(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Petit Larousse (1906) 5"

HISTOIRE - GfiOGRAPHIE 



A A fd'un mot gcrmaniquc qui signiflc eau, et qui 
est rent* le nom d'un grand nombrc dc rivieres des 

fays celtiques et gcrmaniquc*). Flcuvc coticr de 
ranee, qui baignc Snint-Omcr et sc jette dans la 
mcr du Nord ; 80 kil. 

AII.BOBO, t. et portdu Dane mar k, ch.-l. du dio- 
cese de ce nom; 31.300 h. 

AALI-PAC M A, hommc d'Etat turc, ne a Constan- 
tinople. II a attache son nom a la politique de re- 
formes du lamimat (1815-1871). 

AAH, riv.de Suisse, qui nalt au col du Grimael.ar- 
rose Berne, Soleure, Aarau. rccoit la Reuss. la Ltm- 
niat. la Thicle, et se Jette dans le Rhin <r. g.k 280 kil. 

AAKAl'f v. de Suisse, ch.-l. du cant, d Argovic, 
sur l'Aar; 7.000 h. 

AAfttitl'*, v. et port du Danemark, ch.-l. du dio- 
cese de ce nom ; 52.000 h. 

AAMX, frere alne dc MoTse, le premier grand 
pretrc des Bebreux (Bible). 

ABA (Samuel), roi de Hongrie. de 10VI a 101V. 

ABACO, la plus grande des lies Lucaycs ; 7.000 h. 

ABAS l«r [bad"), premier roi maurc de Seville, et 
chef de la dynastie des Abadites ; il regna de 1013 k 
10U. — Son flls Abad II regna de 10*1 & 1069. et son 
petit-flls, Abad 111, de 1069 a 1095. 

ABABIB [dfj (Paul). arch*tecte fr., ne a Paris. On 
ltii doit le projet du Sarre-Ctrur a Paris (1811-1881). 

ABArri ou ABAIVI ■•*, prince elu de Transylva- 
nie; 11 regna de 1681 a 1890. 

ABAIXABB. V. AUBLABD. 

ABAW B (Pierre d'), mldecin et alchimiste italien, 
ne a Abano-Bagni (1*50-1316). 

ABAJVO-BAOXI. v. d' Italic (prov. de Padoue); 
4.000 h. Eaux minArales chlorurees sodiques, em- 
ployees contre le* rhumatismes, la goutte, etc. 

ABABIM {rim'), chainc de montagncs de l'Anti- 
Liban (Palestine), au N.-B. de la mer Morte. qui con- 
tient le mont Nebo. ou, dit la Bible, mourut Morse. 

ABACBIT [tit") (Firmin). philosophe et theologien 
protestant francais. ne a Lies, refugie a Geneve 
apres la revocation de l'edit de Nantes (1679-1767). 

ABABIB [sf] (Brsusd*-), region septentrionale de 
la Russie transcaucasienne, au N.-O. du pays des 
Tcherkesses. (Bab. Abase*.) 

ABBABIB Utf] (Jacques), theologien protectant 
francais, ne a Nay (Basses-Pyrin^csj [1654-1727]. 



ABBA0 [ba$»], onclc paterncl dc Mahomet (566-652.) 
ABBAPJ 1>K tiHAWO, schah dc Perse dc la dy- 
nastie des Sells, conquerant et administratcur Emi- 
nent (1557-1628).— Abbas II. regna de 1611 a 1666. 

— Abbas III, regna dc 1732 a 1736. 
ABBAPf-PACHA. vice-roi d'Egvptc, petit-flls de 

Meheraet-Ali (1813-1861). 

ABBAH-PACHA-HILJBl. khedive d'Egyptc. ne 
en 187V. II a regne, depuis 1892, sous la surveillance 
de 1'Anglcterre. 

- abba Mil BEM, dynastic de 37 califes arabes, fon- 
dee par Aboul-Abbas, qui dctrona les Ommiades en 
750. Les Abbassides regncrent a Bagdad de 762 a 1258. 

ABBATTl'CCl, nom d'une famillc originaire dc 
Zicavo (Corse). Elle a fourni plusicurs person nages 
remarquables : Jacqukr-Pierrk, general, le constant 
adversaire de Paoli (1726-1X12); — Charles, son 
flls, egalement general, ne en 1771. tue au siege de 
Huningue en 1796; — Jacques-Pierre-Charles, ne- 
veu du precedent, ministre dc la Justice sous Na- 
poleon III (1 792-1857). 

Abbajre, monastere d*hommcs ou dc femmes. dont 
les revenus constituaient un benefice au profit de 
l'abbe ou dc Tabbcsse. L'abbaye re'guliere elait celle 
dont l'abbe dtait un rcligieux, et l'abbaye en com- 
mende celle dont 1'abbl ctait un seculicr sans au- 
toritc sur les moines mais jouissant des revenus de 
l'abbaye. 

Al»b») • [prison de f ). construite a Paris entrc 1631 
et 1635, pour servir de prison scigncurinlc a l'abbaye 
de Saint-Germain-dcs-Pros. Affects apres 1789 aux 
detenus militaires, ellc fut lc theatre des massacres 
des 2 et 3 septembre 1792; demolic en iR3i. 

Ahh4> (/•), roman historiquc dc Walter Scott (1820), 
dont le sujet est l'evasion dc Marie Stuart du cha- 
teau de Lochlcvcn. 

ABBBOBIOUTA ou ABKOMOI7TA, v. d'Afrique 
(Guinee orientalc. c6te des Ksclavcs) ; 120.000 h. 

ABBEVILLK, ch.-l. d'arr. (Somme) ; port sur la 
Somme; ch. de f. N., a 45 kil. N.-O. d'Amicns; 
20.380 h. (Abbeviliois). Commerce de drap, dc tapis. 
Patrie de Millevoye, Pongerville, do l'amiral Cour- 
bet. etc. L'arr. a 11 cant., 172 coram., 132.826 h. 

ABBBV [fre], v. d'Bcosse (Renfrewshire); 35.000 h. 

ABBIATB41HABBB, v. d'ltalic (prov. de Milan), 

Digitized by LjOOQlC 



Ijk celebre emir 



/ 




Abd-tlKfUf. 



ABB - li 

Mr 1* Navurii/, Grande, pre* de laqoelle fat U* 
Bayard eft !t*4: toJVA h. 
«MM«. moine de BainWiermain-de*-Pres. ao- 

teur du /5»>y< 4* ParU par U* Sr/rmnnds. poeine la- 
tin <fun rr*r#d int>ret hMVorique *>VM»» 

ABBB&. tAAtK de Fleur>-*ur-Loire. chroniqu^ar 
da x« »i»-<:le ; »- en 1004. 

AIMT 'George,, arebeveqoe de Cantorbery et 
celebre theologien an*rlican 1M*-Ka3,. 

jtfcfcvtofer*. majrnifl'4'ie munoir dFcosse. eonstrmt 
par Walter HeoU, dont il fat la residence. 

ABB-AIAAB, pere de Mahomet :»tt-i:o . 

AIV-ALLAH, prince vaillant mais cruel, oncle 
d'Aboul Abbas , tue dam un combat en 7*5. 

AB»-Al>-fl.*Tir, savant medecin ct geographe 
arabe. ne 4 Bagdad II 61 -1/3! . 

4B»-*L-aOiaiX 'wi/n' . premier calife almo- 
hade. II retcna »ur le Mairoc et sur uae partie de l"Es- 
pagn* 1 100-1 1 03 . 

Aat^l/-H«DKH Mer^CBI 
arabe. ne vers I HOT. pres de 
Mascara, mort a Dam a* en 
JIS1 II sou tint de 1812 a 
1141 la guerre contre \m 
Pranrais. oblinl m<-me du 
general Hugeaud 1'avanta- 
geux traite de la Tafna, et 
('Maya d'oririnlser un ve- 
ritable empire arabe. Malt 
apr''<* la prise de »a smala 
par le due d'Aumale '1*43 , 
et la d.-falte d<- •<•* alii*'- 
m»rorriin» ft I'Uly ^1*44.. 
il dut *e rendre en IK47 an 

f/Tj/'ial Lainoriru-re, fill 
ntrrW: ft Toulon, a Pan. enfln a Amboise. el rendu 
a In liberie en MM. II devlnl de» lorn un fldelc ami dc 
la France, scion In parole qu'll avait donnee. 
ABB-ISI>aKI,IM. V. Moulrt-Abihrl M^lik. 

IBDKRAHK, emir d'Kspagne, battu par Charles- 
Martel a Poitiers, en 73t. 

ABBKBAMB ■•', l« J****, premier calife om- 
mlnde d'Knimane (756-787,. - Abi.^.ramf. ii. /e Virlu- 
ri'-ur, quatrieme calife ommiade ; il prit Barcelone 
ct chassa les pirates normands (821-852). — Am>£- 
H\mk in. hulticmc calife ommiade; il fonda 1'ccolc 
de m'-declnc de Cordouc (9I2-9G1J. 

ABBKBK. v. d<* 1'anc. Thrace, sur la m<*r Egoe. 
Hcs habitants \A\»Uritain*\ etaient renomm«-s pour 
lcur sottisc. Patrie dc Democritc, d'Anaxarque at 
de Protagoras. 

ABBIAM |fl*«], lc 4« de« petiU prophetes juifs. 

Abdieatlon. l/en plu* cclcbrei abdications «ont 
cellci dc Cincinnalui, qui retourna deux Coin A »a 
eharruc (458 et 438 av. J.-C.) ; de Sylla (MO av. J.-C). 
qui ic rctira a Pou/iollen ; de DioclAtien (305 de notre 
ere), qui Be rctira a Salone ; de CharleR-Quint (155*».i . qui 
nlla flnir aes jours au couvent de Yustc, dans 1'Entr^- 
inadure ; dc Christine de Sueide (16b4j. qui sc retira A 
Hume, apns avoir passe quclque temps en France ; 
relics de Napoleon: la premier* a Fontainebleau, la 
Kceonele h Paris (1814 el 1815) ; de Bolivar, liberateur 
Ue rAmcrlque espagnole (1825); de Charles X (1830). 
qui mourut aGorlU, en Autrichc; dc Louis-Philippe 
i |8V8j, qui alia flnir se« jours en Angletcrre ; de Guil- 
lnuine l«r, rol de Hollando (1840); dc Charles-Albert, 
r.il de Sardalgnc, apr^-s la defaitc de Novarc 1849) ; 
d'lHabelle II. reinc d'Kspagne (1870). 

% HDOE.OX V MK, dcKcendr.ntdes rois de Sidon , que 
la uiiHcre nvall rMuit a sc fairc jardinicr. Alexandre 
le (irand le rtHablit sur le trone en 332 av. J.-C. 

ABBOX, l'un del juges d'Israel. 

A BB-1 IRAKIS, sultan de Turquic. frerc d" Abd- 
ul Medjid, no en 1830; il monta sur le trone en 1861 
ct Cut nssansiiie, en 1876. 

AIIIHII'HAMID !•% sultan de Turquic. de 1774 
H i^H'J. — ADD-tiL-llAMto il, ills d'Abd-ul-Medjid, ne 
en 1842 monte sur lc trone en 1876. 

ABB-I I^MICBJIB. sultan de Turqule de 1839 ft 
1K»M. n«\ en 1823: il pnrltctpa h rexpedition de Crl- 
nn>e, ei til d'inutiles tentative* de rc^forme. 

ABB-I n-KAIIMAH. 6mlr d'Afghanistan, souve- 
raln encrjjique et Intelligent, ne en 1830, monta sur 
le tMne en 18H0; m. en IttOI. 

ABB-I H-HAHB1AN. V. MoI'I.KY-AmdKKRAIIMAN. 



ABO 

ftla d Adxaa et dEw. tae par 
Cain, sob frere BiUr 

IBTI Henri , celebre snatbemauciea aoTTeeies. 
ne a Frindo* Norreare . Malgre se» belle* et fec^ades 
d^e/»oTert^* de caknl iBt£graL il moarut paa^nc et 

Uj<-C'»DDU 1MS-1A9 . 

ABB1 !■■ Utr Pierre . theologies et phikMopbe 
»cola«u^ue francait. a-e pre* de Naates. celebre par 
1 «a passion poor Heloice. et par ses infos-tunes 1079- 
1 1 142 . l>e tombean d'Abelard et d'Helofs-e ae troare 
I an Pere-Laebaiae. a Paris. 
I ABBA. BB P C -JB 4 , Alexandre-Denis), peintre 

francais. ne a Valeneienne* 17*»-Ift61;. 
I ABBAAJ I»oii,. ibeologien francais. n* da as k 
Vexin. adversaire de* jan»^nistes. auteur de U 
Hoelle thfologiaue. lirre qui la fait appeler par Bot- 
leao U Moellrux '1«n-l«l;. 

ABBTfCBBACiBfl [bin, jt\ pai**ante triby maore 
du royaume de Grenade, au'xv* siCele. 

Mhtmtiamfrm i/e Dtrnier des). noureile da renre 
cbeTaleresque. par Chateau briand :1846) ; lactian se 
paaae a Grenade, aoxvi* sieele. 

ABsHAMMi r bin$-bergh]. v. de Barirre. sur 
1 Aben*. affl. du Danube: 2000 h. Eaox minerale*. 
Napoleon y battit le* Autrichien* en 1B>9. 
AKMiOlTA. V. ABBfcOaotJTA. 
AWTBI'BOMBUT \bV John . medeein et philo- 
»ophe anglais, n* k Aberdeen I781-l*44>. 

ABSHCHOMBV (sir Ralph), general aaglai«. 
battu par Brune a Bergen, et blesse morteUenvai 
devant Aboukir (Egypte r 1734-180! . 

ABKMDBBW [Jin' . v. coinmercante d'Ecosse. 
ch.-l. du comti a' A berdeen; port sur la mer du Nord; 
153.100 h. Patrie de Bain. Le comte a 2*t.iO0 h. 

ABBHBBBM (le comte d'j. homme d'E^ai anglau. 
ne k Edimbourg. II dirigea en 1814 la politiqse an 
glaise contre Napoleon (1784-1860;. 
ABRXAX, un de* Juge* d' Israel. 
AB4IAB. nom de huit roi* d'Ede*te. en Mes<>po- 
Umie (132 av. J.-C. — 216 ap.). 

ABIA, roi de Juda. Ills de Koboaxn. rainqueur ie 
Jeroboam, roi d'I»rael (957-955 av. J.-C. . 
ABIttAIL, veuve de Nabal, que Dari<*. ef->u*a. 
ABIBKLACB [Uk . Ills de GMeon. II devint Ja?f 
d'lsra^l apris avoir fait egorger se* frere* ; il £u 
blit son pouvoir sur Sichem et fut tuc au **f jr 
de Thebes, en Palestine (vers 1100 av. J.-C. ... 

ABIMOtt, levite qui fut englouti dans La terrr 
avec Core et Dathan. tous troi* revoltes coatre 
Mofse et Aaron (Bible). 

ABIHA41, jeunc SunamUe que David prit p>xzr 
femme dans sa vieillesse. 

ABIC, tils d Aaron, devore par les flarann. avec 
son frere Nadab, pour avoir mis du feu profane dans 
son encensoir (Bible}. 

ABL.A5IC'ODBT [kdur] (P«rr«« d't, ^crivain fraa- 
cais. n<i a Chalon^-sur-Marne. Auteur dc u-aduct*on> 
que Ton a Justemcnt surnommies le* belles imftAetr*. 
a cause de leur inexactitude (1606-1664). 

ABIVKB [tier], general sous Safll et David. II fut aa*a^ 

gin^ par Joab, envicux de la faveur qu'il avait aequue 

AMBH, general Israelite, peraonnage de la tra- 

gedie dc Racine, Atdaub. II personmlle le soWat 

couragcux, mais a volonte tiinide. 

ABB, v. ct port de Finlande, sur la Baltique. 

ch.-l. du gouvernement d'Abo-Bjftrneborg ; 40.500 h 

ABOMBY [»ie], ancienne cap. da Dahomey, cap 

du royaume indigene d'Abomey; environ 20.000 a. 

\*% F'rancais s'en sont empares en 1891- 

ABOKBAMCB. ch.-l. de c. (Hante-Savoie). arr. 
de Thonon, sur la Dranse; 1.450 h. Anthracite. 

ABOV-BBitm [be~kr] beau-pere et lnccessear de 
Mahomet, le premier des califes ; m. h Mediae en *14. 
AMl'KIK, bourg de la Basse-Bgypte ; 1.200 h. 
Celebre par le combat naval oft Nelson detraisii la 
tlottc francaisc commandee par Brueys {17»*>. et 
par une brillanle victoire dc Bonaparte sur les Tares 
(1709). Abercrotnbv sompara de cette ville «n 1801. 
Aboaklr [Bataille fl'), tableau de Gros (Versaille*^ 
Belle peinture, pleine de fougue ct declat, repre- 
scntant la victoire de Bonaparte sur le* Tares (IBte- 
AMCL-AMAA, lc premier calife abbasskle. des- 
cendant d' Abbas. II At massacrer les Ommiade*. et 
mirita par ses cruautes le surnom de Sang WMi« 
[as-Sa/fnh); il regna de 751 a 754. 



Digitized by VjOOQlC 




K. About. 



ABO 



IL-fAHAli. historien arab<\ ne & Melitcne, 
auteur d'une Hisloire universelle (1226-1*86). 

ABOVL-FBBA, historien et hommo d'Ktat arabe, 
de la race den Ayoubitos. ne a Damas ; il prit unc 
part active a la guerre contre les Croises (1273 1331). 

A BO IT r bou] Kdraond), litterateur ct publiciste 
francais. ne a Dicuze (anc. 
dep.de la Meurthe). Eerivain 
clair, spiritual et brillant. 
auteur dc la Question ro- 
maine, du Roman <Cun brave 
homme, eto. (1828-188H). 

ABRAHAM, patriarche . 
perc d' Isaac, ct ancelrc dc* 
llebrcux , unc des grandes 
figures dc la Bible. 

Abrariuun He Sacriftre if), 
tableau de Rembrandt i Ermi- 
tagc, a Saint- Petersbourg), 
retuarquable par le tnodclc 
des tons. — Tableau d'Andrea 
del Sarto (Dresde) ; beaucoup de vigueur et de clarte\ 

ABBANTBN, v. du Portugal, pre* du Tagc, dont 
la prise (1807) valut a Junot le titre de due d'Abran- 
tes; 4.800 h. t 

ABMAJVTKM (la duchesse Laure dC ), femme du g6- 
neral Junot, nee a Montpellier, auteur de romans 
ct de Mcmoires intcrcssants but l'Empire et la Rcs- 
tauration (1784-1838). 

AbreMvoir (f>, tableau de H. Bcrghem (Louvre); 
tres joli effet de matin transparent. 

ABBl'MBM (leg), region montagncusc du centro 
de l'ltalie, dang l'Apennin, divisee, sous le nom 
d'Abruzz^-et-Molise, en 4 prov. : Campobasso, Chieti, 
Teramo, Aauita; 1.V6V.0OO h. (Abruzzains). 

ABBALOX, dig de David, revoke contre son pere. 
Vaincu dans un combat, il s'enfuit ; mais comme il 

Kassait sous un arbrc, sa longue chevelure s'em- 
arrassa dans les branches et il resta suspendu. 
Joab, qui le poursuivait, le perca de trois dards. 

ABMALOX ou AIKL, prelat suedois. archeveque 
dc Lund. II fond a Copenhague ct travailla aux codes 
publics par Waldemar I" (1128-1201). 

ABHTBMIIN [iw] (Laurent), litterateu/ italien du 
xvi* siecle. auteur de fables latines, dont La Fon- 
taine a imitd qticlqucg-unes. 

ABMYRTK, frere de Medee. qui lo mit efi pieces 
et dispcrsa ses membres pour arreter ceux qui la 
poursuivaient dans ga fuitc avec Ja*on (Myth.). 

ABl'DOM [<lo»s], v. d'Asic. sur MlelIei»pont, vis- 
a-vis de Sestos, en Europe ; fameusc par raven tu re 
de Hero ct Leandre. et par le pont de bateaux que 
Xerxes y fit jeter sur le dctroit (480 av. J.-C). [Hab. 
Abydhniens ou Abydirns}. 

ABYBO0 [doss], v. de la Hautc-Egypte, on furent 
trouvees, en 1817. les tables ditcs d' A by do*, ou sont 
gravees deux series de noms de pharaons. 

ABYMMIXIK [ntl contree de lest dc l'Afriquc, 
faisant partic de l'cmpire elhio- 
pien. Region montagpeuse, arrosee 
par 1' At bars et ses affluents^ 8 mil- 
lions d'h. environ. (Abysnns ou 
Aby»$inieru). V. pr. : Addi*-Ababa, 
Aaoua, Gondar, Add is- A lam (resi- 
dence ). Colon, indigo, cafe, oranges, 
citrons, suerc, dattes et gomme. 

Ara«ttmto, ecole philosophiquc 
fondee dans les jardins d'Acade- 
mus par Platon. On distingua, 
d'apres les variations que subit la 
doctrine de Platon , Vanciennc 
Acadtimie (Spcusippc, Xenocrate) , 
la moyenne (ArcCsilas) ct la nou- 
velle ( Carneade. ) Le nom dVir<i- 
ttemie a etc applique dans la suite 
a des sot-ietes ou institutions : 
scicntiflques , litteraires. artisti- 
ques, etc., mais il designe sp«cia- 
lement niijotird'hui les cinq compagnies dont se 
compose l'lnstitut de France : 1» Acadcmie fran- 
caisc, fondee en 163t par Richelieu ( 10 membres), 
chargee de la redaction du Dictionnaire ; 2« Aca- 
dfmte des Inscriptions et Bellas- Let tres, fondle par 
Colbert en 1603 (40 membres). s'occupant dc travaux 
d'erudition hislorique ou archcologique ; »• Aeatli- 




Guerriar abyiaio. 



1 - ACH 

mie dc$ Siiencts morales et poliliques. creee par la 
Convention (40 membres), se consacrant a 1 etude 
des questions de philosophic, d'economie politique, 
de droit, d'histoire generate, etc. ; 4* Academic tie* 
Srieace*. fondee en 1666 par Colbert (65 membres), 
pour l'etude des questions de mathematiques. de 
chimic, de physique, etc. ; 5« Acadimie des Beaux- 
A rts (40 membres), composee de pcintres. sculptcurs, 
graveurs, musiciens, ct dont les diverses sections, 
creees successivement par Mazarin et Colbert, furent 
reunics en unc seule compagnie en 1795. — Chacune 
de ces Academies se recrute par Selection. (V. la 
Hate, a la rtn de ce volume.) 

Ae«4esai« trmmfml** (Lettre d /'), par Fenelon, 
on 11 est tralte du dictiowsaire, de projets de gram- 
maire, d'cnrichissemenU de la langue, d'une rheto- 
rique, d'une poetique, et qui contient d'interegsan- 
tes et judicieuses appreciations litteraires, etc. (1716). 

AeatMiBftqsMa (les), ouvrages de Ciceron dont il 
ne subsiste qu'une partie, oti est discuteo la theorio 
de la connaissance. 

ACABBSilisI [muMl. heros mythique de l'Attique, 
sur le domaine duquel s'etendaient, croyait-on, les 
jardins, situes k six stades d'Athenes et frequentes 
par des philosophes, qui furent 1'originc de la ce- 
lebre AcatUmie, oa enseignait Platon. 

ACABIB [dt], presqu'lle dc l'Amerique du Nord. 
(Hab. Aoadiens.) V. Nouvelle-Ecossb. 

ACAPKMrO, v. et port du Mexique, sur le Paci- 
flque ; 4.000 h. Commerce important. 

ACAHlf Alt IB [n(], contree de l'ancienne Greco 
arrosee par 1'AcheloQs ; les Acarnaniens etaicnt re- 
putes comme frondcurs. 

ACCA LABIWTIA, d'apres la legende. femme 
de Faustulus, berger dc Numitor, surnommle la 
Louve; cllc recucillit Romulus et Remus exposes 
sur unc colline, et leur servit dc nourricc. 

ACCAHIAB [as*] (Calixte), jurisconsulle ct magis- 
tral francais, n6 a Mens (Isere), auteur dun remar* 
quable Precis de droit romain (1831-1903). 

ACCIAJUOLI, famille florentine, d'ou sortirent : 
Nicolas Acciajuoli (1310-13r.S), grand senechal do Na- 
ples, et son neveu Rknikr, due d'Athenes, qui conquit 
presque toute la Grece, oU ses descendants se main- 
tinrent jusqu'en 14.i6, epoque de la conquete turque. 

ACCIIJI ou ATTIfJ* [si-tis] (Lucius), poete tra- 
gique de Rome (170-94 av. J.-C). 

Aecllasatatlaa (Jardin zoologique if), cree en 
i860 et situ* au bols do Boulogne (Paris) ; on y voit 
des plantes et des animaux exotiques. 

A«e«r«M« «!• «llla«<> (f), tableau de Greuse (1761), 
une de ses plus poetiques inspirations (Louvre). 

ACC^OU* [kouss], ch.-l. de c. (Basses -Pyrenees), 
arr. d'OIoron, sur un affl. du pave d'Aspe ; 1.030 h. 

ACCVM [a-kom'] (Fred.ric), chimiste allemand, 
ne a Bdckebourg, qui appliqua le premier en grand 
le gas hvdrogene a reclalragc (1769-18^8). 

ACCUItBB (Francois), celebre jurisconsulte ita- 
lien, ne a Florence, un des renovateurs du droit ro- 
main (1182-1260). 

ACBMTB [ses], pcrsonnage de V Entitle, roi de Se- 
geste (Siciie) ; il accueiilit Enec 
et dt ensevelir Anchise. 

AC'HAB rAaftl roi d'Israel, 
qui epousa Jezanel. et (It mou- 
rir Naboth pour s'emparer de sa 
vigne ; tue au siege de Ramoth 
en Galaad (917-897 av. J.-C). 

ACHAll [ke-us], frere 
d'lon. neveu d Hellen, ancetrc 
mythique des Achdens. 

ACHAVK [Art-!], contree de 
1'anc. Grece (Peloponese) , ha- 
bitee par les Acheens. Elle 
forma au moyen age une prin- ' 
cipaut6 de l'Empire grec. 

ACTHAlfTlfl [t(], peuple ne . 
grc de 1 Etat d'Achanti, dont la 
capitale est Coumastie (Guim'»e 
septentrionale) ; 8 millions d'h. Les Achantis, sou- 
mis aux Anglais, font lc trade de la poudre d'or, de 
l'ivoire, etc. 

AC HABtD [char] (Frederic-Charles), chimiste alle- 
mand, no a Berlin (1753-1821). 11 reussit un des pre- 
miers a extraire le suere de la betterave. 




Digitized by VjOOQlC 



ach 



VJUrj (Aaaedee,. feeond rosaa neirr fran- 

eai*. ne a Marseille ; anteur de Belle-Boee, is Cmft 

et r*i**. etc. im iri 

ArfcanrfMa f 4ttfr-fii-m] '/«;. eomedie d"Ari*to- 
nhane. representee en I'aa IK av. J.-C.. ou le poete 
tourne en ridicule let partisan* de la guerre avec 
gparte. _ . . 

ACHATS '**-/« fe A<W/' . persoBaa*ede YEntuU 
1* compajraon le plus devou* d'Eaee. Ron aosn a pa**? 
dans la langue pour designer celui qui ae quitie 
jamais une persona*, qui est toujour* a ses eotys. 

ACM AB • *«,. roi de Jada. cruel et isapte. qui 
lirra lor du temple de Jerusalem au roi d'Assyne, 
Teglath-Pnalasar '"40-714 av. J .-€.,. 

Arts****** ke-t-nS Liuuf . confederation de douze 
villes du Iv-loponete, din^ee turtout eontre Tin- 
fluenee uiacedonjenae. Pbilopormen en fat le hero* 
t'280-IMi av. J.-C./. 

ACMKKH1I 'Ac-in". Grecs descendant* d'Aehseus. 
Originairet de la TWssalie. les Aehern* s'eropare- 
rent dabord du Peloponcse presque lout enlier ; 
main ila co furent cha»«es par les Doriens et s'eta- 
blirent sur la cote septentrionale du Peloponcse, 
qui fut appelee de lcur nom Achate. 

ACsaJaXtrfaV, [a-ki-lo-uu] . Aeuve de l'ancienne 
Grece, en Bpire; auj. Aijtrvpotatno. trib. de la mer 
lonicnne. 

ACMKLOfS !a-ki-lo-uu]. dieu du fleure de ee 
nom. iw'-re des Sirencs (Myth.). 

ACflKM [rhemj ou ATt'HM [of-eAin". petit Etat 
du nord dc rile? de Sumatra; richesses minerales et 
W-tti-tale* ; corail. camplire. etc. ; cap. At hem ou 
Alrhtn; Ili.OOUh.Mfc/iinoujjport sur 1 ocean Indien. 

A< HKMK*KM [Av'j. le premier de* roi* perse* qui 
*e d/'livra du joug de* Mcdes ; it fut la soucbe de la 
famillc royale des Achlmenidcs. 

ACMBMKXI0K1I [ki, de). dynastic perse fondee 



par Achem^nes. Kile commence en 688 pour s'eteindre 
en 230 av. J.-C., a la mort dc Darius 111 Codoman. 

ACHMWAL [ken'-val] iCJodefroy), economiste 
allemand, cr^atcur de la statistique (1719-1771). 

ACBBKatO* [k6o\i ch/]. fleuve dcs Enfers. (Mythol.) 
Nul ne pouvait le francbir deux foi*. Racine a ecrit : 

fei l'a*kr« AeMroa »• l*ch« point •• |>roi«. 

(On emploie ce mot comme syn. de kxfer.) 

AC'tlKlX [clie(k\ ch.-l. dc c. (Somnic), arr. de 
Doullens; 607 h. 

AVHilAs/kn'kil-iait), ministredcPtolemeeXH, roi 
d'Kftypte. II cohseilla de tuer Pompee et participa au 
nieurtre. Crtsar le Ot mettrc k mort (W av. J.-C). 

Af.MiLLJt, flls de Thetis et de Pelec, roi des Myr- 
midon*, le plus fameuzdes hero* grecs de V Matte . 
Au »i*ge dc Troie. il tua Hector, mais fut atteint 
mortcllement au talon par une flechc empoison nee 
que lui lanca Paris. Le nom d'Acbille est rcste dans 
toutcs les Ungues la person niflcationde labravoure. 
D'autrcs particularite* de sa vie sont frequemment 
rappelees. telle* que : Arhille plongi dam le Styx 
par sa mere Thetis pour le ren- 
dre in\uln<"rablc ; le talon d'A- 
chille, srulc partlc dc son corps 
a laquellc il put 6trc blesse ; 
W'durnliun d'Achille, allusion a 
la manure virile donl l'elcva le 
cenlaure Chiron, qui, pour deve- 
lopper en lui la force et une 
male ardcur, le nourrissait de 
la moellc des lions; Arhille A 
Scyro*. ou. degm*6 en femme, il 
menait uno vie moUcetcffin»inec 
au milieu dcs lilies de Lyconicde. 
Ulysac vint l'y chcrchcr. et Ic decouvrit ais£mcnt en 
lancant. au milieu de* lilies dc Lycomedc, une cor- 
beille dc bijuux au milieu dewqucls se cachait une 
epec. Lesjeunes fllles se disputercnt les bijoux, mais 
Achillc *e jeta sur l'Apee ; la lance d'Achille, qui 
(Cucrifisalt les blessures qu'ellc avail faites ; Arhille 
ic retirant tout sa tente, A la suite dune querellc 
avee Agamemnon. Se disputer les amies d'Achille. 
allusion A la querellc fameuse qui s'eleva entrc Ajax 
el Ul>s»c. apre* la mort du ht'-rtM. — Le Louvre ik>s- 
sede une belle statue antique d'Achille, en marbre. 

ArMIMId* (/'), po^me e pique de Stace, inacheve, 
mats qui eonticnt des passage" remai'quables (i*' s.). 

ACMasR T [akmet]. V. AiiuEp. 




AehilU. 



ACT 

• port de Sirile vprov. 4e Casaae : 
U<m h. Eaux saWrale* 

ACUi >«*».. berger sseiliea aiaae Ae Galalee. et qs# 
Pulypbesae jakmx ecraca soas am rocker. 

Acim — <i ■>!■*•■ s — -*■ i* pmr s*slypjj e— sy, gro^e 
colossal ea bronse et ea saarbre. par OUia ; il de- 
core la fontaiae de Marie de Medicia, A Pari*. 

ACMsfsUtAX^I [*k4cer] fLouise) , femaae-poete. 
ncc a Paris, anteur de poesnes phil^cophiques dTaae 
forme e levee et rigoureuse (1S13-1H0.). 

a€r*tA.AJI r |*?**] (Kmilei. jvriscoaralte et pebii 
cistc francait. ne a La CbAtre IsiO-lSSi; 

AftMAT (EUcnne , grand voir de Bajaxct II. 
m. apres 1511. Racine a doane ce nom a l'ua de* 
principaux personnages de sa tragedie Bai+zet. 

AC«XCA*jrA. roleaa de* Andes Chili , U alas 
haute montagae de la Cordillere (C.SU m. . 

AftaBg, archipel de roeeaa Allantioue au Por- 
tugal'. Les priaeipales ties sont Fatal. Terceira et 
San-Miguel ; SC.300 h (Acorten, Oranges, citrons, 
grains et via*. Climat tres doux. 

AC^CATfTA [o-Aosui], eeiebre famillc aapoli- 
taine. dont le membre le plus remarquahle fut 
Clacdb, iceneral de* jesaites (1S43-1C1&). 

ACmnX (ftafaMMa d>, autrefois Psaseaaofs. v. 
forte de Syne, port sur la Mediterranee. Cette viflc, 
prise par Philippe Auguste et Richard Como- de Lkh 
ea IIM. resisu k Bonaparte en 1799 ; 10.909 h 

ACmimrM [*i-uss\ roi fabuleaz d^Argoa. pere dc 
Danae ; il fut tue. involontairement, d'nn eocp de 
disque. par Pcrsee. sob petit-Ills. 

araa><-BB*Al *IKM [ni-ial (mont*). ehalne de 
montagnes de 1'Epire ; aujourdliui JTAtaaara 

Arracsirlssssi*, citadelle de l'ancienne Cociathe. 

Aera*>*)l», citadelle de l'ancienne Ataenes. sux 




Acropotc d'AlbioM. 

un rocher haut de 150 pied*, oq Ton arrivait par lea 
l*royylie$. Le sommet etait couvert de temples, de 
monuments, notamment le Parthenon, la Pinmco- 
theque, X Erechthiion, de statues, etc. 

Acta dlstrtssu sbrte de Mom'trur, indiquant le* 
evenements quotidiens, etabli A Rome vers 131. et 
rendu offlciel par Cesar en 59 av. J.-C. 

Acta Maetorana (Actes de$ Mints), immense re- 
cucil dit dei bollandittet. et qui renferme la vie de 
tous les saints (62 vol. in-folio). 

Act* nddltteiisMl, constitution A tendances libe- 
rate*, etablic par Napoleon apres son re tour de Hie 
d'EIbe (1815). 

ACTBOlf, chasseur qui surprit Diane au bain, et 

Sue la deesse irritee changea en cerf ; il fut aus- 
itot devori par ses propres chicn*. 
Arte* des apdtre*, un des livrcs du Nouvcau 
Testament, ecrit en grec par saint Lue vers Tan 63; 
11 eonticnt 1'histoire du christianisme depuis 1' As- 
cension du Christ jusqu'A l'arrivde de saint Paul A 
Rome (63). 

Aries des apdsres, journal royaliste, pamphlet 
p^riodiquc eontre la Constituante. fonde ea 1789 par 
Peltier, Champceneta, Suleau, Rivarol, Regnier, etc; 
il eessa de paraitre en 1791. 

ACTIVM (ak-ii-om'l v. et promo ntoire de Grece, 
A l'entr6c meridionale du golfe d'Ambracle. auj. 
golfe Arta; celebres par la victoire navale d'Octave 
et d'Agrippa sur Antoine et CleopAtre en 31 av. J.-C. 
ACTOX. aventurier, ne A Besancon. II devint mi- 
nistre de la rcine Caroline de Naples et se signal* 
par sa haine eontre la France (1739-18)1). 



Digitized by VjOOQlC 




ACU t- 1: 

ACOHHA (don Pedro Bravo d'), general cspagnol, 
cnleva le« iles Moluques aux Hollandais en 1606, et 
mourut la m*me ann«Je. 

ACIHVHA DB rittUBMOA (don Francisco), poete 
americain, ne a Montevideo (Uruguay) [1790-1862J. 

ACVWHA. V. C UN HA (DA). 

4DALBBH01V. archeveque do Reims, chancellor 
de Lothairc et de Louis V ; il contribua a l'avine- 
ment de Hugucs Capet et le sacra roi ; m. en 988. 

ABALBCBT [ber] (saint), eveque de Prague en 
983. martyrise en Prusse (997). Fete le 23 avril. 

ABALtilftE [ji-ze], roi des Lombards, flls de Di- 
dier, detrone en 775 par Charlemagne, son beau- 
frAre ; m. en 788. 

ADAM [dan], nom du premier homme [Bible). 

ADAM (Lambert-Sigisbert), sculpteur fr., ne a 
Nancy, auteur d'oeuvrcs distinguees (1700-1759).— Son 
frerc Nicolas. n6 a Nancy, sculpteur (1705-1778). 

ADAM (Adolphe), compositeur de musique fran- 

?ais. ne a Paris, auteur du Cha- 
rt, de Sijitais roi! le Postilion 
de Longjumeau, Giralda, etc., 
ojuvres d'une facture soignee, 
elegante et brillante (1803-1856). 

ADAM (Juliette Lamber, da- 
me), femme de lettres franchise, 
n6e a Verberie (Oise). en 1836. 

ADAM BILLACT.V.Blt.LAtlT. 

ADAMAOUA, pays du Soudan 
central, au S. du lac Tchad, sur 
les deux rives de la B6nou6. 

ADAM DB LA HALLE, sur- 
nomme le Bossu d" Arras, trou- 
v6re du xiii* steclc. Son oeuvre A - Ad « BB - 

maitresse, le Jeu de Robin et Marion, est le plus 
ancien ope'ra-comique connu. 

Admwmmmfr ou !• ii**mt 4cm tempfttes, person- 
nage flctif des Lusiades, une des plus belles Evoca- 
tions que nous offre la poesie cpique. Camoens sup- 
pose qu'au moment ou vasco do Gama va franchir 
le cap des Tcmpetes, appelA depuis cap de Bonnc- 
Espirance, un gcant, gardien de ce cap, se dressc 
devant lui pour Tempeeher d'aller plus loin. 

ADAMM [dam's] (Samuel), undes auteurs de larevo- 
lution des Etats-Unis, n6 & Boston, surnomme lb Caton 
dk l'Amskique; il vicut et mourut pauvrc( 1722-1 803). 

ADAMM [dam's] (John), dcuxicme president des 
Etats-Unis, elu en 1797 (173 
1826). — Son flls ain6, Jon: 
Quinct, fut le6* president d< 
Etats-L'nis (1767-1848). 

ADA1VA, v. de la Turqu 
d'Asic. sur le Seihoun; 45.0001 

ADAlfDOlf (Michel), boU 
niste francais, n6 a Aix (Pro 
vence). II exposa le premif 
la classification naturclle del 
plantcs (1727-1806). 

ADDA, riv.d'Italie, n* dam 
le Tyrol. Elle arrosc laValte 
line, traverse le lac de Com 
et se jette dans le P6 (riv. g. ; 
223 kil. Bonaparte a livr* sur ses boras piusieurs 
glorieux combats aux Autrichicns.notamment a Lodi. 

ADDIff-ABABA [die S***4± 

ou rwriari, ville prii. ®B8^k 

cipale de i'Abyssvnie 
50.000 h. Commerce in 
uortant. 

ADDISON [atr-di-zoi 
(Joseph) , homme d'Etat 
et c^lebre 6crivain an- 
glais, n* a Mils ton ( Wilt- 
shire). II publia dans le 
Spettateur des articles 

aui so'ht des mode les do 
nesse et de bon irout, ( 
qui conlribuerent a don 
ner a la litterature ai 

glaise plus de sericux ei ue aignue. u rui moins ncu- 
reux comme auteur dramatique (1672-1719). 

ADDIMOIV [ad-di-zon'] (Thomas), c£lebrc midecin 
anglais U793-1860). 

A»BL, partie de la cote d'Afrique, au fond du 
golfc d'Adcn et habit*e par lex Afar ou Danakil. 





J - ADO 

ADELAIDE, cap. de l'Australie mfridionale; 
165.800 h. Port tres actif sur l'Ocean, kPort-Adilafdc. 

ADELAIDE (Madame), fllle atn^e de Louis XV. 
roi de France, nee a Paris (1732-1808). 

ADELAIDE D*OHLEA2Vfl. fllle de Philippe d'Or- 
leans et soeur de Louis-Philippe, dont elle fut la 
conseillere prudente et *coutec (1777-1817). 

Adelphes (les) ou les Frb'es, com£dic de Terence, 
i mi tec de MEnandre (160 av. J.-C.). De la donn£e de 
ce te pieee, Molicrc a tir6 YEcole des maris. 

ABBUBBEQ [dtls-bergh], v. de la Carnlole, au 
N.-E. de Trieste; 3.600 h. Grottes-celebrea par lours 
stalactites, traverses par une riviere soutcrraine. 

ADELClffJ (Jean-Christophc), savant philologuc 
allemand (1732-1806). 

ABBlf [din'], v. forte d' Arabic (Y6mcn); port sur 
le golfc drAden, forme, par la mer des Indes ; aux 
Anglais ; 45.000 h. CaftS moka. D*pot de charbon. 

ADBHKO v. d' Italic (prov. de Catane); 20.200 h. 

ADHBMAH DB MOMTBIL, eveque du Puy, prc- 
lat guerrier et britlant oratcur. Tun des pr£dicatcurs 
de la I" croisade au concile de Clermont; m. de la 
peste a Antioche en 1098. 

ADHBMBAL. amiral carthaginois, vainquit Clau- 
dius Pulchcr a Drdpanc (Sidle), en 249 av. J.-C. 

ADHBHBAL, flls de Micipsa. roi de Numidic en 
118, tue a Clrta par ordre de son cousin Jugurtha 
(113 av. J.-C.]. 

ADI6B, flcuve d'ltalie, qui nait dans les Alpes 
RtuHiqucs, arrosc Verone, Lcgnano, else jette dans 
la mer Adriatique; 375 kil. 

ADJMIM, province de l'lnde anglaise, dans le 
Radjpoutana ; 500.000 h. cap. Adjmir; 74.000 h. 

ADLBMCMECTB (Charles-Jean), general suedois, 
un des principaux chefs de la revolution de 1809, 
qui renversa Gustave IV (1757-1815). 

ADMETB, fondateur et roi de Pheres, en Thes- 
salic, et Tun des Argonautes ; mari d'Alceste, qui 
s'offrit en sacrifice pour prolongcr ses jours. Apol- 
lon garda les troupcaux de ce prince [Myth-). 

ADOLPHE (saint), ev£que d'Osnabruck (Wcst- 
phalic), de 1202 a 1222; m. en 1224. Fete le 11 fevrier. 

As1olph«, roman de B. Constant, pcinture vraie 
et saisissante de Tinconslance, des inquietudes et 
des inconsequences du coeur humain (1815). 

ADOLPHE DB If AMAU, empcrcur d'Allemagne 
en 1292, defait et tu6 par Albert d'Autriche en 1298. 

ADOLPHE -rMBDBHIC, due de Holstein- 
Gottorp, 6v6que de Lubeck. puis roi de Suede en 1751 . 
A la faveur do son gouvernement peu inergique se 
formerent les factions des Bonnets et des Cnapeaux 
(1710-1771). Son flls Gustave III lui succeda. 

ADOlf aV (seigneur, souverain mattre), nom donn£ 
a Dieu par les Juifs. 

ADOM IAD [ass], flls de David. 11 osa disputcr 1c 
trt^ne a Salomon, qui le flt mettrc a mort(1014 av. J .-C). 

ADOIVID [niss], jeune Grcc d'une grande beautc, 
qui fut blessi mortellemcnt par un sanglier ; V6nus 
le changca en anemone (Myth,). On celebrait en son 
honneur les fttes appelees Adonies. Adonis est reste 
le type de la beaute eff6min6e. 

Ad««la, poimc italien en vingt chant6, du cava- 
lier Marini, ay ant pour sujet les amours dc Venus 
et d' Adonis ; ceuvre cilebre. ou Ton remarquc de 
l'imagination, une versification harmonicuse, mais 
aussl beaucoup de faux brillant et de mauvais goOt 
(1623). Ce poeme excrca une influence deplorable 
sur la litterature francaise et espagnole. 

Ad4»r««loa des muma^u ou dc« r«la (f), tableau 
d'Alb. DOrer.d'uncaracterctrea r6aliste.au musiedes 
Offlces (Florence) ; de Raphael (Berlin) ; dc Paul Ve- 
ronese (Dresde) ; dc Memling, eelebre triptyque (Ma- 
drid) ; de Rubens (Anvers) ; de Poussin (Louvre) ; etc. 

Adoratloa d«« b«r»er«, tableau de Raphael ^Ber- 
lin) ; de Ribera (Louvre) ; dc Murillo (Madrid). eU*. 

ADOHMO, nom d'une illustrc famille plebeiennc 
de G«nes, qui a fourni plusicurs doges a la repu- 
bliquc, du xiv« au xvi« siecle. 

ABOIA, cap. du Tigr* (Abyssinic). Difaite des Ita- 
liens par les Abyssine. en 1896. 

ADOUIV fl. de France, prend sa source au Tour- 

malet(Hautes-Pyr«n6cs), traverse la valUe de Cam- 

I pan , arrosc Bagnferes-de-Bigorre, Tarbes, Saint- 



Digitized by VjOOQiC 



ADR 



1104 — 



AFR 




Sever, Dax. Bayonne, revolt lc Gave de Pau. ct se 
jette dans le golfe de Gascogne : 335 kil. 
1 A»RAR,oSsismontagneusedu Sahara occidental, 
au sud du Maroc; 8.000 h. - Ville du Touat (Sahara 

'TDHAOT^roi d'Argo*. 11 accueillit Polynice, 
chasse de Thebes par son frere Kt*ocle, et entrepnt 
contre celui-ci la guerre des Sept chefs, dan* la- 
quelle lea deux frcres ennemn a entre-tucrent. 

ADHBTM Mr*] (baron des), chef proicmtMat. n* * la 
Frette (Dauphine) et connu par sa cruautc. 11 obli- 
geaitVdit-on, ses 'p™°nniers a . aauter du haul d I une 
four aur la pointe des piques de so* soldaU. Comme 
lWentre iux hesitait : - Allons done, poltron ! est- 
ee done »i difficile? ■ rtcrla de. Adre «. « Je ■ vou. le 
donne en quatre! . rep iqua lc .sold at. L c baron tit 
KrAre. II mourut catholique (1513-158-1). 

ADRIA, v. de la Vcnetie; 16.000 h A donne bon 
noin a la mer Adriatique, dont lea alluvion* du P6 
lont considerablement eloignee aulourdTun. 

ADRIAN! (Jean-BaptisteT, hl«torIen yorenU„. Son 
Hittoire continue celle de Guichardin (t518-»M9). 

A»RIATIQUB (</o/re ou mer). long go fc de la 
Med? tcVrandcTqui biugnc l'ltalie, fAutrichc, le Monte- 
negro et la Turquie. Le P6 ^fl^ 
est son principal tributairc. 
ADRIF.M ou HAsRMWI 
[dri-iiV. empereur romain, 
ne a Rome en 76, regna 
de 1 1 7 a 1 ^8 ; fils adoptif de 
Trajan, auquel il succeda ; 
il encouragea l'industrie, 
les lettics. les aits, rc- 
forma l'administration. 
construwita Rome le m<3/e 
d'Adrien, auj. chAteau 
Saint -Ange, et protfgea 
lempire contre les Bar- 

bare* au moyen dc forti- t AdM ' .„,_„ 

flcations continue* en Germanie et en Angleterrc. 
WWW I.r,pape de 772 a 7%; - Aorim -", 
pape de 867 a 872; - Adribn III, pape de 88» a 88o, 
L P Adrien IV, pape de list a llB!t; -Awim V, 
pape en 1276; - Aoribn \I, pape de 1S22 a U24. 
1 Aarolte prince* (f) ou les Aventures de ti- 
nette, nouvclle de Perrault. ott l'auteur chcrchc -a 
prouvcr que roisivct6 est la mere de tous les vices, 
et la defiance la m«>rc dc la sfircte. 

IDRIMKTB ou HABRUMBTE, v. de 1'AfriquC 
anciennc. colonic pheniciennc. Ses ruincs, depoque 
romaine. se voient pres de Sousse. 

%Dl ATIQI BM ou ADUATIQIK*. peuplc 1S9U des 

Cimbres ct des Teutons, etabli dans la Gaule entre 

TEscaut et la Meuse, lors de la conqu^te de Cesar. 

IDKI.A ou ADIXB, masBif des Alpes leponiienne* 

(3.308 m.), Boileau le cite dans le Pa*$aye du HA in. 

ADlLlft [lis*], nom ancicn de Zoulla (v. ce mot). 

jfSCATBPfc V. EOATFS. 

^iilDlld [ussl V. Eotmus. 

t *«OW-POTAli©« [i/Aw, wdssl fflcurerk J<i CAe- 
rre). petit fleuve de Thrace, pr<-« duquel Lysandre, 
a la ftn de la guerre d« L P*l°P°»^?v dc \ r "' Kl i v la J flo l i t f 
athenienne dans une bataille decisive (M)B av. J.-C.). 
JSmHIBBMB. philosophe sccptique. ne k Gnosse 
(Crete), professa a Alcxandrie (;•' siecle av. J,C). 
KPlVlW [n»«x] (Francois-Ulneh Hoch, diU phv- 
gicien allcmand. ne a Rostock. On lui at | tr»bue a 
premiere idee de lelectrophore et du condenbateur 
^lectriquc 1724-1802). . 

aerWchot. v. de Belgique (Brabant), ch.-l. de 
cant arr. de l.ouvain ; «ur la Dcmcr ; C.iOO n. 

jHMjn'M'puiti], c^lebre actcur tragiquc romain, 
ami de Pompee et dc Cict-ron. 

AETHT0 <$i-wnt . general romain. nee <*n Morkic 
vers la tin du iv «i«Vle. 11 defendit la Gaule contre 
les Francs ct les Burgond,-s. puis e.ontribua a la de- 
faite d'Attila dans les cha.nps Catalaunioucs en V51. 
11 fut as>»aK*inH par Valentinien 111, jaloux de «a 
gloire et do «a puissance itoV). 

AFAH. V. Danakil. , v ,^ ftii . 

AFKH (Domitiu^t. orateur romain. ne a >«nje«, 
consul sous Caligula; fut le maitre de Qumtilien 
(16 av. J.-C. — :/• ap.L . 

AFPMC ( I>eni*-Auguste ) . archcvAquo de 1 ariK, 
n^ a Snint-R<»mc-de-1^rn Avcyroni en 17^1. Wcsse 



mortcllement le 25 juin 1848 sur le., barHea4«. oi 
il etait all* porter des paroles de paix. 

AVttHAXiMTAX, Etat du wntre de 1A»p. 
B&8 000 kit. carr. ; 5 millions dh. (Afghan* ; cap as 
bol'/T v pr. i/cra( et Kandahar. Pay* moata^ nemx. 
ou s'eleve le massif de l'Hindou- — 

Kouch, arrose par l'Amou-Daria au 
N , par le Hilmend au S.; peu fer- 
tile, sous un climat rigoureux. Po- 
pulation en grande partie nomade. 
de rac45 iranienne, gouvernee par 
x ^ cha- 




ae rac* irameuuc, kv«»u— ^ 
des emira. Chevaux. fourrure». 
les, fruiU. L'Angleterre ct la Ruisie 
se dUputent la preponderance en 
Afghanistan. . .. ,. . 

ilHAUOLA. vUle d Italic iprov. 
de Naples) ; 20.000 hab. 

AtmAMICM [mm] (Luciub), po*te 
comique latin ; porta le premier a la 
»t6ne des sujets nationaux (o» s. 
av. J.-C). 

AUIAXIIM !«KPO« [POSS] (Lu- ~m*»T ~ 

cius), general et consul romain • 

'60av J -C.),partisanetamidePompe«;m. t« a» J-* 
ACriralae (D, eelebre opera en cinq aete* , pa 
roles de Scribe, muaique de Meyerbeer (.**»'• «-* 
nartition abonde en beaotes de premier ordr*. 

AFRICAN!)* [uu] (Julius), orateur roniaxn. d on- 
trine gauloise : vivait au in* siecle. 

AFRIOIK, unc des cinq parties du mi**- 
VAfrique est une presquile triangulaire Wnas: ■ 
lAsie par l'isthme de Sucx ouvert par un casaL « 
born6c au N. par la Mediterranee. a I/O. par 1 AU*£ 
tiaue, au S. par l'ocean Paciflque, a 1 E. par Ijv^ 
lndien. au N.-E. par la mer Roug*. ^«P«*^ 
38 millions de kilom. carr. Population : too inUtoa* 
d'hab. L'Afrique est 3 fois plus grande que rEwn*e 
et 57 fois plus grande que la France. 

Principals regions naturtlles : 1* au N sarV 
littoral meditcrraneen, lc Maroc, 1 Algene. U T^ 
nUie. la Tripolitaine et I'Kg^pW : 2* !«,«?««*. 
Sahara (coup* de rares oasis), desert* de Labje. $e 
Nubie; 3« le Soudan, region de clairieres . ssjm* 
cultures, arrosee par le Senegal, le Niger, fe Nd_-a- 
perieur, ct ou Ton distingue de 1 a I fc : U >ca^ 
eambie. la Guinee, le bassin du lac Tchad, le* mac. 
cases du Bahr-el-Ghaxal, la montagneuse Aby*^ 
l^rAfrique equatoriale fforeU vierges, main 
oluics) comprenant les bassins du Congo et du Zxa 
here les soulevements montagncux du KAaia rt ii 
Kilima-Ndjaro, du Cameroun, etc., les lacs Nyassa. 
Bangou«olo. Tanganyika, Victoria, etc le pavs 4f 
Zanabar ; 5» VAfrique australe. descrUqu* k Tia^ 
rieur (Kalahari) mais montagneu*e et cultivee ^* 
les c6tes . le Cap, Orange, Transvaal Moaabiq^ 
Races : Arabcs. Berberes (Kabyles, Touarcc, Hf . 
E«vpUens, Nubiens et Peuls. Ethiopien* Dac^k^ 
Gallas, etc .) ; races n*gres. Bantous ou Cafres. 11^- 
tentots, Boschimans, Malgachc*. 

Faune, /lore et yroduetions. On rencontre rt 
Afrique l'elephant, le rhinoceros, lhlppopotame. J 
jrlrafe, le buffle, le lebu, le lion, le leopard, la j*s- 
thcre, lhyene, le r*brc. 1'anUlope, le gnou U ch* 
cal, le dromadaire, le gorille, le chimpani*. U cr» - 
cephale, rautruche. les nerroqueU le mud ^rp^« 
python, etc. On y trouve la poudre d or, le^ diamM" 
lc cuivre, lc plomb, la houille. on y volt des arfcf^ 
eigantesques tels que le baobab. aln»i qu'un row 
norabre de plantes utiles, rolivier, 1 oranger fr ct- 
feier, le poivrier, lc datUer, le palmier, le eoton***- 
le cocotier, la canne k sucre. etc. 

CcdoalMilM •»■*•••'»■»** La Franee sk«i« 
dans lAfrique septentrionale < Algjne et Tuni^if 
oecidentale (Afrique-OccidenUle Trancalse. C^r 
francai*), et elle possede Madagascar et •***>**• 
itc" L'Angleterre detient 1 Eeypte, et pos^e*- li 
Ouinee anelaise, Sierra-Leone, le basain inf^rwar^ 
SSJJrTfi Cap, Transvaal, Orange. Natal. IB* «frt- 
cain. L'Etat ind^pendant du Congo a pour sourer*-; 
le roi des Beiges. Le Portugal occupe AngoU a K 
etMowmbiqulal E. ; enlln TAHemagnee^tma»tre*« 
du Damaraiand ct de lAfrique^rientale aUemaa*- 
L'Afrique, longtemps peu connue^ a «* au co*^ 
rant du Jix« siecFe, traverse* d'un oc*ax» A Fanxre pw 
Livingstone, Cameron, Stanley. Serpa Pinu>, *» 
teuccf, Wissmann. Arnot, Bnto Caprllo « U^< 

Digitized by VjOOQiC 




lie Stirxra 



AFRIQUE 




U e \ ^v'" ; ORANGliS .. ft*. 



Digitized by VjOOQLC 



AFR _ , 

Autre* voyageurs celebres : Duveyrier, Soleillet 
Ji* 1 *?^ F l a } tM I 8 - , Mun »°- p ark, Clapperton, CaillJe,' 
Bnrih. Nachtigal, de Brazxa. Burton, Speke, Baker 
Fourcau, Toutce, Marchand. 

AFmQtK-OC < IDBXTALK PHAWtAIMK, gou- 
vernement general englobant la totalitd des colo- 
nies francaisci i de 1' Afrique du nord-ouest : Senegal, 
Haut-Sen6gal-Nigcr, Guinee francaise, CiHe-d'Ivoire 
Dahomey ; 13 millions d'hab. environ 

nllemande d Afnquc, entre locean Indien et les 
grands lacs, 930.000 kilom, carr. ; 6.800 000 hah 

AFRIQl K-OBIBXTALE A»C!i.All|R, onB cnible 
des territoires situes dans la partie orientale de f "vfn 
que equatorialc. et soumis a ladministratlon d'une 
conipagnie pnvijegiee; 3 millions d'hab. environ. 

AbAt. (ghagh), roi des Amalecites, vaincu par SaOI 
et coupe en morceaux par ordre de Samuel (Bible). 
. A * s 'V? B , Dlt » f r ^re de Trophonius, avec qui il con- 
struct le temple de Delphe*. H 

Xf * fc ^ K *-™T. (w, * m "" G/,) ' fiI " d'Atree. frerc de 
Menelas, roi de Mycencs, chef des hero* grccs qui 
assiegerent Troie. 11 n'hesita pas a sacriflo sa nffe 
Iph.g6me pour le 8ucce g de son entreprise huV les 
consuls du devin Calchas. A son retour de Troie il 

ihS. «£ .• type de ecus qui immolent leurs plus 
chores affections a leurs ambitions eta leurs inter As 
f^.X' T° M * ^ a ^ die o'Ewhyle. dune elevation 

J.-C.) — tragedie d'Alfleri; une- de sea princinales 
productions (xvm« siecle) ; - tragedie encinq a? es 
FrancInT^7 e 9:^ ealC^Cie^ • S ° D ^^uvwJtaitJS! 
A*» P e (gr. rt^rt^, affection). Norn du renaa du 
soir. que faisalent entre eux les premiers chrffien" 
en commemoration de la cene de J.-C, «t danl lequei 
2Vn e /,? nna V C b ^ ^e paix. Le« agapes, a?a n 
?c°ri^^arf4 e ii 8 e bU8 ' ^ * b --Keure pro-' 

m*?^ &'l /) 9r,6 PaPe dC M3 * **• *«*" 

Ag«P*<«*, nom donne, dans la primitive Eelise 
Mf'jlT* habitant de8 . c ««»»unaute s de fcinine*! 
iV. d r« femme8 Vlva "t dans la maison d'un pretre 
rfwJi"' I*" "™** biblique, csclave egvptienne 
a Abraham et mere d'Isnmel. qui fut renvoyee avec 
? on Ills par le patriarche apr*s la naissance dlsaac 
La mere et Tenfant errercnt lonstemp* dans \Tdt 
»cri do Bersabee. L'cau e tan t venue A £u?SInq«S 
I*raa«!l tomba sur le sable, ct Agar s'eloigna en p!eu- 
rant, pour ne pas voir mourir Jon flls. On ange lui 
apparut alors ct lui montra une source ou elfc put 
»e desalterer avec Ismael, qui etait destine a deventr 
la souchc du peuplc arabe (lsnuitlites) aevenl * 

nrfS^ffSSthSj^ tragedienne francaise, 
AttAfjfjix [„j (Louis], celebre geoloirue et naleon- 
S£! u '^ "J »>oUer (canton de FriEourgl 
Partisan des idees de Cuvier. il a 
Boutenu qu'il existait un paraile- 
lisme constant entre la succes- 
sion des types aux different* ages 
de la tcrre et celle des formes 
par lesauelles passe chaque indi- 
vidu dans le cours de son deve- 
lop p cm en t embryogeniquc. II 
n'admet ni l'unit6 de composition 
organique. ni la variabilite des es- 
p^ces(transformisme)[1807-1873J, 
AC.ATHR (winte), vicrgc et 
uiartyre, nee a Palermc, m. en 
2.»1. Fete le 5 fevrier. 

ac^athiam [ti-<m], poete et «»—..». 

!C^ n /u^ d ^ v,,9jeclc ' auu,ur d "" e *'•'-■« *• 

d-rri^deTu^u^ ITr d ' Ath ' ne8 ' * mU,C 

<». v >0 h. .Agathau ou AoaXaow); port sur lHerault 
pre« la mer ; ch. de f. jf. Commerce de vins 



AGO 



ACiKM 




Agaaail. 



w«!' B, ^ Ali, M ou A «»WOI» [nof], ancien pays de 
France, dans la Guyenne (Lot-eMSaronne) 

AC»K!VOn, guerrier troyen, ais d'AnWnor. 

ACKfAHBHe, sculpteur rhodien qui execute 
avec ses deux Ms, le groupe du Laocoon execut *« 

AttKMlLAM (/o.«), roi de Sparte (397-360 av J -C ) 
II vainquit les Verses, bat tit les ennemis erecs de 

lK r nl a C T n6e (39i) ' ct 8auva ** P*trie^en!cle pw 
Epaminondas vainqueur a Mantinie. Sous son rtfne 
fut signe le traite d'Antalcidas. * 

/«iSff" Ua "i tra *[* di 5 en cin 1 "^t** d c P- Corneille 
lr^u U e n v d Ari WblC8pr0d de m ** 

^^4^™™%."™* proph ^ 8 du ca - 

*S2?fS!^l Mj, J 0,ui8 , du s *hara; 8.000 h. 
AtiwiK^? •T""' i'S 8 "" 6 ^^e de 1'Afrique qui 
etablit sa residence a Kairouan et qui rcgna sur la 

P J?n £ a ? de f^" 6 d , U no , rd de "'AMque, sous la suw* 
rainete des Abbassidcs (800-909) 

AfilfSf v£S^M e A X dyjf 9 ^* royales de Sparte. 

AeiLOLriNCiBfl, dynastie lombarde. descendant 

du guerrier bavarois Agilolfe ' ac8cenaanl 

et fut condamne a mort par les ephores ' 

d^phais S toM^ U M.i CUne dC8 tr ° 18 GrAce8 ' ^ U8e 
r^??*' r . iV ^f du midi dc la France, nee dans Ins 

. ^Vif "Hr [ ^ r .3' Vl »age d'ltalie (Lombardic) 
Louis XII y battit les Veniticns en 1509 omoara,c /- 

A65TAX. V. AlONAN. 

AUXAXO (/ar d') ] ac occupant le bassin dun 
ancien craterc dans les champ* Phlegreens presde 
Naples; ses eaux sont constamment en TbuSution 

celebre tableau A plusicurs compartiments, peint D a^ 
!es freres Van Eyck; eglise de Saint-Bav"n P a Gan? 
h.. A ™ W ^° l9n¥-loUcol (f), col des Alpes. au s" 
du mont Vjso, reliant les vallces de la Durance (oar 

fcaSSVt^lSif 6 /?" la Varoch ^ Franco?ri.V P " 
franchit en 1515 et le marechal de Berwick en 1702. 

♦.. ? Kt * ^j»»"). vierge de Salerne. martyre a 
1 * f 'Si?!! Cn 3 °'i *°?* W°cl*tien. Koto le2J Janvier 
n^n[ l dC f lnte Agn ^ 8 a fourni a » Tintoret et au 
Dominiquin le sujet de deux tableaux celebre* 
.i ATil! P° r ? onn aere dc Y&ole des fannies, comedie 
dC S "%'* !*!' "Ai?!*- !• •»!?• d « I'ingenue. On 



_ r .^, v . MMt l0fc lc *u-, 1C iyp C ac i ingenue. On 

dit une Agnes, e'est une Agnks, quand on veut de- 
signer une jeune flllc nafve, simple, ignorantc, q£ 
du sans rougir les choses les plus risquecs 

,i A S? Kil , ■" "J? Hj * I,riE ['»']• "He de Berthold, due 
de Meranic, en Tyrol, seconde epouse de Philippe 
Auguste (1 I9G). qui avail repudie pour elle Ingeburge 
Cc manage fut declare nul !>ar fEglise; m. en itot' 

Acisrii d« M*r«ni«., tragedie de Ponsard, dans 1c 
genre classique (I8KJ). ' c 

A«NI [a?//,-ria dieu du feu. 1'un des trois termes 
de la trinite vediuue. ^rmes 

i'TJST^TS: n' dIla ! ic (prov - de ^ampo-Basso) • 
1.000 h. M6ta11urgie du cuivre. 

^O"^** f 6rt, J. savant areheveque de Lvon. II 
participa a la revile den ills de Louis le DeWnnaire 

i"2. n i![li. ua a la de P < > s,l »on de cet t-rnpereur (779-8*0i 

AftOMTAou AIUIUTA, port de Sicile fprov d»- 
Syracuse); 13.300 h. Victoire de Buquesne 6ur ram*: 
ral hollandaii; Ruyter cn 1676. 

AtOlLI [gou\ (Marie de Klaviony. cotntesse d'l 
ecnvain francais, ne a Francfort-sur-le-Mein. Elle 
a public, nous le nom de Daniel Stem, des ouvrages 
hiatoriqucs et philosophiques, au style male, aux 
idces t-ncrgiques et tieres. 

•; % !l" ?,.T ^" ul - rivk,,,t ' (,e France, qui nait .nu mas- 
sif de 1 Ksj.inou^ Tevennes . arrose (astr.<s I a 
vaur, et ^e jette dans Je Tarn iriv. g.> ; i/tj-kil ' 



,OOg 



le 



AGR 



— 1108 — 



AIG 



AttMA, v. de l'lnde anglaise, ch.-l. de la province 
du Bengale, sur la Djamna; 188.000 h. (^0™*/")- na 
Art-Ft*. (tow), lols presentees, a Rome A divcrscs 
eDoaucB. dans le but de donner aux piebeiens pau- 
Xcaune part plus considerable dam la repartition 
Ses *rres P du Lmaine public, c'est-a-dire conquiscs 
sur lcnnemi, et que les patrlciens accapara cnt pros- 
que en totalite. Leur application ^nna toujour heu 
Sde graves desordres. La premiere fut F*f« n >J« 
par Spurius Cassius. qui proposa de distriW aux 
pauvris une partie des tcrres pub .que* ; elle fut vo- 
ice, mais la coalition des patriciens ct des .riches 
piebeiens en empecha l'cxecution. Accuse daspirer 
a la royaute, Spurius Cassius fut condamne a mort 
(486) En 316, une nouvelle loi agraire, due au tribun 
Licinius, porta que chacun no devrait vm P "*** J 
plus dc 500 arpents du domaine public. Enfln, en 
133 Tiberius Gracchus, devant l'cxtension consume 
des grands domaines, ou latifundia, presents une lot 
destine a etendre lcs effe.U dc la loi Licinia : il f ut 
charce. avec son frere Cafus et son beau-pCre Appius 
Claudius, de la mettrc a execution ; mais il rut a*sa«- 
sine en plein Forum, dans un mouvement de reac- 
tion dirfire par Scipion Nasica. Son frere Calus, qui 
avTitTepris «cs projets, eut le meme sort douze »». 
plus tard. Cesar, pendant son consulat, fut plus . taeu- 
reux et rcussit a faire distribuer des icrres publiqucs 
en Campame aux piebeiens P»res de troii ■??[*"*• 
AURAM \ahram J v. dc Hongrie. ch.-l.de latroaiie, 
fi ur la Save, affl. du Danube; il7.70O h (Agramiens) 
Atr.m.Hh personnage du Boland funcux dc 
r Vriostc, chef des Sarrasins qui assiegent I ans. 
Son nom est pass6 en proverbe cominc synonymc 
de valour impetucuse ; il est surtout rcste dans cette 
locution : Ui dinorde est au rami* d'Ayramant, par 
allusion aux troubles ct a la division que la Di»- 
corde, obc-isaant aux ordres de saint Michel, jcttc 
parmi les chefs sarrasins. 

%4JBK»A (Marie d), rcligieuse cordeherc cspa- 
gnole, nee a Agreda (prov. de.Soria. Espagne), ce- 
lebre par ses extascs et ses visions (lfiOJ-166u). 

%URK'OI,t (Cneius-Julius). general romain. bcau- 
pi-re dc lhbtoricn Tacite. II acheva la conquetc de 
la Grande-Bretagne. II fut empoisonne. dit-on, par 
ordrc de Domitien. jaloux de sa gloire (3M«3). , 

Afcrirola ( Vi>- d"), rtloqucnte biograplne d Agricola 
par Tacite. sun g-ndre i97 ou 93 ap. J.-C). 

Asrlrulture ( De I'), par Columcllc; interessant 
tiaite d'eoonomie ruralc (i" «• dc notre ere). 

*nrleultMre f De /'), par Varron ; oeuvrc dun agro- 
n<»me et d'un ecrivain de merile (i" s. av. J. C). 

Agriculture (Thnltrc «f) et Men«|« de« ehaMSt, 

ci'l«*breouvragcderagronomeOlivicrdeSerres(1600). 

AURIUKXTR. v. ancienne de la Sicile. prise tour 

k tour par les Carthaginois et lcs Romains (hab. 

Aarwentins\. Patrie d'Kmpedocle. Auj. Girijenti. 

* AVRIPPA (Menenius). V. Menemus Aorippa. 

ACiKIPPA (Vipsanius), general romain. gondrc 

et ministre prefers d'Auguste. se distingua a Actium 

ct tltconstruirc le Pantheon de Rome (63-ltav. J.-C). 

AbRlPPA (Corneille;. savant, alchiniiste et phi- 

lotsnphe, n^ h Cologne, histoiiographe dc Charles- 

Ouint mort dans la misere a Grenoble (148fi-ir,;t3i. 

A6RIFPINB, petitc-fllle d'Auguste.nile d Agnppa 

ct de Julie ; epousa Germanicus, dont elle eut neuf 

enfants parmi lesquels Caligula et Agrippmc; et fut 

exilee dans l'ile dc Pandatarla, par Tib6re, auquel 

*e* vertus portaient ombrnge; in. en 33. 

AfjHiPPlHK* illle de la precedente et de Germa- 
nicus.nicrede Ni'-ron.nee * — ^ 

k Cologne. Habile, am- 
bitieuse, »ans scruj.ule*;, 
elle Cpousa en troiniemes 
noces l'empereur Claude, 
son oncle. lui iU adopter 
»ion Ills, puis ernpoi^onna 

Claude, aider par la fa- -^ , ^ -. 

n..-us.:I.ocuste,nour pla- ^ fv^r/& 
eer Neron sur le tr6ne ; jj • 'r^P^^/M 
mais celui-ci, trouvant f/^.K^^.^f-'h-ji i 
trup lourde l'itnpeneuse /( /, ( , r iM 
tutclle do «-a nine, apres V^ // t f yr-*i\ 



ventre - dit-eUe a celui-d , eomme « *^«^*f 
punir set cntraille« d'avoir porte un pareU n»o«rtre 

AttlABO [ghoua] (Alexandre), rfche b*nq«<T 
espagnol et collectionneur — — - 

d'art. ne a Seville, naturalise 
francais (1784-18*2). 

AUtAMC'AE.lBin'BM \f- 
ghouass-ka-li-in-tl*»\ . v. du 
Mexique, ch.-l. dc lEtat de 
meme nom ; 35.000 h. — L'E 
tat a 102-000 h. 

AOlB8iBAV [yar-jd] 
(Henri-Francois d'), magis- 
tral francais, ne a Limoges. 
Orateur eloquent ct profond 
erudit. il sc distingua au mi- 



lieu de la cour corrompue de 
Louis XV par l'eievation de 





ir uiuiiiement tentc 

la nover au moyen ^jfTippi . 

n bntenu prepare qui devait s'"U\rir en pleinc 

r, la lit assasssiner par un centurion. • Irappe au 



LOUIS A.V par leicvaiiuu uo % 

son caractfre, une admirable integrity et le dero-J*- 
ment le plus absolu aux int«reu publics. 11 *i^ 
touiours I>ague$»eau, son veritable nom (tfi»-l.-l!. 
AllAttttAH ou noe«Am, pays mont*gpeux d« 
Sahara, habite par les Touareg. \ille pr. Idei^s. 

Ahtttenni pcrsonnagc legendaire ptu> conaa 
sous lc nom de Juif errant. 

AhMvrru*, ouvrage de Quinct; hrre etrana? 
qui est. suivant l'auteur, « l"histoire du monde. it 
I)icu dans le monde, et enfln du doute daa* k 
mondc " (1833). 

AHHEt \mrd] ou ACBMBT l#r [ak-m^C. whu 
de Constantinople, ne en 1589, r^gn* de ltoJ a t»t* 
— Ahmed h, sulUn des Turcs, de 1691 k 1€95, atea- 
donna lc pouvoir au grand vixir Kupruli. — An Mir* bl 
sulUn des Turca, de 1703 4 1730, donna a*ik a 
Charles XII apres la bataille dc PulUva. 

AHRKDABAl, v. de l'lnde angUise (presisWee? 
de Bombay); 186.000 h. 

AHmiMAIV [man'], le pnncipe du oaaL opf"-^ * 
Ormavl, dans la religion de Zoroastre. 

Ahrlataaa ou HenuuM (Homme* fifirr*:. cflffi 
donne, chcx les Gennaina et lcs Francs, aiix ^*-r- 
riers libres. x . ~ , 

AHVN, ch.-l. de c (Creusc), arr. de Gueret. prr> 
la Creuse ; 2.300 h. ; ch. de f. Orl. HouiUe. 

AHAR0 [kar] (Jean), poete et autcur dramatic 
francais, n* a Toulon en 1848. 

AlCHA, fllle d'Abou-Bekr, et scconde fenua* i* 
Mahomet; m. en 678. 

ami, opera en quatre actes, paroles de GbuL*^ 
zoni, d'apres un scenario de Mariette-bey. iubm^ 
dc Verdi, represent* au Caire en 1871. a Paris en l"> 
La scene sc passe a Memphis et a Thebes, au Un»^ 
des Pharaons ; l'oeuvre est emouvante et colore* 

AiDlIV [din\ v. de la Turquie d'Asie, au S.-& 4' 
Smyrne. sur le Tabak-Tcha! : 37.000 h. 

Algle, nom de deux ordres hononfique* en Pra>-' 
L'un, celui de VAvjit-iVoir, fut fonde par Frfd=- 
ric I« r en 1701; lautre.de VAigU Rouge, >nfvrv:f 
au pr^c^dent, cree par Georges - G uilLaume, e^-' 
crave dc Bayreuth, en 1790. 

Aisl« Mswc, ordrc de chcvalerie cree en !»'. p«r 
Vladislas rv, roi de Pologne. et quun uka-<e Ju i-* 
Alexandre I" reunit aux ordres rus*es en tsi*. 

AislM (distribution •/«•«) * l« «•«•*« Ar«rr. 
vaste Ubleau de David (Versailles) [Mioj. 

Akmlom(L'), dramc en six actes, en \^rs. dF 
mond Rostand (1900), remarquable par Vamtf*- 
lvrique et par la virtuosity de la rorme. II a j- 
hcros lc due de Reichstadt, tourment* par de- re r* 
de cloire et impuissant a les rialifer. 

AIQ!«A1« (saint) ou A«iWAW,eveque d'Orlean^. a- •» 
Vienne (Isere); il defendit Orleans contre A tula i-! 
Al«iNA!V, ch-1 de c (Oers), arr. de Mira^- 

Al«WA¥-Ut-»l3C, ch.-l. de c. (Cote-dOr, *rr 

de Chatillon;770h. 

AIUOIAL (mont), massif des Cevennes, eu*r 
Gard ct la Loxere (1.567 m. d'alt.). Important olfc r 
vatoire raeteorologique. 

tltRK, ch.-l. de c. (Charente). arr. de Roff- 
sur l'Houme; 1.380 h. Eaux-de-vic. vlns. 

AIURKFKHLLE, ch.-l. dec. ( Loire- Inf 1 arr * 
Nantes, sur la Maine, petit affl. de la S^vr*->*s 
taise; 1.310 h. (AigrtfeuUlait). 

AiORKFRrilAK, ch.-l. de c. {Charenie-Itr 



Digitized by \J 



oogle 



AIG — 1 

arr. de Rochcfort; 1.6*0 h. (Aigrefeuitlais) ; ch. de f. 
Etat. Eaux-de-vie. 

AMJUBBBI.I.E, ch.-l. dc c. (Savoic). arr. de Saint- 
Jean-de-Mauriennc, aur l'Arc. affl. dc l'lsere: 900 h. 
(Aiyuebellains); ch. de f. P.-L.-M. 

tliilEPKHMK, ch-1. de c. (Puy-de-Dome), arr. 
de Riom; 2.250 h. Ch. dc f. P.-L.-M 

AlCil KAMOnTKM [ t-ghe-mor-te ] . ch.-l. dc c 
(Gard). arr. dc Nimes ; 4.510 h. (Aignemortaim) : ch. 
de f- P.-L.-M. Jadig port de mer. ou saint Louis s em- 
barqua pour 1'Egyptc (12*8) ct Tunis (1270). 

AlQllLLK (/*), montagne de l'lsere; 2.097 m. 

AlttllLJJRM, ch -1. dc c. (Hautes-Alpes), arr. de 
Rriancon. sur le Guil, afll. do la Durance; 520 h. 
Bona rromages. 

AiAillLLBM (cap (Us), au S. dc l'Afrique, a YE. 
du cap de Bonnc-Esperanco. 

AlUUllXOX, comm. du Lot-et-Garonne (arr. 
d'Agen), pres lc confl. du Lot et de la Garonne : 
2.990 h. (Aiguillonnais). Ch. dc f. M. 

AlCiUUa.OM {duckets* (V), niece de Richelieu. Elle 
fut lauxiliaire de saint Vincent de Paul (160M675). 

AlQUlL.L.f>!¥ ( Emmanuel- Armand, due tT), mi- 
nistre de Louis XV. II lutta en Bretagne contre La 
Chalotais, ct fit partie, avec Maupcou et Terray, du 
scandaleux Triumvirat (1720-1782). 

AlfeURANftB, ch.-l. de c, (Indre), arr. de La 
Chatre ; 2.*60 h. (Aigurandais). 

AIK1X (John), ecrivain anglais, auteur d'une 
Biographic ginirale et de PUces en prose conjointc- 
ment avec sa sceur M«« Barbauld (17*7-1822). 

AIE.LAMT [a-ian], ch.-l. dc c. (Yonnc), arr. dc 
Joigny ; 1.250 h. 

A ILLY (Pierre <f), theologienet cardinal francais, 
ne a Compiegnc, legat d' Avignon, et Tun des chefs 
den concilcs de Pise et de Constance (1850-1*20) 

AILLY-LB-HAUT-CLOCHBR. ch -1. de c. (Som- 
me), arr. d'Abbeville ; 960 h. Papeteries. 

AILLY-ftCR-lWOYB, ch.-l. dc c. (Soinme). arr. de 
de Montdidicr; 1.190 h. Ch. de f. N. 

A IMA MB (Olivier Gloux, dit timiavt), roman- 
rier francais, auteur de romans da ventures qui ne 
manqucnt ni d* imagination, ni dc vie (1818-1888). 

AlHB {taint), arehevoque de Sens, m. en G90. 
Pete le 13 scptcmbrc. 

AIMB, ch.-l. de c. (Savoie), arr. de Moutiers, sur 
l'Is*re 1.050 h. (Aimen*). 

AIM, riv. dc France, qui sort des monts du Jura 
et se jette dans lc Rhone (riv. d.) ; 
190 kil. 

AIM (depart, de T), depart, form* de 
la Bresse, du Bugey, du pavs de Gex 
ft de la principaute de Doinbes ; pref. 
floury; s.-pref. Bet ley, Gex. Santua, 
Trtvoux. 5 arr., 36 cant.. *55 com.; 
350.V20h. ; 7« region mililaire; cour d'ap 
pelde Lyon ; evechc ABcllcy. Cc depart, 
tire son noni de l'Ain qui 1'arrose. 

ViXOft \no], race asiatiquc. qui se 
rencontre dans File Yeso, file Sakha- 
line et dans les Kourilcs. 

AIXPJWOKTH (William-Harrison), 
un des plus feconds romanciers de 
l'A nglet errene a Manchester( 1805-1882). 

A'ikTAB, v. de la Turquie d'Asie, 
district d'Alep ; *3.200 h. Etaitau moyen 
Age un grand flef de la principaute 
dTidcsse. 

AlHB. ch.-l. dcc.fPns-de- Calais), arr. 
de Saint-Omcr, sur la Lys ; 8.*60 h. (Ai- 
ricn$). Biere, huile, grains. Ch. de f. N. 

AlHB, ch-1. de c. (Landcs), arr. de 
Saint -Sever, sur l'Adour ; *.270 h. 
(Aturins). Ch. dc f. M. Eveche. An- 
cienne residence d'Alaric II. 

AIHOLO [a-i] . bourg d'ltalie (Val 
Levantino), a rentree italicnne du 
tunnel du Saint-Gothard ; l.*00 h. 

A lit VAULT, ch.-l. dc c. (Deux-Sevres). arr. de 
Parthenay sur le Thouet; 1.780 h.; ch. de f. Etat. 

AIRY (George-Biddcll), cel£brc astronome et ma- 
thematicien anglais, n6 a Alnwick. II a donne le 
premier latheorle completede l'arc-cn-ciel(1801-1892). 

AIMJVB [*-ne], riv. de Prance, qui prend sa source 
dans l'Argonne occidentals , arrose Sainte-Mene- 



9 ~ AIS 

hould, Vouzicrs, Rethcl, Soissons, ct se jette dans 
l'Oise (r. g.) pres de Compiegnc ; 280 kil. 

AIMMB (depart, de /'), depart, forme en partie 
par rile-de-Prance, en partie par la Picardie ; pref. 




Laon: s.-pref. ChAteau-Thierry, Saint-Qwntin, Sois- 
mtu. Vervint; 5 arr., 37 cant., 8*1 com., 535.590 h. ; 
2* region militaire ; cour d'appel d'Amiens ; dvechc a 
Soissons. Ce depart. tire son nom de l'Aisne (riv.). 
AifMAOVAPj [ta-ou-a], con fre rie musulmanc de 
l'Afrique du Nora, ainsi nominee du fondatcur de la 




sccte, le marabout A rasa, lis se croient invulnerable* 
et se moquent des morsures, des piqures et blessures 
do toutes sortcs. 

AVsiliB (MH«), Circassienne achetce commc csclave 
par l'ambassadeur francais de Pcrriol. amonee k 
Paris vers 1700. Elle a laisse des lettres plcines d'es- 
prit ct d'interet sur la societe de son temps (1698-1733) 



Digitized by VjOOQIC 



A IV — l 

. aYvaLI ou AIVALIBA v. de la Turquie d'Asie, 
en face de Mytilene ; 40.000 h. C'est l'antique Cydonia. 
Al* feto], ancienne cap. de la Provence, ch.-l. 
d'arr. (Bouches-du-Rhone) ; 29.(20 h. (Aixoii ouAoui- 
sextains) ; ch. de f. P.-L.-M • : 28 kil. N. de Marseille. 
Archeveche- universite; ecole den Arts et Metiers. 
Savons, huiles, amandes. Patrie de Vauvenargucs, 
du poete Brueys, de Vanloo, de Tournefort, d'Adan- 
son, d'Entrecasteaux. Aix (Aqux sextise) fut fondc 

f»ar les Romains en 123 av. J.-C. Marius vainquit 
es Teutons en 102 av. J.-C, non loin de la. L'arr. 
a 10 cant., 59 com. ; 111.310 h. 

All ({le tC), dans l'Ocean, non loin de l'cmbou- 
chure de la Charente: 520 h. Belle et vaste rade, 
qui est Pavant-port de Rocheforl. 

AIX-l»*A!fUILJ,OX (Let), ch.-l. de c. (Cher), arr. de 
Bourgea; 1.430 h. 

AIX-B1V-OTHE, ch.-l. de c. (Aube) , arr. de 
Troycs ; 2.650 h. Ch. de f. E. 

AIXB-MVSft-VlBMNE, ch.-l. de c. (Haute-Vienne), 
arr. de Limoges, sur laVienne; 3-610 h. (Aixois). 
Ch. de f. Orl. Papeteries. 

Aix-L A-< H APKL.LK, v. de la Prussc-Rhenane ; 
135.240 h. Eaux minerales; ce fut la capitale de 
lemplre de Charlemagne, qui v resida longtemps. 
On y tint deux conciles (816, 817). Un traite y fut 
signe en 1668, qui mil fln a la guerre de Devolution 
et donna la Flandrc a la France; un autre, en 1748, 
qui termina la guerre de la Succession d'Autriche. 
Louis XV, qui n'y obtenait, malgre ses victoires, 

Sue des a vantages insigniflants. voila cot insucccs 
iplomatiquc en declarant qu'il avait fait la paix 
<• non pas en marchand, mais en roi ». En 1818 y 
eurent lieu des conferences a la suite desquelles les 
Allies evftcuerent la France. 

AlK-LBft-BAiXM, ch.-l. de c. (Savoie), arr. de 
Chambery; 8.120 h. (Aixois). Ch. de f. P-L.-M. Sta- 
tion thermale frCqucntee. 

AJACCIO \Jak-siol ch.-l. du dep. de la Corse, a 
1.089 kil. S.-K. de Paris; 21.780 b. (Ajacciens ou 
Ajacciens). Belle rade; eveche, vice-recto rat. L'arr. 
a 12 cant., 80 coram., 79,750 h. Patrie de Charles et 
Laatitia Bonaparte et de Ieurs huit enfant* (v. Bona- 
parte), du cardinal Fesch et de Bacciochi. 

AJAX., deux heros grccs de la guerre de Troie, 
dont le nom est reste synonymc de guerrier bouil- 
lon t, impctueux : 1° Ajas, Ills 
de Telamon, fut vaincu par 
Ulysse dans la dispute relative 
aux armes d'Achillc, et, devenu 
fou de douleur, egorgea les 
troupeaux des Grecs croyant 
tuer ses adversaires ; recon- 
naissant bientot son crreur. il 
se donna la mort. Un jour 
qu'une divinite tutelaire de 
Troie avait enveloppe d'un 
nuage les deux armees pour 
favoriser la fuitc des Troyens, 
ils'ecria : Grand Dieu, rends- nous le jour et combats 
contre nous. On fait souvent allusion h cette cir- 
constance de sa vie. — 2« AJax, (Us d'Ollec. At nau- 
frage au retour du siege de Troie, se rcfugia sur un 
rocher d'ou il menaca le ciel et fut englouti dans les 
flots. On fait allusion a A tax menaeant les dieux. 

Ajas fvrle«x, tragedie de Sophoclc, ou est mise 
en scene la folic de rorgueil (415 av. J.-C). 

AHAisMA (Martin), lecteur au college de France, 
medecin de Francois I", dont le vrai nom. qu'il 
traduisit en grec, etait Baaa-Mallee, ne a Chalons- 
sur-Marne, m. en 1551. 

Akakla (e'est-a-dire sans malice), nom sous lcquel 
Voltaire a couvert de ridicule Maupertuis dans sa 
Diatribe du docteur Akukia, mederin du pape. On 
appliqua souvent ce nom a un pedant pretentieux. 

AkBAR, empereur mogol de l'lnde. dc la race de 
Tamerlan, ne a Amarkot. II agrandit et organisa 
son empire, avec laidede son mini -are Aboul-FazI; 
de l'annee de son avenement t' 15T.61 date la grandc 
ere orientate ou ere d*Akbar (I542-Ifi05). 

AMBOU, ch.-l. de c. (Algerie), dep. de Constan- 
tine, arr. de Bougie ; 2.300 h. 

A B&EMP1S [kin-piss]. V. Kempis. 

AKKMM1BB (Marc), medecin et poete anglais, 
n6 A Newcastle-upon-Tyne (1721-1770). 

AMBiAsj, peuple nain, negre, de l'Afrique ccntrale, 




AJ4X. 



10 — ALB 

habitant la /.one torride, sur les borda du Nil Blaavt 

AMkBBHAX [ker-man'l v. de Ruasie ^B?**axa 
bie), port sur l'estuaire du Dniester: 45.000 b. 

AB4HA ou ACCBA,v. de la Guinee septentrional* 
sur la Cote dc lOr; 10 000 b. Aux Anglaia. 

ALABAMA, A. des EtaU-Unis. qui pa»ae 4 Mont- 
gomery et se jette dans le golfe du Mexique ; f .400 kil 

ALABAMA, un des Etats de l'L'nion americaia« 
1.828.700 h.; cap. Montgomery. 

ALACOQIK (Marie), religieuse visitandise eoa- 
nuc pour son mysticisme (1647-1690). 

ALAPIlf ou Al-A BB> SUV, un des princes am 
commanderent aux Hascbichins (par corrupiios 
Assassins), et plus connu sous le nom de Vievx & 
la Montagne (xiii* s.). 

Aladta ou la Lamp* merveUleuse, titre d'un eoate 
charmant des Mille et une Nuits. Le jeune Aladis 
devenu poasesseur de cette lampe magique. realise la 
plus brillante fortune. Les ecrivains font souveat 
allusion a la lampe cTAladin pour designer le poo- 
voir secret que poasede un homme de saliaraire 
promptement tous ses desirs et ses caprice* . 

ALAeiVOIV, riv. de France, nee au massif da Can- 
tal, afn. de l'Allier (r. g.), 80 kil. 

AlA«OAft [gho-ass], un dea Etats du Brc-U 
511.500 h. Ch.-ir Maceio. ' 

A1«A1«1«B, ch.-l. de c. (Aude). arr. de Limoox; S49 k 

ALAIN SB lillb, profeaseur de theologie a 
rUnivcrsite de Paris, poete latin, surnomme U boc~ 
leur universel (1114-1202). 

AL.AHVA [Un], barbares qui envahirent la Gaal^ 
en 406. lis furent aneantis en Espagne par les WV 
sigoths. 

ALAI* f/el, ch.-l. darr. (Gard); sur le G*r*m 
dAlaxs. Ch. de f. P.-L.-M., k 42 kil. N.-O. de Xtmes 
25.000 h. (Alaisiens). Verreries ; forges. Aux eariroaa 
mines de fer et de houille, parmi lesquclles on rrmar- 
que cclles de la Grand'Combe. Ecole de minetirs Pa- 
trie duchimiateJ.-B. Dumas. En 1629, Richelieu ycoa- 
clut avec les protestants un traite, ou Edit dc »rAr 
qui leur laissaitlalibertede conscience, mala sapn-v^ 
maitlcurs privileges politiques, notamment leaclac^a 
de surete. L'arr. a 11 cant., 100 coram.. 12*. 200 h 

ALAMAXM. V. ALEMANS. 

ALAMAMIVI (Louis), potte italien, ne a Florence 
protegi de Francois W, auteur d'un Art de cu&iver 

Al^AIVD (ties d'), archipel de la mer Baltiqef 
forme d'environ 300 iles; 25.000 h. ; k la Rusaie 
ALARCON Y MBlV»OXA (Jean-Ruixi, ocl^nr 

Soete dramatique espagnol, ne au Mexique vers la 
n du xvi« siecle. Son drame le plus connu, le T>>-*- 
rand de Segovie, est un des chefs-d'oeuvre de la Ktle- 
rature espagnole; m. en 1639. 

Al,ABlt!OIf (Pedro Antonio de). poete et ro&an- 
cicr espagnol, ne a Guadix (1833-1891). 

ALARIC ■•% roi des Wisigoths. II ravagea TOrieat, 
pilla Rome et mourut a Cosenza en 410. — Auuuc II 
roi des Wisigoths, battu par Clovis el tue de sa vnh 
pre main a VouilW en 507. 

AI.AMMA ou AL.IA0MA, territoire formaat m*. 
qu'ile au N.-O. de l'Amerique: aux EtaU-Otu* 
64.000 h. Cap. Sitka. 

ALAVA, prov. d'Espagne; 96.500 h. Ch.-l. Fi/orra. 

AE.BACBTB, prov. d'Espagne; 23^1.000 h. CK-L 
Albarttc, »ur le rio de Bazalote; 21.000 h. 

A1.BAIM [bin] (mont). petite montagne du Lativm. 
au pied dc laquelle s'eievait Albe. la nvale de Han* 

ALBA*, ch.-l. de c. (Tarn), 
arr. d'Albi ; 930 h. Per, .man- 
ganese. 

ALIAil ou AI.BAlfM 
(saint), le premier martyr de 
rAngleterrc ; p*rit vers 303. 
Fete le 22 juin. 

AL.BA21B (Francois Alba- 
m. dit), peinire italien. dis- 
ciple du Carrache, ne k Bolo- 
gne. Ses compositions, gra- 
cieuses mais sans vigueur, lui 
ont valu les surnoms de Petn- 
tre des Grdces et A'Anacrion 
de la peinturt (1678-1660). *"•"*• 

A1.BA51I, nom d'une famille italienne, qui a dona* 
a l'Eglisc plusieurs cardlnaux et le papc Clement XI. 




Digitized by VjOOQlC 



ALB 



— nil — 



ALC 





ALBA1VIE [nf\, region montagneuse de la Turquic 
d'Europc. sur la cote occidcntalc de la pdninsule des 
Balkans; 1.750.000 h. (Albanais). 
Villes princ. : Scutari, Janina. 

ALBAXB, v. d'ltalie, prov. de 
Rome ; sur le lac de ce nom ; 6.600 h. 

ALBAlfO (lac d), a 20 kil. de 
Rome. C'est un ancien cratere ; sur 
ses bords sVlevc Castel-Gandolfo, 
ou est une maison de plaisancc du 
pape. 

ALBA1VV, v. des Etats-Unis. 
cap. de l'Etat de New- York, sur 
IHudson ; 95.000 h. 

ALBAWV, v. de la prov. d'Aus- 
tralie occidcntalc ; 3.000 hab. Port 
actif sur l'ocean Indicn. 

ALBAHV, nom ecltique dc 
l'Beosse. *,„.„«.. 

ALBANY {dues d), titre que por- 
talent a la fin du xv« siecle leg princes pulnes de la 
maison d'Ecosse. 

ALBANY (comte»se <f), n6e a Mons, femme du pre- 
tendant anglais Charles-Edouard Stuart, puis du 
poetc Alflerl (1753-1824). 

ALBABACM (sierra <f), chaine de montagnes 
d'Espagne ; — v. forte d'Espa- 
gne (Aragon) ; 1.500 h. 

ALBR (Ferdinand -Alva- 
rez, due d), general des ar- 
lnees de Charles-Quint et dc 
Philippe II, c*lebre par ses 
cruautes dans les Pays-Bas 
revoltes.ou il institualc san- 

? riant Tribunal des troubles 
1608-1582). 

ALBB-LA-LOlVttUB , la 
plus ancienne ville du Ia- 
tium, fondee par Enee. rivale 
de Rome, detruite par les uucd'Aib* 

cites voisines. au cours du 

regne du roi romain Tullus Hostilius. La plus grandc 
partie de ses habitants (Albaim) dmigra a Rome. 

ALBBMB) [bins*], ch.-l. de c. (Savoic), arr. dc 
Chambery, sur l'Albenche; 1.700 h. (Albanaia). 

ALBBBKM (monts), nom donn^ a la partie des 
Pyr6n£es entrc la Catalogne ct le dep. des Pyrences- 
Orientalcs. 1.600 m. d'alt. environ. 

ALBERCSATI C'APACBLLl (Francois, drama- 
turge italicn. ne a Bolognc (1728-1804). 

AI.BBROMI (Jules), abb* iialien et ministre d'Es- 
pagne, ne a Fiorenzuola, non loin de Parmc. Fils 
d'un jardinier, il s'eleva 
aux plus hautcs situa- 
tions par sa souplcsse 
adulatrice et sa verve 
spirituellc. Devenu car- 
dinal et ministre dc Phi- 
lippe V. il chercha. au 
lendemain du trait* d'U- 
treeht, k relever l'Espa- 
gne dc sa decadence , 
noua des intelligences 
dans loute l'Europe et 
chercha notamment par 
l'intermediaire dc son 
ambassadeur en France, 
Cellamarc, a fairc donner a son Houverain la regenec 
de Louis XV ; mais il echoua et fut exile (1664-1752). 

ALBERT [bh], ch.-l. dc c. (Sommc), arr. de Pc- 
ronne. sur l'Ancre, affl. dc la Somme; 7.400 h. (Al- 
bertin*). Ch. de f. N. 

ALBfSBT (saint), eveque dc Liege, assassine en 
1195 par des cmissaires de l'cmpereur Henri VI. File 
le 21 novembrc. 

ALBERT l«r, due d'Autriche ct empereur d'Al- 
lemagne de 1298 a 1308; — Albert V, due d'Autri- 
che, empereur d'Allemagne sous 1c nom d' Albert II, 
de 1438 a 1439. 

ALBERT MB C1RAJTB, moine dominicain, theo- 
logien, philosophe ct alchimiste ; ne a Lauingcn, en 
Souabe, en 1193, m. k Cologne en 1280. 

ALBERT (prince), due dc Saxe, prince dc Saxe- 
Cobourg-et-Gotha. II epousa en 1840 la rcinc d'An- 
gleterre Victoria (1819-1861). 




ALBERT (archiduc) general autrichien, ne a 
Vicnne. II remporta en 1866 sur les Italiens la vic- 
toirc de Custozza (1817-1895). 

ALBERT-BBOfJARB OU Lonta-X'itffh* , lac 
de l'Afrique equatoriale tributaire, par le Semliki, 
du lac Alhert-Nyanza. 

ALBERTl, famille dc Florence, rivale des Mc- 
dicis et des Albizzi (xiv«, xv« s.). 

ALBERTl (Leo Battista), architecte florentin, au 
talent erudit et classique, autcur de {"Architecture 
ou Art de bdtir (1404-1472). 

ALBBRT-MYAWBA ou M'voutmrTCrit**, grand 
lac de l'Afrique equatoriale d'ou sort une des branches 
du Nil. 

ALBBRTVILLE (brr-vi-ie), ch.-l. d'arr. (Savoie); 
sur l'Arly. affl. de I'lscre ; ch. de f. P.-L.-M., k 60 kil. 
N.-E, de Chambery ; 6.200 h. (Albertvillains). Scierics. 
L'arr. a 4 cant.. 42 coram. ; 35.000 h. 

ALBEBTROPF, ancien ch.-l. de c. (MeurtheJ, 
auj. a l'Allemagne; 705 h. 

ALB1, ch.-l. du d£p. du Tarn, sur le Tarn : ch. 
de f. Orl. et M., k 709 kil. S. de Paris. 22.600 h. (Al- 
biaeoia). Archeveche. Patrie de l'abbe Boyer. de La 
Perouse. L'arr. a 8 cant., 94 coram. ; 101.300 h. 

ALBIGEOIM [joi], payt de France (dep. du Tarn), 
rcuni a la couronne sous Louis IX en 1247. 

AlblgvoU ou Cath**««, secte religieuse qui se 
propagea, d6sle xi« siecle, dans le midi de la France, 
aux environs d'Albi, et contrc laquellc le pape Inno- 
cent III ordonna une croisade (1209). Lea croises. 
command 6» par Simon dc Montfort, snecagerent 
Beziers, Carcassonne, et, malgrc la protection du 
comte dc Toulouse, Raymond \ I, les AUtigeois furcnt 
vaincus a Muret et a Toulouse (1213). Cette guerre 
desastrcuse a laquellc Louis VIII de France prit 
part, ne se termina que sous la regence de Blanche 
dc Castille, par le traite de Paris (1229). 

ALBION, nom donne par les anciens Grecs a la 
Orande-Bretagne. 

ALBISSI, puissante famille de Florence, rivale 
des MMicis et des Alberti (xiv« ct xv« sieclcs). 

ALBO'lM, roi des Lombards (561 a 573). 

ALBOXI (M"»), celebre cantatrice italienne, nee 
a Cesena, en Romagne (1813-1894). 

ALBOR1VOX (Alvarez. Carillo). homme d'Etat cs- 
pagnol. archeveque de Tolede et cardinal, n*"- a 
Cuenca. II rcussit a ramener Rome sous l'obeissance 
des papes (13I0-I3U7). 

ALBRET [bre] ou LABRIT, anc. pays dc Gas- 
cogne (Iandes), r^uni h la couronne par Henri IV. 

ALBRET (mauon d '), illustrc famille a laquellc 
appartenait Jeanne d'Albrct, 
mere dc Henri IV. 

ALBUBRA (La), v. d'Es- 
pagne (Estremadure) ; 630 h. 
Soult y fut vaincu par les 
Anglo-Espagnols en 1811. . 

ALBVFBRA, lac et mare- 
cage d'Espagne, pres de Va- 
lence ; victoire remportee en 
1812, sur les Anglais, par le 
marechal Suchct, qui fut 
cree due d'Albufera. 

ALBVOVBROfJE [lier-kc) 
(Alphonse d"), dft le Grand, 
celebre navigateur portugais, Ai»»uqn»rque. 

n^ a Alhandra, II bombarda Calicut, prit Goa et Ma- 
lacca, et fonda la puissance portugaise aux Indcs 
(1453-1315). 

ALBY, ch.-l. de e. (Haiite-Savoie), arr. d'Annecy, 
sur le Cheran, affl. du Fier; 1.010 h. 

ALC'ALA BE HEXAHKN, v. d'Espagne (Noii- 
vclle-Castille) ; 13.500 h. Jadis universite c»-1obre. 
Patrie de Cervantes. 

AM ALA LA REAL, v. d'Espagne (Andalousie), 

(>rov. de Jaen ; 16.000 h. Victoire dc St^bastiani sur 
es Espagnols (1810). 

AL1ABO, v. de Sicile ; 37.500 h. C'est l'antique 
Sigeste. 

ALCANTARA, v. forte d'Espagne (E«tr£madure), 
sur le Tage; 3.800 h. Ordr* d'AleantarsL, ordre re- 
ligieux ct militaire d'Espagne. fonde en 1156, h limi- 
tation des Templicrs, reconstituc sous la tu telle de« 
rois d'Espagne, supprime par la Republique en 1872, 
retabli en 1874 par Alphonse XII. 




Digitized by VjOOQlC 



ALC — 1 

Alemnmr, nom des palais des rois maurcs * To- 
l*de. Cordoue. Begone et Seville, od se trouve le 
plus remarquable. 

AUAIAH »B SJA*-JCA*, t. d'Espagnc, prov. 
de Ciudad-Real : 9.700 h. 

AJX'ASAK^riVim,v.dulfaroc.&000h.Sebastien 
de Portugal y fut battu et tue par les Maurcs fl578;. 

ALCU, Als de Per***, aleul d'Hercule. qui pritde 
lui le doid d'Alcide (Myth.). 

AIX*BB, poete lyrique grec (vn* s. av. J.-C.,. ne a 
Mytilene. invenleur du vera etde la strophe alcaiquc*. 

ALCMTB, nUe de PelUu et femme d'Admete ; elle 
•e devoua a la mort pour sauver son mari. Hercule 
panetra aux En fen pour la ramener (Myth.). 

Alrmt*. tragedie d'Euripide (438 av. J.-C.; ; drame 
extremement touchant, fort admire de Racine. 

Ale w tt, tragedife lyrique en 5 actes, parole* de 
Quinault. mu«iquc de Lulli (1674;. 

Ale««f«, opera en 3 actes. paroles du bailli du 
Rollet, muaiquc de Gluck ; un des ouvrages le plus 
juitement admires du musicien (1716). 

Ale****, principal person nage du Misanthrope, de 
Moliere. Ce nom a scnri depuis a designer un hommc 
bourru. dune impitoyable franchise, ennemi des 
managements qu'impose la vie de societe. 

AtvfriAT [*i-a] (Andre), Jurlsconsulte italien, ne a 
Alzate. II enscigna le premier le droit romain d'apres 
la methode historique (1492-1550). 

AM'IBIADB, general athenien, plein de qualites 
brillanles. mais ambitieux et sans morality. II fut 
Tele»c favori de Socratc. Derenu, pluldt par interet 

a ue par conviction, le chef du parti democratique, 
cntralna «a patrie dans l'aventureuse expedition 
contre la Sicilc. II en fut nomine le chef, mais bien- 
tot rappclc commc coupable de li 
mutilation sacrilege des statues 
d'Hermes. II a'enfuit alora aupr^s 
du sat rape Ti*sapherne, servi 
un moment Lacedcmone contra 
sa propre patrie, puis ae reconci 
lia avec Athene*, et, finalement 
mourut en exil, asaassine par 
ordre dc Pharnabaze, satrape de 
liithynic (450-40t av. J.-C). Ca 
nom. passe dans la langue, scrt i 
designer un hommc plein de qua- 
lites naturcllea et d esprit, mais 
3 uc gatcnt d'irremediables vicei 
c caracUrc. On le represent*. 
auHsi co in mi* deaireux de la rcnommec plutdt que dc 
la vraie gloirc ct chcrchant a occuper 1'attention pu- 
hliquc par touH lea moyens pomubles. Cest ainsi qu'il 
tit coupcr la queue d'unchien magniflquequi luiavait 
route 7.000 drachmes , et qui faisait l'admiration 
d'Athcncs. Dc la eelte expression proverbiale : Coupcr 
Ui qwue de son chien ou Couper la queue du chicn 
d'Aicibiade, qu'on applique acelui qui commet qucl- 
<jue extravagance pour attirer sur lui 1'attention. 

AM'IBIAItB (mint}, un des premiers martyrs des 
(iaulcH, mort a Lyon en 177. Fete lc 2Juin. 

AMIDE, petit-flla d'Alcee, surnom d'Hercule ct 
de aea descendants {Myth.). 

AM'INOf ft [ no-usn), d'apres YOdyttir., roi dea Phea- 
eicns. perc do Nausicaa; accueillit Ulysse naufragc. 

AM'IPIIROIV, rhcteur grec du m« sieclc ap. J.-C. 

AM'IR.%, v. d'Espagnc, prov. de Valence, sur le 
Jucar; IR.I'.OO h. 

tl.4MI!V OF. 0ARBB0 ou AIX'MBOM, poete grec 
du vn* av. J.-C, fondateur dc la poesic chorale, le 
premier en date den grands lyriqucs grecs. 

ALCMBMB. cpouse du th chain Amphitryon et 
mere d'Hercule {Myth.}. 

Al.€'MKO^riDKft,pui8Hnntc famille venue de Mes- 
senle a Athencs. Kile pretendait descendre d'Alc- 
uicon. petit-fil* dc Nestor, ct compta parini sea mem- 
bres Megaelcs, Pericles et Alcibiadc. 

AM'ORAX, v. t.'oran. 

AL.COY [koi], v. d'Eapagne, prov. d' Alicante ; 
32.000 h. 

AR.CllW,th6ologicn et savant anglais, un des mal- 
trea de l'Ecole palatine fondee sur l'ordre de Char- 
lemagne (735-801). 

AMYOXB, fllle d'Eole et femme de Ceyx, roi de 
Trachis, changec en alcyon avec son mari {Myth ). 




t - ALE 

•■ »■?, prenom da chef de la famaDe des MatqtAce 

dont les editions sont appelees Aidine*. 

■■■■■■■•1 etoQe flxe de premiere gr&ndew 
dans la constellation du Taureau. 

AM.wm**mnmm, \$oinle , premiere abbeaae dc Uaa- 
beuge Gt0-6m) . 

jeAMUraMTKB, v. d'AUemagne. region d'Aix-U- 
('hapelle; sur le llerzbaeh. s.-afB. de la Mease; 
1 250 h. Jourdan y battit les Autrichiens f iTti-. 

ALMUUHItT rhot's v. d'Aagleterre (Hampshire;; 
26.000 h. Camp, etablissements militairea. 

At.» •■■ AMP iytl fSylvestre), jurisconsulte- Okv 
rentin U»*-i5Mi ; un de ses descendants, le cardi- 
nal Pietro Aldobrandini. nereu du pape Clement V III. 
fut possessenr dc la villa ou furent transporters tea 
fameuses fresques antiques appelees Notes Aldobrm*- 
dine*, decouvertes en 1606 sur le moot Bsquilin. 

ALMMTAMBI (Ulysse). savant naiuraliste ei 
voyageur italien. ne k Bologne, antenr d'one Mittotre 
naturtlle fort meritoire pour son temps {ttt*-l6tri\. 

ALBAF»RO (Jerome), cardinal et litt^ratesr ita- 
lien 1460-16421. 

ALKCTO. une des troia Erinnyes on Furies ( Myth. '. 

Al^EMAiT (Mathieu), ecrirain espagnoL ae A 
Seville, auteur du c*lebre roman picaresque Gtcmsn 
(tAlfarache, traduit plusieurs fois en francat* et 
embelli par Le Sage; m. vers 1620. 

AAJUIAMft ou ALAHANff, confederation de plu- 
sieurs tribus germaniques, etablie^ sur le Rbin. 
Battus par Clorto aTolbiac(il6). 
De leur nom derive le mot Al- 
Icmamls appliqui A leosemble 
des peuples germaniques. 

AEJCMRBRT [lan-ber] (Jean 
La Rond <f). celebre ecrivain, 
philosophe et mathematicien 
francais, flls naturel de M*»* de 
Tencin . ne k Paris', un des 
fondateurs de YEncyclope'die. 
Sceptique en religion et en me- 
taphysiquc, mais tolerant, il 
exposa. dans son celebre Dis- 
cour$ pnWminairt sur l'Ency- 
clopedie, la philosophie nure- 
ment naturelle qui presidait A raeuvre entreprise. 
Secretaire perpetucl de l'Academie des sciences, il a 
laisse les rcmarquables Eloges des savants qu'il a 
vus mourir (1717-1783). 

ALJCMTBJ O [lem-ii], prov. du Portugal ; 410.000 h -. 
ch.-l. Evora, v. pr. Beja. 

ALBMC.OIV, ch.-l. du depart.de l'Orne. sur la Sar- 
the; ch. de f. O., a 210 kil. O. de Paris; 17.300 h 
(AlmconnaiM). Fabrlque de toiles: dcntelles. dites 
point d'Alenpon. — Patrie d'Hcbert, de De«genettes. 
de M»« Lenormand. L'arr. a 6 cant.,92 comm.. T.7.2S0 h. 

ALBlV^Olf (comics et dues <f), titres porter par 
divers membres de la maison dc Valois. Les plus 
celebres sont : Coarlbs dk Vai.ois, tue A la bataille 
dc Cricy (1346) ; — Jbam IV, tue k la bataille d'Azin- 
court (1415); — Jbam V, compagnon d'armes de 
Jeanne d'Arc (1409-U76); — Rant, enferme par 
Louis XI dans une cage do fer, m. en i«92: — 
Charlks IV. epoux de Marguerite dc Valois. sceur 
de Franfois I« r , m. en 1525; Francois, «« Ills de 
Henri II ct qui devint due d'Anjou (155V-1584). 

ALIEOfJTBfi ou AA.BOIJTlKl«l»JBsj (ties), chapelet 
d'iles sur la cote N.-O. de l'Amerique du Nor%; 
aux Etats-Unis; 6.000 h. (Alioutiens ou AleoutesK 

AI.KP [lip], v. de Turquie d'Asic (Syrie) ; 127.2U0 h. 
(A'/e;iin.»). Urand commerce. 

A1.KRIA. com. de Corse, arr. dc Corte ; 740 h.; 
sur le site d'une grande ville romain e. 

AL.EAIA, place forte gauloise oft C<^sar assiegca 
et prit Vercingetorix, et qui est tres probablement 
Alisc Sainte-Reine (C6te-d r Or). 

ALKT [/<*/*] ou ALBTR, comm. dc l'Aude, arr. de 
Limoux, sur l'Aude; 820 h. Eaux thcnnales bicarbo- 
natees sodiques. Ancien 6v*chc. 

ALBTMCHf le plus grand glacier des A lpes et de 




1' Europe, long de 23 kil., depuis le cote S.-E. du gla- 
cier de la Jungfrau jusque dans le haut Valais. 
ALBXAMDBA, reine de Judee de 78 a 68 av. J.-C, 



apres la mort d'Alexandre Jann^e, son epoux- 

Al.KXAMVRA rB»«R«Wl«A, imperatrice de 
Russie. femme de l'cmpereur Nicolas I*' (1798-1960). 



Digitized by VjOOQIC 



ALE 



— 1113 — 



ALE 




AJciutdn U Grand. 



ALBXAITBRB LB CRAJTD, roi de Macedoine. 
Ills de Philippe et d'Olympias. ne en 356 av. J.-C. U 
nit eleve par Aristote, et monta sur le tronc en 386. 
A pre* avoir soumis la Grece, il se flt deccrncr a Co- 
rinthe le titre de generalissime de* Hellenes contre 
les Penes, et franchit I'Hellespont. II vainquit let 
troupes de Darius au Granique (333) et a Issus (332), 
prit Tyr, Sidon, etc., conquit VEgyptc. fonda Alexan- 
drie, puis passant l'Buphrate el le Tigrc, remporta 
sur les Perse* la victoure decisive d'Arbclles (331). 
Poursuivant sa marche, il prit Baby lone, Suse. brula 
Persepolis, arriva jusqu'a l'lndus et vainquit Porus, 

Zui, aubjugue par sa generosite, devint son allie. 
>es Macedoniens refusant d'aller plus loin, le con- 
querant revint a Babylonc, ou il mourut d'une fievre 
aigue, sans avoir pu realiser les projets grandioses 
qu il formait encore. 11 avait alors 33 ans (356-323 
av. J.-C.). L'oeuvre d'Alexandre fut profondement 
bienfaisante et civilisatrice . par la penetration 
qu'elle assura entre les civilisations hellenique et 
asiaUque. Mais son empire fut, aussitot aprcs sa 
mort, partage entre ses generaux. — Le nom 
d'Alexandre a passe dans la 
langue comme synonyme de 
conquerant. Un grand nombre 
d'allusions. empruntees a di- 
vers episodes de sa vie. sont 
egalement usitees en litera- 
ture : {• Site n'ttais Alexan- 
dre, je vouarais fitre Diogene, 
reponse du heros aux gene- 
raux qui l'entouraient et qui 
s'etonnaient dc« egards qu'il 
temoignait au celebre cyni- 
que : 2* Mon fils, rien ne peut 
te risuttr. paroles fatidiqucs 
de la pretresse de Delpbes a 
Alexandre, qui l'entralnait violcmmcnt sur son 
trepied; 3« Alexandre $e reservant I'esperanee, 
allusion a la reponse que le heros fit a ses amis 
au moment de son depart" pour l'Asie. Comme 11 
leur distrlbuait tout ce qu'il possedaU, ceux-ci lui 
demanderent ce qu'il se reservait pour lui-meme : 
respirance, rdpondit-il; 4* Alexandre tranchant le 
nofiul gordien (v. oordien); 5» le midecin d'Alexan- 
dre, allusion a un des traits les plus admirablcs de la 
vie du heros. Celui-ci, gravement malade pour s'etre 
baigne dans le Cydnus, fut averti que son medecin 
Philippe, suborne par Darius, voulait l'empoisonner. 
Lorsque Philippe lui presenta le breuvage qui devait 
le guerir, Alexandre, sans manifester la moindre 
emotion, saisit la coupe et la vida d'un trait en mon- 
trant au medecin la lettre accusatrice ; 6* Celui-ci 
est ausst Alexandre, reponse du conquerant a la mere 
de Darius, qui prenait son favori Ephestion pour 
lui ; T Et moi aussi, $i fitai* Parmenion, reponse 
d'Alexandre a ce general, qui lui conseillait d'ac- 
cepter les offres biillantcs de Darius, en lui disant: 
J'accepterais si j'etais Alexandre ; 8* O Athiniens, 

Ju'il en coble pour tire loui de vousl exclamation 
'Alexandre au milieu des perils qu'il bravait en 
reporUnt sa pensec sur cette brillante Athdnes. dis- 
pensatrice supreme de la renommee ; 9« Auplus digne. 
rtponsc d'Alexandre mourant a ses generaux, qui lui 
demandaient a qui il laissait l'empire : 10* Let funi- 
raiUes d Alexandre, allusion aux batailles sanglantes 
qu/ se livrerent les lieutenants du heros apres sa 
mort pour separtager son empire : 1 1« Dimemhrement 
de rempire dA lexandre, memc allusion que ci-dessus. 

Alexaadr* (Histoire d), par Quinte-Curce : sorte 
de roman historique plus inlercssant qu'exact, mais 
auquel la vivacite des peintures et l'elegance du 
style communiquent un veritable charme. 

Alexandre (le* Batailles d"), serie de cinq vastes 
tableaux peints par Ch. Lebrun et reprcsentant : le 
Passage du Granique, la Bataille dArbelles, la Fa- 
in Me de Darius prisonniere, la bifaile de Porus et 
le Triomphe d'Alexandre a Baby lone (Louvre) ; les 
figures sont d'un beau style, mais la coulcu rest froide. 

Ales«n4r« (Expedition d). ouvrage d'Arrien; re- 
sumd elegant ilc relations originates. C'est la source 
principals de l'histoire du heros (n* s.). 

Alexandre {le Human d'), roman historique dont 
le heros est Alexandre le Grand, Ccrit en vers de 
12 pieds (d'oo le nom d'ulexandrin*) par le trouvcrc 
Alexandre de Paris (xn« s.). 




Alexandre «s Diagta*. bas-relief do P. Puget. au 

Louvre ; veritable tableau sculpte. 
ALBXAXIfRB 1«, ne en 17"7, empereur de Russic 

en 1801. mort en 1825. II lutta contre Napoleon I»r, 

qui le battit a Austerlitz. a Ey- 

lau. a Friedland. Reconcilie avec 

son vainqueur par la paix de 

Tilsit, il se dec Lira de nouveau 

centre lui en 1812 et replaca le* 

Bourbons sur le trdne de France 

en 1815; — Alexandre II, (Us 

de Nicolas, monta sur le trdnc 

en 1855; il signa la paix avec la 

Franceaprtslaguerrede Crimee. 

abolit le servage (1863), entreprit 

contre la Turquie la guerre de 

1816-1877. qui eut comme cons*- , 

quencc le traite de Berlin; il ' 

mourut assassin^ par les nihi- Ai«*ndr* l«. 

listes (1881);— Alexandre III, son fils, tsar deRussie, 

ne le 26 fevrier 18*5. monte sur le tronc en 1881 : il 

se montra l'ami et l'allie de la France ; m. en 1894. 
ALBXAXBBB ■•% roi de Serbie. fils de MUan I", 

ne a Belgrade, proclame roi en 1889, assassine par 

une conjuration militaire (1876-1903). 
ALBXAlfBRB i*r de B«iie«bers; ; premier prince 

de Bulgaric de 1*79 a 1886; ne a Verone en 1857, 

mort a GraU en 1893. 

ALBIA5WRR l»r papc de 109 a 119; — ALEXAN- 
DRE II, pape de 1061 a 1073 ; — Alexandre III, pape 

de 1159 a 1181, lutta contre Frederic Barberousse, h 

qui il opposa la ligue Lombarde; — Alexandre IV, 

pape de 126V a 1264 ; — Alexandre V, pape de 1409 
a J410 ; — Alexandre VI (Borgia), ne A Jativa 
(Eapagnc) en 1431. pape de 14'J2 a 1503. Politique 
eminent, il fit une guerre sans pltie aux grands 
seigneurs italiens; mais par sa vie privce, sa dupli- 
cke, son nepotisme, il fut un prince de la Renais- 
sance beaucoup plus qu'un pape; — Alexandre VII, 
pape de 1655 a 1667, fut force do s'humilier devant 
Louis XIV; — Alexandre VIII, pape de 1689 a 1691. 
AI.BXA1YBHB (saint), patriarchc d'Alexandrie de 
312 ii 326 ; il fit condamncr Arius au concile de Nicee 
(325). Fete le 26 fevrier. 

ALKXAXDHE Bslws roi de Syrie de 151 a 147 
av. J.-C. ; — Alexandre Bablvaa, fils d'un fripier, 
roi de Syrie de 126 a 122 av. J.-C. 

Al.BKA!¥DRB Jsusaea, roi des Juifs de 104 a "8 
av. J.-C. 

AI.BXAXBHB 4« Trallca, cel6bre medecin grec 
(vi« s. ap. J.-C). 

AEBXA1VDKB Ja«elloM, roi de Polognc et de 
Lithuanie de 1501 a 1506. 

ALBXAWBRB-MBVBltB, empereur romain, suc- 
cesseur dll«-liogabale en 282 (208-235). 

ALBIAiVDHBTTR ou IMIAA^HEROCV, v. et 
port de la Turquie d'Asie (Syrie). au fond du golfe 
d Alexandrelte, forme par la Mediterranee ; 6.800 h. 

AI<EXA!V»RIB [dr{], v. et port d'Egypte sur la 
Mediterranee; 315. 000 h. (Alexandrins). Grand com- 
merce. Patrie de saint Athanase. Cette ville. fondce 
par Alexandre le Grand (331 av. J.-C.), celebre par le 
pharc haut de »00 pieds qui eclairait saradc, fut, au 
temps des Ptolemecs. le centre artistique et littcrairc 
de rOrient, hcritier de la civilisation hellenique. La 
ville possedait une bibliotheque remarquablc qu'in- 
cendiercnt une premiere fois les soldats victorieux 
de Cesar, qui fut brulee de nouveau en 390, et dbnt les 
rcstes, selon une legende, auraicnt etc ddtruits par 
ordre du califc Omar en 641. Les Francais s'empare- 
rent d'Alexandrie en 1798, les Anglais en 1801. Elle a 
<ite bombardee en 1882 par la flotte britanniquc. 

ALKXATtDRIE, v. forte d'ltalie (Piemonti ct 
ch.-l. de la prov. d'Alexandrie ; sur le Tanaro, afll. 
du P0; 62.600 h. Industrie active. 

AUtXAXDROPOI., v. dc Russie (gouv. d'Erivan). 
sur l'Arpatchal, affl. de l'Araxe ; J3.000 h. 

AMIXIM [leJi-sf, (saint), solitaire de la fin du 
iv* siecle. Mort vers 412. F6te le 17 juillet. 

ALKIIN, nom de plusicurs empcreurs de Constan- 
tinople : Alexis I««\ Comnine, contemporain de la 
1« Oroisade (1081-1118); — Alexis III, I'Angc, de- 
trone par les Croises en 1203 ; — Alexis IV, mis sur 
le trone a la place du precedent '1203) ; — Alexis V, 
hum*, tue j>ar les Croises en 120V. 



Digitized by VjOOQlC 



ALE 



— 1114 



ALL 




ALEXIN MlCHAlLOVlTCH, ne en 1629, tsar de 
Moscovie de 1645 a 1616 ; pere dc Pierre le Grand. 

ALBXIft PBTBOVITCH, flli de Pierre le Grand, 
ne a Moscou. 11 conspira contre ton pere. qui le fit 
mettrc a la torture, et mourut en prison (1690-1718). 

ALPARABI, philosophe arabc du x« siexlc. II 
repandit parmi le* Arabes leu doctrines d'Aristote, 
et eut Avicenne pour disciple. 

jiLriKKI (Cesar), le premier pocte traeiaue de 
l'ltalie, ne k Asti; auteur de 
Marie Stuart, Mirope, TimoUon 
(17*9-1803). 

Am.rORTVIL.LB {for), comm. 
de l'arr. de Sceaux (Seine), cant, 
de Charcnton, au confluent de 
la Seine et de la Marne ; 16.000 h. 
(Alfortvillais). Ecole veteri- 
naire. V. icovv. 

ALVOl'RJ* I four), peuple dc la 
Malaisic, metis de Papous et dc 
Malais. 

ALFRBD LB CiRANB, le plus 
celebre dcs rois anglo-sazons. ' . ' 

Apres avoir conquis l'Angletcrre Aio»n. 

sur les Danois, A se montra habile legislatcur. admi- 
nistratcur et protccteur des lettres. 11 fonda l'Uni- 
versite d' Oxford (849-901 ). 

ALGARBl (Alessandro), sculpteur et arcbitecte 
italien (1602-1654). 

ALliAROTTl (Francois), poete et critique italien, 
ne a Vcnise (1712-1764). 

AMiARVB, province meridionale du Portugal 
235.000 h. (Alqarves). Cap. Faro. 

ALttBRl je\ {dip. d), une des trois divisions dc l'Al- 

?;erie; prof. Alger; sous-pref. Midia, AlUiatui, Or- 
eaujuiite. risi-Ousoti.Sarr.. 135 comm., 1.641.000 h. ; 
19« rig. mil., cour d'appel et archeviche. a Alger. 

ALVBB, cap. de 1' Alger ie, ch.-l. du den. d'Algcr. 
Belle rade sur la Meditcrranee ; a 800 kil. de Mar- 
seille ; 97.500 h. \Algiroi» ou Algtriem). Archev^che. 
univcrsite, cour d'appel. Grand commerce de vins et 
de eeriales. En 1511, Charles-Quint essaya de I'era- 
parer d' Alger, qui fut bombardc. par Duquesnc (1682;, 
par d'Estrecs (1688), et pris par lea Francais (1830). 
L'arr. a 594.V30 h. 

AL62BHIB [rf], colonie francaisc du N.-O. de 1'Afri- 
que : cap. Alger. I. G£ourap«ib : L'A /j/erie est la prin- 
cipale des colonies franchises; elle est limitec au N. 
^ar la Meditcrranee. a YE. par la Tunisie, au S. par 
le Sahara, a TO. par le Maroc. Elle est divisue en 
3 depart. : Alger, Oran. Constantine; 4.740.000 h. 
(A Igeriens) ; siip. 670.000 kil. carr. On y distingue 
3 regions : !• le Tell, region des cultures (ceriiales, 
vignobles, orangers, coton. oliviers). entre la Medi- 
tcrranee et l'Allas, parcourue par de nombrcusc* 
mais peu importantcs rivieres, dont la principalc 
est le Chelin; 2° les hauls plateaux ou region de 
l'Atlas, sees, couverts de champs d'alfa. dc patu- 
rages niaigres. coupes de rhotts ou lacs sales ; 3« le 
Sattara, dont la lisiere algericnnc est occupee par 
d'iuiportantes oasis (Biskra, Laghouat), ou vit le 
dattier. Climat relativeincnt temperd- dans le N., tres 
chaud dans 1c S. Productions minerales : ruivrc, 
fer, plouib.une, sel gemme, marbres. phosphates. La 
population comprend dcs Europeans, des Kabylrs, 
dcs Arabes, dcs Maures et des Negrcs. On y trouve 
le lion, la panthere, 1'hyene, le chacal, le cnameau. 
le cheval et tous les animaux domestiques. 

II. Histoire: Occupee des la plus haute antiquito par 
des Berberes, la partie de l'Afrique qui forme l'Algeric 
actuelle fut depuis le vi" siecle sous la domination 
des Carthaginois, puis, apres les guerres Puniques, 
des liomams. qui donnerent au pays une prosperid: 
remarquablc. frevastce par les Vandales. occupee 
ensuite par les Bvzantins. les Arabes et enfin par 
les Turcs, la region d'Alger devint des le xiv* sie- 
cle, un nid de pirates, sous l'influenee des Barbe- 
rousse. Les expeditions de Charles-Quint et de 
Ix>uis XIV contre ees hardis corsaires, pnn plus que 
celle dc lord Exmouth en 1816. n'eurent do r< ; sultats 
durables, et ce fut seulemont en 18;i0 que les troiiprs 
francaiscs, chargees de venger une inwulte faite par 
le dey Hussein au conmil de France, couinieneercnt 
la conqucU- du pays. Celle-ri se divide en trois pc- 
ri<»<lcs : !• poriode d'oreupation. signage par la 
prise de Constantine (183") ; 2* periode de resistance, 



e 



signalee par la luttc d'Abdd-Kader et de Hufmmszd 
et I'intervention des Maroeains, dt-faiu a la halaftfc 
.1.- I'Isly 1814^ 3- periode d> * lusurrention* par- 
Uelles, notamment en Kabylie iSxMBTi;. «*i dang It 
Bud oranais 19* u . L'Algefie. aujourd'faui pactttfc, 
fc'.tond peu h peu vers le S. par I'occupatioQ siirnrs 
give d< s oasis Bahariennes. Elle est admini»tr« par 
un gouvcrneur gi ncr;U civil. 

\I.(.h<4in\H [raasl, v. ct port an S. dcVEipane: 
J2.4O0 ti l'ri»«> en ~M par 1c* Maure*. L'aniiT.%1 frx& 
cais Lin. lis v rain quit la flotte anslaise (lif'li. 

Al.4.o-\Ql i*m [kin], p-'Uple indien dr 1'Anf 
du Nora, qui ne subsiite plus Ruere qu'aa Can 

vihiimhrH, eeiebre palais d*** rois maures. a Gre- 





nade (Espagne), commence au xin* siecle. Mag&i- 
ft quo* jardins. 

ALL gendre de Mahomet, calif c dc 636 a 661 

ALI, pacha de Janina. n^ a Tebelen. U s'empara 
de l'Albanie et se rendit 
eelebre par ses cruautes. 
Pris par les soldats du sul- 
tan Mahmoud, il fut egorge. 
(I7ii-I82i). 

Ali-Baba, h^ros d'un des 
eontes les plus populaires 
des Mille et une Suits. Le 
hasard lui a fait surprendre 
la formule cabalistiquc : 
Hitame, outre tot. qui fait 
tourner sur ses goods la 
portc dc la cavernc oil les 
quarante volcurs entas- 
saicnt leur butin. Ce per- Aii-p«f**. 

sonnage, les quarante voleurs et surtout les mots : 
Sesame, ouvrc-toi, employes pour designer le moves 
devant lequel cedent comroe par magie toutes les 
diffleultes. sont restes c^lcbres. 

ALIBBRT [ber] (Jean-Louis l, mededn francaai&e 
a Villefranehe (Aveyroni [ 1766-1 837J. 

ALICAft'TB, v. d Espagne; port sur la Mcditcr- 
rande ; 50.000 h. Excellent* vins. La prov. d' Alicante 
a 470.200 h. 

ALIUH1BHI, nom de faraille de Dante. 

ALltiXY (Theodore rf'). paysagist« francais, n^ %. 
La Cliaume (Nievrc) f 1798-1 87 1 ]. 

ALIttRB (Etienne rf*). chaneclier de France, nr a 
Charlres. magistral honuete. mais timide. 11 fut dis- 
grace pai- Richelieu en 1626 (1580-1635). • 

ALIMA, riv. d'Afnque, affl. dr. du Congo ; 1SCO kil 

ALIMB-AAIKTB-RBISTB c. de la Cote-dOr, %rr 
de Semur; 600 h. Statue de Vercingetorix. sur l*ea>- 
placemcnt probable do l'antique Aletia. 

AL1MOM (Archibald), historicn anglais, ne k Ken- 
lev, auteur d'unc belle Hutoirt de tBurupe Jursa! 
hi Revolution fnin?aise (1792-1867). 

Ai.iX [liktt] BK CHAMPA6s!tB. reine de PraiK-e. 
fcnime de Louis VII, ct mere de Philippe August*;, 
m. en liOo. 

AI.BH.%AB, v. dc Hollande ; port sur le caaal 
d' Amsterdam;' 16.000 h. Beurrc, fromagca. Bruce y 
vainquil le due d'York en 1799. 

AIJ.ADA, v. commcrcante du Dahomey ; 10.000 a. 

ALLAH (en arabe al itah. la divinite), nom que 
les uiusulinans donnent a leur Dieu. 

ALLAHABAD, v. sainte au N.-O. de l'lnde. ac 
contlucul du Uange ct de la Djcmna; 172.000 h» 



Digitized byLjOOQlC 




Digitized by LjOOQIC 



ALL — I 

AULaJOTAE. [Soulas <f ). auteur drasnatique fran- 
eais. ni a Chartres (1700-1753.. 

UMIRE [all-rt], eh.-l. de e. fMorbihan), arr. de 
Vannes; 2.350 h. Nombreux debris megalithiques. 

AIAAHTCWl. ch.-l. de c. Tantal . arr. de Marat, 
•ur 1'AtfonrAe; 2.0*0 h. Patrie de labbe de Pradt. 

ALLARB [a-lar" 'Jean-Francois ,. general francais. 
ne a Saint- f'ropex. Il cntra au service da roi de Lahore 
Kunjeet-Singb. dont il discipllna les troupes a l'eu- 
ropeenne (1705-1830). 

AlXJtUHAlVY, r. des Etats-Unis (Pensylvanie), 
sur lOhio ; 138.000 b. 

ALUtiHAXYM [ni] ou APAEACtlM (mont*\ 
grande chaine de montagnes de 1'Ameriam* do Nord 
(Etats-Unis). s'etendant parallelement a la cote de 
locean. sur une longueur de 2.000 kil. environ; 
1.000 m. d 'altitude moyenne. Important* gltes dc 
bouille. fer. plomb, or. bitume, anthracite. 

AIxJtCJIsB, ch.-l. de c (Haute-Loirc), arr. da 
Pay; 1.700 h. Dentelles. 

AIXJBUIU, nom de famille da Correge. 

AIXJC4.RI, compositeur italien, ne it Rome, au- 
teur d'un Miserere rest* celebre, dont le* pape* 
araient dlfendu de donner copie, mais que Mozart 
enfant put rccon»titucr apres une seule audition. 

AEAJCMAttXB. Etat de l'Europe eentrale. cap. Ber- 
lin. I. G£ooraphik : L' Empire allrmand a une super- 
flcie de 540.7 W kil. can-., et une population de 
56.370.000 h. lAlltmandi). La par tic meridionale, ou 
haute Allemagnc, sillonnee par d'importants massifs 
montagneux ( monts de Bohdme, Uarz, Eifel). est d'une 
grande richesse mineralogique : plomb, etain. fer , 
zinc, etc. L'indusirieet 1 agriculture y sont treade%c- 
loppees. La partic septcn- .*. 

trionale, ou basse Allcuia- 

Ene, forme une plaine sa- 
lonneuse ou marecageuse. 
mais bien cultivce. Princi- 
pauz flcures, dont la plupart 
naissent hors de l'Allema- 
gne : Vistule, Oder, Elbe, We- 
ser, Danube. Le commerce 
allemand est considerable, 
et le gouvcrnemcnt chcrche 
a lui ouvrir de nouveauz de- 
bouches en fondant des co- 
lonies et en dcveloppant sa 
marine par un svsteme co tri- 
plet dccanaux intericurs. 

L'Allcmagne forme un „._„.... ._,,... 

Etat fedcratif constitution- •ium»nd. 

ncl sous le gouverncment sup*rieur de l'Empereur 
d'Allcmagne, a qui appartient le pouvoir executif. 
Ellc comprend 26 Etats : Prusse, Baviere, Saxe, 
"Wurtcmberg, Bade, Hesse, Mecklembourg-Schwerin, 
Saxe- Weimar, Mccklembourg-Strelitz, Oldenbourg, 
Brunswick, Saxe-Meiningen. Saxe-Altenbourg. Saxe- 
Cobourg-et-Ootha , Anhalt, Schvarzbourg - Rudol- 
stadt . Schwarzboura - 8ondershausen , waldeck , 
Reuss (ligne alnec), Reuss (ligne cadctte). Schaum- 
bourg-Lippe, Lippe. Lubeck, Br£me, Ilambourg, 
Alsace-Lorraine- Chacun dc ces Etats a un gouvcr- 
nemcnt et un parlemcnt spcciaux, mais il nomme 
des deputes dont la reunion forme le Reichstag, et 
qui deiibcrent sur les affaires communes de i em- 
pire. Le roi de Prusse est en memo temps empc- 
rcur d'Allcmagne et reside a Berlin. 

II. Histoirk : Occupee a l'origine par des tribus 
flnnoises. l'Allcmagne lc fut ensuitc par les Cellos, 
qu'unc invasion dc Gcrmains refoula dans les coq- 
trees occidental™. Lc plus puissant des Etats fon- 
dcs en Gaule par les Ocrmains au debut du moyen 
age, le royaume des Francs, fut agrandi et erigc. 
sous Charlemagne en empire d'Occidcnt, mais apres le 
traite dc Verdun (845) il y eut un royaume de Ger 
manic independant, sur lcqucl la race carolingicnne 
cessa de regner au x» siecle, et qui lors de l'epa- 
nouissement de la frodalite devint une monarchic 
elective. Othon lc Grand, roi en 936, ayant conquis 
l'ltalic. se fit couronner empereur k l'excmple de 
Charlemagne, et des lors l'Allcmagne s'appela dons 
le langagc diplomatique Saint Empire romain aer- 
manii/ue. L'autorite des empercurs resta d'ailleurs 
to uj ours plus tbeorique que rdclle. Les electcurs 
(au nombrc dc sept, trois ccciesiastiques et quatre 




■uc vc wdtrm mini mil ■ o«rr- 

ait de ae faire pins coasttass- 
l'AUeaiagne. La poiasascr 
apogee par Charles -Qaiat. 



6 — ALL 

lafques). aiasi qae les grands v 
taieal, de fait, iadepeadants. L'ATlrsaagne < 
fort longtemps an Etat feodal dans lemte la force 
du terme. La maisoa imperiale de 8axe s'eteagait r« 
1024 ; le sceptre passa alors a la axaisoa de Fraaco- 
nic. celebre par se* detneica avec le saint-siege qwr- 
relle des Investiture), puis a la maisoa de Soaabe 
ou de Hohenstaufen. qui four nit l'interea«ant« ftgurr 
de Frederic II Barberoosse. et enfia a celle dr» 
liabsboarg. a qui l'eteodue de leara domaines ber^ 
ditaires d'Autnehe permit de se faire r ' 
ment obeir du rcste de VI " 
imperiale. portee a sob ... 
fat ebraniee bientot par let luttei religieoaea et po- 
litiqaes. nees de la Reforme. qui separa nrrt<ia»Bt 
VAUtmofrw du Iford, protestanU et partlcalarisxe. 
de rAllemagne du Sud. catbolique et relattwasest 
unidee. Lea traites de Westphalie. qui metteat fta a 
la guerre de Trente ana. condrment la dirisiosi et 
rimpuissance de rAllemagne da Nord. d"o«i pea k 
pea se degage et s'agrandit la Prusse. erurev ee 
royaume en 1700, tandis que l'Autriche s'aflaibut pen- 
dant les guerres de la Succession d'Eapagae. de la 
Succession d'Autriche et la guerre de S^pt aaa. Na- 
poleon I", ayant supprim* le Saint-Empire geresa- 
nique. constitua une Confederation da Rhia. qoi fat 
dissoute par le Congrea de Vienna , et rcconsxitafe 
sur de nouvelles bases sous le nom de Coafftderattoa 
germanique (1815). Le roi de Prusse. aid4 par la da 
plomatie de Bismarck, aprea avoir exclu 1'Aatrirbe 
de la Confederation par sa victoire de Sadova > tM6 .. 
retablit lempire d'AUemagne a son profit et fat co«- 
ronne k Versailles pendant la guerre de 1870-71. 

AU««mcm (Del), ouvrage philosophiqae et litie- 
raire de M*« de Sta*l (1810) ; e'est une ceavre de prv- 
testation centre Napoleon qui conflaquait poor ain« 
dire tout renthousiasme de la nation au profit de 
la irloire militaire. 

AllesMgM [De f), ouvrage de critique philoso- 

fihique, par H. Heine ; e'est une contre-partte da 
ivre de &!•• de SU«1 (1835). 

AllesMagsM (Bittoire dt), par Zeller. ouvrage dane 
grande erudition et d'une grande surete dc juge- 
ment (1874-1885). 

Allei«g«e 4 la ■■ Slst — f mm mg« (f). ouvragr 
de J Janssen. L'auieur cherchc a y demontrrr qcr 
la Reforme a abaisse le niveau intellectuel et moral 
do la societe germanique (1876-18*4). 

AlleasstgM* «a fmmmu de la WMtrnm**** ( Histoid 
de D, par L. Ranke : ouvrage impartial et reatarqua- 
ble (1830 1847). 

AHossmgae ** l*l(«lie (/*), sourentrs difUowmti- 
que* de 1870-71, par G. Rothan. Lauteur y retrace \t% 
peripetics qui precedercnt la rupture des relaiioas 
dc la France et dc l'Allcmagne (1884-1883). 

ALXJSVARID [var], ch.-l. de c. (Isere), arr. de Gre- 
noble, sur le Breda, affl. de l'lsere; 2.000 h. f.4//c- 
vardait). Fer, forges ; caux sulfureuses et gazruse*. 

ALLI^ riv. dc l'ancienne Italic affl. da Tibre 
(riv. g.) ; les Romains y furent battus par les Gaoktu. 
qui parvinrcnt jusqu'k Rome (390 av. J.-C). 

Alll««ee (Triple-), pacte forme par rAngleterre, 
la Hollande et la Suede con ire Louis XIV en tan. 

Alllaaee (Quadruple-), pacte forme en 1718 < 
la France. rAngleterre, la Hollande et TEmpire . 
le maintien du trailed' Utrecht, que compromettaient 
les grands projets d'Albcroni. 

AlllsuMe (Saint e-), pacte forme* en 1815. sur l*ini- 
tiative du chance tier autrichien Metternich, par la 
Russie, l'Autriche et la Prusse pour le maintien des 
traites dc 1815, en face des aspirations liberates ft 
national istes des pcliU Etats d'llalie et d'Allemagae. 
opprimes par les grandes puissances. 

Alll««ee (Triple-), accord defensif survenu apr«s 
la guerre de 1870-71, cntrc rAllemagne, l'Aulriche et 
la Russie. k Instigation de Bismarck (1872). Le tsar 
s'etant retire de la Triple-Alliance en 1886, sa place 
fut occupee par l'ltalic (1887). 

Alliance fraaeaUe, association fondle en 18S3 
pour etendre linrtuence de la France A retrangcr 
par la propagation de la langue franfaise. 

AL.L.IBH \li-i], riv. de France, qui prend sa source 
dans la Lozere, pres de Chabalier, arroae Brioude, 
Issoirc, Vichy, Moulins, et se jette dans la Loire 
(r. g.). au-dessous de Nevera, au JJec d"A llitr; 375 kil. 
Crues violentcs. 



I entre 
pire pour 



Digitized by VjOOQlC 



— 1117 — 



EMPIRE ALLBMAND 










s 



: -■ : 

Googl 



Digitized by* 



A L L I E R 



ALL - 1 

ALI.IKE Ulep. de V), depart, form** par le Bour- 
bonnais; pref. Moulin* ; s.-pref. Gannat, Lapalisse, 
Monttufon; 4 arr., 29 cant.. 321 comm., 422.000 h. 
13« region militaire ; cour d'appel de Riom: eveehe 
a Moulins. Co depart, doit son nom a 1'Allicr qui 
lc traverse. 

Allies (le$), nom sous lequel on designe lea confe- 
deres (Anglais, Russes, Prussiens, Autrichiens, etc.) 
qui, en 1814 ct en 1818, envahirent la France, ct re- 
tablirent le* Bourbon*. 

A1X.IX [a-liks] (Francois), general francaw. ne * 
Percy, colonel a 20 ans, autcur d'un eclebre Sytteme 
dartillerie de cumungne (1776-1836). 

AL-LOBKOiiRsi. peuple de la Oaule qui habi- 
tait au temps de Cesar le Dauphin* et la Savoie- 

Al.LOft (a-los*), ch.-l.dcc. (Basses- 
Alpes), arr. de Barcclonnette, sur le 
Verdon ; 900 h. 

AI.MA, petit fleuve de Criniee. Les 
Francais et les Anglais, commandos 
par Saint-Arnaud ct lord Raglan, 
y battirent les Russes du general 
Mentchikoff, le 20 sept. 1854. 

Alma (Bataille de I'), nom de plu- 
sieurs tableaux paruaa 1' Exposition 
de 1835 (Bellange, Beaunie, b. Dore. 
Eugene Lami et Darjou), d'une grande 
composition de Horace Vernel (1857) 
et d'un bon tableau plein de mouve- 
raent (Versailles,, par H. Pils (1861). 

ALMA1BN r dw\, ville d'Espagne, 
prov.de Ciudad-Real ; 10.000 h. Mines 
de mercure. 

Almageste (/'), traitd d'astrono- 
mie par Claude Ptolemee. resume des 
connaissanccs mathematiques de l'an- 
tiquite. 

ALMAttRO, v. d'Espagnc, prov. 
de Ciudad-Real; 9.000 h. Patne du 
conquistador Almagro. 

ALMAtillO (Diego if), compagnon 
de Pitarre dans la conquete du Perou, 
fut etrangle par son ordrc (1475-1538). 
Son fib Diego le vengea en tuant Pizarre, mais, vaincu 
par Vaca de Castro, fut lui-meme decapite (1520-1542). 

AIXMAHOI X, fils d'Haroun-al-Raschid et 7« ca- 
life abbassidc : m. en 833. 

Aln»anach de mi grands hosian (Petit), opus- 
cule satirique de Rivarol ; chaque 
nom d'auteur contemporain est ae- 
compagnc d'un eloge ironique, gai, 
original, et presque toujours judi- 
cicux (1788). 

Al.Mt.VKA, v. d'Espagnc, prov. 
d'Albacetc ; 10.000 h. Victoire de Ber- 
wick sur les Anglo-Espagnols (1707). 

Al.MA*ZOiA. calife abbaaside fon- 
dateur de Bagdad (745-7751. 

ALMANlon (Mohammed), cele- 
bre capitainc des Maures d'Espagnc 
(939-1001). 

AI.MA-TAMBMA (Laurens), pein- 
tre anglais d'origine hollandaise, ne 
a Dronryp, en 1836. 

Alntaviva, personnagedu Mariage 
de Fiifaro, le chef-d'oeuvre de Beau- 
marchais. II est reste le type du 
grand seigneur corrompu et cor- 
rupteur, rappclant dans sa personne 
toutes les graces, tous les privileges 
et tous les abus de l'aneienne no- 
blesse, et qui n'en est pas moins la 
dupe de son valet Figaro, pcrsonni- 
Hant l'esprit, 1 habilele et 1 intrigue. 

ALMEIDA, v. forte du Portugal 
(Beira): 9.000 h. Sourct « sulfurcuses. 

ALMRIDA (Francois d'), l«'vire- 
roi des Indes portugai»es en 1505 ; tue par les* Cal'res 
en 1510.. 

ALMBRIA, v. d'Espagne. ch.-l. de la prov. de ce 
nom; 47.500 h. Port sur la Mediterranee ; exporta- 
tion de fruits. La prov. a 35'J.(MH» h. 

AL.MOH.4DKM, dynastic arabe qui ehassa les Al- 
moravides. Elle regna sur le nord de l'Afriquc et 
1'Andalousic de 1147 & 12<i9. 



8 - ALP 

AI.MORAVIDEH, dynastic arabe qui soam.it d i- 
bord Fez et le Maroc, puis le sud 
de 1'Espagne, de 1055 a 1147. 

ALOltCL ou HA-LOXti, baie de 
la cote N.-E. de 1' An nam, au voisi- 
nagc des houillere* de Hong-Ilal. 

AL.OMT [lost'}, v. de Belgique, sur 
la Dendre, 30.000 h.Toiles, dentelles. 

Alaaetta (Ugion tie /'), legion ro- 
maine formee par J. Cesar de soldats 
gaulois ; ils portaient sur le casque 
unc alouette de bronze, les ailes 
etendues. , - -- .- 

ALPBN, grande chalne de mon- "P"*'**^*- 
tagnes de 1' Europe occidenlale. — Les Alpcseon 




Gwrrtirr (U la 




cent au col de Cadibonc. pres du golfe de Gene*, et 
vont flnir au-dessus du Danube moyen. pres de Virr.se. 
On divise cette chaine en trois principal?* sectktn* : 
1* Les Ai.pes occipbntalks, qui comprrnnem Jr* 
Liguriennes, allant des cdtes de la Mediterranee w 




col de Tcndc ; les Maritimet, du col de Tendc au n 
Viso; les Cottienne*, du mont Viso au moat Ceois; 
les Grfcs (ou Graics). du mont Cenis au mont Bias** 
2* Les Alpes centrales, qui comprennent Les flefrr 
liquet {Bernoiset, Griaonnes, dc Claris, ete.) ; les fVa- 
nines. allant du mont Blanc au Simplon - les Lep&»- 
tiennei, du Simplon au lac de Come ; les Rhtti^wf el 
les Bcrgamasques, du lac de Cdmc jusqu'en Auirjx&e. 



Digitized by VjOOQIC 



ALP 



— 1119 



ALP 



3« Leg Aij»R8 oriewtai.es. qui comprcnnent no* 
tamment lei Algavienne* et les Bavarohts, entre 
1'Autricheet laBavierc; leu Styriennes et les No- 
riqutt, en Autriche ; les Cadoriques, les Carniquu et 
lesJulkntm, entrc l'Autriche et l'ltalie; lei Dttia- 
riaucs, qui longent la cute de Dalmatic. 

La ohaine de* Alpes, qui est la plus eleveede l'Eu- 
rope, et dont le plus haut pic. le mont iilanc, atteint 
4.810 metres, mesure une altitude moycnne de 2.100 a 
3.000 metres et une longueur de 1.200 ktl. Bee prin- 
cipaux sommets sont les monts Blanc, 
Rose, Cervin, Pelvoux. Vigo, Genevre, 
Simplon.Cenis, Saint-Gothard, etc. On 
va dc France en Italie par le* coli de 
Tende, de 1'Argentiere ou de Larchc, 
d'Agnello. du mont Genevre. du mont 
Cenis, du Pctit-Saint-Bcrnard, etc. 
On passe de Suisse en Italic par les 
cols du Grand-Saint-Bernard, du 8im- 
plun, du 8aint-Gothar"d, du San-Ber- 
nardino, du Splogcn. de la Maloja, 
dc l'Albulaetdcla Bernina. Dans les 
Alpes oricntalcs se trouvent les 
cols du Brenner, de Tarvis. de Lay- 
bach, etc. Quatre ligncs principals 
de chemin de fer franchissent leu 
Alpcs. Ce sont : lea lignes de Lyon a 
Turin par le tunnel du mont Ceuis ; 
de Uale a Milan par le tunnel du Saint- 
Gothard; de Bale a Innsbruck par le 
tunnel de l'Arlberg ; enrtn. d'lnnsbruck 
aViennc parBrixen. BotxenetTrcnte. 
— Los armies d'Annibal, de Pepin le 
Bref. de Charlemagne, de Charles V1H, 
Louis XII. Francois 1*', Henri II, 
Louis XIII. Louis XIV, Louis XV. 
enfln de Bonaparte, franchirent led 
Alpes pour descendre en Italic. 

ALPBN (div.fie$ RiMr«. ,dcp. forme 
d'uoe p :tr '' p de *■ Provence: prof, hi 
gne; s.-pret BarceUmnctte, UtulcUane, Forcalquier, 
5 arr.. SO cant,, SSOcomm., 113.000 h. {Das 
Aljtinei. I5» region militaire, cour d'appel d'Aii ; eve- 
rh* de Digne. Ce dep. tire son nom oes vl|ie»qui le 
iraversenl en s'abaissant graducllcuient vers l'out'st. 
AI.PE* (ttep. de§ H«w«p«-). dep. forme par une 
partie du Dauphin*, et une parlic de la Provence; 
preT. Gap.; s.-pref. Brianpm, Bmbrun; 3 arr., 
24 cant., 187 coinni.. 109.5oOli. {Hautn-Aluiiu . iv re 
gion militaire; cour d'appel do Grenoble; ovAche 
h Gap. Ce dep. doit son noui nux Alpes et renfer 
mail, av.in t {annexion d< ' 



Kef. Sire; s.-pref. Grasne, Pugtt-Thinitn ; 3 arr. ; 
cant., 153 comm., 293,250 h. 15* region militaire - 
cour d'appel d'Aix ; eveche a Nice. Ce dep. doit 
son nom aux Alpcs, qui document dc pres la mer. 

ALPHBE, fleuve divinise, dc l'Elide. le plus grand 
dc l'anc. Pcloponesc. II passait & Olympic et sc jctait 
dans la mer lonicnne. Auj.ie Rouphia.W. Ar£tuusb. 

ALPIIOlVftK, comte de Poitiers et de Toulouse, tils 
dc Louis VIII. II se signala par la douceur dc son 
gouvernement, dans le mirli dr la France (1220-1271!. 




HAUTES-ALPES 




iLfUOXME l«f, le ■•t«fll*«r, roi d A raff on et 
de Navarre de 1104 a 1134. devint roi de Castille en 
1110 sous le nom d'Alphonse VII. — Ai.pho.nse II. 
roi d'Aragon (1102-11901. — Alpiionse 111. le Magni- 
fique. roi d'Arngon (1285-1291). — Ai.puo.nse IV, le 
Ihjbonnairc, roi d'Aragon (1327-1336 . — Ai.piionsc V, 
b' Sage ou le Magnanow, roi d'Aragon en 1410, con- 
quit Naples, ou il mourut en 1458. 

ALPHOXfllt !«'. fondateur du royaumc de Por- 
tugal en 1139; m. en 1185. — Alphonse II, roi de 
Portugal de 1211 a 1223; vainqucur des Maures It 
Alcazar -do-Sal — Alpuonse III, roi de Portugal de 
1248 h 1279, conquit les Algarvcs sur les Maures. — 
Alimionse IV. le Brave, roi de Portugal de 1325 a 
13/.7. prit une part glorieuse h la bataille de Tarifa 
(1340-. - Ai.hiio.nsev, I'Afritain, roi de Portugal de 
1438 a 1481 : il gurrroya en Afrique et en Castille. 
Sous son regne, les Portugal* decouvrirent la Gui- 
nee. II fonda & Colmbrc la premiere bibliotheque 
du Portugal. 

ALPHOXMR VI, roi de Castille ; sous son regno 
vecut le Cid (I065-1M9). — Alpiionsk VIII. rot de 
Castille; sous son regne fut fonde l'ordrc d' Alcan- 
tara (1120-1157). — Ai.piionse IX, le Soldc ou It- 
Iton. roi de Castillo de 
1158 a 1214: vainquit les 
Maures a tolosa (1 212'. 
-- Ai.i'iionse X, roi de 
Castille et de Leon , 
surnomme rAstronomr 
(1252-1284'. — Ai.phon- 
kk XI, roide Castille de 
1312 a 1350: vainquit les 
Maures a Tarifa (1340). 

AI.PHOXNB XII, til* 
d'Uabcllell.neaMadrid 
en 1857. rnort en 1885; 
roi d'Kspagne de 1874 a 
1885. — Alpiionsk XIII. 
til 




,\l H h.»i 



r XIII. 



\i ri s-uiiiiinii » 
•ai" le cotnte do Nice et une 



roi d'Rspagne. tils posthume du precedent, 
Madriil en 18H0; regna sous la tutelle de sa mere 
Marie Christine ju>qu'en 19U2, date de sa majorite. 

AlpliONwiHfa ou tUnainc* \Tilhlc*;. tables astro- 

nonnques, dresnees en 1252 par ordre d'Alphonse X, 
de Castille. Ellcs divisaient 1'annee en 305 jours 
5 heures 49 minutes 10 secondes. 



Digitized byLjOOQlC 



ALS - l 

ALHACB [al-za-se], anc. province dc France, for- 
mant lc Haut-Rhin et le Bas-Rhin. annexee a la 
couronnc sous Louis XIV par le traitc de Westpha- 
lie (1648) et cedee a l'Allctnagne en 1871. moins Bel- 
fort et son territoirc, par lc trait* de Francfort 
(Hab.A/««eten*). 

AUsACK-LOKsAAIXK [al-ia-M-lo-re-ne], pro- 
vince, ou czactcment, r<rre 
d'Empire ( Relchaland ), de 
l'empire allemand, qui l'a 
arrachee a la France en 1871 
par le traite de Francfort. 
Lcs Vosges lhnitent a TO. 
1' Alsace propremcnt ditc, 
bornie a l'B. par le Ruin. 
La principale riviere de l'Al- 
sace est Nil. que longc sur 
presque tout son cours le 
canal du Rh6ne au Rhin, ct 
qui a donne son nom au 
pays Ullaass, Elltsas, pays 
de nil) ; la Moselle, qui ar- 
rose MeU, est en communi- 
cation avec le Rhin par le 
canal de la Marne au Rhin. 
L' Alsace - Lorraine est un 
pays tres ricbe, tant par ses 
productions (boia , vins , ce- 
reales, etc.). que par ses in- 
dustries. Le regime oppressif 
auquel sont sou mis ses habi- 
tant* depths 1871 n'a pu rom- 
[>rc les liens d'affeeiion qui 
cs unissent & la France. 
L' Alsace-Lorraine cstdivisee 
entroisdepartcments: Basse- 
Alsace, ch.-l. Strasbourg-, 
Haute-Alsace, ch.-l. Co J mar; 
Ijorraine - Allemandc , ch.-l. 
Metz ; 1.719.500 h. {AUaciens- 
Larraim) ; 14X09 kit. carr. 

ALiTATTBW [al-ahta-ttn'] 
ou AlUITJBTTERr [al-chte- 
tin'}.\. dc Suisse (Saint-Gall); 
8.400 h. Eaux sulfurcuses. 

ALMTKX [als-thi'], lie de 
Norvegc, ou Ton remarque 
une montagne a sept sotn- 
mcts, qu'on appclle les Srpt- 
Sceurs; 1.3V0 m. 

ALNTOK [alt-ton'] ou 
ALMTOXMOOR [ate-ton'- 
tnour], v. d'Anglclerrc (Cum- 
berland), sur la Tyne ; 4.700 h. 
Mines de plomb. 

ALTAI [ta-i], grandc chai- 
nc de montagnes de l'Asie 
centrale. dms£e en Altai' 
mungol et Altar russc. Mines 
d'or "et d'argent, trcs ancien- 
nement exploiteca. 

ALTDORFKH [fir] (Al- 
brechti, peintrc, graveur et 
arcbitecte allemand, 6leve 
d'Albert DOrcr ( 1W8-1o38 ;. - 

ALTE^IBOlRb [thi'-bour], capit. du duche de 
Saxe-Altenbourg(enipired'Allemagiic),surlaPlcissc, 
affl. de l'Elster; 37.000 h. [Altenbourgeoix). 

ALTEXKIH(HKW [ tin'-kir-rhen 1. bourg de la 
Prusse rhenane. aux environs duquel Marceau fut 
mortellcmcnt blouse (1T90> ; 1.825 h. 

ALTHKX \Jen'] (Jean).agronome. neen Perse. Pri- 
sonnier dans »on pays, il h'ovada et vint en France, 
ou il introduisit la culture de la garance (1709-1774). 

tl.TKIRCH, ancien ch.-l. dc c. 'Haut Rhin), au- 
jourd'hui r«*uni a rAllcmajrnc, sur 1 111; 3.100 h. 

tl/rMllll*, riv. d'AUeuingnp, affl. de e. du Da- 
nube; 180 kil. 

Al.TO^-MIIEK (Edmond d), pair de France. II sc 
pronnnca en 18V8 pour la republique democratique 
et soei.nle (I810-1874). 

ALTOXA, v. du duche de Holntein. a la Prus.sc ; 
port sur l'Elbe ; lf.l.r,00 h. {Altotwh<. Commerce actif. 

AsVrOHF ou AITIIOnr, v. d»> Suisse, pres de la 
Reuss, ch.-l. du e. d'L'ri ; 3.2(H) h.V. Guiilaume Teu. 



- AMA 

ALVAHAbXI (Pierre de), un des principatu, lieu- 
tenants de Fernand Cortex. Ne a Badkjux : na. es !•>'. 

AL.V 1M IY ( Nicolas ). general autrtchien. n* « 
Transylvanie (1785-1810). vaincu par Bonaparte * 
Areole ct a Rivoli en 1796. 

Alsire, une des meillcures tragedies de VoJtaire 
representee en 4736. C'est dans cette piece que Gha- 




man. assassine par Zamore. lui adrcss* au i 
d'expircr ces admirable* paroles : 

Do* dimix c|a« noa* »»rv<m» «ooa*i< l« iitfttyrnvm : 
L«« tieo* font command* in meurtro el l« vasgwuMp* ; 
Fit lo mien, qutad ton br«< ri«tit do m *••«.*»«■■*. 
M'ordonno du to pltindro ildfU pardanMr. 

AI.ZOX. ch.-l. de c. (Gard). arr. du Vigan ; SO a. 

AIJBOXWB, ch.-l. de c. (Aude), arr. de Carcas- 
sonne, sur le Fresqucl, art. de l'Aade; l.iM a. 
Ch. de f. M. Vins. 

Amadia de Cia«l>, eclcbre roman en prose, fent 
moitie en espagnol, moitie en francais. par diver* 
auteurs (xv« s.). Lcs quatre premiers lirres sont rr- 
gardes par Cervantes comme un chef-d'ceuTre L* 
neros de ce livre, Amadis, surnomme le Chevalier i* 
lion, estrestl le type desamants constants et reswe- 
tueux, aussi bien que de la che valeric errant* , ios\ 
le seigneur don Quichotte n'a ete que la carMtaisre 

Amadis de Qawle. tragedie lyriquc en cinq actes 
et un prologue, paroles dc Quinault, ntusique is 
Lulli tlU84). 



Digitized by 



Google 



AMA - 11 

AMAUSIC [rik], roi dei Wisigoths; il epouaa 
unc fllle de Clovis (511-531). 

AMALA0OXTB. fllle de Theodoric lc Grand, roi 
des Ostrogoths. Elle gouverna sagenunt apres ce 
prince, et Ait etranglee par ordre de son mari Theo- 
dat (535). , 

AMALSaTBI, ancien peuple de l'Arabie. aux 
conflns de ridumee, souvent en guerre avec lea Juifs 
au temps de Safll et de David, qui les extermina. 

AMALPI, v. du royaume d'ltalie, prov. de la prin- 
cipautc Citerieure; 1.800 h. (Amaifltaim). Eveche. 

AMALIIC [rik] (Arnaud), abbe de Ctteaux. un des 
chefs de la Croiaade contre les Albigeois. En 1209, 
ay ant pris Beziers, il repondit, dit-on, aux Croises 
qui lui demandaient comment on pourrait distin- 

Suer les heretiques des catholiques : Tuezlet tout; 
ieu reeonnaUra let tient; m. en 1225. 

AMALTHBB \ti], chevre qui nourrit Jupiter ; l'une 
de ses cornes devint la corn* d'abondance (Myth.). 

All AM. favori et ministre d'Assuerus, roi des 
Perses. II voulut perdre les Juifs ; mais la reinc 
Esther, prevenue par son oncle Mardoch^e, les sauva. 
A man. disgrace, fut pendu (Bible). (508 av. J.-C.) 

AMANCE, ch.-l. de c. (Haute-Sadnc). arr. dc Ve- 
soul ; aur la Superbe ; 780 h. 

AMAXCBY [te], ch.-l. de c. (Doubs), arr. de Be- 
sancon;600h. 

AM A3VB [wan] (taint), apotrc des Flandres, eveque 
de Maastricht vers 635. Fete le 6 Janvier. 

AMAR (Andre), fameux conventionnei, ennemi 
des Girondins, ne a Grenoble (1750-1816). 

AM AW. (Michel), historien orientaliste et hommc 
d'Etat italien (1806-1889). 

Aataryllia [ril-luu], nom donnc par Virgile a une 
bergere dans une de scs eglogues, et sous lequel leu 
ecrfvains designent plaisamment une jeune paysanne. 

AMABIA ou AMASJIAM, v. dc la Turquie d'Asic, 
sur le Yechil-Irmak ; 30.000 h. Patrie dc Strabon. 

AM AsjiAft [si'-aaf J. roide Juda de 838 a 809 av. J.-C, 
vaincu par Joas, roi d'lsrael; il perit assassine. 

AM ABM l«r [zitt] ou Ab«M, roi d'Egypte dc la 
18* dynastic ; — Amasis II, roi d'Egypte de la 35* dy- 
nastic, usurps, la couronne en detronant Aprics, et 
se montra habile administrateur. 

AMATHOMTB, anc. v. de Chypre, eclebre par le 
culte d'Adonis et de Venus. (Rao. Amatfiontiens ou 
Amathutiem.) 

AM ATI, nom d'une eclebre famille de luthiers de 
Cremone , dont un des membres, Nicolas (xvi* &.), 
fut le mattrc dc Stradivarius. 

AMAl'RY I«r,roi de Jerusalem, ne en 1135. regna 
dc 1162 a 1173. — Amaurt II, roi de Chypre, puis 
dc Jerusalem (1194-1208). 

AHASONKfJ (let). Myth. Pcuplade fabuleusc dc 
femmes qui habi taient les rives du Thcrmodon, en 
Cappadoce. Elles exposaicnt, dit-on. lcurs enfant* 
males, et se brulaient la mainelle droite, afln dc 
tirer de Tare avec plus de facilite. On cite parmi 
les Amazones' plusieurs reines celebres : Antiope, 
qui attaqua Thes<e, et fut vaincue par lui sur le 

{iont du Thermodon ; Penthesilee . qui secourut 
es Trnycns et fut tuee par Achille. qui pleura 
•ur sa beaute, et assomma Thersite qui insultait a 
•on cadavre j Thomyris, qui fit perir Cyrus ; Tha- 
lestris, qui visita Alexandre. Les modcrncs ont cru 
rctrouvcr des nations toutes scmblablcs dans 1'Ame- 
riquc meridionale, sur les bords du Maranon, qu"ils 
appelerent fleuve des Amazonet, parce que, sur les 
deux rives, on rencontra des femmes qui combat- 
taient aussi vaillamment que des hommes. 

AsM*4Mt«a (Combat dtt), tableau de Rubens (1«19). 
o>utr re importante represeatant la victoire de Thesee ; 
melee horrible sur le pont du Thermodon (Munich). 

AMABOXBB (fleuve des), OU AMASOXB ou MA- 
■AJlOX, grand fleuve de rAmerique meridionale. II 
prend sa source dans les Andes, arrosc le Perou, le 
tlrcsil. traverse d'immenses forets vierges, et se jettc 
dans 1'Atlantique . Cours de 0.420 kit. environ. (Test 
lc premier par son debit des fleuves du monde. 

ABBALA ou IIMBALLA, v. de l'Inde (Pcndjab), 
•ur le Ghaggar ; 79.000 h. 

AMBAHHBB, peuple de la Gaule Celtique, eta- 
bli au moment de la conquete dc Cesar, cntrc la 
Saone et le Rhone. 



1 — AMB 

AmlMkrvMlra, processions champetres des Un mains 
en 1 "h.mneur de Ceres; se eelebraieiu le 20 mai. 
tniNiix.adriirt rt tniniwtrr* de Frinre Rerneit 

tic t inttrurtiont donnict aux). Cc recueil diplomati- 
DUC. public sous les auspices du minislere des Af- 
faires etrangeres, couiprend la periode comprise 
cntre le traite de Wcstphalie el la Revolution. II a 
pour complement VFnventaire analytlque des Archi- 
ves du ministere des Affaires etrangeres. 

Au*r>HNfta<tHrc (/*). opera-comique en trois actes, 
paroles de Scribe et Saint-Georges, mnsique d'Auber 
1836 . Partition plcine de grace et dc distinction. 

amiiazac, ch.-l. de c. (Haute-Yienne), arr. de 
Limoges; 3.600 h. Ch. de i*. Orl. 

%mbi:hc. v. de Baviere. sur la Vils. s.-afll. du 
Danube; 22.000 h. Mines dc for. 

AMBBBUBfJ, ch -1. do c. (Ain). arr. do Bcllcy; 
4.020 h. Ch. de f. F.-L.-M. 

\>iiikki btr . ch. l.d'arr. fPuy-de-DAme) ; sur la 
Dore, attl. de lAllier; a 82 kil. s.-F.. de Clermont- 
Ferrand; 7.650 h. Ch, del" P.-L.-M. Pap.ti rie-. U\>- 
mages. L'arr. a 8 cant., 6S comm.; 70.900 h. 

imiikx (Beett) [bes], etroite presqu'ile au con- 
fluent de la Dordognc et de la Garonne (Girondt 

innnaT ijha ', roi gaul<ji;j. qui regnait vers la 
Cm du vi* siccle av. J.-C. 

Aumoilix [rikt], roi des Eburocs, qui lulta 
contre C6aar 54 av. i.-C. , 

lUiioivF. unc des lies Moluques; aux Uollan- 
dais : 275,200 h. Giroflier. 

.ajMDOIMR, ch.-l. de c. flndre-et-Loire 1 . arr. de 
Tours, sur la I/oire ; 4-. 550 h. '.4. mbaeie n* - ou Ambui- 
s'ir>r- Ch.de f Orl Chateau celebrc oq naquit et 




mourut Charles VIII, et qui servit de residence a 
Abd-el-Kader prisonnier (1848-1852). En 1363 y fut 

t> roe lame un edit qui permcttait aux protestants lc 
ibrc cxercice de leur culic. 

AaBboCsw (conjuration <f). formec par Conde et 
les huguenots, sous la conduile dc La Renaudie. en 
1560. contre Francois II. Catherine de Medicis et 
les Guises. Elle echoua et fut cruellement reprimee. 

AMBOIBB (Georges «f), cardinal, ministre dc 
Louis XII. dont il adminislra sagement les finances. 
On cite souvent les paroles qu'il adressail. avant de 
mourir. au frere Jean qui le soignait : « Frerc Jean ! 
que n'ai-je ete toute ma vie frerc Jean ! » (1460-1510). 

AMBRIBRBH, ch-1. de c. (Mayenne). arr. de 
Mavcnne. sur la Varenne, affl. de la Mavenne ; 
2.400 h. Ch. de f. O. 

AMBROIMB (taint). Pere de l'Eglise latine. nr- 
cheveque de Milan, ne ft Treves (340-397). 11 imposa. 
ft ta suite du massacre dc Thessalonique. une peni- 
tence publique a 1'empereur Theodose, et crea le 
chant fiturgique. Fete le 7 deccmbrc. 

Anbrois* (taint), refuitant m Tb«od««e l>n«rpe 
de boh •s;li»<', tableau de Rubens, au musi-c impe- 
rial deVicnne, eoloris trts brillant; — dcVan Dick, 
ft la National Gallery (Londrcs), visiblcmcnt inspire 
de celui de Rubens. 

ABBBOSIElOtB (bibliothegue). celebrc biblio- 
theque de Milan fondee en 1002 par le cardinal Fre- 
deric Borromee et qui possede, entrc autrcs raicica, 
un manuscrit dc Virgile. 



Digitized by VjOOQlC 



AMB 



RONS, peuple de la Gaule (Helvetic), extcr- 
r Marius a la bataille d'Aix (108 av. J.-C). 




Am6ric Vo»f>u 



AMBK 

mine par Marius 
iUiBDBB r </e"l. nom de plusicurs princes de Sa- 

voie, dont le plus eelebre est Amedec VIII, qui de- 

vint papc sous lc nom de Felix V, ct rcnonca a la 

tiare en 1U9, pour mcttrc fin au schisme d Occident. 
AMKDBB ■•', roi d'Espagnc, ne a Turin, second 

nis du roi Victor-Emmanuel. U fut appele au trdne 

en 1870 et ahdiqua en 1813. 
AMB1L.HON [inc. //mil., on] (Hubert -Pascal), 

litterateur ct erudit francais, ne a Pari* (1730-1811). 
Asarlle, roman eelebre de Fielding (1751), ou l'au- 

teur s'est propose de rehabilitcr le inariagc. 
AMBLIB-LBM-BAIW* [U It-bin], village des 

Pyrenees-Orientales, arr. de Ceret; 1.350 h. Eaux 

thermales, hApital militaire. 

AMKLOT DB I.A HOlflHAYB \lo, oust] (Nico- 
las), historien francais, ne a Orleans (1634-1700). 
AMBIVBOTBP ou AMRBOPBIM, nom de quatrc 

souverains egyptiens de la 18* dynastic 

AflBNBOTPOl, AMBnOTHBM {less} ou MB- 

1VBPMTAH, quatrieme roi de la 19« dynastic egyp- 

tiennc, flls et successeur de Ramses II. II embellit Thc- 

bes et Memphis et fut enterre dans la vallee des Rois. 
AMBKIC VBUPICB, navigateur, ne a Florence, 

qui visita quatre fois le nouveau monde deja decou- 

vert par Colomb. Lcs premiers 

cartographeadonnerentson nom 

a YAmerique, et depuis ce temp* 

on compare A Amcric Vespuce 
celui qui prollte d'une invention 
dont il nest point 1'auteur 
(t4fiM5l?>. 

AMBRIQIB, une des cinq 
parties du monde, decouverte par 
Christophe Colomb en 1*92. De* 
le vin« ou le ix« sieclc. les Nor- 
vegiens etaient arrives jusqu'au 
Grocnland et avaicnt atteint la } 
cote orientale de l'Amerique du 
Nord. Cctte decouverte ne dimi- 
nuc en rien la gloire de l'illustrc Genois. car elle 
n'eut nucune influence sur le progres des relations 
de peuple a peuple. Apres Colomb, scs principalis 
expforateurs sont : Amcric Vespuce. Jacques Car- 
tier, Cabot, Magellan, La Condamine, Champlain, 
Humboldt. Crevaux, etc. 

On distingue, au point dc vue giographiquc : 
lo l'Amerique du Nord. 2* l'Amerique ccntralc. 
a» l'Amerique du Sud. L'Amerique du N. mesure 
0.800 kil. de long, et 5.200 kil. de larg. ; l'Amerique 
du S., 7.3V3 kil. de long, et 4.801 kil. de larg : en- 
semble clles ont une supcrfleiedc plus de 38 million* 
dc kil. carreset environ 1 *0 millions d'h [A me" rieains). 
L'Amerique est ainsi pres de * fois plus grande que 
1'Kurope et 73 fois plu* grande que la France. 

On trouve en Ameriquc Tor, l'arjfent, les diamants. 
ct le cuivre. On y voit le cotonni-r, lo cocotier, lc 
palmier, le tabac, les epices. le caoutchouc, le cafe, 
le quinquina, la vanille, la canne a sucre, u crtte dc 
champs dc bid et d'autrcs c^rcalcs, et d'autrcs bois 
procieux. On y rencontre le caiman, lc tamanoir, 
lours, lc jaguar, le puma, le tapir, le lama, le bison, 
le condor, les perroquets, le boa, des singes a queue 
prenante, etc., et tons les animaux domestiques. 

Prineipales races : Europeans emigres : Anglo- 
Saxons. E>pagnols; indigenes: IndiensPeaux Rouges; 
races disparues-.Tolteques, Azteques, Carat bes.lnoas. 
%m^riqur dn Xord. En forme de triangle aminci 
vers le S.. elle est bornee au N. par 1'ocean Glacial 
Arctique. a IE. par l'Atlantique, au S par le golfe du 
Mexique. a l'O. par le Paciilque. — Prineipales re- 
gions naturelles : !• tout au N., en lisiere de 1'ocean 
Glacial et de la baie d' Hudson, terres froides, ina- 
recageuses, lacustres du Canada, conllnant au S. a 
la region des grands lacs : Superieur, Mulligan, 
Huron, Eric, Ontario, qui s'ecoulent par lc grand 
fleuve Saint- Laurent ; 2« A l'O. s'ctendant de la pres- 
qu'ile d'Ala*ka. au N.. au Mexique, au S.. souleve- 
ment montagneux des Hocheuses, prolongees par la 
Sierra Afadre, et qui enferment le Grand Ba**tn ; 
3» a l'O. le long du littoral oeeanique. soulevement 
des Alleghanys; *• entrc les deux regions prece- 
dentcs, profondc et large vallee du Misfissipi, dont 



2 - AMM 

les grands affluent* superieurs (Ohio, Mi**oer> 
drainent la Prairie, et qui vient ftnir au milies «** 
terres basses, humides et chaudes bordant le gotf* 
du Mexique ; S» le plateau volc-anique du Mexiq**' 

Etats : le Canada, lcs Etatt-Unis. le Mexique. 

Amarlqae Ceatrale. Region montagneuse. aai 
contours etrangle-s (presqu He du Yucaion, t«tW 
de Panama), et partagec en petite* republic*?* 
Guatemala, San-Sah-ador, Nicaragua. Zfoarfanu. 
Co*ta-Rica, Panama. L'archipel dea AntilUt defeat 
geographiquement de l'Amerique cemrale. 

Aneriqs« du Hud. En forme de triangle, ell* ^ 
terminee au S. par le cap Horn- Regions naturclk* 
i» a l'O. en bordure du Paciflque, soul^TcmeCit vol 
canique de la Corditltre des Andes: 2» a I*B. herie 
par Vocean Atlantique, vlateau brrMli** (l.t* » 
1.500 m. d'alt.) ; 3» s'inchnant a l'E. et au S vm 
l'oc6an Atlantique. large* plaint $ de* grands Oesr** 
Orenoquc. Amazone, Parana et Paraguay :r«> de 1* 
Plata) ; *• au S., terres seehes, presjque de3eroqj«-» 
des Pampa* et de la Patagonie. 

Principaux Etat* : Cokunbie. Eansvteur. BoLvi* 
Perou, Chili. Venezuela, Guyanea, Br^ail, Parasw 
Uruguay, Argentine. Les Hesde 1a Trinity FmluaE^. 
la Terre de Feu, dependent de 1 Ameriquc du Sed 

AnrKJKVItXB-LA-TAJBPACiXB [an., cli 4 4e f 
(Eure), arr de Louviers ; 560 h. 

Aasl d«« estraMM (/'), par Berquin - charmaat re 
cueil de dialogues et de r6clU cnfantina t.1784-. 
Ami dea ksaaca (/) ou Traiti de la Bopssiofi^ 

Ear le marquis HiquetU de Mirabeau. pere da co- 
re orateur ; livre d'economie politique, que le i** 
phin. ftls de Louis XV. appclait le « breviaire dr< 
nonnetcs gens »; ouvrage de theorie anji«i eoaT^* 
mais empreint d'unc grande philanthropic ;.l~*Z» 

AsbI da peaale (/'). feu i lie ultra-revolutionaau.-. 
redigecpar Marat, et qui parut du 12 se-ptcflBbret*^ 
au 21 septembre 1792. 

Asai da roi (f ). journal ultra royalists. red\f? ^^ 
grande partie par l'abbe. Royou. et qui cvas.: a ; 
rovalisme ce que VAmi du peuple ^tait 4 la dctu 
gogie (l« r juin 1790 au * mai 1792). 

Ami Vrltn (/'). eom^die en tmt* actes. ea pn^ 
d'Erckmann-Chatrian, tiree de leur r>man 1§7- 
le compositeur italion Mascagni a transformer.^ 
Fritz en comMie lyriquc (18W;. 

AMICI (Jcan-Baptiste) astronome et opticiet iu 
lien, ne k Modene (1786-1864). 

AH I EL. (Henri-FVederic), litterateur, pocte et & 
raliste suisse, ne a Geneve {1821-1W1:. 

AMIBXH mi-in], anc. cap. de la Picardir ; cis -L 
du dep. dc la Somme. sur la Somme; ch. dr f V. 
a 131 kil de Paris; 90.800 h. {AmiJnnit E**c^ 
belle cathedralc. Velours, etoffes de laice. Pairic *• 
Pierre 1'Ermitc. Voiturc, Ducange. Gresaet. ^*'ai^j- 
Laclos. Gnillard. Gribeauval. Leg rand d'Atise?. l v 
lambrc. Genin. Dcjean. Amiens fut prU par le* E- 
pagnols et rcpris par Henri IV (15^7;. En !*« y (^ 
conclu un traite de paix entre la Prance, rAM>- 
terre, l'Espagne et la Hollande. L'arr. a 13 ea*n 
251 coram. 199.500 h 

AMIXCAR Bares, general carthagin«>i*. f^ 
d'Annibal ; m. en 228 av. J.-C. 

Asalata (/'). drame pastoral, module d«rs o>ia^^* 
tions de cc genre, par le Tassc : rcprest-nte r« l*"* 

AMIBiASTKM {iles), archipel de la 
mer des Indes, au N.-E. de Madagas 
ear ; aux Anglais. 

AMinAlTB {{lea de /'). archipel dc la 
Melanesie, au N. de la Nouvelle-Guinee ; 
aux Allcmands. 

AM I II (ties den). V. Tojioa. 

Asaiile {Traiti de f ), dialogue pbUo- 
sophiquc dc Ciceron. 

AMM AN ATI (Bartolomco). sculpteur 
et architects florentin (1511-1592). 

AMMIBIV MAHCBL1.I1V, historirn 
latin du iv« s., bicn informe, impartial. 
mais au style coiifus. I / v i 

AMMIRATO (Sciplon). historien iu- I l\ I 
lien (1531-1601), auteur d'une remarqua- C^T^^> 
ble llistoire de Florence. j,^-**. 

AMMO!«. dieu egyptlen du Soleil ; ^"^ 
il avail un temple k Thebes et dans l'oasis to*^- 
qui portc son nom. 

Digitized by VjOOQiC 




AM&RIQUE 




I'EllT LAROIiSSK ll.l.UM'Hit. 

Digitized by 



Google 



AMERIQUE 




JUWQU1NA 



Digitized by VjOiJ V 



le 



AMM - l 

AMMOTV, flls de Loth, frere de Moab. tige des 
Ammonites (Bible). 

AMBON ou RABBATH AMHOIV, ville dc la 
Palestine, a 100 kil. N.-E. dc Jerusalem; cap. du 
royaume des Ammonites. Ellc s'appela plus tard 
Philadelphia 

.UIMONITBil, peuple dc la Palestine, issu 
d'Ammon, tils de Loth, et £tabll sur les plateaux 
de la rive droite du Jourdain. Rivauz des Hebrcux, 
Us furent battus par Jepht6 et Saul, puis cxtcrnunes 
par Joab, general de David. 

AMMOMIll Marraa, philosophe d'Alexandrie du 
in« siecle de notre £rc, foodateur de l'ecole nei-pla- 
tonicienne, maltrc de Longin, d'Origene et dc Plotin. 
AMilON, tils atne de David, tue dans un festin, 
par Absalon. 

AMON, roi de Juda de 642 a 640 av. J.-C. II imita 
la conduite impie dc son pore Manassc, et fut assas- 
sinc par ses orflciers. 

AMdNTOm [ton] (Guillaume), phvsicicn fran- 
cais, ne a Paris. II cut 1c premier l'idee du telegraphc 
aerien (1663-1706). 

AMORRHBB!!! r mo-reWn ], peuple chananecn 
issu d'Amor, flls de Cnanaan. Elabli sur le plateau a 
l'E. du Jourdain, il se souleva contre la domination 
eeyptiennc au temps de Ramses II, lutta contre les 
He*brcux et flnit par etre soumis par Samuel. 

AMBsl \m6$s], le troisieme des petits prophctes 
du canon juif. 

AMOl', cb.-l. de c. (Landcs), arr. de Saint-Sever; 
sur le Luy de Bearn ; 1.600 h. 

AMOl-DARIA ou Djlb««H (l'ancien Orua), 
grand fl. du Turkestan ; prend sa source au plateau 
de Pamir, baigne Khiva et se jette dans la mer 
d'Aral. II est relii a la mer Caspienne (dans la- 
quelle il se jctait autrefois), par le ch. de f. Trans- 
caspien. qui passe a Merv; 1.860 kil. 

AMOUR ou 0AK.NAL.I2V-OIXA, fl. au N.-E. dc 
l'Asie. forme par la reunion de l'Argoun et de la 
Schilka. II scpare pendant une partic de son cours 
la Siberie de la Mandchourie, et se jctte dans la 
mer d'Okhotsk ; 4.377 kil. 

Amour de Blea (TraM dr. /'), ouvragc de devo- 
tion, fort goutc des ames picuscs ; par saint Fran- 
cois de Sales (xvn« s.). 

Asitar (de f), par Stendhal; etude eclebre de 
psychologic (1822). 

Asaear el P»yche (!'). episode de VAnc d'or d'A- 
pulec. une des plus gracicuses allegories que nous 
ait leguccs l'antiquite. 

About et Psych* (/'), chef-d'opuvre dc Gerard 
(Louvre); l'Amour embrasse timidement Psyche, 
assise ; joie ingenue, £tonnement narf dc cclle-ci. 

Aaaewr et Payrhe (/*). deux groupescn marbre de 
Canova, au Louvre, tous deux elegants et gracieux ; 
un de ccs groupes represente l'Amour enlacant la 
taille de Psyche, qui lui montrc un papillon ; 1'autre, 
l'Amour retenant Psyche au moment ou ellc va se 
prccipiter dans un abimc. 

Asaear saedeela It'), opera-comique en trois actcs, 
livret de Ch. Monselet, d'apres la comedie de Mo- 
liere, musique de F. Poise (1880). 

Asaear aaere el I'Asaoar profaae (f). tableau 
du Titien, galerie Borghese, k Rome : deux belles 
femmes sont assises pres d'une clternc, ou un en. 
fant puise de l'eau. Coulcur et expression supcrbes. 

AMOY ou AMOl, v. de Chine Fo-kion), port au 
N. de la mer dc Chine, dans 
Tile dc Ilia Men; 113.800 h. 
Port ouvert au commerce eu- 
ropeen. 

AMPERE (Andre-Marie), 
savant mathematicien et phy- 
sicicn francais. ne a Lyon. 
Travailleur infatigable , il 
trouva les principes dc la te- 
legraphic electrique, et de- 
couvrit la loi fondamentale 
de l'electro-dynamiquc, 
d'aprea laquelle deux flls con- 
ducteurs. traverses par I'elec- 
tricite, s'attirent ou se repous- 

•ent suivant que les courants s'y meuvent dans le 
memc sens ou dans le sens contraire (1775-1836). 





5 - AMY 

AMPEHB (Jean-Jacques), tils du precedent, litte- 
rateur et historien francais, ne a Lyon (1800-1864) 

AMPHIARAfft [an-fta-ra-u»3), devin c6lebre, un 
des Argonautes. 

Aaiaaictyoales. assemblies oil des peuples de la 
Grecc ancienne, rederes dans un but rcligieux et 
politique, envoyaient des delegues (amphictyom) 
charges de dellberer en vue dc 1 interet commun et 
de juger les differends survenus entre eux. 

AMPBION, tils de Jupiter ct d'Antiope, pocte et 
musicicn, qui batit les- murs de Thebes; scion la 
Fable, les pierrcs vcriaient se placer d'ellcs-m^mc* 
nu son dc sa lyre. On fait dc frequentes allusions h 
ce pouvoir merveillcux dc la musique. 

AMPHlPOLIi [/i«], v. de Maccdoine, colonie 
d'Aihtacs, sur lcStrymon; patric dc Zotte. Thucydidc 
fut exile pour ne pas avoir 
su la defendrc contre le 
Laccdemonien Brasidas 
( 424 av. J.-C). Philippe de 
Macedoine la prit d'as- 
saut (358 av. J.-C). 

AMPHINMA v. de la 
Grdce ancienne, a TO. du 
Parnasse, cap. des Lo- 
criens Ozoles; auj . Salona. 

AMPHITRITB, dcesse 
de la mer. fllle dc l'Ocean, 
cpouse de Neptune (M yth, ). 

AMPHITRYON, flls 
d'Alcee, roi de Tyrinthe, cpoux d'Alcmenc, trompe 
par Jupiter (Myth.). 

AsaaUtryoa , comedie de Plaute, imitee par Ro- 
trou, puis par Molitre dans la piece du meme nom. 

AMeaHrvea, comedie dc Moliere en trois actes 
et en vers libres (1668), imitation dc la piece dc Plaute. 
Les personnages d' Amphitryon et surtout de son 
esc lave Sosie sont du plus haut comique. On y rc- 
marque ces vers, passes en proverbc : 

L« »4riUbU Amphitryon 

E*t rAinphilryon ou Ton din*. 

Dcpuis. le mot amphitryon a servi k designer non 
seulemcnt celui qui reunit des convives k sa table, 
ntais 1'homme riche et puissant, qu'un sentiment 
d'egofsmc nous poussc a encenser. 

AMPLEP118 [vu-i], ch.-l. de c. (Rhone), arr. de 
Villefranchc ; 7.100 h. Ch.de f. P.-L.-M. Soieries, 
mousselines, cotonnades. 

AmpMle (Bainte), flole conservec dans la cath6- 
drale de Reims et contenant l'huile qui scrvait k 
Tonction des rois de France dans la ceremontc du 
6acre. La legende la faisait dater de saint Remi, qui 
sacra Clovis. Le conventionnel ROM la brisa a. coups 
de marteau sur la place publique dc Reims (1793). 

ARR I [am'-ri]. roi dlsrael de 928 a 917 av. J.-C. 
II batit Samarie, et fut le perc d'Achab. 

AMRITMAR, v. dc l'tndc, dans le Pendjab; 
162.500 h. C'est la ville sainte des Sikhs. 

AMBOI [am'-rou], general musulman, conque- 
rant de l'Egypte ; m. en 663. 

ABUTEL [am'+ttl]. petite riv. canalisde de Hol- 
lande. Ellc traverse Amsterdam, ct se jctte dans le 
golfe de l'Y. 



AM [am-atcr-dam'}, cap. du royaume 
des Pays-Bas, ch.-l. de la prov. de Hollandc. Port 
tres commercant sur le Zuyderzec, k 600 kil. N.-E. 
de Paris; 547.000 h. (A mtttllodam ien» ou Amstelio- 
damou). Amsterdam peut. en temps de guerre, inon- 
der tout le pays au moyen de ses ecluscs : cc qui la 
sauva des arm'ees de Louis XIV. Cependant les hus- 
sards francais de Pichegru y entrerent en 1795. la 
gelee ayant transform^ les eaux en une route solide. 

AMBTBHBAM ou MOIiVRLLB-AHiTBRDAM, 
lie de 1'occan Indien, tres isolee. A la France. 

AMIMIM [uss], roi legendaired'AlbcquidetrAna 
son frere Numitor, et fut tu* par ses pctits-nevcux 
Remus et Romulus. 

AMIIRAT I*r [ra], sultan turc. prit Andrinople 
pour capitale et organisa la milicc des janissaires 
(1319-1389); — Amurat II, celebre par sa victoirc sur 
Jean Hunyade (1401-1V51) ; — Amurat III vainquit les 
Perses (15*6 1595) ; — Amurat IV s'empara de Hagdad 
(1611-1640). 

AMnVTAM [a-min-ta»M]. roi de Maeedoinc, pere 
dc Philippe II (39G-370 av. J.-C). 



Digitized by VjOOQlC 



AMY 



— IlJ* — 



AND 




Ja/ «.<»*» _ a* a Meam*. tradactcax 
de PHtarq ■*► et de I»ag%f . pr*- 
eept^ar. p-its grand mo/akt 
de < barl** IX et de Heart III. 
et e***qr«e dA«jxeTr» »1 fvt.pnr 
*** \r%A'*r\v>u* de FltiLtrr*^ . 
de ly/urnt et* . '.n &r% erra- 
Uart 4* U b*Il* Ur.jri* 4? 
xrf %j^\r. on/tuxl* ^l &*'**■ . 
v/'i\ f \f. ft abocianie. t'slsrti 
et pi ! U/re^ ^ i ', IM Vf . . 

se<t* 4 heretiq>je« allecnaad* d>» 

r/,cr,m'-nceix»*'nt du xvp »i*cl*. 

Kile f'fjta parmi le* payiam 

J*; plu* fraud tftuAiT* de »e« A *v^ 

adhT*-r,'.« (\w la rioMe»*e pr</t*«tante d AJIeniagne. 

cr-d-me par Luth'-r. exterunna a U journre de 

Fra/iXrriha'ji^n, rn 15Z.7 v. part, lanave . 

«MbM« 7". cVii-a-dire I'Erjx-dttion, outrage 
hi«V»ri<j>i'- dc X^nophon. rcrit pr»-< n el attachant d> 
I'exoediLi'/ri de Ctnn le Jcune coctre Artaxerxes II 
rl de la retrajte de% Wx-Mille. que 1 auteur lai-caexue 
avail eonduite iv« *. av. J.-C;. 

AXAMAKNIM \ kar-tiu ' . philosophe scythe 
fvi« s. av. J.-C/. Cent vers i'an i*'J quil parul a 
Athene* ; il devmt 1 ami de Solon el de Periandre 
de Conn the. On fait qurlqurfois allusion 4 ce Scythe 
vivant au milieu dun pa>» civilue. 

Aaarbant* est ttr^rr ' Voyage rfu ieune). recon- 
•titution pleine dinterci de la vie pubfique el privee 
de» (hrti n au iv« »i< »Ie. par l'abbe Bar the 1. my 1779'. 

a*a«i*£T kle\ {taint), pape. de 78 a 91.' Fete 
le if. avril. 

A*AI'RI50)^, celebre poete lyrique grec. ne. a 
1eo». en Lydic. I/cs poesies qui lui ttont attributes, 
d aillcur« » tort, ct qui cMebrent le plaisir. la bonne 
r.here. brillent surtout par 1'enjouemcnt. la grace el 
la d»:licatei*e f>60-478 av. J.-C). I,e nom d'Anacreon 
revient tret souvcnt sous la plume den ecrivains 
pour raracteriaer le genie poetiquc de ceuz qui ont 
rultive le ineine genre que lui. C'est dan* cc sens 

Sue Ion dit : un tmuU, tin ditciple d" Anncrion- On 
csigne souvent Anacreon par cette periphraae : le 
clumlrt. lr vie 1 1 lard de Ttot. 

AMABIlt. (1. dc la Siberic ; se jette dans le nolfc 
(f Anadyr, form* par la mer de behring; 7V0 kil. 

AATAUffl, v. d'ltnlie. presde Rome. au-d«*«iUH du 
Harm; 7.W»Ci h. <AtunjnHea ou Anagnienx). Le papc 
Ilnnifnce VIII y fut inmilU par Nogaret, envoye de 
I'tiilippn h' Ilel. ct par Sciarra Colonna en 1303. 

AK.%111 .%<* ah], l'un dos nomi du Mexiquc avant 
la conqu^te c*\>nxno\c. II est applique aujourdliui U 
un plateau den environ* dc Mexico. 

AlVAIVIAtl \an$), l'un den trois jeunci Hobrcux 
jell* dan* la fournaise par ordrc dc Nabuchodono- 
»or (Wide). 

ANANIK fnf I. Juif convcrti, frappc dc mort avec 
•on ApotiKc rtapnira, pour avoir menti a saint Pierre 
[iSouicau Tentnment). 

A.<V%MTA«B ■•', papc. dc 398 h WS ; — Anaktase II, 
papc dc 4Un h 49H ; -- Anahtasb III. pape de 91 1 a 913 ; 
- Anahtahk IV, papc dc lir.a h llliV. 

%!«AMTAMB <»aint\, pntriarchc d'Antiochc (5GI- 
:.•»«• i, l-'otc le 21 avril. — Saint Anastanb le SinaUc, 
ui'iine du mont Sinai (vii* h ). 

ANAHTAHK ■•% l« Milentlalre. empcreur d Orient 
dc W1 h 51H. — Anahtahe II, empcreur dc 713 ft 7IU. 

AttAMTAMIK [zt] (sainte), morlvre sous Neron. 
I'Vte le ITi avril. 

AKATOI.K (winl). cveque dc I^xodicec vers 270. 
I-Vte le SjuillH. 

A^ATOI.IK [it] fdu gr. anatoli. lever du soleil), 
nom Kouvcnl domic, a l'Asic Mincure. 

AnsIowIc \mi] (la iecun d), chef-d'tnuvrc dc Rcm- 
hrnntll) (UVii), unc des mcrveillcs dc la pcinturc 
il.a Have). 

t^ AKAUORR, philosophe grcc de l'ecole io- 
niciinc. 11 cnt conside.i't< coninie lc foudateur du 
illume philosnphiquc. Pericles ct Socrate suivircnt 
hok levoiiM; in. Tan 42M av. J.-C. 

ANA1AHQIR, philosophe grcc, de l'ecole dc 
Domoerile. ami d'Alcxandre (iv« s. av. J.-C). 

AK aximakdnk, philosophe lonlcn, autcur d'une 
lhi<»rle de llnllni (til(i-5A7 av. J.-C. J. 



m LUBtAffl, u des pre 
tepee is fatcTMdre. ^«H sisrnt es Asae. 

I1III111 mm MKMMT* fki kmef^e de Teeefe 
II vorast daa» Tair le j 
r. J -C. 

can. ae aa HaVre lTW-l«i; Sa f ei 
C«*aixrs. aee a Dxjoa. fat aasu urn ecrivaia distiagae 
l7*i-IA-i . 

AMYIU *«T. cav-L d'arr. lx>ire-Uferie«re : 
wr U Lotre : ea de f. OrL. a » ail. N.-O. de Naa- 
les : *>-200 b. Amrmim* . Forge*. hooHle. ris*. 
grains, boss. Loais XI j coadat ea i «49 ua tra,'te 
de paix avec Fraaeou II. d«c de Rrelagae. L'arr a 
» eaat.. 27 coatm.. (9.400 k. 

ASCXKTtULB ' %rr . eh.-l. de e. Heme', arr. de 
Bar le-Dwe. pres de laMam . 1 .000 h. . eh. de f R 
Cerises, kirseb. 

A3ICWUKC eai-s/;. priaee troyea.pere d'Eavee.Lcrs 
de rcmbraaemeat de iroie. Bnee le placa tmr *e~t epa«- 
lea et lemporta jasqv'aox raisseaox. Ob fail *>QT<«t 
alfauion a ce trait d amoar OliaL V. fejiii 



> iiajsai ««U I 



. par Alexis 



de Toequeville flS3«>. etude pleioe d'eradxtioa et de 
profondeor sar radministraiioa de la France avast 
1 709, dont il moBtre la surrivaaoe aprea la periode 
rirolutioanaire. 

Aarli— >■ rlllri da —an sa SBaaasle. par 
D. Charnay. tableau sa van let ingenieux de la crnb- 
sation antique de 1 Amerique centrale , It*; . 

Asteieaa (coitset/ dn t . V. coxseil. 

A«ei>«ss> «t d«a ■ l i tiat i iParalieie des . par 
Ch. Perrault, ourrage ingenieux, mais paradoxal, 
dans lequel il essayait d'etablir la preeminence des 
modernes sur les ancient dans les grands genrm lit- 
t^raires. Ce parallele alluma dans 1' Academie et le 
public cette guerre litteraire fameuse ou Boileau et 
Racine se montrerent les plus rudes adversaires de 
Ferrault. L'histoire de cette quercllc a et* eerite par 
llippolyte Rigault. 

AXCIUUAW [11 rail.] (Charles), bi*torien francai^. 
ne a MeU (1639-1715). — Son petit flls, Fr£d£xjc. ecn- 
vain ct homme d'Eiat. ne a Berlin (1767-107;. 

AWtKARRTROIM (Jean-Jacoues). genUInomme 
suedois, tua d'un coup de pi-tolct, en 1792. le rus 
Gustave III, dans un bid masqud (I7i',»-I792 . 

A2V€0)aTA (Alexandre d) , litterateur itaiien. ae a 
Pise en 1833. 

AXCtom, v. forte d'ltalle ; port sur TAdriatiqae . 
48.600 h. (Anconilaim). Le general Victor s'en cat- 
para en 1797, et en 1799 les Francais y soutinreat 
un siege gloricux Le ministre <'asimir Pvrier nt 
occuper la ville de 1832 a 1838, pour faire ecbee aux 
Autrichicns. qui la bombardcrent en 1849. Bn lftM, 
la flotte italienne prit Ancdue sur les troupes da 
papc, commandees par Lamoricierc. 

AXC'HE (marshal <F). V. Concini. 

AX IB [hutT ]. v. du Chili, le port le plus actif d< 
l'archipel de Chlloe; 10.000 h. 

Attli MAOXTIAM [kuis-mar-si-us*]. petit-fils de 
Numa, 4* roi legendaire de Rome; fooda le port 
d'Ostie (f40-618 av. J.-C). 

AIVCY-UI-PR.ajvc [ftati], ch.-l. de c. (Yoanel 
arr. de Tonnerre. sur l'Armancon; l.iOO h.; ch. dc f 
P.-L.-M. Carricres. 

ANCYBIB (hab. Ancyrans), v. de 1'Asie Mincure. 
ancienne capitale de la Oalatie. Bajazet I« y fut 
vaincu et pns par Tamerlan en 1402; auj. Anfar* 

A Mr y re (monument if), inscription greco-latine du 
temple d'Ancyre. qui est la traduction du testameat 
d'Augustc ; ddchiflr^e et commence par G. Perron 

AXDALOCPIIB [zt), con tree au S. de rEapagne. 
arrosee par lc Guadalquivir, divisee en 8 province* ; 
v. pr. Seville, Grenade, Jaen, Cordoue. Cadir, etc 
(llab. Andalou*.) Cette prov. riche ct fertile, long- 
temps occupce par les Arabes. qui y ont laisse de 
nombreux monuments, fut eprouvee, en 1884, par 
des violent* trcmblcments de tcrre. 

ANOAMAIV {tie*), archipel du golfe de Bengal* , 
aux Anglais ; 2V.600 h. 

AKDKCAVKH ou AMORS, ancicn peuple de la 
Gaulc, etabli, au temps dc C^sar, au confluent de la 
Loire et dc la Maine, dans lAnjou. 

AXDRLOT [lo], ch.-l. dc c. (Ilaute-MarneV arr. dr 
Chaumont, sur le Rognon.affl. dc la Marne ; 922 b. — 



Digitized by VjOOQlC 



AND - 11 

En 587, Gontran et Brunehaut y signerent un im- 
portant trait*, par lequel Gontran adoptait Childe- 
bcrt II et s'alliait avec ce dernier contrc le8 leudes 
rcvoltes ; tous deux asauraicnt aux leudes fideles la 
possession viagere de leUrs charges et benefices. 

AXDKLYM [li] (Let), ch.-l. d r afr. (Eurek sur la 
Seine, a 28 kil. N.-E. d'Evreux ; 5.750 h. (Andelisicns.) 
Ch. de f. O. Lainages. Patric dc Turncbc, Le Pout- 
sin, Blanchard. L'arr. a 6 cant.. 117 comm. ; 56.500 h. 

AXDBNNB [de-ne], v. de Belgique (Namur), §ur la 
Meuso ; 7.850 h. 

AJVBEOl. (saint), apotre du Vivarais (ni* s.). 

AN»BHLBCHT[(fer-/eto'], faubourg de Bruxelles, 
sur la Serine; 46.800 h. Victoire de Dumouriez sur 
lea Autrichiens du due de Wurtemberg (1792). 

AIVDBHUBlf (Bans Christian), poete et romancier 
danois, ni a Odcnse, auteur dc contes rcmarquables 
par la fertilite de l'imagi nation et la grace un peu 
melancolique du recil (1805-1875). 

ANDRMON (Laurent), chancelier dc Gustave 
Wasa; introduisit la Reforme en Suede (1480-1552). 

AlVB-BKBOlV /James), agronome anglais, inven- 
teur de la charrue dite 4cos$ai$e (1739-1808). 

A^DBA (Cordillere dot), grandc chaine de mon- 
tagnes dominant la cote occidentale de rAmerlquc 
du Sud; 7.500 kil. de longueur. On y distingue les 
Ande» de la Patagonie, du Chili, du Perou et de 
la Colombia. L' Aconcagua (6.83i m.) et le Chtm- 
boraxo (6.R30 m.) en sont les principaux sommcts. 
Nombreux vol cans. 

AXBSM'IBB, orateur et homme d'Etat athenicn, 
ne vers 46* av. J.-C. 

ANDOLSHBHt [dols-ha-im], ancien ch.-l. de c. 
(Haut-Rhin) ; a l'AUemagne ; 900 h. 

A2VBOHRB (vnl <i), petit pays au S. du dep. de 
l'Ariege ; republique placce sous la protection de 
la France et de l'cveque d'Urgel. Sup. 452 kil. carr. ; 
5.250 h. (Andorrant). Cap. Andorra la Vieia. 

A!fDKA8MY (Jules, romte), homme d Eiat hon- 
grqis. ne a Zemplin (1823-1890). 

Aft DAB (aaint), apotre. frerc de saint Pierre, 
crucifix sur une croix en X. FHe le 30 nov. 

Aaslr* (martyre de saint), immense et belle frcsque 
du Dominiquin. couvent dc Saint-Gr*goire (Rome); 
tableau deMurillo (Madrid); belle toile energiquc 
du Calabr^se (Louvre). 

ANMB, nom de trois rois de Hongrie. dont le 
second, roi de 1205 a 1235, prit part a la 5* Croisade 
et conflrma les privileges des magnats et du clerge. 

A9DMB {Andri Bouiaakoer. dit le petit pert), pre- 
dicates francais, ne a Paris. 11 est connu surtout par 
la simplicity e t la naivete de son eloquence ( 1 577-1657). 

AXDBJS (Yves-Marie, dit le P. Andrfj, jesuite et 
philosophe cartesien francais, n6 a Chatcaulin, 
mort a Caen, ami dc Malebranchc et auteur dun 
E*sai $ur,le beau (I 675-1 764). 

AXDKBANOV (tics), groupes d'ilcs volcaniques 
de l'archipel des Aleoutienncs. 

AXDERR [dri\ (Salomon-Auguste). explorateur 
suedois. ne a Grcnna (Dalecarlie) en 1854. En 1897, il 
parti t en ballon vers le pole nord et ne reparut plus. 

AXDREOMffl (Francois), ingenicur francais, ne 
a Paris, employe par Riquct a la construction du 
canal du Midi (1633-1688). — Son arriere-pctit-flls, 
Antoin^Francois. general ct diplomate francais, 
ne a Castelnaudary, scconda Bonaparte au coup 
d'Etat du 18-B rum aire (1761-1828). 

A1WRIA, v. de l'ltalie meridionale (Tcrre de 
Bari) ; 37.470 h. 

Amdrlowuf (/*), comedic de Terence (166 av. J.-C). 
La piece est habilement conslruite, le caractere 
bien soutcnu et il y a dans le dialogue une facilite 
elegante ; imitee par Baron. 

AlfBRIBHX [drieu] (Francois), litterateur et poete 
francais, auteur d'elegantes fables, d'agreables co- 
medies, et de contes dont le Meunier Sana-Souci est 
restc le plus celebre, etc.; ne a Strasbourg (1759-1833). 

A2VB-KI1VOPLB, v. de la Turquic d' Europe, sur la 
MariUa, tributaire de l'Archipcl; 81.000 h. {Anilri- 
nopoli tains). Constantin y vainquit Licinius en 323; 
les Goths y battirent Valens (378). Le sultan turc 
Amurat I*' s'en empara en 1360 et les Russes en 1829. 
Le tsar y signa alors avec les Turcs un trait* par 
lequel ceux-ci reconnaissaicnt 1'independance de la 
Grecc et cedaient a la Russie les bouches du Danube. 



7 — ANG 

AHDHI0CCH [dria-ktus], aventurier grec, qui so 
fit passer pour le flls de Persec et fut vaincu a 
Pydna par Metellus (146 av. J.-C). 

AHDHOCI.R0 [kite], esclave romain, heros d'une 
histoirc touchante racontee par Aulu-Gelle. Livre 
aux betes dans le cirque romain, il fut epargne par 
un lion. L'empereur sc fit amener Androcles qui lui 
apprit que. fugitif en Afrique, il avail delivre ce lion 
d une epine qui lui traversait la patte ct qu'il avait 
vecu trois mois avec ce fauve dans un antre. L'era- 

Sercur lui accorda la vie et lui fit present du lion. 
>n rappelle le nom d'Androcles quand on veut 
faire allusion a la reconnaissance des animaux. 
A!IDKO«EE f iVJ, Als dc Minos, celebre par sa force 
; il fut. i 



prodigicuse ; 



. par jalousie, tue par Egee. 



AflTDHOHAQVB, femme d'Hector et mere d'As- 
tyanax. Apres la prise de Troie. clle devint l'esclave 
de Pyrrhus, flls dVAchille. VJliade fait d'Androma- 
que le symbole de 1'amour conjugal. 

AadroM«q«e, tragedic d'Euripide (420 av. J.-C) ; 
imitee en plusieurs endroits par Racine. 

Aa4roai«q«c. tragedie de Racine, rcprisentoc en 
1667, et qui fonda la reputation du poete. Ellc ren- 
ferme de beaux vers, souvent cites : 

Oat, pmnquc j« relrouv« an ami ii fi<UU, 
M« fortune v» prendre un« face nou^alU. 

Dan* eel »v«u tMpouille d'arliBce, 

J*«im« 4 voir qu« du nioini vou» *ou» r«nd«i juslie*. 
Je ne l'»i point •ncor* «mbr«s*4 d'«ojourd"hoi. 
V», court, m«it oraia« «neor d'y trouT«r Hnrmion*. 
Poiirquoi l'»«*»»in«r ? quVl-ll fail? 4 qu«l litre T 
Qui te I'm dit? 
Pout qui tout c«* *«rp«nU qui ftifflcnt »ur >o» t*l«« ? 

AlfDROMBDB, flllc de Cdphee, roi d'Ethiopic. et 
de Cassiopee. Celle-ci ayant eu la temerito dc dispu- 
ter le prix de la beaute aux Nereides, Neptune, pour 
venger ses nymphes, suscita un monstre marin qui 
desola tout le pays. L'oracle consult* repondit qu'il 
fallait exposer Andromede aux fureurs du monstre. 
La princesse, liee sur un rocher par les Nereides, 
allait *tre devoree, lorsquc Pers«?c, monte sur son 
cheval aile, Pegasc. tua le monstre, brisa les liens 
d'Andromede et devint son epoux. — Andromede 
personniftc la femme, que sa faiblesse expose it 
mille dangers. — I^e nom d'Andromede a etc donne 
a une constellation de l'hemispherc boreal. 

Aadrt«M«, trag6dic-opera de P. Corneille (1650), 
piece pleine dc sentiments, dont Racine s'est inspire 
dans Iphigenie. 

AHDKONIC ■•«■ [nik], Comnine, empereur d'O- 
ricnt de 1183 a 1185. II nt etranglcr Alexis II pour 
s'emparer du trdne et fut re n verse par Isaac l'Angc 
( 1 110-1 185):— And rom ic II, Paleologue, empereur de 
1283 a 1328. vit son royaume devaste par les Turcs, 
ct fut depose (1269-1332); — Andromic III, le Jeune, 
son petit-Ills, empereur de 1325 a 1328, detrdna son 
grand-pcre, et combat tit vaillamment les Turcs (1296- 
13U): — Anhronic IV, Pattoloque, detrona son pere 
Jean VI mais ne put conserver que quelques mom lc 
pouvoir, de 1377 a 1378. 

ANBHO5TICI.0 kust) (Living), le plus ancien 
poete dramatique latin, grec d'origine. II avait die 
esclave, et jouait lui-meme ses pieces fm« s. av. J.-C). 

AHDBOM \dro*s], lie la plus septentrionalc des 
Cyclades; 18.000 h.; k la Grece. Vins, fruiu. V. pr. 
Andros; 2.500 h. 

ANBUJAM. v. d'Andalousie, prov. de Jaen, sur le 
Guadalquivir; 13.200 h. Poteries. 

ANBl'BB, ch.-l. dc c. (Gard), arr. d'Alais, sur lc 
Gordon d'Anduze; 3.700 h. Papcterie, poteric. 

A ue *•«* (/') ou la Mttamorphone, roman fantas- 
tiquc d'Apulee. dont la magie forme lc principal 
ressort (n« si6clo ap. J.-C). Le meme sujet a etc- 
traite par Lucicn ct Lucius dc Patras. L'ouyrage 
dc Lucius de Patras est perdu ; eclui dc Lucicn a 
etc traduit par P.-L. Courier. 

A»« Mori (/') et la Femme guillotinie, roman de 
Jules Janin, parodie amusante du roman roman- 
tique, ct dune grande finesse d'observation (1829). 

ANBT n*], ch.-l. dc c. ( Eurc-et-Loir) , arr. de 
Dreux. presdc 1'Eure; 1320 h. Henri II y fit clever 
par Philibert Dclorme un magniilquc chdteau pour 
Diane de Poitiers. .... 

AXUAKA, riv. de la Siberic, qui sort du lac Bai- 
kal et se jcttc dans l'lenissei; 1.600 kil. 



Digitized by VjOOQiC 



ANG — 1 

Ange card lea (f ), chef-d'oeuvre du Dominiquin, 
musec des Etudes (Naples). L'ange defend l'lnno- 
ccnce contre les embtiches de Satan. 

Alt GB [mint), rcligicux earme, martyr en Sicile 
(1185-1220). Fete lc 5 mai. 

A1VUB1.B de Corbara ($ainte). fondatrice des re- 
ligieuses cloltrees du tiers ordre de Saint-Francois 
(xv« s.). Fete le 22 decembre. 

ANttBUB de Meriel (La mere), fondatrice des ursu- 
lines. nee a Desenzano, sur le lac de Garde (1V70-1540). 

AW6BLB8 \les\ (Los), v. des E'ats-Unis (Califor- 
nle), sur le riode log Angeles; 116.500 h. 

ANOBLICO (Fro). V. Giovanni. 

Aa^ellqae (la belle), une des plus gracieuses he- 
roines du Roland furteux de 1'Ariostc. type poetise 
de la femme. offrant un gracieux contraste avec la 
bclliqueuse Marphise et la flere Bradamante. C'est 
la fcmme capricleuse et tendre, faible et forte en 
ineme temps, d6daignant les hommagcs des plus va- 
leureux paladins pour s'eprendre de Medor, fnconnu 
dont les malbcurs ont evcille sa generosity. 

Aageliqae dellvree par Roger, tableau d'ln- 
gres (Louvre). La figure d'Angelique est une dcli- 
cieusc etude de femme (1819). 

Angela, tyran de PaHoue; drame historique en 
trois journe'es, en prose, de Victor Hugo. Style co- 
lore, vifet emouvant (1835). 

Aaaalu* (f ). celebre tableau de J.-F. Millet (1860). 

AlVUBLY (//), fou de Louis XIII. 

AlVttBNIVBfi (Julie <f), heroTne de la Guirlande, 
compose* par les poetes de 1'hdtcl de Rambouillct ; 
epousa le due de Montausier. V. Guirlandr. 

AlVttBRMATV, fl. de la Suede scptenlrionale. se 
jette dans le golfe de Botnie ; 330 kit. 

ANOBRH Uf), ch.-l. du dep. de Mainc-et-Loire, 
anc. cap. de 1 Anjou, sur la Maine ; ch. de f . Orl., a 
308 kil. S.-O. de Paris ; 82.400 h. (Angevin*). Eveche. 
cour d'appel, belle cathedrale, chateau commence 
nous Philippe Auguste et acheve sous saint Louis. 
Ecole d'Arts-et-Metiers. Ardoisieres ; vins. Patrie de 
Jean et Felix Bodin, Menage, Fr. Bernier, David, 
Chevreul. Les Vendeens y furent battus les 3 et 4 de- 
cembre 1793. , L'arr. a 9 cant., 89 comm. : 177.250 h. 

AMUHIBRA (Pietro tT). historien italien, n6 a 
Arona ; il a raconte l'histoire des decouvertes des 
Europeans dans les Indes {14!i7-i52fi). 

AWCill.BKRT [ber] ($aint), contemporain et mi- 
nistrc de Charlemagne, dont il epousa, dit-on. secre- 
tement, la Illlc Berthe ; se fit moine a Saint-Riquicr ; 
m. en 8H. 

A^IUKOR, locality du Cambodge ou se trouvent 
d'imposantes et curicuses ruines de Tart khmer. 

AXULKN, ancicn pcuple de la Germanie (Slcsvig^, 
qui envahit la Grandc-Bretagne au vi« sieclc et donna 
son nom a l'Angletcrrc. 

AlfCiLBN, ch.-l. de c. (Tarn), arr. de Castrcs; 
1.900 h. Draps. 

AXfiLBMBV [ze], ile et comte d'Angleterre, dans 
la mer d'Irlandc; Si.OOO h. Ch.-l. Beaumart*. 

ANCiLBTERRE, partie sud de la Grnnde-Bre- 
tagne, la plus grande et la plus riche des trois 
contrees qui composent le royaume britannique; 
151.015 kil. carr ; 32.528.000 h. [Anglais). Capit. 
Londres. V. Grandk-Bretaonb. 

Aagleterre (Expansion de f ), par Seeley, elude 
sur la formation de I'empirc colonial anglais, ou 
l'auteur souhaite une federation de l'Angleterre ct 
de ses colonies (1884). 

Angleterre (Histoire <f), par Lingard. Ccttc his- 
toire, ccrite au point de vue catholique, se recom- 
mande par l'etendue des recherche*., la nouveaute 
ties aporcus et par un grand art dc composition et 
de style (I8HM830'-. 

lugleterre (Histoirc d* la conaw'te. de I') par les 
It'orsnaadn, ceuvre originale et eloquentc, par Aug. 
Thierry. L'auteur y niontre ]'a»serviskcmont de.s 
Saxon* par la feodalite normande venue a la huite 
de Guillaume le Conqucrant (1825). 

Aasleterre (Htstmre de la Revolution <f), par 
Giii/ol. narration exnete et philosophique (1827). 

AnBlrierre depuiM l'a%rHFHmt de Jarqum II 
(Histoire d' >, par Ma-'aulay ; *e distingue par une 
connai*sance approfondie des source, un grand 
talent disposition, une peinlurf rxade des mo»urs 
it iU-s .ara. i.re*. ct un st>lo ch-re 18'iX|H»il ; . 



8- AXH 

Asmleterre (Histoirt du droit et de* instixutusoi 
de /'), par E. Glasson ; tableau histortqtie du r£rim 
civil et politique de la Grande-Bretagne flSSS-l*. 

Asmlieaalame. religion officielle de l^Ancleterr^ 
L'anglicanismc date du regne de Henri Vin. qs 
rompit avec le pape, dont il n'arait pu obtjecir la 
rupture de son mariage avec Catherine d'Arag^a 
M534). Edouard VI accentua cetle »«ssiotL Maav 
Tudor, reine catholique, voulut etoaifer ree-arre 4- 
ses deux predecesseurs. mais le sang qa'eBe * 
coulcr ne servit qu'a rendre odieu*e* les aneieaart 
croyances ; aussi Elisabeth n'eut-elle aucune pei&e A 
faire approuver la * Confession de foi » de rEgii*c 
anglicane (1562). Le roi ou la reine est le chef 4* 
cctte Eglise. Bien que les anglieans aient adr.pc; «a 
certain nombre de croyances prote*t*ntes. a* o*t 
conservd beaucoup de points de restemblasre at>?t 
le catholicisme, particuiierement la hierarchie. 

AW f)M>-B.%XB!VM [*ak-*on], nom general de* peo- 
ples germaniques qui envahirent la Grande- Breiafa* 
au vi« siecle. 

AlVCilxmR, ch.-l. de c. (Marne% arr. d'E^roir. 
sur l'Aube ; 750 h. ; ch. de f. E. 

A1V60, riche armateur de Dieppe, qui bloqua Ljs- 
bonne avec une flotte equipee a sea frau ; m. ec Li«4 

A1VOB1VA, colonic portugaise de la cAte MlantiTt- 
dc 1' Afriquc du Sud : capit. Saint-Paul 4t Losnais, 
environ 4.180.000 h. (Angolan*). 

A!lttORA, v. de la Turqoie dAsie, eh 1. d> tv 
layet Commerce de laines produites par les t-ktrm 
d Angora ; 27.800 h. C'est l'antique Anryr*. 

Anffat [gho] (M**), type populairc cret an \empt <*» 
Directoire. dans lequcl se regiment totta les ridicaie* 
d'unc epoquc ; c'est la femme partie de has etaet 
pour arriver subitement a la fortune, et qai e»& 
serve, sous les dehors du luxe, le laagage e4 Wh 
poAts de son premier elat, allies aux preteetioa* 
que fait naftre le second. V. Fille d* Jtf»* An?** 

AMC.OIX.KMB, anc. capit. de 1'AngoumoK: ch -L 
du dep. de la Charcnte. sur la Charente; ch. de f 
Orl.. & U5 kil. S.-O. de Paris; 37.650 h. iAnstumt* 
nu Angoumoisins). Ev6che. Curie use cathedral* Pa- 
peteries. Patrie de Marguerite de Valoi*. acrur <k 
Francois I«r, des deux Saint-Gelais, de J.-L. de 
Balzac, du marquis de Montalembert. de CouJoma 
L'arrond. a 9 cant., 136 comm.; 13I.5U0 h. 

AXCOILBMB (due <f ), ne a VersaQles, ftls afae 
de Charles X. II commanda 1'expMition d'Esp%^w 
(1823) ; m. exili a Goritz (1775-184V). 

AKtiOU.KME (duchesse «f), nee a Versailki, 
fille de Louis XVI et femme du precedent tlTT^lfcii 
Energique et hautaine. elle cut une grande mrtufer. 
but Louis XVIII et Charles X. Napoleon I*r disaii 
d'elle qu' « elle etait le seul homme de sa famiDe • 

AXCiOll.RYKlVT [tan], fou celebre et valet d< 
chambre de Henri IV. Ii etait surnomme le Prim* 
des sot* ou de la soltise. 

AlVtaOl'MOIN [mot], ancien pays de France, r*ti« 
a la couronne sous Charles V, qui lc conquit sur W 
Anglais (1373;. mais annexe deflnitivement *tw* 
Francois !•»■ (I5I5J; capit. Angoul«'me ; a forme es. 
partie le dep. de la Charente, en partie celui de la 
Dordognc. (Hab. Angoumoitin*.) 

AWURA-DO-nBROIMMO, villc des Acorvs, dia> 
i'ile de Terccira; 12.000 h. 

A^ruitA-BOM-HKYN. v. du Bre»il (prov. de Rio- 
Janeiro). sur la grande baie de son nom ; 5.000 h 
Commerce confciderablede riz,de grains.de sucrr.etc 

AMfttRA-FBQrBft.% rf-ke-gna]. baie du S.-O. &r 
l'Afrique, au N. de l'eml>onchure de 1'Orange, d^cwr 
verte par Barth^lemy Diaz; aux Allemand*. 

AXlil IBR [yAi-Cj (Francos [l60M6«9j et Michel 
riGli-l686j), noms de deux freres, celebres s^culptesr^ 
rran^ais du xvii* siecle, ncs a Eu. Une de» *all*-> 
dc sculpture du Lou\Te est consacr^e k leur* pna 
cipales oeuvres et portc leur nom ; — Gcillacki- 
fn'M-e des* precedents, peintre, ne a Eu. fut directeor 
dos Gobelins (1628-1708). 

AXCil'ILLA [ghu-il-la], une des petites Antilles 
anglaison; 3."t«» h. V. pr. Anyuiltu. 

AVHAI.T [an'-halt*j (dwhi <T). un des Eiats de 
l'AUemagne. enclave dans la province pruAacaac 
ile Sax<»; iliVOW h. f . 1 u haltimi- Cap. l*t<*u. 



Digitized by VjOOQlC 



AM - 1 

AlVIAifB, ch.-l. de c. (Herault), arr. de Montpel- 
licr, sur la Corbiere, affl. de l'Herault ; 2.500 h. 

AKICBT [«el (saint), pape de 157 a 168. Martyr 
sous le regne de Marc-Aurele. 

ANICET-BOUKUBOIB [st-bour-joi] (Auguste), 
auteur dramatique francais, ne k Paris ; auteur de 
drames et defeerieslongtempspopulaircs(1806-1871): 

AIVICHB, v. du dip. du Nord. arr. de Douai; 
7.500 h. Ch. de f. N. Mines de houille, vcrreries. 

Aalasaus [Histoire des), par Aristote ; expose de 
la roologie des anciens, que le grand pnilosophe a 
complete par d'autres traites relalifs au mouvcment, 
aux parties, k la marchc des animaux. 

Aal«aa* utiles •« aalslble* (Lemons sur les), par 
Carl Vogt; ouvrage tres savant, sur les animaux 
dont l'agriculture peut tirer perte ou profit. 

AM IO, riv. de rltalie ancienne, affl. du Tibre ; 
auj. le Teverone. 

Alfissoiv-BUPEKOIV (Alexandre-Jacques), eru- 
dit francais, ne k Paris ; directeur de l'lmprimeric 
royale. Decapite sous la Terreur (1748-1794). 

AMISY-UB-CBATBAir, ch.-l. de c. (Aisne), arr. de 
Laon, sur la Lette, affl. de l'Oise ; 1.100 h. ; ch. de f. N. 

AlWOlf, ancienne province de Prance, corres- 
pondant au pays gaulois des Andecaves, eut des 
comtes puissant* au xi« siecle avec les Plantagmet*, 
fut reunie k la couronne sous Louis XI (1480) ; capit. 
Angers; a forme le dip. de Mai ne-et- Loire ct une 
partie de 1'Indre-et-I.oire, de la Mayenne et de la 
Sarihe (Hab. Angevin*.) 

AJVJOPJ (due (f), titre porte par Henri III avant 
son avenement au trone de Prance ; par Francois, 
son frere, d'abord due d'Alencon, et par celui des 
petits-flls de Louis XIV qui devint roi d'Espagne 
sous lc nom de Philippe V. 

AJVJOPJAJV ou JOAWNA, une des lies Comores, 
dans l'ocean Indien ; 20.000 h. 

AWKOBBK [6er], v. d'Abyssinie (Choa) ; 10.000 h. 

Aaaa Hsi^bIm, roman de Tolstof, ou l'auteur 
oppose le calrae bonheur d'un menage honnete aux 
humiliations et aux diboires qui accompagnent la 
passion coupable (1877). 

AIVIVA 1YAXOYX A. niece de Pierre le Grand, nee 
en 1693, imperatrice de Russie de 1730 k 1740. 

AMXABBBtt [btrgh'l, ville d'Allemagnc (Saxe) ; 
15.000 h. 

Aaaales, rccit dc Tacitc (u« siecle) sur 1* his to Ire 
romaine depuis Augustc jusqu'a Neron, et dont il ne 
nous en est parvenu que quelques livres. Tacite s'y 
montre energlque et sublime, dans une langue remar- 
quablement eloquentc ct concise. Nulle part n'ont etc 
representees sous des couleurs plus vraies les igno- 
minies qu'entraine un gouverncment despotique. 

Aaaalea *• la Riptiblfaae, poeme national de 
l'ancionnc Rome, par Ennius; grande epopee, ecritc 
d'un style rude, main animee du souffle dc 1'enthou- 
siasme. ct renfermant de grand es beautis (m» siecle 
av. J.-C). II n'en reste que des fragments. 

A2TOAM [an'-nam'], Etat de l'lndo-Chinc orien- 
talc, sur la cote oricntale de la penin- 
sule. Capit. Uui. (6 millions d'h. Annanii- 
les.) Bandc montagneuse, fertile, sur la 
cote de la mer de Chine. Plateaux pau- 
vres et incultes k l'interieur. Soie. riz. 
Villes Drincipales : Tourane, Qui-Nhon. 
Quang-Ngal, Bin-Thouan, Bln-Dinh. Les 
provinces meridionales qui forme nt la 
Cochinchine en ont etc ditacbees en 18ti2 
et en 1867. V. Cochincuin*. Depnis 1883. 
l'Annam, de mime que le Tonkin, eat 
sous le protcctorat de la France, mais a 
conserve son empereur et sea manda- 
rins. V. la carte Ini»o-Chine. 

AJTX APOL1M [an'-na-vo-liss], ville des 
Etats-Unls ; capit. dc l'Etat de Maryland, 
sur la Severn, affl. de la baic de Che»a- 
peake; 7.600 h. 

.%■■«, person nage d'un des contes de 
Perrault, intitule Barbe-Bleue. ct soeur dc la der- 
niere femmc de ce croque-mitalne de la legende. 
Barbe-Bleue s'apercoit de l'indiscretion que sa 
femme a commise; il lui annoncc que sa derniere 
heure est venue et ne lui accorde que quelques mi- 
nutes pour se recommander a Dieu. Ce temps ecoule, 
il lui crie a plusicurs reprises : « Descender bien 
vite, ou je vais monter li-haut. » C'est alors que la 






* — . ANN 

malhcureuse femmc, quiaenvoye chercher see frercs, 
demande a sa soeur, montee sur le haut d'une tour : 
« Anne, ma soour Anne, ne vois-tu rlen venir. — Nun, 
rcpond celle-ci, je ne vois rien que 
lc soleil qui poudroie et l'herbe qui 
verdoic. » C'est a ccttc question 
repetee qu'on fait souvent allu- 
sion. 

A5I!VE (sainte). epouse de saint 
Joachim, et mere de la sainte 
Vierge. Fite le 26 juillct. 

ANNB BB KUMIB, reine de 
France, cpousa en 1051 le roi 
Henri I"; m. apres 1075. 

ANNE BB BBAUJEl', fille alnie Anne da 0»*"J«u. 
de Louis XI, « la moins folic femme de France » 
disait son pere. Elle gouverna. comme 
regentc, avec energie ct habilete, pen- 
dant la minorite de Charles VIII, 
son jeune frere (1462-1522). 

A1TSE BB BUBTAUXE, fille de 
Francois II, due de Bretagne, nee a 
Nantes, femme de Charles VIII (U91), 
puis de Louis XII (1499), apporta en 
dot la Bretagne a la France (1477- 
1514). 

ANMB BB BOIJSYX [ten"], reine 
d'Angleterre , seconde femme dc { 
Henri VIII, qui divorcA d'avee Ca- 
therine d'Aragon, dont Anne etait . . „ 
demoiseUe d'honneur. Accusee de Ann * ^ BmU K°«- 
trahison et d'adultere, elle fut decapitec (1507-1536). 

AN1VB BB CXEVElS, fille du due Jean III de 
Cleves, reine d'Angleterre, quatrieme femme de 
Henri VIII, qui l'epousa en 15M), pour divorcer quel- 
ques mois apres ; m. en 1557. 

AlflVB B'AfJXBICHE, fllle de Philippe III d'Es- 
pagne, femme de Louis XIII, 
regente pendant la minorite 
dc Louis XIV son flls. Elle 

Souverna avec le concours de 
lazarin , et (It bAtir loglisc 
du Val-de-GrAce (ItiOl-lOWi). 

AWffK 8TIAHT [stu-ar], 
reine d'Angleterre. fille de 
Jacques II; elle lutta contre 
LouU XIV, et reunit TEcosse 
a l'Angletcrre (1605-17H). 

Aufas d« MII>ela>iK (/>. 
drame lyrique en quatre par- 
Ues (COr du Rhin, la \Va/- 
kyi-ie, Siegfried et le Creuu$- . nM ...... 

cule des Dimx), formanf au- Anne d AutMch «- 
Unt d'operas. do Wagner (1876) ; vaste et belle tetra- 
logie inspiree du poeme epique les Sibelunqen. 

A3TMBBAIJT [a-ne-bd] (Claude <f), marechal et 
amiral dc France. II defendit avec succcs Turin 
contre Charles-Quint; m. en 1552. 

ANIVBCY, ch.-l. du dep. de la Haute-Savoie, sur 
le lac (PAnnecH; ch. de f. P.-L.-M.; a 622 kil. S-K. 
de Paris; 13.620 h. (Anneciem). Eveche. Filatures, 
papeteries. L'arr. a 7 cant.. 99 comm. ; 80.R00 h. 

Asisi«« litt^raire. recueil piriodiquo publie par 
Freron contre les novateurs du xvm« siecle. Cette 
Ceuille. souvent partiale, raillie par Voltaire {v. Frk- 
ron). renferme pourtant d'excellents articles de cri- 
tique (1754-1776). 

Aaa^e terrible (t), par V. Hugo ; poemes dcrits 
sous i'impression des evencments dc 1870-1871. et oil 
Ton voit se dcrouler les pages herofques ou sinistreH 
de cette partie de notre histoire (1872). 

ANWBMAMflE. ch.-l. de c. (Hautc-Savoic). arr. dc 
Saint-Julien, pris de l'Arvc ; 2.810 h. ; ch. de f . P.-L.-M. 

AIV1VIBAL ou HA1VIVIBAE, famcux giniral car- 
thaginois. fits d'Amilcar Barca. Apris avoir pria Sa- 
gontc, alliee des Romains , il travcrsa l'Espagnc, lc 
sud dc la Gaule, franchil les Alpes au mont Genc- 
vre, battit les Romains au Tessin ct k la Trebie (218), 
a Trasimene (217J. k Cannes (216), s'empara de Ca- 

Soue oil il passa lliiver; mais, ne recevant pas 
e secours de Carthage, il dut. apres la difaite do 
son frere Asdrubal au Metaure (207), rcpasser en 
Afrique pour defendre sa patrie menacec par les 
Romains. II fut vaincu a Zama par Scipion l'Afri- 
cain (202). Apr«*s sa d<-faite, il se refugia chez Antio- 




Digitized by VjOOQlC 



ANN 



— 1130 — 



ANT 




chus. roi dEphese, puis chez Prusias, roi de Bithy- 
nic. Apprcnant aue son hOte voulait lc livrer aux 
Romains. il sc donna la mort avec du poison qu'il 

Sortait toujours sur lul dans un anneau (247-188 av. 
-C). — Annibal n'avait que neuf 
ans lorsque, voyant son perc, l'il- 
lustrc Atnilcar Barca, aller au tem- 
ple pour offrir un sacrifice aux dieux 
et lcur dcmandcr de lui Hre favo- 
rablos pendant la guerre qu'il allait 
porter en Espagne. il se Jeta k son 
cou et le conjura de remmencr 
avec lui. Attendri et vaincu par les 
caresses de son flls, en qui il voyait 
deja un futur heros, Amilcar le prit 
entre ses bras, ct. arrive dans le 
temple, il lui fit jurer une haine 
eternclle aux Romains. Ce serment . . , 

d* Annibal enfant est frequemment *•■»»»«■ 

rappcle en litterature. On fait encore allusion : 
1» au cri d'alarme que poussercnt les Romains apres 
la bataille de Cannes ; Annibal ad porta*! • Annibal 
est a nos portes ! » cri qu'ils faisaient entendre tou- 
tes les fois que le peril etait imminent ; 2« a 1'amol- 
lissement de son armee dans les deliccs de Capouc ; 
>• k ces mots gue lui adressa son lieutenant Mahar- 
bal apres la victoire de Cannes, en lui reprochant 
de ne pas marcher imm -diatcment sur Rome : « Tu 
sais vaincrc, Annibal, mais tu no sals pas profiler 
de la victoire. » Dans l'application, ces paroles s'a- 
dressent a celui qui no sait point tirer parti d'un 
avantagc et s'endort sur un succes. 

A.\XOB01V, He espagnole du golfe de Guinee- 
3.000 h. Capit. San-Antonio de Praia. 

ASTf ©!*a -v [n*»]. ch.-I. de c. ( Ardeche), arr. de Tour- 
non, sur la Canco; 17.500 h. (Annoniem); ch. de f. 
P.-L.-M. Papcterics, soicries. Patricdcs frercs Mont- 
golfler. 

AXNOX CIABB, ordre religieux de femmes, insti- 

tuepourhonorerlemysteredel'Incarnation (xvi* s.). 

As»M»nciad*. ordrc de chevalerie. le plus eleve de 

II tali e actuelle, fonde en 1362 par le due Amedce VI 

de Savoie et place sous l'invocation de la Viergc 

AuaencUtten (V) , tableau de Leonard dc Vinci 
(Florence) ; — de Murillo (Madrid) ; — de Fra Bar- 
tolomeo (Louvre). 

Aiusone (lat. Annona). service public qui, dans la 
Rome ancienne. etait charge d'assurcr l'approvi- 
sionnement en bl* de la ville. 

A!TOOT [a-no\ ch.-l. de c. (Basscs-Alpes), arr. de 
Castellane. sur la Vaire, affl. du Var; l.lOO h 

Aanaair* da Bareaa d*« loagltades. publie 
chaque annee par le Bureau des longitudes de Paris 
ct qui conticnt. outre le calendrier de l'annec, des 
observations astronomiques ct meteorolosrioues 
des articles dc statistique. des tables ou sont consi- 
gnes les resultats usuels de la phvsique et souvent 
des notices sur les faits scientiflques contempo- 
rams. Le premier annuaire parut en 1797 

AXXiNBlO [a-non] (Gabriel t/'), pocte et roman- 
cler italicn, au style brillant. colore et pur. Ses 
princlpaux ouvrages sont : le Triomvhe dc la mort, 
I Enfant de volupti. Ne dans l'Admtique. k bord 
du brigantin Irene, en 1864. 

Amdjbm et Pseudonym** (Dictionnaire des) 
par Antoine-Alexandre Barbier (1806-1808). 

A1VQVBT1X [ke-til'} (Louis-Pierre), abbe et histo- 
rien francais. ne a Paris (1723-1806). 

anquktil-bupkrron (Abrabam-Hyacinthe), 
frercdu precedent, oricntaliste francais, ne a Paris 
On lui doit la premiere traduction du Zend-Avesta 

( 1 fol-iHOo}. 

AMMCHAIRK [ans-ke-re] (saint), dit rapttre du 
tlna'tl P r * cna J e christianisme en Scandinavie 
(801-864). 

A^rsjK. ch.-l. de c. (Rhone), arr. de Villefranche, 
sur la Saone ; 2.100 h. ; ch. de f. P.-L.-M. 

AMMB6IBB, archeveque de Sens, fut ehargw de 
missions importantes par Charlemagne, et forma le 
premier recueil de capitulaires , m. en 833. 

AltsjRCiiiiB . ivequc de Troyes, chancclier de 
I* ranee; m. vers 970. 

a a? 1 ?*^*. l M . int h &rchev«que de Cantorbcry. ne 
5« a **; th *° ,0 R'cn celebre et phUosophe realiste 
un des fondatcn, d e la scolastiquc (1033-1109) 



AX0BUIB BB LAOHJ. theologicn scolastlque 
maitre de Guillaume de Champeaux; m. en 1117 ' 

AWfiBUsjR (Antoine), celebre predicateur, ne a 
1 Isle-Jourdain (Gers), surnommc le Petit Prophete 

AXMOl* (George), amiral anglais (1697-17621. 

AMffPACH [ans-pak], v. d'Allemagne (Baviere* 
sur le Rczat; 17.550 h. 

AMAPACn-BAVRBKTH [ans-pah-ba-i-reuf] [h 
margrave <f ). neveu du grand Frederic ; m. en 1806 

AIVSJPACH (la margravine <f), femme du prece 
dent; elle a public plusieurs ouvrages et des Me- 
rit aires interessants (1750-1828). 

AlfTAKIBH. V. AntIOCHB. 

AJTTALCIDAM [dots], general lacedemonien. II 
conclut avec la Perse un iraite honteux par lequel 
Sparte abandonnait au grand Roi. pour conserver 
son alliance, la plupart des villcs grecques de l'Asie 
Mincure (387 av. J.-C). 

ANTAB, guerrier et poete arabe du rf slecle, ao- 
teur de Tepopee le Rowan dAntar. 
AMTABCTIOIBS (terre*). V. polairks (terr*s\ 
Aateehrfcrt (C), savante etude de critique histo- 
rique ct rcligieusc, par Renan (1873). 

AIVTBB [til K**nt, flls de Neptune ct dc la Terre, 
qu'Hercule etoufTa dans ses bras. Le heros, sVUnt 
apercu dans sa lutte contre le monstre que eelui-ci 
rcprenait de nouvclles forces chaque fois qu'il tou- 
chait la terre. le sou leva et parvint ainsi k lui oter 
la vie. — On fait de fr6quentes allusions k oet epi- 
sode mythologiquc pour caracteriser la vigueur nou- 
velle qui sc manifestc lorsque quelqu'un se met en 
contact, soit moralement, soit physlqucment. avec la 
source premiere de ses idees, de ses sentiments, etc. 
C'est ainsi que Thiers a dit de Napoleon vainqueor si 
Bricnne, Champaubert. Montmirail. Monteresio, que. 
semblable a Ant6e.il avail recouvre. toute lapuiasavace 
de son jr*nie en se retrouvant sur le sol francais. 

AMTBIVOR, prince troyen, qui aborda en Italic 
et fonda Padoue (Eniide). 

AIVTBIVOR, sculpteur grec de la fln du vi« siecle 
av. J.-C. 

ACTBQUBRA [W], v. d'Espagnc , prov. dc Ma- 
laga; 27.000 h. Fabrication d'etoffes. 
AJfTHBUBB ($aint), eveque dc Belley (110&-1I7!! 
AutboloKie, recueil celebre depigrammes et de 
poesies 16geresgrecques, compose par Meleagreftt** * 
Aa«kr*p^e H |« ou Hi*««lr« de l*Bv«l«itf« a Int. 
Maine, par E. Haeckcl. recueil de lecons rt de confe- 
rences, qui fait suite a VHutoirt naturelU de la 
creation, du memo auteur (1875). 

AIVTIBBS, ch.-l. de c. (Alpcs-Maritimes). arr de 

Grasse ; 10.500 h. (Antibois ou Antipolitain*). Port sur 

la Mcditerranee ; ch. de f. P.-L.-M. Oranjres oliviers 

AIVTICOBITI ou lie de I'AftMOBLPTlOM. V Ve 

mot. 

AMTIBR [ti-i] (Benjamin), auteur dramaUoue 
francais, n6 4 Paris. II a ecrit Robert Aforoirv et 
/ Auberge de* Adrets (1787-1870). 

AXTIFEB [fer] (cap if), promo ntoiro de France 
dep. dc la Scine-Inferieure, prts du Havre. 

ANTItSOA (tlel une des petites Antilles anglala«s - 
compte, avec la Barboudc. 36.800 h. 
. AWTlttOWB, flUe d'CEdipc. soeur d'Eteocle et Po- 
lynice. Elle servit dc guide a son pere quand U se 
fut creve les yeux; elle est restec le tvpe de U 
piete flliale. " 

Aati K oae. touchante tragedie de Sophocle re- 

Br^-sentee a Athenes l'an 440 av. J.-C; — tragedie de 
lotrou, imitee dc Sophocle. representee en leas- 
— tragedie d'Alfleri et l'une de ses principalea r>ro^ 
ductions (xvup s.) ; — poeme sjTnbolique, par feal- 
lanche ; c'est une elegie chretienne sur le« mis«res 
humaines personniflecs dans CEdlpe et sa fllle (1813) 

AWTICIONK, roi des Juifs de 38 k 35 av. J.-C . le 
dernier des Macchabees; mis k mort par ordr? 
d'Antoine. 

AirriiaOWB le Cyelepe^, un des generaux et demi- 
frere d Alexandre le Grand ; roi de Syrie en iO«, il 
essaya de fonder un empire en Asie. mais fut vainca 
a 1 ^.^IP 8 : 08 (3 , 01 5 T - J -°V - Antigone Domn. rtls 
de Demetrius lc Beau, roi de Macedoine de **9 $\ 
228 av. J.-C. ; — Antiooxb Gonatas, ne en 318. file de 
Demetrius Poliorcetc, roi dc Macedoine de 278 4 
2+2 a". J.-Ct 



Digitized by VjOOQlC 



ANT - l 

AJVTI-l.lBAlf , chalnc dc Syric, parallelc au Liban. 
dont elle est s£paree par la valine de la Cailesyrie. 

ANTIULBM [11 mil.], archipel entre l'Amdrique du 
Nord et celle du Sud, divise en grandes et petite* An- 
tilles ; 4.620.000 h. (A ntiltais.)Le* grandes sont : Cuba, 
la Jamalque, Haiti, Porto-Rico. Parmi lea pe tiles, 
citons : la Barbade. la Guadeloupe, la Martinique. 
la Dcsiradc, Maric-Galante, Tab ago. Sainte-Lucie, la 
Trinite, Saint-Martin, Grenade, etc. On compte sou- 
vent lea Lucayes parmi les Antilles. Les Antilles 
produisent le sucre. lc rhum, le cafe, mais elles sont 
de vasl^es par de frequents tremblcments de terre et 
des eruptions volcanlqucs. 

AMTI1.L.E0 (mer des). situee entre les deux Ame- 
riques et limitec h l'E. et au N. par les Antilles, et 
nominee aussi mer des Caraibes. 

AJVT11V (Louis- An toine, marquis dM, fils du mar- 
quis et de la marquise de Montespan. II passait pour 
etre le type du parfalt courtisan (1665-1736). 

AlffTUffOfiM [no-uu], jcune Bithynicn d'une grande 
beaute, esclave* de l'empereur Adrien, qui en (It son 
favori ; est devenu le type de la beaute plastique. 

AutiM&a da B«lv«d«a>«, statue antique (Vatican) ; 
belle figure en marbrc de Paros, quo quelques sa- 
vants croient etre un Mercurc. 

AJVTIO€HK,auj. Anlakieh, v. de la Turquie d'Asie, 
qui fut autrefois la fiorissante capitale de la Syric, 
sur l'Oronte ou Nahr-el-Asi, tributaire de la Medi- 
terranee, compta jusqu'a 500.000 h. ; elle a aujourd'h. 
20.000 h. (AnttocMen*). Patrie d'Archias, saint Jean 
Chrysostome. Les musulmans s'en emparerent en 
635 ; les croises en 1098. et la ville retomba entre les 
mains des musulmans en 1268. De nombreux tremblc- 
ments de terre l'ont devastee. 

ABTIOCBB (Pertuis <f), detroit entre l'ilc d'016- 
ron et lile de Re. 

Aif TIBCBUsl [kuss], nom dc treize rols dc Syrie 
dont les plus fameux sont : Antiochus 1", dit Soter 
(Sauveur), roi de Svric de 281 a 260 av. J.-C. ; — An- 
tiochus II. Thios (Dieu), roi de Syrie de 260 a 247 av. 
J.-C.; — Antiochus III, le Grand, roi de Syric de 
2*2 a 186 av. J.-C, declara la guerre aux Romains a. 
1'instigation d'Annibal ; — Antiochus IV, Epiplume 
(lllustre). roi de Syrie de 174 a 164 av. J.-C, persecuta 
les Juifs et mourut dans des acces de frenesic ; — 
Aimocuus V, Bupator (nd dun bon pere), roi de 
Syrie de 16* a 162 av. J.-C. 

AlfTIOPB [ti], reine des Amazoncs, vaincue par 
Hercule ; elle epousa Thesee et fut mere d'Hippo- 
lyte. (Myth.) 

Aatttope ou le Sommeil dAntiope, chef-d'oeuvre 
du Corregc. au Louvre ; modclc admirable, harmonie 
exquise de la couleur. 

ANTIPATEB [ter], general macedonien. lieute- 
nant d' Alexandre, gouvcrna la Macedoine pendant 
l'absence d'Alexandre lc Grand, et vainquil a Cra- 
non les Atheniens revoltes, apres la mort du con- 

3u*rant (397-317 av. J.-C). — Antipatbr, petit-fils 
u precedent, roi de Macedoine de 296 a 294. 

ABTIPHAlfB, autcur comlque grcc, de la come- 
die moyenne, nd a Rhodes, mort en 306. Scs oeuvrcs 
sont perdues. 

A1VTIPBILB, peintre grec, contemporain d'A- 
pclle, de Philippe et d'Alexandre (iv« s. av. J.-C). 

AlfTIPMOK. oratcur athenien (479-411 av. J.-C), 
devoue au parti aristocratique. II but la cigue, comme 
traltre a sa patrie. 

Aatfcqwa&r* (/*), roman de Walter Scott, remar- 
quable peinture de mceurs et dc caracteres (1816). 

Aartlqvlte •xpllqu«« (/'). vnste ouvragc d'erudi- 
tion, par le P. de Montfaucon (1725). 

Aatiqaft** grerque* et roasalaea (Dictionnaire 
des). important ouvrage d'erudition sous la direction 
de Daremberg et Sagfio (1886). 

Aatlqaltea Judalqaea. histoire des Juifs, par 
Josephe: ouvrage dun grand interet historique. mais 
ou 1 auteur a trop sacrifle aji goOt de ses lecteurs 
grecs et romains. 

Antlqatltea nmaiaM, ouvrage de Dcnys d'TIali- 
carnasse. renfermant, dans un style un pcu prolixe, 
des renseignements precieux (l'an 8 av. J.-C). 

ABTlffTHBXB, philosophe grec, ne a Athene*, 
disciple dc Socrate. chef de recede cyniquc et malt re 
de Diogene (444-365 av. J.-C). 11 falsalt consister lc 




H — ANU 

souverain bicn dans la vertu, qu'il placait dans le mc- 
pris des richesses, des grandeurs et dc la voluptu ; 
e'est lui qui, le premier, prit la besace et le baton du 
mendiant comme symbole de la philosophic ; mais ce 
mepris des convenances sociales et des choscs exte- 
rieurcs n'etait pas exempt d'affectation. Socrate lui 
dit un jour ces paroles dont on fait souvent Implica- 
tion : • O Antisthcne, j'aper^ois ton orgueil a tra- 
vcrs les trous de ton manteau ! <• 

AJVTI-TAVBlJM [td-russ] chains de montagnesqui 
forment le talus septentrional de l'Asie Mineure. 

AVT11M (si-omj, ancienne v. du Latium, ou se 

refugia, dit-on, Coriolan exile. 

Patrie de Caligula et de Ne- 
ron. (Hab. AnhaUs.) 

A.VT1VAHL, v. du Monte- 
negro, prea de l'Adriatique ; 
2.1o0 h. 

AMTOPAGAMTA, V. du Chi- 
li, sur le Paciflque; 19.000 h. 
Port tres actif. 

A5TT01WB (Marc), neveu de 
Cesar, battit Brutus et Cassius 
a Philippcs en 42, et organisa, 
avec Octave et Lepide, le 
deuxicmc triumvirat (V3) : mais 
il quitta bientot l'Occident, ""* c *•••«»•• 

subjugue par la reine d'Egypte Cleopatrc, se brouilla 
avec Octave ct fut vaincu par celui-ci h, la bataille 
navalc d'Actium en 31 ; assicgedans Alexandrie, il so 
donna la mort (83-30 av. J.-C). 

Aatoia« et C'leopAtre, tragedie de Shakespeare, 
representee en 1608. 

AlVTOllfB (saint), celdbre anachorete de la Thc- 
balde; il resista a un grand nombre de tcntations, 
que les legendes ont popularisees (251-356). Fete le 
17 Janvier. V. tbntation. 

AIVTOIIVB BB PABOIj'B (saint), fn x re mineur, n6 
a Lisbonne ; pr^cha TEvangile aux Maurcs d'Afri- 
que (1195-1231). Pete lc 13 juin. 

Aatolae de Padose (saint), tableau de Murillo, 
cathedrale de Seville: — de Ribera (Madrid). 

AlVTOllfB BB PALBRMB. V. Panormita. 

AliTOIIVB (Jacques), architecte. ne a Paris. IlexA- 
cuta la voOte et le grand escalier du Palais dc Jus- 
tice et 1'Hotel des monnaies de la ville de Paris, etc. 
(1733-1801). 

AlVTOnlBLLB (marquis a"), revolutionnairc fran- 
cais. II preaida les proces de Marie-Antoinette et 
des Girondina (1747-1817). 

AJVTOBBJLXl (Jacques), cardinal italien, ne a Son- 
nino, premier ministre du pape Pie IX (1806-1876). 

AJVTOBBIXB de Mec*lue, peintre italien, ne a 
Messine. II apprit du peintre flamand Jean Van Eyck 
le secret de la peinture a l'huile (1444-1493). 

AJVTOIVIN 1.B PIBUX, empercur romain, ne en 
86; il regna avec moderation et justice de 138 a 161. 

AatoaU (Itineraire (f), important travail gcoera- 
phiquc ancien, dont on ignore la date de la publi- 
cation. Cest une enumeration des lieux de Tempire 
romain et de leurs distances. 

ANTOIVIIVB, femme de Belisairc, fameusc par 
le dertglement de sa conduite. 

ANTOIVIX0 (les). nom donn* a sept empereurs 
romains <Nerva, Trajan, Adrien, Antonin, Marc- 
Aurele, Virus, Commode), qui rcgnerent de 96 a 192. 

Aatoay . dramc romantique 
d'Alexandre Dumas pfere (1831), 
glorification do la passion melan- 
colique ct fatale, qui souleva d'ar- 
denies polemiques. ' 

AnmtAlttKBfB [tre-qhe], ch.-l. 
de c. (Ardeche), arr. de Privas, 
sur la Volane; 1.330 h. (Antral- 
Quins.) Eaux minerales. 

A1VTRAI2W [trin], ch.-l. de c. 
(Ille-et-Vilaine), arr. de Fougd- 
res, sur le Coucsnon ; 1.550 h. 
(Antrainois.) Ch. de f. O. Tan- 
neries. 

A1VTBIX [trim'), comte du N.- 
E. de l'lrlande, prov. d' Ulster; 
422.000 h. Ch.-l. Antrim; 3.700 h. 

AWBIM (biss), dieu de lan- 
ciennc Egypte, figure avec le corps d'un hommc ct 
la tele d'un cbacal. 




Digitized by VjOOQlC 



ANV - 11 

AXVBRUI [ver ou rim], place forte et villc de Bcl- 
gique. chef-lieu de la prov. homonyme, port tres actif 
sur l'Escaut; 286.500 h. (Anvertois). Patrie de Ru- 
bens. Van Dyck, des deux Teniers, Snjrdcrs, Jordacns. 
Edelinck. Lei Francais I'en emparerent en 1746 et 
en 1792- Bcrnadotte y rcpoussa let Anglais en 1809 ; 
Carnot la defendit glorieusement en 1814. Enfin, en 
1832, apres Emancipation de la Belgique, les Fran- 
cais, commandes par le marcchal Gerard. s'empare- 
rent de la citadelle d'Anvers occupefl par les Hollan- 
dais. — La prov. d'Anver* a 821.200 h. 

Aivm (le Siege de la citadelle <f), tableau d'Ho- 
race Vernet (Versailles). 

AXVIIXB (Jean-Baptlste <f), geographe francais, 
ne a Paris en 1697, m. en 178S. 

AIYTOI [toss], citoyen d'Athencs, le principal 
accusatcur de Socrate. avee Melitos et Lykon- — Les 
noma d'Anytos et de Melitos servent a designer ccs 
aceusateurs que de vils sentiments de jalousie ont 
soulevcs dans tous les temps contre le genie. 

ANSIN, v.du dep. du Nord, arr. de Valenciennes, 
sur l'Escaut ; 14.500 h. (Ansinois). Riches houilleres. 

AOB, 1'un des Juges d'Israll. 

AOMTB ou ClTB D'A«flTB, v. du royaumc d' Ita- 
lic dans le Vol d'Aoste, forme par la Doria Baltea, 
affl. duPd; 7.400 h. 

AOIIDH, prov. de l'lnde anglaise, 11 millions d'h. 
Ch.-l. Aoudh (12.000 h.l; v. pr. Lucknow. 

AOI7ELL1X1DEX, fraction importante des Toua- 
reg du Sud. 

Aou« I9SR* (A'ut'f du J), nuit pendant laqucllc l'As- 
sembl£e constituante abolit les privileges f6odaux. 

Aowt !>•• (Journie du 10), insurrection pari- 
sienne motivee par le renvoi des ministrcs gtron- 
dins, et qui cut pour resultat definitif l'emprisonnc- 
ment de Louis XVI et la chute de la royaute. 

AP.4CHEM, Peaux-Rougcs chasseurs, errant a 
TO. des Etats-Unis et au N. du Mexique, cclcbrcs 
par leur prudence et leurs ruses de guerre. 

APAl.Af'BKM. V. Alleohants. 

apchrrok, penlnsule et cap de la mer Cas- 
pienne, a rextremlte H. du Caucase. Naphte, petrole. 

APKI.I,B, le plus illustre des pcintres grecs. II 
naquit a Ephese et vecut a la cour d' Alexandre le 
Grand, dont il flt le portrait (rv« s. av. J.-C). Apelle, 
quoiquc grand artiste, se mo n trait tres severe pour 
lui-meme ; loin de s'ofTenser des critiques, il les pro- 
voquait pour en faire son profit. On rapporte qu'il 
exposait quelquefois scs tableaux en public et qu'il 
sc cachait derritrc la toile pour entendre les re- 
flexions de chacun. Un jour, un cordonnier trouva 
k redirc a la sandale d'un personnage; Apelle corri- 
gea le defaut. Le lendemain . le mime ouvrier 
h'avisa d'etendre scs critiques a d'autres parties du 
tableau ; l'nrtiste sortit aussitot de sa cachet te et 
lui dit : « Cordonnier, tiens-t'en a la chaussure. » 
De la est venu oe proverbe latin : Ne, sutor, ultra 
crepidam. (V. l&partie rme.) 

APBJWlSfal [pt-nin). chaine de montagnes eal- 
caires, scenes, parfois boisees, qui parcourt toute la 
longueur dc 1' Italic : environ 1.300 kil. de long. 1.200 h 
2.000 m. d'alt. moyennc. Beaux paturages. Oarrieres 
de marbre. 

APRH (Marcus), Gaulois de naissancc, un des 
meillcurs orateurs latins du i«r si6cle. 

Apboriaasea d'Hippocrate, traite de medecine par 
preceptes, ou obaque ligne est un fait clairement et 
sobrement exprimc. Style simple et ncrveux. pechant 
quelquefois par execs dc concision (v« s. aT. J.-C). 

Aphorianes de I'eeole de Malerae, c6lebre 
poeme didactique, attribue a Jean de Milan fxi* s.l ; 
il resume toute la pratique hygieniquc et medicate 
du moyen age. 

AphorUmM anr la sageeae daaa la vie, on- 
vrage pbilosophique de Schopenhauer qui est cnnime 
la paraphrase dc cctte pensec de Chamfort : « Le 
bonhcur n'est pas chose aisee : il est tres difficile 
dc le trouver en nous et il est impossible de le 
trouvcr aillcurs » (1851). 

APHRODITE, nom grec de Venus. 

APICH'M [$i-UB$\, ceiebrc gastronome du temps 
d'Auguste ct de Tibcre. On dit I'art d'Apicius pour 
designer la science culinaire. 

apim \a~pi$s ou micux MAPI, breuf sacre, que 
les anciens Kgyptlcn* considcraient commc l'expres- 




I — APO 

sion la plus complete de la divinite sous la fora^ 

animalc, et qui procedait a la fois d'Oairis et da 

Phtah. II devait avoir certains 

signes ou taches : sur le front 

unc tache blanche en forme de 

croissant, sur le dos la figure 

d'un vautourou d'un aigle. sous 

la langue l'image d'un scarabee. j 

Au bout d'un certain temps, les 

J rear e* le noyaicnt dans une ; 
ontainc consacree au Soleil. ( 
et sa momie etalt l'objct d'un v 
culte. 

ApeeaJypee ( mot grec qui " „ 

signlfle revelation). Uvre sym- B*»fa P ... 

bolique et mystique, fort obscur. mais eclatant de 

Soesie; ouvrage de saint Jean l'Evang«lUte, ecrit 
ans l'tle de Pathmos, sous le regne de Domicien. 
C'est l'avenir de la religion chretienne. son triompbe 
final apres le regne de VAnteehrist, que saint Jean 
pretend nous reveler. — Lc mot Ajfocaltjpse c*t rcste 
commc synonyme d'alWgorie obscure, pre tan t h des 
commen {aires* sans fin. Ccst ainsi que parlor conuar 
VAvocalypse signifle parler d'une maniere pcu intel- 
ligible ; style de I' Apocalypse ou style apocalyptiqvt. 
style metaphorique jusqu'a 1'obscuriW. On fait aos$i 
allusion k cette expression : Bfte de F .4/*»vea/yp*«, 
sorte de monstre symbolique qui jouc un jrrand r»i]e 
dans le livre de saint Jean, et Von dit famtliereraeBt 
Ch'val de V Apocalypse pour designer un mauvais 
cheval, une haridelle. 

AsM>ealypae (Semes de f). serie de auinze estask- 
pes. par Albert Dorer: sentiment prorond du mrs- 
ticisme apocalyptiquc. — Peinturcs du Campo-Saato 
de Berlin, par" V Aliemand Cornelius; vastes o^mp-.»- 
sitions d'une ordonnance imposante. 

APOIX.IXAIRB \ pol-li-ne-re] f nom de deux graia- 
mairiens et rheteurs grecs Chretiens du »v* sk*k, 
II composerent divers ouvrages en vers on e»» prose 

Jour remplaeer b s livres palens dont l'emperear 
ulien avail interdit rcnseignemcnt aux chretieo^ 

APOLLINAIRR V. SlDOiMB. 

APOE.LIWB (Mi'ii^l, vierge et martvre iTAJexaa- 
drie (249). Fete le 9 fevrier. 

APALLODORE , peinire athenicn. le premier 
qui ait donne du relief aux figures (403 av. J.-C i. 

APOLLORORE DK DAMAN. cel6bre architecte, 
qui flteonstruireaRomc le Forum dc Trajan tiO-12^. 

APOA.L.OIV. dicu grec et romain des oracles, de la 
medecine. de la poesie . des arts, des troupeaux. 4u 
jour et du soleil. et, en cette 
qualite. nomme ausst Phebus. 
11 etait flls dc Jupiter et de La- 
tone, frere jumeau de Diane et 
no dans l'lle dc Delos. II avait 
a Delphcs un sanctuaire et un 
oracle famcux. On celebrait 
tous les ans en son honneur 
les Jeux apollinaires. On fait 
dc frequentes allusions a diffe- 
rents episodes de sa vie : !• <i 
son exit chez Admcte, roi de 
Thessalie. ou il fut reduit a 
garder les troupeaux, et ou il 

folica les bcrgers f Jupiter 
avait exile parcc qu'il avait 
tue les Cyclopes a coups de 
fleches) ; 2* au satyre Marsyas, 
qu'il Scorcka vif, pour avoir ose lui disputer le prix 
de la musique ; 3« au roi Midas, auquel il flt pousser 
des oreilles d'anc, parce qu'il avait prefer* la flute 
de Pan a sa lyre, etc. 

Apollon vainqneur da aerpeat Pytkoa, plafond 
d'Eug. Delacroix, gale.rie d' Apollon (Louvre?; all^- 

forie du triomphe de la lumiere sur les tenebres. 
e la vie sur la mort ; peinture largement executee, 
colons eblouissant (1851). 

Apelloa dn Belvedere, la plus parfaite peut-etre 
des statues antiques (Vatican); formes vigou reuses 
et Elegantes, physionomie sereine. attitude pleinede 
maiesie. On rait souvent allusion a 1' Apollon du 
Belvedere, comme au type de la beaute pla*Uque. 

ApolloH au eyipse. statue antique, m'usee des 
Etudes ; la plus belle statue d' Apollon, apres telle du 
Belvedere. 

APOL&.OXIA. v. anc. de l'lliyrie, a rcmboucbura 




Digitized by VjOOQlC 



APO - 1 

de 1'AoQs, r^pulec a 1'epoquc greco-roniaine, commc 
centre intellectuel et commercial. 

ApOAAOXIXfl DR HHODKM [usa], poete et 
grammairien d'Alcxandrie, auteur crudtt, eloquent 
et profond, des Argonaudnues (m« a. av. J.-C). 

AP*LX4»*llfl DK PBR6A, celebrc geomitre 
grec d'Alexandrie (fin du iii« s. av. J.-C). 

APOLLO* 110 DR TYAWE (utij, philosophy py- 
thagoricien, qui fit de pretendus miracles que lei 
patens mirenten parallele avcc ceux de J.-C; m en 97. 

Apoloa*4tia,«« de Tcrlullien. defense rigoureusc 
du christianisme oontre les paicns (vers 1'an 200). 

Apatrea (les), ouvragc de critique religicuse, par 
Renan; fait suite a la Vie de Jisue (1866). 

Apatvaa (Irs Qxtatre), suporbes figures des apotres 
saint Joan, saint Pierre, saint Marc ct saint Paul, 
peintes de grandeur naturelle par Albert DQrer sur 
deux panneaux (musee do Munich). 

ApttxyMiMo (./'), statue antique, decouverte en 
1846 au Transtevcre, musee du Vatican ; belle figure 
d'athlete qui so frotte avcc un strigile. 

Apparition de la t'lersje 4 aaiat Anloiaa de 
Padawa. tableau du Dominiquin, au Louvre. 

Apparlttaa de la Vlerge 4 sala* Bernard ct 
Apparlttea de la V terse 4 ••!•( lldereaee. ta- 
bleaux de Murillo, musee royal de Madrid. 

Appcl de» Bernlere* vlrUmesdel«Terre«r {/'). 
tableau de Ch.-L. Muller, musee de Versailles ; belle 
et vastc composition, reunissant un grand nombrc 
de portraits historiques. 

APPBLL (Paul-Emilc), mathematicien flrancais. 
n£ a Strasbourg en 1865. 

ATPBHIUJ. \apen'-zkf\ v. et cant, de la 8uiise. 
La ville, sur la Sitter, renferme 4.500 h. Les deux 
cantons d'Appenzcll (Hhotle* interieures ct Bkodts 
crlirieitret) ont 69.000 h. (Appenzellois). 

APPERT [ap'-per (Francois), industricl francaia, 
inventcur du procode pour conserver en boiies lea 
substances alimentaires ; m. en 1840. 

APPIBJV [ap'-pi-rn], hLstoricn grec du n« siecle de 
notrc ere : auteur d'une precieusc Histoire romaine. 

Appleanc (rote;, route magnifique qui allait dc 
Rome a Brindes, et fut couiincnccc par Claudius 
Appius (312 av. J.-C). 

APPONVI (Antoine-Rodolphe, comte). diplomate 
nutrichien (I782-I8."i2.. — Georoks, romte, homuie 
d'Elal hongrois, ncveu du precedent (1808-1899;. 

A PR ■ KM je'saj, rot d'Egypte dc la 26* dynastic, flls 
de Psammetik II ; il eut des demelta avec Nabuchodo- 
nosor et fut detrone par un de ses gen^raux Amasis. 

ART apt'\ ch.-l. d'arr. (Vaucluse) ; sur le Calavon, 
affl. dc la Durance ; ch. de f. P.-L.-M., a 45 kil. 8.-E. 
d'Avignon ; 6.000 h. (Apie$ien» ou Aptoii). Confitures, 
faiences, truffea. L'arr. a 5 cant., 50 comin. ; 48.300 h. 

APU.BE [/«<], ecrivain latin du n a sieclc, auteur 
du curieux roman de VAncd'or- 

API'LIB [IV contrecde l'anciennc Italie, aujour- 
d'hui la Pouille. (Hab. Apuliem.) 

AQIILA [to-i!, v, d'ltalie. ch.-l. de la prov. 
d'Aquila des Abriizzes, sur l'Aterno, trib. de 1'Adria- 
tique ; 18.600 h. Evcche. 

AQIIL.BE [ki-ii], v. considerable dans l'antiquite, 
j,ort sur le golfe Adriatique, d«Hruitc par Attila en 
4~>2; aujourd'hui bourg de l'lllyrte autrichienne ; 
2.100 h. (Aquiliens). Deux 
conciles y furent tonus, 
lun en 381 sur l'initialive 
de saint Ambroise, 1'au- 
trc en 556. 

AOAITAIsrErfrj^/i*;. 
contree dc l'ancienne 
liaule, correspondant a 
peu prcs au bassin dc la 
Garonne. Ce fut unedes 
grandest divisions de la 
liaule romaine. ct, a IV- 
j»oque cnrolingienne, un 
duche, j*.ui8 un royaumc 
indi l pendant. (Hab. Aqui- 
taitt*) 

ABA HI P. \hV , va»te 
neninsule ft l'ouest dc l'Asic mcridionalc. Sup. 3 mil- 
lions de kil. carr. ; capit. La Merque; 12 millions d'h. 
(A robes). Le centre est un grand plateau forme de 
plaines picrreuftcs et descries, ou ri'gnc un climat 



W; 



\-^ 





3— ARA 

tres chaud et exceptionnellemont sec (Arabie Pi- 
trie.) ; les cotes, notamment lc Yemen, le Hedjaz, 
l'lladramaout, sont tres fertiles et donnent : cafe, 
coton. encens, gommc, myrrhc, aloes, canne a sucre, 
cocotier, ai*omates prccicux. arbrcs fruitiers. Au 
point de vue politique, l'Arabte est partagee entre 
la Turquie et un certain nombrc de petits rovaumes 
independents (Oman, Terim. etc.). — C'est de l y Arabie 
que partit au vn* a. le mouvement muaulman (v. islam) 
grace auquel la race Arabc a'est repandue dans tout 
le nord et lc centre de 1'Afrique. dans lc centre de 
l'Asic. ct un moment m£mc, dans le midi de T Europe. 

ARABIQCB (golfe), autre nom de la mer Rouge. 

ARACHXE T rak-ni), jeunc Lydicnne, qui cxcellait 
dans l'art de tinner. Mi nerve ay ant declare une de 
ses brodcries. Arachne ae pendit de descspoir ct la 
deessc la ehanpea en araignee (Myth.)- 

ARAB [rad'\, v. dc Uongrie, ch.-l. du comitat dc 
cc nom. sur le Maroa, affl. de la Theiss ; 54.000 h. 

ARAVB ( Dominique-Francois ) , Tun des plua 
grands savants du xix» sieclc, 
ne. a Estagel (Pyrenecs-Orien- 
tales). A dix-sept ans, il entra 
a l'Ecole polytechnique apres 
un brillant cxamen. A vingt- 
trois. il devenait membrc du 
conseil auperieur dc cctte Ecole, 
apres avoir etc admis a r Aca- 
demic des sciences. Nomme di- 
rcctcur de l'Obscrvatoire, il fit 
des cours d'astronomte restcs t 
celebrcs. La physique et l'aatro- ' 
nomic lui doivent de precieuscs 
decouvertcs. Esprit liberal, il 
acquit une grande popular! to, l>.-rr. Arago. 

fut nomme membrc du gouvcrnement provisoirc 
en 1848, et dirigea quclque temps lea miniateres 
dc la Guerre ct de la Marine (1786-1863). — Son 
frerc. Jacques, ecrivain et voyagcur francais, ne 
a Estagel (Pyrenecs-Orientalcs), est l'auleur d'un 
Voyage autour du mondc, qui eut un grand succea 
(1790-1855). — Emmanuel, flls dc Francois, hommc 
politique francais, membrc, en 1870. du gouvcrne- 
ment dc la Defense nationale; ne ft Paris (1812-1896). 

ARACiOIff, contric au N.-E. de 1'Espagne, divisec 
en X provinces. (Hab. Aragonait.) Capit. Sarago*se. 
L'Aragon fut longtemps, au moyen age, un royaumc 
independant, reuni a fa Castillo aeulemcnt en 1479. 

ARAtiOIV (Jeanne tT). illustre italicnne du xvi*si*- 
cle, n*c 4 Naples, fllle naturelle de Ferdinand d'Es- 
pajrne, epouae d'Aacanio Colonna (1500-1577;. 

ARAtiY'AlT [yAu-ej, riv. du Bresil. un des deux 
cours d'eau qui forment le rio Tocantins; 2.200 kil. 

ARAKAB ou ARRAKAN, district do la Birmanic 
anglaise; 172.000 hab. Capit. Akyab; v. pr. Arakan. 

ARAL, [lac ova mer d'), grand lac sale d'Asie, dans 
lc Turkestan, occidental. 67.000 kilom. carr. II recoil 
le Syr-Daria e| 1'Amou-Daria, dont les alluvions, 
en m*me tempa que la sechcressc du climat, contri- 
buent a diminuer progreasivement sa surface. 

ARAMBBNB [mi-in], nom generique donne aux 
tribus semitiquea qui habitaicnt la region mareca- 
geusc aitueo aux embouchures du Tigre et de TEu- 
phratc ; les Assyrians puis les Hebrcux les soumtrent. 

AMAMITH \miU$ , ch.-l. dc c. (Basses-Pyrenees ». 
arr .d'Oloron. sur le Vert, affl . du Gave d'Oloron ; %o h . 

A RAM OX, ch.-l. de c. (Gard), arr. de Nimes, 
sur le Rhdne; 2.6t6 hi. Ch. de f. P.-L.-M. Eaux mi- 
ueralca; vignoblea. 

ARA!ff (val </'). vallee espagnolc dans les Pytr- 
nees ; la se trouve la source dc la Garonne. 

ARA* DA (comte Pedro d'j, eelebre hiinistre espn 
gnol, no a Saragosse. II chassa les jesuites, et cssaya 
de tirer I'Espagnc de «4 decadence (1718-17iK»). 

ARANJCBB [f ;',. v. d'lispagnc, »ur le Tage ; beau 
chateau, residence royale ; 9.000 h. 

ARAXY (Jean), poete hongrois, ne a Nagy-S*a 
lonta (1817-1882). — Son flls, Ladislas, fut aussi un 
poete de valeur (1844-1898). 

ARAPIL.BM fLeif). bourg d'E«pagne. prov. de Sa- 
lamanque. "Wellington y vainquit Marmont (1812). 

ARARAT fra), massif volcanique d'Arm^nie, ou, 
suivant la Bible, s'arreta Tarche de No6 (5.211 m.). 

ARAM irtusj. anc. ARAXB, riv. d'Armcnie. le plus 
important affluent du Koura; environ 700 kil. 



Digitized by VjOOQlC 



ARA 



— 1134 — 



ARC 



ARATUB [tu$s], po*te et astronome grec tint *. av. 
J.-C.) ; autcur d'un celfebre poeme sur les Phtnominet. 

ARATIM DE MCYOXK [twu], general grec, ne 
a Sicyone ; fondateur de la ligue Acheenne ; il niou- 
rut empoisonni a l'instigation de Philippe III de 
Macedoine (272-213 av. J.-C). 

Araueaaa (/'). poeme epiouie cspagnol, en trcnte- 
scpt chants, par Alonxo de Ercilla, dont 1c sujet est 
l'expedition entrcprise par Philippe II contrc le* 
Araucans (xvi« ».). 

ARAUCAXIB rd-fai-nf ], region de l'Amerique du 
Sud, dans la partie meridionale du Chili, entre les 
Andes et l'Ocean. (Hab. Araucaniens ou Armtcons.) 

AHA VA1X1 (monU), chalne de montagnes de l'lnde 
(Radjpoutana). Gisements d'or. de marbres, etc. 

Arassl (le$) ou Tenturr$ d'Arra*, celcbrcs tapisse- 
ries faites en Flandre sur des cartons dc Raphael ct 
eonservec* au Vatican. V. cartons. 

ARBACB ou ARBACBH, prince legendaire de Mc- 
die. 11 aurait gouvernecepays pour lecomptcde Sar- 
danapale. puis se serait rendu indepcndant (vm« ».). 

AHBBLLKH [bile], v. de l'Asie Mincure, pres de 
laquellc Alexandre vainquit Darius en 331 av. J.-C. 

Arbelle* [Balaille d'), tableau de Le Brun ' Louvre) ; 
une des quatre grandes bataillcs peintes en l'honneur 
de Louis XIV. 

ARBOCiAfIT [ghatt], Oaulois. general de Valen- 
tinien II. qu'il fit tucr pour proclamcr le rhdteur Eu- 
gene. Vaincu par Theodose. il sc donna la mort(394J. 

ARBOUAMT {saint), eveque de Strasbourg, mort 
vers 678. 

ARBOIB, ch.-l. de c. rjura), arr. de Poligny. sur 
la Cuisancc. s.-affl. du Doubt; 4.210 h. (Arboxsiens, 
A rboisiiu ou Arbosiens). Ch. de f. P.-L.-M. Bons vins. 
Patrie de Pichegru. 

ARBOIM DB JIBAllVVILLB (Henri d'), histo- 
rien et philologue francais, ne a Nancy en 1827. 

ARBRBBLB \bre-le\ (L), ch-1. de c (Rhdne), arr. 
dc Lyon, sur la Brevenne. s.-affl. du Rhone; 3.400 h. 
Ch. de P.-L.-M. Soie. pierres de taille. 

iRHlTHKOT [but-no, (Jean), savant et ecrivain 
ccossais. fut medecin dc la reine Anne (16S&-1735). 

ARC (Jeanne d"). ou BARC surnommie la Pu- 
celle d'Orltans, hiroine francaise, nee a Domrcmy 
en Mi. Elle appartenait a une famille de villa- 
geoia. Extrftmement pieuse, il lui arrivait frequem- 
ment de torn be r en extase et il lui semblait en- 
tendre des voix, notamment celle* dc saint Michel 
et dc sainte Catherine, qui lui ordonnaient d'allcr 
sauver la France, desolee par l'invasion anglaise. 
Robert de Baudricourl, capitainc de Vaucuuleurs, 
ne voulut pas d'abord d6fe-rer a 
son desir d'etre conduite aupres 
de Charles VII ; il n'y consentit 
qu'a l'^poque du sit-jre d'Orl*ans 
(1429;. Jeanne vit le roi de France 
a Chinon, le decouvrit au milieu 
de ses courtisans, reussit a le 
convaincre , fut mlse a la t*te 
dune petite troupe armcc, obligca 
les Anglais a lever le siege d'Or- 
leans, les vainquit a Patay et flt 
Kacrer Charles VII k Reims. Ellc 
essaya ensuite de prendre Paris, 
inais ellc dut renoncer a son pro- 
jet sur 1'ordre du roi lui-mdmc. 
aprcs avoir cte. blessee dans un 
assaut. Abandon nee, trahie pcut- 
etre par les siens devant Com- 
picgne, ellc tomba aux mains des 
Bourjruignons, qui la vendirent a 
leurs allies les Anglais. Ceux-ci la 
firent juperpar un tribunal cccle- 
siastiquc preside par 1'evequc de 
Beauvais. Pierre Cauchon. Elle 
autant d'habilete que de simpliciteet dc courage. 
Declarec heretique et relapse, #lle fut bruise vite 
sur la place du Vi«-ux-Mareh* a Rouen (1431). 

Jeanne d'Arc, pcrsonniflcationdu patriot ihme popu- 
lar re francais. qui arracha aux Anglais la terre na- 
tuuiale, est re*ti'-e la gloire la plu« pure de notre 
histoire. On fait souvent allusion aux traits les plus 
carae.teristiques de sa vie. son voyage a Chinon. la 
diviriftti-.n avr-e laquellc elle recon'nait Charles VII, 
sa rterc ••t simple parole au sac re de Reims : « Mon 
et.rulnr.l ful .1 la peine, il est Men Ju«tc qu'il soit a 




defendit avec 



l'honneur ! » enfln a son courage deranl la mort ait 
flt dire aux Anglais eux-memes : « Nous arooa brik 
une sainte ! » 

Are (Procesde condemnation et de r^habitaettaa 
de Jeanne <T). par Jules Quicberat (1S4I 1M9U Le to- 
me I" contient les pieces du procfts de coo<ias>ra 
tion. les tomes II et III cellea du procc* d* reiiah^ 
litation, les tomes IV et V un choix de temoijr«af** 
contemporains dc la Pucelle. Oat uoe des cMiT?« 
qui honorent le plus l'erudilion francaise. ^ucJtnai 
1 a completee par des AperrvM nourwuzmr I hitu^t 
de Jeanne cfA re (1850). 

Arc (Jeanne a) * Dmwubj, par Sim^o-a L«ee 
Rceherches critiques et originales sur 1 eoranr« dr 
la Pucelle et sur les origines de sa mission. 

Arc (Jeanne d"), drame en rinq acfet?s «t sept ta- 
bleaux de J. Barbier, musique de Gounod tlt73,>: — 
Op*ra en guatre actes et six tableaux, litrret et sse- 
siquc de Mermet (1876). 

Are (Jeanne <f), poeme de Sou they, coneepiisa 
simple et noble, elegamment rendu e (1786); — Tra- 

rdie de Schiller, qui obtint un succes enLhoostast? 
Lcipiig (1801): — Epopee d'Alex. Sounet flSMt. 

Arc (Jeanne & ), tableau de Paul DeLarochc t^i 
— d'Eug. Deveria (1831), musee d' Angers ; — d'Infro 
(1854); — de Bastien-Lepage (1880) t d'une noarcaaw 
d'interprdtation remarquable. 

Arc (ttatues de Jeanne d), par Gois (It04). A Or- 
leans ; — par la princess* Marie d'Oirleans, sa L*a- 
vre; — par Rude (1852). au Luxembourg; — par 
Poyatier (1855). a Orleans ; — par Cfaapn Jtft±;. » 
Luxemburg ; — par Fremiet (U74). sur la place de* 
Pyramides, a Pans: — par Albert Lefeovre ;f»T> . 
par Paul Dubois, etc. 

ARC [orAfJ, riv. des Bouches-du-RhAne. tribatair? 
de l'etang de Berre ; 70 ail. — Torrent dc la Sana*?, 
qui passe a Modane. Saint-Jcan-de-Maurieaae. et w 
jctte dans l'Isere (r. g.): 150 kil. 

Are dc triomphe. L'origine des arcs de trioa^tfe- 
remonte aux Romains. qui en ^levCrent notaaises4 
a Drusus, vainqueur des Oer mains, a Titus. vausq«ear 
des Juifs, a Marc-Aurcle, vainqueur des 9darcossaa« 
a Septime Severe, vainqueur des Parthes : a Coastsa- 
tin, vainqueur de Maxcncc. etc. Outre ce* atoaa 
ments, tous construits a Rome, on en trouvc dc re- 
marquables a AncOne, Binevent. Saint-Rcmi per* 
Aries. Cai-pentras. Orange, etc. Dans les temps s**- 
dernes, des arcs ont cte erigds a Alphonse d'Aragos 
a Naples, a Louis XIV a Paris ( Partes S^iat-thsv 
et Saint Martin), enfln aux armees de la Repobhqt* 
et de 1' Empire (arcs du Carrousel et de 1 Etoilci. 

Arc dc trl a sap h c da l*Btallc« le mooumeat le 
plus considerable qu'on ait construit en ce genre: 3 
s'Clevc sur une Eminence qui termine la promeaaar 
des Champs-Elysees, a .^ ___ 
Paris, au milieu d'une 
place circulaire d'oii 
rayonnent douse ave- 
nues. Son erection fut 
decretec par Napoleon 
le 12 fivrier 1806. Cons- 
truit d 'aprcs le plan de 
Tarchitecte Chalgrin. 
l'ediflce fut inaugurc 
le 29 juillet 1836. Sa 
hauteur est de 49". 55, JJn 
sa largeur 44",82 et ™ 
son epaisseur 22»,10. 
Des decorations super- A r]r (rit , m h , ^ 
bes ornent le monu- 
ment, entre autre* les flgurcs de la Renommet psr 
Pradier, le De'ttart de Rude, le Triomphe de Cortot 
la Re'tistance, la Pair d'Etex, etc. II porte ia«cnt Ir 
nora de 386 generaux ayant figure dans les pwerres 
de la Republiquc et de V Empire et le nom des pris- 
cipales victoires de l'Empire. 

Arc dc trlaaaphe da farraascl. sur la place 4> 
re nom a Paris, Cleve en 1806 d'apres les plans de 
Percier et Fontaine. Richement d£core, il rappelk 
Tare de Septime Severe a Rome. 

ARCACHBW* bourg dc la Gironde. arr. de Bor- 
deaux, sur le bassin aArcachon, form* par le erth 
de Ga^cogne; 8.300 b. (Atrachonnau). Bains de'nter 
tres frequentds. Pares a huitres. 

A RCA BIB [fit . region montagneuse dc la Grece 




Digitized by VjOOQlC 



ARC — 11 

ancienne, dans la partie contrale du Peloponese, ha- 
bitue par lea Arcadiens, pcuple de pasteurs. et dont 
lea Actions des pontes antique* avaient fait le sejour 
de l'innocence et du bonheur. Au figure, nom que 
Ton donne au pays imaginaire des bergers purs dans 
leurs mceurs. au sejour du bonheur pastoral ; mais 
l'allusion qu'on v fait le plus frequemment est cette 
phrase : Et in Arcadia ego, « Et moi aussi j'ai vecu 
en Arcadie», que Poussin donna pour epigraphe k l'un 
de ses tableaux. (V. Berokrs.) Les villes principales 
de l'Arcadie etaient Tigie, Orchomcne, Mantinie. 

AMCA»wm [tut], fils de Theodosc, ne en Bspagne 
en 376, empereur d Orient de 395 a 408. 

ARC-Blf-BABBOlB. ch.-l. de c. (Haute-Marne), 
arr. de Chaumont, sur 1'Aujon, affl. de 1'Aube; 
970 h. {Arquois). Tanneries, pierres de taille. 

Are-«n-elel /f J, pay sage de Rubens, musee dc 
rEnnitage, a Petersbourg: — du mime, au Louvre. 
Tableau de Millet (Louvre). 

AmCBMlLAsi \zi-lass], philosophe grac, n<* a Pi- 
tane (Eolido), rival de Zenon, fondateur de la 2« Aca- 
demic (316-241 av. J.-C). 

ABCHBLaC'0 [ki-ia-uss], philosophe grec du 
v« siecle av. J.-C, un des maltros de Socratc. 

AKCHBLAf H, roi de Macedoine (413-400 av. J.-C). 
II accucillit Euripide exil*. 

AbsCHBLaCm, roi de Judde, fils d'Herode, banni 
par Augustc; m. Tan 6 apr. J.-C 

ABCBBLaCb, un de« generaux de Mithridate. II 
fut vaincu par Sylla a Cheronee et a Orchomene 
(87 ap. J.-C). 

Areb*v*«j"* *• fir««avs1« (P), un des pcrsonnages 
lea plus orijrinaux de Gil Blot, rimmortel roman de 
Le Sage. Gil Bias entre ches l'archeveque de Gre- 
nade en qualite de secretaire. Dans un moment diffu- 
sion, le prelat. dont le Seigneur a beni J usque-la les 
homelics, mais qui redoule pour son eloquence la 
decadence qui accompagne la vieillease, l'autorise a 
l'avertir franchement quand il croira cette heure 
venue et lui promet en recompense une bonne place 
dans son testament. Gil Bias prend ce conseil au 

Sicd de la lettre, ct il se voit immodiatement congc- 
i£, com mo ay ant plus do zele que de gout. Cot 
episode est la misc en action de cette maxime deja 
exprimee par un poete : 

11 n« foul jamais dir« aux grand* 
De v«riU qui Irar daplaiM. 

Les ecrivains y font de frequentes allusions pour 
montrer combien il est dangereux d'attaquer avec 
trop de franchise chex une personne un defaut pour 
lequel elle a une faiblesse prononcce. 

ABCsllAC [chi-ak], ch.-l. de c. (Charente-Infe- 
rieure), arr. de Jonzac ; 860 h. Dolmens. 

ABCBIA0 [ki-dss], tyran de Thebes, egorge au 
milieu d'un feitin en 478 av. J.-C Impose a Thebes 
par Lacedcmone, il s 'etait fait execrcr par sa 
cruaute ; un complot se trama contre lui. Au milieu 
du banquet ott les conjures devaient l'assassiner, il 
recut un billet qu'on Vinvitait k lire sans retard : 
A demain les affaires serieusesl s'ecria-t-il en glis- 
sant la lettre sous son coussin. C'etait un avis de- 
taille du complot. Quelques instants apres, les con- 
jures, ayant k leur tete Pelopidas, penetraient dans 
la salle du festin et le massacratent. La phrase : 
A demain Us affaires sirieuses! est souvent citee en 
literature. 

ABCB1A0 [ki-dss] (Ucinius). poete et grammai- 
rien grec, n6 a Antioche et etabii a Rome ; un des 
maitres de Ciceron (80 av. J.-C). 

AreblM (Pour), un des plaidoyers les plus cele- 
bres de Ciceron : il contient un magninque eloge des 
lettres (62 av. J.-C). 

ARC'HILOQI/B [ki], poete grec, no a Paros. II 
inventa le vers fambiquc, dont il se fit dans scs sa- 
tires une arme terrible (vn» siecle av. J.-C). 

AHCHIMBBR, illustre geometre de l'antiquitc, ne 
a Syracuse en 287 av. J.-C II inventa les moufics, 
la vis sans fin, la poulie mobile, les roues den- 
tees, etc. II tint pendant trois ans en echec les Ro- 
mains qui assiegcaicnt Syracuse. On pretend qu'il 
avail trouve, a l'aidedc miroirs ardents, reflechissant 
et concentrant la lumiere solaire, le moyen d'incen- 
dier a distance les bateaux ennemis. La ville prise. 
Marcel lui, general remain, donna des ordrcs pour 



5 — ARD 

qu'on epargnat le grand homme ; mala celui-ci, ab- 
sorbs par la recherche d'un probleme, ne s'apercut 
pas de la prise de la cite et fut tue par un soldat 
qui, ne le connaissant pas, s'irrita de ne pouvoir ob- 
tenir de lui aucune reponse (212 av. J.-C). 

Une circonstance curicuse de la vie d'Archimede 
se rattache a la decouverte d'un des plus feconds 
principes de l'hvdrostatique. Hleron, roi de Syra- 
cuse, soupconnait un orfevre qui lui avait fabrique 
une couronne d'or d'y avoir allle une certaine quan- 
tity d'argent. 11 consulta Archimede sur lea moyens 
dc decouvrir cette fraude en conservant intacte la 
couronne. L'illuslre savant y refiechit longtemps 
sans trouvcr de solution. Un jour qu'il etait au 
bain, il s'apercut que ses membres, plonges dans 
l'eau, perdaient considerablement de leur poids; 
que, par exemplc, il pouvait soulever une de ses 
jambes avec la plus grande facilite. Ce fut pour lui 
un trait de lumiere qui le conduisit a la determina- 
tion de ce grand principe, dit prineipe d'Archimede : 
Tout corps plonge dans Veau perd une partie de son 

Brids igate au poids du volume d"eau qu'il ddplace. 
ans l'enthousiasme que lui causa cette decouverte, 
qui lui permettait de resoudre facilement le pro- 
bleme, il sortit du bain et s'elanca dans La rue en 
s'ecriant : Eurtka ! eurika ! • J'ai trouve I j'ai trouve ! » 
En effet, il avait trouve le moyen de determiner la 
pesanteur speciflque des corps en prenant l'eau pour 
unite. L 'exclamation d'Archimede est souvent citee 
par les ecrivains, soit en francais, soit en grec. 

AMCfilPBL, partie de la Mediterranee orientale, 
parsemee d'lles; elle baigne la Grece, la Turquie 
d'Burope et d'Asie. C'est la mcr Egee des anciens. 

Arehlvea *Mu4*m**mimsr*m* recueu de tous les de- 
bate dont les assemblies politiques francaises ont 
ete le theatre depuis 1787 Jusqu'en 1860. 

Ar*b«srte, magistrat charge des plus hautes fonc- 
Uons publiqucs dans di verses cites de l'anciennc 
Grece. A Athenes, l'organisation de l'archontat, eta- 
bli apres la mort de Codrus, marqua le triomphc 
des nobles et riches families sur les rois ; mais bien- 
tot l'institution prit un caractere plus democratiquc. 
L'archontat. d'abord hereditaire et viager, dovint 
d^cennal (751), et, bientot (683). les pouvoirs confles 
jusque-la a un seul archontc furent defer6s a 9 ma- 

Sistrats annuels. Le premier, ou archonte eponyme, 
onnait son nom a 1 annee civile ; le second, ou ar- 
chonte roi, exercait les fonctions religieuses des an- 
ciens rois; le troisieme, ou archonte polemarque, 
commandait les armees; les six dernters, ou ar- 
chontes theimotMten, pr^paraient lea lois et veillaient 
a leur execution. L'ar6opage etait compose d'anciens 
archontcs. L'archontat, devenu une fonction surtout 
honoriflque apres la constitution de Clisthenes, sub- 
slsta encore longtemps, et des archontes sont men- 
tion nes a Athenes ^usqu'au v* siecle de notre ere. 

Amen VTA M [ln-tass], philosophe pythagoricien 
de Tarente qui vivait entre 430 et 365 av. J.-C. II 
etait 1'ami dc Platon. 

ARCIaVajIR-AUBB, ch.-l. d'arr. (Aubc^; sur 
l'Aube ; 2.800 h. (Arcisicns) ; ch. de f. E., a 27 kU. N. 
de Troyes. Bonneterie. Patriede Danton. Sanglante 
bataille livree par Napoleon I" aux allies (l«r mars 
1814). L'arr. a 4 c, 93 comm. ; 27.338 h. 

AKCfMLB, bourg d'ltalie; 3.100 h., sur l'Alpone, 
affl. de l'Adigc. Bonaparte y battit les Autrichiens. 
payant bravement de sa personne, un drapeau a la 
main, a la tete de ses grenadiers, quand il fallut 
enlever le pont dArcole (17 nov. 1796). 

ABCSJT [ko] ou AsiCOTB, v. de 1'Inde anglaise, 
presidence de Madras ; 10.700 h. 

ARCTIQUB (ocfan) OU Oc^aa GLACIAL AAO 
TlOfJB, ensemble des mers situees dans la partio 
boreale du globe, et limite par les cotes septentrio- 
nales de l'Asie, de l'Amerique el dc lEurope et par 
le cercle polaire (63*30' dc lat. N.). 

AmfrriQUEa} (terres). V. poi.aires (terres). 

ARCUBIL-CACHAN [ktni, I mil.], village du den. 
de la Seine, arr. de Sceaux, sur la Bievre ; 8.460 h. 
Ch. de f. Orl. Bel aqueduc. 

AHCY-itmHlRE, village du dep. de l'Yonne, 
arr. d'Auxerre ; 1.100 h. Ch. de f. P.-L.-M. Grottes. 

ABDBt'HE, riv. dc France, qui nalt dans les Ci- 
vennes, et se jette dans le Rhone (r. dr.); 112 kit- 
Cruea rcdoutablcs. 



Digitized by VjOOQlC 



ARD 



— 1136 — 



ARG 



IIIIK4W. f Mp. de Ti, d^p. form* par le Vira- 
raii; pr*f. Prhtu ; s.-pref. Ltfrj<nli<r?, r<^ni/-n; 



ARDECHE 




3 arr.. 31 cant.. 8*0 comtn., 353.570 h. (Ardcchoi*). 
1.> region militaire.cours d'appeldeNimes; 6vech£a 
Vivicrs. Ce dcp. doit son nom a larivierc qui l'arrose. 

AKBBB r £/iT, village d' Italic, prov. dc Rome (anc. 
Ardea); souvcnt en proie a la mal'aria; 100 h. {Ar- 
iUata.) 

AKBB1V1VBJI (forlt den) ou AKBBSMB. plateau 
boine. situe en grande partic dans le department 
francaJs du meine nom, et qui »c prolonge danH la 



giqu.. __. 

KftKXNKS {dip. des). dep. form6 par la Cham- 
,,. r nc «t une partie de la Picardic et du Hainaut; 
pr«'-f. Mtzitrct; n.-prcf. Hocroy, Sedan, Rethel, Vou- 




sicr*; 5 arr., 31 ennt.. 503 coniui., 313.600 h. (Arden- 
nai») G« region militaire; cour d'appel de Nancy; 
diocese do Reims. Ce dcp. doit son nom a la forct 
des Ardennes. 

AmDBNTBll [dan-tc], ch.-l. dc o. (Indre), arr. de 
Ch&teauroux, surl'Indre; 2.G60 h. [Ardentais). Ch. 
dc f. Orl. M6tallurgie, fabriquca de chaux. 



a»W rh 1 de e. (Puy-de-Dd*ne).arr- d'Lsaotre ; 
1.430 h. (Ardouieru). Sources ferrugiAeuae*. 

*■»■■■, ch -1. de c. (Pas-de-Calai*!. arr. 4r 
Saint-Omer. *ur le canal d'Ardre* ; 2.600 h. (Ar*W- 
sitru). Ch. de f. N Tulles, rafnaerie* de socre. Ea 
1S20 eut lieu a Ardres la fameuse entrerue da C*mp 
du drop dor. V. camp. 

««BSa (Joseph), ne vers 1770. Depute de la Or** 
au Corps legislatif en 1796. il entra dan* une coaspt- 
ration contre le premier consul Bonaparte et fat 
guillotine 1 en 1801. — Son frere Ba*.tb£lext. ae 
vers 1775. membre du conseil des Cinq-€enta, aorait 
tente. suivant qaelquea-uas, de poignarder Bonaparte 
au 18 brumaire (m. en 1829). 

AmBTVBBBCt [rin-btr" i Auguste d~). comte de La 
Mark, ami de Mirabeau ;'ne a BruxcUea (1753-IS34 

AmB!fB (Pau[)> ecrirain francais et poete pro- 
yencal, ne a Ststeron {1843-1896 . 

AamBXBJrBBKCt [nin-bir], chateau du canton de 
Thurgorie* en Suisse, une de* residences de Napo- 
leon III avant son avenement. 

Amiei 4« fttam^m {If s), grand amphitheatre re- 
main a forme elliptique, dont le grand axe a 133 ae- 




At4m« d« Nibms 



tres, et le petit 101. La hauteur, qui mecure Si*. 31 
comprend deux rangs de portiques superpose* a* 
nombre de 60. et *epare* par des ptfastrr*. Let 
35 rangs de gradins pouvaient recevoir 30.000 spec- 
tateurs. Charles-Martel incendia les arenea de Kimes 
en 737, pour en ehasser les Barbares. 

Ar*ap ■>*;•» tribunal supreme d'Athenes, compose 
de 31 membres. anciens archontes, et charge da juge- 
ment des affaire* criminelle* les plus graves. Ob d't 
permettait aucun artiflce oratoire pour emouToir oa 
attendrir les juges. La severite des arrets, l'ecprit 
d'equite qui les dictait acquired a l'Areopage d* Athene* 
une immense reputation de sagesse et d'imparualite. 
Le nom d'areopage a passe dans la langue pour desi- 
gner une assemblee auguste. impartiale et souverame. 

AUBQVIPA \ku-i], v. du Perou, fondee par Pixarre 
en 1540; 33.000 h. Pre* de la, volcan du MisU. 

ABB« [rewl. dieu de la mythologie grecque. 
ldentifle avec le dieu Mar* de* Roxnains. V. Max*. 

ABBTBE [ti], medecin grcc du r" siecle de notrt 
ere, ne en Cappadoce, conlcmporain dc Neron. 

AHBTHI MB, fontaine celebrc dc Tile d'Ortygie. 
pres Syracuse. D'apres la fable, Arethuse etait 
une nymphc de Diane, qui, se baignant dan* let 
caux de l'Alphee en Greee, fut poursuivie par le 
dieu du fleuve jusque dans Tile d'Ortygie. Elle fan- 

flora le secours de Diane, qui la mdtamorphosa ea 
ontaine. Et. comme se* eaux ne se melaient pa* & 
celles du fleure\ les mythographe* out suppose 
qu' Arethuse avait la propri6te de conserrer loot* 
sa purete a trarers des eaux amcres et fangeuse*. 
Ce mythe a enrlchi notre langue d'une de se* meta- 
phores les plus justes et les plus gracicuses. poor 
faire entendre que certaines organisations heurra- 
sement douees peuvent traverser de* milieux eer- 
rompus sans en subir l'influence. 

ARBTinr (Pierre T), fameux aatirique italien, ecri- 
vain licencieux et mechant, mais pleln de Terre, ne 
a Arezzo, auteur de Dialogues ceJebres (1493-1557;. 

ARF.XZO [rid-so], v. d'ltalie. ch.-l. de la pror. 
de Bon nom: 39.000 h. {Aretins). Patrie de Mecene. 
Petrarquc, vasari, Qui d'Arexxo, l'Aretin, du pape 
Jules II, Concini. 

ARC1A1VB [ghari\ (Aime), physicien suiase, ne a 
Gen6ve, inventeur de lampcs auxquelle* Quinquet a 
donne son nom (1755-1803). 

AKfiBLBS-ClASSOBT [Ito-aha-sosf]. ch.-l. d'arr. 
(Hautes-Pyrenees) : sur le gave dArgelet; ch. de f. 
M., a 31 kll. S.-O. do Tarbc*; 1.840 h. (ArgeUsiens). 
Belle vallee. L'arr. a 5 cant., 91 comm., 40.400 h. 



Digitized by VjOOQlC 



ARG - 

ARUKLK*-flUR-MKR [Itas-sur-mer, ch.-l. dc c. 
(Pyr*n*es-Orientalcs), arr. de Ceret, pr6s do la Medi- 
terranee ; 3.360 h. Ch. de f. M. Bouchons, huile, miel. 
ARGBNB [jams] (marquis Jcan-Baptiste d'), lit- 
terateur francais, protege de Frederic IF, dont il fut 
longtemps le chambellan ; autcur d'ecrits spiritucls 
et sceptiques, dont le plus connu a pour titre : Lettres 
iuives; ne a Aix [Provence] (1704-1771). 

ARGEXift, fl. cdtier du ddp. duVar ; se jctte dans 
la Mediterrance a Saint-Raphael; 116 kil. 

AReENNOX (Marc-Rene Voyer de Paulmy if). II 
succeda a La Reynie au poste de lieutenant de police 
a Paris, et devint garde des sceaux (1652-1721); — 
Renb-Louis, marquis d'AaoENsoN, son tils aine, ml- 
nistre des Affaires elrangeres, a laisse d'intcres- 
sants Memoires (1694-1757); — Marc-Pierre, comte 
d'AaoENSON, son second Ills, fut ministre de la 
Guerre ; Diderot et d'Alembert lui dedierent YEncy* 
clopidie (1696-176*)- — Marc-Antoiwb. flls de Ren£- 
Louia, ministre de la Guerre en 1767 (1722-1787). 

ARGBHTAJV [jan], ch.-l. d'arr. (Orne), sur l'Orne ; 
6.290 h. (Argentinais ou Argentanais). Ch. dc f. O., 
a 50 kil. N.-E. d'AIencon. Dcntclles, volallles, che- 
vaux. L'arr. a 11 cant., 174 comm., 75.600 h. 

ARGEBTAT [jan-ta], ch.-l. de c. (Corrcxe), arr. 
de Tulle, sur la Dordogne; 2.800 h. (Arjentacois). 

Houille. 

ARGENTBUIL [jan-teu, I mll.\ ch.-l. de c. (Scine- 
et-Oise), arr. de Versailles, sur la Seine ; 17.400 h. 
(Argentoliens). ch. dc f. N. et O. Vignobles, cultures 
maralcheres, plfltre. Patrie de Jacques dc Vitry. 

ARGBBTIBRE [jan] (L), ch.-l. de c. (llautes- 
Alpes), arr. de Briancon, sur la Durance; 980 h. 
Plomb argentifere. 

argbbtibrb, cclebre vallee de la Hautc-Sa- 
voie, pres de Chamonix ; source de 1'Arvc. 

argbCTiBre (col rf), dans les Alpes-Maritimes, 
aux sources de l'Ubaye et conduisant dc Barcclon- 
nette a Demonte (Italiel : 1-995 m. d'alt. 

ARGRBTIWE (republique), republique federate 
de l'Amerique du Sud, comprenant leversant orien- 
tal de la cordillere des 
Andes (mines d'argent, de 
plomb) , les deserts du 
Chaco, une partie des val- 
ines fertiles de 1'Uruguay 
etdu Paraguay (cerealea), 
les grandes plaines des 
;Mzm;><i«(prairic8.elcvage), 
et la sauvage Patagonie ; 
sup. 2.806.000 kil. carr. ; 
pop. 5.191.000 h. (Argen- 
tin$). Capit. Buenos- Ayres. 
AR6BNTOH [Jan], 
ch.-l. de c. (Indre), arr. 
de Chateauroux, sur la 
Creuse ; 6.280 h. {Argentonnais). Ch. de f. Orl. Pa- 
peteries, draps. carrieres, poteries, filatures. 

ARGBBTOB-ChAtBAI; \jan, td). ch.-l. de c. 
(Deux-Sevres), arr. de Brcssuire, sur l'Argenton, affl. 
de La Loire; 1.250 h. (Argentonnais). Granit, toiles. 
ARGBCTRR \jan], ch.-l. de c. (Mayennc) . arr. de 
Laval, 8ur«la Jouanne, affl. de la Mayenne, 1.460 h 
Ch. de f. O. Marbre. fours a chaux. 

ARGBBTRB-BV-PLBIMIB \jan, pli-si], ch.-l 
de c. (Ille-ct-Vilaine), arr. de Vitre ; 2.150 h 

ARGBBT-«UR-flAIJLDRR [jan sur-sfrdre], ch.-l 
de c. (Cher), arr. de Sancerre ; sur la Sauldre. affl 
du Cher ; 2.200 h. Poteries. ' 

ARGlBIJBBfl, groupes d'llet de la mer Eeee 
Victoire navale des Atheniens sur les Lacedemo- 
niens (406 av. J.-C); en rentrant a Athenes, les 
generaux vainqucurs furent condamnes a la peine 
capitale pour n r avoir pu ensevelir leurs morts. 

Arc*, nom du navire qui transport* les Argo- 
nautes en Colchide. (Myth?) * 

ARGOLIDB, contrec montagncuse de l'ancienne 
Grcce, au N.-E. du Peloponese; capit. Argos: v. pr. 
Myc&nts, Bpidaure. v 

ARGOBAITEB [n6-te], heros grecs qui, montes 
sur le navire Argo, allerent conquerir la toison d'or 
en Colchide. lis etaient environ cinquante : Jason. 
leur chef, Hercule t Castor et Pollux, Orphce, Tela- 
mon, Pelee, etc. (Myth.) Aujourd'hui, par comparai- 




Arnoir..- 
d« U IUpubliqua Argentina. 



37 — ARI 

son, le mot A rgonautes scrt a designer des esprlts no- 
vateurs, aventureux, qui poursuivent par des moyens 
hardis et nouveaux, un but difficile a atteindre. 

Arso««B«iq««a (les), poeme sur 1'expedition det 
Argonautea, par Apollonius de Rhodes (m« s. av. 
J.-C.); Valerius Flaccus en a fait, au iv* s., un me- 
diocre pastiche. 

ARGOBBB, region de France, constitute par des 
collincs boisees qui s'etendent entre la Mouse et 
l'Aisne, autour de Sainte-Menehould (Marne, Mense 
et Ardennes). Celdbre par la belle campagne dirigeo 

Sar Dumouriex en 1792, et qui unit par la bataule 
e Valmy. (Hab. Argonnais.) 

ARGOf) [gh6ss\, v. du Peloponese pres le golfe 
do Nauplie ; 10.000 h. (Argiens). Ancienno capitale 
de l'Argolide, plus lard subjugude par Sparte, Argos 
joue un grand role dans lea recits mythologiques. 
Pyrrhus fut tue au siege de cette ville (272 av. J.-C). 
S'appelle aujourd'hui Planitza. 

ARGOBTOL1. v. de Greco, ch.-l. de Hie de Ce- 
phalonie ; 9.000 h. 

ARGOVT [ghou] (comte d*), homme d'Etat fran- 
cais, ne a VeyssiUeu (Isere) , ministre dc Louis-Phi- 
lippe (1782-1858). 

AAGOVIB, un des cantons de la Suisse ; 206.500 h. 
(Argoviens.) Capit. Aarau. 

akuikil igheu, I mil.], ch.-l. de c. (Seine-Infe- 
rieure), arr. de Neufchatcl ; 450 h. 

ARCH* [ghou-inn'] (banc cf), banc de sable, sur 
la cOte oceamque de rAfrique septentrionale. Ccst 
la que vint, en 1816, s'echouer la fregate Miduse. 

ARfiVM [ghuss], prince argicn, qui d'apres la 
fable, avait cent yeux, dont cinquante restaient tou- 
jours ouvcrts, et qui fut charge par Junon de la 

Sardc d'lo changde en vache. Mercure parvint a 1'en- 
ormir tout a fait au son de sa flute et lui coupa la 
tete ; Junon sema ses yeux sur la queue du paon. — 
Le nom d' Argus a passe dans la langue comme sym- 
bole de la vigilance ; mais 11 sert surtout a designer 
un surveillant incommode et trop clairvoyant. 

ARCHJB, nom du chien d'Ulyssc, immortalise par 
Homere (Odyssee, ch. xvu). II fut le seul «tre qui 
reconnut le heros, quand celui-ci revint k Ithaque 
apres vingt ans d'absence, sous les haillons d'un men- 
diant. II expira apres cc souvenir touchant don no a 
son maltre. — Le nom d' Argus sert a caracte riser 
la fidelitc chez les individus de cette especc. 

ARGYLL ou AR6YLB, comte de l'Ecosse, sur la 
mer d'Irlande ; 76.000 h. Ch.-l. Inverary. 

ARGYLL (Archibald, due (f), seigneur ecossais, 
souleva en 1650 l'Ecosse contre Cromwell (1598-1B61). 

ArtsyrsuspidsM (aux boucliers d'argent), nom donne 
aux soldats de la garde d' Alexandre le Grand. 

ARIANB, fille de Minos, donna a Thes^e le fll a 
l'aide duauel II put sortir du Labvrinthe, apres 
avoir tu6 le Minotaure, puis fut abandon nee par lui 
dans l'lle de Naxos et se jeta du haut d'un rochcr 
dans la mer (Myth.). On rappelle souvent le fll 
tTAriane pour designer le mo yen qui nous sert do 
guide, le flambeau qui eclaire notre intelligence au 
milieu des difflcultcs d'une entreprise ou des obscu- 
rites d'un systeme, d'un raisonnement. 

ArUa«. trage'die de Th. Corncille et sa meilleure 
piece (1672). 

Arlaae eadoroile. statue antique (Vatican). 

Arlaao •baadoaa**, statue en marbre d'A. Mil- 
let (Luxembourg). 

ArlanhiMe. heresie d*Arius, qui combattait V unite" 
et la consubstantialiM dans trois personnes de la 
Trinite et soutenait que le Vcrbe, tire du n6ant, 
etait tres inferieur au Pere. II regardait Jesus- 
Christ comme cssentiellement parfait, mais il niait 
sa divinite. Cette doctrine, prechec vers l'an 318 par 
Arius, pretre attache a l'eglisc d'Alexandrie, et ap- 

Euyee par divers empereura de Constantinople, ba- 
lnea pendant quelquo temps la puissance du ca- 
tholicisme. Elle fut condamnee au concile de Nicee. 

ARICA, v. du Chill, sur le Paciflque. 3.900 it. 

AR1CIB [s{], princesse athenlenne de la race des 
Pallantidcs, qui fut 6pous£e par Hippolyte. Racine 
en a fait une figure touchante dans sa Phtdrc. 

ARlEttB, riv. de France, qui nalt a la frontiere 
franco-andorrane, arrose les dep. de l'Ariege et d« 
la Haute-Garonne, passe a Foix, Pamiers, Saver- 
dun et se Jette dans la Garonne, r. dr. ; 170 kil. 



Digitized by VjOOQiC 




ARI - H38 - 

AitlBttB {dtp. de P), dep. form* par le cnmW de 

Foix, une partie de la Gascogne et du Languedoc : 

pr£f. Foir; s.-pref. Pamiers, Saint-Giront ; 

3 arr. . 20 cant.. 338 comm. , 210.550 h. 

(Artegeois), U» region militaire. coin- d'ap- 

pel de Toulouse; ev*che a Pamicre. Ce 

dep. doit son noni a la riviere qui l'arrose. 
AIIIKL, nom d'une idole des Moabites, 

devenu le nom d'un mauvais ange. 

Ariru» (ri-mj, nom des hereliques sec- 

tateurs d'Arius. V. Akmrismb. 

4HIM ITIUB ou irnn.v. de la Judee, 

patrie de Joseph, qui cnsevellt Jesus-Christ. 
AltlVIHOD [!«>]. ch.-l. de c. (Jura), 

arr. de Lons-lc-Snunier ; WO h. Travail 

du bois, 
AlMOIl t HZ. 4* K. nom do troia satrapes 

du Pont, d'un de Pone, et do trois rois do 

Cappadoce. 

4KIOV celebre poete et musieien grcc 

du vii* sieele av. J.-C. La legcnde raconte 

qu'il fut sauve. de la mort par des dau- 
phins, que leu sons de sa lyre avaient char- 

mes. Cette merveilleuse puissance de la 

niusique est souvent rappelee en litte- 

rature. 
AHIOMTB (Ludovico Ariosto. dit I'), 

brillant et feeond poete de la Renaissance 

italienne. mi a lieggio. auteur du Roland furitux, 

et d.' beaux sonnets (I47M531). 
AHIOVIMTK, chef do* Bue- 

ves, »iui tmta d'envahir et d'as- 

servir la Gaule, et fut batiu par 

C«sar prei de LSesaucon, en 

IS av. J.-C. 

\lii-< il ou % li 14 if («■>) 

v. d'Egypte a lentree du desert 

de Syrie. Le« Prancais y signd- 

rent en 1800 le traile par lequel 

ils < v't.u.'uiTit I'Egypte, 
\itisi itoiUN [rait], ty- 

ran de Mi let. Sa re. volte conlre 
Darius et l'appui qu'il recui ties 

Atheniens furent le pre text e 

de la premiere guerre medique; at. en 497 av. J.-C 
\Klvr\KOli:, aslronome grec du in* sieele 
av. J.-C. II cut le premier 1 idee que la tcrre tournc 
Bur son axe el autour du soleil ; ll fut accuse, pour 
cette opinion, de trouhler le repos des dieux. 

AKIHTAHQIR, celebre grauimainen et critique 
grec. ne dans rile de Samothraee, fut preeepteur 
des enfanta de Ptole-mee Phil omd tor (n« s. av. J.-C. i . 
Le nom d'Aristanmo est passe dans la langue ; on 
dit d'un critique severe, mais juste et eclaire : e'ext 
vn Aristaruue. Ce nom s'oppnse souvent a celui de 
Zuiit\ critique envieux et injustc. V. Zoilb. 

ARIMTKK stt Lfilsd'Apollon. II appritauxhommei 
k Clever les abcilles. La mythologic raconte qu'il 
causa involontairement la mortd'Eurydice, et que les 
nymphes, eompagnes de l'epuuse d'Orphe-e, la ven- 
gerent en l'aisant perir toutes les abcilles d'Aristee. 
Celui-ei, desole, alia trouvcr le devln Protee, qui lui 
conseilla d'immoler qualrc taureaux et autant de 
ggnisses, pour apaiser les manes irrite.es d'Eury- 
dicr j aussitdt, des entrailles des victimes g'echappa 
un essaim dabeilles. Cette legende a fournl a Vir- 
gile le sujet d'un des plus beaux episodes des GJor- 
giquet (chant rv). Les ecrivains font quelqucfois 
allusion a cet cvenement 
mythologiquc , pour ca- 
racteriucr une naissance 
merveilleuse, qui s-e pro- 
duit au sein de la mort 
meme etde la corruption 
ajtl0TlBB,g6neral et 
homme d'Etat athenien. 
que son integrity lit sur- 
noci; io r /e Juste, 11 be 
couvrit de gloire a Mara- 
thon, mais rut, k l'ins liga- 
tion de Th'.'uiutoclc, sou 
rival, banni par l'ostra- 
ciBnie. II sortit d'Athencs armies. 

en formanl di-s voqux pour la prosp£rite de eon in- 
grate patrie. On rap[»orte que, le jour ou cette fien- 
tence fut nndue, Afislide fut invite a tracer son 



ARI 



propre nom sur la coquille qui servait de bulleiia 
de vote k un habitant de la campagne, qui ne strait 





pas 6crire et s'itait adress^ k lui sans le eonnaitre ; il 
do man da k cet homme si Ar is tide 1' avail personael- 



lement offensfe : • Non. rdpondit le paysaa. 
re suis las de ttnlendrt toujour* nommtr le Juste. » 
llappele plus tard par ea patrie envahie pax Xerxrt. 
1 se r^concilia a?ec Themistoele, combatlit Tail- 



laminent & Salamine et A Platees. puis partieipa 
a la formation de I'empire colonial d Athene* par la 
eonsiitution de la confederation de Delos, 13 eera 



les ilnancea de la Grece avee une inviolable probrte. 
ct irionrut pauvrc fne vers 510, m. vers (M av. J -C 

Differentee particularity^! de la vie d'Aristide doc- 
nent lieu k des allusions : d'abord son nom. qui sen 
souvent h designer un homme d'Etat juste etintegre: 
1 ostraciwme inconsid^re dont il a 6te fYappe: k» 
tobux qu'il forma pour la grandeur de sa patrie, ea 
partanf pour l'exil; enfln et surtout le motif que 
i'ombragcux pavsan donna de son vote a Amride. 

ahimtibb. peintrc grec, n6 k Tbebea (Beotie>, 
conlemporain d'Apelle (iv« s. av. J.-C.). 

Mii«Tl»F. do Ml let, ecrivain grec do n« siccle 
av. J.-C. auteur des MiUsiaques, c*>ntes liceneieox. 

.%niMTlDK,philosophe d'Athenes (m s. ap. J -C i. 
auteur de la plus ancienne Apologie de la rcUgtoa 
chretienne. 

niiHTiO^, tvran d'Athencs, mis k mort par ordre 
de Svlla (86 av. J.-C.1. 

AHINTIPPB, philosophe grec. n£ h Cyrene. eleve 
de Socrate. II fut le ehei de l'ecolc cyrenaique. o« 
il fondait le bonheur sur le plaisir (iv» a. av. J.-C.' 

IH1NTODILG !•*, roi de Jude*. II regna de 107 
h 106 av. J.-C; — Aristobule II, roi de Judee de 
"0 *t 63; assassin^ l'an BO av. J.-C. 

AHIMTODKMR. roi dc Messenie. II fltvingtansla 
guerre aux Spartiates et se tua sur le tombeau de *a 
tllle, qu'il avait sacriflee pour raecomplissement dun 
voeu; m. vers Hi av. J.-C 

\iii*TODKMB, sculptcur grec (iv» s. av. J.-C. 

AHiMTOGiTOVnmi de Harmodius, un des meor- 
trlers d'Hipparque. V. Harmodius. 

aillNXOMBKE, chef des MessC- 
niens. celebre par sa lutte contre 
les Spartiates pendant ladeuxienie 
guerre de Messenie, et par sa re- 
sistance de onzc ans sur le mont Ira 
(vn« s.av, J.-C.) ;m. exile aKbodes. 

ArixionouH (Us Aventum d), 
eonte dans le genre antique, par 
Fenclon, ou Ion respire ce charme 
attendrissant qui n'est donne qu'a 
quelqucs houmieb, k Virgile, a Ra- 
cine, h Fenelon. 

tniNTOPH %>k. le plus ce- 
lebre poete comique d'Athencs 
(v* s. av. J.-C.), dont la plupart des comedies, types 
de la comedie ancienne, et k tendance* aristocra- 
tiqucs sont des pamphlets polilique*. parfow HsssV 







Digitized byLjOOQlC 



AR1 



— 1139 — 



ARM 




raires, surtout les Nudes, ou Socrate est attaquo avee 
autant d'esprit que dc mauvaise foi. Signalons parml 
ses autres comedies : let Gutpes, Ly sit t rata. Us Che- 
valiers, les Oiseaux, les Grenouilles, etc. En litera- 
ture, le nom d'Aristopbane est souvent cite, par anto- 
nomasc. pour designer un poete, un ecrivain qui 
attaque energiquement et avec l'arme du ridicule 
lea travers, les vices de ses contemporains. Souvent 
aussi ce nom est une expression de blame a cause 
de la part que le grand comique a pu avoir dans la 
condamnauon de Socrate. 

AaMSTOPHAMB de Bjraaaee, grammairien d'A- 
lexandrie (iii«-iv« s. ap. J.-C). 

AJU0TOTK, celebre philosophe grcc, ne k Sta- 

5 ire, en Macedoine; il fut le precepteur ct 1'ami 
'Alexandre le Grand et le fondateur de l'ecolo peri- 
pateticienne. II fut une des intel- 
ligences les plus vastes qui aient 
jamais cxlstc. Son Uistoiredes ani- 
maur. sa Rhitorique, sa Politique, 
sa Mitiorologie, etc., abondent en 
vues originates et profondes. Pen- 
dant tout le moyen Age, il rcsta 
l'oracle des philosophe* et des 
theologicns scolastiquea qui, d'ail- 
leurs, le connaissaient ct l'inter- 
pretaient mal. II mourut a Chalcis. 
en Eubee (384-322 av. J.-C). II est 
l'auteur dun grand nombre de 
traitea de logique, de politique, . 

d'histoire naturelle. de physique, amiou. 

dont les progrCs de la science moderne ont demontre 
la valcur. Le nom d'Aristote est souvent cite comme 
la personniucation de l'esprit philosophique et scicn- 
tiuque. A propos de ce nom, on rappcUe aussi ces 
deux vers, qui se trouvent dans le Festin de Pierre, 
comedie dc Thomas Corncillc : 

Qooi qu'«n dia« ArUtoU «t «a doct* c«b*l«, 
L* Ub*c •*! divin, il n'«»l ri«u qui Yig*\». 

Dans l'application, le mot tabac se prete a de fa- 
cilos variantes. 

Ariatete \Commentaires sur), ouvrage, reste long- 
temps celebre^ du philosophe arabe Averrocs (xn« •.). 

AaMHTOXKXE de Tareate, philosophe ct musi- 
cien grec (iv« s. av. J.-C). 

AMU* (u*s), pretre ne. a, Alexandrie, fameux h6- 
resiarque, fondateur dc la sectc des aricna (280-336). 
V. Artanitme. 

ARUOXA, tcrritoire des EtaU-Unis; 123.000 h. 
Ch.-l. Phinix. 

AaU IBANK %anks\ comm. des Landea, arr. de 
Mont-de-lfl arsan ; 736 h. Ch. dc f. M. Marne. 

AmatAlVMAM [zass], riv. d'Amerique, prend sa 
source dans le Colorado (montagnes Rocheuscs). passe 
a Little-Rock, et se jette dans le Mississipi (r. dr.) ; 
cours S.470 kil. 

ARMANMAfl, un des Etats unis dc r Amerique du 
Nord; 1.311.800 h. Cap. Little-Rock. 

ABMBAJVfcBl*, v. de la Russie d'Europe, port 
sur la Dwina, pres de son embouchure dans la mcr 
Blanche; 18.000 h. Ch.-l. du gouv. W Arkhangelsk, 
peuple de 347.000 h. 

AKlLIIAXtlltl. (IVaaveUe-). V. NOUVEIXB. 

ARKWRKiHT [ark-m-it'} (sir Richard), meca- 
nicien anglais, ne a Preston, in- 
venteur de la bim/c jenny pour flier 
le colon (1733-1792). 

ABXANC [Ian], ch.-l. de c. (Puy- 
de-Ddrae), arr. d'Ambcrt; sur la 
Dolorc, affl. dc la Dore ; 3.250 h. 
Eaux ferrugineuses, dentclles. 

ARLBBlfi [bergh], col s'ou- 
vrant entre lea Alpes Algavicnncs 
et les Alpes Rhetiques, dans lc 
Tyrol (Autriche) ; il est perce par 
un tunnel de 10.270 m. 

ArleeaJa [kin], personnage co- 
mique qui, de la scene italienne, a 
passe depuis le xvn* siecle sur 
presque tous les theatres de l'Eu- 
rope. II porte un habit compose dc 

Ktits morceaux de drap triangu- 
res. dc diverges couleurs, un masque noir. et, a la 
ceinture. un sabre de bois, nomine latte ou batte. 
Par comparnison, on applique ce nom & tout homtnc 




Arloquin 



qui n'a point dc principes arr*t«*s, et qui change 
sans cease d'opinion : e'est un arlequin. 

ABLBfl [ar-le], ch.-l. d'arr. (Bouches-du-Rhdnc) ; 
but le Rhone et sur le canal d' Aries; 29.350 h. [Arl4- 
siens) ; ch. de f. P.-L.-M., a 89 kil. N.-O. de Marseille. 
Fruits, vins, huilcs, saucissons. Antiquites romaines 
remarquables ; arenes. L'arr. a 8 cant., 32 comm., 
89.000 h. 

Arieeleaae (/•), melodramo en trois actes et cinq 
tableaux avec symphonies et chceurs, paroles d'Alph. 
Daudct ; remarquable musique de sceno de Q. Bizet 
(1872). 

ARLE0-0CR-TBC11, ch.-L de c. (Pyrences-Oricn- 
tales), arr. de Ceret ; 2.400 h. Ch. dc f M. Forges. 

AKLEtTX [/col, ch.-l. de c. (Nord), arr. de Douai ; 
aur la Scnsee, affl de l'Escaut; 1.640 h. Ch. de f. N. 
Sucrerie, distillerie. 

ABXINCOIJKT [kour] (vicomte Charles <f), ro- 
mancier francaia, ne pres de Versailles (1789-1856). 

ABXINUTON (comte Henri <f), ministre d'Etat 
sous Charles I« r . 11 At panic du ministere celebre 
de la Cabale (1618-1685). 

ARE.01V, v. de Belgique (prov. dc Luxembourg) ; 
sur la Semoy, affl. de la Mouse ; 8.750 h. Jourdan y 
vainquit les Autricbiens (1794). 

Arasada {I'Jnvincible), flotte geante envoyee par 
Philippe II, roi d'Espagne, contre l'Angleterre en 
1588 ; elle fut detruite en grande par tic par la tcm- 

{>ete. h'lnvincible Armada est demcuree celebre, ct 
es historiens designent quclquefois sous ce nom de 
grandee expeditions maritimes destinees, dans leur 
pensee, a. echouer lamentablement. 

AKHACiH, v. d'Irlande. sur le Callan ; ch.-l. du 
comte d' Armagh, prov. d'Ulster, ancienne cap. du 
royaume ; 10.200 h. Le comte a 163.200 h. 

AatMAOlVAC [gnak], ancien pays do France (Gas- 
cogne), compria presque enticrement dans lc dep. du 
Gera; v. princ. Auch, Eauze. (Hab. Armagnacais ou 
Armagnacs.) Eaux-de-vie renommecs. 

Arasacaaea (faction des), parti du due d'Orlcans, 
dont un des chefs principaux dtait le comte d'Arma- 
gnac. II d^chira la France sous Charles VI ct sous 
Charles VII, par ses luttes avec la faction des Bour- 
guignons. Lc conflit ne prit fin 
qu'au trait 6 d' Arras, en 1435. Ar- 
magnacs ct Bourguignons sont 
deux mots restes dans la languc 
comme synonymes d'ennemis ir- 
reconciliables- 

AMMAB^oyi, riv. dc France. 

Erend aa source dans le dep. dc 
i Cote-d'Or, passe h Semur, Ton- 
nerre, ct se jette dans 1'Yonne 
(r. dr.) ; 174 kil. 

Ara»atolea ou ailcalisea. tri- 
bus guerrieres ct pillardes du 
nord dc la Grece ; elles ont jou* 
un grand role durant la guerre 
de rtnd^pendance. 

ARMKX1B [nt], contree de 
l'Asie occidentale ; enchevetre- 
ment de montagnes elevens, au sud du Caucase, 
ct aux sources de l'Euphratc et du Tigrc, qui forma 
longtemps un royaume independant, mais est aujour- 
d'hui partagec entre la Turquie, la Russie, et la 
Perse. On donnc le nom do Petite Arminie au 
royaume fonde a l'epoque des Croisadcs par les 
Amniniens emigres en Cuicie. 

ARMKKTIKHBH [man], ch.-l. de c. (Nord), arr. dc 
Lille, sur la Lys ; t9.400h.(.4rmeij(j«Jrais); ch. de f. N. 
Lingc, toilcs, dentclles, distillerie. Forces. 

AraB«rla de Madrid, celebre collection d'arnies 
anclennes, etublic a Madrid dans le palau royal ; la 
fondation dc l'Armeria date de Philippe II. 

Araslde. une des plus seduisantes h^roTnes de la 
Jerusalem dilivrie, du Tasse, la Circ* de lVpopee 
chretiennc. Son nom est souvent employe pour de- 
signer une femme qui fascine par ses charines en- 
chanteurs. On fait aussi dc frequentcs allusions aux 
jar dins, au palais dArmide, ou la magiciennc rete- 
nail le beau Renaud loin de 1'armAe den Croises. 

Araald«, opera en cinq actes, paroles de Quinnult, 
musique dc Gluck (1777), Tunc des ceuvres los plus 
pnrfaltcs du musicien. 




Digitized by VjOOQlC 



ARM 



— 1140 — 



ART 



Areslde et Reaead. tragedie lyrique en cinq 
actes et un prologue, poeme do Quinault. m unique 
do Lulli (1686). 

ARRMNII'0 [uis], chef des Germain*, dcmcurc 
populairc en Allcmagne sous 1c nom de Hermann; 
detruisit les legions de Varus, l'an 9 ap- J.-C. 

ARM1NIIM, theologien protestanl hollandais 
(1560-1609). fondateur de la secte des Arminiens, qui 
adoucissait la doctrine de Calvin sur la predestina- 
tion, et fut energiquement combattue par les Go- 
niaristet. ou sectateurs de Gomar. 

ARRORIQVE, partie de la Gaule formant auj. 
la Brotagne. (Hab. A rmorica ins.) 

ABMSTBON6 (Jean), medecin et poete ecossais, 
i„6 a Castletown, autcur d'un po£me sur I' Art de 
comerver la santi (1709-1779). 

ARIVAID DB BREI9CIA [»d], reformateur po- 
litique et religicuz italicn, ne vers 1100. II fut eleve 
d'Abelard. II souleva Rome contre les papes mais fut 
livre par l'empereur Frederic Barbcrousse a ses cn- 
nemis qui l'etrangl6rent. brulerent son corps ct je- 
terent ses cendrcs dans le Tibre (1155). 

ARNAVB BR CBKVOLB, celebre chef de rou- 
ticrs, ne en Perigord vers 1300. m. en 1366. 

ARRAVB BE SILLEXKI VK, alchimistc ct m6- 
decin, ne en Catalogne vers 1240, m. en 1311. 

AH* AID (Beeulard 4'), auteur dramatique et 
poete francais, n6 ct mort a Paris (1718-1805). 

AR.IAKLD [n<*] (Antoine), nommc lo Grand Ar- 
nauld, c61ebre docteur en Sorbonne et theologien 
francais, n6 a Paris, defenseur 
des jansenistes contre les je- 
suitcs ; il a compose avec Ni- 
cole, en 1662, la Logique de 
Port-Royal, et avec Lancelot, 
en 1664.1a Grammaire ginerale 
et raisonnte (1612-169V); — Ar- 
nauld d'Andilly, son frdrc 
alnc, traducteur d'ouvrages rc- 
ligieux (1588-1674); — Ano6- 
i.iQUR, leur soeur, abbesse de 
Port-Royal (1591-1661). 

ARNAULT [mlj ( Antoinc-Vin- 
cent), poete tragique et fabuliste 
francais, n6 A Paris (1766-1834). 

ARlffAY-LE-BIC [ne-le-ituk], ch.-l. de c. (Cote- 
d'Or). arr. de Beaune, sur l'Arroux; 2.670 h. 

AR5FVT (Ernest-Maurice), poete allemand. connu 
surtout par des chants de guerre qui contribuercnt 
en 1812 ft soulercr l'Allemagne contre Napoleon 
(1769-1860). 

AHJVETH (Alfred d"), hiatorien autrichicn. ne a 
Vienne, autcur d'une remarquablc Histoirede Marie- 
ThirHe (1819-1897). 

AHXHEM, v. du roy. des Pays-Bas, capit. de la 
prov. do Gucldre, sur lc Rhin ; 59.800 h. 

AR1VIM (Actum d\ romancier prussicn (1781-1831). 

ARNIM (comte Charles d'), diplomatc allemand, 
ambassadeur a Paris ; celebre par ses denizes avec 
Bismarck (1824-1 881) 

ARMO, fl. de Toscanc (Italic), qui passe a Flo- 
rence, Pise, et se jette dans la Meditcrranec ; 250 kil. 

AHIOBR, ecrivain latin, apologiste dc la religion 
chnHicnne ; m. en 327. 

ARNOLD (Benedict), general americain ; trahit sa 
patrie pendant la guerrcderindependance(1741-180i). 

ARKOLB de Wlnrkelrled. le Dt'rius des Suisses, 
heros suisse, paysan du canton d'Cnterwald, qui, 
par son devouement. aurait determine la victoire 
de Seinpaeh (1386). 

AHWOIL ou AHWIXF, roi dc Germanic, pctit- 
flls de Louis lo Gcrmanique (850-89!>). 

ARXOILD [nou] Sophie), cantatrice dc l'Opera 
dc Paris, interprete de Rameau «t Gluck, celcbrc 
par sa beaute et son esprit; nee a Paris (1744-1802). 

ARNOHLD-PLEMflY (Jeanne), actrice francaisc, 
nee a Metz. Elle excclla dans l'emploi des grandes 
coquettes (1819-1897). 

ARIflTADT, v. d'AUemagne (principaute de 
Schwarzbourg-Sondershauson ; 14.420 h. 

AROU, arcnipel de la Malaisie hollandaise. Pcrles. 
nid* d'hirondclles, oiseaux de paradis. 

AHOIET, nom de famille dc Voltaire. 

ARPAD. conqulrant honprois, mort en 907, fon- 
dateur de la dynastie des Ar)>aili>-m, qui s'eteignit 




ARPAJOlf, ch.-l. de c. (Seine-et-Oise). arr. de 
Corbeil, sur l'Orgc: 2.900 h. (Arpajonait) ; ch. de f . Ori. 

ARPHAXAB, l'un des (lis de Sem, d'apres la 
Bible. — Roi des Medes mentionne par la Bible, 
qu'on identifle avec Phraortes. 

ARPINUM, v. ancienne de l'ltalie, dans le La- 
tium ; patrie de Marius et de Ciceron ; aujourd'hui 
Arpino, dans la Torre de Labour; 11.220 h. 

ARQIBB-LA-BATAIIXB, bourg de la Seine- 
Inferieure, sur 1* Argues, fl. cotier de 50 kil • 1.170 h. 
(Arguais). Henri IV y vainquit le due de Mayenne 
en 1589. Patrie de Blain ville. 

Arraebear de deals (f ), tableau de Gerard Dor. 
au Louvre. 

ARRACOURT, ch.-l. de c. (Meurthe-ct-Moselle), 
arr- de Luneville : 680 h. 

Arraafeaent dee ■•(• (Trait* de f). par Deny* 
d'Halicarnasse, ouvrage plein d'interet cur reloca- 
tion poetique et oratotre. 

ARR AH [a-rdwl, ch.-l. du dep. du Pas-de-Calais, 
anc. capit. de 1'Artois, sur la Scarpe; 25.856 h. 
{Arrageois ou Arttsiens). Ch. de f. N., a 192 kil. N. 
de Paris. Ev#che. Sucre de betterave, huile d'<ril- 
lette, de colza, dentelles, fonderie. Patrie de Jean 
Bodel, Maximilien et Joseph Robespierre. Lebon. 
Trois traites y furent signes : Tun (1414). entre 
Charles VI et Jean sans Pour; l'autrc (1435). rt- 
conciliait Charles VII et Philippe le Bon ; le troi- 
si^me (1482), entre Louis XI ct Maximilien d'Autri- 
che. Louis XI s'empara de la ville en 1477. Louis XIII 
la prit sur les Espagnols en 1640; ceux-ci avaient 
fait graver sur une des portes : 

Li* ■ourit mangaroai !•■ rata. » 

La ville prise, un soldat francais effaca le p da 
quatrieme mot, et on laissa subsister I'inscriptioa 
ainsi modiflee. En 1654, Turenno y repoussa Coade 
ct les Espagnols, Vauban fortifla la ville. Larr. a 
10 cant., 211 comm., 180.660 h. 

ARRBAU, ch.-l. de c. (Hautes-Pyrenees). arr. de 
Bagncres-dc-Bigorre. sur la Ncste, affl. de la Ga- 
ronne ; 1 .000 h. Ardoises, marbres, chevaua. 

ARREB (monts <f). collines de Brctagne (Fiait- 
tcre) ; alt. 400 m. Landes arides. 

ARRIE ou ARRIA, dame romaine qui, poor 
donncr l'excmple du courage a son mart Pietns, 
condamne h mort comme conspirateur par Claude, 
s'enfonca un poignard dans le scin : puis. le reti 
rant, elle le presenta k son marl en lui disant froi- 
dement : Pxte, non dolet; - Psetus, cela ne fait 
pas de mal. • Pectus se donna la mort k l'exemple 
de sa femme. 

ARRIEB (Flavins), historien grec du n« sieele. 
auteur d'une precieute histoire d* Alexandre le Grand 
intitulee : Anabase. 

ARRIfiHI (Toussaint), cree due de Padoue. n< k 
Corte; un des generaux de Napoleon (177R-1W3). 

ARR1UM (Aper), prefet du pretoire, qui assassiaa 
son gendre, l'empereur Numtfrien, pour s'emparer 
du pouvoir (284), ct fut tu6 par Diocletien. 

ARBOll, rlv. de France, qui nalt dans la Cote- 
d'Or, arrose Autun. et se jette dans la Loire (r. d.), 
en aval de Digoin : 120 kil. 

ARM [arsn] ou ARft-RN-RR, ch.-l. de c. et port 
dans 1'ile de Re (Charente-Inferieure), arr. de La 
Rochelle; 1.560 h. 

AHg-BlR<EO0ELLB, v. do la Lorraine aUe- 
mande, sur la Moselle ; 6.000 h. Forges. 

ARMACHE, fondateur de la monarchic des Par- 
thefl (255 av. J.-C.) ct de la dynastic des Arsacide*, 
qui regna de 256 av. J.-C. k 226 de notre frre. 

ARMEXE (saint), ne a Rome, precepteur d*Arca- 
dius, fils de Theodose. Descspcrant de vaincre Tor- 

{:ueil et 1'opiniAtrete de son eleve, fl se retira daas 
cs deserts dc la Thebalde, oO il mourut (350-445). 

ARBI1VOB. princesse egyptienne, qui epousa Pto- 
Mm6e Philadelphe, apres avoir fait egorger les en- 
fan ts qu'ellc avait eus d'un premier mariage. — Le 
nom d Arsinoe- a ete donne ft. plusieurs princesses 
ct ft plusieurs ville s anciennes. 

Arelaoe^ personnage du Misanthrope, de M oliere, 
type dc la coquette surannee, k la fois ridicule et 
mechante. 

Art (Histoire de F) eke« lee Aacieae. ouvrage 
celebre de Winckelmann, veritable monument es- 



Digitized by VjOOQlC 



ART 



— 1141 — 



ARY 



thetique qui renouvela la connai6sance do la civili- 
sation antique (1764). 

Art eTaiaarr (?), poeme d'Ovide, oeuvre elegante, 
aimablc, souvent piquantc dans sa futility. 

Art daaa raatlajaita {Histoire de /'). par Perrot 
et Chipiez; ceuvre remarquable, dout les au tours 
montrent ce que fut l'art ancicn, scs origines et son 
developpement en Egypte, en Grfcce, etc. (l»r vo- 
lume paru en 1883). 

Art de la gaerre (Discours sur /'), par Machiavel, 
un de ses plus remarquables ouvrages. 

Art d'etre grM^p^re (/'), poesies dcdiees par 
V. Hugo a ses pctits-enfants, et qui toutes sont 
picines demotion et de sentiments exquis (1877). 

Art de veriaer lee datea (/'), savant ouvrage 
historique. par les Ben6dictina (xvtm s.). 

Art aiiUtaira (be f), traitd de Vegece, judicieux, 
instructif et concis (iv« s.). 

Art eaetique (/') d'Horace, ou EpUre aux Pisons, 
poeme didactique plein de charme, de finesse et de 
jugement (i«r g. av. J.-C). ou se trouvent un grand 
nombre de vers restcs proverbes, et dont beaucoup 
ont et4 imites par Boileau. Ceux qu'on cite le plus 
souvent ont eW reproduits dans les Locutions latinos 
et itrangtres. 

Art poetlqae (/'), poeme didactique de Boileau. 
imite d Horace, en quatre chants ; excellent ouvrage 
de saine et Judicieuse critique, qui a fait appclcr 
son auteur le Leyislateur du Parnasse (1874). Un 
grand nombre de vers de YArt poitique sont cite* 
comme de veritables proverbes. Voici les princi- 
paux : 

La rim* ait una etclave el na doit qu'oheir. 
Co na loot qua fastens, ca no »oot qa'astragale*. 
Passer da rra«-e au doux, da plauant au severe. 

EnBn Malharba rint 

Ca qua 1'on 00090 it biea e'enonce clairoment, 

Kt la* moU, pour le dira, arrivent Augment. 

Rani la league, en un mot, l'aut«ur la plus divin 

Eat loujours, quoi qu'il fas»e, un meehent ecrivain. 

Vingt foi* iur 1« meti«r remetUi voire ouvrage, 

Polisses-le i«m cesse et la repolistei. 

Faites-vous dai amii protnpU i you* centurer. 

Un tot trouve toujour* un plus sot qui l'admire. 

Chei alia (1'oda) un beau detordre e*t un effel de l'art. 

Un sonnet sans defaul vaut s«ul un Ion a; poeme. 

La latin dan* la* mots brave l'honnetete ; 

Mais le leoteur Tran^ai* veut sire respecte. 

Le Franfais, na malin, forma la vaudeville. 

11 n'eet pa* da serpent ni da monstre odieus 

Qui par l'art imite na puisne plaire aua yeux. 

La vrai peut quelquafoia n'etre pas vTaisemblable. 

O le plaisant projel d'un poete irnorant, 

Qui de tant da hero* va choisir Childebrand! 

II n'eet point de dogra dn mediocre au pi re. 

Soyas plalol ma$on, si e'est voire talent. 

Art «nhfr*«l (/'), ou le Grand art (A rs magna), 
ouvrage de Raymond Lulle, premier essai d'ency- 
clopedie qui a etc longtemps cdlebre (xiii* ».). 

Arta da deaaia (Grammaire d*s), par Ch. Blanc; 
expose precis des principes elementaires des beaux- 
arts (1867), complete par une Grammaire des arts 
dicoratifs (1882j. 

ARTA, v. de la Grecc, port sur le golfe d'Arta, 
forme par la mer Ionienne, cntre la Grece et la 
Turquie; 9.000 h. Ccst l'ancienne Ambracie. 

ARTABAJf, capitaine des gardes et mcurtrier de 
Xerxes (465 av. J.-C.) pour s'emparer du tronc, mais 
11 fut tue par Artaxerxes 1««\ file do Xerxes. — Norn 
de quatre rois des Parthes du in* siecle av. J.-C 

Artaban, hc l ros d'un roman de La Calprenedc, 
Cliopdtre, dont le caractcre plein de flerte a passe 
en proverb© : Fier comme Artaban. 

AHTABASB, un des generaux de Xerxes : it com- 
battit a Platees (vi» s. av. J.-C). 

Alt TAB AXE. nom de plusieurs rois d'Armenie 
dont le plus celebre est le flls dc Tigrane lc Grand. 

AHTAttltAW (Charles de Baatz, seigneur <T )', 
genUlhomme gascon, ne vers 1611 ; tue au Biege dc 
Maastricht en 1673 et rendu fameux par les romans 
d' Alexandre Dumas, notamment les Trois Mowtque- 
tairts. II a laisse sur la cour dc Louis XIV de curieux 
Memoires, arranges par Courtili de Sandras. 



Artaasene ou le Grand C\ 



precieux, jadis fameux, par 



Cyrus, roman du genre 
lille de Scudery (1650). 



ARTaphbrnb, g6neral perse, nevcu de Da- 
rius I", dont ll commandait 1'armce avec Datis k 
Marathon (490 av. J.-C). ' 

ABTAIERIEi [kscr-kse'ss] l«r Lo»ffae.MalB. 

roi de Perse, ills de Xerxes. II regna de 465 a 425 
av. J.-C, fut battu par Cimon, et acoueillit Themi- 
stocle exile, qu'il combla d'honneurs; — Arta- 
xkrxes II (Mnemon), roi de Perse de 405 a 359 av. 
J.-C, vainquit et tua a Cunaxa (401) son frere, 
Cyrus le Jeunc. revolte contrc lui. En 387, 11 signa 
avec les Spartiatcs le traite d'Antalcidas ; — Arta- 
xxRxts III (Ochus), flls du precedent, roi de Perse 
de 361 a 338 av. J.-C ; conquit l'Egypte en 345. 

AHTKMIM [miss], divinite de la mythologie grec- 
que, corrcspondant a la Diane des Romains. 

ABTBXiilB, reine d'Halicarnasse. prit part a 
l'expedition de Xerxes contre les Grecs. et combat- 
tit a Salamine (480 av. J.-C); - Art^misb II, reine 
d Halicarnasse en Carie, eleva k son 6poux Mausole 
un tombeau, qui fut Tune des sept merveilles du 
monde (353 av. J.-C). D'ou le nom de mausolee 
donne aux riches monuments funeraires. Artemise 
est souvent representee comme un symbole de la 
fidelity conjugate. 

ARTKlllHltM [zi-om*], promontoire de la cdte 
N. de Tile d'Eubee, prts de laquelle les Grecs d6fl- 
rcnt la flotte de Xerxes en 480 av. J.-C. 

ABTBNAY [ne], ch.-l. dc c. (Loiret), arr. d'Or- 
leans ; 1.100 h. Ch. de f. Orl. Combats entre les Fran- 
cais et les Allemands (10 oct. et 3 dec. 1870). 

AR.TEVK1.dk (Jacques dT), brasseur et echevin de 
Gand, chef des Flamands revoltes contre la France ; 
perit dans une 6mcute (1345). — Son fils Pbilippb, 
ne a Gand, capitaine des Gantois, fut tue a la bataille 
de Rosebecque (1340-1382). 

ARTHEZ [tez], ch.-l. de c. (Basses-Pyrenees), 
arr. dOrthei; 1.250 h. (Arthtziens.) 

ARTHl'R ou AKTUff, roi ldgendaire du pays de 
Galles (vi» a. ap. J.-C), dont les aventures ont donne 
naissance au Cycle d' Arthur, appcl6 aussi Cycle bre- 
ton et Cycle de la Table ronde. V. cyclk. 

ARTHl'R, due dc Bretagne, flls posthume de 
Gcoffroi Flantagen^t, pr6tendant au tr6ne d'Angle- 
terre a la mort de son oncle Richard Coeur dc Lion. 
II fut emprisonne dans la tour dc Rouen, et tu6 par 
ordre dc Jean sans Terre, frere de Richard Coeur 
de Lion, en 1203. 

ARTHUR (Chester Alan), president des Etats-Unis 
d'Amerique, ne k Albany (1830-1886). 

ARTOM [toi], anc. pro v. au N. de la France, 
reunie a la couronne sous Louis XIV, par le traite 
de Nim*gue (1678). Capit. Arras; a form6 la majeure 
partie du dep. du Pas-de-Calais. (Hab. Artisiens). 
Ch.-l. Arras. 

ARlDY, ch.-l. de c. (Basses-PjTen6es), arr. d'Olo- 
ron ; pres du gave d'Osaau ; 1.700 h. 

ARK1VDBE, (comte Thomas <f ), riche Anglais (1580- 

1646), qui fit venir de Paros les famcusea chroniques la- 

pidaires connues sous le nom de marbres d' Arundel. 

ARUNS, flig dc Tarquin le Supcrbe, tu6 par Brutus 

dans un combat, en 536 av. J.-C 

Arvalca (freres), college de pretrcs. commis au 
culte d'une antique divinite romaine, ddesse de 
1' agriculture, qui symbolisait la trrre productrice et 
que Ton honorait en des processions autour des 
champs (Ambarralies). 

ARVB, riv. torrentielle de la Haute-Savoie, qui 
traverse la vallee de Chamonix, passe k Bonneville et 
atteintle Rh6ne (r. g.), au-dessous de Geneve ; 100 kil. 
ARVBRNBM, pcuple de la Gaule ancienne. dans 
la partie qui s'appelle aujourd'hui A uvergnc. Vcr- 
cingetorix fut leur chef. 

ARVBRll \ver] (Alexis-Felix), poete et auteur dra- 
matique fran'cais, ne a Paris (1806-1850). immorta- 
lise par le Sonnet auquel son nom est attache, et 
commencant par ce verts : 

Ma vie a son secret, mon ime a son mystara. 

ARTAfl [ass] ou ARYEMM [rt-i'rtj, nom que Ton 
donne aux plus anciens ancetres connusdelafamille 
indo-europeenne, ou aryenne. Les Aryas avaient 
pour patrie la region do TOxus. Ceux d'entre eux qui 

{>eupierent l'lran et qui parkuent lc rend sont appe- 
es lraniens; ceux qui peupierent l'lnde et qui par- 
laient le Sanscrit sont appefes Hindous. C'eBt la com- 
paraison du zend et du Sanscrit avec les langues de 



Digitized by VjOOQLC 



ARZ - II 

l'Europe qui a demontre que les Celtes, lei Grcca, 
les Latins, les Germain*, les Slaves, ont une ori- 
gine commune avec les Aryas. 

ARZ, une des lies du golfe du Morbihan; i.lOOh. 

AREACQ, ch.-l. de c. (Basses-Pyrenees). an". 
d'Orthe*; pre* de la Loust, affl. de l'Adour; 1.100 h- 

ARZAMA0 [mdss], v. de Russie, gouv. de Novgo- 
rod, sur la Techa : 15.000 h. Tuileries. 

4HZANO, ch.-l. de c. (Finistere), arr. de Quim- 
perle: entre l'Eble et le Scorn*; 1.850 h. 

ARZBU ou AUEW, ch.-l. de c dc l'Algerie, 
arr. d'Oran ; 4.250 h. Port sur un Hot. Minerai de fer. 

A»A, rol de Juda de 944 a 904 av. J.-C. ; vainquit 
les Madianites et le roi d'Israel Baasa. 

ASBBIV [bin') ou aMr, oasis du Sahara central, 
entre le Fezsan et le Haoussa. V. princ, Aghadts. 

A0CA6XB (Iule ou Jules), nls d'Enee et dc Creuse, 
fut emmene par son pere en Italie apre* la prise de 
Troie, lui Bucceda comme rol de Lavinium, etfonda 
la ville d'Albe-la-Longue (Eniidei. II est la souche 
de la famille des lutes, dont Cesar sc glorlflait d'etre 
issu. 

AMCALOIV, ville dc l'ancienne Palestine- Port sur 
la Mediterranee. . . * 

A«CEB0ION (tie de f), petite ile anglaise de 
l'ocean Atlantique, ddcouverte en 1501 par Jean de 
Nova, le jour dc VAscension; 300 h. 

Aacsnsioa (f), tableau du Perugin, a Lyon : — 
de"Veronese, a rErmitage ; — du Tintoret, eglise du 
Redempteur, a Venise. 

A0€HAFrB°f BOlRtt [a-cha-ffn-bovr], v. de Ba- 
viere, sur le Mein gross i de 1'AschafT; 22.300 h. Port 
de riviere actif. 

AUCHBRftLEBBM [a-cher$-le-bSn T ), v. dc Prusse, 
sur l'Eine, s.-affl. dc la Saale ; 27.250 h. Lignite. 

AHCL.EP1ADE. celebre m6dccin grcc, n6 a Prusc 
(Bithynie). II fonda a Rome une ecole fameuse, oCi il 
combattit les doctrines d'Hippocrate(12V-96av. J.-C.). 

AsfCLEPlADBH, families ou corporations de me- 
decins grccs, qui pretendaient descendrc d'Esculapc 
(Asclevios). 

AftCOLI, v. d'ltalic, sur le Tronto, tributaire de 
l'Adriatiquc ; 23.300 h. Patrie du pape Nicolas IV. 

AMCOLI ftairlano, anciennc Anculum, v. d'ltalic ; 
7.860 h- Asculum est c*lebrc par la bataillc que 
Pyrrhus gagna sur les Romains (279 av. J.-C.) et 
dans laquelle D6cius sacrifla sa vie en hommage aux 
dieux, pour assurer la victoirc dc son armee. 

AMDRl «AL ou HA0DHVBAL, dit Bare*, gene- 
ral enrthaginois, frere dAnnlbal, vaincu et tuo par 
les Romains. a la batailledu Metaurc en 107 av. J.-C, 
comme il allait rejoindrc son frere. Le consul Neron 
fit jeter sa tete dans le camp d'Annibal, qui s'ecria. 
dit-on : « Je reconnais IK la fortune de Carthage. • 

ArtER [seV], un des flls de Jacob. 

ARE*, nom que Ion donne aux dicux bienfaisants 
de la mythologic scandinave. 

AHFBI.B mid], ch.-l. de c. (Ardennes), arr. de 
Rethel. sur 1 Aisne et le canal des Ardennes ; 920 h. 
(Asfrldoin). 

AMIIBIR1HAH \ach-bur-nam"\ (John, comte), 
riche Anglais, qui avail reuni une collection admi- 
rable de manuscrits et de livres rares connus sous 
le nom dc collection Ashburnham (1797-1878). 

AfllB [zt], une des cinq parties du monde, la plus 
anciennement peuplce et le berccau de notre civi- 
lisation. 

L'Anie est bornee au N. par l'ocean Glacial, a l'E. 
par le grand Ocean ct la mer de Behring. au S. par 
la mer de Chine et l'ocean Indien, a 10. par la mer 
Rouge, le canal de Suez, la Mediterranee et scs de- 
pendances, la mer Caspienne. le fleuve Oural et les 
monts Ourals. L'Asie est 4 fois et demie plus grande 
que l'Europe ct plus de 80 fois plus grande quo la 
France ; sa superlicie est de Ui millions d<- kil. carrrfs 
et sa population sVleve a 782 millions d"h. (Asiati- 
qws). — Divisions anciennes : Asie Mincurc, Arrne- 
nie, Parthie. Mesopotamie. Babylonie ou Chaldee. 
Assyrie. Syrie. Colehide. Arabic. Perse. Inde, Scy- 
thie uu Sarmatie et pays des .Sores Chine). — Divi- 
sions actu'-ll'S : 1'Asie rus»se [Siberia et prov. cau- 
caincnncs), la Chine, le .Tapnn. la Turuuie d'Asie, 
1 Ara»>i<*. la perse, l'AfghanUtan, le Beloutchistan, 

le Turkestan .jx-csyuc i:ittirreincnt a la IUu>*u-\, l'Uiu- 



I _ ASP 

doustan {aux Anglais), et l'Indo-Chine qui eomprcfi4 
les empires de Blrmanie, le 8iam, le Cambodge, I Ab- 
nam et le Tonkin Itous le jtroUctorat franpaU\, U 
basse Cochinchine \d la France) et le aud de la pre*- 
qu'lle de Malacca (aux Anglais). 

Principals regions naturellea : t» au «., les sraa- 
des plainea glaclea et presque deaertea de la Siberw, 
traversees, entre autre* fleuve* notable*, par TObi, 
llenissei, la Lena; 2« au centre, chainea de moa- 
tagnes et plateaux sureleve* : massif armenien. El- 
bour*. dominant le plateau de l'lran, Hindou-Koach; 
Pamir, d'ou rayonnent vers le N.-E. lea Thian-Cnaa. 
les monU Altaf, 8a!ansk, Yablonol et Stanovol. et 
vers le S.-E. lUimalaya, prolong* par le* monta du 
Se-Tchouen. Entre ce* deux *oulevements, s'etendent 
les plateaux deserts du Thibet et de Gobi ; 3» au S.. 
peninsule* k climat tropical : Arabic, Inde, arrotee 
par le Qange, l'lndua, Indo-Chine, arros*e par II- 
raouaddy, la Salouen, le Menam, le Mekong, et pro- 
longee par la presqu'Ile dc Malacca. A IE., regions 
temperce* : Chine, arrosee par le Yang-Tse-Kiaog, 
le Hoang-Ho ; Mandchourie, traverse* par 1'Amoor. 
lies : les Laquedives. les Maldives, Ceylan, les lie* 
Andaman, Nicobar, HaTnan. Formo*e, le* ilea du 
Japon, les Kourile*. l'Ue Sakhaline, et lea Ue* Uakof 
ou Nouvelle-Siberie. . n , 

Races : Le* Indous, le* Iraniens. les Hebreux oa 
Julfs ou Israelites, lea Arabes, les Malai*. lea Anna- 
mites, les Cambodgiens, les Siamois, le* Chinois. le» 
Mongols, les Japonais, les 8amoy*de* et lea OsUak*. 
On trouve en Asie les pierrcs precieuse*. For. I ar- 
gent, le cuivre, la houille, le* cereales, le ru» la 
gomme, le caoutchouc, le bambou, le cocotieT. la 
canne a sucre, le camphre, le the, 1'opium. le cafe, 
les dattcs, les epices, le colon, le bananier. le ns*- 
rier et les bois precieux. On y rencontre le t%re, 
l'elephant, le rhinoceros. Fours, le loup, le renari, 
lherraine, le chameau, le yack, et les animaax do- 
mestiques, puis le gavial et une foule de singe*, 
d'oiseaux et de serpent* (crotale, python, cobra o« 
naja, etc.). 

AMIS? MIMBVRE ou AsmtoUe, nom que doa- 
naient les anciens k la partie occldeniale d« TAaie, 
au S. de la mer Noire. Region montagneuse sur les 
cdtes, sechc ct parsemee de lacs sale* dans llate- 
rieur. l*rinc. villes : Smyrne, Sinope. Adalut. 

A*ll« (droit &). Le mot asile qui veut dire en rree : 
d'ou Ion ne peut Are enlev4, designait un lieu etahh 
pour servir de refuge aux debiteurs et aux crina- 
nels. Chez les anciens grecs, les temples, lea statues 
des dicux, les tombeaux, les autels, JouissaienC en 
general, du droit d'asile. Cette coutume passa du 
paganisme au christianisme. Le droit d'asile fut pea- 
dant longtemps, en France, un droit dont le clcrg* 
se montra jaloux. Grdgoire de Tours, brarant les 
menaces et la fureur de Chilperic. et refusant de 
lui livrer le Jeune Merove*, qui etait venu cberrhcr 
un asile dans la basilique de Saint-Martin, en est la 
preuve. Les coupables qui s'etaient refugie« au pi*d 
des autels n'etaient point livres avant qu T un sersneet 
prete sur l'Evangile les eOt gar an Us de la mori. de 
la mutilation ct de la torture. A partir du xrv« sickle 
ce droit subit dc nombreuses restrictions, et l'or- 
donnance de Villers-Cotterets (1539) ne reconnut 
comme endrolt* inviolables que les maisona royale*, 
les hotel? des ambassadeurs, et le Temple. Le droit 
d'asile n'existe plus actuellement en Europe. 

Aslaalre (/'), comedie de Plautc, curieuae etude 
de moaurs, pleine de scenes amusantes, au style 
etincelant de verve. 

AHMODBB, personnalite diabolique, qui fifure 
dans le livre de Tobie comme demon des pbusir* 
impurs. Le Sage en a fait le principal persoanage 
de son Diable boiteux, enlevant les toita de* maisoB* 
de Madrid et decouvrant les secret* les plus iatimes 
dc chaquc habitation. 

AiMOlEBM [ml, nom donne a la famille de* 
Macchabees, originaire d'Asmon (tribu de Simeooi 
AM> IF.RE0 [d-ni-ire] ch.-l. de c. de l'arr. de Saint- 
Denis (Seine), sur la Seine; 31.330 h. {Asniiroisu 
Nombreuses industries. 

ANPAMIK (sf), nee a Milet. celdbre par sa beaute 
et son esprit, femme do Pericles. Sa maison etait 
frequcntee par les philosopbes et les ecrivains le* 
plus celcbres dc son temps, particulieremcnt Socratc. 



Digitized by VjOOQlC 



ASIE 




PKTiT LaROIISHK II.I.HkTr£. 

Digitized by vjOO 



gle 



A S I E 



— 1144 



tfl^Jr-T^ 




Digitized by VjOOQIC 



ASP 



— 1145 — 



AST 



On fait souvcnt allusion a elle en lui donnant lc role 
d'une sort© d'Egerie (v« si6cle av. J.-C.) 

AMPB (vallie <f), belle et pittoresquo vallee des 
Basses-Pyrenees, arr. d'Oloron ; elle est arrosee par 
le gave d'Aspe. (Hab. Aspois.) 

A#VKT[a9-pb]. ch.-l. de c. (Haute-Oaronne), arr. dc 
Saint-Gaudcns. sur lc Gcr, affl . de la Garonne ; 2.020 h. 

ABPHALTITB (lac). V. Mortk (mer). 

A0PINWALL. V. Colon. 

AMPRKS^IUR-BIKCH, ch.-l. de C ( Haulcs- 
Alpes), arr. de Gap, sur le Buech, affl. de la Du- 
rance; 660 h. Ch. de f. P.-L.-M. Eaux ferrugincuses. 

AMPMKmBfl, ch.-l. de c. (Aveyron), arr. de Vil- 
lefranche; 1.000 h. Trufles. 

ASPROMONTE, massif granitique d'ltalie (Ca- 
labre ulterieurc), a 26 kll. de Reggio. En 1862, Gari- 
baldi y fut blesse et fait prisonnier par les troupes 
de Victor-Emmanuel. 

AAPKOPOTAMO, fleuve de la Greco modcrnc, 
tributaire de lamer Ionienne, l'AcAeTousdesaneiens. 

ABMAM [a-$am'\, province des Indes anglaises, en- 
tre le Thibet, la Birmanie et lc Bengale ; 6.130.000 h. 
(Astamais). Cap. Chillong ou Silang (3.800 h.). 

AMAB-HABBOIV, roi d'Assyrie de 690 a 667 
av. J.-C. II vainquit Manasses et l'emmcna cap t if. 

ASMA0 [«-uuij (Louis, chevalier <f), ne au Vigan, 
capitaine au regiment d'Auvergne, qu'un fait d'armes, 
la veille du combat de Clostercamp, a rendu celebre. 
Voici les details de ce fait, que d'autres attribucnt 
au sergent Dubois : dans la nuit du 15 octobrc 1760, 
le brave d'Assas penetra seul au milieu d'un bois 
voisin du bivouac francais, pour le fouiller dans la 
crainte d'une surprise. La bataille devait se livrcr 
le lendemain. Tout a coup, il est environne de sol- 
dats ennemis qui lui mettent la balonnette sur la 
poiLrine et lc menacent de mort s'il Jette un seul cri 
d'alarme. N'ecoutant que son devoir de soldat, d'As- 
sas se sacrifle au salut de l'armee en poussant ce cr.' 
fameux, qui avertit les Francais du danger : • A moi, 
Auvergne, ce sont les ennemis ! » et il tombo mort 
a llnstant, crible de coups de bafonnette (1733-1700). 

A— — I— ou Iaa»aflieaa. secte musulmane dc 
l'Asie occidentale. nee en Perse vers 1090, et qui, au 
temps des Croisades, se livrait a toutes sorles de 
violences sous l'influence du hachixch. 

AiMBbM« eoaatitaaate. assemblee Alue au suf- 
frage univcrsel apres la revolution de fevricr 1848, 
pour donner une nouvclle Constitution a la France. 
Elle siegea du 4 mai 1848 au 26 mai 1849. 

Aaeeanblee legialatlve. assemblee qui succeda a la 
Constituante le \* r octobre 1791 et fut rcmplacee par 
la Convention le 21 septembre 1792. Elle vota la guerre 
aveo 1'Autriche, suspendit, apres la fuite de Vaxenncs, 
les pouvoirs de Louis XVI, qui fut emprisonne au 
Temple, et convoqua la Convention nationale. 

AaeeaBblee legislative, assemblee qui succeda a 
la Constituante le 28 mai 1849 el qui fut dissoute 
par le coup d'Etat du 2 decern b re 1851. Elle avait 
vote la loi Falloux sur la libcrte de l'Enseignement. 

AaeeaBblee aatioaale. nom que prirent les etats 
generaux lc 7 juin 1789 et qu'ils changercnt le 
23 juin en celui d'Assemblee eeaatituaate. qu'ils 
meriterent en proclamant la Declaration des Droits 
de l'homme, et en votant la Constitution de 1791. La 
Constituante abolit les privileges feodaux (nuit du 
4 aoOt), proclamala souvcrainete nationale, la sepa- 
ration des pouvoirs legislatlf, exicutif etjudiciaire, 
radmUsibilite de to us les citoyens aux emplois pu- 
blics, leur egalite devant la loi, la liberte des cultes, 
institua les actes de l'etat civil, divisa la France en 
departement*. reforma la magistrature, le systeme 
des Impdts et vota la Constitution civile du clerge. Elle 
fit place a 1' Assemblee legislative le 30 septembre 1791 . 

Aeeeasblee — Ma — le. assemble elue en 1871 
pendant la guerre franco-allemande et qui siegea 
Jusqu'en 1875. Ccst elle qui ratifla le traite de 
Francfort, renversa en 1873 le president Thiers, et 
vota, a une volx de majority, la Constitution republi- 
caine du 23 fivrier 1873, apres avoir vainement tentd 
en 1873 de restaurcr la monarchic en la personno 
du comte de Chambord. 

AaeeaBblee dee dieux (V), dialogue de Lucien, 
dont les interlocuteurs sont Jupiter, Momus et Mer- 
cure ; la raiUerio et le scepticisme de l'autcur s'y 
donnent librement carriere (n« s. ap. J.-C). 



Aaeemblee dea feaaaaee (!) ou les Harangueutes, 
com6die d'Aristophane, satire amusante des utopics 
communistes de Platon (393 av. J.-C). 

AaeeaBblee dea bovrganeatrea (/'), chef-d'oeuvre 
de Th. dc Keyser (La Haye) ; les person nages, au nom- 
brc de cinq, sont admirablcs d'expression et de vie. 

AM8I1VIB, fl. d'Afrique ; a son embouchure dans 
lc golfe de Guinee est situe un etablissement fran- 
cais qui porte le meme nom; 4.000 h. 

AMMIifB, v. d'ltalie, pres de Perouse; 16.300 h. 
Patrie dc saint Francois d* Assise, de Metastase et 
de sainte Claire. 

Aeeiaea d'Aaitioebe. recueil des lois en vigueur 
pendant les Croisades dans la principaute d'Antio- 
che et la petite Armenie. 

Aaalaea de JdraaaleaB. important recueil de lois 
et reglements feodaux donnes par Godefroy de 
Bouillon au royaume de Jerusalem. Redige au debut 
du xnt« siecle, il a et4 imprime en 1843. 

AMOLIANT [a-so-lan] (Alfred), romancier fran- 
cais, ne a Aubusson ; ecrlvain alerte et spirituel, 
auteur des Aventures du capitaine Corcoran, Fran- 
cois Backamor, Scenes de la vie aux Etats-Unis, etc. 
(1827-1886). 

AMOMPTIOIV [a-somp-si-on], v. dc l'Amerique 
meridionale, cap. du Paraguay, sur le Paraguay; 
51.800 h. 

A00OMPTION (tie de V) ou AVTICOSTI, lie 
du Dominion du Canada, situee pres de l'embouchure 
du Saint-Laurent, deeouverte par Jacques Cartier 
au xvi« siecle ; 250 h. 

AaaoBBptloB) de la Vlerge (/"), tableau dc Pous- 
sin, au Louvre ; — de Murillo, au Louvre ; — du Cor- 
rege, fresque de la cathedrale de Parme; — du 
Tilien, a Venise ; — de Fra Bartolomeo, a Naples ; 

— de Rubens, a Bruxelles ; — de Prudhon, au Louvre. 
AMSOVCI (Charles a"), poete burlesque, ne a Paris, 

tourne en ridicule par Boileau (1605-1675). 

AffailBHX'0- [russ], nom biblique d'un rol de 
Perse (Xerxes suivant les uns, Darius I" ou Ar- 
taxcrxes suivant les autres) qui 6pousa Esther, ni£cc 
du juif Mardochee, apres avoir repudie l'orgueil- 
leuse Vasthi. II est mis en scene dans la tragedio 
dc Racine, Esther. 

ABMIJM, lc dieu supreme du Pantheon assvrien. 

AMBUKBAIflPAl. ou AMSOUR-BAMABAl,, roi 
d'Assyrie de 667 a environ 626 av. J.-C. 

AflflYBlB [rf], royaume de l'Asie ancienno qui 
occupait la partie moyenne du bassin du Tibre et 
eut successivement pour cap. El-Assur, Calach et 
Ninive. Les inscriptions cuneiformes nous rensei- 
gnent sur l'histoire assyrienne a partir du xix* siecle 
avant notre ere. D'abord vassaux de la Chaldee et 
de l'Egypte, les Assyriens reussirent a se rendre in- 
dependants, et leurs rois, a la suite de victoires 
nombreusss, imposercnt leur domination au reste 
de l'Asie occidentale et a l'Egypte. Les principaux 
dc leurs souverains furent Teglat-Phalazar I« r , Sal- 
manazar, Sennacherib, Assurbanipal , Assar-IIad- 
don, etc. La fondation de l'cmpire mede ruina 
l'Assyrie (vii« s. av. J.-C). 

ABTAVrOMT [for], ch.-l. de c. (Lot-et-Garonne), 
arr. d'Agen, sur le Gers ; 1.960 h. Ch. de f. M. Prunes. 

AOTAMAC [rah], pays do l'ancienne France, au 
S.-E. dc rArmagnac. Ch.-l. Mirande; auj. dans lc 
dep. du Gers. Eaux-de-vie renommees. 

Aalarsd ou Aataretb. deesse par excellence du 
ciel chez les peuples semitiques, protectricc, sous 
differents noms (Istar, Athar, etc.) d'un grand nom- 
bre de villes. Elle fut souvent honor^e par des sacri- 
fices huroains. 

A8TBR [as-ter] d'Aamblpolle, archer reste cel6- 
bre par son adresse. II vint offrir ses services a Phi- 
lippe, roi de Macedoine, auquel il se vantait de ne 
jamais manquer un oiseau dans son vol le plus rapide : 

— « Bon .' lui avait replique Philippe, je t'omploierai 
quand ie ferai la guerre aux e'tourncaux. » La rail- 
lcrie piqua au vif l'habile tireur, qui se jeta dans 
Methone, alors assieg^e par le roi, et lanca contre 
lui une fleche sur laquelle il avait ecrit ces mots : 

— A l'oail droit dc Philippe. ■ Aster n'avait pas exa- 
gere son adresse, car la fldcho alia frappcr le but. 
Philippe la fit renvoyer a l'archer avec cette ins- 
cription : • Si Philippe prend la ville, Aster sera 
pendu. » Et il tint parole. 



Digitized by VjOOQlC 



A8T — 11 

On fait trasses frttjaantet altetioas A ce trait. Ea 
void on* qae laatea Beraager aa moment o<i la 
Restaoration le eriblatt de proems : 

Dim as** «*••* CMrrft*** »• foot Walk* 

Lo» eo»o« 4* **< j»<r*« maodiU, 

I] mo roHo >Mor« mm ttAeK.. 

J ocrw Ifw t - Pour CYartas Dix • • 

JUrWWMAMMM ou AA*TmA»A» r >z^. v. de Perse. 
rh*f-lieu de province, sur la mer Caipionne. qui 
forme a eet endroit Ie golf* ttAnUrabad : s.000 h. 

A«rTI, t. da rojaame d Italic ; *ur le Barb-), affl. 
do Taaaro; 33. MO h. Vins muwaU. Palrie d Alficri. 

AJ»T*f.rflK, roi des Lombards, battu par Pepin 
le Bref <749-7&o). 

A*T*f.r«e, prince I'gendaired'Angleterre. l'un 
det plat e>lebres paladins du poeme de I'Arioste. 
1,'ne f>e liii fit present d'an cor - dont le son etait 
si porcanl et si terrible a soutenir quil n'etait *tre vi- 
vant qui put I>ntendre -. On fait defrequcntes allu- 
sions au cor d'Atlolphe. 

AUTO!* MA«Ju>bV, v. d'Angleterre. eomte de War- 
wick, non loin de Birmingham : 97.300 h. 

ASfTOIIttA, v. d'Kspagnc (Leon), une det plus 
ancienne* cites de la peninsule ; 5.400 h. 

ANTaAkiR4^ ou A»ITutA14.A»J, v. de Russia, 
dans une lie de la mer Caspienne ; port pr*s de l'em- 
bouchuro du Volga; 113.400 b. Important commerce 
de fourrures et de c^reales. 

4NTREI [aM-trf], fllle de Jupiter et de Themis, 
drVwse de la Justice ; ellc sejourna parmi les homines 
pendant Ie sffcclc d'or. Au temjt* d'Aslrte, e'est-a-dire 
quand le bonheur regnait sur la terre. 

Antr** (/'), celebre roman pastoral, d'Honore d'Urfe 

11610-1624). \a scene se passe au vii* sicclc, sur les 
tords du Lignon. petit ruisseau du Foroz, quo I'au- 
teur a popularise. Cette oouvrc maniercc, oft so trou- 
vrnt, a cotu d'une psychologic souvent juste et une, 
de Jolies descriptions dc la nature a. par son charme 
penetrant, exerco une influence profonde et durable 
sur la lltternture franchise ; e'est la que soupire lc 
langourrux Ciludon. 

AairoMosni* mom veil* ou Phynique c finite, le plus 
beau monument qui ait ete eicve. a cetto partie de la 
science, par Keplor (1(109). 

AH>tr«H»«MBi« popsilalre, traite elementaire de 
rosmngrnphle, par Fr. Arngo (IHtiC). ouvrage qui a 
puiNHaiuiiiint contribuG a vulgari»cr les connais- 
■anceN AMtronotiiiqurH. 

AATMI « \aM-iruk] (Jean), celebre medecin fran- 
caln. medecin de Louis XV, ne a Sauve (Languedoc) 
|lflK4-17tUS]. 

AlSTt HIKM [rt] (Ira), ancienne prov. du N. de 
rKspagne, inontagncuHO, couverte par les Pyrtnie* 
anturienne*. {Hab. Asturiena.) V. pr. : Gijun. et 
Oviedo. L'horltier presomptif de la couronne d'Espa- 
gne porto le tltre de prince de* Anturien. 

AMTY AttB, le dernier des rois medes, dctrone par 
Cyrus, en K49 av. J.-C. 

AfSTV AN AX [naka]. Ills d'Hector et d'Andromaque. 
II sulvit sa mere a la cour de l'yrrhus, d'apn v s une ver- 



sion adoptee psr Racine, dans sa tragedie d'Andro- 
vutque, mats rut precipitopar les Orecs du hautdes 
remparts de Troie scion virgllc et Hom^re. I^e nom 



de ce malheureux enfant, dans lequel les ennemis 
du peuple troyen craignaicnt de retrouver quelque 
jour tin vengeur, CRt quelquefois applique au reje- 
ton d'une dynastic vaincue et dtHronee. 

AfXI'MAM ou A«OIM%* [rust], classe de dleux 
■ouvcrnins, dans la mythologie vedique. 

aT%ni'Al.P%. le dernier de« Incas du Perou, 
etrnn»:lo cu t:>:«3 par ordre dc Pi/arre. 

At*l«, petit roman de Chateaubriand: e'est un 
^niiiode de la vie sauvagc en Am^rique. reunissant 
nnt^ret du sujet et le merit e du style (1S01) 

At«l* mm fmh^mm^ beau tableau de Oirxnlet, au 
Louvre (iW<\ 

ATAl.%^iTK, illle dun nu de Scvros. celebre pour 
toe ag»hte a la course. Kile diS-Wa a la foule de 
*es preteiulant* quelle n'accorderait sa main qu'a 
cclui qui l'aurait vaincue h la eonrse Hippomene 
rempvM-ta le pn\, prAce A trvus pommes d'or dont 
une dee»»e lui avait fait prt^ent. L»»r*qu'il se voyait 
sur lc |H»mt d'etre Kttcmt i*ar Atalante. il lai.vtait 
totnher une de »es |v>mmes, que la jeune nlle s'em- 
pr\'*s»it de rania»er. et lIqqH>inCne put ain*i tou- 
cher le but avant elle. l^r* Cxrivain* font surtout 



I - ATH 

aUuaioa a TfOiU sT Atalante. k sa latte aree Him- 
pomene et asx pomsaes d'or au saoyen deaqneUes 
celui-d la vainsiuit a la course. 

Af r ttssM. rosoan <TBogene Sue. remarquable par 
la richesse da colons et la riTaeite dramaUqoe da 
recit 18SI-. 

ATAtTLT Ufitf\ ou ATACLFU, roi det V»T 
sigoths HO-413 . beaa-frere d'Alaric I". II eonquit 
le s ud de la Gaule et fut assascine a Barcelone. 

ATCaix. V. Acaaif 

Atolisw 4m Cr m e mk m ho H, celebre tableau feint 
par ce maltre : au musee du Lourre. 

As«ller 4* BH«rfa ^f;, tableau de Mieris ; galerte 
de Dresde. 

As«U«r sTHsbhsc* Tsnei, tableau d'H. Vernet. 
toile pleine de Tie et de xnouvements, ou flg^orent 
les portr aits des principaux Aleves du grand peintre. 

ATKULA, t. de la Cam panic ancienne, ou fat 
cr6e le genre des Atellanea. 

ATsl TaT], r. de Belgique (Hainaut), sur la Dea- 
dre. affl. de l'Escaol; 10.900 h. 

ATsUsUacA, riv. du Dominion canadiea. oai 
nalt dans le territoire d' Alberta, et flnit dans le Joe 
d' Athabasca. 1.900 kiL 

ATHAS.4S1IC, roi des Ostrogoths d'ltalie. ne 
vers 616. O regna de 526 a 534. 

ATHALIB [If], reine de Juda, fllle d'Achab et de 
Jeiabcl, celebre par ses crimes et son impi*t£. Elle 
6pousa Joram, flis de Josaphat. A la mort d'Ocbo- 
zias. son fils, elle monta sur le trone, apres avoir 
fait perir les flls de ce roi, excepte Joas. que le grand 
pr^tre Joad recueillit et reublit sur le trone. Elle 
fut massacree par le peuple (ix« s. av. J.-C.}. On 
rappelle quelquefois le nom d'Athalie pour designer 
ces princesses cruelles qui immolent leurs procbes 
a leur ambition. 

AttMlle, tragedlc en cinq actes et en vers, de 
Racine, appclde par Voltaire le chef-d'oeuvre de 
l'esprit humain. Elle avait et* composee pour let 
demoiselles de Saint-Cyr. a la prii v re de Jl»« de Main- 
tenon, et fut representee pour la premiere fois 
en 170S. eher la duchesse de Bouillon. Les cho?urs 
ont ete mis en musique par J.-B. Moreau. et, de not 
Jours, par Mendelssohn, J. Cohen. On trouve dans 
cette tragedie de nombreux vers qui, par la beautc 
de la pens^e et la noblesse de l'expression. ont eu 
le privilege d'etre souvent cites : 

Olui qui m«l un fr«in i Is furaar A— BoU 

Sail auMi <!•• mScbsaU srrtUr !•• complat*. 

■ J« ersint Di«u, oh«r Aba«r, «i n'ai p*» d'satr* crsisa*. . 

Ls foi qui n'agit point, stt-M un* foi »inc4r« * 

El quel Umpi ful juuii »i fertils «n muitlw ? 

... (>l ••pril d'imprudeoc* «l d'*mtir 

L>« Is ohuU de* rait fun«tt« avanl-aeurvwr. 

Un aonir*, n>« d«vr*is-js inquitUr d'un •omg%+~. 

C'sisil p«ndsnt I'homar d'un* profond* nuiL. 

Donl «IU «u ■oin d« pcindra «4 d'onwr ton ▼!•«(«, 

I'our r«par«r d«* ana 1'irrtpatabU outrag*. 

t^u'imporU qu'au basard un tans; Til toil Tsrai? 

Ditu laUia-t-il JamaU mi anfanU an ba*oua? 

Aus p«tiU d«« oitaaux il donna l*ur patur*. 

Kt »a bonU »'«l«ad sur louU la nalur«. 

La bonhaur d<n meebanU eomna* un torrani t'neoal*. 

Cicus, ieouUi ma roil t Urta, prSU I'orvii]* : 

N» dt« plus, 6 Jacob, qua ton Soignaur mmbbmUI*. 

Comment an an plomb »il I'or pur •'••»- it efcangu ' 

... Qualla Jaruaalaaa nouvalla 

Sort da food du d*Mrt. brillanU da elartaV* ? 

Enlra 1« pauvra at »ou«, roua prandroa Diau four JBf*- 

Vou« •ouraoant, anon M«. qua cacna wit a* lis. 

Comma aus toub fttaa panvr* at ooa mm a max ocpwolia, 

Appranac, roi d«* Jaif*, at n'oobliaa jamais 

Qua la* roi* dan* la eial ont un josr* savor*. 

L'lnnocano* un Ton fu r, *t 1'orpkaltn un pora. 

ATHAHIAtailAB, rot des Visigoths d'Espagne 
de 554 a S66 ; pere de Brunehaut et de Galsvrinthe. 

\TH AN ABB ( taint), patriarche d Alexandria ce- 
lebre Pere de I'Eglise (98 ou 199-373 . U lutu arec 
fermete et succes au concile de Nicee contre l*a«- 
resie arienne. Fete le S mai. 

ATHKWA igr. Athtn*\ dTesse grecque de la pest- 
see, fllle de Zeus, divinite eponvme d'Athenes, eqot- 
valant k la Minerve det Rom sins. 

.%«af ssmssi. celebre recueil temi - hebdosnadaire 
anglais, fonde en 1SJS. et qui traite de litterature, de 
science et de beaux -arts. 



Digitized by VjOOQiC 



ATH 



1147 — 



ATT 



B [ne~], dcrivain grec du m« Steele dc notre 
ere, ne a Naucratis (Egyptc), autcur d'un ouvrage 
curieuz ct precieux le Banquet des tophittes. 

ATHEMM, capit. de l'Attique et ville principale 
de l'ancienne Greee, composee de deux parties: 
1* YAcropole ou haute ville et la villo basse ; 2* les 
trois port* [Piree, Munychie, Phalere), reunis a la 
ville par les Longs Mur$, construits sous Pericles, 
qui la reataura de 460 a 429 av. J.-C, Xerxes 1'ayant 
brulee en 480. Elle devait son eclat a ses monuments 

Sublics et au rang intcllectuel que lui valurent 
ans le monde antique ses honimcs d'Etat, ses phi- 
losophcs. ses ecrivains et ses artistes. Son histoirc 
fut glorieuse au temps des guerres mediques, apn v s 
lesquelles elle devint une puissance maritime de 
premier ordre sous Themistocle, A r is tide, Cimon et 
Pericles. La guerre du Pelopon&se aflaiblit sa puis- 
sance politique au profit de Sparte, mais sans en ta- 
mer sa suprematie artistique et litteraire. Un siecle 
plus tard, elle fut avec Demosthene le dernier cham- 

£ion de la liberte hellcnique contre la Macedoine. 
[erne sous la domination romaine. elle resta un des 
centres de la culture litteraire dc l'Orient. En raison 
du role brillant quelle a joue dans la civilisation, 
son nom s'emploie pour designer toute cite ou flcu- 
rissent les lettres, les arts etresprit ; mais e'est sur- 
tout pour designer la ville de Paris, qui offre tant 
de points de ressemblance avec la patne de Phidias, 
de Pericles et de Demosthene, que Von fait usage du 
mot Athenes. 

Les flls des Gaulois, vains. frivoles, legers, spiri- 
iuels et curieux, ont souvent ete compares aux 
Athenlens, ct La Fontaine, le plus gaulois des 
Francais ou, si on le prefcre. le plus francais des 
Gaulois, tenait beaucoup a cettc comparaison : 

Nou» »onim«i loua d'Athin* «n ce point, el moi-m«in«, 
Au aom«Dl ou j« f»i« c«tu mor&hU, 

Si « Pe*u-d'Ane > m'tftail conU, 

J'y prtndrtu an plait! r •xtr4n>«. 

Ce vers, A*ou# sommet tout d"Athtnes, est souvent 
cite pour caracteriser la legerete de ceux qui, en 
literature, en politique, dans les beaux-arts, negli- 
gent le sericux pour s'attachcr a des bagatelles qui 
leur plaisent. — Athenes est aujourdliui la capitalc 
de la Grece et compte 120.000 h. (AtMniens). 

ATHRRTOH, v. d'Anglcterre (Lancastre) ; lO.OOOh. 
Cloutcrie, forges. 

ATHIM r iiss\, ch.-l. dc c. (Orne), arr. de Domfront ; 
2.800 h. Filature de coton. 

ATHOlt [toss], montagnc de la Turquic d'Europe. 
situee dans le sud de la presqu'ile de Saloniquc qui 
s'avance dans 1'Archipel. Ses cou vents de moines 
renferment dc curieux manuscrits. 

ATLAHTIBB, lie que les anciens mythographes 
mentionnent comme ajant existe autrefois dans 
l'AUantique. a l'ouesi de Gibraltar. 

ATLAJVTIBBB (let), fllles d'Atlas. nominees aussi 
Pliiadet, qui furent ch an gees en etoiles (Myth). 

ATl*A!*TIOl'B (oce'an), vaste mer entre l'Europe, 
l'Afrique et l'Amenque. Superflcie de pr*s de 100 mil- 
lions de kit. carr. ; on y a trouve, au moyen de 
■ondages, des profondeurs de 8.500 metres. Parmi 
les cou rants qui le sillonnent, le plus important 
est le courant tiede du Gulf-Stream, qui, parti du 

golfe du Mexique, vient rechauffer les c6tes occiden- 
klcs de l'Kurope. L'Atlantique 
est traverse par des cables sous- 
marins qui met tent en rapport 
l'Europe ct les deux Ameriqucs. 
AT1AB [last], roi fabuleux de 
llauritanic, His de Jupiter. Ayant 
refuse lhospitalite a Persee. celui- 
ci fit apparaitre a ses yeux la tete 
terriflante de Meduse, et le meta- 
morphosa en montagne. Comme 
cette montagne est tits elevee, les 
mythographes ont imagine qu' At- 
las avait etc condamne a soutenir 
le ciel sur ses epaules. On com- 
pare quelqucfoU k Atlas l'homuic 
charge de supporter seul le poids 
d'un grand nombre d'affaires. 

ATLAS, chaine de montagnes 
au N. de l'Afrique, dans le Maroc. l'Algerie, la 
Tunisie. Le veritable Atlas, dit Grand Atlas et 
Moyen Atlas, s'elevc dans le Maroc. Ses altitudes 



E 




varient entre 2.000 et 4.500 m. au moins. Le Riff 
(ohaine marocaine littoralc) ct les massifs d'Algeno 
et de Tunisie n'atteignent mime pas 2.500 m. 

ATOMA, nom de jplusieurs princesses perses. La 
plus connue, fllle de Cyrus, femme de Darius et mere 
de Xerxes, est le principal personnage des Persts 
d'Eschyle ; elle volt en songe la defaite des armies 
de son flls. 

ATRBBATBi, peuple de la Gaule Belgique, au 
temps de Cesar. Arras etait leur capitale. 

ATB.BE [a-tre"), flls de Pelops et rol de Mycenes, 
fameux dans les legendes grecques par sa haine 
contre son frere Thyeste et par 1 epouvantable ven- 
geance qu'il exercA contre lui ; il massacra Tantale 
et Plisthene, flls de Thyeste, et les servit au pere 
dans un banquet. II fut tue par Egisthe, autre flls 
de Thyeste. 

Au4e et Thy <>■<«. tragedie dc Crebitlon (1707), ou 
Ton remarque des traits dune grande energie, mais 
dont l'atrocite des details revolle trop souvent- 

ATMlDEfft. nom sous lequel on designe les des- 
cendants d'Atree, partlculierement Agamemnon et 
Menelas. On fait defrequentes allusions aux Atrides, 
et aux crimes atroces qui desoiercnt leur famille. 

ATMOPO0 (p6tt), cclle des trois Parqucs qui 
coupait le fll de la vie (Myth.). 

ATTALB. nom de trois rois dc Pergame. Le pre- 
mier, roi de 241 a 197 av. J.-C, fondala bibliotheque 
de Pergame et lutta avec les Romains contre Phi- 
lippe. Le deuxieme, qui regna de 159 a 138 av. J.-C, 
battit Prusias, roi de Bithynie. Le troisieme, roi dc 
138al32av.J.-C,abandonna ses Etats aux Romains. 

ATTB1BOH [a-fr>-6om'] (Am*d6c), pocte ct cri- 
tique sucdois, n6 a Asbo, autcur d'unc exccllente 
Histoire littiraire de la Suede (1790-1855). 

ATTICHY, ch.-l. de c. (Oise), arr. dc Compiegne, 
sur l'Aisne ; 871 h. ; ch. de f. N. 

ATTICUft \ku$s] (Titus Pomponius), chevalier ro- 
main , ami dc Ciceron. qui lui a adrcssc dc nombreuscs 
lettres (109-32 av. J.-C). 

ATTIt'Vll (Herodc), rhiteur grec, n* a Marathon ; 
fut le mattre de Marc-Aurele et de Verus (101-177). 

ATT1CSITV, ch.-l. de c. (Ardennes), arr. de Vou- 
ziers, sur l'Aisne: 1.750 h. ; ch. de f. E. Ancienne 
residence des rois de France. Witikind y recut le 
bapteme (786). Louis le Debonnaire y fut soumls par 
les grands et les pretrcs a une penitence publiquc 
humiliante, connue sous le nom de penitence d'At- 
tigny (822). 

ATTILA, roi des Huns en 434. Vainqueur des em- 

Eercurs d'Oricnt et d'Occident, il les soumit a un 
ribut, puis ravagea les cites de la Gaulc. epargna 
Lutece, dontl'eloigna sainte Genevidve, et fut derait 
dans les champs Catalauniques non loin de Chalons 
(451) par Aetius, M6rov*e et Theodoric reunis. 11 se 
retira sur les bords du Danube, ou il mourut (453). 

Ce roi joue, sous le nom de Elzel, dans les poemes 
cycliques des Nibelungen, et sous celui d'Atli dans 
les traditions scandinaves. le meme r61e qu'Alexan- 
dre sous le nom de Iskander dans les legendes fan- 
tastiqucs des Oricntaux. Le nom d'un si terriblo 
devastatcur, qui s'intitulait le FUau de Dieu, et qui 
mettait sa gloire a dire que « l'hcrbe ne croissait 
plus par tout ou son cheval avait passe », est reste 
proverbial. En effet, il rcvient souvent sous la 
plume des Ecrivains ; e'est ainsi que La Fontaine a 
appcle son fameux Rodilard 

L'Atlila, U flaau de« r*t«. 

Atdla. tragedie de Corneillc (1667). une dc celles 
qui signalerent la decadence du genie de notre grand 
tragique, piece encore plus faible que YAqetiUvs, 
representee auparavant, cc qui suggera a Boilcau 
cette cruelle epigramme : 

Aprit 1' • Am»i1«j », 

IKUi ! 
Mail apre- I' . Atl.U -, 
Huli ! 
Altila repoMMse par ■ain« L^oh, frcsquc dc Ra- 
phael, au Vatican (chambres 1 , grande compusitiun, 
une des plus etudiecs du maitre. 

ATTIQI'B. contree dc l'ancienne Groce. situee au 
N.-E du Peloponese, en face de l'ilc d'Eubee, ct 
qui avait pour capitale Athenes. L'Attique s'appelait 
primitivement Acte, d'oU le nom d'Aclient donne k 
ses habitants. Le mot Attique a paane dans la Ian- 



Digitized by VjOOQIC 



ATW 



— 1148 — 



AUB 



{?uc et signifle metaphoriqucmcnt : qui a la grace, 
a delicatesse. la finesse de l'esprit athenien. Dans 
cette expression. $el attique, il s'ajoute une idee de 
raillerie fine ct delicate ; on 1'emploie pour caracte- 
riser la facon spirituelle et railleuse qui etait par- 
ticuliere aux Atheniens. — L'Attique forme aujour- 
d'hui avec la Beotie un name du royaume de Grece ; 
313.000 h. 

ATWOOD [at-ouowT] (George), celebre physicien 
anglais, a invent* une machine pour 
mesurer la vitessc de la chute des corps 
(174-5-1807). 

AT¥» [list], bergcr de Phrygic. 
trompa Cybele, qui. pour le punir, le 
changea en pin ; chantc par Catulle 
dans un dc scs plus beaux poeme*. 

Aty*. tragedic lyrique en cinq actcs, 
dc Quinault et l'une de scs principales 
asuvrcs, musique de Lulli (1676;. 

AlBAfiBB, ch.-l. dc c. (Bouches-du- 
Rhone), arr. de Marseille , sur 1c petit 
fleuve Huvcaunc; 8.750 h. (Aulnnais ou 
Aubaniem); ch. de f. P.-L.-M. Fruits, 
poteric. Patrie de Barthelcmy. 

AlBAMBL [6-ba-ml] (Theodore), 
poete provencal, no a Avignon, un des 
chefs felibrcs (1829-1886). 

Al'BB, riv. de France, qui prend 
sa source au plateau dc Langrcs, dans 
le dep. de la Ilaute-Marne ; arrose Bar, 
Arcis, et se jette dans la Seine, r. dr., 
a Man-illy (MarmM; 22"» kil. 

AlBK ((/'/'. dc /'), dep. forme par la 
Champagne et une petite partie dc la 
Bourgognc; prcf. Troyrs ; s.-pref. Ar- 
cix-sur-Aubc, Bar-sur-Aubc . llar-*ur- 
Seine, Kogent-aur-Sein* ; 5 arr., 26 cant.. 
*V6 comm., 216.200 h. 6« region niilitairo; r ,,ur dap- 
pel de Paris ; eveche a Troycs. Cc dcp. d-.it son nom 
a la riviere qui l'arrosc. 

AtBK (Jean-Paul), sculptcur fr^n^ais, ne i!,onp- 
wy en 1837; auteur, avec l'ar- 
chitecte Boilcau. du monument 
de CJainbetta. sur la place du Car- 
rousel, a Paris. 

AIBBXA0 [nnss], ch -1. de c. 
(Ardeche), arr. de l»rivus; non 
loin de 1 Ardeche ; 8.360 h. (.4/- 
benffisiens}; ch. dc f. P.-L.-M. 
Houillc, soicries. 

*l nt\TO> [ban), ch.-l. dec 
(Aisnc), arr. dc Vrrvins. sur lc 
Thon. affl. dc l'Oise ; 1.330 h. 
Filatures. 

AlBKB [A-ber] (Daniel-Fran- 
cois), celebre compositeur do musique de 1' 
francnise, nea Caen, adonnc- de nomhreux ouvrages, 
operas et oprras-eomiques. dont la niu«iqiie, lcjrere 
ct frivolc en general, est aussi pleine d<- Hik-m? et 
do grace. On coinptc parnu *es iviures : In Murtte 
de l'vrtit-i, le Ifomino nmr. //<;y</e>, I'ru Dinroln, le 
CheviiL <le Dronzf. iAmhnssadrue, It's Duimants de 
la Couronne, etc. (I78i-1H7I). 

Auberge de* Adretit (/'), rclehre mclodrame en 
If. is actcs. de Benjamin Antier. Saint-Amand ct 
Paulyanthe. dunt !•• talent inimitable dc lroleriek- 
I.« niaitrc fit le grand stieces. Lea deux principaux 
per>. .images dc cette piece sont Robert Macairc et 
Herlrand. •■ l'Orcste ct le Pylade du batrne -, sui- 
vant la piipiante expression" de Th. Gautier 1 1X23). 

At BKit IV s: ch.-l. de c. (Ilaute-Marne), arr. dc 
LangreH. sur l'Aubc; 6'Ji h. 

AllBRT [Wr] lal.be Jean Louis), fabuliste fran- 
cais. nc a Paris, professeur au College dc France 
ll73|-l»ll). 

tiniHT-DinnRT (AnnihaD. perioral fran- 
cais. m- a la Louisiane, un de* deieuseur.s de Mavence 
en IT'J.I 17 .'.»-! 7'J7i. 

41 III It* III. It R« \U ,'\ eh. I. d. e de I a Seine ; 
arr. d<« 8:unl I>.ui„, ai.22u h. Noinlu. um-s Indus- 
trie-.. 

AtBKTKBiaR.rli.-l dec 'Hnrcnlr • . arr de 
Barb.iuux; sur la lu..,,,,.. at'r] d>- I Me 72<» It 
TrurtV. pai...-t4.,ivs. 



AUB1C1MAC [gnaek] (abb* Francois tt), muq%t 
dramatique francais, n* 4 Paris. Dans aa celrire 
Pratique du thialrt. il pota la fameuse r+gU eJ»s- 
siquc de* troit unitis. Le premier en France il imit 
des doutes sur l'existence d'Homere (160*-l*7«t. 

AITBIfilfB (Theodore Agrippa <f). eompagrctt 
d'armes de Henri IV, poete et satirique protestaat. 
au style image et violent; auteur des Tragifun, 
d'une Bistoire universale condamnee au feu par le 



AUBE 





..le 




arr. dc > 
iu.uuo b. Ch. 4< i 



Parlcment de Paris et des A oritur 
F»mrate t rouian satirique. 11 ful 1c 
M«n« dc Maintcnon ( 1552 - 

l63lCi. 

\i im.>\ . ch.-l. de c. 

(Pas - de - Calais ) , arr. de 
Saint-Pol ; sur la Scarpc , 
780 h.; ch. de f. N. 

AL'BICfCT f Robert Sri- 
wart ft ), marechal dc France 
d'originc ecoaaaiM ; m. en 
ISVi. 

viim.>uu«ii ch -1 
de c. (Cher), arr. de San- 
cerrc; sur la Nere, s.-afll. 
du Cher; 2.640 h. ; ch. de 
f. Orl . Draps , tanneries . 

*l II I \. cb.-L, do c. (Ave>r*.ri 
che, sur l'Enne. affl. g. du Lol . 
'' v ~'. Houillc. m^tallurgie du fer. 

AIIBRlfT [d-6ri-o]( Hugues). prev«.M de Paris foes 
Charles V, fit construirc la Bastille ct le petit CW 
telct; n6 a Dijon; m. en 1382. 

Al'BBT (Francois), convcntionnel. ne h Paris- 
membre du Coniitc de salut public : fut depart* 1 
Cayenne par le Dircctoire (I750-I8ti2!. 

AlBItT BB MOMTBIBIBB, seigneur de la W 
dc Charles V. assassin* par un nomine Macajr? .^ 
s'il faut en eroire la legende. racontee par <ia--v^a 
Phoebus, vengi par son chien. Dcpui* la p*-rpt,im 
tion du crime, dans un bois. prts de Montarris. V 
chien de la victime s'acharnail a pour»uivr<> if 
meurtrier. Cette animosite etrange ayant eveill. k» 
soupcons, le roi ordonna une sorte dc duel j«4i 
ciairc entre Macaire et le chien. C« combat eut iru 
dans Pile dc Notre-Dame en 1371. Macaire cu.i 
aruie d'un baton cnorme ; malgre cela il fut raises, 
runfessa son crime et l'expia sur lecnafaud. us 
fail quclquefois allusion au chien de Montarrrs 

AintRV, v. des Etats-Unis(Ncw York , A»iw>k. 
Celebre prison pt'nitentiaire. 

At BINNOM, ch.-l. d'arr. (('reuse: , sur la r r ,u« ; 
eb. d. f. Orl.; ft 38 kil. S.-K. de Gueret; 7t'*.' k 
lAuhti-nonnais). Celebre manufacture d»* tapts. P»- 
trie ile Pierre d'Aiibusson. Jules Saiidcau. Alfred 
Assollnnt. L'arr. a iOcant.lrta comm., 97. MM h 

AlBlSiOW (Pierre </'j. grand mailrv dc 1 . r*sre 
d« Saint -Jean de Jerusalem, n# a Aubuxon. II »c>a- 



Digitized by VjUO^ I 



AUC 



— 1149 — 



AUG 



tint victoricui ement dans Rhodes, en 1 130, un siege 
fameux contre Mahomet II (1423-1303). 

AUCH [dek"], ch.-l. du dep. du Gers, stir le Gers : 
ch. de f. M., a 781 kil. S.-O. de Paris; 17.100 h. 
(Auscitains ou Auchois). ArchevAche, belle cathe- 
drale. Vins, eaux-de-vie, volailles, chevanx. Patrie de 
Villaret-Joyeuse. L'arr. a 6 cant., 88 comm., 51. (WO h. 

ACCU.LAJVB* (William, lord), homme d'EUt no- 

61ais, premier lord de 1'Amiraute.. c41ei>iv crimina- 
ste, adversaire de la Revolution francaiae 1780- 
1814). II a donne son nom aux ties Auckland. 

AVClLLAIfB, t. pr. de la Nouvelle-Zelande, port 
dans 1'lle du N. ; 34.200 h. 

AUCMLARB*, groupe d'lles anglaises, au S.-O. de 
la Nouvelle-Zelande. Capit. Auckland. 

AUt'UHr, ch.-l. de c. (Hautes-Pyrenees), arr. d'Ar- 
geles, pre* du Gave d'Argeles; 460 h. Zinc, plomb. 

ABtK, fl. de Prance, a sa source dans lea Pyren^es- 
Oricn tales, a l'E. du pic de Carlitte, arrose Limoux, 
Carcassonne, et se jettc dans la Medi terra nee ; 22A kil. 

ABM {dip. de f), dep. forme par le Langucdoc ; 
pr6f. Carcassonne; s.-pref. Castelnau- 
dary, Limoux, Narbonne; 4 arr., 
31 cant.. 439 comm. ; 310.520 h. 16* re- 
gion militaire ; cour d'appel de Mont- 
pellier ; eveche a Carcassonne. Cc dep. 
doit son nom a la riviere qui l'arrose. 

AIJBB1VAMBB. Geogr. V. OuDK- 
KARDK. 

AlBBlf ttB [dan-ie], ch.-l. de c. (Gi- 
ronde), arr. de Bordeaux ; non loin du 
bassin d'Arcachon ; 1.370 h. Resine, to- 
rcbenthine. 

AVBBSI [den], ch.-l. de c. (Doubs), 
arr. de Besancon ; 127 h. C'est le plus 
petit chef-lieu de canton de France. 

AVBlKRNB (baie <f ), golfc au S.-O. 
du Finisterc, entre la pointe du Itaz ct 
cellc de Penmarch. Elle baignc le pe- 
tit port dVl udiernc, arr. de Quimpcr : 
4.700 h. 

Al DirrKKT PArfQl IER [fre. pa- 
kii] (due Gaston d), homme politique 
francais, membre de rAcademie fran- 
chise, ne A Paris (1823-1905). 

ACs»MSABnf B (Armand).economiste 
francais. ne A Ancenis (1814-1875). 

AUBIMCOfJRT [kour], ch.-l. de c. 
(Doubs), arr. de Montbeliard, sur le 
Doubs ; 7.350 h. Ch. de f. P.-L.-M. Hor- 
logerie. quincaillerie, forges, filatures. 

AUBOCIIV (Pierre), habile graveur francais, no A 
Paris (1768-1822). 

AUBOfJiIi (Jean-Victor), naturaliste francais, ne 
A Paris (1797-1841). 

AIBOTBR8, femme de Chilperic, mise A mort 
par ordre de Fredegonde vers 580. 

ACS-RAM, nom de plusieurs grave urs francais : 
le plus celebre est Gerard A«draa, ne A Lyon, qui 
a grave les oeuvres de Le Brun, Mignard, Poussin 
ct Le Sueur (1640-1703). 

AUMAAIf (Edmond), compositeur francais. n* A 
Lyon; l'auteur d'un grand nombrc d'operettes a la 
musique alertc, spirituclle ct soignee : I' Ours et le 
Pacha, le Petit Poucet, le Grand Mogol, Gillette de 
Narbonne, la Mascotte. Miss Uelyett, etc. (1842-1901). 

AUDRiirQ. ch.-l. de c. (Pas de-Calais), arr. de 
Saint-Omer; 3.000 b. Ch. de f. N. Dentolles. 

At!BUBt!V (John-James), celebre ornithologiste 
americain d'origine francaisc, ne dans la Louisianc 
(1780-1851); autcur des Oiseaux ct des Quadruples 
d'Amirique. 

At Din-UR-nOMAM, ch.-l. de c. (Mcurthcet- 
Mosclle), arr. de Briey; 530 h. Ch. de f. E. 

A IB [a-ou-d] (Hartaiana d*) t celebre minnesinger 
allemand, ne en Souabe (1170-1235). 

AtiBBBACH (Bcrthold), romancier vurtembcr- 
geois. auteur des Scenes villageoises de la Forit Noire 
(1812-1882). 

AIBBJIPEIMU {comte d"), ccrivain et homme po 
litique autrichien. ne a Lay bach (1806-1876). 

AIKMHTMCBT, bourg de la Saxe prutsiennc, ou 
Davout remportaunc brfllante victoire sur les Prus- 
siens, tandis que Napoleon les battait A Iena, le 
m#me jour (1806). Davout fut cree due d'Aucrsttedt 



liiK\HEit(; [Uhrgh'\ (Joseph a"), auteur drania- 
ie allemand, no A Fnbourg-cn-Brisgau(l798-l8j7). 



All 

tique allemand, ne A Fribourg-cn-Bri8gau(1798-I8j7). 

AlftK {valine d'), en Norman- 
die, d£p. du Calvados, arroscc 
par laTouqueB. Riches pflturages. 
(llab. AitgrronsA 

ak.i:k [ji] (Louis -Simon), 
litterateur francais, ne. A Paris, 
critique de grand merite ( 1772, 
1825M. 

AM.KIUVI [rd]fPierre-Fr.na- 
cois-Charles), marechal et pair de 
l-'ran. i'. i-i-i''.'- due -I.- t'a.-.ii^limu'. 
no a Paris. II se nignala dans les 
campagnea de la Hepublique et 
de lEuipire, et executa le coup 
d'Etat du 18 fructidor (1787-1818), A "R* r " u ' 

At'CilAH [ji-ass], roi d'Elide, et l'un des Argo- 
nautes; ses etablea, qui contenaient 3.000 bumfs, 
navaient pas iU nettoyees depuis trente ans, Her. 
cule, venu d'Euryslhee dans les Etats de ee prince. 




AUOE 




ncttoya ses ccuries en y faisant passer le Active 
Alphee. On fait de frequentes allusions A ce travail 
du heros. « A peine le Code eut-il paru, qu'il fut 
suivi presque aussitdt. et comme en supplement, de 
commentafres , ^explications , de devcloppemcnts, 
d'interpretations, que sais-Je ?... J'avais eoutume do 
m'ecrier, au con sell d'Etat : ■ Eh ! messieurs, nous 
avons nettoyi rtcurie dAugias; pour Dicu, ne l'en- 
combrons pas de nouveau ! » 
(Napoleon.) Par contre, le 
nom dVeurie d'Augias s'ap- 
pliquc a toutc organisation 
priv^e ou puhliquc, dont on 
veut dire qu'elle aurait be- 
soin d'etre sevdrement refor- 
mee. 

AfJCIBBt \6-ji-i] (Emilcl. 
po*te dramatique francais, n6 

A Valence, autcur de pieces Ir "v't . ♦ ■** . ^- '"V^l 
d'une grandc nortec sociale, I V .}'m . • *^fi^,^ 
d'une observation pen^tran- 
te, d'un vif sentiment dra- 
matique. Citons : les Lionnes E - Augier. 
pauvres, Mattre Guirin, UFils de Giboyer, les Effran- 
tis, I'Aventuriere, les Fourchambault, le Genare de 
Monsieur Poirier, etc. (1810-1889). 

AfJCMBOfJBM* [dqhs-bour], v. de Raviere, sur le 
Lech, affl. du Danube; W.200 h. OrrcvriTio. Patrie 
d'Holbein, de Brucker. Les protestants y presente- 
rent, en 1530, la famcuse Confession dAugnbourg 
(v. Confession). En 1686, A la suite de la revocation 
de l'lditde Nantes, la liguc dAngsboury y fut signee 
contre Louis XIV entre rAutriehc, l'F.spagni?, la 
Suede et dlfferents princes allemands. Otte liguc, 
ceuvre de Guillaump d'Orangc, ^t de laquelli* tit bicn- 




Digitized byLjOOQlC 



AUG 



— 1150 — 



AUM 



tot partle l'Angletcrre, soutint centre la France une 

Rierre de neuf ans, qui se termina par la paix do 
yswick (168S-1697). 

AafWM. Lea augures et lea aruspices, pr*tres qui 
tlraient de* presages du vol ou du chant des oiseaux, 
de l'appetit del poulcti sacres, etc., formaient un 
important college ; ricn de grave ne se faiiait qu'on 
ne let eat anpararant consultes. Un aagure pouvait 
empecher une deliberation publique sous pretezte 
que let auspices n'etaient pas favorablcs. La foi 
dans ces superstiUeuses predictions fut de bonne 
heure ebranlee. On connaft la condaite de Claudius 
Pulcher, qui, mecontent de leurs presages, fit Jeter 
a la mer les poulets sacres, disant de les faire boire 
puisqu'ils ne voulaient pas manger. Ciceron ne com- 
prenait pas que deux augures pusscnt se regarder 
sans rire. Aussi Annibal avait-il raison de se moquer 
du roi Prusias, qui regardait comme plus utile de 
consulter les entrailles d'une genisse que ses plus 
habiles gencraux. 

AlttUOTA, v. des Etats-Unls, capit. de l'Etat du 
Maine ; 12.000 h. 

AlfelftTB (Casar Octavius), empereur romain. 
connu d'abord sous le nom d'Octave, petit -neveu 
de Jules Cesar ct son heritier, ne a Rome l'an 63 
av. J.-C, mort a Nola l'an U ap. J.-C. 11 fut d'abord 
triumvir avec Antoinc et Lepide. gar da pour sa part 
l'ltalie et l'Occident ; il resta seul maltre du pouvoir 
apres sa victoire d'Actium sur Antoine (3ij, recut 
avec le nom d'Auguste les divers pouvoirs civils et 
religieux repartis jusqu'alors cntre les magistrate et 
commenca ainsi l'erc des empereurs romains. II s'at- 
tacha a faire oublier, 
par l'cxccllcnce de son 
gouvernement, la gra- 
vity du changement 
qu'il apportait dans la 
constitution de la 
Republique. II multi- 

£lia les fonctionnaires 
Rome, divisa l'ltalie 
en rigions pour faci- 
liter le cens et la per- 
ception de l'impdt, ct 
reorganisa l'adminis- 
tration des provinces, 
partagees en provinces Augwu. 

stnatoruiles et provinces impiriales ; ces mesures 
eurent pour efret d'augmenter la centralisation 
dans l'Etat. II ordonna des expeditions, generale- 
ment heureuses. en Espagne, en Rhctie. en Panno- 
nic, en Germanic (ou pourtant son lieutenant Varus 
subit un desastrc), en Arable, en Armenie et en 
Afrique. II adopta Tiberc, qui lui succeda. II fut a 
sa mort honore. comme un dieu. 

Le regno d'Auguste. qui fut l'epoque slnon la plus 
glorieuse, du moins la plus brillante de l'histoire 
romaine, laissa des traces dans la literature de 
tous les pcuples. Les lettrcs, la poesie et Eloquence 
enfantercnt ces chefs-d'oeuvre qui Bont la plus haute 
expression du genie latin, et qui eontribuerent tant 
a la gloire de cette epoque que l'histoire designe 
sous le nom de Steele d'Auguste, et qui Ait illuatreo 

Ear Horace, Virgile, Tite-Live, Safluste, Ovide et 
int d'autres hommes de genie ou de talent, dont la 
plupart ont 6te patronnes par Mecene et pro^ges 
par Auguste. C'cst aussi sous ce regno que com- 
mence la belle epoque de l'architecture romaine. 

Le titre d'Auguste fut porte depuis par les empe- 
reurs romains. 

August* (Ilistoire), suite de monographies des 
empereurs romains, d'Adrien a Probus; ouvrage 
red i go sous Constantin par divers autcurs. 

AfJdfJMTB, nom do plusieurs princes de Saxe et 
de Pologne au xvi« et au xvn« ai6cle. Le plus connu 
est Angvatc II (1670-1733), electeur de Saxe. ne a 
Drosde. fut eiu n»i de Pologne apres la mort de 
J. Sobicski (1697). C'etait un prince doue de quelques 
talents militaircB, tolerant et dun caractere eleve, 
uiais trop enclin au faste. On cite sur tout, & propos 
de lui. un vers mal interprete, de Frederic II : 

LoraqU* Aag-u«U buvtit, U Pologn* ftAH ivr«. 

Les applications que Ton fait de ce vers f era lent 
croire qu'Auguste «tait de la famille du Sganarelle 
de Moliere qui Amcttait cet axiontr : • Quand j'ai 




bien bu et bien mange, je veux que tout le monde 
soit soul dans ma maison. • Cette interpretation e*t 
erronee. Le contexte montre en effet que FrMfenc 
voulait simnlement exprimer cette idee que les oour- 
tisans et meme les peuples se modelent sur les rots. 
— Adoosts III, fils du precedent, electeur de Saxe. 
ne a Dresde, eompetiteur de Stanislas Lecxinski et 
rot de Pologne (1733-1763). Sa fllle, Makcb^Jossipbs. 
fut la mere de Louis XVI. 

AVCtrsrniv (saint), eveque dUippone (pre* de 
B6ne), fils de sainte Monique. Apres une Jeunesse 
orageuse, il fut attire vers la vie religicose par les 

{tredications de saint Ambroise, et devint le plus ce- 
ebre des Peres de l'Bglise latine (354-430) ; ses prin- 
cipaux ouvrages sont : la CM de Dieu, let Confes- 
sions (v. Confessions), le traite De la Grdre. F*te k 
28 aout. 

Un mot : Tolle et lege (prendt et lis), qui se rap- 
porte a une circonstance solennelle de sa vie. a 
passe dans toutes les langues. Un jour, livre aax 
violentes agitations qui troublerent sa jeunesse et 
que lui-meme raconte eloquemment dans les Confes- 
sions, Augustin avait fui la compagnie de quelques 
amis pour allcr chercher sous un bosquet de son 
jardin la solitude et le calme ; il crut entendre use 
voix qui lui disait : Tolle et lege. Surpria. se deman- 
dant quelle etait cette voix et surtout quelle lecture 
lui etait indiquee, il courut retrouver Alype, wa 
ami ; un livre etait place sous ses yeux : c'etaient les 
EpUres de saint Paul ; Augustin l'ouvrit au hasard 
et tomba sur ce passage de 1'apotre : A'e passes pas 
votre vie dans les festins et les plaisirs de la tatfe., 
mais revitez-vous de votre seigneur J ieus-Christ, *f 
gardez-vous de satis faire les tUsirs dtreglet debt 
chair. Augustin n'eut pas besoin d'en lire davas- 
tage ; ce precepte le decida a abandon ncr La vie de 
dissipation qu'il avait menee jusque-ia 

AwajMatla (saint) et aalaSe M*ai^M«), cbef-d'o*- 
vre d'Ary SchefTer, au Louvre ; admirables figures 
extatiques. 

Al'Ul'MTlIf {saint), apotre de 1'AngleterTe; il 
fonda le siige episcopal de Cantorbery (m. vers H*> . 

AMa« s ^ aiaa (*'). celebre traite theologique. dass 
Icquel Jansenius exposa les opinions qu'il crovait 
trouver dans saint Augustin sur la grace, le libre 
arbitre et la predestination ; cet ecrit provoqn* de 
vives disputes et donna naissance 4 la secte des jsa- 
senistes (16*0). 

AfJLBH^fJB* ou AFLBMCBft, nom de diiTereats 
peuples gaulois du temps de Cesar, dans le centre 
et 1 oucst de la Gaule. 

AfJMSj [d-liss], port de Beotie ou se reunit la 
flotte des Grecs avant son depart pour Troie. et o« 
Iphigenie fut sacrifice. Bien que le mot Autide ait 
ete souvent employ* par les poetes, il n'y a jamais 
eu en Gr&ce de pays de ce nom. 

AIL1KA1 [rf-ne"], ch.-l. de c. (Charente-Infeneurru 
arr. de Saint-Jean-d'Angeiy. sur la Bredoire ; t.700 b. 

AVIJVB [6-ne] ou AUIfE.fleuve cotier en Bretagae, 

^ui prend sa source dans les Cotes-du-Nord. arrose 
hateaulin et se jette dans la rade de Brest : 130 kil. 

AlLWtl [6-noi] (comtesse d"). ecrivsin franeais. 
auteur de Contes de fies : la Belle aux eheveux d'ar, 
I'Oiseau bleu, Fortunie. le Dauphin, etc., restes po- 
pulates et de Memoires pricieux ; m. en 1705. 

AUi/r, ch.-l. de c. (Somme), arr. d'AbbevUle; 
1.900 h. Bains do mer. 

AfJLfJ-ciBU^B, grammairien et critique Latin du 
n« siicle ; auteur des Nuits attiquee, livre pedant, 
mais precieux par le nombre des renseis>neuients 
qu'ils nous a conserves sur la literature et les 
mmurs antiques. 

A«l«l«ir« (P) ou la Marmite, come<lie de Plaute. 
piece ou l'avarice est tournee en ridicule, mais sur- 
passee par YAvare, de Moliere (n» s. av. J.-C). 

Al'Ll'fl [6Juss], comm. de l'Ariege, arr. de Saint- 
Girons ; sur le Garbet ; 740 h. Eaux thermales. 

AliMALB, ch.-l. de e. (Seine-Inferieure). arr. de 
Neufch&tel, sur la Bresle: 2.380 h.lAumalois.) Ch. de 
f. N. Combat entre Henri IV ct les EspagnoLs en ioVt. 

AVMALB , v. d'Algerie, arr. ct a 126 kil. S- E. 
d' Alger, sur l'oued Souaghi ; 5.200 h. 

ACMAL.K (due Claude d ). un des chefs de la Ligue. 
fils aine du due de Lorraine, Rene II. II de/endit 
Paris asslegc par Henri IV. s'allia avec les E>pa- 
gnols et moumt exild a Bruxelles '"ftjatf* 



Digitized by VjOOQ iC 



AUM 



— 1151 — 



AUT 



G 




(due <T), qualrieme flls de Louis-Phi- 
lippe I", general et historien francais. ne a Paris. II 
■e distingua dans les cam 
>agnes <f Algerie ou U en- 
leva la smala d'Abd-el 
Kader. II a laisse un 
excellente Bistoire det 
Princes de Condi, et legue 
4 l'lnititut le chateau d 
Chantilly et les belles 
collections qu'il contenai 
(1882-1897). V. Orleans. 

AVMOIf T [6-mon). ch.-l. 
de c. (Lozere). arr. de 
Marvejols; 1.300 h. 

Acxoirr (dues <f), noc 
de deux marechaux d« 

Prance : Jean d'Aumont {loit-iobo) , Antuiuc u Au- 
mont (1601-1669). 

AITlVAY-tlCR-OBOJV [fcnf). ch.-l. de c. (Calvados), 
arr. de Vire, sur l'Odon, affl. de l'Orne; 1.800 h. 
* AlTf BAU [d-nd]. ch.-l. de c. (Eure-et-Loir), arr. de 
Chartres; sur YAuneau, s.-affl. de l'Eurc; 2.000 h. 
{Aunelliens.) Ch. de f. Orl. Le due de Guise y vain- 
quit leu protestants (1387). 

AfJlfKtJlL [o-neu, I mil.], ch.-l. de e. (Oise), arr. de 
Beauvais; 1.500 h. Ch. de f. N. 

AUfflft [6-niss]. anc. prov. de France, reunic a la 
couronne en 1371; capit. La Bochelle ; forme une 
partie du dep. de la Cbarente-Inferieure et une par- 
tie des Deux-Sevres. (Hab. Aunisiens.) 

AlPM [dps], ch.-l. de c. (Var), arr. de Dragui- 
gnan ; 1.800 h. Mines de fer. 

ACBAI6UB (rangh-tfib') OU AIREHG-XBYR 
[ringh'-seb'], empereur mongol de l'Hindoustan, des- 
cendant de Tamerlan • arrive au trdne en 16&9 par 
l'aasassinat de sea trois fibres et l'emprisonnement 
de son pere, il flt la conquete 
de l'lnde, se montra adminis- 
trateur habile quoique fana- 
tique et intolerant, et protegca 
les lettres. Sous son rigne, 
Tempire mongol atteignit son 
apogee, mais la decadence com- 
mence du vivant meme d'Au- 
xangzeb (1619-1707). 

A VII AY [d-re], ch.-l. de c. 
(Morbihan). arr. de Lorient; 

r>rt a 1' embouchure du Loch ; 
500 h. (Alriens ou Alriens); 
ch. de f. Orl. Pelerinage cele- 
bre de 8ainte-Anne (fAuray. 
Victoire de Jean de Montfort; 
fut tue et Du Ouesclin fait prisonnier (136V). 

AVRBL1BJV (taint), ereque d'Arles en 546, m. vers 
552. F«te le 16 juin. 

ACKELIEI* [d-reWi-tn], empereur romain de 270 
a 276, ne vers 212. II vainquit Zenobie, reine de Pal- 
myre. 

AURBLIIJE VICTOR, consul et historien latin 
du iv« siecle, continnateur de Tite-Live. 

AWRE1AB DE PA1AB15TB0 (Louis (C), general 
francais, ne au Malzieu (Lozere). II organisa et com- 
manda. en 1870, la 1" armce de la Loire et gagna 
sur les Prussiens la bataille de Coulmiers (1804-1877). 

AVRBKCiABAD, t. de l'lnde. ch.-l. de la prov. 
dc ce nom ; 39.000 h. Residence d'Aurangzeb qui la 
flt construire. 

AlRBH [d-res*]. massif montagneux et boise 
de l'Atlas algerie n (prov. de Constantine) [2.328 m.l. 

AWRI421VAC [6-n-gnak), ch.-l. de c. (liaute-Ga- 
ronne), arr. de SaintOaudens ; 1.230 h. Grotte ou 
Ton a trouve deB restes prehistoriques curieux. 

AURIGIVY, une des lies anglo-normandes au N.-O. 
du Cotentin, dont elle est separee par le raz de 
Blanchard; 3.400 h. V. pr. Aurigny ou Alderney. 

AUMILLAC [ri, 11 mil., akT\, ch.-l. du dep. du Can- 
tal, sur la Jordanne, s.-affl. de la Dordogne ; 17.439 h.; 
ch. de f. Orl., a 557 kil. 8. de Paris (Aurillacoh ou 
Aurillaquaix). Chaudronnerie. fromages. Patrie de 
Saint-Geraud, du conventionnel Carrier, etc. L'arr. 
a 8 cant., 95 comm., 89.800 h. 

AIRO.V (f ). riv. de France, affl. de l'Yevre ; 84 kil. 

Al'RORB, deesse du matin, chargee d'ouvrir au 
Solcil les portes de l'Oricnt. [Myth.) 




Aurangiab. 

Charles de Blois y 



AHrore (i*), celebre fresque du Guide, qui decore- 
la coupole du palais Rospigliosi (Rome). ' 

AI7MO0 [6-ross], ch.-l. de c. (Gironde), arr. dc Ba- 
zas, pres de la Beuve ; 616 h. 

AIWOMB, poete latin, ne a Bordeaux vers 310, 
pr6ceptcur de Graticn, versificatcur trts habile, par- 
fois frivole, mais a qui Ton doit de beaux vers sur 
la patrie gauloise; m. vers 394. 

AUftOflUB [nf], terre des Ausonea, nom d'une par- 
tie dc I'ancienne Italie applique par les poetes a 
ntalie tout entiere : 

J« chante Us eorobaU et c* ffuerTier pieux 

Qui, des bord« phrygient conduit dans 1' « Ausoaia *, 

Aborda 1b premier aux champs da Lavinie. 

Deli lib. 

AtJaTBRLlTE. village de la Moravie, ou Napo- 
leon battit les Autrichiens et les Russes (2 de- 
cembre 1805). Parmi toutes les victoires de Napo- 
leon, il n'en est pas une qui entoure sa memoire 
d'un prestige plus legendaire ; e'est pourquoi il est 
si souvent appele le Vainquevr (VAusterlitz. Pour 
l'armee et pour lui-meme, elle est restee un de 
leurs plus purs, de leurs plus brillants souvenirs. 
Quelques instants avant la bataille de la Moskowa 
(1812), le soleil se montra dans tout son eclat, comme 
le matin de la celebre victoire : <« Soldats, s'ecria 
Napoleon, e'est le solcil d'AusterliU! • Ces mots, 
devenus depuis legendaires, eicetrisdrent la grande 
armee. La bataille d'Austerlitz fut appelee Bataille 
de* Trois Empereur s, parce que les empereurs de 
France, d'Autriche et ae Russte y prirent part. 

Avaterlit* (bataille d'), cdiebrc tableau de Gerard; 
galerie de Versailles. 

Al'ETRALAElB [zf], nom que Ton donnc a 1'en- 
semble geographique forme par l'Australie, la Nou- 
velle-Guinee et la Nouvellc-zeiande. 

AUMTKALIK [l(] ou IV0VVB1.I.B-H01.L,A!VBB, 
tres grande lie de l'Oceanie ; colonie anglaise, ou 

filus de 2 millions d'Europeens sont alles exploiter 
es mines d'or, de cuivre, de charbon dc terre ct se 
livrer h l'eieve des bestiaux. C'est un vaste plateau en 

Frande partie desert a 
interieur, mais borde 
a l'E. par des monta- 

Snesde 1.800a 2.000 m. 
'alt., les Alpes austra- , 
liennes.d'oUdescendun > 
grand fleuve, le Dar- " 
ling. Sup. 7.929.000 kil. 
carr.; pop. 4.385.000 h. 
(Australiens). L'Aus- 
tralie se divise en Aus- 
tralte Occidental. Aus- 
tralie - Meridionale et . ... 

Territoire du Nord, Arn»o.r„. d A».trah.. 

les prov. de Victoria, Queensland et Nouvelle-Galles 
du Sud. Toutes ces colonies, en 1902, se sont fede- 
rees pour fonder un Etat commun. s'administrant 
librement sous la suzerainete de l'Angleterre. La 
cap. est Bombela. V. pr. Melbourne, Sydney, AMlaide. 
Ballarat, Perth et Brisbane. V. Oc«5anus. 

ACOTKALIB-MBMIBIOIVALB, Etat d'Austra- 
iie ; 365.800 h. V. pr. Adelaide. 

AIHTRAA.IE-OCCIBECTALB, Etat d'Australie ; 
215.150 h. V. pr. Albany, Perth. 

ACSTBAilK [z{](royaumede f Est), royaume dans 
l'Est de la Gaule franque ; capit. Metz (oii-843>. 
Rivale hcureuse de la Neustrie. elle fut le berceau 
de la dynastie carolingiennc. (Hab. Austrasiens.) 

At TE RIVE, ch.-l. de c. (Haute-Garonne), arr. de 
Murct, surTAriegc; 2.650 h. (Auterivains). Ch.de f.M. 

AlTTEHIl^ ancienne commune du dip. de la 
Seine, reunie a Paris. Ce fut le sejour favori de lit- 
terateurs ceiebres : Boilcau, Moliere, La Fontaine, 
plus tard Condorcet, etc. 

AATHARI8 [riss], roi des Lombards, rt 4 gna de 584 
a 590. 

AITHIE U{], fl. cotier. nait dans le Pas-de-Calais, 
passe a Doullens et se jet-te dans la Manche ; 100 kil. 

AVTHOM, ch.-l. de c. (Eure-et-Loir). arr. de No- 
gent-le-Rotrou; \.iWh.(AuthonwersK Ferme modele. 

AutodatV (/'), tableau de J. Roljert-Fleury (1845); 
scene pathetique peinte avec vigueur ct eclat. 

AKTOMKDOX, conductcur du char d'Achille. Ce 
nom est deveuu synonyme de cocher habile. 




Digitized by VjOOQlC 



AUT 



— US* — 



ACT 




CO*** 









r tHt.ALE ..JLrv* 



Jftyz 



I .-. ** 



tv 4 






O 



Austral fenne 




D U 




ik Wt 






Awtoame ll'). tableau de Jordacns (Bruxellcs); 
— dp I'oiiHiiin | Louvre); etc. 

AITKAN {Joseph), poetc francai*. n6 & Marseille, 
auleiir den Vutmen de la nurr, dc Luboureun et Sol- 
dats, etc. ; ceuvrca d'une inspiration severe et d'une 
forme soignee (1813-1877). 

AITBKV-LIIHlllAY, ch.-l. de c. (Haute-Sadne), 
nrr. dc Gray, sur la Sousfroide, aftl. de la Saone ; 
780 h. Forges, pierrea dc taille. 

ADTRK1IB (BAMB-), gouvcrncment d'Autri- 
chc; a.t 00.000 h. Ch.-l. Vienne. 

AITRIf'HB (HAUTB-), gouvcrnement d'Autri- 
i'ln> ; Kio.260 h. Ch.-l. Linz. 

AITRKNI-NO^HIR ou AlWTRO-HOX- 
URIK. Ktat du centre de l'Europe. capit. Vienne. 
I. Oimokaphik : L'empiro A'Autriehe Hongrie, com- 
po»p do l'Autrlche ct do la monarchle hongroisc. 
capit. HtuLipt'xt, a one supcrflclc de 625.600 kif. carr. 
ct unc pop. do i5.*00.000 h. Situe au centre dc l'Eu- 
rope, il comprond des regions esscnticllomcnt dis- 
parate! par lour aspect ct leurs populations. L'Au- 
trlche ou Cislcithanic comprend les provinces ou 
pavs suivantH : Basne-Autriche , Haute- Autrichc . 
Kalrbourg, Styrle, Carlnthie. Carniole, Kustcnland 
(Utrle, Trieste), Tyrol et Vorarlberg, Moravie, SilG- 
■ie, (ialicic, Bukovinc, Dalmatic, regions en general 
montagneuacs (Alpes. Karpathes), arros^es par le 
Danube. la Save, la Drave. La Bohtmc est un pla- 
teau llmitc par un quadrilatere do montagnes, et 
arrosd par 1'Klbe, la Moldau ct l'Eger. La Hongrie 
on Trnnslelthanie so dlvisc en : Hongrie Cisdanu- 
htonno, Hongrie Transdanubienne, Transylvaaie, 
I'roatle ct Slavonic. Le Danube, la Theiss ct lc 



MaroN nont lea prlnolpalcs rivieres hongroiscs. La 
remement blgarroe, est formcc d'Alle- 



populatlon.cxtrAi 



man ds, de Hongrois, de Slaves (Croatcs, Poktaais. 
Rulhencs), de Roumains. d'ltalieas, etc. Linda* 
trie est florissante en Autriche ct en Bohlrne: ea 
Hongrie, la production agrieole dominc. L 'empire 
a la haute administration de la Boanie et de 1'Her- 
legovine depuia le trait'' de Berlin (1878). 1/ Autriche 
et la Hongrie onl rhacune un gouvcrnement sf*e- 
cial ; mais Farmcc. les finances et les relations ex- 
terieures sunt admlnl street par un gouvernemea: 
coinmun. Les hab. de 1' Autriche s'appeUent Aufrt- 
ehieru; eeux de la Hongrie ffotgrvts ou Mst^art. 
ct Ion donne le nom A' A us tro- Hongrois aux sa- 
Jcts iU: lVmpire d" Autriche- Hongrie consider* daas 
nun ensemble. 

II. Histoikb: Lorsquc Charlemagne cut eooquii 
Tempi re des Avares. separ* par l'Ems de la Baviere 
giirnianiuuc, il conlla la 
garde dc la Marchia Aus- 
triaca f Marc ho orient ale) a 
des enmtea, qui peu a pcu 
arrondirent Icur domainc 
primitif par des annexions , 
incessantcs dams le Tyrol. - 
la Styrie, etc., ct se flrcnt" 
eonferer par les empereurs < 
lc titrc de due hcrcditaire. 
Rodolphc de Habsbourg , 
61u empereur d'AUemagnc 
ea 1273. dcltfgua a sea ftls la 

fios-i usion dc 1' Autriche, de 
a st vie et de la Carniole, 
ct la dynastic de Habsbourg Armoinc- 

so trouva fondee. En lRti T d'Autr«h«-H.m«T». 
Charles-Quint ceda les possessions allemandcs de U 
maiiton d' Autriche a son frere Ferdinand, qui auatre 
at,- phis tard heriia dc sa fcmuie le royaume de Bo- 




Digitized by VjOOQIC 



— 1153 — 



AUTR1CIIE-H0NGR1I 




II s I, if i 






Digitized by VjOOQlC 



AUT 



— 11S4 — 



AVE 



heme et de Ilongrie. Ea \W%. la Trans > Wank renait 
aeeroltre ee puissant domaiae. eontre L^c|u«l les Tore* 
araient inatilement coinbatta. Biro qn affaiblie par 
U guerre d* la Hus-cession d'Autri<-b* et par la ruerre 
d* H*pt am, 1'Autrlrhe recut en 1771 ft en 17».",. par 
l*s premier *t troisi»me parta*:*-* d«" la Pologne. la 
(Jalfrie L'lJIyrie. la Dalmatic, la Lombardi* ft la \>- 
netie liii fur* nt c*d*"«ten 1*U. L'Autrirhe. gouvernte 
par Metternieh.occupa. apr<<-« les trait>«de 1*15 trai- 
ts* de Vienne^. dans la Confederation germanique 
une situation pr*ponderante. qui fut entamee par la 
pert* Ait la Lombardie 1W» et de la Venetie \*>A). 
Keraser par la virtoire de la Prune a Hadowa et 
cxelue de la Confederation gcrmanique '\*hf, . 1'Au- 
triehe adopta une constitution dualiste. c>*t-a-dire 
nu'elle parta^ea le pouvoir avee la Ilongrie. en sacri- 
nantlfH populations slaves. notammcntlesTYIvqurs 
D*s lors. 1 hutoire interieure de rAutriche-IIonprie 
se resume tout entire dans les luttes incessantes 
dee diverset nationalites qui la composent. 

al'TlX, ch.-l. d'arr. (Saone-et-Loire,. sur 1'Ar- 
roua, affl. dc la Loire; ch. de f. P.-L.-M.. a 106 kit. 
N.-O.dftMa£on;13.H00h.'AuJunoi«j. Brecbe. Remar- 
quable* antiquites romalnes. Patrie de saint Sym- 
phorien. du rheteur Kumene. saint Germain, saint 
Oger. P. Jeannln, Tripier, Chang arnier. Mac-Mahon. 
L'arr. a 9 rant., »5 comm., las«.fi50 h. 

AIVBIUUUB, anc. pror. de Prance, 
reunie a la couronne sous Louis XIII 
(1610). ccdee par Marguerite de Valois ; 
caplt. i'lrrmont-Ferrand ; a forme le dep. 
du Puy -de -Dome, du Cantal et une partie 
de la Haute I«oire. (Hab. AuvfrrgnatM./ 
K/'jrion de montagnes (Puy de Dome, 
Mont Dorr. Cantal/. de volcans eteints, 
avrc d«« fcrtllrs plaine* 'Limagnc>. 

At'VBHUXK (Monlt d). V. Plateau 
central. 

*t VIM.AH (ri-lar). ch.-l. de c. (Tarn- 
et-Oaronne). arr. de Moissac, sur la Ga- 
ronne; 1.150 h. Vins. 

AtlRRRR ffl-ne-re], ch.-l. du dep. de 
l'Yonne, sur l'Vonne ; ch.de f. P.-L.-M.. 
h J"ii kil. S.-E. de Paris : IR.SOOh. (Aurer- 
roin). Vins, ocre. Patrie de saint Ger- 
main, Lacurne de Sainte-Palaye. du ba- 
ron Fourier, Paul Bert. L'arr. a 12 cant.. 
132 comm.. 103.700 h. 

At'Xl-I.K- CHATEAU, ch.-l. de c. 
(Pas-de-Calnis), arr. de Saint-Pol, sur 
l'Authin; 2.600 h. Ch. de f . N. 

Al AOIM [A-»oi], pays de 1'ancienne 
Bourgogne, capit. Srmur. (Hab. Auxoin). 
Hur le mont Auxoi* (Cflt© d'Or), prfcs 
duqucl s'elcvait probablemcnt la ville 
d'Alesia. so trouve, depuis 18«5, une sta- 
tue de Vercingctorlx, due au sculpteur 
Aim* Millet. 

AC *OIf !1K [rt-sonT ch.-L de c. et v. forte 
(Cotc-d'Or), arr. de Dijon, sur In Saone; 
(i.ir.O h. lAuTonnoi*). Ch. de f. P.-L.-M. 

At'BABC'KN. ch.-l. de c. (CreiiRe). arr. 
d'AuhuHxon, sur l'Ktang-Ncuf, nfll. du 
Cher; 1.500 h. 

AIXO*. ch.-l. de c. (Haute -Loire), 
arr. de Ilrloude, sur VAuum du Velai/. affl. de 
l'Alller ; l.fitiu h. (Auzonnais.) Eaux mincrales. 
houlllc. 

AVAIM.F.fS-MMOl KI*E, ch.-l. de c. (Vienne), 
arr. de Civray, sur la Vienne; 2.300 h. Eaux mind- 
rales aux environ*. 

AVAM.OW, ch.-l. d'arr. (Yonne), sur le Cousin, 
s.-afll. dc l'Yonne: 5.900 h. (Avallonnain) ; ch. de f. 
P.-L.-M.. a 40 kil. S.-K. d'Auxerre. Vins. granit. 
hiM-ail. Patrie de Cousin d'Avallon, Cnristic. L'arr. a 
5 cant., T2 romm., 39.100 h. 

A%'AI.Ofi [loa»\ (Ferdinand-Francois «f). marquis 
de IYsqunire, ne a Naples, un des plus illustres lieu- 
tenants de Charles-Quint (1489-1B2C). 

A%'AI<Ofi. marquis Del Vnsto, gouverneur du Mi- 
lnnais; fut vaincu par les Francais a Ccrisolcs en 
lr.U; m. en 1R4U. 

a«ar« U'). romcclie en cinq actes et en prose, 
Imit^ode VAululnire. de Flaute, par Moll^re (1668). 
Moli^re a fait d'llnrpngnn la personnitlcation dc 
l'avarc, mis en relief 1 'cgoismc «lc la fortune et la 



feroce persoanalite des Uvesaoriaeurs. montre Tarare 
dope de sa passion. II railie ee Tieillard sordide. tfta 
se rencontre aree son flls aflame daas la bovtiqee 
de 1 uiurier : il stigmatise enftn le mariagv. mtu le 
mariage qui dispose des femmes an mo yea d'uae doC 
ftAnjt consideratioD poor leur booheur. V. Harp+fvm. 

ATAJMM oa ATAMm%. peuple d'origine oaralo- 
altalque : se jeta sur ]*Earope. qu'il raragea prndaat 
trois siecles. Charlemagne les detruisit au Tin* siecle 

ATAHICTV, r. de Gaule. aoj. Bouroe*. 

ATKI 'Claude dc Mesmes, comte <r >. diplomate 
francais. un des negociateurs des traites de \k*e«4- 
phalic O.VI650.. 

Ave Vm~mr on le« CZUdlUtovrm. tableau de Ge- 
rome M8">9 ; sarante et curieuse etade areheolo- 
gique. Cest. mise en action, la phrase que prooos- 
CAient les gladiateurs en passant derant la loge 
imjx-riale : Are, Crnar, morituri te talut*nt. ,' Saint, 
Cesar, ceux qui vont mourir te saluent. > 

artlLallBM (Gertrude tCi, femme poete espa- 
gnole. nee a Cuba (181M8T3) 

Avealr (T\. journal redige par Lamennais. Ifonta- 
lembert, Lacordaire. Gerbet, etc. II tendait A concflkr 
les idees liberates avec le catholicisme (1K31-1I3S'. 

Avmat '/' ; , de Bourdaloue, suite de douze sermons 
prtehfs de 1670 a 1693. et qui brillent par la force 



AVELYRON 



o to ea 30 *o 




du raisonnement, la sobrietc et la viguenr du style. 

Avrst (/'), de Massillon, suite des dix sermons 
pr^cheB devant Louis XIV, a Versailles. Dans ce de- 
but d'un grand talent oratoire, salue par Bourdaloue 
lui-m^me, on trouve deja tous les genres de mdrite 
qui distinguent Massillon. 

ATK3VT11V [van] (mont). Tune des sept collines 
comprises dans l'enceinte de 1 ancienne Rome, pras 
du Iibrc. C'cst sur oe mont que se retira la plehe 
romaine pendant sa revolte contre le patrieiat. Ob 
envoya aux mccontents Menenius Agrippa, patrieiea 
d'origine pl6b6ienne, qui les ramena A Vobeissance, 
en leur racontant l'apologuc : les Membrts et tEsto- 
mac. La locution »Se *etir*r ntr le mont Aventin a 
passe dans le langage courant et s'emploie quand il 
s'agit d'une revolte ouverte contre lautorite. 

AveatwrMrre (/*)♦ oomedic en ciaq actes et en Ten 
d'Emile Augier (1848), ccrite en un style franc et 
spirituel- 

AVKNKOAIft, medecin arabe. ne a Penaflor, pres 
de Seville; maltre d'Averrhoes (1073-1162). 



Digitized by VjOOQlC 



AVE — I 

AVBBWB, lac de l'ltalie, pres dc Naples, dou 
s'echappcnt dea emanations sulfurcuscs; etait re- 

gardi comme l'entree des En fern. Sur ses bords so 
rouvait l'antre de la Sibylle de Cumcs (Eniide). 

AVEBBHtU ou AVBKBMf [eat], iUustre me- 
decin et philosophc arabe, ne a Cordoue au com- 
mencement du xii* siecle, commentaieur d'Aristote. 
Ses doctrines philosophiques inclinaient vers le ma- 
terialisme et le pantheisme. et elles furent condam- 
nees par l'Universite de Paris, puis par le Saint- 
Siege ;m. en 1198. 

AYBMBA, v. d' Italic (Terre de Labour): 21.200 h. 

AYBB1VBB [vi-ne], ch.-l. d'arr. (Nord) ; place forte 
sur rUelpe-Majeure. affl. de la Sainbrc; 6.220 h. 
(Avesniem); ch. de f. N.;a9V kil. S.-E. de Lille. 
Forges, bonncterie.fromages dits de Marolles. L'arr. 
a 10 cant. , 153 comm., 211.300 h. 

AYBMXEB-LB-COXTB (erne), ch.-l. dc c. (Pas- 
de-Calais), arr. de Saint-Pol; 1.550 h. 

Avcsts, nom donne a l'ensemblc des textes maz- 
deens (livres sacres des anciens Perscs), attribues 
a Zoroastrc. V. Mazd£ismb. 

Ave««l« (f ). celebre idylle d' Andre Chenicr, dont 
le heros est Homere. 

Avevffles de Jerlch* (les), chef-d'oeuvre de Pous- 
sin, au Louvre; la savantc composition de cettc 
toile, la variete des groupes ont fait de cette 
oeuvre ud tableau type de l'ancienne academic de 
peinture. 

AYBYBOIV [ce-ron], riv. de France, qui prend 
sa source dans les Cevennes. passe & Rodez, Ville- 
franche, Saint-Antonin, ct se jeite dans lo Tarn (r. d.) 
en aval de Montauban ; 2:/) kil. 

AYBYBOX [dtp. de /'), dep. form* par lc Rouergue ; 
pref. Rodez; s.-pref. Espalion, Millau, Saint- 
AJTrique, Ville franche; 5 arr., 43 cant.. 302 comm. ; 
31(2.100 h. (Aveyronnais). 16« region militairc; cour 
d'appel de Montpellier ; eveche a Rodez. Ce dep. doit 
son nom a la riviere qui l'arrosc. 

AVIlAC-sUCAYA (Pascal d ), geographe fran- 
cais. ne a Tarbes (1799-187r,}. 

AY1CB2V1YB, iUustre medecin arabe, surnomme 
lc Prince den mtdeciiis. C'cst un des homines les plus 
remarquables de l'Orient par l'etcndue dc ses con- 
naissances et l'activite dc son esprit (980-1037). 

AYIBXI'M [nw$], geographe et poetc latin du 
iv« siecle. 

AYlttSTOST, ch.-I. du dep. de Vaucluse, ancienne 
cap. du comtat Venaissin. sur lo Rhone ; 46.000 h. 
lAvignonnais). Ch. de f. P.-L.-M., a 742 kil. S.-E. de 
Paris. Archeveche. Soicries, safran, garance, vins. 
Patrie do Folard, des Parrocel. Joseph Vernet. 
&!■• Favart, Trial, Aubanel. Avignon fut le siege de 
la papaute de 1309 a 1377. En 1348, lc pape Clement VI 
l'acheta a la maison de Provence et la ville rcsta a 
1'Eglise romainc jusqu'en 1791, epoque ou clle fut 
rcunie a la France. L'arr. a 5 cant., 21 comm. ; 88.800 h. 

A VI LA. v. d'Espagne, ch.-l. de la prov. dc ce nom 
(Vieille-Castille) ; 10.200 h. Patrie de sainte Theresc. 
— La province est peuplee de 200.500 h. 

AY1LA (GUles- Gonzales «T). historiographe de 
Can ti lie, autcur de Chronique$ (vers 1577-1658). 

AVILBA. v. et port d'Espagne, prov. d'Oviedo; 
sur le rio tie Avitts; 12.000 h. 

AVIT [vi] (saint), iUustre prclat gallo-romain. 
vveque de Vicnne (Dauphinc) en 4.0, auteur de 
poemes latins que Guizot a rapproches du Paradis 
perdu; m. vers fi2."». 

AYITl'S [tuss]. empereur remain d'Occidcnt de 464 
a 456, d«trdnc par Ricimer. 

AY1E (Ordre W), ordre militairc et rcligicux, fondc 
en Portugal au xn« siecle. 

AYIEK, ch.-l. dc c. (Marne), arr. d'Epcrnay; 
2.700 h. Ch. def. E. Vins. 



>5 — AZT 

AVBANt'HBB, ch.-l. d'arr. (Manche) ; port pres 
l'embouchure dc la See; 7.400 h. (Avranchains ou 
Avranchinais). Ch. de f. O., k 55 kil. S.-O. de Saint- 
La. Cidrc, bcurre, sel, dentelles, clous. L'arr. a 
9 cant., 12V comm. ; 92.000 h. 

AVER, riv. de Normandie. qui arrose Verneuil, 
Nonancourt, ct sc jette dans lEure; r. g. ; 72 kil. 
Ses eaux, captees, alimentent Paris. 

AYK1COUMT [kour\ village sur le ch. de f. dc 
Paris a Strasbourg. Assis sur la frontiere, il appar- 
tient partie a la France, partie a 1'Allcmagne; 
1.000 h. Douano. 

AJLAT [ak-sa], ch.-l. do c. (Aude), arr. dc Limoux, 
sur l'Audc; 840 h. 

AX-I.BB-THBBMB0 [aks-le-ttr-me], ch.-l. dc c. 
( Ariege), arr. de Foix ; sur 1' Ariege ; 1.500 h. (Axeens). 
Eaux thermales sulfureuscs. 

AIIM [ak-som'} ou AXOtM, v. d'Abyssinie (Ti- 

Se), jadis capitale de l'Ethiopie, dont elle est res- 
e la ville sainte. Commerce de livoirc. 

AY [a-i] ou At, ch.-l. de c. (Marne). arr. de Reims, 
sur la Marne; 7.000 h. (Ayien$). Vins mousseux. 

AYALA (Lopez de), homme d'Etat et historicn 
espagnol (1332-1407). 

AYBIV (a-i-in), ch.-l. de c. (Correze), arr. dc Brive ; 
1.200 h. Fer, argent. 

AYMEHI ou AIMERI DE IVAKBONXB, heros 
de l'epop6o francaise du moyen age, rattache a 
l'histoire de Charlemagne. 

AYMOW ou AIXO.Y {t-mori]. Iss quatre fits Ay- 
won, heros dc chevalerie dont la legendc est encore 
populaire. Ces quatre preux se nommaicnt Rcnaud, 
Uuiscard, Allard et Richard ; lis flrent des prodiges 
de valeur sous Charlemagne. La literature les re- 
presente souvent tous quatre montes sur lc memc 
cheval. le fameux Bayard. 

AjBBoa (Hittoire des quatre fits), roman de cheva- 
lerie, attribue a Huon de Villencuve, trouvere du 
xin« siecle. 

AYOfJBlTBM, dynastie musulmane. qui succcda 
aux Fatimites dans la domination de 1'Egypte, de la 
Syric, de l'Yemcn ct de la Mesopotamie ; fondle en 
1171, elle fut detruitc par les Tartarcs au xm« siecle. 

AYB, comte d'Ecosse; 218.000 h. Ch.-l. Ayr, port 
sur le canal du Nord ; 26.000 h. 

AYBAUT [i*~ro] (Pierre), jurisconsulte francais, 
ne a Angers (1536-1601). 

AYTA (Viglius), jurisconsulte et homme d'Etat 
des Pays-Bas, charge par Charles-Quint et par Phi- 
lippe II d'importantcs missions (1507-1577). 

axaVb [its], philosophc francais, ne a Sorcze 
(Tarn) [1766-1845J. 

AXARIAB ou OBI AH [ass], roi de Juda (803-752 
av. J.-C). frappe de la lepre. 

ABAY-LB-RIBBA1J [se f dd], ch.-l. dec. (Indre-et- 
Loire), arr. de Chinon, sur l'lndre: 2.320 h. Ch. de 
f. Et. Magniflque chateau du xvi« siecle. Fourrages. 

ABBttLIO (Massimo, marquis <T), ecrivain ct 
homme d'Etat italien. ne a Turin (1796-1866). 

ABIXCOl'MT, bourg du dep. du Pas-de-Calaiti. 
arr. de Saint-Pol ; 300 h. L'armcc francaise y fut 
vaincue par les Anglais en 1415. 

AZOTH, v. chananeenne, prise par les Philistins. 
ct dans laquclle etait adorec l'idole de Dagon. tviie 
ville fut assiegec par Psammetik, roi d'Egyptc, qui 
s'en empara apres un long siege (vii« s. av.J.-C.l. 

ABOV ou ABOP, v. de Russic situ^c sur la mcr 
d'Azof, a l'embouchure du Don ; 25.000 h. 

ABBY ou ABOP (mer ct), golfe forme par la mer 
Noire, et appele aussi mer de Zabachc : il s'enfonco 
dans le sud de la Russic, ct rccoit le Don. 

ABTBQl'Eff, un des plus anciens pcuples du 
Mexique, dont le dernier empereur. Uuatimozin, 
fut torture par ordre dc Fernand Cortcz ;1j2i»). 




Digitized by VjOOQlC 




BAADER [der] (Francols-Xavier de), philosophe 
al"mand. ne L aUunich, 11 chercha a concilicr la 
religion et la philosophic (I7&>-1841). 

•••I. »•! ou B*l».. dicu supreme de la religion 
mVnicicnnc ; il y en avait autani a. uc dc lieux conia- 
crcTparTn culte : Baal de Tyr, Baal de Sxdon, etc. 
Cost lc Bel des Assyriens. .,„„„„ , ~ , 

BAAWA ou BUM, roi d'IsraOl (942-928 av J.-C .). 
Ilfltpcrir la famille de Nabad pour monter sur lc 
tronc et tuer le prophete Jehu qui lui rcprochait sa 
cruaute ; il fut vaincu par Asa. 

BAB (Mirza Ali Mohammed), riformateur pewan. 
no a Chlraa, fondatcurde la secte des babistes (1820- 

BABA (cap), promontolrc de l'Aslc Mincure, sa- 
vancant dans l'Archipel, au N. dc Smyrne. 

Babel (tour de). grand© tour quc.d'apres la Bible, 
1p8 Ms de No<5 voulurent 61ever pour atteindre lc 
ciel. Dieu aurait aneanti par la confusion den Ian- 
ruc* ces effort. in.enses ce. qui a f^™^ a " 
motBabol le sens dc confusion. En realite ■ B*«JJJ 
ou mien* Bab-llou signific Porte du {'«™ "™:.£ n 
a chcrche a identifier la tour dc Babe avec diffe- 
rentes ruincs. comme celle dc Babil. *«£•»• J»- 
bvinn- ou coile de Horsippa, au S. dc Hillab, mais 
rien nest venu conflrmer ccs conjectures. 

B*b«l (Construction de la tour de), tableau de 
Hreughe.1 le Vieux. galerie du Belvedere, k Vicnnc; 
do Raphael. Logos du Vatican. Vnslc fresquc de 
KnulK qui montre la tour dc Babel foudroyee 

(1 BAML-MAin)BB [deb'] UUtroit de) \Porte* des 
Pleural ontre l'Arabie et l'Afrique; r#unit lamer 
Roupe a l'ocean Indien. A son entree se trouve 1 ilot 
de I'orim, aux Anglais. 

BABBR [bcr] (Zahir-ad-dtn-Mohammed, dit). sou- 
veraln du Turkestan puis de l'Hindoustan, arriere- 
prlit-ffls de Tamerlan. fondateur de la dynastic des 
JJtihcrides, ou Grands Mogols. 

BABKIF (Francois-Emile. dit Gracchus), denia- 
coffue francais, ne a Saint-Quentiu. II conspira centre 
1,< Mrv-ctoire, avec un certain uombre d'autres j.ico- 
bins, ct fut rondarane a inort. II so poiK'nardaavarit 
do inontvr a I'cchafaud. Sa doctrine, qui est une sorte 
de eommunisme, est apprise babouvisme (libO-liJ". 

HubitUH Aar] (le), publicaUpn penodique d'Ad- 
dlson et Steele, trnitant do literature, d^ morale et 
do p..liiffiM» (roo ITltV 



BABllfBT [ne] (Jacques), physicien et astrwaie 
francais, ne a Lusignan (1794-1872). 

BABR11M [km] OU BARRIAH [««]. poet* gTtPC 
qui mlt en vers lea fables d'Esope (m« s.). 

BABYI.AM [lass] (saint), eveque d'Antioche [ur s.V 
Fete le 24 Janvier. 

BABYLONB, capit. de lancienne Chaldee. aar 
1'Euphrate. une des villes les plus graades et le* pla* 
riches de l'Orient. Ses gigantesques muraille* et sea 
jar dins suspendus, construits par Stmiramis. etaient 
classes parmi les sept merveilles du monde. Bafey- 
lone, dont les souverains lea plus famcux furent Sar- 
goun, Semiramis.Nabuchodonosor.Nabonaaear. etc.. 
fut prise par Cyrus, qui detourna le lit de rEupfcnte 
(538 bt. J-C). et par Darius (519 av. J.-CA [Hab- 
Babi/loniens.) Le nom de Babylon©, apre* avoir ete 
applique metaphoriquement a Rome par les premier* 
Chretiens, se donne aujourdliul aux grands cenire* 
de population, comme Londres, et surtout Pans, oa 
l'aeglom6ration des masses, les richesaea. les raft- 
nemenU de lindustrie et de la civilisaUon engeadreat 
fatalement la corruption des mapura. 

BABYL.OIVIB [n(], nom de la partie dc la ChaH<w 
voisine de Babylone et qui est applique quelqaefois 
a la Chaldee entiere. 

BACTABAT [ba-ka-ra], ch.-l. de e. (Mcurthr-et- 
Moselle). arr. de Luneville. sur la Meurthe ; 7.000 h. 
Ch. de f. E. Cilebre manufacture de cnsUux. 

Baechaaales, «te des Bacchantes. V. ce mot. Sow 
cc nom, il existe deux tableaux celebres du Titi*a 
(National Gallery [Londres 1, et Madrid) ; — d A Cm^ 
rache (Rome) ; - du Poussin (National Gallery) ; etc. 
Bareluuise, tableau d'A. Carrache (musee des Of- 
fices, Florence) : — Bacchante et Centaure. groupe ea 
marbre, de Pradier (Rouen) ; - une Bacchante, en 
marbre, de Carrier-Bellcuse (1863); — on groupe dc 

Bacchantes, par Falguiere (1886); etc. 

BacehMtt*. Pretresaes qui celebralent lea idts- 
teres de Bacchus. Elles couraient au hasard. ecb^- 
velccs, la t*te couronnee de lierre, .le thyrse a la 
main, dansant et rempUssant lair dc cris diacordanis 
Cos fetes, appelees bacchanale*. se celebraient autre- 
fois en Ecypte et on Grece, et furent introduites s 
Home, oil cllcs donncrcnt lieu a de gravos *candale>. 
contre lesquels le senat dut sevir (186 av J. 4 
Notre carnaval est comme un echo des bacchanal**, 
dea saturaales et des lupercales de« ucieas. 

Bacrh»Mt«« (leg), tragedie d'Euripide. nne drt 
mcilleures pieces de ce poete (405 av J.-t .} 



Digitized by 



Google 



BAC 



— 1157 — 



BAH 



BACCBVfl [ba-kuss], dieu romain du vin, flls de 
Jupiter et de Semclc; c'est le Dionysos dcs Grecs. 
lies recits mythologiques racontcnt que Bacchus fut 
d'un grand secours 
son pere Jupiter dans ] I 

J; uerre des dieux conti 
es geants. Pendant I 
chaieur du combat, ] 
xnaltre de l'Olympe e: 
citalt son courage pa 
cette exclamation : 
Evohe ! Bacche, evohe 
* Bien. mon flls, cot 
rage, Bacchus! » Ce 
mot est reste un de 
surnoms de Bacchus ; 
c'etait le cri des Bac 
chantes. Le nom d 
Bacchus so prend soi 
vent pour la personni - 
fication du vin : les ado 
rateurs. les disciules, (es infants, les supptits de Bar- 
chut. Par Bacchus! set one locuiion inlrrjectivc 
empruntee de l'italioi per Jtacco ! ou du latin per 
Bacchum! c'est une eapece de serment. 

Baechas (statues dt .-uniques au iniu.r des Etu- 
des, aux Offices, au Louvre, a Madrid, au Vatican. He. 

Baechwa (VBnfanct del groupe en marbredMHi. 
de Perraud, musee du Louvre j le petit dieu es' 
place sur l'epaule d'un faune a qui il Hre t'oreilb 

Bacchus lvr«. peti 
see des Offices (Klorei 




llacchm. 



itatue de Michcl-Ange; mu- 




BACCHTUOBi [baki], poete lyrique grce du 
v« siecle av. J.-C., nev.u de Sitnwiide et onele d'Es- 
chyle; il fut le rival do Pindare. 

BACCIOCOI [ba-chio-ki] Pelixl, offlcier corse qui 
cpousa Elisa Bonaparte et fut fait par Napnleon I" 
prince de Lucques ct de 
Piombino (1762-1841). 

BA(XI<KHI (Elisa Bo- 
naparte). V. BONAPARI 

BACH (bak), nom d'unc 
famille celebre de must- 
ciens allemands. Le plus 
illustre est •Jcan-Scbastieo 
Bach, dont les o?uvr< 
musiquc religicuse so 
tout point admirable^ par 
la hauteur de l'inspirati<<n 
et la science de l'harni m< 
(1685-1750). 

VACHAIHOUT [chd- 
mon] (Francois), cenvain 

francais, ne a Paris, collaborates de Chapelle. tu- 
teur du celebre et anm.sant Voyage de Chapelle et 
Bachaumont. C'est a Jut que la Fronde dut son 
nom (1624-1702). 

BA-CnAOiOirrfLo'H pi rn ./. t litterateur fran- 
cais, ne a Paris, auleu de Vimoires secret*, suim-nt 
encore consultes (1690-1771). 

BACHKl*lER [li-e] Nicolas), architeetc et sculp- 
teur francais. eleve de Mlchel-Anee (vers 1487-1850). 

Baebeliev de 0alam H nqur (ft) 
don Chtrubin de la Honda, le dernier don ronians 
du* a la plume elegante et spirituclle dc Le Sage 
(1736). Bien que cct ouvrage m resscnte de la vieil- 
lessc de 1'auteur, on y rencontre certains chapitrcs 
qui rappcllent de temps en temps la verve de Gil Bins. 
UACMLWiVYwrnx [ku< -en'] <Ludolf}, celebre pein- 
trc de marines dc lecole hullandaise, ne ;i tauten 

(1631-1709). 

Tonkin, ch.-l. de proi 
1884; 10.000 h. 
ie anglais, surnomme le 
a llch ester. Tun dcs phn 



BAt'-XIXH, ville d 
prise par les Francais 



BACBlf (Roger), m< 
•sir admirable, i 

grands representants de la science ex'perimentaledii 



Baetaai 

grands i 



sprits les plot eelaires; il 
atlribue rtnveution de la 



moyen age ct l'un de sc 
est un de ceux a qui 1' 
poudrc (1214-1294). 

BACON (Francois), ehaneclier d'Anglctcrrc sous 
Jacques l«r ct celebre philosophc, ne A Londivs. II 
fut un dcs creatcurs de la methode experimentale, 
et acheva la ruine dcs methodes ct dcs erreurs de la 
scolastique, en ecrivant son Novum organum. Sa 
renommee reste entachee par l'accusation dc vena- 



lite qui lui fit retirer des charges par lc Parlement 
(1661-1626). 

BACQUKV1XLB, ch.-l. de c. (Seine-Infericure), 
arr. de Dieppe, sur un affl. du petit fleuve coticr la 
SAane ; 2.050 h. (Bacquevillais). 

BACTKiAIfB, pays de l'Asie ancienne, l'un dcs 
sejours des Iraniens, compris aujourd'hui dans le Tur- 
kestan et la Perse jcapit. Bactres. (Hab. Bactriens.) 
. B BAJOB ^ y ; e i P. f - forte a 'Espagne, cap. dc l'Es- 
tr6madure, ch -1. dc la prov. de ce nom; sur le Gua- 
diana; 30.900 h. Marbres. tissus. Prise en 1811 par le 
marcchal Soult. — La province a 520.250 h 

BABB ou BABBlf [grariil-duchi de), Etat'de l'AUe- 
magne, sur la rive dr. du Rhin ; 1.868.000 h. (Badois). 
Cap .Larlsruhe. Sol montagneux, couvcrt en grando 
partie par la foret Noire. Metaux, caux thermalcs 

BABB ou BABKIV-BABB1V, v . du grand-duchc* 
du meme nom ; 15.730 h. Bains renommes 

i? AB ?, !% T II ' , 'f lt , [vi : 1 ^ chA - de c - do M«urthe- 
el-Moselle (arr. de Luneville), sur la Blette, afll dc 
la Vczouze ; 1.960 h. Filatures. ' 

BArrilV (bate ou mer de), golfe de l'Atlanlique, 
au nord de l'Amerique, entre le Greenland et l'ar- 
chipel polairc. Cette mer doit son nom au navigateur 
anglais William Baffin (1584-1622;, qui la visita lo 
premier en 1616. On y peche la baleine, le phoque 

BAroilLABB. Poste du Senegal francais. au con- 
fluent du Baffin et du Bakhoy qui forment le fleuve 
Senegal; 4.000 h. Ch. de f. de Kayes a Koulikoro. 

B«g«<Mde^.paysans gaulois revolts, que Maximien, 
surlordrcde Dioclcticn, ecrasa pres du confluent 
de la Seine et de la Marne, vers 280. 
, B r Att * AD i [bagh-dad], v. de la Turquie d'Asie, sur 
le r»gre, autrefois capif. d'un important khalifat, qui 
subsista du xiik au xv« siecle; 145.000 h. Draps, cou- 
tellerie, byouiene, soieries, maroquin. Ch.-l du vi- 
layet homonyme, pcuple dc 614.000 h. 

Bo-ur'^r'"*™"" Ch -'- "" C - {MD) *"■ " 

. B /S < r ,i !" a,l » Elat du Soudan oriental, au S. du 
lac Tchad, dans la vallee du Chari. 

BAttLlVl [ba-i-U] (Georges), medecin italien, n& 
a Raguae (1669-1700). 

t B 5 < "l!! l ^ RB,!, " B *"" IGOllRK i ch.-l. d'arr. (Hau- 
tes-Pyren^cs sur lAdour; 8.700 h. (Dagnirais). Ch. 
de f. M a 20 k 1 S.-E. de Tarbes. Sources therma- 
lcs sulfatecs calciques ; marbres, ardoises L'arr a 
10 cant., 194 com., 72.400 h. 

BAGNBBBS-BE-LlC'IIOlt. ch.-l. dc C (Haute- 
Garonne), arr. dc Saint-Gaudcns, prts le confluent de 
lOne et de .la Pique, affl. de la Garonne; 3.300 h. 
(uagnerais). haux thermales sulfureuses 

BAttlVBUX {mxefi], village de la Seine, arr. de 
Sceaux; 2.200 h. Combat contre les Prussiens le 
13 oct. 1870. 

, ■;*«•■*•■-«*» hameau de l'Orne, coram, de Tesse- 
la-Madeleine. arr. de Domfront; 4i h. (Bagnolais). 
Eaux thermales Rulfureuses et fcrrugincuscs. 



BAUXOI.ET [le), c. dc la Seine, arr. de Saint- 
ns la banfieue de Paris; 8.800 h. 



Denis, dans »<» uauiirui' uc runs; o.nuu n 

BaG!«OL«I-i < iesj-b.«I2VM, village de la Lozire, sur 
le Lot; 440 h. (Bagnolais). Eaux sulfureuses. 

»*«!»©I.S-«UB-CKKE [snot], ch.-l. de c (Gard), 
Vins " 4,8 °° h " ( Ba nv ' ais )' Ch - d0 f - P-.L.-m! 

BACiOAM [ass] (reunuquc). favori d'Artaxcrxes 
Ochus; empoisonni par Darius Codoman (336 av. 
J.-C). 

BAGRATIOW [ti-or] (prinre Pierre), general 
russe, tu6 h la bataille dc la Moskowa (1705-1812). 

BAHAMA (archipel de) ou ILK* M < AYF.ff, ar- 
chipel anglais de 1 Atlantique, au nord des grander 
^"i« le l' d S nt U est 8ll P a r« par le canal dc Bahama : 
53.800 h. C est dans une de ces lies (San-Salvador) 
que Colomb atteignit le nouveau monde (1492). 

BAHIA ou MAK-HALVADOH, v. du Bre*il, port 
sur la baie de Tous-les-SaintsfAtlantiquo) ; 230.000 b. 
(Dahianah). L'Etat homonyme a 1.920.000 h. 

BtnRKIa ou AOUAI, (iles), archipel du golfe 
Persique, pres de la c6te d' Arabic. Celcbrcs pecheries 
de perles. 

BAHB-BL-CillAKAL. riviere du Soudan orir ntal, 

3ui se Jetie dans le Nil blanc apres avoir traverse 
inimenses marecsges. 



Digitized by VjOOQLC 



BAI 



- 1158 — 



BAL 



BAIU [anc. Baix\, v. de 1'IUlie ancienne, prea 
de Naples. Lieu de plaisancc c^lebre sous l'empire 
romain, a cause de ses sources, de la beautc- de son 
site. II n'en subsiste plus que dcs ruiues. 

BAir (Antoine de), poete francais, qui tenta din- 
troduiro dans notre iangue la grammaire et lcs tour- 
nures du grec et du latin (1522-1589). 

BAItlliBB-BAINXB-KABBttONBB, ch.-l. de c. 
(Charente), arr. de Barbesieux, surle Charon, s.-afll. 
de la Charente: 1.900 h. 

BalgMMe (la), tableau d' Ingres (1855); figure 
oiodelee avec une fermete et une science rares. 

BatgBewswa (les), tableaux de Poelenburg; de 
Van Huysum (Louvre); — de Courbet (1853), etc. 

BAIUNKUX-LKB-JlfirB [W-oneiV, cb.-l. de c. 
(Cote-d Or), arr. de ChAtillon-sur-Seine ; 420 h. 

BAIB4AL, lac de la Russie d'Asie, dans la SibeYie 
meridionale, au nord dcs monts Safansk et Yablo- 
no!- Grande profondeur. II recoit la Selcnga et l'An- 
gara superieure ; il se diverse dans l'lenissei par l'An- 
gara inferieure. Le Transsiberien le contourne au S. 

BAIL.L.ET ba, 11 mil.. ij(Adrien), pretrc etccrivain 
francais, ne a La Neuville, pres Beauva is (1649-1706). 

BAILLB1 1, [ba, 11 mil., eul' , ch.-l. de c. (Nord). arr. 
d'Hazebrouck ; sur la Becque, affl. de la Lys ; 13.530 h. 
(Bailleulois). Ch. de f. N. Brasseries, dcntelles. 

BAILLOK [ba, 11 mil., on] (Henri), botaniste fran- 
cais, ne a Calais, auteur dun Dicttonnaire de bota- 
nique (1827-1895). 

BAILLOT ; ba, 
violoniste francais, ne a Paris (1771-1842). 

BA1LLY [ba, 11 mil., i](Jean-Sylvatn), litterateur et 
astronome distingue, ne k Paris en 1736. President de 
la Constituante lors dc la celebre 
stance du Jeu de paume, et maire 
de Paris apres la prise de la Bas- 
tille. II perdit ha popularity lors- 
qu'il.eut fait executer la loi mar* 
tialc contrc lcs pctitionnaires 
assembles au Champ - de - Mars 
pour demandcr la decheance de 
Louis XVI, arrete a Varennes. 
II fut execute en 1793. On fait 
quelqucfois, en litteraturc, allu- ^^^^c^^^-—- 
sion a un episode dc sa mort : fl bX»3 

les apprets dc son supplice fu- |W^j^SBBBr' 
rent dune longueur excessive; ii ^i ^^^ ' 

scs membrcs, places par le froid u«uiy. 

et la pluic, s'agitaient involontaircmcnt : « Tu trem- 
bles, Bully? lui dit un des assistants. — Oui, moo 
ami, main "e'est de froid, » rcpondit-ll simplrmcnt. 

BAII.LY Nicolas), architecte francais (1810 1892). 
Paris lui doit le tribunal dc commerce, la mairic du 
IV» arr., lc lycec Saint-Louis, etc. 

BAIX [bin] (Alexandre), philosophe anglais, de 
l'ecolc experimentale, n6 a Aberdeen, auteur de la 
Ixtgiquc et de la Science de I'lducation (1SI8-1903). 

Bain {ordre du), ordre dc chcvalerie anglais, insti- 
tue en 1399 par Henri IV, roi d'Angleterre. 

BAIN-BB-BMBTAUXB, ch.-l. de c. illle-ct-Vi- 
lainei. arr. de Redon ; 4.800 h. Ch. dc f. O. Tanneries. 

BAUVM-LEM-BAIXN [bin], ch.-l. de c. (Vosgrs), 
arr. d'Kpinal, sur le Baignerot ; 2.420 h. Eaux Milfa- 
tces sodiques. 

ntYoc AflMEM, peuplc de la Gaulc, dans lc Cal- 
vados actuel. region de Baycux. 

BAIN r b? . ch.-l. de c. (Maycnne), arr. d<- Mayenne, 
bur l'Aron, affl. de la Mayenne; 1.800 h. 

B.aYme bi-i-z*} (la), riv. de France, qui nait au 

lateau de Lanncrnc/an, arrosc Mirandc, Condom, 

Nerac, et se jette dans la Garonne (riv. g.) ; 180 kil. 

BAJAZBT l«r >■ , n e en 1347. sultan des Turcs 
(13*9); conquit l'Asie Mineure. battit les ehr.Uiens a 
Nicopoli* (1390), puis fnt vaincu et fait prix-nncr par 
Tamerlana Ancyre (1402 : m. en 1403. — Ba.iv/et II, 
ne en 1447, sultan de 1481 a 1512 ; empoisuiinc par 
son tils Selim. 

HaJMiet, tragedie en cinq actes et en vers do Ra- 
cine :i».72); le sujet est lire de I'liist.-ire ..ttomane. 
Qurlqueg vers en sont souvent citc^, uotiiuiunut cette 
parol,, du vi/ir Acomat : 

Nourri iUu» U terail, j'-n en nnaiv le* detour*... 

HIHKL, v. et poste fortitlo du Soudan francais; 
3.000 h. Sur le Senegal, a 500 kil. E. de Saint-Louis. 




g 



BAKER h^r 



anglais, qui 



explora l'Afrique centrale et decouvrit le lac Albert 
Nyanza en 1864 ; ne en 1821. 

BAB1HMBVT [mout'u v. de Rattle, dans le pl*st. 
de Iekaterinoslav ; 20.000 h. 

BAKOD, t. russe sur la mex Caapienne. ch.-l. sV 
gouv., dans la nresqu'ile d'Apcheron; 112.230 h. Ex- 
portation considerable de petrole. Le goav. de Bakes 
a 790.000 h. 

BABOtlflTfB (Michel), revolutionnaire russe, r»n 
des chefs de 1" Internationale (1814-1876). 

BALAAM, prophete ou derin dont il est parW 
dans les Ecritures. Envoy* par Balak, roi <U 3sW&, 
pour maudirc les Israelites qui approchaieat, le drrtc. 
monte sur une anesse, s'en alia a leur reacoatre. 
mais, pendant qu'il etait en chemin, on angre. teaam 
une ep*e nue a la main, se preaenta devant 1 aa«s«*, 
qui s'enfuit a travers champs et. douee to\tt a cocp 4* 
la parole, reprocha a son maitre sa durcte. Dim eu- 
vrit alors lcs yeux de Balaam • il b^nit le peuple 
qu'il avait pour mission de maudirc {Bible). 

BALAITOVsj [tous$], mont du S.-O. des Hastrs- 
Pyrenees (3.146 m.). 

BALACLAVA, port de Crimee sur la mer Ncan- ; 
2.500h L'armdeanglo-francalseroccupade 18£441^4! 
Le 25 oct. 18244, combat entre les Ruascs et les AagLatik 
ceiebre par la charge folle de la caTalerie aarlaxx 
command^e par lord Cardigan, qui fut exWrxcaa^ 

BAl^AHiCK, un des douze signes du rodiaqoe cor- 
respondant au mois d'octobre, et ainsi appele pairf 
qua cette epoquc les jours sont egaux aux aiuu. 

■ALABB(/ar] (Antoine-Jerdme). chimiste fr^»ei 
Montpellier. II decouvrit le brome ;i826)etparriotairx- 
traire ie sulfate de soudc de l'eau de la mer 1 1B9S-07S 

BAx.ABirC-UEB-BAllVSj [ruk-le-trin\ e. de rH^ 
rault (arr.de Montpellier), sur r^tang de Thau l ttta. 
Ch. de f. M. Eaux thermales. 

BALATON (lac), lac de la Uongrie (eosraut At 
Zala). Peu profond, 11 est entoure de va»tes manus, 

BAA.BBK ou BAALBEU, anc. Htlnjp&lis, t- it 
la Turquie d'Asie, en Syric, 4 80 kil. de Ds&u 
3.000 h. Magninqucs ruines. 

BALBlIi (Decimus-Coelius), empereur romaia. 4c 
237 a 238. massacre par lcs prtHoricns. 

BALBO (Ccsare), horame d'Elat et pobliciste its- 
lien, ne k Turin (1789-1853). 

BALBOA (Vasco-Nunex de), offlcier et naviratesr 
espagnol, n6 a X*res ; il decouvrit Toc^aa PadAqat 
en 1513. II eut la t*te tranchee par ordre du g«a*er- 
neur du Darien, Pedrarias d'Avila, jaloux de u 
gloire (1475-1517). . 

BALBl'M [buss], consul romain (40 av. J.-C. . %m 
de Ciceron, qui prononca pour lui un plaidoTer r- 
lebre. le Pro Balbo. 

BALB, ▼. de Suisse, sur le Rhin ; 121 .000 h ( Bal'-iv 
Ch.-l. des deux cantom de BdleiBdl^VilU et fi#W<a- 
yagne). Commerce considerable. Celeb re- oneilejre^ 
de 1431 a 1449 o0 fut tcntee une reforme radicals a 
l'Eglise. En 1796 deux trails y furent signes par U 
France, Tun avec la Prusse, l'autre avee I'Em^tw- 
Pour la premiere fois, 1'Europe monarchiqu4> cons**- 
tait a traiter avec la R4publique,qui a'agraadissaitssr 
le Rhin. Patrie de Bernoulli, Euler, Burrkhardt e*t 
Balc-Ville a 112.230 h., Bdle-Campagn* 6».soo k. 

BALBABiKB, lies de la Mcditerranee occideataV, 
a TEspagne, dont elles sont separee* par le nwei 
dc» BaUarcs ; jadis c^iebres par leur* habile* tn* 
dcurs; 311.700 h. (Baliarcs). Cap. Paint*. Ces 0« 
sont : Majorque, Minorque, Pormentera, Ivica. Ca- 
brera, Conejera. 

RALPOIR (Arthur-James), homme d'Etat aariii< 
ne en 1848. ^ 

B.sJLl, une des lies de la Sonde, separee deJi«i 
pai- le ditroit de Bali; environ 1.400.000 h. tBaJinti.,. 
Aux" Hollandais. 

BALlOL ou BAILXKIL, roi dEcosse ea 12% : 
fut vaincu a Dunbar (1290) par Edouard I«r ^vu k 
forca dabdiquer; m.en 1314.— Son dU E*orxxr 
qui livra 1 Ecossc a Edouard III, roi d'Anglctcrrt! 
fut chasi>c [>ar les Ecossais (1342). 

BALBiACU, lac aux conflns dc la Siberie et d- 
TurkesUn ; 5o0 kil. de long et 10 a 90 kiL delarer. 
Eaux saumAtrcs. U revolt l'lli. 

BALKANH (montg), « Montague* boisees *. f»t*- 
ceau de chaine* calcairea de la peninsui« drs Rsl- 
kanx, de 50 a 100 kil. de large. Le p-nm fulnjiaatt 



Digitized by VjOOQiC 



— 1159 - BALKANS f p^wimstti «V 

71 " -5* 









*^ifcttr/n«n^ 




T 0XIB1F21 



SSsiffWJSS? 1 * ^ nflp ?* vi Tiff «*"« E 



• M 




v.; 



PtNlNSULE 

D1S 

BALKANS 

! chefle 



Voir Tukquie, Orece, Roumanie, Si 



top 

1 

j pathos 



Digitized by LjOOQ LC 



BAL — 1 

de la chalne est au Iumruktchal (8.385 m. d'alt.) ; U 
princlpale passe est ceUe de Chipka.* 

BAU&Alfsj (neninsu/ejdes). une des peninsules 
meridionsles de l'Europe, lunitee au N. par la chatne 
des Balkans, ct, au 8., se retrecissant en pointe entre 
l'Adriatique et la mer Egee ou Archipel, la mer de 
Marmara et la mer Noire. Regions montagneusrs 
(Balkans, Alpes Dinariques. Pinde, Rhodope, etc.), 
arrosees par la Maritza, le Vardar, lc Kara-Sou. 
Ethnographic tresmllangec. En geographic politique 
on designe sous le nom general d'Etat* des Balkans : 
la Roumanit. la Serbie, la liosnic et YHerze'g ovine. 
le Monltnigro, la Bulgaria, la Turquie ct la Grtcc. 
V. ces mots. 

BAU&H, t. du Turkestan afghan, sur la riviere 
Deriaz; 2.500 h. C'est lantique Bactres. 

BAL.lt ■• [kiss], nom que les auteurs arahes don- 
nent a la celcbre reine de Saba, qui vint visiter 
Salomon. 

BALLAifCBB (Pierre-Simon), ecrivain mystique, 
ne a Lyon, un des amis de M»« Recamier, auteur des 
Etsait de paling&niri* sociale (1776-1847). 

■ALLARAT [ra], v. d'Australic, prov. de Victoria ; 
44.000 h. Mines dor. Metailurgie. 

BAIXBBBY.ch.-l. de cant. (Calvados), arr. de 
Bayenx, sur la Dromme; 1.0S9 h. Dentelles. 

BALUBBTBBOII [ro$s], (don Francesco), general 
espagnol, ne k Saragosse, un des chefs de l'insur- 
rection contre le gouvernement arbitraire de Ferdi- 
nand VII; m. a Paris (1770-1832). 

BA1ABN, ch.-l. de c. (Sarthc), arr. du Mans, pros 
de l'Orne Saosnoise; 1.630 h. 

BALI.OHI B*AE,sjaCB, monUgne au sommet ar- 
rondi, situec dans les Vosges meridionales, entrc le 
depart, des Vosges ct 1'Alsace; 1.250 m. 

BALIX (Theodore), architectc francais. ne a Paris ; 
a construit 1'egliiw de la Trinite, ft Paris (1817-1885). 

BALMAT \ma] (Jacques), guide de la vallee de 
Chamonix, n£ a Chamonix. En 1786, il atteignlt le 

Sremicr la plus haute cime du mont Blanc ; mort dans 
*s glaciers de Sixt ou il esperait trouvcr une mine 
d'or (1762-183V). 

■ALMS (col de), dans les Alpes. entre la vallec 
de l'Arvc et celle du Rhone, a 2.20V m. d alt. Pas- 
sage tres frequent*. 

BAUBBM [miss] (l'abbe Jacques-Lucien). ecrivain 
et philosophe espagnol, ne a Vich, en Catalognc 
(1810-18482. 

,AI_. celcbre residence royale anirlaiic. 




cnataau <u Balmoral. 



en Ecosse, sur lc flcuve cdtier la Dec. Beau chateau 
construit en 1855. 

BaUawo (Joseph) ou Me" moires Wun mtderin, ce- 
lcbre roman d' Alexandre Dumas pcre, dont Caglios- 
tro est le heros (1846), o3uvre amuaante, inais dans 
laquelle se trouvo un melange abusif dc la fantaisic 
et de l'histoire. V. Caoliostro. 

BALTAHD Uar] (L.-Plerrc), architectc et graveur 
francais, ne a Paris, a construit le palais de justice 
de Lyon (1764-1846). — Son (Us Victor, architectc n6 
a Paris (1805-1874) fit construire les Halle* centrales 
de Paris. 

BALTHAIAB, (lis du dernier roi de Babylone, 
d'apreB la Bible. Lorsque Cyrus, roi des Perses, assie- 
gea Babylone ft la tetc dune armeo formidable, Bal- 
thazar, qui la defendait au nom de son p*re, con- 
flant dans la force de ses muraillcs, so riait des 
efforts de son ennemi et oubliait, au milieu des fes- 
tins, les ennuis d'un long si6ge. La Bible (Livre de 



SO — BAN 

Daniel) raconte qu'une nuit. pendant qu'il eelebrait 
avec les grands de sa cour la fete des Ssvceea, il t« 
fit apporter, par une forfanterie d'impiete, lea vases 
■acres que Nabuchodonosor avail jadis exile*** da 
temple de Jerusalem. Cette profanation etait A peine 
commise, que l'impie vit apparaltre avec epouvante 
une main qui tracait sur la muraille, en traits de 
flamme, des caracteres mystcricux, que ni Balthazar 
ni les mages ne purent lire. Le prophete Daniel 
ayant etc appele : « C'est Dieu, dit-U au roi, qoi a 
envoye cette main, et voiei ce qui eat ecrit : laane. 
Thecel, Phares, — Mani, Dieu a compte les jours de 
ton regne. et il en a marque la fln ; Thictl* taaiete 
mis dans la balance et tu as etc trouve trop leger . 
PharCs, ton royaume sera partage. > La mesne nuit. 
en effet, Cyrus, ayant reussi a detoorner le conr* de 
rBuphrate, penetra dans Babylone par la lit deasecne 
du tfeuve ; Balthazar rat tue et la Chaldee renaie a 
l'empire perse (538 av. J.-C.). On appelle festin de 
Balthazar tout repas copieux et bruyant ; et Ton Out 
souvent allusion aux paroles mysterieuses et tragi- 
ques que traca devant Balthazar la main iaeoanue. 

BALTIMBBB, v. des Etats-Unis d'Ameriqoe Ma- 
ryland), sur le Patapsco; 531.000 h. Port tres actif ; 
metailurgie, cereales. 

BALTlfUB (mer), fonnee par lAUantiqoe. Ge- 
ndralement peu profonde. tres peu salee. sans soa- 
rees notables, sujette souvent k geler, die comxaa- 
nique avee la mer du Nord par le Sund, le Cattegac. 
le Skager-Rak, et forme, entre la Suede et la Ruasc. 
le golfe de Botnie. Bile baigne la Russie, l'Aik- 
magne, le Danemark et la Suede. 

BALCB (cardinal Jean de La), ni pres de Moat- 
morillon, ministre de Louis XI, enferm* par ordre 
de ce roi dans une cage de fer de 1469 ft 1*80, pour 
avoir conspire avec Charles le Temeraire. Un histo- 
rien a dit de lui que • de tons les vices il ne lui saaa- 
quait que l'hypocrisie » (1421-1491). 

BALt SB (Etienne), historiographe francais. nc k 
Tulle, bibliothecaire de Colbert (1630-1718). 

BALSAC [zak] (J.-L. Guez de), ecrivain francais. 
n4 a Angouleme, auteur de Lettres tres appreoeea. 
du Socrate Chretien, de YArUtippe. Genie oratoire sa 
peu emphatique, 11 a neanmoins beaucoup coctribue 
au progres de la langue (1594-1654). V. Lettre*. 

BALBAC (Honore de), ecrivain francais, brillaat 
et tres fecond, nc k Tours, 
auteur de la Comidie hu- 
maine, serie considerable 
de romans remarquables , 
malgri certaincs imperfec- 
tions de style et la minutie 
de quclques descriptions, 
par la verve pittoresque, la 
puissance d'observation, le 
sentiment saisissant de la ' 
realite, la fecondite de l'i- 
magination, la peinture fine 
et profonde des passions 
humaincs; les principaux Q 

dc ces romans sont : Eugi- u*i»ac 

«i'e Grandet, le Pert Goriot. la Recherche de r«A- 
solu, lee Illusion* perdues, Un minage de garden. !e 
Lys dans la ValUe, Splendeurs et miser** de* antrtt- 
sancs, Cisar BiroVeau, la Cousine Bette. le Cmaut 
Pons. etc. (1799-1850). 

BAMAKO, autref. B.4BJAKBI7, v. du Socdaa 
francais, poste sur le Niger ; ch. de f. de Karcs a 
Koulikoro ; 2.500 h. ' 

BAMBBBG, v. de Baviere ; sur la Regnitz, affi 
du Mein ; 42.000 h. Industrie acUve. 

BAMBOCMB (Pierre van Laar, dit le\ peintre hol- 
landais, ne k Laaren (Uollande-septentrionaleL U a 
donne son nom (bambochades) aux scenes populaires: 
qu'il excclla k representer (1613-1673). 

■AMB9VM, pays d'Afrique (Senegal^ entre le 
Baling et la Falonie. Giscments d'or, fer, cuivre 
sous le protectorat de la France. 

BAMBYCB. ano v. de la Syrie, sur l'Euphrate 
actuellemcnt Membidsch. Ruines heteennes. ' 

banat [nd], nom donne k la partie meridionak 
de la Hongrle, dans la region des con fins militaires. 
BAJVCO ou BAJVBl'B, gouvemeur sous Duncaa! 
roi d'Ecosse (xt« siede). II resta spectateur muet 
du meurtre de son maltre par Macbeth. Daas la 
suite, il devint lui-raeme suspect au meurtrier. 




Digitized by VjOOQlC 



BAN 



— 1161 — 



BAR 



qui le fit egorger au milieu dun repas, caperant 
ainsi jouir en palx de eette couronne teinto de sang. 
Dans sa tragedie de Macbeth, Shakspcare a tire an 

grand parti de cette aventure dramatique. Au milieu 
'un festin donne a toute sa cour pour ceJebrer son 
annirersaire, une place reste inoccupee, ou tout a 
coup apparatt l'ombre de Banco, qui n'est visible 
que pour le meurtrier. Ce spectre epouvante Mac- 
beth, et tous les convives croirnt qu'il a perdu la 
raison. Les ecrivains font de frequentes allusions 
a l'ombre de Banco, gloquente et dramatique per- 
sonniflcation du remords. 

RAJVCRBFT (George), ccrivain et homme d'Etat 
amtricain, ne a Worcester (Massachusetts), auteur 
d'une belle Bistoirt des E tats- Unit (1800-1891). 

RA1WBA (tie*), groupe d'lles dans l'archipel des 
Moluques ; aux Hollandais ; environ 10.000 h. ; donne 
son nom a la mer de Banda. 

■••de ■•!?•, societe de spcculatcurs, qui ache- 
taient les chateaux et les monuments aprcs la Revo- 
lution, pour les demolir et en vendre les materiaux. 
Le mot a passe dans la langue pour designer toute 
association d'hommes d'affaires malhonnctes. 

BAlfBRLLO (Matteo), conteur italien, ne a Cas- 
telnuovo, pres de Tortone. Le roide France Henri II 
le fit eveque d'Agen (1480-1561). 

BAlfDilfBULI (Baccio), peintre et sculpteur 
florenUn (1493-1560). 

BAWBlWl(Ange-Marie), erudit et litterateur 
italien, ne a Florence (1726-1803). 

■ANBB [ner] ou RAlflVBR (Jean-Gustave), gene- 
ral suedois, ne pres de Stockholm, se disting'ua pen- 
dant la guerre de Trente Ans et remporta, en 1639, 
la victofre de Chemnitz (1598-1641). 

RAIVFF, v. d*Ecosse, port sur la mer du Nord ; 
7.500 h. Ch.l. du comte de Banff, peuple de 64.000 h. 

■ATOAL0RB v. de l'Inde (Etat de Mysore) : 
180.000 h. 

RABOKBK. ou BA1VMBK, capitale du royaurae 
de Siam, pres l'emboucbure du M6nam ; 600.000 h. 
lvoire, nz. 

BAKCpOHBOLO, grand lac de l'Afriquc australo 
auS.-O. du lac Tanganyika. Ce»t le reservoir leplus 
meridional du Congo. 

BANIALOCKA, v. de l'Herzegovine, sur le Ver- 
bas; 13.700 h. 

BAlfMA ou BANCA, He de l'archipel de la Sonde, 
a l'E. de Sumatra; 86.000 h. 

■AXKl (Joseph), savant naturalistc anglais, com- 
pagnon de Cook (17*4-1820). 

BANIVALBC [/**], ch.-l. de c. (Finis tere), arr. de 
Quimperle; 6.000 h. Ch. de f. O. 

BAJVOlf, oh.-l. de c. (Basses-Alpes), arr. de For- 
calquier, sur le Calavon, affl. de la Durance; 1.040h. 

Baaqaes (le), dialogue de Platon, on l'auteur ca- 
racterise d'une manlere frappante la doctrine ele\<e 
et l'eloquence populaire de Socrate. Le sujet en est 
l'amour. Vive peinture des caracteres, mouvement, 
vari*te, progression du comiquc au serieux et du 
serieux au sublime, tels sont les merites de cette 
composition (iv« s. av. J.-C). 

Banquet (le), ou Dialogue sur la beautt, ouvragc 
de philosophic morale, par Xenophon ( iv« s. av. J.-C). 

Baaaaet daa •aphiasaa (le), ou des savants, ou- 
trage d'Ath6nee, rempli de renseignements curieux 
sur rancienne literature grecque (u« s. ap. J.-C.). 

Baaawet da la garde clvlqae (le), chef-d'oeuvre 
de Van der Heist, musle d' Amsterdam ; vingt-quatre 
personnages y sont reprtsentcs, en pied et de gran- 
deur naturelle. 

BAWTAM [tarn'], v. de l'ile de Java, cap. d'un 
anc. royaume, auj. ruin*. 

BAJf VI1XB (Theodore de), poete francais, ne a 
Moulins, un des chefs de l'ecole des parnassiens, 
auteur des Odes funambulesques, de Gringoire ico- 
medie), etc., oeuvres d'une forme scrupuleuse, d'une 
versification curicusement ciselee (1823-1891). 

BAJVTl-LBHIUB-MBB, c des Pyrenees -Orien- 
tales, arr. de Ceret; 3.120 h. (Banyulens ou Banyu- 
lais). Port sur la Mediterranec, a l'emboucbure du 
Batloury. Vins renommes. 

RABUR-LORMIAlf (Pierre), poete francais, ne a 
Toulouse, traducteur des Poetics d'Ossian (1770-1854). 

BAPAUMK [pd-mel ch.-l. de c ( Pas- de-Calais j, 
arr. d' Arras; 3.120 h. (Bapaumois). Ch. de f. N. 




Victoire de Faidherbe sur les Pru salens les Jet 3 Jan- 
vier 1871. 

Rapteme du Chrial. tableau de Raphael, loges du 
Vatican; — de Paul Veronese, musee Br6ra, a Mi- 
lan; — de Rubens (Malines); — de Nicolas Pous- 
stn, etc. 

BAB. V. Baerois. 

BAB (Le). ch. 1. de c. (Alpes-Maritimes), arr. de 
Grasse; 1.300 h. Huilcs. 

BAR A (Joseph), enfant celebre par son hcrolsme, 
ne&Palaiseau (Seine-et-Oise), en 
1779, tu6 pres de Cholet en 1793. 
II avait suivi, comme hussard, le 
general Desmarres, dans l'armce 
republicaine. Pris dans une era- 
buscade et sorame de crier : « Vive 
le roi ! » il repondit par lc cri de : 
« Vive la Republique ! » et tomba 

Sercd de coups. La Convention 
dcreta que le buste du gloricux 
enfant serai t place au Pantheon et 

Ju'une gravure reprdsentant son 
evouement patriotiquc serait en- 
voyec a toutes les ecoles prim ai- 
res. Le celebre sculpteur David 
d' Angers cxposa la statue en mar- 
brc dujeune hiron au Salon de 
1829. Une statue en bronze, oeuvre "•**• 

d' Albert Lefeuvre, a ete drigee a Palaiseau en 1881. 

RARARRAB ou RARRARAB [bass], Juif qui, 
lorsque Jesus fut conduit devant Ponce-Pilate, se 
trouvait detenu dans les prisons pour crime de sedi- 
tion et de meurtrc. Lorsque Ponce-Pilate propoea 
aux Juifs de choisir entrc Jesus et Barabbas, pour 
que l'un d'eux fut d41ivr£ a l'occasion de la fdtc dc 
Paque. le peuple prefer a ie meurtrier a l'innocent, 
et Barabbas echappa ainsi au supplicc. Le nom dc 
Barabbas a passe dans la langue comme synonyme 
de personne d une figure rebarbative, d'un aspect sau- 
vage et me°chant : e'est un Barabbas, rest une figure 
de Barabbas, et Ton fait souvent allusion, en lite- 
rature, k l'ignorance du peuple. dont la justice est 
parfois aveugie, et qui prifire Barabbas a Jisus. 

RARAVfJAY-D'HILLlRRB \ghe-di-li-4] (Louis), 
general francais, n6 a Paris (1764-1812). — Son (lis 
Achillk. mai-^chal de France, ne k Paris, prit Bo- 
marsund aux Russes (1854) et vainquit les Autri- 
chiens (1859) k Melegnano (1795-1878). 

BARAIL f Francois-Charles du), gdn^ral francais, 
ne a Versailles, auteur de Souvenirs d'un grand 
interet (1820-1902). 

BABAWTB (baron Guillaumc-Prosper de), histo- 
rien, publiciste et homme d'Etat francais, ne a Riom, 
auteur d'une bonne Histoire des dues de Bourgogne 
(1782-1866). 

Baratarla ({le de), lie imaginaire dont Sancho 
Panfa, <icuyer de l'illustre don Quichotte, obtient le 
gouvernement, et ou il eprouve. au milieu d'incidents 
plus comiques les uns que les autre a, tous les d£sa- 

Srements attaches a la puissance. Les ecrivains font 
e frequentes allusions a cette royaute 6phemerc du 
compagnon du chevalier dc la Triste-Figure et sur- 
tout a la bonhomie doublce de finesse avec laquelle 
11 rendait la justice. 

BARATlBR [tvi] (Jean-PhlUppe), enfant prodige 
ne en Allcmagne d'une famillc de refugie's francais. 
D'une precociie extraordinaire, il composa a neuf 
ans un dictionnaire h6breu et fut, a dix sept ans, 
nommc magister de l'universiti de Halle (1721-1740). 
BARBABB (la), la plus importante ct la plus 
prosp*re des petites Antilles ; aux Anglais ; 191.000 h. 
Cap. Bridgetown. 

BARBAMBGRB (Joseph), general francais, ne a 
Pontacq (Basses-Pyrenees) [1772-1830), connu par sa 
belle defense de Huningue, ou, avec 135 hommes, 11 
Unt tete k 30.000 Autrichiens (1815). 

Rarbarea. Les Remains, qui sostimaiont le pre- 
mier peuple du monde, appelaii*nt Barbaren tous l»*s 
peuplcs rest6s en dehors de leur civilisation. L'his- 
tolre a conserve ce nom pour designer les bandes 
armdes qui, du m« au vie sh'clcdc noire ere, envahi- 
rcnt 1'empire romain, renvcrs^rent les empereurs 
d'Occldent, et fondercnt sur les mines dc leur em- 
pire des Etats plus ou moins durables. Le plus grand 
nombre de ces barbarcs appartcnait aux races ger- 



Digitized by VjOOQlC 



BAR — 11 

maniques (Francs, Burgondes. etc.) : Slaves ou go- 
thiques (Su*ves, Vandalcs, etc.); dautres, commc 
lea Avares, lcs Magyars ou llongrois, etaicnt dc race 
ouralo-allalque. Alaric, Genseric, Th^odoric, Ataul- 

Ehc, furent leurs principaux chefs. Ce furent lcs 
[uds qui, faisant irruption dans l'Europe oricntale, 
donnerent l'impulsion au monde barbare ct le preci- 
piterent sur l'empirc romain. V. invasions. 

BARB A mi E ou STATU BARBARBfSOl KM , 
nom donne jadis auz regions de l'Afriquc du Nord : 
Maroc, Algerie, Tunisie, la regence de Tripoli. 
(Hab- Barbaresques.) 

BAEBAKIGO, faraille venitienne, qui a fourni 
un doge et plusieurs cardinauz. 

BARRAHO (Francois), hommc d'Etat et oratcur 
venilicn (1398-1454). 

BARRAROli'I (Charlos-Jcan-Marie), convention- 
nel girondin, ne a Marseille, dec"upite a Bordeaux 
(1767-1794). 

BARBARA!!, ch.-l. de c (Haute-Garonne), arr. 
dc Saint-Oaudens ; 430 h. Eaux mincralcs. 

BARBARAS (Arnauld-Guillaume), general fran- 
cais, ne a Tarbes. II s'illustra sous les regnes de 
Charles VI et de Charles VII ct fut Burnoinm6 lc 
Chevalier sans peur (1360-1431). 

RARBE (sainte), de Nicomedic (Asle Mineure), 
vierge ct martyrc pendant la persecution de Maxi- 
min. Patronne des artilleurs et des pompiers. Fete 
le 4 decern brc. 

Barbe (college Sainte-), celebre college fondo a 
Paris en 1430, pr6s du Pantheon. 

Barbe-Bleue, nom du principal personnage ct 
tltre dun conte de Perrault. Barbe-Bleue, ainsi 
nommc a cause dc la couleur dc sa barbe, a deja 
6gorge six d-pouses ct va fairc subir le meme sort a 
la septicme, lorsque celle-ci est dclivree par ses 
frercs, qui tuent lc sanguinairc marl. V. Anne. 

Barbe-Bleue, opera bouffe en trois actes, paroles 
de Henri Meilhac et Ludovic HalAvy, musique d'Of- 
fenbach (1866). 

BARBBHRARBOIM (Francois, marquis de), n6 a 
Metz, president de la Cour des comptes, ministre des 
Finances sous 1'Emnire et la Restauration (1745-1837). 

BARRKRIIVI. illustre famillc florentine, dont un 
des membres, le cardinal Maffko Barberlui, fut elu 
pape sous le nom d'Urbain VIII. 

BARBBROllflftB, nom de deux frercs, fameux 
pirates, maltreB d' Alger : le premier, Aaounj. fut tue 
devantTlemcen par lcs Espagnols 
(1518); Je second, KnAiR-Eu-DlN, 
amiral des (lottos de Soliman I", 
mourut en 1546. — Le surnom de 
Barberousse a ete donne! k l'em- 
pereur d'Allemagne, Frederic I«r. 
V. Fr£d£ric. 

BARBBS (Armand), hommc 
politique francais, ne. a la Pointe- 
a-Pitre (Guadeloupe). Bepresen- 
tant du pcuple (1848), il fut sur- 
norame' le Bayard de la democra- 
tic Emprisonne' en 1849, il fut 
rendu h la liberte. en 1854, s'expa- 
tria volontairement el mourut a La Haye (1809-1870). 

Barbels, nom donne aux Vaudois du Dauphine. et 
du Pie.mont, et aux protestants des Cdvenncs (xvi« 
et XVH* s.). 

BARRRV B'AIRBVILLV (Jules), litterateur fran- 
ca is, ne. a Saint-Sauveur-le-Vicomte (Manche); autcur 
des Diaboliques, et deB romans : le Chevalier des 
Touches ; line vieille Mattresse, etc. Talent original 
et excessif. parfois brutal, mais plein de verve et 
d'eclat (1808-1889% 

BARBKl'RAC(Jean),moraliste etpubliciste fran- 
cais, ne* h Beziers (1674-1744). 

BARRKZIEII, ch.-l. d'arr. (Charente), pres lc 
Treflo, s.-affl- de la Charente ; 4.100 h. (liarbezitiens). 
Ch. de (. Et., a 34 kil. S.-O. d'Angouleme. Eaux-dc- 
vie, truffes. L'arrond. a 6 cant., 80 comm., 42.645 h. 

BARBBZIK1X (marquis Louis de), His dc Lou- 
vols, ne a Versailles. II rut a vingt-trois ans ministre 
de la Guerre (1668-1701J. 

BARBIE DU BOCACiB (Jean-Denis), geographe 
francais, n« a Paris (1760-1825). 

BARBIBR (Kdmond-Jean-Francois), avocat au 
parlement, ne a Paris, autcur dun precioux Journal 




! - BAR 

historique et anecdotique du regne de Louis XV 
(1689-1771). 

BARBIBR (Antoine-Alexandre), aavant biogra- 
phe francais, ne a Coulommiers, auteur da Dictum- 
naire des ouvrages anonymes et pseudonym** 17C- 
1825). 

BARBIBR (Henri-Auguste), poete francais. ne a 
Paris, auteur des Jambes, poemes dune Terve ehande 
et un peu crue (1805-1882). 

BARBIBR (Jules), auteur dram&tique francais. 
ne k Paris, a donne, des drames et lee livreu de 
Gala tie, les Noces de Jeannettc, Faust, Romeo ex Ju- 
liette, etc. (1822-1901). 

BARBIBR BB REOARD ( Casimir- Adriefl !, 
orientaliste francais, n6 a Marseille en 1827. 

Bar bier de fJcvllle (le), comedie en quatre actes. 
en prose, de Beaumarchals ; type parfait de la co- 
medie d'intrigue ; chef-d'oeuvre d* entrain, de malice 
satirique et de grace; representee en 1775. 

Barbler de Mevllle](/e), opera bouffe en quire 
actes, un des chefs-d'oeuvre de Rossini (1816;. Parti- 
tion etincelante d'inspiration et de verve, style gra- 
cieux, orchestration delicato et variec- 

BARBOTAJV, localite du Gers, comm. de Caxas- 
bon (arr. de Condom) ; 606 h. Eaux ferruginecue*. 

BARBOIDE {la), Qe des Antilles aaglaiaes; 
1.000 h. 

BARCA, surnom donne. a divers membres daw 
famille carthaginoise a laquelle apparteaaieat Asai> 
car, Asdrubal, Annibal. Ce mot signide eclair. 

BARCBLOIVB, v. et beau port d'Bspagme. sw la 
Mediterranec, pres de 1'embouchure du Llobregat; 
capit. de la Catalogne et de la pro v. de BarceldSK . 
533.000 h. (liarcelonais). Bons vina. La prov. de Bar- 
celone a 1.054.600 h^ 

BARCBl^OlVTVETTB, ch.-l. d'arr. (Ba&sea-Alprsi 
a 84 kilom. de Digne. sur l'Ubaye. art. de la (Hi 
ranee ; 2.400 h. (Barcelonnettains). Pa trie du depsse 
Manuel. L'arrond. a 4 cant., 20 comm., 13.940 h. 

BARClLLBXIVBTTB.ch.-l.de c. (Hautea-Alpnu 
arr. de Gap, sur la Beoulle, affl. de la Duraac« 
250 h. 

BARCLAY BB TOLLY (Michel), general roue, 
ne en Livonie, d'origine ccossaise, habile adrrrsaire 
de Napoleon I" (1761-1818). 

BARCBCHBBAfS (Fils de r«f(oi7e). impo«tear i«if 

3ui se fit passer pour le Messie sou* le res»e CA- 
rien; il fut tu6 en 135. 

B*rdea. poetcs nationaux des peuples de race 
catholique (Gaulois, Bretons, Irlandaic. Bec^sau : 
ils celebraient, en s'acoompagnant aur la lyre, la 
gloire des dieux et des heros dan a les fetes refe- 
gleuses, et ils excitaient les goerriera au combat 
par le chant de guerre ou bardit. Lea plus celebre* 
sont Fingal et son fils Ossian. 

Bardea aagJala et eriilques ee— — Ja. violeate 
satire de Byron contre ses censeura litteraires (1MB; 

BARBBE4AMB. heresiarque du it* aiecle, dost la 
doctrine se rapprochait du gnosticisme. 

BARBOl'X (Ag6nor), homme politique et hiate- 
ricn francais (1829-1897). 

BAREUES, village des Hautes-P\reneea. coaas. 
de Betpouey, sur le Bastan. affl. du gave de Pav 
Les habitants (Barigeois) emigrent pendant llnver. 
Eaux thermales sulfureuses 
renommees, hopital militaire. 

BARBLI ou BARBlLLY, 
v. de l'lnde anglaise (Rohil- 
kand); 131.500 h. 

BARBirroiV, ch.-l. de c. 
(Manche), arr. de Mortain; 
2.100 h. Patrie de Postel. 

BARB1VTB ( Guillaume ) , 
cdlcbre navigateurhollandais. 
qui decouvrit la Nouvellc- ' 
Zemble (vers 1560-1597). 

BARERB BB V IK IK AC 
(Bertrand), fameux conven- 
tional, ne a Tarbes. membre !•««*. 
du comity de Salut public, surnomme rAnaert\m de 
la guillotine (1755-1841). 

BARFAROIMCH ou BALFRBIBTII, vflle dc 
Perse, pres de la mer Caspienne ; 10.000 h. Grand 
commerce. 

BARFLBCR, port sur la Manche, pres la. poiaU 

Digitized by VjOOQIC 




BAR — ] 

de Barflcur, extrAmite E. de la presqu'ile du Coten- 
tin; 1.200 h. Petit port. Patrie de labb6 de Saint- 
Pierre. C'est de Barflcur que Guillaumo le Conque- 
rant partit ft la conquetc de l'Angletcrre. 

BARI. v. forte du royaume d'ltalie, ch.-l. de la 
province de ce nom ; port sur l'Adriatique ; 60.600 h. 

RARIULOJV (Paul), marquis de Br\noes, diplo- 
mat? francais (1630-1691). 

BARJAC [jak], ch.-l. de c. (Gard), arr. d'Alais ; 
1.600 h. Murlers, soie, bouillc, eaux niinerales. 

RARJOLM [>/], ch.-l. de c. (Var), arr. de Bri- 
gnoles ; 2.300 h. Huile. papeterie, roarbre. 

BARKER [ker] {lady), femme de leltres et voya- 
geuse anglaise, nee a la Jamarque vers 1835. 

■AHLAAM (Bernard), savant helleniste de l'ordre 
de Saint-Basile ; m. en 1348. 

BAR-LB-BfJC, ch.-l. du dcp. de la Meuse, but 
rOrnain, s.-affl. de la Marne; 17.700 h. (Barisiens). 
Ch. de f. E., a 25V kil. E. de Paris. Bonneteric, con- 
fitures, vins. Patrie de H. de Guise, des marechaux 
Oudinot, Exelmans. L'arr. a 8 cant., 130 comm., 
78.000 h. 

BABLETTA, v. forte d'ltalie, prov. de Bari ; 
33.600 h. Port but l'Adriatique. Commerce actif. 

■AllOW (Joel), diplomats et poete americain, 
ne a Reading (Connecticut). La Convention lui ac- 
corda le titre de citoyen francais (1755-1812). 

BABXOW (Pierre), savant anglais, ne A Norwich, 
autour de beaux travaux >ur le magnetisnie et 1'as- 
tronomie (1780-1862). 

BARMECIDE*, famille de vizirs celebres sous 

Elusieura califcs de Bagdad. Le dernier de scs mem- 
res, Giafar, tomba en disgrace et fut mis a mort 
en 803. La Harpe a consacre aux Barmecides une 
tres mediocre tragedie (1778). 

■A BMB.\ [menu v. de la Prusse rhenane, surla 
\S f upper, en face d'Elberfeld ; 142.000 h. Metallurgie. 
■ABXAIB (saint), un dcs douze apotres. Fete le 
11 juin. 

Raraablte*, ordre religieux, fonde A Milan vers 
1530, et constitue deflnitivement par saint Charles 
Borromee en 1579. 

RARKAOCLh, v. de la Siberie, sur l'Obi ; 19.000 h. 
Mines. 

RAR1VAVB (Joseph), celebre orateur de 1' Assem- 
bled conetituante, du parti dcs girondins, ne A Gre- 
noble (1761), decapite en 1793. 

BARXKVEI.T ou BARXETF.LDT (Jean VAN Ol- 
df.s), grand pensionnairc de Hollande, ne vers 1549, 
un des fondateura de la rlpublique des Provinces- 
Unies, mort sur l'echafaud par ordre de Maurice de 
Nassau (1619). 

BARXEV1IXE, ch.-l. de c. (Manche). arr. de Va- 
lognes ; 850 h. 

BABSII (Jules), philosophe et homme politique 
francais, ne a Lille (1818-1878). 

RARWCM [nom'], charlatan americain, dont le 
nom a passe dans toutcs les langues comme syno- 
nyme de spcculateur audacicux, d'exhibiteur excen- 
trique (1810-1891). 

RAROCH ou BROACH, v. de l'lndc anglaise 
(Bombay) ; 40.000 h. 

BAROCRB (Federigo-Barocci, dit), celebre peintre 
religieux italien. ne a Urbino (1528-1612). 

BAROCRB (Pierre-Jules), homme d'Etat francais, 
n«i a Paris, ministre de Napoleon III (1802-1870). 

RAROBA ou RRODBRA, v. de i'lnde anglaise ; 

capit du Gaikovar ; 103.800 h. Commerce important. 

BAROB (Michel), celebre acteur et auteur comi- 

quc francais, de la troupe de Molierc, ne a Paris 

(1653-1729). 

RAROXIC* [uss] (le cardinal), general de la con- 
gregation de l'Oratoire, auteur d' Annates eccltsias- 
liquet de grande valeur (1538-1607). 

Ma»a,a« da Baato (la) chef-d'oeuvre d'Eugene 
Delacroix (1822), musee du Louvre; ce tableau fit 
6poque dans l'htstoire dc l'art contemnorain. 

■ARR, ancien ch.-l. de c. (Bas-Rhia), arr. de 
Schlestadt ; 5.700 h. Cede A l'Allcmagne. 

BARRAB [rass] (Paul, vicomte de), conventionncl, 
puismembrc du Dircctoirc; ne A Fox-Amphoux (Var). 
Auteur de Me'moires interessanta, sinon toujour* 
▼dridiques (1755-1829). 

BARBB, ch.-l. de c. (Lozfcre), arr. de Florae ; 530 h. 
MARRBMB, ch.-l. de c. (Basses- Alpes), arr. de 



63 — BAR 

Digne, au confluent des deux Asses de Blieux et de 
Clumane, affl. de la Durance ; 820 h. Soufrieres, draps. 

BARRBHB ( Bertrand-Francois ), arithmeticien 
francais, n6 A Lyon, auteur du Livre den Comptes 
fails (1640-1703). Son nom a passe dans la langue. 
V. bareme. 

BARRRM [ress] (Maurice), litterateur francais, 
n6 & Charmes (Vosges) en 1862. 

BARRIAII [ass] (Joseph), peintre francais:. ne A 
Paris en 1822. — Son frere, Louis-Ernest, statuaire 
francais, ne A Paris, artiste vigoureux et adroit 
(1841-1908;. 

Barrleaaea (Journies des). La 1", le 12 mai 1588, 
fut une manifestation des Ligueurs contrc Henri III ; 
la 2«, le 27 aout 1648, commenca les troubles de la 
Fronde. — Au xix« siecle, des barricades ont dta" 
elevees dans les rues de Paris, lors des insurrections 
de juiUet 1830, de fevrier et de juin 1848. en deccm- 
bre 1851 et pendant la Commune (1870-1871). 

BARRIERS (Pierre), romnu vif A Melun en 1593, 
pour avoir voulu assassiner Henri IV. 

BARRIERS (Theodore), auteur dramatique fran- 
cais. fecond et vigoureux ecrivain, auteur des Filles 
de Marbre, de YHiritage de M. Plumet, les Faux 
Bonshommes, etc. Ne A Paris (1823-1877). 

BARROIM [ba-roi] ou duchi de Bar, anc. pays de 
France cntrc la Lorraine et la Champagne, baigne 
par la Meuse. (Hab. Barisiens.) Ch.-l. Bar-le-Duc. 
Annexe deflnitivement en 1766. 

BARROT [ba-ro] (Odilon), avocat et homme po- 
litique francais ; ne A V ill e fort (Lo7.«re) [1791-1873). 

■ARROW (Isaac), philologuc, mathematicien et 
theologien anglais (1630-1677). 

BARROW IX rCRNBlMi, v. d'Angleterre, comte 
de Lancaster ; 57.600 h. Port actif sur la mer d'lr- 
lande. 

BARRY (Jeanne Becu, conitesse du), favorite de 
Louis XV, nee A Vaucouleurs, decapitee sous la 
Terreur (1743-1793). 

BARRY Charles), architecte anglais, n6 et mort 
A Londres (1795-18G0). 

RARHAC [sak], c. de la Gironde, arr. de Bordeaux, 
sur la Garonne ; 2.960 h. (Barsacais). Ch. de f. M. 
Vins blancs. 

BAR-fJl'R-AVBE, ch.-l. d'arr. (Aube) : ch de f. E., 
A 53 kil. E. de Troyes. sur l'Aube; 4.600 h. (Bar-sur- 
Aubois ou Barisiens). Grains, vins. L'arr. a 4 cant., 
88 comm., 34.000 h. 

BAR-MI R-MEIKE, ch.-I. d'arr. (Aube) ; ch. de f. 
E., A 30 kil. S.-E de Troyes; 3.150 h. (Barrois ou 
Bar-Siquanais). Vins. Victoire de Macdonald sur les 
Autrichiens en 1814. L'arr. a 
5 cant., 84 com., 38.220 h. 

BART [bar] (Jean), celebre 
mar in, ne A Dunkerquc. 11 ser- 
vit d'abord sous Ruytcr en 
Hollande; mais lorsque cette 

Euissance fut en guerre avec la 
ranee, Jean Bart revint dans 
sa patrie et s'illustra comme 
corsaire par sa bravoure et ses 
briUants exploits. Louis XIV 
le fit venir A Versailles, ou t 
la simplicite de ses manieres 
amusa les courtisans, lenom- 
ma capitaine de vaisseau, lui J **° BarU 

donna des titres do noblesse et le grade de chef 
d'escadre. II mourut d'une pleuresie (1650-1702). 

RARTET [tft] (Jeanne-Julia Reonault, dite), ac- 
trice francaise. nfceAParis en 1854. 

RARTH (Henri), explorateur do l'Afrique cen- 
trale, ne A Hambourg (1821-1865). 

BARTHE-BB-WBliTB (La), ch.-l. de c. (Hautcs- 
Pyrenees), arr. de Bagneres-de-Bigorre ; 570 h. 

■ARTBBLBRY (saint), un des douze apotres, 
martyr. Fete le 24 aout. V. Saint-Bartuelsmt. 

BARTRBLBMY (I'abU Jean-Jacques), litterateur 
et erudlt francais, n6 a Cassis (Bouches-du-Rh6nc), 
auteur du Voyage du jcune Anaeharsis en Urtce. 
(V. Anacharsis.) (1716-1795 ,. 

BARTRBLBMY (Francois, marquis de), homme 
politique francais, ne" A Aubaene, membrc du Direc- 
toire. II negocia la paix de Bftle en 1795; d£porte 
apres le 18 frnctidor (1750-1830). 




Digitized by VjOOQlC 



BAR 



r (Auguste-Marseille), poete fran- 
cais, ne a Marseille ; auteur de la Nimisis et d'une 
bonne traduction en vers de YBniide ; fut le colla- 
borateur assidu de M6ry (179U-1867). 

■A RTHBI.KHY - MAI VT - HILA IRK ( Jules ), 
homme politique et pbilosophe francais. traducteur 
des ceuvres d'Aristote, n6 a Paris (1805-1895). 

■4RTHEK (Paul-Joseph), c^lebre niedecin fran- 
cais, ne k Montpellier, preconisatcur du principe 
vital (1731-1806). 

BARTHOLDI (Frederic-Auguste). statuaire fran- 
9ais, ne. a Colniar, auteur de la Libertd eclairant le 
monde et du Lion de Belfort (1834-1904). 

Bsrihsls, personnage du Darbier de Siville, co- 
rn edie de Beaumarchai*. 11 est reste le type du tu- 
teur jaloux et soupconneux. 

RAHTOLE. calibre jurisconsulte italien. nea Sas- 
soferraio (duchc d'Urbino) [1313 ou 1314-1357J. 

BARTOLIBI (Lorenzo), sculpteur italien, ne en 
Toscane (1777-1850). 

BARTOLOHB« (Fra). celebre peintre italien, 
ne pres de Florence (1469-1517). 

BARIC'H [ruk], un des douse petiU prophetes, 
disciple de Jcremie. — Avez-vous lu Baruch r allu- 
sion a une interrogation posee par La Fontaine dans 
les circonatances suivantes : Un jour que Racine 
avait mene le fabuliste a l'offlce du soir. il lui init 
dans les mains un volume de la Bible. La Fontaine 
tomba sur la belle priere des Juifs, dans le prophete 
Baruch. Plein d'admiration, 11 s'empressa da dire a 
Racine : « Quel etait done ce Baruch ? e'etait un bicn 
beau genie ! » Et les jours su 
vants il disait a toutrs les per 
Konnes qu'il rencontrait : Arcs- 
voua lu Barxtch? Depuis, cett« 
interrogation s'emploie quan 
on a l'esprit rempli d'une chos* 

3ue Ton con side re com me un 
ecouvcrte soudaine, et dont o 
reste fortement frappe. 

■a RYE [rt] (Antoine-Louis Jfk 
sculpteur animalier et fondeu 
francais, ne a Paris, un dc 
maitres du genre. Le lion et i 
nrrpent, This&e et le Minotaur* 
le lion ass is sont ses principalc 
aiuvres, d'une extraordinaire vigueur (1795-1875). 

BAH. ch.-l. de c. (Uaute-Loirc), arr. d'Yssingeaux ; 
sur la I^oire ; 2.930 h. Ch. de f. P.-L.-M. Sources 
ininrralos. 

bamedow [dov'] [ Jean-Bernard), moralist* alle- 
mand. ne k Uaiubourg; il tenta de reformer l'educa- 
tion d'apres lea idees de J. -J. Rousseau (1723-1790). 

BAH-BMPIRR. V. Byxantin (empire). 

BAA ILK {Mint), Pere de l'Eglise grecque, eveque 
do Cesaree, auteur de Lettre* ou Epitres savantes sur 
des questions dc doctrine, de discipline et de morale, 
et 1 un des fondateurs du monachisme Chretien (329- 
379). Fete le 14juin. 

HAMII.B l«r, le M«e£dsalea, empereur d'Orient 
dc 866 & 886. — Basile II, empereur d Orient de 976 
a 1025; soumit la Bulgarie (957-1025). 

B**ile. personnage du Mariage de Figaro, come- 
die dc Beaumarchais. II est devenu le type de l'hypo- 
erite complaisant et cupide. Sa devise >< Calumniez, 
calomnier. ; il en rcstera toujours quelquc chose », 
est restee celebre. 

BAMIXICATB, prov. dltalie. V. Potlnza. 

HAN1L1DK, pnostiquc egyptien (n« s. ap. J.-C). 

BtNIMftQIK, uaurpateur de l'empire d'Orient 
en 47G, detrdne par Zeuou Usauricn, qui le fit niou- 
rir de faim en 478. 

RAMI* ou BABIN (Thomas), chroniqueur et 
prelat francais, ne. a Caudebec, un des conseillers 
les plus ecoiites dc Charles VII (1112-1491). 

BANIWK, fenune de Chlldcric I« r ctmeredcClovis. 

BASIRB, conventionne-1, ne a Dijon en 1764, deca- 
pite: en 1794. avec les Dantom<i«-s. 

BAMMIHM ou BACHKIRN, peuplc d'originc 
mongolique, qui habile le S.-K. dr la Russie d'Europe. 

HANNACiB DK BEAIVAL (Jacques), theologien 
protestant, n6 a Rouen (16^3-172 ■>). 

Baaorhe. Lorsque les rois de France habitaient 
le Palais de justice, qu'on nommait Rouvent alora le 
Palais royal, tons les elercs du parlement formaient 




parUi; 



4- - B A S 

une association, nn corps connu sous le nom de W- 
soche; ceux qui en faisaient partie 8'appebuez.i 
clercs de la basoche. Us alisaient on roi. qui avait «se 
cour, des armoiries, et rendait la justice deux fcii 
par semaine, au Pri-aux-Clercs. La basoche presidaa 
aux divertissements publics ; elle donuait des repri- 
sentations theatrales, oul'onjouait des pieces app- 
lies farces, soties, moraine's. Tons les ana, le roi A* 
la basoche passait la revue de ses sujets, a laq»ci> 
Francois !•' voulut assister una fois. Henri 111 sap- 
prima, le Utre de roi de la basoche. 

B f s e he(La), op^ra-comique en trois actesupardei 
d' Albert Carre, musique d' Andre Me&sa^er (iaie . 

BABQVBB [bas-ke], habitants des deux versxst> 
des Pyrenees occiden tales du cot* de la Praace -t 
de TEspagne, en Navarre; ce sont de hardis mueta- 

gnards, qui parlentun idiome special, »-^-— 

sans rapport avee les langues voisines. 
des femmes, on dit plutdt Basquaisem. 

■ABM (ditroit de), entre 1' Australia et la 1 
doit son nom k 1' Anglais George Bass, qui la decca- 
vrit en 1798. Peche du corail- 

BAM MAM (Grs»d-) [saml. comptoir fraacais s> la 
Guinee septentrionale (Cote dl voire) [H. Bssmswu . 

BAMMAlf (Jacopo DA POMTE, dit Is), peiatre italwa 
ne a Bassano, imitateur adroit du CorrVge (tSIO-lSK . 

BAMMABO, v. d'ltalie (Venetie), but U Brer^i . 
14.500 h. Bonaparte y vainquit les Autrielueia i,i:* 
Patrie d'Alde afanuce et du Baasan. 

BAMMANO (due de). V. Ma&ST. 

BAM0B-POIBTB (La), ch-1. de c. de La 51« 
nique, arr. de Saint-Pierre ; 5.000 h. Port sur 1 Ai- 
lantique. 

BAMMBB (La), ch.-l. de c. iNord), arr. de Lu> 
sur le canal de la Bassie ; 4.400 h. Ch.de fer N. Is- 
dustrie active. 

BAMMKE.IN (Olivier), poete du xv« aiecle. +* I 
Vlre ; ses chansons ont ete. publiecs. avec quefafs*^ 
modifications, par Jean Le Houx, en 1610. soat ='■ 
nom de Vaux-ae-Vire. 

BAfMB-TERRB (La), capit. de la Gaad*k>e^ 
10.500 h. (Baueterriens). Evcche. Port as*es ariif 

BAMMIOBY, petit pays de l'ancienne Kraaee. «r 
les deux rives de la haute afarae, aatour de Csju- 
mont, et qui a etc partage en 1790 entre le* depart- 
ments de la Meuse, de 1 Aubc et de la Uaote-Mars-* 

BAS80MPIERRB (Francois de\ niareeaal > 
France et diplomate, ne au chateau dTUarooel iLr- 
raine) ; un des esprite les plus brillants de sos temp 
resta enferme douse ans k la Bastille par ordn? t* 
Richelieu. Ses Mimoires sont d'un tres grand se- 
teret (1579-1646). 

BAMMORA ou BABRA, v. de la Turquie <f A«*. 
sur le Chat-el -Arab ; 18.000 h. C'est le port de B&r 
dad. Dattes, soieries, tapis. 

BABMOUTOM \to*»] ou BAMBB1R 'ni**\ rrt^ 
ethnique important de l'Afrique australe, etshh wr> 
les sources du fleuve Orange. 

BAMMV1IJLB (Nicolas de), diplomate frasrs^ 
ne a Abbeville, assassiue a Rome dans une tsr.v 
populaire (1753-1793). 

BA0TA2V ou BABTAB (vol de), celebre vallc* df 
la Navarre espagnole : elle se prolong* ea Fras^ 
(Basses-Pyrenees). — Torrent des Hautss-Prres^v 
afrt. du Gave dc Pan ; donne son nom a la Talk* < 
Bastan, oU se trouve Bareges. 

BAMTKLICA, ch.-l. de c. (Corse), arr. dAja«»' 
3.600 h. Patrie du marechal Ornano. 

BAMT1A, ch.-l. d'arr. (Corse) ; 25.500 h, Bs*ncs 
Port de mer. place forte. Patrie de Casabass*. 
Salicetti. L'arr. a 20 cant., 94 comm.. 83.30O h 

BAMTIAT [ti-a] (Claude -FrcdeHc). ecoa«aus> 
francais, n^ a Mugron (Landes), defenseur de la 
berte du travail et du libre-e'change, auteor ^» 
Harmonies iconomiques (1801-1850). 

BAMTIDK-DB-MBRBU (La), ch.-l- de c (Arief- 
arr. de Foix ; sur 1' Arize, affl. de la Garonue ; i.S*^ t 
(Bastidiens). Fer, plomb, cuivre. 

BAMTIKV-LBPACSB (Jules), peintre frmacaiv »• 
fi Danvillers, un des meillt-urs represeatss» *- 
l'ecole du plein air (1848-1884). 

Bastille (la), forteresse construite a Paris, i h 

f>ortc Saint- An toinej elle fut commenc.V sous C^ar 
es V par le prevOt Hugues Anbriot en 1370 et ters: 
n<*e en 1383 Elle devint bientOt une prisost €Eu . 



Digitized by VjOOQlC 



BAS 



— lies — 



BAY 




aui rceut, entre autres victimcs illustres, Jacques 
'Armagnac, Bassompierre, Foucquet, 1'IIomme au 
Masque de for, la marouise d<* BrinvUH»«"" '« '*■"» 
d'OrUani, 
Voltaire, Lai 
ly - Tollendal, 
Latude , etc. 
Dc venue com- 
ma le symbo- 
le de l'abso- 
lutisme royal 
et du regime 
du bon plai- 
sir, la Bas- 
tille fut prise 
et detruite 
par le peuple 
da Paris le 
1* juillel 1789. «-• Bwiui.. 

La France a choisi, comme file nationale, le 14 juillet, 
jour anniversaire de la prise de la Bastille- 
Bastille {Mimoirt* sur la), pamphlat historique 
du xviii* siecle, par Linguet, publie k Londres en 
1783. C'est un plaidoycr saisissant contro les lettrcs 
de cachet et les detentions arbltraires. 

■ ATAMAY [ne] (Ymbert rfe). conaeiller de 
Louis XII (1438-1523). 

BAT AVE (Republtque), nom que prlrent les Pays- 
Bas de 1795 k 1806. 

BATAVBi, peuple germsnique qui habitait la 
Hollande actuclle. 

BATAVIA, v. de l'ilc de Java; 115.900 h. Grand 
commerce (sucre, rhum). Place de guerre et port mi- 
ll la I re dans une bale de la cote N.-O. de Java. Cap. de 
la province du mime nom et des Indcs necrlandaiscs. 

BATBKKN, peuplade indigene du Congo francais. 

BATH, v. d'Angleterre, ch.-l. du enmt* de So- 
merset • sur l'Avon, affl. de la Severn ; 00.000 h. Eaux 
thermales. 

BATBfXBB (sainte), relne de Prance. Elle cpousa 
Clovis II et gouverna pendant la minorite de ses flU. 
Clovis III, Chideric II et Thierry; m. en 680 au mo- 
nastere de Chellcs. Fate le 30 Janvier. 

BATIIOBI (Btienne), ne en 1503. prince de Tran- 
sylvanie, roi de Pologne de 1576 a 1586, clu apres la 
fuite du due d'Anjou Henri III. 

BATHCHfT ou MA IXTE - MARIS DE BA- 
THI'BNT, ch.-l. des possessions anglaises dc Gul- 
nee ; 9.000 h. Port dans Tile Saintc-Marie. 

BATIE-NBUVE {La), ch-1. de c. (Uautes-Alpes), 
arr. de Gap ; 656 h. 

BATI41IVOIX.BM (Let), un des quartiers du nord 
de Paris, ancienne commune annexce en 1860. 

BATWA, v. d'Algerie, ch.-l. d'arr. et subdivision 
militaire (Constantine) ; 4.800 h. Ch. de fer (Constan- 
tine-Biskra). k 98 kU. S. de Constantine. Foret de 
cedres; mines romaines. L'arr. a 8 comm., 181.820 h. 

BATOX-ROKCiB, v. des EUts-Unls, sur le Mia- 
sissipi ; ancienne capit. de la Louisiane ; 10.500 h. 

BATBUM. v. de Russie (Transcaucasie), port actif 
sur la mer Noire, pres de la froutiere de Turquie 
d'Asie; 18.000 h. Grand commerce dc petrole. 

BATOVTA (Ibn), eclebre voyageur et gcographe 
arabe, ne kTanger (1304-1378). 

Batraeii*a»jr«»a»ac>hie (la), e'est-k-dire Combat des 
ratt et des grenouilles, petit poeiue burlesque, pas- 
tiche des poesies homenqucs. 

BATTBiX (Charles), philosophc et pedagogue 
francais, ne" pres de Vouziers (1713-1780). 

BATX (tie de), lie et c. du Finistere. dans la Man- 
che, en face de RoscoflT: 1.200 hab. [Bat liens, Bat- 
zains ou Paludiers). Pccnc. 

BAIT If) [sissl V. PlIliiMON. 

BAIB [Wj, ch.-l. de c. (Morbihan), arr. do Pon- 
tivy ; pres l'Evel. affl. du Blavet ; 4.730 h. Ch. de f. O. 

BACDBLAIBB (Charles), poete francais, ne k 
Paris, auteur des Flours du mal, poesies souvent 
etranges, mais dune forme savantc et curieusement 
travafllee (1821-1867). 

BAUDBi,OCQUE (Jean-Louis >, celebre medecin 
francais (1746-1810). 

BAPJDUV (Charles), amlral francais, ne k Sedan. 
II delrulsit, en 1838. avec quatre vaisseaux seulomcnt, 
le fort de SainWcan-d'lJlloa, devant la Vera-Cruz, 
repute imprenable (17H4-18RV). 



BAtlBIN (Jcan-BapUsto), medecin et homme poli- 
tique, ne k Nantua, reprisentant du peuple k ['As- 
semble* de 1849, tue k Paris sur une barricade le 3 de- 
cern bre 1851. 

BAl'BBUIJV, nom de plusieurs comtes de Flandre, 
empereurs latins de Constantinople ou rois de Jeru- 
salem. Les plus connus sont Baudouiw I«r, n6 en 1171, 
un des chefs de la quatrldmo croisade, empereur do 
Constantinople de 1204 k 1205, mort k une date in- 
connue, et Baudouin II, ne k Constantinople en 1217, 
empereur de 12S8 k 1261, mort en 1S73. 

BAIDRICOURT [kuur] (Robert de), seigneur de 
Vaucouleurs. II fit conduire, sur sa domande, Jeanne 
d'Arc aupres de Charles VII (1429). 

BA1 DRY (Paul), peintre francais, ne k La Roche- 
sur-Yon, auteur de peintures decorative* de l'Opera 
(1828-1886). 

BAUFFRBMBXT. noble et ancienne famllle frau- 
caise, originaire de Lorraine. 

BAUCIS, ch.-l. d'arr. (Mainc-et-Lolre) : sur le Coues- 
non, s.-affl. de la Loire ; 2.350 h. (Baugeois). A 40 kil. E. 
d' Angers. L'arr. a 6 cant., 67 comm., 69.000 h. 

BA17C1Y, ch.-l. de c. (Cher), arr. de Bourges, sur 
l'YAvre nalssante: 1.600 h. Chevaux. boaufs. 

BAIUI5I (Gaspard), botaniste francais, ne k Bale 
(1560-1624). 

BAUMB-LBB-BABIBM, ch.-l. d'arr. (Doubs) ; sur 
le Doubs ; 3.150 h. (Baumois). Ch. de f. P.-L.-M.. k 
29 kil. N-E. de Besancon. Anc. abbaye de dames 
nobles, fondee au vi* siecle. L'arr. a 7 cant., 187 comm., 
52.600 h. 

BAl'HB (Antolne), chimiste francais, ne k Senlis ; 
perfecUonna l'areometre (1728-1804). 

BAVMCiARTElV (Alexandre;, philosophe et esthe^ 
ticien allemand, ne a Berlin (1714-1762). 

BAIB (Ferdinand-Chretien dc), theologicn et cri- 
tique allemand, auteur dc rcmarquables travaux sur 
les origines du christianisme (1792-1860). 

BAVIMBT (Louis de), cardinal, ne k Pondieh^ry, 
auteur de YHistuire de Bossuct et de cellc de Fenelon 
(1748-1824). 

BA1TR17 (Guillaumc dc), bcl esprit et diplomate 
francais, ne k Angers (l!i88-166.i). 

BAl'TSKK (bo-t$en), v. de Saxe, sur la Spree : 
26.000 h- Victoire de Napoleon sur les Prussians et 
les Russes (20-21 mai 1813). 

BAYAY tee], ch.-l. de c. (Nord), arr. d'Avesnes ; 

Sres de l'liogneau, s.-affl. dc l'Escaut ; 1.910 h. Ch. 
e f. N. Fer, cuivre, cloutcrie. 

BAV1ERE, royaume dc l'ancienne confederation 
eermanique, formant aujourd'hui l'un des Etats da 
fempire allemand, et compose dc la Baviere proprs- 
menl dite, traverscc par le Danube, et de la Baviera 
rhenane ou Palatinat, situec Kur la rive gauche du 
Rhin ; 6.176.000 h. {Bavarois) ; 75.870 kil. carr. ; capit. 
Munich. Villcs principalcs : Augsbourg, Ratisbonne, 
Spire, Bayreuth, Anspach, Wurtzbonrg. Eaux mini- 
rales. Vignobles, cereales. Industrie active. 

BAfABD (Pierre Terrail. seigneur de), illustre 
capitainc francais, n6 pres de Grenoble vers 1473. 
II se couvrit de gloire pendant 
les guerrcs de Charles VIII, 
Louis XII et Francois I". Sa 
bravoure et sa gencrosite* exci- 
terent 1'admiratlon meme de 
ses ennemis et lui valurcnt le 
gloricux surnom de Chevalier 
sans peur et sans reproche. Le 
soir de la bataille de Mari- 
gnan, Francois I*' voulut etre 
arme chevalier de sa main. On 
le vit defendre seul lo pont du 
Garlgliano contre 200 cava- 
Hers espagnols. Ce brave capi- 
tainc fut tue d'un coup d'ar- 
quebuse k Abbiategrasso en ir>24. Avnnt d'expircr 
il reprocba sevcrement au connitable de Bourbon 
son infamc traliison. Comme Bourbon exprimait sa 
pitie de le voir en cet <Hat : « Je ne suis Doint k 

Slaindre, ronondit Bayard, car je meurs en homme 
e bien ; mala j'ai pititi de vous qui cornbattez contro 
votre roi, votre patrie et votre scrment. » Sa vie a 
etc ecrite par le Ijjyal Servitrur. 

BAYARD (Alfred), dramaturge francais, auteur 
de vaudevilles et comedies, ne h Charolles (1796-1853). 




* ' 



li»5« 



Digitized by VjOOQlC 



BAT — l! 

BAYABB (Emile). peintre et dessinateur francais, 
nau Ferte-sous-Jouarre (1837-1891). 

■ATM (Pierre), chimiste francais, ne* a Chalons- 
lur-Marne (1723-1798). 

B1¥BII ; ch.-l. d'arr. (Calvados): sur lAure, 
affl. de la Vire ; 7.800 h. (Bayeusains ou bajora****) ; 
ch. de f. O., a tt kU. N.-O. de Cam. Eveche. Den- 
telles, beurre Patrie de Chartier. Coigny, Caumont. 
L'arr. a C cant.. 136 comm., 64.000 h. 

Bajresw (Tapii$erie de>, au musee de Bayeux. Elle 
repretente la conquete de I'Angleterre par les Nor- 
manda et eonstitue un document artistlque archeo- 
logique de premier ordre. 

BAYI«B \be-le] (Pierre), ecrivain francais. ne au 
Carlat (Allege^, auteur dun Dictumnaire historiqw, 
dont le seepticisme annonce la libre philosophic de 
Voltaire et des Encyelopedistes (1647-17061. 

BAYi.Elf [ba-i-UW^, v. d'Espagne ou le general 
Dupont >igna en 1808 une capitulation qui tern it sa 
floire; 8.000 h. 

BAYBB [ba-ion], ch.-l. de c. (Meurthe-et-Moselle), 
arr. de Lunerille, non loin de la Moselle; 1.200 h. 
Ch. de f. E. P latre, chaux. 

BAYBBXB [ba-to-ne], ch.-l. d'arr. (Basses-Pyre- 
nees), sur 1' Ad our ; 27.600 h. (Bayonnais). Ch. de f. M., 
a 107 kil. O. de Pau. Eveche. Place forte. Eaux-de-vie. 

tambons. Patrie de Ravignan, Cabarrus, Lafflte. 
/arr. a 8 cant., 53 comm.. 114.100 h. 

■AYBEITH ou BAIRKITH [ba-i], v. de Ba- 
vi*re, sur le M*-in ; 29.400 h. Draps. poteries. Theatre 
construit par le roi de Bavlere Louis II, pour la 
representation des aauvres de Wagner. 

BAI«, v. d'Espagne (Andalousio:, pres du Gal- 
lego; 13.000 b. 

BASAIXK [zt-ne] Arhille . marechal de Prance, 
ne a Versailles. II se distingua en Crim6e et com- 
manda en chef au Mexique. non sans mcrite ; main 
charge en 1870-71 de la defense dc Metx. il trahit 
veri tablemen t son pays par son incurie, son incapa- 
city, l'etroitesse et l'egolsmc de ses rues. Ii se laissa 
renfermer dans la place, ne tenta que des efforts d6- 
risoires pour en sortir, engagea de louches negocia- 
tions avec Bismarck, puis rendit la ville. sans avoir 
fait ce que lui prescrivaient 1'honneur et le devoir 
militaircs. La peine de mort a laquelle 11 fut con- 
damn£ en 1873 ayant ete commuec en celle de la de- 
tention, il rcussit a s'evader et se rctira en Espagnc, 
oil il v^cut entour£ du m^pris general (1811-1888. 

Hasar i«re {le Grand;, chef-d'oeuvre dc Decamps 
(I8r,r„. 

RtftRD (Amand), n6 a Paris, fondateur de la 
charbonnerie franraixe, un des propagateurs du saint- 
simoni«me (1791 1832). 

BASAM [zas$], ch.-l. d'arr. (Gironde); pres la Bcuve, 
affl. de la Garonne; 4.700 h. [Bazadais ou Bazadois). 
Ch. de f. M., a 62 kil. S.-E. de Bordeaux. Bois, tan- 
neries. L'arr. a 7 cant., 71 comm., 51.000 h. 

BAIKILLB8 [zb-i, 11 mil.), bourg des Ardennes, 
cant, et arr. de Sedan. prea de la Meusc ; 1.406 h. II 
fut pil!6 et bruie par les Allemands le 1" sept. 1870. 

BABI!V (Francois), compositeur francais, ne a 
Marseille, auteur des opcras-eomiqucs : Mattre Pa- 
thelin, le Voyage en Chine, etc., et dun excellent 
TraiU d'hamionie (1816-1878). 

BAZI1V (Reni), litterateur francais, ne* a Angers 
en 1853, Ecrivain delicat, auteur de : De toute son 
6me. le* Oberli, etc. 

BAXOCHEft-ftl B-HBKX B, ch.-l. dc C. (Orne). 
arr. de Mortagne ; 820 h. 

BAESI (Giovanni), peintre italien, dit le Sodnma; 
ne a Verceil (vers 1477-15V9). 

BEAC'BY [bi-tchi]. promontoire de la cote S. d'An- 

fleterre, entre Hastings et Brighton. Pres de la, 
ourville £crasa une flotte anglo-nollandaise en 1690. 
BBACOYMFIBLD. V. DlRRAELl. 



ancien pays de France, qui appartint 
aux comtes de Foix, a la Navarre, et rut r*uni a la 
France par Louis XIII en 1620; cap. Pau; a forme 
en grande panic le depart, des Basses -Pyrenees. 
(Hab. Btarnai*.) 

BBATBII trik$), Florentine celebre. nee en 1266, 
morte en 1290 et immortalize par Dante dans sa 
Divi ne Cum 4 die. 

BR ATT IK (James), eelebre poiMo et critique ecos- 
sais (1785-1803). ^ 



6 - BEA 

Btoaas T f a ff w wi , nom que prit Amndis de? Ganle 
lorsque. apres avoir offense la dame de ses pensees, 
II se retira par desespoir daaa rermita^e de la Ro- 
ehe-Pauvre. Le nom de Beau Tf mi b r t m - est de*ea« 
synonyme d'amoureux sombre, aux allures timides 
el mytterieuses. 

BS AlC A IBS \b0-kt-rt], ch.-l. de c. (GardV arr. 
de Nimes. sur le Rhone; 9.150 h. (ffeoauMtrrot* . Ch. 
de f. P.-L.-M. Poire depois longtemps eel*bre. du t« 
au 18 juillet. Patrie de Raymond VII, dUrbain V. 

BSAi €B [M-ae], ancien pays de Franee, cap. Ckar- 
tres ; plaines tree fertiles en bl*. i^Hab. Be*u ct rs w J 

BeaMMpd* hrmH p rnmr i4«m, une des pi as efcar- 
mantes comedies de Shakspeare. representee en 160*. 

BSACCBIBT \b6-kour], c. du terriloire de Bel- 
fort ; 4.500 h. Industrie active. 

BEAITBBT, ch.-l. de c. ( Maine-ei-Ixrfre). arr. de 
Beauge ; 4.230 h. (Benufortains\ 

BBAITOBT, ch.-L de c. (Jura), arr. de Lons-le> 
Saunier; 1.200 h. (Bmufortaint). Ch- de f. P.-L.-M. 
Forges, taillanderies. 

BBACFBBT OU MAnrr-BBAKIBOE B« BBBAr- 
wmmT, ch.-l. de c. (SavoieK arr. d'Albertville, sur le 
Doron. s.-affl. de 1 Isere ; 2.250 h. [Btaufartain* ou 
Beavfortens). Bestiaux, fromages. 

BKAirOBT (Henri de), cardinal anglais, frere 
du roi d'Angleterre Henri IV ; il presida le tribunal 
qui eondamna Jeanne d'Arc ; m. en 1447. 

BBAirBBT (due de). pctit-nla de Henri IV. on 
des chefs de la Fronde des 
princes, surnomme, en rai- 
son de sa popularity, le Roi 
de* hallet. II se distingua 
plus tard comme amural 
contre les Turcs et les Bar- 
baresques (1616-1669). 

BBAICSB1VCY \bd-jan- 
si], ch.-l. de c. (Loiret), arr. 
d'Orleans , sur la Loire ; 
3.800 h. Ch. de f Orl. Vins / 
Patrie du phvsicien Charles. 1 

BKAlBARXAIfl [6o- 
har-nt], {vieomte Alexandre 
de). ne a la Martinique, oO 
il dpousa Mil* Tascher de La Pagerie, qui fut piss 
tard l'imperatrice Josephine ( v. ce mot ) : reneral 
dans l'armee du Rhin en 1792; m. sur 1'ccaaXasd 
(1760-1794). V. Hortensk 

BEAIHAB.XAIN (Eugene de), fils du preeedeal 
et de Josephine, beau-flls de Napoleon I« r et vice-rut 
d' Italic, ne a Paris. II se distingua dans les gu e x re s 
de lEmpire (1781-1824). 

BBAKJBi:, ch.-l. de c. (Rhone), arr. de Ville- 
franche, sur l'Ardiere. affl. dc la Sa6ne; 1.406 k. 
{Beaujolais). Ch. de f. P.-L.-M. Vina. 

BBAUOLAIH [6^;d-/el. ancien pays de Prance. 
compris dans le nord du Lvonnais, traverse par les 
niontM du Beaujolais; capit. Villefranche (Rhone . 
Bons vins. 

BBAl'JBlf (Nicolas), financier francais. ne k Bor- 
deaux. II a donnl son nom k un quartier de Parts, 
ainsi qua un hopital fonde par lui (170B-1786>. 

BBAKL.IBV, ch-1. de c. (CorrCie). arr. de Brive. 
sur la Dordogne : 2.080 h. 

BEAl'LIRt, comm. du Puy-de-Dome. arr. dls- 
soire; 730 h. Eaux thermales ferrugineuses, bkar- 
bonatees sodiques. 

BR % I LIE 1 (Jean-Pierre dr). general autrichien, 
ne k Lathuy (Brabant), prit part ft la guerre de Sept 
ans, et fut vaincu par Bonaparte 
en Italic (1725-1819). 

BBArMAlVOIR (Philippe de), 
d-lebre legiste francais; il jouit 
d'une grande faveur aupres de saint 
Louis, a rcdig* les Coutumes du 
Beauvoiiis (1246-1296). 

BBAIMANB1R (Jean de), un 
des heros du Combat de$ Trente, 
livr£ en 1S52, et oO SO Bretons , 
vainquirent 30 Anglais. 

BKAlMABCBAIff \b4-mar-the] ' 
(Pierre-Augustln, Caron de), ecri- 
vain francais, n« h Paris, auteur 
du Barbier de Stville, du Mariage 
de Figaro, de la Mere rou/Mt6ie, pieces hardies, k 
grande portee sociale, ddveloppees avec un esprit 




DtteS* B««cfert. 




Digitized by 



Google 



BEA 



— 1167 — 



BEE 



elincelant, pleines de mouvcment et de galte. Beau- 
marchais. caractere hard! et aventureux, est encore 
celebre par ses demeles judiciaires avec le conseiller 
Goezman, qui lui ont fourni le sujet de rcmarquables 
et curieux Mimoires (1732-1799). 

■BAIIMM, ch.-l. de c. (Vaucluse), arr. d'Orange ; 
1.400 h. Vin muscat. Culture du murier. 

BBAIMB0N1L. [bd-mt-nil'U ch.-l. de c. (Eure), 
arr. de Bernay ; BOO h. Produits chimiques. 

BBAUMBTB-LBB-L.OBBB, ch.-l. de c. (Pas-de- 
Calais), arr. d' Arras ; 560 h. Ch. dc f. N. Distilleries. 

BBAUMONT [bo-mon], ch.-l. de c. (Dordogne). 
arr. de Bergerac; 1.350 h. (Beaumontois). Eaux mi- 
nerales. 

BBAlMDCTouBEAlMOCT-H Atil E, ch.-l. de C 
(Manche), arr. de Cherbourg, non loin de l'anse de 
Vauville: 600 h. (Beaumontois). Clnuterics. 

BEAUMONT ( Chris tophe de), archeveque de Paris, 
ne a La Roque (Dordogne) ; publia un mandement 
contre YHmile de J.-J. Rousseau. Celui-ci y repoudit 
par une lettre celebre (1703-1781). 

BBAIROXT (Elic de), geologue francais, ne a 
Canon (Calvados); a commence lea travaux de la 
Carte ntologique dc la France (1798-1874). 

BBAIHOMT-MH.*HA(lNE, ch.-l. de c. (Tarn- 



ct-Oaronnc), arr. dc Castelsarrasin, sur la Gimone, 
affl. de la Garonne; 3.800 h. (Beaumoniuis). Patrie 
dc Fermat. 

BBACMOIVT-LB-ROCIBR, ch.-l. Ue c. (Bure), 
arr. de Bernay, sur la Rille; 1.920 h. {Beaumontois). 
Ch. de f. O. 

BBAUMOIIT-BUR-BARTHB, ch.-l. de C (Sar- 
the),arr. de Mamera; 2.100 h. (Beaumontois). 

BBAUBB. ch.-l. d'arr. (Cote-d'Or) ; 13.900 h. (Beau- 
now). Ch. de f. P.-L.-M., a 38 Ml. S.-E. de Diion. 
Vins renommes. Patrie de Monge. L'arrond. a 

10 cant., 199 comm., 108.000 h. 
BBAUlVB-l.A-ROt.AMDB. ch.-I. de C (Loiret), 

arr. de Pithiviers; 1.900 h. (Beaunois). Ch. dc f. Orl. 
et P.-L.-M. Combat meurtrier entre les Francais 
et les Prussiens (20 nov. 1870). 

BEAUPREAU. ch.-l. dc c. (Malnc-et-I,oire\ arr. 
de Cholet, pres de 1'Evrc, affl. de la Loire ; 3.7^0 h. 
Fut autrefois ch.-l. d'arr. Bestiaux, lainagcs. 

■EAlRKPtIRE [pe-rc], ch.-l. dc c. (lsere), arr. 
de Vienne. sur le Suzon ct l'Auron ; 2.880 h. Ch. 
de f. P.-L.-M. Tanneries, forges. 

■B41BRPAIRK, ch.-l. dc c. (Sadne-et-Loire), 
arr. de Louhana ; 860 h. Etangs. 

BBAURBPAIRR (Nicolas-Joseph), offlcier fran- 
cais, n6 a Coulommicrs; defendit energiquement 
Verdun contre les Prussiens du due de Brunswick ; 
ae tua pour eviter la honte de se rendre (1740-1792). 

BBAiftBBT (Le), ch.-l. dc c. (Var), arr. de Tou- 
lon ; 2.100 h. Goudron, huiles, savon, poteries. 

B«aut^ (chdteau de), ancienne residence royals, 
entre Nogent et Vincennes, donnee par Charles VII 
a Agnes Sorel, qui prit le nom de Dame de Beauti. 

BEAUTBMPB-BBAIPRB [M-tan-b6-prf< (Char- 
les-Francois), inpeaieur hydrographe francais, ne 
pres de Sainte-Menchould. II participa avec d'En- 
irccastcaux a la recherche des res tea de La Perouse 
(1766-1854). 

BBAUVAIM [b6-ve], ch.-l. dc dep. de l'Oise, sur le 
Therain et l'Avelon. affl. de l'Oise: 20.300 h. (Beau- 
rauient ou Beawmisins). Ch. de f. N.. a 79 kil. N. de 
Paris. Eveche, belle cathedrale. Toilcs, tapisseries. 
Patrie de saint Yves, de Jeanne Hachette qui, en 
1472, repoussa les troupes dc Charles le Temeraire 
assiegeant la ville ; du numismaie Vaillant, Dubos, 
Lenglct-Dufresnoy, Res taut. L'arrond. a 12 cant., 
242 comm., 126.200 h. 

BBACVAlft (Jean-Baptiste), prelat francais, ne a 
Cherbourg, eveque de Scnez, predicateur distingue. 

11 fit entendre a la cour de Louis XV de dures et 
courageuscs verites. C'est h lui que Ton doit la 
phrase celebre : ■ le silence des peuples est la lccon 
des rois » (1731-1790). 

BeMvala (hdtel de), ancienne residence h is tori - 
que, rue Saint-Antoine, 82, construite par Lepautre 
(xvn« s.). 

BBA9JVAU. ancienne ct noble famillc franchise, 
originaire d'Anjou , et d'oa sont sorlis beaucoup 
d'hommes remarquables. Le principal, Chari.es- 
Jcrrs tie B«smvsm,f utmarechal de France (1720- 17 13 j. 



BBAWllXB, ch-1. de c. (Lot-et-Garonne), arr. 
d'Agen, pres delaSeoune.affl.de la Garonne; 1.000 h. 

BBAl VILAIBB [bd-vi-li-4] (Francois-Honorat de), 
due de Saint-Aignan, un des protecicurs des gens de 
lettres sous Louis XIV (1610-1687). — Son flls, Paul, 
diplomate francais, fut charge par Louis XIV de 
l'education du due de Bourgogne (1648-1714). 

BBAUVOIR, ch.-l. de c. (Vendee), arr. des Sables- 
d'Olonne ; 2.600 h. Port sur l'Ocean. Huitrea. 

BBACTOIB (Roger de Bully, dit Roger de), ro- 
mancier francais, ne a Paris (1809-1866). 

BBAUVOIR-0UR-IV1ORT, ch.-l. de C. (Deux- 
Sevres), arr. de Niort; 620 h. Ch. de f. Et. 

BBAllVOMM ou BBACVAlBlft [si], petit pays 
de l'anc. France ; capit. Beauvais. (Hab. Beauvoisins.) 



I [bd-si] (Nicolas), grammairien francais, 
ne- aVcrdun, un des encyclopedistes (1717-1789). 

BBBB. nain de Stanislas, roi de Lorraine ; sa 
taille etait de 0",70 (1739-1764). 

BBBRYCBf, anc. peuple d'IMrie, sur la cote 
mediterraneenne. au N. et au S. des Pyrenees. 

BBCCARIA (Cesar de), philosophe et criminaliste 
italien, ne a Milan, auteur dun celebre Traits des 
dilits et des peine*, dont les principes ont renouvele 
et adouci le droit penal (1738-1794). 

BBCHBB [cher] (Jean-Joachim), savant chimiste 
allemand, ne 4 Spire (1625-1682). 

BKCHERBL [ril], ch.-l. de c. (Ille-et-Vilaine), arr. 
de Montfort; 860 h. FUatures. 

BBCMBT [be-ke] (saint Thomas), archeveque de 
Cantorbery, grand chancelier d'Angletcrre, assassine 
au pied de l'autel par des courtiaans de Henri II, roi 
d'Angletcrre (1117-1 170». 

BECLARB [After] (Pierre-Augustin), chirurgien 
francais, ne a Angers (1785-1825;. — Son flls, Jules, 
anatomiate francais. n6 a Paris (1818-1887). 

BBCQ DK FOtQllBBlKfl (Louis), litterateur 
francais. ne a Paris, connu surtout par scs beaux 
travaux sur Andre Chenier (1831-1887). 

BBC'QIB (Henry), auteur dramatique francais, n6 
a Paris, auteur de la Parisienne, des Corbeaux, pcin- 
lurcs s6veres, mais vigoureuses et incisive* des 
mepurs de son epoque (1837-1899). 

BBCQAKREE. (Antoine-Cesar) , physicien fran- 
cais, ne a Chatillon-sur-Loing (1788-1878J. — Son til*, 
Alexandre (1820-1891), et son pctit-flls Hemri, ne en 
1852, sont egalement des physiciens de valour. 

BBDARIBUX [rj-efl], ch.-l. de c. (Herault), arr. 
de Bezicrs, sur 1'Orb ; 6.100 h. (Bedariciens). Ch. dc 
f. M., 

BBBARRlBBBs ch.-l. dc c. (Vaucluse). air. d'Avi- 
gnon, sur l'Ouveie, affl. du Rhone; 2.100 h. (Bidar- 
ridais). Ch. de f. P.-L.M. 

BBBB saint) le Veaerabto, moine ct his tor ion 
anglais (675-735). 

BBDBAI7 [do] (Marie-Alphonse). general francais, 
ne a Vertou (Lolre-Inferieure). II se distingua en 
Afrique, et fut exile aprcs le 2-Decembre (1804-1863). 

BEDKOHD [for), v. d'An- 

Sleterre , sur l'Ouse , capit. 
u comte du m«me nom; 
28.000 h. Le comte a 160.000 h. 

BEDFORD (due de) , frere 
de Henri V, roi d'Angletcrre, 
ct regent de France pour son 
neveu Henri VI lorsquo, aprcs 
Azincourt, les Anglais furcnt 
maitres de presque tout le 
royaume (1389-1435). 

BED J AM [iass]. peuple nu- 
bien, entre 1 Abyssinie, la mer 
Rouge et le Nil. ^ 

Be4law. celebre hospice 
d'ali6n*s, en Angleterre, pres 
dc Londres. 

BEDOI IXS}. Arabcs noma- 
des du desert, vivant de brigandages, dans l'Afrique 
du Nord et en Arabic. 

BBDRIAC [ok], village de 1' Italic du Nord, sur 
l'Oglio, entre Cr^mone et Veronc Italie sept .), ou 
Vitellius vainquit Othon en l'an 69. V. Vitellujs. 

BBICBIB-ITOWB [bi-tcheur-std] (Harriett), 
femme de lettres americaine, auteur du celebre ro- 
man : laCase de I'oncle Tom (1812-1896). 




Digitized by VjOOQiC 




BEE — 1 

BBEBHAERT [bkr-na-ert] (Augustc), homme po- 
litique beige, ne a Ostende en 1829. 

BBBTHOTBH [bl-to-vtn'] (Louis de),celebre com- 
positeur de musique allemand, 
n< a Bonn ; auteur de sonates, 
quatuors, symphonies, de l'opera 
Fidelio, oeuvres d'une profon- 
deur de sentiment et d'une puis- 
sance d'expresslon incompara- 
ble. II eut une existence sou vent 
difficile et fut, a la flndeses jours, 
frapp* de surditc (1770-1827). 

BEttARD [ghar], ch.-l. de c. 
(Cotea-du-Nord), arr. de Guin- 
gamp ; 4.920 h. Minoteries. 

B«K«rd*, sccte d'illumines qui 
parut en Italie, en France et en 
Allemagne au xm* sieclc. Ccr- 
taines dc leurs institutions, ou btguintigtt, ont per- 
sistejusqu'a nos jours dans les Pays-Bas. 

BEHAIM [bi-in] (Martin), c£16bre cosmographe 
et navlgateur allemand. ne a Nuremberg. II intro- 
duisit I usage de lastrolabc sur les vaisseaux (1416- 
vers 147*). 

BBBEMBTB, animal enorme et mysterieux dont 
parle Job, et que les Peres regardent comme le 
■ymbole du demon. 

HEHIATOLX. Y. BlSOUTOUN. 

■BHM [ben'} (Afra). femme poete anglaise, nee a 
Cantorbery (1640-1689). 

BKHRIXC. V. B^RIKO. 

BBIIVB [bt-ne], ch.-l. de c. (Marne), arr. de Reims ; 
730 h. Etoffes. 

BEIBA. prov. centralc du Portugal; 1.518.000 h. 
Capit. Colmbre. 

BB1H4, v. de 1'Afrique occidcntalc (Mozambique) , 
2.000 h. Au Portugal. 

BEJA, v. de Tunisie. dans la Medjerda; 5.000 h. 

BE J ART. famille de comediens a laquellc appar- 
tenaient Madeleine Bejart (1618-1672) et sa soeur Ar- 
mandc (1642-1700), qui 6pou.ua Moliere en 1662. 

HKIiEM ou BBB4B0EAR. v. de lempire austro- 
hongrois (Hongrie), au confluent des deux KorOs ; 
2o.r>00 h. 

BEI*. dicu supreme des Assyrians, l'equivalent du 
Zeus grcc ct du Baal phe.nicien. 

BELA, nom dc plusieurs rois de Hongrie, de la 
dynastie des Arpadiens. Le plus fameux, Bbla IV, 
rtgna dc 123t» ft 1270. 

BKlAbhe, ch.-l. de c. (Indrc), arr. du Blanc, sur 
le Langlin, s.-afll. dc la Crcuse; 1.900 h. 

BEI.ATE {Col tie), col des Pyrenees, route trcs 
frequenlec de Bayonne a Pampelune (886 m.). 

BELCAIHE [bcl-kt-rc], ch.-l. dc c. (Audc), arr. dc 
Limoux ; 835 h. 

BBLBM [/em'] ou PARA, v. du Bresil. sur lc 
Para ; 100.000 h. Grand commerce du caoutchouc. 

RKLElilN [nwrs], divinite de divers peuples ger- 
mains. pcrsonniflcation probable du soleil. 

MELEfilii [ziss], pretre chaldeen qui, d'aprcs la 
tradition, aurait dctrone Sardanapalc. 

BEl.FAftT. v. et port d'Irlandc, sur le canal du 
Nord; 3V9.000 h. Filatures, toilcs de lin et dc colon. 

REl.rOBT, ch.-l. du tcrritoire de Belfort (anc. 
Haut-Rhin); 32.600 h. (Belfortim ou Belfortams). 
Ch. de f. E., a H3 kil. do Paris. Place forte, illuslrce 
par la belle defense du colonel Denfert-Rochereau 
(1870-71). IjC territoire de Belfort a 6 cant., 106comm.. 
92.300 h. V. Lion. 

DELUIOJOMO, famille princierc italienne dc 
Lom bardie. 

BEL.C4IQI?B, Etat dc 1'Europe occidentals capit. 
Brv relle*. I. G£ookaiuiie : La Belgiquc est bornec 
au N. par les Pays-Has, au N.-O. par la mer du Nord ; 
a TO., au S.-O. et au S. par la France; a l'E. par le 
grnnd-dnche dc Luxembourg et les provinces Rbt- 
nanesde la Prusse ; au N.-E. par les Pays-Bas. Elle 
a une superflcic de 2i».45*i kil. carres, et'une popula- 
tion de 7 millions d'hab. {Bchje.s). Sauf dans la partie 
S.-E..ou commence l'Ardenne. elle est eonstituec par 
un pays de plaines ondulees qu'arro«ent Ja Meusc, 
l'F.seaut, la Lys. etc. Les ricliesses du sol et du sou<- 
hol de la Belgique sont considerables : mines de 



18 — BEL 

houille (Man*, Charlcmi, IMf), de fcr. d <iiac, *» 
ploiub : carrier es dardoise, de marbre, de piem « 
taille. L'tndustric est des plus actives : fllatamj* 
brication de den telle s. metalluxgic. Un risBBBB 
developpd de canaux favor iae l'cssor du eaammt- 
Sous lc rapport agricole, la Belgique te ***jj**' 
cinq zones : la ion*; des polder* el la sows jssw" 
neuac, dans la basse Belgique; la son* Jiwssw** 
dans la moyenne Belgique ; la zone condrmiaat* 
la lone artietuiaise, dans la haute Bdgiqiis.J * *& 
gique se di viae en 9 prov. : Anver$, Brabaxt,rkm*' 
Ot'cidcntale, Flandrt-Orirntale. HmTuna,tMge.l» 
bourg, Luxembourg et Xamur. admmistrea pir » 
gouverneur et un conseil 
provincial, et eubdivisees 
en arrondissements. Aux 
termes de la constitution 
du 1 fevricr 1831, le gou- 
vcrnement dc la Belgique 
est une monarchic c«n*ti- 
tutionnelle. Le pouvoir 
ex^cutif appartient au roi, 
qui l'exerce par rinterme- 
diaire dc sept nrinistres, et 
le pouvoir lcgislatif appar- 
tientcollectivemcntauroi. 
a la Chambre dee represen- 
tants et au Senat. Anvert 
est la ville prineipale. 

II. Histoirk:Lcs Beiges 
sont cites par Cesar comme A™**. * f *"*^ 
Inn des grands pcuples entre lesqoels la G«k *** 
partag^e; ils formaicnt uoe assez vaste eoaw"*" 
tion , moitie eeltique, moitie germanique. BtTi* 
.i.-C, apre« la defaitc d'Arioviste, Us se Bf** 
pour register h, la conquete romaine. et IB* Bf 
ne fut deilnilivement soumis qu'en Bl. *f*T 
iv* Steele, la Belgique passa progressiT»aj» ■ 
pouvoir des Francs. Sous les Merovingians,'*' 1 ' 
divis< -e en parties inegales entrela Neuetrio ^tU ' 
trasie. et lc d^membrement rare lingiea * , * i f 
enclave dc la Lotharingie. Quand la feodaU****" 
pha, on vit se constituer les c«unWs &* ft*Pi?i 
do Hainaut, de Brabant, etc.; puis s'ttflUl*"* 
les communes ftaniandes, avec leurs* pQis*»a**. ct *" 
p«>rations et leurs milices. qui, vaincues * Bobw**- 
vainqueursa Courtrai (1302), f urent batioes » B* 8 *. 
eu-l'uclle (1304), i bu - ■ niK-rent d'abAri i C** 1 * 1 




Territoire 
DEBELFOHT 




i'-: 1 ' . puis avec Artevelde k la bataille dc ■•* 
i|M.- 1 1 i)ij. l'ru aprcsjes Pays-Bas 1 

!■ ccburcnt h la maison de l-k-urfocaf. 



Digitized by 



Google 



— 1160 — 



DELGlQUE 




F£~ v 


w 




/U 


p 


{ I 


o- 




1 \ 






\ . x 


c 


■g 




i-3 


i.i 


- — — ,a 


W 




ffl 





5 % J 

5 

-■• 

fa 



Digitized by VjOOQIC 



BEL 



— 1170 — 



BEL 



Philippe lc Bon et Charles le Temeraire rendirent 
celebre- mais en H77 lemariage de Marie de Bour- 
SSTk d? l'archiduc Maxiniilicn At pawer les 
Pays-Basa la maison d'Autriche Lintoferance de 
Philippe II et le* exce* du due dAlbe eurent pour 
consequence la revolte et flnalement 1'ind^ndance 
de. sept provinces du Nord sous le nom de Jrorm- 
ce'unief (1579), tandi. que les provinces du f«d 
etaicnt dennitivement rattachees k la domination 
esnasnole. La Belgique. theatre de nombreuses 
tuerf?sw)U8 Louis ilV. fut donnee a lAutriche par 
fe° courts d TRaatadt (17H), que cffi^lS' fia 
noint le traite d'Aix-la-ChapeUe (1748). La nouvelle 
organisation que Joseph it voulut appliquer a la 
KSSeftS mal accueillie et amen; une insurrec- 
tion 1788-1790). De 1795 a 1815 cllefut sous la do- 
mination francalse; en 1815. elle fu * *««™* |f 
Hollande. La revolution dc 1830 aboutit a 1 indepen- 
dance dc la Belgique, qui se constitua en i monar chie 
constitutionnclle. Le roi des Beiges est en memo 

*BffiBB^^ 

n0 ^a!«^D a B rcaiit W de h ia Serbie a 2.0*1 k«. S,B. 

de Paris; place forte sur le Danube; 69.800 h. 

nmiAihJkXV (Eugene), ingewcur francals, n* * 
Evry (Aubc), auteurdetravaux •^•ankn^t^nt 
et ralimcntation en eau potable de Paris (1810-1878). 

BKMAL* idole des Phcniciens. Cc mot. qui. en 
h6breu, signifie nuisibU. mauvais, est celui quem- 
ploic 1-Ancien Testament pour designer le K*ni« du 
mal. lc chef des demons. Le nom de Belial rcvient 
iouvent sous la plume des ecrivains sacres : lours 
anneTui* sont de? fit* de JMIte!;pour eux U , cu/te 
de fle7w/ est le culte des demons, du roi des enfers. 

BBLIBBl, constellation dc l'hcinisphcrc boreal et 
lun des douze signes du Zodiaque qui correspond 
au mois do mars. _ . 

bklix. ch.-l. de c. (Gironde), arr. de Bordeaux, 
sur la Leyre; 1.700 h. (BelinoU). 

BKLINAIRB [*e-re], general byzantin no vers W4. 
Sous Justinien, il vainquit les Perses. les \:.ndalcs 
ct les Ostrogoths; une tradition aujourdliui re- 
connue fausse, veut qu'il ait ete di.graci6, pnve dc 
la vue et reduit a mendier; m. en 565. Ce nom pro- 
nre est devenu nom commun pour designer un pau- 
vrc avcuglcayant quelque chose dc noble, de distin- 
gue dans les manieres : 

j tuque tout »•» hailloo* d«»«<ch*» «t poodrcas, 

FlTr«nit*t p»r U Uimp», card** par U mnitt, 
LAr.be qui tneodi* a lUir dun . B4Jiwr« -. 

Bellse, personnage de. Femmen tavantcs, dc Mo- 
lierc- clle forme, avec Armande et Philaminte. un 
trio de precieuses dont le nom a passe en proverbe. 
BULL i Andre), Ecossais qui introduisit en Europe 
la methodc de l'enseignemcnt mutuel, qu il avail vu 
pratiqucr aux Indcs (1753-1832). . 

BELL (Graham), clectricicn americam, un des 
inventcurs du telephone. Ne a Edimbourg en 1847. 

BKLl.t (Stefano della), graveur italicn, ne a Ho- 
renoe {Ifil0-I66*>. ,.. . ... . 

BK1XAC •U.l-lak] ch.-l. d'arr. Haute-Vicnne); 
4 800 h. (Bdlaequai* ou Bellachons). Ch.dc f. Orl., 
h 39 kil. N.-E. dc Limoges. Tanneries. Larrond. a 
8 cant., t>5 comtn.. 83. (KM) h. 

BBLLAXbK (Hippolytc), pcintre de batailles, ne 
a Paris (1800-1866). . 

BBLLARM1X (le cardinal Robert), theologicn dc 
l'ordre des jesuitcs (1542-1621). 

BELLART \lar\ i Nicolas de), procurcur general h. 
Paris sous la R^stauration. II so sipnala par sa se- 
v6ritd dans la repression des mouvements liberaux 
(1761-1826). 
BKLI.il (»1 ). V. Du Bellat. 
Belle «u hol« «lor«i««i (/a), contc de Perrault. 
Une fee ayant ete oubliee au bapterne d'une pnn- 
cessc, cclle-ci est condamnee a dormir cent an«. 
RcveilU-e. puis epousec par un beau prince, ellc a 
deux enfants : Aurore rt Jour, ct est heureusc 
malgre une mechante belle-more. 

Belle aux rhrvcai d'or Ua), conte de M">' d Aul- 
noy. L'nc belle pnncesse. pour consentir a ^pou«er 
un rol, aomnet rambaesadeur de celui-ci, Avewint, 
a de terribles ipreuves. II sort vainqueur de toutes, 



Sraee a la reconnalasanc* d'une carp«, dfan »rb«aa. 
? unhiboa et du petit chien Cabrtoh, et c'e*t Ave- 
nant que la prinoesse epouse. 

BelJe t L b*f (/aV cf nte de II- Leprae de 
Beaumont. Un marchand imprudent **UJ£»9*** 
livrer une de ses flllea a un monstre horrible. Mto 
le monstre aime U jeune fllle qui tail oar Tate** 
aussl, a cause de sa bont«. Cet amour lui taxi re- 
prendre sa forme de prince, et lis s epouaent. 

Belle Gabrlelle (la), roman d'Aug. Maquet (IB3T; 
Taction se diroule aux premieres annees du ref^ 
de Henri IV. Ce roman est suivi d\in tecond ayaat 
pour Utre La M a iton du Baignewr. „....« 

Belle Jardlalere (la), ehef-d'owivre de Raphael 
(Louvre) ; une des madonea les plus «-acieus«E«ai 
expressive* que le grand pcintre ait figure**, 

Belle~moee, par A. Achard, roman de cape et 
d'epee, un des modeles du genre (1W7). 

BBIXKAIJ [be-16] (RemI), un dea poetes de la 
PUiade, elegant et gracieux. n* a Nogeait-le-Rotr«tt, 
auteur des Beroerie* (15»-15m 

BBIABFOIVBB [fon\ (markhal Bernardm dc^ 
homme de guerre et diplomate francais 16»-1^ 
BBIABfiAHW [ghan-be] (Jean), pcintre flam s a d 
n6 en 1V70, m. vers i»t0. 

BBLLKGARDB, c. de l'Ain, arr. de Nantua. aa 
conn, du Rhone ct de la Valserine ; 3J00 h_ A»pkaHe. 
Perte du Rh6ne. 

BEIXB6ARBB, ch.-l. de c. (Loiret), arr. de Moa- 
targis, aur le Fessard, affl. du Loing ; 1.20O h. 

BB1XBOABBB (de Sajkt-Lary de), un de* f»«- 
ris de Henri III. II devint marechal de France, Ht 
disgracie ct mourut en 1579; — Roobr, de la ■£■# 
famiUe, fut comble de faveura par Henri 1> , qaH 
avait vaillamment servi ; m. en 1646. 

BBLLB6ARBB (Henri de), general antricliieii,** 
a Dre.de. II combattit Napofton en lUlie ei ea 
Autriche (1756-18V5). _„„ u , A 

BBLI*CAB»B-K^-B1ABCMB, ck.-L d> C 
(Crcuse), arr. d'Aubusson ; 6S0 h. 

Belle Heteae (la), opera bouffe en trois actes, 
paroles d'Henrl Meilhac et Ludovic Halevy, musiqw 
d'Offenbach, parodic amusantc de la myihelafie 
grccque (1864). 

BBL.LB-1LB. ile de l'ocean AtlanUque. La pris- 
cipale locality de lUej le P'toi*'** J* fJi*? c Jt? 
BcUe-ne, arr. de Lonent (Morbihan); 10-S00 h. t fid- 
lilou.) Fortere.se qui servit de Heu de deportaMa 
pour les detenus politique*, de 18W k IKS. 

BB1AB-MLB (Charles Fodquet de) t marecaal a« 
France, n« a Villefranche (Aveyron), peUt-dls 4e 
Fouquet ; il s'illustra en 17*2 par radmirahU rrtrartr 
de Prague (168V-1761). 

Belle-Isle (h6tel de), residence historique de U 
famille de ce nom, entre la rue dc LOle et le q«ai 
d'Oraay, a Pari., construite ao xvin« siede par 
Bruant. C'eat aujourd'hui le *iege de U Caisse de* 
depdt. et consignations. 

BB1XJB-1BE.B (ditroit de), bras de mer qm ce- 
pare le Labrador du nord dc Tile de TerTe-Seove. 

BBtl«B-I»a«-BW-TKBJaBt, ch.4. de c- |CMes> 

du-Nord), arr. de Quingamp ; 1.900 h. Ch. de f. O. Fer. 

BELLBMB, ch.-l. de c. (Orne). arr. de MorUqrt^; 

sur la Meme, affl. de I'Huisne; 2.630 h. (BcUemti*. 

Dolmens. 

BKLLBIVCOMBAB [bHan-kun-brt^ ch 4. d< e 
(Seine-Inferieure), arr. de Dieppe, sur la Varesat- 
affl. de l'Arque* ; 730 h. , 

BB1X.BBORBOIV, hero* mythologique, fib «« 
Glaucus et pctit-flls de Slsyphe. Ayant tu* BeUem*. 
son frere, san* le connaitre, il sexpatria et se re- 
tira h la cour de Prostos, roi d'Argoa. Ce priace. 
jaloux dc son h6te et ne voulant point vicder les lc* 
de lhospitalite, envoya le heros h Iobates, *oa bea» 
frere, roi de Lycie, apres avoir remis a Bellercphc^ 
des tablettes oU etait grave, en signes mysteriecx. 
lordre de lui donncr la mort. Iobatt« lui ordaa&i 
de combattre la Chlmere, persuade qu*il suecmaV- 
rait dans cette lutte : mals, monte sur Pegase. Bel- 
lerophon tua le monstre. epouaa la fllle du Trta * 
Lycie et lui succeda. — L'expresslon Itttrts 4t «w- 
Urophon sert a disigner de* lettre* e<rlte« c«»tre 
ccux m«mes qui sont charge* de le* porter, ou aua- 
plcment une recom m a n da t ion trompeuse. 



Digitized by 



Google 



BEL 



LLK. faubourg do Paris, anc. comm. 
reunie a la capitale depuia I860. (Hab. Bellevillois.) 

BBLLBVILLB, ch.-l. dc o. (Rhone), arr. do Ville- 
franchc; 2.900 h. {Bellevillois). Ch- de f. P.-L.-M. 
Toilcs, rins. 

BBIXBVUB [oil] village de Seine-et-Oisc. arr. de 
Versailles, au-dessus de la Seine, d'ou Ton jouit d'une 
vue magniflque ; beau chateau construit en 1718 par 
M"« de Pompadour, aujourdTiui detruit; 4800 h. 

■BLLBY [bb-U\anc. capit. du Bugey, ch.-l. d'arr. 
(Ain); 6.500 h. (Be liey sans. )Ch. de f. P.-L.-M., a 74 kil. 
8.-E. de Bourg. Eveche. Pierres lithographiqucs. 
Patrie de Brillat-Savarin. L'arrond. a 9 cant., 
116 comm., 78.000 h. 

BBIAIABD [ar] (Augustin-Daniel), general fran- 
cais, ne a Fontenay-le-Comte ; se distlngua dans les 
guerres de l'Empire (1769-1832). 

BB1A1BVBB (Pompone de), surintendant des 
finances sous Henri III, chancelier de France sous 
Henri IV (1529-1 "!07). Divers autres membres de cette 
famille ont rempli d'importantes fo notions dans la 
magistrature. 

BELLIXI. nom d'une illustre famille de peintres 
venitiens, dont les plus remarquables sont Jacopo, 
Grntilb et Giovanni, plus connu en Prance sous le 
nom de Jean Bellin. 

BBiXJmi (Vincent), celebre compositeur de mu- 
sique, ne a Catane (1801-1835). Ses chefs-d'oeuvre, qui 
valent surtout par la purete do la melodic et Ic sen- 
timent dramatique, sont la Sonnambula, Norma, les 
Puri tains, le Pirate, Zaire, etc. 

BKU.INBOlVA.v. de Suisse, c. du Tessin. sur le 
Tessin; 3.300 h. Commerce do transit tres actif. 

BBLLMAM, poete scandinave, n6 a Stockholm, 
surnomme I'Anaere'on de la Suede (1740-1795). 

BEIA05TB, d£esse de la guerre chez les Romains. 
Le nom de Bellone appartient a la poesie et cntre 
dans certain es periphrases, comme : les champs de 
Bellone. les champs de bataille ; les fureurs de Del- 
lone, fUreur qui anime les soldats au combat. 

BB1*14»T [bc'l-lo] (Joseph-Ren^), marin francais, 
ne" a Paris, m. dans les glaces polaircs, victimc du 
denouement qui le poussa a la recherche de sir John 
Franklin (1826-1853). 

BEL.MWAQUB* (les), puissante tribu de laQaulc 
Bclgique, dans le Beauvaisis. Elle resisia energique- 
ment a Labi«nus et a C4sar. 

BBLLOVBflE. chef gaulois, neveu d'Ambigat, roi 
des Bituriges. T l franchit les Alpes et s'dtabllt avec 
ses tribus dans la vallec du Pfl, qui prit le nom de 
Gaulc Cisalpine (v« ou vi« siecle av. J.-C). 

BBIJLOY (cardinal Jcan-Baptiste de), archeveque 
de Paris, ne a Morangles (Oise) [1709-1808]. 

BBLLOY (Pierre-Laurent de), poete francais, ne 
a Saint-Flour, auteur du Siege de Calais, tragedie 
patriotique (1727-1775). 

BBLLtffE, v. forte dltalie, dans la Venelie, sur 
la Plave, affl. de l'Adriatique ; 16.000 h. Masscna y 
vainquit les Autrichicns le 13 mars 1797. 

BELLIINE (due de). V. Victor. 

BBEJBOIVT [mon], ch.-l. de c. (Aveyron), arr. de 
Saint-Affrique, sur la Ranee, affl. du Tarn; 1.340 h. 

BELMOIVT, ch.-l. de c. (Loire), arr. de Roanne; 
3.400 h. Soie, lin. 

■CLOU (Pierre), naturaliste francais, ni pres du 
Mans, un des precurseurs de Cuvicr (1517-1564). 

BBLBT [to] (Adolphe), romancier, auteur drama- 
tique francais, ne a La Pointe-a-Pitre (1829-1890). 

BBLOlTCffMTAtt. pays d'Asie, a l'E. dc la 
Perse : contree montagneuse et sauvagc, ou crrent 
des tribus nomades de pasteurs ; superf. 275.000 kil. 
carr. ; pop. 400.000 h. (Biloutches.) Capit. Kilat. — 
Forme un kanat dont le souverain est en r£alite 
vassal des Anglais. 

BBLPBCB ipSca"], ch.-l. de c. (Aude), arr. dc 
Castelnaudary, sur la Vixiege, affl. au Grand-Hers : 
1.800 h. Drap, toiles. 

BBLPHBGBB* idole des Moabites, des Ammo- 
nites et des Madianites, qui, dans la theologie sy- 
rienne, symbolisait, croit-on, le soleil. Les Israelites 
lui rendirent parfois hommage. 

BBI4MUVCB [zun-se] (Francois de), evequc de Mar- 
seille, ne a la Force (Perigord) ; il montra une cha- 
rlte herofque pendant lapeste de 1720-1721 (1671-1755). 

BBE.T (Brsmd- et Petis-), nom de deux detroits ; le 




I — BEN 

premier entre les lies de Fionie et Seeland, le second 
entre la Fionie et le Jutland. lis reunisscnt la mer 
Baltique a la mer du Nord par le Cattegat et le Skager- 
Rak. La navigation y est dangercusc et malaisee. 

BKLIM [luss], chef legendairc assyricn, pore de 
Ninus. 

B«W6d*re (music du), celebre muse-e de Rome. — 
Le meme nom est donnl a la principalc galerie de 
peinture dc Vicnne. 

BELVB0 [vhss], ch.-l. de c. (Dordogne), arr. de 
Sarlat. sur la Noze, affl. de la Dordogne; 1.900 h. 
(Belvizois). Ch. de f. Orl. 

BBIJB, ch.-l. de c. (Morbihan); arr. de Lorient; 
3.100 h. Port sur l'estuaire de I'Etel. 

BEEJH!BUTH,nom dun demon, consider^ commo 
le chef des esprits malins dans le Nouvcau Testa- 
ment. 

BEUlOIf l( Jean-Baptiste). savant voyageur italien, 
nd a Padoue (1778-1823). 

BBMBO [bin] (Pierre), cardinal italien, celebre 
comme prolectcur des lettres et 
comme erudit, ne a Vcnise. Ecri- 
vain plein de grace et de gout, 

II fut lo restaurateur de la pure 
latinite dc Ciccron (1470-1547). 

BB2VARB* \ress\ v. dc l'lndo 
anglaise, sur le Gange ; 209.400 h. 
Ville sacree des Indous. 

BEXDA [bin], famille de musi- 
ciens nes en Boheme dans lc I 
xv nv siecle. 

BEMBBR [bin-dtr], v. dc la 
Russie d'Europe, rcmarquablc ' M . k 

par le siege quy sontint Char- a * mbo - 

les XII co nt re les Turcs, apr£s sa defaite de Pultawa : 
32.000 h. 

BBNDBR-ABBAftfll, v. et port dc Perse, sur la 
mer (TOman ; 8.000 h. 

BBNEDEK (Louis de), general autrichicn, ne a 
G2denbourg ; il pcrdit en I860 la bataille de Sadowa 
(1804-1881). 

BENKDElf (van), zoologiste beige, n& a Malincs 
(1809-1894). 

BBIVBDBTTI (Vincent), diplomate francais, ne k 
Bastia; 11 reprdsentait la France a Berlin lors do la 
declaration dc guerre en 1866 (1817-1900). 

B4a*dleit* (le), tableaux de Lc Brun et de Char- 
din, au Louvre. 

B4a4«1lctlaa. L'ordre des b6nedictins fut fondri 

Ear saint Benoit en 629. Lc celebre monastere du 
lonUCassin (Italic) fut le berccau de cette congre- 
gation, qui a compte parmt ses membres une foule 
de savants laborieux et modestes, et rendu d'immen- 
ses services aux lettres et aux sciences. Cc sont les 
seuls Irudits du moyen age; ce sont cux qui ont 
transcrit, et par la conserve pour la posterite, la 

Slupart des chefs-d'oeuvre litte>aires de la Grece. et 
e Rome. On donne le nom de binidictin a un 
homrae irudit, d'une science profondo et solide. 

B^aMlesioa *«n hUm (la), tableau de Jules Bre- 
ton (1857), musee du Luxembourg; scene rustique 
trait£e avec beaucoup de charme. 

BBXEDIX [diks\ (Julien), acteur et ecrivain dra- 
matique allemand, n6 a Leipzig (1811-1873). 

BBFTBYBNT [i?anj v. forte (TlJalie, pros Naples ; 
21 .660 h. (Biniventins.) Bataille ou Pyrrhus fut vaincu 
par les Romains (275 av. J.-C). Mainfrol. roi dea 
Deux-Siciles, y fut battu par Charles d'AnJou (1266). 

BBIVBVBirr (prince de). V. Tallbvrand. 

BBIVBVB.'VT-I.'ABBAYB, ch.-l. de c. (Creuse), 
arr. de Bourgancuf ; 1.900 h. (Biniventins). 

BEXKBKT [ze] (Antoine), philanthrope am^ricain, 
de la secte des quakers, ct 1 un des premiers defen- 
seurs dc l'emancipation des noirs (1713-1784). 

BB!VFBI.D [bin-fCld'], ancien ch.-l. de c. (Bas- 
Rhin), sur I'M, affl. du Rhin ; 2.500 h. Cede a l'Alle- 
magne. 

BBIf PBY [bin- ft] (Theodore), philologue et orlcn- 
taliste allemand, ne k Nmrten ; auteur de remarqua- 
bles travaux sur le Sanscrit (1809-1881). 

BBIV6ALB [bin], gouvernement de l'lnde an- 

?laise, la plus important^, des grandes divisions; 
4.7*5.000 h. (Bengalis.) Capit. Calcutta. 



Digitized by VJ 



oogle 



BEN — 11 

BBBBALB (golfe du), form* par la mer dea Indes, 
entre l'Hindoustan et rlndo-Chine. 

BBIVCWBLA [bin], v. dc la colonio portugaise 
d' Angola; port sur 1 Atlantique ; 3.000 h. 

BBWI-ABBEB, puissante tribu kabylc d'Algexie. 

BBlflUNB (saint), apdlre do Bourgogne, martyr 
vers 179. Fete le 1" novembre. 

BBMI-MEIIB*, village d'Algexie, arr. d' Alger ; 
476 h. Ch. de f. d'Alger a Oran. C'eat pres de 1A que 
fut blcsse a mort le sergcnt Blandan (1842). 

BBltllf, v. capitale d'un royaume de meme nom, 
eD Afrique, pres de l'embouchure du Niger. Aux 
Anglais; 15.000 h. 

HKXIXCOM (Ange-Marie), compositeur italien, 
nc a Brescia (1779-1821). 

BENJAMIN [bin], dam la Bible, dernier flls de 
Jacob, de la m6me mere que Joseph/Jacob avait une 
predilection marquee pour cet enfant, dont la nais- 
sance avait coute la vie a Rachel, eon epousc bicn- 
aimee, et 11 lui avait donne le nom de Benjamin, 
qui, en hebreu, signitle « flls de ma droite ». Cost 
par allusion a cette preference que Ton donne le 
nom de Benjamin, devenu synonyme de bien-aimi, 
au dernier-no d'une nombreuse famllle. Ce nom est 
aussi celuide l'une des douze tribug d'Israel. 

BBNMBW ( Louis ), pbilologue allemand, n6 a 
Erfurt (1818-1901). 

BBNN1UMB2V (Auguste de), g6neral russe, n6 k 
Brunswick, battu par Napoleon a Eylau (1 745-1826). 

BBNofT B'AlfiAKB (saint), reformateur dc la 
discipline monastiquc (7150-821). Fete lc 12 fevrier. 

BBNOiT DB XIKSIK (snint), pretre italien. fuii- 
dateur dc l'ordrc des benedictius vers 529. Fete le 
21 mars. 

BBMOtT 1", pape de 674 a 578 ; — Benoit II 
$aint), pape de 68V a 685; — Benoit III, pape dc 
855 a 868 ; — BenoIt IV, pape de 900 a 903 ; — Be- 
noit V, pape de 964 a 965 ; — Benoit VI, pape de 972 
a 974 ; — Benojt VII, pape de 974 a 983 ; — Benoit VIII, 
pape de 1012 a 1024; — BbnoIt IX, pape de 1033 a 
1048 ; — liENoiT X, antipapc de 1058 a 1059 • — Bk- 
noit XI, pape de 1303 a 1301; — Benojt XII, pape 
de 133V a 1342; siegeait a Avignon • — Benoit XIII, 
antipape de 1394 k 1424 : — Benoit XIII, pape do 
172V a 1730; — Benoit XIV, pape de 1740 a 1758. 

BBNoIt de Sainte-Maure, trouvere francais du 
xir» siecle, originaire dc Touraine, autcur d'une cc- 
li'bre Chroniqut tie ft dues dr Normandic. 

BEXSBBADE [bin] (Isaac), pocte de la cour de 
Louis XIV, ne k Paris (1612-1691), autcur de son- 
nets et de rondeaux celebres. 

BBMTHAH [bin-tarn'] (Jeremie), philosophe et ju- 
risconsulte anglais, ne k Houndstich; la Convention 
lui decerna le litre de citoyen francais. Selon lui, 
tout gouvernement aquatre buts principaux : s'oc- 
cuper de la subsistance, favoriscr l'abondance, pro- 
curer la surete, tendre a l'egalite (1748-1832). 

BBIVTIVOGLIO \bbn'-ti-vo-i-li-o], famille prin- 
cierc italienne, longtemps souveraine de Bologne 
(xv« et xvi« g.). 

BEKTIVOliL.IO(Corneille), cardinal italien, n6 a 
Fcrrare,noncedupapeaupresdeLouisXIV(lt>88-1732;. 

BGNTLBY [btn-tle] (Richard), celebre pbilologue 
anglais, ne k Oulton, conite d'York (1661-1742). 

BENY-BOC'AGE (Le), ch.-l. de c. (Calvados), arr. 
de Vire ; 8S0 h. 

BEOTIE 'st\, contree de l'anc. Grece . capit. 
Thebes. Lcs habitants (Bvotiens) 

1>assaicnt pour avoir l'esprit 
ourd et grossier. — Le nom de 
Jitoiien a depuis pa^se dans la 
lan<;ue, et s applique a un es- 
prit pea cultive. indifferent a la 
beaute, artistique. 

REKIV^.R [jt] (Pierre- 
Joan de), eelobrc chansonnier 
francais. ne a Paris le premier 
dans \an genre qu'ilasu souvent 
clever a la hauteur de la poenie 
lyrique ( 17ho-1S:,7 ). Le View* 
Serycnt, le Dieu de* bonnes 
f?<ri<. la Grand-Mere sent long- 
tempM rebtOca populaires entre toutes scs chansons. 




BER 



, province de l'lnde anglaisc, dans le 
Deccan septentrional ; 2.754.000 h. 

BBAAKB [rar] (Frederic), medecin eC hjgidniste 
francais. ne a Montpellier (1789-1828). 

BBBAT [ra] (Frederic), poeteet compositevr fran- 
cais, ne a Rouen ; ami de Berangcr. il est l'aatesr 
d'un grand nombre de chansons res tecs populaires : 
Ma Normandie, la Litette de Stranger, etc. { IB>t-13S»i. 

BBBBEB [b*r-ber\, viUe de la haute Nuhie, sax 
la rive droite du Nil : 12.000 h. 

BERBBBA, v. d'Afrique, capitale de la Somahe 
anglaise, sur le golfe d'Aden ; 4.000 h. 

BEBBBBBB, race de l'Afrique septentrioaak. 
qui coxnprend lea Kabyles, lea Tonareg, diver*M 
tribus du Maroe, etc. lis descendent dea aaeieas Ksh 
mides. et il ne faut pas les confondre avec lea Arafee*. 

BBRCBBVX [chou] (Joseph), poete frmafais. o* a 
Saint-Symphorien (Rhone) ; auteur de la G aur a my 
mie (1765-1889). 

BBBCM, comm. du Pas-de-Calais (arr. d* Ham- 
treuil) ; 7.800 h. (Berkois). Bains de mer ; caaaloriaai 
pour enfants d^biles. 

BEBCV. anc. comm. voisine de Paris, sur la me 
droite de la Seine; reunie a la capitale ea l**o. 
Grand entrepot pour les vins et les eaux-de-rie. 

BERBITCBEr, v. de Rustic (gouv. de Kie*\, rar 
un afA. de la Teteref ; 64.000 h. 



Der»iiK«r. 



■w- [ran-it), petit-Ills de Loai* le 
Debonnaire par sa mere Oisele ; roi d'ltalie ea &b. 
Habile general, mais deteste a cause de ses ahv*. il 
fut assassins k Verone (924); — BtaBNOKK II. prtiv 
flls du precedent, roi d Italic en 950 ; il fut d«tr*se 
deux fois par Othon le Grand, qui 1'envoya prisee- 
nier k Bamberg (964), oil il mourut en 966. 

■BIHIGER, celebre heresiarque francais. c£ 4 
Tours ; il fut condamne par plusieurs cone des ; 99*-t&t 

BBBB1V6BB (Thomas) dit B/rtnger de Id Drtme. 
criminaliste et magistrat francais, ne a Valeafr; 
dirigea les dcbals dans lcs proees politique^ juxes & 
Bourges (1848), et a Versailles (1849) [iHi-l**^. - 
Son flls Rene, hommc politique, ne a Vaieace ea 
1830, a fait voter la loi sur le sursis des peaalite$. 

BBBBN«tBKB [ran], relne de Uet»n et de Ca«- 
tillc, flllc de Raymond III de Castille. feauac d Al- 
phonse VIII; morte en 1149. 

BEBE!«1CB V prince sse juive, de la Camille d~W- 
rodc, nee en 28. Titus 1'emmena k Rome et voofcl 
lepouscr ; mais il dut la renvoyer en Judee. aal«re 
elle et malgre lui, pour ne pas mecontenter le pesple 
romain. 

B^realee, tragedlc en cinq actes et ea Ters. 4e 
Racine (1670), compose* a la demand* de Hesnetie 
d'Anglcterre, duchesse d 'Orleans. Cest une -vcritahta 
elegie historique, inimitable pour lVlegance harsbo- 
nicuse du style et la beaute exquise des senuiaesli. 

Berenice (la Chevelure de), consteUation de fste- 
misphere boreal, situee entre le Bouvier et le bw. 

BBBB0POBB (William), general ang laia. D c*& 
battit en 1813-1814 a cote de Wellington (176^-18^4; 

BBBEBlIfA (la), riv. de la Rustic d'Europc, af^ 
de droite du Dnieper, tristement celebre p*r le pas- 
sage, du 26 au 29 novembre 1812, de l'annee fraac*i« 
qui nc dut son salut qu'au devouement des poau«- 
niers du gen*ral Eblc. 

HERU [oerya] (anc. ditch/ de), parti e de la Prosse 
rhenane (prov. do Dusseldorf). 

BEHttAMB, v. du royaume d'ltalie, a 40 ail. N -F. 
de Milan ; 40.000 h. {Bergama$ques). Patrie de Ui? 
fei, Donizetti. Tiraboschi. 

RERfiAMB (Nicolas), avocat et publici<«te. rt> a 
Lynn; celebre par scs dcmelds judiciairo* an - 
Beaurnarchais; auteur d'un Essai sur la jw-vyr;^ c 
(i Tin)- 1832). 

bkh«BW [ghen'], v. de Norvege. sur la i^ze 6: 
Bergen; 72.300 h. Port trcs actif. Poi^soes seo. 
planches, goudron. 

BERSjiBIV, village de Hcsse-Cassel. oit les Fran- 
cais battirent les Prussiens le 3 avril 1759. — VulAp? 
dc Hollande ou une armee anglo-ruase fut Itatwe 
par Brune (19 sept. 1799). 

BBBttBB BB XI^UBT (Jules), erudit frmmcat*. 
ne a Versailles (1801-1863). 

Berger* 4*Are«41« (les), chef-d'opurre da Uon^re- 
dans lcquel Poussin a voulu exprimer la fragJii* 

Digitized by VjOOQIC 



BER 

u bonhcur. Quatre pcrsonnages groupcs derant la 
umbo d'un pasteur y dechiffrent cettc inscription • 
Ct in Arcadia ego! « Et mol aussi j'ai vecu en Ar- 
adic ! », par laquelle le mort semble leur dire • 

Comme vous J'af vecu heureux en Arcadie, et main- 
enant je ne suis plug. » 

BMGBBAC [rak], ch.-l. d'arr. (Dordognc), sur la 
>ordogne; 15.960 h. (Bergeracoie). Ch. de f. Orl a 
8 kil S.-O. de Perigueux. Truffes, vins. Patrie du 
larechal de La Force, Maine de Biran, Faugere 
.'arrondissement a 13 cant., 172 comm., 102 000 h 

BKHUKRAf (Cyrano de). V. Cyrano. ' 

♦"^fT* ** 9mm *T£ ,|N ' a V M' tableau de Fr. Mil- 
rt (186V), scene poetique dans ion humble realite 

■ierceriea (let), pastorale de Raean, en cinq actes. 
1 y regne ce ton de galanteric a la mode au xvii« s. 
t cette melaphysique amoureuse qui faisait les de- 
ces de 1'hotel de Kambouillet ; mais un juste scn- 
iment de la nature n'en est point absent (1628) 



"^~»""T""iTT^ l i?A f m J ( Nlc °l*»)» celebre peintrepay- 
agiste de l'ecole hollandaise, ne a Harlem ; auteur 
cs tableaux le Qui, CAbreuvoirJe Bae, etc.(16J0~1683) 
A BKBi ® ,BR [ >'*-*J ( Nic <>l*«). theologien francais, 
A a Darney ; auteur d'un Dictionnaire tMologigue 
res estime (171M790). * 

"f*! Ma J! iA * w (Torbcrn Olof), celebre chimiste 
uedois. On lui doit une celebre classification chi- 
mque des mineraux (1734-1784). 

L " Km f"?o P ;"?°" (*om\ v. de Hollande, sur 
fcscaut; 12 600 h. Ville prise par les Francais en 
<ti et en 1795. 

, ch.-l. de c. (Nord), arr. de 



——_.—.,_„- i«^'-y«cj, cu.-i, ae c. mora), arr. de 
>unkerque; 5 250 h (Berguois). Por sur les canaux 
le la Colme et de Bergucs ; ch. de f. N 
.^WI* ou ■■■»■*« (ditroit de), entre l'Asle 
tl Amerique septent, reunissant l'ocean Paciflque 
1 1 ocean Glacial. Decouvert en 1728 par le navura- 
cur danois Vitus Bering (1660-1741). 

BBBING ou BEHBIXG (merde), parUe nord du 
^acinque, entre l'Asic, 1' Amerique et les iles Aleou- 
icnnes. 

BEBIOT [ri-oj (Charles de) , celebre violoniste 
>elge, ne aLouvain (1802-1870). 
, MW8UV, v. de U Russie d'Europe (rout, de 
therson); 12.000 h. 

bmmbuey [U] (George), philosophe idealiste 
rlandais, qui s est propose de consolider le theisme 
>ar sa critique de la matiere (1684-1753). 

BBRB.M, comte du centre de l'Angleterre : ch.-l. 
fading; 238.450 h. ^ ' 

BBBXAIMOIVT r/<?-mon], ch.-l. de c. (Nord), arr. 
I Avesncs, sur la Sambre ; 2.R50 h. 

BBRLlCHlBtiBX (Gats de), vaillant chevalier 
tllemaad. surnomme Main de fer, dont Goethe a fait 
c hero* dun de ses drames (1480-1662). 

BBBAIX, cap. de la Prusse et de 1'empire alle- 
nand. sur la Spree, a 1.070 kil. N.-E. de Paris • 
.889.000 h. (Berlinoit). Grande et belle ville tres 

i on i m J2F a . n , tc -. Elle fut * au xvu# 8i6cle . la6 «»« «e plus 
le 7.000 rcfugies protcstants francais. En 180G les 
.• rancais y entrerentet 1'occuperent trois an*. Kn 1878 
es puissances curopeenncs y tinrcnt un Congres et 
r signerent un traiie relatif a la question dOrient. 
rTw l fn° nna,t , . a / ameuse .repon«e : . II y a des juges 
i Berlin •, que it le meunier dc Sans-Souci au trand 
-'redenc, qui lc menacait dc . * 

-'einparcr de vivc force de son 
ieritagc s'il s'obstinait avouloir 
c conservcr. Ccs mots ont forme 
ine locution provcrbiale, que 
on cmploio dans toules les cir- 
onitances analogues, e'est-ft- 
lire lorsque la force pretend 
'emporter sur le droit. 
BBBLlOS (Hector), celebre 
omposttcur et critique musical 
rancai», ne a la Cote-Saint- Au- 
tre (Isere) ; auteur des Troyem, 
le la Damnation de Faut't, de « , 

lenvenuto Cellini, de Biatrir l»«ri««. 

t Binidict. dc YEnfance du Christ, etc.. omvren 
emarquablcs par la science de l'orchestratiun et la 
.uissance du sentiment dramatique (18(W-I8(i9). 




- 1173 - BER 

BBKBIIJBB l#r, roi des Asturies, de 789 a 79! -, 
Bkrmudb II, roi des Asturies ct de Leon, de 982 a 999 
— Bkrmudb III, roi des Asturies ct de Leon, de 1027 

BBIIMi nf-M (Us\ groupe d'iles an B Iaises de l'u- 
cean A lantique, au N.-E, des Antilles, appartenant 
a 1 Angleterre ; J7.500 h. (Bermudiem). Cafe, epices 

„A BB y ,rA ?f OT T. K ! CCharles '' marechal de France, 
ne a Pan. II se distingua dans les guerres de la Re- 
volution et de 1'Empire. Adopte en i8io. par le roi 
de Suede Charles 3Cm, ii oublia son originc i>our 
se Joindre en 1813 aux allida pour combattre les 
I'rancais, et devint roi de Suede en 1818 sous le nom 
de Charles XIV ou Charles Jean (1764-1 84i) 

■RBMHI) \nar], ftls de P^pin. roi d 'Italic vaioeu 
par Louis le Debonnaire. son oncle, qui lui lit crever 
les yeux (818). 

BBRlk % ui#. due de Septiuianie, dc 820 a 844. II cut 
de violentes querellcs avec Louis le Debonnaire et 
Charles lc Chauve, qui le tit executer. 

BBBJVAHD DR Mt\TMO\ (mint), fondaleiir 
des hospices du Grand et du Fetit-Saint-Bcrnard 
dans les Alpes. Fete lc lSjuin {923-iOO»j. 

BBBJI %itu (mint), n6 au chateau de Fontaine- 
pres Dyon, l'une des plus Rrandcs figures du chris- 
tlanisme mHitant, adversaire dAbelard. II fonda 

I abbaye de Clairvaux ct precha la 2* Croisade. On 
lui doit de nombreuses ct remarquables Lettres 
des traitn de theologie, etc. Bossuet a ])rononce un 
magniflque Panegynque de mint Bernard. Feie le 
20aout (1091-1153;. 

BBBUf %HI>. due de Saxe-Weimar, ne a Weimar 
un des gtiueraux les plus celebres de la guerre do 
Trente ans. II commanda apres Gustavt-Adolphe 
larm6e isuedoiee, et fut pourvu, grace a l'appui de 
Richelieu, du ducbe d' Alsace (I60V-1639). 
t BB vk, ARD (Samuel), riche financier sous 
Louis XIV et Louis XV. Le tresor public dut avoir 
pluweurs fois recours a lui. et Louis XIV, dans 
sa detresse, alia jusqu'a lui lake les honneurs de 
Marly (1651-1739). 

BEBJIARD (Charles ,«/«?), romancier francais, mi 
a Besancon (I8u4-18»0). 

BBKBAKD (Claude), celebre physiologiste fran- 
cais. ne a Salnt-Julien (Rhone). 

II decouvrit le rdle du pancreas 
dans la digestion des corps gras, 
et demon 1 1 a que le foic trans^ 
forme en euere certains elements 
du sang (function glycog Unique), 
he belles recherches sur le sys- 
teme nerve ux du grand sympa- 
thique l'ont conduit a admettre 
Texistence de centres nerveux 
agissant independamment du 
grand centre cerebrospinal. II 
est le* plus illustre represen- 
tant de la science experimentale 
a la fin du x«e siecle (1813-1878). 

BKRIfAHD (Grand- et Petit-Saint-). V. Saint- 
Bernard. 

BBKl«Allltl\ DE KUVI-I'II ItHI! (JacqilCi. 

Henri), ecrivain et naturaliste 
francais, n^- an Havre, auteur 
de Paulet Yinjinie, de la i'hau- 
miere imiimne. d L -s Etuttes de 
la Nature, etc, Ses ouvrages ont 
contribu* k rninener dans la lit- 
t£raturc francaise lc gout de la I 
nature (I737-18H). 

hkhj\a\ii 1 t , ch.l. de c ,\ 
(Somme), arr. de Doullens; 810h. ' 

BBR1VAV (ni), ch.-l. d'arr. 
(Eure), sur la Cliarentonne, affi. 
de la RiUe ; 6.20U h. (Bemmtens) 
Ch. de f. O., a 40 kil. N.-O. d'Ff- 
vreux. Lainages, rubans. toiles; d» SBtBt-Pferm. 
chevaux, grams. L'arr. a 6 cant., 124 comm., 55. TOO h. 

BKI *^ rB< ** '■W Ibtntr], v. du duchc d'Anhalt, Bur 
la Saale. affl. de l'Klbe. IndiiKtrie active ; 34.500 h. 

■RRWR, cap. di> la Suisse, cb.-l. du cant, de Berne- 
sur l'Aar A !i~7 kil. S.-K. de Paris; 69.000 h. (Ber- 
nois) .Industrie active; nombreux eUblissements 

8t 'io" t -l f, V es - Patpie dc Bal'er, Bonstettcn. Le cant, 
a o89.o00 h f-> 

Digitized by VjOOQIC 





BER - n 

[nor](Rosinc Bernard, dite Sarah), 
artiste dramatique francaise. nee a Paris en 1844. 

■BHII (Francois), poetc italien, ne en Toscane ; 
il a excellc dans le genre burlesque; m. en 1536. 

BBBlflBR [ni-i] (Francois), voyagcur francais, 
ne a Angers ; medecin d'Aurengzeb. Ses Voyages. 
relations d'un sejour en Orient, sont regardcsconime 
un modele d'exactitudo (1625-1688). 

BBBJVIBK (Etienne), prelat francais, nc a Daon 
(Maycnne), un des principaux ndgociateurs du Con- 
cordat, plus tard 6voque d'Orleans (1762-1806). 

BBKNINA (/a), montagne des Alpes Rethiques 
(V.052 m.), pres de laquclle se trouvent les sources 
de 1'Inn ct le col de la Bernina (2.33V m.), qui va de 
l'Engadine (Suisse) a la Valteline (Italic). 

BBRMilVI, dit le Cavalier Bernm, peintrc, sculp- 
teur et architecte italien, ne a Naples. 11 vint en 
France en 1665, sur la demande personnelle de 
Louis XIV. La posterity n'a pas rati/16 les eloges 
pompeux qui lui furent deccrnes de son vivant 
(1598-1680). 

BBRIVIB [niu] (Francois-Joachim de), prelat et 
poete fr., ne a Saint-Marcel (Ardeche). Ses petits 
vers, qui lui valurent le surnom de Babet la Bm. 
sj«i«cMr«» le flrent bien voir de M"» de Pompadour, 
et assurerent sa fortune. Ambassadeur, ministre des 
affaires etrangeres,- sous Louis XV, au debut de la 

Suerre de Sept ans, archeveque d'Albi, cardinal, il 
nit ambassadeur a Venisc et a Rome. On lui doit 
de curieux Mt moires (1715-1794). 

BBB!V«rLLI [11 mil.], nom de pluslcurs mathe* 
maticiens suisscs, issus d'une famille hollandaise 
refugee a Bole. Les plus celebres sont Jacques 
(1654-1706) et Jt an Ber«*alll. qui deeouvrit le calcol 
exponentiel et la methodc pour integrer les fractions 
rationnelles (1667-1748). 

BKRM0TORP (J can-Hart wi <r). ministre et phi- 
lanthrope danois, surnomme fOracle danois par 
Frederic le Grand, ne en Hanovre. II repandit dim- 
menses aumdnes, affranchit ses paysans du servnge 
(1712-1772). — 8on neveu, Pirrrb (1735-1797), fut ausai 
un homme d'Etat distingue. 

BBBU»Al»B BB TBRYliXB (Francois), ecrivain 
francais, n6 a Paris en 1558, auteur du At open de 
parvenir, dialogue d'une verve amusantc, mafs par- 
fois licencieuse ; m. apr6s 1023. 

BBBOALto (Philippe), litterateur italien, ne a 
Bologne ; enseigna a I'Universite de Paris (1453-1503). 

BRBOSB, pretre chaldecn (hi* s. av. J.-C), auteur 
d'une celebre histoire de la Chaldee et de 1 Atsyrie, 
aujourd'hui perdue. 

BBBlQtlllW [kin] (Arnaud), litterateur francais', 
ne a. Bordeaux, auteur de VAmi des enfants et de 
pieces elegiaques d'une douceur assez fade, que Ton 
a appelees Berquinades (1774-1781). 

BBBBB, ch.-l. de c. (Bouches-du-Rhone), arr. 
d'Aix, sur I'etang de Berrc; 1.950 h. (BerMt ins.) 
Ch. de f. P.-L.-M. 

BBBBB {Hang de), vaste lac des Bouches-du- 
Rhone, communlquant avec la Meditcrrance. Sali- 
ne*, peehcries. 

BBBR1AT-0A11VT-PRIX, nom de plusieurs ju- 
risconsultes francais ; le plus celebre, Jacques, est 
ne a Orenoble (1169-1845). 

- BBBVYBB [ru-ie"! (Isaac), jesuite francais. ne h 



Rouen, auteur d'une Histoire du peuple de Dieu, 
' ""- " xea legeres (1681-1758). 
BY, anc. prov. de France, anncxee a la cou- 



pleine de reflexions tres higeres (161 



ronne sous Philippe !•«•. qui l'achfta (1100); cap. 
Bourges; a forme les dep. du Cher et de Ylndre. 
Hab. Berrichons. 

BBBJBY (canal du), canal qui fait communiquor 
les bassins houillers do l'Allicr : 1» avec le canal la- 
teral a la Loire; 2» avec la vallee du Cher. 

BBBBY {due de), un des oncles du roi Charles VI 
(1340-1416). - Petit-Ms de Louis XIV (1686-1714). — 
Second flls de Charles X, no a Versailles, assassini 
par Louvel (1778-1820). — La femme de ce dernier, la 
duchesse de Berry, fllle de Francois I««" de Naples, 
nee k Palermc, femme encrgique et romanesque, 
essaya, en 1832, de soulever la Vendee contre le gou- 
verncment de Louis-Philippe; ellc echoua et fut 
quelquo temps empriaonnee a Blare (1798-1870). 
• BKII " YK " IW-e-J (Nicolas), celebre avocat fran- 
cws, n6 a Sainte-Menehould ; defendit le marechal 




l — BER 

Neydevant la cour des pairs (1757-1841). — Son Hit, 
Antoinb, ne a Paris, orateur du parti legitimists 
adversaire du second Empire, fut ausai un avocat 
de premier ordre (1790-1868). 

BBMOT [«o] (Ernest), philosophe francais, ne a 
Surgeres, dirccteur de -l'Ecole 
normale superieure (1816-1880). 

IBBT [ber] (Paul), physiolo- 
giste et homme politique fran- 
cais, ne a Auxerre; fut ministre 
de l'instruction publique, resident 
general en An nam et au Tonkin, 
mort a Hanoi (1838-1886). 

BBBT4VT [id] (Jean), poete" 
francais, ne a Caen, oontemporain i 
de Ronsard, auteur de poesies me- * 
lancoliques ct gracieuses (1552- 
1611). 

BEBTBB ou BEBTBABB, 
dite Berthe au grand pied, femme 
de Pepin le Bref, mere de Charlemagne; morte 
en 783. 

BBBTBB. fllle de Conrad, roi de Bourgogne, nee 
vers 962, femme du roi de France Robert. 

BBBTHBL6T [to] (Marcelin), chimiste et homme 
politique francais, ne a Paris ea 1827. auteur de txa- 
vaux rcmarquahles sur la chimie orgaaique et la 
thermochknie- 

BKAWW \U] (Elie), romancier francais, ne a 
Limoges (1815-1891). 

BBBTHBBBBB (Pierre), general francais. ne i 
Vendarguea. (Uerault). It rut commandant en chef 
(1831) de l'armec de TAlgerie (1775-1847). 
. BBBtl'BIBBt [ti-^i (Guillaume- Francois), jesuiie et 
ecrivain francais, ne a Issoudun. un des redacteur* 
du J ournal de Trivoux (1704-1782). 
, BBsmHBB (Louis-Alexandre), prince de di- 
gram, prince de NeuchAtel, mareehal de France, 
n6 a Versailles. Major general de la Grande Armee, 
il jouit d'un grand credit aupres de Napoleon !•>-. 
dont il signa pourtant en 1814 Facte de dcebeanee II 
se tua ou peut-*trc fut assassin* a Bamberg ( l"5J-l«Sk 

BEBTHOLLET [to-lt] (Claude-Louis, eomtt), ne 4 
Talloires, pres d'Annecy. celebre 
chimiste francais. On lui doit la 
decouverte des proprietes deco- 
lorantes du chlore et leur appli- 
cation au blanchiment des toilcs ; 
l'emploi du charbon pour purifier 
l'eau ; la decouverte de la poudre 
detonante de chlorate de potasse, 
I'enonce des lois dela double de- 
composition des scls, etc II suivit 
Bonaparte en Egypte (1748-1822). 

BBBTHOIB (Ferdinand), ce- 
lfebre borloger, ne a Plancemont 
(Suisse); inventa Vhorloge marine 
pour connattre la longitude en 
iner (1727-1807). — Son neveu, Louis (m. en 1*13), ia- 
venta les chassis de compensation, et fit dVxceDeates 
mo n tres marines. 

bbbtillbm (Louis-Adolphe), medecin et sta- 
tisticien francais, ne a Paris (1821-1883). 

BBRTIIV (saint), ne a Constance (Suisae). foada a 
8aint-Omer le monastere de Sithieu ei y naour^ 
en 707. Fete le 5 septembre. 

BBBTilt ( Rose ) , nee a Amiens , marchande de 
modes de la reine Marie- Antoinette, connue par soa 
devouement pour cette princesse (1744-1813), 

BBRTIIf (Pierre), traducteur francais, n« 4 Doe- 
nemarie, prea de Provins. II introduisit en France la 
stenographic, inventee par Taylor en Anzieterre 
(1751-1819). 

BBBTIIV r«t«e% publiciste. n6 a Paris /17«6-i»41 : 
il fonda le Journal des Dibats, aprfsle Id^Bruaiaiie. 
et le dirlgea avec son frere Bertln deYavx(i771-ia42u 

Bertln atnd {poriraU del par Ingres (1832) ; »u&- 

Slioite de la pose, gravite de l'expreasion, pr^ciaiea 
u modele. 

BKRTl!VABnr<f3t](Charles-Antoine).dit C*sus. 
acU-ur celebre, ne a Turin. II joua longtemps A Pan*. 
au Tbeatre-Italien, les rdlea d'Arlequin. avec le pl«s 
vif succes (1713-1783). 

BKKTlNCOVRT [hour], ch.-l. de c. (Pas-d* 
Calais), arr. d* Arras ; 1.340 h. Cb. de f. N. 




BMtkNlWi. 



Digitized by VjVJO V 



IV^ 



BER 



— 1175 — 



7 — ■**M* (Pierre), compositeur dramatic uc fran- 
cs, n 4 Pari. (1727-1780); - H«nrj. soVflls, a 
compose un grand nombre d'operas et un Traiti de 
I' harmonic (1767-184V). 

BUTBA1E, flile de Simon de Montfort, epouse 
de Foulqucs d'Anjou, puis de Philippe I« auquel 
ce mariage urregulier attira les foudrcs de 1'EgUse ■ 
m. Ter s 111 8. ' 

BKRTHAMt [tran] (Henri-Gratiea, comte), gene- 
ral francais, n* a Chateauroux. Son souvenir est reste 
populaire pour sa fldelite envers Napoleon I«. quil 
soivit 4 l'ile d'Elbe et a Sainte-HeienV, et dont tfra- 
mena lea restes en 1840 (1773-1844). 

■**™ A!,ra> (Joseph), mathematicien francais. 
ne a Paris (1822-1900); fut membre de l'Acadcmie 
francaise. - 8on frere aind Alexandre, ne a Paris, 
fi 82(M902) travaux darcheologie remarquables 
■WTKATODB miBVixus (Antoine-Fran- 
cois) , ministre dc la marine sous Louis XVI , ne a 
Toulouse. II se signala sous la Restauration par l'ar- 
?-»?/ #*f * sentiments royalistes. et fut aurnomme 
r Enfant terrible du royahsme (17U-1818). 

Brrtrwd et Ratao, noms des deux personnels. 
des deux heros de cette charmante fable de La Fon- 
taine : le Singe et It Chat, que tout le monde con- 
i i« e ' deux nom « «ont souvent rappells avec la 
signification metaphorique de dupeur et de dupe • 
WZLV? ^"d* , le *?*** au rU 4 u « de « e briser les 
rSHt'Jk Be T tr f^ d l m ' t n l t tranquiUement l'amande. 
Bertrand, c est Robert Macaite qui lance l'aml Ra- 
ton dans les aventures les plus hasardeuses, et qui 
Erudemment retire 4 lecart, sait neanmoins recueil- 
x tout le profit. 
■crtrui »t R*t*a. comedie de Scribe, en cinq 

5S2i2 !?/*••* im l ); 8atire P*"^"*' P 1 "™ dJ 
Ji o ane **c* du systeme gouvernemental de 

IIBBVJIXB (le cardinal Pierre de), savant predi- 
cates francais, ministre sous Louis XIII, ne pres de 
Troyes, fondateur de l'ordre des carmelitei et de 
la congregation de 1'Oratoire (1578-1629). 

r>^fV MC ^ un des con »^s de l'Ecossc ; 32.400 h. 
Cn.-l. Greenlaw. 



BEU 



■■■» WI C*>»1W-TWBBD, v. et Dort d'EeoM* 
•ur la mer du Nord (comte de' B«^k) ; llSI £ 

«.,?fff!!^f ( ^ W Jacque " de >- fllt naturel de Jac- 
ques II ; se fit naturaliser Francais ; il se distineua 

S^S!E. , lji# ?A il ^ffP orta la ^ctoire d'Almanra 
(1 .07), defendit tr*s habilement lafrontiere des Alpcs 
contre les Imperiaux, devint marechal de France et 
fut tu6 au siege de PhUippsbourg (1670-1734). 

^uS^S^'x^) ( Jc * n -J»«quc»). celebre chi- 
roiste suedois ne aWoesterloesa, un des crcateurs de 
la cbimie moderoe. II institua la notation chimique 
Pf* »Z mbo / e8 ' f ondee sur la notion des equivalents, 
ct determina avec precision les equivalents d'un 
grand nombre de corps simples, decouvrit le sele- 
fi!^ *c- U 6tudia l ^l««*rwy»e et en developpa la 
tbeorie. Son immense reputation lui valut le titre de 
""SSSrtil? ^ 6 de ,,Init "ut de France (1779-18V8). 
-iTffi W $? M i a ?v C * f* p - de la Franche-Comte ; 
ch.-l. du dep. du Doubs; sur le Doubs; BB.400 h. 

i £ t l? n Al U T> * l BlZ £ nt \ n8 ) ; f*- de f - P-L-M., a 456 kil. 
vin-' ?^ Par iK- ,Si 0r,0 S 8rie ' trtflI ««-ie, metallurgie. 
A U L e 4 for H'x Chcf "] ieu du 7 * ^rP 8 d'armee, arcW 
^ ' v^ 6 "? f ' *??"? d'horloger'ie. Patrie de Gran- 
▼ellc, Vatteville, Acton, Pafol, Moncey. Mairet, 
SS^ v- E ouri «^-Pwudh5n,Ch. Nodifr, J. DrS 
f* 016 /' L, Hugo ' ^^ dc B«-n*rd, Clesinger. L'arr. a 
8 cant., 203 comm. ; 106.900 h ^*«r. a 

■BiBWVAL :zan] (le Aaron Pierre-Victor rff), of- 
? . !/- U te e "" ie T^ c .do la France (1722-1791) au- 
tcur de Mimoires fort interessants. 
-. s *f?T* f ?i"^ JCharles Daniowitz, dtt), Bohe- 
mxen a la soldc du due de Guise. II assassina Coligny 
pendant la nuit de la 8aint-Bartheiemy et futlui- 
meme tu^ par BcrteauviUe, genUlhomme protes- 
tant. en 1575. r 

^-TJlf^I^ 1 *^* 1 " L 6 ii' une de8 Provinces meridio- 
nales de U Russie d'Eui-ope, entre le Dniester et le 
Pruth ; 1.933.600 h. Ch.-l. Kckinev. UmeSleT Cl le 

«a arwKS!!S f ^« ca T din ^ *<**), wvant 6crivain. 
n* A Trebixonde ; vecut en Italic ou U contribua 4 la 
renaissance des lettres. 11 fut charge de plusicurs 



ambassades aupres du roi de Prance Louis XI- 
m. en 1472. ' 

BBMflB, ch.-I. de c. (Puy-de-Ddme), arr. d'Issoire • 



— --— -— — — J» ch.-l. de c. (Gard), arr. d'Alais • sur 
J* ^ a / fK , du Kh6M > 9 «X>h. ch. de f pi -M 
Houille, fer, hauls fourneaux, verreriet 

& SSSS™!* f"^ ( Henr i). ingenieur anglais, n6 
r™'?S )rd 'i lu V 5ur d un P«>cede o&bre pourE^trans- 
formation du fer en acfer (1813-1898). *~ uri " ran8 

MKmmjKMmm (Jean-Baptiste). due d'Istrie mare- 

CaTv^o , . 1 .7Har^n! A ) b<tt8e Normandi *. *«• 4 
BBMI11VKII, ch.-l. de C. fHaute-Vienne) mt #i» 

?h Cl de C f'ori* 0artem ^ •"• dJ ?J*SSuS? 2*700 £ 
NMVgriuMJ, satrape qui gouvernait la Bac- 

w^'laZSflft^^r ' g 4^'^ln maifre 

JKinH «i ^^J 1 ^Jj 5 ""- P«« P»r Alexandre le 

SlJ^'Jl? 1 "T 1 * au fr * r ? de Dariu,, • 1 u i I* At perir 
dans d'affreux tourments (328 av. J -C ) 

BKTCHOVA1VA0 [na], tribus cafre's de VAfriano 

australe, qui habitent le BetchovumSand. 1Amquc 

triKlfTI l ^ If !" f , nlJ ' ^"Z de i'ancienne Palestine, 
tribu de Benjamin, pres du mont des Oliviers 

■BTRIL [ten v. do 1'ancienne PalesUne ou 
Dieu, suivantia Bible, apparut a Abrahiu^S 4 Jacob 
A ■*" l "«™COUmT ffan-^OMr] (Jean de) naviira- 
teur normand,chambeUan de Charles vTil "ecf J- 
▼nt les Canaries ; m. en 1406. 

Jn^fT!!!" 1151 ? r *7\ Ti 2 ,a « c de P»»esUne, tribu de 
Juda, ou naquirent David et Jesus-Christ ; 5 500h 

j^f T "!t" W {lhl 'J' c * , * bre famille d « Transylvanie' 
GaborMR^lSf^r 5 "' ° abHel Bethlen « ou ^^en 
?.f^SL (l * y* 1 ! 629 ^ fut un m< >ment roi de Hongrie(1620) 

ilHil* la guerrc de Trente Ans - 
i. JS5I! , ? , iiP 1T t 0111 i Eu »* De l. brillant avocat et 
homme politique francais, ne 4 Paris (!80t-186oT 

BKTHffinEB f6efj, femme que David 6douril nm*. 
SS rt fai ' P* rir Urie J ; son premier mii.'rau fft £ 
mere de Salomon. 

^ B ?T l ? ,IIjlB W T - do 1'ancienne PalesUne, tribu 
de Zabulon, oH Judith tua Holopherne. 

BsBTHtJifB ch.-l. d'arr. ^Pas-de-Calais). ores la 
S5ft%I-; 12 ^h,(^A«noi.);ch'.leTN a 

312 900 h. Buridan * Larr ' * • c* 114 -. 1*2 comm* 

a fourni un grand nombre de personnages distln- 
fienriVv CBt 8<>rti SuUy (V - " mot) ' minisTre de 
BRTIQIIB. partie de l'ancicnne Espagne, arrosee 
ft! l0 * fl : cuv ^ ?*'**< "nommee jadis pSur ,a fert£ 
dat;^°^ hui 1'Andalou.ie FenelSn en a Sit, 
dans son TiUmaque, un magniflque eloge 

tra^Tt5a^ a ^ en n ° m dU Guad «^^vir, qui 

^ A B ^ T T ,If A P/ A11WiSI [ n *' m *]. a mie de Goethe et 
de Beethoven (1785-1890) 

laTMaftd'e feSi^&T" ^ Se " IU; 8Ur 
JT^^iSS^^ "bliographe francais. 

cais K n7a % ?7r i [ « da n ] . ( ? ,an? v 0i8) ' mln ^*Iogi«te fran- 
% n4 > Pa 3 ns - u a d <>nne une cxccllente classifl- 
cation des mineraux (1787-1850) 

BKfJQiiBT [gno] (Claude, comte), homme dEtat, nd 
4 Bar-sur-Aube, nunistre de Louis XVI II < 1761-1835)- 
auteur de Memoiren interessanU. 

BBULB (Charles-Ernest), archeologue francais n6 
4 Saumur, secretaire perp*Huel de I'Academie des 
j.l^-i./", 1 mini8tr « de rinstruction publique 
de 1873 a 1874 (1826-1874). H 

^l Ut S? N9 V rMMAM (Pierre de )> general sous la 
RepubUqueet marechal de France sous la Restau* 
ration; ne 4 Champignolle (Aube) [1752-1821], 



Digitized by VjOOQlC 



BBU 



1176 — 



Blfi 



BSCCY \beusf) (eomte Ferdinand a>\ premier 
ministre saxon, puis euanceUer de r empire austro- 
bonjrroi*, ne k Drecde (IMI-ISM). ,„.,,__ . 

BftCTBBB [tin', v. de Prus«e (Silesie); sur In 
Beuthener-Wasaer, s.-afll. de 1'Oder ; H .400 h. 

BCt-imBM (/e), riv. de France, affl. g. de la 
Loire ; traverae la Bologne ; 1» ail. 

■eiiBVlLLI, ch.-l. de c. (Eure), arr. de Pont- 
Audemer; Z.600h. 

■BVKmLET [vtfr-Je], v. dAngleterre, comte 

d'York ; 12.600 h. mt a m f . 

KIOIl 'Mr-ton] (Aime). naturaliate francais. ne 

a Remiremont. II mt un dc* plus uUlei collabora- 

Uura d»- Buffon <1748-1784). t ^_ 

BBYL.H I be-le] (Henri), critique et romancler fran- 
caia. ne a Grenoble, et connu sou* le p*eudonyme 
de Stendhal, auteur de : f Amour, la Chartreuse 
de Partite, le Rouge et le Noir, etc. (1783-184»). Sea 
o»uvrea valent aurtout par une paychologie p*ne- 
trante et fouillee. 

BBYIVAT (oe-na], ch.-l. de c. (Correze), arr. de 
Brive ; 1.100 h. Cb.de f. Or. 

MfMlTB I W-roii/*], v. de la Turquie d Asie. 
en Byrle; 118.900 h. Port Bur la Meauerranee. Grand 
commerce ; aoieries, tapii, etc. Oat I'antique Beryte 
dea Pheniciens. 

■BIB (Theodore de), ne a Verelay, un det chefs 
du proteatantiame en France. Ecrivain de valeur. 
tl a public une precicuae Histoirt eccUsiasttque de* 
Eg lim rif armies (1M9-1605). 

BBBIKB0 I :«;, ch .1. darr. (Herault) ; aur rOrb et 
le canal du Midi : 52.800 h. (Biterrois). Ch. de f- M., a 
72 all. H.-O. dc Montpellier. Vina ct eaux-de-vie. En 
1209, pendant la guerre dea Albigeois. cette ville Tut 
priae ct aaccagee par lea Croiaea. (V. Albioeois.) 
Patrie de Vamerc, lliquet, Pcllisaon, Mai ran, Vien- 
net. L'arr. a 12 cant., 100 comm., 192.100 h. 

BKSOUT \iou\ (EUenne), mathematicien francais, 
ne a Nemoura (1730-1783). , . „ ,. 

BBEBIOI'I [bed-zu] (Joseph), pcintre italien, n6 a 
Florence (1784-1855). 
BBAUAEJ»OUB, v. dc llndc, aur le Gangc; 

BbAgavata (le), tltre dune aerie cclebre de poemes 
hlndoua, dont lo plua eatime eatle BMqavatapourana. 

■HABTPOtR, v. dc l'Inde; 15.000 h. ; capit. do 
l'Etat de co nom, plac6 aoua lc protcctorat anglais ; 
640.000 h. 

till A PAL, Fiat de l'lndoustan, aoua lc protecto- 
rat anglais ; 9fi0.000 h. ; rapit. Bhdval ; 77.000 h. 

BHOiDi, v. de llndouatan, dana lc Katch, au 
N.-O. dc Kurate ; 25.0110 h. 

BiifBA, bnie de la cote oecldentale d Afnque, 
cntre lc* capa Formoae et Lope*. 

BIAI.A, v. dc Itussie (Pologne, gouv. de Siedlcc), 
aur la Tna; 14.000 h. 

BIABB (Auguste), peintrc francaia, ne a Lyon. 
Son pinceau ailluatre, non aana agreraent, lea moeura 
dc toua lea pays (1798-1RH2). 

BIABHITB [ril*], ch.-l. de c. dea Baaaea-Pyrc- 
ncea : aur lc golfc de Gaacogne; 12.860 h. iBiarrots). 
Ch. de f . M. ot Bayonne A Biarritz. Baina do mer. 

BUM [a**\, un dea aept sages dc la Grace, ne * 
Priene, dana lc vi« aicclc av. J.-C. Comme il etait 
Mouvcnt conaultc par sea concitoyena dana dea affai- 
rca litigicuaca, il refuaa touJours dcmployer aea ta- 
lonta h faire trlompher r injustice, et blentot an 
reputation fut ai bieneiablie quel'ondiaait comrau- 
ncment une cause de I'orateur de Priene pour ddai- 
gncr une cxcellente cause. Priene, aa patrie, ayant 
etc aaaiegee par lea generaux dc Cyrua, toua lea ha- 
bitants a^enfuirent, emportant co qu'ila avaient de 
plua pr*cicux. On a'ctonnait de rinaouciance du phi- 
fosnphe, qui no faiaait aucun preparatif de depart : 
« Je porte tout avec moi », r6pondlt-il, donnant ainai 
a entendre qu'il regardait comme set biena lea plua 
prAclcux aa aageaao et le tr<sor dc aa penaeo. 

BIBAN0 [ban] (difiU des), c«lebre ddflle du Djur- 
jura. en Algerie (prov. de Conatantine). 

BlBKIICO (Georgea), hoapodar dc Valachie de 
184t A 18VI (1804-1878). — Son frere, BAano-DiMftTRB, 
hoapodar dc 1849 k 1888, prit le nom de prince Stirbey 
(V.&tikbkt). — LeniadoGeorgcH.GFOROBs Blhe«eo, 
n6 a Bucarcat, fut offtcier ct ecrivain rran<;ai» fl8.)4- 
1902). 



^— ^ far. Wfc/ioai.e'eat-a-dire Iter* per ex^rflfls« , , 
recnelldeilivre«»acreade*He*resix, diri^ cm te 
parties : TAneun «4 le *>*tx*** reatanaseaat. LA»- 
cien TeaUmeat comprend troia groofea 4« lnra 



tPentateucut. Promhkt*, Bogumphe*), reOaizft a 
religionTa ITiiaioire, aox institottOM et^nx «m* 
des Juift- Le Nooreasi Teal* 
quatre EvangiUa, Ub Actts _. -- _^ 

Bpttrts; a a ete d*abord tot « grec, i J excepted 
de l*ETangile de saint MatUdeii, qua le fat ea Ut-rw 
hebralque! Soua Ptolemee Philadelpbe. TAaors 
Testament fnt traduit en grec par 7i utxbU h*- 
breux ; leur traduction est connue aoas le bos* de 
Version des Sevtante Au it« aiecie U Kbl^ i^ 
enUere fut traduite en latin par saint Jeroxae ; cetle 
traduction, la aeule qui soit admiae dana TEgiase. 
est appelee Vulgate. La Version 4es Septcait eas>- 
tient plusieurs ouTragea considere* comaae apocry- 
phes par les Israelite*, entre autre lea cinq Uvrrs 
des Macehabies, dont les deux premier* aoot ados* 
par l'Eirlise romaine comme authenUqoea. — On 
Sonne le nom dereffeae WUique a l'dtade de la BOAr 
au point de *ue de rinterpretation da sesa et de Tan- 
thenticite du texte. 

Bntre autre* traductions celebres de U Bisk, fl fa* 
•Ignaler, en francaia, ceUe Le Malstre de Saci {nt4 

BiMtesrapfcle sle I* Wwmmc^, journal de riBBprv 
merie et de la librairie donnant chavqoe sematae ta 
Hate des ouTragea qui paraisaent en France [fonde 
en 1811). 

BlMia» t S»esja ie ■■■■■■■«■■ « 
de Diodore de Sidle, ouvrage precieux. 
faitement conserve (r» sieeleaTantJ.-C), 

Dlhllo«SM «jt« II y eut des bibliotbeooe* des b 
plus haute antiquite. Les plus ceicbrea, fare*teefle» 
d'AIexandrte et ds Pergame. Attjourdnai les s*» 
remarquables de ces depou de livrea et de »aao- 
•criU sont : a Paris, lesBibUotfaeque* Batioaale.df 
1' Arsenal, de U Chambre des depute*. Maaarme et 
Sainte-aeneviere ; en Allemagne, ceUes de Leipaar 
de Dresde et de Munich; en j4 ficlelerre, ceUe da 
British Museum, la Bodleienne d' Oxford ; en £#pa- 
gne, celle de l'Bscurial ; en Italie, eelles du Vateu 
r Ambrosienne de Milan, U Lauren tienne de Florence. 
BiBBtACTB* ▼. gauloise dana le pay* den Benecs, 
auj. le **•** Beat**** (Ni*vre). 

nlBULVM [luss], gendre de Caton dTtiqoe, <rJ- 
legue de Cesar au conaulat, en » av. J.-C n exsaya 
en vain de lutter contra r ambition de so* coUegsCv 
ct, reduit A I'impuieaance, ae retira dans an ntaisoa. 
BlCBTBUE, Tillage de France, commune de Krea- 
lin-Bicctre (Seine), au-dessus de laBierre, c* U exb» 
un magniftque hospice pour les vieillard* et le* ato- 
nes ; environ 5.000 h. (Bic4triens). Le mot Biciraa. 
ainai que celui de Cearkhton, est entre dan* le laa- 
gage ordinaire pour exprimer une idee de folie. d ex- 
travagance. C'est ainst que l'on dit de celui ami ae Brir 
a quelque acta insense : c'est un eehappi de Bktwrt. 
BICIIAT [cAa] (Marie-Francois-Xavier^ celebren^ 
decin, anatomiate et pbyaiologiste francatt. ne a Ta*»- 
rette (Jura), auteur dc VAnatomie e«neraie(177i-II«^ 
niche an beia (la), conte de M>* d Aalaoy. Lla 

Itrudence d'unc mere, la haine de la princease Noire, 
a trahiaon de la suivante Longue-Eptne, sont canv 
que la princesae Ddsiree est metamorphoaec en biche 
et manque d'etre tuee par le prince Gucx-rier : sba»- 
grdec a la fee Tulipe, eUe reprend aa forme et k 
prince lepouse. 

BiCO^i-B (La), village d'ltalie, pre* Milan, o* tes 
Francaia et les Suisses, commandes par Laatrec 
furent vaincus par le* Imperiaux ea 15a. 

BIBA (Alexandre), dessinateur francaia. ei I 
Toulouso. Ses compositions rcpreaentent en geaeral 
dea acenea de l'Oriont (1823-1896). 

BIBACHB, ch.-l. de c. (Basses-PyreneesU arr. de 
Bayonnc; aur le Lihoury, a.-affl.de l'Adour; l^tta. 

B1BABBOA (la), fl. qui separe pendant 12 til U 
France oecldentale de l'B«pagne. II forme 1 He deaFai- 
aana, oO fut sign6 le traite des Pyrenee* (1659L et sr 
Jette dans le go^e de Gaseogne, entre Hendaye « 
Fontarabie ; 60 kiL 

BIBrAY. V. PlLPAT. 

BIBL.A (Guillaume de), aatronome autricaten, ae 
K Russia. II obacrva ct dludia la comctc qui porte son 
nom (1782-1851). 



Digitized by VjOOQlC 



BIfc 



— 1177 -r 



BIS 



BIKLAIA-TZKBBOV, v. do Russie, goat, de 
Kiev. Bur la Rots, affl. du Dnieper; SI .000 h. 

B1BUIVBLB (btlfeld'), v. manufaoturiere de 
Prusse ( Westphalie), gur le Lutterbach ; 63.000 h. 

— , v. dltalie. prov. de Novare ; 15.000 hab. 

► ou !•« Mane, lac de Russie, au 
S.-B. du lac Onega. 

BlliL.<N*TBK, v. de Rustic (gouv. de Grodno), 
*ur la Biala; 64.000 h. 

Bi«n pwfclte (Ligue dul, formic en 1 Mi par les 
seigneurs contre Louis XI. Kile fut disseute, apres 
l'indecise bataille de Monllhery, par les traites dc 
Con flans et de Saint-Maur. 

Bie«rai*s (Dei), un des plus eclebres traites phi- 
losophiques de Seneque (i« r siecle ap. J.-C.). 

B1B1W-BOA, v. de la Cochinchine franf aise ; sur 
le Don naif ; 20.000 h. Victoire des Fran$ais sur les 
Annamites en 1861. 

BIBftlfB, v. de Suisse, c. de Berne, sur les bords du 
lac de Bienne, qui communique avecle lac de Neuchatel 
par la Thiele; 24.700 h. Sejour de J.-J. Rousseau en 1765. 

BIBB1VB, ch.-l. de c. (Mayenne), arr. de Cbateau- 
Gonticr, sur le Beron ; 950 h. 

BIBVBJE {la), petite riviere qui nalt pres de Saint- 
Cyr (Scine-ct-Oisc ) , passe pres do la manufacture 
des Gobelins, et se Jctte dans l'egout collcctcur, k 
Paris ; 40 ail. 

BlBVBJt (Nicolas del, litterateur francais, ne a 
Paris, connu par ses calemboura (1747-1789). 

BlBlVOlV (Jerome), magistrat francais, ne a Pa- 
ris; fut precepteur de Louis XIII et avocat general 
au parlement de Paris (1589-1656). 

BliUVOlf (le baron), diplomate sous l'Bmpire, ne 
k La Meilleraye (8eine-Inferieurc) ; ministrc sous 
Louis-Philippe (1771-1841). 

niliOBBK, ancien pays de France, qui avait 
pour capit. Tarbee. (Hab. Bigorrois ou Bigourdan* 
ou Bigordane, etc.) . 

BlttBT BB rmSAMBlVBU (Felix), jurisconsulte 
francais, ne k Rennes ; ministre des Cultes sous le 
premier Empire et membre de la commission qui 
rcdigea le Code civil (1747-1825). 

R1LBAO, v. d'Espagne, ch.-l. de la Biscaye, port 
sur le Nervion canalise, trib. dc l'Octan ; 83.300 b. Com- 
merce actif. Exportation de laines, mineral de fer. 

Bllb»ii«es [ne], personnage des Saltimbanquee , 
parade de Dumersan et Varfn (1831). Bilboquet est 
restd le type de l'industriel qui salt tirer parti de tout 

{►ar les moyens plus ou moins legitimes, qui fait va- 
oir les droits les moins authentiques, et qui, s'll se 
produit unc debacle, songe d'abord ksauver la caiue. 

BI1XAUB-TABBM1VB [bi, U mU.. d] (Jean-Ni- 
colas), conventionnel, ne a La Rocbelle. II contribua 
a la chute de Robespierre; deporte a Cayenne, il 
rcfusa sa grace apres le 18-Brumairc et mourut a, 
Haiti (1756-1819). 

B1IAAUL.T [bi, II mil., 6] (Auguste), homme po- 
litique francais, ne k Vannes ; ministre d'Etat de 
Napoleon III (18051863). 

BILLAUT (Adam), dit Mattre Adam, menuisier 
poete de Nevers, surnomme le Virgile au robot; 
m. en 1662. 

BIL.LECOCQ (Joseph), avocat et jurisconsulte fran- 

Jais. ne" a Paris ; Tun des fondateurs de la SocietApour 
'amelioration du sort des prisonnicrs (1765-1829). 

B1LL.OBI (bi, 11 mil., on), ch.-l. de c. (Puy-de- 
Dome), arr. de Clermont; 4.300 h. Ch. de f. P.-L.-M. 

BIIJITOlf, v. d'Angleterre (comte de Stafford) ; 
25.000 h. Industrie active, mines de houille et de fer. 

BIJVCBB, c de Belgique (Hainaut), arr. do Thuin ; 
1L500 h. Dentelles, verreries. 

BUVBAV [nd] (Jean-Martial), ingenieur et bommo 
d'Etat francais, ne a Gennes. II fut ministre des 



finances en 1862(1805-1855). 

a-Philippe-1 
ticien et astronome francais (1786-1856). 



BllffBT [ne] (Jacques! 



Marie), mathema- 



Btosjraphi* watrersWlto. par Michaud; un des 
ouvrages lea plus considerables et les plus utiles de 
ce genre (1810-1828). 

BIAlff, poete bucolique grec, contemporain de 
Tbeocrite, ne h Smyrne ; il est auteur d'un calibre 
chant funebre en l'honaeur d'Adonis ; m. empoisonne 
(in- siecle av. J.-C.). 

BIOT (Le), ch.-l. c. (Hautc-Savolc), arr. de Tho- 
non ; 615 n. 




BIOT [bto] (Jean-Baptist* ), astronome, mathematl* 
eien, physicicn et chimiste tr„ no a Paris (1774-1862). 

BIBAUUE (Rene de), chancelier de France et car- 
dinal, ne a Milan (1506-1583). Les historiens de son 
cpoque Taccuscnt d'avoir etc l'instigateur de la 
Saint-Barthelemy. 

B1BAJI (Maini db). V. Maine. 

BUtBlff [ren'] (Ernest-Jean de), due de Courlande, 
favori do l'imperatrice Anne, puis exile en Siberie 
et rappele par Elisabetb (1690-1772). 

BIBKB2VFBL.D, petite principaute allemande du 

{rand-duche d'Oldcnbourg, mais enclavee dans la 
*russe-Rhcnane ; 43.500 h. Ch.-l. Birkenfeld; 2.500 h. 

BlBKBIf BBAB [ken-hed J, v. d'Angleterre, comte 
de Chester ; pres la Mersey, en face de Liverpool ; 
114.000 h. VaM-es docks, constructions navalea. 

BIBXANTIB [nfj. Etat de llndo-Chinc; aux An- 
glais ; pays montagneux entrecoupc de forces et de, 
deserts, arrose par l'lraouaddy. Riz, can no k sucre, 
indigo, tabac, coton ; elephants, rhinoceros, tigrcs. 
8 millions d"h. (Birmans). Capit. Bangotin pour la, 
Basse-Birmanie et Mandalay pour la Haute-Birma- 
nie; v. pr. Moulmeyn, Akyab, Bassein, Prgou, lihamo. 

BIBB INCH AM [ghaut'], v. d'Angleterre sur le 
Rea ; 533.000 h. Importantcs manufactures, metallur- 
gie, filatures, fabrication de machines k vapour. 

BIBAIV (Armand de Gontaut, baron de), mar£- 
chal de France, ne en Perigord; scrvit vaillamment 
Henri IV et fut tuo au siege 
d'Epernay (1524-1592); — Son 
(lis, Cbaklb8, due de Blros^ ne 
en 1562, marechal do France, 
scrvit avec intrCpidite la causa 
de Henri IV. Brave, mais pr6- 
tcntieux et sans scrupules, il 
etait sortout avide d'argent. Se 
croyant mal recompense de ses 
services, il conspira avec le due 
de Savoie et l'Espagne contre | 
la France; il fut condamhe a^ 
mort et decapite dans la oour 
delaBastme(8iJuiUeti602^- cUtl „ d . bttoa . ■ 
Armawd-Louis. due de BItm, 
de la m«mc famille, servit comme g6neral le gou- 
vernement revolutionnaire. Deeapite en 1798. 

BMCABOMB (itang de), situe dans les Landes, 
au S. de celui de Cssau. 

B1BCAYB \bi*-ka-t), prov. d'Bspagne; 311.400 h. 
(Bitcalen* ou Biseayetu). Ch.-l. Bilbao. 

BISCBBLIB [bi-che-i-li-4], v. d'ltalie, prov. dc 
Bari. 34.000 h. Port sur TAdriaUque. 

BISCHOPr [6»-cAori (Theodore), phyaiologiste al- 
lemand ne a Hanovre (1807-1882). 

BlBCBWllXBam [bic/hvi-ler], ancien ch.-l. de c. 
(Bas-Rhin), arr. de Strasbourg, sur la Modcr ; cede 
arAllemagne; 7.000 h. 

BIMBJRA, v. d'Algerie (Constantine), k la limit* 
du Sahara et sur le versant meridional des monts 
Aurea; 8.500 h. (Biekrie ou Biskriens). Station hivor- 
nale ; fabrication de tapis. 

BimiABCm. fOtto, prince de), homme d'Etat 

Srussien, n« a Scncenhausen (Magdebourg). Ministre 
u roi Frederic Guillaumc IV de 
Prusse, energique et actif, mais 
autoritaire. et poussant jusfu'au 
cynisme l'absence do scrupules 
politiques, et d'ailleurs bien scrvi 
par lea fautes et rimprevoyanoo 
de ses adversaires, il se proposa 
de fonder l'unite aUemando sous 
rhegemonie pruaslenne. II conquit * 
sur le Danemark le Slesvig et le j 
Holstein, et donna k la Prusse, par I 
la victoire de Sadowa, la place pre- 
ponderante que l'Autriche avait 
jusque-la occupee. La guerre dc 
1870-1871 contre la France, qu'il avait dircclcment 
provoquee, allant jusqu'a falsifier des telegrammes 
diplomatiques, fut pour lui un nouvcau succes. Grand 
chancelier de l'Empire, il chercha ensuite par tous 
les moyens k accroitre le pouvoir imperial au detri- 
ment de la volontO nationale, sou tenant contre le 
parti catholique la guerre religicuse du Kulturkampf, 
et n 'hesitant pas pour s'attacher les classes ouvrierea 
k entrer dans la voie du socialismo d'Etat. A l'cxte- 
rieur, la politique du chancelier de fer cut un double 




Digitized by VjUVJ 



gle 



BIB 



1178 — 



BLA 



but : !• lsoler la France en Europe; «• c«P*« he 5 
l'Autriche de reconquerir, sur lei national ^ s aUe- 
mandes, une influence morale qui dirainucrait 1 omai- 
potence de la Prusse. C'est pour ce motif qu irt impose 
ion alliance k Y Autriche trop amublie et trop divitee 
pour reaister a son voisin. fl dut " retirer du ^pou- 
voir quelque tempt apres lavenement de Guillaume II 

(> ugSS!im archipel de rOceanle, auNE.de 
la Nouvelle-Guinee, comprenant la Nouvellc-Pome- 
ranie. le Nouveau-Mecklembourg, les Uea i de 1 Ami- 
raute, le Nouveau-Hanovre, lea Samt-Mathias, 1 He 
Longue, etc.; aux Allemands. 

BIMOFTOU* OU BBHISTBfJW, village du Kur- 
distan persan, pres duquel sont des rochers couverts 
dc bas-reliefs et ^inscriptions cuntiforaies. 

BlftMAtiOM [ghoss] (ties), archipel de l'Atlantique. 
sur la cote dc la Senegambie. Au Portugal- 

BlftSON (Hippolyte), lieutenant dc vauseau, ne A 
Guemenee. IlSt sauter son navire plutot que dc se 
rendre a den pirates turcs (1796-1827). 

BlflftO* (Alexandre), autcur dramatique francais, 
ne a Briouze (Orue), en 1848. On Jul doft : leMputi 
de Dombignac. les Surprises du divorce, fa Fami/le 
Pont-Biquet. Ch&teau historioue, etc., comedies d une 
g&iete franche et de bon alol. 

■ITAl«Brr«Jl(Paul-J6remieUitterateur francs, 
n6 a Kaenigsbcrg, traducteur d Homdre (1732-1808). 

BITCHB, ancien ch.-l. de c. (Moselle), ced6 a 
1' Allemsgnc ; 2.700 h. Petite place forte, qui repousse 
deux fois lea Autrichlens et les Prussiens en 174* 
ct en 1793. En 1870, les Allemands ne purcnt s em- 
parcr de la ville. . .. . , **« 

BITHYIV1B [nf], anc contree de l'Ajte Mineure, 
sur lc littoral du Pont-Euxin et dc la Propontide : 
v. princ. Nicee, Nicomidie. Lea Bilhynmt* ctaicnt 
d'origine thrace. 

vitoiv. v. CiJobis. . ,,. 

BITOMTH, v. du S. de lltalie; 26.370 h. Vins. 
Victoire des Espagnols, allies des Francais, sur les 
Autrichlens en 1134. . 

BITIJHIUEA, peuple de lane. Oaule, qui occu- 
palt lc Berry ; cap. Avaricum, auj. Bourges. 

BIXIB \bik-si-v) (Jacques-Alexandre), savant et 
homme politique francais, ne a 
Chiavarl (180M865). 

BI1BBTB, v. de Tunisic; 
12.000 h. ( Bize rtins). Admirable 
port de guerre sur la M6di- 
terranec et le lac de Bizerte, au- 
jourd'hui puissamment fortifle. 
Corail. 

BIZET [si] (Georges), compo- 
siteur francais, ne a Paris, au- 
teur des Pecheurs de Perles, de 
la Jolie Fille de Perth, de Car- 
men et de VArlesienne. Ses oeu- 
vres, les deux dernieres surtout, BiMl 

d'une facture soignee et savante, 
sont remarquables par le souci du pittoresque, la 
verity de l'expression dramatique (1838-1875). 

BJfEBWMOX (BJoernstjerne), romancicr et auteur 
dramatique norvigien, ne en 1832. 

BLACAB [kdss] (Pierre, due de), ministre sous 
Louis XVIII et Charles X, ne a Aulps, en Provence 
(1771-1839). 

black ( Joseph), chitnistc ecossals,ne a Bordeaux, 
Tun des createurs de la chimie moderne (1728-1799). 

BLACMMKH, v. d'Angleterre (Lancastre), sur la 
riviere homonyme; 132.000 h. Moussclinos, calicots. 

BLACHJrrOWE(Guillaume),juri8consultcanglai«, 
n6 a Londres (1723-1780). 

BLA IX [blin]. ch.-l. de c. (Loire-Infericure), arr. 
dc Saint-Nazaire ; sur le canal de Nantes k Brest ; 

BLAIIfVILLB [blin] (Henri-Marie de). celebre na- 
turaliste francais. ne a Arques (1777-1850). 

BLA IB [bltr] (Hugh), ocrivain Ceosaais, ne a 
Edimbourg, auteur de Sermons 6crita avec elegance 
(171H-18O0). 

BLAIMK [blt-zt] (saint), evAque dc Sebaste, en 
Armenic. martyrine en 310. F£te le 3 fevrier. 

■LAKR (Robert), amiral anglais, ne k Bridge- 
water. II sc di*tingua contre les Espagnols cl les 
llollandais (ir.9«-i»>r.7). 





BLABM»MT, eh.-L de c (Menrtte^t-MoseMm 
de Luneville, sur la Vexouxe, affl. de la Meat* 
1.730 h. (BldmontaU). Ch. de f. B. 

BLAMC (cap), cap d'Afrique, a l'ouest da Sstox 

BLAJVC (montl le sommet le plus ^***g 
(Haute-8avole), au-dessus de la vallee de CaaswKi 
4.810 metres. i.i«vji<;41 

BLAIVC (Le). cb.-l. d'arr. Uadre); k M lta».W 
de ChAteauroux, sur la Crease; «M0 ^J»ff 
ries, chevaux. Lair, a 6 eant^ 66 comax.B*^ 

BLAMC [Man] (LoulsV publiciste, historfes « 
homme politique francais, ne a -«^ 

Madrid. Membre du gouverne- 
ment provisoire en 1848, s'exila 
a cette epoque et rentra en 
France en 1870. Esprit genereux, 
hardl, 11 a raconte une partle du 
regne de Louis-Philippe dans son 
Hutoire de Dix ans (1812-188*). 

BLANC (Charles), frere du t 

?r6cedent, critique d'art, n* a 
astrca: est Tauteur d'une Gram- 
maire des arts du dessin, et a 
dirige la redaction de la grande 
Histoire des peintres (1818-1882). 

blaXCHARB (ras) . pas- ,..„«, 

sage entre le cap de la Hague et lUe ****& 
BLAJVCBABB [eAor] (Francois). aeroaairt< ft»; 
cais. ne aux Andelys, inventeur du P*«^ W J 
tomba de son ballon et se tua a La Haye IW» 
— Ha femme, Sophie Aauamt, nee prti to u^ 
chelle. prit part a sea voyages »*«» t *^ilK 
a Paris, dans lexplosion dun hallonqueae«j*n> 
mine, et d'ou elle Urait un feu daruflce [W^- 
BLANCHE (mer), forme* par loceaa Glaori ik- 
tique, au nord de la Russie. . ..,,11 

BLANCHE BB CABX1LLB. femme de Lo«* uu 
roi de France , mere de saint 
Louis, nee a Palencia. Elle fut 
deux fois regente du royaume, et 
le gouverna avec sagesse et fer- 
mete (1188-12*1). 

BLAHCHBT[ca«](rabbex lit- 
terateur francais, ne aAngerville, 
pres Chartres, auteur & Apolo- 
gues et Contes estimes (1707-1784). 
BLANONBS [blan-ni] (cap), 
cap au nord du d*p. du Paa-de-Ca- 
lais, entre Sangatte et Wisaant. . 
Biases e* lew BUw (Its), nom f 
que Ton appliqua sous la Revo- gun^it •• •— — 
lutlon, le premier aux inaurges . m ^ a j t s\ 
vendeens, partisans du drapeau bUne, *.«tShl F* 
soldata de^Republique.Tont rhaWt«art «* 
extension, ces appeUaUons deslgnerentlesroj*^ 
et les republicalnL . t 

BLAMBAN (Jeaa-Pieri^mpiK)lyte^»* ^ 
sergent au »• de llgne, blesae mortdkBHt' sa 
bat de Benl-M*red, en luttant avec 21 b«aa«»^ 
300 cavaliers arabes (1819-1842). 

BLANBUVB (sointe). martyre *£f*i£V 
aux betes en memo tempa que saint rw 

F «LAH41 J V%,1. dec^Seine-Infdrieuni^^ 
NeufchAtel, sur la Brcsle ; 1.900 h.; ch. d« t- 

BLAM CT-LB-CHAt«AW, ch.-l. dec. fW«^ 
arr. de Pont-lEveque, sur le Dooet, affl.ee » 




^conomiste francais, nC a Mce t* 7 "l!jutieB^ 
frere. Louis-Auodstb, aocialiste et re ^ , r*^j^ 
francais, ne a Puget-Thenlera, wJ?».*L5Jr 
devenue oelebre : Ni Dieu ni mattrt («"» , ''. i ^ 

BLANBAC [tain, ch,l. de £ lgg£i»i. 
dAngoulftme, sur le Ney, art. la Chareaw, 
Eaux-de-vie. j-iBtBi'.^ 

BlJiBBV, e. de Sa6ne-ei-Loire(arr dAj" iv 
% la Bourbincc ; 5.850 h. Importantes »!•«•' »' ^ 

BLATBT [vil fl. cOUer de France, P^J^c^ 
dans les C6tes-du-Nord, baigne Pontiry ci«*— 

Digitized by VjOOQIC 



BLA 



— 1179 — 



BOC 



dans 1 Atlantique, en formant avec le Scorff la rado 
de Lonent : le Blavet a t40 kilom. de cours. 

HILAYB (bla-ie), ch.-l. d'arr. (Gironde). sur la Gi- 
1°£ ?\ *J°° h - (Blayau ou Blaysiens) ; ch. de f. Et., 
a S3 kil. N.-O. de Bordeaux ; place forte. Vim, fruits, 
bois. L'arr. a 4 cant., 57 comm., 57.400 h. 

niAMM (Francois-Henri), dit Caatll-Bla>*, mu- 
•icjen et critique francais, no a Cavaillon. Auteur 
d un Dictionnaire de musique, et dune bonne His- 
totre de Vofira francais (1784-1857). 
i IK ■IT" '-■• ' 



. -% --JW, litterateur et critique fran- 

cais, fils du precedent, ne a Avignon (1813-1888;. 

BUBKIKOK, prov. de Suede; 147.900 h. Ch.-l. 
Carlskrona. 

BLEXKAU [no], ch.-l. de c. (Yonne), arr. de 
Joigny, sur le Loin*; 2.000 h.; ch. de f. P.-L.-M. 
En 1852, Conde y battit le marechal d'Hocquincourt 
et y fut a gon tour vaincu par Turenne. 

BLK^HKIM [bUn-ha-im'l village de Baviere, sur 
le Danube. On donne parfois le nom do bataille de 
Blenheim au combat d'Hochsfeedt. V. Hochstadt. 



„, ! » ch.-l. de c. ( Indre-et-Loire ), arr. de 

Tours, sur le Cher; 3.300 V: ch. do f. Orl. 

■LB8U [ble-le], ch.-l. de c. (Haute-Loire). arr. de 
Bnoude, s.-afrt. de l'AIlier; 1.550 h.; ch. de f. Orl. 

BLKMorttTOlV [bU-sbV-gton'], (comtesse de), 
Irlandaise celebre par sa grace et son esprit ; elle a 
ffjsse des romans et de nombreux articles de revue 
[17/9-18 »9). 

■LETTERAIVN [ble-te-ran], ch.-l. de c. (Jura), 
arr. de Lons-le-Saunicr. sur la Seille, affl. de la 
Saone; 1.150 h. 

BlLBK (fleure). V. Yang-ts^-Kianq. 

■LRIES (Montagnes), nom donne a plusieurs 
chaines de montagnes situees, l'une dans l'Amerique 
du Nord (Alleghanys), l'autre en Australic et une 
troisieme dans la Jamalque. 

■lens (les). V. Blancs. 

Ble« e< lea v«rte (les), nom dcs deux factions 
entre leaquelles le peuple de Byzance sc partageait 
a lTiippodrome, d'apres la couleur des casaques des 
cochers. Leur rivalite ensanglanta souvent la rille, 

Rarticulierement sous Justinien lors de la sedition 
Ilka (533), ou l'empereur faillit perdre son trone, 

BLKVMARD [bit-mar] (Le), ch.-l. de c. (Loiere), 
arr. de Mende. sur le Lot ; 600 h. Plomb argentif6re. 

BE.IBA. v. d'Algerie, dep. et arr. d'Alger ; 29.000 h. 
(Blidiens ou Blidiens), Ch. de f. d'Alger a Oran. 
Grande culture d'orangers ; station d'hiver, sous un 
climat d( ; licicux. 

■LlUXY-aUK-OirilB, ch.-l. de c. (Cote-d'Or), 
arr. de Beaune; 1.100 h. 

Bl«c«* eoatlnental. ensemble des mesures prises 
par Napoleon I«r pour former au commerce de l'An- 
gleterre tous les ports du continent et ruiner sa ma- 
rine. Les principales de ces mesures furent decre- 
tees a Berlin, le 21 novembre 1806. Elles porterent 
le plus if rand tort a I'Anglctcrre; mais leur appli- 
cation rut une des causes qui liguerent, par la suite, 
l'Kurope con t re Napoleon. 

BLOBMrONTKIl* r bloum, //*n], capit de la colo- 
nic anglaise d'Orange. dans l'Afrique du Sud; 6.000 h. 




ChiUta da Bloia. 



BLOItJ [Uoil ch.-l. du dep. de Loir-et-Cher, sur 
la Loire; ch. de f. Orl., a 178 kil. S.-O. de Paris : 



23.800 h. {Blaisois ou BUsois). Eveche. ChAteau his- 
torique, construit ou remanie du xm« au xvr* si*cle 
Patrle de Charles de Blois, Louis XII, Renee de 
France, Pheiippeaux, Henri II de Guise, Denis 
Papin, Saint-Ange, Aug. et Am. Thierry. En 1505. 
Louis XII y signa un traite qui fut d«chiro par lea 
etals gencraux de Tours.JLes etata generaux s'y reu- 
nirent en 1576 et en 1588: ces derniers sont ceiebrea 
par le meurtre du due de Guise. Uordonnance de 
Blots, en 1579, reorganisa la police et 1 'administra- 
tion Trancaises. L'arr. a 10 cant., 139 comm., 136.560 h. 

BLOMBBl*. troubadour du xu« siecle, favori de 
Richard Coeur de Lion. Ce prince, a son retour de 
la terre sainte, ayant cte fait prisodnier et livre a 
Leopold, due d'Autriche. Blondel parcourut 1'Alle- 
magne pour decouvrir sa prison et se fit recon- 
naltre du roi en chantant sous la fendtre de son 
cachot uncromance qu'ils avaient Jadis composee 
ensemble. Cettc tradition a servi de theme au char- 
mant opera de Sedaino et de Gretrv, Intitule Ri- 
aJlft 9 aur de Lion - Blondcl est rcste le type de la 
fldehte dans le malheur. 

BLOWDEI. (Francois), archilecte francais, ne a 

/Vi.?™^ 114 - U * leva la P orte Saint-Denis, k Pari* 
(1617-1686). 

P^s*n8MW3) Ierry " J ° Seph) ' Peintr ° fran5ai8 ' n * a 

»i? lj0 ^ i f F «! K,jD [Uoum'-fiW] (Robert), poete an- 
glais, ne a Honmngton ; exercait leUt de cordon- 
nier ; U a decrit avec un rare bonheur la vie et les 
moeurs champetres (1766-1823). 

BLOVBT [blou-e] (GuiUaume-Abel), architectc 
francais, ne i Passy, fut charge de terminer larc do 
triomphe de lEtoile, a Paris (1795-1853). 

ni,j}CH£R [cher] (Gebhard-Lebcreeht de), general 
prussien. II se disUngua pendant la campagne de 

nSTJtu'K fUi "W,,^ P* r Na K poleon 
(181oj, mais put secounr Wellington a Waterloo et 

UiHe1m2-1819) 9BUe Jusqualors dou ^use de la ba- 

BLVBIBlVBArH Iblou-mtn-bak] (Jean-Freclerlc) 
naturaliste allcmand, un des creaieurs de l'anthro^ 
pologic, auteur de la division de l'espece humaine 
(n52-18V0r CC8 : blanche ' J aune ' rou e » noire > malaise 

BLHVTMCHLI [blount'-chli] (Jean-Gaspard). iu- 
nsconsulte Suisse, nd k Zurich, auteur du Droit in- 
ternational codi/it! (1808-1881). 

BOABB1L ou ABOI • abdallah, dernier roi 
manrede Grenade de 1481 k 1491. vaincu par Fer- 
dinand le Cathollque et Isabelle. Apres la prise de sa 
capitale (1491), Boabdil, fuyant, virsait des larmcs, 
en . 1 ?°i , » mplant du haut d ' une colline cetie viUe 

3u il fallait quitter : Pleure comme une femmc, lui 
it sa m6re Aycscha, le trdne que tu n'as su difendre 
m en homme n% en roi. La colUne a conserve le 
nom de Sou^ir du Maure. Boabdil pcrit en Afriquc 
daos un combat. * 

BOABICRB [si] ou BOBICCA, femme de Prasu- 
tagut, reine des Iceniens, dans la Grande-Brctamic. 
Qlo souleva son peuple, battit les Romains, mais 
rut vain cue a son tour par Paulinus Suetonius, et 
8 cmpoisonna Tan 61 ap. J.-C. 

BOBBCHK, nitre francais, c61ebre sous l'Empire 
et la Rcstauraiion. II etait Ms dun Upissier de 
Pans, et son veritable nom 6tait Mardelard ou 
Mandelard. Plein desprlt et jounnt admirablement 
la niaisene, il est reste le type du pitre qui amuse 
les badauds sur les trltcaux de la foire. 

noniLLOT [// mil., o] (Jules), scrgent au 4« re- 
giment du genie, ne k Paris, mort glorieuseinent 
au Tonkin, pendant la defensn de Tuycn-Quan 
contre Ie« Chinois. II avait compose un roinan et 
un drame (18tiO-1885). 

BOBHOIISIIA, ville de Russic (gouv. de Minsk^, 
»ur la Ber6zioa; 35.200 h. 

BOC.4UK (IrX nom dedoux petits pays de France : 
le Borage vendien, situe au N.-O. du Poitou. a 6t6 
le theAtre de la guerre civile pendant la Revolution ; 
(nab. Botagers, Bocayeons). le Socage normand, 
compris dans les dep. du Calvados et do l'Ornc • 
(hab. Bocains ou Bosc/iains). Tous deux tirent leur 
nom de leur aspect hoist-. 



Digitized by VjOOQlC 



BOC 



— 1180 — 



BOI 



BOCCACB [bo-ka*} (Giovanni). poete et littera- 
teur italien, autcur du Decamiron, ceuvre soayent 
licencieuse, mais puissante, et qui flxa, ennoblit et 
enrichit la langue italienne (1313-1375). 

Beeesee, opera-comique en trois actes, parole* 
de Zell et Gene*, musique de Suppe. une de ses 
meilleures oeuvres (1879); le sujet, tire de pluslcurs 
episodes du Dteamtron, a ete traduit en francais par 
Chivot et Duru (1882). 

BOCCABOtt (Dominique de Cortoxb, dit le), archi : 
tccte italien, ne aCortone, mort A Paris cr 1 15*9 On lui 
doit, a Paris, la construction del'ancien HOtel de ville. 

BOGCAttB (Marie-Anne du), femme poete. nee a 

^Ot^AMWMTraJan), celebre ecrivain satirique 
italien, ne A Lorette (1556-1613). 

BOCCAlf IBBA ou BOCCAlf BRA, illuslrc famille 
de Genes, qui a fournl un doge, des amiraux, etc. 

BOCCHBB1MI [bo-ki] (Louis), celebre composi- 
teur de musique italien, n6 a Lucques, auteur d un 
Stabat, de trios et de quintettes, et d'un menuet 
celebre (17*3-1805). M 

BOCCHOBIft [bo-ko-ri**] ou BOBBWBAIfF, roi 
d'Eiryptc de la 2M dynastic. Vaincu par Sabakon, roi 
d'Ethiopie, il rut brule vif. 

BOCCHIlfl [6o-*u«], roi des Getules, en Maurita- 
nie. II livra aux Romains Jugurtha, son gendre (10b 

aV BOCHABTrrAar](Samuel),theologien,philologue 
et ireographe francais, ne a Rouen (1599-1667). m # 

BOIBAT [cha] (Charles-Guillaume-Loys), jnns- 
consulte suisse, ne a Lausanne (1695-175*). 

BOCHIM [kotim'] v. d'Allcmagnc, prov. de West- 
phalie ; 65.600 h. Centre metallurgique. 

BOCOOXAlVO, ch.-l. de c. (Corse), arr. d Ajac- 
cio ; 1.600 h. (Dorognaniens). 

BODE (Jcan-Elert), astronome allemand. ne a 
Hambourg. II indiqua le moyen simple (connu 
sous le nom de loi de Bode) de trouvcr a peu pre* les 
distances relatives des planetes au soleil (17*j-1826). 

BOBBL (Jean), trouvere francais, ne a Arras 

vX BOBIW C (Jean), magistrat et philosophe francais, 
ne a Angers, auteur du traite de la Mpubltque. II y 
refute les theories de Machiavel, et prend parti 
pour une monarchie temperee par les etats genc- 

' a iioDLBY [/e]'(Thomas\ diplomat anglais, fonda- 
tcur de la famcuse bibliothequc dOxford, appclec 
de son nom Dotlleiennfi (15*5-1613). 

BOBMBB [mer] (Jean-Jacqu.s), critique et poete 
suisse distingue, auquel on doit le recueil des Alin- 
Tiesiitoer (1698-1783). 

ISO BOX I (Jean-Baptiste). typographe ilalien, qui 
porta son art a un haut point de perfection (17*0-1813). 

BOF.CF., philosophe, homme d'Etat et poete, ne a 
Rome vers *70, ministre de Theodoric, auteur de la 
Consolation philotophique. II fut mis A mort par 
ordre du roi goth vers 525. ,,_,... .... 

B4BCMH [beuk\ (Auguste), erudit et philologuc 
allemand, ne a Carlsruhe. auteur d'un livre sur VEco- 
nomie politique des Athevieru (1827-1901). 

B4BCBX11W [beu-klin'] (Arnold), peintre suisse, 
ne A Bale, artiste puissant mais inegal (1827-1901 . 

BOE«E, ch -1. de c (Haule-Savoie). arr. de Tho- 
non ; sur la Mcnogc. affl. de l'Arve ; 1.250 h. 

B(EIIMF. 'bcu-me (Jacob). th6osophe et mystique 
allemand. nc is. Alt-Scidenbers 
(157B-1G2*). 

MEHMER Ibntmhr (Jpnn- 
Fred6ric), historicn allemand. 
n£ a Francfort. auteur de tra- 
vaux sur la periodc carolin- 
gienne (1795-1863). 

BOEN (from), ch.-l. de e. 
(Loire), arr. de Montbrison; 
sur le Lignon, affl. de la Loire ; 
2.810 h.; ch. de f. P.-L.-M. 

BOBRHAAVE [bou ou bo-e- 
ra-ve] (Herman), medecin et 
chimitte hollandais, ne pres de D^ihaav.. 

Leydc( 1668-1738). Sa renommee 
comme praticicn £tait plus qu'europ.Vnne. De toutos 
parts lcs malades sc renuaient h Lev do pour prendre 
scs avis. 11 recut d'un mandarin de la Chine une 




lettre qui portait pourtoute suscription : A Xontteur 
ftoerAuare. medecin en Europe. . 

BOBBsB [bour ou bo-tr\ (mot holl. signir. paymmi, 
colons de l'Afriquc australe dorigine hoUandai«e. 
habitant le Transvaal et l'Orange. (V. ces mots.) 

BOBTIB \$i] (EUennc de La), ecrivain francais. ai 
a Sarlat. Genie vigoureux et noble caractere. noam 
dc la culture antique, 11 rest montr^ dans s*a 
celebre D is court $ur la servitude volantatrt t oa 
Contr'un, un de nos premier* et de noi plus 4*o- 
quenU publicities. Une profonde amiue luait i 
Montaigne (1530-1563). . _ 

B-mf. *ll.«* — IsbMtr {la), tableau de Troy on 
(1853), au Louvre ; animaux et paysage vigourease- 
ment peinls. ^, _..,, . 

BB«BAB,vUlo d'Algcrie, dep. d Alger, arr. de 
M«dea; sur le Cheliff ; 2.800 h. 

BOOOTA ou aAHTTA-FB-BB ■■•fctTA, can. d< 
la rdpublique de Colombie et de TEtat dc Cundtoa- 
marca ; 120.000 h. TremblemenU de terre frequent* 
BOH 41* [bo-in], ch.-l. de c. (AUne). arr de SsunV 
Quentin; sur le canal de Torrents, affl. de 1 Bacaat ; 
6.850 h. ; ch. de f. N. Cacnemires, gaxes. 

BOHEMB, pays de l'Europe centrale. ei Austro- 
Hongrie. Cest un plateau graniUque encaar* d* 
hautes montagncs (monU de Boheme, Er«s;eb«rre, 
Ricsengebirge, etc.) ; arrose par 1 Elbe et la Uoldtu. 
contrce fertUe, industrieuse, et possedant des res- 
sources minerales considerable* ; 6.319.000 h. , BaV- 
miens ou, aujourd'hui, Tcheques). Cup Prague. C^a- 
quise, au v« siecle ap. J.-C.. par des SUvea asr les 
Germains, evangelisee au ix- siecle, 1* Boheme ctn- 
sUtua Jusqu'en 15*5 un royaume independaai, reus* 
ensuite A la monarchie autrlchienne. 

BOBBMOIWB [mon\ nom de plasieurs seigDeurs 
normands, princes do Tarente. d'Antioche et de 
Tripoli. Bohdmond 1", ne entre 105S et 1060. n\bde 
Robert Guiscard, epouaa Constance. fiB.e de Phi- 
lippe !•'. roi de France (m. en 1 1 1 1 ). — Boa£*osD 1 1 rr- 
g£a A AnUoche de lia6All»(ll0i-1129). — Ledermtf 
prino© do cette lignee, Bohemond VII, mourut eo 1»7 
B01BA.BIBV (Prancois-Adnen), celebre compo- 
siteur francais. ne A Rouen, autcur de la Dam 
che, du Calife4e Bagdad, du 
Nouveau Seigneur de Village, 
des Voiturts vertten, etc.. oeu- 
vres d'un sentiment melodique 
agreable eT franc (1775-183*). 
BOiBlf • (Boil), ancien peunle 
de la Gaule etabli entre 1'Al- 
lier et la Loire ; cap. Gergovie. 

BOIfi!*B icomte Benoit de), a 
offlcier savoisien, ne A Cham- i 
bery. n devint general en chef 
des troupes d'un prince mah- 
ratte (1751-1830). 

BOll^BAV [M] (Etienne), pre- 
vdt de Paris sous saint Louis, 
autcur du Lt'ore dee mitiert, precieux recueU conte- 
nant lcs reglemcnta des corporations ouvnera; 
m. vers 1269. , ,.,,,„..« 

BOIMEAtl-BBBPRBAtTX [di-vri-o] I Nicolas^, 
poete et critique francais, ne A Paris, auteur 4es 
Satires, de l'Arl voitique, BJB« Ba 

du Lutrin, etc. Poete un 
pcu froid, mais precis, spi- 
ritucl et chatic, il cut le 
tort dc m^connattre notre 
vieillc potfsio nalionale en 
ne comptant pour rien les 
prt-decesseurs de Malherbe, 
mais il employa le meilleur 
dc son esprit fin, sense et 
mordant, a combaltre Taffe- 
teric, l'emphase, rcrudition 
pedantesquc, les fadeurs, 
les faux brillants, en un 
mot tout ce qui s'eloignait 

de la nature et de la raison. D'une grande b^nte dc 
C03UT, il fut l'ami devoue de CorneTlle. de Molienr, 
dc Racine et de La Fontaine (1636-1711). 

BOlNBUf (Nicolas), erudit et litterateur francaii, 
n6 ft Paris (1676-1761). 

BOIN%'ll<t.lBBfl-BBflJ.%BBII«S [ri-liV" Je»n- 
Etienne), grammairien fr., n<i A Versailles (l «6*-l*B 





Digitized by VjOOQlC 



BOI 



1181 — 



BON 



■•MASS [zar] (Francois-Marie), fabulistc fran- 
cais (1744-1833). 

nOtm-WOtnUT {boi-doin)(U), ch.-l.dec. (Rhone), 
arr. de Villefranche, prig l'Azergues, affl. dc la Sa6ne ; 
1.360 h. Vina, vinaigres. 

BOMttBLIM BB CICK (Raymond de). prelat 
francais, ne a Renncs. II emigra pendant la Revolu- 
tion et fut nomme, apres le Concordat, archeveque 
de Tours, puis cardinal. II etait membre de I'Acade- 
mie francaise depuis 1766 (1732-1804). 

BOlllCiElLLBBBRT [boi-ghi, 11 mll.,e-/;erl (Pierre 
de), economiste francais, cousin de Vauban. 11 plaida 
la cause de la liberte du travail et de l'affranchis- 
•cment du commerce ; auteur du Ditail de la France 
et du Factum de la France (1646-17H). 

BOIS-LB-DtX' [boidc-duk], v. forte do Hollande, 

:h.-l. du Brabant-f ' * " * " 

et de la Dommel, 



ch.-l. du Brabant-Septentrional ; au confluent de l'Aa 

• - - - , affl. de " " - 

de riviere actif. 



j la Meusc: 31.300 h. Port 



BOlBLlULB [bol4t-k] (Arthur Michel de), histo- 
rien francais. nd a Bcauvaia en 1835. 

BOIBMOMT [boi-monl (I'abbi Nicolas de), un des 
meillcurs predicateura du xvm« sieclc (1715-1786;. 

Mlft-ROBUT [boi-ro-ber] {tabbi Francois de), 
poete francais, ne a Caen, Tun des premiers membres 
de l'Academie francaise, dont peut-e'tre 11 suggera 
l'idee a son protecteur Richelieu (1591-1662). 

Bois Mrr4 cher aas Mmm et a« Arts {Le), 
grande peinture decorative de Puvis de Chavaones 
(musee de Lyon, 1884). 

BOIMIBK [«i-e] (Gaston), professeur et ecrivain 
francais, membre, puis secretaire pcrpetuel dc l'Aca- 
demie francaise. II a ecrit d'attachantes etudes sur la 
literature et les moeura romaines. Ne a Nlmes en 1823. 

BOIMIBBB (Jean-Bnptiste), lexicograpbe fran- 
cos, ne a Valognes. auteur du Dictionnaire analor 
gique ; collabora au Grand Dictionnaire universel de 
Pierre Larousae (1806-1885). 

BOIBBOlf ABB (Jean-Francois), helleniste fran- 
caia contemporain, ni a Paris (1774-1857). 

BOItlBY (Louis de), ne a Vic-sur-Cere, e-rlvain 
francais fecond, mala mediocre, auteur de satires et 
dc comedies (1694-1758). 

BOI««Y-B*Al«ttL.%M [gla$n] (Francois-Antoine), 
membre de la Convention, ne a Saint-Jcan-de-Cham- 
bre (Ardeche). II montra une 
noble fermete d'ame en preaidant 
la Convention le jour de l'emeute 
du l" prairial (20 mai 1795). Le 
peuple de Paria avail envahl la 
salle ; un jeune depute, nomme 
Feraud, fut tue dun coup de pis- 
tolet. Sa tete coupee, et miae au 
bout d'une pique, fut presentee a 
Boissy d'Anglas, qui presidait 
alors. Le courageux Boissy rcsta ! 
inebranlable sur son siege et 
salua reapectueusement la t#to 
de son inrortune collegue. 11 de- n . ... , 
vint pair de France en 1814 *>«1 **»«>■•• 
(1756-1826). — B. Delacroix a retract lTierofsme de 
Boiasy d'Anglas dana un remarquatde tableau (1831). 

BOIMY-BAIXT-LBCIBB, ch.-l. de c. (Seine-et- 
Oise), arr. d e Corbeil; 1.150 h. Ch. de f. E. 

BOIBTB (Claude), lexicograpbe francais, n6 a 
Paria, auteur d'un Dictionnaire geniral de la lannue 
francaine (1765-1821). 

BOIY11V (Francois de) ecrivain francais. On lui 
doit dea memoires intercssant* ; m. en 1618. 

BOJVIlf BB YsXLBNBlJYB (Jean), erudit et lit- 
terateur francais (1663-1726). 

BOIBBT [sol (Louis-Simon), aculpteur francais, 
ne" a Paria. On lui doit, entre autres aeuvres, la fon- 
taino du Chatclet, a Paria (1743-1809). 

BOJABOB, cap do l'Afrique, sur l'Atlantique, 
au N.-O. du Sahara. 

BOJABBO (Matbieu-Maric), poete italien, ne a 
8cnndian», pres Modenc, auteur du Roland amou- 
rcus (Orlando innamorato) !iv:«0-r»9t]. 

BOI. (Ferdinand;, peinlrc «t grave ur hollandais, 
nu a Dordrecht (1616-1«<0). 

BOI.BKT [bck], ch.-l. de c. fS.-inc-InC'ricur. •), arr. 
du Havre, sur le Bolbcc, affl. de la S.-inc ; 12.000 h. 
[Bolbicai*]. Ch. de f. O. Beatiaux, grains, etoffes. 

BOLBslLAfi \lfias-lan]. n<nn d*« plu>ieurs due ou 






rois de Pologne, dont le plus celebre est Boleslas !•' 
le Grand, qui r«gna de 992 a 1025. 

■•LMfiBBOKB {lord Henry), homme d'Etat 
anglais, ne a Batter sea (Surrey), ecrivain phUoaophe, 
auteur de Lettre* politique* et littoraires d'un style 
rcmarquable (1678-1751). 

BOL.1VAB (Simon), general et homme d'Etat am4- 
ricain, ne a Caracas. II aflranchit 
de la domination espagnole le Ve- 
nezuela et la Nouvelle -Grenade , 
qu'il erigea en republique sous le 
noiu de Colombie (1819) ; 11 fonda 
en 1824 un nouvel Etat, le Haut- 
Pe>ou ou Bolivie. Accuse d'aapi- 
rer a la diclature , il abdiqua au 
moment d'unir en une confedera- 
tion les Etats latins de 1' Amerique. 
II fut le Washington dc l'Ameri- 
que du Sud. Son nom etait trds 
populaire en France en 1820, et 
comme il avail l'habitude de por- 
ter un chapcau trds 6vas6 et a «<>»"*'• 

larges bords. on avait donne son nom aux coiifures 
qui affectaient cette forme (1783-1830). 

BAL.1VIB. republique de l'Amcriquc du Sud, qui 
doit son nom a Bolivar. Su- ^je> A 

perf . 1 .226.600 kil. carr. ; pop. 
1 .734.000 h. {Dolivienn). Capik 
ifucre.Sol montagneux.formc 
par les hauts plateaux de la . ^ 
Cordillere, peu fertile, mais 
contenant d abondantes res- 
sources mincralcs (or, argent 
et cuivre). 

BOLKHOV, v. de Russie 
(gouv. d'Orel), sur le Nou- 
gra; 26.000 h. 

BOIXABB [6o-/an](Jean), 
jesuite d'Anvers, ne a Tirle- 
mont (Belgique). II com- 
menca un vaate et precieux ' , , "?"T - u . 
recueUdeVieadessainla.dont Armo,ri " d « u Bohv ' 
les continuateurs prirent le nom de bollandistca 
(1596-1665). 

BOLLB1VB, ch.-l. de c. (Vauclune), arr. dOrange. 
aur le Let, affl. du Rhone; 5.600 h. {Bollinois). 
Ch. de f. P.-L.-M. Briqucs ; aoie. 

BBL.B411VB, v. forte du royaume d'ltalie, ch.-l. dc 
prov., aur le Reno, affl. du Pd ; 123.300 h. {Bolonais). 
Ainsi nommee des Gaulois Bolens, qui s'en empare- 
rent. Siege, lors de la Renaissance, (Tune importantc 
6colc de peinture. Patrie du Primatice, des Procac- 
cini, des trois Carracbe, du Dominlquin, du Guide, 
l'Albanc, Benolt XIV, Menofanti, Galvini. 

BOLBfiXB (Jean), statu aire Daroand, ne a Douai 
et flxe a Florence, oq il fut attache a la cour des 
Medicis (1524-1608). 

BAI<OB, chaine de montagncs de l'Asie centra le, 
entre la Chine et le Turkestan. 

BOI^IEBA, lac d'ltalie, au N. de Viterbe. 

BOLTOX, v. d'Anjrlcterre (Lancaatre;, sur la 
Croach, affl. du Mersey ; lTa.500 h. 

BOXAHAIVNB [aond"], forteressc russe dans l'ile 
d' Aland, detruite en 1854parlallotteanglo-francaise. 

BOBIBAY [bon-be], v. et port de mer de l'Inde 
anglaise, chef-lieu d un grand gouvernement, dans 
une lie du golfe d'Oman ; 776.000 h. Grand commerce 
de coton, the, etoffes. — Le gouvernement de Bom- 
bay a 18.51G.OOO hab. 

BOHBRLA, v.etcap. de 1' Austral io, sur la cdte S.-E. 
de. la grande lie, entre Sydney et Melbourne ; 6.000 h. 

BOMlLCABI, nom d'un general carthaginois, m. 
en 308 av. J.-C. ; — d'un amiral carthaginois, contem- 
porain dc la aeconde guerre punique ; — d'un lieute- 
nant de Jugurtha. 

BOS {capu cap d'Afrique, sur la Mediterranee. nu 
N.-E. de la Tunisic. 

BOX* (Jean^. ocrivain ascrliqiio, ne" a Mondovi. 
surnomine. le l't-ncion d<- i Italic, p'm'-r.il dc l'ordre 
di« ftuillantM et cardinal i I»i09- U>'\ \. 

HONAIOIM [fauns (Matliicu,. agrunomc et phi- 
lanthrope francais, lie a Lyuii (179:1 IX.iJ;. 

BOSAL.D (vicomtc L«»ui« di ■), Ecrivain et philooo- 
phc francais , ne a Millau , defenseur ardent des 
principes monarchiqu*-? ct religieux (I75t-l ft tu). 



Digitized by VjOOQlC 



BON 



— 1182 



BON 



BOIIAFABTI, nom dune famille celebre, origi- 
nalrc d'ltalie et etablic plus tard en Corse ; ses prin- 
cipaux membres sont : Charles-Marie, n* a Ajaccio 
en 1746, m. a Montpellier en 1785. II epousa en 1764 
Marie-Lsetitia Ramolino, nee a AJaccio en 1750. 
morte a Borne en 1836. De cette union naquirent les 
hult enfants suivanU : Jaseaa, n6 a Corte en 1768. 11 
devint roi de Naples en 1806, roi d'Espagne de 1808 
a 1813. se retira aux EtaU-Unis aprcs Waterloo, re- 
vint plus tard en Europe et mourut a Florence en 
1844; — Iffapoleoa l«r fv. ce nom) ; — Laeiea, ne a 
Aiaccio en 1775. II devint president du conseil des 
Cmq-CenU et prince de Canino, m. a Viterbc ( Italic 1 en 
1840; un do ses (lis, Pierre Bonaparte, ne a Rome 
en 1815, m. en 1881, est le pere du prince Roland, ne 
en 1858; — Marle.Aaae.BHsa, nee a Ajaccio en 
1777; elle epousa Felix Bacciochi, qui devint prince 
de Lucques et de Piombino; m. a Trieste en 1820; 
— Lewis, ne a Ajaccio en 1778, epoux d'Hortcnse de 
Beauharnaia. pere de Napoleon III (v. ce nom); roi 
de Hollande (1806-1810), m. a Livourne en 1*46 ; — 
Marie.ff»auliae, nee a Ajaccio en 1780. Elle epousa 
le general Leclerc en 1801 ; veuve, elle epousa (1803) 
lc prince Camille Borghese et devint duchessc de 
Guastalla; m. a Florence en 1825; — C'arellae- 
Marta-Aaaaaelaa'e, nee a Ajaccio en 1782; mariee 
a Joachim Muraten 1800. elle devint grande-duchesse 
de Berg et de Cleves, puis reine de Naples; m. a 
Florence en 1839; — Jerasse, ne a Ajaccio en 1784; 
roi de "Westphalie (1807-1813), gouverneur des Inva- 
lided en 1848 et marechal de France en 1850; marie 
en secondes noces a la princesse Catherine de Wur- 
temberg (1807); m. a Villegenis (S.-et-O.) en 1860. Sa 
fllle, la princesse Matallde, est nee a Trieste en 
1820; m. en 190*. Son flls, le prince Napoleon, dit 
Jerame, ne a Trieste en 1822, Epousa la princesse 
Clotilde, fllle de Victor- Emmanuel, et de re mariage 
est issu le princeVicroR-NAPOiiioN. n£ a Paris en 18t>2. 
La branche ainee de la famille Bonaparte resulte de 
la fusion des deux lignes de Joseph et de Luoien, 
freres de Napoleon I", fusion qui eut lieu en 1832 lors 
du mariage de ZInaTde, fllle de Joseph, avec Charles- 
Jules, flls dcLucien; cette branche a pour chef le car- 
dinal Lucien Bonaparte, ne en 1828. La branche ca- 
de ttc, issue du plus jeune frcrc de Napoleon !•«■, avait 
pour representant le prince Napoleon, m. en 1891. 

neaaparte (statue de Pauline), par Canova, villa 
Borghese, k Rome ; la princesse est representee en 
Venus, e'est-a-dire k peu pres nue et coiffec a l'an- 
tique, a demi couchee sur un sofa. 

BOMAVBXTtRB (saint). Pere de l'Eglise, nc en 
Toscane. II devint cardinal, general de l'ordrc de 
Saint- Krancois et legat du pape au concile de Lyon. 
On lui doit de nombreux ouvrages de thcologic et 
de philosophie. qui lui ont valu le nom dc Docteur 
seraphique (1221-1274). Fete 
lc 14 juillet. 

BONCHAMP (marquis 
Charles de), chcfvcndeVn, 
nc pre* de Chateauncuf (An 



Ion), en 1759. Blesse morlel- 




lenient au combat dc Cholct 

(t793), il apprit, dans l»-s 

souflYances dc l'agonie, que 

les Vcndeens vouiaicnt ex- 

terminer 5.000 prisonniers 

francais renfermes dans lab- 

bayc de Saint-Florent, et il 

a'ecriad'une voixmourante : 

• Grace aux prisonniera, 

Bonchamp l'ordonne ! •• Ce vc?u sacrc- fut rxaur*. 

David d'Angers a wculpte pour son tombeau la noble 

et touchante statue : Bonchamp mourant. 

BOKBBV, royaumc du Senegal, sous lc protcctorat 
de la France. Ri/., indigo, coton. Capit. Uoulibani. 

BOXBY, comm. du depart, de la Seine, sur le ca- 
nal dc rOurcq; 6.360 h. Produits chimiqucs. Engrais. 
FonH oil furcnt assassincs Childcric II, Aubry dc 
Montdidier, et qui fut longtrmpn un repaire de vo- 
leurs. — Quand on clit : I' est nw. furSt de ttondy, 
cela signifle que le lieu indiqueest rempli dc volours. 

■6xb, v. d'Algcrie (Constantinc), ch.-l. darr. 
Port Bur la MediUrranee, qui forme a cet endroit 
le Qolfe de B6ne; 37.000 h. (B6nois). Ch. d.* f. BOne- 
Guelma; a 156 kil N.-E. de Constantino. Mineral dc 



fcr. Pres de la, mines de 1'anc. Hippone. L'arrood. 
a 136.200 h. 

BttKfiAjui [ghar] (Jaoquea), diplomat* et eradtt 
francais, ne 4 Orleans. II fat an des meUIeurs areata 
de Henri IV en Europe (1554-1612). 

■•MHBCB (Rosa), artiste peintre francaise. nee 
a Bordeaux. On lui doit de nombreux tableaux : T.4 f- 
telage nivernais, le Starr he aux chevaux, Im, Fenaittm 
en Aucergne, etc.. on la Tie des champs eat repre- 
sentee avec largeur et autorite (1822-1899;. 

Beaaeame BJrbard {la Science du), titre d'un 
ouvrage de Franklin, rempli d'exeellents preceptes 
pratiques (1732). 

BOXIPACB (saint), archeveque de Mayence. II 
sacra roi Pepin le Brcf. evangelism l'Allemagne rhe- 
nane et fut massacre par les barbares, ea Frit* 
[Hollande) (680-755). 

BO*IFACK l"-,pape de 418 a 422; — Boniface H, 
pape de 530 a 532 ; — Boniface III, pape de 60? k 80* ; 
— Boniface IV, pape de 608 a 615; — Bonxpacs V, 

Eape dc 619 a 625 ; — Boniface VI, pape en 896 ; — 
Eonipace VII, pape de 974 k 985 ; — Boniface VIII, 



pape de 1294 a' 1303, celebre par ses demele* avec 
Philippe le Bel ; — Boniface IX. 
BOX IF AC IB, eh.-l. de c 



Bontface IX. pape de 13» a 1404. 
1FAC1B, eh.-l. de c. (Corse), arr. de Sartene . 
4.200 h. (Bonifaciem). Port. Corail. — Donne soa 
nom au cUtroit ou Bouchet de Bonifacio, qui sepair 
la Corse de la Sardaigne. 

BOIVUV, chaine d'ilea rocheuses de la Polyaesie. 
au S.-E. du Japon. 

BOM1BCTBH (Richard Parkes), peintre anglxU. 
ne a Arnold, prea de Nottingham, auteur de marine*, 
de compositions historiques, etc., remarquables par 
la fralcheur du colons, et par une grice fine et ari*- 
tocratique (1801-1828). 

BOIVIVABIB [rar, (Francois), patriote generots. ae 
k Scyssel, incarcere au chateau de Chillon par ordre 
de Charles III, due de Savoie ; 11 a ete immortalise 
par lord Byron dans son poeme du Pruonnier de 
Chillon (1493-1570). 

BBlVJBtlB (Casimir), ecrivain francais, n^ 4 Or- 
mont (Meuse), auteur d'agreables comedies (1T9S- 1856;. 

BOIVN, v. de 1 empire d'Allemagne (Pruaae), sur le 
Rhin ; 50.800 h. Universite celebre. Faiences, snetaux 
ouvres. Patrie de Beethoven. 

BOITO AllSlEl X [st-eu] (Jean-Marie), scnlptenr 
francais, ne a Panniasieres (Loire) [1810-1892}. 

BONMAT [bo-na] ou BBWNAT-l.BB-BtCZl.lSBB. 
ch.-l. de c. (Creuse), arr. de Gueret ; 2.800 h. [Bomut- 
chons). 

BB5HVAT [bo-na] (Joseph-Leon), peintre francais, 
portrailiste de grand talent, ne a Bayonne ea 1833. 

BONXECHBflB (Gaston de), prelat francais, ne k 
Paris, archeveque de Lyon, cardinal et aeaateur 
(1800-1883). 

BONXB-BHrBBJftJVrs (cap de), antrefoU cm des 
Tempftu, cap au sud de l'Afrique, decouvert par 
B. Diaz en 1486, et double pour la premiere fois par 
Vasco de Gama en 1497. V. Adamastor. 

BOIVIVBT [bo-nt] (Charles), philosophe ct natora- 
listc suisse, n6 1 Geneve, auteur de Considerations 
$ur le* corp$ organist et de la celebre Palingentsie 
philosovhique (1720-1793). 

BBIVliBT [6o-ne] (Amedee), chirurgien francais. 
nc h Amberieu, auteur de travaux remarquables sur 
les maladies articulaires (1809-1858). 

Boaaet raaae, coiffure des partisans les plus 
avances de la Revolution, et qui etait pour eux le 
symbole de la liberte. 

BOXMISTAB1JS. ch.-l. de c. fSarthe), arr- de Ma- 
mer«. sur le Tripotin, affl. de I'Orne ; 4.220 h. Ch. 
de f. O. Beau chateau du xv« siecle, 

Bonaees (faction des), opposee k la faction aristo- 
cratique des Chapeaux, en Suede, de 1720 a 1771. 

BOXKBYAL. ch.-l. de c. (Eure-et-LoirV arr. de 
Chntt'audun, au confluent du Loir ct dc 1 Ozanne ; 
4.UO0h. (BonnevaUais). Ch. d»- f. Orl. 

BOXIVKVAL. (le comte Claude- Alexandre de\ gene- 
ral francais, ne a Coussac-Bonneval (Haute- Vicanc : 
il passa d'abord au service de l'Autrichc, pui« k celui 
de la Turquie, ou Achmet III le fit pacha (1675-1747;. 

BOIvravilXB, ch.-l. darr. (Hauto-Savoieu sur 
l'Arve, a 34 kil. N.-E. d'Annecy: 2.120 h. (Bonnevil- 
lain*). Horlogcric. L'arr. a 9 cant., 68 comm.. 59.800 h. 

BO*XIEKE«-sTVB-«EIME, ch.-l. de c. Seine- 



Digitized by VjOOQiC 



BON 



— 1183 — 



BOS 



et-Oise), arr. de Mantes : 1.200 h. Ch. de f. O. Dis- 
tilleries, filatures. 

■OHinBVX \ni-tu], ch.-l. de c. (Vaucluso), arr. 
d'Apt; 1.800 h. Ch. de f. P.-L.-M. Filatures de soie. 

BOITOIVBT [ve] (Guillaume de), amiral francais, 
favori de Francois I«. 11 so ligua avcc Louise de 
Savoie contre le connetable de Bourbon. Invcsti en 
1523 du commandement de l'armee d'ltalic, il ne 
commit que des fautes, mais se fit bravemcnt tucr 
a Parte (1488-1526). 

BOBPLAlfB [plan] (Aime Ooujaud, dit), medecin 
ct naturaliste francais, compagnon d'Humboldt, n6 a 
La Roehelle; explora rAmerique du Sud (1773-1858). 

BOlfBTBTTRlV (Charles-Victor), ecrivain suisse, 
ne a Berne (1745-1882). 

BOIVYALOT [lo] (Gabriel), explorateur francais, 
n* a Bpagne (Aube), en 1853. 

ROOM (Wm'J , v. de Belgique (prov. d'Anvers), 
sur le Ruppel ; 15.500 h. 

BOOS [Ml, ch.-l. de c. (Seine-Interieure), arr. de 
Rouen ; 810 h. 

BOOTH [ooufl (William), fondateur et general de 
l'Armee du Salut, n6 h Nottingham en 1829. 

BOOTH, acteur americain, ne a Bel-Air (Mary- 
land); il assassina le president Lincoln (18391865). 

BOOTLB-Cini-Lm ACHR, v. d'Angleterre (Lan- 
castre); 50.000 h. Bains frequentes, fondcries. 

~*~~"l, person ne biblique, epoux de Ruth (Bible). 
P (Franz), philologue alleraand, n* a Mayence, 
auteur de la Grammaire comparie des tongues indo- 
europiennes, ou il a developpe les vrais principes 
de la llnguistique (1791-1867). 

BOHBA (Jean -Charles), mathematicien et marln 
francais, ne a Dax, Tun de ceux qui mesurerent un 
arc du meridien pour l'etablissement du systcme 
metrique. On a donne son nom au vaisscau qui porte 
l'Bcole navale (1733-1799). 

BOHBBAUX [d6], anc. capit. de la Ouyenne ; ch.-l. 
du dip. de la Gironde : sur la Garonne ; ch. de f. M. 
et Orl., a 578 Ml. 8.-0. de Paris; 256.700 h. (Borde- 



lais). Archev«che, cour d'appel, universit.6. Port trts 
actif. Commerce de vins rouges et blancs recoltes 
dans toute la region, et designes sous le nom de 
vins de Bordeaux; eaux-de-vie. Beau pont de pierro 
de 486 metres. Patrie d'Ausone, saint Paulin, Eieo- 
nore de Guyenne, Magendie, Carle Vernet, Baujon, 
Boyer-Fonfrede, Genaonne (J.-FJ, Ducos, Garat, 
Nansouty, de Seze, Lain*, de Peyronnet, Rosa 
Bonheur, etc. L'arr. a 19 cant., 158 coram., 500.700 h. 

BORBBRBB-LOUHOIV, ch.-l. de c. (Hautes-Py- 
renees), arr. de Bagneres, sur la Neste de Louron ; 
404 h. Carrieres de marbre. 

BORBBU (Theophile de), medecin francais, ne a 
Iseste (Beam), auteur de rechcrches sur les eaux 
thermales [1722-1776]. 

BOHBlBH [di-i] (Henri-Leonard), savant ct his- 
torien francais, ne a Paris (1817-1888). 

BORBOMB (Paris), peintre italien, elive du Ti- 
Uen, ne a Trevise (1500-1571). 

BOHB (Catherine de), religieuse defroqu£e, nee 
a Loeben ; elle epousa Luther (1499-1552). 

BOBBB [ri], dieu des vents du nord, flls du Titan 
Astrseus et de l'Aurore (Myth.). 

BORBL (Pierre), savant medecin francais. n6 a 
Castres (1620-1689). 

BOHBU.I (Jean-Alphonse), physiologiste italien, 
ne a Naples (1608-1678). 

BOBGERHOIT [rout*], v. de Belgique, prov. 
d'Anvers; sur la Schynn, affl. del'Escaut; 38.600 h. 

BORttHBMR, famille romaine qui s'est distinguee 
\r son amour pour les arts. Un de ses membrcs, 

amillx BararMac, epousa Pauline Bonaparte, veuve 
du general Leclerc. et mourut en 1832. 

BOHOHBBI (comte Barthelemy), savant numis- 
mate italien (1781-1860). 

BOKOIA, famille italicnne, d'origine espagnole, 
qui compte par mi ses membres : le pape Alexan- 
der VI (v. ce nom) ; — le cardinal C£sak Borgia, son 
flls, politique habile, mais deioyal, inhumain et de- 
bauche, qui se soutfla de crimes et mourut en 1507 ; 
son portrait par Raphael (galerie Borghese) est un 
chef-d'csuvre ; — Lucaica Borgia (1480-1519), soeur 
du precedent, ceiebre par sa beaute ; elle protegea 
les lettres, les sciences, les arts, et la legende Ac- 
cuse de tons les crimes. — Titrc d'un dramc histo- 



K 



i [gniss-di] (Gustave), 
n des fondateurs de la 



rique de V. Hugo (1833); — d'un opera italien en 
trois actes (Luerezia, Borgia) do Donizetti (1834). 
BOKCUfI0-BB»BOHBB« [fi ' ' 

general francais, ne a Paris, un d 

puissance francaise au Senegal et au Tonkin (1839-1900). 

BOHCJO, ch.-l. de c. (Corse), arr. de Baslia; 
1.000 h. (Borghens). Victoirc de Paoli sur les Fran- 
cais en 1768. 

■ORGOi, region de l'Afrique, dans le Soudan 
central, a l'oucsl du Niger, divisee en plusicurs pc- 
tits Etats. 

BOHlMAfiB, pays de la Belgique (Hainaut), au- 
tour de Mons ; vastcs houilleres. 

BOBISOCM,lBMK.. v. de Russic. gouv. de Tam- 
bov, sur la Vorona ; 28.000 h. 

RORISOV, v. de Russie, gouv. de Minsk, sur la 
Beresina; 20.000 h. 

BOHHIBA (la), riv. d'ltalie. affl. du Tanaro. Bo- 
naparte livraaux Autrichiens plusieurs combats sur 
ses bords 

BOHHIO, v. d'ltalie. prov. de Sondrio, dans In 
Valteline ; 2.000 h. Eaux mineralcs. 

BOHJf (Bertrand de), un des plus coiebrcs trou- 
badours du xn« siecle; m. vers 1210. 

BOHIf (Ignace de), mincralogistc autrichicn 
(1742-1791). 

BOBJVBO, ile de l'archipel de la Sonde, oil les Hol- 
landais et les Anglais ont des possessions importan- 
tes. Borneo est, apres 1'Australie, l'ilc la plus grandc 
du globe. Diamants, metaux, char bo ns; 675.000 kil. 
carr. ; 2 millions d'hab. (Borniens). Capit. Borneo. 

BOBlfHOLJB, ile de la Baltiquc ; 39.000 h. ; ch.-l. 
Boeme. Au Danemark. 

BOHIV1BH [ni-e] (vieomte Henri de), po6tc dra- 
matique francais, ne a Lunel ; auteur de la Fille 
de Boland (1825-1901). 

BOH1WOU, nom d'un royaume situ6 dans la Nigri- 
tie centrale ; capit. Kouka. 

BORJTY, village a 1'E. de Metz; 700 h. Sanglante 
et indecisc bataille livrec cntre les Francais et les 
Prussiens, le 14 aout 1870. 

BOHOBIIfO. village de Russie ou fut livree, le 
7 septembre 1812, la sanglante bataille dite « de la 
Mosaova •. . 

BO BR OH KB (saint Charles). V. Charles. 

BOBJtOMBBM [mt](ile$\ groupe de quatre iles>d'un 
aspect pittoresque, situeesdani le lac Majeur (Italic). 

BOHT [bor], ch.-l. de c. (Corrcie;, arr. d'Ussel, sur 
la Dordogne ; 3.700 h. (Bortois) ; ch. de f. Orl. Houillc. 
Belles colonnades basaltiqucs dites les orgues de 
Bort. Patrie de Marmontel. 

BOHY BB «Alirr-VlW CBWT (Georges), gAogra- 
phe et botaniste francais, ne a Agen (1780-1846). 
* , anc. nomdu Dnieper. 
[boss-ka-ven') (Edouard). amiral an- 
glais. II se distingua contre les Francais pendant la 
guerre de Sept Ans (1711-1761). 

BO0CH fJerOme Abxen, dit), peintre, sculptcur et 
grave ur holla ndais, ne vers 1462, m. en 1516. 

BOBCMIBIA1V0 [ bo-chi-man] ou IV8HMBX 
\beuch-men'] (hommes des buissom), peuplc sauvage 
de rAfrique m^ridionale, sur 
le haut Orange, au nord do 
la colonic du Cap. 

BOSCO (Bartolomeo), jprcs- 
tidigitateur italien, ne a Turin 
(1793-1862). 

BOMCOTICH (Roger -Jo- 
seph), jesuite italien, ne a I 
Ragusc ; il propagea dans sa 
patrie les doctrines philoso- 
phiques de Newton (1711-1787). 

BOSIO (Francois-Joseph), 
ceiebre statuaire, ne a Mo- 
naco, talent a la fois delicat et 
puissant (1768-1845). 

BOmVA-0BBAif ou »A- 
RAiGVO, capit. de la Bosnie, Bo«himan.. 

dans une situation pittoresque sur laBosna; 41.600 h. 
Commerce actif. 

BO0IVIK [boss~n(], pays de la Turquic d'Europe, 
occupe a titre permanent par l'Autriche en vertu 
du traite de Berlin (1878); 1.348.000 h. (Borniens ou 
Bosniaques.) Capit. Bosna- Serai. Region monta- 
gncuse,- gisemcnts metallifurcs abond.ints. 




\^M~ 



Digitized by VjOOQlC 



BOS 



— 1184 — 



•If, roi d' Aries et de Provence, beau-frere de 
Charles le Chauve ; m. en 887. 

MfPHOU (passage du bceuf), ancien nom du 
canal de Constantinople. 

MMIBT [bo*-kt] (Pierre-Jean-FrancoisV mare- 
chal dc France et senateur, ne a Mont-de-Marsan ; il 
se distingua en Algcrie et surtout en Crimee, ou 
il fut bles^e a l'assaut de Malakoff (1810-1861). 

B f— ■ (/*) ou le Petit Parisien, celebre roman de 
cape et d'epee, par Paul Feval (1857). — L'auteur, en 
collaboration avec Anicet Bourgeois, en a tire tin 
grand drame en cinq actes et douze tableaux (.1862). 




r [ntrtj (Jacques-Benigne). eveque de Con- 
dom, puis de Meaux. ne a Dijon, orateur sacre, sur- 
noniine I'Aigle de Meaux. II prononca les eelebres 
oraisons funebresde Henriette de France, reioe d'An- 

Sleterre ; de Madame, duchesse d'Orleans : de Conde. 
e Michel Le Tellicr, d'Anne 
de Gonzague, princesse pala- 
tine, etc. Dans une langue ma- 
gniflque et inspiree, il sut Urer 
de leur vie, comme il dit, « les 
grandes et terrible* lecons > 
que Dieu donne aux rois et 
aux bommes. Ses Sermons, 
comme ses Oraisons funtbres, 
sont les monuments les plus 
sublimes dc 1 eloquence dc la 
chaire. Choisi comme precep- 
teur du dauphin, il ecrivit 

Four lui sun Diseours sur 
Histoire universe! le, sa Poli- 
tique lirce de CEcriture sainte, ou il defend le droit 
divin d<>8 rois. Dans son ouvragc sur les Variations 
de* Eglises protestantca, il se montra grand histo- 
ricn, sinon toujours juste. En 1682, il ouvrit la ce- 
lebre assemblce du clerge" dc France et lit adopter 
la declaration de l'indfpendancc du pouvoir tem- 
porcl et dei liberies gallicant-s. II nc actable pas etre 
reste etranger a la revocation de 
l'cditde Nantes, et il combattit. a ses 
derniers jours, le quietiamc, dans la 
personne de Fcnelon (1G27-170V). 

Bouu«( (portrait de), tableau de 
Rigaud. au Louvre, un des mcillcurs 
de l'artiste. 

BOMMI T [su] (Cbarles), mathema- 
ticicn francaia, ne a Tartaras (Loire) 
[1730-1814]. 

BOMTOIB, v. d'Angletcrre, comte 
de Lincoln , sur laWitham ; 15.000 h. 
Fondcries, fabrication de toiles. 

BOHTO^r, v. des Etats-Unis d'A- 
meriquc, capit. du Massachusetts : 
595.000 h. (Dostoniens.) Grande Indus- 
trie. Port tres actif sur l'Atlantiquc. 
Patric de B. Franklin. 

BOH WORTH, v. d'Angletcrre 
(Leicester), celebre par la bataillc ou 
Richard III, mcurtrier des enfants 
d'Edouard, perdit la couronnc et la 
vie (UR5). Ccst a cette bataillc que 
se rapporte ec cri desespere de Ri- 
chard III, qui. frappe d'une sorte dc 
vcrtige et saisi do frenetic, s'ecria 
plusicurs fois, hors de lui-meme : 
•■ Un cheval! un cheval ! mon royau- 
me pour un cheval! » Dans Impli- 
cation, cea mots si^nineut qu'on est 
dispose a tout sacriflcr pour la possession d'une 
chose vivement desiree. 

BOTANY-BAY, baic anglaisc, sur la cote dc la 
Nouvelle-Galles du Sud, pres de Svdnev (Australia); 
decouvertc par Cook (1770). Les Angla'is, en 1787. y 
firent leurs premiers essais dc colonisation penalc. 

BOTBWKLL [bot-oue^ (James comte tie), seigneur 
ecossais qui fit pcrir Henry Darnley. second epoux 
de Marie Stuart, et vpousa cctte dcrniero (1567). 
Chasse d'Ecosse, il mourut dans la iuiserc en Dane- 
mark (1578). 

BOTNIK ou BOTH!VIK [bof-nt], pays d'Europc. 
a l'E. du golfe dc Botnic, portage entre la Suedo 
et la Finlande russc. 

BOTMIB ou BOTHXIK (golfe de). forme par la 
mcr Baltiquo; baigne la Russic et la Suede. 



BOU 



\ [doss], people ii»dtg*n*derAm*rlqoe 
du Sud, repandu dans les for*U Tterges da Brcsul. 
B SJTOWA5T1 on BBIBf MBit, v. de Rounaaaie 

(Moldavie), sur la Sikna, art. du Proth ; 33.000 h. 



BTTA (Paul-Smile), histories, poete et mede- 

cin, ne a Saint-George (PiemonU, depute francais 
sous le premier Empire (1766-1837). — Son fils, Piul- 
Emile, fut un assynologue distingue (1892-18*70]. 

BB 1 ■ M CB1XI \bo-ti-tcher-ii] (Alexandre), peintre 
italien, un des plus remarquables parmi les priwtitifs 
(ltf>7-1510). 

BOTBABI0 [rissl (Marcos), un des heres de la 
guerre de rindependance grecque, tue a Karpenisi. 
pres Missolonghi (1788-1828). 

BOCA YE [boua-(], ch.-l. de c. (Loire-Infexieur* , 
arr. de Nantes, pres du lac de Grand-Lieu; 1.100 h_ 
Ch. de f. Btat. 

BOUCBJll* [ekin], eh A. de c. (Nord), t. forte, arr. 
de Valenciennes, sur l'Escaut; 1.760 h. ; ch. de f. N. 

BOICsUBBAT [da] (Apollinaire). chimisie et 
pharmacien francaia, ne a l'lsle-sur-Serein (Yoant 
[1806-1856]. 

BOCCBABBBIf (Edme), celebre sculpieor fran- 
cais, ne a Chaumont, auteur de la fontaine de la 
rue de Grenelle, de plusieurs trarauxa Versailles et 
a Salnt-Sulpice de Paris (1698-176i). 

B*arb*« de p*la (Histoire d'une), pax Jean Mace 
(1861), excellent ouvrage de vulgarisation, qui decnl. 
sous une forme attrayante, les pheaomenes de la 
nutrition et de la digestion. 

BOUCBEB [ehi] (Jean), cure de la paroiase Saint- 
Benolt, a Paris, fougueuz ligueur (15W-UU). 

BBirCBlBm (Francois), peintre francaia, ne a Pa- 
ris, auteur de tableaux pleins dune grace parfois ua 
peu licencieuse (1703-1770). 

BOl CHKB BB PERTBE0 (Jacques), naturaliste 
f rancais, ne a Rethel, auteur de travaux sur lliomme 
prchistoriquc (1788-1868). 

•BHOXB (dip. des), dep. forme par 




oq Wain 

-•AubaqsJt 



M\.E D I T E R HA 




la Provence; pref. Marseille; s.-pref. Aix, Aries; 
3 arr., 33 cant., 110 comm.: 734.UM) h. ; 15* region 
milit. ; cour d'appel d'Aix ; archev*che a> Aix, evecbe 
ft. Marseille. 

BOUCH1B ou BBWBBB-BBUCHIB [bin-dtrl T - 
de Perse ; 1 6.000 h. Port sur le golfe Per&ique. 

BOIICHOTTE (Jean-Baptiste-Noel), ministry de la 
guerre sous la Republique, ne a. Metx (1754-1840). 

BOCCHOUX [chou]{Les), ch.-l. de c. (Jura), arr. d- 
Saint-Claude ; 900 h. Carrie res. 

BOVCICAVLT [kA] (Jean lb Ma work, dit). mare- 
chal do France, ne a Tours ; il fut fait prisonnier k 
Nicopolis et a Azineourt, et mourut en Anglcterre 
(1366-1421). 

BOIDBHA (le Sage) ou f^ABYA-BfOlIBl (le Soli- 
taire des fakyas), noma sous lesquels on designs 



Digitized by VjOOQlC 







BOU - 1 

habituellemcnl le fondateur du bouddhismc, Sid- 

dharia Gautama, personnage historique, Ills du chef 

de la tribu des (Jakias, qui cr* n 

la religion nouvelle centre 1 

formalisme des brahmanc 

( v« 8. av. J.-C.). Considerant quo 

vivre, c'est souffrir, ct que la 

souffrance resulte de la pai 

sion. Gautama posa en princip 

?uo le renoncemeni a soi-mem 
tait le seul moyen de s'affrar 
-chir de cettc derniere. L'anear 
tissement eomplet s'appelle 
nirvdna, et le but de Bouddha 
c'egt de conduire le fldele au 
nirvana des la fin de oette Tie 
Le bouddhisme compte de not 
jours plus de 470 million! 
d'adhcrents dans rextremi 
Orient. 

BOUBHOtJBL r. d'Asie Mi- 
neure (Turquie d'Asie), en fae< 
de Tile de Cos; 12.000 h. C'est !'&*» 

BBITFTARIK, v. d'Algerie, dep. et arr. d' Alger, 
dans la Mitidja: 9.300 h. IBouf- 
farikois) ; ch. de f . d' Alger a 
Oran. Vignoblcs, o rangers. 

BBUrrLBBft [/Itr] (due 
Louis-Francois de), marechal 
de Prance. II s'illustra par la 
belle defense de Namur(1695), 
de LiUe (1708), et par la re- 
traite de Malplaquet (1709) 
[1644-1711). 

bbufflbm ( Stanislas - 
Jean, chevalierde), ne a Nancy, 
chevalier de Malte en meme 
temps que capitaine de hus- . Pr . n m 
aarda. puis marechal de camp u Fr d * Boufn « M - 
et gouverneur du Senegal; il est surtout connu 
comme ecrivain (1738-1815). 

BOLCiAIXVlLLB [ghin] (Louis-Antoine de), ce- 
lebre navigateur francais, ne a 
Paris. II a ecrit le recit du c<S- 
lebrc Voyage autour du monde 
qu'il fit de 1766 a 1779 (1129- 
1811). 

BOtlCJBACT [jan] {le Pere 
Guillaume-Hyacinthe), j*suite 
ct historien francais, neaQuim- 
per. On lui doit une bonne His- 
toire des Traitis de Westphalie 
(1690-1713). 

BBUCJIB [jt], v. d'Algerie 
(Constantinej, port sur la cote 
N -O. du golfe at Bougie ; ch.-l. B -..-.- .hu 

d'arr.. a 226 kil. N.-OTde Cons- B-g-mii.. . 

tantine; U.800 h. (Bougiotes). L'arr. a 433.100 h. 

BBCCiLOlV, ch.-l, de c. (Lot-cUGaronnc), arr. de 
Marmande ; 600 h. 

BOltttiBR [gher] (Pierre), mathomaticicn fran- 
cais, ne au CroTsic (1698-1758J. 





V [flAe-rd] (William), peintrc fran- 
cais, ne a La RocheTle (1825-1906). 

BOIHIKH [bou-ii] (Jean), Jurisconsultc et acadd- 
micien francais. n* a Dijon, president du parlemcnt 
dc cette ville (1678-1746). 

BB17BOUBB [our] (le Pert Dominique), jesulte, 
grammairien et litterateur francais, ne a Paris 
(1628-1702). 

BBULBBT [bou, I mil , e ] (Louis), poete ct au- 
teur dramatique francais, ne a Cany (1822-1869). 

■BUILLB (marquis Francois-Claude de). general 
francais, qui favoriaa la fuitc de Louis XVI : m. a 
Londres (1739-1800). 

BBUILLBT [// mil., e] (Marie-Nicolas), philosophe 
et lezioographe francais, ne a Paris (1798-1864). 



I [11 mil., ii] (Francisque), philosophe 
et professeur francais, ne a Lyon (183M899). 

BBCULLBlf, v. de Belgique, prov. de Luxem- 
bourg, sur la Sexnoy; 2.700 h. Chef-lieu, au moyen 
age, du duchi de Bouillon. 

—— - "If. V. GoDBPROV. 

r (Henri, due de), marechal de France 
(15*4-1623). — Son ills, Prbdbric-Mauricb, no k 



5 - BOU 

Sedan, ennemi implacable de Richelieu, s'allia aux 
Bspagnols et gagna la victoire de la Marfee sur les 
troupes franchises (1606-1652). 

no U ILLY, ch.-l. de c. ( Aube), arr. de Troves; 600 h. 

BOU1LLY (Jean-Nicolas), auteur dramatique fran- 
cais, ne a la Couldraye, pres Tours (1763-1842). 

BOlKHAsU, v. d'Asie, cap. de la Bouaharie 
(Turkestan); 70.000 h. 

BOI7KI6AB1B ou KHA1VAT BB BBIJMHAHA, 
Btat de 1' Asie. dans la Tartaric; 1 .250000 h. Boukhart* 
ou Boukhariens). Cap. Boukhara. Gouverne par un 
emir sou mis a rinfluence russe. 

BOULA1MYILL1KBJI [lin-vi-li-e~\ (comte Henri 
de), historien francais, ne a Saint-Saire (Seine-Infe- 
rieure) [1668-1722]. 

BOIJLA1V62BR [je] (Nicolas-Antoine), litterateur 
ct philosophe francais, ne k Paris (1722-1789). 

BOULAiVttBR (Louis), peintre francais de l'ccole 
romantique, ne a Verceil (1806-1867). 

BOULAlVttBH (Gustave), peintre francais, ne a 
Paris (1824-1888). 

BOULAN62BR (Georges), general francais, ne a 
Rennes, miniatre de la guerre en 1886; fut m*le a 
des intrigues politiques pendant les dernieres annecs 
de sa vie ; se suicida a Bruxelles (1837-1891). 

BOULAQ ou ■•1ILAK, faubourg du Cairo 
(Egypte), ou se trouve un musee d'antiquites egyp- 
tiennes. 

BBVLABB Uar] (Henri), ecrivain et bibliographe 
francais, ne a Paris (1764-1825). 

BOLLAY [/el, ancien ch.-l. de c. (Moselle), arr. de 
Metx. cede a I'Allemagne ; 2.400 h. 



llemagn< 

LAMBI 



b>llay BB LA BlBVBTMB (Antoine), homme 
d'Etat, ne k Chaumousey (Vosges), un des princi- 
pauz redacteurs du Code civil (1761-1810). — Boulajr 
de la Bfoursh* (Henri), flls du precedent, ne a Nancy, 
vice~pr6sidentde la Republique (1849-1851) [1797-1858]. 

BOUL«ABlNB (Taddeej, romancier rusae (1789- 
1859). 

■OILLAMGBB, prcdicateur. V. Amdbjb. 

BOCLLB ou BO ILK (Andre-Charles), sculptcur- 
eb<^niste, ne a Paris, ct dont les oeuvrea sont encore 
rechcrcht's (1642-1732). 

BOlLLOX«XE ou BOLLOCJIf B, famUle de pein- 
trcs francais, qui a fourni trois artistes distingucs : 
Louis Boullonune (1609-1674), et ses deux Ills Bon 
(1649-1717) et Louis (1G5V-1733). 

BOl'LOtilVB (la), riv. de France, qui se jette dans 
la Loire (r. gauche) a Nantes. 

BOtiLO«!fB, ch.-l. de c. (Haute-Garonne), arr. de 
Saint-Gaudens, entre la Gesso ct la Gimone ; 1.900 h. 
(Boulonnait). 

BBLLOfiMB-BVB-B»R, ch.-l. d'arr. (Pas-de- 
Calais) ; port sur la Manche, a l'emboochurc de la 
Lianc ; ch. dc f N.. a 118 kil. N.-O. d' Arras ; 50.000 h. 
[Boulonnait, Boulonais ou Boulenois). Patrie de 
Daunou, Sainte-Beuve, Marietta. L'arr. a 8 cant, 
101 comm. ; 193.500 h. 

Bo«lo*ae (camp de), etabli, en 1805, par Napo- 
leon I" qui projelait une desccnte en Anglctcrre. 

BOVLOOKE-BLB-BBIIVB , ch.-l. de c. dc la 
Seine, arr. de Saint-Denis ; 44.500 h. 

Boal«c»e (bois de), promenade habituellc du Paris 
elegant, une des principals et des plus frequentees, 
entre Paris ct Saint-Cloud. 

BOL'LOIBB, ch-.l. de c. (Sarthe), arr. dc Saint- 
Calais, sur la Tortuc, s.-affl. de la Sarthe ; 2.300 h. ; 
ch. de f. de Mamers a Saint-Calais. 

BOULOB1VAIM [ne], pays de l'ancienne France, 
autour de Boulogne, aujourd'hui dans le departe- 
ment du Pas-de-Calais. 

B«UQl ET [k»] (dom Martin), benedictln de Saint- 
Maur, celebre erudit, ne a Amiens (1685-176V). 

BOI QIKT BB LA CJBYB (J.^acques-Anatolo), 
ingenieur hydrographe francais, ne a Thiers en 1827. 

■OfKlAKI (Charles), general francais, ne a 
Pau en 1816. II commanda 1 armce de l'Est en 1871 
(1816-1897). 

BOlTRBOIf (Ue). V. R^UTflON. 

BOWBBBIf (maiaon de), famille princiere fran- 
caise, remontant a Robert de Clermont, 6« flls de 
saint Louis. Avant d'arrivcr au trone, la famille des 
Bourbons a fourni trois dues qui 1ou6rent un rAle 
important sous Charles V. Charles VI et Charles VII. 
Le Con ni table de Bourbon, ne en 1490, se comporta 
vaillamment a la batailie de Marignan, puis a la 



Digitized by VjOOQlC 



BOU - l J 

suite de violentes querelles qu'il eut avec Louise de 
Savoie, mere de Francois I", porta le* armes contre 
sa patrie et vainquit les Francais a Bebecco, ou Ba- 

Jard expirant lui reprocha sa felonie. II fut tue 
'an coup d'arquebuse au siege de Roma (1617). De 
la braaeke ataee, arrivee au trdne arec Henri IV, 
sont issus : Antoihs db Bourbon, roi de Navarre 
par son mariage arec Jeanne d'Albret, le pere de 
Henri IV ; blesse mortellement au siege de Rouen 
(1518-1562); — Charles db Bourbon, son frere, car- 
dinal et proclame roi par la Ligue sous le nom de 
Charles X, m. en captiviti (1523-1590); — Hbnri IV, 
flls d'Antolne (v. Hbnri IV), tige des rois de France 
Jusqu'a Charles X (1830) ct dont le dernier represcn- 
tant a ete le eotnte de Chambord. m. en 1883. La 
braaebe eadette, les Boarbeas d'Orleaaa, descend 
de Philippe, ills de Louis XIII et frere de Louis XIV ; 
elle est arrivee a la regence avec Philip pb d'Orlbans, 
pendant la mi nor it* de Louis XV, et au trdne avec 
Louis-Pbiuppb, rcnvers* en 1848 (v. Orleans). — 
Philippe V, petit-flls de Louis XIV, a ete la tige des 
Boarboaa d*Bspaeae, representes aujourd'hui par 
Alphon»o XIII (v. ce nom); des Boarbeas des 
Beas-airlles ou de IVaele*, qui ont flni de regner 
avec Francois II (1860); des Boarboaa de Panaa, 
qui ont perdu leur duche en 1850. V. Orleans. 

Boarbea (musie), fameux musee de Naples, ap- 
pe!6 aussi Mubbb des Etudes (gli Studj), et qui 
occupo le premier rang parmi les collections de 
chefs-d'oeuvre antiques. 

BOI'HBOIV-LAJVCY, ch.-l. de c. (Saone-et-Loire), 
arr. dc Charolles ; 4.200 h. (Bourbonnais) ; ch. de f. 
P.-L.-M. Eaux thermales. 

BOlIKBOX-1/AKCHAMBAM.T [ehan-bo], ch.-l. 
de c. (Allier), arr. de Moulins, sur lc U urges, s.-affl. 
de l'Allier ; 3.600 h. (Bourbonnais). Eaux thermales 
depuis ires longtemps oxploilees. - 

BOl'KBONlVAlfl [ne], ancienne province de 
France, reunie a la couronne par confiscation des 
domaincs du conneisble de Bourbon, sous Fran- 
cois I" (1531); cap. Moulins; a form6 le dep. de 
l'Allier et unc petite partie du Cher. (Hab. Bourbon- 
nais ou Bourbonnichom.) 

BBUKBOXMB-LBM-BAIlVgl [bin] , ch.-l. de C. 
(Haute-Marne), arr. de Langres, sur l'Apance, affl. 
de la Sadne ; 4.000 h. {Bourbonnais). Eaux thermales , 
hopital militaire. 

BOl'RBOTTB (Pierre), conventionnel, n6 pres 
d'Avallon ; se distingua en Vendue ; perit sur l'echa- 
faud (1763-1795). 

BOUBBOITLB (LA), comm. du Puy-de-Ddme, cant, 
de Rochefort, arr. de Clermont-Ferrand, sur la Dor- 
dogne naissante ; 2.000 h. (Bourbouliens). Eaux ther- 

BOl BBOIBU-VILLE, ch.-l. de c. (Nord), arr. 
de Dunkerque; 2.600 h. (Bourbouriens); ch. de f. N. 

BOUBDRIAC [bri-ak], ch.-l. de c. (Cotes-du-Nord), 
arr. de Quingamp; 4.180 h. 

BOUHCIKR [ti-i] (Jean-Leonard), celebre juris- 
consulte lorrain, n& k Vezclise (1649-172G). 

BOIHOALOIB (Louis), un des orate urs les plus 
eminent* de la chaire fran- 
caise , auteur de Sermons re- 
marquablcs par la vigueur du 
raisonnement ct la severit* de 
la morale, ne a Bourges (1632- 
1704). 

BOIBDBAII [dA], ch.-l. de 
c. (Drome), arr. de Die, sur le 
Roubion. affl. du Rhone ;1.100h. * 

BOIRDM (Maurice), anti- 
pape sous le nom de Gre- 
goire VIII, ne en Limousin, 
m. en 112t. 

■ OIBDOK (Sobastien), ' D <mrd»i- 

f»eintre francai6, n6 & Montpcl- 
ier. 11 a peint, avec plus dc fougue que d'originalite, 
des tableaux de bataille, d'histoirc, etc. (1616-1671). 
BOrRDOM ( Francois Louis ), dit Baardan de 
ro4»e, conventionnel, deportd au 18 fructidor; m. 
en 1797. 

BOmDOI AX ou BABDVAM, v. dc l'empirc des 
Indes (Bengale); 34.500 h. 

BOUKCi (bourk). ch.-l. du dep. de l'Ain ; sur la 
Reyssouze, affl. de la Sadne ; 19.000 h. (Breasants ou 




S - BOU 

Bourgeois), Ch. de fer P.-L.-M.. a 478 kiL 8.-B. de 
Paris. Chevaux, volailles. Patrie de Lalande, Qn- 
net, Favre. L'arr. a 10 cant., 120 comm., 12048) a. 

BOUKG, ch.-l. de c. (Gironde), arr. de Blare ; tar 
la Dordogne, pres de son confluent avec la Garoens : 
2.200 h. (Bourcois). Vignobles. 

BOUBUAXKVr, ch.-l. d'arr. (Creuse'u pres le Tas- 
rion, affl. de la Vienne, a S3 kil. S.-O. de Guem; 
3.700 h. (Bourganiauds). Houillc. pierres. porceUiac, 
papeterie. L'arr. a 4 cant., 41 comm., 42.100 a. 

BOURfi-ABOBBTAJL, ch-1. de c. (Loire), arr. 
de Saint-Etienne, sur la Deaumc, s.-affl. da Rbese; 
4.700 h. Papeteries. 

BOCBUA0 [aha**], v. de la BoumeUe orie&saK 
sur le golfe deBourgas; 5.000 b~ 

BOUB«-BB-l»BAUR, ch.-l. de c. (Iaare), arr de 
Valence, sur l'lsere ; 6.000 h. (Piageois). Chapellrrie. 

BOVKA-BB-TIBA, ch.-l. de c. (Tarn-et-Garoaa* , 
arr. de Moissac ; 750 h. 

BOUBG-B'OIffAIVS [son], ch.-l. de c il&ere 
arr. de Grenoble ; 2.650 h. Or, baryte. 

BOUBQBLAT [la] (Claude), veterinaire fraaca*. 
n6 k Lyon, fondateur des ecoles viterinaires. createar 
de la medecine des animaux domestiques (1712-t77fv 

BOVSABOIB [joi] (Leon), homme politique fraa- 
cais, plusieurs fois ministre et president de la C" 



bre des deputes. II a public une remarquavble etaieat 
philosophle sociale : Solidariti. Ne a Paris ea li&l. 

Baanreals geaill aaaM ae ( le ), comedie en «»q 
actes ct en prose, de Moliere (1ST0), use des ptss 
amusantes du celebre auteur, oO se trotTe toara^e 
en ridicule la vaniti d'un bourgeois par-res a. CeA 
dans cette piece que Ton volt ngurer M . Jowdaisu 
cet homme naif qui s'etonne de fair*, de U ynm 
sans le savoir, phrase restee proverbiale. 

BOUBGBM [je], anc. cap. du Berry : pref. da dep 
du Cher ; sur le canal du Berry et sur rVevre, afl da 
Cher ; ch. de fer Orl., k 232 kil. de Paris ; A4 fc» fc 
IBerruyers). Archeveche. Fonderie de caaoas, ecr4e 
de pyroteennie ; belle cathedrale. MouCoaa. laiacs 
vins. Patrie de Jacques Coeur, Louis XI. Bcor42- 
loue, Em. Deschamps. L'arr. a 10 cant., 101 cosbsl. 
153.600 h. 

BOOIBBT ry<Q (Paul), critique et romancier fraa- 
cais, membre de f Academie francaise. On lui 4 



I' E tape, etc. N6 k Amiens en 1852. 

BOtJSABT \je) (le). bourg du dep. de U Seise, 
arr. de Saint- Denis; 2.900 h. Ch. de f. N Theac« 
de deux sanglants combats contre les Prussses*. 
les 28, 30 octobre et 21 decembre 1870. 

BOlRttET (lac du), lac de la Savoie, A 9 kiL * 
Ohambery; long. 16 kil. Paysage magniflqu*. 

BOlBG-UiffTiC [lat-tik], ch.-l. de c. (Puy-sV 
Dome), arr. de Clermont ; 1.600 h. Ch de fer Qri 
Houille, fer, antimoinc. 

BBVMGlfBITV-Blf-RBTB [hour - nemf - m - *rs' . 
ch.-l. de c. (Loire-Infdrieure), arr. de Paiatboat 
sur un chenal etroit debouchant dans In asie de 
Bourgneuf; 3.000 h. Ch- de f. Et. Peche. 

BOIHGOG5IB, ane. prov. de lest de la Fraate. 
qui forma un royaume au temps des MeroTiagaw- 
puis un duche important, dont les titulaires Oreat ea 
moment echec a la royaute francaise au teaps a 
Louis XI. Bile fut reunie k la couronne sous ee der- 
nier prince (1477); cap. Dijon; a forme les dep. 4* : 
Cdte-d'Or, Yonne, Sadnt-tt-Loirt, A in. (Hab. Jw- 
guignons.) 

BOVBGOGIfB (maison dr). La 1^. issue ds r» 
de France Robert le Pieux, s'est cteinte en Mft ; 
la 2* issue du roi Jean le Bon. a compte les dsn : 
Philippe le Hard!, Jean sans Peur, Philippe le Boa 
et Charles le Temerairc ; elle s'est eteinte avec c< 
dernier, en 1477. — Louis, petit-flls de Louis XIV H 
pere de Louis XV, el*ve de Penelon, qui eomp«>*» 
pour lui son TiUmaque, porta le titre de dur « 
Bourgogne (1682-1712). 

Baar g aajae (BUtoire dt$ dues del, par M. de Ba- 
rante ; narration interessante, resumant les earv- 
niques du temps (1824-1826). 

BOITBGOG1VB (canal de), canal qui unit le hassis 

Digitized by VjOOQlC 



BOU - l 

de U Seine a cclul du Rhone par l'Yonnc et la 
Sa6ne, depuis Laroche (Yonne) Jusqu'a Saint-Jean - 
de-Losne (Cdte-d*Or) ; 242 kU. Grand traftc. 

BOUROOOlf B, ch.-l. de c. (Marne), air. de Reims ; 
710 h. Bonneterie. Carrieres de craie. 

Baargagaa (hdtel de), ancienne residence a Paris 
dea duet de ce nom, notamment de Jean sans 
Pour, tout Charles VI. Leg restes de cet hdtel ont 
el* abattus, sauf une curieuse tour, dite le Don- 
jon de Jean sans Peur. En 15W, les Confreres de la 
Passion acquirent une partie de cet hotel pour y 
representor leurs mysteres, puis l'abandonn&rent a 
une troupe d'acteurs, noyau de la Comedie-Fran- 
caise, connue sous le nom de troupe de l'hdtel de 
Bourgogne. Vers la on du xvn« siecle, la Com6die- 
Italienne en prit possession et y demeura jusqu'a la 
construction de la salle de l'Opera-Comique. La Halle 
aux cuirs a longtemps ocoupe une partie de son em- 
placement, rue Mauconsell. 

B4»lRGO I*, ch-1. de c. (Isere). arr. de La Tour- 
du-Pln, sur la Bourbre, affl. du Rhone ; 7.300 h. 
(Bergusiens). Cb. de f. P.-L.-M. ; tribunal de 1" in- 
stance. Soieries. filatures. 

BOURttOllVO [ghoin] (le Pere), theologien fran- 
cais, ne a Paris, fondateur de l'Oratoirc, avec le 
cardinal de Berulle (1385-1661). 

BOVROOllfCl {baron Jean-Francois de), diplo- 
mate francais. ne k Nevers. II a publie d'inWres- 
santa Souvenir$ (Thistoirt contemporaine (1748-181 1)- 

BOURCHBAUrr-AJTOBOl*, ch.-l. de c (Ardechc), 
arr. de Privas, sur le Rhdne ; 4.200 h. (Dourguesant 
ou Bourdesans). Ch. de f. P.-L.-M. 
i bourc-baiiit-maijbicb , ch.-l. de c. (Sa- 
voie), arr. de Mouticrs. sur l'Isere ; 2.900 h. (Borrins 



>ie), arr. d 
i Borrem] 



i). Sal gemme. 

aaarrfa, tenne de mepris dont on se ser- 
vait en Angleterre, a rant lartforme electorate, pour 
designer certains bourgs ou le chiffre des electeurs 
avait fortement diminue depuis le premier etablis- 
sement des clrconscriptions electorates, et oil, par 
consequent, il etalt facile de tratlqucr des votes. 
II exista un bourg pourri ou un seul elccteur put 
nommer deux deputes. 

BOVROTRBROKLBB, ch.-l. de c. (Eure), arr. 
de Pont-Audemer ; 750 h. Ch. de f. O. 

BOfJRClIJBBlJB [buss], ch.-l. de c. (Calvados), 
arr. de Caen ; 200 h. 

BOVRCWB1L. \gheu, I mil.], ch.-l. de c. (Indre-ct- 
Loire), arr. de Chinon, sur l'Authion, affl. de la 
Loire ; 3.i00 h. Vins, bcurre. 

BOCRttUf «MOX (le). V. CouRTOIS. 

Boargalgas a * [faction dee), parti du due de Bour- 
gogne, oppose aux Armagnacs. V. Armagnacs. 

BOIRROXT [mon], ch.-l. de c. (Haute-Marne), 
arr. de Chaumont ; 760 h. Ch. de f. E. 

BOl'RROlfT {comte Louis de), general sous l'Em- 

Fire, ne dans le depart, de Maine-et-Loire. II trahit 
armte francalse en passant k l'enncmi la vcille de 
la bataille de Ligny (1815), servit la Restauration, et 
fut un des accusateurs de Ney. Nomine marechal de 
France, il commanda l'armee qui, en 1830, sempara 
d' Alger (1773-1846). 

BOVROV, grande He bollandaisc de l'archipcl 
des Molnques. 

BBtBRlstilNB (l<ouis-Antoinc </e), secretaire de 
Napoleon !•'. ne k Sens ; il servit la Restauration et 
publia dea M&moires fameux (1769-1834). 

BBCRBAfJLT \s6\ (Edme), auteur dramatique, n* a 
MussY-sur-Seine [Bourgogne] (1688-1701). 11 eutavec 
Moiiftre de vlfa demeles. Son principal ouvragc est 
la comedle du Mercure galant. t 

Baarse de Paris (la), monument construit par 
Brongniart et Labarre : belle colonnade. Aux quatrc 
angles du soubassement sont des statues colossales 
en pierre : la Justice, par Cortot ; la Fortune, par 
Pradier ; V Abandonee, par Petltot ; la Prudence, 
par Roman ; k l'intericur, belles grisailles d'Abcl 
de Pujol. 

BOCaBAC [sak]. ch.-l. d'arr. (Creuse), sur la petite 
Creuse, k 55 kit. N.-E. de Gucret ; 1.400 h. {Duussa- 
quins). Etain. L'arr. a 4 cant., 46 coram., 39.600 h. 

BOVMIBRBil, ch.-l. de c. (Doubs), arr. de Be- 
sancon; 530 h. 

BOVMUIBBO. [nesk] (Valentin-Joseph), mathc- 
maticicn francais, ne a Saint- Andre (Herault) en 18V2. 



7 — BRA 

BOCMIMCAULT [ghd] (Jean-Baptiste). chimiste 
et agronomc francais, ni k Paris (1802-1887). 

BOUTA2V, contree montagneuse du N.-E. de l'Hin- 
doustan, au pied de lHimaTaya ; 250.000 h. Cap. Tan- 
sisoudon. Orandes richesses minerales. 

BOVTAR1C [rik] (Paul), historien et archiviste 
francais, n* k Chateaudun (1830-1877). 
. BOirrBRWBK. [vtk] (Frederic), philosophe et 
ecrivain allemand, ne k Oker (Han) [1765-1828]. 

BOfJTBViiAE (comte Francois de Montmorexct), 
fameux par ses duels, pere du marcchal de Luxem- 
bourg. Il se bat tit en plein midi place Royale (Paris) 
pour narguer les edits de Richelieu. II fut decapite 
pour ce fait (1600-1627). 

BOITTHILLIBR [// mil.. U\ (Jean), jurisconsulte 
francais, ne k Mortagne (Nord), auteur de la Somme 
rurale (xiv« siecle). 

MUTMY (Emile), historien francais, un des fon- 
dateurs de l'Ecole libre des sciences polltiques, n«i 
a Paris en 1835. 

BOfJTOlflVB (la), riv. de France, qui a sa source 
dans les Deux-Sevres, arrose Saint-Jean-d'Angely 
et se Jette dans la Charente (riv. dr.); 90 kilom 

BOfJTROUX [troul (Emile), philosophe et profes- 
seur francais. ne a Montrouge (Seine) en 1845. 

BBUTtf (Dirck). V. Stuerbout. 

BOKVBT (Francois-Joseph, baron), amiral fran- 
cais. ne a Lorient ; se distingua pendant les guerres 
de l'Empire (1753-1832). — Son parent, Pierre Boa. 
»«« (1775-1860), fut aussi un marin de grande valeur. 

BOKY1KR (le), constellation boreale situee prt^s 
du p6le Nord, entre la Vierge et la Lyre, et qui ren- 
fermc la belle etoile Arcturus. 

BOVVlBR [vi-el (Alexis), romancier et auteur 
dramatique francais, ne k Paris (1836-1892). 

•OITIWKM, village de l'arr. de Lille, oil Phi- 
lippe Auguste, soutenu par des contingents des com- 
munes de France, vainquit 1'empereur Otton IV et 
ses allies en 1214. 

BOIXWILLEK [ti-ltr], ancien ch.-I. de c. (Bas- 
Rhin), arr. de Savcrne ; cede A l'Allcmagne ; 3.200 h. 

BOVBO!fYlU,B, anc. ch.-l. de c. (Moselle), arr. 
de ThionviUe, sur la Nled, affl. de la Sarre ; 2.000 h. ; 
ccd6 a l'Allcmagne. 

BOITSOI. l.orai, v. de Russle (gouv. de Samara) ; 
15.000 h. 

BOVABII.E.A ou BOBAB1E.LA {// mil.] (Fran- 
cesco de), Espagnol qui, envoye a Saint-Domingue 
Sour examiner la conauite de Christophe Colomh, le 
t charger de fers et le renvoya en Europe avec ses 
freres. Il pirit dans une tempete en 1502. 

Bavarj (Jf"«), roman de G. Flaubert, Tun des 
chefs-d'oeuvre de l'ecole rcalistc (1867). 

ROVKi, ch.-l. de c. (Somme). arr. d'Amiens, sur 
la Noye, s.-affl. de la Somme ; 1.900 h. Ch. de f. N. 

BBYACA, ddpartement de la rtfpubllque de Co- 
lombie, pcupl<J de 509.000 h. Ch.-l. Tunja. 

BOYBR [boi-i*\ (I'abbi Claude), predicateur et me- 
diocre poete tragique, ne a Albi, raille par Boileau 
(1618-1698). 

BOYBR (le baron Alexis), chirurgien francais, ne 
k Urerche (1757-1833). 

BOYBR (J.-Pierre), ne k Port-au-Prince. Presi- 
dent d'Halti (1818) pendant 25 ans ; il mourut en 
France (1776-1850). . 

BOYBR-rOMFRBBB. V. FoNFREDB. 

BOYLB (Robert), savant physicien et chimiste 
anglais, ne a Lismore (Irlande) [1626-1691]. 

BOY1VB (la), fl. d' Irlande, eclebre par la bataille 
que gajrna. sur ses bords, Ouillaume III sur Jac- 
ques II (30 juillet 1690). 

BOXKL, ch.-l. de c (Savoie), arr. do Moutters, 
sur le Doron, affl. do l'Isere; 1.200 h. 

BOBOVLS ch.-l. de c- (Aveyron), arr. de Rodes ; 
2.150 h. 

Brabaa^oaae (la), chant national de la Belgiquc, 
compose en 1830. 

BRARABT [ban] (Pierre de), amiral de France, 
mort vers 1430. 

BRABAWT. prov. de B«-lgique; 1.290.000 h. Cap. 
Bruxelles. (Hab. Brabancom.) 

■ RABA.\T-MKPTKMTRieVAL, prov. du 
royaume des Pays-Bas ; 609.700 h. Cap. Bois-le-Duc. 

BRAClBt/'X »i-eu } , ctu-1- de c. (Loir-et-Cher), arr. 
de Blois, sur le Beuvron-, 1.100 h. 



Digitized by VjOOQlC 



BRA 



__ *, to»ur de Renaud de Montauban et 

l'une dec heroines do Roland furieux, de 1 Anoste. 
Armee de la faxneuse lance d Argail. qui reusersait 
tous oeux quelle touehait, Bradamante se distingua 
jar sa valeur. On donne ton Bom aox femme* remar- 
quables par leor beaute et leurs vertex guerriere*. 

BRABsTBRB [for], v. d'Angleterre, dans le eosate 
d'York; 2*3.500 h. 'Manufacture* importante* de 
draps. fonderies de fer. 

rrabuey ;/«; 'James), astronome anglais, ne a 
Sherborne comtede Glocester . anquel on doit deux 
decouvertes, Yaberration de la lumiere ;i727> et la 
nutation de Iaxe terre*tre 1747 . par laquelle on 
explique la precession des equinoxes 1592-1762>. 

BRABWARBI!* Thomas/, th-olozien anglais, 
lurnommc le bocteur profona . li^O-l^iS. 

■KAbt, v. de Port ;gal. ch.-L de la pros', de 
Entre-Douro-et-Minho ; 24.200 h. 

BBAC.AX4-E, v. de Portugal, prov. de Trax-os- 
MonU* ; 5.000 h. 

■MA«j«1<K, famille regnante de Portugal, qui 
descend d Alphoase, fiU naturel du roi Jean l« r . 

■SAW, c»:lebre famille tcandinave a laquelle 
appartient lastronome Ttcho-Braue. V. Ttcho. 

BRARR, principe divin impcr*onnel dans les re- 
ligions de llnde, ame universelle adoree sous les 
noms de Vichnou et de Civa. 

RRAHMA, dieu supreme des anciens Ilindous. 
emanation de Brahm el createur du monde, des 
dieux et des etre*. Dans la 
forme actuelle de la religion, 
Brahma est la premiere per- 
sonne de la trinite, mais n est 
plus consider* qti* comme une 
emanation soit de £ira, soit 
de Vichnou. (V. ces noms.) 

■rabMMt, pretres hin- 
dons, qui forment la premiere 
des castes her^ditaires de la 
societe brahmanique. On dit 
aussi br ah kb. Les femmes de 
la caste des brahmanes se 
nomment brahmines. Dr»hm« 

Irahisal— <, nnm donne 
a lorganlsation socialc, politique et religieuse qui. 
succedant an vedisme en le tran.Nformant iv. v£di.sme), 
se doveloppa cher les Aryas de la vallec du Oange 
kous 1 influence de la caste de> pretres ou brahma- 
nes. D'apres les conceptions religicuses de ces der- 
niers. conceptions dont 1 ensemble s'appellc aussi 
brahmaniime, Brahm, dieu supreme, inipersonnel, 
s'est incnrn<: successivement dans Brahma, dieu per- 
sonnel. Vichnou et Civa : cettc triple incarnation 
forme la trinito hinuoue, dite Trimourti. De son 
cotd, Brahma, premiere incarnation de Brahm, cut 
quatre (lis. d'oii sortirent les quatre castes heredi- 
taires de I'lnde : brahmanes, kchatriyaa, vaifyas et 
soudras. En dehors et au-dessous de ces castes sont 
leu impurs et les paria*. 

BRAHMAPOITR4 on BRtHMIPOITRR (//> , 
fleuve d'A»ic. qui sort dc I'llim.ilaya et xe jettc dans 
!•' golfe du Bengale, apres avoir mole ses caux. dans 
un puissant delta, a cellcs du Uange; 2.000 kil. 

nilAHMI [bramsx] (Jean), compositeur allemand, 
ne a Hambourg, talent original et profond (1853-iKy7j. 

BRAll.A,v.de Roumanie.surle Danube; 58.000 h. 

BRAIULB \bra, 11 mil.] (Louis), professcur, no a 
Conpvray (Seinc-ct-Marnc); bien qu'avcugle depuis 
l'Age dc trois ana, il inventa lVrriture en relief a 
l'usage des aveugles. Son nom a ete donne a 1'eeole 
d'rnseignement des aveugles MSOIMWrJ). V. kcoi.k. 

RninR-rAIXKID [brc-ne-la-ieu], v. de Bel- 
giquc (Brabant); 8.600 h. 

BRAIXE-Lft-4 ORTE [brS-nr-lc-kon -te], v. dc 
Brlgique (Hainaut); 8.800 h. Filatures. 

BRAIBNB [brt-ne], ch.-l. de c. (Aisne), arr. dc 
SoiHRons; 1.540 h. Ch. dc f. E. 

BRAMAlfTR (Donato d'AitoBt.Li Lazzart. dit le), 
eelebrc architecte italien. auteur des plans de Saint- 
Pierre dc Rome (14*4-1514). 

BRA WAN [kass], ancienne famille de France. Le« 
plus celebres sont : l'auiiral t»B Villara.Br«aeas<, li- 
gneur, qui defendit Rouen contre Henri IV et mo»- 
rut en 1696; — lo marechal de Branca*, smbn^a- 
deur de I,oui* XIV rt672-17KO». 




BRfe 

^. [*«t«r' poya de lAHrs ijrv « 

>ortl. one des snstresWs etahlies pax Ckarlesnaf* 2 
fut. depuis le xm« siede. le siege d\isi p awsit ei*c- 
torat, qoe la snaiaoa de UokemaUen mccnt m or> 
panisa, et qui fat le aoyaa de la naosaarciiie fsrv- 
sienne.— Aajoardlmi arorinee de P rawc ; l.M* >** t 
( BrandebourfeoUu Cap. Berlin. 

RRAJIBllBBIBfi, r. de Prvsae. nxr la Bamu 
aft!, de 1'Elbe ; 49^0 h. Filatures, tissue. 

BSU9M, ch.-L de cJCorse t,arr. deBastta; t 8»k 

HUXBT, alchisniste ham bomge oi*, «joi deeac- 
nit fortnitemcat le pkotfkort l«fi»>; m. em l*aC- 

BfJkAJnLY (Edouard). pnysicien et rhtmjste frxs- 
eais. ne a Amiens en IS4C Cent grace a sm eobtt+x.- 

Sue la teiegrapBie sans fil est entree dajaale doesafar 
e la pratique. 

BRAjnVB, eh.4. de c. (Giroadeu arr. de Ubo«rs^ 
sur la Dordogne ; CM h. Vins. 

■■ATT on nASBT (Sebaatie*). poete mm- 
que fraaeais, n« 4 Strasbourg, auteur tie la ,*e/ *^> 
fom (14*7-1521 .. 

BRAJrx4HR, ch.-l. de c. rDordoe»el. arr. de Pe- 
rigueux, sur la Dronne ; 2-400 h. (Brent6m*is^ 

BRAjrrBMR (Pierre n« Bocat>»ai.xx^ abbe el se»- 

Sneur de). conteur franc.iis. ne a BourdeiHr* Jk-r- 
ogne). auteur de la Vie de* Grands C*ytian%e%, et 
des Dame* galantet. Habile et delie courtisac sxaa 
carartere sans scrupules, BrantAme a peint aree ae* 
r^rite saisissante les mceurs bonnes et surtoat Eie- 
raises, les qualiles et les vices de ses eon tern porxia* 
les plus celebres (1*35-1614). 

BRABCAMiAT [bras-ka-mj < Jaequea-RaTBoad , 
peintre anlmalierfrancais. neaBordeaux 'liM-tRT. 

RRAJIIBAB [dots], general spartiate. peodast ii 
guerre du Peloponcse. II battit Cleon a Amphipcl* 
maisfutmortellementblessedanslalutxWi22aT.J.<' . 

RRAIHIAC [$ak], ch.-L de c (Tarn), arr. deCajftrr»- 
sur l'Agout ; 2.000 h. 

RRABBB ou atRONHTART, ▼. de Hoagri* 
(Transylvanie); 34.500 h. 

RR«T1AXR [si] (Jean), homme politique et pab& 
ciste roumain (1822-1891). 

RRAt:¥VBR [brt-ouer] ou RRRtT^rRm. eeVH? 
peintre bollandais, ami de Rabene. Perdu par Li 
debauche, il mourut a 1'hopital. II a laiase des ta- 
bleaux d'un admirable realisme (M0A-I64O}. 

Rravl (/ex), tableau de Meissonier (1SS5V Deux spx- 
dassins sont aux aguets : figures spirituelles, petaiei 
avec largeur, malgre leurs proportions exigoe«. 

Rrava f le), opera en trois actes et quatre tableaux, 
paroles d'Kmilc Blavet. musique de SalTayre IS77 

BRAY [6rej (yays de], petit pays en Picardie et tz 
Normandie [hab. Brayant*, Bnxyioit ou Braymt 
Pays dVleragc : boeufs, cheraux. 

BRAY-BIJRHiKlfSB, ch.-l.dc c. (Scine-et Max«- 
arr. dc Provins; 1.550 h. 

BRAY-BUR-0OMMB, ch -1. de C. iSonmf. srr. 
de Peronne; 1.220 h. 

RRAB1BR [si-e] (Nicolas\ chansonnier. vanden^ 
liste francais. ni a Paris, auteur dune CMroftHj** 
des petia theatres de Paris (i78S-1838). 

RRABRA (Pierre Savorgnan fie), coloaisateu- 
frangais, ne a Rome en 1832. II acquit. pacmquemriL. 
au nom dc la France, une partic du Congo ; m. en IStt 

BRABBAY11XJB ou 9JCBCTVA, viUe du C«er> 
francais, sur le lac Stanley-Pool, form£ parle CoarN 

BRBA (J.-B.). general francais. ne a Meatna n 
1790, assassinc par les insurges parisiens de join !*^ 

BRB.%1. (Michel), philologue francais, ne alas 
dau (Bavierc) en 1832. On lui doit de remarqua&H 
travaux de mythologie et de linguistique comparts, 

BRKBEI F, poete francais, ne a Thorigny -Ms* 
chc) [1617-1661], auteur d'une traduction de la Pk& 
sale, lonetemps c^lebre. Boileau a dit de lui : - 1U!*tt 
son fatraa obscur souvent Brebeuf dtinoellc ». 

BRKCBY [se"], ch.-l. de c. (Manche), arr. d'Avrxa- 
ches ; 2.300 h. 

BRBCRB BB ROE.AMB, jrorgc des Hautes-Prrf^ 
nees que, suivant une tradition, le paladia Roland 
aurait ouvertc d'un seul coup de son epee. 

RRBCOK ou BRBfJKJiOCBL, eomtc d'Aagletrm: 
Galles); 58 000 h. Ch.-l. Itretkttoek; 6.000 h 

BRBBA, v. de Ilollande (Brabant-Septentrioul , 
sur la Mark. affl. de la Mauser 26.700 h En l«? 



Digitized by VjOOQlC 



BUfi . — 1 

traits entre la France et l'Angleterrc pour la resti- 
tution de leurs conquetes reciproques en Amerique. 
Prise de Breda par Spinola en 1625 et par lea Fran- 
cais en 1793 et, 1794. 

BrMs (La reddition de) ou les Lsutces, tableau de 
Velasquez (Madrid), un des chefs-d'oeuvre du maltre. 

BREfifJET [g he] (Abraham-Louis), horloger fran- 
cais, ne a Neuchatcl (Suisse), inventeur d'instruments 
pour la physique et l'astronomie (1747-1823). — Son 
H>ctit-flls, Louis, n6 a Paris, fut aussi un horloger 
et un physicien distingue (1803-1883). 

MBHAL, ch.-l. de c. (Manche), arr. de Cou- 
tanccs ; 1.300 h. 

■■MAT [br<i-a], lie rocheuse de la cote de Bre- 
tagne (Cotes-du-Nord) ; 1.000 h. {Br that ins ou Brc- 
hatais). 

BRBHAT (Alfred <fc), romancier francais, ne dans 
l'lle dc Brehat [Cotes-du-Nord]; auteur de Bras dacier, 
des Chauffeurs indiens, etc. (1826-1866). 

RRBHM [brem'] (Christian-Louis), savant ornitho- 
logiste allcmand, ne pres de Gotha (1787-1864). 

BRBIL [bre, I mllj, ch.-l. dc c. (Alpes-Maritimes), 
arr. de Nice, sur la Roy a; 2.750 h. 

BRKHB, une des trois villes libres de l'Allema- 
gne du Nord, sur le Weser; 163.400 h. (Brinwis). 
Navigation fluvialc tres active. Cap. de IE tat dc 
Br*me, qui a 225.000 h. 

BREMBRHAYBZV [bre-mer-ha-fen'} . v. d'Alle- 
magne, a 1'crabouchurc du Weser ; 20.000 h. C'est une 
dependance et l'avant-port de Breme. 

BRBMONTIBR [ti-i] (Nicolas-Thomas), ingcnicur 
francais, ne a Quevilly, pres Rouen. On lui doit l'idee 
dc fixer, a l'aidc de semis do pins, les dunes do la 
Gascogne qui menacaicnt d'ensevclir dans leur mar- 
che des villages entiers (1738-1809). 

BRE2YBT* [ne] (Let), charmant village Suisse du 
cant, de Ncuchatel, sur les bords du Doubs, pres 
de la cataracte appelee Saut du Doubs; 1.400 h. 

BREflUVB (la), pays marecageux. -entre la Tou- 
raine et le Berry, autour do Chaiillon-sur-lndre. 
(Hab. Brennous.) 

BRBZVNBR f brk-nir) (col du), un des cols des Alpes 
centrales, au pied de la montagne du m£me nom ; 
fait communiquer le Tyrol septentrional et le Tyrol 
meridional (2.027 m. d'alt.). 

BREX1VBYIE.LB ou, plus exaetcment, BKK- 
Bfi:i>B a lieu situti dans le d£p. dc l'Eure, oU Louis le 
Gros fut defait (1119) par Henri I" d'Anglcterre. 

BRBIVNUM [bren-nus*] ou micux BRBlflV. Ce 
nom. qui veut dire chef, a 6U. donne. specialement 

Ear les Romains au chef gaulois qui prit et pilla 
lome en 390 av. J.-C. Les traditions romaincs racon- 
taient que tous les habitants avaient pris la fuite, 
excepte 80 senatcurs, qui attendirent la mort sur 
leurs chaises curules, et la jeunesse patricienne, qui 
se refugia dans le Capitoie. Les Gaulois mirent le 
siege devant la forteresse, dont les defenseurs, qui 
tihrent sept mois, livres a toutes les horreurs dc la 
famine, demanderent enfln a capituler. Brcnnus con- 
scntit a lever le siege moyennant 1 .000 livres pesant 
d'or. Pendant qu'on pesait la somme, une contes- 
tation s'eleva, et les Romains rcprocherent aux vain- 
queurs dc fairc usage de faux poids. Cost alors que 
Brcnnus, jctant sa lourde epec dans la balance, 
aurait prononcc lc mot celi'bre, devenu proverbial : 
V* virtis! •« Malheur aux vaincus! » On fait a cet 
abus dc la force dc nombreuses allusions. 

BRB1VOB* [no], ch.-l. dc c. (Ain), arr. de Nantua, 
sur TAlbarine. affl. de l'Ain ; 800 h. 

BRBJVT.% \brin\ (la), riv d'ltalie, qui prend sa 
source dans lc Tyrol, arrose Bassano ct a son em- 
bouchure dans l'Adriatique, pres do Venisc; 170 kil. 

BBBNTA1IO [brin] (Clemens), poete allcmand, un 
des chefs du romantisme, ne a Marie n berg, frere de 
Bettina d'Arnim, ramie de Goethe (1778-1R42). 

Br^rs (muset), richc galeric de peinturc a Milan. 

BRESCIA [bres-si-a], v. d'ltalie, ch.-l. do pro v. ; 
dans la Lombardie.surlaMella; 70.800 h. (Brescians). 
Patrie de Arnaud Tartaglia, Mazzuchclli. Cettc villc 
fut prise par les Francais en 1509 et en 1512 ; c'est ft 
cc dernier siege que Bayard fut blcsse. Les Autri- 
cbiens y furcnt battus par Lccourbe (1790) ct par 
Eugene dc Bcnuhnrnais (1813). Patrie dc Arnnud dc 
Preset a. 




Armoiriea du BriaiU 



9 — BRE 

BRBMIE. (siT), lc plus vaslc des Etats de 1' Ameri- 
que du Sud, prcsque dix-sept fois plus grand que la 
France. Superf. 8.468.950 kil. carres; pop. 14.400.000 h. 
(Brisiliens). Cap. Rio -de J a- a 

neiro. Pays montagneux dans 
sa partie sud-orientalc, ou de 
hautes chaines longent la cote 
dc l'Atlantiquc (Etats de Ba- 
hia, Minas-Geraes, Sao-Paulo), * 
mais forme dans le nord par 
l'immcnsc platne boisee ou 
courent le majestueux Ama- 
zone et ses affluents : le Ma- 
deira, le Tapajoz. le Xingu. 
L'or, les minerals de cuivrc, 
de fer. etc., les pierres pre- , 
cieuses font la richesse de la 
zone montagncuse. Les bois 
precieux, le caoutchouc, les 
plantes medicinales et tinctoriales sont exploitees 
dans la zone des forets vierges amazonlennes, ha- 
bitee par des tribus indiennes. Le Bresil, colonise 
des le xvi« siecle par les Portugais, se rendit inde- 

Scndant en 1822, sous le gouvernement de don Pedro 
e Portugal. La revolution dc 1889 y a proclame la 
republiquc. 

BKENMI! [br+ts-16], v. de Prussc, cap. de la Si- 
l£sie ; sur l'Oder ; 422.700 h. Les Francais s'en empa- 
rcrent en 1807. 

BREMI.B [brfi-le] (la), fl. cotier, qui a sa source 
dans le dep. de l'Oise, scpare le dep. de la Somme 
dc eclui de la Seine-Inferieure, et se Jette dans la 
Manche; 72 kil. 

' BBEiSB, ancicn pays de France ; avait pour cap. 
Bourg; annexe en 1601. (Hab. Bressons.) 

BRE0BCIRB. ch.-l. d'arr. (Deux-Sevres) ; ch. do 
f. Et., a 64 kil. N. de Niort; 5.120 h. (Bressuirais). 
Les Vendcens y furent vaincus en 1792. L'arrond. a 
6 cant.. 91 comm., 86.100 h- 

BRENT [bresf], ch.-l. d'arr. (Flnistcre), place 
forte, port militairc, sur une radc immense, et dans 
laquellc on ne penctre que par un ctroit goulct; 
l'Ecolc navale est sur un vaisscau mouille en radc, 
le Borda; ch. do f. O., a 80 kil. N.-O. de Quimper et 
a 574 kil. O. de Paris ; 84.300 h. (Brestois). L'arrond. 
a 12 cant., 84 comm., 250.500 h. 

BHETAQIIE, anc. prov. de France, qui forma 
longtemps un duche independant: reunic a la cou- 
roniie sous Charles VIII (1491) par lc mariage de ce 
prince avec Anne de Brctagne, mais dennitivcment 
annexee seulcment sous Francois I*' (1532); capit. 
Bcnnes; a formd les dep. de : Finistere. C6tes-du- 
Nord, Illc-et-Vilaine, morbihan, Loire- In ferieure. 
(Hab. Bretons.) 

BBBTAQ1IB (Grande-), la plus grande des lies 
Britanniques, comprcnant l'Anglctcrre et l'Ecosse. 
Du temps des Romains, ellfe s'api>elait simplcmcnt 
Brctagne. V. Grandk-Bketaone. 

BRBTAfS5TK (Xo«velle.).V. NoUVBLLE-BRKTAONE. 

BRBTBNOtjX (noA), ch.-l. de c. (Lot), arr. dc 
Figeac, sur la Cere; 920 h. 

BRBTEUII*, ch.-l. de c. (Eurc), arr. d'Evrcux ; 
2.500 h. (Bretoliens). 

BRETBML, ch.-l. de c. (Oise), arr. dc Clermont, 
aux sources de la Noyc ; 2.830 h. Ch. de f. N. 

BRBTBUIL (baron Louis-Auguste de), diplomatc 
francais, ministre sous Louis XVI, no a Azay-lc- 
Feron (Indre) [1730-1807]. 

BRBTIGNT, hamcau pres de Chartres, oft fut 
conclu avec les Anglais lc trait6 humiliant par le- 
quel Jean le Bon recouvrait sa libertc en crdant lc 
sud-ouest de la France ct en s'engagcant a payer 
3 millions d'ecus d'or de rancon (1360). 

BRETON (pertuis), passage entre le doparlcmcnt 
de la Chareote-Iafericure et l'lle de Re. 

BRETON (Jules), peintre francais, n6 a Courric- 
res (Pas-de-Calais) en 1827, auteur dc rcmarquablcs 
scenes rustiques. 

BRBTONIVEAfJ [nd] (Pierre), medecin francais, 
ne A Tours (1778-1862). 

BRKTTBVILLE-flUR-LAlZK, ch.-l. de C. (Cal- 
vados>, arr. de Falaise; 1.000 h. Tanneries. 

RREl'CiHEI. (frs). famille dc peintres Hamand^ 
eelebrcs : Pierrh Brenshrl It vieur, surnouiine 



Digitized by VjOOQlC 



BRE 



1190 — 



BRI 



Breughel lc Drule, a cause de la gaiete de ses seines 
villageoises (vers 1530-1600) ; — Pierre Breughel, le 
jeune, flls du precedent; son gout pour les scenes 
terrible s lui fit donner le nom de Breughel d'Enfer 
(vers 1566-1637); — Jean Breughel, frere du prece- 
dent, surnomme Breughel de Velour$, a cause de la 
fralcheur de son colons (vers 1570-1625). 

BKEWMTBR (David), physicien anglais, ne en 
Ecosse. 11 inventa le kaleidoscope et lc stereoscope 
par refraction (1781-1868). 

BBBBK (maison de), noble et ancienne famille 
franc,aise, qui s'est fondue au xvi« et au xvn« siecle 
dans la maison de Dreux-Brexe et de Maille; — 
Louis II de Breae, senechal de Nonuandie, mort 
en 1531, epousa Diane de Poitiers. 

BRBBIN (Michel), philanthrope franeais qui, de 
simple ouvrier mecanicicn, arriva pendant la Revo- 
lution a une fortune de 5 millions, qu'il consacra a 
la fondatlon, pres Garches (Seine-et-Oise), d'un hos- 
pice pour les ouvriers ages et inflrmes (1758-1828). 

HREKOLLE0 [zo-lel ch.-l. de c. ( Eur e-et- Loir), 
arr. de Dreux, sur la Meuvette, s.-affl. de l'Eure; 
850 h. (Brezolliem). 

BRIAUIOIVT [mon] (Henri), general et ecrivain 
beige, ne 4 Venloo (Limbourg). On lui doit la con- 
struction ou la refection des principales places for- 
tes beiges (1821-1903). 

BR1A1VCOIV, ch.-l. d'arr. (Hautes-Alpes), place 
forte: sur la Durance; 7.500 h. Ch. de f. P.-L.-M., a 
90 kil. N.-E. de Gap. (Brianconnais.) Talc ou erai'e 
de Briancon. Patrie de Chabas. L'arr. a 8 cant., 
27 comm.. 26.900 h. 

BR1ARB, ch.-l. de c. (Loiret), arr. de Gien ; sur. 
la Loire : 6.630 h. (Briarois) ; ch. de f. P.-L.-M. 

BR1ARE {canal de), reunit la Loire au canal du 
Loing, et va de Briare a Bruges, pres Montargis. 

BRIABKE \r4\, geant mythologique. flls du Cicl et 
de la Terre, qui avait cinquante tStes et cent bras. II 
fut preeipite dans la mer par Neptune et enchaine 
sous l'Etna par Jupiter, en punition de sa revolte. 
Le nom de Briarie a passe dans la langue pour de- 
signer un homme ou meme une troupe dont l'acti- 
vite, les efforts semblent se multiplier. 

BmiCK ($aint), eveque de Tours, disciple de saint 
Martin ; mort en 444. F6tc le 13 novembre. 

BR1£01V!VBT [so-nt] (Guillaume), dit le Jeune, 
surintendant des finances, qui joua un role impor- 
tant sous Louis XI, Charles VIII et Louis XII. Apres 
la mort de sa femme, il entra dans les ordres et de- 
vint cardinal ; m. en 1514. — Son flls , Guillaume 
Brieomaet, ne a Paris, esprit ouvert et liberal, e.ve- 
que de Meaux, et quelque peu compromis dans le 
mouvement de la Reforme protestante (1470-1534). 

BRICQCBBBC [ke-bik], ch.-l. de c. (Manche), arr. 
de Valognes ; 2.800 h. Houille, sources minerales. 

BRIBAIXB [dt-nc] (Jacques), missionnairc et 
predicate ur franeais. d'une eloquence inculte, mais 
puissante, forte, ne a Chusclan (Gard) [1701-1767]. 

BRIBB«-E.B*-BAINfJ [bin], comm. de Savoie. 
arr. de Moutiers, sur le Doron de Bozel ; 300 h. Eaux 
minerales chlorurees sodiques et sulfureusc*. 

BRIBBT [rtf>], agronome franeais, n6 a Louvil- 
liers (Eure) [1746-1807]. 

Bridoie, un des personnages les plus narrement 
comiqucs du livre de Rabelais, l'afcul de Brid'oison. 
Bridoie rend toutes ses sentences avee deux des. et 
rien n'est plus plaisant que l'apparente bonhomie 
avec laquclle il pretend que e'est le meillcur mo yen 
de vider tous les procea. 

Brld*olM>n t nom d'un pcrsonnage comique, be- 
gayeur et toujours begayant, qui remplit un role de 
juge ridicule dans le Mariage de Figaro, comedie de 
Beaumarchais. Brid'oison ainie la fo-orme avant 
tout; 11 est reste le type du juge niais, ignorant et 
formaliste. 

BRIB [brt], petit pays de France, a IE. de Paris ; 
plateau argileux, boisc et humide, avait pour capit. 
Meaux. (llab. BrianU ou Briuis.) 

BR1BC [eh], ch.-l de c. (Hnihtcre), arr. de Quim- 
per; 4.100 h. 

BKIK-4 OMTK-UODKHT. ch.-l. de c. (Seine-et- 
Marne j, arr. de Melun : i.700 h. (BrianU\. Ch. de f. E. 

BRIKX [bri-ltt], ancien roi d'Irlaade (926-1014). 

BHIB*'*'E Jean de), descendant d'une vieille 
famille fraucaise, ne en 1148, elu roi de Jerusalem. 



puis empcrcur de Constantinople ; mort en itlT. 

BRlBlfaiBHLB-CBATBAV, ch 4. de c. (Aobet, 
arr. de Bar-sur-Aube, sur l'Aubc ; 1.800 h. (fiwaawi. 
Ch. de f. E. Avait, au xvni* siecle. une ecole nub- 
taire oft Napoleon I« r fut eleve. Le 29 Janvier 1814, 
victoire des Franeais sur les Allies. 

BBUBMOX-HUn-ARllAX^OX, autre/. Brustci 
l'Archeveque, ch.-l. de c. (Yonne), arr. de Joigsy; 
2.750 h. Ch. de f. P.-L.-M. 

BRiBlBB (lac de), lac de Suiase, eaat. de Berne* 
forme par 1'Aar ; 15 kil. de long sur 6 de large ; tres 

B)issonneux. II tire son nom de la petite ville de 
rienx, sur ses bords ; 2.500 h. 

BRIBBUE BB 1/I0LB (Louis), general tnmem* 
se distingua au Senegal et au Tonkin ; ne A la Marti- 
nique (1827-1896). 

BR1BY [bri-i ou bri-i), ch.-L d'arr. (Meurthe-e*- 
Moselle), sur le Woigot ou Mance, s.-affl. de la Mo- 
selle; 2.250 h. Ch. de f. E., a 68 kil. N.-O. de ICaacy 
(Briotins.) Forges, pierre de taille. L'arr. a 6 cast . 
126 comm., 84.500 h. 

BRirairr [f6] (Charles), poete et litterateur fraa 
cais, ne a Dijon (1781-1857). 

Brigands (let), drame celebre de Schiller (Vm*. 
oeuvre pleine d'interet et de passion, mais d"ws*- 
conception morale tres discu table. 

BrigaMds (let), opera-bouffe en trois aetes, parole 
de U. Meilhac et L. Halevy. musiqoe dTOffenbach. 
pleine de verve, d'esprit (1869). 

BRMiHAMYOWBCl . deuxieme chef ou prophet? 
des Mormons (1801-1877). 

■RlttHT [bra- it] (Richard), celebre medeeia aa- 
glais, ne a Briston (17891858). 

BRICiBT (John), homme politique anglais, a* a 
Greenbank (1811-1889). 

. BRIOHTOM [bra-i-ton], v. d'Anpleterre, ctxmAi 
de Sussex; 125.400 h. Port sur la Manche. SpVexLi* 
aquariu m, bain s de mer. 

BRIOITTB ($ainte), vierge et abbess*, patroaae 
de l'lrlan de; m orte en 5S5. Fete le 1« feVrter. 

BRIOITTB (tainte), fllle d'un prince «»««» 
(1302-1373). Fete le 8 octobre. 

BRMIIVA1B [gne], v. du den. du RhAne. arr. de 
Lyon, sur le Gar on, affl. du Rhone; 2.O0O h. Ka 1BJ. 
une armee de nobles y fut defaite par les roauen 
de Seguin Batifol. 

BRIC0VO1AS, ch.-l. d'arr. (Varl, sur le Carasu. 
affl. de 1' Argent; 4.800 h. ( Briqnolax*). Ch de L 
P.-L.-M., a 44 kil. S.-O. de Draguignaa. Eaux-de-Tir. 
tanneries. Patrie de Raynouard, de Joseph Parre- 
cel. L'arrond. a 8 cant., 54 comm., 49.600 h. 

BRIL. (Paul), peintre et graveur flam&nd, e<- » 
An vers, a qui 1 on doit de grands travaux deevraiif* 
au Vatican (1556-1626). 

BRIIXAT-MAYARHV (Anthelme). gastronosce ri 
ecrivain franeais, ne a Belley. consciller A la c^er & 
cassation, auteur de la Phy$iologie du goAt « 1756-IAS* . 

BR1NBBI8 [de\ aujourd'hui BBtmui, v. 4e 
Tltalie meridionale, sur l'Adriatiaue. Virgile y mat- 
rut. Port tres actif. Archeveche ; 16.500 h. 

BRIMBMHillR-BBiJTROlT, ch.-l. de c. (Nierre , 
arr. de Clamecy ; 600 h. 

BRl!VTii,LJBR« [vi-K-i] (Marie-Madeleine, mar- 
quise de), celebre empoisonneuse ; decapite« ct hniiee 
en place dc Greve (1630-1676). 

BRIOCHB (Jean), celebre bateleur qui passe pos 
avoir invente les marionnettea ; il vivait vers tGk 

BRIOIV (Gustave), peintre franeais, ne a Rotku 
(Vosges) [1824-18771. 

BRIOXHB, ch.-l. de c. (Eure), arr. de Bernay. sw 
la Rillc ; 8.550 h. (Brionnais). Ch. de f. O. 

BRlOt'BB, ch.-l. d'arr. (Haute-Loire , pres «> 
l'AUicr: 4.900 h. (Brivadois). Ch. de f. P.-C-M-. s 
64 kil. N.-O. du Puy. Antimoine, houille ; tulles, dra- 
tclles, vins. L'arrond a 8 cant., 107 comm.. 75.»a. 

BRIOUI-fllTR-BOrronrXK [bri~ou\ ch.-L de c 
iDeux-Sevrea), arr. de Melle, sur la Boutoane. aS 
de laCharente; 1.200 h. 

BRlOI*BB, ch.-l. de e. (Orne), arr. d'Argeauc 
1.6^0 h. {Briouzains). Ch. de f. O. 

BRIHBANB, capit. de l'Etat de Queensland 'As^ 
tralie) ; 122.800 h. Port tres actif. 

BRI0KI0 [si-is*], jeune pretresse de Lymes**. 
Cette ville etant tombee au pouvoir dea Grecs, Bn- 
seia echut en partage a Achille. Agamemnon 1» 



Digitized by VjOOQlC 



BRI - l 

ayant enlevs* sa captive, le heroa irrite se rotira 
pendant dix ana sous sa tente ; c'est le point do de- 
part do Vlliade. 

BBlMAfj [ghd], contrec do l'AUemagne, au nord 
de la Suisse; fait partie du grand-duehe do Bade 
depuis 1805. V. pr. Fribovrg. 

BBI00AC [sak], nom d'une famille noble, a fourni 
pluaieura marechaux de Prance. V. Coast. 

BBIH0O1V (Barnabe), magistral francais, ne a 
Fontenay-le-Comte, nomme premier president par 
lei ligueurs, puis pondu par lea Seize 11581-1591). 

BBJBBON (Henri), homme politique francais, n6 
a Bourgea en 1835. 

BBI1MT [so] (Jacques-Pierre), convention nel, 
no a Chartres en 1754, un des chefs des girondins ; 
docapito en 1793. 

BBIffTOL, v. d'Angleterro : 339.000 h. Port sur 
l'Avon. Grand commerce. Patrie dc Sebastien Cabot, 
Chatterton, Southey. 

BBIBTOl* (canal de), forme par I'Atlantique, a 
1'embouchuro de la Severn, entre le pays dc Gallca 
et le comte de Cornwall. 

BBITA2IMICV0 [kuss], flls de Claude et de Mes- 
aalino ; empoiaonne par Neron (42-66). 

BrKaaMlcM, tragedio en cinq actes et en vers de 
Racine, ou le poete a trace deux admirables figures 
de Neron et d r Agrippine (1669). Boileau la defendit 
contre la froideur du public. 

BBITAMariQVBS (ties). V. Grahdf.-Bretaonk. 

British !■■•«■■§• celebre musee de Londres, un 
des plus riches en collections d'objets dart et de 
science ; 11 fut cree en 1753. 

BBITO CAPBLLO (Carlos de), explorateur por- 
tugais, ne en 1841 ; a accompli avec Ivens la traversee 
do l'Afrique. 

BRlVE-LA-tiAILLARDE, ch.-l. d'arr. (Correie) ; 
sur la Correze ; ch. de f. Or]., a 33 kil. S.-O. de Tulle ; 
20.000 h. (Brivois ou Brivistes). Ardoises, meules de 
moulin, conserves. Patrie du cardinal Dubois, de 
Treilhard, Bruno, Lasteyrie, Feletz. L'arr. a 10 cant., 
99 comm., 116.600 h. 

BBIBBUX [Med] (Auguste), poete breton, ne a Lo- 
rient (1806-1858], auteur du poemede Marie, de l'epo- 
pee rustique Bretons et de plusieurs poetics pasto- 
rales, ou se marque un vif sentiment de la nature. 

BBOCA (Paul), celebre chirurgien francais, ne a 
Saintc-Foy-la-Grande, membre de 1* Academic de me- 
decine, senateur inamovible. II a fonde l'Ecole d'an- 
thropologie (1834-1880). 

BBBCBLiAJfBB, vasto foret de la Bretagne, auj. 
foret de Paimpont (Ille-et-Vilaine), ou lcs romans de 
la Table rondo font vivre 1'enchanteur Merlin. 

BBOCBAlfT BB V1LLIIM \chan, /i-»!HAndr*), 
geologue et mineralogiste francais, no a Paris, di- 
recteur de la manufacture de glaces de Saint-Gobain 
(1773-1840). 

BBBCMBM [ken], mont granitique de rAllemagne, 
dans le Han (1.142 m.). Pay sage grandiose; c'est la 
que rimagination populaire placait la reunion dea 
aorcierea pendant la nuit de Valpurgia. 

BB06U.ME, ch.-l. da c. (Euro), arr. de Bernay, sur 
la Charentonne, affl. de la Rille ; 1.000 h. Ch. de f . O. 

BB041LIB [bro-i-e], famille noble, originaire 
d'ltalie, qui a fourni a la Prance dea g6n£raux et des 
ministrea : le marochal Vicroa- Francois de Bs — 
glls, qui ae diatingua dans la guerre de Sept ana et 
commanda lea emigres en 1792 ; il mourut a Munster 
(1718-1804): — Lrokcs- Victor, due *• Br*«ll«, mi- 
niatre de Louis-Philippe (1785-1870); — Albkrt, due 
ato Ba gl ls , son flls, homme politique et membre do 
rAeadomie francaise, no a Paris (1821-1901). 

BBBBlBBBtt [brom'-berah], v. dolaPruaao orien- 
tale ; aur la Brahs, affl. de la Viatulo ; 52.200 h. 

BBBMWICB [brom'-ouich'], v. d'Angleterro, 
comte de Stafford ; 65.200 h. 

BBBBBlTiaBT [gni-ar] (Alexandre-Theodore), 
archltoeto francais, no a Paris, auteur du Palais de 
la Bourse, a Paria, commence on 1808 (1739-1813). 

BBOMfHVlABT (Alexandre), file du precedent, 
mineralogists et geologue, ne a Paris, auteur de 
traltea do Miniraioyie et dea Arts ctramiques (1770- 
1847). 

BBOMBlflABT (Adolphe-Th*odore), celebre bo- 
taaiste, ni a Paris, flls du precedent (1801-1878). 



I — BRU 

BBBBBUf • (Angiolo), polntre italic n, ne a Flo- 
rence (1502-1572). 

(Henry), *crivain irlandaia (1706-1783). 
¥W [brouk-tin'\, ville dea Etats-Unia, 
en face de New-York et relies a cette ville par un 

Knt suspondu de 1.800 metres de long; 835.000 h. 
iportantes industries mecaniques. 

mm— mm \bron), ch.-l. de o. (Cotes-du-Nord). arr. 
de Dinan; 2.800 h. Ch. de f. O. Patrie de Du Gues- 
clin. Fer, cloutories. 

BBOMAC [sak], ch.-l. do c. (Charente), arr. de 
Barbezieux ; 900 h. 

BBBMB (Salomon de), architecte francais, no a 
Verneuil-eur-Oise; m.en 1626.11 a construitle palais du 
Luxembourg, la salle des Pas perdus du Palais de jus- 
tice, l'aqueduc d'Arcueil, le chateau deMonceaux.etc. 

BBBMBB (Charlea de), dit le vrisident de Brosses, 
erudit et litterateur francais, no a Dijon (1709-1777). 

BBOMBTTB (Claude), litterateur, ne a Lyon, 
fondateur de 1' Academic do Lyon et correspondent 
de Boileau, dont il a 6te l'editeur et le common* 
tateur (1671-1743). 

BBOTIBB [ti-i] (Gabriel), jesulte et Erudit fran- 
cais. ne a Tannay (Nlevre) [1728-1780]. 

BHOV, hameau situe pros de Bourg (Ain), ou so 
trouTO la magniflque eglise gothique Notre- Dame de 
Brou, elevee do 1506 a 1536 par Marguerite d'Autriche. 

BBBfJ. ch.-l. de c. (Eure-et-Loir), arr. de Cha- 
teaudun; sur l'Oxanne, affl. du Loir; 2.900 h. 
Ch. de f. Et. Marnieres. 

BBOfjAOB, village de la Charente-Inferieurc, 
comm. d'Hiers, oO fut Jadis un port important. 

BBBfjttBABl [gham'l (Henry, lord), litterateur, 
hiatorien et homme politique anglais, ne a Edim- 
bodrg (1778-1868). 

BBOfJOBTBlV (William-Robert), navigateur an- 

Slais. compagnon de Vancouver, decouvrit une partie 
e rOceanie (1763-1822). 

BBO10MAIB [se] (Francois-Joseph-Victor), cele- 
bre medecin francais, ne a Saint-Malo, fondateur 
de Yicole physiologique (1772-1838). 

BHOUMK, v . forte do la Turquie d'Asie, dans 
1'Anatolie; 76-500 h. Eaux thermales, mOriers, so lo- 
ries, gazes. 

BBOfJfJsiBl. (Pierre), conseiller au parlement de 
Paris, dont 1'arrostation, en 1648, fut le pretexte 
de la Fronde. 

BBOUBBOB (Claude), miniatre protestant fran- 
cais, ne a Nimea. II rentra en France apres la rcvoca- 
Uon de l'*dit de Nantoa et fut rompu vif (1647-1698). 

BBBUMOItlVBT {io-ruf} (Pierre-Marie-Auguate), 
medecin et naturaliste francais, no a Montpollier. 

II introduislt en Franco lo premier troupeau de m#- 
rinoa et lea chevrea d' Angora (1761-1807). 

BBBVVBLIB1IBBB, ch. de c (Vosgos), arr. de 
Saint-Die*, proa do la Mortagne ; 530 h. 

BBBWB [bra-oun'} (James), ministre anglican, 
ecrivain distingue (1715-1766). 

MOWN (Jean), medecin ecoaaaia celebre par son 
ayateme medical, fonde aur l'excitabllite (1735-1788). 

BBBIS/lf (Robert), botanists anglais, ne a Mont- 
rose (Ecoaao) [1773-1858]. 

MOIVM (Thomas), philosophe 6cossais, disciple 
do Dugald-Slowart (1778-1820). 

BBOW1V (Anny), premiere femme du due de Berry, 
nee en Angletorre, morto en France. En 1816, le pane 
annula son mariago maia doolara legitimes deux 
fllles qui en otaient issues (1783-1876). 

■MWH (John), abolitionnisto americaln, martyr 
de aea opinions philanthropiquea. II fut pondu aChar- 
lestown (Virginle), pour avoir appel6 lea esc laves aux 
armes. Sa mort fit oclater la guerre de Secession 
(1800-1859). 

BBOWIVUICI [bra-ou-nin'ah] (Eliaabeth Barrett, 
dame), femme poete anglaiae, nee dans le comte de 
Durham (1805-1861). — Son mari, Robert Browalasj, 
poete diatingue, no a CamberweU (1812-1889). 

BBOWlV-ajBQfJABB [bra-oun'-si-kor', ou ti-kou- 
ar] (Charles - Edouard) , medecin et physiologiste 

francais, n6 a Pile Maurice, un des croateura de 1'or- 

, ...._ ...^ 

d'une celebre famille d'archi- 
connu, Liberal Br«aM« t ne 
a Paris, construisit'lea Invalid™, moins le dAm«-. et 
U Salpetriere (1637-1697). 



ganothOrapio (1817-1894). 

BBUA!VT [an], nom d'i 

tectes francais. Le plus c 



Digitized by VjOOQlC 



BRU — 11 

BBUAT [bru-a] ( Armand-Joseph), amiral francais, 
ne a Colmar; commandait la flotte franoaise lors do 
l'expedition de Cringe (1796-1855). 

BBUCB (Robert), roi d'Ecosse, sous le noro de 
Robert I*'. II arracha en 13U sa patrie a la domina- 
tion de l'Angleterre (1274-1329). 

BRUCE (Jacques), voyageur ecossais, qui cntrc- 
prit sans succes la recherche des sources du Nil 
(1730-1794). 

BBUCB.BR [brou-ker] (Jean-Jacques), savant alle- 
mand, ne a Augsbourg, professeur de philosophic a 
l'universite dIAna (1696-1770). 

BBUCTBRBfl, peuple de la Germanic qui habi- 
tait sur les bords de 1 Ems. A ce peuple appartenait 
la fameuse prctresse Velleda. 

BR IB (Eticnne- Robert), dessinateur et cartogra- 
phe, n6 a Paris (1786-1832). 

BRUBY0 [*u] (David-Augustin de). litterateur 
francais, ne a Alx (Provence). II est l'auteur d'une 
celebre adaptation de CAvocat Patelin, en collabo- 
ration avec Palaprat (16401723). 

BBUBY9 (Francois-Paul), vice-am iral francais. 
ne a Uzes, vaincu par Nelson a Aboukir ; il perit 
dans ce combat (1753-1798). 

BRUOB0, v. de Belgique, cap. de la Flandre-Oc- 
cidentale; a la jonction des canaux de Gand, de 
l'Ecluse et d'Ostende; 55.000 h. {Drugeois). Evechd. 
Belle eglise. ou se trouvent les tombeaux de Charles 
le Temeraire et de sa fllle Marie de Bourgogne. 
Etoffes. dentelles, toilcs. Patrie du peintre Van Eyck. 

nuifiMAHH (Frederic-Charles), philosophe allc- 
mand, ne a Wiesbaden en 1849. 

BRUfiffCR (Henri-Charles), egyptologue alle- 
mand. ne a Berlin (1827-1894). 

BRUH [iks] (Etienne-Eustache), amiral francais, 
no a Saint-Domingue ; il priisida aux preparatifs du 
Campde Boulogne (1759-1805). 

RRULOft, ch.-l. de c. (Sarthe). arr. de La Flechc ; 
1.500 h. Ch. de f. O. Houille, tanneries, fer, marbre. 
Patrie de CI. Chappe. 

Braatalre (dir-huit), Jour oO Bonaparte, revenu 
d'Egypte, renversa le Directoire (9 nuvembrc 1799, 
an VIII de la Republique). 

RRIMATH [maf], anc. ch.-l. de c. (Bas-Rhin); cede 
a TAllemagne ; sur le Zorn, 5.600 h. 

BKIMOY [moil (le Pthre Pierre), Jesuit© francais, 
ne a Rouen, un des redncteurs du Journal de Tri- 
voux, et connu surtout par son Theatre ties Grec$ 
(1688-1742). 

BRIINCK (Philippe), helleniste francais, ne a 
Strasbourg (1729-1803). 

BRUBB (Guillaume), marechal de France, ne a 
Brive. II s'illustra pendant les 
campagnes d'ltalie et de Hol- 
lande; il fut lAchement assas- 
sine a Avignon pendant la Ter- 
reur blanche, et son corps jete 
dans le Rhone (1763-1815). 

BRUBBHAUT (Ad j ou BBUX- 
RIU»B, fllle d'Athanagilde, roi 
des Wisigoths, et scaur de Gale- 
swinthe, nee en Espagne. Elle 
cpousaen 566Sigebert. roid'Aus- 
trasie. Intelligentc et encrgique, 
mais cruellc, die cngagea avec 
Predegonde une luttc terrible, 

Sui ensanglanta l'Austrasie et la 
custrie Trahie par ses leudes, ellc fut prise par 
Qotaire II, ills do Fredegonde, qui la fit attacher 

ar les cheveux, un bras et une jambe k la queue 

'un oheval indompte qui mit sun corps on lambcaux 
(534-613). 

BBUBBt. (Marc-Isambard). ingenicur francais, ne 
a Hacqueville (Sure). II executa, do 182V h 1842, le 
tunnel sous la Tamise (1769-1849). — Son ills, Isam- 
bard- Kingdom, ne a Portsmouth, construisit les stea- 
mers colossaux Leviathan et Great \Y >« fern (1806- 1 859). 

BRU1VBIXBBCO OU BRUVKULKSMtil lles-ki) 
(Philippe), ne a, Florence, le plus grand arch i tec tc 
de la premiere Renaissance. II construisit a Florence 
la coupole de Sainte-Marie-des-Fleurs et le palais 
Pitti (1377-1446). 

BRUMBT [ne] (Jacques), bibliographc francais, 
ne a Paris, auteur du celebre Manuel du Libraire 
et de l' Amateur de livres (1180-1867). 




s 



I - BRU 

BRUBBTIBRB (Ferdinand), professeur et criti- 
que francais, ne k Toulon en 1849. II a eeeayt, non 
sans autorite, d'appliquer k la litterature lea theories 
de l'evolutionniame. 

BRUBBTTO E.AT1BI. V. LATINI. 

BRUBI (Leonard), appele l'An!tin. erudit italien, 
ne a Arezio. II ne faui pas le confondre avec le 
fameux Pierre Aretin (1369-1444). 

BR 15 Bit, v. de l'Autriche-Hongrie , cap. de la 
Moravie ; pros le confluent de la Zvittava et de la 
Schwarza, s.-affl. du Danube ; 109.500 h. Filatures. 

BRUBB {taint) , fondateur de l'ordre dee Char- 
treux, ne a Cologne, m. en Calabre (1035-1101). Fete 
le 6 octobrc. 

Bkm {la Vie de $aint), celebre aerie de 22 ta- 
bleaux executes par Eustache Lesueur pour le petit 
cloitre des chartreux de Paris (auj. au Louvre). 

BRUNO (Giordano), philosophe italien. ne a Nole. 
II enseigna a Paris, oa il bauit en breche la aco- 
lastique et l'aristotelisrae ; il fut brule a Rome pour 
s'dtre convert! au calvinisme (1550-1600). 

BBUBBWICK {duchi de), un des Etata de res- 
pire allemand ; 464.500 h. ( Brunswickois). Cap. Bruns- 
wick, sur l'Oker, s.-affl. du Wcser; 128.200 h. 

BBUNBWicm (]¥•■▼••*-). V. NouvxAQ-Bacsa- 

WJC*. 

BRUBBWICK (due Cbarles-Guillaume de). ge- 
neral prussien, chef des armeea coaliaeea contre 
la France en 1792 ; publia le fameux manifeste de 
Coblents. Vaincu k valmy par Dumouriex et Keller- 
man en 1792. il fut battu par Davout a Auerstaedt, ou 
11 fut mortellement blessc (1735-1806). 

Brwrawlck {manifeste de), nom que Ton donne au 
celebre manifeste adresse par le due de Brunswick 
a la France au nom des puissances coaliseea (23 jail- 
let 1792). Cette piece insolente irrita les Parietens et 
l'Assemblee legislative : elle provoqua la journee du 
10 aoOt. V. Aotit. 

BrsiaeaaiMlle, surnom de Deslauriera, comedien 
de I'hotcl de Bourgogne, au xvn« siecle. 

BRUBQUBT [ski. fou de Francois I«r, aupres du- 
quel il rcmplaca Triboulet; ne vers 1520, m. en I86S. 

Brut {Roman de), un des plus anciens et des plus 
curieux monuments de la vleille poesie francaise. 
Cest un poeme en vers de huit syllabes, compose 

ear Robert "Waco d'apres une chroniqae legeadaxre 
retonne, que le benedictin gallois Geoflroy de Mon- 
mouth avalt traduite (xn« siecle). Cette chronique 
avail pour litre Bruty Brenhined (Brutus de Bre- 
tagnc), d'oO le nom de Brut. 

BBUTIUM [ai-om*]. partio de la Grande -Greco, 
dans 1'ancienne Italic, aujourd'hui Calabre Ulterieurt, 
(Uab. Bruticus.) 

BBUTUM [ tuss] (Lucius-Junius), le principal auteur 
de la revolution qui expulsa de Rome les Tarqulns 
et institua la Republique. 
Encore enfant, il avait vu 
perir son pere et ses freres 
par ordre du tyran, et il 
n'echappa lui-meme a la 
mort qu'en contrefaiaant 
rinsense, <ToO son nom de 
Brutus. Ses flls ayant cona- 

Sir6 pour le retablissement 
ea Tarquins, Brutus, alors 
consul, n'hesita pas k les 4 
condamner a mort et pre- 
aida a leur execution. II 
perit dans un combat contre 
Aruns, un des flls du roi 
banni (508 av. J.-C). On fait souvent alluaion a. The- 
roisme qu'il montra en faisant paaaer ses devoirs de 
magistrat et de patriota avant sea aOeetions de fa- 
mine. — Lethiero et David ont consacre a eei epi- 
sode deux remarquabloa tableaux. 

Bmtaa, tragodfe en cinq actea et en vera de Vol- 
taire, representee a la Comedie-Franc.aise ea 1730, 

Br«tMB (le premier et le second}, tragediea d'Alfleri, 
toutcs deux inapirees de Voltaire (xvin* siecle). 

BBUTUB (Marcus-Junius), Ala d'une scaur de Ca- 
ton d'L'tique et descendant du premier Brutua, ne 
vers 86 av. J.-C. L 1 education storclenae qull recat de 
son oncle, et son nom meme declderent de aa deaii- 
ncc tragique. Irrite par 1'ambition de Ceear, qui aa- 
pirait ouvertcment a 1'autorlte supreme, excite par 




BraUu (L.-J.). 



Digitized by VjOOQlC 



BRU 



"— 1193 — 



BUF 




Brutal (M.-J). 



lea reprochcs de sea amis, par lei billets qu'on Jetait 
secretemcnt sur son tribunal de priteur : Tu dors. 
Brutus, et Rome est dans les fers ! 11 cntra avcc son 
ami Cassius dans une conspira- 
tion contre la Tie de Cesar, qui 
passait pour ctre son pere, et 
qui l'avait toujours couvert de 
sa protection. Celui-ci l'apcr- 
ccvant, le poignard leve, au 
nombre de ses assassins, cessa 
de se defcndre et s'enveloppa 
la tete de son manteau en 
s'ccriant : Tu quoque, fili mi! 
« Et toi aussi, mon tils ! » Pour- 
suivis par Antoine et Octave. 
Brutus et Ca»sius furent vaincus 
dans lcs plnines de Philippes 
(42 ay. J.-C). Brutus, desespe- 
rant alors du salut de la Republique, se retira du 
champ de bataille, et, levant les yeux vers le ciel 
parsome d'etoiles, ll profera, au temoignagc de Plu- 
iarque, cette amire exclamation : « O vertu ! tu n'es 

Su'un mot ! » puis il se jcta sur une epee quo lui 
jndit un de ses amis (42 av. J.-C.). AujourdTiui, le 
nom de Brutus sert a designer un republicain in- 
flexible, qui sacrifle tout, meme sa vie, aux principes. 

Br«t» ou Des orateurs cilebres, ouvrage de Ci- 
c6ron, ou il trace l'histoirc raisonncc dc l'cloquencc 
chcx lcs Grecs et lcs Latins (i« siede av. J.-C), 
1'oeuvrc la plus admirable de critique littcraire que 
nous ait laisse'e l'antiquite. 

bruxkllka [se-le], capit. do la Bclgiquc, a 
210 kil. N.-E. dc Paris- sur la Scnnc, affluent de la 
Dylc ; 548.700 h. (Bruxcllois), y compris les faubourgs. 
Industrie active et varice. Metallurgie, dcntcllcs, 
brasseries, construction dc machines, fabrication 
d'objets en caoutchouc, etc. 

BMIYKKRM, ch.-l. dc c. (Vosges), arr. d'Epinal; 
sur la Vologne, affl. de la Moselle ; 3.550 h. Ch. de f . E. 

BUBAMTE ou BUB A ATI ft [baa-tigs], v. de la basse 
Eeypte ancienne, sur Tune des branches du Nil, ce- 
lebre par les fetes religicuses et bachiques qui y 
etaient eelebrees tous lcs ans- 

Illi(-4REliTouBlK4KEMT [rest'], cap. du 
royaume de Roumanie; sur la Dimbovitza, affl. du 
Danube ; 283.000 h. Industrie et commerce actifs. 

■veeatavre \san-Ui-re], net de parade, oU le doge 
de Vcnise montait, le jour do 1' Ascension, pour la 
celebration dc son mariage symbolique avec la mer. 

BCCBPHALB, nom du cheval d' Alexandre. Tout 
jeune, Alexandre l'avait dompte en remarquant 
qu'il avait pcur de son ombre et en le faisant galo- 
per contre le soleil. Le nom de Buciphale se donne, 
par analogic, aux chevaux dc bataille ou de parade, 
et quelquefois aussi, par antiphrase, aux chevaux 
uses par le travail ou la vieillcsse, ou mdine a la mo- 
deste monture de Sancho. 

MCBll ou BUTBKB (Martin), theologicn alle- 
mand, ne a Schlestadt, un des propagatcurs dc la 
Reforme (1401-1551). 

i BUCH (caplalat de). subdivision du Bordelais, 
sous la domination anglaise. V. Grailky. 

BUCH [bouk] (Leopold dc), g6ologuc allcmand, 
auteur d'unc thcoric calibre sur la formation des 
montagnes (1774-1863). 

BCCBANAN (George), pocte et bistoricn ecossais, 
preccpteur et garde des sccaux de Jacques I" d'An- 
glcterrc (1506-1582). 

BVCHAZVAN (James), president des Etats-Unis 
(1791-1868). 

BVCHBB(Philippe),philosopheethommc politique 
francais, ne dans les Ardennes ; ecrivit avec Iioux- 
Lavergne YBisloire parlementaire de la Revolution 
francaise (1796-1865). 

BCCHTNEB [buk-ner^], medecin et philosophe mate- 
rialiste allcmand, ne et mort a Darmstadt (182V-1899), 
auteur de Force et matiere. 

BUCBBX (Jean-Alexandre), erudit francais, ne a 
Menetou-Salon (Cher). 11 a public de nombreuses 
chroniqucs sur l'hixtoire de France (1791-1840). 

BCCHY, ch.-l. de c. (Seine-Infcrieurc), arr. de 
Rouen; 800 h. 

Bll-HMOHAH (bu-kin'-nham'), comtc d'Angle- 
tcrr*. dans lc bassin de la Taniisc ; 185.000 h. Ch.-l. 
Aylesbury. 




Buckingham. 



BUCKIBC1HAM (George Villiers, due de), favorl 
des rois d'Angletcrre Jacques I«r ct Charles I«r. II so 
preparait k secourlr La Ro- 
chelle, quand il fut assassin6 
par un fanatique, Felton, la 
veillc de son embarquement 
(1592-1828). 

BUCBJLA1VB [land'] (Wil- 
liam), cdlebre geologue an- 
glais; s'efforca de conflrmer lcs 
r Celts de la Gcnese par les don- 
nees de la science (1784-1856). 

BUCK LB (Henry-Thomas), 
bistoricn anglais, ne a Lee 
(1821-1862). 

Bucollques, Idylles ou 
Pastorales de Th6ocrite, poe- 
sies d'une allure asses libre, maia qui se distinguent 
par des graces simples, un dialogue naturel et vif ; 
on les considere commo lcs modeles du genre 
(hi* siecle av. J.-C.). 

Bacoliqnes ou Eglogues de Virgile ; compositions 
souvent imitecs des Idylles dc Theocrite. Ce sont dca 
allegories, ecrites parfois avec trop d'esprit ct d'eie- 

Sance, ma is ou se revele deja le genie de l'auteur 
es Gtorgiques etde \'Endide(i" sieele av. J.-C.) 

BVBABKsjt f peSt'}, capit. de la Hongrie ; situdc sur 
le Danube ; 716.500 h. Elle est formeo par la reunion 
des villes de Dude, ou Ofen, et Pest, sous une meme 
municipality depuis 1873. Industrie et commerce tres 
actifs. Pont de fer de 400 m. sur le Danube. 

BliBK (Guillaumc), helldniste et philologue fran- 
cais, ne a Paris. II proflta de son credit auprts do 
Francois I#r pour le determiner a fonder le College 
de France (1467-1540). 

BVBlft. (Jean de), capita ine francais, surnomme le 
FUau des Anglais, aasocie k la gloire de Jeanne 
d'Aro; n* vers 1405. m. en 1480. 

Bt/'BIVOB-AYBBfi ' bu-e-noi-e-re] ou [bou-e~noss-a- 
l-r<**«l, capit. dc la Republique Argentine; 1 mil- 
lion d'h. Port magniflquc a 1 embouchure du rio de 
la Plata. Grand commerce dc cereales, vins, pcaux, 
viandes conscrvces. 

Bu«B-Re«lro {bonne retraite), residence royale 
batie par Philippe IV, aux portes de Madrid. 

BUFFALO, v. des Etats-Unis (Etat de New-York) ; 
sur le lac Eric, pres du Niagara ; 382.000 h. Grand 
commerce dc grains, farines ; machines, filatures. 

BirrBT [fe\{ Louis-Joseph), bomme politique fran- 
cais, un des chef du parti conservateur, ne a Mire- 
court (1818-1898). 

BlFro* (Georges-Louis Lbclkrc de), eelcbre 
naturaliste ct 1'un des plus grands ccrivains qu'ait 

eus la France. n6 k Montbard, 

auteur de Vflistoire nature Uc 
des qitadrupcdes. II fut un 
trcs grand savant, qui pres- 
sentit, sur plusieurs points 
importants, lea decouvertcs 
contemporaines. Par reloca- 
tion, lampleur, la majeste 
tranquille de son style, oft se 
retrouvaient la dignito de sa | 
vie, lc faste dc ses allures, la 
fierte dc ses ma nitres, il jus- 
tifia admirablcmcnt cctte in- 
scription d'une statue qu'on BuiTon. 
lui erigca de son vivant : Atajestati naturx par inoc- 
ulum. » Son genie egale la majeste de la nature. » 
Buffon vivait retire dans son chateau de Montbard, 
en veritable grand seigneur (1707-1788). 

Le style pompeux de Button a fait dire a ses con- 
tempornins que le grand naturaliste ne travaillait 
qu'en Jabot et en maachettes dc dentclles. Ces man- 
chettes de Buffon sont restees provcrbiales pour ca- 
racteriser une certaine affectation du style, des ma- 
niercs ou de la pcrsonne. 

Une phrase du discours de reception dc Buffon a 
1' Academic : Le style est I'homme mfime (et non le style, 
e'est Vhomme), est en literature l'objet dc frequentcs 
allusions. Cet aphorismc signiflc que, land is que le 
fond des decouvertes scientinques devient la pro- 
priete commune de l'humanite, la maniere de lcs 
ex primer, le style reste un don personnel al'dcrivain, 
par on se marqucntson talent ct son originality pro- 




Digitized by VjOOQLC 




Bugaaud. 



BUG - 1 

prci. Et cola eit parfaitement vrai on ce qui re garde 
Buffon lui-meme. On interprete gcn£ralement l'apho- 
risme de Buffon a contresens, en lui faisant dire que 
dans le style sc reflete le caractcre de 1'ecrivaln, cc 
qui est loin d'etre exact. 

BUG ou BBVCl (le), (I. de Russie, qui se jettc dans 
la mer Noire au-dessus de Nicolalcf ; 700 kil. 

BVOBAT [ja], ch.-l. de c. (Correxe), arr. d'Usscl ; 
1.150 h. Ch. de f. Orl. 

BLttBAVB yd] (Thomas-Robert), due d'Islt, mare- 
chal de France, ne a Limoges. II contribua puissam- 
ment a la consolidation de nos 
conquetes en Afrique.fut nomine 
gouverneur de 1'Algerie (1840) et 
se montra intelligent et eclaire 
administrateur. Ilgagna sur les 
Marocains (1SU) la bataille 
d'Isly (1784-1849). II avait pris 
pour devise de son aeuvre de 
colonisation ces mots latins : 
Ense et aratro « Par l'epee et par 
la char rue », phrase a laquclle 
on fait quelquefois allusion . 

BUttBY [ji]'(le), petit pays de 
France, dont le ch.-l. etait Belley 
(Ain). 

Baf-J argal, roman de Victor 
Hugo, dont la revolte des negres de Saint-Domin- 
gue contre les Francais fait le sujet (1885). 

BfJttLB (U), ch.-l. de c. (Dordogne), arr. de 
Sarlat, sur la Veiire ; 2.900 h. (Buguois.) Ch. do f. 
Orl. Truffes. 

BIHLEK (Jean -Georges), indianiste allcmand, 
ne a Berstel (Hanovrei [1837-1898]. 

BUIM-LKft-BAROXMie* (Le), ch.-l. de C. 
(Drome), arr. de Nyons ; 1.900 h. Soicries, truffes. 

BVI00OIV (Ferdinand), universitaire et homme 
politique francais, ne a Paris en 1841 ; autcur d'un 
Dictionnaire de Pedagogic. 

BUMBVIlfB, pays d'Autriche, forme du nord de 
l'anc. Moldavic ; 730.000 h. Cap. Csernotvitz. 

BULGARBS, peuple de race scythe, etabli entrc 
le Don et le Danube, et auiourd'hui completeracnt 
slavise. Habitants do la Bulgarie. 

BLLCIAHIB [rf], anc. prov. de la Turquie erigee 
en principaute depuis le traite de Berlin (1878) Tout 
en restant nominalemcnt vassale de la Turquie, 
elle a, en 1885, contract* l'union personnellc avec 
la Roumelie ; pop. 3.745.000 h. (Bulgares). Cap. Sofia. 
Cereales, soie. 

Bix.cilVBViE.UR, ch.-l. de c. (Vosges), arr. de 
Neuf chateau ; 900 h. Eaux minerales. 

Bull (John) [djon' bou^ (m. angl. signiflant Jean 
Taureau), sobriquet donn6 au peuple anglais pour 
peindre sa lourdeur et son obstina- 
lion. Le type de John Bull a d«s ca- 
racteres physiques et moraux trea 
precis et un costume traditionnel. Ce 
nom, est, en Angleterrc, le pendant 
de Jacques Bonhomme en France et 
do VOncle Sam en Ameriquo. 

BULLAMT, famille d architectes 
francais quj vecurent au xv« et au 
xvi* siicle.'Le plus fameux, Jean ii 
Bullaat (1510-1578), a construit le cha- 
teau d'Ecoucn, les tombeaux de Mont- 
morency, de Henri 11 et de Catherine 
de Medicis ; 11 a travaille a la construc- 
tion des Tuileries (1615-1678). 

BILLET [/*], famille d'architcctes 
francais du xvi* et du xvm* siecle. 
Le plus celebre, Pierre Ballot, ne a " f,nu ou '" 
Paris (1639-1716), travailla a la construction de la 
porte St-Denis, eleva la porte St-Martin et 1'cglise 
St-Thomas-d'Aquin. 

Bulletin des loU, recueil offlciel des lois et ae- 
tes du gouvernement francais ; crce en frimairc an II. 

BULLION (Claude de), surintendant des finances 
sous Louis XIII. puis garde des sceaux ; m.en 1610. 

BstllloM (hdtel), ancienne residence historique, 
batle en 1630 pour le precedent, hdtel decor£ de 
peintures par Vouet, Blanchard, Sarrazin, etc., et 
qui scrvalt autrefois do salle des ventes. 




4 — BUR 

BULBW r/ov'j (Fredaric-GuiUaume), general prue- 
sien, prit uric grande part aux batailles de Leipzig et 
surtout de Waterloo (1755-1816). 

BLLBW (Hans Ouido de), compositeur allemand, 
ne a Dresde (1830-1894). 

BLLOW (Bernard de), homme d'Btat allemand, 
chancelier de l'Empire, ne a Klein-Flottbeck en 1849. 

BLLOX (Francois), litterateur francais, ne 4 Vul- 
bens ( Haute-Savoie ) , fondateur de la Revue du 
Deux Monde* (1803-1877). 

BUKMB1V [bon-een'] (Chretien de), homme d'Btat 
et savant prussien, ne a Korbach (1791-1860). 

BUNSElf (Robert-Gaillaume), chimiate allemand, 
ne a Gesttingue (1811-1899) ; a construit la pile eleo- 
trique qui porte son nom. 

BCONACCBR4I (Philippe), historien italien, ne 
a San Oeminiano (Toscane) [1437-1496]. 

BUONARBOTI. V. MICHEI.-AWOC. 

BUOKARROT1 ( Philippe-Michel ) , patriote ita- 
lien, ne a Pise. II a Joue un certain rdle dans la Re- 



volution francaise. ou 11 se signala par scs opinions 
' icobines. puis babouvistes (1761 1837). 
BsjOlfTALBim (Bernard}, ne a Florence, cele- 



bre arcbitecte, peintre et sculptour Italien de la Re- 
naissance (1636-1608]. 

BVBCW.HABBT [kar] (Jean-Louis), explorateur 
suisse, ne a Lausanne. II penetra, le premier dea Eu- 
ropeens, dans les villes sal ntes del' Arabic 1764- 181 7 >. 

BLRCMBAKBT (Jacques), historic n et archeolo- 
gue suisse, auteur de la Ctviiuo/ion en Italic pendant 
la Renaissance et du Cicerone. Ne a Bale (181t~!89Tj. 

BliBDBAC \do] ( Auguste-Laurent ) , ecrirain et 
homme politique francais, ne a Lyon (1151-1894). 

Bl'BBO (Adolphe), explorateur beige, ne a, Liege 
en 1849; m. a Paris en 1891. 

BUREAU [ro*l (Jean), grand maitre de rartfllerie 
sous Charles VII ; m. a Paris en 1469. 

Bureau dee U«flta«1e«, etablissement acaentifi- 

?ue fond6 en 1795 pour publier chaque annee la 
onnaissance dee tempi et VAnnuaire (v. ce mot). 

BURGER [gher] (Geoffroy-Augustej, po«te alle- 
mand. autcur de poemes et ballades (1747-1794). 

BLROBfl [ghost], v. d'Espagne, ch.-l. de la prov. 
de Burgos, anc. cap. de la Vieille-Castille: sur 1'Ar- 
lanzon, s.-affl. du Douro ; 30.000 h. Lea Francais sen 
emparerent en 1808. — La province de Burgo* est 
pcuplee de 339.000 h. 

BfJRBBYlVB (John), general anglais. II fat fore* de 
signer la capitulation de Saratoga, qui assurait 11a- 
dependance des Etats-Unls ; m. en 1793. — Son ftls. 
John Fox, offlcier et publiciste distingue (1789 1S7H. 

Bwrgravea (les), dramo do Victor Hugo en trots 
actes et en vers, pris dans rhistoire de la feodalit* 
allemande (1843). Ce drame horriblement noir est le 
plus lyrique de tons ceux de l'auteur. Le mot bvr- 
grave sort 4 designer un homme a opinions retro- 
grades, surtout en politique* 

BUROU1VBB0 (gnon-de), peuple derancienneOer- 
manie, qui envahit la Oaulo en 406 et s'etablit dans 
le bassin du Rhone. Moins barbarea que les autre* 
Germains, forgerons habiles, lee Burgundes adop- 
terent facilement les mosursromaines. Clovis epoosa 
la Alio de leur roi, Gondebaud. et sea enfant* ao«- 
mirent deflnitivement la Burgundio (Bourgogne). 

BUBLBAlf (Jean), docteur scolaatique du xrr* sie- 
cle, ne a Bethune, m. apres 1S68. II est trea coano 
par Targument dit de Vane de Buridan, auqnel on 
fait allusion pour peindre la situation d'un homme 
sollicite egalement de deux cotes k la fola et qui ne 
salt a quo! so resoudro. Buridan emettait l*h>pothe«e 
d'un ane 6galement presse par la soif et par la faim, 
et qui se trouverait place a egale distance estre un 
seau d'eau et un picotin d'avoine. Par oU commencerm 
l'animal pour satis f aire deux besoins qui le soUicitent 
avec la memo energie ? (Test le probleme de la liberie 
d'indifftrence. II est a remarquer quon ne trrrovc 
pas trace de eel argument dans les ecriU de Buridan. 

BLBIB [H , ch.-l. de c. (Charente-Inferieure . air 
de Saintcs; 1.650 h. (Buriauds). 

RIRKE (Edmond), orateur anglais, nd k Dublin, 
ctf6bre par ses attaques contre la Revolution fran- 
caise (1728 ou 1730-1 1 97). 

BfJBLAMAQLI [ki] (Jean-Jacques), philosophy 
publiciste et moral iste genevois (1694-1748). 

BLBMAM1V (Pierre), savant philologue hoDandaia, 
ne a Utrecht (1668-1741). 



Digitized by VjOOQlC 



BUR 



— 1105 — 



BYZ 



BUR!*B-JO!IB« (Edouard), peintre anglais de 
l'ecole preraphaelite. n6 a Birmingham (1833-1898). 

BUR2VBB (Alexandre), offlcier anglais, qui voya- 
gea en Asie ccntrale (1805-18H). 

BURNET [nit'\ (Gilbert), hisloricn <5cossais, ne a 
Edimbourg, eveque de Salisbury (1643-1715). 

BURWE.BY Tie), v. d'Angleterre, comte de Lan- 
castrc ; 99.500 h. 

BUBIIOIir [nouf] (Jean-Louis), philologue fran- 
caia, ne a Urville (Manche), auicur d'une Grammaire 
grecgue ct d'une remarquable traduction de Tacitc 
(1775-18*4). — Son (1U Euoene, ne a Paris, savant 
orientaliste, autcur d'ouvrages remarquablos tur la 
langue sanscritc, lc bouddhismc et l'Avesta (1801- 
1852). 

BURIVBUF (Emlle-Louis), litterateur ct oricnta- 
liatc francais, ne a Valognes en 1821. 

BURMA [beurnss] (Robert), poete ecossais d'une 
grande origmalite, auteur de remarquables Chanson* 
populairet d'Ecostte (1759-1796). 

■VRBHUi (russ), general romaln, prccepteur de 
Ndron. Arec Seneque, 11 reprima pendant quclque 
temps le naturel pervers de Neron ; mais cette ngi- 
ditc de pnncipes eut bientot son eclipse. Le tyran, 
fatigue de ses conscils. lc At empoisonner en 62. On 
connaif ces deux vers de Racine : 

El re mama Saoaqua, at ca rn*ma Durrhus, 
Qui dapuia. . Roma a,lor» bonorait laura vcrtua. 

Ces deux vers sont quclqucfois rappeles par les dcri- 
vains. 

BURTON (Richard), voyageur anglais, a qui l'on 
doit la decouverte du lac Tanganyika (1821-1890'. 

BURTON-ON-TRENT, v. d'Angleterre, comte 
de Stufford, sur le Trent; 50.000 h. Brasserie dale, 
manufactures. 

BURY, v. d'Angleterre, comte de Lancastre; 
58.000 h. Houille. 



' [si], ch.-l. de c. (Ard£che), arr. de Lar- 
gentierc, sur le Burzet, affl. 4c J'Ardechc ; 2.500 h. 

BUB [buss] (Cesar de), n6 a Cavaillon. Tour a tour 
soldat el courtisan, il mena d'abord une vie agitee et 
ditsolue. Decu dans set ambitions, il entra a 30 ans 
dans les ordres et fonda en 1592 la Congregation 
des freres de la doctrine chretienne (1544-1607). 

BUMBNBAUBI [ztn-ba-oum] (Herman), jesuite et 
theologien allemand (1600-1668). 

BUBIRIM [rili], roi fabuleux d'Egyptc, tue par 
Herculc qu'il voulait immolcr. Suivant une autre ver- 
sion, il aurait regne en Espagne, ou. par scs cruau- 
tes, U sc serait attire la colerc du heros grec. 

BUftBAlve [tan], v. des Vosges, arr. de Rcmire- 
mont. pres du col de Bussang, sur la Moselle; 
9.500 h. Eaux ferrugineuses, alcalines, gazeuscs. 

BUMIBRB0-BABII.. ch.-l. de c. (Dordognc), 
arr. de Nontron, sur le Boissard ; 1.260 h. 

BU00Y LB CUtRC (Jean Leclkrc, dit), un des 
chefs des Seize pendant la Ligue (1591). 

BUHBY-BMBIBOIMB (Louis de), un des chefs du 
massacre de la Saint-Barthelemy, tue par lc comte 
de Montsoreau (1549-1579). 

WMMAllTM (Roger de), ccrivaln bel es- 
prit, cousin de M«« de Sevigne, n6 a Epiry (Nicvre). 
auteur de YHistoire amoureuse des Gaules, plcine de 
aplrituelles medisances (1618-1693). 

BUTB ( Jean 8tuart, ford), premier ministrcdu roi 
d'Angleterre George III. II causa, par sa politique 
maladroite, le soulevement des colonies americaincs 
(1713-1792). 

BUTB, comte d'Ecosse, qui comprend les ties 
d'Arran ct de Bute ; 18.500 h. Ch.-l. Bothesay, port 
dans l'lledc Bute; 8.000 h. 

BlTLBR \lirr) (Samuel), celdbre poete anglais, 
autcur du poeme burlesque d'Hudibras (1612-1680). 

BiTLBR (Joseph), theologien et philosophe an- 
glais (1692-1752). 



BUTTMAIVlt (Philippe-Charles), philologue alio- 
maud, ne a Francfort-sur-le-Mein (1764-1829). 

Bavean (let) [los Borrachos], chef-d'oeuvre de Ve- 
lasquez (Madrid). Bacchus, assis sur un tonneau ct 
cntoure d'une douzaine de francs buveurs, couronne 
un r6cipiendaire agenouillc ; — celebre gravure de 
W. Hogarth ; — nombreux tableaux de Teniers. 

BUXTON ( Thomas Foweli.) , philanthrope et 
homme politique anglais, qui mena de vives cam- 
pagncs contre l'csclavage (1786-1845). 

BI'XTOHr, famille allemande d'hebraTsants ; le 
plus connu de scs membres est Jean Baxtorf (1564- 
1029). 

BIIXY [bu-si], ch.-l. de c. (SaAne-ct-Loire), arr- de 
Chalon-sur-Saone ; 2.000 h. Carriercs. 

BlZAft£Al" [««], ch.-l. de c. (Indre), arr. de Cha- 
tcauroux, sur l'lndre ; 4.900 h. (Buzanpalens.) Ch. de 
f. Orl. Tanneries, grains. 

BUBANCY. ch.-l. de c (Ardennes), arr. de You- 
tiers ; 750 h. (Buzanciiens.) Carrieres, tourbe. 

BUBBltTVAL. [zan], chateau pres de Paris ; baUillo 
meurtriere livree aux Allemands lc 19 Janvier 1871, 
ct ou perircnt Henri Rcgnault, Gustave Lambert, etc. 

BUBOT [soWFrancois). depute girondin a la Con- 
vention, ne a Evreux. II rut rami de M»« Roland, et 
a pres la proscription de son parti s'enfuit dans les 
environs de Bordeaux, oO il s'empoisonna ; on trouva 
son cadavrc et celui dc Petion a nioitie devores par 
les loups (1760-1794). 

BTBLOi [bloss] ou CSBBBU, v. de 1'anc. Phcni- 
cie, au N. do Sidon. 

BYIVG (George), amiral anglais. II comma ndait 
l'escadre qui prit Gibraltar en 170V ct gagna sur les 
Espagnols. en 1718. la bataille de Pasaaro (1663-1733). 
— Son flls John Byisg, egalcment amiral, s'etant 
laiss6 battre par l'amiral francais La Galissonniere, 
fut, sous l'injuste pression de 1 opinion publique, con- 
damnc ft mort comme coupablc 
de trahison, et fusill* sur son ^*i! 5**^ 

vaisseau (1704-1757). 

DYHON (John), celebre na- 
vigateur anglais, qui decouvrit 
plusieurs iles dans les mers 
australes (1723-1786). 

BYBtON [bai-ron'] (George 
Gordon, lord), celebre poete 
anglais, n6 a Londres, auteur 
de Childe-U avoid et de Don 
Juan, oeuvres tourmentees, j 
impetueuses, violentes, comme 
son caractere ct sa propre vie, 
et qui ont inspire souvent les 
romantiqucs francais. Byron etait pied bot. Au mo- 
ment de 1'insurrcction hcllcniquc, il so rendil en 
Orient, etmourut a MisRolun^hi (1788-1824). 

Bjrraa, celebre citadelle dc Carthage. 

BYBAIVCB, ancien nom de Constantinople. (Hab. 
Byzantins.) V. Constantinopiji. 

BYBABTTIIV (empire) ou BAN-EMPIRR, nom 
donne a 1'empire romain depuis Constantin, ct a 
l'empirc d'Orient depuis Theodoso jusqu'a la prise 
de Constantinople par les Turcs en 1453. On salt 
qu'alors Constantinople portait le nom de Byzancc. 
Leu historiens rapportent qu'au moment oU Con- 
stantin Dragoses, le dernier succcsscur de Justinien, 
d6fendait la ville sur les remparts, les moines do 
Byzance se livraient anrement k de futilcs discussions 
sur un point de discipline intericure ou de thcologie. 
On fait de frequentos allusions a ces querelas by- 
zantines pour designer des preoccupations futiles 
tandis quo des inteYcts de premier ordre sont en jeu. 

Bjraan«ln« (la), collection des historiens grccs 

2ui ont ecrit les annalcs de 1'empire d'Orient depuis 
onstantin jusqu'a la prise dc Constantinople (lir.3). 





Digitized by VjOOQlC 




Cabale (ministire de la), nom sous lequel on de- 
signc un des ministeres les plus impojmlaires qu ait 
eus l'Anglcterre, sous le rfcgne dc Charles II (de 
16G9 a 1073). Arlington, Clifford et Buckingham 
etaicnt «es principaux menibrcs. 

CABAlfBL (Alexandre), peintre francais. ne a 
Montpcllier, portraitiste d'un dessin tres sur et d'un 
colons agrcable (1823-1889). 

CABAM I* [ni«] (Georges), medecin malerialiste 
francais, ne a Cosnac (Correzc. ami dc Mirabcau. 
Au d^but du xix« siecle, il exerca sur les idees et 
sur les mocurs une grande influence, aujourd'hui 
cteinte (1757-1808 . 

(ABANMBI (Us), ch.-l. de c. (Ariege), arr. de 
Foix. sur l'Ariogc; 450 h. Forges. 

Cabaret {scenes de), sujets nombreux trattcs en 

Eeinture et souvent avee beaucoup de talent par 
»avid Teniers [Cabaret flamand, Drcsde ; le Cabaret 
pre* d'une rivitre et Jntirieurs de cabaret. Louvre), 
par Adrien Brauwer (Int&rieur de cabaret, Bruxellcs), 

Ear Adrien van Ostade (le Cabaret hollandaU, 
iresde). 

CARAMMVI frtosj (Francois, comte de), financier 
c«pagnol, d'origine francaisc, ne a Bayonne (1752- 
1810). — Sa Mlc Theresa tie Cabarrws epousa lo 
conv»>ntionnel Tallica. 

CAHKL (Adrian van der), peintre et jrravcur do 
l'ecole hollandaise. ne a Ryswick (1631-1698). 

CADBT \b>\ (Etienne), 6crivain francais, ne a Di- 
jon, auteur d'une cirlebrc utopie comiuunistc, exposec 
dans le Voyage en Icarie (1788-1 854}). 

(IHKT (Paul), sculpteur fr. nc a Nuils (1815-1876). 

CabltlaHd* (Us), faction aristocratique hollan- 
daisc du xiv» siecle, oppos«ie a cello des Hamecons ; 
elle fut detruitc en 1491 par Maximilion d'Autriche. 

Cabinet neir. bureau secret dc 1' Hotel des postes, 
ou Ton violait le secret des lettrcs. II avait ete eta- 
bli par Louis XIV. Le mot a souvent servi depuis a 
designer des institutions ou des proc6d£s analogues. 

CA BIBBS, divinites mysterieuses, sorte de de- 
mons de la nature materiellc, d'origine probablement 
orientate, auxquelles on rendalt un oulte en Grcce, 
■particulierement a Lemnos, a Samothrace, etc. 

Cable {le), comedie de Plaute ; piece louchante et 
morale, vivement conduite (n« s. av. J.-C.). 

Cabaebleaa, faction populaire du parti bourgui- 
gnon, sous Charles VI,ainsi nominee du nom de son 
chef Cabochc, bouchcr de Paris. On doit a cette fac- 
tion VOrdvnnance cnbochienne (1413), qui conticnt 
dc sages riiforuics administrative* et judiciaires. 




CABOT [bo] (Jean), d'origine venitienne 'USl- 
vers 1498). et S£bastikn, son flls, ne A Venise (1170- 
aprcs 1555), navigateurs ce- 
lebres, qui vecurent sous 
Henri VII et Henri VIII, rois 
d'Anglctcrre. et qui decouvri- 
rent Terre-Neuvc et lo Canada 
en 1497. 

CABOrL. V. Kabouu 

CAMl'BS \bour), comm, du 
Calvados, arr. de Caen ; 1.630 h. 
lilabourgeois). Ch. de f. O. 
Bains dc roer. 

CABRAt. (Pedro- Alvarez), na- 
vigateur portugais. qui decouvrit 
le Bresil en 1500 ; m. vers 1526. 

CABRBBA, Uot espagnol de 
la M6diterranee,du groupe des Baleares. Tristement 
c£lebre par les souffrances que les soldats francais 
fails prisonniers a Baylen y endurerent dc 1808 a 1813. 

CABRlBRBM-B*AICiUB«, comm. de Vaueluse, 
arr. d'Apt ; 420 h. Massacre des vaudois sous Fraa- 
cois Itr 7,1645). 

Cabrioa, type fantaisiste, person nage de* Jfjr*- 
tires de Pari*, d'Eugene Sue. Cest un artiste face- 
tieux, qui passe sa vie a jouer de mauvais tours a 
M. Pipelet, son concierge, dont le nom a fini par 
passer dans la langue. 

CACBRK0 [rets], v. d'Espagne; 15.000 a., cb.-L 
de la prov. de ce nom, peuplee de StiS.OOO h. 

CACIIKMIRB, Etatdu nord de I Hi n do us tan. tri- 
butaire de l'Anglcterre, celebre par sa fabrication 
de chalcs ; 2.910.000 h. Cap. Cachcmirt, ou Srina- 
gar, 122.800 h. 

I'Ai'li [/ruts], fameux brigand qui, d'apres la le- 

fendc, avait etabli son antre sur le moot Aveatia. 
1 etait d'une taillc colossale et sa bouche Tomissait 
des tourbillons de flamine et de fume* ; des tetes 
sanglantes etaicnt suspendues a la porte de sa ea- 
verne. liercule s'etant eadormi pendant que sea trou- 

rieaux paissaicnt sur les bords du Tihre, le geaat 
ui deroba quatre paires de bo?ufs. et, pour n'etre 
pas trahi par les traces de leurs pas, il lea trains 
dans son antre a reculons. Hercule, furieux k son 
revcil, courut vers la caverne. saislt le monstre et 
l'etouffa entre scs bras. Le rtcit dc ce combat est na 
des plus beaux passages du VII* livre de YBniiJe. 
En literature, ce trait mythologique est susceptible 
de deux allusions : tantot e'est a 1 antre lut-mlme, 
d£corc de df pouilles sanglantes ; tantot cest a la 



Digitized by VjVJU V 



IV^ 



CAD - l 

ruse du brigand a laquclle on compare lea efforts 
que Ton fait pour effacer les vestiges d'un passe que 
Ton rcdoute. 

CABALBlf Men'], ch.-I. do c. (Tarn), arr. do 
Oaillac ; 1.500 h. Commerce de bois. 

CABA-MOBT© fAlvise), navigateur venitien au 
service du Portugal ; decouvrit, en 1457, les ties du 
Cap-Vert (1438-vers U77). 

CABBALORB ou ttBUBALBCR, v. de l'lode an- 
glaise, presid. de Madras, sur le Gaddilam ; 48.000 h. 

CABS (John), revolutionnairo irlandals. II ue sou- 
leva contre Henri VIII, mais fut pris ct mis a mort 
en 1450. 

CABB5rBT[n«], ch.-l. de c. (Vaucluse).arr. d'Apt; 
non loin do la Durance ; 8.700 h. Ch. de f. P.-L.-M. 
Pa trie du compositeur Felicien David. Soic. 

CABBT BB ISASSICOVBT [kour] (Louis-Claude), 
pharmacien et chimiste francais, ne a Paris (1731- 
1799). 

CABBT BB VABX [yd] (Antoine), chimiste et agro- 
nome francais, ne a Paris (1743-1818). 

Cadet ■wuel, type niais, et dont la creation pa- 
rait due a quelque bel esprit d'un regiment francais 
cantonne en Brabant vers 1792. Ce type si plaisant 
a ete mis en vogue par une chaoson populaire. 

CADILLAC HI mil., oArJ. ch.-l. de c. (Gironde), 
arr. de Bordeaux ; sur la Garonne, 2.800 h. (Cadit- 
lacais). Vins. 

CADIZ [dUa], v. du S. do l'Espagne. dans l'An- 
dalousie ; ch.-l. de province. 70.000 h. (Gaditains ou 
Cadissient). Port militaire sur l'Atlantiquc. dans la 
petite lie de Leon. Les Francais la prircnt (1823). — 
La province de Cadix compte 453.000 h. 

C««-ie, citadtlle de Thibes, en Beotle. 

CABH17B [muss], Phenicien, fondateur legendaire 
dc Thebes, en Beotic, personnage semi-mythique 
auquel on attribne l'importation de l'alphabot pheni- 
cien en Grece et l'inventlon de l'ecriture (xvi« siecle 
av. J.-C.j. Arrive en Beotie, il tua un dragon qui 
avait dAvore ses compagnons 2 en soma les dents par 
ordrc dc Minorve ct en vit naitre des hommes armest 
qui s'cntr'cgorgerent, a 1' exception de cinq- Ces Epi- 
sodes sont souvent l'objet d'allusions littoraircs. 

CABOCBAL. (Georges), chef vendeen, ne a Ker- 
leano, pres d'Auray, en 1771. II fut un de ceux qui 
formerent le complot dc \& machine infernale contre 
le premier consul; execute en 1804. 

CADOl'iX, ch.-l. de c. (Dordogne), arr. de Ber- 
gerac ; 550 h. Magniflque cloitre. 

CABOfJRB [dour], ch.-l. de c. (Haute-Garonne), 
arr. de Toulouse ; 800 h. 

C'ABUBCt, anc. peuple de la Gaule, qui occupait 
le Quercy. Sa capitale etalt Divona, qui, au ni a siecle, 
prit le nom de Cadurcwn, d'ou Cahors. II resista avec 
une energie sauvage a Cesar. 

CAKX [kan], ch.-l. du dep. du Calvados ; surl'Orne ; 
ch. de f. 0., a 139 kll. O. de Paris ; 45.000 h. [Caen- 
nais ou Caenais]. Acaddmie, cour d'appel. Bestiaux, 
beurre, cidre. Patrie de Malherbe, Boisrobert, Se- 

?;rais, MalfllAtre, Le Bailli. Choron, Auber, M6- 
ingue, Vauquelin, poulcctdePontecoulant, Faustin- 
Ilelie. L'arr. a 9 cant., 188 comm., 115.000 h. 

C*RK, v. de l'anc. Etrurie, non loin de Rome, 
auj. ('rrvetri. Celebre tombeau dit « des Tarquins «. 

CABRMARTHB2V ou CARMARTHEN, comte 
d'Angleterre(Galles); 130.000 h. Ch. 1. Caermarthen; 
10.000 h. ; sur lo Towy, affl. du canal de Bristol. 

CABRNARVBX OU CARNARVON, comW d'An- 
glctcrrc ( Gallcs ) ; 120.000 h. Ch.-l. Caernarvon ; 
9.000 h. Port sur le detroit de Menai. 

CAFF A ou KAFFA (Kifa, Tiodo$ia, Thtodo$ie), 
port de Russie (gouv. de Tauride), en Crimee ; 12.000 h. 
Savons, cuirs, tapis. D'abord colonic mileslenne, 
elle tomba aux maim des Genols, puis des Turcs, 
Ct devini russe en 1770, puis en 1788. 

CAFVARCLLI DU famja (Maximilien), general 
francais, ne au Falga (Haute-Garonne) en 1756, tue 
devant Sain t-Jcan-d Acre en 1799. 

CAFF1BR1, famille de fondeurs et sculpleurs ita- 
liens. dont plusieurs exercCrent leur art a Paris. 
Le plus celebre, Jkan-Jacques t'mfmrl, vecut de 
1725 a 1792. 



S 




7 — CAJ 

CAFRBRIB [rf ], nom donne a la region S.-E. do 
T Afrique habitee par les Cafre$. .,- 

Pays en general fertile; aux 
Anglais. V. Cap (colonic du). 

CAOE.IAR1, capitale de Tile 
de Sardaigne. port sur la cote 
sud de Tile ; 38.600 h. 

CAC1E.IOMTRO (Joseph Bai.- 
samo, comte de), habile charla- 
tan, medecin et occultiste, ne 
a Palerme ; il eut un vif succes 
a la cour de Louis XVI et dans 
la societe parisienne dc ce 
temps (1743-1795). 

CA«NR0, ch.-l. de c. (Alpes- 
Maritimcs ) , arr. de Grasse ; 
3.400 h. Vins, distilleries. 

CAttNIARB BB LA TOUR, 

physicien francais, n6 a Paris ; 

connu par son invention de la tirene (1777-1859). 

CAHORS [or], ch.-l. du dep. du Lot, sur le Lot ; 
ch. de f. Orl., a 599 kil. S. de Paris; 14.000 h. 
(Cadurciens, Cahor$ins ou Cahorsain*). Eveche. 
Vins, truffes. Patrie du pape Jean XXII, Clement 
Marot, general Ramel, Gambctta. L'arr. a 13 cant., 
133 comm., 89.200 h. 

CAROCRB [pur] (Auguite), chimiste francais, no 
a Paris (1813-1891). 

CaM (le), opera-bouffe en deux actes, livret do 
Th. Sauvage, musique d'Ambr. Thomas. Livret amu- 
sant, partition pleine dc verve (1849). 

CAILLB [11 mil.] (Rene), voyageur francais en 
Afrique, ne a Mauze ; il est le premier Europcen qui 
penetra jusqu'a Tombouctou (1799-1838). 

CAIIJLBBOTTB (Gustave), peintrc francais de 
l'ecole realiste, ne a Gennevilliers (18W-1894). 

CAILLKT [// mil., e\ (Guillaume), paysan do Mello 
(Oise), fut le chef de la Jacquerie, en 1358 ; pris par 
Charles lo Mauvais, qui le flt couronner d'un tri- 
pled de fer rougi au feu. 

CAH.UCTBT [// mil., e-/*l ( Paul ), physicien et 
industricl francais, auteur do belles recbcrchcs sur 
la liquefaction des gaz. Ne a Chatillon-sur-Scinc en 
1832. 

CAIIXIAUB [// mil., id] (Frdderic), voyageur fran- 
cais, ne a Nantes ; explora la region du haut Nil 
(1787-1869). 

CAIULY [U mil., i] {chevalier Jacques de), poete 
epigrammatique francais, ne a Orleans (1604-1673). 

CAlMAWM ou CATMAHfS (</ M ), iles des Antilles, 
au S. de Cuba, 2.500 h. ; aux Anglais. 

CAIX [kin] (Auguste), sculpteur animalier fran- 
cais, ne a Paris (1822-1894). 



CADV [ka-in], flls aine d'Adam et d'Eve (Bible). On 
rait souvent allusion a la marque de reprobation 
que Dieu avait imprimee au front de Cain ; ct ces 



mots : ■ Cain, qu'as-tu fait de ton frCre ? > que Dieu 
flt entendre A Cain apres le menrtre d'Abel, serve nt 
a formuler energiquement le compte que Ton dc- 
mande a quelqu'un d'une personne, d'une chose, qui 
aurait du lui demeurer sacree. 

CAVlf Alt, flls d'Enos, un des patriarches antedi- 
luviens (Gene'se). 

CaVbRB, grand pretre Juif qui flt condamncr 
Jesus-Christ ct pcrsecuta les apolres. Le nom de 
Caiphe est employe proverbialemcnt dans cette 
locution : « Renvoyer quelqu'un de Caiphe a 
Pilate, » qui fait allusion aux hesitations du grand 
pretre des Juifs pendant la passion du Christ. 

CAIRB [fte-re] (Le), capit. de 1'Egypte. pres le Nil ; 
566.000 h. Les Francais occupercnt le Cairo en 1798. 

CAIROE.I [ka-i] (Benedetto), homme d*Etat ita- 
lien, ne A Pavie (1826-1889). 

CA1TRIVBBM \kit~nes*). comte au N.-E. dc l'Ecosse ; 
31.000 h. Ch.-l. Wick; 9.600 h. Port sur la mer du Nord. 

C.tJARC [jark ], ch.-l. de c. (Lot), arr. de Figeac, 
sur le Lot ; 4.600 h. (Cajarcois). 

CAJBTAX (Thomas nx Vio, dit), cardinal italicn 
et general des dominicains, no A Gaete ; fut charge 
en 1517, comrae legat en Ailemagnc, d'instruire la 
cause dc Luther (1469-1534). 

CA4BTA2V (Henri), legat du pape Sixte-Quint, ne 
k Rome. II sou tint, en France, pendant la Ligue, les 
Seize ct la politique dc Philippe II (1550-1599). 



Digitized by VjUVJ 



gle 



CAK 



— 1198 — 



CAL 



CAMYA-MBU1VI, fondateur du bouddhisme, n6 
vers le milieu du vi* siecle avant notre ere, m. Ten 478. 

CALABAB (c6te de), cote de la Guinea entre le 
cap Formose ei le Gabon. 

CALABBB, pays du S.-O. de l'ltalie, divise en trois 
provinces : Calabre Citerieurc, ch.-l. Votenza ; Cala- 
bre Ulterieure I™, ch.-l. Reggio; Calabre Ulte- 
rieurc II«, ch.-l. Catanzaro; 1.185.000 h.(L'alabrai$). 
En 1783, un iremblement de tcrre y delruisit 
300 villeg ou villages et fit perir 40.000 personnes. 
Boisee, montagneuse, difficilement accessible, la 
Calabre fut longtemps infestee par le brigandage. 

I'AUBBRiB (Mattia Parm, dit le), peintre ita- 
lien, ne k Taverna. en Calabre, artiste fecond, mais 
peu soigne (1613-1699). 

CALACCCCIA [kou-dsi-a], ch.-l. de c. (Corse), arr. 
de Corte; 1.000 h. 

AtLAHOBBA, v. d'Espagnc, prov. de Logrono ; 

ioUoo h. 

CALAIS*/*:, ch.-l. de c. (Pas-de-Calais), arr. de Bou- 
logne ; port de mer sur lc Pa* de Calais ; 60.000 h. 
(Y F u/flin«ii) ; ch. de f. N. Celebre par le siege que 
cette ville soutint contre Edouard III, sous le regne 
de Philippe de Valois. et ou seul le devouement 
d'Eustache de SaintrPicrre et de cinq bourgeois qui 
vinrent se presenter la corde au cou a edouard 
sauva la ville de la destruction. La grace des hcros 
fut demandee et obtenue 6ur-le-champ par la reinc 
d'Anglcterre (1347). La ville fut reprise aux Anglais 
par Fr. de Guise en 1558. La reinc Marie Tudor en 
mourut, dit-on, de douleur. « Si Ton ouvre mon 
cceur, dit-elle, on y trouvera ccrit lc nom de Calais .» 

C A LAM ATT A (Louis), gravcur itnlicn.ne k Civita- 
vecchia. II passa la plus grande partie de sa vie en 
France ^1801-1809). 

CALAM [lass] (Jean), negocinnt de Toulouse, ne 
en 1698. Accuse faussement d'avoir donno la mort a 
son flls pour I'empichcr d'abjurer le protestantisme, 
il fut roue vif en 1762, par sentence du parlcment, 
et rehabilite en 1765. apres les celebre* ct pathe- 
tiques plaidoycrs do Voltaire. 

CALATAYUD [turf'], v. d'Espagne, prov. de Sara- 
gosse, sur le Jalon ; 12.000 h. 

Calatrava (ordre de). ordrc religieux ct militairc 
espagnol, fonde en 1158 k Calatrava (Nouvelle-Cas- 
tille) par des chevaliers de l'ordrc de Citeaux, k qui 
le roi de Castille Sanche III donna la ville de Cala- 
trava, avee mission de la defendre contre les Mau- 
res. L'ordrc fut rcuni k la couronne en 1489. 

CALAUB1K [16-rV, ile de la Grece, sur la cote de 
l'Argolide : elle possedait un temple de Neptune 
dans lequel s'empoisonna lc grand orate ur Di-mos- 
thene, poursuivi par les Macedoniens. 

CALCBAM [ka*$], devin grco qui accompagna 
Agamemnon au siege de Troie ; ordonna le sacritice 
d'lphlgenie ct oonseilla de oonstruire le cheval de 
bois. U se tua parce qu'il avait etc supplante par 
Mopsus dans l'art de la divination. On fait souTcnt 
allusion au role que jouait Calchas au milieu des 
Grecs, puis it ce vers de VJphigenie de Racine : 

G»t oracU «it plo« «lr que r«lui A» C«leh*a. 

Dans 1'application, on le cite pour caracteriser 
avec energie la conflance absoluc que Ton a dans 
la realisation d'un c vehement. 

CALCUTTA, v. de l'Inde anglalse, presidence du 
Bengale, capit. de 1 em pi re des Indcs, sur l'Hougly, 
un des bras du Gange ; 8*8.000 h. Immense entrepdt 
de commerce. 

CALDKHO!! (Pcdgo de), dr la Barca, cclcbrc 
pot'tc dramatiquc espagnol, ne k 
Madrid, auteur de la Le'volion a 
la Croir, du Midecin de son hon- 
neur, etc., oeuvres sobres ct for- 
tes, ou se peint le caractcre espa- 
gnol de son temps (1600-1681). 

CALKB [Ub'j, Juif qui cntrn 
avec Josu* dans la tcrre pro- 
mise (Bible). 

Caleb, person nage de la Fian- 
c«*e de Lammermoor, de Walter 
8cott. devenu le type du scrvi- 
tour dlvouc. 




CALBBOBis [nt], ancien nom 
de 1 Ecosse, dont l*s habitants so 
( alMunien*. 



Cald«r<x>. 

habitants sont souvent appcles 



CALBBOlfIB (Hawaii*.). V. Noimtixa - Cal4- 

DON1B. 

CALBNBAlfA, ch.-l. de c. (Corse), arr. de Calvi; 
3.000 h. 

CALBBIN (Ambrolse). savant religieux italien. 
ne k Bergame, auteur d'un excellent DictUmndxrt 
latin-itafien (1435-1511). De 14 le nom de caUpM 
donne a un registre de notes, de renseignement*. 

CALBBUN (John-Caldwell), homme d'Etai aae* 
ricain (1782-1850). 

Callfcaa, person nage fantastlque que ShaksseATe 
a introduit dans sa piece la Tempite. r*ijh»ti 

fnome monstrucux, est la personnxQcation de la 
rute obligee d'obeir a une puissance superteere. 
mais toujour* en revolte contre elle. 

CALICUT [kuf], v. de l'Inde anglaiee, presidence 
de Madras, sur la cdte de Malabar. Elle a donne son 
nom aux ioiles de coton dites calicots • 77.000 h. 
Port sur le golfe d'Oman ; premiere escale de Vasco 
de Gama (1498). 

Callfe de Bagdad (le), opera-eomlque en un Bete, 
paroles de Saint-Just-Dancourt, mustque de Boiel- 
dieu. C'est une des plus delicieuses productions da 
compositeur (1800). 

Callfecs titre pris par les soaverainc qui exer- 
c6rcnt apres Mahomet les pouvoirs spirituel et tesa- 
porel. Lea principaux cahfats sont : 1* le ealifat 
d'Orient, fondd par Abou-Bekr a la Meoque. puis 
transporte k Bagdad par les Abbasaides («3i-ii5», ; 
2° le calif at de Cordoue, fonde a Cordoue par Ab- 
deramc (766-1031); 3« le calif at <T Egypt e, fonde par 
les Fatimites (909-1171). C'est surtout a Bagdad qu« 
la civilisation musulmane parvint a son compjei 
epanouissement. 

CAE.irOB»IB (hab. Californiens). pays sitoe k 
l'O. de l'Amerique du Nord, sur le littoral du Pao- 
flque, od il forme une etroite peninsule bordant le 
golfe de Valifomie, ou mer Vermeille. II sc dmse 
en Vieille-Valifomie, formant une prcsqu"ile appar- 
tcnant au Mexique ; 47.000 h. : capit. Im Pas. et ea 
i\ouvelle-Californie, formant un des Btats de 
l'Union : capit. Sacramento, v. pr. San-Fruncuca ; 
1.485.000 h. Mines d'or, d'argent, de mercure, de 
cuivre, etc. ; richesses vegclaTcs : grains, vina, ct^, 

CA1.ICIIX.A , empcreur romain, n6 a Antiom, 
l'an 12 apr. J.-C. ; regna de 37 a 41. 11 etait fils de 
Germanicu8 et d'Agrippine. Ce monstre pousta la 
cruaute jusqu'a souhaiter que le peuple romain 
n'eOt qu'une seule Uie pour la pouvoir couper d ea 
seul coup, et la folic jusqu'a faire de son cheval Is- 
citatus, un consul. • Qu'ils me halssent, disait-tl ea 
parlant de at* sujets, mais qu'ils me craignent ! • 
(Oderint dum metuant.) II fut assassin* par Cher***. 

Caltao. personnage d'un vaudeville, qui reaaplis- 
sait un role naif et niais, et dont le nom est devenu 
proverbial. 

CAI.IXTB ou CAE.I.IBTB l*r< $aint), papc de 2tS 
k 223; — Calixtr II. pape de 1119 a 1124: — Ca- 
ijxte III, pape de 1455 a 1458. 

CALL. AC [lak], cb.-l.de c. (Cotes-du-Nord), arr. de 
Guingamp, sur un affluent de l'Hidre ; 3.500 h. 

I'ALLAO {I*)* P ort <* u Perou, sur 1'oc^an Paci- 
flque, k 10 kil. ae Lima ; 48.200 h. Grand commerce. 
Bloqu6 et pris par les Chiliens en 1880. 

< ALLAH [lass], ch.-l. de c. (Var), arr. de Dra 
guignan ; 1.250 h. 

CALLCOTT (Auguste Wall), peintre pavsajriste 
anglais (1779-18U). ' 

CALLS (La), comm. d'Algerie (Conatantiney, arr. 
de BAnc ; 4.150 h. Petit port sur la Mediterrasee. 
Corail, chines-lieges. 

CAULBT [/e] ( Jean-Francois K mathematicira 
fran<;ais, ne a Versailles, auteur d'une Table dt lo- 
garithms (1744-1799). 

CALLlCBsATB, architecte d'Athenea. qui eleva 
le Parthenon avee Ictinos (v« s. av. J.-C). 

CALXlCBsATlBAB [da**], general spartiate. 
vaincu et tu« par lea Atheniens, au combat naval 
des Arginascs (406 av. J.-C.). 

CAIXIBIAQUB , poete grec, qui enscigna les 
belles-lettres a Eleusis et k Alexandrie (rv* a. av. 
J.-C.). On lui doit des oeuvres brillantes, oa il pasti- 
che habilement les procedes des vieux poetea epiques. 

CA1X.I1BUM B'BPBBUB, le plus ancien des 
pontes lyriqucs grecs (vii» s. av J.-C). 



Digitized by VjOOQlC 



CAL 



— 1109 — 



CAM 





CALLiara. muse de la noesie epique et dc l'elo- 
quenoo : mire de Linas ct d'Orphee. On la represcntc 
avec une tablette et un stylet, et quel- 
quefois arec un rouleau de papier. 

CA1XIRHOB, nom commun de 

fdusieurs femmes des temps fabu- 
cux. 

CALLIiTHRKE, philosophe 
free d'Olynthe, petit-neveu d'Aris- 
tote. II suivit Alexandre et fut mis 
a mort par ordre du conqucrant, 
dont U avait raille le faste oriental 
et les pretentions a la divinity 
(865-328 av. J.-C.). 

CAEJLIATO, fllle de Lycaon, roi 
d'Arcadie. Elle fut c nan gee en 
ourse par Junon , mais tude par -.„. _ 

Artemis ; Jupiter la placa au ciel oo <*»">*' 

elle devint la constellation de la GrandeOune.(Myth.) 

CAEJLI0TRATB, orateur «i.i»A«Un ■ <i r„t i« ma t. 
tre dc Deuiosthene (m« s. '. 

av. J.-C). 

CALLOT [lo] (Jacques), 
graveur et peintre francais, 
ne a Nancy. Genie hardi et 
fantasque, il a une manierc 
tres rigoureuse de dessin et 
tres fine de gravure (1592- 
1635). 

CAUIAB, v. forte et port 
du 8. dc la Suede, ch.-l. de la 
province de ce nom; 13.500 h. 

C»l"»»r (Union de), con- 
vention qui reunit le Dane- . ., „ . 
mark, la Suede et la Norvege °* 
entre les mains de Marguerite de Valdcmar, en 1397. 

CAIJBET [mi] (dom Augustin), savant benedictin 
francais, ne pres de Commercy (1672-1757). 

CALOIVICB (Charles-Alexandre dt), homme poli- 
tique francais, ne a Douai. Controleur general des 
finances en 1785, 11 se montra imprevoyant ct depen- 
sier, dut convoquer en 1787 l'Aasemblee des notables, 
fut disgracie et s'enfuit en Anglcterre. 
II Joua un role nefaste pendant I'emi- 

J ration, auprcs des princes, notamment 
u comte d'Artois (173M802). 

CAE.PB, une des deux colonnes d'Hcr- 
culc. ancicn nom du promontoirc de Gi- 
braltar. 

CALI»lR2IIA, nom de la trotsiemc 
femme de Cesar. Elle ne put le detour- 
ner de se rendre au Senat le jour fatal 
des ides de mars. 

CAI/TAOIROIVB, v. de Sicile, prov. 
de Catane ; 32.500 h. 

CAI.TA1WMBTTA, v. de Sicile, ch.-l. 
de prov. sur le Salso ; 30.000 h. 

calvb*. v. Valperoa. 

CALVABOB [dds$], chaine dc rochcrs 
dans la Manche, sur la cOte de Norman- 
die, au fond de la bale du Calva/los. Elle 
doit son nom a un navire cspagnol dc 
l'invincible Armada, qui y fit naufrage 
en 1888 (le Calvador, dont le nom peut 
se traduire en francais par Ddm&teur). 

CALVABO0 (dip, du), dep. forme 
par la Normandie : pref. Caen ; s.-pref . 
Bayeux, Falaise, Lisieux, Pont-CEvique, 
Vire; 6 arr., 38 cant, 763 comm., 410.200 h. 
(Calvadosiens). 3* corps d'armec; cour 
d'appel a Caen ; evechc a Bayeux. Cc dep. doit son 
nom aux rochers du Calvados. 

CALVABRT {vart'J (Denis), celebre peintre fla- 
mand, ne a Anvers; fonda a Bologne une ccole d'oO 
sortirent des artistes distingues (1510-1619). 

CAL V AIRE [vi-re] ou CBLCtOTHA, pres dc Je- 
rusalem, montagne ou fut crucifle Jesus-Christ. 

Calvaire (le), tableau de Mantegna i Louvre); — 
de P. Veronese, galerie de Dresde, etc. 

tALVKHT [ver\ (George), baron de Bali-wore, 
homme d'Etat anglais ; fonda une colonic anglaise 
dans la baie de Chesapeake (Ib82-1632). 

CALVI, ch.-l. d'arr. (Corse), port de mcr, a 38 MI. 
N. d'Ajaccio; 2.000 h. (Caivau). L'arr. a 6 cant., 
88 comm., 25.200 h. 




CALVIN (Jean), ne a Noyon, propagateur de la 
R6formc en France et en Suisse, eh. i d< 
nistes; m. a Geneve, o0 11 a van 
organis6 une republique pr< 
tcstante (1509-1B8V). Le systen 
rcligieux de Calvin oucalvinisn 
se distingue des autre* doctrines 
protestantes par l'origine demo- 
cratique qu'if attribue a l'auto- 
rite religieusc; la suppression 
complete des ceremonies ; la n< 

{nation absolue de la tradition ; 
e dogme de la predestination 
la reduction des sacrements au 
baptemc et a la cene. On donna, 
en France, lc nom de hugueno, 
aux disciples dc Calvin. Le cahinisme est repandu 
Burtout en Suisse, en Holland*-. <?n Hongrie ct en 
Ecosse. Calvin est l'autcur de V Institution chrd- 
tienne, qui est une des plus remarquables wuvres de 
l'ancicnnc literature francais* 

CALVO (Charles), publicist* argentin, ne a Bue- 
nos-Ayres en 18H, auteur d'un trail,- celebre du 
Droit international thdorique et pratique 

CALVUB [vu$a] (Licinius), orateur et poete latin, 
dont les ouvrages sont aujourd'hui perdu* (82 ;t. 
av. J.-C). 

CALYDOff, v. de l'ancienne Ore* e El >Iie\, infe-s- 
tee par un sanglicr que tua MAlcagre. Myth.) 

I'ALYPMO, nymphe, reine d. I i. d I ►gygie, dan* 
la mer Ionienne; elle accueilli' I h "naufrage, 
et le retint sept annecs dans son tie. Bile figure 
aussi dans le Tildmaque de Fenelon, on elle accueilte 
le fils d'Ulysse. 

Caataldales, ordre religieux fonde par saint 
Romuald au commencement du «< siecle, a Camal- 
doli, pres Florence. 

*■•■■•■■•<•«•■• fa), comedie en cinq ac.tes ct en 
prose de Scribe ; satire politique pleinc d'etprit ( 1837). 

CAMARAT (cap) [raj, a l'cst de la presqu'Ue do 
Saint-Tropex (Var). 

CA1IARB»I [riss], ch.-l. de c. (Awyron^. arr. de 




Saint-Affrique : sur le Dourdou, affl. du Tarn ; 2.000 h. 
Sources minerales. 

CAMAR60 (Marie-Anne de), celebre danseuse, 
nee a Bruxclles. Elle triompha a TOpera de Paris 
(1710-1770). 

CAMARttUB (la), ile formic a l'cmbouchurc du 
RhOne, par les deux principaux bras du fleuve. Pdtu- 
rages, cheyaux, bestiaux, taureaux sauvages. (Hab. 
Camarguais.Camarguins ou Camavguena.) 

CAMBACBRB0 (rt$a) (Jean-Jacques de), conven- 
tionnel, n6 a Montpellier, un des redacteurs du Code 
civil,2« consul, archichancelierdel'Empire (1753-1824). 

CABWAYB \ba-ie], v. de l'lnde anglaise, port sur 
la mer d'Oman, qui forme a cet endroit le aolfe dt 
Cambaye; 10.000 h. 



Digitized by VjOOQlC 



CAM 



— 1200 — 



CAM 




Cftniho<lgi«nn« et 
Cambodgtao. 



CAHBEBT [btr] (Robert), compositeur francais, 
ne a Paris, un des fondateurs de l'opcra moderne 

CAMBOMB, royaumc de l'lndo-Chine au N.-B. 
de la Cochinchine, sur le M6- + 
Kongj>lace sousleprotectorat 
de la Franoe ; pop. 1.103.000 h. 
ICambodgiens). Capit. Pnom- 
penh. Rlz. Ruincs khmers. 

Caatbodge {ordre royal du), 
fonde en 186* par lc roi No- 
rodom !•', et dcvenu francais 
en 1896. 

CAMBOJT (Joseph), conven- 
tionnel ne a Montpcllicr; ii 
fut, en 1793, lc createur du 
Orand-Livro de la dette pu- 
blique ; m. exile k Bruxellcs 
(1754 ou 17B«M820). 

C'AMRHAl \kan-bre], ch.-l. 
d'arr. (Nord), place de guerre 
gur l'Escaut; ch. do f. N., a 
72 kil. S. de Lille ; 16.300 h. 
( Cambrisiens ). Archcvcche. 
Dentellcs, batiste, Mere, sucro. Patrie de Dumouricx : 
Defr emery. En 1529 y fut conclu le traitc de Cambrai 
ou Pair des Dames, negocie par Louise de Savoie au 
nom dc Francois I« r ,ct Marguerite d' Autriche.au nom 
de Charles Quint, son neveu. Fenclon fut archevequo 
dc Cambrai. L'arr. a 7 cant., 119 comm., 197.200 h. 

Cambrai {ligw: de). nom donne a l'alliance conclue 
en 1508 cntre lc papc Jules II, l'cmpcrcur Maximi- 
lien. Louis XII et Ferdinand d'Aragon, contre les 
V^niticns. Louis XII fut l'exccuteur des decisions 
de la Ligue par sa victoire d'Agnadel. 

(AMBRE.VKH [mir], ch.-l. dc c. (Calvados), arr. 
dc Pont-1'Ev^que ; sur une dea sources du Beuvron 
d'Auge, affl..de la Dives; 950 h. 

CAMRRKili [si], ancicn pays de France; ch.-l. 
Cambrai. (Hab. Cambrisiens.) 

CAMBRIDGE, v. d'Anglcterre, ch.-l. du comtc de 
ce nom ; universitc c61£brc ; 49.000 h. Le comtc. a 
189.000 h. 

CAMBBIDCR, v. des Etats-Unis (Massachusetts), 
sur la riviirc Charles: 92.000 h. 

CAMBRIM. ch.-l. de c. (Pas-de-Calais), arr. de 
Bethunc ; 600 h. llouille. 

t'AMBROIVXK (Pierre), g^ndral francais, ne a 
Saint-Sebasticn (Loire-lnf"). II cominandait a Wa- 
terloo un des derniers carres de la vieille garde: 
e'est la qu'entourti par des masses ennemics ct sommc 
de se rendre, il flt Therolquc et legendaire reponse : 
la garde nieurt et ne se rend pas (1770-18»2). 

CMMNYBB. prince perse, qui opousa Mandanc, flllc 
d'Astyagc, et fut lc pore de Cyrus lc Grand. 

CAMBYMB, roi de Perse, flls et successeur de 
Cyrus; il regna de 529 a 522 av. J.-C. II couquit 
l'Egypte, mais so raontra sauvage et cruel. 

CAMBEIV [katn'-den'] ("William), savant antiquaire 
anglais, ne a Londres. surnomm6 le Strabnn ot le 
Pausanias anglais (1551-1023). — Son fils, Charles, 
eut une brillantc carrierc politique (1713-1794). 

(AHDEm, v. des Etats-Unis (New-Jersey); sur le 
Delaware; 76.000 h. 

CAM BRARll'S [u»1 (Joachim Likfiiurd , dit) , 
6rudit allemand, ne a Bamberg. 11 joua un grand 
role dans les afTaires politiqucs et roligieuses de son 
temps, ct re,digea avec Melanchthon la Confession 
dAwjsbourg (1500-157*). , mr 

(AMBHIMO, v. d'ltalie (Marches), prov. de Mace- 
ratn ; 12.000 h. 
< AMKRO* fron'] (Verney Lovett), voyageur an- 

flais, n6 a Radipolc. II a accompli la traversec de 
Afrique de 1873 a 1875 (1844-1894). 
CAMKROUIl (monts). massif montagncux de la 
Guince, en face de Tile Fernando-Po. altitude 
4.000 metres. Le pays environnant, Jusqu'a la mer, 
forme la colonic allemande du Cameroun (Kamerun). 
C'AMll.LB \ll mll.J, reine des Volsques et l'une 
des heroines de VEntide ; elle est restie ceJebre pour 
son incomparable legereto a la course. Virgilc dit 
qu'e//e e&t couru sur les fyt's sans en courier la tiye, 
et e'est surtout cetto phrase que les icrivains rap- 
pcllent quand ils veulent donner l'id£e dune rapidity 
et d'une legerete extraordinaire a la course. 
€AMILLK, sceur des Horaces, tuee par son fr^re 




parcc qu'cllc pleurait la mort d'un Cunace, son 
fiance. Elle figure dans la trag*die de Cornefllc, 
Horace, ou elle lance contre Rome de terrible* 
imprecations. . „ , 

CAHILLB, tribun et dicUtcur romain. II s em- 
para do Veics (896), et passe, sans doutc a tort, poor 
avoir sauve Rome de 1'invasion gauloise (390) : m. en 
866 av. J.-C. II merita, par ses services, le titre de 
second fondateur de Rome. 

Caatlaarda, protestants des Cevennes, qui pxirent 
les armes apres la r*vocation de l'6dit de Nantes 
(1685); Us elaient ainsi nommes pare* qu'ils por- 
taient une chemise (en patois camiso) par-dessus 
leurs habiU; leur chef principal fut Jean Cavaher; 
ils furent soumis par Villars. 

CAMMUf ou HAmilf, v. de Pruss* [pre*, de 
Stettin) ; 6.000 h. Tres anclen eveche. 

CAHBBltB [mo-inss] (Louis de\, celebre poete por- 
tugais, ne a Lasbonne, mort de mi- 
sere. II excel le dans les images 
hardies, les descriptions colorees, 
les pcintures eclatantesdes pheno- 
menes de la mer, et ses Lusiades, 
ou il raconte, en les parant du 
merveilleux mythologique , les 
aventurcs ct les d6couvertes du 
navigateur Vasco de Gama, sont 
l'oeuvre maitresse de la litterature 
portugaise. V. lusiades. 

Caa«p «e Baala«ae. V. Bou- 
logne. 

Cmmjf 4m drap> d'ar, nom donne 
a la plaine situee cntre Guines et 
Ardres (Pas-de-Calais), et oU eut lieu rentrerae de 
Francois !•«■ et de Henri VIII, roi d'Angleterre. ea 
1520. Un grand luxe y fut deploy* surtout par Fran- 
cois I". Le roi de France commit la faute <Teclip«er 
Henri VIII par son faste, el de s'aliener ainsi *es 
bonnes graces. 

CaHPACiMAC, ch.-l. dc c (Aveyron\ arr. de 
Millau; 1.100 h. 

CAMPAClMB BB 16HR (en ital. A gro romano\, 
nom donn6 a la contree qui s'etend au S. du Tibre. 
entre la mer et les Apcnmns, et correspond a Taa- 
cien Latium. Sol fertile, mais humide, et rends 
malsain par la malaria. 

CAMPAC1ZVB-UBS-HBSJBKV, ch.-L dc c iPas-de- 
Calaii), arr. de Montreuil: 1.000 h. 

CAMP AM, ch.-l. de c. (Hautes-Pvrenecs) : arr. de 
Bagneres, sur l'Adour ; 2.700 h. Belle valle«. Marbres. 
CAHPAM (Jeanne-Louise, M»»), celebre instita- 
trice , nee a Paris, devint directrice de la mai*oa 
d'Kcoucn, institu6c pour les orphelines de la Legioa 
d'honneur. On lui doit un Journal anerdotiquc, des 
Memoires, etc. (1752-1822). 

Canapaaa (muste) [du nom d'un antiquaire italiea 
du xix« sidcle, le marquis de Campana', ceJebre col- 
lection d'objets artistiques, reunic par cet antiquaire. 
et transportee a Paris en 1861 ; musee du Louvre. 
CAHPAIVB1XA (Thomas;, philosophe italien, ne 
a Stilo, en Calabre. II combattit la seolastique, 
prcconisa la methode cxperimentale et passa viagt- 
scpt ans en prison. On lui doit un grand ouvrare 
politique, la CM du SoUil (1568-1639). 

CABPAN1B, prov. de lltalie mexidionak; 
2.699.000 h. {Campaniens). Capit. Capouc. 

CAMPASPE ouPAWCABTK, maitresse d .Uexas- 
dre, qui la ceda au peintre Apelle. 

railPBBLI* celebre clan d'Ecosse, dont lei 
membres ont Jou6 un role important dans Thistoire 
d'Angleterre, 
— ._ - (Ti, omafl j f poete lyrique anglais, ae 



a Glasgow (1777-18U). 
>BBJLL 



.._ - .E.< Alexandre), theologien ecossais, foa- 

dateur de l'eglise des baptistes campbellile* i 1 788-1 JW;. 

CABTPB (Joachim), lexicographe ct morali&te alle- 
mand; a etc appele le Berquin allemand (174«-18i8u 

CABPBCHK, v. du Mexique, port sur le golfe da 
Mexique ; 17.200 h. Exportation du bois de teintore, 

CAHPB9TBIV (Vincent), liUerateur et poete fran- 
cais, n6 a la Guadeloupe (1772-1 843). 

(AMKR [kan-per\ (Pierre , savant anatomiste et 
naturaliste hollandais, ne h Leyde, II a essays le 
premier de determiner lc degre d'intelligence par le 
plus ou moitts d'ouvcrturede V angle facial (1722-lTWs 



Digitized by VjOOQlC 



CAM - 1 

CAMMXB, ch.-l. dc c. (Corse), arr. de Bastia ; 
1.000 h. 

CAMPINB, vaste plaine. autrefois sterile, qui 
s'etend a l'E. d'Anvers, et que d'habiles irrigations 
ont fertilisee. 

CAMPIBTKOlf (Jean), poete dramatique fran- 
cais, ne a Toulouse (1656-1723). 

CAHTCTBIXO, ch.-l. de c. (Corse), arr. de Bas- 
tia ; 800 h. AnUmoine. 

CABNAJI9B (Ramon de), poete philosophe et 
homme politique espagnol, ne a Ravia (Asturies) 
[1817-19011. 

CAMPOTBHMIB, rillage d'ltalie (Venetie), oil 
futconelue entre la France et l'Aulriche la paix 
dile de Campo-Formio, qui donnait a la France la 
Belgique et lea lies loniennes, en 1797. 

Ct— y ■**■■€• (champ tacri). nom donne, en Italic, 
aux cimetleres, particulierement aux n£cropolcs re- 
servees aux personnages de distinction. Tel est le 
cas du fameux Camoo-Santo de Pise. 

C.IHPBA (Andre), compositeur dramatique fran- 
cais, n6 a Aix . (1660-17U). 

CAMVLMBMB, chef gaulois qui defendit Paris 
contre lea troupes dc Cesar et fut tue dans la 
bataUle (52 av. J.-C.). 

CAMCB [mu] (Jean-Pierre), eveque dc Belley, ne a 
Paris. II fut l'ami de saint Francois de Sales, et fit une 
guerre acharnde aux moines mendiants (1582-1653). 

CAMUS (Charles-Btienne-Louis), mathematicien 
francais, ne k Crecy [Seine-et-Marnel (1699-1768). 

C'AMI'0 (Armand-Gaaton), savant Jurisconsults 
francais, conventional, ne a Paris (1740-1804). 

CAWA, v. de Galilee, celebre par les noces ou 
J.-C. opera son premier miracle en changeant 1'eau 
en vin (Nouc. Test.). [Hab. Cananiens.) (V. nocbs.) 

CAM A, v. du Dahomey, pres d'Abomey ; 10.000 h. 
CiW sainte renfermant les tombeaux des rois. 

CANADA, partie de l'Amerique sltuee au N.-E. 
des Etats-Unis et comprise dans le bassin du Saint- 
Laurent. Cette contree, reconnue par Jacques Car- 
tier, appartint a la France dc 
1534 a 1763, et avail pour capi- 
tate Quibec. Elle forme aujoui 
dliui les Etats de Haut-Canad 
ou province d'Ontario ( cap. 
Toronto) et Bat -Canada o 

Erovince de Qudbcc (cap. Qui 
ec), d'une population totale da 
3.832.000 h. (Canadiens), et qui 
font partie du Dominion da 
Canada. 

CAM All A ( Dominion du), con- 
federation des colonies an 
glaises situees au N. des Etata- 
nis. Le Dominion du Canada 
est divis4 en sept provinces : 
Nouvelle-Ecosse, Nouveau 
Brunswick, Quebec, Ontario, 
Manitoba, Colombie britannioue et (le du Prince- 
Bdouard, plus quelqucs territoires. Pays agricole et 
forestier, arrose par le Saint-Laurent a l'E. et, a l'O. 
et au N., couvert de lacs, conflnant a des solitudes 
glacces, vers la baie d' Hud son et l'ocean Glacial; 
superf . 8.288.600 kU. carr. ; 5.372.000 h. (Canadiens), 
dont un grand nombre ont conserve la langue fran- 
caisc. Capit. federate : Ottawa, villes pr. : Montreal, 
Qtufbec, Toronto. Hamilton, 
Winnipeg, Halifax. 

CANALBTTB (Antonio 
Canals, dit le). peintre 
italien, n* a Venise, auteur 
de Vues de Venise tres re- 
ferences (1697-1768). 

CAJVAQUBB, nom donne 
avux indigenes de la Nouvelle- 
Caledome. 

CA1VABUE4 (ties), groupc 
d'llrg dc l'ocean Atlantiquc, 
au N.-O. du 8ahara ; a l f Es- 
pajrnc ; 358.600 h. (Canariens). 
Clirnat dejicieux. Bons vins. 
Villes pr. : Las Patmas, San- 
ta-Crus. 

C A B CALK, ch.-l. de c. 
( Illo ot-Vilaine , arr. dc Kaint-Malo, sur la Manche ; 
t».600 u. \( ancalait). Uuitres renommees. 





>1 - CAN 

CAIVCBB, quatriibme signe du zodiaquo corres- 

fiondant au mois de juin. Constellation situce vera 
a partie la plus septentrionale de l'ecliptique. Tro- 
pique du Cancer, v. tropiqok a la partie langue. 

CAJVCHB (la), fl. cotier de France, en Artois, passe 
a Montreuil et so jctte dans la Manche: 96 kil. 

CANCLAirx [kid] (Jean-Baptiste-Camille), general 
franc., nc a Paris : combattitles Vendeens (1740-1817). 

CANCOM, ch.-l. de c. (Lot-et-Garonne), arr. de 
Villencuve; 1.250 h. Meulieres. 

CANDACB, nom porte par plusieurs reines d'Ethio- 
pic. et qui parait fttrc lc nom de la dignite royale. 

CAWBACMB, roi de Lydie, tue par Gyges, fut lc 
dernier des Ileraclidcs (vm* s. av. J.-C). V. Gyges. 

CAIfDB, ch.-l. de c. (Maine-et- Loire), arr. dc 
Segre, au confl. dc la Mandie et de l'Erdrc, affl. de 
la Loire; 2.200 h. Ch. de f. O. Ardoises. 

CABBBllJLB [dt, 11 mil.] (Pierre-Joseph), compo- 
siteur franyais. ne a Eslaires [Nordl (1744-1827). 

CAKBIAMO, nom do cinq doges dc Venise (ix« et 
x« siecles). 

Caa4M«, personnage et titre d'un roman philo- 
sophlque oil Voltaire a raille la famcuse maxiuic dc 
l'optimisme de Leibniz : Tout est pour le mieux dan* 
le meilleur des mondes possibles, phrase a laquelle les 
ccrivains font plaisamment de frequentes allusions. 

CAJTBIB, lie de l'Archipel. V. CafeTB. 

CAMBIB, v. et port de rile de Crete ; 25.000 h. 

CAMBOIXB (Augustin-Pyramus de), botaniste 
suisse, ne a Geneve; un des createurs de la geo- 
graphic botanique (1778-1841). ■— Son flls. Altuonsb, 
ne a Paris, botaniste de valeur (1806-1893). 

CANBB ILa). port principal de l'lle dc Crete; 
21.000 h. Belle rade. 

CAMFRANC \fran\ (col de\ ou mieux de NOH- 
POBT, dans les Basses-Pyrenees ; passage cntre l'A- 
ragon et la valine francaise d'Aspe (1.640 in. d'altit.). 

CAIflttOC (le), mont des Pyrenees (Pyrenccs- 
Orientales) ; 2.785 m. d'altitudc. . 

CAMIIIY, ch.-l. de c. (Manche), arr. dc Saint-Lo, 
sur la Joignc, affl. de la Vire ; 700 h. Ch. de f. O. 

Caaaeblere (la), belle rue de Marseille, debou- 
chant sur le port. 

CANXBsj, anc. v. d'Apulic, pres de I'Aufidus 
(Ofanto). Annibal y vainquit les Homains en l'an 
216 av. J.-C. V. Annibal. 

CANNBfl, ch.-I. de c. (Alpes-Maritimcsi. pres du- 
quel Napoleon debarqua a son retour de l'ile d'Elbc 
en 1815, arr. de Grasse : 30.420 h. (Cannois on Can- 
nais). Ch. de f. P.-L.-M. Climat d^licicux ; huilcs, 
essences de fleurs ; station d'hiver tr^s frequentce. 

CAMMIIVG [ntn'pa'j (George), homme d Etat et 
orate ur anglais, un des promoteurs du libre 6change, 
n6 A Londres (1770-1827). 

CAW0 (Scbastien del), navigateur espn^nol, qui 
cxecuta le premier voyage autour du monde ct perit 
pendant un second vovage aux Indes en 1526. 

CAMO (Alonzo), c^lcbre artiste, ne k Grenade, 
surnommd le Michel- A nge espagnol (1001-1607). 

CAIV9PB, v. de la Bassc-Egyptc. nun loin de la 
Mediterranee. sur le Nil. Les Anglais y vainquiivnt 
les Francais (1801). 

CANOMA, bourg d'ltalie (Emilie) ; 400 h. L'env- 
pereur d'AUemagne Henri IV y lit amende honorable 
au pape Gr£goire VII, durant la que relic des Investi- 
tures. Cet evenement a donn6 naiasancc h la locution 
alter a Canosna. e'est-a-dire s*huuiilicr devant lc pape. 

CAMOVRUCB (La), ch.-l. de c. (Lozere). arr. 
de Marvejols, sur l'Urugnc, affl. du Lot; l.Gau h. 

CAXOVA (Antoine), 
sculpteur italien, ne a 
Possagno; considere 
commo le restaurateur 
de son art en Italic. Scs 
onuvrcs, parfois un peu 
mievres, valent par la 
grace et 1' habile to du 
ciseau .1757-1822). 

CANOVAM 1RL 
CAMTILIVO (Antoine), 
homme d'Etat espagnol, 
nc u Malaga (1828-1897). 

CAMROBBBT [iiT] v, " ,n "" 

(Certain), marechal dc France, ne k Saint-Cere (Lot). 
II sc signala a la price de Zaatcha, commanda le corps 




^PP^ 



Digitized by VJ 



®ot 



CAN 



— 1*02 



CAP 



expcditionnairc en Crimee, et se couvrit dc gloire 
dans la defense de Saint-Privat le 18 aout 1870 
(1809-1898). 

CARTABBUM (monfs), chalne de roontagnes, pro- 
longement des Pyrenees en Espagne. 

CAirTABIlBM, peuple de l'ancienne Espagne, 
au S. du golfe de Gas cog dc, soumis par lea Romains 
l'an 88 av. J.-C. 

CAItTACUBBltB, famille qui a joue un rdlc im- 

Sortant dans l'histoire byzantine et roumaine, et 
ont les deux prineipaux membres sont Jean, tuteur 
de Jean V Paleologue, sur qui il usurpa le trdne. 
II regna de 1341 a 1354 et abdiqua en favcur de son 
fill Mathusu, qui, battu par Jean Paleologue, dut se 
retirer dam un monastere. 

CANTAL. massif montagneux d'Auvergne, dont 
le pic principal est le Plomb du Gonial, magniflque 
volcan cteint (1.888 m.). 

CAIVTAE. (dip.du), depart, forme par l'Auvergne : 
pref. Aurillac; s.-pref . Mauriac, Murat, Saint-Flour; 



CORHE-ZE'-K* 



CANTAL 




4 arr., 23 cant., 267 comm., 230.B00 h. (Cantaliem). 
13« region militaire ; cour d'appcl de Riom ; evechc 
a Saint-Flour. Co dep. doit son nom au Plomb du 
Cantal. 

4 AXTKMim (ConstanUn), prince de Moldavie, de 
1685 a 1693. — Son flls Dembtrk. historien et savant, 
fut prince de Moldavie de 1710 a 1711 (1673-1723). 

CAHTBsm [tir] (Guillaume). savant philologue 
hollandais, ne a Utrecht (1642-1575). 

Caatlqae a>« eanllqaes (le), une des parties de 
l'Ancien Testament, epithalame symbolique, compo- 
sition dont la forme est presque dramatiquc ; ou- 
vrage attribue a Salomon et resplendissant de toutes 
les magnificences de la poesle et do la fantaisic 
orientales (x« siecle av. J.-C.). 

CAlVTOJr, v. de la Chine, cap. du Kouang-Toung ; 
port ouvert aux Europeens ; »ur un bras du delta du 
Si-Kiang ou riviere de Canton; 880.000 h. Grand 
commerce de the, soies, etc. 

CAlfTOKBBMY ou CAIVTRHIWHY, v. d'Angle- 
terre, siege de l'archeveque prim at du royaume ; 
24.000 h. Magniflque cathedrale. 

CAlfTU (Ceaar), c^lebre historien et homme poli- 
tique italien, ne a Brivio. connu surtout par son 
Utttoire universeltc (1804-1895). 

CAiiUT [nuj ou itHft'T, nom de plusieurs rois 
de Danemark. d'Angleterre et de Suede. Les plus 
celebres sont Canut It Grand, roi de Danemark et 
d'Angleterre, m. en 1035, et Canut le Saint, roi de 
Danemark de 1080 a 1086. 

CANY-MAM VILL.K, ch.-l. de e. (Sclnc-Infericure), 
arr. d'Yvetot, sur le Durdent, tribut.de la Manche; 
1.800 h. ; ch. dc f. O. Filatures. 

I'aiMoni de Pdtrarque. poesies dune ineffable 



douceur, le plus beau tltre littcraire du chantre de 
Laure (xiv« s.). 

CAP (colonie du). colonic anglaise de I'Afnqoe 
meridionale, dont elle occupe lextreme point*, eo*- 
verte par les montagnes du Nieuweveld et da Dre- 
kensberg ; cap. Le Cap. Autour de cette colonie et 
sous sa domination se rangent lea Boachimans. les 
Baasoutos, les Cafres, le Natal et les ancienncs repo- 
bliques du Transvaal et de rOrange, etc Le Cap est 
gouverne, sous la suxerainete de rAngleterre. par 
un Parlement autonome. Payetrea ferule. Diamants, 
or. corail, ambre. 756.800 kil. carr. ; 2.410.000 hah 

CAT (Le) ou CAPB»6IWlf . ch.-l. de la colonie 
anglaise du Cap, port acUf a 1 extremite aud da con- 
tinent africain; 51.000 h. 

CAPAHBB, Tun des sept chefs qui assieg erent 
Thebes. 

CAP-BBBTOn (He du), lie anglaise de lAme 
rique septentrionale, dans 1'AU antique, prea l"eav 
bouchure du Saint-Laurent ; 40.000 h. Cap. Sydney. 
Or, houille, fer, ardoise. Peche a la morue. 

CAP C#», presqu'ile et bale des Etats-Unia (Mas- 
sachusetts). 

CAPE-CBABT-CA0TUB, v. maritime de TAfri- 

Siue occidentale, ch.-l. des etablissementa anglais de 
a Cote de l'Or, aur le golfe de Guinee ; 90.000 h. 

CAPKPieVE (Raymond), erudit et historien 
francais, ne a Marseille (1802-1872). 

CAPBIAB (La), ch.-l. de c. (Aisne), arr. de Ver- 
vins ; 2.300 h. 

CAPB8JL* ou CAPPB1AO (Bianca), celcbre Yeai- 
tienne, intelligente. mais sans scrupules, qui. (or 
ses intrigues, devint la femme du due Francois de 
Medicis (vers 1542-1587). 

CAPBLVCBB, bourreau de Paris, un des chef* 
de la faction bourguignonne sous Charles VI ; deca- 
pile par ordre de Jean sans Peur, envera qui U se 
tait montre trop familier. 

CAPBWBU [pan], ch.-l. de c. (Aude). arr. de 
Carcassonne; sur l'Aude; 1.500 h. ; ch. de t. M. 

CAPBSTAIVfi [stan], ch.-l. de c. Her&uJti. arr. 
de Bezicrs ; sur le canal du Midi, prea de 1'etaxtg de 
Covet tang; 4.200 h. 

CAPBT [pi], surnom de Hugues, premier roi de 
la troisieme race, qui s'est depuis ctendu a cette race 
elle-meme, et sous lequel Louis XVI fut officielle- 
ment design* apres l'abolition de la royaulc. 

CAPBT1BM M [ti-in], troisieme race des roU de 
France, commencant a Hugues Capet. Elle se dirbe 
en : Cape'tiem directs, de Hugues Capet A Charles IV. 
le Bel (987-1328); Capitiem ValoU, de Philippe VI 
a Henri III (1328-1589); Capitiens Bourbons, de 
Henri IV a Louis-Philippe (1589-1848). V. Fjlawc*. 

(APBTtWII. V. Cap (Le). 

CAP-maItibw [a-i-it-tn], ville de la republiqae 
d'Haiti ; 12.000 h. Port actif. 

CAPHARM AfM [na•om , ), v. de Galilee, pre* du 
lac de Gencxareth, et non loin du Jourdaia. Cetait 
une ville trea oommercante. Jesus y resida peadans 
une partie de sa vie publique. 

CAPlBTAAJia (Jean de), franeiacain italics, 
adversaire des hussttes. II seconda en 1436 Jean 
Hunyade dans sa defense de Belgrade centre le* 
Turcs (1388-1486). 

Capital** PrstesMsw (le), roman de cape et d'epee. 
par Th. Gautier. La fable en est partiellement co- 
pruntee au Roman comique, de Scarron. Gautier y 
montre un talent remarquable de description et de 
style (1863). Ce nom a paste dans la langoe, o« a 
est devenu synonyme de fanfaron, bravacne. — Dw 
ce roman. £. Bergerat a tire une piece en cinq 
aotes (1896), et Catulle Mendea un opera-comiqme ea 
trots actes, musique d'B. Peaaard (1878). 

C«pital«« Heartet (le), opera-comiqoe en troia 
actes, de Gevaert, livret de Gustave "Waea et de V. 
Sardou. Henri IV en est le heroa (1864). 

Capl«*M, personnage de la comedie italien ne. type 
du fanfaron ridicule. 

CAPITA1VATB (la) ancienne province de ritalie 
meridionale, aujourd hui prov. de Foegia. 

CAPITO {Caiut Ateius), jurisconsulte ronaain dn 
temps d'Auguste. 

C^pliolv, temple dedie a Jupiter, et citadeQe q«i 
s'clevaicnt sur le mont Capitolin on Tarpeien, Tune 
des sept collines dc Rome, et ou Ton couronnait lea 



Digitized by VjOO V I 



CAP 



— 1203 — 



CAR 



triomphateurs. Prea do la ae trouvait la roche 
Tarpeienne, du haut do laquelle on preoipitait lea 
traltres. De la est venue oette locution : « £a roche 
Tarpetenne eat prea du Capitole », pour exprimer 
quMa chute suit aouvent le triomphe et que l'i (mo- 
rn in ie toucho de prea a la gloire. 

Co mot entre encore dana une autre allusion : 
tea oiee du Capitole. Dea oiea, qui ae trouvaient par 
hazard dana la fortereaae inveatie par lea Gauloia, 
revelllerent par lours cria lea aaaiegea aans de- 
fiance et leur permirent de repouaaer un aaaaut 
nocturne. Cea anlmaux furent conaacrea aux dieux 
et conserves dana le Capitole. Ce fait hiatorique ae 
prete aurtout aux alluaiona pi ai sanies. Un muaee 
d'un grand interet a ete inetalle par lea papea aur le 
p^Jtole. — Le nom de Capitole a ete donnd depuia 
a differenta monumenta public* : mention nons le 
Capitole de Washington, le Capitole de Toulouae, etc. 
CAPITOUM (mont) ou TABPBIE*, l'une dea 
sept collinea compriaea dana l'enceinte de l'ancienne 
Rome. V. Capitole. 

Caaltalairoa, recueil dea ordonnancea renduea 
par lea roia carolingiena. Cea recueUa etaient ainsi 
appelea parce qu'ils etaient divises en chapitrea 
(en lat. capita). Lea plua connua et lea plus remar- 
quablea aont ceux de Charlemagne. 

CAPO BlSTmiA (comte de). ne a Corfou. 11 Joua 
un grand role dana rinsurrection dea Greca con t re 
la Turquie. n fut quelque tempa dictateur dc la 
Grece emancipee, maia perit assaasine a Nauplie 
(1776-1831). v 

C ^ P ?. IJ "> v * a^tali*. dana la Terrc de Labour, 
aur le Vulturne; 13.900 h. (Capouone). - Annibai 
a en erapara aprts un long aiege et y prlt aes quar- 
tlera d'hiver. La ville offrait jadia le sejour le plua 
d41icieux de toute l'ltalie et l'on accuaa l'armee 
d Annibai de a'etre « endormie dana lea delicea de 
Capoue ■. Cette locution a passe dana la langue pour 
designer, non aans quelque idee de critique, une 
accalmie morale, melee de jouisaancea et de plai- 
sirs. ou lea reaaorta du corpa et de l'esprit ae deten- 
dent et s'amollissent. 

,„f AP « APOCB » anclen pays de l'Aaie Mineure. a 
1 0. de 1 Armenie ; avait pour v. pr. Maxaca, Cou- 
manou ou Comana, Nyua et Nasianze. 

CAPPOKI, illustre f ami lie do Florence. Giro 
Cappoal, fut gonfalonier de la republiquc (1350- 
1420). — Grao Cappoai, homme politique ct histo- 
rien (1792-1876). 

CAPKAKA (Jean-Baptiate), cardinal italien. ne a 
Bologne, 16 gat de Pie VII en France, conclut le 
Concordat de 1801 (1733-1810). 

CAPatBRA, petite lie italienne. aur la cote N.-E. 
de la Sardaigne ; 8.500 h. lie rendue celebre par la 
residence de Garibaldi. 

, C £P? BJ,,E > TllJ age d'ltalie, prov. d'Arezzo, patrie 
de Mlchel-Ange ; 2 J00 h. 

CAPRI ou CAPKBB, ile de la mcr Tyrrhenienne. 
dana le golfe de Naples, ou Tibere passa sea der- 
nierea anncea. Le aourenir de la vie de volupt6 que 
Tibere menait a Capree a fait que ce mot est sou- 
Tent employe pour designer un lieu de delicea et 
aurtout un lieu de debauchea. L*ile poasede deux 
P«Wta bourga : Capri, Anacapri, et environ 3.000 h. 

CAPKlCBKlfB. dixieme algne du rodiaque, cor- 
reapondant au moia de decembre. Conatcllation io- 
dlacale. Tropique du Capricorne. (V. tropiqui a la 
partus langue.) 

CAF 7 I * IJX » ch - 1 - do «• (Glronde), arr. de Bazas • 
aur le Guaneyre, a.-aftl. de la Garonne; 1.800 h. Re- 
alne, essence de terebenthine. 

Captlfe (les), comedie de Plaute ; piece plua tou- 
chante que gaie, irreprochable comme tableau de 
AoBura (n« a. av. J.-C). 

Caartlfe (let), statues de Michel- Ange, au Louvre ; 
ce aont deux figures admirables d'expression et dc 
style, Men qulnaoheveea ; ellea etaient dcstineca aux 
angles du tombeau do Julea II. 

CmpUw Ua Jeune), poetique et touchante elegie 

2u Andre Chenier ecrivit dana aa prison quelquea 
>ura avant aa mort. Cette jeune captive, corapagne 
du poete k VAbbaye, et qui ctait Mil* de Coigny (que 
la chute de Robespierre sauva de la mort), exhale 
aea regrets de quitter la vie, dana tout l'eclat de sa 



Jeuneaae et de aa bcaute. On comprend que le poete 
lui prtte aes proprea sentiments et que e'est le 
jeune homme qui, so sentant quelque chose Id ae 
revolte a l'idee de la mort. ' 

CAPVLBTfl [/«] (U$), celebre famille gibeline de 
verone, implacable ennemie dea Montaigne ; e'est a 
cea families qu'appartenaient Romeo et Juliette. 

CAPUbJ [pu) (Alfred), journaliste et auteur dra- 
matique francais. ne a Aix en 1858. 

CAPVKsziV [oern'j, comm. dea Hautea-Pyrene'ea. 
arr. de Bagnerea-de-Blgorre : 1.000 h. Eaux ther- 
malea. 

Cap-vbrt ' (tea du) , groupe d'flea de l'Atlan- 
nfl W \ a J °- du S * n *P l1 ; au Portugal; 147.000 h. 
Climat delicteux, productions tropic ales. Cap. Porto- 
Praya, dana Tile Santiago. 

Caraksw [6o»»l (/a marquis de), peraonnage du 
Chat botti, conte de Perrault, lequel eatenrichioutre 
meaure par l'habilete de aon chat, qui conatitue aon 
unique heritage. On compare au marquis de Carabas 
un homme posaeaaeur de nombreux domainea. B6- 
ranger l'a couvert de ridicule dans une de aes chan- 
sons, en lui faisant revendiquer, au retour de Immi- 
gration, toutea lea pretentions de l'ancienne noblesse 
C wh i m (la fie), fee malfaiaante, vieiUe, laide 
et aurtout boaaue. Sa baguette etait la source d'ou 
jailllssaient lea mauvaia dona. 

CABACALLA, empereur romain, flls de Septime- 
Sdvere, ne a Lyon en 188. 8on regne (211-217), qui 
ddbuta par l'aasaasinat de aon frere Qe-ta, fut une 
aerie de crimea et dc foliea. II fit mettre a mort plua 
de 20.000 personnes, parmi lesqueUes le juriacon- 
aulte Papinien. U fut aaaaaain6 prea d'Edease par 
ordre du prefet du pretoire Maori n. Soua son regne 
le droit de cite romaine fut accorde, d'ailleurs dana 
un but flacal, a toua les sujets de l'empire. 

CAMACAm [kd$$l eapit.de la Republique de Vene- 
auela. rehee a la Guayra, qui lui sert de port, par 
une voie ferrSe ; 72.500 h. Patrie de Bolivar. 

CARACCIOLI [ra-tcho-li]. FamlUe italienne cele- 
bre, dont lea principaux membrea aont : Caraccloli 
(Jean), aecretalre et favori de la reine de Naples 
Jeanne II : assassin* en 1432. — Caraccloli (Jean), 
Italien qui embrassa la cause des Francais sous le 
regno de Charles vni, et devint mareehal de France 
(1480-1550). — Caraccloli (Jean-Antoine), fut nomme 
eveque de Troyes en 1551, maia embrasaa ensuite le lu- 
theranlsmc; m. en 1869.— Caraccloli (Dominique) n6 
k Nanlea, economisto et diplomate, un des hommes 
lea plua remarquablea du xvni* aiede (1715-1789) — 
Caraccloli (Louia-Antoine), ecrivain diatingue, ne 
a Paria: auteur dea pretenduea Let tree du pape CU- 
ment XIV (1721-1808). 

• CAm i AC * AC ! , "J* UM ]' »*«>« hreton, roi dea 81- 
lurea ; U defendlt la Bretagne contre les lieutenants 
de l'empereur Claude ; m. vers 64. 

Caractoroa de Th6ophraate, recueil ^observa- 
tions morales et de portraits, ou Ton trouve des 
traits d'une verite ingenieuse (iv« a. av. J.-C). 

^«« , «»e«*»«« ou Portraits moraux, ouvrage celebre 
de La Bruyere, galerie de peinturea litterairea, od la 
vivacite et l'eclat du atyle le diaputent a la v6rite des 
peinturea et a Tingenieuae finesse de l'observatlon 
psycbologique (1688). 

CARAF.t (Michel-Henri), compositeur francais. 
d'origine italienne, ne" a Naples, au- — 

teur de Masaniello, du Solitaire, etc., 
ceuvres d'une inspiration heurcuse, 
mais parfols trop rapidement ecri- 
tes (1787-1872). 

CARAPA OU CAMAWWA, illustre 
famille napolitaine. Un de aea mem- 
bres, Pietro C&rapa, fut pape soua 
le nom de Paul IV. (V. Paul.) — 
Un autre fut le cardinal Carlo 
Carafe, ne en 1519, decapite a 
Rome pour haute trahiaon, en 1561. 
CAasAI*BK9 ou C1AE.IBM, peu- 

Jles anthropophagea , aujourd'hui 
peu prea completement disparus, 
qui habi talent, lors de leur decou- — ^ 
verte par lea Europeeas, les petitea C«»«iw. 

Antilles et lea cotes voiainea de cea ilea. Ce nom eat 
donne quelquefoia aux petitea Antilles et a la mer 
dea Antilles. 




Digitized by VjOOQiC 



CAR 



— 1204 — 



CAR 



s 




CaralAes, icctalrci juifi qui rejettent la doctrine 
orthodox© des rabbins et reclament la liberte d in- 
terpretation de la Bible. | 

tARAHAII, ch.-l. de c. (Haute-Garonne), arr. de 
Villefranohe ; 1.800 h. .. u , 

CABAMliBI«(JcAn),b*nedlctin espagnol.n* ii Ma- 
drid, theologien et casuiste distingue, auteur dune 
celebre Thiologie morale. II fut 
ev«*que de Vigevano (1G06-1682). 

(AmtXIR [nuts], un de* He- 
raclides, fondatcur legendaire du 
royaumc dc Macedoine. 

(%rata(a . v. d'Espagne , 
prov. de Murcic, sur la riviere 
de Caravaca ; io.OOO h. Papeteries. 
draps. 

fARAVAUB (Polydoro Calda- 
RA.dit le). peintrc italicn, n* a Cara- 
vaggio (1495-11^3). 

C'ARAVAtiKiMichel-Angc.AwE- 

KioHi ou Merisi, dit le), celebro 

;,cintre italien, ne a Caravaggio. 

Son style hardi et cru, mais puissant, fait de lui un 

de* maitres du realismc (1569-1600). 

CARM2I (Francois-Joseph), chouan et conspira- 
teur francais. II conduisait la charrctte lors de 1 ex- 
plosion de la machine infernale de la rue Samt- 
Nicaise; execute en 1801. 

Carl>»aarl ( cAarfconnters . ainsi nommes parcc 
quils se reunissaient d'abord dans lea bois), nom 
dune celebre socieW secrete et politique qui se forma 
en Italic au commencement du xix e siecle et s etcn- 
dit en France sous la Restauration. Son objet prin- 
cipal cHait le triomphe des idees liberales ct 1 unifi- 
cation dc I'ltalic. 

CARBOft-BUtNC, ch.-l. de c. (Girondc). arr. de 
Bordeaux ; 900 h. (Carbonblannais). Vlns. 

CARBOKKB, ch.-l. de c. (Haute-Garonnc), arr. de 
Muret, sur la Garonne; 2.500 h. Ch. de f. M. 

CARC'A0MO!VNB, ch.-l. du dep. de l'Aude; sur 
l'Aude ct le canal du Midi; ch. de f. M., a 8*2 kil. dc 
Paris • 30.800 h. (CarcaMSonnais). Evcche. Beaux rem- 
narU qui entourcnt la CM de Carcassomie. C est 
{'ensemble le plus complct que Ton poss^dc dc for- 
lincations du moyen age. Grains, vins, fruits, lai- 
nages, draps. cuirs. Patrie de Fabre d'Eglantine. 
L'arrond. a 12 cant., 140 comm., 102.700 h. 

(AffUHKMIM [miss] ou CARCHKMISH [W- 
tJiiV/j'l v. de la Syrie ancienne, sur lEuphrate; le 
pharaon d'Etfyptc, Ncchao II, y fut battu par Na- 
buchodonosor. roi de Babylonc. dans une memo- 
rable balaille (605 av. J.-C). 

CARDAN (Jerome), savant mathematicien et phi- 
losophc italien, ne a Paris (18011576). 

(AHPCNAI [nass], v. ct port dc Cuba; 23.000 h. 
Commerce de sucres et de melasses. 

CARPirF.v. et port d'Angleterre (Gallcs). a 1 em- 
bouchure du Taff dans le canal de Bristol ; 164.500 h. 
Port trcs actif. Importantes houillercs. 

CARPIGAN, v. d'Angleterre (Galles), petit port 
sur la Teifl ; 3.400 h. Le comte a 65.000 h. 

Cardinal (laFamille), fantaisie par Ludovic lla- 
levy • etude tres fine ct tres mordante des moeurs 
theafralos (1880). 

fardinalistos. nom donne au xvn» siecle aux 
partisans de Richelieu et de Mazarin. 

(AEDlCfl [tchi] (Josue). poete et critique italien, 
no a Val di Castello (prov. de Pise) en 1836. 

(ARM. PR HAIRfTE-ttARPE (Jacques), poete 
francai* mediocre, ne a Rouen, auteur de« Satrtuim 
chasm's de France, dont Boilcau railla le heros fV«7- 
tiebrand; m. verK 1084. 

(IRBMR [//J, nom que Ton donne a la partic 
Mid-orientale de la Finlandc (aujourd'hui dans le 
gouv. de Saint-Petcrsbourg). 

CARKRB (Marie-Antoine), cuisinier francais, ne 
a Paris, auteur de divers ouvrages concernant l'art 
cuUnaire (1784-1833). 

Car*Bie (le), suite de trentc-cinq sermons, pro- 
nonces par Bourdaloue de 1672 a 1682. 
('•i4m« (Grand), recueil de quarante sermons 

{irononces par Massillon en 1699 ; le plus connu est 
e fameux sermon Sur le petit nombre des ilus. 

tmr%mt>(Prtit h recueil de dix sermons prononces 
par Massillon tfrvant Louis XV encore enfant en 1718. 



CARBHTAlf [rani eh.-l. de e. (alanche). arr a* 
Saint-Lo ; 4.000 h. (Carentinois). Port sur la Dow , 
la Taute et le canal de Vire-et-Taute ; ch. de f. 
Commerce important avec I'Angleterre. 

CABBY [re! (Harry), poMe et musicien angU* 
auquel on aUribue. tres probablement a tort, r»ir 
national God tave the king; m. en 1743. m 

CABBY (William), orientaliste anglais, tradae- 
teur du R&mayana (1761-1834). . . 

CAREY (Henry), celebre economiste amenctia. 
n* a PhiladVlpMe (1793-1879). 

CABBAH [rel, ch.-l. de c (Finistere), arr.* 
ChAteaulin, pres du canal de Nantes a Brest ; 3.301 a. 
(Carhaisims). Patrie de La Tour d'Anvergne. 

CARIRRRT f&erj. fllsaine de Clotalre I", rw jb 
Paris de 561 a 567 ; — Ca*ibkrt, flls de Ootaire IL 



roi d'Aquitaine en 628 (606-691). 

CARIB frij. ancien pays de L ,.__ 

le littoral de lArehipel ; v. pr. Miltt, Balu*n** 
(Hab. CariemJ 



. ancien pays de I' Asie Minenre, wr 



CARlfilVAJt. ch.4. de c. (Ardennes)jaiT. « 

Sedan ; sur la Chiers, affl. de la Meuse ; 2.200 a.; « 

de f. E. Forges, brasseries. . . 

CAaUfiMAJT, v. d'ltalie, proT. de Turin; »sr * 

P6 ; 7.200 h. Filatures de soic. 

CARIGW AM(princes de), branche de la »*f«^ 
Savoiequi parvlnt au trone dePiemontenl«l.»« s 
la personne de Charles-Albert. Cest actttrflfB»e»" » 
maison royale d'ltalie. ptn-i*. 

CABlftTMIBjprov. de l'Autriche, dans IWjne 
367.600 h. Ch.l. Klagenfurth. 

CARUfCR (Marcus Aurelianus), «»i»erenr w»w» 
de 283 a 285, Ills de rempereur Carus. Cruel « eor- 
rompu, il fut assassin* par ses soldats. 

CARIMUII (Giacomo), compositeur rt»«*\£ 
formateur de son art en Italie ; on lui doit de b*ii" 
composiUons religieuses (vers 1604-1674L 

CARIMT1B, nom dune famiUe d architects nv- 
cais. — Le plus connu de ses membres, Ai»^ 
Nicolas, ne a Avallon, a restaur* different* monu- 
ments antiques d'Orange (1783-1862). ^ 
CARLIPLb, t. d'Angleterre, ch.-l. du comtf « 
Cumberland, sur le Caldew ; 40.000 h. 

CarlisscMk en France, nom donne aux P*™*}* 

de Charles X(1830); en Espagne, a ^L%^ 

Carlos (1833) et a ceux de son petit-Ms (i^ 1 ^. 

CAmLrirrB ou CAJU-rrr (mont), pw d« rv* 

nees (Pyrtnees-Orientales) ; 2.921 *****,*.?* 

CAIU^H.%N,flls deCnarles-Marteletfr*w«^; 

pin le Bref ; il gouverna 1' Austrosie de 741 »2!;:!f^[ 

Ura au monast?re dn Mont-Cassln, oU il ^^f^SJt 

CARLdUtM. flls de Pepin le Bref «*"**£ 

Charlemagne. II fut roi d'Ausiraaie, de Boorgofw 

et de Provence en 768 (751-771). ^ 

CAKl*MAjr, flls de Louis le Begue et fr»»* 

Louis III, avec lequel U regna de 87» a •». i ^!!l 

seul roi a cette epoque, il moorut deux aa««F£ 

CABXOHA1V. flls de Louis le Gennanique ei ** 

dIUlie (828-880). . _ ^^ 

CAK1AS [loul nom de plusieurs Ifjf.^.S' 

gnols, entro autrcs du flls de Philippe II (}»*£& 

- Carlos (don), flls de Charles IV, essays JJjSg 

lacouronne a' IsabeUe (J7^t856);-CAS^^ 

pcUtrflls du precedent, n« en 1848\ pretendsB* » •* 

couronne d'Espagne, et chef du parti *f™*** & 

Cartas (P«s), drame en cinq actes et eo tcr. 
SchUler (i787); - opera en cinq «%.^ w ^ 
M*ry et du Lode, musique de Verdi (ii^K. rt 
CABIPR ■", fils de Luis I", roi de Po«J«?r fB 
de doTia Maria Pia, fllle de Victor-Emmanuel, w c 
1863, roi de Portugal en 1889. ^ t 

i ARUMTAPT (Andrt BotWMSTBH^)-*^,,,. 
Luther, dont il se separa ensuite, apres svuu 
brasse un des premiers laReforme; m. en i» • 

CARl<OYV,v. d'Irlande, ch.-l. ducomUde« B u 
(prov. dc Lcinster); sur le Barrow; 7«» »* 
comt* a 46.100 h. i e p»- 

CARLOWITl, v. d'Austro-Hongrie, sur * 
nube ; 6.500 h. En 1699, un trait* y fut gP*^ u 
la Turquie dune part et l'Autriche, la /r™JT oBBa » 
Kussie et Venise d'autre part ; la I^ftSS- 
d'importanU territoires a 1 'Autriche et h ^ JJ£, 
Le trait* de CarlowiU marque l'arret des con«j 
turques en Europe. ,,„_„. «?.500h. 

fARLSRAR, v. de Boh*me ; pr*s l'Ef", «^ 
Eaux thcrmales tres fr*quente*g. 

Digitized by VjOOQlC 



CAR - i 

CARL.SBOUR6J (anc. Apulum). v. dAutriche 
(Transylvanie). mr le Maroi ; 8.500 h. 

CAMIJCBtllA, v. et port militaire de Suede 
(proT. de Blekinge), sur la Baltique ; 36.000 h. 

CARLBRl'HB ou KAMJIDlii cap. du grand- 
duche de Bade, au pied du versant B. de la For6t- 
Noire ; 97.000 h. 

CARL*TABT ou KABXflTABT, t. forte des 
EtaU autrichiens (Croatie) ; 5.500 h. 

CARLBTABT, v. de Suede, but le lae Wonern ; 
8.000 h . La pro v. de Carlstadt ou Vermland a 254.000 h. 

I'AMLVX [luks], ch.-l. de c. (Dordogne). arr. de 
Sarlat ; 900 h. (Carlucieru). Ch. de f. Orl. Chaux. 

CARR.YEJB (Thomas), historien anglais, auieur 
d'une paradoxals mais tres vivante HUtoire de la 
Rivolution francaise (1795-1881). 

CAHMAfiMOLA, v. d'ltalie, prov. de Turin, pres 
du P6 ; 13.000 h. Patrie de Carmagnola. 

CABMAfilltLA (Francesco Bussonb dit), general 
italien, n6 a Carmagnola, decapite a Venise en 1432. 

CABMAIII Jmol. ch.-l. de c. (Tarn); 11.000 h. 
(CarmauMins). Houille ; verrerie. Ch. de f. M. 

CABMEL {mont), montagne de la Syrie, qui fait 
partie du massif du Liban. 

Camel (Ordre de N.-D. du Mont), et, par abrev., 
le Camel, un des quatre grands ordres mendiants, 
fonde en Palestine au xu« siecle et qui s'introduisit 
en France sous Louis IX. Les religieux qui sutvent 
ma regie sont anpeles carmen. Bn 1461 un ordre ana- 
logue fut fonde pour les femmes (carmilite*), et, au 
xvi* siecle, sainte Therese en reforma la regie, qu'elle 
rendit plus rigoureuse. — Ordre de chevalerie fonde 
par Henri IV, mais qui fut reuni a l'ordre de Saint- 
Laxare (1608). 

Camea, opera-oomiquc en quatre actes, livret 
de H. Meilhac et L. Halevy, tir6 de Carmen, nou- 
velle de Prosper Merimee, musique de G. Bizet 
(1875). CEuvrc pathetique, pittoresque et puissante. 

CARMB3T BYLVA, pseudonyme de la reine Eli- 
sabeth de Roumanie, femme de Charles I", a qui 
Ton doit de dclicates poesies ; nee a Wied en 1843. 

CARMONA, v. d'Espagne, prov. de Seville; 
17.500 h. Draps, savons. 

CARROBTB1JLB (Louis Carroois, dit). pclntre- 
graveur et auteur dramatique francais, ne a Paris, 
auteur d'amusants Proverbe* (1717-1806). 

CAM! AC TnaAr], comm. du Morbihan, arr. de Lo- 
rient, sur la' bale de Quibcron ; 3.200 h. Celebres 
alignements megalithiques. 

CARlfAC ou KARlf ABU village de la Haute- 
Bgypte, qui s'eleve sur les ruines de Thebes. Beau 
temple d Amnion. 

CARNARVON. V. CAERNARVON. 

Canaavalet (hdtel). situe a Paris, rue de Sevigne, 
et celebre par le sdjour qu'y fit M«« de Sevigne. 
Construit par Jean Ooujon etpar Jean Bullant, cet 
hotel doit son nom a M"« de Kernevenoy (par cor- 
ruption Carnavalet), qui l'acquit en 1578. U recut des 
agrandissements de Du Cerceau, puis de Mansard. Sa 
facade est ornee de fines sculptures de Jean Goujon. 
La vllle de Paris a acquis en 1866 cet hotel, ou clle 
a install* son musee municipal, qui comprend de prd- 
cieuses collections de l'epoque revolutfonnaire. 

CARltB (Louis de), homme politique et historien 
francais, ne a Quimper, auteur d' Etude* sur le* fon- 
dateur* de funiti francaise (1804-1876). 

CARNBABB, sophiste grec (219-126 nv. J.-C.) ; il 
defendit ingenieusement le scepticisme. 

CARNIBRBS, ch.-l. de c. (Nord), arr. de Cam- 
brai, sur un affluent de l'Erclin ; 
1.600 h. Ch. de f. N. Brasseries, 
tis*ages. 

CARlflOLB, pays de l'Autri- 
chc; 508.000 h. Ch.-l. Lay bach. 
Belles grottes et lacs souterrains. 

CARNOT [no] (Laxare), conven- 
tional francais, ne a Nolay, sa- 
vant math*maticien, membre du 
comite de Salut public. II crea les 
quatorze armees de la Republique 
et traca tous les plans de campa- 
gne ; il fut surnomme rOrgantsa- 
tettr de la Victoire. Exile par la 
Rc*tauration. il mourut a Magdc- 
bourg (1753-1823). — Son flls, Ilippourra, ne a Saint- 




L. CarnoU 




»5 - CAR 

Omer, homme politique francais, fut membre dn 
gouvernement provisoire de 1848 (1801-1888). 

CARBOT {Sadi), flls d'Hippolyte, ingenieur et 
homme politique, no a Limo- 
ges en 1837. Elu President de 
la Republique francaise en 
1887, il fut assassin* par un 
anarch is te italien, a Lyon, en 
1894. 

CARWirrBB.ancien peuple 
de la Gaule, au temps do J. Ce- 
sar; 11 occupalt le pays de 
Cbartres. . 

CARO (Annibale). poete | 
italien, ne a Civita-Nova (1607- 
1566). 

CARB (Elmo-Marie), philo- 
sophe spiritualiste et mora- BM ' uro ° l - 

liste francais, ne a Poitiers, mort a Paris (1826-1887). 

CAROLIRB, nom de deux Etats de rAmerique 
du Nord : Caroline du Nordet Caroline du Su</. Le 
premier, ch.-l. Raleigh, a 1.894.000 h.: le second, ch.-l. 
Columbia, _a, 1.340.000 h. (Hab. Caroliniens.) 

CAROLIlfR BONAPARTB. V. Bonapartb. 

CARBLUfB mm BRUNSWICK, femme de 
George IV (1768-1821). 

CAROLEflBB (tie*), archipel allemand de l'Ocea* 
nie ; 39.000 h. Riches produits tropicaux. 

CAROL1NGIRNS [ji-in]ou CABLOVIlf GIBX0, 
seconde race des rofs de France, qui tire son nom 
de Charlemagne. Elle a regno de Pepin le Brcf a 
Louis V (751-987). V. Francb. 

CABs«L,IJ»-Bs7BASI (Charles Durand. dit), pcin- 
tre francais, portraitiste de valeur,nea Lille en 1837. 

CABOlf ou CHAbROM, nocher des enfers, qui pas- 
sail dans sa barque, sur le Styx, les Ames des morts. II 
etait vieux et avare et ne consentait a porter de l'autre 
cote du fleuve que les morts qui avaient une obole, 
prix du passage. De la etait venu l'usage de mcttrc 
une obole dans la bouche des cadavres avant de les 
ensevelir. Ceux qui n 'avaient pas recu les honneurs 
do la sepulture etaient condamnis a errcr cent ans 
sur les bords du Styx avant d'entrer aux Enfers. 
lUyth.) A ce nom se rattachont les locutions popu- 
laires La barque de Caron et Paster le Styx, par les- 

Suellcs on rappelle les fonctions du v^eux nocher. 
n fait aussi allusion k l'obole, aux ombres qui 
erraicnt sur les bords du 8tyx. 

CAB«IV (Augustin-Joseph), ne en 1774, lieutenant- 
colonel sous le premier Empire. II fut, en 1820, le chef 
de la conspiration dite de Bel fort. Fusill6 en 1822. 

C'ABOUfiB, v. de Suisse, c. de Geneve, sur l'Arve ; 
6.000 h. Horlogerie. MetaUurgie. 

CA»PACCIB \pa-tcho (Vittore), peintre venitlen 
de la fin du xv« et du debut du 
xvi« siecle. 

CAKPATHB0. V. KARPATHBS. 

CAKPBAVX [v6] (Jean-Baptiste), 
sculpteur francais, n6 k Valencien- 
nes. II a orne de ses oeuvres, deli- 
cates et gracieuses tout en restant 
pleines de mouvement, plusieurs 
monuments de Paris (1827-1875). 

CAKPBirrAmiB [pan-ta-rt I (golfe 
de), golfe de la cote septentrionale 
de TAustralie. 

CARPKirrRAfl [pan-trat»], ch.-l. 
d'arr. (Vaucluse), sur l'Auzon, s.- 
affl. du Rhone, et sur le canal de 




Ctrptaux. 



Carpentras: 10.500 h. {Carpentrauiens). Ch. de f. 
P.-L.-M., a 24 kil. N.-E. d' Avignon. Huile, miel, fila- 
tures de soie. Patrie de Fr. Raspail. L'arrond. n 
5 cant., 31 comm., 44.000 h. 

CARPI* v. d'ltalie, prov. de Modene; sur le canal 
de la Mirandola; 19.000 h. 

CARPI (Hugues de), graveur et peintre italien, 
ne k Carpi (1460-1523). 

CARPI (Jerome de), peintre et architecte Italien, 
n6 a Ferrare (1501-1551). 

CAMPtCsUTB, philosophe platonicien et sec- 
taire gnostiquc du n« siecle, vecut a Alexandric. 

CARQEBroil, ch.-l. de c. (Loire-lnferieure), arr. 
de Nantes ; 2.700 h. Ch. dc f. O. 

CARRA (Jean-Louis), journaliste et convention- 
nel, ne a Pont-de-Vcyk* er> 1748; guillotine avec les 
girondins en 1793. 



Digitized by 



Google 







CAR - l 

CAHmACHB, nom de trols peintrcs italicns, ncs 
a Bologne : Louis M55S-1619); 
— Auourtin (1557-1602) ; — An- 
nibal, le plus remarqiiable. au- 
teur de la celebre galerio Far- 
nese (1560-1609). 

CARBASB, v. du royaume 
d'ltalic, prov. de Massa, sur l'A- 
renza; 30.000 h. Marbrei blancs 
renornmcs. 

(ARRARE, famille guelfe 
de Padoue, celebre au xiv« et 
au xv« sieele. 

(ARRB (Michel), auteur dra- 
matiquc francais, ne a Paris, a 
♦k-rit avec Jules Barbier les li- 
vrcts de Afignon, Galatie. Faust, les Xuces de Jtan- 
nette, Hamlet, Romioet Juliette, etc. (1819-187S). 

CARRRL (Armand), publicistc francais, ne a 
Rouen, un des esprits les plus genercux et les plus 
loyaux qui aient hooore le journalisme ; tue en duel 
par Emfle de Girardin (1800-1836). 

CAimiBM [ri-i] (Jean-Baptlste), conventlonnel, 
ne a Yolet (Cantal) en 1756. II deshonora la Revo- 
lution en commcttant d'execrables cruautes a Nantes, 
ou il cornmanda les noyades; decapite en 1794. 

(AIIHiril-lieLLRlHE JAlbert-Erncst), sculp- 
teur francais, n<* a Anizy-le-Chateau (1824-1887). 

(iRROlUEN, ch.-l. de c. (Ornc), arr. d'Alencon; 
pres do I'll don naissant; 900 h. 

C'«rrou*el (place du), une des places les plus 
vastcs de Paris, situce entre le Louvre et l'einpla- 
ceuicnt occupc jadis par les Tuileries. Elle doit son 
nom au carrousel qu'y donna Louis XIV les 5 et 
6 juin 1662; elle a ete agrandie lors de l'achcvcnient 
du Louvre. Sur cette place, ae trouve Tare de trioin- 

f>he du mo me nom (v. Arc de triomvhe), et en face 
c monument elevc a Gambetta, par Aube et Boileau. 

CARTEAIX. [tA] (Jean-Francois), general francais, 
ne a Allevan irorez); il entama le siege de Toulon 
en 1793 (1751-1813). 

C'ARTRlAlKR[fe-/f-<» J (Pierre),sculpteur francais, 
nc a Paris, artiste vigoureux et rcaliste (1757-1831). 

(ARTKRKT [re] (Philippe), nnvigateur anglais. 11 
fit un interessant voyage autour du monde, reconnut 
en 1797 les lies Carteret (archipel Salomon [Ocea- 
nia ). auxquelles il donna son nom. 

(ARTHUR ou micux MART - HADATRfH 
(hab. Carihayinoit), v. de l'Afrique, fondee au 
vii" sieele, av. J.-C. par des Phenicicns, sous la con- 
duitf de la princesse tyrienne Didon, dans une pres- 
qu'ile pros de laquelle se trouve aujourd'hui Tunis. 
Carthage devint en pcu de temps la capitale d'une 
republique maritime tres puissante, sc substitua a 
Tyr en Occident, crea des colonies en Sicile, en 
Espagne, envoya des navigateurs dans I'Atlantique 
nord et soutint contre Rome, sa rivale, de longwes 
luttes connues sous le nom de guerrex puniqurs. 
Malgre. les effort* d'Annibal, elle rut prise une pre- 
mi<re fois par les Romains commandes par Sripion 
l'Africain, a la fln de la deuxieme guerre punique. 
Elle se releva quelque peu, mais fut d^flnitivement 
detruite apres un terrible siege, a la fln de la troi- 
fiierne guerre punique, par Scipion Emilien. suivant 
le fameux conseil que Caton 1 Anrien repetait a la 
fln de chacun de ses discours : delenda Carthago. 
V. a la Partie rose BientOt reconstruite, elle brilla 
d'nn vif eclat du i»r au vi* sieele de notre err. et re-:ta 
la veritable eapitale de la prosppre Afrique ronmine. 

rARTHA6EXK, v. d'Espa-ne; 
100.0O0 h. Port de guerre sur la Me- 
diterrane.c au pied de la aif-rra <fc 
Carthatjtnc. Exportation de vins et 
d'oraiiifes. 

fARTHAttRm, V. de Col,, m Lie, 
port sur la mer des Antilles : 2."..("00 h. 
Ch.-l. du dopartcm. de Bolivar. 

CarthMglnol* (le), cmnedie de 
Plante, imitee de Menandre in* s. 
av. J.-C). Dans cette piece se trouve 
un passage en langue punique Mir 
lequel ont pali toiin les orientalist's. 

ItHTIKH '|iV| (JaeqiieS). e.-le- 
\navipateur franeai*. nc a Saint- 




bre 



alalo. En i*»4, il fut 



Mivoyi par Francois I" pour 



6 - CAS 

explorer les parages ooeidentaux. 11 atteignit Terre- 
Ncuve et le Canada, dont les eotei avatent ete «*- 
couvertes par Cabot en 1497. II explora ees pays eten 
prit possession au nom du roi de France {l&St-lKI 

€*»«•«• de *•■*•« [let}, serie celebre de e« 
compositions de Raphael pour elre «xteoUM ea ta- 
pisserie. Sept de ces cartons sont conserves das* li 
galerie de Hampton-Court. II a e*e fait trots exes 
pi aires au moins des tapisseries d" Arras. V. ixaxb 

CAftTOVfTilC (de son vrai nom Louis - Doaso 
que Boijrootowon), chef celebre d'une baade de va- 
lours, ne a Paris ; il fut roue rif en place de fire»e 
Son audace et son habilete sont restces lcgeadas«i 
(1693-1721). 

rARTWRIfiR \karf-ra-if] Bdmond , crtebr* 
mecanicien anglais. II inventa des machine* k its** 
et a carder la Taine (1743-1823). 

CARIR [rus$], empereor romain. proclaxr* per ses 
soldats apres le meurtre de Probus. Il se »an 
administrateur energique et eclaire, et regaa ie 
282 k 283. 

CARVAJAE.. nom dune famille esparaok ^» 
a prodnit plusieurs hommes celebres. Lun feus. 
Francisco de CarveJeJ, fut Tun de* eonevutessm 
de l'Am*rique da Sua, et se signal a par sa crsaate 
a regard des Indiens (1464-1848). 

CARVIlf. ch.-l. de c. (Pas-de-Calais^ arr. de Be- 
thune; 9.BO0 h. [Carvinois). Ch. de f. N. Hc«ulle. 

CASAsllAlVCA (Louis), conrentionnel et saris 
francais, n6 k Bastia. II perit avee son fils as*? •#»- 
lement de dix ans, a la bataiUe d'Aboukir . i:si J"* 

CA0AL on CAMAI4B, v. forte <ritalie. cii.4. de 
prov., sur le Po; 29.000 h. Filatures de ec4e. 

CA0AMOVA (Francois), peintre de bataiOes et ie 

faysages, ne a Londres, d'origine venitienne <l"S»- 
805). — Son frere, €«»•»•▼• de a^fta^ala, me • 
Venise en 1725, m. en Boheme en 17», est eeletre far 
ses aventures romanesques, notamment soa eras^a 
des plombs de Venise, et aussi par son isojsierai^ 

CAMAVsMslf [sd] (Isaac), hellenisie francais. s« a 
Geneve, gendre de Henri Estienne. Scaligex 1'avssi 
Burnomme « le phenix des erudite - flo^-teVU>. 

r*ee de l'e«ele Tees (la), rosun contre r esda- 
vage, livro ecrit, pour le service d'une noble case? 
par mistress H. Beecher-Stowe (1852). 

CASB1.E.I (Giovanni) [rasW], savant italiea, a- 
venteur du telegraphe ecrivant ou pant iiigraf kf. 
ne k 8ienne (1815-1891). 

CAMBMA VB (Antoine). conrentionnel, ne a Leav 
beye [Basses-Pyrenees] (1768-1818). 

CAMKltTK, v. dltalie, ch.-l. de U Terre de la- 
bour; 81.500 h. Filatures, soieries. 

CASlXlliim [nom'J, ancienne ville de Casapasy 
vis-a-vis de. Capoue, sur le Vulturno. Aux eanreso 
de cette ville, Annibal, cerne par Fabtus, s'eeasesa 
en Ian cant dans le camp romain des beeufs din; Id 
comes etaient chargees de sannenU enfln ansae*. 

CAI9EHIBS, nom de cinq rois de Pologne ; I"*. 4> 
103V a 1058; U, de 1179 4 1194; III, de 1833 a lia. 
IV, de 1444 k 1498; V. de 1648 k 1667. 

C AMIMIH - IMERtlBIl ( AuRUSte - C'Asiaur -Vietkr- 



Laurent PkRiER, et, a partir de 1873. dit). hunuee po- 
litique francais, flls de Casimir-Piexre Perier v. Pt- 
rier). ne a Paris (1811-1878). 

< AMIM1R-PERIER (Jcan-Paul-Pierre}. hosaaw 
politique francais, flls du precedent, ne a I*xn» 
en 1847, ^lu president de la Republique francaiae i? 
27 juin 1894; il demissionna le 15 Janvier 189S. 

CASjiri (Michel), religieux syro-maronite. tvnei 
orientaliste (1710-1791*. 

C'.RMPIBIVWB (mer), mer interieure entre TBs- 
ropc et l'Asie. De forme allongee, elle beigme Is 
Russie d'Europe, les possessions russes d Atw e* 
la Perse. Elle est situee a 26 metres ao-dcs*o«s 8a 
niveau de la mer Noire, et paratt en voie de di»r 
nution malgre le tribut important d'eau douce qef 
lui apporte son grand affluent le Volga. 

< AAMA63AC [gttak] (Grxnisr de), publiciste et 
honune politique francais, ne R Averon - BergeSe 

tiers) 1806-1880]. — Son flls Pact, publiciste. joar- 
naliste et homme politique francais, ne a Paris, fst 
un des chefs les plus energiques du parti impons- 
liste (1843-1904). 

ff.%tSMACi!«B (I'abM Jacques), predicateur du 
xvii* sieele. n4 a Nimes. connu surtout aujourd"aiii 
par le« railleries de Boileau (1&SC-1679). 



Digitized by VjVJO V 



IV^ 



CAS - 1 

CAMACJlVBB-BBClBlfBBB [nias], ch.-I. de o. 
( ATcyron), arr. de Rodez, sur le Seor, affl. de l'Avey- 
ron; 1.600 h. Filature de lalne. 

CABBABPBB. fllle de Priam et d'Hecube. Myth. 
Kilo recut d'Apollon le don de prophetiser l'avenir. 
mais elle manqua ensuite de parole au dieu 



oelui-ci, pour se veneer, la fit passer pour folic, de 
•orte que personne n aioutait fol a ses prediction*. 
A la chute de Troie, elle devint l'esclave d* Agamem- 



non et fut, a peine arrivee en Grece. tuee par Cly- 
temnestre. — Le nom de Cat sandre est reste pro- 
verbial pour designer les personnel clairvoyantes 
dont les justes previsions sur l'avenir ne rencontrent 
que des Incredules. La Fontaine a fait allusion a ce 
mythe dans sa fable tBirondelle et Its petit* oiaeaux: 
L— oiiillorw, 1m da 1'aotcndr*. 



Qim fciMitof U« Troywu q««J»d U ptuvr* 
Oun»il 1* boaoM MuWmaat. 

CABBAJWBBB, roi de Macedoine, fils d'Antipater. 
II soumii la Grece par la victoirede Megalopolis 
(318), epousa Thessalonice. saeur d'Alexandre le 
Grand, et fit perir toute la famille du conquerant. 
II devint roi de Macedoine et de Grece apres la 
bataille d'Ipeus (301) ; m. en 297 av. J.-C. 

Cassassdre, romaa sur l'histoire d' Alexandre, par 
La Calprenede (1649). 

Cmmm4i-«, nom d'un des principaux personnages 
de nos anciennes farces de treteaux, pere trompe 
par ses enfants, et berne par tout le monde. 

CAMBAltO, v. d'ltalie (prov. de Milan), sur 
1' Adda ; 7.600 h. En 1706, Vend6me y battit le prince 
Eugene et, en 1799, y eut lieu la bataille entre les 
Franeais et les Austro-Russes. 

CAIfAMf,v. d'ltalie (Calabre Citerieurc) ; 9.000 h. 

fAMABB [$ar] (Jacques), intrepide marin fran- 
cais, ne a Nantes. II s'illustra dans ses luttes contrt 
les Anglais et les Portugal*. Ses demeles avcc le car- 
dinal Fleury le flrent enfermer au chateau de Ham, oU 
11 mourut apres quinxe ans de captivite (1672-1740). 

CABMBL, ch.-l. de c. (Nord), arr. d'llazebrouck, 
au milieu des ruisseaux de 1' Yser ; 3.200 h. {Ca$$elois). 
Ch. de f. N. Philippe VI y vainquit les Flamnnd* en 
1328 ; le due cTOrleans, frerc de Louis XIV, y battit 
le prince d'Orange en 1677. 

CAMEL ou UAMEl^ v. de Prusse, anciennc 
capit. dc l'elcctorat de Hesse-Caasel ; sur la Fulda, 
branche du "Weser; 106.000 h. Industrie active. 

CuMHr* d« »ierr« (let), tableau de Courbet 
(1850) ; scene peinte avec habilele et Anergic. 

CAMMIEX (Jean), ecrlvain ascctique italien, ne 
vers 360, mort apres 432. 

C'AMIN (mont), montagne de l'ltalie merldio- 
nale, pres de Cassino. Saint Benolt y fonda en 529 
un monastere celebre, oO se retira Carloman, frere 
de Charlemagne. 

CAiMlUfi, famille d'astronomes et topographes 
franeais, qui ont eu une part considerable dans 
retablissementdes premieres cartes scientiflquement 
construites de notre pays. Jeax-Domixiqub, orga- 
niaa l'Observatoire de Paris (1625-1712) : — Jacques, 
ilia du precedent (1677-1766); — C^sar-Frahcois, dit 
Cassis i de Thurt, fils du precedent (1714-1784); — 
Jacques-Dominique, fils du precedent (1748-1845). 

CAMEftO, v. d'ltalie, dans la prov. de Caserto, 
sur le Rapido; 12.000 h. Aux environs est le celebre 
pionastere du Mont-CaBsin. 

CA8MOBOBK (Magnus Aurelius), Ccrivain latin, 
hooime d'Etat sous Theodoric. roi des Goths (468-562). 

CAM18PB8. reine d'Ethiopie. mere d'Andro- 
mede, placce apres sa mort par mi les constellations 
(Myth.). 

CA08IOPBB [pi], constellation, voisine du pole 
Nord, qui se trouve toujours on opposition a la 
rande Ourse. par rapport a l'etoile polairc. (On 
appelle aussl la cnAiss.) 

#5Aft01X0 LONtilXCB riM*] (CaTus). l'un des 
meurtriers de Cesar; il se tua sur le champ de ba- 
taille dc Philippe* en 42 av. J.-C. II fut surnomme 
le Dernier Roma in. 

CAAMIIM VISM KLI.IXl K [wis' (Spurlus), consul 
rumain, nromoteur d'une loi agrafre, qui n'rut nucun 
sucrCs et lui coota la vie ; m. en 585. V. aorairk. 

C4MT4CMO (Andrea del), peintre italien, ne a 
CAstagna, dans le Muggcllo. La tradition veut qu'il 
ait as*a*sine Duminico Vcneziano puur renter en 



K 



)7 - CAS 

possession de son secret de la peinture a l'huile, 
maia Domenico mourut quatre ans apres lui. Cest un 
realiste fervent, vigoureux. mais oublie (1390-1457). 

CASTA iMti \kas-tin] ( Edme-Samuel ), roedecin 
franeais, ne a Alencon en 1797, fameux empoison- 
neur; guillotin6 en J 823. 

CA0TAL.1B f/fj, fontaine au pied du Parnasse et 
consacree aux Muses ; elle doit son nom a la nymphe 
Castalie, qui s'y noya pour echapper a Apollon 
(MythX 

CABTAMOB (8ebastien), theologien et humaniste 
franeais, aussi remarquable par sa science que par 
sa moderation et sa tolerance (1516-1563). 

CABTA1VBT [ni\, ch.-l. de c. (Haute-Garonne), arr. 
de Toulouse ; sur l'Hers, affl. de la Garonne ; 900 h. 

CASTAWBT (Bernard de), eveque d'Albi, puis car- 
dinal-archeveque de Paris, ne a Montpeilier ; obtint 
la canonisation de saint Louis (vers 1246-1317). 

CABTABOB (Fran^ ois-Xavier de), due de Baylbx, 
general espagnol. II cerna a Baylen le general Du- 
pont et l'obligca A signer une desastreuse capitula- 
tion en 1808 (1766-1862). 

CABTBL (Rene-Richard . poete et natural isle 
franeais, ne a Vire (1758-1832). 

CASTTBLAR (Emilio), homme politique republi- 
cain etlitterateur espagnol, ne A Cadiz (1832-1899). 

CASTBLiriBYABlBO, bourg de la march e d'An- 
cone, ou Lamoriciere, commandant des troupes pon- 
tiflcales, fut battu par l'armee de Victor Emmanuel, 
commandee par Cialdini (18 septembre 1860). 

CASTBUA&.OIIX [lou], ch.-l. de o. (Lot-et-Ga- 
ronnc), arr. de Nerac; sur l'Avance, affl. de la Ga- 
ronne ; 3.700 h. (Coiteljaloiuai$). Source mlnexale. 

(AMTKLLAMARR PBE. €i«L.rO, V. de la Sicile 
(prov. de Trapnni ; 16.300 h. Vigne, olivier. 

C4iTBl.LAMAHE PI MTABIA. v. d'ltalie (prov. 
de Naples); 32.600 h. Port sur la Mediterrance. 
Eaux minerales. 

CA0TBIXABIB t ch.-l. darr. (Basscs-Alpes) ; sur 
le Verdon. affl. dc la Durance, a 56 kil. S.-E. dc 
Dignc ; 1.700 h. (Cattcllanais). PlAtrc. L'arr. a 6 cant., 
48 coram., 16.500 h. 

CAMTKLLAXK ( Victor , comte de), marechal de 
France, ne A Paris, celebre par sa brusquerie et ecs 
saillies (1788-1862). 

CAMTELLON BB LA PLANA, v. d'Espagnc, pros 
de la Mediterranec ; 26.000 h. ; ch.-l. de la prov. de 
ce nom, peuplee de 311.000 h. 

CAfTBUitBM, ch.-l. de c. (Lot-et-Garonne), 
arr. de Marmande, sur le Lot; 1.500 h. (Castelmo- 
ronnau). Prunes. 

CASTBL1VAV [nrfj, ch.-l. de c. (Girondc), arr. de 
Bordeaux; 1.700 h. Ch. de f. Medoc Vins. 

CASTBLMAfJ, ch.-l. de c. (Lot), arr. de Cahors ; 
sur la Lutte, s.-affi. de la Garonne ; 3.000 h. 

CABTBUf AV (Pierre de), religieux de Citeaux et 
inquisiteur, ne A Castelnaudary ; il fut massacre 
sur les terres de Raymond VI, comte de Toulouse, 
meurtre qui amena la guerre des albigeois (1208). 

CA«TBL,I«AfJ (Michel de), dip! ornate franeais, 
ne au chAteau de la Mauvissiere (Touraine) > auteur 
de Mimoires estimes (1520-1592). 

CABTBLXAVBAKY, ch.-l. d'arr. (Aude), A 36 kil. 
N.-O. de Carcassonne, pres du canal du Midi ; 9.350 h. 
(Castclnaudariem) ; ch. de f. M. Farines, potcrics, 
faiences, draps, vins. Patrie de Castelnau, Soumet, 
Andreossy. En 1632, le due de Montmorency y fut 
battu et fait priaonnicr par les troupes de Louis XIII. 
L'arr. a 5 cant., 74 comm., 41.000 h. 

CA0TBL5IAI - BE - MONTMIRAL, ch.-I. dc C 
(Tarn), arr. dc Gaillac, pres do la Ve.ro ; 1.800 h. 

CABTBljXAlHBACilVOAC, ch.-L de c. (Hautct- 
Pyrtnees), arr. de Bagneres, pres de la Gesse ; 1 .500 h. 

CABTBIJVAU-RIVIBEiB-BABftB, ch.-l. de C 
(Hautes-Pyrenees), arr. de Tarbes, pr*s de l'Adour; 
1.009 h. Ch. de f. M. Bestiaux. 

CA*JTB1*»ABUIA01N, ch.-l. d'arr. (Tarn-et-Ga- 
ronne) ; sur le canal lateral A la Garonne; ch.de 
f. M., a 21 kil. O. de Montaoban ; 7.900 h. (Castel- 
*arra»inoU). Fonderie dc cuivre. Grains. Patrie de 
l'abbe de Prades. L'arr. a 7 cant., 81 comm., 58.500 h. 

rAgTELfBTMANO, v. de Sicile, prov. de Tra- 
pani; 21.600 h. 

CASiTBTii [te], ch.-l. de c. ( Landes). arr. de Dax, sur 



Digitized by 



Google 



CAS 



— 1208 — 



CAT 



la Palu ; 1.800 h. (Caste'siens). Forge*, pint, eaux fer- 
rugineuses. 

CABTl (Jean-Baptiste). poete italien, auteur dee 
Animaux parlants (1731-1803). 

CABTir AO, ch.-l. do c. (Cone), arr. de Corte ; 
660 h. Marbre, cuivre. 

CABTieuOBTB, v. d" Italic, prov. de Mantoue ■ 
3.660 h. Bonaparte y vainquit lea Autrichiens en 
1706 ; cette victoire valut k Augereau le Utre de due 
de Castiglione. 

CAarrieMBJnt (Balthaxar de), courtisan ei poete 
italien de la cour de Leon X. Raphael a fait de lui 
un remarquable portrait, auj. au Louvre (1478-1529). 

CA0TIC11.1OIVB (Giovanni-Benedetto), peintre et 
graveur italien, ne a Oenes. II ezcella comme 
peintre d 'animaux et de natures mortes (161b- 1670). 



CABTILHB [I mil] (Antoine-Felicien de), poete 

>rtugais. neaLisbonne (1800-1875). 

CMWTUAjK. oontree d'Bspagne divisee ancienne- 



portugais. neaLisbonne (1800-1875). 

CMWTUAjK. oontree d'Bspagne drnsee ancienne- 
ment en Vieille-Castille et Nouve lie-Cast i lie ; capit. 
Burgoe et Totede; v. pr. Madrid. Ce fut, du ix« au 
xv« siccle, un des royaumes entre lesquels 1'Espagne 
etait divisee. Elle fut reunie a l'Aragon par le ma- 
nage d'Isabelle de Castillo aveo Ferdinand le Catho- 
lique ; elle forme 12 provinces de 1'Espagne contem- 
poraine. (Hab. Cast it lane.) 

CAMTUXON OU t'A»TIUL*lV - B1V - COlJflR - 
HANS, ch.-l. de c. (Ariege), arr. de Saint-Girons, 
sur le Lex; 3.800 h. (CastitlonnaiM). 

CAiTllXON [11 mil.] (Salvemini de), pbilosophe 
et mathematicien italien, ne a CastigUone (1709-1791). 

Caistiexom (Jean), ecrivain et poldmiste fran- 
cai». n* a Toulouse, un des redacteurs du Journal 
de Tre'voux (1718-1799). 

< AMTILLOX-ET-CAPITOt BLAN, ch.-l. de C. 
(Gironde), arr. de Libournc, sur la Dordogne: 
3.300 h. (Castillonnais). Ch. de f. M. Vins. Le general 
anglais Talbot y fut vaincu et tue par les Prancais. 
bataille qui marqua la On de la guerre de Cent ans 
(1*63). 

CASTILXSKTOB* [// mil., o-neSs], ch.-l. de c. 
(Lot-et-Garonne), arr. de Villeneuvc, pros du Dropt ; 
1.800 h. 

CA0TLBRBA6JN (Henri-Robert, marquis de), 
homme d'Btat anglais. II fut 1'ame des coalitions 
contre Napoleon I". II sc tua dans un acces de dc- 
mence (1769-1822). 

C'AMTOR, heros mythologique, flls de Jupiter et 
de I/ida, et frire Jumeau de Pollux, avec qui il resta 
toujours etroitement lie. Ces deux noms sont sou- 
vent cites comme symbolc de l'amitie. 

C'aMer et Polln ealevaat les Mies de l«ea- 
ripe*, tableau de Rubens, musee de Munich. 

Cease* et PsUu, statues antiques (Madrid). 

Ceeter et Pellas, opera en cinq actes et un pro- 
logue, potme de Gentil-Bcrnard, musique de Ra- 
in cau (1737). 

CAMTRBA, ch.-l. d'arr. (Tarn), sur l'Agout. affl. 
du Tarn; ch. de fer M., a « kil. S.-E. d'Albi; 
37.300 h.(Ca$trai*). Laines. draps, toilcs, tanneries, 

tapeteries. Patrie de Dacier, Thoyras, Sabatier. 
.'arr. a IV cant., 94 comm., 130.929 h. 

CAtlTRlBB [M\, ch.-l. de c. (Herault), arr. de 
Montpellier; 1.350 h. Ch.de f. P.-L.-M. Patrie du 
marshal de Castries. 

CASTRIES (le marquis Charles de), marechal dc 
France, n* a Castries, ministre de la Marine en 1780; 
il cinigra en 1791 (1727-1801). 

C'AMTRO ou MYTIXBXB ou MBTBLIiV, v. de 
Hie de Mytilene, capitalc de l'lle; 20.000 h. Port ac- 
tif. Sources minerales. 

C'AMTRO (Jean tle\ explorateur et savant portu- 
gais, vice-roi des Inde*. ne a Lisbonne (1600-154-8). 

4AMTRO (Ines de). Hiog. V. In*h. 

C'AMTRO (Vaca de). pouverneur du Perou, on il 
fut envoy*, en 1538. par Charles-Quint, pour relablir 
l'ordre ; il y fit trancher latetc a Almap-o ; m. en iiWiH. 

( ANTHOUIOVA \\l. v de la sicile (prov. dc 
Caltatmetta); 19.000 h. Soufrieres. 

< «MTHO ¥ HP. LI. YIN (Otiilhem >le\ dramaturge 
i-spa^nol. nc a Valence, auteur de la Jeuncssv du Cid 

t AMTKIC-CIO-CAMTRAC AMI, humiiie de jcuerro 
(alien, due dc Lurque* et chef de la faction -ibc- 
Um dun-, cettc ville. ne a lucquea (12*0- !.«*). 



capitainerie generate, cap. Acrceiofte. Elle est drn- 
see en 4 provinces. (Hab. Catalans.) 
CATAMARCA, prov. de la repubUsrae Ar«e- 

■ Anrhill.iMAAnK #-»-~ /•_» . . 



C eteceea h ee. Lea plus ceJebres dea eatacoaaa 

aui nVtaient dans l'origine que des carriarrs aata- 
onneea, sont celles de Roma, de Naplea, de Syra- 
cuse et de Paris. Lea catacombes de Ros»e soat se- 
venues celibres pour avoir aarvi de refuge an 
Chretiens, k l'epoque dea persecutiotts ; tnata il at 
faudrait pas croire que lea cbxetleaa s*y eacasjeat 
longtemps et en grand nombre, qu'ils y vtsaieat es 
un mot, car le manque de ventilation aurah ssfl 
pour les en empecher. En realit*, ellea foormissaiext 
aux Chretiens un rooven, non pas preciaesneat de 
dissimuler leurs sepultures, mais den detoaraer 
l'attention publique, et auaai de oeiebrer en seo«t 
les rites religieux des obseques, ear la religioa car*- 
tienne prescrivait a see adepte* d'eaterrer lea z&crt 
et non de les bruler, comme falaaicat lea pafesw 
Les peintures des catacombes aont tree iatftrassaaf* 
au point de vue de rhietoire primitive da ckrssna- 
nisme. Quant aux catacombes de Paris, ee sont «Taa- 
ciennes carrieres exploiteea. qui oat recu fertssti 
ment une destination semblaale A eelle des cata- 
combes de Rome : on iugea bon, ea esTet, de 1TH 4 
1787, d'y transporter lea osaementa pummel ae 
cimetieres desaflectes de la capitale. 

CATALAJfl (Angelica), eelebre cantatriee iu- 
lienne ; m. k Paris, du cholera (1779-1849). 

CATAJLAUTfl. nom latin de Chalona-aur-MArae.- 
Peuple gaulois ae la Belgique. 

CATALAVBTlBlVfl [16-ni-in] on CATALAm- 
OVBfl (champs), plaines oO s'elevent ChsJoas-esr- 
Marne, Troyes. et oO Attila fut vaincu ea 451 tar 
Adtius, Merovee et Thiodoric reunia, daxu use W 
taille qui delivra la Gaule des Huns. 

CATA1A44MB, anc. prov. d'Bspagne. aajoardaa 
■>- ' renerale, cap. Berctlone. EUe est dm- 
inces. (Hab. Catalans.) 
BCA, prov. de la repub. 
Une, aux condns du Chili ; 100.000 h. Cap 
7.000 h. 

CATAJVB* v. et port de Sicile. ch.-l. de la prcr 
de ce nom, plusieurs fois devastee par les ertnitoas 
de l'Etnaj 150.000 h. (CatanaU). Patrie de BelW 

CATAlfBAR«, v. d'ltalie, ch.-l. de la Calafer* 
UlteHeure II : 29.000 h. 

CATBAV fed] (Le), ancien Le Cmteuu-Camhrmi, 
ch.-l. de c.(Nord), arr.de Cambrai, sur la SeOe, afl. 
de 1'Escaut; 10.600 h. (Catisiens). Ch. de f. N He%* 
series, filatures. Patrie du marechal af ortier. Trart* 
de paix entre Henri II de France et Philippe It d"E*- 
pagne (1569), qui mettait fin aux guerre* dltahe et 
don nail k la France les Trois-Evechee (Metx. Toei. 
Verdun). 

CeteckUeBee de Lather. lis sont au aosnbre s> 
deux, un grand et un petit, composes par Lather 
vers 1526. 

Cateehleeae de CeJvia, compose en fraacau 
par Calvin (1536), et que lauteur appelle - un fc — 
lalre commun d instruction pour lea petiu — 
et les rudes du peuple *. 

Ceteehlssse ressalm. ou CateVAuate dv eomctie ds 
Trcnte, catechisme dans lequel les peres du eoscik 
voulurent doter la chretiente d'un reeueil eoaieaaat 
l'exposltion succinctedesdogmes eatholiqu**. 

Cateehlssse de Imii, appel6 auaai run". %itm 
de Bossuet, publl* par rillusire ereqae en 1687. 

CATBL (Charles-Simon), compositeur franca^, a* 
a Laigle (Orne). 11 eut une grande part daas la f<-a- 
dation du Conservatoire. II est rauteur d'ua ceiebrt 
Trait* (Tharmonie (1778-1830). 

CATBLBT [lei (L«), ch.-l. de c. (Alane\ arr •» 
Saint-Quentin: 500 h. 

CATBBBT (Robert), conspirateur anglais. II fat 
l'instigateur de la Conspiration des pemdm. rt se 
fit iuer les armes a. la main (1573-1608). 

CATHARBB (d'un mot grec signiflant leismri/ttt* 
h^r^tiques du moyen age, dont les doctrinea aast*- 
terent le soulevement des albigeois (v. ce mot) 

C'ATRAV [te] ou CATAT (leh nom donn* k la 
Chine par les auteurs du moyen age. C'est ainai ^w. 
danH le Roland furieux de rAriosle, la belle Aug*- 
lique se trouve etre une princes*e du Cathay. 

C ATRCART [karf ] (WUliam Shaw,«w»/«. de". *x- 
neral anglais: bombarda Copcnhasnie en 1807 i'U- 
184U). 

CATRB1.I1VBA V [nd] (Jacques), chef vendeeeu fiU 



Digitized by VjOOQiC 



CAT 



1209 — 



CAU 




d'uo maeon, ne au Pin en-Mauges(Maine-et-Loire); fut 

mortellement bleaae ft l'attaque de Nantes (1759-1793). 

CATUmm B'ALBXAltBKIB (iain(a), pa- 

tronne dec Jeunes flllee ; martyre vera ran 807. Fit* 
le 25 novembre. 

€«sh«rlae (le manage de tainteY, chef-d'oeuvre de 
Memling, ft l'hdpital Saint-Jean (Brugea) ; pcinture 
admirablement achevee, parfnlte do detain et de cou- 
lcur: — tableau de J ordaene (Madrid) : — chef-d'oeu- 
vre du Corregc, muaee dee Etude* (Naples) ; — du 
m«me, au Louvre ; expreaaiona d'une verite parfaite 
et d'une grace exquiae. 

CATmilR mm BIBlVlfB (eainte), religieuae 
italienne, celeb ro par aea extatea et set revelations 
(1347-1*80). Fete le 80 avril. 

CATB9UM1VB BB GBHBB (sainte), fllle de Jac- 
ques de Fieaque, vice-roi de Naples (1448-1510). 

CATBKBINB rAKA60N,ftmme de Henri VIII, 
roi d'Angleterre, repudiee aprea dix-huit ant d'u- 
niOD.Lea COnflita reheieux Auxanelidonnntimi 1a HI. 
vorce du roi furent un*» 
dea cauaea du schisme an- 
glais (148S-1538 

CATBWBsllfi rut it. 
reine d'Angleterre, sixie- 
me et derniere femmc de 
Henri VIII (1512-1548). 

CATKUUlfi l>l INK- 
»ICM [$isi]. Alio dc Lau- 
rent de MedirL,, ■: ■ t 
Florence, femme do Hen- '' I 
ri II, mere de I i II, 

de Charlea IX et dc Hen- _ ,. 
ri III, regente de Prance, Cub.n- d. BMiaia, 

pendant U minority de Charles IX Politique habile, 
maia aans ecrupules et nam veritable hauteur de 
ruea, elle eaaaya dc regner par la division, en tenant 
la balance 6gale antra protestanis et catholiques 
pendant lea guerres de religion. Elle eut la plus 
grande part au massacre de la Saint-Harthclemy 
(1519-1589). 

CATHBIlllIK 1", inijM-ratrice de Russie, femme 
de Pierre le Or mil, ft qui elle sueceda (1682-1727). 

CATHSKlNi ll« in <.rindf, surnoruniee la S4- 
miramis du Iftwi, iinperalriee de Russle, nee a 
Stettin, fllle <iu due d'Anhalt-Zerbtt , femme de 
Pierre III. Elle regna scule. aprea 
le meurtre de ccluHrf, dc 1763 a 
1796. Sea guerre % he u reuses, sea 
conquetes aur les Turc*. ses re- 
former, la protection qu'elle ac- 
cord* aux aavants et aux phi- 
loaophea, partiriili&remcnt aux 
Francais, nrent oublier sea vio- 
lences, aon deapotismc et le dere- 
glement deaaconduitc (1729-1796). 

CATIXHf A ( Lucius- Scrgius), 
patricden romain, ne vers 109 a v. 
J.-C., mort en 61. Ra conjuration 
contre le een tut denoncec 
par Clceron Van H, II mourut les 




Cathartn* II. 



armei 4 la main a Pinoia. Caitlina eat demeure le 
type du conapirateur, et aon nom aert a designer 
ceux qui voudraicnt rctablir leur fortune aur les 
ruinea de leur patrie. V. conjuration. 

Caaallla*, tragedie de B. Johnson (1611), etude his- 
iorique d'aprea Ballatte et Cicero n. 

C«aillm«, traced le en cinq actcs de CrebUlon, 
Tune de aea meil Inures piecea 
(17*«). 

Cmtlllmntoetu ■ qii.it re h.i- 
ranguea de CMrot, alora 
consul, contre Catiiina, chef 
d'an redoutable complot con- 
tre la republique, Tan 63 
av. J.-C. L'orateur obtint 
alors le titre de P&re de la 
patrie. 

catwat hi.1 Nleolai 
tie), marechal de France, 
ne * Paria, Tun dea meil- 
lcurs capital nex du regne de 

I»ui8 XIV. II Tuuhiui «o HUB 

de Savoie ft Staflarde (1690). ft la Maraaille (1692) et 
so montra habile negociateur. Lea aoldaU l'sppe- 





Calon l'Ancian. 



laient le Pere la Pentie. II a lalsse dea Mtmoirti 
(1637-1712). 

CATBCBB (cap), aitue au N.-E. de la preequlle 
du Yucatan (Mexique). Ceat 1ft quo lea Bapagnola 
aborderent pour la premiere foia le aol americaln. 

CATBNT 1/ABCIBB ou LB CBPJSBUR, Romain 
celebre par l'austerite de aea principea. II fut cenaeur 
en 184. et s'efforca par toua lea 
moyena d'enrayer le luxe qui com- 
mencait ft corrompre Rome. En- 
voy* en Afrique comme arbitre 
du differend entre Maainlasa et 
Carthage, il fut choque de la proe- 
perite qu'avait reprlae cette ville, 
et de retour ft Rome, 11 ne eeaaa 
de signaler le danger qu'elle pou- 
vait faire courir ft la Republique. 
II ne parla plua au 8enat aana 
terminer aea diacoura par cee mota 
reatea celebrea : Ceterum eerueo 
Carthaginem eue delendam. - et 
d'autre part Je penae qu'll faut de- 
truire Carthage • (237-143 av. J.-C). Le nom de Caton 
eat devenu aynonyme d*homme de moeurs auaterea, 
trea aage ou qui affecte de l'etre. Orateur eloquent, 
loue par Cioeron, Caton fut auaai un ecrivain. On a 
perdu aon livre precieux aur lea Origines de Rome, 
maia aon traite aur V Agriculture (De re ruetica) cat 
curieux et precieux. 

Cat** ou De la vieilleue (De Senectute), charmant 
dialogue de Clceron, chef-d'oeuvre de raiaon, d'ea- 
prit et de grftce. 

CAT«m BfTTlQUB, arriere-petit-flla de Caton 
TAneien. ne en 95 av. J.-C, defenaeur de la liberte 
contre Ceaar. II ae perca de son epee ft Utique, 
aprea la defaite de Thapaua, 
l'an 46 av. J.-C Sa vie et aa 
mort furent cellea d'un stoTcien. 

Cavs«a dTVti^we • tragedie 
dana le genre claaaique, ccrite 
avec elegance et energie, maia 
dont Taction eat languiaaante; 
par Addiaon 11713). 

CATBRCK, v. du Mexique 

(Etat. de San Luia Potoai): ,_._., _. ^ 

3.700 h. Minea d'argent '%C&*^**b£C\ 

CATS (Jacquea), fabuliate Mg?^ZZf<^* 
hollandaia. ne ft Brouweraha- / 
ven (1577-1660). r _. . A , tUim ^ 

GATTAHO; v. forte et port C * ton d Uuqus - 
dea Btata autrichiena (Dalmatie), aur la cdte de 
1'AdriaUque ; 5.500 h. 

CATTAm* (boucht* du), golfe de l'Adriatique, sur 
la cdte de la Dalmatie, d'une grande Importance stra- 




tegiqu 
CA1 



:attb«iat [ghat'], braa de mer entre la Suede et 
le Jutland danoia. II communique avec la mer du 
Nord par le Skager-Rak et aveo la mer Baltique 
par le Sund, le grand Belt et le petit Belt. 

CATTHVOM TnonJ, aneien cn.-l. de c. (Moselle\ 
arr. de Thionville, aur la Moaelle; cede ft l'Alle- 
mag ne ; 90 h. 

CATTB9, peuple de la Oermanie, dana la Heate 
actuelle. II a'abaorba dana la confederation dea 
Franca au in* aiecle. 

CATTOLICA BRACXBA, v. de Sidle, prov. do 
Girgenti ; 6.700 h. 

CATV1XJE (Caiua Valerius), poete latin, n« ft Ve- 
rone vera l'an 87 av. J.-C, mort aprea 47. Sea j>o6aiej». 
parmi leaquellea il faut citer lea JVocea de Thtti$ et 
de Pilie, la Cheveture de Berenice, etc., aont ei^gan- 
tea et sinoerea, maia d'un tour aouvent trea libre. 

CATUS [teas], ch.-l. de c. (Lot), arr. de Cahors, 
aur le Vert, affl. du Lot; 1200 h. Ch. de f. Orl. 

CAUCAMs. chalne de montagnea entre la mer 
Noire et la Caspienne, longue de 1.200 kil. La hau- 
teur de aea pica depaaae en moyenne celle des Alpca: 
l'Blbroux a 5.650 met. ; le Kaabeck. B.OOO met. D'aprea 
la mythologie, e'eat aur un dea pica du Caucaae que 
fut enchatne Promethee. (V. ee mot ) 

CACCA01B ? enaemble des quatorze gouverne- 
menta ruaaea situes dea deux cotes du Caucase ; v. 

Sr. : Stavropol, Derbent, Bakou, Tiflii , Datoum , 
',rivan et A^ra ; 9.250.000 h. {Caucaiiew). 
CAmcmmm I Pierre i eveque de Beauvaia, Juge 
inique du parti bourgulgnon; il a'eat acquis tme 



Digitized by VjUVJ 



gle 



CAU 



— U10 — 



CAZ 



trlfte caldbrlte par la. part qu'il prit an proees et a 
U eoadamnatloa de Jeanne d'Arc ; m. en 1442. 

CAtJCSrr (Augustin-Louis), eelebre matbemati- 
eien francais. nia Paris (1789-1857). 

CACMEBBOBlf-CAUX [ Ict-de-hek-an-kd], ch.-l. 
de c f Seine-lnferieure ), arr. d"i*vetot ; 1500 h. 
(Caudebecquai*). Port sur la Seine, ou se fait sou- 
vent sentir le mascaret; ch.de f. O. 

caitbiivb*. v. focrches. 

CAUDICM \om'], anc. t. d'ltalie (Samnium), pre* 
de laquelle se tronvait le defile des Fowche$ Cauduu: 

CAtTMtY. comm. du Nord, arr. de Cambrai, sur 
un affl. de rfcrelin : 10000 h. ; cb. de f. N. FUatures. 

CAULAISCOIBT [kour] (marquis Louis de), due 
de Vicence, general francais, ni k Caulaincourt 
(Aisne^. II fut le representant de Napoleon I«r an 
enngres de Chatillon (IT72-1927). — Son fri-re, Au- 
(iukih, offlcier de cavalcrie distingue, ne. k Caulain- 
court, fut tue a la Moskova (1777-1812). 

C'AtXWBS [kd-ne], ch.-l. de c. (Cotet-du-Nord) , 
arr- de Dinan, sur la Ranee ; 2. BOO h. Ardoisieres. 

CAlHAsYTlN, famiUe de magistrate francais. 
dont plnsleurs ont rempli dea fonctions elevees. 
1* plus connu, Louis-Frakcow (1024-1687), fut le 
conseiller du cardinal de Reta. 

CaiMOirr [monl (Arcisse de), archeologue fran- 
caia, n* a Baycux. II s'occupa de restaurer en France 
l'etude des monuments du moyen age (1802-1873). 

CAUMOlfT, ch.-l. de c. (Calvados), arr. de Bayeux ; 
1.000 h. Ardoisieres. 

C'Airsj [k'>] (Salomon de), ingenieur francais, k 
qui Ion doit la decouverte des propriety de la va- 
pcur comme force motrice (1576-1626). 

<•«»«, 4m prl»el|»e el *« I'nnlt* (De la), eelebre 
ouvrage philosophiquc de Giordano Bruno, publie h 
Londres en 1584. 

C'**««rl«* 4m l«a«l, serie d'etudes litteraJnes, 
interessantes et rcmplies de details curieux, par 
Sainte-Beuve (1851-1862). V. A'oureaux lundis. 

CAl'MABB, ch.-l. de c. (Tarn-et-Garonne), arr. 
de Montauban, sur la Lere, affl. de l'Aveyron ; 4.500 h. 
(Cawtsadaix). Chapelleries, grains. 

« A10MID1BRB (Marc), homme politique ct revo- 
lutionnairc francais, n* a Geneve (1808-1861). 

<'AIM*J1X (Nicolas), Jesuite francais, confesseur 
de Louis XIII, n6 k Troyes. II conspira avec MH»dc 
La Fayette contrc Richelieu, ct fut disgracic. (1683- 
1651). 

CAU0*J11V DB PBRCBYAI* ( Jean-Jacques- An- 
toino, arabisant francais, no k Montdidier (1759- 
183:. . — Son flU. Arw ANr.-PiERRE (1795-1871), fut aussi 
un orientaliste de valeur. 

(AITERETII [rej. bourg des Hautes-Pyrenees, 
arr. d'Argeles, sur le gave de Cauterets. Celfcbres 
eaux minlralcs sulfureuses sodiques; 1.550 b. (Cau- 
terrsiena). 

CAIJX \kd] (pay a de), region de la Normandie 
(Seine-Inrerieurej, au N. de la Seine ; e'est un pla- 
teau crayeux coup6 de vallees, et tombant en hautes 
falaisea, »ur la Manchc ; ch.-l. Lillebonne, Caudebec. 
(Hah. Cauchois.) 

CAYAieiVAC [ve-gnak] (Jean-Baptistc), conven- 
tionnel francais, n6 a Gourdon 

SLot). commissaire aux armecs do 
a Republiquc (1762-1829). — Son 
ftls ain6, Uodefrot, fut un des 
chefs duparti democratiquc sous 
Charles X et Louis-Philippe (1801- 
184^). — Son second ftls. Louis- 
FuotNE, general francais, fut gou- 
verneur die l'Algerie, chef du pou- 
voir executif en 1848, rdprima l'in- 
surrection de juin, mais posa vain- 
nement sa candidature a la presi- 
de nee de la Republiquo contre 
Louis-Napoleon (1802-1857). 

C'AVAIIJLON, ch.-l. dc c. (Vau- 
cluso) . arr. d'Avignon , non loin de la Durance ; 
10.000 h. (Cavaillonnau) ; ch. de f. P.-L.-M. 

C'AYAMAIVTI (Guidoj. eelebre poete italien, ami 
de Dante, ne k Florence vers 1225; m. on 1300. 

tAVALIRR [U-t\ (Jean), chef camisard, ne k 
Rlbaute (Gard). II tint longtemps tele a Montrevel 
ct a Villars. En 1704, il fit la paix avec ce dernier 
moyennant uue pension et un brevet de colonel. 




K. Cfcvtignae. 



Mai accueilli par Louia XIV, a i 

serrtt eontre la Pranoe et moontt gouvernaai 4* 

Jersey (1880-1740). 

CiTaUHU { Francois-Bonaveature ), rfonaeur 
milanais. ami de Galilee (1598-1 647). 

C«v*ll«r*. surnom des partisans royalistea, •>»■ 
Charles I", pendant la revolution a' AcgJ«terre . 
par opposition aux parlementaires, *ppel&* Ttu» 
rondes, 

Cav«n«risi ■■s4lta ■■, drame lyrique en an acte 
et deux tableaux, paroles de Tarrioni-TosceUi et 
Menasct, traduction francaise de P. MUIiet, Butaw 
de P. Mascagni (1890^. 

CAVAIA.U (Francois), compositeur italien, un des 
createurs de TOpera, ne k Crcma (16O0-U76 . 

CAVAIX^ (Tiberius), physicien italien duUniv. 
n* a Naples (1749-1809). 

CATAJ«,comte d'Irlande(pn>T. d Ulster) ; iao.O*nk. 
Cap. Cavan, 8.000 h. 

Csvesa (le). societe bachique et poetique. fc^dee 
en 1729 par Crebillon pere, Piron. Colie. etc. Disper- 
see en 1739, elle se reeonstitua vingt ans plus tard 
avec Pelletier, Marmontel, Suard. CreblUoo ftls. Hel- 
vetius, Gen til-Bernard, etc. La chanson etait saa 
passe-temps prefer*. 

CAVKLIRR icLs BsOI«. V. La SaLLX. 

CAVBLIBK [H-4] (Pierre-Jules), aculptror fraa- 
cais, ne k Paris (1814-1894). 

CATBlfBMII (Thomas), navigateur anglais, ne a 
Trimby, m. au Breall en 1592. 

CAVB1VBMH [vm-dich] (Henri), phvsicien et cbi- 
miste anglais, ne a Nice. II analysa 1 air ataaospae- 
rique, determina la densite moyenne du globe, de- 
courrit la composition de l'eau et fit connaixre ks 
proprietea de rhydrogeae (1731-1910). 

CAVBMTOrj [eanj (Joeeph-Bienaime), pha 
francais, ne k Saint-Omer; 
decouvrit avec Pelletier la 
quinine en 1820 (1795-1877). 

CATOUR (CamUle Bbkso, 
comte de), eelebre homme 
d'Etat italien, ministre de 
Victor-Emmanuel, n* k Turin ; 
11 pr^para l'unite de l'ltalie. 
Esprit incisif et etincelant, 
doue d'unc volonte energique 
et inflexible, son activity 6tait 
telle qu'il ne donnait que 

auatre heures au sommeil. 
uelqu'un l'ayant compare 
k Richelieu, moins le sang : C*rt»mr. 

• Et moins la soutane •, repliqua-t-il (I8l0-lf41s. 

CAW1VFOBB, v. de l'lnde anglaise (vice-goar. 
des Provinces-du-Nord-Ouest); 198.000 h. 

CAXTOIV [kakt-ton] fWilllam), typographe an- 
glais. II imprima en 1477 le premier livre para en 
Angleterre (ven 1422-1491). 

CATBMHB [ka-ie-ne], cap. de la Guyane francaise. 
dans Tile du meme nom; 12.500 h. (Cayenncit* 
Port sur FAtlantique. Lieu de deportation. 

CAVBT [ka-il] (Palma), historicn et controvfr- 
siste francais. ne a Montricbard (1525-1610). 

C'AYBITX-flUK-HBm [ka-ieu. comm. de la 
Somme (arr. d' Abbeville) ; 3.600 h. Port (au Hourdeli 




et plage sur la Mancbe. 
c'ayla 



PA1XA [Are] (Zo« Tallom, rom/ecase rfn), eoafideate 
et amie de Louis XVIII (1784-1850). 

C'AYl^am [Are-J (Le), ch.-l. de c. (Herault), arr. de 
Lodeve, k la source de la Lergue ; 650 h. 

CA YJLUfl [ke-iu$$] (marqui$e Marie-Marguerite &; 
nee dans le Poitou, parente de M»« de M»jn*^?^» 
Elle a ecrit dee Sottvenirt tres niquants aur la eov 
de Louis XIV et la maison de Saint-Cyr (1C73-1729). 

CAY1.U6I (comte de), ne k Paris, flit de U preee- 
dente, archeologue distingue, membre de rAcadenie 
des inscriptions (1692-1765). 

CAVLVB, ch.-l. de c. (Tarn-et-Garonne), arr. de 
Montauban, but la Bonnette, affl. de rAvevrua; 
3.700 h. 

CAYOR [ka-iorl region de la Senegambie, babi- 
i6c par les Ouolofs ; a la France. 

« AYUEa [ke-re], ch.-l. de e. (Haute-Loire), arr. 
du Puy, pres des sources de la Gagne ; 1.700 b. 

CABALBM [Id**] (Jacques de), membre de rAasem- 
blcc constituantc, ne a Grenade (liaute-Garonne). 



Digitized by VjUOv 



IV^ 



CAZ - 1 

un des orateurs du parti royaliste ; e'migra apres lo 
10 aout (1716-1808). 

CAMMMM \*alss ou sa/i, ch.-l. do c. (Lot), arr. dc 
Cahors, sur la Masse, affl. du Lot ; 8"0 h. 

CABAMAMCB, fleuve de la Senegambie, dont le 
bassin appartient a la France. 

CABAC ou CABACX [zd (itang de), situe pres de 
l'Atlantique, partie dans la Gironde, partie dans 
les Landes. 

CABACBOM [xdj. ch.-l- de c. (Gers), arr. de Con- 
dom, sur la Douze ; 2.600 h. 

CAlilM (re), ch.-l. de c. (Haute-Garonnel arr. 
de Muret. sur la Garonne ; 2.700 h. Ch. de f . M. Pechcs. 

CABI1V (Hubert-Martin), celebre imprimeur fran- 
cais, ne a Re ims (1724-1793). 

CABOTTB (Jacques), litterateur fecond et agrea- 
ble. n<5 a Dijon en 1720; auteur du Diable amourcux, 
decapit* en 1792. 

CBAKA, un des Etats unis de la republique du 
Bresil^sur rAtlantique ; 104.150 kil. carr. ; 806.000 h. 
Ch.-l. Fortalesa ou Ceara. Caoutchouc, coton, canne 
a sucre ; cafe. 

CBBB0 [ftew], philosophe grec, disciple de So- 
crate (v« s. av. J.-C.) ; il figure dans plusieurs dia- 
logues de Platon. 

CKClft., famille anglaise qui a fournl plusieurs 
hommea d'Btat. Le plus fameux, 'William Cecil, Cut 
ministre de la reine Elisabeth (1520-1598). 

CKClft.fi (saintc), vierge ct martyre romaine, vers 
230, sous Alexandre Severe. Patronne des muai- 
ciens. Fete le 22 novembre. 

C*elto ($ainte), chef-d'oeuvre de Raphael, pinaco- 
thequc de Bologne; — du Dominiquin, au Louvre: 
— tableau de Carlo Dolci (Dresdc) ; — de P. Mignard. 
au Louvre ; — de Veronese (Vienne) : — de Rubens 
(Berlin). 

CBCBBsMI [kropss], pcrsonnage d'origine egyp- 
tienne, qui aurait ete le premier roi de l'Attiquc. II 
aurait enseign* l'agriculture aux Grccs, ct fonde 
Ath&nes et rAreopage. 

CIlBllOW (le), torrent de la Judee, celebre dans 
la Bible, qui separe Jerusalem de la montagne des 
Olivicrs et se jette dans la mer Mortc. 

CBIftXlBB [IU] (dom Remi), savant bencdiotln 
francais, ne a Bar-le-Duc, pricur dc l'abbaye de Kla- 
vigny (1688-1761 . 

t'*l«4*a, personnage de YAstre'e, celobre roman 
de d'L'rfe. Ce nom est devenu svnonynie d'amaot 
constant, langoureux, discret et timide. 

CBftJB (le), riv. dc Prance, qui nait au massif du 
Cantal, arrose Pigeac et se jette dans le Lot 
(riv. dr.); 102 kil. 

CBLBBBS, lie de l'Oceanie, dans la Malaisie hol- 
landaise; environ 2 millions d'h. (t'e'Ube'ens). Cap. 
Macassar. Or, diamants, bois prccicux. 

CBLKVO, unc des Harpies. 

CBLBMTB-BMPimB, nom donne parfois a la 
Chine, dont l'empereur est appel* Fils du CM, et 
les habitants les Colettes. 

CBJLBBTBS (monts). V. Thian-Chan. 

CBLBBTM 1" (saint), pape dc 422 h 432 ; — Ck- 
lestik II, pape de 1143 a 1144: — Cklbstih III. pape 
de 1191 4 1198; — Cxlestin IV, pape pendant seize 
jours en 1241 ; — CftLESTro V (saint), pape en 1294; 
il abdiqua et fut emprisonne par ordre de Boni- 
face VIII; m. en 1298. 

C4llss*w«. personnage du Misanthrope, de Mo- 
Here, type de la femme jeune, belle, coquette, in- 
souciante, medisante et spirituelle. Son nom est 
rest* k toutes les grandes coquettes du theatre : 
e'9st une Cittmkne. 

CBLLAMABB (Antoine de), diplomate espagnol, 
ne a Naples, ambassadeur d'Espagne a la oour de 
France pendant la minoritede Louis XV. Ilconspira, 
pour servir les projets d'Alberoni, contre le Regent, 
mais fut arret* et reconduit a la frontiere (1657-1783). 

CBLLARIVS [ass] (Christophe Kiunt, dit). phi- 
lologue, historian et geographe allemand, ne a 
Smalkalde (1638-1707). 

CB1AJB ou BBLftJB, v. d'Allemagne (Prusse, pro v. 
de Hanovrej. sur l'Aller ; 19.000 h. 

CBIXBS1BB \ri-4\ (Jacques), arehitecte francais, 
no a Dijon (1742-1814). 



C6N 



C8SI*ftJ!«-tflJB>-BKLft.B [«!-/«], ch.-l 
"-— ' J " "-"b; 1.600 h. 




B, Ollmi. 



, .,, do c. (Deux- 

Sevres), arr. de Melle; 1.600 h. 

CKL.ft.liVl Benvcnuto), celebre grave ur, statuairo 
et orfevre italien, ne k Florence. 
Son nom resume l'ensemble des 
travaux d'orfevreric accompli* au 
xvi« siede. Francois I" l'attira k 
sa cour (1500-1571). 

CBLBB (saint), martyr, ne a Ci- 
miez, pres de Nice ; m. en 69. Fete 
le 28 juillet. 

CELMB, medecin celebre du - 
siecle d'Auguste. II suivait la doc- 
trine d'Hippocrate, et merits, par 
la purete do son style, d'etre ap- 
pel* le Ciciron de la midtcine. 

CBL.MK, philosophe qui vivait a 
Rome sous les Antonins (u* s. apr. 
J.-C.), celebre par ses attaques contro le christia- 
nisme. 

CKLMlUfl \uss) (Olof), savant suedois: il fut le 
maltre dc Linn6 (1670-1756). — Son neveu, AndkA, 
fut un astronome distingue (1701-1744). 

CB1.TBB, peuple de la race indo-germaniquc, dont 
lea grandes migrations remontont aux temps pre- 
historiques ; il couvrit d'abord l'Europe centrale, 

6uis fut refoule en Gaule, en Espagne dans les lies 
ritanniques et absorb* par les Romains. (Cost en 
Bretagne, dans le pays de Galleo et en Irlande que 
le type et la langue celtiquea se sont le mieux con- 
serves.) 

CKft/riBBBBB, peuple de l'ancienne Bspagne 
(Tarraconaise), melange des races celtique et Ibe- 
ria ue. 

CKlvriQI'B. partie de la Gaule ancienne comprise 
entre la Seine ct la Garonne. (On dit encore quel- 
quefois Gaule Chevtlue.) 

CB1VACJUB, nom donne k lachambre, k la reunion, 
dans laquelle Jesus-Christ institua la cene. Par est. 
Reunion quclconque d'individus groupes dans un but 
commun. En particulier, on designe, sous le nom dc 
cinacle, le cerele de litterateurs reunis, vers 1828, 
autour do la ieune gloire de V. Hugo; e'etaient, 
notamment, Alfred de Vigny, Jules de Resseguier, 
Emile et Antony Descharaps, etc. 

CBMCl [sin-sil famille romaine des temps mo- 
dernes, aussi celebre par ses crimes et ses malheurs 

3ue par ses riehesses. Francesco Ce»ci. cruel et 
Abauche. fut assassin^ a l'instigation de sa fllle 
Beatrice, de sa femme et de ses deux (lis, qui peri- 
rent tous quatre sur 1'echafaud en 1599, sur l'ordre 
du pape Clement VIII. Le Guide a laisse de Beatrix 
Cenci un admirable portrait. 

OadrillM fsan], nom de l'he'roTne et titre d'un 
des plus charmants contes de Perrault Cctte jeune 
fllle, maltraitee par sa mere, dedaignee de ses socurs 
et conflnee dans la cuisine, est l'objet de frequentes 
allusions do la part des ecrivains. 8a fameuse pan- 
toufle de vair est egalement rappelee pour caraete- 
riser un pied d'une petitesse extraordinaire. Le nom 
de Cendrillon a pass* dans la langue pour designer 
une petite fllle mal v*tue, negligee dans sa tenue. 

Ce«slriUsMs a titre d'un grand nombre de pieces, 
de feeries, tiroes du conte de Perrault ; — opera- 
comique en trois actes, paroles d'Etienne, musiquc 
de Nioolo (1810); — ou la Cenerentola, opera bouffe 
en deux actes. paroles de Ferretti, partition d^li- 
cieuse de Rossini (1816) ; — opera-comique en quatre 
actes st six tableaux, paroles de Henri Cain, mu- 
sique de Massenet (1899). 

C*sm (la), grande ct magniflque fresque peintc 
par Leonard de Vinci dans le refectoirc du couvent 
Santa-Maria-delle-Grazie, k Milan ; cette oouvre ce- 
lebre est aujourd'hui tres degradee ; — fresque de 
RaphaAl, au Vatican (Logos) ; — tableaux de Vasai i, 
de Frants Porbus le Jeune, de Gerard de Lairesse. 
au Louvre ; — de Dagnan-Bourcret, amvrc puitfsanto 
et bardie (1896). 

CBJVIB [ni], mont des Alpes (3.170 m.), pr^s du- 
quel on a perc* un tunnel de 12 kil., entre Modane 
(France) et Bardonneche (Italic), et qui fut ouvert 
en 1871. La grandroule do Lyon a Turin pamc par 
le col du Mont-Ctni*. 

CBBBBlAMIf [man], peuple de la Gaule, qui avait 
pour cap. Cctiumuni (Le Man»}. 



Digitized by VjOOQiC 



CEN 



— 1212 - 



C6R 



_ », now dc deux magistral romains dont 

la fonction consistait a fairc lo reccnscment ou 
cent des citoyens, a imposer leurs propriete* et a 
surveiller les mneurs publiques. 

CBM0«Kl*lf» \sin, nuss}, grammairicn et chro- 
nologiste italien du m* siecle. 

€•■« •■■ (gueirc de), cntre la France et l'Ansle- 
terre, do 1337 a 1*63. Cette guerre desastreuse fut 
amende turtout par la rivalitede Philippe de Valois 
et d'Edouard III d'Angleterre, qui (a la mort de 
Charles IV, dernier Capetien direct, mort sans he- 
ritier) pr£tendait avoir des droits t ur la couronnc do 
France, parce qu'il etait flls d'Elisabeth, Mlo de 
Philippe le Bel. Philippe de Valois est proclame roi 
de France sous le nom de Philippe VI. Sous son 
regne, les Francais sont battus a Crecy (13*6) et per- 
dent Calais (13*7). — Sous Jean le Bon, le prince 
Noir triomphe a Poitiers (13S6), et la France, divas- 
tee par la Jacquerie, affaiblie par les discordes pa- 
risiennes (Etienne Marcel), est obligee de signer le 
desastreux traite de Bretigny (1360). — Sous Char- 
les V, la sagesse du roi et surtout la bravoure de 
Du Ouesclin releverent la France. — 8ous Char- 
les VI, la guerre civile (Maillotint, Cabochiem, 
Bourguignons et Armagnact) et la folie du roi favo- 
riscnt de nouveau les progres des Anglais, qui ga- 

Snent la bataille d'Azincourt (1*15) et impotent le 
onteux trait* de Troyes (1*20). — Sous Charles VII. 
Jeanne d'Arc reveille le patriotisme francais ; 1 he- 
roine dilivre Orleans, fait sacrer le roi a Reims, mats 
est prise a Corapiegne et bruise a Rouen (1*31). — 
Cepcndant, l'lmpulsion est donnee, les Anglais sont 
battus a Formigny (1*50), a Castillon (1*63), et chas- 
sis du royaume, Bauf de Calais, qu'ils conscrvent 
jusqu'en 1558. 

C«at aouvellca nonveiles (les), contes unite* de 
Boccace. attnbues a Louis XI, mais composes en 
rialite par Ant. de La Salle. 

CBKTAUBK (le). constellation australe situec 
au-dessous de la Vierge. 

CKXTAlRKft \»an-td-re], race d'hommes sauvages 
vivant, suivant la fable, entre le Pelion et l'Ossa. en 
Thessalie. lis vinrent troubler les noces dc Pirithojis, 
roi des Lapithes ; un furieux combat s'engagea, et lc* 
Centaures furent extermines par 
les Lapithes. Les poctcs en ont 
fait des monstres fabuleux, inoitie 
hommes, moitie. chevaux. 

CBNT-nIOI Rft (le$). temps qui 
s'ecoula depuis le 20 mars 1815, 
rentr6e de Napoleon a Paris, jus- 
qu'au 28 juin, date de la seconde 
Kcstauration. (Cette partie du gou- 
vernement de Napoleon fut mar- 
quee par un essal de gouvcrne- 
ment plus liberal [Acte addition- 
ml], par la campagne de Belgiquc 
et le desastre de "Waterloo.) 

CECTWB [Mn-tre] (canal du). 
canal qui unit la Sadne a la 
Loire ; fl va de Chalon-sur-Sa6ne 
a Di*oin et dessert la region in- 
dustrielle du Creusot, Montceau-li 
127 kil. Traflc Ires actif de houille, bois, etc. 

C'EXT-NlIlfiMBM, v. la partie langue. 

1'eatnries) de Nostradamus, predictions en qua- 
trains inigmatiques, qui ont cu unc longue vogue 

V'isMET \pi) (cap), situ* dans le dep. du Var, entre 
Toulon et la presqu'ilc de Giens. 

(KPHALE, Ills du roi de Thessalie. Hermes. 11 
• pousa Procris, princcsse ath^niennc, la percainvo- 
lontairemcnt d'un dard a la chasse et. de descspoir, 
sc tua en se precipitant du haut du rocher de Lcu- 
mdo. II a donne son nom a Tile ty.jthalonit, ou il 
s Ytnit retire (Myth.). 

t'KPHALOXIE,laplus grandc d.-s i\,-< Innimnos ; 
a la Givee ; 81U.0O h. Capit. Argnitnli ; 9X*») h. 

<I£PIIIME, noins de plusieurs tleuves de la Orecc 
areienne. Lc phi* eonnu. voisin d' Athene*, se jetait 
dans la bale de Munxeliic. 

C'KHAMii-MMi'U'uilcdcK ilea Muluque* ; 10U.0U0 h. ; 
.mux lltillandais.' 

Crramiquo He '>, quartier d' Athene?. <]ui tirail pr<>- 
balileimuLiou iiuiu dc uonibi'cubt-a I'abnquc&dc pule- 




i-Mincs 





rirs qui s*j trouvaicnt. La *'eiendait la grandest*- 
pole d'Athenes.aujourd'hui en grandc partie dA Ma y w 

(KKiMOXTB (auj. Ktra*oun)j v. du Pont. bed- 
Ins en rapporia le* premiers censiers (71 av. J.-C ■ 

(KRBERE (ia/>), cap des Pyrenees-Orieiitates 
pies de la petite viile de ce nom, 4 la froncitrt «« 
la France et de l'Espagne. 

4 IHHKRi; chien K trois Wtes. gardien 4e Teaf^r 
paicn. La lyre d'Orph^e 1 endormit par s<s s^sj 
melndieux, auand le poete de§- 
cendit danB le sombre royaura* 
pour ramener Kurydice. Sui- 
vant Virgile, Enee mit en de- 
I'aut sa vigilance avecun gdttau 
d>- mid que lui avait donne la 
sibylle de Cumes. Hercule fut 
lc seul qui le dompta; il l'< 
chaina, I'amcna a Tr^zene. puis " 
le renvoya aux Enfers. Le nom 
de rerbh-e est devenu unc des plus energiques pxpref- 
sion* de notre langue pour designer un gmrdaea ia- 
traitable. On fait aussi allusion au fameux g JTxn de 
miel quand on vent caracteriser les precauunaa q^e 
Ton prend. les sacrifices que Ion fait poor satt- 
fairc des exigences redoutables. 

CKHD.t. v. La Cntsa. 

ri;nnAb\i:, pay > sur les deux 
versanta des Pyrenees, partie en 
Kspagne { Catalogue ) , partie en 
France (d6p. des Pyrenees-Orien- 
tal.^.', iilab. CerdagnoU ou Cer- 
ilans,] test une large valine, ou 
coulent, vers la Franoe, la Tet, 
et vers l 1 Espagne, la Segrc. 

(1HF (to), riv. de France, a 

sa source dans le massif du Cantal 

ct se jette dans la !><.rd<»gne (riv. 

g.); 110 kilom. Belles porges. 

(HlllllS rKBIUW,^ 

ngral de Vespasien II vainqoit 

laves ct des Uauiois revoites («uj. 
CEHS0 [ri$a], fllle de Saturne et 
de Cybele, decsse latine de Tagricultuxe, ideoUiee 

£lus tarda la Zieme'/ergrecque. Son nom apasatdaa* 
i langue et se trouve dans oes expressions sowtxt 
employees : to blonde Cirt» ; le* dons. It* primrnt*. im 
trisors de Ctrl*, pour : le bie, les cexeales, la Eaetssoa. 

CBHJCT [«•], ch.-l. d'arr. (Pyrene>s-Orieatalcc ; 
sur le Tech ; a 31 kil. S.-O. de Perpi^naa . J.we a. 
Fruits, bouchons. L'arrond. a * cant. ** «x»sasu 
*6.800h. 

CKRICIICOLA, v. du royaume d* Italic. pr*s is 
laquelle Oonzalve de Cordoue defit les Fna$** 
en 1603 ; 24.000 h. 

CRsslQO, une des lies Ioniennes, au S. de U 
Moree; a la Orece; 15.000 h.; ch.-l. Capmli , ; e'e* 
l'antique Cythere. 

CKRIXLY [// mil], ch.-l. de c. (AJlier). arr *• 
Montlugon ; sur la Marmande, affl. du Cher ; 1 «fi k. 

CBRINUM r*»-«J. ch.-l. de c. (Yonae}. arr *• 
Joigny. sur un affluent de la Vanne; 1.1*7 h. 

CKBWOLES, village d' Italic (PiemoatV En fett- 
les Francais. commandos par le comte d'Enghiec ; 
deflrent les Espagnols et les Imperiaux. 

CKKIST-LA-slAlXB. ch.-l. de o. fHaaehe . arr 
de Coutances; sur la Soulle, trib. de la Mascae. 
1.4S0 h. 

4 EMBAY [ze], ch.-l. de c, (Deux-Sevres). arr s> 
Bressuire, pris la Sevre Nantaise ; J. 000 h. ; eh. de 1 
Etat. Granit. 

CBHNAV Tser-ne], ancien ch.-l. de c (Haat-RJus 
arr. de Belfort ; sur la Thur, affl. dc I'Ul ; *.** k 
Cede a 1'Allemagne. 

(EltalMfHI [hi] (Henri), homme politique et 
economiste italien, ne a Milan. II lejrusteai BBourast. 
a la ville de Paris, une superbe collection 4 «*jew 
dart japonais et chinois, r^unis dans son hotel de- 
venu depuis le mime Cernuschi (1821-1896'. 

IKRITTI (Joseph), iesuite pi*m«ntai*. n* » 
Turin : il vint sc fixer en France. embra»*a l<-& td«<* 
dc I'lM, ft fut depute a la Legislative ^I7i»-l7^i . 



C*»4». 



Digitized by 



Google 



CER 



- 1813 - 



CMA 




CtrttaUa, 



tBHVANTBf [Mm] (Michel tie), celebre 6crivain 
esjpagnol, ne it Alcala de Henare*. auteur de Don 
Quichotte de /a Mancht (v. pon 
quichotts) et d'un grand nom- 
bre de comedies. Cervantes fut 
un heros avant d'etre un grand 
ecrivain : 11 fut bless* a la ba- 
taille de Lepante et resta cinq 
ant prisonnier des pirates 
barbaresques. De retour en 
Bspacne, il se consaora a la 
litterature (1847-1616). 

CsUtVUf (mom), ou MAT- 
TBMHOAlVf sommet des Al- 
pes Pennines, entre le Valais 
et le Piemont, et dominant la 
vallea de Zcrmatt; 4.482 m. 

CBBVltNB, ch.-l. de c. (Corse), arr. de Bastia, 
•ur le mont Castello; 1.660 h. 

CBBWB1JB (Arnaud de), surnomme Varchipre'trt, 
chef de grandes eompagnies, un des plus audacicux 
aventuriers francais du xiv« siecle. 

CHU1BI fs^-re] {taint}, evequo d' Aries, ne a 
Chalon-aur-Saone ; combat tit l'ananisme (470-542). 
F«te le 27 aoot. 

CBBAIKB iss-re] (taint), frere de saint Oregolre 
de Naxianze, medecin des empereurs Constance et 
Julien (329-368). Pete le 25 fcvrier. 

CBBALMV (Andre), naturaliste, medecin et phi- 
loeophe italien, ne k Arezso ; il reconnut le premier 
le sexe dans les fleurs (1519-1603). 

CifAB (Jules), celebre general romain, Fun des 

51 us grands capllaines de I antiquite. II se disait le 
escendant, par Bnee, do Venus ct d'Anchise. De 
bonne heure Ires populaire dans le peuple, habile, 
eloquent, energique et d'un merveilleux sens poli- 
tique, 11 affeeta d'abord de servir, contro le tout- 
Cuissant Pompee, la cause du peuple. Consul en 59, 
i conqueie des Oaules (69-51) lui donna la gloirc 
militalre, et aussi une armec d6vouee. Rival declare 
de Pompee, apres avoir un moment form* avec lui 
et Crassus un triumvlrat, il se debar- 
rassa bientot de son adversaire a la 
journee de Pharsale, et dent ses lieu- 
tenants a Thapsus et a Munda (46). De 
retour k Rome, il gouverna en dicta- 
te ur , mais sans exces , retablissant 
l'ordre en Italic, sans cesser de favo- 
riser la democratic. Cest alors qu'il 
ecrivit ses fameux Commentaires sur 
la guerre des Oaules. Mais une cons- 

{liration se forma contre lui, entre 
es aristoerates du Senat, ou meme 
entra le propre fllleul de Cesar, Bru- 
tus, ami de fantique liberte romaine. c , 
Cesar fut assassin* au milieu du Senat, 
aux ides de mars (101-44 av. J.-C.). — Le nom de Ci- 
gar, comme celui a" Alexandre, est rcste synonymc 
de grand guerricr, de conquerant civilisateur. — Dif- 
fer en tea clrconstances de la vie du celebre dictateur 
ont donne lieu a des allusions litteraires : 1* J'ai- 
merais mieux itre U premier dan* un village que le 
second a Rome, mots que repondit Cesar en traver- 
sant un pauvre village perdu au fond des Alpes, k 
ses amis qui lui demandaient, en plaisantant, si Tarn - 
bition du pouvoir et le desir des dignitc* occasion- 
naient aussi des debatsdans cette bourgade. 2* Fran- 
chir le Rubicon (v. Rubicon). 3« Tu portes Cesar et *a 
fortune, mots que Cesar, monte dans une fragile 
embarcation et assailli par une tempete, fit entendre 
au pilote epoovante, qui voulait rentrer au port. 
Dans l'application, cette phrase exprime la con flan cc 
qu'on a en son etoile. 4* Soldat, frappe au visage, 
ordre Que Cesar donna a ses vieux legionnaire* k 
la bataillc de Pharsale, parce qu'il savait que les 
jeunes patriciens de I'armee de Pompee fuiraient 
pour ne pas etre deflgures. 5* Veni, vidi, vici, - le 
Huis venu, j'ai vu, Jai vaincu • (v. partie rote). 
6* Tu quoque, fili mi, « et toi aussi, mon flls ». V. 
Brutus. 

Cdaar [UUtoire de Jules), ouvrage inachevc paru 
en 1866-1866 sous la signature de Napoleon III. 
L'empercur y expogalt laiameuse tbcorio des ■• hom- 
me» providentieln -, au nombre dcKqucls tans doute 
il »e comptait. 




Wwir (Jules), tragedie en cinq actes do Shak- 
speare ; e'est la mort du dictateur mise sur la scene, 
mais le heros veritable de la piece est Brutus (1601). 

C^aar (la mort de), tragedie de Voltaire, en trois 
actes et en vers (1743). 

Cdaar 9lr *u* mm, run des principaux romans de 
U. de Balsac; e'est la satire des ambitions de la 
bourgeoisie avide d'honneurs et de grandeur. Cesar 
Birotteau est le type de I'hommo profondement 
honnete, mais faible, ebloui par la fortune et des- 
tine a devenir la victime de faux amis et d'intri- 
gants (1842 : 1852). 

CMAHU, ville de l'ancienne Cappadoce, aujour- 
d'hui KaUariih. 

CBiAUB, v. de Palestine, autrefois Sebaste. II 
n'en subsiste que des ruines. 

CBSJAitOTTl (Melchior), professcur et litterateur 
italien, ne k Padoue (1730-1808). 

CvisJAsasi (les douze), nom sous lequel on designe 
J. Cesar et les onze premiers empereurs romain s : 
Auguste, Tibere, Caligula, Claude, Neron, Qalba, 
Othon, Vitellius, Vespasien, Titus, ct Domitien. 

Cimsuru (les Douze), ouvrage biographiquo et anec- 
dotique sur les douze premiers empereurs ro mains, 
par Suetone. Ces recits, dont Texactitudo par alt in- 
contestable, sont ecrits sans recherche, avec une 
profonde impassibility. 

Cstsn (les), ou Is Banquet, ouvrage de I'empe- 
reur Julien ; tableau satirtque des vertus, des vices 
et des travers des empereurs ; le* portraits y sont 
traces aveo une admirable v6rite; le style est naturel 
et elegant (iv* siecle ap. J.-C.). 

CKTMBQUfl \ghuss], nom d'une illustre famille 
de Rome. L'un de ses membres , complice de Cati- 
li na, fut et rang!6 sur l'ordre de Ciceron 63 av. J.-C). 

CBTTB, ch.-l de c. (Herault), arr. dc Montpellier, 

Krt actlf entre la Mediterranee et l'etang de Thau ; 
.500 h. (Cettois). Ch. dc f. M. Ecole navale d'hydro- 
graphie. Grand commerce de vins. 

CKTTIG!VB ou CBTlttWB, cap. du Montenegro: 
3.000 h. 

CKUTA, v. d'Afrique, au N. du Maroc ; appartlent 
a TEspagne ; 10.000 n. Port sur la M6ditcrranee, en 
face.de Oibraliar. 

(WBIVIVKSI, montagnes du centre de la France, 
qui forment comme le talus oriental du massif Cen- 
tral francais. Dans son acception propre, le nom de 
Civtnnes n'est donne qu'aux montagnes qui s'eten- 
dent du dep. de l'Aude (montagne Noire) a celui de 
la Loire (monts du Beauiolais etdu Charolais', mais 
is on designe a tort sous ce nom la serie 
4 ^ ■-- *■ " teau 

Me- 
.,... Pilat 
(1.434 vaX le massif du Loxerc (pic Finiels, 1.702 m.), 
i'Aigoual, le pic de Nore, dans la montagne Noire 
(1.210 m.), etc. (Hab. Civenols.) 
€*>•■■ W (guerre des), guerre religieusc ameneo 

Kr la revocation de l'edit de Nantes (1683), ct oa 
rent commises d'aflreuses cruautes. V. Camisards. 

CST1«AIV fseWan], He au S. de I'llindoustan, dont 
elle est separee par le detroit de Palk; app. aux 
Anglais ; 8.673.000 h. (Cingalais ou Cinghalais). Cap. 
Colombo. Pierres precieuses, rubis et saphirs, vege- 
tation tropicale, the, epices. 

CBYIERJAT [^-s^-ri-al, ch -I. de c. (Ain), arr. de 
Bourg, sur la Vallierc, a.-affl. dc la Saone; 9'>0 h.: 
ch. .de f. P.-L.-M. 

CBKB (/«),'riv. qui a sa source dans la Lozere. pnn<«c 
k Bagnols et se jettedans le Rhone (rive dr.): 100 k. 

CslABAiVAIsj \ne,, ch.-l. de c. (Charente;, arr. de 
Confolens ; sur la Vienne ; 2.000 h. <h. de f. Orl. 
Commerce dc bestiaux. Patrie de l.n Quintinie. 

f^HABAIVlVBfJ, fainille du LimouKJM, qui produisit 
au xv« et au xvi« siecle des capitaine* cilrbros. Lo 
plus fameux, Jacqurb dr Cu ad annk* (1400-14^3). «er- 
vit sous le regne de Charles VII. — Son frcre cadM, 
Antotor de Cuabaknrh, se signala avec Jeanne d'Arc 
au siege d'Orleans ; il instruisit lc proces dc Jacques 
Cceur 1411-1488). 

CHABA3TON (Paul Michel dr\ Iitt<-ratcurfran9ais, 
mediocre poete mais erudit distingue, membrc de 
i'Academic francaise. n* a Sainl-Dominguc l73o 1192% 

CBABAB 'bu**} 'Franc"i.»-T"seph) , Egyptologue 
francais, n« a Brian^on 1 1H17-1W2;. 



des montagnes qui se prolongent Jusqu'au plate; 
de Langres. Les principaux sommets sont : le M 
zone (1.764 m.), le Gerbior-d&Jonc (1.551 m.), lc Pil 



Digitized by 



Google 



CHA — " 

ATS bati ..v de8erbie;*itrlaSave;li.0Wh. 
tntT her Sm C+emUm mtmrqui* Jo*eph-Ber- 
aard de . amiral et astronome francais, ne a Tonftoa 
(1724-1805/. 

CBABC1IX, eh.-I. de e. Drome), arr. de Valence, 
•or U Veoure. afll. da Rhone ; 3.00Q h. Soie. 

CSjABtLAUl Ate . aneien pays de Franc*, traverse 
mt u Dranse ; ch.-l. Thoaon, dan* la Haute-Savoie. 
(ilab. Ch+blauien* ) 

C&LAMMAn 'bli\. ch.-l. de c. i Yonn«' . arr. d Auxerre ; 
2.J00 h. Vins blanes renommes. 

HIMT r fro Philippe d«,. amiral sous Fran 
colt I*' (1480-1543;. Son tombeau. qui e»t aa Louvre, 
est tin de* chefs-d'oeuvre de Jean Cousin. 

1M.HIT r oo] fFran^oit,, fameux conventional, 
ne * Saint-Geniex, decapit* sous la Terreur ; avail 
*te capuein avant la Revolution (»<n i^S-1794). 

< ■ABmiAJI [<f«;, general athenien , il luUa avec 
bonbeur contre Agesilas et Epaniinondas. et peril 
a Chio, pendant la guerre Sociale '357 av. J.-C.). 

rmajmiBR 'frri-<;(Eminanuel;, compositeur fran- 
cais, ne a Ambat, auteur de Gwendoline, du Roi mal- 
grilui, oeurres d'une inspiration gr*cieu*e ( J 842-1893/ 

CmACm ou CMaAJI C«AC4>, region desertique de 
r Amerique du 8ud\ an nord de la Republique Ar- 
gentine. 

UUCTAffcAas-faMj ou TBTBW-ri-ATM, In- 
diens Peaux-Rouges de l'Amerique du Nord, can- 
tonnes dans le tnritoin Indian, entre 1' Arkansas 
et le Texas. 

«fj AWAIT de B«m^ foM (romte Louis-Charles 
du), aniiral francais ne a Nante«; il servit la France 
69 an*: m. sur l'echafaud rerolutionnaire '1708-1794). 

CHACJltY, ch.-l. de c. (Saonc-et-Loire), arr. de 
Chalon-sur-saone, sur la Dhcune et le canal du Cen- 
tre ; 4.700 h. ; ch. de f. P.-L.-M. 

CbAh-PJAsaeti (le). V. BcnAH-NaiiKH. 

CtlAllXAlVP [cha, 11 mil., an), ch.-l. de c. 
(Mayenne) arr. de Laval, but l'Ernce, affl. de la 
Mayenne; 1.700 h. 

(mAIIXB-LBP-MAKAlft, ch.-l. de c. (Vendee), 
arr. de Fontenay-le-Comte ; 2.200 h. 

CHAIUJB-LOUC* (Charles), explorateur de 1 A 
frique centrale, ne a Baltimore en 1843. 

CMAIMB-PIEV (M, ch.-l. de c. ( Haute-Lolre), 
nrr. de Brioude ; 1.800 h. Rcstes dune abbaye fondee 

Kr saint Robert, en 1046. Remarquable ejflise ab- 
Uale de style gothique, construitc au xrv« siecle. 

CHAL.ABRB, ch.-l. de c. (Aude). arr. de Limoux, 
«ur 1'IIers, affl. de la Garonne ; 2.200 h. 

CBAXAia \li] {comte de), favoridu roi Louis XIII ; 
accuse de conspiration contre Richelieu, 11 fut 
arrfttc a Nantes et decapitc (1599-1626). 

CHALAIB, ch.-l. de c. (Charente), arr. de Barbe- 
zieux, sur la Viveyrone et la Tude, affl. de la Dor- 
dogne ; 900 h. ; ch. de f. Orl. 

CHALAMOCT [mon], ch.-l. c. (Ain), arr. de Tr6- 
voux, dans la Dombes; 1.700 h. 

CHAIA'KPOIXB [kat], anc. v. de l'Asie Mincure 
(Hithynie), a l'entreo du Bosphore de Thrace. (Hab. 
Chalvtdonien*.) D'importants conciles y furent tenus, 
notammenten 1431, pour la condamnation des mo- 
nophysites. 

CNALCIBIQIB, presqu'Ue de la Turquie d'Eu- 
rope, entre les golfes de Salonique et d'Orfano. Oi- 
sements metalliferes. 

CHALCIB [kal-ni$B\ ou KHALKIPJ [kal-kiss], cap. 
de 1'Kubee (aujourd'hul Negrepont), et qui porte 
aussi les noma de KuMe, Halicame, Uypwhalcis, 
Kuripo; 10.000 h. 

rHALTO!VPYI*A*l \kal, lass], savant grec II se 
r6fugla en Italic apres la prise de Constantinople 
pnr les Turcs (1463). 

CHALBBB [ked-di] ou ■LA»BOl!*l%«H ou 
HALDOl. nom du pays que les historiens grec* 
appellont Babylonie, et qui avait pour capitale Bo- 
by umc. (llab. I'haldeeni.) 

Chalet [li] (le), opera-comique en un actc. paroles 
de Scribe et de Mclosville, musique d'Adam ^1834): 
couvre chormantc, uhef-d'oouvre du compositeur. 

CHA£,«mijr (Francois), orchitocte francais, ne a 



I - CHA 

Pari*, avqael on dost le plan de TArr 4m t rim mm fMt 
it fBtmU (17SMSUL 

nsjainm U-4 (Joseph), rerohrtiovataire d"*rv 
gine plenoataue, chef da parti ■wl a gnaiJ si Lyosu 
Son execution fat la signal de rxascnrreeliosi «V 
Lyon contre la Convention <17*7-I7W*. 

auuCVT, faaulle de fosdears ca br o na e. eta- 
bbe en LorraUe depaia le rf sieeie ; r« da s» 
membres. Asronra CfcsJhjssy, •erril LoanVs XIV. 

CaAaAJsJVa [Ian , eh--L de c (VeasleeV, nrr. des 
Sablea-d n 01onne ; %JOm b. Chm ll mt dmit ). Ql da f- B. 

Islllll — I ■ inil (Panl-A 



B-. A 171 ki de 



politique francais, ne A AvraBchM { lt*7-t 

CmAMJmmmm [duU-mirttj (George), p^bttcirte j 
glais (1742-182SV 

CMALJasxiUi ;cAa/<ateras; (Alexandre), es-odit ec«^ 
sais. auteur d"un important Dietitmnairz fimtrmi *t 
biogr+pKit (I71»-1S»> 

CMAUsWAVi ekal-mrrt* {Thomas), pkfloaopbe et 
predicatoor ecoaaais (1780-1847). 

CsmAAVPllXAlP [ne J, anc. pays de Bonrgogae. 
ch.-l. CaaioH-etovSadHe. 

CmkLmmMMMB rue], anc pays de 4 
eh.-l. ChAl4M*-*ur-Mame. 

cmMMjmmwmm M M-LAimg, ch.-i. de e. (a 
Loire), arr. d' Angers; 4.400 h. (CAaionsaaist. 

Cail^a>llAV«l!aV«AaUm [ionL eh.-L du oep. de 
la Marne, sur la htarne ; ch. de f. f~ 
Paris; 274)00 h. (Caiioan 
Eveche. Eeole d'aria et meti 
Akakia, Perrot d'Ablancourt, Bayen. Bn Ail. AtSna 
fut vainea pres de cette vtUe, dans lea champ* Cats- 
lavniqueM, par Aetius, Merovee et Theodonc L'arr. 
a 3 cant., 104 com. ; 63.000 h. 

tmAMAN-mtm-M&6m, ch-l. d'arr. (3aoani- 
Loire), A la Jonction de la Saone et du canal da 
Centre ; 30.000 h. (ChalonnaU). Ch. ate f. P.-U-1U a 
&8 ail. N. de Macon. Vina, oharhona. Patrje de 
saint Cesaire, Niepce. L'arr. a 11 cant,, Itf cossav, 
170.500 h. 

Cffl4l>CS [/to*], ch.-l. de c. (Haute-VieaaeV. arr. de 
SainUYrieix ; sur la Tardoire, affl. de la Charenie, 
2.700 h. (Chalu*iau). Cn. de f. Orl. Richard Cceorde 
Lion fut blcsse mortellement sons nan mars en UM. 

CsmAM ffcawi'j, deuxieme flls de No* (Bibiel Se* 
irTeverence envers son pere, qui s'etalt etenda s*«s 
sa tente dans une posture indecente, aprea avoir bt 
du rin, dont il ne connaissait pas les proprievB 
enivrantes, a passe en proverbe. 8es descendaats, 
les Chamites, ont forme, dit l'histoire sainte, b 
race negre. 

CHAM [kam] (Amedee db Nob, dit). e^lehre rari- 
caturiste francais. ne k Paris, surnomme U P**i it 
Kock du crayon (1819-18S4). 

CHAMAVEA, un des peuples germaniqaes qui 
formaient la confederation des Francs. 

cmikttmmmMJUX [oer-/m](Joseph>, hommed'Etsi 
anglais, n6 a Londres en 1836, un des promotesn 
du mouvement imperialiste. 

raiAAtPJOUl [tcham'-beru) (Ephraim), ecrivais 
anglais, auteur d'une BncycUtptdie estimee; m. en i7ie. 

CHAsnBKTIIV, rignoble du dep. dela CMe-dOr. 
dans la commune de Oevrey-Chambcrtin, renomstf 
pour ses vins. 

CHAMBBsAT, anc cap. de la Savoie ; ch.-l. s& 
dep. de la Savoie, sur la Leysse et lAlbane, affl- ds 
lac du Bourget ; 22.000 h. (CAamaertPiw). Ch. def. P.- 
L.-M., a 596 kil. S.-E. de Paris ; Archeveohe, nniwr- 
site, oour d'appel; tanneries, soieries, gazes, veloun. 
Patrie de Saint-Real, de Boigne. de Joseph et Xaner 
de Maistre. L'arr. a 15 cant., 164comm. ; 134.000 a. 

CHAMBIC1BAV, eelebre famille d'architectes fna- 
cais (xv«, xvu« siecles). Le plus fameux de ses sea- 
bres est Pierre Chambiges, mort en 1544. 

CHAnuuAEY [chan-bli], ch.-l. de c (Meurthe-et 
Moselle), arr.de Bricy; sur la Gone, affl. de la Mo- 
selle ; 575 h. Ch. de f . R. 

CHAM— It • sTBCClfOll.— (Le). ch-4. de e. 
(Loire), arr. de Saint- Etienne ; sur TOndaine, aft. 
de la Loire; 11.500 h. Ch. de f. P.-L.-M. Uoudle, 
m^tallurgie. 

1 HAAIPOK-SltVsA-VOIJKIXE, eh.-L do c I Creased 
arr. de Boussac ; 2.200 h. Tribunal de premiere la- 
stance. 



Digitized by VjOOQlC 



CHA 



Ch«r (anr. d« Biol 



Kwr), comm. du dip. de Loir-ct- 
) ; 400 h., sur le Cosson, affl. de 



npffw 

T| tf i.t ' ■!« | III | 




* ■** "v7 -Hi ' him 


::'"■'■ 


BBS 


m^ d&m 


I 



la Loire : magniflque chateau bati par Francois I", 

Jui fut donni, en 1821, au due de Bordeaux, comte 
e Cbambord. Ii appartient aujourd'hui a la maison 
ducale de Par me. 

CIAHMBB {comte de), ou dae *• ■m^cmi, 
flli du due de Berry, et petit-flls de Charles X, ne 
a Paris en 1830. Exile en 1830. il se rctira au cha- 
teau de Frohsdorf (Autriche), oft ilmouruttans pos- 
terity en 1883. Lcs royalistcs lui donnent le nom de 
Henri V. En 1873, le parti monarchique risolut 
d'accompllr une restauration a son profit, mais le 

Eritendant refusa d'adopter le drapeau trieolore de 
i Revolution a la place du drapeau blanc de la mo- 
narchic, et la tentative echoua. C'est k ce propos 
que le marechal de Mac-Mahon prononca ccs paro- 
les cilibres : • Si le drapeau blanc etait arbor* con- 
tre le drapeau trieolore, les chassepots partiraient 
tout seuls ! » 

CIAMBSB (U), ch.-l. de c. (Savoie), arr. de 
Saint-Jean-de-Maurlcnne ; sur l'Arc, affl. de l'Isere ; 
700 h. Ch. de f. P.-L.-M. Ardoisieres. 

daabre iatrawabla (la), nom donni par ironie 
a la Chambre des diputes ultra-royaliste ilue en 
aout 1815, et qui sanctionna avec une aveugle com- 
plaisance les volontes royales. 

Ctumbra ardeata, nom sous lequel on disigna 
sous l'ancien regime eertainei cours de justice eta* 
biles pour Juger des faits exceptionnels, particulie- 
ment des crimes d'heresie, ou d'empoisonnement. 
Elles etaient tendues de noir et eclairees, mime 
pendant lc jour, par dea flambeaux. La plus fameuse 
est celle qui fut appelee k Juger l'aflaire dite des 
poisons, sous le regne de Louis XIV. 

Cfcaasbra 4~ 4*pmt4m, assemble* legislative 
francaise elue au suffrage univcrsel. V. France, 
Palau-Bocrbon. 

Cfcaaabra sice e— a— i — s, aasemblee parlemen- 
taire qui, en Angleterre, exerce, ooncurremmentavee 
la Chambre eke lord*, le pouvoir ligislatif. On dit 
souvent, par abrev., les Communes. 

Cfcsmbr* <m lards ou Chambre haute, assemblee 
parlementaire anglaise, compose* des pairs, grands 
seigneurs, et hauls fonctionnaires du Royaume-Uni. 

Cfcaasbraa {lee), de Raphail, nom sous lequel on 
designe une serie de peintures celebres, exeeutees par 
Raphael dans quatre chambres ou salles du Vatican. 

tMAMWnr [chan-foT] (Nicolas-Sibastien Rocb. 
dit de), litterateur francais, au style dime forme 
concise et spirituelle, ne pris de Clermont-Ferrand ; 
poursuivi sous la Terreur. il se suicida (1741-1794). 

CHAMIl^ABLD [// mil., orj (Michel de), minis! re 
des finances et de la guerre sous Louis XIV, ne 
a Paris* fort bonne 1 te homme, mais incapable 
(1651-1721). 

CHAMIBM [ka] (Adalbert de), litterateur et natu- 
ral is te allemand, d'origine francaise, auteur de 
Pierre SchUmihl (1781-1838). 

CBlABaXAY [chan-lt] (Jules-Louis Bole, marquie 
de), homme de guerre et administrateur francais 
(1660-1719). 

CBAMOM1I [ni] OU CBLtMOOTY. ch.-l. de C 
(Haute-8avole), arr. de Bonneville, au pied du mont 
Blanc; 2.800 h. (Chamoniarde). 8uperbe vallee de 
l'Arve, ceiebre par ses glaciers. 



CHA 



[se] (Claude-Humbert PiARJtoHde), 

philanthrope francais, ne a Paris. On lui doit la 
premiere idee des associations de secours mutuels 
11717-1773). 

CHAMOVI [mou], ch.-l. de c. (Savoie). arr. de 
Chambery; sur le Qellon, affl. de llsere; 1.100 h. 

Cfearap sle asal, nom des assemblies politiques 
sous la 2« race de nos rois. 

Chaasa de asara, nom des assemblies de guer- 
riers francs sous la 1™ race. 

CluuBp-dc-Hara, vaste terrain, mesurant 1.028 m. 
de longueur et occupant une superflcie d'environ 
42 hectares 32 centiares, situi entre la facade sep- 
tentrionale de l'Ecole militaire et la rive gauche de 
la Seine. Lc Champ-de-Mars fut destine aux manoeu- 
vres militaires et aux revues de troupes. II tire son 
nom du champ de Mars de Rome, ou s'exercaientega- 
lement les soldats. Le nom de cet emplacement, sur 
lequel ont eu lieu les gran des Expositions de 1867, 
1878, 1889, 1900, est mili par de nombreux episodes 
aux pages les plus memorable* de notre histoire. 
Cest 14 que fut celebree la fite de la Fidiration, le * 
14 Juillet 1790. 

CMABsPACd*AC-B>E-llELAlBl \gnak, ler], ch.-l. 
de c. (Dordogne), arr. de Nontron, dans la vallee 
de la Dronne, s.-affl. de la Dordogne ; 900 h. 

CHAMPACUVB, anc. prov. de France, riunie k la 
couronne en 1286 par le mariage de Philippe le Bel 
avec Jeanne de Navarre ; capit. Troyee ; a forme les 
dip. de : Aube, Haute-Marne, Marne, Ardennes. (Hab. 
Champenois.) Vins mousseux celebres. 

CHAMPAGNE, ch.-l. de c. (Ain), arr. de Belley. 
pres du Siran ; 600 h. 

CMAMPACHlB-MOITTOff, ch.-l. de c. (Charente), 
arr. de Confolens, sur l'Argent, affl. de la Charente ; 
1.160 h. 

CHAMP ACINIC Y [gnl], ch.-l. de c. (Haute-Raone), 
arr. de Lure; sur le Rahin, s.-affl. de la Sadnc; 
4.100 h. Ch. de f. E. Houille. 

CMAMPACiXOLA, ch.-l. de c. (Jura), arr. de Pc- 
ligny : sur l'Ain ; 3.900 h. Ch. de 
f. P.-L.-M. Forges. 

CHAMPA«JWY(Jean-Baptisto 
NoMPtax, comte de), due de Ca- 
dore, diplomate francais, ni a 
Roanne ; il fut, apres Talleyrand, 
le ministre des Affaires itran- 
gires de Napolion I*r (1756- 
1834). - Son flit Franz, histo- 
rien et publiciste francais, ni 
a Vienne [Autriche] (1604-1662). 

CMAMPAIfcllB OU CBIABI- I 
PAttNR (Philippe de), un des 
peintres les plus distinguis du 
xvn* siicle, auteur de remar- 
quables portraits, ni a Bruxelles ; vicut et mourut 
en France (1602-1674). 

CHAMPA I'BBMT [ chan-po-ber ] , comm. de la 
Marne (arr. d'Epernay), ou Napolion battit les 
Russea et les Prussiens le 10 fevrier 1814 : 300 h. 

CMAMPCBUVBTb; [chan-ee-ne] {le chevalier de), un 
des plus spirituels ridacteurs des Actes des apotree, 

Journal ultra-royaliste ; ni a Paris en 1760 ; m. sur 
'echafaud en 1794. 

CBlABiPB>Bl«nBUB [ chan-de-ni-4 ] , ch.-l. de e. 
(Deux-Sevres), arr. de Niort ; 1.400 h. Ch. de f. EUt. 

CB1AMPBIYIUUI [verj (Odette de). favorite de 
Charles VI, dont ello contribua a adoucir la folic. 
Morte apris 1430. 

CsaAMPBAVY [p6\ (Guillaume de), philosophe 
scolastique, mat tre d'Abilard ; ni a Cham pea ux, pris 
Melun; m. en 1121. 

CBLAJiPBH [pf], ch.-l. de c. (Puy-de-Dome), arr. 
d'Issoire : sur la Couxe de Chambon, affl. de l'AUier ; 
1.650 h. Vins. 

CHAMPrLBUBY (Jules Hussow, dit Flburt ou), 
littirateur francais, ni a Laon ; fut directeur de la 
manufacture de Sivres (1821-1889). 

CBAMPiajBTY-comm. de la Seine, arr. de Sceaux ; 
sur la Marne ; 6.700 h. Ch. de f. Grande-Ceint. et E. 
Bataille entre Francais et Prussiens pendant le 
siege de Paris (30 nov. et 2 die. 1870). 

CHAMPION (Ed me), surnommi le Petit Manteau 
bleu, philanthrope francais, ni a Chatcl-Censoir 
(Yonne) [1764-1862]. 

CHAMPIONTfET [ne] (Jean-Antoine-Etienne), gi- 




Ph. d« Cbuopaigv*. 



Digitized by VjOOQlC 





CHA - I 

neral francnii, ne a Valine*-, oi^aniaa A Kaples U 
republiqoe Parthenopeenne et moarat a Antlbe*. II 
etait aussi genereux, aa«fi desin- 
teresse. anssi humain qui! etait 
brave I7« 1*00 :. 

CH.%an.Ain >//n (S*mw! 
rfe). voyageur francais, ne a 
Brouage (Charente-lnfer.). goo- 
verneur du Canada ct fondateur 
de Quebec i5*7-l63r.i. 

(Viirun /i«~ . ni to* entre 
lei Etats-Unis ct le Bat Canada, et 
decouvert en 1608 par Champlain. 

mAMPLITTI, ch.-l. de c. 
fllautc-Saone;. arr. de Gray; for 
le Salon, affl. de la SaAne; 
2 VA h. rhamtoU). Ch. de f. Et. 

fHAMPIIBIli fmAlf Mnri. 
rel«-bre tragedienne fran^aise. ne 
a Rouen ; die triompha dans 1c 
thcAtrc dc Kacine (1642 1693). 

< RAMPOI J.IOtt (J«an-Fran- 
rois;, archeologue francais, ne a 
Figeac; il parvint le premier A 
d«v.hiffrer les hieroglyphes de 
lancienne Egypte -1790 1832,. 

CHAMPS <han , ch.-l. de c. 
(Cantal), arr. dc Mauriac ; sur la 
Tarentainc, s. -affl. de la Dor- 
dogne; 1900 h. 

<*•-*.« Biyaaaa. Dans la my- cha-aUto, 

thologie grr-co-romainc. nom que 
Ion donne mi sejour des Ames des morts qui furent 
vertueux pendant leur vie. 

CfcAspa-isiy****, celcbre promenade parisienne, 
situee entre la place de la Concorde et Tare dc 
triomphe dc 1'Etoile. Avant 1G70, ion emplacement 
<tait encore en culture. Les Champs-Elysees, tcls 
que noun les connaissons, nc datent guere que dc 
IKiH. Les Allies y campercnten 1815. Les Chetaux 
,/<- Marly, par Coustou, ornent depuis 1794 l'entrce 
den Champs-Eh'see*. 

C ilAMFTO€'KAi;X[r/uin-to-*o], ch.-l. de c. (Maine- 
ct-Loire), arr. dc Cholet, pre* de la Loire; 1.360 h. 

C*HAKAA5I [ka-na-an], un des Ills de Cham, mau- 
dit par Noc liable). 

fHA!lAA!l ou C'AXAAN (tern de). ancicn nom de 
la Palestine ou Terre promise (liible). 

CllANAC jiak], ch.-l. de c (Lozcrc), arr. de Mar- 
vejol*, non loin du Lot; 1.400 h. 

CHAWA1VEKMM rnV-in], tribus semitiques qu'on 
trouvc d'abord ctnbfies sur le golfe Persiaue. et qui, 

Klutt tard, emigrercnt en 8yrie : les uncs, flxees dans 
■•.« vnllecs intcrieurcs, furent agricoles ou pasto- 
rales; les autre*, qui formcrent la nation pheni- 
cienne, se livrercnt au commerce ct a la navigation. 

CHAXCBI.LOH (Richard), navigateur anglais du 
xvi« siecle. II reconnut la mcr Blanche ct se rendit 
par tcrrc a Moscou ; m. en 1580. 

CIlAWPBRltAOOR. v. ct territolrc francais de 
l'lnde, fur l'Hougly, branche du Gange; 25.000 h. 
(Chandernagoritrisj. Coton, velours, brocart. 

rHAXDI,KR Uller] (Rlchardj, archeologue et sa- 
vant hrllcniste anjrlals, n6 a Elson (1738-1810). 

C'HAttDOM [doss (Jean), celebre capitaine anglais 
du xiv* Rit-cle. II prit une part active a la guerre de 
(>nt anN. Tu6 au pont dc Lussac, prcs de Poitiers 
:i:n;i»). 

< ll A*U AltKlRlt [m'-e] (Nicolas), general ct 
homme politique francais, nc a Autun. II se distin- 
guacn Algerie, fut exile apres le coup d'Etat dc 1851, 
rentra en France en 1870, et servlt a Farmee de Mctz 
(1793-1877). 

CHANti-HAl. V. Shanghai. 

CHAMLAIsaB [ic-re] (Picrrc-Oabricl), geographe 
francais. ne a WaKsy (1758-1817). 

C'HANlViNCi [tcha-nirigh'] (William -Ellery). mi- 
nlstre nrotestant amoricain, ne a Newport, un des 
rhefs dc la sectc des unitaires, surnomme le Ffne- 
Ion du nouveau mowfe (1780-1842). 

C'IIAN-*I, prov. de la Chine, au S. de la Mongo- 
lia 10 millions d'h. Houille. 

fhimwii 4« Ro1«m4 (la) ou le Pokmt de Roland, 
grnndc epopee nationalc, en vers francais dc dix 
syllabcs ; composition imposante, qui peut rivali*er 



cm 



avee lea plua belles mm n tm da (iaie g piw t 
ioatea lea laagnea. Oa ea fait botneatr. sfail 
sans preuvea. A Theroalde, troa-re y e a 
xn* siecle. Bile a ete public* en ltr? et < 

Omssmm *«• swm «t aWa baaa (latk I 
Victor Hugo on, seloa Fexpreasioa de raatessr. • la 
realite eat modinee par toot ee qui, daaa rkosiaf. 
ra an delA do reel . (IMS). 

CHANT*!. (Jeanne-Francois* de). dame eeleare 
par aa plete. nee A Dijoa, fondatriee de Tordre de la 
VlsiUtion. et eanoniaee par Clenaeat XIII. Graad*- 
mere de M-« de Serigne (1572-164IL 

Cbmmb« da daaars t /e). celebre hymae aatioaaL 
dont M.-J. Chenier compoaa lea parolea en 1734 et 
Mehul la muaique. 

CslAJfTmuttaB (Rafta). bistorien fraseata. ne 
A Montbruon (lttl-1888). 

CaAHTBlXa% eb.-L de c (Allier), arr. de Gas- 
nat, pres de U Rouble ; 1.M0 h. 

€%u m ttmr ■ar » a tl si du xv* inerU. statue en broase 
dc Paul Dubois (muaee du Luxembourg^ Agure ele- 
gante et charmante (1MB). 

Chaattas* w tM * 9 opera-comiqae en ub acte. pare- 
les de Scribe et Leuven, muaique de V. Maase lias 

Ca1Aimxi.Y f comm. de l\)iae (arr. de Sealisi. 
sur la Nonette. affl. de l'Oise : 4 WO h. Cla. de f V 




Chiiraa <U Ch»»iUly. 

Dcntellcs ; forct, et magnlflque cbAteau qui date da 
nioyen Age, et qui fut embelli A diTeraea epoqnes, 
surtout sous Louis XIV, Louis XV et par le da* 
d'Aumale, qui le legua A l'Institut de Prance en 1MI 

€HAl«T#I«1f AT [ne"], ch.-l. de c. (Vendee), arr. da 
la Roche-aur-Yon. entre le Grand et le Petit Lay; 
4.100 h. Ch. de f. Et. 

CHAK-TOUK6, prov. de la Chine, sur la mer 
Jaune ; 33 millions dli. Ch.-l. 2 si-Nan. 

CThaato da er^paaeale (leg), poeaiea de Victor 
Hugo, inspirees par cette pensee du grand pcete : 
- Tout aujourd'hui, dans lea idees comme dans les 
choses, dans la societe comme dans rindlridu, est 
A l'etat de crepuscule (1835). • 

Caaats da aaldaS (let), et Itasnaaaa la as rta da 
■oldat. poesies patrioUques, d'un souffle elerc, par 
Paul Deroulede (1871-1875). 

CHANirr fnu] (Hector -Pierre), diplomale fran- 
cais, ne A Antignac (Cantal) (1604-1667/. 

CHAlcmv (Alfred), general francais, ne A Noaart 
(Ardennes). II commanda, en 1870- 
1871, la deuxteme armee dc la 
Loire et se distingua par sa belle 
retraite de Venddme au Mans. II 
fut ensuite gouverneur de l'Al- 

ferie, puis ambassadeur A Saint- 
►etersbourg (1823-1883). 

CH AOUKCK, oh .-l.de c. (Aube), 
arr.de Rar-aur-Seine.aux sources i 
de TArmance ; 1.200 h. (Chaour- 
fois). 

CbIAPBLAIH f /in] (Jean), poete 
francais, ne A Paris. II redigea, 
A la prl*re de Richelieu, lea Sen- 
timents de I'Acadimusvr U Cid, 
et ecrivit un poeme enique sur la Pucetle. C'etait an 
homme de gout, mala un mediocre ecrirain. Boi- 
lcau l'a poursnivi de ses sarcaames (1595-1674). 

CMAPBIAJE (Clahde - Emmanuel Lgilukr. diti. 
poete francais, ne A la Chapelle-Saint-Denis (Paris), 




Cb.O«T. 



Digitized by 



Google 



CHA - v 

ami de Boileau, de Racine, de La Fontaine* il a ecrit, 
en collaboration avec Bachaumont, un Voyage en 
Provence et en Languedoc, ouvrage enjoue, plein 
d'eaprit (1626-1686). 

<SiAPSLLB-»*Al«filA.MNf (La), ch.-l. dc c. 
(Cher), arr. de Sancerre, sur la Petite Sauldre, s.-affl. 
du Cher; 1.000 h. 

CHAJ»BIX.B-»B-etJlMCHAY [che J (La), ch.-l. 
de c. (SaOne-et-Loire), arr. de Macon; 2.000 h. Vins. 

CHAPBLLE-BM-VBllCOBi [verJtor\ (La), ch.-l. 
de c. (Drome), arr. de Die ; 1.100 h. 

CHAPBUJB-LA-KBINB (La), ch.-l. de c. (Seine- 
et-Marne), arr. de Fontaineblcau ; 900 h. Ch. de f. 
P.-L.-M. 

CHAKIXB-snUBUBB (La), ch.-l. de c. 
(Loire-Infer.), arr. de Nantes; 1.600 h. Ch. de f. Orl. 

CBAPLin [plin] (Jules-Clement), sculpteur et 
grave ur medailliste francais, ne k Mortagne en 1839. 

CHAPLDf (Charles-Josuah), peintre francais, ne 
aux Andelys. II fut le peintre coquet et adroit des 
elegances femi nines (1825-1891). 

CBAm »*AirrBmoCHB (Jean), savant astro- 
nome francais, ne a Mauriac (1722-1769). 

Clim (Claude), ingenieur et physicien, ne & 
Brulon (Maine), neveu du precedent. II crea le tele- 
graphe aericn dont Amon- 
tons avait eu l'idee, ct qui 
fonctionna pour la pre- 
miere fois en 1793 (1763- 
1805). 



CHA 




CHABHUL, grai 
rien francais , ne k Paris 

(1788-1858). 

CBAPTAJL ( Jean -An - 
toine), chimiste francais, 
ne a Nogaret (Lozere). On 
lui doit des precedes pour 
la fabrication de I'aJun, 
du salpttre, des ciments, rk ... 

le blanchiment k la va- u»pui. 

peur, ct l'art de telndre le coton en rouge d'Andri- 
nople ; il fut ministre sous Napoleon I" (1756-1832). 

CfJAPU (Henri-Michcl-Antoine), sculp- 
teur francais, ne k Lemee (Seine-ct-Oise) 
[1833-1891]. 

Cfcsw f— (lei. V. Cuacuuo. 

CM A RCA • [kasa], nom donne quelqucfois 
4 la capitale de la Bolivie. V. Sucre. 

cmABtCOT fko] (Jean-Martin), me dec in 
francais, ne k Paris, connu par ses feconds 
travaux sur les maladies nerveuses (1825- 
1893). 

CHABM1V (Jean), voyageur francais, ne 
k Paris, auteur d'un voyage en Perse el 
aux Indei orientates, precieux par son 
exactitude ( 1643-171 8). 

ClABBin (Jean-BapUste-Simeon), pein- 
tre francais, ne k Paris. II cxcella dans les 
tableaux de genre (1699-1779). 

CMA1UBMTB (la), fl. de Prance, qui nait 
dans la Haute- Vienne, passe k Civray, Ruf- 
fec, Angouleme, Jarnac, Cognac, Saintes, 
Bochefort et se jette dans l'Atlantique ; 
eours, 361 101. 

OUBBHTI (dip. de la), dep. forme par 
l'Angoumois et una partie de la Saintonge, 
du Poitou et do la Marehe; pref. Angou- 
Unve; s.-pref. Barbetieux, Cognac, Confo- 
lens, Buffee ; 5 arrond., 29 cant., 426 comm. ; 
350.300 h. (CharentaU). 12* region militaire ; 
cour d'appel de Bordeaux; evecb.4 k An- 
gouleme. Ce dep. doit son nom au fleuve 
qui l'arrose. 

rHAMK]rFB-DfFKm«fTRB (dip. de la), 
dep. form* par l'Aunii, la Saintonge et une 
petite partie du Poitou; pref. La Rochelle; 
s.-pref. Jonsac, Marennee, Bochefort, Sain- 
U$, Saint-Jean d'Angely ; 6 arrond., 40 cant., 
480 comm., 452.200 h. 18« region militaire ; 
cour d'appel de Poitiers ; eveche a La 
Rochelle. Ce dep. doit son nom a la Charente, qui 
le traverse. 




(MARUtTOVDlHIIKIl, ch.-l. de c. (Cher), 
arr. de Saint-Amand, sur la Marmande et sur le 
canal du Berry ; 2.000 h. 

CeAmRJfTOIf-LB-ROJfT, ch.-l. de c. (Seine), 
arr. de Sceaux, au confluent de la Seine ct de la 
Marne ; 18.000 h. (CharentonnaU). Ch. de f. P.-L.-M. 
Entrepots, batellerie. glacier es. Patrie d'E. Delacroix. 
Celebre etablissement d'alienes dit « de Charenton », 
bien qu'il soit situe maintenant *ur la comm. de 
Saint-Maurice. Le nom de Charenton, comme Bi- 
citre, revient souvent sous la plume des ccrivains 
ct dans le langage, ct Ton dit : Un pensionnaire de 




Charenton, un homme digne (taller a Charenton, 
pour Un fou, un homme qui a perdu la rai$on. 



Digitized by VjOOQlC 



CHA 



Count 




t (de). chef vendeen 

(Lolre-Inf.) en 1768, prii et fuslll* 
a Nantes en 1796. 

CMARIIKIIB [ka], g*n*ral 
grec, n* en Eubee (iv« t. av. J.-C). 

CHARIOT. V. OuRSB. 

cnanmi {Tax) ou la (ha- 

_tn-.-aVR-l.OIIt--, ch.-l. de c. 
(Nievre), arr. de Cosne, sur la 
Loire ; 5.200 h. (Charitoit). Ch. de f. 
P.-L.-M. Vina. 

Charts* (la), tableau, chef- 
d'oeuvre d'Andrea del Sarto, au 
Louvre ; une femme ayant deux char.iu 

enfants dans scs bras ct un autre 
endormi a sea pieds. Cette toile celeb re fut peinte 
en France pour Francois I". 

CHAHiTOlt [ka], romancier grec du Bas-Empire. 
auteur des Amours de Chtrias et de Callirrhoi 
(v« siccle). 

Charivari (le), journal satirique fond* en 1832. 
feuille remplie de faceties spirituelles et mordantes. 

Charl-t-a (le), tableau de Gerard Dov, peint sur 
boil (1652); musee de Munich. 

CHA-MJBMA-tNB (Charle» le Grand) ou CHAlt- 
LBVJ I« r , roi des Francs et empereur -'Occident, 
no en Neustrie en 7*2, 01s de Pepin le Bref et de 
Berthc au grand pied. II suceeda a son p*re en 768 et 
r^gna avec son frere Carloman Jusqu'en 771. Devenu 
soul roi a cette cpoque, par suite de la mort de Car- 
loman, il soumit les Aquitains, les Lombards, dont 
il tit priKonnier le roi 
Didier, les Uavaroia , 
les Saxons, lea Avares, 
et fit contre les ArabcH 
d'Espngnc une expedi- 
tion signalee parlade- 
faite de son arrifcre- 
gardc a Roncevaux, ou 
p^rit Roland. Scs der- 
niers jours furent at- 
tristis par les pre- 
mieres invasions des 
Normands. En 800, le 
papc Leon III l'avait 
couronn* empereur 
d'Occident ; il a donnc 
son nom a la dynastic 
caroling ienne. Lcgis- 
lateur, Charlemagne 
essaya, dans la mesuro 
du possible, d'organi- 

main, publia les lois ditcs Capitulairet, et reforms 
la justice; protecteur des lcttres, il crea les ecoles 
ou Alcuin et Eginhard enseigncrent. Charlemagne 
est la plus grande figure du moyen age, car, tout 
en guerroyant avec succis, il fit de perseve rants 
efforts pour reunir en un seul faisceau les races 
diverges de son empire. Grace aux assemblies des 
grands (placita), reunies deux fois chaque annee 
(champ de mai. etc.) pour donner leur avis aux capi- 
tulaires, ct aux envoyes royaux (mitsi dominiet) , 
sortes d'inspecteurs des provinces, il etait constam- 
ment tenu au courant des besoins de ton immense 
empire, compris entre la mer du Nord, l'Elbe, la 
Boheme, le Garigliano, l'Ebre, les Pyrenees et l'A- 
tlantique : mais Tceuvre politique de Charlemagne 
nc lui survecut pas, scs faibles successeurs n'ayant 
point les qualites qui « lui avaient permis de Vac- 
complir (742-814). — La Saint-Charlemagne (28 Jan- 
vier) est restee la f*te des ecoles. 




CllAKLBllOl, v. forte de Belgique, sur la Sam- 

>re; 24.500 h. (Caroloregiens). Houillc. Mltallurgie. 

< HARLKM-MA-.TEL, fils de Pepin d'Heristal, 



maire du palais ; il ecrasa, en 732 (comme avec un 
marteau, d'ou son nom), les Sarrasins a Poitiers. 
Par cette victoire.il sauva la civilisation chretienne 
etl'Occident de laconquetc musulmane (689-741). 

CHA1ULBI9 il, l« Caauve, Ills de Louis le Debon- 
naire ct de Judith de Baviere. Apre6 avoir vaincu, a 
Fontenoy-en-Puisaye (841), son frere Lothaire, avec 
l'appui de Louis le Qermanique, il signa avec eux le 
traite de Verdun (843) qui, demembrant deflnitive- 



B - CHA 

ment Le grand empire de Charlemagne, le fit roi da 
France. II ne sut pas defendre son royaame eoatre 
les Normands et alia en Italie poor se fair© coe- 
ronner empereur a Rome, apres avoir rendu le ca- 

Jltulaire de Kiersv-sur-Oise (v. KisaiST). U moarst 
son retour. an pled du mont Cents (82S-S77}. 

CHAMLM LBS ClKOM, flis de Louis le Gert__- 
nique ct d'Emma de Baviere ; empereur d* Alle-tag-we 
et d'ltalie en 882, roi de France en 884, a la mort de 
Carloman. II fut depose a la diet* de Tritrar en 887. 
a cause de sa lache conduits devant les Norman*-*, 
et remplac* sur le trone par Eudes (839-*38>. 

C-IA-U-IMI III. le fllaajrie, Ala poathuxne de L_w_u 
le Begue ct d' Adelaide; a partagea le irdoe aree 
Eudes en 893 ; devenu seul roi de France en 893. il 
donna par le trait* de 8a_nWC_air-aur-__pte la Nor- 
man die a Roil on. II fut vaincu par Hugues le Grand 
a Soissons et d6trdn_ en 923. Il moorui pz_aoo-_irr 
dans la tour do Peronne, ou l'avait enlern-e Herbert, 
comte de Vermandois (879-929). 

CHA-M-BB IV, dit lo _*el. troliieme fils de Phi- 
lippe le Bel et de Jeanne de Navarre ; il de-Tint rot 
de France a la mort de son frere Philippe V en 13-S. 
et fut le dernier des Capotiens directs (l-M-ISf 

CHAK-LEfl V, le Maaa (e'est-a-dire, dans la laaf 
du temps, le Savant), fils de Jean le Baa et de 
Bonne de Luxembourg ; roi de France en t_*4- Pen- 
dant sa Jeunesse, il assista aux troubles qui se pro- 
duisirer.t a Paris, gouverne par Btienne MarceL. 
Devenu roi, 11 reprit aux Anglais preaqae ton-tea ks 
provinces qu'ils avaient conquises. A aa mort, les 
Anglais n'occupaient plus que cinq places daas Is 
royaume. Ces succes furent dus k aa nrudea-e po- 
litique, ainsi qua l'heroisme de Da Queselin, de 
Clisson et de Boucicaut. Sous son regno cut lien la 

Sierre do la succession de Bretagne ou guerre des 
cur-Jeanne*. On doit a Charles V dlieurenses re- 
formes flnancieres, l'extension des privileges de 
l'Universite et la fondation de notre pre-niere bi- 
bliotheque nationale, form*e d'un millier de maaas- 
crits, la construction ou rembellisaement de pla- 
sieurs palais (hotel Saint-Paul. Louvre, etc]. II fixa 
a treixe ans revolus l'age de la majorite des rots. 
Christine de Pisan a eerit son eloge (1337-ttfO!. 

CHAJtUBBi VI, le Bio a- Aim*, fils de Charles V 
et de Jeanne de Bourbon, roi de France en 1380. II 
gouverna dabord sous la tutelle de ses oncless, qai 
dilapiderent le Treaor et provoquerent, par de aoa- 
veaux impdts, la revolte des Maillotin*. Devenu rot. 
il deflt les Flamands k Rosebecque et, peu apres, il 
renvoya ses onoles pour les remplacer par les Mer- 
mou$et$, hommes de petite naissance, mats daet 
1' administration prudente et honnete fit donner aa 
roi le surnom de Bim-Aimi. Cette sage directioa 
dura peu ; Charles VI fut frappe de folie daas la 
foret du Mans, au oours dune expedition contre le 
due de Bretagne. Son royaume, dechire par la riva- 
lite des Bottrguignom et des Armagnaa, Irrre a 
1'anarchie, gouverne par l'infame Isabeau de Ba- 
viere, tomba presque tout entier, par le traite de 
Troyes, entre les mains des Anglais, Tainquenrs i 
Aaincourt (1368-1422). 

Charles VI, opera en cinq actes, paroles de Ger- 
main et Casimir Delavigne, musique d'Halery (1843. 
De tout les livrets modernes doperas, oelui de Char- 
les VI renferme le plus de remarquables -vers ; les si- 
tuations sont dramatiques et interessantes .- la par- 
tition est une des meilleures qu'ait ecrites Halevy. 
Cest la quo te trouve le fameux chant patriotiq-e : 
Gtterre aux tyrant, etc. (18*8). 

fHAMLBS VH, le Viete**«M», fils de Charles VI 
et d' Isabeau de Baviere, ne k Paris ; roi de Francs 
en 1422. A son avenement, les Anglais oceupaieat 

Kresque toute la France. Le jeune roi indolent ne 
snta d'abord rien pour repousser les envahissesrs. 
Ne revant que fetes et plaiairs, il achevait de psrdre 
gaicment son royaume, lorsque le patriotisme fraa- 
Qais se reveilla 4 la voix de Jeanne d'Arc. Les vie- 
toires de la Pucells et de ses compagnons enraak- 
rcnt la domination anglaise et, memo apres le nar- 
tyre de Jeanne, rimpulsion qu'elle avail donnee ae 
se ralentit point : llndolent > roi de Bourges ► de- 
vint le V r tcforteux. Au bout de vingt ans de luttes.o4 
se distinguerent Richemont, La Hire, Xaintraillss, 
Jean Bureau, etc., les Anglais, battus A Formifay 
et k Castillon, etaient chasses de France, ou ils ae 



Digitized by VjOOQlC 



CHA - 1 

eonservaient que Calais. Charles VII essaya d'assu- 

rer 4 la France un bon gouvernement at one armec 

permanente (lmtitatlon del 

francs-archers el dee eompa- 

gnies d'ordonnance) : 11 donna 

an clerge la PragmaUque sanc- 

tion, debarrassa le pays dee 

tcorchevrt, ct triompha de la 

Praguerie, revolte des sei- 

Geurs qne son propre flls, plus 
■d Louie XI, eouienait. L'his- 
toire. qui l'a parfois surnomme 
le Bien servi, lui a reprocbe set 
complaiaanoes pour la favorite > 
Agnes Sorel, afnsi que sou in- 
gratitude envers Jeanne d'Arc, ^ , _„ 
qu'il laiesa bruler, ct envers son Chariai vn. 
argent ier Jacques Cojur, qu'il sacrina a ses ennemis. 
Charlee VII se laissa, dit-on, mourir de faim, crai- 
gnant que son flls ne l'empoisonnat. (Test sous son 
regno que Gutenberg inventa l'imprimerie (1403-1461). 
Cfc sup J — Til ehes ••• gr mmd m vaaea«x, tragedie 




romantkiue en cinq actes et en vers d' Alexandre Du- 
*s pere(i831); c'est un in teressant tableau d'histoire. 
CBABLIf VIII, flls de Louis XI et de Charlotte 




de Savoie, ne a Amboise, roi de France en 1483, 
sous la tutelle de sa scour Anne de Beaujeu. Son 
regno debuta par la reunion 
des EtaU generaux de 1484. Me- 
contents de l'autorite d'Anne 
de Beaujeu, le due d'Orleans et 
d'autres seigneurs se soule- 
verent (Guerre folle), mais Us 
furcnt vaincus a Saint- Aubin- 
du-Cormier (1488). En 1491, 
Charles epousa Anne de Breta- 
gne, heriUere du riche duche de 
oe nom, bien qu'il fat deja 
fiance, par le traite d' Arras 
(1482), a la fllle de Maximilien 
d'Autrlche. Esprit chimerique r . . vn . 
et romanesque, amourcux des ^ n »"«« "'• 
grands coups d'epee, il sacrifia les interets imm6- 
diats du royaumc au ddsir de faire valoir les pre- 
tentions des princes francais an royaume de Naples, 
qu'il conquit rapidement (1493), mais qu'il dut b lent At 
abandonner devant le soulevement dc l'ltalie entire. 
A son retour en Prance, il se fraya un passage, a la 
Journee de Fornoue, on triompha la « furie fran- 
caine -. II mourut a Amboise, des suites d'un coup 
qu'il se donna a la tete (1470-1498). 

CBABsAM II. deuxieme dls de Henri II et de Ca- 
therine deMedicis, ne a 8aint-Germain-en-Layc, roi 
en 1560. II regna d'abord sous la 
tutelle de sa mere. Les princl- 

Ktux evenements de sa mfnorite 
rent Ted it de Janvier, le collo- 
gue de Poissy. le massacre de 
wassy, la premiere guerre de reli- 

fion, ternunee par la paix d" Am- 
oise et pendant laquelle Fran- 
cois de Guise fat assassine. La 
paix de Longjumeau mit fin a la 
aeeonde, tignalee par la bataille 
de Saint-Denis, ou fut tue Mont- 
morency. Bnfln, la paix de Saint- 
Oermain arreta la troisieme, si- 

ffnalee par les combats de Jarnac cimis* ix. 
apres lequel fut tue Conde) et de Moncontour. Sans 
tenir compte de cette paix, Charles IX, circonvenu 
par sa mere et par les Guises, donna le signal do 
fa Saint-Barthelcmy, a laquelle, dit-on, il aurait 

£ris part en personne. Les protestants, outres de 
mt de mauvaise foi et soutenus par les malcon- 
tents ou politique*, recommencereni une quatrieme 
-fuerrc civile, et lis en entreprcnaient une ciaquieme 
orsque Charles IX mourut, devore de remords 
(1550-1574). 

Charles IX ou rEcole des rois, tragedie de M.-J. 
Chenier (1789), dirigee contra la royaute ; elle pre- 
sent* quelques remarquables passages. 

CHAMLB8 X. no a Versailles, quatrieme enfant 
du dauphin flls de Louis XV et de Marie-Josephe de 
Saxe, frere de Louis XVI et de Louis XVItl. auquel 
11 sucoeda sur le trone de France en 1824. 11 apparte- 
nait au parti de cos emigres, qui, disait-on, <J talent 








19— CHA 

rentres en France sans avoir « rien oublie ni rien 
appris • ; sous le nom de comic d'Artois, il avait 
d ailleurs ete leur chef. La loi du sacrilege, l'indem- 
nite donnee aux emigres, la 
loi contre la liberty de la 
presse.l'influence desjesoites 
et de la Congregation soule- 
verent contre Charles X, pen- 
dant le ministere de VUlele, 
une lmpopularite que ne di- 
minuerent ni la victoire de 
Navarin, ni l'avenement du 
ministere Martignac (1828). 
La Chambre ayant refuel 
toute con fiance au cabinet * 
Polienao fut dissoute, mais 
les elections furent favora- „. . „ 

bles a l'opposltion ; les ordon- Cb • r, • , x * 

nances du 25 juillet 1898, dissolvant la Chambre non 
encore reunie et modiflant la Charte, provoquerent 
la revolution de 1830 et l'avenement de Louis-Phi- 
lippe. Peu de temps auparavant, avait eu lieu la prise 
d Alger. Charles X se retire en Angleterre, puis a 
Prague, et enfin a Goriti, oft il mourut (1757-1836). 

CBABIB0 sVAlf J«U, frere de saint Louis. II fut 
roi de Naples, et perdit la Sicile apres les Vtpre* 
sicilietmes (1216-1285). 

CaABE.ES WK ssX,01S, ncveu de Philippe de Va- 
lois. n epousa Jeanne de Penthievre et ful tue a la 
bataille d'Auray (1319-1364). 

CHABUB0 mm TALOM, troisieme flls dc Phi- 
lippe le Hard!, et frere de Philippe k Bel ; fut un 
des plus grands capitaines de son siede (12^0-1325). 

CHJUUM* 1JB HAWAII, roi de Navarre, petit- 
ols de Louis X le Hutin. 11 oontribua 4 aflaiblir le 
rovaume, pendant la guerre de Cent ans- II soutint 
Btlenne Marcel, puis s'allia avec les Anglais et fut 
battu a Cocherel par Du Guesclin (1338-1387). 

CHAHLU us TKMKslAlslB, dernier due de 
Bourgogne, flls de Philippe le Bon, n* a Dijon. Co- 
tait un prince belliqueux et 
violent, mais non sans gouts 
litterairea et artistiques, ct 
dontlaoour fut tres brUlante. 
Maltre de la Bourgogne et 
de la Flandre, 11 essaya de se 
constituer une prlneipaute 
aussi puissante que la mo- 
narchic capetienne, a laquelle 
11 fit conrir de grands dangers . , 
Chef de la Ligus du Bien 
nublic. il fit signer a Louis XI 
les traites de Con flans et de 
Saint-Maur, apres la bataille 
de Montlhery. Vainqueur de ^»>«rUs u T*«*r«ir«. 
rinsurrection liegeoise, il forma une seconde ligue 
contre le roi de France et le retint prison nior a Pe- 
ronne ; mais, a la suite d'unc troisieme ligue, 11 
echoua devant Beauvais et Rouen. II aoumit la Lor- 
raine, mais fut vaincu par les Suisse* a Granson et 
a Morat. En 1477, 11 fut tue devant Nancy, dans un 
combat contre Rene II, due de Lorraine, qu'il avait 
depossedC. On retrouva son cadavre nu et a demi 
devore par les loups (1438-1477). 

Charles la Taa^ralra. roman historique. par 
Walter Scott (1829). Dans le vaste cadre adopte par 
l'auteur, on voit se dessiner nettement chaque pny- 
sionomie avec le caractere qui lui est propre. 

CIIABUM IV, n • a Prague, empereur d'Alle- 
magne de 1346 a 1378, flls de Jean de Luxembourg, 
roi de Boheme. II promulgua la Bulle cTOr, qui fut 
longtemps la charte d'organisation de l'Empire tr«?r- 
manique (1316-1378). 

CBAsUJESi V, dit Ckarlea-Oailat, flls de Philippe 
le Beau etde Jeanne la Folic, nelt Gand. roi d'Espagne 
en 1516, empereur d'Allemagne en 1G19. Maltre d im- 
menses domolnes, de 1'Espagne et de ses colonic*, 
d'une partie de l'ltalie, de la Flandre, de l'Autriche, 
et pouvant dire que le soleil ne se couchait pas sur 
son empire, il reva un moment la domination uni- 
versclle; mais 11 eut a lutter contre Francois I", 
avec lequel il eut quatre guerres ; contre Sollman II, 
sultan des Ottomans, et contre les lutheriens d'Allc- 
magne. Ne pouvant, malgro son habiictc et sa froide 
energie, realiser completement ses ambitieux pro- 




Digitized by VjOOQLC 




CHA - 1 

Jets, fatigue do pouvoir. il abdiqua en 1656 et se re- 

Un au monaster* de Yuste (Bslremadure;. La re- 

traite si extraordinaire de Charles-Quint et surtout 

set funeraiUes anticipees 

auxquelles, d'apres one U 

gende aujounrhui recoil 

nue fausse, il aarait vouli 

assister avant sa mort, ton 

restees, dans la langue 

l'objet de frequentes alia 

■ions. Mais il ne faodrai 

pas croire que Charles 

Quint, apres avoir re none 

au trone dans on accea d 

mysticisme , eOt pass* L 

rcste de sa vie dans la p4 

nitence et les prieres. u 

la retraite magniflque qu'i 

•etait fait construire dans iv- tv.i n . u .* & J u uvu «. 

tere de Yuste, il dicta souTeot ses volontes a ses 

successeurs (1600-1668). 

CharloauQsrisu (Histoire du rtgne de), par Robert- 
son. Lauteur s'atiache aux evenements, anx faiU 
decisifs ; son ouvrage est un des plus beaux livres 
dliistoire, et l'lntroduction est un imposant tableau 
de l'Europe avant le xvi* siecle (1760). 

Vhm r 1 — - ^w laU, ••• al>€UeaUleHS, ■*• •djcvr am 
wu tfei ato ¥••*• «t •« ■••rt, par Mignet. L'his- 
torien a trace d'une main vigourcuse le caractere d« 
Charles-Quint et etudie son influence sur le monde 
politique, principalement apres son abdication (185*;. 

Cfcarl«awt|ailat (Apoth&ote de), chef-d'oeuvre du Ti- 
tian, au musee de Madrid ; une merveille de couleur. 

<*harle«-t)wlat (portrait tqueetrt de), tableau du 
Titicn, musee royal de Madrid; magniuque peinturc. 

C'barUs-Qatwt •< Prase*!* ■•' vtaltMt lea iataa- 
kraiii 4a Malst-Baala, tableau de Oros au Louvre; 
scene arrangee avec beaucoup d'habilete et peinte 
avec tlnesse et vigueur. 

CHABUi VI. empereur d'Allemagne de 1711 a 
1740, deuxieme flls de Leopold I" et pere de Marie- 
Thercse. II passa une partle de son regne a faire ac- 
cepter par fEurope, au prix d'importantes conces- 
sions, la Pragma tioue Sanction, par laquelle 11 ga- 
rantissait a Marie-Therese l'lntegralite de la succes- 
sion d'Autriche (1685-1740). 

CHARLES Vll, electeur de Baviere. competitcur 
de Marie-Therese, ne a Bruxellea; elu empereur 
d'Allemagne en 1741, il fut chass< par sa rivale et 
mourut de chagrin a Munich (1697-1.45). 

('HAULS* (Varchiduc), troisi6me flls de Leo- 

fold II, Tun des mcilleurs generaux de rarmee au- 
richienno dans les guerres contrc la Republique et 
l'Kmuire ; mais il fut vaincu par Massena a Zurich, 
ct a Wagram par Napoleon I" (1771-1847). 

«JHAHL.B« l«r, roi d'Angleterre, flls de Jacques I" 
de la maison des 8tuarts, n6 a Dunfermline (Ecossc) ; 
roi en 1626. Pousse dans I 
voie du despotisme par se 
ministres, Buckingham 
Strafford, l'eveque Laud 
ainsi que par sa femm 
Hcnriette de Prance, il »oi 
leva une violenteoppositio 
dana le Parlement, qui et 
voya Strafford au supplic* 
Cctte execution, a laquell 
le roi n'eut pas le courag 
d<* s'oppoaer, fut bicntf 
suivic de la guerre civil 
out re leg Cavaliers ct le 
7'Am ronde*. Charles I" 

rcfugi* en Ecosue, fut livre aux jrariemeniairea et 
tin accord allait peut-etre survenir lorsque lea par- 
Uhcmh de Cromwell cnleverent le monarque, livre 
par trnhison, ct le flrent condamner a mort. 11 fut 
di'M-npite a Whitehall (1600-1649). 

Charlc* ■« (portrait de), tableau de Van Dyck, au 
Louvre ^163.",); — du me me, a Drcsde; — du'mcmc, 
mi Belvedere, a Vicnne ; — du memo, au musee de 
Turin ; —portrait equestrc du mime peraonnagc, par 
le ni(>nie, au chateau de Windsor. Le portrait qui 
est au Louvre rat jutitement eatimc pour son execu- 
tion tiuvante el pour »>on expression pleine deflnes&e 
el de naturcl. 

f MAMLEti it, nu du precedent et d'Uenricltc dc 





— CHA 

France, rappeie sor le trine par le general lleti 
en 1*60. II bleeaa le sentiment national anglais en 
s'alliant avec la Prance centre la HoIlsuadeTpew 
s'assdrer lea subsides de Louis XIV (1639-laa*), 

€ M ■ ■ ■ WM - WM 9 V MMm, dit It) a^i i<«is1i M l T file 
de Jacques Stoart, ne a Borne. II fut bactt« 4 CaOo- 
den, en 1746 (17in.i7tt). 

CEAlUtS, nom de plnsiears rots de 8«ede, 4cmt 
les plus remarquables sont : Cnaaxas IX, >> ftla de 
Qustave Vaaa, et pere de Gnstave-Adolphe : roi en 
1604 (1560-1611) ; - Caaaua X on Charie9-Gm*T», 
suecesseur de Christine (1622-1660) ; — Cariaiaa XL 
flls du preceden t , roi a cinq aas en 1660 ; II regan 
habilement a sa maJorite (1666-1697). 

CfJUsllsTslMa, flls de Charles XI, ne a Stoekaolm; 

Frince belliqueux. II commence, des qae les Btaas 
enrent declare majeur, par vainere le roi de Dsuse- 
mark k Copenbague. lea Busses a 
Narva , et Anguste II , de Polo- 
gne, a Riga. Tournant de nou- 
veau ses annes contre Pierre le 
Grand, il ne put, malgre la va- 
leur de ses troupes, triompher de 
son puissant rival a Pultava et 
dut se refugieren Turquie. Aprea 
avoir vainement easaye de re- 

Srendre les hostilites avec Tapped » 
u sultan Achmet III, il regagna 
la Suede en 1715. Sur les conseils 
du baron de Gcertx, 11 resolut de 
se reconcilier avec le tsar, d'en- 
lever la Norv^ge an Danemark , 
de detrdner Georges I«' d'Bcosse an profit des 
Stuarts et de Her ce plan a ceox d'AJberoni av la 
Prance et l'Espagne. Deja le tsar etait gagne.et 
une partle de la Norvege conquise, loraqn % oa com 
de feu, tire mysterieusement a Frederikahald. ansa 
la vie du monarque et ses gigantesquea prejets 
(1682-1718). ^ 

Ckarle* mil {BUtoirt de\ par Voltaire, saodeat 
de narration elegante et rapide (1781)1 

CHAUBM Mil, roi de Suede de 1809 a 1«8: 
il adopta Bernadotte; — Coaauss Xrv ou CAarars- 
Jean. V. Bbxnadottx • — Cbaklks XV, roi de Sards 
et de Norvege, flls d'Oscar I" (lSSO-lSTt). 

CI1AKLBS I", ■16PA61R, le mteie qoe rmv 
pereur Charles-Quint, v. ee nom ; — Cbabxks II. flls 
de Philippe IV, roi d'Bspagne de 1665 A 1700. n fat 
le dernier roi de la maison de Charles-Quint, et sea 
heritage donna lieu a la guerre de la Sucttv&n 
d'Bspagne; — Cdaaues III, flls de Philippe V. rot 
d'Bspagne de 1759 a 1788; — Cbaku» IV. flli da 
precedent, roi d'Bspagne en 1788, abdiqua en I60f ea 
favour de Napoleon, qui donna la couronne a sob 
frere Joseph ; m. a Rome (1819). 

Charles ill (Ordre de). fond6 en Eapagne par 
Charles III a la naissance de son petit-Ala, le prince 
des Asturies (1771). 

CauatBi, de ■« a VH, roia de Naples et des 
Deux-Siciles. 

CHAaaUUi l«r, due de Savoie de 14C2 a 1490 , - 
Chaklss II, flls du precedent, mort A neuf aas ea 
1V96; — Charles III, U Bon, due de Savoie de 18t 
a 1563. 

CHAJlLBa-KlUB-AJVraL !•', le 63r«w«l, due de 
Savoie de 1580 a 1680 ; — CauaLKS-BMMam?xi. II, due 
de Savoie de 1638 a 1675 ; — Charum-Emmanuei. Ill, 
roi de 8ardaigne do 1730 a 1773 : 
— Cuarlks-Emmanuex IV, rot 
de Sardaigne en 1796. II abdi- 
qua en 1802, et mourut dans un 
cloltre, a Rome, en 1819. 

C H AsAJLKH-Fliux, ne a Tu- 
rin en 1765, roi de Sardaigne de 
1821 a 1831. 

CHAaHJCH-Aa^MEBET, ne a | 
Turin, nevcu et suecessenr du 
precedent, general habile. II fut 
pourtant vaincu par les Autri- 
chiens a Novare en 1849, et dut 
abdiquer en faveur de eon flls 
Victor-Emmanuel II (1798-1849). j ^** , " 

CHAJULBIf I»r, de W maiiion * R «'« B »-- 
de Iloheuzollern, ne a Sigmaringcn en 1839, prince, 
puis roi de Roumanie en 1881. 




Digitized by VjOOQlC 



CHA - 

CHAAUEft — tOMBK (taint), archeveque de 
Milan. 11 contribua a la reforme catholique, et se 
flt remarquer par son devouement Ion de la peste 
qui desola cetto ville (1538-1584). 

CRABAB0 (Alexandre), phyiiclen francais, ne a 
Beaugency. II appliqua le premier l'bydrogene aux 
aerostat* (1746-18&). 



JKLB* leap), a l'E. du Labrador. 

CflABJJSOTOB [fcliar-let-ton'), ville del Etats- 
Unis (Caroline du Sud), port tur l'Atlantiquc; 
60.000 n. Grand commerce de coton. 

CHABLBT T/eJ (Toussaint-Nicolas), celebre des- 
sinateur et lithographe francais, n<* a. Paris. II a 
ezcelle dans les scenes militaires, l«s types de vieux 
grognards (1792-1846). 

CHAmLBVAl, (Charles de), poete et bel esprit du 
xvii* Steele, ne en Normandie (1613-1693). 

CHABABVIXLB, ch.-l. de e. (Ardennes), arr. de 
Mezieres : 19.000 h. (Caroloyolitains). 8ur la Meuse, 
en face de Mezieres ; ch. de f. E. Armes, forges, 
distilleries. 

CBABXBVBU [voi] (Prancois-Xavier de), jesuite 
et voyageur francais, ne k Saint-Quentin ; il explora 
le Saint-Laurent et le Misslssipi (1682-1761). 

(■AaUEV, ch.-l. de c. (Loire), arr. de Roanne ; 
sur le Sornin, affl. de la Loire ; 6.400 h. (Charliandins). 

CHARLOTTE BB 0AVO1B, femmede Louis XI. 
mere de Charles VIII et d'Anne de Beaujeu (1445- 
1*83). 

CIMBABTTB-BLIHABBTB BB BAVIBRB, 
seconde femme du due d'Orleans, frere de Louis XIV, 
mere du Regent, dite la princesse Palatine, nee k 
Heidelberg. Sa correspondance est un document 
des plus curieux pour rbistoire des moeurs du regne 
de Louis XIV (1662-1722). 

Cfcartotte, touchante figure, une des creations de 
Goethe dans Werther. 

CHABAOTTB CBKBAY. V. CoRDAT. 

Charlotte C*r4«y, drame historique en cinq 
actea de Fr. Ponsard. une des meilleures produc- 
tions de ce poete (i860). 

C'HABXOTTBNBOiJB«, ville de Prusse (Bran- 
debourg), sur la Spree ; 189.300 h. 

CHARLY, ch.-l. de e. (Aisne), arr. de Chateau- 
Thierry, sur la Marne; 1.900 h. 

€h«rataa« [man] (le prince), nom donne dans plu- 
sieurs contes de fees a un jeune prince beau commc 
le jour, qui surgit k point nomine pour delivrer les 
princesses innocentes et persecutees. C'est le che- 
valier inevitable des feeries. 

(HARME0, ch.-l. de c. (Vosges), arr. de Mire- 
court, sur la Mose lle ; 3.700 h. (Charmois). Ch. de f. E. 

CBABJBBTTBB [me-te] (Let), hameau pittoresque 
de Savoie, prds de Chambery, illustre par le sejour 
qu'y flt J.-J. Rousseau aupres de M"« de Warens. 

C-HAB.TAT fnej (Desire), voyageur francais, ne a 
Fleurie (Rhone) en 1828. On lui doit d'originales 
etudes sur I'ancienne civilisation mexicaine. 

CBARffBR [ni\ (Victor-Joseph), amiral francais, 
ni a Saint-Brieuc ; commandant la flotte francaisc 
lors des expeditions de Chine et de Cochinchine 
(1797-1869). 

CHARJf Y, ch.-l. de c. CMeusc), arr. de Verdun ; 
sur la Meuse ; 500 h. Ch. de f. E. 

CMARJtY, cb.-l. de c. (Yonne), arr. de Joigny, 
sur l'Ouanne, affl. du Loing ; 1.500 h. Ch. de f. 
P.-L.-M. 

CBARBI^AIB ou CBARBIXAIB [le], ancien pays 
de France, dans la Bourgogne ; ch.-l. Charollcs. 
Elcvage de beauts. 

CHi BIJ BB, ch.-l. d'arr. (Saone-et-Loire) ; au 
confluent de l'Arconce et de la Semence, affl. de la 
Loire ; ch. de f. P.-l.-M., a 61 Ml. de Macon ; 3.800 h. 

ICharollais ou Charotais). Important commerce de 
lestiaux, volailles. L'arr. a 13 cant,. 138 com in. 
132.500 h. 

CHARBNBAB [ka-ron-dasa], legislatcur de Catane, 
disciple de Pythagore. 11 se tua pour avoir enfreint in- 
volontairement une loi qu'il avalt portee ; 600 av. J.-C. 

CRARBBBAB (Le Caron, dit), jurisconsulte fran- 
cais, auteur du Grand coutumierde France (1636-1617). 

CMAROIVIVB, ancienne comtn. du d*p. de la Seine, 
rounie en 1800 k Paris (auj. le XX« arrond.i. 'Hah. 
I haro/inai*.} 

1'HAROMT ro', ch.-l. de c. (Chcr\ arr. de Bour- 
gc»; kur 1 Arnun, affl. du Cher; l.bOO h. 



CHA 



[pan-ti-4] (Jacques), philosophe 
et medecin, ne k Clermont (Olse). U cut de vifs de- 
meles avee l'hellenisto Ramus, qu'il flt, dit-on, assas- 
siner lors de la Saint-Bartbelemy (1524-1574). 

CHARMUrnBR (Francois), litterateur et erudit 
francais, ne k Paris (1620-1702). 

CMAmPBirrusB (Gustavo), compositeur francais, 
ne k Dieuze en 1860 ; musicien original et vigoureux ; 
auteur de Louise, opera-comique, et de suites dor- 
chestre remarquables : Napolt, la Vie du Poete, etc. 

CR A RR A B [rdu] ( Jean-Baptiste-Adolphe), eolonel 
francais, ne k Clermont-Ferrand. II fut ministre de 
la guerre en 1848 ; dftport* en 1862 (1810-1865). 

CRARROlf (Pierre), moraliste francais, ne a 
Paris, auteur du Traiti de la Sagesse (1641-1603). 11 
ressemble par les tendances de son esprit a son ami 
Montaigne, mais 11 nie quelquefois, tandis que Mon- 
taigne secontente d'ignorer. II a moins de bonhomie 
et d'originalite, mais plus de rigueur et de mctnode 
que l'illustre Perigourdin. 

CBABAOCX [rou], ch.-l. de c. (Vienne), arr. do 
Civray, pre* de la Charente ; 2.000 h. 

Cbarto. Le mot charte (autrefois chartre) se dit 
des anciens livres et papiers relatifs a 1'histoire, au 
droit public, etc., ou appartenanta une villc, a une 
communaute, etc. Mais on donne surtout ce nom a 
l'acte en vertu duquel certaines liberies fondamen- 
tales sont octroyees au peuplc. Deux chartes sont 
celebres : la Grande charte eTAngleterre, base des 
liberies anglaises, donnee en 1215 par le roi Jean 
sans Terre, et la Charte constitutionnelle de France, 
octroyec en 1814 par Louis XVIII et revisee en un 
sens plus liberal encore en 1830, apres la decheance 
de Charl es X . 

CBARTIKB [ti-4] (Alain), un des plus anciens 

Soetes francais, ne a Bayeux. II devint secretaire 
cs rois Charles VI et VII. On lui doit des poesies 
elegiaques d'un tour charmant et d'une vive sensi- 
bilite. Pasquier raconte sur lui Tanecdote suivante : 
un jour Marguerite d'Eoosse, premiere femme du 
dauphin (depuis Louis XI), ayant vu Chartier en- 
dormi sur une chaise, s'approcha de lui et lui donna 
un baiscr, « chose dont s'estant quelques-uns esmer- 
veill^s, parce que nature avait enchasse en lui un bel 
esprit dans un corps laid •, la princcsse leur repon- 
dit qu'elle n 'avait pas baisc l'homme, mais la bouche 
d'oii sortaient » tant de mot$ dori» ». On fait quelque- 
fois, en litterature, allusion a ce trait de la vie du 
poete (1386-1449). 

CUAKTmB-4»CR-L.B-LOIR {La), ch.-l. de C. 
(Sarthe), arr. de Saint-Calais ; 1.700 h. IChartrains). 
Ch. de f. Et. 

CBAKTBB*. ch.-l. du dep. d'Eure-et-Loir, sur 
l'Eure; ch. de f. O. et Et., a 88 kiL S.-O. de Paris; 
23.500 h. (Chartraint). Ev6che, belle cathedrale. 
Grains, bestiaux ; pates renommes. Patrie de Ful- 
bert, Desportes, Regnier, Nicole, Felibien, Dangeau, 
Petion, Marceau, chauveau-Lagarde, etc. L'arr. a 
8 cant., 166 comm., 111.000 h. 

CHAB.TBBB (Robert & Orleans, due de). V. Or- 
leans. 

CkaHMHie (la Grande-), celebre monastere fonde 
par saint Bruno en 1084, dans une vallee des Alpes, 
au cocur du massif de la Grande-Chartreuse (d6p. 
de l'Isere). II a ete evacue en 1903. 

C'h«rtr««ae 4* fwwi (la), roman de Stendhal 
(Henri Beyle) [1889J, un de ses chefs-d'oeuvre, pein- 
iure attachanto des moeurs d'une petite cour ita- 
licnnc. 

CHABYBBB [ka] etsMTYlAA. Ces ecuoils celebres 
du detroit de Messine etaicnt, dans la navigation 
ancienne, l'effroi des navigateurs ; quand on avait 
evite l'un. on se brisait bien souvent contro l'autre, 
ce qui a donne lieu au proverbe si connu : tomber 
de Chary bde en Scylla, c'cst-A-dire d'un mal en un 
autre pire. 

CHA0L.B* [chd-le] (Michel), matheraaticien fran- 
cais, ne a Epernon (1793-1880). 

CBAAUt* (Philarete), litterateur francais, ne h 
Mainvilliers. pres Chartres (1798-1873). 

Chaiic (De la), par Xenophon, ou le disciple do 
Socrate recherche le cdto pnilosophique des chosen, 
et oil, au lieu de connid«>rer la chaise com me une 
detraction, il 1* envisage a un point de vue moral. 

Chaaae (la), chefdeeuvre dc RuysdaM : galerio 
de Drc»de. — Chaas* an faitcoa (laj , tableau dc 



Digitized by VjOOQlC 



CUk - 1 

Ph. Wouwenun, chef-d'ceuvre de deli cat e — t et de 
precision; au musee d' Amsterdam. — €% ■— ■> m 
fftaa, tableau de Rubens, peint avec une incompa- 
rable vigueur (Munich), etc. 

rirfl — *• ■■!■•*■ UrsaOe (la), celebre reliquaire 
orne de peintures par Memling, hdpital de Saint- 
Jean, a Bruges. Cea peintures, qui repreaenteot les 
principaux traits de la Tie de la aainte, sont de ve- 
ritable* merveillea pour la finesse de 1' execution, 
la perfection des details. 

CmAs1«Bl ttTH^raAT [Um-lA-ba] (Prosper de), 
general et ingenieur fraacais, ne a Saint-Sornin 
(Charente-Inf. ; il dirigea en 1807 les operations du 
siege de Dantzig (1764-1843). — Bon (lis, Jusnx- 
Paosrxa, fut ministre de la marine sons Napoleon III. 

CkMMw «• la *•"*• (le), tableau de Oericault, 
au Louvre. Ce cilebre artiste n'avait que vingt ans 
lorsqu'il execute cette peinture pleine de chaleur et 
de niouvement (1812). 

11A8TBLAB> chd-lt-lar (Pierre dk Boscosbl 
de), petit-fils de Bayard, n concut une passion ar- 
dente pour la reine Marie Stuart, qu'il suivit en 
Ecosse, fut surpris dans sa chambre, et condemn* 
4 mort (1540-1564). 

CHAf)TBI,LAI* \ chA-te-ltn] (Georges), chroni- 
qucur et litterateur bourguignon, autcur d'une 
Grande Chronique (1405-1475). 

C'HAJITBIAI'X [chd'te-lu] (le marquis Francois- 
Jean de). militaire et litterateur francais, petit-flls de 
d'Aguesseau, ne a Paris. Esprit distingue et (In 
lcttrc. il se distingua pendant les guerres de Sept 
ana et de l'lndependancc americaine (1734-1788]. 

< hAtaIUXKHAIE [tt-gne-rt] (La\ ch.-l. de c 
(Vendee), arr. de Fontcnay-le-Comte ; 1.900 h. 

lb at hotU (le), h<!ro* et titre d'un ountc de Pcr- 
rault. C'cHt un chat qui, par son adresse et son ha- 
bilote, fait la fortune de sou maitrc, le fameux mar- 
quia dc Carabas. La principale morality de ce conte, 
petit chef-d'oeuvre ({'imagination, dc malice et de 
naivete, est que l'industric cl le savoir-faire valcnt 
micux que les biens acquis. 

CHATEAU (Le), ch.-l. de c. (Charente-Infericure), 
dans 1'ile d'Oleron, arr. de Marennes ; 3.800 h. Place 
forte ; petit port sur 1' ocean Atlantique. 

CThAteau de Keall worth {le), roman de Walter 
Scott, la derniere de ses compositions capitales et 
1'une des plus path*tique» (1831). (Test le tableau du 
regne d' Elisabeth d'Angletcrre, auquel lauteur a 
rattache la mort tragique de la comtesse de Lei- 
cester. 

Chateaux e>m Bspacae (lea), comldie de Collin 
dllarlcville, piquante et bicn dialoguee (1789). < 

C'llATKAUBOtJllQ [t6-bour] ch.-l. de c. (Ille-et- 
Vilaine). arr. de Vitr6, sur la Vilaine; 1.250 h. 
Ch. de f. O. Ardoisieres. 

CH ATE Al Bill AM» [t6-bri-an] [i icomte Francois- 
Rene de), illustre ecrivain francais, n£ k Saint-Malo. 
II voyagea en Ameriquc. rcn 
tra en France au moment do 
la Revolution, et emigra en 
1792. Sous la Rcstauration, il 
fut ministre des AffaireK etran 
K^res. On lui doit : le Ginie du 
vhristianisme, A tala, Ben6. let 
Martyrs, le Dernier des Aoen- 
cirages, Itineraire de Paris A ' 
Jerusalem, Mimoires <ToiUre- 
tombe, etc. Ses qualites les 
plus saillantes sont l'eclat du 
style, la riehesse de 1'imagi- 
nation, la senjubilite, la pas- 
sion, 1' eloquence, la puissance 
descriptive et lo colons. Son 

influence considerable sur le developpement de la 
literature romantique (1768-1848). 

CHATBAl BM1AJVT [to-bri-an], ch.-l. d'arr. (Loirc- 
lnferieure), sur la Ch^re, affl. dela Vilaine ; 7.2«0 h. 
[Chdteaubriantain). Ch. de f. Orl. et 0.,a 64 kil. N.-E. 
de Nantes. Cuirs vcrnis, fonderie, conflscries. Lar- 
rond. a 7 cant., 37 comm., 80.800 h. 

chAteau-chixox, ch.-l. d'arr. (Nievrci, a 
66 kil. E. de Nevers ; 2.1XK) h. (ChdteaU'Chinonnai*). 
Ch. de f. P.-L.-M. Iiois, besliaux. ccrealea, vins. 
L'arrond. a b cant., 62 comm., 68.000 h. 




Ch»U»ubri*nd 

puvrc a exerce tint 



I- CHA 

CBATBAtJ-BCHsLBOU eh.4. de c (8arfa*e\ arr. 
de Saiat-Calais, pre* du Loir ; 4.300 ti.Ch.der. OrL 
et Et. 

CMATKACBCM, ch.-l. d'arr. (Bure-et Loir\ prr» 
du Loir; 7.100 h. (Dvnou). Ch. de f. OrL e-t Ex_ a 
44 kiL S.-O. de Chartree. Patrie de Boutaric Cede 
ville fut presque entierement de^truite pax lee Prw- 
siens aprea une heroique defense des firanca-tires-i. 
seeondes par lea habitants, contre une division 
prussienne tout entiere (18 oct. 1870). L'arrosuL t 

5 cant., 80 comm., 62.000 h. 
CslATBACCUmOM, ch.-l. de c. (EUe-et-VilAiE*. 

arr. de Bennea, sur 1 Yaine, a. -affl. de la Vilaus 
1.200 h. 

CBitff IMjOWHW, ch-L d'arr. (Majeaw . 
sur la Mayenne ; 7.000 h. (Ceutrogimterieaui. Ch. d- 
f. O., a 29 kiL 8. de Laval. Potenes, laiaa«ea. eam 
ferrugineusea de Pomouf-RouHUn, L'arroacL a 

6 cant., 78 comm., 70.000 h. 
CHATBAK-aAirr-simiBlf, vignoble du BoPde- 

lais (Gironde), qui fournlt des Tins rouges ela*** 
parmi les meilleurs du M^doc 

CThAtkac-I^AFITB , domaine de la cosaaax 
de Pauillac (Gironde), un des premiers eras de via* 
rouges de Bordeaux (Mcdoc). 

CnATKAU-LACiaXAJVClB, hameau du dep. de U 
Gironde; vins rouges renommes, classes partai an 
meilleurs erus du naut Medoc 

CnATBAV-LAJfB^M.ch. 1. de c.(Seine-e4-MarBe, 
arr. de Fontainebleau ; 2.700 h. Carrieres. 

CvATBAir-l«AT#nt, domaine de la catzmsae 
de Pauillac (Gironde), vins rouges classes parmi k* 
premiers crua du Medoc. 

CBATBAU-LA.TAlXIKmJB. ch.-l. de c. Ic4r^ 
et-Loire), arr. de Tours ; 1.300 h. Eaux ferrafi- 
neuses; forges. 

ClfclATBAULIN, ch.-l. d'arr. (Finiatere!. sur 
l'Aulne ; 8.900 h. (Castellinois ou CMteauiinoU. C*. 
de f. O.. k 28 kil. N. de Qnimper. AMolaieres. L'ar- 
rond. a 7 cant., 62 comm.. 125.000 h. 

CBrtTBAU-MAm«AlX (g6), vignoble de U «e«- 
mune de Margaux, a 22 kil. N. de Bordeaux. aVa- 
nant un dea vins rouges les plus estixnes du Bcrdc- 
lais (Medoc). 

CalATBAIWBIXLAMT {mif, 11 mil., ttwi. ch A. is 
c. (Cher), arr. de Saint-Amand, sur la Sinai*?, s.-sft. 
du Cher ; 4.000 h. Ch. de f. Orl. Pierres calcaixe*. 

CHATBAITlVKtTV, ch.-l. de c (Finistere^ arr. 4> 
Chateaulin ; 4.000 h. Ardoisieres. 

ChAtbauIVBLV. ch.-l. de c. (Uaute-Viexmel. arr. 
do Limoges ; 1.800 h. 

CHATBAC!fBI7r-»E-aXAX»0!f, ch.-L de c i'L> 
tore), arr. de Mende ; 900 h. Du Guesdin moarst ea 
lassi^geant en 1880. 

CllATBAIJ?rBIJr-BVll^B-ET-TlLAt3rK, rh.l 
de c. (Ille-et-Vilaine), arr. de Saint-Malo: €5> a. 
Ch. de f. O. 

CHATEAIJTVBfJF-B!V-THIMBmAJM [ri\ eh 4. 
de c. (Eure-et-Loir), arr. de Dreux; 1.550 h. Belk 
foret. Filature de lin. 

CHATBAUTVBUr-SIJm-CtlARSL!rrE t ch.-l. de c- 
i Charente), arr. de Cognac ; 2.900 h. Ch. de f. EL 
Carrieres. 

CuATBAirTOi F-Mllx-CllBis, ch.-l. de c. i Cher \ 
arr. de Saint-Amand ; 2.400 h. Ch. de f. Orl. 

CBATBAl}lfBVr-«UR-l.BlKB, ch.-l. de c, i Loi- 
re t), arr. d'Orleans ; 8.400 h. Ch. de f. OrL 

CaATBAVIfBtr-fltTR-MAmTaB , ch.-L de c 
(Maine-et- Loire), arr. de Segre ; 1.400 h. 

CllATBAVP*!taAC [sakl, ch.-L de c. (Haat^- 
Vienne), arr. de Bellac, sur la Gartempe, affl. de Is 
Creuse ; 4.000 h. Ch. de f. Orl. 

ChAtbaI-POKCIKM [st-in], ch.-l. de c. A^ 
dennes), arr. de Bethel, sur FAisne; 1.250 h. Fila- 
tures. 

CH ATE AIMESAJIB. ch.-l. de c. (Loiret). arr.de 
Montargis, sur l'Ouanne ; 2.400 h. Ch. de f. P.-L.-SL 

CHATBAirsftEXAmB-PnOVBWCB [kmet], ch.4. 
de c (Bouches-du-Rhdne), arr. d'Arlea. pres de U 
Durance ; 7.400 h. Vignobles. 



Digitized by VjOOQlC 



chA - 1 

CBATBAUmKfAClvr [»d], ch.-l. de o. (Indre-et- 
Loire), arr. de Toon, fur la Brenne, s.-affl. de la 
Loire; 4.100 h. [Rtnaudins]. Ch. de f. OrL Tanneries. 

CBATBACBBlf AVUT (Francois-Louis de), vice- 
amiral et marechal de Prance. II s'illustra en com- 
battant lei corsaires barbaresques, lei Hollandais et 
lea Anglais (1637-1716). 

CBATBACKBUX, cb.-l. du dep. de l'lndre. rut 
Tlndre; 26.000 h. (ChAteauroussim on Castelrous- 
sins). Ch. de f. Orl., a 263 kil. S.-O. de Paris. Draps; 
grande foret. Patrie de Ouimond, du general Ber- 
trand. L'arrond. a 8 cant., 81 comm., 117.000 h. 

cmiTBAvm^rx [rou] (Marie-Anne de Maillt- 
Wwsutjduchetse de). une den favorites de Louis XV. 
Ambitieuse et energique, poussee d'ailleurs par lc 
due de Richelieu, elle contribua a tircr un moment 
le roi de son apathie en 1'engageant a se montrer k 
la Wte de tes armies (1717-1744). 

CHkTKAV-8AVMMM [lin], ancien ch.-l. d'arr. 
(Meurthe), k l'AUemagne, sur la Petitc-Seille, affl. 
de la Moselle; 2.000 h. Verreriei, faiences. 

CbAtbau-TBIBBBY. ch.-l. d'arr. (Aisne), sur 
la Marne; 7.100 h. (TModoriciens). Ch. de f. R, k 
80 kil. S.-O. de Laon. Patrie de La Fontaine. L'ar- 
rond. a 5 cant., 124 comm., 66.000 h. 

CbAtbaiwiixaiM , ch.-l. de c. (Hautc-Marne), 
arr. de Chaumont ; 1 .800 h. Ch. de f. E. Patrie de Decres. 

CbAtbav-YQCBB! [t-Arem'l, vignoble bordelais 
du pays de Sauternes, donnant des vins blancs uni- 
verseflcment reputes. 

CBATBICSKKKAIB [te-ane-re] (Francois de Vi- 
vonnr. seigneur de La), favori de Henri 11, oncle de 
Brantome, mort a la suite de son eclebre duel avee 
Jarnac (1520-1647). 

C'B.Itbl, ch.-l. de c. (Vosges), arr. d'Epinal, sur 
la MoseUe; 1.400 h. Ch. de f. E. 

CnATKft. (Jean), fanatique qui tenta d'assassiner 
Henri IV; U fut ecartele (1576-1694). 

CHATELABB Uar] (Le) ch.-l. de c. (Savoie), arr. 
de Chambery, sur le Cheran, s.-affl. du Rhone ; 820 h. 

CHAtblauBBBN, ch.-l. de c. (Cotes-du-Nord). 
arr. de Saint-Brieuc, sur le Left*; 1.500 h. Ch. dc f. O. 

ChAtblBOTV, ch.-l. de c. (Puy-de-DOme). arr. de 
Thiers. surle Vauriron ;2.000h.Btablissemcnt thermaL 

CHATBLBT [le] (U), ch.-l. de c. (Cher), arr. de 
Saint-Amand ; 2.100 h. 

('■atelet, nom donne a deux forteressea dc l'an- 
cien Paris, le Grand et le Petit Chdtelet. Le premier, 
demoli en 1802, etait situe sur la rive droite de la 
Seine. C'«tait le siege de la juridiction criminelle de 
la vicomte et de la pre vote de Paris. Le second, sur la 
rive gauche, pres de 1'Hotel-Dieu, servait de prison. 

CBATBUBT-BN-BKIB (Le), ch.-l. dc e. (Seine- 
et-Marne), arr. de Melun ; 800 h. 

CbAtblGVYBX, comm. du Puy-de-Dome, arr. 
de Riom ; 1.600 h. Station thermale. 

CHATBIABBAtTLT frd], ch.-l. d'arr. (Vienne). 
au confluent de la Vienne et de l'Envigne; ch. de 
f. Orl., a 32 kiL N.-E. de Poitiers ; 21.000 h. (Chdtel- 
leraudais). Manufacture d'armes, coutellerie, quin- 
caillerie. — L'arr. a 6 cant.. 51 comm., 66.000 h. 

cbAtblvb-mal.val.bix [lu\, ch.-l. de C. 
(Creuse), arr. de Boussac; 1.800 h. 

CbAtbnBIII [not], ch.-l. de c. (Vosges). arr. de 
Neufchateau; 1.200 h. Ch. de f. E. 

CHATBAM ou CBATAH [tam , ] < v. d'Angleterre, 
comte de Kent, sur le Medway. affl. de la Tamise; 
32.000 h. Port militaire, arsenal, ecole du genie. 

CHATABL, archipel anglais de lOceanie, & l'E. 
de la Nourelle-Zelsnde. 

CBATILJ*0!f , ch.-l. de c. ( Drrtme). arr. de Die, sur 
le Bes, affl. de la Drome; 1.700 h. (Chdtillonnait). 

CBiTIMLBX, nom de plusieurs families nobles. 
Les plus illustres sontcelle dc Chdtillon-sur-Mame, 
qui a donne Eudbs *«• Cfc4tilU«,lc premier pane fran- 
cos sous le nom d'Urbain II ; Gaucher *• CMUIHm, 
connetablede Philippe le Bel (1260-1330), etc., et celle 
de Chdtillon-Coligny, autref. Chdtillon-stir-Loing. 
<ToG sont sortis Odet,Gaspard et Francois nt Couomt. 

CnATILL«*V-r*l,ICl!nr, ch.-l. de c. (Loiret), 
arr. de Montargis. sur le Loing et le canal de Briare ; 
2.200 h. Patrie de la famille do Coligny, de Becquerel. 



!3 - CHA 

cbAtiiabb - bb - icb aiij.b [cha, 11 mil.]. 
ch.-l. de c. (AJn), arr. de Nantua, sur la Semine, affl. du 
RhOne ; 4.000 h. (Chdtillonnais ). Ch. de f. P.-L.-M. 

CbAT!1X*W-KK-BAB4>I0 [zoi], ch.-l. de e. 
(Nievre), arr. de Chateau-Chinon ; sur l'Aron, affl. de 
la Loire, et sur le canal du Nivernais; 1.700 h. 
(Chdtillonnais). 

CHATII.I>OIfHiCB-€llA-LAR«MNB^ ch.-l. de c. 
(Ain), arr. de Trevoux ; 2.800 h. (ChAtillonnais). Ch. 
de f. de Marlieux a ChatUlon. 

CBATflXOM-BOI-IirBBB, ch.-l. de c. (Indre), 
arr. de Chateauroux: 3.700 h. (ChAtillonnais). Ch. 
de f. Orl. Mines, metallurgie, verrerie, magnaneries. 

CH ATlXXO*V-SIUR-LOIBE , ch.-l. c. (Loiret), 
arr. deQien ; 3.200 h. (Chdtillonnais). Ch de f. P.-L.-M. 
Marbre, pierres de taille, chaux. 

CBATILXOX-BVB-MABJfB, ch.-l. dec. (Marne), 
arr. de Reims ; 1.000 h. (ChAtillonnais). Patrie du 
pape Urbain II, de Gaucher de Chatillon, etc. 

CBATlLXOlf-Bim-fiBlNB, ch.-l. d'arr. (Cote- 
dOr); ch. de f. E. et P-L.-M.; k 82 kil. N.-O. do 
Dijon ; 4.800 h. (Chdtillonnais). Forges, carricres, 
papeteries. Patrie de Marmont, Nisard. L'arr. a 
6 cant, 115 comm., 86.700 h. 

C*ATIlJjOR-IIIJB-0BVmB, ch.-l. de c. (Deux- 
Sevres), arr. de Bressuirc, sur l'Ouin, affl. de la Sevre 
Nantaise; 1.860 h. (ChdtiUonnais). Ch. de f. Et. Mou- 
tons, etofres. megisseries. 

ChstelBBmrta [matt] (les), rccueil de poesies com- 
posees au lendemain du 2-Decembro (1851) par Victor 
Hugo proscrit. Ccst une satire indignee, violcnte et 
souvent d'une eloquence incomparable, des homines 
du second Empire (1853). 

CBATBC. comm. de Seine-et-Oise. arr. de Ver- 
sailles, sur la Seine; 4.500 h. (Chatousiens). Ch. de f. 
O. ; charmantes villas. 

CbAtbb (La), ch.-l. d'arr. (Indre), au-dessus de 
l'lndre ; 4.800 h. (Castrau). Ch. de f. Orl., k 34 kU. 
S.-E. de Ch&teauroux. Patrie d'E. Acollas. Lainages, 
cuirs. L'arr. a 5 cant., 69 comm., 64.000 h. 

Chaste Maaefce (la), conte de M«« d'Aulnoy. Un 
jeune prince, soumis par son pere a de bizarres 
6preuves, rencontre une ravissante chatte blanche, 

aui est une princesse metamorphosee. Grace k elle, 
fait k son pere des presents merveilleux, puis, 
ayant magiquement rendu a la jeune fllle sa vraie 
forme, il fepouse. 

CBATT-BIv-aaab, fl. de la Turquie d'Asle, for- 
me par la reunion du Tigre et de l'Euphrate ; passe 
a Bassorah, et se jette dans le golfe Persique. 

CHATTBRTBlf [tcha-ter-torf] (Thomas], poete 
anglais, ne a Bristol. Meconnu et tombe dans la mi- 
sere, il s'empoisonna (1752-1770). 

ChmiUiri^m, drame emouvant d' Alfred de Vigny, 
represente en 1835, et qui obtint un grand succ6s. 
(Test rhistoire d'un poete meconnu etdecourag6, qui 
se refugie dans le suicide pour echapper a la miserc 
et se venger de l'indiflerence des hommes. 

CBAVCBB [chd-eer] (Geoffrey), poete anglais n6 a 
Londres, auteur des Conies de Canterbury. II tra- 
duisit le Roman de la rose et imita l'art classique 
et Tart italien. C'est un des fondateurs de la litWra- 
ture poetique de I'Angleterre (vers 1340-1400). 

CHAUBBBAIOCBS [zt-ghe\ ch.-l. de c. (Cantal), 
arr. de Saint-Flour, sur le Remontalou ; 1.700 h. 
(Caldaguis). Eaux thermales. 

CHACBBT \de] (Antoine-Denis). peintrc et sculp- 
tcur francais, n6 k Paris (1763-1810). 

CHACBBT [de) (Gustave), avocat et homme poli- 
tique francais, ne a Vesoul ; fusill* par les in surges 
sous la Commune (1817-1871). 

CIIAI7BBN (dom Louis-Mayeul ), benedictin de 
Cluny, ne a Valensoles (Basses-Alpes), auteur d'un 
Dictionnaire historique, publi6 en collaboration 
avee Delandine (1737-1817). 

Ch mwtrmmm Icr (U). tableau de Frans van Mierls 
(Dresde) ; une des ceuvres mattresses de 1' artiste. 

CBAUFVAUABB, ch.-l. de c. (Saonc-et-Loire) ; 
arr. dc Charolles ; sur le Botoret, s.-affl. de la Loire ; 
4.250 h. Filatures et tissage de soie. 

CliMsTearm, brigands qui, pendant les troubles de 
la Revolution, chauffaient et brdlaicnt les pieds de 
leurs victimes pour les forcer k dire ou etait cache 
leur argent. lis disparurent sous lc Conmilat. 



Digitized by 



Google 



CHA - l 

CHAOLIBD {abbi Oulllaume de). poele francais 
du genre gracieux et leger, ne k Fontenay (Vexln 
normand). II merlta d'etre surnomme l'A»aerd«s 
4« tesspl* (1639-1730). 

CHAIL.WKPI [ch6-ne], ch.-l. de c. (Somme). arr. de 
Peronne; 1.800 h. IChaulnoit). Ch. de f. N. Tissus. 
Patrie de Lhomond. 

(-HAULHBM [ch6-ne] (Honor* v'Alikkt Uurde), ma- 
ruchal de France, ne a Mornas (VaucluseK 1681-16491. 

CHAILXKH (Ferdinand d'Albbst d'Aillt due de), 
pair de France, et lieutenant general, distingue par 
Ron gout pour let sciences (1714-1769). — Son ills, 
M axis-Joseph, physicien et chimiste francais, dceou- 
vrit les carbonates alcalins (1741-1793). 

CHAUMBBftfiY [mer-ji], ch.-l. de c. (Jura), arr. 
de Dole ; sur la Brenne, s.-affl. de la Saone ; 520 h. 
Volailles. 

CHAuaiTB [mi-te] (Pierre-Oaspard) , procu- 
reur syndic de la commune de Paris en 1792, ne a 
Nevers en 1763. II fut un des fondateurs du culte de 
la Ration ; decapite avec les Heberttetes en 1794. 

CImmissI*** ■■«!•■■» (la), conte philosophique de 
-•--• — -*• • • rlappelaitlcme 



Bernardin de Saint-Pierre. Chenier 1 



c meil- 



leur, le plus moral et le plus court des romans (1791). 

CBAUMOMT [mon], ch.-l. du dep. dc la Haute- 
Marne, au confluent de la Marne et de la Suiie; 
ch. de f. B., k 262 kll. S.-E. de Paris ; 15.000 h. 
(Chaumontoii ou Chaumontait). Coutellerie, toiles; 
carrieres. Patrie de Bouchardon, Damremont Un 
traite y fut conclu en 1814 entre les Allies pour re- 
duire la France aux limites de 1789. L'arr. a 10 cant., 
195 comm., 75.000 h. 

(HAVHOXT, ch.-l. de c. (Oise), arr. de Beauvais ; 
sur le Troesne, s.-affl. de la 8eine ; 1.500 h. Ch. de f. 
K. Tourbicres. 

CIIAIMONT (buttrs), pare de Paris, amenage 
•n 1863 sur les hauteurs qui avaient servi. en 1814. 
k la defense de Paris. Sites pittoresques. 

CflAUMOXT-POltCIE* [si-Mi], ch.-l. de c. (Ar- 
dennes), arr. de Bethel ; 900 h. 

C-HAlMOirr-SUM-LOIRJK. comm. de Loir-et- 
Chcr, arr. de Blois ; 1.000 h. Chateau ou resida Ca- 
therine de Mcdicis. 

CHALKY, ch.-l. de c. (Aisne), arr. de Laon. sur 
l'Oise, k l'embranchement du canal de Saint-Quentin 
et du canal de Sambre-et-Oise ; MOO h. (Chaunois). 
Navigation fluviale tr6s active. Ch. dc f. N. Manu- 
facture de glaces. Filatures de coton. 

CHAlMflAKB [tar] (Pierre), litterateur francais. 
ne k Paris, secretaire du comite de Salut public 
(1766-1823). 

Ciiai rtfUKn [gi-i] (Francois), chirurgicn etanato- 
miste francais, n6 a Dijon (1746-1828). 

CnAlMMUV, ch.-l. de c. (Jura), arr. de Dole; sur 
l'Orin. affl. du Doubs; 1.300 h. Ch. de f. P.-L.-M. 

CH*I YEAl-LACAKBB [udl (Claude-Francois), 
avocat francais. ne k Chartres. 11 fut, devant le tri- 
bunal revolutionnaire, le defenseur eloquent et cou- 
rageux de Marie-Antoinette, de Madame Elisabeth 
et de Charlotte Corday (1756-1841). 

CHAVVBL.1IC (Germain-Louis de), homrae d'Etat 
francais, un des promoteurs de la guerre de suc- 
cession de Pologne ; cxil6 par le cardinal Fleury 
en 1737 (1685-1762). — Son frere, le marquis Bernard- 
Louis *• ChMvella, diplomatc, ne a Paris, vecut 
dans l'intimite de Louis XV (1716-1773). 

CHAUYltilfY, ch.-l. de c. (Vienne) arr . dc Montmo- 
rillon, sur la Vienne ; 2.400 h..Ch. de f. Orl. Pierres. 

CHAITX-sMC-FONM [chd-de-fon] (Ia),v. de 
Suisse, c. de Neuchatel; 39.000 h. (Chaudefonniers 
ou Chnuliers). Horlogerie. Patrie de Jacquet Droz. 
Leopold Robert. 

C'HAVAlfORM, oh.-l. de c. (Aube), arr. d'Arcis- 
sur-Aube, ,pres de la Voire; 850 h. 

C'HAVBB (Honore-Joseph), savant beige, ne k Na- 
mur, un des fondateurs de la linguistiquc modernc 
(1815-1877). 

CHAVK0, v. du Portugal (Trat-os-Montes) ; 7.500 h. 
Bnins frequcntcs. 

rHAVtXI'B, comm. dc Seine-ct-Oise, arr. de Ver- 
sailles ; 8.650 h. Ch. de f. O. 

< UKF-BOlTOX*F, ch.-l. de e. (Dcux-Sevres), 
arr. de Mclle; sur la Boutonne. afiluent de la Cha- 
rcntc; 2.100 h. 

CHRLirv, fleuve d'Algcrie, qui arrose Boghar, 
Orloansville et se jctte dans la Mcditcrranee ; 680 ail. 



cut 



[cht-lel comm. de Tmrr. de 
(Selne-et-MArne). sur la Marne; 4-000 a. {CkaUtam^ 
Ch. de f. B. Cailnerie I«en 184, et Cbilderie II en «3 
y furent assassine* ; sainte Balhilde y food* em OS 
une ceiebre abbaye. Station prehiatoriqoe. {V. cxkl- 
lebn, partie langue.) 

CHKUMA [tchtlst]. v. d'Angleterre, aujovrdasi 
reunie a Londres ; sur la Tamise. 

CBBMUXJK [U tail.], ch.-l. de c. < Main e~et Loir- 
arr. de Cholet ; sur l'Hyrome, s.-affl. de la Loire , 
4.300 h. Ch. de f. Orl. Filatures. 



■IN. ch.-l. de c. (Jura), arr. de DAIe: 406 a. 

Cb««»i» *• la pevfeettea (le), ouvrage snysttqse 
et ascetique, par sainte Thereac (xvi« sieeleL 

CBKMIHAI0 »B M«irraiOi: [ne] (U Pkrt T» 
moleon), iesuite et predicateur francais. ne 4 Pan* 
(1652-1 689). 

CIIMHITI [ktm-nitt\. r. du royaome de Saxe. 
sur la ChemniU, s.-affl de I'Elbe; 214.000 h. Filatores, 
tissages, metallurgie. 

CnBlfAVAHB [car] (Paul-Joseph!, peinlre <fhi»- 
tolre francais, ne a Lyon (1808-1899). 

CwAftKB+WJiM (Charles-JuUen d*\ poete fran- 
cais, n6 4 Vire (1769-1833) ; auteur de fables agreablea. 

CBKMttAMMAMB [ra, U mil.], ch.-l. de c [Crrmte:, 
arr. d'Aubusson ; 1.100 h. 

C8Mlf IBM [ni-i] (Andre), ceiebre poete francais. 
ne k Constantinople, auteur 
d'elegies et d'idylles (la Jeune 
Captive, VAvtugle, la Jeune 
Malade, etc.). Mele d'abord au 
mouvement revolutionnaire, il 
protesta ensuite eloquemment 
contre les exces de la Terreur, 
et mourut sur l'echafaud. le 
meme jour que le poete Bou- 
cher. On s'acoorde a reconnal- 
tre la purete admirable de ton 
style, ses innovations hardies, 
et 1'originalite qu'il apporta 
dans son imitation des anoiens, 
particulicrement des elegia- 
ques grecs. Sa devise litteraire parait *tre coate- 
nue dans ce vers : 

Sur d*i p«nter* naouiui f»i«on« dM t«t» kobqsn. 

On rappclle le mot qu'il prononca, en se frappastle 
front sur la ch arret to qui le conduisait au supf L 
" J'avais pourtant quelque chos^lA! - (I7<a-l*ri 

CHEKIKR (Marie-Joseph), frere da 
port »• drarnatlquc. ne k Constantinople ; auteur de 
latiret, de tragedies estimables, sou-cent inipirw* 
par lo souffle revolutionnaire, du Chant du Depart 
(1764-1811), 

i in NOXFAl x [sd.comm.dlndre-et-Lnire ssr 
U Cher j 3*0 h. Ch. de f. Orl. Magnifique chitf-an «k 





C'hil«i*ii da t'.ticnouccftiiv., 



la Renaissance, donne a Diane de Poitiers par Fran- 
cois I«r. et embelli par PhUibert Delorme. 

€"BBW»( Jean-Charles), naturalist© francais.autear 
d'une Encyclope'die (Thistoirt naturtlle (1808-1871). 

CKBOPft [M-op*], ou KBOUFOut, roi d'Egypte, 
de la 4« dynastic. 11 fit clever la plus grande des pj- 
ramides. 



Digitized by VjOOQlC 



CHE - 1 

[ki-frtn], ou l&BJMlwm*, roi 
d'Egypte de la 4« dynastie, frere et successeur de 
Cheops ; fit construire la seconde grande pyrarnidc. 

Cnmm [chir] (le), riv. de France, a sa source dans 
le dep. de la Creuse, baigne Montlucon, Saint-Amand, 
Vierzon et longe la Loire arani de s'y Jeter (riv. g.) ; 
390 kll. 

CUI (dip du), dep. form* d'une par tie du Berry 
et d'une petite partic du Bourbonnais; prlf. Bout- 




V\ 



en; s.-pr. Saint-Amand, Sanrerrt ; 3 arr., 29 cant., 
"-2 comm.. 344.000 h. ; 8* region militaire ; cour d'ap- 

1 et archeveche A Bourges. Ce dip. dott son nom 

la rivibre qui l'arrose. 

CHBKAHrO, v. d'ltalie (Picmont), sur le Tanaro, 
affl. du P<}; 9.500 h. Un armistice y fut conclu en 
1797 cntrc le Picmont et Bonaparte, vainqueur dans 
les premiers combats de la guerre d'ltalie. 

(HEHBOIRG [6ow], ch.-l. d'arr. (Manche)- port 
militaire sur la Manche, ferme par une longue digue. 
Ch. de f. O.. a 66 kil. N.-O. de Saint- Lo; 43.000 h. 
(Cherbourgeoit). Place forte, pref. maritime. Patrie 
du predicateur Beauvais. L'arr. a 6 cant., 74 comm., 
96.500 h. 

CUBBBIILISS \li-i) (Victor), romancier et publi- 
cistc francais d'ongine suisse (1829-1899). 

CHBBCBBUL, comm. d'Algerie, dep. et arr. d'Al- 

?er, petit port sur la Medilerranee ; 9.000 h. Marbre, 
cr. 

Caerehease sTesprlt (la), charmant vaudeville en 
un act*, dc Favart. son chef-doeuvre (1741). 

CBBBvBAff [ki-re-a**], tribun romain,quiassassina 
Caligula en 41. 

fHBUT [re] (Jules), dessinateur et peintre fran- 
cais, ne A Paris en 1836, s'est acquis une legitime 
c*l£briU dans la composition des afnehes illustrees. 

CBBBBHKBBB [kir$], Indiens Peaux-Rouges des 
EtaU-Unis, entre 1 Arkansas et la riviere Rouge, race 
intelligcnte, aujourd'hui completement civilisee. 

f HBMOMBB [k#-ro-nil v. de Beotie. ou Philippe 
de Macedoine vainquit les Atheniens et les Th4- 
bains en 338 av. J.-C, et ou Sylla battit les troupes 
de Mithridate en 86 av. J.-C. 

rHBMV [roi], ch.-l. de c. (Yonnc), arr. de Sens, 
pre* du Lunain ; 700 h. 

CHBKMBXBflB [kerso-ne-ze] (du gr. chef not, 
continent, et nesos. He), nom que les Oreca donnaient 
a quatrc presqu'ilcs : 1* la Chersonese de Thrace, 
anlourd'hui preaqu'tle des Dardanelles ou dc Galli- 
poli ; 2» la ChertuntM Taurique. aujourd'hui la Cri- 
m^c ; 3* la Cherson/se Cimbrique, aujourd'hui le 
Jutland danoi* ; 4» la t'hemnne'ne tTOr. qui est pro- 
bablemcnt l'lndo-Chinc actucllc. 



15 — CHE 

Cheraala, person nag « du Mariage du Figaro, 
comedie de Beaumarchais. 

CHBSrBIIii [ki] (Salvador), celebre compositeur 
de musique, ne a Florence. II se fit naturaliser 
Francais et dirigea le Conservatoire de Paris. Sea 
oeuvres religieusca (la Messe du Sacre, etc.), et ses 
operas (Lodoiska, Medee, le* Abencerages, etc.), va- 
lent par un [style d'une rare elevation, un remar- 
quable sentiment dramatique, 
une instrumentation superbe 
(1760- IBM). 

CBBBin&X. ^Adolpbe), hls- 
torien francais, n* A Rouen, 
auteur d'une Hist aire de 
France pendant la minor He 
de Louis XIV;* public les Mi- 
moires de Saint -Simon (1809- 
1891). . 

CBSBUBQtJBB [rus-ke], 
ancien peuple franc de la Ger- 
manic, dont le chef le plus rc- 
marquable fut Arminius, sou- 
vent vainqueur des Romains. 
tRVILLR 




Charttbini. 



[vi-le] (Georges de), chroniqueur 
francais, ne a Cbartres (1819-1898). 

CnKBVll* (Nicolas), medecin francais, ne pres 
de ViUefranche (Rhone) [1783-18431. 

CUHiniAatB [tche-ta-p{-ke], baie des Etats- 
Unis, sur l'Atlantique ; magnlnque radc, sur laquelle 
est bAtie Baltimore. 

CHBOBUeBlf [tche-ze-lrden') (Guillaume), savant 
chirurgien anglais, praticien de premier ordre, sur- 
tout d ans l' operatiop de la cataracte (1688-1 762). 

emmmnu \ehS-ne] (Le), ch.-l. dc c. (Ardennes), 
arr. de Vouxiers. sur le canal des Ardennes; 
1.650 h. Pre* de la se trouve le defile dit le Chene- 
Populeuz (Argonne), que Dumouriez occupa en 1792. 

CaBBTBBL, v. d'Angleterre, ch.-l. du comte de 
Chester; 37.000 h. Fromages. — Le comte a 730000 h. 

Cm*liTB*riBl,»[/fM] (Philip), homme d'Etat et 
ecrivain anglais, ne A Londres, auteur des Lettret a 
mon Jilt, ecritcs avec elegance, mais d'une morale 
souvent discutable; il fut l'ami dc Montesquieu 
(1694-1773). 

CMBVAttNB*. ch.-l. de c. (Allier), arr. dc Mou- 
llns, sur l'Acolin, affl. de la Loire; 1.150 h. 

Cheval a* hraaae lie), opera-comique en trois 
actes, paroles de Scribe, musique d'Auber, oeuvre 
amuaante, Acrite sur un suiet chinois (1835). 

Chevalerle. Institution feodale. militaire et reli- 
gieuse du moyen Age, propre A l'ordre de la no- 
blesse, et dont les membres, A une epoque de vio- 
lences continuelles, mircnt leur epee et leur force 
au service du droit et des faibles. Cette institution, 
dont on croit retrouver les racines dans les cou- 
tumes germanlques, se developpa au moyen age sous 
l'influenoe du christianisme et de l'esprit d'asso- 
clation. Les chevaliers, qui exalterent A un degre 
inconnu jusque-lA le sentiment de 1 honneur, etaicnt 
soumis aux formalites d'une reception solennelle 
et devaient remplir certain es conditions determi- 
nes : on naissait noble, on itait armi chevalier. 

CBITALHR [ti-i] (Michel), economise francais, 
ne A Limoges ; fut un des plus eminent* defenseurs 
du libre-echange (1806-1879). 

Chevalier. I* Hort et le Dlable (le), eeldbre 
estampe d' Albert DQrer, dont le sujet pourrait se 
traduirc par cette devise : ■ Ni la mort ni le diable 
n'arretent un brave et loyal chevalier. » 

Chevalier A la saesle (le), comedie en cinq actes 
et en prose, par Dancourt, son chef-d'oeuvre (1687); 
excellent tableau de moeurs. 

Chevalier sle Bfalee«.B«ufe (le), roman histo- 
rique d' Alexandre Dumas pere (18*5); oeuvre drama- 
tique pleine d'interel sur la fin du regne dc Louis XVI 
et le debut de la Revolution. 

Chevalier die Bala«-C;eorgee(/e). roman de Roger 
de Beauvoir (1838), qui se recommande par de bril- 
lantes qualites d'imagination. De ce roman, en colla- 
boration avec Melesville, lauteur a tire une come- 
die en trois actes (1840). 

Chevalier srHamaeatal He), roman d' Alexandre 
Dumas pere (1845}, une de* wuvres k» plux inte- 
ressanteH du fecund romancier. Lc kujet eu est la 
conspiration de Ccllamarc. 



Digitized by VjOOQlC 



CUB 



«_._ ■ Jean {le), drame lyrique en quatre 

actes, poeme de Louis Gallet et Edouard Blau, mu- 
sique de V. Joncieres (1886). 

Cfcevs4lers(/««). oomWle d'Aristophane.violentc sa- 
tire contre le demagogue athenien Cleon (424 ay. J.C.). 

C*ev««* de Marly {le$), groupes en marbre, de 
Guillaume Coustou, aux Champs-Elysees, a Paris. 

Che**** «• BatntHBare (les), celebre groupe 
antique en bronze, qui decore la facade de reglise 
SaintrMarc a Venise. 

CaVVBLValB BB BBHBlflCB, constellation de 
l'hemisphcre boreal situee entre le Lion et le Bouvier. 

onVBBT [ver] (Francois de), general francais. 
ne a Verdun. II se distingua par une foule d* actions 
d'eclat, principalement pendant la guerre de succes- 
sion d' Autriche, a l'assaut de Prague, qu'il defendit en- 
suite herofquement contre les imperiaux (1695-1769). 

CHBVBHfJB [rus$] (Jean-Louis), cardinal fran- 
cais, ne a Mayenne. II fut eveque de Boston, do 
Montauban et archevequc de Bordeaux, et se fit re- 
marquer par son devouement et son esprit de conci- 
liation (1768-1836). 

Caevllles ou Pastes de maitre Adam Billaut. me- 
nuisier de Nevers (xvn« s.), remarquablcs par la 
verve et l'en train, mais ou Ton rencontre beaucoup 
d'incorrections de style. , mm 

CBBVI1XON // mil.* 1 , ch.-l. de c. (Haute-Marne), 
arr. de Wassy, prcs de la Marne ; 1.100 h. Ch. dc 
f. E. Hauts fourneaux, distilleries. 

CHEVIOT [vi-o] [monts), chainc de montagnes qui 
separe l'Ecosse de l'Angletcrre. Beaux palurages, 
vastes forets. Houille. 

CHBVMB {la), etoile de premiere grandeur de la 
constellation du Cochcr. 

CHEVKEAl \r6\ (Urbain). savant ct litterateur 
francais, ne a Loudun (1613-1701). 

(HETRF.ll. Veu/'J (Marie-Eug6ne). celebre chi- 
miste francais, ne a Angers. On lui doit de belles 
rechcrches sur les corps gras, et notamment la dc- 
couverte des bougies steariqucs (1786-1889). 

CHBVHBCBB, ch.-l. de c. (Scine-et-Oise), arr. de 
Rambouillet : sur l'Yvette, s.-affl. de la Seine ; 1.8B0 h. 
Dans la value de Chevreuse, sites tres pittoreaques. 

CHBVRBCBB [duchesse Marie de). Elle joua un 
role important pendant la Fronde et dans les com- 
plots dlrigcs contre Richelieu et contre Maxarin. 
Veuve du due Albert de Luynes, elle epousa Claude 
de Lorraine, due de Chevreuse (1600-1679). Victor 
Cousin a ecrit sa vie. 

CHBVHBIMK (Charles-Honor6 a'Alrrrt, due de\ 

Souverneur de Guyenne, l'un des hommes les plus 
istingues de son temps. II etait gendrc de Colbert 
et grand ami de Fenelon (1646-1712). 

(HKYLAR1 chc-lar (Le), ch.-l. de c. (Ardeehe). 
arr. de Tournon ; sur la Dorne, affl. du Rhone ; 
3.400 h. Baux minerales. 

CMBEE (La), ch.-l. de c. (Cotes-du-Nord), arr. 
de Loudeac ; sur le LI6 ; BOO h. 

CUBBY (Antoine-Leonard de), orientaliste fran- 
cais, ne a Neuilly. 11 eveilla, un des premiers, en 
France le gout de 1'etude du Sanscrit (1773-1832). 

< niAVARI \ki\ v. d'ltalie (prov. de Genes) ; port 
sur la Mediterfan6e : 30.000 h. 

CHIBCHAfl \rhas$] ou MUYBCAB [mu-is-kass], 
peuple civilise de l'Amcrique du S., que les Espa- 
gnols trouverent dtablis dans la Nouvclle-Grenadc, 
au xvi« siecle. 

CHICAGO, v. des Etats-Unis (Illinois), sur le lac 
Michigan et sur la riviere de Chicago; 1.874.000 h. 
Immense commerce des produitx de l'Oucst amcri- 
cain : bles, bestiaux, viandes salees, huile, etc. Im- 
portantes manufactures et usines. La villc s'est 
developpce au cours du xix« siccle avec une remar- 
quable rapldit6. 

Chieaaeaa, un des principaux pcrsonnages des 
Plaideurs de Racine, dont le nom indique le carac- 
t£re. Chicaneau est Normand et, par suite, plaideur ; 
il passe sa vie en proefcs avec la comtesse de Pim- 
beche, ct ne parle que de son procurcur, de son 
Juge et de ses temoins. II est rest£ le type du plai- 
deur infatigable- 

CHICHBMTBH, v. cTAnglctcrre (Sussex); prcs la 
Manche ; 9.000 h. 

CHICOT [Ao\ gentilhomme gascon ; m. en 1592. 
II s'etait rendu cOlebre a la cour de Henri III par 



6- CHI 

ses bons mots et sea bouUbnneries. Alexandre l>o- 

mas pere en a fait an eonselller devoue et dair- 
voyant du roi. et l'a rendu presqoe populaire. 

CHICOYBBA1J [tot-ndl (Francois), me4ecia fran- 
cais, ne a Montpellier. II se distingua par eoa d#- 
vouement pendant la peste de Marseille (K71-17S? 

CHIBB (Oraad), constellation de rbesaiispbere mas- 
tral qui possede F etoile la plus brillantedociea.Srrtw 
reel* Calea, constellation de l'beaaispbere boreal 

Cnlen 4m Jnrdfaler (le), eomedie de Lose de 
Vega, un de sea chefs-d'oeuvre. Le titre et lldee de 
la piece sont tir*s de ce vieux proverbc castfllac 
• Le chien du jardinier ne veut pas de sa patee. c. 
grogne si les boeufs la mangent. > 

Cal«M-Caillo«. petit ouvrage de Champfleory. qcz 
fut une des premieres manifestations de reoole rtM- 
Uste (1847). 

CH1BH1 [«-**], r. d'ltalie, prov. de Turin : 12.700 k 

CHIBslB [cfti-eVj (la), riviere qui nait en BeJ 

Sique, mais passe en France, oo elle arrose Loarvy. 
[ontmedy, et se Jette dans la Meuse (riv. dr.) . Ill kiL 
CH1BTI (ki-i), v. d'ltalie, ch.-l. de la r«rov. de 
TAbruzxe Citerieure, pres de la Peacara; tt iOO h. 
iMier de Peris {le). drame en cinq arte*. 



de F61ix Pyat (1847), piece animee d'un sooffie deajo- 
cratique puissant et dont le principal rAle fat sae de« 
plus remarquables creations de Frederick Lemsitrr. 

CHIHCAHIJA, v. du Mexique, cap. de l"Exai de 
ce nom ; 80.500 h. — L'Etat a 828.000 b. 

CaUTBM, CHITTB* ou S CHH T K S. nOD dflfiirf 
aux musulmans de Perse, par les autres musulmaa* ; 
ceux-ci s'appellent eux-memes Sxmnites (de rana. 
ntnni, attaches a la vrale tradition) et se coasise- 
rent comme seuls orthodoxea. Les Chiites regardeat 
Ali comme le seul calife legal, a rexclusion des aattes 
descendants de Mahomet, reconnus par les SuBattes. 

CBULBBBBHT ■••■ [6er], flli de Clovis et de Go- 
tilde, roi de Paris de 811 a 658; il tua, avec son frcrt 
Clotaire, les Ilia de Clodomir ; — CBiu>saKaT n. ftlsde 
Sigebert et de Brunehaut, ne en 570. roi <f Aastrasv 
en 576. Sous son regne fdt sign* le traite d*Aadek«. 
m. en 596 : — Cdildbbbat 111, flls de Thierry III. m 
vers 683; il regna sur toute la France de C98 a Til, 
sous la tutelle de Pepin d'Ueristal. 

CHtXBBBHAlffB [bran], guerricr franc, dost le* 
chroniqueurs font un frere de Charles-Martel. D >* 
signala contre les Sarrasins ; m. en 741. — Ce priaee. 
dont l'histoire et meme rexistencc sont fort iacer 
taines, a 6te chante par le poiic Card de Saisie- 
Garde, qui en a fait le principal person nage de *?z 

tioeme dpi que, les Sarrasins cfiasses de rramr, & 
a les deux vers fameux de Boileau : 

O )• pl»ii*nt proj«t d'uo poAt» i|rnar«ot. 

Qui, de Unt d» h*rM, »« oboisir ChildahraAd ' 

Ces deux vers se citent a propos dTun cboix par 
trop malencontreux. 

Ckildr-Harold [teha-ild] {Pelerinage de), narratioa 
d'un po*te en voyage, ou des tableaux ravissantc te 
melent aux impressions d'une ame agitee ; ee poeae 
de Byron est celui qui revele le mieux son geek 
(1812-1818). Lamartine a compose un poeme, U Der- 
nier chant de Childe-Harold, qui est comme la «ufe 
du poeme de Byron. 

CHILABmiC l«r [rik\ Ills de Meroree et pere de 
Clovis, roi des Francs en 458. Chasse par ses compt- 
gnons, il se refugia en Thimnge, d'ou il retint p«w 
renvorscr le Romain^figi- 
dius et reprendre posses- 
sion de son commande- 
ment (vers 486-481); — 
Ciiild6bjc II, flls de Clo- 
vis II et do Bathilde, roi 
d'Austrasie en 660, de 
toute la France en 670 , 
assassin* par Bodillon 
en 673, dans la foret de 
Chelles; — Cbtldbric III, 
flls de Chilperic II, n« ' 
vers 714. dernier roi me- 
rovmgicn, de 74J a 752; 
fut depos* par Pepin le 
Bref ; mourut en 765, au 
monant^redeSaint-Omer. , . . M ^^ 

CHILI, republique de Arm»»nM d. Ctih. 

1'Amerique du Sud; 759.000 kil. c. ; 3.175.000 h. [Chi- 
/ien*\ Cap. Santutgo;v. pr. Cvticepcian et Valperain 




Digitized by 



Google 



CHI 



— 12*7 — 



CHO 



Lc Chili * Wend le long de la ©Ate do 1'ocean Pacl- 
flquc, au versant occidental des Andes. CI i mat gain ; 

a ulation active et industrieuse; nonibreuses mined, 
ustrie et commerce actifs. 

Chlllmt [U mil.]. chAteau et prison d'Etat celebre, 
-bati tur un rooher au bord du lac Leman, a une 
lieue ct demie de Vevey, dans une situation tres pit- 
toresque ; on l'a surnomme la Bastille de la Suisse. 
Cest Ik que fut enferme le patriote genevois Boni- 
vard, celebre par Byron. 

ClllXX.9CJli.fi [louk], peuplado ntgre, qui vit entre 
le lac No et le Kordofan (Afrique). 

CVILOE, archipcl chilien du Paciflque austral : 
94.500 h. ' 

CHILOX [ki], un des sept sages de la Grece. ne a 
Lacedemone. II mourut de joie en cmbrassant son 
flls vainqueur aux jeux Olympiques. 

CtHXramc Isr [rik], ais de Clotaire I««\ roi de 
Neustrie de 661 a 584, epoux de Fredegonde, qui le 
nt assassiner a Chelles (539-684) ; — Chilpsric II, 
flls presume de Childeric II, ne vers 670, roi de Neus- 
trie en 715 ; m. en 720. 

CHHHAY [mi], v. de Belgiquc (Hainaut) ; 3.500 h. 
Berceau d'une illustre famule princiere. 

nranOsU«« [chiml, un des monts les plus 
Aleves du globe, dans la ohaine des Andes (republ. 
de l'Equateur) ; 6.530 m. Cest un volcan eteint. 

ChlweMc. epouse du Cid, immortalize par Cor- 
neille, ct Tun des plus beaux types de femme qu'ait 
crfeos la pocsie. ce qui a fait dire a Boileau, en par- 
lant des critiques dirigces contre le Cid : 

Ko viin coatr* le - Cid - an miniftr* •• liru« ; 
Taut Pari* poor Chim«n« a 1m yrux <U Kodrigua. 

CHIHKRE (/a) monstre a trois t*te*. dont le 
corps tenait moitie du lion, moitie de la chevre, et 

aui avait la queue d'un dragor 
a bouche vomissait des flani- _*-._* 
men. Bcllerophon, monte sur 
Pegase, le tua. {Myth.) V. Belt 
lArophon. 

Chicle (Traitf de), par Lavoi- 
sier - ouvrage qui a pose leg ba- 
ses de lachimiemoderne(1789] 

Chlsaie ( Dictionnaire rf<?),ra 
"Wurtz ; II a eontribue puissamment a repnndre la 
theorie et la notation atomiques. 

CblMlqwe (Encyclopedic), par Fremy. Cest le dIus 
vaste corps de chimie qui ait paru en Prance. Com- 
roencee en 1882. sous la direction de Fremy, par une 
societe de savants et d'industriels, cette publication 
comprend une serie de veritables traitea speciaux 

Cklsatste {le) ou l'Alehls»l*te, celebre tableau de 
Tcniers (Dresde) : savant dans son laboratoire plein 
d'ustensiles. 

CHlXAHs) [nar] (Joseph), sculpteur francais. ne a 
Lyon, auteur d'eeuvres plus agreables que puissan- 
tes (1756-1813). 

CHIBCHAIl {{le*), petites iles du Pacinque, sur la 
c6te du Perou, auquel elles appartiennent, et ou Ton 
recueille le guano. 

CHIMB, vaste empire de l'Asie, qui se compose de 
trois grandes regions : la Mandchourie, pays natal 
de la maison regnante, et qui comprend trois pro- 
vinces; la Chine proprement dite, qui comprend 
19 provinces; les payssujets, c'esl-a-dire la Mongolie, 
quelques parties de la Dzoun- 
garie, le Thibet, le Turkestan 
chinois, etc. La Chine propre- 
ment dite a 320.500.000 h. de 
race mongolique {Chinois). 
Capit. Pikin. EUe s'etend sur 
les vallees des grands fleuves 
de l'Asie orientale : le Hoang- 
Ho, le Yang-ts£-Kiang, le 
8i-Kiang, etc. Dix-neuf de 
aes ports {Tien-Tsin, Shan- 
ghai, Ning-Po, Fou-Tchtou, 
Canton, etc.) ont ete ouverts 
au commerce europeen, qui 





X, 



embarque du the , du rlz , ArmoMm» <u u chin*. 
des objets laques, de la soie, des cotonnades, des 
porcelaines, etc. La Chine est une contree des plus 
anciennernent civilisces du globe ; mais clle est au- 
Jourd'hui en decadence, et penetree de plus en plus 
par les influences etrangercs. La religion la plus 



repandue en Chine est celle de Confucius, mais il 
y a aussi beaueoup d'adherents du bouddhisme ct 
du taoTsme, puis des mahometans en grand nombre. 
des Juifs et des Chretiens. 
CH11VE (wier de), parti e de 1'ocean Pacinque com- 

f>nse entre la Chine. l'lndo-Chine, Sumatra, Borneo 
ea Philippines et Formose. ' 

CHElfOlkT. ch.-l. d'arr. (Indre-et-Loire), sur la 
Vienne ; 6.000 h. (Chinonais). Ch. de f. Et., a 46 kil. 
de Tours. Magniflque chateau. L'arr. a 7 cant., 
87 comm.. 80.000 h. 

CHJO [ki-o], lie turque de l'Archipel, un des pays 
qui se disputent l'honneur d'avoir donne le jour h 
Homere ; 65.000 h. (Chiotes). Vins celebre*. Chio fut 
desolee par un tremblement de terre en 1881. 

CHIOfiCsiA [ki-<hdia\, v. de Venetie; 30.000 h. 
Port k 1'embouchure de la Brenta, sur les laguncs 
de l'Adriatique. 

CHiPit A.bourg de Roumelie pres duquel se trouve 
le difili de Chipka (Balkans), qui a ete le theatre d'une 
lutte acharnee entre les Russes et les Turcs (1877). 
CHIPPEWA Y0, Indiens Peaux- Rouges dans 
l'Etat de Michigan (Etats-Unis) et dans la par tie du 
Canada touohant cet Etat. 

CHIQV1TO0, Indiens de TAm^riquc du Sud (Bo- 
livic ct Bresil). 

CHIHAC [rak\ (Pierre), principal medecin de 
Louis XV, ne A Conques [Aveyronj (1650-1732). 

CHIHAX, v. de Perse ; 32.000 h. Vins, amandes. 
Patrie des poetes Saadi et Hafi*. 

CHIHOM [ki], fameux centaure, a qui fut conflee 
l'education d'Achille. V. Achille. 

CHIMKLHURIIT [tchi-zH-heursf], bourg pres de 

Londres, ou Napoleon III se retira et mourut (1873). 

CHIVAMO [ki], v. d'ltalie, prov. de Turin, sur le 

Pd ; 10.000 h. Ancienne residence des dues de Mont- 

ferrat. 

CHLORM [klo-riss], nymphe de la fable, 6pouse 
de Zephire. 

(BMlSUflfKI (Bogdan-Zenon), hetman des 
Cosaques de r Ukraine. II signa en 1654 un traite par 
lequcl il reconnaissait la souverainete de la Russie 
(1593-1657). 

CHOA [ko-a], partie du S.-E. de 1'Abyssinie qui for- 
mait autrefois un Etat independent ; v. pr. Ankober. 
CHf)A0PBs1 [ko-as-pess], fleuve de la Susiane, au- 
Jourd'hui Kara-Sou; se Jettc dans l'Euphrate. 

Choc «1« e«v«l«rie, titre de plusieurs tableaux 
trait es avec une grande verite de details, par Bour- 
guignon (Louvre, Bruxellcs, Vienne, Bordeaux, etc.); 
— par Wouwerman (Louvre, Dresde). 

CHOCXIM [kzim'], v. de Russie (gouv. de Bessa- 
rabie). sur le Dniester; 16.000 h. Victoire de Jean 
Sobieski sur les Turcs (1673). 
— -.e, historien polonais (1800-1871). 



[ko] (les) ou Porteuses de libations, 
tragedie d'Eschyle, faisant partie de la trilogie 
VOrestie. EUe complete Taction de la tragedie 
d' Agamemnon et prepare celle 
des Bumenides (460 av. J.-C). 

CHOMBIJL (C*sar). marcchal 
de France sous Louis XIII et 
Louis XIV (1598-1675). 

CHOlSKtn, (due Etienne-Fran- 
cois de) , ministre des Affaires 
etrangeres sous Louis XV. II 
montra une reelle habilete pour 
reparer les malheurs de la guerre 
de Sept ans. La France lui doit la i 
conquete de la Corse et la conclu- 
sion du Pacte de famille (1719-1785). 

CH4I0Y (rabbi Francois-Timo- Duc d6 chwMuL 
lion de), ecrivain francais. n6 A Paris, auteur dune 
estimable Bistoire de I'Eglise (1644-1724). 

C HOISY-LE-HOI, comm. de la Seine (arr. de 
Sceaux), sur la Seine; 11.600 h. Ch. de f. Orl. Restes 
dun chAteau celebre, bati par Mansard et habite 
par M"« de Montpensier. 

CHftLKT [It], ch.-l. d'arr. (Maine-et Loire), sur la 
Moine, affl. de la Sevrc-Nantaise ; ch. de f. Orl et O 
a 60 kil. S.-O. d'Anfrers; 19.500 h. (CholetaU). Fa- 
briaue de tofles, de mouchoirs. Crtle ville fut le 
theAtre de luttes sanglantes pendant les guerrcs do 
la Vendee. L'arr. a 7 cant., 80 comm., llR.r>oo h. 




Digitized by VjUV^ 



gle 



CHO . — 1^ 

€■•!•• W, v. de la Cochinchine francaise : 
41.000 h. Centre industricl et commercant; usine 
do decorticage du rii; poteries. 

(H9VER4C [roA], ch.-l. de c. (Ardeche). arr. de 
Privas; sur le Payre, affl. du Rhone; 2.200 h. 
Ch. de f. P.-L.-M. Marbres, filature de sole. 

CHftPl* (Frederic-Francois), celebre pianiste, ne 
pres de Vargovie, d'origine francaise, introduisit en 
France les maturka*. Ses composition* pour piano, 
dun caractere romaatique, sont remarquables par 
la profondeur du sentiment, la sobrlete et l'expres- 
sion du style. 8a fameuse marche funebre est restee 
populaire (1809-1849). 

Chamart (Aventure* de Jean-Paul), par L. Des- 
noyers (1837); sorte de court de morale poetiaue ou 
chaque fait apporte avec lui son enseignement. 

CMIOM, ch.-l. de c ( Hautes-Alpes ) . arr. 
dEmbrun, entre deux affl. de la Durance ; 1.400 h. 
Marbre. 

CH«R«!V (Alexandre-Etiennc), musicien francais, 
ne a Caen, auteur de methodes pour l'enteignement 
de la musique (1772-1834). 

CHOAROEA I« r , ■• firaadi [koss-ro-hsl. de la 
race des Sassanides, rot de Perse de 531 a 579 ; il 
lutta avec succ6s contre les armecs romaincs ; — 
Cuosaofes II, rol de Perse de 590 a 628, fut battu 
par Heraclius. 

Choaaaaerle, nom general donn6 aux insurrec- 
tions royalistes qui precc- 
derent la guerre de Vendee 
proprement dite et se per- 
petucrent, jusque sous lc 
Consulat, dans le bas Mai- 
ne, une partie de 1'AnJou, 
la Bretagne, etc. L'origine 
de cc nom n'est pas encore 
absolument determinee : 
les uns le font venir de 
Jean Cottereau, dit Jean 
Chouan.chef insurge roya- 
liste de la Mayenne; les 
autres y voient une allu- 
sion a l'habitude que les 
bandes de paysans avaient 
contractec d imitcr le cri 
de la chouette pour sc re- 
connaitre entre eux ou se 

prevenir de la presence des soldats republicans, ou 
bleu*. Par extension, le nom de Chouaiu fut donne a 
tous les partisans de la cause royaliste dans l'Oucst. 
Ch«u.U.(nc (e'est-a-dire le Litre de* annalet), rc- 
cucil des plus ancient documents ecrits de la Chine, 
coordonnes par Confucius. C'est un beau traite de 
morale et de politique en exemples, reglant les re- 
lations civiles. 

(HOIML4 [koum], v. de la Bulgaric ; tur lc vcr- 
sant septentrional des Balkans ; 23.000 h. 

CUAM1VB [kram'-ne], lilt deClotairel". II s'allia 
avec Conobre, roi de Bretagne, contre son perc, qui 
le vainquit, le fit etrangler et bruler dans une chau- 
miere avec sa femme et ses enfants (600). 

COslKSTlBM DR TROYBS [kr4~ti-in-de-troi]. 
poetc francais, auteur de romans de chcvalerie : 
Lancelot, le Chevalier au lion, Perceval {conic du 
Graal). etc. (xn« s.). 

Christ [kritf], {ortlre du), ordre mihtaire et reli- 
gieux portugais, fonde par le roi Denis I« et ap- 
prouve par le pape Jean XXII en 1319. En conflr- 
mant 1'instituUon de cet ordre, le pape se reserva, 
pour lui et ses succeflseurs, le droit de nommer des 
membres. Ce fut l'origine du ChrUt romain, accorde 
par le Saint-Siege. 

ChrUt au jardla des OlWIers {le), ou le Christ 
mux Olivier*, ou le Christ a» jaraia de* Olive*. 
tableau de Raphael ; — de Mantcgna (Londres) ; 
— du Titien. au musee royal de Madrid ; — du 
Guide, au Louvre ; — d'E. Delacroix, eglise Saint- 
Paul, a Paris ; — de P. Delarochc (1854). 

Christ K**rlM«»t les atalades {le). celebre eau- 
forte de Rembrandt, connue sous le nom de la 
Piece aux cent florins. 

Christ en croU {le), celebre tableau de Rubens, 
admirable pour l'expression ct pour la cuuleur, mu- 
see d'Anvers ; — composition du style le plus elevt* 
et du sentiment le phis pathetique, par Van Dyck 



CHR 



(cath6drale de Mallnes) ; — chef-d'oeuvre de Velas- 
quez, musee royal de Madrid ; etc 




3^*^ 




qucz, musee royal 

Christ ■►set (/c'j w «•- *«•»« v^«^>, —..« —.,-,.. 

vre • — de Philippe de Champaigne, au Louvre ; de 
Holbein (Bale); etc. V. Pista. 

Christ part* *• to«bM« {le\. cbef-d oeuvre da 
Titien, an Louvre ; profondeur du sentiment, pit- 
tance de l'expression, coloris eclatant 

Christ daaa lee Usshee {le), chef-doaovTe d An- 
criolo Bronxino, musee des Offlcct (169). 

Christ d'lvalre, {le), une dea plus belles oeuvres 
d'art du xvn« slecle, executee a Avignon en 1«9 par 
le celebre ivoirier Jean OuiUermin. 

CtUUSTIAlf l« [krU-ti-an], roi de Danemark en 
1448, de Norvcge en 1450, de Sufede en 1416 ; m. en 1481 ; 
— Christian II, roi de Danemark et de Norvege eo 
1818, de Suede en 1820, detrdne par Gnstave Vast 
en 1528; mourut captif en 1559; — Chbistias ill, 
roi de Danemark et de Norvege de 1534 A «» ; — 
Chriitian IV, roi de Danemark et de Norvege de 
1888 k 1848, prit part a la seconde penode de la 
guerre de Trente ans; — 
Cdristian V, roi de Dane- 
mark et de Norvfege de 1671 
a 1699, s'allia a la Hollande 
contre Louis XIV; — 
Curistian VI, roi de Dane- 
mark et de Norvege de 1730 
a 1746; — Christian VII, 
roi de Danemark et de Nor- 
vege de 1766 a 1808. Sous 
son regne, en 1807, lea An- 

flais bombarderent Copen- 
ague; — Christian VIII, 
rofde Danemark de 1839 a cKrwtu« ix. 

1848. II avait d'abord regne 

sur la Norvege, que la Sainte-Alliance lui enleva en 
1814; — Christian IX, roi de Danemark, file da doe 
Guillaume de Slesvig-Holstein. ne le 8 avril 1*18, 
monte sur le trone en 1863. II perdit l'annee suivaste 
le Slesvig et le Holstein, que lui enlevereat la 
Prusse et l'Autriche. Son second flit est devenu rot 
de Grcce en 1863, sous le nom de Georges l". 

CHmiftTIAMIA [kri$], capit, de la Norvege. port 
au fond du oolfe de Christiania, forme par le Skager- 
Rak • 228.000 h. Bois, distilleries, commerce actif 
Christian ls»>e. Le chri$tiani*me ou religion du 
Christ, ne en Jadee et d'abord repandu en Orient 
fut preche dans le monde entier par les apotrev 
aussitot apres la mort de Jesus. Saint Pierre fut le 
premier eveque de Rome, mats le fondateur le pl« 
netif de lEglise chretlenne fut certainement saint 
Paul, qui propagea, en Grece et en Italic les n*o- 
vclles doctrines. Celles-ci se developperent rapide- 
ment : f parce qu'elles repondaient au besoin d "r* 
perance des d6therites ; 2« parce qu'elles avaient ua 
caractere universci. a la difference des religions de 
l'antiquite, qui etaient toutes locales ; 3* parce que 
la morale du paganisme n 'avait pu arreter la cor- 
ruption du monde entier. 

En butte aux persecutions des empereurs. depoit 
Neron jusqu'a Diocl6tien, le christianisme ne deviot 
la religion de l'Etat que sous Constantin qui. ea 
325, convoqua le concile de Nicee apres avoir, ea 
313, proclame le principe de la tolerance religieate 
(6dit de Milan). En Gaule. le christianisme eut pour 
premier apdtre Pothin, eveque de Lyon, martyrise 
en 177, et, durant le moyen age, 11 se repsmdit dan* 
le plus grand nombre des pays civilises. Le schisa* 
de Photius, en 858, separa I'EgUse grecque de IX- 

flise latino, qui, durant le moyen age, lutta contre 
arianisme, les iconoclastes. les vaudois, les albi- 
feois ct les fltutcurs d"heresie, dont les plus ceie- 
res furent Wiclef. Jerome de Prague et Jean Hot. 
Le grand tchisme d'Occldent fut une cause de dis- 
sension pour la chretiente et de faiblesse pour I'E- 
gUse. Enfin. au xvi* siecle, Luther donna le signal 
de la Reforme en ne reconnaissant d'autre aatorite 
que celle de la Bible. V. RiroRMS. 

Christlanissse {Histoirt de* oriaines At), nar 
E. Renan. Cette hittoire comprend 8 volumes : Tie 
de Jisus, leu Apdtre$, Saint Paul, TAnXeVArut. let 
Erangiles. VEglvte chritienne, Maro-Aur*le, Index 
(1863-1889). Cette ceuvre, par laquelle Renan fiusait 
connaitre en I-*rance les doctrines des rationalities 
nllemands, suscita d'ardentes polemiques j elle reste 



Digitized by VjOOQlC 



CHR - : 

remarquable par le charme do l'exposition ct du 
style, la sag acite et l'ingeniosite des apercus. 

C *rla tf««i— ae lie), et *es origine$, par Havet, re- 
marquable etude de critique historiquc, ou l'auteur 
etudle lei premiere developpements du christianisme 
dans leurs rapports avec la philosophic antique, 
particulierement avec le stolcisme. 

Cft»l*TlAIf 0A*» [Arts], v. de Norvcge ; port 
■ ur le Skager-Rak ; 15.000 h. 

CHmiBTOfB [Arris] isainte), vicrge et martyre 
sous Dioeletien. Fete le 24 juillet. 

CBBMTlllBa fllle de Gustave-Adolphe, rcine de 
Suede, nee a Stockholm. Elle abdiqua en 1654. ai- 
mant mieux, dit Voltaire, converser avec des savants 
que de regner sur un peuple qui 
ne eonnaissait que les armes. 
Bile visita une partie de l'Eu- 
rope, notamment la France, oil 
elle fit assassiner, aveo une im- 
placable cruaute, a Fontaine- 
bleau, son favori Monaldeschi, 

et alia mourir a Rome (1686-1689). 
_ , mm rUAK — 



Chrntioe da Suada. 




AffCB, 

fllle de Henri IV et de Marie de 
Medicis. Bile epousa Victor- 
Amedee !•*, due de Savoic (1606- 
1663). 

CBBlBTUfB BB PI1M, 
femme de lettres francaise, nee 
a Venise vers 1363, vecut en France. Elle a laisse 
des poesies nombreuses, et parmi ses oeuvres en 
prose, un tres interessant Litre de* fail* et bonne* 
morurt du roi Charles V. Morte entre 1431 et 14M>. 

ChrlitHM, nom sous lequel on designe en An- 
gleterre les rejouissances qui ont lieu a la Noel. 

CBBMTOMIB [Arris] [taint), ne en Syrie, marty- 
rise vers 850 ; fete le 9 mai ou le 25 Juillet. Ce nom 
vient du grec christophoros, c'est-a-dire porte-Christ, 
allusion a un trait miraculeux de la vie de ce saint. 

CUBIBTOPBB i«r, roi de Danemark de 1252 a 
1259; — Christophb II, roi de Danemark de 1320 a 
1332: — Christophb III, roi de Danemark, puis de 
Suede et de Norvege. de 1489 a 1448. 

CHHMTOPBB (Henri), roi negre d'HaTti, n6 a 
la Grenade. II occupa le trone de 1811 a 1820, et se 
donna la mort a la suite dune insurrection (1767- 
1820). 

CtaroMlqaie 4u *e«MM 4e Cbarlee IX, roman dc 
Prosper Merimee (1889); l'auteur y faitrevivre dan* 
un style pittorcsque et colore la vie et les maeurs 
au temps des guerres de religion. 

Cfaryeale [Art], personnage des Femme* savantes, 
comedie de Mollcre ; e'est le mari de Philamintc, le 
pere d'Armande et le frere de Belise, con t re les pre- 
tentions pedantesques desquelles il protcstc par son 
bon sens prosafque, mais droit Cest l'hommc du 
pot-au-feu, qui professe cette maxime pratique : 

Oui, oaoo eorpa ao* mot-nioaia at J'ao vaux prandra aoin. 
G bob ilia ai 1'on vant, in yuan ilia m'aat ehara. 

CHBY0KIM (kri-%4-in), fllle de Chryses, prelre 
d'Apollon. Agamemnon, dont elle etait devenue l'cs- 
clave, ayant refuse de la rendre a son pere, lc dieu 
frappa les Grecs d'une peste terrible. 

CMY0IPPB [kri], philosophe grec, ne en Cill- 
cie vers 280 av. J.-C; disciple de Zenon, fondateur 
du stolcisme. 

CHBTiOLOBlAN [kri, ra**l savant grec du Bas- 
Empire, un des restaurateurs des lettres en Italic au 
xiv« siecle. 

CBWYSBBTOMB. V, JSAN. 

CBCQIMACA. V. bucbb. 

CMCBCBHX (tcheur-tchW] (Charles), poete sati- 
rique anglais, ne a Westminster (1781-1764). 

iMVmAm ou CBOV-fJAff, archipel de la Chine, 
dans la mer Bleue, prei de l'esiuaire du Yang- 
Ue-Kiang. Rlx, the. 

CtMte m— re«JUe« (la), touchante et delicicuse 
llegie de Millevoye (1822). que le jeune poete poitri- 
naire oomposa quelque temps avant sa mort. et qui 
futpour lui le chant du cygnc. 

Cfcvte sTsm aa»sje (la), epopee biblique. de La mar- 
tine ; de tres beaux passages, au milieu de reelles 
longueurs (1838). 

CHYPBB, lie de la mer Mcditerranee orientals, 
a lentree du golfe d'Alexandrette : 230.000 h. (Chy- 
prioles ou Cypriote*). Cc fut, au moyen Age, le sit-ge 




89 - CIL 

d'un rojrnume Chretien, gouvcrne par la maison de 
Lusignan ; puis Tile appartint successirement a Ve- 
nise et a la Turquie ; elle fut cedee a l'Angleterre 
par la Turquie en 1878. V. pr. Leucosia ou Nicosia, 
Famagouste. Bons vins. 

ClALBllfl (Enrico), general ct homme politique 
ltalien. II gagna en i860 la bataille de Castclfldardo 
sur les troupes pontificates (1811-1892). 

ClBBABIB (Jean), htstorien et homme d'Etat ita- 
lien. ne a Turin (1802-1870). 

ClCBBBlf (Marcus Tullius), le plus eloquent des 
orateurs romains, ne pree d'Arpinum en 106 av. J.-C. 
II dejoua la conjuration de Catilina, et fit cxecuter 
ses complices, ce qui lui valut lc surnom de Ptre 
de la Patrie. II embrassa le parti de Pompee, puis 
celui de Cesar aprea Pharsale. Ce dernier mort, il 
attaqua vivement Antoine et lui op- 
posa Octave, neveu de Cesar. Pros- 
crit par le 2« triumvirat, il essaya 
de fuir, mais II fut assaaslne pres 
de Formies par des meurtriers en- 
voyes par Antoine et sa femme Ful- 
vie, qu'il avait violemment attaquee 
dans ses Philippiques (43 av. J.-C). 
Sans rival dans f eloquence Judiciaire 

Rar la richesse de son imagination, 
i souplesse d'un genie plein d'abon- 
dance, de grace et de seduction, par 
l'habilete de sa dialectique, il resta 
au-dessous de Demosthene dans l'elo- c . 

auence politique. Comme ecrivain, """ 

est la supreme expression du genie latin modifli 
par le genie grec. Nul des prosateurs latins n'a de- 

Sass6 la purcte. la richesse, l'harmonieusc elegance 
e son style. Ses traites philosophiques, ou il pra- 
tique l'eclectisme de la Nouvelle-Acaaemie, sont des 
monuments historiques en meme temps que des mo- 
deles d'elocution. Parmi ses plus beaux disco urs po- 
litiques. il faut citer les Verrinet, les Calilinaire* 
et les Philippiques. V. lcttre*. 

Cicerone (le), guide de l'art antique ct modern© 
en Italic, par Burckhardt (1855). 

ClCOfiMABlA (le comte Leopold), ecrivain ltalien, 
ne a Ferrare, auteur d'une His to ire de la sculpture 
(1767-1834). 

1I» CAHPBAB8at (Rodrigue Diaz de Brvxa, dit 
le), cel6bre chevalier espagnol, qui B'lllustra en com- 
battant les Maures. Le Cid est le heros d'un grand 
nombre de pieces espagnoles du Homancero et d'une 
belle tragedie de Corneille ; m. en 1099. 

CM Me), titre d'une des plus belles tragedies de 
Corneille, oeuvre puissante et originate, bicn que le 
sujet en soit emprunte a l'auteur espagnol Guilhem 
de Castro (1636). Ce drame, quoique critique par 
l'Academie, a l'instigation de Richelieu, ezcita long- 
temps l'enthoufiasme et donna mime lieu a ce pro- 
verbe : « Cela est beau comme le Cid. • Le nom du 
personnage est devenu proverbial pour designer un 
Jeune guerrier intrepide et d'un caractere chevale- 
resque. Plusieurs vers de cette tragedie ont passe 
dans la langue litteraire : 

Saa ridaa mr aoa front on I gruvi mi axploita. 
Rodrtg^M, fc«-tu du corar? 
Ja auia janna, il a»l ml, mai* aux Ames hiao n^aa, 
La valawr n'alUnd pat la oombra da* aaaaas. 
Mat parailt & dan* foia na aa font paa eonnaitrc, 
fit pour lanra coup* d'aaaai vanlaol doa ooupa da mailre. 
A vatnera aant parti on triompha aant frloira. 

CIA, opera en quatrc actes ct dix tableaux, poemc 
dc d'Fnncry, L. Gallet ct Ed. Blau, musique de 
J. Massenet, o»uvre forte et male, empreinte d'un 
sentiment vraiment chevaleresque (1885). 

Clel (Traiti du), ouvrage d'Aristote, traduit en 
francnis par Barthelemy Saint - Hllaire en 186«. 
Ccst un resume de l'exposition du systeme du 
monde tel que les Grecs l'entcndaient. 

Ciel et 1« terre (le), poeme de lord Byron, qui 
s'est inspire du sujet traite par Moore dans ses 
Amour* at* anges. 

CIB!f ri BttOPJ [si-in-fott-/-ghoss], v. de Cuba, port 
sur la cdte meridionalc ; 69.000 h. Commerce de caf* 1 , 
sucre. cire, etc. 

Ci«u8 [ghA } [la), comedie en deux actes. en vers, 
la premiere wuvre dr.imntiquc d'E. Augier (18VV). 

CII.ICIK [sf], ancien pavs montagncux dc 1'AsJe 



Digitized by VjOOQ LC 



C1M 



im 



CIT 




Mlf.^f dar.t la r*rV/« da Twrw; ar*it yir *. 
yr. Tvr# *t .v^w. 

tfffJaBTB Owvraar.I Grat-raw. '/« . peintr* &*- 
r*< ••r. rji» d'« yrtrntt.ft it*J./-n« . f *» ^ nvtiir* de 
*#.■-':>, Ij a !*,«•* d ad aural* 1*« fr**q >»*•«, d -n »*■&- 
t«:x.*.*ii * la fon n*tt et pr'/fot.4 liWMVrt 

HMAMtA ' £></«6«.ii-o . cukystwiir itahen ; 
il ut'firril. dit-'>n, rrri^u'-r'ri* 
par '/Hr» 4* U rem*- Caro- 
lina d* .Ha>,l*»* I"W-1W.. 

HVMft #i>vw.. an d« 
nifurtners d* 0*«ar; U tira le 
l-,/» du dirtat»»«ir. aifrnal e»i- 
/< .'I tout l*t <-'>rijir*s a* )*- 
|Ar»r,t «ur l»i» *t l»- fruprp^trot 

< tmrnrnmn »m w* un d*a 

p* i j.|«-« k»rh»r»-i qui. av»c lea 
tf.nUtU* 'f.v*liir'ci La ttaule 
tu n« • !"!/: ar J-0. ; ila fu- 
r#"i»t taiJl^t en pieces par Me- 
nu* * Veroeil 'I'/J a*. J.-C . c,»«<*». 

4 iwhrM ( LA bK>arTK rf>» . 
tableau de f>ecainpa Utttj; Be*l«e terrible, peint* 
irM: un** fougue extraordinaire. 

€ ita****** d«» #••«*««»• /« . *Iegie e>l^bre du 
y,*-i" anglais Th. Gray, p»e«vr dun m^rite sup^rieur, 
traduit* «-t linltee dana tooU-« 1*« Ungues <17H». 

(| M fiUr« d«- 0al»«.rrl«a« 'f> . auperbe tableau 
d Al|-».'.r»w d'- NVuvill* n«i«l . mracant an de« der- 
m< r< < t <!»-• i-l'ti h*ro|rjii*s *pi«od<>s de la bataille d> 
Miirit J'nv.it 1* aout 1*70/. 

C iMMKItir.** rt in . an^ion p^uple des bords du 
pont Ivnifi. qui. au vn« ni^rl*? avant notre ere, en- 
v;ihir<r,t J/i Ly«Ji»\ 

(IMOV, (fii.rfil ath/nien, flla de Miltiade; com- 
baltit avc nnm» c.ntrc lea iVrne*. et rtablit la 
domination d'Ath'-nm iur lei Ilea de 1'archipel grec. 
Morten U»av. J.-C. 

4l*<MO* f/a rnmu*»". de). K«pagnole qui, en 
WU, apnorta \e quinquina du IVrou en Europe. 

< l^< l^^faTI, v. dr« KtaU-L'nii de l'Am6rique 
du Nord fOhloj; »ur lohio; 333.000 h. Grand com- 
iiht<'« d<« lil«'-. pore nalo, huilci, etc. 

« i^li^.^aTi » 'iu*»}. Romain e*14bre par la 
»linph«ul6 i-t rnunto'rttA de %c% monurs. II fut deux 
fom <li.lnt'-iir (V n. av. .!.(.,. l»ci licteurs qui alle- 
rrnt lut portrr ir« U^^nrn dr. »a dignit* le trou- 
vn.nt dam m.iii champ, au d«-l/i du Tibre, condui- 
*nu\ lui u>fm" n« rharrup. Kn litlrrnture.on fait sou- 
vi-nt olIiiKioii h \n rharrun dc Cincinnatua. 

« | H rli*M«iua it, nlrr tie), fundi' aux Ktats-Unis en 
1~m I p«r 1m iifllrirm d«? l'armee de Wanhinglon. 

il%K*M [atf, miniitre et conteiller de Fyrrhus. 
II pasiatl pour le plua habile orateurde ion temp*, 
<t r>rrhu» diualt do lul que nun Eloquence lui avail 
umciU' pluM de villen que lies armee*. 11 n'approuvait 
pirn loujoiini leu nrojeU anihitiiuix du rot conque- 
rant, noiniim en fait fol la convrr«ation qu'il eut 
nvre ««• prince pour le detournvr dc Hon expedition 
il'linlir. .M, n vciHntlon quo rapportc IMutarque, et 
que lioilrnu a rendue celibre dans won Epitre au roi. 

C'lNNA (C<irneliuH), patriclen de Rome, partlaan 
dr Mariun, anHnji«ine en 84 av. J.-C 

Cl^TMA (Cni'iuu Corneliun), arriere-petit-fll8 de 
I'ompee; fut tralte avec cl« v rnencc t>ar Auguttc, 
«-..ntro lequel il avait oonapirv ; cost le sujet d'uno 
tr.ik'iihc uc C'orneillc. 

(Iiihb mi la Ultmencr. dAuijmle, tragedie de 
V. Cirni'lllc ; conception dramatiquc plcinc dc gran- 
ili'iir ; cent lupothcoMc do la monarchic, de la 
injnnto, qui no fait abitoudrc par la cKnirncc dani 
In peraonne d'Auguate (lb40). Plusicura vers de 
iclt.' tnigodio aont Mouvcnt citra : 

Kl mom* »ur le f»IU, II »ipir» k a»«i«ndr«. 
1'i.ur *lr* pin* qu'un ml. ••' U oroit i(u«lqu« cho*o ! 
n«ur d'*lr« 



l^> r»*U im vaut |>»» 

Niiynni aron, t'inn», r »il mol qui l'«n eonri*. 

(>n rnppclle auaai, mala dana le atvle familier, cet 
hrniUlirlie : 

PraniU un •!*(?*, I'inn*. 

< ittQ-AMMMKft (Jean), aavant lu^brnnant fran- 
calN. nr ft AuriUnc; morl en tt>87. 

«iM«j.«> M « a (,nn«Cl7 tlrs). V. CoNRrtl.. 

M^«-M\RN j,, M ,„„,.] (Honri i/e). fhv.irl de 




|yx.*a XIII. mtjrt av r* 

TVx*. yam* mwtkr e c w a»p i r e costrc 1 

goei> da«M ee- b«t raf^aM d* TV wf m ■ ■ . 

l«T . i fa iqua aVIe cavtoaal paw le a*yie et Taetxm 
dramatiqoe ajei te akroaJe torn* alee t*kke»ax n- 
perbe*. 

C in e ■ ■ri,oyeree«weet r» aetee«oe^ l a l i l i em 
lrrret ure de roeaaa 4" A. d* Vipey. per Pnd P»*»- 
MsetL. OaUK. emaaeee ale Oeanod t*n>_ 

IIBiajiii — ■■■ ee -L de e. rHaete-OevtBeae . 
arr. de Murei. av FAriefe; U9» L CI. *t ML 
Grains 

CUnrmA, ▼. de Portetal Ertr*anee»re - SAa» a. 
Vine. marbre. Jeeoi. afttasMe per lee Aesgle P ec t e- 
raia, j aigna one c*prteJet»oe fc oeere e e a fUfT-- 

atTAT r« Le ; . ck.-L de c. (Beajekee-eW-BkdeeV 
arr. de Marseille . 11400 h. [C*Ma 
de f. P.-L.-M. CoeetreeUeei de tea- 
chine*, de nariree. Pfttrie de Porta- 
lia. Gantheenme. 

de«paw 'po-f {rtooltt df»\. Le 
guerre qui eut Ilea dans Mnde es 
IK1 entre lea AnelaU et lea ape yea 
revoltes fut eoorte maia terriMe, et 
pouraoirie de part et d'autre aree 
une egaie eruaate; le si*sje de De- 
lhi, auivi de la prise de la vfBe, ier- 
mina la premiere pheee de la latte 
Im eompaenie dea Indee, a le solde 
de laouelle eteieet lee cipayee, fut 
(upprtmee per on bill da perlement 
et la reine aTAafleterre prodamee ^_ 
irop^ratrlcedes bides. Cependant. ft ^r- 
linatigation de rtana-Sahib. la re- 
hiatance se prolongeelt et de nou- 
vellea atroeites marqaerent eette demiere c 
qui fut eloae par la prise de Lueknow (ttSSV. ' 

CIBCAB0IK ou pay$ den Tcherkttsex. eontree 
montagneusc. dans la partie occidentale da Cauctst, 
au N. et au 3. de la chaine. (Hab. 
Circassietu ou Tcherke*$e$.) 

CimCai, oelebre magicienne de 
la Fable, qui Joue un grand role 
dans YOdyssee d'Honvere. Ulysae 
ayant aborde dans son He, la ma- 
gicienne. pour le retenir pres 
d i'elle, fit boire a sea compagnons 
une liqueur enchantee, qui les 
traniforma en pourceaux. On fait 
acette metamorphose de frequen- 
ter alluaiona qui caracteriaent 
labrutiasement succedant a l'in- 
telligence. 

ClRKV rre"], ch.-l. de c. (Meur- 
the-et-Moacllci, arr. de Luneville. 
«ur la Vexouae, affl. de la Meur- 
the ; 2.400 h. Ch. de f. E. Mineral de 
fer; manufacture de glacca; scieries hydranlique« 

1'IRTA, ancienne v. forte de Nunudie, aujoar> 
d'hui Constantine. 

CIMAE.PDVB (GauU), nom que les Roniaina doa- 
naient A la partie septentrional© de l'ltaiie. et qui. 
pour eux, etait altu^e en decA dec Alpes. Elle eiait 
occupee par des peuples de race gauloise. 

ClAitxriMB (repue/icue), formee au N. de r Ita- 
lic par Bonaparte en f797. BUe derint en tK£ la 
Mpublique italienne et eut Milan pour capital*. 

C'lffJUBAlVB {Boulogne), partie de la Boarro- 
gne aituee en deca du Jura ; roraume fonde en $79 
par Boson, beau-frere de Charlea le Chauve, maia 
dont la duree fut cphemere. 

CHH.BITHA1VIB, nom sou* lequel on design* 
l'Autriche proprement dite, par opposition a la 
llongrie, appelee Transleithanie. La monarctue 
austro-hongroise eat, en effet, divisee par la Leitha 
en deux parties. 

€I0PA»AI«B (Gaule), nom que les Romain* don- 
naient a la partie de la Qaule cisalpine aituee an S. 
du Pd. 

CMPAPA1VB (ripubliout), organise* par Bona- 
parte en 17%, et confondue, en 1797, arec la repe* 
idique cisalpine. 

CITK ((le de la), nom sous lequel on designe file 
enclavec nujourd'hui dans le I*aria moderoe et sur 




Digitized byVjOOvl 



CIT - 15 

laquelle est batie la cathedrale de Notre-Dame. La 
Cite fut le berceau du Paris primitif. Le mot Cite" 
est employ* a Londres, a Cracovie, etc.. pour desi- 
gner, oomme a Paris, la partio la plus ancienne et 
la plus central* de la ville. 

Oa (droit de). Dans l'antiquite, la cite etait un 
veritable Btat, ayant des intereU disUacts des 
autres cites du meme pays, et. pour etre membre 
de cet Btat, pour jouir des prerogatives attach ees a 
la qualite de citoyen, il fallait remplir certsines 
conditions etroitement determiners. A Rome, par 
exemple, le droit civil ou de la citi n'etait applica- 
ble qu'auz seuls citoyens romains; les etr angers 
etaient soumls aux prescriptions du droit de$ pens, 
sorte de code coutumier, compose uniquement des 
regies du droit naturel. Les actes juridfques accom- 
plis sous 1'empire de ce droit des gens n'etaientmemc 
pas garantis par la loi civile, et la qualite de citoyen 
prenait des lors une valeur inappreciable. Sous l'Em- 

£ire, le droit de cite fut accord* progressivement, et, 
partir de Caracalla, sans distinction, d'ailleurs dans 
un but fiscal, atous les habitants de 1'empire romain. 

Cl«4 aurttqise (la), par Fustolde Coulanges, savante 
resurrection des idecs grecques et romaines sur la 
politique des cites, les revolutions qui les agite- 
rent. etc. D'aprts Pustel de Coulanges. toutes les 
institutions anciennes s'expliquent par l'existence 
de croyances religieuses qui auraient ete communes 
k tons les peuples primitirs (1864). 

C»i* «• Ble« (lau ouvrage de saint Augustin ; ad- 
mirable peinture de la religion chretlenne (v« s.). 

Clt* *m S*lell (la), ouvrage de Campanella, sorte 
d'utopie politique fondee a la fois sur la theocratic 
et le communisme (1623). 

ctTBAVl [td], hameau de la commune de Saint- 
Nicolas-ies-Clteaux, cant, de NuiU jCdte-d'Or ) ; 
250 h. (Cittercient). Robert de Molesme J fonda, en 
1098, une communaute religieuse emanee de l'ordrc 
de Saint-Benoit. Aujourd'hui les bailments de l'ab- 
baye sont occupes par une colonie agricole de Jcu- 
nes detenus. 

CITMBROIV, montagno sur les limitcs de la Bio- 
tic et de l'Attique. 

Cit*ye« ( Traiti du), ouvrage de philosophic poli- 
tique, par Hobbes. II y dcvcloppc cette idee, asses 
pcsslmistc, que l'interet et la craintc sont les prin- 
cipes de toute societe (1649). 

fltayeai 4« v*«4«(/e), ouvrage satirique anglais, 
par Olivier Goldsmith, publie en 1762. 

CJUBAB-BBAL. (ville royate). v. d'Espagne, ch.-l. 
de pro v.. entre le Guadiana et le Jalon; 15.000 h. 
Le general Sebastian! y vainquit les Espagnols 
en 1809. — La prov. de Ciudad-Heal a 322.000 h. 

Cll»AI-ft6MNI.r. d'Espagne (Salamanque), 
nu-dessus de l'Agueda; 8.500 h. Place forte. 

CJVA, troisieme personne de la Trinite hlndoue, 
dieu destrueteur et fecondateur. 

ClVIXIsf [list] (Claudius), chef des Bataves. 11 so 
revolta Tan 70 contre Vespasien. aveo le eoncours 
de la pretresse Velleda, et fut vainou par Ceriaiis. 
II conclut avec les Romains une paix honorable. 

C1VITA-YBCCBIA [veJt-kia], v. forte dltalie, an- 
ciens Btats de l'Eglise, port sur la Mediterranee ; 
12.000 h. 

CITBAY [vrfL ch.-l. d'arr. (Vienne), sur la Cha- 
rentc ; ch. do f. Orl., a 61 kil. S. dc Poitiers ; 3.500 h. 
(Civraiiient, Grains, marrons. L'arrond. a 5 cant., 
45 comm., 41.000 h. 

CI*ACJ&HA*AXX. le plus petit des comles 
d'Ecosse : 28.500 h. Ch. 1. Clackmanann, prds de la 
riv. Forth ; 4.500 h. 

CXADB1. (Leon), litterateur francais, nc a Lafran- 
caise (1884-1892). 

CLAIM \klin]{le), riv. de Prance, qui prend sa 
source dans la Charente, arrose Poitiers et se jette 
dans la Vienne (rive g.); 125 kil. 

CLAIM [kler] {taint), premier eve'que de Nantes, 
apotre de cette partic dela Bretagne ; vivait vers 280. 
— Pritre et martyr, ne a Rochester, vers 894. 

CLAIM AC [klt-rak], comm. de Lot -et- Garonne 
farr. de Marmande), sur le Lot ; 3.000 h. Patrie dc 
Theophile de Viau. 

(XAlBAnAlLT \kle-ran-b6] (Pierre dr\ crudit 
francais, qui reuriit dc nombrcux manuscrits. au- 
jourd'hui a la Bibliotheque nationalc (165I-I7VO . 



1 - CLA 

CXAIBAirr [kle-rd] (Alexis-Claude), mathomaU- 
cien francais, ne a Paris. II montra un genie pre- 
coce, et fut, a dix-huit ana, recu a 1' Academic des 
sciences. On lui doit dc nombrcuses decouvertes en 
geometrie et en algebre (1713-1766). 

CLAIMS [Ar/e-reJ (tainte). vierge et abbesse, nee a 
Assise. Ellc fonda 1'ordre des clarisses (1193-1253). 
Fete le 12 aout. 

CLAIBON [kit] (Claire-Joseph L6ais, dite), trage- 
dienne francaise, nee a Conde-sur-l'Escaut. Elle rem- 
ftorta ses plus grands succes dans le theatre de Vol- 
aire. On lui dolt d'interessants M&moiret (1723-1803). 

CLAIM VACS [kler-v6], dependance de la commune 
de Ville-sous-la-Ferte, arr. de Bar-sur-Aubc, pres de 
l'Aube: ch. dc f. E. Saint Bernard y fonda. en 1114, 
une ceiebre abbaye, aujourd'hui maison de detention. 

CLAIMVAVX, ch.-l. de c. (Jura), arr. de Lons-le- 
Saunier. pres du Drouvenant; 950 h. 

CLA1MVILLB \kUr) (Louis-Francois), auteurdra- 
matique des plus feconds, ne a Lyon. On lui doit de 
nombreuses opercttes, revues, fderies, etc.(181M879). 

CLAMAMT [mar], comm. de la Spine (arr. de 
Sceaux); 7.400 h. (Clamartoit ou Clamariott) . 
Ch. de f. O. 

CIstHMu-t, nom d'un ancicn cimetierc de Paris, 
situe dans le faubourg Saint-Marcel. En 1833, on y a 
construit un amphitheatre d 'anatomic 

CLAMBCV, ch.-l. d'arr. (Nievre), au confl. du Beu- 
vron et de l'Yonno et sur le canal du Nivernais ; 
ch. de f. P.-L.-M., a 73 kil. N.-E. de Nevers; 5.500 h. 
(Clamecycoit). Tanneries, bois flotte. L'arrond. a 
6 cant., 98 comm., 60.500 h. 

CLAPAMBBB (Michel), general francais, pair de 
France, n« a Gignac (Herault) [1774-1841]. 

CLAPUMON (Antonin- Louis), compositeur fran- 
cais, ne a Naples, auteur de la Figurante, la Pro- 
mue, la Fanchonnette, etc., ceuvres gracieuscs et dc 
bon goat (1808-1866). 

CLAPPRRTON (Hugh), ceiebre voyagcur ecos- 
sais. explorateur du Soudan (1788-1827). 

CI«ABvB» comte d'Irlande (prov. dc Munstcr) ; 
124.500 h. Ch.-l. Bnnit. 

CLAKBMONT [mon], chateau a 24 kil. dc Lon- 
dres, derniere residence de Louis-Philippe, 

CLAMBWCB [ran-se] (George, due de), fr«>re 
d'Edouard IV, roi d'Angleterre. Ayant trahi cc der- 
nier, il fut condamne a mort, et, comme on lui avait 
laisse le choix de son supplice, il demanda, dit un. a 
dtre noye dans un tonneau de malvoisie (1449-1(78). On 
fait quelquefols allusion & cette On bachi-tragique. 

CLABBNBOIV, village d'Angleterre, od le roi 
Henri II proclama, en 1164, les Constitutions de 
Clarendon, contre les usurpations du clerge. 

Cl.AmB!fBO!V (Eward Utdb, comte de). historien 
anglais, partisan de Charles I" et de Charles II 
(1608-1674). 

ClABKNAI, hameau de 8uisse (comm. de Mon- 
treux], sur le lac de Geneve, et ceiebre par le sejour 
qu'y fit J .-J. Rousseau. 

CLABBT [rCJ. ch.-l. de c. (Herault), arr. de Mont- 
pellier, sur le Brestalou, affl. du Vidourle ; 700 h. 

CA.ABBTIB [//] (Jules), chroniqueur, romancier et 
auteur dramatique francais, ne a Limoges en 1840. 
II a dirige depuis 1885 la Comedie-Francaise. 

ClarhM ■winvs (Bittoirt de), roman epintolaire 
de Richardson (1749). Le personnage de Clarissc 
Harlowe est reste le typo d une ieune Alio qui con- 
serve sa vcrtu malgre 1'inclination qu'ellc cprouvc 
Sour un homme dont les vices sont caches sous les 
ehors les plus seduisants, et qui est devenu clahsi- 
que auxsi sous le nom de Lovelace. 

CLARKE (Samuel), philosophe anglais, ne a Nor- 
wich, auteur d'unc uhnonstration de I'exittence et 
des attributt de Dieu (1675-1729). 

(LARHE (Henri - Jacques -Guillaume), due de 
Fcltre, ne a Landrecies, marechal de France et mi- 
nistre de la guerre sous Napoleon 1". 11 institua. 
apres l'avenement de Louis XVIII, les fAmeuscs 
court prtvdtalet (1765-1818). 

CXABKsionr (Thomas), philosophe anglais, no a 
Wlsbeach, reie jpartisan de 1'abolition dc la traito 
des noirs et de fcsclavagc (1760-1846). 

CL.AHOA [ros», v. d' Ionic, ceiebre par son oracle 
d'Apollon. qu'on appelle souvent en poesic le dieu 
tie Claras, (liab. Clariens.) 



Digitized by 



Google 



CLA 



— 1232 



CLfc 



arr. do Cambrai ; 




C.aude de f'jsnre. 



CLARY, ch.-l. do c. (Nord), 
8.300 h. Fabrique d'etoffes. 

CLAUDE l«r [Wd-<fe] (Tiberius Drusus), empcreur 
romain, ne a Lyon Tan 10 av. J.-C. ; il regna de 41 
a 54 ; epoux do Messaline, puis d'Agrippine. II montra 
quelques qualites de bon administrateur, mais se 
laiisa blentdt dominer par Agrippine, qui, finale- 
mcnt, l'empoisonna. — Claude II, empcreur romain, 
no en 214 : regna de 288 a 270, excellent prince et bon 

5eneral ; il mourut de la pestc et eut pour successeur 
.urelicn. .. 

CLAUDE (taint), evequc de Besancon, au vn« sie- 
cle. Fete le 6 juin. 

CLAUDE (Jean), celebre ministre protestant, no ft 
La Sauvetat (Oers). II eut do vivcs polemiqucsavec 
Bossuet, et emigra lors do la revocation de 1 edit de 
Nantes (1619-1687). ,.,<«.,». 

CLAUDB DB vmABCB. fllle de Louis XII et 
d'Anne de Bretagne, nee a Ro- 
morantin, femme de Francois I" 
(1499-1524). 

CLAUDE L.ORMAIM. V. Gb- 
LEE. 

CLAUD1BB rWo-d»-inJ, poejte 
latin du rv« aiecle, no a Alexan- 
dre, panegyriste de Stilicon. C'est 
un des derniers ropresentants de 
la poesie latine : il imitc, non sans 
quelquc force parfois, Virgile. 

CLAUDIUS [kl6-di-uu]. decem- 
vir romain en 451. Ayant reven- 
diqu6 Virginie. fllle du centurion 
Virginius, commc son esclave, 
il provoqua le meurtre de celle-ci par son pere. 
Apres lc soulfevement du peuple qui suivit cet 
evcnemcnt et provoqua la demission des decemvirs, 
il fut Jete en prison, oU il so tua (440 av. J.-C.). 

CLAUD1U* (Appius). censeur (312 av. J.-C). II fit 
construire la voie Appienne et le premier aqueduc 
de Rome. 

CLAUDIUS DULCBBD [JlreY], consul romain ; fut 
battu sur mer par Adherbal. a Drepane. en 2V9 
av. J.-C. II avait. avant le combat, fait jeter a la mer 
les poulets sacres, dont le manque dappctit ayait 
etc. consider* comme un presage defavorable. « Siu 
no veulent pas manger, dit-il. qu'ils boivent! » On 
lui reprocha amerement co sacrilege. 

f LACDBL. ou CJLAUBBI. [kld-ief} (Bertrand), ma- 
rechal de France, n* d Mirepoix, gouverncur de l'Al- 
g6rie. II prit Mascara en 1835 (1772-1812). 

(XAV1ER [tie] (Ktienne), savant helleniste fran- 
cni«, ne a Lyon (1762-1817). 

CXAYIKRE (Etienne), ne a Geneve, ministre des 
finances apres Necker. II so suicida sous la Ter- 
rcur pour echapper a l'echafaud (1735-1793). 

CLAY Ikle] (Henri), homme d'Etat aroericain. l'un 
des chefs* du parti whig aux EtaU-Unis (1777-1852). 
CXAYB-BOUUJLY [kit-sou, U mil., i), cb.-l. de c. 
(Seine-et-Marne). arr. de Meaux, sur le canal de 
l'Ourcq et sur la Beuvronne, affl. de la Marne; 
2.000 h. Toilcs peintes. 

(LAYETTE [kle-ie-ie] (La), ch.-l. de c. (Sadne-et- 
Loirc), arr. de Charolles ; 1.700 h. 

(LKAHTHE, pnilosophe stofcicn du in« 'siecle 
av. J.-C, disciple de Z6non. 

CE.BAHQUB, general spnrtiate. II so distingua 
dans la guerre du Peloponese et commanda la re- 
trace des Dix Mille apres la bataille de Cunaxa. II fut 
assassin* 4 en 401. par ordre du satrapc Tissaphernc, 
et rernplac* par Xenophon. 

rw*KVMO?IT * klv-mnn\ ch.-l. de c. (Haute-Marnet, 
arr. de Chaumoiit, pre* la Mouse ; 400 h. Coutelleric. 
rtBGfEREf 'ahv-nh'. ch.-l. de c. (MorMhan). 
arr. de Pontivy, pros du Blavct : 3. GOO h. Minutenes. 
CLKE.IK [li j, jeune Romaine qui traversa leTibre 
a la nase pour echapper a Porscnna, dont ellc etait 
l'otage (W)l av. J.-C.}. 

C lelie, roinan de M"« de Scudery. puMie en 16ao. 
("c-st un de ces interrninables et insipides romans 
pneieux, dont Boileau a fait si rude justice. 

M.ELLEM r A7f>-/f], ch.-l. de c. (Iscrot. arr. de Gre- 
noble, sur TOrbannc, s.-affl. de l'lsere; GOO h. Ch. 
do f. P.-L.-M. 

(Irmrnro (De In), traito philosophique, un des 
pln> lu-anx f»ijvr;f.'i's uY Si'in-qiio n*' ». ap. J.-C). 



Ces I la que Corneille a puis* le sujet de sa trafe- 
die de Cirma. 

CLBMBDCDAU [mc7t-*<3| (Georges), homme po- 
litique francais. un dee chef* du parti radical ; me a 
Mouilleron-en-Pareds (Vendee) en 1541. 

CAJBMBIVCKT [vtan-4l] {dam Charles}, sarmmi W 
nedictin francais ne a Palnblanc. pees d'Aotam. fsa 
des auteurs de YAH de virifier let deae* (17W-177T, 

CUBMBHT ■«■ [man] (taint), pape de 91 a !«•: - 
ClEksnt II, pape de 1045 4 1047 ; — Cl*vkst TO. 
pape de 1187 a 1191 ; — Ctftiairr IV. pape de 1S« » 
1168;— CUuxm \ (Bertrand de Got), pape de IDS* 
1814. II transporta le taint-siege 4 Arignon, et abola 
l'ordre des templiers pour complaire A son protse- 
teur Philippe le Bel ; — CLftMBrr VL._pa.pe de Oti 
a 1852, retida a Avignon ; — CLtvxscr VII (Juin 6 
Midicit), pape de 1513 a 1534, celebre par ses des*- 
les avec Charles-Quint et avee Henri vm, rot d*Aa- 
gleterre. II ftat fait prisonnier dans Rome par le esm- 



netable de Bourbon, et refusa d'antoriaer 1 
de Henri VIII d' Angleterre, ce qui amena le ■ 
anglican; — Clbmxnt VIII, pape de 1592 a 1M - 
ClImbnt IX, nape de 1667 a 1669 : — Cls-btt X. 
pape de 1670 a 1676; — Ci_mkkt XL pmpe de 11D 
a 1721, publia la bulle Unigenitus, coatre les jas- 
senistes; — ClS-but XII, pape de 1730 a 1741; - 
Clembht XIII, n6 a CAme. pape de 1751 a 17»; - 
Clement XIV (GanaaneUi), pape de 17® a 1774, 
abollt l'ordre des Jesuites. 

CMMMKMWr D % AI>BXAlfD«IB ($*it*S\ doctev df 
l'Eglise. maltre d'Origene ; il fut an dem apdoguu* 
les plus remarquables du in < s. ; m. vers tsD. 

CUBMKirr (Jacques), moine dominicnin, assmtsa 
de Henri III en 1589. Put ecartele, 

ClJtDJBBrr (dom Francois), sarant benedictia ei 
historien francais, ne a Beze, pres Dijon (17IMTB 
II a collabore a YHittoire litterair* de la P'ranct. 

CUiMKirr (Jean-Maric-Bernard), ne a Dv^a. 
critique spirituel, mais acerbe, surnomme par V-vr 
Uire /Inclement (1742-1812). 

CE.BDJJB1IT DB RID (Dominiqne\ hosnme politi- 
que francais, ne a Paris (1750-1827). 

CI,KMK5Tr-DBSU»BMB0 (Nicola* , industriet ei 
savant francais, ne pres de Dijon, a ecrit, ea eoHs- 
b oration avee son beau-pere Detortne* . an ssesobre 
sur la chaleur gpeciflque des gax (1779-1842% 

CUKMDirr (Felix), compositeur et mosieafrapV 
francais. ne a Paris, publia, avec P. Laromsse. ^ 
Dictionnaire det optnu (1822-1885}. 

CLEDBIHT [min] (Muxio). compositeor italin. 
n6 a Rome: auteur de nombreuses et estisMhte 
pieces d'etudes pour le piano (1752-1832). 

CE.BODIS [bitt] et D1TDM. freshes argieas, fill se 

Cydippe, pretresse de Junon, ceiebres par tear 

amour filial. 

CE.BDDUU5, l'un des sept sages de In Grace, tsa. 

de Solon (vi« siecle av. J.-C). 

CXBOMDBOTB [on J, nomdetroi* roisdeSpsrtt 

E, nom de trois rois de Sparte. Le 4e?- 

„_, > III (qui regna de 236 a 2*2 , «*«?* 

inutilement de restaurer a Sparte 1'antique disn- 

Fline de Lycurgue et le pouvoir royal et de nasr 
influence des ephores. 

CXBOMBDB, statuaire athenien. autetir de U 
Vinus dite de Midicit ; vers Tan 220 ar. J.-C 

CUBOB, demagogue athenien, sourest a»is es 
scene par Aristophane. Courageux, mais vaatard ft 
ambitieux, il prit Sphaeterie, puis fut vainca par 
Brasidas a Amphipolis et petit, de metae qmt »» 
adversaire, dans la bataille (422 av. J.-C.). 

CI.BOPATKB, reine d'Egypte, oelehre par «a 
beaute, qui captiva Buccessivement Cesar. p«9 Aa- 
toine. Eile se fit mourir de la piqure d'un aspic. 
apres la defaite d'Antoine a Actium (an 30 av. J.-C 
C est une des femmes les plus extraordinaire* doai 
l'histoire ait conserve le nom. Pascal, dans us pas- 
sage celebre det Peneeet, fait allusion aa mrs •* 
CUopdtrt qui, • s'il eat ete plus court, eUt change la 
face du monde ». 

Cleopdtr*, tragedie de Jodelle (1*52 1 , — de Bairei 
(1630); — de Chapelle (1680); — de Marmontel 't"se 
— d'AJcz. Suumet (1824); — de M»« E. de Oirmrdi» 



nier, Cleomene III (qui i 



Digitized by VjOOQlC 



CLfi 



- 1333 — 



CLO 



» * - ~; . — * [A***]. nn dM deu * disciples auxquels 
J6sus-Carist apparui surlechemind'EmmaQs, aprds 
sa insurrection. 



> ch.-I. de c (Seine-Infdrieuro), arr. de 
Rouen, sur la Cldrette, s.-affl. de la Seine ; 800 h. 
Cb. de f. O. 



fMUM'AYT [kler-fe] (comte Francois de), gene- 
ral autrichien. II ie distingua pendant la guerre 
do Sept ans ; sous la Rdvolution, il fut battu a Jem- 
mapea, a Nerwinde, mais ddlivra Mayenoe. Jourdan 
le batUt a Wattignies (1733-1798). 

CLBBMB2VT [kler-mon] (Robert, comte rfe),sixidme 
flla de saint Louis, tigc de la maison de Bourbon. 

JP J f m ^ NT * ch "- r - d,arr - (° i8 «)' P*** »* Breche, 
affl. de l'Olse: ch. de f. N., a 26 kil. S.-E. de Beau- 
vaia • 5.800 h. (Clermontois). Patrie de Philippe le Bel, 
Charles le Bel. L'arr. a 8 cant, 169 comm., 81.000 h. 

Cf ^^ M ? IfT, * 5l " AmCi01,ranB » ch --l- d « c - (Mouse), 
arr. do Verdun, au-dessus de l'Airo. affl. de r Aisne ; 
1.200 h. (Clermontois). Ch. do f. B. Phosphates de 
chaux. Patrie de C. Bonjour. 

CL£BM«KT-rBBBAJfD [f4-ran], ano. cap. de 
1 Auvergne, ch.-l. du d6p. du Puy-de-Dome : ch. de 
f. P.-L.^l. et Orl., a 420 kil. 8. de Paris ; 63.000 h. 
(CUrmontois). Evdchd. acaddmie. Fruits, pates ali- 
mentaires. Patrie de Savaron, Pascal, Thomas, Du- 
laure, Montlosier, Charras. En 1096, le pape Ur- 
batn II y convoqua le concile. oU prdcha Pierre 
1 Brnute, et ou fut ddcidde la 1" eroisade. L'arr. a 
14 cant., 120 comm., 172.000 h. 

CBBBMBBT-fiAaWBAB [nd] (Charles-Simon), 
orientalist© francais, nd a Paris en 1846. 

CUBMBBTI^I/BBBAlJI/r [r6], ch.-l. de C. (He- 
rault). arr.de Lodeve ; 6.300 h. (Clermontois). Ch. de 
f. M. Draps, tapis. 

,» C *+ tm ?**f n * v + mnimmM i Dom d'une famille 
illuatre du Dauphind, qui a fourni plusieurs hommes 
de guerre et quelques prdlats. — Le marquis Aimc- 
Gaspasd fut minis tre sous la Restauration ( 1780-1866). 
. CMBVAI-, ch.-l. de c (Doubs), arr. do Baume- 
les-Dames ; sur le Doubs et le canal du Rh6ne au 
Rhin;, 1.100 h. Ch. de f. P.-L.-M. CarriCres, forges. 
CI-BBY, ch.-l. de c. (Loiret), arr. d' Orleans, pr«s 
de la Loire ; 2.600 h. Eglise ou so trouve le torn beau 
de Louis XI. 



(Jean-Baptiste). valet de chambre do 
Louis XVI, qu'il suivit au Temple. II a laissd une 
intdressante relation de sa captlvitd (1759-1809). 

GUBfllNCBH \jer] (Jean-Baptiste), sculpteur fran- 
cais, nd a Besancon, a qui Ton doit, entre autres oeu- 
vrea remarquables, la statue de Marceau (1814-1883). 

CABT [kit] (Mint). V. AlUCLIT. ' 

CLBTOLA2VB {lan'dT] , v. des Etats-Unis (Ohio), 
sur le lac Erie ; 416.000 h. Charbon, pdtrole, forges. 

CUVBLAJVB (Grover), n6 a CaldweU (New- 
Jersey), en 1837, president des Etats-Unis de 1886 a 
1889, et de nouveau de 1893 a 1897. 

ClevflaMl, roman dramatique, plein d'imagina- 
tion, dcrJt dans un style pur et harmonieux. par 
l'abbe Provost (1732-1739). 

CLBVBB, v. et anc. dueh6 de la Prusse-Rhdnane, 
sur un canal qui va au Rhin : 10.600 h. (Clevois). 
Patrie de Berghaus. 

CLBVBS (SibyUo de), femmc de l'dlecteur de Saxe 
Jean-Frederic le Magnanime. Elle contribua le plus 
activement a rcxpansion du protestantismo en Alle- 
magne (1610-1664). 

Clfehfeaa [chi-in), parti royalisto qui se forma en 
France, aprds le 9 thermldor ; fut renversd aprds le 
18 fructidor. Ainsi appeld parce que sos membres se 
reunirent d'abord dans un jardin de Clichy. 

Cllchy, autrefois prison pour dettes, situde a Pa- 
ris, dans la rue de ce nom. 

OLICBY ou CLICBY-LA-CABBH1VB, ch.-l. do 
c. de la 8eine ; arr. de Saint-Denis ; ch. do f. O. : 
40 000 h. (Clichietu). Le SOmars 1 81 4, lagarde national*, 
conduit* par le mardchal Moncey, soutint, a la bar- 
ridre de Clichy. un combat acharnd contre les Allies. 

Clichy (Combat de la Barriere de), tableau d'H. 
Vernet( Louvre) petite toile dmouvante, touche fine, 
coloris harmonieux (1820). 

CtlFFOBB [ford'} (George), comte de Cumber- 
land, l'un des favoris de lareine Elisabeth (15S8-160S). 

CUrren Uon'\, v. d'Angleterre, comtd de Glo- 
cester, pre* de Bristol; 26.000 h. Bains frcqucnte*. 




CLieWABCBIJBT [hour], ancien hameau de la 
banlieue de Paris, qui ddpondait jadis de la com- 
mune de Montmartre. AuJ. dans Paris (XVIII* arr.). 

CUMAQUB (saint Jean), surnomme U flc«Ua- 
tl«j««, docteur de l'Eglise (vi« sidcle), disciple de 
saint Grdgoire de Nazianzc. 

CLINTON (George), vicc-prdsident des Etats-Unis 
en 1804 (1739-1812). 

CE.it>, Muse de l'Histoire, qu'on reprdsentait as- 
sise ou debout avec un 
rouleau de papier ou une 
caisse de livres. 

CUMOlf, ch.-l. de c. 
(Loire-Infdrieure), arr. do 
Nantes, au confluent de 
la Moine et de la 8dvre 
Nantaise; 2.900 h. (Clis- 
sonnais). Ch. de f. Orl. Fi- 
latures, papeteries. Vieux 
chateau historique. 

CUUMON (Olivier de), 
conndtable sous Char- 
les VI , valnqueur a Ro- 
sebecque et chef du parti 
de*J/armou«ts(1336-l407). Cl, °- 

CXISTIliElVB, aleul de Pdriclds. II chassa Hippias 
d'Athdnes en 510 av. J.-C. dlargit les cadres de la 
citd en y admettant de nombreux Meteques. dtablit le 
gouvernement ddmocralique et institual'ostracisme. 

CLITUfl [fittfj, capitaine d' Alexandre, et que celui- 
ci tua dans un festin (328 av. J.-C). 

CLIVB (Robert, lord), gdneral anglais. II fonda, 
par son habile politique, la puissance britannique 
dans les Indes (1726-1774). 

f*W» ■AMMA. le plus grand dgout de Rome, 

?ui allait de rcxtremitd mdridionale du Forum au 
Ibre. BAU par Tarquin r Ancien, il exi«to cncoro 
aujourd*hui. 

CU»«h« {la), oeldbre ballade de Schiller. 

CUchea 4« C«r»evilto (let), opdrctte en 3 actcs, 
livret amusant de Clairville ct Ch. Gabet, musique 
almable et gaie de R. Planquctte (1877). 

n.OBIO.1 le Chev«lu, chef d'une tribu f ran que, 
battu par Adtius en 430 ou 431, m. vers 447. Quelqucs- 
uns en font le pdre de Mdrovde. 

CLODIOM (Claude Miciibl, dit), sculpteur f rancais, 
nd a Nancy (1738-1814) ; excella dans Ic genre lecer 
et gracieux. 

C1.0DITM \di~wt] (Publius), ddmagogue romain, 
qui se signala par scs violences et nt bannir Cice- 
ron ; il fut tud dans une bagarre par lo tribun Milon 
l'an 62 av. J.-C. 



>M1K, flls de aovis et de CloUlde, rol d'Orr 
loans de 511 a 624, fut tud a Vdxeronce (Isdro) en 
combattant les Bourguignons. Ses enfants furent 
mis a mort par leurs oncles Clotaire et Childebert. 

CLOOT0 Veldts'] (Anacharsis), rdvolutionnairo 
francais, d'origine prussienne, convention nel, l'un 
des fondateurs du culte de la raison ; il s'appelait 
lui-mdme COraieur du genre humain ; ddcapitd aveo 
les Hdbertistes (1756-1794). 

Clorlatle, heroine de la Jerusalem dilivrie, par 
le Tasse. Elle est restde le type de la femme cou- 
rageuse, inaccessible aux craintes si naturelles a 
son sexe. 

CtaaerU 4mm ttomHm (la), drame en cinq actcs 
de Fr. Soulid et sa meilleure composition (1846). 

CLOflTBRCAMP (en allem. Klostxrcamp), vil- 
lage de Westphalie (Prusse), oO l'armde francaise 
vainquit les Hanovriensdu prince deBrunswick(1760J, 
grace au ddvouementdu chevalier d'Assas. V. Ashas. 

CLOIS-VOLOKOT, [klo-vou-jo], vignoble do la 
Bourgognc, dans la c6te de Nuits, arr. do Beaune 
(Cote-d'Or), qui produit un vin universellemcnt re- 
nommd. 

CLOTA1BE I«r [/4-re], flls de CIotIs, rol de Sois- 
sons en 311, seul roi des Francs en 558, m. en Ml ; 
cruel et sanguinaire, il fit, avec Childebert, perir 
les flls de leur frdre Clodomlr ; — Clotairb II, tils 
de Chilpdric I" et de Frdddgondc, nd en 58V, roi de 
Ncustrie en 585, seul roi des Francs en fil 'J, in. en G28 ; 
lit pdrir Brunchaut ; - Clotairk III. fll« de Clovis II, 
roi de Neustrie ct de Bourgognc de 6&6 a. 670 ; — Clo- 
tairs IV, roi d'Austra»ie de 717 a 720. 

CL.OTBO, la plus jeune des trois Parqucs. Elle 



Digitized by V^rOOQlC 



CLO 



— 1234 — 



COD 




Erdsidait a la naissanee, tenait la quenouille et filait 
i destinde des hommes. 

CsuOTULBB (sainte), nidce de Gondcbaud, roi des 
Bourguignons et fcmme de Clovis I««" ; elle contri- 
bua a la conversion de son mari au christianisme ; 
m. en 645. Pete le 5 juin. 

ClA>VW[klou) {taint) ou CaVBB©AE,B,troisidmeflls 
de Clodomir, ne vers 522. II dchappa au meurtre de set 
frdres etse retira dans un village sifcud pres de Paris, 
ou il fonda un monastdre qui pni son nom ; m. vers 560. 
CLOVBT \C) (Jean), peintre du roi Francois 1", 
dont il a laissd. entre autres ceuvres, un magniflque 
portrait; ne vers 1485, m. en 
1545. — Son flls, Prakcois, dit 
Jehannet, fut peintre de Fran- 
cois 1" et de 6es trois succcs- 
seurs ; n6 vers 1510, m. vers 1572. 
CLO VIS l«r [ut«], roi des 
Francs, ne vers 466, flls de Chil- 
perio l* r et de Basine, epoux de 
Clotilde, vainqueur des Romains 
a Soissons (486), des Alamans a 
Tolbiao (496), des Bourguignons 
pres Dijon (800) et des Wisigoths 
aVouille (507), fondateur de la 
monarchie franque et seul roi 
de toute la Gaulc apres lassas- 
sinat des chefs francs do Cologne, de Cambrai, de 
Thdrouanne; m. en 511. 11 recut de l'empereur d'O- 
rient le tit re de vat rice, proteges le catholieisme, 
et recut le baptdme des mains de saint Remi dans 
la cathedrale de Reims. Quand ce nouvoau Cons- 
tantin desccndit dans la cuve ou les catdchumdnes 
dtaient plongca, l'archeveque lui adressa ces pa- 
roles : Courbe la tCte, fier Sicambre, adort ce que 
fu a* bruU, brittle ce que tu a» adore". Ces mots 
ont enrichi notre littdrature de deux locutions sou- 
vent employees : courbe la ttte, fier Sicambre, pour 
ezprimer la soumission a une doctrine acceptee, ou 
a un fait accompli, et adore ce que tu as brulf, 
brule ce que tu as adori. c'est-a-dire renonce a tea 
opinions, a tes sentiments, pour adopter des idees 
opposdes. — Malheurcuscment, apres la mort de 
Clovis, son royaume fut pari age, suivant la coutume 
frangue, entre ses quatre flls : Thierry, Clodomir, 
Childebcrt et Clotaire. — Clovis II, flls do Dagobert, 
roi de Neustrie et de Bourgogne de 638 a 656 ; il 
epousa Bainte Bathilde. — Clovis III, flls de 
Thierry III, roi de Ncustrie et de Bourgognc de 691 
a 693 ; il cut pour maire du palais Pepin d'Heristal, 
qui fut en realite le vrai maltre de son royaume. 

I'LOYEi [klui], ch.-l. de c. (Eure-ct-Loir), arr. de 
Chateaudun: sur le Loir; 2.200 h. (Cloysiens). Ch. 
de f. Orl. v ' 

CLt'IfT, ch.-l. de c. (Sa6ne-ct-Loire), arr. de Ma- 
con, sur la Grosne, afn. de la Saone; 4.100 h. (Clu- 
nisois). Ch. de f. P.-L.-M. La fut fondde, en 910. une 
abbaye de benedictins, une des plus celebrcs de 
1'Europe. Ecole normale, destinee a former des 
malt res pour Tenscignement special des lycdes, des 
colleges et des ecoles normales primaircs. 

CIumjt (hdtel et mwstc de), celebre h6tel situe a 
Paris, rue Du-Sommerard ; il comprend les ruines 
du palais appele lea Thermes de Julicn, et un muscle 
qui renferme une curieuse collection de plusieurs 
iuilliers d'objets. dont la plupart appartiennent aux 
xiv*. xv* et xvi« siecles : sculptures, ivoires, dmaux, 
terres cuitcs. bronzes, meubles, tableaux, vitraux, 
faiences, tapisscries, orfevreric, horlogerie, amies, 
serrure.s. bijoux, vuiturcs. 

txtwuw, ch.-l. de c. (Hautc-Savoie), arr. de Bon- 
neville; sur l'Arve; 2.200 h. (Clwicns). Horlogeric. 

CX.LNH.lt [zi-oHi*], ancienne v. d'Etrurie. aujour- 
d'hui Chhtsi. C'etait la residence de Porsenna. 

CLYDE (la,, (1. d'Ecossc. qui arrose Glasgow et 
so jette dans la mer d'lrlande; 160 kil. 

(LVTEM>E<4TRK [tern'], fllle de Tyndare et 
'do Leda , epouse d'Agamemnon , mi-re d'Oreste et 
d'Electre: elle tua son mart ct fut tuee par ton flls. 

OIDK, ancienne v. de Carie, colonic laccdeuio- 
nienne. consacree a Venus. lHab. Cnidiens.) 

C'uide ou Uuide ( temple tie), celebre temple de 
Venus . qui se trouvait sur un promontoire de la 
Carie. De la ces periphrases tres usitees en poesie : 
La rem?, la dtesse de Cnide, pour Venus; I enfant, 
ledieudc Cnide, pour l'Amour. C'est nnssi le titre 



(fun opuscule de Montesquieu (I7JS) on Ton a peiae 
a retrouver la gravitd et le sdrieux habitoeis it 
lauteur de 1' Esprit des lois. 

CsMklicioa. On a particulidrement donne le no© de 
coalitions a des ligues fonndes par les puissaacn 
europeennes contre la Revolution franchise et 
contre Napoleon !•«•. Biles tont au nombre de seft 
la premiere, conclue a Pilnita, entre la Prusst ci 
1'Autriche, a qui se joignirent, apres la mart it 
Louis XVI, rAngleterre, l'Espagne. la Sardaigsf. 



Formio avec 1' Autriche (17 octobre 1797); la d 

formee en mars 1799, entre rAngleterre, restee seak 
en armes, la Russie et la Turqaie. 1'Autriche et fes 
Deux-SicUes, fut brisee par la victoire de Bsareaf«, 
suivie du traite de Lun6ville avec 1'Aatricbe fjft- 
vrier 1801), et par la paix d' Amiens avec rAagle- 
terra (26 mars 1802) ; la troisieme, signc* a Peurs- 
bourg, le 8 avril 1806, entre rAngleterre. qui snot 
rompu avec la Prance des 1803, et rAotriche. la 
Russie et la Prusse. fut dissoute de fait par la ne- 
toire d'Austerliti, et de droit par le traitede Pre* 
bourg (26 deoembre 1806) ; la quatrirm^ fonaee es 
septembre 1806, entre la Prusse, la Russie, rAagJe- 
terre et la Suede, fut rompue par la bataille de 
Friedland, suivie du traite de Tilsit avec Alexaadn 
et aveo le roi de Prusse (9 juillet 1807) ; licmquiewx 
conclue le 9 avril 1809, entre 1'Autriche et fAasle- 
terre, flnit par 1'entiere defaite a Wagram desAs- 
trichiens, qui obtinrent la paix a 8ch«enbnxnm, le 
14 octobre ; la sirietne, stgnee en mars ltl J, eatre 
la Russie, la Prusse. 1'Autriche, 1'Angleterre. 1« 
Suede et presque toutes lea autres puissances. e& 
pour resultat 1 abdication de Napoleon (ll avril llli; 
la septieme, qui ne fut que 2a continuation de hi 
preoedente, formee a Vfenne en 1815. aprec le re- 
tour de Napoleon a Paris, le renversa de nouveaas 
la suite de sa defaite a Waterloo. 

COBBEX [den] (Richard), economiste anglais p*> 
pagateur des idees libre-echangistes (H04-1K6L 

C^BBIVU, [ben'tsl'} (Jean-Loui»>Io«eph, comu de. 
diplomate autrichien, n6 a Bruxelles. II negocia let 
traites de Cam po-Formio etde Luneville( 1763-1 *m. 

COBUEIffTB [blin'U] ou CMLKICX [Mmt\\ 
v. forte et capltale de la Pruase-Rbeaane. an ceai. 
du Rhin et de la Moselle; 47.600 a. Ce fut, en 1791 
un des lieux de ralliement des emigres, qui j fer- 
merent Varmie de Condi. 

COBOIIBO, v. d'Allemagne, cap. du ducb* de 
Saxe-Cobourg-Gotha; sur ITU; 40.500 h. 

rOBOUBft (Frederic de Stue-).\. S*xn-CoBora». 

€ OCHABAMBA, v. de la BoUvie. ch.4. de d« 
22.000 h. - Le dep. a 328.000 h. ^ 

COCBBB (le), constellation de 1 "hemisphere bar**! 

COCHBilKA., hameau de l'Eure, arr. d Erresx. 
Victoire de Du Guesclin sur le captal de Boch il»* 

COCtlllV ( Henri ) , avocat francais . ne a Pan* 
(1687-1747). 

COCHIN (Jacques-Denis), curd de Paris, ad a Pans, 
fondateur de l'hospice qui porte son nom (1724-1733> 

COCBWf. v. de rlnde anglaise (Madrasj. sar la 
cdte de Malabar ; 15.000 h. ^—^^^ •" » 

COCBIlVCBIlfB, colonic francaige de riasV 
Chine, situde a IB. du Mekong, et compresant \» 
region humide et basse arrosde par les benches 
nombreuses du delta de ce fleuve. Pop. tjsoOJtm h 
(Cochinchinois). Immense production de rix C«t 
I'une des plus prospdres parmi les colonies fraa 
caises. Conquise en 1861. Cap. Saigon. 

COCfJRAXK {lord Archibald!, chimiste anaLsis 
(1749-1831). — Son flls, Thomas, nd a AnnsfleldTfut sa 
des plus celdbres amiraux de l'Angleterre (1775-issr. 

COCKBlTRlf [beurnl, une des terres polaires s 
UE. de la mer de Baffin. 

COCBlf A« [nass] ( Annibal), gentilbomme mernc^D 
tais, favori de Charles IX. U se sig nals par see 
cruautds pendant la Saint-Barthdlemy et fut ddcapite 
en 1574, aveo La Mole, pour avoir conspire contre 
Henr i III, e n faveur du due d'Alencon. 

COCTTB, fleuve des Enfers, qui environnait le 
Tartare de ses ondes amdres et fanreuses 

(OBBI'VGTOW [drin'gh'-ton'} (BdwnrdV asniraL 
commandant des forces aujrlaiscs a la bataille de 
Navarin [1827] (1770-1851;. «••«»« •« 



Digitized by 



Google 



COD 



— 1235 — 



COL 




C©»»17B [drwi], dernier roi d'Athenes, qui, telon 
a legende, se dovoua pour assurer la victoire a son 
»euple et la defaite des Doriens («• siecle av. J.-C). 
'o nom est reste dana l'histoire comme synonymo 
ie denouement patriotique. 

CoirnnAD [ko-i-fe-td] (Nicolas), eelebre pre- 
icateur et controversiate franeais, ne a Saint-Calais, 
ut ereque de Marseille (1574-1623). 

C4KLIUB [iWi-wi], rune des sept collines de 
antique Rome, au 8. du Capitole. 

COMB [$4-rt], ville etrusque, prts Rome. 

ceSTHBlf [keu-ten'), ▼. d'Allemagne (Anhalt); 
2.000h. 

CttBTLOeOM [ko-tf] (Alain-Emmanuel), amiral 
t mareohal de France (1646-1730). 

C«SUn [keur') (Jacques), riche commercant de 
lourges, argentter de Charles VII, __ 

qui il fournit des ressources am " 

our la guerre contre les Anglais, 
aais qui l'exila a la suite d'un 
omplot forme par les ennemis du 
inancier. Sa memoire fut rehabili- 
ee sous Louis XI; ne vers 1395. 
q. en 1466. 

Cavstr et la mala (le), operetl 
n trois actes, paroles de NuitU 
t Beaumont, musique de Ch- L 
ocq (1882), une des meilleures pa 
itions de 1'auteur. 

COCtlf AC [gnak], * ch.-l. d'ar 

Charente}, sur la Charente, ch. — » 

le f. Et.. a 61 ail. O. d'Angouleme ; 19.500 h. (Cogna- 
ats). Eaux-de-vie renommecs. L'arr. a 4 cant.. 
2 comm.. 65.300 h. 

rOfilfllT [gnt] (Leon), peintre franeais, ne a 
17™t880) ^intent peignant so ft lie morte 

COaOaiw (Menno, baron de), eelebre ingenieur 
ailitaire. ne pre* de Le«nwnni«n a* «um/v mn .A r. 
r'auoan de /a Hollande (161 1-1704).' 

COlCiXY { Marie-Francois-Henri), mar.Vhal de 
■"ranee, ne a Bayeux, rainqueur it Guastalla 1 1*170- 
759) ; — Annr-Francoibk de f <>i E n> a eU- immorta- 
isee par A. Chenier sous le nom de la Ji-uw t ap- 
ive (1769-1820). 

coimrrk 

•rov. de 
COUKI 

2.200 h. 

4'OIHONS [ronl massif volcanfque et boise de 

'i r «i«i°^ Jn P2 r ^^^ orientttl des c ^ v ennei (1.061 m.L 

< OIKL1* [hot-lin], pays de Brctagne (Loire-Infe- 
■»cure), dou est sortie une noble famille franeais,-, 
[tit a fourni plusieurs pcrKonnages remarquablc* 

€ OIT1F.R mKOHTIKH (Jacques), medecin de 
»uis XI, ne en Fraache-Conue, m. vers 1606. Croyant 
on medecin capable de prolonger sa vie, Louis XI 
■omnia Coitier de places et de faveurs. 

C'OKB (Edouard), jurisconsulte et 'homme poli- 
ique anglais {15*9-1634). 

COUR9RAL [da] (Charlc^-Pierre). poete fran- 
ais, ne a Jan ville, auteur d Siroldi 17 1M776? 

fOLBERT firr, (Jean-Baptiste), homme d'Etat. 
it h Keimt , Ms d un drapier, et Tun des plus grands 
mnutres de la France. Lo K ue a Louis xfv par 
rfazarm, dont il etait l'hommc de conflanee, il fut 
iomm6 contr61eur general des finance* anres la 
hute de Fouquet, alaquelle il avait contrlW, et 
xerca peu a pcu son infati 
;able activite sur toutcs Its 
ranches de l'administration 
ublique. H favorisa, par de^ 
nesures protection nis tea {]<■ 
ibre-echange n avait pas en 
ore de partisans), I'industrie 
t le commerce franeais, fit 
enir en France des artisan- 
e Tetranger, reorganisa la 
varine, croa le regime de 
inscription maritime cucor ■ 
a vigucur dans ses grande 
gnes et la caisse des Inva- 
des • eafln, U encouragea 

^s arts et les lettres. Mais, a partir de IC71. 
<n influence diminua, inn economic genait les vues 



fastueuscs du rol ; le peuple le rendait responsable 
de 1 accroissement d'impOts cause par les snierres 
de Louis XIV; l'inimitie de Louvois finit par lui faire 

Eerdre tout credit a la conr. Ses fun e rail les eurent 
eu la nuit, tant une haine aveugle avait rondu 
impopulaire ce bon serviteur de la France, dont la 
posterite a rebabilite la memoire (1619-1683). 

Colbert (le Tombeau de), mausoleo orne de figures 
allegoriques, l'une des meilleures productions <F Ant. 
Coysevox, dans l'eglise Saint-Eustache, a Paris. 

COLBEBT (Edouard), general franeais, pair de 
France, ne a Paris (1774-1884). — 8on frere Augusts, 
general franeais, ne a Paris en 1777 ; tuc en Espairne 
en 1809. 



OLCHCItTBR [fcAe-s-Zer], v. d'Angleterre(E8sox), 
sur le Colne ; 35.000 h. 

C01X?aiDB, ancien pays de l'Asie, a l'E. du 
Pont-Euxin et au S. du Caucase, arrose par le Phase, 
od les Argonautes, suivant la tradition, allercnt con- 
querir la Toison d'or. Cest aujourd'hui la Mingrilie 
russe. 



B«K r*o-in-6rel, v. du Portugal, ch.-l. de la 
Beira; 18.200 h.; eelebre univcrsite. 




«tB [brou-ke] (Henri-Thomas \ eelebre 

orientaliste anglais, ne a Londrea (1766-1837). 

COLBOIVI (Bartholomeo), condottiere italien, ne 
a Bergamo (1400-1475). 

Colera (De la), traite philosophique de Senequc, 
brillante ampliflcation a tendances stofciennes sur 
un sujet de morale pratique (i« siecle). 

€^LBaUB6B (Samuel Tavlor), poeteanglais.au- 
teur de Ballades lyrique$. On pcut le considerer 
comme Tun des precurseurs de Byron et du roman- 
tisme moderne, et il a laisse la reputation du cau- 
seur le plus spirituelde son temps (1772-1834). 

COLBT [/*1 (Louise), femme de lettres francaise, 
nee a Aix. Elle a eerit de nom 
breux ouvrages pour la ieunessc 
(1808-1876). 

COLBTTB (iainte), religieu- 
se, reformatrice dc 1' ordre de 
Sainte-Claire, nee a Corbie en 
1380; m. en 1446. Fete le 6 mars. 

COLICKY (Odct de). ail le 
cardinal de Chdtillon, frere de 
1' amiral ; il cmbrassa la Re ' 
forme (1517-1571). 

COLiexY (ramiral Gaspard 
de). ne a Chatillon-sur-Loing, 
chef des protestants. General de 

Srande valeur, car a etc re loyal, 
fut une des premieres vie times de la Saint-Barth*- 
lemy. Son cadavre, jete par la fenetre et train* par 
les rues, fut pendu au iibet de Montfaucon. Char- 
les IX, qui avait attir* ramiral a sa cour par d'hy- 
Socrites protestations d'amitie, alia insulter son ca- 
avre au gibet (1519-1572). 

COLlCUVY (Francois rfe), seigneur n'ANDELOT, 
frere des precedents, l'un des chefs des protestants. 
pendant les guerres de religion 1531-1569). 

COLIfilfY, ch.-l. de c. (Ain), arr. de Bourg, au pied 
du Revermont ; 1.700 h. Ch. de f. P.-L.-M. 

COL.UBA, v. du Mexique, ch.-l. de dep., sur le 
grand Ocean; 21.000 h. 

C«li«4e, magniflque ampbithcAtre de Rome, com- 
mence sous Vespasicn et acheve sous Titus. II ren- 





fcrmait 80 rangs de gradins et pouvait contenir plus 
de 80.000 spectatcurs. Cest la qu'avaient lieu les 
combats de gladiateurs et que les martyrs chretieus 



Digitized by VjOOQlC 



COL - li 

etalent livre* mi bete*. II en subsist* aaJoura"ani 
de* ruine* grandiose*. 
CtUATII (Lucia*-Tarqain\ petiUflU de Tar- 

Siia l'Aneieu et epoax de U vertoeose Luerece. 
fM, avec Brutus, 1'un dea premiers consuls de 
Borne. 

CSMXlt (Charles), rhaasoaairr franeais. ne a 
Pari*, an de* fondateurs da Caxtmst (179*-I7ft3>. 

C«tU«« d* rrsjsse*, etahlissement fonde 4 ParU 
Ten J MO. par Francois I - *, ea dehor* de ITniversite. 
Las coon da College de France eoet public* et ae 
visent aueun examea particulier : ils sent le com- 
plement de*intere**e de renselgnesneat superieur 
donne par le* far ulte*. 

CanAMTmr (**] (Gufflaame), poete fraacais, ae 
a Paris (1596-1669;. 

r«lli*r (Affair* du\ seandaleuse affaire, doat le 
retentissement fut considerable 4 la fla de I'aaeien 
regime (1784-1786i. Le cardinal de Rohan, avide de 
se coocilier lee bonnes graces de Marie-Antoinette 
qoi lui temoignait de l'eloignement, se laissa daper 
par une intrigante, la eomtesse de La Motte. Celle-ci 
lui flt eroire que la reine desirait vivement potseder 
an collier de 1 .600.000 livre* que le roi lui avalt re- 
fuse. Le cardinal l'acheta sax bijou tiers Boehmer et 
Bassenge et le remit a la eomtesse poor la reine, 
mats le collier disparat. Cependant Rohan ae put 
paver, et 1" affaire se decouvrit Mis 4 la Bastille, il 
fat acquitte par le Parlement, mats exile loin de 
Paiif.tandis que la eomtesse de La Motte etait foueW 
tee, marquee aa fer rouge et enfermee 4 la Salpe- 
tri^re ; mais le scandale. avive par la malignite pu- 
bliquc, ne fut pas sans eclabousser la reine, pourtaat 
etrang^re k cette basse intrigue. 

C OLUN BfiaBlLSVlLl.K (Jean-Francois), poete 
comique francais, ne a Maintenon. auteur des Chd- 
ttaux en Espagne, du Vieux t'elibataire, de Y Incons- 
tant et dc quefques fables estimable* (1756-1806). 

ۥ1X1**11, ch.-l. de c. (Cotes-du-Nord), arr. de 
Loudeac ; 800 h. Fer. 

CdMXUfM [lints] (William), peintre anglais, ne 
4 Londres (17W-1847). 

COIXilf • (Wilkie), romanclcr anglais, ne" 4 Lon- 
dres (1824-1889). 

r«LLi*lsaB, comm. des Pyrenees-Orlentales 
(arr. de Ceret) ; place forte et petit port de la Medi- 
terranee ; 8.000 h. {Colliourencht). Ch. de f. M. Vins, 
peche. 

COIX*asmKltB«. ch.-l. dec.(Var), arr.de Tou- 
lon, sur le Real-Collobrier, dans les Maures ; 2.300 h. 
Li^e. 

COLLOlVillEfl, ch.-l. de c. (Ain), arr. de Oex ; 
1.000 h. Ch. de f. P.-L.-M. Non loin du fort de 1 Eclusc. 

C«ll«quft de PoImj. V. Poisst. 

CeJIequie* d'Erasme. aerie de dialogues pleins 
d'energie et d'esprit, diriges contre les impostures 
et les superstitions de son temps (1618). 

COLL4T sVHBKBSJlSJ [lo-der-boi] (Jean-Marie), 
membre du comitc de Salut public, ne 4 Paris, ce- 
lebre par ses execs demagogical es ; 11 fut deporte et 
mourut 4 8innamary (1750-1796). 

COUslAlf [man'] (George), poet* dramatique 
anglais, auteur dune excefiente comedie intitulee 
John Bull (1762-1836). 

< OI.MAK. anc. ch.-l. du dep. du Haut-Rhin, 4 
473 kil. E. de Paris ; sur le Lauch, affl. de 1111; 37.000 h. 
(i'olmarims). Code 4 TAllemagne. Patrie de Rewbel, 
Happ, Brunt 

l-OUMABN [mar], ch.-l. de c (Basses-Alpes), 
arr. de Castellanc, sur le Vernon ; 760 h. Fort 

rOMMOTmowiM [ni»$] (Theodcros). patriote 
grcc, qui s'il lustra pendant la guerre de l'lndepen- 
danee (1770-1843). 

COLdtGXB, ville do la Prusse-Rhenane, sur le 
Rhin ; 372.600 h. (Colunais). Magnlflque cathedralo 
gothique achevee en 1882. Cette ville, fondce par les 
Romalm au i« r siecle de notre ere, a acquis une re- 
nomraee europeenne par son eau aromatique si 
connue boub le nom d'eau de Cologne, qui rut in- 
ventee par Jean-Marie Farina au commencement du 
xviii* sfrclr. 

COMHjNB, ch.-l. de c. (Qers), arr. de Lombex ; 
620 h. 

. 5,'? I-#a,B [ to »»J(ChriBtophe), celebre navigateur. ne 
4 Cienes vera i486. II entraau service del' Espagne en 



t - COL 

I4W ei oUint dTsafceOe de Caatfllc treaa aarire* qa 

fad persatreat daBer 4 la deo oar e rt e Com aaniir 

annveasj (v. AJtaasocal. Parti de 

Paloa. le 2 aoat 14tl Coloasb, 

apres avoir httte coatre le de- 

eoaragesaeat da son equipage, 

qai voalaii rebroaascr ehesaia, 

apercut eafla la terre le 12 octo- 

bre saivaat : e'etait Ouaaahani 

(Saa-8alvador), ane dea Locayes; 

il aborda easaite 4 Caba at 4 

Haiti, qall appala ffssnaatoia, 

puis fl revint ea Bspagae (mars . 

1492). Dans aa second Toyace, fl 

reconnot la Dominique, Marie- 

Oalante, la Ouadeloupe, Anti- 

goa, Monterrat, Saint-Christophe. °- c ,la ** 

Saiate-Ooix et autre* Antilles, las He* Sow k 

Vent, et gagaa de nouveaa Haiti, o4 aoa frere 

foada Salat-Dosningue ; lea ootea de la 

et de Porto-Rico furent aasai exptoraea. 

oa troisiesae voyage (14M). aprea avoir tooeba 4 la 

Trinite, U atteignlt la continent et longea la odte dc 

1 Amerique meridiooale depai* rOreaoqae Jaaqaa 

Caracas. Dans on quatrieme royage (1 W2K tl deaoavrft 

la cote de Veragua, fut rapxHisae dTHalti par sea aa- 

ciens compagnons, lutta contre la taim et coatre la 

analadle, et se lit livrar dea vivre* par lea ladseas ea 

leur annoncant uae eclipse. De retoar ea Bapagae ea 

1604, le roi Ferdinand, aupre* de qui Cfcristophe Co- 

lomb avait 6te calomnie, le laissa moorir 4 Tailaaotii 




(1506) dans le denuement et le chagrin. — Waasuae- 

frvingal •-" ' " 

Its compactions < 
rimportance de la decouverte du grand aavigaiear 



rei des comi 



i ecrit le reatt dea Voymges 
de Colomb (1831).- 



On sail car 



genois fat vivement conteatee. Comane oa ea discs- 
tait le merite un jour devant lui, 4 la table e?aa 
grand d*Espagne, sous prelexte qu'eUe na pjleiafiff 
aucune difnculte et qu'ii n'avait fallu qtt> pcaier.u 
prit un ceuf, et, s'adressant aux convives : • Qui de 
vous, messieurs, leur dit-il. se sent capable de (sir* 
tenir cet osuf debout sur une de sea extrenutes? • 
Chacon essaye, mais nersonne ne reusait. Coloal 
alors prend l'oeuf, le frappe legeremeat sor sea ss- 
siette et l'oeuf reste en equillbre. Et tous de s'eerkr. 
• Ce n'etait pas difflcile. — Sans doute. rephaa* 
Colomb avec un sourire ironique, mais il falUxi jr 
penser. • On fait allusion 4 Vaeuf de Colomb 4 pro- 
pos d'une chose qu'on n'avait pas pu executer et 
qu'on trouve facile apres coup. 

Ctkass, nouvelle de P. Hdrimte ; petntsrt sav 
sissante de mceurs corses (1840). 

COLOssTBAlf [Ion] (taint), motne irlaadats. ae 
vers 546. II fonda de nombreux monasteres sur le 
continent, entre autre* celui de Luxeail ; m. en 61*. 
Ftte le 21 novembre. 

CtLOMU (saiale), vierge. martyTisee 4 Sea*. 
sous Au relien . vers 273. F*te le 21 dacembre. 

C^I4»MBBMI [/on-eel, comm. de La Seine tarr. ae 
Saint- Denis); 22.000 h. Rafflneriea, Imprimene*. 

COtj9>mMmmY'EMm^ mKMM , mn [Um-b^i-k*4e].(tA. 
de c. (M.-etrMoaelle). arr. de Toul ; 800 h. Ch- de t E- 

COL«M*llB [MJ, ancienBtat republicain de 1'AaW- 
rique du 8ud, divia6 depuls 1220 en Colombi* oa 5aa- 
velle-Grtnade, Venexuela et 
Equateur. 

COLOMBEsl [ripubltaue 
de) et avant 1861, lf«C- 
VB2XJ2-C«2Z1VA2»2S , r«pu- 
blique unitaire de 1'Amerique 
du Sud. Superf. 1.248.276 kil. 
carr.; 2.917.000 h. (Colom- 
biem). Capit Bogota. Re- 
gion montagneuse. mais fer- 
ule. Bestlaux, mines, for6t*. 
En 1904, l'Etat de Panama, 
qui miaait partie de la Co- 
lombie, s'en est dctach6 pour 
se constituer en Etat inde- 
pendant. 

(OLOMBIB OU mleUX ۥ- Ameirfaa d* U tly^liani 
Lt HBia (district de). Tun *• C" ''** * '- 

des Etats unis de 1'Amerique du Nord ; 2T8.76f h. 




Capit. Washington. 

€3olom«jb aamiTAmnifi __ 

179.000 h. Ch.-l. Victoria, port dan* l'lle Vancouver! 



COLOsVBJB BKlTaiaiflsaiv, prov. du Canada ; 



Digitized byVjUOvl 



COL 




Colombia*. 



C *?. , ■^ , ".• , un Ue * personnage* obliges do lu 
comedie italicnne et ilea theatres fo- 
rains. Fille de Cassandre ou do Pan- 
talon, cest toujours une rive et fretil- 
lante soubrette, laCelimene de la farce 

COiOMssO, capit.de l'lle de Ccylanj 
surla cote occidental del'lle; 127.000 h 
Escale tres frequcntee sur la route de 
1 extreme Orient. 

COLON ou AffPurwAlJL, r de la 
BepubllquedePanama,auN.deli8thme 
de Panama; 5.000 h. Port sur l'Atlan- 
tique. 

COLOSS?, bourg de 1'Attique, pa- 
tr1 ?^ Sophocle. Cest a Colone 

2u CEdipe errant, soutenu par sa 
He Antigone atteint la terre hospi- 
table delAttique, dans la belle tra- 

COXOX1VA, Ulustre famille romaine qui a fournl 
des papes, des cardinaux, des generaux etc 
21 ,■■*** P&rmi lea monuments de cet ordre 
Were., pour perpetuerle souvenir d?qu*lque srand 
*venement, nous citerons : a Rome la colonnf T« 
Jane et la colonne Antonine • * Paris l» iSZHl 

COLOXIfBO sVHsmctTUs. nom donne nar le* 
ancicn.au terme pretendu des teavaux dVercule 
e'est^a-dire aux monts Calpe ( Eurooei Jt AhVu 
r Afriquc). .Hues de chaque cfo Jffi d^ofhra* 
tar. Ces mots ont passe dans la langue pour d*s gncr 
irl'une^cie^tV. aU * qUeI1 " P "" C "^ « 

COLOPHON [fori], cite ioniennede l'Aeie Mineure 
M r«£STii2i e *>• Pftrie.nresumees d'Homew 

(OLORAM { rto), fleuve des Etats-Unis, qui prend 
£ J? **%*?"' I" ***•»•«■. traverse laridijla 
teau du Colorado, pui 8 i M deserts d'Artzona else 

Una partie de ce cours est encaissee dans de profonds 

Sw7>i^ 0n8) pi d0nt i e ,P ,ut Pittore.qu P e est 1? 
Gnmd Canon. - Fleuve de f. Amerique meridionale ; 
iL P w»" d / a • < J. Ur ? dans J» cordillere des Andes et 
ee jette dans locean Atlanttque; ooura. 1.900 kil _ 
Si?J5„ d M E f» ta - l;ni - ( T «*«). qui se jetiT 



— 1537 — 



COM 



goire du Mexique: cours, 1.400 kil, 

" kB OBEA»o. r— j - 



b dans le 

^ r^~ j— y^TXUV 00 ^ 08 EtaU uni « do TAmerique 
du Nord : 539.700 h. Capit. Denver. 

COLOT [lo], nom d'une famille de chirurglens fran- 
caie. qui se sont illustres par loperation de la taille 
au xrt* et au xvii« siecle. 

S 01 :?!^ 1 * f/on U fl - d'Amerique. V. Oeboon. 
- District des Etats-Unis. V. Colombus. 

C ? , 'o"? I, 2J /<w ' 6wm 1' v - dei Etats-Unis (Ohio), 
sur le 8cioto River; 135.500 h. 

COLOttutrmWe], ecrivain latin du i« siecle, 
au i2!f .12 J££ int^ressant Traiti sur I agriculture. 

COA.CTB CM [tuss], poete grec d'Egypte^u v siecle 
de notre ere. 

COHACCHio [ma-ki-o], r. forte d'ltalie, prov. de 
Ferrare, ceiebre par lea pecheries etablies dans sc» 
lagunes. prts rAdriatique ; 10.000 h. 

n^^^J^S* ^ ie /l P« tu Etat -^dependant du 
W.-E. de la Syrie, reduit en prov. romaine sous Ves- 
paaien ; capii Samoeate. (Hab. Comaginiem.) 
... C S 1 ! : f 5 ? ; ■^ i^ Ind * en " de rAmerique du Nord, 
fres^eduiJ 11 *** non »o'e «»t aujourd'hui 

de c. (Hauto-Saone) arr. de Vesoul; 600 h. 
c^n^^ctiS^^^^^ ^ n - 

ho C mTOuqTO^^^^^^^^^ 

du eonseil des Cinq-Cents (175a-1820). 

. CO " B,!f o« J «»AWO-COamii]S, un des plus 

Us l/SS? Pe8 Pennines (4317 »**•). vas- 

CtaBU!0 [kon-bte], ch.-l. de c. (Sommc). arr. de 
Peronne; 1.400 h. (Comblois.) Brasseries. Ussages. 
i.« C °f IB * I,m ^ {kon-6our), ch.-l. de c. (Ule et-Vi- 
laine), arr. de Jaint-Malo ; 6.200 h. (Comheurgeois.) 
Ch. de f. O . Fabrication de toiles. 

COMssmAlLLB* [kon-bra, 11 mil , <•], pays de col- 



our" capU^^ ] AUVergn ° Ct U MarChe; mii 

J?°£ bS.?!"** i* ?!',**- 1 - do c. (Puy-dc-Ddme), 
arr. de Riom, sur la Saigne ; 2.000 h. 

^SJ!! iK, T - d'ltalie; sur le lac de Come; 39.000 h 
de P .ff~V U Cami ™> P*trie de Pline le Jeune 
de Vofte! ' P * PM C1 * ment M " «t Innocent Xi; 

«5*!f? (/ac W* un des plus piitoresques de l'lta- 
lie, situe au pied des Alpes, et entoure par de char- 
mantes collxnes boisees. II est traverse par lAdda. 
-«„ ni* ^° mMK et »*■■■*» $aints), martyrs 

UD. d*p«nd M o« dtt P<U^Roj^. fond* .n 1680 JiJ 
K'ctt^' d *"» '«<""' - *- " «*• 

kiF ?^"* ••■•■< l "« Ca), charmant recueil de fa- 
bles, * 1 uaage des enfants, par L. Ratisbonne (1861). 
™?T^*tT , V , '*«! , \*> titre aT«neral sous lequel le 
romanoier H. de Balsac a reuni tous ses ouvraires 
rstS^S Tld * nt 6U °°™P°**» dapres un plan' 

d.w!r.^/ -B '* t "T?' erb ~» d'Alfred de Musset, 
f. I?^* 8 co , m P? 8i tions pour laplupart, ou brillent 
la vente profonde des caracterea et la verve du 
^^Lh* principales de ces pieces sont : // ne 




>wh i[iim] nom latin du grammalrien mo- 
rave KomemH (15W-1671). «mu«urien mo- 

li^TSUi ^ (P 10 ."^). p'est-a-dire le mangeur (de 
litres), thflologien francais, ne k Troyea (xn« siecle). 

COMIHKSI ou COMMiWBsl [ne] (Philippe de), chrc- 
niqueur, n« 4 Comines, auteui FF ' 

de Mtmoire* sur lea regnes de 
Louis XI et de Charles VIII. 11 
fut suecessivement au service 
de Charles le Tem6raire, puis de 
Louis XI. Dans son oouvre, il s'est 
montre historian de premier or- 
dre, poUUque profond, chroni- 
queur naff, eerivain original* 
mais sea appreciations se res sen- 
tent souvent de la maxime, trop 
pratiauee par Louis XI : la fin 
jvsttfie les moyens (1445-1509). 

COMDVBft, coram, du Nord, 
*arr. de Lille), sur la Lys ; 8.200 h. 
(tominois). Berceau do la noble famille des Co- 
minea ; ch. de f. N. 

i-^T!St XL ***** P- b "«» cree par la Convention 
le 6 ayril 1798 pour concentrer la puissance execu- 
tive. II montra a rinterieur une implacable severite 
eontre les adversaires de la Convention, et contri- 
^- a i n . au ^J!f rle f^ Imo -aaglant de la Terreur; 
mala, a lexterieur, 11 eut la gioire d'organiser, avec 
Carnot» les armees qui d6Uvr«rent la France de l'in- 
vaaion ftrangere ; U fut supprime a l'avenement du 
Directoire, le 27 octobre 1796. 
~! J 3 *"* 1 !"* i 1 T^"T P ,aiwk » comedie romanesque en 
cinq actes de Shakspeare, une de ses osuvres los plua 
charmantes ; representee en 1600. » 

hS^.TTS'JT de Ju , Ie8 C6sar ' m c«noires histo- 
rlques du diotateur sur la guerre des Oaules et sur 
guerre civile. Ces souvenirs d'un soldat sont un 
module de narration exacte, pricise, d'une modestie 
habilement calculee (i«r siecle av. J.-C.). 

.^T^*? 4 * 1 "" - ** d« Blaise de MonUuc,recit sobre 
et yivant de sea campagnes, depuis les guerres d'lU- 
lie jusqu'a nx gu erres de religion. 
a ^"J™™* [tennan]. ch.-l. dec. (Allier), arr. 
de MonUucon, sur la Banne et l'OBil, s.-affl. du Cher: 
11.200 h. Ch. de f. Orl. Bouille; forges importantes. 

COMMBBCY \ko-mtr}, ch.-l. d arr. (Meuse), sur la 
Meuse. Ch. de f. E. ; a 40 kil. de Bar-le-Duc ; 7.800 h. 
(Cowmercten^). Forges, tissages, patisseries. L'arr. 
a 7 cant, 176 comm. 80.000 h. 

c•^?? ia,l i ,r S* 1, \M> anci « n P av » et con-** de la 
r ranee mendionaie, cntrc I'Armagnac et les Pyre- 
nees; capit. Saint -Bertrand. (Hab. Commingcois.) 
Fit en general partie du comte de Foix. A^f/> 
Digitized by VjVJOV IL 



COM 



— ltS8 — 



CON 



iiul (/« PeYe Jean), jdsuite franoais, ne a 
Amboise, auteur d'estimables poesies latines (1626- 

"SiwmM. empereur romain dc 180 a 192, Ms de 
Marc-Aurele. Il se rendit tristement c61ebre par sea 
cru&utes et mourut enipoisonne et etrangle. 

i£m-nn« TdiV ari. Ui), pouvoir revoluUonnaire, 
install* du 10 aout 1792 au 9-Thermidor. Elle fut le 

plua ferine soutien dea terroristes. 

* pqmmm (la), autre pouvoir revolutionnaire, 
instaUe a Paris apres la levde du siege do Paris et 
1'inaurrecUon du 18 mars 1871 et rcnvers* k la fln 
de mai de la meme annee, a la aulte d/un nouveau 
siege de la capitalc par rarmee regaliere du gou- 
vernement de Thiers. «.^-.„ *«. 

Cobmhw, nom que Ton donna, au moyen age, 
aux villes qui reussirenta obtenir deleurs seigneurs 
suzerains des chart** leur accordant une certainc 
autonomic. Le roouvcment d'emancipation des 
communis commenca sous Louis le Gros et Tut 
d'abord faTorise paries rois, qui y trouyaient un 
moyen d'accroltre le pouvoir central au detriment 
du pouvoir feodal dea grands vassaux. II a contri- 
bue puissamment oar Emancipation de la bour- 
geoisie a la formation du tiers tfat. 
* fomm.nl— de. Apotre. (la), ^Weau, cbef- 
d'oeuvre de Ribera, eglisc de San-Martino, a Naples . 
lc Christ, admirablcmcnt eclaire, a une pose plcine 
do naturel et de dignitc. 4mMtk .„ ..*- 

Communlon de saint Jerome (la), tableau ce- 
lebrc du Dominiquin (Vatican); — d'Augustin Car- 
rache (pinacotheque de Bologne). 

COM !VEXR, dynastic de six empereur* de Cons- 
tantinople : Isaac, de 1057 a 1059 ; - Alexis l«r, de 
1081 a 1118 ; - Jean, de 1118 a 1143 ; - Manuel, dc 
1U8 h 1180; - Alexis II, dc 1180 a 1183; - An- 

n 5»il "]"&. archipel, auN.de Madagas- 
car. II comprend la Grande Contort JioMU. A njouan 
qui sont sous le protectorate la France depuis 1I886. 
et Mayottt, qui nous appartient deprns 1863 ; 86.000 n. 
{ComiiTitn$ ou Comorois). Vanille, cafe, cacao. 

COMOsllM (cay), au S. de l'Hindoustan. 

fompnajnle d> J*«na. V. Jksuites. 

Compai*'"* (Grandc$). bandes de soldats mer- 
cenaircs, genexalemcnt 6tranger*'(Arngonai8, Na- 
varrais. Brabancons. Rhcnans. etc.), qui, dans les 
intervalles de paix qui separent les ^pisodes pnnci- 
naux de la guerre de Cent ans. ravagercntla France. 
i)ii (luesclin reussit a en conduire la plus grande 
partie en Espagne de 13C6 k 1368. 

COMPlKftXB, ch.-l. darr. lOise), sur rOise. Ch. 
de f N a 60 kil. E. de BcauvaiB ; 16.600 h. (Com- 
viegnois). Beau chateau construit en grande partie 
sous Louis XV ct embelll sous Napolion I"; pare, 
foret. En 833 y fut tcnu un concile qui deposa Louis 





Ch&toAu d« ConjpiAfjn*. 

le Dfbonnaire, Jeanne d Arc y fut faile prisonniere 
par les Bourguignons <-n mo. Napoleon y epousa 
Mario-Louise ,"et Leopold I", roidca Beiges, la flllede 
Louis-Philippe. Deux traites y furent signes : Tun 
en 1035, entre la France- et la Hollande, pour 1 in- 
vasion simultanee de la Belgique ; l'autre, en 1768, 
par lequel Genes vendit la Corse a la France. L arr. 
a 8 cant., 1.17 comm., 96.S00 h. 

roMPM [kimps<t}. ch.-l. de c. (Var), arr. de Dra- 
guignnn. pros de l'Artuby; G00 h. 

(OMTAT YEttAiftMiW (knn-ta, vc-n*-*in), pays dc 
1'anciennc France, compris dans le d\p. de Vau- 
cluse ; il appartint mix pape* avec Avignon de 1274 
a 1791. (Hah. ('omtadin-i.) 

(OMTK (Charles), puhlirlste ct homnie politique 
franoais. ne a Sainte -Emmie (Loj.Crc) [ 1782 IS.iT}. 



COMTB (Augusie), mathem»ticien *£*£«£* 
francais, ne a Montpellier, fondatcur da poriUvis-^ 
Son Court de philo*ophie po*t- 
tive est une des oeuvres capita- 
les de la philosophic du xix« Ste- 
ele (1798-185.7). ^^^ nx 

Cmte 4+WUm*-Cv*m*(le), 
roman d' Alexandre Dumas. 
V. Montb-Cribto. 

Cnmie «ry (/«), op^a en 
deux actet, parolee de Scribe 
etdeDelestre-Poir«on,mu«Uiue 
charmante de Rossini (1848i. 

CtMll [mus*], dien qui pre- 
sidait aux plaisirs de la table, 
chex lei Qrece (MythX 

COlfAKRY. V. KoK^xav. 

C#MAn y nom de quatre duet de Bretacaa m 
moyen Age. 

vnCAWUntAV [n6], ch.-l. de c. fPlni»Ur«J. m 
de Quimper, port sur l'Oeean ; 7.700 h. (Conc^rmem, 
P6che a la sardine ; fabricaUon de conserve*, 

C«lfCBPCI01f (la), v. du Chili, ch.-l. de la prov. 
de ce nom, port sur le Paciflque, k lemboochare 4a. 
Biobio ; 50.000 h. «^«««. 

COWCKa*CI05r-»Bl>l»U«»^AT <m «^*"2" 
ClOlf.v.de la R«p. Argentine, sur i Uroa^nar; ta,» 

Coneeptlon lmmnenl«« (U), Utn d« nosnbreax 
Ubleaux pcinU par les grands peintree de Umtesw 
ecole* : Murillo, Ribera, Rubens, Tiepolo, le Tia- 
toret, le Corrfege. le Guide, etc. 

Concert rkwpltrc (le), tableau de Giortieat, 
au Louvre ; couleur puissante et harmonienne. 

Cmncnmm [che\, eh A. de c. (Bore], arr. d'Bviciu, 
sur le Rouloir. affl. de llton : 2J0b h. Ch. d« f . O. 
Eaux min«rale«, forges et fonderiee. Belle f«sr#t. 

Coneiersorie, prison eelehre, encUve* dans h* 
batimenU du Palais de justice de Paris. On y eafer- 
mait sous la Terreur les condamnes k mort a»aas 
leur depart pour rechafaod. 

Oneile*, assemblees d'6v«qoee reoxus pour 4«3 
der des queeUons de doctrine et de discspha* 
eccleaiaatique. Lee conclles sont ateuwm^ntfum. *»- 
tionaux du provmciani, suivant que lee tfviqsas 
convoquee sont du monde entier on eeolesnenl ce*x 
d'une nation ou d'une province. Les concile* «es- 
meniques qui ont ete tenus Juequ'a ce jo«r «as* 

ccux de Nicee (8S5),de Constantinople (38 1 > ? d'^to 

(Ml) de Chalcedoine (161), de Constantinople fsa. 

de Constantinople («81), de Nice* (78T), de Coasiaa- 

tinople (889), de Latran (1183, 113f . 11T9. ttlK «e 

Lyoi (1245, 1x74), de Vienne (1S11), de Coas«as« 

(1414), qui condamna Jean Hues: de Latraa HSlt'. 

de Trente (1545-1563), oft fut d«cldee In r*t&rme ffr 

nerale de TEglise catholique en face dn pro*e«ta«- 

tisme; du Vatican (1870), oft fut dedal le d«gsede 

nnfaiilibllite ponUflcale. Le concile de Bale (U»- 

1U9), transfer* k Florence (1434), neat pas regai* 

comme oecumenique. 
COItCl^ll (Concino), aventurier italiea, a* * 

Florence, favori de Marie de Me- 

dicis, que dominait aussi «a 

femme, Leonora Qaligai ; U est 

connu sous le nom de marechal 

d'Ancre: devint ministre de 

Louis XIII, se signala par son 

avidite et son incapacite, qui 

motivercnt plusieurs r«voltes 

des granda ; il fut supplanU par 

de Luynes et tue par vitry, capi- 

taine des gardes du roi, en 1617. 
Concordnt [da] (le). cClebre 

convention eonclue le 15 Quillet 

1801 entre Bonaparte et Pie VII, 

ct destinAe a regler les rapporta 

de la France avec le saint-sie^e et de rEtat »ve? 

TEglise. Voici ses principales dispositioru * le cbrf 

du gouvcrnement nomme les archeveques et les de- 
ques, qui recoivent du pape Tinstitution ca n o a t^ttf; 

les ev?ques, qui pretent serment au fonverBemxesi. 

nomment les cures, sauf ratification miniaterielk . 

le pape abandon ne toute espece de revendieauca 

sur la vente dea biens ecelesiastiques, et ea rcU>'-T 

rEtat s'engage a servir un traitement aux ^^^«ei 

et aux cuK'S. 

Digitized by VjOOQ IC 




CON 



1239 — 



CON 




b {place de la), celebre place de Paris, aii 
bord de la Seine, et a I'extremite N.-O. du Jardin 
des Tuileries, cre6ecn 1748 par Louis XV, dont la 
statue par Bouchardon vint orner la nouvelle place 
dite alors place Louis XV, ct que 1'architecte Gabriel 
dessina. A la Revolution, ello prit le nom de place 
de la Revolution, servit aux executions capitales et 
vittombcr lea tetca de Louis XVI ct de Marie -An- 
toinette. Au milieu de la place, a'elevcnt ''obelisgue 
de Louqsor. apporte d'Egypteen 1836, et deux fon- 
taines monumentales. 

rONVB (famille de\ branche collaterale de la 
maison de Bourbon ; la plupart de ses membres ont 
joue un grand rOle dans 1'hUtoirc de France. 

C'OKDK (Louis I", prince de), ne a Vcnddme 
oncle de Henri IV, chef des calvinistes, tue apres 
la bat ai lie de Jarnac (1530-1569). 

rOMDE (Henri I« prince de), ne a la Ferte-sona- 
louarre. n combattit dans le* rangs des calvinistes 
«t n echappa a la Saint-Bar thelemy qu'au prix do 
son abjuration (1652-1588). 

COftDE (Louis II, prince dc), dit le Gmd (ondr, 
ne a Paris. II s'illustra, fort 
jeune encore, par lea victoires 
de Rocroi, de Fribourg, d** 
Nordlingen et de Lens. Apre* 
avoir pna une part regrettable 
aux troubles de la Fronde ct 
s'etre meme un moment allii- 
a l'Espagne, il fut remis en 
possession de son commande- 
ment lors du traits des Pyre 
nees, et prit une part glorieuse 
aux guerre s de Flandro ct de 
Holland*'*, oft il triompba a 
Senef. Bossuct prononca son 
oraison funebre, qui est un 

chef-d'oeuvre d'eloquence et d'habiletc (1621-1636). 
COIVMfi (Louis-Joseph de Bourbon, prince de). H 
ciuigra en 1792, et forma a Coblenu et sur les bords 
du Rhin l'armec dite de Condt {1736-1818). 

C*>H»si (Louis-Henri Joseph, prince de), ne en 
1756, trouve pendu en 1830 a Saint-Leu-Taverny; il 
etait pere du due d'Enghien. 

COmK-EN-BHlE. ch.-l. de c. (Aisne), arr. dc 
Chateau-Thierry, sur la Dhuys et le Surmclln, affl. 
de la Marnc ; 700 h. 

re<«DE-MlR-Ll:MrAlT U*-k6], Ch.-l. de C 
(Nordl, arr. de Valenciennes; 5.000 h. Ch. de f. N. 
Houille, jadis place forte. Patrie de Mile Clairon. 

COX»K-*i r-xoirkai [rd ). ch.-l. de c. (Calva- 
doi), arr. de Vire, 6.600 h. (Condtcns). Ch.-l. de f. O. 
Patrie de Dumont d'Urville. 

C*M»BXLAC [tl mil., ak] (Etienne de), celcbrepbl- 
losophe. ne a Grenoble, chef de l'ecole sensualiste, 
auieur du Traiti des sensations et d'une celeb re 
theorie sur le langage (1715-1780). 

COX DOM [don], ch.-l. d'arr. (Gers), but la Baise; 
ch. de f. M. ; a 43 kil. N.-O. d'Auch ; 6.600 h. (Con- 
domoi$). Eaux-de-vie, vins, ble, Bossuet fut eveque 
de Condom. Patrie du minis tre Salvandy. L'arr. a 
6 cant., 88 co mm., £8.000 h. 

MMMlll [si] (Antoine-N kolas de), celebre 
philosophe, mathematicien francais, convcntionncl, 
ne a Hibcmont ; il s'empoi- 
sonna sous la Terreur , pour 
cchapper a l'echafaud. II avait 
compose dans sa prison une 
magniflque Bsquisse (tun ta- 
bleau hxstorique des proyre's de 
t esprit humain, qui, avec ses 
Blogt* des academiciens marts 
avant 1649, constitue son plus 
beau titre de gloire. Condorcet 
fut tour a tour savant, ecrivain, 
homme politique, et Ton ne 
saurait trop admirer en lui la 
variete de f'esprit, la multipli- 
city des aptitudes. Comme re- Coodore*. 
Tolutionnaire, il eut moina la haine des Institutions 
monarchiques qu'une ardente conviction scicntifl- 

3ue. qui le poussait a croire l'humanite susceptible 
'un progres indeflni (1743-1794,. 
COXBRUEU, C h,-I. de c. (Rhone), arr. de Lyon 




pr*s du Rhone 2.200 h.;Ch. de f. P.-L.-M.Vin blane 
esiime: fruits. 

«u\H;i.i.t>o v. forte d'ltnlic (VeneLie), sur le 
Monticano ; 8.200 h. Draps. soieries. 

(0>kjeha, Tunc des ilea Baleares.deserte.mais 
contcnant une quanute prodigieuse de lauins icn 
espagnol amejo). r l 

COJIlKDERlTIOSf WIHMlMOiK. union des 
Etats allcmands. deeretec par le congres de Vienna 
etrompue en 1866, epoque a laqu.Tle la Pru^e 
victoricuse a Sadowa, chasKi l'Autrichc de la Con- 
federation et acquit Tinfluence qui devait lui per- 
mettrc cinq ana plus tard, d'imposer sa preponde- 
rance a 1 empire d'AIlemagne, forme sur les ruines 
de lancienne Confederation. V. Allemaone. 

CoutMeim ou «NdlM»M (ift), nom que portcrent 
Uans la guerre de Secession les partisans dVl'escla- 
vage, par opposition aux FMJrauxou Nordiste* am 
en riclamaient 1 abolition. V. Secession. 

hI****?*^** du pere Lacordaire, p'redlcaUons 
celebres faites a Notre-Dame de Paria; discours 
remarquables par l'imagination et le mouvemeut 
oratoire (1835, 1836, 1843 a 1851). 

€«Mf«Ml« u d*An|c«bonrtc, formulaire celebre, 
redige par Melanchthon et contenant en vinirt-huit 
artieles la profession de foi dea luthcricns* elle fut 
presentee a la dicte d'Augsbourg en 1530. 
pfE£T£?£ d, ". n K » r «»* du .lerle, ouvrftge 
I Alfred de Mussel, recft un peu assombri de aucl- 
*.|ues episodes de sa propre vie (1836). 

C'oureaiioM de saint Augustin, recit eloquent o0 
ce Pere de l'Eglise fait IWttoire de.s erreurc de sa 
jeunesse et de sa conversion i v s 

C«nre«>i«M (les), de J.-J. Rousseau, autobiogra- 
phic oucetecnvain ditde lui-meme beaucoupde bien 
et beaucoup de mal (publiee apres samort, 1781-1788). 
CoHfl4enc««, de Lamartine, confessions de jeu- 
nesse et meditations diverse s. Le morccau capital 
du hvre est 1' episode de Grazitlla (I8t9). 
coiwxaiva ou coipimh-i %h« m v i soi i 

flan], locality de la commune de Charenton (Seine) 

tres du confluent de la Seine et dc la Marnc, En IW&* 
,ouis XI y conclut un traite pour dissoudrc la lioue 
du bien public. 

CMVlamsj [/tan} t ch.-l. dc c. (Mcurthe-et-Mo- 
scllc), arr. de Bney, sur 1'Orne 
et l'fron, affl. de la Moselle 
700 h. Ch.de f. E. 

COXFOLKWii (fan), ch.-l. 
d'arr. (Charentc), au confluent 
de la Goire et de la Vienne, a 
63 kil. N.-E. d'Angoulemc; 
3.000 h. (Confolentais ou Confu- 
lennais). Ch. de f. Orl. Tanne 
ries, minoteries. L'arr.aS cant 
66 comm., 65.300 h. 

< onfrerir fit- la P« M tom, la 

plus celebre des confreries dCH 
tinees au moyen age a la repre- 
sentation des mmtcres. 
4 omkii* [ut,t] ou mieux^ 

kOIX.-HM-INKI.I plus 1 

celfcbre philosophe de la Chine, 
fondatcur d'une religion toute 
aasez elevi (551^79 av. J.-C.). 

CO^ftiO, fleuve de l'Afrique. II sort de la region 
deagrandslacs par trois gran dc, 
branches, le Louboudl, le Loun- 
poula et le Loukouga, qui. reu- 
nis. prennent le nom de Loua- f 
laba, coule en un immense arc 
do cercle au milieu dc vaster 
forets, recoita droite le Sangh i 
ct l'Oubangui. a gauche le Has, 
sai, baigne Brazzaville ct Leo- 
poldville, traverse une region 
montagncuse, oti son cours te 
brise en multiples chute*, et m 
jetle dans t'Atlantique par un 
vaste catuaire. en aval de Ma 
tadi. Cours 4.000 kil. 

(OX.o {Btat indlpendant 
du), Etat fondd en Afrique en 
conformite des decisions du AuboiH* d,i Cwifo. 
congres dc Berlin (1885). ct dont Leopold II, roi des 




(un rutin*. 

I morale, d'un ideal 




Digitized by VjOOQlC 



CON 



— 1*40 — 



Beiges, eat le sooveraia ; capit. L i mo Uv dU; v. pr. 

tout la bassia do Congo saparieur et »o*». Vaetea 
for6ts:gjaadesieeeoareeseeeac«iqae«:bois 
eaoac, etc Sop. : LJ62JM UL ear*. Pop. « 
ft adUJoas <rbab. {Congolau). ^ r _ 

OMM nUMAIL coloeie fiaa esis o de rAfti- 
qoe oecideatale, entra le fleove Congo et la colonie 
almmsadr do Cameroon : elle m relic par rOubangui 
k no* poeeoeaioas da Tchad ; stations pr. LtbrevilU, 
FremeexilU, BrattavilU. 

coroo mmmnmAMB. v. amqoix. 

CssmsU nom donne a I* Assemble* constitoante 
beige de 1630-1831. 

Cm»K nom donne. aoc Etata-Unia, a la repre- 
sentation national*. 

fiMiir Le* plus celebre* de ce* assemble** di- 
plomatique* soni ccUes de Munster et dX>snabruck. 
qui aboutireat aux traites de Weatpbalie (ISM), 
eelle* de Rastadt (1797), de Vienne fl816-I815), de 
Verona (1922/. de Paris (ItM), de Berlin (1878). 

€•■««■▼« (WiUiam), poete anglais (1670-17*9)- 

Ctlianfl (sfr William), offlcier ifartillerie 
anglais, invenieor des fusees qui portent son nom 
(1778-18*8). 

€•■1, v. do royaume dltalle, cb.-L de prov., sur 
laStura; tt.OOOb. 

C««J«rasfte«i rinMM. V. Axiom. 

Ceajawettoa ee CestliasH oarrage hisioriqoe de 
8alluste, quel que peu obscur dans Imposition des 
faits. mais modele d'eloquence soiree et concise, 
arec un vlf sentiment moral (I« r siede av. J.-C.). 

COlfLU [It], ch.-l. de o. (Sarthe), arr. du Mans, a 
la source de la Giroade, affl. de la Vegre; 1.700 h. 
Ch. de f. 0. 

COSLlaYOaT, ch.-l. de e. (Jura), arr. de Loas-le- 
8aunier. surlaValiiere;900h. 

CmhuImmm 4* »!•• •* ae —I — > ■ » ( TraUi 
de la), ouvrage philosophique de Bossuet (1671), ou 
Fauteur se montre cartesian independent. 



CON 

" {tmermwie de ran 
rSaladxa et rat to* par 
de la Moatagme em ills. 




COmVAVCMT [*©-ndf], province de 1' Irian de, di- 
vlsee en cinq comte* ; 746.000 h. _ , 

COJWKCTICirT [ko-nik-ti-kt*], fleuve des EtaU- 
I'nls, qui prend sa source sur la frontiere du Canada 
et >e Jette dans la bale de Long-Island (Atlaatique) ; 

COXKBCTlCVT Mo^ne'k-tirkut'}, un des Etata unis 
de l'Amerlque duNord; 909.000 h. Cap. Hartford. 

Mdtallurgle, Matures. 

Coauetable. Co mot, qui signiuc comte de VitabU 
(comet ttabuli), designait pnmitivement celui qui 
avait la suriniendance des ecuries du roi. En 1191, 
lors de la suppression de la dignite de senechal, 1c 
connetable dovint le premier dignitaire de la mo- 
narchic, ayant le commandemont general des armees. 
Louis XI II, sur le conseil de Richelieu, supprima 
cette dignite en 1627. En 1804, Napoleon I" orea son 
frere Louis grand connitable et institua un vice- 
amnitable, qui fut Bertbier, prince de Wagram. Los 
plus celebres oonnetablcs de l'ancienno monarchic 
furent : Du Guesclin (1370), CUsson (1380), le comte 
de Saint-Pol (1411), le comte do Richemont(143&j, le 
duo do Bourbon (1B1B), Anne de Montmorency (1538), 
Henri I« de Montmorency (1593), le due de Luyne* 
(1621). Lcsdiguiercs (1622). 

C OlfOM, general ath*nien, vaincu par Lysandre a 
/Egos-Potamoii (406 av. J.-C.) etvainqueur de Pisandre 
a Cnide (Asie Mineure) en 394; m. vers 390 av. J.-C. 

lONQlK* [kon-ke{, ch.-l. de c. (Aude), arr. de 
Carcassonne ; sur rorbeil, affl. de l'Aude ; 1.CO0 b. 

COnQVKB [kon-ke], ch.-l. de o. (Aveyron), arr. de 
Rodei. prcs du Dourdon, affl. du Lot ; 1.000 h. 

CONRAD [rod*] {saint), prelat allemand, mort en 
976. Fete 1« 26 novembre. 

COlVslAB V [rady roi de Germanie dc Oil a 918 ; 
*— Conrad II, le Salien, roi de Germanic en 1024, 
empereur en 1027 ; m. en 1038 ; — Conrad III, empe- 
rcur d'Allemagne do 1138 a 1152; — Conrad IV, roi 
lies Romains en 1237, empereur d'Allemagne de 1250 
a 1254; — Conrad V, ou Conradin, fils du prece- 
dent, due de Souabe et de Franconic. 11 tenia de re- 
conquerir lo royaume do Naplos, fut vaincu, oon- 
damne h mort c( execute (1254-1268). 

CON MA* | rati' | U raelflMe. roi do Bourgogne 
traasjurane et de Provence, de 9J7 a 993. 



Coarart, qui a'esait point d'asHeara aaaa 
mi la pradeace de ae riea pabtier et Faasi 
sareaaer raatonr-propxa de aeax qai ecrtrata 



careeaer raaao«r<propxa de aeax qai e ml s alaa 
par m qyfl eat beaaeoap do oelibcit* et de 
5a maiaoavfot la bsr aa ma 
doat il devint le preader s 

CsMWAliVI (Heroale), i 
nisire de Pie VIL II aegonia le Coaeordat avee B»- 
naparie, etae saoatra dans cette difficile ticae dsplo- 
mate souple at pradeat (IW7-1H4>. 

CMMCfBVCB (avaavat] (Henri), losaaiaiser aa- 
mand popolaire, ad k Anvers. La plopart ae ses 
oauvres oat ate tradoites ea fraaeaia (itlS-ftflfl*. 



JBrcaaaana-Chatrian Toot le reeit a'aaaade ser le 
coatraste do dcuil dea families avee lea Tei sra aiper- 
petoela qui eeiebrent de roiaeosea victoirea tisat- 

r«—ir ■■Hsjir. tribunal d'Etal iastttoe par 
y.«<mnu« i«r en 1501. 

rsist'l den ie>iln— . l'une des deax m ee- bWrt 
par la constitution de Fan HI (17»' f ; car 
^-^^^..itSiO mambrea charge* de ae proaoacer sar 
let loin elaboreea par le oonaeil dea Caaq-Ccatt. 
Supprimee le 18 brumaire 1799. 

CsieeeH d«« CkmrC*m*». aseesnblee poiueae 
compose* de 500 membres, et qui fornaait. avee Vn 
Anciens, le Corps legislatlf organise par la consti- 
tution de Fan III, diasoote le 18 brumaire 1799. 

C«wmc4I ae* Mi« conseil secret compose de dtx 
membres, sous l'ancienno Bepubliqne de Veaiee. Q 
avait le droit de controle sur lea dogea m^me a, et il 
fut Finstrument principal et myaterieax de la do- 
mination soupconneuae et inquiete de rariatecra&f 
v^nitienne (1J10-1797). 

Ceasell des tresiblea, nom donne daaa lea Pavt- 
Bas eapagnols au tribunal etabli par le doc d alse 
en 1567. pour la repression de Finaurredioa boilaa- 
daise et protestante, et qui envoyaau bucberetiia 
torture plusieurs milliers de victimee- n merita k 
surnom de Conseil de *ang, par lequel on le desigse 
souvent. 

COWai»sMtAlfT [ran] (Victor), j>bilo«opke foam- 
riste et ecooomlste franeais, ne a Salina . Jura' {IU8- 
1893). 

COS : _ jJ . 

ouvrage de Duclos, remarquable sous le rapport e> 
la morale et du style (1761). 

€•— leilei phlleeeaaiejee. celebre otrrrage ae 
Boece sur la realite d'une Providence prouvee par 
la raison. 

COlf WTAWMM (John), peintre payamgicte anglais, 
ne a East-Bergholt (1776-1887). 

COlf •TAWCm ■•', Cahrc. empereur romaia de 
805 a 306. II exerca le pouvoir avee autant dequiU 
que de douceur. 

COlfsTTAlfCB ll, file de Constantin, empereur 
d'Orient en 337, aeui empereur de 861 k 861 : ii favo- 
risa oomme son pore le christianisme dans rBnuure. 

COlfaVTAlfCB s1*Arlee« troisieme femme da rot 
de France, Robert. On Faccuse d'avoir introduit a 
la cour des Capetiens le luxe dea souveraiat ds 
Midi; m. en 1032. 

COlf 0TA1VCB* v. du grand-ducbe de Bade, sur k 
lao de Constance; 22.000 b. Cest dans cette "lie 
qu'un celebre concile fut convoqu6 en 1414 poar 
mettre fln au grand schisme d'OccidenU Jean Has 
y fut ooodamne a dtre brul6 vif. 

COIfaiTAIfCB (lac de). lac forme par le Baia- 
entro la Suisse, l'Autriobe, la Baviere, le grand- 
duche de Bade et le Wurtemberg. 

COlfMTaJVT ■•» [itan]. empereur d'Oecideat de 
337 a 350; — Constant II, empereur d'Orient de 
641 A 668. 

COWHTAIfT OB RBBSC^CS (Benjamin), honune 
politique francais, no a Lausanne, dune familiefraa- 



Digitized by VjOOQlC 



CON 



— 1141 



CON 





$atse refugiee en Suisse apres la revocation de l'edit 
do Nantes. II occupa une place imiH>rt» n ** *»•»»■ •• 
parti liberal sous la Restau ration, 
ct fut l'ami dc M»« de 8ta< 
de facultes superieures, 11 avnit on 
esprit vif, gate par un grani fonds 
de scepticisme. 11 a laisse de* Mi- 
moires, et un roman de valeur, 
Adolphe (1767-1830). 

COimTAlIT (Benjamin) . pein- 
tre d'histoire et portraitists fran- 
cais, ne a Paris (1846-1902). 

OOlf •TAimiff ■•r.ditloi. r I....I , 
ne a NaTssus en 274, empereur 
en 806, mort en 337. II transports 
le siege de 1'empire a Byxan. . . qui ^"J C— i mi . 
prit le nom de Constantin 1 1 sa vicioirc con (re 
Maxence sous les murs de Rome docida deflniti 
ment de l'etablissement du ehristia- 
nisme comme religion offlci. -11. ■ d< I cm- 
pire (v. aux locutions latinos : In hoc 
Migno vinces), et en 313 l'edit de Milan 
fut rendu en favour des adeptes de la 
nouvelle religion. Son nom est syno- 
nyme de proteeteur sole de la religion 
chretienne. Constantin II , empereur 
romain de 337 a 340; — Consiantin III, 
empereur romain, ne en 612, m. en 6*1, 
11 regna3 mois; — Constamin IV, .lit 
Pogonat, empereur «f Orient de t><;8 a 685 ; 
— Constantin V, dit Coprvmjme, em- 
pereur d' Orient de 741 a 77.'. ; — Cons- 
tantin VI, empereur d'Ori. nt de 7*0 
It 797, fll» d'Irene; — Constantin VII, 
dit Porphyroginite, empereur d'Orient 
do 912 a 959; — Constantin VIII, em- Caoiuaiia i«. 
pereur d'Orient pendant la captiWte du precedent 
(924-946); — Constantin IX, empereur d'Orient de 
976 a 1028; — Constantin X, dit Munomague, empe- 
reur d'Orient de 1042al054: - Constantin XI, Dums, 
empereur d'Orient de 1059 a 1061 ; - ConstantM XII. 
empereur d'Orient en 1087; rloitr* en 1078; —Cons- 
tantin XIII, Patlologue, dit Dracoes, dernier em- 
pereur d'Orient de 1448 a 1461; il suecomba en de- 
fendant Constantinople contra Mahomet II. 

Ceaeieaila vi e s— - l eaa dc Murnre, petnturc 
execute*, par Jules Romain, d'apres les cartons de 
Raphael (Chambres du Vatican). Composition ma- 
gnifique. 

OOlf STAimit, pape de 7 

CONtfTAMTll* PATLOtlTOI, grand - due de 
Russie. flls de Paul I". II c< da ses droits au trone 
a son frere Nicolas (1779-1831 ). 

C#jNT0TAirri7fB (dip. de\ une des 3 divisions 
de l'Ahyerie ; pre/. Constant ine ; s.-pref. Datna , 
B6ne, Bougie, uuelma, PhilippevilU, Sctif; 7 arr. ; 
1.991.000 h. 

CemaTAWTtMWt. v. d'Algerie, ch.-l. du dep. et de 
l'arr. de ee nom ; sur le Rummel, qui l'entoure pres- 
que de toutes parts, comme un fosse profond. Ch. 
de f. ; 48.500 h. [Constantinois). Les Fran cais, apres 
une vaine tentative en 1836, s'en emparerent en 1637 
apres un siege penible, on fut tue le general Dam- 
remont. 

C saa i eaila a (Prise de), tableau d 'Horace Vernet 
(Versailles) (1839]. 

COlfanAirrilfOIMLB (turc Stamboul ou Istam- 
bcml), v. sur le canal du memo nom, ou Bosphore, 
longtemps capitale de l'emplre d'Orient, aujourd'hui 
capltale de 1'empire ottoman, a 3.190 kilom. 8.-E. 
de Paris; 943.000 h. (Constantinopolitains). Capi- 
tale de 1'empire romain depuis Constantin, qui Jul 
donna son nom (v. Btxanci), et de 1'empire d'Orient 
depuis Theodose, elle fut prise par les Crotses en 
1203 et par Mahomet U en 1453. Cest a cette epoque 
que Ton fait commencer lTiistoire moderne. 

C aae f as i aaele (ConquAe de), chronique de Vil- 
lehardouin relative a la prise de Constantinople par 
les Croises (xm* siecle). C'est le recit de la IV* croi- 
sade, et la premiere chronique de ce genre que pos- 
sede la langue francaise. 

C aae ie aitae ale (Entree dee Croises d), tableau 
d*Eugene Delacroix (Louvre), belle page de l'ecole 
francaise (1841). 

cmnTAimMWlM (ditroit de), autrefois U 



Botphore de Thrace, en (.re la Turquie d'Europe et la 
Turquie d'Asie ; il reunit la mer de Marmara a la 
mer Noire. 

Ceaetitaaate. V. asskmbl£b. 

C eae t lia ilea civile da clersje, nom donn6 au de- 
cret du 11 Juillet 1790, qui declara le clerge francais 
independent du saint-siege et attribua a I election le 
recrutement des prfitres et des evdques. Ccux qui 
preterent serment k la constitution civile furent ap- 
peles assermentes, et ceux qui refuserent de la re- 
connaltre comme valable furent dits rifraetaire*. Le 
concordat de 1801 mit An a ce schisme. 

47«aa4iS«ii4sMM dm la Pmft. V. PxANCS. 

CTeuisiU nom de deux magistrate principaux elus 
chaque annee par les Romain s depuis la Repu- 
blique ; e'etaient les chefs du pouvotr executlf. lis 
commandaient les armees, et marchaient precedes 
de douse licteurs. — Nom donne aux premiers ma- 
gistrate de la Republique francaise, de 1799 a 1804. 

CONaUJLAT, nom donne au gouvernement fran- 
cais depuis la fin du Dlrectoire (1799) Jusqu'a l'Empire 
(1804). II y eut d'abord 3 consuls provisolrcs : Bona- 
parte, Sieyti et Rogcr-Ducus, puis 3 consuls nommes 
pour dix an s : Bonaparte, Cambaetree ct Lebrun. 
Mais le senatus-consulte de l'an X nomma Bona- 
parte consul k vie, et celul de l'an XII remplaca lo 
Consulat par l'Empire. 

Ce— lit es de l*Bmplre (Hietoire du), grande 
composition de A. Thiers, ceuvre remarquable sur- 
tout par llntelllgence que Thiers a apportee dans 
l'expose des evenements milltaires et des creations 
administratives (1845-1862). 

CONTAMM (le due Louis-Georges de), marechal 
de Prance (1704-1795). 

rONTTAalijn, illustre famille de Venise, qui a 
fourni sept doges a la Republique. 

C^IVTAT [to] (Louise), comedienne francaise, nee 
a Paris. Elle excella dans les roles de Moliere et de 
Marivaux (1760-1813). 

CONTTK (Nicolas-Jacques), chimiste francais, ne k 
Saint-Cenery (Orne). un des fondatcurs du Conserva- 
toire des arts et metiers. 11 a imagine la fabrication 
des crayons qui portent son nom (1756-1806). 

Cease da Tenaeaa (Le), satire allegorique de 
J.-F. Swift, ou l'auteur raille plus ou moins ouverte- 
ment toutes les religions (1704). 

C e as es de Bocoacc. V. DtCAMiaoN. 

Caasea de La Fontaine, recueil de contes en vers, 
Unites sonvent de Boccace, et ou l'agrement du recit 
et le charme du style font excuser la liberty du ton. 

Ceaiee d'Hamilton, composes en maniere de pa- 
rodie des Mille et une Suite; ces bagatelles sont 
tres Jolies (1730). 

Ceatee de Schmid, historiettes a l'usage de l'en- 
fance, petites fables en action, pleines de details 
charmants et ecrites avec grace (1801). 

Caaiea deaele d'Andersen, ecrits moraux ct atta- 
chants, Tune des meilleures oauvres de 1'ecrivain 
danois. De Noweaux Contes ont pant plus tard. 

Ca asea de feee, titre de differents recueils de 
contes merveilleux. Les plus celebres sont ceux de 
Perrault, de M»« d'AuInoy, de M«* Leprince de 
Beaumont. (V. ces noms.) 

Ceaiee de C aatar M ry, le monument le plus in- 
Uressant du poete anglais Chaucer. 

Ceaiee de 5feCl, hi s wires saisissantes, par Charles 
Dickens (1843-1846). Ces recite sont emnrcints d'une 
imagination fantasque et d'une sensibilite un peu 
nerveuse. 

C eaiee d*saaaTaiaaa (les), opera fantastique en 
4 acte8, paroles de Michel Carre et Jules Barbler, 
musique de J. Offenbach (1881). 

Ceaiee eVelas4ajae«» de H. de Balzac, contes 
ecrits dans le style du xvi* siecle et divises en trois 
dixains (1832-1837). 

Ceaiee extraerdlaalree , d' Edgar Poc, recits ' 
d'une original ite bizarre et savante. 

Ceaiee raaiaeilejaee d'Hoffmann, recits pleins de 
eontrastea. ou l'imagination la plus bizarre se livre 
k tous les ecarts sans nuire au talent dc l'auteur 
(1810-1820). 

Ceaiee aeraai (lea), ouvrage de Marmontcl, 
d'une lecture agreable, mais qui est souvent peu 
digne de son titrc (17G0). 

Ceaiee pepaleiree, dc Museeus, ou Ton rcmar- 



Digitized by Vj.OOQLC 



CON — 1* 

que une verve aana amertume et one grande origi- 
nality de style (1782). 

€■■!■■■!■*<■■■ (les), ceuvre poetique, an des 11- 
vrea de Victor Hugo le plus Justement admires, 06 
le pere a mis sa douleur et le philosophe set aspi- 
ration » (1858). 

MRTII, ch.-l. de e. (Alpea-Maritimes). arr. de 
Nice, pre* do Paillon de Contes; 1.700 h. Vins. 

CORTI, illustre famille francaise, brancbe ca- 
dette de la maiaon de Bourbon-Conde. L'n de aea 
membres, Armakd, yrince dm C«rti. frere du grand 
Conde (1629-1666), prit part aim trouble! de la Fronde 
et epousa une niece de Mazarin ; — Francois-Louib, 
■on nls (1664-1709), fut elu roi de Pologne en 1697, 
maia ne put prendre possession du trdne;-Louis- 
FaANCoia (1717-I776J, joua un role important sous le 
regne de Louis XV et tcnta aussi de se falre eliro 
roi de Pologne. 

Coatrat m«I«I (1762), livre celebre, de J.-J. Rous- 
seau. D'apres l'auteur, la vie sociale repose sur un 
contrat : chaque contractant alicne sa liberie a la 
communaute et a'engage a sublr l'ezpression de la 
volonte generale. Co livre cut un grand retentie- 
sement et, plus ou moins bien compris. inspira la 
plupart des politique^ de la Revolution francaiae. 

CONTRBO [tre], oh.-l. de c. (Loir-eUJher), arr. de 
Blois ; sur la Bicvre ; 2.060 h. 

fOirrKBXBVIL.Mt \trek-ei], bourg des Voagea, 
arr. de Mirccourt, sur le Vair ; 1.000 h. Ch. de f. B. 
Raux mineralea renommeoa, utiliaeea con tre les ma- 
ladies des reins. 

CootomiIm aailomaU. aaaemblee revoluiionnaire 
qui aueceda a rAssemblec legislative, le 20 aep- 
Umbre 1792. Bile proelama la Rcpubliquc. condamna 
Louis XVI, crea le comite de Salut public et en- 
voya dans tout© la France des representanta en 
mission, qui galvaniserent le patriotisme du pays. 
Malgre ses embarras et sea dissensions Int6rieurea 
(elle etait a l'origtne diviaeo en trois partis : les Gi- 
rondins, les Montagnards et la Plaine), elle reuasit 
a ecraser les royalistes de la Vendee et du Midi et a 
valnrre l 1 Europe, coalisee eontre la France : les 
traites de Bale furent la premiere victolre diplo- 
matique do la Republlque. La Convention a fonde 
d'admirables institutions, dont la France s'honore : 
Kcole normale, Ecole polytechnique / Bureau des lon- 
gitudes, Arts et mitiers. B coles prxmaires, centrales 
et speciales, Museum dhistoire naturelle, Conserva- 
toire de musique, Systtme mltrique, Grand-Livre de 
la dette publtque. Elle groupa sous le nom d'lnsti- 
tut len ancionnes academies ct celles qu'elle fonda 
elle-meme. Elle se separa le 26 octobre 1795 pour 
faire place au Directoire. 

CMfuliUiiulru. V. JaNs£mU8. 

COOK [kouk] (James), celebre navlgateur anglais. 
II explora 1'Oceanie dans trois ex- 
peditions successives, et fut tue 
par les sauvages des lies Sandwich. 
Cest Cook qui, avec l'explorateur 
de l'Arabie Niebuhr, ouvrit l'ere 
des voyages scientinques, suoce- 
dant aux voyages de decouverte 
(1728-1779). 

COOK (archipel de\ groupe 
d'lles anglaises dans la Polynesie, 
entre les lies Tonga et Talti. 

COOK (dJtroit de), en Oceanle. 
entre les deux grandes lies de la 
Nouvelle-Zelande. 

roOPRB [Aou-pM (Fenlmore), 
relfbre romancier americain, ne a Burlington, au- 
tcur de recita d'aventurc* qui furent longtemps 
populaires, et qui valent par la reconstitution dra- 
matique des mceurs nalves et farouches des tribus in- 
diennes, a peu proa ditparues aujourdliui (1789-1851). 

COPAVm [iiaijwl [lac), lac de l'ancienne Beotie, 
aujourd'hui desseche. 

COPS (Charles West), peintre anglais, a qui Ton 
doit de remarquables portraits, ne en 1811. 

COMLKHAitlK [ne-n*-fhe\ capit. du Danemark, 
dans I'Ue de Seeland. a 1240 kil. N.-R. de Paris; 
278.000 a. Port sur le Sund. Importantes fortiflea- 
tions. En 1R07, la ville fut bombardee par les An- 
glais, sans declaration de guerre- 




, _ COR 

COMEKOTC [per-nik: (Nicolas), eelebre astr 

polooait, ne a Tnorn. it demontra le doable 1 
ment des planetea sur elles-ai*me* 
et autour du soleiL, theorie qui 
fut condamnee par le papc comae 
eoDtraire aux Ecritores (1478-1543). 

COPPRB [ko-pT (Franoois). ' 
pocte ct auteur dramatique fran- 
caia, ne a Paris en 1M2; membre 
de l'Academle francaise, auteur 
du Pasmnt, des Jacobites, Pour la t 
t: ouromic, etc. II eat le poete dee 
humbles, et a trouve dans la pein- 
ture de ce petit monde sea inspi- ***HWF5Z 
rations les plus personnelles. ^^^^_ 

C*pp«li«, charmant ballet-pan- xA^mwmm- 
tomlme en deux actea et trots tableaux, de Ch. Knit- 




ter, musique de Leo Delibes (1870). 

[ne*], village de Suisse, . 
sur le lac de Geneve, illuatre par le sejovr de M— de 



musique 1 

»mn*r 



a de Suisse, canton de Vaad, 



Sta*l. Un jour qu'on faiaait valoir devant elle Tagre- 
ment de eette reaidenee pittoresque, raotear de C«- 
rinne repondit : « 11 n'eat point poor moi de ririere 
qui vaille won petit ruiMteau de la rue du Bar. - Ce 
petit ruiaaeau, comme le Simois tant de foia regrette 
par Andromaque k la cour de Pyrrhua. eat resie 
une expreaaion proverbiale pour exprimer poeti- 
quement le regret que laiaae dana le cosnr la patrie 
absente. A Coppet ae trouvent lee tombeamx de 
Neckcr et de M»« de Statt. 

€^q giMlais, Tun de noa emblemee nationaox. n 
decora sous la Revolution lea drapeaox de la Fraeee. 
diaparut aoua l'Empire, reparnt en 1890 et fat sap- 
prime de nouveau par Napoleon III. 

CO^IJBUlf (Constant), dit CsqMlla mim^mttevr 
francaia, ne h Boulogne-aur-Mer en 1841. — Son frere 
Ehke«t, dit CMsiolln eaiet, acteur francaia, ae * 
Boulogne-aur-Mer en 1848. 

COOUEIUSL [ke-rel] (Athanaae), pastenr protea- 
tant et publiciate francaia, ne k Amsterdam : ses idees 
larges et tolerantes l'ont rendu celebre {lSO-lSTSl 

CO^LBS [ko-ke] ou COX (Gonralea), peiatre de 
l'ecole flamande. ne k Anvera (1618-1684). 

COQVIIXB [W, // mil.] (Gui), jnrisconanlte fraa- 
caia. ne k Declxe (1528-1608). 

COOVIMBO [Aim*], v. du Chili, petit port sur le 
Paciflque ; 5.000 h. — L'Etat de Coquimbo a 194.008 a. 

COaaAVacanTB* ou COaagla K Ml I UM , Tane if 
principalca tribus arabea, k laquelle apsartenait 
Mahomet. 

Cera* ou Aleoraai (de l'arabe qor'dn, /irre). Uvre 
sacre dea muaulmans, redige par Mahomet et attri- 
bue par le Prophete a Dieu lui-meme- Ceat on re- 
cneil de dogmea et de preceptea moranx, qui est Ve 
fondementdelaeiviliaation muaulmane tout entiere, 
la aouree unique du droit, de la morale, de radan- 
nistration, etc. Le Coran admet la jpredestinanoa : 
c"itait icrit, dit TArabe auand un malheur lul arrive ; 
maia, par une oontradicuon 6trange, il rend Hkonuae 
reaponaable de aea actea. V. hlamisme. 

COaaATO, v. de Tltalie meridionale (pro v. de Bari); 
31.000 h. 

COmutDL [be-i, U mil.], ch.-l. d'arr. (Seine-et- 
Oise), sur la Seine ; ch. de f. P.-L.-M., k 40 kil. 8.-E. 
de Veraaillea ; 10.000 h. (CorbeiUai* on Ca**nUea»j. 
Papeteriea, minoteriea importantea. Patrie de Vfl- 
loiaon. L'arr. a 4 cant., 94 comm., 109.000 h. 

COaaMlB fftf], ch.-l. de c. (Somme), arr. d^Amieas; 
pres du confluent de l'Bncre avec la 8omme ; 4.280 a. 
{Corbiens). Ch. de f. N. Patrie de aainte Colette. 
En 1636, elle fut priae par lea Eapagnola, maia btea- 
tdt reprise par lea Francaia. 

COBasriwBs (Pierre de). V. Nicolas V. 

f WlPMr* (lee), coatrefort dea Pyrdneea fraa- 
caiscs, massif qui a'eleve aur les den. des P yr en ee s - 
Oriental e8 ct de l'Aude, et qui rattachejea Pyre- 
nlminant, 



nees aux Cevennes ; point enli 
For*ta, vignobles. 
COBasltftT 



nt, 1^81 metres. 

. iiffirV'~efa--l. de c. (Nievre). arr. de Oa- 

mecy, aur l'Anguiaon, affl. de ITonne ; 2^00 h. Ca. 
de f. P.-L.-M. Commerce de boia, cimeat. 

COmailJUOlf , general romain aoas Claade et Ne- 
ron, vainqueur dea Parthea ; ae tua Fan 87. 

COmciBVX [at-ed], ch.-l. de e. '" 
Saint-Die, aur le torrent Neune ; 1. 



h.Ca.def.E. 



Digitized byVjOOvl 



COR — U 

CtJBCYsam, l)e de la mer loniennc, appelee Skeria 
dans Homere, habitee par les PMaciens jusqu'en 700 
av. J.-C. et colonisee alors par les Corinthiens ; au- 
jourd'hui Corfou. 

COM»AY WAMMmNT [de-dar-mon] (Charlotte), 
jeune ftlle, petite-niece du grand Cornetlle, nee aux 
Champeaux (Crne) en 1768; elle poignarda Marat 
dan* un bain, pour venger, disait-elle, le mal qu'il 
avait fait aux Girondins, et fut executeo le 17 juil- 
let 1793. 

CevdeUem, nom que 1 "on donnait en Prance, arant 
la Revolution, a rordrereligieux des Freres mineurt 
ou Fraaoiseains. V. nuNCUcaiMs. 

Cardellers) (club des), club fonde par Dan ton, 
Marat et Camille Desmoulins dans 1'ancien couvent 
des Cordeliers (actuellement matte Dupuytren), en 
1790 ; il se fondit bientot avec celui de« Jacobins. 

C4JBDBM. ch.-l. de c. (Tarn), arr. de Gaillac ; 
1.800 h. (Cordai*). Patrie de Uttre. 

COKB11XJUUC V. Andes. 

©•*s>OBA, t. de laRepublique Argentine, au pied 
de la sierra de Cordoba; 47.600 h. Grand commerce. 

C#BjB>©PA1¥ (tour de), phare elevA sur un Hot 
rocheux a rembouchure de la Gironde. 

€*««»«IM, v. d'Bspagne, cb.-l. de prov., sur le 
Guadalquivir ; 68.300 b. (Cordouam) ; ancienne capit. 
de la dynastic des Ommiades ; admirable mosquee 
transform** en cathedrale. Patrie de Seneque, Lu- 
cain, Averrhoes, Sanchez, Gongora. — La province 
de Cordoue a 456.000 h. 

COBB. V. Antmow. 

COMJam, presqu'ile montagneuse entre la mer du 
Japon et la mer Jaune ; elle forme un royaume lndc- 

Sandant ; superf. 218.660 kil. c, y comprls l'lle de 
uelpaert : pop. 6.700.000 b. (Cortens). Gap. Sioul. 

COMJEB (tUtroit de), entre la Core* et le Japon ; 
il reunit la mer Orieatale a la mer du Japon. 

©•mrOfJ, anc. Corcyre, Tune des lies Ioniennes ; 
126.000 b. ; a la Grece. Capit. Corfou ; 18.000 h. (Cor- 
fiotee). Climat tres agrcable. Vlns et fruits. 

C*MUlf2VB« femme poete de l'ancienne Grece 
(v« siecle av. J.-C). 

C*rim«, heroine ct titre d'un livre celebre (1807), 
ou M"« de Stael. Relevant a la hauteur de r epopee, 
celebre les grands hommes et les chefs-d'oeuvre de 
ntalie. Corinne est rcst£e le type de la femme aux 
idees poetiqucs et animee des plus gealreux scrt- 
timents. 

COBlirrtUB. une des cites les plus florissantes 
de l'ancienne Grece (Peloponese), rivale d'Athenes 
et de Sparte. Elle fonda de nombreuses colonies 
dans la Grande-Greee, et fut detruite par les Ro- 
mains en 146 av. J.-C. Aujourd'hoi, port sur le golfe 
de Corinthe, pres du canal de Corinth*, qui traverse 
risthme du memo nom, par ou se relient la Grece 
continentale et la Moree; 14.600 h. (Cor iru Mens). 

C—4m»hm (le Sitae de), petit poeme de lord Byron 
(1820). 

COmiOLAH, celebre general romain du v« siecle 
av. J.-C. Apres avoir rendu de brillants services a 
sa patrie, il sattira la haine de la plebe, qui refusa 
de le nommer consul. Accuse plus tard par les tri- 
buns du peuple, il fut condamne a 1'exil. Refugie 
ches les Volsques, ennemis des Romains et qu'il 
avait autrefois vaincus, il vint camper aux portes 
de Rome. Le Senat et le peuple epouvantes lui en- 
voyerent vainement plualeurs deputations pour le 
flechir, et 11 6tait sur le point de saccager Rome, 
luand il se laissa enfln toucher par les prieres et 
ies larmes de sa mere Veturie et de sa femme Vo- 
lumnie. Bn liUerature, on fait quelquefois allusion 
a cette revolte de l'orgueil offense. 

C*t4»Um, tragedie en cinq actes, de Shakspeare. 
magniflque peinture du caractere du heros romain 
(vers 1608). 

eomiOU ou C4MUOUBB, ancienne ville d'ltalie 
(Latium), capit. des Volsques. 

COMM, ville d'Irlande, ch.-l. du comte de Cork 
(prov. de Munster), port sur 1'Occan: 76.000 h. Le 
comte a 437.000 h. 

CBBXAY (/*], ch.-l. de c. jCotes-du-Nord), arr. de 
Loudeac, sur le Corlay, affl. du Blavet ; 1.B00 h. 

> [me, 11 mil.], eh.-l. de o. (Bute). 



le 




j - COR 

arr. de Pont-Audcmcr, sur la Galon ne, affl. de la 
Touques ; 1.200 h. (Cormeillais). 

CBBJWIfllf (Louis de), homme politique et pu- 
blioiste francais,>ne a Paris. Ses pamphlets, sign6s 
Timon, diriges oontre les excee reactionnaires du 
gouvernement de la Restauration, puis du regno de 
Louis-Philippe, eurent une influence considerable 
sur la formation de l'esprit liberal (1788-1868). 

COBBMMTAIfiXB [tb-gne] (Louis de), celebre in- 
genieur militaire francais. ne a Strasbourg, conti- 
nuateur de Vauban (1686-1762). 

C*)BUfAA#, illustre famille patricienne de Ve- 
nlse, d'ou sont sortis plusieurs doges et Catherine 
Cornaro (1454-1510), femme de Jacques de Lusignan, 
dernier roi de Chypre. 

COBUVBIXUB [ne,ll mil.] (Pierre), lepere do la tra- 
gedie franchise, ne a Rouen. 
Pils d'un avocat general, il fut 
destin6 au barreau, qu'il suirit 
quelque temps sans gout. II 
ahandonna bientot cette car- 
riere, se lanca dans le theatre, 
d'abord avec la protection de 
Richelieu, et fut le veritable 
oreateur de I'art dramatlque en 
Prance. Ses plus belles trage- 
dies sont : le Cid( 1636), Horace, 
Cinna, Polyeucte, Rodogune, 
et une comedio, le Menteur. 
Vers la fln de sa carriere , il 
publia des tragedies : Agieilas, 
Bophonisbe, Hiracliue, Attila, etc., auxquelles fit 
tort une intrigue trop compliquee et obscure. Dans 
ses vers 6nergtques, parfois sublimes, il peignit les 
hommes tels qu lis devraient etre : vertueux, vail- 
lants, mus par les sentiments les plus eleves, triom- 

Ehant par fa force de leur volonte des passions qui 
i» entralneraient rers le mal. Sa vie fut vouee tout 
entiere k la culture de son art, et ses dernieres an- 
nees s'Acoulerent dans la gene et dans la tristesse. Sa 
pension lui fut meme retiree un moment, et nelui fut 
rendue que sur l'intervention de Boileau (1606-1684). 

CsnMiUe (etatue de), par David d' Angers, a Rouen. 

COsllfBIIXB (Thomas), frere du precedent, poete 
dramatique, ne a Rouen ; auteur d'Ariane, du Comlt 
fBssex, du Feetin de Pierre (1625-1709). 

<JOBUfSl.IB Ut], fllle de Scipion l'Africaia et mere 
des Gracques. Restee veuve avec douze enf ants, elle 
ne conserva qu'une fllle, qui fut mariee a Scipion 
Bmilien, et deux flls, Tiberius et Calus Gracchus, 
fameux par leur genie, leur courage et leur des ti nee 
tragique. Femme d'un caractere viril et d'un esprit 
cultive, Cornilie les eleva avec le plus grand aoin et 
leur insplra de bonne heure l'amour du bien public 
et du peuple. la passion de la gloire ct des grandes 
entreprises, leur demandant parfois si on 1'appeUe- 
rait toujours la fllle de Scipion et jamais la mere 
des Gracques. Une ricbe patricienne de la Campanie 
etalant un lour derant elle ses joyaux et ses orne- 
ments precleux, et lui demandant a voir les siens. 
Compile lui presenta ses enfants : Voila, dit-eile, 
me$ bijoux et me* ornemenu. 

C mrnmiUet «4 m— sUs, groupe en marbre de Cave- 
lier (1855); - de Clesinger (1861). 

c*smi«Buv« ttmrom. v. Ntroi. 

C«KMBR.ICSJ fuss] (Pierre de), peintre allemand, 
n6 k Dusaeldorf. 11 excella dans l'execution de fres- 
ques immenses d'un caractere savant et philoso- 
phique (1788-1867). 

C«BJr«UAlLLB [a, 11 mll.J, aneien pavs de la 
Bretagne (hab. Cornouallais); v. principalc Quimper. 

COmif*VAiLX£S. v. Cornwall. 

CObUIIJKE. (Anne- Marie Bioot. dame), femme 
francaise. celebre par son esprit, ct donl le salon 
fut tres rrcquente par les beaux csprits ct les sa- 
vants du xvu« siicle (1605-1694). 

C««JTC« [nu], ch.-l.de c(Aveyron), arr. de Saint- 
Aflriqu e; sur la Sorgues, s.-aftf. du Tarn : 1.100 h. 

COsRSrVTUB [tu*$], philosophe stolcien, le maitre 
et l'ami de Perse et de Lucain. 

comirwAi.1, rouar j ou comxovaiujm; eomte 
au S.-O. de l'Angleicrre; 323.000 h. Ch.-L Bodmin; 
v. pr. : Launc—ton et Falmouth. 

C*M!VWAl,i,i« [noua-lise] (Charles), general an- 
glais. II capltula k Yorktown pendant la guerre 



Digitized by VjOOQlC 



COR 



— IM4 — 



COR 




d*Amerfque (1711), soumit Tlppo-Salb (1792) ei re- 
prima U rebellion do rirlande en 17M (l7»-i«01). 

COTMMHVB (La), v. d'Bspagne, 
eb.-l. de prov.: 44.000 h.; place fort* 
port sar lAtUotiaoe. — La pror. 
de 1* Corogne a 94.000 h. 

€*mmWkMWMM, (cdte de), eOie 
orientate de Tlnde, sur le golfe du 

OMtl. v. de Moree ; 84100 h. 
Port sur le qolfe de Coron (ale- 
diterranee). Raisins sec*. 

COB«l«BB r ni\, v. de Boo tie. eele- 
bre par la victoire d'Ag eeilas ior 
lea allies greet [194 av. J.-C.). 

€•»•» [ro] (Jean-Baptiste), cele- fjll , 

bre paysagiate francais, ne a Paria """' 

(1798-1175). II ae distingue par la serenite de aea 
dels, par l'ldealisation de la nature vraie. 

CwfwttUH. Sooa l'ancien regime, lea corpora- 
tion! etaient dea aasociationa d'indivldua exercant 
la mime profession, dana une localite ou dans uo 
district, el dont lea membres etaient reciproqoement 
Ilea par certains droits et par certaina devoirs. Le 
caractere coram un de cea Institutions supprimees 
par la Revolution fut, a parti r du mnyen Age, de 
faire dependre I'exerclce d'un etat quelconque de 
conditions plus on moina tjranniquea et de tenir les 
travail leurs su baiter ne* dana une Iourde oppression. 
L'apprentiaeag e, le eompagnonnage. la confection 
d'un chef-d'oeuvre ou piece difficile du metier, l'ao- 
quisition de la mattrise, l'esprit excluaif qui animait 
\tsjurandes, l'ob ligation pour le maitre de ne ja- 
mais faire oTautre travail quo celui de son metier, 
constituaient autant d'entraves aux progrea de l'in- 
dustrie et a la liberte. Aujourd'hui, les ouvriers peu- 
vent bien s'associer, mai* il n'ya aucun rapport entre 
les corporations de l'ancien regime et les syndicats 
actuels, dont les membres. volontairement groupes, 
n'ont d'autre but que la defense de leur profession. 

COR** \korl ch.-l. de c. (Isere). arr. de Grenoble ; 
1.100 h. (Pelerinage de la SalcUe.) 

C«rpsM» mot latin qui signifie cory$, et que lea 
savants emploient pour designer un recueil complet 
de documents d'un genre donne. Lea plus celcbrea 
de cea recueils sont : le Corpus juris civilis (Droit 
civil romain), le Corpus juris canonici (Droit cano- 
nique),le Corpus inscriptionum 
grmearum, ou rocueii des ins- 
criptions grecques publie par 
1' Academic de Berlin, le Corpus 
inscriptionum lattnarum. pu- 
bl!6 par la mime compagnie, 
et le Corpus inscriptionum 
umtiticarum, publie par notre 
Academic des Inscriptions. 

COltKBClE (Antonio Alue- 
ori, dlt le), oeiebre peintre ita- 



llen, n6 a Correggio. II fut 
l'emule de Raphael. Si ce der- 
nier peignit trune (aeon plua 




exquise les effets des passions, s ^' 

le Correge lui fut auperieur dans la maniere de ren- 
dre les effets exterieurs des corps, et il perfectionna 
la pcinture en ajoutant l'elegance a la vdritd et a la 
grandeur (1494-1534). V. AncKio son pUlort (Part. r). 

CtJaajtB4iC»i«> \re-djo), v. d' Italic, prov. de Mo- 
d^ne ; 12.800 h. Palrie du Correge. 

COnmimB (la), riv. de France, qui nait dans Ic 
massif Central, arrose lc dap. de la Corr^xe. passe 
a Correxe, Tulle, lirivc et se Jctte dans la Vcxcrc 
(riv. g.); cours. 85 kil., non navigable. 

(OHmitR [dtp. de la), dep. forme par le Li- 
mousin ; pref. Tulle; H.-pref. lirivt, Ussel ; 3 arr., 
'28 cant.. 288 comm.. 318.500 h. (Corriziens). 12* r*- 
uiun railitairc ; cour d'appel de Raom ; eveche a 
Tulle. Ce d£p. doit son nom a la riviere qui 1'arrose. 

t'OBUtElE, cb.-I. dc c. (Corrizc), arr. do Tulle, 
sur la Correic; 1.800 h. (C'orrdxie/u). Ch. de f. Orl. 

COlUUEJrTBSJ fr»'-w-le*»\ v. de la Republique 
Argentine; 16.200 h., ch.-l. d*une prov. de 293.500 h. 

tWmkrm [se-re] (le). poeme de Byron, ou 1'auteur 
■ est pelttt sous les traits du heros, aventurier qui 
cbercne 1'oubli dans I ivrcsse des combat* (1814). 




C«rwO>c (le), opera-comique en trois actea, pa- 
rolea de La Chabea u saicrc, mutique de Deiayrac, 
et l'une de aea meillenrea productions (17*3). 

COMB (tie de\ dana la Meditemnee, forme aa 
dea 87 dep. de la Prance: pref. Aj*ceio: a-pref. 
Bastia, Calvi. Corte, Sartene; 5 arr., C2 " 




3(>4 comm.; 29S.6O0 h. (Curses). 15* r^ajton militaire; 
cour d'appel a Bastia, Avdcbe a Aiaccio. Lile de 
Corae fut cedee par lea Genois a la France en 1761. 

COBUiB (oap). cap au N. do I'ile de Cone. 

CtBTAMKBT [tan-ler] (Pierre-Francois-Bu- 
gdne), giograpbe francaia, ne k Toulouse (1805-1881). 

COMTB (tt), ch. 1. d'arr. (Corse), pres du coaftaeat 



Digitized byLjOOQlC 



COR 



— 1245 — 



COT 




do la Restonica ot du Tavignano. dans un site tres 
pittorcsque, a 84 Ul. N.-E. tfAjaccio ; 5,600 h. (Cor- 
tenuis). Commerce de marbres, pates, fruits, vins. 
— L'arr. a 16 cant., 108 coma., 62.000 h. 

C^RTEBKAI. [Gaspard et Michel), freres et na- 

vigateurs portugais da commencement du xvi* i. lis 

apencurent la Labrador, Terre-Neuveet le Groenland. 

€«•*£•• nom donne en Espagne et en Portugal 

aux Assemblies legislatives. 

CORTKI [its'] (Fernand). capitaine espagnol, 
conquerant du Mexique.nea Medcllin(Estremadurc). 
mort pres de Seville. Les sei 
vices qu'll a rendus a sa patrie 
et, indirectement, aux sciences 
greographiques ne doivent pas 
i aire oublier les cruautea dont 
il se rendit coupable envers les 
Azteques vaincus (v. Guatimo- 
zw) [1W5-1W7J. 

CORTOIVB (Pierre de), pcin- 
tre et architecte toscan, ne a 
Cortone, artiste facile et bril- 
lant (1506-1669). 

COBTONB, t. d'ltalie, au 
dessus de la Chiana, tribu! coru« 

du lac Trasimene; 36.500 h 
Vigncs et oliviers; marbre. Patrie do Coilone. 
CORTOT [to] (Jean-Pierre), statuaire francais, ne 
a Paris, talent correct, mais un peu froid; auteur 
du Soldat de Marathon (1787-1843). 

COKV» (Mathias), ne a Klausenburg en 1443, roi 

% de Hongrie de 1458 a 1490. II fut non seulement un 

vaillant guerrier, mais un legislateur et un protec- 

teur des Tettres ; il donna a la Hougrie de nombreux 

privileges et fonda l'universite de Bude. 

COBVIN vm (Valerius Mxssala). orateur romain. 

ami d'Horace, ne a Rome 69 av. J.-C. — 9 ap J.-C). 

COmviftAJlT [sor], medecin francais, ne 4 Vou- 

ziers. II fut le medecin prefer* de Napoleon I", qui 

le fit baron en 1805 (1755-1821). 

COBSOLA ou CVIMIA, fie autrichfenne de la 
mcr Adriatique, pres des cotes de la Dalmatie; 
20.000 h. Cb.-l. Cursola, 10.000 h. ; siege d'un evechc ; 
belle eathedrale, port, chantiers de construction. 

COO ou liO, lie de la mer Egte. une des Spo- 
rades; 10.000 h. I 

COOA08JBO[sa-/ 
forment, au S. de 
la Russie, en Tur- 
kestan et en Sib 
rie , des colonies 
militaires ou »tt 
nittas, reparties en 
groupemeots a la 
tete de cbacun de 
quels se trouve un 
hetman (ataman). 
lis fournissent a 
l'annee russe ses 
mellleurs cavaliers. 
COSBLEY. v. 
oTAngleterre (com- 
te de Stafford ) ; 
32.000 b. 

COMifZA {sin 
ville du royaume 
d'ltalie, ch.-l. de la 
Calabre Citerieure, 
ou province de Co- 
$tn%a, sur le Crati. 
tributaire du golfV 
de Tarenle, au connueni au uusento : luw n. Aiaric 
mourut sous les murs de eette ville en 410. — La 
province de Cosensa a 470.000 b. 
COME [taint). V. Comb. 

1«MHB (Jean Baskilhac, dit le Frhre), religleux 
et habile cbirurgien, ne pres de Tarbes (1703-1781). 
C o w [kotM-tnou] ou Description physique da 
mande, ouvrage resumant l'ensemble des connaU- 
saoces humaines sur la physique du globe, par A. dc 
Humboldt; on y remarque des pages de descriptions 
magniflques (1845-1858). 

COMB [M-rtel. ch.-l. darr. (Nicvre), sur la Loire, 
au couflucnt du Kohain ; ch. de f. P.-L.-M. ; a l>3 kil. 




Co>tqu«». 



N.-O. dc Nevers; 8. GOO h. (Cowiois). L'arr. a 6 cant., 
03 coram., 08.800 h. 

conme, ancienne famiHe francais? , qui a fourni 
troll warechaux; le dernier, Charles d© Co*»e- 
liriHonr. m. en 1621, rendit Paris a Henri IV (1594). 

(Omne-lkvi view \vi-in], ch.-l. de c. (Mayennc), 
arr. do Chateau-Gonticr. 
pres dc lOudon, ai'll. de la 
Mayennc ; 2.700 h. Kla- 
uclics. 

C'ONTA DE HI llltl- 
<;AHD \bd-re-ijhar\ (Char- \ 
leu-Albert), historien fran- 
cais, membre dc 1' Acade- 
mic francaise , ne a la 
Motte - Scrvolex (Savoie ) 
en 183b. 

(ONTA-KK %. petite 
rcpublique de l'Amerique 
centrale; 48.510 kil. carr. ; 
323.000 h. Capit. San-Jose, 

< OMTKH \km-ltr] (Lau- 
rent), imagier de Harlem, 
a qui une legende hollan- 
daise attribue l'invention de l'imprimerie (1370-1440). 

rtVrE DE I'OK, territoire de la Guinue septen- 
trionale (Afrique), entrc la Cote d'lvoire (France) ct 
le Togoland allemand ; appartieut a 1' Angleterre. 

I-ote D'lYOIBE, colonic du golfe de Guinee 
(Afrique-Occidentale francaise). entrc la r^publiquc 
dc Liberia et la Cote dc I'Or anglaise. Centre prin- 
cipal Grand-Jiastam. Iluile do palme, acajou, caout- 
chouc, poudre d'or. 

COTE D'OK, chaine de collinrs de France do- 
minant a l'O. ]a vallee de la Saonc. qui donne *on 
nom a un dep. Elle est couvertc dc riches vignobief. 

cAte-D'OB (dip. de la), dep. forme par la Hour- 
gygne; prcf. iHjon ; s.-pref. Beaune, Chdtillan-tur- 




Armoirie* da Coa U- like*. 




Seine, Scmur; 4arr., 36 cant., 717 comra. ; 3G2.00O h. 
8« region militaire ; cour d'appcl et evechc a Dijon. 
Ce d6p. doit son nom a la chaine de la Cdtc d'fJr. 

Cs)TB-4BsVriB, nom d'un excellent vignoblo 
(Rhdnc), a 26 kil. de Lyon. 

cdTB-»AIWT-AMPi!E(/^), cb.-l. do c. (I«.-ro\ 
arr. de Vienne ; 3.900 h. Ch. de f. P.-L.-M. Vius blancn 
estimes. Patrie de Berlioz. 

COTKWTIlf \tan], nom donn* a la presqu'llc de la 
basse Normandic qui s avancc dans la Manchc (de- 
part, de la Manchc). Elevate de b«uf» renommeti- 

4'OTKO (Roger), mathOmaticien, physicicn et as- 
tronome anglais, mort a 34 ans. C e»t de lui que 



Digitized byLjOOQlC 



PcrirosGu. 

ii 



pi 



2£S 



COT — 1 

Newton diaatt : St « jtune htmnu e&t vicu, nous 
taurunu quelqut choie (1682-1716). 

c6tm-»V-RHM» (dip. de*), depart, forme par la 
Bretagne; pref. Saint- Brieve ; s. pref. Dinan. Gum- 
gamp, Lannion, Loudiae; I — - ** * 
ISO eomm. ; 610.000 h. 10* rei n mili- 
Ulre ; cour d'appel a Rennc 
a Sain t-Brieuc Ce den. doit 
a ta position sur la Maache, qui le 
baigne au Nord. 

COTIUUAC [gnak\ cb.-l. de c. ( Var 
arr. de Brignoles. pre* de L 
affl. de l'Argens ; 2.000 h. 

COTUf (faoM Charles), pi 
et ecrivain francais, ne a P 
1682). U a'etait point sans mti > i ui 
il fut en butte aux sarcasm d< Mo- 
litre et surtout de Bolleau Void le 
ion ironique sur lequel le mordant 
satirique le prend 4 partie : 

CoUb, ft •** MraMi, train**! toot- 

Paod A— A*W 4'u4it«un poor tiler i m ch*ir+ 

Owi aOpriM Calm *Wim poial « 
Et ■'•, Mloa CoUa, ni Duuf bi foi, 

Dana l'application,ces deu 
vert tt mordants sont dirh 
ecux qui ont la sotte pret--i.ti.-n de 
mettre lew nullite a l'abri dun nom i 
d'une chose generalement respcclee. 

COT6R Ue Pert Piern , jesuite 
francais, ne a Neroude, con 
Henri IV et de Louis XIII I 
On raconte qu'il reprochait au Bea 
nais de jurer souvent, et m 
rfiew (je renie Dieu). L'habilc jesuite proposa i 
de reinplacer cette exclajn.-iii<>n par jarnu 
renie Coton). La variante pint a Head, et le ju 
devint d*s lort a la mode. 

Cf>T06*AXI, terrible volcan ct l'un des plus haut 
sommets de la cordillere dee Andes (Republique de 
L'Kquateur) ; (.960 metres. 

COTTA (Aurelius), orate ur romain distingue, du 
i« giecle av. J.-C. Ciceron est i wait beaucoup son 
talent. 

COrair* [btu$], v. de Pi Brandebourg); but 

la Spree ; 39.500 h. 

COTT1IV (Marie Risteau. dame), i 
et romancicrc franchise, nee a 

COTTHJM [um], roi des 
Alpes Cottiennes, qui tircnl de lni lei 
au temps d'Auguste, un alii- fldek 

roUBUJI (Pointe de la), point* de la Cha 
Inf6ricure marquant l'cxtr mite .sfptentnonulc de 
l'cmbouchuro dc la Girondc 

C«VCIlB«-a.E«-MilfBf9, ch.-l. dc c. (Sa6ne-et- 
Loire), arr. d'Autun ; 2.500 h. Mines de fer. 

C OUCOI *0*, ch.-l. de c. (Ardeche), arr. de Lar- 
gentiere; 1.400 h. 

C#*JCY, nom d'une ancienne famille noble de la 
Picardie, qui avait pour devise : Roy ne suis, ne prince 
ne due, ne comte austy :je suis $ire de Coney. Les sires 
de Coucy furent par mi les adversaires les plus re- 
' doutablcs de Louis VI. — Raoul do OMiejr p«rit au 
siege dc Saint-Jcan-d'Acro (1191) pendant la troi- 
sicme Croisade. 

COUCY-LB-«fflATBAU \td], ch.-l. de c. (Aisne), 
arr. de Laon ; 700 h. Ch. de f. N. C6iebre chateau 
(monument historique). 

IOt»EB [Her] (Louis-Charles-Auguste) , peintre 
d'histoiro francais, ne a Paris (1790-1873). 

COUPBA Y- SAINT - GBBMBR [dre-sin-jer-mi] 
(Le), ch.-l. de c. (Oise), arr. de Beauvais; 500 h. 

COl'JKfHVOJI [kou-t-non] lie), fleuve cotior de 
France, qui a sa source dans la Mayenne et son em- 
bouchure dans la baic du Mont-Saint-Michel, oil il se- 
pare la Normandie dc la Bretagne ; 90 kllom. La con- 
struction de digues dans son cours infirieur aarrete 
ses divagations qui avaient donne lieu a ce dicton : 

L« Couttnon, par mi Toll*, 

A mil U Mont »n Norm»ndi«. 

l»tHE, ch.-l. de c. (Viennc), arr. de Civray, 
pres dc la Dive, s.-affl. de la Viennc ; 1.800 h. Ch. de 
f. Orl. 



cou 



C+rtBA, ch.-l. de e. (Aude), arr. de 
confl. de U Sals ei de 1' Aude ; 1.100 h. Chu 4ef.lL 

vmvtJknvmm (PhUippe-EmmanaeL w ar e nii dt 
gentiihomme ne a Paris, coucia et ami «ie M«* at 



COTES DU NORD 




. 1 — . fc, - — Sl 



Sedgnc ; il eomposa dc j olios chansons (|6B-trl*]; 
sa femme, m. en 1723. fut une des fenimes lea piss 
distinguecs du xru« s. EUe a laiss^ des lettres oes 
spirituelles. 

roiL^GKN-i,«-vUKI«E, ch.-I. de c. (Toaaei 
arr. d'Auxerre; 1-000 h, Vins estimes. 

< oi i. A^<-r.«-«i n-» 0>>E, ch.-l. de c tToaae 
3rr. d'Auxerrc; 'XNJ h. Ch. de f. P.-L.-M. 

COtI.MlKH.fl [tni-t\ eomm. du Loiret, cant, de 
Meung-sur- Loire ; 400 h. Victoire du general <TA« 
relle de Paladines sur les Bavarcds de ron derTaxa 
l» nor. i«70i. 

(OiLOMH \ion] (Charles- A uguste *#e\. savaar 
phvsicicn francais, ne a Angoul*meT inTenteur e> 
la balance de torsion (173G4806). 

coitomiiBRi [Mi-4l ch.-l. d'arr. {Setae** 
Marne'i, Bur le Orand-Morin, affl. de la Manie, c*. 
d- i. E., a 47 ail. N.-K. de Melun; 6.S00 h. {Cmhmt- 
riem). From ages de Brie. Patrie de Barbier. LVr. 
a 4 eant.. 77 comm : St. 100 h. 

Sevres), arr. de Niort. tout pres de TAutise, affl. de 
la Sevre Niortaise: 2.400 h. Ch. de t E. 

€OUMAJMIIE ou liOUMASfllE [${], v. de Gaia^e 
(colonic angl. de la Cote de l'Od, eapit. des Achaa- 
tis ; prise par les Anglais en 1874 ; 25.000 h. 

COl'MOUIf*OI7KOfl [run] (Alexandre), bonuse 
politique grec (1812-1883). 

COfJIlANl, localite du B re sit, dans la partie de ts 
Ouyane longtemps contestee entre la Prance <4 le 
Bresil. 

COVI*BaxIN (Francois), organiste et composites 
francais d'une grande origina- 
lite, n* a Paris (1668-1733). 

COUPTKA1X, ch.-l. de c. 
(Mayenne), arr. de Mayenne ; 
sur la Mayenne ; u>0 h. 

Cotiras;* bb Hit* ire He), sta- 
tue de Paul Dubois (mausolee 
de LamoriciL-re . a Nantea , 
jeune guerrier f*tu a l'antique, 
d'une physionomie pleine dcy 
resolution et de douceur. \ 

COU8AJAII jo i (Louie), his- 1 
torien d'art ct critique fran- 
cais, ne a Paris (1841-1896). 

COCBHET [be] (Giutavej. 
celebre peintre francais, n& a Oruans, chef de I'ecole 
r^aliste; il fut exile en 1871 pour •* partieipaUoa a 
la Commune; m. en Suisse (1819-1877). 




C«»rbeL 



Digitized by VjOOQIC 



cou 



— 1*47 — 



COV 



CMSMT (Andre-Anaiole-Protper), Yioe-amlral 
francais, ne 4 Abbeville, n s'est 
distingue par ses rapldes et bril- 
l&nts succes (1827-1885). 

COfJBBBVOIB [cot], ch.-l. de 
o. (Seine), arr. de Saint-Denis, 
sur la Seine ; 2B.B00 h. (Cowee- 
voisiens). Ch. de f. O. An rood- 
point de Courbevoie s'eleve la 
Difense de Paris en 1870, groupe 
de Barrias. 

CACaCBLLB-IBNBUIL 
(Jean-Gustave), economiste fran- 
oals, ne a Seneuil (Dordogne) 
[1818-18981. ft-A-L 

B**AV!VIB, ch.-l. de c. (Charente-Inferieure), arr. de 
La Rochelle ; 1.100 h. 
cormo. v. Kouao. 




MBBB (Paul-Louie), eradit et 

Bubliciste francais, ne a Paris: ses pamphlets po- 
tiques sont mordants et brillants et sa corres- 
endanoe est pleino d'esprit. On lui doit une belle 
iduotioa de Daphnis t Chloi. 11 fttt assassine par 
son garde-chasse (1773-1825). 

COUKLAJTBB, pror. de la Russie d' Europe, au 
sud du golfe de tun ; 671.000 h. ICourUmdau). Ca- 
pital Mfittau. 

COUBdtOT [no] (Antoine-Augustin), savant mn- 
thematicien francais, anteur de beaux travaux de 
tnecaniqu e. ne a Gray (1801-1877}. 

COUBOHWB, constellation de l*hemisphcrc boreal. 

Cowobm* {Discottn contre Ctisivhon sur la), ha- 
rangue celebre d'Bschine, prononcee contre Demoe- 
thene ; la premiere partie est un excellent plaidoyer ; 
la deuxieme, vive et brillante, est surtout le dis- 
cours d'un sophiste (330 av. J.-C.). 

C*«r*mi« (Discours pour Ctisxphon tur la), admi- 
rable plaidoyer de Demosthenc. dont le genie vlc- 
torieux fit condamner a l'exil Eschino, son adrer- 
saire (330 av. J.-C). 

€ ■ — ■■« {Pour la), drame en cinq actes et en 
vers de Francois Coppee (1895); ceuvre interessantc, 
forte et de large envergure. 

CmumhmiI de la Vter*e (le), chef-d'oeuvre 
de Fra Angelico (Louvre) ; vaste composition dont 
le sujet central rtunit plus de 50 person nages et est 
entoure de sept medallions representant les Mira- 
cle* de saint Dominique. 

COCHPiBUB, ch.-l. de c. (Puy-de-Ddme), arr. de 
Thiers, au conn, du Couxon et de la Dore ; 8.709 h. 
Ch. de f. P.-L.-M. Eaux minerales. 

COnui, comm. du Rhone, arr. de Villefranche, 
pres de la Tram bouse ; 5.500 h. Cotonnades, machines 
a tiuer. 

COOMAJf , ch.-l. de o. (Aude), arr. de Narbonne : 
sur l'Aude; 3.850 h. Ch. de f. M. Vins. 

COUBJMCitoCLBft. ch.-l. de c. (Alpes-Maritimes), 
arr. de Orasse ; 400 h. 

COVBJMftB-LBB-CABJMUBB, ch.-l. de C. 

Slfonne), arr. d'Auxerre; 1.100 h. Carrieres de pierre 
etaille. 

COCET BB OBBBLUf [hour], ecrivain francais, 
ne a NImes (1725-1784). 

COUBTBB AY [ne\. ch.-l. de c (Lotret), arr. de 
Montargis, sur le Bled on Clery. affl. du Loing: 
2.800 h. Ch. de f. O. Beroeau de l'Ulustre famille fr. 
de Courtenay. 

COCRTKXAY (famille de), l'une des plus Ulostres 
families francalses de la feodalite, prit une part 
active aux Croisades et donna trois empereurs k 
Constantinople, un roi a Jerusalem et des comtes a 
Bdesse. 

COWBTOLS BB BAJTBRAS [drdst] (GATnw de), 
ecrivain francais, ne a Montargis, auteur d'ouvrages 
historiques, memoires, etc., asses peu consciencieux 
(1644-1712). 

COUBTMB (La), ch.-l. de c. (Creuse), arr. d'Au- 
bnsson ; 1.150 h. 

COIIBTOII \toi) (Jacques), dit le Baaircvifno*. 
peintre de ba tallies, d'un talent Ires original, ne & 
Baint-Hippolyte: se fit iesuite (1621-1676). 

CBinsTBlB (Bernard), chimiste fr.. ne a Dijon; 
II a d econvc rt la morphine et riode (1777-1838). 

—————— [mbr], ch.-l. de e. (Orne), arr. 




d'Alencon, sur le Guerichet, affluent de la Sarthe ; 
1.000 h. Bestiaux. 

OtCBTBAl [tre], v. de Belgique (Flandre-Occid.), 
sur la Lys: 33.700 h. En 1302, 
les Francais commandes par JBjj Tat 

Robert d'Artois cousin de Phi- §M 
lippo lo Bel y furent defaits par |£P^^ 
les Flamands. JH _V}, 

COVBYILLB. ch.-l. de C. VbrV*^ ■< 
(Eure-et-Loir), arr. de Chartres ; %|pA \A^ 
sur 1'Eure; 1.800 h. (Courvil- 
laint). Patrie de Panard. 

COIJflrar (Jean), peintre, ver- , 
rier, desslnateur, graveur et ecri- 
rain francais, ne a Soucy ( Yonne) 
vers 1500, m. vers 1589. C'est un 
des plus remarquables represen- 
tants de la Renaissance fran- 
chise. II a point le tableau admirable le Jugement der- 
nier, et il a destine le tombeau de Philippe de Chabot. 

COCMlf (Louis), erudit francais, ne k Paris, pre- 
sident a la cour des Monnaies ; 
il dirigea le Journal dee tavantt 
(1627-1707). 

COUSIN dMvalle* (Charles- 
Yves), eompilateur et his tori en 
francais, nea Avallon (1769-1840), 

COVBlIf (Victor). phUosophe 
et homme politique francais. ne 
a Paris, chef de recole spiritua- i 
liste eclectique, auteur de l'ou- \ 
▼rage intitule : du Vrai, du Beau ■ 
etdu Bien (1792-1867). 

CmhIs p«bs (le), roman de 
Balzac (1847). Narrante htstoire 
d'un collecUonneur qu'on me- v r nu „„ 

prise tant qu'on le croft pauvre ; 
quand on apprend que sa collection vaut plus d'un 
million, on le recherche... trop, et il meurt depouille. 

C«m1m Best* (la), roman de Balzac (1847). Admi- 
rable peinture de caracteres : Bette, paysanne ter- 
rible qui devient une perrerse femme du monde ; les 
Marneffe, couple infame ; le baron Hulot, que la pas- 
sion degrade jusqu'a 1'avilissement. 

COVBIX - ■•IVTAVBAff ( Charles - GuUlaume ) . 
comte de Palikao, general francais, ne a Paris. II 
dirigea 1 'expedition de Chine en 1860, fut rainqueur. 
a Palikao et ■ 'em para de Pekin. II fut ministre de 
la guerre au debut de la guerre franco-allemande 
(1796-1878). 

COUMBY [ski ch.-l. de c. (Vosgee), arr. de Neuf- 
chateau ; sur la Heuse ; 600 h. Ch. de f. E. 

COVfrrBsj, nom de trois celeb res sculpteurs fran- 
cais : Nicolas (1658-1733), le plus 
celebre, Guillaumi pere, a qui 
1'on doit les fameux chevaux de 
Marly (1677-1746) et Otjillaumb 
flls (1716-1777). 

CBVTAHCBB. ch.-l. d'arr. 
fManche). a 28 kil.S.-O. de Saint- 
Lo ; pres de la Soulle canalisee («.- 
affl. de la Manche) ; 7.000 h. (Cou- 
tancais). Eveeh6. Commerce de 
bestiaux et de beurre- L'arr. a 

10 cant. 138 comm., 92.500 h. 
common (Georges), conren- 

tionnel.ne k Orcet (Puy-de-Ddme). 

11 formal t aveo Robespierre et 
Saint-Just une sorte de triumvirat. r^prima seve- 
remenl 1' insurrection de Lyon et fut d^capite apres 
le 9-Thermidor (1756-1794). 

COirrBAB [tra\, ch.-l. de c. (Girondej. arr. de 
Libourne. sur la Dronne. pres de son confluent avoo 
lisle ; 4.100 h. (Coutrasiens ou Coutrillons). Ch. de f. 
Orl. et Et. Victoire de Henri de Navarre sur le duo 
de Joyeuse (1687). 

COCTCBB (Thomas), peintre d'histoire et de 

genre francais. ne k Senlis, auteur des Iiumains de 
i decadence 1 1815-1 87°). 

CO KB A ( Alexandre-Jean, prince), n6 h Galatz, 
prince h6reditaire de Moldarlc ct dc Valachic. II re- 
gna sous le nom d'Alcxandre-Jean I*' de 18^8 k 1866; 
m. exil* en 1873. 

COVABRrBlAH Y USTTA [<J«] (Diego) Juris- 
ronsulte espagnol, n* a Toledo, Burnomme le Bar- 
thole e*pagnol( 1B12-1B77). 




(P*r«). 



Digitized by VjOOQlC 



cov 



— 1248 — 



cr£ 



, pacta oonelu entre let pretbyteriens 

d'Ecosse pour sauvefarder tour religion et leur 
Independence nationale en 1688, loraque Philippe II 
menacait l'Angleterre et la Reform e par sa fameuse 
Armada. La des traction de cctte flotte rendit la 
ligue sans objet: mait au siecle sulvant, lortque 
Charles !» voulut imposer aux Ecoatait lerit angli- 
can. le Covenant de IMS fut renouvele a Bdimbourg. 
Pendant let luttes entre le Parlement et Charles I", 
le* Ecottait. apr*s avoir conclu un nouveau Cove- 
nant avec 1' Astembl6e anglaise. llvrerent a eelle-ci 
le roi. qui s'etait refugi* au milieu de leur armee. 

roVBHTlIT \ven}. v> d'Angleterre , comte de 
Warwick, pres du Scherbourne; 70.000 b. Uorloge- 
rie, soieries. 

COVIMA [I mil.], Tille de Portugal (Beira), pres 
d'un affluent du Tage; 16.000 h. Draps. 

COVH.HAM [I mU.. ami (Pedro de), voyageur 
portugaisdu xvi« siecle. II visita let cotes de 1 Inde, de 
la mer Rouge et de l'Abyssinie. 

COWLBY [ka-ouAe] (Abra- 
ham), poete anglais, ne a Lon- 
dres (1618-1867). 

COWKB [ka-ou^per] (Wil- 
liam), poete anglais, ne a Great- 
Berkhampstead (1731-1600> 

Cf>XIB ou COICU [kok-ti] 




&*?%A 




Coy*«vox. 



(Michel von), peintre flamand, ne 
a Malines. II merita le surnom 
de Raphael flamand (1499-1892). 

C*mst, [koi-peT] (Noel). 
peintre francais, ne a Paris; 
brillant coloritte (1628-1707); — 
Antoinc, flls aine du precedent, 
ne a Paris, peintre d'histoire, premier peintre de 
Louis XV (1661-1722) ; ■- Norl-Nicolab. peintre ne 
a Paris, frere du precedent (1690-1734); — Cbarum- 
Antoinb. His d'Antoine, peintre d'histolre, ne a Pa- 
ris (1694-1762). 

COYfMCVOX [koi-ze-vok*] (Antoine), sculpteur 
francais, n6 a Lyon, auteur des Chevaux ailis et du 
Faunejouant de la flute, oeuvres / - *> 

aimables et bardiei (1640-1720). /-V' <-■■ 

C*BBB, cb.-l. de c. (Charen- M^**£l 
te-Inf6rieure), arr. de Saintes; MB 
1.600 h. Ch. de f. Et. 

t'RABBB, poete anglais, qui 
a fait des miserea et des souf- 
frances des pauvres un tableau 
reel et poignant (1764-1882). 

Oae *"»■• ••» petit cartel 
(Monsieur de), Jolie farce, tres 
amusante, de Collin d'Harleville 
(1791). Monsieur de Crao est 
reste le type du conteur ou plu- 
tot du menteur, qui ne recule 
jamais dcvant rinvraisemblance det faits qu'il 
raconte. 

CRACOV1B [vfl, v. d'Autriche (Qalicie), sur la 
Vistule; 91.500 h. (Cracoviens). Univcrsite autrefois 
cclebre. Cracovie fut la m6tropole et la residence 
det rois de Pologne. 

CRABfiBBBCBi. [feres] (Joseph van), peintre de 
l'ecole flamande, ne" a Bruxelles. II fut boulanger 
arant d'itre artiste ; on lui doit des oeuvres d'un rea- 
lisme bardi et charmant (1606-1662). 

C'RAMBR [mer] (Jean-Andre), poete lyrique, his- 
torien et roroancier allemand (1723-1788). — Son flls, 
Charlbs-FrbdAric, a traduit en francait la Metsiade 
de Klopstock (1762-1807). 

CRAMBR (Jean-Baptiste), compositeur et pia- 
niste allemand distingue ; a compost d'ezcellentet 
etudes pour piano (1771-1868). 

IMABPTOn (Th. Russell), celebre ingenieur et 
mecanicien anglais, invent«ur de la locomotive dite 
machine Crampton (1816-1888). 

C'RAffACH [rurfc] (Lucas), peintre allemand, a qui 
Ton doit de magninqucs cstampes (1472-1553). 

CRAXaCm [un], roi legendairc d' Athene*. 11 auralt 
et* successeur de Cecropg. 

CRAIVB (Walter), peintre et illustratcur anglais, 
n6 a Liverpool en 1845. 

CRAJVMBR [mtr] (Thomas), arcbevcque de Can- 
terbury, promoteur de la Reforme en Angleterre. 
br01« comme hcretique sous Marie Tudor (1489-1566). 



CSAJKll, v. de The— Me, pre* de Lariaa*. e& 

Antipater et Cratere deArent lea Athdaien* et act 
Etoliens en US av. J.-C. 

tmA«N (Anm), ch.-I. de c (Mayenne), atrr de 
ChAteau-Gontier, tur rOodon. aril, de la MayeeBf. 
4.100 h. (Craonnais). Ch. de f. O. Patrte de Vola*f. 
Blevage de pore* (race croonnoiMt). 

CMAtN (Pierre de), aeigaeur francais du xrv» sie- 
cle, qui tenta d 'ataaaainer Olivier de Cliason em 1191- 

CRAAltHB lbra-ne), ch.-l. de c. (AianeV. aur. de 
Laon ; 700 h. {Craonnais). Napoleon y -vaaaquit let 
Allies lea 6 et 7 mart 1914. 

CRAPOJnVB. ch.-l. de c. (Hante-Loire). arr. da 
Puy, pres de 1' Arson, affl. de la Loire ; 3.800 hu 

CRAl^snVB (Adam de), ingenieur francais, ne i 
Salon. D a donne ton nom an canal deatiae a fer- 
tUiaer la Crau (1619-1589). 

CmAJMiUtl [mat] (Luciua Udnlut), oratenr et 
consul romain (140-91 av. J.-C.). 

CRdllBfJB, triumvir avec Pompee et Cesar, at 
vers 116 av. J.-C., aaaaaaine en 53 av. J.-C. daw 
une entrevue avec le general dea Parthes qn*il etaii 
charge de combattre. Cetait un politieien iatereate 
et mediocre. Le roi Orodea lui coupa la tete. at 
fondre de Tor et le lui vena dana la V>ache ea d»- 
sant : « Raataaie-tol maintenant de ee metal, deal 
tu at ete si avide pendant ta vie. > 

CRATBRB, un dea generaux et amis d* Alexandre, 
gouverneur de la Maeedoine et de la Grece. coa- 
jointement avec Antipater; 11 fat vainqmear det 
Athenient a Cranon en 222 av. J.-C. ; nu en 321. 

CRATBB [te$$l phUotophe grec, de recole cy- 
nique, disciple de Diogene (rv« siecle av. g.-CJi. 

CRATlMfMl [noss], poete grec du r* siecle av. J.-C 
11 At representer aa premiere piece A I*ag;e do 61 ant. 

CVatvl* (le), dialogue de Platon, oO le phUotapae 
traite de 1'origine du langage (rv« siecle av. J.-C). 

CRAfJ [hr&] (la), vatte plaine caillouteuse et gese- 
ralement sterile dea Bouches-du-Rhdne, tr aieft e e 
par le canal de Craponne. 

CAAfAMT [van], eomm. de TYonne. arr. 
dAuxerre, sur rYonne; 1.100 h. Ch. de f. P.-L.-M. 
Victoire det Anglais tur lea Praneais (1423). 

CmAVBR [krt-ier] (Gaipard de), peintre t 
ne a Anvert (1584-1689). 

CMatfts dea *tr*m arsmmtmtm {Histoir* de l*\ 
par Haeekel, conference! tclentiflques sur la doc- 
trine de 1'evolution en general et cetle de Lamarck, 
Goethe, et Dararin en particulier. 

CBBBliLOII (Prosper], poete tragiqoe fraaeaa. 
auteur de pieces eatimables (A trie el Thyeste, fla«- 
damiste et Zinobie, etc.), mait oU le tragiqne toucht 
souvent a rhorreur, u6 a Dijon (1674-176S).— Son fib, 
Claude, romancier. auteur d'ouvragea de merite. 
mait gAtet par une licence vraiment exeestlve, ne A 
Paris (1707-1777). 

CRBCY-B1V.BRIB. ch.-l. de c. (Seine-e^lfarael 
arr. de Meaux, sur le Grand Morin, aftt. de la 
Marne ; 930 h. (Cricvit), 



arr. d* Abbeville, tur la Maye, affl. de 



ch.-l. de c. (Sonus*}, 
1.600 h. Philippe de Valoit y fut vaineu par 



c. (Sam 

la Mam 



cbe; 



Bdouard III en 1346. Patrie du cardinal Lemoine. 

CRBCY-aUR-*BRRE, ch.-l. de e. (Aitnet, arr. 
de Laon ; 1.900 h. Ch. de f. N. 

CRBPB1.D [kre-fifld'] ou KRKVBLa, v. de la 

Prusse-Rhenane ; 109.000 h. Industrie active, ma- 
tures, constructions mecaniquet. Defalte des Frao- 
cait par le due de Bruniwici (1758). 

CRSlL [Are-t. / mil.], ch.-l. de c. (Oise). arr. it 
Senlis. sur l'Oise; 9.100 h.{Creillois). Ch.de f.N.etO. 
Faience, verrerie : forges. 

CRBMA, v. d'ltalle (Lombardie), sur le Serio, 
affl. de l'Adda ; 9.000 h. 

CRBRiBt:, ch.-l. de c. Qsere). arr. de La Tour* 
du-Pin ; 1.900 b. Ch. de f. P.-L.-M. ; dans le canton 
se trouve la merveilleuse grotte de la Balme. 

ClftBsllBirx [^mi-c<<HAdolphe). avocat et homme 
politique francais, n6 a Nimet. U fut membre de la 
Defense nationale en 1870 (1796-1880). 

CRKHOIIE, t. d Italic, ch.-l. de prov. : 88.069 a.. 
pres du Pd; jadit renommee pour la fabrication 
des violons. En 1702, l'incapable Villaroi, chef de Ja 



Digitized by VjOOQlC 



CRft 



— 1840 — 



garnlson francaise assiegee, y tut fait prlsonnier 
par le prince Eugene. Let soldats chanterent : 

FraafaU, nwUs grit* A B*Uoa«, 
Voir* bo*b#«r m\ mm ifl i 
Voa* *vm eo m — rr* Cr*mea« 
El p*rd« voir* gio4r*l. 

Patrie dee Amail et des Guarneri, de Stradivarius, 
de Malpighi. 

CMBdH. ch.-I. de c. (Oironde), arr. de Bordeaux ; 
1.150 h. Ch. de f. M. Vlns. 

(VEPITi ei CKJBPllf IEW [ni-iri] {saint*), freres, 

S, irons des cordonniers, martyrises en Oaule en 
7. F«te lc 25 octobre. 

Cr <p— c ile *•• MiMiK (Le), drame musical en 
un prologue et trois actes. paroles etmusique de 
Richard wagner (1876). Cei ouvrage forme 
la derniere partie de la tetralogie de VAn- 
ruau du Nibelung. 

t fn&PY-BNHLAOMlfOM [la- 



CRI 



««»«,.-.. (la), riv. de Franco, qui prend sa source 
au sud du dep. de la Creuse, arrose Felletin, Aubus- 
son, Abun, Argenton et se Jette dans la Vienne (rive 
dr.) ; 240 kil., non navigable. 

CUl'fB (dip. de la), dep. forme de la haute 
Marche et d'une partie du Poltou, du Bourbonnait, 
du Limousin et du Berry; pref. Guiret, s.-pr. Au- 
buuon, Bouraaneuf et Bou**ac: 4 arr.. 25 cant., 
266 comm., 278.000 h. (Creutoi*). 12« r*gion militaire : 
cours d'appel et eveche de Limoges. Ce departement 
doit son nom a la ririere qui le traverse. 

CBBUME, fllle de Priam, premiere femme d'Enec 
et mere d'Ascagne. Bile disparut, raoonte Virgile, 
en fa yan t areo son marl pendant le sae de Troie. 

— — £ S0 j (Le)t ch _j de c (Saone-et-Lolre), 



noil, bourg de l'Aisnc, arr. de Laon; 1.650 h. 
Ch. de f. N. En 1544 y fut oonolu un traite 
entre Francois I" et Charles-Quint. 



-jffl* 



, ch.-l. de c (Oise), 

arr. de Senlis ; 5.300 h. Ch. de f. N. Ancienne 
capitale du Valois. 

cmBQCJl JJW], ancienne famille noble, origi- 
naire de rArtois, a laquelle appartiennent, 
entre autre* personnages : Cbarlks, marC- 
chal de\France sous Louis X1U ; forca le pas 
de Suse en 1629 ; m. dans le Milanais en 1638 ; 
— Francois, son flls, marechal de France, nc 
vers 1624, m. en 1687. 



3 CREUSE 



I M \D K E J A CRI 



i [krt-ckin] (Girolamo), ce- 
lebre soprano itallen (1766-1846). 

CBMCBirriOS [kr4*-*in-*i-u*t], tribun 
romain qui fit etrangler le pape Benolt VI et 
essaya de rttablir pendant quelques mois la 
Republique a Rome. II fut mis a mort en 998 
par rempereur Othon III. 

cmBMCiMnm [kre-rin] (Jean-Marie), lit- 
terateur itallen. un des fondateurs de l'aca- 
demie des Arcades (1668-1728). 

CSftMPI, nom de plusieurs peintres ita- 
liens distingue* (xvi« et xvii* s.). Le plus connu est 
1594-1680). 
r.V. Crept. 

[krtst'L ch.-l. de c. (Drome), arr. de Die ; 
5.600 h. (Creatoi*). Ch. de f. P.-L.-M. 

CHJZ4U0 [sum], dernier roi de Lydie, oelebre par 
ses riehesses (vers 660-548 ar. J.-C.). La renommee de 
ses riehesses, alimentees par les sables auriferes du 
Pactole, rendit son nom proverbial pour designer un 
homme comble des blens de la fortune. Lui-meme. 
enivre de son bonheur, demanda un Jour a Solon s'il 
connaissait un homme plus heureux que luL. Le sage 
athenien lui repondit que nul homme avant sa mort 
ne pouvait elre salue du nom d'heureux. Cresus 
l'eprouva dans la seconde partie de sa vie, car, apres 
avoir soumis l'Asie Mineure, 11 fut a son tour vaincu 
par Cyrus a Thymbree et fait prisonnier dans Sardes, 







Danikl (1 

CBBil 



sa capitale. D'apres la tradition, 11 allait 6tre egorge 
quand Tun de ses flls, qui etait muet, recouvra mira- 
culeusement la parole dans un elan de piete flliale et 



s'6cria : • Soldat ! ne tue pas Cresus 1 • Le rot vaincu 
fut neanmoins condamne a mort par Cyrus. Sur le 
bucher, les paroles de Solon lui revinrent a la me- 
rooire, et il prononca par trois fois le nom du legis- 
lates athenien. Cyrus, ayant demande la cause de 
ccs exclamations, fut emu de pitie, et, frapp* de cet 
czemple des vicissitudes humaines, il pardonna a 
Cresus, l'admit au nombre de ses conseillers et le 
recommanda, en mourant, a son flls Cambyse. 

CaJBTB ou CAMBIBLile de la Mediterranee. Elle 
forme, depuis 1898, un Etat autonome, sous l'admi- 
niatration d'un haut eommissaire des puissances 
europeennes, choisi dans la famille regnante de 
Greco ; 810.000 h. (Cr#oi» on CVmdto/es), pour la plus 
grande partie de nationalite et de religion grecques. 
Capit . La Can ie ; v. pr. Candie, 22.800 h. 

CmBrmfBAV-JOLT [nd\ (Jacques), historien et 
criUque franoais, ne a Fontenay [Vendee] (1803-1873). 

CKBVI1XT. ch.-l. de c. (Calvados), arr. de Caen, 
pres de la Seulles ; 660 h. 

raacs ou CRIII (rap de), cap a l'extremite 
N.-B. de 1'Bspagne. 



arr. d?Autun ; fonderics et usines ; fabrication de lo- 
comotives, canons, blindages, machlnes-outils, etc ; 
81.000 h. (Cretuotiru). Ch. de f. P.-L.-M. 

CBBWIB »B LBSiEm ( Augustin-Francois ) , 
litterateur francais, ne a Paris (1771-1889). 

CKBIWBUt [IserJ (Frederic), un des plus illustres 
savants de 1* Allemagne. n« a Marbourg. autour de la 
Symbolique ou le* Religion* de rantiquiti, bardie 
interpretation des mythologies antiques (1771-1858). 

CKBYAUX [vd] (Jules), explorateur francais, ne a 
Lorquin (Meurthe). n vislta laOuyane et fut tue par 
les Indiens Tobas [Ameriquo du Sud] (1847-1882). 

CBtBVBCOSim, comm. du Calvados (arr. de Li- 
sieux), sur la Vie, affl. de la Dives ; 460 h. VolaiUes. 

CSiEVBCOSUm [keur], ch.-l. de c. (Oise), arr. de 
Clermont ; 2.250 h. Ch. de f. N. 

CRIVEC<EIR (PhUippe de), conseiller de Char- 
les le Temeraire , puis de 
Louis XI ; mort en 1494. 

CKSVin [vi-4] (Jean-Bap- 
tiste), historien et helleniste 
francais.«6 h Paris (1693-1765). 

CmiCBTON \lcrik-ton'± (Jac- 
ques), gentilhomme ecoaaais, 
le Pic de La Mirandole de son 
pays (1560-1583). 

CKULR4»M[//mll..on]{Louis ' 
de), ne a Murs (Vaucluse), ce- 
lAbre capitaine, ami et compa- 
gnon d'armes de Henri IV, 
qui le proclama le premier ca- 
pitaine du monde. et qui lui 

ecrivit ec billet fameux apres la victoire d'Arques : 
Ptnd*-toi, brave Crillon. nou* a von* vaincu a Ar- 
que$, et tu n'y itai* pa*! (1543-1615). 

riUMBB [mi] (anc. Chertonese Taurique), pres- 
qu'tle au S. de la Rustic, sur la mer Noire, celebre 
par la lutte que la Russie y soutint contre la Tur- 
quie, la France. l'Anglcterrc et le Pit^mont (1854-1855). 
V. Orient (Question d'). 580.000 h. {Crimiens). V. prln- 
cip. : Stbastopol, Simferopol, Eupatoria et Baiaklava, 




Digitized by 



Google 



CRI 



— 1*50 — 



CRO 



^«VfSelne-lnf*rteure), am du Bant; i.MO h. 
Vita ffcS«l oucmnbl, indieMPenux-Rpuge.de 

-S^iSriS'JS 1 ^ comedic, d'origlne ita- 
Uenne?deTenu lo type du valet plaisant, mai. ef- 

fr g^3^^3U. comedic en un act* 

cdui " At •npotaoKr an 326 .ur uno accusation 
men.ongare de aft belle-mere Faugta. 

rVisud ( naiaii de). palai. tout en fer et en verre, 
crig* aHy^ePark , A Londre. pour rexpoMtton 
univer.elle de 1851, et transport* en.uite a Syden- 

to &fM W^ topfo connu de. trente tyran. 

un combat en e«sayant de reprcndre le Piree but 



t qui e.t re.tc Inacheve (iv« sieclc av. J 
cUtlqae *• la rato«i P«?»» ouyrag. 



le. verites d'ordre metaphysique. ... 

Crltiq.e «• la ratooa .ratl.ae, p urrage . pbU©- 
■ophique de Kant (1788). (Test le .y«t*me de morale 
le cet auteur, parhequel 11 retrouve, sou. forme «dc 
postulate, les verites tran.cendantales que laraiaon 

pU ^S;.. U .-%%« n ^ la dernier de. troi. prin- 
cipaux ouvrage. pbilo.opbique.de Kant Ce.t un 
traite .ur le Beau et le .ublime (11M). 

Orliloae t^a^ral* (E$$oi$ de), oeuvre importante 
de Renouvier, qui a exercc .ur U pen.ee philoio- 
Slque contemporaine une influence con.fderable 

CBITOLACS [law], philo.ophe perlpateticien 
du ii« .iecle av. J.-C. 

CKITOLAVS, general de U Ugue Acheenne, fut 
defait par Mumnuu. en 1*6 av. J.-C. 

CTAITOlf. richc Atbenien, disciple de Socrate. 

Oil** (le) dialogue de Platon. C'est un entreuen 
de Socrate avee Tun de «e. disciple., Criton. qui 
est venu le trouver dans sa prison et lui oflrlr de le 
rendre a la liberty Socrate y fait l'clogc du re.pect 
a la loi, meme injuste (iv« .iecle av. J.-C). 

CmOATlK-WLAVOWIK [HY, pay. de Hongrie. II 
compte, avee le. Confln. militaires qui y ont etc in- 
corpores, t.415.000 b. {Croatei). Capit. Agram. 

CROCO [krok], cb.-L de c. (Creuse). arr. d'Aubus- 
.on, .urlaTarder, afn. du Cher ; 1.000 h. (Croquant$). 
1m. On donne le nom de Crouades aux ex 



peditions entreprlses du xr» .iecle au xm» siecle par 
{•Europe chr6tienne contre l'Orientmusulman. Apres 
avoir repousse les Sarra.in., le. nations occiden- 
tals, trop a l'6troit chcz elles, redoutant de nou- 
velles tcntatives de la part de. infldele., et desi 
reusc. d'enlever a ce. dernier, la propYiete des 
Lieux Saint, prirent a leur tour 1 offensive lors 
qu'elles virent le. musulman» le. menacer au 
xi« si.'-ele en Espagne. en Italie et a Constantinople. 
Loin dVMrc une explosion de fanati.me, lea Croi- 
sados, a l'origine du moin», furent la revanche d une 
civilisation »ur une autre et »e trouvercnt favoris«o« 
en outre par les gouts brliiqucux et aventureux 
des seiKneurs qui les entreprirent. Des milhers 
d'bomme. «e levcrent de toute part au cri de Duru 
le veut! et prirent pour signe de rallieracnt et pour 
marque d'engagement irrevocable une croix d'6toff«- 
uur leur. vetements : de la, les noms de CroixSs, 
Croi»(ulcs. Au point de vue militaire et conquerant 
cc« expeditions echouerent, puisque le tombeau du 
Christ demeurn au pouvoir des infidMes, mais elles 
fun-nt, par ailleurs, eouvent fftrondes en r^sultat- 
sociaux. Elles mirent en contact pendant deux 
.iedes les Kuropecns et les Asiatiques, qiii. se con 
naUsant mieux, apprirent a moins se nalr; elks 




donnerent aux relation, commercial** l^J^** 
qui leur faitalt defaut depnui le> * nT *»*^" **T 

Sares; elles debarrassercnt 1'Europc <Tune Ma 
d'nventuriers; 
.11.- furccrent 
le. seigneurs, 
obliges de se 
procurer de» 
resource. p*»ur 
d'aus.i lointai- 
dcs expedition., 
a vendre leurs 
flefri ou k les 
mettre en gage, 
a octroyer 4 
leurs vassaux 
ou a leurs villes i 
des franchises 
ct a favo riser j 
ainsi indirectc- 
ment l'affaiblis- 
srinent du ser- ' 
vage, r emanci- 
pation des con»- 
rnunen, l'ac- 
croissement du 
pouvoir royal, 
lunite politique 
de la France ; 
enfin, elles 

exercerent sur les arts, lea science, et le* 1 
une influence k laquellc nous devon. les detix |« 
uue.rs en date de nos ouvrages historiques ; eesx fc 
Villehardouin et de Joinville. — Le Mtd c **"^ 
d' ensemble que nous pos&edions «ir lea O-J 
YHistoire dc Miehaud, est une narration _ 
mais dont l'erudition contemporaine a dtea»e 
resaltats sur bien des pointg de detail. L'Acade 
des in scri t» lions a entreprii* la publicatioo de tww 
les chroniques latincs , franques , arabe* , ars^ 
niennes, relatives k cette importjmte p«enode- 
Les Croisades eont au nombre de huit : 
if« t'n.i ; sdrfe (i09b-lW9). prechee par Pierre FEr 
mite etdecidec au concile de Clermont uaMiH^ 
fut l'objet de deux expeditions dininctes : la 1». *• 
rig^c par Pierre l'Eruiite et par Gaulier Saas-Avec, 
arriva derinu ,, e en Syrie, oO le sultan de Nieee Fester- 
inina; la seconde, pnissamment organise*, **e*?«* 
dc Nic*e, de Tarm-, d'Antioche et, endB, de Jerea- 
lem, dont Godcfroy de Bouillon fut proclaw* ra 
t* Vroisadt (1H-7-1 l*9i. prechee (<ar saiot BersarO. 
Conrad 111 ci Louis VII, le Jeune, qui la eoadaifi- 
r<-nt, mirent inutilcment le siege devant Daaai *> 
durent revenir en Europe. 

3c Croisarte( 11 89-11 92i, prechee pax Goillaame,^ 
cbev.'que de Tyr ct cautee par la prise de W»" 
If in par Saladin. Elle cut pour chefa Frederic B«t^ 
rouHse d'une part, et d'autre part Philippe AagBfttt el 
Kiehard Ci«ur de lion. Le premier se nova es <> 
lieic apres avoir priu lconium ; les seconds prira* 
Saint Jean d'Acre et (Trent la paix av« Saladia. 

v entente (1202-120*), prechee par Poolqae. « 
Neuilly, t-t entreprise par Baudouln IX. L e taattg 
Flandre, arriv6 ft Venise, se preparait k partir f*'^ 
1'Asie, liT«qu'il fut detourn* de *a route par le* ^^ 
niUcns.qui lui imposerent la conqu^tede Zara, f±* 
app.lo k Constantinople au seeours d'Isaac f Asrr 
fin per eur d'Orient, dctrOn^ par eon fr^re Alen* ' 
el que !<-<; Croist l s r^tablirent sur ie trte< 
reur £tant mort sur ces entrefaites, le* Crciettt-' r 
rent :i sa place Baudouin. apres avoir dera»^ j" 
\ tile et dctruit un grand nombre d^ merreillM sru* 
ttnuefl. Plusieur. dentre pui, notamment ViUeaw^ 
dutiin, recurcnt des llefs en Orient (en Bnto-"* 
.11 Roumauie et 1 en Grece). L'empire latin de Cbm 
Untinoplc dura ■•' ani (I20t-126l). 

\isade (121M221), aecctmplie par Jeas w 
Urienne, rol de Jerusalem, et Andre. II, roi deH.c- 
irrie. qui lirent en Egypte une incursion sans re-- ! 
lat contre les Sarrasi'ns. 

x- Cntttaile (li28-lS29). conduit* par Frederic H, 
h/ritier de .Tean de Brienne an trooe de Jtnt- 
■. i i. in. <et empereur obtmt [lacifiquemcnt dw .u^u 
,: i:..-\pt- un trait* lui livrant la ville winte. 

'trotetiie (12W-12S2), dirigee par Louif IX, ^ 
executiun d'un voeu. I^e roi Je France, aprvs U ^^ 



Digitized byLjOOQlC 



CRO 



— 1251 — 



CUL 



falte de la Mansourah, en Egypt*, dut abandonner 
.Damiette poor recouvrcr la uberte. 

8* Croitade (1270), conduit© par Louis IX, qui 
mourut devant Tunis pendant que les villes de Pa- 
lestine retombaient les unes apres les autres au pou- 
▼oir des Sarraslns. — La chute de Ptolemals, en 
1291. marqua la fln des Croisades. 

CMMWr [as] (Alfred), helleniste francais, n* a 
Paris en 1846. II a publie, avec son frere Maunica, 
ne a Paris en 1846, une remarquable Hittoire de la 
Htteratur e greoq ue . 

CBOISBTTB [ai-te] (cap)* cap des Bouches-du- 
Rhdne, au 8.-E. de Marseille. 

CROMIC [iik] (U), ch-1. de c. (Loire-Inferieure), 
arr. de Saint-Naialre ; 2.600 h. (Croitieait). Port sur 
TOcean ; eh. de f. Et. Salines, bains demer, pecheries. 

Cm*)MlC (pointe da), promontoire de la Loire- 
Inferieure, auN.de rembouchure de la Loire. 

CSOMDLIJBJi [ti, 11 mil.], ch.-l. de c. (Pas-de- 
Calais), arr. d' Arras, sur la Sense©, affluent de l'Es- 
caut ; 1.400 h. Ch. de f. N. 

CBOlSY [si] (Onesime-Arlsiide), sculpteur fran- 
cais, ne a Fagnoa (Ardennes) [1840-1899]. 

C*«i* *• for tOrdre de la), ordre militaire fonde 
par Frederio-Guillaume III, de Prusse, en 1818. 

CROIX mv rnvm, constellation de Hemisphere 
austral, sltuee entre le Navire et le Centaure. 

Cwix-v+mg* (ioctiUide la), societes qui, a la suite 
de la convention de Geneve (1864), se sont fondles 
pour soigner les blesses militaires. Leurs ambu- 
lances sont neutralities en temps de guerre. 

CKOIX-KOVMB (la), un des faubourgs de Lyon. 

CmOHWBUL [krom % -ou*r\ (Olivier), protecteur 
de la Republique d'Angleterro en 1653, chef de la re- 
volution qui fit perir sur l'e- ~-^. 
chafaud le roi Charles !•«■. G6- 
nie etrange, caractere com- 
pleze, a la fois illumine et 
calculateur, il fut un com- 
pose extraordinaire de gran- 
deur et do bassesse, do four- 
berie et d'enthousiasme , de 
foi sincere et d'hypocrisie, de 
cenerosite et de cruaute, de 
Eon sens et d'extravagance ; 
tous les coutrastes etaient au 
fond de sa nature orageuse, 
troublee par les passions po- 
ll tiques, par le fanatisme reli- 
gieux, par les violences de la guerre civile, par les 
soucis devo rants de l'ambition. Son gouvernement 
ou protectorst fut glorieux a l'exterieur pour l'An- 
gleterre (1599-1668). Villemain dans son Hittoire de 
Cromwell et Ouizot dans son Hittoire de la Involu- 
tion JAngleterre ont racont* la vie de oet komme 
celtbre, dont Carlyle a publie les Lettret et Ditcourt. 

OvaawolL, grand drame historique de Y. Hugo, 
esuvre injouable, mais dont la preface, res tee calibre 
comme theorie litteraire, fut une veritable declara- 
tion do guerre aux doctrines classiques adraises en 
matiere de theatre. Kile exposait les principes du 
drame romantlque, que Hugo allait appliquer dans 
Hernani et Marion Delorme (1821). 

O w will ravrsal 1« rercaicll 4e Charles !•', 
chef-d'oeuvre de P. Delaroche : musee de Nltnes (1831). 

CMMWBU, (Richard), fils d Olivier, protecteur 
apres son pore; il abdiqua en 1659 (1826-1712). 

CMOlffJTABT, v. forte de la Russie d'Europe; 
60.000 h. Port militaire dans une He, au fond du 
golfe de Finlande, a l'embouchure de la Neva. 

Cr ssjs w to (rivolte dee), insurrection des paysans 
ou croquantt&u Limousin.de rAgenais,du Quercy,etc. 
Provoquee par la charge excessive des impots, elle 
dura deux ans (1594-1196). 

Cv sjis mltmkm: Cast un de ces monstres legen- 
daires dont les nourrices epouvaatent leurs bebes. 
Autrefois il mangeait les peiits enfants, auJourd'hui 
11 se contente de les mettre au cachot, de Ieur don 
ner le fouet et, au besoin, de les faire devorer par 
des animaux feroces. 

cmOT#W«,v.de lane. Italie(Grande-Grece),patrie 
de Pythagore et de Pathlste Milon. (Hab. Crotontatet.) 

CK4>TOY [toi](U), coram, de la Somrae, arr. d' Ab- 
beville : 2.400 h. (Crotelois). Bains de mer. 

C6t*»Y ou CmetJY [krou-i], illustre famille fran- 
false dc Picardie. 




CromwtU. 



[sal (Antoine), riche financier francais, 
ne a Toulouse (1656-1788). 
CROBOTf, ch.-l. do c. (Finistere), arr. de Chateau- 
t'tle de Croton; 8.7f~ * ~ * 



lin, dans la pretqu't 

dines. Jolic plage dc sable a Morgat. 



J.700 h. Sel, sar- 

.-.-„ t. 
(la), tableau de Greuze, au Lou- 
vre, figure de flllette d'une naivete charmante. .. 

Oa«UUa»«ac, titre de divers tableaux, parmi les- 
quels nous citerons le Crucifiement'du Christ, ta- 
bleau d'Andrea da Milano (Louvre); — le Crucifie- 
ment de taint Andri, tableau de Murillo (Madrid) ; — 
le Crucifiement de taint Pierre, du Guide (Vatican). 

Cradle teissM, roman de P. Bourget (1885). 
Subtile etude de psychologic. 

CrmtmJtAcadimie delta), celebre societe litteraire 
fondee a Florence au xvi« siocle et dont le Diction- 
naire fait autoriU. 

CRV0BU.UI0 [se, // mil.], ch.-l. de c. ( Haute- 
Savole), arr. de Saint-Jullen ; 1.700 h. 

CmVYBlLHiBR [vt-i, \l mil., ti) (Jean), celebre 
medecin francais, nea Limoges (1791-1874). 

rmUBY-LB-CHATKi^ ch.-l. de c. (Yonne), arr. 
de Tonnerre ; 750 h. 

CnuHAM [ii-dtt], historien greo et medecin d'Ar- 
taxerxes Mnemon, ne a Cnide ; auteur d'ua ouvrage 
sur la Perse (Pertica) et dun ouvrage sur l'lnde 
[Indica] (v« siede av. J.-C.). 

CTHsllPll^lT, Athenien qui proposa de decerner a 
Demosthene une couronne d'or. Accuse par Eschine 
de vouloir recompenser l'orateur eontrairement a la 
loi, il fut acquitte apres un admirable plaidoyer de 
D6mosthene. Y. Coukonkb. 

CTMlPHOlf ou KTsi«IP«OIf, v. d'Assyrie, sur 
le Tlgre, non loin de Seleucie, residence d'hiver des 
rois parthes. 

CCBA (He de), la plus grande des Antilles (Am6- 
rique); 1.573.000 h. (Cubaint). Caplt. La Batane; 
viues prinoip. : Cienfuegos, Santiago, etc. Tabac, bois 

f>r4cieux, canne a sucre. Co fut longtemps une co- 
onie espagnole, mais elle fut occup6e par les Etats- 
Unis apres la guerre de 1895-1898. En 1902, le gouver- 
nement fut transfdre" aux Cubains cux-meme». 

CCIRIBf (Michel, chevalier de), poftte francais, 
ne a Roquemaure ; mauvais imitateur de Dorat, son 
maitre (1752-1820). 

CC1WOBTH ( Raoul), phUosophe anglais. Ses 
theories sur le miaiateur ptattique sont'interessantcs 
malgre leurs frequentes execntricitea (1617-1688). 

CIJBIVCA [ku-in], v. d'Espagne, ch.-l. dc la prov. 
de Cuenca, au-dessus du Jucar ; 8.000 h. Patrie d'Al- 
b ornoz de Molina. La prov. a 250.000 h. 

CIJKBICA. v. de la Republique de l'Equateur; 
30.000 h. 

CVBKSj (ftw-er), ch.-I. de c. (Yar). arr. de Toulon ; 
3.000 h. (Cuertoit). Ch. def. P.-L.-M. Huiles. 

CfJl (Cesar), militaire et compositeur russe. ne a 
Vilna en 1838, auteur des operas : le Pritonnier du 
Caueate, Angelo, le Flibuttier, etc. 

C*ftr«Mler hitmm* (le), beau tableau de Gericault ; 
au Louvre (1814). 

CV10KAVX [so], ch.-l. de e. (SaOne-et-Lolre), arr. 
de Louhans 1.500 h. Ch. de f. 
P.-L.-M. 

CUU««Y,ch.-l.dec.(Saone- 
et- Loire), arr. de Louhans, 

Sres de la Seille ; 535 h. Ch. 
e f. P.-L.-M. 

€«!•!■« Sic* SMM(b), U- 
bleau de Murillo ; au Louvre. 4 

CVJA0 [jdtt] (Jacques), ce- * 
lebre Jurisconsulte francais, 
ne a Toulouse. Au lieu d'in- 
terpreter le droit romain dans 
un but pratique, il reprit 
IcBuvre d Alciat en rectituant r . 

les caracteres ot le sens qui J 

<taient propres a ce droit dans la societe otdme oh 
il se developpa (1522-1590). — Le nom de Cujas est 
reste la personniflcation d'un savsnt l«giste, et on 
dit un Cujat comme on dit un Bartole. 

Ct)IXAlf[/<Fn}(William),medecinanglais(17IO-1790). 

WtAsmmkn [den], bruyire d'Ecosse, celebre par 
la bataille ou le pretendant Charles -Edouard fut 
vaincu par le due de Cumberland (1746). 

CSJlVni»M a MPT. Y. XULTUaXAMPF. 




Digitized by VjOOQlC 



CUM - H 

COUUUlll [koumber-lan'tt], comUJ du N.- 
O. de l'Angleterre ; 467.000 h. Ch.-l. Carlute. HouiUe. 

CVMBBMLANI (Guillaume-Auguste,duc de). trol- 
sieme Ills de George II, vaincu * Fontonoy ^1745) et 
k L&wfeld (17*7) oar lea Francaia ; il battit le preten- 
dant C^rli-Edouard a Culloden (1746) [1731-1765J. 

CUMBB \ku-me], anc- v. de Campanie, colonic 
grecque fondee par leu Eubeena de Chalcia, non loin 
de laquelle le trouvait l'aatre d'une aibylle fameuie. 
(Hab. Cumient.) ..,.«, 

CtiNAXA [nak-sa), v. de la Chaldee, pr*s del Eu- 
phrate, celebre par la bataille dans Uquelle Artaxer- 
xes II vainquit son frere Cyrus le Jeune(401 av. J.-C). 

CC2IB6)01V»B {sainte), imperatrice d Allemagne, 
femmedeHenrl Ilde Baviere;m.enl024.F6tele Smart. 

CUNHA (Tristan da), capitaine et navigateur por- 
tugaU, compagnon dAlbuquerque, decouvrit plu- 
sieurs lies aTlAtlantique austral (1460-1 640); - 
Nuiio da Cunha. son Ills, futvicc-roi des Indeapor- 
tugaises (1487-1539). . 

CKHHA (Rodrigue da), prelat portugaia, Aveque 
de Lisbonne, qui, en 1640, arracha sa patrie a la 
domination espagnole pour la donner a la maison 
de Bragance (1577-1643). 

CUfflBBsAT [btr] {Mint), eveque de Cologne en 623 . 
KouTernarAuatraslearec Pepin de Landen etfutml- 
nistre de Slgebert II et de Chllderic II. F*te le 18 nov. 
CVMLllAT, ch.-l. de c. (Puy-de-Dome), arr. d Al- 
bert - 2 760 h. Plomb argentifere. 

< UN* l HUH AM [ktun'-niri-ahanV] (Allan), poetc 
ccossais (1784-1842). 

< iPi»ON, dieu de l'amour ches les Romains, 
identMe avec VStom grec dont on lul a prtte la 
aiture. les attributs etlesaventures. V. Eaos. [JHytn.) 

Cupidoa, ditle Cupidonde Praxitele, remarquable 
statue antique au musee des Etudes (Naples) ; Cupt- 
don endormi, statue antique, musie de Turin ; Cujn- 
don taillant $on arc, chef-d'oeuvre du Parmesan, 
musee du Belvedere (Vienne) ; — aUtue de Bouchar- 
don (Louvre) (V. amour]. 

CUO-TOULmA, ch.-l. de c. (Tarn), arr. de Lavaur, 
sur le Giron, s.-affl. de la Garonne; 1.000 h. 

(IRACAO lid], ile des Antilles, a la HoUande ; 
45.000 h. Capit. \\illem$tad. Oranges dont l'eoorcc 
scrt a fabriqucr le curapao- — Le gouv.de Curasao 
(54.000 h.) comprend avec rile plusieurs MoU voiains. 

Curcalio ou le Charanfon, comedie de Plaute. 11 
y est question des bons et des mauvais tours d un 
parasite rongeant le patrimoine des riches conune 
{Tcharancon les sacsde ble (n« siecle av. J.-C). 

CURB (/a), riviere de France, qui a sa source dans 
la Niivre. arrose V6*elay, forme les grottos d'Arcy 
ct se Jctte dans l'Yonne (riv. dr.), a Cravant; 112 kil. 

CtRETEM, pretres du culte de Cybele et de Jupi- 
ter, en Crete. 

CUBUACB*. V. HoaACBS. 

CllMB (Pierre), physicien et chimiste francais, 
ne a Paris en 1859. II est l'auteur de rcmarquables 
travaux scientiflques. On lui doit la decouverte du 
radium (1901); 6afemme, nee Slodovska, a eW asso- 
ctec a tous ses travaux. 

(inilM »B5rrATfj0 [uss-dtn-ta-tus*], lun des 
types traditionnels du vieux Romain. celebre par 
ses talents roilitaircs, mais plus encore par son de- 
sintcressement et safrugalite. II futtrois fois consul 
ct deux fois honore du triomphe pour avoir vaincu 
les Samnites,lcs Brutiens.lcsLucaniens.lcs Sabins, 
et entln Pyrrhus a la bataiUe de Benevent. Les 
Samnik's lui ayant envoye des deputes afln d ob- 
tcnir des conditions moins dures, ceux-ci presente- 
rcnt a Curius des vases d'or, que leur Republique 
les avait charges de lul offrir. Le Romain refusa 
leurs offres en disant qu'il almait mieux commander 
a ceux qui avaient de Tor que d'en posseder lui- 
ui^me (in' sidcle av. J.-C). Par coniparalson, le 
nom de Curius s'applique a quelquun de desinte- 
n^se, ennemi du faste et d<»s prandeurs. 

1 1 KREH BF.IX [kfiurer'-bcl], pseiidonyine de 
Charlote BrunU; ronianciere anglaisc, ecrivain deli- 
cat ot plein d'imagination (I81b-18:»). 

CtiWLTiMJm ]»i-uM), per6onnane legendaire eolobre 
dans les Uaditions romaines, d'aprCs lesquallcs, un 
tremblcinent de terre ayant ouvert un gouffirc sur 
rcmplncement du Forum, les augures diclarerent 
qu'il nc puurrait etrc combk v que par le treaor lc 



CYC 



plua precleux de Roma. Le patricien CarU«s , t 
mant que la force de Rome etait dane lee aiM 
leur, ae precipita k cheval et en anm 4mm 
re, qui ae referma. IS action hira*fut de Cav- 
le gouffn da Curtiu* aont dee e xpr ee riori 
urees nroverbialea poor caraoieriser lee actes 



i remarquaJble Bit- 



que la rorce de Home etait dan* lee simi at 

la valeur, ae precipita k cheval et en armes 4mm* it 

gouflre, qui ae refemj- »•-—•-- **-- ^- ** 

tius, le v- .. 

demeurees proverbialea poor i 

de devouement, lea aacriftoea 4 la patrie. 
CVmTIIMi (Eraeat), phUolocue et hiatoriea 

mand, ne k Lubeck ; auteur dime rei 

(otre da la Grtct (1814-1886). 
4X4A (Nicolas de), cardinal et savant italiea, n 

dea eaprita lea plua pro/on ds da xv* decs*, ae a 

Cusa. dans le diocese de Trevee (1401-1464). 
C1NMMCT [«e], ch.-l. de e. (Allier), arr. de Laae- 

llsse, entre le bichon et le Jo Ian, afO. de 1 Allan-. 

6.600 h. Tribunal de V instance. Eaax miaeratef. 

fours a chaux. 
CVsTTniB (Adam-Philippe, comle deU g«s£ral 

francais, n6 a Metx. n occupa Mayeaee en IT