(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Nouveau recueil de planches coloriées d'oiseaux : pour servir de suite et de complément aux planches enluminées de Buffon, édition in-folio et in-4⁰ de l'Imprimerie royale, 1770"



NOUVEAU RECUEIL 



DE PLANCHES COLORIÉE 





POUR SERVIR DE SUITE ET DE 



AUX PLANCHES ENLUMINEES DE 

ÉDITION IN-FOLIO ET L\-/i' DE L'IMPRIMERIE ROYALE, 1770; 



PUELIli PAR 



C. J. TEMimCK 



Dii orîrur (In Mm('C cVhisloire naturelle des Pays Bas, etc., membre de plusieurs Académies et Sociétés savante^ 



MEiFFREM LAUGIER. 



OlIÏRAfiE ACCOMPAGi 

de ttOO iilaiiehes gravées et coloriées, dessinées^ d'après nature par lluet et Vrr 



•riNTUrS ATT.VCnÉS Ai: MtSÉtJI D'HISTOIRE NATI.T.rJl.r. 






^TArr '-^^r- 



aidon. 



A PARIS, 

CHEZ J,-B. BAILLIÈRE, 

LIBRAIRE DE LVàCADÉMlE NATIONALE DE MÉDECINE 

Rue llaulefeuille, 19, ci-devanl rue de rÉcole-de-Médeciiie , 17; 

A Londres, chea: U. BAILLIÈRE, «iO. Regcnt-Street. 

A Jew4ork. ck H JAlLLllRIJikire. 

A MADRID, CHEZ G. BAILLY-BAILLIÈRE , GALLE DEL PRINCIPE, 11. 




MODE DE PUBLICATION. 



Acquéreur de celle grande el belle publication, Fun des ouvrages les plus parfaits pour l'étude si intéressante de 
Tornithologie , nous venons offrir le Nouveau recueil de planches coloriées d'Oiseaux en souscription. Nous donnons 
nos soins à un nouveau tirage dont Texéculion ne laissera rien à désirer, tout en baissant le prix d'un tiers. 

L*ouvrage se compose de 5 volumes avec 600 planches in-folio dessinées d'après nature par Prêtre et Huet, gravées 
et coloriées. Il sera publié deux livraisons tous les quinze jours à partir du 1" juin i850. 

Chaque livraison composée de 6 planches gravées et coloriées avec le plus grand soin et le texte descriptif corres- 
pondant. L'ouvrage sera publié en 102 livraisons. 

Prix de la livraison in-folio , figures coloriées , au lieu de \ 5 l'r. 10 ïv. 

— grand in-4, fig. coloriées, au lieu de iO fr. 50 7 fr. 50 

Toutes les planches, d'une exécution irréprochable, numérotées de 1 à 600, sont gravées, le texte imprimé; on 
peut donc compter sur la publication très exacte et être certain qu'il n'y aura aucune interruption. La dernière livrai- 
son contient des tables scientifiques et méthodiques. 

Les personnes qui ont négligé de retirer les dernières livraisons pourront se les procurer aux prix indiqués ci- 
dessus. 



■ &^-"Q^-Q>-nr 



A IsA MÊME LIBRAIRIE. 

HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICU- , HISTOIRE NATURELLE DES ANIMAUX SANS VERTE- 



LIÈRE DES MOLLUSQUES, tant des espèces qu'on trouve 
aujourd'hui vivantes que des dépouilles fossiles de celles qui 
n'existent plus, classés d'après les caractères essentiels que pré- 
sentent ces animaux et leurs coquilles, par M. Férussac; continué 
depuis la 29* livraison par G. -P. Deshayes. Cet ouvrage sera 
complet eo 42 livraisons, chacune de 6 planches in-folio, gravées 
et coloriées d'après nature avec le plus grand soin. — Les 34 pre- 
mières livraisons forment un ensemble de 198 planches in-folio 
avec le texte. Prix réduit, au lieu de 1,020 fr. 250 fr. 

— Le même ouvrage^ 34 livraisons in-4'\ papier grand raisin, 
figures noires. Prix réduit, au lieu de 510 fr. 80 fr. 

Les personnes auxquelles il manquerait des Uvraispns, jusques y 
compris la 34®, pourront se les procurer séparément, savoir : 
1° Les livraisons in-folio, figures coloriées, à ri\ison de 15 fr. 
2° Les livraisons in-4% figures noires, à raison de 6 fr. 
G* est aidé du concours de M. Deshayes que nous reprenons cette publica- 
tion, et après avoir bien calculé ce qu'il y avait possibilité de faire pour la me- 
ner à bonne fin, que nous avons obtenu de ce savant qu'il voulût bien se 
charger de cette continuation. Nous avons pensé que la haute position scien- 
tifique de M. Deshayes, dont les travaux font justement autorité en conchy- 
liologie, était la meilleure garantie que nous pussions offrir au public. — 
Aprèsi'èxamen le plus rigoureux, nous pouvons annoncer pouvoir compléter 
l'ouvrage de Férussac avec huit livraisons^ ce qui portera l'ouvrage complet 
à 42 livraisons. 

NOTRE CONTINUATION comblera les lacunes laissées par Férussac, qui 
sont : 

1" Le texte comprenant la Description de toutes les Espèces figurées dans 
l'ouvrage (environ 400 pages). 

2" Le texte de la partie Historique, commencée par M. de Férussac (environ 
50 pages). 

30 Une table explicative des Planches (40 à 50 pages) portant : 1° Un 
ordre général de numéros de 1 à 246 ; 2'* un ordre de numéros correspon- 
dant à celui des planches. Avec cette table, tous les possesseurs pourront 
collationner le bel Atlas des planches, et enfin vérifier s'ils sont complets ou 
ce qui leur manque. 

40 De 48 planches nouvelles dessinées par les artistes les plus habiles 
(MM. Lackerbauer et Riocreux). 

Ces planches comprendront lés espèces les plus nouvelles, elles portent des 
nun^érosqui viennent remplir les lacunes laissées par M. de Férussac. 

Chacune des livraisons nouvelles (de 35 à 42) se compose ; 1" de 60 pages 
de texte ; 2" de 6 planches gravées. 

Les livraisons (35 à 42) in-folio, avec les planches imprimées en couleur 

et retouchées au pinceau avec le plus grand soin. Prix de chacune : 30 fr. 

— de chaque livraison in-4** avec les planches en noir : 15 fr. 

HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICU- 
LIÈRE DES CÉPHALOPODES, acétabulifères vivants et 
fossiles, comprenant la^description zoologique et anatomique de ces 
■L inoi'n^nnpsî de» aAtaîlfi sur leur organisation, leurs mœurs, leurs 



BRES, présentant les caractères généraux et particuliers de ces 
animaux, leur distribution, leurs classes, leurs familles, leurs 
genres et la citation synonymique des principales espèces qui s'y 
rapportent, par J.-B.-P.-A. de Lamarck, membre de Flnstitut, 
professeur au Muséum d'Histoire natiirelle. Deuxième édition, 
revue et augmentée des faits nouveaux dont la science s'est enri- 
chie jusqu'à ce jour, par M. G. -P. Deshayes et H. 3]ilne Edwards. 
Paris, 1835-18^5. 11 forts vol. in-8". Prix de chaque : 8 fr. 

Cet ouvrage est distribué ainsi : T. I, Introduction, lufusoires: T. II, 
Polypiers; T. III, Radiaires, Tuniciers, Vers, Organisation des inseclea; 
T. IV, Insectes; T. V, Arachnides, Crustacés, Annélides, Cirripèdes. T. VI, 
VII, VIII, IX, X, XI, Histoire des Mollusques. 

MONOGRAPHIES DE MAMMALOGIE, ou Description de 
genres de Mammifères, dont les espèces ont été observées dans 
les différents Musées de l'Europe, par C.-J. ïemminck, direc- 
teur du Musée d'histoire naturelle des Pays-Bas, etc. Paris et 
Leyde, 1 828-1 SZtl, 2 vol. in-/t°, avec 70 planches. 50 fr. 

('et important ouvrage comprend dix-sept monographies, savoir : l** genre 
Phalaiiger; 2'^genreSarrigue; 3° genres Dasyure, Thylaeines et Phascogales; 
4" genre Chat; 5° ordre des Chéiroptères; 6"* Molosse; 7** sur les Rongeurs; 
S° genre Rhinolophe ; 9" genre Nyctoclepte; ICgenre Nycîophile; IP genre 
Chéiroptères frugivores; 12° genre Singe; 13" genre Chéiroptères vespertilio- 
nides ; 14° genre Taphien , queue en fourreau, queue cachée, queue bi- 
valve; 15° genre Arcticte et Paradoxure; 16^ genre Pédimane ; 17° genre 
Mégère. 

DESCRIPTION DES ANIMAUX FOSSILES qui se trouvent 
dans le terrain carbonifère de Belgique, par L. de Koninck, pro- 
fesseur à l'Université de Liège, etc. Liège, 1842-18^4. 2 vol. in-iis 
dont 1 de 69 planches. 80 fr. 

DICTIONNAIRE DES SCIENCES NATURELLES, dans 
lequel on traite méthodiquement des différents êtres de la nature, 
considérés soit en eux-mêmes, d'après l'état actuel de nos con- 
naissances, soit relativement à l'utilité qu'en peuvent retirer la 
médecine, l'agriculture, le commerce et les arts; par les profes- 
seurs du Muséum d'histoire naturelle de Paris, sous la direction 
de G. et Fr. Cuvier. 

Le Dictionnaire des sciences naturelles se compose : 1» du texte, 
61 vol. in-8°; 2° de l'atlas composé de 12 vol., contenant 
1220 planches gravées; 3" d'un atlas de zoologie supplémentaire 
de 100 planches in-8° gravées. 

Prix d'un exemplaire avec l'atlas, figures noires. Prix, au lieu de 

i^.^^f^ù-Ii',-...-...^^.^^^.^^^_^,^._._ 175 fr. 






d' 



/dV 



NOUVEAU RECUEIL 



DE PLANCHES COLORIÉES 

DOISEAUX. 



IMPRIMERIE DE A. BELIN ET GOMP., 55, RUE SAINTE-ANNE 



-Gw^ 



NOUVEAU RECUEIL 

DE PLANCHES COLORIÉES 

D OISEAUX, 

POUR SERVIR DE SUITE ET DE COMPLÉMENT AUX PLANCHES ENLUMINÉES DE BUFFON, 

ÉDITION IN-FOLIO ET IN-4° DE t'iMPRIMERIE ROYALE, 4770; 
^r ^5 PUBLIÉ PAR 

c. j/temminck, 

CHEVALIER DE l'oRDRE DU LION NEERLANDAIS; DIRECTEUR DU MUSEE ROYAL DES PAYS-BAS; MEMBRE DE l'iNSTITUT; MEMBRE CORRESPONDANT DES 
ACADÉMIES DE STOCKHOLM, DE SAINT-PETERSBOURG ET DE BONNJ DES SOCIETES ROYALES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE LINNEENNE ET ZOOLOGIQUE 
DE LONDRES; DE LA SOCIETE IMPERIALE DE MOSCOU ; DE CELLES DES NATURALISTES DE HARLEM, UTRECHT, GRONINGUE, PARIS, LAUZANNE, LILLE, 
STOCKHOLM, FRANCFORT, MAYENCE, HALLE, MARBOURG, WURZBOURG, HEIDELBERG, HANAU, BATAVIA, PHILADELPHIE ET CAP DE BONNE ESPERANCE^ 



Le Baron MEIFFREN LAUGIER DE GHARTROUSE, 

CHEVALIER DE LA LÉGION-d'hONNEUR, 

D'aprèis le» Oeissins de MH. HUev et PRÊTRE, Peintres attaeHés au lliijiéam a^Histofre naturelle, 

ET AU GRAND OUVRAGE DE LA COMMISSION D EGYPTE. 



VOL. I. 



(y 



PARIS. 

F. G. LEVRAULT, LIBRAIRE-ÉDITEUR, RUE DE LA HARPE, N. 81. 

A STRASBOURG, MÊME MAISON, RUE DES JUIFS, N. 35. 
ET A AMSTERDAM, CHEZ LEGBAS IMBERT ET COMP., SUR LE ROCKIN, N. 138. 

. M. DCCC. XXXVIII. 






A MONSIEUR LE BARON 



G. CUVIER 



COMMANDEUR DE LA LEGION d'hONNEUR , CONSEILLER ORDINAIRE AU CONSEIL d'ÉtAT ET 
AU CONSEIL ROYAL DE l'iNSTRUCTION PUBLIQUE, l'uN DES QUARANTE DE l'aCADÉMIE 
FRANÇAISE , SECRÉTAIRE PERPETUEL DE CELLE DES SCIENCES , MEMBRE DES ACADEMIES 
ET SOCIÉTÉS DE LONDRES, DE BERLIN, DE PÉtERSBOURG, DE STOCKHOLM, DE TURIN, DE 
GOTTINGUE, DE COPENHAGUE, DE MUNICH, DE LA SOCIÉTÉ GEOLOGIQUE DE LONDRES, DE 
LA SOCIÉTÉ ASIATIQUE DE CALCUTTA, ETC., ETC. 



Monsieur, 

En vous dédiant un ouçrage qui paraît sous vos auspices, les 
auteurs vous offrent un hommage qui vous est dû comme sapant 
et comme naturaliste. 

Fous açez rendu votre nom à jamais célèbre^ en parcourant dans 
toute son étendue une carrière que les Buffon, les Daubenton et 
les Vicq-d'Azyr n avaient fait qu'entrevoir. Plus persévérant et 
mieux secondé que vos prédécesseurs ^ la gloire vous a été réservée 



d'étendre le domaine de la science dans une de ses parties les plus 
intéressantes j, dans celle qui présentait le plus de lacunes à remplir^ 
de difficultés à vaincre et de problêmes à résoudre. Vos observations 
ont répandu des idées lumineuses et nouvelles sur les catastrophes qui 
ont changé la surface de notre planète. 

A ces titres qui nous font un devoir de vous faire V hommage de 
ce Recueil^ permettez^nous d" ajouter un motif bien sensible à notre 
cœur ^ celui de V amitié dont vous nous avez constamment donné les 
témoignages les plus honorables ^ et qui nous autorisent à vous offrir 
Y expression de notre respectueux dévouement. 



C. J. TEMMINCK, 

Pans j le i5 avril 1822. 

Directeur du Muséum d'Histoire naturelle de 
S. M. le Roi des Pays-Bas. 



MEIFFREN LAUGIER, 

Baron de Chartrouse. 



TABLEAU MÉTHODIQUE* 

Suwant lequel les Planches enluminées de Buffbn et les Planches coloriées du 

présent Ouprage peuvent être combinées et classées , d'après le système établi dans 

la seconde édition du Manuel d'Ornithologie^ par M. Temminck. Ce Tableau est 

aussi destiné à sentir c/'Index pour la classification de nos Planches coloriées 
réparties en cinq volumes. 



DRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



eiilum. I color. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



SYNONYMIE LATINE 



PREMIER VOLUME. 

Dédicace. — Prospectus. — Tableau méthodique. 



ORDRE PREMIER. 



RAVAGES. — R^P^ CES 



AUTOUR, f^ultur. Linn. 



ATHAftTB. (7a/Aar^^5. 111. 



425 






426 



V j6 

^^ i5 

/408 

'494 

3i 



Vautour- 



Vautour œgypius. 
Percnoptère. 



428 

187 

429 
427 



/422 



Vautour chincou. 



Urubu 9 ou roi des vau- 
tours de Cayenne. 
Vautour du Brésil. 
Vautour de Norwége. 
Vautour de Malte. 



Vautour arrian. 

impér. ou le Chincou. 

royal. 

' Otïq,o\i jeune ^ oiifem, 

griffon, 

— — indou, ou chaugoun, 

à calotte blanche. 

Catharte condor adulte. 

idem tête. 

— — idem jeune, 

vautourin. 

papa. 

urubu. 

alimoche adulte. 

dlïraooXie jeune* 

moine. 



Vultur arrianus. La Pér. 
— — monachus. Lath. 

' pondicerianus. Lath. 

• auricularis. Daud. 

fulvus. Briss. 

' indicus. Lath. 

' occipitalis. Bruc. 

Cathartes griphus. Temm, 



vulturinus. Temm. 
papa. Illig. 

atratus. Temm. 
percnopterus. Temm, 



— — monachus. Temm, 



Supprimez les deux feuillet du tableau, publiées livraison 87 



TABLEAU MÉTHODIQUE 



CADRE SYSTÉMATIQUE 



5. Gypabte. Gypaëtus, . . . 
Storr. 

4. Messager. Gypogeranus^ 

iiiig. 

5. Faucon. Falco. Linn. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



enlum. 



721 

417 



446 

210 

462 

o 
45o 

421 



469 
470 



color. 



45 I 



^192 
^24 

-•38 

.<^228 

^98 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Messager du Cap de B.-E. 
Aigle d'Amérique. 



432 

447 
468 

401 

4.71 



^479 
348 

^^324 
10 

^28 

'545 

1 2 1 

k53o 



Gerfault blanc des pays du 

Nord. 
Gerfault d'Islande. 
Gerfault de Norwége et 

Sacre. 
Vrai lanier. 
Lanier. 

Faucon. 



Faucon noir et passager. 
Faucon sors. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME- 



Hobereau 
Rochier, 



Gypaète barbu adulte» 

Messager secre' taire ourep- 

tilivore. 
Garacara à gorge nue ou 

Rancanca. 

funèbre adulte- 

iàeïa jeune. 

noir çieux. 

— — noir âge moyen. 
Faucon hïàenXé adulte, 

ïàexa jeune. 

diodon adulte. 

Gerfaut vieux. 

idem à Vâge d'un an. 

làeui jeune de l^ année. 

lanier du Manuel. 

pèlerin très-pieux ^ 

mâle. 

— — idem adulte, portant 
quelques plumes du 
jeune âge. 

idem âgé de deux ans- 

ïdiQVsi jeune de Vannée. 

pérégrinoïde mâle ad. 

à gorge blanche fe- 
melle adulte. 

biarmique mâle ad. 

huppar vieux. 

— aldrovandin adulte. 

— à culotte rousse vieux ^ 
mâle. 

— id. mâle, âge moyen. 

— concolore mâle ad. 

— hobereau adulte. 

— émérillon vieux. 
- — idem 7^W72^ mâle. 

— cresserelle mâle ad. 
-'— idem femelle adulte. 



SYNONYMIE LATINï 



Gypaëtus barbatus. Cwp, 

Gypogeranus serpentarii 

Illig, 
Falco aquilinus. Linn. 

■■ Novae-Zelandiae.Z^ 

' aterrimus. Temm. 

bidentatus. Latk 

-^ — diodon Temm. 
— — Islandicus. Linn. 



— ^ — lanarius Linn. 
' — peregrinus. Temm 



►peregrinoïdes. Tem 
-deiroleucus. Temm 

r bîarmicus. Temm- 
-lophotes. Cui^. 
-aldrovandii. Reiri' 
- femoraliso Temm^ 



coii color. Temm' 

subbuteo. Lath. 

œsalon. Teimn. 

tinnunculus. Z^?^^ 



s 



TABLEAU METHODIQUE 



^DRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 


DES PLANCHES 


enliim. 


color. 




45 


478 




43 1 




444 




465 






--97 


V 


"489 


X 


/i5i 




1 52 


4IG 




409 




V 


-' 32 


v 


<Î55 




--288 


•-■ 


^117 









/33 


411 




1 12 




4o5 




-. 


-"49 


^-- 


K234 


-- 


r 8 


\ 


^25 


"- 


►-302 


414 




4i3 




416 






- 19 


\ 


.^25 




--44 


420 




419 





DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Tanas ou fauGon pêcheur 
du Sénégal. 

Variété singulière du ho- 
bereau. 

Emérillon de Cayenne. 

Emérillon deS.-Domingue. 



Grand aigle ou aigle royal 
Aigle commun. 



Petit aigle. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Faucon cressellicolore ad 
— — chiquera adulie. 

— — à pieds rouges ou 

kobez. 

éperyin. Fieil.p. 1 2-1 3. 

idem femelle 

moineau mâle et 

femelle^ adultes. 
Aigle leucoptère adulte. 
——impérial adulte. 
•■ — — idem jeune. 

royal moyen âge. 

■* idem jeune. 

à queue étagée. 

—^ — ravisseur adulte. 

. ^oneWï jeune. 

malais adulte. 



Grand aigle de mer. 



Orfraie ou grand aigle de 
mer. 



Aigle des Grandes-Indes. 



criard du Manuel. 

botté âge moyen. 

à tête blanche très- 
vieux , mais à pieds 
d'aigle royal. 

Pygai^gue mâle y âge 

moyen de deux ans. 

— — idemfemelle jeune de 
Vannée. 

océanique très-vieux. 

couronné adulte. 

de Macé pieux. 

■ ida jeune de Vannée. 

aguia mâle adulte. 

balbuzard adulte ^ 

Jean le blanc adulte 

sacré très-vieux. 

Buse blanchet adulte. 

— roussâtre vieux. 
ptilorhynque vieux. 

— bondrécyé-^i/z^. 

— — • commune adulte. 



SYNONYMIE LATINE 



Falcopunctatus. Cuv. 

piscator et chiquera. 

Latk. 
vw^i^es. Bechet. 

sparverius. Linn. 

' cœrulescens. Lath> 

-^ leucopterus. Temm. 

' imperialis. Temin. 

— — fulvus. Linn. 

fucosus. Cuv, 

rapax. Temm. 

——Bonellii. Temm. 

malayanus. Relnw. 

^ naevius et maculatus. 

Lath. 
— —pennatus. Linn. 
leucocephalus. Linn. 



fdbicilla. Linn. 



' leucogaster. Lath. 

- coronatus. Azara. 
-Macei. Cuv. 

' ixgnia.Te/nm. 

- haliœtus. Linn. 
■brachydactylus. /^oL 
-pondicerianus. Bris. 

' albidus. Cuv. 
•rutilans. Licht. 
■pîilonorhynchus Tem. 
' apivorus. Linn. 
•buteo. Linn. 



>5^ 
^ .^,. 



TABLEAU METHODIQUE 



CADRE SYSTÉMATIQUE, 



NUMERO 

DES PLAKCHES 



enlum. (cûlor. 



475 



9 

139 

204 

457 



325 

438 



^70 
^to3 

104 
1 15 

61 

25 1 



422 

472 
o 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Buses à ailes lons,aes Je une. 



85 
-3 19 

/180 

"75 

i34 

-^127 

282 

-79 

■14 



Buse mantelée. 



Petit autour de Cayenne. 



Milan de Caroline. 



Autour neigeux. 



418 
416 
423 



-495 

87 

294 



Autour sors. 
Busard. 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



SYNONYMIE LATINE. 



Buse à dos tacheté vieux. 

à ailes longues adulte* 

là. jeune de Vannée. 

mantelée femelle ad. 

lacernulée adulte. 



Portée par erreur sur la pi. 437 et 
dans le texte sous le nom de huse 
mantelée. 

à joues grises pieux. 

pâle ou livide, mâle. 

cymindoïde mâle* 

vieux, 
— ^ — idem, femelle jeune. 
Cymindis bec en croc mâle 

très-vieux. 
— — idem femelle adulte. 

idem femelle jeune. 

bec en hameçon , 

vieux. 

là., jeune de Vannée- 

Milan roysà adulte. 
— — noir jeune» 
— — queue fourchue. 
p^ieilL^i^l. 10. 
— — Riocour vieux, 
— — à queue irrégulière 

jeune, moyen âge* 
^ ~ cresserelley^w/z6. 

moyen âge» 
Autour tyran adulte. 

uni colore vieux. 

idem jeune , m.oyen 

âge. 

cristatelle adulte. 

à calotte noire, vieux. 

destructeur , mâle ad. 

commun vieux, 

idem moyen âge. 

ià. jeune de Vannée. 

royal adulte. 

multiraie mâle vieux> 

* ià. jeune de Vannée. 



Falco pœcilonotus. Cm. 
pterocles. Temm, 

— ~ palliatus. P. Max. 

«»»— — lacernulatus. Temm. 



poliogenys. Temm. 
liventer. Temm. 
cayanensis. Lath. 



— — uncinatus, Illig. 



— ' — ha ma t as. ////^, 



— milvus. Linn. 

— a ter. Linn. 

— furcatus. Lath. 

' — Riocour. Vieill. 

— dispar. Temm. 

' plumbeus. GmeL 

— tyrannus. P. Max. 

— limnaetus Horsf. 



cristatellus. Temm- 
atricapillus. Cuv- 
destructor. Daudin- 
palumbarius. Linîi' 



regalis. Temm^ 
nitidus. Lath. 



TABLEAU METHODIQUE 



^DRE SYSTÉMATIQUE. 



ISUMERO 

DES PLANCHES 



cnlatn. 



464 

4.2 
467 



:olor. 



-264 

io5 

3i4 

55 
- 3 

205 

-3i3 

125 

.41 

-1 16 

377 

43 
.95 

1^ 86 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Caracara urubilinga 



Autour grêle, mâle* 



122 

^5o6 

I 29 

,1 ïO 

-U5o8 



Epervier à gros bec, 



Tircelet hagard d'Eper- 

vier. 
Autour gabaroïde. 



Autour concoïde. 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Buse à ventre gris mâle 

vieux, 
— — id. jeune de Vannée. 

« mélanope mâle vieux. 

— — monogramme vieux* 

urubitinga jeune de 

Vannée. 
Autour à joues nues adulte. 

à doigts courts mâle 

vieux. 

idem femelle. 

chaperonné juâle 

adulte . 
à bec sinueux y ^e//2é? 

de Vannée. 
— ™ à queue cerclée ari. 
— — radieuxye£/72^. 
— — brachyptère mâle 

adulte . 

idem jeune. 

à poitrine rousse 

vieux. 
-— — tachiro adulte. 

idemy^^//z^. 

— ■ — à collier roux 

adulte . 
„^ — idem, jeune. 

' à gros bec vieux . 

— — id . femelle jeune . 

epervier, vieille fem. 

_^«-« id. mâle y âge moyen. 

- — ^^- gabar vieux. 

— — ïdem jeune. 

— — nuque blanche ad^ 

coucoïde mâle ad. 

id . femelle jeune de 

r année. 
— ^~ Dussumier/^;72^//e 

adulte. 



SYNONYMIE LATINE 



Falco poligaster. Natter. 



melanops. Lath. 
mo n o g ra m m i c us . 
Temm. 
urubitinga. Lath. 



gymnogenys. Temm. 
hemidactilus. Temm, 



— pileatus. P. Max. 

— Pensylvanicus, Wils. 

•— unicintus. Temm. 
" — • radiatus. Lath. 
~ brachypterus. Teni. 

— - xantholhorax. Tem. 
•™ tachiro . Lath. 
'— arquatus. Cuv. 

— magnirostri, Gmel* 
— ni sus* Linn. 



' — gabar. Lath. 

— leucauchen. Temm 

— cuculoïdes. Temm. 



Dussumierii. Temm 



TABLEAU METHODIQUE, 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 
î 



enlum. 



460 
424 



45o 



445 
480 



color. 



566 

-3o3 

109 

496 



22 



461 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Soubuse . 
Soubuse mâle> 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Autour ïàtm jeu ne femelle. 

à trois bandes ad. 

— — longibande mâle ad, 

menu mâle adulte. 

Busard harpaye ou de ma- 
rais vieux, 
idem jeune ^ à Vâge 
dun an. 
Busard à sourcils blancs 

vieux, 
— ' vcidiuve femelle ad, 

Saint-Martin mâle 

vieux , 

— — iàeia fejnelle jeune, 

idem mâle jeune de 

r année. 



SYNONYMIE LATINE. 



FalcotriYirgatus. Temm, 

virgatus. Reinw, 

" exilis. Temm, 

rufus . Liim. 



-^ palustris. P. Max. 

— . maurus. Temm. 

' — cyaneus. 3Iontagu. 

Vojez Manuel d'Ornitho- 
logie. 



SECOND VOLUME. 



6. Choubtte, iS//7x. Linn 



458 






27 


465 




\ 


23o 


44> 




437 






525 




375 

46 


''.■,. 


289 


X 


_^8 




21 




,34 




,..C8 




,146 



Chouette à longue queue 
de Sibérie. 



Chat-huant. 



Chouelte échasse. 



Chouette harfang jeune 

d'un an. 
— ~ dePOural, 
caparacoch, adulte. 

— — des pagodes adulte. 

hulotte vieux mâle. 

hulotte femelle ou 

jeune. 
— — leptogramme. 

hylophile. 

Maugé adulte. 

hirsute adulte, 

spadicée adulte. 

— Sonnerat. 

— occipitale. 

brame mâle adulte, 

— — terrière ou échasse 
mâle. 



Strix nyctea. Linn. 



uralensis. Pall. 



funerea. Linn. 

^ — pagodarum. Temm< 
- — - aluco. Meyer. 
Voyez Manuel. 

— — leptogrammica. Tem^ 
— — hylophila. Temm. 

^^ Maugei. Temm. 

i — — ■ \àv^\\X2i,Temm. 

■ castan optera. Hors. 

: Sonneratii. Temm- 

occipitalis. Temm. 

'^ brama. Temm. 

cunicularia, Gmel. 



^C 



V. 



yi<. 



TABLEAU MÉTHODIQUE 



ADRE SYSTÉMATIQUE. 



Calao. Buceros» Linn,. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



enlum. color 



439 



440 
442 

438 
455 



385 



29 



456 



1544 
199 

39 

452 

5i8 



4 
174 
229 

20 

57 
6 



5o 

74 

16 
99 



Sas A. Opisthocomus. 111. 337 



934 

873 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Chat-huant deCayenne, 
Chouette. 



80 

45 



Hibou des terres Magella- 
niques. 



Chouette chevêche. 

chevêchoïde adulte. 

rousserole/^772^//e. 

adulte, 

cabouré. 

effraye ou fressaye. 

à queue fourchue. 

— — multiraie adulte. 

calong adulte. 

Hibou brachiote. 

grand-duc. 

— ' — lacté jnâle adulte. 

bruyant mâle adulte 

idem jeune , au 

sortir du nid» 
— — Leschenault. 
• à huppes courtes. 



SYNONYMIE LATINE 



à gros bec. 



jacuruta ou des pins 

africain adulte. 

ketupba mâle. 

' moyen-duc. 

à joues blanches. 

noctule femelle. 

petit-duc ou scops. 

asio mâle adulte. 

chaperonné. 



Strix passerina. Linn. 
' — — passerinoïdes. Tem. 
^— ^ — ferruginea. 

' pumila. Illig. 

flammea. Linn. 

' furcata. Temm. 

cayennensis. Gmel. 

'- badia Hors. 

brachyotos, Lath. 

bubo. Linn. 

• lactea. Temm. 

— - — strepitans. Temm. 



Leschenaldi . Temm . 
ascalaphus. Sapig. 
macrorhyncha. Tem, 



virginiana. Lath> 



— africana. Temm. 
— : ceylonensis. GmeL 

— otus. Linn» 

— leucotis. Temm. 

— noctula. Temm, 

— scops. Linn. 

— asio et nœvia. Lath, 

— atricapilla. Natt. 



ORDRE DEUXIÈME. 

OMNIVORES.— OMNIVORES. 



546 
210 



Faisan huppé de Cayenne. 

Bec d€ Poiseau rhinocéros. 
Calao des Philippines ^ le 
jeune. 



Sasa hoazin adulte. 

Calao rhinocéros, hec. 

• unicorne. VailL le 

bec. 
— — casque en croissant, 
— — à cimier adulte. 



Opisthocomus cristatus. 

iiiig. 

Buceros rhinocéros. Linn 
monoceros. Shau\ 



lunauts. Temm. 
cassidix. Temm. 



8 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE, 



/-:-/<• ^■.'..v /'^f'r' 



3. MoTMOJ. Prioniles. Ii!i". 

4. Corbeau. Corpus. Lin... 



NUMERO 

DES PLANCHES 



cnluni. coior 



779 
285 

953 



780 

781 
89. 

890 

260 



370 

484 

483 



327 

522 

535 



557 



283 

521 

fig. 1 

521 

fig.2 

558 

520 

529 

O 

o 

53i 
535 
53o 
.69 
21 1 
284 



4i5 
425 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTE UR LA PLANCHE, 



Grand calao d'Abyssinie. 
Calao des Moluques. 



Calao de Pile Panay. 

Calao idem. 
Calao de Manille. 

Calao à bec noir du Sénég 
Calao à bec rouge. 



Corbeau. 
Corneille. 



Corneille du Sénégal, 
Choucas noir. 



DÉNOMINATION 



ADOPTEE DANS LE SYSTEME. 



Calao de Waigdjou. 

-— — abbagumba ou ca- 
roncule. 

— — à casque plat jeune 
de Vannée. 

' à casque plat adulte. 

à casque rond, le bec, 

à casque élevé, le bec. 

— — à casque en rouleau , 

/e bec. 
— ~ à casque noir. 
— — -- largup. 

■ charbonnier adulte. 

— — coiffé. 

malais. 

— — rigolaire. 

à casque grêle. 

à casque bombé. 

— — à casque sillonné. 

à cannelures. 

trompette. 

— — à bec ciselé /ï?772^//^. 

idem mdle adulte^ 

idem Jeune. 

— — cendrillard. 

— nasique. 

toc adulte. 

Motmot du Brésil. 
Corbeau corneille. 

freux adulte. 

idem Jeune. 

mantelé. 

— •— nasique. 
éclatant. 



à scapulaire blanc de 

F^aillant. 

chouc. 

—' — choucas. 



SYNONYMIE LATIN] 



Buceros ruficoUis. JP'/ef// 
abyssinicus. Gmel 

: hydrocorax. Linn. 

idem. 

galeatus. GmeL 

elatus. Tejjiin. 



— ^ — cylindricus. Temm. 
'^— — atratus. Temm. 

■ galeritus. Temm. 

■ — — antracicus. Temm. 

00 ma tus. Rajf. 

' malayanus. Raff. 

' corrugatus. Temm. 

-^ gracilis. Temm. 



■^-— convexus. Temm. 

^ sulcatus. Temm. 

exarhatus. Temm. 

-^— — buccinator. Temm. 

panayensis et manil- 

lensis. GmeL 



cineraceus. Temm> 
nasutus. Lath. 
erylhrorhynchus. 

Lath. 



Prionites brasiliensis. Ill 
Corvus coron e. Linn. 
' — — frugilegus. ïAnîi' 



cornix. Linn. 
nasicus. Temm- 
splendens. Vieill 
scapulatus. Temm. 



spermologus. Fieill 

__-„ monedula. Linn. 



TABLEAU METHODIQUE. 



ADRE SYSTÉMATIQUE 



Garrule. Garrula. Briss. 



Casse-noix. Nuciphraga. 

Briss. 
PiRRHocoRAx. Pyrrhoco- 
rax. Cuv. 

Cassican. Barita, Cuv. 



Glaugope. Glaucopis. t. 
Forst. 

>. Mainate. Gracw/«. Lin. 

'T?îqvE-Boi^UF.Buphaga, 
Linn. 

i, Jaseur. Bomby cilla. . . 
Briss. 

5. Piroll. ^z7^a. Temm. 



NUMERO 

DES PLANCHES 
enlum. color. 



488 
558 
622 



527 
436 

444 
ti68 

195 

58 
169 



375 
625 
48 1 
529 

608 
53o 

5o 

255 

53 1 
654 
628 



DÉNOMINATION 

à supprimer 

PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



459 



Pie du Sénégal. 
Geai de la Chine (i), 
Pie chauve. 



Pie Heu de ciel. 

Pie houpette ou piom. 

Pie acahé. 

Pie ging. 

Geai de Cayenne. 

Geai du Pérou. 



Geai bleu du Canada, 

Geai de Sibérie. 
Geai brun du Canada, 



268 
293 

261 



572 
273 
265 

G 

357 



465 



45o 
395 



Jaseur de Bohème. 



DENOMINATION 

adoptée dans le système, 



Garrule pie. 
— piapiac. 



— à bec rouge. 
chauve. 

- — commandeur. 

— torquéole. 



— — bleu de ciel. 
houpette ou piom 



— - — acahé. 

ging. 

blanche coiffe. 

péruvien. 

geai. 

huppé. 



SYNONYMIE LATINE 



outremer. 

imitateur. 

— — canadien. 
Casse-noix vulgaire. 

Pyrrhocorax crave ou co- 
racias. 

choucas. 

Cassican calybé. 

varié. 

gymnocéphale mâle* 

— — destructeur. 
Glaucope à ailes blanches. 

— nègre. 

— temnure. 
Grand mainate. 
Grand pique-boeuf. 

Pique-bœuf bec coraiL 
Grand jaseur. 

Jaseur phœnicoptère. 
PiroU velouté mâle. 



Garrula pica. Briss. 

senegalensis. F. 

erythrorhyncha. F. 

cal va. Tem. ^ 

■^î gubernatrix. Temm- 

^ torquata. Temm. 

— — azurea. Azar. 

' cristatella. Temm. 

' pileata. Illig. 

' cyanopogon. P. iîffax. 

cayanensis. Briss. 

— peruviana. / > 

glandaria. Briss. 

— ' — cristata. Gmel. 

~ — ultra marina. Bonap. 

infausta. Briss. 

— — canadensis (2). Bris. 

Nuciphraga caryocatactes:; 
Briss. 

Pyrrhocorax graculus. 

Cup. 

alpinus. Cuv. 

Baritachalybea, Temm. 

varia. Temm. 

"^ gymnocephala. Tem. 

^— — destructor. Temm. 
Glaucopis leucoptera. 

Temm. 
— — aterrima. Temm. 

temnura, Temm. 

Gracula religiosa. Linn. 
Buphaga africana. Linn. 

' eryirorhyncha. Te7?i. 

Bombycilla garrula. Tem. 

• phœnicoptera. Tem. 

Kittaholosericea. Temm. 



\ 



(1) Le sujet figuré sur cette planche manque des deux longues plumes de la queue. 
(?.) Voyez comme double emploi Corrws coiXia^m^ïz et cor(xc\a% mexicana. 



Vaillant en a donné une bonne figure. Ois. d'Afrique. 



10 



TABLEAU METHODIQUE. 



-V- 



CADRE SYSTÉMATIQUE 



i4«RoLLiER. Coracias»hin. 



i5. RoLLE. Colaris, Cuv... 



i6. Loriot. Or/o/w5.Temm. 



17. QuiscALE. Quiscala» 
Vieill. 



NUMERO 

DES PLANCHES 
enlum. color. 



620 



486 
285 

326 
626 

5oi 

619 

570 

79 
26 



6A6 



422 



DÉNOMINATION 

à supprimer 

PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



18. Troupiale. Icterus, 
Daud 



o 



O 

o 
o 

534 

344 

482 

184 



320 

214 



% 



RoUier de la Chine. 



RoUier de Mindanao. 



Rollier dAngola. 
Rolle de Madagascar. 

Rollier des Indes. 



Loriot de la Chine . 



Cassique delà Louisiane. 

Ici viennent probablement trois 
espèces décrites par Buffon^ mais qui 
ne sont pus figurées dans les planches 
enluminées. Ce sont : 

— hocisana? 

— zanoé? 

Pie de la Jamaïque. 
Troupiale noir. 



Piroll yeionié femelle ad 

verdin mdle. 

— — chinois. 

ihalassin. 

buccoïde. 

Rollier d'Europe. 
— — varié ou cuit. 

du Sénégal. 

- — - d Abyssinie. 

Est un oiseau fabriqué* 

Rolle violet. 

— • — à gorge bleue. 
Loriot couliavan. 

— — rieur de Vaillant. 

vulgaire . 

prince-régent. 

à ventre blanc. 

Quiscale varié. 



hocisana . . 

zanoe, 

vulgaire. 

noir. 

Cassique huppé. 

— -^ vert, 

à bec peint. 



rouge 

— — jaune. 



SYNONYMIE LATINE. 



Kittavirescens. Temm. 

sinensis. Temm. 

' thalassina. Temm, 

' buccoïdes. Temm. 

Coracias garrula. Lim. 
— bengalensisindica. 
Linn. 
— — Senegala. Lat, 
Abyssinica. Gmel 

Colaris madagascariensis. 
Cm. 

orientalis. Cuv* 

Oriolus ochinchinensis. 
Brlss. 

melanocephalus. 

Linn, 
— — galbula. Linn. 
-—• — regens. Gaiin, 

' xanthonotus. Hors} 

Quiscala Ludoviciana. 
Temin. 



mexicana? 

zanoe? 

^vulgaris. Temm* 

ferruginea et nigra. 

(•) 

Icterus cristatus. Gmel 

'—— inca. Tem/n. 

caliorhynchus. 

TemiU' 
— --« hœmorrhous. Lip' 
persicus. Linri' 



Voyez encore le double emploi sous Turdus Lahadoricus, Hudsonicus et ISoveloracensis. 



TABLEAU METHODIQUE. 



II 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



Etourneau. Stumus 
Linn. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



enlum, 



533 
532 
402 
236 

F. 2. 

236 

F. 1. 

536 
5o6 

535 

F. 2. 

555 

F. 1. 
607 

5 

F. 1. 

5 

F. 2. 

343 

448 

559 
606 

F. 2. 
606 
F. 1. 



:olor. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



256 

ii3 



75 

XI 



482 

o 



1 1 1 
556 



Troupiale. 

Troupiale à ailes rouges. 

Troupiale de Cayenne. 

Troupiale de S.-Doming. 

Troupiale de Guyane. 

Baltimore et Baltimore 
bâtard. 

Carouge de l'île Saint- 
Thomas. 

Carouge. 

Carouge de Cayenne et du 

cap de Bonne-Espér. 
Carouge du Mexique. 

Carouge de S.-'Domingue. 

Carouge de Cayenne. 
Troupiale tacheté de 

Cayenne, 
Merle à gorge noire. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Troupiale à calotte noire. 
■'■ ' oriole. 
— — commandeur. 
sifïleur mâle. 

idem , le jeune* 

idem, la femelle. 

— baltimore mâle ad. 
et jeune. 

-—- épaulettes jaunes/^/Tz. 

— carrouge adul. 

— le mâle en mue et le 
jeune» 



SYNONYMIE LATINE. 



Troupiale de Caroline. 



— — cul jaune. 

'—— dominicain. 

ictérocéphale. 

commandeury^w/z^. 

à gorge noire. 

— «. olive. 

— — bruantin,. 

diadème. 

masqué. 

Etourneau de la Loui 
siane. 

des terres magella- 

niques. 
— — vulgaire. 

iinicolore. 

— cendrillard. 



Icterus mexicanus. Linn 

oriqlus. Temm. 

phoeniceus. Linn. 

americanus. GmeL 



' idem (i) 

idem (2) 

spurius et baltimore 

Linn. 
— cayanensis $ et chry. 
socephalus ^, Linn 
— bonana et castaneus 
♦ Linn, 

bonana et castaneus 

Linn . 
xontorus. Linn, 

— — dominicensis. Linn. 

ictérocéphale. Linn, 

- — phaeniceus. Jav, (5). 

■ jugularis (4). 

— — olivaceus. GmeL 

emberizoïdes. Daud. 



^ diadematus. Temm. 

\ personatus. Temm. 

Sturnus Ludovicianus, 
Linn. 
— mililaris. Linn. 

— — vulgaris. Linn. 
— — unicolor. Temm. 
cineraceus. Temm. 



(i) Cet état est indiqué comme espèce distincte sous Orioïus viridis. 

(2) La femelle est indiquée sous Oriolus ^uianensis. Voyez aussi comme double emploi Tanagra miïitaris, 

(5) Ce jeune âge est inscrit dans les catalogues méthodiques sous Oriolus melancJiolicus . 

(4) C'est Turdus jugularis des cotalogues méthodiques, ou Turdus ater de Gmelin. 



12 



TABLEAU MÉTHODIQUE 



CADRE SYSTÉMATIQUE 



J20. Martin, Vastor, Tem. 



21. OIsK^u DE Paradi|. Pa- 
radisea* Liiln. 



:2 3. Stourne. Lamprotor- 
nis, Temm. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



enlum. 



200 

5o7 

25l 

280 
617 

219 
254 

63i 

496 
652 

655 

220 

540 
56i 

199 
648 

F. 2. 

648 

F. 1. 

O 

558 
627 

F. 2. 

i85 

F. i. 

o 



color. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



Merle chauve des Philip- 
pines. 
Merle huppé de la Chine. 

Merle couleur de rose. 

Etourneau pie du Cap. 

Le Kink. 

Merle des Philippines. 

Oiseau de Paradis des Mo- 
luques. 



Merle à longue queue. 

Merle violet de Juida. 
Merle vert d'Angola, 
Merle du Gap. 
Merle vert dlle-de-France. 

Merle violet à ventre blanc. 

Merle brun du Cap. 
Merle à ventre orange. 
Merle dominicain. 

Merle grand traquet. 

Merle des colombiers. 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Martin goulin. 
cri sta telle. 



roselin. 

pie ou bicolore 



— _ kink. 



triste. 



266 

149 
^267 



Paradis grand émeraude. 

magnifique. 

manuGpde. 

— — superbe. 

— — six-filet mâle. 

Stourne vert doré. VailL 

couign.ope. Id. 

— choucador. Id, 
-— roupenne. Id. 

— mauritain . 

à ventre blanc. 

— — spreo. VailU 
— * — ventre orangCé 
dominicain. 

roux cap, mâle> 



SYNONYMIE lATlNE. 



— colombin. 

— bronzé. 
■— chanteur. 

" — sourcils rouges. 



Pastor calvus. Temm. Gr. 
gracula. Linn* 

cristatellas. Temm. 

Gr. gracula. Linn, 
— — roseus. Temm, Gr. 

turdus. Limi. 
— — pcapensis. Temm. Gr. 

sturnus. Linn. 
— — sinensis. Temm, Gr. 
oriolus. jiuct, 

tristis. Temm. , ou 

Gr, paradisea. Lim. 
Paradisea apoda. Linn. 

— — magnifica. Linn. 
— — regia. Linn. 

superba et furcata. 

Linn. 

sexetacea. LatJi. 

ou aurea. Gmel 
Lamprotornis aeneus. Tem> 

auratus. Temm. 

nitens.r^mzTz. 

morio. Temm. 

mauritianus. Temm» 

— leucogaster Temm> 

— bicolor. Temm. 
- — chrysogaster. Temm' 

— dominicanus. Temm> 

— philippensis. r^rn^ 
sylvia. Lath- 

— colombinus, Temm- 

— metallicus. Temm» 
— cantor. Temm- 

— erythrophrys.jT^/'î'^ 



CADRE SYSTÉMATIQUE, 



NUMERO 

DES PLANCHES 



tlum, 



color. 



TABLEAU METHODIQUE. 



i3 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE^ 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME- 



SYNONYMIE LATINE, 



ORDRE TROISIEME. 



1. Merle. Turdus. Linn. 



489 

498 

406 

5i 

56o 

F. I 

556 

F. I. 
O 



INSECTIVORES. — INSECTIVORJE. 

Merle drenne. 



.409 
5i4 

5i5 

5i8 

537 



2 
555 
5i6 
182 
645 
558 

F. I. 
392 
354 

565 

F. 2. 
627 
F. 1. 

557 
F. 2. 
557 
F. I. 



Calendrotte. 

Grive appelée litorne . 



Grive du Canada . 
Merle olive du Cap. 



Merle de France 



Merle de montagne. 
Grive de la Caroline 
Merle cendré. 



Merle du Sénégal. 

Merle de Mindanao. 

Merle cendré de Madagas- 
car. 
Merle de Madagascar- 



— litorne. 

— grive ou des vignes. 
mauvis. 

cendré ou tilli. 

erratique. 

griverou. J^ailL 

à pieds rouges. 

eunome. 

daulias. 

carde. 

— ^— - crysolaus. 

noir mâle. 

noiv femelle. 

à collier mâle» 

idem Jeune* 

— — moqueur roux. 
moqueur cendré. 



à tête noire. 

podobé. 

brun. 



cadran mâle. 



— — ourovang. 
— tanobé. 



Turdus viscivorus. 

Linn. 

pilaris. Linn. 

musicus. Linn. 

iliacus. Linn. 

plumbeus. GmeL 

migratorius. Linn 

olivaceus. 

' rubripes. Temm. 

•^— eunomus Temm. 

• daulias. Temm. 

'- cardis. Temm. 

chrysolaus . Temm . 

merula. Linn. 

torquatus . Linn . 



rufus. Linn. 
polyglottus^ orpheus 

et dominicensis. 
atricapillus. Linn. 
erythropterus. Gmel. 
senegalensis. GmeL 



mindanensis(i). 

Gmel. 
ourovang. Gmel. 

madagascariensis . 
Gmel. 



(i) Voyez aussi Gracuîa saularis. 



4 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

SES PLASCHES 
enlum. color. 



556 

F. I. 

564 

F. I. 

539 

F- I. 

559 

F. 2. 

273 

F. I. 

558 

F. 2. 
398 
F.i. 



636 
564 

F. 2. 
339 

22J 

562 



445 

458 
i36 

497 
498 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Mauvis delà Caroline. 



Merle olive des Indes. 



Merle de Saint-Domingue. 



Merle olive de Cayenne. 
Grive de la Guiane. 



Merle du cap de Bonne-Esp. 



MoucheroUe de Virgine. 

Suivent quelques espèces clas- 
sées pur Buifon parmi les Merles , 
mais qui ne sont pas figurées dans 
les planches de son ouvrage. 

Grive bassette. 



Hoamy de la Chine, 
Petite Grive des Philipp. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Merle grivette ou solitaire 
— olivet. 



palmiste, 
doré ou sauijala. 
olivarez. 
médiastin . 



grivetm. 



solitaire ou bleu. 

solitaire de Manille 

mâle* 
idem femelle- 

solitaire d es Philip- 
pines, 
réclameur. Vaill. 
de roche. 

maniahbou . 
citrin. 
messager, 
ochorocéphale. 
oreillon brun, 
oreillon noir, 
catbird. VielL 
pL 67. 



bassette. 

olivâtre. 

hoamy. 

Philippines. 

brun-orange. 



SYNONYMIE LATINE. 



Turdus minor et fuscus. 

Gmel. 
indiens. Gmel. 



palmarum. Linn, 
sauijala. Gmel, 
hispaniolensis. Gmel 
dimidiatus. Temm. 



guianensis. GmeL 

cyanus et solitarius. 

Linn. 
manillensis. Gmel 



— eremita. GmeL 



revocator. Temm* , 
saxatilis et infauslus. 
Limu 
' canorus. Linn» 
ci tri nus. Lath. 
interpres. Temrn* 
ochrocephalus. Gmd' 
amaurotis. Temm^ 
melanotis. Temm* 
carolinensis.— i^w^' 
cicapa* Auct. 



— barbaricus. Gmel 

— tripolitanus. Gmel 

— sinensis. Linn- 

— philippensis. / 

— leucogenus» Lath* 



TABLEAU MÉTHODIQUE, 



:adre systématique 



TURDOÏDE. IXOS'^ Te 



m 



. Crocus. — Crocias. 

Temm. 
. Cingle. — Cincliis. Bech. 

. Myophone. — Myiopho 
neus» Temm. 



. TiMALiA. — Timalia. 
Horsf. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



ealum. 



o 
5o8 

565 

F. I 

275 
F. 1, 



94û 



color. 



274 

71 



DENOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Merle cendre' des Indes, 



Merle de Surinam 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME 



137 
147 

F. I . 
453 

F. 2. 

382 

F. I. 
592 



170 

76 

F. I. 
593 
F. 2. 



Merle cul jaune. 

Brunet du Cap. 

Merle huppé de la Chine. 

Merle du Cap. 

Merle des Indes. 



Merle d'eau. 



Brève bleuet . 



Brève thorachique. 



Merle cendrillard. 

d'Amboine. 

— — alecto. 

moloxita ou la reli- 



gieuse. 
Turdoïdeazurin. 

à épaulettes rouges. 

— — cul jaune ou le bru 
noir. 

brunet. 

folâtre. 



cul rouge, 
pie ou oriental 



ensanglanté. 

cap-nègre, 

cap-bronzé. 



écaillé 



verdin. 

Crocias à gouttelettes. 
Cincle plongeur. 
Myophone luisant. 
bleuet. 



Timalie thorachique. 

— tachetée. 

— poliocéphale* 



SYNONYMIE LATINE. 



Turdus cinerascens. GmeL 

amboinensis GmeL 

surinamensis. GmeL 



monachus. GmeL 

'■4 

Ixos azureus. Temm. 

phœnicopterus. Te7n. 

Levaillantii(i). Tejn. 

capensis. Temml 

jocosus^/emeria. Tem* 

— Lanius* Auct. 
cafer(2) Temm. 



orientalis. Temm 



dispar. Temm . 

' a triceps (3) . Temm . 

chalcocephalus. Tem. 



squamatus. Temm. 



virescens. Temm 



Crocias guttatus. Temm. 
Cînclus aquaticus. Bechet 

Myophoneus metallicus. 

Temm . 
glaucinus. Temm, 

Par erreur sous Pitta glaucina. 
Timalia thoracica. Temm. 

^ maculata. Temm. 



— poliocephala. Temin, 



(1) Cette espèce distincte figure dans les Méthodes comme variété de Turdus capensis. 

(2) Décrite sous Turdus cofer, et en double emploi sous Muscicapa hœworrhous. 

(3) Ces espèces portent dans le texte des planches coloriées le nom de Turdus j qu'il faut ch^inger contre Ixos, 



.\- 



i6 



TABLEAU MÉTHODIQUE, 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



7. Brève. — Pitta.\ieil\, 



S.EupÈTE. — Eupetôs^Tem, 



9, FOURMÎLLIER.— i]^jK?0- 

fhera. Illig> 



NUMERO 

DES PLANCHES 



enlum. color. 



555 

258 
89 



706 

F. I. 



70Ô 
F. I. 
821 
700 
F. 1 
823 
F. 1. 

[560 

F.Q. 



F. I. 

F. 2. 
217 

353 



et 

218 



DENOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



212 

.547 

Sgo 
591 

^ o 

/5o6 



o 
k5i6 

573 
574 
592 



Merle de la Guyanne. 

Merle des Moluques. 

Brève cyanoptère. 
Merle de Bengale. 

Merle des Philippines, 



Roi des fourmiliers. 
Beffroi de Cayenne. 



Fourmillier de Cayenne. 



Sous le nom de Merle. 



DÉNOMINATION 



ADOPTEE DANS LE SYSTEME. 



Timalie porte-crins. 

— à gorge noire. 

Brève ge'ant mâle» 

— réveilleur. 
'— • azurin mâle. 



SYNONYMIE LATINE. 



]- 



cyanoptère. 
brachyure. 



— à tète noire. 

à ventre rouge. 

— — macklot. 

— gracieux mâle. 

— irène. 

— élégant. 
grenadin. 

— roi. 

beffroi. 

. — moucheté. 
Eupète à large queue, 
aJRX femelle. 

— bleuet mâle. 



.m • • • 



Fourmillier andromède.(i) 
colma la femelle. 



Timalia trichorrhos. Tem, 

nigricoUis. Te mm. 

Pittagigas. Temm. 

strepitans. Temm. 

cyanura. Vieill - 

Turdus. Auct. 

' cyanoptera. Temm. 

- — brachyura. Fielll. 
C'est Gr. Connus. 

atricapilla. Temm. 

erythrogaster. Temm. 



macklotis. Temm. 

— venusta Temm. 
irena. Temm. 

— elegans. Temm. 

— granatina. Temm. 

— grallaria. Temm. 
C'est Turdus gallarius. 

— - tiniens. Temm. 



têtema. 



— — palikour. 
.^ — grivelé. 
à cravate. 



— — macularia. T^/wm. 
Eupète macro ur us. Temm. 
— — ajax. Tfe/nm. 

'" cserulescens. Temm. 

Myiothera andromedœ. 
Temm- 

colma.— Turdus. 

Auct. 
— têtema. Temm. 



formicivora. — Tur- 
dus^ Auct. 

lineata. — Turdus- 

Auct. 

-cinnamomea. — T^^^' 

dus. Auct, 



(i ) Forme une section dans le grand genre Myiothera. Lorsque plusieurs autres espèces conformées sur le même plan auront été découvertes,: 
sera peut-être nécessaire d'en former un sous-genre, qu'on pourrait nommer Andromedon . 



TABLEAU METHODIQUE, 



^7 



;adre systématique 



NUMERO 

DES PLANCHES 
enlum. color. 



644 

F. I. 



706 

F.2. 

643 

707 
F. I. 
703 
F. 2. 

83i 

F. 2. 

644 

F. 2. 



/i85 

F. I 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



Merle roux de Cayenne, 



700 

F. 2. 
825 
F. 2. 

822 



701 
F.i. 

701 
F. 2. 



442 
F,i. 

^442 
F. 2. 

448 

F. I 

4^8 

F. 2 

448 

F. 3 

i85 

F.2, 



Manicup deCayenne 



Petit gobe-mouche. 

Petit merle brun à gorge 
rousse. 



555 

l32 
F. I 
et 2. 



DENOMINATION 



ADOPTEE DANS LE SYSTEME, 



Fourmillier roux. Unefe- 

melle. 
capistrate . . . 

musicien ou arada. 



SYNONYMIE LATINE. 



Myiothera rufîfrons. — 

T ardus. Auct. 
' capistrata. Temm. 



— -grisin mâle elfemelle^ 



manicup. 

— bambla. 

— pygmée... 

— pectoral . . . 

— gulaire... 

— à joues brûlées. 

— leucophris. 

— épilépidote. 

— grammiceps. 

— hausse-col . . 

— carillonneur. 

— tacheté. . . 
oreilles blanches. 



coraya 

alapi mâle. 

malure ..... 
à ailes rousses. 



arada. — Tardas. 

Auet. 

grisea. — Motacilla . 

Auct. 

albifrons. — Pipra, 

Auct. 

bambla. — Tardas. 

Auct. 

pygmea— iïfi^5cica/L>a. 

Auct. 

^QcloYdilïs.—'Turdus. 

AucU 

gularis. Temm. 

Timalia. Hors/. 
pyrrogenys. Temm. 

^ leucophris. Temm. 

' epilepidota. Temm. 

- — - grammiceps. Temm. 

melanothorax. Temm. 



■campanella — Turdus. 
Auct. 

nœvia Pipra. 

Auct. 
aurita. — Tardas. 

Auct. 
coraya. — Tardas. 
Aact. 
alapi. — Turdus. 

Auct. 
malura. Temm. 
rufimarginata. Tem. 



i8 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE. "ZZ^ 



NUMERO 


DES PLANCHES 


— -— " 


—- — 


eulum. 


tolor. 




/I 32 




F.3. 




4'^. 




et 2. 




.179 
F.3. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



DÉNOMINATION 



ADOPTEE DANS LE SYSTEME- 



Foarmillier châtain, 



— tachet. 



gorgçret mdle^ 



SYNONYMIE LATINE. 



Myiothera ferruginea. 

Tem. 
stictothorax. Temm, 

^- mentalis. Temm, 



TROISIÈME VOLUME. 



10. Bat ARA. — Tamnophi- 
lus. Vieillot. 



1 1 . PiE-GRiÈcHE. — Lanius. 
Linné, 



228 
F. 2. 



477 

F. I. 



/256 

F. 2 



^72 
o 



579 
479 

F. I. 

479 

F. 2. 

32 

F. I. 



9 

F. 2. 

5i 

F. I 

et 1. 



11 



Ecorcheur de Madagascar. 

ou vanga . 
Pie-grièche rayée. 

Le Verderoux. 



Pie-grièche du Gap. 



Merle à collier du Cap. 
Merle noir et blanc d'Abys- 

sinie. 
Merle brun idem» 

Pie-griêche de Louisiane. 



Pie-grièche d'Italie. 



Batarn vanga rnâle^ 

— rayé mâle, 

verderoux (r). 

Pie-grièche à casque. 

; grise. 

fiscal. Vaille 



— masquée. 



bacbakiri mâle. 



Tamnophilus curvirostris. 
Tem. Lanius. Aul 
' striatus. VieilL 



guianensis. Temm, 



boubou mdle» VailL 

pi. 68,%i. 

' — ■ — boubou femelle. 
FailL fig. 2 

tête grise. 

à tête noire. 

à huppe rousse. 

— - — à poitrine rose. 
rousse mdle. 



— ecorcheur mâle ti fe- 
melle. 



Lanius frontatus. Tem- 

excubitor. Linn, 

collaris. Linn* 



personatus. Temnu 



• zeylonus.-T^^r<i.^^/c^ 

— eethiopicus. — Turdm- 
Auct. 

Id. sous le nom de T. 

abyssinicus» Aucl 
americanus. Lath. 

— erythropterus. ShaW' 

— canadensis. Linn- 

minor ou italicus. 

Lath* 

-— rufus ou rutilus. 

Lath' 

— Gollurio. Briss. 



Pie-grièche rousse. 

i) Domié par Baffoo clans la selle des Tamjams, et par Vaillant, Ois.d'Af., squs le nom de Pie-^nér?iesourdls-row.T. Le Tanaqra quianensis des méthodes- 



TABLEAU METHODIQUE 



ï9 





NUMERO 


DÉNOMINATION 


DÉNOMINATION 


' 


ADRE SYSTÉMATIQUE. 




à supprimer 




SYNONYMIE LATINE. 




.nlum. 

477 

F.,i. 
298 


color. 


PORTÉE SUR LA PLANCHE. 


adoptée dans le système» 




• 




Pie-grièche roussâtre fem. 


Lanius rutilans. Temm, 


"^ 




Pie grièche rousse da Mada- 


schet-bé (i). 


— madagascariensis. 




F. 2. 




gascar. 




JBriss. 




56 




Pie-grièche du Sénégal. 


gonolek. 


barbarus. Linn. 




297 




Pie-grièche grise du Sé- 


— — à bandeau noir. 


senegalus. Lmn. 




F. I 




négal. 








574 




Grande pie-grièche verdâ- 
tre de Madagascar. 


— ■ — tcha-chert-bé. 


leucocephalus. Lin. 




32 




Pie grièche de Madagascar. 


tcha-chert. 


viridis. GmeL 




F. 2. 

298 

F. 1. 






► hieiip m.nlp. 


bi color. Linn. 






Petite pie-grièche deMada- 


cali-^cali mâle. 


madagascariensis. 








gascar. 




Linn. 






^256 

F. I. 
589 




bridée zna/^. 


— — -virgatus. Temm. 


2. Allotrie. — Allotrius. 


v 




Allotrie ailes jaunes mâle> 


Allotrius flaviscapis. Tem. 


Tiémm. 




F. I. 












589 
F. 2. 




fpnobarbe. 


~ aenobarbus. Temm. 


5. Bécarde. — Psaris. 


3o4 


Pie-grièche grise de 


Bécarde grise adultes 


Psaris cayanus. Cuv- 


Cuvier. 






Cayenne. 








377 




Pie-grièche lachetéci 


làeia jeune. 


idem. 




83 1 




Gobe-mouche roux à poi- 


' oranga. La femelle de 


aurantius.— Musei- 




F. I 




trine orangée. 


cette espèce^ le mâle 
est vert* 


capa* Auct. 




687 




Manakin cendré de 


calotte polie mâle. 


atricapillus. — Pipra. 




F. I. 




Cayenne. 




Auct. 


i- Langrayan; — Ocyp" 


Q 




Pie-grièche de Manille. 


Langrayen leucorinque. 


Ocypterus leucorhinchus. 


terus* Cuviep. 


F. ï 








Valenc. 




\ 


4qq 




sanguinolent. (2) 


sanguinolentus. Tem. 


5. Crinon. — Trichopho" 




/ 88 




Crinon barbu. 


Trichophorus barba tus. 


rus. Temm. 










Temm. 


5. Drongo. — Edolius. 




y 70 




Drongo azuré 77za/^ de Java. 


Edolius puellus. — Cora- 


Guyier. 




476 




idem mâle en mue. 


cias. Auct. (3) 



(1) Je n'ai pas eu cette espèce ea nature. A juger par la planche citée, on serait en droit d'en faire un Langrayen (ocypterus). 
(?) Formera probablement le type d'un genre ou groupe nouveau, dans la famille des Lanides. 
(3) M. Horsfield, Zool. Kesearc. in Java^ en fait un genre sous le nom de Irena. 



20 



TABLEAU METHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 


NUMERO 

DES PLANCHES 


DÉNOMINATION 

à supprimer 


DÉNOMINATION 


SYNONYMIE LATINE 






enlum. 


Color. 

225 


PORTÉE SUR LA PLANCHE. 


ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 










Drongo azuré femelle de 














Sumatra. 








6o3 




Choucas des Philippines. 


— — balicasse/<?m^//^ (i). 


balicassius. — Corpus 

Ami 






226 




Choucas moustache. 


moustache (2). 


hotten lotus. — Cor- 

i>us. Aucu 






189 




Gobe-mouche huppé. 


huppé. 


Juct. 











Indiqué sous Fingah. 


Finga. F'aiM,!^* 17. 


caerulescens. — La* 

nius^ Aucu 









'I78 


Indiqué sous Drongo de 
Malabar. 


à raquettes. Faili. , 

pi. 175. 
. ■ à ranips jnr^/p. 


setifer. — Lanius. 

Auct. 

' remifer. — Temm, 

Ceblepyris canus, — Mus- 


'7- 


ECIIENILLEUR. — Cebh- 


541 


Gobe-mouche cendré dé 


Echen<illeur kînkimanou. 




pyris, Cuvier. 






Madagascar. 




cicapa. Auct. 






« 


278 




bicolor. 


t bicolor. — l'emm. 






63o 




Choucari de la Nouvelle - 
Guinée (5). 


— — à bandeau? 


papuensis ? ^Corvus, 

Aucl 






629 




Choucas de Nouvelle-Gui- 
née. 


plombé. 


Novae Guineœ. — Cor- 
vus» Auct. 






604 


280 


Merle de la Chine (4). 


à lunettes. 

à barbillons, le mâle. 


perspicillatus. — Tur- 

dus. Auct. 
: lobatus. Temm. 






, 




idem femelle. 










M9 

. 25o 




frangé ma/e. 

. idem/^/72^//^. 


























382 

F. 2. 


Turdoïde oranga. 


oranga mdle. 




18. 


CoRACiNE. — Coracina, 
Vieillot. 




255 
^40 




Coracine céphaloptêre. 

ignite. 

piauhau. 


Coracina cephaloptera. 

Vieill 






58i 


Grand gobe-mouche. 


rubricollis. Temm. 






521 




Choucari chauve. 


chauve. 


calva. — Corçus.Juc 






609 






col-nu mdle» 


nuda .^Cestgracula 

nuda etfœdita. 











(1) Le mâle a un plumage plus brillant et poite des crins à l'occiput. 

(2) A juger par cette pi. 226, on en ferait un Drorz^o.Nous classons l'espèce dans ce genre, en faisant la remarque qu'elle n'a pas été yueen nalun 
le sujet figuré par Buffon n'existe plus, 

(3) Je classe celte planche provisoirement dans ce genre, mais il reste quelque doute si l'espèce que nous y rapportons est en effet la même qu 
celle sur laquelle BufFon a fait dessiner et graver, le sujet dont il a fait usage pour la pi. 63o n'existant plus. 

(4) Celte espèce a clé omise dans le tableau du genre Échenilleur publié dans cet ouvrage. 



TABLEAU MÉTHODIQUE 



21 



\DRE SYSTÉMATIQUE. 



y, CoTiNGA. — Ampelis 
Linn. 



o. AvÊRANo. — Casma- 
rhynchos. Temm 



i. Procné. — Procnias. 

iiiig. 

2. EuRYLAiME. — Eurylai' 
mus* Horsf. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



ni II m. 



378 

279 

699 

188 

186 
229 
624 
5i5 



color. 



-"363 



795 
794 



3. RCPICOLE. 



Rupicola. 
Briss. 



39 

74? 

745 



^5i 



+ 568 
383 
- 5 



297 

598 
i54 



./ 



i3o 

I i3i 
261 



DENOMINATION 

à supprimer 

PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



Cotinga gris de Cayennc. 
Cotinga du Brésil. 



Grive de Cayenne 



Le Caxotolotle, probable 

ment un cotinga. 
Cotinga blanc. 

fdem femelle. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Cotinga ouelte mâle. 

pacapaca mâle* 

id. jeune (2). 

— — cordon bleu mâle. 

bleu mâle. 

des maynas mâle. 

quereiva mâle. 

idem jeune ou fe- 
melle (^). 
coqueluchon. 



Ave'rano caroncule mâle 
adulte* 

là. jeune mâle, 

guira-ponga mâle. 

ara-ponga mâle. 

\à.femelle* 

Procné tersinema/^ etfem. 

Eurylaime corydon. 

-— — psittasin. 
nasique. 



2l6 



Coq de roche. 

Femelle de coq de roche. 
Coq de roche du Pérou. 



horsfield jnâle. 

— — id. jeune. 

à capuchon. 

Rupicole orange mâle, 

id. femelle. 

péruvien mâle. 

— — verdin mâle. 



SYNONYMIE LATINE. 



Ampelis carnifex (i). Linn, 

— — pompadora. Linn. 

— —cotinga. Linn. 

— cœrulea. Temm. 

maynana. Linn. 

cayana. Linn. 



^ cucullata. Temm. 

mexicanus. — Tur- 

dus. AucL 
Casmarhynchos caruncuîa- 

tus. Temm. 



variegatus.™ Ampe- 
lis. Auct. 
nudicoUis. Temm. 



Procnias tersa, — Ampelis. 

Auct. 

Eurylaim us corydon. Tem* 

' psittacînus. Temm. 

nasicus. Temm. 

Todus. Auct, 
^— — horsfieldii. Temm. 



'^ cuculatus. Temm. 

Rupicola aurantia. — Pi 

pra. Auct. 

> peruviana. 

viridis (4). Temm. 



(1) C'est aussi Jwpclis ciiprea^ Lalh. Ind.orn., p. 366, sp. 85 et Merrem, av. t. i, f. 2. 

(?0 Indiqué en double emploi sous Laniusnengetay Gmel. sp. 7, var. ; et sous Ampelis cinerea. Lath., sp. 1 1 

(3) Indiqué dans le système sous Turdus cajennensis . Gmel, p. 816, Latb. sp. 19. 

(4) ÎVl. Horsfield en fait un genre sous le nom Calyptomena. 



6 



22 



TABLEAU MÉTHODIQUE, 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



24. Tanmanak. — Phiba^ 

lura. Vieill. 

25. Hypotime. — Hypo- 

thymis. Licht. 

26. Manakin. — Pipra. . . . 

Linné. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



i'iîlum. color 



27. PSALTRIE. 



Psaltria, 
Temm. 
28. Pardalote. — Parda- 
lotus- Vieil!. 



687 
F.i. 
5o5 

F. 2. 

54 
F. 3. 
502 
F. 2. 

54 

F. I. 
34 
F. 2. 
524 
F. 

324 
F. 2 



502 
F. 1 

3o3 

F. I. 



1 1 



452 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Manakin noir huppé. 
Manakin vert huppé. 

Manakin orange. 



54 
F.3. 

54 

F. I 
et 2. 



172 
F. I 

172 
F. 2. 

600 
F. 4. 

78 

-S94 
F. I. 

594 

F. 2 



DÉNOMINATION 



adoptée dans le système. 



Tanmanak à bec jaune. 

hypotime cul d'or, 

Manakin tige mâle. 

id. jeune mâle, 

rouge mâle^ 

id. i^ariété* 



à tête d'or. 

à tête blanche. 

-— à gorge blanche. 

à front blanc. 

à tête rouge. 

^rubis mâle et femelle > 

casse-noisette. 

id. variétés 



chaperonné, 
verdi n. 



Psaltrie mignonne. 

Pardalote pointillé mâle et 

femelle ' 
paré. 

. poignardé mâle. 



SYNONYMIE LATINE. 



Phibalura flavirostris. 

Fieili 
Hypothymis chrysorhoëa. 

Licht. 
Pipra pareola. Linn. 



— auréola. Linn> 



erythrocephala. 
Linn. 
leueocilla. Linn^ 



gutturalis. Linn. 



serena. Linn. 

' rubro-ca pilla. Bm^> 

strigilata. P, Max- 

— ' — manacus. Linn. 

^1 pileata. Natt. 

^^ — — chloris. Natt. 
Psaltria exilis. Temm. 

Pardalotus punctatus. 

Vieili 
i ornatus. Temm- 

' percussus. Temm. 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 





NUMERO 

DES PLANCHES 


DÉNOMINATION 


DÉNOMINATION 


— 


;adre systématique. 




à supprimer 




SYNONYMIE LATINE. 




enlum. 


eolor. 
€00 


PORTÉE SUR LA PLANCHE. 


ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 








Pardalote plastroné mâle 


Pardalotus thoracicus. 






F. I 




et femelle. 


Tejnm» 






et 2. 












600 
F. 3. 




grivelé jnâle. 


— — maculât us. Temrn. 


g. ToDiER. — Todus. . . . 
Linné. 


585 






Todier vert mâle. 


Todus viridis. Linn. 


F. I 








et 2. 








' 




565 




Todier de Cayenne. 


tic-tic (i). 


— cmereus. Linn, 




F.3. 










0. Platyrinque. — Pla^ 


21:2 




Tyran du Brésil. 


Platyrinque bentaveo. 


Platyrhynchus pitangua.— 


ryrhinchus. Desmar. 










Lanius. Auct, 




- 


12 
-F. 1. 

T 9 




olivâtre. 

cancrome. 


— . — olivaceus. Temm. 
• cancromus. Temm. 






-F. 2. 




I. MOUCHEROLLE. MuS- 


289 


Tyran huppé de Cayenne. 


Moucherolle roi. 


Muscipeta regia. — Todus. 


cipeta. Cuvier. 










Auct. 




83o 
567 






barbichon. 

gorge • rousse fe- 


barbata. Temm. "' 

colla ris. Temm. 














F. 3. 






melle (2). 






573 




Gobe -mouche huppé de 


bourbonien. 


borbonica. "Temm. 




F. I. 




Bouibon. 








573 




Gobe-mouche huppé du 


tcheitrec. Vctill.,pl. 


crislata. Linn. 




F. 2. 




Sénégal. 


142. 








584 




principal mâleetjem. 


— — princeps. Temm. 


' 


248 




Gobe- mouche longue 


■ 
— — chet-noir. FailU^ 


mutata. Temm. 




F. 2. 




queue. 


pi. 148. 






248 






chet-roux. VailLy 

pi. 147. 


holosericea . — Mu- 
tata^ par. Auct. 




F. I. 








234 




Gobe-mouche blanc huppé 


tcheitrecbé-blanc. 


paradisi. Temm. 




F. 2. 




du Cap. 


VailL,^\, 145. 






234 




Gobe-mouche roux huppé 


Icheitrecbé-roux. 


^-castanea (5). Temm. 




F. I. 






F ail L y pi. 146. 




2. Drymophile.— Drymo- 


X. 


'334 


Gobe-mouche voilé. 


Drymophile voilé, le mâle. 


,1 

Drymophila vêla ta. Temm 


phila. Te mm. 













(i) On pourrait ranger cette espèce avec le Gobe-mouche., ou bien la sectionner ici. 

(2) L'individu figuré est femelle ; le mâle a la gorge blanche et un large ceinturon noir sur la poitrine. 

(3) Voyez le double emploi sous Muscicapa cristala capensis de Brisson, et Vpupa paradisea Linné et Lath, 



H 



TABLEAU METHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



35. .Tyran (i). Tyrannus':^ 
Cuv. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



eulum, color 



249 
296 

537 
676 
453 

F. 2. 
453 
F. 
569 
F. I. 

5.7 I 
F. I. 

569 
F. 2. 

677 

571 
F. 2. 



34. GOBS-MOUGHE. Mu& 

clcapa, Linné. 



4i8 

F. 2. 
430 
F. 2. 

418 
F. I. 
450 
F. I. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



DENOMINATION 



ADOPTEE DANS LE SYSTÈME. 



Geai à ventre jaune, ou 

garlu de Cayenne. 
Bëcarde. à ventre jaune. 



286 



Gobe-mouche de la Caro- 
line. 
Gobe-mouche tacheté. 

Gobe-mouche roux de 

Cayenne. 
Gobe-mouche huppé de 

Virginie. 
Petit tyran de Cayenne. 



Moucherolle à queue four- 
chue. 
Tyran à queue fourchue. 



Drymophile militaire. 

cendrillard. 

— — tribande mdle^ 

aleclo. 

Tyran tictivé. VieilL^ 

pl-47- 

Le même que le précédent, 
mais mieux enluminé que celui de 
la planche enlum. 249» 

titiri. FieilLy pi. 46. 

pipiri. VieilLf pi. 44* 

— — caudec. 

roussard. 

verdâtre . Vieill. , 

pi. 45. L^ adulte* 

Le jeune du précédent, et dont 
le Tyran de la Louisiane de Buf- 
fon est un double emploi. 

ventre jaune. VieilL^ 

pi. 4i« 
queue fourchue. 

^~, — ,sa vana . VieilL^ pi . 43 . 

Gobe-mouche yctapa mâle> 



SYNONYMIE LATINE. 



Drymophila carinata, 

Temm 
' ^inerascens. Temm. 

^ trivirgata. Temin. 

alecfo. Temm. 

Tyrannus sulphuratus. ^ 

Corms. Juct. 
C^estLanius sulphura- 
tus. Juct. 

titiri. — Lanius tj- 

rannus. Aucl. 

carolinensis. — L«- 

nius. Juct. 

audax. —Muscicapa. 

Juct. 

rufescens. — Musci- 

capa, Jucl 

crinitus. — Mucci- 

capa. Jucl 

crinitus. — Jup. Lai 

M.ferox et Ludo' 
viciana. Jucl 

cayennensis. — Mm- 

cicapa. Juot 

— forficatus. — Musci- 
capa. Jucl' 

— sa vana. — Muscicap 
tyrannus. Ju^^' 

Muscicapa psalura. Tem^^' 



{i) En séparant les oiseau,x réunis sons le nom de Tyrans des Gohe-mouches proprement dits, et ceux-ci des Gobe-moiic/ierons,]e ne fais que suivr« 
la route tracée par quelques méthodistes 5 ces coupes n'ont aucune limite stricte et naturelle. Il faudrait, à la rigueur , isoler le plus grand nombre 
de ces oii?eaux preneurs d'insectes, et former à peu près autant de coupes nouvelles qu'il y a d'espèces connues. Lorsqu'on veut appliquer à la nature 
l'échafaudage méthodique très-compliqué que les novateurs veulent faire adopter , on trouvera tout au plus trois ou quatre espèces à réunirent" 
genres et la plus grande difficulté à vaincre sera d'exprimer, par lemoyen de termes usités dans nos langues vulgaires, toutes ces nuances légères et ces 
passages gradués dont le bec de ces oiseaux présente les formes très- variées. Voyez, pour plus de détails illustrés par la gravure, les articles du présent 



ouvrase. 



TABLEAU METHODIQUE. 



ADRE SYSTÉMATIQUE, 



NUMERO 

DES PLANCHES 



euh 



565 

F. I. 

565 

F. 2 

et 3. 
668 
F.i. 



colc 



296 

i55 
265 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



666 

F. I. 

O 



707 
F. 2. 



3o 
226 

596 

F. I. 

596 
F. 2. 
470 
577 
F. I. 
577 
F. 2. 

1^9 



Le Bec-figue et traquet 
d'Angleterre. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME 



Gobe-moQche yetapa fem. 



petit-coq mdle et fe^ 
melle . 

vermillon mâle et fe- 
melle. 



Gobe-mouche bleu des 
Philippines. 

MoucheroUe des Philip- 
pines (2}. 



— — flammea mâle et fe- 
melle. 
vulgaire ou gris (i). 

— — à collier, en été^ mâle 
etfem^elle^ 
- — bec-figue, en hiver. 



SYNONYMIE LATINE, 



— à gorge-bleue mâle et 

femelle* 

— chanteur mâle et fe 

melle^ 

— ëlëgant mâle. 



pyrhoptère mâle. 

bleu-noiret mâle. 
narcisse mâle. 



mugimaki mâle. 

véloce mâle et femelle. 

— — petit-azur. Faill.y 

pi. i55. 
moucherolle. 

manikor? 



Muscicapa psalura Ç. 

alector. P. de Neuw. 

' miniata. Temm. 

•— — flammea. Forst. 

grisola. Linn. 

albicoUis. Temm* 

luctuosa. Temm. — 

Sylçia fcœdula. 

^uct. 

hyacinthina. Temm. 

— — cantatrix. Temm. 

' elegans. Temm. 

pyrhoptera. Temm. 

" cyanomelana. Temm. 

— narcissina. Temm. 



mugimaki. Temm. 

hirundinacea. Reinw, 

—- cœrulea. Lath. 

philippensis. Latk. 

papuensis ? 



(1 ) Nous classons les Go5e-moi/c^e5 proprement dits par ordre géographique, en plaçant à leur tête les espèces d'Europe, puis celles d'Asie, 
Afrique et d'Amérique. 

(i) Espèce non figurée, que nous n'avons pas vue en nature, et qui est classée ici avec doute. Nous classons encore dans cette section la pi. enl. 707, 
[. 2, mais avec la remarque que nous n'avons pas eu occasion de voir des sujets de cette espècej elle est inscrite dans le système sous le nom de Pipra 
ipuensis. 



2D 



TABLEAU METHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



enlum. 



672 

F. I. 
567 

F. I 

et 2. 

O 
F. 3. 



568 

F. 2. 

568 

F. I. 

675 
F. 2. 
675 
F. ï 

566 

F. 3 

566 

F. I 

et 2. 

O 

O 

574 

F. 3, 



574 
F. 2. 
574 
F. 1. 



color. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 

PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



17 



t44 

F.3. 



Gobe-mouche du Cap ^ le 

mdle (i). 
Gobe-mouche à bandeau 

blanc et à poitrine noire, 

le mdle. 
Gobe-mouche de Fîle de 

France. 
Gobe-mouche de Pile de 

Bourbon (2), 



Gobe-mouche brun de 

Martinique. 
Gobe-mouche huppé de 

Martinique. 

Gobe-mouche rouge 

huppé. 
Le Gilit de Cayenne. 

Gobe -mouche à ventre 

blanc. 
Gobe-mouche d'Amérique. 

Gobe-mouche brun de Ca- 
roline. 

Gobe-mouche noirâtre de 
Caroline. 

Gobe-mouche tacheté de 
Cayenne. 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Gobe-mouche olive de 

Cayenne. 
Gobe-mouche brun de 

Cayenne. 



Gobe-mouche molenaar. 
J^ailL,p{, i6o5fig.i et 2 

pririt. VailL^ pi. 161 , 

le mâle- 



ondulé. 

à vei re roux. 

plombé vîâle et fe- 

vielle* 
bruno ou pétechia. 

à huppe blanche^ la 

femelle* VieilL, pi. 
37, Z^ mâle. 

rubin mâle. 

pie ou gilit. 

id. 



SYNONYMIE LATINE. 



— petit noir-aurore 
mâle et femelle. 

— ravisseur. — Wilson. 
pi. i5, fig, 2. 

— • noirâtre. Vieilh 
pi. 40. 

— ikmboyant/é'/72^//^. 

'- id. vieux mâle (5). 

— agile. 

— fuligineux. 



Muscicapa pisti inaria 

Temm, 
senegalensis. Linn, 



undulata. Lath. 

- — - rufiventris ?i^a//^. 

caesia. P. Max. 

— — pétechia. Linn. 
martinica. Linn. 

coronata. Lath. 

— — bicolor. Lath. 

id, 

ruticilla.iz'ww. 

rapax. fVils. (5). 

fusca. Lath* (4)« 

— virgata ^*Lath* 

— id. cP». 
— * agilis. Lath* 

-« fuliginosa. Lath. 



(i) La même planche 572, fig. 2, sous le nom de Gobe-mouche à collier du Cap, représente le Traquet pâtre, 

(2) Pourrait bien être du genre Traquet (saxicola.) 

(3) Indiqué en double emploi dans les méthodes, sous Muscicapa virens et acadica*. 

(4) Et en double emploi sous Muscicapa phœbe et atra. 

(5) J'ai publié cet oiseau^ à tort présumé inédit, sous le nom de Muscicapa /lammiceps ; cesera le mâle de M. Virgata. 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



^7 



DRE SYSTÉMATIQUE 



NUMERO 

DES PLANCHES 



enlum. 



color. 



, Gobe-moucheron. — Ty- 
rannulus.YieïW, (i). 



Mérion. — Malurus. 
Vieil!, 



714 
F. I. 



708 
F. 2. 



762 

F.2. 



144 

F. I. 

144 
F. 2. 

167 
F. I. 
167 
F. 3. 
167 
F. 2. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



275 
F. 

275 
F, 2. 
275 
F. 3. 



385 
65 

F. I. 

F. 2. 
466 
F. I. 
466 
F, 2. 
466 
F. 3. 



Gobe-mouche de la Caro- 
line et de la Jamaïque. 
Tangara gris-olive. 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Roitelet mésange 



Fauvette tachetée du Cap. 

Petite fauvette tachetée , le 
mâle. 



Gobe-mouche double-œil 

mâle» 
distingué mâle» 

gorgeret mâle* 

— — à queue grêle mâle* 

paille mâle. 

Gobe-moucheron verdâtre 

FieilL, pi. 53. 
gris-olive . 

— — passe-gris mâle. 

ventru mâle. 

— — verdin mâle* 

— — ' roitelet. 

M.évïon hvïàé vieux mâle* 

galactote. 

longibandes . 

grêle, 

criard. 

polycre. 

—— Auteur. VailL^ pi. 

112, f. 2. Merle. 
— — • capocier. FailL,^\, 

129 et ï3o. 



SYNONYMIE LATINE. 



Muscicapa diops. Temm. 

eximia. Temm. 

- — -gularis. Temm. 

— — stenura. Temm. 

-^ — straminea. Temm. 

Tyrannulus olivaceus. — 

Muscicapa . Auct* 
griseus. Temm, h,jJ ^ 

— ._. obsoletus. Temm* 

' ventralis. Temm. 

' virescens. Temm. 

— — elatus. — Sylpia.jéuc. 

Malurus frenatus. Temm. 

^ galactodes. Temm. 

"' marginalis. Temm. 

— •— gracilis. Temm. 

—■ — damans. Temm. 

" polychrous. Temm, 

— ^-— africanus. — Mota- 

ci lia et Syhia* Auc, 

— ^ — macrourus. — Sylma* 

Auct. 



) Nous classons dans ce genre les espèces indiquées dans les genres Virea et Tyrannulus de Yieillotj elles sont réparties dans les genres 
cicapa, Sjlvia et Tanagra des méthodes. 



,8 



TABLEAU MÉTHODIQUE, 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



eului 



37. Ortotome. — Ortho- 
tomus. Horsf. 



38.Synallax. — Synallaxis, 
Vieill. 



59. Bec-fin. ~ Sylvia (1). 
Lath. 



582 

F.2. 



5i3 
58 1 

F. 5. 
o 

655 

F. 2. 



6i5 

F. I. 
O 



F. I. 



color. 



599 

F. I. 

599 
F. 2. 

599 
F. 3. 

O 

O 

227 
F. I. 
227 
F. 2. 
227 
F. 3. 
3ii 
F. I. 

5ii 

F.2. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Figuier tacheté du Sénégal, 



DÉNOMINATION 



ADOPTEE DANS LE SYSTEME, 



Mérion tachet. 
Ortotome sépium, 

e'dèle. 

— chaperonné 



— — " soyeux. 

à gorge noire. 



245 

F. 2. 



25l 
F. I. 



Fauvette tachetée et la lo- 

custelle . 
Fauvette de roseaux (2). 



Le Rossignol ordinaire. 

Grand rossignol, 
Galactote . 

La Fauvette. 



Synallax ardent 
— — albane. 
— — grisin. 

— damier . 

— à filets. 
Bec-fin rousseroUe. 

locustelle. 

éfarvatte ou des ro- 
seaux, 
bouscarle. 



SYNONYMIE LATINE. 



— à moustaches noires. 



•— rossignol. 



philomèle . 

— -^ — rubigineux. 

Orphée femelle* 



Malurus undatus,— Syte'a 

undata. Auct, 

Orthotomussepium. Hon, 

— — edela. Temm. 

— — cuculatus. Temni. 

• — — sericeus. Temm, 

• nigricoUis. Temm. 

Synallaxis rutilans. Temm, 

— ^ — albescens. Temm. 

^ cinerascens. Temm, 

tessellata. Temm, 

— — setarîa. Temm* 

Sylvia turdoïdes — Turdus 
arundinaceus» Aucl 
locustella. Lath, 

arundinacea. Lath^ 

cetti. Marm, 

■ melanopogon. Teni' 

luscinia. Lath- 

philomela. Bech- 

_— galactodes. Temm^-" 
Rubiginosa. Man- 
— -^ orphea. Temm* 



(i) Nous classons aussi par ordre géographique les espèces très- nombreuses de ce genre. 

(2) Mais pas sous ce nom j la pi. enluna. 58i fîg. 2, qui est SjMa hippolais. Voyez les autres emplois doubles <3es espèces de Syhia 4'Europ ? 
dans ie Manuel. 



TABLEAU METHODIQUE. 



29 



\DRE SYSTÉMATIQUE 



NUMERO 

BES PLANCHES 



calum. 



58o 

F. I 
et 2. 



^79 

F. 2. 
F. 3, 



58o 

F. 3. 

655 

F. I. 



36 1 

F. I. 
610 

F. I, 

2 
et 3. 



O 

35i 

F. I 

et 2. 

58 1 

F. 2. 



65 



)lor. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



245 
F. I. 



24 
F. 2. 

25 ï 
F. 2 

et 3. 

6 

F. 2. 



6 

F. I. 



24 
F. I 



245 
F. 3. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Petite fauvette. 



Rossignol de murailles de 

Gibraltar. 
Rouge-queue à collier (2). 



Fauvette de roseaux . 



Bec-fin Ruppel 772t^/^. 

à tête noire mâle et 

femelle, 
sarde mâle. 



SYNONYMIE LATINE. 



subalpin, en été^ mâle 

et femelle. 
id. €iprès la mue, 

fauvette ou des jar- 
dins. 
grisette (i). 

— — à lunettes mâle. 



babillard. 

pitte-chou. 

— -— passerinette mâle, 

rouge-gorge mâle. 

gorge-bleue mâle^ 

femelle et par* 

rouge- queue. — 

Naum. tab. Sy. 



— —de murailles mâle et 
femelle . 
' à poitrine jaune. 

siflleur mâle, 

— — pouillot ou chantre. 



Sjlvia Ruppelii. Temm. 

— atricapilla Lath, 

' sarda. Marm. 

' subalpina. Temm, 

id. 

hortensis. Bech., sed 

non ^uct, 
cinerea. Latà, 

— — conspicillata. Mann. 

curruca. Lath, 

provincialis ou dart- 

fordiensis. Lath, 
' passerina. Lath* 



rubecula. Lath» 

suecica. Lath, 

tithys. Scop, 



phœnicurus. Lath, 

hippolaïs. Lath. 

'^' sibilatrix, JBech. 

trochilus Lath. 



(1) Voyez aussi le jeune de cette espèce, BufFon, pi. enl. 58i, fig. i. 

(2) Donné daus la méthode sous Sylvia erithaciis. C'est un assemblage indigeste à exclure de la liste nominale. 



8 



3o 



TABLEAU METHODIQUE, 



CADRE SYSTÉMATIQUE 



V- 



NUMÉRO 

DES PLANCHES 
enlum. Color. 



o 



654 

F. I 
et 2. 

584 

F. I. 

584 

F. 2. 

584 

F. 3. 

582 

F. 1. 

582 

F. 5. 

7o5 

F. I 
et 2. 

7o5 

F. 3. 
O 



^4 

F. 3. 

6 

F. 3 



396 



752 
F. I. 

F. I. 



295 
F. 3. 

570 



57 



DENOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Petite fauvette rousse. 



Sous les noms fig. i de Fist 
de Provence et fig. 2 de 
Piroite ortolane (i). 

Figuier brun de Sénégal. 

Figuier blond id. 
Figuier à ventre gris. 



Figuier du Sénégal. 

Figuier bleu et de Bour- 
bon. 

Figuier bleu de Madagas- 
car. 

Le Chérie. 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Bec-fin véloce.Natim» tab. 
55 et tab, 5, fig. 11 . 
Natterer. 



cisticole. 



Gorge-rouge de Caroline. 

Fauvette tachetée. 

Fauvette tachetée de Loui- 
siane (2). 



bru no. 

blondin. 

grisin. 

à ventre jaune. 

ru fin mdle> 

petit-simon mâle et 

femelle, 
livide. 

chérie. VailL ^ pi. 

l52. 

cerclé. 

komadori viâle et fe- 
melle. 

bleu et roux mâle et 
fem^elle. 

akahige. 

brun ou tacheté. 
VieilL^ pi. 82. 

co u r on n é . FieilL 5 
pL 78. 



SYNONYMIE LATINE. 

Sylvia rufa. Lath. 

Nattererii. Temm, 



cisticola. Temm. 

inasciliensis et macu- 
la ta? Lath. 



fusca. Lath. 



subflava. Lath. 

liventer. Temm, - 
Subflava f var. Lath, 
fiiiyescens, Lath. 



— '— rufigastra. Lath. 

borbonica et mauri- 

ritiana. Latlh 
livida. Lath, 



— — madagascariensis. 

LatJh 
palpebrosa. Temm. 

komadori. Temm* 



sialis. Lath. 

akahige. Temm. 
noveboracensis et ti- 
grinajt/ar. Laih' 
coronata; umbria 
cincta et pinguis. 



(i) Deux figures dont les originaux n'existent plus, et qu'on n'a pas pu vérifier sur de nouveaux sujets. Ce sont probablement des espèpes du génie 
Bec'fin 5 nous les classons provisoirement à la suite des espèces européennes. 

(2) Voyez comme double emploi le Figuier couronne d' or , celui à ceinture et le grasset^ tous mentionnés dans le texte de Buffon. 



TABLEAU METHODIQUE. 



ADRE SYSTÉMATIQUE 



s f 



NUMERO 

DES PLANCHES 



enlum, 



7ÔI 
F. 2. 

F. 2. 

O 
O 

685 

F. 2. 

75i 

F. I. 

686 

F. I. 

58 

F. 3. 

666 

F. 2. 
O 

598 
F. 2. 

58 

F. 2. 

58 

F. I 
o 
O 

o 



color. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Figuier du Mississipi . 

Fauvette à poitrine jaune 
et figuier joues noires. 

Fauvette àqueue rousse. 

Fauvette gorge brune et 
ventre jaune. 

Figuier cendré du Ca- 
nada (2). 

Figuiercendrëde Caroline. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE BANS LE SYSTÈME 



Bec-fin jeune couronné. 



trichas mâle. Wils.^ 
pi. 18, fig. ^, femelle. 
rousse-queue (i). 



SYNONYMIE LATINE, 



— gorge brune. 

— bleu; le mâle. 



Figuier étranger. 
Gobe-mouche citrin. 



Petite grive de Saint-Do- 
mingue 

Figuier tacheté de Canada 
mâle. 

Figuier de Caroline /^?7îc 

Figuier vert et blanc (3) . 
Figuier à gorge orangée. 
Figuier tête cendrée. 



Figuier tacheté de jaune. 



— — à collier. TFils.^'çl 
28, fig. 3. 

cou-jaune mâle. 

— — blakburn. Tf'ils.^ 
pi. 23, fig. 3. 

—mitre. FieiL^lJVils.y 

pi. 26, fig. 3. 

tête rouge. — Edw., 

tab. 256. 

grivelette mâle. 



Sylvia trichas et marilan- 
dica. Lath. 

ruficanda. Lath. 

— — • fuscicoUis. Lath. 



caerulescens et cana- 
densis. Lath, 



— americanae et ludovi- 

cianae et parus ame- 
canus. Lath. 
■ pensilis. Lath. 

— — backburniae et chry- 

socephala. Lath. 
mitrata. Lath. 



— ■— citrinelle. Wils.., 

pi. 15, fig. 5. 
id.; la femelle. 



vert et blanc ? 

gorge orangée ? 

mouchet. Vieill..^ pi. 

94) mâle. Edw., t. 

^55 y femelle. 
' ■ ■ - brun ? 

— — • tigré. Vieill.^ pi. 94. 
à cravate noire. Edw.^ 

tab. 3oo. 
— — jaune gorge. 



petechia. Lath. 

— — aurocapilla. — T ar- 
dus. Auct. 
— ~ aestiva et albicollis. 
Lath . 



chloroleuca. Lath. 
auricollis. Lath. 



maculoca. Lath. 



fuscescens, Lath, 

tigrina. jLajÇA. 

virens, Lath. 

— •— dominica. Jjath. 



Q Figuier cendré à gorge 

jaune. 

\\) Celle-ci et la suivante sont classées ici sans avoir été revues en nature. 

» Voyez aussile texte de Bufïon Fawette bleuâtre de Saint-Domiogue, et Figuier bleu. Pour l'espèce suivante^ Figuier à gorge jaune donné 
nble emploi. 

(3) Nous n'avons pas vu ces deux espèces non figurées, mais décrites dans les œuvres de BujOfon. 



en 



32 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



enlum. 



)lor. 



o 

704 

F. I. 



391 
F. I. 
391 
F. 2 

685 

F. I. 
704 
F. 2. 

O 

O 

O 

o 



669 

F. 3 

669 

F. I 

et 2. 

O 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



293 
F.i. 



Figuier brun et jaune. 

Figuier à tête rousse. 
Figuier à tête noire de 
Cayenne. 

Figuier à ailes dorées. 

Figuier huppé. 

Figuier noir et jaune. 

Figuier olive de Cayen^pe. 

Figuierventre et têtejaunes 

Figuier à demi-collier (2). 
Figuier à gorge jaune. 
Figuier brun o\i\e jeune* 

Figuier cendré à gorge 

cendrée. 
Figuier bimblé ou fausse 

linotte. 
Le demi-fin noir et roux, 

le bananiste et l'habit 

uni de Bufifon (5)» 
Pitpit bleu de Surinam. 

Pitpit bleu de Cayenne . 

Pitpit vert et à coiffe bleue. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Bec-fin nain oz^pumile. 
yieill.ji^lo 100. 

— — tête rousse. 

— — gris de fer , k mâle. 
Edwi, t. 3o2, fe- 
melle. 

— — chrysoptère. TFils.^ 
pi. i5^ fig. 6. 

huppé (i). 

noir et jaune? 

olive. VieilLy pi. 81 

— protonotaire mâle. 

demi-collier. 

— à gorge jaune. 

— à gorge grise. Fieill., 
pi. 87, r adulte. 

— gris de-fer. Vieilh^ 
pi. 88. 

bimblé. Fieill.^'çl.'pZ. 



Dacni s velia ou varié (4). 

bleuet. 

cyanocéphale. 

mignon femelle. 



SYNONYMIE LATINE. 



Sylvia pumila. FieilL 

— ruficapilla. Lath. 
cœrulea. Lath. 



chrysoptera et flavi- 

frons. Lath. 
cristata. jLa^A. 

multicolor. Latk 

œquinoctialis. Lath 

— ^ — protonotariii . Larà. 

semitorquata. Latk 

fulva. Lath> 

— — fusca. Lath^ 

cana. Lath. 

palmarum. Lath> 

— bonariensis, bona- 

nivora et campes- 
tris. Lath. 

velia. Lath. 

-« — cayana. Lath. 

cvanocephala et li- 

neata. Laif^- 
venusta. Temm- 



(ï) Espèce à revoir ^ !e sujet décrit et figuré par BufFon n'existe plus. La pi. 891, fig. 2, représente aussi une espèce douteuse. 

(2) Celle-ci et la suivante doivent subir un nouvel examen. 

(3) Trois espèces mentionnées parmi les figuiers et les fauvettes, qu'il faudra examiner de nouveau avant de pouvoir les classer. Voyez aussi 
Fringilla cjanomelas ou demi- fin noir et bleu. 

(4) On peut former de cette espèce et dessuivantes une section du genre Sylvia, ou bien les réunir dans le genre Hylophylus. M. Cuvier en fai^^" 
sous -genre sous lo nom Dacnii^ ce qui peut se faire également. 



TABLEAU METHODIQUE. 



33 



ADRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



color. 



.^/j.xAjuJff 



Traquet. — Saxicola, 
Bechst 



o 
65i 

F. 3. 
O 



65 1 

F. I. 

F. 2 

554 



295 

F. 2 



DÉNOMINATION 

à supprimer 

PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



Le Souci ou le Poule. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



257 
iF. I. 

257 
F. 3. 



678 
F. 2 
678 
F. I. 



359 
F. I. 
359 
F. 2. 

472 
F. 2. 

472 
F. I. 

257 
F. 2. 



Roitelet de Louisiane. 

de Buéuos-Ayres. 

Le Cul-blanc , vitrée ou 

motteux (3). 
Cul-blanc roux. 

Cul-blanc roussâtre. 



Dacnis cul- roux. 

Roitelet ordinaire (i). 
' ■ ■ triple bandeau. Noy, 
aussi T^ieill.f pi. 106. 
— rubis. Voy. Edw. 
tab. 254. ; Fieill , 
pi. io5. 
Troglodyte ordinaire. 



de roseaux, VieilL 
Ois. d'Am.^pl. 108. 



SYNONYMIE LATINE. 



Sylvia speciosa. P. Max, 

regulus. LatJu 

ignicapilla. Brehm. 



— multiraie. 

Traquet motteux mâle et 

femelle. 
stapazin. Edw., 

tab. 3i devant. 
— — oreillard mâle, 

— "leucomèle. 

tarier. 

rubîcole. 

— — moine juâle- 

— — des déserts mâle* 

bifascie'. 

isabellin. 

— — melanure. 



troglodytes. Lath. 

aedon (2). FieilL 

platensis. Lath. 

Saxicola œn^nùie. Bechst^ 
' — — stapazina. Temm, 

aurita. Temm. 

' leucomelana(4;. Tem. 

rubetra. Bechst, 

rubicola. Bechst. 

' monachsi. Rupp. 

z deserti. Rupp, 



— «bifasciata. Temm, 
— isabellina. Temm. 
— « melanura. Temm. 



1) Mais point la pi. enl.65i, fig. 3, qu'on doil rapporter à l'espèce suivante ou au Roitelet triple bandeau. 

2) Sous le nom de Troglodytus œdon, ou Certhia Caroliniana j Wilson, v. 2, pi. 12, fig. 5. 

3) Voyez les autres citations du texte de Buffon sous Cul- blanc gris et Cul- blanc cendré. 

4) Classé par Latham sous les noms de Muscicapa leucomelana et melanoleuca. 



34 



TABLEAU METHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



enlum . 



4 1 . AccENTEUR. — AccenLor. 
Bechst. 



42. Enicure. "^ Enicurus^ 
Temm 



43. Bergeronnette. — Mo- 
tacilla, Lalh. 



585 

F. 2. 
O 

o 



i85 

F. I. 

235 



583 

F. I 
O 



668 

F. 2 

6i5 

F. I. 



652 

F. 2. 

65 

F.: 

674 
F. 

674 
F. 2 
28 



olor. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Il5 

534 
160 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME 



Cul-blanc du Sénégal . 

Grand motteux du Cap. 
Motteuxou cul-blanc brun 

verdâtre. 
Traquet du Cap. 

Traquet noir des Philip- 
pines. 

Traquet de Luçon mdle et 
femelle . 

Traquet du Sénégal. 



Traquet leucoron 
hottentot. 



Le Traquet de Madagascar. 
Le Petit Traquet des In- 
des. Le Clignot. Le Grand 
Traquet de BufFon (i). 

Fauvette des Alpes. 

Mouchet, traîne-buisson ou 
fauvette d'hiver. 



Variété de la Lavandière. 



Bergeronnette de prin- 
temps. 
Bergeronnette jaune. 



familier. VailL ^ 
pi. i83. 



àqueueétriée. VailL* 

pi. 188, f. 2. 

— — caprala. Voyez aussi 
Horsf. Cat* des Ois 
de Java. 

moucheté. 



Accenteur pégot ou des 

Alpes. 
mouchet. 

Enicure couronné. 

rousse-cape. 

— — voilé mâle et femelle. 

Bergeronnette lus^whre plu- 
mage d^ hiver. 

grise ou lavandière , 

en été. 

— ~ là. jeune en hiver. 

——jaune ou boarule en 
mue de printemps . 
id. en habit d'^ hiver. 



SYNONYMIE LATINE. 



Laxicola leucorhoa.^5y/. 

.^^ via. Lath, 

hottentotta . Temm. 

aurantia. — Syhia. 

Lath, 
— — sperata. Temm. 

— . — fulicala. Temm. 

caprata. Temm. 

fervida. Temm. 

Coromandelica, pers- 

picillata et magna. 
Lath. Sylvia. 

Accentor alpin us. Bechl 

(2). 

— modularis (5). 

Enicurus coronatus. Tem> 

' ruficapillus, Temm< 

' velatus. Temm' 

Motacilla lugubris. Fall 

alba et cinerea. Unn- 



boarula (4). Temm- 



(i) Quatre espèces indiquées par Buffon qui n'ont pas encore pu être déterminées. 
{2) Indiqué sous Motacilla alpina et Sturnus moritanus. 
(5) Indiqué sous Motacilla modularis et Sj-Ii^îa shœnobanus. 

(4) C'est la Boarula des modernes, mais pas de Linnée 5 car la Bergeronnette jaune n'existe pas dans le nord. La Boarula de Lmnee est a 
jeune âge, La Motacilla melanope de Pallas est un double emploi du mâle de notre Bergeronnette jaune ou boarule. 



TABLEAU METHODIQUE. 



35 



lADRE SYSTÉMATIQUE. 



[4. PiPiT. — j4nthus.Bechsl 



NUMERO 

DES PLANCHES 



ealum- 



28 
F. 2. 

O 

\ 

5o4 

F. 2. 
661 
F. 2. 
661 
F. I. 

660 

F. 2. 

660 
F. I. 

738 

F. I. 

738 

F. 2. 



color. 



lOI 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Bergeronnette de prin- 
temps du texte de Buflfon 

Bergeronnette du cap de 
Bonne-Espérance. 

Bergeronnette de Java. 



Calandre du Cap. 

Alouette pipi. 

Alouette de marais ou rous* 

seline. 
Le Cujelier. 

La Farlouse. 

Petite Alouette de Buénos- 

Ayres. 
Alouette noire de la Encé- 

nada. 
Alouette de Pensylvanie. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Bergeronnette printanière 

du Manuel. 
brune. VailL^ pi. 1 77. 

javane. Shaw.y 

p. 553. 
Pipit Vàçkiàxà jeune* 

sentinelle. VailL^ 

pi. igSet 196. 
spioncelle (i). 

— — rousseline. 

— — farlouse ou cujelier 

femelle. 
— _ des buissons mâle^ en 

habit de noces* 
variole. 

encénadien. 

farlousanne (4). 



SYNONYMIE LATINE 



Motacilla fia va. Linn. 

capensis. Linn. 

javensis. Briss. 

Anthus Richardi. Tenim. 

capensis. — Alauda, 

Aucu 
aquaticus. Bechst. 

rufescens (2). Temm. 

pratensis (3). Temm. 

— arboreus. Bechst. — 
Alaiéda triçialis. 

— rufus. — Alauda. 
Auct. 

— fulvus. — Alauda. 
Lath. 

— — .rubrus. — Alauda. 
Lath. 



ORDRE QUATRIÈME. 



GRANIVORES, — GRANIVORE. 



Alouette. 



Alauda. 


712 




Linné. 


\ 
363 

F. 2. 


395 



Le Sirli du Cap de B.-Esp. 



Alouette sirli (S) jeune- 



-bifasciée mâle. 



calandre. 



Alauda africana. Lath 

—. — bifasciata. Licht. 
calandra. Lath. 



(i) Ce sont Alauda campestris et obscura de Gmel. 

(2) y ojtz Anthus campestris^ Alauda campestris de Gmel. 

(5) Alauda pratensis et Mosellana de Gmel. 

(4) Cet oiseau, non figuré dans les œuvres de BufFon, est le même que Alauda rufa de Wilson, yoL 5, pi. 4^? fig- 4? indiqué en double emploi dans 
système sous Alauda ruhra et ludoviciana, 

(5) Voyez l'aduite; Vaill. Ois, d'Af., pi. 92, 



36 



TABLEAU METHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLÀHCHES 



eultim, color. 






2. Hylopiiile. — Hylophi- 
lus- Ternrn. 



5o5 

F.i. 
662 

5o4 

F.i. 

65o 

F. I. 

563 
F, I. 

5o5 

F. 2. 
O 

65o 

F.T 

\ 



F.i. 

F. 2. 

5o5 

F I 

5o5 

F. 2. 

175 
F. 1. 

175 
F. 2. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



CocheTis du Sénégal. 
Alouette de Sibérie. 

Petite Alouette huppée. 



Alouette noire à nuque 
rousse. 



56 



Figuier des sapins. 



Demi- fin mangeur de vers, 



Tangara à miroir (5). 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Alouette coche vis. 
— coquillade. ? 



grisette. 

^à hausse- col noir. 

des champs. 

lulu du Man. d^Orn> 

Koyez aussi la remarque 
dans ledit oui^rage- 

cendrille (i). 

noire. Serait-ce une 

vja riété de Talo uette 
des champs? 
bilophe mâle, 

— — isabelline. 

KoUy, 

mira Ire. 



Hylophile thorachique. 
oreillon tacheté. 



des sapins. Edw>^ 

t. 277, et TPils., V. 
5, pi. 19, fig.4- 

vermivore. Edw.^ t. 

5o5, et Wils., pi. 
24, f. 4. 

à mi roi i". 



SYNONYMIE LATINE. 



Alaudacristata. Lath. 

undata? Lath. 

senegalensis. Latk 

alpestris. Linn. 

arvensis et italica. 

Brks. 

arborea et nemorosa. 

GmeL — Cma- 
iella. Lath, 

cinerea. Gmel 

nigra. Briss. 

~ bilopha. TeiUTih 

~ isabellina. Temm. 

• |Kollyi. Temm- 

mirafra. HorsJ, 



Hyloph i l us thoracicus. 

Temm. 
' poicilotis. Temm- 

pinus (2). Temiri' 



— verniivorus.M'o^flC* 
et Sylpia- ^w^^' 

— speculiferus. Tenm' 



(i) Yoyez une bonne figure de cet oiseau dans "Vaill. Ois. d'Af., pi. 199, sous le nom à' Alouette à iêle rousse. 

(2) Indiqué par Linné sous Certhia pinus ^ par Brisson dans le genre Parus^ et par Latham dans Syh'ia. 

(3) Cet oiseau, classé par nous dans une des sections du genre Tangara^ semble mieux à sa place ici. On peut le ranger aussi dans le ge"""' 
îfylophile. 



TABLEAU METHODIQUE. 



37 



)RE SYSTÉMATIQUE. 



Mésange. — Parus. 
Linn 



NUMERO 

DES PLANCHES 



;nlum. 



720 

F. I. 



720 

F. 2. 

3 

F. I. 



3 

F. 2. 

502 

F. 2. 

3 
F. 3. 

o 
5o2 

F. I. 

708 
F. 3. 



5o2 

F. 5. 
O 



color. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



Tan gara à gorge noire de 
Cayenne. 

Tangara à coiffe noire de 
Cayenne, mâle. 



Mésange de marais. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



SYNONYMIE LATINE. 



Hylophile guira. V. Edw, 
lab. 35i^ f. 2. 

à coiffe noire, le mâle. 



Mésange charbonnière, 



— petite charbonnière. 
F oyez les pL du 
ManueL 
bleue. 

huppée. 



u 



nonnette. 



Mésange à tête noire du 
Canada. 



Mésange de Sibérie. 
Grosse Mésange bleue. 



Mésange huppée de la Ca- 
roline. 

Mésange à croupion jaune. 

(4)- 

Mésange noire ou Cela ? 



à tête noire (2). 

— —à gorge noire (5). 

à ceinture blanche. 

azurée du ManueL 

Voyez aussi Mus, 
CarLjfasc. i., tab. 

25. 

à longue queue. 

— — hicoloY. Cat. car^ f. 
57. — ^ils.y pi. 8, 
f. 5. 



Hylophilus guira. — Syl- 

via et Tanagra, 

Auct, (i). 

pileatus. — Tanagra 

pileata, Auct^ 

Parus major. TAnn, 

ater. Linn, 



cœruleus. Linn, 

cristatus. Linn. 

palustris. Lath, 

— — atricapillus et hudso- 

nicus. Lath. 
atrogularis. Teimn, 

— — sibericus. GmeL 

cyanus. PalL 



caudatus. Linn, 
bicolor. Linn, 



virginianus. Linn 
cela. Linn, 



A- 



\) Tangara guira de BufFon , Sjhia guira des méthodistes. 

\) Donnée comme variété de Parus palustris. Elle paraît former une espèce distincte, qui n'a pas été vue en nature depuis l'époque de la publi- 

)n des planches coloriées, et que nous recommandons h. l'attention des naturalistes. 

i) Est-ce une espèce distincte de notre Nonnette'} Voyez aussi Wilson, v. i, pi. 3, f. 4. 

.) Cette indication et les deux suivantes reposent sur des descriptions succinctes d'espèces que nous n'avons pu examiner en nature ; on ne peut les 

pter dans ce genre ni leur assigner une place dans le s^^stème que lorsqu'elles auront subi une vérification plus exacte. 



10 



38 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE 



N0MERO 

DES PLANCHES 



ilum. I color. 



4. Bruant. — Emberiza, 

Linné. 



618 
F. 2 
618 
F. 3. 
708 
F. I. 



235 

3o 

F. I. 

5o 

F. 2. 

653 
247 

F. I. 
247 
F. 2. 

497 

F. 2. 

656 

F. I. 
et 2. 

497 

F.i 

5ii 

F. 2 
O 



287 
F. I. 

287 
F. 2. 



DENOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE 



Mésange amoureuse? 



63 
64 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME 



Mésange à queue fourchue. 
cap-nègre. 



Mésange de Languedoc. 



— ' — moustache mâle elfe- 
nielle» 
vemÏLmâle* 

vemiz Jeune au sorti/ 

du nid. 
Bruant militaire mâle* 



SYNONYMIE LATlNî 



Bruant de France. 

Voyez aussi pL 5ii, fig. i, 
et le Manuel. 



id* femelle » 

proyer. 

jaune mâle, 

fou ou de pré mâle, 

zizi ou de haie 772^/^ 

ex jeune, 
— ortolan mâle. 



Gavoué et mitilène. 

Ortolan de neige. 
Ortolan de passage. 

Grand mon tain. 



de roseaux, mâle en 

îuue, 

ïj. femelle. 

— — mitilène , plumage 
d'été et d^ hiver. 

de neige, vieux en 

été, 

ïàçivci^ jeune de Van- 
née, 

monlain duMan, et 

des pL dudit ouvr. 



Parus amorosus. à^nel 
' ^furcatus. Temm. 

"^ atriceps . Hors/. 

biarmicus. GmeL 

— pendulinus. Linn, 

idem pull us. 

Emberiza militaris. Tem. 



miliaria. Linn. 

citrinella. Linn. 

ci a. Lin, Voy. auss 

lotharingica. 
— — ci ri us. Linn. 

— — hortiilana (i). Linn. 

— schœniculus. — Pflç- 
serina et arundina- 
cea. GmeL 



lesbia et provincialîs. 

GimI 

nivalis. Linn. 

idem (2). 

calcarata et lappori 

ca. GmeL 



il) Emberiza mdbtjensis de Sparmatij Mus. Garl., tab. 21, est une variété accidentelle de V Ortolan, 

(1) C^ jeune, tel qu'il émigré en automne^ a clé indiqué sous Mustelïna, — Montana, — Glacialis et Nivalis nœvius. 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



•39 



RE SYSTÉMATIQUE 



NUMERO 

DES PLANCHES 
nlum. f color 



i58 

F.i. 

664 

F. 2. 

664 

F. I. 

386 

F.2. 

386 

F. I. 

388 

F. I 
t 2. 



DENOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 













225 


« 


F. 2. 









224 




F. 3. 






58o 



Ortolan jacobin. 



Ortolan de Louisiane. 

Ortolan à ventre jaune du 
cap deBonne-Espér. 

Ortolan du Cap de Bonne- 
Espérance. 

Bruant du Cap. 

Bruant du Mexique. 

Ortolan de Caroline et 
Louisiane. 

Bruant familier, — fia- 
véole et amazone (4). 

Le Cul-rousset. 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Bruant jacobin. Ca^56. Car, 
36. TTiU. tab, 
pi. 16. 

— — de Louisiane. 



ventre jaune (i) 



SYNONYMIE LAI INE 



Moineau du Canada. 

Bruants azuroux , caifat et 

gonambouch (5). 
Moineau de Cayenne. 



érythroptère. 

bonjour comman- 
deur. 
thérèse jaune. 

agripenne, en diffè- 

rens états de mue. 



Emberiza hyeraalis. Linii. 

ludoviciana. Linu. 

flavigaster. Cret. 

erythroptera. Temm. 

nuchalis (2) Temm. 

mexicana (5). Gmel. 

oryzivora. Linn. 



— cul-rousset. Voyez 
Bruant du Canada 
de Briss* , vol. 5, 
lab. 14, f. I. 

— -soulicet. Voy. TVils-^ 
vol. 2; pi. 16, f. 5. 



Tanagra. 
Aact. 



Bruant jacarini. VieilL, jacarini 

Ois* chant*, pi. 33 
— - — masqué 777^/^ et fe'-\ personala. Temm 

me lie. 



— familiaris, — flaveo- 

la et amazonal 
Linn* 

— cinerea etcanadensis. 

Gmel. 



canadensis. — Frin- 
gilla. Lath* 



caerulea , caifat et 
grisea ? GmeL 



oyez aussi la figure exacte du mâle dans l'atlas du Voyage de M. Ruppel, sur un sujet du nord de l'Afrique, Atlas ^ tab. 25. Celte espèce et la 

e ont été données comme variétés de Emberiza Capensis des méthodes, indication reposant sur la pi. enl. de Buffon, i58, f. 2, qui forme 

èce distincte. 

Ispèce distincte, dite du Cap. Elle vit à Cayenne et au Brésil. 

oyez comme double emploi Loxia Mexicana^ Laih. sp. 5o. 

rois espèces indiquées par DuiFon, que nous n'avons pas pu voir en nature et qui ne sont peut-être pas des Bruants. 

rois autres espèces nominales que nons ne pouvons classer, n'en ayant pas vu de sujet. Plusieurs autres espèces données pour des Bruants ou 

bérizes, sont du genre Fringilla. 



4»- 



w- 



4o 



TABLEAU MÉTHODIQUE, 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



5. Emberizoïde, — Chlo- 
rion (i). Temm. 



6. Arrémon. «— Arremon* 

Vieill. 

7. Tangira. — Tanagra* 

Linn. 



NUMERO 

DES PLANCHES 
enlum. eolor. 



X 



742 



585 

F. I. 

583 

F. 2 

1x4 

F. I. 

114 
F. 2. 



177 
245 



2o5 

714 

F. 2. 

7 

F. 2 

5oi 

F. 2. 

F. 1 

710 

O 

809 

F. Q, 

711 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Le Brunet. 



Tangara de Guiane. 



Tangara huppé. 

Tangara huppé de Guiane 

Tangara noir d'Amérique. 

Tangara jaune et noir. 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Bruant brunet. Voy^TVils. 
V. 2,pl. 185 f. 1,2,5 
élégant viâle, 

variable en été, 

Emberizoïde oreillon. 

longibande. 

Arremon silencieux. 

Tangara oriflamme mâle, 

diadème mâle^ 



des grands bois. 

à camail ou cravate, 

commandeur (5). 

— — • houpette. 



à épaulettes blanches, 

le incite, 

tangavio. 

olivet, pas vu en na- 
ture, 

mordoré mâle adulte 

tangaroux, pas vu en 

nature (6). 



SYNONYMIE LATINE. 



Emberiza pecoris. W'ik 
— Fringilla, Latli 
' elegans. Temm. 

— variabilis. Temm. 

Ghlorion melanotis. Tem 

^— marginalis (2). Tem 

Arremon silens, — Tann 

gra. Lath. 
Tanagra flammiceps. P, 
Max 

diademata. Natr. 

- — • magna. Gmel. 



melanopsis ou atra 

Gmel 
gubernatrix. Temuu 



— ■ — cristata. Linn, 

leucoplera. — Ork 

lus. Auct. 

bonariensis(4). Gmé 

-' olivacea? Gmel 

atricapilla (5). Gml 



(1) Ce genre porte dausle texte le nom Emherizoides : comme cette dénomination est vicieuse, elle est remplacée par Chlorion ^ nom grec d' 
notre Bruant. 

(2) Voyez comme synonyme Fringilla macroura. Lath. Ind., pag. 460, sp. 90, 

(3) Espèce distincte de la Houpette de Buifon et qu'on trouve au Brésil. La Houpette est de Surinam et de Cayennej elle a toujours élé ce 
avec Tanagra cristata. 

(4) Je crois que cette espèce a des rapports avec quelques Troiipiales, 

(5) Cette espèce est très-voisine des Pies-grieches. M. Cuvier la classe dans ce genre. 

(6) Je ne crois pas que ce soit un Tangara\ sur est il que ce n'est point la femelle du Tanagra leueoptera. 



TABLEAU METHODIQUE 



4' 



\DRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



eiïlum, color. 



74 1 
i56 

F. 1. 

1:^7 

F. I. 

i56 

F. 2. 

128 

F. I 
et 2. 

i55 

F. 2. 

178 
F.i. 

178 

F. 2 

O 



F. I. 

i55 

F. I. 
290 
F. 2. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 

PORTÉE SUR LA PLANCHE 



48 



127 

F. 2. 

F.I./ 



Tangara du Mississipi. 
Tangara du Canada. 

Tangara de St-Domingue. 
Tangara pourpré. 

Tangara brun d'Amérique, 

Tangara é^èque femelle. 

Tangara bleu du Brésil. 
Tangara bleu. 

Tangara tacheté de Cayen* 
ne. 

Tangara guiraperea. 
Tangara du Brésil. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME 



Tangara rouge indle, 

— scarlate. 
cardinal jndle, 

esclava, pas vu en 

nature . 
bec d'argent mâle et 

femelle. 

— ' — - cap rouge^ mâle. 

— — bleuet ou évêque 

niàle (3). 
syacou mâle. 

onglet. Voyez aussi 

cVAzara, n° 94. 
turquin. 



SYNONYMIE LATINE 



barbadin. 

diable enrhumé. 

à bandeau mâle et fe- 
melle. 

beau-iindos. Azara^ 

vol. 3, n" 76. 

— septicolor mâle. 

idem à queue cV Oi- 
seau-mouche. 



Tanagra mississipiensis(i). 
Gmel, 

— rubra et Loxia mexi- 

cana. Gmel. 
brasilia (2). Gmel. 

— dominica? Linn. 

— — jacapa. Linn. 

gularis. Linn. 

— • — episcopus. Linn. 
— sayaca (4). Lath. 
striata. GnieL 

— — brasiliensis. Linn. 
— ~ barbadensis (5). Bris. 
mexicana. Linn. 



vittata. Te mm. 

— flava. Gmel, 



tatao. Linn.^ 



) A classer comme emploi double de cette espèce; Tawi^ra variegata et œstii^a. Edw. tab. 23g, et le Preneur de inouches rouge de Buffon. 

s. vol. I , pi. 6, fîg. 3 et 4. Yicillot en fait son genre Pjranga, 

»,) La femelle est indiquée sous Tanagra rudis, Lath. Ind. supp. sp. 2. 

i) Mais pas la femelle 

u) Il faudrait rayer des synonymes places sous ceiie aenuiuiuauuu ic jl uti^jui u. lui^uclc lic y^uj ciulc uc ia ^\, Oj u. o\ji ^ ug. i . ijcice ugure repré- 

e la femelle du Tanagra punclata. 

) Donné dans les systèmes comme variété du Tanagra mexicana^ mais forme une espèce distincte 



juée sous Tanagra rudis. Lath. Ind. supp. sp. 2. 

portée sur cette pi. 178, fig. 2. C'est une espèce différente ou le vrai Sajaca àes méthodes. 
5 synonymes placés sous cette dénomination le Tangara tacheté de Cajenne de la pi. 5, n. 3oi, fig. i. Cette figur 



1 l 



TABLEAU MÉTHODIQUE 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 






NUMERO 

D^ PLANCHES 



îiilum. 



color. 



7. icTÉRiE» - — Icteria. 

Vieill 



33 
F. I 
N 



53 

F. 2 



201 
F. 2. 
290 
F. I. 

i53 

F.2. 

O 

X 



i33 

F. I. 
5oi 
F. I. 



809 

F. I. 

14 
F. I 
114 
F. I. 
114 
F. 3. 

O 



2l5 
F. I. 



2i5 

F. 2. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 

portée' sur la planche. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



SYNONYMIE LATINE. 



Tan gara varié à tête verte . 



Tangara varié à tête bleue. 



42 

F. I. 

42 

F.2. 



36 



F. 3 



Moineau à tête rousse. 
Tangara à tête rousse. 
Tangara du Pérou. 

Pinçon à tête noire et 
blanche. 



L'Organiste de St.-Domin- 

gue. 
Tangara de Cayenne. 

Tangara du Brésil. 

Tangara de Cayenne. 

Merle vert de Caroline. 



Tangara tricolor 772^/. 
idem femelle. 

' à tête bleue mdle, 

— idem femelle. 

passevert mâle, 

idem femelle. 

rou verdi n jMale. 

— — zen a ou multicolor. 

rteilL (i). 
— plastron mâle. 

citrin mâle. 

vert tacheté mâle. 

id. femelle. 

vert'iaunet mâle. 

Euphone organiste mâle. 

chloro tique. 

violet mâle. 

nègre 

Icterie dumicole. VieilLi 
pi. 55 (2). 



Tanagra tricolor. Gmd, 



cyanocephala. Bru 



cayana. Linn. 



"' gyrola. Linn* 

zena. Vieill. — Pri- 

gilla. Lath. 
■ thoracica. Tenim. 

i citrinella. Temm. 

— — punctata. Linn. 



— viridis. VieilL 

musica. — 'Pi-pra* 

AucU 

— chlorotica. Linn. 



, violacea. Linn. 

cayanensis, Lath. 

Icteria viridis, ou Muscica- 
pa. Auct. 



(i) Voyez aussi Catth^ Carol. V. i, tab. ^1. 

(2) Aussi figuré par Wilsoii, Am. orn. y. 2, pi. 6, fig. 2, sous le nom de Pipra polyglotta 



TABLEAU METHODIQUE, 



43 



LDRE SYSTÉMATIQUE 



Tisserin. — Ploceus. 
Cuvier. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



Eulum. 



Bec-croisé. — Loxia, 

Briss. 

Psitt AciN. — Psittaci- 

rostra, Temm. 

Bouvreuil. — Pyrrhu- 

la, Briss. 



\ 

N 

s 

375 
376 
i35 

F. 2. 

O 
2l8 



color. 



446 

■175 
176 



DENOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



l35 
F.i. 



46 



457 



Troupialedu Sénégal. 

Gros-bec des Philippines. 

Gros-bec d'Abyssinie. 
Bec-croisé d'Allemagne. 

Gros-bec du Canada. 



659 

F. 2. 
O 



O 

319 

F.i. 



11 

F. î. 
Il 

F.2. 



Gros-bec d'Angola 



DÉNOMINATION 



ADOPTEE DANS LE SYSTÈME. 



Tisserin alecto, 



SYNONYMIE LATINE 



— — à front à^OTmâle< 

iàen\ femelle. 

cap«more 7nâle> 

iàem femelle, 

totirnant-courvi. 



— — à masque noir (2). 
Bec-croisé des pins. 

Psittacin ictérocéphale 

ma le. 
Bouvreuil dur-bec jndle^ 

plumage parfait 

d^été. Voyez aussi 

le Manuel. 
Bouvreuil commun. 
cendrillard. 



perroquet. 

à bec blanc (4). 

grivelin ou diops. 

noir à miroir blanc 

Albin ^ lab. 69. 
Bouvoron. 
à plumes frisées. 



Ploceus alecto (i). Temm, 

aurifrons. Temm. 

textor Cuvier. 

philippensis. Cuvier. 

abyssiniens. Temm. 

Loxiacurvirostra. Lin. 

Psittacirostra iclerocepha- 

la. Temm. 

Pyrrhula enucleator. Tem. 



— vulgaris(3). Briss. 

— cinereola. Temm. 

' falcirostris. Temm. 

— torrida. — Loxia. 
Auct 

— diops (5). Temm. 

— nigra. — Loxia. Auct. 

— lineola (6j. Vaill. 

— crispa. Vieil!. 



) Par erreur porté en tête du texte de celte planche sous le nom de Textor alecto. ) 

) Celte espèce non figurée a été trouvée dans le nord comme dans le midi de l'Afrique. 

) Loxîa scptentrionalis des méthodes en est une variété noire, et Emberiza coccinea est un double emploi. 

) Une espèce bien caractérisée, toute noire, à gros bec rond, tout blanc. 

) Citée dans les méthodes comme variété de Loxia coUaris, et dite originaire d'Angole Le Diops est un Bouvreuil du Brésil. 

1) Inscrite dans les méthodes sous Loxia lineola, et eu double emploi sous Fusca. Elle est originaire de la Guiane et pas d'Afrique, comme on 

ince erronément. 



44 



TABLEAU METHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



-W- H-^^^ 



12. Gros -BEC. Frlngilla 

iiiig. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



eulum. color 



5i9 

F. 2. 



201 

F. I. 




20 /^ 
F. I. 

6i6 

i54 
99 

100 

267 

F. 2. 
225 

i55 

F. 2. 

58o 



l52 
F.i. 

541 

F.2. 



S75 
400 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Le Ventre-roux de Cayenne. 
Bec-rond à ventre roux. 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Bouvreuil du Cap de Bon- 
ne-Espérance. 
Grivert ou Rolle de Cayenne 

Gros- bec bleu d'Amérique. 



Moineau des bois. 



Bouvreuil ounoir. 

bec Yonà.Edw., t. 85. 

père noir mâle. 

gorge et sourcils rou- 
ges. 

' social mâle etfemelle> 

githagine m>âle et fe- 
melle. 

brachyptère. 

Gros-bec grivert/^m^//e . 

bleu mâle. 

— commun mâle. 



SYNONYMIE LATINE. 



Bouvreuil bleu d'Améri- 
que 
Gros-bec de Cayenne. 

Verdier de St-Domingue. 



lAem femelle, 

verdier mâle. 

soulcie. 

delà Louisiane mâle- 

Wils. V. 2, pi. 17 , 

fig. 2. 
queue en éventail. 



bec rond. TFïls. v. 5, 

pi. 24, fig. 6. 
flavert. 



Pyrihula bicolor.^Zo:tia. 

minuta. >~ U^i^ 

Auci 
noctis. —Fringilla, 

Auct, 
— — violacea. — Loxia, 

AucL 

^ synaica. Temm. 

■ githaginea. Temm. 

brachyptera(i).Tm. 

Fringilla cayana. — Co- 
racias. Lath, 

grossa. — Loxia» Auct. 

coccothraustes. — 

Loxia. AucL 



clilo 



ris. 



— verderin. 



Loxia. 
AucU 

petronia (2). Lath. 

— — ludoviciana.— Zom 

Auci 



flabellifera.— Zo:p/«' 

Auct 
cœrulea. — Loxia- 
AucU 



canadensis. — Loxia. 

AucU 
dominicensis. — 

Loxia AucU 



(1) Donnée sous Loxia aurantia comnîe la femelle de cet oiseau ; mais notre espèce en diffère essentiellement ; elle n'est pas du Cap, mais du Bresi . 

(2) Voyez comme citation en double emploi Fringilla stiilta, bononiensis et leucura. 



TABLEAtI MÉTHODIQUE 



45 



DRE SYSTÉMATIQUE 



NUMERO 


DÉNOMINATION 


DES PLANCHES 


à supprimer 


enlum. 


color. 


PORTÉE SUR LA PLANCHE. 


393 


Gros-bec de Virginie et li- 


F. I. 




notte gris de fer. 







Bouvreuil violet de la Ca- 
roline. 












Acatechichietli et Cacalo- 


37 




totl(i}. 






io5 




Cardinal dominicain hup- 


55 




pé. 






F. 2 






321 




Bruant du Brésil. 


F. I. 






321 




Bruant de Bourbon. 


F. 2. 






lOI 




Gros-bec de Coromandel. 


F. I. 






659 




Gros-bec tacheté du Cap. 


F. I. 






309 




Gros-bec de Cayenne, 


F. 2. 






6 




Cardinal du Cap. 


F. 2. 






ï34 




Moineau du cap de Bonne- 


F, I. 




Espérance. 


341 




Verdierdu cap de Bonne- 


F. I. 




Espérance. 


l52 




Gros-bec de la Chine. 


F. I. 






309 




Gros-bec da Brésil (3). 


F. I. 







DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Gros-bec grisalbin. Edw, 
tab. 17g, Jig. I. 

Violet. Tf^ils. V. i, 

pL 7, fig. i4j m. oi 

• — — bonana. Brown, IlLy 
tab, 26, 



cardinal mâle,. 

parroare huppé. 

— — dominicain, mâle, 

guirnegat mâle, 

mordoré. 

noir et yàune^en plu- 
mage d^étéf mâle. . 
id. plumage d^ hiver- 

orix ou cardinal mâle> 

le même mieux colorié 

ignicolor. 

— _ vert brune t mâle. 

— — padda adulte. 



grivelin. Voyez aussi 
Edw, tab. 180. 



SYNONYMIE LATINE 



Fringilla grisea et cana.^ — 
Loxia, uduct, 
purpurea. Lath, 



" jamaica. Lath, 

niexicana et cacato- 

toti. Lath, 

cardinalis. — ■ Loxia. 

Auct, 
— — cucullata. — Loxia, 
Auct^ 

dominicana. — 

Loxia. Aucto 

— — brasiliensis. — Em- 

beriza, Auct. 



■ borbonica. — Embe- 

riza, Auct. 

capensis et n^via. — 

Loxia, Auct, 



orix. — Loxia, Auct. 



-— ignicolor. F^ieilL, pi. 

49- 

— butiracea. — Loxia, 

Auct, 

— oryzivora (2). — 

Loxia, Auct. 

— erythrocephala. — Lo, 

xi a, Auct- 



i) Indications, données par BufFon d'après Ray, que nous ne pouvons classer; les espèces sont du Mexique. 

2) Voyez le double emploi dans Loxia javensis^ Lath. Suppl., vol. 2, esp. i est jeune de l'année. 

5) Celte indication de patrie est fausse, car le Grivelin vient des côtes occidentales d'Afrique. Les méthodes en font aussi mention sous Loxia 

siliensis. 



46 



TABLEAU METHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PIAKCHES 
enlum, color. 



i83 

F. 2. 

F. I. 

F.2. 

F. 3. 
o 

i^g 

F.i. 

159 
F. 2. 
139 
F. 3 

204 
F. 2. 

i55 

F. 1. 

109 
F. 1. 
109 
F. 2 



5oo 

F. I. 
F. 2. 

5oo 

F. 3. 
96 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Moineau à bec rouge. 
Moineau du Sénégal. 
Gros-bec des Indes. 



Gros-bec desMoluques. 
Gros-bec de Jaya. 



Bouvreuil du cap de Bonne- 
Espérance. 
Gros-bec de Bourbon . 



Maia de Cuba (5). 



• • t • 



DÉNOMINATION 



ADOPTEE DANS LE SYSTÈME. 



Gros-bec Dioch./^ïW//. pL 

22, 25 et 24* 
Id. en plumage par- 
fait (i). 

Orchef. mdle Edw. 

tab. 189 
— Nonette mdle. 



Outre-mer. 

domino. VieilL^ pi, 

5o. 
moine. 

jacobin. VieîlLy pL 

52. 

bouveret (4). 

— ventre blanc. 

maian. Edw. , Sgô , 

collier interrompu. 



leuconote mdle. 

épervin. 

mayanoïde. 

long-cône mâle i^ar. 
et femelle. 



SYNONYMIE LATINE. 



Fringilla quelea. Embe^ 
riza, 4uct 



Bengalensis. Uxia, 

Auci 
collaria (2). Loxia et 
fringilla. AucU 
ultpamarina. Lath. 
punctularia. — 

Loxia, Auct. 
molucca. — Loxia> 

Auct, 
malacca (5). — Loxia, 

Auct. 
aurantia. — Loxia. 

Auct, 
Stria ta. — Loxia, 

Auct, 
maia. — Loxia. Auct, 



torquata. — Frin- 
gilla maia, Lath. 
leuconota. Temm, 

nisoria. Temm. 

mayanoïdes. Temm, 

sphaecura. Temm' 



|i) Yoyez aussi Edwards, tab. 271 , f. 2, et le double emploi sous Loxia sanguinirostris, 

(2) Voyez le double emploi sous Fringilla indica, Pinson à double collier de Buff, et Edw. tab. 272. 

(3) 11 faut distraire de cet article les citations de la variété et en faire une espèce distincte sous le nom de Fringille mungul. Fringilla airica- 

/;/7^. Yieill. pi. 53. 

(4) L'oiseau placé fig. i sur cette planche, est un Bouvreuil du Brésil que nous avons indiqué sous Pyrrhula brachjptera. 

(5) Je n'ai jamais vu d'individu de cette espèce, et je doute qu'elle soit originaire de Cuba. 



TABLEAU METHODIQUE 



47 



DRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 
enlurn. I coJor. 



lOI 

F. 2. 



588 

F. I. 

|/588 

F. 2. 



6 

F. 2. 

55 

F. I. 
267 
F. 2. 

25o 
F.i. 

X 



/358 

^269 

F.i. 

.269 

F.2. 

et 3. 

»-365 



224 
F. I. 

224 

F. 2. 



635 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Gros-bec de Java 



Classer ici le Hambou- 
vreux. 
Moineau du Capde-Bonne- 
Espérance. 



Pinçon noir aux yeux rou 

ges. 
Moineau de Macao. 



de Java. On ne le 



troiwe pas d Java» 

Veuve à ailes rouges. 
Grande Veuve d'Angola. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Gros- bec id. mal enluminé. 

Worabé. VieilL pi. 

28. 
— — kawarahiba. 



V 



— roussard. 



moineau mâle. 

id. jeune mâle. 

friquet mâle. 

croissant mâle. 

simple mâle et fe- 
melle. 
croisé mâle. 

Oreillon - blanc mâle 
et en mu9. 

jaunet mâle et fe- 
melle. 

erythrophthalme. 
Wils. pi. 10 et 55. 

noir-rousset. 

hausse-col. 

toupet bleu. 

Veuve à épaulettes. 

Veuve à collier d or 
mâle en été et hiver. 



SYNONYMIE LATINE 



Fringilla emberiza qua- 
dricolor. Lath. 
melànogastra (i). f ^ 



kavrarahiba . Temm. 



— — russata. Temm. 



— domeslica. Linn, 



'^'^'a 



monlana. Linn. 



arcuata. Gmel. 



simplex. Licht. 



' crucigera. Temm 

otoleuca. Temm. 

— — lutea. Temm. 



erythrophthalma. - 

Emberiza. Auct. 
melanictera. Gmel, 

melanoleuca. Gmel. 

cyanopis. — Embe 

riza. Lath. 
longicauda.— i?m^^ 

riza. Auct. 
— — paradisea. — Embe 

riza. Auct. 



e- 



(1) Voyez double emploi sous Loxia melànogastra ; afra de Gmel. et Fringilla abjrssimca, aussi Brown. III. png. S^^ tab. 26 



48 



CADRE SYSTÉMATIQUE 



TABLEAU METHODIQUE, 



Ea^mjiaia^afr-^afv^^-^^aai 



NUMERO 

BES PLANCHES 



!nhiin. 



i58 

F. 2. 

8 
F. I. 



291 
F. 2. 

647 



i83 
f. I. 
658 

F. I. 

665 

F. I. 

154 

F. 2. 

181 
F. 2. 
181 
F. I. 

iSg 

2o3 
F. 2. 

o 

54 

F. I. 

54 
F. 2. 

O 

i5i 

F. I. 



colur. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



Ortolan du Cap. 



Petite Veuve. 

Moineau du Brésil feirielle 

Moineau de Juida. 

Moineau de File de France. 

de Madagascar. 

de la Caroline. 

de Cayenne. 



— — bleu de Cayenne. 
La Verdinière. 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Gros-bec id. hi femelle. 

veuve quatre brins. 

ma le en été. 
veuve dominicaine. 

mâle. 
— — id. la fem^elle ou le 

mâle en Jiiver^ 
— — veuve en feu ou à 

poitrine rouge. 
— — veuve chrysoptère. 



serin ou cini. 

— — -foudis^ le mâle en 

mue» 

id, mâle état parfait. 

face noire. 

huppe rouge, mâle» 

pape, mâle et femelle» 

ministre^ mâle. 



— Yoy. Catesb. Car. t.5j. 

— pinçon, mâle en au- 

tomne. 

— d'Ardennes^ mâle. 



de neige ou niveroUe. 



linotte, mâle en au- 
tomne. 



SYNONYMIE LATINE. 



FringiUa ve^m. ^ Emhe^ 

nza Juct 

^ serena(î)._^;;j^^_ 

riza» Aucf, 



— panayensis. — Em- 
beriza, AucL 

— flavoptera (2;. Vieil 

— • — serin us. GmeL 



- rubra. — Emheriza, 
(5) AucL 



carolinensis, Lath, 
cristata. Lath. 



ci ris, — Emheriza* 

Aucl 
cœrulea (4) Temm. 

bicolor? Lath. 



— — coelebs, GmeL 

< — ^- montifringillp. Gmel 

nivalis. Linn. 

cannabina. Linn. f' 

linota. 



(i) Voyez, comme double cDiploi du mâle, tout le compose' des articles sous Emhen'za vidua ei principalis et de la femelle som FringiUa nitens. 
Notamment ia f. 2 de la pi. 291, car la f.i est le vrai mteîis ou le comhassou. 

(2) Inscrit sous Loxia longicauda et FringiUa longicauda, aussi Brown. 111. t. -15. 

(5) Voyez le double emploi du mâle en état parfait sous Loxia madagascariensis. La femelle du Moineau d'Ile de France, Emb. 665, f. 2., parait ere 
une assez bonne fig^ure de Jora scapularis de Horsfîeld. 

(4) Inscrit dans les mélhodes sous Tanagra cœrulea et Emheriza cynneu. 



TABLEAU MÉTHODIQUE, 



49 



DRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMÉRO 

DES PLANCHES 



Mllut 



i5i 

F. 2. 

485 

F. I. 
O 

i57 

F. 3. 
O 



color. 



202 

F. I. 
O 

O 

203 

F. I. 

log 
F. 3. 
ii5 

F. I. 

ii5 

F. 3. 

ii5 

F. 2. 

157 

F. 2. 

i57 

F.i. 
23o 

F. 2. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Petite Linotte 



Pinçon de la Chine. 

Le Dattier. — Pinçon à 
long-bec. — Pinçon jaune 
et rouge. — Le touile et 
rhabesch (i). 

Le Pinçon frisé. 

Serin de Mozambique. 



La vengoline. 

Linotte brune. 
Moijieau d'Afrique et le 
Maracaxo. 



Le Bengali. 
Bengali piqueté. 
brun. 

Le Sënégali. 

Petit moineau du Se'négaL 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Gros-bec id. pieux jnâle en 
livrée de noce. 
— • — id. 772^/^ prenant sa 
parure. 
— — de montagne. 
olivette. 



SYNONYMIE LATINE 



— -Voyez EdiP, t. 271^ 
fig. I. 

— serin primitif, 

— id. domestique. 

— Voy.Edw.f tab. 1:2g, 
fig- T et 2 (2). 

— Voy. Edw. tab. 270. 

— beau-marque t mdle. 
VieilL^ pL 25. 

—grenadin mâle. Fieill,^ 
pi. 17 et 18. 

— mariposa mâle. 

— amandava mâle. 

id. variété. 

rayé ou astrild. 

— sénégali rouge. P^ieill.^ 
pi. 9. 

— bengali cendré. VieiL^ 
pi. 6. 



Fringilla raontium. Lath^ 
sinica. Linn. 

capsa-longirostris. — 

eustachii variegata 

et syriaca ? Latli. 

crispa. Lath. 

canaria. Linn. et bu- 

tyracea. Latk. 



— — angolensis. Lath, 

— obscura. Lath. 
elegans et meXha, Lath, 

granatina. Lath. 

benghalus. Lath. 

— — amandava. Lath. 



" — astrild. — Loxia. — 
Auct. 
— senegala. Lath. 

cinerea. Vieill. 



Je n'ai pas vu les espèces sur lesquelles ces indications très-vagues reposent. Il est impossible de leur assigner une place dans le système. 
Ces figures sont données comme mâle et femelle ; je crois que ce sont deux espèces distinctes. 

i3 



5o 



TABLEAU MÉTHODIQUE 



A 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



enlnm. colo 



2 5o 

F. 3 

658 

F. 2 

291 

F. I. 
\ 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



/221 
F. I. 

j/221 
F. 2. 

/22Ï 

F. 3. 



485 

F. 3. 

485 

F. 2. 

4 

F. 1 

et 2. 

O 

202 

F. 2 

292 

O 



Petit moineau du Sénégal. 



Moineau du Brésil. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Gros-bec sérévan. Brown, 
t. 29. 
■ ' venturon. 

— < — combassou (i). VailL^ 

pi. 21. 
— — mëlanote mâle. 



Le Cabaret. 



i3. Phttotome. — Phyto- 
toma. GnieL 
i4» CoLiou. — Colius. 
Grrjel 



2 52 
F. I. 
282 
F. 2. 

o 



Chardonneret jaune. 

Tarin de New-Yorck. 
Bouvreuil noir d'Afrique. 

— Le Noir- sou ci. — Le 
Verdier sans vert et la 
Huppe-noire (2). 

Le Guifso balito. 

Coliou du Cap. 
du Sénégal. 

— Rayé et de Pîle de 
Fanaye. 



— sanguinolent. 
multizone/é'/w^Z/é?. 



élégant jndle et fe- 
melle. 
tarin mâle. 



sizerin. 

— — chardonneret et va- 
riété blanche, 

-' olivarez. Vieill.^ pi. 

5o. 

— - — triste, pieux mâle. 



SYNONYMIE LATINE 



Fringilla serevan. Temm. 

citrinella etEmberiza 

brumalis. GmeL 
nitens. LaUi. 

"^ melanolis. Ti 



id. 7 



jeune. 



Phytotome guifso-balito. 

Coliou à dos blanc. 

à nuque bleue. 

- — multiraie. Voy. Son- 
ner, tab. 74. 



einm. 

' sanguinolenta.Tf//?,;;. 

' polyzonia. Temm, 

"- ornatP. P. Max. 

spinus. Linn. 

— ^— linaria etilaviroslris. 

Linn. 
carduelis. Linn. 

magellanica. Fieili 

tristis. Linn. 



— panicivora. — bona- 
riensis. — coronata. 
et africana?irt/^' 

Phytotoma tridactyla. 

Loxia^ Auci 
Colius leucoiiotus et ca- 

pensis. Lath' 
senegalensis. Lath' 

striatusetpanayensL^. 

Laih' 



(!) Mais pas la femelle, lig. 2 de cette planche, qui est uoe femelle de veuve, noire Fringilla serena. 
(2) Toutes indications dont les espèces ne reposent pas même sur des figures, et qu'on ne peut classer. 



TABl.EAU METHODIQUE. 



bi 



]ADRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 
ouliiin. co'.or. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



DÉNOiMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



SYNONYMIE LATINE. 



ORDRE CINQUIÈME. 



ZYGODACTYLES. 



ZYGODJCTYLJE. 



. TOURACO. — Muso- 
phaga. Isert. 

. Indicateur. ■ — Indien- 
tor. Vaill. 



60 






F. I. 
F. 2. 



. Coucou. — Cuculus.\^i^ 
Linn I 



Touraco de Guinée 



Coucou indicateur, 



Touraco jDersa (i). 



pauline. 



Indicateur à bec blanc. 



N/. 



A^^ 



274 

F.i. 

771 
O 



764 



Coucou des In d es -0 ri en 
talc,*^. 

tacheté des Indes. 

— — coukeel du Bengale. 



tacheté de la Chine 



grand. VailL Af, pi. 

241 ^ inâle et femelle. 
archipélagique. 

minime (3). 

Coucou vulgaire. 



^etii femelle (4). 
coukeel mâle adulte. 



^ id. femelle adulte, 

gros-bec. VailL Ois. 

d'Afr, 2t4, le mâle y 
et pie 216^ la femelle. 

id. passant d F état 

adulte. 



Musophaga persa. ~ Cu~ 
culus. Auct. 
- — — paulina. Temm.. 
Indicator albirostris. 

Temm * 
major. — Cuculus in- 
dicator (2^. Auct, 
^ archipelagicus.T^7;z77z. 

I 

— ' — minor. VieilL 

Cucuhis canorus. Linn. et 
hœpaticas. Lath. 

glandarius. Lath. 

^orientalis (5). Lath. 



niger (6\ Linn. 



(1) Les touracos proprement dits forment une secîiou du genre Musophaga. illiger en a fait un genre distinct sous le nom Corythaix. 

(2) Voyez l'indication d'une femeile de cet oiseau sous Indicator Sparmannij Linn. Transact., v. 46, p. 9^1. 

(3) C'est le petit Indicateur de VailL pi 242. 

(4) C'est le grand Coucou tacheté des OEuvres de Buffon dont le Coucou huppé noir et hlanc de Buffon ou Cuculus paisnus des Méthodes est le jeune-àye. 

(5) Indication du mâle 5 la femelle est inscrite sous le nom de Cuculus punctatus^ Lath. Ind. sp. 8 5 et voyez aussi comme indication d'un sujet en livrée 
jeune âge Cuculus pana^us^ Latb. sp. 9. 

(6) Ce Cuculus niger est cité à tort dans les Méthodes comme variété du Cuculus orientalis. Il faut ajouter au niger les Cuculus maculatus et minda} 
Lathani, sp. 5 et 7. 



inens%s 



TABLEAU METHODIQUE 



CADRE SYSTÉMATIQUE, 



4. Cou A. 



Coccyzus. 
Vieill, 



NUMERO 

DES PLANCHES 
enlum. color. 



277 
586 

o 

294 
390 



F. 2. 
872 



5o5 
814 

816 



657 



-I02 
F. I 
102 
F. 1. 

7 
440 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE 



Coucou tacheté de Miricla- 

uao. 
tacheté du Bengale. 

brun varié de noir. 

• tacheté de Malabar. 

— du Gap-de-Bonne-Es- 

pérance. 
brun et jaune à vcn* 

tre rayé. 
huppé de Coromandel. 

huppé de Coromandel. 

Coucou à longs brins. — Le 
Sanhia de la Chine et 
Couroucoucou de Buffon 
(5). 

Petit Coucou noir. 

Petit Coucou de Panay. 

Coucou de la Caroline. 

Cendrillard. 

verd du Cap. 



DÉNOMiNATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME 



Coucou id. jeune de V an- 
née o\x femelle, 
boutfalliek. Edw. t. 

59. 

wererora (2). 



-' — cuil de Buffon (3). 

solitaire de VallL , 

pi. :2o6. 

à bec grêle. Sonner, 

t. 79. 

à collier blanc. J^ailL^ 

pi. ^i3, état parfait. 

edolio , la femelle, 

VailLj pi. 7; le mâle. 



SYNONYMIE LATINE. 



— ténébreux. 

à tête grise, le mâle. 

Sonner^ P* ^ i '^j femelle. 
cendrillard mâle, 

id. femelle, TVils,.^ 

V. 4, pi. 28, fig. I. 

didric 772^/^. Vaill,, 

pi. 210 et 211. 
— -» éclatant mâle, 

QhdXoiXQ femelle. 

Cou a Geoffroy adulte, 
Delalande adulte. 



Guculus scolopaceus (i). 

Lath. 

tailensis. ZaiÂ. 

honoratus? Lath, 

clamosus (4), Lath. 

radialus et polioce- 

phalus. Lath, 
' — — coromandus. Lath. 

serratus et melano- 

leucus. Lath. 

paradiseus. — sinen 

sis. — brasiliensis et 
cornu tus. Lath. 

-T— — tenebrosus. Lath. 

flavus et Sonneratii. 

Lath . 

americanus et domi- 

nicu.^. Lath. 



aura tus. Ginel, 

^ — lucidus. Laih. 

— -^ — chalcites. Illig. 

Coccyzus Geoffroy i. Temm» 
■'■ Delalandei. Temm. 



(\) Celte planche est faite sur un jeaue sujet ; Tadulte n'a pas été figuré. 

(2) Décrit par Cook et Buffon^ reposant sur une mauvaise figure du Mus. Cari. lab. 52. C'est un jeune ou une femelle dont l'adulte n'est pas connu. 

(5) Je n'ai pas vu le sujet décrit par Buffon; à juger par la pi. 294, ce ne peut être qu'un jeune ou une femelle dont le mâle adulte n'est pas connu. 

(4) Voyez Lath. lad. supp. sp. 2. ajoutez comme l'adulte Vaill. Ois. d'^f., y. 5, pi. 204 et 205, dont Cuciilus capensis et la pi. enl. 390 sont le jeune. 

(5) Sont des espèces citées qu'on n'a pas vues en nature. 



TABLEAU METHODIQUE. 



53 



DRE SYSTÉMATIQUE. 


NUIW 

DES PL 

Eiilum. 

8i5 


[ERO 

ANCHES 
color. 


DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 


DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 


SYNONYMIE LATINE. 




Ccucou verdâtre. 


Coua verdâtre jndle. 


Coccyzus madagascariensis. 












— Cuculus. Auct. 




589 




huppé de Madagascar. 


huppé 7nàle adulte. 

VailLy pi. 207. 


— — cristatus. — Cuculus. 
Auct. 




2TI 




de Cayenne. 


piaye. Les variétés 

sont des espèces distinctes- 


cayanus. — Cuculus. 

Auct. 









Guira cantara. 


~ — guira. FieilL en fait 


fï'lllV»'S 1 I"! /-m-i 1 11 rN 




guira. — vjUCUIus . 










un Ani. 


Auct. 




772 




Coucou à long bec 


tacco, dit Vieillard. 


p!uvialis(i) .Temm. 




8i3 




des Palétuviers. 


des Palétuviers. 


seniculus. Vieill. 




812 




— • — tacheté de Cayenne. 


' tacheté. 


naevius. Vieill. 


CoucAL. — Centropus, 


824 


# 


des Philippines. 


Coucal des Philippines. 


Centropus philippensis (2). 


lllig. 










Cuv. 









Hou hou d'Egypte. 


noirou. FailL , pi. 


^ 1 Kl 1 triTi yilTIlT trt{f 




• 11 Itli U"! U1U3. VyLlV . 










220. 






532 




Coucou du Sénégal. 


houhou jeune de Pan- 
née. Vaill.y pi. 21 g, 
moyen âge. 


senegalensis, — Cucu- 
lus. Auct. 




2û5 




de Madagascar. 


toulou (3). 


-^ toulou. — Cuculus. 




F. I. 








Jubt. 




295 




bleu de Madagascar. 


taitsou adulte. 


caeruleus. — Cuculus* 




F... 








Auct. 


f 

i 

\ 


67r 


S7» 
•0 




chasseur mâle. 

' criard. 


-— — venatorius. Temm. 




cachinnans. Temm. 


Calobate. — Calobates. 


»*/ 


538 




Calobate radieux , la fe- 


Calobates radiatus. Temm. 


Temm. 








melle . 


-i 


Malcoha. — Phœnico 




549 




Malcoha à bec peint. 


Phœnicophaeus calorhyn- 


phaeus. Vieil!. 










chiîs. Temm. 


CouROL. — Leptosomus, 


587 




Coucou de Madagascar. 


Cou roi vouroudriou. 


Leptosomus afer. — Cu- 


Vieill. 










culus. Auct. 



l) C'est Cttcwîws vetitla et pluvialis des Méthodes. Vieillot en fait un jeune Saurothera : je le crois fondé. 

>) CeUe espèce et la suivante confondues dans les synonymes du Cuculus œgyptius de Latham forment deux espèces distinctes : la première est commune 

va, Taulre est d'Afrique. Le Centropus giganteus de Vaillant, pi. 223, est un jeune du Centropus Laihamà de Leach, Zool. '^liscell. — Centropus huhulus 

Morsf. est synonyme de noive. philippensis ^ affinis et lepidus ; ce dernier est le jeune du premier. Brovvn, lil. Zool., en donne une figure exacte; c tst 

)re pumilus du musée de Paris. 

l) J'ai tout lieu de croire que ce Toulou est un plumage intermédiaire des Centropus affinis de Horsf. dont Lepidus est (rès-décidemeut le j(;*une. Voyez 

ulte, figuré par Browo, III. Zool. 

14 



54 



TABLEAU METHODIQUE, 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



9. ScYTHROPs. — Scythrops. 

Latb. 

10. Aracari. — Pteroglos^ 



NUMERO 

DES PLANCHES 



colc 



588 



DENOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



T^ I . Toucan. — Rarnphastos* 
Linn 



12. Ani. — Crotophaga, 
Linn. 



14. CouRoucou. — Trogon, 
Linn. 



166 

727 
728 
577 

82 
262 
507 

269 
o 



102 

F. I. 
r02 
F. 2. 



290 



Femelle du grand coucou 



356 



Toucan verd du Brésil. 

verd de Cayenne. 

à collier de Cayenne, 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



— a ventre oris. 



757 
195 

765 



521 

541 

404 

291 

i8i 

372 



Toucan à gorge jaune. 
Le cochicat. — L'hochcat. 

— L aracari ^ bec noir et 

Paracari bleu (i). 
Grand bout de petun. 

Petit bout de petun. 



Courol cromb, donné à tort 
comme femelle du 
précédent, 

Scythrops présage ur adulte 

Aracari grigri ou à cein- 
ture rouge. 

verd mâle, 

— ^ là, femelle, 

koulik mâle, 

là, femelle. 

sillonné adulte. 

Toucan toco. FailLy pi. 2. 

tocan. FailL^ pi. 3. 

à gorge jaune. FailL^ 

pi. 4. 

à bec jaune. 



SYNONYMIE LATINE. 



Ani des Palétuviers. 
des Savannes. 



M^ 



Couroucou à ventre rouge, 
-— — à longue queue. 
de Cayenne. 



de la Guyane. 



I^Guroucou kondea. 

diard mâle. 

rousseau. 

— — duvaucel mâle^ 

montagnard mâle. 

pavonin mâle, 

rocou mâle adulle, 

id. la femelle. 

— ourroucouai mâle. 

— id, la femelle. 

<^/ /.'^ dl. irt^^.c//< 



Leptosomus crombus. 

Scythrops novae hollandi$. 

Latk 
Pteroglossus aracari. 7///^. 

viridis. Illi^, 

piperivorus. lllï^, 

suicatus. Swains, 

Ramphastos toco. Gmel 

erythrorynchos.G/Tzg/. 

* ' tucanus. Linn. 

~ discolorus. Linn 

torquatus. — pavo- 
nin us. — luteur. - 
caeruleus. GmeL 
Crotophaga major. Br'm, 

™-«-ani. Linn. 



Trogon fasciatus. Lath. 

Diardii. Temm. 

' ' ardens. Temm. 
i duvaucelii. Temm. 



— or^skios. Temm- 

— pavoninus. Spin. 

— curucui. UnU' 



viritlis et slrigilatus- 

Linn* 



/Cc^z,, 






(I) Sont quatre espèces cilées par Buffon, qu'on ne peut classer convenablement n'ayant pas été examinées en nature. 











TABLEAU METHODIQUE. 


55 






NUMERO 


DÉNOMINATION 


DÉNOMINATION 




lDRE SYS^ 


rÉMATIQUE. 


DES PLANCHES 


à supprimer 


ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 


SYNONYMIE LATINE. 














enluin. 


color. 


PORTEE SUR LA PLANCHE. 










735 




Couroucou ù queue rousse 
de Cayenne. 


Couroucou auroia (1). 
VailL , pi. i5. 


Trogon rufus. Gml, 








326 




tPTYi n n T*p iT^nlc 


— - — temnurus. Temm, 
Capiîo macrorhynchos — 


, Tamatia. 


— Capito. 


689 


yJ^Kf 


Barbu à gros-bec. 


Taniatia gros-bec. VailL^ 




Vieill. 






. 


pi. 39. 


Bucco. Auct. 






595 


94 


— — à collier. 


à collier. 

à oreilles noires ou 

chacuru. 


collaris. — Bucco. 

Auct. 
^- melanotis. Temni, 

















Le matuiti. 


tamajao. J^ailL^tig.F, 


maculata (2), — Al- 

cedo. AucL 






746 




Barbu ventre tacheté. 


à gorge rousse. VailL^ 


tamatia. — Bucco 




F... 






pi. 41. 


Aact. 




688 




à poitrine noire. 


-à plastron x\o\v,V(iilL^ 


melanoleucus — Buc- 






F. 3. 






pL 40. 


co. Auct. 


. Barbagou 


. — Monasa. 
Vieill. 


5l2 


323 
F.i. 


Coucou noir de Cayenne. 


Bar bacon à bec rouge. 

VailL y pL 44. 
— — ténébreux. VailL , 

pi.46. 


Monasa tranquilla (3). 

Vieill 
—' — tenebrio. Teinni^ — 






Cuculus. Auct. 








323 
F. a. 




rufalbin. 


phaioleucos. Temm. 


. Barbion. 


— Mycropo- 






Barbion perlé mâle. 


Micropogon margaritaceus. 




gon. Te m m. 










Temm. 






206 




Barbu de Cayenne. 


• lu Vfi^ PfYf^ T*A 1 I ff if 


cayennensis. — Bucco. 




8^' g*- rt>*-*ge. 






F. I. 








Auct,- 

- 






206 




de St.-Doiningue. 


moucheté. Vaillant, 


nœviùs. — Bucco nae- 






F. 2. 






pi. 25. 


vius. Briss. 


Barbu. — 


Bucco. Linn. 




285 




Barbu à moustaches jaunes 


Bucco chrysopogon.2Wz//z. 






871 




Grand barbu de ia Chine. 


barbacaric. VailL, 


— — grandis. Gmel. 




• 




597 




pi. 20. 


' pyrolophus. Temm. 






U: 






522 
309 




— — corbin. 


— — cor vin us. Temm. 




■ versicolor. Raff. 












3i5 




mystacophane. 


mystacophanos Teni. 








524 




Hcmici. 


' Henricii. Temm. 



I) Vaillaut le dit originaire des Moluqucs ; Lntham de Cayenne. Je ne puis le détermi.ier. 

l] C'est le Bucco somnolentus de Lichtenstein. Les aiéthodibtes en ont fait un Martin-pécheur. 

5) Inscrit dans les catalogues nitlhodiques sous les nonis do Bucco cinereus et cakaratus^ Corvus australis e! tranquiUiis. 



56 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



CADRE SYSTEM ATIQE. 



NUMÉRO I DÉNOMINATION 

DES PLANCHES 

a supprimer 
^nlun, -'.. PORTÉE SUR LA PLANCHE 



870 



18. Barbican. — Pogonias. 

m 



35i 
F. 2, 



55o 



527 

F. I. 



Barbu de mahé 



89 

F. 2. 

556 

F. I. 

556 

F. 2. 



602 



^/ 






Barbu des Pbilij3pines 
du Sénégal. 



Barbu des ^laynas. 
Le barbican. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Barbu du cap de Bonne- 
Espérance. 



Barbu vert ou de mahé. 
jeune de Vannée. 

f^rivelé. 

' souci-col mâle, ^ 

à plastron rouge, 



SYNONYMIE LATINE. 



id, jeune de Vannée, 

— à gorge blanche mâle, 

frontal mâle. 

à bandeau d'or. 

— — élégant. Faill. pi. 54. 

Barbican à bec sillonné. 

masqué ou à plastron 

noir. Vailh pi. 28. 

— — à gorge noire. F oyez 
lesjig, de Faill. 



Bucco viridis. Gmel. 

' faiostrictus. Temm. 

armillaris. Temm. 

philippensi.s. Briss. 



■ gularis. Temm. 

• — - fronlalis. Temm. 

— — chrysozonus. Temm. 

— mayanensis et elegans. 
Gmel 
Pogonias sulcirostris. 

Leach. 
perso n a tus. Temm. 

nigeretP. Stephemii. 

Leach. ZooL Mis- 
celL V. 2, t. 116. 



QUATRIÈME VOLUME. 



ig. Perroquet. — Psitta- 
eus. Linn. 



265 
14 

191 



53i 



81 



Kakatoès des Moluques. 

des Philippines. 

ailes et queue rouges. 



Kakatoès à huppe rouge. 

— — à huppe blanche. 

—a huppe jaune (petit), 

nasique adulte, 

à huppe courte. Foj, 

Brown,^ ZooL tab. 5. 

rosalbin. 

flamboyant. 



Pittacus rosaceus. Lath. 

orienlalis. Linn- 

sulphureus. Gmel 

nasicus. Temm- 

— — philippinarum.G//î^^' 

eos. KuhL 

erythroleucus. Linn- 



TABLEAU METHODIQUE 



^7 



IDRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



color. 



12 
641 

56 

383 

864 



407 
167 

499 



o 

768 
528 
55o 

767 
838 

85 



DÉNOMllNATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



358 



Kataloes noir ou géant. 



Ara rouge. 
Petit ara rouge. 
Ara bleu et jaune. 
vert du Brésil. 

petit. 

— noir. Espèce dou- 
teuse. 

Perruche de la Guiane. 

— de la Guiane, 

jaune de Cayenne. 

delà Caroline. 

perriche à léte jaune. 

à poitrine grise. 

illinoise 

la perruche. 



— — à front jaune. 

— des terres magella- 
niques. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME 



Ara noir à trompe. Vailh, 

pi. Il, 12 et i3. 
rouge ou macao. 

VailL^ pi. I. 
— aracanga.f^a/7L5pl.:2. 

tricolore. p^ailLy pi. 5. 

ararauna. 

— — maracana. Faill.^ pi. 

8, g et 10. 
makavouanna./^<2z7/., 

pi. 7. 



Perruche distinguée ou 

noble (i). 
pavouana. F^ailLy pi. 

14 et i5. 

guarouba (2). 

à tête aurore. F ai IL ^ 

pi. 33. 



SYNONYMIE LATINE. 



à tête jaune. Wils», 

vol. 3, pi. 26. 

souris. FailUjpl. 38. 

apute-juba. 

sincialo. P^a/'IL^ pi. 

42. 

à front rouge. 

• id. jeune ou variété 

accident. 
éméraude. FailL^ pi. 

21. 

-— tiriba. 

. — à gorge brune. Edw., 
tab. 177. 



Psittacus gigas et atterri- 
ra us. Lath 

— macao. Linn. 

aracanga. GmeL 

—' — tricolor. FailL 

ararauna. Linn. 

severus. Linn. 

— makavouanna. GmeL 
ater. GmeL 



nobilis. Linn, — Voy. 
Spijj,^ tab. 25. 
guianensis. Briss, 



luteus. Lath, 

ludovicianus. GmeL 

" — carolinensis. Linn, 

— murinus. GmeL 

— pertinax. Linn, 

— rufirostris. Linn, 

— — canicularis. Linn» 



— — smaragdinus. GmeL 

cruentatus. P. Max, 

œruginosus. Linn. 



) Toujours confondue avec Psittacus guianensis, ou la Perruche pavouane . 

!) 11 faut classer ici l'Ara guarouha de Vaill. pU 20. copie de celte figure de Buffon ; les pi. -18 et 19 de Vaillant , sous ce même nom, sont synonymes 

*sittacus solsiitiaUs , ou de !a Perruche jaune de Buffon. 

i5 



58 



TABI.EAU METHODIQUE, 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



enlum. col 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



'44 
559 



837 
456 

F. 2. 

456 

F. I 

455 
F. I 

79' 

F. I. 



526 

744 

584 

408 
840 
335 



549 

548 
547 



491 

'^207 

492 



Petite perruche verte et aux 
ailes d'or. 



Perruche de Cayenne et 
toui à gorge jaune. Buf- 
fouy pi. enl. 190, f. I. 

de St. -Thomas. 

du cap de Bonne-Es- 
pérance. 
de Batavia (i). 



tête noire de Cayenne. 

maypouri de Cayenne. 

Perroquet tête bleue. 

varié de Cayenne. 

à front blanc. 



de la Martinique. 

de St.-Domingue. 

à ventre pourpre. 

amazone. 



DÉNOMINATION 



ADOPTEE DANS LE SYSTEME, 



Perruche à gorge tachetée 

ou anaca. 
à ailes variées. Vaill,^ 

pi. 57. 

à couronne d'or 

Ediv.^ tab. 255 

petite jaseuse. 

sosové ou à taches 

souci, ^aill.^ ip\. 58 

et 59. 
toui. F'aill.^ pi. 70. 

touicté, la femelle. 

Perroquet mélanoptère. 
VaîlLy pi. 69 

Huet mâle^ 

milré adulte. 

Prêtre adulte, 

maillé. 

caica, vieux mâle, 

maypouri adulte, 

à camail bleu. J^allL, 

pi. 114. 

violet. Vaill.j\A, 1 15. 

tavoua ou tahua. 

leucocéphale ou à 

face rouge. Vaill ^ 

pi. 107 et 108. 
id. le même état pieux 

mâle, 
— — id. la femelle, 
— id. jndle âge moyen 

et tapiré, 
aourou-couraoïi. 

Kaill.f 1 10 et bis. 



SYNONYMIE LATINE 



Psittacus versicolor anaca 
et squammosus. Laih. 

chrysopterus et vires- 

cens. Lath, 
brasiliensis. Lath, 

tirica. Lath. 

sosove, — toui et tui- 

para. Lath, 

toui. Lath, 

— ' — passerinusetcapensis. 

Laih 

melanoplerus. Giml. 

Huetti. Temin. 

^ mitratus. P, Max. 

Pretrei. Teinm. 



accipitrinus. Linn> 

caica. Lath, 

— melanocephalus. 

Linn. 
menstruus. Linn. 

purpureus. Gmel 

'• — festivus. Linn 

leucocephalus el do- 

minicensis. latl 



œslivus et agilis. 



Lath 



{\) Cette espèce est propre au nouveau continent j elle vit à Surinam, et c'est par erreur qu'on la dit originaire de Java. La précédente, planche 455, 
f . >! , sous le nom de capensis, est la femelle du Tuieté ; psittacus passerinus du Brésil. 



TABLEAU METHODIQUE. 



59 



ldre systématique. 



NUEMRO 

DES PLANCHES 



eulnm. 



color. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉF SUR LA PLANCHE, 



839 



o 
o 
o 
o 

3l2 



120 

i3 
o 

861 



36o 

336 
862 
5i4 
683 



Perroquet crik de Cayenne 

crik rouge et bleu. 

paragua. 

sassabé, 

brun.jBJt^.^tab. 167. 

crik à tête bleue. 

Edw.j tab. 23o« 
vert et rouge. 

crik à tète et gorge 

jaune. 

amazone varié. 

jaune. 

crik à tête viole Ue. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



— crik à léle bleue 



— ' crik à tête bleue. 
var. 3. 

— — de la Havane. 

de Cuba. 

d'Amboine. 

vert de Chine. 

— lori de Guinée var. 
tapirée. 



Perroquet aourou-couraou 
jnâley état parfait {\). 

Une espèce douteuse 

non examinée* 

Pas vu en nature^ 

id. id. 

brun. p^aill.,ip\. 104» 

bouquet. T^ailLy pi. 

i55. 

amazone (2'. 

id. Foy. Vaill.^ pi. 

98 et bis, 

id. var, tapirée, 

id. par. Jaune, 

à léte violette. 

— • — meunier adulte. 

Faill.y pL 92. 
joues orangées. 7^(7/7/.^ 

pi. III. 
tarabée. Pas vu en 

nature. 
à joues bleues. Edw.y 

lab. iGi. — Faillj 

pi. 106. 
e'caiilé adulte^ et à 

face bleue^ FailL^ pi. 

122^ le jeune. 
probablement le même 

ta pi ré ? 
à calotte bleue. Faille 

pi. 121. 
à flancs rouges. Faill., 

pi. l32. 
grand-lori. Faill. ^ 

pi. 126, I 27 et 128. 



SYNONYMIE LATIN H 



Psittacus cœruleocephalus? 
Linn, 

paraguanus ? Gmel. 

collarius. Linn. 



sordidus. Linn. 

bouqueti. Faill 



amazoniens, etc. 

Laifi. 



^- violaceus. Gmel. 

pulverulenlus. Linn. 

autumnalis. Linn. 

tarabe? Lalh. 

cyanotis. Temm. 

havanensis. Lath. 

■ id.? Paradisii. Auct. 

— ' — gramineus. Gmel. 

sinensis. Briss. 

grandis et puniceus. 

Gmel, 



I Mais il ne faut pas classer parmi les synonymes de cette espèce la liiile green Parrot (Edw., tab. ^168), qui est une espèce différente. 

I Celte plauche de Buffon est mal coloriée. Voyez l'Amazone et ses nombreuses variétés, Vaill., Perr. de la p'=. 8i à 90, et classez dans les synonymes 

Ite espèce tous les articles sous Psittacus ochropterus, hiieolus et aurora. 



6o 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 
eulum. color. 



5i8 

2lG 



DENOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



168 
3ll 

288 

5oo 

55 
715 
287 
240 

.43 

o 
684 

o 

5.9 

o 

745 



i5 



Perroquet lori d'Amboine 

lori des Moluques. — 

lori de Ceram et le noira, 
lori des In des à collier 

lori des Indes. 



lori des Philippines 



Perruche du Séne'gal. 

Perroquet noir de Mada- 
gascar. 



de Nouvelle-Guinée 

— — de Pile de Luçon. 

Perruche rouge d'Am- 

boine. 
des îndcs Orientales. 

Variété à ailes jaunes» 

lori rouge. 

lori de Gueby. 

" grande à bandeau 

noir. 
Lory de la Chine. 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



SYNONYMIE LATINE. 



Perruche verte et rouge. 
des Moluquest 

d'Amboine. 



Perroquet id. à ventre bleu» 
lori noira. VailL pi. 

96. 

lori à collier. VailL <, 

pi. 95 et bis» 
id. Voyez aussi la 

var, à ailes jaunes. 

VailL, pi. 94« 
lori àscapulaire bleu. 

Vailtj pi. 125 et 124. 
— —cendré ou jaco, Vaill.^ 

pi. 99 à io5. 
à tète grise. Vaill.y 

pi. 1 16, 117 et 118. 
petit vasa. FailL, pi. 

82. 

— à raquettes, 

mascarin. VailL ^ pi. 

159. 
bec couleur de sang. 

VailL, pi. 85. 
à ailes chamarées. 

VailL j pi. 60. 
Perruche tricolore. 



violet et rouge. Vaille, 

pi. 55. 

écarlate. /^(7i7L^pl.44- — 

— - lori écaillé. VailL , 
pi. 5i. 

à bandeau noir. Pas — 

vu en nature» 
— • à franges bleues, — 

FailLy^\» 95. 
— Pas vu en nature* - — 

à tête bleue, V adulte. — 

Vaill.y pi. 24 et 25. 
id. adulte i^ar. 



Psiltacus garrulus. Lafh, 
domicella. Lath. 



™ lory. LinrL 

— erithacus et fiiscus. 

Lath. 

— se n égal as. Linn, 



niger. Linn. 



■ selarius. Temm» 

mascarin us. Linn, 

macrorynchos. Gmel. 

marginatus et oliva- 

ceus. GmeL 
amboinensis, Linn. 



coccineus. Lath. 



borneus. Linn. 
guebiensis. GmeL 

atricapillus. i«/Â' 

ruber. GmeL 

yA^onicus? Lath> 
hcxmatodus. Lath- 



TAM.EAU METHODIQTffi. 



ADRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



eulum 



192 

552 



DÉNOMINATION 

à supprimer 

PORTÉE SUR'LA PLANCHE, 



^569 



-'568 



-567 



455 

F.2. 



791 

F. 2. 



190 
F. 2. 
520 



60 
642 

2l5 

5i7 



Perruche à tête l>leue. 

variée des Indes. 

— <— jaune d'Angola. 

à gorge rouge. 

_-_-de Pile Taili. 

— —de Madagascar, 

— du Pérou (2). 

— des Philippines. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTEME. 



SYNONYMIE LATINE. 



- à collier de luçon. 

- à ailes noires. Pas vu 
en nature» 

• huppée. Pas vu en 
en nature. 

• de Guinée. 



— à collier des Maldives. 

— à collier de Bourbon. 
dePondichery. 



Perruche id. jeune. Voyez 
Faill.j pl. 24 (i). 

— — lori. Vaill., pl. 52. 

— — flamméchée mâle. 

ara guarouba. Vaill,^ 

pl. 18 et 19. 

— — eutèle mâle. 

- — -à gorge rouge. VailLy 
pl. 46. Edw., t. 236. 

iris mâle. 

arimanon. Vaill. pl. 

65. 

coquette mâle et fe- 
melle. 

cendrée mâle. 

— à couronne bleue, 
vieux mâle. 

coulacissi mâle et fe- 
melle. Edw.j tab. 6, 
mâle . 

torquéole. Sonn. , 

lab. 3o. 

Voyez Sonn.^ tab. 4» 



Psittacus ornatus. Linn. 

sçintillatus. Temm. 

solslitialis. Lath. 

'^ euteles. Temm. 



moineau. Edw.^ tab. 

237. 
Perriche alexandrine. 

Vaill.y pl. 3o* 
à double collier. 

VailLy pl. 3g. 
' à poitrine rose. 

Faill, pl. 3i. 



— incarnatus. Gmel. 

iris. Temm. 

taiiianus. Gmel. 

' placentis. Temm. 

canus. Gmel. 

galgulus. Linn. 

vernalis asiaticus, 

Lath. et philippensis. 
JBriss . 

— torquatus. Lath. 



minor? Lath» 

Bontii ? Lath. 

pullarius. Linn^ 

alexandri. Linn* 

bitorquatus. Briss. 

pondicerianus et bi- 

maculatus (3). Lath. 



\) Inscrit dans les catalogues sous Psiiiacus cyanocephalus et indicus. 

2) Elle vit aux Moluques et dans les îles de la Sonde. 

5) Classea eucore comme synonymes de cette espèce P. himaculatus. Mus. Caris, tab. 30. — Alexandrii var. y. Alb., v. 2, tab. iS. P, Osheckii, Lath. 

P. horneus, Gmel. 

16 



62 



TABLEAU METHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



20. Pic. — Picus» Linn, 



4^ 



V 



NUMERO 

DES PLANCHES 



enlum. color. 



239 

264 
887 

888 

55i 



596 
690 
7r8 

717 
612 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



\ 



6i5 
614 

281 

%7 



Perruche de Gingi. 

à tête rouge de Gingi 

— — de Malac. 



de Mahe. 

: à collier dAfrique. 



Pic noir huppé. 

noir huppé de Loui- 
siane. 

noir huppé de 

Cayenne. 

Grand pic huppé à tête 
rouge de Cayenne. 



DÉNOMINATION 



ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME, 



''So 

/475 

«^171 

-^'^^578 

'402 

^45 I 

435 



Perriche à épaulettes rou- 
ges. VailL^ pi. 73. 

à collier noir (i). 

à nuque et joues 

rouges. VailL^ pi. 72. 

■ fridytutha. Vaill, y 

pi. 74. 

— — collier rose. VaitL^ 
pi. 22, Vadultes pi 
23, jeune. 

Pic noir mâle. 
— à bec blanc mâle. 

noir à huppe rouge 

mâle. 

rayé à huppe rouge 

m^âle. 

à cou rouge mâle. 



SYNONYMIE LATINE. 



Psittacus eupalria, Linn, 



ginginianus. Bris,^, 
malaccensis. Gmel 

bengalensis. Briss, 



torquatus. Briss.^ 

Alexandrini. Auci, 

Picus martius. Limu 
principalis. Linn. 



Grand pic rayé de Cayenne. 

Pic rayé à tête noire de 
St.-Domingue.. 

Pic rayé de St.-Domingue. 

varié femelle de la 

Jamaïque. 



meunier 77z^/^. 

à ventre blanc mâle. 

de Foie. 

casqué mâle. 

vigoureux mâle. 

' i d . femelle . 

— à barbe noire mâle. 

— sourcil noir adulte. 

— BufFon niâle. 



pileatus. Linn^ 

lineatus (2). Linn. 

rubricoUis. Gmel, 



pulverulentus. Tem> 
leucogaster. Temm^ 
Boie Temm, 
gaieatiis. 'Natt. 
validut:. Temm. 



rayé de Cayenne mâle. 

à tête noire mâle. 



- id. femelle. 

la 
femelle. Edw.y t. 244* 



'- melanopogon.I/fcÂ/. 

"*■ superciliaris. Temm. 

Buffonii (3). Temm. 

• cayanensis. Laih. 

striatus. Lath. 



larvalus (4). Temm. 



{\) Voyez Vaill., pi. 45, et Edw., tab., 255. Cité sous hengaïensis. 
(2) Voyez le double emploi variété sous Picus melanoleucos . 

(5) Latham et les méthodistes classeut celte espèce, originaire du Brésil, sous les indications du Picus melanochloros de Gmel., espèce distincte qui «e 
trouve à la Guyane. 

(4) Cette espèce distincte a été classée parmi les synonymes du Picus carolînus dont elle diffère essentiellement. Buffon a donné la figure de la femelle. 



TABLEAU METHODIQUFx 



63 



VDRE SYSTÉMATIQUE 



NUMERO 

DES FLANCHES 
onlulit, color. 



692 

F, I. 
O 



I I 



69 



F. 2. 
694 
F.i. 

863 
524 

509 
695 
553 
196 
595 
61 

598 

o 

748 

F. I. 

748 

F. 2. 



DÉINOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Pic rayé de Louisiane. 



— varié mâle de Virffi" 
nie. 

— varié de Caroline. 



— — du Canada. 

Épeiche du Canada. Pas 

vu en nature. 
Pic cardinal de Luçon. 

de Virginie. 

— noir de Cayenne. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME, 



Pic gris, la femelle. TJ^ils.y 
V. i^ pi. 7, le mâle. 

chevelu. Vieill.^ pi. 

1:20. 

varié mâle. TVils.^ v. 

I, pi. 9.— F'«z7L, pi. 1 18. 

canadien, la femelle. 



jaune tacheté. 



— —jaune de Cayenne. 

rayé du Canada. 

tacheté de Cayenne 



Épeiche mâle. 



Pic varié de Virginie. 

mâle de l'Encénada. 

Petit piades Moluques. 



cardinal. Sonnerai^ 

lab. 35. 

tricolor femelle. 

Vieill,^ pi. 1 1 2, /e mâle. 
hirundinacé mâle. 

roux T2iwé femelle. 

à cravatte noire. 

— mordoré //2éï/^. Vieill.^ 
pi. III. 

— id. jeune mâle. 

— aux ailes dorées. 



SYNONYMIE LATINE. 



Picus carolinus^i). Linn 

villosus, Linn. 

va ri us. Linn. 

— ^ — canadensis. LatH.^^ 

tricolor? Qmel. 

cardinalis. GmeL 

erylhrocephaluSé 

Linn. 
— ' — hirundinaceus, Linn» 

— — rufus. Lath. 

multicolor, Lalk. 

cinnamomeus. Latk^ 



r varié onde (2). 

épeiche m die. 

là. femelle. 

— • — varié à tête rouge ou 

pic mar^ mâle. 
petite épeiche ou épei- 

chette, mâle et femelle. 
minule. Fieill., pi. 

121. 

— encénadien 02/ mou- 
cheté. 

— brun varié mâle.- 
Sonner. i p. î 19, pi. 77. 



— — aura tus. Linn. 

undatusv Temm 

• major. Linn. 

médius. Linn. 

— minor. Linn. 



— • — pubescens. Linn. 

— maculosus. Temm. 
moluccensis Z/a/A. 



\ I 



V 



) Le même que Picus griseus de Vieill. et la var. y. du caroHnus de Latham ; toutes indications de la femelle. 

; C'est un pic à quatre doigts très-entiers (t parfaits, qui a été classé erronneusement parmi les synonymes du Picus iridaciylus des méthades.^ 



64 



TABLEAU METHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



NtA' 



i)^-^ ÙX 



FlfXf^K. 



■0 



NUMERO 

DES PLANCHES 



DENOMINATIOiN 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHF. 



69, 
696 
695 

879 

57, 



'''97 

F. i 

• 59 
F.i. 

L/90 



O 
^90 

585 
'384 

^435 



320 

667 
786 

F. 2. 

345 

F.Q. 



784 

G 



U97 

F. 2. 

/ 59 

F.i. 



/ O 



Pic jaune de Perse. Pas va 
en nature. 

" — — du cap de Bonne- 
Espérance. Pas vu en 
nature» 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Pic persique. 



Yert des Philippines. 



vert. Figure mal co- 
loriée. 



Pic tacheté de Nubie, mâle. 
— " — à tête grise du Cap^ 

la femelle* 
petit du Sénégal. 



Petit pic olive de St.-Do- 



slri-hup mâle. 

de Macé mâle* 

— — trapu mâle et femelle. 



Q;v\\e\L Sonner*^ t. Sy. 

vert de Goa mâle* 

— — vert de Bengale fe- 
melle* 
< vert d'Europe, 



id. vieux mâle* 

médiastin. 

poignarde' mâle* 

— — • id. la femelle. 
— — awokera mâle* 

gorgeret mâle* 

— • — grenadin mâle. 

gœrtan mâle. 

tigré. VailL^^X* 260. 

— oliva* FailL^ pi. 248 
et 249. 

— sénégali mâle* 

— minutissime mâle- 



«vert doré ou azara^, 

mâle* 

• à gorge jaune. 



passerin. P^ieill*^ pi. 

1 15. 
— ■ — Kisuti . 



SYNONYMIE LATINE. 



PicLVs persicus? Lath* 

aurantius? Linn, 

Lath 

poicilosophos.Te/;i;/z. 

-^ macei. Temm, 

— concretus. Temm. 

philippinarum. ia//i. 

goensis. Lath. 

bengalensis(i). Lath, 

ipicus viridis. Linn. 

dimidiatus. Temm. 

percussus. Temm. 



awokera. Temm. 

"' • mentalis. Temm. 

puniceus. Temm. 

gœrlan. Lath. 



nubicus. Lath. 

capensis. Lath* 

senegalensis. Lalh. 

i minutas. Temm. 

i aurulcntus. LlUg' 

chlorocephalus.G//î^/' 

. passerinus. Linn- 

- Kisuki. Temm. 



(4) Ces deux espèces vivent dans les îles de la Sonde. 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



65 



VDRE SYSTÉMATIQUE. 



. PiGUMNE. — Picuninus. 
Temm. 
On les a classés avec les Pics et 
?c les Torcols. 



2. Jacamar. 



Galbula. 
Briss. 



5. ToRcoL. — Yunx. Linn 



NUMERO 

DES PLANCHES 
eulum. color. 



786 

F. I. 



V.'' 



271 

258 
698 



571 

F. I. 

371 
F. 2. 

371 
F. 3. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Petit pic de Cayenne. 



Jacamar du Brésil 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



PicLimne minule mâle. 

à toupet mâle. 

mignon. 

abnorme mâle. 

Jacamar à longue queue< 

yert mâle. 

Torcol ordinaire. 



SYNONYMIE LATINE 



Picumnus minutissimus. 

Temm. — ^Picus. Auct, 
cirratus. Temm. 



exilis. Temm. 



abnormis Temm. 

Galbula paradisea. Lath. 

viridis. Lath. 

Yunx torquilla, Linn. 



ORDRE SIXIÈME. 



ANISODACTYLES. — A NI SODACTYLM. 



OxYRiNQUE.— Oxyrhyn- 

chus. Temm. 

SiTTELLE.— Sitta, Linn. 



^25 



623 
F. I. 
623 

F. 2. 



72 
F. 5. 



Le torchepoî. 
Torchepot du Canada 
voilé. 



Sillelle à bec crochu (i). 
Pas vu en nature. 



Oxyrinque en feu, 
Sittelle torchepot jnâle. 

• canadienne mâle. 

voilée jnâle. 

à tête noire. Wils., 

V. i, pi. 2, f. 3. 

à huppe noire. 

— à tête brune. Wils., 
V. 2, pi. i5^ f. 2. 



Oxyrhynchus flammiceps. 
Temm. 
Sitta europea. Linn. 

^^ canadensis. Linn. 

— velata. Temm. 

— carolinensis. Briss. 

jamaicensis. Linn. 

— — pusilla. Lath. 

m^ovl Lath. 



{\) BuffoQ indique encore une Sitlelle sous le nom de ^liielle grivelée. Voyez Edw., tab. 546. Cet oiseau est du genre Fourmiller 

17 



66 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



-r 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



5. Onguiculé. — Orthonyx. 
Temm. 

4. Grimpar. — Dendroco^ 
Inptes, Herm, 



^fit^. éS 



5. SiTTiNE. — Xenops. lllig, 



6. Anabate. — Anabates. 
Tenim. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



enlum. 



621 

454 



color. 



428 
429 



28 



7. Ophie. — •OpetiorhycJius. 
Temm. 



72 
6o5 



i5o 

F. 2. 

ï5o 

F. I. 

72 

F. 2. 

258 

F. I. 

238 
f. 2. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



• • • 



Picucule de Cayenne. 

Guêpier vert à ailes et 
queue rousses. 



686 

F. 2 

7^9 



8. Grimpereau. — 6V/^/a. 681 



Linn 



9. GuiT-GuiT, — Cœreha. 
Briss. 



F.i. 
o 

578 

F.2. 

578 

F.r. 
682 
F. I. 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Onguiculé spinicaude T/îafe 

id. femelle. 

Grimpar picuc ule. 

à ailes et queue rousses 

promérops. 

fauvette ou bec-fin. 

talapiot. 



Rouge-queue de Cayenne. 
Fournier de Bue'nos-Aires. 

Figuier varié de St.-Do- 



mmgue. 



Grimpereau à tête noire 

du Brésil. 
■ vert du Brésil. Figure 

mal enluminée. 
vert de Cayenne. 



Sittine anabatoïde. 

HofFmannseg, 

— — bibande- 

Anabate moucheté. 

oreillon-brun. 

— — rouge-queue. 

Ophie fournier. 

Grimpereau familier. 
varié. Edu>. tab. 5oo, 

Guit-guit vert mâle. Audeb* 
pi. 47, 48 et 49. 

— — id. la femelle* 



SYNONYMIE LATINE. 



Orthonyx spinicaudus. 

Temm, 

Dendrocolaptes graculus. 

T.— G. gracule. ,^^c/. 

— — cayennensis. Temm. 

— Merops. ^«cf. 

' procurvus. Temm, 

^ sylviellus. Temm, 

picus. Temm. — G, 

oriolus. Auci 

Xenops anabatoides. 

Temm. 
' genibarbis. lllig. 

^ ratilans. LichU 

Anabates striolatus.7'<?/7z/7i. 

^ amaurotis. Temm. 

~- ruficaudus. Temm> 

Opetiorhynchus rufus. 
Temm. — Merops. Jucl. 

Cerlhia familiaris. Linn. 
varia. Temm. 

Coereba spiza. Fieill- 



TABLEAU METHODIQUE, 



67 



ldre systématique. 



Colibri. — Trochilus. 
Linn 



NUMERO 

DES PLANCHES 



Eiiliim. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



83 
F. 2. 

68:^ 

F. 2. 

O 



F. I. 

600 
F. 3. 

O 

o 



67 I 

F. I. 
O 

600 

F. 2. 
600 
F. 4. 
680 
F. 2. 

600 
F. I 



Gïhïipereau du Brésil. 

vert tacheté. 

Le sucrier. 



Osieau rouge à bec de 
Grimpereau p 



Colibri à longue queue. 



— à gorge carmin et 
colibri bleu. 



à gorge verte (5). 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME 



Guit-guit bleu à tête verle, 
înâle. Aad,^ pi. 41 et 42, 
mâlej pi. /^"^^ femelle. 

• id. jeune ou femelle. 



SYNONYMIE LATINE. 



Cœreba cyanea (i). VieilL 



120 
F. 3. 



du Mexique et de la 

Jamaïque^ fig, 3. 



sucrier. Edw,^ 1. 122. 

— — varié. Pas vu en na- 
ture. 



Colibri topaze mâle. Les.s., 

pi. 2 et 3. 
— — brin -blanc niàle. 

Less., pi. jf femelle. 

brin-bleu (3). 

grenat. Aud.y ^pl. 4 

et pL II et 12. 
vert et noir. Audeb., 

pi. 6. 
hausse-col vert^ le 

mâle. 
zizil ou piqueté'. Pas 

vu en nature. 
— ' — violet. 

à collier rouge. 

plastron noir. Aud.y 

pL 7. — Less.j, pL i3. 



flaveola. VieilL 

variegata? — Certhia. 

Latli. 
coccinea (2) ? 

Trochilus pella. Linn. 

superciliosus. Linn. 



cyanurus. Lath. 
gTanatinus(4). Lath. 



tacheté à bec dentelé. 



— - — holorisecens. Linn. 
" — pectoralis, etc. Lath. 

punctulatus? Lath. 

violaceus. Lath. 

leucurus. Lath. 

mango. Linn. 

thaumanlias, Linn. 

nœvius. Dumer. 



Voyez le double emploi de cette espèce sous les noms de Cayana^ Cyanogastra et Armillata. 
Cette espèce et la précédente, indiquées par Buffon, reposent sur de très-mauvaises figures de Seba. 
Pas vu en nature ; repose sur le témoigoage suspect de l'ouvrage de Seba. 
Voyez le double emploi de la livrée en mue et di\ jeune sous Trochilus jugularis et cyaneus. 

Ajoutez la figure 2 de cette planche 07^, comme 680, fig. -1, le Colibri Ueu et le Hausse-col vert de Buffon. Dans les systèmes, Trochilus pectoraUs 
s, gularis, margaritaceus, et domimcus. 



/ 



68 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE 



NUMERO 

DES PLASCHES 



eulnm. color 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



599 
F. 2 

672 

F. I. 

O 

276 

F. 3, 



120 
F. I. 
120 
F. 2. 



640 
F. 2. 
276 

F. 2. 
227 
F. 3. 



i8 
F. 3. 

66 

F. I. 

66 

F. 3. 



Le Colibri huppé. Pas pu 

en nature. 
Oiseau-mouche or, vert el 

bleii(i). 
Colibri violet de Surinam. 

Petit O.-M. à queue four- 
chue. 



de Cayenne, 



DÉNOMINATION 



ADOPTEE DANS LE SYSTÈME, 



SYNONYMIE LATINE. 



Oiseau-Mouche tacheté de 

Cayenne. 
à poitrine bleue. 



Colibri terne. Zaf/z.^pl.8. 

à ventre roux. Less,, 

pi. 9. 
— de paradis. 

Oiseau-mouche hirondelle. 
Less.j pL 25, 

■ violet à queue four- 
chue. Less., pi. 18. 

améthyste. Less.^ pi. 

47, mâle* 

petit rubis. X€55., pi. 

48 et 48 bis. 

— — vert doré. 

à longue queue noire. 

Less.j pi. 17. 
à oreilles d'azur. Z^^.ç., 

pi. 10 et II. 
à double huppe mâle. 

Less.y pi. 7 et 8. 
LangsdorfF mâle. 

Less.y'^X. 26. 
à queue singulière. 

Le s s. y pi. i5. 
à raquettes. Less.^ pi. 

40. 

— — jacobine mâle. Less.^ 

pi. 21. 
là. femelle. Less.f pi. 

22. 
éméraude améthyste. 

médiastin, mâle.^ fe- 
melle et jeune. Less., 
pi. 29 et 3o. 



Trochilussqualidus. iY«/^. 

brasiliensis Latk 

» paradiseus ? Linn, 

— — hirundinaceus. Less, 

furcati^s Lath, 

amethystinus. Lath, 

• — — colubris. Lath. 

— mellisugus. Linn. 

— — polytQius. Linn. 

auritus. Lath. 

^ bilophus. Temm- 

' Langsdorffii. FieilL 

' enicurus. Fieill 

platurus. Lath. 

mellivorus et fim- 

briatus. Lath. 

— »- ourissa. Linn. 
i mesoleucus. Temm- 



(^) Classez ici 0. M. à longue queue couleur d'acier hruni, aiasi que les indications sous TrocMlus forficatus eiforcipatus. 



TABLEAU METHODIQUE. 



69 



.DRE SYSTÉMATIQUE 



NUMERO 

DES PLAMCHES 



enlum. 



276 

F. 4. 



color. 



F.i. 

F.i. 



&^_.J^. g>^-£0^ifi-">^:!f.'-- 



F. 2. 

O 
O 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



S>^- é^ 



cr^'. 



<y. 



'^Ji^-^r..^-t. 



'à^Cf 



SouiMANGA. — Necta- 
rinia. Hlig. 



227 
F. I. 



2o3 
F. 2. 

%9 

F. 3. 

2o3 

F. 3 

18 
F. I 
et 2. 



F. 2. 

66 

F. 2. 



640 
F.3. 
276 
F. I. 
672 
F. 2. 
687 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



SYNONYMIE LATINE 



Le plus petit oiseau-mouche 

Ois. -mouche large tuyau. 

Le promérops ou gue'pier 
sris. 



Oiseau-mouche grand ru 
bis. Ltess.^ pL 44? 4^ 
et 46. 

superbe, 772^/^. Less.^ 

pi. 2. 

e'caillé. Less.^, pi. 20. 

rubis-topaze. Le&s.y 

pL 52, 55 et 54. 
saphir éme'raude. 1 

Less.y pi. 49 et 5o. 
saphir. Less., pi. 55, 

56 et 57. 
à gorge blanche.Z^^^., 

pi. 61. 

or-vert. Less.y pi. 65. 

écussonné , mâle. 

Less.^ pi. 16. 
pétasophore. Less*^ 

pi . I , mâle. 

— Delalande. Less ^ pi. 
2 5 et 24» 

— — huppé, mâle. Less.^ 

pi. 3i et 32. 
huppe-col blanc. 

Less,y pi. 42 et 43. 
chalybé. Less^j pi. 

64. 

— huppe-col. Less.y pi. 
41. 



minule.LesSsy^l. 54- 

latipenne. Less.^ pi. 

34. 
Souimanga du protea. 



Trochilus rubineus. Lath. 

superbus. Shau^. 

^ squamosus. Temm. 

moschitus(i). Linn^ 

— ' — bicolor. Lath, 

saphirinus. Lath, 

"i albicollis. VieilL 

viridissimus. Lath^ 

^ sculatus. Nath. 

' petasophorus. 

P. Max. 
Delalandei. Vieil. 

cristaîus et pileatus 

Lath. 
'- magnificus. VieilL 



— chalybœus. VieilL 

— ornatus. Lath- 

— minimus. Linn. 



— — latipennis. Lath. 

Nectarinia promérops. T. 
— Upupa. Auct. 



) Voyez comme le jeune de cette espèce X Oheau-mouàit à cravatte dorée, pi. eûl. 672, fig. 5, et Trochilus leucogaster, Lath., et probablement comme 
e mâle 0. M. gorge topaze, pi. ent. 640, fig. 1. ou T elatus, Lath. 

18 



70 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



enEum. color. 



85 

F. I. 
670 
F.i. 
670 
F. 2. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



F. 2 

et 3. 



578 
F. 3 

Ï.3 



576 

F. 4. 

576 

F. I. 

576 
F. 2 
et 3. 

575 

F.i 

246 
F. I 

et 2. 



^47 



Grimpei eau à longue queue 

du Cap. 
à longue queue du 

Sénégal. 
à longue queue du 

Cap. 

vert de Madagascar. 

violet à poitrinerouge. 

brun du Brésil. 



Souimanga malachite. 

VailLy pi. 289 et 290. 
cossu. VailL^ pi. 295^ 

fig. I. 
orange. Vaill,, pi. 

292. 
~ métallique. 
— — angaladian. Aud.^ 

ph 5 et 4. 
prêtée. VailL, pi. 

295, fig. 2^ mâle, 
id. inâle en mue. 



SYNONYMIE LATINE. 



Nectarinia famosa. — Cer- 
thia. Aui 

— pulchella. Temm. 

— violacea. Teirim. 

^ metallica. Lkht, 

— Lotenia. Temr/z. 

senegalensis. 



du cap de Bonne- 
Espérance. 
souimanga. 

— — olive des Philippines. 

— • — des Philippines. 

— gris des Philippines. 



J47 
F. 3. 

>I26 
F. I 
et 2. 

^126 
F. 3. 



olive de Madagascar. 

des Philippines. Fi- 
gure Tj au-dessous de 
la critique. 

vert à gorge rouge. 

rouge à tête noire et 

Poiseau rouge à bec de 
grimpereau. Indica- 
tions douteuses. 



— à collier. Audeh,, pi. 

i3. 
souimanga. Audeb.y 

pL 18. 
à gorge bleue. Aud,y 

pi. 29. 
pourpre^ la femelle, 

VailLy pi. 297. 
à cravatte violette. 

Aud,,^ pi. i5 et 5i. 
Pas vu en nature, 

à ceinture marron 

Aud.y pi. 16 et 55. 

~ — plastron rouge. VailL 
pi. 5oo. 



— — souci inâle, 

gracieux mâle et fe^ 

melle, 
moustac mâle. 



chalybea et capensis. 

— — madagascariensis. 
zeylonica. 

— polita et philippina. 

— curucariac 

olivacea. Esj).'^ 

sperata. Sparman^ 

tab. 35. 

àfra. — Certhia. And 

mexicana et coccinea. 

' — Certhia. Auci 

'^ sol a ri s. Teimn. 

-lepida. 2". — Certhia 

Juct 

L^. — mystacalis. Temm» 



TABLEAU MÉTHODIQUE, 



71 



\DRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



DicÉE. — Dicœum. Ciiv 



Aragnotère. — Arach' 
nothera, Temm 



ÉcHELET. — CUmacteris 
Temm. 



TiCHODROME. — Ticho'- 
droma, Illig. 
Huppe. — Upupa, 

Liiin. 



!nlum. 



coloi 



^i38 

F. I 

et 2. 

kl 58 
F. 3. 

F. I 
et 2. 

^-376 
F. 3. 

I>^88 

F. 3. 

X08 

F. I. 

V388 

F. 2. 

.108 
F. 2 
el 3. 

1^78 

F. 1. 

%8 

F.2. 

F. 3. 



DENOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Souimanga rouge et gris. 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Souimanga distingué mdle 
et femelle, 
-' — pectoral indle. 



o 

1/588 
F. I. 

/84 

F. I. 

F. 2. 
'^281 

F. I 
-^81 

F. 2, 



372 
52 



Souimanga à joues jaunes. 

- — à long bec. 
■ > ■ " ' modeste. 



- — de Kuhl, indle et fe- 
melle. 
de Hasselt, mâle, 

à ventre écarlate mâle, 

— ■ — oreillon violet mâle, 

— — là, femelle, 

Dicée rouge et gris^ niâle 

et femelle, 
cudor mâle, 

— sanguinolent mâle, 

— chanteur mâle. 



SYNONYMIE LATINE 



Nectarinia eximia. Temm, 

pectoralis. Temm, 

^ Kuhlii. Temm, 

Hasseltii. Temm. 

' coccinigastra. Temm, 



— phœnicolis. Temm, — 
Sylvia cingalensis. Lath, 



Dicœum rubrocanum. 

Temm , 
' chrysorrheuin. Tem. 



— sanguinolentum. 

Temm 
canlillans. Temm, 



Grimpereau de muraille^ 
mdle et femelle. 



jaunet. 

de Macklot. 

Aracnotère à joues jaunes 

mdle. 
à long bec. 

modeste. 

Echelet picumne. 

grimpeur. 

Tichodrome écheletfe. 

Huppe vulgaire ou épops. 



^ flavum. Temm, 

"' Macklotii. Temm, 

Arachnothera chrysogenys. 
Temm. , 

Jongirostris. Tem, — 

Certhia. Auct, 
' ingrnata. Temm, 

Climacteris picumnus. 

Temm , 
^ scandens. Temm, 



Tichodroma phoenicop- 
tera.T. — Certhia. Auct. 
Upupa epops. Linn. 



72 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE, 



17. Promérops. — Epi- 

machuS' Cuv. 

18. PoMATORiN. — Poma- 

torhinus. Horsf. 

19. Philédojs. — Melli- 

phaga* Lewin. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



eulum, 



color. 



639 
638 



'44' 



''443 

%7 



20. Verdin. — Phyllornis, 
Boié, 



643 
F. 3. 

(2) 



/> 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Grand promérops de la 

Nouvelle-Guinée. 
Promérops brun id. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE sysTÈRÏE. 



F. I. 
/29 

F. 2. 

PS55 

F. I. 

^335 

F. 2. 



^O 

"484 

F. 2. 

-484 

F..I. 
'5 12 

F. I. 
P^I2 

F. 2. 



Le polochion. 



Verdin de la Cochinchine. 



Promérops à large parure 
mâle. 

id* femelle * 

Pomatorin grivelé. 

tribande. 

Philédon moho mdle. 

joues blanches. 



grivelé. 

réticulaire. 

Cap-Nègre. 



moustac. 

• polochion. 

Verdin MuUérien. 

verdier mâle. 

à front d'or mâle, 

barbe-bleue mâle, 

— — ictérocéphale mâle. 



SYNONYMIE LATINE. 



Epimachus superbus (i\ 

Pomatorhinus turdinus. 
Temm. 

^ trivirgalus. r^m. 

Melliphaga fasciculata. T. 
— Merops. Lath, 

leucotis. y. — Tur- 

dus. Lath. 
maculata. Temm. 

• reticulata. Temm, 

atricapilla. Temm — 

Certhia. Lath, 
mystacalis. Temm. 



— • moluccensis. Temm. 
Merops. Lath, 
PhyllornisMullerii. Temm. 

1 cochinchinensis. T. 

Turdus. Juct. 
^ aurifrons. Temm. 

cyanopogon. Temm. 

^^ malabaricus. 7- - 

TuyAms, Juct. 



{\) Voyez pour la feraelle Upupa papuensis des méthodes. Upupa aurantia des compilateurs, ou P, orange^ repose sur une figure suspecte de be a. 
(2) Figure faite sur un sujet détérioré. 



.DRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



ealiim. colo 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



73 



DÉNOMINATION 

à supprimer 

PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



SYNONYMIE LATINE. 



ORDRE SEPTIÈME. 



ALCIONS. — ALCYONES. 



Guêpier. — 



Merops. 
Linn 



57 

649 

3i8 
958 
259 



5i4 

740 



G 



3io 



Grand guêpier des Philip- 
pines. 
de Nubie. 

Petit guêpier du SénégaL 

Guêpier de Madagascar. 

à longe queue du 

Se'négal. 
— d'île de France. 



— à collier de Madagas- 
car. 

' — à tête jaune. Pas vu 
en nature. 

— à tête grise (2). 

— à tête jaune et blan- 
che (5). 

— rouge et blanc. Sur 
une figure de Seba, 

— vert et bleu à queue 
êtagée (4)- 



Guêpier à fraise, mâle* 

— Daudin. VailL y pi, 

14. 
rose à tête bleue. 

VailL^ pi. 3. 

^minule. P^ailL, pi. 17, 

— — vulgaire, jjidle. 
patiriche ou Savigni, 

de T^ailL , pi. 6 bis, 
Aadanson. F'ailL^i^l, 

i3. 
Latreille. VailL^ pi. 

\i, 
— — Lamarck. Faill.^ pi. 

10. 



Merops amiclus. Temm. 

philippensis, Linn. 

nubicus* GmeL (i) 

eryihropterus. Lath. 

apiaster. Linn. 

superciliosus. Linn. 

— ^^ Adansonii. Linn. 



castaneus. Lath. 

viridis. Linn. 

congener? Linn. 

cinereus? Linn. 

flavicans ? Lath. 

brasiliensis? Lath 

angolensis? Lath. 



\) C'est Merops cœruleocephalus de Lath. et Merops superhuSj id. Supp. Merops chrijsocephalus est le jeune du Guêpier vulgaire. 

2) Il serait do Mexique et repose sur une figure assez bonne de Seba. S'il existe^ on le trouvera sans doute dans l'ancien monde. 

5) La figure de Willugby paraît représenter un oiseau de paradis. 

4) Cette espèce et la suivante n'ont pas été vues en nature ; elles reposent sur des dessins de guêpiers envoyés par Poivre. 



19 



74 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



2. Ceix. — Ceix, Cuv. 



3. Martin-pécheur. — Jll- 
cedo. Linn, 



NUMERO 

DES PLANCHES 



color. 



778 

F. I 

778 
F. 2 



679 



716 

6.2 

234 

593 

7i5 

592 

59. 
o 

77 
756 

F. 2 
et 3. 

766 
F. 1. 



^95 
F. I. 

•^595 

F.2. 

'595 
F. 3. 



'548 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Guêpier à tête rouge. 

Martin-pécheur de Mada- 
gascar. 
de Pondichery. 



Martin-pécheur huppé du 
Gap. 

I huppé du Gap. 

^ du Sénégal. 

huppé du Mexique. 

huppé de St.-Domin- 

gue. 
• huppé de Louisiane. 



^39 
F. I. 

^239 
F. 2. 



vert de Gayenne. 

huppé de Luçon 



du Bengale (i). 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



SYNONYMIE LATINE. 



Ceix doré, femelle- 

pourpré j mâle. 

gracieux, mâle, 

solitaire, mâle. ^ 

pousset. 

Martin-péecheur géant, Z^- 

melle. 
deuil, mâle. 



— — pic, rndle adulte* 

id. plus jeune^ 

alatli,/^77z^//^. 

id. le m,âle. 

jaguacali, mâle.Wlls. 

pi. ^3, f. i^ femelle. 

vert et roux, inâle et 

femelle. 

vert eî blanc, id. 

tapacara. 

• alcyon. 

— . — large-bande. 

petit vert, mâle et fe- 
melle. 

vinsî, mâle. 



biru. 



meninting. 



— — alcyonin. Edu^*^ t. 1 1 



Merops erylhrocephalus? 
Lath, 
Ceix madagascariensis. 
Cw(^-— Alcedo. 

< purpurea et tridac- 

tyla. C«i^. -^ Alcedo. 
lepida. Temm, 

solitaria. Temm, 

''^' pusilla. Temm, 

Alcedo maxima. Lath, 

■ lugubris. Temm. 

rudis. Linn. 

torquata. Linn, 

alcyon. Linn. 

— - — bicolor. Lath, 

americana. Lath. 

cayanensis. Lath 

ispida. Linn» 

1 euryzonia. Temm- 

superciliosa. Linn. 

cristata, Linn- 

: biru. Horsf. 

' meninting^. Horsf' 

bengalensis. Loti 



(i) Ceiie espèce vit aussi aux Moluques et au Japon 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



\DRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



pnlum. 



Mabtin-chassedb. — Da- 
cela. Leach 



356 
F.i. 
783 
F. I, 

356 

116 

675 
783 

F. 2. 
590 

767 

232 



c olor. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



663 



591 



i35 
272 
5o8 



/262 
J546 

277 

586 



Martin-pécheur du Séné- 
gal. 
Todier de Juida. 

du Sénégal. 

— — du Sénégal/ 

de Ternate. 

de la Chine. 

à tête verte et à collier 

blanc. 

du cap de Bonne-Es- 
pérance. 

de Java. 

— — de Madagascar. 
de la côte de Malabar. 



Tan-zou-joulon. 

Martin- pécheur à front 

jaune. 
Grand M. -P. de k Nou 

velle-Guinée. 



DÉNOMINATION 



ADOPTEE DANS LE SYSTÈME 



Martin-pécheur à tête bleue 

ou todier. 
id. double emploi. 

crabier. 

h tête grise, mdle. 

bleu et noir. 

à longs brins ou dea. 

à coiffe noire. 

à collier blanc. 

— — à gros bec. 

id. double emploi. 

à bec noir. 

à épaulettes noires^ 

mâle. 
— à poitrail blanCj mâle, 

omnicolore. 

double-œil. 

— — lazuli. 

zou-joulon. 

eritaque. ^Ib., v. 3, 

pi. 29. 
Martin-chasseur géant, le 

mâle jeune» 

oreillon-bleu. 

trapu, jndle* 

mignon. 

buccoïde, femelle du 

précédent. 



SYNONYMIE LATINE. 



Alcedo caeruleocephala (i), 
Lath. 



cancrophaga. Lath. 

senegalensis. Linn. 

— — erythrogaster, T. • — 
senegalensis. Auct. 
' ' dea. Linn. 

atricapilla. Lath. 

colaris et chloroce- 

phala. Lath. 
leucocephala et ca- 

pensis. Lath. 

melanorhyncha. Tem. 

melanoptera. T. — 



smyrnensis, var. Lath> 
— smyrnensis. Linn. 

i omnicolor. Temm. 

diops. Temm. 

' lazuli. Temm. 

— — flavicans. Lath. 
erithaca. Lath. 



Dacelo gigantea. Temm. — 
Alcedo. Auct. 

cyanôtis. Temm. 

concreta. Temm. 

— — pulchella. Horsf. 



'\) Voyez comme synooymes To^Vi% cœruleus des méthodes et Alcedo ultrauarinaj Daudio, Aun. du Mus., v. 2, p. 440. 



6 



TABLEAU MÉTHODIQUE, 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



înliim. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



ORDRE HUITIÈME. 



CHÉLIDONS. — CHELIDONES. 



SYNONYMIE LATINE. 



I . Hirondelle — Hirundo. 
Linn. 



722 

545 
F. I. 

F.2. 

G 
546 
F.i. 
546 
F. 2. 



724 
F. 2. 
724 
F,i. 



545 
F. I. 

542 

F. 2. 



161 
F, I. 

161 
F. 2. 
^209 
F. I. 
209 
F. 2. 



Hirondelle de Louisiane et 

de la baie d'Hudson. 
— — d'Amérique. 

de Cayenne. 



à ventre tacheté'. 

— — à ventre blanc. 

à croupion rouge et 

queue carrée» 
de Cayenne à bande 

blanche. 
à ventre roux de 

Cayenne. 



Le petit martinet. 



Hirondelle bleue, indle. 

VieilL^ pi. 26 et 27. 
à ventre blanc. VieilL^ 

pi. 28 et 29. 
chalybé. 

tapera. 

tachet. 

leucoptère. 

à croupion rouge. 

Pas vu en nature- 
à ceinture blanche. 

— — roussi, Fieill,, pi. 3o, 

fardée. 

des jardins, 

satinée. 



à hausse- col, 

— — des cheminées. 
des fenêtres. 



Hirundo purpurea.Zi/z;/. 

— — dominicensis. Lalk 

chalybea. Lath, 

tapera. Linn. 

maculosa. Temm. 

leucoptera. Lath, 

americana ? Lath. 

— fasciala. Lath. 

— rufa. Lath, 

— fucata.T'é?m/n. 

— jugukris. p. Ma%' ' 



— minuta. F. Max. 

— melanoleuca.P.*^' 

— rustica. Linn. 



urbica. Linn. 









TABLEAU METHODIQUE. 


77 


ADRE SYSTÉMATIQUE. 


NUMERO 

DES PLANCàES 


DÉNOMINATION 

à supprimer 

PORTÉE SUR LA PLANCHE. 


DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 


SYNONYMIE LATINE. 


enluin. 


color. 






F. 2. 






Hirondelle dp<> rivacrpc 


Hirundo riparia. TAnn. 








XXXI Vj'ilvXV^AX*_/ VX VyO XXVdhlV'O « 

jeune. 









Hirondelle grise des ro- 
chers. 


des rochers. 


rupestris et montana. 

Lath. 




F. I. 








— — torquata. Lath. 
— i — capensis. Lath, 






" à lêle rousse. 


M^ M KAM.S\J C* V^ Vi^ ■* Jfc *• *-* * • 








F. 2. 






pi. 245, f. I. 






3io 






à vpntrp roiiX- 


senegalensis. Lath. 




544 

F. 2 




— — dp l'ijp Roiirhon 


CL VC-XJIl/lV./ IV/Lli/V. 




-•'83 

F. 2. 


vii^ I X 1 c^ xjyj \A.i. »J\j 1.x > 


orientale. 

rutile. Sonner y t. 76. 









à gorge couleur de 


panaya. Lath. 








rouille. 













— — noire à croupion gris. 


croupion gris. Pas 

vn en nature. 


francia? Lath. 


Martinet. — Cypselus. 







Grand martinet à ventre 


Martinet à ventre blanc. 


Cypselus albinus. T. - — 


Illig. 






blanc. 




Hirundo melba. Auct. 


<J 


542 




Grand martinet. 


de muraille. 


murarius. 2". — Hi- 




F. I 








rundo apus. Auct. 




726 
F. I. 

726 

F.2. 






Martinet de Louisiane. 


cendrillard. 


cinerea. Lath. 








à rnllier blanp 


cayanensis. Lath. 

peruviana. Lath. 






noir et blanc à cein- 


C» l^v./lXl\..X X^iCXlXV^. 

à ceinture grise. 








ture grise. 













Petit martinet noir. 


noir. Pas vu en na- 
ture. 


nigra?Hirundo.^^/c^. 






V 85 

T71 


Hirondelle longipenne. 


r Inn fi npn n r* m <^1 r 














r . I. 

^268 




coiffé, mâle. 


■^ comatus. Temm. 






460 




pygargue. 


' Pyg^ï'g'JS. Temm. 


. 








F. I. 
•/460 


ambrée de BufFon. 


— — • ambroisé ou ambré. 


' ambrosiacus. Temm. 






F. 2. 

'^97 




— — blanc-col. 


' ^collaris. P. Max. 

' senex. Temm. 








vieillard. 






^364 




géant. 


' giganteus. Temm. 












10 



.^ 



78 



TABLEAU METHODIQUE. 







NUMERO 


DÉNOMINATION 




^ 


CADRE SYSTÉMATIQUE. 


DES PLANCHES 


à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 


DÉNOMINATION 


SYNONYMIE LATINE. 






eulum. 

O 


color. 


ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 






Hirondelle de la Caroline. 


Martinet acutipennes. 


Cypselus pelasgia. F, _ 












rieilL,^}, 33. 


Hirundo. Aucu 






726 




à queue pointue de 


spinicaude. 


spinicaudus. T.^Pe. 






F. 1. 




Cayenne. 




lasgia, var. Aact 






726 




id. de Louisiane. 


polioure. 


poliourus. T. -^ Pe. 






F. a. 








lasgia, var. 4uct, 






544 




delà Martinique. 


— — épineuse. 


acutus. Temm. ^ 






F. I. 








Hirundo. Lath 


3. 


Engoulevent. — Capri- 
mulgus» Linn. 


525 




Grand crapaud volant. 


Engoulevent ibijau , fe- 
melle. 


Caprimulgus grandis. 

Latk 






735 


-18? 


Tette-chèvre de Cayenne. 


— . — roux, mâle, 
nacunda. 


— — rufus. Lath. 
-^— — diurnus. P. Max. 








107 




Na Itérer. 


■^ Nattererii. Ttinm. 






760 


Crapaud volant varié. 


varié, mâle. 


cayanus. Lath, 




> 


733 




roux de Guiane. 


montvoyau. 


guianensis. Lath. 






734 




Petit crapaud volant de 
Cayenne. 


— — demi-collier. 


semitorquatus. Lath, 













tare. 


griseus? Lalh. 




^ -. 1 






— — de la Caroline. Cat. 
Car. y tab. 8. 


caroiinensis. Lath 























à lunettes ow popetué, 

Vieill.y pi. 24. 


americanus. Latk. 






732 




. . » 




acutus. Lath. 









/i57 




— — • whip-poor-will. 
queue en ciseaux , 


— — vireinianus. Lath. 






' — — psalurus. jiza. 












mâle. 










^158 




idem femelle. 








193 


37Q 


Le crapaud volant. 


ordinaire. 

moustac, 772^/^. 

isabelle. 


' europaeus. Linn. 

mystacalis. Temni' 






^ isabellinus. Temm^ 








-598 




distingué. 


eximius. Rapp* 

Podargus cornutus. HorsJ^ 


4- 


PoDARGE, — Podargus. 




45ç) 




Podarge cornu, mâle. 




Hiimb. 













r^ 









TABLEAU METHODIQUE. 


li 


DRE SYSTÉMATIQUE. 


NUMERO 

DES PLANCHES 


DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 


DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME, 


SYNONYMIE LATINE. 




eulnm. 


color. 





ORDRE NEUVIÈME. 



PIGEONS. — COLUMBjE. 



i^iGEON. — Columba* Linn. 



1 1 1 



65 



i58 



^240 



3i6 



164 



143 
549 



641 
^46 



162 

^47 
5&Q 



Pigeon de Pîle St-Thomas, 

ramier verl de Ma- 
dagascar. 

vert d'Amboine. 



vert des Philippines. 



• aromatique^ Tennn 
Pig. i^ariétéy pi. 6. 



— de Nicombar. 



— — . ramier des Moluques. 



Colombar Capelle, mâle. 

Siebold, mâle. 

commandeur. Temm, 

Pig.j pi. I et 2. 
maitsou.Z'(?77z/7î., pl.3. 

à queue pointue. 

aromatique , mâle, 

Temm* y pi. 5. mâle, 

— — j^y^? mâle. Temm,^ 

pi. 10 et II. 
— — odorifère, mâle. 
— — canelle^ mâle. 

Colombe à lunettes. 

ramier. 

— — à camail. Temm. 

fam. 3, pi. 2. — Edw.^ 

t. 339. 

double huppe, mâle, 

magnifique, jnâle. 

— — luctuose. 

MuUerienne, femelle. 

muscadivore , mâle, 

Temm.y pi. 3 et 4» 



Columba Capellei. Temm. 

Siboldii. Temm^ 

militaris. (i). Temm, 

australis. Lath. 



oxyura. Reinw, 
aromalica (a), Latfi, 



vernans et purpurea. 
Lath, 
olax. Temm. 
cinnamomea. Temm, 

perspicillata. Temm. 
palumbus. Linn. 
nicobarica. Lath. 



dilophus. Tennn. 

' magnifica. Temm. 

luctuosa. Temm. 

— MuUerii. Temm. 

— œnea. Lath. 



I) Ce sont Culumha Sancti Tliomœ et phœnicoptera^ Lalh. 

î| Pompadora et nirvirostris sont des doubles emplois du inàie et tannensis de la femelle. Le Colombar figuré, pi. 6 de notre Histoire des Pigeons, n'e^t 
jne variété du Colombar aromatique; c'est une espèce distincte propre aux îles de Bornoo et de Sumatra. Nous insirivons cette espèce de la pi. 6 sous 
om de Colombar candie. 



8o 



TABLEAU MÉTHODIQUE 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLASCHES 



eaîuiTi. coior. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 

PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DAISS LE SYSTEME. 



SYNONYMIE LATINE, 



^578 

i65 

^562 
-^563 
A86 



166 

502 

5o3 
1/ o 



2l3 

5io 
466 

et 
I 10 

O 
1 1 



187 
188 
189 
242 

253 
254 

564 
565 



Pigeon queue annelée de 
Jamaïque. 



de roche de la Ja- 



maïque. 
ramier de Cayenne, 



Races domestiques. 
Pigeon de Guinée. 

ramier bleu de Ma 

dagascar. 



Colombe kurukuru , fe- 
melle (i). 



Colombe à télé rose^ indle. 
mantelée. 



capistrate. 

métallique. 

cendrillon. 

leucomèle. 

queue annelée. 

Temm., Pig-, pi. 10. 

jase use, mâle. 

Denise, mâU> 

violette. 

— - Kiiliz. 

à calotte blanche. 

Temm.j pi. i3. 
ramiret. Temm.^ pi. 

14. 

biset. Temm.^ pi. 12. 



roussard. Temm.^\A. 
16. 
founîngo. Temm,^ pi. 

marquetée, mâle. 

• Dusumier. 
oreillon-blanc. 

• peinte. 

• porphyre jnâle adulte, 
' perlée, mâle, 

- hyogastre. 

- moine. 



diadème. 

mignonne, mâle. 
naine. 



Colomba rosacea. Tmm, 

— lacernulata. Temm. 

— capistrata. Temm, 

^^ metallica. Temm, 

"- cineracea. Temm. 

■ leucomelana. Temm. 

caribœa. Lath. 

' locutrix. P. Max. 

' Denisea. Temm, 

janthina. Temm. '' 

-^ Killizii. Tejnm, 

leucocephala. Lath. 

speçiosa. Lath, 

livia. Latlh 

domestica,i^ar.Larà 

guinea. Lath. 



madagascariensis. 

Lath. 
scripta. Temm. 
Dusumieri. Temm. 
leucotis. Temm* 
picturata. Temm. 
porphyrea. Temm' 
perlata. Tewm. 
hyogasler. Reln^ 
monacha. Relii' 
diademata. Temm' 



pulchella. Temm. 
nana. Temm. 



(\) Donnée par erreur pour îa femelle du Kuruliuru ou Columha purpiirata. Elle en est distiocte et doit prendre rang comme espèce sous lenouve 
indiqué. Le mâle ne diffère pajs de la femelle %ur€e pi. 254. MM. Goy et Gaimard ont trouvé l'espèce à Guam.Voyez Zoolog. du voy. de Freysinei^P^ 
Note. 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



8i 



DRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLAMCHES 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLAKCHE, 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME, 



SYNONYMIE LATINE, 



142 

214 

177 



394 



lOi 



244 



Tourterelle gorge pourpre 

d'Amboine. 

de Batavia. 

— — de Java, et verte à 

tête glaise. 
rayée de la Chine 

F as vu en nature* 



190 
142 
55o 



• • • • • 



La tourterelle. 
Tourleielle à collier du 

Sénégal. 
à coUierc 



160 

174 
162 

141 



243 

F. 2. 
245 
F. I. 



259 

258 



260 



248 
552 
100 



Colombe gorge pourpre, 
mâle. 

turgris, le mâle. 

turvert. Temm.^ pi. 

à ventre rouge, ^^/è., 

t. 46. 

rousseau. 

longup, mâle. 

glapissante. 

tourterelle. 

blonde. VailL^ pi 

268. — Tejnm.f pi. 44 
— • — id. race domestique. 



à goige tachetée. 

— — du Se'ne'gal 

de la Jamaïque. 

Pigeon de la Martinique, 

— ■ — roux de Cayenne. 



Petite tourterelle de la Mar 

tiniqué, 
de St.-Domingue. 



Tourterelle d'Amboine de 
Buffon. 



— terrestre, mâley sous 

le nom de femelle. 
— — id. la femelle. 
maillée. Temm.^ pi. 

45. 
émeraudine. Vaill., 

pi. 271. 

à cravatte noire. 

roux- viole t. Vaill., 

pi. 282, mâle. 

id. la femelle. 

souris, femelle. 

Temm.^ pi. 58, le mâle* 
cocotzin. Temm.j pi. 

i5 et 14. 
' pig^îiée. Temm.^ pL 

16. 

Reinwardt, mâle^ 

modeste^ mâle. 

phasianelle^ mâle 

adulte 



Coluoiba viridis. Linn. 

melanocephala.Z/a/A. 

— — javanica (i). Laih. 

sinica. Lath. 



xanlhura. Cuv. 
lophotes. Temm. 
gelastis. Temm. 
turtur. Linn. 
risoria prima (2). 

Temm . 
visoria domestica. 

La th. 
humilis. Temm. 



cambayensis et sene- 
galensis. Lath. 
afra. JL^ath. 

cyanocephala. Lath. 
martinica. Lath. 



— cinerea. Temm. 

— passerina. Lath. 

— minuta. Lath. 

— Reinvrardtii. Temm. 

— modesta. Temm. 

— ■ amboinensis. Lath. 
— phasianella. Temin 



I) Voyez comme citation de la même espèce Columha cœruleocepliala, alhicapilla et indica, et tous les synonymes, 

l) Indiquée daus les systèmes sous Columha vinacea ; c'est la souche ou espèce sauvage de la Colomle rieuse domestique. 



^4^ ■'■-. 



21 



8: 



TABLEAU METHODIQUE, 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



2^, Goura. — 



VieilL 



NUMERO 

DES PLANCHES 



ilum. 



color. 



329 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



176 

487 



118 



56o 
56i 



341 

F. 2. 

541 

F.i. 



Tourterelle à large queue 
du Sénégal. 



rayée des Indes. 

Pigeon de passage. 
Tourterelle de Canada. 

de la Caroline. 

de St.-Doniingue, 



-àcravattenoiredu cap 
de Bonne-Espérance 



Pigeon couronné des Indes. 



Colombe tourocco. 
multrraie, mâle» 

à tête rousse. 

à collier roux. 

à large queue. Edw,, 

t. 16. — r^7;277z., pl.47. 
voyageuse, mâle, 

Temm.j pi. 48» 
id. femelle. Temm.y 

pi. 49. 
iOMYie^femelle^Temm. 

pi. 5o, mâle. 
à moustaches noires. 

Temm,^ pi. 5i. 
lourtelette, mâle. 

Temm., pi. 55 et 54. 
• id. jeune de tannée. 

tourteline, mâle. 

Goura couronné. P^aill. 
Ois. d'Af,y 280. 



SYNONYMIE LATINE. 



Columba macroura. haih 



leptogrammica. 

ruficeps. Temm. 
hiimeralis. Temm. 
malaccensis et banta- 

mensis. Laïh 
migpatoria et cana- 

densis. Laih 



carolinensisetmargi- 

nala. la\h 
dominicensis. haih, 

'^ capensis. Laih, 



venusta. Temm* 

Lophyrus coronatus. ¥111 
— Columba. Aucl 



CINQUIÈME VOLUME. 



OBDRE DIXIÈME. 



I. Paon. — Pavo. Linn. 



453 
434 



GALLINACÉS. — GALLINjE. 



Le paon 



Paon domestique; mâle, 

id, femelle, 

spicifère. VieilLGal.^ 

pi. 202. 



Pavo cristaliis. Linn- 

— spici férus. FaiH-^ 
Muticus. Juc^' 



TABLEAU METHODIQUE 



83 



lDRE SYSTÉMATIQUE 



Coq. — Gallus. Briss. 



Faisan. — Phasianus. 
Linn. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



L'ulum, 



232 

255 

485 



49 

98 

125 

124 
121 

122 
o 



^6> 



LOPHOPHORE. LophO' 

phorus. Temm. 

Tragopan. — Tragopan. 
Guv. 



Dindon. — Meleagris. 
Linn. 

Éperonnier. — Poly- 
plectron* Temm. 



21 



97 



^^^ 



486 
495 

487 

488 

485 

o 



5o7 

5x3 
545 

|544 
545 



112 

539 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



Le coq commun. 



Poule du Japon. 
Lophophore Cuvier. 
Faisan noir et blanc de la 
Chine. 



Faisan dore de la Chine. 



Faisan cornu ou napaul de 
Buffon. 

Tragopan Duvaucel. 



jûénoml\ation 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME, 



Coq Sonnerat, mâle. 

\A, femelle. 

bronzé, mâle. 

— — ayam-alas, mâle. 
domestique à crête. 



id. huppé. 

à du\el^ fe7nelle. 

Houpifère Cuvier, mdle. 
Faisan argenté, mdle. 

i A. femelle. 

vulgaire ou du phase, 

mdle. 

id. femelle. 

à colh'er blanc. 

versicolore, jndle. 

id. femelle. 

Sommerring, mâle. 

id. femelle. 



venere, jjiâle. 

d'Amherst, mâle. V. 

i6j Lin. irons, tab. i5. 

— — tricolore, mdle et fe- 
melle. 

Lophophore resplendissant 
mdle. 

^ id. femelle. 

Tragopan satyre, mâle. 

' id. femelle. 

pueras, mâle. 

Dindon domestique. 

oeiilé, mâle. 



SYNONYMIE LATLNE. 



Gallus Sonneralii. Temm. 

œneus. Cuv. 

~ furcatus. Temm. 

domesticus(i). Briss. 



— Cuvierii. Temm. 

Phasianus nycthemerus. 

Linn, 

colchicus(2). Linn. 



torquatus primus. 

Temm 
versicolor Vieil!. 



Sommerrino^ii. Tem. 



'- veneratus. Temm. 

Amherstii. Lead. 

pictus. Linn. 

Lophophorus refulgens. 

Temm . 

Tragopan satyrus. C. — 
Meleagris. Aucl. 

— — puera si a. Hardtp. 
Meleagris gallopavo. Lin/i. 

ocellata. Ciw. 

Éperonnier chinquis^/Tza/t^lPolyplectron chinquis. 

7^emm. 



\) Voyez pour les indicatioDS des races domestiques, notre Hist. Nat. des Gallinacés. 
l) Voyez les variétés et les races hybrides dans l'Hist. Nat, des GallinacéSj toI. 5. 






84 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



8. Argus. — Argus. 

Te m m, 

g. Pintade. —• ISlamida. 

Linn, 

lo. Pauxi. — 0^/r«x. Cuv, 



1 1. Hocco. — Crax. Llnn 



12. Pénélope. — Pénélope^ 
Linn. 



i5. Tétras. — Tetrao, 

Linn 



NUMERO 

DES PLANCHES 



en uni. coJor. 



o 

108 
78 



,540 



86 

125 

o 

338 
146 

73 

74 

O 

104 

i5i 

l52 

474 
475 



53 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Petit paon de Malacca. 

Faisan argus ou Luen. 

La pierre de Gayenne et 
Hocco du Mexique. 

Hocco de la Guiane. 

faisan de la Guiane. 

du Pérou. 

L'yacou. 

Faisan vcrdâtre de Gayenne 

de la Guiane (i\ 

Goq de bruyère. 

Poule de bruyère. 
Goq de bruyère à queue 
fourchue. 

à longue queue. 

Grosse gelinotte du Ganada. 

Gelinotte du Canada. 



DENOMINATION 



ADOPTEE DANS LE SYSTEME, 



Éperon niera^'guS;, mâle. 

— — id. femelle. 
— ' — à loupet, mâle. 
Argus géant, mâle. 

Pintade niéléagride. 

Pauxi a casque ou à pierre, 

mâle. 
mi lu, mâle. 



Hocco mi luporanga.jr^7;2/72. 

G ail 
teucholi. Edw., tab. 

295^, f . I . 
coxililli, mâle. 

Pénélope guan. Temjn, 
GalL 

marail^ mâle. 

■ Parrakoua. 



Tétras auerhan, mâle. 

id. femelle. 

birkhan, jnqle. 

— — id. femelle. 

phasianelle. Edw.j 

tab. 117. 
— - — à fraise, TTzaï^. TVils.^ 

pi. 49. 
— ^—tacheté ou acahe mâle 

i d . femelle. 

gelinotte, inâle. 

id, femelle.. 



SYNONYMIE LATINE. 



Polypleclron bicalcaratum. 

Temm. 

emphanum. Temm. 

Argus giganleus. Temm, 

Numida meleagris. Unn, 

Ourax galeata. Cuv 

'- mitu. Temm. 

Grax alector. Linn. 

globicera. Linn. 



rubra. Teinm.—kW- 

lor. Far.Aucl 
Pénélope cristala. Laih. 

maraiL Lath- 

par raqua. Temm. 

Telrao urogallus. Linn. 



telrix. Linn. 

phasianellus. Linn. 

, umbellus et to 



LinU' 
canadensis. Linn* 

bonsia et betilinus. 

Lath [\- 



(i) Voyez aussi lnkatraka et le ^arra(iua de Buffon, PliÇL&ianus moimoi Qi]^arraqua, Linn. 
(2) Voyez encore 7>(rao f anus et îïcmesiaîîus. 



■i^: 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



85 



^DRE SYSTÉMATIQUE. 


NUJV1 

DES PL 
enlum . 


[ERO 

ANCHES 
color. 


DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 


DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 


SYNONYMIE LATINE. 




Ganga. — Pterocles* 
Temm. 

Hétéroclite. — Syr- 
rhaptes. lUig. 
Perdrix. — Perdix. 
Lath. 




129 

494 





,* 

»• 

io5 

106 

i5o 

Me 

i37 
i8o 


52 

53 

559 
540 
355 
36 1 



yu 
95 

552 


Attagen. 

La gelinotte blanche. 

plumage d'e'té. 

Lagopède de la baie de 
Hudson. 


Tétras rouge. Temm.^ Ma- 
nueL — Alb.^l. 2 3 et 24. 

ptarmigan,/^772gZ/^ en 

hiver, 

id. femelle en mue. 

— — des saules ou muet. 
Edtp,^l.^2^mâle enmue. 
Ganga unibande, mâle. 

— — id. femelle. 

bibande. Gall. v. 5^ 

p. 247. 
■ " ■ quadrubande. Fieill. 

Gal.y pi. 220» 

couronné, mâle. 

— — id. femelle. 

— — Lichtenstein, mâle. 

id. femelle. 

cata ou alchata, mâle. 

id. femelle. 

— — velocifer. GalL^ vol. 

3, p. 274. 
kittavahou moucheté, 

mâle. 
— ' — ventre brûlé, jnâle. 
— - — id. femelle. 
Hétéroclite Pallas , jeune 

mâle. 
Francolin ensanglanté , 

Adanson, mâle. 

gorge nue, mâle. 


Tetrao scoticus. Lath. 

lagopus, Linn. — et 

rupestris. Lath. 

saliceti. Temm. — Al- 

bus et laponicus.Z/a/Â. 
Pterocles arenarius (i). 
r.— Tetrao. Z.a^>^. 






— — bicinatus. Temm. 




La gelinotte des Indes. 
Sonner, j t. 96 (2). 


quadricinatus. Temm. 

-^ coronatus. Temm. 






^ Lichtensteinii. Tem. 










Gelinotte des Pyrénées. 

id. femelle. 

Tetrao namaqua. GmeL 

Gelinotte du Sénégal. 


alchata. Temm. — 

Tetrao. Lath. 

tachypetes. r^TTZTTz. 

guttatus. T. — Tetrao 

senegalus. Lath. 
ex us tus. Temm. 


i. 

). 


• •*••••••» «ï 


Syrrhaptes Pallasii (3). 

Temm. 
PprdiY mien ta. Tpmjn.. — 




Le bis-ergot. Perdrix du 

Sénégal. 
Perdrix d'Afrique gor ge 

nue. 


Phasianus. Auct. 
bicalcarata. Lath. 

nudicoUis, rubricoUis 

et capensis. Lath. 



(\) Voyez le double emploi sous Perdix aragonica, Fauna arag. tab. 7, tig. 2. 
(2) C'est Perdix indica, Lath. Ind., pi. 650, sp. 25. 
(5) C'est Tetrao paradoxus de Pallas et Latham. 



22 



86 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



enlum. 



color. 



147 

148 

o 

25l 

i5o 
o 

27 

i36 



2l3 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



170 



126 

F. 2 

O 



1:26 
F. I. 



:222 



477 
148 

462 

465 

328 

529 

82 

55 
447 



Le francolin, mdle* 
Perdrix perlée de la Chine. 



rouge de Barbarie et 

de roche. 
grise et petite perdrix 

grise. 
de montagne. 



75 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME, 



Francolin à rabat, 772^/^. 

à collier roux. 

id, /e nie lie, 

perlé. Sonn. Ind.^ 

tab. 97. 

Perdrix bartavelle. 

— ^— rouge^ mâle, 

— barbaresque ou Cam- 
bra. JEdiP», t. 70. 

- — grise jjejjielle. 



grise, variété, 

Le Vaillant, mâle, 



ayam-han, mâle. 

mégapode, m^dle. 



— — rousse-gorge. 

Caille des Philippines. 

Tocro perdrix de laGuiane 
Colonicui, perdrix d'Amé- 
que et de Nouvelle-An- 
gleterre. 
Caille huppée du Mexique. 



Caille des îles Malouines. 



id. femelle 

de Hey, mâle 

ido femelle. 

Caille à ventre perlé, mdle, 

vulgaire. 

nattée, mâle et femelle, 

rousse- gorge, mâle et 

femelle 
— — fraise, m^âle. Sonn^ 

V. Guin., t. 2/^^ femelle 
Colin tocro ou uru. 
— — houi , mâle, JVils,^ 

t. 6^ pi. 47? f* ^ 



zonécolin, mâle, 
Sonnini; mâle. 



Pas PU en nature. 



SYNONYMIE LATINE. 



Perdix pondiceriana. Lafi. 
francolinus. Lath, 

— perlata et madagas- 
cariensis. Lath. 

rufa. Lath, 

rubra. Briss, 

— petrosa. Lath, 

— cinerea et damascena. 
Lath. 

— montana. Lath, 
-— Vaillantii. Temm. 

— javanica. Lath» 

— megapodia. Temm. 

' Heyi. Teinm. 



stria ta. Lath. 
coEurnix. Lath, 
lextilis. Temm* 
cambayensis? Lath. 



chinensis et manil- 
lensis. Latl 
guianensis. Lath. 
virginiana (i). Lath- 



cristata. Lath» 

_— Sonninii(2). Temm- 
falklandica. Lath. 



(\) Voyez encore comme citatioD& en double emploi de cette espèce Perâix marilanda et mexicana. Lath. .^ 

(2) Voyez à cet article les citations du CaoccoUn et Ococolin de Fernandos et de Buffon. Le grand Colin de BuffoD, Perdix novœ HispanK^j P^i'^i 
un Tinamou. 



îl être 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



DRE SYSTÉMATIQUE. 



. Cryptonix. — CryptO' 
nyx. Temm. 

. Mégapode. — Megapo- 
dius, Temm, 



NUMERO 

DES PLANCHEf 



enlui 



. TiNAMOU. — Tinamus. 
Lath, 



col or. 



476 
o 

828 



TuRNjx, — Hemi- 
podius. Temm. 



ûr':.rZri^ 



829 



171 



35o 

35i 
220 

4" 

o 

412 
5i6 



87 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



369 
196 

4i5 

60 

F. 2. 

454 

F. I. 

454 

F. 2. 

60 

F. I. 



Tinamou de Cayenne. 



Caille de Madagascar. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Cryptonix couronné^ mâle, 

id. femelle* 

Mégapode Freycinet. 

à pieds rouges, mâle. 

— Lapeyrouse. Voyez 

Freycy pi. 
Tinamou Isabelle ou gua- 

zu. 



SYNONYMIE LATINE 



• — carape ou pavonin , 

m>âle, 
— magoua. 
-— cendré. 



' " ' ■ varie. 

— — macao ou vermicule'. 

apequia. 

tataupa. 

soui. 

Turnix combattant, mâle. 

— ^- cagnan. 
bariolé. 

Dussumier. 

— MeifFren. 



Cryptonyx coronatus (i). 
Temm., 

Megapodius Freycineti. 

Gaim. 

rubripes. Temm. 

Lapeyrousii. Gaim, 

Tinamus rufescens.T^T/zTTi. 

nanus. Temm, 

brasiliensis. Lath, 

cinereus. Lath* 

variegatus. Lath. 

adspersus et vermi- 
culatus. Temm. 

' obsolelus. Temm, 

tataupa. Temm. 

• soui. Lath. 

Hemipodius pugnax. 

Temm, 

nigricollis(2). Temm. 

varius. T. — Perdix. 

Lath. 
Dussumieri. Temm. 

MeifFrenii. Temm. 



I) Voyez l'indication du mâle sous Columla cristata^ et la femelle sous Perdix viridis. Lath, 
5) C'est Tetrao madagascariensis des Méthodes. 



88 



TABLEAU MÉTHODIQUE, 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLAHCHES 



enlum, color. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME, 



SYNONYMIE LATINE. 



ORDRE ONZIÈME. 



ALECTORIDES. ^ ALECTORIDES. 



li Agami. — Psophia, 

Linn. 

'A. Cariama. — Dicholo- 

phus, 111. 

3. Glaréole. — Glareola. 

Briss. 



4. Kamichi. — Palamedea. 
Liim. 



169 



882 



45 1 



257 



&S 



11 



Le caracara et l'agami. 
Le cariama. Buff* 

La perdrix de mer, celle à 
collier et la perdrix de 
mer brune. 

"' /f /• •••••»••• 

Le kamichi. 



Agami criard. 

Cariama de Marcgrave , 

mâle* 
Glaréole à collier. 



lactée, Tnâle. 

Kamichi cornu. 



— chaja, adu 



Psophia crepitans. Linn. 

Dicholophus cristatus. ///. 
— Palamedea. Linn. 
Glareola torquata, austria- 
ca (i). latk 

— — lactea. Temm. 
Palamedea cornuta. Linn. 

' chavaria. Temm. - 

Gr. chauna. ///. 



ORDRE DOUZIÈME 



COUREURS 



CURSORES. 



I. Autruche 


— Struthio» 




Linn. 


2. Rhea. — 


Rhea. Briss. 


5. Casoar. - 


— Casuarius. 




Briss. 



457 



3i5 



Nandu ou touyou. 
Le casoar, rnâle. 



L'autruche, femelle > 

Rhea nandu. Gall. des Ois. 

f^ieilLy pi. 
Casoar emeu. 



Struthio camelus. Linn. 
Rhea americana. Lath 
Casuariusemeu. Z/af^- 



(I) Voyez comme double emploi Glareola torqua^ senegalensis et nœvia. C'est Hirundo patrmola de Linn. 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



89 



LDRE SYSTÉMATIQUE. 



Outarde. — Otis. Linn. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



enlum . 



;olor. 



245 



'552 

'576 



Court- VITE. — Curso- 
rius.\hsiùi. 



25 

10 



795 



892 



DÉNOM^ATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



Lohong outarde huppée 
d'Arabie. 



Outarde d'Afrique. 
Petite outarde. 



.^ 



535 



^98 



Rhaad. Pas pu en nature^ 



Le courevite. 



Court-vite de Coromandel 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME 



Outarde barbue ou grande 

outarde. 
cape noire. Gould.^ 

t. 72. 
Loliong. Edw,^ t. 12, 

figure exacte {i)» 

de Denham. 

churge. Edw,^ t. 260, 

et Miller j 1.55^ Jeune (2^ 
— — plombée, jjiâle. 



scolopacée, jndle. 

knorhan. Lath.Syn.^ 

tab. 6g. 

canepetière, mâle, 

id. femelle, 

oreillard, mâle, 

houbara./acg., V^oy* 

tab. g, mâle. 
rhaad. De Shaw* 

trav. page 255, f. 2. 
Court-vite Isabelle. 



— à ailes violettes, mâle> 

— à lorum noir. 



SYNONYMIE LATINE. 



Otis tarda. Linn. 

" nigriceps. Gould. 

arabs. Linn, 

Denhamii. F'ig. 

— — bengalensis et indica. 
Lath. 

caerulescens. Temm. 

— - — scolopacea.r^77zm.(3}. 
afra. Lath. 

tetrax. Linn, 

aurita. Lath, 

houbara et Psophia 

undulata. Lath. 
rhaad? L^atk. 

Cursorius isabellinus. 

Meyer. — Europaeus. 
Lath. 

chalcopterus. Temm. 

— — - asia tiens. Lath, 



ORDRE TREIZIÈME. 



(^^khhY.^. — GRALLATORES. 



OEdicnème. ' — (Edicne- 
mus. Temm. 



386 
387 



OEdicnème échasse. 
à gros bec, mâle< 



OEdicnenius longipes. 

Geoff. 
magnirostris. Geoff. 



(4) Il faudra distraire des synonymes du Lohong la description et la figure de Sonnerai, voy. tab. 49, sous le nom de Paon sauvage de Lucon. Cet oiseau 
très-différent de Lohong. 

(2) Voyez aussi trois belles figures du Churge, Gould, Himalaya Birds, pi. 73^ 74 et 75. 

(3) CeUe espèce a été indiquée sous le nom de Otis Vigorsii. 

23 



90 



TABLEAU METHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE, 



NUMERO 

DES PLASCHES 
Ealam. color. 



1^92 



2. Sandekukg. — Calidris. 

m. 

3. Falcinelle. — Falcinel- 

lus. Cuv. 

4 . ÉcHASSE. — Himanto- 

pus. Briss. 

5. HuiTERiER. — Hœmato- 

pus. Linn. 

6. Pldtieb. — Charadrius. 

Linn, 



919 



5io 



878 

929 
918 

800 
801 

834 
880 
833 
286 

904 
832 
920 
921 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



Le grand pluvier. 
Le sanderling. 



^5^6 



i85 
184 



Pluvian du Sénégal. 



armé du Sénégal. 

-du Sénégal. 

de la côte de Malabar. 

armé de Cayenne. 

à collier de St.-Do- 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME, 



OEdicnème tachard. 
— criard. 



SYNONYMIE LATINE. 



mingue. 
Pluvier doré et à gorge 
noire. 



Sanderling variable. Voy, 
ManueL 

Falcinelle coureur, adulte. 

Echasse à manteau noir^ 

inâle adulte^ 
Huiterier pie. 

Pluvier pluvian. 

couronné. 

cap-blanc, mâle* 

à aigrette. 

pie ou bicolor. 

coiffé, adulte. 

à lambeaux. 

tricolor, adulte, 

kildir^ mâle en été* 

doré, plumage d^hi- 

vei\ 
guigna rd , plumage 

d'été. 
— — grand à collier , le 

mâle adulte. 
petit à collier , le 

mâle adulte. 

pâtre, mâle. 

— — Azara. 



OEdienemus maculosus. 

Temm, 

crepitans. Temm^-^ 

Otis œdicnemus.La^^. 

Calidris arenaria(i). y.- 

Tringa et charadrius. 

N yiuct 

Falcinellus cursorius. 

Temm. 
Himantopus melanopterus 
(2). Meyer. 
Haemalopus ostralegus. 

Linn. 
Charadrius melanocepha- 
lus. Latl 
— coronatus. Lath, 



. albiceps. Temm. 

spinosus. Lath. 

bicolor. Temm, 

pileatus. Lath. 

— — bilobus. Lath* 
— ■ — cayanus. Lath» 
— — vociféras. Lath. 

pluvialis el aprica- 

rius. Lath. 
morinellus(5).ifl^^' 

hyaticula (4). Linn. 

minor. Meyer, 

1 pecuarius. Temm. 

' Azaraii. Temm* 



(\) Voyez Charadrius ruhidus pour le plumage de noces. 

(2) C'est Charadrius himantopus des Méthodes. 

(5) Voyez le double emploi sous Charadrius asiaticus^ tataricus et siUricus. Lath. 

(4) Voyez les synonymes et les différences spécifiques de celte espèce et de la suivante dans le Manuel, 2^ édition. 









TABLEAU METHODIQUE. 


91 


iDRE SYSTÉMATIQUE. 


NUMERO 

DES PLANCHES 


DÉNOMINATION 

à supprimer 


DÉNOMINATION 


SYNONYMIE LATINE. 




enlum. 


color. 

-■'47 

F. I. 


PORTÉE SUR LA PLANCHE. 


ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 








Pluvier à face noire, adulte. 


Cliaradrius nigrifrons. 

Cuif. 












■47 

F 1 




— — à face encadrée, 772a/^. 


ruficapillus. Temm. 


Vanneau. — Vanellus. 


923 




Vanneau varié. 


Vanneau pluvier^ en plu^ 


Vanellus melanogaster (i). 


Briss. 








mage d'hiver. 


BechsU 




854 




gris. 


id. jeune de Vannée* 


' 


• 


853 




suisse. 


id. vieux en été. 






242 






huppé ou vulgaire. 


cristatus. Briss. — 






Tringa. Auct. 




836 




armé de Cayenne. 


quer-quer. P. de 


cayanensis. Temm. — 








« 


Neuw. Voyage. 


Tringa. Lath. 




835 




arme de Louisiane. 


à calotte noire. 


ludovicianus. Temm. 




362 




armé du Sénégal. 


à cou grivelé. 


senegalensis. Temm. 

— Tringa. ivaf A. 






"5o5 




chaperonné^ mâle. 


' cucullalus. Temm. 


« 


807 




armé de Goa. 


. masqué, mâle. 


— — goensis. Temm. 


Tourne-pierre.— ' Strep- 


856 




Le coulon-chaud. 


Tournepierre à collier , 


Strepsillas coUaris. T. — 


sillas. Illig. 








vieux en été. 


Tringa (2). Auct. 




857 




Coulon - chaud gris de 
Cayenne. 


id. jeune de Vannée. 






340 




de Cayenne. 


id. jeune sur un sujet 

mal monté. 




Grue. ~ Grus. Pall. 


865 




Grue à collier. 


Grue antigone, adulte. 


Crus antigone. T. — Ar- 
dea. Auct. 






'467 




— - — leucogérane, adulte. 


' leucogeranos. Pall. 






449 




à nuque blanche , 

adulte. 


leucauchen. Temm. 


• 












555 




moine, adulte. 


' monacha. Temm. 




769 






cendrée, adulte. 


cinerea. Bechst. — 

Ardea grus. Auct. 




265 




L'oiseau royal. 


royale, mâle adulte. 


pavonina. Temm. 




241 




La demoiselle deNumidie. 


demoiselle, mâle. 


virgo. T. — Ardea. 

Lath. 




889 






. 


blanche, adulte. 

brune. Edw..^ t. i33. 


americana. Briss. 




Grue brune du Mexique. 


canadensis. Temm. 



(%) Voyez les citations embrouillées sous Tringa squatarola et helvetica. Latb. 
(2) C'est Tringa interpres et morinella. Linn. et Lath. 



92 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



eulum. 



10. CouRLAN. — Aramus. 

Vieil). 

11. Héron. — Ardea.Wnn. 



848 



755 

787 

788 

o 

926 

886 



901 
912 

902 
3o5 

349 
o 
o 



color. 



474 

-475 



DENOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Le socco OU cocoi (i). 

Grand héron d'Amérique 
et de la baie d'Hudson. 
Héron huppé. 
Le héron. 

Héron noir. Pas vu en na- 
ture* 
La grande aigrette. 

Héron blanc. 

L'aigrette ou garzette. 

L'aigrette. 

Crabier de Coromandel et 
id. blanc à bec rouge. 

Héron bleuâtre à ventre 
blanc de Cayenne. 

Crabier cendré. 
Le crabier bleu. 

Crabier chalybé. 



DÉNOMINATION 



ADOPTEE DANS LE SYSTÈME. 



Courlan courliri. 

Héron goliat, adulte. 

— — typhon j mâle adulte. 

cocoi. Alh.^ t. 79_, le 

jeune. 

— hérodias. Wils.^ v. 8, 

pi. 65^ f. I . 
•—cendré, adulte* 

id. jeune de Vannée. 

— pourpré, pieux. 



— — grande aigrette, mâle 
en été> 

— id. jeune vu en plu 
mage d^ hiver. 

— garzette. Voyez h 
Manuel. 

— panaché. Wils.^ vol 
7, pi. 62^ f. I. 



aigrette dorée, adulte 

aigrette rousse, We^/^ 

demi-aigrette. 

— > — bleuâtre, adulte. 

id. jeune de Vannée. 

• bleu. Wils.y vol. 7, 

pi. 62;, f. 3, 
chalybé. For^^^r, icon. 

tab. ii4- 



SYNONYMIE LATINE. 

Aramus scolopaceus.rfef//. 

— Ardea.^^c^ 
Ardea goliat Temm, 

- — - typhon. Temm. 

cocoi. Lath. — Pa). 

liata. Lichtens. 
hérodias et hudsonias. 

Lath, 
cinerea. Lath. 

purpurea (2). Linn. 

atra ? Lath. 

egretta et alba. Lath. 



garzetta. TJnn. 

' nivea et candissima. 

Gmel 

russata. Tem- adul 

et aequinoctialis, Juv- 

rufescens. Lath, 

leucogaster. Lath. 

— — caerulescens. L 

cœrulea (4). Lath. 

gularis. Bosh. Soc 

d' Hist.Nat.de Paris, 

pi. 2. 



(1) Voyez le double emploi des différens âges so\x& Ardea rufa, caspia^ hotaurus et purpurata de Lath., avec tous les synonymes indiques a 
articles. 

(2) On ne peut classer le Hoaatli ni le Houhou ou Hoîiou de Buffon, Ardea hoaatli et hohou des catalogues. 

(5) Voyez Ardea cyanopus ou Crabier gris de Buffon comme étant le jeune en mue de cette espèce ou de la précédente ; les jeunes de l'année de ce 
espèces sont d'un blanc pur. 



TABLEAU MÉTHODIQUE 



93 



DRE SYSTÉMATIQUE, 



NUMERO 

DES PLANCHES 



mlum. 



926 

859 
858 

348 

3i5 
9" 

908 

909 
912 

758 

7^9 
939 
899 

907 

789 
o 

860 

790 
765 
898 
523 
o 



color. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE 



^271 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



SYNONYMIE LATINE 



Crabier noir de Nouvelle- Héron unicolore. 
Guinée. 



Héron brun de Cayenne. 

huppé de Mahon. 

— — du Sénégal. 
Crabier de Malacca. 

— — de Cayenne. 

de la Louisiane. 

tacheté de la Marti- 
nique. 
Le bihoreau. 

Bihoreau femelle. 
Pouacre de Cayenne, 
Bihoreau de Cayenne et 

crabier gris-de-fer. 
Héron huppé de Cayenne. 

Butor de la baie dHudson. 

L'onoré rayé de Cayenne, 



agami, pieux mâle. 

id. femelle* 

flûte de soleil^ adulte. 

— »— crabier, vieux, 

— - — roussard, jeune. 
élégant (2), jeune* 

verdâtre^ vieux. 

roux-verdin, adulte. 

• id, jeune. 

Nycticorax à manteau noir 

vieux. 
■ — id. âgé de deux ans. 
— — id. jeune de Vannée* 
— — • gris - de - fer , vieux. 

Wils., V. 8^ pi. 65, f. I . 

à calotte noire, vieux. 

Butor ou grand butor. 

• hudsonien. Edw.^ tab. 

i36. 
honoré, vieux. 



L'honoré de Cayenne. — 

Petit butor de Cayenne. 
Crabier des Philippines. 
Blongios de Suisse. 
— — tacheté et brun rayé 
de roux. 



— id, jeune. 

— ondulé^ vieux. 

— à manteau roux (5.) 

— blongios^ adulte. 

— id. le jeune* 



Ardea Novœ-Guineœ.Za^i^. 

agami et fusca. Lath. 

' ^sibilatrix. Temm. 

comata (i). Lath. — 

ralloides. Scopoli. 

senegalensis. Lath. 

malaccensis. Lath. — 

speciosa. Hors/. 

virescens. Lath. 

ludoviciana. Lath. 



nycticorax (5). Linn. 



Gardenii. Lath. 
violacea (4). Lath. 

pileata. Lath. 
stellaris. Lath. 
hudsonicus. Temm, — 
stellaris var. Lath. 
lineata et tigrina. 
Lath, 

undulata. Lath. 
philippensis. Lath. 
minuta (6). Lath. 



1) Voyez les emplois multiplies sous différens états de mue dans Ardea marsîgli, pumilaj squaiotta, erythropus et castanea, ainsi que les synonymes. 

2) Voyez l'état parfait dans Hor^field, Zool. Researchps in Java, sous Ardea speciosa. 

5) Voyez le double emploi sous Ardea (jrisea et hadia^ Lath., aiusi que les citations de Buffon. 

4) Voyez encore comme citations du même, aux ditrérens âges, Ardea jamaicen sis et cayanensîs de Lath. 

5) Est-ce bien une espèce distincte de la précédente, et n'y aurait-il pas erreur de patrie? Je présume que le Butor à manteau roux est le jeune du 
lor ondulé? 

6) Voyez comme la femelle et le jeune Ardea danuUalis et soloniensis. Lath. 



94 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



:olor. 



ï2. Cigogne. — Ciconia. 
Briss, 



817 



i3. Bec-ouvert. — Anasto- 
mus, Illig< 



ï/j.. Ombrette. — Scopus. 
Briss. 
i5. Drome. — Dronias. 

Paik. 

16. Flammant. — Phœni- 

copterus. Lînn. 





866 

906 
932 



796 



58 1 

3oo 
3oi 

^3X2 



236 



562 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



DÉNOMINATION 



ADOPTÉE DANS LE SYiTEPAE. 



Le cracra et le crabier pour- 
pré, de Buff* 



Jabiru de Cayenne. 



Le maguari, 



Cigogne brune. 

Héron de la côte de Coro- 

mandel. 
Le bec-ouvert de Pondi- 

chery. 
Bec-ouvert des Indes. So/z- 

neratj voy. tab. 122. 

L'ombrette du Sénégal. 



Le flammant d'Amérique. 
— — . flammant d'Europe. 



Flammant rouge. Wils.^ 
v. 8, pi. 66, f. 4. 

65 — — . flammant d'Eurooe. à ailes rouges ou pœ- 

nicoptère. 

(^) Le vieux ou l'adulte de cette espèce est indiqué sous Ardea pondiceriana, et le jeuue sous Ardea coromandeliana. 



Espèces suspectes qui n^ont 
pas été çues en nature. 
Nycticorax limnophile. 



— « — goisagi. 

Cigogne maraboUj adulte, 

« argala, adulte. 

chevelue^ adulte. 

— ' — jabiru^ pieux. 

bec-selle. Rupp. At- 
las^ tab. 

— "— ichthyophage. Za^>^., 
Supp,y t. i38. 

maguari. 

blanche, adulte. 

— — noire, le jeune • 
violette, adulte. 

Bec-ouvert type, adulte. 

là, jeune. 

à lames, pieux. 

Ombrette coiffée , femelle 

adulte. 
Drome ardéole^ femelle. 



SYNONYMIE LATINE. 



Ardea cracra et spadicea? 

« Lalh. 

Nycticorax limnophilax. 

,. Temm. 

— — goisagi. Temm. 
Giconia marabou. T. ^ 
Ardea diibia. Gmel 

' argala. Temm,—kï' 

dea dubia. Gmel 

^ capillata. Temm. - 

Ardea dubia. Gmel. 

— — mycteria. T.— Myct. 

americana. Zaf^. 

— — ephippiorchyncha.7'. 

— Myct. senegalensis. 

Lath. 

• australis. Temm. - 

Mycteria. Lath. 



maguari. Temm» 



alba. ^ms. — Ardea 

ciconia. Lath. 

nigra. Raii. 

leucocephala- Temm. 

Ardea. Lath. 

Anasîomus typus (i). 

Temm. 



lamelligerus. Temm. 



Scopus umbretta. Gmel 
Dromas ardeola. Paih 



Phoenicopterus ruber. 

LinU' 

— antiquorum. Temm' 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



95 



\DRE SYSTÉMATIQUE. 


NUMERO 

DES PLANGHEJ 


DÉNOMINATION 

à supprimer 
POKTÉE SUR LA PLANCHE. 


DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 


SYNONYMIE LATINE. 




eulnm 


color. 


7. AvocETTA. — Recur- 

ifirostî^a, Linn. 

8. Savacou. — Cancroma. 

Linn. 

). Spatule. — Plaialea 
Linn. 


555 

58 

869 
4o5 

i65 
868 

589 

867 
841 




819 

976 

820 


81 

80 


•-y 
419 

"352 
^81 

^3o4 

"551 

-235 


L'avocette. 

Savacou de Cayenne. 

huppé de Cayenne. 


Flammantpygmée, adulte. 

Avocette à nuque noire. 

Savacou huppé, vieille fe- 
melle. 
id. mâle en mue. 

Spatule blanche. 

Yose^ jeune ou femelle. 

Tantale couricaca. 

ibis, femelle. 

— — lacté^ mâle adulte. 

Ibis leucon, adulte. 
chauve, vieux. 

mamelonné^ adulte. 

huppé^ mâle. 

nippon. 

brun. Sonn.^ t. 47- 


Phœnicopterus minor. 

VieilL 
Recurvirostra avocelta. 

Linn. 
Cancroma cochlearia.Zz^z/z. 

Plataîea leucorodia. Linn. 

2(]^]^. Linn. 

Tantalus loculator. Linn, 

ibis. Linn. 

— — lacteus. Temm. 

Ibis leucon. Temm. 

calva. y. — Tantalus. 

Auct. 

papillosa. Temm. 

— — cristata. Temm. — 
Tantalus. Auct. 

nippon. Temm. 

manillensis. Temm, 

' niger ? — Tantalus. 

Auct. 

falcinella^ viridis et 

ignea. Auct 

chalcoptera. Temm. 

plumbea. Temm. 
albicollis. Temm, - 

cayanensis. Temjn. 

grisea ? _ Tantalus. 

Auct. 
— ruber. Jc-ttzttz —Tan- 
talus. Auct. 


3. Tantale. — Tantalus. 
Linn. 

i. Ibis. — Ibis. Lacep. 


Curicaca de Cayenne. 
Ibis blanc d'Égyte. 


Courlis à tête nue du Cap. 




Courly huppé de Madagas- 
car. 




— — brun de Luçon. 

— • — noir. Pas vu en na- 

ture. 
d'Italie. 




falcinelle^ adulte. 

chalcoptère^ vieux. 

plombé^ adulte. 

à cou blanc^ adulte. 

des bois^ adulte. 

— — matuiti. Pas vu en 

nature. 
rouge^ vieux. 

id. en mue et jeune* 




à cou blanc de 

Cayenne. 
^^ vert de Cayenne. 


' 


Courly rouge du Brésil. 

id. et courly à front 

rouge. 



96 



TABLEAU METHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



21. Courlis. — Numenius 
Briss. 



25. Bécasseau, 



T ring a, 
Linn. 



2/^. Chevalier. — Totanus. 
Bechst. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



enlum . 



color. 



9i5 
198 
818 
842 
85 1 
852 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME 



58l 



366 

365 
3o5 

844 

5o6 
3oo 

875 

827 

345 
876 
843 



Courly blanc d'Amérique. 
de Madagascar. 



^41 
F. I. 

F. 2. 



L'alouette de mer. 

Le cincle et la brunette, 



La maubèche grise et le 

canut. 
Maubèche et maubèche 

tachetée. 
Paon de mer^ mâle* 
Le chevalier. 
Paon de mev^ femelle* 
Le chevalier varié. 

La barge brune. 

Le chevalier rayé. 

aux pieds rouges. 

Barge grise. 

Le bécasseau ou cul-blanc. 



Ibis rose^ jeune de l^ an- 
née {i). 
Courlis africain. 

cendré ou gran dcour- 

lis. 

corlieu. 

demi-bec, adulte* 

Bécasseau cocorli^ en plu- 

mage d'hiver. 
— cincle. Un jeune en 

automne, 
temniia. 



alba 



na. 



— maubèche ^ en plu- 
mage d^hiver, 

id. plumage d'été. 

— combattant^ mâle. 

— id. en hiver. 
id. femelle, 

— id. jeune de Vannée 
au sortir du nid. 

Chevalier arlequin, enplu- 
mage d'été. 

— gambette , jeune en 
automne. 

— ïâi. en plumage d'été. 
-— stagnatile, jeune. 

— cul-blanc^ jeune. 



SYNONYMIE LATINE. 



Ibis alba. r.^Tantalus. 

Ami 

Numenius madagascarien- 

sis. Latk 

torquata. Lalh. 

phaeopus. Laîh 

brevirostris. Lkk. 



Tringa subarquata (2 

variabilis (3). Meyer, 

•^ — Temminckii. Lml 

^ albescens. Ternm^ 

cinerea (4). Lim, 

pugnax (^5). Laih 



Totanus fuscus(6). Im 
— — • calidris. BechsU 



stagnatilis. Bechl- 

ochropus. Imm^ - 

Tringa. ifl* 



{\\ Voyez Wihmx, Aineric. Oro., ¥ol. 8, pl.^Gô, f. 3. 

(^) Ç'çst iVttmenius afficams et Scolopax subarquata des Méthodes. 

(5) Voyez Manuel, page 6^2. 

(4) Voyez les états différens de mue sous Tringa grisea, canutuSj islandîca, nœvia et australis des catalogues méthodiques. 

^5) Voyez aussi Tringa liîtoreaj grenovicensis et equesiris. j^^ 

(6) Voyez les citations et synonymes nombreux. Manuel d'Ornit., pag, 659 et suivantes, pour les autres espèces de ce genre, très-mal classées 
Méthodes. 



TABLEAU METHODIQUE 



97 



LDRE SYSTÉMATIQUE. 



Barge. 



Limosa, 
Briss. 



Bécasse. 



Scolopax. 
Linn, 



Rh YNCHÉE . — Rynchœa , 
Cuv. 



. CuRALE. — Eurypyga 
lUig, 
. Rale. — Rallus (3). 
Linn. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



enlum. color. 



85o 



874 



900 



885 



895 
885 
884 
922 



270 

881 
782 

849 

775 

749 

774 



DÉNOMINATION 

à supprimer 

PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



4o3 



La grive d'eau. 

La petite alouette de mer. 

Barge aboyé use et grise. 

rouge de la baie de 

Hudson. 
La barge commune ou 

grande barge. 

Le chevalier blanc. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



SYNONYMIE LATINE 



Bécasse des Savannes. 

('••«••••••6. 

Petite be'cassine. 
Bécassine de Madagacar. 



du cap de Bonne- 
Espérance. 
— de la Chine. 



Chevalier perlé. TVils., 

vol. 7, pi. 59, f. I. 
guignette, en plumage 

d'été. 
aboyeur. Penn. Brit. 

ZooL, tab. 6. 
Barge fédoa. JVils. Orn,y 

vol. 7, pi. 5&^ f. I. 

— à queue noire, en plu- 
mage d'hiver. 

— vousse^ plumage d^été. 



blanche. Edw., 1. 1 39 



Bécasse ordinaire. 

Be'cassine géante. 
des savannes. 



Le curale de Cayenne. 



Rale des Philippines. 



— ordinaire. 

sourde. 

Rhynchée variable, en état 
parfait. 

— — id. en mue. Figure 

mal coloriée. 
— • — id. jeune. 
Curale paon-de-rose, vieux, 

Rale à long bec. 

— — tacheté, adulte^ 

d'eau^ adulte. 

ticklin, mâle adulte. 



Totanus macularia. Temm. 

— — hypoleucos.2>/7Z77i. — 
— Tringa. Lath. 
glottis. Bechst. 

Limosa fedoa (i). Temm: 

— melanura(2). LeisL 



rufa. Briss. — Scolo. 

leucophœa. Lath. 

' candida. Temm. — 

Scolopax. Lath. 
Scolopax rusticola. Linn. 

■^ gigantea. Natt. 

paludosa. Lath. 



— gallinago. Lath. 

— gallinula. Lath. 
Rynchœa variabilis. Cuç. 

— Scol. capensis et si- 
nensis. Lath' 



Eurypyga helias. ///. — 
Scolopax. Lath. 
Rallus longirostris Lath. 

variegatus. Lath. 

— aquaticus. Linn. 
philippensis. Lath. 



) Voyez Scolopax fedoa, marmorata et hudsonica de Lath. Ce sont des livrées différentes. 

;) Voyez Scolopax limosay lelgica et œgocephala. 

) Il serait dans l'intérêt de la science de réunir les Raies et les Poules d'eau en un même genre; ces deux groupes n'offrent point de caractère 

juant qui puisse servir à distinguer nettement les espèces en deux coupes distinctes. Voyez aussi sur cette matière le Manuel d' Ornithologie. 

25 



98 



TABLEAU METHODIQUE, 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



3o. Poule-d'eau. — Gal- 
linula. Briss. 



NUMERO 

DIS PLAHCHES 



ealiim. 



o 
o 

775 
753 

368 



847 



877 

o 

o 

352 



color. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



523 
O 



897 



896 



417 
357 



Raie brun des Philippines. 

à ventre roux de 

Cayenne. 
de Cayenne. 



Petite raie de Cayenne. 



Raie de Virginie. 

de genêt ou roi des 

cailles. 
d'eau ou marouette 



La poulette d'eau. 
La smirring ou glout. 
Poule d'eau de Cayenne, 



Poule sultane verte. 

La favorite de Cayenne. 
L'acintli. Pas vu en na'^ 

ture. 
Poule sultane brune de la 

Chine. 
Petite poule sultane. 

Grande poule d'eau ou por- 
zane. 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Raie ticklin rayé. 

ticklin à collier. 

ticklin brun. 

à joues grises. 

— — kiolo, adulte. 

bidi-bidi. Edw.^ t. 

278. 

minime. 

grêle, adulte. 

à poitrine grise. 

sorée. Edfp,, t. i44- 

— TF'ils,,^. 6, pi. 48. 
Poule- d'eau de genêt. 



SYNONYMIE LATINE. 



marouette, mâle. 
ordinaire, mâle. 



• id, seconde mue, 

• id. jeune de Vannée 
' roussette. 

• large bande. 

• rubigineuse. 

• verte. Pas vu en na- 
ture. 

' favorite. 



— pœnicure^yewTZ^. 

— petite sultane. Wils.^ 
vol. 9^ pi. 73. 

— porzane. Briss», vol. 
6, p. 9. 



Rallus striatus. Linn, 

torquatus. Linn, 

— fuscus. Linn, 

poliotis. Temm, ^ 

cayanensisvar.Zû//,, 
— — cayanensis. Lath, 
jamaicensis. Latk 

-— < — minutus. Latk 

' exilis. Temm. 

^ pectoraiis. Temm, 

carolinus Linn, 

Gallinula crex. Lath, 

porzana (i). Lath. 

chloropus et fusca(2). 

Lath 



cayanensis. hath, 
euryzonia. Temm> 
rubiginosa. Temm> 
viridis? Lath. 

flavirostris. Lath 
purpurea?Z/«^Â. 

phœnicura. Lath 

martinica. Lath 

galeata. Licht- - 
G. major. Bm^ 



(1) La Gallinula nmîa des catalogues est un composé de Gallinula crex^ chloropus et porzana. La pi. d'Albin, v. 2, t. 75, est un jeune Ga '» 

(2) Voyez les différentes llyrées sous Gallinula maculata^ nœvia, flavipes et fistulans. 



TABLEAU METHODIQUE. 



99 



ADRE SYSTÉMATIQUE. 



Jacana. 



Parra. 
Linn. 



2. Talète. — 



Porphyrio. 
Briss. 



NUMERO 


DES PLANCHES 


enlum, 


color. 


322 




846 













8io 


^464 




%2l 







DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Jacana du Mexique. 

du Brésil. 

Le chirurgien noir, le ja- 
cana peca et le jacana 
vert. 

La talève de Madagascar. 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Jacana cdineWe^mâle adulte. 

ià.jeune^ var. ovl fe- 
melle. 

N^ont pas été vus en na-- 
ture> 

Jacana à crêtes, adulte. 
Talève à manteau vert. 

meunier. 

émeraudin. 



SYNONYMIE LATINE. 



Parra jacana, T. — varia- 
bilis. Lath* 



nigra^ brasiliensis et 

viridis? Lath. 

-^ gallinacea. Temm. 

Porphjrio smaragnotus. T. 
— G. Porphyrio. 

' pulverulentus. Temm. 

— smaragdinus. Temm. 



ORDRE QUATORZIÈME. 



PINNATIPEDES, 



PINNATIPEDES. 



Foulque. — Fulica. 


197 




La foulque ou morelle. 


Foulque macroule. 


Fulica atra et aterrima. 


Linn. 










Linn. 









Grande foulque ou ma- 
cro ule. 


id. vieux mâle. 






797 




Foulque de Madagascar. 


à crêtes, adulte. 


cristata. Lath. 


Grêbe-Foulque. — Po' 


893 






Grêbe-foulque ordinaire. 


Podoa surinamensis. ///. — 


doa. m 










Plotus. Auct. 


Phalarope. — Pliala- 


766 




Phalarope de Sibe'rie. 


Phalarope hyperboré. 


Phalaropus hyperboreus. 


ropus. Briss. 




./ 




mâle. 


Lath. 






370 






^ fimbriatus. Temm. 









à festons dentele's. 


platyrhinque, enplw- 

mage d*hiver. 


platyrhynchus (i). 

Temm. 









— — rouge. Edw.y t. 142. 







{\) Les différentes indications de cette espèce sont réparties dans les articles sous Phalaropus hyperboreus, — lohatus, — glacialis et Tringa fuUcaria 



lOO 



TABLEAU METHODIQUE, 



* 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



4- Grèbe. 



Podiceps, 
Lath. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



enlum, 



4oo 

944 

94 1 
93 1 

404 

F. 2 
942 

905 

404 
F. I 



943 
o 



945 



color. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Le grèbe cornu. 
— huppé. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Le grèbe. 



Le petit grèbe et le petit 
grèbe huppé (i). 

Grèbe de rivière ou casta- 
gneux. 

de Cayenne. 



de Louisiane, 



Gastagneux de St.-Domin- 

gue. 
— — des Philippines. 



Grèbe huppé, adulte. 

id. âge moyen. 

— — id. jeune âge* 

jougris, adulte. 

cornu ou esclavon. 

id. jeune de Vannée 

et plus avancé en âge* 

— « — castagne ux, le jeune 
de Vannée. 

à miroir blanc , 

adulte. 

à bec cerclé. Cateb.^ 

tab. 91. 

id. jeune en mue. 

duc-lar. Pas vu en na- 
ture. 

à ailes blanches. 

noctivague^ adulte. 



SYNONYMIE LATINE. 



Podiceps cristatus. Uth, 
— Colymbus. Lim, 



rubricoilis. Lath, 

cornutus. Lath 



— minor et hebridicus. 
La\k 

— cayanensis. Lath 

— carolinensis et ludo- 
vicianus. Laih 

St.-Thomensis? Laih 

— domiriicus? Lath 

— noctivagus. Temm.— 
minor, var. Aucl> 



ORDBE QUINZIÈME. 



PALMIPÈDES. — PALMIPEDES. 



I. Céréopse .— Cereopsis. 
Lath. 
n, Bec-en-foureau. — 
Chionis. Forst, 



206 



509 



% • • . c 



Céréopse cendré, adulte. 

Bec-en-foureau blanc^ 
adulte. 



Cereopsis Novae HoUaûdiœ. 
Lath 
Chionis vaginalis. Forst. 



(I) Voyez sous Vodicej^s ohicumSj Lath., et Colymbus nigricans, Scop. 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



lOl 



^DRE SYSTÉMATIQUE 



Bec-en-ciseau. — 
Rhynchops. Linn 

HiRONDELLE-DE-MER. — 

Sterna* Linn 



Mouette. 



Larus- 
Linn 



NUMERO 

DES PLANCHES 



enlum 



357 
988 
987 

996 

533 

924 
o 



997 



266 
253 

990 



994 

977 

387 



color. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



427 
434 



202 



459 
480 



Bec-en-ciseau de Cayenne- 

Hirondelle - de - mer de 
Cajenne. 



Petite hirondelle-de-mer. 
L'épouvantail et Phir.-de- 

mer gachetj etc. 
La guifette. 
H.-de-M. de Pîle de Panaye. 



Mouette brune de Loui- 
siane. 
H.-de-mer Panay. 

Le bourgmester. 

Le goéland noir. 

Le grisard. 
Goéland cendré. 

Le noir-manteau. 



Goéland blanc du Spitz- 

berg. 
Grande mouette cendrée et 

mouette d'hiver. 
Mouette cendrée tachetée. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Bec-en-ciseau à bec rouge. 

Hirondelle-de-mer à bec 
jaune, en hiver, 

pierre garin, adulte 

en été. 

minulc ou petite. 

épouvantail, az^/7rm- 

temps, 

id. jeune de Vannée^ 

— — panay, jeune. Sonn.j 
tab. 84. 
" — nuque noire, en plu- 
mage d'été. 

ventre noir, en plu- 
mage d'été, 

noddi, en été. 

à bec grêle,, adulte en 

été. 
Mouette biirgermeister. 

Naum.y tab. 35. 
goéland ou grand 

manteau noir. 

id. jeune de V année ^ 

à manteau bleu^ en 

été, 
à pieds jaunes ou petit 

manteau noir. 



Rhynchops nigra. Linn, 

Sterna cayana. Lath, 

hirundo. Lath, 

minuta. Linn, 

— — nigra, fissipes et nse- 
"via. Lath. 

panaya. Lath. 



SYNONYMIE LATINE 



-^ — r melanauchen. Temm. 

' melanogaster. T^/Tzm. 

stolida. LJnn. 

' tenuirostris. Temm. 

Larus glaucus. Brun. 

marinus, nœvius. 

Linn» 

argentatus. Brun. 



flavipes. Meyer^ — 

fuscus. Linn. 



à queue noire, plu- 

mage d'été, 

d'Audouin, en plu- 
mage d'été, 

blanche ou sénateur. 

à pieds bleus, en hiver, 

— *— tridactyle, le jeune en 
mue. 



~— melanurus. T'emm. 
— — Audouinii. Payr. 

eburneus. Linn. 

— — canus. Linn, 
— tridactylus. Linn. 
26 



102 



TABLEAU METHODIQUE. 



j.. 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



6. Stebcoraire. — Lestris. 

iiiig. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



Enlum, color. 



970 
969 



7. Pétrel. ^ — Procellaria. 
Linn. 



8. Thalassidrome. — Tha- 
lassidroma* Vig. 



9. Prion. — Pachyptila, 

lUig. 

10. Pélécanoide. — Hala- 

droma* Hlig. 



99 ï 
762 

o 

59 

o 

964 

o 

962 

993 

o 



366 



DENOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



5o4 



Le petit goéland. 



DENOMINATION 

4DOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



416 
O 

- O 

587 



■517 



Goéland brun. 

Le stercoraire. 

Stercoraire à longue queue 

de Sibérie. 
Pétrel puffin brun. 

de Pile St.-Kilda. 

antarctique ou da- 
mier brun. 



bl 



anc 



ou de 



nei 



ge, 



Le puffin et pe'trel cendré. 

Pétrel ou oiseau tempête. 
Oiseau de tempête. 
Pétrel bleu de Buflfon. 



Mouette à iris blanc, adulte 
en été, 

rieuse ou à capuchon 

brun, en été* 
— id. en plumage d^ hi- 
ver. 

à bec noir, en été. 

Stercoraire calarracte (i). 
J3rit, ZooLj t. L. 6. 

' parasite, ou Richard- 
son, en livrée brune, 

de Buffon , en plu- 
mage d^étéiji). 

Pétrel équinoctial. Edw,^ 
tab. 8g. 

— ' — fulmar, adulte. 

antarctique. 

— — damier, adulte, 

neigeux. 

hasite, adulte. 



SYNONYMIE LATINE. 



colombaude. 

Puffin cendré, adulte. 

-' — «cendrillard. 

— leucomèle. 



Thalassidrome échasse ou 

de Wilson. 
— — tempête ou pélagique. 

Briss,^y, 6, tab. 1 5, f. i . 
Prion à bandeau, adulte, 

Pélécanoide Bérard. 



Larus leucophthalmus. 

Lichu 

ridibundus,etcinera. 

ri us, etc. Linn, 



melanorhyiichus. 

Temm. 
Lestris catarracta. Temm. 

— Larus. L//Z/Z. 
Richardsonii. Temm, 

Buffonii. Boie.— pa- 

rasitica. Gouîd. 
Procellaria œquinoctialis 
(3). Linn. 

glacialis. Linn. 

antarctica, Lath. 

capensis. Lmn. 

nivea, Lath. 

hasitata. Temm» 



— turtur. Banhs. 

puffinus. Linn» 

cinerascens. Temm> 

;— . — leucomelas. Temm. 
Thalassidroma Wilsonii. 
Bonap' 

. pelagica.j^.— G.Pro- 

cellaria. Linn. 
Pachyptila vittata. lUig- 

HaladromaBerardii.Gfl^/Tï' 



(\) Voyez aussi Vieîll. Galer. des Ois., vol. 2, pi. 288, sous le faux nom de Pomarin. Voyez tous les synonymes de ce genre et du précédent dans le 
Manuel d'Ornithologie. 

(2) Espèce distincte confondue sous par asitica. Voyez les belles planches de Gould, Birds of Europe. 
(5) Voyez Procellaria grisea^ le jeune de œquinoctialis. 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



io3 



DRE SYSTÉMATIQUE. 



Albatros, — Diome- 
dea* Linn. 



Canard. — Anas, Linn. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



enlum. 



colc 



963 



346 
o 

985 

O 

855 

542 
o 

1006 



347 
957 

982 

983 
379 

o 

913 

989 

53 
776 

777 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE, 



456 

468 

469 



Albatros du cap de Bonne- 
Espérance. 
de la Chine. 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



Oje du Canada. 

desEsquimaux^y^z/72^. 

Edw. t. i52^ adulte. 



Oie des Malouines. Brown^ 

ZooL^ t. 40. 
des terres Magella- 

niques. 



Oye de la côle de Coroman- 

del. 
du cap de Bonne- 

Espe'rance. 



Albatros moulons plwnage 
parfait, 

— — courte queue ou tra- 
pu. 

id. adulte ou pieux, 

sourcils noirs, vieux. 



ruban jaune, pieux. 

fuligineux. 

Oie à cravatte, adulte* 

— hyperborée ou de 
neige. 

— — - vulgaire ou sauvage. 

— rieuse. Edw,^ t. i55. 
bernache, vieux mâle. 

cravan [.Mal enluminé, 

— leucoplère ou magel- 
lanique. 

— id. jeune 



SYNONYMIE LATINE. 



d'Egypte. 

Le cygne sauvage. 

Le cygne. 



• arme'e. Lath, Syn.^ 
tab. 102. 

•de Guinée. 

• bronzée; adulte. 



— rousse, mâle vieux. 



id. femelle, 

id. jeune ^ 

Cygne à bec jaune ou sau- 
vage. Edw,y t. i5o. 

tubercule ou domes- 
tique. 

Canard musqué, mâle, 

tadorne, mâle. 

sauvage, mâle. 

— ~ là, femelle. 



Diomedea exulans et spa- 
dicea. Lath, 

brachyura. Temm.~ 

spadicea, var. Lath, 

brachyura. Temm. 

melanophrjrs. Boié. 

chlororhynchos. 

Gmel, 

fuliginosa. GmeL 

Anas canadensis. Linn, 

hyperborea et cœru- 

lescens. Lath, 

segetum. GineL 

— — albifrons. Gmel, 
— • — leucopsis. T. — Ery- 
thropus. Auct. 

bernicla. Linn. 

leucoptera et magel- 

lanica. Lath, 



— gambensîs. Linn. 

— cygnoides. Z/2/2;^. 

— melanonotos. Lath, 

œgyptiaca. Linn. 



cygnus. Linn. 

olor. Gmel. 

moschata. Linn. 
tadorna. Linn, 
boschas. Linn. 



io4 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



iilum. color. 



958 

955 

825 
826 
804 

971 

972 
966 

4o3 



o 
o 

980 

981 

8o5 
806 
930 
808 

770 

949 

950 
946 

947 
209 

208 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



Canard de Louisiane. 



— siffleur de Cayenne. 

sifHeur de St.-Do- 

mingue. 



Sarcelle mâle dite soucrou- 
rou. 

de Cayenne. 

du Mexique. Pas vu 

en nature» 

Le niarec. 

Le mareca. 

Beau canard huppé de Ca- 
roline. 

Sarcelle mâle de la Chine, 

de Java. 

Canard de Maragnon. 



Sarcelle de Madagascar. 



mâle de Coromandel 



La sarcelle. 

Petite sarcelle. 

Oye à duvet ou eider mâle. 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME, 



Canard chipeau ou ri- 

denne, 772^/^. 
— — à longue queue, ou 

pilet, mâle, 
jensen, jndle en mue, 

Wils.^v, 8, pi. 69. 

siffleur, mdle, 

à narines jaunes. 

percheur. 

— souchet, 77z^/^ adulte. 



— — id. femelle. 

soucrourou, le mâle» 

— id. femelle • 



- marec. Catb.^ t. g5. 

- mareca. 

- huppé ou beau canard 
mâle. 

- id. femelle, 

- à éventails, mâle, 
" id. la femelle. 

- à faucilles j mâle, 

-à face blanche ou 
veuve, mâle, 

- gros- vert 5 mâle en 
mue. 

- coromandélien, 77za/^ 



SYNONYMIE LATINE. 



Anas strepera. Lïnn. 



acuta. Lim, 



amencana. ia/A. 

penelope Linn, 

auturanalis. Lïnn, 

arborea. Linn, 



clypeata. Um. « 

Rubens. h^, 

discors. Lïnn. 



Nov.Hispaniae?La/^. 



en mue. 

- id. la femelle, 

- sarcelle d'été, jnâle, 

■ sarcelle d'hiver, 7nàle, 

■ eider, mâle vieux. 

- id. la femelle, 

. à tête grise. Edw. t. 
154. 



— bahamensis. Linn. 

— brasiliensis. Lath 

— sponsa. Linn. 

galericulata. Linn- 

— falcaria. Latli. 

— viduata. Linn. 

madagascariensis. 

Laih 

coromandeliana. 

Lath' 

— querquedula. U^^' 

creccaetcircia./^''- 

molissinia. Linn' 

spectabilis. Linn' 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



o5 



DRE SYSTÉMATIQUE. 


DES PI 

cnliim. 


lERO 

.ANCHE! 
color 


DÉNOMINATION 

a supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 


DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 


SYNONYMIE LATINE. 






Canard du nord_, macreuse 
à large bec. 


Canard marchand, mâle. 


Anas perspicillata. Linn. 




956 




La grande macreuse. 


double macreuse, 

mâle. 


— fusca. Linn. 




978 
1008 








— ' nigra. Linn. 
glacialis et hyemalis. 






uicicicubc, mcLùe» 
de Miclon, mâle vieux. 








999 
928 




Sarcelle de l'île Ferroë, 


i d . la femelle . 


Linn. 
rufina. Pall. 






— ' — bimeui nuppCj vieux 
mâle. 




1 02 






milouinan, 772^/^. 

milouin^ mâle. 

garrot, mâle. 


marila. Linn. 

— — ferina et rufa. Linn. 

clangula. Temm. — 

Glaucion. Linn. 




80!^ 








802 












lOOl 






morillon, mâle. 


fuligula et scandiaca. 




1007 

798 




Canard brun. 

à collier de Terre- 


id. la femelle. 

à collier ou histrion^ 


Linn* 
histrionica et minuta. 








Neuve. 


mâle. 


Linn. 




799 
948 






id. la femelle, 

religieuse, mâle. 






Sarcelle de Louisiane et de 
Caroline. 


albeola et rustica. 

Linn. 




lOOO 

968 




d'Egypte. 

de la Guadeloupe. 


à iris blanc ou ny- 

roca^ le mâle. 
dominicain, vieux 


nyroca et africana. 

Lath. 
dominicana. Linn. 






^06 




mâle. 
Hydrobate à fanon, vieux 
mâle. 


lobata. Lath. 


Harle. — Mergus. 

Linn. 


967 

y5l 

953 
207 
955 

936 
449 




à queue épineuse de 

Cayenne. 


spinicaude, mâle. 

Harle ou grand harle, ma/^, ^ 

id, femelle. 

huppéj mâle. 

couronné, mâle. 

id. la femelle. 

piette, vieux mâle. 


spinosa. Lath. 

Mergus merganser et castor, 
Linn, 






serrator. Linn. 




Harle huppé de Virginie. 


> cucuUatus. Linn. 






albellus et minutus. 






Lath» 




^5o 






'■ ' id. femelle. 





io6 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



14. Pélican. — Pelecanus. 
Linn. 



i5. Cormoran. — Carbo. 
Meyer. 



1 6. Frégate. — J'achypetes 

Vieill, 

17. Fou. — Sula. Briss. 



KUMERO 

DES PLANCHES 



;nliH 



color. 



87 

927 



18. Plongeon. — Colymbus. 
Lath. 



19. Anhinga. — Plotus. 
Linn. 

Voyez notre article du genre. 



O 

97^ 
961 

278 

986 

973 

o 

952 

o 
o 

914 

3o8 

992 
107 

960 
9% 



-276 



522 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



DENOMINATION 



ADOPTEE DANS LE SYSTÈME, 



Pélican des Philippines. 



38o 



Petit cormoran ou nigaud. 
Petit fou brun de Cayenne. 
La grande frégate de 
Cayenne. 



Fou tacheté et grand fou. 

de Ca jenne. 

~— blanc. 



Grand plongeon. 
Petit plongeon du nord. 
Le grand plongeon. 
Plongeon à gorge rouge de 

Sibérie. 
Le plongeon. 
Anhinga du Sénégal de 

Buffon. 

noir de Cayenne. 

de Cayenne. 



Pélican blanc ou onocro- 

taie, adulte > 

vo&e^ Jeune* 

à lunettes, vieux. 

brun, vieux. 



Cormoran ou grand cormo- 
ran,, en été. 
largup, adulte. 



nigaud, 
id. jeune 



Frégate aquiline , mdle 

adulte. 
Fou blanc ou de Bassan, 

adulte. 
id. jeune de r année 

et passage. 
parvule, adulte. 

pécheur, adulte. 

Plongeon imbrim,^7a^par-' 
fait. 

id. jeune de Vannée. 

lumme, adulte 



SYNONYMIE LATINE. 



Pelecanus onocrotalus. 

Linn, 
roseus (i). 

~ conspicillatus.rem/n. 

■ fuscus. Lath. 

Carbo cormoranus. Mey, 

' cristatus. Temm. - 

Pelecanus. Auct. 
— gracLilus. Temm, 

Tachypetes aquilinus (2). 
Linn, 

Sula bassana (5). Briss.-- 
Pelecanus. Linrh 



id. jeune de Vannée. 

— cat marin, vieux. 

— id. jeune de Vannée. 
Anhinga Le Vaillant^ plu- 
mage d'été. 

— noir, mâle adulte. 

— id. femelle adulte. 



parva. Temm. —h- 

lecanus. Auct. 

piscatrix. Temm. 

Colymbus glacialis (4). 

Linn, 

— arcticus. Linn. 

septentrionalis (5). 

Linn. 

Plotus Levaillantii. Temm. 

anhinga. Unn^ 



{{] Voyez comme double emploi Pelecanus roseus, manillensis et philippensis de Lath., Pélican rose et brun de Sonnerat. 

(2) La petite Frégate, Pelecanus minor des Méthodes, et la Frégate^ Pelecanus leucocephalus^ sont le jeune ou la femelle de cet oiseau 

(3) Dont Pelecanus maculatus est le jeune de Tannée, et major l'état intermédiaire. 

(4) Dont Colymbus immer est le jeune. La pi. 914 de Buffon, citée ici, doit être rapportée au jeune Plongeon lumme. 
\5) Colymbus sîellaius et sîriatus m sont le jeune âge, et borealis l'état intermédiaire ou en mue. 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



07 



DRE SYSTÉMATIQUE 



Paille-en-queue. — 
Phaeton> Linn 



Guillemot. — Uria* 
Briss, 



Starique. — Phaleris. 

Temm. 

Macareux.— iïfor/noTz. 

lUig. 

Pingouin. — Alca^ 

Linn. 



Sphénisque. — Sphenls- 
eus- Briss, 



Manchot. — Apteno- 
dytes. Forst. 



NUMERO 

DES PLANCHES 



enliim, 



color. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 

PORTÉE SUR LA PLANCHE 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME. 



979 
998 
369 
903 



917 



761 

275 

ioo5 

1002 
367 

582 

ioo5 



579 



200 



Paille-en-queue d'île de 

France. 
— — de Cavenne. 

' blanc d'Ascension. 

Le guiliemot. 

Petit guiliemot noir. 

Vieillard. 

Femelle du petit guiliemot 

Macareux du Kamtschatka 

Le macareux. 
Le pingouin. 

Femelle du pingouin. 
Grand pingouin du nord. 

Manchot du cap de Bonne- 
Espérance. 

des Hottentols. 

— — huppé de Sibérie. 

— — des îles Malouines. 



SYNONYMIE LATINE, 



Paille-en-queue à brins 

rouges j pieux. 
id. en plumage d^ hi- 



ver 



à bec blanc, vieux. 

Guillemot à capuchon, p/^^- 

mage d^été. 
à miroir blanc. 

— wumizusume, été. 



nain, en hiver. 

Starique cristatelle, adulte^ 
Macareux coiffé^ vieux. 

moine^ adulte. 

Pingouin macroptère, plw 
mage d'été. 
id. plumage d'hiver. 



brachiptère, en plu" 

mage d^été. 
Sphénisque à bec tronqué, 

mâle. 

id. jeune. 

sauteur^ vieux. 

Manchot patagon. 



Phaeton phœnicurus (i). 
Lath 



— candidus. Temm. — 
G. lepturus. Briss. 
Uria troile. Lath. 

— — • gi^ylle et lacteola. 

Lath. 
-— — wumizusume (2). 

Temm. 

aile. Temm. — G. 

Alca. Auct. 

Phaleris cristatella (3). 

Temm. 
Mormon cirrhata. ///. 

fratercula (4). Temm. 

Alca torda et pica. Gmel. 



— — impennis. Linn. 

Spheniscus demersus (5). 

Briss. 

■ chrysocome. VieilL 

Aptenodytes patagonica 
(6). Lath 



) C'est l'état parfait ea livrée d'élé. Phaeton œthereus est l'état intermédiaire, ou la livrée d'hiver selon quelques navigateurs; et melanorhynchos le jeune. 
) M. Brandt vient, très-récemnlent, d'en former un sous-genre, sous le nom Synthliboramphus . 
) C'est Alca camtschatica^ Lepec. Nom. act. Petr.y v. 12, tab. 8. ' p 

) C'est Alca arctica et lalradora de Lath. 

) Voyez Sphensicus ncevius ^ Briss., et Aptenodytes catarracteSj Lath. 
Apienodytes chiloensiSj Lath., est le jeune de Tannée de cette espèce. 



o8 



TABLEAU MÉTHODIQUE. 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



NCMERO 

DES PLANCHES 
enlum. color. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



DENOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME, 



SYNONYMIE LATINE. 



ORDRE SEIZIÈME. 



INERTES. — INERTES. 



1. Dronte. — Didus. hinn. 



Le dronte, le solitaire et 
Poiseau de Nazareth. 



Espèces qu'on n'a pu voir 
en nature. 



Didus ineptus, solitariuset 
nazarenus? 



ADDITIONS ET CORRECTIONS. 



A la page 12, ligne dernière, se 

trouve inscrit 

Mettez 
là, comme au bas de la planche, 

ainsi qu'en tête du texte. 
Genre 22 his. Enode. — 
Enodes. Temm. 

A la page 15, ligne 15, se trouve 
inscrit ........ 

Mettez 
là, comme au bas de la planche, 

ainsi qu'en tête du texte, 
Genre i bis, Oreiade. — 
Oreias, Temm. 

A la page 19, ligne 15, se trouve 

inscrit 

Mettez 
là, comme au bas de la planche, 

ainsi qu'en tête du texte, 
Genre i4 bis. Artamie^^ — 
Artamia, GeofF, 



267 



267 




71 



499 



499 



Turdoide azunn. 



Langrayant sanguinolent. 



Stourne surcils rouges. 



Enode sourcils rouges. 



Turdoide azurin 



Oreiade azurin. 



Langrayant sanguinolent. 



Artamie sanguinolente. 



Lamprotornis erythrophris 

Temm. 



Enodes erythrophris. 



Temm 



ïxos azureus. Temm* 



Oreias azureus. Temni' 



Ocyptherus sanguinolenlus 

Temuh 



Artamia sanguinolcnta. 

Teinm^ 



109 



TABLEAU MÉTHODIQUE 



CADRE SYSTÉMATIQUE. 



A la page 20, ligne 8, est inscrit. 
Mettez? 

comme seconde espèce du genre 
Artamia, sur la planche et en 
tête du texte 

Page 13, ligne 9, lisez . . . 

Page 13, ligne 10, lisez . . . 

Intercallez^ page 89? dans le 
genre Outarde 



NUMERO 

DES PLANCHES 



eulnm. 



color. 



DÉNOMINATION 

à supprimer 
PORTÉE SUR LA PLANCHE. 



278 



278 

5i4 
5i5 



Echenilleur bicolore. 
Merle eunome. 
daulias. 



DÉNOMINATION 

ADOPTÉE DANS LE SYSTÈME, 



SYNONYMIE LATINE, 



Echenilleur bicolore. 



Artamie bicolore. 
Merle Naumann, adulte. 

blafard, Jeune de 

Vannée, 
Outarde kori. Notes^ la fe- 
melle. 
- — torquéole. Notes ^ la 

femelle- 
— houpette. Notes. 



Ceblepyris bicolor. Temm. 



Artamia bicolor. Temm. 
Turdus Naumannii. Temm 
pallidus. Pall. 

Otis kori. Burch. 

— senegalensis P^ieil. 

— rufficrista. 



^<x 



GENRE VAUTOUR. 



GENVS VULTVR. Linn. 



Bec gros, fort, beaucoup plus haut que large; base couverte d'une cire ; mandibule 
supérieure droite, seulement courbée vers la pointe; mandibule inférieure droite, 
arrondie et inclinée vers la pointe. Tête nue ou couverte d'un duvet très-court. 

Narines nues^ latérales, percées diagonalement^ placées vers les bords de la cire. 

P^'e^^ forts, munis d'ongles faiblement arqués; le doigt du milieu très-long; celui-ci 
et l'externe sont unis à la base par une grande membrane. 

Ailes longues; la première rémige courte et n'aboutissant pas à l'extrémité de la 
sixième; la deuxième et la troisième moins longues que la quatrième, qui est la 
plus longue. 



Ces oiseaux 5 portés par leur appétit à purger la terre des cadavres 
privés de sépulture, rendent par leurs habitudes un service signalé 
aux êtres vivans. Ils sont lâches à Fexcèsj leur figure ignoble et 
dégoûtante offre des caractères tranchés , au moyen desquels il est 
facile de les distinguer des oiseaux de rapine chasseurs qui, de préfé- 
rence, font leur proie d'animaux vivans, dont ils ont le moyen de 
s'emparer par violence ou par ruse. Les Vautours ^ Gypaètes et Ca- 
thartes^ par la conformation des pieds , des doigts et des ongles , se 
trouvent privés d'une arme redoutable échue en partage aux autres 
oiseaux rapaces (le seul Messager^ Gypogeranus, excepté) 5 ils ne 
peuvent se servir de ces membres ni comme moyens de préhension et 

Recueil d'Oiseaux ^ 72*. livraison^ 



GENRE VAUTOUR. 

de défense , ni pour emporter dans leur aire des parties de leur proie 
qu'ils consument sur les lieux. Ils vivent par paire, mais se réunissent 
en grandes troupes à la curée autour des cadavres qu'ils éventent 
de très-loin; leur ample jabot reçoit la chair dont ils se gorgent; 
repus 9 ils ont de la peine à reprendre le vol. Leur aire est placée dans 
les rochers les moins accessibles; c'est dans ces repaires isolés qu'ils 
vont pourvoir à la subsistance de leur progéniture, en dégorgeant 
devant elle une partie des alimens contenus dans leur jabot. Ils n'at- 
taquent jamais un être vivant, et lorsqu'ils ne sont point réunis en 
troupe, le plus timide des animaux les met en fuite. Leur vol est 
lent, mais soutenu; on les voit s'élever dans les airs à des hauteurs 
d'où ils échappent aux regards; leur ascension a lieu en tournoyant, 
et c'est de cette manière qu'on les voit se diriger vers la terre. Leur 
attitude est lourde, leurs mouvemens embarrassés; repus et posés à 
terre, ou perchés, on croit voir une masse emplumée privée de mou- 
vement 5 leur petite tête, et le cou grêle, le plus souvent nu, sont 
alors retirés vers la cavité thorachique, ombragés par les plumes de la 
fraise, et les pieds totalement cachés par les longues plumes des flancs, 
La mue n'a lieu qu'une fois dans l'année. On distingue les mâles des 
femelles par la taille plus forte de celles-ci: l'âge opère des changemens 
très-marqués dans les couleurs du plumage et dans la forme, comme 
dans la distribution des taches 5 l'adulte est facile à distinguer des 
individus dans les premiers périodes de lagej ces derniers ont le 
plumage bigarré et tacheté, le sommet de la tête couvert de duvet et 
les parties nues parsemées à claire- voie de faisceaux duvetés; l'adulte 
est le plus souvent unicolore, ou son plumage est coloré par grandes 
masses; les parties nues le sont totalement ou portent rarement quel- 
ques parcelles d'un léger duvet. Toutes les espèces connues vivent 
dans l'ancien continent. 



GENRE VAUTOUR. 

11 faudrait entrer dans une longue et aride discussion, et remplir 
une grande quantité de pages pour discuter la nomenclature de ce 
groupe composé, il est vrai, d'un nombre très-borné d'espèces, mais 
encombré d'une foule de noms tantôt bien, tantôt mal appliqués, et 
d'une quantité à peu près du double d'espèces nominales. Pour donner 
une idée de cette confusion dans les synonymes , nous nous borne- 
rons à citer ici quelques remarques très-exactes faites à ce sujet par 
M. Savigny. Le Vultur cireneus de Gmelin, à doigts jaunes, à tarses 
emplumés jusqu'aux doigts, ce Vautour décrit par Brisson , BufFon, 
La Peyrouse,et autres, est-il autre chose qu'une espèce défigurée, 
un être imaginaire (i)? et cependant c'est lui que Daudin cite sous 
Vultur vulgaris. Buffbn a décrit sous Percnoptère un grand Vautour, 
Vultur fulpus à^Gm.e\iu^ et Hasselquist, sous le même nom, un petit 
Vautour blanc et brun dans le jeune âge (2). C'est de la description 
d'Hasselquist que Linné a emprunté la phrase et la description du 
sien : ainsi l'identité des deux oiseaux n'étoit pas douteuse. Latham 
en a jugé autrement; en conséquence, il attribue à la citation d'Has- 
selquist celle de BufFon, arrangement assez bizarre: car, comme il 
a copié d'ailleurs le texte de Linné, il en résulte que le Percnoptère 
d'Hasselquist se trouve expulsé par le Percnoptère de BufFon d'un 
article dont il fait tous les frais. Le Vautour percnoptère dans Gmelin 
est en effet une espèce composée de quatre autres indications qu'on 
pourrait rapporter à des états différens de la mue d'espèces distinctes. 
L'erreur ne s'est pas bornée aux écrits des naturalistes anciensj les 
modernes en ont également leur part. Nous avons aussi commis des 

(i) C'est, à mon avis, un Vautour affublé des pieds d'un Aigle royal. 

(2) C'est notre Catharte alimoche du Manuel d'Ornithologie. Cette espèce, aujourd'hui bien 
connue dans tous ses états de livrée, a fourni aux naturalistes rénumération de onze déter- 
minations différentes. 



GENRE VAUTOUR. 

erreurs nouvelles dans ce dédale de descriptions imparfaites et de 
citations accumulées. Les états difFérens sous lesquels la livrée de ces 
oiseaux se présente dans les différens états de mues des trois pre- 
mières années de leur vie, et les occasions peu fréquentes qu'on a 
de faire des observations comparatives sur le vivant, sont les causes 
auxquelles on peut attribuer l'erreur commise par une fausse appli- 
cation de nom et de synonymie de nos planches coloriées i3et 4^6, et 
dans la réunion du Chasse fiente de Le Vaillant avec le jeune âge du 
Vautour percnoptère de BufPon , qui a eu lieu dans la seconde édition 
du Manuel d'Ornithologie j enfin la citation erronée du Grand Vau- 
tour des Indes de Sonnerat avec notre Vautour indou, tandis qu'il 
faut classer ce Vautour de Sonnerat avec le Chasse fiente de Le Vail- 
lant, qu'on trouve aussi dans l'Inde et à Java. L'article que nous 
publions aujourd'hui sert à relever toutes ces erreurs 5 on est invité 
de s'en rapporter, quant aux citations, à l'Index ci-joint, et de rem- 
placer le texte du Vautour chincou, pi. i5, publié dans la 3", livrai- 
son, par celui qu'on donnera incessamment sous le nom de Vautour 
à calotte. 

BufFon, article des Vautours, a tracé la comparaison entre les 
rapaces ignobles et les rapaces chasseurs j nous renvoyons à cette 
partie du texte des planches enluminées, et offrons ici le tableau 
systématique des espèces distinctes qui sont connues. Cet Index est 
basé sur la vue d'un grand nombre d'individus; mais il n'offrira pour 
synonyme des espèces bien constatées, que l'indication d'un petit 
nombre des espèces inscrites dans les catalogues méthodiques , et la 
classification plus exacte des figures publiées dans les ouvrages d'His- 
toire naturelle 5 car il est préférable de supprimer totalement les 
indications embrouillées, publiées sous Vultur cireneus^ bengalensis, 
vulgaris, niger et cristatus. 



vT 



GENRE VAUTOUR. 

Esp. 1 . Vautour oricou de Le Vaillant , pi. 9 , figure très-exacte 
de l'adulte. C'est Fultur auricularis des auteurs. Patrie, l'Afrique 
méridionale. 

Esp. 1. Vautour royal de nos pi. col. 2, l'adulte. Voyez aussi 
Sonnerat. Voy. Ind, pi. io4. Vultur Pondicerianus des méthodes. 
Patrie, l'Inde, et trouvé récemment dans les îles de Java et de 
Sumatra. 

Esp, 5. Vautour impérial ou Chincou, figuré sous le premier nom 
dans nos pi. col. 426^ sur un individu dans le passage de la livrée de 
l'âge moyen à l'état adulte. Le Chincou de Le Vaillant, pi. 12, cons- 
taté être un jeune sujet du Crested hlack vultur d'Edw^ards, tab. 290, 
et devant conséquemment faire partie des synonymes indiqués sous 
Vultur monachus des méthodes. Patrie, l'Inde, une partie de l'Asie, 
et peut-être le nord de l'Afrique. 

Esp. 4. Vautour ^gypius de nos pi. col. 407, l'adulte. Le même 
que le Vautour noir du grand ouvrage sur l'Egypte, ou le type du 
genre Mgypius de M. Savigny , mais point le Vultur niger des mé- 
thodes (1), qu'il faudra rayer des synonymes. C'est notre Vultur 
œgypius. Patrie, les parties septentrionales de l'Afrique. 

Esp. 5. Vautour arrian du Manuel d'Ornithologie, nouv. édit. , 
pag. 4, où on a donné un essai de synonymie plus correcte 5 il serait 
nonobstant préférable de supprimer totalement des catalogues tout 
le composé bizarre des V.cinereus , bengalensis , imlgaris., niger et 
cristatus, en adoptant pour nom systématique de cette espèce Vultur 
ARRiANUs de Picot La Peyrouse , Zool. des Pyrénées. Buffon a donné 
une bonne figure de l'adulte sous le nom de Vautour ou grand Vau- 
tour, pi. enl. 4^5. Patrie, l'Europe et l'Asie. 

(i) Niger pedibus pennatis, rapproché par nous, dans le Manuel d'Ornithologie, du jeune 

Gypaète barbu. 



GENRE VAUTOUR. 

Esp. 6. Vautour griffon. Manuel d'Ornithologie j figuré très- 
exactement par BufFon, pL enl. 4î26j Fadulte, sous le faux nom de 
Percnoptère des anciens 3 encore Alb. Orn. vol. 3, tab. 1, figure 
exacte. C'est Vultar fulçus des méthodes. Patrie y FEurope et F Asie, 
probablement aussi le nord de F Afrique. 

Esp. 7. Vautour indou ou Ghaugoun. L'adulte figuré dans nos pi. 
coL 26, et Fâge moyen, p^ï* Le Vaillant, Ois. d'Afr., pi. 1 1 , sur un 
individu que nous possédons. C'est Vultur indïcus. Mais point Son- 
nerat, Voy. Ind. , pi. io5, qu'il faut classer avec le Chasse fiente ^ vu 
la forme indiquée des plumes longues et subulées de la fraise j Y Indou 
ou Chaugoun a la fraise composée de plumes courtes et arrondies. 
Patrie y l'Inde et Ceylan. 

Esp. 8. Vautour chasse fiente. Figure assez exacte de l'adulte 
donnée par Le Vaillant, Ois. d'Afr., pi. 105 rapportée par erreur, 
dans le Manuel, au jeune Vautour griffon que nous avons vérifié 
depuis sur huit dépouilles et sur le sujet rapporté par Le Vaillant. 
C'est Vultur kolbii de Latham et de Daudin, et ajoutez Sonnerat, 
Voy. Ind. , vol. 2, pi. io5, description exacte du moyen âge. Patrie^ 
différentes parties de l'Afrique, l'Inde et Java. 

Esp* g. Vautour a calotte donné erroneusement dans nos pi. 
col. i3, sous le nom de Chincou; celte dénomination doit être suppri- 
mée, et on est invité de remplacer le texte par une autre feuille 
portant le nom ci-dessus indiqué. Ce sera Vultur galericulatus. Pa- 
trie ^ les parties occidentales et septentrionales de l'Afrique. 

Esp. io. Vautour cathartoïde non figuré, mais assez bien indi- 
qué par Latham sous Vultur angolensis ^ indication selon laquelle 
Daudin en a fait un Gypaète. C'est un Vautour décrit dans le cata- 
logue des Oiseaux du Zaïre, et dont il existe un individu dans le Bri- 
tish Muséum à Londres. Patrie^ les parties occidentales de l'Afrique. 



7 



GENRE VAUTOUR. 
Nous avons donnée dans Farticle sur le ^enveCatharte^ toutes les 
indications des Vautours qu'il faut rapporter au genre Cathartes 
d'IUiger. Pour compléter ces notices, il nous reste encore à indiquer 
cinq espèces classées sous Vultur. La première, V. amhustus ^ ne 
nous est connue que par la figure donnée par Brown, Zool. Illus. 
tab. 1 : Daudin en a fait un Gypaète ; nous n'émettrons aucune 
opinion sur cette espèce avant de l'avoir vue en nature. La deuxième, 
V. plancus^ nous paraît, d'après la belle figure publiée par Miller, 
tab. 17, une grande espèce voisine de Falco brasiliensis^ Latham, 
sp. 4o , ou le Caracara d'Azara, sp. i. La troisième, V. Cheriway^ 
d'après Jasquin , voy. tab. 4 , est une figure exacte du Falco brasi- 
Uensis des méthodes, où elle figure conséquemment en double emploi. 
La quatrième, V. audax ^ n'est guère mieux connue que la pre- 
mière espèce; mais à en juger par la description fournie par Latham, 
on serait porté d'en faire un Aigle. Enfin la cinquième, sous V. ser-- 
pentarlus^ forme le type et l'espèce unique du genre Gypogeranus^ 
Buffbn, pi. enl. 721. 



ADDITION 



A L'ARTICLE DU GENRE VAUTOUR. 



Je présumais avoir donné , très en abrégé il est vrai , sur le genre 
excessivement embrouillé Fultur^ des données qui pussent servir 
de base à une classification plus exacte de ce groupe des rapacesj 
nos articles encore inédits sur les espèces figurées pi. 4^6 et ^oy^ 
sous les noms de Vautour impérial et j^gyplus^ et qui ont été donnés 
long-temps avant la publication du texte de ces planches, étaient 
destinés à servir de complément sur ce travail. 

Un article , publié récemment par M. Ruppell dans les Annales 
des Sciences naturelles , du mois de décembre iSSo, me force à re- 
venir sur un chapitre sur lequel nous supposions qu'on pouvait s'en- 
tendre relativement à la classification des espèces bien constatées ; 
Farticle de M. Ruppell laboure complètement ce terrain par des re- 
marques hasardées peu exactes, et surtout peu honorables à la mé- 
moire de Le Vaillant. Si M. Ruppell, pendant son séjour de deux 
mois au musée de Leyden , m'eût fait Fhonneur de me parler du plan 
qu'il avait conçu de publier une note critique sur la classification de 
mes Vautours^ je me serais trouvé dans le cas de lui prouver l'erreur 
dans laquelle il vient de tomber, il m'aurait évité la peine d'y ré- 
pondre, et il se serait épargné le reproche d'avoir imputé à Le Vail- 

RtcaciL d'Oiseaux, 89' livraison. 



ADDITION A L'ARTICLE DU GENRE VAUTOUR, 
lant une sorte d^ importance , en publiant la figure d'un Vautour 
orlcou fabriqué ou défiguré, et où l'estimable préparateur qui a 
monté le Vautour orlcou du duc de Rivoli l'apostrophe par trop de 
tudesque, àe falsification et àe facticité. Je le répète, si M.Ruppell, 
que je voyais presque journellement pendant son séjour à Leyden, 
que je revis souvent en mai i83o, à Paris , m'eût témoigné le moindre 
doute sur la classification de mes Vautours, je lui aurais fait voir les 
sujets sur lesquels j'ai basé mon travail , plus, les sujets identiques qui 
ont servi à Le Vaillant, rapportés par lui d'Afrique, et qui sont en 
ma possession î mais M. Ruppell n'a vu ni XOricou, ni le Chasse-fiente , 
ni le Chaugoun de Le Vaillant : il n'a pas non plus vu mon Vautour 
impérial La vue de ces quatre oiseaux lui aurait pu épargner la 
longue discussion sur mon index, qu'il décore, bien gratuitement, 
du titre pompeux de monographie. 

Tous les détails et toutes les explications voulues pour un Mé- 
moire, et nécessaires dans la réplique contre des allégations mal 
fondées, ne se trouvant pas être du ressort de notre ouvrage, nous 
nous borneions à fournir ici, avec un peu plus de détail, le relevé 
ou l'index des espèces citées on indiquées dans le premier travail; les 
citations des espèces, selon M.Ruppell, en feront partie; j'ajouterai 
ici, et dans le texte descriptif des pi. 4^6 et éoy, les remarques 
succinctes nécessaires à mon opinion. 

Esp. 1. Vautour oricou de Le Vaillant, pi. 9, est non un sujet 
defguréy comme l'avance M. Ruppell, mais une espèce figurée très- 
exactement par Le Vaillant, et parfaitement décrite. La tête de 1 in- 
dividu qui a servi à cette pi 9 existe encore dans les galeries du 
Musée des Pays-Bas. Cette tête, munie du repli de la peau en avant 
et au-dessous du méat auditif, ressemble exactement à la tête de 
rOricou du duc de Rivoli, que M. Ruppell, pag. 5jj du Mémoire 



V 



ADDITION A L'ARTICLE DU GENRE VAUTOUR. 

précité, condamne covcunQ falsification. J'ai vu cet individu ; les replis 
à l'oreille sont naturels, et ne diffèrent pas de ceux que portent les 
sujets de Le Yaillant ; pour plus de preuve , j'ajoute que le Musée des 
Pays-Bas a reçu, très-récemment, deux sujets du cap de Bonne- 
Espérance, sur lesquels les replis de la peau du cou sont faiblement 
indiqués et comme tracés par un très-petit rebord saillant 5 deux 
autres sujets du même envoi, tués, ainsi que les deux sujets ci-dessus 
désignés, à la baied'Algoa, ne portent aucun indice de replis, et res- 
semblent exactement aux individus àç,VjEgypiuSy\ué?, par M.Ruppell 
dans l'Afrique septentrionale. Or donc, comme M.Ruppell a reconnu 
le sujet déposé dans la collection du duc de Rivoli pour un Vultar 
jEgypius, à part V interdit de falsification quil lance contre cet indi- 
çidu , nous croyons, comme assez probable, que VOricou et Yj^gy- 
pius sont une même espèce, et nous en donnons quelques preuves 
dans le texte de notre pi. 49. 

Esp. 2. Vautour royal. Voyez dans l'index précité. 

Esp. 3. Vautour impérial ou Chincou. Le Vultur monachus des 
méthodes, le même que le Chincou de Le Vaillant, pi. 12(1); et le 
Crested black Vultur d'Edw., tab. 290, citation que M. Ruppel me 
fait très-gratuitement mettre avec le Vautour à calotte, tandis qu'elle 
est ici, comme dans le premier index, réunie à mon V. impérial, que 
plus bas il dit être mal décrit et défiguré. Or, je n'avais pas encore 
publié de description de ce Vautour, et la pi. col. 426 est le portrait 
fidèle du sujet que M. Ruppell aurait pu voir, au lieu de critiquer 
sans connaissance de cause. 

Esp. 4. Vautour ^Egypius, pi. col. 407. Nous avons émis, à l'article 

(1) M. Ruppell, dans sa Revue critique, classe celle planche 12 de Le Vaillant avec son Vul- 
tur occipitalis, qui est notre Vautour à Calotte, pi. i3, et cela nonobstant la feuille supplë- 
menlaire que nous venons de publier. 



ADDITION A L'ARTICLE DU GENRE VAUTOUR. 

de VOricou, l'opinion de V identité présumable de ces deux Vautours: 
le texte de la planche citée contient quelques données sur cette 
matière. 

Esp. 5. Vautour arrian. Voyez le premier index. 

Esp. (). Vautour griffon^ Buffon, pi. 426. Vultur fulvus. C'est ici 
où , selon M. Ruppell, j'aurais commis le plus û^Vrewr*. Je n'en connais 
qu'une, celle d'avoir réuni dans mon Manuel d'Ornithologie le Chasse- 
fiente de Le Vaillant avec le Griffon 3 erreur relevée dans le premier 
index, comme on peut le voir à l'article du Chasse-fiente, Plus bas 
M. Ruppell cite comme exacte la planche de l'Atlas des Oiseaux d'Eu- 
rope de Werner, apparemment sans se douter que cet Atlas est celui 
de mon Manuel : preuve donc que j'ai bien connu l'espèce. Mais 
M. Ruppell exclut la pi. enl. 4^6 de BufFon des synonymes, quoique 
cette planche repose sur un vrai Vautour griffon et pas sur un Chasse- 
fiente. Borkhause et Meyer^ Ornith. de l'Allemagne, ont donné de 
bonnes ligures du Griffon dans leurs planches. 

£■5^0.7. Vautour indou ou Chaugoun. Voyez le premier index , et notez 
surtout ce qui s'y trouve dit sur le caractère très-marqué de la fraise 
composée àç; plumes courtes et arrondies., et ajoutez ici tout ce que 
M. Ruppell classe sous la dénomination de Vultur Kolhii , ainsi que 
l'oiseau figuré sous ce nom dans l'Atlas de son voyage, p. 47, pi. Sa, 
qui n'est pas un Vultur Kolhii, mais un vi'ai Chaugoun ou Vultur 
indicusy dont notre pi. col. 26 est l'adulte, et celle n". 1 1 de Le Vail- 
lant, l'âge moyen. La pi. \ o que Le Vaillant , sous le nom de Chasse- 
fiente, que M. Ruppell, dans sa Reçue critique , classe ici comme âge 
moyen, puis à l'article du vrai Chasse-fiente, comme type de cette 
espèce, est un exemple bien manifeste d'erreur, car la même figure 
ne peut appartenir à deux espèces très-distinctes. La note n° i,au bas 
de la pag. 384 de cette fameuse Reçue critique, porte complètement 



/3 



ADDITION A L'ARTICLE DU GENRE VAUTOUR. 

à faux 5 car l'opinion de M. Riippell est inscrite en toutes lettres, 
même à deux fois, dans le texte qu'il taxe d'erreur. 

Esp, 8. Vautour chasse-fiente. Voyez le premier index, et notez 
que c'est la traduction littérale de l'oiseau que Kolbe a appelé 
Stront-jagery par conséquent le véritable Vultur Kolbiij dénomi- 
nation transférée par M. Ruppell à l'espèce précédente, qui, ainsi 
que nous l'avons fait remarquer, a la fraise composée de plumes 
courtes et arrondies, tandis que le vrai Chasse-fiente de Le Vaillant , 
pi. 10, a la fraise composée àe plumes longues et subulées. Notez 
que M. Ruppell , tout en admettant ces distinctions spécifiques pour 
les deux espèces, classe, apparemment par esprit de contradiction, 
mon Vautour indou ou chaugoun, p\. 26, qui a les plumes de la 
fraise courtes et arrondies, dans les synonymes du Chasse-fiente, au- 
quel il donne pour caractères une fraise de plumes /o/z^we^ acuminées; 
il cite de plus ici la pi. 426 de BulFon, qui est un Vautour griffon. 
Le Vautour chasse-fiente se trouve aussi dans le midi de l'Europe. 
Esp, 9. Vautour a calotte. Voyez le premier index 5 mettez, au lieu 
de Vultur galericulatus , la dénomination de Vultur occipitalis, et 
ajoutez que notre pi. col. i5 représente le jeune. Un individu adulte 
ou vieux est figuré depuis peu dans l'Atlas du voyage de M. Ruppell, 
pi. 22. J'ai reçu des individus du cap de Bonne-Espérance et du 
Sénégal 5 ceux de M. Ruppell sont d'Abyssinie. 

Esp. 10. Vautour cathartoïde^ ou Vultur angolensis de Latham^ 
voyez l'index. J'ai dit que c'est un Vautour décrit dans le Catalogue 
des oiseaux du Zaïre; et M. Ruppell, dans le but de chercher à cri- 
tiquer, dit qu'il ne le trouve pas dans le Voyage du capitaine Tuckey 
au Zaïre 5 mais je n'ai pas eu l'idée de citer cet ouvrage, où je sais 
fort bien qu'il n'en est pas question. C'est d'un catalogue manuscrit 
des oiseaux du Zaïre dont j'ai voulu parler. Ce Vautour que j'ai vu , 

Recueil d'Oiseaux, 89' livraison. 



ADDITION A L'ARTICLE DU GENRE VAUTOUR. 

et qui n'est pas un Faucon, comme le pense M. Ruppell, forme le 
passage très-naturel des Vautours aux Cathartes; un sujet est déposé 
dans le Musée britannique, et a été rapporté du Zaïre. 

Tel est le relevé exact des Vautours que nous avons pu examiner 
en nature , et qui ont été soigneusement comparés. 



à2Ô\ 




:ffi^. 



Vaiitoiir ùnnéri£tl, aJuài 



!s/ eih /m/^\ 



/ ^ 



VAUTOUR IMPÉRIAL ou CHINCOU. 



FULTUR IMPERIALIS. Temm. 



U Adulte. — Planche 4^6 ^. 

Ce grand oiseau est^ après VOrieoUy le plus puissant des vautours 
connus. On le distingue facilement de tous ses congénères par son 

Cette planche de la 72" livraison, ainsi que celle du Vautour JEgypius^ pi. 407, liv. 69, 
ont été données sans être accompagnées du texte. J'ai différé la publication du texte descriptif 
jusqu'à l'époque présente de la clôture de notre ouvrage^ afin de pouvoir rassembler autant de 
données qu'il me serait possible de réunir sur deux espèces, dont l'existence a été fortement 
mise en doute par la critique publiée en 1830^ par M. Ruppel. En réfutation de cette critique, 
nous avons publié, plus tard, les pages additionnelles sur le genre Vautour; les textes du 
présent article et de celui de VOricou ou jEgypius en sont le complément. 

Faisant ici mention de cette addition, il est nécessaire de relever trois fautes typographiques 
qui se trouvent dans les trois premières lignes de la page 2 de cet article, savoir : qu'au lieu 
du mot (F importance, il faut lire d'imposture; au lieu de et ou V estimable^ lisez et à V esti- 
mable ; enfin, au lieu de par trop de tudesque, mettez trop inciçile. Corrigez aussi, page 3, 
ligne 15, le numéro de la planche : au lieu de 49, mettez 407. 

Comme suite à l'addition du genre Vautour^ on est invité à noter, que le Vautour griffon 
(V- fulvus) est facile à distinguer, de tous ses congénères, par la forme allongée et acuminée 
de toutes les couvertures des ailes; car, dans le Chasse^fiente f ÏIndou elle Bengalin ces 
mêmes plumes ont une forme plus ou moins arrondie; dans aucune de ces trois dernières 
espèces, les plumes de la fraise ne sont aussi longues ni aussi abondantes que chez le Griffon. 

Ajoutez à l'article esp, y. Vautour indou [V. indicus), comme synonime, Vultur leuconata^ 
Recueil d'Oiseaux, 72* livraison. V, 



"y 



^ /. 






VAUTOUR IMPÉRIAL ou CHINCOU. 

formidable bec^ beaucoup plus élevé et plus fort que celui de notre 
Vautour arrian {V. cinereus) d'Europe; il est rapproché^ pour la 
forme, de celui de VOricou, et diffère peu, par sa force, de celui de 

Hardw. Illust. Indian. Zool. ; puis, notez que le bec de cette espèce est beaucoup plus puissant 
et bien plus gros que celui du Griffon, du Chasse-fiente et du Bengalin ; enfin, qu'il faut 
distraire de la synonymie de \!Indou Poiseau figuré pi. 32^ de Fatlas de M. Ruppel, et replacer 
cette citation avec Je Chasse-fiente, dont j'ai eu tort de la distraire. 

Ajoutez, esp. 8, que le Vautour chasse-fiente est plus commun dans le midi de l'Europe 
que le Vautour griffon ^ celui-ci est plus spécialement confiné , et est plus abondant dans les 
parties orientales. 

Intercaliez, esp. 8 bisj Vautour bengalin (Vultur bengalensis), de GmeL, Syst. /, pag. ^45^ 
Bengal Vulture, Lalh., Syn, vol. i y pag. /^, tab. /, et supp. pag.3, peut-être aussi la table 
dans Hardw. Illust. Indian ZooL] car il parait incertain si cette figure doit être rapportée 
au Vautour bengalin, qui, sans nul doute, doit former une espèce distincte; bien que ses 
formes totales ressemblent, quoiqu'en diminutif, à celles du Chasse-fiente., vu qu'il est toujours 
d'un tiers moins grand que ce dernier. Voici la description succincte que nous donnons de ce 
Vautour, afin qu'on puisse le reconnaître et qu'il ne soit pas confondu avec les espèces voisines. 

Taille d'une poule d'Inde; bec droit, grêle et assez long; tarses très-longs, totalement nus, 
seulement duvetés à Farticulation ; une ample fraise de plumes très-longues; les couvertures 
des ailes et les plumes des parties inférieures très-longues et acuminées. 

C'est la moins grande des espèces connues; elle ressemble, pour les formes et l'ensemble, 
au Chasse-fiente. Quoique toujours d'un tiers moins forte par la taille, elle a le bec aussi long, 
mais beaucoup plus grêle. Les tarses sont plus longs; ils portent quatre pouces six lignes, et 
sont à peu près totalement nus, tandis que les tarses du Chasse-fiente de la plus grande taille 
n'ont que quatre pouces, et sont garnis de duvet jusqu'au tiers de leur longueur. 

U adulte a toute la tête et tout le cou glabres, d'une teinte noire bleuâtre ; le plumage des 
parties supérieures brun- clair, avec des bordures de couleur isabelle; les parties inférieures 
d'un blanc terne ; les cuisses, garnies d'un duvet blanc pur, sont dépourvues de plumes. Lon- 
gueur totale deux pieds six et jusqu'à dix pouces. Le bec est noir, mais son arrête supérieure 
est jaune. 

Le jeune-âge a le bec totalement noir; la tête et le cou couverts d'un duvet ras, blanchâtre ; 
toutes les parties supérieures d'un brun noirâtre uniforme; les plumes de la longue fraise 
isabelles au centre et bordées de brun; le dessous du corps brun, mais chaque plume marquée 
d^ine raie isabelle le long de la baguette; les cuisses couvertes de plumes semblables à celles 
du ventre. 

Ces sujets font partie du Musée des Pays-Bas. 



17 



VAUTOUR IMPÉRIAL ou CHINCOU. 

cette espèce africaine. Notre Fautour impérial, que nous présumons 
être l'adulte du Chincou de Le Vaillant, pi. ii, est encore remar- 
quable et facile à reconnaître, de tous les autres, par deux carac- 
tères bien marqués : i° un fort bourrelet ou duplicature de la peau 
nue de la tête embrasse tout l'occiput, dont il garnit la crête en 
s'étendant d'une oreille à l'autre; 2" les tarses manquent de tout 
vestige de plumes ou de duvet^ dans plus des deux tiers de leur 
partie inférieure. Ce sont précisément ces caractères qui, joints à la 
force remarquable du bec, servent à reconnaître, du premier coup- 
d'œil, notre Fautour impérial de V Arrian d'Europe : les suivant 
peuvent encore être énumérés; savoir : que l'orifice de l'odorat est 
arrondi dans VArrian, et fortement ovalaire chez V Impérial j les 
tarses de ce dernier sont longs de cinq pouces six lignes, ceux de 
VArrian ne portent que quatre pouces six ou huit lignes; celui-ci 
porte, de chaque côté de la base du cou, une ample touffe de plumes 
longues, à barbes désunies, ornement dont il n'existe pas la moindre 
trace chez V Impérial. 

L'individu adulte, mais encore visiblement dans une des périodes 
de la mue, que nous figurons, pi. 4^6, est de la taille du Fautour 
arrian d'Europe. Des poils noirs, raides, garnissent le menton, 
l'espace entre l'œil et le bec, et entourent l'orifice de l'ouie; tout 
le reste du cou^ de même que le large bourrelet occipital , sont nus, 
mais parsemés, à claire-voie, de petites houppes duvetées; tout 
le long de la nuque existent quelques plumes brunes, longues, 
effilées et contournées ; les plumes de la fraise sont courtes, arron- 
dies, brunes et blanchâtres entremêlées ; le manteau et le dos sont 
blanchâtres, et ces parties sont variées de quelques plumes brunes; 
les scapulaires, les ailes, la queue et la partie emplumée du devant 
du cou sont d'un brun foncé. Toutes les parties inférieures du corps 



VAUTOUR IMPÉRIAL ou CHINCOU. 

sont couvertes de plumes longues, très-acuminées , d'une teinte 
brune, recouvrant mal, et seulement à claire voie, le duvet d'un 
blanc pur, dont tout le corps est garni. Les cuisses de ce Vautour 
ne portent point de plumes ; elles sont simplement garnies d'un 
ample duvet brun; les tarses, presque totalement nus, sont^ de 
même que les doigts, d'une teinte jaunâtre ; la cire du bec paraît 
avoir été bleuâtre dans le vivant ; la partie cornée est d'un jaune 
d'ocre, mais nuancé de bleuâtre vers la base. Longueur un peu plus 
de trois pieds. 

L'individu que nous décrivons a été envoyé de l'Inde; l'étiquette 
portait Bengale ; mais sa patrie ne peut être donnée avec certitude. 
Il est à remarquer, qu'on ne doit pas considérer comme identique 
avec notre oiseau la figure de la tête donnée par Gray, Illust. of 
ZooL, sous le nom de Vultur monachus. Si ce n'est pas un jeune 
Vultur cinereus ou arrian^ je ne sais à quelle espèce rapporter la 
figure mentionnée. 

Je réunis ici, comme étant très-présumablement le jeune de cette 
espèce , l'oiseau décrit par Le Vaillant , sous le nom de Chincou, 
pi. 12, et peut-être le Vultur monachus (ou Crested hlack Vultur) 
d'Edwards, tab. 290 ? Mon opinion, relativement à cette identité du 
Chincou de Le Vaillant, est basée sur la vue du sujet vivant, que 
j'ai connu chez M. Ameshof , le même qui a servi de modèle à la 
figure très-imparfaite, publiée par Le Vaillant. Cet individu m'a 
offert, dans le temps, les principaux caractères, quoique moins pro- 
noncés, que je retrouve dans notre Vautour impérial. J'ignore com- 
plètement où a pu passer l'individu vivant, sur lequel le Chincou 
de la planche 13 a été basé ; sûr est-il qu'il n'existe pas dans aucune 
collection de ce pays. 

Le sujet que nous figurons se trouve dans le Musée des Pays-Bas. 




Vautour ro2/a/ 



Muet. 



l^ 



VAUTOUR ROYAL 



VULTUR PONTICERIJNUS. Lath. 



Plancher. 



Les compilateurs ont fait naître des doutes sur les différences qui 
existent entre le grand Vautour royal de Pondicliéry, décrit et figuré 
par Sonnerat , et le Vautour Oricou figuré dans les Oiseaux d'Afri- 
que de M. Le Vaillant , deux espèces de rapaces très-distinctes , qui 
diffèrent par la taille, par les formes et par le plumage. L^Oricou , 
de la taille du Pélican, est le plus puissant des oiseaux de rapine 
ignoble 3 il surpasse en grandeur le Catharte condor, tandis que le 
Vautour royal n'est guère plus grand qu'une Oie. A ces différences 
de taille , on peut en ajouter d'autres qui ont rapport aux formes 5 
celle qui est la plus caractérisée se trouve dans l'espèce de membrane 
lâche placée aux côtés du cou , dont les deux espèces sont pourvues j 
dans l'Oricou, la membrane entoure toute la partie postérieure 
du méat auditif, où elle forme une espèce de conque 5 puis elle s'é- 
tend, en diminuant de largeur, sur le reste de la partie nue du cou. 
Dans le Vautour royal, la membrane est formée par un petit fanon 
qui prend son origine à près d'un pouce de distance au-dessous du 
méat auditif, et s'élargit en s'arrondissant dans le milieu. Ces mem- 
branes plus ou moins larges, plus ou moins lâches et flottantes, sont 
des appendices que plusieurs espèces de Vautours et de Cathartes 
ont reçu en partage 3 elles sont absolument de la nature des fanons 

Recueil d'Oiseaux, i". livraison. 



VAUTOUR ROYAL. 

dont les Dindons et les Pénélopes sont pourvus, et consistent en 
des prolongemens de peau très-fine , réunis par des tégumens très- 
déliés. Le Vautour royal a les ailes un peu plus courtes que la queue, 
tandis que FOricou les a plus longues. 

L'adulte du Vautour royal a toute la tête et le cou nusj ces par- 
ties sont colorées d'une teinte couleur de chair, et la peau est par- 
semée de quelques poils assez courts, disposés à claire-voie 5 le petit 
lambeau ou appendice membraneux placé de chaque côté du cou 
est également nu 5 le jabot est couvert d'un petit duvet brun 5 autour 
de cette partie règne un duvet blanc plus long; toute la partie supé- 
rieure du bas du cou, ainsi que les côtés, sont entourés d'une fraise 
de plumes courtes, arrondies 3 le plumage est généralement coloré 
d'une teinte brune, noirâtre 5 les rémiges sont noires. Le bec est d'un 
noir bleuâtre, la cire jaunâtre, et les pieds d'un jaune foncé. Lon- 
gueur, deux pieds cinq pouces. 

Les jeunes ont la tête et le cou plus ou moins garnis d'un duvet 
court, mais les adultes ont toutes ces parties nues. Les petits paquets de 
duvet dont le cou des Vautours et des Gathartes est couvert, indique 
toujours une livrée de jeune âge 5 un autre indice de cet état se re- 
marque dans le plumage plus ou moins varié : le plumage des adultes, 
dans toutes les espèces , est constamment coloré par grandes masses. 

Le Vautour royal a été indiqué et figuré par Sonnerat, dans son 
Voyage aux Indes ^ sous le nom de Vautour royal de Pondichéry. Il 
en donne une mauvaise figure pi. io4. C'est Vultur Ponticerianus. 
Lath. Ind. Orn. v. 2, pag. y, sp. i4. 

Cet oiseau a été envoyé du Bengale 5 il est probablement répandu 
sur tout le continent de l'Inde. 

On trouve des individus dans les Musées de Paris , des Pays-Bas , 
et dans le cabinet de M. Laugier. 




^OJ. 



Vautotir aw^yjoius', adUl^. 



M£e£^ 



^\ 



VAUTOUR ORICOU ou ^EGYPIUS 



FULTUR AURICIJLARIS. Daud. 



Jeune ou femelle? — Planche ^o'j» 

Ce Vautour, dit Le Vaillant, est un oiseau de montagne, comme 
les autres espèces de ce genre; les abris que forment les couches 
pierreuses et les cavernes qui s'y rencontrent sont l'habitation de 
ces oiseaux : ils y passent la nuit et viennent s'y reposer de jour 
lorsqu'ils sont repus. On les aperçoit en grand nombre , au lever 
du soleil, perchés sur les rochers, à l'entrée de leur demeure, et, 
quelquefois, une chaîne entière de montagnes en est parsemée dans 
la majeure partie de toute son étendue. Ils nichent dans les cavernes 
des rochers ; la femelle y pond deux œufs blancs et très-rarement 
trois : en janvier, les petits sont éclos. Les colons du Cap donnent 
à cet oiseau le nom de Zwarte-aas Vogel (oiseau de charogne noir), 
pour le distinguer du Chasse-fiente^ qu'ils désignent par le nom de 
Stront-jager ou Stront-çogel. Dans les voyages de Burchel , il est 
aussi fait mention de cet oiseau, et Savigny le décrit dans son Orni- 
thologie égyptienne, sous le nom à'Egypius (voyez tab. u, figure 
d'un jeune indlpidu), dénomination que nous conservons conjointe- 
ment avec celle de Le Vaillant. M. Ruppel, en parlant de VOricou, 

Recueil d'Oiseaux, 69* livraison. 



X, 



VAUTOUR ORICOU ou ^GYPIUS. 
dans sa Revue critique^ de décembre i83o, dit^ que les replis de la 
peau au méat auditif de POricou figuré par Le Vaillant^ pi. 9, sont 
factices : c'est, dit-il, un indwidu défiguré ^ et il trouve c^XXçi falsi" 
fication évidente sur un sujet que possède le duc de Kivoli. Il dit, de 
plus, qu'aucun naturaliste n'a revu Poiseau que Le Vaillant dit avoir 
troupe en Afrique"^. Aujourd'hui, M. Ruppel fait de nouveau mention 
de VOricou et de VJEgypius^ et il pense que la domesticité ou bien le 
manque de nourriture font naître et servent à développer ces replis 
cutanés de Poreille qu'auparavant il croyait être artificiels et dûs à 
Pimposture. (Voyez Revue des Vautours, Atlas du Voyage , page 47? 
Neue TVirhelthiere^Çx^ manque de toute trace du repli de la peau aux 
oreilles chez un grand nombre d'individus et, par contre, Pexistence 
très-caractéristique et assez fortement prononcée chez quelques au- 
tres sujets, me semble plutôt être en rapport avec Page; peut-être de- 
pend-il aussi du sexe; mais, je présume qu'on doit l'attribuer à une 
différence d'âge ; car, nous savons positivement que le jeune Oricou 
ne porte point d'indice d'une duplicature de la peau au méat auditif. 
Sur dix peaux reçues du nord comme du sud de l'Afrique, il s'en 
trouve seulement deux à replis bien prononcés, plus le sujet iden- 
tique de Le Vaillant; un troisième porte la trace légèrement indiquée 
d'une duplicature; mais les sept autres dépouilles n'en fournissent 
aucun indice. On doit observer que ces trois sujets pourvus de lo- 
bules externes, plus le quatrième individu rapporté par Le Vaillant, 



* J'ai déjà dit ailleurs que, dans le musée des Pays-Bas, à Leiden^ se trouve non-seulement 
le sujet identique de Le Vaillant, mais encore deux autres qui ressemblent exactement à la 
figure de Le Vaillant; plus, que presque tous les originaux des espèces de Rapaces^ décrits el 
figurés dans son Ornithologie d'Afrique, font aussi partie de cet établissement , qu'on peut y 
voir son Oricou, le Chassefiente et le Chaugoun, et juger, par cette vue, si j'ai raison ou tort 
dans l'indication de mes espèces. 



VAUTOUR ORICOU ou iEGYPIUS. 

ont tous le bec plus ou moins coloré de jaunâtre ; que le sujet de 
Le Vaillant l'a fortement nuancé de jaune d'ocre; mais que, par 
contre , tous ceux dépourvus du repli cutané ont le bec noir ou 
brunâtre foncé : indice assez certain d'un âge moins avancé. — 
M. Tcharner de Bellerive, naturaliste établi à Berne, en Suisse, nous 
marque qu'il a reçu un individu de VOricou, qui avait l'appendice 
membraneux, indiqué par un léger repli de la peau. Cet individu 
a été trouvé par M. Schimper, dans la Basse-Egypte. 

UOricou ou VMgypius est le plus grand des vautours connus; 
c'est celui dont le bec est le plus puissant et offre le plus de déve- 
loppement en hauteur. On le distingue facilement et dans toutes les 
périodes de l'âge à la fraise *, composée de plumes courtes et arron- 
dies , aux très-longues plumes acuminées et courbées du ventre , 
qui recouvrent mal un duvet blanc , et en ce que les cuisses sont 
pourvues du seul duvet, sans être couvertes de plumes. Dans une 
période , probablement assez avancée de l'âge , il est muni d'un 



* Je ne pense pas qu'il soit inutile de remarquer ici que, quoique les plumes de la fraise ou 
du collier du bas du cou offrent, chez les Vautours, un caractère très-marquant, propre à 
servir de premier moyen pour reconnaître et distinguer les espèces, on doit cependant observer 
qu'il convient d'en faire usage avec une certaine réserve. La vue d'un très-grand nombre de 
dépouilles de Vautours, portant de longues fraises à plumes efiilées, implantées dans un 
ample collier de duvet, m'a prouvé que, lorsque ces oiseaux ont e'té tués dans l'e'poque 
de la mue périodique, ou bien, que les plumes de la fraise se trouvent être usées par le 
frottement continuel de la partie rase ou glabre du cou, contre laquelle la tète se trouve 
retirée dans l'état de repos; on peut, dans l'un et l'autre cas, rencontrer des individus 
qui n'ont pas une seule plume longue et effilée au collier. Celui-ci n'est alors composé que 
du seul duvet, ce qui donne alors matière au doute, et doit souvent être la cause d'erreurs 
dans l'indication spécifique. Voilà du moins la cause à laquelle j'attribue l'erreur manifeste" et 
la confusion d'espèces et de citations mal appliquées que fait M. Ruppel de son Vultiir holbii 
et de son Fultur chassefiente ; dans l'indication récente de ses Vautours, pag. 46 et 47, Neus 
Wirh. Thier. Abyss. 



VAUTOUR ORICOU on ^GYPIUS. 

repli ou duplicature de la peau , s'étendant de l'orifice des oreilles 
jusque vers la moitié, ou au-delà, de la partie nue du cou. 

La livrée, dans laquelle on trouve le plus grand nombre des sujets 
rapportés du nord comme du midi de l'Afrique , est d'une teinte 
brune couleur de suie. Tous les sujets munis de la duplicature de la 
peau, ou portant le fanon longitudinal à l'oreille, ont le cou et la tête 
à peu près ou totalement glabres et d'une teinte couleur de chair • 
la pointe du bec, ou bien toute la partie cornée , d'un jaune-ocre. 
Tandis que les sujets manquant de fanon longitudinal portent un 
léger duvet, la peau est cendrée, livide et leur bec est totalement 
noir. Le jeune, au sortir du nid, est décrit, par Le Vaillant, en ces 
termes : En naissant, le jeune oiseau est couvert d'un duvet blan- 
châtre. Au sortir du nid, son plumage est d'un brun clair, et toutes 
ses plumes sont bordées d'une teinte roussâtre; celles de la poitrine 
ne sont point alors contournées en lames de sabre, et sa tête et son 
cou sont entièrement couverts d'un fin duvet très-touffu. Les 
grands Namaquois nomment l'Oricou Ghaip , en faisant précéder 
ce mot d'un fort clappement de langue. 

Un bon nombre d'individus de l'Oricou , originaires du midi et 
du nord de l'Afrique, font partie du musée des Pays-Bas. Il paraît 
assez certain que cette espèce vit aussi en Grèce, aux environs 
d'Athènes ; il forme, par conséquent, une nouvelle espèce à ajouter 
au catalague des oiseaux d'Europe. 



20. 




V autour InJou on c/>a(/</oim. 



1^ 



VAUTOUR INDOU, OU CHAUGOUN 



FULTUR INDICUS. Lath. 



L'adulte. -Planche 26. -- 

Nous donnqns la figure d'un individu adulte de l'espèce décrite 
par Sonnerat, sous le nom de grand Fautour des Indes (1). M. Le 
Vaillant en a figuré le jeune , sous le nom de Chaugoun , planche 1 1 
de son Ornithologie d'Afrique 3 ces deux espèces nominales doivent 
être réunies. L'oiseau qui a servi de modèle à la planche publiée 
dans l'Ornithologie d'Afrique fait aujourd'hui partie du Musée des 
Pays-Bas 5 nous pouvons garantir son identité avec les individus 
adultes qui ont été envoyés du Bengale. J'ai vu dans le nombre 
de ceux-ci deux sujets qui marquent le passage de la livrée du 
jeune âge à celle de l'adulte. 

Sonnerat dit que ces oiseaux sont voraces^ ils habitent pendant 
le jour les bords de la mer, pour prendre les poissons morts que 
les vagues jettent sur le rivage 5 ils vivent généralement de pour- 
riture et déterrent les cadavres j ils ont le vol lourd, quoiqu'ils 
aient Taile forte. 

Les individus adultes ont la tète et le cou dénués de plumes- 

(i) Sonnerat, F'oj. Ind. vol. 2, page i85, tab. io5. — Falco indicus, Lath. Ind. Orn.sp. i5. 
Recueil d"Oiseaux, 5'. liveaison. 



VAUTOUR INDOU, OU GHANGOUN. 
quelques uns conservent pendant assez long-temps de petites mèches 
de duvets, distribuées à claire-voie 5 les jeunes ont tout le cou garni 
d un petit duvet qui disparaît avec 1 âge; on voit chez le plus grand 
nombre quelques poils rares et courts à la tête. Tout le plumage 
supérieur est d'un cendré-isabelle 5 varié de brun et de blanchâtre^ 
les parties inférieures sont d'un fauve très-clair sans taches 5 un 
petit duvet court , serré et très-lisse couvre la poitrine -> ce duvet 
est d'un brun-foncé^ le bec est noir 5 mais la pointe est plus claire^ 
la peau nue de la tête est d'un cendré roussâtre, Sonnerat dit que 
l'iris est rouge ^ je l'ai trouvé blanchâtre chez un individu vivant 5 
les pieds sont d'un noir-cendré ou bleuâtre 5 la queue est un peu 
plus longue que les ailes (1), elle est à pennes d'égale longueur, 
et sa couleur est noirâtre. Cette espèce est de la taille du dindon , 
elle a trois pieds trois pouces en longueur totale. 

Les jeunes ont la tête et le cou garnis d'un duvet brun-clairj 
tout le plumage supérieur d'un noirâtre couleur de suie 5 bordé de 
gris-sale^ toutes les parties inférieures de la même couleur que le 
dos 5 mais chaque plume marquée le long des baguettes par une 
raie blanchâtre, qui s'élargit vers le bout des plumes. On trouve 
sur quelques sujets des indices de semblables taches longitudinales 
sur les plumes des parties supérieures 5 le bec est marbré de noir et de 
jaunâtre 5 la dimension des jeunes n'excède pas 3 pieds 10 pouces. 
On trouve cette espèce dans l'Inde. 
Musées de Paris, de Londres et des Pays-Bas. 

(i) Notre figure planche 26 a e'té faite sur un individu dont les re'miges^ après la mue, 
n'avaient point encore atteint toute leur longueur. 




i5. 



Vautoxir c/miemc. 



l/u^/. 



VAUTOUR A CALOTTE*. 



FVLTUR OCCIPI TALIS. Buec. 






Le mâle moyen âge — Planche i5* 

La figure du mâle à Tétat intermédiaire 9 publiée dans la troisième 
livraison 5 est prise sur un sujet qui a vécu peu de temps dans la 
ménagerie du Jardin du Roi à Paris , et qu'on voit maintenant monté 
dans les galeries de cet établissement. Le plumage deFindividu men- 
tionné se trouvait, à Fépoque de sa mort, dans Fétat de passage delà 
livrée du jeune à Fétat adulte^ plusieurs sujets, obtenus depuis du 
nord et du midi de F Afrique, nous fournissent les moyens de donner le 
signalement complet des livrées différentes de cette espèce de Vautour, 
que nous avions pris par erreur pour Fadulte du Ckincou de Le 
Vaillant. 

L'adulte en plumage parfait, dont nous avons obtenu les dépouilles 
par le voyage de M. Ruppel en Abyssinie, a toute la tète, le ventre, 
les cuisses, Fabdomen , les couvertures du dessous de la queue, et 
les grandes pennes secondaires des ailes d'un blanc parfait ; la touffe 

^ On est prié de supprimer, dans la troisième livraison, la feuille du texte portant en tête 
de Tarticle ces mots, Vautour CHiNcou,et de la remplacer par cette feuille. 
A corriger au bas de la planche i3 : au lieu de Chincouy lisez à calotte. 
Recueil d'Oiseaux, 3* livraisout. 



/ 

Si. 



VAUTOUR A CALOTTE. 

occipitale, composée de plumes courtes et duvetées, et toutes les par- 
ties nues du cou, sont aussi d'un blanc purj on remarque seulement 
sur la partie nue du devant du cou huit ou dix cercles de très-petites 
verrues brunes; toutes les parties supérieures du corps, le collier de la 
nuque, la poitrine, la queue et une grande partie des couvertures 
des ailes sont d'un brun foncé, les rémiges sont noires j le bec des 
vieux individus est rouge à pointe noire, la cire noirâtre, lustrée de 
brun, les yeux bruns, et les pieds plus ou moins fortement colorés de 
rouge. Longueur totale , deux pieds cinq ou six pouces. On voit la 
figure d'un sujet sous cette livrée dans l'atlas du voyage de M. Rap- 
pel, pi. 2 2, pag. 35. 

Burchel, dans son voyage en Afrique, fait mention du jeune, dont 
la livrée diffère peu de celle de l'individu figuré pi. 1 3 de ce recueil. 
Les individus que nous possédons n'ont aucun indice de blanc; tout 
l'oiseau est d'un brun noirâtre. M. Ruppel dit que la partie nue du 
cou est constamment blanche; je l'ai vue, à la vérité, sur un sujet 
en captivité, rose tendre ou rougeâtre clair, suivant les mouvemens 
ou selon que le sang se porte dans les tégumens de la peau. 

Les sujets à l'âge de deux ans ont à peu près le plumage de 
l'adulte ; on voit alors moins de taches blanches sur les couvertures 
des ailes; et les grandes pennes secondaires, au lieu d'être d'un blanc 
parfait comme dans l'adulte, sont d'un gris-br un-clair. 

On sent qu'une différence si grande dans la livrée du jeune et de 
l'adulte doit produire des variétés très-marquées dans le plumage 
des sujets d'âge différent. 

Cette espèce vit en Abyssinie, à la côte de Guinée et dans le pays 
des Caffres. 



GENRE CATHARTE. 



GENUS CATHJ ETES. Illiger. 



Bec long 5 robuste chez quelques espèces, plus grêle dans d'autres ; toujours com- 
primé , droit, seulement courbé à la pointe, qui est un peu crochue et renflée. Une 
cire couvrant la moitié du bec. Mandibule inférieure plus courte, obtuse à l'ex- 
trémité. Tête oblongue, aplatie; celle-ci et la partie supérieure du cou nus. 

Narines distantes de la base, placées vers le milieu et à la surface du bec, sans cloi- 
son nasale, percées à jour, longues et très-ouvertes; quelquefois surmontées par 
des caroncules charnues de forme variée. 

Pieds à tarses nus, médiocres ou grêles; doigt du miUeu long; celui-ci et rextérieur 
unis à la base. Ongles courts, faibles. 

Ailes longues; la première rémige moyenne, la deuxième moins longue que la troi- 
sième et la quatrième , qui sont les plus longues. 



On peut diviser ce genre en deux sections géographiques 5 la pre- 
mière 9 composée des espèces américaines , et la seconde de celles de 
l'ancien continent. Le passage des unes aux autres se voit dans Fes- 
pèce intermédiaire de VUruhu (1), propre au nouveau monde. Les 

(i) C'est Vultur brasiliensis Latham^ Ind. ornith. vol. i , pag. 5^ sp. 8^ variété. Le Vultur 
atratus de Wilson^ vol. 9^ pi. 76, fol. 2, et Vultur urubu Vieillot. Le Vautour du Brésil ^ 
Buffon^ pi. enl. 187. 

Recueil u'Oiseaux, 6'. livraison. 



GENRE CATHARTE. 

deux Gathartes bien connus de l'ancien continent ont les mandibules 
grêles^ mais la troisième espèce , dont nous n'avons que le dessin de la 
tête et du bec , a cette partie beaucoup plus forte , et la caroncule 
unique dont elle est surmontée ressemble à celle du Dindon. Cet oiseau 
a été vu dans les voyages entrepris au Congo 5 il habite probablement 
une grande partie des côtes occidentales de l'Afrique. 

Les Cathartes des deux mondes ont de grands rapports dans la 
forme des narines et par la manière dont elles sont percées 5 ils ont les 
mêmes habitudes et la même voracité 3 leurs bandes nombreuses se 
trouvent partout où les charognes infectent l'air , et ils recherchent 
avec une égale voracité les voiries et les immondices 5 leur rapine 
s'assouvit aussi sur des lézards , des insectes et sur les œufs des oiseaux 
et des reptiles. Quoique lâches et timides , ils attaquent les animaux 
blessés , et parviennent , par leur nombre , à se rendre maîtres d'une 
proie encore vivante , mais hors d'état de se défendre. Ils font avec les 
Vautours , auxquels les plus grandes espèces tiennent de très-près , 
la curée des charognes : quelques espèces diffèrent de ces derniers par 
leur appétit plus décidé pour toutes sortes d'immondices 3 ce qui les 
porte à suivre les caravanes et à fréquenter les rues des villes améri- 
caines et les camps des peuples nomades de l'Afrique. 

Le naturaliste espagnol d'Azara donne quelques détails intéressans 
sur ces oiseaux observés en Amérique 5 tout ce qui a rapport aux mœurs 
et aux habitudes de ces espèces du nouveau monde convient également 
à l'espèce si commune en Afrique et qui est aussi répandue dans l'Eu- 
rope méridionale : Cathartes percnopterus du Manuel d'Ornithologie, 
le lachama de Bruce et l'Ourigou rapace de Le Vaillant. Ils sont , dit le 
naturaliste espagnol , paisibles , exempts de cruauté et respectés par 
tous les autres oiseaux. Leur vue est perçante et étendue 5 leur odorat 
est très-sensible 5 ils souffrent la privation de nourriture avec une 



3 1 



GENRE CATHARTE. 

patience extraordinaire , et ils ont assez de force pour soutenir leur 
vol à une grande hauteur sans se fatiguer. Tous sentent mauvais , 
ne crient point 5 ils marchent à pas pesans -, ils prennent leur essor 
avec quelque peine et après avoir fait plusieurs sauts 5 ils tournoient 
ensuite dans les airs pendant plusieurs heures, pour découvrir les 
charognes dont ils se nourrissent, sans jamais diriger leur attaque 
contre l'animal vivant et bien portant. Ils se perchent sur les plus 
gros arbres ou sur les rochers 5 vivent seuls ou par paires, mais se 
rassemblent en troupes pour s'acharner sur les animaux morts. Leur 
ponte est de deux œufs. 

Ce genre divisé en deux sections comprend , pour la première , les 
espèces suivantes : Catkartes pulturinus de nos planches coloriées , 
pi. 5i . — Cath. grjrphus , pi. col. 1 33. — C. papa ou le roi des Vau- 
tours de Buffon , pi. enl. 4^8. — C. aura Vieillot , Ois. d'Amer, sept. , 
pi. 1 , et Wilson, Améric. ornith. , pi. 76^ fig. 1. — C. urubu sous le 
nom de Vautour du Brésil , BulFon , pi. enl. 187 , le même que l'urubu 
de Vieillot, Ois. d'Amer, sept., pi. 3, et Wilson, Amer. orn. , 
pi. 76 , f. 3. 

La seconde section est composée du Cathartes meleagrides , qui 
m'est connu par le dessin de la tète. — Cathartes percnopterus {i) 
sous le nom de Vautour de Norvège , pi. enl. 429, l'adulte 5 et sous le 
nom de Vautour de Malte , pi. enl. 4 37 , le jeune de l'année. — Cat. 
monachusy espèce nouvelle de nos planches coloriées 322. 

(i) Ajoutez encore aux synonymes de celte espèce publie's dans le Manuel d'ornithologie, p^ul- 
tur ginginianus ,Latham Ind. ornith. toI. i , sp. 16^ ou le Vautour degingi, de Sonnerat, Voy. 
vol. 2, pag. i84, placé par erreur, pag. 7 du Manuel , comme synonyme du Chincou de Le Vail- 
lant qui est la même espèce, ou le jeune du Fultur indicus des me'thodistes; c'est notre Fau- 
tour îndou. Voyez planche 26 de ce recueil. 



235. 




C atkarte c^/idor , ?nà/e . 



CATHARTE CONDOR 



CATHARTES GRYPHUS. Temm 



Le Mâle adulte. — Planche i35. 

On doit à M. le baron de Humboldt la connaissance plus exacte 
de tout ce qui a rapport à l'histoire de cet oiseau , si imparfaitement 
décrit par tous les voyageurs qui ont visité avant lui les régions de 
l'Amérique méridionale. Le mémoire publié par cet illustre savant 
détruit l'illusion attachée à l'idée que l'on se formait d'un oiseau 
gigantesque, indiqué sous le nom de Condor. « Il en est de cet oiseau, 
» dit M. de Humboldt , comme des Patagons et de tant d'autres objets 
y> d'histoire naturelle descriptive : plus on les a examinés et plus ils se 
» sont rappetissés. » Que de contes exagérés ont été débités sur la force 
et la grandeur de notre Lammergeyer ou Gypaète barbu des Alpes ! 
Le fameux Jigle roc de Madagascar, dont parle Marco-Polo, qui en- 
lève des Eléphans dans les airs, et dont les plumes auraient douze 
pas de long, ne sera sans doute qu'un rapace fort ordinaire. J'ai tout 
lieu de croire que ce Roc est le même oiseau que le Vautour oricou 
d'Afrique, décrit et figuré par M. Le Vaillant. Ce vautour est en 
effet le plus grand de tous les rapaces connus. Un autre oiseau afri- 
cain, dont les dépouilles ne sont point encore parvenues entre les 
mains des naturalistes, peut avoir donné matière à la fable débitée 

Recueil d'Oiseaux, 23°. livraison. 



CATHARTE CONDOR. 

au sujet de cet Aigle roc. D'après le dessin de la tête que je possède 
il paraît que ce rapace est du genre des Cathartesj sa tête a des rap- 
ports avec celle des Cathartes condor, Vautounn et Papa; mais il 
paraît avoir le bec plus long et moins fort^ l'appendice charnu à la 
tête consiste seulement dans une caroncule frontale, pareille en tout 
à celle du Dindon , et que l'on dit être capable de contraction et de 
dilatation, comme l'est cette partie chez le Dindon mâle. Cet oiseau 
est d'une grande taille 5 il habite les côtes occidentales de l'Afrique, 
et a été observé en Guinée par des voyageurs anglais. 

Le Condor surpasse en grandeur tous les autres Cathartes répandus 
dans les Amériques 5 plus grand d'un tiers environ que le Catharte 
Papa; c'est de cet oiseau qu'il se rapproche le plus pour toutes les 
formes du corps et des membres 3 le bec et les serres sont à la gran- 
deur près les mêmes 5 il ne peut être comparé à aucun des Vautours 
de l'ancien continent, et c'est à tort que des rapprochemens de cette 
nature ont été établis. Sa taille est moindre que celle des grandes 
espèces de Vautours de l'ancien continent, tels que VOricou et 
VArrian ou grand Vautour d'Europe 3 il ne surpasse point en gran- 
deur le Gypaète barbu de nos Alpes, qui paraît même plus grand, 
par la longueur de sa queue et de ses ailes. 

Le Condor est sans doute mieux connu depuis que le mémoire de 
M. de Humboldt est mis à portée de presque tout le monde, par les 
extraits qui en ont été faits dans presque tous les ouvrages où il est 
question d'ornithologie 3 mais il n'en est point de même du portrait 
de cet oiseau qui ne se trouve que dans le grand ouvrage publié par 
ce savant voyageur , et qui , par sa chèreté, ne peut être acquis par 
tous les ornithologistes. Les figures données du Condor par Shaw et 
par Latham , étant au-dessous de toute critique, nous avons cru rendre 
service à la science en publiant, dans la planche i53, la figure du 



5^ 



CATHARTE CONDOR, 
mâle 5 dessinée d'après Findividu qui fait partie du Muséum impérial 
à Vienne 5 seule collection en Europe où se trouve un couple de ces 
oiseaux 5 ce sont les mêmes qui ont fait partie de la belle collection 
du Leçerian muséum à Londres 5 ils ont été acquis par TEmpereur 
d'Autriche 5 lors de la vente de cette brillante collection; ces deux 
individus 5 les seuls apportés en Europe depuis la découverte de FAmé- 
rique , ont été pris par le capitaine Middleton , dans les parages du 
détroit de Magellan. 

Le Condor mâle a sur la tête une crête cartilagineuse qui occupe 
presque tout le coronal et une partie de la longueur du bec ; 
quoique cartilagineuse elle est garnie de petites papilles ou rugosités 
qui sont encore très-apparentes dans Findividu que j'ai eu sous les 
yeux. Cette crête un peu libre aux deux bouts, repose sur le front 
et sur la partie postérieure du bec 5 elle laisse au centre un espace 
libre où les narines sont percées 5 cet espace libre paraît surmonté 
d'un fort cartilage qui sert à porter la crête , et paraît destiné à re- 
couvrir les fosses nasales, ainsi que cela se voit chez les autres Ca- 
thartes dont les narines sont percées à jour à la surface du bec; ce 
caractère très-marqué dans tous les Cathartes de l'ancien comme du 
nouveau monde, suffit pour distinguer ceux-ci des Vautours dont 
les narines sont fendues aux bords du bec, et les fosses nasales fer- 
mées en partie et séparées par une cloison cartilagineuse. Au-dessous 
de la mandibule inférieure du bec l'on voit une peau lâche et plissée^ 
pareille à celle de nos dindons de basse-cour 5 tout le cou et la région 
du jabot sont dénués de plumes 5 la peau couverte de rides est garnie 
de petits poils très-courts , disposés à claire voie 5 dans Findividu vivant 
elle est d'un rouge livide, et c'est aussi la couleiu" que M. de Humboldt 
donne à la crête et au grand barbillon de la gorge ; au bas du cou ^ 
tout près du jabot, se trouve un petit fanon ou appendice membra» 



CATHARTE CONDOR. 

lieux, qui paraît propre aux deux sexes; l'oreille est nue et à dé- 
couvert, mais derrière cet organe paraissent des mammelons ou des 
rudimens de peau qui garnissent en difFérens sens les côtés du cou 
depuis l'occiput jusque très-près du collier de duvet 5 ces membranes 
qui se présentent en rides ou plis sur le sujet monté , peuvent avoir été 
plus ou moins molles et mammelonnées dans l'individu vivant. Un 
collier composé d'un duvet blanc entoure la nuque et les côtés du cou 
mais le jabot est nu et garni seulement de quelques poils (1). Tout le 
plumage du corps , la queue et une partie des ailes sont d'un noir légè- 
rement grisâtre; les rémiges sont d'un noir profond; les pennes secon- 
daires et les plus grandes des couvertures alaires sont d'un beau blanc 
sur leurs barbes extérieures; quelques-unes sont noires au bout et 
toutes le sont à leur base : l'oiseau figuré par M. de Humboldt paraît 
avoir moins de blanc à l'aile que l'individu mâle du cabinet de Vienne; 
ceci peut tenir à des causes purement accidentelles; nous avons aussi 
trouvé que la tache blanche occupe un plus petit espace sur l'aile de 
l'individu femelle que dans le mâle où elle est plus grande et d'un 
blanc très -pur, tandis que cette couleur est grisâtre chez la fe- 
melle; celle-ci est toujours dépourvue de la crête sur le sommet de 
la tête, et le barbillon du cou paraît réduit à un rudiment ou pli 

(i) Il est nécessaire de faire observer à ceux qui compareront notre planche avec celle publie'e 
par M. de Humboldt, que le dessin fait par ce savant et retouche' par Barrabant, représente la 
tête et le cou dessine's d'après un individu vivant; ces mêmes parties, dans la planche ci-jointe, 
ont e'te' dessine'es sur un empaille. Avant de la publier j'ai soumis ma gravure à M. de Humboldt; 
ce savant trouve que l'occiput est trop relevé , le dos trop bossu et les rides transversales du cou 
ne sont point indiquées; tous ces défauts sont les suites d'une préparation vicieuse de la peau 
dans l'individu monté. En comparant les figures publiées par M. de Humboldt aux sujets montés 
de Vienne, je me suis, aperçu que les pieds auraient pu être mieux rendus, le contour du bec 
plus exact, et les orifices des narines mieux indiquées. Si M. de Humboldt avait pu faire retou- 
cher son dessin d'après l'individu, il est certain que la figure de son Vultur gryphus n'aurait 
rien laissé à désirer. 



3"? 



CATHARTE CONDOR, 
longitudinal peu distinct. Les pieds sont robustes , garnis d écailles , 
et armés (Tongles absolument pareils à ces parties dans le Catharte 
Papa y mais la couleur en est différente , les pieds du Condor étant d'un 
bleu cendré , marqués de rides blanches, et ceux du Papa sont noirs ou 
noirâtres. La longueur totale de l'individu mâle du Musée de Vienne 
est de quatre pieds quatre pouces six lignes 5 son envergure est de neuf 
pieds huit pouces 5 les plus longues pennes de la queue mesurent qua- 
torze pouces deux lignes 5 la femelle a quatre pieds un pouce , et sa queue 
mesure treize pouces six lignes. M. deHumboldt n'a vu aucun Condor 
dont Fenvergure dépassât neuf pieds. Il paraît que les deux individus 
du Musée de Vienne ont des dimensions plus fortes que ceux vus par ce 
célèbre voyageur. Les oiseaux de proie diffèrent ordinairement beau- 
coup dans la taille selon les climats qu'ils habitent 5 tous les individus 
des espèces de rapaces du cap de Bonne-Espérance sont toujours d'un 
tiers plus grand que les individus tués au Sénégal. Je parlerai plus 
en détail de ces différences dans un autre chapitre. 

Selon le voyageur cité il paraît que la région où les Condors se plaisent 
est à une hauteur de deux mille cinq cents toises. Ils sont probablement 
répandus sur toute la grande chaîne des Andes 3 l'Amérique méridio- 
nale est leur patrie. Il serait cependant possible qu'ils se dirigeassent 
aussi dans les régions aériennes qui couvrent l'Amérique septen- 
trionale , car il est difficile d'assigner aux oiseaux des limites fixes que 
les espèces ne puissent franchir, comme on pourrait le faire avec plus 
de certitude à legard des mammifères. Ces oiseaux poussés par le 
besoin visitent quelquefois les plaines et les côtes de la mer du Sud 5 
mais ils séjournent peu d'heures dans ces régions basses; M. deHum- 
boldt n'a vu ces oiseaux en grand nombre que lorsque ses herbori- 
sations l'ont conduit jusqu'aux régions des neiges perpétuelles. 

Le Condor ainsi que tous les autres Cathartes préfèrent les cadavres 

Recueil d'Oiseaux , 25^ livraison. 



CÀTHARTE CONDOR, 
aux animaux vivans^ il se nourrit cependant des uns et des autres. 
Malgré toutes ses perquisitions M. de Humboldt n a jamais entendu 
citer Fexemple d'un Condor qui eût enlevé un enfant (i). Il est cons- 
taté qu'ils attaquent le bétail -> et que plusieurs Condors viennent à 
bout de tuer des bœufs. Mais tout s accorde à prouver que les cha- 
rognes forment la nourriture habituelle de cet oiseau. 

Le Catharte a été indiqué par Linnée et par Latham sous le nom 
de YuLTUR GRYPHUS, 2Joy ez haûi. ^ Ind. Orn.^ vol. i^ pag. i. La 
femelle est désignée sous le nom de Vultur magellanicanus , dans 
le Muséum Leçerianum ^ dp. i , pag. i. C'est le Vultur Condor de 
Shaw, Gêner, zool.^ vol. i , pag. 2, avec deux figures très-mauvaises 
et une troisième calquée sur celle de M. de Humboldt. Voyez sxxyIouX. 
le mémoire détaillé de ce savant, et les deux belles gravures qui 
l'accompagnent dans les Obserçatlons de Zool. et d'Anat. comp.^ 
vol. !•> pag. 49. 

Muséum de Vienne 5 seule collection où l'on voit le mâle et la femelle 
de ce rare oiseau. 

(i) Il est physiquement impossible que le Condor^ ou tout autre Catharte y Vautour om Gypaète j 
puisse enlever dans les airs une proie quelconque par le moyen de ses serres ; les pieds de 
tous les oiseaux qui composent ces trois genres , n'étant pas organisés de manière à pouvoir 
exécuter cet acte de préhension. 



CÀTHARTE CONDOR, 
aux animaux vivans^ il se nourrit cependant des uns et des autres. 
Malgré toutes ses perquisitions M. de Humboldt n a jamais entendu 
citer Fexemple d'un Condor qui eût enlevé un enfant (i). Il est cons- 
taté qu'ils attaquent le bétail-, et que plusieurs Condors viennent à 
bout de tuer des bœufs. Mais tout s accorde à prouver que les cha- 
rognes forment la nourriture habituelle de cet oiseau. 

Le Catharte a été indiqué par Linnée et par Latham sous le nom 
de YuLTUR GRYPHUs, poyez hsiûi. ^ Iiid. Orn.^ vol. i^ pag. i. La 
femelle est désignée sous le nom de Yultur magellanicanus , dans 
le Muséum Leçerianum^ no- i^ pag. i. C'est le Vultur Condor de 
Shaw, Gêner. zooL^ vol. i , pag. 2, avec deux figures très-mauvaises 
et une troisième calquée sur celle de M. de Humboldt. /^oye^ surtout 
le mémoire détaillé de ce savant , et les deux belles gravures qui 
l'accompagnent dans les Obserçations de Zool. et d'Anat. comp.^ 
vol. I5 pag. 49. 

Muséum de Vienne 5 seule collection où l'on voit le mâle et la femelle 
de ce rare oiseau. 

(i) Il est physiquement impossible que le Condor^ ou tout autre Catharte ^ Vautour om Gypaète :> 
puisse enlever dans les airs une proie quelconque par le moyen de ses serres ; les pieds de 
tous les oiseaux qui composent ces trois genres , n'étant pas organisés de manière à pouvoir 
exécuter cet acte de préhension. 




àoô. 



Catharte condor^ /ê^nsffey treé' j'eimey. 



-ff^ù:eù. 



h^ 




Te/e du Catliarte QOVLAov,maU 



m/e^. 



ADDITION A L'ARTICLE 



DU 



CATHARTE CONDOR 



Jeune Femelle. Planche 4o8. — Et tête, grandeur naturelle , 

du Mâle. Planche 494. 

La vue d'un plus grand nombre d'individus de cette grande 
espèce d'oiseau nous met à même de fournir quelques notices addi- 
tionnelles à la description qui accompagne la planche i35, figure 
exacte du mâle en état parfait de plumage : celle que nous publions 
pi. 4 08 , est prise d'une très-jeune femelle de cette espèce. 

On peut ajouter encore à la partie historique du Condor quel- 
ques indications publiées récemment dans la traduction française du 
Voyage de M. Stevenson dans l'Amérique du sud. Cet auteur dit, vol .2, 
pag. 69 : «Le majestueux Condor occupe le premier rang dans la 
« race emplumée, soit sur la terre lorsqu'il étend ses ailes qui 
« mesurent quatorze ou quinze pieds d\ine extrémité à l'autre , 
c( soit lorsque s'élançant à travers les nuages il n'y paraît pas plus 
« gros qu'une Hirondelle. Le vol de cet oiseau est vraiment impo- 
« sant; il s'élève au moyen d'un mouvement vacillant et presque 
« imperceptible de ses ailes, et descend à terre de la même manière^ 

Recueil d'oiseaux, 83*. livraisoh. 



ADDITION A L'ARTICLE DU CATHARTE CONDOR. 

« il tombe sur sa proie, et si c'est un agneau ou un petit ani- 
« mal, il l'emporte avec ses serres (i) sur quelque hauteur voisinej 
« si la proie est lourde , le Condor la dévorera j usqu'au point de ne 
« pas pouvoir s'envoler, et alors il devient lui-même une proie facile 
« pour les villageois qui courent dessus, et le tuent avec des bâtons. » 
Après avoir parlé très-succinctement de trois espèces distinctes de 
Condors, selon les indications desquelles il est néanmoins facile de 
voir que ces espèces sont des états de différens plumages aux diffé- 
rentes époques de râge,rauteurdit,àlapage i44, que «les Condors 
se nourrissent de carcasses ou d'animaux qu'ils tuent eux-mêmes ; 
la conservation des agneaux et des chèvres exige toute la surveil- 
lance du berger et des chiens , et les veaux deviennent fréquem- 
ment leur proie s'ils sont loin de leurs mères. Ils dirigent en général 
leur première attaque à la tête, et arrachent les yeux. J'ai vu un 
jour plusieurs Condors attaquer une vache qui était tombée dans 
une fondrière , et ne pouvait en sortir. La première attaque de 
ces animaux fut dirigée à FanuS;, par où ils tirèrent les intes- 
tins, sans s'inquiéter du bruit que nous faisions ^ comme s'ils 
savaient qu'il n'était point en notre pouvoir de la retirer du bour- 
bier. Cet oiseau est connu sous le nom de Moro-moro ; il construit 
son aire sur les rochers les plus inaccessibles , et pond deux gros 
œufs blancs. » 

Le jeune Condor , revêtu probablement du plumage de l'état in- 
termédiaire , a la partie postérieure de la tète , tout le cou et les 
fanons couverts d'un duvet très-épais ^ d'un gris-cendré5 la crête 
charnue du sommet de la tête est peu élevée , et la pointe du bec 
d'un gris-brun : on ne voit alors sur tout le plumage aucun indice 

(i) Ici, comme dans le paragraphe suivant emprunté du même ouvi^age, on voit que 
l'auteur parle selon l'opinion du vulgaire. 



«t( 



ADDITION A L'ARTICLE DU CATHARTE CONDOR. 

du blanc pur; les plumes sont d'un gris-brun, nuancées vers le bout 
de gris plus clair; la rangée des grandes couvertures , blanche dans 
l'adulte, est chez le jeune d'un brun foncé terminé de gris-brun. 
Un individu tué au premier période d'une mue nouvelle portait 
sur cette livrée, essentiellement composée de teintes brunes plus ou 
moins foncées, quelques plumes noires irrégulièrement disséminées. 

La femelle adulte diffère constamment du mâle dans le même état, 
par l'absence de grande crête coronale, et d'appendices charnus aux 
côtés du cou; elle a seulement, comme celui-ci, le petit fanon mem- 
braneux pendant de la partie inférieure du devant du cou. 

Le jeune, probablement une femelle à l'époque de la troisième 
mue (voyez notre pi. 4o8), manque de tout vestige de crête; elle a le 
cou garni d'un duvet court, peu abondant; le petit fanon est aussi 
couvert d'un duvet clair-semé; tout le plumage est tapiré en partie 
de plumes d'un brun-cendré et d'une teinte noirâtre; les ailes sont 
aussi pourvues de pennes brunes usées , et de pennes noirâtres nou- 
velles, servant d'indices que l'individu figuré se trouvait dans le 
premier période de la mue. La longueur totale de cet individu est de 
quatre pieds. On assure qu'il a été tué dans une grande troupe de 
Condors, dans laquelle il s'en trouvait de noirs , probablement 
des sujets à l'état adulte. Ce sujet a été acheté à Bordeaux par 
M. Jurine; il fait aujourd'hui partie du Musée de Paris. On voit un 
mâle adulte, probablement revêtu de la dernière livrée variable 
dans la galerie du Cabinet d'Histoire naturelle de la ville de Genève. 

Le bel individu vivant que la Ménagerie du Jardin du Roi à 
Paris vient de recevoir nous fournit le moyen d'offrir aux natura- 
listes une figure , grandeur naturelle, de la tête et du bec d'un 
Condor mâle; la couleur des parties charnues est fidèlement rendue; 
le peintre a saisi les momens où l'oiseau, en se remuant et en étalant 



ADDITION A L'ARTICLE DU CATHARTE CONDOR. 

ses ailes 5 donne plus de vivacité au coloris des parties nues de la 
tête. Nous possédons à la ménagerie du Musée des Pays-Bas une 
femelle adulte absolument de la taille du mâle de la Ménagerie de 
Parisj ce qui prouve que les sexes n'offrent point une différence 
remarquable de grandeur. Cette femelle manque de tout vestige de 
crête et de rides membraneuses au cou : toutes ces parties sont 
totalement glabres, couvertes d'un petit duvet gris clair-seméj un 
fanon charnu pend, comme dans le mâle, sur le devant du cou, et 
ce fanon est couvert de duvet 5 le plumage n'offre aucune disparité, 
si ce n'est que la femelle a du gris-blanchâtre sur les parties des ailes 
où le mâle est d'un blanc pur. 



ADDITION A L'ARTICLE 

DU CATHARTE VAUTOURIN. 

Un vieux mâle de l'espèce du Catharte vautourin (voyez pi. 3i 
de ce recueil), reçu depuis peu au Musée des Pays-Bas, et qui vient 
de la Nouvelle-Californie, sert de preuve que cette partie de l'Amé- 
rique nourrit une seconde espèce très-voisine du Condor des Andes. 
Le Catharte vautourin adulte égale, pour la taille et pour l'envergure, 
le Catharte condor. Il en diffère constamment par la forme du bec, 
et en ce que le Catharte vautourin mâle n'a aucune espèce de caron- 
cules ou de barbillons î le cou et la tête des deux sexes sont glabres j 
il n'a non plus des pennes blanches aux ailes. 



5i, 




Catharte Vcaiû)iirmy. 



Fr&£re/. 



H3 



CATHARTE VAUTOURIN 



CATHARTES F U L TU R I N U S. T^ 



MM. 



Planche 5i . 



Cet oiseau a été indiqué par Latham dans le second supplément 
du Synopsis , sous le nom de Vultur californianus. Sha\f , naturalist, 
miscelL, vol. lo , tab. 3oi , en a publié une figure dessinée sur le même 
individu qui nous a servi de modèle. Le docteur Menzies en a fait 
hommage au Muséum Britannique , et c'est la seule collection où j'ai 
vu cet oiseau assez bien conservé , mais mal monté. Notre figure se 
ressent aussi un peu de ce vice de la préparation , qui fait que la tête 
est trop petite et le cou trop grêle en proportion du corps. 

Le Gatharte vautourin est à peu près de la grandeur du Condor , 
et c'est de cet oiseau qu'il se rapproche le plus , quoiqu'il en diffère 
un peu par la forme du bec , par le manque total de caroncules et par 
la longueur des ailes qui dépassent la queue de plusieurs pouces 5 les 
tarses sont aussi plus courts 5 la région du jabot et la partie du bas du 
cou sont garnies, comme chez les Vautours, de plusieurs rangées de 
plumes longues et acuminées; toutes les plumes qui couvrent les parties 
inférieures sont longues , étroites et pointues 5 la queue est composée 
de douze pennes d'égale longueur. 

La couleur générale du plumage est un brun-noirâtre ou couleur 

Recueil d'Oiseaux , 6°. livraison. 



CATHARTE VAUTOURIN. 

de suie 5 toute la tête et le cou sont couverts d'une peau lisse, par- 
semée à claire voie d'un poil très-court et fin 5 cette peau dans l'in- 
dividu monté portait quelques traces d'une couleur rougeâtre , ce qui 
fait présumer que les parties nues sont rouges 5 le bec est un peu com- 
primé et d'un blanc-jaunâtre 3 les pieds sont noirs. Longueur totale, 
trois pieds. 

L'individu du Muséum Britannique a été trouvé dans la Californie. 



222 




C athaj^te moi/tey . 



7/ueâ 



CATHARTE MOINE 



CATHARTES M O N A C H U S. Temm. 



Planche 222. 



Ce Catharte d'Afrique est dYin quart moins grand dans ses 
dimensions principales que le Catharte aUmoche ou Ourigourap 
qui habite le même pays et qu'on trouve aussi dans les contrées 
méridionales de FEurope. Au premier coup-d^'œil on le prendrait 
pour le jeune de ce Catharte d'Europe 5 mais en comparant nos 
deux oiseaux on trouve des différences constantes qui ne tiennent 
point uniquement à la couleur du plumage. Notre Catharte moine 
est plus petit 5 il a la queue carrée ^ tandis que TAlimoche a cette 
partie étagée et conique 5 le sommet delà tète, les joues et le devant 
du cou seulement sont nus 5 l'occiput et toute la partie postérieure 
du cou sont garnis d'un duvet très-court , serré et lisse 5 le jeune 
Alimoche a des plumes allongées qui garnissent l'occiput et la nuque^ 
le duvet couvre le sommet de la tête et on en voit encore de petites 
touffes clair-semées sur le devant du couj toutes ces différences ^ 
jointes à la couleur uniforme brune-chocolat qui couvre les parties 
du corps du Catharte moine et qui paraît être celle de la livrée de 
Tadulte, paraissent suffisantes pour en former une espèce distincte. 

Recueil d'Oiseaux, 38". liyraison. 



-Y 



CATHARTE MOINE. 

Tout le plumage de cette espèce est à peu près d'une seule nuance 
brune-sombre ou couleur de chocolatj les ailes, toutes les parties 
du corps ainsi que la queue sont de cette couleur 5 les rémiges seules 
sont noires 5 le sommet de la tête , la région des yeux et des oreilles , 
ainsi que tout le devant du cou , sont nus 5 un duvet cendré, coton- 
neux , court et très-serré , couvre l'occiput et toute la partie posté- 
rieure du cou; la partie inférieure du devant du cou et le jabot 
sont garnis par des plumes courtes et lisses , qui semblent former 
un plastron dont la région du jabot est couverte 3 la fraise qui en- 
toure le cou est, comme dans toutes les espèces de ce genre, com- 
posée de plumes contournées, cachant d'une manière imparfaite 
le duvet blanc de leur base. Les tarses sont emplumés sur un petit 
espace au dessous du genou 5 le reste ainsi que les doigts sont de 
couleur jaune^ la partie nue de la tête paraît avoir été, dans le 
vivant , d'un rougeâtre-livide , celle de la gorge indique des nuances 
jaunâtres et la cire est de couleur foncée. Longueur totale, deux 
pieds deux pouces^ tarse, trois pouces 5 distance du bord antérieur 
des yeux à la pointe du bec , deux pouces six lignes. 

Les individus plus jeunes que celui que nous venons de décrire, 
ont du duvet clair-semé et très-court sur quelques parties du som- 
met de la tète et du devant du cou 5 les plumes brunes du dos et 
des ailes sont terminées de roussâtre. Notre planche 111 représente 
un individu adulte revêtu de faibles indices de ces touffes clair-semées 
de duvet sur les parties nues de la tête et de la gorge. 

On a trouvé cette espèce sur les côtes occidentales d'Afrique j 
le sujet qui fait partie du Musée des Pays-Bas et celui du Musée de 
Paris ont été envoyés du Sénégal. 



u'^ 



GENRE GYPAETE. 



GENUS GYPATAETU S. Stor. 



Bec très-fort 5 long 5 raandibule supérieure convexe, arrondie, élevée vers la pointe 
qui se courbe en crochet; mandibule inférieure droite, garnie, dans l'espèce 
européenne , d'un bouquet de crins ; la tête et le cou garnis de plumes. 

Narines ovales, recouvertes de poils roides dirigés en avant. 

Pieds courts, forts, quatre doigts; les trois antérieurs réunis par une courte mem- 
brane ; le doigt du milieu très-long; ongles faiblement crochus, ceux du doigt inté- 
rieur et du pouce plus grands que les autres. 

Ailes longues ; la première rémige un peu plus courte que la deuxième et la troi- 
sième, qui sont les plus longues. 



Doués de la force et de la noblesse des Aigles^ maïs partageant 
avec les Vautours Thabitude de se repaître indifFéremment de cha- 
rognes et de proies vivantes , les Gypaètes pouvaient naturellement 
-prendre place dans la méthode, entre les genres Vultur ^ Cathartes 
et le genre Falco; en effet Fensemble de leurs caractères étant mieux 
connu, on a pu leur assigner définitivement cette place. 

Ces oiseaux , comme tous les animaux qui ne s offrent que rare- 
ment aux regards de Fhomme , et qui sont en outre remarquables 
soit par une taille gigantesque, soit par une conformation particu- 
lière, ont été souvent Fobjet des erreurs ou des récits fabuleux 

Recueil d'Oiseaux, 75*. livraison. 



si 



GENRE GYPAETE. 

du vulgaire 5 les uns ont raconté qu'ils les avaient vus enlever des 
quadrupèdes d'un volume beaucoup supérieur au leurj d'autres ont 
dit avoir été témoins de combats entre ces oiseaux et des hommes, 
dans lesquels ceux-ci , ayant été vaincus , étaient restés la proie des 
vainqueurs, qui les emportaient dans leurs aires pour les déchirer 
plus à Taise, et faire à leurs petits une distribution de membres en- 
core palpitans : on a assuré que des enfans avaient été enlevés en 
présence des parens, sans que ceux-ci auraient eu des moyens de dé- 
fense suffisans pour s'opposer à la force redoutable de ces oiseaux. Ces 
récits outrés ou absurdes tendent néanmoins à accorder aux Gy- 
paètes une force extraordinaire, non dans les moyens de préhension , 
mais dans le choc vigoureux de leur première attaque. Ils sont re- 
doutables par Fimpétuosité avec laquelle ils tombent du haut des airs 
sur leur proie, qui consiste le plus souvent en bouquetins ^ chamois^ 
moutons j^ chèçres ^ loups ^ renards^ marmottes^ lièçres^ etc. Aussi 
rusés que doués de force, ils savent épier Finstant qu'un de ces ani- 
maux, le plus souvent de jeunes individus ou les traîneurs d'une 
troupe, s'écarte sur les bords des précipices; tombant alors sur leur 
proie avec impétuosité, et aidés de leur puissant moyen de vol , ils 
la renversent et la précipitent dans l'abîme, l'achèvent sur la place à 
coups vigoureux d'aile et de bec, sansjamais rien emporter dans leurs 
serres, qui ne sont point propres à saisir. Leur estomac digère les os, 
la peau ^ les poils et les plumes j on ne les voit point vomir en boules 
les substances difficiles à digérer, comme le font les aigles et le plus 
grand nombre des autres oiseaux de proie. 

On cite quelques exemples d'attaques de ces oiseaux dirigées contre 
l'homme : des enfans égarés sur les Hautes-Alpes suisses ont pu être 
précipités et dévorés par des Gypaètes , mais ces attaques sont très- 
rares. 



M'^ 



GENRE GYPAETE 

Les Gypaètes ne vivent point aussi solitaires que les Aigles 5 ils 
se réunissent quelquefois trois ou quatre, et parcourent ensemble les 
montagnes, en chassant de compagnie et se jetant tous à la fois sur 
la proie. Ils choisissent pour établir leur nid l'infracture la plus inac- 
cessible des rochers 5 ce nid, d'une étendue considérable, se compose 
de bûches entrelacées et cimentées en quelque sorte par des débris 
mous de matières animales et végétales. 

On a essayé d'admettre dans le nombre des Gypaètes inscrits dans 
" nos méthodes, àe& Aigles, des Autours et des Vautours, Daudin pré- 
sente sous ce nom générique une réunion bizarre d'espèces qui ne 
peuvent être classées dans ce genre , où nous n'admettons provisoi- 
rement que le seul Gypaète d'Europe, d'Asie et d'Afrique, et , avec 
quelque doute, le Caffre de Le Vaillant, Oiseaux d'Afrique, v. 1, pi. 6, 
espèce qui depuis Le Vaillant n'a point encore été vue par les orni- 
thologistes. 



GYPAETE BARBU. 



GYPAETVS BARBATUS. Cuv, 



L'Adulte en liçrée complète. — Planche 45 1. 

Le fameux Lammergeyr de Suisse , quoique assez bien connu de 
nos jours , et dont les dépouilles montées se trouvent dans les prin- 
cipaux cabinets d'ornithologie, ne faisant point partie des planches 
enluminées de BuJBTon , nous présumons qu'il sera agréable aux natu- 
ralistes de voir dans ce recueil le portrait de l'adulte et la descrip- 
tion exacte de la livrée du jeune âge. 

Le front du Gypaète est plat et l'occiput élevé -, les pieds sont 
emplumés jusqu'aux doigtsj les ailes et la queue sont très-longues et 
proportionnées à la force du vol ; l'attitude dans l'état de repos ou à 
terre est peu gracieuse. 

La livrée parfaite de l'adulte diffère assez de celle du jeune, dans 
les premiers périodes de l'âge, pour avoir pu fournir matière à la 
supposition erronée de l'existence de deux espèces distinctes de Gy- 
paètes en Europe, désignées sous les noms de Leucocephalus et de 
Melanocephalus. C'est encore avec le Gypaète commun qu'il faut 
énumérer le Nisser ou \ Aigle û^W de Bruce , pi. 3i. Voyez tous les 
autres synonymes dans le Manuel d'Ornithologie, deuxième édition, 
vol. 1, pag. 11. 



^5i. 




Gypaète harSw, aJu/^. 



//'/,>/ 



s\ 



GYPAETE BARBU. 

Dans l'adulte, on voit une large bande noire partant de la base du 
bec, surmontant les paupières et se dirigeant derrière l'œil vers le 
sommet de la tête , dont les plumes courtes, de même que celles des 
joues, sont d'un blanc-jaunâtre j la gorge et une partie du devant du 
cou ont une teinte roux-doré j l'occiput, la nuque et le coud'unroux- 
blanchâtrej la poitrine et toutes les parties inférieures d'un roux plus 
ou moins vif ou doré, suivant l'âge des individus; les vieux ont sur 
la poitrine une rangée de taches d'un brun-noirâtre , et de grandes 
taches d'un brun-cendré sont placées vers le bout des couvertures 
inférieures de la queue; toutes les autres parties inférieures sont uni- 
colores : les plumes du dos, les scapulaires, les petites et moyennes 
couvertures des ailes sont d'un cendré-brunâtre pi us ou moins lustré, 
marqué vers le bout de chaque plume d'une tache blanchâtre plus 
ou moins grande; une raie blanche suit la direction des baguettes; 
les grandes couvertures sont cendrées , et les pennes des ailes d'un 
brun-cendré à baguettes blanches; toutes celles de la queue ont dans 
le milieu une teinte cendrée et du brun-cendré vers les bords des 
barbes ; leurs baguettes sont blanchâtres. Le bec est d'un brun couleur 
de corne vers la pointe, plus ou moins cendré bleuâtre; des crins roides 
partant de la base du bec garnissent les narines; un gros bouquet de 
crins noirs, placé à l'enfourchure des branches de la mandibule infé- 
rieure caractérise cette espèce de Gypaète; les pieds ont une teinte 
cendré-bleuâtre : l'iris des yeux est d'un beau jaune; il est entouré 
par un cercle coloré de la sclérotique, qui est d'un rouge-orange. La 
longueur totale de l'individu de forte taille est de quatre pieds deux 
ou six pouces au plus , et l'envergure de neuf ou dix pieds. 

Le plumage des jeunes , de sept ou huit pieds d'envergure , est 
beaucoup plus foncé que celui de l'adulte. Toute la tête et le cou sont 
d'un brun-noirâtre; la poitrine, les fjancs , le ventre et les cuisses 



GYPAETE BARBU. ♦ ^ 

d'un brun-roussâtre clair, plus ou moins marqué de taches d'un brun- 
cendré^ toutes les parties supérieures du corps sont d'un brun foncé, 
irrégulièrement varié de taches d'un brun-cendré, et souvent tapiré 
de taches blanches et de quelques plumes à baguettes blanchâtres. Le 
plumage prend une teinte plus claire dans l'âge moyen- On voit à la 
troisième mue des plumes blanches à la tête et aux jouesj la poitrine 
se couvre d'une teinte dorée, et toutes les parties inférieures passent 
au roussâtre* 

Cet oiseau de proie habite les plus hautes montagnes de l'Europe, 
de l'Asie et de l'Afrique; la chaîne des Pyrénées et des Alpes helvé- 
tiennes, la Sardaigne , la Grèce et le Tyrol leur servent de retraite 
en Europe ; en Asie on les a vus dans les chaînes du Caucase et 
de l'Himalaya , sur les montagnes de la Sibérie et de la Perse, et en 
Afrique sur les plus hautes montagnes du centre et vers les bords de la 
mer Rouge, principalement dans les parties de ces montagnes qui sont 
les moins accessibles et où le gros gibier vit en grandes troupes. Cet 
oiseau devient de plus en plus rare dans le voisinage des lieux élevés 
des chaînes soHtaires, vers lesquels l'homme étend sa domination. 

On voit des sujets dans les principaux Musées du continent. 



{9 



1 




/'icez^. 



Carajcara ïi/iieore/ , adukey 



224^ 




Caracai^a funeSre , n 



Hfïel. 



CARACARA FUNÈBRE. 



FALCO N OVM^ZEL ANBIM. Lat 



H, 



U Adulte^ planche 192. — Le Jeune ^ planche 2 24. 

Ce rapace a été décrit dans la Synopsis de Latham sous le nom 
indiqué que nous lui conservons j on peut juger à quel point ces 
noms de contrées •> d'îles et de districts ^ sont peu appropriés aux 
espèces} car notre oiseau ne se trouve point uniquement dans cette 
petite portion du globe composée des îles de la Nouvelle-Zélande ^ 
mais il vit aussi à la terre de Diémen, et les derniers voyageurs qui 
ont fait le tour da globe ont trouvé l'espèce dans le Nouveau-monde 
sous une latitude à peu près parallèle à celle de la terre de Dié- 
men. Il serait à désirer que les naturalistes voulussent s'entendre 
par rapport aux noms qu'on donne aux espèces nouvellement décou- 
vertes et qu'ils fussent d'accord pour proscrire toute dénomination 
d'île, de contrée, de district ou de ville, donnée aux animaux 5 
nous avons déjà insisté sur ce point, mais nous croyons utile d'en 
faire ici de nouveau la remarque. 

La taille de cette espèce égale celle da petit Aigle ou Aigle criard 
d'Europe 5 la queue est faiblement arrondie et les ailes aboutissent 
aux trois quarts de sa longueur 5 la partie supérieure du tarse est 

Recueil d'Oiseaux, 55®. livraison. 



CARACARA FUNÈBRE. 

couverte de plumes 5 la cire est en partie garnie de poils. Tout le 
plumage de l'adulte est d'un noir profond, varié par des stries 
blanches distribuées sur les plumes du cou, du dos et de la poitrine- 
ces raies sont longitudinales et suivent la direction des baguettes- 
les cuisses sont d'un roux-vif 5 la base des rémiges blanche 5 le bout 
de toutes les pennes de la queue d'un blanc pur^ le bec blanc , et la 
cire , ainsi que les pieds , de couleur orange. Longueur totale , de 
vingt à vingt-deux pouces 5 le bec a deux pouces deux lignes. 

Le jeune de l'année a un plumage noir-terne ou couleur de suie - 
les bandes longitudinales n'existent point sur les plumes du cou 
et de la poitrine, elles sont remplacées par des taches irrégulières, 
rousses ou d'un blanc-roussâtre 5 la base des rémiges est rousse- 
toutes les plumes de la queue ont une teinte rousse mêlée de noir ; 
aucune des pennes n'est terminée de blanc et on voit de très-faibles 
indices de roux aux cuisses 5 le bec est noir ou bien marbré de 
blanc et de noir, suivant l'âge des individus 5 les pieds sont d'un 
brun-jaunâtre. Le jeune, sous cette livrée, est figuré dans notre 
planche 3 24. 

Latham a ligure cet oiseau dans sa Synopsis^ page 67, planche 4. 
Nous avons vu à Londres, dans la collection de feu sir Joseph 
Banks, les dessins de Forster, tabl. 36, 07 , 38, qui représentent, 
sous le nom de Falco harpe, les dilférens états de plumage de ce 
rapace. 

On le trouve, suivant Latham et Forster, à la Nouvelle-Zélande 
et à la terre de Diémen. L'expédition du capitaine Freycinet a 
enrichi le Musée de Paris de trois individus tués aux îles Malouines 
et Falkland. 



3 



7' 




c 



aracai^a noir. 



Sûel^. 



0^2. 




C 



aracara noir, 



{ï{/e /jwi/e/i 



CARACARA NOIR. 



FALCO ATERRIMUS. Temm. 



U Adulte. — Planche 3 



7 



Quelques espèces d'oiseaux rangés provisoirement dans Tordre 
des rapaces^ paraissent, sous certains rapports, étrangers à cette 
grande famille 5 leurs habitudes , leurs mœurs et le genre de nour- 
riture auquel ils donnent la préférence , s'ils étaient mieux connus et 
indiqués par des observateurs exacts , serviraient de moyen pour 
guider le naturaliste dans la place qu'il convient de leur assigner 5 
mais nous connaissons seulement quelques unes de leurs habitudes , 
et ce que nous en savons se borne aux rapports des voyageurs 3 ceux-ci 
disent que ces oiseaux , auxquels les naturels de quelques provinces 
de rAmérique méridionale donnent le nom de Caracara ^ ont la 
voix rauque^ leurs cris redoublés et discordans s'entendent de loin; 
ces concerts 5 dont les bois solitaires retentissent •> sont produits par 
des troupes formées de plusieurs centaines de ces oiseaux réunis en 
un même lieu 3 ils volent aussi en troupes et font entendre continuel- 
lement leur voix forte. On nous a dit qu'ils se nourrissent de baies et 
de semences , mais nous croyons plus probable que leur régime est 
omnivore, et que la place où il conviendrait de les ranger, serait 
dans l'intervalle qui sépare les rapaces des premiers genres de l'ordre 

Recueil d'Oiseaux ^ 7*. liyraison. 



CARACARA NOIR, 
de nos omniçores^ tels que le Saza^ les Corbeaux et les Calaos ^ 
qui choisissent leur nourriture indifféremment dans le règne animal 
comme dans le règne végétal. Il se présente quelques difficultés 
dans cet arrangement 5 elles naissent des formes extérieures de ces 
Caracaras qui les associent aux Milans et aux Buses ^ ainsi que du 
choix plus décidé que certaines espèces montrent pour les charognes ; 
ce qui les rapprocherait des Vautours et des Cathartes ^ s'ils n étaient 
en même temps entomophages et reptilivores j et, indépendamment 
de toutes ces anomalies , comment pourra- t-on classer convenable- 
ment avec les Corbeaux et les Calaos ^ ou même avec les Fauteurs 
et les Cathartes y des oiseaux qui offrent aux yeux tous les carac- 
tères extérieurs que nous retrouvons dans la grande famille des 
rapaces diurnes. Le m.éthodiste de cabinet et le compilateur entouré 
de ses livres , savent se tirer d'affaire dans un pareil embarras. Le 
naturaliste ne voit pas de moyen pour mettre le système artificiel en 
harmonie avec la nature , et dans le doute , sa tâche est de suspendre 
son opinion , en attendant que Fanatomie et des observations faites 
sur les lieux nous viennent guider. 

Nous trouvons encore de nouveaux motifs pour différer à émettre 
notre opinion sur ces oiseaux , par fincertitude où nous sommes au 
sujet des différens états de plumage sous lesquels on trouve Fespèce 
de Caracara, dont la planche Sy représente Fadulte;les jeunes de 
Fannée de cette espèce ont de si nombreux rapports avec les jeunes 
d un autre Garacara , le Chimachima de d'Azara (1) , que nonobstant 
la grande quantité d'individus qui ont été offerts à notre examen, 
il nous a été impossible de reconnaître les caractères qui distinguent 

(i) Voyages dans FAmërique méridionale ^ vol. 3^ pag. 37 , n°. 6. — C'est le Falco degener. 
d'Illiger et le Falco crotophagus du prince Max. de Neuwied. 



CARACARA NOIR. 

ces deux races sous leur plumage de la première année. Le Chimango 
du naturaliste espagnol n'a point encore été vu en Europe 3 je crois 
qu'il n'existe dans aucune de nos collections. 

En attendant que l'examen d'un plus grand nombre de sujets de 
ces espèces puisse servir à guider notre opinion et à éclaircir nos 
doutes, nous nous bornerons à la description du plumage de notre 
Caracara , tel qu'on le voit revêtu de la livrée propre aux individus 
adultes 5 nous différons à parler des autres états sous lesquels on 
trouve cet oiseau, jusqu'à ce que Toccasion nous mette à portée de 
les décrire avec plus de précision. Il est certain que dans les jeunes 
Caracaras noirs , comme dans les jeunes du Chimachima , toute la 
tète est couverte de plumes, et que le tour des yeux est l'unique 
partie qui soit nue. La nudité de la tête augmente en étendue avec 
l'âge 5 c'est par conséquent bien à tort que les méthodistes, qui font 
usage de tout pour étayer leurs systèmes artificiels, ont mis de 
l'importance à cette nudité de la tête et du cou dans ces oiseaux. Les 
figures des livrées différentes seront alors données dans ce recueil , et 
nous publierons celles du Chimachima et des autres oiseaux de cette 
section, qui forment avec les espèces de Cymindis une petite famille 
de rapaces anomales^ qui se trouvent liés par de nombreux carac- 
tères avec tous les autres oiseaux de rapine répandus dans les diffé- 
rens pays du monde. 

Le Caracara noir adulte serait noir partout, s'il n'avait la base 
de la queue d'un blanc pur et sans aucune tache. L'individu repré- 
senté dans notre planche Sy , conserve encore deux rangées de petits 
points noirs sur chaque penne de la queue 5 mais ces taches s'effacent 
dans la livrée complète , et elles sont marquées par des bandes régu- 
lières dans un âge moins avancé 5 une partie du front, l'espace au- 
dessus des yeux , toute la région ophtalmique , une partie de la 



CARACARA NOIR. 

gorge et le jabot sont découverts 5 la peau nue de ces parties est rou- 
geâtre^ les pieds m'ont paru jaunâtres , mais je n'oserais Fassurer^ 
n ayant pu trouver parmi le nombre des individus montés un seul 
modèle où les couleurs des pieds se montrent encore dans leur 
état naturel 5 il est possible qu'ils aient été rouges, car lorsque ces 
parties ont été séchées-, la couleur rouge prend généralement une 
teinte jaunâtre, bien propre à induire en erreur sur Fétat [de la 
couleur naturelle. Le bec et les ongles sont noirs. Longueur totale, 
quatorze pouces six lignes. 

M. Vieillot a fait mention de cet oiseau sous le nom de Daptrius 
niger. Voyez Galerie des oiseaux du cabinet d'histoire naturelle, 
liv. 9 , avec une figure lithographiée par M. Oudart. 

Nous avons reçu ce Garacara du Brésil et de la Guyane. On voit 
plusieurs individus dans les Musées de Paris et des Pays-Bas. 



3S. 




Y axic on ^^^/?^, 



ZTimâ. 



22S. 




7^rè//>e^. 



FaXLCOIl 6Û/e/2/e^ Jeunes <^y lannee^. 



si 



FAUCON BIDENTÉ. 



FALCO BIDENTA TUS. Lath. 



U Adulte* — V\^i\Q\\e 58. 

Ce Faucon se caractérise parmi les espèces nombreuses et difficiles 
à reconnaître des oiseaux de proie par des formes anomales très- 
remarquables 3 deux fortes dents garnissent de chaque côté les bords 
de la mandibule supérieure du bec ^ et deux échancrures assez 
profondes dans la mandibule inférieure répondent à ces dents 3 les 
ailes de cet oiseau ont la même forme 5 et les pennes y sont étagées 
comme dans les Autours 5 ses pieds , mais surtout les doigts, tiennent 
le milieu pour leur longueur entre ceux des espèces de la division 
des Faucons les plus rapprochés de notre Cresserelle et ceux des 
Autours. Nous trouvons conséqueminent dans cet oiseau la réunion 
des caractères qui nous ont servi jusqu'ici à distinguer les Faucons 
des Autours 5 et ces caractères sont accompagnés d'une seconde 
dentelure au bec ^ tandis qu'il n'en existe qu'une chez les espèces de 
Faucons d'Europe. L'anomalie de la dent n'offre rien qui doive nous 
étonner ou nous paraître étrange 5 car nous avons observé des formes 
analogues parmi les Buses 5 et une nouvelle espèce de cette section , 
mais à lorum couvert de plumes , tel qu'on veut définir la section 
Pernis ^ nous offre un bec armé de deux fortes dents j l'anomalie dans 

Recueil d'Oiseaux, 7*. livraison. 



FAUCON BIDENTÉ. 

les pieds et dans les ailes n'excite pas davantage notre surprise car 
nous ferons connaître des oiseaux de proie ^ Autours par le bec et 
par les ailes, mais pourvus de pieds en tout semblables à ceux de nos 
Cresserelles et de nos Émérillons. Les feseurs de genres nombreux 
trouvent ici des entraves contraires à leurs vues strictement métho- 
diques. Nous croyons avoir donné quelques indices propres à servir 
de preuves à l'appui de notre manière différente de voir sur cette 
matière, et l'occasion ne nous manquera pas pour soutenir notre 
thèse, que le genre Falco ne peut pas être divisé en sous-genres, à 
moins que l'on ne veuille faire presque autant de genres qu'il y a 
d'espèces connues dans cette série d'oiseaux rapaces. 

Le plumage de cette espèce varie selon les différens périodes de 
l'âge des individus ; la livrée des vieux et celle des jeunes offrent des 
disparités très-marquées dans les teintes qui colorent ce plumage. 
Le vieux mâle figuré planche 58 de ce recueil, a la tète, les joues, 
le côté et la partie postérieure du cou d'une teinte bleue de plomb 5 
le dos, les ailes et la queue couleur d'ardoise 5 la gorge et les couver- 
tures du dessous de la queue d'un blanc pur, et le reste des parties 
inférieures d'un roux de rouille, marqué de bandes blanches assez 
irrégulièrement distribuées. Quoique tout le plumage supérieur pa- 
raisse d'une seule teinte ardoisée, on remarque, en soulevant les 
plumes du dos, que leur base est blanche, et que quelques taches 
blanches, cachées sous les autres plumes, sont distribuées sur les deux 
côtés des barbes 5 toutes les plumes des ailes sont aussi blanches à 
leur base; les pennes secondaires et les rémiges ont des bandes trans- 
versales d'un cendré-clair sur les barbes intérieures , mais les barbes 
extérieures sont unicolores^ ces bandes sont plus marquées à la face 
interne des ailes, où elles sont peintes de blanchâtre et de cendré- 
foncé 5 sur la face supérieure des pennes de la queue, qui sont à peu 



&( 



FAUCON BIDENTÉ. 

près noires 5 se trouvent trois bandes cendrées ^ très-étroites 5 elles 
sont blanchâtres et plus larges en dessous. Nous voyons par le ma- 
nuscrit du prince deNeuwied^ que la cire est d'un jaune-verdâtre, 
le tour des yeux d un gris-bleuâtre 5 Firis rouge , et les pieds d un 
jaune-orange. Longueur, de i3 à i4 pouces. 

La femelle adulte a de petites taches plombées sur le blanc de la 
gorge 5 les parties inférieures sont d'une teinte plus généralement 
rousse 3 de petites bandes blanchâtres et plombées sont disposées sur 
le ventre et sur les cuisses 5 le roux est toujours plus ou moins pur ou 
mélangé selon Fâge des individus. 

Les parties supérieures ^ dans les jeunes femelles de Tannée ^ sont 
d'un brun-foncé ^ et la queue est noirâtre ; toutes les parties inférieures 
sont blanches^ le cou et la poitrine ont de larges mèches noirâtres^ 
aux premières mues^ les teintes cendrées et roussâtres se montrent 
à la poitrine et aux cuisses ^ elles se répandent progressivement sur 
les autres parties inférieures. Nous donnons une figure du jeune de 
l'année 5 planche 218 de ce recueil. 

Le prince de Neuvv^ied fait mention de deux variétés qu'il décrit 
dans le manuscrit de ses Recherches ornithologiques faites au Brésil 5 
l'une est une jeune femelle en mue^ l'autre un jeune mâle probable- 
ment de l'année. 

La jeune femelle a toutes les parties supérieures d'un brun-foncé ^ 
marqué sur les scapulaires de taches blanches 5 toutes les parties in- 
férieures sont blanches 5 ce fond blanc de la poitrine est peint de taches 
longitudinales 5 qui sont dilatées vers le bout des plumes^ on voit 
quelques plumes clair-semées 5 moitié roussâtres et moitié blanchâtres 5 
la gorge est blanchâtre, et la partie supérieure du cou porte des taches 
d'un cendré-bleuâtre. 

Le jeune mâle a les parties supérieures d'un brun-noirâtre marqué 



♦ 



FAUCON BIDENTÉ. 

de fines bandes blanchâtres qui bordent les plumes 5 les pennes des 
ailes et de la queue terminées de blanchâtre 5 toutes les parties infé- 
rieures sont blanches , et quelques petites stries longitudinales sont 
disposées sur la gorge et sur le devant du cou. Ce plumage est plus 
ou moins bigarré de roux, suivant l'âge des individus. 

Cette espèce est connue sous le nom de F^lco bident^tus, Lath. 
ïnd, Orn.y poLi, pag. 38, sp, go. — Notched f^lcon , 2'^.Syn. 
supp. vol. ly pag' 34. 

On trouve cette espèce au Brésil et à la Guyane. 

Le Muséum de Paris possède une belle série d'individus dans les 
états difFérens de mue. On les voit aussi dans le cabinet du prince 
de Neuwied et dans le Musée des Pays-Bas. 



ijS. 




Faucon cào(^7v, tuMey. 



Mle/r. 



FAUCON DIODON. 



FALCO DIODON. T 



EMM, 



Le Mâle adulte. — Planche 198. 

Ce Faucon est moins grand que celui décrit et figuré dans ce 
recueil sous le nom de Bidenté (voyez planche 38 Fadulte, et pi. 228 
le jeune de Tannée) 5 mais il a le bec bien plus gros en proportion 
de sa taille, plus bombé et formant une ligne plus courbe^ deux 
fortes dents se trouvent à la mandibule supérieure et deux échan- 
crures à Tinférieure^ les tarses de cet oiseau sont moins couverts 
que dans le Faucon bidenté , et ses moyens de préhension paraissent 
plus faibles. 

Nous donnons ici le portrait du mâle adulte avec les indications 
des autres états de plumage sous lesquels cette espèce se montre 
dans les différens périodes de lage. 

Le mâle adulte a la tête, le dos et les ailes d'un noir couleur 
d'ardoise 5 la nuque 5 les joues et les côtés du cou dun cendré- 
foncé 5 toutes les parties inférieures d'un cendré-clair 5 la gorge et 
les couvertures inférieures de la queue blanches 5 les petites cou- 
vertures du dessous des ailes ainsi que les plumes des cuisses d'un 
roux pur et vif^ la queue et les ailes rayées en dessus de bandes 

PiEcuEiL d'Oiseaux ^ 34*' livraison. 



FAUCON DIODON. 

noires et cendrées , et en dessous de bandes blanchâtres et noires • 
les rémiges rayées de bandes peu distinctes, brunes et noirâtres. 
En soulevant les plumes des scapulaires on voit, sur toutes deux 
grandes taches blanches, cachées par les bouts noirâtres de ces 
plumes. L'iris est jaune 5 les pieds orange, et le bec couleur de corne. 
La longueur totale du mâle varie de dix pouces et demi jusqu'à 
onze pouces trois lignes 5 les plus grandes femelles ont onze pouces 
cinq ou six lignes. 

Le jeune mâle a toutes les parties supérieures du plumage d'un 
brun-foncé marqué de zones brunes disposées vers le bout des 
plumes 3 les joues rayées longitudinalement de taches brunes et d'un 
roux-clair^ toutes les parties inférieures marquées de grandes mèches 
brunes-noirâtres, disposées sur un fond blanchâtre 5 enfin les cuisses 
d'un roux-rougeâtre. 

La femelle adulte diffère peu du mâle 5 la couleur des ailes et de la 
tète est moins noire-bleuâtre et plutôt noire-brunâtre 5 la gorge est 
d'un blanc-jaunâtre sans tache 5 les côtés du ventre sont faiblement 
teints de cendré-roussâtre 5 tout le reste du plumage est comme dans 
le mâle adulte. 

On trouve cette espèce au Brésil , d'où elle a été rapportée par 
le prince de Neuwied et par plusieurs autres voyageurs qui ont 
parcouru ce vaste et beau pays. 

Musées des Pays-Bas , de Paris , de Vienne et du prince de Neuwied. 



^7.9' 




Tluet^. 



Faixcon pélé(^rl/^oidey, ynâk adfJ^. 



FAUCON PÈLEGRINOIDE. 



FJLCO PELEGRINOIDES. Temm. 




Le Mâle adulte. — Planche 4 7 9. 

Ce petit Faucon nous offre ^ sous des dimensions moins grandes 
et plus sveltes, le modèle de notre Faucon pèlerin d'Europe. Il est 
plus petit que Tespèce désignée sous le nom de Faucon biarmique^ 
planche 024. Le front offre un mélange de roux et de blanchâtre 
terne; cette partie est entourée par une bande noire en forme de fer à 
cheval, dont les branches latérales passent au-dessus des yeux: leurs 
pointes extrêmes se réunissent en avant des yeux à la paire de mous- 
taches qui s'étend sur les côtés du cou 5 Focciput et la nuque sont 
couverts d'un demi-collier roux marqué de trois taches noires , dont 
celle du centre forme une bande sur la nuque j le dos et les ailes ont 
une teinte gris-bleuâtre clair ^ marquée de grandes taches et de barres 
irrégulières d'un noir-bleuâtre; la queue, d'un gris plus clair que le 
dos , est coupée transversalement et porte , vers la base des pennes , 
des bandes noires très-étroites: leur largeur augmente graduellement 
vers le bout de ces pennes, dont l'extrême pointe est blanche; la 
gorge et les côtés du cou sont d'un blanc isabelle; la poitrine est 
d'un Isabelle pur 5 les flancs, le ventre et l'abdomen sont aussi de 

Recueil d'0isea.ux, 8i\ livraison. 



FAUCON PÈLEGRINOIDE. 

cette teinte, mais toutes les plumes de ces parties sont marquées de 
très-petites stries longitudinales et de petites taches triangulaires 
noires. La base du bec jaune, mais sa pointe bleuej cire et pieds 
d'un beau jaune j cercle nu des yeux orange. Le mâle a un peu plus 
de treize pouces j la femelle n'est pas plus grande que le mâle du 
Faucon pèlerin. 

Le jeune , probablement à sa seconde mue , ressemble , par les 
distributions et par les couleurs du plumage, au jeune du Faucon 
pèlerin; leur livrée n'offre aucune différence qui puisse servir de 
moyen pour distinguer les sujets des deux espèces, qui diffèrent 
d'une manière très-marquée lorsqu'elles sont revêtues du plumage 
de l'adulte 5 cette ressemblance parfaite de la livrée du jeune Pèle- 
grinoïde avec celle du jeune Faucon pèlerin, nous permet d'omettre 
la description de cet état du plumage. Il sera facile de distinguer 
l'espèce du présent article par ses dimensions moins fortes , à sa taille 
svelte, et par ses doigts proportionnellement beaucoup plus courts 
que ceux du Faucon pèlerin. Les jeunes, à l'âge d'un an, ne portent 
pas treize pouces en longueur totale. 

On trouve l'espèce dans le nord comme dans le midi de l'Afrique. 
M. Ruppel a rapporté quelques individus de Nubie, et j'en ai reçu 
plusieurs de la baie d'Algoa. Ils font partie du Musée des Pays-Bas. 



5^8. 




Paacou a ^orye^ hlanche^ ^meïïe^ adukey. 



SUeé. 



un 



f'y 



FAUCON A GORGE BLANCHE. 



FJLCO D E IRO LE U eus. T e m m. ^ 



La Femelle adulte, — planche 548. 

Il est très-facile de confondre cette nouvelle espèce avec celle dé- 
crite dans les méthodes sous le nom de Falco aurantius , Lath. Ind. 
voL 1, pag. 48^ sp. uy (i), vu que le plumage de ces oiseaux est 
coloré à peu près de la même manière ; la méprise aura probablement 
lieu assez souvent lorsqu'il se trouve pour sujet de comparaison un 
mâle de notre Faucon à gorge blanche et une femelle de l'espèce plus 
petite , à laquelle je donne le nom de Faucon oranget. 

La différence très-marquée dans la grandeur doit servir de pre- 
mier moyen de distinction. L'espèce du présent article est un peu 
moins forte que notre Faucon /?e7m/2 d'Europe, et V Oranget est de la 
taille de notre Emérillon. Les pieds du premier ressemblent plus aux 
pieds de notre Pèlerin, et ceux du second aux pieds du Hobereau. On 
voit dans le Faucon oranget adulte de très-fines bandes transversales 
sur les plumes noires du ventre 5 dans le Faucon à gorge blanche, ce 

(i) Sous ce même nom de Falco aurantius, var. i j , se trouve rindicatiou de notre Falco 
femoralis, des planches 121 et 343. 
Rectieil d'Oiseaux, 59'. LiYRAisoN. 



FAUCON A GORGE BLANCHE. 

sont des taches rousses distribuées d'une manière plus ou moins irré- 
gulière sur les plumes de cette partie. 

Le signalement des couleurs du plumage est à peu près le même 
pour les deux espèces; elles se ressemblent tellement sous ce rapport 
que je ne puis trouver, dans le plumage de l'adulte, aucune autre 
différence que celle de l'étendue plus ou moins marquée de la couleur 
noire rayée de roux ou de blanchâtre. Dans le Faucon à gorge blanche 
le noir ne s'étend pas au-delà du ventre , et la région thorachique est 
rousse. Dans le Faucon oranget, le noir plus ou moins rayé de blanc 
ou de roux couvre cette région, et la teinte rousse s'étend jusques sur 
le devant du cou. La femelle du premier porte en longueur totale 
seize pouces j son mâle a quatorze pouces^ la plus forte dimension 
du Faucon oranget est de dix à douze pouces. Latham donne à \Au- 
rantius quinze pouces anglais, ce qui me ferait croire qu'il a eu sous 
les yeux un individu du Faucon à gorge blanche. La variété B. du 
même auteur porte lo pouces, ce qui conviendrait au véritable Au- 
rantius ou Faucon oranget. Ce relevé prouve que trois espèces dis- 
tinctes ont été confondues sous Falco aurantius des catalogues métho- 
diques; savoir, nos Falco deiroleucus , femoralis et aurantius. 

Un noir parfait forme la teinte principale de toutes les parties supé- 
rieures du corps, des ailes et de la queue; les joues, le ventre et les flancs 
sont aussi de cette couleur 5 un gris bleuâtre répandu sur la pointe ex- 
trême de toutes les plumes de ces parties fait que le plumage paraît géné- 
ralement sous un ton noir bleuâtre, ou couleur de plomb très-foncé; 
on compte cinq ou six rangées de taches distribuées en bandes inter- 
rompues sur les pennes de la queue; une rangée de taches, roussâtres 
dans la femelle et blanchâtres dans le mâle , sont distribuées sur les 
barbes intérieures des pennes des ailes; le ventre est rayé par des 
bandes rousses, espacées, et plus ou moins interrompues; la gorge et 



FAUCON A GORGE BLANCHE. 

tout le devant du cou sont d'un blanc pur, mais la poitrine est rousse, 
marquée de stries noires disposées sur le milieu des plumesj les 
cuisses, l'abdomen et la couverture du dessous de la queue sont d'un 
roux-marron très-vif. 

Les livrées du premier âge de cette espèce et du Faucon oranget , 
ne sont point encore connues. 

Notre Faucon a été rapporté du Brésil par M. Auguste de Saint- 
Hilaire^ il a été tué par M. Fournier dans l'île de Saint-François, 
partie méridionale du Brésil. 

Musée de Paris. 



Ô24. 




F atic o n huuvnzaixe/. 



Sr(>l. 







FAUCON BIARMIQUE 



FALCO BIARMICUS. Temm. 



U Adulte. — Planche 524. 

Ce Faucon est à peu près de la taille du Pèlerin ( Falco pere- 
grinus ) , c'est-à-dire que la femelle est de la grandeur du mâle de 
cette dernière espèce ; les formes sont proportionnellement les mêmes, 
avec celte différence que la nudité ophthalmique est plus étendue 
dans l'espèce nouvelle dont nous publions le portrait. 

L'adulte a le manteau et toutes les parties externes de l'aile d'un 
cendré-foncé légèrement teint de bleuâtre j une rangée de taches d'un 
blanc roussâtre couvre les barbes intérieures des rémiges j la queue 
est rayée d'une multitude de bandes très-étroites , d^un blanc-rous- 
sâtre et disposées sur un fond cendré j deux bandes noires disposées 
sur la partie supérieure du cou, l'une ayant son origine de la base 
du bec et l'autre derrière les yeux, peuvent servir d'indice pour 
reconnaître cette espèce 5 le front est blanc, le sinciput noirâtre, 
et l'occiput roux 5 tout le plumage des parties inférieures d'un blanc 
nuancé d'une légère teinte roussâtre: cette dernière couleur est plus 
marquée aux cuisses 5 des taches plus ou moins grandes et plus ou 
moins nombreuses couvrent les flancs et le milieu du ventre j la peau 

Recueil d'Oiseaux, 55% livraison. 



FAUCON BIARMIQUE. 

nue de la région ophthalmique et la cire paraissent avoir été, dans le 
vivant, de couleur jaunâtre; le bec est bleu, mais noir à la pointe, 
et les pieds sont d'un jaune-bleuâtre. Longueur totale, i5 pouces. 

Les jeunes ont les parties inférieures couvertes d'un plus grand 
nombre de taches angulaires que les vieux, et ces taches sont toujours 
plus grandes , même souvent réunies de manière qu'elles forment des 
masses sur les flancs et sur les cuisses^ les individus couverts de la 
première livrée ont à la queue des bandes roussâtresj le cendré- 
bleuâtre est terne ou bien nuancé de brunj le blanc des parties 
inférieures est aussi moins pur; le manteau et les ailes bruns à lisérés 
roussâtresj l'occiput et le sinciput d'un brun tacheté de roux foncé; 
les deux larges bandes ou la double moustache toujours plus ou 
moins marquées. 

Cet oiseau de proie, du midi de l'Afrique, paraît avoir échappé aux 
recherches de M. Le Vaillant ; nous ne le trouvons non plus indiqué 
dans le catalogue de Latham (i) : il est nonobstant assez répandu 
dans la Gafrerie et n'est point rare dans la colonie du Gap-de-Bonne- 
Espérance. 

Musées des Pays-Bas et de Paris. 

(i) En citant par la suite l'ouvrage de Latham, nous référons toujours à son ancienne édition. 
La nouvelle édition, encombrée d'une multitude de doubles emplois d'espèces décrites dans la 
première , et d'une série de compilations sans critique , est au dessous de la réputation que 
l'auteur s'est faite par la première publication de son Synopsis. 



20 




F ail COU huppari^, 



FAUCON HUPPART. 



FALCO LOP HOTES, Guv. 



Planche lo. 



Ceux qui se plaisent à multiplier les genres , ne manqueront 
certainement point d'en créer une coupe nouvelle pour un oiseau 
de proie dont les pieds offrent quelques différences avec ceux des 
espèces congénères. Ces pieds sont courts et lisses , à doigts à peu 
près égaux , et munis de petits ongles qui ne diffèrent pas beaucoup 
entre eux pour la grandeur 5 un bec très-crochu, garni sur les côtés 
d'un sillon, et le lorum plus couvert que dans les autres espèces, 
sont les caractères qui distinguent celle-ci. Les formes des ailes et 
l'échancrure au bec m'ont servi d'indices pour classer ce rapace 
nouveau dans la section des faucons proprement dits. 

Une touffe de plumes très-longues et peu larges orne l'occiput 5 ce 
panache , ainsi que la tête , la gorge , toutes les parties supérieures 
du corps , la queue , les cuisses et l'abdomen , sont d'un noir-bleuâtre 
à reflets 5 les petites couvertures des ailes et les rémiges sont aussi 
de cette couleurj mais une partie des grandes couvertures, ainsi 
que les pennes secondaires , ont leurs barbes extérieures peintes de 
grandes taches blanches encadrées dans des espaces colorés de 

Recueil d'Oiseaux , 2'. livraison. 



-U 



FAUCON HUPPART. 
marron vif 3 un large ceinturon blanc est dessiné sur la poitrine- 
un peu plus bas on voit un second ceinturon de couleur marron • 
le ventre et les flancs sont rayés d une bande de roux-doré et de mar- 
ron 5 une partie du tarse est garnie de plumes, Fautre est couverte 
d'écaillés lisses hexagones 5 le doigt du milieu n'est pas de beaucoup 
plus long que les latéraux^ qui sont assez courts 3 les lorums sont 
couverts de plumes 3 le bec est petit, très-courbé depuis sa base, et 
crochu à la pointe , qui est longue et dont les parois avancés cachent 
une partie de la mandibule inférieure 3 ce bec est bleuâtre , mais les 
bords des deux mandibules sont jaunes 3 les pieds et les doigts m'ont 
paru d'un cendré-bleuâtre 3 la queue est à pennes égales , et n'est 
point marquée de bandes 3 toutes les plumes du cou sont plus ou 
moins longues et point arrondies au bout. Longueur totale, treize 
pouces et demi. 

Je n'ai vu qu'un seul individu de cette espèce envoyée de Pondi- 
chéry par M. Leschenault. Le Muséum de Paris possède cet individu 
unique qu'il doit aux recherches de ce botaniste voyageur, compa- 
gnon d'infortune de Macé et de Pérou. Nous recevons (juillet 1822) 
la nouvelle que M. Leschenault est retourné en France avec de nom- 
breuses collections zoologiques, recueillies pendant un séjour de plu- 
sieurs années à la côte occidentale de l'Inde 3 ce savant sera peut-être 
à même de donner des notices intéressantes sur les mœurs et sur 
les habitudes de notre Faucon huppart. 



22S, 




FaxLcon a/z/rova/u/i/v, (uàf^. 



Sueô 



n3 



FAUCON ALDROVANDIN 



FALCO ALDROFANDIL Reinw. 4 



L'Adulte. — Planche 128. 

Cette espèce nouvelle, découverte par M. Reinwardt^ est de la 
taille de notre Rochier (Falco œsalon) d'Europe 5 ses formes sont ab- 
solument les mêmes, mais les couleurs du plumage diffèrent, et la 
région ophtalmique dénuée de plumes, le distingue aussi de ce rapace 
européen. 

Le sommet de la tète, la nuque et les joues sont d'un noir légère- 
ment teint de couleur plombée 3 le manteau, le dos, les ailes, le 
croupion et les deux pennes du milieu de la queue , sont d'une couleur 
ardoise ou bleu -noirâtre ; une raie fine et noire suit longitudinale- 
ment la direction des baguettes ; les rémiges sont d'un noir profond 
et marquées sur les barbes intérieures de grandes taches rousses, de 
forme ovale 5 la queue est parfaitement carrée 5 toutes les pennes, 
les deux du milieu seules exceptées, sont noires 5 mais les barbes 
extérieures ont des barres d'un gris ardoisé , et les intérieures sont 
marquées de taches d'un roux vif5 la gorge est d'un roussâtre très- 
clair 5 toutes les autres parties inférieures et la face intérieure des ailes 
sont d'un roux-bai très-vif. La nudité qui entoure les yeux, la cire 
et les pieds sont jaunes. Longueur, dix pouces six lignes. Nous ne 

Reçu CIL d'Oiseaux, 22'. Liyra!so\. 



FAUCON ALDROVANDIN. 

connaissons point le jeune ^ et nous ignorons s'il existe une diffé- 
rence dans le plumage des sexes. 

Je suis dans le doute s'il faut rapporter à cette espèce le Falco se- 
perus de M. Horsfield, dont je reçois le mémoire inséré dans le XIIP 
volume des Transactions Linnéennes. Les indications de M. Hors- 
field sont trop succinctes pour servir à reconnaître les espèces parmi 
ce grand nombre d'objets nouveaux que nous fournissent les îles 
de la Sonde et les Moluques. 

Habite File de Java. Deux individus font partie du Muséum des 
Pays-Bas. 



.^/.J. 




J^re.é'e'^, 



ï'aacon œ culotfe roiùs-^e/ mâ/e^ aJu/^y. 



n5 



FAUCON A CULOTTE ROUSSE. 



FALCO FEMORALIS. Temm. 



Le Mâle adulte^ planche 343. — Le Mâle âge moyen ^ planche iî21. 

Lorsque nous avons publié dans la 11^ livraison , planche 121 , 
le portrait de cette espèce , il me paraissait que Findividu sur lequel 
cette figure a été faite pouvait être revêtu du plumage propre à 
Fadulte. Les indices étaient fondés sur le manque total de bordures 
rousses aux plumes des parties supérieures, au manque de taches 
longitudinales et isolées sur les plumes des parties inférieures 5 enfin 
sur la vue de plusieurs sujets des deux sexes, dont le plumage se 
trouvait coloré par grandes masses 5 caractères qui peuvent servir de 
premier moyen pour juger approximativement Tâge des oiseaux de 
proie diurnes. Quelques individus récemment envoyés du Brésil par 
M. Natterer, ou rapportés par M. Auguste de Saint-Hilaire de cette 
contrée, m'ont servi de moyen pour vérifier une méprise occasionnée 
par trop de confiance dans Texpérience acquise par la vue d'un grand 
nombre de sujets des différentes espèces de rapaces , si difficiles à 
distinguer avec précision , même lorsqu'il est possible de vérifier à 
plusieurs reprises les observations, et d'établir les comparaisons sur 
une multitude d'individus. 

Recueil d'Oiseaux, 58^. livraison. 



-u 



FAUCON A CULOTTE ROUSSE. 

Des données plus exactes me mettent à même de faire connaître le 
mâle adulte de cette espèce , figuré planche 345 , et d''indiquer la 
planche 121 de cet ouvrage comme portrait du jeiuie mâle. 

D'Azara paraît avoir fait mention de cette espèce sous le nom d'^*- 
mérillon couleur déplomba pag. loS^ esp. Sgj et Latham en a formé une 
variété du Falco aurantius qui est mon Faucon oranget ^ voyez Lath. 
Ind. pag. 48 5 sp. 117^ var. ij. 

D'Azara nous apprend qu'il n'est pas commun au Paraguay; on en 
voit cependant plusieurs paires dans toutes ces contrées. Quant à ses 
habitudes naturelles 9 il ne reste qu'à remarquer qu'il suit les voya- 
geurs et les chasseurs qui traversent les campagnes 5 et qu'il voltige 
autour d'eux pour se jeter sur les petits oiseaux et les perdrix 
que les hommes font lever. 

Un cendré couleur de plomb couvre la tète, la nuque, le dos et les 
ailes j de larges croissans, d'un blanc pur, terminent toutes les grandes 
pennes secondaires 5 les deux premières rémiges sont échancrées vers 
le bout 5 toutes ont une teinte plombée , et une rangée de taches blan- 
ches couvre les barbes intérieures 5 une bande blanche prend son 
origine au dessus des yeux , mais elle est nuancée de roussâtre au- 
delà du bord postérieur de l'orbite, et passe le long de la partie pos- 
térieure du cou, où les extrémités opposées sont à peu près réunies 5 
une large bande d'une teinte plombée suit les côtés du cou et se dirige, 
dans les jeunes sujets, vers la poitrine, mais vient aboutir aux côtés 
du cou dans l'adulte j une seconde bande plombée forme la mousta- 
che 5 la poitrine est d'un blanc-roussâtre couvert de petites stries 
brunes peu nombreuses 5 le reste du devant du cou est blanc^ les 
plumes noirâtres du ventre sont finement liserées de petits croissans 
blancs 5 la queue, rayée de six ou de sept bandes blanchâtres très- 
espacées, est terminée de blanc pur 5 l'abdomen, les cuisses et les 



nn 



FAUCON A CULOTTE ROUSSE. 

couvertures du dessous de la queue sont d un roux clair. Longueur 
totale, i3 pouces. 

Nous avons vu des individus qui m'ont paru plus jeunes que celui 
figuré pi. 1215 dans cet état les plumes des parties supérieures sont 
liserées de roux , et les taches de la poitrine, du ventre et des flancs 
sont disposées par larges mèches longitudinales 5 les deux pennes 
du milieu de la queue et les barbes extérieures de toutes les autres 
pennes sont d'un brun unicolore sans aucun indice de bandes trans- 
versales 5 les pieds sont d'un cendré-jaunâtre. On peut reconnaître 
les individus dans tous les périodes de Tâge , au roux plus ou moins 
foncé des cuisses et du bas-ventre, et au blanc pur de l'extrême 
pointe des pennes secondaires des ailes. 

L'espèce habite le Paraguay et le Brésil. Nous connaissons des sujets 
des deux sexes et sous differens états de plumage , dans les Musées de 
Paris , des Pays-Bas , de Berlin et de Vienne. 



121. 




Faiicon tz eidotô^y j^oK^^sey, mM. 



ilife^. 



n^ 



FAUCON A CULOTTE ROUSSE 



FALCO FEMORALIS. Te 



MM. 



Le Mâle adulte. — Planche 121 



Taille et forme de notre cresserelle d'Europe 5 la pointe des ailes 
aboutissant à un pouce de Fextrémité de la queue , qui est faiblement 
arrondie. 

Toutes les parties supérieures du corps , les couvertures des ailes ^ la 
queue et le sommet de la tête sont d'un brun cendré ^ très-foncé 5 les 
pennes caudales ^ celles du milieu seules exceptées 5 portent des barres 
transversales de forme irrégulière indiquées à la face supérieure de la 
queue, mais mieux prononcées en dessous 5 ces barres ou taches en zigzag 
sont d'un roux clair , et cette couleur termine aussi toutes les pennes 5 
les grandes couvertures alaires sont terminées de blanc ; les rémiges 
noires à l'extérieur , portent des baiTCs blanches à leurs barbes inté- 
rieures. Une large bande se dessine à une petite distance du bec, elle 
prend son origine au-dessous des yeux 5 une seconde bande naît der- 
rière cet organe 5 ces bandes, ainsi que les taches disposées sur la poi- 
trine , toute la partie du milieu du ventre et les flancs sont d'un noir 
légèrement pourpré 5 le tour du bec , les plumes du méat auditif, la 
gorge, les cuisses, l'abdomen, les couvertures du dessous de la queue 

Recueil d'Oiseaux ^ 21*. livraison. 



FAUCON A CULOTTE ROUSSE. 

et le bord de Failesont dun roux couleur de rouille 5 le bec est bleu 
la cire jaune et les pieds cendrés. Longueur totale douze pouces. La 
femelle n a point encore été envoyée par les voyageurs viennois. 

Les jeunes ont des bordures roussâtres aux plumes du manteau et 
les parties inférieures sont variées de taches plus nombreuses et plus 
irrégulières. 

Cette espèce n a point encore paru dans les catalogues de nomen- 
clature 3 elle habite le Brésil et probablement quelques autres con- 
trées de F Amérique Méridionale. 

Se trouve dans les Musées de Vienne et des Pays-Bas. 



55o 




FaXLCOH OOriColore/^ male^ cuàdtey 



Eiiet- 



q>\ 



FAUCON CONCOLORE. 



FALCO CONCOLOR. Te 



M M 



Le Mâle adulte. — Planche 55o. 

Les ailes de cette espèce sont très-longues , elles aboutissent à 
l'extrémité de la queue et la dépassent même un peu 5 la rémige exté- 
rieure porte à la barbe intérieure une échancrure longue environ 
d'un pouce 3 le bec est muni d'une forte dent, et les tarses sont grêles 
et de longueur moyenne. 

Tout le plumage du mâle dans l'état adulte est sans exception d'une 
seule nuance bleuâtre-claire tirant au gris-cendré 5 mais toutes les 
plumes et les pennes portent une raie noirâtre sur la ligne moyenne : 
ces petites stries longitudinales dessinées sur chaque plume sont 
produites par la teinte foncée qui colore les baguettes 5 toutes les ré- 
miges sont noires 3 le bec est noir 3 la cire, le tour des yeux et les pieds 
sont jaunes. Longueur, de treize à quatorze pouces. 

La femelle, dans le même période de l'âge, a le plumage plus 
foncé, couleur de plomb-noirâtre 3 la tête et le bout de la queue 
sont plus foncés que le reste du plumage. Nous ne connaissons point 
encore la livrée des jeunes ni celle de l'âge moyen. 

On trouve cette espèce au Sénégal , sur les côtes de Barbarie, 

Recueil d'Oiseaux, 56°. livraison. 



FAUCON CONCOLORE; 

en Egypte et en Arabie j il serait possible quelle visitât également le 
parties les plus méridionales de l'Europe et l'Archipel j son appa- 
rition sur les côtes de la Méditerranée européenne n^a pu encore être 
constatée par des observations. 

Musées de Paris , de Berlin , des Pays-Bas , et du baron Laugier 
de Chartrouse. 



4^ s. 




jPre/re^. 



T" avi c on ereé'cellicolore^. 



FAUCON CRESSELLICOLORE. 



FALCO PUNCTATUS. Cuv. 



Planche 45. 



Ce nom nous a paru approprié à cette espèce nouvelle dont les 
formes, la taille et les couleurs du plumage ressemblent à notre 
Cresserelle d'Europe. 

Les parties supérieures de ce rapace sont d^un roux très-vif^ de 
petites raies noires sont disposées sur la tête et sur la nuque 5 le dos 
et les ailes sont marquées de grandes taches noires -, la queue est cou- 
pée transversalement par sept bandes noires à peu près d'égale lar- 
geur. Les parties inférieures sont d'un blanc pur 5 on voit des mèches 
brunes sur les côtés du cou et des taches noires assez régulières et 
de forme triangulaire sur la poitrine, sur le ventre et sur les cuisses; 
le bec est bleuâtre 5 la cire et les pieds paraissent être jaunâtres dans 
l'oiseau vivant 5 ils sont faiblement colorés de cette teinte sur les 
dépouilles préparées. Longueur totale, 10 pouces. 

Cette espèce a été envoyée de l'Ile de France. Quelques indivi- 
dus font partie du Musée de Paris. 



Recueil d'Oiseaux, 8^. livraison. 



^7 




Wueà^ 



I. TaiLCOH Jnûineaw, mâle^. 2. Id. femsile. 



^^ 



FAUCON MOINEAU. 



FALCO CjERULESCENS. Linn 



Le Mâle et la Femelle. — Planche 97. 

Ce petit rapace, jusqu'ici le pygmée du genre FalcOj paraît répandu 
sur une grande portion des contrées méridionales de l'Asie : son exis- 
tence dans le vaste promontoire de l'Inde et dans le plus grand nombre 
des îles qui forment l'archipel dépendant de cette partie du globe , n'a 
rien d'extraordinaire, surtout lorsque l'on considère que différentes 
espèces d'oiseaux d'eau et de rivage, quelques espèces de nos grands 
rapaces, et un petit nombre d'autres oiseaux doués de puissans moyens 
pour le vol, et de passage dans différentes contrées de l'Europe, ont 
été trouvés, comme espèces ératiques, dans l'Inde et aux Moluques. 
Le Faucon moineau ^ dont le vol est, dit-on, très-brusque et très- 
rapide, et qui vit d'insectes , à la poursuite desquels on le voit sans cesse 
en mouvement dans les airs, peut franchir facilement les mers d'un 
continent à l'autre : aussi n'a-t-on point trouvé de différence marquée 
dans les sujets qui nous viennent de l'Inde , comparés à ceux des îles 
de la Sonde. On dit que les premiers sont moins grands ; mais ces 
légères variétés dépendent de l'âge , ou plutôt de la différence de la 
taille entre le mâle et la femelle. 

Recueil d'Oiseaux, 17^. livraison. 



FAUCON MOINEAU. 

L'espèce est indiquée dans les Catalogues méthodiques, comme 
originaire du Bengale. On voit une figure passable dans Edwards Glea- 
nings Tab. 1 08, et c'est le Falco cœrulescens et Bengalensis de Linné 
et de Brisson. Je ne dirai rien des figures Hthographiées publiées dans 
la Galerie des oiseaux du Cabinet du Roi et dans Horsfield, Zooïog-i^ 
cal researches in Java y liv. 3 : on pourrait soupçonner mon jugement 
de partialité. 

L'échancrure du bec, proportion gardée, est plus forte dans cette 
espèce que dans les autres rapaces à mandibules dentées ; les formes 
sont en diminutif celles de nos faucons et de nos hobereaux. Du blanc 
pur ou bien du blanchâtre plus ou moins teint de roux clair, selon l'âge 
des individus, couvre le front, le sourcil, l'espace entre la nuque et le 
méat auditif, la poitrine et le milieu du ventre, et l'abdomen; du noir- 
bleuâtre et bronzé couvre toutes les parties supérieures, les flancs, les 
cuisses , le lorum et une partie de la région de l'oreille ; quatre raies 
blanches plus ou moins distinctes forment des bandes sur le dessous 
des pennes de la queue : à leur partie supérieure on voit seulement 
quatre rangées de taches disposées sur les barbes intérieures; les pennes 
des ailes sont aussi rayées intérieurement de bandes noires et blanches, 
et quelques pennes secondaires ont des taches blanches qui sont occultes 
lorsque l'aile n'estpoint étendue. Le bec et les pieds sont bleuâtres. Lon- 
gueur, six pouces ou trois ou quatre lignes de plus. 

Les sujets figurés viennent des Moluques. 

Musées des Pays-Bas, de Paris et de M. Laugier de Chartrouse. 




iSo 



MfW.-. 



Aigle lei/c^pferey fem^/AcrJiïM, 



«^l 



AIGLE LEUCOPTÈRE. 



FALCO LEUCOPTERUS. Temm. 



V Adulte. — Planche 489. 



Ce grand rapace des contrées les plus reculées de l'Asie forme 
exactement le passage des Aigles à jambes totalement couvertes de 
plumes jusqu'aux premières phalanges des doigts, aux espèces à 
tarses complètement nus , que l'on a distrait des Aigles sous le nom 
générique de Pigargue ou de Balbuzard. Notre grand Aigle asia- 
tique a la moitié supérieure du tarse abondamment couverte de 
plumes, et l'autre moitié, jusqu'à l'origine des doigts, complète- 
ment nue ; son formidable bec est plus fort , et surtout plus large 
que dans les autres espèces des rapaces de la division Aigle j mais 
les serres dont les pieds sont armés paraissent avoir moins de force 
que ces parties dans les Falco alblcilla et leucocephalus , espèces dont 
notre Falco leucopterus se rapproche le plus par la taille, et surtout 
par la forme robuste de toutes les parties du corps. Nous ne possé- 
dons malheureusement aucun détail relativement à la manière de 
vivre de cette nouvelle espèce, dont la connaissance est due aux 
soins de M. le docteur Van-Siebold, naturaliste chargé par le 



AIGLE LEUCOPTÈRE. 

gouvernement nerlandais d'explorer les richesses en histoire natu- 
relle que recèlent les îles asiatiques qui forment l'empire du Japon. 
Cet infatigable voyageur , dont on attend avec impatience le retour 
en Europe pour l'année i85o, rassemble, depuis plusieurs années, 
les précieux matériaux pour la Flore japonaise qu'il se propose de 
publier. La grande collection zoologique de ces contrées, dont il 
sera porteur, a été précédée par un bel envoi des objets en double 
que le Musée vient de recevoir, et dont nous publions dans ce 
recueil ornithologique quelques unes des espèces les plus remar- 
quables de cette classe du règne animal. 

Cet Aigle a le bec, la cire, la petite région ophthalmique, la moitié 
du tarse et les serres d'un jaune vif; l'iris est doré; le front, la 
moitié supérieure des ailes , depuis le poignet jusqu'aux grandes cou- 
vertures, les cuisses, l'abdomen et la queue sont d'un blanc pur; 
tout le reste du plumage est d'un brun noirâtre. La longueur totale 
de la vieille femelle porte trois pieds deux pouces ; le bec est haut 
de deux pouces et long de trois pouces deux lignes. 

Il est probable que cet Aigle habite une grande partie de l'Asie 
orientale. 



7,i/. 




Aigle imjyeria/ , a(A/. 



/ù-^ 



Mmt. 



/Sx. 





Aigle //7t7? e/^u//, 



<y^ 



J^ue^r 



AIGLE IMPÉRIAL. 



FALCO IMPERIALIS. Temm. 



^■'h 



Le Mâle adulte _, probablement très-pieux, — Planche 161. 
Le Jeune. — Planche ibi. 

J'ai désigné sous ce nom, dans le Manuel d' Ornithologie , la grande 
espèce d'Aigle d'Europe que les naturalistes anciens ont probablement 
connue, mais sur laquelle ils n'ont point eu des renseignemens assez 
exacts pour la distinguer de la seconde espèce plus répandue dans nos 
contrées. Celle-ci est figurée dans les planches enluminées de Bulïbn , 
sous le nom d'Aigle royal. La pi. 4 10 représente une femelle adulte, 
et la pi. 4og, sous le nom d'Aigle commun, est une figure exacte du 
jeune Aigle royal. Les noms de Falco fulçus , — F. chrysaëtos ^ — 
F. niger — et F. melanaëtos ^ figurent en double emploi dans les dif- 
férentes méthodes 5 et ces indications se rapportent toutes aux états 
différens du plumage de notre Aigle royal , désigné dans les ouvrages 
récens sur l'Ornithologie , par le nom de Falcofulçus. 

Nous croyons rendre un service aux naturalistes en rappelant ici 
très- succinctement les principales différences qui caractérisent ces 
espèces souvent confondues , et qu'il est même difficile de distinguer 
au premier coup d'œil. Nous abrégerons la partie descriptive des 
couleurs du plumage de l'Aigle qui fait le sujet de cet article y nos 

Recdeil d'Oiseaux , 26°. livraison. 



AIGLE IMPÉRIAL. 

figures pourront suppléer à ces détails que nous sommes à même de 
pouvoir remplacer plus utilement par quelques observations sur les 
mœurs et sur les habitudes de ces oiseaux ^ partie historique dont nous 
nous voyons souvent à regret privés dans la description des animaux 
nouveaux figurés dans ce recueil 5 Fhabileté des artistes remplit alors 
ce vide d'une description stérile du plumage ^ à laquelle on se voit trop 
souvent borné faute de matériaux plus intéressans pour la science (1). 
Doués d'une force musculaire égale 5 et pourvus d'armes également 
redoutables 5 les deux espèces d'Aigles chasseurs qui se partagent le 
domaine des airs dans nos régions européennes 5 poursuivent tous les 
deux les mêmes proies , et sont la terreur des mammifères et des gros 
oiseaux qui ne peuvent se soustraire à leur appétit vorace que par un 
heureux hasard 5 leur taille et les armes dont la nature les a pourvus 
comme moyens de défense ^ deviennent inutiles ou insuffisantes contre 
l'attaque brusque et la force musculaire de ces Aigles , qui manquent 
rarement la proie sur laquelle ils fondent du haut des airs5 ils la pour- 
suivent en suivant une ligne horizontale 3 étouffer et emporter cette 
proie dans les lieux où ils ont établi leur repaire est l'affaire d'un 
moment- En captivité ils se contentent d'étouffer l'animal 5 se posant 
alors tout près de la victime terrassée , ils attendent quelque temps 
avant de la déchirer, apparemment afin que le sang encore fluide 
ne soit point perdu. 

(i) Je saisis cette occasion pour témoigner à MM. Huet et Prêtre mes remercîmens pour 
le zèle qu'ils mettent à rendre ce Recueil cligne des suffrages dont le public l'honore. Les soins 
non interrompus de ces artistes distingue's , et leurs désirs de coopérer à un ouvrage 
destiné à marcher graduellement à un fini plus parfait ^ leur donne des droits bien fondés 
à notre reconnaissance. Je les prie d'agréer cet hommage public que nous nous empressons 
de leur rendre^ de même qu'à MM. Coûtant et Langlois^ qui rivalisent' de zèle avec MM. les 
peintres , pour que le fini du burin et la belle exécution des planches ne laissent plus rien 
à désirer comme portraits fidèles de la nature. 



AIGLE IMPÉRIAL. 

La taille et les formes de ces deux Aigles sont à peu près les 
mêmes 3 mais leur port, dans l'état de repos et en captivité, diffère 
dans la pose du corps 3 l'Aigle impérial , à terre comme lorsqu'il 
branche, porte le corps horizontalement 3 il marche plus ou moins 
lentement^ sa queue est relevée, et il tient le cou tendu. L'Aigle 
royal , posé sur la branche , a le corps dans une direction perpendicu- 
laire , la tète en arrière et la queue pendante 3 à terre il avance le plus 
souvent par bonds et par sauts , rarement à pas comptés 3 le dernier a 
dans son port plus de ce qui tient de la nature des autres oiseaux de 
proie. En examinant l'autre de loin , on croit voir un dindon. La tra- 
chée-artère de l'Aigle impérial est composée d'anneaux très-solides et 
rapprochés 3 il se forme une ossification angulaire au larynx inférieur 3 
les bronches ont des anneaux larges , qui diminuent sensiblement de 
diamètre en approchant des poumons. Cette partie chez l'Aigle royal 
est formée d'anneaux minces, distans et liés par des membranes 3 il 
n'existe point d'ossification apparente à l'endroit de la bifurcation , et 
les bronches sont d'un diamètre égal dans toute leur longueur. Le cri 
de ces oiseaux est différent 3 celui de l'Aigle impérial est un son rauque 
et fort , qu'il fait entendre fréquemment 3 celui de l'Aigle royal est plus 
sourd et sa voix est faible. Les ailes du premier sont delà longueur ou 
plus longues que la queue, qui est à peu près carrée 3 chez le second 
la queue est plus longue que les ailes, et elle est arrondie. L'Aigle 
impérial a les narines obliques, à bord supérieur échancré3 l'ouver- 
ture du bec fendue jusqu'au dessous du bord postérieur de l'œil 3 on 
compte cinq écailles sur la dernière phalange du doigt du milieu, et 
sur les autres doigts seulement trois ou quatre écailles, suivant les 
différences d'âges des individus. Chez l'Aigle royal, les narines sont 
elliptiques , hautes de quatre lignes, et larges de deux et demi , à bord 
antérieur émoussé3 l'ouverture du bec ne s'étend point au-delà du 



AIGLE IMPÉRIAL. 

bord antérieur de Foeil 3 on compte seulement trois écailles sur la 
dernière phalange de tous les doigts. 

Telles sont les principales différences qui servent de moyen pour 
distinguer ces Aigles 5 les couleurs du plumage en fournissent aussi 
dans les différens périodes de la mue. L adulte de FAigle impérial est 
toujours reconnaissable aux plumes blanches en plus ou moins grand 
nombre qui ornent les scapulaires^ le jeune Fest par son plumage 
rayé longitudinalement de roux et de jaune-roussâtre et par sa queue 
unicolore. Uadulte de FAigle royal est d'aulx brun presque noir sur 
tout le corps et sur les ailes 5 sa queue à base blanche est rayée de 
bandes noires ^ plus ou moins distinctes , dessinées sur un fond cen- 
dré foncé 5 le jeune a toujours plus des trois quarts de la queue blan- 
che, terminée par une large bande brune 5 unique. 

La planche 1 5 1 qui accompagne cet article a été faite à dessein sur 
un individu mâle de petite taille 5 mais dont le plumage m'a paru 
porter les indices d\in âge très-avancé 5 les scapulaires sont toutes 
d'un blanc parfait, et la tète, qui est dorée chez les adultes, porte 
également des nuances blanchâtres qui ne se trouvent point habituel- 
lement sur tous les individus 5 quelques plumes blanches aux cuisses 
et les raies bien distinctes à la queue prouvent que le sujet que j ai 
choisi pour modèle est un vieux individu 5 on le voit à Paris dans 
les galeries du Jardin du Roi. 

Le jeune, probablement âgé d'un an, figuré pi. i5î2, fait partie 
du Musée des Pays-Bas , où se trouve aussi un individu adulte. Les 
vieux et les jeunes du Musée de Vienne m'ont servi pour composer 
l'article publié dans le Manuel d'Ornithologie. De tous ceux que j'ai 
vus, celui de Paris est le moins grand 5 la longueur ordinaire de cet 
Aigle est de deux pieds et demi dans les mâles et de trois pieds chez 
Jes femelles. 



m 



AIGLE IMPÉRIAL. 

Les auteurs qui ont décrit ou figuré FAigle impérial se trouvent 
cités dans le Manuel d* Ornithologie ^ celui qui a le premier distingué 
cet oiseau de FAigle royal est feu M. Leisler. Les détails les plus 
intéressans de l'histoire de cet Aigle font partie du mémoire publié 
parce naturaliste dans les Annales de la société de Vétéravie. Savigny 
en fait mention sous le nom de Falco heliaca. On trouve encore 
plusieurs détails historiques dans Fouvrage publié par Naumann -, et 
surtout dans celui de Brehm Beitrage zur vogelkunde ^ v. a^ p. 476. 
Une figure lithographiée a aussi été publiée par M. Oudart^ dans 
la Galerie des Oiseaux du cabinet du Roi-^ notre espèce y est nom- 
mée Aigle de Thèbes (1). 

Cet oiseau habite les grandes forêts en montagnes ; il est très-rare 
dans celles en plaines. Les contrées méridionales et les pays tempérés 
de Forient de FEurope sont les lieux de sa demeure 5 il nest point 
répandu au nord^ ni vers Foccident-, où son apparition est rare 5 on 
le trouve sur toute la côte septentrionale d'Afrique , et M. Savigny 
a rapporté un individu d'Egypte- L'Aigle royal visite rarement les 
parties chaudes de FEurope ^ il vit dans les forêts en plaines , et ha- 
bite jusque fort avant dans le nord. L'un et l'autre font leur nour- 
riture de mammifères de moyenne grandeur ^ tels que lièvres ^ la- 
pins , biches, jeunes sangliers, renards et chats^ ils enlèvent aussi 
les agneaux , et ne craignent souvent pas d'attaquer les veaux , les 
brebis et les chevreuils , qu'ils tuent, et dont ils emportent les chairs 
et les membres. Ce n'est que dans l'extrême disette qu'ils se repais- 
sent de charogne. Ils boivent rarement. 

(i) Cette planche a été faite sur le même individu ;, que nous avons aussi choisi pour 
modèle de la figure, qui accompagne le présent article. Les gravures en petit, publiées par 
M. Naumann , sont d'une exactitude rare. 

Recueil d'OiseàijX; 26'. livraison. 



52 




Aigle Oy aiœuey eûzyée/. 



Mm^. 



^5 



AIGLE A QUEUE ÉTAGÉE. 



FALCO FUCOSUS. Guv. (i). 



Planche 5a. 



Une queue assez longue , très-étagée ^ en forme de cône , distingue 
cette espèce 3 les ailes couvrent deux tiers de cette queue 5 la forme 
du bec ne diffère point de nos grands Aigles d'Europe, et les tarses 
sont à peu près totalement vêtus. Tout son plumage est d\in brun- 
noirâtre 5 varié de roux-doré assez clair et jaunâtre dans quelques indi- 
vidus , plus foncé ou mordoré chez d autres 5 la gorge et le devant du 
cou sont d un brun-noirâtre 3 la tête et la nuque d un beau roux-doré, 
et les ailes plus ou moins variées de roux-doré sur un fond brun : 
toutes les autres parties du corps , les pennes secondaires des ailes et 
la queue en dessus sont d'un brun-noirâtre 5 la queue est fauve , mar- 
quée de bandes peu distinctes en dessous, et toutes les pennes sont 
terminées par un bord roussâtre très-étroit 5 les tarses sont couverts de 
plumes jusques aux doigts^ ceux-ci sont jaunes de même que la cire et 
le bec. Longueur totale , deux pieds six pouces. 

Nous ne connaissons point le jeune de cet Aigle , ni les différences 

(i) Règne animal ^ ^slB^^ 5i5, pi. III^ ^g- i- 
Recueil d'Oiseaux ;, 6^ livraison. 



AIGLE A QUEUE ÉTAGÉE. 

occasionées par les mues 5 les mâles et les femelles paraissent différer 
très-peu par les couleurs du plumage 5 à juger par la taille ^ jai lieu 
de croire que 1 individu représenté dans la figure qui accompagne cet 
article est une femelle 5 les mâles sont un peu plus petits. 

Le Musée des Pays-Bas possède un individu qui porte tous les carac- 
tères d*'un oiseau adulte. Tout le plumage est d'aune seule teinte cou- 
leur de suie-noirâtre 5 mais Focciput et la plus grande partie de la 
nuque sont revêtus de plumes longues , acuminées ^ et d'un jaunâtre 
couleur isabelle marqué de taches brunes 5 des bordures brunes- 
foncées entourent les couvertures des ailes 5 le bec est d'un blanc- 
jaunâtre ^ mais la pointe est noirâtre. 

L'Aigle à queue étagée habite FOcéanie^ on le trouve à la Nouvelle- 
Hollande. Les deux individus du Musée de Paris ont été rapportés 
par l'expédition du capitaine Baudin 5 celui du Musée des Pays-Bas 
provient d'une collection d'oiseaux envoyés du Port-Jackson. 



^•Sfâ. 




Aigle r(ZuisseU7% /em^& a^/<ley. 



J^rê&'ey. 



^n 



AIGLE RAVISSEUR. 



FALCO RAPJX. T 



E M M. 



Femelle adulte en mue. — Planche 455. 

La taille de cet Aigle inédit est plus forte que celle du petit 
Aigle ou Aigle criard d'Europe (F. neevius et maculatus). Le bec, 
comparativement à cette taille, est plus vigoureux que celui de 
V Aigle royal s les narines sont arrondies j les pieds abondamment 
garnis de plumes jusqu'à l'origine des doigts , et les ailes pliées ne 
dépassent pas le bout de la queue. 

Le mâle adulte dont nous donnons ici le signalement est, par 
tout le corps, d'une teinte isabelle café au lait, très-claire sur la 
tète, le cou et la poitrine j d'une légère teinte brune au ventre, à 
l'abdomen et aux cuissesj le dos, le croupion et les couvertures des 
ailes sont de la même teinte que le ventre; les grandes couvertures 
et les pennes secondaires sont d'un brun noirâtre à pointe extrême 
de teinte isabelle j rémiges noires à fine pointe isabelle j queue uni- 
colore, totalement d'un brun couleur de terre d'ombre j cire et doigts 
jaunes. Longueur totale, deux pieds quatre pouces. 

L'individu figuré planche 455 est une femelle adulte revêtue en 
partie du plumage propre à la dernière mue variable , et de quel- 
ques plumes à couleur stable de la livrée parfaite. Dans le premier 

Recueil d'Oiseacx, 76° livraison. 



-U 



AIGLE RAVISSEUR. 

état la teinte du plumage est à peu près la même que celle de la 
livrée du jeune Aigle criard} c'est un fond brun marqué de larees 
mèches et de taches d'un roux plus ou moins doré, quoique sans 
indices de grandes taches blanches au bout des couvertures des ailes 
ni de raies blanchâtres le long des baguettes, comme dans le jeune de 
l'Aigle criard : le reste du plumage est absolument coloré des mêmes 
teintes indiquées dans la description que nous venons de tracer du 
mâle en état parfait. La queue, dans l'individu figuré, est d'un 
brun teint de violet , et barré irrégulièrement de huit ou de neuf 
raies noirâtres. Les dimensions de la femelle sont à peu près d'un 
quart plus fortes que celles du mâle. 

Un individu en plumage de mue a la tête , le cou et la nuque 
couverts de plumes rousses, blanchâtres et brunes^ celles du man- 
teau portent des stries blanches, longitudinales, et elles sont termi- 
nées de roux vif; toutes les couvertures des ailes ont des taches irré- 
gulières brunes et rousses, et le bord des plumes blanchâtres; les 
pennes de la queue, au lieu de bandes distinctes, portent des ondes 
transversales 5 la gorge est d'un blanchâtre isabelle, et tout le des- 
sous du corps est marqué de longues mèches rousses sur un fond 
brun et isabelle. Cet individu fait partie du Musée de Paris. 

Nous établissons ici d'une manière très-succincte les différences 
qui peuvent servir à reconnaître du premier coup d'oeil les sujets de 
X Aigle ravisseur de ceux des Aigles Bonelli et criard ^ avec lesquels 
il serait facile de confondre les différens états de mue de ces espèces 
voisines. 

^^ Aigle ravisseur a le bec à peu près de la force de l'Aigle royal -, 
les serres robustes , mais les doigts courts ; toute la jambe très-em- 
plumée^ les longues plumes forment botte et viennent couvrir de 
leur pointe la base des doigts. 



o\\ 



AIGLE RAVISSEUR. 

V Aigle Bonelli, proportionnellement à sa taille plus forte que 
celle de l'Aigle ravisseur, est muni d'un petit becj ses serres sont 
puissantes , à peu près de la force de celles de \ Aigle royaU la queue 
est longue, et le tarse est garni de plumes très-courtes et serrées. 

Y] Aigle criard a le bec faible et peu courbé j les doigts grêles ; 
une queue courte, ne dépassant pas le bout des ailes, et les tarses 
couverts de plumes courtes et serrées. 

On trouve l'Aigle que j'ai nommé ravisseur dans les forêts de la 
partie méridionale de l'Afrique. L'espèce n'a point été vue par Le 
Vaillant. Quelques individus ont été adressés au Musée des Pays- 
Bas par les voyageurs qui parcourent celte partie intéressante du 
monde. 



2 



88. 







Aiœle BoJljeJA, a^ey irurt/e^t. 



m^. 



\0^ 



AIGLE BONELLI 



FALCO BONELLI. Temm. 



U Adulte en mue. — Planche 288. 

Cette nouvelle espèce de rapace d'Europe lient le milieu par la 
grandeur entre les deux espèces d'Aigles désignés sous les noms de 
Falco fulpus et imperialis ., et celui connu sous le nom de Nύius. 
Nous donnons le portrait d'un individu tué dans le midi 5 il porte 
tous les caractères d'un sujet adulte , dans le période de la mue peu 
éloigné de l'état parfait du plumage, et revêtu en partie de quelques 
plumes du jeune âge : ces plumes et un petit nombre des pennes de la 
queue sont absolument semblables à celles d'un antre individu plus 
jeune , tué dans le nord de l'Europe 5 deux autres sujets également tués 
dans nos contrées, viennent constater l'existence d'une nouvelle 
espèce d'oiseau de proie qui avait échappé jusqu'ici aux recherches 
des Ornithologistes , et que je m'empresse de porter à leur con- 
naissance (1). 

(i) La figure lithographiée et très en diminutif d'un sujet bien plus jeune que celui donne' 
pi. 288 de ce recueil, vient de paraître dans un nouvel ouvrage sur les oiseaux de proie 
d'Europe, sous le nom d'Aigle intermédiaire; l'auteur n'a sans doute pas su que nous avions fait 
mention de cet oiseau sous le nom indiqué ci-dessus. 

Recueil d'Oiseaux, 49'- livraison. 



t 



AIGLE BONELLI, 

1 



Un troisième individu que j ai vu , se trouve dans une livrée in- 
termédiaire , entre le jeune sujet décrit et l'adulte en mue dont nous 
donnons la figure. 

Je crois que les vieux individus en plumage parfait ont une partie 
du dessous du corps et les couvertures du dessous des ailes colorésmr 
une grande masse noirâtre 5 car l'extension progressive des grandes 
mèches brunes sur le plumage de cette espèce et sur celui de V Aigle im- 
périal fait conjecturer que les individus de Y Aigle Bonelli, revêtus 
du plumage parfait , n'ont point de taches sur les parties inférieures 
du corps. On voit à des indices certains du plumage que l'individu 
figuré dans ce recueil , est revêtu de sa dernière livrée changeante et 
qu'une mue de plus l'aurait revêtu de la livrée invariable : plumage 
que, par analogie , et fondé sur de nombreuses obserçations ^ nous ju- 
geons être d'un brun-noirâtre et lustré sur toutes les parties du corps, 
tandis que la queue sera d'un cendré-foncé avec une bande noire uni- 
que au bout de toutes les pennes. Peut-être la couleur cendrée sera- 
t-elle marquée , dans quelques sujets , de vestiges des bandes étroites 
et en zigzag dont les pennes de la queue du jeune oiseau sont variées. 

Cet oiseau de proie a sans doute été confondu par les chasseurs et par 
quelques naturalistes avec le Falco nœvius; nous avons vu quatre indi- 
vidus, dont trois jeunes tués dans les contrées centrales de l'Europe^ 
le quatrième, d'un âge plus rapproché de l'état parfait du plumage, 
est figuré planche 2885 l'état complet et invariable de l'adulte n'a 
point encore été vu. L'espèce, quoique peu nombreuse dans nos contrées, 
ne doit point être rare dans le midi de l'Europe 5 nous savons que deux 
individus ont été tués dans les forêts des environs de Paris , un troi- 
sième dans le nord de la France , et le quatrième dans les contrées 
méridionales de l'Italie : ce dernier fait partie du Musée de Turin. 



\ o"^ 



AIGLE BONELLI. 

un pouce de la pointe qui est noire, toutes sont terminées par un 
croissant blanc très-étroit^ on voit des vestiges plus ou moins distincts 
de bandes noires, cerclées et en zigzags sur le fond gris-cendré des 
pennes 5 mais ces légères traces de bandes disparaissent probablement 
dans un âge plus avancé , car on peut remarquer une dégradation 
suivie dans l'étendue et dans la largeur de ces bandes du jeune à 
l'adulte, ainsi que nous l'avons observé dans toutes les espèces à 
queue distinctement rayée dans les individus couverts de leur pre- 
mière livrée. Le bec est noir à la pointe et verdâtre vers la basej la 
cire et les doigts sont jaunes. Longueur totale , i pieds 2 pouces. 
Un individu plus jeune m'a offert le signalement suivant. La tête, 
la nuque , le dos , les scapulaires et les ailes d'un brun-cendré marqué 
le long des baguettes de mèches ou de stries d'un brun-noirâtre 5 toutes 
les grandes couvertures, les scapulaires et les pennes des ailes rayées 
à intervalles très-larges de bandes noires , disposées en zigzag j les ré- 
miges et les pennes secondaires blanches sur les barbes intérieures et 
également rayées de bandes noirâtres 3 toutes les pennes de la queue en 
dessus d'un cendré-brun marqué de neuf ou dix bandes transversales 
séparées par des intervalles du double plus large que les bandes 5 toutes 
ces pennes sont terminées de roux-doré plus ou moins vifj en dessous 
la queue est blanchâtre avec une teinte roussâtre et marquée de faibles 
indices des bandes transversales j le devant du cou , la poitrine et le 
ventre sont d'un roux-clair, et les baguettes des plumes sont brunes: 
ce qui produit de petites stries sur le fond roussâtre du plumage, à peu 
près dessiné comme dans le jeune de V Aigle impérial ^ les caisses, les 
plumes du tarse, l'abdomen et les couvertures du dessous de la queue 
sont, comme dans cet aigle, d'un blanc saie nuancé de roussâtre et 
sans taches. 



AIGLE BONELLL 

Un troisième individu que j ai vu , se trouve dans une livrée in- 
termédiaire 9 entre le jeune sujet décrit et Fadulte en mue dont nous 
donnons la figure. 

Je crois que les vieux individus en plumage parfait ont une partie 
du dessous du corps et les couvertures du dessous des ailes colorésmr 
une grande masse noirâtre 5 car lextension progressive des grandes 
mèches brunes sur le plumage de cette espèce et sur celui de V Aigle im-- 
périal fait conjecturer que les individus de Y Aigle Bonelli^ revêtus 
du plumage parfait ^ n'ont point de taches sur les parties inférieures 
du corps. On voit à des indices certains du plumage que l'individu 
figuré dans ce recueil , est revêtu de sa dernière livrée changeante et 
qu'une mue de plus Faurait revêtu de la livrée invariable : plumage 
que ^ par analogie^ et fondé sur de nombreuses obserçations ^ nous ju- 
geons être d'un brun-noirâtre et lustré sur toutes les parties ducorps^ 
tandis que la queue sera d'un cendré-foncé avec une bande noire uni-^ 
que au bout de toutes les pennes. Peut-être la couleur cendrée sera- 
t-elle marquée 5 dans quelques sujets , de vestiges des bandes étroites 
et en zigzag dont les pennes de la queue du jeune oiseau sont variées. 

Cet oiseau de proie a sans doute été confondu par les chasseurs et par 
quelques naturalistes avec le Falco nύius^ nous avons vu quatre indi- 
vidus ^ dont trois jeunes tués dans les contrées centrales de l'Europe^ 
le quatrième, d'un âge plus rapproché de l'état parfait du plumage, 
est figuré planche 12885 l'état complet et invariable de l'adulte n'a 
point encore été vu. L'espèce, quoique peu nombreuse dansnoscontrées, 
ne doit point être rare dans le midi de l'Europe 5 nous savons que deux 
individus ont été tués dans les forêts des environs de Paris, un troi- 
sième dans le nord de la France, et le quatrième dans les contrées 
méridionales de l'Italie : ce dernier fait partie du Musée de Turin. 



u 




7 



Aigle TThoIaù 



fftceâ. 



AIGLE MALAIS. 



FALCO MALAYENSIS. Reinw. 



U Adulte. — Planche 117. 

Tous les oiseaux de proie des différentes sections, les seuls 
Faucons exceptés, ont le doigt externe le plus court de tous 5 
chez les Faucons c'est le doigt interne qui est assez générale- 
ment le plus long, tandis que l'externe est à peu près de la lon- 
gueur de l'intermédiaire qui est toujours le plus long. L'oiseau de 
proie de cet article forme exception à la règle générale sous le rap- 
port de la grandeur relative des doigts 5 l'externe est excessivement 
court et ressemble par le peu de longueur, en rapport des autres 
doigts, aux deux Autours d'Amérique figurés dans ce recueil sous 
les noms à' Autour à doigt court et d^ Autour grêle. Ce doigt externe 
paraît encore moins long qu'il ne l'est en effet, parce qu'il est armé 
d'un ongle très-petit et que le doigt interne est de la même lon- 
gueur que celui du milieu , qu'il dépasse cependant par l'excessive 
longueur de son ongle qui est peu courbé j le doigt de derrière est 
aussi long et il le paraît davantage par son ongle plus long que 
la phalange et très-peu courbé 5 les autres parties du corps de 
YAïgle malais ne diffèrent point de notre Aigle criard d'Europe 

Recueil d'Oiseaux, 20°. uvraison. 



l 



AIGLE MALAIS. 

(F. nœpius), et de la nouvelle espèce européenne sous le nom de 
F. Bonelli} il peut être comparé , sous le rapport de l'ensemble des 
formes, à ces oiseaux 5 mais la queue est à pennes parfaitement 
égales, et elle présente, étant étalée, une légère apparence échan- 
créé ou fourchue. 

Tout le plumage dans l'adulte est d'un brun couleur de suie plus 
ou moins noirâtre suivant l'âge des individus 5 les plus avancés en 
âge paraissent revêtus du plumage le plus sombre j huit ou neuf 
lunules blanchâtres plus ou moins marbrées de brun sont distri- 
buées sur les grandes barbes des pennes de la queue 5 les pennes 
sont plus distinctement rayées en dessus de bandes d'un gris-brun 
sur un fond noirâtre -, on voit aussi quelques bandes blanches peu 
nombreuses et irrégulières sur la base des pennes des ailes 5 toutes 
les autres parties ainsi que les plumes du tarse sont d'une même 
teinte noirâtre. A juger de quelques plumes, restes des mues anté- 
rieures, sur l'un des sujets que j'ai examiné, on doit supposer que 
les jeunes sont d'un brun beaucoup plus clair, marqué sur toutes 
les parties du corps de bandes très-irrégulières et de zigzags blan- 
châtres? le ventre paraît alors tacheté. Je n'ai vu que des sujets 
adultes envoyés par les voyageurs des Pays-Bas et par MM. Diard 
et Duvaucel. La livrée complète du jeune-âge ne m'est point connue. 

Notre aigle chasse les oiseaux et se nourrit aussi de reptiles 5 il 
ne dédaigne même pas les gros insectes. On le trouve dans toutes 
les îles du grand archipel des Indes qui ont été visitées par les voya- 
geurs, principalement à Java et à Sumatra. 

Musées des Pays-Bas et de Paris. 



55. 




Aigle hoi/B'. 



/Yr/e/ . 



% 



AIGLE BOTTÉ. 



FALCO FENNATUS. Lath. 



Le Mâle adulte. — Planche 55. 

Cette espèce paraît être un diminutif de nos grands Aigles d'Eu- 
rope 5 elle en a le port et les proportions sur une échelle plus petite; 
la longueur des doigts et la courbure des ongles sont les mêmes •> maïs 
le bec est plus faible 5 il diffère aussi de celui de nos grands Aigles , 
tels que Falcofulçus et imperialis^ par sa hauteur qui n'est point au 
niveau du crâne 5 il est plus fléchi depuis la base , moins courbé et pas 
arqué subitement à la pointe 5 le bec de ce petit Aigle ressemble beau- 
coup plus à celui des Buses ^ dont il a tous les caractères. C'est ainsi 
que les espèces différentes d'oiseaux de proie diurnes forment une 
série naturelle ^ dans laquelle il n'est point encore possible d'établir 
de coupe rigoureuse 5 afin d'isoler des groupes de sous-ordre et former 
des genres 5 le passage sans intervalle assignable se voit ^ non-seulement 
dans les formes variées des becs , mais il s'étend aussi aux tarses ^ aux 
doigts et aux ongles. Nous aurons occasion de signaler une multitude 
d'espèces qui sont distinguées par des anomalies remarquables. Le 
nombre toujours croissant d'oiseaux de proie peu connus et nouveaux 
augmente chaque jour 5 les découvertes des voyageurs et les rapports 
plus étendus dans tous les pays 5 favorisent de plus en plus nos connais- 

Recueil d'Oiseaux, 6^ livraisoîv. 



AIGLE BOTTÉ. 

sances sur cette classe intéressante des oiseaux dont les nombreuses 
espèces sont encore mal connues et difficiles à distinguer les unes 
des autres. Une confusion complète dans la synonymie et des doubles 
emplois multipliés se trouvent en plus grand nombre dans ce »enre 
que dans tous les autres ; c'est celui dont il serait le plus utile pour 
l'étude, de publier une grande série d'individus dans les différens 
périodes de la vie et sous leur divers plumage. 

L'Aigle botté qui fait le sujet de cet article, est un habitant des 
parties orientales du nord de l'Europe 3 ses moeurs n'ont point encore 
été observées avec précision , vu son apparition rare , et que dans 
les contrées où il est répandu on ne s'est point encore voué avec ardeur 
aux recherches zoologiques. M. Brehm , pasteur à Rontendorf en Saxe , 
a observé un individu de cette espèce^ elle se montre accidentellement 
en Hongrie et en Autriche , mais tout porte à conjecturer que sa patrie 
est plus au nord 5 elle vit probablement en Russie. La description de 
l'individu tué par M. Brehm se rapporte , selon toute apparence, à un 
jeune oiseau 5 notre figure a été faite d'après un mâle adulte. 

Celui-ci a le front blanchâtre 5 les joues et le sinciput d'un brun 
très-foncé 5 l'occiput et la nuque d'un jaune-roussâtre marqué de taches 
bru nés 5 le dos , les couvertures des ailes et les scapulaires d'un brun- 
sombre bordé de brun plus clair 5 huit ou dix plumes d'un blanc 
pur sans aucune tache ou raie sont placées à l'insertion des ailes 3 
elles sont visibles lorsque l'oiseau les ouvre un peu j les pennes alaires 
sont d'un brun-noirâtre 5 celles de la queue ont en dessus du brun- 
sombre unicolore chez les vieux, mais faiblement marqué de quelques 
bandes transversales plus ou moins distinctes selon les âges 5 toutes 
les plumes des parties inférieures sont d'un blanc-pur, marquées sur 
les baguettes par une raie étroite d'un brun-foncé 5 les plumes des 
cuisses le sont par de petites bandes transversales d'un roux très-clair > 



\D 



"^ 



AIGLE BOTTÉ. 

îa queue est toujours brune en dessus et cendrée ou blanchâtre en 
dessous^ la cire est jaune, l'iris d'un brun-foncé (i) et les doigts 
jaunâtres. La longueur du mâle est de dix-sept pouces six lignes, celle 
de la femelle de dix-huit 5 cette dernière ne diffère point par les cou- 
leurs du plumage. 

Les jeunes ont généralement plus de brun-roussâtre sur la tête et 
au cou 5 les parties inférieures sont d'un roux-clair avec des raies lon- 
gitudinales noires, très-marquées sur les baguettes 5 ils ont les bandes 
à la queue plus marquées que chez les adultes, ces bandes sont au 
nombre de six ou de quatre, et toutes les pennes ont du blanchâtre au 
bout 5 du brun couleur de café est répandu sur les parties supérieures 
du corps et sur les ailes 5 les plumes à l'insertion des ailes sont , dans 
tous les âges , d'un blanc pur. 

Brisson a le premier indiqué cette espèce sous le nom de F^lcon 
p^TTU, Ornith. vol. 6. Appendix , pag. 11, tah. 1. — C'est Falco 
PENN^TUS^ Gmel. sjst, 1 , pag. 272^ ^/j. 90. — La th. , Ind. ornith. 
pag. 1 9^ sp. 54. — L'indication du Falco pennatus de Guv. reg. anim. 
vol. 1 , pag. "525, appartient à la Buse pattue, le Falco lagopus des 
méthodes. 

La nourriture de cet Aigle consiste en petits quadrupèdes et oiseaux ; 
on dit qu'il exerce plus particulièrement sa rapine sur les insectes. On 
trouve des individus dans les Musées de Vienne et des Pays-Bas. 

La description de la Chouette occipitale , planche 34 , a été publiée 
dans la cinquième liçraison. 

( i) J'ai dit dans le Manuel d'Oi'nithologie que la cire est jaune , mais c'est une en'eur. 




é' 




•f^^r^UX^'i'XUJ-* 






Aigle ocJu/a^/[^e/. 



w^ 



AIGLE OCÉANIQUE. 



FALCO LEUCOGASTER. Lat 



H, 



L'Adulte. — Planche 49. 

L'occasion de voir la dépouille d'un individu de Foiseau de proie 
que mon ami Le Vaillant nomme Blagre dans son Ornithologie 
d'Afrique (i), ne s'est point encore présentée. Le voyageur cité 
avait préparé, avec le plus grand soin, deux sujets de cette espèce^ 
ils ont été totalement gâtés par la graisse qui a imbibé leur plumage, 
et depuis le retour de M. Le Vaillant aucun des naturalistes qui 
ont visité les mêmes contrées n'ont pu se procurer les dépouilles 
de cet oiseau. On voit une figure passable du Blagre dans l'Orni- 
thologie d'Afrique j M. Le Vaillant compare la grandeur de cet 
Aigle-pêcheur au Balbusard d'Europe 5 ses plumes, dit-il, ont la 
rudesse de celles des Martins-pêcheurs ^ surtout celles du ventre dont 
les barbes sont très-serrées et fort unies entre elles 5 la tête, le cou et 
tout le plumage antérieur sont d'un blanc-satiné 5 le manteau et les 
couvertures des ailes sont d'un léger gris-brun , ainsi que la queue 
dont le bout est blanc. 



(i) Voyez Oiseaux cV Afrique , voL i ,pag, iS^pl, 5, 
Recueil d'Oiseaux, 9^ livraison. 



AIGLE OCÉANIQUE. 

Ces caractères dîstinctifs ^ donnés au Blagre de Le Vaillant 
nous ont paru différer •> sous plusieurs rapports , de loiseau de proie 
qui fait le sujet de cet article. C"est à cause de ces dissemblances 
que nous croyons préférable d'^en faire provisoirement deux espèces , 
et de ne pas suivre Fopinion de quelques naturalistes qui réunissent 
le Falco leucogaster de Latham au Blagre de Le Vaillant. La dis- 
tance très-considérable des deux pays où Ton a trouvé les deux 
oiseaux mentionnés ^ ne contribue point à donner plus de proba- 
bilité à la différence spécifique, puisque nous savons que la même 
espèce d^oiseau de proie habite quelquefois dans les parages de FO- 
céanie , dans Flnde et en Afrique , et qu'il y a des exemples plus 
remarquables de cette nature parmi les oiseaux gralles et palmipèdes^ 
comme 5 par exemple , de VIbis noir (i) révéré et conservé en momie 
par les anciens Egyptiens 5 cet oiseau est répandu , non-seulement 
au nord et au midi de FAfrique , dans les contrées septentrionales 
et tempérées de FEurope, mais on le retrouve au Brésil, et une 
douzaine de dépouilles, rapportées récemment de Fîle de Gélèbe 
par mon ami Reinv^ardt, servent à constater Fexistence de cette 
espèce dans les contrées les plus reculées du grand Archipel de 
FAsie. Notre Marlm- pêcheur (alcedo ispida ) se trouve aussi dans 
quelques îles de ce vaste Archipel. 

L'Aigle-pécheur, que nous nommons ^Igle océanique^ surpasse 
par la taille les dimensions données par Le Vaillant à son Blagre 
d'Afrique 5 sur huit dépouilles de notre Aigle, toutes d'individus 
adultes, il ne s'en est point trouvé une comparable pour la gran- 
deur au Balbusard d'Europe 5 leur taille est un peu moindre que 
celle de notre Orfraie^ mais leur bec est beaucoup plus faible, pms 

(i) Tantalus falcincllus de Linné;, notre Ihis falcinellus du Manuel d'Ornithologie. 



w^ 



AIGLE OCÉANIQUE, 
droit 5 la mandibule supérieure plus crochue et plus longue 5 les 
bords de cette mandibule sont garnis dun feston très-prononcé 
qui occupe la place de lechancrure ou de la dent dans les Faucons^ 
caractères qui distinguent notre Aigle de V Orfraie et du Balbu- 
sard. La différence de grandeur dans notre Aigle et dans le Blagre 
de Le Vaillant^ ne déterminerait point à elle seule notre opinion ^ 
car nous avons observé des différences aussi marquées que celle-ci 
dans les individus de même espèce 3 et c'est un fait constaté par de 
nombreuses observations ^ que les oiseaux de proie du Sénégal et 
de toute la côte de Guinée sont environ d'un tiers plus petits que 
ces mêmes espèces qui habitent le midi de l'Afrique ; tandis que 
tous les oiseaux des genres Fie-grieche^ Guêpiers, Fromérops ^ et 
le plus grand nombre des Gallinacés des côtes occidentales de 
l'Afrique ^ sont plus grands et que leur plumage est paré de couleurs 
plus pures et plus brillantes que ne le sont ces mêmes espèces dans 
les terres stériles et plus désertes du midi de cette vaste péninsule. 
La nourriture plus ou moins abondante influe sans doute plus que 
le climat sur ces différences^ dont nous aurons occasion de parler 
ailleurs dans la suite de cet ouvrage. 

La queue de Y Aigle océanique est de moyenne longueur, elle est 
très-étagée , même un peu conique ; elle dépasse les ailes de deux 
pouces environ 3 la queue , dans la figure du Blagre de Le Vaillant, 
parait égale et plus longue, et elle est dépassée par le bout des ailes; 
les pieds nous paraissent aussi moins forts et les ongles plus petits 
et moins crochus. Notre Aigle a les ongles en gouttière en dessous, 
et quoique je n'attache aucune valeur à ce caractère pris comme 
différence générique, il peut servir d'un moyen de plus pour éta- 
blir les différences entre les espèces. 

Nous connaissons seulement le plumage de l'adulte 3 la livrée des 



AIGLE OCÉANIQUE. 

jeunes 5 dans les difFérens âges, serait très-intéressante à ajouter à 
Fhistoire de cet oiseau 5 il est probable que leur plumage dijEFère 
beaucoup de celui de Fadulte^ car c'est ordinairement dans les oi- 
seaux couverts à leur état parfait d'une livrée blanche , que les dif- 
férences, dans un âge moins avancé, sont les plus remarquables3 
on parvient rarement à les indiquer exactement dans une descrip- 
tion 5 et sans Faide d'une figure on reste souvent exposé à commettre 
des erreurs en réunissant ou en séparant mal à propos des espèces. 

Notre Aigle est d'un blanc parfait, très-éclatant à la tête, au cou, 
sur toutes les parties inférieures du corps et aux cuisses 5 la moitié 
inférieure de la queue, la base des pennes et une partie de leurs 
barbes intérieures sont aussi d'un blanc pur 5 la moitié supérieure 
de cette queue est d'un cendré- noirâtre 5 tout le dos et les ailes sont 
d'une belle couleur cendré-foncée 3 les baguettes des plumes blanches 
de la tète et du cou, sont brunes-noirâtres, ce qui forme de petites 
stries très-fines sur ces parties 5 les rémiges sont noires 5 le bec est 
noir 5 la cire paraît bleuâtre 5 l'iris brun 5 et les pieds , couverts de 
rugosités, sont d'un beau jaune. Longueur totale, deux pieds quatre 
ou cinq pouces. 

Les premières dépouilles , qui ont été vues en Europe , ont été 
rapportées de la Nouvelle-Hollande par l'expédition aux terres aus- 
trales sous la conduite du capitaine Baudin. J'ai acheté à Londres 
deux individus tués dans les îles des Amis, et deux autres ont été 
trouvés à l'île de Célèbe par M. Reinv^ardt. L'Afrique n'en a point 
encore fourni. 

Musées de Paris , de Londres , de Vienne et des Pays-Bas. 



20^. 




Ilileâ. 



Aiq:le coiironm ^ aJuiie^ 



P éT4wl..(,AiAArtCi.i ^^.rn^-wat 



1 % 



'^AA/^ 



AIGLE COURONNÉ. 



FALCO CORONAIUS. Azara. 



L'Adulte. — Planche 254. 

Ce grand Aigle d'Amérique est à peu près de la taille de nos Aigles 
d'Europe, désignés sous les noms de Falco Imperialis et Fulpus, 
D'Azara le décrit sous le nom di Aigle couronné (1)5 il dit que les 
Guaranis, peuplade sauvage du Paraguay^ connaissent l'espèce sous 
le nom de Taguato-Hobi , ce qui signifie Buse-Bleue. Il n'est point 
encore prouvé, ainsi que le pense Sonnini, que c'est le même oiseau 
que le Colquin, indiqué assez vaguement par l'abbé Molina^ des rap- 
prochemens de cette nature sont très-incertains , car le plus grand 
nombre des oiseaux de proie, si difficiles à reconnaître dans les diffé- 
rens périodes de l'âge et de la mue, est trop vaguement indiqué dans 
nos méthodes et dans les récits très-incorrects des voyageurs, pour 
qu'il soit possible de reconnaître et de distinguer les espèces. 

D'Azara décrit un mâle à peu près revêtu de la livrée de l'adulte , 
en ces termes : Presque tout le plumage est d'un brun mêlé de bleu , 

(i) Azara, Fqy. Oiseaux du Paraguay , vol. 5j pag. 4i- On ne doit point confondre cette 
espèce avec l'Aigle couronné de Buflfon. 
Recueil d'Oiseaux, 4o°- utraison. 



AIGLE COURONNE. 

plus clair sur les parties inférieures. Les couvertures de la queue sont 
terminées de blanc. Les premières pennes des ailes et la queue sont 
noirâtres 5 celle-ci a une bande blanche, large de dix-huit lignes, qui 
commence à deux pouces de son extrémité, avec un trait de la même 
couleur qui tient le milieu entre la bande et la naissance des pennes. 
Au-dessus de l'occiput naissent quatre grandes plumes longues de 
trois pouces et demi jusqu'à quatre pouces, terminées en pointe, que 
l'oiseau redresse à volonté , et qui sont toujours un peu soulevées. L^ar- 
ticulation de la jambe et une partie du tarse, en devant, sont garnis 
de plumesj la partie nue du tarse est couverte d'écaillés hexagones. 
La cire est d'un jaune vif, l'iris noisette et le tarse jaune. Longueur 
totale, vingt-huit pouces. 

Un individu jeune encore, mais que d'ÀMra prend pour la femelle 
( quoique les deux sexes ne diffèrent que par la taille ) , est indiqué 
comme ayant la même grandeur que le mâle ci-dessus désigné y il a 
la même couronne, et n'en diffère que par les teintes du plumage. 
Les plumes de sa tête sont d'un roux clair, avec du brun dans leur 
milieu ; celles de la nuque, jusqu'au milieu du cou, sont blanches à 
leur naissance , et brunes dans le reste, avec une bordure rousse y de là 
jusqu'aux couvertures de la queue, elles sont brunes, de même que 
les couvertures supérieures des ailes. Le devant du cou est comme 
marbré de brun , de blanc et de roux-clair. Les côtés de la tête , la 
gorge et tout le dessous du corps sont blancs 5 c'est la couleur des 
couvertures supérieures de la queue , qui ont une tache brune près 
de leur extrémité. La queue est bleuâtre 5 une bande brune et large de 
deux pouces la termine , et l'on y remarque quelques petites taches et 
des points rares , d'une nuance plus foncée. Les ailes sont variées de 
brun et de bleuâtre 5 leurs couvertures inférieures sont blanches , avec 
quelques taches noirâtres vers leur pointe. Cette description a rapport 



\\1 



AIGLE COURONNÉ. 

au jeune de l'Aigle couronné , tel que j'ai vu des individus revêtus de 
la livrée du moyen âge. 

Les adultes des deux sexes ont à peu près le même plumage 5 les 
femelles sont plus grandes que les mâles , et j'en ai vu de trente-deux 
pouces en longueur totale. La queue est carrée , et les ailes se joi- 
gnent à environ deux pouces de son extrémité. La partie emplumée 
du devant du tarse est peu étendue, et cet oiseau , ainsi que quelques 
autres , forment , sous ce rapport , les espèces intermédiaires entre 
nos Vigies Pêcheurs et nos Aigles Chasseurs, Un cendré-bleuâtre très- 
pur forme les teintes des parties supérieures 5 les inférieures ont une 
nuance cendrée-isabelle , et les cuisses sont colorées de cendré-noirâ- 
tre 5 les deux bandes blanches de la queue sont disposées sur un fond 
noir-parfait. 

D'Azara nous apprend encore que cet Aigle pousse un sifflement 
aigu et lamentable 5 il se perche vers la cîme des plus grands arbres 5 
de cette embuscade il se laisse tomber sur sa proie 5 plus souvent il 
s'élève à une grande hauteur, et vole en tournoyant jusqu'à ce qu'il ait 
découvert une proie sur laquelle on le voit s'abattre perpendiculaire- 
ment, les ailes pliéeset sans bruit. Les Tinamous, les Poules et d'autres 
oiseaux de grande et de moyenne taille, les petits mammifères, les 
faons et les agneaux sont leurs victimes ordinaires 5 ils les emportent 
sur les arbres pour les dévorer. Pressés par la faim, on les voit aussi se 
rabattre sur des charognes. 

On trouve cette espèce au Brésil, au Paraguay et sur la rivière de 
la Plata. 

Musées de M. Bonjour, de Paris et des Pays-Bas. 




â. 



Ilz/e/r. 



Aigle (/ey Max^^y 



22Ù 




Fre//-e-^. , 



Aigle dey m ace 



/ j^^< 



ine . 



\v^ 



AIGLE DE MACÉ. 



FA L CO MA CEI. C u v. 



U Adulte ^ planche 8. — he Jeune ^ planche 21x5. 

Dans Farrangement méthodique du Musée de Paris, M, Cuvier a 
donné à la nouvelle espèce d'Aigle qui fait le sujet du présent article, 
le nom d'un naturaliste voyageur, auquel cet établissement doit un 
grand nombre d'animaux nouveaux ou peu connus, fruits de ses courses 
en Amérique , et qu'il a rassemblé dans le voyage sous la conduite du 
capitaine Baudin^ expédition fatale par la mort du plus grand nombre 
des savans distingués qui en firent partie. Nous nous empressons 
de rendre un hommage justement mérité à un naturaliste dont la 
perte a été vivement ressentie par tous ses compagnons de voyage , 
et qui, jusqu'à sa dernière heure, donna l'exemple d'une persévé- 
rance et d'un zèle admirable à remplir le but de sa mission. 

Les formes de cet Aigle sont les mêmes que celles de notre Aigle 
pygargue, mais sur une échelle plus petite. L'adulte a la tête, la 
nuque et la partie supérieure du dos d'un fauve clair , qui se nuance 
aux côtés du cou par demi-teintes en blanchâtre 5 les sourcils, les 
joues, la gorge et tout le devant du cou sont d'un blanc pur; les 
plumes de cette dernière partie sont longues , et leur extrémité est 

Recueil d'Oiseaux ; 2*. litraison. 



AIGLE DE MAGE. 

terminée en pointe 5 la poitrine et le ventre sont d'un roux-clair • 
cette couleur devient plus sombre vers la région des cuisses , et elle 
revêt l'abdomen 5 ses ailes, le dos, la base et l'extrémité de toutes 
les pennes caudales sont d'un brun très-foncé 5 la queue est partagée 
dans le milieu par une bande blanche, large et sans taches- les 
tarses et les doigts sont jaunes , et le bec est noir. Longueur , deux 
pieds deux pouces. 

Dans le jeune âge il n'existe point de blanc à la tête ni au cou 
ces parties sont alors d'un fauve-roussâtre taché de blanc 3 toutes 
les parties inférieures sont d'un roux-fauve, marqué irrégulière- 
ment de taches brunes et de zigzags plus clairs 3 l'abdomen et les 
couvertures inférieures de la queue sont de couleur isabelle sans 
taches 3 la queue est blanchâtre depuis sa base, marquée de zigzags 
et de points bruns et fauves, et terminée par un large espace fauve 
ou brun clair 3 la fine pointe des pennes est blanche 3 tout le dos, 
ainsi que les ailes , sont d'un brun-foncé , et chaque plume est termi- 
née par du blanc-jaunâtre. Il se montre plus de blanc à la tête, au 
cou et à la queue à mesure que les individus passent de la livrée du 
jeune âge à celle de l'adulte 5 on conçoit cependant que chaque 
mue produit un arrangement différent dans les taches de la robe. 
Notre pi. 225 représente un individu que je crois revêtu de sa pre- 
mière livrée. 

Cette espèce habite l'Inde : elle a été envoyée du Bengale au 
Muséum de Paris 3 on voit aussi le jeune dans la collection men- 
tionnée. 



5o 



2, 




Aigle a^may, mâ/ey a</u/àt 



J^reére/. 



(l. 



•ÏJAr'iAvKAruAM^^ ^^YYAj.^^V^A^'^^'tiA^^ 



^\ 



AIGLE AGUIA. 



F A LC O AGUIA. T 



E M M. 4. 



Le Mâle adulte. — Planche 5o-îb 



Ce rapace a les formes de nos Aigles d'Europe. Les tarses sont 
nus sur la plus grande étendue de leur face antérieure, mais cou- 
verts de plumes vers Tarticulation du genou 5 les côtés et la partie 
postérieure sont entièrement nus ; la partie emplumée du devant 
du tarse a un pouce d'étendue. La queue est courte ^ légèrement 
arrondie 5 et les ailes la couvrent à peu près dans toute sa longueur. 
Les quatre premières rémiges ont leurs barbes extérieures échancrées 
et tronquées 5 à peu près comme dans quelques espèces de Buses. 
Les doigts 5 par leur forme et leur longueur ^ ressemblent à ceux de 
nos Aigles. 

L'adulte a le sommet de la tête, la nuque, le dos, les scapulaîres 
et la queue d'un cendré-bleuâtre très-foncé, à peu près de couleur 
ardoise 5 toutes les pennes de cette dernière partie sont terminées par 
une petite tache blanche; les côtés du cou et la poitrine d'un cendré- 
bleuâtre clair, plus ou moins marbré de blanchâtre 5 les plumes de 
ces parties ont une petite tache blanche à leur extrémité; la partie 
supérieure des flancs, toutes les couvertures du dessous des ailes et 

Recueil d'Oiseaux ^ 5l^ livraison. 



AIGLE AGUIA. 

de la queue sont blanches, rayées à de grandes distances de fines 
raies d'un cendré -bleuâtre 5 le reste des parties inférieures lès 
cuisses et la partie emplumée du devant du tarse sont d'un blanc 
parfait 5 les plumes de la gorge sont blanchâtres, marquées de stries 
cendrées, formées par la teinte sombre de leurs baguettes 5 les ailes 
ont une teinte cendrée plus claire que celle du dos^ toutes les cou- 
vertures, ainsi que les pennes, portent de nombreuses raies couleur 
ardoise, et les baguettes ont la même teinte 5 le tarse est d'un jaune 
clair 5 le bec noir à sa pointe, et bleuâtre à sa base 5 enfin la cire 
jaunâtre. D'Azara indique l'iris de couleur noisette très -faible. 
Longueur totale du mâle , vingt-deux pouces. Les dimensions de 
la femelle sont de vingt-cinq pouces. 

Tel est le signalement de l'adulte de cette espèce, que d'Azara 
indique sous le nom à^ Aigle noirâtre et blanc ^ Oiseaux du Parag. , 
vol. 1 , pag. 43, esp. 8. Nous lui avons conservé le nom à'Jguia 
qu'elle porte au Brésil. L'auteur espagnol dit qu'on trouve l'espèce 
au Paraguay, sans qu'elle y soit nombreuse, et on la voit habituel- 
lement par paires. On la dit plus répandue dans quelques parties 
du Brésil. 

Le jeune, et l'état de plumage de l'âge moyen de ce rapace ne 
nous sont point encore connus. 

On trouve des individus dans les Musées de Paris et des Pays- 
Bas, ainsi que dans les Collections ornithologiques de MM. Laugier 
de Chartrouse, et Bonjour à Paris. 



2 



'â 




Buse èlaneAeâ, 



Mue' 



^^ 



BUSE BLANCHET. 



FJLCO ALBIDUS. Gu 



V. 



U Adulte. — Planche 19. 

Pour classer d'aune manière plus exacte et naturelle la grande 
famille des oiseaux de proie répartis dans le genre Falco^ il faudrait 
être à même d étudier avec plus de suite ces oiseaux qui se dérobent 
par tant de moyens aux recherches de Fobservateur. Le courage , la 
force ou Fadresse qu'ils développent ^ les moyens de vol et ceux de 
préhension dont ils sont doués 5 sont si différens 5 leur appétit vorace 
choisit ses victimes parmi un si grand nombre d'espèces d animaux ^ 
qu'il n'est point surprenant de voir chez eux tant de légères disparités 
dans les formes^ et des nuances presque imperceptibles dans les passages 
des unes aux autres 3 ces caractères se trouvent modifiés suivant les 
classes et les espèces d'animaux qui leur servent de pâture 5 et les dé- 
veloppemens de moyens varient encore selon les climats où leur proie 
est répandue 5 ou suivant les localités où elle vit habituellement. Dans 
l'impossibilité où nous sommes d'étendre nos recherches sur tous ces 
points 5 contentons-nous de faire connaître les espèces dont le cata- 
logue augmente encore considérablement par les découvertes des 
nombreux voyageurs qui parcourent les conti^ées peu connues du 
globe. 

Recueil d'Oiseaux , 4*'' livraison. 



BUSE BLANCHET. 

Du nombre des espèces nouvelles répandues dans Flnde , est loiseau 
de proie figuré planche 19 , auquel nous donnons le nom de Buse^ il 
peut être rangé parmi les rapaces voisins de IsiBuse bâcha (1) de M. Le 
Vaillant et pas fort éloigné des Autours à tarses longs d'Amérique , ni 
de V Aigle brachidactjrle d'Europe. 

Uoiseau qui nous a servi de modèle est Tunique sujet de cette espèce 
que j ai vu 3 à juger d'après la nature du plumage et par la distribu- 
tion des couleurs il me paraît que c'est un individu adulte 5 ou peu 
éloigné de cet état. L'occiput de cette Buse est orné de plumes longues, 
formant une huppe couchée 3 l'orifice des oreilles et une partie des 
joues sont couvertes de plumes noires 3 les parties inférieures sont 
toutes d'un blanc pur varié sur la poitrine par quelques taches brunes , 
clair-semées 5 par de petites raies longitudinales aux flancs et de faibles 
indices de bandes transversales aux cuisses 3 les plumes delà tête et de 
la nuque sont blanchâtres , terminées d'une légère teinte roussâtre et 
marquées d'une zone brune dans le milieu 3 le dos et les ailes sont d'un 
brun- foncé marqué de grandes taches blanches 3 et les pennes des ailes 
ont toutes une tache blanche à leur pointe 3 la queue est rayée 5 alter- 
nativement 5 de trois bandes d'un brun-foncé et de trois autres d'un 
brun-clair, en dessous elles sont brunes et blanches t le tarse est cou- 
vert d'écaillés hexagones 5 cendrées 3 le bec est noir. 

Cette Buse se trouve au Muséum de Paris , elle a été envoyée de 
Pondichéry. 

(i) La Buse bâcha ^ Falco bâcha ^ des catalogues méthodiques ^ est répandue non-seulement 
dans l'Afrique méridionale^ mais on la trouve aussi dans l'Inde^ à Java et à Sumatra. En 
Afrique elle se livre presque exclusivement à la chasse des Damans ; à Java elle est ^ comme 
notre Buse^ le fléau des basses-cours. 




20 



Pr/'/re^ 



B 



IXSe rous'o'âù'e/. 



r-^'^-^^/*n}l^'HA^^^ ^'V^ysî-\ÀA.^r\/^^^yj 



BUSE ROUSSATRE. 



FALCO RUTILANS. Lichtens, 



U Adulte. — Planche 26. 

Nous donnons sous ce nom la figure d'un oiseau de proie que 
d'Azara décrit , et qull nomme Buse des Savannes noyées rousse. 
Quoique modelée à peu près sur les formes des Busards d'Europe , 
il manque à notre oiseau la collerette de plumes contournées ou 
frisées qui entoure la nuque des espèces de cette section 3 ses tarses 
aussi longs que ceux des Busards sont plus gros et plus nerveux, 
la queue est aussi plus courte et les ailes plus longues en propor- 
tion 5 celles-ci dépassent Fextrémité de la queue environ de deux 
pouces 5 la première rémige est très-courte 5 et la deuxième est plus 
courte que les deux suivantes^ qui sont les plus longues de toutes. 
Les tarses de notre Buse ressemblent un peu à ceux de rUrubi-- 
tinga (1) dont il a le port, mais ses ailes sont proportionnellement 
beaucoup plus longues, et sa queue Test moins. En la comparant 
à notre Buse à ailes longues (2) , on trouve que notre Buse rous-- 

- (i) Falco urubitinga^ Lath. sp. 43. Voyez le jeune de cette espèce dans notre planche 55, 
où il porte par erreur le nom de Caracara uruhitinga ; cet oiseau est un Autour de la sec- 
tion de ceux à tarses longs. 

(:2) Falco pteroçhs de nos planches 5& ^ l'adulte^ et iSg, le jeune de Fanne'e. 
Recueil d'Oiseaux, 5\ livraison. 



y 



BUSE ROUSSATRE. 

sâtre a les tarses bien plus longs , et que ses formes sont plus élan- 
cées et plus sveltes5 enfin, l'espèce de cet article est placée sur la 
limite qui sépare les Busards des Buses, Plusieurs autres espèces 
pourvues de tarses également longs, mais dont les ailes sont plus 
courtes et la queue plus longue, forment le passage des Busards 
aux Autours. On trouve aussi plusieurs espèces de cette dernière 
section qui indiquent le passage aux Aigles et aux Faucons. 

La Buse roussâtre vit dans les lieux humides de l'Amérique 
Méridionale , désignés sous le nom de Savannes noyées : des rep- 
tiles, des anguilles et des limaçons forment sa nourriture habituelle, 
mais elle poursuit aussi les gros insectes, et saisit ceux-ci au vol. 
D'Azara nous apprend que cette espèce est très-multipliée , cepen- 
dant sa ponte n'est composée que de deux oeufs, d'un rouge-tanné 
et tacheté de sang. Ils se rassemblent quelquefois en grandes troupes, 
avec quelques autres espèces du genre Falco ^ dans les terrain^ 
brûlés , et cherchent à découvrir les couleuvres et à saisir les insectes 
au vol. 

Lès vieux des deux sexes ont le plumage d'un roux-doré très- vif j 
ce roux est varié sur la tête de petites stries longitudinales 3 sur 
le dos et aux ailes se trouvent de grandes taches d'un brun-cendré j 
le cou, la poitrine et le ventre ont un grand nombre de bandes 
noires, très-étroites, disposées transversalement 5 les cuisses et la 
partie interne des ailes sont rousses 3 les rémiges et les pennes secon- 
daires ont du roux rayé de noir sur les trois quarts de leur lon- 
gueur 5 le reste, vers la pointe, est noir 3 la queue est noirâtre et 
coupée vers le milieu de sa longueur par une seule bande blanche 
ou cendrée3 toutes les pennes sont terminées de blanc ou de cendré3 
la cire, la base du bec et les pieds sont jaunes. Longueur totale, 
de 18 à 20 pouces selon les sexes. 



BUSE ROUSSATRE. 

Les adultes -> dont le plumage n'a point encore atteint toute sa 
perfection 9 ont du cendré-brun sur toutes les parties supérieures 5 
les raies transversales aux parties inférieures sont moins distinctes 5 
et les taches à la tète et au cou sont plus grandes j la partie noire 
de la base des pennes caudales est marbrée de roux 5 et leur ex- 
trémité est de cette teinte. 

Les jeunes de Tannée ont la tête, le cou-> et les parties infé- 
rieures d'un blanc légèrement roussâtre, marqué de larges mèches 
et de taches brunes 5 le dos et les ailes couverts de plumes d'un 
brun-cendré 5 encadré par du roussâtrej quelques grandes taches 
rousses marquées de lignes noires en zig-zags sur les grandes cou- 
vertures 5 les pennes secondaires et les rémiges rousses à leur base 
et coupées de zig-zags noirs 5 disposés à de grandes distances 3 Fex- 
trémité des rémiges d'un brun-foncé 3 cuisses rousses, rayées de 
nombreux zig-zags noirs 5 la queue marbrée à la base, de roux, de 
blanc et de brun, irrégulièrement rayée de roux et de brun vers 
le milieu , et terminée par un espace brun-foncé. 

L'individu décrit par d'Azara n'était point encore revêtu de la 
livrée parfaite de l'adulte. 

Cette espèce paraît répandue dans presque toutes les parties de 
l'Amérique méridionale. D'Azara en a vu au Paraguay 5 ils sont 
assez nombreux au Brésil , et on trouve des individus dans les col- 
lections faites à la Guiane. 

Musées de Paris, de Vienne, de Berlin et des Pays-Bas. 




éè~ 



Jlwt. 



BxLse piHorh/naue/. 



BUSE PTILORHYNQUE. 

FALCO P TIL O RHYNCUS. Temm. 



L Adulte. — Planche 44. 

Cet oiseau de proie de l'Inde est d'un quart environ plus grand 
que notre Buse bondrée d'Europe j ses formes sont à peu près les 
mêmes 5 Fintervalle entre Toeil et le bec est couvert 5 comme dans 
notre espèce européenne ^ de petites plumes écaillées qui diffèrent 
seulement des plumes recouvrant le lorum dans notre Bondrée ^ 
parce qu'elles sont moins grandes et plus clair-semées (1). Le bec 
et les pieds diffèrent peu de ces parties dans les Cymindis^ et ces 
rapports semblent indiquer quelque analogie dans les moyens phy- 
siques et dans les appétits de ces oiseaux. Les trois espèces de Cjrmin- 
dis qui nous sont connues 5 habitent la partie méridionale du nouveau 
mondes elles diffèrent les unes des autres par la forme du bec. La 
pointe crochue de cette partie est, sans doute -> beaucoup plus longue 
chez ces oiseaux que dans notre Bondrée d'Europe3 mais on remarque 
des rapports très-prononcés dans la forme totale. Ils diffèrent moins , 
les uns des autres , par la forme des pieds et par celle des doigts; 
ces parties indiquent que ces oiseaux , la Bondrée d'Europe , notre 
Buse du présent article et l'espèce citée dant la note ci-derrière ont, 

(i) Les Çymindis d'Amérique ont ce même caractère;, mais les plumes du lorum sont un 
peu plus allongées; il se trouve plus marqué dans une espèce nouvelle de Flnde, à bec et pieds 
à^ Bondrée. Cet oiseau de proie ^ que nous publierons dans nos fascicules ^ difFère des Bondrées 
et des Çymindis par une forte dent à la mâchoire supérieure, caractère par lequel il se rap- 
proche des Faucons. 

Recueil d'Oiseaux, 8\ livraison. 



BUSE PTILORHYNQUE. 

comparativement aux autres oiseaux de proie ^ une faiblesse plus ap- 
parente dans les moyens de préhension. 

L'espèce figurée planche 44, a Focciput orné d'une huppe com- 
posée de quatre ou de six plumes larges et couchées comme dans 
plusieurs autres espèces d'oiseaux de proie des sections Aigle et 
Busej la queue est longue et arrondie 3 les ailes aboutissent à quel- 
que distance de son extrémité 5 les tarses sont courts et à moitié 
vêtus. Tout le plumage des parties supérieures est d'un brun lustré 
chaque plume est bordée de brun plus clair , et on voit des taches 
ondulées en travers. La réunion des pennes secondaires fait que l'aile 
est peinte d'une large bande transversale d'un beau gris-cendré mar- 
qué de zigzags plus foncés , et bordé par une bande noire 5 les rémiges 
sont rayées de bandes brunes et cendrées. La queue est noire , une 
large bande blanchâtre , plus ou moins marbrée de brun , passe sur 
toutes les pennes qui sont terminées par du blanchâtre marbré. 
Les parties inférieures sont d'un brun terne 5 le bec est noir et 
les pieds sont jaunes. Longueur , deux pieds^ les femelles ont deux 
pieds deux ou trois pouces. 

Les jeunes manquent de la bande cendrée à l'aile 5 toutes les pennes 
sont rayées^ la queue a trois bandes blanchâtres marbrées de brun, 
et trois bandes brunes-noirâtres 5 du cendré pur couvre la tête 5 le 
plumage supérieur est varié de brun-terne et de cendré-brun 3 les 
longues plumes de l'occiput sont noires 5 la gorge est variée de noir 
et de brun 5 et les parties inférieures ont des taches blanches sur un 
fond brun-cendré. 

Cette espèce a été indiquée par M. Cuvier sous le nom de Bondrée 
huppée. Voyez Règne animal ^ vol. 1 , pag* "^^5 ^ pi. 5, j^g. 4. On la 
trouve à Java et à Sumatra. Ses mœurs n'ont point été observées. 

Musées de Paris et des Pays-Bas. 



s 




Buse ay Jaj- ûicAeù-y. 



BUSE A DOS TACHETÉ 



FALCO PŒCILONOTUS. Guy. 



U Adulte. — Planche 9. 

Cette nouvelle espèce de la division des buses, qui ont le port 
et les formes de celle d'Europe , est distinguée par la blancheur écla- 
tante du plumage et le noir parfait distribué sur les pennes des ailes 
et de la queue. Les ailes couvrent deux tiers de la longueur de la 
queue, et les pennes de celle-ci sont à peu près égales entre elles. 
Nous ne connaissons point encore les mœurs de ce bel oiseau de proie. 

Du blanc pur est répandu sur la tête , au cou , ainsi que sur toutes 
les autres parties du corps 5 la queue est blanche à la base, puis 
noire , et terminée par une large bande d'un blanc pur 5 toute Faile 
est noire , tachée de blanc. C'est de ces taches blanches en forme de 
croissant, qui sont disposées à l'extrémité des couvertures et des 
pennes des ailes, que la dénomination de buse à dos tacheté a été 
prise. Le bec est noir 5 l'iris, dont on ignore la couleur naturelle, 
a été peint en jaune, parce que cette nuance colore le plus sou- 
vent cette partie dans le plus grand nombre des rapaces 3 les pieds 
paraissent avoir été d'un rougeâtre clair. La taille est celle de notre 
Buse. 

Nous ne connaissons point les différentes livrées de cette espèce, 

Recueil d'Oiseaux ^ 2\ liyraison. 



BUSE A DOS TACHETÉ. 

dont les individus, sous le plumage parfait, ne sont point rares dans 
les collections. Les dépouilles des adultes font partie des cargaisons 
envoyées de la Guiane française 5 je n'ai point encore trouvé dans ces 
envois une seule peau d'un jeune individu de cette espèce. 
Musées de Paris, des Pays-Bas, et de Laugier de Chartrouse, 



où 




Buse ay azle^ lo/iaueif^j'ej/ne/. 



i^u^/. 




i5^ 



Vlir^/ 



BllSe a. ai/eé' //?nai/£4i*, Jezme^ Je la/imey. 



BUSE A AILES LONGUES. 



FA L C O PTEROCLES. T 



EMM- 



U Adulte^ planche 56. — Le Jeune de r année ^ planche iSg. 

Pour décrire avec exactitude tons les états difFérens du plumage 
et les nombreuses variétés que subissent le plus grand nombre des 
espèces d'^oiseaux de proie ^ depuis leur première mue jusqu'à Fétat 
adulte, il faudrait remplir des pages ou bien se résoudre à donner 
par la gravure une série de planches représentant les individus 
dans les livrées les plus rem^arquables. L'adulte en plumage parfait, 
de Fespèce décrite dans cet article , diffère du sujet plus jeune figuré 
pi. 56, par les plumes blanches qui couvrent la gorge, par le roux 
plus vif et moins bariolé des scapulaires , par le roux-vif des petites 
couvertures et par la blancheur plus parfaite de la queue. Celui 
que nous donnons ici a la gorge, la tête, les joues, le cou et le 
haut du dos d'un noir couleur d'ardoise 5 les scapulaires tachés de 
brun sur un fond d'un roux-vif 5 le devant du cou, toutes les 
autres parties inférieures et les couvertures du dessous des ailes 
d'un blanc-pur 5 ces couvertures , ainsi que les flancs et une partie 
des côtés de l'abdomen, rayés transversalement de fines raies rousses 
ou roussâtres en zigzags 5 la queue, qui n'est pas très -longue, mais 

Recueil d'Oiseaux^ io% livraison. 



.U 



BUSE A AILES LONGUES. 

à pennes égales , est d'un blanc couleur de perle , ayant une large 
bande noire vers son extrémité 3 la partie blanche est marquée en 
dessus de six ou de sept fines raies transversales disposées en zigzags 
et en dessous de taches qui en tiennent lieu 5 la queue est terminée 
de blanc. On voit, dans quelques individus plus jeunes, de petites 
taches brunes sur le blanc de la poitrine et du roussâtre sur les 
ailes 5 les pennes secondaires des ailes sont rayées de bandes cen- 
drées et blanchâtres, ou brunes et cendrées 5 les rémiges le sont 
extérieurement de bandes cendrées et noires. Nous avons pris les 
dimensions sur des mâles adultes de 16 à 17 au plus et sur des 
femelles de 20 et même de ai pouces en longueur totale. 

Le jeune de l'année, planche 109, a le lorum et le fi?ont blancs | 
les joues et les côtés du cou d'un jaune-roussâtre, marqué de 
petites mèches noirâtres -, la tête , la gorge , le devant du cou et le 
dos noirs j sur ces parties se trouvent quelques taches plus claires, 
ou bien toutes les plumes sont terminées de roussâtre 5 les ailes et 
le dos sont d'un noir couleur d'ardoise et toutes les plumes frangées 
de roussâtre 5 on voit aux scapulaires de faibles indices du roux vif 
et pur qui colore ces parties dans l'adulte 5 les parties inférieures 
sont d'un blanc-sale teint de roussâtre et varié de taches brunes et 
roussâtres qui disparaissent avec l'âge et se changent en stries sur 
les flancs 5 la queue est blanche , irrégulièrement bariolée de lignes 
brunes plus ou moins rapprochées. 

On trouve l'espèce au Brésil où elle paraît très-commune. 

Musées de Paris, de Vienne, des Pays-Bas et de Berlin. 



20ji.. 




Buse m^nh/e'('y^ /êmeJie 



^re^e 



YV\Vv.vê(„,^^^ ....£X^H^4AA^^i^A^J^. 



BUSE MANTELEE. 



FALCO FALLU TU S. P. Max. 



La Femelle adulte. — Planche ^oé. 

Cet oiseau de proie peut être classé avec les Autours à tarses 
courts comme avec les Buses ^ dont il a généralement le port et 
les habitudes , tandis que par ses ailes assez courtes et par la ma- 
nière dont les rémiges sont étagées ^ il ressemble plus aux Autours. 
Il existe 5 au premier coup d'oeil ^ de grands rapports entre cet 
oiseau de proie et une autre espèce figurée dans nos planches colo- 
riées ^ n^. 79 9 sous le nom. di Autour à calotte noire. Afin d'éviter 
les méprises nous signalons les caractères qui servent à reconnaître 
ces deux espèces , d'ailleurs très-peu différentes par les couleurs du 
plumage. 

L'Autour à calotte noire , pi. 79 ^ a les tarses longs, grêles ^ 
entièrement vêtus jusqu'aux doigts 5 ceux-ci longs ^ et l'interne 
muni de l'ongle la plus forte 5 les ailes couvrent les deux tiers de 
la queue qui n'est point très-longue 5 le bec n'est point muni de 
dent 5 mais parfaitement glabre 3 à ces différences de formes on ne 
peut en ajouter qu'une bien marquée dans les couleurs du plu- 
mage ^ elle consiste dans les soies noires du lorum qui forment 
une tache entre le bec et les yeux. 

Recueil d'Oiseaux ^ 55^ liyraison. 



BUSE MANTELÉE. 

La Buse du présent article a les tarses courts, robustes, à moitié 
vêtus et seulement par devant 5 leur partie inférieure et toute la 
partie postérieure du tarse sont nuesj les doigts sont robustes et 
l'ongle du milieu est la plus grande 5 les ailes couvrent la moitié de la 
queue qui est longue ; le bec est gros et fort , et la mandibule supé- 
rieure est pourvue d'une espèce de dent ou d'échancrure , à la vérité 
moins forte et moins marquée que dans les oiseaux de proie qui 
ressemblent à nos Faucons j l'espace entre l'oeil et le bec est à peu 
près nu, seulement couvert de quelques poils rares. On voit que 
ces différences sont bien tranchées 5 il n'en est pas de même des 
couleurs du plumage, qui offrent des rapports dans la manière 
dont elles sont distribuées. 

La tête , les joues, le cou , et généralement toutes les parties infé- 
rieures, sont d'un blanc pur, sans aucune tache dans l'adulte, mais 
marqué d'un grand nombre de taches longitudinales, brune-noirâtres 
dans les jeunes 5 ces taches disparaissent successivement, elles de- 
viennent toujours plus petites à mesure que l'individu avance en 
âge 5 les vestiges de ces taches existent encore dans les adultes et 
sont alors indiquées sur quelques parties du plumage par des stries 
brunes 5 l'occiput est couvert d'une tache noirâtre 5 le manteau, 
le dos , les ailes et la queue sont d'un brun couleur de suie , plus 
ou moins bordé de roux 5 les pennes des ailes ont de fines bandes 
noires et la queue a quatre bandes de cette teinte 3 la cire et le bec 
sont jaunes. Longueur, 19 pouces 1 lignes. On trouve cette espèce 
au Brésil , où elle est rare , et à la Guiane , où elle paraît très- 
commune. 



/J/. 







X 




Buse 77ia7iùelée, ac&il^. 



BUSE MANTELÉE. 



FALCO LACERNVLATUS. Te 



MM. A- 



U Adulte. — Planche 457. 



La Buse de cet article me paraît inédite. Les ailes sont à peu près 
de la longueur de la queue , qui est terminée carrément -, les tarses 
sont un peu grêles et plus longs proportionnellement que ceux de 
notre Falco buteo d'Europe. 

La tête, la nuque, la gorge et toutes les parties inférieures de ce 
rapace sont, dans l'adulte, d'un blanc très-pur, sans aucun indice de 
taches î le manteau, la partie inférieure du dos et les ailes sont cou- 
leur ardoise mat et tirant au grisâtre ; la base et la partie intérieure 
des barbes des pennes alaires sont d'un blanc pur 3 la queue n'est point 
totalement blanche, sa base et l'espace très-large qui sépare les deux 
bandes transversales sont de cette couleur j la bande placée vers le 
croupion est large et de couleur ardoise 5 celle qui passe sur toutes les 
pennes, vers leur extrémité est plus nettement dessinée, moins large, 
mais, comme la supérieure, d'une teinte ardoise mat. Le bec est noir 
et les pieds sont jaunes. Longueur totale, quinze pouces. 

Je n'ai pas vu de jeune de cette espèce, ni des individus dans l'état 
intermédiaire, lorsque revêtus en partie de deux livrées différentes, 

Recueil d'Oiseaux^ 74^. livraison. 



BUSE MANTELÉE. 

* 

ils offrent le plus d'intérêt aux yeux du naturaliste; un seul indi- 
vidu, sans doute à sa dernière mue variable, portait encore quelques 
marques caractéristiques de la livrée de l'état intermédiaire; la bande 
supérieure, vers la base de la queue, se trouvait simplement indiquée 
par des raies transversales , alternativement blanches et cendrées. 

Cette espèce nouvelle habite le Brésil ; elle a été rapportée de cette 
vaste étendue de pays par MM. de Lalande et Auguste de Saint-Hi- 
laire, qui en ont parcouru une partie. Le sujet adulte que nous figu- 
rons est déposé dans les galeries du musée de Paris. 



52ô\ 




B 



use ay Joueé' arweé* 



/oueé" m 



Huet?. 



BUSE A JOUES GRISES. 



FALCO P O LI O GE NYS. Temm. 



U Adulte. — Planche Sa 5. 

Cette petite espèce de Buse est moins forte de moitié environ 
que la Buse d'Europe 5 le bec est un peu grêle et plus droit que celui 
de notre Buse ; ses ailes longues aboutissent à peu de distance de l'ex- 
trémité de la queue, qui est longue et faiblement arrondie j les pieds 
sont munis de doigts à peu près semblables à ceux des Buses cymindis 
ou de la Buse bondrée d'Europe : mais les tarses sont longs et grêles 
comme dans les Autoursj le bec de cet oiseau, quoique moins grand , est 
formé selon le modèle de celui de notre Bondrée d'Europe : mais la 
région du lorum et le pourtour des yeux sont garnis de plumes 
poilues, comme dans tous les oiseaux de proie de la section des Buses 5 
les ailes ont les pennes étagées de la même manière que dans nos 
Buses. 

Du gris-clair aux plumes des joues et la gorge blanche marquée dans 
le milieu par une bande longitudinale cendrée , servent de caractères 
distinctifs de l'adulte 3 le manteau est d'un roux teinté de brun , et les 
baguettes des plumes sont brunes 5 les rémiges blanchâtres sur les 
barbes intérieures , noirâtres vers le bout , et barrées à grande dis- 

Recdeil d'Oiseaux, 55°. livraison. 



>- 



BUSE A JOUES GRISES. 

tance par de petites bandes noires j la queue porte quatre bandes noires 
sur un fond brun-clair j des sourcils blancs mêlés de plumes grises 
surmontent le globe des yeuK -, la poitrine est d'un brun uniforme- 
le ventre , les cuisses et l'abdomen rayés transversalement de lar^^es 
bandes brunes roussâtres et de bandes plus étroites d'un blanc pur- 
la base du bec et la cire jaunes , mais la pointe des deux mandibules 
noircj les pieds probablement jaunâtres. Longueur totale, ij pouces - 
tarses, 2 pouces 6 lignes. 

Un sujet mâle, de i5 pouces seulement en longueur totale, conserve 
quelques plumes du jeune âge 5 celles-ci servent à faire voir que la 
livrée du jeune est tachetée en dessus de longues mèches brunes 
bordées de chaque côté de blanc-roussâtre 5 la poitrine est brune 
marbrée de roux, et chaque plume porte quatre taches blanches, 
de forme plus ou moins arrondie ; le blanc domine au ventre et aux 
cuisses, où les bandes brunes, plus ou moins régulièrement marquées, 
sont séparées par des intervalles blancs plus larges que chez fadultej 
il paraît aussi que les bandes brunes à la queue sont plus nombreuses 
dans le jeune âge. 

La connaissance de cette petite espèce de Buse est due aux voyages 
de M. Dussumier , qui a rapporté des individus de l'île de Luçon. 

Musées de Paris et des Pays-Bas. 



4.58. 



'f 




Buse pale, /W^ 



Sueô. 



BUSE PALE OU LIVIDE. 



FALCO LIFENTE B. Te 



MM 



Le Mâle adulte. — Planche 438. 

Cette espèce est remarquable par les teintes pâles de la majeure 
partie du plumage 5 elle sera encore facile à distinguer dans le grand 
nombre de ses congénères par la couleur rousse de la queue , et par le 
roux vif dont les barbes intérieures des pennes alaires sont peintes. 
Elle offre le modèle de notre Falco buteo, mais sous des dimensions 
bien moins fortes 5 la queue a les pennes égales , et les ailes aboutissent 
à un pouce de son extrémité. Toute la région ophtalmique est nue, et 
cette nudité communique à la cire du bec, garnie à claire- voie de 
poils noirs très-courts. 

Toutes les parties supérieures du plumage offrent un mélange de 
teintes d'un brun pâle; la couleur plus foncée, souvent noirâtre des 
baguettes forme, sur la ligne moyenne de toutes les plumes de ces 
parties, une raie longitudinale j le brun des parties supérieures est, 
sur la tête et le cou , légèrement teint de cendré, tandis que les ailes 
offrent un mélange de roussâtre^ la gorge est marquée longitudinale- 
ment de blanc à mèches grises; la poitrine et le ventre sont d'un brun 
cendré à baguettes des plumes plus foncées j on voit quelques petites 

Recueil d'Oiseaux, ']/{'. livraisok. 



BUSE PALE OÙ LIVIDE. 

taches blanches vers la région de l'abdomen j cette partie et les caisses . 
sont d'un blanc purj les ailes sont, intérieurement, d'un blanc par- 
fait j les grandes barbes des rémiges portent une belle teinte rousse 
rayée à très-grand intervalle de petites bandes noires; leur bout 
est d'un brun foncé, et les barbes extérieures d'un beau gris; les 
pennes de la queue sont rousses ou roussâtres, rayées à grand inter- 
valle de bandes noires très-étroites; une bande noire du double plus 
large que les autres traverse la queue vers son extrémité, qui est d'un 
blanc roussâtre^ les pieds, la cire, la nudité ophtalmique et la 
base du bec sont d'un beau jaune; la pointe des deux mandibules 
est noire. Longueur totale du mâle , seize pouces; la femelle est plus 
grande. 

On trouve l'espèce aux Célèbes, à Sumatra, à Java, et jusque sur 
le continent de l'Inde. 

Musées des Pays-Bas et de Paris. 



270 



7 




Buse (^TnwMûùzey^ Jeurw/, 



meér. 



BUSE CYMINDOIDE. 



FJLCO CAYANENSIS. Lath. 



La Femelle ou le jeune Mâle. — Planche 270. 

En comparant l'oiseau figuré sur cette planche avec celui qui 
a servi à la figure des pi. enl. éyS, de Buffon , indiqué sous le 
nom de Petit Autour de Cajenne, on croira à peine que ce sont 
des individus de la même espèce. J'avoue que sans les moyens de 
comparaison que m'ont fournis quelques individus tués à l'époque 
de la mue et dans le passage d'une livrée à l'autre , je n'aurais 
point soupçonné une semblable identité entre des oiseaux si difFé- 
rens par les couleurs du plumage , dans les âges qui précèdent 
l'état parfait et stable de leur livrée. Dans le grand nombre des 
dépouilles que nous avons examinées, il s'en est trouvé peu où le 
sexe a été constaté par la dissection 5 nous ne saurions, par con- 
séquent, dire au juste si l'individu figuré planche ayo, est une 
femelle ou un jeune mâlej mais j'ai lieu de croire que le mâle et 
la femelle ne diffèrent pas beaucoup par les couleurs du plumage, 
lorsqu'ils sont parvenus à l'état adulte (1) 5 notre oiseau serait donc 
un jeune revêtu de la livrée qui précède celle de l'état adulte, car les 

(i) Voyez la livrée de l'adulte, BufF., pi. enl. 473, le petit Autour deCayenne, que M. Cu- 
vier nomme Cymindis à manteau noir. 
Recueil d'Oiseaux, 46°. livraison. 



BUSE CYMINDOÏDE. 

dépouilles provenant d'oiseaux dans la mue, nous ont offert, par 
leur livrée bigarrée, brune et noir-bleuâtre, le passage bien cons- 
taté de ce changement. 

Pour ce qui concerne les formes de cette buse , que nous allons 
décrire dans les différens périodes de lage, elles sont absolument 
les mêmes que celles de notre Buse bondrée (falco apivorus) d'Eu- 
rope 5 les dimensions sont modifiées sur une échelle moins forte que 
celle de notre espèce européenne 5 mais le bec , les ailes , la queue , 
et particulièrement les pieds et les doigts, rappellent les mêmes 
formes caractéristiques. A ces rapports nombreux viennent se joindre 
les différences très-marquées de la nudité du lorum, de la base de 
la mandibule inférieure du bec et du cercle qui entoure l'orbite, 
parties que nous voyons couvertes de plumes écailleuses et serrées 
dans notre Buse bondrée d'Europe , et dans une autre espèce nouvelle 
de Java, figurée planche coloriée 44, sous le nom de Buse ptjlo- 
rhynque. Il résulte de ces disparités que l'absence ou l'existence de 
plumes à la base et vers la commissure du bec des oiseaux de proie , 
est un caractère trop fugitif, et qu'il ne peut servir de moyen pour 
établir une coupe générique. Une espèce nouvelle de Gélèbes , munie 
de pieds de Bondrée , mais à bec de Faucon , même à dent double , 
à plumage de Cymindis de l'Amérique méridionale (1) et ayant le 
lorum couvert de plumes serrées, nous servira de preuve encore 
plus évidente du passage gradué ou des nuances imperceptibles qui 
existent dans toutes les formes , à l'aide desquelles les espèces de la 
grande tribu des rapaces diurnes peuvent être divisées en genres 
et en sections (2). 

(i) Voyez nos planches de ce recueil, n"\ io3, io4, ii5, i6i et 23i. 

(2) Une autre espèce des Philippines, munie d'un bec semblable à celui de la Bondrée 
d'Europe, mais à joues nues et pourvue de pieds d'Autour, servira de nouvelle preuve à 
l'appui de cette opinion. 



BUSE CYMINDOÏDE. 

La Buse cymindoide a toute la région du lorum nue et garnie d'un 
petit nombre de poils clair-semésj la membrane cornée qui couvre les 
narines est bombée 3 les tarses sont très-courts 5 la moitié antérieure 
de leur partie supérieure est empluraée, et de la jambe naissent 
de longues plumes qui forment la culotte 5 les ailes couvrent les 
deux tiers de la queue, dont les pennes sont étagéesj un brun- 
noirâtre couleur de suie est répandu sur le sommet et les côtés de 
la tète , le menton , les côtés du cou , le dos , les scapulaires et les 
ailes j cette teinte est uniforme et n'est variée que par des bandes 
noires, disposées à de grands intervalles sur toutes les pennes des 
ailes 5 le dessous des ailes est rayé de noir et de blanchâtre, et les 
couvertures ont de grandes taches brunes sur un fond blanc 5 en 
dessus la queue est rayée à égale distance de quatre bandes noires 
et de quatre bandes couleur de suie , et en dessous de blanchâtre et 
de noir; tout le dessous du corps, à partir de la gorge, est d'un 
brun-noirâtre mêlé d'un peu de roux aux cuisses, et chaque plume 
est peinte sur le bord externe de chaque côté, d'une large bande 
longitudinale blanche ; les couvertures du dessous de la queue sont 
tachées de roux sur un fond blanchâtre; les nudités, la base du 
bec et les pieds, paraissent d'un jaune-orange. Longueur totale, 
vingt pouces. 

Tel est le signalement de l'individu qui a été figuré pi. 270. Des 
sujets plus jeunes, probablement ceux de l'année, ressemblent à 
celui-ci, mais le bout de toutes les plumes du dos et des ailes est 
marqué de roux-vif^ les bandes noires des ailes sont plus étroites 
et séparées par des intervalles plus grands 3 les bandes à la queue 
sont plus étroites et en plus grand nombre j les bordures blanches 
aux plumes des parties inférieures sont moins régulières et on les 
voit distribuées par grandes mèches brunes sur un fond blanchâtre 



BUSE CYMINDOÏDE. 

et roussâtre : le tout suivant lage et l'époque plus ou moins éloi- 
gnée du temps de la mue (i). Nous allons donner le signalement 
de Tadulte, tel qu'il est figuré par BufFon,, planche enluminée 475. 
Dans cet état , un bleu-noirâtre ^ couleur d'ardoise ^ forme la teinte 
générale du plumage des parties supérieures 5 la couleur ardoise est 
répandue sur le sommet de la tète, le dos, les ailes et la queue 5 
la nuque et les joues sont, le plus souvent, d'un cendré plus clair 5 
toutes les pennes secondaires et les rémiges sont rayées en dessus 
de larges bandes d'un cendré-bleuâtre et en dessous de blanchâtre, 
ce qui fait que l'aile , vue en dessous , est rayée de blanc et de 
noirâtre 5 sur les parties supérieures des pennes de la queue se 
trouvent seulement deux bandes peu larges et fort éloignées j leur 
couleur est grise, et toutes les pennes sont terminées de gris 5 en 
dessous ces bandes sont plus larges et par là plus rapprochées 5 leur 
teinte est blanchâtre 5 les côtés du cou sont d'un gris très-clair^ 
toutes les parties inférieures, depuis la gorge jusqu'aux couvertures 
du dessous de la queue, sont d'un blanc faiblement nuancé de cen- 
dré, ou d'un blanc pur, suivant l'âge des individus^ j'ai vu des 
sujets tachés de roussâtre-clair sur le ventre et aux cuisses, et d'autres 
qui portaient encore des plumes roussâtres-claires à la nuque et aux 
joues. Quelques sujets, couverts des deux livrées différentes, mar- 
quent le passage qui s'opère dans la mue. 

L'individu de notre pi. 270 fait partie du Musée de Vienne 5 
l'adulte et les jeunes, dans différens âges, ne sont pas rares dans 
les collections. 

On trouve l'espèce à la Guyane et au Brésil. 

(i) Pour bien apprendre à connaître une espèce d'oiseau de proie, on doit avoir à sa dispo- 
sition une série de dépouilles, dans tous les âges et des deux sexes. Les espèces établies sans 
cet examen, souvent renouvelé sur ime multitude d'individus, ne seront jamais bien constatées. 



io5 , 




Cymindls l?ec ero erûc, mu/e 



\S^ue^. 



lO^ 




Cymindis 7?e^ e/v c^^oc; Jeme//e^ 



Hue^. 



IIÔ. 




Cjmîndis hee^ en^ croo, jezf7i^yyê7ne2ày. 



Eueà. 



CYMINDIS BEC EN CROC 



FALCO UNCINATUS. Illig, 



Le Mâle adulte^ planche io5. — La Femelle ou le Mâle açant 
sa dernière mue ^ planche io4. — Le Jeune ^ moyen âge ^ 
planche ii5 (i). 

ATexception du jeune 5 revêtu du plumage de la première année , 
nous croyons connaître les différentes livrées sous lesquelles on 
trouve cet oiseau de proie ^ appelé Cymindis ou Buse ^ qui forme, 
avec notre Bondrée d'Europe et un petit nombre d'autres oiseaux 
de proie , une réunion d'espèces qui varient de l'une à l'autre par 
la forme du bec, par le manque ou l'existence de plumes au lorum, 
remplacées chez quelques-unes par des poils rares; par la longueur 
du tarse et par d'autres caractères accessoires, tels que celle de la 
portion plus ou moins emplumée du tarse, et l'union plus ou moins 

(i) L'individu figuré est une femelle. On sait que les jeunes mâles ressemblent à la femelle, 
et que celle-ci, du moins dans quelques espèces d'oiseaux de proie, est revêtue d'une livrée 
varia}3le et imparfaite lorsque le mâle est couvert de sa livrée stable et complète. Il est très- 
difficile de fixer l'âge des oiseaux de proie par le moyen des couleurs du plumage, mais les 
jeunes de l'année sont faciles à distinguer. Nous donnerons, dans l'article des généralités, quel- 
ques indices sur les moyens de reconnaître et de distinguer les différens états du plumage 
d'une même espèce. 

Recueil d'Oiseaux, I8^ liv raisois^ 



CYMINDIS BEC EN CROC. 

distincte des doigts par des rLidimens de membrane. On voit des 
espèces dont le bec ressemble exactement à celui de notre Bondrée 
d'Europe, d'autres qui ont un bec de Faucon ^ pareil à celui des 
Faucons bidenté et diodon, pi. 58 et 1905 quelques-unes ont une 
forme de bec toute particulière, tels que notre Uncinatus du présent 
article, et surtout le Hamatus figuré planche 61 de ce recueil. S'il 
fallait établir des caractères rigoureux pour classer, méthodiquement 
parlant, ce petit nombre d'espèces, il serait nécessaire d'établir six 
genres distincts, où pourraient être réparties huit ou neuf espèces 
au plus. 

Le bec de cette espèce est large et comprimé 5 les bords des 
mandibules droites et unies, mais la pointe fortement recourbée 
en croc et très-longue j les tarses sont courts et en partie couverts 
de plumes j les ailes sont comme chez toutes les Buses. Le mâle 
adulte (peut-être les deux sexes dans l'état parfait) est 'revêtu d'une 
livrée peu différente de celle du Falco hamatus figuré planche 58 j 
un bleu couleur de plomb couvre à peu près toutes les parties du 
corp et les ailes 5 la teinte est plus claire sur toutes les parties 
inférieures, et Ton trouve sur quelques sujets des plumes qui 
portent les traces ou les indices encore marqués de bandes trans- 
versales , qui existent sur les sujets de moyen âge. Une faible teinte 
brune et roussâtre couvre les plumes du dessous de la queue ; toutes 
celles des ailes et les pennes secondaires sont faiblement rayées de 
plombé foncé sur un fond plombé plus clair 5 la base et une grande 
partie du bout de la queue sont noirâtres ; l'extrémité des pennes 
est grise, et une très-large bande blanche, disposée vers l'origine 
de la queue, traverse toutes les pennes 5 les pieds sont d'un jaune- 
orange3 l'iris est blanc 5 la cire orange^ le lorum et le tour des 
yeux d'un brun-verdâtre 5 en avant des yeux se trouve une plaque 



CYMINDIS BEC EN CROC. 

charnue, d'une belle couleur orange (i). Longueur totale, de qua- 
torze pouces et demi à seize pouces et demi. 

Une femelle, figurée planche io4 , a toutes les parties supérieures, 
particulièrement la tête et le cou, d'une teinte grise-plombée 
plus claire que dans le sujet précédent j le dos et les ailes colorés 
comme ce même sujet 5 les rémiges rayées en dessus de gris-plombé 
et de noir, et en dessous de blanchâtre et de noir 5 la poitrine et 
les autres parties inférieures d'une teinte plombée très-claire , rayée 
de bandes transversales blanches et très-distantes les unes des autres 
lorsque l'individu n'est pas éloigné de l'état adulte, mais à raies 
plus rapprochées et roussâtres quand l'individu est dans un âge 
moins avancé 5 couvertures inférieures de la queue blanchâtres ou 
roussâtres 5 pennes de la queue marquées en dessus d'une large 
bande blanche , suivie et bordée à la base des pennes par une bande 
noire , puis vers le bout une bande plombée , et terminée par une 
bande noire 5 on voit en dessous deux bandes blanchâtres, avec une 
bande grise très-faiblement indiquée, et une large bande noire vers 
le bout, qui est cendré. 

Une autre femelle, et les mâles qui paraissent revêtus de leur 
seconde livrée, pi. ii5, ont la tête et les joues enveloppées d'une 
espèce de calotte cendrée-brune ou noirâtre j un large collier roux 
entoure la nuque ; quelques sujets ont des plumes plombées, mêlées 
avec les plumes rousses; le dos et les ailes d'un brun-sombre, et 
chaque plume plus ou moins encadrée par des bordures d'un roux 
vif 5 les pennes secondaires des ailes rayées de brun et de noir, et 
bordées de roux 5 les rémiges de même, mais d'un blanc-roussâtre 

(i) Ces indications des couleurs, telles qu'on les voit sur le vivant, m'ont été communiquées 
par le prince de Neuwied; nos planches ayant été faites sur l'empaillé, les peintres n'ont pu 
rendre des teintes qui disparaissent immédiatement après la mort. 



CYMINDIS BEC EN CROC. 

sur l'extrémité des barbes intérieures 5 les pennes latérales de la 
queue rayées de trois bandes rousses-cendrées et de trois bandes 
irrégulières ou vestiges de bandes noires; les 'pennes du milieu 
marquées de deux bandes grises et de deux bandes noires 5 le blan- 
châtre est teint de roux en dessous 5 toutes les parties inférieures 
depuis la base du bec jusqu'aux couvertures de la queue, sont rayées 
transversalement de bandes rousses et blanchâtres 5 ces bandes rousses 
disparaissent dans les mues et sont remplacées par du cendré 5 on 
voit des individus , en pleine mue , à plumage totalement chamarré. 
Le roux et le brun dominent dans le jeune âge 5 et le cendré-foncé 
et le blanc, distribués par grandes masses, sont les attributs de 
l'adulte. 

On trouve cette espèce depuis les environs de Rio-Janeiro jus- 
que vers le nord du Brésil et dans toute la Guiane. 

Musées des Pays-Bas, d'Allemagne et de France. 



6\ 



I. 




Cj^miiidis Se<y ôtv Aanzeço/v 



j/i^^^. 



2 5j. 




Cymindis l?e^ en Aume^^ih , Jt 



Jlif^/y, 



CYMINDIS BEC EN HAMEÇON. 



FALCO HAMATU S, Illig. 



V Adulte, planche 61. — Le Jeune de l'année, planche aSi. 

Cet oiseau de proie est muni d'un bec grêle à mandibule très- 
crochue 5 la forme de ce bec ressemble, sous certains rapports, à 
celui des Cathartes } mais la manière dont les narines sont placées 
et la forme de celles-ci sont différentes , mais absolument semblable 
à cet organe dans tous les autres oiseaux de proie diurnes j les pieds 
de notre rapace ne diffèrent point de ceux des autres espèces de 
Buses-cymindis , et ils sont formés de la même manière que les pieds 
des Buses-bondrées avec lesquelles les Cymindis ont des rapports 
dans les habitudes et par le port 3 quelques espèces ont le lorum 
plus ou moins couvert de plumes, comme dans notre Buse-bondrée 
d'Europe î d'autres, et c'est le cas de l'espèce qui nous occupe, ont 
la cire nue ou couverte de poils soyeux, communiquant avec la 
nudité ophtalmique. Les tarses sont vêtus sur une petite partie de 
leur étendue , mais seulement par devant et à la distance de quel- 
ques lignes au dessous du genou. La queue est parfaitement égale, 
même un tant soit peu échancrée ou très-faiblement fourchue, 
surtout dans les jeunes. 

Recueil d'Oiseaux, ii°. livraison. 



CYMINDIS BEC EN HAMEÇON. 

L'adulte a toutes les parties du corps , les ailes et la queue d'une 
teinte plombée très-foncée j Textrémité des pennes secondaires des 
ailes est couleur d'ardoise 5 les rémiges sont noires , mais la base 
de la queue et les couvertures de dessous sont blanchâtres. La robe 
est toujours unicolore chez les individus en plumage parfait, tel 
que notre planche 61 représente l'espèce. On observera que l'iris 
et les parties nues ne sont point exactement colorées , notre planche 
ayant été faite sans le secours d'aucune notice prise sur le vivant. 
Le prince de Neuwied nous apprend dans ses notes manuscrites 
que l'iris de l'adulte est d'un beau rouge^ la cire et la base du bec 
sont d'un orange très-vifj les pieds sont d'une teinte orange- 
rougeâtre. Longueur, quinze pouces six ou huit lignes. 

Le jeune, planche a3i , a toutes les plumes des parties supérieures 
d'un brun-sombre, bordées et tachetées de rouxj sommet de la tête 
et joues marqués de mèches jaunâtres 5 une bande jaunâtre passe au 
dessus des yeux 5 gorge et devant du cou blanchâtres , marqués de 
stries et de taches jaunâtres et brunes 3 parties inférieures du corps 
couvertes de larges mèches brunes , bordées de roux et de blanc- 
jaunâtre 3 couvertures du dessous de la queue blanchâtres ou jau- 
nâtres sans taches 3 les pennes de la queue brunes, mais cendrées 
à leur base et à la pointej iris d'un brun-roussâtre ; cire et base 
du bec d'un jaune-verdâtre^ pieds d'un orange très-pâle. 

On trouve cette espèce au Brésil où elle paraît peu commune. 
Des adultes font partie des Musées des Pays-Bas et de Berlin 3 
on trouve des jeunes dans plusieurs collections publiques et par- 
ticulières. 



Sa. 




Milan Rio cour . 



/'r./r. 



MILAN RIOCOUR. 



FALCO RIOCOUR, Vieill, 



L'Adulte. — Planche 85. 

Ce petit rapace d'Afrique, voisin du Falco melanopterus ou le 
Blac de Le Vaillant, forme, avec deux autres espèces du même 
pays, une section dans le genre Falco. Ces espèces ont toutes les 
pieds courts et la jambe abondamment garnie de plumes un peu lon- 
gues , mais elles diffèrent les unes des autres , de même que les 
Milans du Nouveau -Monde, de l'Europe et de l'Asie, par la forme 
différente de la queue, dont les pennes sont étagées en fourche plus 
Qu moins échancrée , à peu près carrées , parfaitement égales , ou 
bien plus ou moins coniques ; leur genre de vie diffère selon leur 
taille , et à raison des moyens que l'instinct leur suggère , et dont 
ils ont besoin pour s'emparer d'une proie plus ou moins grande; agile 
à se soustraire à leur poursuite , ou rusée pour se cacher au besoin et 
éviter l'œil perçant de l'ennemi. La forme différente de leur queue 
contribue sans doute aux moyens qu'ils sont à même de développer 
dans l'attaque et dans la poursuite de leur proie ; et c'est à tort qu'on 
a voulu essayer de classer et de réunir les Milans d'après la forme 
échancrée de leur queue. Il paraît cependant que les oiseaux pourvus 



Recueil d'Oiseaux, i5^. livraison 



MILAN RIOCOUR. 
d'une queue très-fourchue sont capables d'effectuer des mouvemens 
plus brusques, et de tournoyer plus facilement dans tous les sens 
dans Tair, que ceux à queue très-longue , large , et à grande surface 
plane ; aussi la plupart des Milans se nourrissent d'insectes ou d^es- 
pèces d'oiseaux dont le vol est vigoureux quoique de courte durée. 
Le plus grand nombre des espèces d^ Hirondelles ^ les Martinets^ 
quelques Engoulevejis ^ les Enicures ^ quelques Glaréoles ^ plusieurs 
Sternes ou Hirondelles de mer ^ la Frégatte ^ et le Rhynchops ou 
Bec- en- Ciseaux j, ont la queue plus ou moins fourchue; et nous 
savons que ce sont des oiseaux doués de moyens puissans pour le 
vol; le plus grand nombre est destiné à se nourrir d'insectes très- 
véloces et d'un vol irrégulier : les autres espèces à queue fourchue 
vivent de poissons qui nagent à la surface des eaux, et dont ils ne 
pourraient s'emparer, si les moyens pour le vol n'étaient pas organisés 
de manière à pouvoir fendre l'air comme un trait, rester brusquement 
stationnaires et tournoyer dans tous les sens. 

Ce petit Milan , voisin des autres espèces d'Afrique, ressemble 
en diminutif au Milan à queue fourchue , Falco furcatus ^ des deux 
Amériques, indiqué et figuré sous le nom de Milan de la Caroline ^ 
Buffon, vol. I, pag. 221 ; et figuré par Catesby, Wilson et Vieillot; 
la queue est longue, fourchue à partir du milieu de sa longueur, et 
c'est à l'endroit où commence la direction en fourche, que les ailes 
se joignent; la penne extérieure dépasse de la longueur d'un pouce 
et demi toutes les autres ; les couleurs du plumage sont à peu près 
les mêmes que dans le Milan hlac de Le Vaillant. Un cendré- 
bleuâtre couvre toutes les parties supérieures ; la teinte en est un peu 
plus foncée sur les plumes du dos et sur les scapulaires, quaux 
ailes et à la queue ; le bout de toutes les pennes secondaires des ailes 
est blanc; les couvertures du dessous des ailes sont d'un non^ par- 
fait; le front, le lorum, les joues, et généralement toutes les 



v>^ 



MILAN RIOCOUR. 
parties inférieures, sont d'un blanc très-pur; le bec est noir, et 
les pieds sont d'un jaune clair. Longueur totale, treize ou quatorze 
pouces. 

Les jeunes ont la queue moins fourchue; toutes les pennes des 
ailes sont terminées de roussâtre; on remarque de légères teintes 
roussâtres et jaunâtres sur quelques plumes des parties inférieures : 
elles disparaissent totalement lorsque l'oiseau est revêtu de la li- 
vrée de l'adulte. 

On trouve l'espèce au Sénégal, 

M. Vieillot a dédié cette espèce à M. le comte de Riocour, 
premier président en la Cour royale de Nanci , et possesseur d'une 
belle collection d'oiseaux. On voit une figure lithographiée , publiée 
par l'ornithologiste cité, dans la galerie des oiseaux du Jardin du + 
Roi. 

Musées de M. le baron Laugier de Chartreuse, de Paris, et 
de M. le comte de Riocour, à Nanci. 



% 




Milaxi a^ aiieuey irre^iuièr& 



^iieù. 



MILAN A QUEUE IRRÉGULIÈRE 



FALCO DISPAR. Temm. 



Jeune Femelle. — Planche 3 1 9 . 

D'AzarA fait mention de cet oiseau, qu'il novame Faucon-blanc ^ 
en ces termes : (c J ai vu jusqu'à quatorze de ces oiseaux seuls ou par 
paires près des bourgades de San-ïgnacio , de Santa-Rosa et de Bobi , 
et sur les bords de la rivière du Paraguay 5 un autre fut trouvé à la 
frontière du Brésil par les Ss degrés de latitude; deux seulement ont 
été tués. Ils ont les mœurs et les habitudes des Faucons, mais leur 
tête est aplatie en dessus, la bouche plus grande, Fœil enfoncé et 
plus grand, enfin Forbite plus saillante en dessus 5 le bec se recourbe 
dès son origine et la pointe est subitement fléchie^ le tarse arrondi, 
gros, couvert par devant de plumes jusqu'à la moitié de sa longueur, 
et le reste garni de petites écailles de grandeur égale j enfin le doigt 
du milieu séparé des autres doigts j la seconde rémige la plus longue 
et la queue faiblement fourchue, mais la penne extérieure plus 
courte que la deuxième de chaque côté, ce qui fait que cette queue 
est irrégulièrement étagée. » 

L adulte a du noir autour de Forbite des yeux 5 les côtés de la tête 
et toutes les parties inférieures d'un blanc très-pur 5 toutes les parties 

Recueil d'Oiseaux, 54^ livraison. 



MILAN A QUEUE IRRÉGULIÈRE. 

supérieures 5 les pennes des ailes et celles du milieu de la queue 
bleuâtre 5 les couvertures intérieures des ailes sont totalement noires 5 
les pennes latérales de la queue sont blanches, leur baguette et lex- 
trémité de ces pennes sont d'un cendré noirâtre 5 Tiris est orange, le 
bec noir et sa membrane jaune pâle, aussi bien que le tarse. Longueur 
totale, de i5 à i4 pouces. 

Le jeune, probablement dans la seconde livrée, tel que nous en 
donnons la figure pi. Sig , a le front, le devant du cou, les cuisses, 
les flancs et les couvertures du dessous de la queue sans taches ; la 
poitrine et le ventre tachetés de roux et de stries brunes sur un fond 
blanc 5 les couvertures du dessous des ailes marbrées de blanc et de 
noir j les couvertures supérieures noires à bords roussâtresj Focciput, 
la nuque , le dos et les scapulaires d'un brun mêlé de blanchâtre et 
plus ou moins nuancé de cendré 5 toutes ces plumes frangées de larges 
bordures blanchâtres et roussâtresj les pennes des ailes bleuâtres 
et terminées de blanc 5 la queue d'un blanc-cendré, à baguettes des 
pennes noires j toutes ont du cendré foncé vers le bout et sont ter- 
minées de blanc. 

On trouve cette espèce au Paraguay et au Brésil ; nous ne lavons 
point encore reçue de Cayenne ni de Surinam. 

Musée de Paris. 



s. 



200 




Mil an creé'sereJl^y, 



^ reune. 



I^reâ^ey . 



MILAN CRESSERELLE. 



FALCO P LU MB E US. Lath. 



Le Jeune. — Planche 180. 

On pourrait aussi, dit M. Vieillot, appeler cet oiseau Cresserelle-^ 
milan ^ puisqu'il a autant de rapports avec Fun quavec Fautre. II 
tient au genre précédent (1) par ses tarses courts et faibles, par ses 
ailes longues et étroites, et en ce quil a la première penne alaire très- 
courte, et la troisième la plus longue de toutes. Il s^'éloigne du Milan 
par sa queue égale à son extrémité , et par son bec dont la partie 
supérieure est dentée sur chaque côté , et dont Finférieure est échan- 
crée vers le bout, caractères qui lui donnent plus d analogie avec la 
Cresserelle ou le Hobereau. Ces différences indiquent sa place sur 
la ligne de démarcation des deux genres. 

Le Milan-cresserelle vole à une très-grande hauteur, y reste long- 
temps stationnaire, ou fend Fair avec rapidité pour saisir les gros 
insectes dont il se nourrit, indépendamment des reptiles et des oi- 
seaux. On ne le rencontre point dans Fintérieur des forêts^ il se 
perche ordinairement à la cime des arbres les plus élevés situés sur 

(i) M. Vieillot n'admet pas moins de quinze genres et vingt et une sections dans notre genre 
Falco. Si l'on suit le système artificiel de cet auteur , les coupes ne sont point encore assez 
nombreuses de moitié'. Quel vaste champ se trouve ouvert^ par ce moyen, aux recherches 
abstraites des compilateurs et des naturalistes de bibliothèque. 
Recueil d'Oiseaux, 5i*. livraison. 



MILAN CRESSERELLE. 

leurs bords , et donne la préférence à ceux qui sont morts ou dé- 
pouillés de leur verdure. 

L'adulte de cette espèce ayant été figuré par M. Vieillot dans son 
bel ouvrage des Oiseaux de F Amérique septentrionale , nous y ren- 
voyons (i) et nous donnons, planche 180, la figure du jeune sous le 
plumage de la seconde année. On trouve la diagnose de cette espèce 
dans les traités méthodiques sous le nom de F^lco plumbeus , Lath. 
Ind. Ornith. ^ vol. 1 , page 4g , sp. 118. C'est la pL 10 bis, des 
Oiseaux de l'Amérique septentrionale. 

Les jeunes de l'année sont d'un gris-brun foncé 5 point de roux 
aux barbes intérieures des rémiges 5 toutes les pennes des ailes ter- 
minées de blanc 5 les parties inférieures blanchâtres et marquées de 
larges mèches d'un brun-bleuâtre. 

Dans la seconde année , le sommet de la tête , la gorge et toutes 
les parties inférieures sont rayés de mèches couleur d'ardoise sur 
un fond blanc 3 les ailes et le dos ont une couleur bleue-noirâtre 
plus foncée que dans les adultes , la fine pointe des plumes est lisérée 
de cendré 5 les pennes des ailes sont toutes terminées de blanchâtre, 
et les rémiges sont rousses sur les barbes intérieures 3 la queue a 
trois larges bandes blanches en dessous 5 la cire est légèrement jau- 
nâtre et les pieds sont jaunes. 

On trouve cette espèce dans les parties orientales du Brésil j il 
nous vient aussi de la Guyane. On le trouve au Mexique et dans les 
Etats-Unis, mais il y est moins répandu que dans l'Amérique mé- 
ridionale. 

(i) Le manuscrit du prince de Neuwied nous apprend que l'iris de l'adulte pst d'un rouge 
de cerise ;, les pieds orange, et la cire d'un brun-noirâtre. Les sexes diffèrent par la taille ^ 
mais les couleurs du plumage sont les mêmes. 



\) 




Auf 



<) ur 



&- 



a/r 



.//m/. 



AUTOUR TYRAN. 



FALCO TYRJ NNUS. P. Max, 



Indipidu peu éloigné de l'état adulte. — Planche 7 5. 

La section des Autours^ à l'instar de celles des Aigles et des Buses^ 
est composée d'espèces pourvues de tarses plus ou moins longs, 
lisses et garnis d'écaillés ou bien couverts en partie ou totalement 
de plumes. Séparer ces espèces de leurs congénères par le seul motif 
d'une ou de plusieurs lignes de plus dans cette longueur très- 
variable du tarse, ou par rapport à sa nudité en opposition de celles 
dont les tarses sont couverts plus ou moins de plumes, serait 
aussi ridicule que de vouloir séparer génériquement , les unes des 
autres , les espèces de Chouettes ou de Hibous à tarses et à doigts 
lisses ou vêtus, ou bien qui ont les pieds totalement patus. Cepen- 
dant quelques méthodistes ont voulu prendre en considération 
toutes ces légères nuances par le moyen desquelles la nature a 
modifié à l'infini les formes des oiseaux d'une même famille, et 
ils n'ont point fait attention que les passages gradués ne laissaient 
point d'intervalle assignable pour établir des coupes strictement 
différentes, propres à être définies et facilement reconnues par des 
mots 5 des phrases différemment construites, ou des noms différens 

Recdeil d'Oiseaux , 1 3% livraison. 



AUTOUR TYRAN. 

donnés aux mêmes parties , sont les moyens auxquels ils ont dû 
avoir recours 5 mais tous ces subterfuges n'ont laissé de leur système 
que l'apparence de la vérité. 

La tête de ce rapace est ornée d'une grande et large huppe dont 
les plus longues plumes sont à l'occiput j elles sont blanches depuis 
leur origine et noires au bout 3 les tarses sont vêtus sur la plus 
grande partie de leur longueur, mais ils ont un petit espace nu à 
quelque distance des doigts, armés d'ongles forts et crochus 5 les 
ailes sont courtes et la queue longue et arrondie. 

Tout le plumage de l'adulte est d'un brun-noirâtre ou couleur 
de suiei les rémiges sont rayées de bandes grises, peu distinctes, 
mais la queue est ornée de bandes transversales 5 on compte cinq 
bandes brunes assez larges, et autant de bandes cendrées plus 
étroites 3 les parties inférieures sont d'une teinte un peu plus claire 
que les supérieures, sans taches chez les adultes, mais plus ou 
moins variées de mèches ou de taches blanchâtres et brunes chez 
les individus d'âge moyen (1). Les tarses et les cuisses sont couverts, 
dans ces deux états, par de petites taches blanches, de forme plus 
ou moins arrondie ; les plumes de l'abdomen et celles des couvertures 
inférieures de la queue ont des taches et des croissans blanchâtres. 
Le bec est noir et les doigts sont jaunes. Longueur totale, de vingt- 
six à vingt-huit pouces. 

Le prince de Neuwied fait mention de cette espèce dans une 
note de son Voyage au Brésil, vol. 1 , pag. 56o. Dans une note 
manuscrite le prince me marque que l'iris est de couleur orange 
et la cire cendrée-jaunâtre. On le trouve dans les grandes forêts du 
Brésil. 

Musées des Pays-Bas, du prince de Neuwied et de Paris. 

(i) On ne connaît point la première livre'e, ou le plumage du jeune. 



i54. 




Autour uTizoo/vre/, aiài/^e 



,7f,'.'/r. 



AUTOUR UNICOLORE 



FALCO LIMNjETUS. Horsf 



Planche i54. — Mâle adulte. 



J AI cru reconnaître dans Fespèce figurée sous le nom d^ Autour 
unicolore^ la neuvième espèce des oiseaux de proie indiquée par 
M. Horsfield, sous le nom de Falco Limnœtus (i). Le port de cet 
oiseau, ses formes et ses mœurs en font une espèce très-voisine de 
celle de V Autour neigeux figuré dans notre planche 12^7. Jai même 
eu quelques doutes au sujet des différences entre ces oiseaux , et 
quoique je les donne provisoirement comme deux espèces distinctes , 
il serait possible que des observations faites sur les lieux prouvassent 
qu elles sont identiques. Les couleurs et leur distribution sur le plu- 
mage des oiseaux de proie, varient si considérablement, dans les dif- 
férens périodes de leur vie, que l'observateur le plus exact et ceux 
dont la vue est le mieux exercée à saisir au coup d'œil les rapports 
ou les différences qui se trouvent entre deux êtres, sont exposés à 
commettre des erreurs. Pour bien déterminer une espèce d'oiseau 
de proie il est nécessaire de voir une grande série d'individus 5 il faut 

{'2)\ oye,z System, Arrang, of Birds of Java* Transact, Linn. Societ, vol. XIII, pag. i38. 
Recueil d'Oiseaux, 25'. liyraison. 



AUTOUR UNICOLORE. 

aussi connaître les changemens que la mue peut opérer dans les cou- 
leurs et dans les différentes formes que subissent les taches distribuées 
sur le plumage. Ces changemens de livrées sont assujétis à certaines 
règles dont la connaissance ne s'acquiert que par l'habitude d'observer, 
et par l'examen d'un grand nombre d'individus. 

Sans vouloir rien préjuger sur l'identité ou sur la différence de 
nos Autours neigeux et unicolore , nous nous bornerons à dire que les 
formes et la taille de ces oiseaux sont en tous points les mêmes : cinq 
individus de l'une et huit de l'autre espèce ont été comparés. Je n'ai 
trouvé de différence que dans les distributions des couleurs 3 celles de 
X Autour neigeux ont été indiquées dans l'article joint à la planche qui 
le représente. Les huit individus de \ Autour unicolore se ressemblent 
exactement, ils diffèrent seulement par la taille, toujours inégale dans 
les sexes. 

Tout le plumage du corps, les ailes et la queue sont coloriées d'une 
seule nuance brune-bistre, ayant une légère teinte pourprée 5 le som- 
met de la tête est un peu plus varié par une légère nuance roussâtre 
claire qui borde les plumes de cette partie dont la base est blanchâtre^ 
la pointe des pennes caudales est aussi d'un brun tant soit peu plus 
clair que la teinte générale 5 la cire est jaunâtre, le bec noir et les 
pieds bleuâtres. Longueur , deux pieds. 

Les caractères pris des doigts et des ongles de cet oiseau , servent 
à M. Horsfield pour établir les différences propres à reconnaître cet 
oiseau de toute autre espèce. Elles peuvent être employées compara- 
tivement aux autres espèces de rapaces Javans, mais on n'en saurait 
faire usage comme moyen de comparaison dans la grande série des 
rapaces diurnes , parmi lesquels on trouve des espèces à doigts beau- 
coup plus courts et à ongles plus égales entre elles. 

M. Horsfield a trouvé cette espèce une seule fois dans ses courses 



\L 



AUTOUR UNICOLORE. ^ 

dans l'intérieur de l'île de Java 5 plus heureux, M. Reinwardt vient 
de nous envoyer quelques individus. On trouve cette espèce dans 
le voisinage des grands lacs situés dans la partie méridionale de l'île^ 
elle se nourrit de poissons 5 M. Horsfield dit ne l'avoir jamais vue à 
la côte septentrionale. 

Musées des Pays-Bas, de Londres, de Paris 5 cabinet Laugier de 
Chartrouse. 



127, 




Autour /zei^euai , aJu/â> 



//ue/. 



\0 



AUTOUR NEIGEUX 

FALCO NI FEUS. Temm. 



Planche jay. 



Ce rapace ainsi que l'espèce figurée dans notre planche i34 , sous 
le nom à' Autour unicolore , et un petit nombre d'autres oiseaux de 
proie de l'ancien et du nouveau continent, ont absolument le port 
et les formes de nos autours d'Europe 5 ils en diffèrent et par leurs 
tarses plus longs, et en ce que toute cette partie est couverte de 
plumes, comme chez certaines espèces d'Aigles. Les différences exté- 
rieures un peu marquées de ces Aigles avec nos Autours, portent 
uniquement sur la longueur des ailes et sur la manière dont les 
premières rémiges sont étagées^ les autres tiennent à des nuances 
presque imperceptibles 5 celles-ci servent de moyen pour distinguer 
les espèces. 

L'Autour neigeux est à peu près de la taille du petit Aigle , ou 
Aigle criard d'Europe ( Falco nύius ) 5 sa queue est longue, recou- 
verte à moitié par les ailes ; les pennes latérales de cette queue sont 
un peu plus courtes que celles du milieu : les tarses sont longs , 
couverts de plumes jusqu'aux doigts. 

Un blanc éclatant couvre le sommet de la tête , le cou , les 
tarses et toutes les parties inférieures. Le dos et les ailes ont des 
plumes blanches depuis la racine et brunes vers la pointe j leur 
extrémité est blanche : les pennes secondaires sont d'un brun foncé 

Recueil d'Oiseaux, 22'. livraison. 



AUTOUR NEIGEUX. 

extérieurement, et blanchâtres avec des barres brunes sur les barbes 
intérieures 5 la base des rémiges est blanche, et tout le reste d'un 
brun noirâtre. Les pennes de la queue , à l'exception des deux du 
milieu , sont blanchâtres sur les bords des barbes intérieures et 
d'un brun clair sur tout le reste de leur étendue j les deux du milieu 
sont entièrement de cette dernière couleur^ toutes se trouvent rayées 
de bandes transversales d'un brun plus foncé. Ces bandes sont dis- 
tinctes à la face supérieure de la queue , mais elles paraissent moins 
marquées au -dessous 5 vers l'extrémité de ces pennes se trouve 
une bande brune plus large que les autres : on en compte six sur 
chacune 3 toutes sont terminées par un liseré blanc. Les doigts sont 
jaunes. Longueur totale, deux pieds un pouce. 

Il paraît que la couleur du plumage dans l'état adulte augmente 
toujours en blancheur, à raison de l'âge 5 les plus vieux sont d'un 
blanc parfait sur toutes les parties blanches -, d'autres ont de légères 
teintes brunes, ou d'un roux très-clair, répandues sur l'une ou l'autre 
partie du corps, et paraissent être d'un âge moins avancé 5 les jeunes 
de l'année que je n'ai point eu occasion d'examiner , sont probable- 
ment couverts de taches brunes , sur un fond blanc. 

Cette nouvelle espèce habite l'île de Java. M. le professeur Rein- 
wardt nous a envoyé plusieurs individus sous des plumages différens. 
Elle se nourrit de poissons : on la voit planer le long des rivières et sur 
les bords des lacs , pour saisir sa proie , dont elle s'empare probable- 
ment de la même manière que notre Balbusard et que notre Orfraie 
d'Europe^ mais les doigts de cet Autour, de même que ceux de VJu- 
tour unicolore, dont j'ai fait mention au commencement de ce cha- 
pitre, ne sont point garnis de ces aspéintés qu'ont les pieds de nos 
rapaces pêcheurs. 

Muséum des Pays-Bas. 



8, 



2Û'2 




Auto ur cri^taleue^ 



Ilue^. 



AUTOUR CRISTATELLE. 



FALCO CRISTATELLUS. T 



EMM. 



Le Mâle peu éloigné de F état adulte. — Planche 28 3 • 

Un bouquet de six ou de huit plumes, longues, noires, très-étroi- 
tes , acuminées et flottantes^ sont implantées à Focciput et tombent 
sur la nuque ^ les tarses sont longs et totalement emplumés; la queue 
longue et carrée est à moitié couverte par les ailes, dont les rémiges 
sont étagées de la même manière que dans les autres espèces d'Autours 
de toutes les contrées du globe. 

L'individu figuré ici est un mâle probablement revêtu du plumage 
qui précède celui de Fétat adulte 5 les taches rousses à la tête, au cou 
et sur quelques parties inférieures disparaissent totalement dans 
Fadulte, et ces parties sont alors d'un blanc très-pur. Le sujet figuré 
ma paru utile pour donner une idée des taches et des teintes rousses 
dont ces parties sont couvertes dans le jeune âge. 

Notre sujet a la tête, la nuque et toutes les parties inférieures d un 
blanc pur marqué de vestiges des taches rousses couleur de rouille, et 
des mèches brunes qui sont distribuées sur ces parties dans les jeunes 5 
le dos est brun-roussâtre, mais la base de toutes les plumes d'un blanc 
pur ; toutes les rémiges et les pennes secondaires sont rayées de bandes 

Recueil d'Oiseaux, 48'. livraison. 



-f 



AUTOUR CRISTATELLE. 

d'un brim-sombre sur un fond brun-clair 5 les barbes intérieures de 
ces pennes sont toutes blanches et seulement marquées de rudimens 
de raies brunes , ce qui fait que Faile est toute blanche en dessous, 
excepté à la pointe des pennes , qui est rayée 3 la queue est rayée en 
dessus de sept ou de huit bandes brunes-noiràtres qui alternent 
régulièrement avec autant de bandes brunes-claires. Le dessous de 
la queue est blanchâtre , marqué de vestiges faiblement indiqués de 
ces bandes foncées. Les plumes flottantes du panache propre aux 
deux sexes 5 sont blanches à leur base et noires sur tout le reste j ces 
plumes ont des pointes blanches dans le moyen âge. Le bec est noir^ 
les doigts paraissent jaunâtres. 

Les jeunes de Tannée n'ont point de plumes occipitales 5 le roux 
de la tête est marqué de blanc 5 le brun des ailes est foncé et marqué de 
noirâtre^ toutes les plumes et les pennes sont terminées de blanc-rous- 
sâtre^ la gorge est blanche, mais toutes les autres parties inférieures 
sont marquées de grandes taches rousses^ les cuisses et Fabdomen sont à 
peu près totalement couverts de plumes d'un roux très-clair 5 dans 
la seconde livrée le roux occupe moins d'espace et fait place au blanc 5 
la huppe paraît , et ces plumes noires sont alors terminées de blanc. 

Longueur totale de la femelle, vingt-quatre pouces 5 du mâle, vingt- 
deux. On trouve cette espèce dans l'Inde et à Ceylan, d'où elle a été 
rapportée par M. Leschenault. 

Musée de Paris. 



Z9 






Pre/re^' 



Aiitonr a. oa/o//e 77oi/'ey\ 



(Pi ' .._ . ,, ■ 



AUTOUR A CALOTTE NOIRE. 



FA L C O A T RI CAP I LL U S. Guy, 



U Adulte. — Planche 7g. 

Il est dit à Farticle de la Buse mantelée^ planche 2o4 de ce recueil ^ 
qu'il existe 5 au premier coup d'oeil 5 de grands rapports entre cet 
oiseau de proie et celui figuré sur la planche ci-jointe; nous avons 
signalé à Farticle cité les caractères ^ pris des formes extérieures, 
qui servent à distinguer ces deux rapaces, habitans des contrées 
méridionales du nouveau monde. 

U Autour à calotte ne nous est guère plus connu que la Buse 
mantelée^ particulièrement en ce qui concerne leurs mœurs, ni sous 
le rapport de leurs moyens de préhension et du genre de victimes 
qu'ils choisissent pour servir à leur nourriture. La partie descrip- 
tive de cet article n'offrira, comme tant d'autres, que Fénumé- 
ration succincte des couleurs du plumage dans Foiseau parvenu à 
l'état adulte; la livrée des jeunes n'est point encore connue, et c'est 
une lacune de plus qui reste à remplir dans l'histoire de cet oiseau 
de proie. 

Les tarses de ce rapace sont entièrement vêtus, assez longs et 
grêles; les ongles des deux doigts intérieurs, surtout celui de l'in- 

Recueil d'Oiseaux, 14*- livraison. 






AUTOUR A CALOTTE NOIRE. 

terne, sont très-longs et forts 5 les ailes couvrent les deux tiers de la 
queue, qui n'est point très-longue, mais de forme légèrement 
arrondie. Une tache composée de petites plumes et de soies noires 
couvre le lorum et forme un trait noir au dessus des yeux 5 les 
plumes qui couvrent l'occiput , celles du manteau , du dos et des ailes 
sont d'un noir plein 5 mais il paraît à quelques plumes que dans un 
âge moins avancé la couleur de ces parties est plus brunâtre 5 le front 
le sommet de la tête , le cou , généralement toutes les parties infé- 
rieures, le dessous des ailes et la base des pennes de celles-ci sont 
d'un blanc très-pur sans aucune tache -, la queue est rayée de larges 
bandes brunes et de bandes noires plus étroites ; en dessous elle est 
rayée de cendré et de brun-noirâtre 5 les doigts, la base du bec et 
la cire m'ont paru conserver des teintes jaunes, qu'il faut avoir 
vues sur l'oiseau vivant pour être à même de les indiquer avec 
précision et selon leur état naturel. Le bec est noir. Longueur 
totale, prise sur un seul individu, dix-huit pouces. 

Nous n'avons vu que l'individu déposé dans les galeries du 
Musée de Paris; il a été envoyé de Cayenne. 



il 







AUTOUR DESTRUCTEUR. 



FJLCO DESTRUCTOR. Daudi 



N. 



U Adulte. — Planche i4. 

Il nous est assez indifférent de parler ou de garder le silence sur 
les nouveaux genres que l'on s'est amusé de former dans le genre 
Falco de Linné. Quelques méthodistes en ont porté le nombre à une 
vingtaine^ ils auraient pu, par les moyens qu'ils signalent, ajouter 
quelques douzaines de plus à cet échalfaudage méthodique, que la 
découverte d'une espèce nouvelle fait crouler ou met dans le cas de 
reconstruire. 

Modelé sur les formes de notre Autour d'Europe, l'oiseau que 
nous publions ici nous a toujours donné l'idée d'un grand Autour 
muni de pieds très-musculeux , et de serres et d'ongles très-forts, 
proportionnés à sa grande taille 5 ses ailes, de même que celles de 
toutes les espèces d'Autours à tarses plus ou moins longs, ou plus ou 
moins vêtus de plumes, diffèrent de cette partie chez les Aigles par 
le peu de longueur des premières rémiges3 longueur qui est sujette 
à varier selon les espèces, et qui diffère quelquefois si peu dans cer- 
tains sujets placés sur la limite de ces deux sections, qu'il est sou- 
vent difficile à déterminer dans quel groupe il convient de ranger 

Recueil d'Oiseaux, 5'. livraison. 



AUTOUR DESTRUCTEUR. 

une telle espèce 3 il arrive que pour quelques lignes de plus ou de 
moins dans la longueur du tarse ou dans l'étendue de sa partie vêtue 
de plumes , on trouve un motif spécieux pour établir un genre nou- 
veau j par ce moyen trop souvent usité, le compilateur croit avoir 
acquis le droit de placer son nom aux découvertes des naturalistes 
les plus recommandables. 

L'Autour destructeur, ainsi que tous les grands oiseaux de proie 
connus , varie considérablement par l'âge et souvent aussi selon les 
sexes 5 il n'est donc pas étonnant que les espèces exotiques encore peu 
connues aient été données sous des noms différens : aussi doit-on 
convenir que la confusion dans les descriptions des oiseaux rapaces 
est souvent inextricable. Je ne m'arrêterai point à chercher les cita- 
tions de notre Autour dans les auteurs du siècle passé j il suffira de 
dire que ce n'est point le Vultur harpia de Linné , ni le Vultur coro- 
natus de Jacquin, non plus que les Falco harpia et tharus de 
Latham , toutes indications d'un Autour plus petit que celui-ci , à 
tarses plus longs et plus grêles 5 Daudin en a fait mention sous le nom 
^Autour de Maudujt : les figures de l'adulte et du jeune seront 
publiées dans ce recueil. Notre Autour destructeur est le même 
oiseau présenté par Daudin sous le nom d'Aigle, à la page 60, 
n°. 5^ 5 la planche i4 représente l'adulte, et cette description fournit 
quelques détails sur la livrée que nous supposons être du moyen âge. 

L'Autour destructeur porte vers l'occiput une huppe couchée en 
arrière et point susceptible de se relever 5 elle est noire et terminée 
de gris 5 les deux plumes du milieu sont plus longues et plus larges 
que toutes les autres, qui sont plus grises 5 la tête et le cou ont une 
teinte grise-foncée 5 un large collier noir entoure la nuque 5 la partie 
supérieure est jointe sur le devant du cou , mais la partie inférieure 
de ce collier noir n'est point de la même étendue sur le devant de la 



\^^ 



AUTOUR DESTRUCTEUR. 

poitrine que sur les côtés 5 la couleur blanche de cette partie se 
portant en forme de fer de lance jusque vers la moitié de la longueur 
du collier noir (1)5 le milieu de la poitrine et toutes les parties infé- 
rieures sont d un blanc pur et sans taches 5 les cuisses ont sur ce fond 
blanc des bandes transversales noires 5 tout le dessus du corps et 
celui des ailes est noir, coupé de raies grisâtres 5 les pennes des ailes 
ou rémiges sont noires 5 celles de la queue portent toutes quatre 
bandes noires très-larges , et quatre bandes dun cendré-foncé en 
dessus 5 et blanchâtres en dessous 5 la pointe de toutes les pennes est 
d'un cendré-clair 5 le bec est noir 5 la cire paraît de couleur foncée, 
et les pieds sont jaunes 5 ceux-ci ont la partie supérieure du devant 
du tarse seulement couverte de petites plumes blanches 5 les ongles, 
surtout rinterne et celui du doigt postérieur , ont des dimensions 
très-fortes. La longueur ordinaire est de trois pieds deux et jusqu'à 
quatre et cinq pouces 5 on en voit encore de plus grands. 

Un individu long de trois pieds deux pouces paraît être dans le 
passage de la livrée du jeune à Fétat adulte 5 les plumes du dos et des 
ailes sont d'un gris-fauve , irrégulièrement marbré et taché de noir 5 
le collier , qui est noir chez les adultes , est indiqué par du cendré- 
fauve, plus ou moins taché de noir 5 les bandes aux cuisses paraissent 
en moins grand nombre, et elles sont plus irrégulières 5 toutes les 
parties inférieures sont d'un blanchâtre- fauve , mêlé de taches fauves 
plus foncées 3 la queue est cendrée à sa face supérieure et marbrée 
de petites taches noirâtres, très-nombreuses 5 chaque penne a vers 

(i) Il est nécessaire d'observer que ce caractère n'est pas exactement marque' dans notre 
figure 14. L'individu qui a servi de modèle a été examiné avec plus de soin, et on a trouvé 
que les plumes du côté du cou ont été collées sur un petit espace , probablement déplumé 
de ce sujet : au lieu de se servir de plumes blanches, on a pris des plumes noires pour garnir 
cette lacune. 



AUTOUR DESTRUCTEUR. 

le bout une tache noire assez grande, et plus ou moins triangulaire 5 
les bandes qui doivent se former sur les pennes caudales des adultes 
se trouvent indiquées chez les jeunes par des taches noires 3 placées 
de chaque côté des baguettes, elles s'étendent de plus en plus à 
chaque mue et à mesure que l'individu approche de l'état adulte 3 le 
dessous de la queue est blanchâtre , pointillé de fauve. La livrée des 
jeunes de l'année ne m.'est point connue. 

Cette espèce habite l'Amérique méridionale. Les voyageurs disent 
qu'elle se nourrit de gros mammifères 5 les paresseux Ai etUno sont 
une proie facile pour ces grands rapaces. 

Cabinet Laugier de Chartrouse^ Musées de Paris, d'Edimbourg 
et des Pays-Bas. 



^/j6 









^^/, 



Autour roï/a/^ ^^^/é^. 






\^1 



AUTOUR ROYAL. 



FALCO REGALIS. Te mm 



L'Adulte. — 1 Planche i^b. 



Cette grande espèce du nord de l'Amérique est absolument mo- 
delée sur les formes de notre Autour d'Europe , si ce n'est que les 
dimensions chez celle du présent article sont d'un tiers plus fortes. 
Nous ne connaissons pas encore les états difFérens de l'âge et de la 
mue de ce bel oiseau, donné ici sur l'examen d'un sujet unique, re- 
vêtu de la livrée parfaite de l'état adulte. 

Gomme dans notre Autour , toutes les parties de la tête et de la 
nuque sont d'un blanc très-pur, à partir de la base des plumes jusque 
vers la pointe, qui est d'un noir parfait? les extrémités noires étant 
larges et assez étendues sur le plumage du sommet de la tête et de 
la ligne moyenne de la nuque, forment sur ces parties un espace 
totalement noir, tandis que la fine pointe seulement est noire dans 
les plumes des sourcils et dans celles des côtés de l'occiput et de la 
nuque: ce peu d'étendue du noir fait que le blanc paraît d'autant plus 
sur ces parties; le méat auditif est couvert de plumes d'un noir parfait; 
le^manteau, le dos et les couvertures des ailes sont couleur ardoise 

Recueil d'Oiseaux, %'. uvhaison. 



-) 



AUTOUR ROYAL. 

avec de fines stries noires le long des baguettes 5 les rémiges sont 
brunes avec des bandes brunes transversales peu distinctes; la queue 
en dessous est d'un brun bleuâtre, coupée de quatre ou de cinq 
bandes assez irrégulièrement dessinées : la bande inférieure est la plus 
large, et la fine pointe des pennes est blanchâtre; toute la gorge et 
les parties inférieures jusqu'à l'abdomen sont bariolées de noir et de 
gris sur un fond blanchâtre; le noir se dessine par stries longitudi- 
nales sur la baguette de toutes les plumes deces parties , et le gris, en 
zig-zags très-rapprochés , forme de petites stries diagonales 5 ces petites 
bandes sont plus larges, et vont dans une direction transversale sur 
toutes les plumes des cuisses ; les couvertures inférieures de la queue 
sont blanches avec des marbrures grises clair-semées. La base du bec 
est jaunâtre, le reste est noir 5 les pieds sont d'un jaune d'ocre, mais 
la plus petite moitié supérieure du tarse est couverte de petites plumes 
serrées, caractère par lequel cet oiseau diffère essentiellement de 
notre Autour d'Europe. Longueur totale, deux pieds un pouce. 

L'individu du Musée de Paris a été envoyé de l'Amérique septen- 
trionale par M. Lesueur. 



6 




7 re/rey 



A ni o nr m uÙ^ratey, 7nâ/ey . 



\9^- 




Allf OUr mM/tirai£y, /^i/ne ^/^ lannJe 



/^/V>/V' 



\^' 



AUTOUR MULTIRAIE 



FALCO NITIDUS, Lat 



H 



L'Adulte. — VldinàïQ ^j. Le Jeune.— Flmche 294. 

Le plumage des oiseaux de proie varie extraordinuirement aux 
différentes époques de Tâge ; les jeunes et les adultes n'ont souvent 
entre eux aucune ressemblance, et l'on doit convenir que, si l'histoire 
de ces oiseaux, leur classification méthodique , et les moyens indiqués 
pour reconnaître les espèces, sont encore très- défectueux , il est 
extrêmement difficile de ne pas commettre d'erreurs en séparant mal 
à propos , comme espèces distinctes , les individus dans un âge ou 
de sexe différents. Il y a peu d'espèces qui offrent une disparité aussi 
marquée dans les teintes et dans la distribution des couleurs, de 
la livrée du jeune à celui de la livrée parfaite de l'adulte, que celle 
dont nous avons figuré un vieux mâle, planche 8y; le jeune mâle, 
revêtu du plumage de la première année, sera figuré planche 294. Nous 
aurions voulu figurer aussi un jeune en mue, revêtu en partie delà 
première Hvrée, et de celle de l'état adulte, mais nous voulons éviter 
autant que possible de multipHer, sans nécessité absolue, le nombre 
des figures de la même espèce ; les espèces nouvelles étant d'un 
intérêt plus majeur pour la science, les portraits de ces oiseaux 
doivent nécessairement obtenir la priorité de pubHcation. 

Recueil d'Oiseaux , i5'. livraison. 



AUTOUR MULTIRAIE. 

U Autour multiraie a été indiqué sur l'enveloppe de la 1 5^ livrai- 
son , sous le nom de Falco strioïatus ; mais il se trouve noté dans le 
Catalogue méthodique de Latham, sous le nom àe Falco nitidusjàéno- 
mination que nous adoptons. Voyez Ind. Orn, v. i , p. 4 1 ? Esp. 97. 

Le mâle et la femelle, à l'état adulte, ont le plumage des parties 
supérieures du corps et les ailes rayés de larges bandes d'un cendré 
clair et de bandes d'un cendré foncé, plus étroites; parties inférieures 
du corps rayées, à égales distances, de bandes blanchâtres et cendrées- 
rémiges foncées vers le bout, rayées intérieurement de cendré sur un 
fond blanc ; queue d'un noir parfait à bout des pennes blanc , portant une 
large bande blanche sur les deux tiers de sa longueur, et une autre plus 
étroite , ou oblitérée, suivant l'âge , à sa partie supérieure; cire et pieds 
jaunes; iris brun. Longueur du mâle quatorze , de la femelle seize 
pouces. 

Le jeune, pi. 294, a la tête, le cou et toutes les parties inférieures 
d'un blanc légèrement roussâtre , marqué en dessus de mèches étroites, 
et en dessous de très larges mèches longitudinales, d'un brun foncé; 
cuisses blanchâtres sans taches ; dos et ailes d'un brun-marron varié 
de taches roussâtres et blanchâtres , peu nombreuses ; rémiges à bout 
brun, mais d'un blanc - jaunâtre rayé de bandes brunes sur le reste; 
base occulte de toutes les plumes d'un blanc-roussâtre irrégulièrement 
rayé de brun; queue coupée de quatre bandes brunes et de trois 
bandes blanchâtres ; et dans un âge plus avancé , brune-noirâtre, rayée de 
deux larges bandes blanches en dessus, et de trois bandes en dessous. 
L'âge et l'époque plus ou moins éloignée du temps de la mue, opèrent 
des changemens plus ou moins marquans dans cette livrée. 

On trouve cette espèce à la Guyane et au Brésil; des séries 
d'individus font partie des Musées de Paris et des Pays-Bas; un 
jeune, couvert en partie des plumes de l'adulte, fait partie du 
cabinet de M. le baron Laugier de Chartreuse. 



2 6^1 




Autour ay 29e7i^rey' arié" 



Sik^. 



2^S. 




Autour Oy ^e/lÉre/ ûrié- , Je^cney. 



i5«^. 












x-^ 



AUTOUR A VENTRE GRIS. 



FALCO POLIOGASTER. Natterer. 



Le Mâle adulte^ planche 264. — Le Jeune ^ planche agô. 

Nous devons la connaissance de cette espèce inédite à M. Natterer, 
de Vienne, qui en a fait la capture dans ses voyages au Brésil. 

La taille de ce rapace est de moyenne grandeur entre l'Epervier 
et l'Autour d'Europe , mais les tarses sont moins longs et leur partie 
antérieure est couverte de plumes sur un quart de l'étendue, ce 
qui fait paraître les tarses plus courts encore qu'ils ne le sont en 
effet 5 les ailes couvrent la moitié de la queue, qui est très-faiblement 
arrondie 5 une peau nue entoure l'orbite des yeux, et cette nudité 
communique au bec. Nous connaissons les livrées de l'adulte et du 
jeunej ce dernier, pi. 396, est, à ce qu'il paraît, revêtu de la 
livrée de la première année. 

Le plumage de l'oiseau dans l'état parfait est, sur les parties 
supérieures de la tête et à la nuque, d'un noir-plein 5 les joues et 
toutes les plumes du méat auditif, les ailes et le dos , d'un noir- 
bleuâtre couleur d'ardoise, sans aucune tache ni raie 5 la partie 
supérieure du dos d'un noir un peu plus bleuâtre que les ailes, 
également sans taches j la queue noire, coupée en dessus de trois 

Recueil d'Oiseaux, /^S". livkaisok. 



A: 



AUTOUR A VENTRE GRIS. 

bandes grises très-étroites et en dessous de quatre bandes un peu 
plus larges que celles de la face supérieure 5 on voit un peu de 
blanchâtre au bout de toutes les pennes 5 le menton et la gorge 
sont blancs, et les autres parties inférieures, sans exception, ont 
une teinte cendrée-blanchâtre, très-claire et parfaitement unico- 
lore. 

Une jeune femelle, figurée pi. 296 , a le plumage beaucoup plus 
bigarré 5 le sommet de la tête et l'occiput sont noirs 5 la nuque 
roussâtre , couverte de taches en gouttes de couleur noire 5 tout le 
dos et les ailes d'un brun-noirâtre marqué sur le milieu des plumes 
de deux ou de trois taches blanches, plus ou moins cachées et 
recouvertes par les plumes , qui toutes sont terminées par un crois- 
sant roux 5 toutes les pennes rayées intérieurement de blanc et de 
noir, et extérieurement de brun et de noir (1)5 la queue, coupée 
en dessus de trois bandes cendrées, plus large que dans l'adulte, 
et en dessous de cinq de ces bandes blanches 5 les pennes sont ter- 
minées par une grande tache blanche 5 toutes les parties infé- 
rieures et les côtés du cou ont différentes nuances de roux très- 
clair, sans taches sur la ligne moyenne du cou et du ventre, mais 
marqués sur les côtés du cou et sur les flancs de nombreuses taches 
longitudinales et de mèches brunes en forme de larmes j le tour 
de l'oeil et les pieds paraissent jaunâtre. Longueur, de quinze 
pouces et demi à seize et demi. 

Musée de Vienne. 

(i) Des vestiges de ces bandes ti'ès-oblitérëes existent sur les rëmiges de l'adulte. 



20Ô 




^ue/7. 



AutoxiT Méla/zûue ^ 7?ta7e 



\^ 



AUTOUR MÉLANOPE 



FALCO MELANOPS. Lath. (i) 



U Adulte. — Planche io5. 

Je ne connais de cet oiseau de proie que la livrée de Fétat adulte 5 
la livrée de Fâge intermédiaire et celle du jeune doivent encore 
être observées 5 sur plus de douze dépouilles examinées ^ je nen ai 
point vu qui m'aient offert une différence marquée du sujet figuré 
dans notre pi. io5. Il est possible que les indications des livrées 
des jeunes ou du moyen âge se trouvent déjà consignées dans cet 
amas de descriptions d'espèces 5 soi-disant distinctes ^ d'oiseaux de 
proie 5 mais qu'on ne peut rapporter à aucune espèce connue ^ et 
qu'il faudra se résoudre d'omettre provisoirement du catalogue des 
êtres 5 pour recommencer 5 selon un plan moins vague et d'après la 
nature 5 toute l'histoire des oiseaux de proie diurnes. 

Nous conservons à cette espèce le nom que Latham lui a donné. 
Elle est modelée sur les formes de nos Autours et de nos Eperviers 
d'Europe, et sa queue est légèrement arrondie j un blanc pur est 

(i) Latham a établi sous ce même nom de 3Ieîanops une autre espèce d'oiseau de proie. 
Voyez Ind. Orn. Supp. , vol. 2, sp. Sg. Elle est beaucoup plus grande que celle-ci, et sa ' 
patrie est FOcëanie. Nous changerons le nom de cette dernière espèce. Celle que nous conti- 
nuons de nommer Melanops est indiquée par Latham, Ind. , vol. 2 , pag. 57, sp. 89. 
Recueil d'Oiseaux, I8^ livraison. 



AUTOUR MÉLANOPE. 

répandu sur la tête , la nuque et toutes les parties inférieures -, des 
mèches noires longitudinales, plus ou moins larges, couvrent le 
milieu de toutes les plumes des parties supérieures 5 on voit une 
petite strie noire sur celles de la poitrine, et il est probable que 
dans un âge moins avancé les taches en mèches couvrent aussi 
toutes ces parties blanches 5 le dos et les ailes sont d'un noir par- 
fait 5 les scapulaires et les couvertures ont du blanc à leur base, et 
une grande tache couvre de chaque côté le milieu des barbes 5 la 
queue toute noire , à bout de pennes blanchâtre , est traversée vers 
le milieu de sa longueur par une large bande blanche; le lorum 
et tout le tour de l'œil sont noirs 5 l'iris est jaunâtre; la cire et le 
bec rougeâtre, mais point jaune, ainsi que le m.arquent les auteurs; 
le bec est noir. Longueur totale, quatorze à quinze pouces. 

On le trouve à la Guiane. Des sujets sont déposés dans les 
Musées de Paris, de Londres, des Pays-Bas et du baron Laugier. 



ôi4^ . 




Autour Tnojtoqramme/^ aJii^e 



m/e&. 



(/'J^-.^JhydrfAltÀ 



^^^ 



AUTOUR MONOGRAMME. 



FALCOMONOGRAMMICUS. T 



EMM 



U Adulte. — Planche 3i4. 

L'adulte de cette espèce est parfaitement caractérisé, et facile à 
reconnaître de tous les rapaces de cette section , par une rangée 
de taches longitudinales formant une bande noire qui suit la ligne 
moyenne du devant du cou; cette bande unique est plus marquée, vu 
que toute la région de la gorge ou de la partie supérieure du devant 
du cou est d'un blanc pur; les côtés, la partie inférieure du devant 
du cou , la poitrine , le sommet de la tête , les joues et la nuque sont 
d'une nuance cendrée , teinte , sur la poitrine , d'un léger ton rous- 
sâtre; le dos, les scapulaires, et toutes les couvertures des ailes ont 
une teinte cendrée un peu plus foncée que celles du cou; les rémiges 
et les pennes secondaires des ailes sont brunes, marquées de bandes 
transversales noires; mais la base et une partie des barbes internes 
des pennes sont d'un blanc pur; toutes sont terminées par une zone 
blanche; la première rangée des couvertures supérieures de la queue 
est de la couleur des plumes du dos , mais la rangée inférieure est 
blanche; une bande blanche^ peu large, traverse toutes les pennes 
noires de la queue , à la distance d'un pouce et demi de leur extré- 

Recueil d'Oiseaux, 53*. uvraisoh. 



AUTOUR MONOGRAMME. 

mitéj une seconde bande, en partie cachée par les couvertures, est 
plus ou moins exactement peinte selon l'âge des individus j quel- 
ques sujets ont la queue terminée de blanc j toutes les pennes sont 
à peu près d'égale longueur, hormis la seule penne extérieure de 
chaque côté , qui est plus courte que les autresj le ventre, les flancs, 
les cuisses et l'abdomen sont rayés transversalement, et à égale dis- 
tance, de fines bandes cendrées et blanches j les seules couvertures 
du dessous de la queue sont d'un blanc pur 5 la cire et les pieds sont 
d'un rouge-clair : les vestiges de cette teinte existent encore sur ces 
parties dans quelques sujets récemment dépouillés que j'ai reçus du 
Sénégal. La longueur totale est de i5 à li pouces. 

On ne connaît point encore la livrée du jeune et de l'âge moyen 5 
mais à l'indice fourni par quelques pennes de la queue d'un sujet en 
mue , j'ai pu m'assurer que les bandes blanches sont plus nombreuses 
dans un âge moins avancé. Nous publierons une figure du jeune 
aussi tôt que la dépouille nous sera parvenue 5 car c'est connaître très- 
superficiellement une espèce d^oiseau de proie , lorsqu'on n'a pu 
suivre tous les changemens qu'éprouvent les teintes et les distribu- 
tions des couleurs de son plumage dans les différens périodes mar- 
quans de l'âge et de la mue. 

Notre espèce vit au Sénégal ; des individus ont été déposés dans les 
Musées des Pays-Bas , de Paris et du baron Laugier. 



.^^. 




C ar ac ar a lœi/iià/i^^a, Jeuiie^ 



y/rn>l, 



Uj-VKi,nl;vi^.v^w n^' rvvvvx-'x^ ^ 



t\ C\ 



AUTOUR URUBITINGA 



FALCO URUBITINGA. Lath. 



Le Jeune à sa seconde mue. — Planche 55. 

Le rapace, publié planche 55 sous le nom de Caracara, est de 
la section des Autours à tarses longs et grêles^ il est voisin des Buses 
qui se distinguent également par leurs longs tarses 3 on pourrait les 
réunir si leurs ailes étaient étagées de la même manière 5 les uns et 
les autres seraient associés convenablement aux Busards^ s'ils en 
avaient le collier à plumes contournées et frisées et la même coupe 
d'ailes. Dans les habitudes de tous ces oiseaux il n'existe de diffé- 
rences que pour le choix des victimes. 

L'Urubitinga adulte, dont nous donnons un signalement assez 
exact pour qu'il puisse servir à le reconnaître sans l'aide d'une figure , 
est couvert sur toutes les parties du corps d'un plumage noir cou- 
leur de fumée 5 l'aile et toutes ses grandes pennes ont des bandes 
cendrées-enfumées et noirâtres ; la queue est noire à sa base et vers 
son extrémité 5 une bande blanche, unique et très-large occupe 
la moitié supérieure de cette queue, qui est terminée de blanc; on 
voit des croissans blanchâtres aux cuisses des individus qui n'ont 
point encore leur plumage parfait 5 les pieds et l'iris sont jaunes 

Recueil d'Oiseaux, io% livraison. 



AUTOUR URUBITINGA. 

et les ongles sont en gouttière en dessous. Longueur totale deux 
pieds deux ou trois pouces 5 du tarse, cinq pouces. 

Les jeunes de l'année sont d'un jaune-roussâtre sur toutes les par- 
ties inférieures du corpsj cette couleur est semée partout de petites 
taches en larmes ou en mèches brunes-noirâtres, qui augmentent 
graduellement en étendue, en rapport de l'âge 5 les plumes des cuisses 
sont terminées de croissans de cette dernière couleur 5 la face, 
les joues et la gorge ont des stries brunes sur un fond blanchâtre 5 
la plus grande partie de la queue est couverte de bandes brunes, 
de taches irrégulières ou de zigzags bruns sur un fond blanchâtre j 
vers l'extrémité des pennes règne une large bande brune , et toutes 
sont terminées de fauve ou de blanchâtre^ des taches rousses, plus 
ou moins nombreuses et régulières, couvrent les parties brunes- 
noirâtres qui forment la nuance principale du plumage du dos, 
des ailes et de la tète 5 les ailes sont coupées de bandes brunes et 
roussâtres, et l'aile intérieurement est d'un roussâtre-clair taché 
de brun. 

Dans un âge plus avancé (voyez notre planche 55), les mèches 
brunes sont déjà beaucoup plus étendues , elles sont confluentes et 
disposées en masse sur différentes parties du corps 5 les zones aux 
cuisses deviennent plus larges 5 le brun-noirâtre gagne, par le moyen 
de chaque mue, plus d'espace au préjudice de la couleur roussâtre- 
clair 5 et dans les dernières mues, qui précèdent l'état adulte, on 
ne voit plus que de faibles indices de cette teinte claire qui borde 
et termine encore, dans cet âge, quelques parties du plumage 5 les 
pennes de la queue perdent successivement leurs bandes et leurs 
taches , et cette partie se présente aussi colorée par grandes masses. 

Cette espèce est connue dans les catalogues sous le nom de Falco 
urabitinga. On la trouve au Brésil. 



5oy , 




Treù^e 



Autour JOlteé" - IVU£^ ^ aduAe/. 



i U'w(rlJ^'"^^^^.' 



AUTOUR A JOUES NUES. 



FALCO GYMNOGENYS. Temm- 



U Adulte. — Planche 3oy. 

Les oiseaux rapaces diurnes présentent , dans une série extraordi- 
nairement nombreuse d espèces ^ des nuances si imperceptibles et un 
tel nombre de formes légèrement abnormes des types qui servent à 
former les sections déjà très-peu disparates entre elles, qu'il est im- 
possible de trouver des limites fixes pour isoler quelques-unes dans 
des genres bien assortis et rigoureusement déterminables. Une mul- 
titude d'exemples fournis dans cet ouvrage , ma donné matière à 
constater la grande analogie qui existe dans l'ensemble de la struc- 
ture des rapaces , joint à cette minutie et à cette variété de petits 
détails accessoires dans quelques parties de leur corps. Le squelette 
d'un grand nombre d'espèces a servi de base pour établir de nouvelles 
recherches 5 cet examen m'a prouvé que toutes sont organisées à peu 
près sur le même planj leur charpente osseuse offre peu ou point 
de différence entre les espèces des différentes sections. Des rapports 
de cette nature 5 sur lesquels doivent reposer les premiers indices 
d'une réunion ou d'une séparation générique •> tendent à poser en 
principe , qu'en hasardant quelques coupes génériques établies uni- 

Recueil d'Oiseaux^ 52". liyraison. 



-V 



AUTOUR A JOUES NUES. 

quement sur les formes extérieures de ces oiseaux, il serait impos- 
sible d'en appliquer la théorie dans les recherches faites sur leur 
squelette -, les moyens de préhension indiquent bien de légères dif- 
férences, mais celles-ci offrent un nombre indéterminable de mo- 
difications ; je suis d'avis que, sans la connaissance très -exacte 
des mœurs et des habitudes des rapaces, il sera impossible d'éta- 
blir , d'une manière scientifique , une nouvelle série de coupes mé- 
thodiques. J'ai insisté plusieurs fois sur cette singulière anomalie 
dans les formes des espèces de rapaces diurnes, et je crois pouvoir 
affirmer que les petites modifications dans les moyens de préhension 
dépendent uniquement des appétits et de la manière de s'emparer 
des différentes espèces d'animaux sur lesquels ils exercent leur ra- 
pine. 

Nous plaçons sous les yeux du naturaliste une preuve nouvelle 
de ces légères nuances dans les formes des rapaces. L'ois^u que je 
nomme provisoirement Autour à joues nues , a dans la fortne totale 
du corps et dans les couleurs du plumage la plus frappante analogie 
avec les Autours et les Eperviers^ ses tarses grêles le rapprochent des 
Busards : par la forme du bec, par la grande nudité de la cire et des 
joues, par ses tarses en partie emplumés , le tibia très-long et les 
doigts très-courts, on serait tenté de l'associer au Messager j les tables 
hexagones dont le tarse est couvert ressemblent à celles de quelques 
Buses 5 c'est enfin un Aigle ou une Buse par la longueur de la queue et 
par la grande étendue des ailes. Sonnerat a indiqué les couleurs du plu- 
mage de cet oiseau, et il en a publié une figure sous le nom à.' Autour 
à ventre rayé de Madagascar , pi, io5. Le hasard a voulu que ce 
rapace ne se trouve pas cité dans le catalogue méthodique de La- 
tham. Nous donnons la description des deux livrées , très-différentes, 
sous lesquelles l'espèce nous est parvenue de l'intérieur de l'Afrique. 



\«^v 



AUTOUR A JOUES NUES. 

L'adulte figuré pi. 507 a toute la partie ophtalmique, les joues, 
la cire et une grande partie du bec couverts d'une peau nue que 
Sonnerat dit être jaune 5 le sommet de la tête, toutes les parties dii 
cou, la poitrine, le manteau et les couvertures des ailes sont d'un 
beau gris-cendré j sur les scapulaires et sur les grandes couvertures 
se trouvent quelques grandes taches noires , de forme plus ou moins 
arrondie 5 tout le dos, le croupion , le ventre, les cuisses , l'abdomen, 
les couvertures du dessous des ailes sont rayés transversalement de 
larges bandes blanches et de bandes noires un peu plus étroitesj 
toutes les pennes des ailes sont grises à la base, marbrées de noir, et 
d'un noir plein jusque vers le bout qui est blanc 5 la queue est 
marbrée de la même manière à la base ; le reste est d'un noir plein , 
mais une large bande unique coupe toutes les pennes vers le mi- 
lieu de leur longueur et leur extrême pointe est aussi d'un blanc purj 
les pieds sont jaunes et la pointe du bec est noire. Longueur totale, 
de ai à 25 pouces. 

On voit des individus à base de la queue plus ou moins couverte de 
marbrures et qui portent encore une ou deux bandes très-étroites 
au dessus de la bande très-large du milieu : cette bande est aussi 
plus ou moins marbrée de noir. 

Les jeunes ont un plumage totalement différent de celui de l'a- 
dultCj un brun très-clair et terne plus ou moins nuancé de roux, 
couvre toutes les parties supérieures 5 la poitrine est variée de larges 
mèches brunes sur un fond blanchâtre ; toutes les parties rayées par 
bandes transversales dans l'adulte sont tachetées de brun-clair, terne 
ou très-mat, et variées de blanc ou à extrême pointe blanche ; toutes 
les pennes des ailes sont d'un brun-clair terne coupé, à grand inter- 
valle, de bandes d'un brun foncé j la queue a la base blanche marbrée 
de brun 3 le reste est rayé transversalement d'une multitude de 



AUTOUR A JOUES NUES. 

bandes blanchâtres sur un fond d'un brun sombre, et l'extrême pointe 
est blanche. On conçoit que les individus dans le passage d'une li- 
vrée à l'autre diffèrent plus ou moins selon qu'ils approchent de l'é- 
poque de leur dernière mue variable. 

Sonnerat a trouvé l'espèce à Madagascar; l'individu figuré, rap- 
porté par M. le capitaine Milius , a été pris dans cette lie -, ceux que 
j'ai reçus viennent de l'intérieur de l'Afrique méridionale. 

Musées de Paris et des Pays-Bas. 



ô 




JiÛ^. 







Autour CL (là)l^â CÛlir&, ^m^ a,^/B^ 



^l.^"-tJ^>^jKArO^J\f^.M\ ^,.^,., _, 



AUTOUR A DOIGT COURT 



FALCO HEMIDACTYLUS. T 



EMM. 



Femelle adulte. — Planche 5. 

Le petit groupe des oiseaux de proie où viennent se ranger les Au- 
tours à tarse long et grêle et à doigt extérieur très-court , paraît mar- 
quer le passage des Autours pareils à ceux qui vivent dans nos cli- 
mats^ aux Busards proprement dits 5 mais cette brièveté du doigt 
externe diffère du plus au moins selon les espèces. Ce caractère pris 
des pieds , ni aucun de ceux qu'il est possible d'emprunter des formes 
extérieures des oiseaux de proie ne peuvent servir pour établir des 
coupes génériques j les différences plus ou moins fugitives, plus ou 
moins constantes , existent entre plusieurs espèces , mais elles dépen- 
dent ou se trouvent modifiées suivant les facultés dont chaque espèce 
est douée pour subvenir à ses besoins , et pour se rendre maître d'une 
proie plus ou moins redoutable ^ rusée ou agile. Les êtres sur lesquels 
la voracité des oiseaux de rapine s'exerce continuellement offrent entre 
eux tant de disparité d'organisation, de mœurs et d'habitudes, qu'il 
n'est nullement étonnant que les rapaces diurnes nous offrent tant 
de petites nuances dans les caractères extérieurs qui tiennent aux 
membres propres au vol et à la préhension. Du mammifère au sca- 
rabée, et de celui-ci au reptile, quelles immenses distances! Cepen- 

ReCUEÏL d'OiSEADX, l". LIVRAISON. 



Y 



AUTOUR A DOIGT COURT. 

dant parmi ces nombreuses classes d'êtres, il en est peu qui n'aient 
leur ennemi dans l'une ou l'autre espèce d'oiseau de proie. Je traiterai 
plus en détail de ces différences dans les généralités du genre Falco 
j'y développerai les motifs qui me font supprimer un échafaudage 
méthodique qui ne peut reposer que sur des caractères empruntés 
de formes, qui varient plus ou moins selon les espèces. 

Les ailes de l'oiseau que nous figurons aboutissent à la moitié de la 
longueur de la queue, qui est longue et arrondie 5 le bout de l'ongle 
du doigt externe ne dépasse point l'origine de l'ongle du doigt interne • 
le devant des tarses est couvert de plumes sur environ un pouce de 
son étendue. 

Tout le plumage est d'un gris couleur de plomb, dont la teinte est 
un peu plus claire sur le ventre qu'au dos et aux ailes j les rémiges 
sont noires , mais une large bande blanche disposée sur la moitié de 
leur longueur les traverse toutes. La queue porte deux bandes noires 
très-larges 5 une troisième plus étroite et moins distincte se trouve à la 
base des pennes 5 deux bandes d'un roussâtre très-clair, plus étroites 
de moitié que les bandes noires , traversent cette queue dont l'extré- 
mité des pennes est cendrée 5 les couvertures inférieures sont d'un 
roussâtre très -clair. Longueur totale, quinze pouces 5 longueur du 
tarse, trois pouces. Le mâle et la femelle ne diffèrent que par la 
taille. On dit que les jeunes ont un plumage plus bigarré. Habite le 
Brésil. 

Cabinet de M. Laugier de Chartrouse , prince de Neuwied , et 
Musée de Paris (1). 



(i) Pour éviter à chaque article des répe'titions inutiles, on est prévenu que la première col- 
lection nomme'e est toujours celle où se trouve l'individu qui a servi de modèle à nos planches 
coloriées. 




^pl 



J^U^. 



k 



Autour Grèley^ Jfd/ey 



^^'■'Ytl^.rvk>';^.^^A„. ^-^^'^''^ 



(^$ 



AUTOUR GRÊLE. 



FALCO GRACILIS. Temm. 



Le M die adulte. — Vlmche 91. 5/[^ 'lî^-^ 

L'Autour de cet article et celui figuré planche 3, sous le nom 
d'Autour à doigt court ^ paraissent deux espèces très - voisines , si 
toutefois ce ne sont pas des individus de la même, qui diffèrent 
simplement par lage ou par le sexe : pour juger ces rapports il 
faudrait avoir été dans le cas d'examiner et de comparer entre eux 
un plus grand nombre d'individus d âge différent; nous ne pouvons 
décider la question , n'ayant vu que quatre sujets adultes de V Autour 
à doigt coi^r^ 5 planche 3, et un second individu, absolument pareil à 
celui Hguré planche 9 1, de V Autour grêle ; tous paraissaient revêtus de 
la livrée stable de Padulte. On aurait pu soupçonner que le premier 
est le mâle et celui-ci la femelle, si, à la dissection, ils n'avaient été 
reconnus tous les deux de sexe masculin (i). En attendant que l'oc- 
casion se présente d'observer les jeunes , nous signalerons les diffé- 
rences entre ces deux oiseaux , que nous donnons provisoirement 
comme espèces distinctes. 

L'Autour grêle est plus grand dans toutes ses dimensions que 
l'Autour à doigt court; sa longueur totale est de dix-huit à dix-neuf 

(i) L'exactitude de la dissection ne sera pas révoquée en doute, puisqu'elle a été constatée 
par le prince de Neuwied et par M. Treyreis. 
Recueil d'Oiseaux ^ 16^. livraison. 



AUTOUR GRÊLE. 

pouces ; le mâle de l'autre espèce a quinze , et la femelle dix-sept 
pouces; le tarse du premier est long de trois pouces sept lignes et 
la partie emplumée, du devant du tarse, a peu d'étendue. Celte partie 
occupe un bien plus grand espace dans l'Autour de la pi. 3 , et le tarse 
a trois pouces; on compte dix écailles nues chez celui-ci, et onze 
sur le tarse de l'Autour grêle ; les pennes de la queue , dans l'Autour 
à doigt court, ont seulement deux bandes noires; dans l'autre il y 
a deux bandes noires larges et parfaites, et une troisième irrégulière- 
ment dessinée se trouve cachée sous les couvertures ; les deux bandes 
inférieures sont un peu plus rapprochées du bout de la queue. 

Telles sont les différences les plus marquées : celles de moindre 
valeur se trouvent dans les teintes du plumage ; elles sont exactement 
indiquées dans les deux portraits de ces oiseaux. 

Le lorum , les joues et la gorge sont blanchâtres ; toutes les parties 
inférieures ont des bandes blanches et cendrées disposées transver- 
salement, et à peu près de même largeur; les couvertures du dessus 
de la queue ont une teinte Isabelle marquée de faibles indices de 
bandes transversales. Les parties inférieures, dans l'autre espèce, sont 
à peu près unicolores. Les parties supérieures n'offrent aucune diffé- 
rence dans les couleurs ; mais la teinte cendrée est un peu plus foncée 
dans l'Autour de cet article. 

Cet Autour, de même que celui à doigt court, habitent les contrées 
boisées des parties orientales du Brésil. Les notes manuscrites du 
prince de Neuwied font mention de cette dernière espèce ; elles 
nous font observer que les couleurs de l'iris et des jambes ont été mal 
rendues dans la planche 3 : l'iris doit être d'un blanc-jaunâtre^ la cire 
d'une teinte noire , et les pieds orange vif Le prince dit que l'espèce 
n'est pas rare au Brésil, et que les sexes diffèrent par la taille, mais 
point par les couleurs du plumage. Le manuscrit ne fait point men- 
tion de l'oiseau figuré dans la planche qui accompagne cet article. 



^Ù.) 




Preâe 



Autour cymj^)ero/mey^ m^ <uéJ/k 



/=t ■£-'SA^iD,.tX<."?- ■ î\^.hAS-^vU-<o ' ^-. 



AUTOUR CHAPERONNÉ. 



FALCO PILEJTVS. P. Max. 



X- 



Le Mâle adulte, — Planche 2o5. 



La difFérence de taille, dans les individus de sexe différent, est 
très-remarquable dans cette espèce ; le mâle adulte n'est guère plus 
grand que notre épervier femelle, tandis que sa femelle est beau- 
coup plus grande ; ils diffèrent moins par les couleurs du plumage. 
La queue de ces oiseaux est longue et carrée, le tiers seulement 
en est couvert par les ailes 5 leurs tarses sont longs et grêles 5 le 
bec est court et très-courbé 3 le bord est garni d'un feston , et la 
pointe est fortement découpée. 

Le mâle adulte a le sommet de la tête et les ailes d'un cendré 
couleur d'ardoise 5 les joues, la nuque, le dos et les scapulaires 
d'une teinte cendré-claire 5 la gorge , le devant du cou , la poitrine 
et le ventre d'un cendré-blanchâtre 5 toutes les plumes de ces parties 
ont une strie brune, produite par une baguette qui est de cette 
même teinte 5 les couvertures du dessous de la queue sont blanches 3 
les cuisses d'un beau roux-vif^ les couvertures du dessous des ailes 
et leur bord roussâtres; les rémiges rayées de bandes peu distinctes, 
et les pennes de la queue rayées , à égale distance , de quatre bandes 

Recueil d'Oiseaux, 35°. livraison. 



AUTOUR CHAPERONNÉ. 

noires et d'autant de bandes brunes 3 ces bandes sont moins dis- 
tinctement dessinées en dessous, et elles sont placées sur un fond 
cendré-clair. L'iris des yeux est d'un jaune-orange^ cire et nudités 
jaunâtres 5 pieds d'un jaune-orange vif. Longueur totale du mâle 
jamais plus de treize pouces dix lignes. 

La femelle a seize pouces trois lignes en longueur totale 3 le plu- 
mage est généralement plus foncé, toutes les teintes étant plus mê- 
lées y la couleur noirâtre du sommet de la tète et celle des ailes 
paraissent moins distinctement que dans le mâle 5 toutes les parties 
inférieures sont d'un cendré plus sombre, mais elles sont marquées, 
comme dans le mâle , par les stries longitudinales qui occupent le 
milieu de chaque plume 3 les tarses et les pieds sont beaucoup plus 
robustes , mais d'une couleur moins vive que chez le mâle- 

On doit la connaissance de cette espèce au prince de Neuwied, 
qui l'a rapportée de ses voyages au Brésil 5 elle a aussi été envoyée 
de Cayenne. 

Musées du prince de Neuwied, de Paris, des Pays-Bas et de 
Vienne. 



^; 



/ 




Ai«to 



lO" a> ôeTy j'i/uieifAi}, jeurie> 



J^re^'e^, 



4.^^aA%a1> 






\^1 



AUTOUR A BEC SINUEUX. 



FALCO PENSYLFJNICUS. Wilson, 



Le Jeune de F année. — Planche 67. 

Le mâle adulte de cette espèce a été figuré par Wilson ^ American 
Ornithology y planche 46, fig. 1. Nous renvoyons à cette figure très- 
exacte 5 mais en attendant que nous la donnions dans ce recueil , 
il sera intéressant de publier de suite le portrait de la femelle 
sous le plumage propre aux deux sexes dans la première année de 
leur vie 5 cette livrée diffère assez de celle dont les adultes sont 
revêtus pour légitimer , en quelque sorte , le double emploi qu'on 
en fait dans la nomenclature des collections ornithologiques. 

L'Autour à bec sinueux (1) est un oiseau de proie de petite 
taille 5 Wilson dit que Fespèce est rare dans les Etats-Unis 5 elle 
se répand au loin et chasse avec activité 5 son vol est irrégulier et 
vélocej les lézards et les petits oiseaux deviennent sa proie. L^adulte 
figuré par Wilson a le dos et les ailes d'une couleur plombée , mais 
chaque plume a une raie longitudinale, noire, disposée sur la 
baguette 5 en relevant les plumes du dos on trouve leur base blanche, 

(i) Nom donné par M. Cuvier à cette espèce^ à cause du feston des bords du bec. Ce caractère 
existe dans le plus grand nombre des espèces de la division des autours. 

Recueil d'Oiseaux, \i\ liveaison. 



AUTOUR A BEC SINUEUX. 

marquée de taches brunes 5 toutes les pennes des ailes brunes- 
noirâtres et rayées de bandes transversales plus claires 5 une large 
bande passe au dessus des yeux 5 la gorge et les joues marquées 
de petites stries rousses sur un fond blanchâtre; les autres parties 
inférieures ainsi que les cuisses régulièrement tachetées de bandes 
demi-circulaires d'un beau roux et disposées sur un fond blan- 
châtre; abdomen et couvertures du dessous de la queue d'un blanc 
pur 5 queue rayée de trois ou de quatre bandes noires et de trois 
bandes cendrées , celle placée vers le bout étant la plus large j extré- 
mité de toutes les pennes blanche 5 cire d'un jaune-verdâtre^ pieds 
et iris d'un jaune-orange. Longueur totale, de onze à douze pouces. 

Les jeunes dans leur première livrée ont un plus grand nombre 
de bandes transversales à la queue 5 on compte cinq bandes noires, 
dont l'inférieure est toujours la plus large, et quatre bandes cendrées- 
roussâtres; les unes et les autres sont m^oins régulières que dans 
les individus en plumage parfait 3 le sommet de la tète, le dos et 
les ailes sont d'un brun-foncé , bordé de roussâtre5 la nuque et les 
côtés de la tête rayés longitudinalement de brun sur un fond roux- 
blanchâtre j les pennes des ailes rayées de bandes noirâtres et brunesj 
les flancs et une partie du plumage du ventre rayés de mèches 
longitudinales sur un fond blanc j le devant du cou, la poitrine, 
le milieu du ventre et les couvertures du dessous de la queue d'un 
blanc pur; les cuisses plus ou moins teintes de roussâtre-clair. 

On trouve ce rapace dans les Etats-Unis, en Virginie et au 
Canada. 

Musées de Paris et des Pays-Bas. 



3i5 




Autoxir queziey ce/'ciee^, acà^^. 



Mi^^. 



^' 



o\ 



AUTOUR A QUEUE CERCLÉE. 



FALCO UN ICINCTU S, Temm. 



U Adulte — Planche 5i3. 

Les formes de cet Autour sont à peu près les mêmes que dans 
VUrubitinga, mais sous des dimensions moins fortes 5 les tarses sont 
larges et robustes ; les ailes ne couvrent que la plus petite moitié de 
la queue ; les pennes des ailes et de la queue ne sont point rayées 
par des bandes nombreuses. Il a dans le port une certaine apparence 
de Buse et même de Busard^ ses ailes, quoique pointues, ne sont 
pas aussi longues que dans les Buses j la manière dont les pennes 
sont étagées est absolument la même que dans les Autours d'Europe, 
mais elle donne lieu à une coupe plus allongée et pointue; la sinuosité 
aux bords du bec le rapproche plus de nos Autours que de nos 
Buses 5 et cette espèce sert encore à faire apprécier les nombreuses 
nuances intermédiaires entre nos types européens. 

Le plumage dont l'individu adulte de cette espèce est revêtu 
n'est point encore parvenu, si j'ose m'exprimer ainsi, à l'état 
parfait ou invariable. De fines bordures rousses aux plumes de la 
nuque et sur celles du ventre , et les mèches brunes sur un fond 
blanchâtre disposées sur la gorge, sont les indices certains que Fin- 

Recueil d'Ojseaux^ 53^ livraison. 



AUTOUR A QUEUE CERCLÉE. 

dividu que nous donnons ici conserve encore dans les couleurs du 
plumage quelques traces de celles d'une livrée propre aux jeunes. 
L'adulte revêtu de la livrée invariable , a le sommet de la tête , la 
nuque, le dos, les scapulaires et le croupion d'un brun très-foncé, 
sans aucune tache ni bordure j au front et vers la direction des narines 
sont deux petites taches blanches 5 la gorge et les côtés du cou d'un 
brun-clair varié de stries blanches selon l'âge des individus^ la poitrine, 
le ventre et l'abdomen d'un brun-noirâtre 5 toutes les pennes des ailes 
parfaitement unicolores , si ce n'est à la base des barbes intérieures, 
qui est d'un blanc-roussâtre , et leur bout qui est entouré d'une zone 
très-étroite d'un blanc pur 5 les pennes de la queue n'ont également 
point de bandes transversales 5 leur couleur à la base est d'un blanc 
pur, et un grand espace blanc les termine toutes 5 un brun noirâtre, 
où domine une légère nuance pourprée, colore le reste de leur surface 5 
les grandes couvertures supérieures de la queue et celles du dessous 
sont d'un blanc légèrement roussâtrej le milieu de ces plumes est 
marqué de mèches ou de stries brunes ; les petites couvertures supé- 
rieures et inférieures des ailes, le bord externe de celles-ci et les 
cuisses sont d'un roux de rouille très-vif j des taches noires plus ou 
moins grandes occupent le centre de toutes ces plumes; les grandes 
couvertures sont seulement bordées de roux; les tarses sont jaunes et 
le bec est d'un bleuâtre couleur de corne. Longueur totale, dix-neuf 
pouces. 

On le trouve au Brésil. L'individu figuré a été tué par M. Auguste 
de Saint-Hilaire dans les environs du Rio-Grande, près Boa-Yista. 

Musée de Paris. 



125. 




Autour radimary , Jewi^ 



JTué>/r. 



AUTOUR RADIEUX 



FALCO RADIA TUS. Lath 



Le Jeune ^ probablement de l'année. — Planche 12 3. 

Le plumage de Tadulte, dans cette espèce, n'est point encore exac- 
tement connu. La courte indication quen donne Latham, et la 
très-mauvaise figure qui accompagne Farticle de son Radiated Falcon, 
ne sont point faites pour donner une idée de cet oiseau sous son 
plumage parfait. 

En attendant que l'occasion se présente de publier , dans nos fas- 
cicules , Fadulte de cette espèce dans son plumage parfait, nous 
donnons la figure du seul individu que nous ayons vu, il paraît 
revêtu de sa première livrée. 

Latham indique notre espèce dans son second supplément. Il dit 
que le plumage (probablement de Fadulte) est de couleur de rouille, 
rayée et tachetée de noir j ailes et queue brunes marquées de bandes 
noires 5 la queue est longue, pourvue de huit ou neuf bandes noires ; 
cire et tour des yeux et pieds bleus, iris brun. Une figure très-mal 
coloriée accompagne cette indication. 

Le jeune que nous figurons, pi. 1 aS, est de la taille de notre Bu- 
Recueil d'Oiseaux^ 2I^ Livraison. 



AUTOUR RADIEUX. 

sard-saint-martin^ les ailes aboutissent vers le milieu de la très-longue 
queue, qui est fortement arrondie. 

Toutes les parties supérieures sont d'un brun très-foncé 5 cette 
couleur est disposée par taches sur la tête et sur la nuque, elle est 
pleine sur les plumes du manteau et des ailes qui sont terminées par 
une bordure rousse. Les rémiges et la queue colorées du même ton 
qui règne sur le dos , sont coupées de nombreuses bandes plus foncées 
et très-étroites 5 on compte jusqu'à douze ou treize de ces bandes sur 
les pennes caudales 5 les plumes qui entourent le bec , les sourcils , 
les joues et la gorge , ont de petites raies brunes sur un fond blanc 5 
la poitrine porte de grandes taches ovales sur un fond blanc; le 
ventre, les cuisses et l'abdomen ont des bandes transversales et des 
taches triangulaires, disposées assez régulièrement sur chaque plume , 
qui est rayée de quatre de ces bandes brunes et de quatre bandes 
blanches. liongueur, à peu près dix-huit pouces. 

Synonymes. Falco Radiatus. Lath . , Ind. Orn. supp. , v. 2 , pag. 1 2 , 
sp. 4o. — Radiated Falcon. Gen. , syn. supp. , v. 3 , pag. 55 , tab. 121. 

Habite l'Océanie. L'individu qui nous a servi de modèle a été 
trouvé dans une collection venant de la JNouvelle-Hollande 5 il fait 
partie des galeries du Musée des Pays-Bas. 




7^7, 



j/it^t. 



Auto UT bra^h^pferey^ ma/e aJu/ée^^, 



Tl6\ 




Autour braokwïè/^e 



Meet. 



^'vL VYVv:^,4./^r^,,,-' ^ 



%^^ 



AUTOUR BRACHYPTÈRE. 



FALCO BRACHYPTERUS. Temm. + 



Le Mâle adulte, pi. i4i. — Le Jeune ou la Femelle , pi. 116. 

Cette espèce est indiquée sous deux dénominations différentes dans 
l'ouvrage de d'Azara , et il serait fort possible qu'elle eût été signalée 
par Gmelin ou par Latham dans cet amas confus de citations d'oi- 
seaux de proie qui compose leur genre Falco. Voici les indications 
de l'ouvrage espagnol qui ont rapport aux différentes livrées sous 
lesquelles on voit cette espèce dans nos collections. C'est en premier 
lieu et sous le plumage parfait, YEperçier noir et blanc, n". 385 
VEperçier rœyé, n°. 29 , est une femelle revêtue de la livrée du jeune 
et à sa seconde ou troisième mue. 

Notre Autour brachyptère a été nommé ainsi, vu le peu de longueur 
de ses ailes 5 c'est en effet de tous les oiseaux de proie celui qui a les 
ailes les plus courtes en proportion de sa queue, longue et étagée. 
On peut classer l'espèce de cet article comme formant le passage des 
Autours aux Busards , auxquels elle tient par toutes les formes , et 
particulièrement par la longueur des tarses 5 le bec de cet oiseau est 
remarquablement gros, court et fortj le cercle qui entoure les yeux est 

Recueil d'Oiseaux^ 20*. livraison. 



AUTOUR BRACHYPTÈRE. 

nu. Longueur totale, de dix-huit à vingt pouces , rarement un pouce 
de plus 5 tarses, trois pouces trois lignes. Les dimensions et quelques 
légères différences dans les couleurs du plumage peuvent servir pour 
distinguer cette espèce d'une autre des mêmes contrées qui sera figurée 
dans ce recueil sous le nom de Falco leucauchen^ pi. Soôj la longueur 
totale de cette dernière ne dépasse pas quatorze pouces. 

Le vieux mâle^ dont je n'ai vu qu'un seul sujet en plumage par- 
fait, a le sommet de la tète, l'occiput, le dos, les scapulaires et les 
ailes d'un noir mat légèrement tirant au brun 5 la queue noire cou- 
verte en dessus de trois bandes blanches , très-étroites et un peu cir- 
culaires 5 l'indice d'une quatrième bande se trouve en partie cachée 
par les plumes de recouvrement j en dessous les bandes sont plus 
larges et plus régulièrement dessinées3 toutes les pennes ont le bout 
blanc j une petite bandelette ceint le front et passe sur les yeuxj le 
blanc des joues est marqué de petites stries noires, toutes les parties 
inférieures , de même que le large collier qui entoure la nuque, sont 
d'un blanc pur marqué de croissans et de fines stries noires, plus 
ou moins distincts , qui paraissent être les vestiges des taches et des 
raies nombreuses distribuées sur le plumage des jeunes : ces taches 
disparaissent probablement à mesure que l'oiseau avance en âge. Le 
bec est d'un noir bleuâtre , mais la cire et la base de la mandibule 
inférieure sont jaunes 5 et c'est aussi probablement la couleur des 
pieds et des doigts. 

Le jeune mâle a la nuque entourée par un collier blanc ou blan- 
châtre-, tout le plumage des parties inférieures rayé, à large distance, 
de bandes brunes placées sur un fond blanc ou blanchâtre légèrement 
nuancé de roux-clair 5 les parties supérieures du corps , les couvertures 
des ailes , les pennes et celles de la queue rayées à égale distance de 
larges bandes brunes et roussesj les plumes du sommet de la tête 



^on 



AUTOUR BRACHYPTÈRE, 

et les joues brunes avec des bordures rousses. Ces bigarrures dispa- 
raissent graduellement par le moyen des mues , car le vieux mâle 
n'en conserve aucun indice ; dans l'état parfait toutes les parties 
supérieures sont noires et les parties inférieures ainsi que le collier 
sont d'un blanc pur. Il est facile de se faire une idée des variétés 
intermédiaires de ces deux livrées 5 chaque mue opère des modifica- 
tions à la forme des bandes qui changent en taches, puis en stries, 
pour disparaître totalement et faire place à des teintes disposées par 
grandes masses. 

Les individus que je suppose des femelles dans les états différens 
de la mue, ont toutes les parties inférieures couvertes de teintes rous- 
sâtres rayées à de grandes distances de bandes brunes , larges d'une ligne 
au plus; un brun couleur chocolat couvre la tête, les joues, le dos et 
les ailes 5 les rémiges sont d'un brun moins vif^ des taches rousses 
plus ou moins grandes ou à peu près effacées dans l'adulte sont dis- 
posées sur les côtés des barbes : ce sont des vestiges qui indiquent la 
place qu'ont occupées des raies plus larges et plus distinctes qui 
existent sur la livrée des jeunes de l'année : un demi-collier roux , 
plus ou moins marqué de taches , paraît être le caractère distinctif des 
femellesj la queue est d'un brun-noirâtre ;, traversée dans quelques 
individus de quatre, et chez les autres de trois bandes irrégulières , 
souvent indiquées par des taches : ces bandes sont plus larges et 
moins irrégulières en dessous, et l'extrémité de toutes ces pennes 
est blanchej quelques individus ont la poitrine teinte à peu près 
du même roux que le collier, et marquée de stries ou de taches 
brunes. De quinze dépouilles que j'ai examinées, il ne m'a pas été 
possible d'en réunir deux exactement colorées de la même manière. 
Bes pieds paraissent jaunâtres et le bec d'un noir-bleuâtre varié de 
teintes plus claires. 



AUTOUR BRACHYPTÈRE. 

On trouve l'espèce au Brésil , à la Guyane et au Paraguay. 

Le mâle adulte figuré planche i4 1 , fait partie du Musée de Vienne^ 
on trouve des variétés de plumage du jeune et des femelles dans les 
collections publiques et particulières. 



s 



2 




JSu^/\ 



Autour a noi/ruie rûué\rey 



YVvC^-t>vÀAXvf 



AUTOUR A POITRINE ROUSSE 



FALCO XANTHOTHORAX. Te 



MM, 



Le Mâle adulte. — Planche 92. 

Nous présumons que cette espèce est inédite , ne l'ayant pu trouver, 
du moins sous cette livrée, ni dans l'ouvrage de d'Azara, ni dans 
les Catalogues méthodiques de Linné et de Latham. 11 se pourrait 
toutefois que J'indication eût échappé à mes recherches ; car , en fait 
d'Ornithologie, rien n'est plus sujet aux difiîcultés et aux méprises que 
la comparaison des oiseaux de proie diurnes , non - seulement par le 
moyen des descriptions et des courtes phrases, mais aussi en con- 
sultant quelques figures faites avec peu de soin; le doute n'est souvent 
point éclairci en comparant les sujets en nature, surtout lorsqu'on n'est 
pas à même d'étabhr des rapprochemens et de faire des comparai- 
sons sur une multitude d'individus, dans les différentes périodes de 
la mue. Les recherches faites sur des sujets aux époques du passage 
d'une hvrée à l'autre, sont surtout très -importantes; l'inspection des 
rémiges et des pennes caudales, ou bien la vue d'un très -petit nom- 
bre de plumes, suffisent le plus souvent pour légitimer la réunion de 
plusieurs espèces purement nominales. 

Ce rapace est un peu plus grand que notre épervier; les ailes sont 

Recueil d'Oiseaux, i6«. livraison. 



+ 



AUTOUR A POITRINE ROUSSE. 

courtes et la queue est étagée ; les sexes ne diffèrent presque point 
par la couleur du plumage. Les livrées des jeunes de l'année , et de 
ceux âgés d'un an, doivent encore être observées. 

L'adulte a du roux couleur canelle sur toutes les parties de la 
tête; la gorge et le devant du cou sont aussi couverts de cette teinte, 
plus ou moins claire , plus ou moins variée suivant l'âge des indivi- 
dus; la nuque, le dos et les ailes sont d'un brun-roussâtre , couleur de 
café grillé; toute la queue est, en dessus, de cette couleur; les deux 
pennes du milieu et les barbes extérieures des pennes latérales sont 
unicolores , mais sur le bord des barbes intérieures se trouvent de- 
puis deux jusqu'à quatre fragmens de bandelettes blanchâtres qui for- 
ment des taches lancéolées plus ou moins grandes et distinctes, 
selon l'âge des individus ; toutes les parties inférieures , à partir de la 
région thorachique , sont rayées transversalement de bandes bmnes 
un peu teintées de roussâtre, disposées sur un fond blanc ; cire et 
pieds probablement jaunes. Longueur, de douze à treize pouces, 
et peut-être davantage dans les vieilles femelles. 

Le jeune mâle peu éloigné de l'état adulte, et probablement à 
l'époque de sa dernière mue imparfaite , a la gorge et le devant du 
cou d'un roux-blanchâtre ; le menton couleur fauve , et on voit des 
plumes rayées de roux clair , de fauve et de blanchâtre sur la poitrine. 

On trouve cette espèce à la Guyane et au Brésil, pays où pul- 
lulent une quantité prodigieuse d'espèces de la classe des rapaces , 
mais dont un très-petit nombre seulement a été figuré. 

Musées des Pays-Bas , de Vienne , de Berlin et de Paris. 



5jj. 




Autour ttXcJurO , aJuAe/. 



Prèirey. 



420 




Autovir ta^Âiro, y^^^z^^ 



/' 



J^rèà-ey. 



AUTOUR TACHIRO. 



FJLCO TJCHIRO. Davd. 



Le Mâle adulte, planche Syy. — La Femelle jeune , planche 4 20. 

Sans avoir vu la dépouille de l'oiseau donné par Le Vaillant sous 
le nom de Tachiro , et uniquement guidé par la figure publiée dans 
les Oiseaux d'Afrique, pi. 24 , j'avais jugé que ce rapace, trouvé par 
Le Vaillant, ne pouvait être que le jeune d'une espèce peu connue, 
et dont la livrée parfaite de l'état adulte n'avait point été observée. 
Un envoi d'oiseaux, arrivé récemment de la Cafrerie au Musée des 
Pays-Bas, m'a fourni , entre autres objets peu connus, un mâle Tachiro 
revêtu du plumage de l'adulte , une femelle à l'âge moyen , et un 
jeune mâle dans la livrée sous laquelle Le Vaillant en a donné la 
figure peu soignée que nous venons de citer. L'espèce du Tachiro 
vient offrir une nouvelle preuve à l'appui de l'observation faite sur la 
livrée des rapaces, dans le Manuel d'Ornithologie, où j'ai dit que 
les jeunes sont faciles à distinguer de l'adulte, par des raies et des 
taches nombreuses et variées, tandis que la livrée des vieux est colorée 
par grandes masses. Lorsque les couleurs du plumage des vieux sont 
disposées par raies et par bandes transversales , il est constant que 
celui des jeunes l'est par taches et par raies longitudinales ou arrondies. 

Recueil d'Oiseaux, 71'. livraison. 



AUTOUR TACHIRO. 

Daudin fait mention du Tachiro d'après Le Vaillant, et Latham 
le nomme SpecMed sparrow-hawk , Syn. Supp. , vol. 2, p. 5 1. Le 
Vaillant classe l'espèce parmi les oiseaux de proie dont on ne connaît 
point en Europe les analogues. Cette répartition est sans doute une 
erreur , car le Tachiro doit être classé comme espèce intermédiaire 
entre notre Autour et notre £'/}emer d'Europe , auxquels il ressemble 
exactement, même par les couleurs du plumage. 

Le Vaillant décrit les mœurs du Tachiro en ces termes : «Ces oiseaux 
bâtissent leurs nids dans l'enfourchure des plus grands arbres : ce sont 
de petites branches souples et de la mousse qui en forment l'exté- 
rieur; en dedans ils sont fournis de beaucoup de plumes. » Un seul 
de ces nids, trouvé par Le Vaillant, contenait trois petits entièrement 
couverts d'un duvet roussâtre. A en juger par quelques débris des 
coquilles, les œufs étaient blancs, et portaient quelques taches rousses. 
Cet oiseau de carnage, vrai fléau de tous les petits oiseaux de son 
domaine, fait la guerre à tous indistinctement : une quantité prodi- 
gieuse d'ailes de mantes et de sauterelles, rassemblées auprès du nid, 
sert d'indice que le Tachiro fait aussi la chasse à ces insectes, sur- 
tout dans le temps qu'ils prodiguent leurs soins aux petits. 

Nous avons dit que le Tachiro rappelle , sous des dimensions plus 
petites, notre Autour d'Europe; il forme une espèce intermédiaire 
entre cet oiseau et notre Eperçier. L'adulte, figuré pi. Syy , a toutes 
les parties supérieures d'un cendré-brun ou couleur de terre; la 
queue en dessus est de cette couleur , coupée par quatre bandes d'un 
brun-noirâtre; le sommet de la tète, la nuque et les côtés du cou 
sont d'un brun-noir, et toutes les plumes depuis l'origine jusqu'aux 
trois quarts de leur longueur, d'un blanc éclatant. Cette distribu- 
tion de deux couleurs fait que ces parties paraissent variées de 
blanc et de brun foncé, surtout quand les plumes sont un peu 



AUTOUR TACHIRO. 

relevées. Les rémiges portent des bandes peu apparentes à la face 
externe des barbes, mais fortement marquées à leur face interne 3 
une bande très-déliée, formée d'une rangée de petites taches longitu- 
dinales, occupe la ligne moyenne de la gorge, qui est blanche et 
bordée de taches brunes longitudinales^ les parties inférieures , depuis 
la gorge jusqu'à l'abdomen, sont rayées de bandes brunes, disposées 
sur un fond d'un blanc pur 3 l'abdomen et les couvertures inférieures 
de la queue, d'un blanc pur, portent quelques faibles indices de 
bandes brunes très-irrégulières ; la queue est grisâtre en dessous, 
coupée de six ou de sept bandes brunes , dont celle de la pointe des 
pennes est la plus large. Le bec est noir, la cire d'un jaune ver- 
dâtre, l'iris jaune clair, et les pieds jaunâtres. Longueur totale du 
mâle, seize pouces 5 de la femelle, dix-sept pouces et demi. 

La jeune femelle, revêtue du plumage de la seconde ou de la troi- 
sième mue (voyez pi. 4:2o), est d'un brun foncé, légèrement nuancé 
de roussâtre à la tête, au cou et sur la queue. Chaque plume est 
bordée ou terminée d'un bord roux ; la base des plumes de la tête et 
du cou est plus ou moins variée de blanc et de roux; on voit des 
taches longitudinales brunes sur le fond roux clair de la gorge. Tout 
le reste du cou et du corps est roussâtre-clair , marqué de grandes 
taches rondes et longitudinales d'un brun foncé : quelques unes de 
ces taches, placées vers les cuisses, sont en forme de cœur, et des 
mouchetures plus ou moins grandes sont distribuées sur les couver- 
tures du dessous de la queue. 

L'individu, figuré par Le Vaillant, était probablement une femelle 
à sa seconde mue. L'auteur cité n'a jamais aperçu le Tachiro dans la 
plaine, il l'a vu dans les énormes bois qui bordent le Queur-boom , et 
dans les forêts d'Anteniquois. Nos individus sont du pays des Gafres. 

Musée des Pays-Bas. 



^5. 




Aiifoiir a {w///£r 7^01/jry 



j/if/'/ . 



J^à 




Au( o 11 V a coi/ier 



/e^i7i^y. 



/Wà"< 



AUTOUR A COLLIER ROUX 



FALCO TORQUATVS. Cuv. ^ 



Le Mâle adulte , planche 45. — Le Jeune de F année, planche gS. 

Cet autour a les formes sveltes ; sa queue est longue et les ailes 
en couvrent le tiers seulement. Le mâle et la femelle diffèrent peu 
par le plumage , mais les jeunes ont une livrée qui offre des différences 
plus marquées. 

Les adultes des deux sexes ont le sommet de la tête , les joues , 
le dos, les ailes et la queue d'un cendré-foncé j au bas de la nuque 
se trouve un demi collier assez large, de couleur roux de rouille 
plus ou moins vif, ou bien mélangé de cendré selon l'âge des indi- 
vidus3 la queue et les rémiges sont rayées de nombreuses bandes 
brunes 5 ces bandes sont plus marquées dans les sujets qui n'ont 
point encore atteint tout leur développement^ que dans les adultes 
en plumage parfait. Toutes les parties inférieures du mâle sont cou- 
vertes de bandes transversales très -étroites, disposées sur un fond 
plus ou moins blanchâtre 5 ces bandes rousses-rougeâtres sont plus 
distantes sur les parties abdominales qu'au cou et à la poitrine 
où elles sont moins régulièrement dessinées. La femelle diffère du 
mâle en ce que les bandes sont très-faiblement marquées et que 

Recueil d'Oiseaux, 8% livraison. 



AUTOUR A COLLIER ROUX. 

le roux est disposé par grandes masses. La gorge et le devant du cou 
dans la femelle sont colorés d'une teinte rousse-rougeâtre claire • la 
poitrine est plus foncée , le ventre ondulé et faiblement rayé de roux 
et de blanc , et les cuisses ainsi que l'abdomen d'un blanc légèrement 
teint de rougeâtre. Les individus qui ne sont point encore revêtus 
du plumage complet à couleurs stables ont le collier de la nuque 
moins nettement dessiné 5 le cendré du dos et des ailes est teint de 
roussâtre ou bien marqué de zones brunes , et quelquefois mélangé 
de taches brunes ou roussâtres^ les bandes transversales aux ailes 
et à la queue sont plus distinctes 3 les couvertures du dessous des ailes 
sont rayées de roux et de blanc , et la queue en dessous est blanchâtre 
et rayée de brun 5 la gorge est marquée de petites zones et de taches 
disposées sur un fond cendré. Le bec et les ongles sont noirs j 
la cire et les pieds sont d'un jaune pur. Longueur totale, de 
i4 pouces 6 lignes jusqu'à i5 et 16 pouces. 

Les jeunes de l'année , planche 95 , ont un plus grand nombre 
de bandes brunes à la queue et sur les pennes des ailes 3 tout le 
plumage est brun, varié et taché de roux 5 le collier de la nuque 
est indiqué par des taches brunes et blanchâtres j la gorge est rayée 
longitudinalement 5 les autres parties inférieures ont des raies trans- 
versales, larges et irrégulières. 

Le mâle adulte, figuré sur la planche 45, a le plumage varié de 
quelques taches qui indiquent le passage d'une livrée à l'autre. 

On trouve cette espèce dans les parties septentrionales de la 
Nouvelle-Hollande, à Timor et dans quelques autres îles des Mo- 
luques. 

Musées de Paris et des Pays-Bas. 



S6\ 




Autour a. qros 6ec, 



^en/iey. 



\(j<^h[} 0-T"VV^ 



1 ^. 



1^ il 



^\"^ 



AUTOUR A GROS-BEC. 



FALCO MAGNIROSTRIS, Lath. 



Le Jeune de Vannée. — Planche 86. 

Cette espèce a été figurée , sous le plumage de l'adulte , dans la 
planche enluminée 4^4? elle porte le nom à'Épervier à gros 
bec de Cayenne j notre planche coloriée 86 représente un jeune, 
revêtu de la première livrée. L'adulte na point été décrit dans le 
texte donné par Buffon : il a le sommet de la tête, les joues , la nuque , 
le dos et les ailes d'un brun -cendré; le cou et la poitrine de la même 
couleur, mais plus claire; les pennes secondaires d'un brun clair, et 
les rémiges d'un roux vif, depuis leur base jusque vers le bout, qui est 
brun; toutes ces pennes claires sont rayées, à de grandes distances, 
de bandes noires très-étroites; la queue est coupée de quatre bandes 
noires et de quatre bandes grises, d'égale largeur; tout le ventre est 
rayé transversalement de bandes brunes-roussâtres et de bandes blan- 
ches ; les cuisses ont des Hgnes transversales brunes disposées sur un 
fond blanchâtre ; toutes les couvertures du dessous de la queue sont 
blanches. La femelle est, comme dans tous les oiseaux de proie, d'un 
tiers plus forte que le mâle. Longueur totale , de treize à quinze 
pouces. 

Recueil d'Oiseaux, i5«. livraison. 



AUTOUR A GROS-BEC. 

Le plumage du jeune , dans la première année, est brun en dessus 
et jaune-roussâtre en dessous; les mèches brunes de la tête et de la 
nuque sont bordées de jaunâtre; le brun des plumes des ailes est 
bordé de roux, et souvent terminé de blanchâtre ; les rémiges sont 
jaunâtres au lieu d'être d'un roux vif, comme dans l'adulte; la base des 
pennes de la queue est jaune-roussâtre , le reste est d'un cendré-brun : 
on compte sept bandes brunes moins larges que dans l'adulte; le 
cou et la poitrine sont marqués de grandes mèches brunes sur un fond 
blanc-roussâtre ; des taches et des raies brunes couvrent les plumes 
du ventre; les cuisses sont roussâtres, marquées de bandes rousses 
plus foncées; les couvertures du dessous de la queue sont d'un rous- 
sâtre clair marqué de petites taches brunes , peu nombreuses. 

On trouve cette espèce à la Guyane et au Brésil. Une autre espèce 
voisine, mais bien plus forte dans toutes ses dimensions, ressemble 
plus ou moins, dans l'état adulte, au jeune de celle que nous venons 
de décrire : la ligure en sera donnée dans nos prochaines hvraisons. 



222 




Autoiir ^adarou/ey. 



Jlue^< 



IjJlO 




Autour Ûa/ja/\ jeime i/fJ/e^ 



Huel. 



^^ 



AUTOUR GABAR 



FALCO GABAR. Daud. 



Le Mâle adulte. — Planche 122. ourvA. x4o 

Nous donnons, sous le nom de gabaroïde, placé par erreur sur la 
planche 1 2 2 , le mâle adulte du gabar publié par M. Le Vaillant , dans 
son Ornithologie d' Afrique. "Lt^ individus d'après lesquels ce natu- 
raliste a fait sa description sont du midi de l'Afrique, tandis que les 
exemplaires nombreux des deux sexes et les jeunes qui nous ont servi 
pour composer cet article, ont été envoyés du Sénégal. Il résulte delà 
comparaison, que ces derniers ont la queue un peu étagée, tandis que 
M. Le Vaillant prétend que les pennes sont d'égale longueur chez les 
gabars de l'Afrique Méridionale. 

Le gabar adulte est un peu plus fort quel'épervier dont il a les formes 5 
le mâle ne diffère de la femelle que par la taille 3 un gris pur revêt la 
gorge, la poitrine et le cou ; cette couleur, mais d'une teinte plus rem- 
brunie , est répandue sur toutes les parties de la tête , du dos et des 
ailes, dont les pennes secondaires et les rémiges sont encore plus 
foncées 5 les premières ont une bande blanche très-étroite à leur 
extrémité, et les rémiges portent des bandes noirâtres disposées sur 
les deux barbes j on compte quatre bandes noires et autant de bandes 

Recueil d'Oiseaux, 21*. livraisoiv. 



AUTOUR GABAR. 

grises sur la queue , les deux pennes latérales seules exceptées , qui 
ont du blanchâtre au lieu de gris 5 toutes sont terminées de blanc • 
le ventre, les cuisses et les couvertures du dessous des ailes sont 
rayés de bandes cendrées et blanches ; les couvertures tant supé- 
rieures qu'inférieures de la queue sont blanches 5 la cire et les pieds 
sont rouges, et la pointe du bec est noire, l'iris est jaune. Le mâle 
a douze pouces de longueur et la femelle un peu plus. 

Le jeune mâle revêtu de sa première livrée , que nous figurons dans 
la planche i4o, a le manteau et les ailes d'un fauve clair, et les ré- 
miges d'un brun clair coupées par des bandes brunes plus foncées • 
la tète et le cou marqués de grandes taches fauves liserées de blanc • 
la gorge et la poitrine blanches avec des mèches fauves , les parties 
inférieures rayées de fauve et de blanc 5 la queue barrée de fauve ou 
de blanc sale et de brun clair 5 les pieds et la cire d'un cendré-rou- 
geâtre^ les jeunes ont cinq bandes à la queue, tandis que les vieux 
n'en ont que quatre bien marquées. 

Synonymes. Falco Gabar. Daudin. Orn.j v. 2, pag. 8y. — Lath., 
Syn.j supp. j V. a ,pag. 10 , sp. 3i. — Le Gabar. Le Yaill., Ois. d'Afr., 
V. I, pi. 55. 

Habite les parties de la colonie du cap de Bonne-Espérance qui 
avoisinent le pays des Caffres, mais point aux environs de la ville 5 se 
trouve également au Sénégal où l'espèce paraît très-répandue. 

Les individus du Gabar tués dans les contrées arrosées par la Gam- 
bie et par le Sénégal , sont répandus dans plusieurs cabinets 3 ceux du 
cap de Bonne -Espérance sont plus rares 5 ils diffèrent toujours par les 
dimensions. 



5 où. 




ffue^. 



Autour nuai{£/' hlan^Ae/, a^^. 



^ 



[YXa: C^'xx..4ii^- ^jM.t^^- tApàAN 



zz\ 



AUTOUR NUQUE BLANCHE 



FALCO LEU CAU CHEN. T 



EMM. 



U Adulte, — Planche 3o6. 

Ce petit Autour a les mêmes formes de bec, d'ailes et de queue 
que celui décrit et figuré sous le nom de Brachiptère j mais ils sont 
faciles à distinguer par les dimensions, car la longueur totale de 
celui-ci ne dépasse jamais quatorze pouces, tandis que les jeunes 
mâles de l'autre espèce n'ont jamais moins de dix-sept pouces. 

L'adulte a le front et les sourcils marqués d'une bande blanche 5 
la gorge est totalement blanche , et cette couleur forme sur le devant 
du cou un croissant bien marqué dont les extrémités se dirigent vers 
les côtés et aboutissent à quelque distance de l'extrémité d'un autre 
collier blanc placé sur la nuque j les plumes blanches qui composent 
cette bande cervicale sont terminées de noirj le sommet de la tête 
et de l'occiput sont noirs; le dos, le croupion et les ailes d'un brun 
sombre, et les rémiges rayées de noirâtre j du roux couvre les tempes 
et les côtés du cou , et cette couleur forme un collier interrompu 
sur la poitrine 5 les autres parties inférieures du corps, sans exception, 
sont rayées de larges bandes transversales d'un brun-noirâtre alter- 
nant avec des bandes blanches un peu plus larges j les couvertures 

Recdeii, d'Oiseaux, 52°. uveaisokv 



f- 



AUTOUR NUQUE BLANCHE. 

du dessous des ailes sont rayées dé la même manière 5 la queue est 
longue 5 très-étagée et d'un brun-noirâtre; cinq grandes taches 
blanches coniques sont placées sur les barbes intérieures de toutes 
les pennes latérales 5 quatre ou cinq rangées de taches blanches inter- 
rompues couvrent les deux barbes des pennes du milieu et la barbe 
extérieure d'un petit nombre de pennes latérales j en dessous on 
voit distinctement cinq zones blanches , et toutes les pennes sont 
terminées de blanc. Les tarses sont longs 5 ceux-ci et les doigts 
paraissent avoir été, dans le vivant, d'un jaune clair marqué de 
cendré sur toutes les parties supérieures^ le bec m'a paru bleuâtre , 
à pointe jaunâtre. Longueur , de treize à quatorze pouces. 

Les jeunes sujets sont plus roux 5 toutes les parties supérieures 
marquées de bandes rousses interrompues 5 du roux pur couvre la 
nuque; le croissant à la gorge et le demi-collier blanc sur la nuque 
sont plus ou moins marqués; le blanc du front et des sourcils l'est 
plus faiblement 5 toutes les parties inférieures sont roussâtres ou d'une 
teinte isabelle, marquée de bandes peu distinctes ou très-étroites, 
d'un roux foncé ou d'un brun-roussâtre; l'abdomen, les couvertures 
du dessous de la queue et les cuisses n'ont le plus souvent aucune 
trace de raies. 

On trouve cette espèce au Brésil. Les sujets du Musée de Paris 
ont été rapportés par M. Auguste de Saint-Hilaire; ceux de Vienne 
et des Pays-Bas sont dus aux soins de M. Natterer. 



J2p 




AutoiLT CÛU^^Ùie , ntd/e^ adid^ey 



J^rè/re. 



JIO 




J^/eû\ 



Autour cûucoide 



AUTOUR COUCOÏDE 



FALCO CUCULOIDES. T 



E MM, 



Le Mâle adulte. — Planche lag. 
La jeune Femelle. — Planche 1 1 o . 

Cet Autour 5 beaucoup plus petit que notre Epervier d'Europe, est 
à peu près de la taille du Rochier, mais ses formes sont celles de 
\ Autour et de XEperçier. Les ailes couvrent les deux tiers de la queue 
qui est arrondie. 

Un bleu couleur de plomb forme la teinte principale des parties 
supérieures 5 ce bleu est réparti par nuances 3 plus clair à la nuque , 
aux joues et sur le sommet de la tète 5 plus foncé sur les plumes du 
dos et des ailes 5 presque noirâtre aux pennes secondaires et aux ré- 
miges 5 ces pennes , ainsi que les scapulaires ^ sont d un blanc pur 
depuis leur base jusqu'aux trois quarts de leur longueur 3 mais ce 
blanc est caché lorsque les plumes sont couchées et que Foiseau est 
en état de repos 5 on laperçoit quand les plumes de ces parties sont 
écartées. Les deux pennes du milieu de la queue sont de la couleur 
du dos 5 les latérales ont une teinte un peu plus fauve -, et chaque 
plume 5 les deux du milieu et la latérale de chaque côté exceptées , 
ont cinq bandes noires 3 la partie interne des ailes , la gorge ^ les 

Recueil d'OiseauX; 22*. livraison. 



AUTOUR COUCOIDE. 

cuisses et l'abdomen sont blancs ou blanchâtres 5 la poitrine et le 
ventre sont d'un fauve roussâtre sans aucune tache ni raie. Cire et pieds 
jaunes. Longueur, dix pouces six lignes. 

Les jeunes de l'année diffèrent beaucoup des adultes : une jeune 
femelle est figurée dans notre planche 110. Toutes les parties supé- 
rieures du plumage sont d'un brun plus ou moins foncé ; le dos et les 
ailes sont d'un brun pur, bordé au bout de chaque plume par du 
roux ', la tète , la nuque et les côtés du cou sont variés de taches brunes 
sur un fond blanc, qui paraît plus distinctement lorsque les plumes 
sont écartées 5 toutes les pennes de la queue sont rayées de brun noi- 
râtre sur un fond fauve^ la penne latérale de chaque côté n'a point 
de barres sur les barbes extérieures, mais les barbules intérieures 
ont de fines bandes en zigzag qui disparaissent totalement dans 
un âge plus avancé 5 toutes les parties inférieures sont d'un blanc 
pur , mais chaque plume a une très-grande tache brune qui couvre 
toute la pointe; ces taches, de forme variée, suivant l'âge des indi- 
vidus, sont disposées en bandes transversales sur les plumes des 
flancs. Plus les individus approchent de l'état adulte, plus ces taches 
deviennent petites , et moins elles sont nombreuses et distinctes. 

Le petit rapace de cet article a été indiqué d'une manière trop suc- 
cincte par M. Horsfield , sous le nom de Falco soloënsis. On le re- 
connaît cependant dans le catalogue qu'il a publié des oiseaux de Java, 
dans le treizième volume des Transactions Linnéennes, Les Javanais 
lui donnent le nom ^Allap-Allap lallar. M. Reinwardt a envoyé 
au Musée des Pays-Bas plusieurs individus en diiférens états de 
plumage. 



5oS^, 




Autour Dué'suinzer, adr^^^. 



Jlw-ù. 



55â. 




Auto ur Dussumier, Jmrw. 



ffûeù 



z^> 



AUTOUR DUSSUMIER 



FJLCO DUSSVMIERI. T 



EMM. 



La Femelle adulte^ planche 3o8. — La jeune Femelle de l'année, 

planche 336. 

Cette espèce nouvelle rapportée de l'Inde par M. Dussumier, et 
que nous lui dédions , est modelée sur les formes de notre Epervier 
d'Europe, et ses habitudes sont les mêmes. Nous n'en aurions peut- 
être fait qu'une variété de climat de l'espèce européenne, si M. Dus- 
sumier n'avait rapporté de ces contrées tropicales un jeune de 
VEperçier commun , absolument semblable par le plumage aux jeunes 
de cette espèce dans nos contrées 5 cet individu a été tué par M. Dus- 
sumier à cinquante lieues en mer entre Bornéo et la Gochinchine : 
il fait partie du Musée de Paris. Notre espèce habile les parages de 
l'Inde sans y avoir subi un changement remarquable dans les couleurs 
du plumage j nous pouvons conclure que l'espèce nouvelle, quoiqu'à 
peu près de la même taille et ayant les mêmes dimensions, doit être 
considérée comme formant une espèce distincte, différente de notre 
Epervier par de légères disparités dans les couleurs du plumage. 
Les livrées de l'adulte, de l'âge moyen et du jeune étant connues, 

Recueil d'Oiseaux, 52«. livraison. 



AUTOUR DUSSUMIER, 

nous pouvons indiquer les différences caractéristiques à l'aide des 
ligures qui accompagnent cet article. 

Toutes les livrées dans les états diflerens d'âge et de mue offrent 
quelques différences dans les couleurs du plumage avec les livrées 
correspondantes de notre Falco nisus. 

L'adulte a le sommet de la tête , le haut du dos , et le poignet des 
ailes d'un brun-bistre mat 5 un brun légèrement roussâtre forme un 
collier sur la nuque 5 la partie inférieure du dos, les ailes et la queue 
sont d'un gris sale5 en relevant les plumes du dos on trouve leur base 
colorée de blanc pur, ainsi que nous le voyons dans toutes les espèces 
qui ont plus ou moins de rapports avec notre Falco nisus -^Xes rémiges 
sont aussi rayées de la même manière et à distance large, par des 
bandes noires placées sur un fond brun-cendré 5 les deux pennes du 
milieu de la queue, cendrées dans toute leur longueur, n'ont du 
noir qu'à leur bout 5 les suivantes ont cinq ou six bandes noires bien 
distinctes sur les barbes intérieures, et seulement de faibles traces ou 
bien aucun indice de ces bandes sur les barbes extérieures 5 la penne 
extérieure de chaque côté a neuf ou dix petites bandes étroites et en 
zigzag sur les barbes intérieures seulement 3 la bande noire du bout 
des pennes est la plus large, et toutes sont terminées de blanc 5 la 
gorge est blanchâtre avec une strie le long de la ligne moyenne 5 
tout le reste des parties inférieures est rayé régulièrement de bandes 
rousses et blanches d'égale largeur 5 des zigzags roux et peu nom- 
breux couvrent les cuisses ; l'abdomen et les couvertures du dessous 
de la queue sont d'un blanc pur; on voit une forte sinuosité ou feston 
très-marqué aux bords de la mandibule supérieure du bec qui est 
d'un noir bleuâtre; les pieds sont jaunes. La femelle a de douze à 
treize , et le mâle de onze à douze pouces 3 ce dernier est rayé 
sur les parties inférieures de bandes rousses plus pâles et plus fines, 



AUTOUR DUSSUMIER. 

et sa gorge est d'un blanc pur sans raies sur la ligne moyenne de 
cette partie 5 les couvertures du dessous des ailes sont d'un blanc pur, 
celles-ci ont une légère teinte roussâtre chez les femelles. 

Ces individus tués à l'époque du passage d'une livrée à l'autre, nous 
fournissent les moyens de remarquer le changement qui s'opère par 
les mues et comment les bandes noires bien prononcées sur toutes les 
pennes de la queue dans le jeune, s'oblitèrent graduellement lorsque 
l'oiseau avance en âge , et disparaissent entièrement chez l'adulte sur 
toute \a partie externe des barbes de ces pennes j j'ai vu des individus 
couverts en partie des deux livrées que nous figurons. C'est pour ne 
pas multiplier le nombre des planches que nous donnons seulement 
pour chaque espèce deux individus dans des états très-difFérens 
de mucj il faudrait figurer une série d'individus du mâle et de la 
femelle et faire des descriptions de plusieurs pages pour donner 
une idée exacte des changemens nombreux qui s'opèrent par le moyen 
des mues dans le plumage des oiseaux de proie diurnes. Il n'est 
point étonnant que ces oiseaux aient été mal décrits et que les 
jeunes figurent dans toutes les méthodes et monographies du genre, 
comme espèces distinctes j tous ceux qui n'auront point vu une 
multitude d'individus avant d'écrire l'histoire d'une espèce , seront 
exposés à commettre des erreurs 3 nous ne garantirons même pas 
qu'il ne s'en fasse encore beaucoup dans la classification des espèces 
dont nous avons tracé les portraits , surtout lorsque ceux qui font 
usage de nos planches et de nos descriptions n'ont pas acquis ce 
tact et cette manière de voir et de juger par analogie et par com- 
paraison des rapports entre les individus de la même espèce et des 
différences qui servent à reconnaître deux espèces voisines. 

La jeune femelle de l'année de cette espèce dont nous donnons 
un portrait , a la tête marquée de larges mèches brunes sur un 



AUTOUR DUSSUMIER, 

fond blanchâtre, chaque plume est encore bordée de roussâtre- 
une bande blanchâtre passe au-dessus des yeux 5 les côtés du cou 
sont striés longitudinalement 5 la gorge est blanche et marquée par 
une large raie qui suit la ligne moyenne 5 de très-larges mèches 
brunes, à extrémités obtuses et arrondies, couvrent toutes les plumes 
du cou et de la poitrine^ des taches de la même couleur, très-grandes 
et un peu trigones , sont placées vers l'extrémité des plumes des 
autres parties inférieures, et de petites mouchetures couvrent les 
cuisses 5 toutes ces taches sont disposées sur un fond blanc; le dos 
et les ailes sont bruns, et toutes les plumes encadrées deroussâtrej 
les ailes sont brunes-cendrées et marquées de bandes brunes plus 
foncées; la queue est aussi d'un brun-cendré 5 les pennes, à l'excep- 
tion de l'extérieure de chaque côté , sont marquées de cinq ou de 
six bandes brunes parfaites 5 sur l'extérieure on compte dix bandes 
beaucoup plus étroites et irrégulières. 

MM. Duvaucel , Leschenault et Dussumier ont envoyé de l'Inde, 
au Musée de Paris, des individus de cette espèce 5 nous n'en avons 
point encore reçu des Moluques ni des îles de la Sonde. 



5o5. 




Autour a fy'oi^-6aft{/e<f, adu/ûv 



Preù^ey. 



AUTOUR A TROIS RANDES. 



FALCO TRIFIRGATUS. T 



EMM. X 



L'Adulte. — Planche 3o5. 

Ce rapace est modelé selon les formes reconnues dans nos Autours 
et Eperviers d'Europe 5 mais un caractère particulier distingue cette 
espèce du type européen : les tarses ^ proportion gardée, de la même 
longueur que dans nos Autours, paraissent plus courts, vu que 
leur moitié supérieure est couverte de plumes. Nous ne connaissons 
que l'état parfait du plumage de cette espèce j les individus dans 
le premier âge, et la livrée de l'âge moyen n'ont point encore été 
examinés. 

L'individu en plumage parfait qui a servi à notre planche a le 
sommet de la tête et la nuque noirs 5 les joues d'un gris très-foncé; 
le dos et les ailes d'un brun-bistre, sans aucune tache 5 les pennes 
des ailes rayées en dessus de larges bandes brunes et noires, et en 
dessous, ainsi que vers l'extrémité des barbes intérieures, de bandes 
noires et blanches, ce qui fait que l'aile est rayée en dessous de 
ces deux couleurs 5 il en est de même de la queue, qui est rayée 
en dessus de trois bandes noires sur un fond brun-bistre, et en 
dessous de trois bandes noires sur un fond blanchâtre; les bandes 

Recueil d'Oiseaux^ 5i\ livraison. 



AUTOUR A TROIS BANDES. 

noires aux pennes latérales sont plus ou moins oblitérées. Toute la 
gorge est d'un blanc pur^ et l'on voit sur cette partie trois bandes 
longitudinales formées par une réunion de taches 5 une de ces bandes 
passe tout le long de la ligne moyenne de la gorge, et les deux 
latérales qui sont parallèles à celle du milieu séparent le blanc de 
la gorge du cendré qui colore les joues 5 la poitrine et les côtés du 
cou sont d'un beau roux varié de blanc; toutes les autres parties 
inférieures, à l'exception des couvertures du dessous de la queue, 
sont rayées transversalement de larges bandes rousses, bordées de 
noirâtre et placées sur un fond blanc j les couvertures du dessous 
de la queue sont blanches. Le bec est noir , et les pieds m'ont paru 
jaunâtres. Longueur totale, quatorze pouces. 

On le trouve à Sumatra, d'où il a été envoyé par M. Diard au 
Musée de Paris, 



Jojy 




Autour iM/mlèandey, màle^. 



Pre/re , 



AUTOUR LONGIBANDE. 



FALCO FIRGATUS. Rein 



w, 



Le Mâle adulte. — Planche 109. 

Cet oiseau de proie vient augmenter la série des rapaces diur- 
nes, déjà si nombreuse, et dans laquelle nous avons encore une suite 
d'espèces nouvelles à publier; la découverte en est due à M. Rein- 
wardt. Nous n'avons reçu sur cette espèce aucun renseignement re- 
lativement à ses mœurs et à ses habitudes , et nous ne pourrons 
donner dans les indications des couleurs du plumage, que la seule 
livrée sous laquelle on le trouve dans l'état adulte 5 les couleurs du 
plumage dans le premier âge , et celles dont il est revêtu dans la se- 
conde année , manquent encore à la connaissance complète du signa- 
lement de cette espèce. 

La queue est parfaitement carrée, et les ailes dépassent de fort 
peu le croupion ; les formes sont en diminutif les mêmes que celles 
de notre épervier d'Europe. Nous lui donnons le nom de Longi- 
bande, parce que l'adulte est facile à distinguer à la bande longitu- 
dinale qui s'étend de la gorge jusque sur la poitrine^ cette bande, 
de couleur brune, est formée d'une réunion de taches placées sur 
les plumes du milieu de la gorge et du devant du cou ; toutes les 

Recueil d'Oiseaux, 19'. livraison. 



J, 



AUTOUR LONGIBANDE. 

autres plumes de ces parties sont d'un blanc pur. Les parties supé- 
rieures du corps et des ailes sont d^un cendré-bleuâtre foncé 5 on 
voit, en relevant les plumes du dos, de grandes taches blanches à 
leur centre 5 toutes celles des ailes ont une rangée de grandes taches 
blanches, placées sur les barbes intérieures 5 on ne voit aucune 
trace de ces taches lorsque le plumage est couché 5 la queue est co- 
lorée du même cendré que le corps et traversée par trois bandes 
noires, très-larges. La région du méat auditif est d'un cendré-clair j 
le devant du cou et le milieu de la poitrine blancs , marqués sur la 
ligne moyenne de ces parties par la bande longitudinale 5 les côtés 
du cou , ceux de la poitrine et une partie des flancs sont d'un roux 
vif^ tout le bas-ventre et les couvertures sont rayés de larges bandes 
transversales rousses et blanches 5 l'abdomen et les couvertures du 
dessous de la queue sont d'un blanc pur; la partie interne de l'aile 
est rayée de blanc, mais les petites couvertures sont rousses, poin. 
tillées de brun. Nous ne connaissons que le mâle dont la dimension 
totale est de neuf pouces six lignes. 

On le trouve à Java. L'individu qui a servi de modèle fait partie 
du Musée des Pays-Bas. 

N. B. La description de la pi. iio fait partie de la 22% livraison, pi. 129. 



Ufo. 




A «1 (oiir menu , /W/^ adiJ/^ 



/If'^J;. 



AUTOUR MENU. 



FALCO E XI Lis. Temm, 



Le Mâle adulte. — Planche 496. 



Ce petit rapace, de la section Autour, ou mieux Epervier, puisqu'il 
tient plus de la taille de notre Falco nisus d'Europe, est encore du 
nombre des espèces échappées aux recherches de Le Vaillant dans le 
midi de l'Afrique. Les dimensions de cette espèce inédite sont les 
mêmes que celles de notre epervier; les ailes aboutissent vers le milieu 
de la queue } les parties supérieures diffèrent peu, mais il existe une 
disparité très-marquée dans la couleur du plumage des parties infé- 
rieures , dépourvues , dans le mâle adulte , de toute raie ou bande. 
La gorge, l'abdomen et les couvertures sont, dans le mâle, d'un blanc 
purj les joues, la poitrine, le ventre et les cuisses d'un beau roux, 
sans aucun mélange , mais la base de toutes ses plumes est d'un blanc 
purj les ailes sont rayées de bandes blanches et brunes, comme dans 
notre épervierj la queue, quoique différemment peinte, n'offre pas de 
différence bien marquée : on compte cinq bandes noires et quatre 
couleur ardoise en dessus; le dessous des pennes porte six bandes 
noires et cinq bandes blanches ; le bout de cette queue est blanc» 
La longueur totale du mâle est douze pouces. 

Recueil d'Oiseaux, 84' livraison. 



t- 



AUTOUR MENU. 

Le mâle , en livrée de passage , a des bords roux aux plumes des 
parties supérieures ; sur le blanc de la gorge et de l'abdomen des 
stries longitudinales rousses, et des taches blanches arrondies sur le 
roux de la poitrine et du ventre. 

La femelle adulte diffère peu du mâle en cet état 5 elle porte 
constamment de très-fines stries brunes sur le blanc de la gorge et 
du devant du cou; on compte, à la queue, sept bandes noires et six 
bandes blanches en dessous, et également une bande de plus que le 
mâle en dessus ; le roux de la poitrine et couvert de mèches brunes ; 
le ventre a de grandes taches blanches et des bandes rousses sur le 
blanc de la base des plumes de ces parties j les parties supérieures 
sont d'un brun terre d'ombre, comme dans le mâle. La femelle a en- 
viron quinze pouces en longueur totale. 

Cette espèce, que le Musée vient de recevoir en plusieurs états 
d'âge et de mue, habite le pays des Gaffres^ on la voit rarement dans 
la colonie du Cap. 



22 




Busard a ipourcflr iàmay 



Freù\ 



BUSARD A SOURCILS BLANCS. 

FALCO PALUSTRIS. P. Max. 



Le vieux Mâle. — Planche sta. 

Induit en erreur par une étiquette du Muséum de Paris ^ nous avons 
donné cette espèce comme venant du Bengale, et nous lavons nom- 
mée sur Fenveloppe de la quatrième livraison, Falco gularis*^ mieux 
instruits depuis sur la patrie de Foiseau mentionnée, nous savons qu'il 
habite au Brésil , et que le prince de Neuwied en fait mention dans ses 
voyages sous le nom de Falco palastris (i) , dénomination que nous 
conservons à cette nouvelle espèce. 

Le mâle adulte en plumage parfait , tel qu'il est figuré dans la 
planche î2î2, ala gorge, la face, les sourcils, la région thorachique et 
toutes les parties inférieures d'un blanc pur, sans taches chez les 
vieux , ou bien marqué selon Tâge des individus par des taches ou des 
stries noires plus ou moins grandes et distinctes. La partie inférieure 
du devant du cou , le sommet de la tête et généralement toutes les par- 
ties du dessus du corps et les couvertures des ailes sont d'un beau 
noir 5 les plus grandes couvertures , les pennes secondaires , les rémiges 
et les pennes de la queue rayées de larges bandes cendrées-bleuâtres, et 
de bandes plus étroites et noires 5 on compte quatre de ces bandes noires 

(i) D'autres chasseurs tuèrent deux espèces de Faucons; l'une est une belle espèce de 
Busard. Voyage du P. de Néuwied;, vol. i y p. iio^, description d'un mâle à peu près adulte 
ou d'une femelle en plumage parfait de l'adulte. 

Recueil d'Oiseaux^ 4'- wvraison. 



BUSARD A SOURCILS BLANCS. 

à la queue , et elles sont plus ou moins tachetées de roux , suivant 
l'âge des individus 5 la cire du bec et les pieds sont jaunes. Longueur 
totale du mâle adulte, 18 pouces 5 ou 4 lignes 5 delà femelle , environ 
20 pouces. 

La femelle est toujours plus marquée de noir sur les parties infé- 
rieures, qui sont quelquefois totalement noires, avec le bord des 
plumes blanches, ou bien quelques plumes noires sont mêlées avec 
les blanches 5 les cuisses des femelles sont , le plus souvent, roussâtresj 
on voit aussi de nombreuses taches rousses sur les couvertures de la 
queue , et les bandes noires de celle-ci sont plus lavées de roussâtre 
que chez les mâles. 

Les jeunes ont là presque totalité des parties inférieures d'un rous- 
sâtre-clair, marqué de quelques taches brunes et noires 3 des tacher 
rousses, jaunâtres et noires mêlées sont disposées sur les plumes de la 
tête et du cou 5 le manteau est noir, avec le bord des plumes roussâtresj 
les bandes supérieures de la queue sont en grande partie roussâtres, 
et les bandes noires et cendrées des ailes peu marquées. 

On conçoit que l'âge et chaque mue fait varier ce plumage 3 les 
taches noires deviennent plus grandes chezles jeunes, que je présume 
être de l'âge d'un an 5 les bordures sont alors plus blanches, et elles 
augmentent en longueur jusqu'à faire disparaître entièrement les 
taches ou les stries du milieu des plumes qui occupent chaque année 
moins d'étendue. 

Nous donnerons par la suite deux autres figures de cette espèce ; 
l'une sera la femelle adulte, l'autre le jeune revêtu de sa première 
livrée. 

Le Busard à sourcils blancs ne doit point être rare au Brésil j nous 
en avons vu un grand nombre d'individus dans les Musées de Paris , 
des Pays-Bas , à Londres , et un individu chez le prince de Neuwied. 



//>> 




jPreâe . 



Bus ar d maure , /ème/z^a^M/e 



BUSARD MAURE 



FJLCO MAVRUS. Temm. 



a^ 



La Femelle adulte. — Planche 46 1. 



Ce Busard, que Le Vaillant vit plusieurs fois dans ses excursions 
le long des côtes occidentales de la partie méridionale de l'Afrique , 
n'a point été rapporté ni décrit par luij cet oiseau a les mêmes 
formes de nos Busards d'Europe, mais son plumage, dans tous les 
états de mue, est très-différent. 

L'adulte que nous figurons est, par tout le corps, d'un brun 
noirâtre couleur de suiej la teinte dont toutes les plumes sont ter- 
minées prend un ton blanchâtre, ou paraît bigarrée de blanc lorsque 
le plumage de la tête et du cou vient à se déranger par quelque 
mouvement de l'oiseau j ces parties semblent alors plus ou moins 
variées de blanc et de noir, vu que depuis la base jusqu'au deux 
tiers les plumes sont d'un blanc purj les rémiges et les pennes 
secondaires des ailes portent cette teinte de blanc pur; le reste est 
brun noirâtre, si ce n'est la barbe extérieure des rémiges, qui est 
d'un cendré légèrement bleuâtre. Les pennes de la queue sont toutes 
coupées de quatre larges bandes brunes et d'un nombre égal de 
bandes cendrées, le revers de ces dernières offrant en dessous une 

Recueil d'Oiseaux, 78% livraison. 



) 



BUSARD MAURE. 

teinte blanchâtre^ on voit plus ou moins de grisâtre au lorum et 
vers la région des yeux. Les pieds sont d'un beau jaune et le bec 
est noir. On ne voit pas de différence très-marquée dans la livrée 
des sexes. Le mâle porte en longueur totale dix-sept ou dix-huit 
pouces; la femelle a un peu plus de dix-neuf pouces. 

Le jeune diffère de Tadulte. Les parties inférieures du corps res- 
semblent par les teintes et la distribution des taches à ces mêmes 
parties dans la femelle du Busard Saint-Martin d'Europe; sur la 
poitrine et le devant du cou c'est un mélange de fauve et de brun , 
ou de longues mèches d'un brun foncé; le ventre et l'abdomen sont 
d'un blanc sale marqué de grandes taches irrégulières et de quelques 
mèches noirâtres; les cuisses et les couvertures du dessous de la 
queue sont d'une teinte isabelle; tout le dessus du corps est noi- 
râtre, varié de taches et de bordures roussâtres; la base des pennes 
alaires et la partie supérieure de leurs barbes intérieures sont d'un 
blanc pur; la base de la queue et les couvertures supérieures le sont 
aussi, mais les pennes portent des bandes noires et grises qui alter- 
nent à distance égale les unes des autres. 

On le trouve dans la colonie du cap de Bonne-Espérance, d'où il 
a été envoyé au Musée des Pays-Bas. 



JAy.2;,l^G4. 



^148# 






SMITHSONIAN INSTITUTION LIBRARIES 




3 9088 01347 8771