(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Biodiversity Heritage Library | Children's Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Les Juifs Qui Dominent La France"

<fflln homme ne se mêfantjias deyioCitique mérite dépasser, non pour un citoyen paisiB Ce, mais 
pour un citoyen inutife (^fiucycCide - 460-395 avant J.C) 



16 -Juin-Juillet-Août 2010 -Prix S 




™1F^ 



§i« imff' il Ai 




JUI 

dominent la France (pages 

3 à 8). 

 Paris, Mgr XXIIi 
/ec des 

(page 9). 



ité Juive" 
emande, l'Etat exécute ! 

(pages 10 et 11). 
~ tt. 



19 . 



5* 






ÉF 1 






(page 11). 

• Quand le "Bloc 
Identitaire" fait allégeance 
aux maîtres du monde (page 12). 

• Hervé de Charette serait-il antisioniste ? 

(page 13). 






pensée (pages 15 et 16). 



'WÊm\ 



WJÊ 



mfmwm 

WmâwM 
mmmm 




06298-16-F:2,50€-RD , 




Le constat de l'état de la 
France est accablant : 
démantèlement des ser- 
vices publics, délocalisations de nos 
ndustries, effondrement de notre pouvoir 
d'achat, perte de l'identité nationale, perte 
des valeurs morales, insécurité, immigration, 
Ttainmise sur les médias... 

Et encore, c'est sans parler de la cor- 
•uption, de la débauche, de la vulgarité étalée 
au plus haut sommet de l'État, de la désor- 
ganisation de la police, de la gendarmerie, 
ie l'armée, de la destruction programmée 
je fa Justice, du climat insurrectionnel des 
banlieues. 

Plus un jour ne passe sans que nous 
ayons connaissance de quelques nouveaux 
x>ups tordus, de nouveaux scandales, de 
quelques escroqueries révélées, de quelques 
supercheries... 

Sur les retraites, par exemple : les finan- 
;iers et les marchands qui dirigent le Monde 
/eulent imposer, en prétextant l'allongement 
ie l'espérance vie, par le biais des pantins 
ju'ils mettent au pouvoir, le recul de l'âge de 
lépart en retraite à 62, puis 63, 64 et 65 ans. 
dais ce qu'ils ne disent pas, c'est que l'espéran- 
:e de vie en bonne santé n'est que de 63 ans. 
De qu'ils nous proposent donc c'est de tra- 
r ailler jusqu'au seuil de la Mort. 

L'espérance de vie « en bonne santé » 
;'est-à-dire sans limitation d'activité (ou sans 
icapacité majeure liée à des maladies chroni- 
|ues, aux séquelles d'affections aiguës ou de 
^aumatismes) répond à un enjeu de bien-être. 
in France, en 2007, l'espérance de vie « en 
ionne santé » à la naissance est estimée à 
!4,2 ans pour les femmes. Elle est plus faible 
iour les hommes, 63,1 ans (source INSEE). 

Personne parmi nos technocrates, spé- 
îalistes et politiciens patentés, n'envisage, 
lans les solutions pour sauver les systèmes 
ociaux, de taxer les profits du Capital ; ces 
lens qui spéculent et qui gagnent près de 
-.000 milliards d'euros par an, soit le double 
es revenus du travail sur lesquels sont cal- 
ulées nos retraites. 

Oui, if y a de l'argent, il suffirait alors, 
our sauver notre système social, de chas- 
er les traîtres des affaires publiques, et de 
axer ces mêmes gens qui ne créent ni travail 
vec leurs milliards, ni solidarité fiscale en 
'étant ni taxés ni imposés sur ces sommes 
olossales ! 

Pourtant, au lieu de cela, le gouverne- 
lent vient de nous annoncer que ce sont 
ïs classes laborieuses qui vont, à nouveau, 
evoir faire des efforts pour réduire ie déficit 
ublicde la France qui s'établit à 152 milliards 
'euros. Les "niches" fiscales et sociales 
eront choisies comme cibles. Parmi elles 
gure la suppression de l'abattement de 10% 
ur le montant des pensions et des retraites, 
arkozy tient parole, il n'augmente pas les 



impôts... il supprime simplement les 
réductions d'impôts I 

Toutefois, l'État ne serait pas 
épargné, précisent les services du 
Premier ministre. Mais rien n'indi- 
que si Nicolas Sarkozy était prêt à 
montrer l'exemple en renonçant à la 
fabuleuse augmentation de rémuné- 
rations qu'if s'était outrageusement 
octroyée en 2008. Pour mémoire, 
rappelons qu'if avait fait passer sa rémunéra- 
tion de chef de l'État de 7.084 euros à 1 9.331 
euros mensuels. 

Rien, non plus, n'indique si les Banques 
qui continuent à prospérer sur le terreau de 
la misère seront mises à contribution. Rien, 
sinon cette petite phrase en signe de clin 
d'œif prononcé par les services du Premier 
ministre : « Pour les trois années à venir, les 
dépenses de l'État, hors charges d'intérêt 
de la dette..., seront gelées en valeur». Les 
banques sont donc rassurées, les sommes 
considérables qu'elles engrangent chaque 
année, au titre des intérêts de la charge de la 
dette du déficit budgétaire, ne sont pas visées 
par la cure d'austérité I 

Comment, alors, ne pas voir que cette 

situation n'est pas naturelle et qu'elle est 
forcément la conséquence d'une volonté déli- 
bérée d'anéantissement des nations euro- 
péennes et en premier lieu celle de la France. 
Volonté incompréhensible autrement que par 
l'explication qu'en donne régulièrement le 
Parti National Radical lorsqu'il en fait porter la 
responsabilité aux puissants lobbies financiers 
organisés en véritables réseaux mafieux. 

Réseaux mafieux agissant en complicité 
avec nos soi-disant représentants ou peuple 
qui, en réalité, ne représentent que îeurs 
seuls intérêts personnels ainsi que ceux de 
leurs propres partis politiques, eux-mêmes, du 
reste, inféodés à ces puissances d'argent. 

Comment autrement admettre que les 
riches deviennent toujours plus riches, les 
pauvres, sacrifiés sur l'autel de l'ultramondia- 
lisme, toujours plus pauvres ; que les bonus 
distribués par les banques à leurs dirigeants 
atteignent des sommets historiques quand 
tout va bien pour elles et que c'est le contri- 
buable qui renfloue les caisses quand elles 
perdent de l'argent ! 

Peut-on encore parier de République 
quand le Président détient tous les pouvoirs, 
les pleins pouvoirs ? 

Peut-on encore parler de République 
quand la destruction de nos institutions est 
programmée par un seul homme, par celui 
qui se faisait le chevalier de la baisse des 
impôts et qui nous impose régulièrement de 
nouvelles taxes, celui qui proposait de tra- 
vailler plus pour gagner plus, qui promettait la 
sécurité à tous nos concitoyens. Celui qui par 
la captation de tous les pouvoirs s'autorise à 
décider de tout. Celui qui a violé la Vox populî 
en faisant voter par ses députés godillots le 
traité européen rejeté massivement par le 
peuple ? 

Oui, peut-on encore véritablement parler 
de République quand son Président se révèle 
être un véritable monarque et l'Assemblée 



ÏUe Etfaiional Radical 

Organe officiel du 
Parti National Radical. 

Publication trimestrielle 

Directeur de la publication : 

Maurice MARTINET. 

Directeur Adjoint : John Hodgkinson 

Rédaction/Administration/ 

Abonnement : BP 11 

03360 AINAY-LE-CHATEAU 



Tél. 02 48 60 63 02 

Courriel : 

!e_national. radical@yahoo.fr 

Dépôt légal à parution 

ISSN : 1772-9599 

Commission Paritaire : 0313P11505 

Editeur : ASPIS - Association loi 1901 

N° 0731005325 

Imprimé par : 

iCSA- 18200 Saint-Amand-Montrond 



nationale une simple chambre d'enregistre- 
ment qui entretient grassement une pléthore 
de bavards inutiles ? 

Qu'on ne se méprenne pas, le Parti 
National Radical n'en est pas pour autant 
antirépublicain ni même antiparlementaire. Ce 
n'est pas en cassant le thermomètre qu'on fait 
tomber fa fièvre du malade ! 

Il appelle simplement, pour combattre 
tous ces maux, à fa restauration d'une véri- 
table République nationaliste, catholique et 
sociale, comme définie dans son programme. 
Une telle restauration devant, obligatoire- 
ment et prioritairement passer par l'interdiction 
totale d'accès aux responsabilités de fa fonc- 
tion publique et de l'État aux francs-maçons 
et par la réhabilitation des valeurs morales 
catholiques qui ont fondé nos sociétés occi- 
dentales. 

Précisons, à ceux qui pensent que 
le catholicisme est incompatible avec la 
République, qu'objectivement et foncièrement 
rien ne peut être plus absurde qu'une telle 
allégation. 

Devons-nous préciser que les vérita- 
bles fondements de fa République reposent 
principalement sur l'instauration du suffrage 
universel et de la démocratie et que ces deux 
postulats fondamentaux, qui ne remettent 
nullement en question l'existence de Dieu, ne 
semblent aucunement en contradiction avec 
la doctrine de l'Église catholique ? 

Si bien même, la Constitution procla- 
me que fa République française est une 
République laïque, rien n'empêche qu'elle 
puisse devenir, par la volonté du peuple, une 
République catholique fidèle aux fois naturel- 
les que notre religion a enseignées depuis les 
temps immémoriaux. 

L'exemple de l'Alsace-Lorraïne pour- 
rait, à lui seuf, concrétiser cet espoir ! Aînsî, 
le Concordat de 1801, par lequel fa religion 
catholique, sans être reconnue comme reli- 
gion d'État, forme un pouvoir distinct, ratifié 
par le pape Pie VII et Bonaparte, a mar- 
qué le début de î'ère moderne sans que fa 
République ait eu à en souffrir. Faut-il souli- 
gner que ce Concordat, dénoncé par la loi de 
1905 de séparation des Égfises et de l'État, 
est toujours en vigueur ! 

Alors pourquoi ce qui vaut an Alsace- 
Lorraine ne vaudrait-il pas pour l'ensemble 
de notre nation ? 

Maurice Martinet 
Président du Parti National Radical 



COMMUNIQUÉ 

Il est expressément demandé 

aux personnes qui adressent 

des courriers de demandes 

d'informations à la Rédaction 

de la publication, d'indiquer 

un numéro de téléphone 

fixe pour qu'il puisse leur 

être répondu oralement. 

Face à l'afflux de demandes 

écrites régulières et 

croissantes, la Rédaction 

informe qu'elle n'est plus 

en mesure de répondre 

individuellement, par courrier, 

à chacunes d'elles. 



OOO00O<>O<X>O*0O<>O*<>*O<X>CX><X><xX>C>^^ 



Cet article est extrait de l'ouvra- 
ge, très bien renseigné, de Lawrence 
Auster intitulé « Les Juifs qui domi- 
nent et détruisent la France. » L'auteur 
dévoile ainsi les noms de ceux qui 
contrôlent l'ensemble des médias 
et des autres figures illustres qui 
monopolisent le showbiz, le monde 
politique et celui des affaires. Tous 
portent le sceau du judaïsme. 

Précisons que l'auteur est un 
Juif converti au christianisme et qu'il 
a écrit plusieurs ouvrages sur l'im- 
migration et le multiculturalisme. 



********** 



En démocratie, l'information est cen- 
sée être libre et plurielle. En réalité, 
les médias importants sont entièrement entre 
les mains des Juifs, et ce, pratiquement dans 
tous les domaines. Ceux-ci s'acharnent à 
faire passer leurs ennemis, au mieux pour 
des imbéciles et de dangereux malades, au 
pire pour des monstres incarnant le diable. 
L'antisémitisme serait le mal absolu et, désor- 
mais, l'antisémite c'est celui que les Juifs 
n'aiment pas. 



La télévision et/ou la radio : 

J.-P. ELKABBACH, Serge MOATI, 
Jérôme CLEMENT/LEHMANN, Michel 
et Marie DRUCKER, Michel POLAC, 
Alexandre ADLER, Anne SINCLAIR, Béatrice 
SCHOENBERG, Daniel SCHNEIDERMANN, 
Michel FIELD, Paul NAHON, Bernard 
BENYAMIN, Patrick "DE CAROLIS", Ivan 
LEVAI, Paul AMAR, KRAVETZ, Emmanuel 
CHAIN, Gérard MILLER, Benjamin 
CASTALDi, Daniela LUMBROSO, Dominique 
FARRUGIA, Serge ADDA, Laurent WEIL, 
Nicolas HULOT, ROTMAN, MORANDINI, 
« ARTHUR », KIEFFER, NAKAD, MANO, 
NAMIAS.ALLAL, FOGIEL, GALZI.ABITBOL, 
CYMES, BEIGBEDER, ELKRIEF, COLLARO, 
etc. Autant de noms de responsables et ani- 
mateurs juifs de la télévision (et/ou de la radio) 
qui déterminent le choix des programmes et 
leur mode de présentation. Les membres d'un 
réseau virtuel qui, par-delà les particularités 
ou même de sourdes rivalités internes, parti- 
cipent à une même dynamique au profit d'un 
objectif commun. 

A France Culture, Laure ADLER et 
ensuite David KESSLER veillent sur les inté- 
rêts d'Israël et de la "communauté". A France- 
Inter et RFI, c'est Gilles SCHNEIDER. A 
Europe 1, c'est J.ABERGEL. 

La presse 

Et il en est de même si l'on se tour- 
ne vers la presse "libre et démocratique" : 
L'Événement du Jeudi (disparu en 2000), 
de Georges-Marc BENHAMOU et d'Annette 
KAHN, Marianne, de Jean-Francois KAHN ; 
Le Nouvel Observateur de Jean BENSAID, 
dit Jean DANIEL ; L'Express, de SERVAN- 
SCHREIBER et Denis JEAMBAR ; VSD, 
fondé par Maurice SIEGEL ; Télérama de 
Marc JEZEGABEL et Cie ; Courrier interna- 
tional d'Alexandre ADLER puis de Bernard 
KAPP, Libération de Serge JULY et des 
ROTHSCHILD, Le plus gros actionnaire du 
journal Le Monde est Alain de GUNZBURG, 
gendre du milliardaire Edgar BRONFMAN (N°1 
mondial de l'alcool et Président du Congrès 
juif mondial). Son principal "surveillant" en 

nef A loir» MlMf^ I o nrni ina .Qnr-nrocco Ao 



Serge DASSAULT (Serge BLOCH) contrôle 
Le Figaro (où sévit également Alain-Gérard 
SLAMA), Spectacle du Monde, Valeurs 
actuelles, L'Expansion, TV Magazine et plu- 
sieurs journaux régionaux (La Voix du Nord, 
Le Progrès de Lyon, Le Dauphîné libéré, 
etc.). On peut aussi citer Paris-Match d'Alain 
GENESTAR, Lire de Pierre ASSOULINE. Le 
Nouvel Economiste de Jacques ABERGEL. 
Le Point de Franz-Olivier GIESBERT. Les 
Echos des SERVAN-SCHREIBER et d'Erik 
IZRAELEWICZ. 

Les livres 

Côté livres, les Editions du Seuil du 
groupe La Martînière (détenu principalement 
par les frères WERTHEIMER), Odile JACOB, 
tout comme CALMANN-LEVY, La Découverte 
(ex-Maspero), les Editions de Minuit, NATHAN 
ou Denoël d'Olivier RUBINSTEIN sont éga- 
lement juives. 

Ce ne sont là que quelques exemples, 
parmi une multitude d'autres. En moyenne, 
un quart à un tiers des nouvelles parutions 
disponibles en librairie, en particulier pour 
les essais et les études sociopolitïques, sont 
signés par des auteurs juifs. 

Visiblement, en France, il faut bien plus 
que du talent pour réussir à se faire éditer ! 

Le cinéma 

Pour le cinéma également, la domina- 
tion juive est écrasante. En fait, à l'échelle de 
la France, elle est au moins aussi importante 
que celle de leurs congénères sur le cinéma 
américain. 

D'innombrables talents sont ainsi 
étouffés par leur monopole. Mais on bat la 
grosse caisse, on crie au génie pour tout 
ce qui porte l'estampille judaïque : Jean- 
Jacques GOLDMAN, Patrick BRUEL 
(BENGUIGUI), Etienne DAHO (DAHAN), 
François FELDMAN, Michel BOUJENAH, 
Michel JONASZ, CharlElie COUTURE, Tom 
NOVEMBRE, Michel POLNAREFF, Dany 
BRILLANT (COHEN), Ophéîie WINTER, 
Ariel WIEZMAN, Daniel COHEN, Maurice 
SZAFRAN, Daniel EMILFORK, Michael 
(BENA)YOUN, Cédrïc KLAPISCH, Diane 
KURIS, SAPHO (Danielle EBGUY), Vanessà 
GUEDJ, Elie SEMOUN, Valérie ZARROUK, 
Agnès JAOUI, Eisa ZYLBERSTEIN, 
Frédéric DIEFENTHAL, Axel AIDAN, Gad 
EL MALEH, JENIFER (DADOUCHE- 
BARTOLI, Jenifer Yaël), CHEDID, KAPLAN, 
NATAF, SALOMONE, KAZAN, MOCKY, 
OURY, BACRI, ARY, BENICHOU, SHIREL, 
SABBAG, LARUSSO, RAMZY, BEDIA, 
GOZLAN, LINDON, HALiMI, BISMUTH, 
CHEMLA, BRAMI, HADDAD, MAROUANI, 
SOLAL, SHAPIRO, LEVY, MEYER, ATTAL, 
DREYFUS, SIMON, BSNAÎNOU, KAGAN, 
NAHMIAS, BLOCH, etc.. 

Notez les noms des producteurs au bas 
des affiches de cinéma. Pour mémoire, rappe- 
lons aussi qu'aux USA, les Juifs contrôlent la 
plupart des médias influents, qu'il s'agisse de 
la presse écrite, de la télévision, du cinéma 
ou, de plus en plus, internet. Le New York 
Times, Washington Post, International Herald 
Tribune, Wall Street Journal, USA Today, 
Newsweek, New York Post, People, Sports 
lllustrated, Cosmopolitan, et d'autres leur sont 
ainsi entièrement dévoués. Et il en est de 
même des groupes Time-Warner (AOL, CNN, 
Home Box Office, Warner Bros, Time Inc., New 
Line Cinéma, etc.), Viacom-CBS (Paramount, 
CBS, UPN, MTV, BET ou Black Entertainment 
Télévision pour mettre en condition les Noirs, 
Showtîme, Sundance Channel, etc.), ABC- 

nicriov Fnv FnÎArfninmBnf Arnnn /FnY KIpia/q 



Twentieth Century Fox, National Géographie 
Channel, etc.). Et ainsi de suite. 

Hollywood, on le sait a toujours été un 
fief des Juifs, à tous les niveaux. Hollywood 
Premier, le magazine du cinéma de Michael 
SALOMON a publié (avril 2001) la liste des 
"100 personnalités les plus influentes" de 
Hollywood. Le numéro 1 est désormais Gerald 
LEVIN de Time-Wamer-AOL, qui détrône ainsi 
Summer REDSTONE (son véritable patro- 
nyme est ROTHSTEIN) de Viacom (CBS, 
Paramount, MTV, etc.). Le numéro 3 est 
TAustralien" Rupert MURDOCH, et le numéro 
4 est un autre Juif : Michael EISNER (Disney, 
ABC, Miramar, etc.). 

Ancien militant maoïste, Marin KARMITZ, 
président du MK2 Group (premier distribu- 
teur indépendant français) et président de la 
Fédération national des distributeurs de films, 
a été à la pointe du boycott français du film 
"La Passion" de Mel Gîbson. 

Alex MOÏSE est à l'origine de l'annula- 
tion du spectacle de l'humoriste Dieudonné à 
l'Olympia (février 2004), mais aussi à Deauyille 
et Roanne. Il est le secrétaire général de la 
Fédération Sioniste de France. 



Toutes les associations dites "sans fron- 
tières" sont également dominées par des 
Juifs. Et il en est de même des plus puissan- 
tes organisations "antiracistes", ayant pour 
vocation (subventionnée par l'État I) d'exer- 
cer la terreur au service de la "pensée uni- 
que" : Ligue des Droits de l'Homme, LICRA, 
MRAP (regroupant des Juifs communistes 
avant d'être plus ou moins "récupéré" par 
des Maghrébins pro-sïonîstes), SOS-Racisme 
(instrument de manipulation des Noirs et des 
immigrés maghrébins fondé notamment par 
Laurent FABIUS et Julien DRAY). 

La politique 

Lors du dîner annuel du CRÎF (Conseil 
représentatif des Institutions Juives de 
France) de janvier 2005 où durent assister 
16 ministres en exercice conduits par J.-P. 
Raffarîn, son président Roger CUKIERMAN, 
s'est permis de réprimander vertement le 
gouvernement "français" qui s'est contenté 
de courber la tête. On a bien vu qui sont les 
véritables maîtres en France ! 

La démocratie est censée garantir la 
liberté d'expression. Mais force nous est de 
constater que la censure est partout pré- 
sente dès qu'il s'agit d'aborder certaines 
questions dérangeantes pour les puissants 
du moment. 

Nous avons le droit de tout dire, sauf 
le principal. Il est interdit de dénoncer le 
pouvoir extraordinaire des Juifs, leur politique 
de destruction des peuples européens par 
immigration et métissage. 

TOUS LES MOYENS SONT 



Le changement patronymique 

En France, outre les patronymes d'origi- 
ne biblique, la plupart des noms de "Français" 
à consonance polonaise ou germanique peu- 
vent appartenir à des Juifs, sauf dans le cas 
des Alsaciens et Moseilans. H faut aussi faire 
attention aux noms à consonance russe ou 
Anglo-saxonne. Il ne faut pas oublier enfin 
que de nombreuses familles juives ont réussi 
à adopter des patronymes typiquement fran- 
çais, surtout depuis 1945. Lorsqu'ils portent 
un nom qui n'évoque en rien leurs véritables 



- Les Juifs qui dominent la 



origines, les Juifs s'arrangent pour afficher 
au moins un prénom biblique (genre David, 
Daniel, Michael, Nathan, Benjamin, Simon, 
etc.) qui peut, à l'occasion, servir de signe 
de reconnaissance. Ainsi, dans les affaires 
par exemple, décliner ce genre de prénom 
au téléphone aide beaucoup à faire avancer 
les choses lorsque l'interlocuteur est lui-même 
juif. 

Le totalitarisme 

La ioi FABIUS-GAYSSOT du 13 juillet 

1990 permet de punir de lourdes amendes les 
journaux nationalistes et de les étouffer. Les 
historiens révisionnistes sont pourchassés 
sans pitié, couverts de crachats, bastonnés en 
pleine rue, condamnés aux amendes les plus 
'ourdes. Leurs revues sont interdites. Vous ne 
es trouverez pas à la FNAC. 

Des centaines d'ouvrages gênants ne 
Dircutent que dans une quasî-ciandestinité. 
_e premier magistrat de France, Pierre DRAY 
;1999), premier président de la Cour de cas- 
sation, est aussi le Président de l'Association 
des Amis de l'Université de Jérusalem. Il 
condamne lourdement tous les écrits révision- 
nistes. La loi LELLOUCHE du 3 février 2003 
aggrave encore fa loi FABIUS-GAYSSOT. 

Les historiens révisionnistes sont pour- 
chassés et bastonnés en pleine rue par les 
nilices privées juives (Betar ou LDJ) que 
a police n'inquiète jamais, condamnés à la 
uine et au silence. Leurs revues sont inter- 
dîtes, tout comme leurs sites web que même 
es fournisseurs d'accès et les moteurs de 
echerche sont obligés de filtrer. Des cen- 
aînes d'ouvrages gênants ne circulent que 
ians la clandestinité ou sur internet, par des 
'oies détournées. 

La seuie "réponse" juive au défi intel- 
ectuei est la censure! Face à l'érudition 
l'une poignée d'adversaires marginalisés, 
)bligés de travailler dans la clandestinité, la 
edoutable armée des universitaires juifs en 
;st réduite à recourir aux lois d'exception pour 
aire taire. Aux arguments scientifiques, ils 
épliquent parla répression policière ou même 
3 matraquage de la part de leurs nervis. 

LES JUIFS SONT PARTOUT 

AUX POSTES DU POUVOIR 

Les Juifs sont réellement partout, tenant 
3s rênes du pouvoir. Mais leur véritable génie 
âside dans la manipulation et l'accaparement 
es places grâce à la solidarité tribale. Ils ne 
ont forts que par l'affaiblissement des autres, 
exclusion des autochtones des postes clés, 
ans leur propre pays. Voilà pourquoi ils ont 
esoin de diviser ces derniers, tout en les 
ulpabilisarit à mort pour les démoraliser, 
eur mainmise sur les médias leur fournit 
3S moyens d'une propagande massive et 
mniprésente. C'est aussi à cela que sert la 
Shoah", leur épée et leur bouclier. A la moin- 
re menace, réelle ou supposée, en réponse 
u plus petit signe de réprobation de ceux 
u'ils piétinent, ils brandissent l'étendard de 
Holocauste. 

Il suffit ainsi d'être catalogué d"'extrême- 
roite" pour se retrouver dans la ligne de 
lire des lois scélérates dites "antiracistes" 
u "anti-haine" que leurs influences ont par- 
>ut imposées aux sociétés prétendument 
iémocratiques". Des "démocraties" qui ne 
3 fondent plus sur une quelconque volonté 
opuiaire {désormais, dénigrée comme rele- 
ant du "populisme") maïs celle des médias 
u service des intérêts juifs. 

Pour réussir à nous asservir à jamais, 
> ont besoin de détruire en nous tout enraci- 
ernent national, toute fierté collective. Toute 
Monté de résistance. 



C'est cette mainmise sur les moyens 
de communication, laquelle influe ensuite sur 
le pouvoir politique et la production universi- 
taire, qui leur permet d'imposer l'idée que la 
"mondialisation", en dépit de ses conséquen- 
ces désastreuses, est inéluctable. Peu de 
gens sont ainsi en mesure de comprendre 
qu'en réalité, il ne s'agit ici que du résultat 
d'un choix, déterminé par la satisfaction des 
intérêts de quelques groupes dominants. Au 
sein de ces derniers, les Juifs représentent 
indéniablement le noyau dur, ayant de ce fait 
vocation à diriger l'ensemble. 

Ainsi, même si les membres d'autres 
élites réussissent à émerger pour accéder à 
une réelfe puissance, ils seront vite pénalisés 
à cause de leur disparité naturelle et leur 
absence de vision commune, les empêchant 
de s'unir durablement. Ils ne seront jamais 
que des groupes d'individus et des familles 
isolées face à des concurrents juifs disposant 
de solides traditions communautaires. Les 
millionnaires juifs représentent la tête d'un 
corps organique aux membres solidaires alors 
que les autres passent facilement pour les 
ennemis de leurs propres peuples. 

De cette manière, même s'ils ne détien- 
nent pas encore véritablement tous les leviers 
de commande, on peut d'ores et déjà dire 
que les Juifs constituent le noyau dominant 
de la planète, le plus souvent par dirigeants 
américains et européens interposés. 

La liste suivante constitue un simple 
échantillon et pourrait facilement être allon- 
gée, notamment si on y ajoute d'autres indus- 
triels puissants et des universitaires influents. 
De nombreux secteurs de l'économie et des 
centres de recherches vitaux sont entièrement 
dominés par des Juifs, même si parfois, en 
apparence, on retrouve encore des non-juifs 
à leur tête : 



-ABECASSIS Eliette. Ecrivaîne. Fille 
d'Armand ABECASSIS, spécialiste du judaïs- 
me issu d'une famille juive du Maroc. 

-ABEHSERA Charles. Industriel du 
textile (Morgan) né dans une famille juive 
du Maroc. 

-ABERGEL Jacques. "Le Nouvel 
Economiste" 

- ADDA Serge. PDG de TV5, Juif tuni- 
sien 

- ADJANI Isabelle. Juive kabyle. 
-ADLER Alexandre. Journaliste et 

documenteur de télévision. Après avoir été 
militant communiste, il est devenu l'un des 
principaux propagandistes de la domination 
américano-sioniste. Son épouse, Blandine 
KRIEGEL est conseillère à l'Elysée. 

-AFFLELOU Alain, Industriel, né dans 
une famille juive du Maroc. 

- AÏDENBAUM Pierre. Maire PS du Ille 
arrdt de Paris. Milliardaire socialiste. 

- AJAOUI Agnes. Actrice. 
-ALPHANDERY Edmond. Ancien 

ministre de l'Economie. 

- AMAR Paul. Journaliste. 

- ANCONINA Richard. Comédien, issu 
d'une famille juive de Tunisie. 

-ANTHONY Richard. Chanteur. 

-ARDITI Pierre. Comédien, né d'un 
père juif. Marié à la comédienne juive Evelyne 
BOUïX. 

-ARTHUR Jacques (ESSEBAG). 
L'animateur est né au Maroc dans une famille 
juive. 

-ASSAYAS Olivier. Cinéaste, fils de 
Jacques Rémy. Frère du comédien Michka 
ASSAYAS. 

- ATTALI Jacques. Banquier et écrivain, 
né en Algérie. II est le fils d'un riche parfu- 
meur algérois qui aurait voulu être rabbin. 
La famille s'est installée en France en 1956. 
Jacques ATTALf devient le conseiller spécial 
de Mitterrand dès le 11 mai 1981, puis, le 
président de la Banque européenne de déve- 



loppement où ses largesses pour lui-même et 
ses amis font scandale. 

- ATTIAS Richard. Publicitaire et mari 
de Cécilia CIGANER-ALBENIZ, ex-épouse de 
Nicolas SARKOZY. 

-AYACHE Alain. Patron de presse 
"peopîe", issu d'une famille juive d'Algérie. 

-AYACHE Jennifer. Chanteuse du 
groupe Superbus, 

- AZEMA Sabine. Actrice. 
-AZOULAY Jean-Luc. Juif originaire 

d'Algérie. Co-fondateur avec son compatriote 
Claude BERDAdu groupe AB, produisant des 
films et animations télévisuelles destinées à 
la jeunesse, 

_B — 

- BAC RI Jean-Pierre. Comédien, issu 
d'une famille juive d'Algérie. 

- BADI Chimène. Chanteuse. 

- BADINTER Robert. Alors qu'il était 
avocat de la LICRA contre Robert Faurisson, 
Mitterrand en fit son ministre de la justice en 
1981. Président du Conseil Constitutionnel en 
1986. fi siège toujours au Conseil représen- 
tatif des institutions juives et du Fond social 
juif unifié. Sa seconde épouse, Elisabeth 
BADINTER, est la fille du publicîste milliardai- 
re Marcel BLEUSTEIN-BLANCHET (Publicïs 
Groupe SA) et la petite-fille du communard 
Edouard VAILLANT (1840-1915). 

- BALASKO Josiane (BALASCOVIC, 
dite). Actrice et cinéaste, née dans une famille 
juive venue de Yougoslavie. Belle-sœur de 
Richard BERRI et mère de fa comédienne 
Marilou BERRi. 

- BARBELIVIEN Didier. Auteur, com- 
positeur et interprète. 

- BARNEY Phil. Chanteur. 

- BARZACH Michèle. Ancien ministre 
de la Santé de Chirac. Née le 11 juillet 1943 
au Maroc dans une famille juive ashkénaze, 
elle a été compromise dans le scandale du 
sang contaminé par le sida. 

- BASHUNG Alain. Auteur, compositeur 
et interprète. 

- BAUER Axel. Auteur, compositeur et 
interprète. 

- BEART Emmanuelle. Actrice, 

- BEART Guy. Auteur, compositeur et 
interprète. 

- BECAUD Gilbert, Chanteur. 

- BEDIA Ramzy. Humoriste. 
-BEIGBEDER Frédéric. 

~ BEIGBEDER Charles. Son frère, mul- 
timillionnaire. 

- BEDOS Guy. Humoriste. 
-YOUN Mîchaël (BENAYOUN). 

Présentateur de télévision, acteur et amu- 
seur public. 

- BENAZERAF José. Issu d'une famille 
juive du Maroc, il est devenu le principal 
promoteur du cinéma pornographique en 
France, 

- BENGUIGUI Jean, Comédien, origi- 
naire d'Algérie. 

- BENMAKHLOUF Alexandre. Ancien 
conseiller de Jacques Chirac à la mairie de 
Paris. Ancien directeur de cabinet de l'ancien 
Garde des Sceaux Jacques Toubon. 

- BENYAMIN Bernard. Journaliste. 

- BERDÀ Claude. Associe de Jean-Luc 
AZOULAY (AB Productions). 

- BEREGOVOY Pierre. Il était le fils 
d'Adrïan BEREGOVOY. Né le 23 décembre 
1925 à Isum (Russie) dans une famille juive 
d'Ukraine. 

- BERRI Claude (LANGMANN). Acteur- 
producteur de cinéma. Père de l'acteur-pro- 
ducteur Thomas LANGMANN et de l'acteur 
Julien RASSAM. 

-BERRI Richard (BENGUIGUI). 
Comédien, né d'une famille juive d'Algérie. 

- BIRNBAUM Michel. (New Look, Play 
Boy) 

- BlRKfN Jane, Ancienne compagne de 
Serge GAINSBOURG. 

- BLEUSTEIN-BLANCHET Marr.P.I 



ctionnaire principal de Pubficis Groupe SA. 

- BOOBA Eli (YAFFA). Rappeur né d'un 
ère noir et d'une mère juive. 

- BORLOO Jean-Louis. Ministre 
'origine juive de Chirac. Marié à Béatrice 
CHOENBERG (née SZABO), présentatrice 
France 2. 

-BOUBLIL Max, Humoriste. 
-BOUJENAH Michel. Humoriste et 
steur. 

- BRAUMAN Rony. Un des fondateurs 
3 Médecins sans Frontières. Ses prises de 
Dsition en faveur des Palestiniens lui ont 
alu des critiques virulentes de la part des 
jtres Juifs. 

- BRAVO Christine. Journaliste et pré- 
întatrice de télévision. 

-BRED1N Jean-Denis. Né HIRSCH- 
RED1N, devenu BREDIN par décret du 
5 mars 1950, ancien associé de Robert 
^DINTER et académicien antiraciste. 

- BREITMAN Zabou. Actrice et réaiisa- 
ce de cinéma. Fille de l'acteur-réalisateur 
ian-Ciaude DERET. 

-BRUEL Patrick (Né BENGUIGUl). 
lanteur, acteur et joueur de poker profes- 
annel issu d'une famille juive d'Algérie, 
choisi d'effectuer son service militaire en 
raëi 

- BRUNI Caria. Ex-mannequin et 
iteur-compositeur-interprète. 

-BUFFET Marie-Georges. Ministre 
immunîste de la jeunesse. Son nom de 
jne fille est KOSELLEK. Son directeur de 
.bïnet est Gilles SMADJA, militant corn- 
jniste, ancien chef du service société du 
jrnal L'Humanité. 

_ C <- ^ . .. 
-CAMBADELIS Jean-Chrisïbphe. Fils 

■ diamantaire originaire de Grèce. Spécialiste 

■ la lutte contre Textrême-droite". Membre 
PS. 

- CAMUS Jean-Yves. Journaliste goy 
nverti au judaïsme et qui, dans l'espoir 

se faire accepter, fait de la surenchère 
sionisme en se montrant enragé contre 
extrême-droite". 

- CAPLAN Jil. Chanteuse. 
-CARLOS jean-Christophe 

OLTOVITCH). Chanteur, issu d'une famille 
/e venue de Russie. Sa mère était Françoise 
)LTO, médecin psychanalyste. 

- CASSEL Vincent. Acteur. 

- CASTALDI Benjamin. Animateur 
télévision (M6). Fils de Jean-Pierre 

\STALDI. 

- CASTALDI Jean-Pierre. Acteur. 
-CELAN Paul. Ecrivain. 

- CHABAT Alain. Comédien, issu d'une 
nilîe juive d'Algérie. 

- CHAIN Emmanuel. Journaliste et pré- 
itateur de télévision. 

- CHARVET David (GUEZ). Acteur et 
snteur, issu d'une famille juive de Tunisie. 

-CHATELAIN Jeremy. "Star 
ademy". 

- CHEDID Louis. Chanteur. 
-CHEMLA Elisabeth. Journaliste au 

uvel Observateur et à Proche-Orient Info, 
binaire d'Algérie. Elle s'est fait remarquer 

■ son ultra-sionisme hystérique. 

- CHEVENEMENT Jean-Pierre. Ancien 
lîstre socialiste, issu d'une famille juive 
binaire d'Allemagne installée à Belfort. Son 
>use, la sculpteuse Nîsa GRUNBERG est 
i en Egypte dans une famille juive. 

-CHOURAQUI Elie. Cinéaste, issu 
ne famille juive d'Algérie. 

- CIXOUS Hélène. Universitaire et mili- 
te féministe. Sa mère était juive d'AIIema- 
ï et son père juif algérien. 

-CLAYDERMAN Richard. Musicien. 
-CLEMENT Jérôme. (LEHMANN). 
G de Arte. 

- CLERC Julien. Chanteur. 

- BRILLANT Dany (COHEN David). 



tique. Pseudo écologiste marxiste et pédo- 
phile notoire. 

-COLLARO Fabrice. Journaliste et 

frère de Stéphane COLLARO. 

- COLLARO Stéphane. Ancien anima- 
teur et producteur de télévision et de radio. 

- COPÉ Jean-François (COPELOVICI, 
dit). "Je suis Juif non-pratiquant, maïs je veille 
à demeurer, avant tout, le représentant d'une 
autorité laïque." (Tribune juive, 15.02.2002). 
Membre du Groupe Bîiderberg en 2003. 

-CORDY Annie (COREMAN). 
Chanteuse. 

- COUTURE CharlElie. Auteur-compo- 
siteur-înterprète. 

— D — 

- DAC Pierre (IsaacANDRE). Humoriste 
et acteur. 

-DAENINCKX Didier. Romancier 
médiocre et mouchard professionnel pour le 
compte du Mossad. On lui a attribué comme 
nom de code "l'ahuri des poubelles". 

- DAHO Etienne (DAHAN). Chanteur. 

- DANIEL Jean (BENSAÏD). Essayiste 
et journaliste, responsable du Nouvel 
Observateur, il est le 11e et dernier enfant 
d'une famille juive. Confident de François 
Mitterrand. 

-DARMON Gérard. Comédien, issu 
d'une famille juive d'Algérie. 

- DARTY-SEBAOUN Jessica. Héritière 
des magasins Darty. Epouse de Jean 
Sarkozy 

-DASSAULT Serge. Fils de Marcel 
DASSAULT (auparavant BLOCH). Industriel 
multicarte. 3e fortune de France. 

- DAVE. Chanteur. 

- DAYAN Josée. Réalisatrice de ciné- 
ma, née en Algérie. 

- DE CAROLIS Patrick. Ancien journa- 
liste et présentateur sur France 3. Aujourd'hui 
Président du groupe France Télévision. 

-DE GUNZBURG Alain. Principal 
actionnaire du Monde, gendre du milliardaire 
Edgar BRONFMAN, n*1 mondial de l'alcool 
et Président du Congrès Juif Mondial. 

- DEBRE Michel. L'ancien Premier 
ministre (décédé) du général de Gaulle a 
renoué avec ses racines juives au crépuscule 
de sa vie. Il était petït-fils du grand rabbin 
Simon DEBRE, originaire d'Alsace. Parmi 
ses enfants, on peut citer Jean-Louis DEBRE, 
Président de l'Assemblée nationale très pro- 
che de Chirac et Bernard DEBRE, urologue, 
ancien député et ministre de la Coopération. 

- DËCHAVANNE Chrîstophe.Anîmateur 
et producteur de télévision et de radio. 

- DELANOË Bertrand. Maire homo- 
sexuel de Paris. Se sert de son mandat pour 
promouvoir et subventionner avec l'argent 
public quantité d'associations et d'initiatives 
pro-homosexuelles. 

- DERAI Yves. Directeur des program- 
mes de la radio BFM (dirigée par Alain WEIL), 
la radio du big business qui n'hésite pas à 
inviter ses auditeurs à aller à la fête de Lutte 
ouvrière. Ancien directeur de Tribune juive 
(1993-1998). 

-DEREC Jean-Francois (DEREC- 
ZYNSKI) Humoriste. Auteur de l'ouvrage "Le 
Jour où j'ai appris que j'étais juif. 

- DERRIDA Jacques. Ecrivain (décédé 
en 2004), issu d'une famille juive d'Algérie. 

-DESIR Harlem. Premier leader de 
SOS-Racisme, devenu ensuite député "euro- 
péen" du groupe socialiste. Son père est 
d'origine martiniquaise et sa mère juive d'Al- 
sace. 

- DISTEL Sacha. Chanteur décédé en 
2004. Né d'une mère juive. 

- DRAI Pierre. L'ancien Président de la 
Cour de cassation est également président 
de l'Association des Amis de l'université de 
Jérusalem. 

- DRAY Julien. Politicien né dans une 
famille juive d'Algérie. Il milite à la Ligue 



Devenu agitateur professionnel pour le comp- 
te du parti socialiste, il est avec Harlem DESIR 
à l'origine de la création de SOS-Racisme. 

- DREYFUS Tony. Député-maire PS du 
Xe arrondissement de Paris. 

- DRUCKER Michel. Animateur de télé, 
Fils du docteur d'origine roumaine Abraham 
DRUCKER et frère du PDG de la chaîne de 
télévision M6. Son frère Jean DRUCKER 
(décédé en 2003) était PDG de télévision 
(Société Française de Production, Antenne 2 
et ensuite M6). Ce dernier laisse deux filles, 
Marie DRUCKER, présentatrice vedette à 
France 3 et Léa DRUCKER, comédienne. 

- DRUON Maurice. Secrétaire perpétuel 
de l'Académie Française. Neveu de l'écrivain 
Joseph KESSEL dont la famille juive est ori- 
ginaire de Lituanie. 

-DURAND Guillaume. Journaliste et 
animateur de télévision et de radio. 

- DUTEIL Yves. Auteur-compositeur- 
interprète. 

- EL MALEH Gad. Comédien. 

- ELKABBACH Jean-Pierre. Journaliste 
et ancien PDG de France Télévision. 

-ELKRIEFRuth. Journaliste. 

- EMMANUELLI Henri. Politicien, mem- 
bre du PS. 

-ENDERUN Charles. 

-ESSEL André. Militant trotskyste. 
Fondateur de la FNAC avec le milliardaire 
franc-maçon Max THERET. 

- ESTIER Claude. Ex-président du grou- 
pe socialiste au Sénat. Né Claude HASDAY- 
EZRATTY dans une famille juive d'Algérie, il 
a obtenu de changer son nom en ESTIER en 
1983. Ami personnel de F. Mitterrand. 

- EYZEN John (BENAMOU, Jonathan, 
dit)- Star Ac 4. 

- FABIUS Laurent. Ancien Premier 
ministre et Président de l'Assemblée nationale 
socialiste, compromis dans le scandale du 
sang contaminé par le virus du sida. Son père, 
André FABIUS, était un richissime marchand 
de tableaux. Sa mère est issue d'une famille 
de bijoutiers juifs de Francfort. Il est le princi- 
pal promoteur de fa loi FABIUS-GAYSSOT de 
1990 qui a mis fin à la liberté d'expression en 
France, et ensuite celle de 1996, qui institue 
la délation pour permettre aux associations 
"antiracistes" sous domination juive d'imposer 
la terreur de la pensée unique. 

-FARRUGIA Dominique. Comédien 
et producteur de télévision {Canal +, 
Comédie...). 

- FELDMAN François. Chanteur. 
-FERRAT Jean (TENENBAUM, dit). 

Chanteur et communiste militant. 

- FERRO Marc. Historien médiatique, 
Juif par sa mère, née Nelly FRIEDMANN. 

- FERRY Luc. Ancien ministre de l'Édu- 
cation nationale et essayiste médiatîquement 
réputé. 

- FIELD Michel. Animateur télé. Ancien 
leader communiste. 

-FINEL Lucien. Né FiNKELSTEIN. 
Maire du IVe arrdt. de Paris 

-FINKELKRAUT Alain. Essayiste 
médiatique et sioniste intransigeant. 

-FITTERMAN Charles (CHILEK, dit). 
Ancien ministre communiste. Fils d'immigrés 
juifs polonais naturalisés le 17.10.1934. 

- FOGIEL Marc-Olivier. Présentateur 
de télévision. 

- FOLLY, Liane. Humoriste. 
-FORRESTER Viviane. Auteur de 

"L'horreur économique". 

-FOUCAULT Jean-Pierre. Animateur 
TV. Déclare dans son livre "Le Sourire aux 
larmes" que sa mère, Juive polonaise, a fui le 
national-socialisme à l'âge de 20 ans. 

-FRIEDMANN Jacques. Inspecteur 




général des finances. Il est depuis quarante 
ans le plus proche confident de Jacques 
Chirac. En 1986, ii a réussi à convaincre le 
Premier ministre de renoncer à la réforme 
du code de fa nationalité destinée à freiner 
l'immigration. 

- FUGAIN Michel Auteur-compositeur- 
interprète. 

_G — 

-GAINSBOURG Charlotte. Filie de 
Serge GAINSBOURG, Juif dont la famille 
est venue de Russie. Epouse de l'acteur- 
réalisateur Yvan ATTAL. 

-GAUBERT Patrick (GAUBERG). 
Député européen et président de la LICRA, 
association uftra-sîoniste comptant parmi ses 
membres d'honneur Jacques Chirac (et aupa- 
ravant, François Mitterrand). 

-GEISMAR Alain. Principal leader de 
mai 1968 avec Daniel COHN-BENDIT, autre 
juif. Devient par la suite Inspecteur général de 
l'Education nationale. Il se définit comme "issu 
d'une famille de Juifs alsaciens, des deux 
côtés, paternel comme materne}" (Passages, 
10.1990). Son père, inspecteur de la Banque 
de France, fut permanent du Consistoire 
Israélite. 

- GIROUD Françoise. (Léa Françoise 
GOURDJI, devenue GIROUD par décret du 
12.07 1964). Son père Salin GOURDJI était 
originaire de Turquie. Sa mère s'appelait Elda 
FARRAGI. Journaliste et ministre, née dans 
une famille juive de Turquie. 

-GLUCKSMANN André. Essayiste 
d'extrême-gauche devenu sioniste enragé. 

-GLUCKSTEIN Daniel. Secrétaire 
général du "Parti des Travailleurs" (trots- 
kyste). 

-GODRECHE Judith. Comédienne. 

-GOLDANEL Gilles-William. Avocat 
sulfureux, président de l'Association France- 
Israël dont la devise est: "A son attitude à 
l'égard d'Israël, on peut juger de la vaieur 
spirituelle d'un people". Cette association 
sioniste fut fondée en 1929 sous l'égide des 
plus hautes autorités de l'Etat français. 

- GOLDMAN Jean-Jacques. Chanteur- 
compositeur, né des parents juifs, d'Allemagne 
pour sa mère et de Pologne pour son père. 

- GOTAINER Richard. Chanteur. 
~ GRAY Félix. Chanteur. 

. -GROSSER Alfred. Universitaire, né 
dans une famille juive de Francfort. Apologiste 
de l'Allemagne nationale-masochiste pour le 
public français. 

-GUEDJ Nicole. Avocate et ministre 
UMP née en Algérie. Membre du CRIF, de la 
LICRA et autres organisations communau- 
taires juives. 

-GUETTA Bernard. L'Express. 

-GUETTA David. Animateur de boîte 
de nuit fréquentée par le "Tout-Paris ". Né 
dans une famille juive originaire du Maroc, il 
est marié à une entraîneuse sénégalaise. 

- HALIMI Gisèle. Leader féministe 
devenue ensuite ambassadeur de France à 
['Unesco. Née le 27 juillet 1927 à Goulette en 
Tunisie. Son vrai nom est Zeisa, Giselle, Elise 
TAIEB. Elle reçut l'autorisation de changer 
son nom par le décret paru au Journal offi- 
ciel du 07.03.1996. Son fils, Serge HALIMI 
est essayiste, spécialisé dans la critique des 
médias et de la mondialisation mais évitant 
soigneusement de s'attaquer à la mainmise 
juive, 

- HANIN Roger (LEVY). Comédien, né 
en Algérie, fi a adopté comme pseudonyme 
le nom de "jeune fille de sa mère. "Mon vrai 
nom, c'est LEVY. Mon père s'appelle Joseph 
LEVY. Ma mère Victorine HANIN. A l'origine, ; 



Je suis fils de communiste et petit-fils de 
rabbin. Je me sens très juif." (Actualité juive, 
04.12.1987). Ayant épousé la productrice de 
cinéma Christine GOUZE-RENAL, ii a eu pour 
beau-frère François Mitterrand. 

- HALPHEN Eric. Magistrat sulfureux 
et politicien. 

- HALTER Marek. Romancier juif ori- 
ginaire de Pologne. Chantre larmoyant de 
la préservation mulfi-séculaïre de l'Identité 
biofogico-ethnîque judéo-khazar. 

- HAZAN Adeline. Ancienne présidente 
du très gauchiste syndicat de la Magistrature. 
Née d'un père juif égyptien, elle fait partie du 
"premier cercle" de Jospin, qui l'a chargée des 
problèmes de la "Ville". 

- HECHTER Daniel. Couturier et créa- 
teur du Paris Saint-Germain. 

- HERZOG Philippe, il est le fils d'Eugè- 
ne HERZOG, ingénieur chimiste juif yougos- 
lave immigré en France en 1927. il était le 
principal économiste du Parti communiste 
"français". 

- HOLLANDE François. Secrétaire 
Général du PS. 

-HOSSEIN Robert (HOSSEINHOFF, 
dit). Acteur et cinéaste. 

- HUSTER Francis. 

-JACKY (JACUBOWITZ Jacques). 
"Club Dorothée". 

-JEAMBAR Denis. Directeur de la 
rédaction de L'Express. Comme il l'a expli- 
qué à Tribune juive (14.03.1996), ii descend 
d'une famille juive du Comtat Venaissin : "Je 
suis d'origine juive par ma mère, bien que 
baptisé. Je me sens très attaché à Israël." 
Ancien directeur général d'Europe 1, ii fait 
du combat contre l'extrême-droite une de 
ses priorités. 

-JENNIFER (DADOUCHE-BARTOLI 
Jenifer Yaël) "Star Academy". 

- JONASZ Michel. Auteur, compositeur 
et interprète. 

-JOSPIN Lionel. L'ancien premier 
ministre socialiste (ancien militant et taupe 
trotskyste) est Issu d'une famille protestante 
mais ses deux épouses, successivement 
Elisabeth DANNENMULLER et Sylviane 
AGACINSKI sont juives et donc aussi ses 
trois enfants. 

-JOUFFA Yves. Ancien responsable 
socialiste. Enfermé au camp de Drancy en 
1941-42, il en devient l'un des auxiliaires du 
gardiennage. Pour échapper à la déportation, 
H adhère ensuite à i'UGfF (organisation juive 
pro-Vichy) où son père était trésorier. De 
1984 à 1991, ii préside la Ligue des Droits 
de l'Homme. 

-JOXE Pierre. Petit fils de l'écrivain 
Daniel HALEVY et fils de l'ancien ministre 
gaulliste Louis JOXE qui s'était converti au 
protestantisme. Pierre JOXE, militant marxis- 
te, était inscrit à la CGT en 1981. Longtemps 
ministre socialiste. 

_ K — 

- KAHN Jean-François. Journaliste né 
d'un père juif. Bien que se déclarant catholi- 
que et... agnostique, if a toujours milité aux 
côtés des Juifs. Il a pour frère Axef KAHN, 
biologiste. 

- KAREL William. Cinéaste documen- 
teur franco-américain né en Tunisie. Il a vécu 
une dizaine d'années en Israël. 

- KARMITZ Marin. Président du MK2 
Group (premier distributeur indépendant fran- 
çais) et président de la Fédération national 
des distributeurs de films, il a été à la pointe 
du boycott français du film "La Passion" de 
Me! Gibson. 

-KASSOVITZ Mathieu. Acteur et 
cinéaste. Né dans une famille juive originaire 
de Hongrie. 

- KAZAN Alexandra. Ancienne présen- 



liste médiatiquement réputé de l'islam. 

- KIEJMAN Georges. Avocat, ministre 
de la Justice sous Mitterrand dont il était très 
proche. Mentionné parmi les "100 Juifs qu 
comptent" (Passages, 02.1989). 

-KIMBERLAIN Sandrine 

Comédienne. 

- KLARSFELD Serge. Avocat juif deve 
nu célèbre comme "chasseur de nazis". 

-KLARSFELD Arno. Fils de Serge 
et de Béate KLARSFELD. Lui aussi avoca 
médiatique, célèbre, lui, pour son arrogance e 
sa médiocrité. A choisi d'effectuer son servie* 
militaire en Israël. 

-KNOEBEL Marc. Ancien vice-prési- 
dent de la LICRA. Militant sioniste fanatique 
payé par le Centre Simon Wiesenthai (USA) 
il ambitionne de devenir grand inquisiteur sui 
internet, par l'intermédiaire notamment de sor 
officine "J'accuse !". Cherche à faire interdire 
tous les sites critiquant Israël et les Juifs. 

- KONOPNICKI Guy. Activiste com- 
muniste devenu ensuite sioniste enragé 
issu d'une famille d'immigrés juifs originai- 
res de Pologne. Membre fondateur de SOS 
Racisme, il en démissionne le 18 janvier 1991 
pour protester contre les positions pacifistes 
du mouvement pendant la guerre du Golfe 
"Cette fois, je le dis sans honte, j'ai applaud 
lorsqu'un déluge de feu est tombé sur l'Irak" 
Le soutien au Tiers-monde passe après l'in- 
térêt d'Israël 

-KOUCHNER Bernard. Un des fon- 
dateurs de "Médecins sans Frontières" 
devenu ensuite ministre du gouvernemen 
socialiste. En 1981, il a apporté son soutier 
au Renouveau juif pour faire battre Valéry 
Giscard d'Estaing. Nommé administrateur di 
Kosovo par Kofi Annan (Secrétaire généra 
ghanéen de l'ONU), il a des responsabilités 
directes dans l'expulsion (parfois accompa- 
gnée de massacres) de plus de 150.00C 
Serbes de leur pays d'origine. Efroitemen 
lié a l'extrême gauche. Marié à la journaliste 
Christine OCKRENT. Membre du Groupe 
Bilderberg en 2005 et 2007. 

- KOXIE (Laure COHEN). Chanteuse. 
-KRASUCKI Henri (HENOCH). Il e 

succédé à Georges Séguy comme secrétaire 
général de la CGT le 13 juin 1982. Sa mère 
Léa KRASUCKI, née en 1903, a été une 
responsable du parti communiste polonais 
naissant dès 1920. A été envoyé a Auschwit; 
où if est indiqué comme ayant été gazé dans 
le Mémorial de fa Déportation des Juifs de 
France de Serge KLARSFELD au titre di 
convoi n°55 du 23 juin 1943... 

- KRAWCZYK Gérard. Acteur et réali- 
sateur de cinéma. 

- KRIVINE Alain. Leader trotskyste, né 
dans une famille juive venue d'Ukraine. 

_ L — 
-LAFORET Marie. Comédienne e 
chanteuse. 

- LALANNE Francis. Auteur-composi- 
teur et interprète. 

- LALONDE Brice. "Ma mère est d'as- 
cendance écossaise [...] tandis que mor 
père venait d'une famille parisienne, d'origine 
alsacienne, aux racines juives." (Sur la vague 
verte). Son grand-père, Roger-Raphaë! LEVY 
et son père, Alain-Gauthier LEVY, ont changé 
leur nom eh LALONDE après fa Seconde 
Guerre mondiale (décret du 16.02.1950). Se 
mère, née FORBES, a été naturalisée fran- 
çaise. Le milliardaire Malcolm S. FORBES 
ainsi que John Kerry, candidat à fa présidence 
américaine contre G.W. Bush comptent parm 
ses cousins. Elevé dans un mifieu bourgeois 
(père gros industriel du textile), il a long- 
temps milité à f'extrême-gauche, notammen 
à l'UNEF, dont il était le président. 

-LANG Jack. Ministre socialiste né 
dans les Vosges dans une famille juive. Sor 
épouse, née BUCZYNSKY est issue d'une 



était un Juif laïc, et ma femme, d'origine 
polonaise, vient d'un milieu beaucoup plus 
religieux. Nos enfants ont reçu une véritable 
éducation juive et ont été très actifs au sein 
de la communauté juive de Nancy" (Tribune 
juive, 21.01.1983). 

-LANGMANN Thomas. 

- LANZMANN Claude. Directeur des 
Temps Modernes (avec Jean-Paul SARTRE) 
et faiseur de films documentaires sionistes, 
dont "Shoah". 

- LAROQUE Michèle. Humoriste. 

- LARUSSO, Chanteuse. 

- LAVILLIERS Bernard. Auteur-compo- 
siteur et interprète. 

- LELOUCH Claude. Cinéaste, né d'un 
père juif originaire d'Algérie. 

- LELLOUCHE Pierre (ALLOUCHE). Né 
le 3 mai 1951 à Tunis, "issu d'une famille juive 
traditionaliste" (Actualité juive, 01.03.1989). 
Proche conseiller de Chirac, il est Président 
de l'Assemblée Parlementaire de l'OTAN 
depuis 2004. 

- LEMARQUE Francis (KOR, Nathan). 
Chanteur. 

-LENA-KA (COHEN-BOULAKIA, 
Céline) - Chanteuse. 

- LEPAGE Corinne. Avocate, devenue 
ministre de l'Environnement du gouverne- 
ment Juppé. Elle est la fille de Jacqueline 
SCHULMAN et de Philippe LEVY, autorisé à 
changer son nom en LEPAGE par décret du 
18.02.1950. é- 

- LEVAI* Ivan, Comédien. 

- LEVINAS Emmanuel. Ecrivain et maî- 
tre à penser talmudïste. 

-LEVI-STRAUSS Claude. Anthro- 
pologue et membre de l'Académie française. 
Longtemps porte-parole de l'antiracisme offi- 
ciel avant d'être débordé par l'antiracisme 
extrémiste au point d'être accusé maintenant 
de tendances... racistes. 

-LEVITTE Jean-David. Conseiller 
diplomatique de Jacques Chirac de 1995 à 
2000. Il est depuis lors le représentant de la 
France auprès de l'ONU. 

- LEVY Bernard-Henri. Ecrivain médio- 
cre passant pour "philosophe" par la grâce 
des médias juifs. Né en Algérie d'un père 
juif, devenu millionnaire grâce notamment 
à l'exploitation du bois en Afrique et en 
Amazonie. C'est aussi un dès proches de 
Nicolas SARKOZY, après avoir été proche 
de Mitterrand. II se targue volontiers d'avoir 
beaucoup contribué à l'imposition de la terreur 
antiraciste en France. Sa fille, Justine LEVY 
est romancière. 

- LEVY Laurent. Avocat du MRAP, marié 
à une musulmane. En septembre 2003, ses 
deux filles défraient la chronique en s'affichant 
voilées à l'école, avec son appui. 

- LEVY Maurice, il est l'héritier spirituel 
de Marcel BLEUSTEIN-BLANCHET, fonda- 
teur de Publicîs, première agence de publicité 
en France. 

-LEVY Raymond. Ancien président 
de Renault, aujourd'hui président du conseil 
de surveillance de Lagardère. Il entretient 
des relations privilégiées avec Dominique 
STRAUSS-KAHN. 

- LINDON Vincent Acteur et réalisateur 
de cinéma. Appartient à une famille juive 
originaire de Pologne (LINDENBAUM) et 
des Pays-Bas (Citroën). Son oncle, Jérôme 
LINDON était le directeur des Editions de 
Minuit. 

- LiPIETZ Alain (LIPIEC). Député euro- 
péen des Verts. Issu d'une famille juive origi- 
naire de Pologne. Sa famille porte plainte en 
2006, contre la SNCF (!) pour son rôle sup- 
posé dans fa déportation des Juifs pendant la 
Seconde Guerre mondiale... 

- LUMBROSO Daniela. Animatrice de 
télévision. 

- LUSTIGER Aaron (et ensuite Jean- 
Marie) Ce cardinal et archevêque de Paris 
s'est lui-même défini comme étant "à la fois 



Juif et chrétien". Et se croyant drôle : "Vous 
savez, il y a en France deux grands rab- 
bins, un Séfarade, Joseph SiTRUK, et un 
Ashkénaze, moi!". Et pour finir: "On ne peut 
pas, [onj ne doit pas convertir les Juifs", "Je 
suis juif et je le resterai, [...]. Je me sais Juif. 
(Documentation Catholique, 01.03.1981, n° 
1803, p. 139-140). Membre également de 
l'Académie française. 

-MACIAS Enrico (Gaston 

GHRENASSIA). Chanteur juif originaire d'Al- 
gérie. 

- MANUKIAN Hervé. 

- MARCEAU Marcel (MANGEL). Mime 
comédien, 

- MARCUS Gérard. Richissime proprié- 
taire d'une des plus importantes galeries de 
tableaux à Paris. Membre du bureau politique 
du RPR depuis 1985. Président du groupe 
d'amitié parlementaire France-Israël. 

- MAURANE. Chanteuse. 

- MAUROIS André (HERZOG, Emile 
Salomon Wilhelmt). Ecrivain. 

- MAY Mathilda (HAIM). Comédienne 
née d'un père juif de Turquie. 

- MAZEROLLES Olivier. Journaliste. 
-MELENCHON Jean-Luc. Ancien 

ministre et sénateur socialiste. Attachée de 
presse : Valérie ATLAN, ancienne présidente 
de l'Union des Etudiants Juifs de France 
à Montpellier, ancienne responsable de la 
communication à SOS Racisme, Conseiller 
aux conditions et aux cadres de vie des élè- 
ves : Eric BENZEKRI, ancien cadre trotskyste. 
Conseiller technique pour les relations socia- 
les : Daniel ASSOULINE, qui dirigea avec son 
frère David ASSOULINE la Ligue Ouvrière 
Révolutionnaire, une chapelle trotskyste. 
-MEZRAI Raphaël. Amuseur public. 

- MEMMI Albert. Ecrivain juif originaire 
de Tunisie. Imposé par les médias comme 
spécialiste du racisme et porte-parole de... 
l'anti-coloniaiisme. 

- MILLER Claude. Réalisateur de ciné- 
ma. 

-MILLER Gérard. Psychanalyste et 
homme de télévision, issu d'une famille juive 
originaire de Pologne. Devenu médiatique- 
ment célèbre pour sa morgue. 

-MINC Alain (MINKÛVSKI). Technocrate 
mondialiste proche du parti socialiste. Il est le 
fils d'un dentiste polonais ashkénaze, natu- 
ralisé français en 1947. Il occupe le poste 
stratégique de président de la Société des 
lecteurs du journal Le Monde. 

-MOATI Serge. Cinéaste "documen- 
teur" et animateur de télévision né dans une 
famille juive originaire de Tunisie. Dans "La 
haine antisémite" (1991), il étale sans rete- 
nue sa haine envers tous ceux qu'il accuse 
d'antisémitisme. 

- MOCKY Jean-Pierre (MOKIEJWSKI). 
Cinéaste, né dans une famille juive originaire 
de Russie. _ 

- MOÏSE Alex. Secrétaire Général de 
la Fédération Sioniste et membre du Collectif 
citoyen antiraciste. Condamné pour "incitation 
à la haine" après s'être envoyé lui-même des 
menaces antisémites afin ensuite de pouvoir 
porter plainte contre l'antisémitisme. Un petit 
"dérapage" révélateur, constituant le sommet 
de l'iceberg,, , 

- MONTAGNE Gilbert. 
-MORANDINI Jean-Marc. Journaliste 

et animateur de télévision et de radio. 

- MORIN Edgar. Sociologue. Issu d'une 
famille juive de Grèce. Il a été longtemps mili- 
tant antiraciste. A partir de 2003 cependant, il 
a été violemment attaqué par les autres Juifs 
qui lui reprochent de critiquer Israël et l'ont 
ensuite fait condamner pour... racisme ! 

-MOSCOVICI Pierre. Ancien militant 
trotskyste, devenu ensuite ministre socialiste 
des affaires européennes. Vice-président du 
Parlement européen. 

- MOUSTAKI Georges. Chanteur d'ori- 



gine juive né en Egypte. 

- NAKAD Naïda. Journaliste. 

- NATAF Mallaury. Chanteuse. 

-NEÏERTZ Patrick. Directeur géné- 
ral de Christian Dior. Epoux de l'ex-minîstre 
socialiste. 

- NEÏERTZ Véronique. Ex-mînïs- 
tre socialiste. Mariée à Patrick NEÏERTZ, 
Directeur général de Christian Dior. 

- NOIR Michel. Juif par sa mère, Rose 
DREYER. Ancien ministre de Chirac et maire 
de Lyon. Sa carrière politique fut ensuite 
compromise par une affaire de corruption. 
Il est l'un des rares hommes politiques fran- 
çais à avoir été coopté au sein du Groupe 
Bîlderberg, une des plus puissantes associa- 
tions mondialistes Internationales. 

~ NOVEMBRE Tom. Chanteur et comé- 
dien. 

- OBISPO Pascal. Auteur-compositeur- 
interprète. 

- OCKRENT Christine. Journaliste. 
-OLIVENNES Denis. Président 

de Canal Plus France (06.2000) après en 
avoir été ie directeur général. II s'appelait 
OLIVENSZTEIN avant 1960. 

- OURY Gérard (TANNENBAUM, Max- 
Gérard). Cinéaste, marié à l'actrice Jacqueline 
ROMAN, née YACOWLEW. Père de Danîèle 
THOMPSON et grand-père de Christopher 
THOMPSON. 

- PARI EN TE Patrick. Industriel du tex- 
tile (Naf Naf), issu d'une famille juive de 
Tunisie. 

-PESCHANSKI Marc. Membre du 
bureau politique de Lutte ouvrière (trotskyste). 
II est originaire de Moldavie. 

-PIETRI Julie. Chanteuse. 

-POHER Alain. Ancien président du- 
Sénat. Médaille d'or du B'nai B'rith (franc- 
maçonnerie hébraïque) en 1979. 

- POLAC Michel. Journaliste et cinéaste 
de télévision, né à Paris (XVIe) au sein d'une 
famille très fortunée de Juifs polonais. Il s'est 
toujours affiché comme un militant d'extrême 
gauche. 

- POLANSKI Roman. Cinéaste, de père 
juif polonais. 

- POLIAKOV Léon. Historien de l'anti- 
sémitisme, passablement faussaire. 

-POLL Léo (POLNAREFF, Leîb). 
Planiste d'Edith PIAF. 

- POLNAREFF Michel. Auteur-compo- 
siteur-înterprète. Fils de Leib POLNAREFF. 

- PONCELET Christian. Le président 
RPR du Sénat s'est confié à Tribune juive 
(17.02.1999) pour s'inquiéter de "la montée de 
l'antisémitisme en France et en Europe". Il a 
précisé ; "Je n'oublie pas qu'il y a des KAHN 
dans ma famille", 

-PULLICINO Gérard. Producteur 
et réalisateur né dans une famille juive de 
Tunisie. 

-REGINE (ZYLBERBERG- 

CHOUKROUN). Chanteuse et tenancière de 
cabaret, 

- REZA Yasmina. Ecrivaîne, née d'un 
père juif de Russie et d'une mère hongroise. 

- ROBIN Muriel. Humoriste. 

- RODINSON Maxime. Historien 
marxiste, spécialiste de l'islam. 

-ROTMAN Patrick. Romancier et 
cinéaste documenteur, professionnel de l'in- 
citation permanente à la haine a l'égard des 
Allemands. 

- ROUSSO Henri. Universitaire, grand 
inquisiteur anti-révîsionnîste à Lyon. 

- ROUSSOS Demis. Chanteur. 

- SANSON Véronique, Auteur-compo- 




(EBGUY, Danïelle). 



siteur-interprète. 
-SAPHO 

Chanteuse. 

- SARKOZY Nicolas. Juif par sa mère 
qui est originaire de Grèce et hongrois par son 
père, de qui il hérite son baptême catholique. 
Les Juifs le considèrent toujours comme i'un 
des leurs et il se garde bien de les démentir. 
Son frère, Guillaume SARKOZY a été vice- 
président du MEDEF, syndicat des patrons 
français. 

-SARRAUTE Claude. Journaliste, 
fille de la romancière Nathalie SARRAUTE 
(TCHERNIAK), issue d'une famille juive de 
Russie. "Les années passant, ma judaïté 
compte de plus en plus pour moi, et pourtant, 
je n'ai aucune croyance, aucune culture reli- 
gieuse. Ce qui ne m'empêche pas de porter à 
mon cou une étoile de David." (Tribune iuive, 
13.01.2000). 

- SCHAPIRA Pierre. Conseiller PS de 
Paris et vice-président du Conseil économi- 
que et social (janvier 2001). 

-SCHNEIDERMANN Daniel. Ancien 
journaliste au Monde et présentateur sur 
France 5 de l'émission "Arrêt sur image". 
Bien que prétendant avant tout décrypter les 
images, à plusieurs reprises, if a été surpris 
en flagrant délit de désinformation, en parti- 
culier lorsqu'il s'agit de défendre Israël ou son 
instrument américain. 

-SCHOENBERG Béatrice (née 
SZABO). Journaliste et présentatrice de télé- 
vision. 

-SCHRAMEK Olivier. Directeur de 
cabinet de Lionel Jospin (1999). "Athée quoi- 
que d'origine juive" (VSD, 28.04.1989). Il 
est le petit neveu d'Abraham SCHRAMEK 
qui fut ministre de l'Intérieur du Cartel des 
Gauches. 

- SEGUELA Jacques. Publicitaire pro- 
oagandiste de la Gauche. A notamment conçu 
a campagne électorale de Mitterrand en 
1981, dont les spots télévisés incluaient des 
mages subliminales. 

- SERVAN-3CHREIBER Jean-Jacques. 
Journaliste et homme politique, appartenant à 
jne puissante famille juive d'Alsace. Fondateur 
te l'Express avec Françoise GIROUD, 

-SINCLAIR Anne (née SCHWARTZ, 
îpouse LEVAI, puis STRAUSS-KAHN). 
Journaliste, née à New- York en 1948. Elle 
îst la fille de Robert SCHWARTZ, puissant 
lomme d'affaires, autorisé par décret du 
5 août 1949 à prendre le patronyme de 
Sinclair". 

-SITRUK Joseph. Grand rabbin de 
: rance, né en Algérie. Le 13.10.2000, il a été 
iurpris en flagrant délit de mensonge public 
m annonçant à fa radio l'assassinat à Paris 
le 6 jeunes Juifs, pour essayer de détourner 
attention sur l'assassinant par la soldâtes- 
lue israélienne d'un enfant palestinien. Ceci 
infirme bien l'adage : menteur comme un 
abbîn ! 

- SORMAN Guy. Journaliste et essayis- 
3, chantre du néo-libéralisme. Ses prises de 
■ositions critiques vis-à-vis d'une certaine 
jiverie lui ont valu bien des "incompréhen- 
ions". 

-SOUCHON Alain. Auteur-composi- 
5ur-interprète. 

-SPIRE André. Ecrivain et activiste 
ioniste. 

-STHERS Amanda. Romancière. A 
pousé Patrick BRUEL (BENGUlGUi) en 
eptembre 2004. 

- STËINMETZ Pierre. En 2002, il décla- 
3it: "La France est un pays métis et elle le 
îstera". 

- STOLERU Lionel. Ancien ministre 
Dcialiste. Membre du Groupe Bitderberg, pro- 
ie du milliardaire escroc Robert MAXWELL, 



- STORA Benjamin. Ecrivain, issu d'une 
famille juive d'Algérie. 

-STRAUSS-KAHN Dominique. Ancien 
ministre socialiste de l'Economie, des Finances 
et de l'Industrie. Son père est juif ashkénaze, 
et sa mère, Jacqueline FELLUS, juive de 
Tunisie. Son cabinet en 1997 : Responsable 
des entreprises publiques: Stéphane-Paul 
FRYDMANN. Responsable des affaires poli- 
tiques ; Gilles FINCKELSTEIN (aussi res- 
ponsable de la cellule arguments de Lionel 
Jospin). Attachée parlementaire ; Michèle 
SABBAN (chargée des déplacements de 
Lionel Jospin). 

- SULITZER Paul-Loup. Signataire de 
romans à succès écrits par des nègres. Fils de 
Jules SULITZER, immigré juif de Roumanie. 
Il s'est retrouvé mêlé à plusieurs affaires lou- 
ches, sanctionnées pénalement. 

- SUSSFELD Alain. Directeur général 
d'UGC. Proche ami de Michel DRUCKER. 



-TAGUIEFF Pierre-André. Essayiste 
pompeux aux travaux passablement confus 
par souci de les faire passer pour savants. 
Né d'une mère d'origine polonaise et d'un 
père juif de Russie. Cela lui permet de se 
prétendre non-juif, comme J.F. KAHN. Mais de 
par tous ses engagements, il est entièrement 
au service du sionisme le plus radical, sous 
prétexte d'antiracîsme, cette "forme de régres- 
sion mentale" qu'il avait lui-même dénoncée. 
Beaucoup de ses ouvrages, commandités par 
les responsables juifs, sont en fait des pro- 
duits collectifs. Souvent illisibles, ils ne sont 
pas destinés à convaincre mais à intimider, 
afin de faire faire. 

-TALAR Charles. Producteur (musi- 
que, comédie, etc.), né dans une famille juive 
de Tunisie. 

-TEISSIER Élizabeth (HANSELMANN, 
Germaine). Actrice de film erotique et astro- 
logue mondaine (consultée notamment par 
Mitterrand), née dans une famille juive d'Al- 
gérie. 

-TIMSIT Patrick. Cinéaste, comédien 
et amuseur public, issu d'une famille juive 
d'Algérie. 

- TODD Emmanuel. Essayiste, fils du 
journaliste Olivier TODD, petit-fils de Paul 
NIZAN. 

- TRIGANO Gilbert. Fondateur du Club 
Méditerranée, issu d'une famille juive d'Al- 
gérie. 

-TRISTAN Anne. Directeur de publi- 
cation de "Ras l'Front", l'un des principaux 
journaux qui font leur beurre en traînant dans 
la boue les militants nationalistes. Son vrai 
nom est Anne ZELANSKY 

-TRUFFAUT François. Cinéaste. Né 
d'un père juif qu'il n'aurait jamais connu. 

-TUBIANA Michel. Président de la 
Ligue des Droits de l'Homme (2000-2005). 

- VEIL Simone. Ancienne ministre UDF 
et Présidente de l'Assemblée européenne. 
Longtemps tenue pour morte à Auschwitz par 
la propagande juive. Surnom : l'Avorteuse, ce 
dont elle semble très frère, 

-VICTOR Pierre (Benny LEVY). 
Agitateur maoïste des années 60-70, deve- 
nu secrétaire de Jean-Pau! SARTRE qu'il 
convertit plus ou moins au judaïsme. Décédé 
en 2003 en Israël où il s'était replié avec fa 
caisse des organisations "prolétariennes" qu'il 
contrôlait. 

-VIDAL-NAQUET Pierre. Médiocre 
historien helléniste, devenu champion de 
l'inquisition juive contre le révisionnisme his- 
torique. Il a déclaré haïr Robert Faurîsson et 
aurait aimé l'assassiner mais il lui manque le 
courage de passer à l'acte. 

- VILLENEUVE Charles. Journaliste et 
présentateur de télévision. 
— W — 

-WERTHEIMER Gérard et Alain. 



tune de France. 

-WIEVIORKA Michel. Sociologue, 
gourou de l'antiracîsme médiatique avec 
sa femme, ('historienne de salon Annette 
WIEVIORKA. Juifs originaires de Pologne. 

- WINTER Ophélie. Chanteuse, apolo- 
giste de la société multiraciale. 

-WOLINSKY Georges. Dessinateur 
humoriste. Sa mère, née BEMBARON était 
juive tunisienne et son père juif polonais. 

-WOLKENSTEIN Pierre. Directeur 
Adjoint du Crédit Lyonnais, il est l'époux de 
la fille de Bertrand POIROT-DELPECH. 

-ZARAI Rika. Chanteuse et gourou 
médiatisé de "médecine douce". 

- ZARDI Dominique. Ecrivain et acteur, 
ayant joué dans plus de 300 films. 

-ZARKA Pierre. No 2 du Parti com- 
muniste "français". I! est issu d'une famille 
d'origine juive de Tunisie. 

-ZEITOUN Ariel. Producteur de films, 
né dans une famille juive de Tunisie. 

- ZERAH Dov. Ancien directeur de cabi- 
net de Corinne LEPAGE. Devient ensuite chef 
de cabinet du commissaire européen Edith 
Cresson à Bruxelles. 



On ne peut ainsi que s'interroger sur les 
raisons de l'importance des Juifs dans divers 
secteurs "décisifs" de la vie du pays. 

Une conclusion d'autant plus fondée 
que, dans le monde occidental, ce n'est pas 
seulement en France que les Juifs occupent 
une situation prépondérante, sans rapport 
avec leur nombre et ce à quoi ils auraient 
dû normalement avoir droit. Ils ont partout 
"réussi" avec fes mêmes procédés déloyaux, 
pour finir par provoquer les mêmes réactions 
de rejet. Une hostilité qu'ils s'empressent de 
qualifier de "racisme" ou d'antisémitisme", en 
considérant simplement que cela refève d'une 
mystérieuse "maladie criminelle" passible de 
la répression et que l'on doit essayer de 
prévenir par une intensification de la propa- 
gande antiraciste. Davantage de répression, 
davantage de surveillance et de délation, 
davantage d'endoctrinements, davantage 
d'abrutissements généralisés, davantage de 
désagrégation culturelle, davantage de métis- 
sage pour faire disparaître les enracinements 
et les repères. 

Une telle situation, devenue pour nous 
insupportable, nous oblige à une remise en 
cause, et de nous-mêmes, et des institutions 
de ce pays qui, chaque jour davantage nous 
devient plus étranger. Cette fois-ci, c'est la 
France en tant que pays européen, et les 
Français en tant que peuple de race blanche, 
qui risquent de disparaître, mettant fin à une 
histoire de plusieurs dizaines de millénaires. 
Personne n'a le droit de nous obliger à subir 
un tel sort, de renoncer à perpétuer notre 
identité ancestrale. D'en être fier. Et donc 
aussi de la défendre activement par tous 
les moyens. D'ailleurs, les Juifs eux-mêmes 
tiennent jalousement à préserver leur particu- 
larisme, une des conditions de leur solidarité 
communautaire, garantissant feur réussite. 

il est donc pour nous parfaitement jus- 
tifiable de chercher à défendre notre identité 
de peuple européen, de race bfanche, sur 
nos terres. Si c'est cela le "racisme", nous 
devons avoir le courage de l'assumer sans 
complexe. D'ailleurs, quel peuple au monde 
ne serait pas alors "raciste" ? En tout cas, 
certainement pas les Juifs ! 

Aujourd'hui, les membres des nations 
qui se sentent réellement exclus des affaires 
qui les concernent commencent à s'interro- 
ger à leur tour sur la place des Juifs dans le 
monde. On ne saurait alors douter qu'ils ne 
tarderont à leur demander des comptes. Ce 
ne sera jamais que justice. 



iUR XXIII DIALOGUE AVEC 



>W<>C<KK<KK><X;<KK>;>G<<>^^^ 




VINGT-TROIS V'LÀ LES FLICS I 

Il faut !e 
Idire et 
le répéter : à 
Paris, le Motu 
Proprîo de 2007 
n'est pas appliqué. 
Depuis l'entrée en 
vigueur du Motu Proprîo le 
septembre 2007, seules deux célébrations 
ninicales dans ia forme extraordinaire du 
romain ont été mises en place à Paris et 
;ore à des horaires non familiaux, margi- 
ix et marginalisants ! (1 2 h 1 5 à Ste Jeanne 
Chantai dans le 16ème et 18 h 30 seule- 
nt 3 dimanches par mois à Notre-Dame du 
vail dans le 14ème et cela après plus d'un 
de pressions peu dignes et de brimades du 
é de Saint-Pierre de Montrouge pour tenter 
faire cesser la demande et de briser - sans 
:cès - la dynamique du groupe naissant), 
■nalgré cela, ces petits confettis concédés 
ntrent que le public intéressé est largement 
al et paroissial, qui montre macroscopique- 
nt ce que pourrait être l'application du Motu 
iprio à Paris. 

Deux ans et demi après l'entrée en 
jeur du Motu Proprîo de Benoît XVI, mal- 
des dizaines de demandes respectueu- 
i, solides et légitimes dans les parois- 
; parisiennes, voilà le bilan éloquent du 
dînai archevêque de Paris, Président de 
Conférence épîscopale de France ; 

Le responsable de cet apartheid litur- 
ue et de cette opposition au Pape, le 
dînai Vingt-Trois, ne se prive d'ailleurs pas 
dire en privé qu'il a donné des instructions 
es curés pour empêcher l'application du 
tu Proprîo de Benoît XVI. 

Samedi 23 janvier 2010, un pas supplé- 
ntaire a été franchi par le Cardinal archevê- 
j de Paris dans sa politîque de négation de 
iemande et d'opposition au Motu Proprîo 
Benoît XVI. En effet, Monseigneur Vingt- 
is a choisi la violence de la force policière 
jr bâillonner l'expression d'une demande 
pplicatîon du Motu Proprio superbement 
orée et méprisée depuis plusieurs années 
le curé, couvert par son archevêque. 

Que s'est-il donc passé ? 

Du point de vue de l'événement, pra- 
iement rien. Samedi soir, à l'issue de la 
sse anticipée de 18 heures de la paroisse 

l'Immaculée Conception dans le 12ème 
Dndissement de Paris, plus d'une trentaine 

catholiques, faute de pouvoir dialoguer 
îc leur curé et faute d'avoir des répon- 
; à leurs demandes anciennes et ancrées 
pplicatîon du Motu Proprio ont décidé - à 
:casion de la semaine de l'Unité - de rester 
is l'église le temps d'une prière de supplî- 
j et d'appel à l'unité. 32 catholiques disent 
semble un chapelet, après la messe, dans 
î églîse de Paris. C'est tout. 

Comme le ridicule, paraît-if, ne tue pas, 
te « intolérable agression » a été réprimée 
l'envoi de trois équipages de police I Car 
éaction du curé, le Père Génîteau, du Père 
auvet puis du Cardinal Vîngt-Trois ne s'est 
s fait attendre : aucun dialogue mais... 
ours immédiat à la force polîcîère. I! est 
i que la « violence » aurait pu perdurer 
que ces malheureux fidèles auraient pu 
ter d'aller... jusqu'à réciter un rosaire. On 
nprend qu'if fallait sévir au plus vite ! 

Ce sont en effet les policiers qui ont 
;laré : « Le curé ne veut pas vous parler ! » 
a demande écrite du clergé (fa demande 
xpulsion signée du Père Génîteau avec 
ifirmation du Père Chauvet, curé de Saint- 



François Xavier et celle du Cardinal archevê- 
que de Paris Mgr Vingt-Trois a été montrée 
par la police aux fidèles), trois équipages de 
police sont intervenus pour chasser de l'église 
32 fidèles âgés de 18 à 91 ans qui... priaient 
la Vierge Marie dans une église. 

La police, forte de l'ordre de Monseigneur 
Vingt-Trois les a même menacés de lancer 
les lacrymogènes dans l'église en cas d'op- 
position ! Le don des larmes, en somme. 
Notons que, gardant son calme et usant d'une 
louable retenue, le Maire du Xllème arrondis- 
sement, sollicité sur la question de savoir ce 
qu'il convenait de faire, n'a pas souhaité cette 
Intervention polîcîère, brutale et immédiate, 
sans un dialogue préalable. 

Comme dans l'Eure, à Thiberville, ce 
sont les élus de la République qui donnent 
des leçons de modération et de dialogue aux 
membres de la hîérarchîe catholique, de plus 
en plus décalés et incapables d'appréhender 
une situation d'insatisfaction de leurs ouailles. 
Le plus étrange est qu'il s'agit d'ecclésiasti- 
ques conciliaires, qui ont voulu et promu de 
manière incantatoire la prise de parole des 
laïcs. N'étaient-ils pas sincères ? En tout cas, 
elle leur revient à la figure comme un boome- 
rang, cette prise de parole. Et vraiment pas 
de manière violente : pour être entendus, ils 
disent le chapelet, ces pauvres laïcs. Et cela 
semble intolérable à leur clergé ! 

Oui, vous avez bien lu, en 2010, un évo- 
que choisit froidement la force et la violence 
physique contre des catholiques qui récitent 
pacifiquement le rosaire dans une église alors 
qu'à aucun moment ces fidèles en prière n'ont 
menacé de perturber la paroisse ou de conti- 
nuer à occuper celle-ci après leurs dévotions 
et alors même qu'ils avaient déclaré explici- 
tement qu'ils partiraient dans la tranquillité à 
l'issue de celles-ci. 

« Voilà des gens que je n'aurai pas 
voulu connaître pendant la guerre » disait 
à propos du curé et du Cardinal une parois- 
sienne expulsée qui, compte tenu de son âge 
avancé, savait de quoi elle pariait quant aux 
heures les plus sombres de notre histoire. 

A Paris, quoi qu'en dise le Père Chauvet 
- qui déclarait publiquement en juin 2008 : 
« on peut raisonnablement penser qu'à moyen 
terme, la forme extraordinaire du rite romain 
pourrait être célébrée dans toutes les grandes 
églises de Paris » - on ne dialogue pas avec 
les groupes de demandeurs et, s'ils insistent, 
on les matraque ï 

Dans l'Église d'aujourd'hui, c'est bien 
connu, on préfère dialoguer avec ceux qui 
ne demandent rien, avec les marionnettes 
nommées pour cela, avec ces consomma- 
teurs du culte que sont souvent devenus un 
certain nombre de catholiques, ou ceux que 
l'on se choisit pour pouvoir dire sereinement 
« je dialogue, tout va très bien ». 

Franchement, après ça, on a du mal 
à écouter des sermons sur la charité et des 
incantations sur l'« écoute », l"« unité du 
peuple de Dieu », etc. C'est même tellement 
gros qu'il vaut mieux en rire. Mais c'est à 
pleurer. De honte. 

En tout cas, pour le Cardinal Vingt-Trois, 
les fidèles attachés à la liturgie traditionnelle 
de l'Eglise ne sont ni 34 % (comme le révèle 
pourtant le sondage réalisé en septembre 
2008) ni 20 % nî 10 % ... ni même seulement 
1 %. Pour le Cardinal Vingt-Trois, les fidèles 
attachés à la forme extraordinaire du rite 
romain n'existent pas, il n'y a pas de demande 
d'applicatîon du Motu Proprio nî d'ailleurs de 
problème liturgique en France. Ainsi pouvaît- 
il tranquillement déclarer dans un article de 



"LA CROIX" du 17 septembre 2009, après 
la libéralisation de la messe en rite ancien : 
contrairement à ce que certains avaient craint, 
« il n'y a pas eu de "tsunami" de la pratique 
religieuse en France : çà et là, des arrange- 
ments ont été trouvés, maïs globalement la 
pratique des catholiques français n'a pas été 
profondément modifiée ». 

Pourquoi alors, Emînence, avoir fait 
envoyer trois équipages de police ? 

Nier ainsi la demande d'une partie du 
Peuple de Dieu, la mépriser, la faire taire, 
qu'on le veuille ou non, cela relève objecti- 
vement d'un totalitarisme pur et simple en 
rébellion totale avec la lettre du Pape Benoît 
XVI adressée à tous les évêques dont voici 
un extrait : 

« Votre charité et votre prudence pas- 
torale serviront de stimulant et de guide pour 
perfectionner les choses. D'ailleurs, les deux 
Formes d'usage du Rite Romain peuvent s'en- 
richir réciproquement.. Dans la célébration de 
la Messe selon le Missel de Paul VI, pourra 
être manifestée de façon plus forte que cela 
ne l'a été souvent fait jusqu'à présent, cette 
sacralité qui attire de nombreuses personnes 
vers ie rite ancien. La meilleure garantie pour 
que le Missel de Paul VI puisse unir les com- 
munautés paroissiales et être aimé de leur 
part est de célébrer avec beaucoup de révé- 
rence et en conformité avec les prescriptions ; 
c'est ce qui rend visible la richesse spirituelle 
et la profondeur théologique de ce Missel. 

« J'en arrive ainsi à la raison positive 
qui est ie motif qui me fait actualiser par ce 
Motu Proprio celui de 1988. Il s'agit de par- 
venir à une réconciliation interne au sein de 
l'Eglise... 

« Tout ce que j'ai établi par la présente 
Lettre apostolique en forme de Motu proprio, 
j'ordonne que cela ait une valeur pleine et 
stable, et soit observé à compter du 14 sep- 
tembre de cette année, nonobstant toutes 
choses contraires.» 

Donné à Rome, près de Saint-Pierre, 
le 7 juillet de l'an du Seigneur 2007, en ia 
troisième année de mon pontificat. 



 louer en Savoie en pi 



nuiras, Val-Morel, un petit 
r 

,2 



(électricité non-comprise). 



********** 



réservation téléphoner 
au 02 48 60 63 02 



Ë JUIVE », 
HORTEFEUX, DE COMBATTRE 



1 n lecteur a fait parvenir à la 
Rédaction du National Radical la 
page 32 du N° 1106 de "Actualité 
Juive" dont un article, qui fustige le PNR, 
demande au Ministre de l'Intérieur de traduire 
ses paroles en actes en combattant le Parti 
National Radical ainsi que sa publication. 

L'artîcte intitulé "Haine affichée - 
Récidive antisémite en Auvergne" débute 
par :«Le6 février est une date fétiche pour 
l'extrême-droite : émeute antiparlementaire 
de 1934 et exécution de Robert Brasillach 
en 1945 obligent, elle a encore manifesté le 
Week-end dernier». 

Puis, relatant un événement locai : «Au 
Puy-en-Velay, chef lieu de la Haute-Loire, 
les antisémites se sont signalés par la pose 
d'affiches sur du mobilier urbain à proximité 
de la gare. Les affiches au contenu raciste 
et homophobe s'en prennent violemment au 
préfet du département, Richard Didier, et au 
maire de la ville, le secrétaire d'Etat à l'emploi 
Laurent Wauquiez. Fait inhabituel, elles sont 
signées, en l'occurrence par un groupuscule 
«nationaliste, catholique et social », le Parti 
National Radical dont le vice-président John 
Hodgkinson habite en Ardèche voisine et a 
déjà été interpellé au Puy en novembre 2009 
après une précédente vague de collage d'af- 
fiches qui lui a valu d'être condamné le mois 
dernier à 27.000 euros d'amende 1 ». 

Tout en poursuivant : 

« Libérer la France de l'emprise des 
réseaux occultes et du lobby juif sionis- 
te». 

« Le PNR veut "libérer la France (...) de 
l'emprise des réseaux occultes et du lobby 
juif sioniste qui œuvre à l'édification du gou- 
vernement mondial dont le pouvoir politique 
serait concentré entre les seules mains d'une 
poignée de banquiers". Le 28 janvier, parti- 
cipant à la cérémonie suivant la profanation 
du cimetière de Cronenbourg, le ministre de 
l'Intérieur Brice Hortefeux, élu en Auvergne, 
déclarait vouloir combattre « tous les grou- 
puscules qui cherchent à attiser la haine 
au mépris de nos principes, de nos valeurs 
(lesquels ? ndir) et de nos lois ». L'occasion 
est ici donnée de le faire en actes : le PNR 
est dirigé par un ancien policier et son journal, 
"Le National Radical", qui a publié de larges 
extraits des "Protocoles des Sages de Sion", 
est actuellement disponible dans les kiosques 
comme chaque trimestre. 

Comme à l'accoutumée, certains chro- 
niqueurs politiques ne s'embarrassent pas 
de vains scrupules pour dénaturer les faits 
et la vérité. 

Rappelons, s'agissant de Robert 
Brasillach, qu'il fut exécuté au fort de 
Montrouge avec un empressement surprenant 
le 6 février 1945 pour te seul "crime" d'avoir 
été l'auteur d'une œuvre dite de "politique 
douteuse". Assassinat exécuté sous le gou- 
vernement provisoire de la République fran- 

1- Ici, "Actualité Juives" prend ses désirs 

pour des réalités en n'hésitant pas a avoir recours 
au pire mensonge. Voir la deuxième partie de 



çaise du général de Gaulle qui refusa de lui 
accorder la grâce malgré une ultime demande 
de l'écrivain catholique François Mauriac. 

Mais pour "Actualité juive", l'assassinat 
d'un poète et écrivain qui ne s'est servi que de 
sa plume pour seule arme de combat ne peut 
être qu'un sain et juste châtiment. 

S'agissant de la « Haine affichée... », 
la raison voudrait qu'il faille se garder de 
confondre vitesse et précipitation. 

La critique étant l'examen et l'appré- 
ciation de l'authenticité d'une chose, elle ne 
peut, et ne doit donc pas être confondue avec 
un quelconque sentiment de haine. Sinon, 
aucune critique ne serait admise et tout débat 
sérieux serait irrémédiablement condamné... 



uce dit pricci- 
fawrrtoîrî* 

ïaag de* Bar- 
nsetfibres du 

pics d'eocooe 
«r tpe Youî- 
tt fsce aox jn- 
* S la famille 
ùac vit procès 
iïfeotrlrau- 



possibilité 

r que Fcfa- 



ris»c <h p»B- 
Cccr d'assises 

H fait appsl a la 
iu Garde des 
•Marie. Le rri- 
r&vt suai sut 
ivflesetdscet- 
res <£3Bv.^e*r 
iûduljeot». 

voix jodî- _ 

s pour regretter " 

ait cédé* une 

iqceetaviîeot 

appel risçrjaîi 

[nioo &>pt&sde 

dis pefees seo- 

«Uesproooû- 

jaKe. Le revire- 

errait cwfirmer 

*K* do p£ÈKlp4 

atws renvoyés 
ri «viprit bc£u 
rftfe et de ttn- 
(L-Vi*iSMftïi 

ttfdyftlnjdcx 

M. P. 



f Récidive antisémite 
\ en Auvergne 

Le 6 février est une date fétiche 
pour l'extrême-droite ; émeute 
anti-parlementaire de 1934 et 
exécution de Robert Brasillach en 
1945 obligent, elle a encore mani- 
festé le week-end dernier. 

An Foy-ea-Vetay, chef-lieu de la Haute - 
JeS antisémites se sont sigirfés de cnxM. 
modeste, par la pose d'affkbes sur du noi 
rat>aio à proximité <ie la gare. Les affiches au conteàe 
raciste et hoosopbobe s'en preiuseat viole auneat au 

{rikl du dépatéœent, RictenJ Didier, et au maire de 
% ville, fe secrétaire dtta a lEsspioî Laurent Wsu- 
qilez. Fait JAhabitce], elles sont sigeées, eu l'occor- 
reace par te» groupuscule * natioaaUstt. cstbo&iue et 
social», U Parti KaSoaal-Radkal dont îe rice-prén- 
dent Jofco f todgfcfespa, habite en Ardécbe voisass et 
a de>à été interpellé au Puy en no vendra 2009, aptes 
use pféc&eniç vague de collée* daffkfes qui ici a 
vais d'être eondaiEné le- moi» dernier à 27.0M euros 
d'amende. 

«Libérer la France de l'emprise des réseaux 
occultes cl du lobby Juif sioniste 

Le PKR veut « litéitr la France (...) de l'emprise 
des réseaux occultes et du lobby juif sioniste, qui 
oeuvre a fédification du gosrcnieœert irxjûdïfiî dôot 
le peuvotr. poliiiqoe serait coowntré cotre les secles 
mains d'uoe poignée de batqaiers ».Le 28 janvier, 
participact a fa cérémonie sïîvedi fa profanatbo du 
cinMttère de Crooenboaig, î« ministre de l'Intenenr 
Bric* Hortefeux. élu en Auvergne, déclarait vooio^r 
connaître a tous tes groupuscule* qui rfiercbeot à. atti- 
ser h fuira su mépris de itos principes, de nos valMrs • 
ci de «n lois ». I.'(xvas!oa est ici donnée de ic faire 
en acres : le PS"R est diri/é par en accien policier et 
km jourral. Lt iiultoiwl-Kûitait. qui a pahlié de 
Ujjcs extraits des » Protocole» de» Sases de Stoa ». 
ot MSKlIîïneflt dispor.iWc ibnt les kkwjte. ■.«ruec 
chsqec IrinBstrc- O 

ÎVA.V-YV15 Camw 



Le grossier mensonge de 
"Actualité Juive" 

Comme précisé dans la note de fin de 
première colonne, "Actualité Juive" prend ses 
désirs pour des réalités en n'hésitant pas à 
avoir recours au pire mensonge. 

Si, effectivement, Monsieur John 
Hodgkinson, vice-président du Parti National 
Radical et délégué régional pour Rhône- 
Alpes-Auvergne a bien été inquiété pour des 
affichages politiques qui dénonçaient le sou- 
tien du Secrétaire d'Etat et Maire du Puy-en- 
Velay, Laurent Wauquiez, à la pédophilie en 
la personne du Ministre Frédéric Mitterrand et 
du Président Sarkozy qui l'a nommé, il n'en 
a pas encore été condamné pour autant i 
Un recours en annulation, pour atteinte à la 
liberté d'expression, et abus de pouvoir du 
Préfet infligeant une amende administrative 
de 27.000 € pour apposition de 35 affiches 
dans la ville du Puy-en-Velay a été introduit 
près le Tribunal Administratif de Ciermont- 
Ferrand le 5 mars 2010. 

Mais "Actualité Juive" détient-elle peut- 
être déjà le jugement du Tribunal Administratif 



L'étau se resserre jusqu'au 
sommet du PNR 

Probablement aveuglé par son désir 
de plaire à n'importe quel prix à "Actualité 
Juive" le Préfet de la Haute-Loire, représen- 
tant de l'Etat, agissant donc sous le contrôle 
des ministres et du chef de l'Etat, après s'en 
être pris au Vice-président, tente cette fois de 
porter l'estocade contre le Président du Parti 
National Radical pour des faits qui lui sont 
totalement étrangers. 

Ainsi, le Préfet répondant au vœu expri- 
mé dans la publication juive tente-t-il, ni plus, 
ni moins, que d'intimider le Président du parti 
nationaliste en lui infligeant une amende admi- 
nistrative de 26.250 €. 

Cette pratique, copiée sur les méthodes 
totalitaires, en dît long sur l'état de santé 
actuel de notre "démocratie" I 

Cela dit, la partie n'est pas encore 
acquise aux apprentis dictateurs qui vont 
apprendre que le Parti National Radical n'est 
pas décidé à s'en laisser conter. En témoigne 
cette première réponse adressée au repré- 
sentant de l'Etat ! 

Les échanges de courriers 
- La lettre du Préfet : 



aiTviuïsi rio^d 

FREFECIURE DE LA HAUTE-LOIRE 



>JïA?£SPJBJZBX.Vt 



LePfy-e.T-Ve&ï.te 



•i e m m 



l&rçîfe? te tara <*j piy^rtYtfy m'a teis£& tas ceci; eu f3;ço.-t de &*-$&z&A Qd a 
«aéMflbBSSriwSOtOwrun ^«ntfsKtii-iSdjsaVceiSsPa'OT cirfcif -aie ô> b v/« «u Pjf et tfj 
eoiyrSif ç/i wjs a ii^sy le 1 i «v J ,x »W. eu k/« c* rsçpwiM dt e*-"a (Srç aï^es p.t&£art>Vi 
fc*a3Bi ti (Mrs fe-oi rt tj wraswe *j Fvy-evVe - iî/ C«s is*s t4Hi*Sïf&iJs di-i h r»^»rtçivna 



Bi tar-U^xrea. ! «J rrc-xevr (* wkj Msiror <jje£ t-'s teM, n terra it ! s*Sj 
L li\-n »j coi. os itt-fi^-.-n-Jt-t, d! pvti* ii arrta v>* ^/>I^i^t ma tn-«-<sa if-TSeiAtfJt dj 
7Sa € par disf osa v\ tr*-K5cA 

Vw» r«j la fMitni <a «r« Un foo, «a vos ttxvtlora 31 |*W'J pu ta% tsr m 



■h ».! fjfe «Tes-*», Koraitf.rassra-cs Os rra ccisBémSal csSrgufl. 



IfcnaVj MaAc Msm<et 

P7(ii;«r.i du Far5 Kjfor jj Riicit 
BPII 

03360 «rayloftales'j 




- La réponse du Président 
du PNR : 

Monsieur le Préfet, 

Je viens d'entrer en possession de votre 
courrier simple daté du 16 mars 201 qui m'in- 
forme que Monsieur Laurent Wauquiez, maire 
du Puy en Velav. m'aurait transmis une corjie 



iu rapport de constatation établi le 9 février 
2010 par un agent assermenté du service 
3e Poiice municipale de ladite ville et qu'il 
n'aurait adressé un courrier le 11 février 201 
au sujet de l'apposition de trente-cinq affiches 
publicitaires en infraction en divers lieux de 
a commune du Puy-en-Velay et que ces faits 
auraient été récapitulés dans un rapport qui 
n'aurait été également transmis. 

Je suis au regret de vous dire que je n'ai 
Mé destinataire d'aucun des écrits précités. 

Vous me dites, par ailleurs, que ces 
dispositifs sont en infraction avec les dis- 
positions de l'arrêté municipal du 24 janvier 
I994 portant règlement de publicité, tout en 
précisant que vous êtes tenu, au terme de 
'article L 581-26 du Code de l'environnement, 
ie prendre un arrêté m'inflîgeant une amende 
administrative de 750 euros par dispositif en 
nfraction. 

Vous me dites, pour terminer, que j'ai ia 
)ossibilité de vous faire part de mes obser- 
vions au préalable par écrit sur ce projet 
ie sanction et que je peux avoir accès au 
iossîer concernant cette affaire et être reçu 
>ar l'agent en charge de ces questions dans 
e délai d'un mois à compter de ia notification 
iu présent courrier. 

Là encore, je tiens à vous Informer 

]u'en aucun cas ce courrier ne m'a été notifié 
)t qu'il m'a donc été de ce fait communiqué 
îprès la levée de notre boîte postale, rédui- 
sant d'autant les délais qui m'étaient impartis 
>our vous faire valoir mes observations. 

Cela dit, l'article L581-26 susmentionné, 
stipule : « Est punie d'une amende (et non 
l'une amende par dispositif) d'un montant de 
7 50 euros ia personne qui a apposé ou fait 
\pposerun dispositif ou matériel visé à l'atti- 
re L581-6 » qui stipule, lui : « l'installation, le 
emplacement ou la modification des dispo- 
iltifs ou matériels qui supportent la publicité 
tont soumis à déclaration préalable auprès du 
naire et du préfet dans des conditions fixées 
iar décret en Conseil d'État » 

il ressort donc nettement de ces arti- 
:les cumulés que ce sont les dispositifs 
iu matériels qui supportent la publicité qui 
mtrent dans la prévention de ces articles 
(t non de quelconques prétendues affiches 
lublicitaires qui, d'ailleurs, ne peuvent avoir 
lucun lien organique avec le Parti National 
Radical puisque ne faisant pas d'acte de 
ommerce. 

L'article L581-27 précise à son tour que : 
Dès la constatation d'une publicité, d'une 
mseigne ou d'une préenseigne irrégulière au 
égard des dispositions du présent chapitre le 
naire ou le préfet prend un arrêté ordonnant, 
'ans les quinze jours, soit la suppression, soit 
a mise en conformité avec ces dispositions, 
'es publicités, enseignes ou préenseignes en 
ause, ainsi que, le cas échéant, la remise en 
■tat des lieux. Cet arrêté est notifié à la per- 
onne qui a apposé, fait apposer, ou maintenu 
près mise en demeure la publicité, l'enseigne 
•u la préenseigne irrégulière.» 

Je suis donc au regret de vous dire que 
et arrêté ne m'a jamais été communiqué ni, 
plus forte raison, notifié. 

J'ajouterai que le texte stipule expres- 
ément qu'une copie du procès-verbal doit 
tre adressée à la personne visée. En consé- 
uence de quoi, je vous demande de me faire 
arvenir, pour plus ample informé sur cette 
ffaire qui m'échappe totalement, copie du 
rocès-verbal. 

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, mes 
alutations distinguées. 

Maurice MARTINET 



A SUIX/RF 



!" • 



OO<><><><><><><><><><>0<><>0<^^ 



Comme d'habitude, au sujet 
des étrangers, les médias font 
pleurer dans les chaumières ! 

Aux actualités de 20 heures, vous nous 
avez, à nouveau, sensibilisés au problème 
des « sans-papiers » : c'est un leitmotiv 
récurrent chez les journalistes... Si je com- 
prends bien l'angoisse de ces gens de vivre 
dans l'insécurité du lendemain, (car moi je les 
fréquente 2 jours par semaine) je peux vous 
dire que votre reportage m'a fait bondir car 
vous occultez systématiquement une bonne 
partie du problème : 

1. Les sans-papiers sont venus ici, 
chez nous, en connaissance de cause et en 
sachant qu'ils violaient les lois françaises 
sur l'immigration, et savaient très bien qu'ils 
devaient préalablement demander un visa. 

2. Ils travaillent illégalement « au noir » 
(car il faut bien qu'ils se nourrissent) en toute 
connaissance de cause, mais se servent 
ensuite de cet alibi pour réclamer, devant 
vos caméras complaisantes et complices, 
la régularisation de leur situation : ils étalent 
ainsi leur mépris des lois françaises pour 
revendiquer leur régularisation : c'est un com- 
ble ... et en plus, encore plus incroyable, ils 
sont entièrement soutenus, voire organisés 
par des lobbies associatifs pro-immigration- 
nîstes, faisant ainsi l'apologie de la violation 
de nos lois I 

3. Pourquoi n'avoir pas dit aux télés- 
pectateurs que ces gens n'étaient pas aussi 
malheureux que vous voulez bien le faire 
croire (ils étaient tous en forme et chaudement 
vêtus) et que : 

- ils ont accès aux soins gratuits par 
l'AME (Aide Médicalisée d'Etat ), 

- ils ont droit à la CMU dans l'attente 
de leur régularisation (et à la carte vitale que 
certains considèrent comme une véritable 
reconnaissance de leurs droits), 

- leurs enfants sont accueillis immédia- 
tement et gratuitement dans nos écoles, 

- ils obtiennent des logements par des 
contacts déjà en place. Certains d'entre eux, 
régularisés, m'ont même dit que, maintenant 



qu'ils étaient en règle, ils avaient beaucoup 
plus de mal à trouver un emploi qu'avant l 

Je me permets de vous informer aussi 
que, pour beaucoup d'entre eux, la régularisa- 
tion est un moyen d'avoir accès à beaucoup 
d'autres avantages sociaux ( et pas forcement 
au travail ) et qu'une fois régularisés, ils me 
font faire, par exemple, des dossiers MDPH 
pour faire reconnaître une invalidité ( pour 
eux ou leur femme ) afin de toucher l'AAH 
(allocation adulte handicapé) ....sans avoir 
à travailler... 

4 .Quant aux demandes de nationalité 
française que je fais, elles concernent sur- 
tout des 50 ans et plus qui veulent pouvoir 
faire librement la navette entre leur pays du 
Maghreb et la France pour pouvoir se faire 
soigner chez nous : quelle motivation et quel 
amour de la France ! 

A titre d'exemple, je vous citerai l'his- 
toire d'une jeune femme qui a fait venir sa 
mère de 80ans en France, pour 3 mois en 
vacances touristiques ; la mère n'est jamais 
repartie, est devenue « sans-papier » et s'est 
fait opérer au titre de L'AME gratuitement 
d'une prothèse de la hanche ; puis elle s'est 
maintenue sous prétexte de soins consécutifs 
et a obtenu la régularisation de ses papiers. 
Elle sera ainsi soignée gratuitement jusqu'à 
ia fin de ses jours alors qu'elle n'a jamais 
séjourné en France et n'a jamais cotisé... 

Personnellement je vois ces cas à lon- 
gueur d'année ; je ne suis pas assise derrière 
un beau bureau, grassement payée, pour 
diffuser des messages humanitaires ! Mais 
je peux vous dire qu'au rythme des entrées 
illégales actuelles, notre système social ne 
survivra pas longtemps ; vous feriez bien d'y 
réfléchir et d'en informer les Français : ça, ce 
serait de l'Information... 

Continuez également, pendant que 
vous y êtes, à jouer les outragés quand on 
renvoie 3 Afghans en situation irrégulîère chez 
eux : croyez-moî, vous allez encore révolter 
beaucoup de téléspectateurs ! 

Sincères salutations 

DL-Assistante sociale 



La République des 
et des coquins... 



La "gestion" de la plus grande région 
de France illustre admirablement le degré 
de corruption financière qui sévit dans nos 
instances "démocratiques". 

Avec ses 6.764.664 électeurs inscrits, 
l'Ile-de-France ne figure certainement pas 
seule au palmarès de la décadence de nos 
institutions. Et, ce qui se pratique là, se pra- 
tique, a des degrés divers, partout ailleurs, 
par ie jeu des complicités bien comprises 
entre UMP, socialistes, écologistes et com- 
munistes ! 

Voici quelques exemples significatifs 
de subventîons/pots-de-vin versées à des 
associations "d'utilité publique "... 

- Banlieue du monde : 128.500 € ; 

- Black-BIanc-Beurs : 80.000 € ; 
-Afrique verte : 66.000 € ; 
-Hanoï comité populaire : 

403.500 €; 

- Loge maçonnique du Grand Orient 
de France : 67.508 € ; 

- SOS Racisme : 82.500 € ; 
-160.000 € pour le quotidien 

"Libération" ; 

-40.000 € pour former dix danseurs 



pédagogiques de hip hop ; 

- "Immigration, développement démo- 
cratie" : 15.000 €; 

- « Forum de la jeunesse aux identités 
multiples» : 17.500 6; 

- « Jupes et talons » (Mouvement 
féministe et lesbien) : 13.500 € ; 

- « L'Algérie à la Goutte d'or » : 
20.000 € ; 

- Financement de sept MJC en 
Mauritanie ; 25.000 €; 

- Formation de cinéastes au Kurdistan 
irakien ; 25.000 € ; 

-Tenue de six concerts de lutherie 
urbaine en Afrique du Sud : 245.000 € ; 

- « Participation citoyenne et démocra- 
tique en Île-de-France » (financement des 
partis de ia majorité) : 500.000 € ; 

- Rallonge de 82500 € en mars, puis 
de 20.000 € en mai pour SOS Racisme (véri- 
table pompe à fric anti-française) dont les 
comptes de l'association venaient de passer 
dans ie rouge ; 

-37.500 € pour un festival luttant 
contre les "discriminations homophobes" ... 

I! serait enfin temps de 
mettre un terme à cette 
corruption généralisée ! 



a politique recèle, trop souvent, 
■ de nombreuses ruses qu'il est dif- 
*—ficîfe de déjouer tant la démaqoqie 
déployée par les leaders de ia quasi-tota- 
lite des partis politiques est poussée à son 
paroxysme. Seules une réflexion approfondie 
et une attention toute particulière aux petites 
phrases peuvent jauger le véritable deqré 
d indépendance de tel ou tel parti politique 
face a telle ou telle puissance d'argent. 

., l f PNR < d °nt rien ne compromet l'in- 
dépendance, est particulièrement à son aise 
pour dénoncer toutes ces compromissions 
Ainsi, le Bioc Identitaire", qui fait acte de 
soumission aux maîtres du monde est-if par- 
culièrement fustigé dans cet article. 

_ Rappelons que d'après la définition 
qui en est faite dans Métapedia, le "Bloc 
Identitaire ' se définît comme un Mouvement 
social européen prônant l'action en réseaux 

S? ïS? 5 eux pour qui ,a Préservation des 
identités historiques et charnelles (local, natio- 
nal, civiiisationnel) est une priorité. Le "Bloc 
Identitaire 'est favorable à l'idée d'une France 
des régions dans une Europe des nations 
Il entend aussi mettre l'accent sur l'action 
sociale avec pour objectif simple d'aider les 
nôtres avant les autres. (Jusqu'ici, il n'y a rien 
a redire, c'est exactement aussi ce que prône 
le PNR - ndir) 

Le Bloc identitaire agit selon quatre 
axes: Développement du travail dans le 
domaine associatif (culturel, social, etc ) • 
combat électoral pour développer un réseau 
de candidats et d'élus identitaires ; fédération 
d un réseau de compétences avec mise en 
place de projets thématiques (Soutien scolai- 
re, Aide à f'emploi ; conseils juridiques, etc ) • 
centrale d'agitation (et boîte à idées) dont 
action se concrétise à travers des actions 
ie lobbying. 

Le Bioc identitaire, qui entend dévelop- 
per une communauté militante capable de 
>eser sur fa vie politique française, estime 
lue le pouvoir ne se prend pas uniquement 
>ar la voie électorale mais également via des 
structures (associations, syndicats, etc ) et 
les supports (réseau Internet, musique, etc ) 
susceptibles de relayer une conception du 
nonde, (Là encore il n'y a pas grand-chose 
i redire - ndlr) 

Son Président est Fabrice Robert. 

.. . L «J 1 maî 2009 ' Ie mouvement régio- 
aliste Alsace d'abord" a décidé d'officialiser 
on rapprochement avec le "Bloc Identitaire" 
n se joignant à celui-ci sous le statut de 
nouvement associé", ■ 

Après avoir participé sous divers noms 
des élections locales, le "Bloc Identitaire" 
est transformé en parti politique lors de 
a Convention identitaire 2009". il a alors 
3cidé d'être présent aux élections régîona- 
s de 2010 en région Midi-Pyrénées avec fa 
;te de la Ligue du Midi, menée par Richard 
oudier, en PACA avec la liste de la Ligue 
i Sud, menée par Jacques Bompard, et en 
saçe avec la liste d'Alsace d'abord menée 
ir Jacques Cordonnier. 

Jusque-là, donc, toujours n'en à redire, 

Bloc Identitaire" devient, ce qui était pré- 

ïible, un parti politique à part entière ! Mais 

ou les choses se gâtent, c'est quand if 

ciare : « Vous ie savez tous, notre mou- 

ment n'est financé que par ses propres 

litants. indépendants de tout organisme 

de tout mécène, il s'agit pour nous d'une 

rantte de notre liberté. Dès lors, votre 

hesion ou don versé au Bloc Identitaire 

'et un caractère particulièrement important 

ace à vous, nous pourrons déveiop- 

>■ de nouvelles initiatives et actions' 



Grâce à vous, nous ferons entendre 
toujours plus fort, la voix de la résistan- 
ce dans ie paysage politique français I 
Depuis sa fondation, le Bloc Identitaire a 
prouvé qu'il n'était pas un mouvement comme 
les autres, démontrant campagne après cam- 
pagne sa capacité à investir de nouvelles 
voies d'action et de propagande ». 

Et d'ajouter : « Quiconque suit régu- 
lièrement nos activités, lit nos textes, sait 
que le Bloc identitaire n'est ni antisémite, ni 
antistoniste et qu'il a relégué au magasin des 
antiquités politiques du XXe siècle ce que 
d'aucuns appellent la « question Juive ». 

Pour une démonstration d'indépendan- 
ce, on pourrait mieux faire I 

Fabrice Robert nous referaît-ii le coup 
de l'ex-formation politique dite d'extrême 
droite «Occident» des Gérard Longuet 
Alain Madelin, Patrick Devedjîan... qui, étant 
financée par la CIA, avait pour mission de 
combattre le communisme et de défendre les 
intérêts israéliens ? 

A cette variante près, qu'au lieu du 
communisme, c'est aujourd'hui l'islamisme 
qu instrumentasse le "Bloc identitaire"! 
Instrumentalisation indispensable à la dissi- 
mulation des véritables raisons d'une immi- 
gration galopante et envahissante qui relève 
de la pure stratégie sioniste. Faut-il redire que 
par définition, les Juifs sionistes sont anti-iden- 
titaires ailleurs qu'en Israël I On voit mal, dès 
lors, comment on peut à la fois retrouver ses 
racines européennes pour les faire perdurer 
et se prétendre neutre vis-à-vis du puissant et 
néfaste lobby immigratîonniste juif. 

Pourquoi, alors, prétendre reléguer la 
« question juive » au magasin des antiquités 
politiques du XXe siècle ? 

En lavant ainsi les Juifs sionistes de tou- 
tes leurs responsabilités, le "Bloc Identitaire" 
ne fait rien moins que de se vendre à nos 
maîtres. 



d'utopistes. Nous les avons tous attelés 
a la besogne : chacun sape de son côté 
et s efforce de renverser tout ce qui tient 
encore debout...], (Protocole des sages de 
Sion 3-06) 




Flash info du samedi 3 avril 2010," 

Objet : Benoît XVI - 
Mgr Williamson ; 

L'énorme pression mise sur le Pape 
depuis quelques semaines ne vise qu'une 
chose ; qu'il désavoue formellement les 
PJ?P? S de M 9r Williamson exprimés dans la 
■ célèbre interview à une chaîne suédoise 
(et diffusée en Allemagne) il y a quelques I 
mois ; le parquet allemand a décidé de 
poursuivre l'évêque pour avoir contrevenu 
au fameux paragraphe 130 ; Mgr Williamson 
aurait donné son accord pour venir à son 
procès prévu en Allemagne prochainement 
et il semble bien qu'il ait l'intention d'être là 
celui qui « persiste et signe ». La panique 
qui saisit les organisations khazares à ce 
sujet pourrait se calmer si Benoît XVI ou 

Ibien désavouait publiquement les propos de 
son evêque, ou bien « persuadait » celui-ci 
de se rétracter publiquement. Le pape 
Benoit XVI saura-t-il, pourra-t-il, voudra-t-il 
tenir le choc ? 

Le PNR les encourage dans la voie 
de la fermeté et de la non-capitulation face 
aux forces judéo-maçonniques " 



Plus fort encore. Fabrice Robert ajoute ; 
«Nous ne sommes pas nationalistes, le natio- 
nalisme a été un drame pour l'Europe Nous 
sommes populistes. » 

Comment, à propos du nationalisme 
affirmer une telle stupidité historique ? S'il y 
a bien eu un drame pour l'Europe - pourquoi 
d ailleurs ne pas dire des drames pour l'Eu- 
rope ? - la cause est à rechercher ailleurs 
que dans le nationalisme véritable qui place 
les nations, constituées en Etats souverains 
entièrement indépendants, au premier ranq 
des valeurs politiques et sociales. 

Fabrice Robert voudrait ainsi réussir 
fe tour de force de nous faire gober qu'on 
pourrait être favorable à l'idée d'une France 
des régions dans une Europe des nations tout 
en étant contre le nationalisme... Comprenne 
qui pourra ! 

Quant au populisme, le terme, en soi, 

peut-il tenir lieu de programme ? Le populisme 
ne s'incamant ni dans un type défini de régime 
politique ni dans des contenus idéologiques 
ne peut, de toute évidence, constituer un 
projet politique. 

L'exercice d'auto-motivation de Fabrice 
Robert relève donc de la véritable contorsion 
mentale i Et si ce revirement n'est pas un 
reniement et une allégeance aux maîtres du 
monde, on aimerait qu'on nous explique ce 
que c'est alors ! 

[Nous avons parmi nos agents — 
conscients et inconscients — des hom- 
mes de toutes opinions : restaurateurs 
de monarchies, démagogues, socialistes, 
anarchstes. cnmmunicfex? &* ' 



COMMUNIQUE DU FORUM ÉTUDIAn7 

ÉLECTIONS DU CROUS : 

L'UNIVERSITÉ FRANÇAISE AU 

NIVEAU DES RÉPUBLIQUES 



Le Forum Etudiant constate que les 
élections du CROUS ont - une nouvelle 
fois - synthétisé l'essentiel des dysfonc- 
lonnements de l'université française et de 
fa France dans son ensemble: campagne 
de diabolisation hors de toute rationalité 
climat de violence physique à l'égard des 
sympathisants avoués ou supposés du F E 
diffamations, vols de bulletins sur les tables 
de vote avec ia complicité manifeste de 
certains préposés qui ne cherchaient pas 
à masquer leur proximité avec différents 
syndicats extrémistes et gauchistes.. 

Le Forum Étudiant étudie la possibilité 
d un recours auprès ou tribunal adminis- 
tratif, tant if est évident que la sincérité du 
scrutin a été altérée. 

_ Le Forum Étudiant remercie néan- 
moins la centaine d'électeurs qui ont su 
braver les interdits de la pensée unique en 
Xni n , t I p0Ur une ,iste P a Wote à l'élection du 
CROUS de Bordeaux; ils ont contribué à 
poser la première pierre de la reconstruction 
d une force nationale dans les universités 
françaises qui en ont grand besoin. 

_ Après ce premier test de représenta- 
tivité, le Forum Etudiant entend désormais 
être présent à l'avenir pour défendre au 
quotidien une université française et enraci- 
née; que cela plaise ou non, nous sommes 
de retour! 

Le bureau du Forum Étudiant; 
Contact : forum.etudiant@hotmail.fr 
Pour plus d'informations, consultez le 
blog : http://febordeaux.canalblog.com 



° <x><>0o< * x><x ^^ 




ernièrement, dans les 
(questions au gouverne- 
ment, Hervé de Charette, 
ncien ministre des Affaires étrange» 
es du gouvernement Juppé pose une 
gestion embarrassante à Mr Bernard 
[ouchner, ministre (socialiste du gou- 
ernement Fillon/Sarkozy de "droite") 
es Affaires étrangères et européen- 
es sur la situation à Jérusalem-Est, 
a question, énoncée sous la forme 
'un véritable réquisitoire, a tout de 
expression antisionïste, ce dont se 
Ijouit le Parti National Radical I 



STION D'HËRVË DE 
CHARETTE 

« Monsieur le Ministre, dites-nous jus- 
■j'à quand l'Europe et avec elle la France 
mt supporter sans réagir la politique réac- 
ynnalre du gouvernement israélien à l'égard 
j peuple palestinien. 

Le gouvernement israélien décide de 
instruire 1600 nouveaux logements dans la 
urtie arabe de Jérusalem qu'Israël occupe 
?puis 40 ans sans aucun droit. Que fait 
zurope ? Rien ! 

La malheureuse population de Gaza 
rf enfermée dans une vaste prison à ciel 
ivert où des milliers de familles sont livrées 
la misère au milieu des ruines laissées par 
guerre déclenchée par l'armée israélienne, 
ue fait l'Europe ? Rien ! 

La colonisation se poursuit inlassa- 
ement en Cisjordanie. Que dit l'Europe ? 
en! 

Des milliers de Palestiniens sont déte- 
is dans les prisons et les camps israéliens 
>ns jugement et sans droit. Que dit l'Eu- 
pe ? Rien, et toujours rien ! 

Monsieur le Ministre, les provocations 
centes du Premier ministre israélien sont 
itention délibérée de rendre impossible 
telque négociation que ce soit avec les 
igeants palestiniens et ont atteint un niveau 
''on n'avait sans doute jamais connu dans 
passé. Tous, dans cette assemblée, nous 



CONSULTEZ L 
PROGRAMME DU « 



SUR SON SITE 



Pour connaître le point de vente 

du « National Radical » le plus 

près de chez vous taper : 

WWW.TROUVERLAPRESSE.COM 




souhaitons pour Israël un avenir de paix, de 
sécurité et de prospérité (sourire ironique de 
Bernard Kouchner atterré), mais nous som- 
mes nombreux à refuser de sacrifier le peuple 
palestinien à l'intolérance et à l'aveuglement 
du gouvernement israélien d'aujourd'hui. 

Je m'adresse à vous, Monsieur le 
Ministre, parce que vous êtes le ministre qui 
au nom du French-doctor s'est toujours inté- 
ressé aux droits de l'homme dans le monde. 

Je vous en supplie, entendez l'appel 
de la Palestine qui, depuis des années, subit 
l'injustice de l'histoire.» 



LA RÉPONSE DE 



« Monsieur Hervé de Charette, j'ai bien 
entendu votre éloquent constat. Permettez- 
moi de vous dire que si nous sommes d'ac- 
cord, hélas, sur toutes les parties que vous 
avez citées aussi bien la poursuite des colo- 
nisations, dans la situation à Gaza insuppor- 
table, mais en réalité vous ne pouvez pas dire 
que l'Europe ne fait rien. Qu'est-ce qu'on peut 
faire alors que tout le temps, tous les jours, 
toutes les semaines, dans toutes les réunions 
nous sommes' en train non seulement de 
dénoncer, mais de proposer à partir de la 
Conférence de Paris, avec le Premier ministre 
palestinien, des projets qui se poursuivent jour 
après jour, que la situation a changé même 
si elle est encore extrêmement difficile en 
Cisjordanie, que la situation ne change pas 
à Gaza et que nous avons dénoncé tout cela. 
Que le Président de la République a prononcé 
les mêmes mots à la Knesset et à Ramallah 
dénonçant que nous n'avons jamais accepté 
l'annexion de Jérusalem-Est. Nous n'avons 
jamais accepté la poursuite de la colonisa- 
tion. Nous avons fortement dénoncé les 1200 
appartements proposés, et peut-être mis en 
oeuvre déjà. Nous poursuivons, non seule- 
ment nous poursuivons, mais nous essayons 
d'être présents sur place. 

Qu'est-ce qu'on peut faire d'autre, dites 
le moi ? Est-ce que vous avez une idée sur ce 
qu'on pourrait opposer pour être efficace ? » 

LA SUGGESTION 



Oui, Monsieur Kouchner, nous avons, 
au Parti National Radical, non pas une, mais 
au moins deux idées à opposer à Israël pour 
la solution du conflit israélo-palestinien I 

1) Vous pourriez, par exemple, Monsieur 
Kouchner, recourir à l'emploi des forces huma- 
nitaires internationales des casques bleus 
comme cela s'est fait à maintes reprises pour 
ies interventions de "Désert Storm" en Irak, de 
"Provide Comfort" au Kurdistan, de "Restore 
Hope" en Somalie ou en Bosnie-Herzégovine 
où des soldats français de la force d'interposi- 
tion ont surveillé le retrait des forces serbes 
hors de Sarajevo ! 

Faut-il vous rappeler, Monsieur 
Kouchner, que l'ONU a pour responsabilité 
principale le maintien de la paix et de la sécu- 
rité internationale en favorisant les règlements 
pacifiques, tout en n'excluant pas là possibilité 
du recours aux embargos, aux sanctions, ou 
à la force. 

N'est-îl pas clairement énoncé dans la 
charte de l'Organisation des Nations Unies 
(ONU) que son Conseil de sécurité peut pren- 
dre des mesures coercitives pour maintenir 
ou rétablir la paix et la sécurité internationale. 
Ces mesures peuvent aller des sanctions 
économiques et autres sanctions jusqu'à l'in- 
tervention militaire internationale ? 



2) Vous pourriez, autre suggestion, pro- 
poser le boycott des produits israéliens comme 
cela a été fait par Sakina Arnaud, membre de 
la Ligue des droits de l'homme dans la cam- 
pagne Boycott-Désinvestissement-Sanction 
(BDS). Mesure paraissant particulièrement 
efficace si on en juge par la contre-offensive 
d'Israël et de ses amis. 

Aussi, Madame Michèle Alliot-Marie, 
ministre d'Etat, ministre de la Justice et garde 
des Sceaux, s'est-elle exprimée de manière 
on ne peut plus claire sur cette question le 
18 février, dans son discours au dîner de 
l'antenne bordelaise du Conseil représentatif 
des institutions juives de France (CRIF) : 
« Je n'accepte pas que des personnes, res- 
ponsables associatifs, politiques ou simples 
citoyens, appellent au boycott de produits au 
motif qu'ils sont kasher ou qu'ils proviennent 
d'Israël. Je souhaite que le parquet fasse 
preuve de davantage de sévérité à ce sujet. 
J'ai donc adressé une circulaire aux parquets 
généraux, leur demandant d'Identifier et de 
signaler tous les actes de provocation à la 
discrimination. J'entends que tous les auteurs 
d'actes soient poursuivis dès qu'ils auront 
été identifiés et notamment quand les appels 
auront été faits sur Internet. A cet égard, je 
salue la détermination du parquet dans l'af- 
faire de l'individu qui avait appelé au boycott 
de produits israéliens par voie d'affichettes 
dans un centre commercial de Mêrignac.» 

L'« individu » en question n'était autre 
que Sakina Arnaud à qui il était reproché 
d'avoir apposé des autocollants sur des pro- 
duits provenant de colonies israéliennes de 
Cisjordanie. Le grand magasin Carrefour de 
Mêrignac avait porté plainte contre elle pour 
« dégradation légère », Le parquet avait tou- 
tefois requalifïé la plainte en « incitation à la 
discrimination raciale, nationale et religieuse » 
(comme quoi on ne badine pas avec cette 
question là). Sur cette nouvelle base, le tribu- 
nal de Bordeaux l'a condamnée, le 13 février, 
à une amende pénale de 1 000 euros, plus 1 
euro de dommages et intérêts pour les parties 
civiles (l'association Avocats sans frontières 
de Gilles-Wiliam Goldnadel, qui vient d'être 
élu à la direction du Conseil représentatif des 
institutions juives de France, et la Chambre 
decommerce France-Israël) et 500 euros de 
frais de justice. Carrefour, en revanche, a été 
débouté I 

Et que penser de l'aveu significatif 

récent de Daniel Shek, ambassadeur d'Is- 
raël en France : « Nous encourageons des 
organisations à porter plainte contre les orga- 
nisateurs du boycott Nous conduisons des 
activités politiques à l'ambassade en liaison 
directe avec des ministres, des organisations, 
des étudiants et des consommateurs, qui se 
réveillent ». 

Cet aveu, Monsieur Kouchner, ainsi que 
les menaces proférées par Mme Alliot-Marie 
trahissent indéniablement l'affolement des diri- 
geants de l'Etat hébreu face à la menace d'un 
boycott des produits israéliens, et apportent 
la preuve de l'efficacité qu'une telle mesure 
aurait sur la solution de ce conflit. 

Voici, Monsieur Kouchner, ce qu'il est 

possible et souhaitable de faire pour stopper 
la colonisation que poursuivent scandaleuse- 
ment vos amis israéliens et pour exiger que 
les terres volées aux Palestiniens leur soient 
enfin restituées. 

C'est alors à ce prix, et à ce seul prix, 
Monsieur Kouchner, que nous jugerons de la 
réelle sincérité de vos déclarations... 



— SUR LA FRANC-MAÇONNERIE 

^ « Nous allons lâcher les nihilistes ef 
les athées et provoquer un formidable cata- 
clysme social qui, dans toute son horreur, 
montrera clairement aux Nations les effets 
d'un athéisme absolu, origine de la sauvagerie 
et du sanglant chambardement. Alors, tous 
les citoyens obligés de se défendre contre la 
minorité révolutionnaire mondiale, extermine- 
ront les démolisseurs de la civilisation, et les 
masses déçues, dont l'esprit déiste laissé à 
partir de ce moment sans boussole, sera à 
la recherche d'une idéologie, recevra la vraie 
lumière grâce à la manifestation de la pure 
doctrine de Lucifer, enfin révélée aux yeux de 
tous. Manifestation qui suivra la destruction du 
Christianisme et de l'athéisme, simultanément 
soumis et détruits...». (Albert Pike, 15 août 
1871 -Maçon du 33 è degré) 

► En 1928 la Franc-Maçonnerie a 
adressé aux Loges du monde entier le mes- 
sage suivant : « La religion ne craint pas la 
pointe du poignard ; mais elle peut s'écrou- 
ler sous le poids de la corruption. Ne nous 
lassons jamais de corrompre, servons-nous, 
comme prétexte, du sport, de l'hygiène, de la 
cure climatique. H faut, pour corrompre, que 
nos garçons et nos filles pratiquent le nudisme 
dans le vêtement Pour éviter la réaction, il 
faudra progresser méthodiquement. D'abord 
jusqu'au milieu du bras. Ensuite jusqu'au 
genou. Puis bras et jambes complètement 
découverts. Plus tard la partie supérieure de 
la poitrine, des épaules, etc, etc.». 

> La revue américaine «The French 
woman » publiait : « Nos enfants doivent 
réaliser l'idéal de la nudité. De cette façon la 
mentalité de l'enfant sera rapidement transfor- 



mée. Afin d'éviter l'opposition, le progrès doit 
être méthodiquement gradué : premièrement, 
la nudité des pieds et des jambes, ensuite la 
manche retournée ; plus tard, la partie supé- 
rieure de la poitrine, puis le dos. En été, ils 
se promèneront presque nus ». 

& Un manuel communiste, donnant les 
règles de la révolution mondiale écrivait : 
« Corrompez la jeunesse, intéressez-la au 
sexe ». 

Et dire qu'il en est encore qui affir- 
ment que la théorie du complot n'est que 
le fruit d'une imagination délirante I 

— SUR L'IMMIGRATION 

> Le Premier ministre de l'Australie, 

John Howard a annoncé que les musulmans 
qui veulent vivre selon la foi de la Sharia sont 
priés de quitter l'Australie : 

« Les Immigrants, non australiens, doi- 
vent s'adapter. A prendre ou à laisser. Je suis 
fatigué que cette nation s'inquiète à savoir 
si nous offensons certains individus ou leur 
culture. Depuis les attaques terroristes à 
Bali, nous assistons à une montée de patrio- 
tisme chez la majorité des Australiens. Notre 
culture s'est développée depuis plus de deux 
siècles de luttes, d'habilité et de victoires par 
des millions d'hommes et de femmes qui ont ! 
recherché la liberté. 

Notre langue officielle est i'anglais, pas 
l'espagnol, le libanais, l'arabe, le chinois, le 
japonais, ou n'importe quelle autre langue. 
Par conséquent, si vous désirez faire partie 
de notre société, apprenez-en la langue I La 
plupart des Australiens croient en Dieu. Il ne 
s'agit pas d'obligation chrétienne, d'influence 
de la droite ou de pression politique mais c'est 
un fait, parce que des hommes et des fem- 
mes ont fondé cette nation sur des principes 
chrétiens et cela est officiellement enseigné. Il 
est parfaitement approprié de les afficher sur 
les murs de nos écoles. Si Dieu vous offense, 



je vous suggère alors d'envisager une autre 
partie du monde comme votre pays d'accueil, 
car Dieu fait partie de notre culture. 

Nous accepterons vos croyances sans 
poser de question. Tout ce que nous vous 
demandons c'est d'accepter les nôtres et de 
vivre en harmonie pacifiquement avec nous. 
Ici, c'est notre pays, notre terre et notre style 
de vie et nous vous offrons l'opportunité de 
profiter de tout cela. Mais si vous en avez 
assez de vous plaindre, de vous en prendre 
à notre drapeau, notre engagement, nos 
croyances chrétiennes ou de notre style de 
vie, je vous encourage fortement à profiter 
d'une autre grande liberté australienne : le 
droit de partir. 

Si vous n'êtes pas heureux ici, alors 
partez. Nous ne vous avons pas forcés à 
venir ici. Vous avez demandé à être ici. Alors, 
acceptez le pays qui vous a acceptés. 

Peut-on espérer qu'un François Fillon 
puisse un jour tenir pareils propos ? 



Le Parti National Radical 

offre gracieusement, dans sa 

propriété située dans le Cher, 

en échange d'une collaboration 

étroite, la location d'un petit 

appartement. Cette offre 

conviendrait parfaitement 

à un retraité (ou toute autre 

personne disponible) qui 

aurait quelques dispositions 

journalistiques et quelques 

aptitudes pour le secrétariat et 

qui voudrait, en conciliant l'utile 

à l'agréable, séjourner à son 
gré dans ce lieu de villégiature. 



_^^_ 











massa 



UN LIVRE VIEUX DE PLUS D'UN SIÈCLE QUI CONSERVE TOUTE SA JEUNESSE 
TANT IL EST D'ACTUALITÉ... 

Les « Protocoles des Sages de Sion », dont certains extraits ont déjà été reproduits dans 
le "National Radical", sont la consignation écrite de vingt-quatre parties consacrées au pro- 
gramme politique, économique et financier de domination du monde par les Sionistes. Il faut, 
toutefois, reconnaître que de très nombreuses voix se sont élevées contre ce document. La 
communauté israélite suisse, aux fins de faire interdire la diffusion de ces Protocoles, avait 
engagé un procès pour « impression et diffusion d'écrits subversifs » contre cinq Suisses au 
rang desquels se trouvaient le musicien Silvio Schnell et l'architecte Théodor Fischer. A la 
première audience du procès, qui eut lieu le 16 novembre 1933 les plaignants juifs exigèrent 
une expertise sur l'authenticité des Protocoles. Le 15 janvier 1935, l'expert Fleischauer pré- 
sentait son rapport d'expertise qui concluait que les plaignants et leurs témoins n'avaient pas 
une seule preuve valable de la falsification des Protocoles, et que toutes les circonstances 
plaidaient en faveur de l'authenticité de ce document, d'une façon tellement probante que le 
juge, sous l'influence manifeste de la communauté israélite, fut forcé de retirer à la défense 
la possibilité d'une argumentation plus détaillée. Toutefois, les accusés furent condamnés à 
une amende de 20 et 50 francs , Ils firent appel ; l'affaire vint le 27 octobre 1937 devant la 
Chambre Correctionnelle de la Cour d'Appel de Berne. Le jugement fut rendu le 1er novem- 
bre 1937. Les deux accusés furent acquittés. 
A lire absolument ! 

Prix de vente : 14 euros franco de port - A commander à : PNR - BP 11 - 03360 Ainay-îe- 
Château, 



ABQNNEZ-VQUS iay "NATIONAL RADICAL" (Publication trimestrielle) 

Nom: __„..____ ;i 

Prénom* ___...,_ 

Adresse : _"_'_ l'"_ 1,'L '.. L 1 _ i_ 1 « i 1 _" _U"-."L 1'» L "■" "^ ■•■" ■ ■ "■ -^' ; -* = 

Vilie - ___^_,....__^_......^__,.__ Code postal: _______„..„. 

Abonnement : 4 N« 1 € ^ N° de déport ( ) Tel : ._. 

:" Chèque à l'ordre de : «National Radical» - Service abonnement 



BP r|1j-p336fj AINAY-LE-CHATEAU - Tel, 02 48 60 63 02 



Pour l'indépendance nationale ol le redressement do la France rejoignez le : 
PARTI NATIONAL RADICAL 
Nom: «s 



Prénom : 
Adresse : 



Ville: Codepostal: 

Adhésion simple : 30 C. Chômeurs et personnes fragilisées : 10 6. 
Adhésion de soutien 1 00 î et p!us. Chèque à l'ordre do «Parti National Radical» 
Service adhésion BP 11 - 03360 AINAY-LE-CHATEAU - Tél. 02 48 60 63 02 



O-C-OOCxXK'O-M 



Au nom de la lutte contre le crime 
informatique, la France, après avoir 
ratifié la Convention sur la cybercri- 
minalité adoptée par le Comité des 
Ministres du Conseil de l'Europe le 
8 novembre 2001 vient de signer le 
protocole additionnel relatif à l'incri- 
mination des actes de nature raciste 
et xénophobe commis par le biais de 
systèmes informatiques. 



insi, la boucle est bouclée. 

Prétextant lutter contre certaines 
kformes de criminalité utilisant l'or- 
dinateur, tous les supports de nos libertés 
d'expression sont maintenant placés sous 
la haute surveillance de la police de la pen- 
sée ! 

Nous reproduisons, ci-dessous, les 
questions abordées dans la Convention ini- 
tiale signée en 2001, dont le contenu n'est 
soumis à aucune critique, puis, en deuxième 
partie, de larges extraits du protocole addi- 
tionnel qui interdit toutes opinions critiques 
vis-à-vis des tabous officiels. 




1ère PARTI I 



sur la cybercriminalîté) 

Les nouvelles technologies bousculent 
les principes juridiques existants. L'information 
et la communication circulent plus facilement 
que jamais à travers le monde. Les frontières 
ne peuvent plus s'y opposer. De plus en plus 
souvent les délinquants se trouvent dans 
des lieux fort éloignés de ceux où leurs actes 
produisent leurs effets. Or, les lois internes ne 
sont généralement applicables qu'à un terri- 
toire donné. Aussi les solutions aux problèmes 
posés relèvent-elles du droit international, ce 
qui nécessite l'adoption d'instruments juridi- 
ques internationaux adéquats. La présente 
Convention se propose de relever le défi ainsi 
posé, en tenant dûment compte de la néces- 
sité de respecter les droits de l'homme dans 
fa nouvelle société de l'information. 

Le mandat spécifique du nouveau comi- 
té était le suivant : 

Titre 1 - Infractions contre la confi- 
dentialité, l'intégrité et la disponibilité des 
données et systèmes Informatiques : 

- Article 2 - Accès illégal. 
-Article 3 - Interception illégale. 
-Article 4 - Atteinte à l'intégrité des 

données. 

-Article 5 -Atteinte à l'intégrité du sys- 
tème. 

-Article 6 -Abus de dispositifs. 

Titre 2 - Infractions informatiques. 

-Article 7 - Falsification informatique. 

- Article 8 - Fraude informatique. 

Titre 3 - Infractions se rapportant au 
contenu. 

- Article 9 ~ Infractions se rapportant à 
la pornographie enfantine : 

1 — Chaque Partie adopte les mesures 
législatives et autres qui se révèlent nécessai- 
res pour ériger en infraction pénale, conformé- 
ment à son droit interne, les comportements 
suivants lorsqu'ils sont commis intentionnel- 
lement et sans droit : 

a) la production de pornographie enfan- 
tine en vue de sa diffusion par le biais d'un 



système informatique ; 

b) l'offre ou la mise à disposition de por- 
nographie enfantine par le biais d'un système 
informatique ; 

c) la diffusion ou la transmission de por- 
nographie enfantine par le biais d'un système 
informatique ; 

d) le fait de se procurer ou de procurer 
à autrui de la pornographie enfantine par le 
biais d'un système informatique ; 

e) la possession de pornographie enfan- 
tine dans un système informatique ou un 
moyen de stockage de données informati- 
ques. 

2 — Aux fins du paragraphe 1 cî-dessus, 
le terme « pornographie enfantine » comprend 
toute matière pornographique représentant de 
manière visuelle : 

a) un mineur se livrant à un comporte- 
ment sexuellement explicite ; 

b) une personne qui apparaît comme un 
mineur se livrant à un comportement sexuel- 
lement explicite ; 

c) des (mages réalistes représentant un 
mineur se livrant à un comportement sexuel- 
lement explicite. 

3 — Aux fins du paragraphe 2 ci-des- 
sus, le terme « mineur » désigne toute per- 
sonne âgée de moins de 18 ans. Une Partie 
peut toutefois exiger une limite d'âge infé- 
rieure, qui doit être au minimum de 16 ans. 

4 — Une Partie peut se réserver le droit 
de ne pas appliquer, en tout ou en partie, les 
paragraphes 1, alinéas d. et e, et 2, alinéas 
b. et c. 

Titre 4 - Infractions liées aux attein- 
tes à la propriété intellectuelle et aux droits 
connexes. 

-Article 10 - Infractions liées aux attein- 
tes à ia propriété intellectuelle et aux droits 
connexes 

Titre 5 -Autres formes de responsa- 
bilité et de sanctions. 

-Article 11 ^Tentative et complicité. 

-Article 12 - Responsabilité des per- 
sonnes morales. 

-Article 13 - Sanctions et mesures. 

2ème PARTIE 

Protocole additionnel à la 
Convention sur la cybercrimi- 
nalîté, relatif à l'incrimination 
d'actes de nature raciste et 
xénophobe commis par ïe biais 
de systèmes informatiques 



Depuis l'adoption de la Déclaration 
universelle des droits de l'homme en 1948 
la communauté internationale a réalisé des 
progrès importants dans la lutte contre le 
racisme, la discrimination raciale, la xéno- 
phobie et l'intolérance qui y est associée. 
Des règles ont été adoptées aux niveaux 
national et international et un certain nombre 
d'instruments internationaux de protection 
des droits de l'homme a été mis en place, 
notamment la Convention internationale de 
New York de 1965 sur l'élimination de toute 
forme de discrimination raciale (CERD) qui a 
été élaborée dans le cadre des Nations Unies. 
En dépit de ces progrès, le rêve d'un monde 
sans haine ni discrimination raciale ne s'est 

nilP. nartifillp.mp.nî r_nnr>r£Hc£ 



Le Comité des Ministres a donc confié 
au Comité européen pour les problèmes cri- 
minels (CDPC), et notamment à son Comité 
d'experts sur l'incrimination des actes de 
nature raciste et xénophobe par le biais de 
systèmes informatiques (PC-RX), le soin 
de rédiger un projet de protocole addition- 
nel, instrument juridique obligatoire ouvert 
à la signature et à ia ratification des Parties 
contractantes à la Convention, pour traiter en 
particulier des questions suivantes : 

i. la définition et l'étendue d'éléments 
en vue de l'incrimination des actes de nature 
raciste et xénophobe commis à travers les 
réseaux informatiques, y compris ia produc- 
tion, l'offre, la diffusion ou d'autres formes de 
dissémination de matériels ou de messages 
avec un tel contenu, à travers les réseaux 
informatiques ; 

ii. la mesure dans laquelle les dispo- 
sitions de droit matériel, procédural et de 
coopération internationale contenues dans 
la Convention sur la cybercriminalîté s'appli- 
quent aux enquêtes et aux poursuites relati- 
ves aux infractions à établir dans le Protocole 
additionnel. 

Ce protocole comporte un élargisse- 
ment de la portée de la Convention, y compris 
de ses dispositions sur le fond, la procédure 
et la coopération internationale, de manière à 
couvrir également les infractions concernant 
la propagande raciste et xénophobe. Ainsi, 
outre l'harmonisation des éléments de droit 
matériel concernant ces comportements, le 
Protocole vise à améliorer la possibilité qu'ont 
les Parties d'utiliser dans ce domaine les 
moyens de coopération internationale prévus 
par la Convention. 



nés 



Chapitre I ~ Dispositions cotnmu- 



Article 1 - Objet 

8. Le but du présent Protocole est de 
compléter, pour les Parties au Protocole les 
dispositions de la Convention par l'incrimina- 
tion des actes de nature raciste et xénophobe 
commis par le biais des systèmes informati- 
ques. Les dispositions du Protocole ont 
un caractère obligatoire. Pour satisfaire 
à ces obligations, les Etats parties doivent 
non seulement promulguer une législation 
appropriée, mais aussi veiller à ce qu'elle soit 
correctement mise en œuvre. 



Article 2 - Définition 



« Matériel raciste et 



Paragraphe 1 
xénophobe » 

11. L'article 10 de la CED H reconnaît 
le droit à ia liberté d'expression, qui inclut 
la liberté d'avoir une opinion et de recevoir 
et de transmettre des informations et des 
idées. Comme l'a précisé la Cour dans sa 
jurisprudence « l'article 10 de la CEDH vaut 
npn seulement pour les « informations » ou 
«idées» accueillies avec faveur ou considé- 
rées comme inoffensives ou indifférentes, 
mais aussi pour celles qui heurtent, choquent 
ou inquiètent l'Etat ou une fraction quelcon- 
que de la population ». Toutefois, la Cour 
a établi que les actions des Etats visant à 
restreindre le droit à la liberté d'expression 
étaient justifiées au regard du paragraphe 2 
de l'article 10 de la CEDH, notamment lorsque 



(Suite de la page 15) 



ces idées et ces expressions portent atteinte 
aux droits des tiers. Ce Protocole, sur la base 
des instruments nationaux et internationaux, 
établit dans quelle mesure la diffusion d'ex- 
pressions et d'idées racistes et xénophobes 
porte atteinte aux droits des individus. 

12. La définition contenue à l'article 2 
fait référence au matériel écrit (par exemple, 
textes, livres, magazines, déclarations, mes- 
sages, etc.), aux images (par exemple, illus- 
trations, photos, dessins, etc.) ou à toute autre 
représentation d'idées ou de théories, de 
nature raciste et xénophobe, dans un format 
tel qu'il puisse être conservé, traité et transmis 
par le biais d'un système informatique. 



13. La définition contenue à l'article 2 de 
ce Protocole se réfère à un comportement 
auquel le contenu du matériel peut mener, 
plutôt qu'à l'expression de sentiments/de 
convictions/d'aversions contenue dans 
le matériel en question. La définition est 
fondée, dans la mesure du possible, sur les 
définitions et les documents nationaux et 
internationaux existants (NU, UE), 

Article 6 - Négation, minî- 
misation grossière, approbation 
ou justification du génocide ou 
des crimes contre l'humanité. 

39. Ces dernières années, diverses 
affaires ont été traitées par des tribunaux 
nationaux où des personnes (dans le public, 
dans les médias, etc.) ont élaboré des idées 
ou des théories visant à minimiser, nier ou 
justifier les crimes graves commis au cours 
de la Seconde Guerre mondiale (en parti- 
culier l'Holocauste). La motivation de tels 
comportements est souvent présentée sous 
le prétexte de la recherche scientifique, alors 
qu'en réalité, le but exact est de soutenir et 
d'encourager la motivation politique qui avait 
donné lieu à l'Holocauste. 

De plus, ces comportements ont aussi 
inspiré ou même stimulé et développé les 
activités illégaies de groupes racistes et xéno- 
phobes, y compris par le biais de systèmes 
nformatîques. L'expression de ces idées 
nsuite (la mémoire de) toute personne qui 
a été victime de l'Holocauste, ainsi que leur 
: amiile. Elle porte en outre atteinte à la dignité 
Je fa communauté humaine. 

40. L'article 6 du Protocole, qui a une 
structure similaire à celte de l'article 3, traite 
:e problème. Les rédacteurs s'entendent qu'il 
3st important d'incriminer toute expression qui 



nie, minimise de manière grossière, approuve 
ou justifie des actes constitutifs de génocide 
ou de crimes contre l'humanité, tels que 
définis par le droit international et reconnus 
comme tels par une décision finale et défini- 
tive du Tribunal militaire international établi par 
l'accord de Londres du 8 avril 1945. 

Ceci à cause du fait que les actes qui 
ont donné lieu à des génocides et à des 
crimes contre l'humanité, se sont déroulés 
entre 1940 et 1945. Toutefois, les rédacteurs 
ont relevé que, depuis lors, d'autres cas de 
génocide et de crimes contre l'humanité, qui 
étaient motivés par des idées et des théo- 
ries de nature raciste et xénophobe, ont été 
perpétrés. 

Les rédacteurs ont dès lors considéré 
qu'il était nécessaire de ne pas limiter le 
champ d'application de cette disposition aux 
seuls crimes commis par le régime nazi pen- 
dant la Seconde Guerre mondiale, et établis 
comme tels par le Tribunal de Nuremberg, 
mais de l'étendre aussi aux génocides et cri- 
mes contre l'humanité constatés par d'autres 
tribunaux internationaux établis après 1945 
par des instruments internationaux pertinents 
(par exemple, des Résolutions du Conseil 
de Sécurité des Nations Unies, des traités 
multilatéraux, etc.). 

De tels tribunaux pourraient être, par 
exemple, les Tribunaux pénaux pour l'ex- 

Yougosiavie, pour le Rwanda, la Cour Pénale 
Internationale. Cet article permet de se référer 
à des décisions finales et obligatoires de tri- 
bunaux internationaux futurs, dans la mesure 
où la juridiction de tels tribunaux est reconnue 
par la Partie à ce Protocole. 

41. Cette disposition vise à poser clai- 
rement le principe que des faits, dont la vérité 
historique a été judiciairement établie, ne 
puissent pas être niés, minimisés de manière 
grossière, approuvés ou justifiés pour soutenir 
ces théories et ces idées détestables. 



A L'UN 



JUSTIFIE L'ATTEINT! 
DES DROITS LES 
SACRES 

42. La Cour européenne des Droits de 
l'Homme a d'ailleurs indiqué clairement que 
la négation ou la révision de « faits histori- 
ques clairement établis - te! que l'Holocauste 
-[...] se verrait soustraite par l'article 17 à 
la protection de l'article 10 » de la CEDH 
— Rappelons que l'article 10 de la CEDH 
reconnaît le droit à la liberté d'expression, 
qui inclut la liberté d'avoir une opinion et 



de recevoir et de transmettre des informa- 
fions et des idées. Comme l'a précisé la 
Cour dans sa jurisprudence « l'article 10 
de la CEDH vaut non seulement pour les 
«informations» ou «idées» accueillies 
avec faveur ou considérées comme inof- 
fensives ou indifférentes, mais aussi pour 
celles qui heurtent, choquent ou inquiètent 
l'Etat ou une fraction quelconque de la 
population » — . 

43. Le paragraphe 2 de l'article 6 donne 
la faculté aux Parties (i) soit d'exiger, à travers 
une déclaration, que la négation ou la mînlmi- 
sation grossière mentionnée au paragraphe 1 ' 
de l'article 6, soient commises avec l'intention 
d'inciter à la haine, à la discrimination ou à la 
violence contre une personne ou un groupe 
de personnes, en raison de la race, la couleur, 
l'ascendance ou l'origine nationale ou ethni- 
que, ou la religion dans la mesure où cette 
dernière sert de prétexte à l'un ou l'autre de 
ces éléments, (ii) soit de formuler une réserve, 
qui leur permettrait de ne pas appliquer, en 
tout ou en partie, cette disposition. 
****** 

Ainsi, au nom de la mythique lutte contre 
le racisme et la xénophobie, des minorités 
invisibles imposent leur despotisme en res- 
treignant encore davantage la liberté d'ex- 
pression. • 

On se croirait projeté au 17è siècle 
quand Richelieu, par une ordonnance de 
1629, chargea le chancelier et le garde des 
Sceaux de faire examiner tous les ouvrages 
destinés à l'impression avant de leur accor- 
der le « Privilège du roi », c'est-à-dire d'ac- 
corder l'autorisation de paraître. La pensée, 
la critique, le commentaire étaient soumis à 
l'arbitraire et ne jouissaient plus d'aucune 
liberté. Le moindre écrit rendu public qui 
n'avait pas obtenu au préalable ce fameux 
« Privilège du roi » était un crime. 

De pareilles pratiques aboutirent à d'in- 
nombrables abus. Toute liberté d'expression 
fut bannie et la moindre entorse à cette inter- 
diction fut vigoureusement condamnée. 

Sommes-nous, alors, définitivement sor- 
tis de l'époque des Lumières pour entrer dans 
celle des ténèbres ? 



ne comparons pas 
la France à la Chine ! L'Empire 
du Milieu censure, le pays des 
Droits de l'Homme, lui, filtre,.. 

Nuance ! 






lïMilMi 



imM 



Itl 



■.•■■■;'"■ ■'■'■>-■>■■ :.-: : :. ; ~ } .<:' : ■■:■'.,;■■ \ ; ; --vlîuii?1i;J^!|V)»i;^KnV^îl|:i»J 
■•■"••■' ■:■■■■■ ■'■'.■■.■-':'■-■■ : ■ V^'; ". '■" /-" ' ' > ■" ="-'-■". "■'- i. : ; : ->-:l IC*iî MW •!•. I f ï !l"f iî lïIOf si if 

!■■; ';•'■ ■..;•'.- J^::1 t/i jf =x< i <:ï ; k :ï pi F;îcï(^ H(^iM é) ï'Kcî e^ iI»J ^ r- i bi 



a'îftmwf&uu 



wu$}(jisii m jtâmffuij 



WriSTll 



Wn