dans la nature 



ou l'homn 






force d'acque'rir des connoissances, il 



ef- 



obl 



g 



d'employer des 



moy 



particuliers 



pour mettre de I'ordre parmi les obj 



finiment nombreux et varie's qu 
2 °- pour distinguer sans confusion 



onsidere 
parmi l'im 



^ense multitude de ces objets , soit des groupes 
f Ceux ^ a quelque interet de connote 



chacun d 



en parti 



Q 



noitre , soit 
nfin, pour 
2 





































I 





















i 



I 







i 







7 













I 




I 



I 














I 



8 



DES PARTIES DE l'aRT. 



communiquer 



emblabl 



out ce qu'il a appris , remarque" et pense a 1 
gard. Or ,. les moyens qu'il emploie dans ces v 

que je nomme les parties de I 



dans les sciences 



parties qu'il faut 



bien se garder de confondre avec les lois et les 
actes memes de la nature. 
De inemp qu'il est ndeessa 



d 



de distingu 



l'art de ce qui est le propre de la 
meme aussi Ton doit distinguer dans 
deux interets fort differens qui nou 



ce qui appartient 



de 



connoitre les product 

pouvons observer. 



nous portent a 

■ 

naturelles que nous 



L'un , 



r 

fFectivement , est un inter et 



qu 



) e 



nomme economique 3 parce qu'il prend Sc 
dans les besoms econoiniqnes et d'agrement de 

, relativement aux productions de la 



homme 



qu'il veut faire 



ge. Dans 



pouvoir lui etre utiles 



qua ceux qu 



L 



4 

fort different d 



premier 



cet 



philosophique qui nous fait de"sirer d 



e 



produ 



la nature elle-meme dans chacune de 



3 



afin de saisir sa march 



ses 



perations , et de nous former une idee 



de tout ce quelle fait exister; en un 
procure ce genre de connoissances qui 



qui 













/ 











\ 



• 






DES PARTIES DE L' A R T, 



I 



9 



tablem 



* 

le naturaliste. D 



cette vue , 



qui ne peut etre que particuliere a un petit 



br 



ob 



qui s y livrent s'interessent egalement 
productions naturelles qu'ils peuvent 



Les besoins ^conomiques et d'agrement firent 
d'abord imaginer successivement les differentes 



parties de Part employees dans les 
turelles; et lorsqu'on parvint a se 

* 
* 

Vinteret d'etudier et de connoitre 1 



penetrer de 



parties d 



offrirent encore d 



nous aider dans cette etude. Ainsi ces 

une utilite indis- 



pourl 

meraes parties de Tart sont d 

pensable , soit pour nous aider dans la connois- 

sance des objets particuliers , soit pour faciliter 

l'e'tude et l'avan cement des sciences naturelles . 



enfin pour que 



puissions 



noitre parmi i'enorme quantite d'objets differ ens 
qui en font le sujet principal. 

Maintenant , Vinteret philo s ophique qu'offrent 
les sciences dont il est question , quoique moins 

ge'neralement senti que eelui qui est relatif a nos 
besoins economiques , force de sdparer tout ce 
qui appartient a l'art de ce qui est le propre de 
la nature , et de borner , dans des limites con- 

venables 
der aux 
conds t< 



deration que Ton doit 



premiers objets, pour attacher 
ute l'importance qu'ils meritent. 



i 


















\ 









/ 








































\ 































/ 




20 



DES PARTIES DE L' ART. 

Les parties de Fart dans les sciences naturell 



sont : 



I 



o 



1 

Les distributions systematiques 



4 



2. 

■ 

4 

5 

6 



O 



L 



it particuliere 

classes; 



g e 






o 



o 



i 



Les ordres; 

- 

Les families: 
Les genres; 

La nomenclature , soit des diverses coupe! 
soit des objets particuliers. 

Ges six sortesde parties generalement employ e'es 
dans les sciences naturelles sont uniquement des 
produits de l'art dont il a fallu faire usage pour 
ger, diviser, et nous mettre aportee d'etudier, 



de 



de comparer ? de reconnoitre et d 

tes productions naturelles obseryees. I 

n'a rien fait de semblable ; . et au lieu 

abuser en confondant nos ceuvres avec ies sien 

nes , nous devons reconnoitre que les classes , le 

ordres, les families 9 les genres et les nomencla 



lures a leur egard 



des moyens d 



invention , dont nous ne saurions nous passer 






qu 



faut 



ployer avec discret 



les 



mettant a des principes convenus , afin d 
les changemens arbitrages qui en detrui 



g 



Sans doute 



dispensable de classer 



les productions de la nature , et d'etablir parmi 






• 

































\ 



• 





















DES PARTIES DE l'art 



2F 



diffdre 



sortes de divisio 



des classes , des ordres , des fi 



desg 



que 



enfin, il falloit determiner ce qu'on norame des 



speces 



div 

1 P\> 



gner des noras parti 



genres d'objets. Les bornes de nos faculty 



g 



et il 



rels 



nous faut des raoyens d 

pour nous aider a fixer nos connoij 

ette multitude prodigieuse de corps 

que nous pouvons observer , et qui ; 



/ 



finiment 

Mais ces classifications, dont 

si heureusement imagine'es par 

ainsi que les divisions et sous- divisions qu 

presentent , sont des moyens , tout-a-fait a 



naturalistes , 



fi 



Ri 



tro 



de tout cela , je 






rep 



ne se 



dans la nature , malgre' le fondement qu 



paroissent leur do 



F • 



portions d 



V 



app 



a 



qui nous sont connues , et qui 
;tre isole'es. Aussi Ton peut a 



que , parmi ses productions , la nature n'a 






re ellement forme ni classes , ni ordres 
J^Hes , ni genres, ni especes consta: 

ment des individus qui se succed 



ni fa 



produits. Or 



races 



qui ressemblent a ceux qui les ont 
3es individus appartiennent a des 



* 

d'org 



finiment diversifies , 
tes les formes et dans 



qui se nuancent 

toua les degres 



et qui chacune se conservent 



































t 






































! 






/ 










2 



DES PARTIES DE LART. 



sans mutation , tant qu'aucune cause de chang 



ment nag 



elle 






s. 



Exposons quelques developpemens 



l'egard de chacune des 



parties de Tart em- 



ployees dans les sciences naturelles. 

Les distributions systematiques. J'appelle dis 
tribution systematique , soit generate , soit par- 



d 



de v^g 



qui nest pas conforme a l'ordre de la nature , 
o'est-a-dire , qui ne represente pas , soit son ordre 
en entier , soit quelque portion de cet ordre, et 
consequemment qui n'est pas fondee sur la con- 
sideration des rapports bien determines. 

On est maintenant par faite ment fonde a recon- 



parrni 
corps 



in ordre etabli par la n 

productions dans chaq 
tns : cet ordre est celu 



g 



des 



dans lequel 



i 



chacun de ces corps a ete forme dans son origine. 

unique , essentiellement 



am 



que 






Ce meme ordre est 

sans division dans chaque regne org 
peut nous etre counu a l'aide de la connois 
des rapports particuliers et generaux qui 



et 



g 



les differens objets qui font par tie de 

vivans qui se trouvent 



L 



corps 



deux extremites de 



ordre 



lement entre eux le moins de rapports, et pre- 
sentent dans leur organisation et leur forme , 
les plus grandes differences possibles. 









i 



. 



I 

























Is 

I 






t 
t 







e 
t 






J 






DES PARTIES DE L ART. 



20 



C'est ce meme ordre qui devra remplacer , a 
mesure que nous le connoitrons , ces distribu- 
tions systematiques ou artificielles que nous avons 



forces de creer pour 



o 



d'une maniere 



commode les differens corps naturels que nous 
avons observes. 

En effet, a 1'egard des corps organises divers, 
reconnus par f observation , on n'a pense d'abord 
qu'a la commodite et a la facility des distinctions 
entre ces objets ; et Ton a ete d'autant plus long- 
temps a rechercher l'ordre meme de la nature 
pour leur distribution , qu'on nen soupc 

meme pas l'existence. 

De la naquirent des classifications de toutes les 
sortes, des systemes et des methodes artificielles , 
fondes sur des considerations tellement arbitrai- 
res, que ces distributions subirent dans leurs 
principes et leur nature des cbangemens presque 




-. / 



aussi frequens qu'il y eut d'auteurs qui s en sont 

oecupes. 
A Fegard des plantes , le systime sexuel de 

Linne , tout ingenieux qu'il est , presente tine' 
distribution systematique generate ; et relative- 
*nent. aux insectes , Yentomologie de Fabric ins 
offre une distribution systematique particuliere. 
II a fallu que la philosophic des sciences na- 
turelles ait fait, dans ces derniers temps, tous 
les progres que nous lui eonnoissous , pour que 


























































/ 



** 



Von 

de 1 



DES PARTIES DE l'art, 

>it enfin convaincu , au moins en France 

necessity dandier la ^thode naturelle. 
c est-a-dire de rechercher dans nos distributions \ 
ovdre meme qui est propre a la nature; car eel 
ordre est le seul qui soit stable , inde'pendant de 

tout arbitrage , et digne de l'attention du natu- 
raliste. 

i 

9 ^ 

Parmi les v^getaux , la methode naturelle esl 
extremement difficile a dtablir , a cause de l'obs- 

'es carac teres d'organisa- 
corps vivans,et dans les 
gard peuvent offrir les 



qui regne dan 



de 



differenc 



qu 



9> 



cet 



plantes des diverses families. Cependant , dep 



de , 
que 



observations de M. ^4nto 



on 



fait un grand 



b 



ers la methode naturelle ; des families nom- 
breuses ont 6t6 fbrmees d'apres la consideration 
des rapports. Mais il reste a determiner solide. 

la disposition generale de toutes ces families 



entre 



A 



par consequent 



ment de cet ordre ; mais le 



de l'ordre 
commence- 
et surtout 



fin du meme ordre , se trouvent encore a la 
erci de farbitraire. 

II n'en est pas de meme relativement aux ani 
mx; leur organisation, beaucoup mieux pro 
ncee , offrant diffe'rens systemes p[ ns Faciles a 
sir , a permis d'avancer davanta? fi U fr^ a ;i i 






\ 






























'• ;• .. 


















DES PARTIES DE JL'ART. 



5 



1 



e re 



Jeur e'gard. Aussi l'ordre meme de la nature , dans 

gne animal , est maintenant esquisse , dans ses 
?es principals , d'une maniere stable et satis- 

Les limites seules des classes, de leurs 



fa 



°rdres, des families et 
e xposees a larb 



des g 



encore 



Si 



fo 



rme encore des distributions syste 
fatigues parmi les animaux , ces distributions 



du 

cell 

Ain 



moms , ne sont 
es des obipfs n-™; 



que particulie 



comme 



5 * 



butions que 



faites despoissons et des oiseaucc sont encore des 

distributions systematiques. 

l'egard des corps vivans , plus on s'abaisse 

du gcU uiui vers le parti culler , moms les carac- 
ten 



A 



general vers le parti culier , moins les 

s qui servent a la determination des rapports 



difficil 



plus l'ordre meme de 



Les Classes. On donne le nom de classe 

sorte de divisions generates que 



Prem 



e *ablit dans un regne. Les autres divisions q 
* °u forme 



tr 



e s noms 

Plus nn 



parmi celles-ci recoivent alors d'au- 

■ 

nous en parlerons dans l'instant 

nces a l'egard des rapports 



posent un 



g 



i 



e ntre les objets qui con 
avanc^es , plus les classes que l'on etablit 
diviser primairement ce regne , sont bom 
paroissent naturelles,si, en les formant, oi 



sont 









\ 















i 


















' 


























J 









it 







I 











I 













'! 












































« 














26 



DES PARTIES DE l'ARx. 



egard aux rapports reconnus. Ne'anmoins , les 
limites de ces classes , meme des meilleures , sont 
eVidemnient artificielles : aussi subiront-elles tou- 
jours les variations de Tarbitraire de la part des 
auteurs tant que les naturalistes ne conviendront 

1 

pas a leur egard de certains principes de Tart , 
et ne s'y soumettront pas. 

Ainsi , lors meme que l'ordre de la nature se- 
roit parfaitement connu dans unregne , lesclasses 

que Ton sera oblige dy etablir pour le diviser , 
conshtueront toujours des coupes ve'ritablement 
artificielles. 



\ 



Cependant , surtout dans le regne animal , plu- 
sieurs de ces coupes paroissent reellement for- 
mees par la nature elle-meme ; et, certes, on 
aura long-temps de la peine a croire que les 
mammiferes , que les oiseaux , etc. , ne soient pas 
des classes bien isolees, formees par la nature. 
Ge n'est , malgre cela , qu'une illusion , et c'est 
a la fois un resultat des bornes de nos connois- 

■ 

sances a Vegard des animaux qui existent ou qui 
QJBLLexiste. Plus nous aVanc,ons nos connoissances 
d' observation , plus nous acqueYons des preuves 
que les limites des classes , meme de celles qui 
paroissent le plus isolees , sont dans le cas de se 
voir effacees par nos nouvelles decouvertes. Deja 
les orniihorinques et les echidnees semblent in- 

diquerl'existence danimaux interme'diaires entre 































1 



w 



% 







' 












. 







/ 




















es 
nt 



es 
Int 

t, 



s 



nt 



l- 



Ir- 
n 



s 



s 



e. 



t 



i 



s 
s 



1 



e 



• t 



a 



e 



DES PARTIES DE L ART. 



27 



le 



s oiseaux et les mammiferes. Combien les 



sciences naturelles n'auroient-elles pas a gagner , 
si la vaste region de la Nouvelle-Hollande et 
bien d'autres nous etoient plus connues! 

Si les classes sont la premiere sorte de divi- 
sions que Ton parvient a etablir dans un regne , 
il s'ensuit que les divisions que Ton pourra for- 
mer entre les objets qui appartiennent a nne 






clas 



se , ne peuvent etre des classes ; car 



il est 



evidemment inconvenable d'etablir des classes 

dans une classe. G'est cependant ce que Ton a 
fait : Brisson^ dans son Ornithologie , a divise la 

■ 

classe des oiseaux en differentes classes parti 

culieres. 

De meme que la nature est partout regie par 
des lois,l'art, de son cote", doit etre assujetti a 
des regies. Tant qu'il en manquera , ou qu'eiles 
He seront pas suivies , ses produits seront vacil- 
lans, et son objet sera manque. 

Des naturalistes modernes out introduit I'usage 
de diviser une classe. en plusieurs sous classes j 



et d 



ensuite ont applique" cette id 



a 



X 



nient 



gard niSme des genres ; en sorte qu'ils for- 

seulement des sous-classes, mais, en 
des sous-genres ; et bientdt nos distribu- 

sous - classes , des sous- 



is 



pr^senteront des 



ordres , des sous-families , des sous-genres et des 
sous-especcs. G'est un abus inconsidere de Tart, 





































/ 
















A 








I 










II 














I 









i 




28 



DES PARTIES DE L' A R T. 






/ 



qui de'truit l'hierarchie et la simplicity des divi 
sionsque Linne avoit proposers par son exemple 
et qu'on avoit adoptees gene^ralement. 

La diversite des objets qui appartieiment a une 
classe, soit d'animaux , soit de vege'taux, est quel- 
quefois si grande , qu'il est alors n^cessaire d'^ta- 
blir beaucoup de divisions et de sous-division* 



parmi les objets de cette classe ; mais l'interet 
de la science veut que les parties de Fart aient 

plus grande simplicity possible , afin 



de faciliter l'etud 



Or , cet inte'ret permet 



doute , toutes les divisions et sous-divis 



cessaires ; mais il s'oppose a ce que chaque divi- 
sion et chaque sous-division ait une denomina- 

* 

tion particuliere. II faut mettre un terme aux 
abus de nomenclature , sans quoi la nomencla- 
ture deviendroit un sujet plus difficile a con- 



der 



que les objets memes que 



doit 



c on- 



er. 






Les Ordres. On doit donner le nom d'ordre 
x divisions principals et de la premiere sorte 



qui partagent une classe ; et si ces divisions of- 
frentlesmoyens d'en former d'antres en les sous- 
divisant elles-memes , ces sou* 
plus des ordres ; il se roit tres-inconvenable de 



div 



Par 



donner 
ixemple 



classe des mollusq 



pre 



facilite d'etablir parmi ces animaux deux 










/ 












T 



■ 












BE ( S PARTIES DE I,' A R T. 



grandes divisions principals , les uns ayant 
*ete, des yeux , etc. , et se regenerant par ac 
Plement; tandisque les autres sont sans tete 

■ 

yeux, etc., et ne subissent aucun accoupleD 



9 



Pour se regenerer. L 



lioliusques cephales 



ttiollusques acephales doivent done etre considered 
comme les deux ordres de cette classe. Cepen- 
aant chacun de ces ordres peut se partager en 
pmsieurs coupes remarquables. Or , cette consi- 
deration n'est pas un motif qui puisse autoriser a 
donner le nom $ ordre , ni meme celui de sous* 
ordre a chacune des coupes dont il s Wit. Ainsi 



coupes qui di 



\ 



consider e 



comme des sections, comine de 



grandes families susceptibles elles-memes d 



di 



; 



S 



Gonservons dans les parties de l'art la grande 
sunplicite etla belle hierarchic etablies par Linne- 



besoin de sous-diviser bie 



des 



*ois les orJres, e'est-a-dire les principals divi 



d'une classe , formons de . 

^tant qu'il en sera necessaire , et ne leu 

* 

gnons point de denomination particuliere 
Les ordres qui divisent une classe doive 



assi- 



d 



''etend 



par des 



caracteres importans qu 
objets compris dans cha 



que ordre ; mais on ne leur doit assig 

nom particulier applicable aux objets° 



* ^ 












V 


















;'■ 

























\ 










if 















s 



! 



/ 






3o DES PARTIES DEL ART. 

La meme chose doit avoir lieu a l'egard des 
sections que le besoin obligera de former paruii 
les ordres d'une classe. 

Xes Families. On donne le nom &q famille a des 
portions de l'ordre de la nature , reconnues dans 
l'un oul'autre regne des corps vivans. Ces portions 
de l'ordre naturel sont, d'une part, moins grandes 



que les classes et meme que 



rdres . et de 



l'autre part 3 elles sont plus grandes que les genres 
Mais quelque naturelles que soient les families 
tous les genres qu'elles comprennent etant con 
venablement rapproches par leurs vrais rap 

ports ^ les limites qui circonscrivent ces famille: 
sont toujours artificielles. Aussia mesure que Toi 
etudiera davantage les productions de la nature 
et que Ton en observera de nouvelles , nous ver 

I 

rons, de la part des naturalistes , de perpe'tuelle 

- 

variations dans les limites des families ; 
divisant une famille en plusieurs famill 



les 



uns 



nou- 



plusieurs families 



seule , enfin les 



famille deja connue , Fagrandissant 5 et reculant 
par-la les limites qu'on lui avoit assignees. 

Si toutes les races ( ce qu'on nomine les espe- 
ces ) qui appartiennent a un regne des corps vi- 



pports qui 



par fakement connues , 
se trouvent entre ch 



de 



r 



qu'entre les differentes masses qu 



I 













\ 
















1 

DES PARTIES DE L'ART 



3 



forment , l'^toient pareillement , de maniere que 



partout le rapprochement de 



cement de 
*nes aux i 

ACS fVla.Q.QPQ 



p> 



divers groupes fussent confor 



pports naturels de 



objets 



des famill 



ordres , les sections et les g 



d 



c ^r toutes ces 



differentes grandeurs 



coupes seroient des portions 



grandes ou petites de l'ordre 

Bans le cas que je viens de citer, rien, sans 
doute , ne seroit plus difficile que d'assigner des 
limites entre ces differentes coup 



les fero 
cord qu 



arb 



que des vides dans 1 



a sene 



montreroient clairement 



Heureusement , pour l'execution de Fart qu'il 
^us importe dmtroduire dans nos distributions , 
y a tant de races d'animaux et de ve'ge'taux qui 
>us sont encore inconnues , et ily en a tant qui 
le seront vraisemblablement toujours , parce 



i 



que les 



qu 



habitent 



d 



le 



stances y 
Vides qui 



ob 



dans 



cir- 
que 



tendue de la 






fo 



des animaux , soit des vegetaux , 
long-temps encore , et peut-etre 
des moyens de limiter la plupart des 



pes qu'ii f audra f ormer 



L 



1 



ge et une sorte de necessite exigent que 






assigue a chaque famille , comme 



chaq 






























- 












■ 



* 



























■ 
i 






y 




































































%. 




















X 



\ 



S 









/ 
















i 




02 



DES PARTIES DE l'aRT. 



genre , un nom particulier applicable aux objets 
qui en font partie. De laresulte que le 



s varia- 



de ch 



dans les limites des families , leur e'tendue 
deter mir 

igenient 



une cause 



Les Genre 



d 



dans leur nomenclature. 
On donne le nom de genre 



des 



d'apres 



d 



dites especes, rapproch 



de leurs 



de 



pports 



et 



des i 
pour 



petites series limite'es par 



que Ton choisit arbitrairem 



Lorsqu'un genre est bien fait , toutes les races 
especes qu'il comprend , se ressemblent par 

s plus essentiels et les plus nom- 



breux , doivent 



ellement les 



unes a cote des autres , et ne different entre elles 
que par des caracteres de moindre importance , 
lais qui sufEsent pour les distinguer. 
Ainsi , les genres bien faits sont veritablement 



i 



dire de 



de petites families _, c'est-a 
portions de l'ordre meme de la nature. 
Mais , de meme que les series auxquell 



itables 



donnon 



nom de families 



ptibles 



de varier dans leurs limites et leur etendue , par 
les opinions des auteurs qui changent arbitraire- 
ment les considerations qu'ils eraploient pour les 
former; de meme aussi les limites qui circons- 



genres , sont pareillement expose 



d 



s 







■W '»^B* 

















DES PARTIES DE L'aRT. 



3 



des variations 



/ 



finies ,' parce que les diffi 



Or, comme les 



auteurs changent, selon leur grc 
employes a leur determination, 
genres exigent qu'un nom particulier soit assi 
a chacun d'eux , et que chaque variation dan 
determination d'un genre entraine presque 1 
jours un changement de nom, il est difficile d 



primer comb 



mutations perp 



des 



genres nuisent a l'avancement de 



rell 



ncomb 



synonymie, surcharg 
dent l'etude de ces sci 






difficile et desagreable. 



■ 



Quand les naturalistes consentiront-ils a s'as 



jettir a des principes de c 
gler dune maniere unifor 



dans 



po 
tab 



ment des genres, etc., etc. ? mais, seduits par 
consideration des rapports naturels qu'ils recc 
noissent entre les objets qu'ils ont rapprochc 
presque tous croient encore que les genre. 



> 



blL 

font 



families , les ordres et les classes 



P 



sont reellen 
attention q 



d 



qu 



bonnes series 



lis 
qu 



ne 



i • 



parviennent a former a i'aide de l'etude des rap 
ports sont a la verite dans la nature j car ce son 
des portions grandes ou petites de son 



ordre 






que 



gnes de separation qu 



porte d etablir de distance en distance pour d 



°rdre naturel , n'y sont nuilement 



3 








31 



\ 




i 







































































i 






















) 




■ 














. 















t 







i>4 PES PARTIES DE L'ART. 

Consequeminent , les genres , les families , les 
sections di verses , les ordres et les classes memes, 
sont veritablemeht des parlies deVart, quelque 
naturelles que soient' les series bien forme'es qui 
constituent ces differentes 



coup 



Sans dout 






d'un 
pour 



etablissement est ne'cessaire, et leur b 



utilite evid 



et indispensable ; mais 



ch 



pas detruire , par des abus toujours 
, tous les avantages que ces parties de 
procurent , il faut que l'institution de 



d 



des reg 



soit assujettie a des princip 



fois 



con venues, et qu 



La Nomenclat 



j soumettent. 
II s'agit ici d 



sixieme 



des parties de l'art qu 



fallu employer pou 



g 



Jement des sciences naturelles. On appelle 
clature, le systeme des noms que Ton as- 
soit aux objets 



par 



comme a 



1 



chaque race ou espece de corps vivan 
differens groupes de ces objets, comme k chaq 
genre , chaque famille et chaque classe. 

Afin de designer clairement Tobjet de la 
menclature , qui n'embrasse que les noms donne"_ 

jnres, aux families et aux 
distinguer la nomenclature de 



no- 



especes 



classes , 



do 



aux g 



cette autre partie de l'art que Ton nonime tech 
nologie , celle-ci etant uniquement relative au? 
denominations que Ton donne auxparties des corp 
naturels. 


































DES PARTIES DE L A R T. 



35 



« Toutes les decouvertes , toutes les observa- 
tions des naturalistes seroient necessairement 
tombees dans 1'oubli et perdues pour l'usage de 
la societe , si les objets qu'ils ont observes et de- 
terminds n'avoient recu chacun un nom qui 
puisse servir a les designer dans l'instant , lors- 
qu on en parle , on lorsqu'on les cite. » Diet, de 
Botanique 3 art. Nomenclature* 



Ii est de 



evidence que la nomen claim 



histoire naturelle, est une partie de Tart, e 
5 e'esfe un moyen qu'il a ete necessaire d'em 






sur 



que e'esfe un 

ployer pour fixer nos idees a 1'egard des pro 

tions naturelles observees , et pour pouvoir tr 

mettre , soit ces idees, soit nos observations 
les objets qu'elles concernent. 

Sans doute cette partie de l'art doit etre assu- 
jettie comme les autres, a des regies convenues 
ct generaiement suivies ; mais il faut remarquer 
que les abus quelle presente partout dans l'em- 
ploi quon en a fait, et dont on a tant de raisons 



d 



e se plaindre, pi 



principalement de 



qui se sont introduits , et qui se multipl 



1' 



le 
d< 



) 



dai 



parties de 



En effet . le deTaut de re 



o 



convenues , rela- 



,1 



formation des genres , des families e 
s meraes , exposant ces parties de l'arl 
s variations de Farbitraire s la nomen 



f 












k 







I 






v ' 


















IT 































f* 




4 







t 







if 
















i 















36 



DES PARTIES DE l'art. 



clature en eprouve une suite de mutations sans 
bornes. Jamais elle ne pourra etre fixee tant que 
- defaut subsistera; et la sjnonrmie , deja d'une 



etendue immense 



saccroitra tou jours 



Viendra de plus en plus incapable de repar 
pared ddsordre qui annulle tons les avan 
de la science. 

^ Si Ton eut considere" q Ue toutes les lig 



de 



§ 



_ les d 
que ion peut tracer dans l a s ^ rie de 



objets quicompose un des regnesdes corp 
sonl reellement artificielles , sauf celles qui 



des vides 



Mais on n'y a point p 

meme pas, et presque jusqu 
ralistes n'ont eu 



empiir , cela ne fut point 



on ne s'en dout 



de mettre en evidenc 



en vue que d'etablir des di 

objets , ce que je vais essays 



et 



rels 
fair< 



En effet, pour parvenir a nous procurer 
>us conserver 1'usage de tons les corps natu- 
qui sont a notre porte'e , et que nous pouvons 
» seryir a nos besoins , on a senti qu'une de- 

precise des caracteres pro- 



pres de chacun de ces corps 
consequemment qu'il fall 



terminer les 



particu 



chercber et de 



de forme , de prop 



d'org 



d 



qui differencient les diVers corps naturels afin 
de pouvoir en tout temps les reconnoitre et l«* 



















/ 










' . > 



!.-♦"" '*■**»*■ "*M P 
















DES PARTIES DE L'ART. 






dl stinguer les uns des autres. C'est ce que les 



uaturalistes , a force d'examiner les obj 
)«squ' a un certain point, parvenus a ( 
» Gette partie des travaux des natur 
c elle qui est la plus 
r aison , depuis envii 



uter. 



est 



avancee : on a fait 



un siecle et demi, des 



fforts immenses pour la perfectionner 



Vpelle nous aide 
Vellement observ 



parce 



qui a ete noii- 



nons avons deja connu ; et parce 



ppel 



fixer les 

prietes sont on se 

nous etre utiles. 



qn< 
dont 



que 
doit 



de 



r. 

d 



Mais les naturalistes s'appesantissant trop 
ploi de toutes ces 



consider 



a Te^ard 



lignes de separation qu'ils en p 
pour diviser la se'rie generate , 




obte 



des 



cl.usi 



des vegetaux , et se livrant pr 



sivement a ce seul genre de travail , sans le 

vue i et 



consider 



sous son veritable point de 



peiiser a s'entendre 



dir 



Prealablem 



■ 

des 



gles de convention pour 




rand 



1 * ■" 

"miter l'etendue de chaque partie de 

e ntreprise , et pour fixer les principes de chaque 
determination , quantite d'abus se sont intro- 
c uits : en sorte que chacun changeant arbitrai- 
rement l es considerations pour la formation des 
classes , des ordres et des genres , de nombreuses 

























X 


































; 





















I 



. 
























I 









58 



DES PARTIES DE L'ART. 



classifications diffe 

* 

tees au public , les 



genres subisser 



pr 



ment des mutations sans bornes, et les produc- 

, par une suite de cette mar- 
, changent perpetuellement de 



de 1 



die 



inconsideree 



n om . 



» II en re'sulte que maintenant la synonymie, en 
histoire naturelle , est d'une etendue eflrayante , 
que chaque jour la science s'obscurcit de plus 

en plus, quelle s'enveloppe de difficultes pres- 
que insurraontables , et que le plus bel effort de 
1'homme pour etablir les moyens de reconnoitre 
et distinguer tout ce que la nature offre a son 
observation et a son usage , est ehcinge en un de- 
dale immense dans lequel on tremble , avec rai- 
son, de s'enfoncer. » Discours d'ouvert. du Cours 

de 1806, p. 5 et 6. 

Voila les suites de l'oubli de distinguer ce qui 



appartient re"ellement a Part de 



ce qui est le 



propre de la nature , et de ne s'etre pas occupe 
de trouver des regies convenables pour deter- 
miner moins arbitrairement les divisions qu'il 

importoit d' etablir. 


















, 
















. 1 



























\ 






i : 









1 






* 






>' v -- 






B 
























\ 



» 






\ 



IMPORTANCE DES RAPPORTS 



-"VV VllWtWVVU *VWW% 



°9 














CHAPITRE 



II. 



9 

Importance de la Consideration des Rapports 



J armi les corps vivans , on a donne" le nom de 
rapport , eiitre deux objets consider es compara- 

tivement, a des traits d'analogie ou de ressem- 
blance , pris dans l'ensemble ou la generalite de 
leurs parties , niais en attachant plus de valeur 

aux plus essentielles. Plus ces traits ont de con- 
formite et d'e'tendue , plus les rapports entre les 

objets qui les offrent sont considerables. lis in- 
diquent une sorte de parente entre les corps vi- 
vans qui sont dans ce cas 5 et font sentir la neces- 
site de les rapprocher dans nos distributions 
proportionnellement a la grandeur de leurs rap- 

ports. 

Quel changement les sciences naturelles n'ont- 
elles pas eprouve dans leur marche et dans leurs 



progres, depuis qu'on a commence a donner 



tine attention serieuse a la consideration des rap- 
ports 3 et surtout depuis que Ton a determine les 
vrais principes qui concernent ces rapports et 
leur val 



eur ! 



Avant ce cbangement , nos distributions bota- 












I 





















I 








































I 




;; 



• 







■ 






I 







4 



IMPORTANCE 



niques etoient enticement a la merci de l'arbi- 

du concours des systemes artificiels de 



tons les auteurs ; et dans 




;ne animal , les 




rand 






P 



i 



vertebres , qui embrassent la plu 
des animaux connns , offroient 



dans ieur distribution , les assembl 
disparates , les uns sous le nom dm 



Pi 



les plus diffi 



de vers y pres 
1 et les plus 



o 




des rapports 

face des. chos< 
arard:. et deso: 




on 



continue detudier fh 



gres sont assures. 

La consirMratir 



pro 






d 



peche tout arbitraire d 
tati 



3 



rapports 

notre paj 



rels 



ein- 



ve 



que nous formons pour distribuer meth 



diquemen t les corps org 



e montre la loi 
de la nntnrp. qui doit nous dirieer dans la me- 



tbode naturelle : 



o 



fb 



opinions de 



tnralistesa se reunir a Fesard du ran* qu 



>• 



b 



assignent. d'abord 



t> 



istrib 



masses principales 



qu 
ob 



en 



fi 



particuliers dont ces masses sont comp 



eile les contraint 



a 



representor 
donnant l'e 



rdre 



a 



pro 



d 



e 



Am* tout ce q ui concerne les rapports qu'ont 



\ 






1 













D E S R A P P O R T S. 

* 

| 

n tre eux les diflerens animaux , doit faire , « 
toute division ou toute classification parcni 



4 



1 



E 



important objet d 



cherche 



n 



ii 



deration des rapp 



ne s a 



entre 1 



t pc 
esp 



seulement de 



mais 



qui existent 
meme temps 



Question de fixer les rapports generaux de 



1 



dres quirapprochent ou eloig 



^ue Ton doit considerer comp 



/ 



L 



differ ens 



fourniss 



peuver 
format 



• 

des parties exterieures. S 



lenient considerable 



que 



les 






parties essentielles , mais meme les parties exte 



ffr 



bl 



aucune differe 



d 



nsideres ne sont que des 



l udividus dune meme espece; mais si, malgre 



par 



*etendue des rapports, les 
presenlent des differences saisissabl 
Hioindres cependant que les ressembl 



exterieures 



differentes d 



L 



objetseonsideres sont des esp 
meme genre. 






p 



portante etude des rapports ne se borne 



a 



comp 



des classes 5 des £ 



1 



es 



app 



elle embr 



especes 
ts qui i 



* 

;ntre elles, pour determiner 

trouvent entre ces objets; 

la consideration, des. parties 




\ 






A ■ 



fr 











































V^*K.-\A 















I 






I 










I 




\ 







42, 

qui 



IMPORTANCE 



mposent Jes individ 



entre elJes les 



memes 



de trouve un moyen solide de 
t l'identite des individus d 



et en comparant 
de parties, eette 



meme race 



tinctes 



difference qui existe entre les races dis 



En effi 






remarque que les proport 



et les dispositions des parties de tons les indivi- 
dus qui composent une espece ou nne race se 

montroient toujours les memes , et par-la parois- 
soient se conserver toujours. On en a conclu , 
avec raison , que d'apres l'examen de quelques 

parties separdes dun individu, Ion pouvoit de- 
terminer a quelle espece connue ou nouvelle 
pour nous, ces parties appartiennent. 

Ce moyen est tres-favorable a 1'avancement de 
nos connoissances sur l'etat des productions de 



nature a 1 epoque ou nous ob 



Mais 



determinations qui en resultent ne peuvent 



valables que pendant un temps limits ; car les 
races elles-memes changent dans l'etat de leurs 
parties , a mesure que les circonstances qui in- 
fluent sur elles changent considerablement. A 



v^rit 
tent qu 



comme ces chansemens 



& 



s execu- 



nne lenteur dnorme 



qui nous les 



d toujours insensibles , les proportions 



disp 



des parties paroissent 



les 



memes a l'obseryateur , qui effectivenient 













• *■ > 











DES RAPPORTS. 



40 



voit jamais changer; et lorsqu'il en rencontre 
<jui ont subi ces changemens , comme il n'a pu 



1 



es observer , il suppose que les differences qu'il 



aperc 



II n'en est p 



qu'en compa 



rant des parties de meme sorte qui appartiennent 
a differens individus , Ton determine facilement 

J i 

et surement les rapports prochains oti eloignes 

/ 

qui se trouvent entre ces parties, et que par 



parties appartiennent 
race ou de races dif- 



suite on reconnoit si ces 
a des individus de meme 
ferentes. 

II n'y a que la consequence gdnerale qui esl 
defectueuse, ayant ete tiree trop inconsiderdment 



J'aurai plus d 
le cours de c 



de le prouver d 



■g 



L 



ipports sont tou jours 



* 

plets lors- 



qu'ils ne portent que 
Id 



derat 



e, c'est-a-dire , lorsqu'ils ne sont ddt 



que d'apres 



onsideration d'une par 



pr 



parement. Mais quoiqu'incomplets, les rapports 



fond 



es sur 



la 



derat 



d 



par tie 






t neanmoins d'autant plus grands , que la par- 
qui les fournit est plus essentielle , et vice 



versa. 



II 



y a done des degres determinables parmi 
les rapports reconnus , et des valeurs d'impor- 
tance parmi les parties qui peuvent fournir ces 






fl 












! 




































■ 


















+ * 






i 












*4 






IMPORTANCE 




.pports. A 



restee 







ppi 



cette connoissance seroit 
t et sans utilite, si, dans 






( 









les corps vivans, l'on n'eut distingue les parties 
les plus importantes de celles qui le sont moins ; 
et siparmi ces parties importantes, qui sont de 
plusieurs sortes, on n'euUrouve" le principe pro- 



pre 



etabl 



traires. 



des valeurs non 



b 




P* 






Ca 



* 



\ f* i*qui 






1 







v 



Les parties les plus importantes , et qui doivent 
fournir les principaux rapports , sont , dans les 
animaux , celles qui sont essentielles a la conser- 

deleurvie; et dans les vegetaux, celles 
* -isentielles a leur regeneration. 

dans les animaux, ce sera toujours 
d'apres P organisation interieure que Ton deter- 
minera les principaux rapports ; et dans les ve"- 

parties de la 

rapports 



Ains 



getaux , ce sera toujours dans 



fructifi 

qui pel 
vans. 



Mai 



qu 



1 

cherch 



les 



diffe'rens corp 



s 



comme, p 



parties l es p l us importantes a considerer 



rech 



_ 



m des rapports , sont de differentes soi 
seul principe dont il soit convenable d 
faire usage pour determiner, sans arbitrage 1 
degre ^importance de chacunede ces parties 
consiste a considerer, soit le plus grail d emplo 

qu'en fait la nature , soit Importance meme de 1 














. : ■ 






t 



■ 










DES RAPP OR T S. 






5 



J 

faculty qui en re'sulte pour les animaux qui posse- 
dent cette partie. 

Dans les animaux , ou l'organisation interieure 
fournit les principaux rapports a considerer, 
trois sortes d'organes speciaux sont , avec raison ] 
choisis parrai les autres, comme les plus propres 

les plus impor tans. En 



a fourn 



les 



pports 



voici l'indication selon l'ordre de leur impor 



tance 



i 



o 



L organe du sentiment. Les nerfs 



yant 



2. 










un centre ae rapport , soit unique , comme 
dans les animaux qui ont un cerveau , soit 

multiple , comme dans ceux qui ont une 
moelle longitudinale noueuse ; 

IS organe de la respiration. Les poumons , 
les branchies et les trachees ; 
ISorgane de la circulation. Les arteres et 



les vemes , ayant . 

tre d'action , qui i 

Les deux premiers de 



pi 



organes 



generalem 
°onsequen 



ployes par 



plus impor 



sont plus 
la nature , et par 

que le troisieme, 



celui- 
les 

de 



dire , que I 'organe de la circulation 



perd apres 



deux premiers s'dtendent i 

[ deux classes qui suivent ] 

&nfin , des deux premiers 



tandis que 



• 

erustaees. 



du 



qui 



porter en valeur pour 




















•7 









































vH 























! 










46 



IMPORTANCE 



rapports , car il produit la plus e"minente des fa 



animales : et , d 



1 



I 

Si j'avois a parler des vegetaux, en qui les 
parties essentielles a leur regeneration sont les 
seules qui fournissent les principaux caracteres 
pour la determination des rapports , je pre'sen- 
terois ces parties dans leur ordre de valeur ou 
d'iraportance conime ci-apres : 

i°. L'embryon, ses accessoires (les cotyle- 
dons, le perisperme), et la graine qui le 
contient; 

Les parties sexuelles des fleurs , telles que 



a<\ 



le pistil et les etamines; 



- 

3°. Les enveloppes des parties sexuelles ; la 

corolle , le caliee , etc. ; 

\ Les enveloppes de la graine , ou le peri- 
car pe; 



4 



5°. Les corps reproductifs qui n'ont point 



exige de fecondation. 



Ces principes, la plupart reconnus, donnent 
aux sciences naturelles une consistance et une 
solidite qUelles ne posse'doient pas auparavant. 
Les rapports que Ton determine en s'y confor- 
mant, ne sont point assuiettis aux variations de 



l'opinion 

force'es : 



nons a 



et 



de de 



distributions generates deviennen 

nous les perfection 



mesur 



que 
inoyi 



5 



ell 



es se rappro 



\ 















DES RAPPORTS. 



47 



c hent de plus en plus de l'ordre meme de la 

nature- 
Ce fut, en effet, apres avoir senti l'importance 
la consideration des rapports , qu'on vit naitre 



qui 



t£ faits, surtout depuis peu 



de 
les 

d'annees , pour determ 

methode naturelle ; m^thode qui n'est que 1 

quisse traced par 1'hom 



qu 



nomme 



de la 



arch 



pour faire exister ses product 



que 



Maintenant on ne fait plus de cas, en France 
de ces systemes artificiels fonde"s sur des carac 



teres qui eompromettent 



objets qui y 



qui donnoie 



rapports naturels 

systemes 



des divisions et des distri 



butions nuisibles a l'avancement de nos 

sances sur la nature. 

Relativement aux animaux , on estm 
convaincu, avec raison, que c'est 



r 



cest uniquement 
de leur organisation que les rapports naturels 
peuvent etre determines parmi eux ; consequem- 
«ient, c'est principalement de l'anatomie compa- 
re que la zoologie empruntera toutes les lumieres 
qu'exige la determination de ces rapports. Mais 



11 nnporte d'observ 

ftient les faits que 



que ce 

)us dev 



des anatomistes qui 



particuliere- 
ecueillir des 
attache's a 



qu 



decouvrir, et non toujours les conseque 
lis en tirent ; car trop souvent elles tiennent 





















































































48 

des vues qui po 



IMPORTANCE 



p 



A 

e 



de 






les lois et le vrai 




de 






nature. II seinble que chaque fois que l'ho 
observe un fait nouveau quelconque , il soit 
damne a se jeter toujours dans quelqu'e 



erreui" 



en 



ilant en assigner'la cause, tant son ima- 
gination est feconde en citation d'idees, et parce 
qu'il neglige trop de guider'ses jugemens par les 

nations d'ensemble que les observations 
mtres faits recueillis peuvent lui offrir. 



d 



Lorsqu'on s'occupe des rapports naturels 
5 objets , et que ees rapports sont hien j 
5 especes etant rapproche'es d'apres cette 



sideration 



et rassemblees par groupes entre 



imites, for 



ce qu'on nomme des 



genres pareiilement rapproches d 



pres 




derati 



pports, et reunis 



for 
ces famill 
la nienie ( 



par groupes d'un ordre qui 



t ce qu( 

f 

approch 
deration 



eur est supe 

des families 



de 



meme , et 



sous 



par les 



posent 



mes moyen 
: enfin I ces 



di 



ordre s \ 

t 

ent pri 



tagen 
sions. 



chaque 



s 



P 



Y*^ 



regne en ses principales di 



Ce sont done partout les rapports naturels bien 
juges qui doivent nous guider dans les 



ass em 



blages que nous formons , lorsque nous determi- 



nons 












tT. 




m^mm 



mmt^ 



• 




^v 













DES RAPPORTS 



ft 



49 



Eons les divisions de chaque regne en classes , 
de chaque classe en ordres , de chaque ordre en 
sections ou families , de chaque famille en genres, 
et de chaque genre en differentes especes, s'il 
y a lieu. 

On est parfaitement fonde a penser que la serie 

des etres qui font partie d'un regne etant 






distribute dans 
consideration d 



un ordre partout assujetti a la 
>s rapports , represente V ordre 



que 



meme de la nature; mais , comme je l'ai fait voir 
dans le chapitre pre'ce'dent, il importe de consi- 

derer que les differentes sortes de divisions qu'il 

est necessaire d'dtablir dans cette" serie pour pou- 

voir en connoitre plus facilement les objets , 
n'appartiennent point a la nature , et sont veri- 
tablement artificielles , quoiquelles offrent des 
portions naturelles de l'ordre meme 
ture a institue. 

Si Ton ajoute a ces considerations que , dans le 
regne animal, les rapports doivent 6tre deter- 
mines principalement d'apres l'organisation , et 
que les principes qu'on doit employer pour fixer 
ces rapports ne doivent pas laisser le moindre 
doute sur leur fondement , on aura , dans toutes 
c es considerations, des bases solides pour la phi- 
losophie zoologique. 

On sait que toute science doit avoir sa philo- 
sophic , et que ce n'est que par cette voie qu'elle 

' 4 








































! 






























I 




I 























• 



I 





















/ 







/ 






I 









■ 






$0 



IMPORTANCE 






fait des progres reels. En vain les naturalistes 

s a decrire de nouvelles 
especes, a saisir toutes les nuances et les petites 
particula rites de leurs variations pour agrandir 
la hste immense des especes inscrites , en un mot, 



diversement des genres, en clian 



sans cesse 



ploi des considerat 
i la philosophic de '. 



negligee , ses prog 



pour les 
ience est 
, et l'ou- 



C 



ffe 



imparfait 



Ok 



n 



f 



q 



depuis que Ton a 



de fixer les rapports proch 



gnes q 



diverses product 



de la nature , et entre les objets compr 



dans 



les diffi 



/ 



oupes que nous 



form 



parmi ces productions, que les sciences natu- 
relles ont obtena quelque solidite dans leurs pr in - 
cipes , et une philosophie qui les constitue en ve- 
ritables sciences. 

Que d'avantages-, pour leur perfectionnement, 






distributions et nos classifi 



41 



enes 



pas 



P 



K ts 



que jour de l'etude suivie des rap 



entre les objets 



i 



En it, c'est en etudiant ces rapports qu 



que les animaux infusoires ne pouvoient 



- 



etre associes 



polypes dans h 



a mem e 



que les radiaires ne devoient pas non pi 



polyp 



que 








iMMAailB 









BE S RAPPORTS. 



5 



•> 



cpu sont mollasses , telles que les me'duses et 
fres genres avoisinans que Linne et Brug 
Rieme placoient parmi les mollusques 5 se rap 
prochoient essentiellement des echinides, et de 






C 



iRe suis 



former avec elles une classe par 
3ncore en dtudiant les rappor 



que 



qu 



for 



une 



coupe isolee , eomprenant des animaux tres~dif- 
ferens de ceux 



qui 



radiaires 



a plus fortes raisons les polypes ; que les arach- 
nides ne pouvoient plus faire partie de la classe 
des insectes- et que les cirrhipe des n'etoient ni 

des annelides 3 ni des mollusques. 



Enfin, c'est 



tudiant 



pports que 



par 



d 



i a operer quantite de redressemen 
ms la distribution meme des mollus 

<jues , et que j'ai reconnu que les pteropodes qui 

par leurs rapports , sont 



tres 



distincts, des gasteropodes , ne doivent pas 



quoique 



ephalop 



places entre les gasteropodes 
des ; mais qu'il faut les ranger 

Sfues acephales qu'ils avoisinent , et les gasteropo* 
des ; ces pteropodes etant sans yeux, comme tous 
ies acephale's, et presque sans tete 3 Thy ale menie 
to en offrant plus d'apparente. Voyez dans le sep- 
tieme chapitre qui teriuine cette premiere par- 
distribution particuliere des -Mollusques 



tie , 



Lorsque , parmi les vegdtaux , lMtude des rap 



/ 



1 









1 











































v 














'^Tlr 





















5s 

ports 



IMPORTANCE DES RAPPORTS. 



e les differ entes famill 
plus eclaires , et nous £ 



reconnues 



j 



fait mieux 



connoitre Ie rang que chacune d'elles doit occu- 
per dans la serie generale , alors la distribution 
de ees corps vivans ne laissera plus de prise a 
1'arbitraire , et deviendra plus conforme a l'ordre 



d 






A 



portance de V6tnde des 



rapports 
evidente, qu'on 

tude c omine la 



entre les objets observes est si 

doit maintenant regarder cette < 

principale de celles qui peuvent avancer les 
sciences naturelles. 



s 



































































; 






l 






/ 






■ 








* 






t 

DE i/ESPECE PARMI LES CORPS VlVANS 



53 



' V 



^V%/VY^^ /V * X ^'V V V%. V ^VV^^ 



CHAPITRE III 



p 

De PEspice parmi les Corps vwans , et de I'ide'e 

que nous devons attacker d ce mot. 




E n'est pas un objet futile que de determiner 
positivernent lide'e que nous devoiis nous former 
de ce que l'on nomme des espices parmi les corps 
Vivans , et que de rechercher s'il est vrai que les 

especes ont une Constance absolue , sont 



aussi 



anciennes que la nature, et ont toutes existe 

originairement teiles que nous les observons au- 
jourd'hui: 






ou si, assujetties auX 



gemens de 



circonstances qui ont pu avoir lieu a leur egard , 
quoiqu'avec une extreme lenteur , elles n'ont pas 
change de caractere et de forme par la suite des 
temps. 

Leclaircissement de cette question n'interesse 
Pas settlement nos connoissances zoologiques et 

il est en outre essentiel pour 



^otaniqu 



h 



Je fer 



du globe. 

i voir dans Tun des chapitres qui 
chaque espece a recu de l'influencc 



g-temp 



dans lesquelles elle.s'est, pendant 
encontree , les habitudes que nous 












' 










































V^^^^^OTT 






















.1 J 

































5/« 



r 



D E 



L' E S P E C E 



/ 









lui connoissonsj et que ces habitudes ont elles- 
inemes exerce des influences sur les parties de 
ehaque individu de l'espece , au point qn'elles 
ont modifie' ces parties , et les ont raises en rap- 
port avec les habitudes contractees. Voyons 
d'abord l'idee que Ton s'est formee de ce que Ton 
nomme espece. 

On a appele espece, toute collection d'individus 
semblables qui furent produits par d'autres indi- 

yidus pareils a eux. 

Cette definition est exacte; car tout individu 
jouissant delavie, ressemble toujours, a tres- 
peu pres , a celui ou a ceux dont il provient. 
Mais on ajoute a cette definition, la supposition 
que les individus qui composent une espece ne 
varient jamais dans leur caractere specifique , et 

que consequemment Y espece a une Constance 
absolue dans la nature. 

C'est uniquement cette supposition que je rae 

propose de combattre, parce que des preuves 
evidentes obtenues par l'observation , constatent 
qu'elle n'est pas fondee. 

La supposition presque gendralement admise , 
que les corps vivans constituent des especes cons- 
tamment distinctes par des caracteres invaria- 
bles, et que l'existence de ces especes est aussi 
ancienne que celle de la nature raeme , fut eta- 

blie dans un temps ou Ton n'avoit pas sufEsara- 



\ 


























PAR MI LES CORPS VlVANS. 






observe j et ou les sciences naturelles etoient 

* 

-e a peu presnulles. Elle est tous les iours de- 



1 

qui ont beaucoup 



mentie aux yeux de 

qui ont long-temps 

consults avec fruit les grandes et riches 

tions de nos 



q 



ont 



nos Museum. 
Aussi, tous ceux qui 



f( 



occu- 



pes de 1 
mainten 

embarra 



de de lbistoire naturelle savent que 
les naturalistes sont extremement 



d 



les obi 



doivent regarder eomme des e 

ne sachant pas que les especes 

qu'une Constance relative a la duree des 



?ts q 
En effi 



ii 



u liS 



ment 



dans lesquelle 



sont trouv 



tous 



individus qui 1c 
de ces individ 



presentent 



et 



que certains 



ayant varie , constituent d 



esp 



qui se nuancent avec ceux de quelq 



d 



esp 



di ffi 



pays 



d 



se decident arbi- 
5 , comme varie- 
des individus ob- 

j 

s diverses situa- 



Ii en resulte que la p 






concerne 



d 



du travail qui 



f termination des especes 3 devie 
de jour en jour plus de'fectueuse, c'est-a-dire, pi 



emb 

A 



arrassee et plus confus 



i v crate 



on a 



que , depu 






1.. 1 



s long- 
d'individus qui 



se ressembie 



par leur org 
























* 






























. 



















\ 















\ 















£ 














I 






f 










*-*---v 



I 



D E L'ESPECE 



que par l'ensemble de leurs parties , et qui 



dans le m£me etat , de 



b 



generations , depuis qu'on les connoit , qu 



garder ces collections d 



semblables comme constituant autant 



d'especes invariables. 
Or , n'ayant pas fait 



d 



espe 



doiv 



que les indivi 



P 



l 



que les circonstances qui influ 



maniere d'etre 

ment, et les proven 



ne 



pas essentielle- 
tes s'accordant 



avec ces regenerations successives d 'individus 
semblables . on a 



invariabl 



suppose que chaque espece 
mssi ancienne que la nature , 



avoit eu sa 



creation particuliere de 
part de l'Auteur supreme detout ce qui existe. 
Sans doute, riennexiste que par la volonte du 









sublime Auteur de toutes choses. 
nous lui assigner des regies dans 



Mais pouvons- 
1' execution de 



de 









gard ? Sa puissance in a* 



qu 



Pu 



un 



1 






i 

a tout ce qu 



de choses qui donnat successivement 

ce que nous voyons , com me 

I 

e et que nous ne connoissons 



a tout 









Das 



? 



Assurement , quelle qu'ait ete sa volonte 1 
mensite de sa puissance est toujours la meme 
de quelque maniere que se soit exdcutde 



cette 









■i 






4 
















* ■• *' 





' 






PAR MI LES CORPS VIVANS. 




votonte supreme 
grandeur. 



rien 



pent d 



la 



/ 



mfiii 



Respectant done les decrets de cette sagesse 



me 



p. 



me 



dans les b 



d 



pie ob 



de 



Alors 



parviensa demeler quelque chose dans la marche 
qu'elle a suivie pour operer ses productions, je 
"irai , sans crainte de me tromper , quii a piu 
a son Auteur quelle 

puissance. 



ait cette faculte et cette 



L'idee qu 



de VespSce p 



corps vivans etoit assez sim 



f 



du 



d 
1 



t sembloit confirmee par la Constance dans 
me semblable des individus que la repro- 
on ou la generation perpetuoit : telles se 
r ent encore pour nous un tres-grand nombre 
s especes pre'tendues que nous voyons tous 



s 



t 



d 



e s jours. 

* 

Cependant , plus nous avancons d 
noissance .des differens 
presque toutes les parties de la surface du globe 
s ont couvertes, plus notre embarras s'accroit 
pour determiner ce qui doit etre reearde comme 



avanc 
corp 



di 



plu 



pour limiter et 



A mesure qu'on recueille les productions de J 
nature , k mesure que nos collections s'enrichi 



sent , nous 



°y 



P r 



tous les vide 



se 







i 










&M4J 



& I A 










. 
















Jl 










- f 



.: 



- 









\ 






\ i 



' I 



if 
















i 





















*- -•*■*■ 



































k 







< 


















58 



DE L'ESPECE 



* 



reraplir , et nos lig 



d 



paration s'efFac 



Nous nous trouvons reduits a une determination 



arbitrair 



qui tantot nous porte 



les 






moindres differences des varietes pour en former 
le caractere de ce que nous appelons espece , et 
tantot nous fait declarer variete de telle espece 
des individus un peu differens , que d'autres re- 

gardent comme constituant une espece parti- 
culiere. 

Je le n 



sent 




repete , plus nos collec 
us nous rencontrons d 

ii 

plus ou moins nuance 



enrich 



pr 

que 



1 



es 



5 que 

diffe- 



rences remarquables s'evanouissent, et que le 



pi 



nature 



spo 



riles. 



pour etablir des distinctions , que des par 
rites minutieuses et, en quelque sorte , pue 



\ 



Que de genres , parmi les animaux et les vege- 
taux , sont d'une etendue telle , par la # quantite 
$ especes qu'on y rapporte , que 1'etude et la de- 
termination de ces especes y sont maintenant pres- 



q 



mipraticables! Les especes de ces g 



rannees 




en series et rapprochees d'apres la con 
sideration de leurs rapports naturels, presentent 



qui les avoisinent, des differ 



si 



legeres , qu'elles se nuancent , et que ces especes 
se confondent, en quelque sorte , les 



les autres, ne laissant presque 



unes avec 

moye.n de 






' 



■ - 



V'! 










PARMI LES CORPS V IVANS. 



% 



fixer, par l'expression ,' les petites differences qui 



disting 



II 



for 



n'y a que ceux qui se 



g-temps et 



occup 



de 



determination des 



es- 



peces 5 et qui out consulte de riches collections , 
c jui peuvent savoir jusqu a quel point les especes , 
parmi les corps vivans., se fondent les unes dans 

le5? antrpc of 



1 



qui ont pu se convaincre que , d 



parties 



voy 



des esp 



d 



q 



manque 



q« 



P 



Je ne veux pas dire pour cela que les anima 

i 

qui existent forment une serie tres-simple , et p 



tout dgale 
inent une 



/ 



dis q 



for 





lerement g 



duee , et qui n'a point de discontinuity dans 



parties , ou qui , du 



pas tonjours 



e U 5 sil est vrai que , par suite de quelques esp 
perdues, il s'en trouve quelque part. II en res 



que 
de : 



especes qui 



haque rame.au. 



a serie g 



au moins d 



ch 



d'autres especes voismes qu 
es. Voila ce que l'etat biei 



connu 



des 



Je 



n'ai b 



maintenant a portee de dem 
)in d'aucune hypotliese, n 



d'au- 



ne supposition pour 

turaiistes observateti 



m 

























I 





























































I 




I 


























60 



DE L'ESPECE 



/ 



Non-seulement beaucoup de genres , mais des 

ordres entiers , et quelquefois des classes memes , 

presentent deja des portions presque com- 

choses que je viens d'indi- 



de 



pletes de 1 

quer. 

Or, lorsque, dans ces cas, Ton a range" les . 
pices en series , et qu'elles sont toutes bien pi 



i 



ch 



rappor 



une , et qu'ensuite ■ faisant un saut 



par-dessus plusieurs autres , vous en prenez 



peu 



© 



ces deux especes 3 mises 



en comparison , vous ofFriront alors de grandes 
dissemblances entre dies. C'est ainsi que nous 
avons commence a voir les productions de la nature 
qui se sont trouve'es le plus a notre porte'e. Alors 



•fa 



j generiques et specifiques etc 
e"tablir. Mais maintenant que 
it fortriches . ei «**«* „.,:„_ 1. 



que je citois tout a 1'heure depuis l'espece que 



hoisie d'abord, jusqua celleque 



d 



et 



q 



diffe 



dig 



d 



premiere , vous y arrivez de n 
sans avoir remarque des distin 



Je 



de 



tiande : quel est le zoologiste ou le 
perimente , qui n'est pas penetre du 



fondement de ce que je viens d'exposer 



Comment e'tudier maintenant 



ou 



pouv 



* 






. ■■ ■ 









d 



PARMI LES CORPS VIVANS. 



6l 



d 



maniere solide 






esp 



parrni cette multitude de polypes de 
dres , de radiaires , de vers, et surtout d 
°u les seuls genres paplllon , phalene , n 
teigne 9 mouche 9 ichneumon, char an 
Pricorne, scarabe, cetolne, etc. , etc. , offrent dej 
tent d'especes qui s', 
confondent presque 
Quelle foule de cc 



ca- 



, se nuancent , se 
avec les autres? 



nous 



pr 



* * 

Reraontez 



coquillages les mollusques ne 
entent-ils pas de tous les pays et de 
mers , qui eludent nos moyens de dis- 
■ puisent nos ressources a cet eVard .' 



j usqu 



aux 



poissons , 

iferes memes 



ptiles 



rez , sauf les lacunes qui sont encore a remplir , 
partout des nuances qui lient entre elles les espe- 
ces voisines , les genres memes , et ne laissent 
presque plus de prise a notre Industrie pour eta- 
klir de bonnes distinctions. 



que 



La botanique , qui considere l'autre serie 
composent les vdgetaux , n'offre-t-elle pas , dans 
s es diverses parties , un e'tat de choses parfaite- 
^ent semblable ? 

i effet, quelles difficult^ neprouve-t-on pas 



E 



dans l'dtude 



determination d 



especes, dans les genres lichen 9 fueus •; , carex 
Poa , pi per , euphorbia 9 erica , hieraclum ; sola 



num , geranium 



mimosa 



etc, ? 












! ^ 















I 



































I 


















. 



\ 















: 












\ 











■ 



62 



DE I'ESPECE 



L orsqu 



n 



orme ces 



g 



on nen con- 



qu'un petit nombre d 



facile de les distinguer ; mais a present que 



presque 



pi 



nos 




L 



sont necessairement 



A 



les vides sont 
s specifiques 
; le pins souvent insufRsantes. 
de choses bien constate, voy 



elles, 



quelles sont les causes qui peuvent y avoir donne 
lieu ; voyons si la nature possede des moyens pour 

cela , et si l'observation a pu nous eclairer a cet 



e 




d 



Quantity de faits nous apprennent qua mesure 
que les individus d'une de nos especes ehangent 
de situation , de cliraat , de maniere d'etre ou 
dhabitude , ils en recoivent des influences qui 



ehangent peu a peu la consistance et les propor- 



tions de leurs parties ; leur forme , leurs facul- 
tes, leur organisation meme ; en sorte que tout 



en eux participe , avec le temps , aux mutations 



quiis ont eprouvees. 

Dans le meme climat, des situations et des 
expositions tres-differentes, font d'abord simple- 
nient varier les individus qui s'y trouvent expo- 
ses ; mais , par la suite des temps , la continuelle 
difference des situations des individus dont je 
parle, qui vivent et se reproduisent successive- 
ment dans les mimes circonstances , amene en eux 
des differences qui deviennent , en quelque sorte . 






1 



■ ■ 



vi 



> 



• 4M 



(\ 
































* 









I C 










A 



1 






*■ 









. 







A 




* 







r 









WT^^4?>fV^ 




c 



• •■■ ' - : \ 












I 






1 



d 
d 



e 



PARMI LES CORPS VlVANS. 

mtielles a leur etre ; de manure qua 1 
beaucoup de generations qui se sont 



63 



3s les unes aux autres , ces individus , qui ap- 

partenoient originairement a une autre espSce , 

se trouvent a la fin transform^ en une espece 

nouvelle , distincte de l'autre. 

Par exemple , que les graines d'une graminee , 

de toute autre plante naturelle a une prairie 



I 



i _ 



hu 



d 



e 



soient transporters 



par 



circons- 



quelconque , d'abord surle penchant d 



Colline voisine , ou le sol , 



frais 



que 




e'leve' 



d'y conserver son existence, et qu'ensuite , apres 
y avoir vecu , et sy etre bien des fois regeneree , 
elle atteigne , de proche en proche , le sol sec et 
presque aride d'une cote montagneuse ; si la plante 
re'ussit a y subsister , et sy perpetue pendant une 
s mte de generations, elle sera alors tenement 



ch 



gee , que les botanistes qui Yy 



e & constitueront une 



esp 



La meme chose f arrive aux animaux que des 



d 



forces d 



chan 




citer 
d 



de vivre et d'habitudes : mais , 
influences des causes que je viens de 



de climat, 
mais , pour 



e 



plus de temps encore qu 



l'egard 



bl 



es 



L'id 



es, pour operer des changemens 

les individus. 

d embrasser , sous le nom d'espice 
















i 

I i 



** 







\ 

























/ 



*** 












■ 






9 



I 














/ 






















i 













64 



DE L'ESPECE 



ture, emportoit la necessity 



collection d'individus semblables , qui se perpe'- 
tuent les memes par la generation, et qui ont ainsi 
existe les memes aussi anciennement que la na- 

que lesBindividus 
d'une meme espece ne pussent point s'allier , dans 
leurs actes de generation, avec des individus 
d'une espece differente. 

Malheureusement , l'observation a prouve" , et 
prouve encore tous les jours , que cette conside- 
ration n'est nullement fondle ; car les hybrides , 
tres-communes parmi les ve'ge'taux 3 etles accou- 
plemens qu'on remarque souvent entre des indi- 
vidus d'espe'ces fort differentes parmi les animaux, 
ont fait voir que les limites entre ces especes pre- 

solides 



dues constantes , n'etoient pas aussi 



qu 



ces 
sont 



A la verite, souvent il ne resulte rien de 
singuliers accouplemens , surtout lorsqu'ils 
tres-disparates , et alors les individus qui en pro- 
viennent sont , en general , infeconds : mais aussi , 

lorsque les disparates sont moins grandes , on sait 
que les defauts dont il s'agit n'ont plus lieu. Or > 
ce moyen seul suffit pour creer de proche en 
proche des variete's qui deviennent ensuite des 
races , et qui , avec le temps , constituent ce que 
nous nommons des espSces. 

Pour juger si l'idee qu'on s'est formee de Yes- 
a quelque fondement reel , revenons auX 



pece 



considerations 



.; 



■ 



CL 



V^ 






m -. 



' • 





h 



tYV 



^ 







I 



' . 











PARMI LES CORPS VIVAN S. 



65 






considerations que j'ai deja exposees ; elles nous 
font 



voir 



i°. Que tous les corps organises de notre globe 
sont de veritables productions de la nature, quelle 
a successivement ex^cutees a la suite de beaucoup 
de temps; 



2 



\ Que , dans sa marche , la nature a com- 
mence , et recommence encore tous les jours, par 



former les corps 



g 



les plus simpl 



et 



qu'elle ne forme directement que ceux-la , 
a-dire , que ces premieres ebauches de Forg 



qu 



d 



wont an 



3°. Que les premieres ebauches de l'animal et 
du vegetal etant formees dans les lieux et les cir- 



constances 



convenables , les facultes d 



vie 



commen^ante et d'un mouvement organique eta 
bli, ont necessairement developpe pen a peu lei 

■ 

anes, et quavec le temps elles les ont diver 
es ainsi que les parties; 
4°. Que la faculte d'accroissement dans chaqu< 



or 




sifi 



portion du corps org 



inhere nte aux 
donne lieu aux 



premiers effets de la vie , elle a 
differens modes de multiplication et de regenera- 
tion des individus ; et que par-la les progres ac- 
quis dans la composition de l'organisation et dans 

la forme et la diversite des parties , ont e'te con- 
serves- 

5 






i 



\ 





























/ 






/ 









I 



I 












I 


























66 



5 



O 



DE L'ESPECE 

Qua l'aide d'un temps suffisant, d 



cir 






qui ont ete necessairement favorabl 



des changemens que tous les points de la surface 
du globe ont successivement subis dans leur tfat , 
en un mot , du pouvoir qu'ont les nouvelles si- 
tuations et les nouvelles habitudes pour modifier 
les organes des corps doue's de la vie, tous ceux 
qui existent maintenant ont e'te insensiblement 
forme's tels que nous les voyons ; 

Enfin, que d'apres un ordre semblable de 



6 



o 



ehoses , les corps vivans ayant ep 
des changemens plus ou moins grands dans 
de leur organisation et de leurs parties , ce qu 
nomme espece parmi eux a ete 



hacun 



ensiblement 



cessivement ainsi forme" 



dans son etat, et ne pent 



cons- 



que 



Mais , dira-t-on , quand on voudroit supposer 
qu'a l'aide de beaucoup de temps et d'une varia- 
tion infinie dans les circonstances , la nature 
a peu a peu forme les animaux divers que nous 
connoissons , ne seroit-on pas arrets , dans cette 
supposition , par la seule consideration de la di- 
versity admirable que Ton remarque dans Yins- 
tinctdes diiferens animaux , et par celle des mer- 

de tout genre que presentent leurs di verses 



dHndustrie ? 



Osera-t-on porter 1'esprit de systerae 



jusqu 



5 * 



a 









« 



t 




^m 





i 









PARMl LES CORPS V I VANS. 



dir 




qu 






qui 






seule , cre"e 



dfversite dtonnante de moyens de 

de precautions, de patien 




d'adre 

Yindustrie des aniinaux nous offre tant d'exem 
pies ? Ge que nous observons a cet egard , dans 
la classe seule des insectes , n'est-il pas mille fois 
plus que suffisant pour nous faire sentfr que les 
bornes de la puissance de la nature ne lui per- 

mettent nullement de produire elle-meme tant de 
merveilles 

* 

obstine a 



pour forcer le philosophe le 
reconnoitre qu'ici la volonte du 




su- 



preme Auteur de toutes ch 



et a suffi sc 

admirables 



pour faire exister tant de choses 



Sans doute , il faudroit etre te'meraire , ou plu- 
tot tout-a-fait insense' , pour pretendre assigner 
des bornes a la puissance du premier Auteur de 
toutes choses ; mais , par cela seul , personne ne 
peut oser dire que cette puissance infinie n'a pu 
vouloir ce que la nature m6me nous montre 

qu'elle a voulm 






Cela etant, si je decouvre que la nature opere 
elle-meme tous les prodiges qu'on vient de citer • 
qu elle a cre'e' l'organisation , la vie , le sentiment 

■ 

meme ; qu'elle a multiplie et diversifie , dans des 
bmites qui ne nous sontpas connues, les organes 

s facultes des corps organises dont elle sou- 
propage l'existence ; qu'elle a cree dans 



et le 



tient ou 










\ 






1 r 

































\ 

















>' 



■' 




* 







c 



■■■ 



1 












i 


















8 



- 




^ W 



T*.* 



68 



DE L'ESPECE 



les animaux , par 



du besoin 



qui 



- f 






e"tablit et dirige les habitudes , la source de toutes 
les actions, de toutes les facultes, depuis les plus 
simples jusqua celles qui constituent Yinstinct , 
Yindustrie } enfin le raisonne merit $ ne dois-je pas 
reconnoitre dans ce pouvoir de la nature , c'est- 
a-dire, dans l'ordre des choses existantes, l'exd- 
cution de la volonte* de son sublime Auteur , qui 
a pu vouloir quelle ait Cette faculte ? 

Admirerai-je moins la grandeur de la puis 



sance de cette 
a plu que 



P 



cause de 



s'il lui 



hoses fussent 



: 



que si, par 



autant d'actes de sa volonte , elle se fiit occu- 



pee et s'occupat 



des dd 



tails de toutes les creations particulieres , de 



et 




de tous les deVelopp 



lonnemens, de toutes 



de 



les destructions 
en un mot , de 



mutations qui s'executent generalem 



dans les chos 



qui 



i 



espere prouver que la nature possede 



moyens et les fac 



lui sont necessaires 



pour produire elle-meme ce que nous admirons 



en 



elle. 



Cependant, on objecte encore que tout ce 



qu 



era 






a l'etat d 



corps vivans , line Constance inalterable dans 



de leur forme : et 



pense que 













/ 









■ • 




















PARMI LES CORPS V.IVANS. 

toils les animaux dont on nous a transmis This- 

- 

toire , depuis deux ou trois mille ans , sont tou- 

m 

jours les memes , et nont rien perdu, ni rien 
acquis dans le perfectionnement de leurs organes 
et dans la forme de leurs parties. 

Outre que cette stabilite apparente passe , de- 
puis long-temps , pour une verite de fait , on vient 

des preuves particu- 






d'essayer d'en consigner 

lieres dans un Rapport sur les collections d'his- 

toire naturelle rapportees d'Egypte par M. Geof- 

froy. Les rapporteurs s'y expriment de la ma- 
niere suivante : 

« La collection a d'abord cela de particular, 
qu'on peut dire qu'elle contient des animaux de 
tous les siecles. Depuis long-temps, on desiroit 
de savoir si les especes changent de forme par la 
suite des temps. Cette question , futile en appa- 

3 du 



■ 

rence, est cependant essentielle a lhistoir 
globe 3 et par suite , a la solution de mille a 
questions, qui ne sont pas etrangeres aux 
graves objets de la veneration humaine. » 



pi 



Jamais on nefut mieux a portee de la de 



der 



pour 



grand 



ombre d'esp 



remar 



milliers d'autres. II 



quables et pour plusieurs 

semble que la superstition des anciens Egypt 



ait 
lai 



V 



t& inspired par la nature, 
r un monument de son histo 



dans la vue de 






) 



x 














J 

! 
































^c- 





















i 









i 




* • 









* 






70 



DE 



L' E S P E C E 






« On nepeut , continnent les rapporteurs , mai- 
triser les elans de son imagination , lorsqu'on voit 
encore conserve- avec ses moindres os, ses moin- 
dres poils , et parfaitement reconnoissable, tel ani- 
mal qui avoit, il y a deux on trois mille ans , dans 
Thebes on dans Memphis, des pretres et des au- 
tels. Mais sans nous dgarer dans toutes les ide'es 
que ce rapprochement fait naitre ■ bornons-nous 



a vous exposer qu'il resulte de c< 
la collection de M. Geoffroy , que 
sont parfaitement semblables 



tte partie de 

ces animaux 



d'hui 



)) 



a ceux d 
Annales du Museum d'Hist. 



vol.1, p. 235 et 2.Z6. 

Je ne refuse pas de croire a la conformity de 
ressemb lance de ces animaux avec les individus 

des memes especes qui vivent aujourd'hui. Ainsi 

les oiseaux que les Egyptiens ont adored et em- 
baumes , il y a deux ou trois mille ans, sont en- 

t semblables a ceux qui vivent actuel- 



ment dan 



P a y 



ement 



dim at 

^toien 
vivent s'y 



\ 



;nt bien singulier que cela fut 
position de l'Egypte et son 

peu pres , ce qu'il s 

oiseaux qui y 



epoque. Or, les 



dans 



de changer leurs habitudes 



out pu etre for 



B'ailleurs, qui ne sent que les oiseaux 



qui 






I 













t4*A-V 







• 









I 




y 



* 









t 







/ 



PARMI LES CORPS VIVANS. 



71 



P©uvent si aisement se deplaci 
heux qui leur conviennent, sont 

que bien 



choisir les 



d 



aux variations des 



locales , et par-la moins 



qu 



dans leurs habitudes 

II n'y a rien , en effet , dans Fob 
vient d'etre rapportee 3 qui soit contraire aux 

* 

considerations que j'ai exposees sur ce sujet , et ; 
surtout, qui prouve que les animaux dont il s'agit 
aient existe de tout temps dans la nature ; elle 

prouve seulement qu'ils frequentoient l'Egypte il 
y a deux ou trois mille ans; et tout homme qui 



a 



quelque habitude de r&Qe'chir , et en 



meme 



■ 

temps d' observer ce que la nature nous montre 
des monumens de son antiquite , apprecie facile- 
ment la valeur d'une dure"e de deux ou trois mille 
ans par rapport a elle. »' 

Aussi , on peut assurer que cette apparence de 
stabilite des choses dans la nature , sera tou jours 
prise , par le vulgaire des hommes , pour la rea- 
lite^ parce qu'en general, on ne juge de tout que 



ement 



P 



mr l'homme qui, a cet egard, ne juge que 
d'apres les changemens qu'il apercoit lui-meme , 
les intervalles de ces mutations sont des etats 
st ationnaires qui lui paroissent sans bornes, a 
cause de la brievete d'existence des individus 
de son espece. Aussi , comme les fastes de 



ses 



.-* 













1 ■•--. 



\ 



■ 






> 







%A\ 












v 










« 



1 












/ 

























v 











{ I 



I 







, 






i 










* * • 



72 



D E L' ESPECE 



observations, et les notes de faits qu'il a pu 
signer dans ses re^istres , ne s'etendent et n. 



qu a queiques milliers d 



est une dure'e infiniment grande par rapport 



qui 



lui 



/ 



bit 



mais fort petite relativeraent a celles qui 

ffectuer les grands changemens que su- 

lobe ; tout lui paroit stable 

et il est porte a 



fa 



du 




qu 



hab 



dans la planete 

repousser les indices que des monumens entas- 
se"s at 

foule 



ou 



sous ses 



parts 



pied 



enfouis dans le sol qu'il 
lui presentent de toutes 



Les grandeurs , en etendue et en dure 
latives : que 1'homme veuille bien se repr 



dserve dans ses de- 

qu'il attribue, dans 



la nature, a lc4tat de choses qu'il y observe. Voyes 
dans mes Recherches sur les corps vwans , Vap 
pendice , p. 141. 



Pour admettre le chang 



spece 



les 



difi 



insensible des 
qu'eprouvent les 



individus , k rnesure qu'ils sont force's d 
leurs habitudes , ou d'en contracter de nouvelles 
nous ne somtnes pas re"duits a 1'unique conside- 
ration des trop petits espaces de temps que nos 
observations peuvent embrasser p 0Ur nous per- 
mettre d'apercevoir ces changemens ; car , outre 
cette induction , quantity de faits recu'eillis depuis 





















_ 1 



r 







■ 







h 



*•> 



PAR MI LES CORPS VI VANS. y3 

i 

des annees , e'clairent assez la question que 



pour qu 



reste 



P 



de 



eti 



puis dire qu 



d'observation sont trop avancees pour que 1 
Wion cherchee ne soit pas evidente. 



En effet 



fluent 






des 



i outre que nous connoissons les in~ 
les suites des fecondations heteroclites, 
? savons positivement aujourd'hui qu'un chan- 
ent force et soutenu , dans les iieux d'habita- 
, et dans les habitudes et la maniere de vivre 
animaux , opere , apres un temps suffisant , 
mutation tres-remarquable dans les individus 



qui sy trouvent exposes 



1 



L'animal qui vit librement dans les plaines oi 
s'exerce habituellement a des courses rapides 



que 



besoins mettent dans le cas de 



traverser sans cesse de grands espac 



s 



d 



les 



trouvant enfermes , 1 



dan 



d 



menagerie ou dans nos ecuries , l'autre d 



g 



t> 



ges ou dans nos basses-cours , y sub 



des infl 



avec le temps , 

r 

tout apres une suite de re' 




frappantes , sur- 

ations dansl'etat 



qui leur a fait contracter de nouvelles habitudes. 
Le premier y perd en grande partie sa lege- 
r ete , son agilite ; son corps s'epaissit , ses mem- 



bre 



s diminuent de force et de souplesse 



et 



ses facultes ne sont plus les memes ; le second 

3 ne sait presque plus voler , 



devient lourd 












I 












/ 


















' 



^ r 








'• 














\ 
















74 



he l'espece 

prend plus de chair dans tor 



D 



le 



toutes ses parties, 
sixieme chapitre de cette premiere 
parhe , j'aurai occasion de prouver par des faits 
bien connus , le pouvoir des changemens de cir- 



veaux b 
actions ; 

pour ent: 



pour donner 



animaux de nou- 



les 



amener a de nouvelles 



celui des nouvelles actions 



pete 



nchans 



\ 



,• enfin, celui de l'emploi pltis 
on moins frequent de tel ou tel organe pour mo- 
difier cet organe , soit en le fortifiant , le deve- 
loppant et Tetendant, soit en l'affoiblissant , l'a- 
maigrissant , l'attenuant et le faisant mime dis- 
paroitre. 

Relativement aux ve'ge'taux , on verra la meme 



ch 



d du produit d 



tauces sur leur maniere d'etre et sur F< 
leurs parties ; en sorte que Ton ne sera plus 
de voir ies changemens considerables qu 



de 



nous 



operes dans ceux que, depuis long-temp 



nous cultivons. 



Ains 



parmi les corps vivans, la nature , comme 



J 



a 



e 






d eja dit , ne nous otTre , d'une maniere ab 
que des individus qui se succedent les uns 

par la generation , et qui proviennent 



les uns des autres ; mais les especes , parmi 
n'ont qu'une Constance relative et 

riables que temporairement. 



/ 






I 


















^mmammmmmmM 



; ■'■ - ., 



w J. 





PARMI LES CORPS V I VA N S. 

Neanmoins , pour faciliter l'etude et la c 
nee de tant de corps differens , il est 



7 



de 



Conner le nom d'espece a toute collection d'indi- 
Vidus semblables, que la generation perpetue 
dans le meine etat, tant que les circonstances 



de leur situation ne ohangent pas assez pour faire 



Varier leurs habitudes, leur caractere et leur 



form 



e. 












Des Especes dites perdues. 









C'es 

savoir 



une 



pour moi , qu 



d 



e 



;i les moyens qua pris la nature pour 

a conservation des especes ou des races , 

* 

tenement insuffisans , que des races en- 



Gependant , les debris fossiles qu 



perdues 



Vons enfouis dans 



de lieux diffe 



offrent les restes d une multitude d 



*Oaux divers qui 



parmi lesquels 



^e s'en trouve qu'un tres-petit nombre dont nous 
commissions maintenant des analogues vivans par- 
feitement semblables. 

i 

De la peut-on conclure, avec qUelque appa- 
r ence de fondement, que les especes que nous 



vivant 



dans l'etat fossile , et dont 
: tout-a-fait semblable r 



a 






individu 



nous 



pas 



a •> u'existent plus dans la nature ?Hy; 
tant de portions de la surface du glob 









/ 















w^ 




». 



^n. \ 


































/ 



















t/ 



; • 
























\ 






* 














■ 

1 












I 
















1 






76 






q 



del'espece 

- 

pas penetre , tant d'autres que 



es capables d ob 
passant . et tant d 



n'ont traversers 



les diife'r 



parties du fond d 



mers 



c omine 
, dans 



quelles nous avons peu de moyens pour recon- 
itre les animaux qui s'y trouvent , que ces dif- 
fered lieux pourroient bien reedier les especes 



que nous ne 



pas 



Sil y a des especes reellement perdues, ce 3 
pent etre , sans doute , que parmi les grands ai 
maux qui vivent sur les parties seches duglob 



a 



homme , par l'empire absolu qu'il y 



pu parvenir a d 



individus de 



quelques-unes de celles qu'il n'a pas 



server 



duire a la d 



D 



possibility que les animaux des genres palceothe- 
nurn , anoplotherium 3 megalonix , megatherium , 

M. Cuvier, et quelques autres es- 



todon d 



peces de genres de"ja connus, ne soientpl 

" ms ia nature : neanmoins , il 



tans d 



quune simple possib 



I 

y 



la. 



M 



qui vivent d 



d 



des 



toutes les 

surface 



et , en outre 5 



1 



de petite taille qui habitent 



de la terre , et qui respirent fair, son* 
abri de la destruction de leur espece de la part 



de lhom 



Leur multiplication est si grande 
moyens qu'ils ont de se soustraire a ses 















\ 







































1 > 










* * 



■"-.■■- 



■ 



I J 





s 

I 

s 



s 



J 






PARMI LES CORPS VIVANS. 



77 



Poursuite 



pieges sont tels , qu'il n 'y 



a Ucune apparence qu'il puisse detruire l'espece 



d 






de ces animaux. 



II 
tres 



y 



a 



do 






que les grands 



h 



qui puissent 



exposes, de la part de 



ce 



omuie , a l'aneantissement de leur espece. Ainsi 



fait peut 



mais son existence 



Ne 



pas encore completement prouvee. 
anmoins , parmi les debris fossiles 



qu 



trouve de tant d'animaux qui ont existe , il y 

grand nombre qui appartiennent a des 

parfaite- 
et parrai 



animaux dont les 



mblables ne sont pas 



a 



quille 



piupart appartiennent a des m 
, en sorte que ce sont les coquilles 
ales qui nous restent de ces animaux. 

* 

Or , si quantite de ces coquilles fossiles se mon- 
nit avec des differences qui ne nou 
at *pas, d'apres les opinions admis< 



per 



irises, de les 
*" e garder comrae des analogues des especes avoi- 
s mantes que nous connoissons , s'ensuit-il n^ces^- 
s airement que ces coquilles appartiennent a des 
e speces reellement perdues ? Pourquoi , dailleurs 






pu 



seroient-elles perdues , des que fhomnie na 
operer leur destruction ? Ne seroit-il pas po 

*>ie } au contraire , que les individus fossiles dont 
il s agit appartinssent a des especes encore exis- 
tantes, mais qui ont change depuis, et ont donne 









\ 














1 




























V 




























f 






* 




























c 







7 



8 



DELESPECE, 

lieu aux especes actuellement vivantes que nous 
en trouvons voisines. Les considerations qui sui- 
vent, etnos observations dans le cours decetou- 
vrage, rendront cette presomption tres-probable. 
Tout homme observateur et instruit sait que 



rien n'est 



dans 



meme 



la 



surface du globe terrestre. Tout, avec le temp 



div 




moms 



y subit des 

promptes , selon la nature des objets et des 

Constances. Les lieux eleves se degradent perp* 
tuellement par les actions alternatives du soleil 
des eaux pluviales , et par d'autres causes encore 



tout ce 
lieux b< 



qui 



detach 



est entraine vers les 



des rivieres , des fleuves , des 

dans leur forme , leur pro- 



fondeur , et insensiblement se depl 



en un 



surface de la terre|, y change de 



et d'aspect 



situation , de forme , de 

les climats memes de ses div 

sont pas plus stables. 

Or, si, comme j'essayerai de le faire voir, des 



y 



dans le 



pour 



les etres vivans , et surtout pour les animaux , des 
changemens dans les besoins , dans les habitudes 
et dans le mode d'exister ; et si ces changemens 
donnent lieu a des modifications ou des develop 



pemens d 



les 



ganes et dans la forme de 



parties , on doit sentir qu'insensiblement 

















































I * 





/ 






• 

s 



s 









PARMI LES CORPS VlVANS. 



79 



tout corps vi vant quelconque doit varier surtout 



dans ses for 



ou ses caracteres exterieurs 



sible 



luoique cette variation ne devi 
^tt'apres un temps considerable. 

Qu'on ne s'dtonne done plus si , parmi les nom 
fcreux fossiles que l'on trouve dans toutes les par 
^es seches du globe, et qui nous offrent les de- 
oris de tant d'animaux qui ont autrefois existe . 



il 



sen 



peu dont 



g 



vivans. 



S'il y a , au cbntraire , quelque chose qui doive 

nous etonner , e'est de rencontrer parmi ces nom- 

breuses depouilles fossiles de corps qui ont ete 

vivans , quelques-unes dont les analogue 

soient connus. Ce fait, que nos col 
de fossiles constatent, doit nous faire sup 






lecti 



poser que les debris fossiles des animaux dont 



d 



s 



fossiles 



moms anciens. L'espece a laquelle chacun 
ix appartient n'avoit pas , sansdoute, encore 



eu le temps de varier dans quelques-unes de ses 
f °rmes. 

Les naturalistes qui n'ont pas apercu les chan- 
§ e mens qu'a la suite des temps la plupart des ani- 
maux sont dans le cas de subir , voulant expliquer 



les fait 



ifs aux fossiles observes , ainsi qu 

reconnus dans diffe 



bouleverseniens 

de la surface du globe , ont suppose qu 












































1 



* 






' 



V 










7^ 



















; 

















I 









I 



















# 
















80 



DE L'ESPECE 



■ 

trophe unwerselle avoit eu lieu a l'egard du globe 
de la terre; qu'elle avoit tout deplaee 5 et avoit 
detruit une grande partie des especes qui exis- 
toient alors. 

II est domraage que ce 



moyen commode de 



se tirer d'embarras , lorsqu'on veut expliquer 
operations de la nature dont on n'a pu saisir 
causes , n'ait de fondement que dans l'imagi 



qui 



l'a 
preuv 



puisse etre appuycS sur 






Des catastrophes locales, telles que celles que 
produisent des tremblemens de terre , 
cans , et d'autres causes particulieres , s< 



des 



connues , et Ton a pu observer les de'sordres 



queues c 
supporte. 



dans les lieux qui 



ont 



/ 



M 



pourquoi 



pposer, sans preu? 



une 



catastrophe unwerselle , lorsque la marche de 
nature mieux eonnue , suffit pour rendre raison 
de tous les faits que nous observons dans toutes 



S 



parties 



? 



\ 






Ton considere , d'une part , que dans tout 
ce que la nature opere , elle ne fait rien brusque- 

ment , et que parto.ut elle agit avec lenteur et 
par degres successifs , et de l'autre part, que les 
causes particulieres ou locales des de'sordres 3 des 
bouleversemens , des deplaceniens , etc. , peuvent 
rendre raison de tout ce que Ton observe a la 

. surface 









I 






/ 



■ 












f 



/ 



w 





















W*w 










DANS LES CORPS VI VANS. 



8l 






be 
it 



s- 



e 
s 



s 



r 



e 

ll- 

z 

s 

t 



surface de notre globe, et sont neanmoins assu- 
jetties a ses lois et a sa marche generate on 
I'econnoitra qu'il n'est nullement necessaire de 
supposer qa'une catastrophe universelle est ve- 
nue tout culbuter et detruire une grande partie 
des operations memes de la nature. 

En voila suffisamment sur une matiere qui 
n'oSre aucune difficulte pour etre entendue. Con- 
siderons raaintenant les generalites et les carac- 
teres essentiels des animaux. 







f 







6 



S 












:• 









§ 






* 

• 












/ 















I 

I 






', 



I 
























■ 
























6 



o 












4 






V 






^ f 



! 






v 












J 



■ 






















8 



G^N^RALITES 







CHAPITRE IV. 











\ 







. 















/ 






Generalites sur les Animaux. 




E s animaux , considers en general , pre'sen 
tent des etres vivans tres-singuliers par les facul 
Us qui leur sont propres , et a la fois tres-dign ei 
de notre admiration et de notre etude. Ces etres 
infiniment diversifies dans leur forme . leur or™. 



fa 



ptibles de 



ou de mouvoir certaines de leurs par- 
impulsion d'aucun mouvement commu 



nique , mais par une 



d 



dans les uns , se produ 



tandis qu'elle est entierement hors d'eux dans les 
autres. lis jouissent, la plupart, de lafaculte de 
changer de lieu, et tous possedent des parties 
eminemment irritables. 

On observe que, dans leurs de'placemens, les 

isrampent, marchent, courent ou sautent; que 



d 



yivant dans le 



dans 1'atmosph 
differens espaces ; et que d 



et 



des 



eaux, y 



•g 



r 



parties de leur 



transportent dans differ 
etendue. 

Les animaux n etant pas y coznme les veV 



et se 







/ 

















dans le 



SUR LES ANIMATJX. 83 

cas de tf ouver pres d'eux et a leur por- 
tee les matieres dont ils se nourrissent et meme 
parmi eux , ceux qui vivent de proie dtant obli- 
ges de l'aller chercher , de la poursuivre . enfin 



de 



qu 



aient la 



faculte de se mouvoir • et meme de se depl 

afin de pouvoir se procurer les alimens dont ils 
ont besoin. 

t 

D'ailleurs, ceux des animaux qui se multiplient 
par la generation sexuelle , n'offr ant point d'her- 
maphrodisme assez parfait, pour que les individus 

it a eux-memes, il 6toit encore neces- 

saire qu'ils pussent se deplacer pour 

a portee d'effectjier des actes de fecond 



suffise 



se mettre 



c 



3P 



facilitassent 



■ 

moyens a ceux qui , comrne les huitres , ne pen 

Vent changer de lieu. 

Ainsi, la faculte que les animaux possedent \ d 
mouvoir des parties de leur corps et d'exdcute 
la locomotion , interessant leur propre conserva 
tion et celle de leurs races , les besoins siir^nt 1 



leur 



procur 



Nous 






- 

re chercher ons , dans la second 
arce de cette etonnaute faculte , i 
des plus eminentes qu'on trouve pa 



P 

W 



par 



que 



mais en attendant , nous dirons a regard de 
maux, qu 'ii est ^ de reconno f tre . 



I 








s uns ne se meuvent ou ne meuvent 



,• 






























: 




























' ■ 








































i 


















i 



8 



i 



cenera'lites 



.\ 



parties qu 



de leur irritabilit 



mais qu'ils n'eprouvent 



et ne peuvent 



aucune sorte de 



2 



o 



plus imparfait 



leu 



Que d 



outre les mouvemens 



parties peuvent sub 



Iqu e 

par leur irritability 



ob 



de 



»nt susceptibles d'eprouver des 

possedent un sentiment intime 



existence; mais qu'ils n'agissent 

que par i impulsion interieure d'un penchant qui 



les entrame vers tel 



obj 
dependant 



que 



3°. Qiie d'autres encore non-seulement subis 



dans 



de leurs parties d 



mens qui resultent de leur 



tabilite' 



ptibles de recevoir des 
lu sentiment intime de 



excitee ; 



et 



mais , en outre , qu'ils ont la faculty de se form 



des ide'es , quoique confuses , et d'agir par 



d 



3 



une 



d 



4 



penchans qui les portent exclusivement encore 

certains objets particuliers ; 

• Que d'autres enfin, et ce sont les plus par- 
faits , possedent a un haut degre toutes les facul- 
ty des precedens; jouissent, en outre, du pouvoir 
de se former des ide'es nettes on premises des ob- 
jets qui ont afFecte 1 

tion; de comparer 



et 



et de 






oabiner jusq 



un 















1 
























- • 




^^^^~^ 








1 






S U R LES ANIMAUX. 



85 






point leurs id 



d'en obtenir des 



menset des idees complexes; en un mot, de p 



ser, 



d 



une volonte" moins ench 



leurs 



qui leur permet plus ou moins de varier 
actions. 

I 

La vie , dans hs animaux les plus imparfaits , 
est sans energie dans ses mouvemens , et Xirrita- 
bilite seule suffit alors pour Texe'cution des mou- 
vemens vitaux. Mais comme Fenergie vitale s'ac- 
croit a mesure que Forganisation se compose , il 



terme ou, pour sufEi 

cessaire des mouvemens vitaux 

besoin d'augmenter ses moyens 
elle 



la nature eut 

; et pour cela > 

ployd Faction musculaire a Fetablisse- 



ment du systeme de circulation, d'o 
suivi 1 acceleration du mouvement d 



G 



fluides 



meme 



d mesure que la puissance musculaire , qui y ser- 
Vl t 5 fut augmentee. Enfin , comme aucune action 

to 

musculaire ne peut avoir lieu sans l'influence 
Herveuse , celle - ci s'est trouve'e partout 









tout neces- 
sa *re a Facceleration des fluides dont il s'adt. 

G'est ainsi que la nature a su aj outer a Firri- 
tabilite , devenue insufflsante , Taction musculaire 
et l'influence nerveuse. Mais cette influence ner- 

qui donne lieu a Faction musculaire , ne 
amais par 



le fc 



du sentiment 



j'espere montrer dans la seconde partie 



que 



/ 



























4 



» 















I- 














f 






m 























I 

























86 



g:en£ralites 



mouvemens 



quemment ]y prouverai que la sensibility n'est 
point necessaire a l'exe'cution des 
vitaux, men 
faits. 

Ainsi, les 



dans les 



animaux les 




par 



> differens animaux qui 
eVideniment distingue les uns des 



euleraent par d 
extc'rieure , de la coi 

leur faille , etc. , mais 



non- 



do nt 



do 



rticularites de leur forme 
distance de leur corps, de 
, en outre , par les facultes 

les uns, comme les 



imparfaits, se trouvant reduit 




^gard 



l'etat le plus borne , n'ayant aucune autre facult 
que celles qui sont le propre de la vie , et ne s 



d 



que par une puissance h 



qu 



autres 



inent plus nomb 



des facultes prog 



et 




eininentes ; au 



point que les plus parfaits en presentent 
semble qui excite notre admiration. 

Ces faits etonnans cessent de nous surprendr 



lorsque dabord nous 
faculte obtenue 



que chaque 



et 



est le resultat dun org 
dun systeme d'ofganes qui' y doi 



spe 



qu ensuite nous voyons que , depuis l'animal 



le plus imparfait, qui n'a aucun org 



culier quelconque 
autre faculte qu 



parti 



et consequemment aucune 

sont propres a la 



qui 



j usqu 



riche 



fa 



celles 



us parfaii 
i'organisation se 




et 




plique 



/ 










S U R LES ANIMAUX. 8 

graduellement ; de maniere que tous les organes 
toeme les plus important, naissent les uns apr< 



/ 



les 



dans l'e'tendue de l'ech 



animate 



perfectionnent ensuite suceessivement par 



modifications qu'ils subiss 



qui les 



modent a Petat de l'organisation dont ils font par 



qu'enfin, par 



dans 



maux les plus parfaits , ils offrent l'organisation 

la plus compliquee , de laquelle resultent les facul- 
tes les plus nombreuses et les plus eminentes. 

La consideration de l'organisation interieure 
des animaux, celle des diffdrens systemesque cette 

organisation presente dans l'e'tendue de l'echelle 
animale , et celle , enfin , des divers organes spe- 
ciaux , sont done les principales de toutes les 
considerations qui doivent fixer notre attention 
dans l'etude des animaux. 

Si les animaux , consideres comme des produc- 



tions de la nature , sont des etres singulierement 




etonnans par leur faculte" de se mouvoir , un 
grand nombre d'entre eux le sont bien davan- 
*age par leur faculte de sentir. 

Mais , de meme que cette faculte de se mou- 
voir est tres-bornee dans les plus imparfaits des 
animaux , oil elle n'est nullement volontaire , et 
ou elle ne s'execute que par des excitations ex- 
terieures, et que se perfectionnant ensuite de 

plus en plus , elle parvient a prendre sa source 






! 






' ! 

































\ 























i 




















88 



GE'NERALITi 






dans ranimal meme, et finit par etre assujettie 
a sa volonte • de meme aussi la faculte de sentir 



est encore tres-obs 



ure et tres-borne'e dans les 









animaux ou elle commence a exister ; en sorte 
qu elle se de'veloppe ensuite progressivement , et 
qu'ayant atteinfc son principal developpement , 
elle parvient a faire exister dans f animal les fa- 
culty's qui constituent l'intellio-ence. 

En effet , les plus parfaits des animaux ont des 
idees simples, et meme des idees complexes , des 



pa 



de 



font d 



dire , e'prouvent des 



involontaires de 



idees , de 



pense"es mimes, et sont, 



jusqu a un certain point , susceptibles d 
tion. Combien ce resultat de la nuissan 



de 



dm 



Pour parveni 



■ 

donner a un corps 



faculte de se mouvoir sans l'impulsion dune force 
communiquee , dapercevoir les objets hors de 
hi , de s'en former des idees , en comparant les 

impressions qu il en a recues avec celles quil a pu 
recevoir des autres objets , de comparer ou de 
combiner ces idees , et de prodnire des jugemens 



qui sont pour 
en un mot. d 



des id 



d 



autre ordre 



penser 



/ 



plus grande des werveilles auxquelles la puis 



mais , en 



sance de la nature ait pu atteindr 

outre , c'est la preuve de l'emploi dun temp 



J 




% 






















r 



SUR LES ANIMAUX. 




considerable , 
graduellement 



a J : 



op ere que 






d 
il 



Comparativement 



durdes que 




ar- 






comme grandes dans nos caiculs ordina 

fallu . sans 



se 



is doute , un temps enorrae et une 
.iderable dans les circonstances qui 
dees, pour que la nature ait pu 



1 




d 



de 




de 



complication et de developpement oil nous la 

Voyons dans eeux qui sont les plus parfaits. Aussi 



est-on autonse a penser que si la consideration 
des couches diverses et nombreuses qui compo- 

sent la croute exterieure du globe , est un t6- 



moignage irrecusable de sa grande antiquite; 



que si celle du deplacement tres-lent , mais con- 
tinuel, du bassin des niers (i) , atteste par les 
uombreux monumens quelle a laisses partout 
de ses passages , confirme encore la prodigieuse 
antiquite du globe terrestre ; la consideration du 
degre de perfectionnement oil est par venue l'or- 
ganisation des animaux les plus parfaits, con- 
court, de son c6te , amettre cette verite dans son 
plus grand degre d'evidence. 

Mais pour que le fondement de cette nouvelle 
preuve soit susceptible d'etre solidement etabli* 
il faudra auparavant mettre dans son plus grand 





(i) Hjdrogeologie, p. 4i et suiv. 









' 



























I 










l 


















. 




I 






\ 









I 





























9° 



GENERA LITis 



1 



jour celui qui est relatif aux progres monies de 
^organisation ; il f au dra constater , s'il est pos- 
sible , la re'alite de ces progres ; enfin , il faudra 
rassembler les faits lesmieux e'tablis a cet egard, 
et reconnoitre les moyens que la nature possede 
pour donner a toutes ses productions fexistence 
dont elles jouissent. 

Remarquons , en attendant, que, quoiqu'il soit 

ge'neYalement recti, en citant les etres qui com- 



posent chaque regne, de les 



diquer sous le 



general de production de h nature, il pa 
iieanmoins qu'on n'attache aucune idee po 

Apparerament que de 



expr 



preventions dune origine particuliere emp 



de __. 
et tous 



tence a taut d 



que la nature possede la faculte 
moyens de donner elle-nieme l'exis- 



differe 



d 



varier sans 



cesse j quoique tres-lentement , les races de ceux 
qui jouissent de la vie, et de maintenir partout 
1'ordre general que nous observons. 
: Laissons a l'ecart toute opinion quelconque a 
l'egard de ces grands objets ; et pour eviter toute 
erreur d'imagination, consultons partout les actes 
memes de la nature. 

* 

Afin de pouvoir embrasser, par la pensee 1'en- 
semble des animaux qui existent, et de placer 
ces animaux sous un point de vue facile a saisir 
il convient de rappeler que toutes les productions 



/ 










. * (i 






• 






S U R LES A N I M A U X. 



9* 



aturelles que nous pouvons ob 



ont 



parta 




depuis long-temps, par 



gnes , sous les denominations de regno 



al, regne vegetal et regne mineral. P 



division, les etres comoris dans 



de ces 



g 



sont mis en 



comp 



entre eux et 



quoique 




bien differ ente de 



d 



J ai j depuis long-temps , trouve plus eonvena- 
ble d'employer une antre division primaire , parce 
quelle est propre a faire mieux connoitre en ge"- 



Ain 



neral tons les etres qui en sont Tobjet. 

distingue tontes les productions naturelles com 

prises dans les irois regnes que je viens d'e'non 






cer, en deux branches principal 



E 






corp 



% 



o 



En corps 



Les etres , ou corps vivans , tels que le 



premiere de 



deux branches des productions d 



C 



es 



de sait , la fa 



de 



se 



Quite de se nourrir , de se developper b 
^eproduire , et sont necessairement assujettis a la 
inort. 

Mais ce quon ne sait pas aussi bien, parce que 
des hypotheses en credit ne permettent pas de 

1 * * 

le croire , c'est que les corps vivans , par suite 

de Taction et des facultes de leurs organes, ainsi 









' 



\\ 4 



I m 
























f 
















A 



























I 






I 






! 



I 










\ 






92 

que 



GENERALITIES 



d 



vemens 



mutations qu'operent 



ganiqu 



forment 



mou- 
memes leur 



propre substance et leurs matieres se*cre'toire 



(Hydrogeohgie 9 p 



) ; et ce qn 



don 



que, par leurs depouiUes, ces corps 
31lt lieu * l'existence de toutes les 
matieres compose'es, brutes on inorganiques qu'on 
observe dans la nature ; matieres dont les diverses 
sortes s'y multiplient avec le temps et selon les 

de leur situation , par les change- 

qui les 



qu elles subissent insensibl 



simplifieutde plus en plus, et qui amenent , apres 
beaucoup de temps, la separation compl 



des 



pnncipes qui 

C 



i diverses matieres brutes et sans 
e, sou sondes , soit iiquides, qui composent la 
conde branehe des productions de la nature 

qui, la plupart, sont connues sous l e nom d ' 



mweraux. 



On peut dire qu'il se trouve entre les mati 
brutes et les corps vivans , un hiatus 



eres 



ne 



is immense qui 
permet pas de ranger sur une meme ligne cea 

ps, ni d'entreprendre de les 



ce qu 



vainement 






deux sortes d 

lier par aucu 
tente' de faire 

Tons les corps vivans connus se partagent net- 
tement en deux regnes particuliers, fonde's snr des 
dtflerences essentielles qui distinguent les animaux 












\ 




r 






^r 
















SUR LES ANIMAUX. 



des vegetaux; et malgre' ce qu'on en a dit 



9$ 



cu quit nya pas 

par aucun point € 



plus de veritab 
ces deux regne; 






et , par consequent , qu'il n'y a point d'animaux- 
plantes , ce qu'exprime le mot zoophyte 3 ni de 
plantes-animales. 

L 'irritability dans toutes ou dans certaines par- 



ties, 



le caractere le plus ' general d 



am- 









que celle de 



;t plus que la faculte des mouvemens 
que la faculte de sentir , plus meme 
igerer. Or, tons les vegetaux , sans 



pter meme les plantes dites sensitives, 



lies qui meuvent certa 

premier attouchement 



premier 



tact de Fair , sont completement depourvus d 



ritabilite ; ce que j'ai fait 



ailleurs. 



On sait que l'irritabilite est une faculte e 
He aux parties ou a certaines parties des 



•> r 



maux 3 qui n eprouve aucune suspension , ni au- 
cun ane"antissement dans son action , tant que 
l'animal est vivant, et tant que la partie qui en est 
douee n'a recu aucune le'sion dans son organisa- 
tion. Son effet consiste en une contraction que 
subit dans l'instant toute partie irritable , au con- 
tact d'un corps etranger ; contraction qui cesse 
avec sa cause , et qui se renouvelle autant de fois, 
apres l e relachement de la partie , que de n 






de tout 



* 










































\ 















JM 





































/ 



1 



ft 



I 





i 









* 

I 











94 



GEN^RALIT^S 



cela n'a jamais 



d 



bserve dans aucnne par 



8 



; 



Quand je touche les rameaux etendus d 
sensitive (mimosa pudica), au lieu dune 



con- 



observe aussitot d 



des rameaux 



chement 



P 



qui 



tioles des fe 



roles ebranles, 
ces rameaux et 






P 



lilies de s'abattre , et qui met les fo- 
lioles memes dans le cas de s'afFaisser les unes sur 

les autres. Get affaissement e"tant produit , en vain 
touche-t-on encore les rameaux et les feuiiles de 



ce 



getal ; aucun efF; 



o 



reprod 



II faut 



temps assez long , a moins qu 



chaud , pour que la cause qui peut distendre les 
articulations des petits rameaux et des feuiiles de 
la sensitive , soit parvenue a relever et 



toutes 



P 



dans le cas d 



et e'tendre 
mettre leur affaissement 



3 



une le'gere secousse. 



P 






Je ne saurois reconnoitre d 



por 



bilite des 



mais 



bant que, pend 



fa 



baud, il se pro 



getaux beau coup de Jluides elastic 



une partie s'exbale 
dans les pi 



pbenomene 
animaux ; 

tion , sur- 

dans les 
tes. dont 



cesse , j'ai concu que 



fluid 



eiasti- 



ques pouvoient s amasser particulierement dar 

les articulations des feuiiles avant de se dissipei 



r ' 



1 




















I 




SUR LES ANIMAUX. 

et qu'ils pouvoient alors distendre ces articula- 



feu 



du 



foliol 



es eten- 



es. 
Dans 



/ 

dissipat 



des fluides 



elastiques en question 



r 

provoquee dans les leg 






sub 



1 



par l'arrive'e de la nuit , ou la dissipa 
e des memes fluides , provoque"e dan 

secousse , don 



mimosa pudica par une petite 



P h 



pour les legumineuses en general, 
ie connu sous le nom de sommeil 



des plantes , et pour la sensitive , a celui que l'c 
attribue mal a propos a Xirritabilite (i). 

Coraine il resulte des observations que j'exp 

serai plus bas , et des consequences que j'en 






Hist 



Vi 



/ / x — — / J. — 

ques autres phenomenes analogues observes dans les plan- 
ts 7 comme dans Yhedysarum girans , le dioncea musci- 
Vul a> les etamines des fleurs du berberis , etc, et j'ai fait 
v °ir que les mouvemens singuliers qu'on observe dans les 
Parties de certains vegetaux, principalement dans les temps 
c hauds ; ne sont jamais le produit d'une iiritabilite reelle 
es sentielle a aucune de leurs fibres j mais que ce sont tantot 
effets hygrometriques on py rometriques ; tantot les suites: 



a 



certaines cirr 



d e detentes elastiques qui s'effectuent dans 

Constances, et tantot les resultats de gonflemens et d'affais- 

semens de parties, par des cumulations locales et des dissi- 



visible* qui devoient s'exhaler. 



deJZuides 




































I 


















« 


















i, 


















II 



■ 







I 









i 







. 







; 



96 



G^N^RALITES 



qu 



pasg 



que 



les 



des etres sensibles , doue"s 



exception , de pouvoir produire des actes d& 



volonte 3 et , par consequent , de la faculte de 



mouvoir 



airement; la definitio 



donne jusqu a present des aniinaux, pour 



qu 



a 



guer des vegetaux , est tout-a-fait 



bl 



en 



quence 



substituer la suivante , comme pi 



deja propose de lui 



la verite 



plus propre 



qui composent Tun et l'autr 






des 



corps 



vi vans. 



Definition des ^Lnimaux 



4 












w 

Les animaux sont des corps organises vivans , 
doues de parties en tout temps irritables,presque 
tous dige'rant les alimens dont ils se nourrissent, 

1 

et se mouvant , les uns , par les suites dune vo- 
lonte j soit libre , soit dependante , et les autres » 
par celles de leur irritabilite excite'e. 






Definition des Vegetaux. 

Les vegetaux sont des corps organises vivans , 
jamais irritables dans leurs parties, ne dige'rant 

point, et ne se mouvant ni par volonte, ni par 
irritabilite reelle. 

Dapres ces definitions , beaucoup plus exacted 

et 



\ 




1 










SUR LES ANIMAUL 



p? 



plus fond 



que 



jusqu 



97 



en 



a 



q 



distingues de 



vegetaux 3 pa 



b 



qu 



e 



possedenttoutesleurs parties ou certaines d 



duire d 



par ies mouvemens qu'ils peuvent pi 



P 



ou qui j 



faveur de leur irritab 



exlerieures. 



par des cause* 



Sans doute , on auroit tort d'admettre ces idees 



nouvelles sur 1 



pi 



positi 



mais je 



pense que toot lect'eur non prevent! , qui aura 
pris en consideration les faits que i'exposerai dans 



de cet ouvrage , et mes ob 



b 



leur egard, ne pourra se refuser de leur 



der la prefer 



sur 



les 



quell 



les substitue , parce que celles-ci sont evidem 

■ 

ntr aires a tout ce que Ton observe. 



Terminons ces vues gei _ _„ _ 

- 

par deux considerations assez curieuses : Tune , 
concernant l'extreme multiplicity des animaux 
i surface du globe , et dans le sein des eaux 



a ] 



qui s'y trouvent ; et l'autre , montrant les move 
que la nature emploie pour que leur nomb 

* 

fteanmoins ne nuise jamais a la conservation 



d 



ce 



q 



a 



doit sub 
Parmi 



produit 



de Fordre 



g 



deux regnes des corps 



qui comprend les animaux paroit beaucoup pi 

7 



\ - 










\ 






















h 











I 






















I 




















A 



i 














/ 




GENERALITIES 



riche e't plus varie que 1' autre ; il est en mime 

temps celui qui offre , dans les produits de l'or- 

ganisation , les phenomenes les plus admirables. 

La terre a sa surface , le sein des eaux , et , en 



quelq 



ie sorte , l'air meme, sont peuples d 
tude infinie d'animaux divers , dont les r. 



sont tellement diversifi 



nombreuses , que 



/ 



vraisemblableraentunegrandepartie dentre elles 
echappera toujours a nos recherches. On a d'au- 
tant plus lieu de penser ainsi , que Fenorme eten- 
due des eaux , leur profondeur en beaucoup d en- 
droits, et la prodigieuse fecondite' de la 



d 



plus petit 



pec 



nature 



seront, en tout 



temps sans doute , un obstacle presqu'invincible 

a ravancement de nos connoissances a cet egard. 

Une seule classe des animaux sans vertebres , 

* 

celle 5 par exemple, des insectes y equivaut, pour 

le n ombre et la diversite des objels quelle com- 
prend , au regne vegetal entier. Celle des polypes 
est yraisemblablement beaucoup plus nombreuse 



mais jamais on ne pourra 



flatter de 



font 



connoitre la totalite des animaux qui en 
partie. 

par suite del'extreme multiplication des petit 



especes. 

parfaits 
nuire a 



pro 



et surtout des animau& les 



la multipl 




lra- 



des 



dividus pouvoit 




]a conservation des races, a celle 
acquis dans le perfectionnement de 



des 






> 



































SUR LES ANIMAUX. 






99 



ganisation , en un mot , a l'ordre general 






ltip 



pris des precautions pour restreindre 



dans des 



peut 



franch 



qu 



ne 






Les animaux se mangent les uns les 



sauf ceux qui ne vivent que de 



g 






xposes a etre d^vores par les 



mais 
ani- 



maux carnassiers. 



On sait que ce sont les plus forts 

mes qui mangent les plus foibles 



g 



d 



font 



9 et que les 

petites. Nean- 
3e se mangent 



o 



races. 



La multiplication des petites especes d' animaux 
est si considerable, et lesrenouveilemensde leurs 
generations sont si prompts, que ces petites espe- 



rendr 



o 



lobe inhabitable 



prodig 



.multiplication. Mais comme elies servent de proie 
a une multitude dautres animaux , que la duree 
de leur vie est tres-bornee , et que Jes abaissemens 
de temperature les font perir , leur quantity se 
maintient toujours dans de justes proportions pour 

■ 

ervation de leurs races , et pour celle des 



\ 



autres. 






yuant aux animaux plus grands et plus fort 
ils seroient dans le cas 



de dev 



dominans 












































X 









\ 









htifc 













/ 





















It I 




I 








-Tb 






100 



CENERALlTES 



l 



et de nuire a la conservation de beaucoup d'au- 
tres races , s'ils pouvoient se multiplier dans de 

♦ 

trop grandes proportions. Mais leurs races s'en- 
tre-devorent , et ils ne se multiplient qu'avec 
lentenr et en petit nombre a. la fois ; ce qui con- 
serve encore a leur egard l'espece d'e"quilibre 

qui doit exister. 

Enfin , rhomme seul , considere* separement a 
tout ce qui lui est particulier , semble pouvoir se 

multiplier indefiniment ; car son intelligence et 
ses moyens le mettent a l'abri de voir sa mul- 
tiplication arretee par la voracite d'aucun des 
animaux. II exerce sur eux une suprematie telle , 
qu'au lieu d'avoir a craindre les races d' animaux 

les plus grandes et les plus fortes, il est plutot 
capable de les andantir , et il restreint tous les 



j ours 



le nombre de leurs individus. 



Mais la nature lui a donne des passions nom- 
breuses , qui , malheureusement , se developpant 
avec son intelligence , mettent par-la un grand 
obstacle a l'extreme multiplication des individus 
de son espece. 

En effet, il semble que l'homme soit charge 
lui-meme de reduire sans cesse le nombre de 
ses semblables ; car jamais, je ne crains pas de 

* 

le dire , la terre ne sera couverte de la popula- 
tion quelle pourroit nourrir. Toujours plusieurs 
de ses parties habitables seront alternati vement 



I 
























SUE LES ANIMAUX 



10 1 



f 



tres-mediocrement peuplees , quoique le temps , 
pour la formation de ces alternatives , soit pour 
nous incommensurable. 



- 

Ainsi, par ces sages precautions , tout se con- 






serve dans l'ordre etabli ; les chan2;emens et les 



:\* 



renouvellemens perpeiuels qui s'observent dans 
cet ordre sont maintenus dans des bornes qu'ils 
ne sauroient depasser; les races des corps vi- 
vans subsistent toutes malgre leurs variations ; 
les progres acquis dans le perfectionnement de 

ne se perdent point; tout ce qui 



For 



ganisatiOn 



paroit desordre 3 renversement , anomalie , rentre 

sans cesse dans l'ordre general , et meme y con- 



\ 



court ; et partout , et toujours , la volonte du su- 

blime Auteur de la nature et de tout ce qui 
existe est invariablement executee. 

■ 

Maintenant 5 avant de nous occuper de mon- 
trer la degradation et la simplification qui exis- 

tent dans l'organisation des animaux , en proce- 
dant du plus compose vers le plus simple , selon 



r 



usa 




examinons l'etat actuel de leur distribu 



tion et de leur classification , ainsi que les prin- 
pes qui ont e'te employes pour les etablir ; alors 
nous sera plus aise* de reconnoitre les preuves 



il 



de la degradation dont 



sasrit. 




■ 
1 * 

































\ 












. 









i 







' 














II 























I 









p 




I 
















i 



I 




102 



DISTRIBUTION ET CLASSIFICATION 




CHAPITRE V 






Sur VKtat actuel de la Distribution et de la 



Classification des Animaux. 




our lesprogres de la Philosophic zoologique, 
et pour Fob jet que nous avons en vue , il est ne- 
cessaire de considerer Vetat actuel de la distrf- 
bution et de la classification des animaux ; d exa- 

i 

■ 

miner comment on y est parvenu ; de recon- 
noitre quels sont les principes auxqueis on a dii 
se conformer dans Vctablissement de cette dis- 
tribution generate ; enfin , de rechercher ce qui 
reste a faire pour donner a cette distribution la 
disposition la plus propre a lui faire representer 
l'ordre meme de la nature. 

Mais pour retirer quelque profit de toutes ces 

considerations , il faut determiner auparavant le 
but essentiel de la distribution des animaux et 



de 1 



ssification : car ces de 



d 



nature 



dimi 



r 

Le but dune distribution generate des ani- 
maux nest pas seulement de posseder une liste 

commode a consulter; mais e'est surtout d avoir 
dans cette liste un ordre representant, le plus 










D E S ANIMAUX. 

■ 

? celui raeme de la nature , e'est-a-d 
l'ordre quelle a suivi dans la production des 
maux , 

les ra 



IOj 



qu elle a emmeinmont caractense par 



pports qu 



uns et les 



autres. 






i 



he but, au contraire , d'une classification des 
animaux , est de fournir , a l'aide de lignes de 
separation traeeesde distance en distance dans la 
serie generate de ces etres , des points de repos a 
notre imagination , afin que nous puissions plus 
aisement reconnoitre cbaque race deja obser- 
yee , saisir ses rapports avec les autres animaux 

connus, et placer dans chaque cadre les nou- 

velles especes que nous pars'iendrons a decou- 
vrir. Ce moyen supplee a notre foiblesse , faciiite 
nos etudes et nos connoissances , et son usage 
est pour nous dune necessite indispensable ; mais 
j'ai deja montre qu'il est nn produit de Tart , et 
que , malgre les apparences contraires , il ne tient 
teellement rien de la nature. 

La juste determination des rapports entre les 
objets fixera toujours invariablement dans nos 
distributions genera les , dabord la place des 
grandes masses ou coupes primaires , ensuite celle 
des masses subordonnees aux premieres , enfin , 
celle des especes ou races particulieres qui au- 
rontete observers. Or, voila, pour la science , 
1'avantage inestimable de la connoissance des 



\ 

































l 

i 









i 



^ 

















/ ■ 

































I 













I 

1 









/ 






104 



t 



DISTRIBUTION ET CLASSIFICATION 



ipports ; c'est qn 



pports 



naura 



meme de la nature , aucun naturaliste 
jamais le pouvoir ni, sans doute, la volonte de 
changer le resultat dun rapport bi 



la distribution generate deviendra done de pi 



I* 



en 




P 



for 



des 



s 



a mesure que nos 
eront plus avancees 



Fegard des objets qui cqmposent un reg 

est pas de meme de la classifi 



II 



d 



re , des differentes lignes de separation 
qu'il nous importe de tracer de distance en dis- 
tance dans la distribution generale 3 soit des ani- 
maux , soit des ve 

y aura des vides 




A la verite, tant qu'il 
plir dans nos distribu- 



parce que quantite d'animaux et d 



rons toujours de 



trou\' 



ees lignes de sep 



qui 



paroitront posees par 



observerons davantage : 
pas vu un assez grand 



ipera a mesure que 



b 



ffa 



au 



dans 



plus petits cad 



breuses decouvertes des naturalistes , dep 



par les nom- 



Viron an.de 



mi 



Ai 



sauf les lignes de separation qu 



tent des vides a remplir, celles que 



for 



detablir 



ont arb 



et 



par-la vacillantes, tant que les naturalistes n'adop 






i 

1 



\ 












DES ANIMAUX. 



io5 



pas qnelque principe de convention ponr 



se regler en les for 



D 



g 



animal 






^ 



, nous devons regar- 
der comme un principe de ce genre , que toute 
classedoit comprendre des animaux distingues 
par un systeme particulier d' organisation. La 
stricte execution de ce principe est assez facile, 
ct ne presente que de me'diocres inconveniens. 
En effet , quoique la nature ne passe pas brus- 




anisation a un autre , 



quement d'un systeme d'< 
ii est possible de poser c 

systeme , n'y ayant presque par tout quun petit 

nombre d' animaux places pres de ces limites , 

et dans le cas d'ofFrir des doutes sur leur veri- 
table classe. 

Les antrps lio-ries de Si 



8 



paration qui sous-div 
general, plus difficiles 



*blir,parce qu'elles portent sur d 
oins importans , et que , par cette 
nt plus arbitraires. 
Avant d'examiner l'etat actuel de 



des 



essayons de faire voir que 



^stribution des corps vivans doit fori 



moins quant a la disposition des masses 
ie ramification rdticulaire. 



r 






iier une 






























i 












/ 


















A 






\ 



\ 






\ I 






















I 







I 






ft.. 






























1 









V 












I 









" 









106 



DISTRIBUTION ET CLASSIFICATION 



jjes classes doivcnt former vne serie dans l& 

distribution des anirnaux. 



L * 

Comnie rhomme est condamne a epuiser tontes 
Jes erreurs possibles avant de reconnoitre une 
verite lorsqu il examine les faits qui sy rappor- 
tent, on a nie que les productions de la nature, 
dans cbaque regne des corps vivans, fussentreel- 



lement dans le cas de pouvoir former une ve- 



ritable serie dapres 



deration des rap 



ports, et on n'a vouln reconnoitre aucune echelle 



dans la disp 



6 



des anirnaux 



soit 



g 



Ainsi, les 



naturalistes 



yant remarque que 



b 



Ok 



d'especes , certains genres , et meme 



quelques families , paroissent dans une sorte d 



quant a 

gines que 



les 



caracteres , plu 
tres vivans dan 



ou 



l'autre 



gne, s avoisinoient ouseloig 



tre eux 5 relativement a leurs rapports naturels > 
dans une disposition semblable aux different 
points dune carte de geographie ou d'une mappe- 
monde. lis regardent les petites series bien pro- 
nonce"es quon a nominees families naturelles j 
corarae devant etre disposees entre elies de ni3' 

4 

ner une reticulation. Cette ide"e , qni 



nier 



e 



for 



P 



d 



sublime a quelques modernes 
it une erreur; et* sans doute 



est evi' 



I 

















D E S ANIMAUL 



107 



clissipera des qn'on aura des connoissanees pi 



profond 



plus 




eneYales de 



© 



lorsqu'on distinguera ce qui appa 



infl 



des 



d'habitation 



d 






abitndes contractus , de ce qui resulte des pro 



t. 



conip 



gres plus ou moins avances dans la 
tion ou le perfectionnement de Forgan 
En attendant , je vais faire voir que 
en donnant, a l'aide de beaucoup de 

lexistence a tons les animaux et a tous les ve- 

getaux , a rdellement forinc? dans chacun de ces 
regnes une veritable echelle , relativement a la 

composition croissante de l'organisation de ces" 



emp 



etres vivans ; mais que cette echelle , qu'il s'agit 



d 



e reconnoitre , en rapprochant les objets , 



' 



d'apres leurs rapports naturels , n'offre des degres 
saisissables que dans les masses prineipales de la 
serie general e , et non dans les especes , ni merae 
dans ies genres : la raison de cette particularity 
vient de ce que F extreme diversite des eircons- 
tances dans lesquelles se trouvent les difterentes 
races d'animaux et de vegetaux n'est point en 
rapport avec la composition croissante de To 
ganisation parmi eux, ce que je ferai voir; et 
qu'elle fait naitre dans les formes et les caractercs 
exterieurs , des anomalies ou des especes d'ecart 
que la composition croissante de l'organisation 
n auroit pu seule occasionner. 





















3 















• 



I 

























■ 4 




























I 












i 












It 







< 



1 08 



DISTRIBUTION ET CLASSIFICATION 



II s agit done de prouver que la serie qui cons- 
titue l'echelle animate reside essentiellement dans 



la distribu 
composent 



des 



masses 



•- 



prmcij 



qui 



d 



celle d 



esp 



? 



la 



m 



dans 



d 




enres. 



La serie dont je viens de parler ne pent done 
determiner que dans le placement des masses, 



parce que ces masses qui 

et les grandes families, 
des etres dont l'organisal 
tel systeme particulier d 



prennent chacune 
est dependante de 



b 



essentiels. 



Aiiisij chaque masse distincte a son syster 



particulier d 



5 



essentiels 5 et ce sont ces 



systein.es particuliers qui 
depuis celui qui presente 



degradant 

de compli 






i'a celui qui est le plus simple. Mais 

haque organe considere isolement, ne suit pas 

aussi reguliere dans ses degrada- 



mie mar 



clie 









t meme d'autant moins , qui 
d'importance , et qu'il est pi 



E 



d'etre modifie par 



ffet 



ganes de peu d 



non essentiels a la vie, ne sont pas toujours en 



app 



1 



es uns avec les autres d 



leur 



fectionnement ou leur d 
si Ton suit toutes les 




dation 



per- 
que 



especes dune classe , on 
que tel organe, dans telle espece , jouit de 



s 



plus haut degre de perfectionnement; tand 



t 




















\ 









DES ANIMAUX. 



IO9 



ce que ces organes sont 



*me tel autre organe, qui, dans cette merae es- 
pece , est fort appauvri ou fort imparfait , se 
trouve tres-perfectionne dans telle autre espece. 
Ces variations irre~gulieres dans le perfection- 
nement et dans la degradation des organes non 
essentiels , tiennent a 
plus soumis que les autres aux influences des cir- 
constances exterieures ; elles en entrainent de 
semblables dans la forme et dans Fetat des par- 
ties les plus externes, et donnent lieu a une 
diver site si considerable et si singulierement or- 
donnee des especes, qu'au lieu de les pouvoir 
ranger , comme les masses, en une serie unique, 

simple et lindaire , sous la forme d'une echelle 



regulierement graduee , ces memes especes for- 







ment souvent autour des masses dont elles font 

l 
* t 

partie, des ramifications laterales , dont les ex- 
treinites oifrent des points ve'ritablement isole's. 

* 

H faut, pour modifier cliaque systeme inte- 
rieur d'organisatidn , un concours de circonstan- 
°es plus influentes et de bien plus longue dure'e , 
que pour alterer et changer les organes exte'- 
r ieurs. 

J'observe ne"anmoins que, lorsque les circons- 
tances l'exigent , la nature passe d'un systeme a 

1 autre, sans faire de saut, pourvu qu'iis soient 
voisins; c'est, en effet, par cette faculte quelle 
est parvenue a les former tous successivement, 






/ 







































i- 






I 












N 















V 






















L t 



























t 1 











• 




f 



IIO 



DISTRIBUTION ET CLASSIFICATION 



en procedant da plus simple an plus compose. 

II est si vrai quelle a cette faculte, qu'elle passe 
d on systeme a l'autre , non-seiilement dans deuX 
families differentes lorsqu'elles sont voisines par 
leurs rapports , mais encore qu'elle y passe dans 
un meme individu. 

Les systemes ^organisation qui admettent pour 
organe de la respiration des pournons veritables , 
sont plus voisins des svstemes qui admettent des 



branch 



que 



qui exigent des trach 



ainsi , non-seiilement la nature passe des bran- 
chies anx pournons dans des classes et dans des 
families voisines , comme Tindique la considera- 
tion des poissons etdes reptiles ; mais elle y passe 

meme pendant l'existence dun meme individu , 
qui jouit successivement de Tun et de l'autre sys- 



parfait de 



d 



dis que dans son etat 



grenouilie , dans l'etat 
espire par des branch 

t de 




P 



d 



s parfait 
pournons 



g 



O 



nouille elle respire 

voit nulle part la nature passer du systeme d 



ne 



Ii est do 



s> 



P 



chaqu 



e re 




d 




b 



aduee d 



vrai de dire qu'il existe pour 

; vivans , une serie unique 
josition des masses 1 con- 



corp 



formement a la composition 



de 1 



b 



gement des objets d'apres 






onsideration des rapports ; et qu 



? 














f 






D E S ANIMAUI, 



III 






i 

soit dans le regne animal, soit dansle regne ve- 
getal , doit offrir a son extremite anterieure les 
corps vivans les plus simples et les moins organi- 
ses , et se terminer par les plus parfaits en orga- 
nisation et en faculte"s. 

Tel paroit etre le veritable ordre de la nature , 
et tel est effectivement celui que Fobservation 
ia plus attentive, et qn'une e^ude suivie de tons 
les traits qui caracterisent sa marche , nous of- 

frent e'videmment. 

Depuis que , dans nos distributions des produc- 
tions de la nature , nous avons senti la n£cessite 

d'avoir ^gard a la consideration de 

nous ne sommes plus les maitres de disposer la 

serie generale comme ii nous plait; et la con- 

fcoissance que nous acquerons de plus en plus: de 
la marche de la nature , a nlesure que nous etu- 
uions les rapports prochains ou eloignes qu'elle 
a niis , soit entre les objets, soit entre leurs dif- 
terentes masses, nous entraine et nous force a 
ftous conformer a son ordre. 

* 
* 

Le premier resultat obtenu de Femploi des 
r <*pports dans le placement des masses pour for- 
lll er une distribution generale , est que les deux 
e xtremites de l'ordre doivent offrir les etres les 



s rapports 3 



plus dissemblables , parce qu'ils sont effective- 
ment les pl us eloignes sous la consideration des 

o 

rapports, et, par consequent , de Forganisation ; 






■ 




























/ 


















































































' 



/ 



Mil DISTRIBUTION ET CLASSIFICATION 

i 

il suit de la que si Tune des extremites de l'ordre 
presente les corps vivans les plus parfaits , ceuX 
dont 1 organisation est la plus compose'e , l'autre 
extremite du meme ordre devra necessairement 
offrir les corps vivans les plus iraparfaits 3 c'est- 
a-dire , ceux dont l'organisation est la plus simple. 
Dans la disposition gene' rale des vege'taux con- 



rilis , selon 



d 



s 



la 



la meihode 

3onsideratio 



aturelle 3 cest-a-dire 9 

* 

des rapports , on ne 



dune maniere solide , qu 



des extremites de Tordre , et Ton sait que la cryp- 
togamie doit se trouver a cette extremite'. Si 



1 



meme 



extremite 



pas 



det 



avec 



la 



de , cela vient de 



de 1 org 



que nos con- 



g 



sont 



beaucoup moins avancees que celles que nous 



anisation d'un grand nombre d 
II en resulte qua 1'eVard des 



ve- 



getaux , nous n'avons pas 



de guidi 



pour fixer les rapports entre les grand 



masses , com me nous en avons pour 



le 



g 



pour 



former les fam 



L 



ffard d 



& 



difficulte" ne s'e'tant pas 
i aniraaux , les deux ex 



de 



leur serie generate sont fixees d'une maniere de> 

■ 

finitive ; car tant que Ton fera quelque cas de 
la metbode naturelle , et , .par consequent , de la 

consideration 






i 













D E S ANIMAUX, 



3 






consideration des rapports, les rnammifer 

■ 

cuperont necessairement une des extremil 
l'ordre , tandis que les infusoires seront pi 
l'autre extremite. 



de 



y a done , pour les animaux comme pour 



les vegetaux 



ordre qui appartient 



qui resulte, ainsi que les objets que 



\ 



dre fait exister , des moyens qu 



a 



de l'A 

n'est i 



recus 
de toute chose. Elle 



elle-meme que l'ordre general et immuable 
que ce sublime Auteur a cree dans tout , et que 
l'ensemble des lois generates et particulieres aux- 

quelles cet ordre est assujetti. Par ces moyens , 

dont elle continue , sans alteration , l'usage , elle 

a donne et donne perpetuellement 1' existence a 

ses productions ; elle les varie et les renouvelle 

sans cesse , et conserve ainsi partout l'ordre en- 

tier qui en est l'effet. 

Cet ordre de la nature qu'il s'agissoit de par- 



venir a reconnoitre d 



chaq 



re 



§ 



des 



corps vivans, et dont nous possddons de"ja diver- 
ses portions dans les families bien reconnues , et 
dans nos meilleurs genres , nous allons voir que , 
relativement au regne animal , il est maintenant 



deterini 



dans son ensemble , d 



maniere 






qui ne laisse aucune prise 



l'arb 



Mais la grande quantite d'animaux divers que 



sommes parvenus 



et les lu 
8 





















' 



















I 












■ 


















; 














1 









\ 

















































"4 



DISTRIBUTION ET CLASSIFICATION 



mieres nombreuses que 1 
repandues sur leur o: 



compar 



a 



les sur leur organisation, nous donnent 
maintenant les moyens de determiner, d'une ma- 
niere definitive , la distribution generale de tous 
les animaux connus, et d'assigner le rang positif 
des principales coupes que Ton peut etablir dans 
la serie qu'ils constituent. 
Voila ce qu'il importe 



de 



qu'il sera vraisemblablement diffi 



de 



t ce 

con- 



tester 



Passons maintenant a l'examen de l'e'tat actuel 
de la distribution generale des animaux , et de 
leur classification. 













Etat actuel de la distribution et de la classifi- 
cation des Animaux. 



s 



Comme le Tmt et les principes, soit de la 
distribution generale des corps vivans, soit de 
leur classification , ne furent point apercus lors- 
qu'on s'occupa de ces objets, les travaux des na- 
turalistes se ressentirent long -temps de cette 
imperfection de nos idees, et il en fut des sciences 
naturelles comme de toutes les autres, dont on 
s'est long-temps occupe avant d'avoir pense aux 
principes qui devoient en faire le fondement et 
en regler les travaux. 

Au lieu d'assujettir la classification qu'il fallut 
fciire dans chaque regne des corps vivans , a une 



















t 









■ 






DES ANIMAUX. 



r 1 5 



distribution q 



d 



enfraver, on ne 



pensa qua classer commodement 



1 



eur 



d 



fat 



obj 



par -la soumise a l'arbi- 



traire. 
Par 



- 

pie, les rapports 



1 



es 



g 



s 



masses etant fort diffi 



a saisir 



P 



les 




• 

ploya long-temps , en botaniq 






fa 



ystemes artificiels. lis offroient la facilite de 
) des classifications commodes, fondees sur 



des principes arb 



j 



chaque autenr en 



composoit une nouvelle selon sa fantaisie. A 

i 

)ii a dtablir parmi les vegdtaux 



la distributi 

■ 

celle 5 en un 



qui app 



la me, 




elle , fat alors touiours sacrifice* Ce n'est 



que depuis que Ton a 



importance des 



parties de la fructification, et surtout la pre"e 
ainence que certaines d'entre elles doivent avoii 
sur les autres , que la distribution generate de; 
Vegetaux commence a s'avancer vers son 

fectionnement. 



per 



- 

Gomine il n'en est pas de meme a l'dgard des 



animaux , les rapports g 
sent les grandes masses , 
coup plus faciles a aper< 

Cie OPS mncc£»<: 



ix qui caractdri- 

parmi eux , beau- 

: aussi plusieurs 



T 

! ces masses furent-elles reconnues des les pre 
*mers temps ou Ton a commence a cultiver This 
toire naturelle. 



Enefn 



A 



divisa, pr 



3 



le 



s 









^ • 
























J 

































I I 




















( 




















































I 






' 












MBl 












; - ! 




116 



DISTRIBUTION ET CLASSIFICATION 



animaux en deux coupes principales , ou , selou 
lui 7 deux classes ; savoir : 



1 







Animaux ayant du sang 



Quadrupedes vivipares , 
Quadrupedes ovipares, 

Poissons^ 

Oiseaux* 






2°. Animaux prives 



de sang. 






■ 

Mollusques , 
Crustaces , 

Testaces 3 
Insectes. 






Cette division primaire des animaux en deux 
grandes coupes etoit assez bonne ; mais le carac- 
tere employe par Aristote , en la formant , etoit 
mauvais. Ce philosophe donnoit le nom de sang 
au fluide principal des animaux , dont la couleur 
est rouge; et supposant que les animaux qu'il 
rapporte a sa seconde classe ne possedoient tous 
que des fluides blancs ou blanchatreS , des-lors 






il les regarda comme prives de sang. 

Telle fut apparemment la premiere e'bauche 
d'une classification des animaux , et c'est , au 






v. 



moins , la plus ancienne dont nous ayons connois- 



V 













V 



DES ANIMAUX 



117 



sance. Mais cette classification offre aussi lepre 
mier exemple d'une distribution en sens invers 
de l'ordre de la nature , puisqu'on y trouve un 



prog 



quoiqu 



imparfaite, du pi 



compose vers le plus simpl 
Depuis cette epoque , on 



\ 



generalement 



cette fausse direction a l'e'gard de la distribution 



des animaux 






/ 



; ce qui a evidemment retarde nos 

■ 

connoissances relativement a la marche de la 
nature. 

Les naturalistes modernes ont cru perfection- 
ner la distinction d'Aristote , en donnant aux 

animaux de sa premiere division le nom d'ani- 

1 

maux a sang rouge 3 et a ceux de la seconde , ce- 
lui & animaux a sang blana. On sait assez main- 
tenant combien ce caractere est defectueux > puis- 
qu'il j a des animaux invertebres (beaucoup 
dannelides ) qui ont le sang rouge. 

Selon moi , les fluides essentiels aux animaux 
cessent de meriter le nom de sang , lorsqu'iis ne 
cir culeiit plus dans des vaisseaux arteriels et vei- 
neux. Ces fluides sont alors si degrades , si peu 
composes ou si imparfaits dans la combinaison 
de leurs principes , qu'on auroit tort d'assimiler 
leur nature a celle des fluides qui subissent une 

table circulation. Or, accorder du sang a 



l4 _ f • 



en attribuer a une 



polype, autant vaudroit 
















' 

































/ 






























n8 



DISTRIBUTION ET CLASSIFICATION 



Pour eviter toute equivoque , ou l'emploi d'au- 
ne consideration hypothetique , dans mon pre 



mier cours fait dans le Muse'um 



prm temps 



d 



1794 (l'an 2 de la republique), je divisai U 
ilit6 des animaux connus en deux coupes par 



fakement distinct 

























1 









m I 



' 






Les Animaux a vertebres , 

I 

Les Animaux sans vertebres 



Je fis remarquer a mes eleves que la colonne 
vertebrate indique , dans les animaux qui en sont 
munis , la possession d'un squelette plus ou moins 
perfectionne, et dun plan d'organisation qui y 
est relatif ; tandis que son defaut dans les autres 
animaux , non-seulement les distinguent nette- 

ment des premiers, mais annonce que les plans 
d'organisation sur lesquels ils sont formes, sont 
tous tres-differens de celui des animaux a ver- 

* 

tebres. 



Depuis Aristote jusqu a L 



remarquable 



parut 



rien de hien 

t a la distri- 



bution generale des animaux : mais , dans le d 



nier siecle, des na 
rite firent un grand 



( 



uralistes du plus grand me"- 
nombre d'observations par- 
ticulieres sur les animaux , et principalement sur 
quantite d'animaux sans vertebres. Les uns firent 
connoitre leur anatomie avec plus ou moins 



\ 



? 









r 




























detend 



DES ANIMAUX. 

les autres donnereni 



/ 



9 



h 



! 



exacte et de'taillee des metamorphoses et des ha 
bitudes dun grand nombre de ces animaux ; er 
sorte qu'il est resulte de' leurs precieuses obser- 
vations , que beaucoup de faits des plus impor< 
tans sont parvenus a notre connoissance, 
Enfin, Linne, homme d'un 



genie superieur. 



des plus grands naturalistes connus, apres 



rassemble les faits, et 



appris 



a 



mettre une grande precision dans la deter 






mination des caracteres de tous les ordres 



donna 
vante. 



P 



les animaux 



distribution sui- 



■ 

II distribua les animaux connus en six classes , 
subordonnees a trois degres ou caracteres d'or- 



ganisation. 






Bistrib 



des Animaux , etablie par Linne 









. 












\ 




Classes. 

L Les Mammifekes 



*L Les Oiseatjx. 



Premier degre* 



Le coeur a deux ventricules j 
le sang rouge et chaud. 



/ 




HI. Les Amphibies (les Rep- 
tiles ). v r ; 



Second degre. 



\ 



IV. Les Poisso^s. 






Le coeur a un ventriculej le 

sang rouge et froid. 
















i 



> 
















( 






I 






X . 






120 



DISTRIBUTION ET CLASSIFICATION 



Troisieme degre* 



Classes. 

V- Les Iwsectes, 



VJ. Les Vers. 



Une sanie froide ( en place de 

sang ). 












\ 













' 






























< 



Sauf Pin version que pr^sente cette distribution 
comme toutes les autres^ les quatre premieres cou- 
pes quelle olfre sont maintenant fixees definitive- 
rnent, obtiendront toujours de'sormais l'assenti- 

ment des zoologistes, quant a leur placement 

dans la serie generale , et Ton voit que c'est a 

l'illustre naturaliste Suedois qu'on en est premie- 

rement redevable. 

II n'en est pas de meme des 



deux der 



distribution dont il s'ag 



mauvaises 



disp 



et comme elles 



prennent le plus grand nombre de 
rms et les plus diversifies dans lei 



carac- 



devoient etre plus nombreuses. II 



done fallu les reformer et en sub 



d 






tres. 

L 



omme on voit , et les naturalistes qui 



donnerent si peu d 



d 



oupes par 



les 



am- 



qui ont une sanie froide en place d 






( les animaux sans vertebres ) , et ou les carac 
teres et l'organisation offrent une si 



g 



de d 



qu'ils n'ont distingue ces nombreux 



( 










m 






1 














DES ANIMAUX. 



121 



inaux qu'en deux classes , savoir : en insectes et 
en vers $ en sorte que tout ce qui n'etoit pas 
regarde comme insecte , ou autrement , tous les 

I 

animaux sans vertebres qui n'ont point de mem- 
oes articules , etoient , sans exception , rappor- 
te's a la classe des vers. lis placoient la classe 
des insectes apres celle des poissons , et celle des 
vers apres les insectes. Les vers formoient done , 
d' apres cette distribution de Linne , la derniere 

classe du regne animal. 

Ces deux classes se trouvent encore exposees , 



suivant cet ordre, dans tontes les editions du 

Sy sterna natures, s publiees posterieurement a 
Linne ; et quoique le vice essentiel de cette distri- 
bution, relativement a l'ordre naturel des animaux, 
soit evident , et qu'on ne puisse disconvenir que 
la classe des vers de Linne ne soit une espece de 
chaos dans lequel des objets tres- 




arates se 



grand poids p 

n'osoit cha 



sonne 



de 



D 



ite de ce savant etoit dun 

/ 

5S naturalistes r que per- 
cette classe monstrueiise 



s vers 



Dans 1' intention d'operer quelque reforme utile 
& cet egard, je presentai^ dans mes premiers 
cours , la distribution suivante pour les animaux 
sans vertebres que je divisai, non en deux classes, 

mais en cinq dans l'ordre que voici. 






* 







































) 



\ 













I 



rf- 


























1 

I 







mv 
















I 



















1 



L 










! 







122 



DISTRIBUTION ET CLASSIFICATION 



Distribution des Animaux sans vertebres , 

■ 

exposee dans rnes premiers cours. 



i 

2 



O 



o 



Les Mollusques ; 
Les Insectes; 



5°. Les Vers 



4 



Q 



Les Echinodermes 






/ 



ani- 



maux 



5°. Les Polypes. 

I 

Ces classes se composoient alors de quelques- 
uns des ordres que Bruguiere avoit presented 
dans sa distribution des vers , mais dont je n'a- 
doptois pas la disposition, et de la classe des 
insectes } telle que Linne la circonscrivoit. 

* 

Cependant , vers le milieu de Fan 3 ( de 1795) , 
l'arrive"e de M. Guvier a Paris, eveillant l'atten- 

tion des zoologistes sur l'organisation des 

, je vis, avec beaucoup de satisfaction, 
les preuves decisives qu'il donna de la preemi- 
nence qu'il falloit accorder aux mollusques sur 

es insectes , relativement au rang que ces ani- 
maux devoient occuper dans la *erie generale ; 
ce que j'avois d^ja execute" dans mes lecons; inais 
ce qui n'avoit pas ete vu favorablement de la 
part des naturalistes de cette capitale. 

- Le changement que j'avois fait a cet egard , 
par le sentiment de l'inconvenance de la distri- 

■ 

bution de Linne" que Ton sniyoit ; M. Cuvier le 



; 






^ 















DES ANIMAUX. 



123 



- 

solida parfaitement par l'exposition des f< 

plus positifs , parmi lesquels plusieurs , a 



la 



Profit 



e"toient deja connus , mais n'avoient point 
attire notre attention a Paris. 

ensuite des lumieres que ce savant 
epandit , depuis son arrive'e , sur toutes les par- 
ies de la zoologie, et particulierement sur les 
•nimaux sans vertebres _, qu'il noramoit animaux 
' sang blanc 5 j'ajoutai successivement de nou- 

es a ma distribution; je fus le pre- 









Velles 



qui 1 



in a is 



omme on va 



le 



voir, 



d 



i ces classes que Ton a adoptees 

ne ie furent que tardivement. 

Sans doute , 1'interet des auteurs est fort indif- 
ferent pour la science , et semble l'etre encore 
pour ceux qui l'etudient ; neanmoins , fhistori- 
que des changemens qu'a subila classification des 
aniijnaux depuis quinze ans, n'est pas inutile a 
connoitre : voici ceux que j'ai operes. 



D'ab 



ordj je changeai la denomination de ma 



» 



ciasse des echinodermes en celle de radiaires 

&fin d'y reunir les meduses et les genres qui en 

sont voisins. Gette ciasse , malgre son utilite et 

la necessite qu en font les caracteres de ces ani- 

ma ux , n'a pas encore ete adoptee par les natii*' 
ralistos. 

Dans mon cours de Tan 7 (de 1799)5 j' a * ^ta- 
bli la ciasse des crustaces. Alors M- Cuvier, dans 






I 







j 






/ 













































; 


















I 


















124 



DlSTRIBUTlOxNT ET CLASSIFICATION 



\ 






son Tableau des Animaux 3 pag. 461, comprenoit 
encore les crustace"s parrai les insectes; etquoi- 
que cette classe en soit essentiellement distincte, 
ce ne fut neanmoins que six ou sept ans apres 
que quelques naturalistes consentirent a l'adopter. 
L'annee suivante , c'est-a-dire , dans mon cours 
de Fan 8 (de 1800) , je presentai les arachnides 

comme une classe particuliere , facile et neces- 
saire a distinguer. La nature de ses caracteres 

etoit des lors une indication certaine d'une or- 
ganisation particuliere a ces animaux ; car il est 

impossible qu'une organisation parfaitement sem- 
blable a celle des insectes 5 qui tous subissent 
des metamorphoses 3 ne se regenerent qu'une fois 
dans le cours de leur vie ? et n'ont que deux an- 
tennes , deux yeux a reseau , et six pattes articu- 

lees j puisse donner lieu a des animaux qui ne se 

metamorphosent jamais > et qui ofirent . en outre, 
differens caracteres qui les distinguent des in- 
sectes. Une partie de cette verite a ete confir- 
mee depuis par Fobservation. Cependant cette 

* 

classe des arachnides n'est encore adinise dans 
aucun ouvrage autre que les miens. 
. M. Cuvier ayant decouvert 1'existence de 
vaisseaux arteriels et de vaisseaux veineux dans 
differens animaux que Ton confondoit sous le 
norn de vers , avec d'autres animaux tres-dif- 
feremment organises, j'employai aussitotla con- 










y 
























D E S A N I M A U X. 



125 



sideration de ce nouveau fait au perfectionne- 
ment de ma classification ; et dans mon cours 
de l'an 10 (de 1802) , j'etablis la classe des anne- 
lides , classe que je placai apres les mollasques 
et avant les crustace"s ; ce qu'exigeoit leur orga- 
nisation reconnue. 

En donnant un nom particulier a cette nou- 
Velle classe, je pus conserver 1'ancien nom de 

m 

vers a des animaux qui l'ont toujours porte , et 
que leur organisation obligeoit d' eloigner des 
anneiides. Je continuai done de placer les vers 
apres les insectes , et del 

diaires et des -polypes , avec lesquels jamais on ne 

- 

sera autorise a les reunir. 

Ma classe des anneiides publiee dans mes cours 
et dans mes Recherches sur les Corps vivans 
(p. 24), fut plusieurs annees sans etre admise 

par les naturalistes. Ne'anmoins , depuis environ 
deux 



r 



les distinguer des ra- 



ans 



on commence a reconnoitre cette 



/ 



classe; mais comme on juge a. propos d'en chan- 
ger le nom , et d'y transporter celui de vers 3 on 
ne sait que faire des vers propr ement dits , qui 
tt'ont ni nerfs, ni systeme de circulation; et, 
dans cet embarras , on les reunit a la classe des 
polypes 9 quoiqu'ils en soient tres-difierens par 

leur organisation. 

Ges exemples de perfectionnemens e'tablis d a- 
bord dans les parties d'une classification, de- 






1 1 





















v 









S ' 


















i 










X 



\ 








I 



































I 





















I 










3 



•t 



26 



DISTRIBUTION ET CLASSIFICATION 



apres 



cela par d'autres , et ensuite retabhs 
par la necessite et la force des choses 3 ne sont 
pas rares dans les sciences naturelles. 

En effet, Linne avoit reuni plusieurs genres de 



plantes qne Tournefort 



paravant 



* 

guds, comrae 



voit dans ses 



v°h' 






gonurn , mimosa > jus ticia , convallaria , et bi< 
d'autres ; et maintenant les botanistes retabl 
sent les genres que Linne avoit detruits 

Enfin, l'annee derniere (dans mon cours de 
1807), j'ai etabli, parmi les animaux sans ver- 
tebres , une nouvelle et dixieine classe , celle des 
infusoires , parce qu'apres un examen suffisant 
des caracteres connus de ces animaux impar- 
faits, je fas convaincu que j'avois eu tort de les 

ranger parmi les polypes. 

Ainsi , en continuant de recueillir les faits ob- 
tenus par Fobservation et par les progres rapides 
de Yanatomie comparee , j'instituai successive- 
ment les differentes classes qui composent main- 
tenant ma distribution des animaux sans ver- 

tebres. Ces classes , au nombre de dix , etant 
disposees du plus compose vers le plus simple , 

■ 

selon Tusage , sont les suivantes : 
































) 



DES ANIMAUX. 



127 



1 

Classes des Animaux sans vertibres. 



* 

Les Mollusques. 
Les Cirrhipedes. 
Les Annelides. 
Les Crustaces. 
Les Arachnides* 
Les Insectes. 
Les Vers. 

Les Radiaires. 
Les Polypes. 

Les Infusoires. 



Je ferai voir 



5 



en exposant chacune de ces 



classes, qu'elles constituent des coupes ne'ces- 
saires , parce qu'elles sont fonde'es sur la consi- 
deration de l'organisation ; et que , quoiqu'il puisse , 
qui! doive meme se trouver dans le voisinage 



de leurs H m it 



es, des races, en quelque sorte, 



^u-parties ou intermediaires entre deux classes, 
5 coupes pre'sentent tout ce que l'art peut pro- 



ces 



ire 



du 
tant 



de pi 



us convenable en ce genre. Aussi , 



que rinte"ret de la science sera principale- 
*uent consid^re , on ne pourra se dispenser de les 
r econnoitre. 



On 



voit qu'en ajoutant a ces dix classes qui 
cuvisent les animaux sans vertebres, les quatre 
classes reconnues et determinees par Linne parmi 



\ 



r 

/ 






J 

































\ 












I 























; 



1 I 







rl 



i i 



/ 







■ 



8 



DISTRIBUTION ET CLASSIFICATION 



■ 



vertebres , on aura , pour 



sification de tous les animaux 



les qua 



que jevais encore presen 



dans un ordre contraire a celui de 



i. Les Mammiferes. 

■ 

2. Les Oiseaux. 

3, Les Reptiles* 
4- Les Poissons. 

5. Les Mollusques. 

6. Les Cirrliipedes. 

7. Les Annelides. 

8. Les Crustaces. 

I 

9. Les Araclmides. 

10. Les Insectes. 

11. Les Vers. 

■ 

Les Radiaires* 
Les Polypes. 

Les Infusoires. 



* 



Animaux vertebres. 






Animaux invertebres. 



12. 
i3. 







* 



Tel est l'e"tat actuel de la distribution general© 



des 



tel 



des classes 



1 



qui furent etablies pann 

II s'agiroit maintenari 



d 



une 



ques 



tion tres-importante qui paroit n'avoir j.aniai* 



pprofond 



discutee, et dont cependa 



1 



Toutes les classes qui parta 




le 



g 



mal forraant necessairement une serie d 
d'apres la composition croissante ou 



d 






sa 



;nte 









< 



y 



■ 

■ 















■*N 






DES ANIMAUX 



\ 



I29 







ate de l'organisation, doit - on , dans la dispo- 
ion de cette serie , proce^der du plus compost 

ts le plus simple , ou du plus simple vers le 

us compose? 

Nous essayerons de donner la solution de cette 
question dans le chapitre VHP. qui termine cette 
partie ; mais auparavant , il convient d'examiner 
un faitbien remarquable, tres-digne de notre atten- 
tion , et qui peut nous conduire a aperceVoir la 

marche qu'a suivie la nature , en donnant a ses 

■ 

diverses productions l'existence dont elles iouis- 



sent. Je 
liere qu 



trouve dans 



'g 



\ SlllgU* 

si Ton 






parcourt la serie naturelle des animaux , en par- 
tant des plus parfaits ou des plus composes , pour 



se diriger vers les plus simpl 
parfaits. 

Quoique cette degradation ne soit p 
et ne puisse l'etre , 



les pi 












eVid 

* 

dans 



Stre 5 comme je le ferai voir, elle 
e dans les masses principales avec une telle 
ence , et une Constance si soutenue , meme 

ons de sa marche , qu'elle depend , 



k . 



es 



doute , de quelque loi generale qu 



nous 



importe de decouvrir 3 et , par 



quent 5 de 



hercher 






• 



: 



.. 






t * 



*' 



I 



l 












j 






\ * 



I 






' 

















f* 






- 















- ; K i . 






X * 





























■ 


















I 













\ 



' 



I 






i3o 



DEGRADATION DE ^ORGANISATION 








CHAPITRE VI 



\ 



Degradation et simplifi 



d'une extremite d Vautre de la 



de V organisation 



Ch 






male P en procedant 
plus simple. 



am- 



compose vers le 



I 




derations qui inte'ressent la Phi 



losophie zoologique 



qui 



plification que Ton ob 



des animaux 



le des plus importantes 
degradation et la sim- 

r 

ve dans l'organisation 



parcourant d 



extremite a 



haine animate , depuis 



plus parfaits jusqu 

pleraent or 



5> 



qui sont les plus sim 




Or, il s'agit de savoir si ce fait peut 



car 



lem 



tement sur le plan qu 



for 



mettra sur la voie de decouvrir plusieurs de 



plus im 



a connoitre 



Je me propose ici de prouver que le fait dont 
il est question est positif , et qu'il est le produit 
dune loi constante de la nature, qui agit tou- 



) 



uniformite ; niais qu 
facile a reconnoitre , fait varier ca 



parti 



t 






















\ 






\ 



DE LA CHAINS ANIMALE. 



101 



dan 



s toute l'etendue de la chaine animate, la 
regularite des resultats que cette loi devoit pro- 



d 



nire. 






D'abox'd, on 
rie generale d 






merit 



fere 



est force" de reconnoitre qn 
)s animaux distribues confor 
apports naturels , presente 
de masses particulieres , resultantes des 

d'organisation employes pa 



le 



urs 



une 



y 



que ces masses distrib 



elles-me- 



nies d'apres la 



decroissante de 



gamsation , torment une veritable ch 



Ensujte on r< 

dont nous deter 



que y sauf les 






anom 



de 



chaine 



5 



5 d 
de 



dation frappante dans l'organisation des 




ra- 



qui la comp 



et une diminution propor 






tionne'e dans le nombre des facultes de ces ani- 
maux ; en sorte que si a l'une des extremite's de 
la chaine dont il s'agit , se trouvent les animaux 
les plus parfaits a tous e"gards , Ton voit neces- 
sairement a l'extre'mite' opposee les animaux les 
plus simples et les plus imparfaits qui puissent 

se trouver dans la nature. 

Enfin , Ton a lieu de se convaincre , par cet 
examen , que tous les organes speciaux se sim- 



pbfient progressivement de classe en classe , s'al- 

\ s appauvrissent et s'attenuent peu a peu , 
qu lis perdent leur concentration locale , s'ils sont 



terent 












+ - 












'■ 















^U 
























■ 









I 









t 













> 







:. 



■ 








ft 



$m 












I 






I 















I 










102 

de 



DEGRADATION DE L ORGANISATION 

premiere importance , et qu'ils finissent par 
e'antir coinpletement et definitivement avant 



d'avoir atteint 1'extre'mite opposee de la « 
A la verite" , la degradation dont je pari 



pas toujours nuance'e ni re'g 



g 



car souvent tel 



g 



3 dans sa pro- 
te manque ou 
changemens 



change subitement, et dans 

prend quelquefois des formes 

se Kent avec aucune autre par des de<* 

connoissables ; et souvent encore tel orga 
paroit et reparoit plusieurs fois avant de s 
tir definitivement. Mais on va sentir que c 
i etre autrement ; que la cause 



il 



qui 



P 



qui comp 






progressiVement 1 organisation a dn eprouver di 
verses deviations dans ses produits , 

ces produits sont souvent dans le cas d'etre chan 



parce que 




es 



par 



me cause etranger 

puissante efficaciM 



qu 



i 



git sur eux 



verra que la degradation dont il s'agit 
pas moins re"elle et progressive dans tou 



est 



oil elle a 



pu 



qui tend sans cesse a composer 



gamsation etoit la seule qui eut de 



forme et 



g 



des animaux , la com 



position croissante de l'organisation seroit, en pro 
gression , partout tres-reguliere. 
point ainsi; la nature se trouvc 



Mais 

forcee d 



sou- 



rperations aux influences des 



















\ 






D E L A CHAiNE ASlMALE, 



33 



nances qui agissent sur elle< 
ces circonstances en font I 
Voila la cause particuliere qu 
dans le cours de la degradation 






de toutes 



par 



varier les prod 



c 



c 



P 



constater, les deviations sou vent bizarres qu 
nous offre dans sa progression. 

Essayons de mettre dans tout son jour, e 
^gradation progressive de l'organisation des , 
^aux , et la cause des anomalies que la prog 



de la serie d 



eprouve dans 



tence 



qu'a 



dent que si la nature n'eut donne V 

des animaux aquatiques, et que 



ammaux eussent tous et 



ces 



meme climat, la 
profondeur, etc., 
^ouve dans l'org 



* 

meme sorte d'e£ 
etc. , sans doute 



\ 



i dans le 
la meme 



de ces anim 



guhere et meme 



Mais la nature n'a point sa pui 
°lans de pareilles limites. 



r 



D'abord il faut ob 



^em 



elle 



que, d 



a 



derabl 



• 

Cl rconstances : les eaux douces 



diversifie' les 

ss eaux ma- 

ou stagn antes , les 



rines, les eaux tranquilles 

^! X .i C ° UranteS ° U Sans cesse agrees, les eaux 

mats chauds, celles des regions froides 
celles qui ontpeu de profondeur , et celle 

qui en ont une tres-grande , ofTrent autant de cir 



des 
enfin 



i 






• J 



\ 

































\ 


















I 

i: 












ii 



























■■ 









t 






\ 



, 



\ 



i 





1 34 



f 



DEGRADATION DE ^ORGANISATION 

nces particulieres qui agissent chacune dif- 

tent. Or 



feremnient sur les aniinaux qui les hab 
a degre e'gal de composition d'or 




les 



d'animauxqui se sonttronvees exposees dans 

ces circonstances, en ont subi les 



nacune de 

tifluences p 



- 

ont ete d 



fie 



1 

Ensui te , apres avoir produit les animaux aqua- 
tiques de tous les rangs , et les avoir singuliere- 
ment varies, a Faide des diiferentes circonstances 
que les eaux peuvent offrir , ceux quelle a amenes 
peu a peu a vivre dans Fair, d'abord sur le bord 

i 

des eaux ? ensuite sur toutes les parties seches 
du globe , se sont trouves, avec le temps, dans 
des circonstances si differentes des premiers , et 



qui ont si forteine 

sur leurs organes 



habitudes 



•> 



q 



la gradati 



D 



qu'ils devroient offrir dans la composition de leur 
organisation, en a e"te singuliereinent alteree; 
en sorte qu'elle nest presque point reconnoissable 



beaucoup d'endroits. 
Ces considerations que 



nees, 



tablirai sur des preuves po 



me donnent lieu de presenter le principe zoolo 



T 'S 



giqu 

Fabri d 



dont 



contestation. 



fondement me par 






Z 



a 



progression dans la composition de Pot 



. 















:■ . 















i>E LA CHA1NE ANIMAL E. 



105 






ganisation subit 3 gaettt, duns la serie gdnerale 

aes anomalies operees par Vin- 



de 



s animaux 



.fluence des circonstances d'habitation 3 et par 
cclle des habitudes contractees. 



On s'est autoris6 de 

■ 

anomalies pour rejeter 



\ 



consideration de ces 
progression evidente 



qui existe dans la composition de l'org 



des 



animaux , et pour refuser de 



inarch 
des co; 



que suit la nature dans la product 



* 

Cependant, malg 



les e carts apparens que 



ye viens d'indiquer , le plan general de 

et sa marche uniforme dans ses operations , quoi- 
que variant a 1'infini ses moyens , sont encore 
tres-faciles a distinguer : pour y parvenir , il faut 



onsiderer 



g 



d 



l'envisager d'abord dans son ensembl 



con- 
}, et 



y aperce 



ensuite dans ses grandes masses; on 
v **a les preuves les moins equivoques de la gra- 
dation qu'elle a suivie dans la composition de l'orv 
ganisation ; gradation que les anomalies dont j'ai 
Parle nautoriseront jamais a meconnoitre. Enfin 
°n remarquera que , partout oil des changemens 
xtremes de circonstances n'ont pas agi , on re- 



trouv 



ette gradation parfail 



diverses portions de la serie gcmerale , auxquelie; 
nous avons donne le nom de families. Cette vc^ 






I 





















m 



r* 

























■ 








! 





















i 












/ 

































\ 



56 



DEGRADATION DE L'ORGANISATION 



s 









devient plus frapp 



dans l'etude 






que 



1 



fait de 



qu'on appelle espece 



car 



plus nous observons , plus nos distinctions speci- 

fiques deviennent difficiles, compliquees et mi- 
nutieuses. 















La gradation dans la composition de l'org? 
sation des animaux sera done un fait qu'on 
pourra revoquer en doute , des que nous aur 
donne des preuves detaille'es et positives de 
qui vient d'etre expose. 



Or 



pre 



nons la serie generale des 
verse de l'ordre nieme qu 
les faisant successivement 



animaux 



[exister, cette grada- 
change alors , pour nous , en une degra- 

* 

gne d'une extr^mite a 
nale, sauf les interrup- 



dation frappante 

l'autre de la chaine 



qui 



qui 



a d 



re'sultent des objets qui restent 
couvrir , et celles qui proviennent des anomalie 
produites par les circonstances extremes d'hab 
tation. 

Maintenant pour etablir, par des faits positifs 



fondement de la degradation d 



animaux d'une extremite 



oup 



generale , jetons d'abord un < 

AM 

composition et l'ensemble de cette 

de'rons les faits qu'elle nous presen 



d 



oeii sur la 

:ie; consi- 
et ensuite 

passer ons rapidement en revue les quatorze 
es qui la divisent primairement. 




























^ 









s 



: 












DE LA CHAINE ANIMALE. 



idy 



/ 



En examinant la distribution generate des ani- 

r 

maux telle que je 1'ai presentee dans l'article 
precedent , et dont l'ensemble est unanimement 
avoue des zoologistes , qui ne contestent que sur 
les limites de certaines classes, je remarque un 
fait bien eVident, et qui, seul, seroit deja d^cisif 
pour mon objet; le voici: 

A Tune des extremites de la serie (et c'est celle 
qu'onest dansl'usage de eonsiderer comrae Fan- 
terieure) , on voit les animaux les plus parfaits a 



tous egards , et dont l'organisation est la plus 
composee ; tandis qu'a l'extremite opposed de la 

meme serie se trouvent les plus imparfaits qu'il 

y ait dans la nature , ceux dont F organisation 
est la plus simple , et qu'on soupconne a peine 

doues de I'animalite. 

. Ce fait bien reconnu , et qu'efFectivement Ton 

ne sauroit contester , devient la premiere preuve 

* 

de la degradation que j'entreprends d'etablir; 

car il en est la condition essentielle. 

Un autre fait que presente la consideration de 
la serie generate des animaux, et qui fournit 
une seconde preuve de la degradation qui regne 
dans leur organisation d'une extremile a Fautre 
de leur chaine , est celui-ci : 



Les quatre premieres classes du regne animal 






offrent des animaux generalement pourvus dun 
colonne vertebrate, tandis que les animaux de 



/ 













































k 












i 






1 1 




























■ • 







■ % 



■ 







1 38 



\ 



DEGRADATION DE L'oRGAtflSATIOW 

les autres classes en sont tous absol 



pn 






On sait que ] a colonne vertebrate est la base 
essentielle du squelette , qu'il ne pent pas exister 
sans eile, et que partout ou elle se trouve, ily 



quel 
perf( 



Pi 



plet, pi 



des fa 



des organes qui y donnent 



On sait aussi que 
cultes prouve celui 

lieu. 

/ 

Or, quoique 1'homme soit bors de rang, a 
cause de l'extreme superiority de son intelligence, 



ment le type du 
ou la nature ait 



'g 



offre 



assure 




grand perfect 



elle 



nature ait pu atteindre : ainsi , plus une 
ganisation animale approche de la sienne , plus 



perfe 



Cela etant ainsi , je remarque que le corps de 
horame possede non-seulement un squelette ar- 



plet et le plus perfect 



de tous qui 




d 



parties. Ce squelette affermit son corps , four 
de nombreux points d'attache pour ses muscl 

perniet de varier ses mouvemens presq 



Fiufini 



Le squelette entrant comme partie 
pale dans le plan dorganisation du 
i'liomnie , il est evident que tout animal 



princi- 

corps de 






muni 






\ 



















DE LA CHA1NE ANIMAL E. 



i3g 



dun squelett 
que ceux qu 



plus perfe 



dep 



D 



que 



les 



animaux 



vertebres sont 



plus imparfaits que les animaux vertebres $ done 



r 



placant a la tete du regne animal les 
les plus parfaits , la ssrie generale des 
presente une degradation reelle dans 



§ 



puisqu apr 



les quatre premieres 



de 



qui 



lette , et ont, par consequent 



une or 




moms 



Mais ce.n'est pas tout : par mi les vertebres 
memes, la degradation dont il s'agit se remarque 

encore ; enfin , nous verrons quelle se reconnoit 
aussi parmi les invertebres. Done que cette de- 
gradation est une suite du plan constant que suit 
la nature , et en meme temps un resultat de ce 

i 

que nous suivons son ordre en sens inverse ; car 
nous suivions son ordre meme, e'est-a-dire , 



si 



parcourions 




des 



maux j en remontant des plus irnparf< 



qu'aux plus parfait 



d 



degrad 



dans l'org 



rions une compositi 



ntre eux, au lieu dune 
misation , nous trouve- 
croissante , et nous ver- 



successivement les fac 



animates 



■g 



menter en nombre et en perfe ctionnement. Or 
pour prouver partout la re'alite de la degradatioi 



dont 



parcourons mam 

1 i 









I 






■ 


















\ 



\ 



. 













I 






.-*-* 




\ 7 












I- 



■ 


















\ ft 







1 
















I 

















* 



X 







H 



m 



m 







s 






1 






3 










'• 






















' 






*» 






- 







* 









A 



-'A 



^ 











" . 









I - 






DEGRADATION DE ^ORGANISATION 



I40 

pidite, les differentes classes d 



m 



I. 



g 



am- 



LES MAMMIFERES 



\ 



Animaux k mamelles , ayant quatre membres articulfc, 
et tons les organes essentiels des animaux les plus par- 
faUs. Du poil sur quelques parties du corps. 






Les mammiferes ( mammalia Lin. } d 

• 1 S 



d 



de 



l'une des extrem 



la chaine aniniale , et etre places a celle qui 
offre les animaux les plus parfaits, et les plus riches 
en organisation et en facultes ; car c'est unique- 



par m 



qu 



trouvent 



plus deVeloppe" 



qui ont 



n le perfectionnement des facultes prouve 
des organes qui y donnent lieu , comme ie 



de'ja dit, dans 



me 



et 



qui 



les animaux a ma 

* 

veritablement vioi 



pares, ont done l'organisation la plus perfe 



nee , puisqu ll est reconnu que ut 
plus d'intelligence , plus de facult 



d 



plus parfaite qu 



ce sont 



dont 



proche le plus de celle de l'hornn 



g 



les aufres; 

isation ap- 



Li 

dans 



ses 



Drganisation presente un corps affermi 
parties par un squelette artieule' , plus 
generalement complet dans ces animaux que dans 
les vertebras des trois autres classes. La plupart 




V 



i 
* / 



4 






•-■■■..' 



















/ 













/ 



v 



^ 



- 










* 



. 



I 






\ 



v>. 


















DE LA CHAINE AN I'M ALE. 



4 



lette : 



quatre membres articuMs, dependans dusque 



abdomen ; un cceur a d 



diaphragme entre la poi 



et deux oreillettes; le sang rouge et ehaud; de 
poumons libres , eirconscrits dans la poitrine 
et dans lesquels tout lesang passe avant d'etre er 
voye aux autres parties du corps ; enfin , ce sou 



dont 



fc 



c vw ip ares ; 
enferme da 



ses envelopp 



neanmoins 



sy developpe 
dont les petit 



aux depens de sa sub 

apres leur naissance 



ance , et 
se nour- 



pendant qiielqiie temps encore , du laft d 



e 



ses rnam 



Ce sont done les mammiferes qui doivent < 
cuper le premier rang dans le regne animal 5 sc 
le rapport du perfectionnement de l'organisati 
et du plus grand nombre de facultes ( Rech 



s 



che 



les 



Corps vimns , p. 1 5 ) , puisqu'apres 
eux on ne retrouve plus la generation positive- 
ttient vwipare , ni des poumons circonscrits par 
un diaphragme dans la poitrine , recevant la 
totalite du sang qui doit etre envoye aux autres 
parties du corps , etc. , etc. 

parini les mammiferes memes , il 
difficile de distinguer ce qui appartient 



I 



\ 



A 



eellement a la degradation que 



de 



qui est le produit des circonstances d'h 

































/ 















11 



9 































i 






i 








142 



DEGRADATION DE I/ORGANISATION 






/ 



V 



/ 



/ 



bitation , des manieres de vivre , et des habitudes 
depuis long-temps contractus. 

Cependant on trouve merae parmi eux des 
traces de la degradation generate de l'organisa- 
tion ; car ceux dont les mernbres sont propres a 
saisir les objets, sont superieurs en perfection- 
nement a ceux dont les membres ne sont pro- 
pres qu'a marcher. (Test, en effet, parmi les 
premiers que Ihomme 5 considere sous le rapport 
de 1'organisation , se trouve place. Or, il est evi- 
dent que Torganisation de Fhomme etant la plus 
parfaite, doit etre regardee comme le type d'a- 
pres lequel on doit juger du perfectionnement 
ou de la degradation des autres organisations ani- 
mates. 

Ainsi , dans les mammiferes s les trois coupes 
qui partagent , quoiqu'inega lenient , cette classe , 
offrent entre elles, comme on va le voir, une 
degradation remarquable dans l'organisation des 

1 

animaux qu'elles comprennent. 

Premiere coupe : les mammiferes onguicules ; 
ils ont quatre membres, des ongles aplatis ou 
pointus a Fextremite de leurs doigts , et qui ne 

les enveloppent point. Ges membres sont, en ge- 
neral, propres a saisir les objets, ou au moins 
a s'y accrocher. C'est parmi eux que se trouVent 
les animaux les plus parfaits en organisation. 
Dcuxieme coupe : les mammiferes bngtdes ; ils 































\ 






BE LA CHAlNE ANIMALE. 



* 



3 



Qt quatre membres , et leurs doig 
ppe's entierement a leur extr 

- 

>rne arrondie , qu* on nomine sab 



emit 



par une 



Leurs pied 



© 



q u 



soit a 




inper sur les arbres 



employ 



objet on aueune proie , soit a attaquer et dechirer 
.tes mitres animaux. lis ne se nourrissent que de 
matieres vdgetales. 

Troistime coupe : les mammifires exongulis : 



que 



mbres 



p' 



et ces 



mem 



et confor m6s 



en na~ 



© 



>oires. Leurs doigts, enveloppe's par la p 
n'ont ni ongles, ni corne. Ge sont de tou 
mammiferes ceux dont l'o] 
perfectionnee. lis n'ont ni bassin, ni pieds de d 



5 



fin 
ils 



do 



alent sans mastication prealable 
t habituellement dans les eaux: ] 
respirer Pair a leur surface. On 



* 

V u °ique les amphibies habitent aussi dans 



d'ou ils sortent po 



de temp 



u mre, sur le rivage, ils appartiennen 
^ent a la premiere coupe dans l'ordre 



qui cpmprend 



d 



ms a present, 1'on voit qu'il faut „___ 
egradation de 1'organisation qui provient de 



influence d 






d'habitation et des habitud 






\ 



\ 



/ 


















■ 



. 



\ 


















^m 











i i 


















l 










■ 

I ■ 







I 

v 4 







f 

^ 

I 



















144 DEGRADATION DE ^ORGANISATION 

contractees , de celle qui resulte des progres 
morns avances dans le perfectionnement ou la 
composition de l'organisatiom Ainsi , a cet egard, 
il ne faut s'abaisser qu'avec reserve dans les con- 
siderations de detail; parce que, comme je le 
ferai voir , les milieux dans lesquels vivent ha- 
bituellement les animaux, les lieux particnliers 
d'habitation , les habitudes forcees par les cir- 
constances , les manieres de vivre, etc., ayant 



rande puissance pour modifier les organes 



une 







> 



on pourroit attribuer a la degradation que nous 
considerons , des formes de parties qui sont reel- 
lenient dues a d'autres causes. 



II est evident 



P 



bies 



d 



xemple , que les amphi- 
ant habituellement dans 
des membres bien deve- 



loppes n'auroient pu que g 



doivent avoir que des membre 



• 



qui 



que le seul produ 

nuiroit aux moui 

lges, ayant des parties solides 



em 



de Finfluence de? 
ms de membre 



fort 



quemment 



dre tels qu'ils sont en effet , et que 

ces animaux doivent leur forme 



generale aux influences du milieu dans lequel ils 
habitent. Mais relativement a la degradation que 



cherchons a reconnoitre dan 



mammi 



feres menies , les amphibies doivent etre eloig 



parce que 




>t bien 
mo ins 






■ I 






m 








/ 



#' 










DE LA CIIAlNE ANIMALE. 

moins degradee dans ses parties essentielles, 
quelle exige qu'on les rapproche.de lordre d 



145 



mammife 
do 



former 1 



guicules , tandis que les 



e dernier ordre de la classe , 



■ 



etant les mammifSres les plus imparfaits. 

Nous allons passer aux oiseaux ; mais aupara- 
vant, j e dois faire remarquer qu'entre les mam- 
mifSreset les oiseaux > il n'y a pas de nuance; 
qu'il existe un vide a remplir , et que , sans doute , 



peu 



des animaux qui rempl 



devront form 



P 



/ 



soit dans les mammiferes , soit dan 

d'apres ieur systeme d'organisation. 

Cela vient de se realiser par la d 



cente d 
Holland 



leux genres d 'animaux de la Nouvell 



e ; ce sont 



Les Ornythorinques , . 
Les Echidnees , > * 




Monotremes 5 G 



TEOFF. 



Ces animaux sont quadrupedes , sans inanie 
o-s dents enchassees, sans levres, etnontq 
ifice pour les orcjanes genitaux , les excren 



et l e 



s 



( 



P 

loaque ). Leur corp 



G 



de poils ou de piqua 



point des mammifer 



hi 



pares ; 






lo 



/ 












■1 


















* 






■ 






: • 



" 



s 









-> 






* t 






























i 





























I 



■ i 






l< 

















to 






y 






' 



; 













, 



i 



f 















/ 






146 



DEGRADATION DE L'OEGANISATION 



Ce ne sont pas des oiseaux ; car leurs poumons 

^ * 

pas perces , et ils n ont point de membres 



conformes 



X 




y ce ne 



point des reptile 






deux ventricules les en eloig 



rnent 



Ils appartiennent done a une classe particu- 



lar e. 



LES OISEAUX 



/ 



Aoimaux sans mamelles , ayant deux pieds , et deux bras 



D 



Le s 

oiseaux 



* 

cond rang appartient eVidemment 

on ne trouve point dans 



1 



si grand nombre de facultes et 
;nce que dans les animaux du 

premier rang, ils sont les seuls, les monotremes 



1 h 



g 



ptes , qui aient, comme les mammift 



d 



et deux 



le 



sang chaud , la cavite du crane totalement rem 

e cerveau , et le tronc toujours envi- 




te par 

ronne de 



lis ont done 



mamelles, des qualites communes et exclusi 



quent, des rapports qu 



des 



sauroit retrouver dans aucun des animaux 
classes posterieures. 

I 

Mais les oiseaux, compares aux mammiferes 
offrent , dans leur organisation , une degradatio 



N 






\ 






1 



♦ 



K 



< 



\ 

' 
















I 

J 

'I 






1 



1 



> 



I 



•; 



* 

■j 



-• 



M 









DE LA CHAfNE ANIMALE. 

^vidente, et qui he tient nnllement a l'infl 

d'aucune sorte de circonstances. En effet 3 ils man- 
quent essentiellement de mamelles , organes dont 
les ammaux du premier fang sont les seuls pour- 
vus, et qui tiennent aim systeme de ge'ne'ration 
qu'onne retrouve plus dans les oiseaux, ni dans 
aucun des animaux des rangs 'qui vont suivre. 
En un mot , ils sont essentiellement ovipares 
le systeme des vrais viuipares , qui est 



animaux du premier 



g 



propre 
ne se retrouve 
t plus ailleurs. 



/ 



plus 

Leur ft 

ganique (la coque de l'oeuf) , qui bientot ne coi 

munique plus avec la mere , peut s'y developp 



de 



sub 



L 



diaphrag 



sep 



qui 



j 



d 



les mammifi 



ou moms 



3 cesse ici 



tre eompletement , quoique plus 
°bliquement , la poitrine de 1'abdomer ., _ 
« exister , ou ne se trouve que tres-incompi 
- II n'y a de mobile dans la colonne vertebr 
des oiseaux , que les vertebres du cou et de 
queue, parce que les mouvemens des autres v 
tebres de cette colonne ne s'etant pas trouves 
cessaires a ranimal , ils ne se sont pas executt 
e t n'ont pas mis d'obstacles aux grands deveh 



pemens du sternum qui maintenant les rend pre 



?ue impossibles 
En effet 



des oiseaux do 



a 



t- 



1 































/ 



■T 





















I 













































I 



ia8 



4 



ces 



i 



DEGRADATION DE ^ORGANISATION 

a des muscles pectoraux que des mouve- 
nergiques , presque continuellement exer- 
it rendu tresepais et tres-forts , est devenu 



extremement 



g 



I 

et carine dans le milieu 



Mais ceci tient aux habitudes de ces animaux 



degradation generate que 



? 



nous exa- 



minons. Cela est si vrai , que le mammifere qu'or 

nomme chauve-souris 3 a aussi le sternum carine 

Tout le sang des oiseaux passe encore dans leui 



poumon avant d 



autres parties du 



corps. Ainsi ils respirent completement par 
poumon , comme les animaux du premier rang 
apres eux , aucun animal connu n'est dans ce ( 



Mais ici se pres 
arquable , et qui 



particularity fort 



oil se trouvent ces animaux : habitant , plus que 
les autres vertebres s le sein de lair, dans lequel 



ils 



presque 



Hement 



qu 






traversent dans toutes sortes de directions ; l'ha- 
bitude qu'ils ont prise de gonfler d'air leur pou 



Pi 



pour 



rendre 



fait 



adherence aux parties laterales de 



et a mis lair 



qui y etoit retenu et rarefie par 



la chaleur du lieu, dans le cas de 
poumon et les envelopp 



percer le 
tes. et de 



pe"netrer dans presque toutes les parties du corp 
dans l'interieur des grands os 3 qui sont creux , ( 



r 






♦ 






< 






j 




• 



lsc*£* 







K, 



sv 



w J 



VA» 










£ 



V 





* 












L 






» 



>W 



<u- 






c 










%i 



v 



rfV* 




^A- 



* 







t 



*W 



V\ tiijUW 



°y~^. 



} 




i 






rf/ QC 




>fvA 



V* 






1 



; 






¥ 


























I 






DE LA CHAlNE ANIMAL E 



jusque dans le tuy 



49 



C 



e 



I 



est neanmoins que da 



des grandes plumes (i) 



1 



:g des 
b 



poumdn que le 
:e de l'air dont 



parties du corp 



quipenetre dans 



respiration 



ge que celui de 



Amsi , hs oiseaux , qu'avec raison l'on a places 
apres les aniniaux a rnamelles , presentent , dans 



1— 

dent 



gamsation generale , une degradation 
non parce que leur poumon ofFre 



trouve pas dans les pre- 



particularite qu 
miers , et qui 

qua l'habitude qu'iisontprise de s'elancer dans 



umes 






' 
























- 






(i) Si les oiseaux ant leurs poumons perces , et leurs poils 
changes en plumes par les suites de leur habitude de s'ele- 
ver dans le sein de l'air, on me demandera pourijuoi les 
chauyes-souris n'ont pas aussi des plumes et leurs poumons 
Perce's. Je repondrai qu'il me paroit probable que les chau- 
v es-souris ayant un systeme d'organisation plus perfectionne 
<I u e celui des oiseaux, et par suite un diaphragme complet qui 

0r ne le gonflement de leurs poumons, n'ont pureussirales 
Percer,niase gonflersuffisammentd'air, pour que l'influence 

" ce fluide arrivant avec effort jus qu'k la peau, donne a la 
matxere cornee des poils , la faculte de se ramifier en plu- 
ses. En effet, dans les oiseaux, l'air s'introduisant j usque 

1^ ^ hulbe des P oils > chan S e <? n 

ces memes poils de se diviser en plumes ; ce qui ne 

peu avo lr he U dans la chauve-souris , ou l'air ne penetre 
pas au dela du poumon. 



de 



fore 



tuyau leur base, et 






I 









1 • 
















5vK V>^ 




V 




:r 



v 



\ 



\ 









1 












. 









L*k> 










A 







w* 














<\ 



% 







\ *S\ (I"*" 



YUJVJ- t l"* 4 * 




































I 











/ 3 



m 




V' 






'. 



j 




a 



' 


















i5o 



DEGRADATION DE L ORGANISATION 






sein de Fair , mais parce qu'ils n'ont plus le sys- 
terae de generation qui est propre aux animaux 
les plus parfaits 3 .et qu'ils n'ont que celui de la 
plupart des animaux des classes posterieures. 
II est fort difficile de reconnoitre , parrai 



- 1 V 







u^ 






,1/* 



les 



- 






qui fait 



inemes , la degradation d 




de nos recherch 



noissances sur leur 



1 



g 



sont encore 



trop ge*n 

ete arbitr 



Aussi 



jusqu'a present 



a-t-il 



tire de placer en tete de cette classe 
de ses ordres , et de la terminer de 



par 



ch 



de ses ordres que 1 



voulu 



Cependant 



l'on 



lere que les oiseaux 



aquatiques (c online les palmipedes) 
echassiers et que les gallin 



q 



1 



es 



t 



-* *- - 



que 



petit 



o 

en 




de I'ceuf, peuvent marcher 




fa 



que , parm 



ail 



mipedes, les manchots etles pingoins , dont 



es 



que sans piuu 



que des rames 



pour nager, et ne peuvent ser\ if au vol, ce qui 



l 



rapproche , en quelque sorte , ces oiseaux d 



d 



palmipedes 



rapac 



Places; on reconnoitra que les 
hassiers et les gallinaces doi- 
tituer les trois premiers ordres des oi- 
que les colombins , les passereaux , les 

, doivent former les 



et les 




peurs 






I v 



'0 



i 



> 



. I 



\ 



9> 






/ 











u 



s 



I 

I 

I 

I 









1, 



> 






w 









DE LA CHAiNE ANIMALE. 



l5l 



quatre derniers ordres de la classe. Or , ce q 
l'on sait des habitudes des oiseaux de ces 



derniers ordres, nous appr end que leurs pe 

tnt de l'ceuf , ne peuvent marcher 



quatre 



nourrir 



memes 









Enfin , si , d'apres eette consideration , les grim 



peurs composent le dernier ordre des 



comme ils sont 

poster ieurs et d 



seuls 



qui 



de 



doig 



commun avec le cameleon , semble 

les rapprocher des rantiW 



qui 



LES REPTILES. 



Animaux n'ayant qu'un ventricule au coeur , et jowissant 
encore d'une respiration pulmonaire , mais incomplete. 
Leur peau est lisse , ou munie d'ecailles. 



Au 



g 



Pi 



naturellement 



necessairement les reptiles } et ils vont nous 
rnir de nouvelles et de plus grandes preuves 
de la degradation de l'organisation d'une extre- 



fou 



de la ch 



par 



des ammaux les plus parfaits. En efFet , ( 
trouve plus dans leur coeur, qui n'a qu'un ven- 
tricule , cette conformation qui appartient essen- 
tiellement aux animaux du premier et du second 
ran g> et leur sang est froid, presque comnie 
celui des animaux des rangs posterieurs. 






.'} 













V 



&3 




n 



- 



















(aaA 






> 



\ 















\ 












• 



p-fr 



\ 
















I 



I 



• . 










I! 



I 


































1 5s 



DEGRADATION DE ^ORGANISATION 



TJne autre 



preuve de la degradation de 



l'or- 



ganisation des reptiles nous est offerte dans leur 
respiration : d'abord, ce sont les derniers ani 



qui respirent par un 



ibl 



poumon 



car , apres eux , on ne retrouve dans aucun de: 
animaux des classes suivantes un organe respira 



toire de cette nature ; ce que j 'essay erai de prou- 
ver en parlant des mollusques. Ensuite , chez eux , 
le poumon est , en ge'neral , a cellules fort gran- 
des , proportionnellement moins nombreuses , et 
deja fort simplifie. Dans beaucoup d'especes , cet 
organe manque dans le premier age , et se trouve 
alors remplace par des branchies 3 organe respi- 

r 

ratoire qu'on ne trouve jamais dans les animaux 
dei rangs anterieurs. Quelquefois ici les deux 
sortes d'organes cites pour la respiration se ren- 

contrent a la fois dans le meme individu, 

Mais la plus grande preuve de degradation a 



^gard de la respi 
y a qu'une part 



d 



w tiles 



qu 



'il 



le 



ties du corp 



tandis q 






^ 



qui passe par 



: par- 
de la 



influe 



resp 



Enfin 



hez 1 



es 



iptiles 3 les qu 



niembres 



essentiels aux animaux les plus parfaits commen- 
cent a se perdre , et meme beaucoup d'entre eux 

( presque tous les serpens ) en manquent totale* 
ment. 



) 




























' 



I 
■ 

















I 



\ 






\ 












D E LA CHAiNE ANIMAL E. 

Independamment de la degradation d'org 

CD O 



53 



sation reconnue dans la for 



1 



du coeur, dans 



temp 



qui 



'elev 



peine 



dessus de celle des milieux environnans ., d 
respiration incomplete \ et dans la simplification 
presque graduelle du poumon \ on remarque que 
les reptiles different considerablement entre eux ; 
en sorte que les animaux de chacun des Ordres 



S ' 



de cette classe 



ffrent de 



exterieure ., que ceux d 

dentes. Les uns vivent he 



plus grandes diffe- 

^ / 

ition et dans leur forme 

es deux classes prece- 



qui n'ont point de pattes 



peuvent que ramper ; les autres hab 

I 

# 

°u vivent sur leurs rives ; se retiranl 



I 



I'ec 



tantot dans 






m, el 



dans les lieux decouvert 



II 



en a 



1 



» , 



qui sont revetus d eeailles, et d'autres qui 



P 



coeur 



Enfin , quoiqu 



aient le 



ventricule , dans les uns , il a deux 



reillettes , et d 



autres, il n'en 



qu 



seule. Toutes ces differences tiennent aux c. ^ 

Prices d'habitation , de maniere de vivre etc. • 
c irconstances qui , sans doute , influent plus for- 
teinent sur une organisation qui est encore eloi- 
gnee du but oil tend la nature, qu'elles ne pour- 
r °ient le faire sur celles qui sont plus avaneees 



rfe 




1 



^ptilcs etant des animaux ovipares 






























i 









\ 






• 





■ El 















/ 



















1 54 DEGRADATION BE i/oRGANISATIOtf 

(meme ceux dont les ceufs e"closent dans le sein 
de leur mere ) ; ayant le squelette modifie , et le 
plus souvent tres-degrade ; presentant une res- 
piration et une circulation moins perfection- 
nees que celles des animaux a mamelles et des 
oiseaux ; et offrant tous un petit cerveau qui ne 
remplit pas totalement la cavite du crane ; sont 
moins parfaits que les animaux des deux classes 
precedentes , et confirment , de leur cote , la de~ 

gradation, croissante de l'organisation , a me- 
sure qu'on se rapproche de ceux qui sont les plus 
imparfaits. 

Parmi ces animaux , independamment des mo- 
difications qui resultent , pour la conformation de 
leurs parties , des circonstances dans lesquelles ils 

* 

vivent , on remarque , en outre , des traces de 



la degradation generate de l'organisation ; car , 
dans le dernier de leurs ordres (dans les batra- 
dens') , les individus , dans le premier age , res- 
pirent par des branchies. 

Si Ton consideroit conime une suite de la 

degradation, le defaut de pattes qui s' observe 
dans les serpens , les ophidiens devroieut cons- 
tituer le dernier ordre des reptiles : mais ce se- 

* 

roit une erreur que d'admettre cette considera- 
tion. En effet, les serpens etant des animaux 
qui , pour se caclier , ont pris les habitudes de 
ramper immediatement sur la terre , leur corps 

























DE LA CHAlNE ANIMAL E. 



i55 



V 



ft acquis une longueur considerable et dispro- 
portionnee a sa grosseur. Or , des pattes allongees 
eussent e'te nmsibles a leur besoin de ramper et 
de se cacher , el des pattes tres-courtes , ne pou- 
\~ant etre qu'au nombre de quatre , puisque ce 
sont des animaux vertebres , eussent 6te inca- 
pables de mouvoir leur corps. Ainsi les habi- 

* i 

tudes de ces animaux ont fait disparoitre leurs 
pattes , et neaninoins les bairaciens , qui en ont y 

offrent une organisation plus degradee , et sont 
plus voisins des poissons. 

Les preuves de l'importante consideration que 

j 'expose seront e"tablies sur des faits positifs ; eon- 
sequemment, elles seront toujours a l'abri 
contestations qu on voudroit en vain leur oppose^ 






LES POISSONS. 



■ 






S* 



4 





\a 






: : 



I 



u 




*V v 



' 































Animaux respirant par des branchles , ay ant la peau lissp 
ou chargee d'ecailles , et le corps muni de nageoires* 



^ 



E n suivant le cours de cette degradation sou- 



t> 



tenue dans l'ensemble de l'organisation , et dans 

■ 

la diminution du nombre des facultes animales, 

■ 
1 

on voit que les poissons doivent etre necessai- 
rement places au quatrieme rang, c'est-a-dire , 

apres les reptiles. lis ont, en effet, une orga- 
nisation moins avancee encore vers son perfec- 



JT 



( 






? 
I 







•' 



v ,- 



1 




r 






, 



\ 












'I 

* < 

























L 



V 



















im 






1 56 



DEGRADATION DE L'ORGANISATION 

que celle des reptiles, et, par con- 



sequent , plus eloignee de celle des animaux 
plus parfait 
Sans doul 

detranglem 



forme srdnerale , leur defaut 



et 




er un cou 



diffe 



corps, pour 



g 



leur tiennent lieu de membres, sont _. 
de l'influence du milieu dense qu'ils ha 
non ceux de la degradation de leur org 

Mais eette degradation n'en est pas mo 



qui 



fort grande, comrae on pent 



en 



qu 



leurs orgam 
force d'assig 



est 



aux poissons un 



rang posterieur a ceiui des reptiles. 

i On ne retrouve plus en eux l'organe respira- 

toire des animaux les plus parfaits, c'est-a-dire 

qu'ijs manquent de veritable poumon , et qu'ils 
n'ont a la place de cet organe que des branchies 
ou feuillets pectines et vasculiferes, disposes aux 
deux cdtes du cou ou de la tete , quatre ensemble 
de chaque cote. L'eau que ces animaux respi- 

entre les feuil- 
* 

des branchies 5 baigne les vaisseaux nom- 



par la bouche , p 



i. 



y 



comme 



melangee d'air, ou en contient en d 



■ 



cet air, quoiqu en petite quantite , ao-it sur le 



g des branch 



y opere le benefice de 



y 



r q 

respiration. L'eau ensuite sort lateralement par 






* 






• 







iy 



< 









^ 










s 














» 



le 



DE LA CHAfNE A N I M A L E. 



\ 



d 



dire , par les trous qui 



57 



da 



1 



Or , remarquez que voila la derniere ibis que 
fluide respird enlrera par la bouehe de l'ani- 
pour parvenir a l'organe de la respiration. 

s poste- 



Ces animaux, ainsi que eeux des 
rieurs, n'ont ni trache 




lary 



111 



voix veritable (merae ceux qu'on nomine gron 
deurs), m paupieres sur les yeux, etc. Voila de 
organes et des facultes ici perdus , et qu'on m 



Cependant 



du reg 



• 



coupe des animaux vertebras ; mais 



derniers 



^organisation , etant , avec les reptiles 
animaux qui aient : 

Une colonne verte'brale 

Des nerfs aboutissanf h 



cinquieme deg 



\ 



ne remplit point le crane ; 
Le cceur a un ventricule; 

Le sang froid ; 

Enfin, l'oreille tout-a-fait interiem 
Ainsi , les poissons offrant } dans leur org 



qui 



tion , 



une 



g 



ovipare; un corps sans 



mamelles , dont la forme est la plus approp 

la natation ; des nageoires qui ne sont pas 1 

en rapport avec les quatre membres d 
maux les plu 




am- 



parfaits; un squ 






f\ 




















<QCV* 




v 



\ 



V* 


















1 




: 



* 

f 






I 






I 









' f 
























I 






) 






I 
























d . 





















































^ \ 





















58 



DEGRADATION DE ^ORGANISATION 



/ 



1 

plet, singulierement modifie, et a 
che' 'dans les derniers animaux de 



peine 



ebau- 
classe ; 



un seul ventricule au cceur, et le sansr froid 



o 



des branchies en place de poumon ; un tres-petit 
cerveau ; le sens du tact incapable de faire con- 
noitre la forme des corps ; et se trouvant vrai- 
semblablement sans odor at 3 car les odeurs ne 
sont transmises que par Fair : il est evident que 
ces animaux confirment fortement , de leur cote' , 

^ 

la degradation d' organisation que nous avons 

1 

entrepris de suivre dans toute l'etendue du regne 
animal. 



Maintenant 



que 



la division 



primaire des poissons nous offre , dans les pois 
sons que Ton nomme osseux 3 ceux qui sont le; 
plus perfectionnes d'entre eux ; et dans les pois 

sons cartilagineux } ceux qui sont les moins per 
fectionnes. Ces deux considerations confirment 
dans la classe meme , la degradation de l'organi 

i 

sation ; car les poissons cartilagineux annoncent 
par la mollesse et l'etat cartilagineux des parties 



destine" 



ffermir leur corps et a facility 
que e'est chez eux que le squ 

e'est chez eux que la n 



finit, ouplutotque e'est 

+ 

a commence a l'ebaucher. 

En suivant toujours l'ordre en sens inverse de 
celui de la nature 5 les liuit derniers genres de 
cette classe doivent comprendre les poissons dont 



(TK 






L> 







! 



fVi 








Un 



i 









.<• 









(JW KilV 



t 



C*V 






AhL 



y^t-c/ 




i h 





/ 



••' 






v* 



t 



n, 



f 

k 



t 




T 










IAv 



rW>^ 



c f 



;\ 






■ 



1 k-ti 



; 



yu. 



j 



** 





















( 










y 



1 









■w *■ 















\ 


















1 



,J 



w 









7 



DE LA CHAiNE A N I M A L E. 



Membra 



branchiales , sans opercule et 
i sont que des trous lateram 




/ 



gorge ; enfin , les lamproies et les gastero 



branches doivent terminer 



ces 



pois 



qu 



e"tant extremement differens de tous les 
par l'imperfection de leur squelette , et pare 
s ont le corps nu , visqueux , depourvu d 



nageoires laterale 



Observations sur les Vertebres. 



Les animaux 

x de 



Srant entre 



grandes differences dans leurs orga 

paroissent tous formes sur un plan commun d'or- 
ganisation. En remontant des poissons aux mam- 
miferes, on voit que ce plan s'est perfectionne" 
de classe en classe , et qu'il n'a e*te" termine com- 
ptetement que dans les mammiferes les plus par- 

emarque que, dans le cours 
perfectionnement , ce plan a subi des mo- 



fait 
de 



conside* 



difications nombreuses , et 

r ables , de la part des influences des lieux d'ha 

hifM ;™ des animaux , ainsi que de celles des 



habitudes que cliaq 



fracter selon les circonstances dans 
elle s'est trouve"e. 



e"te forcee de 

lesqi 






es 



par-la , d'une part , que si les animaux 



des 



vertebres different fort 

par 1'etat de leur organisation , e'est que la nature 



r 






S 









i . 






I 

I 
























I ' 









\ 









\ 








'■ 































/ 



r 






* 



if 



l6o DEGRADATION DE t/oRGANISAtlOtt 

ji'a commence l'executioii de son plan a leur 
egard , que dans les poissons ; quelle l'a ensuite 
plus avance dans les reptiles ; qu'elle l'a porte 
plus pres de son perfectionnement dans les pi- 






seaux, et qu'enfin elle n'est parvenue a le ter- 
miner compietement que dans les mammiferes 

les plus parfaits ; 

De 1' autre part , on ne peut s'empecher de re- 
connoitre que si le perfectionnement du plan d'or- 
ganisation des vertdbres n'offre pas partout , de- 
puis les poissons les plus imparfaits jusqu'aux 
mammiferes les plus parfaits , une gradation re"- 

■ 

guliere et nuancee , c'est que le travail de la 



nature a ^te souvent altere , contrarie , et meme 
change dans sa direction , par les influences que 
des circonstances singulierement differentes , et 

meme contrastantes , ont exerce sur les animauX 
qui sy sont trouves exposes dans le cours d'une 
longue suite de leurs generations renouvelees. 



^.neantissement de la Colonne vertebrate. 



Lorsqu'on est a ce point del'echelle animale , la 
colonne vertebral e se trouve entiereinent anean- 
tie ; et comme cette colonne est la base de tout 
veritable squelette, et que cette charpente os~ 
seuse fait une partie importante de 1'organisa-- 
tion des animaux ies plus parfaits, tons les ani- 
maux sans vertebres que nous allons successi- 



vem 






nt 





















/ 




' 











I 



A NIMALE. 



6 



DE LA C H Ai 

Vement examiner , ont 
degraded encore 

que nous venons de passer en revue., Auss 

appuis pour Taction muscu 



qu 



f 



done 1'organisation plus 

ceux des quatre classes 



dor 

laire ne 
rieures. 
D'aillf 



les 



reposeront pi 



sur 



des 



par 



inte- 



■ 



des animaux sans vertebres 



d 



respire par des poumons 



de 



quemment d 



pour cette faculty ; enfin , ils paroissent , la plu 
part , depourvus de veritable sang , e'est-a-dire 



de ce fluide 



ment 



■ 

te"bres,qui ne doit sa couleur qua l'intensite de 
son animalisation , et surtout qui eprouve une ve- 
ritable circulation. Quel abus ne seroit-ce pas 
faire des mots , que de donner le nom de sang 
au fluide sans couleur et sans consistance , qui se 
nieut avec lenteur dans la substance 
des polypes ? II faudra done donner 
Horn a la seve des ve"g^taux ? 

Outre la colonne vertebrale , ici se perd 
core Xiris qui caracterise les yeux des anin 
les plus parfaits ; car , parmi les anim 






cellulaire 
an pareii 



rtebres 



qui 



des yeux n'en 



sans 

I 

fc pas 



<jui soient distinctement ornes d'iris. 

* 

Les reins , de meme , ne se trouvent que dan 

ies aniniaux vertebres , les poissons etant les der 



mers en qui Ton rencontre encore cet 



g 






ii 



v 










































i 


















. 

















n f 









\ 






* i 









i 






u 






DEGRADATION DE ^ORGANISATION 



plus de 






162 

Dorenavant , plus de raoelle epiniere 
grand nerf sympathique. 

Enfin, une observation tres-importante a con- 
siderer , c'est que , dans les vertebres , et prin- 
cipalement vers l'extremite de i'echelle aniraale 
qui presente les animaux les plus parfaits , tous 
les organes essentiels sont isoles, ou ont chacun 
un foyer isole , dans autant de lieux particuliers. 
On verra bientot que le contraire a parfaitement 

lieu ? a mesure qu'on s'avance vers 1' autre extre- 

mite de la meme echelle. 

II est done evident que les animaux sans ver- 

* 

tebres ont tous 1'organisation moins perfection- 
nee que ceux qui possedent une colonne verte- 
brale , 1'organisation des animaux a mamelles 

presentant celle qui comprend les animaux les 

plus parfaits sous tous les rapports , et e'tant , 
sans contredit, le vrai type de celle qui a le plus 

de perfection. 

Voyons maintenant si les classes et les grandes 
families qui partagent la nombreuse serie des ani- 
maux sans vertebres, presentent 
comparaison de ces masses entr 



dans 



la 



elles, une de- 
position et la 



gradation croissante dans 

perfection de 1'organisation des animaux qu 

comprennent. 






/ 






/ 


















i 






DE LA CHAlNE ANIMALE 



1 63 



ANIMAUX SANS VERTEBRES. 

1 

En arrivant aux animaux sans vertebres , 
tre dans une immense serie d' animaux dive 
: plus nombreux de ceux qui existent dans 



on 



1 



a 



pi 



les pi 



leur 



le rapport des differences gu'on observe dan 



ganisation et leurs facultes 



-• 



On estconvaincu, en observant leur e'tat, que 
pour leur donner successivement l'existence , 1 

procede graduellement du plus simpl 



vers le plus, eomp 



Or 



d 



a un 



plan d'org 



eu pour but 

qui en per 



d'organisation perfe 



mettroitle plus grand perfectionnement (celui des 
animaux vertebres), plan tres-different de ceux 
qu'elle a ete' pre'alablement force'e de creer pour 
y parvenir, on sent que , parmi ces nombreux ani- 
maux , Ton doit rencontrer , non un seul systeme 

Jtionne progressivement , 
ttiais divers systemes tres-distincts , chacun deux 
ayant du resulter du point ou chaque organe de 
premiere importance a commence a exister. 

En effet, lorsque la nature est parvenue a 
creer un organe special pour la digestion (comme 
dans les polypes ) , elle,a , pour la premiere fois , 

e forme particuliere et constante aux 
qui en sont munis , les ii 



don 



ne 



animaux 
qui elle 






f, 



soires par 
commence, ne pouvant posseder 



*■ 



























■> 



N 



























I 




" 



*\ 






I 






t 



16/1 



f 



DEGRADATION DE ^ORGANISATION 



faculte que donne 



g 



le mode 
favoriser 



de forme et d 'organisation propre 
les fonctions. 

Lorsqu'ensuite elle a etabli'un organe special 
de respiration , et a mesure 



qu 



* 

organe pour le perfe 



a varie cet 
accommoder 



habitation des animanx 



des autre s 



'g 



speciaux 



• 



produire 



\ 



a diversify 1' organ 
le developpement 

l'ont successivement exige. 
Lorsqu'apres cela elle a 
systeme nerveux , aussitot il lui a ete ppssible de 
creer le systeme musculaire ^ et des lors il lui a 
fallu des points affermis pour les attaches des 

muscles, des parties paires constituant une forme 
symetrique y et il en est resulte different modes 

d organisation ; a raison des circonstances d'ha- 

bitation et des parties acquises , qui ne pouvoient 
avoir lieu auparavant. 

Enfin, lorsqu'elle a obtenu assez de mouve- 
ment dans les fluides contenus de l'animal , pour 
que la circulation put s'organiser, il en est encore 
re'sulte' , pour 1' organisation, des particular tie's im- 
portantes qui la distinguent, des systemes orga- 
niques, dans lesquels la circulation n'a point 

lieu. 

Pour apercevoir le fondement de ce que je 
viens d'exposer, et mettre en evidence la degra- 



i 













/ 






/ 



1 



/ 



^ 



. 











DE LA CHAlNE ANIMALE. 



i65 



Nation et la simpliacation de l'organisation , puis- 
que nous suivons en sens inverse l'ordre de la 
nature, parcourons rapidement les differentes 
classes des animaux sans vertebres. 



'LES MOLLUSQUES. 



Animaux moll 



/ 



asses, non articule's, respirantpar des bran 



chies , et ayant un manteau. Point de moelle longitu- 
dinale noueuse j point de moelle epiniere. 



Le 



leme 



rang 



descendant 1'ech 



graduee que forme la serie des animaux 



vant 



de toute ne'cessite aux mollusques $ car de- 

etre places un degre plus bas que les pois 
sons, puisqu'ils n'ont plus de colonne vertebrale 
ce sont neanmoins les mieux organises des ani 
taaux sans vertebres. lis respirent par des bran 
chies, mais qui sont tres-diversifiees , soit 
leur forme et leur grandeur , soit dans tear; 



d 



dedans 



dehors d 



les genres et les habitudes des races que ces genres 
comprennent. lis ont tous un cerveau ; des nerfs 
Hon noueux, c'est-a-dire , qui ne presentent pas 



g^e de ganglions le long d 



moe 



longitudinale ; des arteres et des veines ; et un 



C 



mis 



animaux connus qui , possedant un system e 



tud 



moelle epiniere , ni moelle long 



i 

























I 












1 






\ 









\ 














IT 









r 


























j 66 



/ 



DEGRADATION DE ^ORGANISATION 



Les branchies essentiellement destinees, par la 
nature , a operer la respiration dans le sein meme 
de 1 eau , ont du sabir des modifications , quant a 
leurs facultes , et quant a leurs formes , dans les 
ammaux aquatiques qui se sont exposes , ainsi 
que les generations des individus de leur race , 
a se mettre sou vent en contact avec Fair , et 
meme pour plusieurs de ces races, a y rester 
habituellement. 

L'organe respiratoire de ces animaux s'est in- 
sensiblement accoutume a I'air ; ce qui n est point 
une supposition ; car on sait que tous les crusta- 
ces ont des branchies $ et cependant on connoit 
des crabes {cancer rurzcola) qui vivent habi- 
tuellement sur.la terre , respirant Fair en nature 

avec leurs branchies. A la fin , cette habitude de 
respirer Fair avec des branchies est devenue ne- 



beaucoup de moilusques qui 
He a inodifie l'organe meme 



con- 



que les branchies de ces 



b 



d 



yant pi 



de points de contact avec le 






fluide a respirer . sont d 



parois 



d 



X 



qui 



* 



Ii en est resulte que Ton distingue parmi 
moilusques, deux sortes de branchies : 

Les unes sont constitutes par des lacis de v 
seanx qui rampent sur la peau d'une cavite" i] 
rieure , qui ne forment point de saillie et 



qui 






• 






I 



if 



/ 

















V 



DE LA CHAlNE ANIMALE 

peuvent respirer que l'air : on pent 1< 
des branchies aeriennes ; 

sont des organes presque t 



167 



Les autres 



en saillie , soit en dedans , soit en dehors de 
l'animal , formant des franges ou des iames pecti- 
nees, ou des cordonnets, etc. , et qui ne peuvent 

l'aide du contact de 



operer 

l'ean 



piration qu'c 



sau fluide. On peut les nommer des branchies 
aquariennes. 

Si des differences dans les habitudes des ani- 

lnaux en ont-occasionne dans leurs organes , on 
en peut eonclure ici que, pour Fetude des carac- 






teres 



P 



a certains ordres de 



1 

ques , il sera utile de distinguer ceux qui ont des 
branchies aeriennes, de ceux dont les branchies 
ne peuvent respirer que Feau ; mais de part et 
d'autre, ce sont toujours desbranchies, et il nous 
paroit tres-inconvenable de dire que les niollus- 
ques qui respirent Fair possedent 1111 poumon. 
Qui ne sait combien de fois Fabus des mots et 

les fausses applications des noms, ont servi a 

denaturer les objets, et 

reur? 

Y a-t-il une si grande difference entre l'or- 
gane respiratoire du pneumoderme , qui consiste 



a nous jeter dans l'er- 



en lacis ou 



donnet vasculaire rampant sur 



une 



pe 

helices 



qui 



exterieure , et le lacis vasculaire de 
rampe sur une peau interieure? L< 



/ 












; 









\ 











"X 
















1 1 









v 






' 









m 


















■ 


























* 






1 68 



DiGRADATION DE ^ORGANISATION 



pneumo derme cependant paroit ne respirer que 



l'eau 



Au reste , examinons un moment sil y a de 
pports entre l'organe respiratoire des mollus 



ques qui respirent l'air, 



maux 



teb 



pouinon des 



une 



Le propre du poumon est de eonstituer 
masse spongieuse particuliere , compose'e de cel- 
lules plus ou moins nombreuses , dans lesquelles 

l'air en nature parvient toujours , d'abord par la 
bowche de l'animal , et de la par un canal plus 






ou moms cartilagmeux , qu'on nomine trachee- 
artere 3 et qui, en general, se subdivise en rami- 
fications appelees bronches , lesquelles aboutissent 
aux cellules. Les cellules et les bronches se rem- 
plissent et.se vident. d'air aiternativement , par 
les suites du gonflement et de laffaissement sue- 

* 

cessifs de la cavite du corps qui en contient la 
masse ; en sorte qu'il est particulier au poumon 
d'offrir des inspirations et des expirations alter- 
natives et distinctes. Get organe ne peut suppor- 
ter que le contact de l'air meme , et se trouve 
fort irrite par celui de l'eau ou de toute autre 






matiere. II est done dune nature differente de celle 
de la cavite branchiale de certains mollusques qui 
est toujours unique, qui n'offire point d'inspiration 
et d'expiration distinctes, point de gonflement 
et d'affaissement alternates , qui n'a jamais de 






H 






I 







W '. 






i 






DE LA CHAiNE ANIMALE. 

f r ache e- art ere : $ jamais de bronches , et dans 




quelle 



fluide 



louche de 1 



resp 



par 



la 






Une cavite respiratoire , qui n'offre ni trachee 



bronches 



gonflement et affa 



fs, dans laquelle 1 



e 



fluid 



respire 



n entre point par la bouche , et qui s'accommode 
tantot a l'air , et tantot a l'eau , ne sauroit etre un 
poumon. Confondre par un meme nom des objets 

, ce n'est point avancer la science, 



fierens 
emb 



Le poumon est le seul org 

puisse donner a Tanimal la 



faculte d 



Ap 



les 



P t 



aucun animal n'a de 



poumon : aussi aucun n'a d 



Je conclus qu'il n'est pas vrai qu'il y ait d 



ollusq 



q 



quelq 



;pirent par un poumon 



Si 



pirent 1 



tains crustaces le r 



en nature , cer- 



1 



pirent egalem 



et tous 



do 



Si 



*al 



e respirent aussi ; mais aucun de 
de vrai poumon, a moins qu'oE 
me nom a des objets tres-differen: 
usques , par leur organisation gc 



e, qui estinferieure en perfe 



des poissons , prouvent aussi , de leur cote , la 
degradation progressive que nous examinons dans 
la chaine animale , la meme degradation parmi 
les mollusques eux-memes n'est pas aussi facile a 









j 






I 









I 
















: = 




{ 


















jM 



i 









r 



\ 






■ 













m 



170 DEGRADATION DE ^ORGANISATION 



determiner 



parmi 



animaux 



breux et tres-diversifles de 



classe, il est 



difficile de distinguer ce qui appartient a la de- 
gradation dont il s'agit , de ce qui est le produit 

des lieux d'habitation et des habitudes de ces ani- 



maux. 



A la verite , des deux ordres uniques qui p 



gent la nombreuse 



des mollusq 



qui sont emmerament en contraste l'un avec l'a 

aracteres distin 
> ces ordres (1 



ire ^par l'importance de leurs < 

tifs, les animaux du premier d 

mollusques cephales ) ont une tete tres-distincte , 

des yeux, des machoires ou une trompe , et se 

regenerent par accouplement. 



Au contraire , tous les mollusc 
ordre (les mollusques acephales} 



du second 

t sans tete , 



yeux, sans machoires, ni trompe a la bouche 



amais 




ent pour se regdnerer 



secon 



d 



Or , on ne sauroit disconvenir que 

ordre des mollusques ne soit inferieur au premier 
en perfectionnement d'organisation. 
Cependant , il importe de cons 



derer que le 



defaut de 



tete, d'yeux, etc., dans les mollusque 
phales , n'appartient pas uniquement a la de 



gradation g 



de l'org 



dans des degres inferieurs de la ch 



puisque 



d 



qu 



des yeux, etc.; mais il y a apparence q 



\ 















\ 












I 



DE LA' CHAIN E ANIMALE. 



171 



encore ici une de ces deviations dans la progres- 
sion du perfectionnement de Forganisation qui 
sont produites par les circonstances , et, par 
consequent, par des causes etrangeres a celles 

qui composent graduellement 1' organisation des 
aniraaux. 

En considerant Tinfluence de Temploi des or- 






ganes, et celle dun defaut absolu et constant 



d'usage, nous verrons, en eflfet, qu'une tete, 



des 









yeux , etc. , eussent ete fort inutiles aux mollus- 

ques du second ordre , parce que le grand de"ve- 
loppement de leur man tea a n'eut permis a ces 

organes aucun emploi quelconque. 

Conformement a cette loi de la nature , qui 
Veut que tout organe constatnment sans emploi 
se deteriore insensiblement y s'appauvrisse , et a 
l&fin disparoisse entierement , la tete $ les yeux, 
les machoires ? etc. 5 se trouvent, en effet 5 anean- 
tis dans les mollusques acepliales : nous en ver- 
rons ailleurs bien d'autres examples. 

Bans les animaux sans vertebres , la nature 
*ie trouvant plus , dans les parties interieures , 
des appuis pour le mouveinent musculaire , y a 
supplee, dans les mollusques , par le manteau 
dont elle les a munis. Or , ce manteau des mol- 
lusques est d'autant plus ferme et plus resserre", 
que ces animaux executent plus de locomotion , 
et qu'ils sont reduits a ce seul secours. 






A 



























r 












■ 






< 



I 



i 









I 







I Si 
















72 



DEGRADATION DE- ^ORGANISATION 



Amsi, dans les mollusques ce'phales, ou il y a 
plus de locomotion que dans ceux qui n'ont point 



de 





dans 



tete, le manteau est plus etroit, 
plus ferme ; et parmi ces mollusques cephal 
qui sont nus (sans coquilles) out. 



cuirasse plus fer 



en- 



re que le manteau lui-menie ; cuirasse qui faci 
5 singulierement la locomotion et les contrac- 
>nsde 1'animal (les limaces). 
Mais si au lieu de suivre la chaine animale ei 



1 



de l'ordre meme de 



parcourions depuis 



animaux 



plus im 






1 



parfaits ju^qu'aux plus parfaits , alors ii 

facile d'apercevoir que la nature, sur 



roit 



le 



point de commencer le plan d'organisation des 



animaux vertebre*s, 



foreee , dans 



lusques , d'abandonner le moyen dune peau crus- 
tace"e ou cornee pour les appuis de Taction mus- 

a porter ces points 
1'animal , les mollus- 



culaire; que se preparant 
d'appui dans l'interieur de 



ques se sont trouv^s, en quelque sorte, dan 



g 



passage de ce changement de systeme d 

J n'ayant 



que de foibles 



quen consequence 




moy 



teurs 



? 



marquabl 



de mouvemens locomo 
nt tous qu'avec une len 



/ 









I 












. 









Ii 













DE LA CHAlNE ANIMAL E. 

LES CIRRHIPEDES. 

Animaux prive's d'yeux, respirant par des branch! 

nis d'un mantean , et ayant des bras articules a 
cornee. 



173 



es , mu 



peau 






* 

Les cirrhipedes , dont on ne connoit encore 
que quatre genres (1) , doivent etre 



consider es 



comme forma 



une classe parti culler e 



par 



que ces animaux ne peuvent entrer dans le cadre 



d 
h 



des animaux sans verte- 



lis tiennent aux mollusques 



doit les pi 



immediatement apres 



mollusques acephale's , etant , comme eux , sans 



y 



Cependant les cirrhipedes ne peuvent faire 
partie de la classe des mollusques ; car leur sys- 

presente , comme les animaux des 
qui suivent, une moelle longitudi- 






tem 



Kale noueuse. D 



des bra 



Snides 



peau corne'e , et plusieurs paires de machoi- 
msversales. lis sont done d'unrang inferieur 
des mollusques. Les mouvemens de leurs 
perent par une veritable circulation, 






l'aide d'arteres et de 




cinelles. 



tubi- 












f 
















\ 









I 





I I 



J f 















v 














M 



' 










I 

I 

i 
i 
























i 



74 



DEGRADATION DE ^ORGANISATION 



Ces animaux sont fixes sur les corps marins , 
et conse'quemrnent n'executent point de locomo- 
tion ; amsi leurs principaux mouvemens se re- 
duisent a ceux de leurs bras. Or , quoiqu'ils aient 
un manteau comme les mollusques, la nature 
n'en pouvant obtenir aucune aide pour les mou- 
vemens de leurs bras , a ete forcee de creer dans 
lapeau de ces bras des points d'appui pour les 
muscles qui doivent les mouvoir. Aussi cette peau 
est-elle coriace , et comme cornee a la maniere 
de celle des crustaces et des insectes. 









I 






i 









, 



I 









LES ANNELIDES. 



Animaux a corps allonge et annele , depourvus de pattes 

articulees ? respirant par des braiichies 7 ayant un sys- 
? t&me de circulation , et une moelle longitudinale noueuse. 



LA classe des annelides vient necessairement 



apres celle des cirrhipedes , parce qu 



d 



e 



de manteau. On est ensuite for 



de 






les placer avant les crustaces , parce que 

maux n'ont point de pattes articult 
doivent point interrompre la serie 



que 






i la serie de ceux qui 
organisation ne permet pas 
de leur assigner un rang posterieur aux insectes. 
Quoique ces animaux soient, en general, en- 

■a 

core tres-peu connus , le rang que leur assigne 



leur organisation , prouve qua leur egard 



la 

















DE LA CHAlNE A N I M A L E. 1J& 

■ 

degradation de ^organisation continue de se sou- 
*enir; car, sous ce point de vue , ils sont .infe- 
rs aux mollusques 3 ayant une moelle longi- 



tud 



y j j. — *— «« wi - 

rhipedes , qui ont un manteau comme les mol- 
lusques , et leur de'faut de pattes articule'es ne 
permet pas qu'on les place de maniere a inter- 
rompre la serie 
nisation. 



■ 

de ceux qui offrent cette org 



La forme allongee des annelides , qu'elles doi- 



Vent a leurs habitudes de 



vivre, soit enfon- 



eees dans la terre humide ou dans le limon 
soit dans les eaux monies oil elles habitent , la 

plupart , dans des tubes de differentes matieres , 



d'ou elles sortent et rentrent a leur gre , les fait 



Assembler tellement a des vers , que tous les na- 

turalistes , jusque-la , les avoient confondues avec 
eux. 

Leur organisation interieure offre un tr&s-petit 
c erveau , une moelle longitudinale noueuse « des 
uteres et des veines dans lesquelles circule un 



sang le plus souvent colore en rou 



ge 



elles 



r espirent par des branchies , tantot externes et 
s aillantes, et tantot internes et cachees ou non 
a pparentes. 




































1 






\ 




















176 



DEGRADATION DE l'ORGANISATION 



t 



1 



LES CRUSTACES 



























! 






Animaux ayant le corps et les membres articules, la peau 
crustacee, un syst6me de circulation 7 et respirant par 
des branchies. 



Ici Ton entre dans la nombreuse serie des ani- 
maux , dont le corps , et surtout les membres , 
sont articules , et dont les tegumens sont fermes , 

crustaces, cornes ou coriaces. 

Les parties solides ou affermies de ces animaux 
sont toutes a l'exterieur : or , la nature ayant cre6 
le systeme musculaire tres-peu avant les pre- 
miers animaux de cette serie , et ayant eu besoin 
de l'appui de parties solides pour lui donner de 

l'energie , fiit obligee d'dtablir le mode des arti- 
culations pour obtenir la possibility des niouve- 



mens. 



Tous les animaux reunis sous le 
mode des articulations, furent cc 
Linneus, et apreslui, comme ne formant qu 



rapport du 
nsidere's par 



/ 



laquelle on do 



nom 



d 






sectes ; mais on reconnut enfin que cette grande 

serie dammaux prdsente plusieurs coupes im- 
portantes, qu'il est essentiel de distinguer. 

Aussi , la classe des crustaces s qu'on avoit con- 
fondue avec celle des insectes , quoique tous les 
anciens naturalistes Ten eussent toujours distin- 

gude, 






/ 

* 



1 









! i 



\ 













DE LA CHA1NE ANIMALE. 



177 



1 



guee , est une coupe indiqude par la nature , es- 

■ 

sentielle a conserver, qui doit suivre immedia- 
tement celle des annelides , et occuper ie hui- 
tieme rang dans la serie generale des animaux ; 
la consideration de l'organisation i'exige : il n'y 
a point d'arbitraire a cet egard. 

En effet, les crustaces ont un eceur, des ar- 
teres et des veines , un fluide circulant , transpa- 
rent , presque sans couleur , et tous respirent par 
de veritables branchies. Cela est incontestable , 

_ 

et embarrassera toujours ceux qui sobstinent a 
les ranger parmi les insectes , par la raison quils 



des 



mbres 



le 



Si les crustaces , par leur circulation et par 
ur organe respiratoire , sont exninemment dis- 
tingues des arachnides et des insectes ; et si , 

■ 

par cette consideration, leur rang est evidem- 

■ 

*nent supdrieur, ils partagent neanmoins avec 
es arachnides et les insectes , ce trait d'inferio- 



1 



rite" d'organisation , relativement aux annelides , 
c'est-a-dire , celui de faire partie de la serie des 
animaux a raembres articules ; serie dans laquelie 
on voit s^teindre et disparoitre le systeme de 
circulation, -et , par consequent, le cceur , les 



dans laq 



la 



respiration, par le systeme branchial, se perd 



pareill 
leur c< 



Les crustaces confirment done , de 
degradation soutenue de I'organi- 



12 












X 






y m 


















» 






I 








































w 




































/ 



! 



! 



I78 






DEGRADATION DE ^ORGANISATION 

t dans le sens on nous parcourons l'echelle 



anim 



Le fluide 



qui 



dans 



seaux e'tant transparent , et presque sans 
tance , coinnie celui des insectes , prouve 
a leur egard cette degradation. 

Quant a leur system e nerveux , il con 



petit 



et en une 



tud 



g 



d'appauvrissement 



de ce systeme, qu'on observe dans les 



des deux 



lasses prece'dentes et des deux qui 
animaux de ces classes etant les der- 



niers dans lesquels le systeme nerveux soit 
core manifeste. 

C'est dans les crustaces que les dernieres tri 

de Yorgane de Vouie ont dte apercues ; apres e 
elles ne se retrauvent plws dans aucun anin 



en- 



Observations. 






Ic 



termine l'existence d'un veritable sys 



de circulation , c'est-a-dire , d 



ystein 



d'arteres et de veines qui fait partie de l'org 
Lon des anitnaux les plus parfaits , et dont 



de 



pre"cedentes sont pourvus 



/ 



L'orgamsation des animaux dont nous allons par- 
ler est done plus imparfaite encore que celle 
des crustaces s qui sont les derniers dans lesquels 
la circulation soit bien manifeste. Ainsi la de- 
gradation de l'organisation se continue dune 






f 






* 









m 



+, 










' 



da 



D E LA CHAlNE ANIMALE. 

mere evidente , puisqua mesure qu'on av£ 
is la serie des animaux, tous les traits de 
semblance entre l'organisation de ceux que 
considere , et celle des animaux les plus parfi 
se perdent successivement. 
Quelle que soit la nature 



*79 



du mouvement des 



fluid 



es dans les animaux des 



que 



allons parcourir , ce mouvement s'opere par des 



tnoyens moins actifs 
lentissant. 



en se ra- 






LES ARACHNIDES 



\ 









An 



point de metamorphose , et ayant 
articulees, et des yeux a la tete. 






E 



ordre 



que nous avons suivi 



jusqu'a present , le neuvieme rang , dans 
animal, appartient necessairement 




ne 



hides: elles 



de rapport 



aux arach- 
ec les crus- 



taces _, quon sera tou jours force de les en rap 
procher et de les placer imme'diatement apre* 
eux. Neamnoins elles en sont e'minemmcnt dis 
tinguees ; car elles presentent le premier exem- 
ple d'un organe respiratoire inferieur aux bran 
chies , puisqu'on ne le rencontre jamais dans le; 



qui 



ccEur 



d 



arteres et d 



veines. 










































I 





















:>~ 
















/ 






I 














■ 






1 80 



DEGRADATION DE ^ORGANISATION 



En effet , les arachnides ne respirent que par 
des stigmates et des trache'es aeriferes, qui sont 
des organes respiratoires analogues a ceux des 
insectes. Mais ces trachees, aulieu de s'etendre par 
tout le corps , comme celles des insectes, sont cir- 
conscrites dans un petit nombre de vCsicules ; ce 

qui montre que la nature termine , dans les arach- 



gde 



nides, le mode de respiration qu'elle a ete obli- 

d'employer avant d'etablir les branchies , 
comme elle a termine , dans les poissons ou dans 
les derniers reptiles , celui dont elle a 6te obligee 
de faire usage avant de pouvoir former un 
ritable poumon. 

Si les arachnides sont bien distinguees des c 



ve- 



taces, puisqu 



respir 



point p 



des 



branchies , mais par des trachees aeriferes 



b 



sont aussi 



disting 



des 



et ll seroit tout aussi inconvenable de 



les reunir aux insectes dont 



le caractere cla 

■ 

meme par leur 



l'etoit 
sectes. 



de 



qu 
»rg 



point 



e 



3 



et dont elles differe 



interieure , 



qu 



nfondre les crustaces avec les in- 



En effet 



les arachnides 



grands rapports 



quoiqu'ayant d 



distinct 



insectes, en sont 



es- 



En ce qu'elles ne subissent jamais de 
phose , qu'elles naissent sous la form 









/ 






m~ 



















avec 



DELA CHAlNE AN I MALE. 

outes les parties quelles doivent tc 
ver, et que, consdquemment , elles 



181 



temps des y 



la tete , et des pattes 



ticulees ; ordre de choses qu 



d 



e 



b 



la nature 

a fort dip- 



ferente de celle d 



2 



o 



E 






que 



dan 



s 



dre (les A. palpistes) 



achnides du premier 



P 



el>auche d ? un systeme de circulation (i) 



3°. En ce 



quoique d 



que 



1 



s 5 



de 



pirati 



des 



m 




re cela, tres-different, puisque le'urs 



trachees , bornees aim petit nombre de 



de 1'animal, 
des insectes; 



t pas constitutes par des canaux aerien 
mbreux , qui s'etendent dans tout le corp 

on le voit dans les trachee 



c omine 



4°. Enfin , en ce que les arachnides engendrent 

i 

plusieurs fois dans le eours de leur vie ; faculte 

- 

dont les insectes sont depourvus. 

Ces considerations doivent suffire pour faire 



(i) « C'est surtout dans les araignees que ce cceur est facile 
a observer : on le voit battre > au travers de la peau de l'ab- 
domen . dans les especes non velues. En enlevant cette peau , 
on voit un organe creux ; oblong ? pointu aux deux bouts, se 
portant.par le bout anterieur j usque vers le thorax 7 et des 
cotes duquel il part visiblement deuxoutrois paires de vais- 
seaux. » Cuvier, Anatom. comp. 7 vol. IV, p- 4*9* 



\ 



> 



























LJ 



i I 















I 






















V 

































I 



/ 






f 






/ 









182 



DEGRADATION DE I/ORGANISATION 

sombien sont fautives les distributions daii 



quel les les arachnid 



dans Ja rueme classe , parce q 






que la peau pi 



des pattes de 



lacee qui les reeouvre. Cest a pen pres comrae 
si , ne considerant que les tegumens plus ou moius 
ecailleux des reptiles et des poissons 3 011 les re'u- 

~.: !a j 1 / I 



Q 



classe. 
degradation g 



qu 



chons en parcourc 

animaux, elle est, d 



g 



chelle entiere des 

arachnides , extremement evid 

en effet , respirant par un organe infe 



s 



les 



en 



perrec 



que , au poumon 



et 



meine aux branchies , et n'ayant que la premier 

ebauche d'une circulation qui ne paroit pas ei 
core terminee , confirment , a leur tour, la degrc 
dation soutenue dont il s'ao-it 

Cette degradation se remarque meme dans 1 



des especes rapp 



a cette classe; car 



:s arachnides 3 antennistes ou du second 
ant fortement distingudes des aut 
•eS'inferieures en pr ogres d'orga; 
ipprochent conside'rablement des 
en different neanraoins, en ce 



1 



me'tamorph 



qu 



sub 



et connne elles ne 



dans le sein de Fair , il est tres 



s 



/ 
















\ 



DE LA CHAlNE ANIMALE. 



1 83 



probable que leurs trachees ne s'etendent pas ge*- 

* 

ueralement dans toutes les parties de leur corps. 



LES INSECTES. 



Animaux subissant des metamorphoses 7 et ay ant 7 dans 
l'etat parfait , deux yeux et deux antennes a la tete ? six 
pattes articul(Ses ? et deux trachees qui. splendent par tout 






1 



e co 



rps 



En continuant de 



ordr 



d 



e 



de la nature 5 apres les arachnide 



necessairement les 



immense sene 



d 



ectesy c'est-a-dire , cette 

lux imparfaits , qui n'ont 

qui respirentpar des tra- 



chees aeriferes non bornees ; enfin , qui naiss< 
dans tin etat moins parfait que celui dans leq 
ils se regenerent, et qui consequemment subiss 

des metamorphoses. 



v 



dans leur etat par£ 



1 



m- 



deux 
part 



d 



ption , ont six patte 
t deux yeux a la tet 
es ailes. 



p' 






Les insectes , d'apres l'ordre que nous sui 
cupent necessairement le dixieme rang d 




ne animal; car ils.sont inferieurs en perfe 
tionnement d'organisation aux arachnides , pui 
qu'ils ne naissent point, comme ces dernieres, da: 



leur etat parfait, et qui] 
seule fois dans le cours d 



gendrent qu 






I 
























,i 
















I 
























$ 





184 

c 

l'on 



DEGRADATION DE ^ORGANISATION 



particulierement d 



les insectes que 



commence a remarquer que les org 



sentiels a l'entretien de leur vie sont repartis 
presque egalement, etlaplupart situes danstoute 
l'etendue de leur corps , aulieu d'etre isoles dans 
M lieux particuliers , conime cela a lieu dans 



d 



perd grad 



d 



: les plus parfaits. Cette consideration 
ellement ses exceptions, et devient 
plus frappante dans les animaux des 



po 



Nulle part , jusqu'ici , la degradation 
de l'organisation ne sest trouvee plus 



generale 



que d 



insectes _, oil elle 



inf< 



en 



perfectionnement a celle des animaux d 



les classes preced 



C 




dat 



se 



sent naturellement les insectes 



d 



premie 



dres 



car ceux des 



Pt 



1 



es or- 






thopteres et les nevropteres) ont des mandibule 
et des machoires a labouche ; ceux du quatriem. 
ordre ( les hymenop teres ) commencent a posse 
cler une espece de trouipe ; enfin , ceux des quatrc 
derniers ordres (les lepidopteres , les hernipteres 
les dipteres et les apteres ) n'ont plus reellemenl 
p'une trompe. Or, des machoires paires ne se re- 
Lvent nulle part dans l e regne animal, apreslej 
ctes des trois premiers ordres. Sous le rappori 
ailes, les insectes des six premiers ordres en 



c 



d 



es 





















































1 









D E LA C H A i N E A N I M A L E. 



i85 



°ttt quatre , dont toutes , ou deux seulement, 
*ervent au vol. Ceux du septierne et du huitieme 
*i out plus que deux aiies , ou en manquent par 



flvortement. T 



larves des insectes des deu? 
ut point de pattes , et ressem 



blent a des vers. 
II paroit que les insectes sont les de 



qui ofFrent une generation sexuelle bie 



uncte , et qui soient vraisemblablement ovipares. 

Enfin, nous verrons que les insectes sont infi- 

niment curieux, par les particularity relatives 



qu 



nullement 



Industrie pretendue n'est 
d'aucune pensee , c'est-a-dire , d 



P 



onib 



dide 



d 



3 



part 










it ion 



* 

Autant les poissons, parmi les vertebras, pr 



da 



Jeur 



for 




enerale et 



progression de 



dans les anomalies rel 

* a composition d'organisation, le produit de 

Whence du mi lieu crai 



for 
lei 
ils 



P 



i les invertebreSj offrent \ dans 
rganisatioa et leurs xnetamorph 

dent de Finfluence de Fair dans Ic 
dans le sein duquella plupart s'< 
liiennent habituellenient comiii 



oiseaux. 



t 












■ 






/ 


























i 
























■ V 



I 






I 






















I 
























186 



DEGRADATION DE l/ORGANISATION 



Si les insectes eussent eu un poumon 



dan 



pu se gonfler d 



l'air qui penetre 



s toutes les parties de leur corps eut pu sy 
fier , cotnme celui qui s'introduit dans le corps 



des oiseaux , leurs poils se fussent , sans do 



ch 



Enfi 



1 



plumes. 

parmi les animaux sans vertebres 

de trouver si peu de rapports entr 

qui subissent des metamorph 




ulieres , et les animaux invert^bres des 



que Ton fass 



Q 

O 



que ce sont les 



le 



animaux sans vertebres qui s'elancent dans 



sein d 



I 

mens d 



qui y 



des 



mouve- 



progression ; alors on sentira que des 

ices et des habitudes aussi nartionliprps. 



ont du produire des resultats qui leur sont pareil 
lement particuliers. 

Les insectes ne sont rapproclie's que des arach- 



par leurs rappor 



les autres sont, en 



g 



fl- 



ies seuls animaux 



tebres qui vivent da 



achnide 



ne sub 
influen 



faculte de voler; aucune aussi 



de metamorphose; et en traitant des 



habitude 



montrerai 



animaux s'e'tant accoutumes a rester sur L, 

■ 

de la surface du globe, et a vivre da 



era 



corps 
s des 



ont du perdr 



d 



partie des facult 



insectes , et acquerir des caracteres qui 



distinguent eminemment 












I 











I 












DE LA CHAlNE ANIMALS 



187 






I 

^neantissement de plusieurs Orga 

aux animaux plus pcirfc 



dels 



Apres les insectes , il paroit qu'il y a dans la 
serie un vide assez considerable, que les ani- 
maux non observes laissent ici 



a remplir; car 



et endroit de la serie , pi 



b 



et 



plus parfaits manquent 
llement aneantis , puisqu 



He les retrouve plus dans ceux des classes qui 
nous restent a parcourir. 



le 



1 

Disparition du Systeme nerveux. 

t 

Ici, en effet, le systeme nerveux (les nerfs et 
Lir centre de rapport) disparoit entierement et 

montre plus dans aucun des animaux des 

■ 



class 



mi 



yst 



Dans les animaux les plus parfaits , ee 
consiste en un cerveau qui paroit servir al'execn 
tion des actes de i'intelligence , et a la base du 
quel se trouve le foyer des sensations , d'ou par 
tent des nerfs , ainsi qu'une moeile epiniere dor 
sale qui en envoie d'autres a di verses parties. 



D 



ans 



tebres , le cerveau s'ap 



pauvrit successivement ; et a mesure que son vo- 
lume diminuc, la moeile epiniere devient plus 



grosse et sembie y suppleer 
















V 



























I 



II 






■ 












' 



N 








































I 












• 



188 



DEGRADATION DE ^ORGANISATION 



Dans 1( 
rtebre's 



ques, premiere classe de 



a ni moelle epiniere , ni moelle Iongitud 



y 



^uueuse ; et comme les g 
aerfs ne paroissent point i 



Enfin , d 



le 



<I 



qui suivent, le 



se re- 



systeme nerveux , a son dernier period 
doit a un tres-petit cerveau a peine dbauchd , et 
en une moelle longitudinale qui envoie des nerfs 
aux parties. Des lors il n'y a plus de foyer isole 
pour les sensations, mais une multitude de petits 

foyers dispose's dans toute la longueur du corps 

de 1'aninial. 

C'est ainsi que se termine, dans les insectes, 
i'lmportant systeme du sentiment; celui qui , a 
un certain terme de developpement , donne nais- 

dees , et qui , dans sa plus grande per- 



L 



>n,peutproduire tous les notes d 
, celui qui est la source o 
puisesa force, et sans. lee 
He ne paroit pas pouvoir 



o 



gener 



de rapport d 



S J 



i. \ 



nerveux se 



trouve dans le cerveau ou dans sa b 



place dans 
Lorsqu'il n'y a pi 



une moelle 



d 



IS 



tud 



noueuse. 



cerveau bien evident 



il y a encore une moelle longitudinale • ma 
qu'il n'y a ni cerveau , ni moelle lon^itudin 
systeme nerveux cesse d'exister. 



! i 





















*.l 



\ 



BE LA CHA1NE A N I M A L E. 



l8 9 



Disparition des Organes sexuels. 



lei encore disparoissent totaleraent les traces 
de la generation sexuelle ; et , en effet , dans les 
animaux qui vont etre cites , ii n'est plus possible 

- 

de reconnoitre les organes d'une veritable, fecon- 
dation. Neannioins , nous allons encore retrouver 
dans les animaux des deux classes qui suivent , 
des especes dHovaires abondans en corpuscules 
oviform.es, que Ton prend pour des ceufs. Mais 

j.e regarde ces pretendus ceufs, qui peuvent pro- 
duire sans fecundation prealabie, comme desbour- 

geons ou des gemmules internes ; lis font le pas- 
sage de la generation gemmi-pare interne , a la 
generation sexuelle ovipare. 

Le penchant de l'homme vers ses habitudes est 
si grand , qu'ii persiste , meme contre l'evidence , 
a consider er toujours les choses de la meme ma- 
ftiere. 



C'est ainsi que les botanistes , habitues a ob- 
- server les organes sexuels d'un grand nombre 
de plantes , veulent que toutes , sans excep- 
tion , aient de semblables organes. En conse- 
c (uence , plusieurs d'entre eux ont fait tous les 



efforts imaginables , a l'egard des plantes crypto- 



games ou agames , pour y decouvrir des eta- 
mines et des pistils; et iis ont mieux aime en 
attribuer, arbitrairement et sans preuves, les 






* 



\ 






■: 












\ 









A 










I 



1 





















■ 1 



■^^ 






























: 



I 

























190 
fonc 



DEGRADATION DE I/ORGANISATION 



des parties dont 



connoissent 



P 



as 



que de reconnoitre que la nature 
parvenir au merae but par differens moyens. 



On s'est persuade que 



est une 



ps reproductif 



f f 



graine ou un oeuf , c'est-a-dire , un corps 



qui, pour etre reproductif, a besoin de 
l'influence de la fftarWla*;^ „ _n_ 



1 a 



qu 

Mais 



fait d 



L 



C 



umne vwum et ovo. 
bien inaintenant des 



vegetaux et des aniraaux qui se regenerer 
quement par des corps qui ne sont ni des g 
ni des ceufs, et qui , consequemment, n'ont i 



besoin de fecond 



lformes differ 



sexuelle. Aussi ces corps 
ernment et se develop- 



pent-iis d'une autre maniere. 

Voici le principe auquel il faut 

pour juger du mode de generation 
vivant quelconque. 

Tout corpuscule reproductif, soit v 

, qui , sans se debarrasser d 



d 



egard 
corps 



annua 
velopp 

vegeta 



dtend 



s'accroit , et d 



un 



ou un animal semblable a celui dont 



ne 



provient , n'est point une graine ni un oeuf 



subit aucune g 



apres avoir 



mation na exigd aucune fecond 



nation ou neclot point 
de s'accroitre , et sa for- 



aussi ne contient-il 
dans des enveloppe 



pa 



un embry 



nfer 



oblige de se 






- 





































DE LA CHA1NE ANIMALE. 



I9I 



d& 



comme celui de la graine ou de l'oeuf. 



Or 



suivez 



de'velopp 



al 



g 



des 



des corpuscules reproductifs des 
champignons , etc. , et vous verrez que Ces cor- 
puscules ne font que s'^tendre et s'accroitre pour 
prendre insensiblement la forme du vegetal dont 



proviennent; qu 



debarrassent d 



§ 



me enveloppe , comme le fait l'embryon de la 

aine ou celui que contient l'oeuf. 

De meme , suivez le gemma ou bourgeon dun 
polype , comme d'une hydre , et vous serez con- 
Vaincu que ce corps reproductif ne fait que s'e'- 

tendre et s'accroitre ; qu'il ne se d^barrasse d'au- 



lopp 



mot , qu'il neclot point 



comme le fait le poulet 'ou le ver a soie qui sort 

de son ceuf. 

II est done evident que toute reproduction d'in- 
dividus ne se fait point par la voie de la fecon- 
dation sexuelle , et que la oil la fecondation 
sexuelle ne s'opere pas , il n'y a reellement pas 
d'organe veritablement sexuel. Or, comme, apres 
les insectes , on ne distingue dans les animaux 
des quatre classes qui suivent , aucun organe de 



que 



e'est a ce 



fecondation, il. y a apparence 

point de la chaine animate que la generatio 

sexuelle cesse d'exister. 


















\ 



1 
























1 



. 








































■J 






; 





















'9 



DEGRADATION DE I/ORGANISATION 



Disparition de I'Organe de la 



vue 



C'est encore ici que Yorgane de la vue 3 qui 



animaux les plus parfa 

Cet organe q 



trouve 



mauquer dans-unepartie des mollusques 3 d, 
s cirrhipedes 3 et dans la plupart des annelid 



qui 



qu 



« s est ensuite retrouve dans les crust* 
, les arachnides et les insectes , que dans un 

fort imparfait, dun usage tres-borne etpres- 

ne reparoit, apres les insectes, dans 



aucun animal. 

Enfin , c'est encore ici que la tetc 3 cette pa: 
essentielle du corps des animaux les plus parfa 

et qui est le sie'ge du cerveau et de presque t 



* 



les sens , cesse 



d 






flement de lextremite anterieure du 
quelques vers , comme les tenia 3 et qui 
par la disposition de 



car le ren- 
corps de 



leurs 



le 



9 



n etant ni 



ge dun cerveau, ni celui de l'organe de 



louie, de la vue, etc., 



| puisqu« 

dans les animaux d 




anes 



-? < 



vent, le renflem 
considere comme 

On volt qui 
la degradation de 

mement rapide, et qu 



qui 



dont il s'agit ne peut 



de 



ch 



b 



dev 



animale y 
nt extre- 



fa 



forteinent pres- 

sentir 






J 










\ 



DE LA CHAIN E ANIMAL E. 



193 



sentir l'approche de ]a plus grande simplification 
de l'organisation animale. 






LES VERS. 



Ammaux a corps mou , allonge 1 , sans tete, sans yeux , sans 
pattes articulees, depourvu de moelle longitudinal© et de 



systeme de circulation. 



I 



git ici des 



qui n'ont point d 



ques 



pour la circulation, tels que ceux que Ton 
it sousle nom de vers intestins , et de quel- 
mtres vers tion intestins, dont l'organisa- 

sst tout aussi imparfaite. Ce sont des ani- 






maux a corps mou, plus ou moin: 
subissant point de metamorphose , 
dans tous, de tete , d'yeux et pattes 
Les vers doivent suivre immedia 



dep 






sectes 3 venir avant les radlaires , et occnper le 
onzieme rang dans le regne animal. G'est parmi 
eux qu'on voit commencer la tendance de la na- 
ture a dtablir le systeme des articulations • sys- 
teme quelle a ensuite execute conipletement dans 

* 

es insectes , les arachnides et les erustaces. Mais 



1 

r 



t 

* 

organisation des vers etant moins parfaite que 
celle des insectes , puisquils n'ont plus de moelle 
longitudinale, plus de tete, plus d yeux, etplus 
de pattes reelles, force de les placer apres eux; 
enfin , le nouveau mode de forme que commence 



i3 



X 



I 






\ 






1 






















I 












Ml 




\ 


















< 
































J 94 



DEGRADATlOxN DE L'ORGANISATION 



x la nature , pour etablir le systeme des 
lations , et s'eloigner de la disposition rayon- 
dans les parties, prouve qu'on doit placer les 
vant les radiaires memes. D-ailleurs , apres 

berd ce plan execute paij 



les 



dans les ahimaux des classes precedentes 
cette forme generate del' animal, qui co: 
une opposition symetrique d« 

maniere que chacune d'elles 

partie tout-a-fait semblahle. 

Dans les vers 3 on ne retrouve pi 



de 



est opposee a une 



9 9 



op 



s 



position symetrique des parties, et on ne voit 
pas encore la disposition rayonnante des 
tant interieurs qu'exterieurs , qui se 
dans les radiaires. 

Depuis que j ? ai etabli les annelides t quelques 

vers aux'anne- 



remarque 



donnent le nom de 



lides memes ; et comme alors ils ne savent que 
faire des animaux dont il est ici question, ils les 



polypes. Je 



juger quels sont les rapp 
assiques qui autorisent a 



les caracteres 



d 



ou tout autre polype. 



ascaride s avec une hyd k 



Comme les insectes , plusieurs vers paroissent 
encore respirer par des trachees, dont les ouver- 
tures a l'exterieur sont des especes de stiginates ; 
mais il y a lieu de croire que ces trachees, bornees 









\ 









/ 



I 















\ 



** 



DELACHAiNE ANIMALE 




OU 



par£ 



corame 



des 



aquiferes et non aeriferes 
ectes, parce que ces ani- 



maux ne vivent jamais a Fair libre , et qu'ils son 
sans cesse , soit plonges dans l'eau , soit baigne; 
dans des fluides qui en contiennent. 

Aucun organe de fecondation n'etant bien dis 



tmct 



en eux , je prdsum 



que 



la 



g 



plus lieu dans ces animaux. II 



possible neanmoins que , de inerae que la circub 
tion est ^bauchee dans les arachnides , la genere 
tion sexuelle le soit aussi dans les vers; ce que k 
differentes formes de la queue des strangles sere 

blent indiquer; mais 1' observation n'a pas encor 

ins ces animaux 



bien ^tabli cette generation dans ces 

Ce que Ton apercoit dans certains d'entre eux , 

* 

que Ton prend pour des ovaires ( comme dans 

i tenia ) , paroit n'etre que des amas de corpus- 

nles reproductifs , qui n'ont besoin d'aucune fe- 

ondation. Ces corpuscules oviformes sont inte- 



le 



rieurs comme ceux de 



au 



d 



exter 



ceux des corines 



L 



polypes offrent entre eux les memes differences 
a l'egard de la situation des gemmules 
produisent. II est done vraisemblable que le 



qu 



D 



des gemmipares internes, 
animaux qui , comme les vers , manquent 



de tete , d'yenx , depattes, et peut 
neration sexuelle , prouvent done 



? 



d 

de 



g 



eur 



\ 



' 












4 I 






















































^** 

















\ •' 



- 






' 






















1 y 



\ 



\ 



/ 






« 








196 



DEGRADATION DE I/ORGANISATION 



cote, la degradation soutenue de l'organisation 
que nous recherchons dans toute l'etendue de 
1'e'chelle animale. 



I 



LES RADIAIRES. 



A 



\ 



nimaux a corps regeWratif , de'pourvu de t&e, d'yeux , 
de pattes articul^es ; ayant la bouche infe'rieure, et dans 
ses parties, soit interieures, soit exterieures, une dis- 
position rayonnante. 



\ 



Selon 1'ordre en usage , les radiaires occupent 
le douzieme rang dans la se'rie nombreuse des 



animaux 



composent 1 



des trois 



dernieres classes des animaux sans vertebres. 
Parvenus a cette classe , on rencontre dans 



animaux qu'elle comprend 



mode de forme 



generale , et de disposition , tant inte'rieure qu 
te'rieure , des parties et des organes , que la 
ture n'a employe dans aucun des animaux 
classes anterieure s„ 



d 



es 



En eff 



adiaires ont eminemment dans 



leurs parties , soit interieures , soit exterieures 



disp 



ray 



autour d 



d'un axe , qni constitue une forme par 



dont la nature n'avoit , jusqne-la , fa 



dont 



commence l'ebauch 



& 



que dans 



les polypes, qui, consequemment , viennentapre 



elles. 












/ 



■ 






/ 





\ 



\ 






BE LA CHAiNE ANIMALE. 



N 



h 



adiaires forme 



d 



/ 



l 97 

■ 

15 r 
e- 



3 des animaux , un echelon tres-distinct de 
que constituent les polypes ; en sorte 
pas plus possible de confbndre les rad. 
les polypes , qu'il ne Test de ranger les 



qu 



\ 



poissons. 
En effet 



ptiles parmi 









dans les rad\ 



eulement 



percoit encore des organesquiparoissentdes 



Tines a la respiration (des tubes ou especesdetra 
chees aquiferes) ; mais on observe , en outre , de. 
organes particuliers pour la generation , tels que 

des especes d'ovaires de diverses formes , et rier 
de semblable ne se retrouve dans les polypes 
I) ailleurs , le canal intestinal des radiaires nes 



pas generalement un cul-de 



seule 



ou- 



Verture, comme dai 



bo 

da 



tous les polypes 



et la 



che , tou jours en has ou inferie 



is ces animaux , une disposition particuliere 
qui n'est point celle que nous offrent les polype 



da 



g 



de 



Quoique les radiaires soient des animaux fort 

guliers et encore peu connus , ce que Ton sait 

leur organisation indique evidemment le rang 

que j e leur assigne. Comme les vers , les radiaires 

S sans tete, sans yeux , sans pattes articule'es , 

sans systeme de circulation, et peut-etre sans nerfs. 

ependant les radiaires viemient necessairempnf 



\ - 









/ 




■ 






^ 









1 

[| 
I 










i 









\ 







\ 







«l 


















; 
















































I 






/ 




t 



l'organisation 






pres les vers; car ceux-ci n'ont rien dans la 
disposition des organes interieurs qui tienne de 

3 rayonnante , et c est parmi eux que 



la form 



commence le mode des articulations. 



Si les radiaires 



pri 



de 



erfs 



elles 



sont alors depourvues de la faculte de sentir } 

et ne sont plus que simplement irritables; ce que 
des observations faites sur des etoiles de mer 
vivantes, a qui Ton 



qu 



aient 



ffert 



a coup 
aucun 



des 



sans 



g 



rayons 

de douleur 



mblent confirmer. 

9 

Dans beaucoup de radiaires , des fibres sont 



encore dist 



mais peut 



do 



a ces 



fibres le nom de muscles 



autorise a 



qu'un muscle priv6 de nerfs 



encore capable d 



fonctio 



N 



t-on pas , dans les vegetaux , Texemple de la pos- 
bilite dont jouit le tissu cellulaire 5 de pouvoir 

'es puis- 

raaseulaires ? Tout 

dans lequel on distingue des fibres , 



duire en fibres, sans que ces fib 



sent etre regarde'es comme 



corp 



paroit pas avoir d 



raison; et je.pense que la oil il n'y a pi 



de 



nerfs , le syste 
a lieu de 



que, d 



plus. II y 
animaux prives 



de nerfs , les fibres qui peuvent encore sy 

, jouissent, par leur simple irritab 



contrer 



de la faculte de produir 



des 



mouvemens qui 

































* 



. . 















DE LA CHAh,K ANIMALE. I99 

1 

remplacent ceux des muscles , quoiqu'avec moms 
d'energie. v 

Non-seulement il paroit que , dans les radiaires, 
le systeme musculaire n'exisle plus, mais, en 



■ 



- 



<ju'il n'y a plus de ge" 



En effet 
que les 



* 

constate , ni raerae 



sexuelle. 

n'indique 



petits corp 



composent 



qu 



formes , dont 

nrae les ovaii 



am as 



de 



ces 



d 



e 



§oivent aucune fecondation 

3s oeiifs : cela est d'autant n 



semblable , qa'on les trouve egalement d 



les individu 



Je 



g 



ces petits corps 



oviformes comme des gemmules internes deja 

■ 

perfectionne"es 5 et leurs amas dans des lieux par- 

ticuliers , comme des moyens prepares, par la 

nature , pour arriver a la generation sexuelle. 
Les radiaires concourent, de leur cote , a pron- 

ver la degradation generale de reorganisation 
animale; car en arrivant a cette classe d'ani- 
maux, on rencontre une forme et une disposi- 
tion nouvelle des parties et des organes qui sont 
fort eloignees de celles des animaux des classes 
precedentes ; d'ailleurs , elles paroissent pri- 
vees du sentiment, du mouvement musculaire, 
de la generation sexuelle 3 et parmi elles , on 
voit le canal intestinal cesser d'avoir deux is- 
sues, les amas de corpuscules oviformes dispa- 
roitre, et le corps devenir entierement gelatineux. 





















« . 






























/ 



m j*l 












If 




200 



DEGRADATION DE ^ORGANISATION 



Observation. 












i : 



1 i- 














; 




' i 















1 






II parolt que dans Ies animaux tres-imparfaits , 
online les polypes et les radlaires , le centre du 

w 

louvement des flu ides n'existe encore que dans 
5 canal alimentaire ; c'est la qu'il commence a 
se'tablir , et c'est par la voie de ce canal que les 
fluides subtils ambians penetrent principalement 
pour exciter le mouvement dans les fluides con- 
tenables ou propres de ces animaux. Que seroit 
la vie vegetale , sans les excitations exterieures , 
et que seroit de meme la vie des animaux les plus 



parfaits, sans cette cause, c'est-a-dire 



qu 



et Telectricite cl 



in 



environ- 



nans ? 



C'est y sans doute 5 par une suite de ce mo\ 



qu'empl 



abord 



foibl 



gie dans 



polypes 5 et ensuite avec de pi 



grands developpemens d 



adiaires s qu 



forme rayonnante a 6te acquise : car les fluides 



« 



abt 



s 



Cl 



±. 



mbians 5 penet 
, el etant expa 



par le canal ali- 



out d 



repulsion sans cesse retiouvelee du 



par une 

tre vers 



points de la circonfi 



a cette 



j: 



aj 



d 



s 



C'est p 



don 
pari 



que, dans les radiair 



oiq 



foi 



imp 



fi 



P 



plus sou vent . il n'a qu 






y 




















A 



■ 



i 













I 






D E LA CHAlNE ANIMALE 



201 



°uverture, est neanmoins complique' d'appendi- 
c es rayonnans , vasculiformes, nombreux, et sou^ 



Vent 



rami 



ifies. 



C'est, sans doute, encore par cette cause que, dans 
les radiaires nioilasses, telles que les meduses, etc. , 



on observe un mouvement isochrone constant; 
Mouvement qui resulte tres-vraisemblablement 
ues intermittences successives entre les masses 

* 

ue fluides subtils qui penetrent dans I'interieur de 
c es animaux , et ceiles des memes fluides qui sen 
echappent apres s'etre repandus dans toutes leurs 
parties. 

\ 

Qu'on ne dise pas que les mouvemens iso- 
ehrones des radiaires nioilasses soient les suites 
de leur respiration; car apres les animaux ver- 
t^bres , la nature n'offre , dans celle d'aucun 

« 

a *unial, ces mouvemens alternatifs et 
inspiration et dexpiration. Quelle que soit 
a respiration des radiaires , elle est extreme- 



/ 






inesures 



d'i 
1 



^ent. lente , et s'execute sans mouvemens per- 



Cc 



J ptibl 



cy 



s. 



' 1 














; 



\ 






i 







i 

























/ 












^ &i 



. 






















f 












' 


















'! 













I 



f 






' 



\ 



/ 




02 



• 

DEGRADATION DE ^ORGANISATION 



LES POLYPES 



An 



ux a corps subgdlatineux et rege'neratif , n'ayant 
aucun autre organe special, qu'un canal alimentaire a 

seule ouvertu're. Bouche terminale , accorapagnee 
de tentacules en rayons , ou d'organe cilie et rotatoire- 



line 



E 



arrivant aux -polypes y < 
dernier Echelon de l'eeh 



est parvenu 



a ete 



dire, a l'avant-derniere des classes qu'il 
ecessaire d'etablir parmi les animaux. 
Ici , l'imperfection et la simplicity de l'orga- 
isation se trouvent tres-eminentes ; en sorte que 

ce cas n'ont presque 



doute long-temps de 



les animaux qui sont dans < 

plus de facultds , et qu'on a 

leur nature animale. 

Ce sont des animaux gemmipares , a corps ho- 
mo^ene , presque ge"neralement gelatineux , tres- 
regeneratif dans ses parties , ne tenant de la forme 
rayonnante (que la nature a commencee en eux) 
que par les tentacules en rayons qui sont autour 



de leur 
special < 

ture, et 



bouche , et nay 



quent , incompl 






On peut dire que les polypes sont des animai 
beaucoup plus imparfaits que tous ceux qui fo 
partie des classes precedentes; car on ne retrou 
en eux ni cerveau 3 ni moelle lonffitudinalc , 




ni 












\ 










t 

a 

e 



a 
t* 



i 

6 



e 



e 



e 



s- 



e 



r 

lie 



i 



%^ 



1% 

ni 






DE LA CHAIN E ANIMALE 



203 



fcerfs } n f organes particuliers pour la respiration , 
fci vaisseaux pour la circulation des flnides , ni 



ovaire pour la generation. La substance de leur 



corps est, en quelque, sorte , homogene , et cons- 
titute par tin tissu cellalaire gelatineux et irri- 
table , dans lequel des fluides se meuvent avec 
lenteur. Enfin, tous leurs visceres se reduisent a 
Un canal alimentaire imparfait, rarement replie 
s ur lui-meme , ou muni d'appendices , ne ressem- 
blant, en general , qua un sac allonge , et n'ayant 
toujours qu une seule ouverture servant a la fois 
de bouche et d'anus. 

On ne peut etre fonde a dire que , dans les 
animaux dont il s'agit , et oil Ton ne trouve ni sys- 
teme nerveux , ni organe respiratoire , ni mus- 
cle, etc. , ces organes, infiniment reduits, exis- 

r 

tent neanmoins ; mais qu'ils sont repandus et fon. 
dus dans la masse generate du corps, et egale- 
ment repartis dans toutes ses molecules , an lieu 
d'etre rassembles dans des lieux particuliers ; et 
qu'en consequence , tous les points de leur corps 
peuvent eprouver toutes les sortes de sensations , 
ta mouvement musculaire, la volonte , des idees 
e t la pensee : ce seroit une supposition tout-a-fait 
gratuite, sans base et sans vraisemblance. Or, 
avec une pareille supposition , on pourroit dire 
que Yhydre a , dans tous les points de son corps, 

tous les organes de l'animal le plus parfait , et , 












f 






l 


































































< 




























f 



04 



DEGRADATION DE LORGANISATION 



par consequent , que chaque point du corps de 

5 voit , entend , distingue les odeurs , 



polyp 

percoit 1< 
a des id 



qu 



etc. 
fo r n 



des jug 



qu 
qu 



il 
'il 



pense ; en un mot , qu il raisonne. Chaque mol 
cule du corps de l/ijdre, on de 



po 



lype , seroit elle seule un animal parfait , et I'hydr 
elle-meme seroit un animal plus parfait encore 
que 1 homme , puisque chacune de ses molectilps 



quivaudr 



pi 



d 



de facultes , a un individu entier de l'espece hu 



iname. 



II 



fc 



d 



y a pas de raison pour refuser d'e'tendre le 
raisonnement a la monade 9 le plus impar- 

et ensuite pour cesser 



de l'appliquer aux vegetaux meraes , qui 



Alors 






e 



-* 



de 
niole'cule d 

■ 

viens de cil 
relatives a 
fait partie. 

Ce n'est assurement point la 
lesresultats de 1' etude de la nati 



bueroit a chaque 
facultes que je 



d 



du 



orps vivant dont 



ou 



conduisen 

Cette etud 



nous apprend , au contraire , que partout 

facultes qui 



organe 



cesse d 



de 



1 n a 



pendent cessent egalement. Tout animal qu 
point dyeux , ou en qui l'on a detruit les yeu 



pom 






quoiqu en dernie 




























ll 









dim 



DE LA CHAIN E ANIMAL E. 

V 

ns sens prennent leur source dans 1 



.** 



20 a 



\ 



qm n'est que diversement modifie dans chac 



d 



mal qui manque de nerf 



pecial du sentiment,, ne sauroit e"p 



g 



genre de 



point le sentiment 



de son existence , il n'a point le foy 



quel il faudroit que la sensation fut 
I consecd 
Ainsi . 



pportee 



sens du 



cher . b 



des autres 



qui est repandu dans presqu 



parties du corps des animaux qui ont des nerfs , 
n'existe plus dans ceux qui, comme Ies^w, 

en sont depourvus. Dans ceux-ci , les parties ne 
sont pli^s que simplement irritables , et le sont a 
*»n degre tres-eminent ; mais ils sont prives du 
sentiment , et par suite , de toute espece de sen- 
sation. En effet, pour 



qu 



faut d'abord un organe pour 
( des nerfs ) , et ensuite il faut qu 



puisse 



1 



etre 



foyer quelconque ( un cerveau ou une moelle 
gitudinale noueuse ) , ou cette sensation puisse 



pportee 



Une sensation est toujours la suite d'une ii 
Passion recue , et rapportee aussit6t a un foy 
ll *teneur oil se forme cette sensation. Interroi 
pez la communication entre I'm 



* impression 

file 5 tout sentiment cesse aussitot dans 



et le foy 



gane qui revolt 
msation se for- 



/ 



/ 













B 


















/ 



t 









/ 



,-^_ 



. 






■ 






t 


















■ i 






















. 
























: 



I 






' 






206 

Jam 



DEGRADATION DE i/oRGANISATION 






on ne po 



contester ce principe 



Aucun polype ne peut etre rdelleraent ovivare 



dorgane particulier pour la g 



ration. Or 



po 



iir produi 
faut non-seulement que 



d 



tables ceufs 



qu'il ait , ou qu'un autre individu 



particulier p 



personne 



demontrer 



de son espece 1 
fecondation , el 

que les polypeA 

ganes ; au lieu que Ton connoit tres-bien les bour- 

■ 

geons que plusieurs d'entre eux produisent pour 



d 



bles 



multipl 



et en y do 



tion , Ton s'apercoit qu 



bourg 



peu d 



- 



eux-memes que des scissions plus isolees du corps 
de F animal ; scissions moins simples que celles que 



qui compose 



pour multiplier les anim 
la derniere classe du 



anim 



al. 



regne 



Les polypes e^ant eminemment irritables 
se meuvent que par des excitations exterie 



et i 
des 



g 



Tous 



dimpressi 



cues 



generalement sans actes d 






parce qu'ils n'en sauroient produire , et sans pos- 
sibility de choix, puisqu'ils ne peuvent avoir de 
volonte. 

La luniiere les force constamment , et toujours 
de la merne maniere 3 a se dinger de son cote \ 


















r 






e 



) 



i 



\x 



a 



r 



fc"^ 



r 



Lt 



s 



e 



s 



e 



e 



s 
t 



? 



e 



s 



DE LA CHA1NE ANIMALE. 



07 



c omme elle le fait a l'egard des raineaux et d 
femlles ou des fleurs des plantes , quoique av« 
Pbs de lenteur. Aucun polype ne court apres 






pr 



m nen fa 



recherche par ses tenta- 



che c__ 

ttienent 



mais lorsque quelque corps Stranger tou- 
memes tentacules, elles 1'arretent, fa- 

■ 

t le polype l'avale sans 



V 



bouche 



* a ire aucune distinction r 

* 

^Ppropriee ou non a son utility. II le digere et 
s 'en nourrit , si ce corps en est susceptible ; il le 

e quelque temps 



dans son canal alimentair 



ceux de ses deb 
**iais dans tout c 



qu'il ne peut 
, meine ne"ce; 




alterer ; 



d 



1 



jamais possibilite de choix qui permette de 



e s varier. 



die 




distinction des polypes avec les 7 
st des plus grandes et des plus tra 

dans l'interieur des polyp 



a Ucune partie distincte ayant une disp 



ray 



d 
b 



leurs tentacules seules ont cette 



— x 

ls position , e'est-a-dire , la meme que celle d 



ra s des mollusq 



iphalopodes 



qu 



ne 






c °nfondra surement pas avec les radiaires. D 



1 



terminal 



les polyp 



bouch 



superi 






£ 



tandis que celle des radi 



i et 
dif- 



eremment disp 
II n'est point 



tout 



venable de do 



























1 














i'f 









• 



> 






t 















































■ 
















! 









' 












208 



DEGRADATION DE ^ORGANISATION 






polyp 



de zoophytes 3 qui veut d 



plantes , parce que ce sont uniqu 



pletement d 



qu'ils ont des fa 



generalement exclusives aux plant 



■He 



d'etre veritablement irritables 






de di 



g 



'6 



qu'enfin 



ment rien de celle de la pi 






Les seuls rapports qu'il y ait entre ies polyp 



plantes se trouvent : 1 °. dans 



tion assez rapproch 



d 



leur 



g 



j 



dans la faculte quont beaucoup de polypes 

d'adherer les uns aux autres, de communiquer en- 
semble par leur canal aliinentaire , et de former 
des animaux compose's; 5°. enfin, dans la forme 

polypes reunis 



exterieure des 



que 



ces 



itituent ; forme qui a long-temps fait prendre 

masses pour de veritables vegetaux , parce 



que souvent elles 
meme maniere. 



Sees presqtie de la 



Que les polypes aient une seule ou pi 






bouches 5 il s ag 



ijours, a leur e'gard , d'u 
iruel elles eonduisent. et 



j 



di 



par consequent, dun organe pour la 
dont tous les vegetaux sont de"pourvus. 

Si la degradation de l'organisation que no« s 
avons remarquee dans toutes les classes , depui* 
les mammiferes , est quelque part evidente , cest 
assurement parmi les polypes 3 dont l'organi- 

satiotf 






















I 



re 

Int 

le 

I, 
t 



es 



a 



j 



es 

n- 
er 

r 
is 

re 
la 



r« 

It, 



st 



1- 



Jl 



D E LA CHAlNE ANIMAL E. 



2 



09 



sation est reduite a une extreme simplifica- 



tion. 



LES INFUSOIRES. 









■ 

Animaux infiniment petits f a corps gelatineux , transpa- 
rent , homogene et tres-contractlle; n'ayant interieure- 
ment aucun organe special distinct 9 mais souvent des 
gemmules oviformes , et n'offrant k Pexte'rietir ni ten- 
tacuies en rayons ? ni organes rotatoires* 



c'est-a- 



Nous voici ? enfin , parvenus a la dernier 
du regne animal, a celle qui comprend 
niaux les plus imparfaits a tous egards, 

dire , ceux qui ont forgamsation la plus simple 
qui possedent le moins de facultes , et qui sera 

blent n'etre tous que de veritables ebauches d 
la nature animale. 

1 



at 



petit 



dont 



consti- 



Jusqu'a present , j'avois reun 
*naux a la classe des polypes ■, 
tuoient le dernier ordre sous le nom de polypes 
amorphes } n'ayant point de forme constante qui 



particuliere a tous ; mais 



•? 



c essite de les separer , pour en former une class 
particuiiere ; ce qui ne change nullement le ran 
que je leur avois assignd. Tout ce qui resulte d 

y 

c e changement se reduit a une ligne de separa 



tio 



que 





rrande de leur 






la simplification 
ion, et leur defaut' de tentaeules en 

i 

rayons et d' organes rotatoires paroissent exiger. 






g 



1 1 



\ 

















































/ 












■ \ 































I 


















■ 

J 



















■■> 



\ 



2IO 



DESRADATION DE ^ORGANISATION 



L'organisation des ivfusolres ; devenant de pi 



simple en plus simple , selon les 
composent, les derniers de ces genres nous pr 



g 



qui 



i les 



quelque sorte , le terme de 



nous off 

■ 

atteindr 



pouvons 



dans les animaux d 



cond ordre de cette classe q 



toute trace du 



i s assure que 
de la bouehe 



parti 



disparue ; qu'il n'y a plus d'org 



quelconque 
plus de dig 



et 



qu 



un mot , ils 



Ce ne sont que de tres-petits corps gdlatineux 
transparens , contractiles et homogenes , compo 
ses de tissu cellulaire presque sans consistance 
et ndanmoins irritables dans tous leurs points. Ce 



petit 



qui ne paroissent que 



amines ou mouvans , se 



tion 



par une imbib 



des points 

urrissent par absorp- 

continuelle , et , sans 



doute , iis sont animes par Finfluence des fluide 



subtils 



b 



? 



q 



aloriq 



et 



lee 



qui excitent en eux les mouvemens qui 



constituent la vie. 

Si , a 1 egard de pareils animaux , 1 



supp 



soit 



dent tous les organes que 



Fon connoit dans les autres , mais que ces org 



fondus d 



points d 



comb 

pas v; 



corp 



pareille supposition ne seroit-elle 



f 



















/ 

















\ 



D E LA CHAlNE ANIMALE. 

En effet , la consistance extremement foibl 



2f I 



presque 



fo 



notions 



intent 



que 



aient la 



[He des parties de ces petits corps gd 
ndique que de pareils organes ne doi 
lister , parce que l'exe'cution de leur: 
seroit impossible. L'on sent effective 

que des organes quelconque; 
de reagir sur des fluides . e 



pour 



puiss 



d exercer les fonctions qui leur sont propres 
faut que leurs parties aient la consistance et la 



c'est ce qui ne peut 



donner la fore 



fr 



gard d 



s 



C'est uniquement parmi les animaux de cette 

isse que la nature paroit former les generations 

i quelle renouvelle sans 



tpontanees ou d 



cesse 

favor 
c'est 

prod i 



fois que 



y 



bies ; et nous essayerons de faire voir que 



pa 



qu 



e a c 



indirectement , a la 



cquis les moy 



de 



d 



e norme , toutes les autres 
fcoiis connoissons. 

■ 



mp 



d' animaux q 



C 



e qui autorise a penser que les infi 



0l i que la plup 



1 



ces animaux ne doiv 



eur existence qua des generations spontanees 



que ces fr 



P 



abaissemens de temperature qu 



mauvaises saisons; 

pas que des corps aussi delicats puissent 



PP 



\ 



































» 









i 












































1 













. 


















fc 









1 

1 













f 
















212. 



DEGRADATION DE ^ORGANISATION 

aucun bourgeon ayant assez de consistance pour 
se conserver , et les reproduire dans les temps 

de chaleur. 

On trouve les infusoires dans les eaux crou- 
pissantes , dans les infusions de substances vege- 
tans ou animates, et meme dans la liqueur pro- 
lifique des aaimaux les plus parfaits. 
trouve les memes dans toutes les parties du inonde 
mais seulement dans les circonstances oil ils peu 
vent se former. 



On 



Ainsi 



i en considerant successivement les dif- 
ferens systemes d'organisation des animaux , de- 
puis les plus composes jusqu'aux plus simples , 



la degradation de 1 



t> 






quo 



male commencer dans la classe meme qui 
prend les animaux les plus parfaits , s'avanc 

suite progressivement de classe en classe , 
que avec des anomalies produites par diverses 
sortes de circonstances, et , enfin, se terminer 
dans les infusoires. Ces derniers sont les animaux 
les plus imparfaits , les plus simples en organisa- 



dans lesquel 



degradation que 



parvenue 



reduisant 1' organ 

corps simple , h 




ene 



sans 



consistance, dep 



gelat 
l d'oi 



g 



presque 
particu- 



liers et uniquement forme d'un tissu cellulaire 
tres-delicat , a peine ebauche , lequelparoit vivifie 






■ 















, 



D E LA CHAlNE ANIMALE. 



21 3 



par des fluides subtils ambians , qui le pe"netr 



et 



en 



Nous avons vu successiveraent chaque org 



P 



nieme le pi 



peu a peu , deve 



moms p 



se degrader 
ulier, moins 



enfin 



perdre et disparoitre entiere- 



nient long-temps avant d 'avoir atteint 1 



trem 



de Tordre que nous suivions ; et nous 
marque que c'est prineipalement dans les 



anirnaux sans vertebres qu'on voit s'aneantir 



de 



g 



sp 



A la verite , merae avant de 



la divi- 



sion des anirnaux vertebres , on apercoit deja de 
grands changemens dans le perfectionnemenfc des 



organe* 
conime 



et menie quelq 



d 



eux, 



urinaire, le diapkragme, 1 



gane de la voix, les paupieres , etc. , dispar 



ement. E 



efiFet 



le 



poum 



lorgane le 




plusperfectionne pour la respiration , comn: 
a se degrader dans les reptiles, et cesse d 



dans les poisso 



pour 




rep 



*t. 



dans aucun des anirnaux sans vertebres. Enfin 



b 



squelette , dont 
se des qiiatre < 



dependances fo 



membres qu 



la 



plupart des anirnaux vertebres possedent 



com- 



mence a se dete 



ptile 



prineipalement dans 



finit entierement avec les 



po 



sons. 
































i 



I 

I 









! 















































I 






















I 
































V\ 










& 



1 
















2IA 



\ 



DEGRADATION DE L'ORGANISATION 



dans la division des animaux 






bres qu 



le cer- 



branchies , les glandes cong 



? 



les vaisseaux prOpres a la circulation, l'organe 
de Tome , celui de la vue , ceux de la generation 
sexuelle , ceux meme du sentiment , ainsi que 



ceux du 






Je l'ai deja dit , ce seroit en vain que nous cher- 

cherions dans un polype, comme dans une hydre , 
ou dans la plupart des animaux de cetteclasse, 
les moindres vestiges , soit de nerfs ( organes du 
sentiment ) , soit de muscles ( organes du mouve- 
ment) : l'irritabilite seule, dont tout polype est 
doue a un degre fort eminent, remplace en lui 



et 1 



a 



d 



I 

puisqu'il n'en a pas 



peut possed 



fa 



culfe de se mouvoir volontairement , puisque 



toute volonte est un acte de l'organe de lintel- 
ligence, et que cet animal est absolument de- 
pourvu dun pareil organe. Tous ses mouvemens 
sont des resultats necessaires dimpressions recues 

> ses parties irritables , d'excitations exte- 



dan 



rieures, et s'executent sans possibility de clioix. 

Mettez une hydre dans un verre d'eau, et pla- 
ces ce verre dans une ehambre qui ne re^oive le 
jour que par une fenetre,et, par consequent, 
que d'un seul cote* Lorsque cette hydre sera 
fixee snr uu point des parois du verre , tournez 









/ 












. 



/ 




> 














m 



DELA CHA1NE ANIMALE. 



N# 



2,1 D 



J 



de 



point opp 



que le jour frappe d 



V 



/ 



lent, 



hydre aller, par un niouvem 



placer dans le lieu oil frapp 



et 



y rester tant que vous ne cnangerez pas ce 



he 



point. Eile suit en cela ce qu'on observe d 



1 



parties des vegetaux qui se diri 



6 



cun acte de volonte , vers le cote d 



lumi 



miere. 





Sans doute, pariout oil un 



g 



peci 



do 



cesse aussi d'exister ; mais, en outre , on observe 

clairement qua mesure quun organe se degrade 
et s'appauvrit , la faculte qui en resultoit devient 



proportionnell 




obscure et pi 



parfaite. C'est ainsi qu'en descendant du plus com- 
pose vers le plus simple, les insectes sont les 

derniers animaux en 



i 



des 



y 



fait lieu de penser qu 



fort obscurement , et qu'ils en font peu d'usag 



Ainsi, en parcourant la ch 



des, animaux , 



depuis les plus parfaits jusqu'aux plus imparfaits 



et 



en 



der 



les cliffe 



cysteines d' organisation qui se distinsruent dans 

"I ^ ^""^ 4 

1 etendue de cette chaine , la degradation de f or- 
ganisation, et de chacun des organes jusqu'a leur 
entiere disparition , est un fait positif dont nous 
venons de constater l'existence. 



i 



















I 



. 



I ■' 






I 












] 

! 

























i . 



/ 






/ 


















I 





















/ 












I 






216 



DEGRADATION DE ^ORGANISATION 



Cette degradation se montre meme dans la 






b 



nature et la eonsistance des fluides essentiels et 



des animaux : car la eh 



des mammiferes et d 
les plus composees c 



o 



les 



1 




animalisees que 



puisse obtenir des part 



des 



ani- 



Aussi 



apres les poissons, ees matieres 



.se 



degradent prog 



au point que 



dans les radiaires mollasses, dans les polyp 
surtout dans les infusoires , le fluide essentiel n'a 
us que la eonsistance et la couleur de l'eau. 




que les chairs de 



animaux 



qu'une matiere gelatineuse , a peine 



offrent pi 



anim 



L 



b 



qu 



feroit avec de 



chairs ne seroit , sans doute , 
sant et fortifiant pour l'homni 



g 



qui 



pareilles 
nourris- 

>n feroit 



usage. 



/ 



Q 



teressantes 



que seront araene's ceux qui ob 



ou non ces verites in- 

toujours a elles 



tivement les faits 



qui , surmontant les pre 



ge"neralement repandues 



les phenomenes de 

lois et sa marche a 



tudieront 



Maintenant nous allons passer a l'examen d'un 
autre genre de consideration , et nous essayerons 
de prouver que les circonstances d'habitation 
exercent une grande influence sur les actions des 









V, 



s 

s 



\ 






* 



















f 






D E LA CHAiNE ANIMAL E. 



7 






r 



e.t que , pax une suite de cette influence 
ploi augments et soutenu dun organe ou soi 



defaut d 



r 



8 



des 



qui modifient 



g 



forme des animaux 



donnent 



qui 



la 



anomalies quon observe dans 



prog 



de 



tton animale. 



position de 1'org 





*> 



+<k&+u^ / 



K t 



/ 



U- 






' 



'■' 




& 



r 






/* 



•y- 



t 




P 



«* 



■mj a^+K 62* *~~* * ft-* ***?Jt 



1U J**M?v£ f**~* 

* 9 _^ 



■ 














r 



J 



■> '' ' 



i 






■™ . 



w x 














I 










: f 












1 






* 



PiA^ 






■■•: 



Jf 






l- 







m 



I 









/ < 













' 







1 









/ 



' 






V 



r 






1 












:■ 



:*T 



I ^ 



' 












^" 



■ • 




> 







' 



f 




I 



r 



■•■ 
















r* 



/ 



> 


















? 



v* 









iG ^ 









I A 



t-MX- 













%%~ 



f 








/ 







V, ' 









v 










V 








f 








i 


* 
























■ 


- 




, 


/ 





• * 





















I 




- 




















■ 






f 









i 1 




■ 



: . 









218 



INFLUENCE DES CIRCONSTANCES 







% X\W\\ *VWWW%/%/ - WX , V ww\.«vvv%/v\^%. 







CHAPITRE VII 



De V influence des Cir con stances sur les actions 

■ 

et les habitudes des Animaux } et de celU 
des actions et des habitudes de ces Corps vi- 

pans 3 commc causes qui modijient leur organi- 
sation et leurs parlies. 



' » 






* ' 



t 



J L ne s'agit pas ici d'un raisonnement % mais de 
rexamen d un fait positif , qui est plus general 



qu on ne pense , et auquel on a neglige de donner 



r attention qu'il merite, sans doute , parce que, 
le plus souvent 5 il est tres-difficile a reconnoitre. 

Ce fait consiste dans 1'influence qu'exereent les 

circonstances sur les differens corps vivans qui 
sy trouvent assujettis. 






A Ja v^rite, depuis assez long -temps on a 



i 



:cmarque 1'influence des differens etats de notre 
organisation sur notre caractere , nos penchans , 
nos actions, et meme nos idees; mais il me 
semble que personne encore n'a fait connoitre 
celle de nos actions et de nos habitudes sur notre 
organisation meme. Or, comme ces actions et 
ces habitudes dependent entierement des circons- 
tances dans lesquelles nous nous trouvons habi- 

/ 



\ 




"1^ 






' 



taell 



SUR LES ACTIONS DES ANIMAUX. 1 

lent , je vais essayer de montrer comb 



9 



Cst grande linfluence qu 



tan 
ties 



yes sur la form 

5 et meme sur 




enerale , 



1'organisation des 



Va ns. Ainsi, c'est d 
Va etre question .dar 



Si 



pas 



it des par- 
: corps vi- 

fait tres-positif dont il 

chapitre. 

de norabre uses 



occa- 



d'une manier 



e Hets de cette influence sur certains corp 
c {Ue nous avons transporters dans 



ins des circons- 
tances tout-a-fait nouvelles , et tres - difierentes 
de celles oil ils se trouvoient , et si nous n'avions 

* 

pas vu ces efFets et les changemens qui en sont 

^suites, se produire , en quelque sorte , sous nos 

yeux in emes I le 

*ut toujours reste inconnu. 

L influence descirconstancesest effectivement, 
e & tout temps et partout , agissante sur les corps 



fait important dont 



c iui iouissent d 



qu 



d 



ttous 
que 



pour 



fluence difficile a aperce 






/ 



ffets ne d 



bl 



►ables (surtout dans les animaux) qu 

eaucoup de temps 
Avant d'exposer et d'examiner les preuves de 
^ e fait qui merite notre attention , et qui est fort 
important pour la Philosophie zoologigue , re- 













,1 


















t 




















V 










v 























* I 






T J 






• 


























/ 



220 



INFLUENCE DES CIRCONSTANCES 



Dans le paragraphe precedent, nous avons 
que c'est maintenant un fait incontestable, qu 



dera 



animale dans un sens in- 



dan 



dcgradati 



de celui de la nature , on trouve qu'il 
masses qui composent cette dchell 



soutenue , mais 



g 



dans 






l'organisation des animaux qu'elles comprennent ; 
une simplification croissante dans l'organisatioi] 
de ces corps vivans ; enfin, une diminution propor 
tionnee dans le nombre des facultes de ces elres 
Ce fait bien reconnu peut nous fournir les pluf 
grandes lumieres sur l'ordre meme 



dans 



production d 



qu 



animaux 



qu'elle a fait exister ; mais il ne nous montre pas 



pourquoi 



l'org 



des 



animaux 



dans 



sa 



com 



croissante , depuis 




impar 



faits jusqu'aux plus parfaits , n'offre qu'une gra 
dation irreguliere , dont l'etendue presente quan 



tite" d 



ou d 




ecarts qui n'ont aucune 
apparence d'ordre dans leur diversite. 

Or , en cherchant la raison de cette irregula- 
rite singuliere dans la composition croissante de 



ganisation des animaux 






onsidere 



produit des influences que de 



fmiment diversifi 



d 



tns toutes les parties du 
globe , exercent sur la forme generale , les par- 



» 



meme de ces animaux 



alofs sera clairement 



plique 





















t 























SUR LES ACTIONS DES ANIMAUX. 



221 



II sera , en effet , evid 



que 1 



oa nous 



v oyons tous les animaux , est , d'une part , le pro 
^uit de la composition croissante de Foro-anisa 
**on qui tend a former une gradation reguliere 

part , qu'il est celui des influence: 



del 



^Une multitude de circonstances tres-diffe 
?ui tendent continuellement a detruire 
ri *e dans la gradation de la composit 




ula- 



Ici 



de l'org 



1 



de 



pliquer 
is : Les 



sur 



lances influent sur la Jbr 

des animaux , c'est-a-dire 



qu 



\ 



devenant 



differentes, elles changent, avec le temp 



e t cette forme et F organisation 
des modifications proportionnees 

Assnrenifint . si Vcm 



par 



snrement, si Ton prenoit ces expressions 
a la lettre, on m'attribueroit une erreur; car 

* 

Relies que puissent etre les circonstances, elles 
11 operent directement sur la forme et sur l'orga- 
^sation des animaux aucune modification quel- 
c onque. 
Mais de grands changemens dans les circons- 



tan 



ces amenent, pour les animaux, de g 
uigemens dans leurs besoins , et 

ingemens dans les besoins en amei 



de 



sairement dans les actions. Or 



1) 



esoms deviennent constans ou tres-durable 






* 






\ 












l 










\ 



I 






j 
m . 









\ 














. 



i 

























II 



; 








■ 



( 












V 









222 INFLUENCE DES CIRCONSTANCES 

animaux preunent cilors de nouvelles habitudes 
qui sont aussi durables que les besoins qui les on 
fait naitre. Voila ce qu'il est Facile de demontrer 
et meme ce qui n'exige aucune 
etre senti. 



explication pom 



II est done evident 



dan 



qu'nn grand chang 



circonstances, deve 



habitud 



constant pour 
animaux a de 



Or, si de nouvelles 



circonstances devenues 



permanentespourune race d'animaux, ontd 



a ces animaux de 
dire , les ont port 

sont devenues hab 



d 



e 



habitudes , e'est a- 
uvelles actions qui 



ploi d 



partie par preference a celui de 



d'emploi de telle partie qui est d 



defaut 



Rien 



tout cela ne sauroit etre 



d 



comme hypothese 
Here ; ce sont , au 



opinion par 



d 



verites qui 



ii exigent 3 pour etre rendues evidentes , que de 
fattention et l'observation des faits. 

Nous verronstout a l'heure , par la citation da 
aits connus qui fattestent , dune r>art 



besoins ayant rendu telle par 



qu 



de 



par 



suite d'effbrt 



fait naitre cette partie, et qu'ensuite son empl 
soutenu l'a peu a peu fortifiee , developpde , ei 













\ 



- 








fi 



SUR LES ACTIONS DES ANIMAUX. 220 

par I'agrandir considerablement : d'une autre 



P a *"t, nous verrons que, dans certains cas, les 



a yant 

defant 
<ju' 

Vel 



rendu telle partie 
total d'emploi de < 



uveaux besoins 
fait inutile , le 



part 



e 



opp 



graduellement de recevoir les de- 
parties de l'animal 



que 



°°tiennent ; qu'elle s'est amaigrie et attenuee p 

peu, et quenfin, lorsque ce defaut d'emploi 

kips ? la partie 

a fini par disparoitre. Tout 
xie propose den donner les 



eel 



beaucoup de te 



positif 






preuves les plus conva; 
Dans les vegetaux, oiiii n'y a point d 






par 



ta 



consequent , point dhabiludes propre- 
dites, de grands chaugemens de circons- 
i n'en amenent pas moins de grandes diffe- 



dans les d 



ppemens de leurs part 



1 



1 sorte que ces differences font nail 
Pper certaines d'entre elles , tandis q 
ient et font disparoitre plusieurs a 



deve 



Mais 



1 



del 



s'opere par les cliangemens survenus dans 

tion du vegetal , dans ses absorptions et 
spirations , dans la quantite de calorique , 



Prendre 



d'air et d'humidite qu 
mt ; enfin , dans la 
divers mouvemens 



superi 



que 



peuv 



* 


















y 














* i 















\\\ 









v 





















v / 



\ l - 







\ 


















I 



A 



/ 



. i 














I 






























I 









t 









/ 










<■ 



, 



224 



INFLUENCE DES CIRCONSTANCES 



\ 



Entre des individus de raeme espece , dont les 
uns sont continuellement bien nourris , et dans 
des circonstances favorables a tous leurs deve- 
lopperaens , tandis que les autres se trouvent dans 

I 

des circonstances opposees, il se produit une 
difference dans l'etat de ces individus, qui peu a 
peu devient tres-remarquable. Que d'exemples 



ne pourrois-je pas citer a 1'egard des animaux et 



des vegetaux , qui confirmeroient le fondeinent de 



consideration! Or 



tant les 

l'etat de 



mes, rendent habiti 

dividus mal nourris 



g 



languissans , leur organ 
a la fin modifiee j et la 

dividus dont il est ques 
fications acquises, et finit par do 

race tres-dislincte de ceile dont 



conserve 



et constant 

soufFrans ou 
ieure en est 
entre les in- 



Ddi- 
une 



divid 



rencontrent sans cesse dans des circonstances 
favorables a leurs developpemens. 

Un printeinps tres-sec est cause que les herbes 
dune prairie s'accroissent tres-peu , restent mai- 
gres et chetives, ileurissent et fructifient . quoi- 
que n'ayant pris que tres-peu 'd'accroisseraent. • 

* 

Un printeinps entremeie de jours de chaleurs 
et de jours pluvieux , fait prendre a ces memes 

■ 

herbes beaucoup d'accroissement , et la recolte 
des foins est alors exceliente. 

Mais si quelque cause perpetue 3 a l'egard de 

ces 



; 




, 


















SVR LES ACTIONS DES ANIMAUX. 220 

ces plantes , les circonstances defavorables , elles 
Varieront proportionnellement, daborddans leur 
port ou leur etat general, et ensuite dans plu- 
sieurs particularites de leurs caracteres. 

Par exemple , si quelque graine de quelqu'une 
aes nerbes deJa prairie en question est transported 
dans un lieu eleve, sur une pelouse seche , aride, 
pierreuse, tres-exposee aux vents, et y peutger- 






ttier , la plante ^qui pourra vivre dans ce lieu s y 
frouvant toujours mal nourrie , et les individus 
qu'elle y reproduira continuant d'exister dans 
ces mauvaises circonstances , il en resultera une 

race veritablement differente de celle qui vit 
dans la prairie , et dont elle sera cependant ori- 
ginaire. Les individus de cette nouvelle race se- 



petit 



dans leurs p 



et cer- 



tains de leurs organes ayant pris plus de de\' 
loppement que d'autres, oSfriront alors des pr 
portions particulieres. 



C 



qui 



beaucoup obs 



c onsulte les grande 



et 
pu 



qui 



Vaincre qua mesure que les circonstances d 
bitation, d'exposition , de elimat , de nourritt 
d'habitude de vivre , etc. , viennent a changer; 



caracteres de taille, de for 
entre les parties, de coule 
d'agilite" et d'industrie pour 
gent proportionnellement. 



, de proportion 
de consistance , 






i5 






\ I 



\ ' 






























i 









•\ 










\( 


































/ 






J 















I 
































. 



It 



I 



2.26 



I 



INFLUENCE DES CIRCONSTANCES 






Ce que la nature fait avec beaucoup de temps > 
nouslefaisons tous les jours, en changeant nous- 
memes subitement, par rapport a un vegetal 
vivant, les circonstances dans lesquelles lui et 
tous les individus de son espece se rencon- 



troient. 

/ 

Tous 



botanistes 



que les vdgetauX 



qu'ils transported de leur lieu natal dans les jar- 
dins pour les y cultiver , y subissent peu a peu 
des changemens qui les rendent a la fin mecon- 
noissables. Beaucoup de plantes tres-velues natu- 
rellement , y deviennent glabres , ou a peu pres ; 

quantite de celles qui etoient couehees et trai- 
nantes , y voient redresser leur tige ; d'autres y 
perdent leurs epines ou leurs asperites ; d'autres 
encore, de l'etat ligneux et vivace que leur tige 
possedoit dans les climats chauds qu'elles habi- 

toient, passent, dans nos climats, a l'etat her- 
bace" , et parmi elles, plusieurs ne sont plus que 
des plantes annuelles; enfin,les dimensions de leurs 
parties y subissent elles-memes des changemens 
tres-considerables. Ces effets des changemens de 
circonstances sont tellement reconnus, que les 
botanistes n'aiment point a decrire les plantes de 

jardins , a moins qu'elles n'y soient nouvellement 
cultivees. 

Le froment cultive (triticum sativum) n'est-il 
pas un vegetal amend par Fhomme a l'etat ou 













i: 















I 









SUR LES ACTIONS DES ANIMAUX. 



227 



voyons actuellement ? Qu'on me dise d 



quel pays une plante semblable habite n 
ment, c'est-a-dire , sans y £tre la suite d 
ture dans quelque voisinage? 



cul 



Ou 



dans la nature, nos ch 



nos laitues, etc., dans l'etat oil no 
dons dans nos jardins potagers? N 



poss6- 
ii pas 



de meme a regard de quantite d'animaux que 
domesticity a changes ou 



considerablement 



diHe's ? 



Que de races tres-differentes parmi nos poules 
et nos pigeons domestiques, nous nous sorames 

procurees en les elevant dans diverses circons- 
tances et dans differens pays , et qu'en vain on 

■ 

chercheroit maintenant a retrouver telles dans 
la nature ! 

Gelles qui sont lesmoins changees , sans doute , 
par une domesticity moins ancienne , et parce 
qu'elles ne vivent pas dans un climat qui leur soit 
Stranger , n'en offrent pas moins , dans l'etat de 
c ertaines de leurs parties , de grandes differences 
Produites par les habitudes que nous leur avons 
foit contracter. Ainsi, nos canards et nos oies 
domestiques retrouvent leur type dans les canards 



e t les oies sauvages ; mais les notres out perdu 



la faculte de pouvoir s'elever dans les hautes 

* 

regions de l'air , et de traverser de grands pays 

en volant ; enfin , ii s'est opere un changement 














~ 






! 


























J 


















! 



1 















































/ 




























I 















\ 



228 



INFLUENCE DES CIRCONSTANCES 



reel dans 



de leurs part 



celles des animaux de la race do 

1 

nent. 



parees 
provien 



a 



Qui ne sait que tel oiseau de nos climats , que 
nous elevons dans une cage , et qui y vit cinq ou 



six annees de suite , etant apres cela replace dans 
la nature, c'est-a-dire , rendu a la liberty , n'estplus 
alors en etat de voler comme ses semblables qui 
ont toujours e"te libres?Le leger changement de 
circonstance opere sur cet individu , n'a fait , a la 
verite , que diminuer sa faculte de voler , et , sans 

doute , n'a opere' aucun changement dans la forme 
de ses parties. Mais si une nombreuse suite de 
generations des individus de la meme race avoit 
e*te tenue . en captivite pendant une duree consi- 
derable , il n'y a nul doute que la forme meme 
des parties de ces individus n'eut peu a peu subi 
des changemens notables. A plus forte raison 
si, au lieu d'une simple captivite constamment 

V / 

soutenue a leur egard ^ cette circonstance eut 
ete en meme temps accompagnee d'un change- 
ment de climat fort different 5 et que ces indi- 
vidns , par degres , eussent ete habitues a d'autres 

* 

sortes de nourritures , et a d'autres actions pour 
s'en saisir ; certes , ces circonstances reunies et 
devenues constantes, eussent forme insensible- 
ment une nouvelle race alors tout-a-fait parti- 
culiere. 



/ 









Ks 





/ 






SUR LES ACTIONS DES ANIMAUX. 



229 



Ou 

cette 



t-on maintenant , da 
de de races de chie 



1 nature, 
que , par 



suite de la domesticite ou nous avons reduit ces 
animaux , nous avons mis dans le cas d'exister tel- 
ies qu'elles sont actuellement ? Ou trouve-t-on ces 

gues , ces levriers , ces barbets , ces epagneuls , 
c es bichons , etc. , etc., races qui ofFrent entre 

es de plus grandes differences que celles que 

ttous admettons comme specifiques entre les ani~ 
ftiaux dun meme genre qui vivent librement 
dans la nature? 

Sans doute , une race premiere et unique , alors 

fort voisine du loup , s'il n'en est lui-meme le vrai 
type j a ete soumise par 1 honime , a une epoque 
quelconque , a la domesticite. Cette race , qui n'of- 
froit alors aucune difference entre ses individus , 

a ete peu a peu dispersee avec l'homme dans diffe- 
i'ens pays, dans differens climats ; et apres un temps 
Quelconque , ces memes individus ayant subi les 
uences des lieux d'habitation et des habitudes 

erses qu'on leur a fait contracter dans chaque 
s, en ont e'prouve des changemens remarqua- 
es , et ont forme differentes races particulieres. 
Or } l'homme qui, pour le commerce , ou pour d'au- 
r e genre d'interet,se deplace meme a detres-gran- 

■ 

es distances , ayant transports dans un lieu tres- 
Habite , comme une grande capitale , differentes 
faces de chiens formees dans des pays fort eloi- 















Y 
















1 • 



\ 









I I 



























I 









' 










J 












1 






1 

i 










t ! 













I 






\ 















it 






■ 



\ 





zoo 



INFLUENCE DES CIRCONSTANCES 




nes, alors le croisement de 



in 



es races, par 



la 



generation, a donne lieu successivement atoutes 
celles que nous connoissons maintenant. 

Le fait suivant prouve , a l'egard des plantes , 
combien le changement de quelque cireonstance 

■ 

iinportante influe pour changer les parties de 
ces corps vivans. 

Tant que le ranunculus aquatilis est enfbnce 

dans le sein de l'eau , ses feuilles sont toutes fine- 
ment decoupees et ont leurs divisions capil- 
lacees; mais lorsque les tiges de cette plante 
atteignent la surface de l'eau , les feuilles qui se 
developpent dans Fair sont elargies, arrondies 
et simplement lobees. Si quelques pieds de la 

nieme plante reussissent a pousser , dans un sol 

settlement humide, sans etre inonde, leurs tip-es 
alors, sont courtes , et aucune de leurs feuilles 
n'cst partagee en decoupures capillacees; ce qui 
donne lieu au ranunculus hederaceus 3 que les 



botanistes regardent comme 
qu iis le rencontrent. 



une espece 



lors 



II n'est pas douteux qu'a l'egard des animaux , 
des changemens important dans les circonstances 



oil iis ont rhabitude de vivre , n'en produisent 
pareillement dans leurs parties ; mais ici les mu- 
tations sont beaucoup plus lentes a s'operer que 
dans les ve'getaux , et , par consequent , sont pour 
nous moins sensibles , et leur cause moins recon- 
noisscible. 
















■ 



i V 



SUR LES ACTIONS DES ANIMAUX. 



201 




qui ont tant de puis 



1 



pour modifier les organes des corp 



e s plus influent 



doute 



d 



dans lesquels ils habitent 



y 



influent c 
e ffets dont 



beaucoup d 



qui ensuite 



derablement dans la product 
est question. 



On sait que d 



es 



differens changent de 



tur 

len 



de qualite , a raison de leur position , de 
npositi-on et de leur climat ; ce que Ton 



9per§oit facileraent en parcourant d-iffi 
distingues par des qualitesparticulieres 






cause de variation pour 
etaux qui vivent dans ces divers lier 
qu'onne sait pas assez , et menie ce qu 




les aniraaux et les 

vers lieux. Mais 




efi 



que chaque 



•meme change , avec le temps , d'exposition 



ral 

^e climat , de nature et de qualite , quoique av 
une lenteur si grande par rapport a notre dure 
^ue nous lui attribuons une stabilite parfaite 



Or.d 



tangent proportionnellemen 

Relative 
celles-m 



o 



orps 



vivans qui les habitent , et 
produisent alors d'autres influences sur 
°es memes corps. 

On sent de la que sil y a des extremes dans 



changemens , il y a aussi des nu< 

re , des degres qui sont intermedi 



et 



C I 








' 






' f 















































j 










¥ 








' ■* 













m 







1 
I 1 







■ 










I 






o 



02, 



INFLUENCE DES CIRCONSTANCES 



remplissent Fintervalle. Consequemment , il y 

* ?s nuances dans les differences qui dis 



anssi d 



guent ce que nous nommons des especes 



\\ 



do 



dent que 



la surfac 



du 



g 




\ 



e , dans la nature et la situation des 



une 



maiieres qui occupent ses diffeVens points , 
diversity de circonstances qui est partout en rap 

port avec celle des formes et des parties des ani 



maux, 1 



idependamment de la diversite particu 
Here qui resulte necessairement du progres de 1< 
composition de 1'organisation dans chaque animal 



D 



haque lieu oil d 



animaux peuvent 



habiter,les circonstances qui y etablissent 



un 



ordre de ch 



restent 



long- temps les 



le 



y 



/ 



si 




h 



arqtzer 



d 



ne sauroit les 



ctement. U est obliged de con- 
des monumens pour reconnoitre que dans 






cliacun de ces 



P 



d 



d 



hos 



es 



ete le meme 



qu il y 
t pour 



qu il chang 



de 



Les races d'animaux qui vivent dc 



y dpi vent d 



conserver aussi 



g-temps leurs habitudes : de la pour nous Tap 



parente Constance d 



races 



qu 



nous nom 



V 



Constance qui a f a ft 



en 



d 



ee que 



C I 



la nature. 



races sont aussi anciennes 



f 











\ 







SUR LES ACTIONS DES ANIMAUX. 



233 



M 



ais d 



les differ 



points de la su 



rfa 



du globe qui peuvent etre habit 



la 



situation de 



climats y consti- 



- 

tuent 5 pour les animaux comme pour les veg 



^ a ux 5 des circonstances differ entes dans toute 



differ, 
autres 



de degres. L 



animaux 



qui liab 



doivent do 



difift 

)n d 



! 



i — 



d 



c o m- 



position de Forganisation dans cheque race ? mais , 
en outre, en raison des habitudes que les indi vidus 
de chaqueraceysont forces d'avoir ;aussi, a me- 
sure qu'en parcourant de grandes portions de 

la surface du globe , le naturaliste observateur 
voit chancer les circonstances dune maniere un 




peu notable , il s'apercoit constamment alors 

que les especes changent proportionnellement 
dans leurs caracteres. « 

J 

P 
■ 

Or , le veritable ordre de choses qu'il s'agit 



ue considerer dans tout ceci_, consiste a recon- 



noitre : 



r 

l°. Que tout changement un peu considera- 
ble et ensuite maintenu dans les circonstances 
°u se trouve chaque race d' animaux , opere 
e *i elle un changement reel dans leurs besoms ; 



\ 



£°. Que tout changement dans les besoins des 
animaux necessite pour eux d'autres actions pour 
satisfaire aux nouveaux besoins et,par suite, d'au- 



tres habitudes; 









» 



vs 



l> 



i 



' 











u 



I 













f 






I 

i 



\ 






.1 


































^v 




m 







I 



1 : 





















■ 



N. 






■ 






\ t 









m- 















I 






, 







t 



/* 



2S4 

5 



INFLUENCE DES CIRCONSTANCES 



• Que tout nouveau besoin 
nouvelles actions pour y satisfaire 
nimal qui l'eprouve, soit l'emploi 



de 




o 



de 



plus frequent 



moms d usage. 



de ses parties dont auparavant il fakoit 



C I 



dev 



1 



eioppe 



dit considerablement, soit l'empioi de nor 
parties que les besoins font naitre insensibl 
en lui , par des efforts de son sentiment inte 
ce que je prouverai tout a 1'heure par de: 



■g 



fa its 



connus. 



Ainsi,pour parvenir a connoitre les veritable 

* 

uses de tant de formes diverses et de tant d'h 



differ entes do 



ffi 



les 



pie 



faut considerer 



infiniment d 



que 



lentement cbangeantes, dans iesq 



m a u x d 



c 



h 



aque race se sont successivemerit 



besoins nouveaux • et necessairement de 



d 



h 



gemens d 



qn 



habitudes 



J 



s cnan- 



Or , cette ve'rite i 



sauroit contester , etant une fo 
sera facile d'apercevoir comme 



nouveaux besoins ont pu etre satisfa 



nouvelies habitudes p 



les 



qi 
tui 



tition aux deux 



"e 



q 



ob 



si Ton donne quel- 
suivantes de la na- 










> 









SUR LES ACTIONS DES ANIMAUX 



235 



Premiere Lot 



\ 



Dans tout animal qui n'a point depasse le terme de seS 
^eveloppemens , Pemploi plus frequent et soutenu d 7 un or- 
gane quelconque, fortifie peu a peu cet organe, le deve- 
*°PP e , Pagrandit, et lui donne une puissance proportionnee 
a la duree de cet emploi ; tandis que le defaut constant d'u- 
Sa ge de tel organe, Paffoiblit insensiblement, le deteriore, 
<Winue progressivement ses facultes , et finit par le faire 



' 



a 



isparoitre 



Deuxieme L o i. 



Tout ce que la nature a fait acquerir ou perdre aux in- 
dividus par l'influence des circonstances ou leur race se 
trouvedepuis long-temps exposee, et, par consequent 7 par 
^influence de Pemploi predominant de tel organe , ou par 
celle d'un defaut constant d'usage de telle partie ; elle le con- 
serve par la generation aux nouveaux individus qui en pro- 
Viennent, pourvu que les changemens acquis soient com- 
ttiuns aux deux sexes 7 ou k ceux qui ont produit ces nou- 




Veaux indiridus. 



V, 



Ce sont la deux verite's constantes qui ne peu 



Vent etre meconnues que d 



qui 



ttiais ob 



ni suivi la nature d 



op 



rations , ou que de ceux qui se sont laisses en- 
trainer a l'erreur que je vais coinbattre. 

Les naturalistes ayant remarque que les formes 
des parties des animaux , comparers aux usages 

de ces parties , sont toujours parfaitement en 



/ 






i 
















A 









"5 



*L> 



■ 






Wk 



t- 





1 









I 










I 
: 









ii 



















: 
























I 



V 




k 






. 









236 



. INFLUENCE DES CIRCONSTANCES 



* 



rapport , 
parties e 



pense que les fo 



empl 



c 



it des 
'est la 



et 



tr il est facile de de'montrer , par Fob 
que ce sont, au contraire, les besoin. 
;es des parties qui ont developpe' ce; 



meraes parties , qui les out meme fa 



/ 



qu eiies n existoient pas , et qui, consequemment 
ont donne lieu a l'etat 011 nous les observons dan 
chaque animal. 

Pour que cela ne fut pas ainsi , il eut falli 
que la nature eut cre'e", pour les parties des ani 
inaux , autant de formes que la diversite des cir 
Constances dans lesquelles ils ont a 



vivre l'eut 



b 



que ces formes y ainsi que 






ces, ne variassent jamais 



Ce n'est point la certainement l'ordre de ch 



qui 



n os 
reus 



jxiste ; et s'il etoit reellement tel , nous n'au- 
s pas de chevaux coureurs de la forme de 

■ 

qui sont en Angleterre; nous n'aurions pas 

gros chevaux de trait, si lourds et si diffe- 

des premiers , car la nature n'en a point 



produit de semblabl 



pas, p 



raison 



d 



} 



mb 



d 



chiens bassets a 
iles a la course, 




de barbets, etc.; nous n'aurions pas de poul 

-"*- " A ° ™°"?ons paons, etc. ; enfin , noi 

esplantessauvages, tant qu 



queu 



P-o 



plairoit , dans Ic sol graset fertile de 













* \ 








■ 






dins 



Ion 



SUR LES ACTIONS DES ANIMAUX. 

sans craindre de les voir changer p 



237 



g 



B 



epuis long-temps on a eu , a cet egard j 
Se ntiment de ce qui est , puisqu'on a e^abli 

en proverbe 3 



sentence suivante , qui a passe en 

^ue tout le monde connoit : les habitudes forment 

u ne seconde nature. 

\ 

Assurement 5 si les habitudes et la nature de 

c haque animal ne pouvoient jamais varier, le 
proverbe eut ete faux, n'eut point eu lieu, et 



- 

pu se conserver dans le cas ou on l'eut 



pr 



Si 



Ton considere serieusement tout ce que j( 
viens d'exposer , on sentira que j'e"tois fonde ei 
*aisons , lorsque dans mon ouvrage intitule , Re 

°herches sur les corps vwans (p. 5o)^ j'ai etab 
proposition suivante : 
« Ce ne sont pas les organes , c'est-a-dire 5 la 

i 

Mature et la forme des parties du corps d'un 



i 



la 



qui ont donne lieu a ses habitudes 



trai 
1 



facultes particu 
ire , ses habitud 



con- 



de 



vivre , et 



1 



■ 

e s circonstances dans lesquelles se sont ren- 
°utres les individus dont il provient , qui ont , 
Vec le temps , constitue la forme de son corps , 
3 nombre et l'etat de ses organes , enfin , les fa- 



d 



Que Ton pese bien cette proposition, et qu 



t 



1 



*t> 



f^C .< 



t 












\ 



I 




t 






.1 









: 









, 1 









1 1 
















* " 




















■ v 
















11 












238 



INFLUENCE DES CIRCONSTANCES 









\ 



y rapporte toutes les observations que la nature 
et Fetat des choses nous mettent sans cesse dans 

j 

le cas de faire ; alors son importance et sa so- 

lidite deviendront pour nous de la plus grande 
evidence. 

Da temps et des circonstances favorables > 
sont, comme je l'ai deja dit, les deux princi- 
paux moyens qu'emploie la nature pour donner 
l'existence a toutes ses productions : on sait que 
le temps n'a point de limites pour elle , et qu'en 
consequence elle l'a toujours a sa disposition. 

Quant aux circonstances dont elle a eu besoin 
et dont elle se sert encore chaque jour pour 

i 

varier tout ce quelle continue de produire , on 
peut dire qu elles sont^eii quelque sorte, inepuisa- 
bles pour elle. 

Les principales naissent de l'influence des cli- 
mats ; de celle des diverses temperatures de l'at- 
mosphere et de tous les milieux environnans ; 
de celle de la diversite des lieux et de leur situa- 

* 

tion ; de celle des habitudes , des mouvemens 
les plus ordinaires, des actions les plus frequentes; 
enfin , de celle des moyens de se conserver , de 
la maniere de vivre , de se defendre , de se mul- 



etc. 



de 



nfluences div 



tiplier , 

Or, par 

facultes s'etendent et se fortifient par l'usage , s< 
diversifient par les nouvelles habitudes long-temp 










*v 






SUR LES ACTIONS DES ANIMAUX 



9 



ensiblement 



onform 



de 



parties , ainsi que des organes , parti cipent des , 
suites de toutes ces influences , se conservent et 

- 

Se propagent par la generation. 

Ces vdrites, qui ne sont que les suites des 
deux lois naturelles exposes ci-dessus , sont , 
dans tous les cas, eminemment confirmees par 

le s faits ; elles indiquent clairement la marche de 
la nature dans la diversite de ses productions. 

Mais au lieu de nous contenter de generalites 
que Ton pourroit considerer comme hypotheti- 

ques , examinons directement les faits, et con- 
siderons , dans les animaux , le produit de l'ein- 



ploi 



ou 



• 

du defaut d'usage de leurs 



organes sur 



c es organes memes, d'apres les habitudes que 
c uaque race a ete forcee de contracter. 
Or, je vais prouver que le deTaut constant 



^exercice al'egard d'un organe , diminue d'abord 



Se s facultes, l'appauvrit ensuite graduellement , 
e * finit par le faire disparoitre , ou meme l'anean- 
tlr 3 si ce defaut d'emploi se perpetue tres-long- 
* e mps de suite dans les generations successives 



e s animaux de la meme race. 



d' 



Ensuite je ferai voir qu'au contraire , I'habitude 
exercer un organe , dans tout animal qui n'a 
point atteint le terme de la diminution de ses fli~ 

( 

Suites , non-seulement perfectioime et accroit les 



*v 





















; ; 



\ 












I 



I 








■• 






' 



, I 









*£' 














I 









9 



' 


















N„ 







*-J 



w 







r 





\ 








I! 



























240 



INFLUENCE DES CIRCONSTANCES 



facultes de 



gane , mais , en outre , lui £ 



m # _ 

acquerir des developpemens et des dimen 
qui le changent insensiblement ; en sorte qu 



temp 



eli 



e 



le 



d fort dim 



d 



nienie 



/ 



or 
be 




nsidere dans un autre animal qui 



Le defaut d'emploi d'un organe 9 devenu 
nt par les habitudes qu'on a prises app 



graduellement 



organe, etfmit par le ft 



disparoitre et me me I 









Comme une 

:e admise qu 



P 




enonciation , 



He prop 
des preu 
essayons 



ne sauroit 



d 



la mettre en 






evidence par la citation des principaux faits 
nus qui en constatent le fondem'ent. 

Les animaux vertebres , dont le plan d'o: 
sation est dans tous a peu pres le meme , quoi- 
qu'ils offrent beaucoup de diversity dans leurs 
parties , sont dans le cas d'avoir leurs maehoires 



*-^ 



de der\ 



cepend 






que les circonstances ont 

t r 

1 

d'avaler les nliwtc 



it ceux d'entre eu% 
mis dans l'habitude 



d 



auparav 



s exposes a ce que leurs dents ne recusse 

developpement. 



Alors ces d 



ou s 



ont 



.' 



he'es entre les lames osseuses des ma 



choires , 



pouvoir paroitre 



deb 



-s, on 
meme 










.1 






SUlt LES ACTIONS DES ANIMAUX 



24 1 



Wienie se so'nt trouyees 
leurs elemens. 



jusq 



d 



Dans la b 



5 



5 



nient depourvue de de 



M. Geoffrey 



pi 



cet 



achees dans les machoircs du foetus de 



Ge profe 



a encore retrouve , 



dans les oiseaux , Id rainure oil les dents dev 



p' 



mais on ne les y apercoit pi 



X 



Dans la classe meme des 



prend les anima 
palement ceux d 
Vertebres est exei 

seulement la bal 



pi 



1 



e 



mmiieres , qui 1 
parfaits, et pr 

d'organisation 



des 



plus de d 



son 



ge 5 mais on y trouve anssi , d 



le fourmilier (myrmecophaga) , dont fbabitude 
de n' executor aucune mastication s'est introduite 
et conserVe'e , depuis long-temps , dans sa race. 

Des yeux a la tete sont le propre dun grand 
iiombre d'animaux divers , et font essentiellement 
partie du plan d'organisation des vertebres. 

imoins la taupe , qui , par ses habi- 



Dejc 



nea 



tildes, fait tres-peu d'nsage de la vue 



y 



i 



peine ap 



qu'elle exerce tres-peu cet organe. 

Uaspalax d"01ivier ( Voyage en Egypte 
Perse s II 5 pi. 28 , f. -a ) , qui vit sous terre c< 



que des 
, parce 



"ie 



iiJ 



upe , et qui vraisemblablement s'expose en- 
moins quelle a la lumierc du jour, a tota- 

16 






I 

r 



/ 






^5 




Ju*c> 







\A^ U i^ > 



" u<t ' 









I 









*' 



II 






1 I 































\ \ 



I 



















I 



























\ 


















<r 



( 






* 



}\^ 



















t 






X 



*►> 



ft 
































• 



I 



U> 



J 













r^> 




4 



INFLUENCE DES CIRCONSTANCES 

i 

i 

perdu I'usao-e de la vue : aussi n'oflfr 



plus que des vestiges de 
siege ; et encore ces ves 



c 



qui 



est le 






ches sous la 



ges sont tout-a-fait 



P 



sous quelq 



qui les recouvrent, et ne laissent 



moindre 




par- 
s le 



Le pro tee, reptile aquatique, voisin des sala- 
mandres parses rapports, et qui habite dans des 



eaux, iia 



profoiid 

plus y 



> 



d 



i et obscures qui sent sou 

nomine Xaspalax 3 que des 
de la vue ; vestiges qui sont 



a 



Voici une consideration decisive , relativement 

la question que j'agite actuellement. 

La lumiere ne pe'netre point partout: conse'- 



hab 



dans les lieux oil elle n' 

d'occasion d'exercer l'org 



P 



manq 



e les en a munis. Or, les animaux qui font par 
d'un plan d'organisation , dans lequel les jeua 



entrent necessairement, en ont du 



leur origine. Cependant 



puisqu 



ivoir dans 
en trouve 



parmi eux qui sont prives de l'usage de cet or- 
gane , et qui n'en ont plus que des vestiges caches 



dis}: 



devient evident que l'app 



de l'organe dont 



il s'agit, sont les resuuais, pour cet orsane, d 

defaut constant 



d'exercice. 



o 



/ 









/ 













■ 



^M 



/ 







SUB. LES ACTIONS DES ANIMAUX. 



4 



3 



Ge qui le prouve 



que l'organe de 



jours d 

ganisai 

*"aison. 



qu 



doit le fc 



exister 



! de leur or- 

* 

en voici la 



La matiere du son (i) , celie qui 



mue 



par 






(i) Les physiciens pensent ou disent encore oue V air at- 
rnospherique est la matiere propre du son, c'est-a*-dire , que 
c'est celle qui , mue par les chocs ou les vibf ations de 



s aes corps, 



transmet h. l'organe de Tome Fimpression des ebranlemens 
qu'elle a recus. 

C'est une erreur qu'attestent quantite' de faits connus qui 

prouvent qu ? il est impossible a Fair de penetrer partout ou 
la matiere qui produit le son penetre reellement. 

Voyez mon Memoire sur la matiere du son , imprime a 
la fin de mon Hydro geolo gie , p. 225 , dans lequel j'ai eta- 
o\i les preuves de cette erreur. 

On a fait, depuis Timpression de mon Memoire , erne Ton 
s'est bien garde de citer , de grands efforts pour faire cadrer 
la vitesse connue de la propagation du son dans l'air, avec 
la mollesse des parties de Fair qui rend la propagation de ses 
oscillations trop lente pour egaler cette vitesse. Or comme 
Fair, dans ses oscillations, eprouve necessairement des com- 
pressions et des dilatations successives dans les parties de sa 
masse, on a employe le produit du calorique exprime dans 
les compressions subites de Fair, et celui du calorique ab- 
sorbe dans les rarefactions de ce fluide. Aiasi 7 a Faide des 
effets de ces produits et de leur quantite , determines par 
des suppositions appropriees , les geometres rendent main- 
tenant raison de la vitesse avec laquelle le son se propage 











i 






l '} 


























■ 



i 



i 






1 



l 



% 



1 




























f \\ i 



1 1 



/ 






■ 






. 







x. 



■ .- 









f" 




A 

































K 



244 

le ( 



INFLUENCE DES CIRCONSTANCES 



hoc 011 les vibrations des c 

de l'ouie 1 impression qu 



ps 



penetre pai 



tons les milieux - et 



meme la masse des corps les plus denses : il 
resulte que tout animal qui fait partie d'un pi 
d'organisation dans lequel You 



Centre essentielle- 



d 



d 



quelq 



Ai 



b 



anirnaux vertebres 3 n'en voit-on 












prive de Torgaj 
que le meme 01 



ancun qui soit 



et apres eux, lors- 





ane manque 
dcins aucun des a 









P 






II n'en est pas ainsi d 




4 

disparoitre, reparoitre et disp 



sib 



po 






1 










dans Fair. Mais cela ne repond nullement aux faits qui cons- 
tatent que le son se propage a travers des corps que Fair ne 
sauroit traverser ni ebranler dans leurs parties. 



En effet 



y la supposition de la vibration des plus pe tiles 
parties des corps solides '; vibration tres-douteuse et qui ne 
pent se propager que dans des corps homogenes et de 
meme densite ; et non s'etendre d'un corps dense dans 






corps rare , ni de celui-ci dans un autre tres-dense ; ne sau- 
roit repondre au fait Bien connu de la propagation du son a 
travers des corps heterogenes et de densites , ainsi que de 
natures trcs-differentes. 



1 ■ 












■ 













\ 




I 



SUR LES ACTIONS DES ANIMAUX. 

Dans les mollusques acephaUs 3 le grand 
oppement du manteau de 



2/«5 

s 



rend 



ces mollnsqoes eut 






cTT 



et inenie leur tete 
quoique £ 



f< 



plan d'organisation qui doit les eomprend 



d 



do 



du disp 



T * 



E 



d'usag 



par 



d 



dan 



d 



w tiles 



plan d 



autres animaux verte- 



depend 



leur 



squelette. Les serpens devroient consequemra 
en avoir cmatro . rIVinfanf nlrc m.'ilo ^^ ^ 



qu 

tituent point le dernier ordre d 



et 



qu ils sont moms voisms des poissons que les ba 
traciens ( les grenouilles , les salamandres , etc. 

J 

jpeiidan ties serpens ay ant prfs l'habitude d 



C 



# .' 



C/ 



d 



hes, leur corps, par suite d'efforts toujours re- 
petes pour s'alloiiger, afin de passer dans des es- 
paces etroits,a acquis une longueur considerable 



ement propor 



ct 



Or 



! ". J 

?es pattes eussent ete tres-inutiles a ces animaux 






1 



quemraent sans emploi : car des 1: 






isib 



des pattes 



qu'au nombre de qu 



a leur besom de 
rtes , ne pouvant 
eussent ete inca- 



pables d 



leur 



A 



de£ 



^'emploi. de ces parties ay 



/ 





















• 



I 









■ 



i 






I 



S 



! 















» 



























I 






I 





















j 




































































2^6 



INFLUENCE DES CIRCONSTANCES 



les races de ces animaux , a fait disparoitre tota- 
lement ces memes parties , quoiqu'elles fussent 



reellement dans 



le plan d'organisation des ani- 



maux de leur classe. 

Beaucoup d'iusectes qui , par le caractere na- 



turel de leur ordre, et meme de leur 



g 



devroient avoir des ailes , en manquent plus 01 
moins comple'teinent , par defaut d'emploi. Quan 
tite de coleopteres, d'orthopteres , d'hymenop 
teres et d'hemipteres, etc., en offrent des exem 
pies ; les habitudes de ces animaux ne 



les met- 



dans 



de fa 




ailes. 

Mc 



ge d 



il ne suffit p 



de 



Pi 



de la cause qui a amene Fetat des organes des 

differens animaux; etat que Ton voit toujour* 
le meme dans ceux de meme espece ; il faut , 
en outre, fair e voir des changemens d'etat ope'res 
dans les organes dun meme individu pendant sa 

le seul produit d'une grande mutation 
dans les habitudes particrJieres aux individus de 



par 



son espece. Le fa 



des pi 



marquubies, achevera de pronver l'influence des 
habitudes sur 1'etat des organes , et combien des 
changemens soutenus dans les habitudes d un i»" 
dividu , en amenent dans Fetat des organes qui 
entrent en action pendant l'exercice de ces ha- 
bitudes. 












■■ 







I 







! 







UR LES ACTIONS DES ANIMAUX. 



CTT 



247 

M. Tenon, membre de l'lnstitut, a fait part a 

la Classe des Sciences , qu'ayant examine' le canal 
intestinal de plusieurs homines q 
buveurs passionne's pendant m 
de leur vie . il I'avoit constami 






e granae p 



de 



d 



quantite extraordin 



comp 



r 

tivement an meme organe de tons ceux qui 
pas pris une pareille habitude. 



O 



sait que les grands b 



qui se sont adonnes a l'ivrognerie , prenn 



peu 



d'ali 



imens solides , qu'iis ne mang 



presque point , et que 



o 



n qu'iis prennent 



en abondance 



quemment, suffifc p 



nourrir. 



Or , comme les alimens fluides , surtout les 
boissons spiritueuses , ne sejournent pas long- 

temps , soft dans l'estomac 5 soit dans les intestins , 
1'estomac et le reste du canal intestinal perdent 
lbabitude d'etre distendus dans les buveurs » 
ainsi que dans les personnes sedentaires et con- 
timiellement appliquees aux travaux d'esprit, qui 
se sont habituees a ne prendre que tres-peu d ali- 
lnens. Peu a peu , et a la longue , leur estomac 
s'estresserre, et leurs intestins se sont raccourcis. 
II ne s'agit point ici de retrecissement et de 
raceourcissement operes par un froncement des 
parties , qui en permettroit l'extension ordinaire, 
si 5 au lieu dune vacuite maintenue , ces visceres 



1 





























? 









I 






- ; 












' 
























a '11 






' 





















**_ 



-' 



"-*■ 






1 









\ 





















I 



I 











248 

1 



INFLUENCE DES CIRCONSTANCES 

plis ; mais il est question de 



trecisseinent et de raccourcissement reels, con- 
siderables , et tels que ces organes romproient pin- 
tot que de ce'der subitement a des causes qui exi- 




ordin 



A circonstaneesd 



A 

a 




fait egales , comp 



homme qui, pour s'etre livre a des etud 






des travaux d'eSprit hab 



endu 




estions plus difficiles , a contracts l'habitude 

de manger tres-peu, avec tin autre qui fait habi- 
tuellement beaucoup d'exercice, sort souvent de 



o 



b 



du 



premier 



presque plus de facultes , et une tres-p 



■ 
■ * 



du 






d 



ndis que celui 



o 



sieimes. 



v 



r 



Voila done un organe fortement modifie dans 
ses dimensions et ses facultes par Funique cause 
d'un changement dans les liabitudes , pendant la 

vie de lindividn. 



■ 

L'emploijrequent d'un organe deven 
par les habitudes , augmente les facut 



eel 



organe $ le deueloppe lui-meme s et luifait acque- 
rir des dimensions et une force d' action quHln'a 
point dans les animaux qui I'exercent moms. 

r m 

L'on vient de voir que le defaut d'emploi d'un 

organe qui clevroit exister, le modifie, l'appauvrit, 
et finit par Taneantir. 



I 







I 











\ 









SUR LES ACTIONS DES ANIMAUX. 

Je vais maintenant de'montrer que Tempi 



249 



tinuel dun 

e & tirer un 



organe 



avec des efforts feits pour 



5 



3 parti dans des 



qui 1'exigent , fortilie , etend et agrandit cet or- 



o 




ttes fonctions d 



de nouveaux qui 



L 



5 



01 sea 



que le b 






1 



pour 



7 trouver la proie qui le fait vivre , e'carte les doigts 



d 



pieds lorsqu il veutfrapper 



Voir a sa surface. La peau qui unit ces doig 



b 



contracte , par ces ecartemens des 



r 

doigts sans cesse repel es , lhabitud 



temp 




membranes qui 



P 



ent les doigts des canards^ des oies 5 etc. 5 se 
formees telles que nous les voyons. Les me- 
efforts faits pour nager ? c'est-a-dire , pour 

avancer et de se mouvoir 



afi 



n 



d 



/ 



iquid 



etendu de meme 



1 



ranes qui sont entre les doigts des grenouil- 



es , des tortues de mer , de la loutre , du 



cas- 



a se 



tor, etc. 

Au contraire , Foiseau, que sa maniere de 
habitue 
d'i n div 
*ude , l _ 
allonges et 



poser sur les arnres , et qui pr 



dus qui avoient tous contracte cette hab 



doigts des pied 



for 



d 



que 



des animaux aquatiques que je viens d 



ter. Ses 




temp 






\ 1 



\ 






























l 



I 



1\ 















' 









f 



I 1 









/ 
















, 



W 




. 





















I 















I 



1 












I 

































zbo 



INFLUENCE DES CIRCONSTANCES 



ourb 



embrasser 



les rain< 
souvent. 



lesquels 1' animal se repose si 



Be meme Ton sent que l'oiseau de rivage , qui 



ne 
be 



plait point 



qui cependant 



I v 



de s'approcher des bords d 



y trouver sa proie, est eoni 
a s'enfoncer dans la vase. O 



corp 



lant faire en sorte que son 

dans le liquide , fait tons se; 

et allonger ses pieds. II en resuite que la longue 

habitude que cet oiseau et tous ceux de sa race 



5 l'eau pout 
nent expose 

iseau , vou- 

plonge pas 

efforts pour etendre 



d'etendre 



d 



n 



g 



continuelle- 



aent leurs pieds, fait que les Individus de c 

ace se trouvent eleves corame sur des echas 

* 

yant obtenu peu a peu de lorgues pattes m 



L'on 

pecher 
faire de 

Or , les 



a-dire , denuees de plumes jusqu 
uvent au dela. Systeme des At 
bres 3 p. 14. 



que le meme oiseau voulant 

1 

t son corps , est oblige de 

fforts pour allong 



er son cou* 



suites de ces efFo 



habitu eis d 

^ce, ont di 



individu et dans ceux de sa race , ont 
le temps , allonger le leur singulierement ; 
est, en effet, constate par le long cou d 
les oiseaux de rivage. • 



;nU 



Si quelques oiseaux nageurs, comme le cyg 















SUR LES ACTIONS DES ANIMAUX. 

, el dont les pattes sont courtes , on 
m cou fort allonge , c'est que ces oi 



a5i 



en se promenant sur 1'eau, ont 





er 



leur tete ded 



l'habitude de 
profondement 



qu'ils peuvent , pour y prendre des larves aqua 



tiques et difi 



am ma 



dont 



pour allon 



§ 



patt 




1 , pour satisfaire a ses b 



fasse des efforts repetes pour allonger sa langue 



querr 



* 1 



.ongueur considerable flefour- 



miller , le pic-verd ) 



quelq 

Ian 

des 




ue 



Lose avec ce meine organe , aiors sa 
divisera et deviendra fourchue. Celle 



mou 



r 



q 



leur 



gue , et celle des iezards et des serpens , qui 
servent de la leur pour palperet reconnoitre 
corps qui sont devant eux , sont des preuves 



f 



de ce que 
Les bes< 



Op 5> 

\-/ O Ct 



par le 



Constances , et ensuite les efforts soutenus pour y 
satisfaire, ne sont pas bornes, dans leurs resul- 
tats, a modifier, c'est-a-dire , a augmenter ou dimi- 
nuer 1'etendue et les facultes des organes ; raais lis 
parviennent aussi a deplacer ces meuies organes, 
lorsque certains de ces besoins en font une ne- 



X f 



cessite. 



Les poissons , qui nagent habituellement dans 










• 




I 











\ 













■ 

I 






'■ ! 



\ I 






■ I 






\ 










\ 



. j 













I 









I 




*' 









' I 



" 




























202. 

de 



INFLUENCE DES 




des m 



CIRCONSTANCES 



d'eau , ayant besoin de 



ment, out, en effet, leurs yeux pi 



de 



L 



corps, pi 



m oins 



- I 



«l>icui, smvant ies especes, a ses tranchans per- 

pendieulaires au plan des eaux , et leurs yeux 

sont places de maniere qu'il y a un ceil de cha- 

que c6te aplati. Mais ceux des poissons que leurs 

habitudes metfent dans la necessite de s'appro- 

cher sans cesse des rivages , et particulierement 

des rives peu inclinees ou a pentes donees , ont 

ete forces de nager sur leurs faces aplaties, afin 

tie pouvoir s'approcher plus pres des bords de 

leau. Danscette situation , recevant plusdelu- 

miere en. dessus qu'en dessous , et ayant un be- 



se trouve 



d 



d'eux , ce besoin a fore 



qti 



e 



yeux de subir 
de prendre la 



espece de de'pl 



que Ion connoitaux yeux des soles ,-des turb 



d 



)•! 



( 



pleuronectes et des 
yeux n'est plus sy 



munque. parce qu ' eIle rfc<su]te dw lim{atfon 

incomplete. Or, cette mutation est entitlement 



dansles raies , oh V ap\ 
ps est tout-a-fait h 



que 



la iete. Aussi les 
deux dans la face s 



7 



J 



d 



P 



i* 






ymetriq 






\ 



tl 
1 



s 




h\ 
1 



i 







k 



















\ 









StJR LES ACTIONS DES ANIMAUX. 



3 



L 



rp 



terre, a, 

°kjets eleves, 



qui ramp 



la 



fac 



besoin de voir princip 



qui 



sont 



d 



d 



eux. Ce 



la 



vue d 



dii influer sur la situation de l'organe de 
e ces auimaux; et, en effet, ils ont les 



J'eux places dans les parties laterales et sup 



d 



d 



maniere a apercevoir fac 



d 



1 



ent ce qui est au-dessus d'eux ou a leurs cote* 
ais ils ne voient presque pas ce qui est devai 
ix a une tres-petite distance. Cependant, force 
s supplier an defaut dela vue pour connoitrek 

rps qui sont devant leur te-te , et qui pourroier 

; blesser en s'avancant , ils n'ont pu palper ce 

corps qua l'aide de leur langue , quiis sont obli 
s d'allonger de toutes leurs forces. Gette habi 
tl ide a non-seulement contribue a rendre cett 
Wgue gr ^ie 3 tres-longue et tres -contractile 
^ais encore l'a forcee de se diviser dans le plu 
grand nombre des especes , pour palper plusieur 
°bjets a la fois ; elle leur a 

fn.. .„„_ i „ 



s 




3 



meme permis de se 
stremite de leur nm> 



po 



passer 



leur langue sans 6tre 



obi 



Ue carter leurs machoire^ 

- 

Rien de plus remarquable que le produit d 
^bitudes dans les mammiferes herbivores. 



:es 



s 



h 

If 



L 



quadrupede, a qui 



temp 



amene's, ont donne , dep 



i 



d 



hab 



s 











































' 










\ 










\ 









\ 







^ . 












I 



\ 











































' 



N 










2D/|. 



INFLUENCE DES CIRCONSTANCES 



de br outer I'berb 



, ns marche que 



cl'y rester sur ses quatre pieds 




grande 



d 



en general, que pen de mouvement , on que 



mouvemens 



L 



mps 



d 



que celte sorte d' animal est force d'employer j 
chaque jour, pour se remplir du seul genre d'ali- 



ment dont il fait usage , fait quil s'exerce peu 
an mouvement , qu'il n'emploie ses pieds qua le 

soutenir sur la terre , pour marcher on courir, 

et qu'il ne s'en sert jamais pour s'accrocher et 






grimper sur les arores. 



1 



vl 






De celte habitud 



p 



d 



e consommer, 



tous les 



JOU] 

qui 



de srros volumes de matieres alimentair 



to 



distend 



qui 



dio 



que le corps de 






s'est considerab lenient epaissi , est devenu lourd 
et comme massif, et a acquis un tres-grand vo- 
lume , comme on le voit dans les elephans , rhi' 



•ceros , boeufs , buffles , chev 
L'habitude de rester debout 



pieds pendant la pi 



quatr^ 




de partie d 



bronter , a fait naitre une come epaisse qui 
loppe l'extremite des doigts de leurs pie< 
comme ces doigts sont restes sans etre exe 



et 



aucun mouvement , et qu ils n'ont servi a aucuo 

■ 

autre usage qu'a les soutenir , ainsi que le rest 



te 









ai 



I 



i 



x 



s 



1 



t: 



s 



1 



. 






SL TT> 



JUL 



LES ACTIONS DES ANIMAUX. 



255 



■ 

^u pied , la pi u part d 






ai 



<*Ux 



pi 



sont effaces , et menie ont fini par dispa- 
Aiosi, dans \es pachidermes _, les tins ont 
ids. cinq doigts enveloppes de corne , et , 



P a r conseq 



lew sabot est divise 



cinq 



Parties; d'autres nen ont que qiiatre , et d'autres 
e *icore en ont settlement trois. Mais dans les rurrti- 






n ans, qui paroissent etre les plus anciens des mam- 
^iferes qui se soient bornes a ne se soutenir que 
Sl tt la terre, il n'y a plus que deux doigts aux 

pieds 5 et meme ii ne s'en trouve qu'un seul dans 
es solipedes ( le cheyal , Vane ). 

4 

Gependant , parmi ces anirnaux herbivores , et 

Particulierement parmi 



1 



les 



rummans 



> 



il 



s en 



^ouve qui , par les circonstances des pays de- 
bits qu'ils hahitent, sont sans cesse exposes a 
et *"e la proie des anirnaux carnassiers, et ne peu- 
^ent trouver de salut que dans des fuites preci- 
pitees. La necessite les a done forces de s'exer- 
c er a des courses rapides; et de l'liabitude qu'ils 
e ^ ont prise , leur corps est devenu plus svelte 
e * leurs jambes beaucoup plus fines : on en voit 
^s exemples dans les antilopes , les gazelles, etc. 



D'autres dangers , dans nos climats , exposant 



Co Htinuelleinent les cerfs, les chevreuils , les 
"^ms, a perir par les chasses que l'homme fait 
f ces animaux, les a reduits a la meme necessite, 
e s a contraints a des habitudes 



i 



semblables 



et 



/ 











I : 



It 







i 













i 



















i 



i 



I : 



■ 



, 












■ 













■ 
















/ 

















I 

II 






\ 






/ 













1 1 









2,56 



INFLUENCE DES CIRCONSTANCES 



donne lieu aux memes produits a leur egard 
Les animaux ruminans ne pouvant emp 



°y 



pieds qua les soutenir, et ayant peu os 



force dans leurs machoires , qu 
a couper et broyer l'herbe 



qua 

battre qu'a coups de 



peuvent 



dirig 



l'autre le vertex de cette partie. 

Dans leurs acces de colere, qni sont fre'quens, 
surtout entre les males , leur sentiment interieur , 

■ 

/ 

par ses efforts, dirige plus fortement les fluides 



vers 



partie de leur tete, et il s\ 



une 



dans les uns . et de 



matiere osseuse melangee de inatiere corne'e d 

o 



les autres, qui donn 
solides : de la Tori 



des pro tub 




me 



de 



s 



des b 



dont la plupart de ces animaux ont la tete armee 

Relativement aux habitudes , il est curieux d'er 
observer le produit dans la forme particuliere ei 
la taille de la giraffe (camelo-pardalis) : on sail 
que cet animal , le plus grand des mammiferes j 
habite l'interieur de l'Afrique, et qu'il vit dan* 
des lieux oil la terre , presque toujours aride el 

l'obliee de brouter le feuiilajre de s 

arbr 
teindre. II 



8 



o 



o 



ffo 



babitud 



d> 



depuis long-temps , dans tous les ind 



d 



que ses jarnbes de devant sont deve- 

1 

3s de derriere , et qu 

son 



u 





















SUR LES ACTIONS DES 






a? 



que la giraffe 



dr 



esser 



de de 



sa 



Ute 



gt pieds) 



de hauteur (pros d 






1 



Parmi les oiseaux , les autrucftes , privees de 
l faculte de voler , et elevees sur des jambes tres- 
hautes , dofvent vraisemblablement leur confor- 
illation singuliere a des circonstances analogues. 

Le produit des habitudes est tout aussi remar- 
quable dans les maminiferes carnassiers,, qu'il Test 
dans les herbivores ; mais il presente des effets 
dun autre genre. 

En effet , ceux de ces mammiferes qui se sont 

habitues , ainsi que leur race , soit a grimper , soit 

1 

a gratter pour creuser la terre , soit a declarer 

I 

pour attaquer et mettre a mort les autres ani- 
ttiaux dont ils font leur proie , ont eu hesoin de 
se servir des doigts de leurs pieds : or, cette ha- 
bitude a favorise la separation de leurs doio-ts 
et leur a forme les griffes dont nous les voyons 
arme"s. 

Mais , parmi les carnassiers , il s'en trouve qui 
sont obliges d'employer la course pour attraper 
leur proie: or, celui de ces animaux que le be- 
som , et consequemment que l'habitude de de'- 
chirer avec ses griffes, ont mis dans le cas, tons 
les jours , de les enfoncer profonderaent dans le 
corps dun autre animal , afin de sy aecrocher, 

*7 















I 




















11 





















ft 









/ 



' 


















* 1 















■ 





















258 



INFLUENCE DBS CIRCONSTANCES 



et ensuite de faire effort pour arraclier la partie 
saisie , a du, par ces efforts repetes , procurer 



a ces griffes une grandeur et une courbure qui 






Feussent ensuite beaucoup gene pour marcher ou 
courir sur les sols pierreux : il est arrive , dans 

ce cas , que I'animal a ete oblige de faire d'au- 
tres efforts pour retirer en arriere ces griffes trop 
saillantes et crochues qui le genoient ; et il en est 
resulte , petit a. petit , la formation de ces gaines 

partieulieres , dans lesquelles les chats , les ligres, 



les lions , etc. , retirent leurs griffes lorsqu'iis ne 

s'en scrvent point. 

Ainsi, les efforts, dans uii sens quelconque , 

long-temps soutenus ou habituellement faits par 
certaines parties d'un corps vivant , pour satis- 



faire des besoins exiges par la nature ou par les 



circonstances , e'tendent ces parties, et leur font 

I 

acquerir des dimensions et une forme qu'elles 
n'eussent jamais obtenues, si ces efforts ne fussent 
point devenus Faction habituelle des animaux 
qui les out exerces. Les observations faites sur 
tous les animaux connus, en fournissent par- 
tout des examples. 

En pent -on mi plus frappant que celui que 
nous offre le kangaroo ? Cet animal , qui porte 
ses petits dans la poche qu'il a sous l'abdomen , 
a pris Thabitude de setenir comme debout,pose 

t 

seulement sur ses pieds de derriere et sur sa 







1 









( 









SUR LES ACTIONS DES ANIMAUX. 







queue, et de 



de'placer qu 



de d 



de sauts , dans lesquels 



tud 
Vo 



e 



dr 



P 



point gener ses petit 



qui 



Ses jambes de devant , do 



fait tres-peu 



d'usage,et sur lesquellesil s'appuie seulement d 
l'instant ou il quitte son attitude redressee , n' 



amais pris de developp 



proportionne a 



des autres par 



o 



■p 



presque sans fore 









o 



derriere , presque 



lenient en action , soit pour soutenir tout le corps , 

soit pour exeeuter les sauts , ont , au contraire , 

obtenu un developpement considerable , et sont 



devenues tres-^rande 




3 



; et tres-fortes; 
Enfin, la queue , que nous voyons ici for 



et a 



tement employee au soutien de l'ai 

* 

l'exdcution de ses principaux rnouvemens , a ac 
quis dans sa base nne epaisseur et une force ex 
trernement rein arquab les. 

Cesfaits tres-connus sont assurement bien pro 
pres a prouver ce qui resulte de l'usa 




habitue! 



pour les ai 
quelconque 
animal , un 



d'un org 

, lorsqu'o 



ou d 



observe, d 



par 



gane particulierement developp 



fort et puissant , Ton prdtend que son exercic< 
iiabituel ne lui a rien fait obtenir, que son de 
faut soutenu d'eraploi ne lui feroit rien perdre 



. 




. , 














1 












; ! 






* 



i 






i 





































S 






I 



V 













' 






I 
I 
I 






/ 






* 






o 



60 



INFLUENCE DES CIRCONSTANCES 



1 

et qu'enfin cet organe a toujours ete tel depuis I 
creation de f espece a laquelle cet animal appai 
tient ; je demanderai pourquoi nos canards do 
mestiques ne peuvent plus voler cormne les ca 



ards 




mot - ie citerai une multi 



tude d'exemples a notre egard , qui attestenl 
differences re"sultees pour nous de l'exercice 

du defaut d'exercice de tel de nos organes , q 
que ces differences ne se soient 



ou 



pas maintenu 



dans les individus qui se succedent par la gene- 
ration, car alors leurs produits seroient encore 
bien plus considerables. 

Je ferai voir dans la seconde partie, que 3 lors- 
que la volonte determine un animal a une action 
quelconque, les organes qui doivent executer 
cette action y sont aussitot provoqu^s par Faf- 

fiuence de fluides sub tils (du fluide nerveux) qui 
y deviennent la cause determinante des mouve- 
mens qu'exige faction dont il s'agit. Une multi- 
tude d'observations constatent ce fait , qu'on ne 
sauroit mamtenant revoquer en doute. 

II en resulte que des repetitions multipliers de 
oes actes d'organisation fortifient , etendent , de- 
veloppent , et menie creent les organes qui y sont 
ne'cessaires. II ne faut qu'observer attentivement 
ce qui se passe partout a cet e'gard , pour se con- 
vaincre du fondement de cette cause des develop- 

pemens et des changemens organiques. 
























: 











SUR LES ACTIONS DES ANIMAUX. 



26l 



ns tin 



Or, tout cliangement acquis da 
par une habitude d'emploi suffisante pour 1 



g 



op 



ensuite 



par 



g 



commun aux individus qui , dans la fe 



oation , concourent ensemble 



reproduction 



de leur espece. Enfin , ce cbangement se prop 
et passe ainsi dans tous les individus qui 
cedent et qui sont soumis aux 



memes 



qu'ils aient 6te obliges de l'acquerir 



par la voie qui l'a reellement 
Au reste , dans les reunions 



tanges entre des individus qui ont des qualites 

des formes differentes , s'opposent necessaire- 

ment a la propagation constante de ces quality 

la ce qui empeche que 



et de 



formes. Vo 



dans l'homm 



qui est soumis a taut de 



di verses qui influent sur lui , les qualites 
defectuosites accidentelles qu'il a ete dans 



cas d'acque'rir se conservent et se 



propag 



par la generation. Si , lorsque des particul 
^e forme ou des defectuosite's quelconques 



se 



quises , deux individus , dan 



1 



ble , ils reproduiroient 



particularity , et des ge'r 
bornant dans de pareilles 



u 



une 



iace particuliere et distincte en seroit alors for, 
^e'e. Mais des melanges perpetuels entre des in- 
dividus qui n'ont pas les memes particularites de 






\ 




X 







. 





















I 







if 












I 













; : 














I ' 



/ 











if 







' 






■ 







r 













• 






E 



v 












































2 



62 



INFLUENCE DES CIRCONSTANCES 






forme , font disparoitre toutes les particularity 
acqmses par des circonstances particuiieres. De 
la on peut assurer que si des distances d'habita- 
tion ne separoient pas les homines , les melanges 



pour la generation feroient disparoitre les carac- 



teres generaux qui distinguent les differentes na- 
tions. ' 

* 

Si je voulois ici passer en revue toutes les 
classes , tons les ordres , tous les genres , et toutes 
les especes des animaux qui existent , je pour- 

rois faire voir que la conformation des individus 
et de leurs parties 5 que leurs organes , leurs fa- 
cultes 3 etc. 5 etc. 5 sont partout uniquement le re- 

sultat des circonstances dans lesquelles chaque 
espece s'est trouvee assujettie par la nature , et 
des habitudes que les individus qui la composent 



ont ete obliges de contracter, et quils ne sont 



pas le produit d'une forme primitivement exis- 
tante , qui a force les animaux aux habitudes qu'on 
leur connoit. 

On sait que 1'animal qu'on nomme Ya'i , ou le 
paresseux ( bradypus tridactylus ) , es1 

ment dans un eHat de foiblesse si con 
qu'il n'execute que des mouvemens tres-lents et 
tres-bornes , et qu'il marche difficilement sur la 
terre. Ses mouvemens sont si lents , qu'on pretend 
qu'il ne peut faire qu'une cinquantaine de pas en 

une journee. On sait encore que 1' organisation do 



iderabl 






% 








SUR LES ACTIONS BES ANIMAUX 



263 



cet animal est tout-a-fait en rapport avec son etat 
de foiblesse ou son inaptitude a marcher; et que 
s'il vouloit faire des mouvemens autres que ceux 
qu'on lui voit exeeuter , il ne le pourroit pas. 

Be la , supposant que cet animal avoijfc recu de 
la nature l'organisation qu'on lui connoit , on a 






dit que cette organisation le forcoit a ses habi- 



tudes et a 1'etat miserable oil il se trouve. 

Je suis bien eloigne' de penser ainsi; car je 
suis convaincu que les habitudes que les indi- 

vidus de la race de i'ai ont ete forces decontrac- 
ter originairement,' ont du necessairement ame- 

ner leur organisation a son etat actuel. 
Que des dangers continuels aient autrefois portes 






de cette espece a se re 



fuo" 



■rbres , a y demeurer habituellement , et a s'y 

* 

leurs feuilles ; il est evident qu'aiors 
lii se priver d'une- multitude de 111011- 



nourrir de 



que les animaux qui 



terro 



dans le cas d'executer. Tons les besoins d 



Vai se seront done i^duits a s'accrocher aux 
brandies, a v ramper ou sy trainer pour 



at- 



dre les leuiil 






dans une espece d'inaction , ami d'eviter d 



ber. D 



cette sorte d 



et 



provoquee sans cesse par la chaleur du climat 
car pour les animaux a sang chaud , les chaleur 
invitent plus an repos qu'au inouvement. 












^ 



» 










I 












i 





















n 























. 






r 



V 








"*™; - 



















■ 

I 






064 



INFLUENCE DES CIRCONSTANCES 



Or, pendant une longue suite de temps , les in- 
dividus de la race de Yai ay ant conserve l'ha- 
bitude de rester sur les arbres, et de ny faire 
que des mouveraens lents et pen varies qui pou- 
voient suffire a fours besoins, leur organisation 
pen a pen se sera mise en rapport avec leurs 
nouvelles habitudes , et en cela il seraresulte : 



Q 



bras de 



animaux faisant d 



As efforts pour embrasser facilement 



b 




d'arb 



5 



Q 



gles de leurs doig 



et 



for 



cro- 



quis beaucoup de longueur 

chue j par les efforts soutcnus de I'animal pour 

1 

se crarnponner ; 

3°. Que leurs doigts n'etant jamais exerces a 



ou 



de 






des mouvemens particuliers , auront perdu 

mobilite entre eiix , se seront reunis, et n a 
conserve que la faculte de se fleehir 3 
re dresser tous ensemble ; 

4°« Que leurs cuisses embrassant continuelle- 
ment , soit le tronc , soit les grosses branches des 
arbres , auront contracts un ecartement habi- 
tuel qui aura contribue a elargir le bassin et a 
diriger en arriere les cavites cotyloi'des ; 



5°. Enfin , qu'un grand nombre de leurs os se 



1 

seront sondes, et qu'ainsi plusieurs parties de 
leur squeiette auront pris une disposition et une 
figure conformes aux habitudes de ces animaux , 









\ 



v 



> 



i 








SUR LES ACTIONS DES AN1MAUX 



£65 



I 

e * contraires a celles qu'il leur faudroit avoir 
pour d'autres habitudes. 

9 

Voila ce quon ne pourra jamais contester , 
parce qu'en effet, la nature, dans mille autres 

°ccasions , nous montre , dans le pouvoir des cir- 
instances sur les habitudes , et dans celui des 
habitudes sur les formes , les dispositions et les 
Proportions des parties des animaux, des faits 
c onstamment analogues. 

TJn plus grand nOrabre de citations n'etant nul- 



Jement necessaire , voici maintenant a quoi se 
fe'duit le point de la discussion. 

Le fait est que les divers animaux ont ehacun, 

s mvant leur genre et leur espece, deshabitudes par- 

^culieres, et toujours une organisation quisetrou- 

v e parfaitement en rapport avec ces habitudes* 
De la consideration de ce fait ^ ii semble qu'on 
8 0it libre d'adinettre 5 soit Tune , soit Fautre des 
c Wx conclusions suivantes, et qu'aucune d'elles 
*9 puisse etre prouvee. 

Conclusion admise jusqu'd ce jour : la nature 
( ou son Auteur ) , en creant les animaux , a prevu 
*°utes les sortes possibles de circonstances dans 
*°squelles ils auroient a vivre , et a donne a cha- 



c jue 



espece une organisation constante , ainsi 



c iu'une forme de*terminee et invariable dans ses 



P 



1 



quiforcent chaque espece a vivre dan 



e s lieux et 



clim 



ou on 



la tr 



et 









i 


















' 






\ 






\ 



















I 

i- 


















n 




















































1 



tl i 









I 



/ 






\ 


















2.66 



INFLUENCE DES CIRCONSTANCES 






* 



a y conserver 



les habitudes qu'on lui connoit 
Ma conclusion particuliere : la nature , en pro 



duis 



/ 



ment toutes les especes cT 
cant par les plus imparfait 



les 



plus simples , pour terminer son ouvrage pa* 




parfaits 



a 



plique graduelle 






leur organisation ; et ces animaux se repand 



generalement d 



gions habitable 






du globe , chaque espece a recu de Finfluence des 
circonstances dans lesquelles elle s'est rencofl- 






habitudes que 



lui connoissons et 



les modifications dans ses parties que Fob 
tion nous montre en elle. 



La premiere de ces d 
qu'on a tiree jusqu'a r 



5 est cell 
dire, qu 6 



pose 



l peu pres celle de tout le monde : elle sup' 
dans chaque animal, une organisation 
nte, ct des parties qui n'ont jamais varie 
ne varienf jamais; elle suppose encoi* 
que les circonstances des lieux qu'habite chaqu 
espece <T animal ne varient jamais -dans ces lieuX? 



cm 



memes 



i 



pourroient plus vivre , et la possibilite d 







. 









trouver ailleurs de semblables, et 
porter , pourroit lenr etre interdi 
La seconde conclusion est la m 
elle suppose que , par Finfluence des 
sur les habitudes, 



de s'y 



propi" 



et qu'ensuite par celle de 



i 




















'■> ■ ■ ' C.--- i 




V- 



i 



i 






<C 



,'■:,.-« --* 






-.-- 



^ If 





w 



L2c~< 




<^J 




I 















SUR LES ACTIONS DES ANIMAUX. 



hi hid 



des parties , et meme 



267 
celui 



oe l'organisation, chaque animal peut 



d 



ans 



P 



g 



*r 



d 



modi 



fi cations susceptibles de dev 



bl 



d'avoir donne 



conde 



Vons tous les animaux. 

Pour etablir que cette s< 
sans fondement , il faut d'abord prouver que cha- 
que point de la surface du globe ne varie jamais 

dans sa nature, son exposition, sa situation ele- 



fo 



qu'aucune partie d 



bit , meme a 



la suite de beaucoup de temps, 
aucune modification par le cbangement des cir- 
constances , et par la necessity qui les contraint a 
un autre genre de vie et daction que celui qui 



1 



habitu 









1 1 

Or si un seul fait constate qu'un animal de 



puis 
pece 
telle 



domesticite . diff< 



dont il est prov 



de 1 
, pai 



pe 



— 

ce en domesticite , Ton trouve une 



4* 



grande difference de conform 



dividu 



soumis a 



liabitud 



et 



que Ton a contraints a des habitudes dim 



que la pr 



point conforme aux lois de 



parfaite 



ment daccord avec elles. 









\ 























j 






! 



1 






f 



k 









1 
























V 

■ 















V 




































/ 







h~*< 



/ 






268 INFLUENCE DES CIRCONSTANCES , etc. 

Tout concourt done a prouver mon assertion; 
sayoir : que ce n'est point la forme , soit du corps, 
soit de ses parties, qui donne lieu aux habitudes 
et a la maniere de vivre des animaux ; mais que 
ce sont } au contraire , les habitudes , la maniere 
de vivre , et toutes les autres circonstaiices in- 

fluentes qui ont , avec le temps , constitue la forme 



du corps et des par 



form 



des animaux. Avec d 



de nouvelies facult 



acqmses , et peu a pen la nature est parvenue 



former 



animaux tels que nous 



voyons 



actuellement. 

* 

Peut-il y avoir , en histoire naturelle , une coi 

sideration plus importante , et a laquelle on doiv 

dormer plus d'attention que celle que je viens d'e: 
poser 

1 

premiere partie par les prin 



? 



Terminons 



cipes et l'exposition de l'ordre naturel des 



maux 



*J" 




























1 









f 









^ v 


















\ 




















de l'ordre naturel des animaux 



269 




CHAPITRE VIII. 

^ e I' Ordre naturel des Animaux et de la disp< 
sition qu'il faut donner d leur distributic 
generals pour la rendre conforme d Vord 
meme de la nature. 



' 





■> 



deja fait remarquer ( chap. V ) que le but 



e ssentiel d'une distribution 
pas se borner , de notre part. 

Uste de classes ? de genres 
^ue cette distribution doit 



des animaux ne do 



fr 



ir 



par 



disposition , le moyen 



et d'especes ; mais 

3n meme temps of- 

11s fa- 




vorable a l'etude d 



qui est 



' plus propre a nousfaire connoitre sa march 
Se s moyens et ses lois. 

Cependant, je ne 
distributions genera 



crains pas de le dire 
es des animaux ont 



Irecu 

;qu'a present , une disposition inverse de l'ordr 



*Uem 



e 



qu 



donnant 



\ 



Si vement 1 



product 



**&si , en procedant , selon l'usage , du plus com- 
pose" vers le plus simple , nous rendons la coh- 



**oissa 
V 



nee des progres dans la composite 

organisation plus difficile a saisir , et nom 
Jettons dans le cas d'apercevoir moins 



de 



fa 



ci 



/ 






: 


















i ! il 






* 


















\ 







r 






















T 
















* J 















I 















270 



DE LORDRE NATUREL 



lenient 5 soitles causes de ces progres^ soit eelle s 

qui les interrompent ca et la. 

Lorsqu'on reconnoit qu'une chose est utile * 
qu'elle estmerae indispensable pour le but quo 11 
se propose, et quelle n'a point d'iiiconvenient* 

on doit se hater de I'exdcuter , quoiqu'elle soit 
contraire a l'usa™ 




Tel est le cas relatif a la disposition quil faut 

donner a la distribution generate des animau£« 

Aussi nous allons voir quii n'est point du tout 

indifferent de com 

nerale des animai 



x 



P 



d 



telle ou telle d 




e* 



ses 



extremites 5 et que celle qui d 



de Fordre ne peut etre a noire ch 





L'usage qui s'est introduit, et que Ton a suivi 
jusqu'a ce jour, demettre en tete du regne animal 
les aniinaux les plus parfaits , et de terminer ce 

regne par les plus imparfaits et les plus simples en 
organisation , doit son origine , d'une part , a ce 
penchant qui nous 



fait 



donn 



P 1 



re- 



ference aux objets qui nous frappent, nouspla 
sent ou nous inter essent le 
part , a ce que Ton a preTere d 




et de 



P 



du plu 



s 



connu en s'avancant vers ce qu 



D 



les temps ou Ton a commence a soC' 



cuper de l'etude de l'histoire naturelle , ces 
siderations etoient , sans doute , alors tres-pl 



h 



es : mais c 



illes 



ceder raaintenant au* 






























DES XNIMAUX. 



271 



besoins de la science et particulierement a ceux 
de faciliter nos progres dans la connoissance de 



^ nature. 

Relativement aux animauxsi nombreux et si 
^versifies, que la nature est parvenue a pro- 
<We , si nous ne pouvons nous flatter de connoitre 
e Xactement le veritable ordre quelle a suivi en 
e ur donnant successiveruent I'existence , celui 



1 



^e je vais exposer est probablement tres-rappro 

c ae du sien : la raison et toutes les connoissance 

^cquises ddposent en faveur de cette probabilite 

En efFet , s'il est vrai que tous les corps vivan 

soient des productions de la nature , on ne peu 

les prdduir< 






»e refi 



a 



qu 



pu 



qui 






temp 



dure 



et non tous a la fois da 

i les a form 



si e 




ssivement, il y 



de penser que 



^niquement par 



plus simples qu 



ence, n'ayant produit qu'en dernier lieu les 
ganisations les plus composees, soit du regne 



**Umal, soit du regne vegetal. 

Les botanistes ont les premiers donne 1 
Pie aux zoologistes de la veritable dispc 



d 



di 



Presenter l'ordre meme de la 



ge"ne"rale pour 



car c'est 



des plant es acotyledones ou agames qu 






*orment la premiere 



■d 



classe parmi les veget 
plantes les plus sirapl 



v 






s 














I 

























1 \\ 



I 









V 
















































\ 















. 












2J2 



i 



DE L ORDRE NATUREL 



ganisalion , les plus imparfaites a tous egards 



en 



qui n'ont point de 



yledons, point de sexe determinable , point d 



dans leur tissu , et qui 



ffet 






composees que de tissu cellulaire plus ou moin s 
modifie , selon diverses expansions. 

fait a legard de* 

relativemen* 

nous devofl 5 



C 



que 



botaniste 



getaux, nous devons enfin le faire 



au 



g 



ne animal 



seulement 





le faire , parce que c'est la nature meme qui 
l'indique , parce que la raison le veut , mais e0 



parce que 



dre nature! des classes , d 



presla complication croissante de 1' organisation > 
est beaucoup plus facile a determiner parmi l e5 
animaux qu'il ne Test a l'^gard des plantes. 

En m&me temps que cet ordre represented 
mieux celui de la nature , il rendra l'etude de 5 
objets beaucoup plus facile , fera mieux connoi' 



tre Forganisation des 



animaux, les progres 



de 



sa composition de classe en classe , et montrer* 
mieux encore les rapports qui se trouvent ent*^ 
les diiBPerens degres de composition de l'organis 3 ' 
tion animale , et les differences exterieures cf& e 
nous employons le plus souvent pour caraets' 
riser les classes ; les ordres , les families , * e5 
genres et les especes. 

J'ajoute a ces deux considerations , dont le fc ir 
dement ne peut etre solidemmcnt conteste , <l ne [ 



si 



I 






r 



' 










DES animaux. 



2^0 



s i la nature , qui n'a pu rendre mi corps organist 



toujour 



de donn 



■ 

s Subsistant , n'avoit pas eu \es moyens 



er a ce corps la faculte de reproduire 



lui-meme d'antres individus qui lui ressemblent , 
qui le remplacent , et qui perpe"tuent sa race par 
la meme voie ; elle eut et6 forcee de creer direc- 



tement toutes les races ^ ou 




elle n'eut pu 



V 



crder qu'une seule race dans chaque regne orga- 
*iique , celle des animaux et celle des ve'getaux 
es plus simples et les plus imparfaits 4 

De plus , si la nature n'avoit pu donner auX 
actes de l'organisation la faculte de compliquer 

de plus en plus l'organisation elle-meme , en 
faisant accroitre F^nergie du mouvement des Gui- 
des , et par consequent celle du mouvement orga- 
nique; et si elle n'avoit pas conserve par les 



reproductions tous les progres de composition 






dans l'organisation , et tous les perfectionnemens 
acquis, elle n'eut assurement jamais produit cette 
multitude infmiment variee d animaux et de 
vegetaux , si differens les uns des autres par l'etat 
de leur organisation et par leurs facultes. 

r 

Enfin , elle n'a pu creer au premier abord les 
facultes les plus eminentes des animaux; car 
elles n'ont lieu qua Faide de systemes d'organes 
tres-compliques : or , il lui a fallu preparer peu 
a peu les moyens de faire exister de pareils 



systemes d'organes* 



18 



/ 



I 















» 






» "1 



II 


















1 







m\ 



\\ 





































1 f 



II 





















W*-' 





s 



























274 



) 



DE L ORDRE NATUREL 



Ainsi, pour etablir , a 1'egard des corps vivans , 

l'etat de choses que nous remarquons , la nature 
n'a done eu a produire directeinent , e'est-a-dire , 
sans le concours d'aucun acte organique , que 






les corps organises les plus simples, soit animaux, 
soit vegetans; et elle lesreproduit encore de la 
meme maniere, tous les jours, dans les lieux 
et les temps favorables : or , donnant a ces corps , 
quelle a cre,6s elle - meme , les facultes de se nour- 

rir, de s'accroitre , de se multiplier , et de conser- 



chaque fois les progres acquis dans leur 
tion : enfin , transinettant ces memes fa 



o 



les individus regene 
temps et Tenorme d 



ganiquement 

* 

6 des circon5 



/ 



changeantes , les corps vivans de 



toutes les classes et de tous les ordres 






par ces moye 
En considei 



cessivement prod 
dre naturel des c 



la gradation tres-positive qui e: 
position croissante de leur org 



d 



le nombr 
de leurs 



ainsi 



qu 



f< 



dan 



dans le perfectionnement 

t 

bien eloignee d'etre une 
s Grecs memes surent Fa- 



w 

verite nouvelle , car le 

percevoir (1) ; mais ils ne purent en exposer 






(1) Voyez le Fojage dujeune Anacharsis , par J.J, Bar- 
thelemv; torn. V ? p. 353 et 354, 







• ! 






X 






/ 









DES ANIMAUX. 



s 






275 

principes et les preuves , parce qu'on manquoit 
alors des connoissances necessaires pour les 
e'tablirv 

Or , pour faciliter la connoissance des principes 



vais 



qui m'ont guide dans l'exposition qu 

faire de cet ordre des animaux , et pour mieux 

faire sentir cette gradation qu'on observe dans 
la 



position de 



ganisation, dep 



plus iinparfaits d'entre eux , qui sont en tete de 

se"rie, jnsqu'aux plus parfaits qui laterminent ; j 
partage' en six degr^sJ 



qui sont 



d 



mod 



d 



d'organisation qu'on a reconnus 



Fe'tendue de l'ech 



aniraa 



De ces six degres d'organisation , les quatre 
premiers embrassent les animaux sans vertebres > 

1 

et par consequent les dix premieres classes du 
*egne animal , selon l'ordre nouveau 



que nous 



\ 



deux derniers degfe's compren- 

bres i et par consequent 



les quatre (ou cinq) dernieres classes des 



A 

d 



de de ce moyen , il sera facile d'etudier 



e suivre 



la 



prod 



de 



he de 
mx qu 



dan 



la 



fait exister ; 



de distinguer , dans toute 1'etendue de Tech 



d 



progres acquis d 



composition 



e 



g 



et de verifier partout, soit 



de la distrib 



des 



p 



\ 



\ 





















'1 






, 



I 



■ ; 




I 















?■ 






] 













1 ' 









I 









! 


























I 



♦ 














/ 






276 de l'orbre naturel DES ANIMAUX.' 

et les faits d'organisation qui ont ete reconnus. 

C'est amsi que, depuis plusieurs annees, j'expose 

dans mes lecons , au Museum, les 



animaux 



tebres , en procedant tou jours du plus simple 



vers 




compose 



Ann de rendre plus distincts la disposition et 
l'ensemble de la serie generale des animaux, 
presentons d'abordle tableau des quatorze classes 
qui divisent le regne animal , en nous bornant a 

l'exposition tres-simple de leurs caracteres, et 
des degres d'organisation qui les embrassent. 






















I 
























-' 



• : 



,! : . 



CLASSIFICATION DES ANIMAUX.' 



/■ 



277 



s 








'W^'VWWV 



TABLEAU DE LA DISTRIBUTION 



/ 



ET CLASSIFICATION DES ANIMAUX } 



V 



Suwant Vordre le plus canforme a celui de la 



nature. 



■ 






i 






fi 








In 






1 



'V. 






/ 



* ANIMAUX SANS VERTEBRES. 



Classes. 
















; 



I 



I I 



■ 



I. LES INFUSOIRES. 






Fissipares on gemmipares amorphes 5 
a corps gelatineux, transparent, liomo-f j er ^pp«^ 
gone i contractile et microscopicrue 5 point 
de tentacules en rayons ni (Tappendicesl Point de nerfs^ 

rotaioircs; aucun organe special, pas| point de vais- 
me me pour la digestion. 



II. LES POLYPES. 



seaux 5 aucun 

1 

/autre organe 

Bet 
que 



mtenem 



tion. 






Gemmipares a corps gelatineux, rege-I Special 

neratif et n'ayant aucun autre organe! pour la cli°es- 
interieur qu 7 un canal alimentairc a une 
seule ouverture. 

Bouche terminate, entouree de tentacu- 
les en rayons ou munic dWganes cilies et 
rotatoires. 

La plupart forment des animaux com- 
poses. 









V 

























If I 



I! 













































zy8 



CLASSIFICATIO N 



Classes, 






\ 






JII. LES RADIAIRES, 















1 1 









y 













Subovipares libres , k corps regenerar- 
tif, depourvu de tete, d'yeux , de pattes 



IK DEGK& 

Point demoel- 
le longitudi- 



articulees, et ayant dans ses parties une na * e noueuse 5 
disposition rayonnante. Bouche infe~j point de vais- 

seaux pour la 

circulation j 



rieure 



JV. LES VERS. 



quelques 



sranes 



or- 



mte- 



Subovipares, a corps mou, regenera- 
tif , ne subissant point de metamorphose, l rieurs autres 
et u'ayant jamais d'y 



ni d 



p 



attes 



que ceux 



de la 



articulees , ni de disposition rayonnante ingestion, 
dans ses parties interieures. 






V. LES INSECTES. 






Ovipares, subissant des metamorpho- 
ses, el ayant , dans Tetat parfait, des veux 



UK DEGRE, 



Des 



ner 



a la t£te, six pattes articulees, et des/aboutissant 
trachees qui s'etendent partout; une 
scule fecondation dans le cours de h 



fs 



a 



une 



a vie. 



VI. LES ARACHNIDES. 



moelle 
longitudinale 

noueuse; res- 
piration par 

* 

Ovipares , ayant en tout temps des pa m des trachees 
tes articulees et des yeux a la tSte , et net a ^ r if£ res . c f r - 
subissant point de metamorphose. Des\ , . -. 

trach^e* i^ - i • • Iculation nulle 

tjctcxxees bornees pour la respiration \ 

ebauche de circulation ; plasieurs fecon. | 0U imparfaite 

dations dans le cours de la vie. 









^^m^mm 




f 







\ 






DES ANIMAUX 



Classes. 



t 



VII. LES CRUSTACilS. 



Ovipares, ayant le corps et les mcm- 
bres articules , la peau crustacee , des 
yeuxa la t£te, et le plus souvent quatre 
antennes ; respiration par des branchies; 
une moelle longitudinale noueuse. 



VIII. LES ANNELIDES. 



2 79 






IV e . DEGRE. 

Des nerfs 



Ovipares, a corps allonge et armele j aboutissant a 

point de pattes articulees ; rarement des un cerveau OU 

yeux ; respiration par des branchies 5 une] ^ une moe ]{ e 

moelle longitudinale noueuse. 



IX. LES CIRRHIPEDES. 




Ovipares, ayant un mantcau et des bras 



longitudinale 

noueuse ; res- 
piration par 
des branchies; 



articules, dontlapeau est cornee ; point] des arteres et 
d'yeux 5 respiration par des branchies A fi es 



veines 



moelle longitudinale noueuse. 

* 

X. LES MOLLUSQUES. 



1 

pour la circu- 
lation. 















































1 







% 



Ovipares, a corps mollasse, non articule 
dans ses parties , et ayant un manteau 
variable 5 respiration par des branchies 
diversifies dans leur forme et leur situa- 
tion ; ni moelle epiniere, ni moelle lon- 
gitudinale noueuse , mais des nerfs abou- 
tissant a un cerveau. 



\ 






1 



» 


















































I 



s8o 



* * 



Classes 






CLASSIFICATION 



ANIMAUX VERT&BRES 



i 






I 






■ 












XI. LES POISSONS. 



V e . DEGRE, 



Des 



ner 



Ovipares et sans mamelles ; respira- 
tion complete et toujours par des bran- 
clues ; ebauche de deux on quatre mem-f aboutissailt 
bres ; des nageoirespour la locomotion ; 
ni poils , ni plumes sur la peau. 



fs 



a 



un cerveau oui 



C I 



ne i 




. LES REPTILES 






'emplit 
point la cavi- 

te du crane ; 









Ovipares et sans mamelles ; respiration! VjCeur a * VBUrt 

incomplete , le plus souvent par des pou-jtricule ; et le 
mons qui existent, soit en tout temps, 
soit dans le dernier age ; quatre membres, 
ou deux, ou aucun } ni poils, ni plumes 

1 

sur la peau. 



sang froid. 



XIII. LES OISEAU; 



X 



* 



Ovipares et sans mamelles 5 quatre j yje. DEGRE. 
membres arliculcs,dont deux son tconfor- 



V 

mes en ailes ; respiration complete par 

des ponmons adherens et perces 5 des plu- 
mes sur la peau. 



Des 



nerfs 






XIV. 



MAMMIFERES 



aboutissant a 

* 

un cerveau qui 
remplit la ca- 
vi te du crane; 
coeur a 2 ven-4 



Vivipares eta mamelles 5 quatre mem- * 
bres articules ou seulement deux : respi- J * ricu * es ^ Ct IC 
ration complete par des poumons non | sari §> chaud* 
perces a Texterieur $ du poil sur quelquc 
partie du corps* 









\ 



■••"WBP^Wi 





DES A N I M A U X. 



a8i 



Tel est le tableau des quatorze classes de'- 
* e rmiiiees parmi les animaux connus, et dispo- 
nes ,suivant 1'ordre le plus CQnforine a celui de 



*& nature. La disposition de ces classes est telle 
^u'on sera toujours force de s'y conformer, 
tynand meme on refuseroit d'adopter les lignes 
de separation qui les ferment; parce que cette 
disposition est fondee sur la consideration de 
1 organisation des corps vivans dont il s'aeit , et 
que cette consideration , qui est de premiere im- 
portance , e'tablit les rapports qu'ont entre eux 
les objets compris dans chaque coupe, et le 

rang de chacune de ces coupes dans toute la 



serie. 






Jamais on ne pourra trouver de motifs so- 
ndes pour changer cette distribution dans son 

e nsemh!e, par les raisons que je viens d'expo- 
*er; mais on pourra lui faire subir des change- 



8 ubordonn 



dans les coup 



<* 



e ntre les objets compris dans les sous-d 



pports 






s 



diflicil 



arbitr 



determiner et pretent pi 



M 



C4A 



ntenant, pour faire 



mieux sentir combien 



c ette disposition et cette distribution des ani- 
**iaux 5 sont conformes a 1'ordre meme de la 
Mature , je vais exposer la serie generate des 
^Umaux connus, partagee dans ses principals 






; 



s 



\ 


















*} 






I 












i 















f 



I 




4 
















1 V 



; 










\ 









t I 



I 










282 

di 






CLASSIFICATION DES ANIMAUX. 



1 visions, en proce'dant du plus simple vers Ic 

plus compose, d'apres les motifs indiques ci- 
dessus. 



d 



ans cette 



position , sera 



Mon objet, 
mettre le lecteur a portee de 
dans la serie ge'nerale , qu'occupent les animauX 
que, dans le cours de cet ouvrage , je suis sou- 



d< 

'g 



Vent d 



le 



de 



peine de recourir pour 



et de lui eviter l a 



de zooW 



b 






/ 



Je ne donnerai cependant ici qu'une simpl 

- 

it des principals divi 
*a pour montrer Ye 
sa disposition la pi 



d 



mais cette liste sum" 



tendue 



de la serie 
forme a IV 



gei 
"dr 



de la nature, et le placement 



indispensable des classes, des ordres 



amsi » 



P 



que 



des families et des g 



On sent bien que c'est dans les bons ouvrages de 
" gie que nous possedons , qu'il faut etudier 
■tails de tous les objets mentionnds dan* 

u'ai pas du m'en oc- 



1 



d 



cette liste, parce que je 
cuper dans cet ouvrage. 



/ 




















Distribution generale des animaux. 28a 




:3E^2BK"i 



Distribution generale 



DES ANIMAUX, 



# 



°rmant une serie conforme a Vordre meme de la 






nature. 



ANIMAUX SANS VERTEBRES. 




Ls n'ont point de colonne 
)riseqnent point de squelettc 



E^rtebrale^ et par 

ceux qni out des 



points d'appui pour le mouvement des p 



°nt sous 




lis manquent de 



e piniere, et oTrent une grande diversity dans la 
imposition de leur organisation. 



I 



er 



DEGRE D'ORGANISATION 



Point de nerfs, ni de moelle loneitudinale 




IlQ Ueuse; point de vaisseaux pour la circula- 
**on ; point d'organes respiratoires ; aucun autre 



*"gaiie interieur et' special 



que 



gestio 



pour la di- 



I 

[ Les Infusoires et les Polypes.'] 

LES INFUSOIRES. 

( Classe I ere . du regne animal. ) 

Animaux fissipares, amorplies ; k corps gelatineux, trans- 
ient, homogene, contractile et microscopiquej point de 
^macules en rayons 7 ni d'appendices rotatoires; interieure- 
^nt ; aucun organe special 7 pas meme pour la digestion. 
































\\\\ 









\ 







y 












zU 



DISTRIBUTION GENERALE 



/ 



Observations 



* 



I 















i 








< 



D 



e tous les animaux connus i le 



gamsa 
faculty 
sentir. 



plus imparfaits , les plus simpl 



ifi 



qui possed 



moms 



d 



lis n'ont assortment point celle de 



Infiniui 



pe 




e'latineux, transp 



i 



presque bomogenes , et incapable* 



de posseder aucun organe special , a cause d 



p foible consistance d 



~~ r — o uui«,iMance ae leurs parties, les in- 
fusolres ne sont veritableinent que des ebauches 



d 



Ges frel 



)s animaux sont les seuls .qui n'aieut 
point de digestion a executer pour se nourrir, 
et qui , en effet, ne se nourrissent que par des ab- 
sorptions des pores de leurpeau et par une im- 

bibition interienrfl. 



Us ressembl 



que par des absorptions , qui 



qui 



ne 



dig 



ganiq 



4 

el dont le$ mouvemens oV 



exterieures; niais 
contractiles , et ils 
subits qu'iis peuvent 
suite ; ce qui caracte'rj 



operent que p 



d 



excitations 



s infusoires 

executent d 



tabl 



rep 



Pi 



fo 



de 



distingue essentiellenient des 



** i 









I 



c 



<ll 



s 



V 






S 



>v 




\ 



DES ANIMAUX, 



o 



85 



TABLEAU DES INFUSOiREs. 

f 

ORDRE I<*. INFUSOIRES NUS. 



J/6* sont dSpoufvus d f appendices exterieur, 



o 



Monade. 
Volvoee 

Protee. 



B 



ursaire. 



Vibrf 



Kolpode. 



ion. 



lh 



ORDRE IP. INFUSOIRES APPENDICULES. 

+ 

out des parties saillantes , comme des poils , des 



■ 



de cornes ou une queue. 



especes 






Cercaire. 

i 

Trichocerque 
Trichode. 

Remarque. La monade , 



que 



nominee 



t particulierem 

monade terme . 



c onn 



plus imparfait et le plus simple des animaux 

einement petit, 
et transparent, 



us , puisque son corp 



oflr 



e qu'un point gelat 



^is contractile. Get animal doit do 



tor 




quel doit commencer la serie des animaux 






; posee selon l'ordre de la nature 






I I 



J 






























































I 






£86 



DISTRIBUTION GENERALS 



LES POLYPES. 






I 






S 





















* 






( Classe Iproe. du r£gne animal. ) 









Animanx genimipares, a corps gelatineux, regeneratif* e 
n'ayant aucur? autre organe inlerieur qu'un canal alim eir 
taire a vine seule ouverture. 

Bouche terminate, entouree de tentacules en rayons 7 ° u 

* 

munie d'organes cilies et rotatoires. 

La plupart adherent les uns aux autres , communique 1 ^ 
ensemble par leur canal alimentaire, et forment alors d# 
animaux composes. 



Observations. 






On a vu dans ies infusoires des animalcule 

infiniiiient petits, freles, sans eonsistance , safl s 
forme parliculiere a leur classe , sans organe* 

quelconques, et par consequent sans bouche ^ 
sans canal alimentaire distincts. 

I - • 

Dans les polypes 3 la simplicity et fimpe^ 
fection de {organisation quoique tres-eminente* 
encore 9 sont moins grandes que dans les &' 
fasoires. I/organisation a fait evidemment quel' 
ques progres ; car deja la nature a .obtenu u# e 

- 

forme constamrnent reguliere pour les animal 
de cette classe ; deja tons sont munis d'un of ' 
gane special pour la digestion , et conseque* 11 ' 
merit dune bouche 3 qui est l'entree de leur s^ G 
alimentaire. 



1 



H 



s 
















4 







DES ANIMAUX. 



g 



Que Ton se represente un petit corp 




bl 



a J 



k 



son extre- 



! supe'rieure une bouche garnie , soitd'orgati 
toires, soit de tentacules en rayons , laque 

d'entree aun canal alimentaire qui n'a aucu 

re , et Ton aura 1'idee d'un polyp 
dee Ton joigne celle de ladheren 



Qua cette 
Ue plusieurs de ces petits corp 




con- 



1 



le 




g 



3 5 et participant a une vie c 
J^ura , a leur egard , le fait 
plus iremarquable qui les c 
Les polypes n'ayant ni nerfs pour le sentiment 

organes particuliers pour la respiration, ni 

* 



pour 



circulation de 



fluid 



s °nt plus imparfaits en organisation que 
^ux des classes qui vont suivre. 



TABLEAU DES POLYPES. 



ORDRE I er . POLYPES ROTIFERES 






* 



( 



















I 






; 


























Us out a la bouche des organes cities et rotatoires. 



Urceolaires* 
Brachions ? 

Vorticelles, 







i 

























I 



r 














s88 



DISTRIBUTION G^NERALE 



































ORDRE II e . POLYPES A POLYPIER 



t 



lis ont autour de la bouche des tentacules en rayons > 4 
sontjixes dans un polypier qui nejlotte point dans le seirt 



des 



eaux. 



* 



Polypier membraneux ou come > sans ecorce distincte* 






Cristatelle. 

Plumatelle. 
Tubulaire. 
Sertulaire. 



Cellaire. 
Flustre. 

Cellepore. 
Botryle. 



* * 



Polypier ay ant un axe come , reconvert d'uh 



encroutemen 






Acetabule. 
Coralline* 



Alcyori. 
Antipate 



Q 



G 



or 



E 



gone 



ponge. 



*** Polypier ayant un axe en partie ou touUa^fait pierreu$> 

et recouvert d'un encroutement corticiforme \ 



< 



Is is. 
Co rail. 



**** 



Polypier tout-hrfait pierreux et sans encroutement 




Tubi 



pore 



■ 



Lunulite. 
Ovulite. 

Siderolite 

Orbulite. 

Alveolite. 

Ocellaire. 



Eschare. 



Retepore. 



Mill 



epore. 



A 



gance. 






one. 



Pav 



Meandrine. 



As tree. 



Madrepore* 





















DES ANIMAUX. 



&9 



Madrepore. 

i 

Caryopliyilie. 

TurLinolie. 
Fongie. ' 



Cyclolite. 

Dactylopore. 
Virgulaire. 



ORDRE IIP. POLYPES FLOTTANS. 



Polypier libre , allonge, flottant dans les eaux ' et ay ant 
*m axe come ou osseux 9 recouvert d'une chair commune a 
tous les polypes $ des tentacules en rayons autour de la 
bouche. 



Encrine. 
Ombellulaire 



Funiculine. 
Veretille. 

Pennatule. 



ORDB.E IV e . POLYPES NUS. 



s 



lis ont a la houche des tentacules en rayons 3 soweni 



\* 



Pedicellaire 



onne. 



C 



Hydre, 



Zoanthe 
Actinie. 

































m 









I 



II 







1 



IP. DEGR& D'ORGANISATION. 



Point de moelle longitud 



ens< 



"» * 



de vais< 
ganes p 




pour 



la circulation 



qu 




( 



ues or- 



dx\s tabes 



ou des pores aspirant 1'eau , soit des esj: 
d'ovaires ) autres que ceux de la digestion. 



l. 



[Les Radiaires etles Vers.] 



'9 









1 



: 






1 




























• 



I 






290 



DISTRIBUTION GENERALE 



LES PxADIAIRES. 



1 

( Classe III e . du rcgnc animal. ) 

Animaux subgemmipares 9 libres ou vagabonds 3 a corps 
regeneratif , ayant une disposition rayonnante dans ses par- 
ties, tant internes qu'externes, et un organe digestif com- 
pose; bouehe inferieure, simple on multiple. 

Point de tete , point d'yeux , point de pattes articulees } 
quelques organes interieurs antres que ceux de la digestion* 

t 

Observations* 



Voici la troisieme ligne de separation classique 



qu'il 



a 



etc" convenable de tracer dans la dis- 



tribution naturelle des animaux. 

Ici, nous trouvons des formes tout-a-fait nou- 
velles, qui toutes neanmoins se rapportent a 



mo 



gen^ralement 



meme 



la disposition ray 

terieures qu'exteri 



des parties, tant in- 



C 



e ne 



plus des animaux a corp 



1 



ayant une bouehe superieure et terminate, le 



pi 



fixes d 



un 



grand nombre ensemble 



cun a une vie 



animaux 



ommune 



polypier ? et vivant 

en participant cha- 

mais ce sont des 




* 

plus composee que 



polypes, simples, toujours libres, ay 
conformation qui leur est particular 



les 
une 



et se 



general, dans une position comm e 



renversee 






DES ANIMAUX 



Presque tout 
pirant 1'eau, c 

aquiferes ; et d 



le 



es 



id< 



parois 



un 




d no.mb 



91 



des tubes as- 
des trache'es 
'e , on trouve 



d 



es 



ps p 



qui 



nxbient a d 



ovaires. 

Par un Memoire , do 



^ 



d'entend 



lecture dans Fassemblee des Professeurs du Mu 



d 



im j j'apprends qu'un savant observe 
docteur Spix ^ medecin Bavarois , a d 



M, 



les asteries 



d 



le 



s 



d'un sy 



appareii 



M. le docteur Spix assure avoir vu dans 



1 



§ 



sous une meinb 



tendi 



neuse qui 
sur l'estoi 



omme une ter 



est suspend 



un entrelacement 



e 



dules et de filets blancb 



iompose d 
en outre, a 



l'oriffine de chaque rayon, deux nod 



o 



§ 




q 



Ql 



quent 



n 



par 



filet, desquels partent d'autres filets qui vont 



lo 



pai 



et entre autres deux; fort 



qui 



se dirigent d 



o 



rayon et en fou 



Sel 



ob 



d 



da 



e ee savant , on voit 



ongement de l'estomac ( ccecurn ) 



1 



hepatiq 

cheaux 



chaque rayon deux nodu 



1 ! 



IX 



lobes 



deux 



et des canaux tra- 



Dansles actinies, M. le docteur Spix observa 



\ 




f 







I 














I 




! 





































, 
















<r,-< 


























I 










1 






\ 



292 



DISTRIBUTION GENERALE 



dans la base d 



Ci 



dessous de 1 



mac, quelques paires de nodules , disposes autou 
d'un centre , qui commimiquent entre eux par de 
filets cylindriques, et qui 



en envoient d 



q 



aux parties superieures : il y vit 5 er 
ovaires environnant l'estomac, d 
quels par tent des canaux qui, apres leur reunion 9 



e 



b 



c 



des 



dans un point infer 



alimentaire 



II 



etonnant 
li 



' 



qu 



d 



es 



r 1 



app 
app 



ils d 




anes 



aussi compuques aient 

qui ont examine Forganisation de 

Si M. le docteur Spix n 
sur ce qu'il a cru voir; 



a tous ceu^c 



P 



fait illusioi 
pas tromp 



en attribuant a ces organes une autre nature 



et d'autres 

propres, ce 

qui ont cru 
ganes femell 

cryptogames 



fonctions cme celles 






qu 



leur sont 



qui est arrive a tant de bot 



d 



es or 




anes 



males et d 



dans presque toutes les p 



u 



1 



o 



Que ce ne sera plus dans les insectes q 



faudra fixer le commencement du sy 



nerveux ; 






■ 

2°. Que ce systeme devra etre considers 

jbauche dans les vers , dans les radiaires , 



comme e 



et meme dans l'actinie , dernier genre des 

polypes ; 

3°. Que ce ne sera pas une raison pour q 



ue 



















D E S ANIMAUX. 20,3 

4 

tons les polypes puissent posseder Febauche de 
c e systeme , corarae il ne s'ensuit pas de ce que 
CRielques reptiles ont des branchies , que tous les 
autres en soient pourvus ; 

4°. Qu'enfin , le systeme 



Pas moi 
tous les 



un 



orps 



g 



sp 



nerveux n'en est 

i 3 non commun a 

non - settlement il 



pas le propre d 



g 



pas rn£me celui de tons les animaux ; puisque , 
c oinine je 1'ai fait voir 5 il est impossible que les 
infusoires en soient munis , et qu'assiirement la 
generality des polypes ne sauroit le posseder; 

aussi le chercheroit-on en vain dans les hjdres 3 

qui appartiennent cependant au dernier ordre 
des polypes, celui qui avoisine le plus les ra- 
diaires , puisqu'il comprend les actinies. 

Ainsij quelque fondement que puissent avoir 
les faits cites ci-dessus , les considerations que je 
presente dans cet ouvrage snr la formation 
successive des diflerens organes sp'iciaux, sub- 
sisted dans leur inte'grite , en quelque point de 
1'echelle animale que cliacun de ces organes 
Commence ; et il est toujours vrai que les facultes 

qu'ils donnent a Fanimai ne commencent a avoir 

* / 

ueu qu'avec 1'existence des organes qui les pro- 
, curent. 



( 























' 





















; 



i 










w 















y 






» 












94 



DISTRIBUTION GENERALE 



TABLEAU DES RADIAIRES. 



ORDRE I cr . RADIAIRES MOLLASSES. 

I 

■ 

Corps gelatineux * peau motte , transparente y depourvuQ 

d'epines articulees $ point d' anus. 



Steplianomie 



L 



ucernaire. 









Physsopliore 

Physalie. 

Velelle. 

Porpite. 



Pyrosome. 

Be roe. 
Equoree, P. 

Rhizostome 




use. 



ORDRE IP. .RADIAIRES ECHINODERMES. 



Peau opaque 3 crustacee ou coriace 3 munie de tubercules 
retractiles ; ou d'epines articulees sur des tubercules y et per" 
cee de trous par series. 

* 

Les stellerides. La peau non irritable > rnais mobile ; point 
d'anus. 

Ophiure. 
Asterie. 



Les echinides. La peau non irritable 3 ni mobile $ un anus 



Clypeastre 

Cassidite. 

Spatangue. 
Ananchite. 



Gale rite. 

Nucleolite 
Ours in. 



* ¥¥ Lesfistulides. Corps allonge , la peau irritable et mobile. 



un anus. 



Holothurie. 
Siponcle* 












DES ANIMAUX. 



2 9 5 



n 



argue. Lc 



P 



tres-rapproche's des 



ncles sont des animaux 
rs ,* cependant leurs rap- 



ports 



holothuri 



fait 




parmi 



diaires , dont ils n'ont pi 



qu ils doivent 



quemment 



terminer. 



En 




eneral , d 



distribution b 



turelle , les premiers et les derniers genres d 

caracteres classiqn 



\ 



cla.< 



i les 



ont ceux en qui 

moins prononces ; parce que 



sur la liraite 5 et les lignes de separa 



ficiell 



ces 




enres 



doiv 



que les autre s , les caracteres d 



moms 

classes. 



L 



VE 



■ 

(Classe IV e . du regne animal.) 

F 

Animaux subovipares, a corps mou ? allonge , sans tete, 
sans yeux, sans pattes et sans faisceaux de cilsj depourvus 
de circulation ? et ayantun canal intestinal complet ou a deux. 

ouver lures. 

Bouche constitu.ee par un ou plusieurs sucoirs. 

Observations. 






) 



La forme generate des vers est bien diffe- 
rente de celle des radiaires , et leur bouche , 
partout en sucoir , n'a aucune analogie avec 
celle des polypes, qui n'offre simplement qu'une 
ouverture accompagnee de tentacules en rayons 
ou d'organes rotatoires. 







il 










I 



' 



■ 

1 




I 

















*-:"«-T*k-, 









■\ 













o6 



DISTRIBUTION GENERALE 






Les vers out, en general , le corp 



o 



peu contractile, qu 
nal intestinal n'est 
ouverture. 




s 



foi 

b 



mou , et leur ca- 
me a une seule 



D 



les 



radiaires jislulides s la nature a 



/' 



aband 



for 



des part 



ray 



dormer au corps des 



une forme allongee , la seule qui pouvoit con- 

duire au but qa'elle se proposoit d'atteindre. 



Par 



venue a for 



les 



ver 



>j 



e 



ile 



tendre 



dorenavant a etablir le mode sy me trique de parties 
p aires } auquel elle n'a pu arriver qu'en eta- 

blissant celui des articulations: mais dans la 



classe 



en 



craelq 



e 



bisue . d 




vers 



elle en a a peine eb 






TABLEAU DES VERS. 



QRDRE I 



er 






Dragoneau 
Filaire. 

Proboscide 



C 



rinon, 



■Ascaride, 

Fissule. 

Trichure 



VERS CYLXNDRIQUES 






* 



Gucullan. 
Stroagle. 

Masse tte. 

Caryophylle. 
Tentaculaire. 
Echinorique. 



\ 



ORDRE IP. VERS VESICULEUX 

Bicorne. 
Hy da tide. 



\ 






\ 





DES ANIMAUX. 



»97 



ORDRE IIP. VERS APLAT1S 



Tae 



ma. 



Linguatule. 



Lin grille. 

C 

Fasciole, 






lll e . DEGRE D'ORGANISATION. 



■ 

Des nerfs ahoutissant a une nioelle longitudi- 
fcale noueuse ; respiration par des trachees ae- 
liferes ; circulation nulle ou imparfaite. 

[ Les Insectes et les A.rachnides.^\ 






LES INSECTES. 



( Classe V c . du regne animal. ) 



Animaux ovipares, subissant des metamorphoses, pou- 

■ 

Vant avoir des ailes , et ayant, dans Fetat parfait, six pattes 
^rticulees ) deux antennes, deux yeux a reseau, et la peau 

cornee. 

Respiration par des trachees aeriferes qui s'etendent dans 
toutes les parties 5 aucun systeme de circulation; deux sexes 
distincts; un seul accouplement dans le cours de la, vie. 

■ 

Observations. 



\ 



Parvenus aux insectes , nous trouvons dans 

1 

es animaux extremement nombreux que cette 
classe comprend , un ordre de choses fort dif- 
ferent de ceux que nous avons rencontres dans; 
les animaux des quatre classes precedentes; 























1 







; \ 










I 



] 



I 











I, 






I 















! 










f 







2 




DISTRIBUTION GENERALE 



aussi 



au li 



eu 



d 



d 



comp 



une nuance dans les progres 
de 1' organisation animate , en 



arrivant aux insectes , on a fait a cet egard 



Ic 



pour 



deres d 
eritable 



d 



La premiere 101s , les ammaux 
leur exterieur , nous offren 



tete 



qu 



i est 



yeux 



arquabl 



d 



quoique encore 



des 
fort 



parfaits ; des p 



deux ] 
paires 



Ck 



b 



es articulees disposees sur 
forme syraetrique de parties 



et en opposition ? que la nature emploira 
desormais jusque dans les animaux les plus 
parfaits inclusivement. 

En penetrant a rinterieur 



°y 



aussi un sy 



longitudinale 
ce systeme n 



foy 



ux est e 
pportent 



rieur des insectes 5 nous 

me nerveux complet j 
aboutissent a une moelU 

mais quoique complet? 
encore fort imparfait ? 



P 



sant 



di\ 



et les sens eux-memes e 



i tan* 






en petit nombre et fort obscurs ; enfin , nous J 
voyons encore un veritable systeme muse ul aire * 



• 



des sexes distincts 



ma is qui 



mme 



ceu* 
seule 



des vegetaux, ne peuvent fournir qua une si 
fecondation. 

A la verite , nous ne trouvons pas encore 

I 

de systeme de circulation 3 et il faudra s'elever 



plus 1 



d 



h 



animale p 



7 



xett' 






X 



I 

I 








D E S ANIMAUX. 



299 



c ontrer ce perfeetioimement de Torg 



L 



propr 



de 



a *les dans leur < 
lui en manquent 

a Vortement qui < 



parfa 



d' avoir des 

e que ceux 



prives que par 



devenu habituel et constant 



Observations. 







Dans le tableau que je vais presenter , Ies 

genres sont reduits a un nombre considerable- 



lUent inferieur a celui d 



g 



que Ton a 









for 



ones parmi les animaux de cette classe. 



1 



de 



tude 



de la method 



m 



la si] 
paru 



plicite et la clarte 



cette 



due 



tiori , qui ne va pas au point de nuire a la 
noissance des objets. Employer toutes les 



par 



ter 
les 



qu 



5 Ton peut saisir dans les carac 
des animaux et des plantes pour multiplie: 




1'infini , e'est , comme 



l'ai dej 



uit , encombrer et obscurcir la science au lieu 
uela servir ; e'est en rendre l'etude tellement com- 
pliquee et difficile, qu'ellene devient alors pratica- 
ble que pour ceux qui voudroient consacrer leur 
^ie entiere a connoitre l'immense nomenclature 

■ 

e t les caracteres minutieux employes pour les dis- 
tinctions exe'eutees parmi ces animaux. 












: 






1 









J 











: 






















ooo 



DISTRIBUTION GENERALE 






TABLEAU DES INSECTES 









(A.) LZS SUCEURS. 



Leur bouche qffre un sucoir muni ou depourvu de gaine 






OKBRE I". INSECTES APTERES. 



Tine irompe bivalve , iriarticulee , renfermant un sucoir" 



de deux soies. 

Les ailes habituellement cwortees dans les dew 
larve apode; nymphe immobile 9 dans une coque. 



x sexes) 






Puce. 



ORDRE IP. INSECTES DIPTERES 



Tine trompe non articulee , droite ou coudee > quelquefois 



retractile. 



Deux ailes nues, rnembraneuses ,vein6es) deux balanciers) 
larve vermiforme > le plus souvent apode. 










Hippobosque 

Qcsire. 



i 



raaome 



St 



Syrphe. 



Ant! 



irace 



Mo&che. 



Stomoxe. 

Myope. 

Conops. 



E 



nip is 



Bombile, 
Asile. 



Tao 



n. 



llhagion 



Cousin. 

Tipule. 

Simulie. 

Bibion. 






DES ANIMAUX. 



DO I 







ORDRE III 6 . 




ECTES EMIPTEBES. 






Sec aigu 3 articide > recourbe sous la poitrine y servant do 
gaine a un sucoir de trois soies. 

Deux ailes cache es sous des elytres mcmbraneux ; larve 
hexapode $ la nymplie marche ei mange. 



Dorthesie. 

Cochenille 
Psylle. 

Puceron. 
Alevrode. 
Trips . 



Cigale. 



h\-1 



I 






Tett 



i^one 



Scutellaire 



Pentatome." 



P 



una is e. 



Core. 

Pteduve. 
Hydrometre 



Gei 



T1S. 



Nepa. 



Notonecte. 
Naucore. 



C 



onse. 



ORDRE IV e . INSECTES LEPIDOPTERES. 



\ 








r 



« 










■ I 



$ 







Sucoir de deux pieces , depourvu de gaine 9 imitant une 
* r ompe tubuleuse y et route en spirale dans V inaction. 

Quatre ailes membraneuses , reconvenes d'ecailles colo- 
r 6es et commejarineuses. 

Larve munie de huit a seize patles $ chrysalide inactive. 



Antennes subulees ou seiacees. 



Pterophore 



Orneo^- 



•UA 



Ccrostome 



T 



igne 



Alucite 
Adele. 

Pyrale. 
















- 



y 







- ^ ^r -- 












3o 



^4 



DISTRIBUTION 

Noctuelle. 
Phalc 



ene. 



GENERALE 



Hepiale. 



Bombice 



** Antennes renflees dans quelque partie de leur longueu* 






\ 






Zygene. 
Papillon. 



Sphinx. 
Sesie. 



(B). LES BROYEURS. 



Leur bouche offre des mandibules , le plus souvent accorfl 
pagndes de machoires. 






OBDRE V e . INSECTES HYMENOPTERES. 









Des mandibules , et un sucoir de trois pibces plus ou moifl s 
prdlongees , dont la base est renfermee dans une gaint 



courte. 



Quatre ailes nues 9 membraneuses y veinees , irrigates) 
anus des Jemelles arme d f un aiguillon ou muni d'un^ 
tarribre $ nymphe immobile. 






* Anus des Jernelles arme d'un aiguillon. 






Abeille. 
Monomelite 

Nomade. 
Eucere. 

Andrenne. 



Guepe. 
Polyste. 



Fourmi. 
Mu tile. 

Scolie. 
Tipliie. 

Bemb 
Crab 



ece. 



ron. 



Sphex. 









D E S A N I M A U X. 



3o3 






** 



Anus desfomelles muni d'une iarribre. 



Chryside. 



O 



x 



jure 



Eyanf 



Foene. 



e 



Leucopsis. 
Chalcis. 

Cinips. 

Diplolepe. 
Ichneumon* 



Urocere.. 
Orysse. 
Tentrede. 
Clavellaire 



f 



ORDRE VI e . INSECTES NEVROPTERES, 



Pes mandibules et des machoires. 

Quatre ailes nues > membraneuses , reticuUes $ abdomen 
Q llonge 3 depourvu d'aiguillon et de tarribre $ larve hoocapode ; 
diversitS dans la metamorphose. 



* 



ISymphes inactives 





- 












i 


















Perle. 

Nemoure 

Frigane. 



* 



* Nymphes agissantes 

Nemoptere. 

Panorpe. 
Psoc. 

* 

Thermite. 



Cory dale. 

Chauliode, 



Hemerobe. 

Ascalaphe. 
Myrmeleon. 



Raphidie. 

Ephemere* 



Agrion. 

iEshne. 

Libellule. 1 



/ 



/ 









1 





















3o4 



DISTRIBUTION GEN22RALE 



ORDRE VII s . INSECTES OIITHOPTERES. 



' 



Des mandibules 9 des mdchoires eides "alettes recouvrant 



les mdchoires. 






Deux ailes droites , plissees longitudinalement , et recoU- 
Vertes par deux elytres presque membraneux. 

* 

Larve comme Vinsecte parfait , mats n' ay ant ni ailes n* 
elytres $ ny raphe agissante. 






Sauterelle 
Achete. 

Criquet. 
Truxale. 



Mante. 



Phasme. 
Spectre. 






Grillon. 

Blatte. 

Forficule. 









\ 






ORDRE VIII . INSECTES COLEOPTERES. 



Desmandibules et des mdchoires* 

Deux ailes membrane uses , pliees trans versalement dan* 
le repos et sous, deux elytres durs ou coriaces etplus courts* 

Larve hexapode , a tete ecailleuse et sans yeux ; nymph 6 
inactive* 



Deux ou trois articles a tous les tarses. 



f 



Pselaphe. 



Coccinelle. 
Eumorphe, 



¥* 



Quatre articles a tons les tarses. 



Erotyle. 

Casside. 
Chrysomele. 

Galeruque. 



Criocere. 

Clytre. 

Gribouri. 



i 



/ 



Lepture* 



»* 












JDES ANlMAUX. 



Lepture. 

Stencore. 

Saperde. 

Necydale. 

Callidie* 

Capricorn^* 

Prione. 

Spondyle6 



Bostridbu 



Micetophage 



<z 



Tro 



gossite. 



Cucuje 



Bruche* 

Attelabe. 
Brente. 

Charanson* 
Brachicere * 



3o5 



\ 












*** 



Cinq articles aux tarses des premieres paires de pates 



9 



et quatre a ceux de la troisieme paire* 



Opatre. 

Tenebrion* 
Blaps, 

Pimelie* 
Sepidie, 
Scaure* 

Erodie. 
Chiroscelis, 






Helops, 
Diapere* 



Cistele 



* 



** 



Mordelle. 
Ripiphore, 

f 

Pyrochre,, 

Cossyphee 
Notoxe* 






Lagriee 
Cerocome, 

Apale* 
H 



one. 



Mylabre. 

Cantharide 

Meloe. 



** 



Cinq articles a tous les tarses 




i 









i 







fj 






Lyrnexyle. 

Telephore. 

Malachie. 
Melyris. 



Lampyre. 
Lycus. 

Omalyse. 
Drills 



20 






• , 




























3o6 












\ 



i r 



/ 






/ 



DISTRIBUTION 



V 



Melasis. 

Bupreste. 

Taupin. 



Ptilin. 
Vrillette. 

Ptine. 



Staphylin* 

Oxypore. 

Pedere. 



Cicindele. 
Elaphre. 

Scarite. 
Manticore* 
Carabe. , 

Dytique. 



Hydrophile. 

Gyrin. 
Dryops. 



■ 



GENERALE 

Clairon. 



Necrophore. 

Bouclier. 

Nitidule. 

Ips. 

Dermeste. 

Anthrene. 

Byrrhe. 

Escarbot. 

Spheridie. 



- 



Trox. 

Cetoine. 

Goliath. 

Hannetorc. 

Lethrus. 
Geotrupe. 

Bousier. 
Scarabe. 
Passale. 
Lucane, 



LES ARACHNIDES 



/ 






(Classe VI e . du regne animal.) 

Animaux ovipares , ayant en tout temps des pates articu- 

lees et des yeux a la tete ; ne subissant point de metamor- 
phose et ne possedant jamais d'ailes ni d'elytres. 

Des stigmates et des trachees bornces pour la respiration j 
une ebauche de circulation j plusieurs fecondations dans le 
cours de la vie. 









> 










DES ANIMAUX 







Z07 



/ 



Observations. 






L 



/ 



arachnides 



qui 



dans l'ordr 



que 



d 



bli , viennent apres les insectes , offrent 






es progres manifestes dansleperfec 



de 



1 organisation* 

En efFet , la generation sexuelle se montre 
chez elles , et pour la premiere fois , avec toutes 

ses facultes, puisqUe ces animaux s'accouplent 






1 



e cours de 



et engendrent plusieurs fois dans 

leur vie ; tandis que dans les insectes , les or- 



ganes se: 

peuvent 
d'ailleurs 
maux d 



co mm 



Q 



ce 



ux des vegetaux, ne 



executer cm'une seule fe'cond 



achnides sont les pr 



1 



repels la circulation commence 



oe 



ebaueher 



car 



selon les observations d 



M. Cuv 



on leur trouve 



d'ou p 



tent , sur les cotes > deux ou trois paires de 
Vaisseaux. 



L 



es 



cl 



d 



s 



vent d 



insectes parvenus 



ans l'air, commeles 

I 

parfait; mais elles 



d 



subissent point de metamorph 



amais 



d'elyt 



? 



sans 



qu 



soit le produit 



d'aucun avortement, et elles se tiennent, en 



g 



,/ 



cache"es ou vivent solitairement , se 
at de proie ou du sang qu'elles 



\ 



sucent. 



Dans les arachnides , le mode de respiration 
t encore le meme que dans les insectes; mais 



\ > 













1 

























1 

• 



1 










• ' 


























1 



























3o8 



DISTRIBUTION GE*NERALE 



ce mode estsur le point de changer; car les tra- 
che'es des arachnides sont tres-bornees , pour 
ainsi dire appauvries , et ne s'etendent pas dans 
tous les points du corps. Ges trachees sont re- 
duites a un petit nombre de vesicules , ce que nous 
apprend encore M. Cuvier 9 ( Anatom. , vol. IV, 

p. 419); e * a pres les arachnides, ce mode de 
respiration ne se retrouve plus dans aucun des 
animaux des classes qui suivent. 

Cetteclassed'animauxesttres-suspecte : beau- 
coup d'entre euxsont venimeux , surtoutceuxqui 
habitent des climate chauds. 

TABLEAU DES ARACHNIDES. 



/ 



QRDRE I". ARACHNIDES PALP1STES. 

Point d'antennes , mais settlement des palpes ,* la tela 
confondue avec le corselet y huit pates. 



My gale. 

Araignee. 

Phryne. 
Theliphone 

Scorpion. 



Trogul. 
Elay s • 
Trombidion. 









y 









Pince. 

Galeode. 

Faucheur. 



Hydrachne, 

Bdelle. ' 
Mitte. . 
Nymphom 

Picnogonon. 



t 






- 1 



l 







D E S A N I M A U X. 



J09 












ORDRE 11% ARACHN1DES ANTENNISTES. 



Deux antennes yla tele distincte du corselet. 



Poii. 
Ricin. 



Forbicine 

Podure. 



Scolopendre 

Scutigere, 

lule. 












•* 1 




IV. 




D'ORGANISATION 



Des nerfs aboutissant a une xnoelle longitu- 




dinale 



noueuso 



Ck 



ou a un cerveau sans moelle 



e*piniere ; respiration par des branchies ; des 
arteres et des veines pour la circulation. 

[Les Crustacis , les Anne tides, les Cirrhipedes et les 

\ 

Mollusques. ] 

* 

LES CRUSTAC^S. 



• 



I 
















( Classe VIK da regne animal. ) 



Animaux ovipares ? ayant le corps et les membres articu- 
les ? la peau crustacee 7 plusieurs paires de msLchoires, des 
yeux et des antennes a la tete. 

Respiration par cles branchies ; un eoeur et des vaisseaux 

pour la circulation. 



» 


















■ 



; 

























I 









+* 











o"io 



DISTRIBUTION 



GENERALE 



Observations. 



D 



ands cb 



ue grands cnangemens 
animaux de cette classe, 



dans Forg 



qu 



des 
for- 



fc 



les 
fa 



la nature est par 



a 



des pr 




considerables. 

D'abord le mode de respiration y est tout-a-fait 

t 

different de celui employe dans les arachnides 



et dans les insectes ; et ce mode, constitute par 



des organes qu' 
pager jusque d 
reparoitront p 



e 



b 



pro 






poissons. Les tracb 



e 



disp 



et 3 



lorscpie la 



s 



b 



a 



elles-memes 
a pu former 



poumon celiulairz. 

Eds ili- la cireulatioh 9 dont onnetrouve q 



pie ebauche d 



hnid 



est com- 



pi 



etablie dans les crustaces 3 oil Ton 



Act 



pour 



Fenvoi du 



sang aux. diif<£rentes parlies du corps 5 et des 



qui ramenent ce fiuide a Forgane principal 



de 



O 



retrouve encore d 






les crustaces le 




ene 



mode des articulations que la nature a 
ralement employe dans les insectes et dans les 
araclmides, pour faciiiter le mouvement mus* 
culaire a 1'aide de 1'indurescence de la peau ; 
mais dorenayant la nature abandonnera ce 



/ 



/ 















. DESANIMAUX. 

e'tablir un systenie d'org 



3n 



ttioyen p 
qui ne l'exigera plus. 
La plupart des crust aces vivent dans les 

eaux , soit douces , soit salees ou marines; 
quelq 



ues-uns neanmoins se tiennent sur la 
pirent l'air avec leurs branchies : tous 
issent que de matieres animales. 



TABLEAU DES Clt'USTACSS. 











ORDRE I". CRUSTACES SESSILIOCLES 



Zes yeux-sessiles et immobiles. 



Cloporte. 

Ligie. 
Aselle. 

Cyame, 

Crevette. 
CheveroJle 



Cyclops 
Zoee. 



Ceplialocle. 
Amymone. 
Daphnie. 
Lynce. 

Osole. 
Limule. 
Calige. 
Polypheme. 






: 






1 






1 i 






] 



ORDRE IP. CRUSTACES PEDIOCLES 



* 

"Deuxjeux distincts > eleves sur des pedicules mobiles* 
Queue allongde , garnie de lames natatoires ? ou de cro- 



chets ou de cils. 



Branchiopode. 

Squille. 

Palemon. 



Crangon. 

Palinure. 

Scyllare. 

























\ 






/ 










\ 





















3l3 



DISTRIBUTION G13NERALE 



Galathee. 

Ecrevisse. 

Pagure. 



Albunee, 

Hippe. 
Coriste. 

Porceilane. 



Ranine, 









*¥ 



Q 



V abdomen. 



Pinnothere 

Leucosie. 

Arctopsis. 

Maia. 



Mattite. 

Orithye. 
Podophtalme 

Portune, 



Doripe. 
Plagusie. 

9 

Grapse. 

Ocypode. 

Calappe. 

Hepate, 

Dromie. 

Cancer, 



LES ANNELXDES. 



(Classe VIII e . du regae animal. ) 



Animaux ovipares ? a corps allonge ? mollasse ? annele 
transversalement ; ayant rarement des yeux et une tete dis^ 
tincte, et depourvu de pattes articulees. 

Des arteres et des veines pour la circulation 3 respiration 
par des branchies 5 une moelle longitudinale noueuse. 

1 

Observations* 



On voit, dans les annelid es , que la nature 
s'efforce d'abandonner le mode des articulations 
quelle a constamment employe dans les insectes, 






1/ 


















DES ANIMAUX. 



3i3 



fes arachnides et les crustaees. Leur corps allon- 
ge , moliasse, et dans la plupart simplement annele , 
donne a ces animaux 1'apparence d'etre aussi 
imparfaits que les vers , avec lesquels on les 
avoit confondus; mais ayant des arteres et des 
v eines . et respirant par des branchies, ces 



a mmaux , tres - distingues des vers , doivent , 
a vec les cirrhipedes , fa ire le passage des crus- 
taces aux mollusques. 

lis manquent de pates articnlees (i), et la 
plupart ont, sur les cotes , des soies ou des 
faisceaux de soies qui en tiennent lieu : presque 

- 

tous sont des suceurs , et ne se nourrissent que de 

1 

toatieres fluides. 










i 



; 



I 



. 






i 



y 






V 



I 

. (1) Pour perfectionner les organes du mouvement de 
translation de l'animal ? la nature avoit besom de quitter le 
s ysteme des pates articulees qui ne sont le produit d'aucun 
Sc [uelette 9 afin d'etablir celui des quatre membres dependans 
^'un squelette interieur qui est propre au corps des animaux 
les plus parfaits j c'est ce quelle a execute dans les annelides 
*t les mollusques , oil elle n'a fait que preparer ses moyens 
pour cornmencer, dans les poissons ? Forganisation particu- 
^ere des animaux vertebres. Ainsi, dans les annelides ? elle a 
^tandonne les pates articulees , et dans les mollusques elle 
a fait plus encore, elle a cesse Femploi d'une moeile longitu- 



<Wl 



e noueuse. 






| 



: 



I 



! 









; 



) 






i 











rz 



514 



DISTRIBUTION GENERALE 



TABLEAU DES ANNELIDES. 



ORDRE I er . ANNELIDES CRYPTOBRANCHES 



Planaire 



S 



angsue 



Lernee. 
Clavale, 






F 



une i 



? 



Nai'ade. 

Lombric. 

Thalasseme, 



1 .' 












ORDRE IP. ANNELIDES GYMNOBRANCHES 



Arenicole. 
Amphinome. 
Aphrodite. 
Nereide. 



Sabellaire 






/ 






Terebelle. 
Amphi trite 



Serpule. 
Spirorbe. 

Siliquaire 

Den tale. 



LES CIRRHIPEDES. 

- 

( Classe IX e . dn regne animal. ) 

Animaux ovipares et testaces , sans tete et sans yeux > 
ayant un manteau qui tapisse l'interieur de la coquille ? de 5 
bras articules dont la peau est cornee ; et deux paires de ma* 
choires a la Louche. * 

Respiration par des branchies; une moelle longitudinal e 
noueuse; des vaisseaux pour la circulation. 



Observations. 



Quoiqu' 

nombre d 



ne connoisse encore qu'un p 



tit 



g 



qui se rapport 



a c 



ette 



aractere des animaux que conipren 















I 












nent 
quo: 



DES ANIMAUX. 



ces genres est si singulier , 



3i5 



qu 



g 



e 



les distill 



g 



3 



comrae constituant une 



P 



Les cirrkipedes ayant une coquille , un man- 
* e au , et se trouvant sans tete et : 
peuvent etre des crustaces : leurs 



yeux 



ne 



bras 



e mpechent qu'on ne les range parmi les anneli- 
des; et leur moelle longitudinale noueuse ne per- 

^et pas qu'on les reunisse aux mollusques. 



TABLEAU DES C IRRHIPEDES. 



Tubicinelle. 
Coronule. 



Balane. 
Anatife . 



Remarque. On voit que les cirrhipedes tien- 
fcent encore aux annelides par leur moelle longi- 
tudinale noueuse ; mais , dans ces aniraaux , la 
Mature se prepare a former les mollusques , puis- 

■ 

qu'ils out deja, comme ces derniers , unmanteau 
qui tapisse l'interieur de leur coquille. 






• 






> 







\ 




































' 



I 






LES MOLLUSQUES, 






( Classe X e . da regne animal. ) 






Animaux ovipares, a corps mollasse, non articule dans 
s es parties 7 et ayant un manteau variable. 

Respiration par des branchies tres-diversifieesj.ni moelle 
epiniere, ni moelle longitudinale noueuse 3 mais des nerfs 
a boutissant a un cerveau imparfait. 



I 











I 



/ 






* 



\ 



r 












3j6 



DISTRIBUTION GENERALE 



Laplupart sont enveloppes dans une coquillej d'autres en 
contiennent une plus oumoins completement enckassee dans 
leur interieur, et d'autres encore en sont toufc-a-fait de- 

pOUlTUS. 

i 

- 

Observations. 



» 



i 






Les mollusques sont les mieux organises des 

animaux sans vertebres , c'est-a-dire , ceux dont 
Forganisation est la pins composee et qui appro- 

che le plus de celle des poissons. 

Us constituent une elasse nombreuse qui ter 
mine les animaux sans vertebres, et qui est 
eminemment distinguee des autres classes , en ce 
que les animaux qui la composent , ayant u» 
systeme nerveux 3 comme beaucoup d'autres > 
sont les seuls qui n'aient ni moelle longitudinals 

» 

noueuse «, ni moelle ^piniere. 

La nature , sur le point de commencer et de 
former le systeme d'organisation des animau$ 



vertebres 3 paroit ici se preparer a ce change 
ment. Aussi les mollusques, qui ne tiennent 
plus rien du mode des articulations , et de cet 



appui 
des a 



peau 
qui c 



corne'e donne 



muse 



par 



mode 



tres-lents dans leurs mouvemens , et paroisse 



ard , plus imparfaitement 



5 



que ies mseetes memes. 

Enfin , comme les moil 
des animaux sans vertebr 



usques font le passag 



' 



• ■ 










D E S A N I M A U X. 



317 



hr 



s 3 : 



est intermecl 



ofFre ni la moelle longitudinale noueuse des 



a &imaux 
moelle e 



P 



rtebres qui ont des nerfs 
des animaux verte'bres : 



e n cela eminemment caracterises 



bien d 



r 



Ungues des autres animaux sans vertebres. 



TABLEAU DES MOLLUSQUES. 


































OKDRE I er . MOLLUSQUES AGEPHALES. 









Point de fete $ point d'j-euoc * point d'organe de mastica- 
tion i Us produiseni sans accouplernent. 

La plupart ont une coquille a deuoo valves qui s'articulent 

*n charnikrc. 

Les brachiopodes. 

Lingule. 

Terebratule. 

Orbicule. 

Les ostracees. 




Radiolite 
Calceole. 

Cranie. 

Anomie. 

Placune. 

Vulselle. 



Hultre. 

Gryphee, 

Plicatule. 

Spondyle. 

Peigne. 









Les byssiferes. 



Houlette. 

i 

Lime. 
Pinue. 



Moule. 
Modfole ? 

Grenatule. 
























u 






\ 



I 
















* 









• ■■■: •■• • . \ 







; 



3iS 









DISTRIBUTION GENERALE 



Perne. 
Marteau. 



Etherie. 
Came. 

Dicerate. 



Avicule 



Les camacees 



Corbuleo 
Pandore* 



Les naiades 

Mulette, 



Anodonte 



c 



\ 



L 



es arcacees. 



Nucule. 

Petoncle. 

Arche. 



C ucullee, 
Trigonie. 






Les cardiadees. 






\ 









v. 

I 






Tridacne. 
Hippope. 

Cardite. 



Isocarde. 

Bucarde. 



Les conques. 



Venericarde. 

Ve 



Githeree 
Donace, 
Telline. 



Lucine* 

Cyclade* 
Ga lathee 

* 

Capse. 



Les mactracdes. 






Erycine. 

Onguline. 
Crassatelle. 



Lutraire. 
Mactre. 









A 





( 






D£S ANIMAUI 



5r 9 



Les myaires. 

Myes. 

Panorpe. 
Anatine. 






Les solenacees. 



Glycimere. 

Solen. 

Sanguinolaire 



Petricole. 
Rupellaire. 

Saxfcave, 



Les pholadaires 



Pholade. 
Taret. ] 

i 

Fistulane 



Arrosoir. 



/ 



Les ascidiens. 

Ascidie. 
Biphore. 

Mammaire. 



ORDRE II e . MOLLUSQUES CEPHALES. 



d 



* 

&he tete distincte , des yeux etdeux ouquatre tentacules 
ar *>s la plupart, des mdchoires ou une trompe a la louche ; 
86n6ration par accouplernent. 
£a coquille de ceuoc qui en ont ne se compose jamais de 



tf 



mi 



~. . * Pt&ropodes 

&eux ailes opposies et natatoires. 

Hyale. 
Clio. 

■ 

Pneumoderme, 







i 



j I 



















Vt 






?] ^ 






■\ 
















* 






N 






\ 















I 



320 



DISTRIBUTION GENERALE 






•* 



Gasteropodes. 



(A) Corps droit , reuni aii pied dans iouie ou presqi* e 



toute sa longueur. 






Les tritoniens. 



Glaucie. 

Eolide. 
Seyllee. 



Tritonie 

Tethys, 
Doris, 






Les phyllideens. 



Pleurobrancbe 

■ 

Phyllidie. 
Oscabrion. 



Patelle. 

Fissurelle. 
Emarginule, 




Les laplysiens 






Laplysie. 

Dolabelle. 



Bullee. 
Sigaret 



Les limaeiens. 



Oncbide. 

Limace. 
Parmacelie. 



Vitri 



me. 



Testacelle. 






(B) Corps en spirale ; point de syphon. 

Les colyraacees. 






Helix. 
Helicine 

Bulime. 



Amphibulime 

Agathinc. 
Maillot. 



Les orbacees. 



Cyclostome 

Vivipare- 



Planorbe. 
Ampullaire. 



h& 









ft E S ANIMAUX. 



Zzi 



















Les auriculacees. 



Auricule* 
Melanopside* 






Melanie. 



Lymnee 



< 



Les neritace'es. 






Neritine. 






Nacelle. 



Nerite 

Natice 



Les stomataceese 



_ * 



Haliotide. ' 

Stomate. 

Stomatelle. 

Les turbinacees 



iP&asianelle. 
Turbo. 
Monodonte, 
Dauphinule, 



Scalaire 



■ 



Turritelle. 

Vermiculaire ? 



Les heteroclites* 





















i * 



i 



i 



1 















Volvaire, 

Bulle* 

Janthine. 

Les calyptracees 



Crepidule. 
Calyptree. 






\ 



Cadrari. 
Trochus* 






I 






( C ) Corps en spirale $ un syphon. 

- 

Les canaliferes 



Cerite. 

Pleurotome 



Turbfnelle. 
Fasciolaire. 



2i 
























i 






• 



v 



w 




I 



I f 



£22 










DISTRIBUTION GEN^RALE 

Pyrule. 
Fuseau. 
Murex. 






Les ailees. 



• •■ 



Rostellafre. 

Pterocere. 
Strombe. 

Les purpuracees. 



Casque 



lie 



irpe. 
Tonne* 

V 

Eburne. 



' . 



Buccin 



ConcholepaS 

Monoceros. 

Pourpre. 

Nasse. 



Les columellaires. 






Cancellaire. 
Marginelle. 

Coiombelle. 



Mitre. 
Volute 



Les enroulees. 






Ancille. 

Olive. 

Tarriere. 



Ovule. 

Porcelaine 

Cone. 









*** C^PHALOPODES. 



. ' 



(A) A test multiloculaire. 



Les lenticulacees. 



Miliolite. 

Gyrogonite 



Rotalite. 

Renulite, 









/ 








DES AN I MAU X 

Discorbite. 

Lenticuline. 

Numulite* 



Les lituolacees. 



323 




_ 



Lituolite. 
Spiroliaite. 

Spirule. 



Orthocere. 
Hippurite* 

Belemnite. 



Les nautilacees. 



Baculite. 

Turrilite. 

Ammonoeeratite. 



Ammonite 
Orbulite. 

Nautile. 



(B) A test uniloculaire. 



Les argonautac^es 

Argonaute. 
Carinaire. 



(C) Sans test. 



Les sepialees. 

Poulpe. 

Calmar, 

Seche. 



































N 



( 









\ 



i ■• 




ANIMAUX VERTEBRAS. 



lis ont une colonne vertebrale conlposee d 



multitude d 



les 



des autres. G 



de 



leur corps , fait la base de leur squelette , fournit 
une gaine a leur moelle epiniere , et se termine 










I 



<: * 



* e 












• 










t I 



! 














024 



r 



DISTRIBUTION GENERALE 



anterieurement par ime boite osseuse qui contient 



leur cerveau. 



* 



V e . DEGRE D'ORGANISATION. 






Des nerfs aboutissant a une moelle epiniere 



a un cerveau qui 



du 



Le coeur a un ventricule , et le sang ft 

[ Les Poissons et les Reptiles. ] 



LES POISSONS. 



( Classe XI e . du regne animal. ) 

Animaux ovipares, vertebres et a sang froid; vivant dans 
l'eau, respirant par des branchies 7 couverts d'une peau, soit 
ecailleuse , soit presque nue et visqueuse > et n'ayant pour 
leurs mouvemens de translation que des nageoires membra- 

neuses,soutenuespar des aretes osseuses ou cartilagineuses. 

■ 
1 

Observations. 



reorganisation des poissons est Lien plus per 
feetionn^e que celle des i^iollusques et des ani 






Diaux des classes 



puisqu 



sont 



les pi 



animaux qui 



une colonne 



\ 



vertebrale , l'ebauche d'un squelette , une moell 
epiniere, et un crane renferinant le cerveau. C 

iers dans lesquels le systl 



sont 



prexr 



me musculaire tire ses appuis de partie 



rieures 






i* 








DES ANIMAUX 






3s5 



4 

Cependant leurs organes respiratoires sont 
encore analogues "a. ceux des mollusques , des 

cirrhipedes , des annelides et des crustaces ; et 
comme tous les animaux des classes precedentes 
ils sont encore prives de voix , et n'ont pas de 



paupieres sur les yeux 
La forme de leur 



la necessity oil ils se trouvent d 



I r 

corps est appropriee a 



e nager ; mais 



ils conservent la forme symetrique de parties 
paires , commcncee dans les insectes; en fin 
chez eux, ainsi que dans les animaux des trois 

* 

classes suivantes, le mode des articulations n'est 
qu'interieur , et n'a lieu que dans les parties de 
leur squelette. 























' 









I 






Nota. Pour la composition des tableaux des 

animaux a vertebres, j'ai fait usage de Fouvrage 
e M. Dumisril 3 intitule Zoologie Analitique , 
et je'ne me suis permis que quelques changemens 
dans la disposition des objets. 



\ 






T 







I 






















W 













ZzG 



DISTRIBUTION GENERALE 



TABLEAU DES POISSONS 



OBDRE I er . POISSONS CARTILAGINEUX. 



Colonne vertebrate molle et comme cartilagineuse ; point 
de vdritables cotes dans un grand nombre. 

Point d'opercule au-dessus des branchies , ni de mem-* 
brane. 

LES TREMATOPNES. 



Respiration par des trous arrondis. 















r 



1. Trem. cyclostomes. 

Gasterobranche. 
Lamproie. 

2. Trdm. plagiostomes* 

Squatine 
Squale. 

Aodon. 



Torpille. 
Raie. 

Rhinobate. 



s 



** 



Point d'opercule au-dessus des branchies, mais utte 



membrane. 



LES CHISMOPNES. 



* * 

Ouvertures des branchies enjente sur les cotes du cou; 
quatre nageoires paires. 



\ 



3 



Baud 
Lophie 



roie 



Balfste. 
Chimere 







/ 






*■ . 






DES ANIMAUL 



OZ 7 






* 

*** Tin opercule au-dessus des branchies _, mais point de 



membrane* 



LES ELEUTHEROPOMES. 



■ 

Quatre nageoires paires $ louche sous le museau 



4 



Polyodon. 

■ 

Pegase. 

Accipenser, 

* 

**** Tin opercule et une Membrane au-dessus des bran- 



chies. 



LES TELEOBRANCHES. 



r 

Branchies completes , ay ant un opercule etune membrane, 

§. Tel^obr. aphiostomes. 

/ 

Macro rliinqnc. 
Solenostome. 

> 

Centrisque. 

6. Teleobr. pleeopteres. 

Cyclop tere. 
Lepadogastere. 

■ 

rj. l&Uohx. osteodermes, 

Ostracion. Diodon. 

Tetraodon. Splieroi'de. , 

Ovoide. Syngnathe. 




















( 






















■ 






3 












I 



1 









V 



+-. - '\ , 



X 



328 



DISTRIBUTION G^N^RALE 



ORBRE IP. POISSONS OSSEUX. 



Colonne vertSbrale ct verthbres osseuses _, nonjlexibles* 
Vn opercule et une membrane au-dessus des branchi& s ' 

m 

LES HOLOBRANCHES, 



■ 



HOLOBRAKCHES APOD ES. 






Point de nageoires paires infirieures. 












\ 









* 

8. Holobr. peropteres 



Coecilie. 
Monoptere. 

Leptocephale, 

Gymnote. 

Trichiure. 



Notoptere, 
Ophisure. 
Apteronote^ 
Regalec. 



g, Holobr. pantopteres. 



M 



urene. 



Ammodyte. 

Ophidic. 

Macro gnathe. 
Xipluas . 



Anarrhique* 

Comephore. 

Stromatee. 
Rhombe. 



HOLOBR ARCHES JUGULAI3ES. 









JSageoires paires inferieures situees sous la gorge x au 
clevant des thoraciques. 

io. Holobr. auchenopteres. 



Murenoide. 
Calliomore, 
XJranoscope, 



Vive, 

Gade. 
B^itracoide 



. N 









DES ANIMAUX. 



329 



Bleunie. 



Oligopode 



Rurte. 
Chrysostrome 






v 



HOLOBRANCHES THORACIQUES. 



•^ageoires paires InfSrieures situees sous les perforates 



11. Holobr. petalosomes. 



Bostrichte. 

Bostrichoide 

■ 

Gymnetre. 




Cepole. 
Taenio'ide, 



12. Holobr. plecopodes. 

Gobie. 
Gobioide. 

1 3. Holobr. eleutheropodcs, 

* 

Gobiomore. 

Gobiomoroide. 
Echeneide. 

14. Holobr. atractosomes. 



Scombre. 
Scomberoide. 

Caranx. 

Tracliinote. 

Caranxomore. 

Caesion. 
Caesiomore. 



Scomberomore 

Gasterostee. 
Centropode. 
Centronote. 

Lepisacanthe. 
Istiopliore. 

Poftiatome. 



i5. Holobr. leiopomes. 



Hiatule. 



C 



o r is . 



Gomphose. 



Osphroneme. 
Trichopode. 

Monodactyle, 




























j 

i 



















\ 






! 











> 





I 



33o 






' 










i 



DISTRIBUTION GENERALE 



• 



Hologymnose 

Spare. 
Dipterodon, 
Cheilion. 
Mulet. 



Plectorhinque. 
Pogonias. 
Lab re. 

Cheiline. 

Cheilodiptere. 
Ophicephale. 

1 6. Holobr. osteostomes. 

Scare. 
Ostorhinque. 

Leiognathe. 

■ 

17. Holobr. lophionotes. 



Coryphene. 


Taenianote. 


Hemipteronote. 


Centrolophe, 1 


Coryphenoide. 


Chevalier. 1 


18. Holobr. 


cephalotes. 


Gobiesoce. 


Cotte. 1 


Aspidophore. 


Scorpene. 1 


Aspidophoroide. 


1 


19. Holobr. dactyles. 


Dactyloptere. 


Trigle. ' 


Prionote. 


Peristedion. 


20. Holobr. 


heterosomes. 


Pleuronecte. 


Achfre. 


| 

1 


21. Holobr. acanthopomes. 


Lutjan. 


Sciene. 


Centropome. 


Microptere. 1 


Bodian. 


Holo centre. 


Taenionote. 


Perseque. 

* 









/, 












DES ANIMAUX. 

22. Holobr. leptosomes. 



53 1 



Chetodon. 

Acantliinion. 

Chetodiptere 

Pomacentre. 
Pomadasys. 

Pomacanthe. 

Holacanthe. 

Enoplose. 

JL 

Glyphisodon 



Acanthure. 

Aspisure. 
Acanthopode 



Selene. 
Argyreiose. 

Zee, 

Gal. 

Chrysostose 

Caprose. 






HOLOBRANCHES ABDOMINAITX. 



■ 

Nageoirespaires inferieures placies unpen audevant 



de Vanus. 



25. Holobr. siphonostomes. 

* 

Fistulaire. 

Aulostome. 

Solenostome. 

24. Holobr. cylindrosoraes. 



( 



Cobite. 

Misgurne. 

Anableps. 

Fondule. 
Golubrine. 



Aniie. 
Butyrin. 

Tripteronote 
Ompolk* 



* 

25. Holobr. oplophores 






Silure. 
Macropteronote 

Malapterure. 

Pimelode. 



Doras. 

* 

Pogonate. 
Cataphracte 

Plotose. 



\ 









1 











1 












I 









. 


























' 






r 



: - •-. 






r 






i 



33s 









• 






< 



/ 



distribution generale 






Ageneiose. 

Macro ramphose 
Centranodon. 



Hypostome 

Corydoras. 
Tachysure. 



L 



oncaire. 






26. Holobr. dimeredes. 



Cirrhite. 
Clieilodactyle 



Polynerne. 
Polydactyle 



27. Holobr. lepidomes. 



Muge. 

Mugiloide. 



Ghanos. 
Mugilomore. 



28. Holobr. gymnopomes 

Argentine. 
Atherine. 



Hydrargyre. 
Stolephore* 



B 



uro. 



Clupanodon 

Serpe. 

Mene. 

Dorsuaire. 
Xystere. 

Cyprin. 



Clupee. 

Mjste. 

29. Holobr. dermopteres. 



Salmone. 

Osmere. 
Corregone. 

3o. Holobr 



Gharacin. 



S 



errasaime 



im 



siagonotes. 



Elo 



pe 



Megalope. 
Esoce. 

Synodon. 



Sphyrene. 
Lepisostee, 

Polyptere. 
Scombresoce. 







* 













k 





« 



DES ANIMAUX. 



333 



** 



Un operatic au-dessus des branchies , rnais point de 



Membrane. 



LES STERNOPTIGES. 












■ 



3i 



Sternoptyx 



*** Point d'opercule au-dessus des branchies , mais 



une 



Membrane. 



LES CRYPTOBRANCHES, 



32 



Mormyre. 
Stelephore 



**¥* point d'opercule ni de membrcme au-dessus des bran- 
chies; point de nageoires paires inferieures. 

LES OPHICHTES. 









{ i 



\ 



35 



Unibranche aperture 
Sphagebranche. 



Murenopbis. 
Gymnomurene. 



Remarque. Le squelette ayant commence a se 

former dans les poissons , ceux qu'on nomme car- 
tttagineux sont probablement les poissons les 
*floins perfectionne's , et consequemment le plus 



*aiparfait de tous doit etre le gasterobranche 



^ue Linne , sous le nom de myxine , avoit re- 
garde comme un ver. Ainsi, dans l'ordre que 
**ous suivons , le genre gasterobranche doit 6tre 
* e premier des poissons, parce qu'il est le moins 
Perfectionne. 



■' 












I 


















\ 












I 


















y 













i 






• 




I 



534 



DISTRIBUTION GENERALE 






LES REPTILES. 



( Classe XII e . du rtigne animal. ) 






Animaux ovipares, vertebres et a sang froid; respi^ 11 
incompletementparunpoumon, aumoins dans leur dernie r 
age; et ayant la peau lisse ou recouverte ; soitd'ecailles? s01 

I 

d'nn test osseux. 



Observations 



Des progres dans le perfectionnement de Yot' 
ganisation sont tres-remarquables dans les rep' 
tiles , si Ton compare ces animaux aux poissous; 
car c'est chez cux que 



Ion trouve , pour l a 



st 



premiere fois , )epoumon, que Ton saitetre Yot 
gane respiratoire le plus parfait , puisque c'e 
le meme que celui de fhomme ; mais il rif 
est encore .qu'ebauche , et meme plusieurs rep' 

tiles n'en jouissent pas dans leur premier age : 
a la verite , ils ne respirent qu'incompletement 5 



car il n'y a qu'une partie du sang envoye ati* 
parties qui passe par lepoumon. 

C'est aussi chez eux qu'on voit , pour la pr e ' 
miere fois, d'une maniere distincte, les quatr 
membres qui font partie du plan des animau* 
vertebres, et qui sont des appendices ou 







de* 



dependances du squelette 






!; 














I 










D E S AN I MAUX 



335 









TABLEAU DES REPTILES 



ORDBJE I er . REPTILES BATRACIENS. 



Le cceur a oreillette unique; lapeau nue ; deux ou quatre 

■ 

fates; des branchies dans le premier age ; poinc d'accou- 



Plement. 



Les urodeles. 



Sirene* 
Pro tee. 



Triton. 
Salamandre 



Les anoures. 



Rainette. 
Grenouille. 



Pipa. 
Crapaud 



ORDRE 11% REPTILES OPHIDIENS ( ou SERPENS. ) 



Le cceur a oreillette unique} le corps allongS , 6 trait et 
*ans pates ni nageoires $ point de paupibres. 

Les homodermes. 



Cecilie. 
Amphisbene 

Acrochorde. 



Ophisaure. 

Orvet. 
Hydrophide 



Les hetdrodermes. 



* 



C rot ale. 
Scytale. 

Boa. 

Erpetoa. 



nx. 



E 



Vipere. . 

Couleuvre 
Plature. 






r 















M 



I 



i 



I I 












■i 
























W 




■ L "l 







/ 



336 



DISTRIBUTION GENERALE 






: 






I 



ORDRE III e . REPTILES SAURIENS 



Le cceur a oreillelte double ; le corps ecailleux et irtun 
de quatre pates $ des ongles auoc doigts t, des dents alh 

mdchoires. 

Les tereticaudes. 



Ghalcides 



S 



cinque. 



Gecko* 
Analis. 
Dragon. 



Agame. 

Lezard. 
Xguane. 

Stellion. 
Gameleoo 



Les planicaudes 



Ur opiate. 
Tupinambis, 

Basilic. 



Lophyre. 
Dragone. 
Crocodile 






ORDRE IV C . REPTILES CHELONIENS. 

* 

Le cceur a oreillette double $ le corps muni d*une carap& c 
et de quatre pates $ machoires sans dents, 






Chelone'e* 
Chelys. 



Emyde. 
Tortue, 









VI e . DEGR6 D'ORGANISATION- 

Des nerfs aboutissant a une moelle epiniexe 



aun 



>rveau qui remplit la cavite du cr 
deux ventricules et le sang chaud. 

o 

[Les Oiseaux et les Mammifkres. ] 



h& 









/. 




/ 











D E S AN IMA UX. 



*8j 



LES OISEAUX 



(Classe XIIR du rcgne animal) 



Animaux ovipares 7 vertebres ? et a sang chaud j respira* 
tion complete par des poumons adherens et perces ; quatre 
membres articules 7 dont deux sont conformes aux ailes - ? des 
plumes sur la peau. 

Observations. 



Assurement les oiseaux ont 1' organisation plus 
perfectionnee que les reptiles et que tons les 
animaux des classes precedentes, puisqu'ils ont 

le sang chaud, le cceur a deUX ventricules, et 
que leur cerveau remplit la cavite du crane , 






caracteres quils ne partagent qu'avec les ani- 
maux les plus parfaits qui composent la dernier e 

c]as$e. 

Gependant les oiseaux ne forment e"videm- 

l'avant- dernier echelon de l'echelle 

I 

:ar ils sont moins parfaits que les ruam- 



que 



miferes , puisqu 



sont 



quent de mamelles, qu 



ipares , qu 
at depour\ 



de diaph 



de vessie, etc. 3 et quils ont des 



facultes moins nombreuses. 

Dans le tableau qui suit , on peut remarquer 
que les quatre premiers ordres embrassent les 
oiseaux dont les petits ne peuvent ni marcher , 



ni se nourrir des 



qu 



sont eclos : et 



qu 



23 



















- 









1 ? 









4 
1 
































I 













y 






- *. ■ * 



■■-,■■ 



■ ■ 











' ' 















538 



DISTRIBUTION GEN^RALE 



contraire, les trois derniers compre 



oiseaux dont les petit 



marchent et se nour- 



memes 



de 



qu 



sont sortis de 



i 






l'oeuf ; enfin , le septieme ordre , celui des palmi- 
pedes , me paroit ofFrir les oiseaux qui se rap- 
prochent le plus par leurs rapports des premiers 

animaiix de la classe suivante. 



TABLEAU DES OISEAUX. 









fORDRE I er . LES GRIMPEURS. 



\ 









Deux doigts en avant, et deux en amere 

Grimp; levirostres. 



Perroquet 
Cacatoes. 

Ara. 
Barbu. 



Touraco* 

Couroucou. 
Musophage. 

Toucan. 



Grimp. cuneirostres 



Pic 

Torcol. 

Jacamar 



A 



in. 



Coucou 



ORDRE IP. LES RAPACES. 



I 



* 



Tin seul doigt en arrihre j doigts anterieurs entierement 
libres * bee et ongles crochus. 

Rap. nocturnes. 

p 

Chouette. 
Due. 



S 



urme. 



■•. 






















I J 






OES A N I M A U X* 

r 

Rap. nudicolles. 

Sarcoramphe. 
Vautour. 

Rap. pluraicolles. 



Griffon. 

Messager 

Aigle. 



Buse. 

Autour. 
Faucon. 



559 









ORDRE IIP* LES PASSEREAtJX* 



■ 










: 



Jin sent doigt derridre ; les deux externes de devant f6u 
nisi les tarses mediocres en hauteur. 

Pass, cr^nirostres. 



fe 






\ 



Tan gar a. 

Pie-grieche. 
Gobe-mouche 



Cotinga. 
Merle. 



Pass, dentirostres* 

Calao. 
Momot. 

Phytotome. 

Pass, plenirostres. 



L » 

Mainate. 
Paradisier 

Rollier. 



Corbeau. 
Pie. 



Pass* conirostres. 



Pique-boeuf. 
Glaucope. 



T 



roup 



iale. 



Cacique. 

Etourneau. 



Beocroise 
Loxie. 
Coliou. 
Moineau. 

Bruant. 


































1 






1 













• .. 




I 



/ 









I 






540 



;/ 






DISTRIBUTION GliNiSRALE 

Pass, subulirostres. 



Manakin. 
Mesange. 



Alouette 
Bee-fin. 



Pass, planirostres, 

Martinet* 
fiirondelle. 

Engoulevent. 

Pass, tdnuirostres. 



Alcyon. 

Todier. 
Sittelle. 
Orthorinque. 



Guepier. 
Colibri. 
Grimpereau* 
Huppe. 






ORDRE IV e . LES COLOMBINS. 










Bee mou P Jlexible , aplati a la base $ narines couvertes 
d'une peau molle 5 ailes propres au vol $ couvee de deux 



vcfi 



Pigeon, 






ORDRE V 









Bee solide y corne > arrondi a la base $ couvee de plus de 



deux ceufi. 



1 









1 



Gall, alectrides. 



Outarde, 

Paon. 

Tetras. 

Faisan. 



Pintade. 

Hocco. 

Guan. 

Dindon, 






Gail, brachypteres. 



p 

Dronte. 
Casoar. 



Touyou* 
Autruche. 















\ 











I 



DES ANIMAUI 



54? 



f 



ORDRE VI e . LES ECHASSIERS. 



1 

Tarses trhs-longs 9 denuds de plumes jusqu'a lajambe; 
doigts ententes Hums a leur base. ( Oiseaux de rivage. ) 






Ech. pressirostres. 



Jacana 



.» 



Mle. 
Huitrier. 



Gallinule. 
Foulqu^. 



r 

Ech. Gultrirostres. 



Bec-ouvert. 
Heron. 

Cigogne. 



Grue. 



Jabi 



mz. 



/ 

Tantale. 



Ech. teretirostres. 






% 
















& 









\ 



V 



Avocette, 



Courlis. 
Becasse. 



Vanneau* 
Pluvier. 



r 

Ech. latirostres 



co-u. 



Sava 

Spatule. 

Phenicoptere* 



' 



* 



ORDRE VI IV LES PALMIPEDES 



Doigts reunis par de larges membranes * tarses peu He 
v£s» ( Oiseaux aquaticfues , nageurs. ) 






-*w 






i 









( 



; 

1 



* 






\ 









Palm, pennipedes. 



Anhinga 
Phaeton. 
Fou. 



Fregate. 
Cormoran, 

PelicaxL, 


























I 









/ 









342 



# 



DISTRIBUTION GEN^RALE 

Palm, serrirostres. 

Harle. 

Canard. 

Flammant. 

Palm* longipennes. 



Mauve. 

Albatros. 

• * 

Petrel. 



Avocette. 

1 

Sterne. 



Rh 



mc 



ope 



Palm, brdvipennes. 



Grebe- 

Guillemot 

Alque. 



Pingoin. 
Manchot 



* 



* LES MONOTKEMES , Geoff, 



Animaux in termediaires entre les oiseauxetles mammi- 
feres. Ces animaux sont quadrupedes, sans mamelles, san$ 

dents encliassees ? sans levres , et n'ont qu'un orifice pour 
les organes genitaux y les excremens et les urines 5 leur corps 
est couvert de poils on de piquans. 



Les 



ornithorinques 



Les echidnees. 



Nota. J'ai deja parle de ces animaux da» s 
]e chap. VI , p. 145 et 146, ou j'ai montre q« e 
ce ne sont ni des mamniiferes 5 ni des oiseau** 

1 
- 

ni des reptiles. 













"V 











DES ANIMAUX. 



OtiD 



I 






LES MAMMIFERES. 



( Classe XIV «. du regne animal. ) 



Animaux vivipares et a mamellesj quatre membres arti- 
cules ou -seulement deux; respiration complete par des 
poumons non perces a Fexterieur j du poil sur quelques par- 
ties du corps. 



Observations. 



D 



l'ordre de 



qui pro 



evi- 



demment du plus simple vers le plus compose 
dans ses operations sur les corps vivans, lesmam- 



mift 



s constituent necessairement la dernier 

I 

1 

du resrne animal. 




Cette 



ffectivement , comprend les 



maux les plus parfaits , ceu 

facultes, ceux qui ont le 

enfin, ceux dont Forganisa 
posee. 



qu 



plus de 



pi 



d'intellig 

st la plus 



Ces animaux , 



dont l'organisation approehe 

■ 

le plus de celle de I'laomme , offrent , par cette 
raison , une reunion de sens et de facultes plus 
parfaite que tous les autres. lis sont les seuls qui 
soient vraiment vivipares ,. et qui aient des ma- 
melles pour allaiter. leurs petits. 

Ainsi , les mammiferes presentent la compli- 
cation la plus grande de l'organisation animate , 



et le terme du perfectionnement et du nombre 















\ t 














\\ 









i 















* 












i 1 



\ 



V 

















• i 



IB 



i 

DISTRIBUTION GEN^RALE 



de de cette 



"g 



344 

des faeultes qu 

la nature c 

doivent done terminer l'immense se'rie d 

* 

maux qui existent. 



pu donner a des corps vivans. lis 



TABLEAU DES MAMMIFERES 



OB.DRE I er . MAMMIFERES EXONGULES. 









I 



Deux membres seulement : its sont anterieurs , courts* 
czplatiSf propres a nager > et n'qffrent ni ongles ,ni comes 



Les eetaces 



Baleine. 

Baleinoptere 

Physale. 

Cachalot* 
Physetere, 



Narval. 

Anarnak. 

Delphinaptere, 

Dauphin. 
Hyperodoru 



ORBRE IP. MAMMIFERES AMPHIBIES. 



Quatre membres : les deux anUrieurs courts , en na- 
geoires y a doigts ongiiicuUs j les posterieurs diriges en at- 
rihre , ou reynis avec Vextr6mit6 du corps y qui est en queue 
4$ poisson* "- , - 






Pho 



que 



Morse, 



Dugong. 
Lamantin. 









Observation 



Cet ordre n'est place ici que sous le rapport 
de la forme generate des animaux qu'il comprend. 
Voyez mon observation , p. 143. 




! 















■^M 














D E S ANIMAUX. 



345 



ORDRE IIP. MAMMIFERES ONGULES. 



- 
* 

Quatre membres quine sont propres qua marcher : leurs 
doigts sont enveloppes entierement a leurextremite parunq 
'come quon nomme sabot. 

Les solipedes. 















Cheval. 



Les ruiuinans on bisulces 



Bceuf. 
Antilope 

Chevre. 



Brebis. 



Cerf. 
Giraffe. 
Chameau. 
Chevrotain 



* 

Les pachidermes. 



Rhinoceros 
Daman. 



T 



a 



pxr 



Cochon. 
Elephant. 

Hippopotame 



» 






















■ 



I 







1 1 



? i 






ORDRE IV e . MAMMIFERES ONGUICULES 






* 

Quatre membres : des ongles aplatis ou pointus a Vex 
tremite de leurs doigts > et qui ne les enveloppent point. 









Les tardigrades 




S 






Paresseux. 

Les edentes, 






Fourmiller 
Pangolin. 



Orycterope 
Tatou. 



Les rongeurs 

* 

Kangurom 



y" 









1 

; 



\ 






> L 






r 






I 



346 
























DISTRIBUTION 

Lievre. 

Coendou. 

Pore-epic. 

Aye-aye. 

Phascolome. 

Hydromys. 

Castor. 

Cabiai. 






GENERALE 



Aspalax. 

Ecureuil. 

Loir. 

Hamster. 

Marmotte. 

Campagnol. 

Ondatra. 

Rat. 



Les pedimanes. 



Sarigue. 

Peramele. 
Dasyure. 



Wombat. 
Coescoes. 
Phalanger 



Les plantigrades. 



Taupe. 
Musaraigne 



urs. 



O 



Kinkajou. 



Blaireau. 

Coati. 

Herisson 

Tenrec. 



Les digitigrades. 



Loutre. 

Mangouste. 

Moufette. 



Marte. 



Chat. 
Civette 
Hyene. 
Chien. 



Les ehiropteres. 



Galeopitheque, 
Rhinolophe. 

Phyllostome. 



Noctilion. 

Chauve-souris* 

Roussette. 



Les quadrumanes. 



Galago. 
Tarsier, 



Lori.. 
Maki. 






> 
















DES ANIMAUX. 



347 






Indri. 
Guenon. 
Babouin. 
Sapajou. 



Alouate. 
Magot. 

Pongo. 

Orang, 






Remarque. Selon l'ordre que je yiens de pre- 

lille des quadrumanes comprend 



far 



senter, la 

done les plus parfaits des animaux 






tout 



d 



d 



Set , le genre Orang (pithecus ) termine l'ordi 
entier , comme la monade le commence. Quell 
difference , relativement a l'organi 

facultes , entre les animaux de ces d 



L 



natural istes qui 



enres ! 



considere ttiomme 




rapport de I 



o 



ont forme avec ses six varietes connues , un 



g 



particulier 



constituant 



eul une 



fa 






qu'ils ont caracterisee d 



suivante. 






19 






















; 















\ 




( i 



^m +& 








34 a 



DISTRIBUTION 



GENERALS 









LES BIMANES. 



'• 












Marnmifhres h membres sdparSs K onguiQules ; h trois 
sortes de dents, et ci pouces opposable* a 
lement. 



ux mains, seu- 



L'h 



omme 



. 



\arietes. 



Le cancasiqize. 



L'h 



yperboreen 



Le mongol. 



L' 



r 



amencam. 



Le malais, 
L'ethiopien on nesre 












Onadonne a cettefamille le nom de bimanes 
parce qu'en effet les mains seules de 1'homme of- 
frentun pouee separe etcomme oppose aux doio-fs- 



■I 

If 



que dans les guadrumane, 



caractere. 



<%ard du pouce 






- 












* 


























t 






I 



X 



DES ANIMAUX. 



» ^49 




uelques Observations relatives a I Homme. 






Si rhomme n'etoit distingue desanimaux que 



ment 



g 



il seroit 



de 



*uontrer 



que 



d 




1 

anisation dont 



pour 



former 



avec ses varietes 



famille a part , sont tous le produit d 



changemens d 



qu 



s ses actions, et des habitudes 
qui sont devenues particulikres 



dividus de 



Eflfectivement, si une race quelconque degua 

drumanes , surtout la plusperfectionnee d'entre e] 

Ies 5 perdoit 3 par la necessite des circonstances, 01 

par quelqu autre cause 5 Fhabitude de grimper su 
les 



/ 



arbres, et d'en empoigner les branches 
pieds 5 comme avec les 



mams, pour sy 



h 



dividus d 



da 
He 



3 de 
de 1 




pieds 



ette race 5 pen- 
oient forces de 

pour marcher, 



e t cessoient d'employer leurs mains comme 
des pieds ; il n est pas douteux , d'apres les ob- 
s ervations exposees dans le chapitre prece- 



dent 



que ces quadruman 



ne 



fuss 



a la 



fin transformed 



en bimanes 9 et que les pouces 

etre ecartes des 



? * 



de leurs pieds ne cessassent d'etre 
doigts , ces pieds ne leur servant plus qu 
cher. 
En outre } si les individus dont je parle, mus 















I 






i 












I 




























/ 



. 






\ 




















1 






^B 















I 



£>oO 



DISTRIBUTION GENERALE 



par le besoin de dominer , et de voir a la foi 
loin et aii large , s'efforcoient de se tenir deb 



prenoient 



habitude de 



g e- 







neration en 

core que ieurs pieds ne pr 



pas douteux 



inseiisi 



ment 



confor 



propr 



e 



bi 



dan 



b 



line attitude redressee , que leurs 

quissent des mollets , et que ces ammaux ne pus- 

sent alors marcher que peniblement sur les pieds 
et les mains a la fois. 
Ennn , si ces inemes ii 



dividus cessoient d 



ployer leurs machoires comma des armes pour 



dre , dech 



ou saisir , ou com me d 



qu 



P 



pour couper 

le les fissent 
as douteux < 



herbe et s'en nourrir, e * 



que leur angle fa 



ne devint plus ouvert , que 



se 



de plus en plus , et qua la fi 



tierement effac 
ves verticales. 



dents 




suppose maintenant qu 



race 



de 



I 



quadrumanes 



comme la plus perfectionnee 



? 






yant acquis , par des habitudes constantes dafl s 
tous ses individus , la conformation que je viens & 6 
citer et la faculte de se tenir et de marcher <* e ' 
bout, et qu'ensuite elle soit parvenue a dominer l eS 



d'animaux 



i 



o 



Que cette race plus perfectionnee dans 






y 
















DES ANIMAUX. 



55 1 



fecultes , etant par-la venue a bout de maitriser 
( s autres , se sera emparee a la surface du globe 



1 



de tous les lieux qui lui conviennent 






1 



Quelle en aura chassd les autres races eini- 
s , et dans le cas de lui disputer les biens de 
re , et qu'elle les aura contraintes de se refu- 









gier dans les lieux qu elle n occupe pas ; 
3°. Que nuisant a la grande multiplication de 



qui l'avoisment par leu: 
; releguees dans des bo 



deserts, elle aura arrete les progres du perfec- 
tionnement de leurs facultes ,tandis qu'elle-meme, 

taaitresse de se repandre partout , de s'y multi- 
ier sans obstacle de la part des autres, et 
d'y vivre par troupes nombreuses , se sera succes- 
sivementcree des besoins nouveaux quiaurontex- 
cite son Industrie et perfectionne graduellement 




ses movens et 



fc 



4 



o 



Quenfin, cette race- preeminente ayan 



acquis une supreinati 



ab 



au- 



tre 



s 



elle sera par venue a mettre entre elle et 



les animaux les plus perfe 



une diffi 



quelq 



distanc 



con- 



siderable. 



Ainsi , la race de quadrumanes la plus per- 
fcctionnee aura pu devenir dominante ; 



changer 



^es habitudes par suite de l'empire absolu quelb 
aura pris sur les autres et de ses nouveaux be 



< 



/ 


















i 















\ 

















i r 












\ 












! 






\* 





















I 

















t 












/ 



35a 






DISTRIBUTION 



G^NERALE 



soins ; en acquerir progressivement des in o din* 
cations dans son organisation et des facult^s nou- 
velles et nombreuses ; borner les plus perfection- 
nees des autres races a l'etat ou elles sont par - 
venues; et amener entre elle et ces dernieres 
des distinctions tres-remarquables. 



L'ORANG d' Angola (Simia troglodytes , LlN.) 

est leplus perfectionne des animaux : il Test beau- 
coup plus que l'orang des Indes ( Simia satyrus, 

LiN r ), que Ton a nomme orang-outang; et * 
neanmoins, sous le rapport de l'organisation 3 ils 
sont 5 Tun et 1' autre , fort inferieurs a fhomnie 
en facultes corporelles et d'intelligence (i). Ces 
animaux se tiennent debout dans bien des oc- 
casions; mais comrae ils n'ont point de cette atti* 

5 soutenue , leur organisation 



tude u: 

n'en a 

que la static 
incommode 



habit ud 



& 



pas ete suffisaminent modifiee; en sorte 
station pour eux est un etat de gene for* 



On sait , par les relations des voyageurs , 
at a l'egard de l'orang des Indes , que lorsq 



dan 



D 



ritable 



essant l'oblige a fuir, il retombe aussi 
quatre pates. Cela decele , nous dit-on, 1 
ine de eet animal , puisqu'il est fore 




* 

(i) Voyez dans mes Recherches sur les Corps vivaris 9 

p. i36 ? quelijues observations sur 1'Orahg d'Angola. 

de 























/ 



t) E S ANIMAUL 



S53 



de quitter cette contenance 



etrangere 



qui 



en 



iposort 

Sans d 



• 



o 



1 

puisque, dans ses deplacemens, il en fait moius d 
Sage , ce qui fait que son organisation y est moi 



ppropriee ; mais ponr 



devenue plus facile 



lui est-elle do 



tout-a 



fa 



Pour 1'homme qui , par ses habitudes mainte- 
nues dans les individus de son espece depuis une 
graude suite de generations , ne peut que se tenir 
debout dans sesdeplacemens , cette attitude n'en 
est pas moins pour lui un etat fatigant , dans le- 
quel il ne sauroit se maintenir que pendant un 
temps borne et a faide de la contraction de 

plusieurs de ses muscles. 

Si la colonne vertebrale du corps humain for- 
moit Faxe de ce corps , et soutenoit la tete en 

equilibre, ainsi que les autres parties , 1'homme 
debout pourroit sy trouver dans un etat de re- 
s. Or , qui ne sait qu il n'en est pas ainsi; que 

■ 

la tete ne s'articule point a son centre de gravite ; 
que la poitrine et ie ventre, ainsi que les visceres 



po 



que ces cavites renferment, pesent presqu entie- 
rement sur la partie anterieure de la colonne 



une 



base 



vertebrale ; que celle-ci repose sur 

oblique , etc. ? Aussi , comme fobserve M. Hi- 

cherand, est-il necessaire que dans la station, 



20 

























I 












*1 






I 



! 






I 


















i 









I 









i 






i 






V 























I 
















\ 



354 



DISTRIBUTION 



GENERALE 



une puissance 



active veille sans cesse a pre've- 



nir les chutes dans lesquelles le poids et la dis 
position des parties tendent a entrainer ' 



le 



corp 



Apres avoir developpe les considerations 



1 de l'homme , 

;i : « Le poid 
thoraciques et 



le meme sa- 

f de la 



r 



ab dominaux 



latives a la statio 

vant s'exprime ain 

tete , des visceres 

tend done a entrainer en avant la ligne , * 

laquelle toutes les parties du corps pesent 



plan qui le 



gne qui doit 



tement perpendiculaire a ce plan pour que 



exac- 
la 



• 



parfait 



fait suivant vient a 1 ap 



pui de cette assertion: J'ai observe que les enfans 
j„„4. i„ +a+o ocf ^rnlnmineuse. le ventre saillant 



dont 



charges de g 



lis 



ment diffici lenient a se tenir debout; ce n'est 
guere qua la fin de leur deuxieme annee qu 
osent s'abandonner a leurs propres forces ; ils 1 
tent exposes a des chutes frequentes , et out 1 
tendance naturelle a reprendre Fetat de quad 



P 



e 



de 



Physiologie, vol. II , p. 268 



Cette disposition des p 



fait que 



la 



station de l'homme est un etat d'action , et p; 
suite fatigant , aulieu d'etre un etat de repos , d 
celeroit done aussi en lui une origine analogue 
celle des autres mammiferes , si son organisatic 



prise 



en 



d 















* 















* 















DES A N I M A U X. 



o55 



Maintenant pour suivre, dans tousses points, 
la supposition presentee des le commencement 
de ces observations . il convient d'y a j outer les 






considerations suivantes. 

Les individus de la race dominante dont il a 
ete question , s'etant empares de tous les lieux 
d'habitation qui leur furent commodes , et ayant 
considerablement multiplie leurs besoins 

sure que les societes qu'ils y formoient dev< 
plus nombreuses , ontdu pareillement mu 



a me- 



id 



par suite ressentir le besoin de 



les communiquer a leurs semblables. O 



con- 



coit qu 



pour 



la necessity 



daugmenter et de varier en raeme proportion 



les signes propr 



id 



II est do 



;s a la commun 

evident que le 

du faire des effo 



d 



ces 






dividus de 



ployer tous leurs moyens dans ces effort 



pour creer , multiplier et varier suffisammeii 
signes que leurs idees et leurs besoins nomb 



ndoient 



■ 

II n'en est pas ainsi des autres animaux; car, 
quoique les plus parfaits dVntre eux , tels que les 
quadrumanes , vivent, la plupart, par troupes ; de- 
puis l'eminente suprematie de la race citee , ils 



progres dans le perfi 



de leurs fac 



pour 



h 



de toutes 



parts et relegues dans des lieux sauvages , de 



* 



/ 



) 








































J 



ii 





















































356 



• 

DISTRIBUTION GENERALE 



pacieux , et oil , miserabl 



inquiets, i 
de se each 



de fuir 



D 



forment plus d 



oc 






diflerens pour se faire entendre 



ne se torment plus ae nouveaux besoms; nac- 
quierentplus d'idees nouvelles; n'en ont qu'uR 
petit nombre , et toujours les monies qui 
cupent ; et parmi cesidees, il y en a tres-peu qu 1 
aient besoin.de communiquer aux antres indiv 
dus de leur espece. II ne leur faut done que 
peu de« 

de lenrs semblables ; aussi quelques mouvemens 
du corps ou de certaines de ses parties , quelque* 
sifflemens et quelques cris varies par de simple* 
inflexions de voix leur suffisent. 

An contraire , les individus de la race domt- 
nante , deja mentionnee , ayant eu besoin de mul- 
tiplier les signes pour communiquer rapidemen 
leurs idees devenues de plus en plus nombreuses 



et ne pouvant plus 

pantomimiques 

leur voix. 



des sigi 



des inflexions possibl 



de 



pour repr Center cette multitude de 
signes devenus n^cessaires, seront parvenus, par 



diffe 



effo 



former de 



articules 









d'abord ils n'en auront employe qu'un petit 
bre , conjointement avec des inflexions d( 
voix ; par la suite , ils les auront multipl 



f 



selon 



\t perfectionnes , 

besoins. etselon qu'ilsse seront pi 



merit d 












/ 











DES ANIMAUX. 



55 7 



produire. En effet, Fexercice habituel de 



g 



de leur 



g 



de leurs levres pour 



ariiculer des sons, aura eminemment de'velopp 

en eux cette faculty. ^ 

De la , pour cette race particuliere , i'origin 

de l'admirable faculte de parler ; et comme ft 

■ 

uement des lieux oil les individus qui la con 




posent se seront repandus favorise la corruption 
des signes convenus pour rendre chaque idee, 
de la l'origine des langues , qui se seront divec- 



sifices p 
Ainsi . 






cet 




ard , les b 



tout fait : ils auront fait naitre les efforts ; et les 
organes propres aux articulations des sons se se« 
ront developpes par leur emploi habituel. 

Telles seroient les reflexions que Ton pourroit 



fa 



ire 



b 



d 



comme 



pr 



r r 



question, n'etoit distingue 



des 



que par les caracteres de son org 



tion et si son orig 
la leur. 



pas differ 



d 
















! 


































. 
















I 









FIN DE LA PREMIERE PARTIE 









I 






\ 





















" 1 < 



-•.-•■■ 



« -7 . ■' * 









• * , ■* * * ■ 



















I 


















^ 















\ 



I 
















PHILOSOP 




IE 



ZOOLOGIQUE. 




SECONDE PARTIE 



Considerations sur les Causes physiques 

de la Vie, les conditions qu'elle exige 

pour exister , la force excitatrice 
mouvejnens, les facultes qu'elle donn 



de 



ses 



aux 



corps qui lapossedent, et les 
Uats de son existence dans ces corps 



re- 






































INTRODUCTION. 



\jKNATURE, ce mot si souvent prononce comme 






* • 



;'agissoit d'tta etre particulier , rte doit e 
yeux que X ensemble d'objets qui comprend 



les corps physiques qui 



. les 



lois generates et particulieres qui regissent la 
ehangemens d'etat et de situation que ces corp: 
peuvent epr ouver ; 3°. enfin, le mouvement di 



versement 
entretenu 



r 



du parmi 



perp 



d 



I' 










1 






I 



d 



















I 



■ 



!§■ 










\ 









■ 







U 



6 



INTRODUCTION. 

varie dans ses produits 3 et d'oii result* 
dmirable de choses que cet ensemble 



pr 






i 



Tous les corps physiques quelconques , sort 
des , soit fluides , soit liquides , soit gazeux j 
t doues chacun de qualites et de facultes qui 
r sont propres ; mais par les suites du mouve- 
ntrepandu parmi eux, ces corps sont assujet- 
a des relations et des mutations diverses dans 

etat et leur situation ; a contracter , les 
vec les autres , differentes sortes dunion , 

u d'agregation ; a eprouver en- 
des "changemens infiniment varies 5 tels que v 



ear 









des desimions complete 



s 



pi 



autres composans , des separations d'avec leur 
agreges , etc. ; ainsi ces corps acquierent a me 



sure d'autres qualites etd'autres facultes qui 
alors relatives a i'etat ou chacun d'eus 



se 



tr ouve. 



Par une suite encore de la dispos 



de 



de 



ces memes 



corps , de leur etat 
particulier dans chaque portion de la duree des 

lcuii d'eux possede, 



P 



qu 



ch 



des lois 



de 



les 



d 



s 



qui 



o 



fin du mou 



vement qui ne 



leur 



P 



rep 



ab 






dans tout ce qui 



coustiiue la nature 3 une activite puissante, une 












I** * — Vl" 


























INTRODUCTION. 

de mouvemens et de mutations de 



36 



* 



i 



c 



quaucune cause ne sauroit suspen 
, si ce n'est celle qui a fait tout exis 



dr 



Reararder la nature comme e'ternelle , et con- 



b 



quemment comme ayant existe de tout temp 



c'est 



P 



idee ab 



b 



et dont 



son ne sauroit 



se 



Ne pouvant 



rien 



savoir de positif a cet egard 
moyen de raisoimer sur ce s 
periser que la nature entiere n'est qu 

des lors ie suppose , et me plais a. adnic 



aucun 



aime 



ffet 



premiere , en 



puissan 



pr 



qui 



donne 1 



su- 
et 



qui l'a ft 



ce 



qu 



Ainsi, comme naturaliste et comme physicien, 
ne dois m'occuper, dans mes etudes de la na- 
re , que des corps que nous connoissons ou qui 
t etc observes ; que des qualites et des proprie- 
> ces corps : que des relations qu'ils peu- 



tes de ces 

vent avoir les uns avec les autres 

tes circonstances; enfin, que des 

relations et des mouvemens diver 
contuiuellement entretenus parmi 



dans diffe 
suites de 
5 repandi 



ces 






p 



ir 



qui soit a notre disp 



devient possible d 



i 

les causes 



de cette multitude de phdnomenes que nous offre 

la nature dans ses diverses parties 3 et de parve- 













i 

I 















! 



1 


















w 




J 






























T)f>2 



INTRODUCTION. 



nir raeme a apcrcevoir celles des phenomenes 
adinirabies que les corps vi vans nous presentent , 
celles , en un mot , qui font exister la vie dans les 
corps qui en sont doues- 

Ce sont, sans cloute,«des objets bien importans, 



que ceuxde rechercher en quoi consiste ce qu'on 
nomine la vie dans un corps ; quelles sont les 



conditions essentielles de l'organisation pour que 



la vie puisse exister; quelle est la source de 
cette force singuliere qui donne lieu, aux mouve- 






mens vitaux taut que Fetat de 1' organisation la 
permet; enfin, comment les differens phenome- 
nes qui resultent de la presence et de la duree 
de la vie dans un corps peuvent s'operer , et 
donner a ce corps les facultes qu'on y observe ; 
mais aussi ? de tous les problemes que Ton puisse 
se proposer, ce sont , sans contredit, ceux qui 
sont les plus difficiies a re'soudre. 

II etoit> ce me semble , beaucoup plus aise 
de determiner le cours des astres observes dans 

/ L - 

l'espace , et de reconnoitre les distances , les 
grosseurs , les masses et les mouvemens des pla- 



netes qui appartiennent au systeme de notre 



soleil , que de 



resoudre 



le probleme relatif a la 






source de la vie dans les corps qui en sont 
doues, et , consequemment , a Forigine ainsi 

la production des differens corps vivans 



a 



qu 

qui existent. 















* 

















? 



■ 



INTRODUCT ION. 



soit ce grand 



363 

sujet de 



Quelque difficile que 
recherches, les difficultes qu'il notis presente ne 
sont point insurmontables ; car il n'est question , 
dans tout ceci, que de phenomenes purement/?^-- 
siques. Or, il est evident que les phenomenes 
dont il s'agit ne sont, dune part, que les resul- 
tats directs des relations de differens corps en- 
tre eux, et que les suites d'un ordre etd'un etat 

de choses qui , dans certains d'entre eux , donnent 
lieu a ces relations; et de 1' autre part , qu'ils re- 
sultent de mouvemens excite's dans les parties de 
ces corps , par une force dont il est possible d'a- 
percevoir la source. 

Ces premiers resultats de nos recherches of- 
frent , sans doute , un bien grand interet , et nous 

donnent l'espoir d'en obtenir d'autres qui ne seront 
pas moins importans. Mais quelque fondement 
qu'ilspnissent avoir peut-etreseront-ils long-temps 
encore sans obtenir 1' attention qu'ils meritent; 

* 

parce qu'ils ont a lutter contre une prevention 



des plus anciennes , qu'ils doivent 



detr 



uire des 



prejnges inveteres, et qu'ils offrent un champ de 
considerations nouvelles , fort differentes de eel- 
les que Ton envisage liabituellement. 

Ce sont appareminent des considerations sem- 
blables qui ont fait dire a C ond lilac ^ que cc la 
raison a bien peu de force , et que ses progres 
sont bien lents, lorsqu'elle a a detruire des er- 









/ 



! 









I 







I 


















; 

I 


















\ 






V 




v. • .. 



. • ■ 





































■ 









36* 



/ 



\ 



INTRODU C TI OX. 



dont nersonne n'a pu s'exempter. » ( Traits 



ties Sei 



I, p. 108.) 



C'est, sans contredit , unebien grande verit 
que celle qua su prouver M. Cabanis , par u 

suite de faits irrecusables , lorsqu'il a dit que 



dans 



le physique prenoient leur source 
base ; et qu'il a fait voir que les opera 



resultent directs 
ppelle physiques 



tions qu'on nomme morales p 

ment, comme celles qu'on < 

de faction 5 soit de certains organes p 

soit de f ensemble du systeme vivant 

fin 5 tons les plienomenes de Y intelligence et d 



j 



qu 



prennent 



dans fetat pri 



mitif ou accidentel de forg 



Mais pour reconnoitr 



e 




aiseraent tout le 



fondement de 



grande verite 5 il n 



o 



faut 



point seborner a enrechercher les preuves d 
l'examen des plienomenes de 1' organisation ti 



pliquee de l'homme et des animaux les plu 



parfi 



on les obtiendra 




facile 



en- 



core, en 



derant les divers progr 



de la 



composition de Forganisation, depuisles animaux 



le 




us 



imparfait 
presente la 



jusqu 



'a. ceux 



dont 



g 



plication la plus conside 



rabl 



car 



alors 



progres 



sivement l'origine de chaque f< 



causes et les developpemens de ces facultes , et 



Ion 



se convamcra 



de 



nouveau que ces 



de uX 
























N 






^^H 




■ a 







INTRODUCTION. . 



000 






• grandes modifications de notre existence, qu'on 
Homme le physique et le moral, et qui o (Trent 
deux ordres de phenomenes si separes en ap- 



parence , ont leur base commune dans 1' organi- 



sation. 



Les choses e"tant ainsi, nous devons recher- 
cher , dans la plus simple de toutes les organisa- 



sont les 

et dans 



quoi consiste reellement la vie , quelles 

conditions essentielles a son existence * 



quelle source elle puise la force parti- 
qui excite les inouvemens qu'on nomme 



vitaux. 



Ce nest. efFe 



que d'apres Fexamen 



de Forganisation la plus simple que Ton peut 
voir ce qui est veritablement essentiel a Fe 



de la vie dans un corps 



d 



§ 



pliquee , chacun des principaux 






terieurs s y trouve ne( 

de la vie , a cause de 






parties du sy 



parce que ce syst 



form 



un pi a 
pas qu 



ces memes organes soient essentiels a l'existenc 



qui 



v 



de la vie dans tout corps vivant quelconque. 

* 

Cette consideration est tres-importante , lors- ' 
que Ton recherche ce qui est reellement essen- 
tiel pour constituer la vie ; et'elle empeche qu'on 
n'attrihue inconsiderement a aucun organe spe- 



i; 






» 



i 













* / 






i. 














i 









■ 









1 






i 



\ 






z* 





I 






I 
















/ 










f. 












566 



INTRODUCTION. 



I 



puisse avoir lieu. 



dispensable pour que 



L 



propr 



d 



es 



moiwemens vitaux est d 



se former 



d 



s'entretenir par 



non 



P 



C 



m 



et 



se- 



dans la nature qui fussent da 



de la fer 



mentation; cependant ils en different , en ce 
qu'ils peuvent etre maintenus a peu pres les me- 
mes pendant une duree limitee , et quils ac- 
croissent, et ensuite maintiennent, pendant u# 



\ 






temps 5 le corps dans leque 



s'execu- 



tandis que ceux de la fermentation d 



sent , sans reparati 



3 corps qui sy troi 
jusqu'au terme qui 



v 






aneantit. 

Puisque les mouvemens vitaux ne sont jamais 
communiques 5 mais sont touj ours excites; ilfaut 
lechercher quelle est la cause qui les excite ? 
c est-a-dire 5 dans quelle source les corps vivans 
puisent la force particuliere qui les anirne. 

Assurement , quelque soit Tetat dorganisatiofl 
d'un corps, et queique soit celuide ses tluides es- 
sentiels 3 la vie active ne sauroit exister dans co 
corps sans une cause particuliere capable d'y 
exciter les mouvemens vitaux. Quelque hypothese 
que Ton imagine a cet egard , il faudra toujour^ 
en revenir a reconnoitre la necessite de cette 









/ 




* 



\ 






*** f*^. 






INTRODUCTION, 










cause particuliere , pour que la vie puisse exis- 
ter activement. Or , il n'est plus possible d'en 
douter ; cette cause qui anime les corps qui jouis- 
sent de la vie se trouve dans les milieux qui en- 
Vironnent ces corps , y varie dans son intensite , 
selon les lieux } les saisons et les climats de la 
terre , et elle n'est nullement dependante des 
corps quelle vivifie ; elle precede leur existence 

et subsiste apres leur destruction ; enfin , elle 
excite en eux les mouvemens de la vie , tant que 
l'etat des parties de ces corps le lui permet , et 
elle cesse de les animer lorsque cet etat s'oppose 

* 

a l'exe*cution des mouvemens quelle excitoit* 

Dans les animaux les plus parfaits , cette cause 
excitatrice de la vie se developpe en eux-memes 
et suffit , jusqu'a un certain point , pour les ani- 
mer; cependant elle a encore besoindu concours 
de celle que fournissent les milieux environnans. 
Mais dans les autres animaux et dans tous les ve- 

■ 

getaux , elle leur est tout-a-fait etrangere ; en sor te 
que les milieux ambians peuvent seuls la leur 
procurer. 

Lorsque ces objets interessans seront recon- 
nus et determines , nous examinerons comment 
se sont formes les premiers traits de l'organisa- 
tion , comment les generations directes peuvent 
avoir lieu., et dans quelle partie de chaque se- 

tie des corps vivans la nature en a pu operer. 



\ 






--t ■ 



*. t . 



I 



I 














I 









I 



1 









I 


















\ 



r>*; 



.-•-'. 



■ " * » . 
















I 









I 






68 



INTRODUCTION. 



/ 









En effet, pour que les corps qui jouissent de 
la vie soientreeilement des productions 



d 



, il faut quelle ait eu , et q 
faculte de produire directei 



en- 






de se 



d'entre eux, < 
de s'accroitre 
de plus en pi 

versifier avec le temp 



fin que , les ayant munis de ce 



lie 



Pi 



d 



e 



omposer 



organisation, et de 



d 



ces j tous 

soient vt 



que nous ob 



mainte 



ble 



les prod 



d 



e sa puis 



de ses moy 



Ainsi 



directes , il faut recherch 



quels p 



vent etre les corps vivans que la nature p 
produire directement, etlesdistinguerde ceux 



,ne 



qu'indirectement 1 






qu 



"lis 



lion, l'aigle, le 






Itiennent d'elle. Assurement , ie 

papiilon , le clieue , le rosier ne re§oivent p 

directement de la nature F existence dont lis 



as 



jouissent ; ils la rec 



comme on le sait , 



d'individus semblables a eux q 

* 

niquent par la voie de la 




qu 



pec 



du 



P € 
ce 



lie 



du cbene venoit a etre detruite dans les parties 
du globe oil les individus qui la composent se 
trouvent repandus , les facultes r( 
ture jn'auroicnt de long-temps le 



pouvoir 



de l a 



faire 



de 



J 




















J 



} 






INT RODUCTION 



r r* 



00Q 



Je me propose done de liiontf er , a cet e"gard , 



quel est le mode que paroit employer ia nature 
pour former , dans les lieux et les circonstances 
favorables , les corps vivans les plus simplement 
organises, et consequemment les aniruaux les 
plus imparfaits ; comment ces animaux si freies^ 
et qui ne .sont , en quelque sorte , que des ebau- 
clies de l'animalite directement produites par la 
nature ? se sont developpes, multiplies et diversi- 
fies ; comment , enfin 5 apres une suite infinie de 
regenerations 9 1'organisation de ces corps a fait 
des progres dans sa composition , et etendu . de 
plus en plus ? dans les races liombreuses qui en 
sont resultees , les facultes animales. 



On verra que chaque progres acquis dans la 



composition de Forganisation et dans les facultes 
qui en ont ete les suites , a et6 conserve et trans- 
mis a dautres individus par la voie de la re- 
production, et que par cette marche, soutenue 
pendant une multitude de siecles , la nature est 
parvenue a former successivement tous les corps 
vivans qui existent. 



O 



sans 



en outre , que toutes les facul 

i 

1, sont completement physiq 



xeeption , sont com} 
dire , que chacune d 



lenient d'actes d 

w 

sera facile de m< 



d 






qu 



ij 




us borne, dont la source pent etre aisement 






°4 






1 

i 






















* * 



, 












I 

i 



4 















\ 




. • ■ 












I 



















. V 



t 






070 



INTRODUCTION. 



percue , la nature a pu parvenir a creer les U 



s de Intelligence , depuis celles qui 
obscures , jusqua celles qui sont 



Pi 



d 



I 



opp 



Ce nest point un traite de Phjsiologie que To 

•e a trouver ici : le public possed 



doit s attendre a 

d'excellenjs ouvrages en ce g 



e 



SVLT 



lesqu 

que peu de redressemens a pi*oposer. M 



bier, a cet esard, des f« 



Ct 



d 



fon 



b 



reconnues , 



par ce que j'apercois qu 



d 



des traits de lumiere qui ont eehappe a ceux qui 

'tails de ces objets , et que 



des d 



d 



de lumiere nous montrent, avec evi- 

i que sont reellement les corps doue's 

nnnrcmoi et comment ils existent , de 



9 



se developpent 



re 



pro 



observe en e 



, par queues voies les iacuites q 
ix ont ete obtenues, transmist 
ees dans les individus de chaque esp< 



Si 



b 



causes 



physiques qui 



donn 



corp 



s 



fc 



d au principe q 



dans la prop 



• . • 



C'est a rinfluence des mouvemens de divers 
fluides sur les matieres plus ou moins solides de 

] 

notre globe , qu'ii faut attribuer la formation , 



















* 


















INTROD UCTION. 



07-1 



temp 



? 



et la reprod 



la conservation 
de tous les corps 

face , ainsi que toutes les mutations que les d 



qu'on ob 



bris de ces corp 
Que Ton neg] 






i ne cessent de subir. 
ige cette importante consider 
des lors , pour Fintelligence h 
maine , dans tine confusion inextricable ; la cau 
generale des faits et des objets observes 

cue ; et, a. cet egard , nos connois- 
sances restant sans valeur , sans liaison et sans 
progres , Von continuera de mettre a la place des 



ne 



P 



at 




verites qu'on eiit pu 



n 



d 



tre 



g 



ce merveilleux qui pi 




prit hu 
n donnc 



au 



cette mesne 



proposition toute fattention que son 



vide 



d 



fair 



e 



obt 



a lors on verra qu 



• « 



decoule naturellement una multitude de 



su- 



bordon 



qui 



de tous les faits 



bien reconmis, relativement a Texistence 5 a la 



diverses facuites : enfi 



muta- 



d 



des autres corps pi 



composes qui 



Q 



? 



bles, des divers Guides dont 
est de toute evidence quiis sc 
entretenus dans ftotre globe p 



J 



mais varia- 
x parler, ii 



y exeree perp 






\ 






\ 








l 






? 






1 












r 1 ' 1 
































f 









07 



INTRODUCTION. 



en modifie et en deplace sans cesse de grandes 
portions dans certaines regions de ce globe ; les 
contraint a une sorte de circulation et a des 
mouvemens divers; en sorte quelle les met dans 
le cas de produire tous les phenomenes qu'on 

observe. 

II me suffira de inettre beaucoup d'ordre dans 



des fa 



h 



d 



s 



pplication de ces considerations aux phe- 

5 pour re'pandre le jour ne- 



nonienes observes 



cessaire sur 



d'exp 



fondement de ce que je viens 



D'abord * il est indispensable de d 



fluides visibles contenus d 

* 

et qui y subissent des mou 



ps 



et des chan- 



gemens continuels , de certains autres fluide 



ubtils et toujours 



• * 



ble 



qui animent ces 



corps, et sans lesquels la vie nesisteroit pas 



en eux. 






fluides ini 

les parties sc 
vivans ; il ser 



ierant le produit de Faction d 



isibles do 



a 



des 3 fluid 
aise de s 



de pari 
sibles de 



P 



s 



qu 




de ces difFerens corps 
qu'on y observe , enfi 



a tous 



gemens qu on leur voit epr 



y est entitlement le resultat de 
difFerens fluides qui se trouvenl 



d 


































INTRODUCTION. 




que les fluides do 



b 



P 



ganise ces corps; qu 



ont mo 



difies de di verses manieres ; qu'ils s'y sont modi 



fie 



memes ; et qu'ils ont produit peu a p 
rard , 1'etat de choses que Ton y obse 



mamtenant 
En effet. 



l'on do 



une attention suivie 



aux diffe'rens pho 
sation , et surtou 
develor>r>emens d 



6 



qui app 




Pi- 



dans les animaux les plus imparfi 



sera convamcu : 



I 



o 



fo 



Q 



operation de la nature 



P 



d 



consiste a or 2a- 



llulaire les petites masses de 



» 



:l 



gelatineuse ou mucilagineuse qu 
disposition et dans des circonstc 



rabies ; a remplir ces petites masses 
de fluides contenables ; et a les vivifier en m 
ces fluides contenables en mouvement , a 
des fluides subtils excitateurs qui y aflluen 



celluleuses 



sans 



des 



environnans; 



o 



O 



1 



■ 

Que le tissu cellulaire est la «angue d 



quelle toute organisation a ete forn 



o 



d 



q 



d 




itierens organ es se sont 



1 



cement developpes , par la voie du 
des fluides contenables qui ont gr 



din 



ce tissu 



cellulaire ; 






















1 



1 ' 









' 












i 



v 









* ! 



) 






I 



















X 

























fl 


























3 



/ 



/. 



L 



\ 



INTRODUCTION. 

1 

Queffectivement, le propre 

ins les parties 



d 



mouve- 



d 



d 



oup 



1 



fl 



rps 
yer 



q 



contiennent , e 



es 
de 



de 



y 



des routes, des lieux de depot et des 



d'y creer d 



t ■ 



par suite d 



& 



divers ; d'y varier ces canaux et ces org 



ues a raison de la 



de 



de la nature des fin ides qui y do 



lieu et qui s'v modifient: enfin 



d 



O 



3 ; 

de diviser et de solidi 



5 



dagrandir 



o 



d 



• 1 



b 



P 



for 



e 



parent sans cesse des flu 



des essentiels qui y 



doiit une p 



aux orga 



est , non - seulement de developp 



nes, tandis que l'autre est rejetee au dehors: 
4°. Qu'enfin , le propre dn mouvement orga- 

niquej 

gaoisation , detendre les parties et 
lieu a faccroissement, mais encore 
piier les organes et les fonctions a remplir. 
Apres avoir expose ces grandes consid 



de donner 
de muni- 



tions qu 



eniblent pi 



verites u 1 ' 



tabl 



et 



pendant 



percues 



• n 



les fa 



communes a tons les corps vivans, et conse 



quemment a tons les animaux ; ensuite je p 



nas- 



ser 



ai en revue les principals de celles q 



i sont 



r 












¥ * 



f 









fc 



IV^BPVV^V 
















INTRODUCTION. 



O75 



les autres ne ' pouvant nulleuient en etre doues. 
J'ose le dire , c'est un abus tres -nuisible a 
l'avancement de nos connoissances physiolopi- 
ques, que.de supposer inconsiderement que tous 
les animaux , sans exception , possedent les ine- 






mes organes et jouisseni des memes facnltes ; 
comme si la nature etoit forcee d'employer par- 
tout les memes moyens pour arriver a son but. 
Des que , sans s'arreter a la consideration des 
faits 9 il n en coute que quelques actes de rima- 
gination pour creer des principes ? que ne sup- 
pose-t on de suite que tous les corps vivans pos- 
sedent generalement les memes organes, et jouis- 
sent en consequence des memes facultes ? 

Un objet que je n'ai pas dii negliger dans cette 

seconde partie de mon ouvrage 5 est la conside- 

r 

ration des resultats immediats de la vie dans 
un corps. Or, je puis faire voir que ces resul- 
tats donnent lieu a des combinaisons entre des 
principes qui , sans cette circonstance , ne se fbs- 
sent jamais unis ensemble. Ces combinaisons se 
surcharsent meine de plus en plus, a mesure 



que 



1'energie vitale augmente ; 



en sorte 



qu 



e 



clans les animaux les plus parfaits , elies offrent 

* 

une grande complication et une surcharge con- 
siderable dans leurs principes combines. Ainsi 
les corps vivans constituent, par le pouvoir de Ja 
vie qu'ils possedent 5 ie principal moyen que la 









* 























V 

























1 









\ 



! 






*\*~ *•" 

























I 



■ 







r 



I 









j 



/ 



i 



076 



INTRODUCTION. 



nature entploie pour faire exister une multitude 



composes diffe 



qn 



jamais eu 



lieu sans 



quabl 



En vain pretend on que les corps vivans trou- 
vent dans les substances alimentaires dont ils se 
nourrissent , les matieres toutes formees qui ser- 
vent a composer leur corps , leurs solides et leurs 
fiuides de toutes les sortes ; ils ne rencontrent 



dans ces si 

riaux prop 



b 



fo 



les 



que 
bin; 



que 



je viens 
memes. 



de citer , et non ces comb 



Cest , sans doute , parce qu'on n'a point suf- 



fi 



pouvoir de la vie da 



1 



ce pouvoir, que 



Ion 



percu 
ppose 



cine les corps vivans trouvoient dan 
>nt ils font usage , les matieres 



d 



qui 



forme 



ces matieres 
nature. 



de tout 



ps 

LpS 



► prepa- 

et que 

dans la 



qui composent la second 



par tie de cet. ouvrage : leur imp 



merite- 



roit , 



in a is je 



sans doute , d 






• 



b 



grands developpemens ; 
a 1'exrjosition suceincte 



de ce qui est necessaire pour que 
tions puissent etre saisies. 



observa* 









• I 






\ 












^^^^p 












\ 






\ 






COMPARAISON DES CORPS , etc. ^77 






\\vvv\ \v\\'V% wwvx v^. 




CHAPITRE PREMIER 



Comparison des Corps inorganiques avec 



les 



• • 



Corps vwans ;, suwie 
Animaux et les Vegetaux. 



d'un Parallele entre les 



I L y a long-temps que feus l'idee de comp 
entre eux les corp 

■ 

bruts oil iuor 



ps 




aniqaes : que je niapercus d 



diffi 



et 



1 



es 



que je fus convaincu de 






de considerer letendue de cette difference et 



ses carac teres. On etoit alors assez g^neralement 



de presenter les trois regnes d 



dans 

nature sur une meme ligne , les 

quelq 



dist 






assiqii 



Ion 



rnbloit 



pas sapercevoir de Tenorme difference q 



y a entre un corps vivant , et ui: 

sans vie. 

Cependant, si Ton veut parve 

reellement ce qui constitue la 



corps b 



l connoitre 
, en quoi 
et les lois 
qui donnent lieu a cet admirable phenomene de 
la nature, et comment la vie elle-meme peu 

etre la source de cette multitude de plienomene 



que 



causes 










* 


















V 







I 



I 



4 





































J 









O7O 



COMPARAISON DES COR 



?S 



que ies corps 



faut , avant tout 1 consider 



differences qu 



gamques 
faut met 



ps vavans; et pou 



cela . il 






en 



par 



deux'sortesde. corp 

















! 












Caracteres des Corps inorganiques mis en parol" 

lele avec ceux des Corps vwans. 



To 



it corps brut ou inorganique 
dwidualite que dans sa molecule Integra 
masses, soit solides . soit fluides , soit g 



era une reunion 



de molecules integrantes peut 



f( 



P 



de b 



et 



d 



o 



de ou petite , de ces masses , n'ajoute ni ne 



puisse £ 



ps d 



iside en 



dans ceile de la molecule integrante 



d 



ee corps 



Au contraire , tout corps vivant possed'e I'm- 

* 

dwidualite dans sa masse et son volume ; et 



cette 



d 



qui est simpl 



d 



les 



uns, et composee dans les autres , n'est jamais 
restreinte dans les corps vivans a celle de leurs 
molecules composantes ; 



2. . Un corps inorganique peutoffrir une masse 






veritablementhomogene , et il peut aussi en cons- 















•• 


































INORGANIQUES AVE 



C LES 



VI VANS. 



379 



tituer qui soient heterogenics; 1'agregation ou la 



b 



reunion 



de parties serablabies ou de parties dis- 
blables , pouvant avoir lieu sans que ce 

rot ou morganique- II n'y 
me necessite que les mas- 
it plutot homdgenes qu'lie- 



corps cesse d 



b 



& 



d 



1 



ses de ce co: 

teroo-enes, ou plutot heterogenics cnrhomoge- 



nes ; elles sont accidenteli 



observe. 






qu'on les 



ps vivans , au contraire , ineme 

s plus simples en organisation, sont 

heterogenics , c'est-a-dire, compo- 



ses de parties dissemblables : ils n'ont point de 
molecules integrates , mais ils sont formes de 
molecules composantes de differente nature; 



3°. Un corp 




que peut 



une masse solide parfaitement seehe , soit une 



fait liquide , soit un fluid 



L 



a 






corps 



gard de tout 
peut possedej 



corp 



forme de deux sortes de parties essen- 



t 



tiellement coexistantes , les unes solides , 

1 

souples et contenantes , et les autres liquid 



m 



dependamment des fluide 



invisi- 



bles qui le penetrant et qui se developpent d 



son interieur. 



1 * 

Les masses que constituent les corps mor- 
ganiques nont point de forme qui soit particu- 












V> 











I 

I 




















i 







i 









\ 
1 



» 










.'■ 



f 



/ 












/ 







I 









t 






So 



COMPARAISON DES CORPS 

l'espece ; oar, soit que ces masses aient 



forme 



D 



orsq 



ps 






leur fo 



qu 






& 



ne 



sy trouve p 
que leur mole 



onstamment la 









ait 5 pour chaque 
ble (i). 

Les corps vivaria 
a peu pres , dans J 
particuliere a l'esp 
sans donner lien I 



b 



espece 3 une 



•ante qui 
forme invaria- 






ffr 



(I 



forme qu 



3 



qui 



Les molecules integrantes d'un corps inorgi 
s sont toutes independantes les unes des autre* 
qu'elles soient reunies en masse , ou solide 



liquide 



gazeuse , chacune d 



existe 



m 



bre , les proportions et l'etat de 



P 



d 



d'um 



(i) Les molecules integrantes qui constituent Y espece 

iere composee , fesultent toutes d'un meme nom- 



I 






d 



mat 



iyve de principes ? combines entre eux dans les memos pro- 
portions ? et d'un etat de comhinaison parfaitement sembla- 
ble : toutes ont done la meme forme, la meme densite , les 
memes qualites propres. 

Mais lorsque des causes quelconques ont fait varier 7 soit 
le nombre des principes composans de ces * molecules , soit 
les proportions de leurs principes, soit leur etat de com- 
binaison, alors ces molecules integrantes ont une autre 
forme, nne autre densite et d'autres qualites propres : elles 
sont alors' d'une autre espece. 






/ 





















L 













\ 






V 



/ 









INOfiGANIQUES AVEC LES VIVANS. 



38 1 



ses prineipesj.et ne tient ou n'emprunte rien , 
pour son existence , des molecules semblables ou 
dissemblables qui Favoisinent. 



Au contraire , les molecules composantes d'tiii 
corps vivant, et consequemment toutes les par- 
ties de ce corps 5 sont, relativement a leur etat 
dependantes les unes des autres; parce qu'elies 
sont toutes assujetties aux influences dune cause 
qui les anime et les fait agir ; parce que cette 



cause les fait concourir toutes a une fin 



com 






mime, soit dans cliaque organe , soit dans Findi- 
vidu entier ; et parce que les variations de cette 
meme cause en operent egalement dans l'dtat de 
chacune de ces molecules et de ces parties ; 
5°. Aucun corps inorganique n'a besoin 






pour se conserve* d'aucun mouvement dans 



ses parties; au contraire, 




restent dans le 
conserve sans 
tion, il pourroi 
quelque cause 



que ses parties 



repos et Knaction , ce corps se 

cette condi- 



alteration , et sous 



ton jours. Mais des 



q 



vient a agir sur ce 



a exciter des mouvernens et d 



ps 



et 






cli 



em 



dans ses parties 



corps perd aussitdt 



form 



de 

d^tr 



langei 
que d 



d 



e 



s parties 



sa masse 



perd 



o 
















* > 



1 A 






x 



V 









I 1 



I 
















\ 

I* 

# 



/ 























1 





















8 3 



COMPARAISON DES CORPS 



dont il s'agit ont penetre j usque dans ses mole- 



g 



Tout corps , au contraire , qui possed 
trouve continueiiement , ou temporal 
lime par aiu\force particuliere qui ex 

mou vein ens dans ses parties 



cesse 



des 



ption , des change 



d'etat dans ces parties , mais qui y 

des reparations , des rencuvellemc 



d 



des 



sont 



developpemens , et a quantite de pbe'nomencsqui 

aux corps vivans ; 

m 

; mouvemens exci- 
res alterent et de- 



pres 



en sorte que , chess 1 



dans ses p 



parent et renouvelleat , ce qui 



d la duree de 



:le Findivid 



bre entre ces deux effets opp 



qui ont ch 
ment deti 



forte 



6°. Pour tout corps inorganique , Faugmenta- 
tion de volume et de masse est toujours acci- 
dentelle et sans bornes , et cette augmentation 

t 

ne s'ex^cute que par juxta-position , c'est-a-dirc, 
que par V addition de nouveiies parties a ia sur- 
face exterieure du corps dont il est question. 

LTaccroissement 3 au contraire , de tout corps 
vivant est toujours necessaire et borne, et il D& 
'execute que par intussusception , c'est-a-dire j 
par penetration interieura 5 ouiintroclucti of* 



s 



q 






























\ 




















INORGANIQUES AYEC LES VI VANS. 



t ox 



dans 1 individu de matieres qui,, apres leur assi- 



milation 5 doivent y etre ajoutees et en faire 
partie. Or , cet accroissement est un veritable 
de'veloppement de parties da dedans au dehors, 
ce qui est exciusivement propre aux corps vi- 

Vans : 

• * 



7°. Aucun corps inorganique n est oblige de 



se nourrir pour se conserver ; car i 



ii pent 



ne 



faire aucune perte de parties , et Jorsqu il en 
fait 5 il na en lui ancnn mojen pour les re- 

parer. 

Tout corps vivant, au contraire, eprouvant 

necessairement , dans ses parties interieures , des 
mouvemens successifs sans cesse renouveles, des 
changemens dans i'etat de ses parties, enfin > 



des pertes contumelies de substance par des se- 
parations et des dissipations que ces eliangemens 

entrainent; aucun de ces corps ne 



pout 



con 



server la vie s'il ne se nourrit continueliement, 
c"est-a-dire , s'il ne repare incessamment ses per- 
tes par des matieres qu'il introduit dans son 
interieur ; en un mot , s il ne prend des alimens 

* 

a mesure qu'il en a besoin ; 

8°. Les corps inorganiques et leurs masses se 

ferment de parties separees qui se reunissent ac- 
cidenteliement : mais ces corps ne naissent point , 
et aucun d'eux nest jamais le produit , soit dun 
germe, soit dun bourgeon , qui, par des deve- 









\ 












V 



• i 









i 














w 



S 



w 



. . . 

- ■ 



* r 

' ' ' 



■ •" ». "l . » * 



. ''\ 






/ 



il 
















t 












t 


















381 



CO MP ARM SON DES CORPS 



loppemens, font exister nn individu en tout sem- 
blable a cetui ou a ceux dont il provient 
Tous les corps vivans , au contraire , naissent 



ibl 



et sont le prod 



soit d 



germe que la fecondation a vivifie ou prep 



£ a la 



dun bourgeon simplement extensible 



1 



et F autre doimaut lieu a d 






parfaitement 
produits ; 



a c eux qu 



idividus 
les ont 



9°. Enfin , aucun corps morgamque 



mourir, pmsq 



d 



orp 



ne peut 
possede 



necessairemc 



nt 



da 



orp 



la vie , et que la mort qui resulte 

des suites de fexistence de la vie 

n est que la cessation complete des rnouvemens 

organiques , a la suite d'un derangement qui rend 

desormais ces rnouvemens impossibles. 

Tout corps vivant, au contraire , est inevita- 
blement assujetti a la mort ; car le propre meme 
de la vie , ou des rnouvemens qui la constituent 
dans un corps, est d'amener, aubout d'un temps 



quelconque, d 



orps , un etat d 



de 



qui rend a la fin impossible fexe 

fonctions , et qui , par consequent , ancantit dan's 

ce meme corps la faculte d executer des rnouve- 
mens organiques. 

II y a done entre les corps bruts ou inor- 
aniques, et les corps vivans, une 



5 



me, un 



diffi 



hyatus considerable, en un mot, tan 






separation 












/ 



** 













INORGANIQUES AVEC LES VIVANS. 



385 



iparation telle quaucun corps inorganique quel 



conque ne sauroit etre rapproche meme du plu 
simple des corps vivans. La vie et ce qui la con 
titue dans un corps , font la difference essentiel 
qui le distingue de tous ceux qui en sont d< 

pourvus. 

D'apres cela , quelle inconvenance de la pa 



de ceux qui voudr 



trouver une liaison et, 



en 



certains 



? 



• 



d 



quelque sorte , une nuance entre 
corps vivans et des corps inorganiques 
Quoique M. Richer and ,j 

Physiologie, ait traite le meme snjet q 
que je viens de presenter , j'ai du le reprod 
ici avec des developpemens qui me sont prop: 
parce que les considerations qu'il embrasse i 



celui 



portantes 
: a expose] 



e 






qu 



Une comparaison entre Jes vegetaux et les 
imaux ninteresse pas directement l'objet que 



dans cette second 



b 



& 



d 



crois devoi 



ser ici quelques-uns d 
Mais auparavant , voy< 



P 



I 



en expo- 
; saillans. 



que 
de 



les vegetaux 



eux comme corps vivans. 



1 



Les vegetaux nont de cominun avec les 



am- 



maux que la possession de la vie; 



con 




2D 



\ 





I 

I « 



v 



























, 












- 







* ^ * ■ ' 



















I 












1 



I 



386 



me nt 



COMPARAISON DES CORPS 



3. 



plissent les cond 



tions qn'exige son 

facultes generates quelle prodait 



existence , et jouissent des 






Ai 



de p 



d 



des corps 



ment composes de deux sortes de par 



ties, les lines 



les , mais souples et contenan 
des et contenues, independam 



ment des fl aides invisibles qui les penetre 
qui se developpent en eux. 

Tous ces corps possedent 1'individualite 



pie, soit comp 



form e 



P 



espece ; naissent a I epoque 



qui 



pare du corps dont ils proviennent 



mporairement , animes p 



j 



oree 



q 



leurs mouvemens 



vitaux; ne s 






que par 



plus ou moins reparatrice de leurs pertes de 



bstance; s'accroissent, pend 



un 



temp 



; , par des developpemens interieurs ; form 
memes les matieres composees qui les cc 
;nt; reproduisent et multipiient pareiliem 



dividus de leur esp 



enfin 



j 



arrivent tous a un terme oil fetat de leur orga- 



nisation ne permet plus a. la vie de se conserver 




en eux. 



Telles sont les facultes communes auxuns et 
aux antres de ces corps vivans. Comparons main- 









*■ 





INORGANIQUE3 AVEC LES VI VANS. 



087 



tenant les caracteres generaux qui les distiiiguent 



entre eux. 



Paralleles entre les Caracteres generaux des 

Vegetaux et ceux des Animaux. 









Les vege'taux sont des corps vivaris ore 

non irritables dans aucime de leurs parties 
pables d'executer des mouvemens subits pk 



s 



fois de 



? et don 
que par 

3 . que p 



trice que les milieux environnans fom 
quelle agit principalement sur les fluid 
et visibles de ces corps. 

Dans les animaux , toiites les partie 

■ 

ment certaines d'entre elles , sont esse 
irritables, et ont la faculte' cf ope'rer des \ 
subits, qui peuvent se repeter plusie 
suite. Les mouvemens vitaux. dans lei 



1 



on seule- 



fo 



is 



d 



par d 



exterieureSj et d 



les autres, par une force qui se developpc en eux. 
Ces excitations exterieures et cette force excita- 
trice interne provoquent Firritabilite des parties , 



agissent en outre sur les fluides visibles contenus, 



et donnent lieu, dans tons , a l'execution des mou- 
vemens vitaux. 

II est certain qu'aucun vegetal quelconque n'a 
la faculte de mouvoir subitement ses parties exte- 

























V 





















I 



X 










( 



s 



s 






■ 
- ■ ' ■ ■ 



V- • ■- 



■■; .■■■ 



;• • • * 






.- • • • 







4 I 
















<f 

































\ 






388 COMPARAISONDES CORPS 

rieures , et de faire executer a aucune d'elles des 
mouveraens subits, re'pete's plusieurs fois de suite. 
Les seuls mouvemens subits qu'on observe dans 
certains vegetaux , sont des mouvemens de d6- 
tente ou d'affaissement de parties ( voyez p. 94 ) , 
quelquefois des mouvemens hygrometriques 



et 



pyrometriques qu'eprouvent certains fil 



subitement exposes a lair. Q 



vemens qu 



parties des vegetaux, 



que ceux qui les font se d 




ceux qui occasionnent 1 ouverture ei 1a cunw 
des fleurs , ceux qui donnent lieu au redresseme 
ou a i'abaissement des etamines , des pedoncule 
ou a I'entortillement des tiges sarmenteuses et d 
vrilies , enfin, ceux crui constituent ce que 



sommeil et le 



des plantes 



mouvemens ne sont jamais subits; ils s'operent 
avec une lenteur qui les rend tout-a-fait insensi- 
bles ; et on ne les connoit que par leurs produits 




Les animaux , au contraire , possedent la fa- 
culte d'executer , au moyen de certaines de leurs 
parties exterienres , des mouvemens subits tres-ap- 
parens , et de les repeter de suite plusieurs fois les 
memes ou de les varier. 

Les vegetaux , surtout ceux qui sont e npartie 
dans fair , affectent dans leurs developpemens 
deux directions opposees et tres - remarquabies 

















\ 



INORGANIQUES AVEC LES VIVANS. 



3 Q 



09 



de maniere qu'ils offrent une vegetation ascendante 

* 

et une vegetation descendante. Ces deux sortes de 
* vegetation partent d'un point eommun que j'ai 
nomine ailleurs (1) le nceud vital ; parce que la 
vie se retranche particulierement dans ce point , 
lorsque la plante perd de ses parties , et que le 
vegetal ne perit reellement que lorsque la vie 
cesse d y exister ; et parce que l'organisation de 
ce nceud vital , connu sous le nom de collet de la 
racine , y est tout-a-fait particnliere , etc. ; or, de 
ce point , ou nceud vital, la vegetation ascendante 
produit la tige , les branches , et toutes les parties 

de la plante qui sont dans 1' 
point , la vegetation descendante donne naissance 
aux racines qui s'enfoncent dans le sol 011 dans 
Feau; enfin, dans la germination , qui donne la vie 
a ax graines , les premiers developpemens du jeune 
vegetal ayant besoin, pour s'executer , de sues tout 









air; et du menie 



prepares que la plante ne peut encore puiser dans 
le sol, ni dans 1'air, ces sues paroissent lui etre 
alors fournis par les cotyledons , qui sont toujours 
attaches au noeud vital, et ces sues suffisent pour 



cooimencer la vegetation ascendante de la pin- 



mule 5 et la vegetation descendante de la radicule. 
On n observe rien de semblable dans les ani- 



(1) Histoire nature! le des Vegetaux ? edition de Deter- 

viile ; vol. I; p. 22D. 






























1 


















\ 



1 












* •■ ■ ■ . - 






■ "- ■ •/■*■ i 








' 


























\ 









, 








< 



I 



9° 



COMPARAISON DES COiit ? S 



maux. L 



developp 



n'anectent point 






deux directions uniques et particulieres, mais 
s'operent de tons cotes et dans toutes les dir 



que l'exige la forme de leurs parti 



6 



leur vie ne 



he iamais d 



point isole , mais dans l'integrite des org 



orsqu'iis existent. D 






point 



des organes sp 
> la vie n'est 



chee nulle p 



aussi en 



divisant leur corps 



cbacune des parties separe" 



Les veg 



i 



© 



[event perpendi 
plan du sol, mais l 



de J'horizon du lieu; de maniere q 



qui 



is c 



comme 



q 



uoique 



>e de fusees dans im feu d' artifice. Aussi , 
les branches et les rameaux qui forment 
leur cinie , s'ecartent de la direction de la tige , 

i 

ils forment toujours un angle aigu avec cette tige 
au point de leur insertion. II semble que h\ force 
excilatrice des mouvemens vitaux dans ces corps 
se dirige principalement de bas en haut et de haut 
en bas , et que c'est eiie qui cause, par ces deux 



ppo 



ces 



la for 
corps 



et la disp 



vi vans , en un mot, 



particulieres de 

qui donne lieu a la vegetation ascendante et a la 



vegetation descendants II en resulte que les ca- 




naux danslesquels se meuvent les flu ides essentiels 
















l\ 














INORGANIQUES AVEC LES VlVANS. 



9 






de ces corps sont paralleles entre eux ainsi qui 



I 



axe 






•>c 



tudinai du vegetal ; car ce sont p 
des tabes longitudinaux et paralleles qui 
formes dans le tissu cellulaire . ces tubes n'of- 



frant de divergence que pour former les expan- 



sions aplaties des feuilles et des petales , ou que 
lorsqu'ils se repandent dans les fruits. 

Rien de tout cela ne se montre dans les ani- 

* 

maux; la direction longitudinale de leur corps 
n est point assujettie comme eelle de la plupart 



ciel 



des vegetaux a s'elancer a la fois vers le 
et vers le centre du globe ; la force qui excite 
leurs mouvemens vitaux ne se partage point eft 
deux directions uniques; enfin , les cananxinle- 

* 

rieurs qui contiennent leurs fluides visibles sont 
contournes de differentes manieres et n'ont entre 

eux aucun parajlelisme. 

Les alimens des vegetaux ne sont que des ma- 
tieres liquides ou fluides que ces corps vivans 
absorbent des milieux environnaiis : ces alimens 



pberique, le calo 
iz qu'ils decompoj 
m deux , consequ 



iqu 



de digestion a executer, et , p 



depourvus d 



di 



£> 



les corps vivans composent eux-memes leur p 
pre substance, ce sont eux qui forraent les p 

llii^rns nombinaisfms non-fluid^ 



ICO 



i 












i 






;, 



; i 


















i 









i 












































I * 



- - - - - 






























1 



' 















1 



0Q2 



9 



COMPARAISON DES CORPS 



Au contraire , la plupart des animaux se nour- 
rissent de matieres deja composees, qu'ilsmtro- 
duisent dans une cavite tubuleuse , destinee a les 
recevoir. lis ont done une digestion a faire pour 
operer la dissolution complete des masses de ces 



fient et changent les combinai 



sons existantes et les 



hargent de principes 






en sorte que ce sont eux qui forment les combi 
liaisons les plus compliquees. 

Enfin, les residus consommes des vegetam 
detruits sont des produits fort d.ifferens de ceu: 



qui 

que 



prov 



de 



qu 



deux sortes de corps vivans sont effecti 
dune nature tout-a-fait distincte. 



ffet, d 



© 



des l'em 



et 



portent en proportion sur les fluides , le mu 
lage constitue leurs parties les plus tendres , 
parmi leurs principes composans le carbone pre 
domine ; tandis que dans les animaux, les fluidc 



I'emDortent en oruantite sur les soiides , la 




re 



?la- 



de dec! 



dans les os de 



qui en ont , et, p 



composans , e'est surtout Y azote qui se f« 






marqu 

Dailleurs , dans les residus consommes des \ 
jzetaux , la terre qui en provient est principal 

lleuse et souvent presente de la silia 
que dans ceux des animaux , celle qui 



o 



au 
















N 















V 





INORGANIQUES AVEC LES VIVANS 



3 9 3 



resulte.constitue , soit du carbonate , soit du phos- 



phate de chaux. 

Quelques traits communs d' analog 

Animaux et les Vegetau 



entre les 



Quoique la nature des vegetaux ne soitnulle- 
ment la meme que celle desaniraaux , quele corps 
des uns presente toujours des facuites et meme 

des substances que Ton chercheroit vainement a 
retrouver dans celui des autres ., corarae ce sont de 

part et d'autre des corps vi vans , et que la nature a 
evidemment suivi un plan doperations uriiforme 
dans les corps ou elle a institue la vie , rien , en 
effet , n'est plus remarquable que l'analogie 
Von observe entre certaines des operations qu 
a executees dans ces deux sortes de corps viv 



que 



Dans les uns, comme dans les autres, les pi 



Pi 



"g 



d 



o 



des b 



duisent que par des gemmes ou 

que par des corpuscules reproductifs qui 

blent a des oeufs ou a des graines 



repro 



eons 




qui 



fecondation prealable 5 etqui, efFe 



point un embry 



ren- 



ferine dans des enveloppes qu'il doit rompre pour 

* 

pouvoir prendre tous ses developpemens. Cepen- 
int. dans les unset les autres encore, lors- 



d 
q 



la composition de 



Forganisation fut assez 



avancee pour qi 



de 



s 



o 



de fecond 



/ 



I 



V 









"\ 












i 
I 



" * 



V 




























* . 























1 1 


























J 









^94 



COMPARAISON DES CORPS 



pussent etre formes, la reproduction des indi- 
vidus s'opera alors uniquement ou principale- 
ment par la generation sexuelle. 

Un autre trait danalogie fort reraarquable des 
operations de la nature a regard des animaux et 
des vegetaux, est le suivant : il consiste dans la 
suspension plus ou moins complete de la vie 

* 

active 5 c'est - a - dire , des mouvemens vitaux , 
qu'cprouvent dans certains climats et en certaines 
saisons 5 un grand nombre de ces corps vivans. 
En effet, dans Fhiver des climats froids , les 



vegetau 



xs. 



plantes vivaces eprouvent 



un e 



spension a peu pres complete de veg 



par consequent d 



orsra- 




fluides , alors en moindre 



quantite , sont inactifs 



prodtiit dans 




pendant le coars d 



pertes , ni absorptions alimentaires , ni ch 



g 



e 



davelopp 



t en eux tout-a-fait suspen- 

i 

due 5 ces corps eprouvent un veritable engourdis 
seinent, et iieanmoins ils ne sont pas prives de 1c 
vie, Comine les vegetaux reeliement simples n( 
peu vent vivre qu'une annee , ils se hatent de don 



dans les climats froid 



o 



corpusc 



productifs , et per 



de 



Les phenomenes d 



O 

o 



"pension pi 









V 



\ 






■ 

m 



^^ 

















IN0RGAMIQUE5 AVEC LES VIVANS. 



3 9 5 



complete de la vie active , e'est-a-dire 5 des mou- 
vemens organiques qui la constituent 5 s obser- 



vent aussi dune maniere tres - remarqnatle dans 
beaucoup d'animaux. 

Dans rhiver. des climats froids , les animaux 

* 

les plus iraparfaits cessent de vivre ; el, parmi 
ceux qui conservent la vie, un prand 
torabe dans un en gour dis $ ement 



o 



on moins 



que dans 



de 



pendue 5 tandis que dans les autres il en existe 
encore , mais qui ne s'executent qu'avec une ex- 
treme lenteur. Ainsi , quoique presque toutes les 
classes offrent des animaux qui subissent 




ornp 



pension 



de 



active , on remarque particulierement ce pheno- 
rnene dans les fourmis , les abeilles , et bien d'au- 
tres insectes ; dans des annelides , des niollusques, 

des poissons , des reptiles ( surtout les serpens ) ; 
enfin , dans beaucoup de mammiferes , tels que la 
cbauve-souris , la marmotte, le loir , etc. 

Le dernier trait- danalogie que je citerai nest 
pas moins remarquable ; le voici : de meme qu'il 
y a des animaux simples , constituant des indi- 
vidus isoles , et des animaux composes, c est-a- 
dire , adherant les uns aux autres , communiquant 



entre eux par leur base , et participant a une vie 
commune , ce dont la plupart des polypes offrent 













\ 






t 












^ 










i 


















I 















\ 







z 




COMPARAISON DES CORPS 



des exemp 



de merae aussi il y a d 




nples, qui vivent individuellement, et il y a de: 
getaux composes , c'est-a-dire , qui vivent plu 



mbl 



qui particip 



tons a une vie 



commune. 



Le propre d'une plante ®i 

i 

quelle ait donne ses fleurs e 
puscuies reproductifs. La d 



q 



v 



ft 



de sa vie s'etend 



dela dune annee. Les org 



s 



de cette p 



\j 



; 



possed 



qu une smile feeondation ; en sorte quayant oper 
les sages de sa reproduction ( ses graines ) , ils pe 



detruisent comple 



pi 







pres avoir donne ses fruits ; et Ton 



O V 



difficile de la multipl 



qu 



par ses graines ou p 



Les pi 



b 






nnuelles narois- 



P 



«..> 



d 



dans ce cas : ce sont d 



vege- 






pi 



5 



leurs tiges 3 ainsi 



ine 



q 

tiond 



prod 




p 

^ 



. r 



b 



p pres 5 le cas de toutes les plantes ; car p 

connoit a le plus grand \ 



) Ion 



toutes ceiies que 

bre presente des vegetaux reelleinent composes. 

Ainsi ; lorsque je vois unarbre, un arbrisseau , 

une plante vivace , ce ne sont pas des vegetaux 












s 






r— 4**>V r L — - * 



V ^ I - 










\ 




INORGANIQUES AVEC LES VI VANS- Z§J 

pies que j ai sous les yeux; mais je vois dans 



ch 



de d 



semble les uns sur les 
a une vie commune. 



b 



F 

participant 



Cela est si vrai , que si je greffe sur une branche 



de prunier un bourgeon de cerisier , et sur une 
autre branche du nieme arbre un bourgeon d'a- 



bricotier, ces trois especes vivront ensemble et 

participeront a une vie commune ,. sans cesser 
d'etre distinctes. 



L 



branch 



gard de ce vegetal, compose's que des produ 



getation d 



e 



depl 



particulieres , mais adhcrentes , qui out existe sui 
ce meme vegetal ; comme la masse generale dim 
madrepore est ie produit en animalisation de po 

1 ypes nombreux qui ont ve'cu ensemble et se sonl 
succede's }es uns aux autres. Mais ch a que bourgeon 
du vegetal est une piante partieuiiere qui parti- 



cipe a 1 

veloppe 
fleurs p 

fruits . e 



d 



d 



sa 



fl 



annuelle ou son bouq 



fi 



? 



peut d 



letlde 
produit ensuite ses 



meau contenant deja d'autres bou 

dire , d'autres plantes particular 
ces plantes particulieres , ou frux 
le fart qu'une seule fois , ou produ 



b 



Ch 



d 



do nne 



P 



s 



emb 














\ 















S 


















-: .-■■ , ;: 



. ■ 
■ : -! 





' 



I 



I 






I w 















.' 



3 



COMPARAISON DES CORPS 



(Test ainsi que ce vegetal compost forme 



de 



de vegetation qui 



subsiste apres la destruction de tous les individ 
qui ont concouru ensemble a le produire , et da 
lequel iavie se retranebfi. 

De la, en separant des parties de ce veget; 



5 



qui contiennent un ou plusieurs bourgeons , ou 
qui en renferment les elemens non developpes , 
on peut en former a volonte autant de nouveaux 
individus vivans , semblables a ceux dont ils pro- 
viennent, sans employer le secours des fruits de 
ces plantes; et voila effectivemcnt ce que les cul- 
f; Ifa bnr« pvpmitent en faisant des boutures , des 



marcottes 



Or de meme que la nature a fait de 



& 



fc 



des animaux compo 



pour cela elle na pas cb 



dep 



d'autre , soit la nature veg 



nature 






En voyant des animaux compo 



absurde de dire qu 



de 



roit tout aussi 

animaux-flantes , qui! le seroit en voyant de 

plantes composees , de dire que ce sont des plan 

* 

tes-animales (i). 



(i) Lorsque Ton ne considere que les corps produits par 
la vegetation ou par des animaux , on en rencontre parim 
oux plusieurs qui nous embarrassent pour decider s'ils ap~ 
partiennent au regne vegetal ou au regne animal j et l'analise 
chimique de ces corps prononce quelquefois en faveur de 












I 



I 



'^•■Pf™*^^ 











INORGANIQUES AVEC LES VlVANS. 



3 99 



Qa'on eut, il yaua siecle , donne le nora de 
ophytes aux animaux composes de la classe des 

eut ete excusable; Fetat peu 



polypes, ce 



tort 



des connoissances q 



d 



cette 



expr 



present, ce nest plus la meme 



indifferent d 



£> 



classe. d'animaux un nom qui exprime une fausse 

idee des objets quelle embrasse. 

Examinons maintenant ce que c'est que la vie 



quell 



ditions qu 



dans un corp 



I 



* 

substances animales 7 tandis que leur forme et leur o/ganisa- 
tion semblent indiquer que ces memes corps sont de verita- 

■ 

bles plantes. Plusieurs des genres que Ton rapporte aux ve- 

■ 

getaux de la famille des algues fournissent des exemples de 
ces cas embarrassans : il y auroit done, entre les plantes et 
les animaux ; des points d'une transition presque insensible. 
Je ne le crois pas : je suis, au contraire, tres-persuade que 
si Ton pouvoit examiner les animaux eux-memes qui ont 
forme les polypiers membraneux ou filamenteux 9 qui res- 
semblent tant a des plantes ? Fincertitude sur la veritable 
nature de ces corps seroit bientot levee. 



t 












\ 















\ 



/ 



% 
























'■ ; v \1 '* - 



» ■ v 





^^ 






I 



- 






















400 



D E LA VIE, 




CHAPITRE II. 



De la Vie 9 de ce qui la 



d 



lies 



stitue, etdes Con- 
existence dans un 



~ps 



,'A vie , dit M. Richer and, est une collection de 
phenomenes qui se succedent , pendant un temps 




dans les corps org 



II falloit d 



ph 



qui 



donn 



collection d 



ph 



j _ lc. • effectivemerit , ce ne sont point 

phenomenes qui constituent la vie , mais 



de leur pro 



duction 
Ainsi 



la consideration d 
de Texistence de la 



corp 



n'en presente nullement la definition, e 
montre rien an dela des objets meines q 



~> • 



que je vais lui substituer a 
a fois plus exacte , plus dir 



et plus propre a repandre quelq 
Important sujet dont il est ques 
duit , en outre , a faire conuoitre 






table d 



de 



I 



deree dans tout corps qui lap 



de 










\ 












ET DE CE QUI LA CONSTITUE. 



40I 






sede , resulte uniquement des relations qui exis- 
tent entre les trois objets suivans; savoir : les par- 
ties contenantes et dans un dtat approprie de ce 
corps; les fluides contenus qui y sont en mouve- 

* 

ment; et la cause excitatrice des mouvemens et 
des changeraens qui sy operent. 



Queiques efforts que Ton fasse par la pensee < 
par les meditations les pins profondes pour d 
terminer en quoi consiste ce qu'on nomine la v 



dans un corps , des que Ton aura egard a ce que 



l'observation nous apprend sur cet objet, il fau- 
dra necessairement en revenir a la consideration 
que je viens d'exposer ; la vie, certes, ne consiste 

* 

en nulie autre chose. 

La comparaison que Ton a faite de la vie avec 
une montre dont le mouvement est en action , est 

( 

au moins imparfaite; car dans la montre , il riy a 
que deux objets principaux a considered ; savoir ; 



l°. les rouages ou l'equipage du mouvement; 






2°. le ressort qui , par sa tension et son elasticity 
entretient le mouvement tant que cette tension 
subsiste. 

Mais dans un corps qui possede la vie . au lieu 
de deux objets principaux a considerer , il y en a 
trois; savoir : 1°. les organes ou les parties sou- 
pies contenantes ; 2°. les fluides essentiels conte- 
nus et en mouvement; 3°. enfin, la cause excita- 
trice des mouvemens vitaux, de laquelie nait 1'ac 

26 










\ 



m 








V 









V 






i 






















; .-v- ■•:. ■ . 



. • ■ - ■. . 

. .'■-• - : IV. 




/ 



/ 



/ 






I 









If 












\ 







4 



D E LA VIE, 



des fluides sur les organes et la reaction d 



org 



fluides. C'est done uniqueme 



d 



qui 



existent entre ces 
innvflmPTis . les ch 



objets que 



les phenomenes de la vie. 

Or , pour accommoder et rendre moins im- 
parfaite la comparison de'la montre avec un 
corps vivant, it faut comparer la cause ex * - 



trice 



des 



emens orgamques 



cette montre ; et 



derer ensuite les partie 
aiointement avec les fluJ 

ure d 



des essentiels contenus , comme 1'equipage 
mouvement de Instrument dont il est question. 
Mors on sentira , dune part , que le ressort ( 



cause 



) 



ssentiel 



ffet tout reste dans Vinaction , et que 



de tension d 



causer les va- 



d 




de rapidite des 



De l'autre part, il sera evident que Tequip 




e 



du mouvement (les 



les fluide 



Qouvement Q les organes ci ™* «»*~v~ «™ 
} doit etre dans un etat et une disposition fi 



vorables a 1'execution de 
operer ; en sorte que des d 

equip 



qu'il do 




emens d 



cet 




peuvent etre tels, qu'ils empechent 



/ 



efficacite dans la puissance du ressort. 

Sous ce point de vue, la parite est complete; le 
corps vivant peut etre compare a la montre ; et il 
m'est facile de montrer partout le fondement de 
















/ 







ET DE CE QUI LA CONSTITUE. 



4O0 



cette comparison, en citant ies observations et 
les faits.connus. 

Quant a l'equipage du mouvement, son exis- 
tence et ses facultes sont xnaintenant bien con- 
nues , ainsi que la plupart des lois qui deter minent 
ses diverses fonctions. 

Mais quant au ressort 9 moteur essentiel, et pro- 
vocateur de tous les mouvemens et de toutes les 

actions , il a jusqu'a present e'cbappe aux reejj 

■ 

ches des observateurs : je me flatte cependaiit de 
le signaler , dans le chapitre suivant , de maniere 
qua l'avenir on ne puisse le meconnoitre. 

Mais auparavant , continu 
qui constitue essentiellenient 



er- 



o 



d 



Puisque 



dans un corp 



re- 



te uniquement des relations qui existent 
parties contenantes et dans un etat appi 



de ce corps, les fluides 



qui y 
:e des 



ve- 



mens , des actions et des reactions qui s y ope- 
rent ; on peut done embrasser ce qui la constitue 
essentiellenient dans la definition saivante. 

La vie > dans les parties d'un corps qui la pos- 
se de 9 est un ordre et un etat de choses qui jper- 
mettent les mouvemens organiques ; et ces mou- 
vemens > qui constituent la vie active, resultent 
de V action d'une cause stimulants qui les excite* 

Cette definition de la vie. soit active, soil qhq_ 










s 



! 

■ 












J 



' 




I 






i 

















N. 










I 



/ 












D E LA VIE 



404. 

pendne , embrasse tout ce qu'il y a de positii a y 
exprimer , satisfait a tous les cas , et il me paroit 






3 



possible dy a j outer ou retrancher 



sans d 



g 



des 



de' 



essentielles 



qu elle doit presenter ; enfin , elle repose 
fails connus et les observations qui concer; 
admirable phenoraene de la nature. 
D abord, dans la definition dont il s'agj 




ver 



* 

ve peut etre distinguee de celle qui , .< 
d'exister , est suspendue , et paroit sc 

pendant un temps liinite , sans moi 
ganiques perceptibles ; ce qui, comme 



le fe 



conforme a I'observ 



Ensuite 



, elle montre qu'aucun corps ne peut 
posseder la vie active que lorsque les deux condi- 
tions suivantes se trouvent reunies : 



La premiere 



d 



sti- 



mulante, excitatrice des mouvemens organiques ; 
La seconde , est celle qui exige qu*un corps , 
pour posseder et conserver la vie, ait dans ses 
parties un ordre et un etat de choses qui leur 
donnent la faculte d obeir a Taction de la cause 
stimulante , et de produire les mouvemens orga- 

niques. 

Dans les animaux dont les fluides essentiels sont 
tres-peu composes, comme dans les polypes et les 
infusoires , si les fluides contenables de l'un de ces 
animaux sont subiteinent enlev^s par une prompte 






X 



^^^^^w 



■* _ *. ■ ■ 





\ 




ET DE CE QUI LA CONSTITUE. 405 

dessiccation , cette dessfc cation peut s'operer sans 
alterer les organes cm les parties contenantes de 
cet animal, et sans y detruire l'ordre qui y doit 
exister : dans ce cas, la vie est tout-a-fait suspen- 
ds dans ce corps desseche ; aucun mouvement 
organique ne se produit en lui ; et il ne paroit plus 
faire partie des corps vivans : cependant on ne 
peut dire qu'il soit mort; car ses organes o 
parties contenantes ayant conserve leur integrit 

si 1'on rend a ce corps les fluides interieurs do 
il etoit prive, bientot la cause stimulante, aid 
d'une douce chaleur, excite des monvmnpm A 



.1 



ses 



es 



d 



dans ses p 



d 






e totatoire deSPALLANZANi quelonapiusiei 
fois re'duit a un etat de mort par une prompte d 



siccation, et 



d 



geant dans i'eau, penetree par une douce ch 



prouve que 



c 



peut 



pendue et retablie : elle n'est done qu'un ordre e 
qu'un etat de choses dans un corps qui y permet 



lie 



mouvemens vitaux qu une cause p 



re 

D, 



pable d 



s 



rlV 




algues et les mousses 



le rotatoire de Sr. 



memes plienomenes a 



e 



t ion 



gard cji 
t que d 



d 



promptement desseeh 
herbier, fut-ce pendai 






m 







\ 









v. 






< 

































/ 



^■^ 












k 




















1 




4 



£ 



peratu 



/ 



D E L A V I E , 

1 ■ 

pres ce temps , dans Fhumidite a une te 
3 douce, pourront reprendre la vie 



et 



geter de 



La suspension 



plete d 



emens vi 









I 



uix, sans Alteration des parlies, et consequem 
lent avec la possibility du retour de ces raouve 
lens, pent aussi avoir lieu dans Fhomme meme 
lais seulement pendant un temps fort court. 
Les observations faites sur les noyes nous on 
ppris qu'ime personne tombee dans l'eau et e 



pres trois quarts d'heur 



une 



h 



d 



s 



e 



trouve asphy 



au point quaucun raouvement quelconque ne 
s'execute dans ses organes , et que cependant ii 
pent etre encore possible de lui rendre la vie 

active. 



. 



dans cet <£tat sans lui do 



cnn secours, Yorgasme et Xirritabilite s'eteignent 
bientdt dans ses parties interieures , et des lors 
ses fluides essentiels et ensuite ses parties les plus 



molles coramencent a s'alterer 



5 



qui 



sa mort. Mais si , aussitot apres son extraction de 
l'eau, et avant que I irritabilite ne seteigne en 



administr 
l parvien 



aide 



ployes d 



du 



as, a exciter a temps quelque 
ctions dans ses parties interieures ; a pro 
quelques mouvemens dans ses organes d 



v 



v 



I 









i 



/ 



^^^^^v 















ET DE CE QUI LA CONSTITUE 



407 



circulation; bientot tons les mouvemens vitaux 



cessant 



r 

reprennent leur cours , et la vie active , 

d'etre suspendue , est aussitot rendue a cette per- 



sonne 



'. 



Mais lorsque, dans un corps vivant , des altera- 
tions et des derangemens , soit dans l'ordre , soit 
dans l'etat de ses parties , sont assez considerables 
pour ne plus perraettre a ces memes parties d'o- 

beir a Taction de la cause excitatrice , et de pro- 
duire les mouvemens organiques , la vie s'eteint 

aussitot dans ce corps , et des lors il cesse d'etre 
au nombre des corps vivans. 

II resulte de ce que je viens d'exposer que , 
dans un corps Ton derange ou Ton altere cet o] 



t 



dre et cet etat de choses dans ses parties, qui 
lui permettoient de posseder la vie active , et que 



ce derangement soit de nature a empecher l'exe- 



cution des mouvemens organiques ou a rendre 
impossible leur retablissement lorsqu'ils sont sus- 
pendus, ce corps perd aloi's la vie, c'est-a-dire , 
subit la mort. 



o 
w«/ 



Le derangement qui produit la mort peut etr 
done opere dans un corps vivant par differentes 
causes accidentelles; mais la nature la forme ne- 
cessairement elle-meme au bout d'un temps quel- 

conque; et , en effet , e'est le propre de la vie 



de mettre insensibiement les organes hors d'etat 



d'executer leurs fonctions^t par- la damener 




r 







1 







1 



/ 



! 












w 

































I 









'- 08 



4 



DE LA VIE, 



en 



svitablen 
Ainsi, d 
est don 



fer 



que 



d 



ps q 



me , ne consiste qu'en un ordre et un 
de choses dans les. parties de ce corps qui 



permettent a ces parties dobeir a {'action d 





d 




:jues , ce n'est point ex primer une ide 



jecturale, mais c'est indiq 



fa 



tout 



dont on peut donner beaucoup de pr 



ves , et qui ne ponrra jamais etre 

conteste. 

Sil en est ainsi, il ne s'agit plus que de 
en quoi consiste , dans un corps \ I'ordre \ 
de ses parties qui le 
der Ja vie active. 



dc 



rendent capable de posse 



Mais comme la connoissance pr 



de cet 






bjet ne p 



acquise 



d 



d 



etat 



nons d'abord quelles sont les cond 

tielles a {'existence de cet ordre et 

de choses dans les parties dun corps, pour qu'il 

puisse posse der ia vie. 



Conditions essentielles a V existence de Fordre 
et de V.etat dss parties d'un Corps , pour qu'il 
puisse jouir de la vie. 






Premiere condition, Aucun corps ne peut pos- 
seder la vie , sil n'est essentiel lenient compose 







l\ 



I 




\ 



\ 



ET DE CE QUI LA CONSTITUE 



409 






de deux sortes de parties, cest-a-dire , s'il n'of- 

fre , dans sa composition , des parties souples 
contenantes , et des matieres fluides contenues. 
En e(Fet ? tout corps parfaitement sec ne peut 
etre vivant , et tout corps dont toutes les par- 
ties sont fluides ? ne sauroit pareillement jouir de 
la vie. La premiere condition essentielle pour 
quun corps puisse etre vivant , est done d'of- 
frir une masse coinposee de deux sortes de par- 
ties 5 les unes solides et contenantes 3 mais molles 
et plus ou moins tenaces, et les autres fluides 
et contenues, 

Deuxieme condition. Aucun corps ne 






ne peut 
posseder la vie , si ses parties contenantes ne 

sontun tissu cellulaire > ouformees de tissu eel- 

lulaire. 



ssu cellulaire , comme je le fer 

1 

angue dans laquelle tous les otp 



voir , 



corps vivans ont ete successivement formes , et 
le raouvement 




oyen qu'empl 



des fluides dans ce tissu, est le 



pper peu a p 



ture pou 
oreranes. 



creer 



d 




Ainsi, tout corps vivant est essentiellement 
une masse de tissu cellulaire , dans laquelle des 
fluides plus ou moins composes se meuvent plus 
ou moins rapidement ; en sorte que si ce corps 
est tres-simple, e'est-a-dire, sans organes spe- 
ciaux, il paroit homogene, et n'offre que du 













I 






. ■- 









i 


























I 



4 



DE LA VIE, 

Uulaire contenant des fluides qui s'y 






vent avec lentem 

• 

composee, tous ses organes, 
sont enveloppes 



orga 
sans 



pti 



de tissu cellulaire , amsi que 



plus petitespart 



fo 



Troisieme condition. Aucun corps ne peut pos 



der 



} a vie active que 

de ses mouvemens organiques 




it en lui. 



$ans l'impi 



_ de cette cause active et sti- 

parties soiides et contenantes d'un 

ps organise seroient inertes , les fluides quel- 



pos , le 



in ens 



organiques n'auroient p 



is lieu, aucune 
fonction vitale ne seroit executee , et consequem- 



P 



M 



que 



nous connoissons ies trois 



lit 



esseiitieiies a r existence de la 



vie 



dans un corps 



devient plus possible de 



reconnoitre en quoi cqnsiste 



1 



de choscs necessaires a ce corps pour 



qu'il puisse posseder 1 
Pour y 



faut pas d 



um- 



quement ses reclierches sur les corps vivans qui 
ont une organisation tres-coraposee ; on ne sau- 



iiel- 



roit a quelle cause altribuer la vie qui s y troi 
et Ton s'exposeroit a clioisir arbitrairement c 
ques considerations qui n'auroient rien de fond 






I 









\ 



ET DE CE QUI LA C0NST1TUE. 



411 



Mai 



s 



porte son attention sur l'extre- 
du re erne animal , soit du regne ve- 




getal , Oil S( 

simples en 
bord, era 



tr on vent les 



ps vivans les pi 
remarcraera ? d 



e ces 



possedent la vie 



frent 3 dans cfaaque individu , q 




t'of- 

da- 



v/ 



de tissu cellulaire d 



plus foible consistance, dont 



quent entre 



elles , et 



dans lesquelles des 



fluid 



es subissent des mouvemens , 
des deplacemens , des dissipations , des renouvel- 



fi 



des 



changemens d 



en- 



fin , deposent des parties qui sy fixent. Ensuite 
on remarquera qu'une cause excitatrice P qui 
peut varier dans son energie , mais qui ne man-. 



q 



les 



parties contenantes et tres-souples de ces corps 



q 



ue les fluid 



qui j 



nus , etque cette cause y entretient tous les mou- 
vemens qui constituent la vie active, tant que les 
parties qui doivent recevoir ces mouvemens sont 
en etat d'y obeir. 



Consequence, 



* 

L'ordre de choses necessaire a l'existence de 
la vie dans tin corps , est done essentiellement : 

i°. Un tissu cellulaire ( ou des organes qui en 






$ 






* 



^**K 









- 



I 

i 






1 




I 













f 










I 



412 



D E LA VIE, 



sont formes ) doue dune grande souplesse , et 



anime par Vorgasme, premier produit de la cause 



excitatrice 



1 



Des finides quelconques , 




on moms 



dans ce tissu cellulaire I 



d 



h 



a 



) 



- 

sant 5 par un second produit d 



xr n 1 - 



cause exci 



d 






emeus, des 



1 



cliangemens divers, etc. 



D 



j„ 



animaux , la cause excitatrice dvs 



mouvemens 'orffamaues 




iq 



puissammen 



su 



parties contenantes , et sur les fluid 



-Jlo 



g 



d 



b 



les parties contenantes , ies met dans 
reagir sur les fluides contends , et par-] 

emineniment irritables $ et quant a ax fluides con- 



le cas de 

a lc\s rend 



tenus, cette can 






excitatrice ies reduit a ime 



dexp 



q 



lenrs divers in ou vein ens. 



B 



ali contrairc , la cause ex- 



q 



et principaiement que sur les fimde 



P 



dans ces fluides les mouvemens 



et les changemens quits sont susceptibles de- 



prouver ; mais eiie n op 
tenantes de ces corps v 



sur 



parties con- 



pii 



p' 



I 

q 



*. * 



obscur , incapable , par sa foib 



d 









1 f 









1^^^^^^ 




i 











ET DE CE QUI LA CGNSTITUE 



1 



fi 



exe cuter 



sub 



4 10 

.de 



s faire reagir sur les fluid 
quemment de les rend 



rritables. Le prod 



de 



a etc nomrae , mal a propos , sen- 
bilite latente ; j'en parlerai daus le chapitre IV. 
Dans les animaux , qui tons out 



des partie 



bles 



dans les uns, par Xirritabilite seule des p 



dans 



le sont 



par 



ritabilite et par Taction musculaire des organes 



1M 



doivent ag 



En effet, dans ceux des animaux dont 




a- 



pi 




dans les £1 



des contends que des mouveinens fort lents , les 

vitaux s'executent settlement par 



mouvemens 



lirritabilite des parties contenantes et par 



licitation d 



fluides contenus que provo 



que en eux la cause excitatrice. Mais corame 
1'enereie vitale s'accroit a mesure que 1 organi- 



sation se 



ritab 



pose . 
* et 1 



un ternie 



1 cause excitatrice seules ne 
peuvent plus suffire a ['acceleration devenue ne- 



dans les mouvemens 



fluid 



la nature emploie le systeme nerveux , qui 



le produit d 



certains muscles a ce- 
parties ; et bientot ce sys- 



teme permettarit 

laire , le coeur d 



puissant po 






\ 



1 







* 



t 




*■ ■ * 



mjm 




























• 



{ 



I 







1* 







\ 



\H 



D E LA VIE 





Facce'le'ration du mouvement des fluides ; enfin , 

lorsque la respiration pulmonaire a pu etre etablie , 
le mouvement musculaire devient encore neces- 

» 

saire a 1 execution des mouvemens vitaux , par les 
ternatives de dilatation etde resserrement qui! 
procure a la cavite qui contient Forgane respi- 
ratoire , et sans lesquelies les inspirations et les 



a 



pirat 



(c 



N 



ne pourroient 

ne sorames p 



sans doute 



dit 



M. Cabanis, reduits encore a prouver que la sen- 
sibilite physique est la source de toutes les idees et 
de toutes les habitudes qui constituent Fexistence 
morale de Fhomme : Locke 3 Bonnet, Condillac , 
Helvetius , ont porte cette verite jusqu'au der- 
nier degre de la demonstration. Parmi les per- 



sonnes instruites , et qui font quelque usage de 



leur raison , il n'en est maintenant aucune qui 
puisse clever le moindre doute a cet egard. D'un 
autre cote , les physlologistesont prouve que tons 
les mouvemens vitaux sunt le produit des im- 
pressions regues par des parties sensibles , etc. » 
(Rapports du Physique et du Moral de 
FHomme, vol. I 5 p. 85 et 86.) 

Je reconnois anssi. que la sensibility physique 
est la source de toutes les idees; raais je suis 
fort eloigne d'admettre que tons les mouvemens 
vitaux sont le produit d impressions revues par 
des parties sensibles : cela, tout au plus , pour- 
































% 

















ET 



DE CE QUI LA CONSTITUE 



4 



K 



1 



ard des corp 



roit etre fonde a legara u^ v^r - 
possedent mi systeme nerveux ; car les 
L.1*. vitaux de ceux en qui un pareil 



qui 



mens vitaux 

P 



sauroient 



pare 
prod 



pressions recues par des p 
n'est plus evident. 

Lorsqu'on vent determiner les yentabl 



svsteme 

lit dim- 

es : rien 



de 1 



do 



neccssairement consi- 



dererles fails quelle presenters tons les coxp 
„„i en jouissent ; or , des qu on s y prendra d 

Lte maniere , on ver ra que ce qui est reellc 



ment e 
plan d 
autre. 



1 a l'existence d 



1 




e 



1'est 



d 






Sans d 



infl 



nerveuse est neees- 



la conservation de la vie dans Vhomn 



d 



qui 



veux; niais cela ne 



P 



raouve 



m6me dans i'homme et dan 



qui ontdesnerfs,s'ex6cDtent par des impr 
faites sur des parties sensibies : cela proi 



:jue 



da 



ces corps 



les mouvemens vitaux ne pe 



de de Vinflt 



On 



P 



que je viens d'exposer , que 



si Ton considcre la vie en general , elle pent 



dans un corp 
s'y executant 



de s impr 










jt 



I 






I 


















■' .... 



', v 



■ 



N 



















» 






m^ 























D E LA VIE 



4l6 

par des parties sensibles , et sans que 1 action 
musculaire contribue aeffectuer eesmouvemens; 



y peut mem 



qu 



ps qui 



la possed 
ses raouv 



des parties irritabies pour aider 
w leur reaction. II lui suffit , 
ans les vegetaux , que le corps 



P 



qui en est dou<^ offre , d 



dre ei 
conten 



de choses a Tegard de ses part 






de 



fluid 



force particuliere d 



, qui per- 



mouvemens et les 
tituent. 



hangemens 



qui 



la cons- 



ul 



s 



i Ton 



d 



la vie en par 



c'est-a-dire , dans certains corps determines 
alors on verra que ce qui est essentiel au 
d' organisation de ces corps , y est devenu m 
cpiVp. a la r.onservation de la vie dans "ces 




me 



raes corps. 

Ainsi , dans Thorn me et dans les animaux tes 



plus parfa 



la vie ne peut 



X irritabilite des parties qui doivent reagir ; sans 
Faide de Taction de ceux des muscles qui agis- 
sent sans la participation de la volonte , action 
qui maintient la rapidite du mouvement des 
fluides ; sans Tinfluence nerveuse qui fournit par 
une autre voie que par ceile du sentiment , a 



Tcxecution des fonctions des muscle 
des autres organes interieurs: enfi 



de 



flu 



















I 







/ 






) 



I 





















ET DE CE QUI LA CONSTITUE. 417 

fluence de la respiration qui repare sans cesse les 
fluides essentiels trop prompteraent alteres dans 



lysteraes d 



8 



Or, cette influence nerveuse , ici reconnue 
conime necessaire , est uniquement celle qui met 
les muscles en action , et non celle qui produit le 



sentiment ; 



pas par la voie de 



que les muse 




L 



effet , n'est nullement affects par la cause qui pro 
duit les mouvemens de systole et de diastole di 

cceur et des arteres; et si Ton distingue quelque 



fois les battemens du coeur 



lorsq 



plus forts et plus prompts que dans lMtat ordi- 
naire , ce muscle , principal moteur de la circula- 
tion , frappe alors des parties voisines qui sont 
sensibles. Enfin , quand on marche , ou que Ton 

execute une action quelconque , personne ne sent 
le mouvement de ses muscles , ni les impressions 
des causes qui les lb 




Ainsi , ce n'est pas par la voie du sentiment que 



les muscles operent leurs fonctions, quoique 
fluence nerveuse leur soit necessaire. M 



la nature eut besoin , pour 




rnenter le mouve- 



ment d 



fluides dans les animaux les plus p 



faits , dajouter au produit de I'irritabilite qu 
possedent comme les autres , ce 



du mouvement 



■ . 



musculaire du 



fluen 



nerveuse 



d 



ces 



aniraaux, est d 



7 



■ 









I 






f 









■- 




















i^P^V 



» - . 



■...-• 



7* 



































I 




418 



D E L A VIE, 



conservation de leur vie. Cependant on ne peut 
etre fonde a dire qu'en eux les mouvemens vi- 
taux ne s'exe'cutent que par des impressions re- 
cues par des parties sensibles; car si leur irritab 



etoit detruite , ils percl 



aussitot la vie ; 



■ 

et leur sentiment, suppose toujours existant, ne 

ft _ _^ — m 



sauroit lui seul la leui 



D 



pte prouver , dans le quatrieme chapitre de 

lite et 1'irritabilite 



cette parhe , que 
sont des facultes 



la sensib 



seulement 



distinctes 



pas la raeme source , et qu 



V 



dues a des causes tres-differ 

Ivrp rVst sentir . dit Cae 



oui , sans 



doute, pour Fhorame et les animaux les plus par- 
faits , etprobablement encore pour un grand nom- 
bre dinvertebres. Mais corame la faculte de sentir 

s'affoiblit a mesure que le systeme dorganes qui 
y donne lieu a moins de deveioppement, et moins 
de concentration dans la cause qui rend cette facul- 



te energiq 



j il faudr 
pour ceu? 



dir 



e que 



c'est a 



s animaux sans verte- 



bres qui ont un systeme nerveux ; parce que 
systeme d'organes, surtout dans les insectes 3 
leur donne qu'un sentiment fort obscur. 

Quant aux radiaires s si le systeme dont il 



ce 



g 



comme any peut 



que tres-rechiit , il nj pent etre propre qu 



du mouv 



Yemeni musculaire. 














■ 



*. 






/ 






* — * 






















ET DE CE QUI LA CONST1TUE. 



4 r 9 



Enfin , relativement a la grande generalite des 
polypes et a tous les infusoires 3 coinme il est im- 
possible qu'ils possedent le systeme en question , 
il faudra dire pour eux , et meine pour les r admi- 
res et les vers , que vwre , ce n est pas pour cela 
sentir 3 ce qu'on est aussi oblige de dire a l'egard 
des plantes. 

Lorsquil s'agit de la nature , rien n'expose da- 
vantage a 1'erreur que les preceptes generaux que 
l'on forme presque toujours sur des apercus iso- 
les : elle a tellement varie ses raoyens qu'il est 
difficile de lui assigner des limites. 



A mesure qu 
pose , l'ordre de cb 



pose egalement , et la vie se particul 






dai 



is 



de 



des organes principaux. Mais cbaque \ 
anique particuliere , par la connexion intij 

qui elle existe , avec les autres p 
de l'orsanisation, depend de la vie gener; 










de l'individ 
vie particu 



e 



des princip 



pend de ch; 
organes. A 



e 



l'ordre de cboses essentiel a la vie dans cbaque ai 
mal qui est dans ce cas , nest alors determinab 
que par la citation de ce qu'il est lui-menie. 

D'apres cette consideration , on sent claireme: 
que dans les animaux les plus parfaits , comme 1 
mammiferes , l'ordre de cboses essentiel a la v 
de ces animaux , exige un systeme d organes pa 



es 









« 



/ 













? 



.■ 









I 



/ 





^^ " * 



" * 

J '* * 








- 


























4 



20 



DE LA VIE, 



. 



par un cerveau, une 




le sentiment , consume 
moelle epiniere et des nerfs ; un systeme d 
nes pour la respiration pulmonaire complete ,• un 
systeme d'organes pour la circulation , muni dun 
cceur biloculaire et a deux veiitricules ; et un sys- 
teme musculaire pour le mouvement des parties, 

tant interieures qu'exterieures , etc. 

Chacun de ces systemes d'organes a sans doute 

sa vie particuliere , ce qua montre Bichat : aussi 
a la mort de l'individu, la vie en eux s'eteint 
sneeessivement. Malgr<§ cela, aucun de ces sys- 



o 



temes d'organes ne pourroit conserver sa vie par- 
ticuliere separement , et la vie generate de l'indi- 
vidu ne pourroit subsister, si l'un d'entre eux avoit 

■ 

perdu la sienne. 

De cet etat de choses bien connu a 1'egard des 

mammiferes , il ne s'ensuit nullement que l'ordre 

de choses essentiel a la vie dans tout corps qui la 



posse de, exige 



dans 



b 



systeuie 



d'organes pour le sentiment, un autre pour 



piration, un autre encore pour 



1 



a 



circula- 



tion , etc. 



que ces diff< 



systemes d 




que dans les animaux en qui l'etat de leur org 

sation les exige. 

Ce sont la, ce me semble , des verites qu'au 
fait connu et qu'au cune observation constate* 
sanrnient contredire. 






























• 






; 










I 



>fc 







I 







\ 



ET DE CE QUI LA GONSTITUE. 



421 



H 

1 

Je conclus des considerations exposees dans 
i chapitre : 



1 




la vie, dans les parti 



d 



un 



qui la possed 
qui donne liei 



est 



ph^nora 



beaucoup d 



corps 

ganique 



que 



ce 



phenomene resulte uniquement des relations qui 
existent entre les parties contenantes de ce corps, 
les fluides contenus qui j sont en mouvement, 

et la cause excitatrice des mouvemens et des 
changemens qui s'y operent ; 

2°., Que consequemment ,1a vie dans un corps, 
est un ordre et un e"tat de choses qui y per- 
niettent les mouvemens organiques , et que ces 

1 

mouvemens , qui constituent la vie active , re- 
sultent de Taction d'une cause qui les excite ; 
3°. Que sans la cause stimulante et excitatrice 
des mouvemens vitaux , la vie ne sauroit exister 
dans aucun corps , quelque soit Fe'tat de ses parties; 



4 



o 



Qu'en vain la cause excitatrice des 



vemens organiques continueroit d'ag 



d 



ch 



dans les 



P 



du 



corps 



g 



est assez derange pour que ces parties 



puis 



plus obeir a Taction de cette cause , et pro- 



d 



e 



les 



particuliers qu 

rs s'ptmnt dans 



corp 



vitaux ,• la vie des lors s'eteint 
et n'y peut plus subsister; 

5°. Qu'enfin , pour que les relations entre les 
parties contenantes du corps organise , les fluides 






\ 



; 




















! 






I 








r 



% 

















4 

qui 



DE LA VIE 



etc. 




V sont contenus , et la cause qui y\ peut 






exciter des mouveniens vitaux , prod 



et 



dans 




ce 



orps le phenomene d 
; il faut que les trois conditions citees 
chapitre soient remplies corapletement 

) la < 




dans 






I 



Passons actuelleraent a Vexamen de 
excitatrice des inouvemens organiques 

















FIN DU TOME PREMIER 

























IF if 















\ ^ 


















* 

















4^3 





TABL 

DES MATIERES 

Contenues dans ce Volume. 

AvERTISSEMENT. ........•••• * a g' J 

Motifs de I'Ouvrage , et vues gSnSrales sur 

les sujets qui j sont traitSs 

DlSCOURS PRELIMI5AIRE.. . 

Qiielques c 




• • 



I 



teret 



quqffre Vitude des animaux y et 
particular ement celle de leur organises 
tion y surtout parmi les plus imparfaits. 

PREMIERE PARTIE. 

Considerations sur l'Histoire naturelle 
des Animaux , leurs caracteres , leurs 
rapports , leur organisation , leur dis- 
tribution , leur classification et leurs 

©spaces. 

CHAPITRE PREMIER. 

Pes parlies de Tart dans les productions de la nature. 

Comment les distributions systematiques s 
les classes y les ordres , les families , les 
retires et la nomenclature ne sont que 
des parties de Tart. 

CHAPITRE It 

Importance de la consideration des rapports. . . . pag, 39 

Comment I* cannoissanGe des rapports entre 



17 




I 

I 






































1 



/; 









r 



































■1 








I 



- 



/ 



424 



TABLE 



— 

les productions naturelles connives , fait 
la base des sciences naturelles, et donne 
de la soliditS h la distribution generate 
des animaux* 

■ 

CHAPITRE III. 

1 

De YEsphce parmi les corps vivans , et de l'idee que 

nous devons attacker a ce mot . • P a g* 53 

Quil nest pas vrai que les Especes soient 

aussi anciennes que la nature , et qu'elles 
aient toutes existe aussi anciennement les 
unes que les autres^ mais quilVestquelles se 
sontjbrmees successivement, quelles nont 
quune Constance relative > et quelles ne sont 

■ 

! invariables que temporairernent. 

CHAPITRE I V. 

Generalites sur les animaux • . . 

Les actions des animaux ne s'executent que 
par des mouvernens excitSs , et non par 
des mouvernens communiques ou d'impul- 
sion. L'Irritabilite seule est, pour eux , 
ime faculte generate , exclusive , et source 
de leurs actions ; et il nest pas vrai que 
tous les animaux jouissent du sentiment , 



lajc 



de volonte. 






CHAPITRE V. 



Sur l'etat actuel de la distribution et de la classification 



des animaux 



Que la distribution generate des animaux 
constitue une serie qui nest reellement telle 
que dans les masses t conformement a la 



: 



83 



103 










v. 



^■H 



5 


























D ES 



MATIERES. 



4 



20 






composition croissante de V organisation $ 
que laconnoissance des rapports qui existent 
en ire les differ ens animaux? est le seuljlam- 
beau quipuisse guider dans Vetahlissement 
de cetie distribution, en sorte que son usage 
en fait disparoitre Varbitraire ) quenfin le 
nomhre des lignes de separation quit a 



ft 



\tte distribution pour 
s'etant accru a me- 






sure que les dijerens systemes d' organisa- 
tion furent connus , la distribution donfil 
s'agitpresente maintenant quatorze classes 



distinctes > 
animaux. 



■j< 



r etude des 



CHAPITRE VI. 



Degradation et simplification de l'organisation d'nne 
extremite a l'autre de la chaine animale , en proce- 
dant du plus compose vers le plus simple . 

Que c'est un fait positif qu en suivant , selon 
l' usage , la chaine des animaux depuis les 



. . Pag. i3o 



rfaitsjusqu'aux plus imparfc 






xplifi 






Hon croissantes dans I organisation 5 que 
consSquemment en parcourant Vechelle ani- 
male dans un sens oppose , c'est-a-dire , 
selon Vordre meme de la nature , on trou- 
i>era une composition croissanie dans Vor- 
ganisation des animaux , composition qui 
seroit partout nuanc6e et rdguliere dans sa 
progression , si les circonstances des lieitx 
d'habitation, des manures de vivre ,etc.,n'y 
avoient occasionne des anomalies diverses. 







I 






I 



\ 






















^^Itea 









■• ■ •' '.-. . ;"■ 






■ ■ * * 





























I 




■5 




J 








V 




426 



TABLE 



CHAPITRE VII. 



De 1'influeuce des circonstances sur les actions et les 

habitudes des animaux, et de celle des actions et 

■ 

des habitudes de ces corps vivans , comme causes 

qui modifient leur organisation et leurs parties • . pag. 218 



7/7 



la ft 



rale 9 et les parties des animaux $ comment 

ensuite des chanzemens survenus dans les 



c 



•ire oris tances d* habitation 3 de manibre de 
v'wre 3 etc. 3 en amenent dans les actions 
des animaux ; enjin 3 comment un change* 
merit dans les actions , devenu habituel , 
exige y d'une part, V emploi plus frequent 

* 

de telle des parties de V animal 3 ce qui la 
diveloppe etVagr audit proportionnellement t 
tandis que de V autre part, ce me me chan- 
gement rend moins frequent et quelquefois 
nul V emploi de telle autre par tie y ce qui 
nuit a ses developpemens y Vattenue 9 etjinit 

par la fair e disparoitre. ( 

Voyez les Additions a la fin du deuxieme 
volume. # # . • ....•..♦• 4 

CHAPITRE VIII. 

De Fordre naturel des animaux, et de la disposi- 
tion qu'il faut donner a leur distribution generale 



P 



our 



la rendre conforme a Fordre merae de la 



L 



nature 



Que Vordre naturel des animaux , constituant 
une serie , doitcommencer par ceux qui sont 
les plus imparfaits et les plus simples en 









/ 



31 





















6 9 









' 

















DES MATliRES. 
organisation , et se terminer par les plus 

r me it celui de 



parfaits , qfin d'etre conforme 

la nature ; car la nature, qui les 



fo 



ay ant ft 



a n6 cess air ement commend par les plus 
simples ) et na produit quen dernier lieu 
ceux qui ont V organisation la plus composee. 
Que la distribution ici presentee est epidem-* 
ment celle qui approche le plus de Vordrs 
meme de la nature $ ensorte que s'ily a des 

corrections a f aire dans cette distribution , 
ce nepeut etre que dans les details y comma 
en effet je crois que les Polypes nus 

■ 

(/;. 280) devront Jvrmer le troisihme ordre 

de la classe ? et les Polypes flottajts en 
constituer le quatribme. 




427 




1 1 

1 

I 















SECONDE PARTIE. 



Considerations sur les causes physiques 
de la vie , les conditions qu'elle exige 
pour exister , la force excitatrice de 
ses mouvemens , les facultes qu'elle 
donne aux corps qui la possedent , et 
les resultats de son existence dans 



ces corps 



I 



off • • • -P a g- 3 % 



* 







- ■ 



Q 




ture y sur son powoir de creer l' organisation 

* 

et la vie , et de compllquer ensuite la pre- 
mikra 3 n'tmployant dans toutes ces opera- 






1 

















I 









V 







^-* 



















■ i 










I 










J 






428 TABLE DES M ATI E RES. 

tions que Vinjluehce des mouvernens de 
divers Jluides sur des corps souples , que 
cesfluides modifieni,r>rganisent et animent. 

CHAPITRE PREMIER. 

■ 

Cornparaison des corps inorganicjues avec les corps 
vivans , suivie d'un parallele entre les animaux et 







les vege'taux 



Pag.377 







Que la difference est grande entn 

corps vivans et celui des corps inorganiques. 
Que les animaux sont essenliellement dis- 
tin°-u6s des pegeiaux par /'Ieritabilite 

1 que les premiers possedent exclusivement , 
etqui per/net a leurs parties dej "aire des mou- 
vemens subits el repetes de suite autant de 

fois que des causes excitantes lesprovoquent, 
ce quine sauroit avoir lieu a I'egard d'aucun 



vegetal. 



CHAPITRE II. 



De la vie, de ce qui la constitue, et des conditions 
essentielles a son existence dans nn corps. . . . 

3 ^ 



Q 



mine physique , qui donne graducllement 
lieu a beaucoup d' autre s , et qui results, 
uniquement des relations qui existent entre 
les parties contenantes et appropriees d'un 
corps, les Jluides contenus qui y sont en 
mouv ement , et la -cause excitatrice des mou- 
vemens et des changemens qui s'j operent. 

FIN DE LA TABLE DU TOME PREMIER. 












4oo 
















1 








N 












1 









; 



















i 









I 



« 



ON TROUYE CHEZ LE MEME LIBRAIttE. 



^ 



AMUSSAT (Lecons da IV) sur les maladies des^organes ge'nitaux et 
urinaires de Fhomme et de la ferume . pubiiees. so s sus yeux, par 
ses eieves MM. ^/. Petit et B. TlilauUlere , 2>. "/>/. P./ i fort v. 
in-S°,fig. ( sous presse ) ....../>. - 

BLANDIN. Anafomie topographique, ou anatomic c!es regions censi- 
dere'e spe'cialemeot dans ses rapports avec la chirurgie et ia medc- 
cine operatoire; Paris 1826, un vol. in -8% et Atlas in-fol, de 
lap!. . :6 fr. 



Le meme, avec fig. , sur papier de Chine 

BOURDON/ Principe de physiologic medicate; Paris 1828, 



m-8° 



20 fr. 
2 vol. 

i a IV. 

Principes de Physiologic cemparee, ou histoire des phe'nomenes 
de la vie, dans to us les etres qui en sont doue's depuis les plantes 
jusqu'aux animaux les plus complexes ; Paris i83o , t. far, in-8° 
{Le deuxieme volume est sous presse) yfr..5oc. 

BRIERRE de BOTSMONT. Traitc elemenlaire cTanalomie , (unte- 
nant : i° les Preparations 5 2° V Anatomic descriptive; 3° les prin- 
cipa.es re'gions du corps humain , avec des notes extraites du eours 
de PA. Frdd. Blandin; Paris 18-27, 1 fort vol. in-89.. 8 fr. 5o c 

CABANIS. Rapports du physique et du moral de Ffiomme; Paris 
. 1S24, 3 vol.in-^br. . . 8 fr. 

CIIOPART, Traitedes maladies des voles uiinaires; nouvelle e'dition, 
corrigee et augmenlee ; par Fdlix Pascal D. M. P. Paris i83o , 
2 vol. m-8o, br • 12 fr. 

DAJNJNkCY , du Sensorium commune: histoire de sa decoa verte , de 
1 opinion des principaux auteurs qui ont adrnis ou cru avoir trouve 
un appareil central; de la determination des verilables fonctions 
de ce systcme nerveux; jusqu'a quel point il peut eire considere 
comme la cause materiel le du principe vital de quelques physiolo- 
gisles; de sop siege, et des moyens de juger de son de'veloppemeat 
par 1 inspection de la tele; des manifestations de son iviie 
propres a faire appre'eier jusqu'a un certain point, son degre 
d energie ; des signes de son alteration par ies progres de fage et 
des maladies , etc. ; 2 vol. in-8° , fig. [sous presse). . . . 

DUTROCHET. Reeherches anatomiques et physiologiques sur la 
structure intiroe des animaux et vegetaux, et sur leur motilite; 
Paris i824,in-8o, %.,br 4 fr. 

DUTROCHET. Nouvelles reeherches sur FEndornose et I'Exos- 
mose; Paris 1828, in-8o,%. ; br 2 fr. 5o c. 

DUTROCbET . L'agent immediat du mouvement vital devoile dans 
sa nature et dans sua mode d'action chex les animaux et les ve'ge'- 
taux; Paris 1826, in-8°, br t\ fr. 




. Cours de Pharmacologic, ou traite ele'mentaire d'Histoire na- 
turcue medicate, de Pharmacie et de Thc'rapeutiqucj 1 fort vol. 

111-8 (sous presse) 

vrEORGET. I'hy ulogie du systeme nerveux , et spe'cialement du 
cerveau ; reeherches sur les maladies ncrveuses en general, et en 
partieulier snr le siege , la nature et le traitement de rhysterie et de 
Fhypocondrie, de l'epilepsie et de l'asthme convilsii "; Paris 1821 , 
2 vol. in-8°, br. . . . . . 12 fr. 



- - 


















-,--*- 



J 










tit 




i 






*** 







: