(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Bulletin des seÌ?ances de la SocieÌ?teÌ? entomologique de France"

ftp? 




ra 



*~ * 
5 



** 




Qt- 




JBVWSSEHCIAPTI 



\ 



. L. 

I 

.1 



. MAR 04 2003 

V / 



1881. N 1. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FMNCE 

reconnue comme etablissement d utilite publique 



Avis. II sera donne lecture, dans la stance du 26 Janvier, de deux 
rapports du Conseil : 1 sur les comptes du Tresorier pour 1880 ; 2 sur 
un projet de nouveau Reglemenl; et 3 d un rapport de la Commission 
du Prix Dollfus. 

La Bibliotheque de la Societe" (rue du Gherche-Midi, 2) est ouverte 
aux Societaires les premier et troisieme lundis de chaque mois, de trois 
heures a cinq heures et demie. 



BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissant deux fois par mois 



Seance du 1$ Janvier 1SS1. 

Presidence de M. L. FAIRMAIRE. 

MM. Berg, de Buenos-Aires, et Rene Oberthur, de Rennes, assistent a 
la seance. 

M. le Secretaire annonce a la Societe" la nouvelle perle qu elle vient de 
faire en la personne de M. Achille Guene e, regu membre en 1832 et e"lu 
membre honoraire en 1874, decede a Chateaudun (Eure-et-Loir), le 
30 de"cembre 1880, a 1 age de 72 ans. 

La Societe charge M. Paul Mabille de Ini donner pour les Annales line 
notice sur la vie et les travaux entomologiques de notre regrette collegue. 

M. G.-E. Leprieur, president de 1880, apres Fadoption du proces- 
verbal de la pre"ce"dente seance et la lecture de la correspondance, avant 
de ceder la presidence a M. Leon Fairmaire, prononce 1 allocution sui- 
vante : 

(9 C annie, n 185.) 1 



Messieurs et chers Collegues , 

Avant de cedcr a mon savant college et ami le fauteuil de la prtsi- 
tlencc, permeltez-moi de vous rcmercicr encore de rhonneur que vous 
avcz bicn voulu me fairc en m appclant a diriger vos seances pendant 
Fannee 1880. 

En dehors des travaux scientifiques, parmi lesquels je dois citer la 
continuation de la Faune du bassin de la Seine, par M. Bedel, et le travail 
considerable (si modeslement nomme essai par son auleur) de M. Allard 
sur la famille des Blapsides, la Societe a pris, au point de vue adminis- 
tratif, une decision importante, qui a eu pour effet imm6diat 1 augmen- 
tation des m embres perpe tuels, en leur accordant comme prime un 
certain nombre de volumes de nos Annales. 

11 me parait toutefois juste de vous faire remarquer que, si par le 
versement d une soinme de 300 francs, les niembres perpetuels augmentent 
pour Yavcnir le capital de la Sociele, ils sont ne anmoins, pour le present, 
la cause d une diminution tres-nolable de ses revenus. En effet, chaque 
membre qui so libere fait subir aux recettes de la Sociele une perte seche 
de pres de 16 francs par annee, par suite du haul prix de capitalisation 
de toules les valeurs. 

Le reproche qu un certain nombre de membres de province ont fait a 
la Societe de vouloir tkesauriscr dans un but inconnu, tombe ainsi de lui- 
meme devant la brutale realile des chiffres, et il suffit d ailleurs de lire 
avec attention les comples si clairs de noire Tre"sorier pour reconnaltre a 
quel point ce reproche est mal fonde. 

Pardonnez-moi, Messieurs, si, jetant un regard en arriere, je viens 
vous dire aujourd hui quelques mols de la circulaire signee de 60 de nos 
collegues de province, que j ai deposed sur le bureau a la seance du 
11 avril 1880 ; je suis certain loutefois qu un grand nombre des signa- 
taires n approuvait pas la circulaire dans son entier. Tant que j ai eu 
1 honneur d etre President, j ai garde le silence, quelle que pul d ailleurs 
elre mon opinion person nelle, pour ne pas engager par ma parole la 
Socie te tout enliere. Redevenu simple membre resident, je liens a vous 
dire combien j avais ele douloureusement surpris de ces attaques pour la 
plupart exager^es, auxquelles d ailleurs pres de 100 membres de la 
province ont refuse" 1 appui de leurs signatures. 

J ai, du reste, le regret de reconnaltre que noire Societe semble 
fiiie un pas en arriere. A mesure que nous recevons de nouveaux 



3 

membres, la demission, la radiation ou la mort nous en enlevent, et cette 
anne"e principalement celte derniere frappe a coups redouble s. Je ne puis 
songer a enumerer ici lous ceux que nous avons perdus, mais je vous 
demanderai la permission de signaler au moins a vos regrets : de Kiesen- 
wetter, Snellen von Vollenhoven, Pictet, Mulsant, de Saulcy, et le dernier 
de tous, Guenee, dont la tombe est encore entr ouverte. 

En cedant la parole a notre nouveau President, j ai rhonneur de 
de poser enlre ses mains le carnet oil sont inscrits les numeros des valeurs 
qui appartiennent a la 8001616. 

M. Leon Fairmaire, en prenanl possession du fauteuil presidentiel, 
prononce les paroles qui suivent : 

Messieurs et chers Collegues , 

Veuillez recevoir mes remerciements bien sinceres pour avoir pense a 
me confier la presidence de noire Societe pour la seconde fois depuis 
vingt-huit ans. C est pour moi line recompense du zele que j ai toujours 
mis et que je mettrai toujours a repandre et a faciliter le plus possible le 
gout de I enlomoiogie. 

L an dernier, mon cher predecesseur dans la presidence vous temoi- 
gnait ses regrets de voir le nombre des membres de la Societe slation- 
naire ou meme en diminution, Permeltez-moi d ex primer des regrets 
analog v,s relativement au petit nombre de nos collegues qui assistent a 
nos stances, ce qui ote aux decisions de la Socie"te une parlie de leur 
valeur et diminue 1 altrait de nos reunions, en affaiblissant les liens de 
cordialite qui doivent rattacher tous les adeptes de 1 entomologie. Je ne 
puis qu exprimer ces regrets avec le de sir qu ils eveillent un remords chez 
quelques-uns de nos absenteistes. 

Et maintenanl j ai , I lionneur, Messieurs, de vous proposer de voter 
des remerciements a mon savant predecesseur, a tous les membres du 
Bureau qui mettent tant de denouement au service de la Societe, et aux 
Commissions qui ont fonclionne pendant I anne e 1880. 

La Societe accueille ces deux discours par des applaudissements una- 
nimes, en ordonne i impression dans son Bulletin, et decide que des 
remerciements sont adresses aux membres de son Bureau, de son Conseil 
et de ses diverses Commisssions pour 1 annee qui vient de se terminer. 

Rapport. M. L. Buquet, tre sorier, lit le rapport suivant sur les recettes 
et depenses de la Societe pour I anne e 1880 : 



Messieurs, 

Confonnement aux dispositions du de"cret du 23 aout 1878, qui nous 
rcconnatl comme Institution d ulilitc publiquc, j ai 1 honneur de vous 
soumeilre, pour la trenle-huitieme fois depuis que vous m avez confie" 
cetle honorable mission, le coinpte general des Recettes et des Depenscs 
efTecluo es pendant 1 exercice qui vient de s ecouler. 

Ce comple, que je me suis applique", comme pre ce deminent, a rendre 
aussi clair que possible, se resume comme suit : 

Les RECETTES (e"lat el-annexe" n 1) se composeut : 

l e Des colisations anterieures a 1880 588 IV. c. 

2 d" de 1 annee 1880, y compris 12 libe 
rations 10,687 70 

3 Des sommes percues pour raflranchissement des 

Annales et du Bulletin A32 60 

A Des sommes percues pour lirages a part de me"- 

moires (texle et planches) 89 50 

5 Des sommes percues pour la vente de numeros tri- 

meslriels d Annales, etc 1,467 

6 Des arrerages de 154 coupons d obligations nomi 
natives de roues t (impot deduit) 1,120 34 

7 Des arrerages de 30 coupons d obligations au por- 

teur de 1 Ouest (impot deduit) 207 21 

8 Des arrerages de la rente nominative 50/0 aflec- 

te e au Prix Dollfus 300 

9" Des arrerages de la rente nominative 30/0 appli 
cable au service general 300 

10 De rallocation du Ministre de 1 Instruction publi- 

qe 500 

11 De 1 allocation du Ministre de 1 Agriculture et du 

Commerce, applicable aux annees 1879 et 1880. 1,100 
12 De la subvention de MM. le D Grenier et Signoret. 114 80 

13 Enfin, du solde en caisse au 31 de"cembre 1879. . 33 96 



Total des recettes 16,9/jl fr. 11 



Les DEFENSES (etat ci-annexe n 2) ont eu pour objet : 

1 L impression de 51 feuilles, de la couverture de 
quatre trimeslres d Annales (4 e trimestre 1879, 
l er , 2 e et 3 C trimestres 1880), du Bulletin, tira- 
ges a part, etc 6,304 fr. 75 c, 

2 La gravure, tirage et coloriage des 11 planches qui 
accompagnent les quatre Irimestres precites des 
Anuales et tirages part 2,125 75 

3 Les frais relatifs au loyer, contributions et assu 
rance concernant le service de la Bibliotheque 
et le depot des Annales 694 90 

4 L achat d ouvrages et autres pour le service pre- 

cite 101 05 

5 Les allocations attributes au Secretaire et an Tre- 
sorier, a titre de frais de bureau et trai lenient 
du gardien de la salle des stances (4 e trimestre 
1879 et annee complete 1880) 2,269 25 

6 L affranchissement des Annales pour la France et 

1 fitranger 197 63 

7 L affranchissement du Bulletin bi-mensuel el frais 

s y rallachant 249 51 

8 L affranchissement de letlres et circulaires 106 64 

9 L achat de dix obligations, au porteur, des chemins 
de fer de 1 Ouest, par suite de liberations (frais 

compris) 3,894 05 

10 L achat de timbres pour recus, reconvrement de 

cotisations, etrennes, etc 213 

11 Enfm, le Prix Dollfus, de cerne , pour Tanne e 1879, 

a M. 1 abbe de Marseul. , 300 



Total des depenses , . 16,456 fr. 53 c. 

RESUME. 

Recetles.., , 16,9/il fr. 11 c. 

Depenses 16,456 53 

Solde en caisse au 31 de cembre 1880 484fr. 58 c. 



J ajoute qu il restc a recouvrer : 

1 Sur les cotisations anterieures a 1880 402 fr. c. 

2 Sur celles de 1880. . , .- 952 30 



Total 1,354 fr. 30 c. 



Telle est, Messieurs, notre situation fmanciere, qui est assez prospere 
|iour nous avoir permis d acquerir, cetteannee, dix obligations de chemin 
de fer, sans, pour cela, nuire en rien a nos publications. 

Nous posse"dons anjourd hui 98 obligations de 1 Ouest, dont 77 nomi 
natives et 21 au porteur ; ce dernier chiffre me paraissant plus que sufli- 
sant pour parer a toutes les e" ventualite s, je terminerai cet expose succinct 
en proposant a la Socie te de convertir en nominatives ces 21 dernieres 
obligations au porteur, convaincu que je suis que le premier Irimestre 
de cette annee ne se passera pas sans que plusieurs de nos collegues ne 
se decident a se libe rer d ici la, ainsi que viennent de ja de le faire deux 
d entre eux, ce qui nous permettra de reconslituer avant peu une reserve 
suffisante en obligations.au porteur, en vue de parer, sans difficulte". aux 
cas impre vus. 

La Soci^te", aux terines des Statuts, renvoie 1 examen des comples du 
Tre"sorier a son Conseil, qui lui pre"senlera un rapport dans sa prochaine 
stance. 

Lectures. M. Felissis-Rollin donne lecture de la notice necrologique sur 
Etienne Mulsant, dont il avail e te charge par la Societe. 

M. Le"on Fairmaire depose sur le bureau un memoire ayanl pour 
litre : Essai sur les Goleopleres des iles Vili (Fidgi). 

Communications. M. Aug. Chevrolat fait connaitre une nouvelle espece 
de Coleopleres de la famille des Cicinde letes : 

OXYGONIA BOUCARDI. Long. 14-15 mill.; lat. 4,5 mill. Mas : 
Augustus, paralletus; elytris bispinosis, ore, macula lateralc ct apicalc in 
fly Iris ignila. Femina : Ampla; elytris omnino viridibus> singulatim 
apice rotundatis, ore flavesccnti, antice cyanco. Elongata, viridis, infra 
nitidior, crebre punclulata ; capite et prothorace transversim rugatis, spina 
fjracile inter mandibulas projecta, mandibula sinistra intus quadri den- 
tata; prothorace antice posticeque fortiter transversim constricto, longitu- 



dine tcnue sulcato ; scutello cordiformi latcribus marginato ; clytris intra 
humcrwn et prope suturam ante medium depressis. Mandibulis, antennis 
el femoribus posticis in dimidio postico viridi obscuris. 

Panama. 

Je dedie cette espece a M. Adolphe Boucard, qui, dans ses nombreux 
voyages a Iravers TAmerique, a enrichi les sciences naturelles d une 
infinite de decouvertes, parliculierement en entomologie et ornithologie. 

M. V. Signoret lit une lettre de M. leprofesseur Colve"e, de Valence. 
De cette lecture il resulte que cet entoraologisle aurait enfin decouvert le 
male du Ceroplastcs rusci, qu il a trouve sur des feuilles KAnnona, pro- 
bablement dans le voisinage de petits houx ou de figuiers, et dont il 
donne la description suivante : 

La larve, en forme de bouclier, tres-petite, est tout a fait blanche, 
allongee et entouree d un rebord avec 1A petites pointes triangulaires. 
Le disque est divise" en deux par une ligne qui donne plus tard passage a 
1 insecle parfait, lequel pre"senle une tete arrondie reunie an protliorax 
par un pedoncule, avec deux yeux saillants en avant et deux autres, rouges, 
a la base. Antennes de 10 articles pubescents, dont le quatrieme est le 
plus long et cylindrique. Thorax egal a la moitie du corps. Apodeme court 
et large. Penis long, accompagne" de deux longues soies de chaque cote. 
Ailes grandes , recouverles de petils poils rigides , surlout a la cote 
externe. Tibias longs, cylindriques et pubescents. Les paltes posterieures 
tres-longues et inserees loin des autres. 

J avais cherche, ajoute M. Signoret, pendant plusieurs annees cette 
espece, que j avais rencontree en tres-grande quantity, surtout le male, 
inais sans m en douter, croyant toujours n avoir en mains que des larves 
de femelle. G est la un fait tres-interessant et que je pense devoir 
signaler. 

M. J. Fallou, en mont-rant A ses collegues la vari^te du Colias Edusa, 
dont il a parle" a la derniere seance, fait remarquer que c est a tort qu il 
a regard^ celte aberration, prise au Raincy, comme ^tant le male de 
Taberration Hdicina, dont M. Charles Oberlhiir a observ6 la femelle en 
Brelagne. 

Ainsi que le fait observer M. Re ne Oberlhur, la vari^te male du 
Colias Edusa prise aux environs de Paris a des e"cailles plus petites, elle 
est plus blanchatre, presque transparente, tandis que la varie te femelle 



de firetagne offre des ecailles plus grosses, est plus coloree et a pen 
pres mate. 

Membre demissionnairc. M. Heron-Royer, recu en 1879. 



(La fin de cette stance, qui comprend encore des communications de 
MM. Abeille de Perrin, James Thomson, L. Fairmaire, et H. Lucas, ainsi 
que le Bulletin bibliographique de M. A. Le"veille", sera publie e dans le 
prochain Bulletin.) 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 
Seance du 24 Dlcembre 1880 (fin). 

HORN (D r G.-H.). A Review of the species of Anisodactylus and critical 
notes on the species of Selenophorus inhabiting the U. S. (*). Broch. 
in-8". (Am. phil. Soc., 1880.) 

LUCAS (H.). Description de quelques Lepidopteres appartenant aux genres 
Charaxes et Cyligramma el provenant du voyage de M. Grandidier a 
Madagascar (*). Broch. in-8. Paris, 1880. 

NICKERL (D r OTAKAR). Zprava o I-lmyzu (*). Broch. in-8. Vpraze, 1880. 

PACKARD (D r A.-S.). The Hessian Fly (Bull. n Zj) (*). Broch. in-8, fig. n. 
Washington, 1880. 

PLATEAU (FELIX). Recherches ])hysiologiques sur le coeur des Crustace s 
decapodes (*). Broch. in-8, 2 pi. n. (Arch, de Biologic, I, 1880.) 

REIBER (FERD.). Miscellanees (*). Broch. in-8, 1880. 

RILEY (CH.-V.). Philosophy of the Pupation of Butterflies and particu 
larly of the Nyinphalidae (*). Broch. in-8% fig. n. (Amer. Assoc. for 
the Adv. of Sc., XXVIII, 1879.) 

ID. The Cotton Worm in the United Stales (*). Broch. in-8. (Id.) 

UArchivistc dc 1880 : L. BEDEL. 
Paris, 20 Janvier 1881. 



PARIS. Impr. FKLIX MALTESTE ET C^, rue des Deux-Portes-Saint-Sauveur, 22. 



iai. NO 2. 
SOCIETY ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme etablissement d utilite publique 



Avis. 1 Le Banquet annuel commemoratif de la fondalion de la 
Societe aura lieu Le sainedi 5 mars. Adresser immediatcmmt les adhe 
sions et le montant de la souscriplion, fixe a 10 fr. 50 c., soil a M. JULES 
GROUVELLE (rue des ficoles, 26), soit a M. Louis REICHE (rue Saint- 
Honorg, 191), qui sont charge s de reorganisation de ce Banquet. 

2 Dans sa seance du 23 fe vrier, la Societe votera sur les conclusions 
du Rapport de la Commission du Prix Dollfus pour 1880. (Voir ce Bulle 
tin, page 16.) 

3 La Socie"te" commencera, dans sa stance du 9 mars, la discussion du 
projet de nouveau Reglement, dont 1 impression va etre faile, et qui sera 
adresse a tous les Membres francais. 

h Madame veuve Guenec prie les personnes qui auraicnt communique 
des Le pidopleres a sou mari de vouloir bien les reclamer a M. Charles 
Oberlhur, a Rennes, acluellement en possession de la Gollcclion de 
M. Gueneo. 



BULLETIN DES SEANCES 

Paraissanl deux fois war mois 



Seance du 12 Janvier 1881 (fin). 

M. Abeille de Perrin fait remellrc a la Societe, par Tentremise de 
M. della Torre, les diagnoses de nouvelles especes du genre Bathyscia : 

i" BATHYSCIA (ADELOPS) PERSICA Ab. Long. 1 mill. Brunneus, 
breviter ovatus, valde convea us, postice attenuatus, stria suturali nulla, 
elytris sat opacis, transvcrsim vix conspicue strio atis, anlcnnis pedibus- 
que brevibus , tarsis anterior ibus in mare dilalatis, patcllam forman- 
tibm. 

(9 C annte, n 186.) 2 



10 

Voisin de Pcyvoni Ab., a elytres plus courles, plus glo.buleuses, sans 
slrie sulurale, a striolcs Iransversalcs a pcine visibles. 

Decouverl a Aslrabad (Perse) par Ic marquis Doria, qui me Ta gene"- 
reusement donne*. 

2 B. TROPICA Al). Long. 1 1/2 mill. Brunncus, quam brcvissime 
ovaliis, ma.i iinc convcxus ct ylobosus, poslicc attcnualus t stria suluraii 
mdla, clytris nitidis ct dense punctatis, hand striolatis, antennis pcdibus- 
quc brtribuSj tarsis anlerioribus in marc Icvilcr dilatatis^ pateltam non 
formantibus. 

Di\ja reman] uable par sa station meridionale, car elle a ele" decouverte 
par M. Elilers dans les environs de Carlhagene (Espagne), celte cspece 
Test encore plus par sa forme large et globuleuse, qui n a rien dc compa- 
rable dans tout le genre Bathyscia. 

3 B. DAMRYI Ab. Long. 1 mill. Brunneo-lcstaccus, oblongo- 
ovatus, convcxus, posticc vix attcnuatus, stria suluraii obsolcsccnte, cly 
tris fcrc parallels, parum nitidis, transvcrsim striolatis, antennis pcdi- 
busque brcvissimis, tarsis antcrioribus in mare dilatalis, pateltam for 
mantibus. 

Voisin de Corsica Ab., dont il differe par sa taille plus petite, ses elylres 
moins cundiformes, son prothorax moins large et plus allonge, etc. 

Trouve en Sardaigne par M. Damry. Je Tai vu aussi dans la collection 
Eug. Ueveliere, oil il elait note de la meme provenance; il avail etc, je 
crois, recolle par Raymond. 

k B. MIALETENSIS Ab. Long, t 3/A mill. Brunneus, brcvitcr ovalus, 
valde convexus, posticc valdc attcnuatus, stria suturali nulla, clytris 
nitidis, transvcrsim levilcr slrioiatis, antennis pedibusquc brevibus, tarsis 
anlerioribus in marc ditalalis, palcllam formantibus. 

La lucidula Delar. est la seule espece francaise qui ait la me"me forme 
gencrale; mais elle est beaucoup plus grande et ses articles antennaires 
sont beaucoup plus allonges. 

De ceuvert dans la grolte de Mialet (Card) par M. Valery Mayet, qui 
devait la publicr il y a plusicurs annees. Comme depuis lors il n a point 
donne suite a cc projct, je suppose qiril y a renonce". 

M. J. Thomson adresse, de Nice, la note suivanle : 

Nous croyons ulilc de signaler les principal^ caraclcres qui separent 



les diverses coupes gcneriques creees par les auteurs aux depens cle 1 an- 
cien genre GOLIATHDS Lamarck : 

I. d*. Clypeus in cornibus 2 prolongatus : 

A. c?. Pedes antici elongati : 

B. cf. rz fo a? oranes extus inermes : 

. cf. Prothorax antice medio incrmis : 

1 GOLIATHUS Lamarck (llcgcmon Harris) . 

(?. Crtpitf elongalum, concavum, utrinque longiluclinaliler forliter curi- 
natum. $. Tibia anticae valde acuteque 3-dental.a3, intermedia; posli- 
caeque singulse extus 1-dentatse. 

SPECIES : 1. G. n#z ws Klug (Druryi Westw.), W. Africa. 2. G. ca- 
acws Woet (? princeps Hope), cap Palmas. 3. G. giganteus Lamarck, 
Guinea, Gabon, Loango. Z|. G. Kirkii Gray, Limpopo. 5. G. albo- 
signatus Bohem., Limpopo. 

II. c^. Clypeus in cornu singulo prolongatus : 

A A. c?. P^5 an/zci nee elonali : 



BB. d 1 , ?. Tibife ant ices extus 3-dentatffi, intermedia et posticse 
singulas extus l-dentala3 : 

. cT. Prothorax antice medio grosse ct obtuse tuberculatus : 
2 FORNASINIUS Bertol. (Goliathinus Westw.). 

c^. Caput fere ut apud DICRONORHINAM Hope, breve; c? clypcus in 
cornu mediano apice dilatato prolongatus; $, clypcus antice utrinque 
attenuatus medio rectus. 

SPECIES : 1. F. insignis Bertol. (Fornassinii Bertol. olim), Mozamb.. 
Zamb. 2. F. peregrinus Harold, Angola inter. 

3 GOLIATHINUS Thomson (Bull. 1880, p. 146). 

c?. Ignotus. ?. Clypcus ovalis. Prothorax latcribus anticis atlenuatus, 
rectus, ncc rotundatus. Tibiae intermedia et prrecipue posticse dentibus 
mirmtis numerosis extus instruct. 

SPECIES : G. Higginsii Westw., cap Coast-Castle, 



12 

Zi HEGEMUS Thomson (nov. gen.). 

Corpus br.eve, subquadralum, relative parve. <$. Caput breve ; cT, c/y- 
in cornu mediano breve apice valde et horizontaliler dilatato pro- 
longalus; $, clypcus subrotundatus. dS ? Protlwrax ante medium 
latior. cf- Pff/^5 antici breves, robusli; d 1 , ?, *ito anticx extus obso 
lete 3-denlatse, dentibus obtusis, apud c? obsoletioribus. 

SPECIES : //. Pluto Raffray (Bull. 1880, p. 177, Goliathinus}, Bogos, 
Abyssinia. 

Le Furnasinius percgrinus Harold scut manque a notre collection. 

M. L. Fairmaire presenle a la Socie te les diagnoses suivantes de 
Coleopteres nouveaux Irouves en Corse et en Sardaigne par M. Damry : 

1 LIMNIUS INTERMEDIUS. Long. 2 i/li mill. Oblongus, postice vix 
scnsim ampliatus, fusco-seneus , sat nilidus, subtiliter pubescens y antennis 
fuscis, basi tcstaccis, tar sis testaceis, prothorace elytris paulo august tore, 
later ibus parallclis, angulis posticis acute rectis, dense tenuiter punctato, 
strits vix scnsim arcuatis, elytris punctato -striatis, basi et extus paulo 
profundiorlbus, intervatlis planatis, dense tenuiter punctatis. 

Sardaigne. 

Inlermediaire entre les L. Volkmari el opacus y un peu plus grand et 
surtout plus large que le dernier, avec le corselet plus court et les stries 
prolhoraciques plus ecarlees des bords laleraux; bien plus petit et plus 
elroit que le premier, avec les clylres plus longues et le corselet a coles 
paralleles. 

2 L. DAMRYI. Long. 23/6 mill. L. Germari simillimus, paulo 
minor, prothorace lateribus parallclis, angulis posticis rcclis, sat aculis, 
scd non divaricatis, carinis dorsalibus basi et anticc sequaliter distanti- 
bus, dorso fortius punctato, elytris paulo minus profunde striatis, sulura 
magis clcvata, tibiis tcstaceo-piceis et antennis testaceis distinclus. 

Corse. 

Differe du gigas Sharp par le corselet plus ponctue, avec les carenes 
moins convergentes, les stries des elytres plus neltes et les pattes plus 
pales. 

3 L. SULCIPENMS. Long. 2 3/Zi mill. Prseccdenti simillimus, pro- 
thoracc paulo longiore, elytris paulo brcvioribus, profunde striatis, slriis 



13 - 

punciatis, intcrvaliis convexiusculis ad later a fere cosliformibus, margine 
externo evidentiore. 
Sardaigne. 

4 HALLOMENOS SCAPULATDS. Long. 2 1/2-3 1/2 mill. Oblongus, 
sat convexus, fuscus, nitidus, macula humerali vage limitata pedibusque 
testaceo-lutosis, antennis obscurioribus, dense punctatus, prothorace basi 
bisinuato ct utrinque foveolato. H. humerali a/finis, sed multo minor, pos- 
tice minus attenuatus, apice magis rotundatus, magis convexus, magis 
fortiter punctatus, elytris nullo modo striatuiis, paulo brcvioribus, pro 
thorace angulis magis obtusis, antennis paulo longioribus, minus eras- 
siusculis, articulis obconicis distinctus. 

c?. Minor, angustior, cllipticus, angulis protkoracis minus obtusis. 

Corse. 

M. H. Lucas communique une note sur les degats cause s aux oliviers 
par le Dacus olcse : 

Je montre des larves, des nymphes et cles insectes parfaits du Dacus 
olc&, Diptere qui a cause l anne"e derniere des degats considerables en 
Provence. C est particulierement sur des olives destinees a 6lre detrite es 
par les monlins a huile de M. fimilien Jourdan, situes a la ferme de Fon- 
grave, pres Salon (Bouches-du-Rhone), que cette espece a exerce ses plus 
grands ravages. 

II est difficile, pour ne pas dire impossible, de detruire ce Diptere, 
fleau du fruit des oliviers, mais le meilleur moyen d atte"nuer le mal 
cause par cet insecte est de faire Mlivement la recolte des olives et de 
detriter le plus tot possible. En agissant ainsi, disent les agriculleurs du 
midi de la France et ainsi que 1 avait deja fait observer Guerin-Me ne- 
ville, qui avail etudie tout parliculieremenl cette interessante question, 
on peut encore obleuir une certaine quantite d huile, tandis que, en 
attendant la cueillette ordinaire des olives, on laisse aux larves du Dacus 
olex le temps de se developper et de ronger a leur aise tout le paren- 
chyme des fruits, ce qui leur enleve le pen d huile qu ils auraient pu 
donner si Ton avail moins altendu pour les detriter. 

D apres M. Laure, Revue nouvelle, p. 6/il et 642, fig. 2 (1847), le 
Dacus oleae a deux ennemis : le premier est une Fourmi noire a tele 
rouge, probablement le Myrmica scutellaris Olivier; le second est un 
Chalcidile, VEupelmus urozonus Dalman, loc. cit., p. 647, fig. 14. Le 



- l/l - 



role joue par chacun de cos insectcs est different : le Myrmica scuteltaris 
recherche les cicatrices faites aux olives dans lesquelles le Dacus olcx a 
depose" ses ceufs afin de s en emparer ; VEupdmus urozonus depose au 
contraire, au moyen de son long oviducte, nn oeuf, dont la larve qui en 
sortira cst destinee a se nourrir du tissu graisscux de celle du Dacus 



Sea&iec du 2G Janvier 

Presidence de M. L. FAIRMAIRE. 

Rapports. M. C.-E. Leprieur, au nom da Gonseil de 1881, donne lec 
ture du Rapport suivant sur les comptes du Tresorier pour I anne e 1880 : 

Messieurs, en conformilfi de Tarticle 13 des Statuts, votre Conseil s est 
reuni le 19 Janvier pour examiner les coraples deposes par le Tresorier 
dans la premiere seance du mois. 

Grace a la comptabilile si claire qui lui a die soumise, le Conseil a pu 
facilement exercer son controle et reconnaitre la parfaite exactitude de 
ces comptes, qui, ayant ete inseres in cxtenso dans le Bulletin de la 
seance du 12 conrant (pages 3-6), n ont pas besoin d etre reproduits 
dans ce Rapport. 

Le Gonseil a cm toutefois devoir vous soumettre un certain nombre 
d observalions qui lui ont ete suggere es .par cet examen : 

1 M. le Tresorier a encaisse, pour Taffrancliissement des Annales et 
du Bulletin, une somme de Zi32 fr. 60 c., et il a depense hhl fr. 4Ac. 
pour rexp6dition de ces memes publications. Bien loin de beneficier sur 
cette source de ses revenus, la Societe a done ddpense 15 fr. 54 c. de 
plus qu elle n avait re^u. 

2 Les frais de composition et de mise en pages du Bulletin etant 
compris dans la depense affecte"e a 1 impression et au tirage des Annales, 
la seule depense afferente au Bulletin bi-mensuel proprement dit, est 
celle qui pent provenir de suppressions ou de remaniements : elle s est 
elevee a 350 fr. environ pendant Tannde 1880. Peut-etre arriverait-on, 
avec quelques modifications, a diminuer celle defense. II ne faut pas 
oublier toulefois quc le Bulletin remplace dans line certaine proportion 



15 - 

des circulate qu il serait necessaire d iinprimer et d adresser a part a 
nos divers Membres. 

Une autre depense afferente au Bulletin est celle dti papier et du lirage 
de la premiere edition, qui monte a A2/i fr., c est-a-dire a 30 fr. par 
fenille ou 16 fr. par demi-feuille. 

C est done sur ces sorames que pourrait, a la grande rigueur, s excrcer 
une economic, dans le cas ou, comme 1 onl demande" certains de nos 
collegues, la Sociele se decidait a ne faire paraltre qtfune scule edition 
du Bulletin ; mais il a semble an Gonseil que celte Economic serait bien 
faible en presence de l 6norme inconvenient d avoir les exemplaires du 
Bulletin plus ou moins froisses ou macules, comme la poste nous les 
apporte souvent. Cette economic s amoindrirait encore si, comme d autres 
raem.bres Font propose, on donnait au Bulletin des seances une enve- 
loppe speciale, quelque simple qu elle put etre. 

3 Si Ton compare les depenses brutes des annees 1880 (16,456 fr. 
53 c.) et 1879 (12,872 fr. 38 c.), on pourrait croire qu elles out ele 
exceplionnellement grandes en 1880. La difference n existe que dans les 
chiffres, et 1 excedanl de 1880 provient du grand nombre de Membres qui 
se sont fait exone"rer et qui ont mis ainsi noire Tresorier dans la neces- 
site" de consacrer, pour obeir aux Staluts, une somme de 3,89ft fr. 05 c. 
a 1 achat de dix obligations des chemins de fer de 1 Ouest. 

La defense reelle pour 1880 se trouve done reduite a 12,562 fr. Zi8 c. 

En 1879, la Societe avail public" 55 feuilles et 9 planches, ayant coute 
8,424 fr. 90 c.; en 1880, elle a public 51 feuilles et 11 planches, qui ont 
coute 8,430 fr. 50 c. ; soil la meme somme, a quelques francs pres. 

k M. le Tre sorier, complant sur des renlrdes de fonds tres-prochaines, 
vous avail propose", dans son Rapport, de convertir en nominatives la 
tolalite (soil 21) des obligations au porteur que possede la Societe. 

A la presque unanimite, le Conseil a craint qu en consolidanl ainsi 
loules ses valeurs, la Socie"te ne courut le risque de se Irouver dans 1 em- 
barras, dans le cas ou les previsions de son Tresorier ne se seraient pas 
realisees, et il a ete" d avis de converlir seulemenl 15 obligalions el de 
garder les 6 dernieres au porleur, afm d etre a nifime, le cas echeant, 
de parer a des depenses imprevues. 

En consequence, Messieurs, le Conseil a Thonneur de vous proposer : 

1 D approuver les comptes du Tre sorier el de lui en donner de- 
charge ; 



If) - 

2 Do Fauloriser a transformer en obligations nominatives 15 de ces 
tilros qui sont an porteur. Les 6 autres Slant conserves sous cette forme 
pour parer aux cas imprevus; 

3 Enfin de voter des remerciemenls a tons les membres du Bureau, 
et en parliculier a notre Tresorier, pour le zele et le devouement dont 
il nc cesse de faire preuve. 

Apres cetle lecture, les trois paragraphes ainsi que Tensemble du 
rapport sont successivement adoples a runanimite des voix. 

- M. A. Le veille , rapporteur du Gonseil de 1880, depose sur le bureau 
le projet de Reglemenl inlerieur de la Societe enlomologique de France 
que le Gonseil de 1880 avail eie" charge" de re"diger. 

La Sociele decide que ce projet de Reglement sera imme dialement 
imprime el aclresse a tons les Membres francais. La discussion en seance 
n en commencera que le 9 mars prochain. 

3M. L. Fairmaire, rapporteur de la Commission du Prix Dollfus pour 
1880, lit le travail qui suit : 

Messieurs, la Commission que vous avez nomme e pour le Prix Dollfus, 
composee de MM. A. Clement, L. Fairmaire, de Gaulle, Poujade, Ragonot, 
Reiche, Salle, Sedillot et D r Senac, s est reunie le lundi 24 Janvier cou- 
rant pour remplir la mission que vous lui avez confie e. 

Deux ouvrages seuls ont paru a la Commission pouvoir concourir a ce 
Prix : le Synopsis des ttemiptercs Ilcteroptcres de France, par M. le 
D r Aug. Puton, et le Species des ttymenopteres d Europe, par M. Edmond 
Andre, de Beaune. Ce dernier, par un sentiment de reserve des plus 
honorable, a declare qu il ne se presentait pas en concurrence de son 
collegue M. Puton. Tout en respectant la modestie de M. Andre, nous ne 
pouvons meconnaitre les services que son travail rendra a un ordre 
encore bien neglige en France. Mais son oeuvre n est encore qu a son 
debut el n a pas m6me embrasse une famille entiere, tandis que les trois 
livraisons publiees par M. Pulon comprennent une partie notable des 
Hemipteres de France. Les descriptions des especes, suflisantes quoique 
courles, les tableaux des genres, les indications des localites, non-seule- 
ment classent eel ouvrage parmi les plus utiles, mais encore le rendent 
indispensable aux hemipteristes de noire pays, dont le nombre commence 
a s augmenler el ne pourra que s accroitre a mesure que I ceuvre de 
notre collegue facilitera 1 elude et la de"terminalion de ces insecles. En 



47 _ 

outre, cet ouvrage remplit une des conditions du Prix Dollfus auxquelles 
on ne s est peut-etre pas assez conforme, c est la modicite des Irais d ac- 
quisition qui sont a la porle"e des debutants. On pourrait seulement 
regretter le manque de planches qui accompagneraient ulilement ce 
travail. 

En consequence, la Commission vous propose de decerner le Prix 
Dollfus de Panned 1880 a M. le D r Aug. Puton, pour sa 3 e livraison des 
Htmipferes Htteropteres de France, comprenant les Reduvides, Saldides 
et Hydrocorises. 

Apres cette lecture et aux termes des Statuts, la Socie te decide qu elle 
ne votera sur les conclusions de ce Rapport qu a la stance du 23 f6vrier. 

Lectures. M. L. Fairmaire fait connailre un me"moire intitule" : Cole"o- 
pieres nouveaux de Syrie, recueillis par M. Abeille de Perrin. 

M. V. Signoret depose sur le bureau un travail ayant pour litre : 
Revision des Cydnides. 

Cet ouvrage devanl etre accompagne" d un grand nombre de planches, 
1 auteur prie la Socie"t6 d accepter une subvention de 50 francs pour 
chacune d elles. La Societe remercie M. V. Signoret de son oflre g6n^- 
reuse. 

Communications. On annonce que M. E. Simon vient d etre nomine" 
officier d Academic. 

M. le President fait savoir que M. Oswald Heer a e"te re"cemment 
nomm6 membre correspondant de I Acad^mie des Sciences, en remplace- 
ment de M. Schimper. 

M. le baron A. Bonnaire adresse une liste des Coleopteres, pre"sen~ 
tant quelque interet, r6coltes par lui l anne"e derniere, tant a Fontaine- 
bleau qu a Tile de Re" : 

A Fontainebleau : Agonum versutum, Bembidium humerate, La- 
throbium rufipenne, Stenus Kiesenwetteri, Hydnobius punctatus et 
punctatissimus, Antsotoma rotundata, Golenis Bonnairei, Trachys 
nana, Bolitophagus armatus.Apion GyUenhali et Spencei, Ant ho- 
nomus etongatulus (=Bradybatu$ faUax, voir Desbrochers, Annales 1868), 



, 



18 

Ccutorhynchus euphorbias, nanus et sctosus, Enedrcytes oxyacantha, 

Catlidium melancholicum, Clytus cincreus\plcbejus f Plectroscelis 
chlorophana. 

A 1 ile tie Re : Gynandromorphus ctruscus, Harpatus cuprcus, 
Adclosia picimana, Cryptoplcurum Vanclmeri, Cafius fucicola, 
Uetcrothops binotatus, Stenus asphalt inus, Trogophlseus despectus, 
Baudi, iletcroccrus maritimus, Throscus brcvicollis, Anobium 
hirtum, -Thy ladies Guinardi, Apion burdigalense, Contains chry- 
sochlcurus, Pentar thrum Huttoni, Cryptocephalus ochroleucus. 

- M. le dpcteur Senac pre"sente les remarque suivantes sur la synonymie 
de plusieurs especes du genre Pimelia : 

1 La P. maroccana Fairm. (Petites Nouvelles entomologiques, 1875) 
est identique h. la P. cordata Kr. (Revision der Tenebrioniden der Allen 
,Welt, 1865). Ge dernier nom etant anterieur doit seul subsister. 

2 Dans la plupart des collections, a Paris, Tespece designed sous le 
nom de cordata Kr. est la P. gradlcnta Haag, ainsi que ce dernier le 
supposait. 

3 La P. spectabilis Haag (Deutsche ent. Zeilschrift, 1875) n est autre 
que la P. claudia Buq. (Revue de Zoologie, 18/iO). Cette meme espece a 
6t6 envoy^e a plusieurs personnes sous le nom de Pirn, speculum (ine"dit) 
par noire collegue M. Desbrochers des Loges. M. Haag affirme 1 avoir 
recue (le lui sons le nom de Pirn. Georgi (?). 

If La P. sericea 01. a 6t6 m^connue par Solier, qui Ta decrite sous le 
nom de P. asperata. Ce dernier nom etant posterienr doit disparaitre. 

D un autre cote, Solier a pris, a tort, Tinsecte qu il a decrit sous le 
nom de P. sericea, pour la P. sericea 01. L insecle decrit par lui ne peut 
done conserver ce nom, et nous proposons de 1 appeler P. permixta. 

La synonymie de ces deux especes se trouverait ainsi e"tablie : 

a. P. permixta nobis = sericea Sol. (nee 01.). * 

b. P. sericea 01. = asperata Sol. 

Nous avons pu constater la parfaite exactitude de la confusion que nous 
signalons et qui a e~chapp6 a tous les entomologistes qui se sont occupes 
de ce groupe; M. Bedel Tavait reconnue en examinant la planche de 
I ouvrage d Olivier. LMnspection du dessin original, que M. E. Olivier a 
bie n voulu nous commuhiquer, leve fous les doutes. 



19 

M. Aug. Chevrolat envoie la description de Irois nouvelles espfcces de 
Cholides : 

1 DIONYCHUS? (ARDOLEUCUS) MARGINICOLLIS. Long. 11 mill.; lat 
5 mill. D. albonolato nob. proximus. Alatus, elongatus, capite protho- 
raceque tubercutis rotundatis nigris obsitis, ilto in latere albo ; elytris 
singulatim albo trimaculatis (maculis 2 ad basin tertia transversq media], 
tuberculato-striatis, interstitiis minutius granosis ; corpore pedibusque 
albo-squamosis, femoribus unispinosis ; rostro arcuato ad basin protho- 
racis limitato. cT. 

Brasilia. Typus auctoris. 

2 CALLINOTUS ANORMIS. Long., rost. excl., 16 mill.; lat. 5 1/2 mill. 
Alatus, elongatus ovalis fuscus, vitta laterale alba in proihorace ultra 
medium elytrorum recurva, sutitram haud attengente ; rostro arcuato 
cylindrico nigro punctulalo, capite convexo, minute tuberculato ; protho- 
race lateribus rotundato, tuberculis minutis transversis nigris tecto * 
elytris singulatim obtuse angnlatis, tuberculato-striatis, intertiliis minute 
granosis; corpore et pedibus cinerascentibus granulosis, femoribus anticis 
bi sed k posticis unispinosis. & 

Brasilia. Typus auctoris. 

3 ARCHARIAS CYLINDRIROSTRIS. Long., rost. excl., 25 mill.; lat. 
16 mill. A. miliari Fabr. proximus, sed angustwr, rubidus, oblongus 
tuberculis rotundatis nigris nitidis dense tectus ; rostro arcuato longo 
nigro nitido ; antennis nigris, art. 2 primis funiculi elongatis, secundo 
brevioriy clava ovali cinerea ; proihorace piano, lateribus rotundato, pos- 
tice arcuato ; elytris versus apicem sensim attenuatus, conjunctim rotun 
datis, serie p ^ro tuber culatis corpore infra rufo pedibusque longis griseis 
micante nigro tuber culatis , femoribus unispinosis. <$. 

Amazona. Typus auctoris. 

M. L. Fairmaire presents la description d un Coleoptere trouve en 
Corse par M. Damry : 

CYRTUSA CASTANESCENS. Long. 2 mill. Ereviter ovata, valdc con- 
vexa, nitida, rufa, prothorace transversim late infuscato, elytris post 
medium transversim infuscatis ; capite convexo, vix perspicue punctulato, 
inter oculos linea transvcrsa sat fortitcr punctata, antennis sat elongatis, 
basi rufesccntibus, apice obscurioribus, articulis clavssobconicis vix trans- 



20 - 

vtrsis, 9 parvo, brevissimo, ultimo prxcedenti angmtiorc, brcvissime 
ovalo ; protlwracc a basi ant ice atigustato, angulis anticis rptundatis, 
laevi, basi hand punctato ; scutetlo sat magno, subtilissime punctulato ; 
elylris basi prothorace hand latioribus, medio ampliatis, sat fortitcr 
punctato-substriatis, intcrvatlo 3" tripunctato, cctcris Issvibus, tibiis pos- 
ticis rectis. 

Corse. 

Cette espece se distingue des autres Cyrtusa par les antennes allonges 
et les elytres a slries assez fortement poncluees, sans parler de la colora 
tion rougeatre avec des teinles brumes mal limilees. 

M. E. Ragonot lit la note suivante de M. Constant, de Cannes (Alpes- 
Maritimes) : 

Je viens entretenir la Socie"le d un fait qui m a semble assez inte"res- 
sant, et que, tout au moins, je n ai encore vu mentionne" nulle part. 

Le 20 de"cernbre dernier, je trouvai, aux environs de Cannes, une 
famille de Pempelia eiiphorbiella Zet., etablie sur deux tiges d Euphorbia 
characias. Je coupai la planle et Temportai chez moi avec ses habitants 
pour les elever. Ayant entr ouvert le faisceau de feuilles assemblies par 
les chenilles, je m etais assure" que la colonie etait tres-nombreuse, et 
j e"valuai au moins a 200 le nombre des individus. En m&me temps, 
j avais remarqu^, circulant a travers les fils de soie et les dejections des 
chenilles, deux ou trois larves d He me robes que j enievai sans leur accor- 
der plus d attention, attribuant leur presence a quelques Pucerons dont 
elles avaient du se nourrir. 

Quelques jours apres, la plante s etant fanee, je voulus renouveler la 
nourriture de mes chenilles et les installer sur un autre rameau fraiche- 
ment coup^. Mais je fus tres-surpris de constater qu en peu de temps le 
nombre de mes el&ves s etait singulierement reduit, a tel point que j en 
voyais a peine quelques-unes, errant a travers une multitude de depouilles 
de chenilles dessech^es. En revanche, je remarquai une dizaine de ces 
m&mes larves que j avais trouvees au d^but, mais dont le volume s e tait 
considerablement augmente. II me vint alors Tidee que j avais fait ma 
i ecolte au profit de ces larves, et que mes chenilles leur avaient servi de 
nourriture. Sur le champ, je voulus m assurer du fait. 

J enfermai alors les larves dans un tube de verre et j y placai en mSme 
temps une demi-douzaine de chenilles prises parmi celles qui me restaient. 
La confirmation de mes soupfons ne se fit pas longtemps atlendre : des 



21 

qu une chenille et une larve venaient a se rencontrer dans le lube, celle-ci 
appliqnait ses mandibules sur une partie quelconque du corps de 1 in- 
secte et ne lachait plus. Apres s etre deballue quelques inslanls, la che 
nille devenail promplement immobile, et la larve prenait tranquillement 
sa pature. On apercevait distinctement, a Iravers la transparence de son 
tegument, les mouvemenls de la succion, et on voyait la substance brune 
de la chenille passer progressivement dans 1 eslomac de la larve. Quelque- 
fois, deux larves saisissaient une chenille chacune par une exlremite", ou 
m6me sucaient fralernellement a la meme place : Toperalion alors n elait 
pas longue. Du reste, en moins d une demi-heure, les six chenilles que 
j avais renferme es dans le tube furent Ires-propremenl vide"es. 

De"sireux de savoir jusqu oii allait la voracile" de ces larves, je voulus 
pousser Texperience plus loin et m assurer si, a defaut de chenilles de 
P. euphorbiella, elles ne refuseraient pas de de"vorer d autres especes. 
Malheureusement, en celte saison, le choix des chenilles n est pas tres- 
6tendu : tontefois, apres qnelques recherches, je parvins a me procurer 
une chenille de Phlogophora meticulosa, une de Plusia gamma, el enfin 
une troisieme, KAgrotis saucia, toutes les trois a peu pres a moitie" de 
leur croissance. Je commencai par la meticulosa, que j inlroduisis dans 
le tube : elle fut aussitot altaquee par les larves, qui s atlacherenl a sa 
peau, au nombre de cinq ou six, el ne Tabandonnerenl que lorsqu elle fut 
comple tement vide. La PI. gamma, qui lui succeda, subit rapidement le 
meme sort. 

Le lendemain, j offris a mes larves la derniere chenille, celle de VAgr. 
saucia, espece donl 1 enveloppe est plus epaisse et plus resistanle, et dont 
la taille e"tait au moins double de celle des pre"cedentes. J eus alors sous 
les yeux le spectacle d un veritable combat. 

Les larves envahissent la chenille, qui se livre a des con torsions deses- 
pe re es, pour essayer de se delivrer de ses ennemis : elle les saisil avec 
ses mandibules, les enleve de son corps, et les rejetle aussi loin qu elle 
peul. Leur conlacl semble lui inspirer une repulsion profonde, car je la 
vois se neltoyer vivemenl les pattes et les machoires pour les debarrasser 
de la maliere mucilagineuse que les larves y ont laissee. Mais elle n a pas 
le temps d achever son operation : les agressions se multiplied sans Ireve 
ni relache, el elle esl sans cesse obligee de faire face a de nouveaux 
assaillants, qui s atlachenl a ses flancs comme de verilables sangsues. Us 
dirigenl leurs efforls sur la region venlrale, enlre les pa ties membra- 
neuses, sachant bien que la est le point vulnerable et I endroit ou la 



22 - 

peau cst moins duve a percer. A la fin, harcelee, epuisee, apres des con 
vulsions ct des soubresauls innombrables, peut-etre aussi frappee d anes- 
thesic par suite des piqures recues, la chenille s etend tout de son long 
dans le tube, et abandon ne son corps sans defense a ia troupe vorace qui 
se gorge de son sang. 

Voila le fait tel que je 1 ai observe* dans toute son exactitude : je de"sire 
qu il puisse motiver de nouvelles observations, et je serais heureux si 
1 un de mes collegues, familiarise" avec les moeurs des Heme robes, pouvait 
nous dire si Ton connalt de*ja quelque espece se nourrissant d autres 
insecles que de Pucerons, el notammenl de chenilles. II serait egalement 
inte ressant de savoir si les especes aphivores se comporteraient, & 1 occa- 
sion, de la meme maniere que celles dont je viens de parler. Du reste, 
je me propose d elever ces larves, si je le puis, jusqu a Teclosion de 
1 insecte parfait, afin d en faire determiner 1 espece. 

M. J.-M.-F. Bigot adresse la note qui suit : 

Dans le cours de Tanned 1880, M. le comte de Manuel, a Albertville, 
ayant capture" un Folistcs, afin d oblenir I e closion de Xenos, dont les 
pupes apparaissaient dans 1 intervalle de quelques segments abdominaux, 
renferma rHymenoptere, transperce" de I ^pingle ordinaire, dans une boite 
dont j ignore la nature. Quelque temps apres, a rouverture du re"cipient, 
il trouva, non les Xcnos qu il esperail, mais cinq pctites Muscidcs, quMl 
s empressa de coller sur bnstol et qu il remit a mon ami L, Fairmaire. 

Ce dernier voulut bien m en faire don et m en demander la determi 
nation, mission rendue fort difficile par suite de la preparation de"fectueuse 
des echantillons. 

Cependant, j ai pu reconnaitre ici la Drosophila uvarum, $ (Rondani, 
Bull Gomiz. Agric., Parma, 1875. Voir aussi : Florence, Bull. Enlom., 
ann. VIII, 1876, p. /i). Proche voisine de \&Dros. fenestrarum, $ (Fallen, 
Meig., Schiner), tres-commune dans les celliers, mais sa diagnose ne 
mentionne pas : les deux bandcs, asscz etroiles, dorsalo-longttudinales, 
rougcdtrcs, du thorax (souvent, il est vrai, a peine distinctes), visibles 
sur mes e"chanlillons, ainsi que sur un specimen typique, donne" par ce 
mailre regrelte. 

J ajouterai que je n ai pu de"couvrir, sur le corps desse"che du Polistes, 
aucune trace de la sortie du parasite, sauf peut-elre tin le ger soulevement 
lateral du 3 e segment de 1 abdomen, et que, duranl mes longues Etudes 



--23 

dipterologiques, je n ai pas souvenance d avoir rencontre la mention d un 
fait aussi anormal. 

Ces Dipferes minuscules n auraient-ils pas etc" attire s par les eflluves 
plus ou moins penetrantes de 1 Hymenoptere gorge" des malieres saccha 
rines ou alcooliques auxquelles ils out coutume de confier leur proge- 
niture ? 

M. H. Lucas communique line note sur un Cruslace de 1 ordre des 
Siphonoslomes : 

Le Nicolhoe du Homard (Nicothoa astaci), Crustace de la famille des 
Pachycephales, de la tribu des Ergasiliens, decrit et figure par MM. Au- 
douin et Milne-Edwards, Ann. des Sc. nat., l re se rie, tome IX, p. 5/i5, 
pi. 9, fig. 1 a 3.. (1826), n avait encore ete" signale" que comme vivant 
sur les branchies du Homarus marinus Edw. 

Supposant que ce parasite pouvait vivre egalement sur d autres eras- 
lace s comestibles, j examinai avec soin les organes respiratoires du Pali- 
nurus vulgaris, et remarquai que ce Siphonostome se plait aussi sur les 
branchies de ces grands Macroures. 

C est sur les cotes du Calvados (Lion-sur-Mer, Honfleur), de la Seine- 
Inferieure (Saint-Valery, Veules-en-Caux), de la Manche (Grandville), de 
la Loire-Inferieure (Prefailles), que ces recherches ont e"te faites. 

M. Hesse, qui s occupe specialement de 1 embryogenie des Crustace"s 
inferieurs, auquel j ai communique cette observation, a rencontr6 aussi 
tres-commune ment ce Cruslace sur les branchies des Langoustes (Pali- 
nurus vulgaris}, abondamment re pandues sur les cotes de Bretagne. 

Au suj et de ce Grustace, je ferai remarquer que le male, que n ont pas 
connu MM. Audouin et Milne-Edwards, auteurs de cette coupe gene- 
rique, esl de tres-petite taille, et que ce sexe a 6te decouvert par M. Van 
Beneden, decrit et figure" par ce naturaliste dans les Memoires de 1 Acad. 
roy. des Sc. de Belgique, t. XXIV, p. 22, pi. 1, fig. 21 $, fig. 22 d* 
(1850). 

En examinant les branchies des Homarus marinus el des Palinurus 
vulgaris, ce parasite se presente sous la forme d un point de couleur 
rosee; soumis a la loupe, il fixe de suite I aUenlion de Tobservateur par 
le grand developpement de la partie posterieure du thorax, qui se pro- 
longe de chaque cote en forme de lobes arrondis, dont la grosseur depasse 
de beaucoup celle de lout le reste du corps, et donne a celui-ci 1 appa- 



- 27 - 

rcnce d un fer a clieval, enlre les branches duquel sc trouve un petit 
proloogement conique, donnant allache a deux grands sacs oviferes. 
Long. 2 1/2 a 3 mill. ?. 

Quant an male, il est tres-petit, nc ressemble nullemenl a la femelle 
el rappelle, par sa forme, un Cyclops slaphylinus ?, Crustace de 1 ordre 
des Copepodes et qui scrait prive de sacs oviferes. -Long. 1/2 mill. J. 

Candidat prtsentc. MM. Antonio-Maria de Gordon, professeur a TUni- 
vcrsite" de la Uavanc (Enlornologie generate], presenle par M. L. Buquet, 
au nom de M, Poey. Commissaires-rapporlenrs : MM. U. Lucas et L. 
Reiche. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



[BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Seance du 12 Janvier 1881. 

Berliner Entom. Zdlschrift (Inhalts-Verzeiclmiss der), Ann. XIX-XXIV 
(1875-1880). Chronologisches Verzeichniss der Arbeiten der einzel- 
nen Autoren in Jahrgang I-XXIV (1857-1880). 

Bulletin d lnscctologie agricole, n os 11 et 12, novembre et decembre 1880. 

Diverses notes d enlomologie appliquee. O. DE LALEU, Sangsues. 

HUIN, Allacus Pcrnyi. Noles d apiculture. E. VIANNE, 
Oiseaux inseclivores. Tables de 1 annee 1880. 

Bulletin de la Societe d eludes scicnlifiques d Angers, 1880, l er fasc. 
Pen d enlomologie. Acariens (TROUESSART). A. MONTANDON, 
Lisle de Goleoplercs Irouv^s en Yalachie. 

Comples rcndus hcbdom. des seances de I Academic des Sciences, n* 25 
et 26. Tables du l er semeslre 1880. N 1, 1881. P. 1089, H. 
VIALLANES, Sur les tcrminaisons nerveuses sensitives dans la peau de 
quelques insecles. P. 1091, S. JOURDAIN, Cruslaces (analomie). 

L Archiviste : A. LEVEILLE. 
Paris, 5 fevricr 1881. 



. Impr. TELIX MALTESTE LT C, rue des Deux-Portes-Saint-Sauveur, 22. 



PROJET DE REGLEMENT INTERIEUR 



DE LA 



SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 



Supplement ail Bulletin den seances 

paraissant deux fois par mois. 



15 FSVRIER 1881. 



PROJET DE REGLEMENT INTERIEUR 

DE LA 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 



NOTA. Les articles des Statuts sont intercales dans le present Reglement 
intlrieur : ils sont imprimis en italique. 



GHAPITRE ler. 
Constitution dc la Societe. 

ARTICLE l er . La Societe prend le litre de : SOCIETE ENTOMOLOGIQUE 
DE FRANCE. (Article l er des Slatuts.) 

ART. 2. Son objet est de concourir aux pr ogres dc I Entomologie en 
general, et d appliquer cette science a i Agriculture, a I Induslrie, aux 
Arts et a la Uedednc. (Art. 2 des Statuts.) 

ART. 3. Le nombre des Membrcs de la Societe est illiniite. Les 
Francais et Ics Strangers peuvent egalement en faire partie. Toutcfois, 
les Membres francais ont seuls le droit de vote en matiere administrative. 
(Art. 3 des Statuts.) 

ART. b. Pour faire partie de la Socie"te a litre de Membre effectif, 11 
faut etre present^ par un de ses Membres. 

Le Bureau, sur cette presentation crile, nomme deux Commissaires 
pour faire, dans la stance suivante, un rapport sur le Candida!. 

Apres la lecture de ce rapport, la Societe se prononce, au scrutin secret 
et a la majority absolue des Membres presents, sur les conclusions 
proposers. 

ART. 5. La Society peut admettre, a litre (YAssistants, de jeunes 



li Reglemcnt dc la Soctete. 

naluralistes, n ayant ni le droit de vote, ni le droit de faire des commu 
nications; et auxquels suffira, pour tonle formalite d admission, une 
simple presentation au President, avec ratification immediate par la 
Societe. 

A r&ge de vingt et un ans, les Assistants devront se faire recevoir 
Membres effeclifs; ils ne seront point soumis a la formalite" du rapport, 
et leur seule declaration, porle"e par le President a la connaissance de la 
Sociele" en seance, suffira pour regularise? leur situation. 

En Tabsence de cette declaration, ils seront exclus de plein droit. 

ART. 6. Chaque Membre paye une cotisation annuelle de vingt-qualre 
francs. (Art. 10 des Statuts, 1.) 
Les Assistants payent une cotisalion annuelle de cinq francs. 

ART. 7. Le payement de la premiere anne"e de cotisation efleclue", le 
nouveau Membre est inscrit sur la lisle generate, recoit nn Diplome, un 
exemplaire des Statuts et du Reglement, et successivement les publications 
regulieres de la Societe", a partir du premier trimestre de TannSe de sa 
reception. 

Le Diplome est signe par le President, le Secretaire et le Tresorier. 
Celui-ci ne remet le Diplome qu apres 1 acquittement de la cotisation 
annuelle, qui tient lieu de droit d entree. 

Les Assistants n ont pas de Diplome; iis recoivent seulement le Bulletin 
des seances, apres le payemenl de leur cotisation. 

ART. 8. Les publications de la Societe sont mises a la disposition 
des Membres par le Tresorier, chez qui ils devront les faire retirer. 

Cependant, s ils desirent les recevoir franco, ils devront ajouter a leur 
cotisation une somme de deux francs. 

ART. 9. Tous les Membres effectifs ou Assistants doivenl faire par- 
venir leur cotisalion sans frais dans le premier trimestre de 1 annee. 

ART. 10. Tout Societaire peut se liberer de sa cotisation annuelle 
par le versement d une somme de trois cents francs une fois payee. (Art. 10 
des Statuts, 2.) 

II prend alors le nom de Membre perpetuel. 

La somme de trois cents francs sera immediatemenl immobilis^e par 
les soins du Tresorier. 

Pass6 le premier trimestre, la cotisation de i anne"e est due. 



Reglement de la Societe. 5 

Toutefois, et par exception, les Membres nouveaux seront liberes par le 
versement de cette somme de trois cents francs, a quelque e"poque de 
1 annee qu ail lieu leur entree a la Societe". 

ART. 11. Tout Membre perpe"tuel peut obtenir, h tilre de prime, un 
maximum de dix volumes des Annales, preleves sur les annees disponibles 
anlerieures a son admission. 

La Socie te fixera chaque anne"e, d apres la quantite d Annales dispo 
nibles, les volumes sur lesquels le choix des Membres perpeluels pourra 
s exercer. 

ART. 12. La Societe nomine des Membres honoraires parmi les per- 
sonnes qui ont rendu des services eminents a la science. Leur nombre ne 
peut depasser celui de douze. 

Les Membres honoraires ne sont astreints a aucune cotisation et 
recoivent les diverses publications de la Societe. 

Elle peut aussi nommer un President honoraire. 

ART. 13. Toute proposition tendant a 1 election d un Membre hono 
raire doit etre signee de cinq Membres au moins ; elle est ensuite ren- 
voyee au Conseil qui, dans la seance suivante, fait son rapport sur la 
question de ropportunite". 

Apres avoir entendu ce rapport, la Societe, s U y a lieu, nomme une 
Commission de cinq Membres chargee de presenter ulterieurement une 
lisle de candidats ; cetle liste esl inseree dans le plus prochain numero du 
Bulletin des seances, et le vole est renvoye* a la seconde seance suivante. 

Tous les Membres francais ont droit de prendre part a ce vole, qui a 
lieu au scrutin secret, soil direclement, soil par correspondance. 

Dans ce dernier cas, Tenveloppe fermee contenant le bulletin de vote 
et signee par le Socie"taire de qui elle e"mane, devra parvenir entre les 
mains du President avant 1 ouverlure du scrutin. 

CHAPITRE II. 
Administration de la Societe. 

ART. IZu L administration de la Society est confiee a un Bureau et a 
un Conseil. 



6 Llecjlement de Id Societe, 

Les Membres titulaires du Bureau sonl ad joints au.r Mcmbrcs du Gonscil 
et out les mcmcs droils que ccit.v-ci. (Art. /i des Statuts.) 

ART. 15. Le Bureau csL compose : 

D un President, d un Vice-President 

D un Secretaire, de deux Secretaires adjoints ; 

D un Tresorier ; 

D un Arckiviste et d un Archivisle adjoint. (Art. 5 des Slatuls.) 

ART. 16. Les Membres du Bureau, du Conseil et des Commissions 
ordinaires sont choisis parmi les Membres residanls. Dans le cas oil Tun 
de ces fonclionnaires cesserait d etre Membre residant, sa demission sera 
acquise de plein droit, et son remplacement devra s effectuer a la plus 
procliaine seance de la Socie"te". 

ART. 17. Le Bureau et les Commissions sont renouvele"s tons les 
ans dans la seconde seance de decembre et entrenl en fonctions a la pre 
miere de Janvier. 

ART. 18. Tous les Membres du Bureau sont reeligibles, a I cxception 
du President, qui ne pent etre nomme deux annees conseculives ; il ne 
pent non plus etre immtdiatemcnt elu Vice-President. (Art. 6 des Statuts.) 

ART. 19. Le Conseil est compose de dix Membres : les quatre 
Mcmbrcs titulaires du Bureau ct six Gonseillers, dont trois sont remplaces 
chaque annee. (Art. 7 des Statuts.) 

ART. 20. Les Membres du Bureau sont elus au scrutin uninominal 
et a la majorile absolue des Membres presents; ceux du Conseil sont elus 
au scrutin de listc et a la majorile relative des suffrages, dans la derniere 
seance de I annee. (Art. 8 des Statuts.) 



CHAPITRE III. 
Fonctionnaires. 



ART. 21. Le President dirige 1 ordre des seances ; il nomme , de 
concert avec le Bureau, les Commissions autres que celles indiquees aux 
articles 29, 30 et 58, 



Reglemcnt dc la Socictt. 7 

En son absence, le Vice-President, et a son defaut un des derniers 
Presidents, ou enfm le doyen d age occupe le fauteuil. 

En cas de partage dans les votes, le President a voix preponderate. 

ART. 22. Le Secretaire re"dige le proces-verbal des seances. 11 donne 
lecture de ce proces-verbal, de la correspondance scienlifique, des 
Memoires adresses a la Sociele", etc. IJ recoil et inscril les travaux pr6- 
sentes, en dirige et en surveille 1 irapression. 

En cas d absence du Secretaire et de ses adjoints, le Bureau designe 
un Membre pour en remplir les fonclions. 

ART. 23. Le deuxieme Secretaire adjoint est spe"cialement charge 
de la distribution du Bulletin des seances. 

ART. 2Zi. Le Tresorier est charge de la correspondance administra 
tive, du recouvremenl des cotisations, du depot et de Fenvoi des Annales. 

11 est personnellement responsable des fonds et des valeurs qui lui sont 
confies. 

ART. 25. Dans la premiere seance de I annee, le compte des recettes 
et des depenses de I cxercice ecoulc est soumis par le Tresorier a [ appro 
bation de la Societe. Ce compte est public dans le Bulletin des seances. 
(Art. 13 des Statuts.) 

Les de penses courantes sont payees par le Tresorier, sans autorisation 
prealable; les depenses extraorclinaires ne peuvent 1 etre qu en vertu 
d une deliberation de la Societe. 11 doit justifier des depenses par pieces a 
Tappui. 

ART. 26. L Archiviste a dans ses attributions la correspondance 
relative aux ^changes de publications avec les Socieles savantes et 1 envoi 
des Annales a ces Socie"tes. 

La conservation des livres, archives el manuscrits est confide a sa 
garde ; il en est personnellement responsable ; il doit en donner communi 
cation aux Membres residants de la Societe qui lui en font la demande. 
En outre, il est charge de la redaction d un Bulletin bibliographique* 



8 Reglement de la Societe. 

CHAPITRE IV. 
Du Conseil et des Commissions. 

ART. 27. Le Conseil est charge" d e"tudier les questions administra- 
tives qui lui sont soumises. II les examine et fait un rapport, sur les 
conclusions duquel la Societe" prend une decision. 

ART. 28. Le Conseil est spe cialement charge" de la verification des 
comptes du Tre sorier. II resume dans un rapport motive", pre sente a la 
Societe" dans la deuxieme stance de l anne"e, ses observations sur la gestion 
de ce fonctionnaire. 

ART. 29. Une Commission dite Commission de Publication est nomme e 
tous les ans pour examiner les Me" moires et Travaux presented, et choisir 
parmi eux ceux dont elle juge opporlun de proposer Timpression. 

Cette Commission se compose des Membres titulaires du Bureau et de 
cinq Membres elus au scrutin de liste et a la majority relative des suffrages; 
ces cinq Membres ne peuvent etre e"lus deux annees de suite. 

ART. 30. Une Commission dite Commission de la Bibliolheque est 
charged de formuler les propositions concernant Temploi des fonds affected 
a Paccroissement de la Bibliotheque. 

Cette Commission se compose des Membres titulaires du Bureau et de 
trois Membres nomme"s suivant les formes adoptees pour la Commission 
de Publication. 

ds trois Membres sont re e ligibles. 

CHAPITRE V. 
Ordre des Seapces. Travaux. 

ART. 31. La Societe tient ses seances habituelles et ses assembles 
generates a Paris. Elle pourra tenir des seances extraordinaires sur un 
des points de la France qui aura ele prealablement determine. Un Bureau 
sera specialcment organist par les Membres presents a ces reunions. (Art. 9 
des Statuls.) 



Reglement de la Societe. 9 

Les stances ordinaires de la Societe ont lieu, a 7 heures 1/2 du soir, 
les deuxieme et quatrieme mercredi de chaque mois. 

ART. 32. -Les Iravaux de chaque stance ont lieu dans 1 ordre suivant : 

1 Lecture du proces-verbal de la stance pr6cedente ; 

2 Lecture de la correspondance ; 

3 Presentation des ouvrages offerts ; 

U Rapports divers ; 

5 Propositions de presentation et autres ; 

6 Lecture des travaux Merits ; 

7 Communications verbales. 

Les Communications ecrites ou verbales sont faites par ordre d in- 
scription. 

Le Secretaire n inscrit au proces-verbal que les Communications sur 
lesquelles il lui a ete remis seance tenante une note detailiee. La remise 
de cette note n implique aucun droit d impression integrate ; elle est 
fournie a titre de simple renseignement. 

ART. 33. Toute decision (sauf pour la nomination des Membres 
honoraires et le vote du Prix J. Dollfus) est prise par assis et lev, & 
moins que le scrutin secret ne soit demands par cinq Membres. 

ART. 3Zi. Toute proposition tendant a modifier le Reglement doit 
etre ecrite, signee par son auleur et deposee en seance enlre les mains 
du President qui, si elle est prise en consideration, la renvoie a 1 examen 
du Conseil. 

Le Conseil entend 1 auteur de la proposition et fait un rapport dans la 
seance suivanle. Les conclusions du rapport et la proposition elle-meme 
sont imprimees dans le Bulletin des seances, et la discussion renvoyee a 
un mois a dater du jour ou le rapport a ete depose. II est precede ensuite 
au vote dans la forme ordinaire. 

ART. 35. Lors du deces d un Societaire, le Bureau peut designer un 
Membre pour faire une notice necrologique. 

ART. 36. Toute discussion etrangere aux sciences naturelles est 
formellement interdite. 



10 Riglcmcnl dc la Societe. 

ART. 37. Tout Membre peut amencr aux. seances line ou deux per- 
sonnes e"trangeres a la 8001016 : il doit, en arrivant, les presenter au 
President. 

ART. 38. Le Comite secret est de droit lorsqu il est reclame" par 
cinq Membres au inoins. Dans ce cas, le proces-verbal doit menlionner : 
1 la demande de Comite secret ; 2 I e nonce de la question qui a e"le 
traitee; et 3" le resultat du vote qui a pu intervenir. 



CHAPITRE VI. 
Des Publications de la Soeiete. 

ART. 39. Les publications de la Societe comprennent : 
1 Le Bulletin des seances ; 
2 Les Annales, paraissant par cahiers trimestriels ; 
3 Les publications exceptionnelles. 

ART. ZiO. Le Bulletin des seances contient le proces-verbal de la seance 
qu il concerne, avec mention du nom du President, du nom des Membres 
non residants et des Savants elrangers qui ont assiste a la reunion. II 
renferme egalement le Bulletin bibliographique. 

ART. &1. Chaque Membre n a droit, par seance, qu a une page 
d impression au plus dans le Bulletin. 

Les descriptions isolees n y etant admises qu a titre exceptionnel et 
seulement lorsqu un interet d actualite s y rattache, chaque Membre ne 
pourra faire imprimer au Bulletin plus de douze descriptions par an. 

ART. 42. L enonce des mentions et propositions diverses au cours 
des discussions, les rapports officiels reguliers ou extraordinaires rcsleht 
en dehors du droit d inserlion tel qu^il est e labli a 1 article precedent. 

En outre, tout Membre nomme ment mis en cause conserve, en deliors 
de son droit d impression, un droit de r6ponse qui ne peut exccdcr les 
dimensions de la communication qui 1 a provoque e. 

ART. A3. Le Bulletin des stances est distribue gratuitement aux 
Membres francais ayant paye leur cotisation de .ranne"e prece"dente. Les 



Reg lenient de la Societe. 11 

Membres etrangers peuvent le recevoir aussi centre le payemenl de la 
somme d trn franc pour affranchissement. 

ART. lib. Les proces-verbaux des seances et le Bulletin bibliogra- 
phique sont reproduits chaque trimestre a la suite des Annalcs. 

ART. 45. Les Annalcs se composent des Me moires et Travaux pre"- 
sentes par les Membres de la Societe. 

La Societe, quatre fois par an, est appelee a voter la composition des 
fascicules trimestriels sur une liste dressee a cet effet par la Commission 
de Publication. 

Les ouvrages seront insures, autant que possible, dans 1 ordre de depot; 
toutefois, la Societe" se reserve le droit absolu de fixer 1 ordre de ses 
publications. 

ART. Z|6. Les Annales que la Societe public sont delivrecs gratuite- 
ment a tous les Membres de la Societe. (Art. 11 des Statuts). 

ART. Zi7. Aucun travail ne peut etre imprime dans les Annales s il 
n a 6le prealablement lu on au moins communique par extraits & la Sociele. 
II porte, quelle que soil 1 epoque de sa publication, la date de la seance 
dans laquelle il a ele presenle. 

ART. /i8. L impression d un Memoire ne peut e"tre vote"e par la 
Societe que si le manuscrit, texte et planches, est entierement en sa 
possession. 

Les auteurs ne pourront, line fois leur manuscrit livre a 1 impression, 
faire aucun changement sans etre engages par ce fait a payer la totalite" 
des frais de composition et de remaniemenls qui en seront la conse 
quence. 

ART. Zi9. La Societe peut autoriser 1 impression d un manuscrit dont 
les dimensions depasseraient la quotile proposee par la Commission de 
Publication, moyennant que 1 auteur s engage a payer les frais de 1 exce- 
dant. Ce supplement d impression, ton I a 1 avantage des Annales, ne peut 
en aucun cas porter prejudice aux auleurs dont les manuscrits sont en 
portefeuille. 

ART. 50. Les auteurs des Me moires publics dans les Annales ont 
droit, a litre gratuit, & un tirage a part de vingt exemplaires (texle et 



12 Reglement de la Societf. 

planches noires). Un tirage plus considerable peut e"tre accorde", mais 
aux frais des auteurs (1). 

ART. 51. Les opinions 6mises dans les Annales sont entierement 
propres a leurs auteurs ; la Societe" n entend aucunement en assumer la 
responsabilite". 

ART. 52. La Societe peut, lorsque ses ressources le lui perraettent, 
faire paraitre dans ou en dehors des Annales des publications exception- 
nelles. 

Le Conseil, le Tre sorier et la Commission de Publication devront, 
prealablement & toute decision, faire connaltre leur avis & ce sujet dans 
des rapports motives et se pare s. Ces rapports devront 6tre imprime s au 
Bulletin des seances un mois avant qu il ne soil proce"de au vote. 

CHAPITRE VII. 
Des proprietes, revenue ct depenses de la Soeiete. 

ART. 53. La Societe etablit annmllement le budget de ses depenses. 
(Art. 12 des Statuts.) 

ART. 5/i. Les deliberations relatives a des alienations, acquisitions 
ou echanges d immeubles, et a I acceptation de dons et legs, sont subor- 
donnees a I autorisation du Gouvernement. (Art. 1U des Slatuts.) 

ART. 55. Les ressources de la Societe se composent : 

1 Du revenu des biens et valeurs appartenant a la Societe ; 

2 De la cotisation annuelle des Membres, montant a 24 francs ; 

3 Du rachat de ladite cotisation par le payement d une somme de 
300 francs, en conformite du 2 de I article 10 des Statuts; (Art. 10 du 
Reglement.) 

Zi Du produit de la vente des publications; 

(1) Le prix des lirages a part supplementaires est de cinq centimes par feuille 
d impression (sans aucun remaniement), de dix centimes parplanche noire et de 
trente centimes par planche coloriee. 

Toute demande de tirage ordinaire ou supplementaire doit etre adressee, soit 
au Secretaire, soit au Tresorier de la Society en meme temps que le manuscrit. 



Regtement de la Societe. 13 

5" Des dons et legs gu elle est autorisee a recueillir ; 
6 Des subventions qui peuvent lui etre accordees par I fitat ; (Art. 15 
des Statuts.) 
7 De la cotisation annuelle des Assistants, 

ART. 56. Les fonds libres sont places sur I fttat on sur valeurs 
garanties par I &tat. (Art. 16 des Statuts.) 

ART. 57. Le Tre"sorier doit chaque annle, a rgpoque de la reddition 
de ses comptes, soumettre au President les litres appartenant a la Socie te 
et dont il est depositaire conforme"ment au 2 de 1 article 2/i. 

Les nume"ros de ces litres nominatifs ou au porteur doivent etre inscrits 
sur un registre special dont le President reste depositaire, et qu il doit 
transmettre a son successeur. 

La Societe* peut, par une decision speciale, decharger le Tre"sorier de la 
garde de ces valeurs et les confier soil au President, soil a tout autre 
Membre du Bureau de"signe" a cet eflet. Elle peut aussi, en pareil cas, en 
faire le depot regulier a la Banque de France. 

ART. 58. La rente perpeHuelle de trois cents francs mise a la dispo 
sition de la Societe" par M. Dollfus pere, pour perpetuer le souvenir de 
son fils, decede Membre de la Socie te , est affected a la fondation d un 
prix annuel de pareille sbmme qui est appele Prix J. Dollfus. 

Ce Prix sera decerne confornie ment a la decision speciale prise dans la 
seance du 10 mars 1877, sauf la modification suivante : 

Tous les Membres francais, residants ou non , seront appeles a voter 
sur les conclusions de la Commission du Prix Dollfus, soil directement, 
soit par correspondance. 

Ce vote aura lieu suivant les formes usite es pour la nomination des 
Membres honoraires ( 4 de 1 article 13). 

CHAPITRE VIII. 
Bibliotheque, Archives et Collections. 

ART. 58. La Societe forme une Bibliotheque. L Archiviste tient un 
Catalogue de tous les ouvrages et manuscrits qui la composent. 



14 Refflemmt de la Socittt. 

ART. 59. Aucun ouvrage ne peut 6tre pr^te" que sur un recu donne" 
a 1 Archiviste. 

Les de" tenteurs d ouvrages appartenant a la Socie te en sont responsables. 

Dans le cas ou ces volumes seraient en mauvais 6 tat ou incomplete an 
moment du pret, il doit en etre fait mention sur le rec.u. 

Tout ouvrage prete" doit etre rendu dans le delai d un mois ; la meme 
personne peut toutefois le conserver pendant un nouveau de"lai, mais a la 
condition que dans rinlervalle nul autre Membre n en aura fait la 
demande. 

Tous les ouvrages prate s doivenl etre re inte gres a la Bibliotheque dans 
la derniere quinzaine de de"cembre, afin que 1 Archiviste en constate 1 etat 
et en fasse, s il y a lieu, son rapport a la Society dans le courant de 
Janvier. 

ART. 60. La Societe" se reserve le droit d interdire la sortie des 
ouvrages rares ou precieux ; ils ne pourront alors 6tre consultes que sur 
place. 

ART. 61. Les proces-verbaux, rapports et travaux quelconques de 
la Societe sont deposes aux Archives, ainsi que deux exemplaires impri- 
mes de ses publications. Un de ces deux exemplaires doit resler a demeure 
a la Bibliotheque et ne peut en sortir sous aucun pretexte. 

ART. 62. Les Collections dont la Socie te est ou deviendrait proprie- 
taire par suite de dons ou de legs, sont confiees a la garde des Membres 
de la Societe qui se trouvent place s dans les meilleures conditions pour 
les communiquer a leurs collegues. 

Au d^but de chaque annee, le Conseil deUegue, un ou plusieurs de ses 
Membres pour s assurer de T6tat de ces Collections. Le resultat de cet 
examen est communique a la Socie te, qui decide, s il y a lieu, de conserver 
leur mandat aux Membres depositaires des Collections. 

CHAPITRE IX. 
Dispositions generates. 

ART. 63. Le timbre de la Socie te" est appose" sur tous les objets qui 
sont susceptibles de le recevoir. Un timbre special est applique" sur les 



Reglement de la Societe. 



15 



ouvrages acquis an moyen des fonds donnas par M. Pierret pere a la 
Societ^. 

ART. 6Zu Les decisions prises en stance, sur quelque objet que ce 
soil, obligent tous les Membres presents ou absents a la deliberation. 

ART. 65. Tout engagement contracte envers la Societe" par un de ses 
Membres prend fin par suite de deces ou de demission. 

La demission est conslalee par le proces-verbal de la seance ou elle a 
ete" donnee et acceptee. 

ART. 66. Les Membres clemissionnaires sont tenus d acquitter leurs 
cotisations arrierees et celle de Tannee commencee. 

ART. 67. Gelui qui refuse de se conformer an present Reglement 
perd ses droits et sa qualite de Membre de la Societe, sans cesser d etre 
tenu de remplir ses obligations envers elle, tanl qu il n a pas donne sa 
demission, ou qu il n a pas etc" raye d office de la liste des Membres. 

ART. 68. Les Membres perpetuels sont astreints comme les autres 
Membres a Tobservation integrate du Reglement ; ils n ont droit a aucun 
remboursement en cas de demission ou de radiation. 

ART. 69. Nut changement m pent etre apporU aux Statuts qu avec 
C approbation du Gouvcrnement. (Art. 17 des Statuts.) 

ART. 70. En cas de dissolution de la Societe, tous les Membres sont 
appelcs a decider de la destination a donner a ses proprietes, en respectant 
les clauses slipulees par les donateurs. (Art. 18 des Statuts.) 



PARIS. Typographic F*LIX MA.LTESTK ST C, rue dei Deux-Portw-Sakit-Sauveur, 22, 



1(581. N 5. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme etablissement d utilite publique 



Avis. 1 Le Banquet annuel commemoratif de la fondation de la 
SocieW aura lieu le samedi 5 mars, au Palais-Royal, galerie Montpen- 
sier, 9 (cafe Douix), h 6 heures. Adresser immediaiement les adhesions 
et le montant de la souscription, fixe" a 10 fr. 50 c., soil a M. Louis 
REICHE (rue Saint-Honor^, 191), soil a M. JULES GROUVELLE (rue des 
Ecoles, 26), qui sont charges de 1 organisation du Banquet. 

2 Dans la seance du 23 fevrier, la Socie"te votera sur les concl 
du Rapport de la Commission du Prix Dollfus pour 1880 ; et, dans la 
seance du 9 mars, elle commencera la discussion du projet de Reglement 
qui a e"te" adresse a tous les Membres francais le 15 fevrier. 

3 Les Archivistes avertissent leurs collegues qu ils vont adresser une 
circulaire aux delenteurs d ouvrages de la Bibliotheque ; ils les prient de 
faire remettre (rue du Cherche-Midi, Zi2) ces ouvrages le plus t6t pos 
sible, ou de renouveler le pret par lettre, ce qui permettra de clore le 
registre de 1880. 



BULLETIN DES SEANCES 

Paraissant deux fois par mois 



Seance du O Fevrier 

Presidence de M. L. REICHE, Vice-President. 

Lecture. M. E. Simon fait connaitre un memoire ayant pour titre : 
Arachnides des lies Afores (lie Saint-Michel), recueillis par M. Arruda 
Furtado. 

Communications. M. L. Fairmaire adresse la description d\me nouvelle 
espece europ6enne de Col^opteres : 

(9 e annte, n 187.) 3 



26 - 

SERICA LCTEIPES. Long. 5 a 6 mill. Oblongo-ovata, convexa, fusco- 
brunnea, lateribus plus minusvc rufesccntibus, aut picco-lutescens, disco 
plus minusvc infuscato, sat dense cinerco-pubcscens, pedibus piceo-luteis ; 
capitc tcnuiter densissime punctato-rugosulo, maryinc antico rufescente, 
rcflexo, intus utrinque imprcsso ; prolhoracc, lateribus antice cum angulis, 
rotundato, dense punctate, media obsolete longitudinaliter imprcsso, basi 
utrinque tra nsversim leviter impresso ; scutello punctato ; elylris post 
medium ampliatis, apicc fere truncatis, scd extus late rotundatis, stria- 
tulis, intcrvallis dense punclatis, altcrnatim magis clevatis. 

Sardaigne (Damry). 

Get insecte a plutot le facias d une Hymcnoplia, mais les crochets n ont 
pas de membrane ; les anlennes ont dix articles ; les tibias anterieurs ont 
deux grandes dents, plus une troisieme Ires-obtuse, vers la base; le meso- 
sternura est assez large et obliquement declive. 

M. Aug. Chevrolat donne les diagnoses de trois nouvelles especes 
de Gurculionides de la division des Cholides : 

1 AMPHYORHYNCHUS FLEXUOSUS. Long. 15 mill.; lat. 8 mill. Elon- 
gatus, niger ; elytris subconicis, scrie tuberculatis cum fascia postice 
flexuosa ct angulata flava , interstitiis scrie granosis ; rostro arcuato 
cylindrico, punctato nitido ; capite convexo ; protlwrace subtriangulari, 
tuberculis nigris nitidis supra ct infra, dense tccto scd dorsalibus pori- 
feris ; pedibus anticis longioribus, femoribus spina recurva armatis tro- 
chanteribus anticis antice breviter spinosis. 

Brasilia. A D. Delauney datus. 

2 ARCHARIAS ATRIPES. Long. 25 mill.; lat. 10 1/2 mill. Elongatus, 
planus , indumento murino et tubcrculis nigris scrie dispositis tectus, 
pedibus subnitidis nigris ; rostro arcuato, cylindrico, punctidato, nigro 
nitido basi 5 carinato apice piano, capite longitudine canaliculato ; pro- 
thorace subtriangulari, lateribus et in disco vage tuberculato, longitu 
dine dcprcsso ct sulcato, antice breviter carinato ; scutello elongato, con 
vexo, longitudine sulcato apice cmarginato ; elytris clongatis, planis, sin- 
gulatim in apice. suturse obtuse angulatis, punctato-striatis, interstitiis 
dorsalibus scrie tuberculatis ; corpore infra murino ; femoribus anticis 
breviter calcaratis, tarsis latis albicantibus. 

Brasilia. Typ. aucloris. 



27 

Gette espece est voisine de 1 A. cylindrirostris nob., mais elle est plus 
e"troite et plane. 

3 A. GRANIFER. Long. 24 mill.; lat. 10 mill. Oblongus, sub- 
conicus convexus, niger, indumento cinereo dense et tuberculis minoribus 
nigris sine et vage tectus ; rostro arcuato nigro, punctato, basi granuloso, 
ocidis magnis antennisque nigris, serie art. funiculi clavato, secundo duplo 
longiori, capite convexo vage granoso ; prothorace subtriangulari, cinereo, 
tuberculis rotundatis nigris planiusculis tecto; scutello rotundato; elytris 
conicis, tuberculis nigris serie et confuse dispositis, fortiter callosis, con- 
junctim rotundatis ; corpore infra flavescenti nigro tuberculato ; pedibus 
cinereis pilosulis, femoribus granosis breviter calcaratis. 

Columbia. A D. Roelofs datus. 

Cette espece est voisine de YA. Rojasi nob., mais elle est plus longue 
et moins convexe. 

M. Maurige Girard communique les observations suivantes : 

1 II y a de"j& longtemps, M. le D r Laboulbene a porte a la connaissance 
de la Socie"t le fait d une larve de Longicorne, rencontree dans le bois d une 
chaise, et qui lui a donne YHesperophancs cinereus Villers, Linn, (kolose- 
riceus Rossi, nebulosus Oliv.). L annee derniere j ai fait connaitre les 
grands ravages causes par les larves de cette espece, dont les adultes ont 
ete" oblenus, et qui cornpromettaient gravement les charpentes de chene 
d une maison de campagne, a Agonac (Dordogne). Je viens de recevoir 
un echantillou de boiseries de sapin, provenant de 1 Ecole normale pri- 
raaire de Ghateauroux (Indre). Le bois est respecte a la surface, ce qui 
fait qu on ne s apercevait nullement des degals ; mais 1 interieur est 
reduit en minces lamelles friables et en poussiere. On a trouve dans ces 
boiseries des larves de divers ages, tout a fait pareilles a celles de 17ies- 
perophanes d Agonac. Le directeur de TEcole a conserve plusieurs autres 
morceaux de ces bois, afm d obtenir des adultes. II est certain qu on doit 
des a present compter ce Longicorne parmi les deslructeurs des bois sees 
et ouvre s d essences diverses. 

2 Je pr6sente des individus bien vivants du Pristonychus oblongus 
Dejean (Pyraeneus Fairmaire), trouv^s au fond d une tres-longue grotle 
tout a fait obscure, le Trou-du-Calcl, pres Sorreze (Tarn). Us sont depuis 
le tnois de septembre dernier au milieu du guano humide de chauves- 



28 

souris, et M. de Barrau de Muratel, qui me les a remis, a pu, Tann^e 
pre"ce"dente, en conserver a Fetal vivant, pendant dix mois, dans ce meme 
guano. Voila done la preuve d une grande longevity de cette espece a 
Tetat adulte. Reste a savoir si ces Carabiques demeurent a jeun ou s ils 
se nourrissent soit du guano meme, soil des debris divers d Articule s 
qui s y rencontrent. 

3 Je fais part d un fait dont 1 importance n echappera a personne. Un 
Phylloxera, tres-probablement, vient d etre constate" en Australie sur les 
racines des vignobles du district de Geelong, a une quinzaine de lieues 
de Melbourne, par un jeune naturaliste, M. Louis Bontan, attache a la 
section francaise de TExposition universelle de Melbourne. Les vignes 
offraient les taches caracte>istiques de la destruction phylloxe"rienne. 

Actuellement, les traitements au sull ure de carbone contre le redou- 
table Hemiplere se font, non-seulement en France, mais en Portugal, en 
Espagne, en Italic, en Hongrie, et vont commencer en Crimee. 

M. V. Signoret communique les descriptions de deux genres nou- 
veaux d He"mipteres de la division des Cydnides : 

1 CYDNOPELTUS (nov. gen.). Ce genre, tres-voisin de celui des 
Brachypeltus, s en distingue par le corps plus bombe, et surtout par le 
second article des antennes plus court que le troisieme, par le lobe 
median alteignant I extremite de la t6te, par les lobes late"raux non rele- 
ves en gouttiere, par le rostre atteignant 1 inserlion des pattes interme- 
diaires, etc. 

C. HORVALTHII. Java. Long. 6 mill.; larg. 2 3/4 mill. Noir brillant, 
les antennes, le rostre et les tarses ferrugineux, le premier article des 
anlennes et le second article du rostre plus pales. - Tete longue, ponc- 
tuee, le lobe median biponctue vers le sommet, ce qui indique probable- 
ment la presence de deux points piligeres. Prothorax fortement constricte 
en travers, avec une ligne de points sur le sillon, cinq a six points en 
dessous, une ligne de points vers le bord ant6rieur, et quelques points 
vers les angles anterieurs. fecusson a peine plus long que large, tres- 
fortement ponctue", avec les angles basilaires lisses. Elytres fortement 
slriees vers les nervures, la corie presque lisse au milieu, la membrane 
un pen moins longue. Abdomen noir brillant, ponctue sur les cotes des 
deuxieme et troisieme segments. Ostiole de m6me forme que dans les 
Brachypeltus. 



29 

Celte espece m a e"te" communiquee par M. Horvalth, auquel je me fais 
un devoir de la dewier; elle appartient au Musee national de Budapest. 

2 GAMPSOTES (nov. gen.). Je place sous ce nom de genre une 
espece remarquable par la longueur du corps et du rostre, ce qui la rap- 
proche de celles du genre Stenocoris, dont elle semblerait faire partie, 
mais dont elle s e"loigne par le second article des antennes plus court que 
le troisieme, par le troisieme article du rostre beaucoup plus court que 
le quatrieme et que le deuxieme, et surtout par la forme toute particu- 
liere de la base de ce dernier, qui est subitement arque" et offre une 
sorte de crosse a 1 articulation ; les autres caracteres comme dans le genre 
Stenocoris. 

G. PARALLELUS. Indes orientales, Long. 5 1/2 mill.; larg. 2 mill. 
D un noir poix, avec les tarses et le rostre ferrugineux (ce dernier tres- 
long), parallele sur les cote s. Tete avec les lobes 6gaux, le vertex 
ponctue", les antennes atteignant presque la base du prothorax, le rostre 
tres-long, atteignant le troisieme segment ventral, le quatrieme article 
aussi long que le second. Prothorax tres-echancre" anterieuremenl, ponc- 
lue, excepte deux espaces lisses sur le disque ante rieur et le bord posle- 
rieur. ftcusson tres-long, ponctue, excepte" le sommet, qui est le gerement 
arrundi. filytres tres-longues, poncluees, la membrane depassant legere- 
ment Tabdomen et moitie de la longueur de la corie ; d un jaune hyalin, 
avec trois ou quatre nervures peu developpees ; canal ostiolaire sinueux, 
avec rextremite multilobe", 1 ouverture ostiolaire en dessous a peine visible. 
Abdomen noir, tres-rugueux sur les cotes, lisse au milieu. 

Communique par M. Horvalth, et faisant partie du Musee de Budapest. 

M. le D r Aug. Puton envoie les notes suivantes sur la synonymic el 
1 habitat de quelques He"mipteres : 

Ccntrocarcnus Voixemi Put., 1878, Ann. Soc. ent. Fr., = C. coroniceps 

Jak., 1880. 
Monanthia ciliaris Put., 1879, Ann. Soc. ent. Fr., = M. Balanogloi 

Jak., 1880. 
Monanthia Kiescnwetteri, var. pauperata, Put., Synop., 1879, = M. an- 

gusti-pennis Jak., 1880. 

Teratocoris antcnnatus Boh. Dax (M. Duverger). 

Lygus limbatus Fall. Dax (M. Duverger), sur les saules. 



30 

Campy lomma lucida Jak. Dax (M. Duverger), sur les saules. 

Plagiognatlms flavipes Reut. Avignon (M. Nicolas). 

Nabis sarcptanus Dohrn. Aigues-Morles (M. Gaulle). Espece nouvelle 

pour la faune fran false. 

Mesovelia furcata Muls. et Rey. Bone (M. Olivier). 
Eactericera Perrisii Put. Marseille (M. Blanc), G6nes (M. Ferrari). 

M. H. Lucas donne lecture de la note suivante : 

En lisant la note de M. Constant, relative aux larves tfllemcrobius qui 
se nourrissent de chenilles, je me suis rappele" qu une observation a peu 
pres semblable a ele" faite par moi, il y a deja un certain nombre d anne"es. 
Cette remarque, reside inedite, date de I ann^e 1855, poque a laquelle 
j ai communique a la Societe" des Acxnites pcrlse provenant de larves 
ttllemcrobius per la (Bull., p. LXXXIX) prises a Saint-Gerrnain-en-Laye, et 
que j ai elevees. 

En observant les allies et venues de ces larves carnassieres qui se 
nourrissent de Pucerons, j avais vu sur les feuilles et les branches des 
enveloppes de larves en assez grand nombre, que j avais considerees 
comme e"tant sans importance. Desirant me procurer d autres Acaenites 
perlae parasites de ces Nevropteres, je fis inutilement des recherches a 
Saint-Germain en 1857; mais, me trouvant & Ghambourcy dans les pre 
miers jours de juin 1866, je passai en revue un tres-grand nombre de 
rosiers, presque tous envahis par des Aphis rosss ailes et non ailes, et je 
capturai ime vingtaine de larves adultes et non aclultes RHcmerobius. Je 
trouvai plusieurs feuilles et branches presentant un certain nombre de 
depouilles, parmi lesquelles je rencontrai de fausses chenilles a 1 etat 
jeune et deux larves d Hemerobius en train de s en nourrir. Le D r Sichel, 
consulte par moi, reconnut dans ces depouilles desse"chees et les jeunes 
larves vivanles celles de i Hylotoma rosse des auteurs. 

Cette observation rappelle tout a fait celle de M. Constant, avec cette 
difference que ce sont de jeunes larves d Hymenopteres qui servent de 
nourriture ^ ces larves de Nevropteres que j ai eleve"es et qui m*6nt donne 
Yllemerobius perla. 

Le D r Rambur(Hist. Nat. des Ins. Ne"vropt., p. A23, 1842) fait observer 
egalemenl que les larves des Hcmcrobius, armies de grandes mandibules, 
se trouvent sur les vege taux, ou elles saisissent les insectes mous qu elles 
renconlren t. 



31 

On pent tirer la conclusion de ces remarques que les larves CCHeme- 
robms, au moins celle du perla, ne sont pas exclusivement aphidiphages, 
qu elles altaquent aussi les chenilles de Microlepidopteres (Pempelia 
euphorbiella) et qu elles ne de"daignent pas non plus eel les de cerlains 
Hymenopteres ter6brants, particulierement les larves a l tat jeune de 
YHylotoma rosse. 

M. E. Simon montre le nid gigantesque d une Araigne"e provenant 
des lies Solo (du groupe des Nouvelles-He"brides) : 

Ce nid mesure 70 centimetres de longueur; il est en forme de long 
tube, mesurant environ 10 centimetres de diametre a Fentr6e, graduelle- 
ment aUenue" par le bas et termine" en pointe effilee et fermee ; l enlre"e est 
a peu pres circulaire, cependant, sur un point, le bord se prolonge un 
peu en forme de pointe obtuse ; le tissu en est tres-epais, forme" de 
trames irregulieres placees sur un grand nombre de plans, et dont les 
fils principaux ont une direction longitudinale ; de loin en loin des debris 
ve"getaux sont metes aux fils. La forme et la contexture de ce tube rap- 
pellent, en beaucoup plus grand, le travail du Stegodyphus lineatus Latr., 
du midi de 1 Europe. 

Les naturels des lies Solo, qui viennent r^gulierement a la Nouvelle- 
Caledonie comme travailleurs, y apportent ces nids d Araigne"es, dans 
lesquels ils renferment leurs objels les plus pr^cieux et qu ils portent 
roules autour du cou. C est a Noumea que M. T. Saves a pu se procurer 
le specimen qui fait 1 objet de cette communication. 

Uembre recu. M. le D r Antonio-Maria de Gordon, professeur a 1 Uni- 
versit6 de la Havane (Entomo logic generate), pr6sente par M. L. Buquet, 
au nom de M. Poey. Commissaires-rapporteurs : MM. H. Lucas et L. 
Reiche. 

Candidat presents. M. Paul Colve e, professeur, calle de Luis Vives, 2, 
3, a Valence (Espagne) (Entomologie generate, principaiement Gochenilles), 
presents par M. V. Signoret. Gommissaires- rapporteurs : MM. Cle"- 
ment et H. Lucas. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



32 

BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Stance du 12 Janvier 1881 (fin). 

Deutsche entomologische Gescltschaft, Vereinsangelegenheiten, 1880, II. 

Entomologisk Tidskrift, 1880, n 1. (3 et Zi). 0. REUTER, Hete ro- 
pleres de Finlande et de Scandinavie. Biologie du Gastrodes abie- 
tis. W. SCHOYEN, Notices cole ople rologiques. A. HOLMGREN, 
Aricia floralis. A. WANGDAHL, Coleopteres suedois. THENEDIUS, 
Faune lepidopte"rologique scandinave. J. SpaNGBERG, Commuaica- 



r 



. lions entomologiques. 



*. 

< ..V- Entomologist s monthly Magazine (The], n 200. Diverses notes sur les 

Le"pidopteres (FLETCHER, STAUDIIVGER , etc.) Coccides (DOUGLAS), 
Hyme nopteres (FLETCHER), Cole opteres (BLATCH, GATES), etc. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, n 123, 1 pi. col. DONCKIER DE DON- 
ZEEL, Aberrations de Lepidopteres. 

Naturaliste (Le), n ^3. Diverses notes entomologiques. L. FAIR- 
MAIRE, Descriptions de Cole opteres d Oceanie. GUSTAVE FALLOU, 
H^mipteres nouveaux de Chine. 

Psyche, vol. Ill, n 77. A. WAILLY, Notes on a few Bombyces, Hy 
brids, etc. - H.-A. HAGEN, On an aquatic Sphinx larva. 

Societe entomologique de Belgique, Comptes rendus p. CLXXXV a cxcn. 
BECKER, Communications arachnologiques. Deux listes de Cole o 
pteres (Allemagne, Belgique). 

Societe Linneenne du Nord de la France, n e 96. Liste de Cole opteres. 
Mo3urs de 1 Halicte. 



BERG (C.). Apuntes lepidopterologicos. (An. Soc. Cient. Argentina, t. X.) * 

ID. La vida y costumbres de los Termites (1 pi. n.). Buenos-Ayres, 
1880. * 

L Archiviste : A. LEVEILL^. 

Paris, 20 fevrier 1881. 



PARIS. Impr. FELIX MALTESTE ET C e , rue dcs Deux-Portes-Saint-Sauveur, 22. 



1881. N 4. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQOE DE FRANCE 

reconnue comme etablissement d utilite publique 



Avis. 1 Dans sa prochaine stance (mercredi du 9 mars), la Societe" 
commencera la discussion du projet de Reglemenl, r6dig par le Conseil 
de 1880, qui a e"te" adresse" a tous les Membres francais le 15 fevrier 
dernier. 

2 Le Banquet annuel commemoratif de la fondalion de la Socie te 
aura lieu le samedi 5 mars, au Palais-Royal, galerie Montpensier, 9 
(cafe Douix-Gorazza), a 6 heures. Adresser immediatement les adhesions 
et le montant de la souscriplion, fixe a 10 fr. 50 c., soil a M. Louis 
REICHE (rue Saint-Honore", 191), soit a M. JULES GROUVELLE (rue des 
fecoles, 26), qui sont charges de I orgauisalion du Banquet. (Dernier 
avis.) 

3 Toutes les reclamations relatives au Bulletin doivent etre adressSes 
au 2 e Secretaire adjoint, M. MILE GOUNELLE (rue de Rennes, 115), qui 
est charge de la distribution de ce Bulletin. 



BULLETIN DES SEANCES 

Paraissant deux fois par mois 



Sanee du 23 Fevrier 1SS1. 

PrSsidence de M. L. FAIRMAIRE. 

Decision. La Societe", a la grande majorite" des suffrages, proclame 
M. le docteur Auguste Puton laure"at du Prix Dollfus pour 1880, pour 
la troisieme livraison de son ouvrage intitule : Hemipteres-Heteropteres 
de France , comprenant les Reduvides, Saldides et Hydrocorises. 
(9 e annee, n 188.) b 



Communications. Sur la demande de M. le Ministre de Instruction 
publique dMndiquer un de le gu^ pour repre"senter notre Societe aupres du 
Congres inlernational des Electriciens et de I Exposition Internationale 
d Electricite", la Socie te , a runanimite", de"signe notre collegue M. H. Lar- 
tigue. 

On annonce que MM. Jules Kuunckel d Herculais et Oustalet vien- 
nent d &tre nomms officiers d Academic. 

M. Aug. Chevrolat donne les diagnoses de trois nouvelles especes 
de Curculionides, dont Tune constitue un genre nouveau : 

1. PACHYTYCHIUS BEDELL Long. Zimill.; lat. 1 l//j mill. Elongatus, 
convexus, dense et minutissime granulosus, piceus pubescens, pedibus pal- 
lidts, rostro longo, arcuato sensim attenuate, antennis fuLvis ; prothorace 
lateribus rotundatis , longitudine carinato ; elytris oblongis , punctato- 
striatis, notulis k basalibus, punctis tribus ultra medium transverse dis- 
positis, lineola humerali et margine albis. 

Algiria. A D. Bedel delectus et datus. 

2. ANCHONUS PLANIPENNIS. Long. (rost. excl.) 15 mill.; lat. 7 mill. 
Elongatus, supra planus, indumento grisco-terrco indutus; rostro arcuato, 
inter pedes intermedio limitato, fusco, tongitudine subcostato, antennis 
ad apicem rostri insertis, scapo apice clavato, prothoracem attingente, 
funiculo 7 articulis, 2 primis longis, secundo dimidio primi ; prothorace 
piano, inssquali antice posticeque angustato, lateribus fere redo, extus in 
margine noduloso, in disco excavato, longitudine carinato et lateribus 
granuloso; elytris elongatis, subquadratis, planis, conjunction rotundatis, 
ante humero rotunde projectis, singulatim serie tuberculatis, ante apicem 
truncatis, externe nodosis; pedibus longis. 

Valparaiso. A D. prof. Berg in altibus Cordiliarum captus et generose 
offertus. 

C est une tres-grande espece du genre. 



MICRORHINUS (fti ^o 5 , petit ; />;v, net). 
Genre nouveau de la tribu des Earitides centrinides. 

[^ Trompe courte, arque e, aigu6. Yeux lat^raux, grands, reunis en des- 
sous. ticusson assez grand, tilytres striees, interstices fmement pointings. 
Pygidium vertical, arrondi en dessous. Pattes courtes. Cuisses mucro- 
n^es; les ant^rieures recues dans une entaille du prolhorax. 



35 

3. MICRORHINUS STRIATUS. Long, (rostr. excl.) 3 3/4 mill.; lat. 
2 mill. Ovalis sat latus, niger, infra pygidioqm albis ; rostra brevi 
arcuato, acuto apice rufo punctulatis ; oculis sat latis ; prothorace sub- 
triangulari crebre punctulato ; scutello amplo ; elytris singulatim striis 
nono reclis pedibus brevibus, femoribus mucronatis 

Missiones. A D. prof. Berg captus et datus. 

Get insecte ressemble quelque peu a un Piazorhinus par sa trompe et 
par ses yeux. 

M. le docteur G. de Horvath adresse les remarques qui suivent sur 
divers Hemipteres : 

1 ISCHNOCORIS INTERMEDIUS Horv. A la description de cette espece 
il faut ajouter que chez les individus brachypteres les 61ytres laissent les 
deux derniers segments abdominaux et le tiers posterieur du quatrieme 
segment a decouvert; les codes sont coupees tres-obliquement enarriere, 
leur angle externe est aigu et la membrane forme une lamelle semicircu- 
laire. Chez la forme brachyptere de Ylschnocoris hemipterus Schill., les 
cories sont tronquees moins obliquement en arriere, leur angle externe est 
tres-obtus, presque droit, et la membrane ne forme qu une 6troite bordure, 
de sorte que les trois derniers segments abdominaux restent parfaitement 
a d6couvert. Les individus macropteres de ces deux especes ne peuvent 
pas 6tre confondus, puisque la membrane completement de veloppe e qui 
couvre entierement le dos de f abdomen chez Vintermedius n atteint que 
la marge posterieure du cinquieme segment abdominal et laisse le der 
nier segment a decouvert chez V hemipterus. 

La distribution geographique de Vlschnocoris intermedius semble assez 
vaste. Je 1 ai indique de la Belgique et de I Allemagne du Word ; mais la 
riche collection de M. Puton le possede aussi de Lille, Espagne (Escorial), 
Algerie (Bone) et Finlande. 

La race locale a couleur noire plus de veloppe e qui se trouve en Corse, 
et que M. Puton a decrile sous le nom ^Ischnocoris hemipterus, var. 
nigricans, doit 6tre rapporie"e aussi a cette espece. 

2 MONANTHIA ANGUST ATA H.-Sch. On connait sous ce nom un 
insecte tres-bien de crit et figure par Herrich-Schaffer qui a la marge 
61ytrale parlout d egale largeur et a deux rangs de cellules. Fieber de"cri- 



36 

vait et figurait comme anguslata H.-Sch. une espece qui doit avoir la 
marge des e"lylres bise"rie"e jusqu au milieu, plus e"troite et unise rie e a la 
moilie" poste rieure. C est ce qui prouve que Fieber avail une espece tout 
a fait diflerente sous les yeux ; mais qui connait cette espece ? Je ne Tai 
encore jamais vue. 

Cependanl Fieber connaissait aussi la vraie angustata H.-Sch., mais 
la regardait et de"crivait comme une espece nouvelle sous le nom de 
M. brachycera Fieb. 

3 MONANTHIA RAGUSANA Fieb. Cette espece, bien etablie par Fieber, 
est reside inconnue depuis ce temps la pour la plupart des hemipte ristes, 
et les collections ne renferment sous ce nom que la M. ajugarum Frey- 
Gessn., qui fut rapporte"e par M. Puton comme synonyme a la ragusana 
Fieb. Mais ces deux especes sont bien diflerentes ; on peut tres-bien les 
distinguer au premier coup d ceil, et si M. Puton les a malgr6 cela rSunie, 
on 1 explique seulement parce que les types de Fieber n existent plus et 
qu il a recu de Meyer-Dur la M. ajugarum sous le nom de ragusana. II 
faut avouer que Fieber est peu clair dans la description de cette derniere 
espece, mais il indique pourtant deux caracteres, la marge du pronotum 
unise>ie"e et 1 ampoule tronque"e en avant, qu on ne peut pas retrouver 
chez 1 ajugarum. Fieber cite son espece comme ragusana Kust.; c etait 
done Kuster qui a re"colt6 et nomm6 le premier cette espece. L annee 
passee j ai recu quelques Hemipteres qui faisaient partie de la collection 
de feu Kuster ; il y avail aussi une Monanthia nommee ragusana Kust. 
entieremenl conforme a la description de Fieber. Depuis lors je Tai recue 
en nombre de la Dalmatie et de la Crimee, aussi je puis en donner main- 
lenanl une descriplion assez complele : 

Ovalaire; dessus d un gris jaunatre avec quelques mouchetures noires ; 
he"risse"e de cils e rige s qui sont regulierement espace"s sur les carenes et 
la marge. Tele noire, a Opines courtes, jaunatres; antennes assez robustes, 
jaunatres et poilues, le dernier article noir. Pronotum tres-peu convexe ; 
marge parlout d egale largeur, unisSrie e, un peu relev^e, son bord externe 
droit, non sinu6, de Tangle anterieur a Tangle poste>ieur ; ampoule 
aplalie, carene"e au milieu, tronque"e en avant, presque en demi-cercle en 
arriere; les trois carenes discoi dales parallels, uniseriees, la carene 
medianeavcc Irois points noirs ou brims, filylre obiuse"ment arrondies en 
arriere, depassant chez les individus macropteres avec leur cinquieme ou 



- 37 

sixierne partie, chez les brachypteres a peine 1 abdomen ; marge elytrale 
un peu dilated vers 1 extre mite , avec deux series de cellules irre"gulieres, 
une pelile tache de quelques cellules au milieu, noire. Pattes d un roux 
lestace, poilues; cuisses un peu plus obscures. Long. 2 3/4-3 mill. 

Dalmatie !, Hongrie !, Crime !. 

Voisine de la M. ajugarum Frey-Gessn., elle en differe par la taille 
plus petite et moins allongee, les cils moins longs et moins nombreux, la 
marge du pronotum unise"rie>., non sinu6e et non retre"cie en avant, 1 am- 
poule lronque"e en avant et non eleve"e en haul, les elytres plus courtes 
(meme chez les exemplaires macropteres) et la marge e"lytrale un peu 
dilated vers rextre"mite". 

La M. ovatula Jakowl. , de la Perse septentrionale, dont j ai vu le type 
dans la collection de M. Puton, est la m6me espece, 

4 PROSTEMMA LATERALS Fieb. Fieber a decrit cette espece de la 
Hongrie et de la Roumelie, mais personne ne 1 a jamais vue. Depuis une 
dizaine d annSes je faisais tout mon possible pour la retrouver en Hon 
grie, mais sans aucun resultat. Pendant mon sejour a Remiremont, 
M. Puton a 6mis la supposition que cet insecte myslerieux n est peut-6lre 
que la nymphe d un autre Prostemma deja connu. Gomme ma collection 
renferme aussi les e"tals larvaires, j examinais, en rentrant chez moi, mes 
Prostemma, el je trouvais bientot que la supposition de M. Puton etait 
tres-bien fonde"e, et que la pretendue espece de Fieber n est que la 
nymphe du P. semicoUe Stein. Tous les caracteres indique s par Fieber 
cadrent exactement avec la nymphe de cette espece. II en re"sulte que le 
P. Later ale doit &tre raye de la liste des bonnes especes. 

Uembre recu. M. Paul Colve"e, professeur, calle de Luis Vives, 2, 3, a 
Valence (Espagne) (Entomologie generate, principalement Gochenilles), 
pre"sent6 par M. V. Signoret. Gommissaires-rapporteurs : MM. Cle 
ment et H. Lucas. 

Candidat prtsente. M. Le"on de Rigaut, ing^nieur, a Viroflay (Seine-et- 
Oise) (Coleopteres d Europe ; Insectes nuisibles}, pre"sente par M. Gilnicki. 
Commissaires-rapporteurs : MM. J. Bourgeois et L. Fairmaire. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



38 

BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Stance du 26 Janvier 1881. 

American Naturalist (The), Janvier 1881. Cotton Worm. Tortri- 
cidse, etc. 

Bulletin de la Societe academique de Brest, 2 e se"rie, t. VI, 2 e fasc. Q 

Bulletin de la Societe d Histoire naturelle de Metz, 2 e serie, 15 e cahier, 
2 e partie. BELLEVOYE, Anthrenus, Vanessa Cardui. J -B. GEHIN, 
6 e lettre sur les Carabiques. 

Bulletin de la Societe d etude des Sciences naturelles de Nimes, 8 e ann^e, 
n 8 et 9. O 

Comptes rendus hebdom. des seances de I Academie des Sciences, 1881, 
l er semestre, n* 2 et 3. Notes sur le Phylloxera de MM. MARES, 
DE SAVIGNON, etc. J. DELAGE, Crustaces isopodes (anatomic). 

Naturaliste (Le), n M. A. CHEVROLAT, Diagn. de Pachyrhynchus. 
L. FAIRMAIRE, Diagn. de Coleopteres de la Melanesie. 

Societe entomologique de Belgique, Comples rendus. Tables pour 1880. 

Societe Linneenne du Nord de la France, Bulletin n 97. Insectes qui 
devorent les livres. 



BLANKENHORN (D r ), RILEY (G.-V.), GAROVAGLIO (D r ), CATTANEO (D r A.), 
Nombreuses brochures en diverses langues sur le Phylloxera et la viti 
culture (n 1 du journal der Weinbau). * 

OBERTHUR (Cn.). fitudes d Entomologie, 3 e liyr. Rennes, 1878. Le"pi- 
dopteres de TAfrique orientale et d Alge"rie (5 pi. col.). * 

SIMON (E.), 2 tirages a part (Soc. ent. de Belgique) : 1 Suppl. a la 
Classif. des Opiliones mecostethi, etc. 2 Faune arachnologique de 
la Nouvelle-Cale donie. * 



39 

Seance du 9 Fevrier 1881. 

American Naturalist (The), fevrier 1881. Quelques notes d entomol. 
ge ne rale. Abeilles, anatomie, moeurs, etc. 

Anales de la Sociedad espanola de Historia natural^ tome IX, 3 e fasc. 
AUG. DE BORMANS, Orthopl. Derm. exot. (sp. n.), pi. n. et col. 
Tables. 

Annali del Museo civico di Storia naturale di Genova, t. XV. F. CHA- 
PUIS, Phytophages d Abyssinie. D r R. GESTRO, Goleopt. de TArchi- 
pel Malais (lies de la Sonde). A. FAUVEL, Staphylinides des Molu- 
ques et de la Nouvelle-Guine e (2 e mem.). E. REITTER, Nitidulides 
nouv. (2 series). CH. OBERTHUR, Le"pidopteres de Scioa (Afrique 
6quat.). CANDEZE, Elaterides malais (suppl.). P. PAVESI, Arach- 
nides de Tunisie. D r EMERY, Fourmis. GRIBODO, Hyme nopt. de 
Tunisie. CH. OBERTHUR, Le"pidopt. oceaniens (pi. col.). SIGNO- 
RET, G. et sp. nouv. d Hemipteres. 

* Bulletin de la Societe d lnseclologie agricole, Janvier 1881. Notes 
d entomol. applique e. Phylloxera, OEstre, Anobium, Dermestes, 
Pyrale, Dacus olese, etc. 

Comptes rendus hebdom. des seances de I Academic des Sciences, 1881, 
l er semestre, n l\. O 

Entomologist s monthly Magazine (The), n 201. G. LEWIS, N. sp. de 
Damaster. ID., Gucujides du Japon (1 n. sp.). T. BLACKBURN, 
CossonidaB des lies Hawal (4 n. sp.). SAUNDERS, Notes sur les poils 
des Hyme nopteres. DOUGLAS, Sur le genre Orlhezia. CAMERON, 
Dolerus d Ecosse (1 n. sp.). Notes diverses : Mreurs, chasses, 
G.-T. PARRITT. Descr. de la larve d Euclidia glyphica. Etc. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, n 124. Tables (1870-1880). Peu 
d entomologie. Notes. 

Illinois State Lavatory of Nat. History, n 3. Q Demande d e"change. 

Memoires de la Societe de Physique et d Histoire naturelle de Geneve, 
t. XXVII, l re partie. Q 



40 - 

Mittheilungen des Schweiz. entom. Gesdlsckaft, vol. VI, n 2. -- CHRIST, 
Zygaenen uns. Sudalpen (pi. col.). STIERLIN, Oliorynch. (7 sp. n.). 

0. STOLL, Excurs. in Guatemala. STIERLIN, Tropiphorus (3 sp. 
n.), tableau synoptique. 

Naturaliste (Le), n 45. L. FAIRMAIRE, Diagn. de Coleopt. d 0ce"anie. 

A. CHEVROLAT, Diagn. de Pachyrhynchus. 

Sitzungsberichte der kais. Akademie der Wissenschaften t 1879, Janvier a 
mai et octobre a de"cembre ; 1880, Janvier a juillet. Q 

Societe entomologique de Belgique, Comptes rendus, Janvier 1881. 
Listes d H6mipleres d Allemagne, Provence, Alpes maritimes, Afrique 
australe. 

Societe Unnlenne du Nord de la France, Bulletin n 98. Q ( sauf dans la 
bibliographic). 



FAIRMAIRE (L.). CoMopteres du Nord de 1 Afrique et d Ame"rique. 2 tirages 
a part. (Rev. et Mag. de Zool., 1878-1881.) * 

PEYERIMHOFF (H.) et D r MACKER. Catalogue des Le pidopteres d Alsace, 
l rc partie (Macrol^pid.). (Extr. Bull. Soc. Hist. nat. Colmar, 1880.) * 

REUTER (O.-M.). Velens Kapliga meddelanden (accouplements anormaux 

d insectes). * 

THOMAS (D r F.). Synchitrium und Anguillula auf Dryas. * 

L Archiviste : A. L^VEILLE. 



Paris, 28 fevrier 1881. 



PARIS, -r Impr. FELIX MALTESTE ET C e , rue des Deux-Portes-Saint-Sauveur, 22. 



1881. NO S. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQTJE DE PRINCE 

reconnue comme etablissement d utilite publique 



Avis. Dans sa stance du 23 mars, la Soci6t6 continuera la discussion 
de son nouveau Reglement. 



BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissant deux fois par mots 



Seance du O Mars 1881. 

Presidence de M. L. FAIRMAIRE. 

M. le Secretaire annonce que le Banquet annuel, destine* a ce le brer le 
quarante-neuvieme anniversaire de la fondation de la Socie te , a eu lieu 
au Palais-Royal le samedi 5 mars. 

Vingt membres ont pris part a ce Banquet. Ce sont : 

MM. E. Allard, Bignault, Bourgeois, Gh. Brisout de Barneville, 
Buquet, Chevrolat, Desmarest, H. Deyrolle, Fairmaire, 
de Gaulle, J. Grouvelle, Lartigue, Lemoro, Leprieur, 
L6veill6, Poujade, Reiche, Sedillot, Se"nac, Simon. 

Au dessert, divers toasts ont 616 portes : 

Par M. L.. Fairmaire : A la prosp6rit6 de la Socie te; 

Par M. Reiche : A notre honorable et savant President, M. L. Fair 
maire ; 

Par M. Leprieur : A nos deux membres fondateurs, MM. Chevrolat et 
Reiche ; 

(9 C annte, n 189.) 5 



Par M. Chevrolat : A tous ies membres presents au Banquet ; 

Par M. Reiche : Au laure"at du Prix Dollfus pour 1880, M. le D r Aug. 
Pulon. 

Tous ces toasts ont e"te" accueillis par Ies applaudissements unanimes 
de I assemble e. 

Correspondence. M. le docteur Aug. Puton, dans une lettre adresse e 
au President, remercie vivement la Socie"le de 1 honneur qu elle lui a fait 
en lui decernant le Prix Dollfus; cesera pour lui un puissant encourage 
ment a conlinuer son ouvrage sur Ies He mipleres-He te ropleres de France, 
et il espere avant la fin de Tannee pouvoir nous en oflrir la A e livraison, 
qui comprendra Ies Pentatomides, Gore ides et Be"rytides. 

Decision. Sur la demande de 1 Asocialion francaise pour Tavancement 
des Sciences, la Societe decide que M. L. Bedel la repre"sentera a la ses 
sion qui se tiendra a Alger du lli au 21 avril 1881. 

Lecture. M. Aug. Chevrolat fait connaitre une notice contenant la des 
cription de quatre nouvelles especes de Curculionites ame ricains, Ies : 
Pleclrophorus quadrimaculatus, du Bre"sil; Coleocerus albidus, de Bogota; 
Eudius tincatus, du Bresil ; et E. albolimbatus, de TAmerique m^ridio- 
nale. 

Communications. M. J. Bourgeois donne la description d une nouvelle 
espece de Cole"optere de la division des Lycides : 

STADENUS AUBERTI (nov. sp.). Parallelus , subplanatus, brevissime 
pubescens, vix nitidus, supra luteus, thoracis disco infuscato, elytrorum 
triente apicali nigro, subtus nitidior, piceo-niger, antennarum tarsorum- 
que articulo ultimo rufo-testaceo ; prothorace marginato, transverso, ad 
apiccm fortiter attenuato ibique rotundato lobato, postice ulrinquc sub- 
sinuato, lateribus reflexis, rectis, angulis posticis retusis, haud productis, 
fovea tanceolata, costulam transversam abbrcviatam utrinque emittente, 
mediana; scutello apice integro ; etytris h~costatis, costis 2 el 3 postice 
convenientibus, intervaUis a costula longitudinali clathrisque transversis 
biseriatim arcotatis, arcolis irregulariter subquadratis. cT. Hucusque 
invisus. $. Abdominis segmentis 7 conspicuis, ultimo triangulari, apice 
truncato. Long. 12 mill.; lat. A mill. 

Gabon. Coll. Gayol. 



Gette interessante espece a e"te" capture par M. Aubert , qui a bien 
voulu me la commimiquer par Tentremise de notre collegue M. Cayol. 

Elle oflre, avec les Stadenus inquinulus et dichrous, d 1 Australia, deja 
de"crils par M. C.-O. Waterhouse (Illustrations of typ. spec, of Coleoptera 
in the Coll. of the British Museum, p. 61, pi. xv, fig. 3 et 5), des affi- 
niles si nombreuses que j ai cru devoir la rapporter au me"me genre. Elle 
s en distingue cependant par la forme de 1 ecusson qui, au lieu d etre 
profondement echancre comme dans les deux especes que je viens de 
citer, est entier a son extr&nite. Ge caractere, auquel il faut reconnaitre 
une certaine valeur systematique chez les Lycides, joint a une distribu 
tion ge"ographique toute differente, pouvait autoriser a en faire le type 
d un genre nouveau. Mais je prefere ne pas ajouter inutilement au mor- 
cellement ge"nerique de cette famille, que quelques auteurs, a mon avis, 
out deja pousse trop loin, et je maintiens provisoirement mon espece 
dans le genre Stadenus. 

M. Ant. Grouvelle signale a la Socie"te quelques especes interes- 
sautes de Coleopteres prises par lui aux environs de Nice. Ce sont les : 
Faronus nicsecnsis et Bruckii, Bythinus femoratus, Scydmgsnus myrme- 
copliilus, Lcptomastax hypogeeus, Metophttialmus niveicollis, Anommatus 
pianicotlis, Migneauxia crassiuscula, Hypocyptus rubripennis. 

Notre collegue a egalement decouvert dans des balles de tabac, et spe- 
cialement dans celles de Sumatra, dix-huit especes de Gucujides, dont 
douze non encore publie"es, parmi lesquelles cinq existaient dans les col 
lections du Musee de Genes. II continue la chasse dans les balles de labac 
et espere trouver des materiaux int^ressants pour les entomologistes qui 
s occupent des Ps^laphides, Scydma3nides et Staphylinides. 

M. H. Lucas communique une note sur un Cole"optere de la famille 
des Gurculioniles : 

Le Peritelus griseus, connu sous le nom de Lisette et de Grisette par 
les horticulteurs, s est developpe en immense quantite aux environs de 
Paris et a ete extremement nuisible Fannie derniere, vers la fin de mai, 
aux bourgeons naissants des arbres, particulierement des muriers situes 
a INogent-sur-Marne. 

Je ne connais pas les conditions dans lesquelles se tient la larve de ce 
Coleoptere : habite-t-elle dans la terre ? se nourrit-elle des racines des 



- Sfr - 

plantcs jusqu a sa transformation en insecle parfait ? loujours est-il que 
1 insecte parfait est extremement nuisible aux arbres, en arrele la v6ge- 
tation en en rongeant les bourgeons pendant la nuit; en outre, les jeunes 
bourgeons qui ont seulement ele enlame s par les mandibules de Tinsecle 
ne se developpent pas, se fletrissent el finissent ensuite par se dessecher 
et tomber. 

Les Peritelus griseus des deux sexes que j ai rencontres ont e te conser 
ves et nourris en captivite avec des jeunes feuilles de Bouleau, de Ch&ne, 
de Murier, etc., et ils ont ve cu pendant plus de six semaines places dans 
ces conditions. 

M. Maurice Girard adresse la note suivante : 

A la derniere session de la Socie le des Agriculteurs de France, m ont 
ele remis des echanlillons de Pin silveslre remplis de larves et d adullcs 
de VHylurgus pinipcrda Fabr., provenanl des pineraies de M. des Francs, 
a Sainl-Cyr-en-Val, pres d Orleans. Les devastations de ce Scolytien ont 
ele generates el tres-graves dans la Sologne en 1880 ; les pins ont ete 
atlaques aux branches, pres des bourgeons lerminaux, et beaucoup dc 
branches sont tombees. 11 parail Ires-probable que celte invasion provieir 
des insectes du Pin maritime, ces arbres ayant ete tues par le grand 
biver de 1879-1880. Des lors les Hylurgus, ne pouvant vivre de bois 
mort, se sont portes de toule part sur les Pins silvestres, leur seule nour 
riture pour le moment. Dans les quelques jours de soleil de fevrier 1881, 
ces insectes volaient en essaims tellement nombreux que les ouvriers en 
claient gravement incommodes, car ils pene lraient sous les velemenls, 
el leur corps rugueux donnait comnie des sensations de morsures. On les 
voyait en masse au pied des arbres, perforant Tecorce. Les memes fails 
se sont produits dans 1 Isere. 

J ai conseille aux proprie"laires d enlever au loin et de bruler toutes les 
branches cassees et pleines d insecles, el je leur ai donne Tassurance que 
les de"sastres qu ils eprouvent seront momentanes, les insectes entomo- 
phages internes devant se charger de retablir 1 equilibre habituel, car 
jusqu a present, en Sologne, on ne s^tait pas apercu de la presence des 
llylurgus. 

M. le D r Aug. Puton adresse la note qui suit sur divers Hemi- 
pteres : 






1 Le Sehirus dubius Scop, me paraissait devoir etre divise" en deux 
especes on formes constantes, confondues dans les collections : 

a. S. dubius : Membrane blanche ; pronotum a sillon transverse tres- 
fort. Forme plus particuliere aux montagnes : Vosges, Pyrenees, 
Alpes, Asturies, Suisse, Garinthie. Aussi de Paris et du Pas-de- 
Calais. 

b. S. melanopterus H.-S. : Membrane noire, sillon du pronotum tres- 
superliciel. Forme plus particuliere aux plaines et au Midi : Yonne, 
Landes, Madrid, Algerie, Hongrie, Crimee, Candie, Syrie, Erzeroum, 
Perse, etc. 

Mais j ai recu de M. Lethierry un exemplaire, malheureusement sans 
indication de localite, qui etablit le passage entre ces deux. formes : il a 
la membrane blanche et le sillon du pronotum tres-faible. M. de Horvath 
m ecrit qu il a des exemplaires semblables et aussi des exemplaires a 
membrane noire et sillon fort. Mon observation ne peut done etre gene"- 
ralise ; mais je desire cependant, pour la A e partie de mon Synopsis, 
obtenir de mes collegues, qui s interessent a mon travail, des renseigne- 
menls precis sur la Constance et la distribution geographique de ces 
deux formes et savoir si, dans les localites ou ils ont chasse, elles sont 
melangees ou se"parees et s ils ont rencontre des exemplaires faisant le 
passage. 

2 Les Palomcna viridissima Poda, Ferrari (prasina Fieb.) et dissi- 
milis Fab., Fieb., Ferrari, sont generalement confondues et je serais 
aussi bien aise de recevoir des renseignernents pour elablir leur distri 
bution ge"ographique en France. Voici comment je les distingue : 

a. viridissima : Troisieme article des antennes d un tiers ou d un 
quart plus court que le deuxieme. Bord lateral anterieur du pronotum 
tres-le"gerement arque en dekors. 

b. dissimilis : Troisieme et deuxieme articles des antennes subegaux. 
Bord lateral anterieur du pronotum tres-legerement arque" en dedans. 
Cotes du pronotum tres-6troitement lisses et d un jaune orange au niveau 
de Tangle lateral. 

M. V. Signoret donne la liste des He"mipleres recueillis en Chine par 



I I 5 



cr * J 

46 -- 



M. Collin de Plancy, parmi lesquels sept especes nouvelles dont il" fait 
connailre les diagnoses : 

Goptosoma nigriceps Signoret. C. c/iincnsis, nov. sp. Cydnus nigro- 
piceus Scott. Geotomus pygmxus Dallas. Macroscytusjaponensis Scolt. 
Arma chinensis Fallou. Picroinera vicina Signoret. Rubiconia 
intermedius WoKT. Garpocoris baccarum Linn. HaLy omorpha picus 
Fab. H. timorensis Westwood. Eurydema pulchra Westwood. 
E. rugosa Motschulsky. llomseocerus distinctus, nov. sp. Derma- 
linus rdiculatus, nov. sp. Acanthaspis cinclicrus Stal. Lestomerus 
glabratus, nov. sp. Lestomerus parvulus, nov. sp. Horcinia trans- 
vcrsa, nov. sp. Gryptotympana intermedia Signoret. Carineta expansa 
Walk. Platypleura inarmorata Fab. P. hyalinolimbata, nov. sp. 
Tcttigonia viridis Fab. 

1 GOPTOSOMA CHINENSIS. De meme taille et de m6me forme que le 
C. nigriceps, en differe par Tabsence des deux macules derriere 1 echan- 
crure anterieure du prothorax. 

2 HoaLEOCERDS DISTINCTUS. Voisin de 1 H. marginelius comme taille, 
mais s en distingue de suite par la forme ovalaire, par les antennes pris- 
nuiliques, noires, le dernier article Ires-petit, d un gris jaunalre ponctue 
de noir; une serie de points sur les cotes du venire et quatre points noirs 
a la base dcs premier et deuxieme segments ventraux. 

3 DERMATINUS RETICULATUS. D un gris jaunatre ponctue de noir; 
deux macules noires sur le disqne aiilerieur du prothorax ; membrane 
alleignant rextre"mite de 1 abdomen, avec les nervures tres-reticulees, 
noires ; abdomen, poitrine et pattes d un noir brillant, les hanches, les 
bords des meso- et metasternum, le bord de Tabdomen, rouges. 

Zi LESTOMERUS GLABRATUS. DifTere de Yaffinis Amyot et Serv. par 
une taiile moitie moindre, par le disque posterieur du prothorax presque 
iisse, par les sillons du disque anterieur. indiques seulement, les elytres 
d un noir male, veloutees, plus petites que 1 abdomen. 

5 LESTOMERUS PARVULUS, Encore plus petite que la precedente, 
avec le prothorax dispose de meme, les elytres aussi grandes que 1 abdo 
men et noires. 

6 HORCINIA TRANSVERSA. Beaucoup plus petite que le varians Stal, 



- hi 

noire, avec le disque posterieur, le bord marginal des elytres et une bande 
me"diane transverse sur celles-ci, d un rouge cinabre. 

7 PLATYPLEDRA HYALINOLIMBATA. Se rapproche du P. repanda 
Linn6 ; en differe par Taile inferieure completement d un brun noiratre 
veloute", bord6 d un large limbe hyalin, les nervures d un jaune tranche", 
les elytres a la base pre"sentant un espace marginal aplati entre la c&te 
et les nervures, plus large que dans repanda; 1 expansion du prothorax 
est concave, sinueuse en dessous ; elle est convexe dans repanda. 

Le m6me membre dit que, depnis plusieurs anne"es, il a recu et 
qu il a pre"sent6 a la Sode te des nids terreux dont quelques sar- 
ments de vignes sont plus ou moins recouverts. II a e"galement recu des 
larves d Homopteres sortis de ces nids, et, d apres leur examen, il avait 
pens6 que ces larves appartenaient a une Isside, mais il ne pouvait savoir 
a qu elle espece. Ces jours derniers, un viticulteur du Midi lui a envoye", 
par 1 entremise de M. Joubert, re"dacteur au Moniteur vinicole, 1 insecte 
parfait, et il a reconnu VHysteropterum grylloides Fab. 

M. J.-M.-F. Bigot envoie la note suivante sur un nouveau genre 
de Diptere : 

ATOPOGNATHUS (mihi) (*TITOS, yva.Qos), nov. gen. 

Secundum ordinamenta Rondanii Schinerisque generis Urophorse proxi- 
mum sed differt : 

Haustello crasso , labris maxime dilaiatis ; palpi s latis , depresses, 
lamellatis, roiundatis ; vertice macrochetis sex, longis , erectis, serie 
secundum duplicam instructis ; fronte laid bremter villosd ; genis <$, 
ante, subocuiis, utringue uniappendiculatis, appendicuiis compressis, mo- 
dice erectis, obovatis ; alarum vend secundd totd spinosuld ; femoribus 
incrassatis, anterioribus , subtus spmosulis, tibiis, apice, spinis longis 
armatis. $. Genis nullo modo appendiculatis ; tercbrd longiusculd , 
apice acuminatd, intus se retrahente. 

A. PLATYPALPUS (nov. mihi). Long. 5 1/2 mill. Haustello fusco; 
palpis albis, vittd frontali latd, fused, utringue albo lineatd; orbitis 
albido circum marginatis ; antennis albidis, segmcntis duobus basalibus 
fuscis, tertio superne fusco lineato, cheto albido, apice fuscano f genarum 



- A8 

appendiculis fuscis ; thorace scutelloque semis ; abdomine pedibusque 
nigris, nitidis, tarsis albis, summo apice nigris; halteribus niveis ; alis 
albidis, vitld tatd, transvcrsali, obliqud, fused, furcatcl, ad margincm 
externam et usque ad venom quintain exlernc continuata, versus apiccm 
bis albido notatd, margine poslicd villa abbreviate notatd, alarum bast 
late fused, maculis quinque, vd sex? plus minusve albidis, plus rninusve 
lalis, irregulariler variegatd. $. Golore simillima. 

Ternate. Masculum 1, feminse 5, ex Museo_nostro. 

Mcmbre recu. M. Le"on de Rigaud, inge"nieur, a Viroflay (Seine-et- 
Oise) (Coleopteres d Europe ; Insectes nuisibles), pr^sente par M. Gilnicki. 
Commissaires-rapporleurs : MM. J. Bourgeois et L. Fairmaire. 

Candidats present^. 1 M. le comte Paul Costa de Beauregard, a Cham- 
b^ry (Savoie) (Coleoptercs d Europe], pre"sente" par M. de Manuel. 
Commissaires-rapporteurs : MM. Bourgeois et Fairmaire ; 

2 M. Coulon, docteur en m^decine, a Monaco (Alpes-Maritimes) (Lepi- 
doptercs d Europe ; education des Chenilles), pr^sent^ par M. Milliere. 
Commissaires-rapporteurs : MM. Poujade et Ragonot ; 

3 M. Erchoff Plustchefsky, conservateur des collections de la Societe 
entomologique de Russie, a Saint-P6lersbourg (Entomologie generate]^ 
pr6sent6 par M. Chevrolat, au nora de M. Dokhtouroff. Commissaires- 
rapporteurs : MM. Reiche et Sail 6 ; 

li M. Alfred Ravoux, pharmacien a Nyons (Drome) (Entomologie gene 
rate, surtout Goleopteres) , pre"sente" par M. Buquet. Commissaires- 
rapporteurs : MM. Leprieur et Tappes. 

Membre demissionnairc. M. J. Delauney, capitaine d artillerie de ma 
rine, a Cherbourg, qui avait e"te recu membre en 1880. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 
Paris, 15 mars 1881. 



PABIS. Impr. FELIX MALTESTE ET C e , rue des Deux-Portes-Saint-Sauveur, 22. 



1881. No C. 



SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme etablissement d utilite publique 



Avis. Le A e numero trimestriel des Annales de 1880 sera distribute 1 
dans la stance du 13 avril 1881 a ceux de nos membres qui ne Tauront 
pas encore recu. 

Dans la m6me seance, la Socie"te terminera la discussion de son nou- 
veau Reglement. 



BULLETIN DES SEANCES 

Paraissant deux fois par mois 

Seance du * Mars 1881. 
Prudence de M. L. FA1RMAIRE, 

Decision. M. L. Bedel venant de quitter Alger el allant k Teniet-el- 
Haad (Hotel du Commerce) jusqu a la fin de mai, e"crit qiTil ne peut, a 
son grand regret, represenler la Societ^ a la session que liendra a Alger, 
du 1U au 21 avril, 1 Association frangaise pour Tavancement des Sciences. 
La Soci6te charge de cette mission noire collegue M. Adolphe Lamey, 
inspecleur des forets en Algerie. 

Lectures. M. H. Deyrolle fait connaitre une notice, accompagne e de 
figures, conlenant les descriptions de trois nouvelles especes de Luca- 
nides, les : Exarthrius mandibularis, de Sumatra ; Rhyssonotus paral- 
lelus, d Australie, et Ltssotes Desmarestii, de la Nouvelle-Zelande. 
(9* annte, n 190.) 6 



50 

M. Th. Goossens depose sur le bureau un travail sur les Chenilles 
urticantes. Notre collegue s attache a demon Irer que la cause des erup 
tions produites par ces chenilles provient des glandes qui, au moment oil 
la chenille est inquietee, secretent une sorle de liquide s&hant a Fair 
presque immediatement et se transformant en poudre impalpable; il 
montre les chenilles ayant cetle propriete, el ajouteque, menie pre"parees, 
dies offrent encore du danger, car la poussierer este, en partie, fixe e apres 
IPS poils. 

Communications. M. Aug. Chevrolat lit les diagnoses de quatre nou- 
velk-s especes umericaines de Curculioniles (seance du 9 mars 1881) : 

1 PLECTROPHORUS A-MACULATUS. Long. 7 mill.; lat. 2 mill. Eton- 
gains, cervinus, capite et rostro sulco longitudinali et sulcos duobus an- 
yustis, inlra oculos arcuatis, oculis nigris (albo cinctis, antcnnis pallidis, 
claim fusca ; prothorace quadrato, lineolo, Longitudine) carinata ; elytris 
punclato-siriatis, lineolis 2 basalibus et macidis U transversis flavis, 
pcdibus pallidioribus squamosis punctulatis. 

Brasilia. 

2 COLEOCERUS ALBIDUS. Long, k 1/2 mill.; lat. 3 mill. Oblongus, 
squamosus albidus, rostro usque ad verticcm sutcato, antice angulosc. 
emargiiudo , oculis fasciaque occipitale transvcrsa nigris ; prothorace 
transvcrsim subquadrato, remoso, lineis ccntralibus, macutis 2 fuscis; 
scuttilo rotundato niveo ; elytris punctato-striatis 3 fuscis; pedibus poslicis 
angustiis annulo fusco notatis. 

Bogota. Les deux especes connues de ce genre sont propres au 
Mexique et a Costa-Rica. 

3 EUDIUS LINEOLATUS. Long. 6 mill.; lat. 3 1/2 mill. E. joccoso 
Fhs. aflinis, albido, flavus, squamosus ; rostro profunde sulcato, oculis et 
clava nigris ; prothorace latcribus rotundato, minute rimoso, lineis 3 
rubidis; scutcllo transverse, ccrvlno; elytris punctato-striatis, ccrvinis, 
sulura, 6 basa(ibus t humerali curvala ante medium longe suluram abbre- 
viala et ante apiccm sex et margine albis, spinis 2 ante pedes posticos ; 
pedibus roseo aureis. 

Brasilia. 



51 

ll EUDIUS ALBOLIMBATUS. Long, 7 mill.; lat. 2 1/2 mill. Elongatus, 
sf/uamosus niger coriaceus, vitta laterate alba, rostro anguste sulcato apice 
albo, prothorace elongate, piano, remote rimoso; scutello rubido ; elytris 
punctato-striatis coriaccis ; corpore infra, pedibus nigris. 

Amer. mer. Trois epseces americaines de ca genre etaient deja. 
connues. 

M. L. Fairmaire presente les descriptions de deux especes nouvelles 
de Coleopteres, trouvees en Catalogne par noire collegue M. Martorell y 
Pena : 

1 ABAX SEXUALIS. Long. 13 mill. Forme de YA. pyrenxus, mais 
plus petit, d un brun-noir brillant, avec les bords lateraux du corselet 
rougeatres par transparence, ce dernier ayant de chaque cole, a la base, 
deux fossetles oblongues reunies dans une meme impression, comme 
chez le pyrenseus ; les angles sont aussi ^mousses; les stries des e"lytres 
sont finemenl, mais visiblemenl ponclue"s, les inlervalles sonl plus aplanis, 
le seplieme carene & Tepaule et vers Texlremile; le pli juxla-oculaire est 
bien marque, le troisieme article des antennes est legeremenl sinue" vers 
la base; enfin le dernier segment abdominal du seal male que j ai vu 
olTre une impression bien marquee avec les cotes releve s, caraclere qui 
no se relrouve chez aucun Abax, el rend cette nouvelle espece fort inte- 
ressanle. 

2 SITARIS ACUTIPENNIS. Long. 10 mill. Ressemble beaucoup au 
S. colldis, plus rongeatre, avec le corselel leinte de brim en arriere, la 
lOlc renflee transversalcment a la base en bourrelet plus arrondi, moins 
aplanie en devant, avec un tres-petil point median rongeatre, le corselet 
moins ponctue", un peu moins angule" lat^ralement, re"cusson plus court, 
plus Iriangulaire, les elylres d^hiscenles presque des la base, acuminees a 
Tangle sutural, sans le moindre vestige de lignes elevees sur le disque, la 
suture un peu relevee lout a fait a la base; les tibias et les larses sont 
entierement d un jaune pale. 

M. H. Lucas adresse la nole suivante : 

M. J. Thomson a de"cril cl figure, sous le nom de fcrox, Arcana naturae, 
p. 94, pi. 9, fig. 2 (1859), un Anthia donl il n a connu que la femelle. 

Le male que possede le Museum est plus petit et moins large. II esl 



52 

d un noir brillant, et son prothorax, quoique cordiforme, differe de celui de 
la femelle en cequ il est prolong^ en arriere au lieu d etre arrondi, etqu il 
presente dans son milieu une excavation profonde. Les Slytres sont moins 
allongees, plus etroites, moins planes, avcc les sides qui les parcourent 
plus profondes et les intervalles plus saillants. Les mandibules sont sen- 
siblement plus grandes et fortement recourbees. Les pattes sont d un noir 
brillant, avec les femurs de la premiere paire sensiblement plus robustes. 
Les taches de forme arrondie que pre"senlent le thorax et les elytres sont 
dues a la presence de poils blancs, assez allonges, couches, serres, et les 
points des stries chez les individus qui n ont subi aucun frottement 
donnent chacun naissance a un poil raide, noir, allonge et a direction 
poste"rieure. Je n ai pas remarque de bande e lroite, lalerale, blanche, 
quoique cependant les deux individus que j ai examines soient dans un 
e tat parfait de conservation. Long. 38 mill.; lat. 13 mill. 

Cetle espece, dont Thabitat n avait pas encore eHe bien precise, se 
trouve dans le pays des Somanlis, silue entre TAbyssinie et Aden, et c est 
dans celte parlie de 1 Afrique que deux individns male et femelle ont 6te 
rencontres par M. Revoil. 

Comme Ta fait judicieusement observer M. Thomson, c est aupres des 
Anthia thoracica, omoplata, cinctipennis , et surtouj sexguttata, que 
cetle espece vient se ranger. 

Mcmbrcs recus. 1 M. le comte Paul Costa de Beauregard, a Cbam- 
bery (Savoie) (Colcoptercs d Europe), presente par M. de Manuel. 
Commissaires-rapporteurs : MM. Bourgeois et Fairmaire ; 

2 M. Coulon, docteur en medecine, a Monaco (Lepidopteres d Europe ; 
education des Chenilles), pre sente par M. Milliere. Commissaires- 
rapporteurs : MM. Poujade et Ragonot ; 

3 M. Erclioff Plustchefsky, conservateur des collections de la Societe 
entomologique de Russie, a Saint-Petersbourg (Entomologie generate), 
presente par M. Chevrolat, au nom de M. Dokhtouroff. Commissaires- 
rapporteurs : MM. Reiche et Salle* ; 

k M. Alfred Ravoux, pharmacien a Nyons (Dr6me) (Entomologie gene- 
rale, surtout Coleopteres), present^ par M. Buquet. Commissaires- 
rapporteurs : MM. Leprieur et Tappes. 



53 

Candidats presentes. 1 M. Roger de Blonay, ruedeLa Rochefoucauld, 
23 (EntomoLogie generate, surtout Coleopteres), presente par M. Kunckel 
d Herculais. Commissaires-rapporteurs : MM. Lucas et Poujade ; 

2 M. Charles Nodier, me decin de la Marine, rue Saint-Huel (Kceren- 
Irech), a Lorient (Morbihan) (Coleopteres en general), pre senle par 
M. Cayol. Gommissaires-rapporleurs : MM. Gounelle et Leveille". 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Seance du 23 Fevrier 3881. 

Annual Report of the Board of Regents of the Smithson. Instil, for 1878. 
O ERN. FAVRE, Notice sur Agassiz. 

Comptes rcndus hebdom. dcs seances de [ Academic des Sciences, 1881, 
l cr semeslre, n 5, 6 et 7. Quelques notes concernant le Phylloxera 
et le trailement des vignes altaque es. 

Journal of the Royal Microscopical Society, fevrier 1881. Nombreuses 
notes anatomiques sur Ics Insectes, Myriapodes, Arachnides, Grus- 
taces, Vers inlestinaux, Infusoires, etc. (1 pi. noire). 

Naturaliste (Le), n 46. A. CHEVROLAT, Descr. de Gurculionides. 



ANDRE (ED.). Species des Hyme nopteres d Europe et d Algerie, 8 e fasc., 
l cr Janvier 1881 (2 pi. col.). * 

BRONGNIART (CH.). Les Hyraenopteres fossiles, 1" fasc. (annexe a 1 ou- 
vrage precedent). * 

CLEMENT (A.-L.). Educations de Bombyciens se"ricigenes, fig. n. (Soc. 
d Acclimat.) * 



Seance du 9 Mars 1881. 

Academic imperiale des Sciences de Saint-Peter sbourg. BULLETIN, 
t. XXVr, n 5. D r F. MORAWITZ, Descr. des especes de la fam. des 
Apides de 1 Asie centrale. A. BRANDT, Esp. de Crustace"s de la 
Mediterrane e. Tables. 

MEMOIRES, t. XXVIII, n 8 2. Q 

Anncdes de la Societe d Agriculture, Histoire naturelle et Arts utiles de 
Lyon, 1879. Q 

Annual Report of the Department of Mines, 1879. Q 

Bulletin de la Societe d Etude des Sciences natur. de Nimes, 1880, n 10. Q 

Bulletin de la Societe, impiriale des Naturaltstes dc Moscou, 1880, n 2. 

Baron DE CHAUDOIR, Essai monogr. sur les Morionides. Me- 
moire en langue -russe sur le genre Acanthosonia ; n. sp., diagn. en 
allemand. Letlres entomol. de MM. LEDER et BECKER. 

Butletino del Naturalista Collettore, n specimen. Demande d echange. 

Comptes rcndus hcbdom. des seances de I Academie des Sciences, 1881, 
l er seraestre, n 08 8 et 9. ALPH. MILNE-EDWARDS, Consider. ge"ner. 
sur la faune carcinolog. des grandes profondeurs de la mer des An 
tilles el du golfe du Mexique. H. VIALLANES, Dipteres (anatomie). 

Norabr. notes anatomiques et autres sur les Infusoires, Vers intes- 
tinaux, etc., de MM. KUNCKEL, GAZAGNAIRE, VILLOT, etc. 

Entomologist s monthly Magazine, n 202. MAC LACHLAN, Trichoptera 
and Neuroptera of the upper Engadine. W.-L. DISTANT, Notes on 
Exotic Rhynchota, Reduvides, 2 sp. n. J. EDWARDS, An additional 
Species of British Homoptera. D r F. MULLER, On female dimor 
phism of Paltostoma torrentium. BLACKBURN, Coleopleres des lies 
Hawai : Anchomenidee et Bembidiidae, n. g. et n. sp. RAGONOT, 
Lepidopteres du Portugal (suite). REUTER, Diagn de h nouv. Pen- 
tatomides. Notes diverses : Mosurs, Chasses, etc. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, n 8 125. Cap. XAMBEU, Note : Cicin- 
deles franfaises. Notes diverses : Mceurs, Chasses, etc. 



55 

Journal and Proceedings of the Royal Society of New South Wales , 
vol. XII. Q 

Naluraliste (Le), n Itf . ANCEY, Curculionides nouv. FAIRMAIRE, 
Diagn. de Cole"opteres de la Melanesie. M. G., Le Phylloxera en 
Auslralie. 

Psyche, vol. Ill, n 78. W.-H. EDWARDS, Descr. of the preparat. 
stages of Apalura alicia. FR. SNOW, Larva of Eurycreon frontalis. 

Societe industrieUe de Rouen. Programme des Prix. 

Societe Linneenne du Nord de la France, Bulletin n 99. GARPENTIER, 
Lisle de Cole"opteres revoke s a la baie d Authie. Notes diverses : 
Fourmis, Moeurs. 



BERG (Prof. G.). Entom. aus dem Indianergebiet der Pampa. (Stett. Ent. 
Zeit., 1881.) * 

GUENEE. Statistique d Eure-et-Loir : Lepidopteres. Don de M me veuve 
Guenee. 

SEOANE (D r VICTOR-LOPEZ). Neue Boiden-Gattung und Art von der Phi- 
lippinen, 1 pi. col. Q (Abhand. d. Senck. Naturf. Gesells., XII bd.) * 



Stance du 23 Mars 1881. 

Academy of Natural Sciences of Philadelphia (Proceedings), 1879. 
Quelques notes entomologiques sur les moeurs de diflerents insectes : 
Abeilles, Fournr Araignees, Orthopteres, Infusoires, Vers intesti- 
naux, etc. insecies fossiles dans 1 ambre. J.-S. KINGSLEY, Crus- 
laces de Virginie, revision des Grangonides et Palaemonides, sp. n. 
(planches). 

Academy of Science of S l -Louis (Transactions), vol. IV, n 9 1. 
American (The] Naturalist, vol. XV, n 3. Quelques notes entomol. : 



56 

Phylloxera, Cotton-Worm, moeurs de quelques Le"pidopteres et Coldo- 
pteres, Entozoaires. 

Board of Trustees of Public Schools of the district of Columbia 1878-79 
(5 e Report). Q 

Boston Society of Natural History : 1 Memoirs, vol. Ill, part I, n III. 

SCUDDER, Palaeozoic Cockroaches. 
2 Occasional Papers, III, 1880. Q 

3 Proceedings, vol. XX, part II, 1878, et part III, 1879. D r H.- 
A. HAGEN, Larvae of insects discharged throug the urethra (fin). 
Remarks on while Ants. W.-U. PATTON, Synopsis of the New 
England species of Colletes. Quelques notes d entomol. generate. 

Bulletin d lnscctologie agricole, fevrier 1881. Notes d enlomol. appli- 
quee : Trichines ; Insectes nuisibles aux Cruciferes, bois de char- 
pente, cereales, etc. (fig. noires). 

Gomptes rendus liebdom. des seances de I Academic des Sciences, t. XCII, 
n 10. Trichines. 

Congresso intern. Filoxcrico de Zaragoza, Session d octobre 1880 (suite). 

Naturaliste (Le), n 48. TH. GOOSSENS, Une Nocluelle utile. FAIR- 
MAIRE, Diagn. de Cole opt. de la Melanesie. CHEVROLAT, Diagn. 
d Apocyrtus nouv. 

Report of the U. S. Geol. Survey of the Territ., vol. XII. M.-D. LEIDY 
Fresh- Water Rhizopods (pi.). 

Soclcla entomologica italiana (Bulletino della), 1880, ^ e trim. C.-E. 
DELLA-TORRE, Anophthalmus nouv. (pi.). P. BARGAGLI, Insectes 
fossiles. F. FANZAGO, Myriapodes de Calabre(pL). Bibliographie. 

Notes d entoinol. applique e. 

L Archiviste : A. LEVEILLE. 
Paris, 31 mars 1881. 



PARIS. Impr. FELIX MALTESTE ET C e , rue des Deux-Portes-Saint-Sauveur, 22 



1881. No 7. 



SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE PRiNCE 

reconnue comme etablissement d utilite publique 



BULLETIN DES SEANCES 

Paraissant deux fois par mois 



Seance du 13 Avril 1SS1. 

Pr6sidence de M. L. FAIRMAIRE. 

M. le baron d Osten-Sacken, d Heidelberg, assiste a la seance. 

Lectures. M. P. Mabille donne lecture de la Notice necrologique sur 
Achille Guene"e, dont il avail e"te" charge s par la Socie^e". I/impression 
de ce travail dans le premier nume ro trimestriel des Annales de 1881 est 
de"cide"e. 

M. L. Fairmaire fait connailre une Note sur quelques Goleopteres 
du Soudan et de 1 Inde orientale recueillis par MM. Stanislas et Constantin 
Rembilienski. 

Communications. M. A. Raftray, dans une lettre datee de Massouah, 
12 fevrier 1881, et adress^e a M. L. Buquet, fait connaitre ce qui suit : 

J ai passe" deux e"t6s dans la province des Bogos, ou j ai fait des captures 
enlomologiques magnifiques ; trois especes de Goliathides dont deux 
nouvelles et le rare Campsocephalus. J ai deja 1,400 especes de Goleo 
pteres recueillis ici. 

Le Ministre des Affaires e"trangeres m envoie en mission anpres du roi 
d Abyssinie, et je pars dans quelques jours pour faire le voyage que 
j avais de"ja enlrepris en 1873-187/u Mes correspondanls entomologisles 
voudront bien cesser de m ecrire a Massouah jusqu a nouvel avis, a cause 
de mon voyage qui durera, je pense, de sept a huit mois. 

(9 C annte, n 191.) 7 



58 

M. J. Bourgeois communique vine note synonymique sur deux especes 
de Lycides, note que les dispositions lypographiques nous forcent de ne 
donner qu au prochain Bulletin. 

M. L. Fairmaire lit la note suivante : 

Plusieurs insectes du genre Otiorhynchus sont de"ja connus pour les 
ravages qu ils causent a certaines cultures; ainsi TO. asphaltinus altaque 
les vignes en Crime" e, TO. meridionalis, les oliviers de la Provence et une 
variete" de TO. piripes, designed sous le nom d O. Marquardtii, a cause de 
grands degals dans les scrres d arbres fruitiers a Saint-Pelersbourg. Or, 
le meme 0. picipes vient de m etre signale" par noire collegue, M. le 
comte de Manuel, comme ayant commis quelques degats dans les vignes 
de Saint-Jean-de-la-Poste, dont plusieurs de nos collegues ont pu appre- 
cier les produils dans nos tournees en Savoie. 

II coupe les bourgeons des vignes au moment de la pousse, lorsqu ils 
ne sont pas encore de"bourres. Le cultivateur ne pouvait trouver 1 auteur 
de ces ravages; mais en parcourant les vignes le soir, a la lanterne, il a 
fini par mettre la main sur de nombreux coupables, dont il est impossible 
de irouver les repaires pendant la journee. 

fividemment V Otiorhynchus ne fait que couper les bourgeons, proba- 
blement pour y deposer ses oeufs, qui tombent a terre avec le morceau 
desseche" et d ou les larves sortent pour se nourrir aux depens des racines 
de quelques planles qui poussent dans les vignes, car on ne les a jamais 
signalees comme s attaquant aux racines des vignes. Quant aux procede s 
a employer pour combattre ces coupe-bourgeons, je crois. avec mon ami 
de Manuel, que de frequents labourages, surtout a la fin de 1 hiver, 
generaient considerablemenl les larves el les nymphes de noire Otiorhyn- 
chus. 

Du resle, un autre espece du meme genre, TO. mucus, a ete" signalee 
par Lefebvre, le fondateur de noire Societe, comme attaquant les vignes 
de son jardin h Passy. 

M. le D r Senac, a la suite de celte communication, fail remarquer que, 
dans le department de TAllier, \" Otiorhynchus lugdunensis se trouve en 
abondance tons les deux ou trois ans et qu il fait de grands ravages en 
detruisant les bourgeons des jeunes arbres a fruits. 

M. Ernest Andre", de Gray, adresse les descriptions de trois nou- 
velles especes de Fourmis : 



59 

1. PONERA ABEILLEI Andre" , nov. sp. Tele en rectangle allonge", 
une fois et demie aussi longue que large, ses bords late"raux droits, son 
bord posterienr non e chancre ; mandibules lisses, distinctement denti- 
culees tout le long du bord apical. Pas d yeux. Thorax bas, plan en des- 
sus, sans suture dislincte entre le mesonotum et le me"tanotum ; e"caille 
paisse, peine amincie en dessus. Entierement d un jaune rougeatre, 
avec les paltes et les antennes plus claires. Abdomen assez fortement 
pubescent, surtout en arriere, le reste du corps avec une pubescence tres 
fine et peu visible. Luisant, presque lisse; ponctuation de la tete et du 
thorax extremement fine et peu serree. Long. 2 1/4 mill. 

Celte espece, qui provient d Ajaccio, m a ele" donnee par M. Abeille de 
Perrin. Elle se distingue facilement de la P. ochracea Mayr, dont elle a 
la couleur, par sa taille plus petite, son Seattle plus epaisse, ses te"gu- 
ments presque lisses, sa pubescence beaucoup plus rare et son thorax 
sans suture visible en dessus entre le me sonotum et le metanotum. 

(Deux descriptions d Aphsenogastcr seront inserees dans le prochain 
Bulletin.) 

M. V. Signoret donne les descriptions de trois nouvelles especes 
d Hemipteres : 

1 AGRAMMA NIGRICEPS, n. sp. Long. 3 mill. Nouvelle-Cale dome. 
Celte espece, tres-voisine de YA. gibba, s en distingue par le protho- 
rax d un jaune brim sur le disque posterieur et sur les epaules, avec 
deux laches noires sur Tanlerieur ; par les antennes, dont les articles 1, 
2 et k sont enlierement noirs, le 3 e article brun fonce; par les cuisses 
noires et les tibias brunatres. 

2 GEOCORIS AGUTICEPS, n. sp. Long. 3 1/4 mill. Egypte (Le- 
tourneux). Tres voisin des G. colon Fieber, des Indes, et de semi- 
punctatus Fieb. Prenant ce dernier comme point de comparaison, il en 
differe par la tele plus longue, plus acuminee et entierement noire ; par 
les anlennes plus pales au Zi e article et b. la moitie du 3 e et par le sommet 
du 2 C parfaitement blanc ; par le prothorax plus long, moins transversal, 
le bord anlerieur presentant une tache blanchalre au milieu; par les 
Slytres offrant au sommet, pros de la suture cnbitale, une pelite macule 
longitudinale noire. Les^patles et les cuisses sont noires; les genoux 
blanchatres ; les libias bruns a la base, blanchalres au sommet ; les larses 
entierement blanchatres. 



60 

3 GERMATUS (Slal) VIOLACEUS, n. sp. Long, k 1/2 mill. Mada 
gascar. Celte espece ressemblc a un Gcocoris, mais s en distingue par 
les yeux pe"doncules, dans la forme, mais moins, qu un Engistus. Noir 
violace", tres ponctuS sur le prothorax, moins deux espaces convexes 
lisses sur le disque ante"rieur; sur T6cusson, moins une carene m6diane, 
et sur les e"lytres, moins la corie me"diane; membrane noiratre; antennes, 
rostre et extre"mit6 de la tele d un jaune brun ; pattes d un jaune orange 
uniforme, ainsi qu une bande le long de la cote marginale des elytres. 
Tele avec les yeux tres gros, pe doncule s ; ceux-ci depassant de touleleur 
largeur le bord anterieur clu prothorax, qui est d un quart plus large en 
arriere qu en avant. Abdomen noir mat, lisse. Poitrine d un noir violace", 
fortement ponctuee. 

M. Colvee, de Valence (Espagne), adresse la description d une nou- 
velle espece de Cochenille : 

J ai trouve* sur le poirier, au commencement de mars, un Diaspis qui, 
je pense, n a pas encore 6te d^crit. Le genre est parfaitement caract^- 
ris6 par la forme des boucliers. Ceux des femelles sont ronds ou le"gere- 
ment ovales ; les de"pouilles, plac^es sur les c6t^s, sont d une couleur un 
pen plus obscure que le reste qui est gris sale. Je les ai toujours vus 
isole"s, ne formant pas de croutes. La femelle est un peu plus large que 
le male a son extre"mit6 abdominale; couleur noiratre, ou pour mieux 
dire d un violet si fonce" qu on dirait au premier aspect qu elle est noire. 
Cinq plaques de filieres; la mediane n a jamais plus de six filieres; j ai 
vu des individus qui en avaient moins et meme qui ne posse"daient pas 
ce cinquieme groupe ; les plaques late"rales sup^rieures de 20 a 24, les 
laterales inferieures de 18 a 20. Sur le bord du segment anal, six failles, 
et apres des Opines fortes. Les bords de 1 abdomen sont festonne"s, les 
trois premiers festons pourvus de cinq ou six e"pines. Le bouclier du male 
est beaucoup plus petit que celui de la femelle, long, e"troit. La de"pouille 
a une extre"mit6 aplatie et sans carfene. Ces males sont peu nombreux 
et je n ai pu en trouver de bien de"veloppes. Leg larves e"taient nom- 
breuses. 

Je de"signe cette espece sous le nom de Diaspis Pyri. 

M. J. Lichtenslein adresse la note qui suit : 

En dScrivant une Cochenille du Poirier (Diaspides), qui est, d apres 
M. Signoret, un fteau et fait pe"rir ces arbres, notre collegue me parat* 



61 

avoir confondu deux especes qui n appartiennent pas au mfime genre, 
d apres les coupes qu il en a lui-mfeme caracte rise es. 

Le Diaspis ostrseformis de Curtis, qui est celui que de"crit M. Signoret, 
dont la femelle est d un rouge couieur de sang virant a un beau vert dans 
la potasse causlique, forme des amas de coques superposes, parce que les 
jeunes passent tonjours sous leurs parents pour s incruster dans le liber. 
Get insecle occasionne ainsi des chancres pe ne trant profonde"ment dans 
Fdcorce et faisant perir les bourgeons. Mais le male, que notre auteur 
francais rallache a la femelle rouge, ne lui appartient pas, son bouclier 
n est meme pas celui d un Diaspis, mais bien d un Aspidiotus, et il est 
facile, avec un peu d attention, de trouver a c6te" des amas de coques du 
Diaspis ostrseformis d autres coques isolees, plus grandes, plus coniques 
et regulieres, d un beau noir verni a I inte rieur et recouvrant un insecte 
jaune canari dont la couieur ne change pas dans la potasse. C est a cet 
insecle qu appartient le male jaune, sous une coque arrondie, un peu 
plus petite et plus pale que celle de la femelle. Quant au male vrai du 
Diaspis ostrseformis, il est rouge comme sa femelle et recouvert d une 
coque allongee, parallele, et care ne e legerement comme celle du Diaspis 
rosae et de tous les autres Diaspis, puisque c est le caractere du genre. 

Je donnerai au nouvel insecte dont je parle de nom de : 

ASPIDIOTUS PYRI Licht. Coque femelle conique, isole e, superficielle, 
Insecte jaune, avec quatre filieres et quaire lobes a 1 anus, dont les 
deux interieurs les plus grands. Segments de 1 abdomen mutiques. 
Coque male arrondie, grisatre. Insecte jaune. 

Comme antithese, la diagnose de 1 insecte de M. Signoret sera : 

DIASPIS OSTRSEFORMIS Curtis. Coque femelle aplatie, en amas super- 
pose s. Insecle rouge, avec cinq filieres et deux lobes anaux. Segments 
de 1 abdomen a trois epines crochues. Coque male allonge s, parallele, 
blanc de neige. Insecte rouge. 

M. G.-A. Poujade presente la remarque qui suit : 

La femelle de Brephos Parthenias possede un caractere particulier qui 
n existe nullement chez ses conge"neres Notha et puella. Lorsqu on exa 
mine la partie ventrale, on apercoit les 5 e et 6 e segments munis d une 
sorle de brosse de couieur rousse qui tranche sur les poils gris. Cette 
brosse est forme" e de longues e"cailles dirige"es obliquement vers la partie 



62 

anale. Chacune de ces dernieres, vue au microscope, se monlre sous la 
forme d une longue lame s 61argissant graduellement de la base a Textre"- 
mite, qui est fortement recourbe e en crochet; ces courbures sont loules 
dirige"es en dehors. II est fort probable que celte partie n est pas sans 
utilite ; peut-tre se raltache-t-elle & quelque particularite de la ponte. 
Les males n offrent rien d aualogue. 

M. P. Mabille pre"sente deux morceaux d ambre ou sont retenus et 
conserve s deux INe vropteres trichopteres. Tous deux ont 6*16 saisis de 
maniere a h avoir subi que fort peu d alteration el leurs principaux 
organes sont en assez bon e tat pour permettre de les e"tudier. Les palpes 
ainsi que les pal les se voienl Ires dislinctemenl. Seule, la nervulation ne 
pent lre aussi facilement examinee, les ailes e"lant replie es. 

Aujourd hui on etudie beaucoup les insectes qui remonlent a des 
epoques anterieures & la notre et on rencontre ainsi des points de com- 
paraison Ires inleressanls. Tout recemmenl, il a paru en Amerique un 
article que je n ai encore pu consuller et qui Iraite des insecles conserves 
dans 1 ambre. Peut-e"lre le notre y figure-t-il ? 

- M. J. Bigot communique la note qui suit : 

Depuis la publication de ma note sur le genre Vermilco (Bullelin 
bi-mensuel, 1879, n 2, p. 20), j ai pris recemment connaissance d une 
courle note, tres importante, inse re e dans le Catalogue des Dipteres de 
1 Ame rique du Word, par le baron Osten-Sacken (Voy. 2 C e"dit., 1878, 
p. 330, note 91), dans laquelle se trouve mentionne" un renseignemenl 
fourni par le docleur Loew, qui signale .deux nouvelles marques distinc- 
tives enlre les genres, si proche voisins ! Lcptis et Vermileo. 

L une, a mon avis sans grande valeur,consisterait dans la moindre saiUie 
anterieure de La face chez le genre Vermileo que chez le genre Leptis. 

L autre, beaucoup plus precieuse, et que j ai parfaitement ve rifie e, se 
resume dans la presence de deux longues cpines a L eoctremite des tibias 
anterieurs exislant chez le genre Vermileo, faisant defaut chez le genre 
Leptis. 

A 1 aide de ce criterium, il devient done ais6 de separer de"sormais le 
genre Vermileo des vraies Leptis. 

M. P. Me"gnin an nonce qu il a recu dernierement de M. le docteur 



63 

Trouessart, qui s occupe particulierement des Micromammii eres , des 
parasites recueillis sur une Musareigne des iles Soulou (Pacifique), Para 
sites Acariens apparlenant a la famille des Gamasides, au genre Uropoda 
et a 1 espece Uropoda vegetans De Ge"er : 

Ce parasite est bien connu, dit-il, et je 1 ai de"crit et figure" dans le 
Memoire sur la famille des Gamaside s que j ai publie* dans le Journal 
d Analomie de M. le professeur Ch. Robin, en 1876. Seulement, jusqu a 
present, il n avait eie" rencontre" que sur des Insectes et en particulier sur 
des Staphylins. Son nom lui vient de ce qu il est attache" aux animaux 
sur lesquels on le trouve, et sur lesquels il semble vegeter, par une tige 
qui part de i extre"mite posterieure et qui est soudee par 1 autre bout a 
1 animal qui porte ce singulier parasite. Cette tige n est autre chose 
qu un produit d excretion de nature albuminolde, soluble dans 1 acide 
ace"tique, ainsi que je m en suis assure", et qui est e"mis par 1 anus. Ce 
sont les nymphes seules qu on trouve ainsi attaches et cela dans le but 
de subir tranquillement leur derniere me"tamorphose. Les adultos qui 
sortenl de la carapace de ces nymphes vivent dans le fumier ou sur les 
feuilles mortes ; et ce ne sont que les nymphes, je le repele, qu on trouve 
sur les insectes et sur les petits mammiferes, auxquels elles n empruntent 
que le ve"hicule, car elles sont parfaitement inoflensives et ne mangent 
pas pendant leur pe"riode pseudo-parasitaire. 

M. H. Lucas adresse une note relative a un Crustace de la section 
des Decapodes Anomoures : 

Ayant pu observer plusieurs individus, conserve s dans de 1 alcool tres 
faible, de VAlbunea symnista Fabr., Edw., Hist, natur. des Crust., t. II, 
p. 203 (1847); ejusd., Regne anim. de Cuvier, 3 e edit., Crust., pi. 42, 
fig. 3 , j ai remarque" que la carapace , les pedoncules oculaires , les 
anlennes externes et internes, les pattes-machoires externes, les organes 
de la locomotion, Tabdomen ainsi que les fausses pattes sont d une belle 
couleur rose tendre, Ieinl6e de brunatre a reflet vioiace. Les yeux, extr6- 
mement petits, d un noir brillant, sont enlierement lisses. Tout le corps, 
en dessous, est d un blanc legerement teinte" de rose. Enfin, tous les 
organes que je viens de signaler presenter^ des cils ou poils tres allonge s, 
sense s, d un jaune testace. 

Cette espece varie beaucoup pour la taille ; voici les dimensions des 
quatre individus que j ai observes : Long. 41 mill., lat. 22 mill.; long. 



- 64 - 

35 mill., lat. 20 mill.; long. 27 mill., tat. 16 mill.; long. 22 mill., 
lat. iU mill. 

Ce Crustace", dont on ne connaissait pas encore les couleurs, qui rap- 
pellenl celles de YAlbunea Guerini, que j ai rencontre sur les cotes 
d Alge"rie, a eHe 1 envoye* dernierement au Museum par M. Maindron. C est 
en Janvier 1881, dans la mer qui baigne les c6tes de Pondichery (Coro- 
mandel), que ce curieux Cruslace" a ete" capture*. 

Decisions. M. fim. Gounelle, dans une lettre adresse e au President, 
prie la Socie te de vouloir bien accepter sa demission de Secretaire adjoint. 
La Socie te remercie M. tm. Gounelle du temps qu il a bien voulu lui 
consacrer depuis plus d une anne e, et acceple sa demission. 

En consequence, il est precede" h son remplacement : M. A.-L. Cle ment 
ayant re"uni Tunanimile des suffrages est proclame deuxieme Secretaire 
adjoint. 

Apres avoir vote" les derniers articles du nouveau projet de 
Reglement, dont les cinquanle-deux premiers avaient de"j& e"te discules 
dans les seances des 9 et 23 mars, la Socie te , volant sur Tensemble de 
ce Ueglement, Tadopte a Tunanimile des voix. 

Membres recus. 1 M. Roger de Blonay, rue de La Rochefoucauld, 23 
(Entomologie generate, surtout Coleopteres), presente par M. Kunckel 
d Herculais. Commissaires-rapporteurs : MM. Lucas et Poujade ; 

2 M. Charles Nodier, me"decin de la Marine, rue Saint-Huel (Kreren- 
trach), a Lorient (Morbihan) (Coleopteres en gentral), pre"senie" par 
M. Cayol. Commissaires-rapporteurs : MM. Gounelle et Leveille. 

Assistant admis. M. Juste Bignault fils, presenle au President par notre 
collegue M. Bignault. (Art. 5 du nouveau Reglement.) 

Candida* presenU. M. le baron d Osten-Sacken, a Heidelberg (Prusse) 
(Dipteres en general), present^ par M. L. Fairmaire. - Commissaires- 
rapporteurs : MM. Bigot et Signoret. 

L Archiviste : A. LEVEILLE. 

Paris, 23avril 1881. 



PARIS. Impr. FELIX MALTESTE ET C, rue des Deux-Portes-Saint-Sauveur, 22. 



1881. No 8. 



SOCIETE ENTOMOLOGIQDE DE PRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



Avis. Toute reclamation relative a 1 envoi du Bulletin doit 6tre adresse e 
a M. A.-L. CLEMENT, 2 e Secretaire adjoint, rue Lacepede, 3A. 



BULLETIN DES SEANCES 

Paraissant deux fois par mois 



Seance du 13 Avril 1881 (fin). 

M. J. Bourgeois communique une note synonymique sur deux especes 
de Lycides : 

En examinant avec soin un individu type de 1 espece decrite par M. le 
D r Kraatz sous le nom de Gerceros pectinicornis (Neue Kafer vom Amur, 
in Deut. Ent. Zeit., 1879, I, p. 126, pi. n, fig. 2), j ai pu m assurer que 
le genre Gerceros correspondait exactement a celui de"j e"labli par M. C.-0. 
Waterhouse sous le nom de Macrolycus (Trans. Ent. Soc., 1878, p. 96, 
et Illustrations of typ. spec, of Goleoptera in the Coll. of the British 
Museum, 1879, I, p. 1). L exemplaire que j ai sous les yeux offre, en 
eflet, d une maniere parfaitement nette, et bien que ce soit un male, les 
deux caracteres essentiels qui distinguent le genre Macrolycus^ c est-a- 
dire Textremite des crochets des tarses bifide, a la facon des Rhagonycha, 
et le dernier article des palpes maxillaires Ires grand, securiforme. 

En outre, il esl hors de doute pour moi que M. Kraalz n a pas vu la 
figure donnee par Motschulsky pour Tespece decrite sous le nom de 
Lygistopterus flabellatus (Schrenck. Reis., 1860, p. HZj, p). vu, fig. 29); 
car, a coup sur, il n eut pas h6site a lui rapporter son Gerceros pectini 
cornis. J avoue que la description de Motschulsky, considered seule et 
(9 annee, n 192.) 8 



66 

abstraction faite de la figure, est absolument insnffisanle ; et, lorsque cet 
auteur a e en! que la taille de son insecte est quatre fois celle de notre 
L. sanguineus, il avail cerlainement sous les yeux, comme terme de com- 
parcison, un exemplaire minuscule de ce dernier. Mais, je le repele, 
Texamen de la figure leve toule incertitude, et je suis sur que M. Kraatz 
en conviendra a premiere vue. 

La synonymie de celte espece doit done s e"tablir ainsi : 

MACROLYCUS FLABELLATUS Mots., Schrenck. Reis., 1860, p. 11/i, pi. vn, 

fig. 29 (rf). 
= Cerceros pectinicornis Kraatz, Dent. Ent. Zeit., 1879, I, p. 126, 

pi. ii, fig. 2 (rf). 

J ajouterai que dans la caracteristique de son genre Macrolycus, 
M. G.-O. Waterhouse ne me parait pas avoir insisl6 suffisamment sur la 
difference de conformation des anlennes chez le male et cliez la femelle. 
Les males des Macrolycus ont les anlennes longuement flabelle es, telles 
que nous les monlrent les figures de Molschulsky et de M. Kraalz; landis 
que, chez les femelles, elles ne sont que lies fortement serriformes, 
comme dans la figure du M. Eowringi C.-O. Walerh. (loc. cit., pi. i, 
fig. 1), laquelle represenle evidemment un individu femelle. 

Quant a 1 espece que M. Kraatz considere comme eHant le Lygistoptcrus 
flabcllatus Mols., el donl il a bien voulu me communiquer deux exem- 
plaires, elle doil etre rapporlee, selon moi, au Lycostomus (Dictyoptera) 
porphyroplwrus Solsky (Hor. Ent. Ross., VII, 1870, 366, 2, et Abeille, 
IX, p. Zi07). jfr 

M. Ernest Andre, de Gray, adresse les descriptions de trois nou- 
velles especes de Fourmis (fin) : 

2. APH^NOGASTER BLANCI Andre", nov. sp. T6te carre"e, pas plus 
longue que large, assez regulierement et longitudinalemenl striee, les 
stries s effa^ant vers Tocciput. Mandibules de largeur moyenne, fortement 
slriees, armees de cinq a six dents. Yeux tres. grands, en ovale allonge", 
situe s en avant des coles de la lete et descendant obliquement de sorte 
que leur partie anterieuie, qui est aussi la plus etroite, se recourbe en 
dessous de la lete et louche presque, a cet endroit, Tarticulation des 
mandibules. Areles frontales courles, aire fronlale profonde. Antennes 
inse"rees tres pres 1 une de 1 autre ; scape n atteignant pas le derriere de 



67 

la t6te ; premier article du funicnle plus long que les deux suivants re"u- 
nis; les articles deux a sept courts, presque transversaux ; les quatre 
derniers, plus allonges, forraent ensemble une massue a peine moins 
longue que le resle du funicule. Pronotura presque lisse, mesonolum e( 
metanotum Iggerement rugueux, ce dernier arme de deux epines fortes 
et aigues, un peu divergentes ; il est lisse et luisant entre les epines. Tete 
avec une pubescence longue et peu serree ; le reste du corps presque 
sans pubescence, mais he risse de poils rares, un peu plus series sur 
1 abdomen. Noir, avec les mandibules, le funicule, les articulations des 
patles et les tarses plus ou moins rougeaires; parfois le thorax et le 
petiole sont d un brun rougeatre fonce". Long. 3 a li mill. 

Cette espece a ete" decouverte a Marseille par M. Marius Blanc, a qui je 
suis heureux de la dedier. Elle ressemble, an premier aspect, a un petit 
individu de YA. barbara; mais elle s eloigne de toutes les especes du 
genre par la grandeur et la position de ses yeux. Ce caractere la rap- 
proche de mon genre Oanjopomyrmex, fonde sur une Fourmi de Syrie 
qui n a que onze articles aux antennes et dont la description paraitra 
procliainement dans les Annales. 

3. APH^ENOGASTER CROCEA Andre, nov. sp. Enlierement d un jaune 
rougealre, avec les pattes plus claires. Tele, thorax et petiole finement 
granuleux, mats ; abdomen lisse et luisant. Pubescence presque nulle, 
pilosite rare, pattes et anlennes sans poils dresses. Tele ovale, allonge e; 
yeux petits; scape des antennes depassant notablement Tocciput; premier 
article du funicule presque deux fois aussi long que le second, les articles 
deux a. sept courts, a peine plus longs que larges, les quatre derniers 
formant une massue grele, presque aussi longue que le reste du funicule. 
Metanotum muni en arriere de deux petites dents a peine visibles. 
Long. 3-li 1/Zi mill. 

Voisine de YA. sardoa Mayr, dont elle difTere par la structure de ses 
antennes, sa taille plus petite, sa pilosite plus eparse, nulle sur les 
antennes et les paltes, son melanotum a peine denticule et son abdomen 
lisse. 

Patrie : Algerie. 

M. P. Me"gnin presenle a la Societe dilTerents exemplaires KArgas 
reflcxus Latr. des deux sexes et h. Tetat de nymphe. Ces Acariens pro- 
yiennent d un colombier de Paris, qui en est infeste : 

Depuis bien des anne es ce parasite semblait avoir disparu de notre 



68 - 

pays, car pour 1 gtudier de visu et le de crire, dit notre collogue, pour 
1 ouvrage sur les Parasites que j ai public, j en avais demand^ inutilement 
pendant des annees a tous les eleveurs de Pigeons abonne"s au journal 
I Acclimatation, et cela sans succes. J ai etc oblige alors de m adresser a 
des professeurs italiens et j en ai rec.u Ires gracieusement de M. Rivolta, 
de Pise. Aujourd hui je ne serais plus re"duit a celte extremity, puisque 
les Argas des Pigeons se montrent de nouveau a Paris et en abondance. 
Les jeunes pigeonneaux vont surtout en souffrir, car, lorsque ces parasites 
suceurs abondent, ces volatiles sont promptement reduils a 1 etisie et ils 
meurent d inanition. 



Seance tin & Avril 1881. 

Prdsidence de M. L. REICHE, Vice-President. 

M. Ge"hin, de Remiremont (Vosges), assiste a la stance. 

Lecture. M. Gennadius, d Alhenes, adresse, par 1 entremise de M. V. 
Signoret, une note intitulee : Une nouvelle espece de Cochenille du genre 
Aspidiotus (A. coccineus), propre a 1 ile de Ohio. 

Communications. M. le President annonce que notre collogue M. A.-L. 
Clement vient d etre nomine" officier d Academic. 

M. de Marseul communique la note suivante : 

M. Lamey, notre collegue d Alger, m envoie deux insectes qu il soup- 
conne d etre les auteurs d une mortalite qui se propage dans la fore"t de 
cedres de Belesma, pres de Batna, et menace de la detruire ; Tun est le 
Melanophila Marmottani avec sa larve, qui presente beaucoup de ressem- 
blance avec celle de Melanophila tardci, decrite et fi^ur^e par Perris, et 
qui n a 6le" signalee nulle part ; 1 autre est le Xyloborus saxesimi, que je 
vois indique comme vivant dans 1 aulne et le chene, et dont M. Lamey a 
e*galement pu 6tudier la larve. 

M. A. Le veille transmet, par 1 interme diaire de M. J. Bourgeois, la 
description d une espece nouvelle de Coleoptere : 

ALINDRIA SEDILLOTI Le v. Cylindrica, elongata, nitida ; prothorace 



69 

antice parum latiore, angulis anticis prominulis, posticis obtusis, lateri- 
bus basique, prcescrtim ad angulos, marginatis ; capite ct thorace obscure 
viridi-opacis , levissime densissimcque alutaceis ; in disco sparsim, ad 
margines erebrius fortiusque punctatis ; elytris pedibusque violaceis, illis 
nitidis, viridi-micantibus, punctato-striatis, intervallis subcostatis ; an- 
tennis piceo-nigris, articulis ultimis dilulioribus ; abdomine nigro-cxru- 
leo. Long. 25-30 mill.; lat. 6 1/2-8 mill. 
Madagascar. Coll. Sedillot, 2 $. 

Cette belle espece est voisine de A. spectabilis Klug, mais elle en dif- 
fere cependant par plusieurs caracteres, parmi lesquels nous citerons : la 
ponctuation fonciere du prothorax, qui rend celui-ci absolument mat ; le 
menton, qui est presque lisse et plan au lieu d etre charge d une ponc 
tuation rugueuse en arriere ; le premier arceau de 1 abdomen qui, chez 
noire espece, presente une ponctualion legere et eparse au lieu d etre 
tres forte et rugueuse ; les angles anterieurs du prothorax moins proemi- 
nents que dans 1 espece de Klug, etc. 

Membre recu. M. le baron Charles-Robert d Osten-Sacken, hans mai 
Wredeplaty, a Heidelberg (grand-duche de Bade) (Diptercs en general], 
presente par M. L. Fairmaire. Commissaires-rapporteurs : MM. Bigot 
et Signoret. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 



Seance du 23 Mars 1881 (fin). 

Societe d Histoire naturelle de Colmar (Bulletin}, 20 e et 21 e annees, 
1879 et 1880. REIBER et PUTON, Hemipteres Homopteres d Alsace 
et de Lorraine, avec suppl. H. DE PEYERIMHOFF et MACKER, 
l re partie, Notes entomol. diver-res, Mceurs, Chasses, etc. 



BRONGNIART (CH.). (Plusieurs tirages a part.) 1 Notice sur quelques 
Poissons des lignites de Menat (pi. n.). Q 2 Observations sur la 



70 

Clepsine (pi. n.). 3 Rapport sur 1 excursion faite a Gisors en 
1880. * 

BRONGNIART (Cn.) et CORNU (M.). Observations nouvelles sur les e"pide"mies 
se"vissant sur les Insectes. * 

GORNU (M.), BRONGNIART (Cn.) et DUMAS. Sur une e pide mie d Insectes 
Dipteres par un champignon. * 

GADEAU DE KERVILLE (H.). Les Insectes phosphorescents (/i pi. col.). * 
SCUDDER (SAM,). Myriapodes carboniferes. * 



Stance du 13 Avril 1881. 

American Naturalist (The), avril 1881. Diverses notes d analomie 
enlomol. : Crustaces, Nevropteres, mojurs (pi. n.). 

Annales de la Societe entomologique de France, 5 e se>ie, tome X, 1880, 
k* trimeslre, planches 9, 10, 11 et 12. Deux exemplaires pour la 
bibliotheque. 

Memoires, p. 305-A16. Bulletin des stances, p. cxm a CLII. 
Bulletin bibliographique, p. 33 a 54, Liste des Membres et Tables. 

L. BEDEL, Faune des Coleopteres du bassin de la Seine et de ses 
bassins secondaires. Carnivora (Noteridx, Catalogue des Dyticidsc ; 
Gyrinidse et Catalogue idem], p. 257 a 288. 

L annee 1880 complete comprend 50 feuilles 1/2 (808 pages), 12 
planches (k col. et 8 n.). 

Berliner entomologisckc Zeitschrift, 1881, l er fasc. D r F. KARSCH, 
Faune des Gole opt. des lies Sandwich, Marshall et Gilbert (n. sp.). 
Araclmides et Myriapodes de Micronesie (n. sp.). Diagnoses 
d Araignees du Japon (n. sp.). Coleopt. de 1 exped. de Rohlf en 
Afrique, 1878-1879 (n. sp.). Camarotus du Musee de Berlin. 
Scorpions d Europe : tableau syn. (n. sp.). Arlicules d Angola. 
D.-L. SOHRAGEN, Notes lepidopt^rol. D r H. DEWITZ, Sur les ailes 
des Phryganes et des L6pidopteres. Larve et nymphe de Liponeura 
brevirostris. D r O.-M. REUTER, Acanthosomina et Urolabidina nouv. 



on peu connus. D r 0. THIEME, Nouv. Co-opt, de FAsie orientate 
et centrale. ROB. LATZEL, Myriapodes d Autriche-Hongrie. FRD. 
STEIN, Nouv. Gryllide du Japon. 

Bulletin of the U. S. Geot. and Geogr. Survey of the Territories, vol. VI. 

GROTE, Lisle des Agrotis des Etals-Unis (n. sp.). 

Comptes rendus hebdom. des seances de I Academic des Sciences, 1881, 
l er semeslre, n os 11, 12, 13 et IZi. Prix decernes : 1 Prix Savigny, 
a M. Grandidier : Recherches sur les faunes de Madagascar et de 
Zanzibar. 2 Prix Thore, a MM. Vayssiere et E. Joly : Metamorph. 
du Prosopistoma punclifrons. Enumeration des questions mises au 
concours pour 1881 et annees suivantes. Notes sur le Phylloxera : 

LlCHTENSTEIN, VALERY MAYET, SAINT-ANDRE ; d^COUVerte de l 03Uf 

d hiver. 

Deutsche Entomol. Zeitschrift, 1881, l er fasc. H. REINHARD, Beitrage 
zur Kennlniss einiger Braconiden-Gattungen. KRAATZ, Div. notes : 
Blaps, Coleopt. monstrueux, Pe"nis des Cole opleres, Cetonides de Ma 
dagascar, Var. du Carabus monilis, etc. LE MEME, Div. notes : 
Prosodes, Griocephalus europeens, Cetonides europeens et exotiques, 
Trematodes, etc. J. STUSSINER, Coleopterol. Streifzuge in Istrien. 

L.-V. HEYDEN, Coleopt. monstrueux, etc. EDM. REITTER et H. 
SIMON, Monogr. du G. Leptomastax, n. sp. J. WEISE, Coccinellides. 

LINDEMANN, Scolytus de Russie. REITTER, Coleopt. de Dalmatie 
et Montenegro, sp. n. de div. auteurs. L.-V. HEVDEN et EDM. 
REITTER, Coleopt. nouv. des Asturies. EDM. REITTER, Trogoderma 
nouv. d Australie. 

Entomologische Zcitung, 1880. E.-V. HAROLD, Coprophages de la 
Nouvelle-Grenade (Steinheil). E. WEHNCKE, Nouv. Haliplus. 
D r II. HAGEN, Phryganes. D r FUCHS, Div. notices lepidoplerol., 
nov. sp. E.-V. HAROLD, Galerucites de Tlnde, n. sp. C.-A. 
DOHRN, Exotisches, n. sp. H. KOLBE, Psocines, n. sp., tableaux. 

L. FAIRMAIRE, Elylrurus des iles Viti, n. sp. J. LICHTENTEIN, 
Pemphigus (tableaux). L. FAIRMAIRE, Revis. des Zonitis d Australie, 
n. sp. D r EPPELSHEIM, Nouv. Staphiliniens. F.-O. BUTTNER, 
Microl6pidopteres de Pomeranie. Nombr. notes necrologiques et 
bibliographiques, Comptes rendus de voyages entomol., Listes de 
chasses, Suites d articles dej a parus, etc. 



72 

Entomologist s monthly Magazine (The), n 203. W.-L. DISTANT, 
Lycenides nouv. de Penang. STAIINTON, Entomologie du Portugal : 
Lepidopteres (suite). W. BUCKER, Premiers e"tats de 1 Hydrocampa 
nymphealis. R. MAC LACHLAN, Nouv. esp. de Trichoptera d Ecosse 
(fig.). G. LEWIS, Helola nouv. du Japon. Notes. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, n 126. Q (sauf dans les communica 
tions.) 

Naturaliste (Le), n 49. L. FA^fi^R^ Diagnoses de Coteopleres de 
Me"lane"sie. 




Psyche, vol. Ill, n 79. V.tT.fCtottfeRljHLarves de Tineites. S. 
SCUDDER, Insectes fossiles. 

Revue des Travaux scientifiques , 1881, janv. et fe"vr. Comptes rendus 
de divers ouvrages ayant traits a PHistoire natur. et & FEntomologie. 

Societe acad. hispano-portugaise de Toulouse (Bulletin], 1880, n A. O 

Socielc entomologique de Belgique, 1880. Baron M. DE CHAUDOIR, 
Monographic des Scaritides (fin). PREUDHOMME DE BORRE, Etude 
sur les especes de la tribu des Feronides qui se renconlrent en Bel 
gique (suite). 

Societe d Etude des Sciences naturelles de Nimes (Bulletin) f 8 e ami., n* 11 
et 12. 



ANDRE (ED.). Species des Hymenopteres d Europe et d Algerie, 9 e fasc., 
1 pi. col. * 

GADEAU DE KERVILLE (H.). Le Taupin des moissons. * 

PDTON (D r A.). Enum. des Hemipteres re colte s en Syrie par M. Abeille 
de Perrin, n. sp. * 

RILEY (CHARLES). Further facts about the natural enemies of Locust s. * 

L Archiviste : A. LEVEILLE. 
Paris, 5 mai 1881. 



PARIS. Impr. FELIX MALTESTE ET Ce, rue des Deux-Portes-Saint-Sauveur, 22 



1881. NO 9. 



SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE PRANCE 

reconnue coinme institution d utilite publique 



BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissant deux fois par mois 



Seance du 11 Mai 1881. 

residence de M. L. REICHE, Vice-President. 

MM. Antoine Grouvelle, de Nice, Charles Nodier, de Cherbourg, et 
Oberthur, de Rennes, assistent a la stance. 

Communications. M. Aug. Salle" annonce la mort de notre savant 
confrere M. le baron Maxirailien de Chaudoir, qui appartenait a la Soci6l6 
depuis 1834 et qui est decede le 6 mai. 

M. H. Deyrolle fait savoir que, par suite du grave etat de sa sante, 
M. le comte G. de Mniszech, ne pouvant plus s occuper d entomologie, 
vient de lui ceder sa riche collection de Cole"opleres. 

M. Antoine Grouvelle dit qu il vient de decouvrir aupres de Nice 
la larve du Faronus niceensis, dont il se propose de donner la description 
& la Societe. 

M. C.-E. Leprieur lit les notes suivantes : 

1 D apres le silence garde par les differents auteurs qui se sont occupe"s 
de la famille des Gyrinides, il parait qu on connalt assez peu les premiers 
e"tats de ces insectes, aussi me semble-t-il de quelque inte"ret de mettre 
sous les yeux de la Sociele une coque de laquelle est sorti un Gyrinus 
niloticus. 

(9 e annec, n 193.) 9 



C esl ft mon ami M. Lelourneux qu est due cetle de"couverte, et je crois 
devoir copier lextuellement la partie de sa lettre dans laquelle il me fait 
part de ce fait : J ai trouve" a Choubrah, sur une feuille de Typha, une 
coque qui m avait intrigue". Elle e"tait fixe e ft peu pres ft Irois centi- 
metres au-dessus du niveau de 1 eau, et je Tavais conservee pre"cieuse- 
ment pour voir ce qu il en adviendrait. Il en est sorti un Gyrin que 
je vous envoie avec sa coque altachee au fragment de Typha. Je ne sais 
si les moeurs de ce Gyrin etaient connues et si on e"lait au courant de 
son mode de metamorphose, mais j ai pense" que le fait pouvait tre 
bon ft signaler. 

2 Dans sa Monographic des Anthicides, M. de La Ferle" avail de"crit 
sous le nom d Amblyderus truncatus une Ires jolie petite espece de ce 
genre, dont il n avait vu qu un scul individu appartenant au Muse e de 
Berlin et provenant des chasses d Ehrenberg en Egypte. 11 se trouvait 
classe" parmi les Notoxus, sous le nom spcifique de truncatus que M. de 
La Ferle" lui avail conserve. 

Depuis le voyage d Ehrenberg, cette espece n avait plus 616 retrouve"e, 
et M. de Marseul avait duse conlenter de copier la description de M. de 
La Ferte, sans avoir le type sous les yeux. J ai e"le Ires elonne da ren- 
contrer, au milieu de petils insectes recueillis par M. Letourneux sur les 
borda du lac Mariout, un second individu de cette espece, qui est peut- 
etre moins rare en realite" qu elle ne le parait, mais que son extreme peti- 
tesse rendra toujours difficile ft r^colter. 

11 est regrettable que M. Letourneux quilte maintenant 1 Egyple d une 
maniere definitive, car je suis ft peu pres certain que si j avais pu en 
temps utile appeler son attention sur cet insecle, il aurait fini par decou- 
vrir sa localite" exacte et enrichir les collections de ce Cole optere qui 
longlemps encore se trouvera ft Fetal d unit^, aussi bien ft Berlin que 
dans mes boites. 

M. 11. Lucas communique une note relative ft des Coleopleres du 
genre Gymnopleurus : 

On sail que les Lamellicornes des genres Ateuchus el Sisyphus ne vivenl 
pas en famille et onl pour habitude de construire des boules plus ou 
moins spheriques devant servir de berceau a leurs larves ; ordinaire- 
menl le male el la femelle unissenl leurs efforts pour les conduire : 1 un 
les retienl enlre ses paltes de la Iroisieme paire el les pousse en marchanl 



75 - 

a reculons, en se servant, pour les fixer, de 1 eperon des femurs de 
cette m6me paire de pattes; 1 autre les tire avec les pattes de la premiere 
paire. 

Les Gymnopleurus, au conlraire, vivent en famille nombreuse sous les 
excrements de ruminants ; mais, comme les Ateuchus et les Sisyphus, ils 
construisent des pelotes spheriques pour y deposer leurs ceufs. 

Cependant toutes les especes de cette coupe gene"rique n etablissent 
pas toujours des boules spheriques, et, comme exemple, je citerai le 
Gymnopleurus fulgidus, qui construit avec les malieres excrementielles 
une espece de disque ou rondelle ayant line e"paisseur de 3 a U milli 
metres, plat et de la dimension d une piece de 20 centimes environ. 
M. Maindron a rencontre communement ce Coprophage \a Podor (Senegal), 
et il est possible que le male et la femelle surveillent cette rondelle dans 
laquelle sont deposes les oeufs ; ils la Irainent avec eux, et, quand ils ont 
Irouve un lieu favorable, ils 1 enfouissent dans le sol a une profondeur 
de plusieurs centimetres. 

Au sujet de ces Lamellicornes coprophages, j ai observe aux environs 
de Boghar, dans un sentier sablonneux, etroit et plat, une bouse a surface 
dessechee, ambulanle, et qui le traversait. Ayant souleve cette bouse, 
dont les mouvements insolites avaient attire" mon attention, je trouvai 
dessous une colonie Ires nombreuse de Gymnopleurus flagellatus. En me 
rendant de Milianah a Teniet-el-Haad, j ai e"galemont observe" ce meme 
phenomene, mais cette bouse etait raise en mouvement par le Gymno 
pleurus mopsus ou pilularius. 

Ce sont ces diverses observations qui m ont fait dire, dans une note 
qui est restee inedite, que dans le nord de 1 Afrique ces Coprophages sont 
si abondants et deploient sous 1 influence du soleil une si grande activite, 
que Ton rencontre quelquefois sur les routes, les chemins et dans les 
sentiers des bouses ambulantes et qui sont transporters par ces Lamelli 
cornes & des distances relativement considerables. 

M. L. Fairmaire, actuellement a Port-sur-Sa6ne, ecrit au Secretaire : 

J ai presente a la Societe, il y a qnelques semaines , une petite note 
relative aux de"gats causes a la vigne par VOtiorhynchus picipes dans un 
canton de la Savoie. Aujourd hui je signale de nouveaux mefaits cause s 
par TO. globus Boh., dont on n avait pas encore par!6 jusqu a present et 
qui est Tauteur de dommages tres imporlants dans les vignobles de Casale 



76 

(Monferrato), d apres ce que m apprend M. le docleur Gestro. II est a 
croire que la lisle des Otiorhynchus de"vastateurs s accroltra notablement 
avec le temps et que ce genre nombreux, inle>essanl pour les collec- 
tionneurs, veut faire parler de lui dans un sens beaucoup moins sympa- 
thique. 

M. le D r Aug. Puton adresse la note qui suit : 

Dans la quatrieme partie de mon Synopsis des Hemipleres de France, 
que je vais envoyer a rimprimerie, j &ablis les synonymies suivanles : 

Menaccarus Dohrnianus Mis. = hirticornis Put. (exemplaire sans cils). 

Sciocoris conspurcatus Mis. = macroccphalus Fieb. 

Sciocoris Gravenhorsti Fieb. = Leprieuri Mis. = maculatus Fieb. , var. 

Neottigtossa lineolaia M. = inflexa Wolff, var. 

Datleria consimilis Costa et Grenieri M. = pusilta H.-S., var. 

Eysarcoris Mayeti M. = inconspicuus H.-S., var. 

Carpocoris tarsata M. = nigricomis var. 

Nezara Millieri M. = Heegeri Fieb. , var. minor. 

Verlusia sinuata Fieb. = rhombea L., var. 

Coreus Spinolx Costa = pilicornis Burm., var. 

Cortzus abutilon Rossi = crassicornis Lin. , var. 

Berytus pilicornis Flor. = hirticornis Brulle, var. 

Berytus longicollis M. = clavipes Fab. 

Berytus gracilis M. = Signoreti Fieb. (broch.) = pygmasus Rent. 

Metacanthus meridionalis M. nee Costa = Cardopostethus annulosus 
Fieb. 

Je signale les varies suivantes : 

Eysarcoris inconspicuus H.-S., var. simplex : Ecusson sans callosity s 
blanches a la base. 

Eysarcoris perlatus F., var. spinicollis : Angle lateral du pronotum en 
pointe aigue. 

Palomena viridissima Poda, Ferrari, var. simulans : Varied rougeatre 
analogue a la var. discolor de la dissimilis* 



77 

Strachia picta H.-S., var. cruentata : Dessin noir et rouge sans me - 
lange de blanc. 

Gonocerus venator F., var. acutangulus : Angle lateral du pronotum 
aigu et releve com me dans Vinsidiator. 

Stenocephatus agilis Scop., var. marginicoliis : Cote s du pronotum plus 
sensiblement hordes de pale ; cuisses interme diaires et posterieures jaunes 
seulement sur le cinquieme basal. 

Corizus hyalmus Fab., var. nigrinus : Presque entierement noir, dos 
de 1 abdomen noir sans taches jaunes. 

Je decris une seule espece nouvelle et encore elle n est pas de France : 

Sciocoris fumipennis : Interme"diaire entre fissus et maculatus, mais 
membrane entierement enfumee, poncl nation plus fine, plus serre"e, plus 
uniforme, ecusson care"ne, yeux tres gros. Dalmatie, Istrie, Italie sep- 
tentrionale. 

M. Maurice Girard communique une note d enlomologie applique" e : 

Un de mes anciens eleves de 1 Ecole d Horticulture de Versailles vient 
d envoyer des specimens d ail atluaqes par des insectes et provenanl de 
Saint-Junien (Haute-Vienne), arrondissement de Rochechouart, localile oil 
les aulx sont cultives dans beaucoup de jardins et sont 1 objet d un grand 
commerce. C est un Microle"pidoptere, VAcrolepia assectella Zeller, espece 
qui devore aussi le poireau. Beaucoup plus tard (1867), boisduval 1 a 
nominee alliella, la mettant a tort dans le genre Lita. La chenille ronge 
les feuilles, qu elle remplit de ses dejections granulees verdatres, et fmit 
par arriver aux tuniques du bulbe. Les chrysalides sont dans de petits 
cocons fusiformes d une jolie soie d ungris blanchalre. Comme ces cocons 
s altachent aux feuilles, le meilleur moyen de delruire ce nuisible Tine"i- 
nien me parait etre de couper Tail au-dessus du bulbe, un peu avant 
1 eclosion des papillons, alors que les feuilles sont rernplies de chenilles 
et de chrysalides, d emporler ces debris au loin et de les bruler. 

Cette Teigne n a etc" remarquee dans le pays que 1 annee derniere et a 
detruil un tres grand nombre de pieds d ail ; elle recommence ses ravages 
actuellement. II y a eu probablement importation, on des papillons par 
un coup de vent, ou par transplantation de vegetaux venus d une autre 
localile. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



- 78 - 

BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Stance du 13 Avril 1881 (fin). 

Societe des Amis des Sciences naturelles de Rouen, Extrait des proces-ver- 
baux, 1879-1880. Compte rendu annuel 1880 : Peu d enlomologie, 
quelques notes de chasses entomologiques. 

Sprawozdanie Komisyi Fizyjograficznej (Acadtmie de Gracovie), 1880. Q 

Verhandlunyen der k. k. zool.-botan. GeseLlschaft in Wien, 1880. 
FR. KRASAN, Infusoires. TH. BELING, Metamorph. de Ccenomya 
ferruginea (fig.). J. MIK, 3 notes sur les Dipteres, nov. sp. 
MOSCHLER, Faune Mpidopterol. de Surinam (suite). J. STUSSINER, 
Leptomastax Simonis, n. sp. H. LEDER, Faune coleopterol. du 
Caucase, n. sp. de divers auteurs (suite). FR.-A. WACHTL, Galles 
d Insectes d Europe, n. sp. EUG. KEYSERLING, Nouv. Araign6es 
d Amerique. FR. Low, Pemphigus, individus sexues. 

L Archiviste : A. LEVEILLE. 



Seance du 27 Avril 1881. 



Bulletin mensuel de la Societe Linneenne du Nord de la France, n 100. 

E. DELABY, Contributions a la faune locale (Coleopt.). 

Mittheilungen der schweizerischen entomologischen Gesellschaft t vol. VI, 
Heft 3, 1881. IJ. J.EGGI, Lycsena Lycidas (pi. col.). PH. DE Rou- 
GEMONT, Observations sur 1 organe detonant du Brachinus crepitans. 

E. FREY-GESSNER, Excursions pendant Tet6 de 1880 (Hymenopt.)- 

D r PCTON, Enumeration des He"mipteres recoltes en Syrie par 
M. Abeille de Perrin (n. sp.). E. FREY-GESSNER, Hemipteres de 
Syrie. D r STIERLLN, Descr. d especes nouvelles d Otiorhynchus ; 
sur les varietes du Gar. Olympian; Pterostichus Sellae, (nov. sp.) des 
Alpes maritimes. 



79 - 

Mittheilungen des naturwissenschaftlichen Vereincs fur Steiermark , 
1880. O 

Naturaliste (Le) (*), n 50. C.-F. ANCEY, Descr. de Coteopteres nou- 
veaux d Aden. 

Second Report of the U. S. entomologic. Commission for the years 1878 
and 1879 relating to the Rocky Mountain Locust and the Western 
Cricket, 1878-1879 (avec cartes et planches noires et colorizes). 



RILET (C.-V.). The Rocky Mountain Locust. Permanent courses for the 
Government to adopt to lessen or avert Locust injury (*). Broch. in-8, 
6 cartes color. 

L Archiviste adjoint : J. BOURGEOIS. 



Stance du 11 Mai 1881. 

American (The) Naturalist, vol. XV, n 5, mai 1881. Exuviation in 
Flight. On some new Tube-constructing Spiders. The Rascal 
Leafera rupler in Georgia. Vertical vs. Horizontal Insect Boxes. 
Insects affecting the China tree. Galls on Eucalyptus. North 
American Anthomyiadae. Galls and Gallinsects. 

Annaii del Musco civico du Storia naturale di Genova, publicati per cura 
di G. Doria et R. Gestro, vol. XVI, 1880-1881. S.-A. DE MARSEUL, 
Addition a 1 enume ration des Histerides rapports de 1 Archipel Malais, 
de la Nouvelle-Guine e et de 1 Australia bore"ale par MM. Beccari et 
d Albertis. GESTRO, Diagnosi di nuove specie di Goleolteri (de 
TAfrique e"quatoriale). DE BORMANS, Ortotteri (Afr. equal.). 
E. DE S^LYS-LONGCHAMPS, Odonati (Afr. equat.). GRIBODO, Ime- 
notteri (Afr. e"quat.). EMERY, Formiche (Afr. e qual.). LETHIERRY, 
Emitteri (Afr. Squat.). E. SIMON, Deux nouvelles especes d Obisium 
anophthalmes du sous-genre Blethrus. GESTRO, Enumerazione dei 
Lucanidi raccolti nell Archipelago Malese e nella Papuasia dai Doria, 
Beccari e d Albertis. D OSTEN-SAKEN, Enumeration of the Diptera 



80 

of the Malay Archipelago collected by Beccari, d Albertis and others. 
EMERY, Viaggio ad Assab nel Mac Rosso, dei Doria ed Beccari 
con il Avviso Explorature . I. Formiche. PAVESI, Studi sugli 
Arachnid! African! : Araclmidi d Inhambane. S.-A. DE MARSEUL, 
Histerides nouveaux. REGIMBART, Nouvelle espece du genre Hydro- 
vatus. V. SIGNORET, Revue des Gydnides contenus dans la collec 
tion du Musee civique d Histoire naturelle de GSnes. GESTRO, 
Aliquot Coleopterorum Musei civisi, Januensis diagnoses. Offer! 
par M. le marquis G. Doria. 

Comptes rendus hebdomadaires des stances de I Acadtmie des Sciences, 
1881, 1" semestre, n 08 15, 16, 17 et 18. CORNU et BRONGNIART, 
Pucerons attaque s par un Champignon. MEGNIN, De veloppement 
du Tricuspidaria nodulosa, el sur son Cysticerque. V. MAYET et 
LAUGIER, Sur le Phylloxera. J. LICHTENSTEIN, Migration du Puce- 
ron du Peuplier (Pemphigus bursarius). CHATIN, Trichines enkys- 
te"es dans les parois intestinales du Pore. 

Feuille des Jeunes Naturalistes (*), ll e anne"e, n 127, l er ma! 1881. 
ABLER, Les Cynipides (Analyse et traduction par LICHTENSTEIN). 
FRANCK, Recherches sur 1 appareil olfactif des Insectes. TINSEAU, 
Panaphantus atomus (Pselaphien). TARLE, Diphtera ludifica et 
Deilephila livonica. NOEL, Aberration de la Vanessa cardui. 
TESTOUT, Education de 1 Attacus Atlas. TARIEL, Varie"tes de la 
Coccinella 11-punctata. DUTREUX, Macroglossa stellatarum observe 
pres de Bougival. 

Journal and Proceedings of the Royal Society of New South Wales, 
vol. XIH, 1879. Q 

Journal of the Royal Microscopical Society, ser. II, vol. I, parl. 2, april 
1881. MICHAEL, On a species of Acarus, believed to be Unrecorded 
(Dermaleichus heteropus). Observations microscopiques sur divers 
Insecles, Arachnides et Grustaces. 

Mines and Mineral statistics. Annual report on the Department of Mines 
New South Wales, 1878 et 1879 et Maps 1879. 3 vol. in-A. Sydney. Q 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 

Paris, 20 mai 1881. 



PARIS. Impr. FELIX MALTESTE ET O, rue des Deux-Portes-Saint-Sauveur, 22. 



1881. N 10. 



SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE PRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



Avis. L Archiviste adjoint informe ses collogues que le l er lundi de 
juin coincidant, cette annee, avec le lundi de la Pentecote, la Bibliotheque 
ne sera pas ouverte ce jour-la, mais le sera les lundis 13 el 20 juin aux 
heures habituelles. 



BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissant deux fois par mois 



Seance du 5 Mai 

Pr&idence de M. L. REICHE, Vice-Pr6sident. 

Lecture. M. J. Bigot adresse une nouvelle suite & ses memoires intitules : 
Dipteres nouveaux ou pen connus. Dans ce travail, notre confrere : 
1 donne les descriptions de douze nouveaux Dipteres propres i\. la France 
(Odontomyia nigriceps, Dasypogon ? caudatus, Platypalpus nigripalpis, 
Melia forcipata, Lonchsea fulvicornis et Scyomyza nigrifrons, d^couverls 
dans les Alpes par M. L. Fairmaire; Blepharipta Carteraldi, trouve" ^ 
Bar-sur-Seine par M. le docteur Cartereau; Exoritta pallidicornis, pro- 
venanl de Saint-Germain-en-Laye; Germaria Cervini, sorti de la chrysa- 
lide de la Memophila Cervini recueillie par M. J. Fallou ; et trois especes 
prises en France, les Sphyrapata ? nitiduta, Metopia paUiceps et Dexia- 
soma flavescens); et 2 indique des rectifications importantes a faire ^ 
divers de ses memoires. 

Communications. M. le President annonce la mort de M. Henri-Le on 
Gilnicki, re?u membre en 1866, de ce de a Paris, le il\ mai 1881, i 1 Age 
(9 annee, n* 19/1.) 10 



82 

de 38 ans. M. fcmile Deyrolle est de"sign pour faire pour les Annales 
une notice ne"crologique sur noire regretle" confrere. 

La Socie"le charge e"galemenl M. Auguste Salte de lui donner une 
notice sur M. le baron de Chaudoir. 

M. Ren6 Oberlhur adresse la note suivante : 

Dans un travail ayant pour litre : Contributions to a knowledge of 
the Coleoplera of Madagascar (Cislula entom., vol. IF, sept. 1878, p. 363), 
M. C.-O. Waterhouse rapporte, mais avec quelques doutes, a la Drypta 
Iris Cast, une espece de ce genre trouve"e a Fianarantsoa par M. Cowan. 

En comparant au lype de la D. Iris deux exemplaires d une Drypta 
provenant d Antanarivo, idenliques a celui rapporle par M. Cowan et que 
m a dernierement montre, au British Museum, M. Waterhouse lui-meme, 
j ai pu m assurer que ces insecles consliluaient deux especes lout a fait 
distinctes ; d ailleurs leur laille et leur coloration seules sont assez diffe"- 
rentes pour ne pas perrnetlre de les confondre enlre elles. J ai donne a 
celte nouvelle espece, qui exisle aussi dans les collections Bates et Ehlers, 
le nom de Drypta Waterhousei. 

La D. Iris Cast, est la plus grande espece du genre (long., mandibules 
comprises, 17 mill., larg. 6 mill.); elle est surtout remarquable par la 
longueur de ses mandibules (2 mill.) et la coloration de ses elytres, 
d un beau vert cuivreux se changeant sur les cote s en un rouge dore. 

La D. Waterhousei (long. 15 mill., larg. Zi 1/2 mill.) est d une teinte 
pourpre obsolument uniforme, devenant entierement verdatre si on 1 exa- 
mine sous un certain jour, mais qui n a nullement des reflets irises sur les 
cotes comme 1 autre espece. 

La description donne"e par M. de Caslelnau de la Drypta Iris (Hist, nat., 
p. 34) est parfaitement exacte ; le corselet pourtant est de chaque cote 
plus que legerement anguleux , ces angles mme sont assez accenlues, 
et c est encore un caraclere qui la distingue de la D. Waterhousei, dont 
le thorax est parallele et seulement un peu retreci h son extremite", mais 
sans la moindre apparence d un angle exterieur. 

Dans celle derniere espece la ligne mediane longitudinale du thorax 
est a peine indiqu^e; dans la D. Iris, au contraire, il existe une carene 
enfonc^e Ires visible. Les elytres de la D. Iris ont les slries beaucoup 
moins rapprochees et sont fortement echancr^es, landis que la D. Wa- 



- 83 - . 

terhousci a les elytres obliquement tronquees, avec une seule epine exle- 
rieure. 

Le type de la Drypta Iris, qui cst conserve dans les collections du 
Museum de Paris, a ete envoye de Madagascar par Jules Goudot, et est 
reste jusqu a present unique, de meme que la plupart des especes rap- 
porlees par cet habile chasseur. 

Outre ces deux especes, le genre Drypta en contient deux autres, e"ga- 
lement de Madagascar, raais beaucoup plus petites, cyanella Chaud. et 
parumpunctata Ghaud. 

M. le baron A. Bonnaire communique, par Tentremise de M. Poujade, 
la description d unenouvelle espece de Coleoplere qu il vient de decouvrir 
dans la foret de Fonlainebleau : 

TROX NiDicoLA. Long. 6 mill., lat. 3 mill. Parum convexus, 
niger, nitidus, antennis pilisquc rufis. Caput fere planum, punctatum, 
antico margine rotundato et in mcdio erecto. Prothorax, antice vix angus- 
tatus, Later i bus leviter rotundatis, angulis anterioribus intus recur vis, 
subacutis, poster tori bus, rectis ; parce impressus, punctatus, hispide pilo- 
sus. Scuteltum triangutare, laevc. Elytra paululum etongata, prothorace 
ad liumcros vix ampliora, postice paruin dilatata, valdc punctato-striata , 
intcrstitiis transversim ruginosis, prxsertim ad latera apicemque, elevatis, 
nonnuUis pilis retrorsum vcrsis, in extremo convenientibus, passim ves- 
titis. Abdomen pcdesque pilosuli, tibiis anticis denticulatis. 

Fontainebleau. 

Peu convexe, legerement allong^, subparallele. D un noir brillant, avec 
les antennes et les polls roux. Prolhorax en forme de carre long ; impres 
sions tres faiblement accusees, semblables a peu pres a celles du T. con- 
cinnus; ponctuation peu profonde et r6gulierement espac^e, chaque point 
donnant naissance a un poil court et raide; bords lateraux, angles poste"- 
rieurs et milieu de la base seulement cilie"s. lUytres largement ponctuees- 
stri^es, avec les interstries Sieves, transversalement rid6es, recouvertes 
de distance en distance de poils courts recourbes et se rejoignant au 
sommet. 

Par sa taille exigue, son aspect brillant et ses Elytres fortement strides, 
celte espece se distingue aisement des autres Trox europeens. 

Un petit nombre d exemplaires, rencontres parmi les debris d un nid 
d oiseau situe dans un creux d arbre. 



M. Maurice Girard lit la note suivante, relative & I enlomologie 
applique e : 

Plusieurs horticulteurs parisiens ont appeld mon attention sur les ravages 
comrais en ce moment par deux Coleopteres Ghrysome liens. L un est le 
Gastrophysa raphani Fabr., qui detruit entierement les planches d oseilel 
cultiv6e, notamment dans deux localites ou cette culture esl considerable, 
a Boulogne-sur-Seine et a Monlreuil-aux-Peches ; Tan Ire est le Crcpido- 
dera chtoris Foudras, qui crible de trous les jeunes feuilles des saules 
et des peupliers dans les pe"pinieres de la ville de Paris, a Boulogne-sur- 
Seine. 

Je crois pouvoir etre utile a certains de nos collegues, qui ont des jar- 
dins potagers, en leur indiquant un moyen qui a bien reussi contre la 
Chrysomele de Toseille. II faut d abord faucher Toseille a ras du sol 
emporter et bruler les feuilles. On tue ainsi les ceufs, d un jaune orange", 
de Gastrophysa coltes en tas sous les feuilles, et un petit nombre d adultes 
et de larves; mais la plus grande partie de ceux-ci, qui tombent au 
moindre choc en simulant la mort, sont sur le sol et remonteraient bienlot 
sur 1 oseille repoussee. II faut, aussitot la terre deblayee par le fauchage, 
y repandre de la poussiere de tabac, que les manufactures de I Jfitat livrent 
pour I liorticulture au prix d un franc le kilogramme. Elle detruit rapide- 
ment les Gaslrophyses, dont on est debarrasse pour la saison. 

Quant a 1 Altise des arbres, je ne vois rien a faire. On e"carte tres bien 
les Altises des Cruciferes, en re"pandant a la vole"e sur le sol un melange 
de sable et de naphtaline brute ; mais ce melange ne tiendrait pas si on 
le projetait sur des arbres. 

M. le docteur A. Puton envoie les descriptions de deux especes 
d He"mipteres nouvelles de la faune palearctique (seance du 11 mai 1881) : 

1 MEGALOBASIS LIN^E Put. (Megalobasis bipunctatus Put., nee Reut., 
Mitth. der Schweiz, 1881, p. 126). Oblong allonge", d un vert tres pale, 
avec quelques poils blancs tres fragiles. T<He un peu jaunatre. Premier 
article des antennes entierement noir, tres epais, presque aussi long que 
la tele et le pronolum re"unis; deuxieme article grele, trois fois aussi 
long que la base du pronotum, avec la base et le sommet noirs ; les deux 
derniers articles bruns, plus courts re"unis que le deuxieme. Pronotum 
avec quatre bandes longitudinales jaunatres, a peine apparenles, son bord 
anterieur avec quelques longues soies noires. tlylres avec une tache 



ponctiforme noire vers le milieu du bord poste"rieur. Membrane noiratre 
a la moile" apicale, blanche a la base, 1 extremite des nervures des cellules 
borde"e de grisalre en dedans et en dehors. Gnisses posterieures avec une 
ligne noire au bord ante"ro-supe"rieur et cinq ou six gros points noirs en 
dessous et en arriere, les inlerme diaires avec deux gros points noirs pres 
du genou, Tun en avant, 1 autre en arriere; les anterieurs avec un seul 
point noir en avant ; tous les tibias avec de gros points noirs ou macules 
occupant presque toule la largeur du tibia et donnant naissance a des 
soies noires. Tarses entierement noirs. c?. Long. 3 mill. 

Caiffa (Abeille de Perrin). 

Get insecte, que j avais rapporte", mais avec doute, a une espece de 
Turkestan, en est distinct par la taille plus grande, le deuxieme article 
des antennes plus long et macule, les cuisses autrement colore"es. 

Je dedie cette gracieuse espece a i\l me Lina Reuter, en souvenir de son 
sej our a Remiremont. 

2 AMPHIBOLUS BEDUINUS Put. Oblong, noir, peu brillant ; quelques 
soies courles, cendrees et couchSes sur la parlie anterieure des sillons 
du pronotum, sur la tele, la poilrine et le bord supe"rieur des femurs 
anie>ieurs. Parlie posterieure de la I6le aussi longue que la parlie ante"- 
rieure jusqu a la base des anlennes ; vertex avec une bande longiludinale 
jaunatre apres le sillon transverse. Anlennes presque glabres (?), d un 
noir brun, le premier article de la longueur de la tele, le deuxieme un 
peu plus court que la moite du premier el un peu plus long que la 
moitie du troisieme, le quatrieme d un quart plus long que le troisieme. 
Lobe posie"rieur du pronotum avec des rugosites transverses et quelques 
gros points. Cories et membrane entierement noires, aussi longnes que 
Fabdomen, mais beaucoup plus etroites. Abdomen large, arrondi assez 
subitemenl en arriere ; connexivum tres 6"troilement bord6 d une fine 
ligne jaunatre et seulement sur la moitiS poslerieuse de chaque segment. 
Pattes robusles, courtes, noires, Ires le"gerement brunatres ; larses d un 
roux obscur. Venire avec quelques rares soies argentees tres courtes, 
le"gerement rugueux sur les cote s. Long. 12 mill. 

Geryville. 

L A. vcnator Klug differe de noire espece par les elylres testace"es a la 
base, le connexivum a grandes macules, la longueur relative differente 
des articles des antennes. 



- 86 - 

Lc meme membrc signale trois especes d Hemipleres nouvelles pour 
la faune francaise : 

1 HEBRUS RUFICEPS Thorns. Pendant son sjour a Remiremont, 
M. Heuter m a dit avoir vu cette espece au Musee de Stockholm, envoyec 
de France par M. Mulsant, et enfm, dans une excursion dans les environs 
de Remiremont, le 8 mai courant, il me 1 a fait trouverdans les memes 
conditions qu en Finlande, dans une rigole d une prairie tourbeuse ou 
croissent les Sphagnum. II faut arracher cette mousse et la secouer sur 
1 eau, on voit alors 1 insecle surnager. J ai aussi recu cetle espece des 
Karpathes. 

2 HETEROCORDYLUS ERYTROPHTHALMUS H.-S. (Eotkrocranwn Freyi 
Rent.). Un exemplaire de Dax (coll. Duverger). Espece Ires rare, dont 
on ne connait que quelques individus de Hongrie et de Suisse. 

3 PIEZOSTETHUS MACULiPENNis Baer. J ai vu trois exemplaires fran- 
cais de cetle espece remarquable par la forte poncluation en series de la 
base des eMytres : La Varenne, pres Paris ; Marseille (Blanc); Pyrenees- 
Orientales (Xambeu). 

M. H. Lucas communique une note relative a des Crustace s de la 
famille des Cloportides : 

Parmi les Grustaces Isopodes qui m ont ete" envoyes de Ramie par 
M. Letourneux, j ai trouve deux especes qui ont etc represents par 
Savigny dans le grand ouvrage de 1 Expedition d Egypte. Ges Crustaces, 
qui apparliennent au genre Porcellio et dont on n avait pas encore indique 
les couleurs, sont designe"s par Audouin, dans Implication des planches 
de TExp^dilion d figyple, sous les noms de Oniscus Ecaumurii et Oli- 
vieri. 

\ PORCELLIO REAUMURII Edw., Hist. Nat. des Crust., t. Ill, p. 170 
(18/iO); Savigny, Descripl. de 1 Egypte, Crust., p!. 13, fig. /u D un gris 
cendre" plus ou moins fonce ; segments margines de jaunatre ; tubercules 
couvrant la tele et les quatre premiers anneaux thoraciques, jaunes; bords 
Ial6raux d un jaune clair; segments abdominaux fmement margines de 
cetle couleur; dessous du corps et pattes lestaces. Long. 15 a 18 mill., 
larg. 6 ft 8 mill. 

Environs de Ramie, mais habitant aussi aupres de Sphax, en Tunisie, 



87 

et, d apres M. Coinde, se creusant dans le sable humide un petit trou 
en forme de puits dans 1 enceinte des Naceria, reunion d un tres grand 
nombre de citernes. Chez Jes individus rencontres en Tunisie, les tuber- 
cules de la tele et des quatre premiers segments thoraciques, au lieu 
d etre arrondis comme dans les individus d Egypte, sont au contraire 
spiniformes. 

2 PORCELLIO OLIVIERI Edw., Hist. Nat. des Crust., t. lit, p. 168 
(ISZiO); Savigny, Descript. de Tfigyple, Crust., pi. 13, fig. 2. D un jaune 
testace ; dessus presentant six rangees longitudinales de laches arrondies 
de couleur noire, celles parcourant les regions dorsales du thorax et de 
1 abdomen Ires rapproche"es, presque contigues ; antennes d un testace 
legerement teinte de brun; dessous du corps et palles entierement tes- 
taces. Long. 18, 16, 13, 11 mill.; larg. 9, 8, 7. 6 mill. 

Environs de Ramie". 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Seance du 41 Mai 1881 (fin). 

Naturatiste (Le) (*), n 51. ANCEY, Diagnoses de Coleopteres de Me"- 
lanesie. 

Revue des Travaux scientifiques, publi^e par le Ministere de 1 lnstruction 
publique et des Beaux-Arts, avril 1881. 

Sociele Linneenne du nord de la France, Bulletin mensuel, 9 anne"e, 
tome V, l er novembre 1880. Q 

Transactions and Proceedings of Report of the Society of South Australia 
(Late Adelaide Philosophical Society), vol. Ill, for 1879-80. Indi 
cation d Insectes d Auslralie et de Polynesie. 



HAGEN. The Devonian Insects of New Brunswick. (Bulletin of the Museum 
of Comparative Zoology, at Harvard College, vol. VIII, n 1/j.) * 



88 

REUTER. Acanthotomina et Urolabidina nova et minus cognila. (Berliner 
Entomologischen Zeitschrift, Band XXV, Heft. I, 1881.) * 

RILEY. Notes on North American. Microgasters. * 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



Stance du 25 Mai 1881. 

Bulletin de la SocieU d Insectologie agricote, 6 e anne e, n 3. LA RE 
DACTION, p. 33, Maladie des Jacinlhes a cause helminthique. E. 
SAVARD, p. 34, La Vanessa morio (fig.). Bibliographie (Gatal. de 
Papillons par M. Maurice Girard). LA REDACTION, p. kk, Note sur un 
Coteoplere a aspect de Fourmi. P. GENNADIUS, p. /i/i, Nouveau pro- 
ce de pour la destruction du Kermes du Figuier. G. BONNIER, p. A7, 
Les Fleurs et les Insectes. 

N A. ED. VIANNE, p. 49, Conference sur les degats occasionnes 
aux ce"rerales par les parasites ve ge taux et animaux, suite (fig.). 
Marquis DE RISCAL, p. 56, Education du Ver a soie du Che"ne. G. 
BONNIER, p. 61, Les Fleurs et les Insectes (suite). 

Bulletino del Naturalista Collettore, l re annee, n 5. Q 

Comptes rendus hebdomadaires des seances de I Academic des Sciences, 
tome XCII, n 08 19 et 20. Q 

Proceedings of the Scientific Meetings of the Zoological Society of London 
for the year 1880, part IV (novembre et de cembre). MARTIN JA- 
COBY, p. 588, On a Collection of Phytophagous Coleoptera made 
M. Buckley at Easter Ecuador (2 pi. n.). F.-D. GODMAN et O. SALVIN, 
p. 609, Descriptions of some supposed new Species of Butterflies from 
New Guinea (pi. n.). A.-G. BUTLER, p. 666, On a Second Collection 
of Lepidoptera" made in Formosa by H.-E. Hobson. 

L Archiviste adjoint : J. BOURGEOIS. 
Paris, 4 juin 1881. 



PARIS. Impr. FELIX MALTESTE ET C e , rue des Deux-Portes-Saint-Sauveur, 22. 



4881. NO 11. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publigue 



Avis. M. le Tresorier prie instamment ceux de ses collogues en retard 
de vouloir bien lui faire parvenir, aussitot que possible, le montant de 
leur cotisation pour la presenle anne"e (26 francs, y compris 1 affranchisse- 
ment des Ann ales). 



BULLETIN DES SEANCES 

Paraissant deux fois par mois 



Seance du 8 Juin SSSB. 

Prudence de M. L. REICHE, Vice-President. 

Lecture. M. Edmond Andre, de Beaune, adresse qualre notices hyme - 
nopte"rologiques ayant pour litres : 

1 Description et Me" tamorphoses de la Btennocampa melanopygia Costa, 
Tenthredine propre a la Sicile et au sud de Tltalie : travail accompagne" 
de figures, clont une coloriee ; 

2 Tenthre dines des Indes orientates inedites : Dineura grandis, Hylo- 
toma versicolor, Emphytus albisternus, Dolerus fulvinotus, Aitantus per- 
sicus et tuberculatus, Sciapteryx nigriventris, Tarpa lamctlata et Lyda 
iridcscens ; 

2 Catalogue raisonne des Tenthredines recueillis en Syrie et en Pales 
tine par M. Abeille de Perrin, et descriptions d especes nouvelles ; 

4 Observations sur les Chalcidites, synonymies des genres C/ialcis 
(9 C annce, n 195.) 11 



Fabr., Smicra Spin, et HalticoUa Spin., ct descriptions d especes se rap- 
portant ft ce groupe, avec une planclie colorize. 

Commnuications. M. E. Deyrolle fait metlre sous les yeux de ses col- 
legues, par 1 entremise de M. Guillot, nn Entimus nobilis vivant, qui est 
e"clos & Paris, et dont la larve ou la nymphe se trouvait dans des racines 
de Fougeres arborescenles provenant des environs de Petropolis, an 
Bresil. Au premier jour de son erosion, le Curculionite e"tait entierement 
blanc, mais bientot il a pris les belles couleurs vertes avec points dores 
qu il pre"sente. 

M. Aug. Chevrolat adresse les descriptions d un nouveau genre et 
d especes de Curculionides de la Nouvelle-Guine e et d Australie : 

1. RHYNOSCAPHA BIFASCIATA, sp. nov. Long., rostro excl., 16 mill.; 
lat. 7 mill. Elongato-obLongus, fuscus ; rostra longitudine prothoracis 
sulcato et bicarinatoj prothorace oblique rugoso; elytris oblongis, punc- 
tato-striatis, fasciis 2 ochraceis prima in sutura abbrcviata infra basin 
secunda media ; capite antennisque nigris. 

Nova-Guinea (Nijenbur). A Dom. d Ambestis capta et missa. 

2. PANTOXISTUS (Pasco, Cistula ent., 1881, p. 60) RUBRIPENNIS, sp. 
nov. Long. U mill.; lat. 3 mill. Cleogono rubricolli Boisd. affirms, 
ovalis, niger ; pedibus elongatis; elytris rubris obsolete punctato-striatis, 
apice obtuse attenuatis et productis. 

Nova-Guinea (Fly-River). A Dom. d Ambestis captus et missus. 
Ces deux especes rentrent dans ce genre. 



COPTOMERUS (KW7T7W, je coupe ; ^plc, , cuisse). 
Nouveau genre de Cryptorhynchides Gasteroce"rides. 

Trompe anatiforme attenuee au sommet. Antennes laterales inserees an 
milieu de la trompe. Scape alteignant 1 ceil. Funicule a premier article du 
double des suivants. Massue ovalaire, tomenteuse. Yeux petits, ronds. 
Front bombe. Prothorax triangulaire. tcusson non visible. Elytres ova- 
laires. Cuisses droites, planes, tronque es, dernieres anguleuses en dessus. 
Jambes legerement cambrees, greles. Tarses greles, a peiuiltieme article 
bilob^. Deux crochets eganx. 



CM 

- y A 

3. C. NTGRINASUS, sp. iiov. Long. 7 1/2 mill.; lat. 3 1/2 mill. 
Niger, albido-tomcntosus et maculalus ; rostro anatiformi nigro ; protho - 
race albido, macula rotundata nigra in dorso antico signala ; clytris 
nigris albido-tomentosis ct maculatis. Corpore infra fcmoribusque plants, 
aibis. 

Australia (Sommerset). A Dom. d Ambestis captus et missus. 

M. H. Lucas communique la note suivante relative a un Carabique 
du genre Bembidium : 

Chacun de nous se rappelle peut-etre combien a ete chaude la premiere 
quinzaine du mois de seplembre 1880. Me trouvant a Chambourcy a cetle 
epoque et lisant, les fenetres ouvertes le soir assez tard, a la lueur d une 
lampe, je fus tres surpris de la quantite considerable d insectes de divers 
ordres qui venaient voltiger sous 1 abat-jour de cette lampe. Je ne parlerai 
pas des N6vropleres, des Lepidopteres, des Hemipteres, etc., qui, attires 
par la lumiere, venaient se bruler les ailes et les antennes, je ne citerai 
qu une seule espece, un Coteoptere de la famille des Carabiques, le Bem 
bidium fcmoratum Sturm, ou Andreas J. Duval. En effet, en une soiree, 
par un temps calme, un ciel convert et orageux, je pris plus de cent indi- 
vidus des deux sexes de ce Bembidionite, et je ne sache pas que celte 
espece ait ete jusqu a present signaled comme ayant ete" rencontree dans 
ces conditions. Le seul exemple que je citerai, et qui rappelle un peu ce 
fait curieux, est celui du Dicliirotrickus (Bradycellus) obsoletus et pubes- 
ccns que j ai rencontre s en quantite considerable sur le Phare de la jetee 
de 1 Est, a Honfleur, et que j ai signale dans les Ann. Soc. ent. Fr., 
Zi c serie, t. IX, Bull., p. LXII (1869). 

Le meme membre communique la note suivante relative a un Hyme- 
noptere du genre Apis : 

Je fais passer sous les yeux de la Socie te un certain nombre ft Apis 
mcltifica qui, au lieu d etre d un brim noiratre, a poils d un cendr6 rous- 
salre, sont au conlraire entierement noires. 

Lorsqu on examine ces Apis, on se demande si c est une espece, une 
variete ou une race particuliere de YApis mellifica ? Supposant que cette 
couleur pouvait etre due a la presence d un corps glranger, je laissai 
immcrges pendant plusieurs jours dans de la benzine, dans de la tereben- 



92 - 

thine, quelques individus de ces Apis, et, apres les avoir ensuite brosses 
avec un pinceau, le noir a loujours persist^. 

Je ferai aussi remarquer que lorsqu on prend ces Abeilles melanosomes 
ou de couleur noire, elles repandenl une odcur d acide formique Ires 
prononcee et persistanle. 

C est dans le jardin des Plan les, en mai el dans les premiers jours de 
juin, que ces Abeilles, dont je n ai vu que des neulres, ont 616 rencon- 
trees par M. le professeur Decaisne. 

M. Maurice Girard, a la suite de cette communication, ajoute qu il existe 
en Algerie une race entierement noire de 1 Abeille domestique. 

M. Maurice Girard expose ce qui suit : 

A TEcole d Horticulture de Versailles, ancien Potager du Roi, se trouve 
une colleclion de ce"pages de vigne en pots, eleve e en serre par culture 
native. Dans la seconde quinzaine de mai, sur les fleurs et les jcuncs 
grappes, se Irouvaient de nombreuses petites chenilles et chrysalides, qui 
ont donne naissance, aux premiers jours de juin, an Cochylis ambiguella 
Hubner, syn. : Roserana Frohl., la Pyrale ou la Teigne de la grappe. Ce 
Microlepidoptere est, apres la Pyrale de la vigne, OEnopkthira Pilleriana 
Denis et Schiffermuller, le papillon le plus funeste aux vignobles. Celte 
espece est probablement arrivee par importation dans la serre de Ver 
sailles. J aurai soin de m assurer si, comme on pent le prevoir, ce Micro- 
le"pidoptere nuisible attaquera les jeunes grappes des vignes de Ireille du 
jardin, quand elles se formeront, plus lardivement que pour les vignes en 
serre. 

M. Al. Peragallo adresse, de Nice, la note qui suit : 

Dans une notice de 100 pages, devant 6tre accompagne e d une ou plu- 
sieurs planches colorizes et ayant pour tilre : Insectes nuisibles des Alpes- 
M an times ; I Olivier, son liistoire, sa culture, ses cnncmis, ses maladies 
et ses amis, travail que j ai communique ft la Socie td et que j aurais desire 
voir public par elle, je decris les Insectes qui nuisent a 1 Olivier, je donne 
les moyens de les d&ruire tire s de Tetude de leurs habitudes naturelles, 
et je m occupe des Insecles utiles en ce sens qu ils viennent a notre aide 
en diminuant le nombre des ennemis entomologiques de 1 arbre qui pro- 
duit Tolive. 



93 

Les Insecles deslructeurs sont : 

Cole"opteres : le Phlxtribus oleae, vulgairement Nc iron, indique tres 
anciennement ; les Hylesinus oleipcrda et fraxini, qui vivent dans la 
sociele des Phlaetribes; le Cionns fraxini, que j ai signale a la Societe 
en 1866 (Bull., p. XLV); les Otiorhynchus Schonlicrri et Gremieri, qui, 
comme je 1 ai recemment observe, font beaucoup de mal aux pousses de 
1 Oliver, et YApion gaiactidis, vivant sur les jeunes feuillcs. 

Hemipteres : la Cochenille Lecanium oleae et une espece de Thrips noir, 
que Passerini croit etre le philaphct Linne, qui attaquent les branches. 

Lepidopteres : les Tinea oleclla, qui de"truit les feuilles, et olivella, qui 
s en prend aux fruits ; puis les Boarmia umbrana, Mctrocampa honoraria 
et une espece de Mar gar odes, dont M. Milliere a fait connaltre 1 hisloirc 
il y a peu d anne"es. 

Dipteres : le Dacus oleae, indique depuis un temps immemorial sous le 
nom de Kdiron, qui fait un mal Ires considerable aux olives. 

C est tres probablement a tort que Ton a encore ajoute" a cetle lisle, 
deja longue, les Oryctes grypus, Vespcrus strepens, Acherontia atropos 
et Sphinx liguslri, parce que ces Insectes ont ete rencontres accidentel- 
lement soil au pied de 1 Olivier, soit dans les vieux Ironcs ou sur les 
branches et les feuilles. 

Les Insectes protecteurs de 1 Olivier sont au moins deux Hymenopt6res : 
YEupclmiis urozonus, indique par M. Laure, YEulophus pcctimcornis, 
signale par M. Laugier, dont j ai etudie" les mceurs et les metamorphoses, 
et qui sont des ennemis acharnes du Dacus olese ; et, enfin, peut-etre une 
Formicide : le Cremastog aster scutellaris. 

M. Peragallo, en terminant sa communication, annonce que devant 
publier vers 1 automne sa Notice sur 1 Olivier, il prie ceux de ses col- 
legues qui desirent en faire Tacquisition (a un prix qui ne depassera pas 
3 francs), de vouloir bien le lui faire connallre de suite afm qu il puisse 
fixer le lirage en consequence. 

11 les informe en meme temps qu il va faire paraltre prochainement, 
s il reunit un nornbre suffisant de souscripteurs, une seconde edition, 
revue avec soin et augmentee de nouvelles d^couvertes faites en 1880, de 



son Catalogue detaillc des Coleopleres des Alpes-Maritimes, avec indica 
tion des especes Irouvdes depuis I860, en dehors de celles prece"demment 
connues. (250 pages, prix : k francs.) 

Candidat prescnte. M. Jules Maurice, licencte es-sciences naturelles, 
rue Saint-Julien, a Douai (Nord) (Entomologie generate, principalcment 
Coleopteres), present^ par M. le D r Alex. Laboulbene. Gommissaires- 
rapporteurs : MM. E. Desmarest el II. Lucas. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Seance du 25 Mai 1881 (fin). 



Proceedings (The) of the Linnean Society of New South Wales : 

Vol. IV, Li c par tie. W.-A. UASWEEL, p. A03, Note supplemen 
tary to a paper on the Australian Leucosiidse. LE MME, p. Z|31, On 
Hie Australian Brachyura Oxyrhyncha (3 pi. n.). 

Vol. V, l re partic. W.-A. HASWEEL, p. 97, On some new Am- 
phipods from Australia and Tasmania (3 pi. n.). 

Vol. V, 2 C partic. E. MEYRICK, p. 132, Descriptions of Austra 
lian Microlepidoptera (suite). LE MEME, p. 204, Continuation du 
travail precedent. 

Revue dcs Travaux scientifiques, publiee par le Ministere de 1 Instruction 
publique, mai 1881. 

Socicte d Etucles scienUfiqucs du Finislerc. Proces-verbeaux des seances 
des 10 mars et 1/4 avril 1881 : Diverscs notes entomologiques par 
M. HERVE. 



95 

Transactions of the Zoological Society of London, vol. XI (3 e et Zi c parties). 
F. MOORE, On the Genera and Species of Hie Lepidopterous sub 
family Ophiderinae inhabiting the Indian Region (3 pi. col.). 

Tijdsckrift voor cntomologie uitgcgeven door de nederlandsche cntomo- 
logiscke Verceniging, vol. XXIV (1880-81). 

Fasc. l cr . C. RITSEMA, p. LXXXI, Meuwe naamlijst van neder 
landsche Suctoria (Pulicidas), met eene label voor het bestemmen der 
inlandsche geslachlen en soorten. F.-M. VAN DER. WULP, p. xc, 
Snellen van Vollenhoven als entomoloog geschels (avec portrait). 
E. PIAGET, p. 1, Quatre nouvelles Pediculines (1 pi. n.). ED. EVERTS, 
p. 9, Bijclrage tot de kennis der Nitidularien (avec tabl. dichotom. et 
3 pi. n.). 

Fasc. 2. C. RITSEMA, p. cxxm, Tvveede Supplement of de 
naamlijst der nederlandsche Hymenoptera Anthophila. ED. EVERTS, 
p. cxxx, Tweede Supplement op de lijst der in Nederland voorkomende 
schildvlengelige insecten (Coleoplera). Le MEME, p. 33, Bijdrage 
tot de kennis der Nitidularien (suite et fin). P.-C.-T. SJNELLEN, 
p. 61, Eenige woorden ter herinnering aan C. Fransen. LE MEME, 
p. 6/1, Lepidoptera van Celebes (suite, avec U pi. col.). 

Wolf s Naturwissenschaftlich-Matcmatisclies Vademecum (Catalogue n 8 
de la librairie Kossling, a Leipzig). * 



FALLOU (J.). Note sur 1 education de diverses especes de Lepidopteres 
s6ricigenes faite a Champrosay. (Extr. Bull. Soc. d Acdim.) Broch. 
in-8. * 

SCUDDER (S.-IL). List of Orthoptera collected by A.-S. Packard in the 
Western United Stales in the Summer of 1877 (pi. n.). (Extr. du 
Second Report of the U. S. Entomol. Commission.) Broch. in-8, 
1880. * 

L Archivisle adjoint : J. BOURGEOIS. 



96 



Seance du 8 Juin 1881. 

American Naturalist (The), juin 1881, vol. XV, n 6. C.-V. RILEY, 
Larval Habits of Bee flies (1 pi. col.). Recent literature : Compte 
rendu de travaux divers (Infusoires). General notes : Hemipteres 
(Cigales, Phylloxere), Lepidopteres, etc. 

Anales de la Sociedad cspanola de Historia natural, 1881, l cr trim. 
UHAGON, Especias nuevas del genero Bathyscia, encontradas en Viz- 
caya. E. SIMON, Arachnides nouveaux ou peu connus des Provinces 
Basques. ID., Descriptions d Arachnides nouveaux d Espagne el de 
Portugal. 

Archives do Muscu national do Rio-Janeiro, vol. II et III, 1877-78. 
FR. MULLER, Diverses notes entoraologiques, Lepidopteres, details 
anatorniques. 

Bulletin de I Academic d Hipponc, 1881, n 16. DESBROCHERS DES 
LOGES, Coleopteres nouveaux ou peu connus de 1 Afrique du Nord 
(l er memoire : Tenebrionides). Quelques notes entomologiques 
dans les proces-verbaux des stances. 

Bulletino del Collector e Naturalista, n 6, juin 1881. Note sur le Phyl 
loxera. 

Bulletino della Societa entomologica Italiana, 1881, 1 C1 trim. D r P. 
MAGRETTI, Sugli Imenolteri della Lombardia, l er me m. G. GRI- 
BODO, Escursione in Calabria, 1877-78 : Imenotleri. G. CAVANNA, 
Rassegna enlomologica. Compte rendu de divers travaux d entomo- 
logie. Tables pour 1880. 

Bulletin de la Socicte des Sciences historiques ct naturelles de I Yonne, 
1880. D r POPULUS, Catalogue des He mipteres du deparlement de 
TYonne. 

L Archiviste : A. LEVEILLE. 

Paris, 16 juin 1881. 



PARIS. Impr. FELIX MALTESTE ET C e , rue des Deux-Portes-Saint-Sauvetir, 22. 



1881. NO 12. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



BULLETIN DES SEANCES 

Paraissant deux fois par mois 



Seance du 22 Juin 181. 

Presidence de M. L. REICHE, Vice-President. 

M. Gadeau de Kerville, de Rouen, assiste a la seance. 

Lecture. M. Aug. Salle" donne lecture d une notice sur la vie et les 
travaux entomologiques de M. le baron Maximilien de Chaudoir. 

Communications. M. le Tresorier annonce que M. le Ministre de 1 Agri 
culture met a la disposition de la Societe" une somrae de 600 francs 
comme encouragement a ses travaux pour 1 annee 1881. 

M. le D r M. Re"gimbart, d Evreux, annonce qu il s occupe acluelle- 
ment d une revision gene"rale de la famille cles Gyrinides et prie ses 
collegues de vouloir bien faciliter son travail en lui communiquant les 
especes de leur collection. 

M. J. Bourgeois donne lecture de la note qui suit : 

M. le docteur Kraatz m e"crit avoir reconnu Iui-m6me le bien-fonde" de 
la note synonymique que j ai communiques a la Societe" le 13 avril der 
nier (Bull, p. 65), note dans laquelle j identifie son Gerceros pectinicornis 
avec le Macrolycus flabcllalus Mots. 

En meme temps, notre collegue de Berlin me charge de faire remar- 
(9 C annee, n 196.) 12 



- 98 - 

quer que 1 espece de crite re"cemment par M. Bonnaire sous le nom de 
Trox nidicola (Bull., p. 83) est vraisemblablernent la m&me que le 
T. Haroldi Flach (Deut. ent. Zeit., 1879, I, p. 155), trouve", a deux 
reprises diflerentes dej a, dans les environs d Aschaflenbourg (Baviere) : 
une premiere fois, en 187/i, au pied d un chSne dans une faisanderie, 
puis, deux ans plus tard, dans la vermoulure d un arbre de mme 
essence. 

M. Aug. Chevrolat montre a la Sociele le dessin original de VAlcides 
convexus de 1 ouvrage d Olivier. Cetle espece a e"te meconnue de la plupart 
des auteurs, qui Tont decrite et cite"e comme e"lant rAlcides excavatus 01., 
el qui 1 ont re"unie coinme synonyme $A. convexus -, elle en est distincte. 
Notre collegue la possde de la collection meine du c61ebre entomologisle 
francais. 

Du reste il se propose de donner plus tard les descriptions des especes 
confondues sous ces deux noms. 

Le me me membre donne la description de cinq Curculionides nou- 
veaux se rapportant au genre Cholus : 

1. CHOLUS BRASILIANUS. Long. 18 mill.; lat. 6 1/4 mill. C. annu- 
lato L. similis. Albidus, prothorace lineis duabus abbreviates nigris notato, 
clytrorum fastiis tribus ochraceis; rostro, antennis (clava flava) oculis et 
callo hwnerali, nigris. 

Brasilia. Typus auctoris. 

2. C. KIVEUS. Long. 10 mill.; lat. 5 mill. Albus, rostro, capite, 
in prothorace fasciis duabus, elytrorum fascia ex humero ad alterum 
humerum ductata, infra arcuata, maculisque duabus transversis, ante api- 
cem, nigris, lineola alba inter oculos. 

Brasilia. Typus auctoris. 

3. C. ORNATUS. - Long. 13 mill.; lat. 7 mill. - Albus, rostro et capite, 
in prothorace macula basale triangulifera, elytrorum fasciis tribus trans- 
versalibus, prima ex humero nascente, pectore et abdomine (fasciis 3 albis] 
pedibusque nigris, circuiter oculorum albo. 

Brasilia. Typus auctoris; ex museo Doue". 

Zi. G. LACORDAIREI. Long. 10 mill.; lat. 5 mill. Albus, rostro et 
capite, in prothorace macula dorsale triangulari, elytrorum fascia basale 



99 

ct macula rotundata ante apicem, pcdibusque, nigris; segmcntis abdomi- 
nalibus 1, 3 et 5 nigro-fasciatis, extus albo maculatis. 
Mexico. Typus auctoris; ex museo Lacordaire. 

5. C. CALCATUS. - Long. 15 mill.; lat. 7 mill. Elongatus, albidus, 
rostro, oculis, macula verticali trigona, in pectore lima longitudinali fas- 
ciisque duabus abbrevialis transversis, nigris; elytrorum lineolis externis 
2 nigris 

Brasilia. Typus auctoris. A D. Guenee datus. 
^ 

M. J. Lichtenstein communique un CoMoptere, le Brachytarsus sea- 
brosus F., qui vit a Tetat de larve et se transforme clans la Coclienille du 
Cratdsgus oxyacantha L. Le fait de ce parasitisme est deja connu, mais 
sur deux autres espfcces de Cochenilles. Vallot (Ann. des So. Nat., 1828) 
signale ce Cole"optere comme parasite de la Gochenille de la Spirsea 
salicifolix L., et cite Geoffroy (Insectes des env. de Paris) comme 1 ayant 
trouve dans les Cochenilles de 1 orme. 

Le m6me membre adresse e"galement les deux notes qui suivent : 

1 Occupe a chercher le cryptogame qui pourrait, espere-t-on, delruire 
le Phylloxera, je ramasse tout insecte malade; je pris ainsi une chenille 
de Lithosia qui mourut en s entourant d une aureole de spores REmpusa 
(genre de cryptogame insecticide). Voulant voir si cette maladie passerait 
au papillon, je mis dans le tube ou la chenille e"tait morte deux Lithosia 
femelles qui pondirent une douzaine d ceufs chacune, puis moururent ; 
douze a quinze jours apres, les ceufs vinrent a eclore et je cherchai lei 
moyens d inoculer aux jeunes chenilles le spore du parasite qui avail lue 
un de leurs anc6tres, mais elles m en e pargnerent 1 embarras en se jetant 
avidement sur ces monies spores et les devorant sous mes yeux. Depuis 
lors elles vont bien et je leur donne a present de la fumagine, autre 
cryptogame noir qui se developpe sur le miellat des Pucerons. Elles le 
mangent aussi avec plaisir. Je ferai part a la Societe de ce qui adviendra 
plus tard. En tous cas, les Lithosia, ou au moins cette espece, mangeant 
tous les cryptogames, meme ceux produits sur des insectes, on pourrait 
les charger du nettoyage des magnaneries envahies par la muscardine. 

2 Dans son travail sur les Aphidiens, M. G. Passerini a decrit un joli 
Puceron jaune canari, ^ nectaires noirs, qu il trouve sur les Ascle piadees, 
et qu il a appele Myzus asdepiadis. Je me suis convaincu par re"levage 



100 

que cet insecte, qni passe sa jennesse snr les Asclepias du Jardin bota- 
nique de Parmc, emigre ensuite sur le laurier-rose, ou il a ele trouve 
par Boyer de Fonscolombe, qui 1 a deja de"crit dans nos Annales en 18/il 
sous le nom ft Aphis Nerii. 

Il y a done lieu de rend re a cet insecle le nom de Boyer, en laissant 
comme synonyme seulemenl la denomination de Passerini qui est poste"- 
rieure et ne date que de 1860. L insecte doit done s appeler Myzus Nerii 
Boyer = asclcpiadis Passerini. 

11 est facheux que, comme le laurier-rose nourrit plusieurs Pucerons, il 
y ait aussi un Aphis Nerii Kallenbach, qui est d un vert fonce et d un 
genre different quoique tres voisin. Le nom de Kaltenbach est de 18/13 
et devrait aussi disparaitre si Ton trouvait a blamer 1 emploi du meme 
nom specifique dans deux genres aussi proches que ceux des Aphis et 
des Myzus. 

M. Maurice Girard expose ce qui suit : 

1 Dans la stance du 8 juin dernier, M. H. Lucas a present^ a la Socie"te 
des Abeilles enlierement noires, trouvees sur les fleurs dans le Museum. 
Deux de ces insecles me furent remis. L un d eux, a ailes claires, a corps 
noiratre, sans aucune trace de jaunatre, ressemble beaucoup a la race des 
Abeilles noires d Alge rie. Celles-ci ont des mceurs un peu diffe rentes des 
Abeilles de noire pays, sont plus actives, bulinent encore en juillet alors 
que les notres ne re"coltent plus, vont sur certaines fleurs qui n attirent 
pas les Abeilles de France, sont plus agressives, penetrent dans les mai- 
sons. Or, il y a de six a huit ans, M. Hamet a eu, non loin du Museum, 
deux ruches de ces noires africaines, formees avec deux meres fecondees 
envoye"es d Alge"rie, et, depuis lors, il observe des me"tisses, dont cer 
taines tres voisines du type; c est probablement la 1 origine de TAbeille 
dont je viens de parler. 

Quant aux Abeilles noires, a ailes noircies au bout, qui sont la major! 16 
de celles presentees par M. H. Lucas, elles proviennent d insectes qui ont 
butine dans les raffineries, ou elles s impregnent d une poussiere noire 
huileuse de noir animal. Beaucoup de personnes ont des ruches dans la 
banlieue tres voisine de Paris, et meme dans les quarliers excenlriques de 
la capitale, ruches deslinees a rexploitation des raffineries et confiseries, 
et qui donnent des produits continus et abondants, leurs Abeilles cons- 
truisant de nombreux gateaux remplis d un miel tres blanc et qui reste 
longtemps fluide. Aussi les e"piciers mettent souvent en e"talage ces beaux 



101 

rayons, formes (Tun miel sans aucun arome et qui n est que du sirop de 
sucre. 

2 Je recois ce matin meine, d un instituteur, des insectcs attaches a 
des feuilles de pomme de terre et qu il prenait pour des Doryphora (Lep- 
tinotarsa) decemlineata Say. Ce sont des nymphes de Coccinella septem- 
punctata Linne". Voila plusieurs fois que pareille confusion est faite en 
France et dans d autres pays. 

M. Edmond Andre", de Beaune, envoie une note hym^nopterolo- 
gique : 

Occupe, dans ces derniers jours, a rechercher des Fouisseurs et des 
nids d Hymenopteres dans une vieille carriere de pierre abandonee, je 
remarquai des fissures etroites forme es sous des pierres en saillie par des 
depots non adherents d eau chargee de calcaire. J ouvris ces cavite"s et je 
remarquai qu elles etaient garnies sur toute leur surface d une matiere 
soyeuse qui dec61ait le nid d une Araigne"e ; j en decouvris meme bientot 
un exemplaire vivant de Segestria scnoculata L. 

Mais ce que je trouvai de singulier, c est que ces nids renfermaient en 
grand nombre des cadavres d un Hyme"noptere parasite de la famille des 
Chalcidites, le Chalcis flavipes Panzer. Aucun aulre insecte ne s y trou- 
vait, si ce n est le corps d une Coccinelle egare au milieu de cent Chalcis. 
Un certain nombre de ceux-ci sont parfaitement enliers et emmaillotes 
simplement dans les fils de leur assassin. Ce Chalcis, relativement rare, 
au moins chez moi, a du necessiter cerlainement de la part de la Seges- 
trie une recherche speciale, et il en resulterait que celle-ci serait un de 
ses parasites exclusifs. II est en eflet difficile d admettre que le hasard 
seul aurait preside" a Tamoncellement d un si grand nombre de cet Hyme- 
noplere. 

M. G.-A. Poujade montre un individu de la Clcom angularia Thunb. 
viduaria W. V., eclos ces jours derniers d une chrysalide qu il a trouvee 
dans la mousse a Fonlainebleau. Ge Lepidoptere est loujours assez rare et 
a 6te pris en Allemagne, en Angleterre, dans le nord et le centre de la 
France, etc. 

M. II. Lucas communique la note suivanle : 

Je signale des Myriapodes et des Coleopleres qui ont 616 celte annee 
extremement nuisibles aux Betteraves, les premiers, ou Blaniulus guttu- 



102 

les racines de cette plante, les seconds, ou Silpha 
opaca a Fe tat de larve et Gastrophysa polygoni a l e"tat d insecte parfait, 
en mangeant les feuilles de cette me"me plante. 

C est a Millantpart et a Hauterive, pres Soissons (Aisne), que ces de gats 
ont ete" signales par M. Henri Tardieu, directeur-ge>ant de la Revue La 
Sucrcrie indigene et coloniale. 

Afin d attnuer ces ravages, qui sont re*ellement considerables el dont 
les agriculteurs ont beaucoup a se plaindre, je me demande si de la 
poudre de tabac re*panclue sur les feuilles de betterave n eUoignerait pas 
ces insectes destructeurs ? 

- M. Charles Brongniart fait une communicntion sur la sortie des 
larves de Mantes d un ootheque et la maniere donl ces jeunes larves sont 
attachees au fond de leur loge dans Toolheque par un fil te nu. 

Notre collegue donnera pour les Annales un memoire avec figures sur 
ce sujet. 

Membre rccu. M. Jules Maurice, licencie" es-sciences naturelles, rue 
Saint- Julien, a Douai (Nord) (Entomologie generate, principalement Coleo- 
pteres), pre"sente" par M. le D r Alex. Laboulbene. Commissaires-rap- 
porteurs : MM. E. Desmarest et II. Lucas. 

Candidat presentc. M. Adolphe Millet, dessinateur d histoire naturelle, 
rue Lacepede, 34 (Entomologie generale, principalement Coleopteres et 
Lepidopteres d Europe], presente par M. E. Desmarest. Commissaires- 
rapporteurs : MM. A.-L. Clement et J. Kunckel d Herculais. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLJOGRAPHIQUE 

Stance du 8 Juin 1881 (fin). 

Bulletin de la Societe d etude des Sciences naturelles de Btziers, U* anne"e, 
1879. J. LICHTENSTEIN, Le Phylloxera : Comment un roman pent 
devenir de 1 hisloire. JAUSSAN, Le Phylloxera. 



103 

Comptes rendus hebdomadaires des stances de I Academie des Sciences, 
1" semeslre 1881, n* 21 (23 mai 1881). O 

Entomologist s monthly Magazine (The), n 204. BARRETT, Notes on 
British Torlrices (suite). JORDAN, Lepidoptera of the Valais. 
RIDLEY, New sp. of De Geeria. CAMERON, On Parthenogenesis in 
the Tenthredinida3. SCOTT, New G. and two sp. of Hemiptera 
Heteroptera from South America. BATES, N. sp. of Longicorn 
Coleopt. allied to Colobothea. Notes diverses. 

N 205. MEADE, Annotated List of Brit. Anlhomyiida3. LEWIS, 
On the supp. effect of the Winters in Japan on the smaller Coleopt. 

FOWLER, The Coleoptera of Askham, Bog. York. MATHEW, 
Lepidopt. of Gallipoli (List). RIDLEY, Thysanura of Canaries and 
Madeira. Notes diverses : EATON, An announcement of new G. of 
the Ephemerida3 (suite). 

Feuille des Jeunes Naturalistes, n 128. ERN. ANDRE, Les Fourmis 
moissonneuses. Communications : Quelques notes entomol. 

Naturaliste (Le}, n 52. DE LAFITOLE, Calendrier du Le"pidople"riste. 

C.-F. ANCEY, Descriptions de Cole"opteres nouveaux. 

N 53. L. FAIRMAIRE, Diagnoses de Coleopteres nouveaux. 

Revue des Travaux scientifiques, public" e par le Ministere de 1 Instruction 
publique (juin 1881). Comptes rendus de quelq. travaux de M. Alph. 
Milne-Edwards sur les Crustace"s fossiles. 

Socieii entomologique de Eelgique. 1 Annales 1880, A e trimeslre. 
W. ROELOFS, Additions a la faune du Japon : Nouv. esp. de Curcu- 
lionides et families voisines. EUG. DUGES, Me"tam. du Bruchus 
Barcenae (1 pi. n.). L. MELISE, Les Lucaniens de Belgique. 
DONCKIER DE DONZEL, Supplement au Catalogue des Cole"opteres de 
la Faune beige. ID., Revision du Catalogue des Staphylinides de 
la Faune beige. Lisle des Staphylinides trouve"s par M. Neylaerts 
a Breda et dans les environs. L. LETHIERRY, Liste des Staphyli 
nides rencontre s jusqu a ce jour dans le departement du Nord. 
L. BECKER, Etudes sur les Scorpions (l er article, 2 pi. n.). W. 
ROELOFS, Note sur le genre Xerodermus Mots. 

2 Comptes rendus, serie III, n 05 2, 3 et It. DE SELYS-LONG- 
CHAMPS, Nouveau genre" de Cordulines : Neophya (fig.). PRECD- 



HOMME DE BORRE, D r JACOBS et A. DE BORMANS, Listes de chasses 
en Allemagne : Coleopteres, Hyme"nopleres, Dipteres, Orlhopteres. 
L. BECKER, Communications arachnologiques. PREUDHOMME DE 
BORRE, Onilis nouveaux. Notes diverses. P. MABILLE, Note 
sur plusieurs envois de Lepidopteres de Madagascar. MAC LACHLAN, 
Note sur la femelle du Diastatomma tricolor Pal. de Beauv. Notes 
diverses. 



BORRE (PREUDHOMME DE). Mate"riaux pour la Faune entomologique du 
Brabant, Coleopteres, l re cent. Bruxelles, 1881. * 

ID. Descr. d une espece nouvelle du genre Onitis et des femelles des 
0. Lama et Brahma, etc. * 

HORVATH (D r ). Hemipterologiai Kozlemenyek. 1880. * 
ID. Hemiptera nova vel minus cognila. 1881. * 

MAC LACHLAN (R.). Note sur la femelle du Diastatomma tricolor Pal. de 
Beauv. 1881. * 

ID. Notes on Odonata collected by M. Buckley in Ecuador. 1881. * 

L Archiviste : A. LEYEILLE. 



Seance du 22 Juin 1881. 

Bulletin de I Academie imperiale des sciences de Saint-Petersbourg, 
t. XXVH, n oi 1 el 2. D r F. MORAWITZ, p. 213, Die russischen 
Bombus-Arten in der Sammlung der Kaiserlichen Academie der 
Wissenschaften. 

Bulletin de la Societe d etude des Sciences naturelles de Nimes, 9 C ann6e, 
- Janvier et fevrier 1881, n os 1 et 2. Q 

L Archiviste adjoint : J. BOURGEOIS. 

Paris, 30 juin 1881. 



PARIS. Impr. FELIX MALTESTE ET C e , rue des Deux-Portes-Saint-Sauveur, 22. 



1881. N 15. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



Avis. Le l er numero trimestriel des Annnles de 1881 sera distribue" 
a la prochaine s&mce (27 juillet 1881) a ceux des membres qui ne 1 auront 
pas encore recu. M. le Tresorier prie de nouveau in-tamment ceux de 
ses collegues en relard de vouloir bien lui faire parvenir immediatement 
le montant de leur cotisation pour la presente anne"e (26 francs, y compris 
I affranchissement des Annales). 



Aufre Avis. En raison de 1 absence des deux Archivistes, la Biblio- 
theque sera ferine" e pendant le mois d Aout. 



BULLETIN DES SEANCES 

Paraissant deux fois par mois 



Seance du 13 Juillet 1881. 
Presidence de M. L. FAIRMAIRE. 

M. Albert Fauvel, de Caen, assiste a la seance. 

Proposition administrative. MM. Edmond et Ernest Andre, J.-B. Gebin, 
Aug. Puton et Aug. Rouget adressent une demande tendant a ce que la 
Socie" te" fasse proceder a l^lecliun de trois membres bonoraires franfais. 

La Socie le , aux termes du l er paragraphe de 1 arlicle 13 de son Regle- 
ment, renvoie cette proposition & son Gonseil qui, dans la prochaine 
seance, fera un rapport sur la question d opportunite". 

(9 e annte, n 197.) 13 



- 10G - 

Lectures. M. le docteur L.-W. Schaufuss adresse nne notice descriptive 
inlilulee : De quibusdam Coleopteris novi s. Dans ce travail, notre col- 
legue fait connailre les especes suivantes : Silphomorpha africana, d An- 
seba ; Triarthron cedo nulli, de Californie; Curculioneltus nitidus, de 
Nouvelle-Guine e ; Bryaxis Durivillii et Trichonyx lorquatus, de Surinam. 

M. Ch. Brongniart lit une note, accompagnee de figures, ayant pour 
litre : Observations sur la maniere dont les Mantes construisent leurs 
ootheques, sur la structure de ces ootheques, sur I ^closion et la premiere 
mue des larves. 

Communications. M. H. Lucas annonce la mort de 1 un de nos col- 
legues, M. le docteur W.-G. Rosenhauer, regu membre de la Socie"le" 
en 18/i8, et de ce de recemment a Erlangen (Baviere). 

M. Peragallo signale le resultat de divers genres de chasses qui lui 
ont donne, a Nice, de bons resultats pour les Coteopteres (stance du 
22 juin 1881) : 

A la fin de Tautomne, les jardiniers du quartier qui borde la baie des 
Anges ont I habilude de jeter sur les galets de la mer les tiges de tomates 
et de courges, qui, d aprfes eux, ne produisent pas un bon fumier. Ces 
debris entrent en fermentation et attirent beaucoup de petites especes de 
Coteopteres. 

Voici la lisle de celles que j ai recueillies dans ces conditions en deux 
chasses de quelques heures, failes en decembre dernier : 

Blechrus maurus, Lebia crux-minor, Tachys scxstriata, bistriata, Cer- 
cyon flavipes, Megasternum bolitophagum, Nephanes Titan, abondant, 
Trichopteryx lata, thoracica, sericans, Ptenidium evanescens, Bryaxis 
Helferi, Falagria sulcata, Calodera umbrosa t Homalota oblita, stercoraria, 
tividipennis, longicornis, Oligota inflata, Conurus fusculus, Othius myr- 
mecophilus, Baptotinus affinis, Quedius scintillans, Lithocharis vicina, 
Stilicus affinis, Sunius gr acids , Psederus caligatus, Stenus tarsatus, 
Oxytelus hamatus, Homalium caesum, excavatum, Protinus ovalis, Megar- 
thrus smuaticollis, affinis, Mister wrvinus, Carcinops pumilio, Saprinus 
semipunctatus, Onthophilus striatus, L&mophlceus ferrugineus, Munotoma 
brevicoUis, abondant, foveotata, Cathartus advena, abondant, Crypto- 
philus simplex, Cryptophagus Schmidti, badius, Atomaria terminata, 
anaiis, humeralis, Telmatophilus Schcenherri, Typhxa fumata, Art/iro- 



107 

Lips rufithorax , Latridius minutus , Corticaria distincta , pubescent , 
Migneauxia crassiuscula, Cyphon variabilis, Malachius ovalis, Plinus 
lepidus, Trotomma pubescens, assez abondant, Lcptaleus Rodriguei, An- 
tkicus antkcrinus, bimaculatus, fasciatus, Ions trois abondants, Apion 
fagi f opclicum, Hooker i, flavofemoratum, Ervi, virens, seniculum, Tra- 
chyphlceus laticollis, Meira suturella. 

Dans mon jardin, nn petit jardin d agrement, situ6 au centre de Nice, 
j ai examine" avec soin les pieds morts des Geraniums, des Anthe"mis, des 
Ricins et des Solane"es ; je secouais leurs racines, je tainisais la lerre qui 
les entoure, el je replantais les pieds morts dans les memes trous; en 
les visitant ainsi jusqu a trois fois, j ai recueilli et souvent en nombre les 
especes suivantes : 

Cephennium minutissimum, au pied d une Solanee; Eumicrus tarsatus 
et cerastes, en tamisant la terre; Addops Aubd, Ires abondant au pied 
des arbres ; Bryaxis sangitinea, fossutata, Lefebvrei, au pied d une Sola- 
nee; Euplectus sanguineus, dans la lerre; E. Karsteni et pcrplexus, dans 
des racines d Anthemis ; Homalota scricea, nigra, inquinata, sordidula, 
dans des racines ; Leptusa solifuga, Ires abondanle, plus parliculierement 
dans les racines pourries de Geranium; Oxypoda rugatipcnnis, Conurus 
lividus, Litkocharis propinqun, Stenus asrosus, dans des racines ; Hoina- 
lium rufulum, au pied des vieux lierres; liistcr 12-slriatus, bimaculatus, 
dans des racines de Geranium ; Aglcnus brunncus, tres abondant au pied 
d un cypres; Anommatus 11-striatus, Ires abondant dans les racines; 
Gcrylou deplanaium, Psammsechus bipunctatus, dans les racines ; Lange- 
landia, anoplithalma var., Peragalloi, Ires abondant partout, dans les 
racines de Ricins et de Solanees principalement; Corticaria nuridionalis, 
clans les lerres lamisees. 

Au mont Boron et au mont Alban, j ai pris au pied des oliviers : 

Scydmaenus intrusus, Wetterhalli, myrmccophilus , Lcptomastax Dela- 
rouzeei, Faronus nicxensis, Amaurops gallicus, Ccrophytum elateroidcs. 

M. H. Lucas lit les descriptions de deux nouvelles especes du genre 
Anthia, apparlenant au groupe des massilicata, Kimrod, etc., chez les- 
quelles le thorax dans les males n est pas prolonge posterieurement : 

1* AHTHIA MEG^ERA Luc. D un noir mat. Tete finement poncluee 
posterieurement. Thorax plus large que long, arrondi, finement reborde 



108 

sur les c6tes, a sillon median profond, prsenlant une ponctuation fine et 
eparse. filylres convexes, arrondies, a sides profondes, finement ponc- 
luees, avec les intervalles saillants et enlierement lisses; ornees de six 
laches blanches ainsi disposers : deux hume rales, grandes, ovalaires ; 
qualre poslerieurement, dont deux presque arrondies, assez grandes, 
placets pres des bords lale"raux, et deux autres beaucoup plus pelites, 
arrondies, situe"es a rexlremit6 et tout pres de la sulure. Organes buc- 
caux lisses, d un noir brillant. Anlennes d un noir mat. Dessous du corps 
el pattes d un noir brillant, finement ponctues. Long. 45 mill.; lat. 
15 mill. (male). 

Je ne connais que le m&le de celte espece , qui a e"te" rencontre" a 
Saulale, inte"rieur de Brawa (Afrique australe). 

2 ANTHIA REVOILI Luc. D un noir brillant. Tele profonde menl et 
forlement poncluee entre les yeux : ceux-ci d un jaune ferrugineux. 
Thorax un pen plus long que large, convexe, arrondi, Ires finement 
reborde" sur les coles, a sillon median profond, n atteignant ni les bords 
anterieur et poslerieur et pre"sentanl en dessus et en dessous une ponc 
tuation irreguiiere, eparse, assez forte et profonde. Elylres etroites, paral- 
leles, a coles saillanles, lisses, a sides profondes, forlement ponctuees, 
avec les poinls donnant chacun naissance a un poil assez allonge, brun, a 
direclion posle"rieure ; ornees de huit macules ou laches blanches ainsi 
disposees : deux numerates, arrondies; deux occupant le milieu des 
bords externes, e"lroites, allongees; deux dorsales, pelites, arrondies, 
siluees a peu pres dans le milieu, lout pres de la suture, et enfm deux 
lout a fait poslerieures, arrondies, plus grandes que les dorsales et pla- 
cees pres des bords lalgraux. Anlennes d un noir mat. Dessous du corps 
et pattes d un noir brillant : celles-ci poncluees, h^riss^es de poils courts, 
bruns. Long. 35 milt.; lat. 12 mill. (male). 

Cette espece, dont je ne connais que le male, a 616 renconlree dans les 
monlagnes des Gonsalis-Ouarsangueles , vallee du Darror et Karkar, 
situees an nord du pays des Somanlis, par M. Revoil. 

M. L. Bedel indique la synonymic des six especes de Sph&ridium 
d^crites par Fabricius, en 1775 (Syst. Entom., p. 66), et dont les types 
sont designes par lui comme appartenant a la collection Banks. 

Pour e"tablir Tidentit6 de ces diverses especes, M. Chas.-O. Waterhouse 
a bien voulu examiner les types conserves a Londres, en y comparant 



109 

des specimens envoyes de Paris comme elements de controle. C est a lui, 
par consequent, que revient le merite d avoir fixe" les synonymies sui- 
vanles : 

1 Sphxridium dytiscoides Fabr. Cetle espece, non mentionnee dans 
le Catalogue Harold, figure dans les collections franchises sous les noms 
in^dits de Cyclonotwn ruficolle (Duponl) et scmirvfum (Deyr.); en re"alite 
c est un Dactylosternum, comme loutes les especes, actuellement range"es 
parmi les Cyclonotum, dont le premier segment ventral porle une carene 
me"diane. 

Le Dactylosternum dytiscoides Fabr. paralt tres re"pandu en Malaisie. 

2 S. atomarium J Fabr. (non Linn6). L auteur se refere au Sitpha 
atomaria L., qui est un Otibrus, tandis que sa description vise probable* 
rnent le Cercyon impressus St. qui figure, mais sans etiquette, parmi les 
insectes de Banks. 

3 S. hsemorrhoidale Fabr. C est encore un Gercyon, et Tespece 
decrile par les auteurs regents sous le nom de flavipes, tandis que leur 
haemorrhoidalis correspond a impressus de Sturm. 

11 parait que les exemplaires de Cercyon mclanocephalus L. et h&mor- 
rhoidalis F. (flavipes auct.), dans la collection Banks, sont presque de 
meme laille. Aussi Fabricius dit-il de son S. atomarium (=C. impressus 
St.) : Stalura S. melanocepliali, at paulo majus et de son hasnwrr hoi- 
dale : Statura S. atomarii, at paulo minus. 

Zi S. quadripustulatum Fabr. Espece australienne du genre Sca- 
phidium. 

5 S. fimetarium Fabr. Espece anglaise du genre Phalacrus. 

6* S. minutum Fabr. Conside"re jusqu ici comme Cercyon ; c est au 
contraire 1 espece de Cryplopleurum qui porte encore aujourd ui le nom 
doublement errone" ^atomarium. 

Le Cercyon minutus ^ auct. (non Fabr.) devra prendre le nom de 
tristis Illiger. 

M. Ernest Olivier envoie les observations qui suivent : 

1 M. H. Lucas, dans la seance du 8 juin, a cite le fait d un Bembidiwn 
volant le soir et entrant dans un appartement, attire" par la lueur d une 



110 - 

lampe. Depuis plusieurs jours je peux recueillir en grand nombre une 
espece du m6me genre dans des conditions analogues. -Par ces forles cha- 
leurs, laissant mes fenfires ouvertes jusqu a une heure avance"e, je recois 
chaque soir la visile de nombreux Eembidium nitidulum Marsh., qui est 
tres commun aupres de Moulins (Allier), sur le sable humide pres de 
loutes les eaux courantes ou stagnantes. Celte espece, du reste, paralt 
redouter la trop grande ardeur du soleil. On la trouve pendant le jour 
au bord imme diat de 1 eau, cachee dans Hierbe ou sous de petits cailloux. 
Elle differe sous ce rapport des B. vetox L. , striatum Fabr. et plusieurs 
autres qui courent en plein midi sur les graves brulantes de nos rivieres, 
et dont la vivacite et la promptitude a s envoler augmentent en raison de 
Televation de la temperature. 

2 Comme exemple de longevite" d un insecte, je citerai un Prionotheca 
coronata Oliv., pris dans les environs du Caire au mois de fevrier 1880. 
II m a e te apporle vivant. Je Fai mis dans une boite assez grande, oil je 
lui donne a manger des debris de pain et de gateaux. Aujourd hui 11 a 
pres de dix-huit mois de captivite, et sa sante, toujours tres bonne, ne 
parait pas devoir pericliler de shot. II est d aulant plus aclif que la tem- 
pe"rature est plus elevee. Par les temps frais et pluvieux, il se tapit immo 
bile dans un coin de sa boite et attend que la chaleur soit revenue pour 
recommencer ses promenades. Il a passe" lout Fhiver dernier sans remuer 
et sans rien manger, et n est sorti de cette lethargic qu a la fin de mai. 
Quand on le saisit, il se"crele par la bouche un liquide bum tres abon- 
dant, et cette secretion a e te entieremenl suspendue pendant tout le temps 
de son sommeil hivernal. Je crois qu il y a peu d exemples d une vie 
d insecte aussi prolong^e. 

3 Dans le Bulletin de la stance du 22 juin, M. Aug. Chevrolat a com 
munique un dessin original de 1 ouvrage d Olivier, repre"sentant VAlcides 
convexus. J ajouterai que ce dessin lui a ete envoye par moi et que 
je me mels a la disposition de tous mes collegues pour leur communi- 
quer les dessins originaux de 1 Entomologie de mon grand-pere. 

- M. Maurice Girard adresse la note suivante : 

A la date du 28 juin dernier, j ai rec.u de M. Trouillet, horliculteur a 
Montreuil-aux-Pecbes (Seine), des specimens d un Curculionien recticorne, 
du genre Rhynchites, qui fait dans les cultures des arbres fruitiers de 



_ 111 _ 

cetle locality de tres grands d^gats, principalement sur les framboisiers. 
Get insecle est le R. interpunctatus Stephens, d apres la collection Jacque- 
lin du Val, espece Ires voisine du R. fragarix Schonherr. M. Trouillet 
m a dit avoir obtenu de bons effets contre celte Lisette, comme il Tappeile, 
au moyen du jus de tabac e"tendu de 19 parties d eau. On pourrait aussi 
secouer les framboisiers sur des draps et recueillir les adultes, mais a la 
condition d ope"rer au petit jour et a la fraicheur du matin, car ce Rhyn- 
chites vole Ires bien dans la journee. 

Membre recu. M. Adolphe Millot, dessinateur d histoire naturelle, 
rue Lacepede, 3Zi (Entomologie generate, principalement Coleopteres et 
Lepidopteres d Europe), presenle par M. E. Desmarest. Gommissaires- 
rapporteurs : MM. A.-L. Clement et J. Kunckel d Herculais. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 
Stance du 22 Juin 1881 (fin). 



Comptes rcndus des stances de la Societe entomologique de Belgiquc, 
se"rie III, n 5 (7 mai 1881). 

Comptes rendus hebdomadaires des seances de i Academic des Sciences, 
t. XCII, l er semeslre 1881, n 22 et 23. Q 

Journal of the Royal Microscopical Society of London, vol. I, part. 3 
(juin 1881). Summary of current researches relating to entomology, 
p. M1-/156. 

Mtmoires de CAcadtmie imptriale des Sciences de Saint-Petersbourg, 
VIP se"rie, tome XXVIII, n 3. Q 

Naturaliste (Le} (*), 3" anne"e, n 5/i. MAURICE GIRARD, Bibliographic. 



112 

Psyche (Organ of the Cambridge entomological Club), vol. Ill, n 80. 
V.-T. CHAMBERS, p. 1&7, Further notes on some Tineid Larvae (suite). 



BERCE (E.). Faune enlomologique franchise. Le"pidopteres, vol. VI (Del- 
to ides, Pyralides). 1 vol. in-8% 398 pages, 9 pi. col. Paris. OiTerl 
par M. E. Deyrolle. * 

CORNU (MAX.) et BRONGNIART (Cn.). Sur des Pucerons attaque s par un 
Champignon. (Extr. Comptes rendus Acad. Sc.) * 

GIRARD (MAURICE). Trichineet Trichinose (Extr. Manuel gene r. delMnstr. 
prim.). Broch. in-8 avec fig. * 

HERMAN (OTTO). Sprache und Wissenschaft (Critique sur 1 adoption d une 
langue scientifique unique, de die e a M. le D T J. Kriechbaumer). (Extr. 
Termeszetrajzi Fuzetek.) * 

KILLIAS (D r E.). Beitrage zu einem Verzeichnisse der Insectenfauna 
Graubundens (Lepidoptera). (Extr. Jahres. Bericht der Naturf. Gesellsc. 
Graubunden s). In-8% 225 p. * 

SAHLBERG (J.). Bidrag till nordvestra Sibiriens Insectenfauna. Coleoptera. 
Insamlade under expeditionera till Obi och Jenessej 1876 och 1877. 
I. (Cicindelida3, Carabidse, Dytiscidae, Hydrophylidae, Gyrinida3, Dryo- 
pidae, Georyssida?, Limnichidee, HeteroceridaB, StaphylinidaB, Micro- 
peplidaB). In-/i, 115 p., pi. n. (Extr. Kongl. Svenska Vetenskaps- 
Akademiens Handlingar.) * 

L Archivisle adjoint : J. BOURGEOIS. 



Paris, 23 juillet 1881. 



PARIS. Impr. FELIX MALTESTE ET C e , rue des Deux-Portes-Saint-Sauveur, 22. 



1881. NO i4. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissant deux fois par mois 



Seance du 7 Juillct 18 SI. 

Presidence de M. L. FAIRMAIRE. 

Rapport. M. le Secretaire donne lecture du rapport suivant du Conseil 
de la Societe, M. J. Bourgeois, archiviste-adjoint, rapporteur : 

Messieurs, conformement aux termes du l cr paragraplie de 1 article 13 
du Reglement, votre Conseil s est re"uni le 20 courant pour examiner, au 
point de vue de Topportunile, la demande adressee par cinq de nos hono- 
rables collegues de province, a 1 effet de faire proceder a Election de 
trois membres honoraires franc.ais. 

Le Conseil, apres deliberation, est d avis de prendre en consideration 
la demande de nos collegues; toutefois, a I unanimite des membres pre 
sents, il pense qu il convient de ret-arder cetle election jusque apres 
Tepoque des vacances, afin de permettre a un plus grand nombre de 
membres de la province et de Paris d y prendre part. 

La Socie le , a 1 unanimite des voix, adopte les conclusions du rapport 
de son Conseil. 

Proposition administrative. MM. L. Bedel, H. Brisout de Barneville, 
Aug. Chevrolal, A.-L. Cle ment, Delahaye, L. Fairmaire, Alex. Laboulbene, 
Me"gnin, Aug. Salle et E. Simon deposent sur le bureau la proposition 
qui suit : 

(9< annie, n 198.) IZt 



Messieurs, comme complement de la proposition faite dans noire der- 
niere stance pour la nomination de trois membres honoraires francais, 
nous avons 1 honneur de proposer egalement la nomination de deux 
membres honoraires Grangers. 

Aux termes du 1" paragraphe de Particle 13 de son Ileglement, la 
Societe renvoie cette demande a son Conseil qui, dans la prochaine seance, 
fera un rapport sur la question d opportunite*. 

Lecture. M. H. Brisout de Barneville depose sur le bureau un memoire 
intitule : Essai monographique sur les especes d Europe et des confms de 
la Mediterrane e du genre Corticaria ; travail present^ dans la stance du 
24 decembre 1879, et qui avail e te repris par 1 auleur pour tre complete. 

Communications. M. le President annonce que M. E. Desmarest vient 
d etre promu au grade d officier de 1 Instruclion publique. 

M. le Tresorier fait savoir que M. le Minislre de 1 Instruction publique 
et des Beaux-Arts a, par arret^ du 19 juillet 1881, atlribue une allocation 
de 500 francs & la Societe entomologique de France comme encourage 
ment & ses travaux pour 1 annee 1881. 

M, L.-W. Schaufuss adresse, de Dresde, la note qui suit : 

En etudiant les Anophlhalmes croates de ma collection, j ai ele amene 
a consulter, dans les Annales dc la Soc. ent. de France, 1876, Bull., 
p. cxxiv, le travail de M. Bedel, et j ai constate" que notre collegue, se 
basant sur la note de M. Abeille de Perrin (loc. cit., p. vi), avail debap- 
tise" trois especes du genre Anophthalmus. 

M. Abeille considere, je crois, plutot le nom que les diagnoses du genre 
Anophthalmus ; il en existe cependant plusieurs, nolamment une dans 
Redtenbacher, Fauna austriaca, 2 e e"d., p. 67. Je partage tout & fait la 
repugnance de M. Abeille & nommer un Anophthalmus dote de beaux 
yeux : An....ophthalmus, et je suis d avis qu il faut diviser le genre 
en Anophthalmus et en P haner op hthalmus, c .est-a-dire en deux groupes 
contenant : Tun, les especes privies d yeux ; 1 autre, les especes pour- 
vues d yeux. Je ne dis pas que les genres Trechus Clairv., Epaphius 
Redtb., ThalassophilusWolL, doivent disparaitre; on a etudi^ souvent 
les especes de Trechus quant & la forme des dents du menton, rarement, 
jusqu a present, on a fait la nime etude pour les Anophthalmus el les 



115 - 

Phanerophtlialmus. Mais, pour pouvoir reunir les genres, il faut etudier 
sans doute aussi la forme du menton et surtout les articles des tarses, 
tenir compte cle leur elargissement chez les males et voir la disposition 
des poils; il faut, en un mot, selon moi, regarder beaucoup plus que nos 
honoris collegues, MM. Abeille de Perrin et Bedel ne Pont fait. D apres 
cela, je crois qu il serait premature de de"baptiser les especes. 

Ma collection n est malheureusement pas assez riche en Anophthalmes 
pour pouvoir faire les recherches necessaires, car elle ne renferme que 
37 especes, et toutes ne sont pas representees par les deux sexes ; mais 
M. R. Oberthur possede plus de 50 especes, et sa magnifique collection 
pourrait permettre de verifier si le genre Trechus Clairv. n est pas le 
meme que celui des Phanerophthalmus niihi. Dans ce dernier cas le nom 
ft Anophthalmus devrait toujours rester pour les Trechus aveugles. 

Les Anophthatmus de Croalie, dont je connais quatre especes, loutes 
sans yeux, sont faciles a determiner. 

Forma Anopkthalmi liacqueti St. : 

Thoracis anguli postici obtusi. 

Elytra postice angustata, stria tertia 

bipunctata A. croalicus Hampe. 

Elytra poslice indistincte angustala, 

stria tertia tripunclata A. Kicsetiwetleri Schaum. 

Forma Anophthalmi lledlcnbachcri Friv. 

Thoracis anguli postici rectangularcs. 

Long, 7 mill A. Eury dices Schauf., sp. n. 

Thoracis anguli postici acute prominuli. 

Long, li 1/2 mill A. acheronteus Schauf. , sp. n. 

Voici les diagnoses des deux especes nouvelles : 

1 ANOPHTHALMUS EURYDIC^E Schauf. Rufo-testaceus, depressiuscu- 
lus; capite subrotundato, imprcssionibus duabus divergentibus abbrcviatis ; 
thorace subcordato, lateribus elevalis fere rectis, antice angustato-rotun- 
datis, angulis anlicis prominulis, anguiis posticis rectis, elevalis , lima 
media aplce abbreviata tcnui, basi media longitudinalitcr rugoso plica" 



- 116 - 

tula; elytris subparaUelis, kumeris parum rcctangulis, profundc punctu- 
tato striatis, striis ad later a evancscentibus, inter stitio tcrlio bipunctato. 
Long. 7 mill.; lat. 2 2/5 mill. 

Hab. in cavernis Croatia?. 

OBS. Ab An. Rcdtenbachcri diftert capitemagis convexo, Ihorace antice 
minus rotundalo at angulis anticis productis, thoracis margine antico 
emarginato, humeris magis obliquis. 

2 ANOPHTHALMUS ACHERONTEUS Schauf. Rufo-testaceus, depressius- 
culus ; capite utrinque rotundato, impressionibus duabus longiludinalibus, 
curvalis, profundis, abbreviatis; thora.ce cordato, tinea media, postice 
utrinque lineola impressa, basi media longitudinalitcr rugosa, angulis 
posticis acute-prominulis ; elytris subparaUelis, humeris parum rectan- 
gulis, profunde punctato- striatis, minus distincte ad latera, interslilio 
tertio bipunctato, puncto tertio ad apicem obsolete. Long. l\ I/A mill.; 
lat. 1 1/2 mill. 

Hab. in cavernis Croatian 

OBS. Forma An. Eedtenbachcri, at elytra convenienter proporlioni bre- 
viora. Minor et angustior quam An. Milleri. An. parosco Serbico (majori) 
consanguineus, caput aulem est minus, antennae tenuiores, thoracis lalera 
antice paulo magis rolundata. 

M. L. Bedel signale diverses synonymies nouvelles ftllydrophilidx 
et de Sphseridiidse : 

Hydrasna pallidipennis Cast., ISZiO, de Gorfou (Parreys), est la vari^te 
de YOchthebius marinus Payk. a elylres d un testace" pale. 

Hydraena striata Cast., 18/iO, de meme origine, est egaleraent un 
Qchthebius, mais il resle encore & determiner quelle peut etre son identite" 
spe"cifique. 

Empleurus opalisans Motsch., 1880, Helophorus acutipalpus Muls. et 
VVach., 1852, et H. subcostatus Kolen., 18/i6, sont tous trois synonymes 
VHeloph. micans Fald., 1836. 

La description de Faldermann est re digee en termes obscurs ou peu 
exacts ; mais grace au type de 1 auteur, que je possede acluellement, j ai 
pu m assurer clu sens de son lexte et de 1 identite de son espece. 



117 

Hydrobius artensis Montr., 1860, apparlientau genre Slernolophns Sol., 
et se fait remarquer par son e"pistome bilobe. 

Laccobius atrocephalus Reitt., 1872, = L. sinuatus Motsch., 1849 
(nigriceps Th., 1853). C est 1 espece la plus repandue en Alge"rie. 

Laccobius Kiesenwetteri Reitt., 1872, = Anacxna bipustulata Marsh., 
1802. L auteur mentionne dans sa description la presence d une strie 
sulurale aux e"lytres. On sait que les Laccobius ne pre sentent jamais ce 
caractere. 

Sphgeridium melaenum Germ., 1824, = Hydrobius globosus Say, 1824. 
Le nom de Say doit etre conserve tel qif il est. 

Sphseridium melanopterum Montr., 1855, paralt synonyme de Dactylo- 
sternum (Sphseridium) dytiscoides F., 1775, espece bien rcmarquable par 
sa coloration rouge et noire. 

Cercyon ovillum Molscl)., 1860, = C. melanocephalus L., 1761. J ai 
vu un type de Molschulsky dans la collection de M. de Marseul. 

Cercyon posticatum Mann., 1852, appartient au genre Megasternum 
Muls. Je possede des exemplaires typiques de Sitkha et quelques autres 
recoltes a Mariposa (Galifornie) par M. Thevenet. 

Cercyon (Petosoma) Lafertci Muls., 1844. Get insecte est exclusive- 
ment du Bre"sil. 

Mulsant, il esl vrai, mentionne Tun des exemplaires qu il decrit comme 
trouve a Chinon (Indre) par M. de Laferte, mais cette indication paralt 
le resultat d une erreur commise anterieurement. Je rappellerai ^ ce sujet 
que dans les Palpicornes de la collection Reiche, actuellement au Musee 
de Madrid, flgurent deux insectes de Chinon, envoyes par M. de Laferte" 
comme Pelosoma Lafertei, et qui ne sont autres que des Megasternum 
bolitophagum Marsh. 

M. Aug. Chevrolat donne la description de deux Esamus nou- 
veaux, etc. : 

1 ESAMUS LINEICOLLIS. Elongatus, squamulis albis supra et infra 
tcctus; rostra ialo, piano, costa longitudinali nigra usque ad verticem 
ducia, oculis eoce.rlis antennisque nigris, clava elongata acuta; prothorace 
lineis tribus nigris rugosis ; scutello triangular! ; elytris niveo limbatis, 



118 - 

in sulura biacutis t obsolete punctato-striatis, lineis Immeralibus duabus 
geminis obscuris vice indicatis corporc pedibusque albls, t arsis et ungui- 
culis nigricantibus. Long. 15 mill.; lat. 5 mill. 
Himalaya. 

2 ESAMDS QUINQUE-LINEATUS. Elongatus, niger, viridc seneo squa- 
mosus ; rostra piano, profunde sulcalo, ct capite rugis elongatis tecto, et 
albo villoso ; prothorace coriaceo, tinea laterale viridi aurea; scutcllo 
triangulari albo ; elytris seneo squamosis, lineis quinque nigris, latcra- 
libus, kumeralibus cum sutura coriaceis; corporc, infra, pedibus, aritennis- 
que nigris pilosis. $. Long. 15 mill.; lat. 6 mill. 

Himalaya. 

Ces deux especes m ont ele genereusement envoyees par M. le docleur 
Plason. 

Les deux Thylacitcs suivanls, qui ne forment qu une seule et meme 
espece, m ont ete envoyes sous les noms de Tkylacites nebulosus Fald., 
Schr., Bohn. in Sch., VI, 1, p. 230, et carinula Manh., sont de Siberie 
et de Mongolie ; ils rentrent dans le genre Phacephorus de Schr. 

M. le docteur Alex. Laboulbene fait la communication suivante : 

Dans le Dictionnaire encyclopedique des sciences medicales, a 1 arlicle 
Argas, public en 1867 (t. VI, p. 54), j avais demande a mon ami M. le 
docteur Tholozan, me"decin du Shah de Perse, de nous fixer, au nom de 
la science, sur la Punaise de Miami ou Miane. Au mois de juin 1878, 
M. Tholozan me remit plusieurs de ces Arachnides, accompagnees d une 
lettre; ces objets, par des circonstances fortuiles, furent egares, et il y a 
quelques jours seulement que j ai pu les retrouver. A mon grand etonne- 
ment, plusieurs des Ar#ase"taient encore vivants, apres plus de trois annees 
de jeune complet, et surlout d incarceration e"troite dans du coton et du 
papier. Je vais donner a la Societe" communication des principaux passages 
de la lettre de M. le docteur Tholozan, puis je placerai les insectes sous 
ses yeux. 

J aurais bien voulu vous ramener de la Perse quelques-unes de ces 
merveilles doni les Mille et une Nuits dotent DOS pays d Orienl. A deTaut 
de gros diamants et de rubis, je ne vons rapporte que des Argas pour 



119 

volre microscope. La Punaise de Chahroud-Bastam (a Tangle sud-est de 
la Gaspienne et 30 lieues dans les terres) a une reputation aussi mauvaise 
que celle de Miane. Son nom de Garib-gucz indique qu elle ne louche 
qu aux etrangers. La Punaise du mouton que j ai recueillie a Djemalabad, 
a 5 lieues au sud de Miane et de 1 autre cote de la chaine du Kaflankouh, 
est tout h fait innocenle suivant les uns et dangereuse selon d autres. 
Croiriez-vous que je n ai pu encore me faire une ide"e exacte des dangers 
de la piqure de 1 insecte de Miane ? J ai recueilli beaucoup d histoires de 
maladies singulieres : fievres intermittentes graves, sorles de fievres recur- 
renles, etc., etc. Les environs de Miane et de Chahroud sont tres insa- 
lubres Tele", et c esl la seule saison ou les elrangers courent le danger 
d etre piques. 

L opinion generate des medecins est que les accidents observes 
tiennent au climat. L opinion bien enracinee des gens du pays est que 

cela provient de 1 insecte Je n ai pas eu le temps de mettre mes notes 

sur le papier , je tacherai de les publier im jour Je crois, comme 

vous, qu il serait tres utile de connaitre a fond les insectes de signe s sous 
le nom de Guerib-yuez (sic). Je vais tacher de vous en envoyer de difle- 
rentes provenances. 

Je n ai plus rien recu, ajoule M. Laboulbene, qui ouvre Jes boites et 
deplie avec soin les enveloppes de papier et les plaques de colon ou sont 
places les Argas envoyes par M. le docteur Tholozan. On constate qu un 
bon nombre sont encore vivants el se mellent a marcher. 

M. Laboulbene remet ces Arachnides a M. Megnin, avec lequel il pre*- 
sentera a la Societe un travail, avec figures, pour fixer les especes de 
Garib-guez ou Guerib-giiez, car M. Tholozan a employe ces deux manieres 
d e"crire le nom des Ptinaises de Miana ou Miane, nuisibles aux Strangers. 

M. Maurice Girard donne lecture de la note suivante : 

Un agriculteur alge"rien, M. P. Feuillebois, de Palestro, province d Alger, 
vient de m envoyer des sarments de vigne performs en long par un Col^o- 
ptere, un Apate de grande taille et faisant des ravages dans les vignobles 
du pays. 

En outre il me fait part du fait suivant : 

Les Abeilles sont tres avides de la fleur de ^Eucalyptus Red Gum, 



120 

qui, crit-il, sont en pleine floraison id pour le moment (8 juillet 1881); 
on dirait sur chaque arbre un veritable essaim. Le malheur est, qu a 
chaque instant, il tombe a terre des quantites considerables d Abeilles 
qni se tordent pendant plus d une heure dans de fortes convulsions et 
fmissent par mourir ; les Guepes subissent le me"me eflet. 

Chez nous, et plus encore en Allemagne , les Abeilles sont parfois 
atteintes de la rage ou maladie de Mai, causee, d apres certains auteurs, 
par la presence des triongulins ou premieres larves du Meloe variegatus 
Donovan, syn. : scabrosus Marsham, et beaucoup meurent de convulsions. 
Comme il est peu probable que des larves de Melee s puissent grimper au 
sommet des Eucalyptus, il faut chercher aulre chose pour expliquer le fait 
rapporte" par M. Feuillebois. Les Eucalyptus se"crelent un miellat sucre et 
qui se concre"tionne comme une cassonade; c est lui qui doit altirer forte- 
ment les insectes et produire, sinon toujours, au moins cette anne"e, le 
narcotisme, souvent mortel, de ces insectes. Nous voyons en France, en 
certaines anne es, le Tilleul argenle", qui pre"sente sur ses fleurs et ses 
bourgeons un miellat concre"tionne analogue, enivrer fortement les Abeilles, 
dont certaines meurent ; les Bourdons sont tues tres vile par ce miellat 
narcotique. 

M. Feuillebois ajoute que les Ce toines, qui viennent aussi butiner sur 
les Eucalyptus, ne paraissent pas incommodees. II nTenvoie une de ces 
Ce toines, qui est Cctonia cardui Fabr. , la inline qui cause beaucoup de 
degals aux ruches dans les Grandes-Landes (Edouard Perris), et aussi en 
Kabylie, comme je 1 ai fait connaitre anterieurement dans nos Bulletins, 
d apres M. Feuillebois. Il restait incertain de savoir si elles pondaient 
dans les ruches, I observateur que je viens de citer m ecrit qu il a vu 
plusieurs fois ces C6toines accouplees dans ses ruches, mais qu il n y a 
jamais constate leur ponle. 

M. A. Laboulbene dit qu il a observe des fails qui se rapprochent de ceux 
que vient de signaler noire collegue. Il a vu, a Agen, sur les arbousiers, 
a Taulomne, des Bombus, qui avaient fait une consommation considerable 
du sue des fleurs, tomber comme ivres, remuer les ailes et les patles, 
mais sans pouvoir s envoler. Les Hyme nopleres ressemblent, de la sorle, 
a des personnes prises de faiblesse apres avoir bu trop copieusement des 
liqueurs enivrantes. Pour M. Laboulbene, les triongulins ou jeunes larves 
de Meloe ne sauraient causer une maladie parasilaire aux Hymenopleres 



121 

recoltants auxquels ils s accrochent fortement pour se faire transporter 
dans le nid ou sont les provisions de ces Melliferes. Les triongulins sont 
dans le cas des Gamasides dont les nymphes ou les hypopes se font ve"hi- 
culer sans causer un parasitisme reel et nuisible. 

M. P. Me"gnin presente les remarques suivantes : 

II y a deux ans, j ai communique a la Socie le le recil d une trouvaille 
faite & 1 abattoir de Vincennes, dans la bouche d un boaiif d origine afri- 
caine, de deux Sangsues de Tespece Hsemopis sanguisuga Moq. parfaile- 
ment vivantes. Ces parasites, qui abondent dans les cours d eau de 
rAlgSrie, ont 1 instinct de s introduire dans la bouche des animaux qui 
viennent s y de"salterer, car leurs machoires, plus petites que celles de la 
Sangsue officinale, ne leur permettent que de s altaquer anx muqueuses. 
Ges Sangsues avaienl fait un voyage de plus de 300 lieues dans la bouche 
des quadrupedes en question et glaient restees plus de trois semaines 
parfaitement vivantes dans cette singuliere voiture. 

Je viens de constater un nouveau fait du m6me genre et encore plus 
interessant en raison du plus grand nombre de veliicules et de para 
sites : 

Mon regiment avail envoye au mois d avril une batterie en Tunisie ; 
celfe batlerie, qui comporlail pres de 200 chevaux, est rentree a Vin 
cennes il y a trois semaines ; or, depuis ce moment, il ne se passe guere 
de jours ou je n aie a extirper des Hdsmopis de la bouche de ces chevaux, 
qui, de temps en temps presenlent des hemorrhagies buccales, signe de 
la presence de THirudine e. G est pres du frein de la langue ou dans le fond 
des espaces gingivo-jugaux que Ton trouve les parasites, et il faut mettre 
une cerlaine force pour les en arracher, tant ils y adherent intimement. 

A part les hemorrhagies qu elles causent et une certaine gne dans la 
mastication, ge"ne qui cst alle e chez certains chevaux jusqu a une impossi- 
bilite momentanee de cette fonction, je n ai pas remarque d accidenls 
graves cause s par les Sangsues chevalines. 

G est aux environs de Bizerte que nos chevaux avaient recueilli ces 
parasites, et le temps qu ils les ont garde s s eleve a trois semaines a peu 
pres. 

M. L. Fairmaire communique un article du Petit Journal, en date 



- 122 

du 26 juillet, inlitute YAraigntc a safe, et contenant une lettre de M. L. 
Be"zier (rue Dume ril, 8) an directeur de ce journal, et dont il croit devoir 
donner quelques extraits : 

Nous venous vous faire connaflre qu un des mernbres de 1 Ecole pra 
tique d Acclimalation a fait, sur les c6tes d Afrique, la dScouverte d une 
espece d Araignee qu il serait facile d acclimater en France, prodmsant 
sous forme de toile une soie de couleur jaune, forte, longue et de qualite 
aussi remarquable que celle produite par le Ver a soie. 

Notre explorateur a rapporle des ecbanlillons de cette soie qui, sou- 
mis a la cbambre syndicale de 1 Union des Marchands de soie de Lyon, 
ont e"te reconnus et apprecie"s pour les qualite s qu ils presentent. 

D apres les observations failes sur cette Araignee par notre observa- 
teur, elle produirait par semaine la valeur au moins d un cocon de Ver a 
soie, etc. 

M. Bezier, apres avoir montre de quelle utilitd serait ce nouveau pro- 
duit, indique, comme pouvant donner des details a ce sujet, M. Bgnard, 
ingenieur civil, avenue Arago, 15, et M. de Saint-Felix, avenue Tru- 
daine, 6. 

Apres cette lecture, M. L. Fairmaire dit qu il pense que la reproduction 
dans notre Bulletin de la note de M. Bezier lui semble utile pour appeler 
1 attention des entomologistes et des sericiculteurs sur cette Araignee et 
sur les avantages que Ton pourrait peut-6tre tirer de la soie qu elle 
produit. 

M. A. Laboulbene ajoute qu il regrette de n avoir pas eu connaissance 
de ces Araigne"es, car il aurait indique cette origine d une soie utilisable 
dans im article : Sur les animanx producteurs de soie, qui va parallre dans 
le Dictionnaire encyclopedique des sciences medicales. 

C est qu en effet Tindustrie humaine n a jusque a present pu tirer un 
avantage marque de la proprie"te vraiment prodigieuse que les Araignees 
possedent d 6mettre en abondance des fils fins et brillants, et cela bien 
plus que les chenilles de Le"pidopteres. Des experiences ont e"te faites a 
plusieurs reprises, mais elles ont toujours e"choue, soil a cause de la 
difficulte d elever en domesticity les Araignees si carnassteres, soil par la 
t^nuite" des fils et la facilite" avec laquelle ils se brisent. Les tentatives du 



- 123 - 

president Bon, en 1710, les essais de I espagnol Raymondo-Maria de 
Tremeyer (1777-1778) sur la soie de rEpe"ire diademe, en Italic, et sur 
celle des grandes especes americaines, les resultals obtenus par 1 anglais 
D. Roll, ainsi que par noire compatriote Dubois, n ont pas eie" suffisants. 
Dubois, qui elevait des Araignees dans des cages de bois ou de verre, ou 
il les faisait filer, avait pu porter leur nombre a quatre cent mille, travail- 
lant chacune dans line case separe"e. L exp6rimentateur n est parvenu qu a 
fabriquer un morceau d etofie bien petit : de 7 a 8 centimetres. 

M. E. Simon presente la rectification suivante : 

J ai communique il y a quelques mois a la Societe" (Bulletin, p. 31, 
stance du 9 fevrier 1881) line toile gigantesque d Araignee provenant de 
Nouvelle-Caledonie, et dont 1 liabitant n etait pas connu a cette epoque. 
J ai recu depuis une lettre de M. T. Saves qui a acquis la certitude que 
cetle toile n esl pas I ajuvre d une seule Araigne e, mais est fabriquee par 
les indigenes des Nouvelles-Hebrides avec les cocons (a O3ufs) cardes et 
agglomeres de Ncphila Labillardicri et especes voisines qui sont tres 
communes dans ces parages. 

Mcmbre readmis. Sur la demande de iM. II. Deyrolle, la Socidte decide 
que M. J.-G. van Lansberge, chef du Cabinet au Ministere des Affaires 
etrangeres, a La Haye (Pays-Bas) (Coleopteres), qui avait apparlenu a la 
Societe de 1861 a 1870, sera immedialement retabli sur la Lisle des 
Membres. 

Candid ats presentcs. 1 M. Todosio de Stelani Perez, via Alloro, A9, a 
Palerme (Sicile) (GoUopteres de Sidle; Hytnenopfcrcs d Europe), presente 
par M. Ragusa. Gommissaires-rapporteurs : MM. Em. Deyrolle et L. 
Fairmaire ; 

2 M. Charles Leboeuf, rue Godot-de-Mauroy, 16 (CoUopteres d Europe), 
presente par M. Lajoye. Commissaires-rapporteurs : MM. E. Desmarest 
et Aug. Salle. 

Membre demissionnaire. M. le comle G. de Mniszech, a Paris, qui avait 
e"te" re^u en 1851. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 



Seance du 13 Juillet 1881. 

American Naturalist (The), vol. XV, n 7 (juillet 1881). J.-S. KINGS- 
LEY, p. 532, Record of American Carcinology for 1880. NOTES 
DIVERSES, p. 566 : Dimorphism in Cynipidae ; Blepharoceridae ; Braula 
cffica not particularly injurious to the Honey Bee ; Economic Entomo 
logy in England ; The cultivation of Pyrethrum and manufacture of the 
Powder; Trees attractive to Butterflies; Hudson Bay Lepidoptera ; 
Trade in Insects ; Ants Injurious in Arizona ; Larvae of Coleoplera ; 
Covering of Egg-puncture mistaken for Dorthesia; Saw-fly; Supposed 
Army Worm in New-York and other Eastern States ; Migration of 
Butterflies; Classification of the Mites; Carrying out the Law; Locusts 
in Mexico in 1880. 

Bulletin mensuel de La Societe linneenne du Nord de la France, n 102. 
Quelques notes enlomologiques dans 1 Extrait des Proces-Verbaux : 
Tenthrede du pin,, conservation des larves dans les liquides, etc. 

Bulletino del Naturalista Collettore, l re annee. n 7. Gli sciami artifi 
cial! in apicultura. L Influenza delle ferrovie nella propagazione 
delle crittogame e della Phylloxera. 

Butterflies (The) of Europe illustrated and described by H.-C. Lang (pros 
pectus avec 1 pi. col. specim.). 

Comptes rendus hebdomadaires des seances de t Academie des Sciences, 
1" semestre 1881, n oi 24, 25 et 26; 2 e semestre 1881, n 1. Q 
Tables du 2 e semestre 1880. 

Entomologist s monthly Magazine (The), n" 206 (juillet 1881). A.-E. 
EATON, p. 25, An announcement of new gen. of the Ephemeridae (fin). 

R.-H. MEADE, p. 27, Annotated list of British AnthomyiidaB (suite). 

G.-F. MATHEW, p. 29, List of Lepidopt. observed in the neigh 
bourhood of Gallipoli in 1878 (suite). Rev. J. HELLINS, p. 33, Note 



125 

on the egg, and some peculiarity of struct, in the larva, of Himera 
pennaria. Baron OSTEN-SACKEN, p. 35, Thyreophora antipodum, 
new spec, of Diptera. R. MAC LACHLAN, p. 36, On two new Panor- 
pidaB from West. North America (fig.). NOTES DIVERSES : Lepido- 
ptera at Barnwel Wold ; Abundance of larva? of Charaas graminis ; 
Eupithecia consi gnata at Box Hill ; Genus Eustra in Japan ; Coleo- 
ptera, etc. near Hartings ; Notes on Goleopt. taken near Hartings ; 
Cicada monlana ; The Hemiptera of Finland ; Notes on Spring Hyme- 
noptera in 1881 ; Hypopus parasitic on Ants ; The generic term 
Degeeria. NECROLOGIE : baron M. de Chaudoir ; John Blackwall. 
D. SHARP, p. 46, Some new Species and Genera of Coleoplera from 
New Zealand (commencement). 

Feuille des Jeunes Naturalistes, ll e anne e, n 8 129. L. GAVOY, p. 122, 
Deuxieme excursion au pic d Alaric. COMMUNICATIONS : Hivernage 
des Papillons nocturnes dans les cavernes. 

Koninklijk Zoologisch Genootschap Natura Artis magistra te Amster 
dam. _ Catalogus der Biblioteek (1881). 

Naturalisie (Le} f n* 55. HAURY, p. Zi38, Etude sur le Carabus intri- 
catus. A. CHEVROLAT, p. 439, Diagnoses de Coleopt. nouv. 

Proceedings of the Scientific Meetings of the Zoological Society of Lon 
don, 1881, part I (Janvier et fe"vrier). Account of the Zoological 
Collections made during the Survey of Alert in the Straits of Ma 
gellan and on the Coast of Patagonia : E.-J. MIERS, p. 61, Crustacea 
(1 pi. n.); C.-O. WATERHOUSE, p. 80, Coleoptera; A.-G. BUTLER, 
p. 82, Lepidoptera, Orthoptera and Hemiptera. J.-O. WESTWOOD, 
p. 141, Descriptions of some new Exotic Species of Moths (2 pi. n.). 
A.-G. BUTLER, p. 175, On the Lepidoptera collected in Socotra by 
Prof. I.-B. Balfour (1 pi. n.). 

Psyche, organ of the Cambridge entomological Glub, vol. Ill, n 81 
(Janvier 1881). W.-H. EDWARDS, p. 159, Of the number of Molls 
of Butterflies, with some History of the Moth Callosamia Promethea. 

Publicazioni del R. Instituto di Studi superiors pratrici c di perfeziona- 
mento in Firente, 3 fasc. dont un avec pi. n. Q 



12G 

Revue des iravaux scicnlifiques, publiee par le Ministere dc 1 fnslruction 
publique, juillel 1881. Q 

Transactions of the Zoological Society of London, vol. XI, part 5, Q 



BARGAGLI (PIERO). Di tre opuscoli sugli Inselli fossili e sulle formazioni 

inglesi e slraniere nelle quali sono strati scoperli avanzi d lnselti, 

publicati da H. Goss. Broch in-8. (Extr. Bull. Soc. entom. Hal., 
ann. XII.) * 

GOBERT (D 1 E.). Revision monographique des especes francaises de la 
farnille des Tabanidffi. Broch. in-8. (Extr. Ann. Soc. lin. Nord Fr.) * 

SCHAUFUSS (D r L.-W.). Nunquam otiosus. Zoologische Mittheilungen , 
vol. II, Dresde, 1872, in-8. L AUTEUR, p. 243, Tabellen-Entwurf 
zur Bestimmung der Pselaphiden-Gattungen. P. 259-27/i ; p. 281- 
290 ; p. 357-360, Beschreibung einiger Pselapliiden. P. 293, IJalli- 
ciden Neu-Grenada s. P. 311, Drei neue Arten der Gattung Ela- 
phocera. P. 318-344 ; p. 361-362, Beitrag zur Kafer-Fauna 
Spaniens. P. 385, Die Cucujiden-Gattung Platamus. P. 389, 
Die Cucujiden Galtung Telephanus. P. 393 et 412, Ueber Mero- 
physia, Colovocera und Reitteria (avec tab.). P. /i01, Die Arten 
der Gattung Aniorphocephalus (avec tab.). P. 408, Die mir bekann- 
ten Arten der Galtung Scythropus (avec tab.). P. 411, Zwei neue 
Colposcelis Arten. P. 417, Zwei varieUiten von Parnassius Nomion 
(avec tab. du g. Parnassius). P. 423, Ueber Argopus (avec tab.). 
P. 450, Ueber Pselaphidengattungen. P. 249, 318, 361, 425, 
441, Die bisherigen Arbeiten des Herausgebers. (Reproduction de 
notes et descriptions d especes nouvelles deja publiees par 1 auleur 
dans le Bulletin de la Socie te Tlsis, la Rev. et Mag. de Zool., les 
Ann, de la Soc. ent. de Fr., etc.) * 

SIMON (E.). 1 Revision de la famille des Sparassidse (Arachnides). Broch. 
in-8, 131 p. (Extr. Actes Soc. Lin. Bord.) 2 Arachnides nouveaux 
ou peu connus des provinces Basques. Broch. in-8, 6 p. (Extr. Anal. 
Soc. Esp. de Hist. Nat.) 3 Descriptions d Arachnides nouveaux 
d Espagne et de Portugal. Broch. in-8", l\ p. (Extr. Anal. Soc. Esp. 



- 127 



de Hist. Nat.) 4 Descriptions d Arachnides nouveaux d Afrique. 
Broch. in-8, 15 p. (Extr. Bull. Soc. zool. Fr.) * 

UHAGON (DON SERAPHIN). Especies nuevas del Ge"nero Bathyscia encon- 
tradas en Vizcaya. Broch. in-8, 14 p. (Extr. Anal. Soc. Esp. de Hist. 
Nat.) * 

L Archivisle adjoint : J. BOURGEOIS. 



Stance du 27 Juiilet 1881. 

Annales de La Societe entomologique de France, 6 C serie, tome I C1 , 1881, 
1" trimeslre, planches 1, 2, 3 et h. Deux exemplaires pour la 
Bibliotheque. 

Statuts el Reglement de la Societe entomologique de France. 

Memoires, p. 5 -l/i4. Bulletin des seances, p. i XLVIII. 

L. BEDEL, Faune des Coleopleres du bassin de la Seine et de ses 
bassins secondaires 2 e sous-ordre : Palpicornia (Hydrophilidx), 
p. 289-30/u 

Annual Report of the Board of Regents of the Smithsonian Institution, 
for the year 1879. 1 vol. cart. Washington, 1880. Q 

Bulletin mensuel de la Societe Linneenne du Nord de ta France, n 103, 
1881). Q 

Bulletin d Ins ecto logic agricole, par la Socie"te centrale d Apiculture et 
d Insectologie, 6 e annee, n 5 et 6 (mai et juin 1881). COSSON, 
Le Tyroglyphe ou Giron du fromage. SAVARD et RAME, Gu^pes 
cartonnieres (avec 1 bois). MAURICE GIRARD, Hylurgus des Pins 
et ses ravages (1 bois). DE RISCAL, Education du Ver a soie du 
Ch6ne. VIANNE, Conference sur les Insecles nuisibles aux cere"ales 
(6 bois). REDACTION : Dimensions du Phylloxera de la Vigne; 
Entomologie pratique : Maniere de recueillir et de conserver les In 
secles (1 bois). 

Comptes rcndus hebdomadaires des seances de t Academie des Sciences, 
2 e semestre 1881, n os 2 et 3. CH. BRONGNIART, Structure des 



128 

oolheques des Mantes ; eclosion et premiere mue des larves. Notes 
sur le Phylloxera. 

Enlomologisk Tidskrift, Band I (1881), Haft 1 et 2. SANDAKL, Soc. 
ent. de Stockholm, travaux en 1880. WALLENGREN, Coleoplera 
Transvaaliensia. SPANGBERG, Especes de Gyponae. AURIVILLIUS, 
Om en samling Garilar frar Gaboon. HOLMGREN el ZETTERLUND, 
Parasite de Vanessa c-album. M. VON, Ravages des Hannelons et 
Taupins. REUTER, Hete ropteres de la Finlande et de la Scandinavie. 
WALLENGREN, Genre nouveau de Tineites. DA mi, Moeurs des 
Guepes. ENELL, Phosphorescence du Ver luisant. ACRIVILLIUS. 
BERYROTH et BUDDE-LUND, Litleratur enlomol. 1880. 

Memoirs of the Peabody Academy of Science, vol. I, n* v et vi, Salem 
May 1881, avec 2 pi. Q 

Naturaliste (Le), n 56, 15 juillet 1881. HAURY, Elude sur le Carabus 
inlricalus. * 

Psyche, organ of the Cambridge Entomological Club, vol. IH, n 82. 
H. EDWARDS, Chenille de la Callosamia Promelhea ; chrysalide du 
Limenitis disippus. 

Socieie d etudcs scientifiques du F mister c, proces-verbaux des seances de 
Janvier a juin 1881. * Q 

BELON (R. P. FR. -MARIE-JOSEPH). Goleopleres de France , lamille des 
Lathridiens, l re parlie. (Exlr. des Ann. de la Soc. Linneenne de 
Lyon.) * 

HORN (H.). Descriptions de Coleopteres nouveaux de TAmerique du Nord 
(6 especes), avec 1 pi. col. * 

LECONTE (JOHN-L.). 1 Synopsis des Lampyridaa des filats-Unis d Aine- 
r iq ue . 2 Goleopteres nouveaux de I Ame riquc du Nord (11 es 
peces). * 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 

Paris, le 6 aout 1881. 



PARIS. Impr. FKLIX MALTESTE ET C e , rue des Deux-Portes-Saint-Sauveur, 22. 



181. 



SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE PRINCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



BULLETIN DBS SEANCES 

Parauwnt deux fois par mois 



Seance du 1O 

Prudence de M. L. RE I CHE, Yice-President. 

Decision. La Societe, conformement a Tavis de son Conseil, decide qu il 
esl opportun de proce"der a 1 eiection de deux membres honoraires Stran 
gers, mais qu il lui semble convenable de ne le faire qu apres 1 epoque 
des vacances et en meme temps que Ton procedera a la Domination de 
Irois membres honoraires francais. 

Communications. M. L. Bedel indique la synonymic de quelques Hydro- 
philidse et Spttxridiidee exoliques dScrils par Brulle et dont les types 
sont conserves au Museum de Paris : 

llydrophilus ensifer Br. est synonyme tfHydr. atcr Oliv., 1792, espece 
Ires repandue a laGnyane et au Bresil. Je possede le type m6me d Olivier. 

Brulle, dans le Voyage d Alcide d Orbigny, compare VHydr. ensifer a 
VHydr. atcr de la collection du Museum. 11 f aut savoir, pour comprendre 
son observation, que le Museum ne possede sous le nom tfater avec l e"li- 
quette de Cayenne qu un Hydr. pistaceus Cast, egare. 

llydrophilus ovalis Br., que 1 auleur s6pare de V ensifer en termes tres 
vagues, ne differe pas davanlage de YHydr. ater Oliv. 

llydrophilus medius Br. apparlient au genre Hydrocharis (Lair.) Lee., 
mais parail 1 orme de deux especes difTerentes. 

(9 e anu re, n" 199.) 15 



130 

tlyttrophitus irinus Br. appartienl egalement au genre Hydrocharis. 
Tropisternus dorsalis Br. = T. sellatus Cast., 18Z|0. 
Tropisternus lepidus Br. = T. scutellaris Cast., 18AO. 
11 est difficile de pre ciser la date de publication de ces deux especes de 
Brulle (1836-1843). 

Philydrus pallipes Br. appartient au genre Hetochares Mills. 

Philydrus striatus Br. Get insecte esl remarquable par ses yeux 
embrasses exte"rieurement par Textension des bords laleraux de la t<He ; 
il doit probablement conslituer un genre special, pres des Ilelochares. 

Philydrus gibbus Br. et Ph. fcmoratus Br. appartiennent tous les deux 
au genre Helocliares. Je ne puis comprendre pour quel motif le dernier 
est range parmi les Hydrobius dans le Catalogue de Munich. 

Trichopoda ca&sidaeformis Br. Lacordaire (Gen., I, p. Zj7/i) a re"uni 
cet insecte aux Ccrcyon, avec lesquels il n a pas de rapports g6" ne riques ; 
il se rapproche infiniment plus des Dactylosternum. Provisoiremenl le 
genre de Brulle doit elre mainlenu. 

Le m&me membre ajoule que M. le baron Bonnaire ayant bien voulu 
lui envoyer un des types du Trox nidicota re"cemment de*crit dans le 
Bulletin des seances, il a pu s assurer que cetle espece etait bien syno- 
nynie du T. Haroldi publie en 1879 par M. Flach. 

M. L.-W. Schaufuss adresse, de Dresde, la note suivante : 

Dans le Bulletin des Annales de la Sociele , 1880, p. LXXXVIII, est im- 
prime"e une note de M. le docteur Horn, conlenant son opinion sur les 
genres Adelops y Bathyscia, Qusestus, Quassticulus et Apliaobius. Dans 
cette note, 1 auteur montre, avec raison, que le genre Adelops Tellkampf 
doit 6lre reserve" pour une seule espece ame"ricaine, qui est pourvue 
d yeux ; tandis que les especes europe"ennes placees sous le m6me nom 
ge"ne"rique, e*tant aveugles, doivent renlrer dans le genre Bathyscia ; mais, 
selon moi, les autres appreciations de M. Horn ne sont pas exactes. 

Les genres Quaestus et Qusesticulus Scliauf. (Stettiner Zeitung, 1861 ; 
Nunquam otiosus, p. 33 ; Isis, Dresde, 1861) ont e"te caracte rise s avec 
soin et leurs caraclercs onl ele repre"sent6s par de bonnes figures ; ils sonl 



131 



si distincts des Addops Lacord. (Bathyscia Schiodle) qu il n esl pas besoin 
d insister sur les differences que presenlent ces divers groupes. 

M. le docteur Horn me semble avoir neglige 1 etude des articles des 
tarses dans les diflerenls sexes, car, sans cela, il n en serait pas arrivS 
aux conclusions qu il a donn&s. 

Voici comment, d aprfes les especes de ma collection, les Adelopsides 
doivent elre divises : 



Genre ADELOPS Tellk., Horn. 
1. hi r Ins Tellk. 

Genre QU/ESTUS Schauf. 

1. arcanus Schauf. 

2. Bonvouloiri J. Duv. 

3. Dorise Fairm. 
ll. Dohrni Schauf. 

5. Gestroi Fairm. 

6. gcdloprovincialis Fairm. 

7. Kiesenwetteri Dieck. 

8. pyrenseus Lesp. 

9. stygius Dieck. 

10. tar sails Kiesenw. 

11. WoUastoni Jans. 

12. sarteancnsis Barg. 

Genre QUJESTICULUS Schauf. 
1. adnexus Schauf. 



Genre BATHYSCIA Schiodte. 

\. acuminata Mill. 

2. Aubei Kiesenw. 

3. celata Hampe. 
k. croatica Mill. 

5. Detarouzeei Fairm. 

6. Erberi Schauf. 

7. Freyeri Mill. 

8. Hoffmanni Motsch. 

9. infernus Dieck. 

10. Kerimi Fairm. 

11. Khevenhiillcri Mill. 

12. Milleri Schmidt. 

13. montana Schiodte. 
111. narcntina Mill. 

15. ovata Kiesenw. 

16. pruinosa Schauf. 

17. Schiodtei Kiesenw. 

18. speluncat*um Delar. 

19. Corsica Ab. 

(et 5 especes incites). 



On voit, d apres ces lisles, que la montana Schiodte, sur laquelle 
M. Schiodte a fonde le genre Bathyscia, est restee dans ce genre ; il en 
est de meme de Schiodtei, Aubei et ovata, indiquees comme appartenant 
au m6me genre par Lacordaire (Genera des Gol6opt., p. 208). 

Peut-etre, par une etude plus approfondie, trouverait-on encore dans 
les Bathyscia des Qugesticulus ; mais je ne puis dire quelles sont les 
especes qui apparliennent au genre Aphaobius Abeille, n ayant pu me 
procurer le travail de cet entomologiste* 



M. Aug. Glievrolat lit une note sur le genre Agapanthia, comprenant 
la description de deux nouvelles especes voisines de Y irrorata Fabricius : 

1. AGAPANTHIA IRRORATA Fabr. (Mantissa Insectorum, I, p. 167; habitat 
in Africa plantis, D. Vahl.). Caput atrum, immaculatum. Antennae cor- 
pore longiores, nigrte ; articulis basi albis, primo crassiore unicolore, 
secundo ? piceo. Thorax rotundatus , niger tinea later at i interrrupta alba. 
Elytra tsevia, nigra , punctis numerosis albis. Corpus nigrum. Long. 
15 mill.; lat. 5 mill. 

Fabricius se trompe en indiquant le 2 C article cles antennes couleur de 
poix : c esl le 3 e . 

A. irrorata Mulsant, Longicornes, 1862-63, p. 350. Gal. mer., Hyeres, 
Alge"rie, Oran, cf, ? AD. Saintpierre, missa. 

2. A. GRANULOSA, sp. nov. Elongata, ccerulea niiens, imnwculota ; 
oculis antennisque nigris, articulis tertio et sequcntibus in basi albis, 
terlio et quinto media rufescentibus ; prothorace lateribus obtuse angulato, 
transversim plicate, granuloso; sculello transvcrso, concavo ; elytris pla- 
niusculis, parallelis, singulatim rolundatis, dense punctato-granulosis, 
sutura ad apicem reflexa ; abdomine nitido , pcdibus minute punctaiis 
albo pubescentibus femoribus in dimidio anteriori et larsis nigris illis in 
basi albis. tf, long. 18 mill., lat. A 3/4 mill.; ?, long. 15 mill., lat. 
6 mill. 

Oran. A D ^intpierre, missa. 

Scion M. Lucas, YA. irrorata se trouverait le long des tiges du Tkapsia 
garganica et des Asphodelus raccmosus. Ce genre de vie ne s applique- 
rait-il pas a chacune des deux especes ci-dessus design^es ? 

3. A. PUBIVENTRIS Mulsant (Longicornes, 1862-63, p. 352). Ccerulea f 
minute granulosa; capite punctato, nigro, lateribus posticcque. albo linca- 
tis ; antennis nigris a tertio articulo ad apicem albo-annulatis, terlio ct 
quarto centra rufescentibus. primo supra albo-pulvinato ; prothorace lineis 
Iribus albis, centrale interrupta ; scutello rotundato albo ; elytris singu 
latim rotundaiis, granulosis serie quadri lineatis macularum alb arum ; 
corpore pedibusque albo tomentosis nigroque irroratis ; segmenlis posticis 
abdominis albo limbatis. . Long. 15 mill.; lat. 5 mill. 

Mulsant Tavait indiqude comme espece douteuse. 
llispania (Coidoue). A D. Amor dnla. 



l\. A. NICAEKSIS, sp. nov. A. pubivenlri aflinis. Elongata, cyanca, 
albo-pubcscens ; capite crcbre punctato, inter antennas canaliculate, late- 
ribus albo, anlennis vix corpore longioribus nigris, a tertio ariiculo ad 
apicem albo-annulatis ; protlwrace transverse, minutissime granuloso, 
postice late ct cyiindrice compresso, tinea laterale infra obsolete alba ; 
scutello triangulari albo ; elytris punctato-granulosis, singulatim rotun- 
datis, fasciolis transversalibus tenue albis; corpore nitido, dense punctato, 
pcdibus albo sctulosis, t arsis nigris, articulis ; basi albis. $. Long. 
17 mill.; lat. 5 mill. 

Gallia mcr. (Nice). A D. Peragallo data. Se trouve sur I Aconit. 



M. H. Lucas communique la note qui suit : 



Reaumur, Mem. sur les Ins., t. Ill, p, 223, dit, au sujet des transfor 
mations clu Grioceris merdigera : C est dans la terre que la larve, apres 
avoir atteint la grosseur voulue, se retire afin de se construire une coque 
dans laquelle elle se metamorphose en nymphe. 

J ai etudie" la coque conslruite par cette larve, mais 1 observation 
demontre que les transformations ne se passent pas toujours ainsi. En 
eflet, me trouvant a Chambourcy a la fin de mai 1880, je remarquai que 
les Lys etaient deja devore"s par les larves du Crioceris mcrdigcra malgre 
1 epoque pen avancee de la saison, et une tige presque privee de ses 
feuilles me donna deux coques, d un brun fonc6, resislanles au toucher, 
adh^ranles sur des feuilles a moilie rongees. J ouvris ces coques, et au 
lieu de rencontrer des larves, c est la nymphe que je trouvai. Esperant les 
elever, je les plae.ai dans les meilleures conditions possibles, mais elles 
se desse"cherent dans leurs coques a moitie mutilees, ce que j altribue 
au defacement et surtout aux conditions atmosphe>iques toutes diffe - 
rentes. 

Celte annee, en explorant des Lys a la meme epoque et clans le meme 
pays, je touvai une coque semblable a celles que j avais deja rencon trees 
en 1880 ; je m en emparai sans la detacher de la feuille sur laquelle elle 
elait fixe e, et quelques jours apres j obtios un Crioceris mcrdigera. 

Je ne lire aucune conclusion de ce fait curieux que je considere commc 
nouveau ou au moins inedit, mais cetle observation semble demontrer 
que la larve du Griocere ne s enlerre pas loujours pour subir ses transfoi- 
mations en nymphe et en insecte parl ait. 

Quant aux coques durcies, dossechees, que j ai observecs, j attribue 



Jeur formation aux excrements que la larvc a la propriete de diriger sur 
sa region dorsale et d en convrir meme tout son corps lorsqu elle sent 
rapproche de la metamorphose. 

Al. I>. d Osten-Sacken adrcssc les diagnoses de cinq nouvcaux genres 
de Dipteres exoliques de lu division des Ortalidae : 

1. ANTINEURA, nov. gen. Voisin de Stcnopicrina, mais tres facile- 
mcnt reconnaissable a la position des deux principales nervures transver- 
sales, qui sont exactcmcnt alignees ; les antennes ressemblent a celles de 
Loxocera, le troisieme article e"tant allonge, lineaire et portant un chele 
Ires long, finemenl pubescent, blanchatre dans les deux especes connues. 

A. STOLATA, n. sp. D un bleu melallique, a fine pubescence blan 
chatre; cuisses d un brun mele de rougealre; ailes a bande transver- 
sale brune, couvrant les deux nervures transversales. Long, de 13 a 
16 mill. 

A. SERICATA, n. sp. D un vert m6tallique, a pubescence d un jaune 
d or; cuisses jaunes; ailcs comme dans la precedenle espece. Long, 
de 8 a 15 mill. 

Ces deux especes ont 16 apporlecs des lies Philippines par M. le 
prof. Charles Semper. 

2. PHILOCOMPUS, nov. gen. Tres voisin tfAntincura, dont il se 
distingue par les nervures des ailes ; la quatrieme longitudinale est pro- 
fondement bisinue"e; la transversale anterieure, e"tant ins^ree clans la 
concavite de Tun des sinus, acquiert, par la, une longueur inusitee; la 
transversale posterieure est en angle arrondi. 

P. CUPIDUS, n. sp. D un jaune rougeatre; front, dos du thorax et 
abdomen noiratres ; ailes jaunalres, & bandes brunes sur les nervures 
transversales. Long, de 10 a 15 mill. 

lies Philippines (G. Semper). 

3. XENASPIS, nov. gen. - Ressemble a un Polistcs par la forme et 
la couleur; facilement reconnaissable a la structure singuliere du sculel- 
lum, qui ne consisle qu en un bourrelet transversal de tres pen de 
sail lie. 



X. POLISTES, n. sp. Jaune brunatre, marque de brun a la tele et au 
thorax ; raie longitudinals brunc sur 1 abdomen ; ailes d un brunatre pale. 
Long, de 12 a 14 mill. 

lies Philippines (C. Semper). 

&. NAUPODA, nov. gen. Petite Mouche courte, large et aplalie, 
surlout a la tele ; facilement reconnaissable au developpement extraordi 
naire de ses cellules basales; la seconde cellule basale atteint le milieu 
de la longueur de Taile, et reduit ainsi les dimensions de la discoiidale, 
qui a la forme d un cane ; antennes petites, a bases rapprochees. 

N. PLATESSA, n. sp. Noire, tete rougealre, jambes d un jaunatre 
pale; ailes jaunalres, marquees de brun sur la moitie" basale. Long. 
k mill. 

lies Philippines (G. Semper). 

5. ASYNTONA, nov. gen. Voisin de Naupoda, dont il se rapproche 
surtout par Ise nervures des ailes; il en differe par la tele beaucoup plus 
large, transversale, ressemblant a celle de Gorgopis ; antennes distantes 
a leur base, munies au second article d un appendice styliforme allonge; 
troisieme article elliplique ; chele plumeux. 

A. DOLESCIIALLI, n. sp. D un bleu melallique, jambes et antennes 
noiratres, tarses jaunatres. - Long. 5 a 6 mill. 

Amboine (Doleschall). 

M. E. Simon offre a la Societe" un nouveau volume de ses Arach- 
nides de France, la premiere parlie du tome 5 e ; 1 abondance des malieres 
ayant force Pauleur a scinder ce volume. 

La premiere parlie du tome 5 e conlient d abord un supplement a la 
famille des Epeiridse (parue dans le tome P r ), a laquelle se ratlache le 
genre Pachygnatha. 

Ensuite le commencement de la grande famille des Tkeridionidse, com- 
prenant les groupes des Argyrodini (5 especes), des Formicinini (une 
espece), des Theridiosomatini (une espece), des Mimctini (5 especes, 
dont une nouvelle), des Tlm-idionini (75 especes, dont 25 nouvelles) ; 
quatre nouveaux genres sont caracl^rises sous les noms de Lasxola, 
Tlieotwf, Teutana et Enetn. 



136 

Membres recus. 1 M. Todosio do Stelani Perez, via Alloro, 49, a Pa- 
lerme (Sicile) (CoUopteres de Sidle ; llymenopteres d Europe), pre"sente 
par M. llagusa. Commissaires- rapporteurs : MM. Em. Deyrolle et L. 
Fairmaire ; 

2 M. Charles Leboeuf, rue Godol-de-Mauroy, 16 (Coleopteres d Europe), 
presente par M. Lajoye. Commissaires-rapporteurs : MM. E. Desmarest 
el Aug. Salle". 

Rectification. Les tilres de M. J.-G. van Lansberge ont ete inexacle- 
ment indiques dans le dernier Bulletin. Ce savant enlomologiste est nncien 
ambassadeur de la Hollande a Bruxelles, ancien gouverneur des Indes 
nderlandaises. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUK 

American Naturalist (The), aout 1881, vol. XV, n" 8. RILEY, The 
Egg-case and Larva of Hydrophilus triangularis Say (avec 8 bois), 
p. 660. 

Ann aii di Agricoltura (Ministero d Agricoltura, Industria e Commercio) , 
1881, num. 8Z|. llelazione intorno ai lavori de.lla R. Stazione di Ento- 
mologia agraria di Firenze per gli mini 1877-1878, per Ad. Targioni- 
Tozzelli. Parle scientifica. Coleolteri in generale; dei Coleolteri 
nocivi in particolare; Ortolteri non genuini ; Lepidotteri ; Fisapodi 
(Thrips); Omotleri (Goccidi). 3 planches ct bois nombreux. 

Bulletin de la Societe imperiale dcs Naturaiistes dc Moscou, 1880, n 3, 
t. LV. PLOTZ, Die Ilesperunen-gattung Goniurus Hub. und ihre 
Arlen, p. 1. KOKUJEW, Zweiter nachtrag zum Verzeichniss der 
J)isjelz in der Umgegend von Jaroslav auf gel undenen Klifer des llerrn 
M. von Bell (Coleopleres), p. 23. CHRISTOPH, Neue Lepidopteren 
des Amurgebieles, p. 33 a 120. LIJNDEMAN, Zvyeineue, dem getreide 
schadliche Insecten russland (Euryloma liordei el Cecidomyia cerealis), 
7 bois, p. 126. 

Li Secretaire : E. DESMAREST. 

Paris, le 20 aout 188f. 



PARIS. - Impr. l i : :i.ix Mu.Tii.sir. IT C (> , rue dcs Deux-Portes-Saiiit-Snuveiir, 22. 



1881. N 16. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissant deux fois par mois 



Seance du Si Aout 1881. 

Pre sidence de M. L. REICHE, Vice-President. 

Communications. M. J. Bigot offre un exemplaire du voyage scientifique 
aux iles Kerguelen et Rodriguez par la Commission anglaise charged des 
observations sur le passage de Ve"nus. La Soci^te" adresse tous ses remer- 
ciments a notre collegue. 

M. H. Lucas fait connaitre une nouvelle espece de Cole"opteres de la 
famille des Cicindelides : 

MEGACEPHALA REVOILI. Tele d un vert brillant, a reflets violaces et 
cuivreux, presque aussi large que longue, finement ridee et presentant 
dans son milieu un sillon longitudinal peu marque, partant de la partie 
posterieure. Levre superieure et mandibules d un brun brillant, avec les 
palpes maxillaires et labiaux testaces. Thorax plus long que large, fine 
ment reborde, avec les angles de chaque cote de la base non apparents, 
de meme couleur que la tele; relreci a ses parties ant6rieure et poste 
rieure , ofTrant quelques rides transversales ; arroncli et convexe sur 
les cotes et en dessus, avec le sillon median profondement marque". Elytres 
d un beau vert brillant, avec la suture brune ; elroites, allongees, con- 
vexes, arrondies et plus larges posterieurement; couvertes de tubercules 
spiniformes, a direction posterieure, irregulierement places, parmi les- 
quels on aper^oit des poils allonges, roussatres. Femurs d un brun bril 
lant, avec les libias et les tarses d un roux testace". Region sternale d un 
(9 C annee, n 200.) 16 



138 

beau vert me tallique. Abdomen lisse et d un brun brillant. Long. 
25 mill.; lat. 8 mill. <?. 

La femelle differe du male par une taille plus grande, par son thorax 
plus fortement reborde, avec les angles de chaque c6le de la base appa- 
rents, par les e"lytres plus larges et par son abdomen sensiblement plus 
developpe". Long. 28 a 30 mill.; lat. 9 a 11 mill. 

Celte espcce vient se ranger dans le voisinage des M. dcnticollisC\mu\., 
Bull, de IMosc., l rc stole, t. XVI, p. 674 (1843), et rcgalis Boliem., Ins. 
Caffr., t. I, p. 2 (ISZtS), avec lesquelles elle ne pourra se confondre a 
cause de son thorax dont les angles de chaque cote de la base sont mils 
dans les males, et par les tubercules des elylres qui sont spiniformes, 
plus distincls et surtout bien plus saillants. Ce dernier caractere la dis 
tingue aussi du M. excclsa Bates, The Entom. month. Magaz., p. 26 (1874), 
chez lequel les elytres sont grosse scabroso-punctala. 

C est dans les montagnes des Somenlis-Ouarsangueles, valle e du Darror 
et Karkar, que cette espece a ete" de"couverte par M. Re voil. 

M. L. Bedel communique diverses observations relatives a des 
Coleopleres : 

1. Licinus asiaticus Cast. = L. agricola 01. Cette espece Ires re"pan- 
due se distingue facilement du L. granulatus Dej. (silphoides J Fabr.) 
par son prothorax et ses elytres couverts de pelits poils dresses, tres 
courts, mais bien apparents, vus de profil. Le L. granulatus est glabre. 

2. Limnoxenus grandis Motsch., Et. ent., 1859, p. 177, = Ilydrobius 
convexus Brulle". 

3. Uelophorus borealis F. Sahib., 1834 (pallidipennis Thorns.), = 
//. pallidus Gebler, 1830. Gel Uelophorus se trouve en Laponie et sur 
divers points de la Sibe"rie occidentale (John Sahlberg); les deux types de 
Gebler, types que je possede actuellement, proviennent de Barnaoul. 

Zu Uelophorus elegans Ballion, 1871, Bull. Mosc., LXIH, 2, p. 329. 
Cette espece est decrite d une maniere insuffisanle, mais la diagnose con- 
venant a \\Helophorus micans Fald. (subcostatus Kolen.), on peut, jusqu a 
preuve contraire, 1 y re unir comme synonyme. 

5. Ptomascopus Davidi Fairm., Ann. Fr., 1878, p. 91, =P. plagiatus 
Men. (Necrophorus), 185/1, Molsch. Et. cnt., Ill, p. 27. 



139 

6. Myrmecobius agiiis Luc. On ne voit pas bien les motifs qui ont 
pu faire assigner a cet insecte la place qu il occupe, encore aujourd hui, 
a cote du genre Thor ictus Germ, 

En realite, le genre Myrmecobius appartient par tous ses caracleres a 
la famille des Silphidse, tribu des Clwievini (voyez Horn, Synopsis of the 
Silphidae, 1880), el doit prendre rang pres du genre Ptomaphagus Illig. 
(Catops, olim], a la suite du groupe des Catopomorphus, dont il partage 
absolument les mceurs. 

7. Melanophila Legrandi Muls. et Pellet, 1870, Opusc. XIV, p. 229, = 
M. Mannottani Fairm., Ann. Fr., 1868, p. 483. 

On sail que le Melanophila Marmottani Fairm. vit dans le cedre 
d Afrique (Qedrus atlantica}-, il habile nolamment les forets de Balna 
(D r Marmotlan) et de Teniet-el-Haad !, mais il n a jamais ele trouve, et 
pour cause, a Biskra, seule localite que lui attribue sa premiere descrip 
tion. 

8. Polydrosus cedri Mars., 1868, Ab., V, p. 193, = Scythropus cedri 
Chevrolat, 1865, Rev. et Mag. de Zool. (extr., p. 30). 

9. Cotaster uncatus Friw. = C. pilosus Motsch. (Styphlus), Bull. Mosc., 
1851, IV, p. 599; Chevrolat, Ann. Fr., 1880, p. cxxxiv. 

En donnant une nouvelle description de cette espece, d apres un exem- 
plaire typique de Molschulsky, M. Chevrolat 1 indique par erreur de Rnssie 
meridionale ; elle provient des cotes de I Adriatique. 

10. Phytcecia cirtana Luc. Appartient au genre Conizonia Fairm. 

An printemps dernier, j ai relrouve celte espece & Teniet-el-Haad 
(de"parlement d Alger); elle se tient exclusivement sur les tiges ou au 
collet d une Carduacee (Carthamus cseruleus L.) qui pousse par toufles 
dans les terrains en friche. 

M. E. Allard adresse la description d une nouvelle espece de Goleo- 
pteres de la famille des Helopides : 

OMALOIS ATTICUS Allard. Corpus oblongum, nigro-piceum, versus 
elytrorum suturam parum convcxum vcl potius depressum. Thorax vix 
longitudine latior y apice arcualus, basi truncatus ; Uderibus antice rotun- 
datis, postice sinuatis, angulis posticis rcctis; punctatus, punctis in disco 
parum appro ximatis. Elytra oblonga, haud tuberculata ; interstitiis 



- 140 

plants, haudtubcrculatis, dense punctidatis. Long. 7 a 10 mill.; larg. 
2 1/3 a 3 3 /A mill. 

Cette espece a la taille et la couleur de VOmalois tenebrioides Germ., 
mais s en distingue aisment par son pronotum boaucoup plus 6troit, 
ressemblant a celui d Ow. montanus. Elle differe de ce dernier par sa 
tele couverte d une punctuation plus grosse et rugueuse, par ses dylres a 
stries moins fortes, plus superficielles, a intervalles plus larges, plus plats 
et plus dislinclement pointings. 

L insecle est d un noir de poix, brillant, avec les antennes et les pattes 
(Tun brim ferrugineux. Pronolum a peine plus large que long, coupe droit 
a la base, arqu6 au sommet, ayant les cote s arrondis et sinueux au devant 
des angles poslerieurs qui sont droits; assez densement ponclue", quoique 
les points soient plus ^cartes sur le disque que sur les cotes et moins 
regulierement ronds que dans M. montanus. ticusson triangulaire, avec 
quelques points. Elytres un peu plus larges que le pronotum a la base, 
oblongues, mediocrement convexes, bien moins arquees de la base a 
rexlr6mil6 que dans les Stcnomax, et moins derives posterieurement; 
faiblement arquees late"ralement et arrondies ensemble a Textr^mite; neuf 
stries poncluees, e"lroites, peu profondes, separees par des inlervallas fort 
larges, tres plans et Ires distinctement pointilles ; parfois de fines rides 
enlre les points. En dessous, les cotes du prosternum sont rides longitu- 
dinalement, I abdomen est assez densement pointil!6, parfois un peu ride 
entre les points. 

Cette espece, qui est a placer a cote de YOmalo is montanus, est origi- 
naire de I Attique. Elle m a ete communiqu6e par M. Desbrochers des 
Loges. 

M. Aug. Chevrolat pre"sente les observations suivantes : 

Les deux Longicornes cosmopolites ci-apres indique"s, que j ai recus des 
Etats-Unis d Am^rique, devront figurer ^galement dans nos Catalogues 
d especes europ^ennes. 

1 LeCallidium (Semanotus) russicum Fab., Genera Ins. Mantissa, I, 
p. 32, comme habitant TEurope, FAsie, la Russie meridionale et 1 Afrique 
(forels de cedres d Alg6rie); 

2 Le Glytus DupontiMu\s. t Longicornes, ^d. l re , p. 84; Dej., Cat., 3, 
p. 359; Clytus dnereus Laporte el Gory, Mon., p. 68, tab. 18, fig. 97, 
qui a 6te" decril de nouveau par M. Kraalz sous le nom de Clytus Sterni. 



Par une erreur incroyable, cet insecte est mis en synonymic comme 
vari6t6 du Clytus figumtus de Scopoli (Catalogue des Coleopleres de 
MM. Gemminger et de Harold, t. IX, p. 2928), dont le Clytus plebejus 
de Fab. serait 1 espece identique; il n a rien de commun avec le 67, Du- 
ponti de nos auleurs. 

J ai pris moi-meme, avant 1830, cet insecle d une vivacilS incroyable, 
dans la foret de Saint-Germain-en-Laye ; de Saint-Fargeau en avail pris 
de son cote une vingtaine d exemplaires dans le grand chantier de bois 
qui existait alors dans 1 aveuue des Loges. Aujourd hui cette espece est 
de venue fort rare. 

3 M. L. Bedel vient de m apprendre que mon Agapanthia nicseensis 
pourrait bien se rapporter a VA. cynarse Germ. 

M. Gaston de Senneville adresse la note qui suit : 

Dans 1 avant-derniere stance, MM. Girard et Laboulbene rapportaient 
deux cas oil, d une part, le miellat des Eucalyptus, de 1 autre, celui des 
fleurs d arbousiers avail provoque 1 enivrement des Abeilles qui s en 
etaient saturees, et qui tombaient comme ivres, remuant les ailes et 
les paltes, mais ne pouvant s envoler. 

J ai ete temoin d un fait analogue dans les premiers jours de juillet. 
J e"tais dans 1 Aude, a Sainl-Laurent-de-Cabrerisse; la recolte de miel 
avail e"le faite il y avail deja quelque temps, mais comme il restait encore 
dans certains rayons un peu de miel, on avail eu 1 idee, pour Ten faire 
couler, de poser ces rayons sur un gros tamis place* lui-m&me sur une 
terrasse et expos au soleil. Jl fut impossible pendant la journe e de pene"- 
trer sur celte terrasse, car il y faisait une soixantaine de degres de 
chaleur, et, en outre, des miliers d Abeilles elaient venues, attirees par 
le miel expose". A huit heures et demie du soir il en volligeait encore 
quelques-unes ; d aulres, en assez grand nombre, eHaient sur les rayons 
a les sucer; mais par terre, tout au tour et sur l e"tendue de la terrasse, 
gisail un nombre incalculable de ces Hymenopteres. La plupart de ces 
Abeilles semblaient morles, quelques-unes agitaient les ailes et les paltes, 
mais restaient ane"anties- Le lendemain matin, vers les cinq heures, je 
pus conslaler qu une centaine environ d Abeilles Etaient morles ; les 
autres voltigeaient a la recherche des rayons que j avais fait retirer pen 
dant la nuit. Elles avaient ete ivres-mortes de miel et voulaient s enivrer 
de nouveau. 



- M. Maurice Girard envoie les remarques suivanles : 

1 J ai reeu une seconde iettre de M. Feuillebois, venant de Palestro, 
en Kabylie, au sujet du narcotisme des insectes par les fleurs de F Euca 
lyptus Red Gum. Au 10 aout, 1 effet toxique sur les Abeilles ne se pro- 
duisait plus. Get eflet avail e"te remarque par tous les proprietaires du 
voisinage. Depuis bien des annees, M. Feuillebois voit les Abeilles butiner 
sur diverses especes A Eucalyptus, mais sur les fleurs seulement et non 
sur les feuilles et les jeunes pousses. C est seulement cette anne"e qu il a 
observe 1 effet toxique avec les fleurs du Red Gum. II atlribue ce narco- 
lisme a la temperature tres e leve"e qui regnait a celte epoque, le Iherino- 
melre niarquant 42 a 1 ombre sous 1 influence du sirocco. De grand matin 
il y avail peu de morts, mais, a partir de neuf heures, on voyait les 
Abeilles, ainsi que les Guepes a nids papyraccs, se fixer d une maniere 
vertigineuse sur les grappes de fleurs, auxquelles elles paraissaient 
collees, car, en secouant meme forlement les branches, on ne pouvail 
leur faire lacher prise. Elle ne les quiltaient enfin que pour tomber 
terre el se lordre dans des convulsions jusqu a la mort ; les Celoines 
meme qui visilaient ces fleurs paraissaient a demi-morles. M. Feuillebois 
a donne du sirop de sucre a ses Abeilles, pensanl par la les delourner de 
ces fleurs-poisons. La morlalite a cesse, mais plutot, croit-il, par le chan- 
gemenl de temperature, car les Abeilles des indigenes et de ses voisins, 
qui n avaient pas recu celte alimentation, ne pe"rissaient plus. 

Je ferai remarquer que le narcolisme ne parait pas se produire re"gu- 
lierement el semble n etre qu accidentel. II se pent que la chaleur y soil 
pour quelque chose, mais il doit y avoir d autres causes, car il y a plu- 
sieurs annees, lorsqif il fut constate en France pour les Abeilles, avec le 
nectar des fleurs de sarrazin, la chaleur n etait qu ordinaire. Si jereviens 
sur ces fails, c esl qu il y a la une question fort mal connue el qu il est 
bon d indiquer aux observaleurs. 

2 II y a toujours un cerlain inte"ret a signaler les especes indigenes 
qui se porlenl sur les vegetaux exotiques intro .luils. J ai recu, il y a peu 
de temps, de 3M. Zugetta, employe" aux pepinieres de h Ville de Paris, a 
Boulogne-sur-Seine, et s occupant specialemenl des Coniferes, des Coleo- 
pleres Irouves dans un tronc de Pin, pres des racines el ayant fail des 
galeries dans la parlie enlerree. L espece est VHylastcs angustatus Herbst 
(attcnuatus Erichson). L arbre, range" dans la categoric des Pins a cinq 
feuilles a la gaine et ayant une certaine analogic avec le Pinus Strobus, est 



1A3 

le Pinus excelsa, originaire du centre de 1 Asie, tres probablement des 
monts Himalaya. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Seance du 10 Aout 1881 (fin). 

Bulletin mensuel de la Societe Linneenne du Nord de la France, n 10&, 
fevrier 1881, 10 e annee, 1. V. Chasse d hiver dans les fourmi- 
lieres. 

Comptcs rendus hebdomadaires des seances de I Academic des Sciences, 
2 C semeslre 1881, n oi k et 5. Q 

Entomologist s (The] monthly Magazine, n 207 (aout 1881). SHARP, 
Coleopteres de la Nouvelle-Ze lande (fin), p. 49. - EDWARDS, Bythos- 
copidas anglaises, p. 51. MAC LACHLAN, Dilar americanus (sp. n.), 
p. 55. _ MONCREAFF, Gelechia brizella, p. 56. BUCKLER, Larve 
d Ennychia octomaculalis, p. 57. BUTLER, Genre Ophthalmopliora 
(Geome"tndes), p. 59. BURTON, Ampliidasis betularia, p. 61. 
MEADE, Anthomyiidee anglaises (Spilogaster), suite, p. 62. SCOTT, 
Genre Deltocephalus, p. 65. Notes sur divers He"mipteres, Le"pido- 
pteres, Cole"opteres, etc., p. 67. 

Fcuille des Jeunes Naturalistes, ll e annee, aout 1881, n 130. CHAM- 
BOLLE, Vitalite d un Gerambyx heros, p. 139. 

Memoires de I Academie imperiale des Sciences de Saint-Petersbourg, 
VIP se"rie, t. XXVIII, n Zi, 5 et 6. Q 

Naturaliste (Le), n 57 (aout 1881). * Q 



OLIVIER (G.-A.), membre de llnstilut de France. Sa vie, ses travaux, 
ses voyages. Documents inedits (1756-1814). * Deux exemplaires 
offerls par notre collegue M. Ernest Olivier. 



- 144 - 

SIMON (EUGENE). Les Arachnides de France, t. V, l re partie (Epeiridae, 
supplement ; Theridionidae, commencement). * Oflert par 1 auteur. 



Seance du 24 Aout 1881. 

An account of the Petrological, Botanical and Zoological collections made 
in Kerguelen s land and Rodriguez during the transit of Venus expe 
ditions, carried out by order of her Majesty s Government in the 
years 187/4-1875. (Philosophical Transactions of the royal Society of 
London, vol. CLXVIII (extra volume), 1S79, avec 9 planches d Entomo- 
logie.) * Offert par M. J. Bigot. 

I. The collections from Kcrguelen Island. MIERS, Crustacea, 
p. 200. BRADY, Entomoslraca, p. 215. CAMBRIDGE, Arachnida, 
p. 219. EATON, Insecles en general, p. 228. WATERHOUSE, Co- 
leoptera, p. 230. EATON, Lepidoptera, p. 235. VERRALL, Diptera, 
p. 238. EATON, Neuroptera, p. 248. LUBBOCK, Collembola (Li- 
piuridaB), p. 349. GIEBEL, Mallophaga (Acariens, etc.), p. 250. 
MAC INTOSH, Marine Annelida, p. 258. RAY LANKESTER, Terrestrial 
Annelida, p. 264. 

II. The collections from Rodriguez. MIERS, Crustacea, p. 485. 

BUTLER, Myriapoda and Arachnida, p. 497. WATERHOUSE, Co- 
leoptera, p. 510. SMITH, Hymenoptera, Diptera and Neuroptera, 
p. 534. BUTLER, Lepidoptera, Orthoptera and Hemiptera, p. 541. 

GRUBE, Annelida, p. 554. 

Annales de la Societe Linneenne de Lyon, t. XXVI. 1879, et t. XXVII, 
1880. 

Tome XXVI. ABEILLE DE PERRIN, Chrysides, p. 1. MULSANT, 
Notice sur Perroud, p. 109. MULSANT et GOBERT, Aphodius mossu- 
lensis et Beloni, sp. n., p. 121. BELON, Coteopleres de France : 
Latridiens, l re partie, p. 157. 

Tome XXV II. MULSANT et KEY, Coleopteres de France : Bre"vi- 
pennes (Omaliens, Pholidiens), p. 1. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 

Paris, le 31 aout 1881. 



PARIS. Typographic et Lithographic FELIX MALTESTE ET C e , rue Dussoubs, 22. 



1881. NO 17. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



Avis. Un naturaliste zele", M. Coifs, a explore, sous les auspices de 
M. de Lansberge, alors gouverneur de Java, tout le liltoral de cette terre 
et toutes les lies qui Tentourent. II y a recueilli un grand nornbre d ln- 
sectes de tons les ordres et se met a la disposition des entomologisles qui 
desireraient acquerir tout ou par tie de ses collections. S adresser a 
M. J.-F. GOLFS pere, Coin de la rue Malibran el de la rue du College, a 
Anvers (Belgique). 

M. Golfs pere est en ce moment a Paris (Hotel Louvois, place Louvois) 
avec quelques caisses d Insectes. On peut lui adresser ses desiderata. 
(L. REICHE.) 



BULLETIN DES SEANCES 

Paraissanl deux fois par mois 



Seance du 14 Septembre 188S. 
Presidence de M. S.-A. DE MARSEUL, ancien President. 

MM. Des Gozis, de Montlucon, J. Lichlenstein et Valery Mayet, de 
Monlpellier, assistent a la seance. 

Lectures. M. Aug. Chevrolat depose la description de quatre nouvelles 
especes de Longicornes. 11 montre les types de ces especes, qu il designe 
sous les denominations de Glytus ambigenus (d Algerie), Agapanthia vere- 
cunda et A. subacutalis (de Syrie), et Dorcatypus confirmatus (d Orient ?); 
et ajoute que, contrairement a Topinion de M. L. Bedel (Bull., p. 1A1), il 
(9 e annce, n 201.) 17 



- 

regarde son Agapanthianicseensis (Bull., p. 133) comme clistincte de 1 A. 
cynarse Germ. 

Communications. M. Maurice Sedillot dit que la collection de Curculio- 
nides de M. W. Roelofs, formee principalement des anciennes collections 
Dejean et de Castelnau, vient d etre acquise par le Muse"e de Bruxelles. 

M. de Marseul montre un Sphenophorus hemipterus, Curculionide 
originaire de Cayenne, qui vient d etre pris vivant a Limoges par M. Ber 
nard. 

M. Valery Mayet lit une note sur les Carabus des Corbieres : 

Depuis plusieurs annees j explcie, au point de vue enlomologique, la 
partie des montagnes de 1 Aude qui se rattache aux Pyrenees et qui 
constitue les deux petites chaines secondaires qu on appelle les Cor 
bieres. Ce petit coin de la France est peu connu des entomologisles, et a 
divers points pourtant il me"rite de Tetre. La petite ville de Quillan, sur 
1 Aude, est un centre d exploration commode. Elle estreliee a Carcassonne 
par une ligne ferree et oflre aux naluralistes toutes les ressources mate- 
rielles desirables. Le pays renferme des forels de sapins immenses, des 
torrents, des paturages superbes, des grottes nombreuses, et j y ai fait 
d excelienles trouvailles. Deja plusieurs nouveautes ont e"te ddcrites par 
nos coilegues Abeille et de Saulcy ; mais aujourd hui je ne parlerai que 
du genre Carabus, represent^ dans ces montagnes par onze especes, dont 
voici la lisle : Carabus catenulatus, cancellatus, nemoralis, convexus, 
purpurascens, auratus, monilis, sptendens, rutilans, hispanus et punctato- 
auratus. 

Pourquoi cette richesse exceplionnelle dans une seule partie du de"par- 
tement de l\\ude, quand nous ne trouvons que huit especes dans le 
Catalogue des Coleopteres des Landes par M. Gobert, tandis que les Pyre- 
nees-Orien tales n en renferment que neuf, d apres Pellet, et que dans 
tout le bassin de la Seine, c est-a-dire dans douze departements, notre 
collegue M. Bedel n en a re"uni que treize dans son excellent Catalogue ? 
C est ce que je vais tacher d expliquer. 

Les Corbieres servent de trait d union entre les Pyrenees et les Cevennes, 
et ces deux chaines ont envoye" plusieurs colonies des especes qui leur 
sont propres. Les Pyre"n6es ont fourni le rutilans, le splendens et le 
punctato-auraius , et les C6vennes ont envoye V hispanus, ce beau Carabe, 



147 

le seul exclnsivement francais et qui a ete si mal nomine par Fabricius. 
Quant an monitis, qui ne se trouve que sur quelques points isoles des 
Pyrenees et ne se rencontre pas dans les Cevennes du Midi, il est difficile 
de dire d oii sont venus ceux qui abondent dans la vallee dc Sault. Chose 
curieuse, ces colonies ne se sont pas melangees, chaque espece a defenclu 
son terrain, mais ne 1 a defenclu que con Ire les especes venues comme 
elle de loin. Le splcndens, par exemple, qui n a qu une colonie connue 
dans FAude, la foret des Fanges, pres Quillan, vit la melange aux 
six especfis communes: catenulalus , cancel latus , ncmoralis , convexus, 
purpurascens et auratus; mais on ne trouve aux Fanges ni rutilans, ni 
hispanus, ni pun ct at o- auratus, ni monitis. Le rutilans a deux localites 
connues dans FAude : les gorges de Saint-Georges, pres Quillan, oil 
M. Gavoy, de Carcassonne, Ta capture, ct le col cle la Peyrc, sur les con- 
fins de 1 Ariege, ou je Fai pris moi-meme. L espece cevennole par excel 
lence, V hispanus, se trouve communement en juin et septembre aRennes- 
les-Bains, station de chemin de fer entre Limoux et Quillan. M. Jouve de 
Sejean en a fait la ample provision, a 1 exclusion ton jours des trois especes 
pyreneennes et du monilis. Ce dernier, ainsi que le punctato-auratus var. 
Farinesi, semble confine dans la vallee de Sault, aux environs du village 
deBelcaire; il abonde dans les champs et les prairies, tandis que le 
punctato-auratus ne quilte pas les sombres foists de sapins qui couvrent 
les pentes. Dans la vallee de Sault, il est inutile de chercher le splcndens, 
le rutilans et V hispanus, mais les six especes cilees plus haul se ren- 
contrent par lout. 

Puisque j en trouve 1 occasion, je tiens a dire un mot du Carabus punc 
tato-auratus var. Farinesi. On peut bien dire que la vallee de Sault est le 
quartier general de cetle varie te si rare dans les collections. J ai recueilli 
la, dans mes diverses excursions, une quarantaine d exemplaires. On y 
trouve tous les passages entre le punctato-auratus et le festivus, variete" de 
Vauronitens qui liabite les Cevennes du Midi. Certains individus ont les 
cotes des e"lytres efface"es et les pieds rouges du festivus ; d aulres, et c est 
le plus grand nombre, ont les elylres a cotes saillantes avec de gros points 
enfonc^s et les pieds noirs du punctato-auratus. Plusieurs entomologistes 
ont deja propos6 la reunion des deux especes, el la se"rie d une vingtaine 
d individus que je fais passer sous les yeux de la Societ6 est bien propre 
a trancher la question. 

Je termincrai par quelques mots sur les differences d habilat. Elles 
doivent enlrer en ligne de compte, parce qu elles expliquent precisement 
le passage d une forme a 1 autre. Uauronitcns type est un Carabe de 



148 

for!s. Ouand il se trouve dans les paturages elevos, comme je Tai pris 
moi-meme, par exemple au Ballon-d Alsace, c est toujours dans le voisi- 
nage des bois. Le punclato-aiiralus type, vit, au conlraire, dans les endroits 
decouverts, au-dessus de la zone des foists. La forme qui se Irouve au 
Canigou, et que Ton pourrait appeler le prototype, n:onte jusqu a deux 
mille cinq cents metres. On la prend parfois sous des pierres qui sont 
couverles de neige huit mois de Vanned. Dans ces conditions, c est 
un Carabe peu brillant, d assez petite taille, long, aplati, a coles inter- 
rompues par de gros points enfonces, ayant toujours les pieds noirs. 
A Luchon, a Bigorre, a Cauterels, le punctato^auratus n est pas encore un 
Carabe forcstier, mais il vit moins haul, entre quinze cent et deux mille 
metres. Son type s est modifie", nous trouvons la un Carabe a cotes non 
inlerrompues, plus grand que celui du Canigou, plus court, moins aplati, 
et ayant de loin en loin les pieds rouges. Dans les Corbieres, 1 insecte est 
devenu forestier; inutile de le chercher en dehors des bois; les pieds 
rouges sont beaucoup plus frequents et les cotes des elytres, souvent Ires 
saillantes, disparaisscnt parfois comme chez le fcstivus. 

LQ Car a bus auronitcns serait done la forme du Nord et des Alpes, le 
punctato-auratus la forme pyreneenne; les deux traits d union seraient le 
fcstivus des Ce"vennes et le Farinesi des Corbieres. 

M. Elzear Abeille de Perrin adresse la note suivante : 

M. Schaufuss vient de publier dans le Bulletin deux notes sur les 
genres Anophthalnms et Bathyscia. Je voudrais y re"pondre au nom de 
MM. Bedel et Horn, comme au mien, mais je suis assez embarrass^ pour 
le faire. Il faudrait en effet conrmencer par re peter ce que je croyais avoir 
demonlre dans des publications ante rieures, dont M. Schaufuss aurait du 
tenir compte : 

1 II aurait vu que, d apres moi, les Anophthalmus ne se distinguent 
des Trcchus par aucun caractere constant, et que des lors il y avail lieu de 
les reunir. J ai consciencieusement eludi^. la dilatation des tarses des males, 
la forme des yeux, etc., sur toutcs les especes fran^aises, el celle elude est 
suffisante, puisqu elle offre lous les passages entre les types extremes. 
M. Schaufuss maintient cependant le genre Anophthalmus, en se basant 
snr ce que Yon ponrra un jour trouvcr des caracttrcs justificalffs. J avoue 
ne pouvoir suivre celle argumentation. Mais ou mon esprit se perd lout a 
fait, c est lorsqu il vient proposer un genre Pliamroplithalmus pour les 
Anophthalmus ocules, ce qui revient a dire pour les Trcchus avcuglcs qui 



1/19 

ont des ycux. Qu est-ce done qu il appellera Trechus ? II avoue que son 
genre Phanerophthalmus est peut-etre identique au genre Trechus; ce 
dernier lui serait-il inconnu ? En resume, qu il veuille bien preciser les 
differences entre ses trois genres, s il veut qu on se rende compte de sa 
proposition. II nous conseille de mieux e"tudier ces petits animaux : s il a 
aperc u chez eux quelque chose qui nous ait echappe, qu il le dise, ce sera 
plus simple et c est meme indispensable pour e"clairer une question tres 
claire d apres nous, mais qu il a singulierement obscurcie. 

2 J ai e"tabli que le grand genre Batliyscia (Adelops, olim] etait Ires 
compact et que & encore tous les passages existaient comme dilatation 
des tarses chez les males. Par consequent les genres Qusestus et Qusesti- 
culus nc se basent sur rien de serieux. Et que M. Schaufuss me per- 
mette de lui faire observer que si sa collection renferme trente-deux 
espcces de Bathyscia, la mienne en contient pres d une centaine ; que 
beaucoup ont ete prises par moi vivantes; qu enfm j ai etudie pas mal 
d especes sur un grand nombre d exemplaires, certaines meme sur 300 et 
plus. Je crois done avoir eu pour e"lucider cette question d autres elements 
que les siens. 

Le seul demembrement que j ai pu faire est base sur le nombre different 
des articles tarsaux anterieurs des males. Mon genre Aphaobius (Miller i 
Schmidt) n a que I\ articles au lieu de 5 a ces organes. Je suis elonne que 
M. Schaufuss, qui ici encore donne ft M. le D r Horn le conseil de mieux 
etudier les tarses de ces insectes, n ait pas rais lui-mdme son conseil en 
pratique, puisqii il range le Millcri dans le meme groupe que les montana, 
Corsica, etc. Mais plus rigoriste meme que M. le D r Horn, qui me parait au 
conlraire connaitre admirablement ces Glavicornes, ainsi qu on le constate 
a chaque page de son excellent Synopsis of the Silphidx, ouvrage que 
M. Schaufuss doit ignorer, je ne propose cetle division que comme un 
peu arbitraire. II est a remarquer en effet que le 5 e article des tarses 
anterieurs (male), bien visible et meme grand chez cerlaines especes, dimi- 
nue progressivement chez d autres au point de n elre plus que tres diffi- 
cilement appreciable. Rien d extraordinaire a ce qu il fmisse par dispa- 
rattre tolalement;Vest le resultat extreme d une gradation continue. Mais 
si ce caractere perd ainsi de sa valeur, quelle importance peut-on atta- 
cher a une dilatation plus ou moins giande? Ou commenceront et ou 
finiront les Quseslus et les Qudcsticulus ? Je me permels de poser encore 
a mon honorable collegue cette question qui me semble insoluble. 

Je ne puis repondre a quelques assertions dont je n ai pu saisir le sens, 
lelles que celles-ci : M. Abeille considere plus le nom que les diagnoses 



150 

du genre Anopkthalmus, on bien : Je partagc la repugnance de 
M. Abeille a nommer Anophthalmus un insecte done de beaux yeux. 
Je n ai jamais dit cela, mais j ai dit le contraire, puisque je proposals 
d appeler Treclms des insectes dpourvus d yeux, c est-a-dire les Anoph 
thalmus. Avais-je done raison de croire que le debat a gagne en obs- 
curite" ? 

M, Maurice Sddillot ajoute que, dans un travail sur les Leptodirites 
(Bulletin de la Societe" d llisloire naturelle de Toulouse, 1878), M. Abeille 
a etabli les synonymies de trois especes de Bathyscia que M. Schaufuss 
regarde encore comme distinctes : B. Erbcri Schauf. = csslalus Hampe ; 
B. pruinosa Schauf. = narentina Miller; et B. Kerimi Fairm. = tarsalis 
Kiesenwetter. M. Schaufuss range cette derniere dans deux genres diffe- 
rents. 

M. Maurice des Gozis fait connaitre une note inlitulee : Quelques 
rectifications synonymiques touchant differents genres et especes de Co- 
leopteres francais (l rc parlie) : 

I. Le genre RHINOMACER, cree" par Geoflroy en 1762 (Ins., I, p. 270), 
n a que le nom de commun avec le genre Ehinomacer F., 1787, seul 
conserve, mais a tort, dans les catalogues. La coupe etablie par Geoflroy 
comprenait nos genres Rliynchites, Aiiclabus, Apoderus, avec le R. viola- 
ecus Scop, (bcluleti F.) pour type. C est done dans une intention purement 
brouillonne et injustifiable que Fabricius, auquel on n a que trop de pro- 
cedes semblables a reprocher, a transfere ce nom an JR. attelaboides, 
espece inconnue de Geoffroy; d ou une confusion qu il importe de faire 
cesser. Voici relablie telle qu elle doit elre la synonymie de ces deux 
genres : 

1 Genre RHINOMACER Geoffroy, 1762. Rhynchitcs Ilerbst, 1797.- 
InvoLvutus Schrank, 1798 (pars). 

A. Sous-genre RHINOMACER in sp. Byctiscus Thorns., 1865. 

B. Sous-genre RHYNCHITES Herbst. Pro partc : Mec/wris Bilberg, 1820 
(type hungaricus). Dcporaus Steph. (Platyrhynclms Thunb., pars), 
(type betulse). Casnorhtnus Thorns., 1865 (lype mcgacephatus). 

2 Genre CIMBERIS des Gozis, nom. nov. Rhinomaccr \\ F., 1787 
(nee Geoflr.). 
J aurais voulu n elre point force de creer un nouveau nom; malheu- 



151 - 

reusement ce groupe est peut-e"tre le seul de la famille oil il n existe 
point d ancien nom tombe" en de"sue"tude qu il m ait e"te" possible de 
reprendre (1). 

II. Le nom de Bruchus L., 1767 (Syst. Nat., ed. xn), doit dispa- 
raitre, prime" a la fois par celui de MYLABRIS Geoffroy, 1762, et par celui 
de Lam Scop., 1763. Et par suite, le genre Mylabris F., 1775 (nee 
Geoffr.), se trouvant de possede, pourra prendre le nom de MEGABRIS des 
Gozis. 

III. Le nom de Pachymerus donne" par Latreille a une coupe deta- 
che"e des MYLABRIS Geoffr. (Bruchus L.) ayant e"le" employe" ante"rieurement 
par Lepelletier Saint-Fargeau et Serville (Enc. Melh., X, 1825) pour nn 
genre d Hemipteres, devra e"lre remplace, et je propose a cet effet celui 
de ADROMISUS, sans e tymol. 

IV. Le genre Hypophlaus Helw., 1792, ayant repris avec justice le 
nom plus ancien de CORTICEUS Filler et Mitterp., 1783, le genre Corticus 
Latr. doit force"ment 6tre de baplise pour e"viler une confusion imman- 
quable. On pourra le nommer HORRIMANTUS des Gozis, sans e tymol. 

V. La meme raison doit faire disparaitre le nom de Cteniopus Sol. , 
1835, beaucoup trop voisin, a mon sens, de CTENOPUS Fischer, 1824, sur- 
tout quancl on considere que ces deux genres appartiennent au meme 
sous-ordre et ne sont scares dans les catalogues que par quelques pages 
a peine. Le moins ancien, quoique le plus connu, devant e videmment 
ceder le pas a 1 autre, Cteniopus pourra <Hre remplace* par SARANDONYX, 
nom. nov. 

M. V. Xambeu adresse une note sur un parasite de la Mante reli- 

gieuse : 

En 1878, j ai fait part a la Societe", par rintermediaire de M. Maurice 

(1) A la suite de cetle remarque, j en avais tout d abord admis une 
seconde trfes analogue sur la distribution des genres Anthribus et Brachy- 
tarsus. Mais je m apercois a temps que la rectification que je proposals a 
e le deja inscrite mot pour mot dans le Gal. Stein-Weise, ed. 2 a . Malgre" 
cela, comme aucun recueil francais ne 1 a portee encore a la connaissance 
de nos compatriotes, je crois utile de rappeler brievement que I 1 Anthribus 
albinus, n ayant pas ete connu de Geoffroy, createur du genre Anthribus, 
ne saurait aujourd hui conserver ce nom aux de"pens des especes typiques 
de Geoffroy. II reprend done celui de MACROCEPHALUS qui lui vient d Oli- 
vier, et ANTHRIBUS revient avec justice aux especes que Schonherr avait 
detache es a tort pour en faire des Brachy tarsus. C est toujours, comme 
on voit, U meme principe. 



152 

Girard, tie la decouverle d un petit Ilym^noplere que je prenais a Romans 
sous ies ailes de la Mante religieuse. La description en fut donnee au 
Bulletin de la me\me annee, p. 16/i. 

Les exemplaires captures avaient leurs ailes coupees au milieu. Tous 
provenaient de la Drome. Depuis, j ai retrouve" le meme insecte dans des 
conditions semblables a Ria (Pyrenees-Orientates). 

La maniere de vivre de ce Microhyme noplere m avait rendu perplexe, 
et je soupconnai fort que, a la facon du Falmon pachymerus, autre para 
site de la Mante, il ne se tenait sur cette derniere que pour guetter le 
moment de la ponte de I ootheque. Mais alors que venaient faire ceux que 
Ton Irouvait sous Ies ailes du male? (Bulletin de 1879, p. 7.) 

C est dans le but de nVen rendre compte que, Tan dernier, je mis dans 
des recipients separes Ies uns des aulres des Mantes religieuses vivantes, 
males et lemelles, prises portant chacune un ou plusieurs parasites 
vivants. 

Aujourd hui, le resullat obtenu est negalif de ce cole; mais, sur un 
autre point, je viens d acque.rir la certitude que Ies ceufs de ce petit 
parasite sont pondus dans 1 ootheque meme ; que Ies larves vivent aux 
depends de celles de la Mante, et qu elles subissent leur nymphosa an 
lieu et place de celles-ci. 

L insecte parfait que je viens d obtenir d une coque coupee par tran 
ches, de facon 6 bien observer ainsi Ies details, a Ies ailes pari aitement 
developpees, et, a Tinstar des petits Hymenopteres parasites, parait jouir 
d une force de vol considerable, bieu plus puissante que celle de son 
commensal le Palmon pachymerus. 

Ce point e"clairci, il reste encore a connaitre 1 epoque et la maniere 
dont s opere la ponte ainsi que la vie evolutive de la larve. 

Gandidat presente. M. A. Mellott^e, attache a la Legation francaise au 
Japon, rue Cunin-Gridaine, 3 (Faunc cntomologique du Japan, surtout 
GoUoptercs), pr6sent6 par M. E. Simon. Commissaires-rappoiteurs : 
MM. Bedel el Poujade. 

La fin de la seance du l/i septembre (communications de MM. Lich- 
tenstein et Lucas) sera dans le prochain Bulletin. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 

Paris, 24 septembre 1881. 



p ARIS ._ Typographic et Lithographic FELIX MALTESTE ET C e , rue Dussoubs, 22. 



1881. N 18. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQDE DE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissant deux fois par mois 



Seance du 1U Septembre 1881 (fin). 

M. J. Lichtenstein communique les notes suivantes : 

1 Dans son travail sur les Goccides, M. V. Signoret dit, a propos d une 
des Cocheniiles les plus nuisibles a 1 olivier, le Philippia olese Costa : 
Nous ne connaissons pas le male de cette espece, et aucun auleur ne 
I a encore signale; esperons que les entomologisles du Midi parvien- 
drons a le decouvrir. Je trouve ce sexe actuellement sous les feuilles 
des oliviers, a cote des coques des femelles. Gomme chez tous les L6ca- 
nides, il est sous une coque nacree transparente, composee de huit pieces 
assemblee en forme de prisme : une en triangle tronque, par devant ; une 
en parallelogramme, sur le dos ; deux de chaque cote, et trois en triangle, 
a 1 aiTiere. La larve rejette derriere elle, en soulevant sa coque, sa der- 
niere depouille, sous forme d une mince pellicule. Vingt-quatre heures 
apres, on voit s allonger deux longs filets blancs qui deviennent aussi 
grands que Tinsecte, et, deux ou trois jours apres, la forme parfaite 
apparait. 

Get insecte est rougealre et a des antennes de neuf articles, dont le 
troisieme, le plus long, est fortement renfle a sa base. La tete, ronde, 
porte deux yeux sur les cotes et six ocelles par dessus ranges en cercle : 
deux gros en avant, deux moyens en arriere et deux petits au milieu. 
Gontrairement a ce que dit noire collegue, les femelles adultes ont huit 
articles aux antennes et non pas six. Or, comme c etait la seule difle- 
(9 annee, n 202.) 18 



- 154 

rence sur laquelle M. V. Signoret se basait pour cre"er le nouveau genre 
Lichtensia, je pense que ce genre doit disparaitre et ceder le pas au genre 
Philippia de Targioni. 

De plus, lous les males de ces deux genres ont neuf articles aux an- 
tennes seulement et non pas dice, comme il est dit dans TEssai sur les 
Gochenilles. 

J ajouterai que je possede trois especes du genre Philippia, savoir : 
P. olex Costa, viburni Sign, el hederss Licht., et que je ne trouve d aulre 
difference entre elles que Y habitat et 1 epoque d apparition. Celles du 
lierre et du laurier-thym m ont donne" les males en avril et celle de 
1 olivier en septembre ; mais il pourrait fort bien y avoir deux generations 
annuelles, car je constate ce fait cette annee-ci pour plusieurs especes 
de Coccides. Comme preuve a 1 appui, je montre les males et femelles de 
YEriopeltis festucse. J ai obtenu aussi le male des Kcrmcs vcrmilio, Dias- 
pis rosarzl artcmisise (ce dernier ine dit), etc., en automne, en deuxieme 
generation. 

2 M. V. Signoret a cre"e aussi le genre Boisduvalia pour les tres rare.s 
Coccides du groupe des Dactylopiens dont les males portent quatre filets 
blancs a la queue au lieu de deux, ce qui est le cas le plus ordinaire. 
L auleur n en cite que deux especes : B. lauri, sur le Jaurier, el B. qua- 
dricaudata Sign., sur un chiendent inde iermine. 

Je viens de trouver une troisieme espece sur la parietaire (Parictaria 
diffusa) : ce sera le Boisduvalia parietarias Licht. 

Je me borne aujourd hui au caraclere si facile a saisir de quatre filets 
blancs a la queue de ce petit Coccide, qui est rouge clair, de mill. 58 
de long en tout, avec de belles antennes de dix articles, plus longues 
que Tinsecte, car elles ont mill. 62 ; les deux articles basilaires sont 
Ires courts et renfles, c est le troisieme article qui est le plus long de 
tous, et ils vont on diminuant de taille jusqu au dixieme, qui est le 
plus court. 

La femelle, enfarine e, est d un blanc de neige ; j en etudie la biologic. 

3 Dans une longue liste d especes qu il dit ne savoir a quel genre 
rapporter, M. V. Signoret cite un Coccus rubi de Schrank qui vit sur le 
framboisier (Rubus idseus}. 

Je trouve a Monlpellier, sur la ronce (Rubus discolor) un Coccide, 



155 

gros comme un petit pois et de couleur noisette, indique par Schrank, qui 
se fixe sur une pellicule blanche centre les rameaux. II me donne des 
pelits de couleur rouge que je suis en train d elever. J attends de con- 
naitre le male pour donner la description complete de cet insecte, qui 
me paralt appartenir au genre Coccus ou en elre Ires voisin. Les femelles 
ont neuf articles aux antennes. 

M. H. Lucas communique la note suivanle : 

Je ne sache pas que les ceufs de Phrynus, Arachnides de Tordre des 
Phryneides, aient de"ja ele" signales. Ayant observe des Phrynus austra- 
lianus Koch charge s d ceufs, je me suis assure que les ceufs pondus ne 
sont pas abandonn6s par les femelles. 

G est ordinairement sous 1 abdomen que les femelles portent leurs ceufs, 
ou ils sont ranges transversalement et d une maniere sym6trique. La 
membrane qui les maintient est d un brun ferrugineux, assez dure an 
toucher, Ires tendue, et comme elle est trausparente et extr^mement 
mince, on apercoit tres distinclemenl la disposition dans laquelle ils sont 
places. J ai observe deux femelles : chez Tune j ai compte seize ceufs, 
chez I aulre je n ai pu en distinguer que treize. Ces ceufs sont sphe"riques 
ct <Tun jaune roussatre ; ils sont tres gros relativement a la taille du 
Phrynus auslralianus, mais ils ne presentenl pas tons la meme dimen 
sion. En eflet, il y en a qui acquierent 1 millimetre de longueur; 
chez d aulres celte dimension est presque double, car ils mesurent 
1 millimetre 3//j. Ces derniers sont probablement des ceufs arrives a leur 
maximum de developpement. On pent supposer que le Phrynus auslra 
lianus porte ses ceufs jusqu a leur eclosion et que la membrane transpa- 
rente qui les maintient se rompt ou est de"chiree par les jeunes apres 
leur Eclosion. 

Ges Arachnides, qui habitent Tile Nou, dans la Nouvelle-Caledonie, ont 
ete trouv^s par M. Bougier, commandant du penilencier agricole de cet 
archipel, qui les a dernieremenl envoyes au Museum. 



15G - 

Seance du 2$ Septembre 

Prudence de M. L. REICHE, Vice-Pr6sident. 

Lecture. M. Maurice des Gozis adresse, par 1 entremise de M. L. Buquet, 
un memoire ayant pour litre : Note sur un caractere encore Irop peu 
utilise dans la famille des Carnivores (Garabiques). 

Communications. M. Albert Fauvel envoie la note suivanle : 

Au moment de commencer la publication du grand memoire sur les 
Cole opteres de la ISouvelle-Caledonie auquel je travaille depuis quinze 
ans et qui comprendra un mil Her d especcs, je crois inleressant de donner 
a la Sociele", a litre de specimen, un releve des Cicindelides el des Cara- 
bides d6crils de celte colonie par le Pere Monlrouzier, en 1860 (Ann. 
Soc. ent. Fr., p. 233-2/il), et par Perroud, en 1864 (Ann. Soc. Linn, de 
Lyon, p. Zi8-7Zi). Le Iravail du premier auleur esl aussi deplorable au 
point de vue des attributions generiques des especes que de leur des- 
criplion, souvenl requite & des diagnoses insignifiantes. Deux especes, 
classics parmi les Carabiques, ne sonl meme pas de cetle famille et 
appartiennenl a celle des Anthicides. Dans 1 opuscule de Perroud, les 
descriptions sont bonnes ; mais les affinites generiques sont frequemmcnt 
meconnues. Je n ai pas besoin d ajouter que loules les corrections qui 
suivenl ont eld faites sur les lypes memes des auteurs. 

Cicindela Thomsoni Perroud = Vata, nov. gen. 

hcmicycla Montr. = Cicindela interrupta Fabr. 

Oxycheita arrogans Montr. La diagnose s applique a quatre especes 
de Calcdonica. 

a/finis Monlr. = Calcdonica. 

pulchclla Monlr. = Idem. 
Calosoma oceanicum Perr. Recte. 

Scarites marginatus Montr. Ce Carabique est le seul qui me soil 
resle inconnu. De Ghaudoir a de"ja declare" qu on 
ne peul s en faire une id^e d apres la descrip 
tion (Ann. Soc. ent. Belg., 1879, 126). 



157 

Agra? austroccdedonica Montr. = Fonmcomus (Anlliicide). 
Ega ? anguslicoUis Montr. = Anthicus (idem). 
ParaUelomorpha depressa Perr. F\ecte. 
Dromidea Thomson! Perr. Recte. 
Gymindis picea Montr. = Xanthophasa. 

geophila Montr. = Uvca (nov. gen.) stigmula Chaud. 
Rhinocheila Levrati Montr. = Belonognatha. 
Trichothorax cyaneus Montr. = Rhombodera. 
Ghldsnius biguttatus Montr. = binotatus Dej. 
viridis Montr. = ophono idcs Fairm . 
Sphodrosomus Saisseti Perr. Rede. 
Dicrochile artcnsis Perr. Recte. 
Rcmbus Goryi Montr. = Dicrochile artcnsis. 
Dicrochile caledonica Perr. Recte. 
Anchomenus Icucomcrus Perr. = Platynus. 
Golpodes cyaneus Perr. Recte. 
Catascopus ? Lafertci Montr. = Golpodes. 
Feronia Mclliei Montr. == Ghlsenidius. 
Abax calcdonicus Montr. = Abacornorphus. 
Ophunus ? Eillardicrci Montr. = Gnathaphanus inelanarius Dej. 
Gatddromus? imprcssus Montr. = Gnat hap hanus. 
Gymindis domcstica Montr. = Stcnolophus vrai. 
Amphibia pallipes Montr. = Idem. 
Trechus litura Perr. = Pcrigona. 
Bcmbidium artcnse Montr. = Tachys. 
kana tense Perr. = Idem. 
Eradycellus biguttatus Perr. = Tachys artensis. 

il n y a done que sept especes sur trente-quatre qui doivent conserver 
leur nom d origine. La proportion est malheureusement analogue dans 
les autres families de Coleopteres. 



158 

M. le docleur Regimbart envoie une note sur 1 habitat du Dryophilus 
anobioides Chevrolat : 

Au mois de fevrier dernier, en Ire le Boulay-Morin et la Chapelle-du- 
Bois-des-Faulx, a 8 kilometres nord d fivreux, dans le but de me pro 
curer une provision de Pldceophthorus tarsalis, je recueillis plusieurs 
branches de genet (Sarothamnus scoparius] presentant des galeries de cet 
insecte. Vers le mois d aout, ne voyant rien sorlir, j enlevai avec precaution 
1 ecorce d une des branches et j y trouvai, dans une galerie, une nymphe 
allongee qui, an bout d une huilaine de jours , donna naissance a un 
Dryophilus anobioides Chevr., rf. Vers le 15 septembre, 1 dclosion ne se 
faisanl pas, j ecorcai et divisai en pelits morceaux toutes les aulres 
buchettes de genet, et je me procurai ainsi un certain nombre d exem- 
plaires de la meme espece , tous bien developpes el bien colores , qui 
reslaient immobiles dans leur loge, situee tantot sous 1 ecorce, tantot au 
cceur meme du bois, mais qui, aussitot exposes au jour, se meltaient a 
courir avec agilite. Chose remarquable, tous les Phlseophthorus etaient 
morts dans leurs galeries sous P6corce et pas un seul ne se trouvait 
vivant sous aucun elat. Cette mort des Xylophages est d ailleurs toute 
fortnite et n a rien de commun avec la presence des Dryophilus; ceux-ci 
en eflet sont lignivores et leurs galeries, plus grandes, s enfoncent pro- 
fondement dans le bois, landis que celles du Phlceophthorus sont sous 
1 ecorce. C est une localite de plus a ajouter a cet insecle rare, decouvert 
pres de Saurnur par M. Ghcvrolat et retrouve depuis a Fontainebleau par 
M. II. Brisout de Barneville et aux environs de Marseille par M. Abeille 
de Perrin. 

M. Maurice des Gozis fait connaitre une note intitulee : Quelques 
rectifications synonymiques touchant differents genres et especes de Go- 
leopteres francais (2 C partie) : 

VI. Le genre CNEORHINUS, fonde par Schonherr en 1826, d abord 
comme sous-genre des Thy ladies t puis 61eve a la dignite de genre dans 
le tome I du Gen. et Spec. Curcul., 1833, avait pour type, d apres la 
declaration expresse de son createur (voy. loc. cit., p. 10), le C. barcelo- 
nicus, appartenant a la siirps 1* du genre, composee avec lui des C. pro- 
digus, ludificator et de deux autres especes sib^riennes. G est doncti tort 
que MM. Desbrochers des Loges et Jekel, voulant Tun apres Tautre scin- 
der le genre CNEORHINUS, justement a cause du caractere par lequel 
Schonherr limitait ses divisions, accompagne de quelques particularites 



159 

ventrales et d une forme d e paules un peu differente, ont reserve" le nom 
schonherrien a la stirps 3" qui ne renferme point 1 espece typique, et ont 
donne a 1 autre (Gneorhinus vrais) les noras de Tretinus Jekel ou 
Lacordaireus Desbr. (ce dernier nom deja employe du reste). G est un 
exemple de plus de I inconvenient qu il y a, pour ceux qui divisent un 
genre ancien, a ne point mettre assez de soin a verifier quelle en devait 
etre 1 cspece typique dans la pensee du crealeur, car c ? est celle-ci incon- 
teslablement que doit toujours demeurer 1 appellation primitive, puis- 
qu elle est celle qui realise le plus parfaitement les caracteres donne"s. 

Or, comme le genre de M. Jekel est base" sur des caracteres assez 
imporlants pour meriter d etre maintenu, il conviendra, pour obe ir a la 
regie de nomenclature sus-vise"e, de rectifier ainsi Terreur commise : la 
coupe contenant les barcelonicus, prodigus, etc., devra resler CNEORHINUS 
Schonherr, avec les synonymes Tretinus Jekel, Lacordaireus \\ Desbr.; 
la seconde coupe, qui se trouve sans nom, pourra s appeler BORNAZON, 
nom. nov. (Gneorhinus Jek., nee Schonh.). 

Voici une courte formule ou j ai reuni les differences principals qui 
eloignent ce nouveau genre des Gneorhinus vrais : 

Genre BORNAZON des Gozis, 1881. Rostre non Strangle a la racine, 
non separe" de la tete, si ce n est par un sillon tres faible, souvent indis 
tinct, depourvu aussi de sillon longitudinal. Cole s des etuis regulierement 
arques des leur naissance, non sinues ni redresses pres de la base. Corps 
densement convert de squamules arrondies. Segments intermediaires du 
venire inegaux, le 2 e plus long que les suivants, le bord posterieur des 
3 e et k c assez fortement releve au-dessus de 1 arceau suivant quand on 
regarde de profil. Sommet des tibias, surtout des ante rieurs, fortement 
dilate-arrondi au cote externe ; cette dilatation parfois plus ou moins 
r6"duite, comme usee, chez certains individus, sans doule par suite de 
leurs habitudes fouisseuses. 

Vivent a lerre dans les endroits sablonneux, a la difference des Gneo 
rhinus que Ton trouve plus habituellement sur les plantes. 

M. H. Lucas, communique line note relative a un Le"pidoptere Chali- 
noptere : 

Le Eombyx du sexe femelle que je presente est remarquable par les 
ailes de la premiere paire, offrant en dessus, de cliaque cote, trois 



ICO 

miroirs ou speculums Iransparents, et qui varient de forme et de gran 
deur; les ailes infe"rieures presenlent aussi de chaque cote" un miroir un 
peu plus petit. C est sans aucun doule a cause de la disposition des 
miroirs des ailes ant^rieures que cette espece a recu de M. Heifer le nom 
de trifene strata. 

L exemplaire qne je communique est de tres moyenne taille, car son 
envergure egale & peine 65 millimetres; mais ce qui attire 1 attention, 
c est le cocon lisse par la chenille, et qui n a pas encore e"te signale. ll 
est acumine a ses deux extremes, long de 35 millimetres et niesure 
1U millimetres dans sa plus grande largeur. La soie fournie par la chenille 
pour la confection de son cocon est e"paisse et nullement douce au tou 
cher ; son enveloppe a 1 aspect d un reseau, et les mailles qui le forment 
sont irregulieres et assez grandes pour permeltre d entrevoir la nymphe 
qui est petite et brune. Gette soie est d une belle couleur jaune d or et 
rappelle des fils de ce metal qui auraient ete lisse"s. On sail que la soie 
esl due a un liquide fourni par deux glandes qui passent sous le canal 
alimentaire, et chacune se continue en un tuyau Ir6s grele, une filiere ; 
ces deux filieres se r^unissent ensuile de maniere a ne former qu un seul 
canal oil aboutissent deux aulres petites glandes dont le produit est une 
sorte de vernis qui donne a ce fil le brillant de la soie et la propri^te de 
resisler a 1 action de I eau. 

Je ne sais si celte soie, qui esl peu abondante, est susceptible d etre 
tissee et si, en subissant ce travail, la couleur jaune d or ne serail pas 
alteiee. Dans tous les cas, il serait interessant de chercher a elever cetle 
espece afm de faire cet essai et de voir si 1 etofle fabriquee conserverait la 
couleur que presente le cocon. 

C est dans Textreme Orient, en Cochinchine, dans les bois situes sur 
les rives du Mekong que 1 insecte parfait ainsi que ce cocon onl ele ren 
contre^ par M. le docteur Harmand. 

Membre recu. M. A. Mellottee, attache a la Legation francaise au 
Japon, rue Cunin-Gridaine, 3, a Paris (Faune cntomologique du Japon, 
surtout GoUoptercs), present^ par M. E. Simon. Commissaires-rap- 
porteurs : MM. Bedel et Poujade. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 

Paris, 7octobre 1881. 



PARIS. Typographic et Lithographic FELIX MALTESTE ET C e , rue Dussoubs, 22. 



lilt, I. No 19. 



SOCIETE ENTOMOLOGIQTJE DE PRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



BULLETIN DES SEANCES 

Parcdssant deux fois par mois 



Seance du l! Octobre 

Presidence de M. C.-E. LEPRIEUR, President de 1880. 

Communications. M. E. Desmarest, en annoncant la mort de 1 un de 
nos plus syinpalhiques collegues, M. Bignault, rapporle les paroles sui- 
vantes qu il se serait fait un devoir de prononcer sur la tombe, s il n avait 
ele" pre venu beaucoup trop tardivement : 

M. Juste Bignault, re?u membre de la Societe en 1878, dans la seance 
du 23 octobre, sur la presentation de MM. Boieldieu et H. Lucas, assistait 
encore a noire derniere seance, et ne monquait que Ires rarement a 
nos reunions fraiernelles, qu il aimait et auxquelles nous aimions a le voir. 
II vienl de nous etre enleve" subitemenl, daiis la nuit du 3 octobre 1881, 
par line congestion pulmonaire, a peinc 5ge de 45 ans. 

Il y a deja longtemps qu il s occupail d Enlomologie en general, mais 
c est sur lout depuis cinq ans qu il a pu se livrer enlierement et avec 
passion a la recherche incessanle ainsi qu a Tetude approfondie des 
Insecles, presque exclusivemenl a cellcs des Lepidopteres, dont il avail 
forme une belle collection. 

La Societe d Acclimatation lui a recemnient decerne un prix pour ses 
educations de Borabyx sericicoles nouvellement introduils en France, par- 
liculierement pour celles de VAttacus Pcrnyi, dont il avail e leve un tres 
(9 C annte, n 203.) 19 



162 

grand n ombre d individus. Nos Bulletins renfermcnt de lui qnclques 
observations lepidoptcrologiques ; 1 annee derniere il y a decrit, sous la 
denomination de crocea, line aberration de la CoLLigcnia D-miniala (Bull. 
1880, p. cv); el M. Clement a fait connaitre une remarquable variete 
constanle de YAttacus Pernyi (Bull. 1880, p. cxxn), observee par plu- 
sieurs entomologisles, qu il a nominee Bignaultt, pour rappeler un tres 
bel exemplaire eleve dc clienille par notre collegue dans sa propriety de 
may. II devait nous donner bient6t d aulres travaux plus imporlanls sur 
les varieles chez les Lepidopteres, qu il comptait ludier sous le point de 
vue du darwinisme. 

Espe"rons que son jeune fils, de"ja atlachd a la Societe comme assistant, 
conlinuera les recherches scientifiqnes auxquelles son pere 1 avait initie, 
et qu un jour il remplacera dignement le collegue que nous regretlons 
lous. 

Les membres presents a la seance s assodent tous aux regrets que vient 
de manifesler le Secretaire, et 1 impression de ses paroles d adieu est 
decidee pour le prochain Bulletin. 

M. J.-B. Gehin adresse la note suivanle : 

J ai lu avec interet la note que M. Valery Mayet a publie"e dans le n 17 
du Bulletin de la Society, p. 146, sur les Carabus punctato-auralns, 
Farincsi, auronitcns, etc. Sans conlredire complelement les conclusions 
qui lerminent cetle note, je crois qu il esl bon de faire quelques reserves 
a ce sujet, car 1 auteur a passe sous silence, ou n a dit que quelques mots, 
sur diverses particularites de 1 organisalion des deux insectes qu il propose 
de rgunir. 

Dans le C, auronttem, en effet, ainsi que dans sa varied festivus, les 
antennes du male sont simples, tandis que dans le punctato-aumtus et 
dans sa variete Farinesi les anlennes du male ont les articles 7% 8 e et 9 C 
6margines; les 7 e et 9 e assez faiblement, mais le .8 e Test loujours d une 
maniere assez sensible. De plus, dans Vauronitens, les elytres sont, tres 
generalemcnt, exemptes des gros points enfonces que Ton observe au 
bord interne de toules ou de la plupart des cotes des elytres de la presque 
tolalil^ des punctato-auratus. Je sais bien qu ici, comme du reste cela 
se remarque sur presque tous les caracteres, plus ou moins, specifiques 
du plus grand nombre des Carabes, il y a des exceptions ; mais, si 
Ton trouve, dans les varieles Eschcri et fcstivus principalement, des 



163 

exemplaires dont les elytres ont de gros points enfonces, ccux-ci ne sont 
gene ralement ni aussi marques ni aussi nombreux ; il arrive aussi fre"- 
quemment que ces points sont places, comme dans le Solieri, plutot sur 
les cotes qu d, leur cote interne ; j ai meme un exemplaire du Tyrol dont 
Irois, sur six, cotes des elytres sont tout fait calenulees. 

Dans Vauronitens, le scape et les pattes sont d un rouge ferrugmeux 
plus ou moins clair , tandis que dans le punctato-auratus ces memes 
parties sont d une couleur de poix, avec les tibias plus ou moins rouges. 
Dans la coloration, les exceptions & cette regie sont assez rares, car, dans 
Yauronitens, je ne connais que sa variele nigripes, assez rare elle-meme, 
et un exeinplaire de la variete Putzcysi, de ma collection, qui aient les 
pattes noires ; dans le punctato-auratus et sa vartele Farinesi, M. Mayet 
n a observ6 que trois exemplaires ayant le scape et les jambes rouges, sur 
plus de cinquante qu il a eus en sa possession et dont il m a genereuse- 
ment donne sept, parmi lesquels il y en a un h pattes rouges. 

Chose curieuse a noter, cet exemplaire, qui est un male, n a que le 
8 e article des anlennes e"margine ; il y a certainement la quelque chose 
qui, en se generalisant, pourrait faire supposer nne sorle de transition 
entre le festivus et le Farinesi. Dans le punctato-auratus, je ne puis 
citer, a pattes noires, qu un exemplaire que j ai acquis de la collection 
Pradier ; il est entierement noir ; il portait le nom de lugubris, que je 
lui ai conserve". 

Enfin, malgre le peu d imporlance que j atlache ge neralement a la 
couleur, j ajouterai que, dans Vauronitens, le dessus du corps esl en 
general vert ou vert dore", quelquefois bleuatre, violet ou noiratre, presque 
jamais cuivreux sur les elytres, excepte dans le festivus. Dans le punc- 
tato-auratus, la couleur du dessus est, au contraire, le plus souvent 
cuivreuse, pas souvent verle et tres raremenl doree, noire dans le seul 
exemplaire cite" plus haul. Notons encore que les deux especes, ainsi que 
leurs varie te s, paraissent avoir chacun une aire geographique assez 
Iranch6e. 

Voila done trois caracteres, dont le premier a une valeur que sa cons- 
lance vient encore augmenter ici, el qni peuvent donner raison aux enlo- 
mologisles opposes h la reunion des deux especes. Ici les formes de 
Iransition font absolument deTaut, car, en general, les exceptions signalees 
ne portent que sur des caracteres tout a fait secondaires. Tout ce que 
Ton peut conclure, c est que, par sa forme et par sa couleur, le Farinesi 



- 16/4 - 

se rapproche davanlage de Yauronitms lypiquc quc nc le fait le fcstivus 
sous ses deux aspects ; landis que cclui-ci, pir son corps de"prime, pro- 
portionnellement moins allonge", et souvent par sa couleur plus cuivreuse, 
se rapproche davantage du punctato-auratus des hauls sommets que ne le 
fait sa variele Farinesi, donl les cotes paraissent aussi avoir moins de 
tendance a s effacer complelement, ainsi que cela se voit sur certains 
exemplaires de la vari6te fcstivus. 

En examinanl un materiel considerable, dans lequel figurent des formes 
interessantes Irouvees dans les Halites-Pyrenees (port de Gavarnie et 
Bareges) ou dans 1 Ariege (Gaza vet et Mas-d Azil), j ai trouve une forme 
se rapportant a un insecte recucilli par Rambur an port de Gavarnie et 
qu il conside"rait comme formant unc espece nouvelle qu il a nominee 
montanus, sans la decrire, mais qui, suivant moi, ne conslitue qu une 
variele du punctato-auratus et dont le male typique a aussi les antennes 
e margine es. Enfin, dans un couple qui m a eie communique par M. Pan- 
delie, Je male a, par sa forme, sa sculpture et la couleur du scape et des 
palpes, lout & fait 1 aspect d un auronilcns, mais il a les antennes e mar 
gine es et le relief des coles des Sly Ires est peu prononce ; la femelle, au 
conlraire, a les cotes Ires forles, et le scape ainsi que les paltes sont de 
couleur brune. 

Tout ceci esl loin de juslifier la reunion proposed par mon honorable 
ami M. Valery Mayet, mais clemonlre que, pour les caracleres les plus 
imporlants, le Farinesi esl au punctato-auratus ce que le festivus esl a 
Yauronitent. 

On le voil, des recherches nouvelles sont necessaires pour Irancher la 
question en litigc. 

M. le docleur G. Kraatz ecrit egalement, en reponse a la note 
publie e par M. Valery Mayet (Bulletin n 17, p. 156), pour rappeler un 
caraclere qui permel de separer le Carabus punctato-auratus Dej. et sa 
varicte Farinesi Dej. du C. auronitcns F. et de sa variele fcstivus Dej. : 
chez le premier, les articles 7 C cl 8 e des anlennes du male sont e chancre s 
en dcssous, vus par le bord interne; chez le deuxieme, ils sont constam- 
menl simples. 

M. de Marseul communique un Mclsenus clegans Dej., qui a etc 
trouve a Longzor (figypte) par M. Gh. Demaison. 



-< 165 

M. Vale>y Mayet adresse une note sur la nymphose du Criocen s 
merdigera : 

M. II. Lucas a presente une note (seance du 10 aout 1881) sur la 
maniere dont la nymphose s opere parfois chez le Criocen s merdigera, 
Selon lui, les excrements clurcis servent a construire la coque qui, dans 
ce cas, est place sur les feuilles du Lis qui a nourri la larve. 

J ai eleve plusieurs ibis ce Criocens, et, comme Reaumur 1 a observe, 
la nymphose s est loujours, chez moi, ope re e sous terre, dans une coque 
d apparence soyeuse et de consistance parcheminee. Je fais passer une de 
ces loges sous les yeux de la Societe ; elle a ele trouvee enfoncee a dix 
centimetres environ dans la terre de mes bocaux d education. La nymplie 
est d nn blanc rose et I insecle m a paru ne roster que sept ft huit jours 
sous cet elat. 

Le cas observe" par M. H. Lucas doit se produire quand le sol est trop 
durci pour que la larve, mal armee pour creuser, puisse s y enfoncer. 

La collection Ferris , acquise par moi pour 1 ficole d Agriculture de 
Montpellier, renferme plusieurs de ces coques, mais aucune ne ressemble 
a celles qui ont ete signalees par M. H. Lucas. 

M. Maurice des Gozis fait connaltre une note intilulee : Quelques 
rectifications synonymiques touchant diflerenls genres et especes de Go- 
leopteres francais (3 parlie) : 

VII. S il est un insecle dont le sort ait ele souvent mis en doute, 
et qui meme encore aujourd hui soil 1 objet de me prises frequentes, c est 
a coup sur le Cathartus (ex Silvanns) advena Walll., qui ressemble tant 
a un Gryptophagus, avec des caracteres tout difTerents. Erichson 1 avait 
Iaiss6 dans les Silvanus, ou il faisait un disparate etrange. Depuis on 1 a 
colloqu6 dans le genre Cathartus Reiche (Ann. Soc. ent. Fr., 1854, p. 78), 
mais j ai peine a croire que ce soil plus heureusement, car il s eloigne 
par une foulc de points de ses nouveaux congneres. J en suis presque a 
me demander, je 1 avoue, ce qu ils ont de comniun. 

Le Cathartus cassias a , comme le fait observer tres heureusement 
M. Reiche, lout le facies d un pelit Rhyzophagus depressus; il est meme 
un peu plus elroit encore, les cotes des etuis sont entierement paralleles, 
le corselet est plus long que large. Mais la grande difference reside sur- 
tout dans les antennes : la massue est composee tres netternent dc trois 



- 166 - 

articles, les deux premiers sube gaux en largeur, bien se"pares, le troisieme 
petit, elroit, strictement accole an precedent, dont il se detache a peinc. 
Meme conformation chez le C. gcmellalus Jacquelin du Val. Je ne 
parle point des tarses, que M. Reiche dit a tort de quatre articles, parce 
que le quatrieme est cxlrfemement petit, a peine distinct. D ailleurs, 
M. Rougct a commis la merae erreur quand il a redecrit nagueres le 
C. advena sous le nom de Cryptophagus ? striatus (Ann. Soo. ent. Fr., 
Bull., 22 noverabre 1876). 

Uadvena, au contraire de tout ce qui precede, a la forme bien connue 
et caracte"ristique d un Cryptopkagus ; les c6te"s des 6tuis sont ovalaire- 
ment arque"s, le corselet nettement transversal, avec ses angles ante"rieurs 
sensiblement e"paissis ct subcalleux. Enfin la massue antennaire est sub- 
biarticule e, son premier article etant de moitie moins large que le sui- 
vant ; niais en revanche le dernier est a peu pres aussi gros et aussi long 
que Tavant-dernier, dont il est en outre aussi netlement se pare qne tous 
es autres articles le sont entre eux. 

Or, ces differences 6 tant de me"me nature et de m6me valeur que celles 
qui separent plusieurs coupes voisines dans les families des Cucujidss et 
des Cnjptophagidse, je n hesite pas a les croire generiques, et j estime 
que le C. advena, si longtemps ballote, trouvera enfin sa veritable place 
en devenant le type d un genre special que je nommerai ASHAVERUS, 
autant pour rappcler ces de"menagements successifs que par allusion au 
cosmopolitisme de cette petite espece. 

Le C. excisus Reitter, que je ne connais pas, et qui du reste ne semble 
pas avoir {He" pris en France, entre probablement aussi dans ce nouveau 
genre. 

M. Maurice Girard communique les observations qui suivent : 

1 M. Xambeu m a adresse quelques captures inleressanles qu il a faites 
dans les Pyrene es-Orienlales, a savoir : deux males d un Locustien aux 
appendices demesures de longueur et de gracilite, trouve s en mai clans 
une grolte et de 1 espece Rhaphidophora palpata Sulzcr, cavernicole qui 
a fait 1 objet de notes re"centes de MM. E. Simon et Bolivar ; des Hymc- 
nopteres aulres que Palmon pachymerus Dalman sorlis des ootlieques de 
la Mante religieuse, ayant les ailes completes et bien diaphanes, le corps 
noir, les patles et les antennes testace"es; nn Acarien pen delerminable 
vu sa dessiccalion, dont un petit Scydmcmts feit sa proie. 



- 167 

2 M. P. Feuillebois, agriculteur et apiculteur a Palestro, en Kabylie, 
m a adresse le Pliitanthus Abd-d-Kader Lucas, qui enlevait ses Abeilles. 
Get Hymenoptere fouisseur n est probablement que la race barbaresque, 
sans laches Iriangulaires sur I abdomen, du Philanthus triangulum Fabr., 
syn. : apivorus Latr. 

3 J avais presente des larves de Longicornes qui detruisaient des boi- 
series de sapin a Tficole normale de Chateauroux (Indre) et qui ressem- 
blaient completement a celles de VHesperophanes nebutosus Oliv. Le 
directeur de 1 Ecole, sur ma demande, avail renferme dans une caisse 
des bois attaques pour recueillir les adultes. II a obtenu Xylotrupes 
bajulns Linn. II resle acquis ce fait ; Ja ressemblance extreme des larves. 
des deux cspeces. 

k Je suis tenu au couranl par M. Zugelta de lous les degats arrives 
aux pepinieres de la ville de Paris, a Boulogne-sur-Seine. Get et6, les 
feuilles d un vegetal exotique, le Weigelia amabilis (Loniceree japonaise), 
onl ete Ires endommagees par un Acarien tisserand, le Tetranychus tela- 
rius Linn,; les grosses racines des Ifs et des jeunes Pins laricios ont 
ete graveraent perfores par les larves d un Gharancon, le Pissodes notatus 
Fabr., aux ravages desquelles s ajoutaient ceux des Vers blancs du Han- 
neton, de sorte que beaucoup des Coniferes cites ont peri ; on a meme 
employe le feu, afin d aneantir la race, pour 1 annee prochaine, des 
adulles du Pissode, qui rongeaient le bois sous 1 ecorce. 

M. H. Lucas communique une note sur une chrysalide du Papilio 

Lagtaizei : 

On connalt le Papilio Laglaizei d^crit par M. Depuiset et dont une tres 
bonne figure, executee par M. Poujade, a 6te publiee dans les Annales de 
la Soci^te entomologique, 1878, p. Ifll, pi. 5. Quant a la chenille de ce 
Lepidoptere, elle est encore inconnue. 

11 serait interessant de posseder le premier etat de ce Papilio qui rap- 
pelle par sa forme, la disposition des couleurs qui ornent ses ailes et la 
coupe de ces organes, un Nyctalcmon cronies, Chalinoptere de la famille 
des Uranides. En effet, on se demande si la chenille de celle espece, 
exemple remarquable de mimelisme, et dont on ne connalt que la femelle, 
differe sensiblement des chenilles des autres especes de ce grand genre, 



- 168 - 

car on peut supposer que les differences prdsente es par I insecle parfait 
peuvent se manifester aussi dans le premier etat ? 

Quant a la chrysalide, dont le Museum possede un exemplaire en mau- 
vais e"tat, le papillon e"tant eclos, elle n offre rien de particulier : die est 
longue de AO millimetres et mesure 14 millimetres dans sa plus grande 
largeur. Toute la portion qui repre"sente la t6te est d un jaunc clair, et 
sur les parties latero-anterieures il y a deux saillies tuberculiformcs, 
espacees, lachees de noir brillant. Les ailes de la premiere paire sont 
d un jaune clair, fmement tiquetees de brun et presentent de chaque cole" 
une preeminence assez forte, maculae de noir brillant. Toute la region 
llioracique est fmement pointille e de brun ; le prolhorax presents en 
dessus six tubercules de couleur jaune a extremity d un noir brillant, 
dont quatre situs s t anlerieurement et deux posterieurement ; le me so- 
thorax et le metathorax n oflrent rien de remarquable, seulement les 
parlies late"rales du metathorax sont parcourues par un petit trait d un 
noir fonce ; ces deux segments sont fmement stries, surtout dans le voisi- 
nage des stigmates, qui sont roussalres ; quant au lien transversal qui 
entoure en dessus le thorax et qui sert de point d appui au papillon pour 
sortir de sa chrysalide, il est e"pais et d un brun fence". L abdomen, d un 
brun roux, fmement strie" et ponctue 1 , est parcouru en dessus, longitudi- 
nalement, par quatre range"cs de tubercules ; les sligmates sont ferrugi- 
neux ; en dessous il est macule de brun, avec les deux avant-derniers 
segments presentant chacun deux tubercules, dont ceux du penultieme 
sont les plus developpe"s et termines en poinle; quant au dernier segment, 
il est court, etroit, d un jaune sale, echancre, bitubercule en dessus, avcc 
son extremite ayant une loufle de poils courts, d un brun fonce, a 
extremile recourbee. 

Amberbaki (Nouvelle-Guinee). Voyage de MM. Raflray et Maindron, 
M. P. Megnin lit les notes qui suivent : 

La Societe m a charge, le 28 septembre dernier, de repondre a la lettre 
ci-dessous de M. Prunier, pharmacien i Tonnerre, qui envoyait en meme 
temps une preparation microscopique d Acariens : 

J ai I honneur de vous adresser par la poste une preparation micro 
scopique d un Acarus que j ai decouvert sur les racines de vignes malades 
de nos pays. La cause de la maladie est encore inconnuc. On 1 a attribute 



169 ~ 

present a lei degenerescence des plantes et & Fepuisement du sol. 
Ne serait-il pas plus rationnel de Fallribuer a 1 Arachnide quo je .vous 
envoie, attendu qu on la irouve occupee a son ceuvre de destruction ? 

Comme de graves inlerels sont en jeu dans cette question, je prends 
la liberle, Monsieur le President, de vous demander : 1 si cet Acams est 
connu et quel est son nom ? 2 s il vit ordinairemenl aux depens des vege- 
taux vivants ou en decomposition, et si vous le croyez capable de faire 
perir la vigne par les degats qu il cause a la racine ? 

Voici ce que j airepondu, le l"octobre courant, apres avoir lu la lettre 
ci-dessus de M. Pj-unier et examine la preparation microscopique qui Fac- 
compagnait : 

Relalivement a votre premiere question, je vous dirai que votre 
Acarien esl connu : il a etc" decouvert par MM. Ch. Robin et A. Fumouze 
et se Irouve decrit et figure dans le Journal de I* Anatomic, que public le 
premier de ces auteurs, dans le fascicule n 3 de Fannee 1868. En vous 
important aux figures qui accompagnent le memoire, vous reconnailrez 
facilement volre Acarien, que les auteurs en question ont nomine* Tyro- 
glyphus echinopus, en raison des epines dont ses paltes sont chargees. Us 
Font trouve sur des oignons de Jacinthe en pourriture; moi-meme je 1 ai 
recueilli en grande quantite sur des pommes de lerre malades du fait du 
champignon microscopique le Pcronospora. Enfin on Fa aussi rencontre 
sur des racines mortes de vignes phylloxerees, et il a, dans ce cas, ele 
regarde, par certains observateurs, comme un ennemi du terrible Aphi- 
dien qui de"sole le midi de la France, et par suite comme un animal tres 
utile et digne d etre propage avec soin. 

En fait, il n est ni utile, ni nuisible, comme tous ses congenere des 
genres Tyroglyphus et GLydphagus, dont le type est le Ciron du fromage 
(Ty fog typhus ciro); il vit exclusivement de matieres organiques mortes 
et en decomposition, On ne Fa jamais vu dbuter sur des vege"laux vivanls 
et sains. 

Sur votre preparation se trouve un deuxieme Acarien a teguments 
coriaces, de couleur jaune brun, represente par un seul individu, une 
femelle ovigere : c est YOptophora nitens, de la famille des Oribalides, 
Acarien depuis longlemps connu aussi et qui a ete decrit et figure" par 
Nicolet dans les premieres Archives du Museum, t. VII. G esl encore un 
Acarien du bois pourri, qui est aussi inoffensif que Faulre et qui a 



170 ~ 

ncanmoins aussi ete pris par un auleur allemand pour un ennemi du 
Phylloxera. 

11 y a done lieu de chercher aillcurs que dans la presence de ces Aca- 
riens la cause de la maladie de la vigne dans vos contrees, 

Si vous le permettez, mes cliers collegues, j ajoulerai quelques mots sur 
le precede 1 de propagation ou de dissemination d un Acarien, le Tyrogly- 
phus spinipes : 

C est le moins ingambe des Tyroglyphes, et, comme il n a pas comme le 
Phylloxera une phase ailee, on se demande comment il peut se propager 
de vigne morle en vigne morte on de tubercule pourri a lubercule pourri. 
C est que, lui aussi, a sa phase hyppopiale comme les autres Tyroglyphes, 
phase que je ne connaissais pas encore quand j ai re"dige mon me" moire 
sur les Hypopes, ces nymphes curieuses qui ont pour role exclusif de se 
faire voiturer par des Insectes, des Myriapodes, des Mollusques et m6me 
des Reptiles et des Mammiferes. 

Dans une de nos dernieres seances, M. V. Mayet m a rapporte un Boli- 
tophagus qui avait le corselet et les elytres couverls de petits Acariens 
microscopiques. Eh bien ! ces Acariens etaient precisement des hypopes 
du Tyroylyphus echinopus, et le Cole"optere qui les portait e*tait un agent 
inconscient de la propagation et de la dissemination de cette espece aca- 
rienne. Les hypopes reprennent leur vie normale des qu elles sont arri- 
vees sur un point ou la nourriture qui leur convient abonde et ou elles 
peuvent alors descendre de leur omnibus sans danger de mourir de faira. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Seance du 24 Aoiit 1881 (fin). 

Bulletin de la Sociele imperiale des Naturalistcs de Moscou, 1880, n k. 
LINDEMAN, Ueber Eurytoma (Isosoma) Hordei, albinervis, Lasio- 
ptera (Cecidomyia) cerealis und ihre Feinde, p. 378. 



171 

Bulletin de la Societe d &tudc dcs Sciences naturelles de Nimes, 9 e anne, 
mars et avril 1881, n 08 3 et A. Q 

Bulletino del Naturalista CoUettore, Siena, Agesto 1881, n 8. Una 
Crittogama insetticida, p. 2. * 

Comptes rendus hebdom. des seances de I Acad&mie des Sciences, 1881, 
2 e semestre, n os 6 et 7. KUNCKEL et CAZAGNAIRE, Du siege de la 
gustation chez les Insectes Dipteres ; constitution anatomique et valeur 
physiologique de 1 epipharynx et de 1 hypopharynx, p. 347. 

Journal of the Royal Microscopical Society, ser. II, vol. I, part 4, august 
^881. Germinal Layers of the Insecta, p. 595. Perfect Slate of 
Prosopistoma punctifrons, p, 596. Habits of Ants, p. 597. Struc 
ture and Affinities of Carboniferous Myriapoda, p. 598. Anatomy of 
Epeira, p. 598. Crustacean Deformities, p. 599. Development 
of the Araphipoda, p. 599. Limulus Polyphemus, p. 600 Sto- 
matorhiza of Sacculina carcini, p. 601. Organization of Sternaspis 
sculala, p. 601. Singamus trachealis of Pheasants, p. 602. 
Excretory Organs of Trematoda and Cestoda, p. 602. Ccelom and 
Nephridia of Platyhelmis, p. 604. Anatomy of Distomum clavatum, 
p. 604. Development of Tricuspidaria nodulosa, p. 604. Eye of 
Phanarians, p. 605. 

Naluraliste (Le), 3 e anne"e, n 58. ANCEY, Coleopteres nouveaux d Uza- 
gara (Afrique orientale interieure), p. 461. 

Nunquam otiosus, Miltheilungen aus dem Museum Ludwig Salvator von 
D r L.-W. Schaufuss, vol. Ill, Dresde, 1879. FOREL, Apha3nogas- 
ter? Schaufussi, p. 465. SCHAUFUSS, Prionus et Psilotarsus (Enume 
ration des especes, dont plusieurs nouvelles), p. 467 ; Beschreibung 
sechzig neuer Pselaphiden : 1 gen. nov. (Gonatocerus) et 60 sp. nov., 
p. 481 ; Synonymies et observations sur divers Coleopteres, p. 477, * 
Oflert par M. Schaufuss. 

Psyche, organ of the Cambridge entomological Club, vol. Ill, n 83, 
mars 1881. COOK, Insects in Winter, p. 183. Proceedings of 
Societies Cambridge entomological Club, p. 186. Homologies of the 
Cremasler, p. 186. 

Revue dcs Travaux scientifiques, publie e par le Ministere de 1 Instrnction 



172 

publiquc el des Beaux-Arls, aout 1881. Indication de Iravaux ento- 
mologiques. 

Socicte zoologique de France, 1881. CHAFER, De la nomenclature des 
corps organises. 



HORN. Revision of the species of Polyphylla of the United States et Notes 
on Elateridse, Cebrionjdae, Rhipiceridae and Dascillidae (gen. et sp. 
nov.). * 

PREUDHOMME DE BORRE. Lisle des Criocerides recueillis au Bre sil par 
van Volxern, suivie de la description de 12 nouvelles especes aineri- 
caiiies de cette tribu. * 

E. D. 



Stance clu 14 Seplembre 1881. 

American (The) Naturalist, vol. XV, n 9, seplembre 1881. GISSLER, 
Variations in a Copepod Crustacean (15 fig.), p. 689. PACKARD, 
Scolopendrella and its position in nature (!\ fig.), p. C98. General 
notes Entomology, p. ll\l\. 

Bulletin dc la Societi hUpano-portugaise de Toulouse, t. II, 1881, 
- 4 * Q 

Bulletino delta Societa entomologica italiana, 1881, 2 e Irimcstre. 
MAGRETTJ, Sugli Imenolleri della Lombardia, mcmoria prima, p. 89. 

GRIBODO, Conlribuzionc allo studio di alonne specie italiane del 
genere Triphia, p. 12Z|. FIORI, Contribuzione allo studio del Lepi- 
dolleri del Modenense et del Reggione, p. 132. GRIBODO, Escur- 
sione in Calabria (1877-1878), Imenolteri, p. 1/|5. GAVANDA, Nuovo 
genere (Plutonium) ennova specie (P. Zwierleini) di Scolopendridi 
(1 pi.), p. 169. TARGIONI-TOZZETTI, Orthopterorum ilalia3 species 
no\ae in collectione R. Florentino, p. 180. DE SIEBOLD, Preghiera 
ai signori entomologi ilaliani risgenardante la Psyche apiformis, p. 187. 

MACCHIATI, Osservazioni sulla Fillossera del Lessio in Sardegna, 
p. 188. llasscgna cnlomologica : Indication de 37 travaux enlomo- 



175 

logiques nouvcaux, p. 191. Notizia cli Enlomologia applicala, huit 
remarques, p. 208. 

Comptes rendus hebdomadaires dcs seances de I Academic dcs Sciences, 
2 C semestre 1881, n 05 8, 9 et 10. LIGHTENSTEIN, Evolution biolo- 
gique du Puceron de Tuime (Vacuna alni Schrank), p. 425. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, 11 anne e, n 131, septembre 1881. 
Chasse au Necydalis ulmi. Lamprohyza splendidula. 

Naturalisle (Le), 3 C annee, n 59. A. CHEVROLAT, Diagnoses de cinq 
Coteopteres Curculionites nouveaux (g. n. Lobaspis), p. 467. ANCEY, 
Descriptions de Coleopteres nouveaux d Uzagara, p. 468. MAURICE 
GIRARD, Analyse du 10 C fascicule du Species des Hymenopteres d Eu- 
rope et d Algerie de M. Ernest Andre, p. 469. 

Proceedings of the Scientific Meetings of the Zoological Society of London 
for the year 1881, part II (march and april). 0. WATERHOUSE, On 
the Coleopterous Insects belonging to the family Hispid collected by 
Buckley in Ecuador (1 pi.), p. 260. W.-L. DISTANT, Additions to 
the Rhynchotal Fauna of the Ethiopian Region (1 pi.), p. 270. 
THOMAS LORD WALSINGHAM, On some North American Tineida3 (2 pi.), 
p. 301. F. MOORE, Descriptions of new Genera and Species of Asiatic 
Nocturnal Lepidoptera (2 pi.), p. 326. MARTIN JACOBY, Descriptions 
of new Genera and Species of Phytophagous Goleoplera, p. 439. 
D r GUHTHER, On the Coleopterous Insects collected by prof. Bailey 
Balfour in the island of Socolra (1 pi.), p. 469. J.-O. WESTWOOD, 
Observations on two Species of Indian Butterflies (Papilio Castor and 
P. Pollux) (2 pi.), p. 479. 

Socicta entomologica italiana, Resoronti delle adunonze campilali del 
segretario G. Gavanna. Annee 1881. 



BERG (CARLOS). Apuntes Lepidoplerologicos, n" III. (Annales de la Socie- 
dad cienlifica Argentine, t. XII, p. 31-36, 1881.) 6. Rectificaciones 
correspondientes al genero Mimallo lib., Berg. 7. Sobre alcanos 
especies de la familia Bombycidse. 8. Observations acerca del 
genero Streblota Hb., Berg. * 



- 17/j - 

HAUSER. Recherches physiologiques el histologiques sur 1 organede 1 odo- 
rat des Insectes, traduit dc Tallemand par M. II. Gadeau de Kerville. 
In8 n , avec 1. pi. Rouen, 1881. * Oflert par M. de Kerville. 

E. D. 



Stance du 28 Scptcmbrc 1880. 

Comptcs rcndus dcs seances dc la Soctitc cntomologique dc Eclgiquc, 
se"rie III, n 7 (2 juillel 1881). PREUDHOMME DE BORRE, p. en, 
Description d une nouvcllc espece de Buprcslidc du genre Sternocera 
(S. Cambieri). LEON BECKER, p. civ, Communications arachnolo- 
giques et especes nouvelles pour la faune beige. PREUDHOMME DE 
BORRE, p. CYII, Remarques sur quelques varietes des Carabus viola- 
ceus, purpurascens et catenulalus. LE MEME, p. cvui, Excursion 
dans la foret d Houdthulst. II. DONCKIER et LAMEERE, p. cix, 
Comple rendu de Texcursion du 12 juin dans la vallee de la Moligne"e 
et liste des Cerambycides capture s. DIVERS, p. ex, Captures 
recenles. 

S6rie III, n 8 (6 aoul 1881). LEON BECKER, p. cxiv, Communi 
cations arachnologiques et especes nouvelles pour la faune beige. 
R. MAC LACHLAN, p. cxviu, Note sur le male de Pcrla Selysii Piclet. 
PREUDHOMME DE BORRE, p. cxix, Anomala senea, var. Baudueri 
de Borre et A. oblonga. DIVERS, p. cxxi, Captures re"cenles. 

Comptcs rendus hebdomadaircs dcs seances dc I Academic des Sciences, 
tome XCIII, 2 e semestre 1881, n 11 et 12. Q 

Entomologist s monthly Magazine (The}, vol. XVIII, n 208, septembre 
1881. JORDAN, p. 73, A comparaison of the Plerophori of Europe 
and North America, suggested by Lord Walsingham s Pterophorida3 
of California and Oregon . W. BUCKLER, p. 76, Natural history 
of Miana expolita. E. PARFITT, p. 78, Two new species of Ichneu- 
monidze. REV. II. HARPUR CREWE, p. 80, A new species of Eupi- 
thecia. COMMUNICATIONS : p. 81, Entomological collecting on a 
voyage to the Pacific ; p. 86, On the variable number of moults in 
larva? from the some batch of eggs; p. 87, Eupitliecia jasioncata; 



175 

id., Drepanula sicnla ; id., Rare Lepidoptera at Deal ; id., The influence 
of rain in the destruction of the larvas of Charaeas graminis ; id., The 
genus Oporabia ; p. 88, Cosmia pyralina near Weybridge ; id., Noto- 
donta cucullina; id., IchneumonidaB infesting larvaB of Gyrinus nala- 
tor; p. 89, Rare Diptera in the New Forest; id., Sarlena (Hagen, 
1864) = Neurorthus (Costa, 1863). G.-F. MATHEW, p. 92, List of 
Lepidoptera observed in the neighbourhood of Gallipoli (Turkey), in 
1878 (suite). 

Memotres de I Acadtmie de Stanislas, 4 e se"rie, t. XIII, Nancy, 1880. Q 

Mitthcilungen der Schweizerischcn entomologischcn G esc Use haft, vol. "VI, 
n k (20 aout 1881). II. FREY, p. l/i3, Nachtrage zur Lepidopteren- 
Fauna der Schweiz (n. sp.). D r HALLER, p. 147, Enlomologische 
Nolizen. D r STIERLIN, p. 15/i, Ueber Carabus Latreillei Dej. und 
seine Varietaten. LE MEME, p. 159, Beschreibung einiger neuer 
Russelkafer. R/ETZER, p. 165, Eine Excursion in der alpinen Siiden 
der Schweiz. L. VON HEYDEN, p. 198, Carabus olympiae Sella, var. 
Stierlini Heyd. (Sellae Strl. nee Krlz.). 

Naturaliste (Le} (*), n 60. 

Psyche, organ of the Cambridge entomological Club, vol. Ill, n 8/1 (avril 
1881). H.-A. HAGEN, p. 195-196, Some Psocina of the United 
States. A.-J. COOK, p. 197-198, Foreign Honey Bees. M.-E. 
MURFELDT, p. 198, A fragrant butterfly (Callidryas eubule). 

"Revue des Travaux scientifiques, publiee par le Ministere de I lnstruction 
publique et des Beaux- Arts, septembre 1881. Q 



PABLO COLVEE (D.). Estudios sobre algunos inseclos de la familia de los 
Coccidos. Broch. in-8, Valencia, 1881, ZiO p., 1 pi. n. * 

PREUDHOMME DE BORRE (A.), DIETZ (FR.) et VAN SEGVELT (EDM.). Mate- 
riaux pour la faune enlomologique de la province d Anvers (l re cen- 
lurie). Broch. in-8, Bruxelles, 1881, 22 p. (Extr. Bulletin Cercle 
floral d Anvers.) * 



17G - 

RILEY (C.-V.). Further notes of the Pollination of Yucca and on Pronuba 
and Prodoxus (avec fig.) ; Additional Notes on the Army Worm (Leu- 
cania uniptmcla) ; Some recent practical Results of the Colon Worm 
Inquiry by the U. S. Entomological Commission; The hitherto unknown 
Life-habits of two genera of Beeflies (Dombyliidaj). Broch. in-8, 33 p. 
(Exlr. Proceedings of the Amer. Associat. for the Advancement of 
Science, vol. XXIX, Boston, 1880.) * 

J. BOURGEOIS, 



Seance du 12 Octobrc 1881. 

American Naturalist (The}, vol. XV, n 10 (octobre 1881). A.-S. PAC 
KARD, p. 78/i, Notes on the Early Larval Stages of the Fiddler Crab, 
and of Alpheus. COMMUNICATIONS, p. 814 : Notes on Ilydrophilus 
triangularis ; The cultivation of Pyrelhrum and Manufacture of the 
Powder (suite) ; Migration of Plant Lice from one Plant to another; 
The Chinch Rug ; Phylloxera Laws; One half the Vine area of France 
affected by Phylloxera ; London Purple and Paris Green ; Entomologist 
for the Pacific Coast ; Dilar in Nort America ; Locusts in Nevada ; Odor 
in Butterflies. 

Bulletin d Insccloloyie agricole, Journal monsuel de la Societe centrale 
d Apiculture el d Inseclologic, 6 C anne e, n 08 7 et 8 (juillel-aout). 
DIVERSES NOTES ET COMMUNICATIONS : p. 97, Maniere de recueillir et 
conserver les Insecles (suite) ; p. 100, La Doryphore el la Coccinelle; 
p. 10/t, Les ennemis du cresson ; p. 105, Allises, Fourmis et Puce- 
rons ; p. 108, La Cicadelle de la Gironde (Hysteroplcrum grilloiides F.) ; 
p. 115, La Pyrale des Pommiers; p. 116, Education du Ver a soie du 
Chene (suite) ; p. 119, Destruction de 1 Araignee rouge des Camellias ; 
p. 120, Pentatome ornee; p. 121, Les Fleurs et les Insecles (suile) ; 
p. 128, Penlatome des fruits (Pcntaloma baccarum Atid.-Serv.). 

Bulletin mcnsucl de la Societe Linnccnne du Nord de la France, n 106 
(avril 1881). L. CARPEKTIER, p. 2/i5, Contributions a la faune 
locale (Coleopleres). 

J. B, 

Paris, 22 octobre 1881. 
PARIS. Typographic et Lithographic FKLIX MALTCSTE ET C e , rue Dussoubs, 22. 



1JJ81. NO 20. 



SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissant deux fois par mou 



Seance <Iu 2G Oetobre 1$$!. 
Presidenee de M. L. FAIRMA1RE. 

MM. P. de La Perraudiere, de Mayenne, et A. Mellottee, noavellement 
admis an nombre de nos membres, assistent a la seance. 

M. H. Lucas, secretaire adjoint, remplace le Secretaire absent. 

Lecture. M. E. Simon depose sur le bureau un 13 e memoire, faisant 
partie de ses Etudes arachnologiques, comprenant les descriptions d es- 
peces et de genres nouveaux de la famille des Dysdcridx. 

Communications. M. A. Rafl ray adresse a M. H. Deyrolle une leltrc 

date"e du camp du roi d Abyssinie, dans les montagnes de Zeboul, pays 

des Gallas, 22 aout 1881, et dont la Societe croit devoir reproduire les 
passages qui suivent : 

Je profile d un counier que j envoie a la cote pour vous donner de 
mes nouvelles, qui sont d ailleurs tres bonnes. Quant a rEntomologie, 
elle va mieux encore, si c est possible, bien que mes fonclions ne me 
permetlent pas d en faire autant que je voudrais ; mais TAbyssinie est un 
pays extremement riche en insectes pendant la saison des pluies. J ai pris 
des choses magnifiques, entre autres le rare Gompsoccphalus, que j ai 
(9 e annrf, n 20/i.) 20 



rencontre* en nonibre. II n y a bicn qu une seule espece, dont j ai toules 
les variete s : depuis !e brun rouge pourpre jusqu au jaune d or, depuis le 
bleu d azur jusqu au noir vert el vert emeraude translucide. C esl on 
insecle superbe, dont vous aurez plusieurs exemplaires de loules les 
varie te s. 

L envoi que je vous fais contiendra, en outre, une quanlite d autres 
belles et rares especes au nombre d environ 1,000 et 5 a 6,000 exem 
plaires. J ai bien aussi 200 a 300 Paussus comprenant beaucoup d cs- 
peces. 

Je serai a Paris vers le milieu de Janvier prochain. 

M. J.-B. Ge"hin envoie une note sur le Calosoma blaploide Put/eys : 

Au commencement de cette annee, j ai recu plusieurs Calosornes 
provenant du Mexique; parmi eux il s en Irouvait un qui m a prescnle 
quelques particularity que jc voulais signaler en le de crivanl comma 
espece nonvelle sous le nom frEutelodontus Aztccus. Mais, avant d cn 
publier les caracteres, j ai lenu in me renseigner, et bien nven a pris, 
car je suis arrive a Paris au moment oil M. Salle" allait expedier en 
Angleterre sa riche collection d insectes mexicains. Mon insccte y iigu- 
rait, en effet, sous le nom de Calosoma blapto ide Pntz. 

En Belgique, je n ai pu voir le type dans la collection de M. Pulzeys, 
parce que le Calosome dc crit par lui appartenait a la collection de La- 
cordaire et avail, par consequent, e"te vendu avec el!e. En comparant 
mon insecle avec la description donne"e dans le tome II des M6moires de 
r Academic de Liege, j ai pu me convaincre que les caracteres de ce Calo 
some ne repondent pas exaclemenl & ceux qui apparliennent au 
blapto ide. 

Grace a Textr6me obligeance de M. Henri de Bonvouloir, j ai recu en 
communication le type de la collection Lacordaire : c est une femelle, 
tandis que lemien est un male. Cette opposition des sexes peut bien expli- 
quer quelques differences, mais comme il y a de ces differences qui sont 
presque de 1 ordre ge"nerique et qu elles n ont pas (^td signale es dans la 
descriplion originate, je crois qu il y a inler^t h les fairc connaltre en 
decrivant le second sexe de I espece. 

Calosoma blaptoide Pulz. Meme grandeur, meme couleur et meme 
forme dans les deux sexes. Dent du menton Ires petile, mais lobes lal^- 
raux Ires de veloppe s, un pen plus dans le male que dans la femelle. 
Tele du male un pen plus convexe enlre les yeux, oil Ton ne voit 



179 

qu mie (res faible trace de la base des deux impressions en demi-cercle 
assez distinctes dans la femelle. Les mandibules de celle-ci sont Ires 
neltement strides en travers, mais dans Fautre sexe, c est in peine si les 
slries apparaissent au cot6 interne. Le deuxieme article des antennes 
n est pas du tout comprime; le Iroisieme ne Test que trcs faiblement au 
cot6 interne ; le dessus porte des traces d une carene longitudinale 
mousse, dans le male comme dans la feraelie. Le prothorax est sem- 
blable dans les deux insecles, celui du male a cependant le bord lateral 
posterieurement plus releve que celui de la femelle. Ely Ires semblables 
pour la forme, mais c est a peine si, avec line forte loupe, on retrouve, 
dans celles du male, des traces des strioles non ponctue"es el des trois 
rangees de fossetles, larges el pen profondes, qui sont indique"es nette- 
ment dans la femelle. Le dessous du corps est semblable ainsi que les 
patles, qui ont toules les tibias droits. Les tarses ante rieurs du male ont 
trois articles dilates et spongieux en dessous. 

Malgre" les differences indiqu^es, les deux insectes appartiennent indu- 
bitablement a la meme espece ; mais le male, par les proportions des 
differentes parties du menton, par ses mandibules presque lisses en 
dessus , par la forme presque cylindrique des deuxieme et troisieme 
articles des antennes, par ses pattes greles, les libias droits et la forme 
allongee des elylres, qui sont acuminees et retre"cies,aux epaules, se rap- 
proche singulierement des Carabes, tandis que par ses larses antSrieurs 
et la forme remarquable du prothorax, il apparlient aux Calosomes. 

Mon insecte et ceux de M. Salle proviennent bien certainement du 
Mexique (province d Oaxaca, pour le mien), mais 1 etiquette du type, de 
Tecriture de Lacordaire, je crois, porte Colombie, bien que M. Putzeys 
rindique du Mexique. 

Errata du precedent Bulletin. 1 Page 162, ligne 29, au lieu de : les 
7 e et 9* assez faiblement, lisez : le 7 e moins, le 9 e tres faiblement. 
2 Page 16/j, ligne 17, au lieu de : palpes, lisez : pattes. 

M. L. Fairmaire fait la communication suivanle : 

Un de nos jeunes membres, M. E. Monnot, petit-tils de Berce et demeu- 
rant au Mans, me communique un fait relalif a la Getonia speciosissima, 
insecte rare dans nos pays. On lui a apporle, tout recemment, un morceau 
d orme provenant d une bosse d un arbre debit6 en planches et dont la 
cavile etait occupee par huit indiviclus de la Ce" toine en question. Jusqu a 






ISO 

present on cilail loujours les chenes comme 1 arbre de predilection de cet 
insecle; mais comme les Cetoines vivent des detritus vege"taux, des bois 
reduils a 1 etat de lerreau ou d amadou, el non de la substance ligneuse 
vivanle, je crois que 1 espece des arbres ou on la trouvc est d une impor 
tance mediocre. II est probable que la Cctonia spcciosissima vit dans des 
arbres fort different s, pourvu qnc leur tissu soil devenu spongieux ct 
facile a penetrcr. On rencontre en elfet les larves de Cetoines dans les 
amas de lerreau et dans les vieilles couches des jardins polagers aussi 
bien que dans les souches (Farbrcs, dans les nids de Fourmis et meme 
dans les nids d Al)eilles sauvages. 

Dans les lies dc TArchipel, Tinsecte dont nous parlons est parfois 
exlrememenl abondanl sur les arbres fruitiers en flenrs, et ses larves ont 
du se nonrrir dans d autres souches que celles des chenes, a moins que 
ce ne soit dans les racities des chAnes-verls el kermes. 

- M. Maurice des Ciozis fait connailre une note inliltilee : Quelques 
reclificalions synonymiques louchant differenle genres et especes de Co- 
leopteres francais (/i e partie) : 

VIIL Le genre CHALCOIDES Foudras, soit qu on Tadople pour genre 
propre, soil quo, Tun n en fasse qn un sous-genre des Crepidodcra, ne petit 
garder son nom, parce qu il exisle dejr i une coupe CIIALGOIDEA creee 
par Molschulsky aux depens des Ghrysomeles. On pourrait le nom me r 
FOUDRASIA, et cc sera it un juste hominage rendu a Tauleur de la belle 
Monographic des Allises. 

IX. Le genre CRENIPHILUS, fonde par Motschulsky en 18Zi5, est 
idenlique au genre Anacxna Thorns., 1860 ; le premier nom doit par con 
sequent elre prefere. 

X. Le nom de MELANOTTS ayant ete employe par Dejean pour un 
genre de Carabides, anterieurement a la creation du genre Melanolus 
Eschli., 1829, ce dernier dcvra s appeler en consequence PERIMECUS 
Sleph., 1832. 

XI. Le Dasylcs tibialis Mulsanl et Rey, 1868, ne saurait garder ce 
nom, parce qu il exisle un aulre libialis Solier, Gay., Hist. Chil., IV, du 
chili, et fort anU ricur. On pourra baptiser noire cspece du nom nou .oau 
dc Enjanus des (lOzis. 



181. 



XIL Le Lye I us pubescens de nos catalogues esl eeiui dc Duflschmid 
et non celui de Panzer. Or, ce dernier elant identique au L. bicolor de 
Comolli et en primanl le nom, il devient necessaire de baptiser a nouveau 
Fespece de Duftschmid. On pourra Tappeler Duftschmidi, comme il est 
d usage. 

XIU. VApion parvulum Mulsant et Key, 1859, e"tant prime" par 
VApion du meme nom decrit par Gerstacker, de Colombie, devra prendre 
le nom de scrpyllicola (Wencker in litt.) qiril porle deja dans un bon 
nonibre de collections, mais qui n a jaraais 616 public, du moins a ma 
connaissance. 

XIV. VApion genista? Kiiby, 1811, Wencker, etc., elant identique 
a VA. astragali Herbsl, 1795, prendra ce dernier nom. Mais par 1ft meme 
il laudra d^bapliser VA. astragali J Payk., 1798, Wenck. et auct.; on 
pourra nommer ce dernier sxculare des Gozis. Si je ne 1 appelle pas du 
nom de Paykull, comme. Ton fait souvent, c est parce que j ai deja indique 
ce nom pour line autre espece [dans mon Catalogue des Coleopteres de 
France, p. 75, n 92, en remplacement de celui de punctigerwn J Payk.; 
ce dernier n e"lant pas acceptable a cause de Texistence d un autre puncti- 
gcrum Thunberg, 178/i (platalca Germ., 1817, el auct.). 

XV. U Anthonomus gracilipes Desbr., 18/2, devra perdre son nom, 
parce qu il existe deja, un Anthonomus gracilipes Boheman, de Tai li. On 
pourra le nommer A. Icptopus des Gozis. 

M. Maurice Girard lit les communications suivanles : 

1 Au mois de mars de celte anne e, M. Xambeu a Irouve, pres de Port- 
Vendres (Pyrenees-Orientales), des larves donl je presente un exemplaire, 
et qui etaient communes sous les pierres, ou elles se tissent des passages 
soulerrains en reseaux soyeux ; ce sont les pieges cle chasse de ces 
insectes carnassiers, voisins des Termites, mais d un tout autre regime. 
Elles se rapporlent tout a fait a la description de la larve, seule connue, 
de YEmbia Solieri Rambur, trouvee pres de Marseille par Solier. Les 
exemplaires du Museum de ces larves ont cle recoltcs jaclis par M. H. 
Lucas pres de Toulon. 

Cette espece, dont il y aura a recherclier les adultes ailes dans les deux 
sexes, est Ires difiercnle de VEmbia mauritamca Lucas, d Algerie, el de 



1 espece d Egypte, m6m Savignyi Weslwood, syn. aegyptiaca E. Blan- 
chard. 

On pourrait croire, avec Rambur, que cette espece est d importalion, 
d apres les locality s maritimes cities ; mais M. H. Lucas se rappelle avoir 
trouve frequernment, il y a longtemps, ces memes larves pres de Perpi- 
gnan et de Collioures. Je suis porle" a croire, par celte extension meme, 
que VEmbiaSolieri est une espece indigene. Le departemenl des Pyre nees- 
Orientales est, par ses conditions ihermiques, tres propice aux formes 
des regions chaudes, temoin le Paussus Favieri. II ne faut pas accepter 
le"gerernent les importations. Le Termite des Charentes, Termes ludfugus 
Rossi, a 616 longtemps regarde com me introduit a La Roche! le par les 
marchandises de Saint-Domingue (Haiti) et originaire de ce pays; puis sa 
decouverte dans les souches des pins maritimes des Landes lui a reslilue* 
si vraie qualite d espece indigene. 

2 M mc la baronne de Pages m a remis de nombreux exemplaires d un 
petit Hym^noptere mellifique nidifiant, YOsmia punctatissima Lepel. de 
S l -Farg., syn. : Itucomelana Kirby, interrupta Schrank, ayant infeste 
veritablement celte ann^e le village de Lourmarin, arrondissement d Apt 
(Vaucluse). Ces insectes sortent, par legions, de petits trous qu ils percent 
dans les vieux bois des portes, ou de trous anlerieurs dus & des Vrillelles, 
ou ils se logeraient. On a peint et mastiqud sans succes les bois attaques. 
Par le fait de ces Osmies, la vieille porte du chateau de Corneillan est 
devenue inabordable a certaines heures de la journee. 

3" M. Pissot m a adresse" des Altises, de Fespece Psylliodes attenuatus 
llliger, qui se trouvaient cette annee en quantite immense dans les fruits 
des pieds femelles du chanvre, a Doulevant (Haute-Marne), blotties enlre 
la graine et le calice. Les feuillages elaient tres bien portants, mais les 
graines peu grosses, avec 1 amande presque ridde, de sorle que beaucoup 
seront probablement ste" riles. 

- M. II. Lucas lit une note sur des larves hypodermiques : 

Je fais passer sous les yeux de la Socie te des larves, probablement 
adulles, d une Muscide qui appartient & la famille des OEstrides : VQEde- 
maycna tarandi de Linne. Cette espece a pour patrie la Laponie et se 
plait sur les Rennes. Les larves que je communique ont ete renconlre es 



sous la peau (Tun Renne rapporle" par M. le professeur Pouchet d un 
voyage qu i! a fait dernierement en Laponie ; ce Renne a ve"cu quelque 
temps a la menagerie du Museum, et c esl en en faisant 1 autopsie que 
ces larves, a mouvements Ires lents et a partie anterieure acumine e, ont 
16 de"couvertes. Elles ont acquis un certain developpement, car elles 
galent en longueur 26 millimetres et mesurent 13 millimetres dans leur 
plus grande largeur. Elles sont d un blanc testace" brillant avec les organcs 
buccaux et les stigmates d un brun ferrugineux. 

Au sujet de ces larves, qui passent leur vie sous le derme de ces Mam- 
miferes, je rappellerai que M. Brauer a public un travail plein d inte ret 
sur le genre de vie des Dipleres hypodermiques et particulierement sur 
celui de YOEdemagena (Hypodermci) tarandi. Dans ce travail, accompagne" 
de 10 planches et qui a pour litre : Monographic der GEstriden, M. Brauer 
d^crit, p. 132 el figure, pi. 2, fig. 1, <?, fig. la, ?, et pi. 8, fig. 8 
(1863), 1 insecte parfail et la larve de ce Diplere Arctique ou du Pole 
Nord. 

Candida* present^. M. Ame dee Alteon, a Varna (Bulgarie) (Entomologie 
generate, surtout Coleopteres), pre sente" par M. L6on Fairmaire. Com- 
missaires-rapporleurs : MM. H. Deyrolle et II. Lucas. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUK 
Stance du 12 Octobre 1881 (suite). 

Annettes de la SocieU entomologique de France, 6 e serie, tome I er , 1881. 
2 e trimestre, planches 5, 6 ct 7. Deux exemplaires pour la Biblio- 
theque. 

Mdmoircs, p. !Zi5-256. Bulletin des seances, p. XLIX-LXXX. 
Bulletin bibliographique, p. 1-10. 

L. BEDEL, Faune des Coleopleres dn bassin de la Seine et de ses 
bassins secondaires. 2 e sous-ordre : Palpicomia (ttydrophiUdss, fin, 
et Catalogue ; Spherididw), p. 305 ^ 336. 



Compies rendits hcbdomadains dts stances dc I Academic des Sciences, 
1881, 2 e scmeslre, n" 13 el 14. HENNEGUY, p. 503, ftesultats 
obtenus, dans le traitement des vignes phylloxer6es, par rcmploi du 
sulfure do carbone et du sulfo-carbonale de potassium. J. PASTRA, 
]>. 506, Observations relatives aux accidents survenus dans les vignes 
traile es en 1881 par le sulfure de carbone. 

Entomologist s monthly Magazine (The), n 209 (octobre 1881). G.-F. 
MATHEW, p. 97, List of Lepidoptera observed in the neighbourhood 
of Gallipoli, Turkey, in 1878 (fin). Il.-tJ. MEADE, p. 101, Anno 
tated list of British Anthomyiidae (suite). J. SCOTT, p. 104, On 
certain British Hemiplera-Homoptera (suite), sp. nov. G.-T. POR- 
RITT, p. 106, Description of the Larva of Scoparia truncicolella. 
W.-F. KIRBY, p. 107, Description of a new Genus and Species of Ten- 
thredinidae (Parastatis indica). A.-G. BUTTLER, p. 107, On a New 
Species of Charaxes from West Africa (Charaxes Carteri). COMMU 
NICATIONS, p. 108 et suiv. : Drepana sicula ; Boletobia fuliginaria at 
Lewisham ; Further captures of Boletobia fuliginaria ; Boletobia fuligi 
naria in London ; Plusia orichalcea in Pembrokeshire ; Nonagria des- 
pecta in Pembrokeshire ; Singular variety of Pieris napi ; Captures of 
Lepidoptera in the Norfolk fens ; Curious variety of Hepialus humuli ; 
The ravages of Charseas graminis in Thuringia ; Capture of rare Lepi- 
doplera and Ilomoptera in Herefordshire; A new mode of collecting 
Coleoptera, etc.; Meligethes morosus Er., a species new to Britain; 
Harpalus disco ideus F.; Choragus Sheppardi in Warwickshire ; Capture 
of Ceratocombus and Cryptostcmma ; Notes on Hemiptera at Battle 
etc.; Aculeate Hymenoplera at Hay ling Island and Bournemouth ; A 
brief notice of C.-L. Doleschall, the Dipterologist. R.-C.-R. JORDAN, 
p. 117, A comparaison of the Pterophori of Europe and North Ame 
rica, suggested by Lord Walsingliam s Pterophorida3 of California 
and Oregon (suite). 

Fcuille des Jeunes Naturalisics, n 132 (octobre 1881). COMMUNICA 
TIONS ENTOMOLOGIQUES DivERSES : Chasse aux Clavigcr ; Hivernage 
des Papillons ; TEgosoma scabricorne. 

L Archivisle adjoint : J. BOURGEOIS. 

Paris, 31 octobre 1881. 



S. Typographic et Lithographic Fiinx MALTESTC ET C e , rue Dussoubs, 22. 



1881. NO 21. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE PRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



Avis important. Dans la prochaine seance (23 novembre 1881), la 
Sociele procedera a la nomination d une Commission de cinq membres 
chargee de presenter une lisle de candidals pour rejection de cinq mem 
bres honoraires (trois Francais et deux etrangers). Decision des 27 juillet 
et 10 aout 1881. 



BULLETIN DES SEANCES 

Paraissant deux fous par 



Seance <lu 9 !ov<unlre 

Presidence de M. L. FA1RMAIRE. 

MM. Felix Ancey, de Marseille, le D r Hector Auzoux, de Saint-Aubin- 
d ficrosville, et Henri Gadeau de Kerville, de Rouen, assistent a la 
stance. 

Lectures. M. le D r L.-W. Schaufuss adresse un travail iutitule : Des 
criptions de Cole opteres aveugles nouveaux de la famille des Colijdiidse ; 
comprenant les Stylulus (g. n.) nasutus, de 1 ile de Saint-Thomas ; Cryp- 
tozoon (g. n.) civile et nitidicolle, de Porto-Rico ; Aglenus major, d Anda- 
lousie, et brunneus var. rugipennis, de Grece. 

- M. Aug. Glievrolat communique les diagnoses de dix-neuf especes 
nouvelles de Longicornes europ^ens et circumme"diterramjens, se rappor- 
lant aux genres : Hesperophanes, Obrium, Vadonia, Gallimoxys, Cartal- 
(9 C annt e, n 205.) 21 



18G - 

turn, Phymatodes, Ctytus, Smodicum, Dorcadion, Dorcatypus et Pfiy- 
taecia. 

Communications. M. le President est heureux d annoncer a la Socie"te 
que deux de nos collegues ont oblenu des recompenses a TExposition 
d tilectricite". M. Mors a recu une me"daille d or comme conslructeur de 
rlectro-S6maphore du sysleme Tesse, Lartigue et Prudhomme, et 
M. Lartigue a recu une m&iaille d or comme collaboraleur de ce sys- 
teme. 

M. le D r L.-W. Schaufuss adresse, de Dresde, la note suivante : 

M. Abeille de Perrin a public dans le Bulletin n 17 (seance du 14 sep- 
tembre 1881) une note dont Pobjet, sinon la forme, exige une re"ponse. 
Je ne connaissais pas jusqu a ce jour les travaux de M. Abeille sur le 
genre Bathyscia; par la complaisance de M. le D r Horn, qui m a fait par- 
venir ce Synopsis , j ai eu connaissance de la premiere observation 
que notre collegue a faite sur les tarses ante"rieurs de ces Cole"opteres, 
qui sont de 5 articles chez le male de toules les especes de"crites, 
except^ le Milleri. Si cette observation est exacte, ce que je ne 
eux pas contester, car j ai fait, il y a quelque temps, une de"cou- 
verte semblable chez un aulre genre de Cole"opteres, me"connu depuis 
qualre-vingts ans (voy. Ann. Mus. civ. SI. nat. Gen., 1881); si done 
MM. Schiodte, Kiesenwetter, Lacordaire, F.-J. Schmidt, Miller et moi, 
nous nous sommes Irompes en voyant les tarses seulement de quatre 
articles chez un grand nombre de Bathyscia, la synonymic des genres 
devient, d apres les theses adoptees par les entomologistes, certainement 
tout autre que M. Abeille de Perrin ne 1 a faite dans son travail. 

M. Schiodte a fonde le genre Bathyscia sur : tarsis anticis quadri- 
articulatis . Les especes qu il croyait conforme"es de cetle maniere 
doivent disparailre de ce genre, parce qu il s est tromp6 a cet egard ; 
mats il se trouve maintenant des individus qui s accordent tout a fait avec 
sa diagnose du genre Bathyscia, c est le Milleri (d apres M. Abeille de 
Perrin [Horn] ) ; par consequent, ce dernier genre doit devenir le genus 
pour cux. Le nom Aphaobius Ab. en devient synonyme. 

Pour moi, j ai fonde" les genres Quxstus et Qusesticulus sur les carac- 
leres : tarsis anticis in d quinque-, in $ quadri-articulatis. Par 
consequent tous les Bathyscia ABEILLE doivent entrer dans ces deux 
genres. 



187 

La difference de mes deux genres est conslatee clairement dans raon 
Iravail : Zwei neue Silphidengattungen (Stett. ent. Zeit., 1861), et ne se 
base pas, comme M. Abeille le dit, seulement sur la dilatation des tarses, 
mais anssi sur la difference des antennes, des mandibules, de la poilrine. 
C est la difference des antennes que M. Miller a signalee par ses 
groupes : antennarum clavse articuii dongati et ant. clavse articuli breves. 
Le groupe a repond au genre Qusestus, le groupe b au genre Qusesticulus, 
dans leurs especes typiques : arcanus et adnexus Schauf. 

Le tableau synonymique doit 6tre dresse comme il suit : 

1. BATHYSCIA Schiodte, Spec. Fn. subt., t. II, p. 11, fig. 1. (Genus turn 

fciturum, nunc bonum.) 

= Bathyscia Kiesw., Stett. ent. Zeit., 1850. fError !) 

= Adelops Miller, Verb. zool. bot. Ver. Wien, 1855. (Error !) 

= Adelops et Bathyscia Lacord., Genera. (Error!) 

= Adelops Schmidt, Verb. zool. bot. Ver. Wien, 1855. (Error!) 

= Adelops Scliauf., Stett. ent. Zeit., 1861; Isis, Dresd., 1861. (Error!) 

= Aphaobius Abeille, Bull. Soc. Hist, nat, Toulouse, 1878. (Synon. !) 

Diagnosis generis (in exc.) : Tarsi antici in utroque sexu QUADRI- 
articulati. (Schiodte, sec. Lacord.) Species : Bath. Mitteri 
Schmidt (et duo adhuc ineditss, sec. D r Horn, Syn. Silph. Trans. 
Am. Ent. Soc., 1880, in coll. Abeille). 

2. OU>ESTICULUS Schaufuss, Stetl. ent. Zeit., 1861, t. I, fig. 2. 
= Bathyscia Abeille, loc. cit. (pars) 

Bathyscia Horn, loc. cit.; Bull. Soc. ent. Fr., 1880 (pars). 

Diagnosis generis (in exc.) : Tarsi antici in<$ QUINQUE-, in $ quadri- 
articulati, mandibulse apice frzdentatae, antennae fere monili- 
formes , mesosternum et metasternum subtiliter carinata. 
(Schaufuss, loc. cit.) Species : Questic. adnexus Schauf. et 
alia. 

3. QUiESius Schaufuss, loc. cit., t. I, fig. 1. 
= Bathyscia Abeille, loc. cit. (pars). 

= Bathyscia Horn, loc. cit.; loc. cit. (pars) 



188 

Diagnosis generis (in exc.) : Tarsi ant id in 3 QUINQUE-, in $ quadri- 
articulati, raandibulae apice ^zw/n dentalae, antenna} /t//formes, 
proslernum, mesoslernum, metaslernum attc carinala. (Schau- 
fuss, loc. cit.) Species : Quest, arcanus Schauf. et alise. 

M. le D r Horn ne connalt pas mon travail (Stettin.) dans lequel j ai 
deja constate que les bandies posterieures des Qusestus et Ouxsticulus 
sont distantcs et separees par une carene, car il dit que tous les auleurs 
europeens avaient ecrit que les handles sont conligues . 

Quant a la difference de O. pruinosus Schauf. ct narentinus Mill., 
Erberi Schauf. et celatus Hampe, voir : Nunquam oliosus, p. 34 et 35, 
et les types dans le Museum Ludwig Salvator. 

Pour la rectification de O. Kcrimi en tarsalis Kiesw., fen suis rede- 
vable a M. Sedillol; j avais la femellc comme Kerimi parmi les Ba- 
Ihyscia. 

- M. Maurice des Gozis adresse une note intitule e : Quelques rectifi 
cations synonymiques louchanl differenls genres et especes de Coleopleres 
francais (5 e et derniere partie) : 

XVI. Le nom de Amphibolus clonne par MM. Mulsant et Key a un 
genre de Te rediles (1863), e"tant prime par celtii de AMPHIBOLUS King, 
1830, cre e pour des He mipleres, devra elre remplace par celui de 
CLAUDIUS des Gozis, choisi en 1 honneur de M. Claudius Rey. 

XVII. - Bien que le genre Lyprus de membre par Schonlierr des 
lUGoOs ne soit generalement admis que comme sous-genre, je crois 
qu il doit faire disparaitre un genre Liprus \\ Motsch. cree* en 1860 pour 
des Hallicides clu Japon. On pourra nommer ce dernier NANCREDIS des 
Gozis, sans e"tym. 

C est par suite d un oubli que dans la l re parlie de ces notes (Bull, du 
U seplembre), en indiquant le changement que je propose de Rhyn- 
^hites en UHINOMACER, j ai neglige de mentionner les raisons qui me 
font adopter pourt p e du genre Rhinomacer de Geoffrey le R. violaccus, 
et non la premiere espece inscrite par Tillustre auteur parisien, le Ecc- 
mare Icvrcttc, aujourd hui un de nos Lixus, sans doule le filifonnis. 
Geoffrey caraclerise en elTet comme suit son genre Becmarc I RHINOMA- 
GER) : Antennes en ui t.sse, loiitcs droites , et les distingue par ces 



189 

derniers mots de ses Charancons, a anlennes aussi claviformes, mais 
coudees. Or, le Lixus dont les antennes et les scrobes appartiennent 
indubilablement au type gonalocere, malgre rimperfection de leur cou- 
dure, ne saurait etre pris pour ie type, c esl-a-dire pour Tideal d un 
genre caracterise" juslement par ses antennes droites ; aussi l ai-je eli- 
mine. II arrive en efiet souvent que la premiere espece en tele d un 
genre n est pas celle qui en realise le mieux les caracleres, tant s en 
faut. Cela elait aussi vrai chez les anciens auteurs que chez nous, et si 
Ton peut remarquer que dans nos catalogues modernes bien peu de 
genres commencent par leur espece typique (voir par exemple Carabus, 
Bembidion, Lampyris, Attica, etc.), on doit admettre de meme que nos 
devanciers agissaient comme nous et debutaient parfois par les especes 
anormales pour ne plus ensuite avoir a rompre leur serie. D ou la neces- 
sile d une interpretation. Or, comme c elait ici ou jarnais le cas, j espere 
que mes collegues me feront 1 honneur de ne pas penser la-dessus autre- 
ment que je Tai fait moi-meme. 

M. II. Lucas communique les notes suivantes : 

1 J ai appris de M. Naudin, d Antibes, que les larves des Hammati- 
cherus hcros et miles ont cause de tres grands ravages dans un bois de 
Chenes verts (Oucrcus ilc.c] sitne dans les environs de la Villa Thuret. 
Les souches de ces vieux chenes sont Iitl6ralement perforees comme des 
eponges par les larves de ces especes lignivores et presenlent des ouver- 
lnres arrondies a y mettre le doigt. Le soir, un peu avanl le coucher du 
soieil, on y voit de tous cotes ces Longicornes errer ca el la, deux par 
dcnx, probablement le male et la femelle, et on pourrait aisement en 
remplir plusieurs boites de chasse en une demi-heure. 

2 Je fais passer sous les yeux de mes collegues un Hyme noptere de la 
1 amille des Dasygastres, tres rare dans les collections, et qui a recu de 
M. Schmilh le nom de Mcgachile Pluto. Get Hymenoplere, qui peut etre 
considere comme le geant des especes comprises dans ce genre, est 
entieremenl noir, avec les yeux d un jaune clair, les joues et le premier 
segment abdominal revetus de poils blancs courts et serres; les ailes sont 
d un brun violace avec les nervures brunes. Cetle espece, remarquable 
aussi par le developpement de ses mandibules qui sont tridentees, est 
longue de 3/i i 38 millim. et son envergure mesure 52 ^ 56 millim.; elle 
a pour patrie Tidor, dans les Moluques, oil elle a etc renconlree par 



190 

M. Laglaize au n ombre de deux individus, qui ont ete cedes par lui au 
Museum. 

On ne connait pas encore le male de cette espece, qui a e"te decrite el 
figure par M. F. Schmilh, Suppl. of the Journ. of the Proceed, of the 
Linneari Society, t. V, p. 133, pi. 1, fig. 1, 2 (1860). 

Membre recu. M. le comte Amede e Alle"on, a Varna (Bulgarie) (Entomo- 
logie generate, surtout Coleopteres), pr6"sent6 par M. Leon Fairmaire. 
Commissaires-rapporteurs : MM. H. Deyrolle et H. Lucas. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Stance du 12 Octobre 1881 (fin). 

Natwalista siciliano (II), Giornale di Scienze naturali (public a Palermo 
sous la direction de M. Enrico Ragusa), n 1 (specimen). E. RA- 
GUSA, p. 5, Colleotteri nuovi o poco conosciuti della Sicilia (avec pi. n.). 
LE MEME, p. 2Zi, Un Papilio Machaon Lin. lilipuziano (avec pi.). 

Naturaliste (Le}, 3 C anne"e, n 61. A. CHEVROLAT, Diagnoses de Coleo- 
pteres (Gholides). C.-F. ANGEY, p. 485, Descriptions de Goleopteres 
nouveaux. * 

Nouvelles Archives du Museum d Htstoire nalurelle, 2 C serie, t. II, 
2 e fascicule (1879) ; t. Ill, l er et 2* fascicules (1880) ; t. IV, l cr fasci 
cule (1881). O 

Rnue des Travaux scientifiqucs, publiee par le Ministere de Instruction 
publique et des Beaux-Arts (octobre 1881). Comples rendus de 
divers ouvrages et communications interessant Tentomologie. 



FAUVEL (ALBERT). Annuaire entomologique pour 1881. Caen, in-12, 
130 pages. * 



191 

GADEAU UE KERVILLE (H.). Comple rendu de la 19 e reunion des De"legues 
des Socie les savantes a la Sorbonne. (Extr. Bulletin Soc. des Amis 
des Sc. nat. de Rouen, 1881, 1" semestre.) Broch. in-8, 22 p. * 

GIRARD (MAURICE). Note sur une Chenille qui altaque 1 Ail et le Poireau. 
Note sur deux Insecles nuisibles. (Extr. Journal Soc. nationale 
d ilortic., 1881.) In-8, li p. * 

RECTER (O.-M.). Ad cognitionem Reduviidarum Mundi anliqui (genres 
nouv. et esp. nouv.). (Extr. Act. Societatis Scienliarum Fennicae, 
t. XII.) Broch. in-A", 72 p. Helsingforsiae, 1881. * 

ID. Heegeria nov. gen. Alydinorum europa3orum. (Extr. Verhandlungen 
der k. k. zoologisch-botanischen Gesellchafl in Wien, 1881.) Broch. 
in-8% 10 p., 1 pi. n. * 

J. B. 



Stance du 26 Octobre 1881. 

Anales de la Sociedad espanola de Historia natural, tome X, 2* fasc. 
(Madrid, 5 octobre 1881). IGNACIO BOLIVAR, Notas entomologicas : 
Lissoblemmus, nuovo genero de Grilido de la fauna argelina, p. 351 ; 
Description de tres nuevos Ortopleros de la familia de los Blatidos : 
G. Thyrsocera, Polyzosteria et Derocalymma, p. 354; Especies espa- 
ftolas del genero Phytocoris, p. 359. MIGUEL GUNI Y MARTORELL, 
Excursion enlouiologica y botanica (Gataluna) : Insectes et Arachnides, 
p. 367. 

Gomptes rendus hebdomadaires des seances de I Academie des Sciences, 
tome XCIII, 2 C semestre 1881, n 09 15 et 16. AVIGNON, Emploi du 
goudron comme preservatif contre le Phylloxera, p. 556. 

Naturaliste (Le), public par M. Em. Deyrolle, 3 e annee, n 62 (15 octobre 
1881). A. CHEVROLAT, Trois Gurculionides nouveaux des genres 
Rhinoscapha, Cleogonus et Gasterocercus. * 

Philosophical Transactions of the Royal Society of London, vol. 172, 
part I, II el III (1880-1881). List of the Royal Society (30 novera- 
bre 1880). Q 



192 

Proceedings of the Royal Society of London, vol. XXXI, n" 206 & 211, 
et vol. XXXII, n 112 et 113. Q 

Revue des Societes savantes des departements, publie"e sous les auspices 
du Ministere de Instruction publique et des Beaux-Arts, 7 e s6rie, 
1. IV. Reunion annuelle des De"legues a la Sorbonne (1880). * 



RILEY (C.-V.). Entomology (From the American Naturalist (June et July 
1881). JUNE : The Periodical Cicada (5 bois) ; The Water-weevil of 
the Rije-Plant ; The impregnated egg of Phylloxera vastatrix ; Wores 
on North American Microlepidoptera ; Mots Mistaken for Alelia ; Scale 
Insect on Raspberry ; Specefic value of Apatura alica. JULY : Dimor 
phism in CynipidaB ; Blepharocerida3 ; Braulu cceca not Particulary 
Injurious to the Honey Bee ; Economic Enlomology in England ; The 
Cultivation of Pyrethrum and Manufacture of the sowder ; Trees Attrac 
tive to Butterflies ; Hudson bay Lepidoplera ; Trade in Insects ; Ants 
Injurious in Arizona ; Larva3 of Coleoplera ; Covering of Egg puncture 
mistaker for Dorthesia ; Supposed Army Worm in New York and other 
Eastern States; Migration of the Butterflies; Classification of the 
Mites ; Carring out the Law; Locusts in Mexico in 1880. * 

ID. General Index and Supplement lo the nine Reports on the Insects of 
Missouri. Washington, 1881. * 

SALLE (AUGUSTS). Notice necrologique sur Maximilien de Chaudoir, avec 
indication des ouvrages de cet auteur. (Ann. Soc. ent. Fr., 1881.) * 

SCHAUFCSS (L.-W.). Pselaphiden Sianfs. Dresde, 1877. 30 especes 
nouvelles et 5 genres nouveaux : Metaxoides, Oclomicrus, Filiger, 
Enantius et Subulipalpus. * 

SCUDDER (SAMUEL H.). The Tertiary Lake-basin at Florissant, Colorado, 
betwen South and Hayden Parks. (Department of Interior, 1881.) * 

ID. Problems in Entomology. An Address. (Boston Meeting, August 24, 

1880.) * 

E. D. 

Paris, 19 novembre 1881. 



PARIS. Typographic et Lithographic FELIX MALTESTE ET O, rue Dussoubs, 22. 



1B8I. N 22. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE PRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 

BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissant deux fois par -mois 



SeE:ce du ^3 Jfovembre 

Presidence tic M. L. REICHE, Vice-President. 

MM. Edmond Andre (de Beaune) el Henri Gadeau de Kerville (de 
Rouen) assistent a la seance. 

Communications. M. le Secretaire annonce la mort de deux de nos 
collegues : 1 M. I abb6 Clair, recu meinbre en 1872, cle"cede le 16 no- 
vembre 1881, a Menton (Alpes-Maritimes) ; et 2 M. le comle Georges 
Vandalin Mniszech, recu membre en 1851, decede a Paris le 17 novembre, 
a 1 age de 58 ans. 

o 

M. H. Deyrolle prononce a ce sujel les paroles suivantes : 

Au moment ou la tombe du comte Mniszech vient a peine de se fermer, 
permettez-moi de rappeler par quelques mots qui il fut parmi nous. 

Le comte Georges Vandalin Mniszech, dont je m honore d avoir cle 
Tami pendant de longues annees et le collaboraleur dans plusieurs cle ses 
travaux, elait ne artiste et fut surtout un savant que 1 elude attirait 
invinciblement. 

Avide de connaltre, toutes les d^couverles nouvelles 1 interessaient, 
tout ce qui etait beau avait pour lui de 1 allrait ; grand connaisseur en 
peinture ancienne et moderne et en curiosites de Chine et du Japon, il 
(9 e annee, n 206.) 22 



194 

eut pu 6tre un critique d art de premier ordre ; mais je ne rappellerai ici 
que le savant. 

Ge"ologue et pale"onlologue, il avait fait une etude serieuse des difTe"- 
rentes couches des terrains de la Russie me"ridionale, en y comprenant la 
recolte des fossiles; on peut meme dire qu il debuta par la, jeune encore, 
dans ses etudes de la nature ; une consultation faite par lui a propos des 
puits artesiens, dans cette partie de la Russie, le place au rang des maitres 
en ge"ologie. 

L Entomologie fut une de ses principals distractions, et il y acquit une 
juste ce"le"brite en formant la plus splendide et la plus riche collection de 
Coleopteres qui ait existe jusqu ici ; la botanique et la plnpart des autres 
branches de 1 histoire naturelle captiverent aussi son attention ; or, toutes 
ces diverses etudes ne"cessitant des connaissances ge"ographiques tres 
elendues, il fut aussi un savant geographe, et si heureusement doue qu il 
esquissait de memoire n imporle quel continent, cours d eau ou chaine 
de montagne, y marquant exactement les diffe"rentes localites dont il e"tait 
souvent question enlre nous. 

L astronomie generate lui e"tait familiere, et c est avec la plus grande 
facility qu il re"pondait a toute demande de renseignement sur ce sujet. 

Aussi modeste que savant, jamais il ne fit parade de son savoir ; il lui 
fallait un milieu sympathique pour se divulguer, et maintes fois je Pai vu 
se conienter de sourire pour toute r6ponse lorsque quelque grosse heresie 
scientifique e"tait mise en avant. 

Tant que sa sante le permit, quoique malade deja, il se tint au courant 
des nouvelles publications scientifiques, s en appropriant si facilement le 
contenu, qu on aurait pu croire, lorsqu il en parlait, qu il connaissait ces 
choses depuis longtemps. 

Helas ! loutes ces eludes fmirent par faire ^013161 le recipient qui avait 
emmagasine un tel bagage de savoir; et il y avait longtemps deja que la 
paralysie 1 avait prive de loutes relations avec ses amis scientifiques, 
quand la mort est venue, il y a quelques jours, nous le ravir definitive- 
ment a 1 age de 58 ans. 

Que dirai-je encore ? Ne" polonais, il descend de 1 une des premieres 
families de Pologne, ayant eu jadis une imperatrice sur le tr6ne de Russie. 
Il e"tait venu, vers 1850, demander a la France 1 hospitalite de ses habi 
tants et de son doux cliraat ; francais de coeur, il aimait noire pays a 
du sien. 



S il fut artiste encourageant les arts, savant encourageant les sciences, 
e"rudit cachant son savoir, il fut surtout bon, charitable et servfable : 
donner e"tait pour lui une vraie satisfaction. Je suis done certain d etre 
1 echo de ceux qui 1 ont connu, en disant qu il a passe" en ce monde en 
faisant le bien ; qu il sut vivre ici-bas sans y rencontrer d ennemis, et 
qu il laisse des amis chez lesquels son souvenir est impe rissable. 

M. le Secretaire depose sur le bureau une planche destinee aux 
Annales et devant accompagner le l er volume de la Faune des Coteopteres 
du bassin de la Seine de M. L. Bedel. Cetle planche (gravure et tirage) 
est offerte a la Societe" par M. Maurice Sedillot. Des remerclments sont 
adresse"s a notre collegue M. Sedillot. 



-o 



M. E. Desmarest remet e"galement a la Societe", au nom de 1 auteur, 
un volume relic" public" par M. Milliere dans les Me" moires de la Societe 

^d Histoire naturelle de Cannes ainsi que dans d autres recueils scienti- 
fiques, etc., intitule : LepidopUrologie, comprenant des observations sur 
un grand nombre de Lepidopteres, et accompagne" du portrait de notre 
collegue, ainsi que de nombreuses planches gravies par M. Debray et 
colorizes avec soin. La Socite" vote des remerciments a M. Milliere. 

M. J. Bourgeois communique la description d une nouvelle espece 
de Lycides : 

PYROPTERUS HIMALEJICUS , sp. nov. Elongatus, fere parallelus, piceo- 
niger , brevissime pubescens , subopacus * thorace elytrisque cocdneis, 
illo postice fuscescente ; prothorace subquadrato, latitudine basali paullo 
longiore, antice rotundato, postice utrinque subsinuato, 5-areato, area 
dorsali magna, angulis anticis rotundatis, posticis subacutis, leviter pro- 
ductis ; elytris U-costatis, intervallis costarum a carinulis transversis in. 
areolas divisis, his uniseriatis, irrcgulariter subquadratis; corpore sublus 
nitidiore. (? Invisus. $. Abdominis segmento septimo ogivali. 
Long. 8 1/2 mil!.; lat. 2 1/4 mill. 

Sikkim (Himalaya). 

Difiere a premiere vue des deux especes deja decrites du meme genre 
(P. nigro-rubcr Deg. , d Europe, et P. sculpturatus G. Waterh., de 
Sarawak) par sa forme plus svelte, ses e" lytres plus , allonge"es, ainsi que 
par son corselet non transversal et d un rouge e"carlate. Les ar^oles des 



19G 

intervalles e lytraux sont beaucoup moins serre es que dans le P. nigro- 
rubcr. 

M. L. Fairmaire fait connaltre une nouvelle espece ftAplwdius, dont 
la diagnose suit : 

APHODIUS PIRAZZOLII. Long. 5 a 7 mill. Oblongo-elongatus, sub- 
parallelus, modice convexus, fusco-brunncus, parum nitidus, Luteo-pubcs- 
cens ac sctulosus, capitis margine antico, prothorads latcribus, pcdibus 
et clytrorum maculis numcrosis ssepc confluentibus flavo-tcstaccis ; capite 
transverso, antice sinuato, ante oculos sat acute angulato, rugoso-punclato, 
protkoracc transverso, dmsissime punctato, clytris carinatis, carinis sat 
acutis, setulosis, intervallis fere plants, obsolete rugosulis; tibiis ant ids 
apicc tridcntatis, intermcdiis apicc intus dcntc magno arcuato , obluso 
armatis. 

Decouvert en Tuuisie par le major 0. Pirazzoli. 

Ressemble a YA. (Hcptaulacus) carinatus pour la coloration et la sculp 
ture, mais plus grand, plus etroit, la tele plus large, plus sinuee, le cor 
selet plus dense"ment et plus forlement ponctue, presque mat, Tecusson 
plus allonge", un peu concave, et les tibias inlermecliaires arme s a Tex- 
tremite, dans 1 un des sexes, d une grande dent fortement arque e. 

M. Aug. Chevrolat adresse la synonymie de qualre especes de Co- 
leopleres : 

1 Trox insidaris Chevr., Ann. Soc. ent. Fr., 186/4, A16, n 315. 

= Trox foveicollis Harold, Mon. Coleopt., Hefle 1X-X, 181, 91, 
1872. Cuba. 

2 Alocorrhinus atbator Pallas, Ic., 36 t. B f, 21. 

= Alocorrhinus albolineatus Sch., Gen. Cure,, VI, 2, 146. Bre"sil. 

3 Alocorrhinus virescens Jekel, Fabricia enlom., t. II, 97. 
= Alocorrhinus squamulalus Blanch. Brsil. 

l\ Megops morosa Germ., Ins. sp. nov., 182/j, 196. 

= Piazorr/imus scnilis Chevr., Ann. Soc. ent. Fr., 1877, 97. 
Bre"sil. 



- 197 

M. le D r Aug. Puton envoie a la Socie"te" les remarques suivantes : 
1 Localites et habitat de divers Hemipteres : 

Psacasta conspersa Kze. Saint-Germain (D r Marmoltan). 

Chroantha ornatula H.-S. Carthagene, terrains sale s, et Raguse (Dal- 

raatie). 

Brachynema triguttata Fieb. Raguse. 
Megalomerium meridionale Costa. Sisteron et les Angles, pres Avignon, 

sur VEpilobium hirsutum (et non sur Lythrum salicaria, comme je 

Tai public par erreur). 
Phytocoris exolctus Costa (espece quo je crois distincte du vartpes), 

Toujours sur le Thym, a Fre"jus, Hyeres, Avignon, etc. 
Eroticoris rufescens Burm. Lardy, avec YAtta structor (Bedel). 
Orthocephalus debilis Rent. Plage de Saint-Raphael (Rey). 
Atractotomus tlgripes Fieb. Sur le Dorychniwn suffruticosum, a la 

Seyne, Avignon, Digne, etc. 

Ortlwtylus adenocarpi Ferris. Morlaix, snr le Gen6l (Herve*), 
Pachyxyphus iineellus Costa. Dans tout le Var, sur les Cistus monspe- 

liensis et salvisefolius. 
Macrotylus graciiis Put. Sur la Cupularia viscosa (et non sur le Senecio 

viscosus, comme je 1 ai indique par erreur). 

Uacrotophus nubilus H.-S. Plage de Fre"jus, sur une Ononis. 
Cyrtopeltis gcrdculata Fieb. Geneve, sur les roseaux (Frey-Gessner). 

Psatlus puncticollis Fieb. Aux Issards, en face d Avignon, sur le Ro- 

marin, le 15 avril ; espece nouvelle pour la France (Nicolas). 
Ccntroscelis spinosus Jak. Spalato. 
Nabis sarcptanus Dohrn. Spalato. 
Corisa cavifrons Th. Bitche (Lorraine). 

Corisa selecta Fieb. Carthagene. Je rapporle ci celte espece de 
nombreux echantillons d une Corisa envoye"s par M. le D r Marmotlan. 
Elle me parait bicn distincte de toules ses voisines par la forme de 
la fossette fronlale du male qui est pen profonde, a bord lateraux peu 
aigus et est terminee en avant par une carene transverse presque 
droite et situee tout c\ fait en avant an passage du front au vertex, et, 



- 198 - 

en outre, apres cette carene, le vertex lui-meme est deprime , sub- 
excave", ce qui est visible d en haut et ne se rencontre dans aucune 
aulre espece de Corisa. Dans la C. lugubris, qui en est extremement 
voisine, la fossette frontale est divisee par une carene transverse, 
droite, en deux portions, dont I anterieure est sur le passage meine 
, du front au vertex, mais n est pas visible d en haut ; la G. sclecta a en 
oulre la palelte plus parallelogrammique. 

Tibicim nigronervosa Fieb. Sierre (Frey-Gessner). 
Helicoptera lapponica Zett. Carpathes (Montandon). 

Arscopus Lethiernji Key. Hyeres, en mai, talus de la route a I entre e 
de la ville, sur une grande Gramine e dont j ignore le nom et qui 
nourrit aussi le Leucohimatium elongatum. 

2 Synonymic de plusieurs He"mipteres : 

Lopus hieroglyphicus Muls. et Key (Gapsus). 
= L. v Hiatus Horv. 

Hadrodema pinastri Fall. 

= Gapsus melanaspis Muls. et Key. 

= Gapsus maculicoltis Muls. et Rey. 

M. Maurice Girard communique ce qui suit : 

1 J ai rhonneur d offrir a la Societe une publication d entomologie, le 
premier fascicule d un Catalogue dcs Colcoptcrcs de I Yonne, par MM. Lori- 
ferne et Poulain. Ce dernier est un ancien inslituteur, tres ze!6 pour 
rentomologie. On ne saurait trop encourager Tetude de 1 histoire natu- 
relle chez les instituteurs, et j espere bien qu elle recevra une nouvelle 
extension. 

2 J ai regu, il y a quinze jours, de M. E. Vavin, president de la Societe 
d Horliculture de Neuilly-sur-Seine, des Vers gris ou chenilles souter- 
raines des Agrotis cxdamationis Linn, et scgetum, Calal. de Vienne, qui 
ont cause beaucoup de degats celte annee dans les cultures maralcheres 
des environs de Paris ; elles rongent les pommes de terre, les carottes, 
les racines de navels, radis, choux et principalement de salades, en un 
mot les rhizomes ou les racines de uos legumes indigenes. 



199 

! Ce qui me determine a citer la communication de M. E, Vavin, c est 
qu il a constat^ un fait inte"ressant, formant une heureuse exception. Au 
milieu des racines de toute sorte qu elles devoraient, elles ont toujours 
complement respecte celles du Sofa hispida, Le"gumineuse du groupe 
des Doliques, cultive"e sur une tres grande chelle an Japon, aux Moluques 
et aux Indes, en raison de sa graine alimentaire pour I homme et de 
Temploi de toute la plante comme fourrage pour le b6tail. Je suppose 
que c est le principe huileux de cette plante qui cause la repugnance des 
Vers gris. En effet, cette Legumineuse porte vulgairement le nom de Pois 
olcagineux du Japan, et, dans ce pays, on en retire de Thuile et un 
beurre vegetal. Gette plante convient snrtout au Midi de la France, mais 
quelques varietes supportent le climat parisien, et I immuniie dont nous 
venons de parler est un argument de nature a encourager cette culture. 

M. H. Lucas lit les notes suivantes : 

1 On sait que la chenille du Bombyx zig-zag ou Liparis dispar vit sur 
presque tous les arbres, el, comme elle est tres commune, elle occasionne 
souvent de grands ravages aux arbres iruitiers en particulier. Elle 
n epargne pas non plus ceux des forets, et je me rappelle avoir vu, il y a 
deja un certain nombre d annees, vers le milieu de Pete", les forets de 
Fontainebleau, de S l -Germain-en-Laye et de Senart presque depouille es 
de leurs feuilles. 

Les chrysalides et insectes parfaits que je fais passer sous les yeux de 
mes collegues proviennet de File de Crete, et c est sur le Quercus ssgylops 
que cette chenille devastalrice a exerce ses ravages. D apres M. J. Franco, 
drogman du consulat de France en Crete, et qui a ete temoin des de"gats 
causes a une foret exclusivement compose"e de Quercus aegytops, presque 
toutes les feuilles de ces arbres avaient disparu. La 10031116 ainsi ravagee 
ou se trouve cette foret, situee a quelques kilometres de Retimo, porte le 
nom tfAtsfpopula. 

Je terminerai cette note en faisant jremarquer que le Liparis dispar 
n avait pas encore e"te signal^ comme habitant Tile de Crete. 

2 En monlrant un Scorpionide vivant, YAndroctonus australis Linne, 
funestus Hempr. et Ehrenb., Symb. Phys., pi. 2, fig. 5, je ferai observer 
que cclle espcce, plac6e dans une bolte en fer blanc a moiti6 remplie de 
sable, s enterre dans ce sable de maniere a disparaitre complelement et 
reste dans celle position des jours entiers. Ce Scorpionide habile ordi- 



200 

nairement le sud de 1 Alg^rie ; 1 individu que je communique, et qui 
mcsure en longueur 90 millimetres, a (He rencontre, suivant M, E. Worms, 
dans les environs de Blidah. 

M. C.-E, Leprieur pre"sente les remarques qui suivent : 

Depuis quelques amides, bon nombre d entomologistes ont employe la 
naphthaline pour mettre leurs collections a 1 abri des ravages cause s par 
les larves d AnlhrSnes on de Dermesles. Ce corps solide, en paillettes 
nacrees et cristallines, pouvant etre verse a meme dans le fond des boites, 
qu il ne peut salir, offrait de grands avantages sur tous ceux auxqucls on 
avail hahituellement recours jusqu ici. 

Je regrette d avoir a dire que son effioacite comme insecticide me 
paralt bien faible, si me"me elle n est pas absolument nulle. En eflet, j ai 
1 honneur de faire passer sous les yeux de la Socie te line petile boite en 
carton, contenant une assez grande quantite de naphthaline, dans laquelle 
se trouvent, tres vivantes, deux larves d Anthrenes, qui y sont renfermees 
depuis plus d un mois. Elles se refugient le plus souvent sous le couvercle 
de la bolte, mais je les ai rejete"es a plusieurs reprises au milieu meme 
des cristaux, sans qu elles aient paru en e"prouver le moindre inconve 
nient. 

II requite de cette experience que les entomologistes qui se servent de 
naphthaline feront bien de visiter periodiquement leurs collections, que 
ce compose ne mettrait nullement, comme on le croyait. a Tabri de la 
dent des larves d Anthrenes. 

Nomination. La Societe", conformement an deuxieme paragraphs de 
Particle 13 de son Reglement, precede a la nomination d une Commission 
de cinq membres charg^e de presenter une liste de candidats pour rejec 
tion de cinq membres honoraires (trois Francais et deux etrangers), selon 
les decisions des 27 juillet et 10 aout 1881. Sont nommds membres 
de celte Commission : MM. J. Bourgeois, J. Fallou, C.-E. Leprieur, L. 
Reiche et E. Simon. 

Candidats presentes. 1 M. Paul Dognin, rue de la Re"unon, 16, a 
Paris- Auteuil (Lepidopteres d Europe), present^ par M. J. Fallou. 
Commissaires-rapporteurs : MM. Clement et Poujade ; 

2 M. le D r Paul Magrette, a Paderno Milanese, cassina Amala (Italic) 



201 

(Hymenoptfres), presente" par M. Edmond Andre". Commissaires-rap- 
porteurs : MM. L. Fairmaire et de Gaulle ; 

3 M. Eugene Pougnet, a Landroff (Lorraine) (Entomologie generate), 
pre"senl6 par M. de Gaulle. Commissaires-rapporleurs : MM. Ch. Bron- 
gniart et E. Simon. 

Membrcs rayes. La Societe, aux termes de 1 article 69 de son Reglement, 
decide la radiation de la Liste des Membres de MM. Aguillera, a la Ha- 
vane ; Bauduer, a Sos (Lot-et-Garonne) ; Geraud-Mousset, et Taton, qui 
doivent au moins Irois anne"es de leur coiisation et qui n ont repondu a 
aucune des nombreuses reclamations de M. le Tresorier. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Stance du 26 Octobre 1881 (fin). 

CHAUDOIR (Baron MAXIMILIEN DE). Brochures offerles a la Soci&e" par 
M. Aug. Salle, * savoir : 

Societt entomologique de France : 1. Revision des genres Onychopte- 
rygia, Dicranonchus et Colpodes, 1878. 2. Descr. de nouvelles 
especes de Garabiques du genre Pasimachus, 1880. 

Bulletins de la Societe imp. des Naturalistes de Moscou : 3. Observ. 
sur quelq. genres de Carabiques avec la descr. d especes nouv., 1872. 
U. Materiaux pour servir a 1 ^tude des F3roniens, 1873. 5. Genres 
aberranls du groupe des Cymindides, 1875. 6. Monogr. des Siago- 
nides, 1876. 7. Etudes monogr. des Masore"ides, Tetragonoderides 
et Neraalotarsus, 1876. 8. Genres nouveaux et especes in^dites de 
la fam. des Troncatipennes, 1867. 9. Descr. de genres nouv. et 
d especes inedites de la fam. des Carabiques, 1878. 

Stettiner Entomologische Zeitung : 10. Einige Bemerkungen zur 
Natur. der Insecten Deutschlands von Schaum , 1857. 



202 

Berliner Entonwlogische Zeitschrift ; 11. Essai monogr. sur le genre 
Cymindis proprement dit, 1873. 

Deutsche Entomologische Zeitschrift : 12. Synonymische Bemer- 
fcungen, 1876. 13. Note sur quelques especes de Garabes plats du 
Caucase, 1877. 

Abeille, Memoires d Entomologie : ill. Descr. de Feronia d Europe, 
1868. - 15. Monogr. du genre Pcecilus, 1876. 

Revue et Mcigasm de Zoologie : 16. Descr. d especes nouvelles de 
Carabiques de la tribu des Troncatipennes, 1872. 17. Catal. des 
Cicinde leles et des Carabiques recueillis par M. Achille Raffray en 
Abyssinie avec la descr. des especes nouvelles, 1876. 18. Enume 
ration des Gicinde letes et des Garabiques recueillis par M. A. Raffray 
dans les lies de Zanzibar et de Pemba, ainsi qu a Bogamoyo, Mombaze 
et les montagnes de Schimba, avec descr. d especes nouvelles, 1878. 

Annales de la SociAle" entomotogique de Belgiquc : 19. Monogr. des 
Callidides, 1872. 20. Monogr. des Brachynides, 1876. 21. Notes 
et additions an Mgmoire de M. Reed sur les Carabiques du Chili, 1879. 
22. Essai monogr. sur les Panageides, 1878. 23. Monogr. des 
Scaritides, l re partie, 1879. 24. Id., ibid., 2 e parlie, 1880. 

Annali del Museo civico di Storia naturale di Gcnova : 25. Suppl. 
a 1 Essai sur les Fe ronies de I Australie, 187Zi. 26. Monogr. des 
Ghleniens, 1876. 27. Les Harpaliens d Australie d apres la Coll. de 
Castelnau, etc., 1878. 

L oeuvre de Maximilien de Chaudoir se compose de 92 ouvrages ; 
la Bibliolheque en possedait dcju /i9, ce qui, avec les 27 que nous offre 
M. Aug. Salle", donne un nombre de 76. II nous manque done 
encore 16 ouvrages pour posseder son ceuvre complete. 

OSTEN-SACKEN (G.-R.). Verzeichniss der enlomologischen Schriften von 
Camillo Rondani. (Ex Bibliolheca Entomologica de Hagen.) * 

ID. On the larva of Nycteribia. (Trans. Ent, Soc., 1881, part III.) * 

E. D. 



203 



Stance du 9 Novembre 1881 . 

Bulletin de la Soctete d Etude des Sciences naturclles de Nimcs, 9 C annee, 
mai et juin 1881. Compte rendu d ouvrages entomologiques. 

Bulletin of the Buffalo Society of Natural Sciences, 1877, n 5, GROTE, 
New check List of North Amer. Sphing., p. 220. 

Comptes rendus hebdomadaires des seances de I Academie des Sciences, 
2 e scmestre 1881, n oi 17 et 18. Q 

Deutsche Entomol. Zeitschrift, 1881, 2 e fasc. LINDEMANN, Neue Bei- 
trSge zur Kenntniss der Borkenkafer Russlands, p. 233. HEYDEN, 
Coleopt. aus Asturien, p. 239. !D., Beitrag z. Kenntn. der Molops- 
Arlen aus Sudost Europa, p. 247. ID., Div. notes. KRAATZ, Div. 
notes sur les Getonidcs, p. 257, 264. ID., Fuaf neue Ghinesische 
Carabus, p. 265. ID., Div. notes sur les Carabus. BAUDI, Hete- 
romerum Species ex ^Egypto, Syria et Arabia, p. 273. EPPELSHEIM, 
Ein neue deutscher Quedius, p. 297. ID., Syn. Bemerk. liber Caucas. 
Slaphyl., p. 299. KRAATZ, Einige fur Deutschl. neue Anobiida?. 
CORNELIUS, Var. der Melol. hippocast. CZWALINA, Beitrage zur 
Kenntn. der Gatt. Colon (n. sp.), p. 305. ID., Galops flavicornis 
Thorns., p. 320. HEYDEN et KRAATZ, Beitrage z. Kaferfauna von 
Turkestan, p. 321. KRAATZ, Zur Synon. der Clytus-Arlen, p. 336. 

Entomologischc Zeitung, 1881. BURMEISTER, Argent. Ganlhariden, 
p. 20. BERG, Entom. aus d. Pampa, p. 36. BERGROTH, Suppl. 
zu Hagen s Bibl. Ent., p. 73. KOLBE, Introd. Sp. Psocid., p. 77. 
DOHRN, Exolisches, p, 81, 309 et 445. ID., Ueber ent. Nachwuchs, 
p. 92. MAASSEN, Nachlrag. FRIEDEKREICH, Parnidenlarven, 
p. lOZi. STANCE, Lepidopterisches, p. 113. DOHRN, Hydat. 
Iransversalis. HERING, Pommersches Rhopalocera, etc., p. 133; 
Sphing., Bomb., Noel., p. 147, 333. DOHRN, Ueber Gelbschnabel, 
p. 155. CHRISTOPH, Reise in West-Caucasus, p. 157. TISCHBEIN, 
Ichneumonen, p. 166. TEICH, Lepidopt., p. 187. LYNCH- 
ARRIBALZAGA, Neue Diplern, p. 189. DOHRN, Vereins-Angelgen- 
heiten, p. 193, 244, 367, 498. ID., Spicileg. Linnaeana, p. 195. 
SAALMULLER, iMadag.-Noctuen und CEc. Schmidti, p. 214. KOLBE, 
Psociden, p. 236. PETERSEN, Helerocer. in der Tropen, p. 245. 



STAUDINGER, Lepid/Central-Asiens, p. 253, 393. BERG, Argent. 
Canlharis, p. 301. FRIEDENREICH, Trimere Cioiden. EPPEL- 
SHEIM, Neue Staphylinen, p. 376. ID., Crocidosema plebejana, syn., 
p. 379. KEFERSTEIN, Lepid. d. Inseln Askold, p. 381. V. Ro- 
DER, Pangonia, Aphestia, p. 38Zi. ROSSLER, Diptern in Schmelter- 
lingen, p. 389. HAGEN, Sympicna, p. 390. SCHILDE, Verbreitung 
d. JMicrolep. i. d. Tropen, p. A25. SAALMULLER, Madag. Schmett., 
p. 433. FUCHS, Microlep. d. Reingaus (forls.), p. Zi51. STEIN, 
Low s Dipternsamml., p. A89. PLOTZ, Eudamus, p. 500. 

Entomologist s monthly Magazine (The}, n 210 (novembre 1881). 
R.-C.-R. JORDAN, A comparison of the Pterophori of Europe and 
North America suggested by Lord Walsingbam s Pterophorida3 of 
California and Oregon (fin). R.-H. MEADE, Annotated list of Bri 
tish Anlhomyiidae (suite). J.-E. FLETCHER, Notes on Tenthredinida?. 
On Parthenogenesis in Tenthredinida3. J. -A. OSBORNE, Further 
Notes on Parthenogenesis in Coleoptera. W. BUCKLER, Nat. Hist, 
of Crambus Warringtonellus. G.-F. MATHEW, Life History of Dei- 
lephila spinifascia. J.-B. HODGKINSON, Descr. of an Eudorea new 
to Science. W.-L. DISTANT, Descr. of a new Butterfly from the 
Malay peninsula. A.-G. BUTLER, Descr. of some apparently new 
sp. of Arctiidae from North America. J. SCOTT, On certain British 
Hemiplera Homoptera (suile). Notes diverses. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, ll e anne"e, 1881, n 133. Notes entom., 
chasses. 

Kongliga Svenska Vetenskaps-Akademiens Handlmgar, 1876 a 1879. 
J. SAHLBERG, Bidrag till Nordvestra Sibiriens Insektfauna Hemiptera 
Heteroptera (1878) ; Coleoptera (1879). D r L. KOCH, Arachniden 
aus Sibirien und Novaja Semlja, etc. (1878). 

Bihang till kongl. Svenska Vetenskaps-Akademiens Handling ar, band 4, 
n 1 a 13 ; band 5, n* 1 a 25. 1876. PORAT, Om nagra exotiska 
Myriopoder. BOVOELLIUS, Notes on Pterygocera Arenaria Slabber, 
A pi. ST,L, Systema Mantodeorum, 1 pi. 1877. SiaL, Observ. 
orthopterol. 1878, l re partie. SpaNGBERG, Species Gypora? Gen. 
Homopt. STaL, Systema Acridiodeorum. 1878, 2 e partie. STJIL, 
Observ. orthoplerol. ID., Sur les caract. distinct, dcs Heteropt. et 
des Homopt. SpaNGBERG, Note sur les var. sued, de la Brenthis 



205 

Selene, i pi. col. AURIVILLIUS, On a new G. and Sp. of Harpacli- 
cidse, U pi. ID., Ueber sekundare gesehlechtscharaktere Nordischer 
Tagfalter, 3 pi. 

Lefnadsteckningar ofver kongl. Svenska Vetensk.-Akad. , band 2, 
hefte I, 1878. 

Ofversigt af kongl. Svenska Vetensk.-Akad. Forhand., 1877 a 1880. 

1877. TRIBOM, Dagfjarilar insamlade af Sv. Exp. till lenisei 1876 
(Lepidopt.). SPEINGBERG, Homoptera nova vel minus cognita. 
SiaL, Orthoptera nova ex Ins. Philippinis. 1878. SpaNGBERG, Pso- 
cina sueciae et fenniae. ID. , Species Jassi Homopt. descr. 
1879. SpaNGBERG, Homopt. nonnulla Americana nova vel minus 
cognila, 2 pi. AURIVILLIUS, Lepidopt. Damarensia. 1880. Q 

Meddetanden af Societas pro Fauna et Flora fennica, 1881, n" 6, 7 et 8. 

N 7. J. SAHLBERG, Enum. Hemipt. Gymnocer. fenniae. ID., 
En ny art af Coleopt Slaglet Zilora Muls. af Melandr. famil. 
KILJANDER, Bidr. till kannedom om Finlands iNeuroptera planipennia. 

MAG LACHLAN, Finska Trichoptera. 

Memoires de i Academic imperialc des Sciences de Saint-Petersbourg, 
VII e serie, I. XXVIII, n 7, 8 et 9. Q 

Naturalista Siciliano (11), 1881, n 2, 1 pi. col. GIANELLI, Venti 
giorni in Sicilia, Note di un Lepidotterofilo. RAGUSA, Note su alcuni 
Lepidot. Sicilian}. DE STEFANI, Osserv. Ent. fatte sul terrilorio di 
Sciacca e descr. di un nuovo Tacliytes. RAGUSA, Coleotleri nuovi 
o poco conosciuli della Sicilia. 

Proceedings of the Academy of Natural Sciences of Philadelphia, 1880. 
KINGSLEY, Garcinol. Notes. VOGDES, Descr. of a new Crustacean 
from the upper Silurian of Georgia. MAC COOK, Note on a new 
Northern cutting Ant, Alia septentrionalis. ID., The Shining Slave- 
maker (Polyergus lucidus), 1 pi. 

Socicte entomologique de Belgique, Comptes rendus 1881, se>ie III, n 7 
et n 10. A. PREUDHOMME DE BORRE, Descr. d une nouv. esp. de 
Buprestide du genre Slernocera. L. BECKER, Communic. arachnol. 



206 - 

ANDR (EDMOND). jSpecies des Hyme nopteres, fasc. 10 el 11. * 

ANONYME. Rapport sur le Phylloxera en Hongrie, 1872-1880, 12 p., avec 
carle. Budapest. * 

HEYDEN (L. VON). Catalog der Coleopt. von Sibirien, l re partie. (Deutsch. 
Ent. Zeitsch., 1880 et 1881.) * 

LUCAS (H.). Quelq. rem. sur les Euryades corethrus et Duponcheli (Le"pid. 
Aerial. Papilionides), 12 p. (Ann. Soc. ent Fr., 1881.) * 

MAC LACHLAN (R.) Quatre tiragesapart : 1 Finska Trichoptera. (S. pro F. 
F., 1881.) 2 Note sur le male de Perla Selysii Pictet. (Soc. ent. 
Belg., 1881. 3 On two new Panorpida? from Western Norlh Ame 
rica, fig. (Ent. month. Mag., 1881.) h Trichopteres, Ne vropteres, 
Planipennes et Pseudo-Nevropteres recolte s en Belgique au mois de 
juillet 1881. (Soc. ent. Belg., 1881.) * 

PASTEUR. Sur la vaccination charbonneuse, 8 pages. 1881. Offert par 
M. le Ministre de 1 Agriculture. * 

REGIMBART (D r M.). Les Gyrinides d Europe. (Me*m. Soc. Lin. du Nord de 
la France, 1881.) * 

REUTER (O.-M.). En ny art Aradus fran Lappland, 3 pages. 1881. 

L Archiviste : A. LE"YEILLE. 



Stance du 23 Novembre 1881. 

American Naturalist (The), vol. XV, n 11 (novembre 1881). W.-H. 
EDWARDS, p. 868, The length of Life of Butterflies. E.-D. COPE et 
A.-S. PACKARD J r , p. 877, The Fauna of the Nickajack Cave (1 pi. n.). 
COMMUNICATIONS, p. 909 et suiv. : The permanent Subsection of 
Entomology at the recent meeting of the A. A. A. S.; The Kew 1m- 
portet Clover Enemy ; Crambus vulgivagellus ; Larval Habits of Sphe- 
nophori that attack Corn ; Effects of Drought on the Hessian Fly ; 
Simulium from Lake Superior ; Coleopterous Cave Fauna of Kentucky ; 
Hemiplerological Studies ; Entomology in Buffalo, N. Y.j Lampyridae; 
Severe Cold and Hibernating Apple- Worms. 



207 

Bulletin de la Societe des Sciences historiques et naturclles de I Yonnc, 
35 C volume (1881). Deuxieme partie (Sciences nuturelles). A. 
CHALLE, p. 37, Biographic autographe du colonel Goureau (suivie de 
la liste de ses ouvrages). LORIFERNE et POULAIN, p. 58, Catalogue 
des Coleopteres du de^partement de 1 Yonne (l re partie : Cicinde lides 
a Lamellicornes inclusivement). 

Bulletin de la Societe d etades scienlifif/ues d Angers, !0 e annee, 1" et 
2 fascicules (1880). A. MONTANDON, p. A3, Souvenirs de Valachie 
(1 auteur y signale ses captures entomologiques). 

Bulletin d Imectologie agricole, Journal mensuel de la Soc. centr. d Api 
culture et d Insectologie, 6 e annec, n 9 (septembre 1881). MAU 
RICE GIRARD, p. 129, Les accessoires de re"co!e du village. E. SA- 
VARD, p. 131, Le Charancon du Riz (Sitophilus oriza3 Schonh.). 
P.-CH. JOUBEBT, p. 133, Gicadelle de la Gironde (suite). ERNEST 
OLIVIER, p. 136, La Doryphora. BALBIANI, p. 137, La SericicuHure 
nouvelle (Rapport sur la S6riciculture a 1 Expos. univ. de 1878, com 
mencement). J. GREPIN, p. 139, Rapport sur la maladie des Ecre- 
visses, d apres les Irav. de M. le prof. Harz (commencement). 
G. BONNIER, p. l/iO, Les Fleurs et les Insectes (suite). ANONYME, 
p. 1A3, Du role que jouent les infmiments petits dans la maturation 
et la fabrication des fromages (commencement). 

Bulletin mensuel de la Societt Linneenne du Nord de la France, n 107 
(l er mai 1881), Q 

Bulletin of the United States Geological and Geographical Survey of 
the Territories, vol. VI, n 2 (1881). AuG.-R. GROTE, p. 257, 
North American Moths, with a preliminary Catalogue of the Species 
of Hadena and Polia. A.-S. PACKARD J r , p. 391, On a Crayfish from 
the Lower Tertiary beds of Western Wyoming (1 pi. n.). 

Compte rcndu de la l re et dt la 2 e reunion du corps medical beige, tenues 
le 26 decembre 1880 et le 29 avril 1881, sous les auspices de la 
Socie te royale de medecine publique de Belgique. Broch. in-8. 
Bruxelles, 1881. * Q 

Comptes rendus hcbdomadaires des seances de I Academic des Sciences, 
t. XCIII, 2 e semeslre 1881, n os 19 et 20. A. CERTES, p. 750, Sur 
la vitality des germes de TArtemia salina et du Blepharisma laterilia, 
H. VIALLANES, p. 800, Sur le de"veloppement post-embryonnaire 
^es Dipteres, 



208 

Xaturaliste (Le), n* 63 (l cr novembrc 1881). ANONYME, p. 502, So- 
ciele francaise d entomologie. * 

Proceedings of the Scientific Meetings of ike Zoological Society of Lon 
don, 1881, part III (mai et juin). ARTHUR-G. BUTLER, p. 602, On 
a Collection of Lepidoptera fron Western India, Beloochislan and 
Afghanislan. W.-F. KIRBY, p. 649, On the Hymenoplera collected by 
prof. I. Bayley Balfour in Socolra. WM. WATKINS, p. 652, Report 
on the Insects exhibited in the Inseclarium during the month of May 
1881. REV. O.-P. CAMBRIDGE, p. 682, On a new Spider of Ihe Fa 
mily Theraphosidas (1. pi. n.). ID., p. 765, On some new Genera 
and Species of Araneida (1 pi. n.). 

Revue dcs Travaux scicntifiqucs, publi^e par le Minislere de rinstrnction 
publique et des Beaux-Arts, novembre 1881. Analyse de travaux 
enlomologiques reccmment parus dans les Complcs renclus dcs seances 
de TAcad. des Sc., les Annalcs de la Soc. ent. de France, le Natu- 
raliste et le Bulletin de la Soc. d Acclimation. 



MILLIERE (P.). Lepidopterologie. Sept fascicules. (Extr. Soc. Sc. nat., 
Arts et Belles-Lellres de Cannes, Soc. ent. Beige, Soc. Linn, de Lyon, 
et descriptions inedites.) 1 vol. in-8, relie chagr., tr. dor., 12 pi. col. 
et un portrait grave de Tauteur. Cannes, 1881. * 

LORIFERNE et POULAIN. Faune du deparlement de TYonne. Catalogue des 
Coleopleres du deparlement de 1 Yonne, l rc parlie. Broch. in-8, 77 p. 
(Extr. Bull. Soc. Sc. hist, et nat. de 1 Yonne, l cr sem. 1881.) * 

THOMAS (Prof. FR.). Durch Thiere erzeugte Pflanzengallen (Analyse des 
travaux publics sur les galles vegetales produiles par des animaux). 
Broch. in-8, 28 p. (Extr. du Botanischer Jahresbericht public 
par leD r Just, vol. VII.) * 

ID. Ueber die von Grapholilha Zebeana Ratzb. verursachlen Larchenasl- 
knoten und deren Vorkommen in Thuringen, une page. (Exlr. de 
rirmischia, 1881, n 9.) * 

L Archiviste adjoint : J. BOURGEOIS. 

Paris, 5 decembre 1881. 



p ARIS> Typographic et Lithogra])hic FELIX MALTESTE ET C e , rue Dussoubs,, 22. 



1B81. NO 25. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 

Avis Ires important!*. 

1 Le 1" volume de la Faunc dcs Coleopteres du bassin de la Seine 
(GARNIVORA el PALPICORNIA), par M. L. Bedel, est mis en venle chez le 
Tresorier, M. Lucien Buquet, rue Sainl-Placide, 52, au prix de 5 francs 
(franco], (Voir ce Bulletin, p. 214.) 

2 La Societe liendra sa derniere seance de 1 annee le 28 decembre, 
a 7 heurcs 1/2 ires precises du soir, au local ordinaire (Mairie du VI s ar- 
rondissement, place Sainl-Sulpice). Il sera procede, dans cetle seance, 
aux termes de divers articles des Staluts et du lleglement, au renouvel- 
lement annuel des inembres du Bureau, du Gonseil, et des Commissions 
de Publication, de la Bibliotheque et du Prix Dollfus pour 1882. Get 
avis tiendra lieu de Icttre de convocation, et la Societe espere qu un grand 
nombre de ses membres assisteront a cette reunion. 

3 Dans la seance du 25 Janvier 1882, il sera proce de a Telection de 
cinq membres honor aires (trois francais et deux etrangers). Tousles 
membres francais (au nombre de 250) ont droit de prendre part a ce 
vote, qui se fera au scrutin secret et a la rnajorite absolue, soil direcle- 
ment, soit par correspondance ; et, dans ce dernier cas, 1 enveloppe 
ferme e contenant le bulletin de vole et signee par le societaire de qui elle 
e mane devra etre adressee franco au President de la Societe, au siege 
des seances (Mairie du VI e arrondissement, place Saint-Sulpice), avant 
1 ouverture du scrutin (Art. 13 du lleglemcnt}. La Societ^ doit compter 
qu un grand nombre de ses membres francais profiteront de ce mode de 
scrutin, mis en pratique pour la premiere fois, et qu ils donneront leurs 
suffrages. Get avis tiendra lieu de lettre de convocation. (Voir ce 
Bulletin, p. 210 a 213.) 

A Une souscription au prix de 20 francs est ouverte chez le Tre sorier 
(M. L. Buquet, rue Saint-Placide, 52) pour la publication de Tables gene- 
rales des Annales de 1861 a 1880. (Voir ce Bulletin, p. 213 et 214.) 
(9 annee, n 207.) 23 



210 

5* Aux termes de 1 article 61 du Reglement, tous les ouvrages prate s 
doivent etre reintegres a la Bibliotheque (rue du Cherche-Midi, 42) dans 
la derniere quinzaine de d^cembre, afin que 1 Archiviste en constate 
Pe" tat et fasse, s il y a lieu, un rapport a la Societe dans le courant de 
Janvier 1882. 

6 Le troisieme trimestre des Annales de 1881 sera distribue" dans le 
seance du 28 de"cembre. 



BULLETIN DES SEANCES 

Paraissant deux fois par mois 



Seance du 14 Decemlirc 

Presidencc de M. L. FAIRMAIRE. 

MM. A.-R. Grote, president de la Societe" entomologique de New-York, 
et notre collegue Rene de la Perraudiere, actuellement en garnison a 
Paris, assistent a la stance. 

Correspondance. M. le D r Charles Nodier e"crit de notre colonie du 
Senegal, a la date du 6 novembre 1881, que, d^signe inopinement pour 
faire partie, corame m^decin de la Marine, de la mission du Haut-Fleuve 
en Sen^gambie, il vient d arriver a Les Kayes, lieu qui doit servir de 
base aux operations de Texpedition. Notre collegue compte s occuper 
d Entomologie autant que son service le lui permeltra ; et il se met com- 
pletement a la disposition de ses collegues de la Societe, dans la mesure 
de ses moyens, pour tous les renseignements scienlifiquesqu ils pourraient 
desirer sur cette contr^e. 

Rapport. M. G.-E. Leprieur, au norn de la Commission compos^e de 
MM. Bourgeois, Fallou, Leprieur, Reiche et Simon, donne lecture du 
rapport suivant : 

La Commission nommee dans la seance du 23 novembre pour presenter, 
conformement au 2 C paragraphe de 1 article 13 de son Reglement, une 
liste de candidats pour rejection d*e cinq membres lionoraires, s est reunie 
le 7 d^cembre a la Bibliotheque de la Socie te . 



211 - 

Apres avoir examine" avcc soin et discute la question, la Commission 
a ete" unanimement d avis de presenter trois noms pour chaque place de 
membre honoraire vacante, aussi bien pour les membres francos que 
pour les Strangers. 

La Commission n a pas juge" n6cessaire de chercher des candidats en 
debors de la Socie le enlomologique, dans le sein de laquelle il ne manque 
pas de membres meritant la distinction de Yhonorariat, ainsi qu il rgsulte 
de la lisle de ceux qu elle croit devoir proposer aux suffrages de nos 
collegues. 

Elle a pense, en outre, que, pour laisser aux membres de la Societe" une 
liberte absolue dans leurs choix, il serait convenable de ne pas etablir 
de rang de proposition et d indiquer seulemcnt d apres 1 ordre alphabe- 
tique les noms des candidats qui lui ont paru les plus dignes. 

En consequence, la Commission croit devoir presenter aux suffrages 
de ses collegues neuf membres franc, ais et six membres etrangers dont 
voici Enumeration : 

Membres francais : MM. 

BELLIER DE LA CHAVIGNERIE, membre de la Socie te clepuis 1845. Tra- 
vaux nombreux sur les Lepidopleres ; Enlomologie geographi- 
que, etc. 

BLANCHARD (Emile) (1837). Professeur au Museum ; Membre de 1 Insti- 
tut ; Getonides ; Scarabseides ; Etudes anatomiques ; Systeme ner- 
veux des Insectes, etc. 

BUQUET (Lucien) (1832). Travaux entomologiques nombreux sur les Lon- 
gicornes ; Devouement complet aux interets de la Socie te, dont il 
est le Tresorier depuis quaranle ans. 

FAIRMAIRE (Le"on) (1842). Travaux nombreux el remarquables sur divers 
ordres d Insectes; Faune entomologique francaise, en collaboration 
avec M. le D r Laboulbene. 

GRASLIN (DE) (1832). Un des plus anciens membres de la Sociele; A fait 
paraitre, dans les premiers volumes de nos Annales, de nombreux 
travaux sur les mceurs el la classification des Lepidopteres. 

LABOULBENE (le docleur Alexandre) (1846). Faune entomologique fran- 
gaise, en collaboration avec M. L. Fairmaire ; Travaux nombreux 
ct des plus interessants sur 1 analomie et les metamorphoses 
d Insectes de divers ordres. 



212 

MARSEi L (S.-A. DE) (1835). L Abeillc enlomologiqne qu il public el de 
nombreuses monographies, enlre aulres celle des Hisle"rides, Tont 
signal^ a noire attention. 

MILLIERE (Pierre) (1851). Travaux importanls sur les Le"pidopleres. 

SIGNORET (Victor) (1843). Travaux nombreux el de premier ordrc sur les 
Hemipleres. 

M entires ctr angers : MM. 

BAUDI DE SELVE (1846). Travaux iraportants sur les Cole opteres dc la 
faune medilerran^enne el italienne, inseres dans les publications 
de diverses SocieUis. 

CANDEZE (le docleur) (1856). Monographic des Elate" rides ; Catalogue des 
larves des Coleopteres, etc. 

DOHRN (G.-A.) (1851). President de la Soci6te enlomologtqne de Stettin 
el fondaleur de cette Society ; redacteur de la Gazelle entomolo- 
gique. 

FaRH/EUS (1833). Le doyen des entomologistes ; Collaborateur de Schb n- 
herr pour la Monographic des Curculionides, elc. 

GRAELLS (Mariano DE LA PAZ) (1833). Promoleur des eludes enlomolo- 
giques en Espagne ; Nombreux Iravaux sur les Insecles de ce pays 
inserts dans nos Annales. 

SELYS-LONGCHAMPS (Ed. DE) (1834). Travaux importanls sur les Ndvro- 
pteres ; Membre honoraire d un grand nonibre de Socieles enlomo- 
logiques; elc. 

Ainsi done, pour se resumer, la Commission a i lionneur de proposer a 
vos suffrages neuf membres francais pour trois places de membre hono 
raire el six membres elrangers pour les deux aulres. Elle se plait a croire 
quo les noms qu elle signale a volre attention sont tous dignes de 1 hon- 
neur auquel un tiers seulement d enlre eux sera appele. 

La Sociel6, apres avoir enlendu la lecture de ce rapport, donl elle 
ordonne Timpression dans son Bulletin, decide, conformement a son 
Reglemenl, que 1 eleclion de cinq membres honoraires (Irois francais el 
deux Elrangers) aura lieu dans la stance du 25 Janvier 1882. 

Elleprend c"galeinenl en consideration une demande ^crite de MM. Bedel, 



- 213 

Clement, de Gaulle, Girard, J. Grouvelle, Kunckel d Herculais et Le"veille, 
pour 1 addition, dans le Bulletin, du nom cles candidats suivants : 

MM. 

KEY (Claudius), collaborateur de Mulsant, auteur de nombreux ouvrages 
entomologiques. 

ROBIN (Charles), senateur, membre de 1 lnstitut, professeur a la Faculte" 
de medecine, membre a vie de la Societe". 

THOMSON (G.) professeur a Lund (Suede), auleur de travaux nombreux 
et importants sur les Insectes de nlusieurs ordres. 

Rapport et Decisions. M. le Secretaire donne lecture d un rapport du 
Gonseil, reuni le 30 novembre 1881 (presents a la seance : MM. Buquet, 
Desmaresl, Fairmaire, Fallou, Leprieur, Le"veille et Signoret), pour exa 
miner les propositions qui lui ont el6 renvoyees par la Society. 

A. Relativement a la publication des Tables des Annales de 1861 a 
1880, publication demandee dans la seance du 23 novembre 1881 par 
MM. Edmorid et Ernest Andre , de Gaulle, Aug. Rouget et Tappes, le 
Conseil propose a la Societe : 

1 De decider qu il y a lieu de publier les Tables generates alphabe- 
tiqws et analytiques de ces vingt volumes, pour faire suite a celles 
d A.-S. Paris (1832 a 1860). Adopte" par la Societe. 

2 D accorder a rentomologiste qui vouclra bien se charger de la redac 
tion de ces Tables, sur le plan qui lui sera indique, le titre de membre a 
vie aussitot que le manuscrit en aura e"te re mis a la Societe et accepte 
par elle. Adopts. 

3 D ouvrir immedialement, pour couvrir les frais d impression des 
Tables, une souscription dont le chiffre sera fixe a 20 francs, somme 
qui devra etre adressee au Tresorier des que le nombre des souscripteurs 
aura atteint cent cinquante. A ce moment la publication pourra coni- 
mencer, et, alors, le prix du volume sera port a 24 francs pour les non 
souscripleurs. Adopte (1). 

B. Relativemenl au 1" volume de la Faune des Coleopfercs du bassin 

(1) Seance tenanle, 16 membres de la Society ont signe leur adhesion. 
La liste de sonscription est d^posee chez le Tresorier , oil Ton peut 
s mscrire direclcmenl ou adresser son adhesion par lettre (franco}. 



- 214- 

de la Seine par M. L. Bedel, ayant eu sous les yeux le texte public* dans 
les Annales (1879-1881) et la planche gene>eusement offerte par M. Mau 
rice Se dillot, le Conseil propose de mettre en vente les 300 exemplaires 
tires a part an prix de 5 francs, sans frais de port et sans remise a la 
librairie. Adopte (1). 

Lectures. M. G. Raymond, de Marly-le-Roi (Seine-et-Oise), adresse un 
memoire ayant pour litre : Observations sur I organisation et les mceurs 
du Nematus ribesi Scopoli. 

M. le Secretaire fait remarquer que dans ce travail 1 auteur, qui ne fail 
pas par lie de la Sociele", Iraite des mceurs, des metamorphoses et surtout 
de 1 anatomie de cet Hymenoptere de la division des Tenlhredines qui 
fait de grands degats dans les plantations de Groseillers; des details liislo- 
logiques importants el nombreux sonl presenles sur i e"lal parfail, Tceul, 
la larve, la larve contracted, la nymphe, ainsi que sur la parthenogenese 
et les moyens de destruclion de cet Insecte. Ge travail, qui sera accom- 
pagne de figures, completerait, dans nos Annales, une notice de Leon 
Dufour publiee en 18A7. 

M. J. Fallou donne lecture d une notice ayant pour litre : Nouveau 
cas d albinisme observe chez un Lepidoplere Rhopalocere de la division 
des Saty rides du genre Pararge Hb. (P. ida Esper), aberration albo- 
marginata Fallou. Ge travail est accompagne" de figures colorizes. 

Communications. M. Grote donne des details sur 1 Entomological Club 
de New-Vork, fonde" il y a deux ans et dont il est le president. II oflre la 
premiere publication de celte Socie te et promet de nous envoyer succes- 
sivement les memoires qu elle va imprimer sur renlomologie americaine 
pure el applique"e. L e"change reciproque des publications est de cide e. 

M. Elzear Abeilie de Perrin transmet, par 1 interme diaire de M. Bedel, 
les observalions suivantes : 

Je demande a re"pondre quelques mols encore a noire honorable col- 
legue M. Schaufuss au sujet des Eathyscia. Et d abord plus j etudie ce 
genre, plus je vois se confirmer les idees que j exprimais dans la stance 
du Ik novembre dernier. M. Schaufuss, au contraire, a modifie singu- 
lierement les siennes, puisque le genre Eathyscia. qui, d apres lul, com- 

(1) La publication de cet ouvrage continuera, a partir de 1882, dans 
les numeros trimeslriels des Annales. 



215 

prenait dans le principe pres de la moitie des especes de sa collection, 
n en renfermerail plus qu une seule aujourd hui. Or, cette seule espece, 
Milleri Schm., etait inconnue a Schiodte lorsqu il a caracterise" son genre 
Bothy scia, et les especes sur lesquelles il 1 a etabli se trouvent faire 
partie des Qusesticulus de M. Schaufuss. Aussi ce dernier, en citant le 
genre Bathyscia Schiodte, le qualifie-t-il de genus turn futurum, nunc 
bonwn, ce qui signifie e"videmment en bon francais : genre ne reposant 
sur rien a I epoquc de sa creation, mats devenu bon depuis, par la decou- 
verte d especes dont Schiodte avait une sorte de vision prophetique. Gette 
the"orie est tellement Strange que je me borne a la souligner pour la 
refuter. La conclusion a tirer de 1 argumentation de M. Schaufuss lui- 
meme est done que sen genre Qusesticulus est absolument idenlique au 
genre Bathyscia Schiodte. Si Schiodte raentionne des tarses de Zi articles, 
caractere secondaire pour lui dans la description d un genre curieux a 
tant d autres litres, il est dans le vrai, en admetlant qu il ait examine des 
femelles, et je ne vois rien d invraisemblable a cette supposition. 

Quant a mon genre ou sous-genre Aphaobius, rien ne peut entacher 
sa validite, puisque les Qusesticulus de M. Schaufuss ont pour types les 
byssinus Schiodte et montanus Schiodte, sur lesquels Schiodte a base" anle- 
rieurement le genre Bathyscia. 

Passons au genre Qusestus Schf. De 1 aveu de Tauteur il ne differe des 
Bat hy scia Schiodte, nee Schaufuss (Qusesticulus Schf.) que par trois carac- 
te>es : 1 Antennas filiformes ; or, la distinction de presque toutes les 
especes de Bothyscia se justifie par des differences dans la forme des 
antennes qui varie a 1 infini; je n insiste pas sur ce point, bien connu de 
tous les auteurs. Faudra-t-il former autant de genres que d especes ? 
2 Sternum alte carinatum (au lieu de subtilitcr carinatum); ici encore 
la subtile distinction de 1 auteur ne peut donner qu une faible ide"e des 
modifications profondes qu affecte cette partie du corps chez des especes 
probablement inconnues a M. Schaufuss; les handles posterieures en 
particulier varie at for tement dans leur ecartement, et Tespace qui les 
separe est plus ou moins fortement carene , quelquefois meme sans 
carene. 3 Mandibulse h-dcntalse (au lieu de 3-dentatse). lei je dois 
avouer qu il m a 6te impossible de rien constater de precis sur ces 
organes; je les ai vus denticules chez certaines especes, 3, l\ ou 5-dente s 
chez d autres ; enfm certains sujets de B. Lindcri ont une mandibule 
3-dentee, 1 autre /i-clentee. De plus, 1 examen de cetle piece est tres diffi 
cile et peut donner lieu a des illusions, surtout si on I examine sous des 
jours diffe rents, ce qui souvent fait voir une implantation des dents 



- 210 

difterenle aussi. Franchement, peut-on I lUilisor comme caractere gene- 
rique ? 

On le voit, et j ose etre indiscrct en ajoutant que Tun cle nos raaitres, 
qui prepare une Monographie de ce groupe, est absolument de cet avis, il 
faut en revenir a la synonymie que le D r Horn a donnee dans nos comptes 
rendus et qui se resume ainsi : 

1. Bathyscia Schiodte, Kiesw., Horn. 

Syn. Adelops % Miller, Lacord., Schmidt, Schaufuss in principw, 
Abeille, etc. 

Qusestus Schaufuss. 

Qusesticutus Schaufuss. 

2. Aphabbius Abeille, Horn, que Ton peut conside"rer comme simple 

sous-genre. 

Uembres recus. 1 M. Paul Dognin, negociant, villa de la Reunon, 16, 
a Paris- Auteuil (Lepidopteres d Europe), present^ par M. J. Fallou. 
Commissaires-rapporteurs : MM. Clement et Poujade ; 

2 M. le D r Paul Magretti, a Paderno Milanese, cassina Amata (Italic) 
(Hymenopteres), pre"sente" par M. Edmond Andre". Commissaires-rap 
porteurs : MM. L. Fairmaire et de Gaulle ; 

3 M. Eugene Pougnet, a Landroff (Lorraine) (Enlomologie gentrale], 
pr6senl6 par M. de Gaulle. Commissaires-rapporteurs : MM. Ch. Bron- 
gniart et E. Simon. 

Candidate presentcs pour 1882. M. G. Raymond, a Marly-le-Roi (Seine- 
et-Oise) (Entomologic generate, surtout Anatomic et Mceurs des Inscctes), 
pr^senle par M. Desmarest. Gommissaires-raporteurs : MM. de Gaulle 
et Girard. 

(Diverses notes, lues par MM. Le"veille, Signoret et Fairmaire, seront 
ins^rees au prochain Bulletin.) 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 
Paris, 24 decembre 1881. 



PARIS. Typographic et Lithographic FELIX, MALTESTE* ET C e , rue Dussoubs, 22. 



1881. N 24. 



SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 

Avis ires important*. 

1 Le 1" volume de la Faune des Coleopteres du bassin de la Seine 
(CARNIVORA et PALPICORNIA), par M. L. Bedel, est mis en venle chez le 
Tresorier, M. Lucien Buquet, rue Saint- Placide, 52, au prix de 5 francs, 
par la poste, 5 /h 50 c. La suite de cet ouvrage sera donnee dans les 
numeros irimestriels des Annales a partir de 1882. 

2 Dans la seance du 25 Janvier 1882, il sera precede" a 1 election de 
cinq membres honoraires (trois francais et deux etrangers). Tousles 
membres francais (au n ombre de 250) ont droit de prendre part ft ce 
vote, qui se fera au scrutin secret et a la majorite absolue, soit direcle- 
ment, soit par correspond ance; et, dans ce dernier cas, 1 enveloppe 
fernie e contenant le bulletin de vole et signee par le societaire de qui elle 
e"mane devra etre adressee franco au President de la Society au siege 
des seances (Mairie du VI e arrondissement. place Saint-Sulpice), avant 
1 ouverture du scrutin (Art. 13 du Reglement). La Societe doit compler 
qu un grand nombre de ses membres francais profiteront de ce mode de 
scrutin, mis en pratique pour la premiere fois, et qu ils donneront leurs 
suffrages. Cet avis tundra lieu de tettre de convocation. 

3 Une souscription au prix de 20 francs est ouverte chez le Tresorier 
(M. L. Buquet, rue Saint-Placide, 52) pour la publication de Tables gene- 
rales des Annales de 1861 a 1880. II y ajusqu ici 31 adhesions. 

k Aux termes de 1 article 61 du Reglement, tons les ouvrages pretes 
doivent etre reintegres a la Bibliotheque (rue du Cherche-Midi, /j2) dans 
la derniere quinzaine de decembre, afin que 1 Archivisle en constate 
l e"tt et fasse, s il y a lieu, un rapport ft la Societe dans le courant de 
Janvier 1882. 

5 Changement d adresse. M. L. REICHE , President , habite 
actuellement rue des Eons-Enfants, 22. 



(9 e annee, n 208.) 2/j 



218 - 

BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissant deux fois par mots 




Stance du \k Dtccmbre 1881 (fin). 

Communications. M. A. Leveille signale la capture d une Irenlaine de 
Saprinus virescens Payk., pres de Quiberon (Morbihan), sous les feuilles 
du Polygonum marltimum L., ou ils devoraienl les larves de la Gastroidca 
(Gastrophysa] polygoni L. 

On peut rapprocher ce fait de 1 observation public" e par M. le docteur 
Maurice Regimbart (Ann. Soc. ent. Fr., 1879, Bull., p. xcv), qui avait 
trouve dans 1 Eure le meme Saprinus vivant aux de"pens des Phsedon sur 
le cresson (Sisymbrium nasturtium L.). M. Decaux en a pris depuis deux 
exemplaires dans les memes conditions que notre collegue d fivreux a 
Solesmes (Nord). 

M. V. Signoret communique les notes qui suivent : 

1 Page 46 des Annales de la Socie"te pour 1881 (22, des Cydnides), 
apres la description du Stibaropus callidus Schiotde, dans line note 
nous disons : La description de ces trois especes nous fait penser que 
rauleur avait mal vu les articles des antennes et qu il avail confondu le 
2 e avec le 3 C . Notre remarquc etait erronee; nous venous d en acquerir 
In preuve par l 6tude d une espece nouvelle, provenant de la collection 
du Musee royal de Bruxelles, qui ne pr^senle en effet que quatre articles 
aux antennes, ce qui la fait rentrer dans la serie des trois especes d^crites 
par M. le professeur Schib dte, mais qui, a cause du 2 C article un quart plus 
long que le 3 et de la ponctuation des elylres, ainsi que par la longueur 
du rostre depassant les pattes anterieures, ne s accorde avec la descrip 
tion d aucune espece. Par suite de ces caracleres, nous conserverons le 
nom de Stibaropus pour les especes ayant 5 articles aux antennes, et 
nous creerons le genre Schiodtella pour les especes n en presentant que A, 
fjt dans lequel entreront les especes decrites par M. Schiodte, savoir : 
S. molginus, tabulalus et callidus, que 1 auleur pla^ail dans le genre 
Scaplocoris. 



219 ~ 

2 Ayant recu il y a quelques jours le type aile du Boisduvalia lataniw, 
que nous avons decrit el publte dans nos Annales, volume de 1868, pi. 10, 
fig. 2, nous avons reconnu que nous avons donn deux fois le meme nom 
ponr deux genres diflerents. Le premier, de 1868, est seul a conserve? ; 
quant au second, public en 1875 pour deux especes, les B. lauri et 
krcaudata, dans les Goccides, p. 338 des Annales (372, des Goccides), il 
faudra le changer en celui KOudablis. 

3 Nous faisons passer sous les yeux de la Societe deux especes d He"- 
mipteres-Heteropteres tres remarquables, pour lesquelles nous sommes 
force de creer deux genres speciaux : 

a. Le premier, pour une espece de Californie, que nous nommerons 
Daccrla medio-spinosa, viendra se ranger dans les Myodochaires, tout 
pres des divisions 3 e et /i e du tableau que donne Stal dans son Enumera 
tion, 1873, p. iliUt n 3, lobo antico pronoti lobo postico hand vet hand 
plusquam duplo longiore, et, pour le n A, il faudra faire deux divisions, 
Tune conservant les caracteres de Stal, Tautre ayant les caracteres sui- 
vanls : lobo postico lobo antico angusliore, ct medio spinoso, ocellis non 
distinctis. Lupine qui se remarque & la base du prothorax n en est pas 
une veritable : c est un repli eleve du bord posterieur qui presente en 
arriere un canal concave, tandis qu en dessus il forme une carene 
convexe. 

Cette espece nous a 616 donnee par noire regrette collegue Thevenet. 

b. Le second genre fait partie aussi des Myodochaires (Stal) et viendra 
se ranger lout pres des Erlacda. Nous le nommerons Daerlac et Tespece 
I), tricolor. Gomme caracteres differenliels, nous dirons : 

Tele se prolongeant apres les yeux, 1 espace presque aussi long en 
avant qu en arriere (Erlacda}; 
Tele ferrugineuse, interrompue apres les yeux (Daerlac). 

L espece pour laquelle nous creons ce genre se rapproche beaucoup de 
YE. arkapliseoides. Elle esl noire, avec les pattes brunes, les elytres avec 
le clavus noiratre, le tiers basilaire brun rougeatre, une fascie transverse 
noire sur le second tiers, le sommet de la corie blanc, la membrane 
noiratre. Abdomen noir, avec une fascie transyerse et les bords lat^raux 
blancs. 

Gelte jolie espece provient d Austral ie. 



220 

U Nous donnons aussi la description d une nouvelle espece d Hemiplere, 
VAlcurodes lauri, recolte e par noire collegue M. Gennadius : 

Cette espece est tres voisine, dans son e"lat parfait, c est-a-dire ailee, de 
la proletella Linn6. Le corps est entieremenl jaune ; les e"lytres blanches, 
sans macule, plus longues que celles de la proletella. 

Quant a la coque, elle ressemble beaucoup a celle de la proletella, 
mais la secretion rayonne e du bord est beaucoup plus longue et comme 
grandissanle ; elle occupe plus d espace et se separe de distance en 
distance, ce qui donne a la coque un aspect etoile. 

G esl surtoul dans les endroits ombrages que se rencontre cette espece, 
assez commune a Allieues, sur le Laurus nobilis. 

5 Enfm dans un de nos Bulletins (1879, p. LXXXV), nous decrivions, 
sous le nom g6nerique de Spondyliaspis, plusieurs especes tres remar- 
quables de Coccides enveloppees d une carapace en forme de coquille. 

Nous venons de voir, tout dernierenient, le meme genre decrit par 
M. Markell, de la Nouvelle-Zelande, sous le nom ft Ing Una. Gette deno 
mination doit etre substitute a la notre, la description datant de 1878. 

M. Markell a decrit plusieurs Coccides tres curieux, propres a la Nou 
velle-Zelande, dans les Memoires du Philosophical Institute of Canterbury, 
1878 et 1879, avec 2 planches, sous le litre de : On New Zealand 
Goccides . 

M. L. Fairraaire fait passer sous les yeux de la Socie te plusieurs 
galles d une forme curieuse, et il donne a ce sujet les details suivants : 

Cette galle, qui se trouve dans le midi de la France, sur le Qucrcus 
pubescens, et que je dois a 1 obligeance de notre collegue et ami M. Abeille 
de Perrin, esl peu connue ; elle a ete" pourtanl repr^senlee tres fidelement 
par Danthoine dans sa Gynipedologie, pi. 1, fig. A, qui en altribuait la 
production a un Diplolepis gallee-umbraculatae, dont il donne la descrip 
tion. Cette galle est tres giutineuse a 1 e tat frais et a 1 air d etre enduile 
de caramel ; Danthoine dit qu elle est couverte d une glace dans laquelle 
se prennent divers insectes. Elle doit son nom a 1 espece de parasol qui 
la surmonte et lui donne uue certaine ressemblance avec Tancienne coif 
fure des landers. 

Le regrette docteur Giraudfattribuait, je ciois a tort, cette production 
ail Synergus calicts; mais la galle de ce dernier est bien difTerente, et 



221 

j espere qu uue eclosion nous permettra, a M. Abeille ou a moi, de cons- 
taler qnel est le veritable auleur de la galle en question, car il est impos 
sible, avec la description si laconique de Danthoine, de decider a quel 
genre Pinsecte appartient positivement D apres la grandeur du trou 
d eclosion, qui est unique, je serais porle a croire a un vrai Cymps. 

Le meme membre presente les remarques qui suivent : 

An snjet des changemcnts de noms generiquesjqui ont ete proposes 
dans quclques-nnes de nos clernieres seances, il pense qu en Entomologie, 
corame dans la vie ordinaire, le droit de prescription doit exister aussi 
bien que celni d anciennete. On gagne au moins dans ce systeme un pen 
de stabilite et Ton evile de remplacer des noms adoptes partout, comme 
celui de Mylabris, par un synonyme, Adramisus, qui a le malheur d avoir 
ete precede par celui de Zonabris Harold. Il faut esperer que cela n em- 
pechera pas le nom de Mylabris de rester aux insectes vesicants, sans 
quoi il faudrait remanier un certain nombre d ouvrages de medecine, de 
pharmacologie, sans compter ceux de culture, oil il faudra voir dorena- 
vant les pois manges par les Mylabris, suivant les novateurs, tandis que 
nos collections seront ravagees par les Bruchus. 

- M. L. Fairmaire croit devoir signaler, en terminant ses communi 
cations, 1 article suivant, extrait du New medical Record, reproduit dans 
le numero du 12 decembre 1881 (n Zi6) du journal le Concours medical, 
et qu il s abstient de qualifier : 

La cause du cholera-morbus epidemiqne serait-elle enfin Irouv6e ? 
Dans une communication faite a 1 Union medicale de Venezuela, le doc- 
teur Beauperlhuy, des Universit^s de Paris et de Caracas, affirme que la 
cause du cholera-morbus epidemique reside dans 1 aiguillon d un insecte 
appartenant a Tordre des Hemipteres-Homopteres. En piquant la peau 
des animaux, Tinsecle depose son virus dans les tissus sous-cutanes. La 
piqure ressemble a celle du Moustique et ne fait pas beaucoup de mal. 
Quand le point affecte est frolic immediatement aprcs I inlroduclion du 
poison, des laches livides apparaissent, semblables a celles qui resultent 
de la piqure des serpents venimeux. Une piqure ne suffit pas pour pro- 
duire un resultat fatal. La gravite de la maladie depend du nombre des 
piqures et de.leur siege. L auleur considere alors les analogies qui existent 
entre les symptomes du cholera-morbus et les symptomes produits par la 
morsure des serpents venimeux. Ses investigations, commencees en 1838 



022 

et continuees jusqu a ce jour, dans divcrses regions de 1 Amerique, con- 
duisent le docteur Beauperthuy a affirmer que les fikvres dependent d un 
virus vegeto-animal dont 1 introduction dans le corps resulte le plus sou- 
vent d une veritable inoculation. 



Seance du SS Deecmbre 

Presidence de M. L. REICHE, Vice-President. 

M. Maurice Maindron, de retour de Pondichery, assiste a la seance. 

Lectures. M. J. Bigot adresse line nouvelle partie de ses Memoires sur 
les Dipteres nouveaux ou peu connus, coraprenant les genres Actia, 
Melia, Pkytomyptera et la tribu des Anthomyzidx. 

M. A. Chevrolat communique les descriptions de trois nouveaux 
Cole"opteres de la famille des Longicornes : les V crania intermedia, de 
Siberie ; Phytsecia scapularis, de Syrie, et Agapanttna irroraia, var. in- 
tegra, de Sicile. 

Communications. M. Valery Mayet adresse les observations qui suivent : 

Ma note sur les Garabus des Corbieres (seance du ih septembre) con- 
cluait a la reunion de deux especes, Yauronitens et le punctato-auratus. 

Deux reponses out ele failes dans le Bulletin du 12 oclobre : 1 une esl 
de M. Gehin, Taulre de M. le docleur Kraatz. J ai recu en outre qualre 
lettres particulieres de collegues, que je n ai pas a nommer. Ces six ento- 
tomologistes sont pour la separation des deux especes. 

Dans leur reponse, mes collegues invoquent, les uns des differences de 
forme, de coloration, de ponctuation, les autres, et trois sont dans ce cas, 
insistent : 1 sur la forme des articles 7 et 8 des antennes, toujours, 
disent-ils, echancres en dessous chez le male du punctato-auratus, jamais 
echancres chez Yauronitens ; 2 sur la coloration des tibias toujours plus 
clairs que le femur chez le punctato-auralus, toujours plus sombres chez 
* auronitens. 



223 

Aux premiers je repondrai que la serie .provenant des Corbieres, et 
presentee par moi a la Societe (seance du IZi septembre), offrait precise- 
ment tous ces passages comme forme du corps, reflets me talliques, ponc- 
tuation, saillie plus on moins forte des cotes des elytres, etc. 

Les arguments de rnes seconds contradicleurs sont plus serieux ; mais 
je crois etre en mesure d y repondre. 

Prenons d abord re"chancrure des articles 7 et 8 des antennes du male. 
J ai des punctato-auratus <$ var. Farinesi a articles 7 et 8 faiblement 
echancres, et, selon la note de M. Ge hin, un de ceux que je lui ai offerts 
n a que le 8 e echancre. J ai de plus des auronitens var. fcstivus a articles 
7 et 8 visiblement echancre"s. 

Reste la coloration des tibias. Bien que j aie pris plusieurs Farinesi a 
pieds rouges dont les tibias sont de meme couleur absolument qne les 
lemurs, je conviens qu il y a la une difference h peu pres constante enlrc 
les individus que j ai recueillis dans la Montagne-INoire et ceux que j ai 
captures dans les Corbieres ; mais peut-on separer deux Carabus unique- 
men t par la coloration des pieds ? Je ne le crois pas. G est precisement ce 
caractere des cuisses presque toujours plus foncees que les tibias qui 
separait surtout autrefois le Carabus lotharingus du C. auratus , especes 
aujourd liui reunies. 

Je conclus done de nouveau & 1 identite specifique de Y auronitens et du 
punctato-auratus, et les formes de transition devront etre recherchees 
dans la Montagne-Noire et les Corbieres. 

Le mftme membre adresse egalement une note sur les moeurs des 
Ccrambyx : 

Le pare dc 1 ficole d AgricuHure de Monlpellier renferme dix on douze 
vieux chenes qui m ont fourni maintes fois 1 occasion d eludier les moBurs 
des Gerambijx et en particulier celles du C. velutinus. L un de ces arbres, 
mort Tele dernier, vient d etre abattu et j en ai profile pour faire quelques 
observations qui ne peuvent se faire que Thiver. Elles ont leur interet et 
trouveront leur place ici. 

Nos chenes, a Monlpellier, nourrissent quatre especes de Cerambyx : 
le cerdo, le Mirbecki, le miles et le velutinus. 

Le C. cerdo est le plus commun de tous. 11 apparait en juin, certains 
se monlrent des la fin de mai, d autres vivent jusqu ^i fin juillct. Le jour, 
cet insecte reste accroche , la tete en bas, ft 1 ecorce des branches mai. 



22/i 

tresses, cle preference a celles qui sont ombrage es de feuilles. Vers trois 
heures de 1 apres-midi, il commence a circuler jusqu a la tombee de la 
null. 

Le C. Mirbecki est moins rareTqu on ne pense dans le midi de la 
France. 11 vit sur le che"ne et 1 amandier. C est le plus tardif de lous les 
Cerambyx. Les premiers se montrent en aout, les derniers en septembre. 
Cetle espece est connue de nos paysans sous le nom de Manga pcro (mange 
poires); elle est en eflet friande de fruits sucres et on la trouve parfois la 
tete entitlement enfoncee dans les poires mures. Assez rare a Monlpellier, 
elle abonde, cerlaines anne"es, aux environs de Narbonne. 

Le C. miles parait fin jtiin et dure jusqu a la fin de juillel; il a les 
mo3urs du ccrdo, vit parfois sur le chene, mais prei ere ramandier et 
Taubfipinier. 

Le C. velutinm passe pour tre assez rare et ne Test cependant pas. 
Ge qui fait qu il 6chappe d ordinaire aux recherches, c est qu il est noc 
turne. 11 ne parait guere avant les premiers jours de juillet. Il faul le 
chasscr a la lanterne sur le tronc des chines, de huit heures a dix heures 
du soir. Le jour il est blotli dans les crevasses du tronc, choisissant les 
plus profondes. On le fail sorlir aisement en 1 enfumant avec du tabac. 
Sa presence estd habitude reve lee par la stridulation speciale a la plupart 
des Longicornes. 

J ai trouve la nymphe du vclulinus, le 20 juin, en fendant des buches de 
chene d ou j avais vu sorlir dc la vermoulure. La loge oil la nymphose 
s opere est place^e au cccur du bois, debouchanl dans une des galerics 
tracees par la larve. Celte loge a la forme d une amande qui serail large 
el arrondie oux deux bouts (longueur 7 a 8 cenlim., largeur 3 centim.); 
les parois en sont tres lisses. Le cycle complet des metamorphoses dure 
gene ralement trois ans, et qnand la sortie de 1 insecte parfait est entrave"e 
par la s^cheresse, celui-ci reste enferme dans sa loge jusqu a 1 annee sui- 
vante, ce qui reporle Faccouplement a la quatrieme annee apres la ponte 
de 1 ceuf. 

Je suis en disaccord sur ce point avec mon illustre et regretle mailre 
Ferris, qui laisse entendre (Larves de Coleopleres, 1877, p. 563) que, 
raalgre" ce qu en ont dit plusieurs auleurs, deux ans doivent snfiire aux 
Cerambyx pour arriver h 1 ^tat parfait. 

Le chene qui vient d etre abattu a Ttcole dV\griculture de Montpellier 
m a fourni toutes les pieces a Tappui de ce que j avance. J ai Irouve", eri 



225 

refendant le hois, trois tallies de larves parfaitement distinctes. Je les fais 
passer sous les yeux de la Socie"te : 1 une grosse larve nee vraisembla- 
blement en 1879 et qui serait devenue nymphe en juin 1882 ; 2 une 
larve de taille moyenne sortie de Toauf en 1880; 3 une petite larve nee 
sans doule au mois d aout 1881. 

Je fais enfm passer sous les yeux de mes collegues deux velutinus a 
l etat parfait, vivants ; une seule grosse branche refendue et litteralement 
emieltee ra en a fourni huit. Ces insectes, vraisemblablement e"clos en 
jnillet, n onl pu sortir, sans doute, a cause de la secheresse exceplion- 
nelle qui a sevi pendant quatre mois 1 ete dernier. 

Celle serie de Cerambyx vivants trouve"s en plein hiver m explique 
comment, le 30 avril 1878, un proprietaire de Gollioure avail pu m adresser 
deux de ces insectes trouves en abattant un che ne. Elle m explique aussi 
pourquoi le 25 mai de la meine annee j ai pris ici un velutinus se prome- 
nant sur un chene. Tavais cru a des eclosions precoces et j avais a faire a 
des retardataires. 

Le C. velutinus est bicn 1 espece des pays sees comme le notre. Elle est 
admirablement organisee pour resisler, quand il le fa ut, a un jeune de 
treize a qualorze mois. La reserve de lissus graisseux est enorme chez 
elle ; la forme de 1 abdomen, elargi a i extre mite, Tindique. Encore 
actuellement, apres un jeune de six a sept mois, les anneaux de 1 abdo 
men sont clistendus outre mesure. La reclusion dans une loge a pen pres 
privee d air renouvelable ne pousse pas, il est vrai, a la combustion de la 
reserve graisseuse ; le froid aussi suspend les fonctions vitales; mais i* 
n en est pas moins extraordinaire de voir une grande espece comme 
celle-la passer ainsi sans manger plus d une annee, et cela sans en 
souffrir aucunement. 



M. L. Bedel indique la synonymic suivante : 



Dans le k e fascicule de ses Bestimmungs-Tabellen (1881), M. Heitter, 
a Toccasion du Synopsis des Thoriclidx, decriten note, p. 21, un nouveau 
genre de SUphidx, qu il nomme Apharia et qui a pour type un petit 
Coleoptere aveugle, parasite des Melliferes de Cayenne. 

Ce genre est deja connu : M. Maurice Girard 1 a cree dans nos Annales 
(187Zi, p. 57Zi), sous le nom de Scotocryptus, pour une espece parasite 
des Melipones de Bahia. 11 reste a savoir si 1 espece de Cayenne (melito- 
phila Reitter) est identique a celle du Bre sil (meliponag Girard) ; 1 examen 
des types pent seul permettre de trancher cette question. 



Le meme inembre ajoule que M. Valery Mayet vient de lui commu- 
iiiquer deux Triplax interessants : 

Le premier, pris par Ferris a Mont-de-Marsan et signale, d apres lui, 
dans le Catalogue des Coleopleres des Landes (p. 323) sous le nom de 
T. elongata Lac., n est simplement qu un exemplaire un pen immature 
du vulgaire T. russica L. 

Le deuxieme cst un T. scute liar is\\\wp.,> pris a La Massane (Pyrenees- 
Orienlales) par M. Valery Mayet. 

M. Paul Colve e (de Valence, Espagne) adresse la description d une 
nouvelle espece de Coccides, a laquelle il donne le nom tfAspidiotus 
juglandis : 

J ai trouve" aux environs de Tarragone (Catalogue) un Diaspide remar- 
quable sous plus d un rapport. II se trouve sur le noyer. Le bouclier 
de la femelle est Ires commun, tres petit, et les depouilles des mues 
sont au centre ; sa couleur est rougealre, surtout quand Tindividu est 
jeune. Les boucliers ne forment pas de croules ; i!s sont presque 
toujours isoles. 

La femelle est ovalaire, la portion ce"phalique plus large que 1 abdo- 
inen Le bord est festonne" seulement a la region posterieure. Sur le seg 
ment anal, il y a qualre squames : deux grandes au centre el deux an Ires 
beaucoup plus petites a cote. Entre les squames on voit quelques poils 
rigides, mais il n y en a pas au-dela. On trouve quatre plaques de filieres : 
les inferieures ont de six a neuf filieres et les superieures de huit a 
douze. Ouelquefois, entre les deux superieures, on apercoit une filiere 
isolee. 

Ce qu il y a de plus remarquable dans cette espece, c est la nature et 
la disposition des filieres isolees : elles sont de celles que M. Signorct a 
compare aux animalcules spermaliques. Toutes vont deboucher sur le bord 
du segment anal, et, comme elles ne sont pas siluecs a la meme hauteur, 
il en resulte que les tubes excreteurs sont de longueurs tres diflerentes. 
Voici comment elles sont placees : elles forment de chaque cole 
quatre series divergentes qui partent des intervalles des squames ou a 
l)eu pres; elles se dirigent en haul, s ecartant de la ligne cenlrale. Le 
nombre de filieres que possede chaque se rie est variable : generalement, 
la premiere, ^ partir du centre, en a trois ou quatre ; la deuxieme, 
sept ou huit ; la troisieme, vingt-deux a vingt-quatre, et la derniere, de 
seize b dix-huit. 



227 

Je crois qu en etudiant davantage la forme de ces filieres, il faudra 
reconnaitre, dans cette espece, deux varietes qui se distingueront aussi 
par la forme de la tele. 

Les boucliers du male sont un pen plus allonges et les depouilles des 
mues sont egalement au centre. Je n ai pas vu ce male a son etat 
parfait. 

Cette espece n a pas encore etc decrite, et je propose de la nommer 
Aspidiotus jwjlandiSy car il ne me parait pas douteux qu elle n appar- 
tienne au genre Aspidiotus. 

M. L. Buquet indique, ainsi qu il le fait chaque annee, les noms 
des membres qui, au nombre de onze, nous out donne leurs photogra 
phies en 1880 et 1881, et il prie instamment nos confreres ainsi que 
les entomologistes qui n appartiennent pas a la Societe, de completer 
autant que possible et dans un temps rapproche cette interessante col 
lection (1). 

Membre recu pour 1882. M. G. Raymond, a Marly-le-Roi (Seine-et- 
Oise) (Enlomologie generate, surtout Anatomic et Mceurs des Inscctes], 
presente par MM. Ed. Andre" et E. Desmarest. Commissaires-rappor- 
teurs : MM. de Gaulle et Maurice Girard. 

Candidats presentcs. 1 M. Henri du Buysson, an Chateau du Vernet, 
a Brout- Vernet (Allier) (Coleoptercs d Europe], presente par MM. le 
D r Marmottan et le D r Senac. Commissaires-rapporteurs : MM. Charles 
Brisout de Barneville et L. Buquet ; 

(1) Les portraits parvenus jusqu ici a la Societe sont au nombre de trois cent 
soixante-six; ce sont, outre les trois cent cinquanle-cinq indiques aux pages xi, 
xviii, L et LI du Bulletin dc 1863; LV, de 1864; LXXI, de 1865; EXVII, de 1866 ; 
xcv, de 1867; cxvi, de 1868; LXXXII, de 1869, LXXXVII, de 1871 ; xcv, de 1872; 
ccxxxvn, de 1873 ; CCLXIH, de 1874 ; ccxxin, de 1875 ; ccxxxiv, de 1876 ; cxc, 
de 1877; CLXXV, de 1878; CLXXV, de 1879, et ceux, au nombre de onze, regus 
en 1880 ct 1881, de MM. : 

356. Albert Argod. 362. Leon de Rigaud. 

357. Heron-Royer. 363. Comte Costa de Beauregard. 

358. Victor Moerenhout. 364. J.-C. Brongniart. 

359. P. Gennadius. 365. Baron d Osten-Sacken. 
306. John Sahlberg. 366. D r P. Magretti. 

361. V.-M. Teinturier. 



- 228 

2" M. Alfred (millet, rue de la Monnaie, 23 (Entomoloyit: 
presente par M. J. Fallen. Commissaires-rapporleurs : MM. Delahaye 
et Poujade ; 

3 M. 1 abbe Lucante, a Courrensan (Gers) (Entomologie generate, 
surtout Inscctts cavenricolcs), presenle par M. Maurice Sedillot. Com- 
missaires-rappoi teurs : MM. de Marseul et E. Simon. 

Membres demissiormairrs <i pariir de 1882. MM. 1" Charles Javet, a 
Passy-Paris, recu en 1847 ; 2 Delia Torre, a Paris, recu en 1880 ; 

3 le capilaine Xambcu, a Lyon, rcr.u en 1870. 

Nomintttions annuclles. La Societe, aux termes de divers articles de 
ses Statuts et dc son Reglement, et pour la cinquante-el-unieme fois 
depuis sa fondation, precede a la nomination des mernbres de son Bureau, 
de son Conseil et de ses Commissions speciales. 

Ont ete nomme s pour 1882 : 

MEMBRES DU BUREAU. 

President MM. L. REICHE. 

Vice-President V. SIGZVORET. 

Secretaire E. DESMAREST. 

l cr Secretaire adjoint If. LUCAS. 

2 e Secretaire adjoint. ....... A.-L. CLEMENT. 

Tresorier L. BUQUET. 

Archiviste-Eibtiolhccairc A. LEVEILLE. 

Archiviste-Bibliothecaire adjoint. . J. BOURGEOIS. 

CONSEIL. 

MM. J. FALLOU, C.-E. LEPRIEUR, E. SIMON (membrcs rcstants), 

L. FAIRMAIRE, J. GROHVKLLE, J. KUNCKEL D HERCULAIS, (mem- 
bres nouveaux) et les membres titulaires du Bureau. 

COMMISSION DE PUBLICATION. 

MM. J. GROUVELLE, G.-A. POUJADE, A. SALLE, -- \kuniL 
SEDILLOT, E. SIMON et les membres titulaires du Bureau. 



o f) 

COMMISSION DE LA Bl BLIOTH EQUE. 

MM. S.-A. DE MARSEUL, A. SALLE", Maurice SEDILLOT el les 
membres titulaires du Bureau. 

COMMISSION DU PRIX DOLLFUS POUR 1881. 

MM. A.-L. CLEMENT, E. DESMAREST, J. DU GAULLE, Maurice 
GIRARD, A. LEVEILLE, G.-A. POUJADE, L. REICHE, Maurice 
SEDILLOT, D r II. SENAC. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Stance du id Decembre 1881. 

Bulletin of the Buffalo Society of Natural Sciences, vol. IV, n 1. 
FRANK-H. ZESCH el OTT. REINECKE, List of the Coleopt. observ. and 
coll. in the vicinity of Buffalo. J. POHLMAN, On certain Fossils of 
the Water-Lime group near Buffalo (fig.). J. LE CONTE, New Co- 
leoptera (1 pi. n.). Notes. 

Bulletino del Naturalista Collettore, 1881, n 12. 

Comptes rendus hebdom. dcs seances de I Acadcmie des Sciences, 1881, 
2 e semeslre, n os 21, 22 et 23. N 21 : DE LAFFITTE, Sur 1 oeuf d lii- 
ver du Phylloxera. N 22 : ALPHONSE MILNE-EDWARDS, Dragagcs 
duns la Mediterranee et 1 Ocean (Gruslaces). J. KUNCKEL D HERUC- 
LAIS, Sur le developpement post-embryonnaire des Dipteres. N 23 : 
JOBERT, Recherclies pour servir ^ 1 histoire de la generation cliez les 
Insectes. VIALLANES, Sur le developpement post-embryonnaire des 
Dipteres. 

Entomologist s monthly Magazine (The}, n 211. WATERHOUSE, Note 
on ^Epophilus Bonnairei Sign, a gen. and sp. of Hemintera new to 
Britain. A.-G. BUTLER, On two new sp. of Butterflies from East 



230 - 

Africa. W.-F. KIRBY, Descr. on a new sp. of Saturnidae from the 
Gold Coast. W. BUCKLER, Descr. of the larva of Scopea lutealis. 

VERRALL, Diplera of the Norfolk broads. G.-G. BARRETT, Notes 
on British Tortrices (suite). J. SCOTT, On certain South American 
Delphacida?. H.-W. BATES, New Cetonidae from East Central Africa. 

EDW. SAUNDERS, Notes of the Enlom. of Portugal (suite), Hymeno- 
plera. Notes div.; chasses ; mceurs; bibliogr. : Soc. franc. d Ento- 
mologie, etc. 

Feuilte des femes Naturalises, ll c annee, n 13/i. Communications, 
notes diverses. 

Naturalisla Sidliano (II), n 3. FAILLA TEDALDI, Nota sulla Blenno- 
campla melanopygia (Costa). HAGUSA, Coleott. nuovi o poco conos- 
ciuli della Sicilia. FAUVEL, Homalola leporina, n. sp. 

Naturaliste (Le), n 08 6/1 et 65. ANCEY, Descr. de Cole"opteres nouv. 
Bibliogr. entom. 

Papilio, organ of the New-York Entomological Club, n 1. Div. notes 
sur les Lepidopt. americains (1 pi. col.). 

Societe entomologique de Bclgique, Comptes rendus, serie III, n 11. 
VAN SEGVELD, Galles de chene recueillies en Belgique. BECKER, 
Communic. arachnol. 

Transactions of the American entomological Society, vol. Vllf, n os 1, 2, 
3 et U. CRESSON, Descr. of new North Amer. Hymenoptera in the 
Coll. of the Amer. Ent. Soc. G. HORN, Notes of the Sp. of Asaphes 
of Boreal America. Synopsis of the DascyllidaB of the U. St. (1 pi. n.). 

Notes on some Gen. of Cerambycidas, with descr. of new sp. 
(1 pi. n.). Contrib. to the Coleopterology of the U. St. (1 pi. n.). 

HORACE-F. JAYNE, Descr. of some monstruos. observ. in North 
Amer. Coleopt. (1 pi. n.). J. LE CONTE, Short Studies of North 
Amer. Coleopt. G. HORN, Synopsis of the Silphida3 of the U. St.. 
with references to the genera of other Countries (3 pi. n.). - Procee 
dings : Descr. d esp. nouv.; tableaux dichotomiques separe"s; Hyme - 
nopteres ; Coteopteres. 

Verslag van de Zes.-en-dertigste Zomervergadering der Nederl, entom. 



- 231 

Vereen., 23 Julij 1881. VAN DER WULP, Over het prepareren van 
Diplera de J. Mik. MAURISSEN, .Lijst van Inseclen in Limburg, etc. 



FALLOU (J.). Essai d education de plusieurs Bombyciens sericigenes (8 p.). 
(Soc. d Acclim., 1881.) * 

OLIVIER (ERN.). Essai sur la Faune de TAllier ou Catalogue raisonng des 
Animaux sauvages observes dans ce de partement, IP partie : Annele s, 
l cr fasc., 1880 (160 p.). * 

REUTER (D r O.-M.). Analecta hemipterologica (42 p.). (Berl. Ent. Zeit., 

1881.) * 

RILEY (C.-V.). General Notes; Entomology (8 p.). (Amer. Natur., 1881.) * 

L Archiviste : A. LEVEILLK. 



Seance du 28 Decembre 1881. 

Annales de la Societe entomologique de France, 6 e s6rie, tome I er , 1881, 
3 e trimeslre, planches 8, 9 et 10. Deux exemplaires pour la 
bibliotheque. 

Memoires, p. 273 416. Bulletin des stances, p. LXXXJ cxxvui. 
Bulletin bibliographique, p. 17-32. 

L. BEDEL, Faune des Colcoptcres du bassin de la Seine ct de scs 
bassins secondaries, I er volume (avec une planche) : 

Titres et Avant-Propos, p. i a VH. Abbreviations et signes spe- 
ciaux, p. vii. Vocabulaire, p. xi. Genres et especes de crits dans 
le l cr volume, p. xxm. Errala, p. xxiv. 2 e sous-ordre : Palpi- 
cornia (Splixridiidse , fin, el Catalogue), p. 337. - Supplement, 
p. 346. Table alphabe tique, p. 355. Explication de la planche, 
p. 360. 

Atti della J?. Accademia dei Lined, anno CCLXXIX (1881-1882), serie 
lerza, Transunti, vol. VI, fasc. 2. In-/t. Roma, d^cembre 1881. Q 



232 -v 

Bulletin, de I Academic impcriaie des Sciences de Saint-Peter sbourg, 
tome XXVIJ, fenilles 18-25. Q 

Bulletin de la Societe impcriaie des Naturalises de Moscou, anne"e 1881, 
n 1. CHRISTOPH, Neue Lepiclopteren des Amurgebietes. 

Comptcs rendus hebdomad air cs des seances de I Academic des Sciences, 
Lome XGIII (2 e semestre 1881), n 24 et 25. ME"GNIN, Note sur 
quelques points encore obscurs de 1 organisalion et du developpement 
des Echinorhynques. GAYON, Organismes parasites du Phylloxera. 

BLANCHARD, Preuves enlomologiques de la formation re cente de la 
jNlediterranee. BIDALD, Moyen d empecher le developpement du 
Phylloxera par le gazonnement du sol dans Tintervalle des ceps de 
vigne. SILLIMAN, Nouveau type des Tarbellaries parmi les Hel- 
minthes. HOLLAND, Telphusa fluviatilis rejetes vivants par les puits 
arlesiens jaillissant de FOued-Rir (Sahara de Gonstanline). 

Cyntpides, l e partie. Introduction, La generation alternante chcz les 
Cynipidcs, par M. le D r H. Adler, traduit et annole par M. J. Licli- 
tenstein, suivi de la Classification des Cynipides, par M. le D r Mayr. 
Vol. in-8, avec 3 planches dont 2 colorizes. Montpellier, 1881. * 
Offert par M. J. Lichtenstein. 

Entomoloffisk Tidskrift, af Jacob Spangberg, Band I (1881), Haft Zi. 
O.-M. REUTER, Till Kannedomen om sverigen Psylloder (avec bois). * 

Offert par M. Spangberg. 

Journal of the Royal Microscopical Society, ser. IE, vol. I, part 6, avec 
planche (de cembie 1881). Colour-sense in Insects, etc. Beetle 
with Proboscis like that of Lepidoptera. Structure Ant Hatching of 
Egg-capsules, etc., in Manlis. Observations on Acarida. Pycno- 
gonida of the Challenger Expedition. Hairs of the anterior antenna; 
of Crustacea. Nervous System and Sense-organs of Sphaeroma ser- 
ratum. Dislomum of the Crayfisch. Organisation of terrestrial 
Lumbricina, etc. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 

Paris, 6 Janvier 1882. 



PARIS. Typographic et Lithographic FELIX MALTESTE ET O, rue Dussoubs, 22. 



1882. NO |. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



Avis ires importants. 

1 Le 1" volume de la Faune des Coleopteres du bassin de la Seine 
(CARNIVORA et PALPICORNIA), par M. L. Bedel, est mis en vente chez le 
Tre"sorier, M. Lucien Buquet, rue Sainl-Placide, 52, au prix de 5 francs. 
(C est par erreur que sur la couverture du 3 e trimestre des Annales 1881 
et au precedent Bulletin il a e"te indique" : par la poste, 5 fr. 50 <?.) La 
suite de cet ouvrage sera donne"e dans les Annales a partir de 1882. 

2 Dans la PROCHAINE seance (25 JANVIER), i! sera precede a 1 election 
de cinq membres honoraires ( trois francais et deux etrangers ). Tons les 
membres francais (au nombre de 250) ont droit de prendre part a ce 
vote, qui se fera au scrutin secret et & la majorite absolue, soil directe- 
ment, soit par correspond ance ; et, dans ce dernier cas, 1 enveloppe 
ferme e contenant le bulletin de vote et signee par le societaire de qui elle 
e"mane devra 6tre adressee franco au President de la Societe, au siege 
des stances (Mairie du VI e arrondissement, place Saint-Sulpice), avant 
Touverlure du scrutin. La Societe doit compter qu un grand nombre de 
ses membres profiteront de ce mode de scrutin, mis en pratique pour la 
premiere Ms, et qu ils donneront leurs suffrages. DERNIER AVIS. 

3 Une souscription au prix de 20 francs est ouverte chez le Tre"sorier 
(M. L. Buquet, rue Saint-Placide, 52) pour la publication de Tables gene- 
rales des Annales de 1861 a 1880. Le montant de la souscription ne sera 
exigible que lorsque la Socie le aura recu 150 adhesions, et alors 1 impres- 
sion commencera. Ecrire de suite et franco. 

U Dans la prochaine seance, il sera donne" lecture du rapport de la 
Commission du Prix Dollfus (Concours de 1881). 

5 Le Banquet annuel destine" ei feter le Jubile de la Societe" (cinquan- 
tieme anne"e depuis sa fondation) aura lieu a la fin ftvrier 1882. 



(10 annee, n e 209.) 



BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissant deux fois par mois 



Seanee du 11 Janvier 1SS9. 
Presidence de M. L. REICHE. 

Notre collegue M. Achille Raffray, vice-consul de France a Massouah, 
de retour d Abyssinie, assiste a la seance, ainsi que M. G.-J. Taylor, 
enloraologiste de Londres, rue de Vilry, 9, a Choisy-le-Roi (Seine). 

M. le Secretaire, apres Tadoption du proces-verbal de la stance du 
28 decembre 1881, donne lecture d une lettre que vient de lui adresser, 
de Port-sur-Sa6ne, M. Le"on Fairmaire : 

Messieurs et chers collegues, je regrette bien qu une violenle bronchile 
me retienne loin de Paris et m empeche de vous remercier de vive voix 
de 1 honneur que vous m avez fait en me nommant President en 1881. 
II m aurait ete" ires agreable de proce"der a Installation de notre cher 
Maitre M. L. Reiche, qui nous a preside si souvent et que nous sommes 
heureux de voir a notre tele dans Tannee ou nous devons ce"lebrer le 
jubile de la creation de notre Sociele. 

Sans entrer dans le detail des travaux qui composent nos Annales de 
1881, je crois que nos publications de Tanne"e derniere ne seront pas 
d un interet moindre que les pre"cedentes, et je desire seulement que nous 
puissions en augmenter encore et 1 importance scientifique et le volume. 
Nous sommes dans une e"poque ou il faut toujours ameliorer si Ton ne 
veut pas reculer, et, pour une Societe comme la notre, ameliorer c est 
d^velopper ses publications de toutes les manieres, et augmented en 
meme temps son influence dans les diverses parties de la Science a laquelle 
nous nous sommes adonnes. 

M. L. Reiche, avant de prendre possession de la Presidence prononce 
les paroles qui suivent : 

Chers confreres, appete de nouveau par vos suffrages b pre"sider vos 



3 ~~* 

assemblies, je cherche vainement des termes suffisants pour vous expri- 
mer toute ma reconnaissance pour cette nouvelle marque de votre aflec- 
tion ; j en suis profondement louche, et, pour ne pas la de me riter, je ne 
pnis vous promettre que de continuer mon devouemenl au bien de la 
Sociele et le maintien dans son sein dc la bonne harmonic qui y rcgne 
d habilude et qui rend la lache du President si facile. Ce fonctionnaire y 
est puissamment aide" par les membres d un Bureau que vous avez le 
bonheur de voir aussi bien compose". 

Aussi venais-je vous demander qu en votant des remerciements a notre 
savant President sortant, vous y compreniez les membres du Bureau et 
de nos Commissions speciales de 1 annee derniere. 

La Socie te accueille ces deux allocutions par des applaudissements 
unanimes, en ordonne Timpression dans le Bulletin, et decide que des 
remerciements sont adress6s aux membres de son Bureau, de son Gonseil 
et de ses diverses Commissions pour 1 annee qui vient de se terminer. 

Communications. M. L. Buquet, tresorier, e"crit que, retenu chez lui 
par une legere indisposition, il ne pourra presenter le rapport sur sa 
gesliou pour 1881 qu a la prochaine seance ; il fait egalement connaitre 
la mort de noire collegue M. Gaspard Demoulin, recu membre en 1845, 
et de"ced6 a Mons (Belgique) le l/i novembre derniej. 

On annonce egalement la mort de Irois enlomologisles qui n appar- 
tenaient pas a la Societe : 

1 Le docteur Charles Leprieur, fils de noire aime collegue, ne a Lille 
le 17 novembre 18A8. Entre a la fin de 1868 a 1 Ecole de me"decine mili- 
laire de Strasbourg, recu docteur en decembre 1872, il sortait du Val-de- 
Grace, 6 e de la promolion, avec le litre d aicle-major et partait pour 
TAlgerie. Pendant son sejour dans ce pays et surtont a Bou-Saada, il se 
livrait a des recherches entomologiques dont les produits Ires inle"res- 
sants furent communiques a la Societe. Rentre en France en juillet 1875 
comme atlache au 3 e regimenl du genie a Arras, il oblenait successive- 
ment au concours a 1 Ecole secondaire de me"decine de cetle ville les 
tilres de chef des Iravaux analomiques, de professeur suppleant et de 
professeur titulaire d anatomie. Le 25 juiu 1880, il etail nomme major de 
2 e classe au 17 e regiment de chasseurs a Limoges, et dans le courant de 
seplembre 1881 il e"tait de"signe" pour 1 ambulance de la 7 e brigade de 
renfort en Tunisie et arrivait a Kairouan le 26 octobre. Charge d un 



service de plus de 100 malades atteint de fievres typhoides, il se multiplia 
pour faire face aux besoins nombreux de ce penible service. Atteint lui- 
meme a son tour, sous [ influence de fatigues morales et physiques 
excessives, 11 n en continua pas moins ses soins a ses malades, et ce ne 
fut que douze jours apres qu il se de*cida a demander son Evacuation sur 
Fhopital de Sousse. Le li decembre il annon^ait a ses parents qu il allait 
mieux et un moment on le considera comme en pleine convalescence, 
puis les depe"ches devinrent de plus en plus alarmantes, et le 28 au matin 
il cessait de vivre, apres avoir conserve jusqu a la fin la lucidite" de son 
intelligence. Il venait d etre propose" pour la Legion d honneur; 

2 M. Putzeys, auteur de la savante Monographic des Clivines et de 
beaucoup de travaux entomologiques, de cede a Bruxelles (Belgique); 

3* M. Joseph Duncan Putnam, secretaire de I Acadgmie des Sciences 
naturellcs de Davenport, Iowa (fitals-Unis d Ame rique), auteur de travaux 
importants sur divers ordres d Insectes et surtout sur les Hemipteres, 
de cede le 10 d6cembre 1881. 

M. Aug. Chevrolat donne les diagnoses de trois Cole opteres nou- 
veaux et des remarques sur une quatrieme espece : 

1 CEBRIO APICALIS. Long. 14 mill.; lat. A mill. Elongatus, 
robustus, latus convexus, niger ; elytris testaceis, apice nigris, anguste 
costatis, late sulcatis, minute inequaliter punctulatis, femoribus testaceis ; 
mandibulis arcuatis, plants, acutis, capite rotundato, punctulato, antice 
triangulariter depresso, antennis brevibus, plants ad apicem attenuatis, 
prothorace subtriangulari, angulis posticis divaricatis, acutis* 

Le pe"nis est cylindrique, noir et he risse de poils raides. 

Var. Omm no niger, aliquotio, in prothorace, foveis 2 dorsalibus pro- 
fundis. 
Hispania, Salamanca. A D. Reyer datus. 

2 ZONITIS BIIMPRESSA. Long. 10 mill.; lat. 5 mill. Elongata, punc- 
tata, niffra; capite inter oculos transverse sulcato; prothorace testaceo, 
punctulato, vix longiore latitudine, subquadrato, convexo, foveis 2 dorsa 
libus minutis ; elytris singulalim rotundatis, testaceis. 

Cette espece a quelques rapports avec le Z. muticus, mais sa forme est 
courte et les elytres sont un peu aplanies. 

Espagne. Deux exemplaires de mes chasse.5 ci Valladolid. 



3 ZONITIS BIPUNCTATA. Long. 13 mill.; lat. 4 mill. Elongata, 
punctata, nigra, nitida, prothorace elytrisque testaceis, illo elongato paral- 
Lelo, subquadrato, punctis duobus dorsalibus, scutelloque nigris. 

Z. bipunclata Dej., Gat., 3, p. 248. 

Damas. Ex mus. Olivier. 

OBS. UAcicnemis maculicornis Chevr. de"crit par M. Fairmaire dans le 
3* trimestre de DOS Annales pour 1881, page 299, n est autre que 1 A. 
maculicollis nobis decrit en 1872 dans les Petites Nouvelles. 

M. Achille Raffray fail passer sous les yeux de ses collegues une 
bolte contenant les especes les plus remarquables des Coleopteres qu il a 
pu recueillir pendant ces trois dernieres anne es, et donne a ce sujet les 
details suivants : 

Pendant deux e"te"s successifs j ai explore" la province des Bogos, au nord 
de 1 Abyssinie, a une altitude d environ 1,400 metres. La faune, dans 
celte region, a un caractere plus tropical que sur les plateaux de Tinte- 
rieur : c est 1 que j ai trouve" le Goliathus Pluto, de beaux Longicornes 
des genres Tithoes, Macrotoma, et nombre de Pselaphides tres curieux. 
Mais les Paussides y e"taient rares. 

Ayant e te charge" par le Ministere des Affaires elrangeres d une mission 
pres du roi d Abyssinie, je viens de faire, pendant 1 ete" dernier, de mai a 
novembre, un long voyage dans rinte rieur. J ai suivi un itine"raire tout 
different (beaucoup plus a 1 Est) que lors de mon premier voyage en 1873 
et 1874. La saison aussi etait plus favorable. Sur les plateaux j ai trouve" 
grand nombre de Carabiques, de Cicindeles, Coprides et surtout de Paus 
sides; ces derniers sont parliculiers aux plateaux d une altitude de 2,000 
a 2,500 metres; je n en ai pas trouve au-dessus de 3,000 metres, et ils 
sont tres rares dans les regions basses. Parmi les Paussides, la plus belle 
capture est une nouvelle espece du genre Hylotorus, trois especes 
appartenant probablement a un genre nouveau, et enfm une espece du 
genre Orthopterus. J ai rencontre" en tout vingt-trois especes de Paus 
sides. 

J ai longuement explore* une region fort peu connue de 1 Abyssinie, 
celle qui forme le bassin oriental de la mer Rouge. Cette region est tout 
a fait diffe"rente du reste de 1 Abyssinie. Elle est pauvre en entomologie, 
mais renferme quelques especes fort rares, entre autres le Compsoce- 
phalus. Je dois dire des aujourd hui qu il n y a qu une espece passant 
du brun rouge au jaunc, au vert olive et au bleu noir. 



6 _ 

Puis, enfin, il m a etc* donne de faire ce que je n avais pu re"aliser lors 
de mon premier voyage, visiter les sommets des hautes raontagnes : je 
suis monte jusqu a plus de 4,300 metres d altitude et j ai trouve" Ik un 
insecte que j avais toujours pressenti devoir vivre en Abyssinie, un veri 
table Carabus. Dans les sources des rivieres, j ai pris des Agabus voisins 
de celui qu on trouve dans les neiges fondantes en Corse, le cephalotes 
Reiche, je crois ; dans les endroils humides, des Trechus qui ressemblent 
aux especes des sommets des Pyre ne es ; sous les pierres des prairies, des 
Cymindis et des Amara qu on dirait recoltSes dans nos Alpes ; en un 
mot j ai trouve , a partir de 3,800 metres environ d altitude, une veritable 
faune alpestre. 

Le nombre d especes de Coleopteres que j ai recolte"s pendant trois 
annees de se"jour et de voyage a Massouah et en Abyssinie s eleve a au 
moins 2,000. 

Arrive" a Paris depuis quelques jours seulement, je n ai pas encore eu 
le temps de jeter les yeux sur mes collections; j aurai, je Tespere, plus 
tard occasion de donner a la Societe de plus amples renseignements 
sur mes recherches entomologiques. Mais, des aujourd hui, je fais passer 
sous les yeux de mes collegues quelques-unes des especes les plus remar- 
quables. 

M. Maurice Girard fait hommage a la Socie"te" du l er fascicule du 
tome III de son TraiU tlementaire d Entomologie, comprenant I ^tude 
des Hyme nopteres Tere"brants et des Macrolepidopteres. Dans le resume 
sommaire consacre aux Hymenopteres sont indiquees les observations 
recentes de la ge ne ration alternante avec parthenogenese des Gynipiens. 
Les Lepidopteres sonl traites avec beaucoup plus de developpement. L au- 
teur a eu le plaisir de mettre en relief les travaux, souvent inedils, de 
nos collegues, notamment : MM. P. Milliere , P. Mabille, Goossens, 
J. Fallou, G. Poujade, A. Clement, Constant, Laboulbene, Maurice Sand, 
Bar, H. Delamain, Griffith, de Graslin, etc. 

L histoire du Ver a soie du murier, de ses maladies, des Attaciens se"ri- 
cig^nes et de leur introduction en Europe est tres complete. Sans omettre 
de parler des plus re"centes de"couvertes sur Tanatomie et la physiologic, 
1 auteur a donne de nombreuses descriptions des papillons principaux de 
la France, tres sufflsantes pour les debutants qui commencent a former 
une collection. 

Le m&me membre pr^senle ensuite a la Socie te deux dessins que 
M. le D r J. Odstreil vient de lui envoyer de Teschen (Sile"sie autrichienne). 



Ce sont deux aberrations de VAttacus Pernyi, G.-Me"n., obtemies dans ses 
educations en 1881 et par 9 a 10 exemplaires. L une d elles presente deux 
fortes 6chancrures au sommet des ailes infe"rieures et de moindres au som- 
met des supe"rieures ; Tautre, au contraire, oflre les grandes e"chancrures 
au sommet des ailes suprieures et les ailes infe"rieures sont tres diminue"es 
en e"tendue. Des aberrations analogues s etaient deja produites en 1876 
chez M. Odstreil. Le point important a signaler est la generalite" de cet 
ordre d aberrations dans 1 espece cile e. II n est nullement local et s est 
produit a Paris dans les educations de MM. A. Clement et Juste Bignault, 
notre regrette collegue. II serait curieux de savoir si on observe ces fails 
dans les Educations du pays d origine, en Chine. Peut-6tre tiennent-ils 
en Europe a une tendance de 1 espece h la de"generescence. On dirait que, 
pour 1 organisalion complete du papillon, la matiere a manque" dans la 
chrysalide, qui est, comme on le sail depuis longtemps, un veritable 
second ceuf, d un nouveau type. 

Membres recus. 1 M. Henri du Buysson, au Chateau du Vernet, a 
Brout-Vernet (Allier) (GoUopteres d f Europe), pre"sente par MM. les 
D r Marmottan et Senac. Commissaires-rapporteurs : MM. Charles 
Brisout de Barneville et L. Buquet ; 

2 M. Alfred Guillot, naturaliste, rue de la Monnaie, 23 (Entomologie 
generate), prEsente" par M. J. Fallou. Commissaires-rapporteurs : 
MM. Delahaye et Poujade ; 

3 M. 1 abbe" Lucante, a Courrensan (Gers) (Entomologie generate, 
surtout Inscctes cavernicoles), present^ par M. Maurice Sedillot. Com 
missaires-rapporteurs : MM. de Marseul et E. Simon. 

Candidats presentes. 1 M. Franyois Bernard, de Lille, ancien eleve 
de 1 Ecole Polytechnique et eleve de 1 Ecole des Ponts-et-Ghaussees, rue 
de Rennes, l/i5 (Entomologie generate, surtout GoUopteres et Lepidopteres), 
pre seote par M. Maurice Girard. Commissaires-rapporteurs : MM. Lucas 
et Poujade ; 

2 M. Joseph Vachol, a Argental (Correze) (Entomologie generate, sur 
tout Coleopteres), pr^sente" par M. Lucien Buquet. Commissaires-rap 
porteurs : MM. de Marseul et Maurice Girard. 

Membres demissionnaires. MM. Tabbe" Dupuis, a Ajaccio (Corse), recu 
en 1880 ; Francois, au Chateau de la Vienne (fndre-et-Loire), 6galement 
recu en 1880, et Gaschet, a Bordeaux, recu en 1875. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Stance du 28 Decembre 1881 (fin). 

Mtmotres de I Academie imperiale des Sciences de Saint-Peter sbourg, 
VII serie, tome XIX, n 2. Q 

Psyche, organ of the Cambridge entomological Club, vol. Ill, n 85 
et 86 (May et June 1881). HAGEN, Some Psocina of the United 
States (2 parties). Entomological Items. 

Report of the Entomologist of the United States department of Agriculture 
for the year 1880, by J.-Henry Comstock, avec 24 planches. Was 
hington, 1881. Remarques sur un grand nombre d Insectes. 
Memoire sur les Coccides et sur les parasites de ces He"inipleres. * 
Offert par M. Comstock. 

Revue des travaux scienlifiques, publi^e par le Ministere de Plnslruction 
publique, d6cembre 1881. Q 

Tijdschrift voor Entomologie nitgegeven door de Nederlandsche Entomo- 
logische Vereeniging, anne"e 1880-1881, 3 C et A* parties. SNELLEN, 
Lepidoptera van Celebes. Six, Overzicht van het werk van D r Ro 
bert Latzel (Myriapodes). OUDEMANS, Jets over Acarina in T Alge- 
meen (2 pi.). DE GRAAF et SNELLEN, Microlepidoptera nieuw voor 
de Fauna van Nekerland. RITEMA-BOS, Lasioderma laeve in zijne 
verschillende ontwikelingsloestanden (avec pi.). SNELLEN, Psyche 
leucosoma (n. sp.) van Java et Aanteekening over eenige Lepidoptera 
van Amboina en de Philippijusche eilanden (avec pi.). WEYEN- 
BERGH, Over Argentijusche Trichoptera (avec pi.). VAN DER WCLP, 
Amerikaansche Diptera (avec pi.). LEESBERG, Bijdrage tot de Kennis 
der Inlandsche Halticiden (avec pi.). 

DIMMOCK (GEORGE). The Anatomy of the Month-Parts and of the sucking 
apparatus of some Diptera, Dissertation for the purpose of obtaing the 
philosophical doctorate at the Leipzig University. Boston, 1881. * 
Offert par M. A. Salle". 

HORN (GEORGE-H.). On the genera of Carabidae with special reference to 
the fauna of Boreal America. Vol. in-8. * 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 
Paris, 18 Janvier 1882. 



PARIS. Typographic et Lithographic FELIX MALTESTE ET C, rue Dussoubs, 22. 






1882. NO 2. 



SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



Avis tres important*. 

1 Le Banquet destine a feter le Jubile" de la Societe (cinquantieme 
annee depuis sa fondation) aura lieu le mardi 28 fevrier 1882. MM. J. 
GROUVELLE (26, rue des Ecoles) et A.-L. CLEMENT (34, rue Lacepede) 
sont charges de recevoir les souscriptions (fixees a 10 fr. 50 <?.) et de 
I organisation de ce Banquet. 

2 Dans la seance du 22 fevrier 1882, il sera precede a la nomination 
du laureat du Prix Dottfus (Concours de 1881). Tons les niembres fran- 
cais ont droit de prendre part a ce vote, qui a lieu au scrutin secret et 
a la majorite absolue, soil direclement, soit par correspondance ; et, 
dans ce dernier cas, 1 enveloppe fermee contenant le bulletin de vole et 
signee exlcrieuremcnt par le societaire de qui elle emane devra e"tre 
adressee franco au President de la Socie te, au siege des seances (Mairie 
du" VI C arrondissement, place Saint-Sulpice), avant rouverture du vote 
(ArL 59 et 13 du Eeglcmcnt. GET AVIS TIENDRA LIEU DE LETTRE^E 

CONVOCATION. 

3 Une souscription au prix de 20 francs est ouverte chez le Tresorier 
(M. L. Buquet, rue Saint-Placide, 52) pour la publication de Tables gene- 
rales des Annalcs de 1861 a 1880, que M. tf^iuird Lefevre a bien voulu 
se charger de rediger. Le montant de la souscription ne sera exigible que 
lorsque la Sociele aura recu 150 adhesions, et alors Timpression coinmen- 
cera. Ecrire de suite et franco. 

4 Le 1" volume de la Faune des Coleopteres du bassin de la Seine 
(GARNIVORA et PALPICORNIA), par M. L. Bedel,- est mis en venle chez le 
Tresorier, M. Lucien Buquet, rue Sainl-Placide, 52, au prix de 5 francs. 
(C esl par erreur que sur la couverture du 3 e trimeslre des Annales 1881 

et au Bulletin 1881, n 24, il a ete indique : par la poste, 5 fr. 50 c.) 

La suite de cet ouvrage sera donnee dans les Annales a partir de 1882 
et publiee ensuite par volume. 



annee , n" 210.) 



10 



BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissanl deux fois par mois 



Seance du 5 Janvier 1S82. 

Pr6sidence de M. L. REICHE. 

Rapports. M. J. de Gaulle, rapporteur de la Commission du Prix 
Dollftis pour 1881, composee de MM. Clement, Desmarest, de Gaulle, 
Maurice Girard, L^veille", Poujade, Reiche, Se"dillot et le D r Senac, donne 
lecture du travail qui suit : 
Messieurs, 

Deux ouvrages ont paru dans 1 annec 1881 remplissant tons deux les 
conditions exigees pour concourir au Prix Dollfus, mais, I un des auleurs 
ayant fait connaitre son intention de ne pas prendre part au concours, 
votre commission n a pas eu a juger son travail et a vu sa tache ainsi 
singulierement simplified. 

C est a 1 unanimite" que nous vous proposons de donner le Prix au 
Species des llymenopteres de M. Edmond Andre", de Beaune. 

L attenlion de la precedent Commission du Prix Dollfus avait e"te 
attiree sur cet ouvrage des Fannee derniere; mais M. Edmond Andre, 
cedant a un sentiment de reserve que vous avez pu apprecier, s etait 
retir6 flevant le nom de M. Puton, rendant a notre collegue un hommage 
delicat et me"rite. 

Le Species des Hymenopteres met a la portee de tons un ordre d Insecles 
jusqu a present neglige faule d ouvrages generaux ou pratiques permettant 
d en aborder l e"tude. Concu sur un plan large et bien enlendu, il guide 
le debutant des ses premiers pas, 1 interesse par Tabondance des details 
utiles sur Torganisalion et les mceurs de ces Insectes et lui facilite autant 
que possible leur determination par Tusage de tableaux dichotomiques 
appuyes sur les caracteres les plus saillants ; de nombreuses planches, 
exe"cut6es avec un grand sentiment de verite, completent cet ensemble. 
La famille des Mouches a scie est aujourd hui entierement parue, precedee 
d une introduction g6nerale qui forme a elle seule un travail considerable, 
et T ouvrage de M. Edmond Andr6 est maintenant assez avance pour qu on 
puisse en juger le caractere essentiellement pratique. 



11 

Wous esperons que I unanimile qui s est manifeslee au sein de votre 
Commission se relrouvera dans vos suflrages. 

La Soctete, aux termes des articles 59 et 13 de son Reglement, decide 
que la nomination du laur^at du Prix Dollfus pour 1881 aura lieu dans 
la stance du 22 fevrier 1882. Tous ,les ,membres francais ont droit de 
prendre part a ce vote, qui aura lieu au scrutin secret et a la majority 
absolue, soit directement, soil par correspondance. 

M. L. Buquet, tresorier, rend compte de sa gestion de 1881 en 
faisant connaitre les recettes et defenses efleclue"es pendant 1 annee pre- 
citee : 

Messieurs, 

En conformity des dispositions du decret du 23 aout 1878, qui nous 
reconnatt comme Institution d utiliU publique, j ai Thonneur de vous 
soumettre, une fois encore (la trente-neuvieme), le compte general des 
Recettes et des Dcpcnses qui ont eu lieu pendant l anne"e qui vient de 
s ecouler. 

Ge compte, que je me suis applique, comme toujours, a rendre le plus 
clair possible, se resume comme suit : 

Les RECETTES (etat ci-annexe n 1) se composent : 

1 Du solde en caisse au 31 decembre 1880 Zi8A fr. 58 c. 

2 Des cotisations anterieures a 1881 760 30 

3 d de Tanned 1881 (y compris 12 libe 
rations) 10,669 90 

U" Des sommes pergues pour Taffranchissement des 

Annales et du Bulletin Zt53 75 

P- 5 Des sommes pour tirages a part de m^moires (texte 

et planches).. 105 75 

6" Des sommes pour la vente de numeros trimestriels 

d Annales 1,320 

7" Des sommes pour la vente du l er volume de la 

Faune de M. L. Bedel 90 

8 Desa rrerages d obligations nominatives des che- 

mins de 1 Ouest (impot deduit) 1,229 [\7 



A reporter V . 15,113 fr. 75 c. 



- 12 

Report 15,11 3 fr. 75 c. 

9 Des arrerages d obligations au porteur des chemins 

de fer de TOuest (impot deduit) (1) 227 l\h 

10 Des arrerages de la rente nominative 50/0 aflec- 

16*6 au Prix Dollfus 300 

11 Des arrerages de la rente nominative 30/0 appli 
cable au service general 300 

12 De la subvention du Ministere de I lnstruction pu- 

blique 500 

13 De la subvention du Ministere de I Agriculture. . 600 

Ik* De la subvention de M. V. Signoret 300 



Total des recettes 17,341 fr. 19 c. 



Les DEFENSES (6 tat ci-annexe n 2) ont eu pour objet : 

1 L impression de 59 feuilles 1/2, de la couverlure de 
quatre trimeslres d Annales (A e trimestre 1880, 
l cr , 2 C et 3 e trimeslres 1881), du Bulletin bi- 
mensuel et des lirages a part 7,408 fr. 25 c. 

2 Les gravure, tirage et coloriage des 11 planches qui 
accompagnent les qualre trimestres precites des 
Annales et tirages & part 2,121 75 

3 Les frais relatifs aux loyer, contributions et assu 
rance, concernant lese rvice de la Bibliotheque 
et le depot des Annales 656 85 

U* Les menues defenses faites pour 1 entretien de la 

Bibliotheque precitee Zil 60 

5 Les allocations attributes, a titre de frais de bu 
reau, au Secretaire et au Tresorier, ainsi que 
le traitement du gardicn de la salle des stances. 1,835 15 



A reporter 12,063 fr. 60 c. 



(1) La Societe" possede aujourd hui lO/i obligations, dont 92 nomina 
tives el 12 au porteur. 



13 

Report 12,063 fr. 60 c. 

6 L affranchissement des Annales et de la Faune Bedel 

pour la France et 1 Jhranger 194 17 

7 L affranchissement du Bulletin bi-mensuel et frais 

s y raltachant 175 23 

8 L affranchissement de lettres et circulaires 112 07 

9 L achat de sept obligations des chemins de fer de 

1 Ouest et frais de mutations 2,7/i9 80 

10 Les frais relatifs a 1 achat de timbres pour recus, 

recouvremenl de cotisalions, etrennes, etc. . . 212 05 

11 Enfin, le Prix Dollfus, decerne, pour l anne"e 1880, 

a M. le docteur Pulon 300 



Total des clepenses 15,806fr. 92 c. 

RESUME. 

Recettes 17,3/il fr. 19 c. 

Depenses 15,806 92 



Solde en caisse au 31 de"cembre 1881. . l,53/i fr. 27 c. 

La recette un peu tardive des trois dernieres liberations a seule motive 
le retard apporte a 1 achat de nouvelles obligations (1). 

J ajoute qu il resle a recouvrer : 

1 Sur les cotisations anterieures a 1881 A50 fr. c. 

2 Sur celles de 1881. . 783 10 



Total 1,233 fr. 10 c. 

II resulte, Messieurs, de Texpose sommaire qui precede, que la situa 
tion financiere de notre Socie te est aussi satisfaisante que possible. 

(1) Cette operation re"duira d aulant 1 encaisse actuelle. 
NOTA. Depuis la redaction de ce rapport, je me suis hdt6 de profiler 
de la baisse momentanee des valeurs, pour faire aclieter trois nouvelles 
bligations des chemins de fer de 1 Ouest 3 0/0. 



La SociSte", aux termes des Statuts (Rcglemcnt, art. 25 et 28), renvoie 
1 examen des comptes du Tre"sorier a son Gonseil, qui lui pre"sentera un 
rapport dans sa prochaine stance. 

Lecture. M. Bolivar adresse, par 1 enlremise de M. Maurice Sedillot, 
un memoire ayant pour litre : Descriptions de nouvelles especes d Ortho- 
pleres propres a la ft ouvelle-Zelande et a la Nouvelle-Cal^donie. 

Communications. M. L. Fairmaire presenle la diagnose d un Coleoptere 
fort inleressant du Gabon, qui appartient a un genre peu connu de la 
famille des Colydiens : 

APROSTOMA INTEGRICEPS. Long. 9 mill. Elongatum, filiformc, suh- 
cylindricum, fusco-nigrwn, niltdum, cdpitc subquadralo, Ion giludin alii er 
convexo, utrinque carinato, carinis postice angulatis et transversim fere 
conjunctiSy summo punctato ; prot Horace longo, punctato, disco longiludi- 
naliter sulcato; elytris prothorace vix lalioribus, medio vice scnsim angus- 
tatis, apice obtuse rotundatis, ienuitcr striatis, striis internis postice late 
sulcalis, punclatis, intcrvallis costulatis. 

Cet insecte curieux, dont je dois la connaissance a la gene"rosit6 de 
M. Aubert, ancien medecin de la marine, differe de TA. filum Gue r., de 
Madagascar, par la t6te convexe, nullement concave, les antennes moins 
larges, le corselet sans bourrelel au bord anlerieur, plus ponclue", et les 
elytres a stries plus fines, moins ponctuees. 

M. le docteur L. von Heyden, de Bockenheim, pres Francfort-sur-le- 
Mein, adresse, par 1 entremise de M. L. Buquet, la note suivanle : 

1 Au sujet de synonymies ftHydropliylidse presentees par M. L. Bedel 
(Bull. 1881, p. LXXXVJ), il ajoute que, possedant VHydrsenapallidipcnnis 
(Parreyss) Cast,, recueillie par Parreyss dans les lies loniennes, il admet, 
comme noire collegue, que cet insecte doit etre rapport^ a YOchthebius 
marinus Payk. 

Possedant egalement, et de la meme provenance, VHydraentt striata 
(Kollar) Cast., il reconnait avec M. L. Bedel que cet insecte est aussi un 
Ochtlubius, et que specifiquement il doit se rapporter a TO. bicolor Germ. 
(rufo-marginatus Steph.). 

2 Au sujet des rectifications synonymiques proposes par M. Des Gozis 






- 15 - 

dans le Bulletin du 3 e trimestre des Annales de 1881, il fait remarquer 
que : 

Le nom de Zonabris ayant ele propose par Harold (Goleopt. Hesse, 
1879, 13/i) pou r remplacer celui de MylabrisFabr. (nee Geoffr.), la deno 
mination de Megabris Des Gozis (loc. cit., p. cxm) doit etre rejetee. 

II n est pas necessaire de changer le nom du genre Gorlicus Latr. en 
line denomination nouvelle (Horrimantus Des Gozis, loc. cit., id.), par la 
seule raison qu il pourrait y avoir confusion avec le genre Corticeus Filler 
et Mitterp. En suivant cette regie nouvelle, il faudrait done changer ega- 
lement 1 une des denominations d un assez grand nombre de genres dont 
le nom se termine par une consonnance a peu pres semblable ou qui ont 
line etymologic commune, telles que celles des Amblystomus et Ambly- 
sloma, Cartoderc et Gartodera, Golaspidea et Colaspidema, Golpotus et 
Colposis, Cyrtonus et Cyrtosus, Steropes et Steropus, Tychus et Tychius, 
Trichis et Trichius; et, en agissant ainsi, on n arriverait qu a une confu 
sion complete au lieu de remedier a un mal qui n existe pas. 

Une observation analogue se presente pour les genres Ctenopus Fisch. 
et Gte.niopus Sol., et la denomination de Smandonyx Des Gozis (loc. cit., 
id.), applique"e au dernier ne doit pas elre admise. 

M. des Gozis (loc. cit., p. cxx) propose pour la deuxieme coupe sous- 
generique des Cneorhinus (selon les travaux de MM. Desbrochers des 
Loges et Jekel) le nom de Eornazon. A cette occasion, j appellerai 1 atten- 
tion sur le travail de M. Tournier (Ann. Soc. ent. Belg., 1877, xix), que 
ne cite pas noire collegue, et dans lequel 1 auteur divise les Cneorhinus 
en trois sons-genres : a. Dactylorhinus Tourn. pour le groupe du pla- 
giatus Schaller (geminatus Fabr.); b. Cneorhinus pour celui du barcdanus; 
c. Attactagenus Tourn. pour le groupe du pyriformis. Le genre Eornazon 
me semble forme avec le groupe a de Tournier. En eflet, le caractere 
donne par M. Des Gozis a son nouveau genre : rostre non separc de la 
tete, etc., concorde avec ce qui se presente chez les Dactylorhinus. En 
outre, ce que rapporleM. Des Gozis pour les Bornazon: sommet des tibias, 
surtout des anterieurs, forlemcnt dilate-arrondi au cote exterm, dilatation 
parfois plus ou moms reduite chez certains individus, sans doute par 
suite de leurs habitudes fouisseuscs; insectcs vivant a terre dans les endroits 
sablonmux, se retrouve dans la caracleristique de M. Tournier pour son 
sous-genre : angles externes des jambcs anUrieures saillants; et 1 indica- 
tion des moeurs des especes est la meme. Enfin, la structure de Tabdo- 
men, d apres M. Des Gozis, est analogue a ce que Ton observe chez le 



16 

D. plagialus. D oii Ton doit conclure qne le sous-genre Dactylorhinus 
Tournier ayant 1 ante riorite , doit faire mettre en synonymic le genre Bor- 
nazon Des Gozis. 

M. le capitaine Finot e"crit que, pendant la deuxieme quinzaine de 
juillet 1881, il a pris a Cauterets (Haules-Pyrenees) les Orthopteres sui- 
vanls : 

1 Nemobius sylvestris Fabr. Commun. 

2 Caloptenus italicus Lin. Commun (1 espece a presque la meme 

taille qu en Provence). 

3 Petotettix pedestris Lin. Pres du lac de Gaube. 
ti Ctypkippus cserulescens Lin. Commun. 
5 var. miniatus Pallas. Tres commun 

parlout. 

6 Psophus stridulus Lin. Assez commun ; vallon de Cattarabes, etc. 
7" Parapleurus typus Fischer, de Fribourg. Assez rare, prairies. 
8 Arcyptera fusca Pallas. - Assez commun dans les bruyeres et les 

endroits herbus. 

9 Chrysochraon brachypterus Ocskay. Rare ; vallon de Cattarabes. 
10 Gompkocerns maculatus Thunberg. Prairies de Cambasque. 
11 sibiricus Lin. Pres du lac de Gaube. 

12 melanopterus Borck. Pas tres rare ; vallon de Catta 

rabes, dans les bruyeres. 

13 lineatus Panzer. Commun dans les prairies. 

1/1 stigmaticus Rambur. Commun dans le haul de la 

valle"e de Marcadan, au-dessus du pont d Espagne. 

15 rufipes Zetlerstedt. Endroits chauds ; Panze-Vieux, 

etc. 

16 viridulus Lin. Assez commun ; prairies de Cam 

basque et de Marcadan. 

17 vagans Fieber. Un pen partout dans le bas des 

vallees. 

18 biguttulus Lin. Commun partout. Les variete s 

les plus fre quentes sont : purpurascens Fieber et 
nigrina Fieber. 



17 

19 Gomphocerus parallelus Zetlerstedt. Tres commun partout. 

20 Isophya camptoxypha Fieber. Rare ; commencement de juillet ; 

prairies en pente, pres du chalet de la reine Horlense. 
21 Locusta viridissima Lin. Tres commun partout. 
22 cantans Fuessly. Commun partout ; en juillet. Passe in 

1 etat adulte un peu avant la Locusta viridissima. 
23 Thamnotrizon cinereus Lin. Assez commun dans les prairies, sur 

les versants au sud. 

2A Platycleis brevipennis Charpentier. Commun dans les prairies. 
25 ~ griseus Fabr. Tres commun partout. 
26 Decticus verrucivorus Lin. Commun dans les pres voisins de Cau- 

terets. 
27 e Ephippiger vitium Serville. Non adulte ; endroits chauds du pare. 

M. Maurice Maindron donne la diagnose d une nouvelle espece 
d Hymenopleres : 

ODYNERUS PONTICERIANUS, nov. sp., voisine de TO. bimttatus Lep., 
Sauss., Guep. solit., p. 211. 

Niger, nitidus, grossis punctis toto corpore corrugate. Alts hyalinis. 
Abdominis primo atquc segmcnto secundo tennis vittis flavescentibus mar- 
ginalis. Long. 7 mill. 

Cette petite Guepe solitaire ne differe de 1 espece decrite par Lepelelier, 
et qui habile 1 figypte et 1 Algerie, que par 1 absence des taches sur le 
thorax et les jambes complelement noires. Elle habite Pondichery et ses 
environs. 

J ai observe les metamorphoses de cette espece : elle se batit des nids 
exterieurs en boue gachee, qui ont la forme de tunnels, et les approvi- 
sionne avec de petites chenilles. 

Je reviendrai avec plus de derails sur cette espece, ses metamorphoses 
et ses moeurs, dans le travail que je prepare sur les Guepes solitaires de 
1 Inde, destine a faire suite a THisloire des Eumenes de 1 Archipel Austro- 
Malais. 

M. J. Liechtenstein adresse les notes qui suivent : 

1 Notre collegue M. Signoret a fait paraitre dans le Bulletin n 24 



18 ~ 

de 1881 une note relative a un insecte des serres, decrit pour la 
premiere fois par Boisduval, dans son Enlomologie agricole, sous le nom 
de Coccus lataniae, et apres lui par M. Signoret sous celui de Boisduvalia 
latamse, dans sa Monographic des Aleurodes (Ann. Soc. ent., 1868, 
p. ZiOl). Get insecte n est ni un Coccidien ni un Aleurodien, c est un Aphi- 
dien fort curieux, dont je pourrai sous pen, je 1 espere, presenter 1 his- 
loire complete de revolution. 

La forme ailee, tres rare, le rapproche des Schizoneura, dont il a les 
antennes courles et annelees. N ayant pas pu encore le faire pondre, 
j ignore si c est une forme cmigrante a pelits a rostre ou la forme pitpi- 
ferc a petits sexue"s sans rostre, ou enfin un male. La forme arrondie 
et frang^e, qui est la plus commune, me paralt tres voisine de celle du 
genre Acanthochermes de Kollar, dont le pourtour est orne egalement 
d une frange elegante. 

Je 1 ai mis en collection sous le nom de Cerataphis (1) lataniae, en 
attendant de donner la diagnose de toutes les formes, ce qui me paralt 
indispensable pour line bonne description d un Aphidien. 

Gomme tout le monde, et noire savanl collegue lui-meme, avail oublie 
qu il y avail un genre Boiduvaiia dans les Aleurodcs, et que le meme 
auteur 1 a remis dans les Coccidcs, ou il renferme trois especes (lauri 
Boisd., k-caudata Sign., parietarise Licht.), ne vaudrait-il pas mieux 
conside"rer comme non avenue la description de cet Aphidien parmi les 
Aleurodcs, ou M. Signoret ne 1 ajoule qu a regret, et laisser Boisduvalia 
comme genre de Goccides, en attendant ma description, ou celle d un 
collegue plus avance que moi dans 1 e lude de 1 insecle, pour mettre le 
Cerataphis latanise a la place qu il devra occuper un jour entre les Pam- 
phigiens et les Pkyltoxericns ? 

2 Dans le meme Bulletin, noire collegue M. L. Fairmaire a presente" 
une galle de Gynipide de forme tres curieuse, qu il rapportait a une galle 
anciennement de crite par d Anthoine sous le nom de Diplolepis gallse- 
umbraculatse. C esl tres possible; mais no tre collegue se trompe, je crois, 
en disanl que noire regrette maitre Giraud atlribuail cette production au 
Synergus calicis, car le genre Syncrgus ne fait pas de galles et se loge 



(1) Kep*.? et *?/?, a cause de deux petiles comes sur la I6le chez toutes 
les formes que je connais jusqu a present ; mais M. Signoret a vu aussi 
des embryons sans corne. 



19 

seulement dans les galles produites par d autres insectes, et Giraud le 
savait bien. 

Bien plus, Giraud, qui probablement ne^connaissait pas la Cynipedo- 
logie de d Antlioine, a decrit un Cynips, sous le nom de glutinosa (Signa- 
lements de Cynipides, Vienne, 1860, p. 6), qui me parait etre absolument 
Tinsecte dont M. Fairmaire a pre"sente" la galle. En effet, d Anthoine dit : 
La galle est couverle d une glace (ne serait-ce pas glu ?) dans laquelle 
se prennent divers insectes. 

Giraud dit : La galle est lubrefiee par une matiere gluante qui retient 
souvent les petits insectes qui viennent se poser sur elle. 

Le nom de Giraud a etc" adopte par tous les savants, et c est celui que 
j ai cru devoir conserver dans le Catalogue que j ai public tout derniere- 
ment. Je ne connaissais pas le travail de d Anthoine ; je vois seulement 
dans la bibliotheque de Percheron qu on doit dire d Antlwine, et qu i 1 
est de 179/i ; done il a pour lui la priorite, mais elle est si ancienne qu on 
peut bien 1 oublier. 

M. L. Fairmaire repond que 1 observation de M. Lichtenstein qui le 
concerne est fort juste et qu il a mal rendu 1 opinion du D r Giraud. Il 
possede la copie manuscrite, faite par ce dernier, de la Gynipedologie 
du citoyen d Anthoine, ancien apothicaire de 1 armee d ltalie, et qui est 
vraiment interessante. A 1 article : Diptolcpis gallx-umbraculatse, Giraud 
a mis en note : La galle est celle du Cynips calicis. L insecte est 
un Syncrgus. Mais il est evident que ce nom s adresse a la des 
cription de 1 insecte faite par d Anthoine, et non a 1 auteur reel de la galle. 
Quant a ridentification de cette galleavec celle du Cynips glutinosa, j en 
doute encore. D abord Giraud ne Ta pas indiquee ; puis la forme et la 
coloration ne me paraissent pas concorder. II n y a de ressemblance que 
dans ia secretion visqueuse qui les recouvre. Il est prudent d attendre 
quelques eclosions pour decider la question. 

M. J.-M.-F. Bigot adresse la note qui suit : 

D apres la teneur d une lettre que m a recemment adressS notre obli- 
geant et savant collegue le baron Osten-Sacken, je reconnais, avec regret, 
que j ai, dernierement, commis be"vues sur bevues! (Ann. Soc. ent. 
Fr., 1881.) 

Vingt fois sur le metier remettez votre ouvrage, etc, 



20 

Mon G. Lycastrirhyncha (Syrphidse, Rev. et Mag. de Zoologie, Guerin- 
Meneville, 1859, n 7), doil &tre retabli et conserve" , nonobstant ce 
que j en ai pu dire (loc. cit., p. 373). Vespece n a aucune analogic, soil 
avec les Lycastris, soil avec 1 les Rhingia ; mais j ajouterai qu il n est 
pas possible de Tassimiler aux anciens Erislcdis, a cause de la confor 
mation loute parliculiere de son epistome, et en raison de son fades 
general. 

Me" me abservation relativement a mon G. Tclostylus (Leptopodidse ? 
Rev. etMag., etc., loc. cit.), que j ai dit (Ann., etc. loc. cit. p. 374) 
synonyme du G. Caenurgia (Walker, Jour. Proceed. Linn. Soc. London) ; 
j ai publie" le G. Telostylns en juillet 1859, tandis que Csenurgia le fut en 
scplcmbre, meme anme. 

Apres cette double correction, je dirai, ou je rappellerai, que, mon 
G. Ptychoproctus (Myopidse ? Rev. et Mag., loc. cit.), n est que le 
G. Stylomyia (Westwood), auquel, et cette fois sans nul doute, appar- 
tient la priorite*. 

Que, mon G. Carlottssmyia, sp. G. martens (Ortcdidse, Ann. Soc. 
ent. Fr., Bull., 1877, p. xxvn) = le G. Diacrita, sp. D. costalis (Lcew), 
public anterieurement. 

Que, mon G. Calochatis (Stratiomydse, Ann. Soc. ent. Fr., 1879, 
p. 189) = le G. Kosapha (Walker), id., id. 

Que, le Diospis dont je parle (Ann., etc., 1881, p. 373) n est pas le 
D. subnitida, mais bien le D. subnotata (Westw.). 

En regard des rectifications que je viens de faire subir a mes propres 
opuscules, et malgre que ce genre de critique, dont je sais d ailleurs 
apprecier la difficulte aussi bien que 1 extreme utilite, ne rentre pas dans 
mes spe"cialite"s, je crois pouvoir me permettre quelques observations 
relatives a des ceuvres qui ne sont pas miennes, observations que 
voici : 

1 En depit de tons mes efforts, je n ai pu saisir encore, avec netlele", 
la caracterislique du G. Atylotus (Tabanidse, Osten-Sacken, Prodr., etc., 
II, 426, 1876, et Western Dipter.), dont les diagnoses, selon moi, 
manquent de la lucidile et de la rigueur indispensables pour motiver ce 
de"menbrement nouveau du grand G. Tabanus. 

2 A regard du G. Catabomba (Syrphidse, Ost.-Sack., Western Dipt., 



_ 21 

1877, p. 325), j avouerai que je n apercois pas en quoi il se distingue 
du G. Lasiophticus (Rondani, Prodrom., etc., 1856, p. 51) ? 

3 Quant au G. Solcnaspis (Syrphidx, Ost.-Sack., Enumeralio Dipt. 
Molucc. Archipel., 1881, p. 5A), c est meme chose que Tancien G. Pla- 
giocera (Macq., Dipt, exot.), lequel, comprenant un trop petit nombre 
d especes pour justifier un fractionnement, n a pas une grande valeur. 

k Le G. Dichcelacera (Tabanidse, Macq., Dipt, exot.) n est autre que 
le G. Acanthocera (Macq., meme ouvrage}. 

5 Enfin, je persiste a croire que mon G. Cryptineura (melius, Crypto- 
neura, Rev. et Mag. de Zool., Guer.-Men., 1859), doit etre conserve et 
peut servir a classer ceux des Chrysogaster chez lesquels la fausse ncr- 
vure (spurid) n est pas distmcte. Mon espece hieroglyphica = C. nitida 
(Wied.). 

Membres recus. 1 M. Francois Bernard, de Lille, ancien eleve de 
1 Ecole Polytechnique et eleve de 1 Ecole des Ponts-et-Ghaussees, rue 
de Rennes, 145 (Entomologie generate, surtout Coleoptercs et Lcpidopt ercs), 
present^ par M. Maurice Girard. Commissaires-rapporteurs : MM. Lucas 
et Poujade ; 

2 M. Joseph Vachol, a Argenlat (Correze) (Entomologie generate, sur 
tout Coleopteres), present^ par M. Lucien Buquet. Commissaires-rap 
porteurs : MM. de Marseul et Maurice Girard. 

Assistant recu. M. Charles Richard, eleve au laboratoire des Annelides, 
Mollusques et Zoophytes du Museum d Hisloire naturelle, present^ au 
President par M. A.-L. Clement, et dont 1 admission est ratifiee par la 
Sociele (Art. 5 du Reglemcnt). 

Elections de membres honoraires. Conf ormement aux demandes de 
divers membres et aux decisions prises par la Soci6le (seances des 13 et 
27 juillet et 10 aout 1881), declarant qu il y a lieu d elire cinq membres 
honoraires (trois francais et deux etrangers), apres avoir entendu lecture 
du rapport d une Commission speciale presentant une liste de candidats 
(seance du 14 d6cembre 1881), et aux termes de 1 article 13 de son 
Reglement, la Societe procede a cette election. 

Cent cinquante-quatre membres prennent part au vote, soil directe- 
ment, soit par correspondance. Ce sont MM. ; 



_ 22 



Abeille de Perrin, de Marseille. 

Aldin (Gervais d ), de Pdronne. 

Alexandre (A.). 

Allard (Ernest). 

Amblard, d Agen. 

Ancey, de Marseille. 

Andr6 (Edmond), de Beaune. 

Andre* (Ernest), de Gray. 

Argod, de Crest. 

Baer (G.-A.). 

Baron, de Versailles. 

Bazin, de Breteuil. 

Bedel, de Nice. 

Bellier de la Ghavignerie, d Evreux. 

Belon, de Lyon 

Bigot (J.-M.-F.). 

Blosnay (de). 

Boieldieu (A.). 

Bonnaire, de Fontainebleau. 

Bonvouloir (de), de Bagneres-de-B. 

Bony (de). 

Boullet, de Corbie. 

Boudier, de Montmorency. 

Bourgeois (J.). 

Bouthery, de Langeais. 

Brisout de Barneville (Charles), de 

Saint-Germain-en-Laye. 
Brisout de Barneville (Henri), de 

Saint-Germain-en-Laye. 
Brongniart (Charles). 
Buquet (Lucien). 
Buysson (II. du). 
Castillon (de), de Mezin. 
Cayol (M.). 
Champenois, d Uzes. 
Chardon, de Saint-Etienne. 
Chevrolat (A.). 
Ctement (A.-L.). 
Codet, de Sebdou (Alge rie). 



Costa de Beauregard, de Chambery. 

Coulon, de Monaco. 

Courage (Fabbe). 

DaflYy de la Monnoye. 

Decoene-Racouchot. 

Delahaye (J.). 

Demaison, de Reims. 

Depuiset (A.). 

Desbroohers des Loges, d Ardentes. 

Des Gozis, de Monllucon. 

Desmarest (E.). 

Deyrolle (timile). 

Deyrolle (Henri). 

Dognin. 

Duparc. 

Dutreux, de la Celle-Saint-Cloud. 

fibrard, d Unieux. 

Fairmaire (Leon). 

Fallou (J.). 

Fauconnet, d Aulun. 

Fauvel (A.), de Caen. 

F61issis-Rollin (J.). 

Finot, de Cannes- 

Gabillot, de Lyon. 

Gadeau de Kerville, de Rouen. 

Gage (Leon). 

Gallois, d Angers. 

Gandolphe (P.). 

Gaulle (J. de). 

Gehin, de Remiremont. 

Girard (Maurice). 

Gobert, de Mont-de-Marsan. 

Goossens (Th.)- 

Grenier, de Bagneres-de-Bigorre. 

Grouvelle (Antoine), de Nice. 

Grouvelle (Jules). 

Grouvelle (Philippe). 

Guede (J.-P.). 

Guillot. 



23 



Halloy (Leon d ) 5 d Amiens. 

Joly (D r Emile), de Gap. 

Jourdheuille, de Troyes. 

Kcechlin (Edmond), de Marseille. 

Kcechlin (Oscar), de Dornach. 

Koziorowicz, d Annecy. 

Kunckel d Herculais (J.). 

Laboulbene (D r A.). 

Lafaury, de Dax. 

Lajoye, de Reims. 

Lambin (Ch.). 

Lamey, d Alger. 

Laplanche (de), de Luzy. 

Lartigue (Henri). 

Lefevre (Edouard). 

Lelong (1 abbe), de Reims. 

Lemoro (Eug.). 

Leprieur (G.-E.). 

Le Roi, de Reims. 

Lethierry, de Lille. 

Le veille (A.). 

Levoiturier, d Elbeuf. 

Lichtenstein, de Montpellier. 

Lucante (Fabbe"), de Courrensan. 

Lucas (H.) 

Madon (E.), d Aix (Bouches-du-R.). 

Maindron (M.). 

Marmotlan (D r ). 

Marseul (1 abbe de). 

Martin (Charles). 

Masson, au Meux (Oise). 

Mauppin (P.-A.). 

Mayet (Valery), de Montpellier. 

Megnin (J.-P.), de Vincennes. 

Mellottee (A.). 

Michard, de Puteaux. 

Milliere (P.), de Cannes. 

Millot (A.). 

Miot (Henri), de Semur-en-Auxois. 



Mocquerys ^Eui.), d Evreux. 

Monnot (Ed.), du Mans. 

Montague 1 (J.-B.), de Rueil. 

Montillot (Anatole), d Alger. 

Mors (Louis). 

Nanteuil (R. de), de Cannes. 

Narcillac (de), de Houdan. 

INicolas (Andre), de Chartres. 

Nicolas (Hector), d Avignon. 

Oberthiir (Charles), de Rennes. 

Oberthiir (Rene), de Rennes). 

Odier (Georges). 

Olivier (Ernest), de Moulins. 

Oustalet (Emile). 

Pandelle, de Tarbes. 

Perraudiere (R. de la). 

Pissof, de Neuilly. 

Ponjade (G.-A.). 

Power, de S -Ouen de Thouberville. 

Puton (D r A.), de Remiremont. 

Ray (Jules), de Troyes. 

Regimbart (D r M.), d Evreux. 

Reiche (Louis). 

Reveliere (Jules), d Angers. 

Reynaud (Lucien), de Lyon. 

Rigaud (Leon de), de Viroflay. 

Rouast (G.), de Lyon. 

Rouget (A.), de Dijon. 

Royer (Ch.), de Langres. 

Salle (Auguste). 

S6dillot (Maurice). 

Senac (D r H.). 

Senneville (Gaston de). 

Signoret (Victor). 

Simon (Eugene). 

Tappes (Gabriel). 

Thomson (James), d Hyeres. 

Tinseau (Robert de). 

Villard (L.), de Lyon. 



- 24 - 

Deux bulletins ne poilanl pas la signature dc leurs auteurs, ni sur 
I enveloppe, ni a son interieur, sonl declares nuls. 

La majorite absolue des 15/i bulletins de vote est de 78. 

Les suffrages se sont ainsi re"partis : 
MM. 

Leon Fairmaire, 93 voix S.-A. de Marseul, A3 voix 

Ed. de Se lys-Longdiainps, 73 Pierre Milliere, 40 

Claudius Key, 59 Lucien Buquet, 27 

Victor Slgnorcl, 59 Baudi de Selves, 25 

Charles BrisoutdeBarneville 55 Mariano de la Paz Graells, 25 

G. Thomson, 5/i fiinile Blanchard, 21 

D* Candcze, 52 Etc., etc. 

M. Leon Fairmaire, ayanl scul reuni la majorile absolue des voix, est 
proclame membre lionoraire de la Societe entomologique de France aux 
applaudissemenls de ses collegues. 

La seance est levee a 11 heures 1M. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Seance du 11 Janvier 1882. 

American Naturalist (The], decembre 1881. Courles notes entomol. 

Bulletin de la Societe d etude des Sciences nalurelles de Nimes, 1881, 
n cf 8 el 9. Q 

Comples rcndus licbdomadaircs des seances de I Academic des Sciences, 
1881, 2 C semestre, u 26. LICHTENSTEIN, BOURBON et JOUSSEAUME, 
Notes sur le Phylloxera. Tables du l cr semestre 1881. 1882, 
l cr semestre, n 1. Q 

L Archiviste : A. LEVEILLE. 
Paris, 31 Janvier 1882. 

PARIS. Typographic et Lithographic FELIX MALICSTE ET C c , rue Dussoubs, 22. 



1882. N 5. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRINGE 

reconnue comme institution d utilite publique 

Avis Ire* important;*. 

1* Le Banquet destine* a feler le Jubile de la Sociele, (cinquantieme 
annee depuis sa fondation) aura lieu le mardi 28 ftvricr 1882, au Palais- 
Royal, galerie Montpensier, 9 (cafe Douix), a 6 heures. MM. J. GROU- 
VELLE (26, rue dcs ficoles) et A.-L. CLEMENT (34, rue Lacepede) sont 
charges de recevoir les souscriptions (fixe es a 10 />. 50 c.) el de 1 orga- 
nisation de ce Banquet. La Sociele compte sur un grand nombre 
d adhe"rents et elle les prie de prevenir immedialemenl Tun des commis- 
saires organisateurs. DERNIER AVIS. 

2 Dans la stance du 22 fe"vrier 1882, il sera precede a la nomination 
du laureat du Prix Doltfus (Concours de 1881). Tous les membres fran 
cais ont droit de prendre part a ce vote, qui a lieu au scrutin secret et 
a la majorite absolue, soit directement, soil par correspondance ; et, 
dans ce dernier cas, Tenveloppe ferme"e contenant le bulletin de vote et 
iignec txitriewement par le socictaire de qui elie emane devra etre 
adress^e franco au President de la Societe, au siege des seances (Mairie 
du VI e arrondissement, place Saint-Sulpice), avant Touverture du vote 
(Art. 59 et 13 du Rtylemctit. CE DERNIER AVIS TIENDRA LIEU DE 

LKTTRE DE CONVOCATION. 

3 Dans la seance du 8 mars 1882, il sera precede a un un second tow 
de scrutin pour Election DE QUATRE MEMBRES HONORAIRES (deux francais 
et deux etrangers). Tous les membres francais ont droit de prendre part 
a ce vote, qui aura lieu au scrutin secret el a la majorile absolue, sqit 
directement, soit par correspondance, et, dans ce dernier cas, Tenveloppe 
fermee conlenant le bulletin de vole et siynce extcrieurement par le socio* 
taire de qui elle emane devra etre adress6e franco au President de la 
Socie"te au siege des seances (Mairie du VI* arrondissemenl, place Saint- 
Sulpice), avant 1 ouverture du scrutin. Les votes au pramier tour de 
scrulin ont e"te" de 15/i, et la Soci6te" comple sur un phis grand nombre 
de volants, car elle possede plus de 250 membres francais. PREMIEU 
AVIS. __ 

(! anntt, n- 211.) " 7 



BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissant deux fois par mois 



Seance clu 8 Fevricr 

Presidencc de M, L. REICHE. 

M, le D* Rdgimbarl, d Evreux, assistc a la seance. 

Correspondence. M. L. Fairmaire, elu mcinbre honoraife dans la prc- 
. cede rite seance, adresse la leltre qui suit : 

Messieurs el chers collegues, 

- Je suis bien louche de riionneurque vous m avez fait en me noimnanl 
membre honoraire el snrlout du nombre de voix auquel je dois celle 
nomination. J y vois un temoignage de sympathie qui m est precieux et 
la recompense de mes efforls pour repandrc el faciliter 1 elude de TEnto- 
lomologie, a laquelle j ai consacre lues loisirs depuis longues annees ; 
esl en meme temps un encouragement pour perseverer dans celle voie. 
Une circonslancc imprevue m empeche aujourd hui de vous exprimer 
mes sentimenls de vive voix ; mais ils ne perdront rien de leur sincerile 
en passant par la bouchc dc noire venerable President. 

MM. A. Fisclier.de Waldlieim et le D 1 Cli. Lindeman annoncent que 
la Societe impe riale des Naluralisles de Moscou, dont ils sont, le premier, 
President el, le second, Secretaire, cetebrera, le 14/2 mai 1882, le cin- 
quanlieme anniversaire du doctoral du Vice-President de la Societe, 
M. Charles Renard, conseiller d filat acluel. La Sociele entomologique 
r decide qu urie lettre de congratulation sera fldreBse & la Socie le des Nalu- 
j-alisles de Moscou en 1 honneur du jubilc dc son honorable membre, 
.\L Renard. 

Decision. La Sociele decide qu un second lour de scrulin pour la nomi- 



27 

nation de urembrcs liquoraires- (deux fruncais rt dnix elrang(rs)- aura 
lieu le 8 mars, el que tous les iiiembres francais sent engages a prcuclrc 
parl an vole. 

Rnpport. M. J. Bourgeois, aii horn flu Conseil, donne lecture du 
rapport suivant : 

Messieurs, 

Volrc Conseil, charge, en conformile de Particle 25 des Slaluts et 
Reglemenl, de la verification fles comples annuels du Tresorier, s est 
re"uni & cet cffet le 1" fevrier au 16cal tfe la" Bibliollieque. Coiumc les 
annees prece denles, sa laclic s est Irquvec considerablement simplifiee 
par la metho.de et la clarle apporlees par M. le Tre sorier dans Texpose 
de noire situation financiere. 

Le tableau dcs Rccelles ct des Dcpenses ayanl etc insere in ea-tcnso 
dans le Bulletin du 25 Janvier dernier, je me dispensera.i de le reproduire 
ici et me conleolerai de vous en rappeler le resume final : 

Les Receltes de Texercice 1881 j sc monlenl a ... 17,o/ilfr. 19 c. 
Les Defenses - a ... 15,806 92 



d ou resulte un solde en caisse au 31 de cembre 1S&1 de l-,534 fr. 27 c. 



auquel il convienl d ajouter ce qinl reslc a recouvrer sur les.cotisations 
non encore reglees, soit : 

Sur celles anterieures a 188!. . . . , /i50 I r. c. 

Et sur celles de 1881, 783 10 



Ensemble I,233fr.l0c, 



L elal des Receltes ct des Depenses ayanl etc soigneusement verific, 
le Comple general presente par M. .le Trcsorier a etc reconnu pariaite- 
ment exact. J ajoulerai que loutes les sommes payees pour le compte de 
la. Sociele et portees au tableau des depcnses sont juslifiees par des 
pieces. a Tappuii classees avec un-ordre parfait. ce qui en rend le conlrole 
Ires facile* - - 



28 - 

Pour rexercice 1880, les depenses s dlevaienl a. . . 16,456 fr. 53 c. 
Si nous en rctranchons : 

r Le niontanl de I achat de 10 obligations des che- 
mins dc fer dc i Ouest 3,894 fr. 05 c. 

2 Le 4 e Irimesire 1879 des alloca 
tions au Secretaire et au Tresorier et 
du traitement du gardien de la salle, 
imputables a rexercice precedent. . . 450 



Soil un total de 4,344 fr. 05 c. 4,344 05 



11 reste, pour cet exercice, uue depense reelle de. . 12,112fr. 48 c. 



Pour rexercice 1881, les depenses s elevent a. * . . 15,806 fr. 92 c. 
Si nous en retrunchous le montant de 1 achat de 
7 obligations des chemins de fer de I Ouest, soil. . , . 2,749 80 



II resle, pour cet exercice, une depense re"elle de. . 13,057 fr. 12 c. 

Les defenses de 1881 depassent done celles de 1880 de 944 fr. 64 c. 

Cet excedant est impulable, en grande partie, aux frais depression 
des Annales et du Bulletin (chap. 1" du tableau des de penses). En eflet, 
Messieurs, nous avons imprime, en 1881, 59 feuilles 1/2, qui nous ont 
coule 7,408 fr. 25 c., alors qu en 1880, la meme depense ne s est elev^e 
qu a 6,304 fr. 75 c. pour 51 feuilles. Nos publications de 1881 surpassent 
done celles de 1880 de 8 feuilles 1/2, soil 136 pages d impression. 

Par conlre, depuis quelques annees, le chapilre qui concerne la Biblio- 
theque ne figure au tableau des depenses que pour des sommes insigni- 
fiantes, imputables seuleraent aux menus debours occasionnes par le 
service. Celte annee, it est vrai, vous avez mis a la disposition de volre 
Archiviste une somme de 200 A 300 fr. pour Irais de reliure. Mais peut- 
^tre n est-il pas inutile de vous rappeler, a celte occasion, qu il existe 
une Commission cbarge e d examiner les propositions d achat de livres 
qui pourraicnt elre failes, dans les formes voulues, pour la Bibliothequc, 
et que nous disposons, pour celle categoric de depenses, de fonds speciaux, 
jrovenant de la vente de la Collection PierreU 



-^ 29 

A propos de ces fonds Pierret, corame aussi du legs Thibesard, votre 
Conseil a manifesto le d^sir qu a Tavenir, dans le comple rendu financier 
de chaque exerciee, M. le Tresorier raentionnat dans un article special les 
arre"rages provenant des rentes de ces deux legs, pour perpetuer le souvenir 
des fondations de ces genereux donaleurs. 

En resume, Messieurs, noire situation fmanciere est, comme vous le 
voyez, aussi satisfaisante que possible et nous le devons en grande parlie 
a la bonne gestion de M. le Tresorier. 

Corame conclusions, le Conseil vous propose : 

1" D approuver les comptes du Tresorier et de lui en donner de"- 
charge ; 

2 De lui voter des remercieraents pour le zele et le devouement avec 
lesquels il gere les finances de la Societe*. 

Les conclusions de ce rapport sont adoptees par la Societe, et des 
remerciements sont votes, aux applaudissemenls de tous les menibres, a 
M. L. BuqueL 

Lectures. M. J. Bourgeois fait connallre un m6moire ayant pour titre : 
Diagnoses de Lycides nouveaux ou peu connus, 3 e partie, comprenant des 
especes des genres Lycus, Galopteron, Emplectus et Ptateros. 

M. Maurice Maindron depose sur le bureau une notice, accompa- 
gne*e d une planche, intitulee : Appendice au Memoire sur les Gu^pes 
sociales de TArchipel Austro-Malais : Sur la vie e volutive de YEumenes 
petiolatus Fabr., var., espece habitant les Indes orientales. 

Communications. M. le Secretaire offre a la Socie"te, au nom de M. Al. 
Pe>agallo, uu exemplaire d une nouvelle publication ayant pour litre : 
Insectes nuisibles a I Agriculture ; l fr fascicule : L f Olivier, son histoire, sa 
culture, ses ennemis et ses amis; 2* fascicule ; Le Frelon (Vespa crabro] et 
son nid (1 vol. de 180 pages, avec une planche coloriee ; Nice, 1882, chez 
Cauvin-Empereur, rue de la Prefecture, 6). 

La premiere partie de ce travail contnbuera u rame*lioration de la cul 
ture de rolivier et augmentera DOS connaissances enlomologiques. L au- 
teur y resume et complete ce qui a 616 fait sur le mme sujet et termine 
son memoire par des notes sur les metamorphoses de plusieurs Insectes 
et plus sp^cialement sur les larves des : Phlseotribus olex, Hytesinus 



int, Clonus {raxini, Daws olcse, Kutophus prc twicornis $ sur la; che 
nille du Mdffftirodcs union&lis, etc. : . . . ; . ; ; 

La parlie consacree au Ffelon pent elre prise comme lype de. notices 
d enlomologie a mettre enlre les mains ties agriculleiirs. 

La.Societe pre"sente ses remerciernents unam mcs a M. Peragallo. 

~M. diaries Brisout de Barneville. aclresse line note conlenant des 
remarques, synonymies et descriptions de quelqiies especes Cryplopliagie ns 
ft Nilidulaircs : 

Cr yp[<>))fiayus moniamts (ill. Bris. lapidarius Reilt. IIautes<-Pyre"- 
nees, Pyrenees-Orientales; sous les mousses. 

Cryptophaym lapidarius Fairm v == graci lis Reilt. Hail les et Basscs- 
Alpcs; sous les pierrcs. Insecle tres ftgflo. 

: GryptopHcifjus. fytldcnsis Er. Aucachon. 

&ryptoplwgiis.punctipchnis Ch. Dris. M. IioilL&i* regarde cette espeee 
comme une variete du pilosns Gyll. Men 1 rere Henri et moi no pouvons 
admellre cello reunion : le pilosus e^l une espece excessivement com- 
mung qui prescnie Ibujours une pubescence assex longue, mais deprim^e; 
Iz.pwwtipcnnis, au contraire, est assez rare, el presente la pubescence 
longue et hcrissee.du sciulosus.. .. , 

Cryplophagus Mascarcnsis Reilt. me para.lt une variete du cellaiis Scop. 
Men I on, Lille. 

Cryptophagus Brucki Reilt., de Jerusalem. J ai jadis repandu cells 
espece sous le nom inedit de Syriacus. 

Cryptophagus /6z7/5Er. -Sainl-Gcrmain, Fonlainebleau; rare (H. Bris.), 
cliarme et helre. . 

Cryptoplutgus-populi Payk. -Saint-Germain ; tr^s. rare. - 
Cryptophagus Brisouli Reilt. Ilaules-Pyre nees ; mousses. 

Gryplophaffiis wnbralus Er. pourrait bien elre upe varitM.e du (lisli/i- 
{jucmliis St.; se prcnd avcc lui. . 
Cry plopiiayus Mill* ri i\<}\[(. Mcnton, Marly; laie. 

Thompson* Reiller. Haules-Pyrenees, . Ijyeres, Fon- 

i, Saint-Germain.; assez i-ai C. . -,..,. 

lifff/us -stitxttprcssus (ivll.- .S lint-Clermain ; que ltjneg e\em- 
. sur -les s.-ipin, en compagnie du Micrambe 



31 

Gryplopkagus vttlosula Heer (Paramecosbma pitosuta Er.). Saint- 
Germain ; abondamment sur les fleurs de gei^ts. Gette espece est un 
vrai Gryptophftyus, le.male no presenlanl que quatre articles a se-s tarses 
posterieurs. 

GRYPTOPHAGUS PERRISI Pandellc". Oblonyo-ovalts, fcrrugineus, subli- 
lUer pubesccns, confcrtim pwictaliis, prot Horace. laleribus crenulato, an- 
gulis antcr ioribus dilatatis, iwn dcntatis, ante scuteUiim fovcolato, Long. 
1,8 aa niill. 

Var..\). Etytris caslaims, humerfs .dilutioribus.- 

G e3l un vrai Cryplopliagus, trs semblable an Micramhc abietis, mais 
bien dislinct do lui par. sa pubescence un pen plus longuc, sa fossetle 
anle-gculellaire et ses tarses poslerieurs de quatre articles sculement cliez 
le male. 

* France merulionale ; dans les nids de chenilles processionnaires, 

i- . - - 

CRYPTOPHAGUS LAMELLIGORNIS Pandelle. Oblongo-ovatus , ferrugi- 
nciis, nitididus, brevitcr pubcsccns, prolkorace transvc-rso posticc angus- 
tato, laleribus Icvilcr rotundalis forlilcr marginatis, anyulis anlicis incras- 
satis non dentatis, dcnticulo minuto later all fere ante medium sito, dense 
pwictato, carinula ante scutellum distinct-a, ctytris ovatts crebre punclatis, 
Long. 2,2 mill. 

Cette espece, Ires voisine du Baldensls, s en distingue par sa ponclua- 
tion moins forte, son prothorax plus relre ci en an-tore; plus forleraent 
rebord6 sur les coles , plus deprime le long du rebord lateral, et par sa 

dent mediane placee un pen avant le milieu. 


-Pyrenees.. 



ATOMARIA GRANDICOLLIS Gh. Bris. Ovata, forliler convcxa, fcrrii- 
ffinea, nitida, siibtiliter cincfco pitbcsccns, prolhorace mac/no coleopleris 
vix angustiore, sublransverso, laleribus rotundalo, angulis posticis sub- 
rotiirid atiSt bast obscure bisinuato, transvcrsim imprcsso, subtililer minus 
dense punclato, elylris ovatis, dense siibtiliter punctatis, antennis arti- 
culis 3-5 clongalis, 7 oblongo. Long. 1,3 a 1,5 mill. 

Mas. Tribus pritnis arliculis antcrioribus tarsorum dilatalis. 

Var. b. Etytris fascia media Iransversa ea-tus latiora pectorcgue nigris. 

CeUe esp&e est remarquable par la grandeur relative de sort prothorax 



32 

et les tarses dilates de ses males ; die se rapproche un peu de la gibbula t 
dont elle se distingue par son prolhorax non relreci en avant, plus forte- 
ment arrondi sur les cole s, a angles posteYieurs subarrondis, et par ses 
e ylres a ponctuation plus serrge. 

Valle es de Saas el de Ghamounix ; sous les mousses. 

C^NOSCELIS SUBDEPLANATA Cli. Bris. Subelongata, ferrugined) niti- 
dula, dense pallido-pubcscens, parum convexa, antennis subelongatis, arti- 
nito secundo subconico infra levitcr sinuato apice subprolongato-rotun- 
dato, articulo nono subquadrato, clava biarticulata, prothorace lateribus 
non rotundato, dense sat for tiler punctato, basi fortius irnpresso, elytris 
subtiliter sat dense punctatis. Long. 2-3 mill. 

Un male. Arcachon. 

Atomaria Berolinensis Kraalz. Celle espece nous paratt dislinele de 
Yatricapilia, par sa ponclualion plus forle, son prolhorax moins arrondi 
et a coloration obscure ckez les adulles. Saint-Germain, Lille, Grande- 
Chartreuse, Alger. 

Mcligethcs marrubii Gh. Bris. = spmipes Reilt. 

Ueligethes parvulus Ch. Bris. (niger Ch. Bris.). Celle espece n a 
aucun rapport avec le mennonius Er. Le parvulus est de la taille de 
Vexilis St. et presente une ponctualion Ires serre"e, tandis que le memno- 
nius est de la taille de Vocrlwpus St. et ofTre une ponclualion ecarlee, 

MELIGETHES BDYSSONI Ch. Bris. Oblongo-ovalis , Uviter convexus, 
fusco-niger, nilidus, dense cincreo pubescent, confertim punctatits, inter- 
stitiis punclorum Ixvibus, antennis pcdibusquc rufis, tibiis anticis arcuatis 
subtititcr crenatis apice fortius bidcntatis , fronte arcuatim emarginato. 
Mas. Hesosterno postice late profundcque impresso. Long. 2 a 2,3 
mill. 

Cetle espece vient se placer dans mon travail apres V hxmorrhoidalij ; 
elle s en distingue par sa ponctualion plus forle et la coloration obscure 
de Tabdomen du male; elle s eloigne du brunnicornis par sa forme plus 
allongee, Parmature de ses libias plus faible et sa ponctuation moing 
serree sur les e"ly tres ; et de lous deux par son fronl plus dislinclement 
echancre". 

De"couvert par M. H, du Buysson dans les montagnes de 1 Auvergne. 



- 33 - 

M. L. Fairmaire communique la description d une troisierae espece 
du genre Aprostoma (Coljrdiens) : 

A. AUBERTI. Long. 6 mill. Elongatum, filiforme, convexum, 
nigruWf subopacum, capite subquadrato, ptaniu$culo, utrinque acute cari* 
nato, carinis parallelis, hand angulatis ; prothorace tongo, postice magis 
angustato, fortiter punctate, disco profunde sutcato ; elytris basi protho- 
racis paulo latioribus, paratlelis, apice simul rotundatis, sutura et utrim 
que carinulis 3 elevatis, postice acute costatis t carinula externa fere obso- 
leta, intervaUis punctis transverso-quadratis biscriatis. 

Gabon. 

DifTere des autres especes par la sculpture, le corselet plus retre ci en 
arriere, les antennes plus courtes, plus e"paisses, les 9 e et 10" articles 
transversaux, le 11 brievement ovalaire et la couleur mate. 

Je dois la communication de eel insecte inte*ressant i\ M. Aubert, ancien 
nu decin de la marine. 

M. le docteur Se"nac communique les diagnoses de trois nouvellei 
especes du genre Pimetia. Ces especes appartiennent toules a la premiere 
division de Solier, c est-a-dire aux Pime"lies dont les tarses interme diaires 
et posterieurs sont comprim^s late ralement : 

1* PIMELIA CRISTATA, nov. sp. Long. 18 a 20 milf.; larg. 10 a 11 
mill. Nigra, modo obscura, modo nitida, subquadrata, tata infra, 
subpubescens. Caput tevissime punctulatum, granulis pUiferis interjectis. 
Pronoturn transversale , sparsim granulatum. Elytra tricostata, costa 
marginalis minute denticulata intermedia propc suturam tuberculis 
nonnutlis incipiens ; inde ea-tus f moo; retrorsum progrcdiens ; costa 
dorsalis carinata, Ixvis, vix conspicua ; interstitia valde concavuta, 
sparsitn minuteque granulata. Epipleura sublsevigata , raris granulis 
parvisque notata. Tibiis intermediis anguste, dorso canaliculatis, posticis 
vero cylindricis. Tarsorum quatuor postfcorum articutt compressi, nee 
dilatati, longis brunndsque pitis ciliati. 

Cetle espece provient du Kurdistan. Nous 1 avons decrite sur des exera- 
plaires de la collection Se"dillot (ex Staudinger). Nous Tavons e"galement 
re?ue en communication de M. R. Oberlhur. Elle vient se placer a cole* 
de la Pimelia bicarinata Gebl. (sous-genre Podhomala Sol.), dont elle est 
cependant bien dislincte. 

2* PIM. DOUMETI, nov. sp, Long, 23 mill.; larg. 12 mill. Qvata, 



a, valde deplamda, nigra t omnino dense pube 
Capite posticc fere Isevi anlrorsum rugqso-punctato . Tlwrace lalo, sericeo 
ubique dense gramdalo. Elytris subquadratis , costis quatuor integris 
atrictto-dcnti wtlntis, pr-omincntibus. ""Prima dorsad ante lubercidaia , 
Sccitnda posticc hbbrcvicct rt , laieralis prominent ibr marginali rcirorsum 
fantlculata. Intei valtd scricea riitjris granulata. Tibiis antcrioribii$" y 
txterna cittitc pr&tffncjala dt*htc terminates. Tarsis quatuor postremis valctr 
tompressis; tongc mgro-ciUatis, l*itis supra recumbent ibus infra penicii* 



Patria : Gafsa (Tunisia). A dominc" Doumel Adanson lecla. Unum lan- 
lum exemplar, in museo Valery Mayet. Prope l\ papulenlanc Reiche dis- 
poiienda. ...... . -. \ 

3 PIM. INEXPECTAT^, nov. sp. I^ong. 15. mill.; larg. 91/2 mill. -* 
Gonwxa, crassa, suborbicularis, submiita, fere ubiquc pilis flavis, aitrfllis 
vcstiia. Gapile sublssvi, ante, ct ad later a sparsim punctato. Tlwrace laid, 
angidis anticis valdc prominmtibus, ad latcra granufaio t disco fere l&vi. 
JElylra subhtftnispherica granules nigro-setosis tecla ; costis ante tuber cu- 
latis, relrorswn crenntis, elevatis. Sutura leviler prominula, postice cre- 
tiata, Costa dorsali pritna, ante remote granulato^ subobliterala } secwula 
retrorsum abbreviata. Epipleures sparsim granulatis. Abdomine minule 
granulato, punctato, subrugoso , minutissime fulvo-piloso. Prostermwi 
postice rostratum. Pedes rufesccntes , pubescentcs ; tibiis anticis dente 
yalida extw terminate, poslicis late dor&o planalis, intermcdiis profui\de 
tianaltculatis. Tarsis . posteriory quatuor compressi via; dilat.ali, supra 
longis rccumbentibusquc, infra regidis brevisque pilis ciliati. . .. 

Pairia : Ind. or.; ex W. Satan ders ; in musaeo Javet (oliniji niiiic-meo, 
lihicura exemplar. 

M. L. von -Heyden eVrit qne la Scrtca luteipes Faii m. (Ann. Scfc. cnt. 
"Fi 1 ., 1881, Xxvl) = la Triodonta aim Bfanck. 

M. H. Lucas communique fa note suivanle sur un Ortlioptere dela 
famille des Phasniides : 

Un Orthoplere coureur du genre Heleroptcryj; de Gray, plus grand que 

r/i. Qrayi Weslw. (Gat, ofOrlh. Ins. in the Collect, of the Brith. Mus., 

p. 82, pi. 30, fig. 3, $, 1859), provenanl de Malacca, a ^le envoye der- 

nierement au Museum. Get Orthoplere. vient se ranger dans le voisiriage 

, del //. Gray*, avec lequel il ne pourra etre..confondu a cause de.sa taille 



beaucoup plus grande, de scs tflylres de forme ovalaire, plua de>loppees t 
ne : (iepassant pas le deuxieme segment abdominal^ d^ :SOn a])dpmen plus 
foriement epineux. sur les cotes, plus dilate , se retrecissant poste^ieureV 
nient, et de ses organes loconioteurs plus allonges, arrays d epines beau-, 
coup plus fortes, surtout cellos des tibias des pattes de la troisieme paire. 
II esl . aussi .& remarquer que les. epines des parties laWrales du mes6-~ 
thorax et du metalborax sont plus nombreu ses, plus serfees, el que celles 
que presentft le dessu s de ces meraes segments thoraciques sont pliffi 
aeveloppees et moins nombreuses. Les Irois" premiers segmenls abdonii- 
naux eii dessus sont lisses au lieu (r^tre e^pineux, et les e"pines ne com- 
mencent a se montrer qu a parlir du quatrieme segment. Ltr plaque SODS-J 
aivale, tres developpee, tronquee, comprimee, est-care ne e longitudinaie- 
ment dans son milieu et ne de pass^ pas la suranale : celle-cf 6lroite,. 
comprimee, carenee, se termine en poinle bifu-rque e. tea antennes, /grfilesj 
allonge es, ne depassent pas les e"lytres. A i ^tat vivant, cette especte doit 
6tre d tine belle couleur verte, a^vec les ner-vures des elytres. ro.ussatres, 
Quant aux ailes, elles sont plus courtes que les elytres, d un vert testace^ 
avec les nervures d un ferrugineux clair. 

Je ne connais pas le male de cette espece, la plus grande du genre, 
que je de"signe sous le nom frHcteroptenjx Holland!, dont la longueur est 
de 15 millimetres et qui niesure A millimetres dans sa plus grande lar 
ge ur, 
. Jnterieur de Malacca. , 

Le m&me -raembrc lit la note suivaule : 

1, etabliss.ement d une coupe geqerique nouvelle dans la famille des 
Kpherne rides a suggece a M. Mac Lachlan (Th Entom. raont, Magaz, t 
1873, p. 108, 109 et 110) les reflexions suivanles. : /. . 

: Si la faune moderne de la Nouvelle-Ze lande est peu riche en especes 
bt a line tendance naturelle a sMleindre -et a 6tre remplacee par des 
elements etrangers, q ui trouvent la des conditions plus favorables que 
celles auxquelles its ^l-aient s outnis dans leurs lievrx d origine, du moinS 
elle nous fournit de temps en temps, dans toutes les classes, des formes 
extrfemement remarquables. 

Comme venant a 1 appui de cette opinion, je citerai, dans le grand 
embranclrement des Articu!s, le genre Oniscigasttr, demerit et figure par 
M. Mac Lachlan sous le nom d O. Wakefieldi (loc. cit., p. 108 a 110, 
1873), En effet, on peul dire que ce nouveau genre, un des plus cnrieux 



de ha famille des fcphe me rides, captive de suite Inattention par l ex pension 
ou relargissement des trois derniers segments abdominaux dans la femelle, 
des quatre derniers segments abdominaux cliez le male, et qui, par lew 
forrae, rappellent ceux de certains Myriapodes de la tribu des Polydes- 
mides. 

C est en 1874 que le male a e te cK-crit et figure" par M. Mac Lachlao 
(Journal of the Linnean Society, t. XU, p. 140, pi. 12, fig. 1), et dont 
la description et la figure ont e te reproduites par MM. Joly en 1875 
(Hevue des Sciences nalurelles, t. IV, tirage a part, p. 9, 10 et 11, pi. 2, 
flg. 2 a, b t c). 

On doit aussi a M. Mac Lachlan la connaissance de la vie evolutive de 
cette tphe me ride remarquabje (loc. cit., p. 141, pi. 5, fig. 3, 4, 5). Le 
male et la femelle, que je fais passer sous les yeux de la Society et que 
possedent les collections du Muse um de Paris, ont e te rapporle s par M. le 
D r Filhol, qui les a rencontres dans Tile Nelson, lors des <Mudes du passage 
de Venus sur le Solcil. 

M. Charles Oberthur adresse la diagnose d unc espece nouvelle de 
Le*pidopteres pour la faune franchise ; 

HSPIALUS ALTICOLI Oberthur. <? Taille de Pyrenaicus Donzel ; 
dififere de cette especfc par les caracteres suivanls i Les ailes, dans altt- 
cota, sontjnoins aigues, proportionnellement plus larges ; la couleur du 
fond est gris noir et non brun ferrugineux ; les dessins de Taile supe"- 
rieure en dessus sont beaucoup plus elargis dans alticola et au lieu d etre 
blanc jaunatre assez opaque, comme dans Pyrenaicus , ils sont d un gris 
jaunalre qui se detache peu de la teinte gris noir du fond. De plus, ces 
dessins, assez complique s dans les deux especes, aont, dans alticola, bien 
dislincts de Pyrenaicus, surtout par la presence de lu miles ou trails 
costaux noiratres, cerclds de gris jaunatre, commencant assez pres de la 
base des ailes supe rieures, separe s entre eux par des intervalles que 
couVre la couleur du fond et s e"tendant jusqu a Tapex. Enfin, la frange, 
completement d un blanc jaunatre a 1 aile infe rieure dans Pyrenaicus, 
est coupee, dans atticota, de trails noiratres au prolongement des ner- 
vures. 

$. Semi-aplere ; differe de Pyrenaicus par Tabsence absolue de lout 
dessin blanc sur les ailes supe rieures et le ton uniforme ment gris noir 
de ses quatre ailes. 

Les anlennes,, dans les deux sexe tfatticola, sont noires. 



Cltc description cst e"crile sur cinq miles et une fcmelle pris, en 
juillet 1881, par mon frere, pres du lac Bleu et au Monne, aux environs 
de Cauterels. La femclle, encore vierge et Ires fraiche, flit rencontre e 
sous une pierrc ; les males voltigeaient rapidement a 1 ardeur du soleil. 

La comparaison a etc faite avec sept males et cinq femelles de Pyre- 
naicus, pris a Monllouis et a Lipaudere, prairie alpestre au-dessus de 
Vernet-les-Bains (Pyrenees-Orienlales). Ces Pyrenaicus semblaient avoir 
les memcs mosurs que les alticola. 

La faune entomologique des Pyre ne es orientates (bassin mediterraneen) 
el des Pyre ne es cenlrales et occidentals (bassin de roce"an) est specifi- 
quement assez diflerente, et on peut aise"ment remarquer le remplacemeht 
de cerlaines especes par d aulres voisines, mais bien distincles, d une 
region a 1 autre. 

Ainsi, dans les Pyre nees-Orientales on trouve Erebia melas, sur les 
pentes du Canigou, semblable au type de Hongrie; dans les Hautes- 
Pyrenees (Caulerets, Gavaroie), on rencontre Erebia Lefcbvrci, tout a fait 
caracte risee. Dans les deux regions, les Emydia Rippcrtii sont aussi trfcs 
diffe renles, etc. 

Un point interessant est le massif montagneux de Montlouis, qui parait 
fetre un lieu de transition entre les deux faunes medi terrene" en ne et ocea- 
nienne. 

Je publierai prochainement la description d uoe secondc espece nou- 
velle du genre Hepialus. Mon frere Ta d^couverle dans la Sierra-Nevada 
en juillct J879. J aurai soin d accompagner de figures Ires soigne es les 
descriptions detaille es que je publierai ullerieurement des Hepialus 
alticola et Nevadcnsis. De mime, je compte faire figurer de nouveau 
Pyrenaicus ; car aucun des auteurs qui ont figure celle espece, Donzel, 
Duponchel et Herrich-Schaffer, n en a encore donne" une peinlure bien 
exacte. 

Candidai present*. M. Charles Joyeux, ing^nieur des constructions 
navales, rue de 1 Est, 13, a Melun (Seine-et-Marne) (Entomologie gtnlrale\ 
surtout Coltopteres), presenle par M. L. BuqueU Commissaires-rap- 
porleurs : MM. Leprieur et Tappes. 

Membres rayes. 1* M, Maillot, de Monlpellier, regu en 1877 ; 2 M. Seize, 
recu en 1874. 

Le Secretaire ; E. 



-- 33 ~~ 

. ;-.; : ,* .... .... . 

ir . BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 
Seance du li Janvier 1882 (fin). 

Entomologist s monthly Magazine (Thr), 11 212. EDW. SAUNDERS, 
Notes on the Entom. of Portugal ; Hymenoptcra Aculeala. MEADE, 
Annotcd List of British AnlbomyihUc. BARRETT, Notes on British 
Pteroplioridae. ID., Notes ort British Torlrices. Notes diverges. 

Faiille dc.s Jcunes Naluraltsles, n ft 135. E; TAHID, Environs do Rouen, 

Chasses entomol* 

Journal and Proceedings of the lloyal Society of New South Wales, 
1880. 

Natitralisic (Le), 2 C vol., n 1. GEHIX, Carabus auronitens et ses var. 

Proceedings (Tin] of the Linncan Society of New South Wales, 1881, 
vol. V, 3" et /i c parlies. W. HASWELL, On some Austral, mairac 
Isppipda (pi.). Vol. VI, 1" part ie. Q 

Societe, entomologiquc dc Bctyiqitc, Comples rend us, seric III, n" 12. 
BEGKKR, Comniunic. arachnol. * 



(A.). Faunc gallo-rhenane, livr. 1 a 6. * 2 C cxempl., donne 
par M. le general dc.-Yaldan. 

G!RA.R (MAURICE). Le Jardin de Ffecolc (17 pages). (Soc. Agr. France.) 

ID. Traite elementaire d Entomologie, tome 3% 1" fasc., 1882 (23 pl, 
6/iO pages). 

RUET (C.). Retard dcvebpment of Insects (8 pages). (Amer. Nat.). 

L Archiviste : A* LEVKILLE. 



Stance du 25 Janvier 1882* 

American Naturalist (The), vol. XVI, n 1 (Janvier 1882). F. GISSLER, 
p. 6, A Singular parasitic KOpod Crustacean and some of its develop- 



59 - 

- mental Stages (1 pi. n.), GOMMIMICATIGNS, p. GO efsuiv..: On 
softie carious Methods of Chalcid Pupation; On the Oviposit ion of 
Proeloxus decipiens ; Clover Insects ; Horn s Classification of the Cara- 
bida; The Butterfly Trees of Monterey again ; Interest felt in Eeonomic 
Entomology in California ; Obituary. 

.Analcs de la Sociedad espanola tie Historia natural,- t. X, cuad. 3. Ma 
drid, 31 decerabre 1881. MIGUEL CUNI Y MARTORELL, /p*,385, 
Excursion entomologica y bolanica (fin). ID., p. 433, Datos.para 
una flora d.e los Insectos de Calalufia. J. BOLIVAR, p. 463, Kolas 
enlomologicas : IV. Estudio sobre algunos Orlbpteros del Museo de 
Varsovia (sp. nov.); V. Nuevas especies de Ortopteros americanos del 
viage al Pacifico; VI. Especies nuevas de Orldpteros de Argelia (2 pi. 
p.). j. GOGORZA, p. 509, Revision de genero Platyblemmus, (Ortho- 
pteres), avec tab!, et sp. nov. PROCES-VERBAUX DES .SEANCES : 
p. 55, Nuevas observaciones sobre costumbres y metamorfosis de 
algunos Vesicantes. 

Berliner cntomologischc Zeitschrift, 1881, Heft. 2. D . C. CR0GER, 
p. 105, Catalogue of the collection of Diurnal Lepidoptera formed by 
the late William Chapman Hewitson, of Oai lands, Walton o. Thames, 
and bequeathed by him to the B. M.; by W r .-F. Kirby, assistant natu 
ralist in the Dublin Mus. of Science and Art (printed for private cir 
culation). LOnd., J. v. Voorst, 1879, in-4 , 2/i6 ps. (Coinpte rendu de 
cet ouvrage en allemand). E. voN HAROlb, p. 119, Zur Kerinlniss 
der Gallung OEdionychis, l rc partie (avee labl. synop. el sp. nov.). 

" O.-M. UEUTER, p. 155, Analecta hemiplerologica : Zur Artenkenntniss, 
Synonymic und geographischen Verbreitung palaearktischer Hetero- 
pteren (labl. synop., gen. et sp. nov.). II. DEWITZ, p. 197, Hyme- 
noplercn von Portorico (1 pi. n.^ sp. nov.). V. v. KODER, Diptero- 
logische Nolizen (tabl. synop., gen. et sp. nov.). F. KARSCIT, p/217, 

: Eine neue Vogelspinne aus Sudafrica (Slromalop elnKi alicapillalum). 
ID., p. 219, Chinesische Myriopoden und Arachnokleeji (nov.-sp.). 

. FR. STEIN, p. 221, Miscellanea : ^1. Zwei Bernslein-Kufer; B. Eine 
inleressanle Varielilt von Colymbetes fnscus L. aus der Berliner 
Gegend ; C. Hummehi in Zaunkonigs-Nesterh^. F. KA^scM r p.^225, 
Die Pachytoma-Arlen (tabl. synop., sp. nov.). ID., p. 227, Eine 
neue Cecidomyia aus der Umgegend Berlins (C. Steini). PAASCH, 
p. 232, Das Messen Kleiner Kafer. G. JOSEPH, p. 233, Erfahrungen 
im wissenschaftlichen Sammeln und Beobachten der den Kramer 



- /to - 

Tropfsteingrollen eigenen Arthropoden. PAASCH, p. 283, Die 
Nalurgeschichte der Insecten Deutschlands von Erichson, forgesetzt 
von J. Weise. II. DEWITZ, p. 286, Zwei neue Wcslafrikanische 
Papilionen (P. Mechowi, P. Hachei). F. KARSCH, p. 287, Zwei 
neue Polydesmiden vom Quango (Rhachidomorpha Mechowi, Slenonia 
oecidenlalis). ID., p. 288, Eine neue Thomiside vom Quango (Pla- 
tythomisus Mechowi). G. QUEDENFELDT, p. 289, Diagnosen einiger 
afrikanischer Cerambyciden. F. KARSCH, p. 290, Ein neuer ameri- 
kanischer Skorpion (Hadrurus Paaschi). M. QUEDENFELDT, p. 291, 
Tier neue Staphylinen-Arten aus dem Mittelmeer-Faunengebiet. 
ID., p. 293, Diagnose eincr neuen europaischen Art dcr Staphylinen- 
Gattung Echidnoglossa WolU (E. venlricosa). ID., p. 293, Zwei 
neue Slaphylinen aus Angola. DEWITZ, p. 297, Ein Zwilter von 
Aglia Tau. Ein mannlichcr Geschlechtscharakler bei Catocala. J. 
PFUTZNER, p, 298, Nachtrag zum Syslematischen Verzeichniss der 
Schmetterlinge Berlin s und der Umgegend. 

Bulletin d lnsectologie agricolc, Journal mensuel de la Socie le centrale 
d Apiculture et d lnsectologie, 6 e anne"e, n 10 (oclobre 1881). 
MAURICE GIRARD, p. 145, Les accessoires du jardin de 1 ecole (suite). 

DILLON, p. 147, Les insectes ennemis de la Mache. I*. PASTEUR, 
p. 148, Du role des infiniments petits dans la fabrication des fro- 
mages, par M. Duclau* (suite). GASTON BONNIER, p. 154, Les Fleurs 

^ el les Insectes (suite et fin). 

N" 11 (novembre 1881). J. CREPIN, p. 161, N 7 ote sur la maladie 
de rtoevisse (suite). CH. FRECHON, p. 165, Oiseaux inseclivores. 

DILLON, p. 165, Insectes ennemis de Tfipinard. DE RISCAL, 
p. 167, Education du Ver a soie du Chene (fin). BALBIANI, p. 171, 
La Se"riciculture nouvelle (suile). ANONYJIE, p. 176, La ligue des 
raarchandg de soie au Japon (commencement). 

N" 12 (de"cembre 1881). LA REDACTION, p. 177, Determination 
d insectes. J, CREPIN, p. 178, Note sur la maladie des Ecrevisses 
(fin). L. PASTEUR, p. 186, Du r61e des infinimenls petits dans la 
maturation el la fabrication des fromages, par M. Duclaux (fin). 
DE DODVILLE, p. 189, Le Puceron des racines. 

L Archiviste adjoint : J. BOURGEOIS. 

Paris, 16 fcvricr 1882. 



PAHS, Typographie et Lithographic Fux MALTESTE ET O, rue DussoUbs, 22. 



4882. NO 4. 



SO.CIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



Avis ires important*. 

1 Nous rappelons a nos collogues un article du Reglement que la 
Socie"te compte exactement appliquer, afin que le Bulletin n empiete pas 
sur la place r6serv6e aux Annales proprement ditcs : 

ART. 42. Chaque membre ria droit, par seance, qu a une page d im- 
pression au plus dans le Bulletin. 

3 Dans la stance du 8 mars 1882, il sera precede a un un second tour 
de scrutin pour Election DE QUATRE MEMBRES HONORAIRES (deux francais 
et deux etrangers). Tons les membres francais ont droit de prendre part 
a ce vote, qui aura lieu au scrutin secret et a la majorite" absolue, soil 
directement, soil par correspondance, et, dans ce dernier cas, Tenveloppe 
fermee contenant le bulletin de vote et signee exterieurement par Le socie- 
taire de qui elle emane devra etre adresse"e franco au President de la 
Socie"te au siege des stances (Mairie du VP arrondissement, place Saint- 
Sulpice), avant Touverture du scrutin. Les votes au premier tour de 
scrutin ont ete de 154, et la Socie"te compte sur un plus grand nombre 
de volants, car elle possede plus de 250 membres fransais. Ecrirc de 
suite. DERNIER AVIS. 

3 Une souscription au prix de 20 francs est ouverte chez le Tresorier 
(M. L. Buquet, rue Saint-Placide, 52) pour la publication de Tables gene- 
rales des Annales de 1861 a 1880, que M. fidouard Lefevre a bien voulu 
se charger de rediger. Le montant de la souscription ne sera exigible que 
lorsque la Soci6t6 aura recu 150 adhesions, et alors 1 impression commeri- 
cera. Le nombre des souscripteurs n a atteint jusqu ici qu environ 50. 
Priere aux souscripteurs nouveaux d ecrire immediatement a M. le Tre 
sorier. 

l\ Le l er volume de la Faune des Coleopteres du bassin de la Seine 
(GARNIVORA et PALPICORNIA), par M. L. Bedel, est mis en vente ehez le 
Tre"sorier, M. Lucien Buquet, rue Saint-Placide, 52, au prix de 5 francs. 
La suite de cet ouvrage sera donn6e dans les Annales a partir de 1882 
et publie"e ensuite par volume. 

(10 C annee, n 212.) , U 



42 

BULLETIN DES SEANCES 

Paraissant deux fois par mois 



Seance du 22 Fevrier !$$. 
Prudence de M. L. REICHE. 

M. Vachal, d Argentat, nouvellement adrais, assiste a la stance. 

Communications. M. Des Gozis adresse la note qui suit en re"ponse a 
des observations de M. von Heyden inse re es dans le 2 e Bulletin de 1882 : 

Je n ai rien a dire en ce qui louche les noms de Zonabris Harold et 
Dactylorhinus Tourn., que je n avais en effet point connus; raais je crois 
devoir repondre a ce qui a trait aux noms de Sarandonyx et tfllorri- 
mantus, car, sans cela, je paraitrais renoncer a ce qui est chez moi une 
conviction tres arretee et longuement murie. Quel que puisse etre le 
nombre de noms a changer si Ton adopte ma maniere de voir, je crois 
ces changements indispensables, lorsque le mot tout entier etant sem- 
blable, Fetymologie identique, une lettre seule rompt celte uniformity, 
surtout une lettre parasite comme dans Corticeus = Corticus, Cteniopus 
= Ctcnopus (ajoutez a ce dernier exemple Ctenipus, genre de Carnivores 
exotiques que j avais neglige de ciler). D ailleurs, un fait nouveau vient 
me donner un appui fort inattendu : dans sa reproduction menu de la 
note de M. de Heyden donne"e par la Revue cole opte rologique, n 8 1, p. 11, 
M. Vanden Branden confond precise"ment les deux noms Cteniopus et 
Ctenopus, imprimant ce dernier au lieu et place du premier, de telle 
fa$on que je semblerais avoir cree mon genre Sarandonyx pour remplacer 
celui-ci et non pour les Cteniopus comme il est pourtant vrai. Et si cette 
confusion s est produile justement dans une phrase ayant pour but de 
demontrer qu elle est impossible, que de fois n a-t-elle pas pu se glisser 
aussi dans d aulres travaux 1 C est pour couper court a ces incertitudes 
que j ai pre sente mes remarques, et plus que jamais je persiste a les 
croire utiles. 



M. L. Fairmaire fait la communication suivante au sujet (Tun Cynips 
dont il a ete question dans quelques-unes de nos dernieres seances : 

Notre collegue et ami M. Abeille de Perrin m annoncait, le 8 fe"vrier, 
qu il venait de lui e"clore quatre individus de la galle en ombrelle dont 
j ai entretenu la Societe. A cette nouvelle je m empresse d aller visiter la 
boite ou j avais enferme cette curieuse production du chene pubescent et 
je trouve un individu se promenant sous le verre ; deux jours apres je 
constatais deux nouvelles naissances, et depuis plus rien. 

Ce Cynips ne me semble nullement etre le m6me que les C. calicis et 
glutinosa. La description de ce dernier lui conviendrait pourlant bien, 
mais le docteur Giraud Tassimile au C. calicis, et je trouve des diffe 
rences assez notables : la taille n est que de 3 millim., la region occipitale 
est ferrugineuse, les antennes n ont que 13 articles, 1 apicule ventrale est 
assez courte et les ailes sont proportionnellement moins longues que 
celles du C. calicis. Ajoutez a cela la difference de forme et de coloration 
de la galle, et je crois qu on peut designer noire insecte sous le nom de 
C. gallde-viscosse, n. sp. 

Quant a la description de d Anthoine , elle convient mediocrement a 
notre insecte et explique pourquoi le docteur Giraud le designe comme 
etant un Synergus. 

M. V. Signoret pre"sente des observations sur divers He"mipteres : 

1 En parcourant tout dernierement les serres du Museum, j ai trouve 
en grande quantite le Eoisduvalia latanise, seulement ce n e"tait pas sur 
la plante indiquee par son nom specifique, mais sur une espece d Or- 
chidee, le Coelia albiflora. Cette espece d Aphidiens vivrait done sur plu- 
sieurs plantes. 

Ge que je dis ici peut encore se dire du Rhyzccus falcifer Kunckel, qui, 
indique" comme propre au Seaforthia elegans^ se trouve encore sur le 
Sabal blackburniana et probablement d autres plantes de serres chaudes, 
et a cet egard il se pourrait bien que ce fut la Gochenille des poteries, 
indique e autrefois comme propre aux pots a fleurs des serres, d aulant 
plus que presque tous ceux place s au-dessus des tuyaux de chaleur en 
posse"daient en plus ou moins grande quantite". 

2 Je fais passer sous les yeux de la Socie te une nouvelle espece de 
Coccides du genre Mytitaspis que m a fait parvenir M. Houllet, jardinier 
en chef des serres du Museum, et qu il a trouve e sur le JSapol eona 



Heudloti, plante du Se ne gal. Get He"miplere, par Fabondance de sa pro- 
geniture, devient tres nuisible a la plante en question, qui, du reste, n est 
pas dans ses conditions ordinaires. 

Cette espece, a laquelle j applique le nom de Mytilaspis longirostris, 
presente un bouclier noir brillant tres long, tres e"troit pour la femelle, 
beaucoup pins court, presque ovale pour le male. La femelle offre a Fex- 
tre"mite une troncature a bord concave qui presente deux larges lobules 
on e"cailles transparentes et de chaque cot6, vers Tangle lateral, deux 
autres plus petites, et, entre les unes et les autres, des spinules ; sur les 
c6te"s, a chaque lobe abdominal, plusieurs Opines. Autour de Fanus, un 
dessin formant une espece de marqueterie, 1 extre mite cephalique moins 
large que la post^rieure. Le rostre offre des filets tres developpe"s qui sont 
plus de trois a quatre fois plus longs que le corps ; aussi proposons-nous, 
comme nous 1 avons dit, d appeler cette espece Mytilaspis longirostris . 
La coque male, reconnaissable a ce qu elle n offre qu une seule d6pouille 
de mue a Fextremite cephalique, est trois fois moins longue que celle de 
la femelle ; elle est presque ovalaire, avec la larve a peine une fois plus 
longue que large. Nous n avons pu trouver de male a Fetat parfait. 

M. J. Lichtenstein adresse, par 1 entremise de M. V. Signoret, des 
notes sur divers Coccides : 

1 A 1 occasion de mes etudes sur le Coccus latanix de Boisduval, je 
priai M. Weslwood de m envoyer un article public en 1846 par John 
Curlis dans le Gardner s chronicle sur les Cochenilles du cocotier. Dans 
ce travail, a cot6 de V Alenrodes cocco is Curtis, qui n a rien a faire avec 
le Latanise de Boisduval, Curtis figure un vrai Coccidien qui, dit-il, tue les 
cocotiers aux Indes orientales. Par le plus grand des hasards, le jardinier 
des serres du Jardin des plantes de Montpellier me pria, tout ree"emment, 
d examiner les pieds de divers cocoliers envahis par un insecte qui les 
faisait perir, et je reconnus I insecte figure par Curlis. J ai pense que la 
Societe verrait peut-elre avec int^ret ce devastateur d une plante pr^cieuse 
en plusieurs pays. 

C est le DIASPIS cocco is Licht., Coccidien du genre Diaspis aise a 
reconnaitre par la forme allonge"e des coques qui recouvrent les males. Je 
baptise cet insecte du nom de la plante sur laquelle il vit, puisque Curtis 
ne lui a pas donne de nom et ne Fa pas de"crit. 

Le bouclier femelle est une pellicule arrondie d un blanc grisatre assez 
nettement circonscrite. Les deux depouilles sont bien nettes et presque 



- 45 - 

au centre : la premiere de*pouille a 20 millim., la seconde 0, et le bou- 
clier en entier 1 millim. de diametre. 

L insecte femelle lui-meme est jaune; le premier segment abdominal se 
detache tres nettement en protuberance carree garnie de trois ou quatre 
Opines, et les lobes qui suivent sont assez epineux. 11 y a cinq plaques de 
filieres : une en haut, au milieu, avec dix filieres, les deux au-dessous 
avec vingt filieres chacune, et les deux d en bas avec quinze chacune. 
Cetle femelle est ovipare et pond des reufs sous sa coque. 

Le bouclier male, allonge*, a environ 50 millim. de long sur 10 mill, de 
large. L insecte est d un jaune orange, tres ressemblant et comme coque 
et comme insecte au vulgaire Diaspis rosae. 

M. Signoret a demerit sous le nom ft Aspidiotus destructor (Ann, 1868, 
p. 120) un insecte qui porte un tres grand prejudice aux cocotiers de file 
de La Reunion, qui sont menaces d une entier e destruction (loc. cit. , p. 121), 
et il ajoute n avoir pas trouve de male, et ce n est que par la forme des 
boucliers males qu on peut distinguer IBS Diaspis des Aspidiotus. Mais 
notre savant collegue ne donne a son Aspidiotus que U plaques de filieres 
de 8 a 10 orifices, tandis que mon Diaspis en a 5 de 10, 15 et 20 orifices; 
ce ne peut done & tre la meme espece. 

2 L firable est un des arbres qui nourrit le plus de Cochenilles, et, 
dans son beau travail sur les Cochenilles, M. Signoret en de"crit quatre 
especes appartenant a quatre genres differents, savoir : les Chionaspis 
aceris, Lecanium aceris, Pseudococcus aceris et Acanthococcus aceris. J en 
ai, dans ma collection, un cinquieme ine"dit qui sera le Pulvinaria aceris. 

M. Signoret n a decrit que le male du Lecanium, les autres lui sont 
restes inconnus ; mais M lle Anna Schmitb, de Peoria (Illinois), a donn6 
recemment la description de celui de Pseudococcus , et aujourd hui je 
puis decrire celui de 1 Acanthococcus. 

Je n aurais pas fatigue 1 attention de mes collegues si cet insecte avail 
e"te, comme la grande majority des males de Cochenilles, un insecte aile 
a deux ailes et deux balanciers, mais il vient se ranger parmi les genres 
tres peu nombreux dont les males sont apteres. 

Lorsque M. Signoret a public son travail, il ne connaissait pas de forme 
male sans ailes ; il en figurait pourtant un avec des moignons d elytres 
(celui du Gossyparia ulmi), mais il se hatait d ajouter : nous ne pensons 
pas qu il soit arrivi a. son etat parfait. Depuis je constatai par mes ele- 
vages que re"tat aptere des males e"tait normal chez le Gossyparia ulmi, 
je Ritsemia pupifera et le Coccus radicum graminis de Boyer de Fonsco- 



lombe. Aujourd bui V Accent hococcus aoeris vient prendre le quatrieme 
rang parmi les Coccides a male aptere. 

Je me borne & communiquer le fait et montrer 1 insecte, que f envoie 
vivant entre deux verres a M. Signoret, re"servant son histoire cletaille e 
pour une occasion ou je pourrai m etendre davantage que dans nos Bulle 
tins. 11 ne pourrait etre confondu par sa forme et sa couleur qu avec le 
male du Gossyparia ulmi, mais celui-ci a des moignons d ailes, et YAcan- 
thococcus n en a aucun vestige. Par centre, V Acanthococcus a deux filets 
blancs a 1 anus qui manquent au Gossyparia. Enfm Tun vit sur I Ormeau, 
Fautre sur 1 firable. 

Prix Dollfus. Conforme ment a Particle 59 de son Reglement, la Societe 
precede a Pe" lection du laureat du Prix Dollfus pour 4,881. 

Quarante-deux membres francais votent soil directement soil par cor- 
respondance. Ce sont : 

MM. Andre (Edra.), de Beaune. Andre" (Ern.), de Gray. Blonay 
(R. de). Bourgeois (J.). Brisout de Barneville (Gh.), de Saint-Ger- 
main-en-Laye. Brongniart (Gh.). Buquet (L.). Clement (A.-L,). 

Desmarest (E.). Ebrard (Sylv.), d Unieux. Fairmaire (L.). 
Fauvel (A.), de Caen. Gaulle (J. de). Ge"hin, de Remiremont. 
Gervais d Aldin, de Pe>onne. Girard (Maurice). Goossens (Th.). 
Grouvelle (J.). - Guillot (A.). Lebceuf (G.). Lelong, de Reims. 
Leprieur (G.-E.). Leveille (A.). Lizambart (G.). Lucante, de 
Courranson. Marseul (S.-A. de). Miot (H.), de Semur-en-Auxois. 

Mocquerys, d fivreux. Monnier, de Ghalon-sur-Saone. Orbigny 
(H. d ). Peragallo (AL), de Nice. Poujade (G.-A.). -- Puton (A.), 
de Remiremont. Reiche (L.). Reynaud (L.), de Lyon. Rouast (G.), 
deLyon. Rouget, de Dijon. Sall6 (A.). Se"dillot (M.). Simon (E.). 

Tappes (G.). Vachal, d Argentat. 

Les suffrages se sont ainsi re" partis : M. Edmond Andre", 36 voix ; 
M. L. Bedel, 6. 

En consequence M. Edmond Andre*, de Beaune, est proclame" laureat 
du Prix Dollfus de 1881, pour le l er volume de son Species des Hymtno- 
pteres d Europe et d Algtrie. 

Membre recu. M. Charles Joyeux, inge"nieur des constructions navales, 
ruede TEst, 13, a Melun (Seine-et-Marne) (Entomologie generate; surtout 



47 - 

CoUopteres d Europe), pre sente par M. L. Buquet. Commissafres- 
rapporteurs : MM. Leprieur et Tappes. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Stance du 25 Janvier 1882 (fin). 

Annual Report of the Curator of the Museum of Comparative Zoology at 
Harvard College to the President and Fellows of Harvard College 
for 1880-81. Cambridge, 1881, 1 broch. in-8, 32 p. D r H.-A. 
HAGEN, p. 19, Report on Insects. W. FAXON, p. 22, Report on the 
Crustacea. 

Atti delta R. Accademia dei Lincei, 279 e anne"e (1881-82), serie terza. 
Transunti, vol. VI, fasc. 3. Q 

Comptes rendus hebdomadaires des seances de I Academic des Sciences, 
t. XCIV, l er semestre 1882, n 2. Q 

First Annual Report of the U. S. Geological Survey to the Hon. Carl 
Schurz, secretary of the Interior, by Clarence King, director. Was 
hington, 1880. 1 broch. gr. in-8, 79 p., avec une carte. Q 

Naturaliste (Le}, 3 e annee, n 66 (15 de"cembre 1881). Table des ma- 
tieres du l er volume. A e anne"e, n 1 (l er Janvier 1882). J. GEHIN, 
p. Zt, Carabus auronitens et ses varie"tes. N 2 (15 Janvier 1882). 
LA REDACTION, p. 15, Chronique et nouvelles. * 

Papilio (devoted to Lepidoptera exclusively], Organ of the New-York 
entomological Club, anne"e 1881 (11 fascicules). Nombreuses notes 
le"pidopterologiques et descriptions d especes nouvelles par Henry 
Edwards, A.-R. Grote, prof. Fernald, D r Hagen, A.-G. Butler, R.-H. 
Stretch, B. Neumoegen, prof. Riley, Gundlach, etc. (1). 

(1) L espace nous fait de"faut pour donner de cette nouvelle publication 
une analyse complete. Nous nous contentons de la recommander a nos 
collegues ; elle ne pourra manquer d int6resser ceux d entre eux qui 
s occupenl de Le"pidopteres exotiques. 



- 48 

BERG (D r CARLOS). Sinonimia y Description de algunos Hemipteros de 
Chile, del Brasil y de Bolivia (sp. nov.). Buenos-Aires, 1881, 1 broch, 
gr. in-8, 111 p. (Extr. Anal. Sociedad cientifica Argentina, t. XII.) * 

PREDDHOMME DE BORRE (A.). Mate"riaux pour la Faune entomologique de 
la province de Namur. Cole opteres, l re centurie. Bruxelles, 1881, 
1 broch. in-8, 19 p. (Extr. Bull. Soc. Naturalistes dinantais.) * 

ID. Mate>iaux pour la Faune entomologique de la province du Luxem 
bourg beige. Cole opteres, l re centurie. Bruxelles et Luxembourg, 1881, 
1 broch. in-8, 23 p. (Extr. du tome XIX des Publications de 1 Institut 
royal grand-ducal de Luxembourg, section des Sciences natur. et 
mathe m.) * 

L Archiviste adjoint : J. BOURGEOIS. 



Seance du 8 Fevrier 1882. 



Atti delta R. Accademia del Lined, 1881-82, 2 e se"rie, vol. VI, fasc. U. Q 

Bulletin d Insectologie agricole, 7 e anne"e, n 1. SAVARD, Le Bombyx 
de la Ronce. XAMBEU, One piqure de Mouche charbonneuse, avec 
Notes comple mentaires de MM. LESUEUR et MILLET. Bibliogra- 
phie (fig.). 

Comptes rendus hebdomadaires des seances de I Academie des Sciences, 
l er semestre 1882, n 3, k et 5. N l\. MATHIEU, Note sur le Phyl 
loxera. 

Entomologist s monthly Magazine (The), n 213. P. CAMERON, Notes 
on Tenthredinidae (suite). W. BUCKLER, Descr. of the larva, etc. 
of Hydrfficia nictitans. E. SAUNDERS, On five New British Hymeno- 
ptera with a synopt. table of the gen. Sphecodes. R.-H. MEADE, 
Annotated list of British Anthomyiidae (suite). R. MAC LACHLAN, 
Measurements in descriptive Entomology ; A Suggestion. A.-E. 
EATON, An announcement of new gen. of the Ephemeridee. Notes 
diverses. 

L Archiviste : A. LEVEILLE. 

Pari*, 2 mars 1882. 



PAWS. Typographic et Lithographic FELIX MALTESTE ET C, rue Dussoubs, 22. 



isaa. N s. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



Jubil6 de la Societe entomologique de France 



BANQUET DESTINE A CELEBRER LE CINQUANTIEME ANNIVERSAIRE DE SA 
FONDATION. 

Prudence de M. L, REICHE. 

G est au Palais-Royal que ce Banquet a eu lieu le mardi 28 fe vrier 1882. 

Vingt-neuf enlomologistes y ont pris part. Ce sont : 

MM. E. Allard, J. Bourgeois, Ch. Brisout de Barneville, de Saint- 
Germain-en-Laye, A.-L. Clement, Debray, graveur de la Socie"te", 

Delorieux, attache an Laboratoire d Entomologie du Museum, 
E. Desmarest , H. Deyrolle , L. Fairmaire , J. Fallou , 
J. Felissis-Rollin, Maurice Girard, Gadeau de Kerville, de Rouen, 

J. Grouvelle, Ph. Grouvelle, J. Kunckel d Herculais, le D r Al. 
Laboulbene, A. Le\ r eille, H. Lucas, A. Nicolas, de Chartres. 
H. d Orbigny, E. Papin, imprimeur de la Societe, G.-A. Poujade, 

A. Raffray. L. Reiche, A. Salle, Maurice Sedillot, V. Si- 
gnoret, E. Simon. 

lUaient inscrits pour faire parlie du Banquet, mais n ont pu y assister 
a leurs grands regrets : MM. L. Buquet, E. Lemoro, Ch. Leloup, 

Maurice Maindron, le D r Ch. Martin, Roger de Blonay, 
le D r H. Senac. 

Au dessert, le President de la Sociele pour 1882, M. L. Reiche, 1 un de 
nos membres fondaleurs, Tun de nos membres honoraires, apres avoir 
remercie les assistants au Banquet, prononce le discours suivant : 

Messieurs et honores Confreres, 

Dans ce Banquet fraternel nous celebrons aujourd hui le cinquantienie 
(10 annee, n 213.) 5 



- 50 ~ 

anniversaire de la fondation de notre Socie te enlomologique cle France. 
C est notre Jubile", ce sont nos Noces d or ! 

II y a en eflet cinquante annees e coule es depuis la premiere reunion 
de notre association, et peut etre penserez-vous qu il y a quelque inleret 
& nous reporter b cette dale memorable et a rappeler b. votre memoire 
les noms des enlomologistes qui contribuerent a la creation de notre 
Socie te ? Je le ferai en peu de mots. 

Vers la fin de 1831, Alexandre Lefebvre et Francis Laporte, comte de 
Castelnau, sous les auspices de notre illustre Latreille, firent appel a 
tous les Entomologistes de Paris a 1 effet de s entendre pour la formation 
d une Socie te destinee a propager re"tude de 1 Entomologie et a faciliter 
aux auteurs la publication de leurs travaux. 

Trente-cinq personnes rSpondirent a eel appel et accueillirent la 
proposition avec enthousiasme ; plusieurs reunions preparatoires eurent 
lieu, dans lesquelles un Reglement fut dlabore et accepte ; la premiere 
seance de la nouvelle Socie te eut lieu le 29 fevrier 1832, sous la pre"si- 
dence de Latreille, et douze Membres honoraires furent choisis parrai les 
illustrations de la Science. II n est pas inutile cle ciler ici les noms de 
cette pleiade de celebrite s que la Society s attacha, ce furent : Ducrolay 
de Blainville, Al. Brongniart, G. Cuvier, A.-G. Desmarest, G. Dume ril, 
fit. Geoffroy Saint-Hilaire, Latreille, Savigny, Gyllenhall, de Humboldt, 
Kirby et Klug. Ajoulons que la Socie te doit se glorifier d avoir eu comme 
Presidents honoraires : Latreille, a son origine, puis successivement 
Constant Dumeril et Leon Dufour. 

En 1833, le nombre des Membres monla h 156 ; il ne fit que s accroiire 
dans la suite, et il est aujourd hui de 375. Depuis cette epoque, la Socie te 
enlomologique n a cesse de repondre au but que s 6taient propose ses 
fondateurs ; les volumes qu elle publia sous le nom CfAnnalcs grossirent 
de jour en jour jusqu en 1839, ou Ton s apergut qu on e"tait all^ un peu 
trop vile en depensant plus qu on ne recevait et qu on e"tait tomb6 en 
deficit. 

Pour couvrir la dette contracte"e envers 1 editeur des Annales, on eut 
Tid6e de lui confier le maniement des finances de 1 association et on 
re"duisit notablement les publications. Ces mesures, en effet, altenuerent 
un pen le deficit ; mais, en 18/il, il fut re"solu de changer le mode de 
publication des Annales par un editeur et de les e"diter soi-meme. 

Mais, pour arriver la, il fallait payer cet 6diteur. On y parvint au moyen 
d une souscription ouverle au sein de la Soci^t^, dont les rnernkres s em- 



pvesserent de venir a son aide, et les dettes furent e"teintes. Gr&ce a ces 
mesures et au bonlieur qu eut la Societe de renconlrer dans son sein 
deux membres devoues qui accepterent les fonctions de Tre"sorier et de 
Secretaire (qu ils occupent encore), les finances devinrentde plus en plus 
prosperes, elles s enrichirent des dons des Pierret, des Dollfus, des Thi- 
bezard, des subventions de 1 Elat et des liberalites annuellement renou- 
velees de plusieurs de nos membres, et la Societe , en 1878, fut enfm 
reconnue comme Institution d ulilite" publique. 

Aujourd hui, la Sociele entomologique de France peut montrer avec 
orgueil les cinquanle volumes de ses Annales, repertoire precieux des 
progres de la Science, publics sans intermittence, meme aux jours les 
plus nefastes. En parcourant ces volumes, dont quarante-six figurerent 
dignement a Imposition universelle de 1878, les nouveaux adeples de 
notre chere Science liront avec tout Tinteret qu ils me ritent les memoires 
publies anciennement par nos membres eminenls : les Latreille, les 
Dumeril, les Audinei-Serville, les Duponcbel, les Lepeletier de Saint- 
Fargeau, les Walkenaer, les Milne-Edwards, les Leon Dufour, les Edouard 
Perris, les Dejean, les Sichel, les Aube, les Guerin-Meneville, les Bois- 
duval, les Chevrolat, etc. 

La Societe" peut encore se flatter d etre la mere de toutes les Sociele"s 
entomologiques existanles actuellement, et dont le nombre, je dois le dire, 
nous est inconnu, car il en surgit tons les jours de nouvelles. 

Mais la Societe n a pas voulu que les membres parisiens eussent seuls 
la faculte d e changer leurs idees, de se communiquer leurs travaux tous 
les quinze jours ; elle a voulu aussi que la m6me facilite fut donne"e a tous 
les membres. Depuis dix ans, elle publie, avec la plus grande exactitude, 
son Bulletin bi-mensucl, qui se repand dans tous les coins de la France, 
et qui est clevenu aussi indispensable aux Entomologistes que les Annales 
proprement dites. 

Si nous nous enorgueillissons, a juste titre, en face du passe" et du 
present de notre chere Societe", nous ne devons pas oublier que : noblesse 
oblige, et qu il nous est interdit de de"choir. 

Redoublons done d activite", mulliplions nos recherches, et qae nos 
successeurs puisse dire de nous, en 1932, que nous n avons pas failli a 
notre devoir, et qu ils puissent trouver parmi nous une lisle de noms a 
comparer a ceux que j ai cit tout a 1 heure. Cette liste, je pourrais peut- 
etre la commencer deja, si je ne craignais d effaroucher la modestie de 
quelques-uns de nos confreres. 



52 

En terminant, permeltez-moi, Messieurs, de vous confesser quo, moi 
aussi, je comraels peut-elre ici le peche de Torgueil en me voyant appeie 
par votre bienveillance a rhonneur de presider ce Banquet solennel. 
Veuillez m en clonner Fabsolulion et boire avec moi : A la prosperile de 
la Sociele entomologique de France et a I avancement continuel dc la 
Science I 

D unanimes applaudissements suivent le discours clu President, et 
I assemblee le remercie cordialement. 

M. L. Reiche, avant de se rasseoir, donne lecture des deux de"peches 
suivantes qu il a rec,ues d Amerique : 

Cambridge, Massachusetts, U. S. A., 10 fevricr 1882. 

Le Qlub entomologique de Cambridge, dans sa seance du 10 fevricr 1882, 
salue la Sociele entomologique de France et iui offrc scs congratulations 
cordiales a Coccasion dc son cinquantieme anniversaire, 

L. SCUDDER, President. 

Boston, Massachusetts, 13 fevrier 1882. 

La Societe zoologique de Boston vous offrc ses cordiales felicitations a 
I occasion du cinquantieme anniversaire de la fondation de la Societt 
entomologique de France, avcc scs vaux pour le bicn-etrc de votre Asso 
ciation. 

ROLAND HAYWARD, Secre taire,. 

L assembl^e accueille avec bonheur les felicitations des Socie te s de 
Cambridge et de Boston, et decide que des remerciemenls leur seront 
adresses. 

Divers toasts sont ported : 

Par M. H. Lucas : A 1 enlente cordiale qui doit regner parmi tons les 
membres de la Societe ; 

Par M. L. Fairmaire : A notre President et membre fondateur, M. L. 
Reiche ; 

Par M. Achille Raffray : A nos membres fondaleurs, MM. Chevrolal, 
H. Milne-Edwards, Poey et Reiche ; 

Par M. G.-A. Poujade : A notre nouveau membre honoraire, M. L. 
Fairmaire ; 



53 



Pat M. V. Signoret : A MM. Gadeau de Kerville et Nicolas, presents 
au Banquet; a tous nos membres de province et de Petranger; 

Par M. Gadeau de Kerville : Aux membres de Paris ; 

Par ]Vf. A. Le"veille : Au laure"at du Prix Dollfus pour 1881, M. Eduiond 
Andre ; 

Par M. V. Signoret : Au Tre sorier, M. L. Buquet ; 

Par M. le D r Al. Laboulbene : Au Secretaire, M. E. Desmarest; 

Par M. E. Desmarest : A 1 inlrepide voyageur, M. Achille Raflray, que 
nous avons le bonheur de posseder parmi nous ; 

Par M. L. Reiche : Aux Gommissaires organisateurs du Banquet, MM. J. 
Grouvelle et A.-L. Clement. 

Tous ces toasts sont accueillis par les applaudissements unanimes de 
1 assemblee. 

M. L. Fairmaire demande ensuite a ses confreres la permission de 
leur lire une piece de vers que notre aimable et regrette" Archivisle, 
A. Doiie, avail jadis composed pour 1 une de nos si agre"ables excursions 
enlomologiques aux environs de Paris, excursions que Ton regrelte d avoir 
vu tomber en desuetude. 

Cette piece de vers, intitulee : Jouissance et Tribulations d un Entomo- 
togiste, est entendue avec plaisir par tous les auditeurs, qui desireraient, 
sauf approbation de la Societe (1), la voir imprimee dans le Bulletin 
bi-mensuel. 



Vive 1 Entomologie, 
Doux charme de nos loisirs; 
]N est-elle pas dans la vie 
Une source de plaisir? 

Parcourir les champs, les bois, 
Au moins quatre fois par mois, 
C est la le plus grand bonheur 
D un intrepide chasseur. 
A chaque arbre, a chaque planle, 



SMI fait payer un tribut, 
Si la cliasse est abondante, 
Galment il atteint son but. 
Que pourrait-il d&irer ? 
L air est pur a respirer, 
Sur sa tete un ciel d azur, 
Dans sa poche, du pain dur. 
Plein d une ardeur fanatique, 
Scrulant pre"s, marais, buissons, 
11 va, vient, s arrete, pique, 



(1) Cette impression, ainsi que celle du compte rendu du Banquet, a 
ete" d^cidee par la Societe dans sa seance du 8 mars 1882. 



Remplit et bolte et flacons. 
Puis, quand arrive le soir, 
Le gaillard, loin de s asseoir, 
Quoiqu un peu moins petulant, 
Revient en cre"pusculant. 
Dans son lit, des qu il arrive, 
II s etend avec bonheur, 
Et doit a sa vie active 
Un sommeil plein de douceur. 
Des le lendemain matin, 
II prepare son buiin, 
Qui parait d autant plus beau, 
Qu il croit y voir du nouveau. 
Plus tard, il dit en stance : 
Voyez, Messieurs, quel fades ! 
C est, selon toute apparence, 
Apion, nova species. 
Ou, si c est un Papillon : 
Quel superbe e"chantillon 
II offre aux regards surpris, 
Car c est un Anthocharis ! 

Puis, quand le simple vulgaire 
Demande a voir son tresor, 
II sait choisir, pour mieux plaire, 
La pourpre, 1 azur et Tor. 
Mon Dieu ! disent les croutons, 
Voila de beaux Hannelons ! I 
L amateur est tres flatte 
De cette naivete". 
On le voit, la complaisance 
Du trop heureux possesseur 
A trouve sa recompense 
Dans ce mot d un connaisseur. 
Bref, en chassant, en classant, 
C esl-a-dire en s amusant, 
Notre homme se croit bien sur 
D etre un jour,,,, un Reaumur. 



Mais souvent la scene change : 
Au bien succede un revers ; 
Ne parlons plus de louange, 
Car lout marche de travers, 
Dans quelques collections, 
Que de degradations ! 
Que de ravages commis 
Par de nombreux ennemis ! 
On prend un carton, on I ouvre, 
Helas ! bien loin d admirer, 
Trop souvent on ne decouvre 
Qu un malheur a de"plorer. 
Un balaillon enrage 
A plus d a moitte mange, 
En dejeunant, un Omus; 
Puis, en dinant, deux Cychrus! 
O larve, que Dieu confonde, 
Puisses-lu, vil bestion, 
Gibier d enfer, bete immoncle, 
Mourir d indigestion ! 

Un maladroit visiteur 
Vient aggraver le malheur, 
En s avisant de toucher 
Ce qu il devrait regarder. 
Du doigt il brise une antenne, 
Rougit un peu, puis, apres, 
Dit, pour calmer votre peine, 
Qu il ne 1 a pas fait cxpres. 
Mieux valait ne rien casser, 
Mais allez done tracasser 
Un digne homme qui, vraiment, 
N a pas agi mechamment. 

Il faut se remettre en chasse. 
Or, le destin est sournois, 
Et le guignon prend la place 
De la chance d autrefois. 
An lieu d Insectes, souvent, 



- 55 



Le pauvre chasseur ne prend 
Qu un large coup de soleil, 
Qui le rend plus que vermeil. 
Trop souvent il voit parailre 
Un monsieur au ton brutal 
Qu on nomme garde-champetre : 
C est 1 homme au proces-verbal. 
De 1 ceil partout il vous suit, 
Et, s il constate un delit, 
II peut enfin, grace a vous, 
Mettre du lard dans ses choux. 

En cherchant 1 Hydrocanthare, 
II faut savoir s aguerrir, 
Car on sail qu il n est pas rare 
De voir le terrain flechir. 
Enfonce-l-on dans un Iron, 
Seulement jnsqu au genou, 
On peut oublier au fond 
Un soulier qui perd 1 aplomb. 

A des Chenilles on donne 
Des soins vraiment infinis ; 
Ne confiant a personne 
Des Sieves si cheris. 
Avant pen, cet essaim va, 
Croil-on, clonner, ex larva, 
De superbes Papillons ! 
II vient, quoi ? des Ichneumons ! 
Des Moriches fort malhonn&tes, 
En pondant sournoisement 
Dans le corps des pauvres betes, 
Ont cause ce changement. 

Sur ce bien triste tableau, 
Tirons vite le ricleau. 
II nous reste cependant 
Un chapitre assez piquant : 



Je veux pavler de 1 echange, 
Dont chacun esperait tant. 
Des deux cotes, chose Strange, 
On n en est jamais content : 
J ai fait un si bel envoi ! 
Et qu ai-je done recu, moi...? 
C est un Cosaque, vraiment, 
Que mon cher correspond ant. 
Aux marchands alors on pense, 
On va chez eux, et voila 
Qu on tombe, sans defiance, 
De Charybde dans Scylla. 
Ce regime ruineux 
Bientot vient ouvrir les yeux ; 
On jure de tout quitter, 
Sauf, plus tard, & regret ter. 
Mais ce depit, cette haine 
Ne durent qu un seul moment ; 
On comptait sans la Syrene 
Dont le charme est tout, puissaut. 
Aussi, des le jour suivant, 
Malgre promesse et serment, 
On revient a ses moutons, 
Disons mieux, a ses cartons. 

n 

C est ainsi qu une maitresse, 
Dont on veut braver la loi, 
Vous ramene avec adresse.... 
Je ne parle pas pour moi. 
Science pleine d attraits, 
Vous abandonner?... Jamais! 
Nous te devons le bonheur. 
Repetons done tous, en cho3ur : 

Vive 1 Entomologie, 
Doux charme de nos loisirs ; 
N est-elle pas dans la vie 
Une source de plaisirs ? 



56 

Les membres de Passemblee se separent a minuit, se proposal) t de se 
retrouver au Banquet de 1 annee prochaine. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissant deux fois par mois 



Seance <! sa 8 Mars 

Pr6sidence de M. L. REICHE. 

Correspondance. II est donne lecture de la lettre suivanle : 
Monsieur le President et cher Collegue, 

G est avec une reelle emotion que j ai appris la distinction si flatleuse 
que m ont accordee mes collegues de la Societe entomologique de France 
en me dormant cette annee le Prix Dollfus. 

Je vous prie d etre mon interprete aupres de la Societe pour lui faire 
agreer tons mes remerciements pour une recompense que je croyais trop 
peu meriter. Leurs suffrages vont etre pour moi le meilleur des stimu 
lants ; mon ceuvre, qui n est encore qu a son debut, sera continuee avec 
d autant plus de courage et de soins que je considere comme un rare 
honneur de voir mon nom inscrit aupres des laure ats clioisis jusqu a 
present parmi les maitres de 1 Entomologie et que je ne puis que faire 
tons mes efforts pour m en rendre plus digne. 

Agreez, Monsieur le President, Tassurance de mes sentiments les pins 
disiingue s. 

EDMOND ANDRE. 
Beaune, 7 mars 1882. 



57 

Lectures. M. Ach. Raffray depose sur le bureau un memoire sur la 
distribution gee"ographique des Coleopteres en Abyssinie. 

Ce travail devra etre accompagne d une carte, dont 1 auteur fait passer 
une epreuve sous les yeux de ses collegues, et dont il offre la pierre 
gravee pour la planche de nos Annales. La Societe remercie M. Raffray 
et renvoie son travail a la Commission de publication. 

M. J. Kiinckel d Herculais montre les figures de Coleopteres (Geto- 
nides, Pcltonotus, etc.) qui doivent accompagner un travail destine a la 
Societe et intitule : Description de Coleopteres nouveaux rapportes du 
Laos el de la Cochinchine par M. le D 1 J. Harmand. 

Communications. M. H. Lucas lit une note sur un Coleoptere du genre 

Ant hi a : 

Ayant eu sous les yeux plusieurs individus de VAnthia ferox rencontre s 
par M. Revoil dans les montagnes des Gonzalis-Ouarsangueles, vallee du 
Darror et Karkar, situees au nord du pays des Somanlis, j ai constate qu il 
existe une difference assez sensible clans la taille de ces Anthia, et les 
grandeurs diverses que je signale out ete prises sur une douzaine d indi- 
vidus des deux sexes de cette remarquable espece qui, suivant M. Raffray, 
habite aussi r Abyssinie : 

Male. Longit. Ztl, 40, 38 million.; lat. 15, 13, 12 millim. 
Femellc. Longit. /i8, A3, 39 millim.; lat. 17, 15, 13 millim. 

II est aussi c\ remarquer que les taclies blanches du thorax et des 
elytres varient de grandeur suivant la taille des individus; il en est de 
meme pour les inlervalles qui sont plus on moins saillants et des stries 
qui sont plus ou moins profondes. 

M. A. Raffray donne la description dc trois nouvelles especes de 
Coleopleres : 

1 CICINDELA VIRIDIS Raffr. Long. 16-18 mill. Abyssinie (Adouaj. 
Oblonga, supra viridis, infra violaceo-metallica, pcdibus mctallicis. Capite. 
thoraceque nitidis confcrtim granulosis. Elytris dongaiis, subparalletis, 
velutinis, disperse punctatis, vitta fere marginali intus medio ramosa, 
finte medium maculis quatuor plus minusve conspinris nigro-marginatis t 



- 58 

fldvis ornatis. Varied interdum ramula internet in macula longitudinali 
desinenti. 

Voisine de la C. cincta Fab., da Senegal; en differs par sa leinle 
vert-pre et la bande rameuse des elytres, qui sont en outre moins paral- 
leles. 

2 CALOSOMA CARABOIDES Raflr. Long. 13-15 mill. Abyssinie, 
monts Abboiimieda et Abouna-Yousef, altitude 3,800 a /i,000 metres, en 
septembre. Oblongo-ovalis, subconvcxus, niger, nitidus. Thoracis cly- 
trorumque maryinibus aliquantulum cupreis , femoribus rubris. Capite 
magno, subtilissime rcticulato. Thorace cordato, postice minus constricto, 
fovcolis posticis fere nullis, mcdio Isevissime sulcato, subtilitcr rcticulato. 
Scutetlo semicircular^. Elytris ovalibus, humeris fere nullis, mx pcrspicue 
reliculatis et striatis marginibus rugosulis. 

Get insecte, qui appartient aux Catosoma par les premiers articles de 
ses anlennes comprimes, a plutot Taspect et la forme d un Carabus du 
groupe du prasinus M6netr., du Caucase. Parmi ses congeneres il n a 
d analogie qu avec quelques especes am^ricaines, notamment luxalum 
Dej,, de Californie. 

3 HYLOTORUS BLANCHARDI Raffr. Long. 5 mill. Abyssinie (Adoua, 
Enderta). Subcylindricus, rufo-brunneus. Elytris medio infuscatis. 
Capite magno, crebre punctate, in fronte sulcis duobus longitudinaiibus* 
Thorace post medium sulco prof undo trisinuato, cxciso ct constricto; in 
parte antcriori striis aliquot irregularibus ct sinuatis. Elytris transversim 
crebfe rugosulis. 

Differe de H. hottentotus W. par la taille plus petite, la coloration plus 
foncee, les sillons frontaux longitudinaux et reunis, le thorax profonde- 
ment et tres sinueusemenl excise au dernier quart, tandis que dans le 
hottentotus W. il y a seulement un leger sillon an milieu ; il est enfm 
beaucoup plus rugueux. 

M. Maurice Girard adresse la note suivante : 

J ai pr^sent^, Tanne"e derniere, dans la stance de la Societe du 27 juillet 
1881, des Apate envoy^s par M. Feuillebois, agriculteur a Palestro (pro 
vince d Alger), et qui causaient beaucoup de dommages dans les vignobles, 
en perforant Pinlerieur des sarments, D apres la determination de M. de 



59 

Marseul, il y a deux especes : A. coronata Marseul et A. cylindrica 
Marseul. 

J ai cgalement recu d Algerie des exemplaires de grande taille de VApate 
varia Illiger, trouve s en juin 1881 Robertville dans le tronc d un Euca 
lyptus globulus mort. L arbre etait lilteralement garni de ces insectes, 
tellement qu il tombait en poussiere. 11 est inte"ressanl de voir des v^ge"- 
taux d importation aussi recente exposes aux attaqties des insectes du 
pays. 

M. J. Kiinckel d Herculais fait, a propos d une communication pre- 
cdente de M. le docteur Signoret, les remarques suivantes : 

II n est pas surprenant que notre collegue ait observe sur le Sabal 
Elackburniana le Rhizcecus falcifer Kunck., trouve" primitivement sur le 
Seaforthia elegans et sur le Ptychosperma Alexandras. En effet, dans le 
me moire (Ann. Soc. ent. Fr., 1878) oil je signalais les mceurs particulieres 
de ce Coccide, je m exprimais ainsi : Ne devra-t-on pas crainclre que, 
dans un temps plus ou moins eloigne, la Cochenille des racines du Sea- 
forthia ne s adapte graduellement a des conditions spSciales d existence 
et ne se naturalise completemenl dans nos serres pour fmir par s im- 
planter sur un tres grand nombre de Palmiers ? 

Depuis la publication de ce travail, notre collegue M. Gervais d Aldin, 
de Pe ronne, m a fait parvenir un tres grand nombre d exemplaires d une 
Cochenille qu il avait rencontree dans 1 engainement des feuilles du 
Phormium Witchii. Mon attention eveillee, j ai trouve ce Coccide en 
abondance sur differentes especes de Phormium provenant des serres de 
MM. Thibault et Kelleer, & Sceaux. Cette Cochenille de grande taille (elle 
pent atteindre jusqu a. 6 millimetres) ressemble & premiere vue aux Rhi 
zcecus, mais elle en differe surtout par la structure des antennes, la 
disposition des poils sur les deux tubercules du dernier segment, et enfin 
par la presence d yeux. J en donnerai plus tard une description e"tendue 
dans les Annales. 

M. H. Lucas communique une note sur trois Crustaces Brachyures 
de 1 Ocean Indien : 

Les Crustaces que je signale a la Socie te proviennent de la rade de 
Pondiche"ry, ou ils ont 616" rencontre s en tevrier 1881 par M. Maindron. 
Plusieurs especes avaient conserve" leurs couleurs. 



60 

1 Doctea kybrida Fabr., Edw., Hist. Nat. des Crust, t. I, p. 29/i 
(183/0. Chez cette espece, de la famille des Oxyrhinques, de la tribu des 
Macropodiens, les paltes de la premiere paire sont d un rose tendre, avec 
le tarse , le melatarse des pattes ambulaloires d un rouge violace" et 
I ongle ferrugineux. Le rostre, e chancre dans son milieu, est d un rose 
tendre, ainsi que les epines de la carapace ; il faut cependant en excepter 
repine mediane du bord posterieur, qni est blanche. Long. 32 a 
45 mill. ; lat. 35 a 37 mill. < 

2 Ipkis septcmspinosa Fabr., Herbst, Nalurg. der Krabb., t. I, p. 259, 
pi. 20, fig. 112 (1791); Edw., loc. cit., t. II, p. 139 (1837). Ce Crustace", 
rare dans les collections, qui appartient a la famille des Oxystomes et a la 
tribu des Leucosiens, est remarquable en ce que la premiere paire de 
pattes, dans les denx sexes, est grele et Ires allongee ; elle est teinte e de 
rose ainsi que les pattes ambulatoires, qui sont lisses. La carapace, cou- 
verte d une granulation arrondie, fine, peu serree, est d un rose pale, 
ainsi que les Opines dont elle est armee. L abdomen, couvert d une gra 
nulation plus fine et plus serree que celle de la carapace, est legerement 
teinte de roseet presente de chaque cote tin point arrondi, profondement 
enfonce. Long. 20 mill.; lat. 34 mill. <j>. 

3 Philyra scabriuscula Fabr., Edw., Hist. Nat. des GrusL, t. II, p. 132, 
pi. 20, fig. 9, 10 (1837). Ce Crustace", de la m&me famille et de la 
meme tribu que le precedent, n est pas rare dans la rade de Pondichery. 
La carapace, granuleuse en arriere dans les deux sexes, est d un gris cen 
dre clair, ainsi que les paltes de la premiere paire. Les pattes suivantes 
on ambulatoires sont testacees, avec le sternum, 1 abdomen et tout le 
cadre buccal de cette couleur. L abdomen chez la femelle, tres developpe, 
convexe, arrondi, dont les premiers segments sont granuleux, est d un 
gris cendre clair ; cependant je ferai remarquer qu il y a des individus 
cbez lesquels cet abdomen varie et qui, au lieu d etre d un gris cendre 
clair, est au contraire d un gris cendre fonce ; il est aussi a noter 
que les pattes pr^hensiles ou de la premiere paire chez les males sont 
sensiblement plus grandes et plus developpe es que dans les femelles. 
Long. 7, 10, 12 mill.; lat. 8, 9, 11 mill.,^. Long. 10, 11 mill.; lat. 
9, 10 1/2 mill., ?. 

Le me 1 me membre signal e une erreur lypographique qui a ^t^ com- 
mise dans sa note sur 1 Orthoptere VHeteroptcryx RoHandi, ins^r^e dans 



- 61 - 

v 

le Bulletin n 3.- A la page 35, ligne 21, au licude : longueur 15 millim., 
liscz : 15 centim. ; au lieu de : largeur k millim., Usez : li centim. 

M. von Heyden annonce a ses collegues que son Catalogue des 
Coleopteres de la Sibgrie, dont la premiere partie est dejft publiee dans le 
l cr cahierde 1881 de la Deutsche Entom. Zeitschr., va tre procliainement 
t ermine dans le I er cahier de 1882 du meme journal. Ce m&moire comprend 
toutes les especes connues de la Sibe"rie, de la Turcomenie, du Turkes 
tan, etc., ainsi que toutes les indications des travaux public s sur 1 habilat 
et la synonymic de ces Insectes. 

M. S.-A. de Marseul dit que, clans une note ayant pour titre : 
Desiderata d un Naturaliste de Province, M. Lucante appelle 1 altention 
sur 1 iniporlance des echanges pour la diffusion des etudes entomologiques, 
et propose un syteme d annotation simple et ralionnel propre a les rendre 
plus commodes et a les simplifier. 

Candidat presente. M. Samuel-Denson Bairston , a Port-Elisabeth 
(Afrique du Sud), qui s occupe ^Entomo logic generate, principalcmcnt 
des Insecles de 1 ordre des Hymenopteres, presente par M. L. Reiche, an 
norn de M. Edmond Andre. * Commissaires-rapporteurs : MM. E. Des- 
marest et II. Lucas. 

Mcmbrcs dhnissionnaires. 1 M. Eugene Lignier-Armand, a Abbeville 
(Somme), recu en 1876 ; 2 M. H. Viallanes, a Paris, recu en 1880. 

Elections dc Mcmbrcs honoraircs. Conformement aux decisions prises 
anterieurement, la Societe procede & un second tour de scrutin pour la 
nomination de quatre membres lionoraires (deux francais et deux Stran 
gers). 

Cent qnalre-vingt-cinq membres prennent part au vote, soit directe- 
ment soit par correspondance. Ce sont : MM. 

Abeille de Perrin, d Hyeres. Alexandre, de Paris. Amblard, 
d Agen. Ancey, de Marseille. Andre (Edmond), de Beaune. An- 
tessanly (1 abbe d ) ? de Troyes. Argod, de Crest. Auzoux, de Saint- 
Aubin-d Ecrosville. 

Baer. Balbiani. Barbat, de Chalons-sur-Marne. Bazin, de Bre- 
teuil. Bedel, de Nice. Bellevoye, de Melz. Bellier de la Chavi- 



62 

gnerie, d Hyeres. Belon, de Lyon. B6rard, de La Garde, par Mont- 
lieu. Bernard. Blanc, de Linxe. Bonnaire, de Fonlainebleau. 

Bonvouloir (de), de Bagneres-de-Bigorre. Boudier, de Montrao- 
rency. Boullet, de Corbie. Bourgeois. Boulhery, de Langeais. 
Boyenval, de Lyon. Brisout de Barneville (Charles), de Salnt-Gennain- 
en-Laye. Brisout de Barneville (Henri), de Saint-Germain-en-Laye. 
Brongniart. Buquet. Buysson (du), de Brout-Vernet. 

Champenois, d Uzfes. Chevrolat. Clement. Coret, de Puleaux. 

Cosla de Beauregard, de Chambe ry. Coulon, de Mwraco. 

Daffry de la Monnoye. Daulzenberg. Deccene-Racouchot. 
Delahaye. Delamain, de Jarnac. Demaison, de Reims. Depuiset. 

Desbrochers des Loges, d Ardentes. Des Gozis, de Montluc.on. 
Desmarest. Deyrolle (fimile). Deyrolle (Henri). Dognin. 
Duparc. Dutreux, de la Celle-Saint-Clond. Duverger, de Dax. 

fcbrard, d Unieux. 

Fairmaire. Fallou. Faucoimet, d Autun. Fauvel, de Caen. 
Fe"lissis-Rollin. Finot, de Cannes, Fridrici, de Metz. Fumouze. 

Gabillot, de Lyon. * Gadeau de Kerville, de Rouen. Gage. 
Galle", de Creil. Gallois, d Angers. Gandolphe. Ge"hin, de Remi- 
remont. Gerard de Castillon, de Me"zin. Gervais d Aldin, de Peronne. 

Girard. Gobert, de Morit-de-Marsan. Goossens. Gounelle. 
Goure" de Villemontee, de Cluny. Grenier, de Bagneres-de-Bigorre. 
Grouvelle (Antoine), de Nice. Grouvelle (Jules). Guede. Guillot. 

Halloy (d 1 ), d Amiens. Bernard, de Pont-a-Mousson. Herve, de 
Morlaix. 

Jekel. Joly, de Castres. Jourdheuille, de Troyes. 

Koechlin (Edmond), de Marseille). Kcechlin (Oscar), de Dornach. 
Koziorowiez, d Annecy. Kunckel d Herculais. 

Laboulbene. Lafanry, de Dax. Lallemant, d Arbah, pres Alger. 
Lambin. Lamey, d Alger. Lamolle, de Clermont-Ferrand. La- 
plancbe (de), de Luzy. Larligue. Lebceuf. Le Brun, de Troyes. 

Lelong (1 abbe"), de Reims. Lemoro. Leprieur. Le Roi, de 
Lille. Lethierry, de Lille. Leveille". Levoiturier, d Elbeuf. 
Lichtenstein, de Montpellier. Lizambard (Fabbe). Lucanle, de Cour- 
rensan. Lucas. 

Mabille. Madon, d Aix. Maindron. Manuel (de), d Albertville. 
^ Marcotte, d 1 Abbeville. Marmottan. Marseul (I abbe" de). Mar 
tin (Charles). Martin (Emmanuel), de Creil. Masson, de Compiegne. 

Maurice, de Pont-a-Marq. Mayet, de Montpellier, Megnin, de 



63 ~ 

Vincennes. Mellolte e. Michard, de Puteaux. Milliere, de Cannes. 
Millot. Miot, de Semur-en-Auxois. Missol. Mocquerys, 
d Evreux. Monnier, de Chalon-sur-Saone. Montillot (Louis). 
Mors, 

Nanleuil, de Cannes. Nicolas (Andre), de Chartres. Nicolas (Hec 
tor), d Avignon. Norguet, de Lille. 

Oberthur (Charles), de Rennes. Oberthur (Rene"), de Rennes. 
Oclier. Olivier, de Moulins. - Orbigny (d ). Osraont, de Caen. 
Oustalet. 

Pandelle", de Tarbes. Pelletier, de Madon. Peragallo, de Nice. 
Pissot, de Neuilly. Polle-Deviermes. Poujade. Power, de Rouen. 
Puton, de Remiremont. Pyot, de Gien. 

Quinquarlet-Debouy, de Carnac. 

Raflray. Ravoux, de Nyons. Ray, de Troyes. Regimbart, 
d Evreux. Reiche. Reveliere (Eugene), de Porto-Vecchio. Reve- 
liere (Jules), d Angers. Reynaud, de Lyon. Rigaud (de), de Viro- 
flay. Robin. Rouast, de Lyon. Rouget, de Dijon. Royer, de 
Langres. 

Salle. Saulcy (de), de Metz. Sedillot. Senac. Senneville (de). 
Signoret. Simon. 

Tappes. Thomson, de Nice. Tinseau (de), d Hyeres. Turquin, 
de Laon. 

Uzac, de Bordeaux. 

Vachal. Valdan (de), de 1 Isle-Adam (1). Villard, de Lyon. 

Zuber-Hofer. 

Trois bulletins ne portant pas la signature de leurs auteurs, ni sur les 
enveloppes, ni a leur inte rieur, sont declaims nuls. 

La majorite" absolue des 185 bulletins de vole est de 93. 
Les suffrages se sont ainsi re"partis : 

MM. G. Thomson , . 129 voix. 

le D r Candeze 105 

V. Signoret 98 

Charles Brisout de Barneville 96 

(1) M. le general de Valdan 6crit au President qu il a adresse son vote 
pour le l cr tour de scrutin (25 Janvier 1882). Sa lettre n a pase"te trouve"e 
lors du depouillement. 



Viennent ensuite : 

MM. Ed. de Se Iys-Longchamps 87 voix 

Claudius Rev 67 

Pierre Milliere l\\. 

S.-A. de Marseul 39 

Etc., etc. 

En consequence, sont proclames Membres honoraires, comme ayant 
reuni la majorite des voix : 

1 Membres honoraires francais : MM. Charles Brisout de Barneville ct 
Victor Signorel; 

2 Membres honoraires etrangers : MM. le D r Candeze, de Glaiu-les- 
Liege (Belgique), et le professeur G. Thomson, de Lund (Suede). 

La stance est Iev6e a 11 henres. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUK 

Seance du 8 Fevrier 1882 (suite). 

Feuille des Jeunes Naturalises, n 136. Notes de chasse. 

Naturatiste (Le}, k c annee, n 3. L. FAJRMAIRE, Diagn. de trois Cyr- 
lonus nouv. ANONYME, Le Carabus Olympias. 

Proceedings of the Pert shire Soc. of Nat. Science, vol. I, part. I, 1880-81. 
Quelques notes d Enlom. gcnerale. Demande d echange. 

Revista da Soc. de Inslruccao do Porto, 2 e annee, n 2. M. -PAULINO 
D OLIVEIRA, Catalogue des Insectes du Portugal. Demande d echange. 

L Arcliiviste : A. LEVEILLE. 
Paris, 18 mars 1882. 



PARIS. Typographic et Lithographic FELIX MALTESTE ET C e , rue Dussoubs, 22. 



1882. NO C. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissant deux fois par mois 



Seance du $ JMars 

Pr6sidence de M. L. REICHE. 

Correspondence. M. le President donne lecture des letlres qui suivent 
adressees a la Societe par les quatre merabres lionoraires elus dans 
noire precedente stance. 

Saint-Germain-en-Laye, 18 mars 1882. 
Monsieur le President, 

J ai lu avec une bien grande emotion la leltre si flalteuse par laquelle 
vous m annoncez que la Societe entomologique de France, dans sa seance 
du 8 mars, m a fait 1 honneur de me nommer membre honoraire, et je 
viens vous prier de vouloir bien transmellre a mes chers confreres 1 assu- 
rance de ma vive reconnaissance. 

Je ne me dissimule pas d ailleurs que le pen d importance de mes tra- 
vaux ne pouvait pas m auloriser a esperer une pareille faveur, mais je 
suppose que beaucoup d entre vous auront lenu conipte de Pempresse- 
ment que j ai toujours mis a mettre mes connaissances speciales au ser 
vice de nos plus jeunes confreres. 

Assurez la Socie"te que je ferai tons mes efforts pour justifier la haule 
distinction dont elle vient de m honorer. 

Veuillez, je vous prie, Monsieur le^ President, agreer el fairc agreer a 
mes chers collegues 1 assurance de inon enlier devouement. 

CHARLES BRISOUT DE BARKEVILLE. 
(10 annte, n 21/i.) 6 



66 . 

Glain-les-Liege (Belgique), 12 mars 1882. 

Mon cher President, 

J apprends avec une surprise anssi agre"able qu inattendue Thonneur 
qne vient de me faire laSocie te enlomologique de France en me designant 
pour faire partie de son -Slat-major. 

Soyez, je vous prie, mon interprele aupres de mes collegues pour les 
remercier de celle haule distinction. 

La lecture de volre lettre m a reporte, mon cher President, au jour 
dejft bien e loigne ou, debutant dans la carriere, je trouvais, en arrivant 
a Paris pour la premiere fois, 1 accueil le plus bienveillant de la part de 
mes aines, au nombre desquels vous etiez. Grace a cet appui, cet 
aimable concours, accords a un debutant qui ne se recommandait que 
par son amour pour noire science, je pus conduire a bonne fin un 
travail que j avais enlrepris, en collaboration avec mon ami le docteur 
Chapuis. 

Sije rappelle ici ce fait personnel, c est, d abord, pour rendre encore 
une fois hommage a cet esprit de confraternite qui a toujours regne 
parmi les mernbres de la Societe entomologique de France ; c est aussi, 
et surtout, pour exprimer publiquement ma gratitude envers tons ceux 
qni, m ayant aide autrefois, m ont enseigne le devoir d etre utile aux 
autres, ce que je n ai cesse" de pratiquer a mon tour, dans la mesure 
modesle de mes moyens. 

Je vous adresse, en meme temps qne cette lettre, pour Talbum de la 
Societe, une edition recente de mon portrait, car celui qu il renferme 
doit etre bien suranne ! 

Veuillez agreer, mon cher President, 1 assurance de mes sentiments 
les plus de voue s. 

D r GANDEZE. 

Lund (Suede), le 17 mars 1882. 
Monsieur le Secretaire, 

J ai I lionnenr de vous accuser reception de votre lettre du 10 mars, 
qui m annonce que la Societ6 entomologique de France, dans sa derniere 
seance du 8, m a admis au nombre de ses membrcs honoraires, et de 
vous remercier des termes obligeants et flalteurs dont vous accompagnez 
votre communication. 

Veuillez, je vous prie, Sire mon interprete aupres de M, le President 



- 67 - 

et de tous mes collegues pour lew exprimer ma plus profonde reconnais 
sance. 

J ai le plaisir d expe dier a la Societe mes ouvrages principaux : Coleo- 
ptera Scandinavise, Hymcnoptcra Scandinavise, Opuscuta cntomologica et 
Diptera Eugenia;, dans lesquels, comme vous le verrez, j ai suivi la voie 
qne Latreille, cet illustre maltre, nous a montre e. 

Recevez, Monsieur et honore Collegue, Passurance du plus profond 
respect de votre tres humble serviteur. 

CHARLES- GUSTAVE THOMSON. 

Paris, le 22 mars 1882. 
Messieurs et chers Collegues 9 

Je snis profondement flatte" et reconnaissant de Pinsigne honneur que 
la Societe entomologique m a fait en me nommant membre honoraire, 
car c est la plus grande recompense qu elle put donner. 

J en sens d antant plus le prix que la lutte a e"te" plus vive, et je remercie 
sincerement la 8001616 de cette haute marque d estime. J aime a y voir 
un puissant encouragement a continuer mes modestes travaux, dans 
Pesperance qu ils pourront etre surtout utiles aux jeunes entomologistes, 
malheureusement trop peu nombreux, dans Petude de Pordre des Hemi- 
pteres. 

Veuillez, chers Collegues, agre"er Passurance de ma haute consideration 
et de mon affectueux devouement. 

V. SIGNORET. 

Communications. M. L. Fairmaire annonce la mort de notre collegue 
M. le docteur Cartereau, de ce de le 11 mars a Bar-sur-Seine, et qui appar- 
tenait a la SQC\Q(& depuis 1858. M. L. Fairmaire est charge" par la 
Societe de donner pour nos Annales line notice necrologique sur notre 
regrelte" collegue. 

M. Bellier de la Chavignerie fait e"galement savoir la mort de notre 
jeune collegue M. Robert de Tinseau, qui faisait partie de la Society 
depuis 1880, et qui est de ce de a Hyeres le 13 mars 1882, a la suite d une 
maladie de poitrine pour laquelle il allait depuis plusieurs anne"es passer 
Phiver dans le midi de la France. 

M. le docteur Senac fait connaitre les diagnoses de trois especes 
nouvelles appartenant au genre Pimetia : 

1 PIMELIA INDICA, Long. 26-28 mill.; lat. 1A-16 mill. Robusta, 



68 ~ 

cylindricafjconvcxa, subnilida. Caput tcve, minutissime, ubique, punctu- 
laiwn. Pronotum transversals , in disco, minimis impressum punctis, 
latera versus, granulatum. Elytra ovata, convexa, dorso medio vix depla- 
nata, sparsim tuberculis parvis, retrorsum et in intervallo primo oblitc- 
ratis, tecta. Coslss dorsales parum conspicux; antrorsum prima vix indi- 
cata. Costa lateraiis paulo prominentior, retrorsum evanescens, tuberculis 
aliquot disjunctis marglnalem costam atlingens. Hcec, paulo post clytro- 
rum basin orta, crenulala , postice denticulata. Inferior cpiplcurorum 
margo, humcros versus, prominens, ab alto paululum videtur, deficicnte 
costa marginali. Prosternum rostro terminatur protracto. Abdomen gra- 
nulatum. Tarsi posteriores quatuor compressi, pilis rigidis, fulvis, lon- 
gisque, ciliati. 

Patria : Ind. or. Hiuimitsch (sic). In Museis de Marseul, Oberthur, 
(olim Mniszech), Senac (olim Javet), etc. 

2 PIMELIA co^ 7 VEXICOLLIS. Long. 16 mill.; lat. 9 mill. Cylindrica, 
angusta, ubique pube flavo-sericea vestita. Thorax convcxus, dense dorso 
granulatus, levi interruptaque tinea in medio disco notatus. Elytra costis 
crassis crenulatisque instructa. Interstitiorum granula crebre, transversim 
seriata. Costa lateraiis prominentior. Epipleura sparsim granulata, gra- 
nis postice decrescentibus. Prosternum rostro brevi terminatum. Abdomen 
subrugosum. Tarsi quatuor postici subcomprcssi, nee dilatali, pilis rigi 
dis, infra supraque, ciliati. 

Patria : Ind. or. In Museo Buxellense. 

3 PIMELIA RAFFRAYI. Long. 15-21 mill.; lat. 8-13 mill. Elongata, 
ovata, dorso subdeprcssa, omnino grisea pube vestita. Caput ad latera 
minute granulatum, in medio subleve. Antennae filiformes. Thorax gra 
nulatus, subcylindricus, paulo ante longitudinis medium latior. Elytra 
ovata, postice attenuata; costss dorsales, antice, granulis disjunctis for- 
matse, retrorsum crenatse. Lateraiis costa validior, crenata, marginalis 
autem tevissimc crenulata. Interstitia ubique minute granulata. Epipleura 
minutissimis rarisque grants notata. Abdomen densius pubcsccns, nigro- 
granulatum. Pedcs longi t graciles, tibiis anticis dente parva cxtus termi- 
natis, intermediis dorso subcanaliculatis, posticis depressis. Tarsi quatuor 
postici valde compressi, longis fulvisque pilis ciliati. 

Prope ad Pimeliam Valdani disponenda, sed carentibus elytrornm pilis, 
granulatione dissirnile, etc., valde clistincla. 

Patria : Massouah ; in littore Sinus arabici, sat frequenter, a Domino 
Raffray, lecta. 



M. Kunckel d Herculais donne quelques renseignements sur les 
ravages que commet depuis ces dernieres armies YOtiorhynchus sulcatus 
Fab., qui semble se propager et menace de devenir envahissant : 

L an passe" sa larve s etait multipliee a outrance au Museum et avail 
de^ime" les Saxifrages, notamment toutes les especes du groupe aizoon, 
du groupe umbrosa, et en general loutes les Saxifrage es ame"ricaines ; 
cette annde elle a choisi de preference les Begonias tubereux (Verlot); 
elle s altaque egalement aux Cineraires, aux Primeveres elevens sous 
chassis, aux Framboisiers planles a Fair libre. En Angleterre, d apres les 
observations de M. Adam Bardet, que me communique obligeamment 
M. Carriere, redacteur en chef de la Revue horticole, la larve de cet 
Oliorhynque s en prend anx racines de certaines Fougeres (Adiantum 
cuneatum], que les horticulteurs des environs de Londres cultivent uni- 
quement pour la vente des feuilles coupees, au Covent Garden Market. 
Dans les serres ou se trouvent des milliers de ces Capillaires, les jardi- 
niers, armes d un tuteur a pointe effilee, se livrent actuellement (mars 
1882) a la recherche des larves, des nymphes et des adultes nouvellement 
e"clos; mais souvent il est trop tard : les plantes ont toutes leurs racines 
coupees au collet; aussi se borne-t-on a les arracher et a les jeler 
au feu. 

Quant aux insecles parfaits, ils ne sont pas moins nuisibles : ils coupent 
les feuilles naissantes et les folioles des feuilles developpees ; mais ce qui 
les rend plus redoutables, ce sont leurs habitudes nocturnes : ils ne 
sortent que la nuit pour commetlre leurs mefaits ; le jour venu, ils rentrent 
en lerre et se cachent dans le trou qu ils avaient fore pour sortir. 

Il est un fait general qui parait ressortir de toutes les observations, 
c est que ledit Charancon s altaque de preference aux planles cultivees 
dans la terre de bruyere : l 6lat physique du sol parait done constituer 
un element de multiplication favorable. 

11 y a d ailleurs fort longtemps que cet Otiorhynchus a e"te" signals 
comme nuisible. 

En 1832, Bouche a fait remarquer que sa larve s attaquait anx Saxi- 
fraga, aux Troilus, cultives dans les environs de Berlin ; en 1837, West- 
wood (Gardener s Magazine) a parle des degats qu elle causait aux 
diflerentes especes de Sedum Sieves en pots aulour de Londres, et il a 
m&me figure" les larve, nymphe et adulle ; en 1855, Newman a public une 
notice (Trans. Ent. Soc. Lond.) sur les prejudices que cet insecte causait 
aux Adiantum, aux Cystopteris, aux Asphenium, aux Saxifraga tomen- 
tosa t cuHiv^s en serrej enfin, en 1869, notre collegue M. H. Lucas a 



70 

mentionne (Ann. Soc. ent. Fr., p. 50) les de*gats qMQYOtwrhynckus 
sulcatus commettait a 1 air libre a Fontcnay-aux-Roses dans les planta 
tions tfHedera helix et de Spiraea opulifolia. 

M. Vale"ry Mayet adresse au Sec.etaire une note sur des metamor 
phoses des Dorcadions : 

Dans son dernier livre sur les larves de Coleopteres (Paris, 1877), notre 
regrette" maitre Ferris, parlant des Dorcadions (page A72), dit qne les 
larves de ces Longicornes vivent probablement sous terre des racines des 
plantes. II est 6tonnant, ajoute-t-il, que des insectes si communs n aient 
encore livre" a personne le secret de leurs premiers e"tats. 

Nous sommes a mfime aujourd hui de devoiler ce secret. 
, Depuis plusieurs annees nous e"tions sur la trace de ces metamorphoses 
qui rappellent celles des Vesperus, publiees par nous en collaboration 
avec M. Lichtenstein (Ann. Soc. ent. Fr., 1873). 

Des 1877, M. Bedel nous avail envoye dans de 1 alcool une nymphe 
Irouvee au mois d aout a Carnak (Morbihan) dans une loge de terre pra- 
tique"e sous une pierre enfoncee dans le sol. Sa forme caracteristique et 
sa provenance nous la firent de suite rapporter au Dorcadion fuliginator. 

L anne"e derniere, en mars, M. Marquet trouvait sous une lourde pierre 
de taille, dans le Jardin-des-Plantes de Toulouse, six larves de Longi 
cornes en train de manger des racines de chiendent. Comparaison faite 
avec la nombreuse serie de larves de Lamiides que nous possedons, nous 
vimes que nous avions a faire a une forme appartenant a ce groupe carac- 
te"rise dans ses larves par 1 absence de pieds, par les antennes a quatre 
articles, etc. 

Trois de ces larves furent gardees a Toulouse et Irois confiees a nos 
soins a Montpellier. De mars a juin nons les avons nourries avec des 
racines de chiendent et d avoine. Examinees les premiers jours de juillet, 
elles avaient notablement grossi ; mais rete" exceptionnellement chaud 
leur fut fatal. 

Cette anne e-ci, enfin, de nouvelles recherches ont e"te entreprises k 
Toulouse et a Montpellier et nous avons ete" assez heureux pour nous 
procurer trois nouvelles larves, deux a Toulouse et une a Montpellier. 
Celte derniere, trouve"e le 10 mars sous une pierre enfonce"e dans le sol, 
n offre pas de difference appreciable avec celles de Toulouse, mais elle 
appartient evidemment a une autre espece, la seule que nous prenions 
aux environs de notre ville, le Dorcadion motitor. 



71 

Grace a deux ponies obtenues en captivite 1 annee derniere et grace a 
la nymphe capture"e par M. Bedel, nous sommes en possession du cycle 
des metamorphoses. 

Nous donnerons sous peu, nous 1 esperons, 1 hisloire complete de ces 
me" tamorplioses avec dessins ; mais, en attendant , nous dirons que les 
ceufs sont pondus en avril eten mai, au nombre de quarante a cinquante, 
dans le sol tres probablement. Ges ceufs sont blancs, cylindriques, legere- 
ment arques (longueur 3 millim., largeur 1 millim.). 

La larve presente le fades bien connu de celle des Longicornes. Elle 
est assez courte compare e a celle des Lamiides lignivores, mais tres 
longue en comparaison de celle des Vespcrus. Quand les anneaux sont 
invagines, nous trouvons : longueur 2 centim.; largeur, au premier 
segment abdominal, 7 millim. Quand le corps est allonge, pendant la 
marche par exemple, il atteint : longueur 3 cenlim. et n a plus que 
6 millim. de large. L aclaptation a la vie soulerraine est done bien moins 
sensible que chez les Vesperus. Le corps est apode, compose de quatorze 
segments, y compris la tele. Celle-ci est petite, surtout eiroite par rap 
port au volume du corps, comme il convient a une larve qui se nourrit 
de racines tendres. Les antennes ont quatre articles. Le prothorax, forte- 
ment renfle a Tarriere, est attenue par devant. Le mesothorax n a pas de 
mamelon ambulaloire a la parlie dorsale. On peut, en somme, comparer 
cetle larve a celle d une Saperda de moyenne taille, la punctata par 
exemple, avec la difference du corps plus court et de la tete plus petite. 

La nymphe est blanche, courte ; la tete est inclinee sur le prosternum. 
Les antennes passent, ainsi que les ailes, entre les pieds intermediaires 
et les posterieurs. La parlie dorsale de 1 abdomen, traversee par un sillon 
median tres visible, est garnie, du 2 e au 6 e anneau, par une bande trans- 
versale de poils courts et durs destines a faciliter les mouvemenls. Cette 
nymphe, trouvee au mois d aout , prouve que 1 insecle parfait 6"clot en 
aulomne. II passe 1 hiver dans le sol, d oii on le voit sortir au premier 
printemps, parfois completement couvert de terre. 

M. de la Perraudiere adresse, par 1 entremise de M. L. Fairmaire, 
une note relative aux mceurs et aux metamorphoses d une espece de 
Coleopteres qu il a etudiee en Alge"rie : 

Je fais, dit-il, passer sous les yeux de la Socie"te un tube renfermant 
deux exemplaires de la Psoa Blanchardi Lucas a 1 elat parfait, un indi- 
vidu immature, une nymphe, une larve de la meme espece et enfin un 



72 

fragment de branche de jujubier dans laquelle on peut voir la galerie 
qu habile cet insecte. 

L existence et 1 habitat de la Psoa Elanchardi me furent re"veles par 
M. Lallemant, de 1 Arba, pres Alger, pendant un voyage que je fis en 
Alge"rie au mois de fevrier 1881. Je pus a ce moment, et jusqu au 
10 mars, e"poque de mon retour en France, capturer line certaine quantite" 
de ces insectes qui e"taient abondants, tant dans la province d Alger que 
dans la province d Oran. Je trouvai egalement la larve et la nymphe, mais 
mon outillage, tres incomplet, ne me permit de rapporler que des insectes 
a 1 e lat parfait. Depuis, et tout recemment, ayant a me rendre en mission 
a Oran, j ai pu reprendre la Psoa Elanchardi que j ai relrouvee dans les 
memes conditions pendant la deuxieme semaine de novembre, et cette 
fois j ai conserve" la nymphe et la larve que vous avez sous les yeux. 

Pour se procurer cette espece, ii suffit de fendre longitudinalement les 
branches de jujubier coupees depuis quelque temps ou meme tout a fait 
seches, et dont on se sert tres communement dans toute FAlge*rie pour 
proteger les jeunes plants d arbres ou pour boucher les trous d une clo- 
ture, comme on fait en France avec des fagots d epines. On y trouve 1 in- 
secte qui s y est creuse une galerie suivant 1 axe de la tige et pratique 
pour sortir nn trou rond, horizontal, semblable a ceux que les Anobiwn 
font dans les boiseries. II n est pas rare de voir plusieurs individus, 
larve, nymphe el insecte adulte, dans une branche de 20 a 30 centimetres 
de longueur, chacun ayant une galerie distincte, et les exemplaires 
varient beaucoup de taille et de coloration. 

Je dois ajouter que je n ai jamais rencontre 1 insecte hors de sa retraite, 
ce qui pourrait lui faire supposer des habitudes nocturnes ou du moins 
cre"pusculaires, car il lui faut de loute necessite sortir pour chercher sa 
nourriture ou du moins pour 1 accouplement. D ailleurs, tire de sa galerie 
et laisse" a 1 air libre, il s envole avec beaucoup de facilite". 

Les epoques differentes oil je Tai trouve (novembre et mars) me laissent 
inde cis sur la dure"e de son apparition. 

Enfin, j ai examine" avec attention beaucoup des jujubiers qui pullulent 
dans les plaines d Algerie, et je n ai jamais vu aucune branche de 1 ar- 
buste aUaque"e par 1 insecte qui nous occupe tant que cette branche tenait 
a 1 arbre. 

M. C.-E. Leprieur rappelle a ses collegues qu il leur a de"ja montre 
quelques individus du Cryptocephalus senegalensis trouves anpres du Caire 



73 

par M. Letourneux. Depuis cette epoque, le meme naturaliste en a pris 
un plus grand nombre dans les environs d Alexandrie. Ces fails prouvent 
que ce Coleoptere appartient reellement a la faune egypiienne. 

M. H. Lucas communique line note relative a un Hyme noptere 
social : 

Depuis la communication que j ai faite a la Socie te (stance du 8 juin, 
Bulletin, p. 91, 1881) sur line variete noire de VApis mellifica, capturee 
au Jardin-des-Plantes, d autres individns, au nombre d une douzaine, et 
egalement de couleur noire, ont ele rencontres dans cette meme loca- 
lite. C est dans le courant de juillet, non butinant sur des fleurs comme 
on s est plu a le dire, qu ils ont etc pris, mais voltigeant sur les vitres du 
cabinet du professeur Decaisne, oil ces Abeilles entraient comme affolees. 
Dans le courant d aout, j ai surpris dans les memes conditions, a Cham- 
bourcy, des individus de cette curieuse variele. Esperant la renconlrer 
sur le Calluna vulgaris, bruyere tres recherche e par cet Hymenoptere, 
j explorai avec soin les environs de Chambourcy, d Aigremont, de Joyen- 
val, de Retz, de Montaigu, etc., ou celte plante est abondamment repan- 
due, mais je n ai tou jours trouve" que 1 Abeille ordinaire. J ajouterai que 
cette Abeille noire, dont je ne connais que le neutre et que je designe 
sous le nom ft Apis nigrita, var., habile aussi les environs de Metz, ou 
elle a e"te capturee par M. Bellevoye. 

M. V. Signoret donne line note sur un nouveau genre de Cydnides 
de la division des Sehirides : 

En suivant le tableau que nous avons propose" dans notre Revision du 
groupe des Cydnides (Annales 1881), nous disions, p. 37, n 6568 : 
Membrane aussi grande ou plus grande que La corie; puis, n 66 67 : 
&CUSSOH arrondi a L extremite, par opposition au n 6766 : Ecusson 
acumine. 

Entre ces deux divisions, nous sommes force d en creer une nouvelle, 
et de dire : 

66. 69. Ecusson arrondi. 

67. 68. Deuxieme article des antennes a 

Te" tat rudimentaire, a peine visible, 

n elant que la septieme ou hui- 

tieme partie du troisieme article. Microrhynchus, gen. nov. 



74 

68. 67. Deuxieme article tres visible, pres- 

qu egal au troisieme Macrhymenus Sign. 

Au caractere e"nonc6 ci-dessus, on peut joindre : la petitesse du rostre, 
qui ne depasse pas Jes paltes ant6rieures et donl le troisieme article, le 
plus long, est e"paissi en dessous. 

MICRORHYNCHUS BECCARii, nov. sp. Long. 9 mill.; larg. 6 mill. 
Noir tres brillant, forlemenl ponctue" en dessns et en dessous, Tele fine- 
ment ponctuee, arrondie, tronquee en avant, plus large que longue, y 
compris les yeux ; ceux-ci tres globuleux ; ocelles inseres en dessous de 
la ligne basilaire des yeux, a egale distance de ces derniers et de la 
ligne mediane. Antennes courtes, le troisieme article le plus long, les 
quatrieme et cinquieme egaux, le deuxieme rudimentaire. Rostre court, 
ne depassant pas les pattes anterieures, d un brim de poix, le troisieme 
article le plus gros, tres epaissi en dessous ; le quatrieme petit, a peine 
la moitie du troisieme. Prothorax tres echancre en avant et margine" en 
avant et sur les coles, tres arrondi aux angles anterieurs, avec une forte 
impression transverse et une mediane sur le clisque anterieur; plus de 
deux fois plus large que long et tres ponctue sur toute la surface, excepte 
un trait partant de la fossetle extreme du sillon transverse et qui so 
dirige vers le bord anterieur en dehors de Tangle des yeux. ikusson 
court, plus large que long, impressionne au milieu a la base et au 
conlraire care"ne au sommet, qui est angulairement arrondi. tilytres avec 
la corie plus petite que la membrane, celle-ci d un brun de poix avec 
quatre fortes nervures, dont la plus interne envoie qualre bifurcations 
vers le bord. Abdomen plus larges que les 61ytres, arrondi t \ 1 extremite ; 
les segments tres echancres, surtout chez le male. Pattes poncluees, a 
peine pileuses ; les tarses d un jaune brun. Ostiole avec 1 ouverlure au 
milieu du metasternum et prolongee jusqu au bord par un long canal 
etroit a bord peu elev^. Pas de plaques mates sur les meso- et meta 
sternum. 

He Key (Beccari). Collection du Muse"e civique de G^nes. 

- Le meme membre lit les descriptions de deux nouvelles especes 
d H^mipteres : 

1 ELASMONIA SERRATA, nov. sp. c?. Long. 22 mill; larg. 7 mill, h 
la base des elytres et 9 1/2 mill, a Texpansion du prothorax. Antennes 
tres longues, premier et quatrieme articles de longueur presque egale, 



- 75 

quatrieme article un tiers plus long que le troisieme. Prothorax dentele", 
les angles posterieurs tres dilates, largement arrondis. Abdomen mutique. 
Femurs posterieurs epais, arrondis, fusiformes, presentant une e"pine den- 
tiforme en crochet au milieu en dessous et deux autres au sommet sur le 
cote" externe et dont la plus extreme est la plus petite, T*ibias posterieurs 
un pen glargis au sommet au cote externe, avec une dent triangulaire au 
tiers basilaire interne. Deuxieme article du rostre le plus long. 

Differe du granulipes Westw. par le prothorax dentele, par 1 absence 
de granulations sur les femurs posterieurs et par la presence ici de la 
dilatation en forme de dent triangulaire a la face interne et au tiers basi 
laire des tibias posterieurs. 

Silhet. De notre collection. 

2 SULPICIA VICINA, nov. sp. <?. Long. 22 mill., larg. 8 mill. 
Brun vane" de noir veloute. Differe du distincta par les angles prothora- 
ciques arrondis, par le troisieme article des antennes epaissi a 1 extremite, 
mais non aplali; par les bords lateraux des quatrieme, cinquieme et 
sixieme segments de 1 abdomen dilates, surtout le cinquieme; par les 
premier et deuxieme segments mutiques, sans tubercules ; par le troi 
sieme offrant au contraire au milieu un large tubercule en forme de fer a 
cheval, a convexite posterieure, tandis que 1 ouverture du fer regarde la 
base du ventre. Tous les femurs plus ou moins tubereux, avec deux 
Opines au sommet ; les postSrieurs tres epaissis. Tibias anterieurs dilates, 
les intermediaires epais mais sans dilatations, les posterieurs presentant 
line dilatation au cote interne en forme de dent triangulaire a la base 
et une expansion arrondie s etendant jusqu aux deux tiers des tibias. 
Prothorax avec une carene transverse a la base, un sillon median, et, de 
chaque cote, une ele"vation noiratre, veloutee, traversee longitudinalement 
par une ligne jaune. Elytres avec une macule me"diane noire, traversee 
par les nervures jaunes. Le sommet de la corie noiratre. Membrane noi 
ratre, veloutee, avec deux fascies transverses, sinueuses, d un jaune bru- 
natre ; rextre"mite meme d un noir brillant. 

Gabon. De notre collection. 

M. E. Ragonot adresse les descriptions de quatre especes nouvelles 
de Microlepidopteres d Espagne : 

1 STEMMATOPHORA GADESIALIS. Enverg. 18 mill.Ailes supdrieures 
d un brun roussatre; 1 espace median, limite par deux fines lignes pdles 



76 

et sinueuses, est plus fence" et est marque sur la cote de petits traits noirs. 
La frange est noire. Ailes inferieures, y compris la frange, d un noir 
veloute uniforme avec un reflet brunalre. Le dessous des ailes est d un 
brun rougealre lave" de noiratre ; la seconde ligne aux superieures est 
indiquee seulement par une petite tache coslale jaune, et aux inferieures 
on voit une ligne mediane claire bordee interieurement de noir. Palpes 
tete et corselet brun rougeatre ; antennes brunes, bipectinees. 

Voisine de la combustalis, mais s en distingue facilement par ses ailes 
superieures moins rougeatres, a lignes plus rapprochees et sinueuses, et 
ses inferieures noires. Elle ne peut etre confondue avec la subustalis Ld. 
et Yobsoletalis Mn.; celte derniere est la corsicalis de MM. Guene"e et 
Milliere, mais non celle de Duponchel qui est la carnealts Tr., comme j ai 
pu m en convaindre en voyant les types m6mes (provenant du docteur 
Kambur) ayant servi aux figures et qui se trouvent dans la collection de 
M. Mabille. 

Je possede plusieurs males pris par M. Kerb pres de Cadix (ancienne- 
ment Gades) et obligeamment donnes par M. Seebold, de Bilbao. 

2 ASARTA ZAPATERI. Enverg. 16 mill. Ailes superieures d un 
noir brun uniforme, avec une petile lunule ou tache blanchatre irreguliere 
sur la nervure transversale ou disque. Ailes inferieures noiratres, avec une 
grande lache ou gclaircie blanchatre au milieu de la cote et qui s elend 
presque au milieu de 1 aile. Franges enlierement blanches, precedees 
d une ligne noire a la base. Corselet, I6le et abdomen entierement noirs, 
sauf 1 anus qui a quelque poils jaunalres. En dessous, les ailes superieures 
sont blanchatres, sauf une large bordure noiralre sur le bord exlerne et 
sur la cote. Les inferieures sont semblables ou plutot sont noiratres, avec 
une large bande blanchatre qui la traverse. Les antennes, corps et palpes 
sont noirs, mais ces derniers out de longs poils jaunes au-dessous. La 
nervulation est comme celle de \amonspesulalis Dup. (rubricosella Stgr.), 
mais les nervures 3 et 5 sont courlemenl ligees aux inferienres. 

Voisine de monspesulalis Dup.; mais Fabscnce de lignes et ses laches 
blanchatres Ten distinguent de suite ainsi que de ses conge"neres. 

Un exemplaire male, provenant d Albarracin (Aragon), que m a com 
munique M. Seebold, qui a voulu dedier cetle nouvelle espece a M. Za- 
pater. 

3 PSECADIA ALBARRACINELLA. Envei g. 2 A mill. AileS 



- 77 

rieures d un noir uniforme, marquees de quatre petites laches d un noir 
veloute, disposes en deux lignes : deux sur la nervure dorsale et deux 
sur le disque. Ailes inferieures semi-lransparentes, noircies sur les bords. 
Tele, palpes, antennes et corselet enlieremenl d un noir profond. La 
moitte de Tabdomen vers Texlreraite est de couleur orange"e, mais, en 
dessous, chaque segment porte une tache ou lunule noire. La partie 
supe>ieure des libias du milieu est orangee, ainsi que les libias en entier 
des pattes poslerieures. Le dessous des ailes est plus clair que le 
dessus. 

Cette espece ressemble beaucoup a Yaurifluella Hb. et ne s en distingue 
que par ses ailes plus courtes et plus larges et par 1 absence de la teinte 
bleu verdalre qui se voit chez \\turifluella ; en outre, dans celle-ci, la 
frange a Tangle anal des ailes inferieures est plus longue que chez Yatbar- 
racineUa. 

Une femelle m a e"te donne"e par M. Seebold comme ayant ete prise 
avec plusieurs aulres a Albarracin. 

4 LAVERNA SEEBOLDJELLA. Enverg. 9 mill. Ailes supe"rieures 
d un brun noir bronze, traversees par deux lignes ou bandes jaunatres, 
dont la premiere esl oblique et a peine indique"e par deux laches 
noires enloure es de jaunatre exlerieuremenl. ; la seconde, situee a Tangle 
anal, est assez elroile, irreguliere, decrivant un angle exterieurement pres 
de la cote, et portant sur son bord interne, au milieu de la bande, une 
tache noire Ires disLincte suivie de quelques ecailles jaunes. La frange 
est noiratrc. Les ailes inferieures sont d un gris luisant avec la longue 
frange d un brun noiralre. La tete en dessus, le corselet et les an 
tennes sont d un brun noiralre; Tarticle basilaire des anlennes est long, 
assez 6pais et plus fonce que le resle. L abdomen est d un brun grisatre, 
la face et le dessous du corps est d un gris brunalre luisant ; les palpes 
sont minces, filiformes et poin lilies de noiralre. 

Le genre Lavcrna des auleurs a ete scinde par MM. Heinemann et 
Wocke en plusieurs genres. La Seeboldiclla ayant les nervures 7 et 8 aux 
superieures ligees, la nervure 6 libre, la nervure dorsale biflde a Torigine 
seulement, el les palpes ayant le dernier article un peu plus long que le 
second, appartienl bien au genre Laverna, elle doit etre placee apres 
subbistrigella Hw. 

Dediee & M. Seebold, qui en a pris plusieurs exemplaires pres de Bilbao 
en fevrier. 



78 

M. J.-M.-F. Bigot adresse les descriptions de qnatre genres nouveaux 
de la tribu des Syrphides (Syrphidse Auctorum), ainsi que celles de deux 
nouvelles especes : 



1 Gen. nov. EURHINOMALLOTA (raihi) (^/vo?, //axxoros). Gen. Mal- 
lolaj (Meig.) vcl Perallastei (Low) vicinum. Segmcnto primo cintcnnarwn 
cilindrato, sccundo fere duplo longiore ct ad apiccm proeminentiss fronta- 
lis conicss inscrto ; facie superne concavd, uni-tuberculata, subtus conice 
elongatd ; haustcllo eocserto, apice bifido, gracile, capite cequilongo ; pal- 
pis exilibus, elongatis ; alarum vend longitudinali posticd quartd modice 
sinuosd, celluld posticd primd nullo modo pediformi, vend transversali 
posticd, primd, obliqua, magis apicis vicind quam basis areotee retropo- 
, femoribus posticis muticis, hand incrassatis. 



E. METALLICA, sp. nov., $ (mihi). Long. 12 mill. Vndique 
obscure mctallescente ct cinereo-flavo Longe scd non dense villosd. Antennis 
nigris ; pedibus obscure nitidis, villosis, geniculis tibiisque, basi, late 
testaceis; abdominis segmcntis, retrorsum, late niaro limbatis. 

Mexicus. Specim. unic. Ex Mus. nostro. 



2 Gen. nov. ISCHYROSYRPHUS (mihi) (T^wpcc, cy/wc). Syrplii ge 
neris (Auctor.) vicinum : differt ; oculis villosis, diffcrt Leucostomaa gen. 
(Schiner), facie liaud conice subtus elongatd, Eriozona? gen. (Schiner), 
antennarutn segmcnto tertio duobus primis, simul sumptis, subseque longo, 
Lasiophthici gen. (Rondani), fronte ncc tumidd nee vesiculosd. 

Species tijpicse, ad cxempla, S. glaucius (Linn.), S. Iricinctus (Meig.), 
S. leiophlhalmus (Schiner) et quidam alii. 

I. SIV^E, sp. nov., <? (mihi). Long. 19 mill. Antennis fulvis, apice 
parum infuscatis ; facie fronteque flavidis ; tkorace obscure metaUcsccnte, 
sat dense fulvo villoso, vittis tribus, longitudinalibus , angustis, fuscis ; 
scutcllo fulvo cl fulvo villoso ; abdomine ejusdem coloris, sat dense, scd 
brcvissime, fulvo velutino, basi angustissime vittisque tribus transversa- 
libus, angustis, in medio lenitcr dilatatis, nigris ; pedibus fulvescen- 
tibus, femoribus imd basi nigris, tarsis tibiisque posticis, apice, late 
infuscatis ; alis pallide lestaccis, eocterne fusco flavido tinctis. 

India. Specim. unic. ex Mus. nostro. 

3 Gen, nov. ANCYLOSYRPHUS (mihi) (*>JAO^ cypyc)* Syrphi ye- 



79 

neris, proprie diclu, vicinum : differt ; organis $ copulationis, subtus, 
apice, hamulis binis, oppositis, armatis. Typ. S. salviee (Fabr.). 

4 Gen. nov. SliMOSYRPHUS (mihi) (c//^, <rv/><&cs). Syrphi generis, 
proprie diclu, vicinum : differt ; facie nutlo modo proeminente me tuber- 
culosd ; antcnnarwn seymcnto tertio, duobus primis simul sumplis all- 
quoties, circitcr duplo longiorc. Typ. S. grandicornis (Mucq.), plani- 
facies (Macq.). 

M. II. Lucas communique line note snr des Chilopodes de la famille 
des Scolopendrides : 

M. GersUicker (in Baron Carl Clans von der Decken s Reisen in Ost- 
Africa, p. 52/i, 1873) considere YEucorybas Grandidieri Luc., Ann. Soc. 
ent. Fr., 4 C serie, t. IV, p. 420 (1864), et 5 e serie, t. l cr , p. 448, pi. 7, 
fig. 1 & 7 (1871), comme etant la meme espece que 1 E. (Alipcs] multi- 
costis ImofF, Verhandlungen der Nalurf. Gesells. in Basel, t. I, p. 120, 
pi. 1, fig. a f b (1857). 

Je ne connais pas en nature YEucorybas multicostis de cet auteur, mais 
ayant compare" la figure de ce Myriapode a celle que j ai donne"e de 
YE. Grandidicri, je ferai remarquer qu il existe des caracleres qui difTe- 
rencient ces deux especes. En effet, dans YE. multicostis, la lete n est 
pas e"chancree h sa par tie anterieure comme cela se voit, au contraire, 
chez YE. Grandidicri ; de plus, outre que les segments abclominaux de 
1 E. Grandidicri ne presentent pas les memes dessins en dessus que dans 
YE. multicostis, il est aussi a remarquer que les cotes des segments de 
YE. Grandidicri sont en plus petit nornbre, moins saillantes et par conse 
quent moins distincles. Mais le caractere le plus tranche et qui distingue 
ces deux especes, est celui qui reside dans la forme et le developpement 
des articles foliaces des pattes anales ou de la derniere paire. Chez YE. 
multicostis, ces articles foliaces sont courts et beaucoup plus spatuli- 
formes que ceux de YE. Grandidicri, qui sont allonges, surtout le penul- 
tieme, qui est plus long et beaucoup plus elroit ; il est aussi a noler que 
1 article terminal est plus etroit et moins spatuliforme que celui de YE. 
multicostis. 

Je crois que ces caracteres sont suffisants pour dislinguer ces deux 
Chilopodes et en faire deux especes distinctes. 



80 

M. E. Simon fait passer sous les yeux de ses collegues des nids et 
des ceufs de deux especes d Arachnides : 

1 Le cocon k ceufs d une grande Aviculaire d Haiti qui lui a ete donne 
par not re collegue M. Guede. L Aviculaire (Lasiodera spinicrus), arrive e 
vivanle en France dans un tronc de bois de campeche, avail effectue sa 
ponte pendant le voyage. Les ceufs, nombreux, relativement petits et non 
agglulines, sont enveloppe s d un lissu Ires blanc, Ires epais et d aspect 
laineux. 

2 La demeure d une espece de la meme famille provenant de Cayenne. 
Cetle demeure esl fixee a line ecorce d arbrc; elle est presque cylin- 
drique, arrondie et fermee par le bas, ouverle tres obliquemenl par le 
haul et close par un opercule mobile, mince, mais rigide, et attache an 
point le plus bas de rouverture ; le tissu est, a Tinterieur, blanchalre et 
d aspect gomme, a 1 exterieur, il est reconvert de debris d ecorces et de 
lichens, excepte" sur le milieu de Topercule, qui reste blanc et lisse. 

Inhabitant de cette singuliere demeure deviendra le type d un genre 
nouveau voisin des Idiops. 

Membrc recu. M. Samuel-Denson Bairslon, k Port-ilisabelli (Afriquo 
du Sud) (Entomolofjic generate, principalement Hyminopteres], presenle 
par M. L. Reiche, an noin de M. Edmond Andre. - Commissaires-rappor- 
leurs : MM. E. Desmarest et II. Lucas. 

Candldats presentcs. 1 M. Henri Desbordes, rue Denfert-Rocliereau, 23 
(Entomologie generate, surtoul Golcoptcres), present^ par M. L. Buquet. 
Commissaires-rapporteurs : MM. Bourgeois et Guede ; 

2 M. Fleuliaux, employe a rEnlrep6t, rue Malus, 1 (place Monge) 
(Goleopteres d Europc), presente par M. A. Guillot. - Commissaires- 
rapporleurs : MM. E. Desmarest et II. Lucas. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 
Paris, 31 mars 1882. 



PAWS. Typographic et Lithographic FELIX MALTESTE ET C e , rue Dussoubs, 22. 



1882. N 7. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



Changemeiils d adresses : 1 M. J. BIGOT, a Quincy, par Brunoy 
(Seine-et-Oise) ; 2 M. Maurice GIRARD, rue Gay-Lussac, 28, a 
Paris; 3 M. le D r Aiexandre LABOULBENE, boulevard Saint-Ger 
main, 181 ; el h M. V. SIGNORET, avenue de Chevreuse, 5, a 
Clamart (Seine). 



BULLETIN DBS SEANCES 

(Paraissant deux fois par mois 



Seance du IS Avril 

Prudence de M. L. REICHE. 

MM. Fauvel de Caen, Gadeau de Kerville de Rouen, et Demaison, de 
Reims, assistent a la seance. 

Communications. M. A. Raffray clonne les descriptions de trois nou- 
velles especes de Coleopteres propres a I Abyssinie : 

1 TEFFLUS CHAUDOIRI Raflr. Long. A5-A6 mill. Oblongus, niger, 
nitidus. Caput utrinque imprcssum, media convexwn. Thorax subhexa- 
gonus, nonnihil convexus, leviter sulcatus, lateribus antice subrotundatis, 
postice Leviter sinuatis, irregulariter lateribus plus, disco minus, grosse 
rugoso-punctatus. Elytra oblonga , antice plus postice minus attcnuata et 
sinuata ; costis obtusis, interstitiis latioribus , transversim crenulatis. 
Corpore infra laevissimo. 

Abyssinie (Bogos). 

Differe du Delegorguei Gu^rin par le corselet plus convexe, plus rii- 
gueux, les elytres plus oblongues, moins reirecies a la base, plus sinuees 
a Texlr^mite, a cotes plus larges et plus planes; la tele non sillonne e an 
milieu, convexe. 

(10 C annte, n 215.) 7 



82 

2 TEFFLUS ZEBULIANUS Raffr. Long. 32-3A mill. Oblongo-ovalis, 
nigcr nitidus. Cctput subdeplanatwn, minus impressurn. Thorax subhej:a- 
gonus, longior, lateribus postice sinuatis, angulis posticis rectis scd rotun- 
datis ; transversim rugosus, media sulcatus. Elytra ovalia, anticc plus 
attenuata, postice parum sinuata ; costis latis, subdeplanatis, inter stitiis 
minoribus, transversim crenulatis. 

Abyssinie (vallee cle la Guebbah et monts clu Zeboul). 

On pourrait, a premiere vne, prendre cette espece pour un tres petit 
exemplaire cle la pre"ce"dente, mais la tele n est pas convexe, le corselet 
est plus allonge, les rugosites plus senses, les elylres sont plus ovales, 
plus attenuees a la base, les cotes plus larges, plus aplaties, les intervalles 
bien plus elroils. 

3 ONTHOPHAGUS NEGUSS Raffr. Long. 12-1/t mill. Obovalus, pos 
tice attenuaius ; cupreo-viridis, nitidus, clytris testaccis, basi suturaque 
plus minusve virescentibus ; infra flavo-pubesccns. Caput minutum. Thoraa 
maximus, basi triangulatim lobatus et ulrinque transversim impressus. 
Elytra postice attenuata vage et delicatule punctata, striis fere nullis. 

c?. Caput grauulatum, cornu nigro, longissimo, subrecto, post medium 
dentato dein ad apicem incurvo armatum. Thorax retusus, disco transver 
sim convexuSf obsolete medio sulcatus, ulrinque excavatus et cornubus 
duobus reciirviSf compressis instructus ; lateribus disperse punctalus. 

$. Caput rugosum, bicarinatum. Thorax retusus, anticetrituberculatus, 
disco Ixvis, laleribus granulosus. 

Abyssinie (Enderta). 

C est une des plus grandes especes du genre, tres voisine des worsissa 
Roth, et tuber culico His Cast.; differe des deux par sa taille plus grande, 
sa forme plus attenuee en arriere, les cornes cephaliques et thoraciques, 
et enfm du worsissa Roth., avec lequel il serait le plus facilement confondu, 
par sa couteur constamment verte, tandis que le worsissa est toujours 
d un bleu noir. 

M. H. Lucas communique une note sur un Cole optere de la famille 
des Carabides : 

De Chaudoir a donn6 le nom d Eccoptoptera cupricollis, Rev. et Mag. 
de Zool., p. 189 (1878), a une Anlhiade rapportde des montagnes de 
Schimba par M. Raffray. C est, de toutes les especes connues, la seule 
chez laquelle la tete et le thorax soient d un cuivreux metallique, De 



83 

Chaudoir n a eu a sa disposition qu un individu du sexe femelle ; le male 
est un peu plus grand que celle-ci, et comme elle il rappelle par sa forme 
nn Hymenoptere du genre Mutilld. Les organes buccaux, ainsi que la 
levre superieure, sont lisses et d un noir brillant. Les antennes sont 
noires, avec les qualre premiers articles reconverts de polls blancs. La 
tete et le thorax, fortement et grossierement ponctues, sont d un beau 
rouge pourpre metallique bien plus fence* que chez la femelle. Le thorax, 
moins prolonge et un peu plus large que celui de la femelle, pre"sente 
dans son milieu un sillon longitudinal assez profonde"ment marque. Les 
elylres sont noires, a cotes e"troites, tres saillantes et d un noir brillanl ; 
sur les cote s, anlerieuremenl et leur extremite", elles sont d un rouge cui- 
vreux plus ou moins fonce, avec la sculpture et les foveoles des intervalles 
plus profondes et plus grandes que dans la femelle; la bordure grisatre 
des elytres, la tache blanche en ovale transversale du milieu du disque et 
la bande transversale de meme couleur qui n atteint pas le bord poste- 
rieur et remonle sur la suture en se joignant la bordure latrale, sont 
plus neltement accusees que chez la femelle. Tout le corps en dessous 
est ponclue, d un noir brillant, ci l f exception de la tele et du sternum quj[ 
sont d un rouge cuivreux teinte de vert. Les pattes sont ponctuees et 
d un noir brillant. Des poils blancs, assez allonge s, peu serres, se font 
remarquer sur tout le corps en dessous et sur les organes de la loc mo 
tion. Long. 18 mill.; lat. 5 mill. 

Ce male de YEccoptoptera cupricollis provient des montagnes de Goron- 
goza (Zambeze) et a ete rapporte" par M. E. Durand. 

M. H. Gadeau de Kerville lit la note qui suit : 

Chez les differents Cole"opteres anormaux presentant des gibbosite"s e"ly- 
trales, que j ai ete" a meme d etudier, soil dans la collection S. Moequerys, 
soil ailleurs, les parties gibbeuses etaient toujours colorees normalement. 
Tel n est point le cas d une Epilachna probablement nouvelle, dont je 
possede un seul individu et que je designerai sous le nom ^Epilachna 
nov. sp., ne pouvant d^crire un insecte d apres un exemplaire anormal. 

Cette Coccinellide est entierement noir-bleu et garnie d un duvet jau- 
natre. Elle presente a la parlie moyenne de chaque elytre, tout pres de 
la suture, une gibbositS he"mispherique d un rouge fonce, pourvue de 
quelques poils jaunatres et d un millimetre de hauteur. II me semble 
difficile d admettre la presence, dans les exemplaires normaux, de laches 
rouges existant a 1 endroit ou se trouvent ces gibbosite"s, car cette couleur 
rouge fonc est a peu pres inconnue dans le genre Epilachna; du reste 



elle se rencontre egalement chez beaucoup d autres Cole"opteres et doit 
etre due a une modification du pigment renferme" dans la couche chiti- 
neuse de Mytre. Celle modification se produisant tantdt normalement 
(Hister quadrimaculatus L., etc.), tantot accidentellemen t(un Gcotrupes 
sylvaticus Panz. , de ma collection, presenle stir le prothorax trois 
laches irregulieres d un rouge identique a celui des gibbosites de YEpi- 
laclmcty etc.). 

Ce curieux insecle offre done, selon moi, deux anomalies parfaitement 
dislinctes, qui se sont trouve es reunies sur les memes points. II provient 
de Bogola et faisait par lie de la collection de Coccinellides de M. James 
Thomson, que j ai acquise Fan dernier. 



M. J. Fallou pre"sente les remarques suivantes : 



Depuis plusienrs anne"es, j ai pu constater que la culture des carottes 
a ele" compromise, dans les environs de Champrosay (Seine-et-Oise), par 
la larve d un Curculionite, le Molytes coronatus, qui delruit la racine de 
ce legume de lelle facon qu elle ne peut plus servir a ralimentalion, etant 
perforce de toutes parts. 

Mes observations, plusieurs fois repetees, me portent a penser que c cst 
dans le mois de mai que 1 insecte depose ses ceufs en terre. Des leur nais- 
sance, les jeunes larves penetrent dans la carotte vers son exlre"mile, 
puis elles remontent dans la racine et y forment des galeries en tout sens, 
mais s arretent constammenl avant le collet. Ces larves sont ainsi cons- 
tamment ententes a une profondeur variable de 10 a 20 centimetres, et 
restent inerles un temps assez considerable avant de se transformer en 
nymphes ; car elles ne donnenl 1 insecle parfait qu environ deux ans apres 
la ponte, ainsi que 1 ai pu le constater. 

Une premiere education tentee par moi en octobre 1879 n a eu aucun 
re"sultat, les larves que j avais conservees s etant dessechees et ayant 
peri. J ai e"te plus heureux dans une seconde e"lude : je r^collais au mois 
d octobre 1880 une grand e quanlite de ces memes larves; je les placais 
dans un grand tonneau ou je plantais des caroltes, ayant reconvert mon 
appareil d une toile me"tallique, afin de ne pas laisser e"chapper Tinsecte 
parfait; je laissais le tout passer 1 hiver a 1 air libre. Au mois de mai 1881, 
ne voyant aucune Sclosion, j enlevais la lerre, et, a la profondeur que 
j ai deja indiqu^e, je trouvais les larves developpees, comme engourdies, 
mais non transformees en nymphes. Je recouvris mes larves de lerre et 
n y touchais plus ; et ce n est seulement que du 25 mars au 12 avril 1832 



- 85 

que j ai obtenu les insectes parfaits que je fais passer sous les yeux de la 
Societe. 

Ces fails semblent demontrer que le Molytes coronatus met deux ans 
a subir ses metamorphoses, et prouvent que cet insecte, non encore 
signale comme nuisible aux agriculteurs, est cependant un ennemi dan- 
gereux de 1 une de nos cultures. 

M. Demaison, de Reims, mon tre une coque d un volume considerable 
de YHeiiocopris Isidis, qui lui a 6t6 rapportee de Louqsor par son frere, 
qui 1 avait recueillie a une certaine profondeur dans le limon provenant 
des inondations du Nil. 

M. A. Raffray dit h ce sujet qu une autre espece du m&me genre (Helio- 
copris Anterior) remplace en Abyssinie Ylsidis, plus particulier a Tfigypte; 
et que les coques de cet insecte, e"galement de grande laille, se trouvent 
le plus souvent dans les formes de fumier ou dans le terreau des pares a 
besliaux. 

Les Hcliocopris sont essentiellement coprophages, et quand on trouve 
leurs coques profondement enfoncees en terre, c est qu il y avail eu pri- 
milivement & la surface du sol une dejection de ruminant disparue depuis. 

M. J. Lichtenstein adresse , par 1 entremise de M. V. Signoret, les 
remarques qui suivent sur un Aphidien el sur divers Goccides : 

1 L insecle des Latamus, que Boisduval a nomme Coccus latante et 
M. Signoret Boisduvalia latanise, est de"cidement un Aphidien du groupe 
des Pcmphigiens el tres voisin du genre Vacuna Heyden. J ai enfm obtenu 
par elevage la forme ailee vivanle. G est un petil Puceron jaune clair 
a sa sortie de la nymphe, et, Irois ou quatre jours apres, devenanl brun, 
a yeux noirs, qui a tout a fait 1 apparence du Phylloxera et porte ses ailes 
a plat comme lui. La nervure cubitale des ailes superieures est fourchue 
et les antennes ont cinq articles, caracleres qui sont ceux du genre Va 
cuna. Mais la presence de deux petiles comes coniques et aigues entre 
les antennes Ten distinguenl el m ont dicle le nom ge nerique sous lequel 
je Tai place en collection : Gcrataphis latanias Boisduval (sub Coccus). Je 
ne puis conserver le nom de M. Signoret, parce qu il a ete donne" sa?is 
diagnose et qu il fait double emploi avec le genre Boisduvalia du m6me 
auleur, genre de Coccide bien diagnose. 

2* Schrank, dans sa Fauna Bo ica, en 1802, cite un Coccus rubi que 
M. Signoret n a pas retrouve". J ai ^te" plus heureux et j ai pu m6me en 



suivre 1 evolulion. C est sur le Eubus discolor que vit celte Cochenille, 
d un rouge de pourpre fonce", tres semblable a celle du Mexique. Elle 
passe 1 hiver fixee sous les feuilles, et, des le mois de mars, les larves 
males s entourent d un le ger cocon et se transforment en elegant Mou- 
cheron a ailes blanches, a corps rouge, avec les pattes claires et quatre 
filets d un blanc de neige : deux au 7 e et deux au 6 e segment de 1 abdo- 
men. Ce caractere me fait proposer pour eel insecte le nom generique de 
Tetroura (m?*. quatre, oupa. queue); ce sera done le Tctroura rubi Schrank 
(sub Coccus). 

Le genre Eoisduvalia de Signoret, qui montre aussi quatre filets au 
bout de 1 abdomen des males, est le seul, parmi les Coccides, avec lequel 
le Tetroura rubi pourrait 6tre confondu ; mais les formes des femelles 1 en 
separent nettement, ainsi que j aurai occasion de le developper dans un 
travail sur les genres nouveaux ou pen connus chez les Coccides, actuel- 
lement en preparation. 

3 Dans un de nos Bulletins de 1880 (p. 61, seance du 2A mars), j ai 
de"crit comme nouvelle une Cochenille du lierre que j ai nomme"e Planchotria 
hederss. Je dois a 1 obligeance de M. Edm. Andre, de Beaune, la commu 
nication d un article du D r Vallot, de Dijon, public" en 1837 (Mem. Acad. 
de Dijon, p. 50), d apres lequel je vois que cet insecte a ete decrit par le 
savant bourguignon comme nuisible et detruisant le lierre qui garnit la 
porte d Ouche a Tivoli, a Dijon. Quoique Vallot ne donne pas de nom a 
1 insecte, je crois qu il est bon d honorer nos anciens en rappelant leurs 
de"couvertes, et je proposerai le nom de Planchonia Valloti pour cette 
Cochenille. II en reste encore trois sur le lierre : Aspidiotus hcderx Sign., 
Lichtensia liederse Sign, et Pseudococcus hederse Sign. 

M. Charles Oberthur, de Rennes, adresse la note suivante : 

Mon ami M. Roland Trimen, conservateur du South-African Museum, a 
Cap-Town, a fait, au prinlemps de Tanned 1881, un voyage en AlgeYie et 
s est occupe de la recherche des insectes Le"pidopteres. Avant de relourner 
au Cap, il avait eu la gracieuset6 de m offrir le produit de ses recoltes, 
et j ai eu le plaisir de reconnaitre, parmi les Pierides, une espece fort 
remarquable, non encore signalee en Alg^rie et jusqu a present consideree 
comme sp^ciale a 1 Arabie et a TEgypte : c est la Pieris glauconome King 
(Symbols Physica3, pi. vn, fig. 18 et 19). 

Cette Pieris glauconome a et rencontre e aux environs de Constantine. 
Le type alg^rien ne semble guere difftrer de celui d Arabie, aulant que 



87 

j en puis juger par la comparaison avec un male faisant partie de la col 
lection de feu le docteur Boisduval et provenant tres probablement de 
King lui-meme, qui avail donne a notre collegue presque toutes les 
especes nouvelles de Le"pidopteres decrites et si admirablement figurees 
dans les Symbols Physica3. 

Je signalerai dans mon prochain et quatrieme ouvrage sur la faune des 
LSpidopteres d Algerie les autres especes recolte es par M. Roland Trimen. 
Mais je n ai pas voulu tarder a entretenir la Societe d une capture qui me 
paralt elre d un grand interet pour 1 etude comparative de la faune lepi- 
dopterologique du bassin me"diterraneen. 

M. A. Constant, de Cannes, dans une lettre adresse e a M. J. Fallou, 
prsente les observations qui suivent : 

Je vous envoie une Acherontia Atropos vivante, e"close avant-hier, et 
qui, bien qu avorte e, n en te"moigne pas moins de 1 erreur de ceux qui 
pretendent que cette espece n est point acclimatee, et qu une chrysalide 
ne saurait, dans nos regions, passer Thiver sans mourir. J ai entendu sou- 
tenir cette these par le D r Boisduval et par quelques-uns de ses disciples, 
qui n ont pas voulu me croire quand je leur disais que j avais eu de"ja 
deux fois, en Bourgogne, des e"closions, en ete", d Atropos ayant passe" 
1 hiver en chrysalide. 

En ce moment, j ai encore une seconde chrysalide parfaitement vivanle 
et d ou le papillon sortira sans doute. Si 1 Acherontia que je vous envoie 
n est pas complement developpe"e, c est que j avais oublie" ces insectes 
dans un recipient trop petit, ou 1 insecte eclos n a pas trouve 1 espace 
suffisant pour allonger ses ailes. Jc ne croyait pas, du reste, que son 
6closion arriverait aussi tot. 

M. H. Lucas communique la note suivante : 

Les environs du Caire nourissent un Scorpion extr&nement commun, 
rencontre par M. Walter Innes et que Hemprich et Ehrenberg, Symb. 
Phys., pi. 1, fig. 5 (1829), ont decrit et figure sous le nom de Buthus 
quinquc-striatus. Celte espece, qui se trouve sous les pierres et que Ton 
prend aussi enfouie dans le sable, se distingue de toutes ses conge"neres 
par le penultieme article caudal et rexlrSmile de 1 aiguillon qui sont d un 
noir fence". Tous cependant ne pr^sentent pas ce caractere; car, ayant pu 
examiner une trentaine d individus de cette curieuse espece, j ai vu que 
cette coloration n est pas toujours constante; fen ai observe" six chez 



88 - 

lesquels le penultieme segment caudal est seulement teinte" de brun avec 
rextremite" de 1 aiguillon le"geremenl brunalre. C esl particulierement sur 
des individus ayant atleint une grande taille (60 a 70 millim.) que j ai fait 
cette observation, qui semble demontrer que ce caractere tend a s obli- 
terer lorsque cette espece arrive a Tage adulle. 

Ce Buthus habile aussi Tisthme de Suez (environs d Ismailia), ou il a ele 
rencontre par M. Letourneux et par Thevenet. 

Membres recus. 1 M. Henri Desbordes, rue Denfert-Rochereau, 23 
(Entomologie generate, surtout Goleopteres), presente" par M. L. Buquet. 

Coinmissaires-rapporteurs : MM. Bourgeois et Guede ; 

2 M. Edmond Fleutiaux, employe" a l Entrep6t des vins, rue Malus, 1 
(ancienne place Monge) (Coleopteres d Europe), pr^sente" par M. A. Guillot. 

Commissaires-rapporteurs : MM. E. Desmarest et H. Lucas. 

Candidat presente. Son altesse royale Monseigneur le prince Ferdinand 
de Saxe-Cobourg el Gotha, due de Saxe, a Vienne (Autriche) (Lcpidopteres 
d Europe), presente par M. L. Reiche, au nom de P. Milliere. Com- 
missaires-rapporleurs : MM. A. Raffray et E. Desmarest. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Seance du 8 Fevrier 1882 (Qn) 

Revue des Travaux scientifiques, publie e par le Ministere de Tlnstrnction 
publique. Tome I : Tables. Tome II, n 1 : Compte rendu de 
divers travaux entomologiques. 

Rivista scientifico-industriale e giornale del Natumlista, anne*eXlV, n 1. 
P. BARBAGLI, Gli insetti nell inverno. P. STEFANELLI, Facile 
mezzo per agevolare la preparazione di alcuni insetti. (Compte 
rendu en francos, allemand et anglais). 

Socittt entomologique de Belgique, Comptes rendus, se"rie III, n ei 13 et 14. 



89 

Sprawozdanie Komisyi Fizyjograficzntj (Academic de Cracovie), 1881. - 
WLAD. KULCZYNSKI, Wykaz Pajukow, etc. (Arachnides). 



BERLESE (ANT.). Sopra un nuovo genere di Acari paras, degli inselti. 
1881, 56 pages, 1 pi. n. * 

ID. II polimorfismo e la partenogenesi di alcuni Acari. 1881, 2 pages. * 
FELISSIS-ROLLIN (J.). Notice necrologique sur E. Mulsant. 1881, 10 p. * 
GIRARD (MAURICE). Les Tenlhredes des Pins. 1881, 7 p. * 

PERAGALLO (A.). 1 I/Olivier, son histoire, sa culture, ses ennemis, ses 
maladies et ses amis. 2 Le Frelon et son nid. Nice, 1882, 180 p., 
1 pi. col. * 

PUTON (D r A.). Synopsis des Hemipleres-Hete ropteres de France, 2 e vol. 
Pentatomides, Coreides, Berytides. Remiremont, 1881, 129 p. * 

REGIMBART (D T M.). New Species of Gyrinidae in the Leyden Museum. 
1881, 13 p. * 

RILEY (C.-V.). Entomology : Div. notes. 6 p. * 

L Archiviste : A. LEYEILLE. 



Seance du 22 Fevrier 1882. 

American Naturalist (The), vol. XVI, n 2 (fSvrier 1882). W.-H. ED 
WARDS, p. 122, Habits of Butterflies. LA REDACTION, p. 129, Recent 
Literature : Miss Ormerod s Manual of injurious Insects. NOTES 
GENERALES, p. 1&9 : On some curious methods of Pupation among the 
Chalcididae ; New Insects injurious to Agriculture ; New entomological 
Periodicals ; Locusts Probabilities for 1882 ; Entomological notes. 

Atti delta R. Accademia dei Lincei, 279* annee (1881-82), serie terza, 
Transunti, vol. VI, fasc. 5. Q 



- 90 

Bulletin mcnsuel de la SocUU linneenne du Nord de la France, n 109 
(1" juillet 1881). R. VION, p. 297, Les habitudes des Fourmis. 

Bullctino delta Societa cntomologica Italiana, 13 C anne"e (1881), trim. Ill 
e IV. D r PAOLO MAGRETTI, p. 213, Sugli Imenotteri della Lombar- 
dia, memoria l a (suite). D r A. FIORI, p. 274, Polimorfismo nella 
femminadel Dytiscus dimidiatus Berg. D ELVEZIO CANTONI, p. 278, 
Aracnidi delle Madonie. ANTONIO BERLESE, p. 290, II poliraoi fismo 
e la parlenogenesi di alcuni Acari (Gamasidi). N. PASSERINI, p. 293, 
Sopra i due tubercoli addominali della larva della Porthesia chrysor- 
rhcea (1 pi. n.). A. DEI, p. 297, II Sinoxylon sexdenlatum Oliv. 
nel Senese. Considerazioni e riposte alia nota del Sign. Lorenzo Came- 
rano intitolata del Sinoxylon muricatura Fab. in Piemonte. TAR- 
GIONI-TOZZETTI, p. 309, Notizie sulla Filossera delle Viti. P. 318, 
Rassegna entomologica. PROCES-VERBAUX : Se ance du 26 de cembre 
1880 et comptes rendus scientif. et fmanc. de Tanne e 1880. 

Bulletin scientifique du departement du Nord et dcs pays voisins, k* anne*e, 
n 5 (mai 1881). ALFRED GIARD, p. 169, Mal6riaux pour la Faune 
des Coteopleres du Nord (Tabl. synopt. des Cicinde lides). * 

Comptes rendus hebdomadaires des seances de I Academie dcs Sciences, 
t. XG1V, l er semeslre 1882, n 6. PRIX DEGERNES : p. 299, Ana 
tomic et Zoologie. Grand Prix des Sciences physiques sur 1 Etude 
comparative de I organisation inte rieure des divers Crustaces 6drioph- 
thalmes qui habitent les mers d Europe, a M. Yves Delage. PRIX 
PROPOSES : p. 3/i2, Grand Prix des Sciences physiques (Anatomie et 
Zoologie). Sur le developpement histologique des Insectes pendant 
leurs metamorphoses ; p. 3&2, Prix Savigny ; p. 343, Prix Thore. 

N 8 7. O 

Mittheilungen der schweherischcn entomologischen Gesellschaft (Bull, de 
la Soc. ent. Suisse), vol. VI, n 5. D r 0. STOLL, p. 199, Ueber die 
Wanderheuschrecke von Central-America. P. 211, Bericht uber 
die 24 Sitzung der Schweiz. entom. Gesellsch. am 7 August 1881 in 
Aarau. E. LINIGER, p. 215, Die Odonaten des bernisclien Mitlel- 
landes. D r CHRIST, p. 231, Erebia Eriphyle Freyer, n. Beitr. 187, 
fig. 3 et t\. LE MEME, p. 239, Erebia Pyrrha Fabr. (Manto Esp. 
non Fabr.), var. Vogesiaca. D r STIERLIN, p. 250, Beschreibung 
einiger Russelktifer. P. 256, Corresponded aus Bern (Fondation 



91 - 

(Tune Soctete entomologique a Berne). NECROLOGIE : p. 230, D r E. 
Schindler; p. 243, J.-Gh. Rothenbach (avec portrait). 

Vaturaliste (Le}, A c anne"e, n k (15 fevrier 1882). ANONYME, p. 28, 
Vieille espece, nouveau genre (Boisduvalia lataniae). L. BEDEL, 
p. 29, Classification des Goteopteres carnassiers par le D r Horn (ana 
lyse). * 

Revue coleopterologique, publiee par C. van den Branden, l rc anne"e, n 1 
(fevrier 1882). P. 5, Aux coleopteristes. P. 7, Bibliographic. 
P. 9, Especes nouvelles. P. 11, Ne crologie : J. Putzeys. P. 12, 
Communications diverses. * 

Scientific Proceedings of the Royal Dublin Society (The}, vol. II (nouv. 
serie), part VII (nov. 1880). J.-H. LUBY, p. 600, Volonlary act of 
self-destruction by the Worker Bee. Vol. ill, part I a IV. Q 

Scientific Transactions of the Royal Dublin Society, serie 2, vol. I er , 
fasc. XIII (nov. 1880) et XIV (avril 1881). Q 



PIILEY (C.-V.). One some Curious Methods of Pupation among the Chal- 
cididee; New Insects injurious to Agriculture; New entomological 
Periodicals ; Entomological Notes. Broch. in-8% 5 p. (Extr. Americ. 
Natur., fe"vr. 1882.) * 



Seance du 8 Man 1882. 

Atti detla R. Accademia del Lincei, |279 e ann6e (1881-82), serie terza, 
Transunti, vol. VI, fasc. 6. Q 

Bulletin d Insectologie agricole, Journal mensuel de la Society centrale 
d Apiculture et d Insectologie, 7 e annee, n 2 (fevrier 1882). P.-J. 
JOUBERT, p. 17, La Cicadelle de la Gironde (suite et fin). BAL- 
BIANI, p. 23, La sericulture nouvelle (suite). DIVERSES NOTES ET 
COMMUNICATIONS : p. 20, Insectes ennemis de 1 Arroche; p. 21, 
Recelte pour de"truire le Tigre des poiriers et le blanc des pommiers ; 
p. 21, Autres recettes pour la destruction du Puceron lanigere ; p. 30, 
De la Pyrale de la Vigne et des moyens de la combat-Ire (1 fig.)- 



92 

Bulletin mensuel de la Societe linneenne du Nord de la France, n 110 
(aout 1881). R. VION, p. 309, Les pluies d Araignees. LE MEME, 
p. 312, L entomologie en Ame rique. 

Comptes rendus hebdomadaires des stances de I Academic des Sciences, 
t. XCIV, l er semestre 1882, n 8. J. LICHTENSTEIN, p. 99, Un 
nouveau male aptere chez les Coccidiens (Acanlhococcus aceris Sign.). 

N 9. P. DE LAFITTE, p. 569, Sur 1 emploi du bitume de Judge 
pour corabattre les maladies de la Vigne. 

Deutsche entomologische Zeitschrift, 1882, Heft I. G. KRAATZ, p. 33, 
Revision der europaisch-syrischen Arten der Melolonthiden-Gattung 
Haplidia Hope (sp. nov.). L. VON HEYDEN, p. Z|3, Beitrag zur Co- 
leopteren-Fauna der Sierra de Cordoba (sp. nov.). G. KRAATZ, 
p. &9, Ueber die Gattung Clinteria Burm. (2 nov. gen.). LE MEME, 
p. 51, 1st der Prosternalvorsatz von Goliathus Higginsi Westw. $ von 
alien ubrigen Goliathen auffallend abweichend?. LE MEME, p. 53, 
Uebersicht der europiiischen Tropiphorus-Arten nach D r Stierlin s 
Arbeit (tabl. synopt.). J. WEISE, p. 56, Cyaneris Ihoracica Kiist., 
Kaf. Eur., 5, 99. G. KRAATZ, p. 57, Revision der Arten der Dynas- 
tiden-Gattung Pentodon Hope, l rc partie (sp. nov.). LE MEME, 
p. 65, Die africanischen Leucoceliden und die ihnen zunachst ver- 
wandten Gattungen der Cetoniden (nov. gen., sp. nov.). LE MEME, 
p. 79, Ueber die Verwandten der Leucocelis h^morrhoidalis Fabr. 
LE MEME, p. 81, Beitrage zur Kaferfauna von Turkestan. II. Neue 
Tenebrioniden von Margelan. LE MEME, p. 96, Zwei neue Melyri- 
nen-Gattungen aus Margelan. L. VON HEYDEN et G. KRAATZ, p. 99, 
Kafer urn Margelan, gesammelt von Haberhauer (sp. nov.). G. 
KRAATZ, p. 119, Ueber einige Fischer sche Tenebrioniden-Typen des 
Dresdener zoologischen Museums. E. REITTER, p. 121, Ueber die 
verscbiedenen Forceps-Bildungen der europuischen Cistela- (Byrrhus-) 
Arten (1 pi. n.). G. KRAATZ, p. 123, Forceps-Abbildungen von 
exostichen Melolonthiden nach Praparaten von Metzler in Frankfurt 
a. M. von Tiefenbach abgebildet (2 pi. n.). LE MEME, p. 125, 1st 
Carabus punclato-auratus wirklich auronitens var.?. V. HEYDEN, 
p. 128, Fur Deutschland neue Kafer. E. REITTER, p. 129, Neue 
Pselaphiden und Scydma3niden aus Brasilien, tabl. synopt. (1 pi. n.). 
L. VON HEYDEN, p. 153, Fiinfzig Erganzungen und Bemerkungen 
zura Catalogus Coleopterorum Europa?. LE MEME, p. 155, Neue und 



93 

seltene Elateriden aus der Kdmm. J. WEISE, p. 156, Synony- 
mische Bemerkungen. SCHREINER, p. 159, Magdalis Weisei Schrei- 
ner, neue deutsche Art. E. REITTER et G. KRAATZ, p. 161, Neue 
Lileratur. G. KRAATZ, p. 176, Ueber eine hymenoplerologische 
Section der Deutschen Enlomol. Gesellschaft. II. E. REITTER, 
p. 177, Beilrag zur Kenntniss der Pselaphiden und Scydmjeniden von 
Weslafrica, nov. gen., nov. sp.f (commencement). APPENDICE, 
Catalogue des Coteopteres de Sibe"rie, par L. von Heyden, p. 113-160 
(gen. Adoretus a Aprepes). 

Entomologische Zeitung, herausgegeben von dem entomologischen Ve- 
reine zu Stettin, A2 e anne"e (1881). H. BURMEISTER, p. 20 et 301, 
Die argentinischen Canthariden (nov. sp.). C. BERG, p. 36, Ento- 
mologisches aus der Indianergebiet der Pampa (nov. gen., nov. sp.). 

BERGROTH, p. 73, Bemerkungen zu Hagen s Bibliotheca entomolo- 
gica die nordische Literalur bettrefend. A. KEFERSTEIN, p. 77, 
Note fiber Zabrus gibbus. H. KOLBE, p. 77, Ueber eine introdu- 
cirte Psocidenspecies (Caecilius hirtellus Mac Lachl.). C.-A. DOHRN, 
p. 92, Ueber entomologischen Nachwuchs. P. MAASSEN, p. 9/i, 
Nachtrag zur Schmetterlings-Fauna von Kissingen. C.-A. DOHRN, 
p. 97, Rede zur Stiftungsfeier am 7 November 1880. FRIEDENREICH, 
p. 104, Beitrag zur Kenntniss von Parnidenlarven. G. STANCE, 
p. 113, Lepidopterologische Bemerkungen. D r HAGEN, p. 118, A 
Monographic Revision and Synopsis of the Trychoplera of the Euro 
pean Fauna by Robert Mac Lachlan (analyse). C.-A. DOHRN, p. 121, 
Hydaticus transversalis. KEFERSTEIN, p. 122, Frage (tfclosion d un 
Bombyx Polyphemus a Erfurt). C.-A. DOHRN, p. 123, Iterabimus. 

BERING, p. 133, 1A7 et 333, Die Pommerschen Rhopaloceren, 
Sphingiden, Bombyciden und Noctuiden. H. FREY, p. 1&3, Jacob 
Boll, ein Schweizer schen Naturforscher (reimpression). C.-A. 
DOHRN, p. 155, Ueber Gelbschnabel, eine Raubergeschichte. H. 
CHRISTOPH, p. 157, Eine Reise im Westlichen Caucasus. TISCHBEIN, 
p. 166, Zusatze und Bemerkungen zu der Uebersicht der europiiischen 
Arten des Genus Ichneumon Gr. (sp. nov.). TEICH, p. 187, Lepi 
dopterologische Bemerkungen. ENR. LYNCH-ARRIBALZAGA, p. 189, 
Neue Dipteren aus dem sudlichen Gebiet der Pampa. C.-A. DOHRN, 
p. 195, Spicilegia LinnaBana (fin). SAALMULLER, p. 214, Zwei neue 
Noctuen aus Madagascar. LE MEME, p. 218, CEcophora Schmidii, 
n. sp. C.-A. DOHRN, p, 221,*:VorworUu der C. Brunner v. Wat- 



94 

tenwyFs Rede : Ueber die heutige Aufgabe der Naturgeschichte (und 
desselben Rede). H. KOLBE, p. 236, Differenzen in dem Vorkom- 
men einiger Psociden-Species. C.-A. DOHRN, p. 238, Zurnordame- 
rikanischen Kiiferliteratur. PETERSEN, p. 245, Einige Worte fiber 
Verbreitung der Heteroceren in den Tropen. 0. STAUDINGER, 
p. 253 et 393, Beitrag zur Lepidopteren-Fauna Central-Asiens (sp. 
nov.). FRIEDENREICH, p. 328, Trimere Cioiden in Sudbrasilien. 
SCHMIDT-GOBEL, p. 330, Bibliographisches (mil Nachschrift der Red.). 

G.-A. DOHRN, p. 369, Ueber einige Valer lander. LE MEME, 
p. 371, Snellen van Vollenhoven ein Gedenkblattlen. D r EPPEL- 
SHEIM, p. 376, Neue Staphylinen. LE MEME, p. 379, Ueber die 
Synonymie der Crocidosema plebejana Z. KEFERSTEIN, p. 381, Le- 
pidopterologisches. VON RODER, p. 384, Ueber Pangonia longiros- 
tris Hardw. LE MEME, p. 386, Aphestia chalyba3a, n. sp. LA 
REDACTION, p. 388, Zur LHeratur uber fossile Insecten. ROSSLER, 
p. 389, Ueber Dipteren in Schmetterlingsleibern. D HAGEN, p. 390, 
Sympycna psedisca (Eversmann) Brauer. SCHILDE, p. 425, Noch 
einige Worte uber die Verbreitung der Heteroceren in den Tropen. 

SAALMULLER, p. 433, Neue Lepidopteren aus Madagascar. J. 
PUTZEYS, p. 444, Baron de Chaudoir s Necrolog (Irad. par extr. par 
C.-A. Dolirn). C.-A. DOHRN, p. 450, Proverbium Salomonis. 
FUCHS, p. Zi51, Microlepidopteren des Rheingaues (suite), sp. nov. 
C.-A. DOHRN, p. 472, Nekrolog : D Wissmann. SPEYER, p. 473, 
Lepidopterologischen Mittheilungen. HOFMANN, p. 487, Die Raupe 
von Urania Leilus L. G.-A. DOHRN, p. 488, Nekrolog : W.-G. Ro- 
senliauer. FR. STEIN, p. 489, Die Low sche Dipteren-Saramlung 
(suite). C.-A. DOHRN, p. 495, Zwei Fragen. PLOTZ, p. 500, Die 
Hesperiinen-Gattung Eudamus und ihre Arten (commencement). 
ROSSLER, KARSCH, C.-A. DOHRN, Literatur, p. 75, 220, 492. C.-A. 
DOHRN, Errata ridicula, p. 70, 470. LE MEME, Exotisches (sp. nov.), 
p. 81, 309, 445. 

Entomologist Tidskrift, Journal de la SocieHe* entomologique de Stock 
holm, vol. I, fasc. 3 (1881). W.-M. SCHOYEN, p. 119, Ueber einige 
neue Schrnetterl ings- Varieta ten aus dem Arktischen Norwegen (1 pi. 
n.). WALLENGREN, p. 124, Les Teignes a paupieres (Tinea? oper- 
culatas) de la Scandinavie (en sue"dois ; resume en francais, p. 174). 
LE MEME, p. 137, Les Conchylidides de la Scandinavie (en sued.; 
re sume , p. 174). O.-M, REUTER, p. 145, MatSriaux pour servir a la 



- 95 - 

connaissance des Psylloddes de la Suede (en sud.; resume, p. 175). 
SVEN LAMPA, p. 173, Quelques observations sur la Leptura 4-pustu- 
lata Fab. (en sued.; resume", p. 176). 

Vol. I, fasc. U (1881). WALLENGREN, p. 177, Note sur les Tipu- 
lides de la Scandinavie (en sue"d.; resume , p. 219). - SANDAHL, 
p. 209, Petites communications (en sue"d. ; re sume , p. 219). 
SCHOYEN, p. 216, Remarques sur les variations de Caradrina Zi-punc- 
tata Fab. indiquees dans le Catalogue Staudinger et Wocke (en sue"d. ; 
re sume, p. 220). 

Entomologist s monthly Magazine (The), a \o\. XVIII, n 21A (mars 1882). 
II. -T. STAINTON, p. 217, A few Words about Epischnia (Aneraslia) 
farrella. G.-F. MATHEW, p. 219, Life- history of Callidryas Drya 
Boisd. R.-H. MEADE, p. 221, Annotated List of British Antho- 
myiidaB (suite). J. LICHTENSTEIN, p. 22/i, Alternation of generation 
in the Cynipidte. A.-G. BUTLER, p. 227, On the Butterflies of the 
genus Teracolus occurring at Accra, Gold Coast (sp. nov.). H.-W. 
BATES et D. SHARP, p. 230, Notes on the entomology of Portugal. 
VII. Coleoptera collected by the Rev. A.-E. Eaton in 1880 (par Sharp). 
COMMUNICATIONS : p. 233, Note on Drepana sicula ; p. 23A, Early 
appearance of Vespa germanica Fab.; id., Notes on the Coleoptera of 
the Hastings district ; p. 235, Reoccurence of Polystichus vittatus at 
St. Leonards; id., A Request for European Thysanoptera ; p. 236, 237, 
Measurements in descriptive Entomology. E.-A. ATMORE, p. 239, 
Notes on the Lepidoptera of West Norfolk (commencement). 

Feuitle des Jeunes Naturalistes, n 137 (l er mars 1882). M. DES Go- 
zis, p. 58, Synopsis du genre Tropideres Schonherr et description 
d une espece nouvelle (commencement). COMMUNICATIONS : p. 61, 
Voracile des Carabides; id., Hesperophanes nebulosus; p. 62, Chasse 
dans un tilleul ; p. 63, Chasses entomologiques aux environs 
d Hyeres. 

flaiuraliste (Le), 4 e annee, n 5 (l er mars 1882). P. 39, Chronique et 
Nouvelles. * 

Papilio (The), organ of the New-York entomological Club. Index et 
tables analytiques du 1" volume (1881). 



96 

CALDWELL (J.-J.). Genius Resistless, a Pindaric Ode, in Tribute to Jenncr 
and Pasteur. Broch. in-12. Baltimore, 1882, 12 p. * 

CANDEZE (E.). ^latencies nouveaux, 3 e fascicule. Broch. gr. in-8. Bru- 
xelles, 1881, 117 p. (Extr. Mem. Soc. Sc. de Liege, IX, 2 e serie.) * 

LUCANTE (A.). Desiderata d un Naturalisle de province. Broch. gr. in-8. 
Bordeaux, 1882, 8 p. * 

L Arckivisle adjoint : J. BOURGEOIS. 



Seance du 22 Mars 1882. 

Acta Acadcmise c. L c. g. Nature Curiosorum, vol. XL et XLI, pars I. Q 
Pars II. DEWITZ, Afrikanische Tagschmetterlinge, 2 pi. col. 
D v E. ADOLPH, Ueber Insectenflugel, 6 pi. ID., Ueber abnorme 
Zellenbildungen einiger Hymenopterenflugel, 1 pi. D r E. GEINITZ, 
Die Blattinen aus der unteren Dyas von Weissig bei Pillnilz, 1 pi, 

Atti delta R. Accad. dei Lined t serie III, vol. VI, fasc. 7. 

Bulletin de la Societe d clude des Sciences naturellcs de Niincs, octobre 
et novembre 1881. Courles notes entoinologiques. 

Comptes rcndus hebdomadaires des seances de I Academie des Sciences, 
1882, l er semestre, n 10. Q N 11. EALBIANI et BLANCHARD, 
Deux notes sur le Phylloxera. R AFFRAY, Distribution geographique 
des Coleopleres en Abyssinie. 

Naturalista Siciliano (It), n 6. BADDI, Note enlomologiche. E. 
ABEILLE DE PERRIN, Supplement i la Monographic des Malachides 
d Europe el des pays voisins. 

Naturaliste (Le), l\* annee, n 6. A. WAGA, Notes entomologiques. 
XXX., Les males apleres chez les Coccidiens. L. FAIRMAIRE, 
Diagnoses de Coleoplferes abyssins. 

A. L. 

Paris, 22 avril 1882. 



PARIS. Typographic et Lithographie FELIX MALTESTE ET C, rue Dussoubs, 22. 



1882. NO 8. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRiNCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



\ouvellos adresses pour toul 1 ete : 1 M. J.* FALLOU, a 
Champrosay (Seine-et-Oise) ; 2 M. le D r SENAC, a Ussel, par Chantelle 
(Allier). 



BULLETIN DBS SEANCES 

Paramant deux fois par mois 



Seanee du G Avrll 

Prudence do M, L. REICHE. 

MVI. Gadeau de Kerville, de Rouen, et Le Roi, de Lille, assistent a la 
stance. 

M. le Secretaire, avant de donner lecture du proces-verbal de la pi^c^- 
dente seance, annonce la mort de notre savant confrere Charles Darwin, 
elu niemhre honoraire en 1874, qui 6tail ne en 1809, et est mort a Down 
Beckenhara (Angleterre) le 19 avril 1882. M. Kunckel d Herculais est 
charg6 de donner pour les Annales une notice sur les travaux enlomolo- 
giques de Darwin. 

Lecture. M. H. Lucas depose sur le bureau un m^moire ayanl pour 
litre : Note sur quelques Arachnides recueillies en Bretagne, parliculie- 
rement aux environs de PreTailles. 

Communications. M. le Secretaire dit que, dans la stance g^n^rale des 
Societes savantes tenue a la Sorbonne sous la pr^sidence du Minislre de 
(iV annie, n 216.) 8 



98 

rinslruction publique, M. Megnin a e"te" nomine" officier de instruction 
publique. 

M. L. Fairmaire adresse la note suivante au sujet tfOtiorhynchus 
nuisibles : 

Pour coatinuer les rcnseignements que j ai deja donnas a la Societe" au 
sujet de plusieure especes ftOtiorhynchus nuisibles a nos cultures (Bulle 
tins clu 13 avril, p. 58, et du 11 mai 1881, p. 75), je dirai qu en Belgique 
on a constate les de"gats causes par TO. sulcatus aux pieds de vigne cul- 
tive"s soil en pots, soit en pleine terre dans les serres. Je crois utile de 
transcrire quelques details donnes dans le Bulletin d Arboriculture de 
Gand (1881) par M. Puls, qui a eu I extrfeme obligeance de me les com- 
muniquer : 

Pendant les derniers mois de Tele" on voit Tinsecte parfait, la nuit, 

courir sur le bois des serres et sur les plantes. Si vous observez alten- 

tivement une femelle, vous la verrez, la tele leve"e, laissant tomber ses 

pelits oeufs globuleux, blancs, lesquels n elant pas reconverts de matiere 

glutineuse ne s attachent point mais arrivent directement sur la terre. 

Peu de jours apres, vous trouvez rt6ja de tres petiles larves gelali- 

neuses, mais cependant consistantes, sans paltes et trunsparenles. 

Apres quelques jours elles deviennent opalines et legerement opaques, 

suivant la quanlile de nourrilure qu elks ont dans les inteslins. Cette 

larve vit ainsi pendant tout I liiver, mangeant cependant pen. Ce n est 

que vers le mois de fevrier qu elle acquiert son developpement. G est 

alors qu elle est le plus vorace el se tient au collet de la racine ou elle 

cause de grands dommages, parce qu elle coupe la racine entiere a eel 

cndroit Vers la fin de mars elle quille le point de destruction pour 

descendre de Irois centimelres el meme plus bas. C esl a ce moment 

qu eile conslruit une cellule, assez large pour renfermsr Irois indi- 

vidus Ce n est qu au bout de*six semaines qu elle quitte son tom- 

beau de terre pour venir, en se creusant un conduil, conlinuer sa 

scconde ceuvre de destruction. 

En effet, 1 insecle a Tetat parfait atlaque les bourgeons. Le meileur 
inoyen de le detruire consislerait, d apres M. Puls, a rechercher i insecle 
a l 6tal de larve en rempotant aux e poques indiqu^es ci-dessus. Pour faire 
la chasse a 1 insecte parfait, il faut le poursuivre la nuil, avec une lan- 
terne, et secouer les vignes sur un linge blanc. Pendant le jour il se 



- 99 - 

cache sous les pots, ou Ton peut le chercher aussi. Cet Otiorhynchus, 
ajoute notre collogue, est des plus nuisibles dans les serres, parce qu il 
d&ruit e galement les Saxifraga, Primula, Cyclamen, Asplemum, etc. 

Les Otiorhynchus sulcatus et picipcs sont aussi fort nuisibles aux plan 
tations de framboisiers, au moins en Anglelerre, d apres le Report de 1879 
sur les Insectes nuisibles, par M. Ormerod, travail dont je clois la con- 
naissance a M. Puls. C esl toujours pendant la nuit que ces insectes 
exercent leurs ravages. Un proprielaire en a de"truit des quanliles consi 
derables en faisant secouer les framboisiers pendant la nuit sur des 
corbeilles qu on .vidait dans 1 eau bouillante; un autre a employe des 
filets qui ramassaient ces insectes, toujours pendant la nuit, el s en est 
bien trouv6 ; enfin un troisieme croit que les Herissons qui lui avaient 
rendu service en delruisant les limaces dans ses cultures de Primeveres 
ont contribue serieusement a diminuer le nombre de ces Otiorhynchus. 

Une autre espece du meme genre qui, a ma connaissance, n a pas 
encore fait parler mal d elle dans nos pays, TO. figustlci, parait nuisible 
aux vignes en Allemagne et ravage aussi les cultures de houblon (Bericht 
uber die Schadlichen Insekten, 1880, par M. Oltokar Nickerl). 

Enfin deux autres Curculionides donl on ne s occupait guere sous ce 
point de vue sont signales par M. Ormerod comme nuisibles aux pois 
au printemps; ce sonl les Sitoncs crinitus et lineatus. On parait avoir 
obtenu de bons resullats pour les delruire en saupoudrant les plantes 
avec des cendres de houille saturees d acide phenique. C esl surlout au 
moment oil les insectes ont depose leurs oeufs et quo les larvcs com- 
mencent a sorlir, c est-a-dire en mai, que ces mesures sont titiles. 

En terminant cette note, je prie les personnes qui habilent la cam- 
pagne et peuveut constater le&.de gats commis par de nombreuses especes 
d insectes, de vouloir bien me Iransmeltre des notices detaillees. Je 
lacherai de centraliser ces documents e parpilles de tous cote s, de maniere 
a rendre utiles a tous des observations qui se perdent dans le nombre 
loujours croissant de brochures horticoles, entomologiques, agronomiques 
et autres. 

M. Aug. Chevrolat adresse les descriptions de deux Leucocera (Chry- 
somelidse) nouvelles : 

Le Catalogue des Coleopteres de MM. Gemmenger et de Harold men- 



- 100 - 

tionne pour ce genre 16 espfcces, auxquelles les deux suivantes doivent 
etre joinles : 

1 LEUCOCERA QUADRIGUTTATA. Long. 7 mill.; lat. k 1/2 mill. 
Ovalis, fcrruginca, nitida, oculis nigris ; anlcnnis ante apiccm subscrratis, 
albis ; prothorace supra scutcllum subangidose producto, latcribus rotun- 
dato et confirtini punctis impnssis notato; suite Ho clongalo, rotundalo; 
clytris conjunctim rotundatis, subscrie punctatis, maculis quatuor flavts ; 
duabus pone scutelLwn ct una latcrale ante apiccm. 

Santo- Domingo ? 

2 LEUCOCERA FERRCGINEA. Long. 5 mill.; lat. 3 1/2 mill. Ob onya, 
fcrruginca nitida, antcnnis a dimidio ad apiccm ditatatis, subscrralis, 
albis; proihorace Iransvcrsim convexo, latcribus recto dcclivi, crasso. 
punctis panels impresso; scute Ho fere triangulari; clytris angustc lincato- 
punctulato-striatis singulo nono striis t sulurale breve; fcmoribus brcvibus, 
crassiusculis. 

Lcucocera fcrruginca Dej., Gat., 3 e ed., p. /i l 28. L. pallidicomis 
Chevr. 

Santo-Domingo. 

La L. iimdana Jacquelin Duv., ayanl meme signalement de couleur, 
en differe par des anlennes courles, gr61es, par le prolhorax tr6s glabre, 
moins convexe en dessus, arrondi sur les cotes qui seuls oifrent des points 
plus re guliers et plus profonds ; les slries des elytres, bien qu 6troiles, 
sont finement ponctu^es-strie^es. 

M. If. Lucas dit qu en frappant des fagots provenant de la chalai- 
gneraie de Ghambourcy, qui malheureusement disparait tons les jours, il 
s est procure quelques Coleopleres interessants, parmi lesquels il croit 
devoir citer un Longicorne : VExocentrus adspersus Mulsant et Key (Hist. 
Nat. des Col., Suppl., 1826; Eorumd., loc. cit., p. 323, 1863), qui n elait 
encore mentionne que comme habitant les environs de Lyon et de Bor 
deaux. 

Le meme mcmbre communique e"galement la note suivante : 

En compulsant les auleurs dans lesquels il est question de YEuophrys 
(Attus) erratica, j ai vu que le cocon de celte espece, abondamment 
re pandue a l^ris et dans les environs, n avait encore ete" qne tres impar- 



101 

faitemenl signal. Ayant pu 6tudier cetle Aran&de, que je prends com- 
mune"ment dans I appartementque j occupe au Jardin-des-Plantes, je vais 
faire connailre le cocon lisse par cetle espece pour meltre ses ceufs a 
1 abri dcs dangers venant de Texte rieur. C est dans un cornet que j avais 
place une femette qui, par le de veloppement de son abdomen, ne devait 
pas larder a pondre, de maniere que le cocon, a cause des conditions 
loutes particulieres dans lesquelles il a ete construit, est sensiblement 
plus long que large. II a la forme d un ovale allonge", et la soie dacs 
laquelle sont deposes les oaufs est d une couleur argent mat ; elle est 
fine, serre e, Ires abondante, et c est dans le centre de cet amas soyeux, 
Ires doux au toucher et non agglulinant, que sont places les ceufs. Une 
couche de soie pen abondante, moins blanche, moms serree et agglu- 
tinante, recouvre ce cocon ; c est sur cetle seconde couche soyeuse que 
se tient la feme He, qui ne tarde pas a perir apres avoir opere sa ponte. 
Quand on e"tudie ces 03ufs, on remarque qu ils sont peu nombreux; 
ils sout d un blanc de lait apres la ponte, mais ils tournent au jaune les- 
lace quelques jours avant rgclosion. J ai compte dix 03ufs, qui sont sphe"- 
riques, lisses et non agglulines. Au bout de quinze a dix-huit jours, 
i e"closion a lieu ; a la sortie de 1 ceuf, les jeuiies presentent de"ja une cer- 
taine dimension ; iis ne tardent pas a muer, et, apr&s cette operation, ils 
doublent de grosseur et de grandeur, et je puis dire que ce de veloppe 
ment s eflectue sans prendre de nourrilure. Les jeunes out 1/4 de mil 
limetre a leur eclosion, et apres leur mue ils egalent en longueur 3/4 de 
millimetre. Apres la mue ils different peu de 1 adulle, si ce n est cepen- 
dant que la tache cephalothoracique est a peine accusee ; il en est de 
meme pour les dessins qui ornent 1 abdomen, qui existent deja, mais 
seulement a Tetat de vestige. Ne pouvant nourrir ces jeunes Aran6ides, 
c est-a-dire ne trouvant pas d insectes a leur convenance, je leur donnai 
la liberte afin de ne pas les laisser mourir d inanilion. 

Membre rccu. Son Altesse royale Monseigneur le prince Ferdinand de 
Saxe-Gobourg el Gotha, due de Saxe, a Vienne (Autriche) (Lcpidopteres 
d Europe], presente par \1. L. Reiche, au nom de P. Milliere. Gom- 
missaires-rapporleurs : MM. A. Raffray et E. Desmarest. 

Candidat presente. M. Galry, a Le Bouillon, pres S^es (Orne) (Entomo- 
Logie generate), present^ par M. Emile Deyrolle. Gommissaires-rap- 
porteurs : MM. E. Desmarest et 11. Lucas. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



102 

BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Stance du 22 Afar* 1882 (fin). 



Psyche, vol. Ill, n 87-89. DIMMOCK, Anatomy of the Mouth-pails 
and of the Suctorial Apparatus of Culex, 1 pi. n. HELEN SELINA 
KING, Thyridopteryx ephemeraeformis Haworth. Its habits and meta 
morphosis. M.-E. MURTFELDT, Habits of Hypoprepia Packardii 
Grote. 

Revista da Soc. de Instruccao do Porto, mars 1882. M.-PADL. D OLI- 
VEIRA, Catalogue des Insectes du Portugal (suite). 

Revue dcs Travaux scientifiques, publie"e par le Ministere de I lnstruction 
publique, 1. II, n 2. Comptes rendus de Iravaux enlomologiques. 

Societe entomotogiquc de Bclgiqw, Comptes rendus, se"rie til, n 15. 
LANSBERGE, Enumeration des Scarabeides rapportes du pays des So- 
malis par M. Revoil. CHEVROLAT, Description de nouveaux Gho- 
lides. BECKER, Communications arachnologiques. 

Tromso Museums Aarsheftcr, 1881, IV. SCHOYEN, Nye Bidrag til 
Kundskabem om der Arkliske Norges Lepidoplerfauna. 

Verhandlungcn der k. k. zool.-bolan. Gesellschaft in Wien : 

1878. T H. BELING, Zweiler Beitrng z. Nalurg. (Metara.) vers- 
chiedener Arten aus der Familie der Tipuliden. D r FR. BRAUER, 
Betrachtungen uber die Verwandlung der Insekten im sinne der 
Descendenz-Theorie. II. A.-E. HOLMGREN, Enum. Ichneumon, 
exhibens Species in Alpinus Tirolias captus. EDM. REITTER, INeue 
Cucujidae des Kb nigl. Museums in Berlin. Breitr. z. Kennlniss der 
Lyctida3. Die Alien der Gatt. Sphindus und Aspidiphorus analyt. 
dargestellt. MOSCHLER, Neue exot. Hesperidffi. D r G. MAYR, 
Arlen der Chalcidiee-Gatt. Euryloma durch Zucht erhallen. 
D r FR. Low, Milth. uber Gallmiicken. FERD. KOWARZ, Die Di- 
pteren Gatt. Argyra Macq. uud Leucostola Lw. LUDW. MILLER, 
Eine Coleopterol. Reise durch Krain, Karnten und Sleiermark in 
sommer 1878. OTTO HERMAN, Ueber Thysa pythonissa3formis Kemp. 
Jos. MIK, Ueber Amphipogon Spectrum, etc. BRUNNER VON 



- 103 

WATTENWYL, Melhode znm Trocknen frisch gesammelter Inseklen. 
D r L. KOCH, Uebersicht der von D r Finsch in Westeiberien gesam. 
Arachniden. JOSEF PASZLAWSZKY, Massenhafles Erscheinen von 
Taulendfusslern. Jos. MIK, Dipterologiae, etc. 

1879 (l er semestre). EDM. REITTER, Coleopterol. Ergebnisse 
einer Reise nach Croatien und Slavonien unter Mitwirkung der H.-H. 
Eppelsheim und V. Heyden. D r KRAUSS, Synon. Beraerk. mil Bezug 
auf Bolivar s Calal. Orthopt. Europae. FR. Low, Zur naheren 
Kennlniss Zweier Pemphiginen. EDM. REITTER, Bestimm. -label, 
der europaisch. Coleopt. I. Enthaltend die familien : Cucujidae, Tel- 
malophilidaB, TritomidaB, MycelseidaB, Endomychida3, Lyctidas und 
Spliindidae. FR. FARSKY, Die erslen Stande zweier Rimkelruben- 
fliegen (LonchaBa chorea Meigen, Anlhomyia conformis Nord.). 
EDG. KEYSERLING, Neue Spinnen aus Amerika. FR. KOHL, Neue 
tirolische Grabwespen. 

1879 (2 e semeslre). - A. BOHATSCH, Nachtrag zur Lepidopt. -Fauna 
Syriens. D r J. GSOKOR, Ueber Haarsackmilben und eine neue Va 
rietal derselben bei Schweinen Demodex Phylloides. H. LEDER, 
Beitrag zur Kaukasischen Kafer-Fauna. EDM. REITTER, Beitrag zur 
Synonymic der Coleopleren. D r H, LOEW, Analytische Tabelle zum 
Bestimmen der JNordamerikanischen Arten der Tipuliden-Galt. Pa- 
chyrrhina. C.-R. OSTEN-SACKEN, Die Tanyderina eine merkwurdige 
Gruppe der Tipuliden. EDM. REITTER, Beitrag zur Kenntniss euro- 
paischer Pselaphidae und Scydmenida3. ID., Neue Goleopt. aus dem 
Sudostlichen Russland. ID., Ueber Speteodytes Mill. FR. Low, 
Alitlheil. uber Psylloden. D r G. MAYR, Ueber die Schlupwespen 
(lallung Telenomus. D r FR. Low. Beschreib. von neuen Milben- 
gallen, nebst Mittheil. uber einige schon bekannle. 

1880 (l cr semestre). L. MILLER, Berichl uber eine im Fruhling 
1879 nach Dalmatien unternommene Goleoplerolog. Reise. D r FR. 
Low, Ueber neue Gailmucken und neue Muckengallen. EDM. REIT 
TER, Beslim. Tabel. der Europaischen Coleopt. III. (ScaphidiidaB, 
Lathridiidae, DermestidaB). ID., Coleopt. Ergebnisse einer Reise 
nach Croalien, Dalmatien und Herzegovina in Jahre 1879 unter Mit 
wirkung der H.-H. Eppelsheim und Miller. FR. BRAUER, Verzeichn. 
der von Fedtschenko in Turkestan gcsammellen Odonaten. D r FR. 
Low, Turkestanische Psylloden. 



104 - 

ANDR (EDMOND). Species des Hyme"nopteres d Europe el d Alge>ie, 
12 e fasc., 1882. * 

CUKI y MARTORELL (MIGUEL). Datos para Una flora de los insectos de 
Catalufia, 29 p, (An. Soc. Esp. Hist, nat., 1881.) * 

PICCIOLI (F.). Note entoraologiche, 10 p. * 

THOMSON (C.-G.). Hymenoptera Skandinavise. 5 vol., 1871-1878. * 

ID. Kongl. Svenska Fregat. Eugenics resa, etc... Diptera, sp. n. 1858. * 

ID. Opuscula Entomologica. 8 fasc., 1869-1877. * 

ID. Skandinaviens Coleoplera. 10 vol., 1859-1868. * 

(Ces divers ouvrages offeris a la Socie te par 1 auteur apres sa nomi 
nation de membre honoraire.) 



Stance du 12 Avril 1882. 

American Naturalist (The), vol. XVI, n 4 (avril 1882). A. PACKARD, 
Is Limulus an Arachnid?. Diverses notes. 

Annales de la SocUU entomologique de France, 6 e se"rie, tome I er , 1881. 
A e trimestre, planches 11, 12 et 13. Deux exemplaires pour la 
Bibliotheque. 

Me"moires, p. 417-528. Bulletin des stances, p. CXXIX-CLXVIII. 
Bulletin bibliographique, p. 33-54. Liste des Membres et 
Tables. 

L annde 1881 complete comprend 56 feuilles 3/4 (908 pages) et 
14 planches, dont 3 col., qui se r6partissent ainsi : l rc partie, 33 feuilles 
(528 p.); 2 e partie, 10 feuilles 1/2 (168 p.) ; 3* parlie, 7 feuilles 1/4 
(116 p.); Faune des Cole opteres du bassin de la Seine, par M. L. 
Bedel, 6 feuilles (96 p.) et une planche. 

L Archiviste : A. LEVEILLE. 
Paris, 6 mai 1882. 



PARIS. Typography et Lithographic FELIX MALTESTE ET C, rue Dussoubs, 22. 



1882. No 9.. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



Avis. M. le Tresorier prie instamment ceux de ses collogues en retard 
de vouloir bien lui faire parvenir, aussit6t que possible et sans frais, le 
montant de leur cotisation pour 1 annSe 1882. 



BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissant deux fois par mois. 



Stance du 1O Mat 188*. 

Pr6sidence de M. L. REICHE. 

Correspondance. M. le Ministre de 1 Instruction publique crit qu il 
met a la disposition de la Sociele une somme de 500 francs comme 
encouragement a ses travaux pour l anne"e 1882. 

Lecture. M. le D r Maurice Re"gimbart adresse la l re partie d un memoire 
ayant pour litre : Essai monographique sur la famille des Gyrinidse ; 
travail accompagn^ de trois planches. 

Communications. On annonce : 1 que M. Raflray vient d etre nomme 
vice-consul de France a Tamatave (Madagascar) et qu il a recu les palmes 
d officier de Tlnsiruclion publique; 2 que M. Mellotiee vient de partir 
comme interprele au consulat de France, a Tien-Tsin (Chine). 

M. Clement, chasseur naturaliste de feu M. Schrader, a Tjandjoer 
(10 C annee, n 217.) 9 



- 106 

(Java), se met a la disposition des entomologistes pour recueillir des 
Insectes de tous les ordres et tous les aulres Article s, soil a Java, soil 
meme au besoin a Sumatra ou a Borneo. 

M. le vicomte Gaston de Bony adresse de Bujaleuf (Hante-Vienne) 
quelques renseignements au sujeUle YExocentrus adspersus Vliils., signale 
recemment par M. H. Lucas comme pris a Chambourcy, et qui avail ete 
indique" pre"cedemment des environs de Lyon et de Bordeaux : 

Ce Longicorne, gcrit-il, doit avoir un habitat beaucoup plus repandu, 
car je Tai recu de diverses parties de la France, et il habile aussi le 
deparlemenl de la Haule-Vienne, ou il esl m6me tres commun dans 
la partie sud-est, monlagneuse, boise e el assez froide. On le trouve en 
juillel et au commencement d aoul sur les branches morles de chenes 
qui servent a confeclionner les haies. Il se lienl de preference sur les 
branches d un pelit diametre qu il embrasse de ses anlennes de maniere 
a. s en servir comme d une paire de palles supplemenlaires. Il reste ainsi 
jusqu au soir; alors seulemenl il sort de son immobilile el vultige autour 
de la haie. Lorsqu il se tient sur des branches plus grosses, il se cache 
centre les aspe>ites de 1 ecorce, les nceuds, bourgeons, elc.; les antennes 
alors sont parallels au corps. Je le trouve loujours en compagnie de 
VMnsestkctis testacea el du Liopus nebulosus. 

Le pays esl couverl de chataigneraies, el jamais je ne 1 ai pris sur le 
chalaigner. Il ne recherche m6me pas eel arbre, car cerlaines clolures 
failes de buches de chalaigners et reliees par des liens de chenes, comme 
les haies, ne m en donnaienl que rarement, et loujours sous Tecorce du 
chene. 

Contrairement a Topinion de Mulsant (Des Larves des Coleopleres, 
p. ZiSZr), qui laisse entendre que la femelle de VExocentrus adspersus ne 
pond que sur les branches nouvellemenl morles, je crois que cette iemelle 
recherche les bois morls depuis dix-huil mois au moins, mais un peu 
humide sous 1 ecorce. Je n ai jamais renconlre les larves ou Tinsecle sur 
des branches de chenes avanl leur emploi en haie et 1 annee seulement 
qui suivail, c?esl-a-dire dix-huil mois environ apres la coupe. 

M. le D r L.-W. Schaufuss adresse, de Dresde, les remarques sui- 
vanles : 

1 Bembidium riparium Ol. ne peut ^tre confondu avec le B. bigutta- 
tum F. a cause des interslries aplaties. B. inoptatwn Schaum en esl, selon 
moi, synonyme. 



107 

2 J ai recu VOchthebius bicolor Germ. : 1 de Berlin, sous le nom de 
quadrifossuiatus Waltl ; 2 de Vienne, sous celui d O. numidicus Reitt. 

3 Ochlhebius submersus Chevr. doit &tre cite dans les Catalogues des 
Coleopteies d Europe : je 1 ai pris pres de Marseille. 11 manque dans le 
Catalogue de Stein et Weise, 2 e ed. 

li II est possible que mon Hydroporus Brannani (1869) ne doive pas 
etre se pare 1 du H. vestitus Fairm.; dans ce cas, le nom que j ai donne" 
doit ne"anmoins etre maintenn, a cause de YHydroporus vestitus Gebl. 
(18Zi8). VHydr. Fairmairei Lepr. devient synonyme de VHydr. Bran 
nani mini. 

5 Diockares depressus Reitt. n est pas exactement decrit par 1 autenr 
ainsi que je 1 ai dit (Nnnquam oliosus, III, p. 533), et est synonyme de 
Xenoscetis depianatus Woll. Je possede dans ma collection un exemplaire 
typique de M. Reitler. 

6 Dans le Catalogue de Berlin, on a cite les noms : Langelandia media, 
Muellen et planulata Schauf.; ce ne sont que des noms in littcris ; je ne 
les ai pas publies. Je n avais pas le courage de separer specifiquement ces 
insectes: 

7 Je crois devoir regarder le Tembrio opacus Duft. comme une variete 
du T. obscurus F. 

8 M. Reitter ecrit, loc. ai. : Hetops lapidicota Kuest. = H. splen- 
didulus Schauf. , sans donner la raison de cetle reunion. Je ne puis 
comprendre comment M. Reitter peut voir dans ses especes nouvelles de 
Leptomastax des ponctuations, qui sont tres difficiles a distingut-r avec 
une forte loupe, quand il ne trouve pas les grosses differences qui sepa- 
renl YH. lapidicola du splendidulus , el que le monographs habile 
M. E. Allard a bien reconnu. Les H. splendidulus mini et villosus mini 
se rapporlent tons deux au genre Catomus E. Allard. 

9 Dans le Museum Ludwid -Salvator, il se trouve un type de Caryo- 
bot-us indus Motsch. etiquette par Tauleur lui-meme : India or. , 
tandis que dans le Catalogue Gemmenger et de Harold, p. 322/i, c est 
Mexique qui est cite comme elant la palrie. 

10 Geranorrhinus rufirostris Chevr. est propre a 1 Egyple ; G. Bran 
nani, a 1 Espagne. G. elegans est synonyme du dernier. 

11 Epiphaneus mal.achiticus Boh. est tout different de YE. anatolicus, 



108 

d apres des exemplaires typiques de Kindermann, par les stries alterne"es 
des 61ytres. Les stries 1, 3, 5 et 7 sont saillantes et plus claires de cou- 
leur que les slries profondes ; les eMytres de la femelle de YE. anatolicus 
sont plus longues et oviformes, celles de la femelle de YE. malachiticus 
sont plus globuleuses. 

12 Une regrettable faute lypographique se trouve dans la description 
du genre Metaxoides. Pselaphiden Siams, page 13, 5 e ligne du has, au 
lieu de : die ersten vier am breitesten , lisez : der erste und vierte 
am breitesten . 

M. J. Bourgeois communique la note suivante, relative a deux especes 
de Lycides : 

1 UHomalisus taurinensis (Bonelli), Baudi (fieri, ent. Zeit., 1871, 
p. 91, note) n 6tait connu jusqu a present que du Pi6mont. Notre collegue 
M. Antoine Grouvelle vient d en capturer un exemplaire aux environs 
de Nice. Cela porte a trois le nombre des especes tfHomalisus qui se 
prennent en France : H. suturatis 01., H. Victoris Muls., H. taurinensis 
Baud. 

2 A part le Dictyopterus aurora qui, d apres M. H. Lucas, aurait etc 
trouve" aux environs de Constantine. aucun Lycide n avait encore ele" indi- 
que d Algerie. Grace a la generosite de noire savant collegue M. Leprieur, 
ma collection s est enrichie dernierement d une autre espere algerienne 
excessivement inleressante, appartenant a cette tribu, et qui, non-seu- 
lement est inedite, mais doit encore, selon raoi, constituer un genre 
nouveau, voisin des Lygistopterus. Elle a 616 prise dans les environs de 
Bou-Saada, sur les bords de rOued-Chai r (province de Constantine), par 
M. Charles Leprieur, de si regrettee memoire. Je la de"crirai prochaine- 
ment sous le nom tfAdoceta Caroli. 

M. Ernest Allard donne les descriptions de nouvelles especes de 
Col6opleres : 

1 HALONOMUS CRIBRICOLLIS All. Long. U 1/2 mill.; lat. 2 3/4 mill. 
Fusco-piceus , subopacus , setulis brevissimis et vix perspicuis distantibus 
passim ornatus. Caput rugoso-punctatum. Thorax basi sinuata, media 
parte rotundata ; thorax fortiter punctatus, punctis versus Latera confluen- 
tibuSy in media disci distantibus^ lineaque longitudinati abbreviata in 
media elevata ; elytris fortiter crenato-striatis , interstitiis Latis convexius- 



109 

cults, passim aspero-punctulatis ; antennis pedibusque fusco-ferrugineis ; 
tibiis anticis parum dilatatis, sat forte crenulatis. 
Abyssinie. 

2 HALONOMUS SCHNEIDERI All. Long. 5-6 1/2 mill.; lat. 2 1/2-3 1/3 
mill. Tlwracis basi non sinuata, media parte truncata, angulis posticis 
parum productis. Fusco-piceus, fere niger, subopacus et setuiis brcvissi- 
mis demissis cinereis irroratus ; prothorace dense rugoso-punctato, iinea 
longitudinali Isevi in medio clcvata; clytris crcnato-strialis, interstitiis 
evidentius subrugulosis ; antennis fusco-piceis , basi apiceque rufesccn- 
tibus ; tibiis anticis magis dilatatis et fortius crenulatis. 

Le Caire, Egypte. 

3 CRYPTICDS MURINUS All. Long. 5-6 mill.; lat. 2-2 1/2 mill. 
Fusco-ferrugineus, subopacus, setuiis demissis cinereis omnino opertus, 
oblongus. Criplico pruinoso a/finis, sed major > thorax longior; corpus 
supra densius et longius pilosum. 

Egypte. 

4 SCAURUS MACRICOLLIS All. Long. 14-16 mill.; lal. 5-6 1/2 mill. 
Piceus, oblongo-ovalis ; capite insequali, antice Isevi, parce punctato, pos~ 
lice punctaio-rugoso. Prothorax latitudine perparum longior , apice 
bisinuatus, basi emarginatus, lateribas antice rotundatis, ibique latiori- 
bus , dein sensim angustatis usque ad basin ; supra dense punclatus, 
punctis oblongis, distantibus in media parte antica seel versus latera con- 
fluentibus. Elytris punctato-stnatis, levissime granulatis, singnlo costis 
tribus carinatis, prima in triente antico obliterata, secunda tertiaque uscfae 
ad basin productis ; costis Itviter crenulatis. Abdomen dense punctatum, 
ano, tarsis antennisque rufis. Antennis longis, gracilibus. 

Mesopotamie, Egypte. 

w 

5 VIETA CRINITA All. Long. 16-17 mill.; lat. 5-6 mill. Oblonga, 
nigro-brunnea, molli densaque pubcscentia omnino operia, cum setis lon- 
gioribus rigidis immixtis. Thorax dorso fere planus, antice fortiter tuber- 
culatus , basi sinuata, in medio fortiter acuminata. Elytra oblonga, 
angusta, convexa , in utraque duobus costis flexuosis postice tuberculalis, 
interstitiis grosse foveolatis et transversim rugalis. 

Lac Nyassa. 

6 VIETA EROSA All. Long. 12 mill.; lat. li 3//i mill. Oblongo- 
ovata, griseo-lutosa ; thorax apice parum tuberculatus , basi fere trun- 



110 

catus, supra nigro-longitudinaliter triiincatus, lineis breviter nigro-sctosis, 
dorso longitudinatiter rotundalo. Elytra ovata, convava, reticulo elevato 
dense breviter nigro-sctoso ornata. 
Abyssinie. 

M. Maurice Girard communique quelques fails d entomologie appli- 
*que"e : 

1 A la fin de mars dernier, les poiriers des environs d Arbois (Jura) 
ont e"te forlement e"prouves par un Charancon, YAnthonomus piri Kollar. 
Les femelles ponderit dans les bourgeons a fruits, et la s accomplissent 
les e"tats de larve et de nymphe, 1 adnlle percant le bourgeon d un trou 
rond pour sortir. La recolte future aupres d Arbois etait annoncee comme 
perdue pour 1 annee ; les larves a la fin de mars se trouvaient a toute 
leur taille. Le meme insecle se montre lous les ans dans les pepinieres 
de \1. Jamin, a Bourg-la-Reine (Seine). Les bourgeons atlaques sont Ires 
visibles par contraste, apres la floraison des bourgeons sains. En les. cou- 
pant et les brulant chaque annee, on limite beaucoup le mal, et le dom- 
mage devient faible; c est ce qui arrive chez M. Jamin, grace a ses soins. 
On ne peut songer a atteindre 1 adulte qui vole au soleil, on bien se cache 
dans les fentes des e"corces ou par lerre an milieu des herbes et des 
feuilles seches. 

2 Au commencement d avril, M. A. Levieil, chef de culture chez 
MM. Salomon, a Thomery (Seine-ot-Marne), m a envoye deux chenilles, 
bien connues dans ce pays, pour les degats qu elles exercenl sur les vignes 
de treille, cullivees par toutes les personnes qui ont des jardins dans la 
region et qui donnent le celebre chasselas de Fontainebleau. La plus 
grosse de ces chenilles, nommee dans la locality La jardiniere, ronge les 
jeunes bourgeons de vigne avec tant de voracite qu une seuie null suffit 
pour degarnir entierement un cep. Elle est nocturne et on lui fait la* 
chasse le soir a la lanterne, afm de Tecraser. C est la chenille d une 
Noctuelle, Triphsena Comes Hubner, syn. : Orbona Fabr., espece poly- 
phage, attaquant tous les legumes. Dans son Catalogue des Lepidopteres 
de Saone-el-Loire, M. Constant rapporle que celte m6me chenille devore 
au premier printemps les bourgeons de tons les arbres fruitiers des jar- 
dins d Autun, seuiement pendant la nuit, et qu il la recherchait a la 
lumiere artificielle. 

L autre chenille nuisible aux vignes de Thomery a les memes mo3iirs 
et ronge aussi les bourgeons dans la nuit, moins nuisible seuiement 



111 

parce que sa taille est bien moindre. Elle est appele"e dans le pays la bague, 
a cause de la boucle de son corps quand elle marche. C est la chenille 
d un Phalenien dont j altends 1 eclosion pour la determination specifique 
exacte. 

M. H. Lucas communique la note suivante, relative a un Hyme"- 
noptere de la famille des Siricides : 

Le morceau de bois que je fais passer sous les yeux de la Sociele pre- 
sente plusieurs ouvertures arrondies, tres profondes. Cette portion de 
bois, qui provienl d une toiture recouverte en plomb d une maison situee 
a Paris, a ele donnee au Museum par M. Travers, avec les insectes qui 
ont cause" ces degats. Je les communique egalement a la Soci^te : ce sont 
des insectes de 1 ordre des Hymenopteres et de la famille des Xere"brants 
ou Siricides, le Sirex gigas. A ce sujet, je poserai cetle question : comme 
il esl impossible de savoir si les bois que Ton achete sont prealablement 
attaques par la larve de cet insecle perforanl, les fournisseurs et les 
entrepreneurs doivent-ils etre responsables des degats causes a ces mate"- 
riaux par cet Hymenoplere ? 

On sait que les larves du Sirex gigas vivent de diverses essences 
d arbres et qu elles ne sont pas exclusives dans leur choix, cependant 
c est ordinairement dans le Pin et le Sapin qu on les rencontre; elles sont 
xylophages, et leur presence dans certaines contrees est tres prejudicable 
aux arbres forestiers. De Saint-Fargeau ayant rencontre" une larve de 
Sircx ou Urocerus gigas dans une vieille poutre, aupres de laquelle se 
trouvaient des fragments d une larve de Coleoptere, a conclu que celte 
larve est carnassiere et s est attache a demontrer que les Sirex- ne peuvent 
rester parmi les Tenlhredines, Encycl. metod., t. X, p. 770 (1825). 

Je ferai aussi remarquer que ce n est pas la premiere Ibis que cet 
Hymenoptere est signale comme attaquant le plomb, et ce nouvel exemple 
vie nt con firmer la note que j ai publiee sur celle espece trouvee dans des 
cartouches avec leurs balles peiiorees provenant de 1 arsenal de Grenoble 
(Ann. Soc, ent. Fr., Bull., p. xxiv, 1861). Je ferai enfin observer que le 
plumb qui revet celte portion de toiture pr6senle une epaisseur de 3 mil 
limetres environ. 

M. G.-A. Poujade presente des observations relatives a des Dipteres. 
Nous les donnerons dans le prochain Bulletin. 

M. J.-M.-F. Bigot adresse fla description de deux nouvelles especes 



112 - 

de Dipteres propres a la Galifornie, dont Tune est le type d un genre 
nouveau : 

Genre MYELAPHUS (nov. gen.) mini (/ut//* ixoc). 

Ex Dasypogonidis. Antennis cylindratis ; capite thoraceque, simut 
sumptis, sequitongiSy sex-segmentatis, 1 cytindrico et secundo trilongiore, 
3 primo subsequati, apice, superne, satis longe dentato, ti breviore, apice, 
superne, satis longe, utrinque, dcnlato, 5 et 6, simut sumptis, sequiton- 
gis, muticis, scgmcnto 6 5 duplo minore, apice obtuso ; cunctis irregu- 
laritcr parum nodosis vet obscure sulciolcdis ; fronts prominuto ; facie 
leviter cattosd ; epistomum vibrissis parvis parce munitwn, barba sparsd, 
brevi ; haustetlo rigido, capite parum longiore ; tibiis anticis nutlo modo, 
apice, mucronatis ; aits, venis 3 et l\, apice, disjunctis ; organis <$ copu- 
lationis parvis ; pulviltis et onychiis etongalis. 

M. MELAS, <$ (nov. sp.), mihi. Long. 15 mill. Totus niger, abdo- 
mine nitido ; hatteribus et putvittis flavis ; atis nigris, intits et apice 
parum ditutioribus. Ocutis nudis. 

California. 

Specim. unic. Ex mus. nostro. 

Genre ENOPLEMPIS mihi (voy. Ann. Soc. ent. Fr., Bull., 1880, n 6). 

E. CINEREA, <$ (nov. sp.), mihi. Long. 6 mill. Ginerea. Antennis 
fuscis ; fronte cinered ; thorace vittis quatuor castaneis ornato ; abdominis 
incisuris fuscis ; hatteribus testaceis ; trochanteribus infuscatis ; pedibus 
fulvis ; femoribus, tibiis apice, tarsisque fuscis, tibiis posticis omnino 
infuscatis ; atis subhyatinis, macula stigmaticati tenuissimd, elongatd, 
vix perspicud, fused. 

California. 

Specim. unic. Ex mus. noslro. 

Mcmbrc recu. M. 1 abbe Octave Galry, a Le Bouillon, pres S6es (Orne) 
(Lepidopteres d Europe, principalement ccux de Normandie] presente" par 
M. fimile Deyrolle. Commissaires-rapporteurs : MM. E. Desmarest et 

H. Lucas. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 

Paris, 20 mai 1882. 



PARIS. Typographic et Lithographie FELIX MALTESTE ET C, rue Dussoubs, 22. 



isaa. NO 10. 
SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 

BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissant deux fois par mois. 



Seance du * 8 ilai 18S2. 

residence de M. L. REICHE. 
M. Edmond Andre, de Beaune, assiste & la stance. 

Lecture. M. G.-A. Poujade fait passer sous les yeux de ses collegues 
les figures colorizes qui doivent accompagner un ine"moire destine" a la 
Socie te el ayant pour titre : Metamorphoses du Microdon mutabilis Linne. 

Communications. M. L. Buquet annonce la mort : 1 de M. Stephane 
Bazin, membre & vie, admis en 1851, libe re en 1867, et de cede le 
29 avril 1882, au Mesnil-Saint-Firmin (Oise) ; 2 de M. Jean Chaffan- 
jon aine" de Lyon (Rh6ne), admis en 1877, et qui avait entrepris un 
voyage scientifique dans Pinterieur de TAfrique. 

M. Albert Fauvei fait savoir, par rinterme diaire de M. J. Bourgeois, 
que la Socie te francaise d Entomologie tiendra prochainement sa session 
annuelle, a laquelle tous les entomologistes peuvent prendre part, dans 
le Dauphine et la Savoie. Des reunions auront lieu le 25 juin a Lyon, le 
2 juillet a Grenoble et le 9 juillet a Chamb^ry. 

M. Edmond Andr6 fait la communication suivante : 

J ai 1 honneur de presenter a la Socie te un specimen du Catalogue 
d fichanges, imagine" par M. Lucante et applique, pour exemple, a la pre 
miere famille de 1 ordre des Hymenopteres. Ge Catalogue comprend deux 
parties : Tune dite sedentaire, qui ne quitte pas la table de I entomolo- 
giste, 1 autre dite voyageuse, qui peut tre 6tablie tres rapidement et 
expe die e dans toutes les directions. La premiere comprend les noms de 
(10 e annee, n 218.) 10 



toutes les especes nume rote s et accompagne s chacun d un petit rond ou 
une combinaison de traits indique de quelle maniere 1 espece est repre"- 
sentee dans la collection. Le Catalogue voyageur se compose des m6mes 
indications et nume ros, mais sans noms, ce qui permet d en require assez 
le volume et le poids pour qu on puisse 1 envoyer dans une simple lettre, 
sans frais par consequent et sans que la poste puisse faire aucune obser 
vation au sujet des signes conventionnels qui y sont ported. De plus, ces 
Gatalognes voyageurs, n ayant presque aucune valeur, peuvent tre multi 
plies autant qu on le veut. Ce systeme, applique aux Coleopteres de m&me 
qu aux autres ordres d Insectes, rendrait certainement de grands services. 

M. le D r L.-W. Schaufuss adresse de Dresde la description de trois 
Pse"laphides nouveaux : 

1 RHEXIUS ANGUSTATUS Schauf. Long. 1 2/5 mill.; lat. fere 1/2 mill. 

Piceo-castaneus, antennis, pedibus, elytris clarior, dense erecte pubes- 
cens; capite transverse, vertice depresso, foveis tribus Lima conjunctis ; 
thorace breviter obcordato, lateribus dentatis, supra medium profunde et 
postice transversim sulcato trifoveolatoque; elytris parum convexis, antice 
subattenuatis, humeris distinctis. 

Hab. Cayennae. 

Jthexino majorino affinis, sed minor, angustior, elytris medio sine stria, 
antennarum articulis nono et decimo transversis. Elytra sunt subtilissime 
disperse punctulata et ut totum animal pilis erectis ornata, in eorum basi 
plicata striae obsoletae observandae sunt. Thoracis impressio longitudinalis 
antice parum dilatatur. 

2 RHEXIUS SEMIHYALINUS Schauf. Long. 1 1/2 mill., lat. large 1/2 mill. 

Rufo-testaceus, antennarum clava, palpi s tarsisgue pallide-testaceis, 
pubescens; antennarum articulis 3-8 leviter, 8-10 valde transversis y 
8-ll clavam formantibus ; capite transverso, antice rotundato et im- 
presso , postice utrinque foveolato , medio impresso ; thorace breviter 
obcordato, lateribus denticulatis, medio longitudinaliter profunde, ante 
basin tinea curvata impresso, fovea utrinque (tinea conjunctis); elytris 
lateribus antice parum rot undatim-angustatis , subconvexis, subopacis, 
pubesctntibus, stria media abbreviata, basi plicata ; abdomine lateribus 
rotundatis, segmentis tribus primis inter se gradatim brevioribus. 

Hab. Nova-Granata. 

OBS. Segmento abdominis primo basi impresso; alis albido-hyalinis, 
animale multo longioribus ; habitu Rhexio angustato affinis, elytris striatis 
autem, statura angustiore, colore, etc. differt. 



- 115 

3* BRYAXIS MONOCEROS Schauf. Long. 1 2/5 mill.; lat. 2/3 mill. 
Castaneo-rufus, antennis decem articulatis pedibusque paUidis ; an- 
tennarum arliculis binis ultiniis maximis, ultimo apice intus exciso, 
nono transverso ; palpis maxillaribus articulis binis ultimis robustis 
capite antice cornu porrecto prsedito, postice bifoveotato; thorace elongato- 
subcordato, basi trifoveolato , fovea media parum minori ; elytris sub" 
convexis, antice parum rotundato-angustatis, punctulato-pilosulis, striis 
suturati Integra, discoidali abrupta ; abdominis segmento primo maxima, 
utrinque striola msculpta. 

Habit. Surinam. (Coll. Dohrn et Museum Ludov. Salv.) 

OBS. Tibiae post primam tertiam partem parum dilatatas, posticse elon- 
gatse et paullum curvalae. 

Animal excellens palpis crassis et cornu porrecto acuto capitis a Dom. 
C.-A. Dohrn, doct., communicatum est. 

M. Maurice Girard communique la note suivante : 

Je rec.us, le 9 mai, de M. Faure, president du Cornice agricole de 
Brioude (Hautc-Loire), des insectes indiques comme rongeant les bour 
geons des vignes d une maniere complete, en commencant par la pointe. 
Ces insectes etaient des adultes de Vllylobius abietis Linn. D apres le 
nom meme de ce Charancon, j ecrivis & M. Faure qu il pouvait y avoir la 
un ramassage accidentel. M. Lichtenstein, de son cote, adressa a M. Faure 
la m&me remarque et 1 engagea, comme moi, a faire une verification per- 
sonnelle et attentive. 

Le 17 mai, M. Faure, accompagne de trois membres du Cornice agri- 
cole, se rendit aux vignes attaquees, a 8 ou 10 kilometres de Brioude. 
Sur plus de vingt ceps dont les bourgeons avaient ete 7 coupes la nuit 
pre"cedente, il deterra au pied les memes Charancons et m envoya dans sa 
leltre des individus encore vivants. Les vignerons assurerent qu ils les 
prenaient sur le fait, entre trois et quatre heures du matin, avant le lever 
du soleil. A environ 200 metres de la vigne la plus fortement attaque e se 
trouvait un petit bouquet de Pins de Bordeaux, d environ b ares d 6ten- 
due. A mesure qu il en approchait, M. Faure voyait de"croitre sur les 
vignes le nombre des ceps a bourgeons coupes; enfm les vignes n avaient 
aucun mai contre la petite pineraie. En secouant les pins au-dessus du 
parapluie, il n a fait tomber aucun Hylobius, et les pins n avaient pas de 
bourgeons coupes. 

Les vignes sont tres ine"galement attaquees par ce Charancon d une 
parcelle de vignoble a une autre, qui semble tout a fait dans les memes 
conditions. Dans la commune de Lavaudieu, les parcelles les plus atta- 



lit _ 

ques sent celles de M. Pierre Pialloux, Tune d elles pres de la petite 
pineraie. Dans la commune de Chaniat , les vignes les plus endommage es 
sont celles du marshal, M. Touchebceuf. D apres ce dernier, des l anne"e 
1881, il aurait entierement perdu une de ses vignes par cause du Cha- 
ranon, s il n avait trouve" un bon pre servatif. Ayant observe" qu il ren- 
contrait souvent le matin beaucoup de ces insectes, soil sous un fagot 
oublie, soil sons une botte d e chalas, il imagina de placer de distance en 
distance dans ses vignes des petits fagots avec des branches d arbres 
verts, et, tous les matins, il les visitait et faisait ge"ne"ralement une chasse 
tres abondante. 

Les faits qui me sont communiques par M. Faure me semblent observes 
avec assez de precision pour engager les viticulteurs et les entomologistes 
a de nouvelles recherches relatives a un insecte non encore signale, a ma 
connaissance, parmi les ennemis de la vigne. 

M. H. Lucas communique la note suivante, relative a un insecte de 
Tordre des Ne"vropteres : 

Les metamorphoses du Binocle a queue en plumet de Geoffroy, Hist, 
nat. des Ins. des envir. de Paris, t. II, p. 660, pi. 21, fig. 3c,f,g (1762), 
ont demande" un siecle pour etre connues, encore ne le sont-elles quo. 
jusqu a re"tat de nymphe ou subimago; quant a celle d insecte parfait ou 
imago, celte derniere metamorphose a echappe" jusqu a present aux inves 
tigations des naturalistes scrutateurs. 

J ai quelquefois rencontre la larve de ce N6vroptere aux environs de 
Paris, particulierement entre fipone et Mantes ; c est ordinairement dans 
1 eau, sous des pierres immerge es, que j ai capture cette larve singuliere. 
Feu Montandon 1 avait prise aussi aux environs de Paris, sur les bords de 
la Seine, au Bas-Meudon et au Point-du-Jour. 

Au sujel de cette espece, que les naturalistes designent sous le nom de 
Prosopistoma puncttfrons Latr., Nouv. Ann. du Mus., t. II, p. 34 (1833), 
je ferai observer qu en Enlornologie, comme du reste dans toutes les 
sciences naturelles , il est une regie a laquelle se conferment tous les 
auteurs modernes : quand une espece a ete" decrite d une maniere satis- 
faisante, elle demeure a jamais la proprie te de celui qui le premier Ta 
fait connaitre, et cela lors m6me qu elle serait transportee dans un autre 
genre et m&me dans une autre classe. C est ce qui doit avoir lieu pour le 
Prosopistoma punctifrons, dont le nom spe cifique doit tre change et 
remplace par celui de foliaceum, comme etant le plus ancien. En efiet, c est 
en 1785 que Fourcroy, Entom. Paris., t. II, p. 139, a fait connaitre cette 
espece sous cette denomination. Latreilie, auquel on doit 1 e tablissement 



du genre Prosopisloma, Nouv. Ann. du Mus., t. II, p. 33 {1833), a d6crit 
sous le nom de variegatum une seconde espece qui a etc decouverle a 
Madagascar en 1832 par Jules Goudot. Latreille en a fait un Crustace" 
suceur, et a ce sujet on dit que cet auteur a comrais une grave erreur 
que Ton doit trouver cependant bien excusable si on se reporte Tepoque 
et surtout a 1 age auxquels Latreille a fait connaitre cette nouvelle coupe 
gene"rique, loc. cit., p. 33 et 34 (1832). 

Ayant pu etudier ce Prosopistoma, dont le Muse"e de Paris possede trois 
individus, je dirai qne chez cette espece de Madagascar les yeux, comme 
ceux du Prosopistoma foliaceum^ sont reticule s ou a facettes. Les indi 
vidus rapporte"s par Goudot, il y a un demi-siecle, appartiennent a des 
ages differents, comme le de"monlrent les dimensions suivantes : longit. 

5 millim,, lat. 3 millim.; longit. 6 millim., lat. 3 millim. 1/2; 
longit. 7 millim., lat. A millim. 

Le mfime membre dit que lorsqu il a communique" a la Societe", Bull., 
p. LI (1878), un exemplaire du Vanessa lo, recueilli au Japon, des doutes 
se sont Sieve s sur la provenance de cette espece. Aujourd hui il est heu- 
reux de pouvoir montrer a ses collegues un male et une femelle de cette 
Vanesse 6galement rencontre s au Japon et dont il a signale" les differences 
climateriques. Il a Tespoir que cette nouvelle communication convaincra 
les incredules au sujet de cette decouverte curieuse au point de vue de 
la geographic entomologique. (Seance du 10 mat 1882.) 

M. G.-A. Poujade presente les observations suivantes relatives a un 
Diptere : (Stance du 10 mai 1881.) 

M. le docteur Al. Laboulbene, dans la stance du 8 Janvier 1879, montra 
une serie d un Diptere du genre Alophora (A. aurigera Egger) et appela 
Pattention des observateurs sur l extrme variability de cette espece. 

Au mois d aout de Tann^e derniere j ai rencontre 1 dans la foret de 
Villers-Cotterets un grand nombre d individus de PA. hemiptera Fab., 
butinant sur les fleurs du Sambucus ebutus. Cette espece n est pas moins 
variable que la pr^cedente, tant pour la taille que pour la couleur, sur 
tout chez les males. Les plus grands mesurent 12 mill, de longueur et les 
plus petits 9 mill. Les ailes des premiers sont diaphanes, jaune roussatre 

6 la c6le, avec des bandes longitudinales brunes d un joli effet ; re"cusson 
tranche par sa couleur fauve clair sur le ton ardoise" du corselet qui est 
traverse" par quatre bandes longitudinales noires et erne" sur les cot6s 
de poils couleur feu. L abdomen est orange" et orne" d une tache longitu- 
dinale brun bronze", tantot etroite et tant6t envahissant presque tout le 



- 118- 

dessus. A mesure que" Ton observe la degradation de taille, on constate 
que les bandes des ailes s eiargissent jusqu a ce qu elles occupent tota- 
lement la surface de 1 aile, qui est alors couleur de suie ; recusson 
s obscurcit jusqu a devenir noiratre dans les plus pelits individus, chez 
lesquels, en plus, les fascies du corselet disparaissent ; la teinte orangee 
de 1 abdomen devient de plus en plus fonce e. 

Les femelles n offrent de difference que dans la taille (de 8 a 10 mill, 
de longueur); elles ont toujours les ailes diaphanes, avec la cote un peu 
jaunatre, le thorax, brun noir, garni de poils lateraux couleur feu, et 
1 abdomen brun rouge, avec une tache plus ou moins large, d un noir 
bleualre. 

Les individus a ailes entierement noiratres forment 1 espece decrite par 
Meigen sous le nom de A. obscuripennis, et les types de cette espece sont 
au Museum. II requite de ce qui precede que Y obscuripennis de Meigen 
doit e"tre considered comme la meme espece que Vhcmiptera de Fabr., 
vu rimpossibilite de les separer. 

Le me" me membre fait passer sous les yeux de la Societe une variete 
assez curieuse de YAsthena candidata W. V. , qu il a prise a Montmorency 
a la fin d avril. Les quatre ailes n ont que les fascies medianes : trois aux 
superieures et deux aux inferieures ; celles des extremites des ailes ont 
completement disparu, ce qui donne a cette Phaienite un aspect parti- 
culier. (Idem, ibidem.) 

M. le D r A. Laboulbene fait a la Societe" les diverses communications 
qui suivent : 

1 II parle d abord des larves de Subuta dtripes qu il avait recueillies 
a Senlis, il y a pres d une ann^e, dans les ulce"rations de vieux ormes. 
Les larves de ce Diptere sont resides sans etre humecte es depuis un 
temps fort long, elles se stint ne"anmoins transforme"es en pupes et les 
insectes parfaits sont eclos en ce moment, au noinbre d une douzaine 
environ. 

2 II montre ensuite un morceau de bois sur lequel sont des larves 
de DipUres desseche es et un tube renfermant les m&mes larves dans 
1 alcool. 

Une belle trouvaille de noire collegue M. Poujade m engage, dit-il, a 
vous presenter quelques details sur une curieuse larve de Diptere, que 
j ai vite reconnue quand M. Poujade me 1 a communiquee. II a eu 1 heureuse 
chance d en voir e"clore I iusecte parfait, qui apparlient au genre Hicrodon 
OU Aphritis. 



- 119 

J avais, une premiere fois, vu cette larve sous des decrees d arbre a 
Fontainebleau, dans les premiers temps de mon arrived a Paris ; mais, 
avec MM. Fairmaire, Aube", MelH6 et d autres, nous n avons pas remarque* 
si elle vivait en compagnie de Fourmis. 

Plus tard, notre collegue M. Puton a bien voulu m envoyer de ces 
curieuses larves qui ne se sont point transformers. 

Le morceau de bois que void, et qui est, ce me semble, du bois de Pin, 
e"tait couvert de ces larves ressemblant a de petites Tortues ou a certains 
Mollusques. Je crois qu il m a 616 envoye* par notre tres regrette" collegue 
M. le D r Cartereau. J avais cru toutes les larves desse che es, excepte" bien 
entendu celles places dans 1 alcool ; mais deux d entre elles s e"taient 
changers en pupes au fond d un trou du bois et les insectes sont e"clos. 
J avais malheureusement laisse" le tout dans du papier, sans le meltre en 
lieu clos. Je n ai pu retrouver les Dipteres. 

Enfm, notre collegue M. Vale"ry Mayel m a fait parvenir dans une bolte 
ces m6mes larves, et j ai pu voir leurs mouvements tres lents, leur dessus 
du corps rugueux en treillis, le dessous charnu et Ires adherent au plan 
de position, les stigmates poste"rieurs. J annongai a M. Vale"ry Mayet qu il 
verrait Sclore de ces larves un Diptere et un Syrphide. J ai appris que 
j avais devine" juste. Notre collegue m a promis de me donner 1 insecte 
parfait ; je 1 attends encore. Si re"cho de mes paroles lui parvient, il est 
encore temps de me faire grand plaisir en me 1 envoyaut. 

M. Poujade a 616 favorise" en re ussissant a Clever les larves du Microdon 
mutabilis. II a fait des figures exactes et artistiques de 1 insecte sous 
ses trois etats. Je suis heureux de lui remettre ce morceau de bois et les 
larves dans 1 alcool qui pourront servir pour son travail. 

3 M. Laboulbene fait encore une communication sur le pirasitisme de 
"Argas reflexus : 

Un me decin distingue* de Charleville (Ardennes), ancien interne des 
hopitaux de Paris, M. le D r Chatelin, m a adress^ dans une lettre un 
Arachnide parasite. Voici les passages principaux de cette lettre : 

Je viens soumettre a votre examen un Arachnide que j ai trouve" 
chez un de mes clients et qui produit des morsures douloureuses avec 
gonflement parfois considerable. 

Un jeune enfant, mordu au pe"nis, pr^sentait quelques heures plus 
tard un cedeme se rieux de la verge, du bas-ventre, des bourses, de la 
partie inferieure des cuisses. Cet cedeme, dur et douloureux, persista 



120 

pendant plusieurs jours. Le pere de Fenfant, homme vigoureux, Tient 
d etre mordu au coude ; en ce moment, tout 1 avant-bras est le siege d un 
gonflement notable avec tension douloureuse et engorgement ganglion- 
naire dans 1 aisselle. 

L Arachnide examine" n e"tait autre qu un Argas reflexus . M. P. M6- 
gnin, notre collegue, qui se trouvait avec moi quand j ai ouvert la leltre, 
a e"galement reconnu 1 Arachnide qu il a de"crit re"cemment dans son 
ouvrage sur les Parasites. J ai r6pondu a M. le D r Chatelin qu il s agissait 
de I 1 Argas reflexus vivant sur les oiseaux des colombiers. Peu apres, je 
recevais les renseignements suivants : 

II existe, en effet, dans la maison ou les accidents dont je vous par- 
lais se sont produits, un colombier, mais depeuple" depuis six ans. II e"tait 
alors infeste* par ces Arachnides. Les pigeons furent de truits et divers 
parasiticides furent employe s a plusieurs reprises. Cependant je pus encore 
retrouver dans les fentes des murs quelques rares repre"sentants de la 
colonie massacre e. Les Argas qui avaienl e chappe descendent encore 
chez 1 habitant, ou ils se vengent de la destruction de leurs freres. Les 
e*chantillons pris dans le colombier et dans les appartements sont iden- 
tiques. 

M. Laboulbene fait remarquer le temps tres long e coule depuis la 
destruction du colombier (six ans) et qui n a pas suffit pour empecher 
les Argas de vivre. 11 rappelle sa communication sur les Argas de Perse 
que lui avail remis M. le D r Tholozan et qu il a presented d la Societe* 
en juillet 1881. Ces Argas sont rested chez lui pendant quatre ans, enve- 
Iopp6s dans du coton, et ils 6taient vivants en grand nombre quand ils 
ont ete" mis sous les yeux de nos collegues. Cette longe vite est vraiment 
extraordinaire. 

Bientot, Sjoute M. Laboulbene, j offrirai a la Socie te , en mon nom et 
en celui de M. Me"gnin, un travail qui va paraitre sur les Argas de Perse 
(Argas persicus et Tholozani) et dans lequel ces faits se trouvent consi- 
gne"s. 

Gandidat presenU. Lord Thomas Walsingham, Eaton House, Eaton 
square, a Londres (Angleterre) (Entomologie generate, surtout Microlepi- 
dopteres], pre"sente" par M. tm. Ragonot. Gommissaires-rapporteurs : 
MM. Goossens et Poujade. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 

Paris, 3 juin 1882. 



p ARIS . ^_ Typographic et Lithographic FELIX MALTESTE ET C, rue Dussoubi, 22. 



1882. NO 11. 



SOCIETE ENTOMOLOGIQUE BE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



Avis. A. Les reclamations doivent etre adressees : l n pour le But- 
letin, au 2 e Secretaire adjoint (M. A.-L. Clement, 34, rue Lacepede) ; 
2* pour les Annales expedites aux membres et pour les cotisations, au 
Tresorier (M. L. Buquet, 52, rue Sainl-Placide) ; 3 pour les Annales 
echangces avec les Societes savantes, & 1 Archiviste (M. A. Leveille, ^2, rue 
Saint-Placide). ~ Le Secretaire ne peut que transmeltre a ces fonction- 
naires les reclamations qui lui sont directement envoyees. 

B. Le premier nume"ro trimestriel des Annales pour 1882 sera distribue* 
dans la seance du 28 juin. 



BULLETIN DES SEANCESl 

Paraissant deux fois par mois. 



Seance du 14 Juin 

Presidence de M. L. REICHE. 
M. le D r George- Henry Horn, de Philadelphie, assiste a la seance. 

Lectures. M. Aug. Salle de pose sur le bureau un travail posthume de 
M. ie baron de Chaudoir ayant pour titre : Monographic des Oodites. 

M. J.-M.-F. Bigot adresse une nouvelle suite a ses Me moires sur 
les Dipteres nouveaux ou peu connus, comprenant le genre Volucella. 
(10 C annee, n 219.) 11 



122 

Communications. M. L. Reiche, President, donne lecture de la note 
necrologique qui suit : 

J ai la douloureuse mission de vous faire part de la nouvelle perte qui 
vient de frapper notre Socicle". M. Ch. Javet , notre confrere re"sidant 
depuis trente-cinq ans, est dece de a Passy-Paris le 25 mai 1882, h 
1 age de 80 ans. 

We" a Winterthat, en Suisse, en 1802, Ch. Javet s e"tait de bonne heure 
livre a Mude des Insecles; il posse"dait deja en 18A7 une collection 
imporlante de Coleopleres, principalement europeens, qu il ne fit qu en- 
richir depuis, et il fut elo, cette meme anne"e, membre de la Societe 
entomologique de France. 

Plein d ardeur pour la recherche des Insectes, il faisait annuellement 
des voyages en Angleterre et en Allemagne, pendant lesquels il se mit 
en relation avec les nombreux entomologistes de ces centimes, dont la 
plupart, presented par lui, furent admis comme membres de notre SocietS. 
Ces relations lui permirent de rendre de nombreux et importants services 
a ses confreres de Paris, qui, par son interme diaire, obtinrent des com 
munications importantes pour leurs travaux monographiques. 

Nous nous rappellerons longtemps avec quelle obligeance inaltd"rable 
Ch. Javet se chargeait de nos rapports avec les savants des pays qu il 
visitait, anssi tons ses obliges, et iis sont nombreux, ressentiront vive- 
ment sa perte. 

M. le Secretaire annonce que, dans la stance generate tenue par la 
Societe zoologique d Acclimatation le 26 mai dernier, des medaillcs et 
recompenses ont e"te de"cernees a cinq de nos membres : une meclaille de 
premiere classe a M. Peragallo pour son ouvrage sur les Insecles nuisibles 
et uliles a 1 olivier ; deux medailles de seconde classe a MM. Clement 
et J. Fallou pour leurs iravaux relalifs c l 1 education des Bombyx serici- 
genes nouvellement introduits en France (Attacus Pernyi, elev6 sur le 
Prunier, et A. Gecropia, elev6 sur le Platane); en outre, M. Augusle 
Pissot a obtenu une grande medaille d argent pour son important memoire 
sur les effets des gelees au bois de Boulogne, et M. Oustalet un prix de 
500 francs pour sa Monographic des Me"gapodes. 

M. J. Bourgeois communique les deux notes suivantes, relatives a 
differcntes especes de Lycides : 

1" Dans la stance du 10 mai dernier (Bull. n 9, p. 108), en signalanl 



123 - 

a la Soctete la capture inleressante faite par noire collegtie M. A. Grou- 
velle d un exemplaire de YH. taurinensis dans les environs de Nice (route 
de Nice a Villefranche), j ajoutais que cetle dScouverte portait a trois le 
nombre des especes d Ilomalisus qui se prennent en France. J aurais du 
dire a quatre. En eflet, j ai appris depuis, par d amicales communications 
de MM. L. Bedel et Ch. Brisout de Barneville, qu une autre espece du 
meme genre, YH. unicolor, que je ne connaissais jusqu a present que de 
Naples, de Sardaigne et de Corse, avait ete trouvee dans les Pyrenees- 
Orientales, notamment a Collioure. 

Je profile de 1 occasion qui m est offerle d enlretenir quelques instants 
la Societe" de nos Ilomalisus, pour rectifier une erreur assez repandue 
concernant 171. sanguinipcnnis, que plusieurs catalogues citent indument 
comme se prenant en France. L origine de cette erreur remonle au travail, 
d ailleurs tres utile, publie en 1857 par notre collegue M. E. Mocquerys, 
sous le litre d 1 Enumeration des Goleopteres de la Seine-Inferieure. On 
peul lire, en effet, a la page 83 de ce Catalogue, qu un indiyidu de 
YH. sanguinipennis a ete" pris, en juin, en fauchant sur les cotes arides 
d Etran, pres de Dieppe, et c est sur celte indication que Mulsant s est 
base pour comprenclre 1 espece dans ses Mollipcnncs de France (p. 56), 
lui donnant ainsi droit de cite" dans les catalogues francais. Or, il y a 
plusieurs annees dejc i, j ai pu constater de visu, dans la collection Moc 
querys, que le soi-disant H. sanguinipcnnis n etait autre qu un Platycis 
Cosnardi. Quant au vrai JFI. sanguinipcnnis, je ne sache pas qu il ait ete 
pris, jusqu a present du moins, aulre part qu en Dalmatie et en V^nelie. 

Voici, du resle, aulant que nos connaissances actuelles permettent de 
Tetablir, 1 habilat exact des six especes qui composent a ce jour le genre 
Ilomalisus : 

1. H. suturalis Oliv., Europe cenlrale. 2. //. Victoris Muls., France 
meridionale : Basses-Alpes. 3. //. sanguinipcnnis Cast., Venetie, Dal 
matie. A. //. taurinensis Baud., Pie"mont, France meridionale : Nice. 
5. H. nigricornis Reitt. , Dalmatie meridionale, Herzegovine. 6. H. wri- 
color Costa, Naples, Sardaigne, Corse, France meridionale : Pyrenees- 
Orienlales. 

2 Le genre CAUTIRES C. Waterh. (Illustr. of typ. sp. of Coleopt. in the 
Coll. of the Brit. Mus., p. 36) ne renfermait encore que deux especes de 
1 archipel Malais (C. cxcellcns el congener C. Waterh.). M. Maurice Auberf, 
a qui rentomologie est deja redevable d interessantes decouvertes, a rap- 



porle du Gabon wie Iroisieme espece du meme genre, dont je dois la 
communication a 1 amitie de noire collegue M. Marius Cayol. En voici la 
diagnose : 

CACTIRES OCULARIS (nov. sp.}. Parallelus, subplanatus, brcvissimc 
pubesccns , subopacus , supra luleus, thoracis disco elytrisque postice 
fere a medio inde nigris, subtus nitidior, nigro-piccus, coxis, trochante- 
ribus fcmorumquc bast obscure rufesccntibus, antennis piceis, arliculo 
ultimo luteo ; prothorace transverse, bast longitudinc multo latiore, apice 
triangularitcr tobato, postice bisinuato, anticc et lateraliter grossc rugoso- 
punctato, carina antice simplici, a medio inde vero bifurcata foveolam- 
que cllipticam includcnte, longitudinaliter instructo, lateribus late rcflexo- 
marginatiSt medio transverse plicatis, ad marginem parallclis, subrectis ; 
scutetlo nigro, subquadrato, deprcsso, postice arcuatim emarginato ; cly- 
tris thoracis latitudine, k-costatis, costa tcrtia humiliori, intcrvallis a 
costula longitudinali clathrisque transversis biseriatim quadrato-areolatis . 

c?. Oculis maximis; antennarum articulis 3-10 ramulum compressum, 
articulum ipsum longitudinc multo superantem , a bast emittentibus, 
ultimo elliptico-elongato, lamelliformi ; abdomine segmento 7 apice medio 
subarcuatim inciso, ultimo triangulariter elongato. $. Hucusque invisa. 

Long. 10 mill.; lat. 3 mill. 

Gabon. Collection Aubert. 

Cette espece, que sa coloration permettra de dislinguer a premiere vue 
de ses cong^neres, est remarquable par la grandeur inusilee des yeux 
chez le male. 

OBS. La Caenia Coquercli Fairm. (Ann. Soc. ent. Fr., 1869, p. 227), de 
Madagascar, parait aussi devoir rentrer dans ce genre. 

M. Aug. Chevrolat donne les descriptions de trois nouvelles especes 
americaines de Mordellides : 

1 TOMOXIA MURINICEPS. Long. l\ 3/4 mill.; lat. 2 mill. E long at a t 
nigra, conacca; capite convcxo et prothorace antice atque lateribus murino- 
setoso ; scutello quadrato ; elytris bast minimis f illis in margine media 
macula albo circnmflexa notatis ; pygidio piano, triangulari obtuse pro- 
ductOy tinea alba nitida supra basin; oculis magnis y rotundatis, fcmo- 
ribus crassis, corporeque cinerto albicanli maculalis. 

Nova-Grenata ad ripas Magdalense capta. 



125 - 

Des cinq especes enumerees dans les Catalogues, je possede la T. bi- 
guttata Cast., Tune des plus grandes, et la T. tineella Lee., de la Flo- 
ride. 

Contrairement aux habitudes des autres genres de cette iribu, qui se 
trouvent reunis en grand nombre sur les fleurs a ombelles de nos arbris- 
reaux, les Tomaxia se liennent sur les troncs de certains ar])res trouo"s 
par les larves et sortent a 1 epoque de l accouplement. 

M. Salle a observe les memes moeurs de ces insectes en Ame rique. 

2 GLIPA QUADRIFASCIATA. Long. 10 mill.; lat. 5 mill. Elongata, 
usque ad apicem scnsim attenuata, nigra ; capite rotundato, planiusculo 
cinereo villosulo, fronte plana; antennis nigris, a quarto articulo ad api 
cem serratis; oculis magnis cinereis ; protlwrace diiatato convexo, nigro 
coriaceo, latcribus rotundato basique cinereo, supra scute Hum late trun- 
cato ; scutello postice rotundato, dense cinereo ; elytris singulatim rotun 
datis., fasciis k albis : 2 basi approximatis , c,rtus abbreviatis, 2 infra 
obliquis; se g mentis abdominalibus quinquc, primo et secundo brevi cine- 
reis ; propygidio quadrato etpygidio conico, costato, cinereis ; femoribus 
elongatis, nigris, posticis crassis, basi cinereis, tibiis brevibus rectis, tar- 
sisque cinereis. 

Brasilia a D. Stevens. 

3 GLIPA NIGRO-SIGNATA. Long. 10 mill.; lal. 3 mill. Elongata, 
versus apicem sensim attenuata, nigra et fusca; capite rotundato, planius 
culo, nigro, antice cinereo ; antennis nigris a quarto articulo ad apicem 
semttis ; oculis magnis, rotundatis, rufis ; protlwrace nigro, latcribus 
cinereo, supra scutellum producto emarginato, in margine antico macula 
Iwlosericea nigra, rotundata, signato ; elytris basi nigris, dein postice fus~ 
cis, singulatim rotundatis Imca humerali ad suturam ducta, fasciis dua- 
bus : prima basale secunda infra paululum curvata ad lineam Immeralem 
junctis, fasciisque duabus obliquis infra albis ; propygidio conico dense 
cinereo truncate, pectore albo argenteo femoribus posticis crassis tibiis- 
que argenteo setulosis ; tarsis griseis. 

Brasilia. 

M. le docteur L.-W. Schaufuss adresse, de Dresde, les remarques 
synonymiques suivantes : 

1 Dans la Revue coleopterologique n Zj, M. Reitter dit que mon Para- 
mecosoma balearica est le Leucofiimatium elongatum. Je dois constater 



12G 

que ces deux Coleopteres different considerablement entre eux, et j en- 
gagc M. Reitter a e"tudier avec soin les diagnoses des deux insecles avant 
d en proposer la reunion. 

2 Je ne crois pas que mon Anophthalmus achcrontcus doive 6tre con- 
side re comme synonyme de \ An. Reittcri Mill. M. Miller, dans sa des 
cription, dit : les angles posterieurs du corselet sont rcctangulaircs, les 
elytres strides; mon espece a les angles poste rieurs acute prominuli, les 
elytres punctato-striata. Les diagnoses de M. Miller ont toujours e"le" tres 
exacles, et il est certain qu il aura eu sous les yeux une autre espece que 
la mienne. Si non, son nom (Reittcri) devra devenir synonyme du 
mien, parcc. que La diagnose est fausse et que Ton ne peut reconnaitro 
Vanimal d apres elle. 

3 On ne pent reunir les Gonatocerus communis mihi et Bryaxis basaiis 
King. Le scul entomologiste qui puisse constater 1 identite des deux 
especes serait M. King. D apres la description, mon espece esl d une cou- 
leur diflerente, la ponctuation de la tete n est pas la me me, Gonat. corn- 
munis n est jamais politus ; M. King ne dit pas de sa Br. basalts que les 
stries des elytres sont raccourcies; et, en outre, n aurait-il pas vu la sin- 
guliere construction des antennes, qui fait de cette espece un nouveau 
genre : Gonatocerus ? II est Ires possible qu en Australie, dont les Ps61a- 
plrides nc sont pas encore suffisamment connus, il existe une Bryaxis 
vraie qui r^ponde a la description de King, ou que la basaiis soil une 
deuxieme espece de Gonatocerus. 

M. H. Lucas communique la note suivante : 

Ayant pu etudier sur le vivant des Julodis onopordi Fabr. , recueillis 
aux environs de Nemours (AlgSrie) par M. de la Peichardiere, j ai constate 
que Fambulation se fait lentement chez cette espece et que les mouve- 
menls sont saccades. Quand on la place sur la face dorsale et qu elle 
veut ensuite se retourner, elle ouvre ses elytres de maniere a e"ieYer le 
pins possible son abdomen au-dessus du sol, et quand elle se sent sur 
le point d etre placee sur la region cephalique, par un dernier effort 
qu elle imprime a ses organes du vol, elie se retrouve sur la face ven- 
trale apres avoir prealablement execute une espece de culbute. 

Les ceufs sont gros relativement a la dimension de 1 insecle ; ils sont 
oblongs, arrondis aux deux extre mite s, ou ils presentent a Tun des poles 
une petite saillie arrondie ou sont les micropyles ou ouverlures deslinees 



127 

an passage des spermatozo ides. Us sonl resistants au toucher, lisses; 
cependant, vus a un grossissement assez fort, on remarque qu ils sont 
tres finement et tres regulierement chagrines ; ils sont g6neralement d un 
jaune tres pale apres avoir 616 pondus et deviennent ensuite d un jaune 
plus ou moms fonc6 ; ils varient pour la taille. Void les dimensions 
diverses que j ai observees : long. 5 mill., lat. 3 mill.; long, ti 1/2 mill., 
lat. 2 3//i mill.; long, k mill., lat. 2 1/4 mill. 

Le me"me membre lit nne note relative a un Hymenoptere du genre 
Emphytus : 

Dans le jardin attenant au Laboratoire d entomologie existent plusieurs 
pieds de groseillers. Depuis cinq a six semaines (mai et juin), je remar- 
quai que les fenilles de ces arbrisseaux 6taient fortement e"chancr6es, et 
tout dernierement je m apercus que plusieurs branches etaient entiere- 
ment depouillees de leurs feuilles. Ne sachant a quel insecte attribuer ces 
degats, je me mis a explorer ces groseillers et j ai rencontr6 une fausse 
chenille d une longueur de 16 a 18 millimetres, de couleur verte, a t6te 
noire, avec les trois premiers et les trois derniers anneaux jaune orang6 ; 
ornee sur le corps de six lignes de points noirs, piliferes, plus on moins 
grands, plus ou moins arrondis, et que je rapporte, d apres les descrip 
tions de Boisduval, Ess. sur 1 Ent. Hort., p. All (1867), et d Andr6, Sp6c. 
gener. des Hym. d Europe et d 1 Alg6rie, p. 280, n 17 (1880), a YEmphytus 
grossulariss de King. 

D apres les auteurs que je viens de citer, lorsque cette fausse chenille 
sent 1 approche de la metamorphose elle abandonne la plante qui 1 a 
nourrie et se retire dans la terre pour se changer en nymphe. Gette 
Tenthr6dine a deux g6nerations par an, une en mai et juin, Pautre en 
aout et septembre; 1 insecte parfait parait en mai et aout. 

M. Maurice Girard annonce que notre collegue M. Fleutiaux vient 
de lui faire savoir que les nombreux saules des bords de la Seine a 
Argenteuil sont en ce moment absolument depouilles de leurs feuilles, au 
point que la recolte de 1 osier, si utile aux oultivateurs, est tout a fait 
compromise. M. Fleuliaux lui a adresse les chenilles qui ont cause ces 
ravages ; ce sont les funestes especes Liparis salicis Linn6, L. dispar 
Linne, Bombyx Neustria Linn6, ces deux dernieres a peu pres polyphages 
pour les arbres non resineux. 

M. Maurice Girard ne pent se prononcer sur la demande de notre 



- 128 - 

collegue, & savoir si 1 hiver doux et clement que nons venons de Iraverser 
ne peut etre invoqu6 pour expliqner cette abondance de chenilles ; les 
hivers rigoureux, qui luent beaucoup de planles, laissent au contraire 
vivre beaucoup d insectes, notamment a Fetal d ceufs, ce qui est le cas 
des insectes cites. 

M. Al. Laboulbene communique divers passages d une leltre recue 
de M. Valery Mayet, de Montpellier, au sujet du Diplere, Microdon muta- 
bilis, dont il a el6 question dans la derniere seance : 

M. Vale"ry Mayet a toujours et constamment trouve" les larves et les 
nymphes de Microdon dans les fourmilieres. Les larves de Microdon vont 
jusqu a 25 centimetres de profondeur dans les galeries souterraines ; les 
nymphes se metamorphosent et se rencontrent a la surface du sol, sous 
les pierres qui recouvrent la fourmiliere. Quand c est dans line souche 
que les Fourmis sont etablies, les larves se rencontrent dans les galeries 
de Finl6rieur du bois et les nymphes sous Fecorce. Que mangent, ou 
de quoi vivent ces larves ? Peut-elre aux d6pens des Fourmis sous leui s 
premiers e*tals, mais M. Valery Mayet n a jamais pu, en demolissant les 
fourmilieres, les prendre sur le fait. II n a pas 6te plus heureux en 
mettant les larves de Fourmis dans les boites ou il avail enferm6 celles 
du Microdon. 

Parmi les six insecles parfails que M. Laboulbene montre a la Societe 
et que lui a envoyes M. Valery Mayet, il y en a deux dont les ailes sont 
avortees ; la chose est assez frequente dans les educations faites necessai- 
rement en captivitS. Notre collegue a rencontre le Microdon a Fetal par- 
fait dans les fourmilieres et venant d e"clore ; il les a pris aussi sur les 
fleurs. 

La Fourmi qui m a ete" envoy^e, ajoule M. Laboulbene, est le Lasius 
niger. 

M. P. Me"gnin fait la communication suivante : 

J ai recu de M. P. Dubalen, pharmacien, et de M. le docteur Louis 
Saintex, de Saint-Sever (Landes), afin de 1 examiner, un objet qui leur a 
ele transmis par un autre m^decin, lequel Fa recueilli dans les matieres 
vomies par un de ses malades atteint d une affection de Festomac qui se 
manifeste, dit-il, par des vomissements sanguinolents (hematemeses) el 
par une douleur continue, avec exacerbations, dans la region du pylore ; 
le malade a en outre des attaques 6pileplif9rm.es. 



129 

J a reeormu a la loupe, dans Fobjet en question, une larve d insecte et 
mfcme de Diptere, et on peut voir qne celte larve, que je fais passer sous 
les yeux des membres de la Societe", est grande (elle mesure 3 centimetres 
de long sur 3 a A millimetres d epaisseur) ; elle est noiralre, cylindrique, 
attenuee a ses deux extremites et assez distinctement divise"e en douze 
anneaux ; Fextre"mile" cephalique , coriace , est arme"e de deux fortes 
machoires, rugueuses, larges, cre nele es, et porle deux petites antennes 
biarlicule es ; Fextremite caudale, lronque"e, presente deux stigmates cir- 
culaires, et, aulour, disposes en rayons, six lubercules tentaculiformes, 
deux superieurs plus courts et qualre infe"rieurs plus longs, (ermine s par 
de petits crochets. 

M. Kunckel, a qui je me suis adress6 pour savoir a quelle espece ou a 
quel genre tout au moins appartenait cette larve, a reconnu en elle une 
larve de Tipule d une des plus grandes especes, mais difficile a determi 
ner exactement specifiquement. Or, celle des grandes especes de Tipules 
la plus commune est la Tipula oicmcca, qui abonde dans les pres et les 
jardins, ou sa larve vit en rongeant les racines des salades et autres 
legumes herbace s. II se pourrait qu une de ces larves ait eie" ingurgilee, 
avec des legumes verts, par le malade du confrere de M. le D r Louis 
Saintex. Ces larves ont une resistance vitale extreme, ainsi que Fa cons 
tate" M. Kunckel, et peuvent vivre dans des liquides charges de produils 
de fermentation putride et a plus forte raison de la fermentation stoma- 
cale ; Tune d elles aurait done pu sejourner quelque temps dans Feslomac 
du malade en question et y produire des desordres qui se sont manifestos 
par les symptomes signales par le meclecin : vomissements sanguinolents, 
douleur du pylore et acces epileptiformes. 

M. Laboulbene, a la suite de la communication de M. Megnin, dit qu il 
lui est bien difficile d admettre que cette larve ait ve"cu dans le corps 
humain. 11 connait le docteur Saintex, qui est d une grande honorabililO, 
mais il craint une supercherie du malade ou a un accident ayant fait 
tomber par hasard cette larve dans les matieres rendues. M. Laboulbene 
cite plusieurs exemples ou la fraude, qui paraissait impossible, a etd 
de couverte. Pour lui, les trois quarts, au moins, des fails de larves ayant 
longtemps sejourne dans le corps humain sont apocryphes. On a e"te jus- 
qu a admeltre des Myriapodes, des Geophilus ayant ve"cu dans les sinus 
frontaux et aussi dans le pus d abces non ouverts ! 

M. le docteur Horn ajoule que, d apres les observations qu il a pu faire 
en Ame rique, il est absolument du me"me avis que M. Laboulbene. 



130 

M. Ernest Olivier envoie, par Tentrcmise de M. Poujade, les notes 
suivantes : 

1 J ai observe", il y a quelques annees, un accident semblable a celui 
dont M. Laboulbene a donne connaissance a la derniere stance. Seule- 
ment il elait produit par Ylxodes ricinus, voisin, du reste, de YArgas 
rcflexus. Get Arachnide s etait fixe dans la partie inferieure de 1 aine 
d une femme ; il y produisit one grancle inflammation et line forte enflurc 
du bas-ventre et des parties genitales qui persisterent pendant plus de 
quinze jours. Le me"decin appele" croyait a tin accident syphilitique. 
VLrodcs ricinus est tres commun dans les bois ; il s attache aux chiens 
de chasse qui en ont presque toujours et qui n en paraissent nullement 
incommodes ; ils en souffrent beaucoup moins que des Puces. Tous les 
cerfs en ont le venire litteralement couvert (c est, je crois, une aulre 
espece que le ricinus) et ne semblent pas s en pre"occuper. Moi-meme ai 
souvent air-ache" de ces parasites qui s e"taient fixers a mes jambes sans 
qu il en soil re sulte autre chose qu une tegere rougeur qui disparaissait 
bientot. Je crois que les gens sains et bien portants n ont rien a redouter 
de ces morsures, mais qu elles peuvent de"terminer des accidents graves 
chez les personnes maladives, de bilite es ou a sang appauvri, ce qui esl 
Te*tat de la femme dont j ai parle\ 

2 J ai vu VArgas reflexus en nombre au chateau du Vernet, chcx 
M. du Buysson. Le colombier qui nourrissait ces parasites ayant e"te 
de*peuple, ils se repandirent dans les greniers et dans les combles, et, 
plusieurs anne"es apres la disparition des pigeons, on en rencon trait encore 
dans les fentes des murs et des parquets ou ils ne trouvaient cependant 
absolument rien a manger. 

Membre recu. Lord Thomas Walsingham, Eaton House, Eaton square, 
a Londres (Angleterre) (Entomologie g&neralc, surtout Microttpidopteres) , 
pre"sente* par M, Em. Ragonot. Commissaires-rapporteurs : MM. Goos- 
sens et Poujade. 

Membres dtmissionnaires. M. le D r Victor-Hen ry-Lopez Se*oane, a Co- 
runa (Espagne), qui avait e"te" re?u en 1855. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



- 131 - 

BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Stance du 12 Avril 1882 (fin), 

Atti delta R. Accademia del Lined (mars 1882). Q 

Comptes rendus hebdom. des seances de I Academic des Sciences, 1882, 
l er semestre. IN 12. HOCT, Sur Texistence d organes segmentaires 
chez certains Crustace s isopodes. N 13. Q N ^. THEYENET, 
Note sur le Phylloxera. ED. BRANDT, Recherches sur le systeme 
nerveux des insectes Dipteres. 

Entomologist s monthly Magazine (The), n 215 (avril 1882). W. 
BUCKLER, Some points in the nat. Hist, of Pap. Machaon. J. LICH- 
TENSTEIN, Another apterous male in the Coccida? (Acanthococus aceris 
Signorel). E. PARFITT, Two new species of Ichneumonidae. J. 
SCOTT, The British Psyllina, with corrections in the synonymy. 
GERVASE-F. MATHEW, Entomol. notes from Teneriffe, S l - Vincent, etc. 
Diverses notes : chasses, moeurs, etc. 

Feuilte des Jeunes Naturalistes, 12 C anne"e, 1882, n 138. DES Gozis, 
Synopsis du genre Tropideres (fin). Communications diverses. 

Naturaliste (Le), U c anne*e, n 7. C.-F. ANCEY, Contrib. a la faune de 
FAfrique orientale (Gole"opteres nouveaux). 

Revista da Soc. de Instr. do Porto (avril 1882). M.-P. D OLIVEIRA, 
Catal. des Insectes du Portugal (suite). 

Revue colcopterologique t n 2. 

Revm des Travaux scientifiques, publi^e par le Ministere de I lnstrnclion 
publique, t. II, n 3. Q 

Socittt entomologique de Eelgique, Comptes rendus, s6rie III, n 16. 
L. FAIRMAIRE, Liste des Coleopteres (descr. d esp. nouv.) recoltes par 
M. Burdo en Afrique centrale. A. PREUDHOMME DE BORRE, Analyse 
et resume" d un me"moire de M. le D* G.-H. Horn : On the genera of 
Carabidae, with special reference to the fauna of Boreal America. 

Socittt Linneenne du Nord de la France, Bulletin n 111. Q 



Tijdschrift voor Entomologie, 1882, n 1. F.-M. VAN DER WULP, 
Over het prepareren van Diptera, par J. Mik. A.-H. MAURISSEN, 
Lijst van Inseklen in Limburg en niel in de andere provincien van 
Nederland waargenoraen (tous les ordres). D r J.-G. DE MAN, 
Arseosternus Wieneckei, n. g. etn. sp. (Crustace s). D r I. RITZEMA, 
Bos, Phyllotoma aceris Kalt. in hare gedaantewisseling en Levenswuze. 
J.-O. WESTWOOD, Descr. of new or imperfectly Known Species of 
Ichneumones adsciti (5 planches). P.-G.-T. SNELLEN, Aanteekening 
over twee Noctuinen der Europesche Fauna. S.-A. DE MARSEUL, 
Esp. nouv. de Coleopt. de la famJdes Pedilides et des Anthicides du 
Muse e de Leyde. D r L.-W. SCHAUFUSS, Pselaphiden und Scyni^ni- 
den der Niederlandischen Besitzungen auf den Sunda-Inseln (ira 
Reichsmuseum zu Leyden). F.-M. VAN DER WULP, Amerikaansche 
Diplera. 

Union scientifiqw (V), mars 1882. Q (Demande d e change). 

Verslag v. d. Winterwcrg. der Nederl. Entom. Vereen., 1882. D* E. 
PJAGET, Lisjt van Inseklen in 1881 te Valkenburg in Limburg verza- 
meld (Hyme nopt., Dipt.). 



CANDEZE (D r E.). Liste des Elatdrides de crits posle rieurement au Cata 
logue de Munich, 1880 (28 p.). * 

ID. Notice sur Felicien Chapuis (avec portrait), 1880 (18 p.). * 

(Ces deux ouvrages adresse"s par Tauteur apres sa nomination de 
membre honoraire, pour computer la sdrie de ses oeuvres que possede 
la bibliotheque.) 

GANGLBAUER (L). Bestim. Tabel. der Europ. Coleopt. VIT. Cerambycidas, 
l re partie. Vienne, 1882 (80 p., 1 pi. n.). * 

PUTON (D r AUG.). De Tinsuffisance du caractere unique pour la distribu 
tion des especes, 1882 (5 p.). * 

RILEY (C.-V.). List of North American Cynipidae, avec fig., 1882 (5 p.). * 

SIMON (E.). fitude sur les Arachnides de 1 Yemen meridional, 1 pi. n. 
(56 p.). * 



loo 

Stance du 26 Avril 1882. 

Atti delta R. Accademia del Lincei, 1882, fasc. 9. Q 

Comptes rendus hebdomadaires des seances de I Academic des Sciences, 
1882, 1" semestre. N 15. BALBIANI, Sur la ne cessite de detruire 
Tceuf d hiver du Phylloxera. V. MAYET, Meme sujet. J. LICH- 
TENSTEIN, Le Puceron des Lataniers. N 16. 

Naturaliste (Le}, H e se"rie, n 8. C.-F. ANCEY, Contribution a la Faune 

de TAfrique orientale (suite). 


Nunquam otiosus, vol. Ill, p. 529 a 560. SCHAUFUSS, Descriptions 

der divers Coleopteres. 

Psyche, vol. II : Tables. Vol. Ill, n 08 90-92 : SCUDDER, Fragments of 
the coarses anatomy of Diurnal Lepidoplera. VACTOR TOUSEY 
CHAMBERS, Nepticula pteliacella, n. sp. M.-E. MURTFELDT, The 
Grapeberry moth (Eudemis botrana). 

Revue des Travauoo scientifiques, publie e par le Ministere de 1 Instruction 
publique, t. II, n A. Q 

Societe entomologique de Belgique, 1882. Nouveaux statuts. 

BERLESE (A.). Acari, Miriapodi e Scorpioni ilaliani (prospectus, 2 pi.). * 

GADEAU DE KERVILLE (H.). Trois brochures : 1 Compte rendu annuel 
de la Soc. des Amis des Sc. nat. de Rouen en 1881. * 

ID. 2 Extrait des Proces-verbaux des stances de la Soc. des Amis des 
Sc. nat. de Rouen, 1881. * 

ID. 3 De la ge" negation allernante chez les Cynipides, 1881. * 

PACKARD (A.-S.). Insects injurious to forest and Shade trees (Depart, oj 
Int. U. S. Ent. Comm., Bull. n 7), 1881 (273 p.), nombr. bois dans 
le texte. * 

MARSEUL (S.-A. DE). Especes nouvelles de Coteopteres de la famille des 
Pddilides et des Anthicides du Muse"e royal d Hist. nat. de Leyde, 
1882 (9 p.). * 



RILEY (L.-V.). Entomology (div. notes), 1882. * 
ID. The Noctuid in the Missouri, Ent. Reports, 1882. * 

ID. Retarded development in Insects ; On the oviposition of Prodoxus 
decipiens ; New Insects injurious to Agriculture, 1881. * 



Stance du 10 Mai 1882. 



Atti delta R. Accademia del Lincei y 3 e serie, vol. VI, fasc. 10. Comple 
rendu d un me"moire de M. A, Berlesc : Ricerche sugli organi genitali 
degli Ortolteri. 

Bulletin d lnsectologie agricole, mars 1882. EDM. ANDRE, Relations 
des Fourmis avec les Pucerons et les Galiinsectes. BREHM, Les 
Bourdons des champs (fig.). DILLON, Insectes ennemis du Salsifis. 

Bulletin de la Sociele impcriale des Naturalistes de Moscou, 1881, n 2. 

VOLDEMARO CzERNiAvsKY, Materialia ad Zoographiam Ponticam 
comparatam, fasc. Ill, Vernies (1 pi.). 

Comptes rendus hebdomadaires des seances de I Academic des Sciences, 
1882, 1" semeslre. N 17. MOCQUART, Sur les empoules pyloriques 
des Crustace s podophtalmaires. N 18. DE QUATREFAGES, Notice 
sur Gh. Darwin. VIGIE, Note sur le Phylloxera, 

Entomologist s monthly Magazine (The), n 216 (mai 1882). MADE, 
Annotated List of British Anthomyiidss (suite). J. SCOTT, Descr. of 
a new sp. of Liburnia. CAMERON, Notes of Tenthredinidse (suite). 

PARFITT, Two new sp. of Ichneumonida?. LLEWELYN, Results 
of experiments in rearing Tephrosia crepuscularia and biundularia 
with regard to variation. LICHTENSTEIN, Rectifications concerning 
Homoptera. Notes diverses. Tables des XVIII volumes. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, 12 e anne"e, n 139. Notes sur TOsmo- 
derma eremita. 

Memoir es de t Academie imperial des Sciences de Saint-Petersbourg t 
t. XXIX, n" 3 et A. O 



135 

Naturaliste (Le), 4 C annee, n 9. FAIRMAIRE, Diagnoses de Coteopteres 
abyssins. 

Revue coleopterologique, n 3. 

SocieU entomologique de Belgique, Gomptes rendus, serie III, n 17. 
MAC LACHLAN, Note sur la Pseatra diptera Burm. PREUDHOMME DE 
BORRE, Note sur les Elaphrus et les Notiophilus. DONCKIER, Sixieme 
addenda a la Faune des Cole"opteres de Belgique. 

Verhandtungen des Vereins fur Naturwiss. Unterhaltung zu Hamburg, 
1877. SCHMELTZ, Ueber die Thierwelt der N.-Hebriden. ID., 
Vergleich der Fauna mil der der Viti Inseln und der von Neu-Caledo- 
nien. MARTIN JACOBY, Entomologische Mittheilungen aus London, 

D r S. FISCHER, Ueber die Eierlage der Bienenkonigin und die 
Theorie von Dzierzon. D r C. CRUGER, Ueber exotische Lepidop- 
teren (1877). C. MEINHEIT, Reobachtung einer zweimaligen Begat- 
lung eines weiblichen Lepidopterous. L. GRAESER, Beitrag zur 
Schmetterlingsfauna von Wladiwostok. THALERHORST, Ueber Fang, 
Zucht und Krankheiten der an Grasen lebenden Noctuinen-Raupen. 
G. GERCKE, Ueber die Metam. nacktflugeliger Ceratopogon-Arten (pi.). 

Beilrage zur Fauna der Niederelbe, XXIIL D r BEUTHIN, Beitrag 
zur Kenntniss der Hymenoptercn der Umgegend von Hamburg, XXIV. 

L. GRAESER, Naehtrag zur Schmelterlingsfauna der Niederelbe. 



ANDRE (EDM.). Species des Hyme"nopteres d Europe et d Alg^rie, fasc. 13, 
1 pi. * 

DES Gozis (MAURICE). Synopsis du genre Tropideres Schonherr et descr. 
d une espece nouvelle (7 p.). 1882. * 

HAGEN (H.-A.). Experiments with Yeast in Destroying Insects (1 p.). 
1881. * 

HUSSON (G.). L alimentation animale (272 p.). 1882. Q * 

MAZAROZ (J.-P.). Les cabales de la politique et des politiciens laiques et 
religieux (536 p.). 1882. Q * 

L Archiviste : A. LEVEILL& 



136 
(Seance du 24 Mai 1882.) 

Atti delta ii. Accadcmia del Lined, 279 e annee (1881-82), scrie lerza, 
Transunti, vol. VI, fasc. 11. Q 

Bulletino delta Societa entomologica Italiana, l/i c annee (1882), trim. F. 
Al Vulture ed al Pollino, l rc partic, p. 3 : A. BIONDI, C. CAROTI 
et G. CAVANNA, Narration de 1 excursion ; 2 C partie, p. 31 : Catalogue 
des Arthropodes recoltes : E. SIMON, Arachnides (sp. nov.) ; F. FAN- 
ZAGO, Myriapodes (sp. nov.) ; A. TARGIONI-TOZZETTI et R. STEFA- 
NELLI, Orthopteres ; R. MAC LACIILAN, Nevropteres ; G. CAVANNA, 
Ilemipleres ; F. BAUDI DI SELVE, F. PICCIOLI et G. CAVANNA, Coleo- 
pteres; G. GRIBODO et C. EMERY, Hym^nopteres (sp. nov.). AN 
TONIO BERLESE, p. 88, II Polimorfismo e la Partenogenesi di alcuni 
Acari (Gamasidi), 1 pi. n. F. PICCIOLI, p. 1/U, Note enlomologiche 
(1. Lebia turcica, 2. Pentodon punctalus, 3. Etiella Zinckenella), 
ANTONIO CUR&, p. 151, Saggio di un Calatogo del Lepidotteri d llalia 
aggiunte alle Piralidine e Tortricine. P. 154, Lelteratura entomo 
logica italiana. PROCES-VERBAUX : Seance du 26 de"cembre 1881. 
Table des matieres du 13 C volume. 

Comptes rendus hebdomadaires des seances de L Academic des Sciences, 
t. XC1V, l er semeslre 1882. N 19. H. HENNEGUY, p. 1288, Sur 
1 oeuf d hiver du Phylloxera. 
N 20. O 

Mittheilungen dcr schweizcrischcn cntomologischen Gcscllschaft (-Bull, de 
la Soc. ent. Suisse), vol. VI, n 6. MAURICE DE TRIBOLET, p. 257, 
Philippe de Rougemont (Notice biographique). PH. DE ROUGEMONT, 
p. 261, Observations sur THelicopsyche sperata Mac Lachlan (Extr. 
Bull. Soc. Am. Sc. nat. de Neuchatel, XI et XII), 1 pi. n. M. DES 
Gozis, p. 285, Memoire sur les pores setigeres prothoraciques dans la 
tribu des Carnivores. MEYER-DURR, p. 301, Uebersichtliche Zusam- 
menstellung aller bis jelzt in der Schweiz einheimisch gefundenen 
Arten der Phryganiden zur Fo rderung der schweizerischen Neuro- 
pteren-Kunde. D r CHRIST, p. 333, Die Tagfalter und Sphingiden 
Teneriffa s. 

L Archiviste adjoint : J. BOURGEOIS. 

Paris, 24 juin 1882. 



PARIS. Typographic Lithographic FELIX MALTESTE ET C c , rue Dussoubi, 22. 



1882. NO 12. 



SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissant deux fois par mois, 



Seance flu * Juiii 

Pr6sidence de M. L. REICHE. 

M. L. Buquet annonce la morl recenle de noire savant collegue M. de 
Graslin, qui avail etc recu membre 1 annee de la fondation de no r tre 
Association, en 1832, et qui est de"cede a Malitonrne, pres Chaleau-du- 
Loir (Sarthe), a 1 age de 80 ans. La Societe prie M. P. Mabillc de lui 

donner, pour les Annales, une notice sur la vie et les travaux entomolo- 

% - m 

giques de notre collogue. 

Rapport. M. G.-A. Poujade, tant en son nom qu en celui de M. Goossens, 
lit un rapport que la Societe les avail charges de faire (Article 64 dcs 
SUduts et Reglement], relalif a Tetat de conservation de la Collection de 
Microlepidopteres qui nous a ete leguee par M. H. de Peyerimhoff et qui 
est confiee aux smns de M. E. Ragonot. La Commission ne pent que se 
louer de la bonne tenue et dn bon etat de celle collection que notre 
savant collegue a meine completee de plus de cent cinquante especes 
prises dans son propre Musee, et condut en proposant a la Socie le de vils 
remerclmenls-a M. E. Ragonot pour le zele et les soins intelligents avec 
lesquels il conserve ce precieux dep6t, qui est a la disposition de tous nos 
membres. 

A runanimile des voix des remerciments sont vot^s par la Socie te a 
M. E. Ragonot. (Stance du 10 mat 1882.) 

(10 C annee, n 220.) 12 



138 

Communications. M. le President fait savoir que M. le Ministre de 
1 Agriculture vient de mettre a la disposition de la Socie te une soinme de 
600 francs, comme encouragement a ses travaux en 1882. 

M. le President annonce egalement que notre confrere M. Henri 
Miot, de Semur-en-Auxois (Cole-d Or), vient re"cemment d obtenir aux 
Concours regionaux d Auxerre et de Ghaumont, comme l er prix, la seule 
medaille d or mise a la disposition des deux jurys pour la section du 
materiel d enseignement agricole, pour sa belle collection d Insectes auxil- 
liaires, utiles et nuisibles des diverses parties du monde. On sail que deja 
M. Miot avait regu & Paris, en 1880, pour une semblable exposition, la 
plus haute recompense (Abeille (Thonneur) accordee par la Societe" cen- 
trale d Insectologie, et que, 1 annee derniere, sur un rapport relatif a ses 
etudes d Entomologie pratique, la Sociele centrale d Horticulture de France 
lui avait decerne" sa grande medaille. En felicitant M. Miot, la Societe" 
ne peut qu engager ses membres qui se trouvent dans des conditions 
favorables de suivre 1 exemple de notre confrere, en se livrant aux appli 
cations de 1 Entomologie. 

M. Constant van den Branden charge le Secretaire d annoncer qu il 
se voit contraint de cesser immediatement la publication de la Revue 
coleopte rologique. 

- M. le docteur L. von Heyden fait savoir, par Tentremise de M. Lucien 
Buquet, que le genre Ampkibolus Mulsanl (septembre 1863) est synonyme 
du genre Episernus Thomson (mai 1863). Des lors, cette derniere deno 
mination doit etre accepted comme ayant la priorile, et il n est pas neces- 
saire d admettre le nom de Claudius propose par M. Des Gozis (Ann. Soc. 
ent. Fr., 1881, Bull., CXL) pour remplacer celui d 1 Amphibolies. 

M. Maurice Girard fait connaitre qu un membre de la Sociele d lnsec- 
tologie, M. E. Savard, lui a present^ un exemplaire du Dyticus latissimus 
Linne, pris par lui a Fonlainebleau, dans une petite mare e lroile, a eau 
croupie, enlouree de saules, pres de Franchard. Il y aurait la une localile 
de Seine-et-Marne encore plus voisine de Paris que celles cilees par 
M. L. Bedel dans son Catalogue, locality s de 1 Eure el de la Marne. 

Au sujet de cette communication interessante de geographic entomolo- 
gique, plusieurs membres presenlent diverses remarques, et desireraient 
surtout voir confirmee par de nouvelles captures 1 observation faite par 



139 

M. E. Savard dans line localite journellement parcourue par de nombreux 
enlomologisles, qui n y ont jamais jusqu ici constate la presence du 
Dyticus latissimus. 

M. H. Lucas communique la note suivante relative a un Lamelli- 
corne du genre Euchirus : 

En depapillotant des insectes recueillis a Marindnque (Philippines) par 
le geographe M. A. Marche, j ai rencontre un Lamellicorne apparlenant 
au genre Euchirus de Kirby. J avais d abord pense qu il devait former 
une espece distincte voisine de YE. lonyimanus de Linne", dont il a le 
port et la taille ; mais, en etudiant les auteurs, j ai vu que cet Euchirus 
n est aulre que l E. Dupontianus Burm. in Germ., Zeitschr. Enlom., Ilf, 
p. 227 (18/jl); Westw. the Gab. of Orient. Enlom., pi. 13, fig. 1, c?(1845), 
et qui a pour femelle YE. quadrilinealus Walerli., op. cit., pi. 13, fig. 2 
(1848). 

Je ferai observer que Tindividu male trouve par M. Marche est beau- 
coup plus grand que celui figure par M. Weslwood ; en eflet, la figure du 
Cab. orient, mesure en longueur 55 millimetres, tandis que 1 individu 
rapporte par M. Marche depasse en longueur 70 millimetres. II est aussi a 
remarquer que chez cet individu les deux bandes longitudinales d un 
fauve roux qui parcourent de cliaque cole les elylres sont beaucoup plus 
6lroiles; que les pattes de la premiere paire sont beaucoup plus robusles, 
plus allongees, et que les deux epines que presentent a leur cole interne 
les femurs de cette meme paire de pattes sont beaucoup plus developpees 
et plus robusles. Collection du Museum. 

M. Aug. Chevrolat donne la description de iiouvelles especes du 
genre Litorrhynchus (1) (Calandridse) de Schonherr : 

Ge genre, etabli sur une femelle, le L. Westermanni Bhn., t. Vlll, 
p. 223, est originaire d 1 Assam. Depuis, trois autres especes, qui en font 
partie, sont decrites comme Cyrtognatlius, deux . par M. Buquet (Kevue 
Regnc animal de Cuvier, texte, p. 177), C. li-macutatus et G. myrmidon, 
et une par M. Leon Fairmaire, G. Davidis, de la Chine meridionale. Je 

(1) Lacordaire, dans son Genera, 1. VII, p. 273, a change ce nom en 
celui ftOtidognatlius, la premiere denomination ayant ete employee par 
Macquart pour un genre de Dipteres cxotiques ; MM. Gemminger ct de 
Harold, dans leur Catalogue general, n ont pas suivi cet cxemple. 



possede une variety de celte espece du nord de la meme conlree, qui, au 
lieu d etre ferrugineuse, esl noire. Le type de cette espece apparlient a 
M. Oberllmr, et le male a pour caracleres : 

Rostrum rectum, apicc emarginatum, earterne angulatum, longitudinc 
canaliculatum, seriebus 2, denticulorum. 

Les especes nouvelles, au nombre de trois, sont les suivantes : 

1 L. SUBFASCIATUS. Long, (roslr. excl.) 17 mill., rostri 6 mill.; lat. 
8 1/2 mill. Ovato c llipticus, nigcr, subnitidus; rostro longo, latcribus 
supraque piano, basi crassiure, apicc angulose emarginato, minute punc 
tulato, inter antennas clongatu, basique profunde impresso ; prothorace 
convcxo, nigro, nitido, obsolete ct minute punctulato, latcribus anticis cas- 
tanco , anticc constricto postice circuatim sulcato et rcflexo; scutelio 
cotiico; elytris rufescentibus, nigro unifasciatis , singutatim striis quinque 
sulcatis, striola breve humerali ; corpore pedibusque nigris, pcctore rufcs- 
ccnte, abdomine sat punctato, pygidio conico, rubro, punctato, Iongitu 
dinc carinato. $. 

Ind. or., Sylhet. Typus auct. , ex mus. Lacordaire. 

2 L. BIFASCIATUS. Long, (roslr. excl.) 15 mill., roslri 6 1/4 mill.; 
lal. 8 mill. Ovato eltipticus, niger, nitidus, elytris obscure rufis, fas- 
ciis 2 nigris : prima media, sccunda apicale, singulatitn striis quinque 
sulcatis, externa ultra medium puncto-striata, sulculo intra humerali ; 
rostro latcribus supraque piano, minute punctulato, basi scisso, inter 
oculos impresso ; capite convcxo ; prothorace rubesccnte punctulato, vitta 
longitudinali lata nigra, antice late constricto, ibique crebrius punctato, 
latcribus rotundato, postice ctiam rotundato, sulcato et reflcxo ; scutelio 
conico angusto, nigro ; corpore ct pcdibus rubricantibus, genubus et tibiis 
planis in apice nigris acute unguiculatis ; ano rubro ; pygidio conico, 
punctato, latcribus reflexo. $. 

Sylhet. Typus auct., ex mus. Lacordaire. 

3 L. RUBRICEPS. Long. (rost. excl.) 26 mill., rostri 6 mill.; lat. 
10 mill. Ovato cllipticus, niger opacus ; rostro latcribus, supraque piano, 
ateribus serrato, vittam rubram ex medio ad vcrticcm ductam postice 
bifidam, puncto inter oculos impresso ; antennis femoribusque punclatis, 
nigris, clava supra arcuata, cinerco tomentosa, tibiis sanguineis, intus, 



IZil 

ciliatis, longe unguicutatis, apicibus nigris ; prothorace nigro l\ maculis 
rubris ornate, postice sinuoso el rotunde supra sculdlwn producto ; scu- 
tetlo angusto conico concavo ; elytris striis l\ angustis sulcatis, rubris in 
medio crucem Andrseam nigram ornatis ; pygidio conico rubro, basi fascia 
flava ciliato. c?. 

Sylhet. Ex mus. Lacordaire. 

Le meme membre communique Yerratum suivant, au sujet d une 
note inseree au dernier Bulletin (Tomoxia muriniceps) : 

Page 12/i, Hgne 31, au lieu de : elytris basi mininris, mettre : elytris 
basi murinis. 

M. L.-W. Schaufuss adresse, de Dresde, les descriptions d especes 
de Pse"laphiens inedits, d apres des types de Motschulsky conserves a 
Prague : 

1 BATRISUS AJNTHICUS Schauf. Rufo castaneus, brcviter ockraceo- 
pilosus, subopacus, dense punctulatus ; antennis tenuibus, articulo octavo 
septimo minor e, clava triarticulata, elongata, abrupta ; capile transverso, 
subquadrato, oculis valde prominulis, antice j^-impresso, postice con- 
vexo, utrinque foveato, vertice leviter impresso ; thorace elongato-cordato, 
medio gibboso, longitudinaliter tinea media integra impressa, antice utrin 
que linen abbreviata, ad latera tinea curvata, base dtprcssa, utrinque 
biplicata, medio foveata et bispinosa, spinis brevibus ; elytris subcon- 
vea is, antice rotunduto-angustatis, humeris angulatis, stria suturali alte- 
raque discoidali fere integris, recte-impressis, subopacis, dense subtiliter 
punctulatis, breviter ochraceo-pilosis; abdomine segmcnto primo majcimo, 
supra viso fere solo conspicuo, dense minus subtiliter punctulato, sub- 
opaco ; femoribus anticis posticisque ctavatis. Long. 1 2/3 mill.; lat. 
2/3 mill. 

Hab. Birma (hides orientales). 

Eatr. anthicus Molsch. i. 1. 

OBS. Elytra trans strias discoidales fortius sunt punctata quam secun- 
dum mediam partem. Primum abdominis segmentum fere elytris majus. 

2 ZETHUS WESTWOODI Schauf. Rufo-brunneus, thorace, capite anten- 
nisque rugosis ct opacis; capite tinea tongitudinali impresso , medio trans- 
rersim valde impresso, basi alta leviter rotundato-emarginata ; thorace 



142 - 

rotundato-subcordatOj convex iusculo, bast fovca minuta et transversim 
leviter impressa ; clytris dense punctulatis, abdite nilidis, pubesccntibus, 
stria suturali prdeditis, basi quadriimprcssis ; abdominc vix punctulato, 
nitido, segmcntis primo brevi, dense albido-piloso, 2-Zi sequalibus. 
Long. 1 ifk mill.; lal. 2/5 mill. 

Hab. India or. (Birma ?) 

Specimen unicum communicatum thoracem praebet supra iniquum, ut 
et postice in lateribus, et ante mediam partem impressiones leves obser- 
vari possunt (an semper?). Ullimus antennarum articulus magnus et 
elytrorum disci clariores sunt colore. 

Zelho opaco Sclianf. similis, at major et lalior ; differl abdomine nitido 
elytrisque semiopacis, in fundo nitidis. 

Motschulsky a menlionne cetle espece sous le nom i. 1. Euplectus West- 
woodi ; la comparaison avec 1 E. Karsteni est tout a fait fausse, car les 
elytres sont de la meme longueur et le corselet montre des impressions. 
D apres les quelques mots de cet auteur, il est impossible de reconnailre 
1 espece ; lui-meme, du resle, ne regardail pas les Cole opteres nornmes 
dans ie Bulletin de Moscou comme decrits, mais comme especes in Ut 
ter is. 

3 TYCHUS QUADRIFOVEOLATUS Schauf. Castaneus, nitidus , panim 
pubescens, palpis flavis fantennis subrobustis, articulis 3-8 monilifor- 
mibus ; capite antice transversim ct inter antennas imprcsso ; thorace 
latiore longitudine, antice rotundato, supra visis angutis post ids rcctis, 
basi antice quinque, postice septem-fovcolata transversim carinataque ; 
elytris subqnadratis , vix coriaceis , pubescentibus , antice angustatis , 
humeris distinclis, basi quadrifoveolatis, sir Us suturali discoidalique inte- 
griSj fere crenulatis ; abdomine segmentis primo majore, reliquis grada- 
lim brevioribus. Long. 1 1/2 mill.; lat. 2/5 mill. 

Hab. Birma. 

Tychus quadrifoveolatus Motsch. i. 1., Bull. Mosc., 1851, p. 495. 

Ex Adnotatiuncula Motschulskyi nemo unquam animal agnoscere potest, 
cum auctor nee carinae altas transverse secundum basin et ad (supra) 
septem puncla sitas nee foveolarum quinque ante earn, quarum media et 
laterales multo majores sunl quam duaa reliqua?, menlionem facit. Elytro- 
rura stria discoidalis curvata finem sulurae versus it, suturam non atlin- 
gens. 



- 143 

M. J.-M.-F. Bigot envoie les diagnoses suivantes de genres et especes 
ine"dits de Syrphides (1), l re partie : 

G. nov. PTILOSTYLOMYIA (-TTTAOS STWXO$ ^ SA ), 

6f. Graptomyzae(Wiedem.), vicinum, differ t : chaeto nudo. Grapt. gib- 
buld (Walker), meliponseformis (Dolesch.), brevirostris et interrupta 
(VViedem.), liter ata (Ost.-Sacken). 

P. TRIANGDLIFERA ? (nov. sp.). Long. 6 mill. Flava, nigro picta : 
antennis flavis; thorace nigro, scutello Late nigro nolato; abdomine, utrin- 
que, nigro lineato , basi triangulo maculisque qualuor divcrgentibus, 
nigris; aiis pallidis, vittis tribus, iudsqualibus , pallide fuscis ; pedibus 
flavis, posticis nigro variegatis. 

Sierra-Leon. Specim. 1. Ex mus. noslro. 

G. nov. ATEMNOCERA (* T^VW xtp*s}. 



G. Tennocerse (Saint-Farg., Serville), vicinum, differt : antennarum 
segmento tertio ovali, modice elongate ; facie valde luberculata ; chseto 
dense viiloso. Differt G. Vokicellse (Geoflr.), scutello spinis sex armalo. 
Oculis villosis. 

Value, scutellata (Macq.). 

M. H. Lucas communique une note sur un Crustace brachyure de la 
famille des Galappiens : 

Ayant pu examiner un individu adulle presque a 1 e tat frais ou n ayant 
sejourne que Ires peu de temps dans 1 alcool, du Cryptosoma cristatum 
Brulle, Hist. Nat. des lies Canaries, Entom., p. 17, pi. 1, fig. 2 (1836), 
je ferai observer que le fond de la couleur de cet Oxist6me est d un jaune 
pale. La carapace, fortement tubercule e et tres sensiblement dentelee sur 



(1) Les genres et les especes, encore inedits, dont suivent les diagnoses 
abregecs, seront prochainement decrits, d une maniere plus complete, dans 
un travail general, en preparation, relatif au classement synoptique des 
genres compris dans la tribu des Syrphides. Les descriptions et les 
diagnoses de quelques autres, apparlenant au me me groupe et publiees 
anterieurement par moi, ont ete inserees, soil dans les cahiers trimestriels, 
soit dans les Bulletins bi-mensuels de la Societe entomologique de France. 

J. B. 



les bords, pre"sente une granulation asscz fine, arrondie et serree ; de 
plus, elle est couverte de petiles laches arrondies d un rose vif, et comme 
elles sont Ires nombreuses et serrees, la carapace parait teintee de cette 
couleur. Les patles de la premiere paire ou prehensiles qui cachent tout 
le cadre buccal en laissanl a decouvert les yeux qui sont courts et petits, 
sonl parsemees exlerieuremenl de pelils points roses afTectant une forme 
arrondie ; au cote interne, elles sonl jaunes et forlement marbrees el 
maculees de rose violace. Les palles ambulatoires sonl d un jaune leslace, 
avec leurs divers arlicles forlemenl laches de rose violace a leurs cote s 
externe et interne ; quand au dernier article, il est d un jaune pale, avec 
1 ongle d un roux testace ; il est aussi a remarquer que les bords supe- 
rieurs des femurs des pattes ambulaloires et ceux des pattes prehensiles 
sont cities de poils assez allonge s, d un jaune pale ; les palles-machoires 
exlernes, couvertes de poils courls , serr6s, sonl leintees a leur cole 
interne de rose vif, ainsi que leurs palpes. Toute la region sternale ainsi 
que la queue sont d un jaune pale el maculees de rose. Long. 53 mill.; 
lat. 56 mill. 

Les individus des deux sexes qui ont servi h Brulle pour 1 etablissement 
de celle coupe generique n etaient pas adultes, car en longueur el en 
largeur ils egalenl a peine 35 millirnelres. 

Celle espece n avail encore ete signalee que des iles Canaries, oil elle 
a e"le decouverle par MM. Webb et Berlbelot. L indiviclu qui a servi a ma 
description, et qui appartient au sexe male, a ele renconlre" sur les coles 
de rile Sainl-Vincenl (Cap Verl) par M. Delaunay, lieutenanl de vaisseau, 
qui en fail don au Museum. 

Gandidat presenle. M. Maurice Noualhier, membre de la Societe" fran- 
gaise d Entomologie, a La Borie, pres Limoges (Haule-Vienne) (GoUopCeres 
d Europe), presenle par M. Albert Fauvel et J. Bourgeois. Commissaires- 
rapporleurs : MM. E. Desmarest et H. Lucas. 

Membre demissionnaire pour 1883. M. H. Hetnarcl, a Pont-a-Mousson 
(Meurthe-el-Moselle), qui avail ele recu en 1861. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 
Paris, 6 juillet 1882. 



PARIS. Typographic et Lithographic FELIX MALTESTE ET C e , rue Dussoubs, 22. 



1882. NO 13. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRINGE 

reconnue comme institution d utilite publiqjie 



BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissant deux fois par mois. 



Seance dii 12 Juillet 1SS3. 

Presidenee de M. H. LUCAS, Doyen d age. 

MM. Albert Fauvel, de Caen, et de la Perraucliere, de retour d Algerie, 
assislent a la stance. 

Lectures. M. Auguste Cheyrolat adresse une note ayant pour tilre : 
Noirveatix genres et nouvelles especps de Calandrides, et observations 
ge"nrales sur celte tribu de la famille des Curculionites. l re partie, 
comprenant des observations au sujet du Cyrthognathus Longimanus Fabr., 
et les descriptions des C. melanocephalus et bispinus, des Indes orien- 
tales, et Protocerius incarnatus, de Java. 

M. V. Signoret envoie les T et 8 e parties de son ouvrage sur les 
Cydnides, comprenant les genres : Stenocons, Gampsotes, Pangaeus, Ma- 
croscylus et Hatnia, travail accompagne" de qualre planches. 

M. G.-A. Ponjnde depose sur le bureau un memoire intitule : Me"ta- 
morphoses d un Diptere de la famille des Syrphides, genre Microdon Meig. 
(Aphritus Latr.), le M. mutabilis; travail accompagne d une planche 
coloriee. 

Communications. M. Albert Fauvel annonce a ses confreres que, dans 
1 excursion qu elle vient de faire dans le Lyonnais, le Dauphine" et la 
(10 C annee, n 221.) 13 



Savoie, la Socie^e" franca ise d Entomologie, dans sa reunion generate de 
Ch. imbery, a decide qu elle ofTiirait un exemplaire de ses publications a 
la Societe enlomologique de France. A runnnimile des voix, des 
remercimenls sont voles a la Sociele francaise d Entomologie, et son 
savant secretaire M. Albert Fauvel esl charge de les lui transmellre. 

M. L.-W. Schaufuss adresse les remarqnes suivantes : 

J ai eu occasion d exnminer des exemplaires lypiques de Pse"laphiens 
ayant servi a Enumeration de Molschulsky (Bull. JVIosc., 1851), et j ai pu 
constaler que : 

1 Bryaxis brevicornis Motsch. i. 1. eHait mele"e avec la Br. fulva i. L 
et est synonyme de la Br. rufa Schm. 

2 Br. fulva Motsch. i. 1. n a pas la moindre ressemblance avec la Br. 
Goryi Aube, de Colombie, a laquclle Motschulsky la compare. 

3 Br. rufa Molsch. dilTere beaucoup de Br. rufa Schm., et se rap- 
porle a Br. cordata Schauf. 

k Br. Baumetsteri, cordata et mamilla Schauf., des Indcs, sont tout 
a fail disiincles et ne doivent pas etre reimies en une seule espece 
comnie M. Reitter a voulu le faire. Je possede les deux sexes de Bau- 
meisteri et de cordata. 

5 Br. sphserica Motsch. i. 1. n est ni la plus petite espece du genre, 

ni spheriqup, ni unicolore; les indications de Molschulsky sont done 

fausses. Elle doit etre rapportee a la Br. siamemis Schauf. (qui elle- 
meme difTere de la B. fomnsis Schauf.). 

6 Batrisus plicatus Motsch. i. 1. n a pns les cinq impressions longitu- 
dinales ires ponctwes sur le corscld, aitxquelles il est facile a reconnuitre. 
Motschulsky a pris des hautes carenes pour des impressions, etc. 

7 Le genre Filigcr esl bien distinct du genre Hybocephalus Motsch. i. L, 
dont je viens receiument de m occuper. 

8 Le genre Mcstogaster Schmidt differe du genre Metaxoides Schauf., 
comme on peut s en assurer par les descriptions (voir rectification, Bull. 
1882, n 9, p. 108). Enlre aulres caracleres, dans le premier genre, on 
ne vuit pas distinclement le qualrifcrne segment de Tabdomen (Schmidt, 
Beglr. Mon. Psel., p. 10, 16 e ligne), tandis que chez le genre Metaxoides 



- 147 - 

le quatrieme segment est, avec le premier, le plus large de tous et par 
consequent TRES visible. 

9 La reunion des genres Jubus et Gamba n est pas encore certaine; 
il en manque la preuve, que M. Reitler ne pent faire ; mes especes, du 
reste, ne sont pas des Indes (cf. Reitt., Brunn.), mais delAmerique 
meridionale. 

10 D apres les principes de la nomenclature adoptes dans le Catalogue 
de M. de Harold (page xv), on ne doit pas changer les noms de Zelhns, 
parce qu un Hymenoptere a recu de Fabricius la meme denomination, et 
de Gonatocerus, parce qu un insecte (?) porte le meme no in d apre*s JNees 
d Esembeck. 

M. A.-L. Clement dit que I instituteur d fipinay-sur-Orge (Seine-et- 
Oise) lui a monlre" un grand nombre dCHylobius abiitis Linne qu il a 
recueillis assez recemment dans les Vignes plantees dans la plaine de la 
commune qu il habile et loin des bois. Depuis plusieurs annees, il a 
conslamment trouve ces Coleopleres dans les memes conditions et 
parfois en tres grande quanlite. Ce fait viendniit confirmer lobservalion 
de M. Faure, qui a ele ind;que"e par M. Maurice Girard dans la seance 
du 24 mai (Bulletin 1882, page 115). 

M. A. Fauvel, a la suite de cette communication, engage M. Clement 
a rechercher aux pieds des souches de Vigne s il ne trouverait pas des 
larves de YHylobius, a s assurer quelle est Tessence du bois des echalas 
qui souliennent les Vignes et a voir si ce ne set ait pas dans ces derniers 
quese developperaient les Curculionites. Lui et plusieurs de nos confreres 
desireraient une confirmation bien complete avant d affirmer que YHylo- 
bius abietis soil un des destructeurs de la Vigne. 

M. Maurice Girard communique la note suivante : 

L annee derniere, j ai signale" a la Societe les fails de narcotisme obser 
ves a Palestro (province d Alger) sur les Abeilles ayant butine sur les 
fleurs des Eucalyptus. Je recois une leltre ecrite de Paleslro, a la date 
du 5 juillet, par M. P. Feuillebois : Les fleurs cle {"Eucalyptus Red Gum, 
m ecrit-il, sonl epanouies depuis quelques jours, et, avec celle floraison, 
Tempoisonnement en grand des Abeilles recommence. J ai recu une 
douzaine des insecles marts par cette cause, et, chez lous, la Ironipe avec 
ses paraglosses est saillante et dressee d une maniere demesure e. G est 



148 

la un des caracteres de Fintoxicalion par IPS fleurs ft Eucalyptus. \\ serait 
bon de savoir si, en Auslralie, patrie des Eucalyptus, el oil nos Abeilles 
Apis meltifica Linn, et iigustica Spin.) out ele inlrocluiles, le meme phe- 
nomene se produit, et dans quelle proportion il pent etre nuisible a 
Felevage de ces miles Hymenopleres. 

M. H. Lucas lit la note suivante : 

Les natnralistes qui ont etudie" les Hymenopteres du genre Anthidium 
Latr., Ann. du Mus. d Hist. nat., t. XIII, p. 36 (1809); Lepeletier de 
Saint-Fargeau, Hisl. nat. des Ins. Hymen., t. II, p. 306 (1841), disent 
que les femelles de \" Anthidium sticticum lapissent leurs alveoles avec 
du duvet. Nous les avons vues souvent, ajoute Lepeletier de Saint-Far 
geau, op. cit., t. II, p. 306, occupees a faire cette recolte sur les feuilles 
des planles buneuses ou cotonneuses, telles que le Ballota f estiva, le 
Stachys germanica, dans les champs, el le Stachys sibirica, dans les jar- 
dins ; mais nous n avons jamais observe ou les femelles placent le berceau 
de leur prog6niture. 

Pendant mes qualre annees de sejour dans le Nord de FAfrique (1839 
a 18/i2) el douze mois passes sur les hauls plateaux en 1850, j ai souvent 
observe 1 Anthidium sticticum, qui esl abondammenl repandu dans 1 Esl 
el POuest de TAlgerie. Dans mon Hist. nat. des Anim. Artie, de I Alg^rie, 
j ai fait connailre, t. Ill, p. 197 (1849), la vie Evolutive de ce Gaslri- 
legide, j ai m^me rnpr^senle la larve de celle espece, pi. 8, fig. 11 e. 
C esl ordinairement dans des coquilles abandon nees du genre Helix 
(IL Dupoteti et hispanica) que la 1 eruelle de V Anthidium sticticum depose 
ses O3ul s. 

Ayant Irouve, dans les environs d Oran, un Ires grand nombre de ces 
Helix donl la bouche elail hermeliquement fermee par une lerre jaunalre 
melangee de fienle de chameau et de debris de coquilles, je brisai ces 
entrees, solidement conslruites, et Irouvai, dans le pi emier lourde spire, 
deux et quelquelois meme trois cocons ; les ayant ouverts, je cc nstatai 
la presence d un Hymenoptere de forte taille, robusle, ayanl les antennes 
et des organes locomoteurs replies sur les cole s du corps, el dans lequel 
je reconnus Y Anthidium sticticum de Fabricius. 

Les auleurs qui, depuis mon travail, out ecril sur les Anthidium out 
passe sous silence ce fail, bien curieux cependanl au point de vue des 
influences climal^riques. En eflel, je n ai jamais Irouve: de duvel dans les 



norabrenses coquilles que j ai examinees, mais bien des molecules de 
terre el surtout de la nourriture depose e par la prevoyanle femelle et 
deslinee aux jeunes larves qui sortiront des oeufs confi^s a ces coquilles ; 
et de plus, ce ne sont pas des alveoles que j ai rencontres, mais bien des 
cocons parfaitement executes, que j ai decrits, p. 198, et represents, 
pi. 8, fig. 11 f et 11 h. 

D apres celte observation, je me demande si le climat de 1 Algerie 
n influerait p;is sur la maniere de vivre de YAnthidium sticticum $ et 
surtout s il ne modifierait pas sa maniere de nidifier? car, d apres les 
auteurs que je viens de citer, cette nidificalion est bien differeote de 
celle ex6cutee par les individus qui habilenl 1 Europe meridionale. 

Je ferai remarquer, en terminant, que, malgre les precautions prises 
par YAnthidium sticticum $ pour mettre sa progenilure 1 abri des dan 
gers vennnt de 1 exlerieur, j ai souvent rencontre dans ces Helix un Chal- 
cidien parasite de la larve de ce Gastrilegide, et que j ai decrit el figure" 
sous le nom de Diptoiepis anthidiorum Luc., Hist. nat. des Afiim. Artie, 
de 1 Algerie, t. Ill, p. 419, Hymen., pi. 8, fig. 6 (1849). 

M. J.-M.-Bigot. Diagnoses de genres et especes inedits de Syrphides 
(2 e partie) : 

G. nov. DOLIOSYRPHUS OTOMOS <r^ ?9 ). 

G. Simoidei (Loew), vicinum^ diffcrt : ch&to nudo, oculis villosis. Differt 
G. Erislalis (auctor), chselo nudo femoribusque posticis valde incrassatis. 
G. EristalomyiaB (liond.), femoribus incrassatis ; divert tandem G. Erista- 
lini (l\ond.), oculis maris contiguis et crassitie femorum. Tibiis posticis 
atiquotics dilatatis, retro dense ciliatis. 

1. D. SCUTELLATDS <5*, $ (nov. sp.). Long. 10 mill. Nigro-fusco; 
thorace, <$, viltd wiicd, $, vittis duabus, tnmsvcrsis , cinereis ; scutctlo 
apice ; abdomine macutis latcralibus latis, fulvis ; alis pallide cinereis ; 
tibiis tarsorumque basi, fulvis. 

Panama. Specirn. <^, 2; ?, 4. Ex. mus. nostro. 

2. D. GENICULATDS c?, ? (nov. sp.). Long. 10 mill. . Antennis 
fulvis; facie albido tomentosa et nigro niiido vtttatd; thorace nigro, 
vittis duabus transversis, cinereis, scutello testaceo; obdomine nigro, basi, 
utrinque late testaceo ; pedibus nigris, tibiis, basi, anguste testaccis ; alis 



150 - 

hyalinis. $. Stmillima ; antennis pallidioribus , vittd faciali pallide 
futvd. 

Buenos-Ayres. Specim. of, 3 ; ?, 1. Ex mus. nostro. 

3. D. HIP.TIPES ? (nov. sp.). Long. 10 mill. Antennis, vittd faciali, 
fulvis ; facie cinered ; thorace nigro, fulvo tomentoso , scutello ttstacco; 
abdomine nigro, incisuris fulvis, macuiis, utrinquc, duabus latissimis, 
pallide testaceis ; alis pallide flavts ; pedibus fulvis, femoribus posticis 
nigris ; tibiis posticis, rctrorsum, breviler sed dense nigro ciliatis. 

Panama. Spec. 1. Ex mus. nostro. 

G. nov. TIGRIDEMYIA 

G. Helophili (auclor), vicinum, differt : femoribus valde incrassatis et 
incurvdlis; fade, sub fronte promincnte , concavd, parum tubcrculatd ; 
abdomine conico ; chsslo et oculis nudis. 

T. PICTIPES <$ (nov. sp.). Long. 10 mill. Fusca, thorace cinereo 
breviter villoso; abdomine nudo,vittis septem transversis flavidis; anten 
nis fuscis, chseto fulvo; alis pallide cinereis; pedibus nigris, posticis 
fulvo pictis et late notatis. 

Java. Specim. 1. Ex mus. nostro. 

G. nov. PRIONOTOMYIA (-^OVOTOS /*!*) . 

G. IJplopliili (auclor), vicinum, differt : fronte conicd, satis promincnte; 
facie leniter concava et tubcrculata; femoribus posticis modice incrassa 
tis, tibiis posticis parum dilatatis, intus modice bituberculosis ; tarsorum 
posticorum segmento basalt longo, incrassato, sublus dense velulino. Chaeto 
et oculis nudis. 

P. TARSATA <$ (nov. sp.). Long. 12 mill. Antennis nigris, basi 
fulvis; facie albidd, albido tomentosd nigroque vittatd; thorace nigro, 
flavo bicittato, scutello flavido; abdomine flavido, nigro varicgato; pedi 
bus, plus minus, obscure testaceis aut castanets. 

Senegal. Specim. 2. Ex mus. nostro. 

Membre recu. M. Maurice Noualhier, membre de la Soci^t^ francaise 
d Entomologie, a La Borie, pres Limoges (Haute-Vienne) (Coleoptercs d Eu- 



- 151 - 

rope), presents par M. Albert Fauvel et J. Bourgeois. Coramissaires- 
rapporteurs : MM. E. Desmarest el II. Lucas. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Seance du 24 Mai 1882 (fin). 

Naturaltsta Siciliano (It), l re anne"e, n 8 (mai 1882). E. ABEILLE DE 
PERRIN, p. 176, Supplement a la Monographic des Malachides d Eu- 
rope et des pays voisins (suite el fin). A. PREUDHOMME DE BORRE, 
p. 179, Lellres sur les Nebrh de la Sidle. E. RAGUSA, p. 180, 
Osservazioni ed aggiunte^sulle Nebrie di Sicilia. 

Natura ifte (Le), li* annSe, n 10 (15 mai 1882). C.-F. ANCEY, p. 78, 
Contributions a la Faune de 1 Afrique orientale : Coleopteres nou- 
veaux (suite). * 

Revista da Sociedade de Imtruccao do Porto, 2 e annee, n 5 (mai 1882). 
MANUEL-PAULINO DE OLIVEIRA, p. 232, Catalogue des Insectes du 
Portugal (suite). 

Revue des Travaux scientifiques, publie"e par le Ministere de 1 lnstruction 
publique, t. II, n 5. Q 

ANDRE" (EDM.). Les Parasites et les maladies de la vigne, 1 vol. in-8, 
250 p. (fig.), Beaune, 1882. * 

LUCANTE (A.). Catalogue d echanges des Hym^nopteres europeens et 
circummediterraneens, re"dige d apres les indications du Species 
des Hymenoplei es d Europe et d Alge"rie , par M. Edm. Andre (avec 
une Introduction de M. Edm. Andr6), in-8, 1882 (1 exempl. sedent. 
et 10 exempl. voyag. : Mouches a scie). * Oflert par M. Edmond 
Andre. 

NICKERL (D r O.). Bericht uber die im Jahre 1880 der Landwirthschaft 
Bohmens schadlichen Insecten, IV, broch. in-8, 10 p., Prag., 1881. * 

RILEY (G.-V.). Carnivorous Habits of Microcentrus retinervis; Note on 
the first Insect from Wrangell Island (Erigone, sp. nov.) ; Lichlen- 



- 152 - 

stein s Theory as to Dimorphic, asexual Females ; Naphthaline Cones 
for the protection of Insect Collections; Injurious Insects in Califor 
nia ; Sarcophaga lineala destructive to Locusts in the Dardanelles ; 
Parasitic Diptera ; Dorsal Locomotion of Allorhina nitida ; Modes by 
which Scale-insects spread from tree to tree. Broch. in-8% 5 p. (Extr. 
Americ. Natur., mai 1882.) * 



Seance du lb Juin 1882. 

Berliner entomologische Zeitschrift, anne*e 1882, Heft I. D r GUSTAV 
JOSEPH, p. 1, Syslematisches Verzeichniss der in den Tropfslein- 
Groien von Krain einheimischen Arthropoden nebst Diagnosen der 
vom Verfasser entdeckten und bisher noch nicht beschriebenen Arlen 
(suite et fin). D r II. DEWITZ, p. 51, Ueber die Fahrung an den 
Korpcranhangen der Inseclen, speciell belrachtet an der Lrgescheide 
der Acridier, dem Stachel der Meliponen und den Mundthoilen der 
Larva von Myrmeleon, nebsl Beschreibung dieser Organe (fig.)- 
LE MEME, p. 68, Westrtfrikanische P;ipilionen (sp. nov ), 1 pi. col. - 
C. PLOTZ, p. 71, Einiye Hesperiinen-Gatlungen und deren Arlen (sp. 
nov.). OSTEN-SACKEN, p. 83, Diptera from the Philippine Islands 
brought home by D r Carl Semper, commencement (sp. nov.), fig. 
D r F. KARSCH, p. 121, Neue Apogonien des Ber.iner Museums (Coleo- 
ptnra : Scarabaaidae), tabl. syn., sp. nov. TH. KIRSCH, p. 12/i, 
Cleolhyra und Chnoodes Abendrolliii Ksch. B. GERHARD, p. 125, 
Lepidnplerologisch^s (sp., var. et aberr. nov.). D r L. SORHAGEN, 
p. 129, Aus meinem entomologischen Tagebuch (suite). LE MEME, 
p. 159, Melissoblaptes anellus Schiff. (bipunctalus Z.). D r 0. STAC- 
DISGER et BANG-HAAS, p. 161, Ueber einige neue Parnassius- und 

. andere Tagfatter-Arten Central- Asiens (2 pi. col.). E. G. HODRATH, 
p. 178, Ueber eine Lokalform des F^rnassius Aclius Eversm. und 
uber Parnassius Delius Esp. var. Gorybas Fisch. (fig. col.). M. 
QDEDENFELDT, p. 181, Diagnosen neuer Staphylinen aus dem Mittel- 
mei-r-Faunengeb et D r F. KARSCH, p. 18/i, Ein neuer Skorpion von 
Salanga (Isometrus Weberi). G. QUEDEKFELDT, p. 185, Diagnosen 
dreier alrikanischer Cerambyciden. 

L Archiviste adjoint : J. BOURGEOIS. 
Paris, 22 juillet 1882. 



. Typographic et Lithographie FELIX MALTESTE ET C e , rue Dussoubs, 22. 



1882. No 14. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissant deux fois par mois. 



Seance du SO Juillet I****. 

Pr6sidence de M. H. LUCAS, Doyen d Sge. 

MM. Abeille de Perrin, de Marseille, Fleuriaux, de Paris, nouvellement 
admis au nombre de nos membres, et le D r Horn, de Philadelphia, 
assistent a la stance. 

* Lectures. M. Auguste Chevrolat adresse la 2 e partie de sa note sur de 
nouveaux genres et de nouvelles especes de Galandrides, comprenant des 
observations sur les especes dja d6crites des genres Atidognathus, 
Protocerius et Rhynchophorus, et des descriptions de nouvelles especes : 
P. incarnatus, de Java, acutatus, de Chine, et angustipennis, du Sylliet ; 
R. rubrocinctus, de la Nouvelle-Guinee, signaticoUis f de Ceylan, et 
indostanus, d Assam, el Gyrtotrachelus rufopcctinipes, de Tile Andaman. 

OBS. G est par erreur que dans le precedent Bulletin le nom ge ne rique 
de Cyrthognathus a ete employ^ ; il doit etre remplace par celui de 
Cyrtotrachelus. 

M. le D r Maurice R^gimbart adresse les dessins qui doivent former 
les planches de la l re parlie de son memoire intitule : Essai monogra- 
phique de la famille des Gyrinides, qu il a pre senle dans la stance du 
10 tnai dernier, et auquel il ajoute la description de quelques uouvelles 
especes. 

(10 ann^, n 222.) 14 



Communications. M. L Bedel lit la note qui suit : 

Dans une note re"cemment publi6e par la Socie le entomologique suisse 
(JVlitth. Schweiz., 1882, vol. VI, n 6, p. 285) je Irouve mentioning chez 
les Zabrus francais, le manque absolu de pores s&igeres aux angles pos- 
te"rieuis et 2i la region lalgrale moyenne du pronotura que j avais deVj 
siguale chez les Oodini (Faune du Bassin de la Seine, I, p. 52) et qui 
constitue un caraclere assez exceptionnel dans la serie des Carabidgs. 

I/observation est exacle pour les Zabrus de France, et meine, si j en 
juge par I examen (Tun assez grand nombre d especes, elle pourrait s ap- 
pliquer a tous ceux de la laune europe enne. Au conlraire, chez un des 
Zabrus d Asie et probablement chez tous les Zabrus exclusivement afri- 
cains, le pore setigere normal reparatt sur les coles du pronotum, et sa 
presence pourra permeltre de rnieux grouper des especes jusqu ici fort 
disseininees dans les catalogues. 

Les Zabrus chez lesquels j ai constate* Texistence de ce pore lateral 
sont : 

gibbosus Me"n., de Syrie; crassus Dej. et laemgatus Zimm., des Cana 
ries; semipunctatus Fairm., distinctus Luc., (xmcollis Schaum, maroc- 
canus Schaum et farctus Zimm., de Barbaric. 

Tout me porle a croire que le m^me caractere existe egalement chez 
les autres Zabrus qui sont propres au nord de TAfrique et que je n ai pas 
actuellemenl & ma disposition. 

En passant en revue les Zabrus syriens, j ai en Toccasion d examiner 
les types du Z. pwnilio La Brtilerie ; cette espece a deux pores se" tigeres 
au Lord interne de 1 ceil, un pore angulaire et un pore lateral au prono 
tum, et 1 eperon supplemental a Tangle apical inteine des tibias ante- 
rieurs fait defaul; en un mot, ce n est nullement un Zabrus, mais bien 
une Amara, qui formera probablement une division speciale a cote" du 
groupe des Percosia. 

|T Le Re ve rend Pere Belon adresse, par 1 entremise de M. L. Bedel, 
des observations sur divers Lalhridiens : 

1 M. Reitter a publie, il y a qnelques mois, dans la Deutsche entomol. 
Zeilschr., p. 161 et suiv., un compte rendu fort bienveillant de mon 
travail monographique sur les Lalhridiens de France. Ses indications 
relatives a la synonymic de plusieurs especes de Qartodere sont interes- 



- 155 

sanies et me*ritent d etre porle*es a la connaissance des entomologisfes 
francais. Ainsi, le joli insecte d Alge*rie, que j ai dcrit comrne nouveau 
sous le nom de C. Godarti, devra s appeler de"sormais C. bicostata Reilt., 
puisque noire honorable collegue Pavait fail connaitre en 1877 (Verandl. 
der znol.-bol. Ges. Wien, p. 183) d apres des exeinplaires provenanl du 
Mexirjue. Ce double habitat est cnrieux, mais il ne saurait snrprendre 
ceux qui onl e"luclie la diffusion ge ographique des Lulhridiens. Boa 
nombre d especes, en effet, sont ou lendent a dcvenir cosmopolites ; el, 
pour ne parler ici que des Gartodere, la pilifera (parallcUpennis Solsky) 
exisle en France, en Sicile, an Turkestan el au Japon ; la ruficollis se 
trouve en Europe el clans 1 Amerique enliere, et la fdum esl egalement 
europe"enne el mexicaine. 

La ve rilable C. elcgons Aut6 est reellement une espece glabre. Elle a 
e"le" retrouve"e en nombre a Bozen (Tyrol) par M. lleitter. Les exemplaires 
de ma collection oflrenl dans 1 un des sexes, chez le male probablement, 
un caraclere qui n a pas encore e"le signale : le premier segment ventral 
est pourvu au milieu d un sillon longitudinal qui se prolonge sur-les deux 
arceaux suivanls. 

L espfcce finement pubescente, rencontre e en Belgique, a laquelle 
M. Reilter avait d abord atlribue le nom $elcgans, et qirtl propose 
aujourd hui d appeler Beloni, est vraisemblablement exolique, et aurait 
6*16 inlroduite avec du tabac provenant des Indes occidentales. Elle se 
distingue surtout de la pilifera par la longueur proporlionnelle des li e et 
5 e articles des antennes qui sonl presque deux Ibis aussi longs que larges, 
et par son corselet transverse offrant une impression au devant de la 
base et un sillon longitudinal sur le disque. 

2 Dans mon travail sur les Lathridiens (p. 96), j ai re"uni les Lange- 
landia exigua el incostata de Perris comme les deux extremes d une 
seule et meme espece netlement caracterisee par la forme parallele du 
corselet, tandis qne ce segment est glargi dans son tiers anterieur cliez 
la L. anophthalma d Aube". Celle reunion, dont la legitimite" ne fail pas 
pour moi i ombre d un doule, elait base"e sur Texamen d un tres grand 
nombre d exemplaires et en parliculier des types memes de Perris appar- 
lenanl a la collection de M. E. Reveliere. Neanmoins elle est conlestee 
par M. Reitter, qui applique le nom CCcscigua Perris In des individus de 
pelile taille, ayant, romme Y anophthalma, le corselet sensiblement dilate 
dans son tiers anterieur et orne de cotes ainsi que les elytres. Mon hono 
rable collegue soutient que Yincostata seule possede un corselet parallele. 



156 - 

Ceci est en contradiction manifesto, non-seulement avec les types, mais 
avec les expressions employees par 1 auteur pour se"parer Vexigua de 
Yanophthalma. On lit en eflet dans 1 Abeille (VII, p. 10) : Le prolhorax 
ft anophthalma s arrondit un pea jusqu au tiers de sa longueur pour se 

re"lre cir ensuile en ligne droite ; celui ftcxigua au contraire a les 

bords droils ou bien pen s en faut, et ils ne s infl^chissent un pen qu en 
approchant de la base. 11 suit de la que la forme de"signee par M. Reitter 
sous le nom ftcxigua n est certainement point fespece d^crile par tfdouard 
Penis. 

On peut se demander en outre si cetle forme doit 6tre se^paree speci- 
fiquement de Yanophthalma, comme le pense M. Reitter, ou bien si elle 
n en est qu une race locale, comme je 1 ai indique" (loc. cit., p. 98). Dans 
le premier cas, elle devrait recevoir un nom nouveau, et je propose de 
la cle"dier au savant entomologisle qui Pa fait connaltre et de 1 appcler 
L. Eeitteri. Toulefois, je ne puis m empecher de conserver quelques 
doutes sur la Jpgitimite de celle separation sperifique. Les deux princi 
pals differences signalees enlre la Reitteri et \\mophthalmus, savoir : la 
pelitesse de la taille et la longueur proportionnelle du corselet un peu 
moindre, me paraissent n avoir pas loule i imporlance desirable. Peut-6tre 
suis-je trop exigeant. Videant peritiores ! 

M. Elzear Abeille de Perrin communique les notes synonymiques 
suivantes : 

1 Attains Ragusae Schf., Nunquam otiosus, fe"vr. 1871 (sub Axino- 
tarsus). ^ 

= Panormitanus Ragusa, Bull. Soc. ent. ital., p. 282. 

2 Attains postrcmus (nom nouv.). 

= Ragussse \\ Abeille, Natural. Sicil., 1882. 

3 Zonitides oculifer Abeille, Bull. Soc. Hist. nat. de Toulouse, de cem- 
bre 1880. 

= Zonitis bipunctata Chevr., Bull. Soc. ent. Fr., 1882, p. v. 

M. le D r L.-W. Schaufuss adresse de Dresde (Saxe) la description 
suivante d une nouvelle espece de Col6optercs : 

Je viens de recevoir de M. Dobiasch, en nombre conside rable, un 



- 157 

Anophthalme nouveau, sous le nom in litteris de Likanensis, avec priere 
d en publier la description : 

ANOPHTHALMUS LIKANENSIS. ^-Eufo-testoceus, elongato-obovatus; ocutis 
nullis ; capite brevi ; thorace cordato, lateribus antice rotuwlatis, angulis 
posticis rcctis vt-t acutis, reflexis, basi dcprrsso, utrinque foveola, tinea 
media utrinque abbreviata valde impresso ; elytris ovalibus, humeris elon- 
gatis, punctulato-slriatis, striis in disco impressis, utrinque et apice 
evanescent ibus. Lung. 78 milk; hit. 2 2/5 2 3/5 mill. 

Hab. : Croatia, Dalmalia (conlree de Lika). 

Caput breve, lalius qnam thoracis basis, duobus irapressionibus longi- 
tudinalibus posiice curvalis; onci laierales his formali media parle inlus 
bis leviler sunt impressi. Thoracis basis depressa ulrinque ante angulos 
poslicos profundius impressa; ex aliera impressione alia linearis oblique 
retro oritur, juxla margo lateralis cum angulis poslicis reflexa; basis bre- 
viler longitudinaliter striolala. Elytra ovalia (non ovata), in striis tertia 
el lateral! 3 vel U punctis seliferis, quarum poslica ul plurimum leviora 
vel in tubercula picta sunt. Setas lungissimee. Specimina ihoracis angulis 
posticis acwmt na/0-productis rerius inveniunlur, angulus parvus plurimum 
rectangularis, distincte reflexus, acumen extremum supra visum paullum 
prominens. 

Cetle espece a et^ decouverte il y a deja quelque temps ; elle se trouve, 
dans quelques collections, mel^e au croidicus Hampe = oszailensis 
Bedel. Elle est facile a separer du Kiesenwetteri par les angles posterieurs 
du corselet : 

Anguli postici distincte rectangulares usque ad acuti, 
margine reflexa ; Likanensis. 

Anguli postici rolundati usque ad oblusi, margine 
non reflexa Kiensenwetteri. 

Schaum dit que YAn. Kiensenwetteri n a que deux points enfonc^s sur 
le troisieme interstice des elylres : cette indication est fuulive. L exem- 
plaire lypique de la collection de 1 auteur (a present dans celle de M. Cle"- 
ment Mueller, de Dresde) a aussi trois points comme le croaticus, le Lika 
nensis et autres especes, ma is le troisieme est quelquefois plus difficile a 
voir chez le Kiesenwetteri. Le croaticus est souvenl plus fonce et ses elytres 
se retrecissent en arriere (ovata Hampe). Les Kiesenwetteri et Likanensis 



158 

sont tres faciles a distinguer par les differences mentionnees ci-dpssus, 
cependanl quelques exemplaires (2 pour 100, & pen pres) se resserablent 
beaucoup. Certaines formes du Kiesenwettcri oflrenl des angles posl<>rieurs 
dist inclement emoussrs (var. rectangular is M.) el des Likanensis onl des 
angles poslerieurs non saillanls en pointe (var. wxator M.). Ges varie les 
(.fen possede une a qualre exi-mplaires) se distinguent loujours par le 
bord lateral du corselet. Les elytres du Kiesenwelteri sont un peu plus 
courles, par consequent un peu plus larges; les stries ponciuees sont 
inoins dislinctes, nioins profondes; le corselet est moins relreci en arriere; 
I impression devant la base est plus avancee (c est par cela aussi que le 
Kiesenwetteri se disiingue du croaticus], elle est plus plate, specialement 
en avant des." angles poslerieurs, oil, chez le Likanensis, elle est enfoncee 
profondement. 

J ai examine" 30 individus de la nonvelle espece de Dalmatic, 7 de 
Croalie, 1 var. vexator de Dalmatic, 3 de Croatie, 1 rectangularit de 
Croatie et une douzaine de formes intermediaires enlre Likanensis et sa 
varie"te vexator, de Dalmatie, et, en outre, un grand nombre de Kiesen- 
wetleri. 

UAnnphthalmus Likanensis diflere du ttacqueti par le corselet plus 
large par devant, plus en forme de cceur, et par la tele plus courte et 
plus large. 

M. Maurice Girard presente les remarques qui suivent : 

1 II montre des grains de ble qui ont servi de coque nymphale a la 
Calandre, Sib-plrilus granarius Linne, et donl certains conliennent encore 
le Charancon. Ces grains lui out ete remis par M. E. Savard et pro- 
viennenl de la halle aux bles de Paris. II -y a peu de jours on s est 
apercu dans une salle con tenant des sacs de ble depuis deux ans qu il 
y avail une quinzaine de sacs ou les grains etaient entierement ronges 
par la Calandre el dont il a fallu delruire le contenu. Get exemple 
nous fail comprendre combien 1 aclion funeste de Tinsecte peut se pro- 
duire rapidement, et nous explique quels ravages immenses il a du causer 
autrefois, alors que, par suite du manque de voies de transport, les grains 
restaienl accumules en grenier pendant des annees. 

2 11 fait egalement connaitre, d apres un echantillon qui lui a e"(e" remis 
par M. E. Savard, une e"corce d orine conlenant a la fois deux Xylophage 



159 

destructeurs faisant concorder leur action nuisible, les Scolytus destructor 
Linne et intricatus Ratz. 

M. J.-M.-F. Bigot. Diagnoses de genres et especes inedits de Syr- 
phides (3 e parlie) : 

G. nOY. EUMEROSYRPHUS (s^ pas- </>??) 

G. Helopliili (auctor), vicinum, differt : fronte conicd satis promi?iente; 
femoribus tibiisque posticis parum dilatatis et hirsutis, tarsorum posti- 
corum segmento basalt parum elongato et incrassato, subtus dense velutino. 
G. novi Prionolomyia? (milii) vicinum, differt : tibiis posticis hand tuber 
culous ; facie minus concavd, minus tuberculosd. Oculis et chseto 
nudis. 

E. INDIANUS c? (nov. sp.). Long. 11 mill. Antennis fuivis; facie 
albidd, albido tomentosd et nigro vittatd; thorace nigro, scutetlo paUide 
futvo ; abdomine testaceo et nigro var legato ; pedibus fuivis, posticis cas- 
taneis. 

India. Specim. 1. Ex mus. nostro. 

G. nov. ASEMOSYRPIIUS (tf 5 Ato s a-y^oc). 

G. Helophili (auctor), satis vicmum, differt : facie, sub antennis, vatde 
concavd et carinatd ; femoribus posticis incrassatis, subius brcvissinie 
spinutosis, tarsorum posticorum segmento basalt satis incrassato, parum 
elongato. Chaeto et ouulis nudis (maris oculi distantes ?}. 

1. A. OCULIFERUS, $ ? (nov. sp.). Long. 8 mill. Antennis fuscis, 
chsslo apice fu vo ; facie flavo paliido viliosuld et nigro nitido vittatd, 
vertice fusco thorace. cinereo nitidulo, flavidu tomentoso, nigro angustis- 
sime dccem Lineato, scutetlo testaceo ; abdomine fulvo obscuro, segrnentis 
utrinquc, basi, twmlis fuscis notatis ; pedibus nigro aeneo, geniculis et 
tibiis posticis fuivis; alis cinerascentibus. 

Mexicus. Specim. 1. Ex mus. nostro. 

2. A. NIGROSCDTATUS , $ ? (nov. sp. ). Long. 7 mill. Priori similis ; 
sedy obscure tinctus ; scutello nigro ; thorace nullo modo nitente. 

Mexicus. Specim. 1. Ex mus. noslro. 

3. A. FLAVOCAUDATUS , ?? (nov. sp.). Long. 8 mill. Duobus prim is 



160 

fere similis ; thoract hand vittato , scutetlo bast infuscato ; abdomine 
conico, nigro, incisuris t maculis utrinque tribus retrorsum convexis, 
cinereis, apice flavido aurco tomentoso. 

Mexicus. Special. 2. Ex mus. nostro. 

U. A. BICOLOR , ? ? (nov. sp.). Long. 9 mill. Niger. Abdomine 
rubido, basi macula laid, trigond, nigrd ; tibiis basi testaceis, posticts 
fulvis; alls pat tide flavis. 

Mexicus. Specim. 1. Ex mus. nostro. 

G. nov. ROMALEOSYRPHUS ( P ^xc <rw/> p9 ). 

Ex Curia Xylotydarum (mihi). Chxto et oculis nudis ; antcnnarum s<>g 
menlo ttrtio latiludine parum longiorc; facie, subtus, satis longe conicd, 
valde concavd et tuberculosd. Corpus crassum , undique br< viler villosum. 
Venis alarum longitudinal} bus 2 a et 3* (Uondani), usque ad apicem divisis, 
4 vix sinuosd, ccllula 1" posited (Rondani, etc.), mdlo modo pediformi ; 
fenioribus posticis robustis, valde incrassatis t subtus , tuberculo valido 
villoso, tibiis incurvatis, intus ieniter tuberculosis, vet obscure sulcio- 
latis. 

R. VILLOSUS c? (nov. sp.). Long. 22 mill. Antennis fulvis ; facie 
fere albidd. Niger ; thoracis lateribus et retrorsum, utrinque, scutetlo, 
abdominis basi, flavo dense villosis. 

Mexicus. Specim. 1. Ex mus. nostro. 

G. nov. ORTHOLOPHUS (0^605 xoyoc). 

G. Syriltae (auctor), satis vicinum, differt : facie, sub antennis, angustc 
sed valde concavd, dtinde carind rectd, valde prominente instruct A ^ femo- 
ribus minus incrassatis, subtus hand serratis ; alarum vend primd trans- 
versati (Rondani), ultra medium cellule discoidalis sitd; oculis nudis 
(ante breviter contiguis t c?), chaeto nudo ; vend alarun guartd longitudi- 
nali (Rondani), satis sinuosd. 

0. KOTATDS c? (nov. sp.). Long. 10 mill. Niger, cinereo tomen- 
tosus. Antennis nigris ; facie argenteo pruinosd ; abdomine albido cinereo 
sex notato ; pedibus nigris; alis fere hyalinis. 

Chili. Specim. 1. Ex mus. nostro. 



- 161 - 

M. IP docteur O.-M. Reuler, professeur extraordinaire, a TUniversite, 
demenrant actnellement, Mariegatan, 9, & Ilelsingfors (Finlande), adresse, 
par rintermediaire de M. L. Buquet, la description d uue nouvelle espece 
dllemiptere : 

ORTHOSTEIRA SUBTILTS Rent., nov. sp. Niyro-fusca, superne fusco- 
grisea, antennis, articulo ultimo excepto, pedibusque tolis testaceis, arti- 
culo antennarum tertio gracili basi subito capitulato-incrassato ; pronoto 
Uditudine hnud longiore, lobo apicali supra frontem longe producto, pro- 
cessu scutellari brevi, obtusangulato, carinis discoidalibus (t ormae bra- 
cliypterse) parallelis, limbo marginali biseriatim areolato, angulis anticis 
obtusis; hemielytris sublilissime areolatis, spatio suturali areolis confuse 
tri- quadriseriatis, discoidali subplano, apice breviter petiolato, areolis 
confuse 5-6-seriatis, laterali ^-seriatim areolato, limbo marginali areolis 
majoribus uniseriatis. Long., formse brachypterae , c? 1 1/2 mill., 
? 1 3/4 mill. 

In Lenkoran a D. Leder lecta, a D. Reitler communicate. 

0. parvulee Fall, slatura simillima, spinis frontalibus longioribus, pro 
noto breviore postice multo brevius obtuse producto, carinis discoidalibus 
parallelis, hemielytris adhuc mullo subiilius areolali>, spalio sulurali 
confuse 3-A-seriatim areolato, discoidali apice brevius peliolalo bene dis- 
tinctus ; ab 0. gracili Tied., cui spinis fronlalibus longioribus carinisque 
pronoli parallelis similis, notis reliquis supra dalis el adhuc statura bre 
viore et laliore nee non spatio discoidali hemielylrorum subplano diver- 
gens. 

M. H. Lucas communique la note suivante sur un He"miptere de la 
t amille des Fulgoriens : 

Eh faisant passer sous les yeux de mes collegues plusieurs individus 
du Phenax (Lyslra) auricoma Klug, in Burm. Handb. der Entom., t. IE, 
p. 168 (1839), je ferai observer que Tespece de feutre ou duvet coton- 
neux qui recouvre Tabdomen de cette espece est tellement abondanl que 
cet organe ainsi que les paltes sont entierement cache s. Ce feutre, d une 
belle couleur blanche, d une legerele extreme, tres adherent, atteint de 
grandes dimensions et forme en se re unissant des filaments mesu- 
rant en longueur 10 centimetres environ. Quand on examine les regions 
ce"phalique et thoracique de cet Hemiptere Homoptere, on remarque que 
toute cetle partic anterieure, surtout le pronolum et le m^sonotum, est 



- 162 

entierement cacbe e par cette matiere cotonneuse, rnais celle-ci, au lieu 
d etre blanche, est au contraire dune belle couleur jaune d or. 

C est a Tulancingo (Mexique) que celte espece a e"t6 renconlree par 
M. Charnay, qui en a fail don au Museum. 

D apres M. Klug, cet Hemiptere habile les grands bois silue s entre 
Villa-Alla el Oaxaca, ou il a ete capture par M. Deppe, a qui Ton en doit 
la decouverte. 

Le meme membre lit une note sur un Crustace de Fordre des De"cu- 
podes Bracliyures : 

Le genre Orithyia est reste pendant longtemps repre sente par un seul 
individu dans les collections carcinologiques du Muse e de Paris. Ce Crus 
tace, de la famille des Oxistomes, qui porle le nom de mamillaris, est 
susceptible de prendre de grandes dimensions. En effet, Findividu que 
possede le Museum alteint a peine 50 millimetres, tandis que V Orithyia 
mamillaris recueilli a port Swantow mesure au conlraire plus de 70 mil 
limetres. En outre, les couleurs qui ornent ce Crustace n ont eie" que tres 
imparfailemenl indique es ; aussi je crois devoir en donner une nouvelle 
descriplion : 

ORITHYIA MAMILLARIS Fabr., Edw. Hist. Nat. des Crust., t. II, p. 112 
(1837). Guer., Iconogr. du Regne anim. de Cuv., Crust., pi. 1, fig. 2 
(1828). Cancer bimaculatus Herbs!, Nat. der Krabb., t. I, p. 248, 
pi. 18, fig. 101 (1782). Long. 70 mill.; lat. 67 mill. La carapace, 
enlieremenl couverle d une granulation arrondie, Ires forte, peu serree, 
est tomenteuse ; les epines ou dents spiniformes qui arment son front, 
ainsi que celles qu elle pre"senle en dessus et sur les parlies Interales, 
sont beaucoup plus de veloppees; une tache orbiculaire, Ires grande, d un 
brun rouge fonce, se fait remarquer de chaque cole, el les sillons qui 
parcourent la carapace sont heaucoup plus profonclement marques et 
indiquent neilement la forme et la position occupee par chaque region. 
Les patles de la premiere paire sont granule es, el leur premier arlicle 
presenle sur leur bord superieur des poils Ires allonges, serre s, qui 
recouvrent les bords lalero-anle rieurs de la carapace ainsi que les regions 
plerygostomicnnes lorsque cesorganes sont replies; la main est Ires deve- 
lopj 6e, granuleuse, avec les doigls qui la lerminent Ires grands et armes 
de lories dents ou tubercules. Les paltes suivanles sonl comprimee*, ter- 
minees par un tarse profonde"ment cannele, slyliforme ; celles de la cin- 



163 - 

quieme paire sont au conlraire lout a fait natatoires ; leur forme generate 
est la m&ne que cliez les Porluniens, el leur larse l.mceote <-st Ires large : 
des poils allonges, serres, se font remarqner sur les bords des divers 
articles composant ces organes, particulierement sur ceux de la cinquieme 
paire. Chez eel individu, qui est Ires frais el qui apparlient au sexe male, 
les frmurs sont anneles de brun rougeatre. Le cadre buccal est granule 
et les pattes-machoires exiernes sout couvertes de poils courts, serres. 
La region sternale est forlement granulee, el la queue, qui esl lisse, avec 
les articles qui la composenl cilies de poils tres courts, serres, ne remplit 
pas la gouttiere destinee a recevoir cet organe, au moins chez le sexe 
male. 

Babite les mers de Chine (port de Swantow); donne au Museum de 
Paris par M. A.-A. Fauvel. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Seance du 1U Juin 1882 (fin). 

Bulletin de Id Societe academique hispano-portugaise de Toulouse, t. II 
(1881), n" 3, li el n supplem. (Fetes du cenlenaire de Calderon). Q 

Gomptes rcndus hcbdomadaires des seances de I Academic des Sciences, 
t. XCIV, l er semestre 1882. N 21. J. LICHTENSTEIN, p. 1397, 
Observations pour servir a I etude du Phylloxera. HARTOG, p. 1430, 
De Tceil impair des Crustaces. 

N 22. BOIIEAU, p. 1453, Observations pour servir a I etude du 
Phylloxera. 

N 23. J. LICHTENSTEIN, p. 1500, Le Puceron vrai de la Vigne. 

Entomologist s monthly Magazine (The), vol. XIX, n 217 (juin 1882). 
CH.-G. BARRETT, p. 1, The influence of meteorological Conditions ou 
Insect life. J.-J. KING, p. 8, Notes on the Neuroptera of Strath- 
glass, Inverness-Shire. H.-A. HAGE*, p. 12, The tarsal and anlen- 
nal Characters of Psocidae. J. SCOTT, p. 13, Food-Plants and times 



164 - 

of appearance of the Species of Psyllida? found in Great Britain, toge 
ther with others which may be expected to occur here. HERBERT 
DRUCE, p. 15, Descriptions of new species of ^EgeriidaB and Sphin- 
gidae. G.-F. MATHEW, p. 18, Remarks on some Central american 
species of Pyrrhopyge Nubn. COMMUNICATIONS : p. 19, Eupleclus 
bicolor, etc., on Can nock Chase; p. 20, Aclidium coarlalum, etc., 
near Gloucester ; id., Notes on Spring Ilymenoplera at Hastings in 
1882 ; id., Gerris lacustris in hibernation far frem water ; id., Cap 
ture of the nymph of Aphalara nervosa Forsler on Achillea milleib- 
lium ; p. 21, Notes onSetodes argentipunctella Mac Lach.; id., Variety 
of Zygasna filipendulaB ; p. 22, On the habits of Lepisnia saccharina ; 
p. 22, Obituary : Beebee Bowman Labrey ; id., Entomological col 
lecting on a voyage in the Pacific (commencement). 

Mittheilungen des naturwissmschaftlichen Vereincs fur Steiermark , 
annee 1881. E. HOFFER, p. 68, Biologisdie Beobachlungen an 
Hummeln und Schmarotzer-Hummeln. LE MEME, p. 93, Beschrei- 
bung eines inslruciiven Nestes von Bombus confnsus Schenk (1 pi. 
chromolith.). LE MEME, p. 106, Verzeichniss der in derUmgebung 
von Graz vorkommenden Hummelarlen. 

Naturaliste (Lc), If annee, n 11 (l cr juin 1882). P. 87, ROUGET, Note 
synonymique (Metabletus foveola et foveolalus). * 

Proceedings of the American Association for the advancement of Science, 
vol. XXIX (Boston, 1880), part. I et II. C.-F. GISSLER, p. 557, 
Evidences of the effect of chemico-physieal Influences in the Evolution 
of Branchiopod Crustaceans. C.-V. RILEY, p. 617, Further Notes 
on the Pollination of Yucca and on Pronuba and Prodoxus (fig.). 
LE MEME, p. 640, Additional Notes on the Army Worm (Leucania 
unipuncta), exlrait LE MEME, p. 6Zi2, Some recent Practical Re 
sults of the Cotton Worm Inquiry by the U. S. Entomological Gum- 
mission. LE MEME, p. 649, The hitherto unknown Life-habits of 
two genera of Bee-flies (Bombyliida3), extrait. J.-L. LECONTE, 
p. 650, On Lightning Bugs. G. MACLOSKJE, p. 660, The Endocra- 
nium and Maxillary Suspensorium of the Bee (fig.). C.-F. GISSLER, 
p. 667, Sub-elytral Air-passages in Coleoptera (fig.). A.-J. COOK, 
p. 669, Two new uses of Important Insecticides. 

Proceedings of the Scientific Meetings of the Zoological Society of London, 



165 

1881, part IV (nov. et de"c.). W. WATKINS, p. 819, Reports on the 
Insect-house. A.-G. BUTTLER, p. 846, On Butterflies from Japan 
(sp. nov. par MONTAGUE FENTON). H.-J. HELWES, p. 856, On the 
Butterflies of Annerland, Norlh-China and Japan. Index alphabe lh. 
et table method, de Tannee 1881. 

Revue coleopterologique, publie"e par C. van den Branden, l re anne"e, n U. 
P. 9, Bibliographic ; p. 52, Especes nouvelles ; p. 58, Remarques 
synonyraiques. (Dernier numero.) 

Sitzungsberichte der kais. Akademie der Wissenschaften in Wien (Mathe- 
matisch-Nalurwissenschaftliche Glasse). 
Vol. LXXX, Heft I, II (juin et juillet 1879). Q 
Vol. LXXXII, Heft III, IV, V (octob., novemb., decemb. 1880). Q 
Vol. LXXXIH, Heft I, II, III, IV Q anvier & avril 1881). G. HELLER, 
p. 103, Ueber die Verbreitung der Thierwelt im Tiroler Hochgebirge 
(Insekten, p. 126). LEXDENFELD, p. 289, Der Plug der Libellen, 
Bin Beitrag zur Anatomic und Physiologic der Flugorgane der Insek 
ten (7 pi. col. el fig. dans le texle). 

Transactions of the Zoological Society of London, vol. XI, part 6 (janv. 
1882). Q General Index to the Transactions of the zoological 
Society of London (vol. I a X, 1835 a 1879). 



DBS Gozis (iVL). Me moire sur les pores se"tigeres prothoraciques dans la 
tribu des Carnivores. Broch. in-8, 16 p. (Extr. Mitth. Schweiz. ent, 
Gesellsch., VI, Heft 6, 1881.) * 

GROUVELLE (A.). Cucujides nouveaux du Muse e civique de Genes. Broch. 
gr. in-8, 23 p., 1 pi. n. (Exlr. An. del Mus. civ. di St. nat. di Gen., 
XVIII, avril 1882.) * 

HENSHAW (SAMUEL). Index to the Coleoptera described by J.-L. Leconte. 
Broch. in-8, 75 p. (Extr. Trans. Amer. enl. Soc., IX, janv. 1882.) * 

SCHAUFUSS (D r L.-W.). Especes nouvelles de Plagiodera (Extr. Nurnquam 
otiosus, epr.), 1 page. * 

L Archivisle adjoint : J. BOURGEOIS. 



166 



Stance du 28 Juin 1882. 



Anales de [a Sociedad espanola de llistoria natural, tome XI, 1" fasc. 
In-8, Madrid, mai 1882. EDM. DE SELYS-LONGCHAMPS, Odonates 
des Philppines (1 pl.) DON IGNACIO BOLIVAR, Sobre la extraclura 
de las Patas prensoras de la Mantispn perla Pall, (avec bois). Adas 
de la Sucudad : Quelques remarques enlomologiques. 

Annales de la Societt eniomologique de France, 6 e se>ie, tome II, 1882, 
1" trimeslre, planches 1, 2 (n.) et 3 (col.). Deux exemplaires pour 
la bibliolheque. 

Memoires, p. 196. Bulletin des stances, p. i LXIV. Bulletin 
bibliographique, p. 116. 






Annali del Museo civico di Storia naturale di Genova, publicati per cnra 
di G. Doria et R. Geslro, vol. XVII, 1881. Gr. in-8 de 720 pages, 
offert par M. Doria. T. THORELL, Sludi sui Ragni Malesi i Papuasi. 
III. Ragni dell Auslro-Malesia e del Capo Yorck, conservati del Museo 
civico di Sloria nalurale di Genova. * 

Atti delta R. Accademia dei Lincei, 272 e anne"e (1881-82), serie terza, 
Transunti, vol. VI, fasc. 12. Rome, mai 1882. Q 

Bulletin de la SocieU des Sciences historiques et naturelles de I Yonne, 
annee 1881, tome XXXV (IV de la 3 e s6rie), 1882. Q 

Bulletin de la Societe d etude des Sciences naturelles de Nimes, de"cembre 
1881 et Janvier 1882. Q * 

Bulletin d lnsectologie agricole, Journal mensuel de la Socie le centrale 
d Apiculture et d lnsectologie. Entomologieapplique e, 7 e annee (1882), 
n U el 5. De la Pyrale de la Vigne et des moyens de la combaltre 
(suite). GIRARD, Analyse du memoire de M. Edm. Andre" sur les 
Parasites et les maladies de la Vigne. Les Bourdons des champs 
(suite). EDMOND ANDRE, Relations des Fourmis avec les Pucerons 
et les Gallinsecles. SAVARD, Nole sur le Dyticus latissimns. 
DILLON, Insecles ennemis de la Scorsonere. GIRARD, Sur divers 
Insecles nuisibles. 



167 

Comptes rendus hebdomadaires des stances de I Academic des Sciences, 
tome XCIV, l er semestre 1882, n 08 2A el 25. Q 

Journal (The) of the Linnean Society of London, Zoology, vol. XV, n* 84 
et 85. Q 

Linnean (The] Society of London. List. In-8. Londres, Janvier 1881. 

Naturaliste (Le), pnblie pnr M. fim. Deyrolle, A e anne"e, n 12 (15 juin 
1882). A. CHEVROLAT, Diagnoses de Cole"opleres nouveaux des lies 
Andaman (7 especes). JACQUES CLERE, Microtepidopleres rares 
trouves en grand nombr* a Velizy (bois de Meudon). * 

Transactions (The) of the Linnean Society of London, Zoology, vol. II, 
part II. In-8. Londres, mars 1881. SIR JOHN LUBBOCK, On the 
Anatomy of Anls (Hyme nopieres : Lasius flavus, Myrmica rugino- 
dis, etc.), avec 2 pi. col. 



FERRY (JULES). Disrours prononce par le Ministre de 1 Instruction pu- 
blique a la Sorbonne, le 15 avril 1882, lors de la reunion ge"ue"rale 
des Delegues des Socie"les savanles. Q * 

HANSEN (H.-J.). Faunula Insectorum faercceensis ; forteguelse over de paa 
faergerne hidlil samlede Insekter (Golenpleres, Nevropteres, Hymeno- 
pteres, L^pidopteres, Dipteres, Orlhopteres, He"mipteres). Broch. in-8. 
Kjobenhavn, 1881. * 

RILEY (C.-V.). Entomology; Notes diverses. In-8. (Extr. de TAmer. Nat., 
juin 1882.) * 

SCUDDER (SAMUEL-S.). Archipolypoda, a subordinal type of Spined Myria- 
pods from the carboniferous formation, avec 3 planches, (\lemoirs of 
the Boston Society of natural history, vol. Ill, n 5, mai 1882.) * 



Stance du 12 Juillet 1882. 

Annales de la Sociele entomologique de Belgique, tome XXV, 1881. 
D r EUGENE Ducts, de Guanajunto, Metamorphoses de 1 Exema dispar, 



168 

p. 5, avec pi. L. LETHIERRY, Lisle des He"mipleres recueillis par 
M. Delauney a la Guadeloupe, la Martinique et Sainl-Barlhe lemy 
(gen. et sp. nov.), p. 8. AUGUSTE DE BORMANS, Lisle des Onho- 
pleres recoils dans 1 Afrique auslrale par M. de Se lys-Fanson, p. 20, 
av. c pi. LE MEME, Revision des types contenus dans la collection 
d Orlhopleres de VI. L. Brisout de Barneville, p. 26. F.-J.-M. HEY- 
LAERTS FILS, Essai d une Monographic des Psychides de la Faune 
europeenne, pre ce de de considerations generates sur celle famille de 
Le pidopieres, p. 29, avec bois. ALF. PREUDHOMME DE BORRE, Lisle 
des Cricce rides recueillis au Bre"sil par feu Camille van Volxera, suivie 
de la descriplion de douze nouvelles especes ame ricaines de celle 
tribu, p. 74. AUGUSTE CHEVROLAT, Descriplion de Curculionides 
de Znnguebar, p. 85. J.-B. CAPRONIER, Note sur les dpoques d ap- 
panlion des Lfyidopteres Diurnes de l Ame"rique du Sud recueillis 
dans la province de Rio-Janeiro par M. Thobie, en 1877, p. 94. 
Catalogue de la Bibliolheque de la Socle* te* enlomologique de Belgique 
(68 pages, pagination parliculiere). 

En outre, deux planches d Arachnides, une autre colorize repre"- 
sentant le Sternocera Cambieri et une derniere donnant les me"lamor- 
phoses d un Rhagium. 

Comptes rendus hebdomadaires des stances de t Academie des Sciences, 
par MM. les Secretaires perpe"tuels, 2 semestre 1881, tome XGI1L 
Table alphabelique et Table des auleurs. 

1" semestre 1882, lome XCIV, n 26. Q. 

2 e semeslre 1882, tome XCV, n 1". PELLICOT et JAUBERT, 
Deslruclion du Phylloxera par le sulfale de fer. BETTI, Avanlages 
de son inseclicide conlre le Phylloxera. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, 12 e anne*e, n 141 (l er juillet 1882). 
A. CLAUDON, La colline d In r ersh -im (Alsace). Parlie enlomologique, 
p. 106. C. MARCHAL, Mceurs d une Libellule, au Creuzol, p. 111. 
Habitat de quelques Carabiques de la Faune parisienne, a Argen- 
teuil, p. 111. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 

Paris, le 5 aout 1882. 



PAEII. Typographic et Lithographic FELIX MALTESTE ET C e , rue Dussoubs, 22. 



1882. NO 15. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



Avis important. Par decision prise par la Soci6te dans la stance 
du 14 de"cembre 1881, une souscription au prix de 20 francs est ouverte 
chez le Tre"sorier (M. L. Buquet, rue Saint-Placide, 52) pour la publica 
tion de Tables generates des Annales de 1861 a 1880, que M. Edouard 
Lefevre a bien voulu se charger de r6diger. Ce travail est aujourd hui 
presque entierement termini, et Timpression en commencera des que la 
Socie"t6 aura recu 150 adhesions. Le montant de la souscription ne sera 
exigible qu alors, et le prix des Tables sera ensuite porttru 24 francs. 
Jnsqu ici le norabre des souscripteurs n est que de 51. Priere instante 
est adressee aux Membres de la Societe et aux Societes correspondwites, 
qui desireraient avoir cet ouvrage, indispensable a tous les possesseurs 
des Annales, d envoyer immediatement les demandes de souscription a 
M. le Tresorier. 



BULLETIN DES SEANCES 

Paraissant deux fois par mois. 



Seance du O Aout 

residence de M^ L. REICHE. 

Communications. M. le D r George-Henry Horn, de Philadelphie, fait 
connaltre la note qui suit : 

1 Par la bont6 de M. Chevrolat, j ai 616 a meme d etudier le type de 
rEutomus Lac., Genera, VII, p. 369, et, en meme temps, deux autres 
(10 e annee, n 223.) ^ 



- 170 - 

exemplaires, dans le cabinet de M. Salle, m ont donne* les moyens de 
determiner les caracteres sexuels. Le genre Eutomus n est dans aucun 
sens un Scolyte, mais est au contraire cong6ne>ique avec Rlripidandrus 
Lee. Les antennes ont une structure tres semblable, mais les pseudo- 
lamelles des sept derniers articles des antennes sont beaucoup plus courts 
dans ^Eutomus que dans le Rhipidandrus. 

Dans le dernier genre, les caracteres sexuels n ont pas ele" observes, 
mais dans les Eutomus ils semblent suffisammeut indiques. Un exemplaire 
a deux pelits tubercules pres de la marge du clypeus, de chaque cote", et 
un autre pies de chaque ceil : ce doit elre, je suppose, le male, a cau^e de 
sa plus petite taille et de sa forme moins robuste. Les autres exemplaires 
ont le front le gerement concave et pubescent; ils sont plus robustes : ce 
sont probablement des femelles. 

II cst singulier que Lacordaire ait oublie" d observer le large labre de 
ce genre, caractere qui n existe pas dans la famille dans laquelle il le 
placa. 

RIKpidandrus fut originairement classe" parmi les Tene"brionides, mais 
ses tarses lelrameres et les autres caracteres 1 e loignent de cette famille. 
Dans la nouvelle edition de la Classification of the Coleoptera of North 
America, il sera place" dans les Cissides. 

Les remarques sur Y Eutomus sont base"es sur 1 espece de TAme rique 
du Sud (E. micrographus Lac.); Pautre espece (E. madagascariensis Lac.) 
m est inconnue et n est peut-6tre pas conge" nerique avec la premiere. 

2 Le genre Plagithmysus, fonde" par Motschulsky pour une espece de 
Longicornes de la Californie, est reste sans 6tre 6tud par les auteurs 
americains, a defaut d echantillons. J ai examine" Texemplaire unique que 
possede M. Salle, et j ai trouv6 qu il apparlenait au genre plus recent de 
Neoclytus Thomson, qui devra etre conse"quemment supprime". 

M. le docteur Alex. Laboulbene e"crit a M. E. Desmarest pour faire 
part a la SocietS de la capture qu il a faite le 5 aout, a Saint-Denis- 
d Anjou (\layenne), d un Nevroptere du genre Bittacus : 

C est la seconde fois, dit notre collegue, que je prends ce Ne vroptere : 
la premiere fois, je Tavais capture dans une prairie. C est au bord d un 
fosse" de chemin, dans un espace reslreint, parmi de hautes Gramine"es, 
avec quelques Centaurea et des Ronces, que j ai pu saisir une douzaine 



171 

de ces insectes qui ressemblent extre"mement a des Dipteres nemoceres. 
J ai cru d abord, en apercevant le premier individu, que c etait une 
Tipule jaunatre, mais apres 1 avoir saisi j ai vile reconnu le Bittacus & 
ses quatre ailes et a son proboscide, rappelant en petit celui des 
Panorpes. 

Ge Nevroptere, qui paratt fort rare, peut-etre parce qu il est confondu 
avec les Tipules, auxquelles il ressemble si fort, a le vol assez court. II se 
tient perche" sur ses jambes peu flechies, presque droites ; ses ailes sont 
en toil et se recouvrant an repos, ce qui avail appele mon attention, les 
Tipules ayant les ailes etalees. Le corps, pendant la vie, est d un jaune 
roussatre presque uniforme; il brunit apres la mort. 

Une particularity assez interessante, c est que les insectes retires du 
flacon au cyanure etaienl enchevelres entre eux, leurs pattes avaient les 
derniers articles des tarses recourbes et comrae enroule s an tour des 
paltes des autres insectes qu ils avaient saisis en mourant. Il m a fallu 
des precautions pour remettre les tarses en position. Je me suis assure 
que les derniers articles sont tres reversibles en dessous, surtout le der 
nier qui m a paru termine par un ongfe unique, au moins a la vue 
simple ; les pattes posterieures ont ies tarses plus forts, plus e"largis ; de 
plus, toutes les jambes ont deux forts eperons poinlus el ine"gaux. J ai 
compris pourquoi, grace a la disposition anatomique des tarses, le Bittacus 
peut se tenir cramponne a une tige grele de Graminee que les derniers 
articles embrassent fortement. 

L abdomen du male est elargi a l extre"mite, termine par une sorte de 
forceps copulateur; 1 abdomen de la femelle, moins large en avant, a 
partir du thorax, est ellipsoiide et simplement arrondi en arriere, appen- 
dicule de chaque cote. 

Quand j ai jadis mentionne la capture du Bittacus, M. Mac Lachlan 
aurait desire voir cet insecte, que je rapportais au B. tipularius, pour 
s assurer de la determination specifique. Je me propose de le lui envoyer, 
et je fixerai plus tard la Societe sur le vrai nom specifique du Bittacus 
que j ai eu la chance de relrouver cette anne"e. 

Le mme membre communique le fait suivant, relalif aux moaurs et 
au degre de nocuite d une espece d Aphidim du Sureau commun : 

L annee derniere, au mois d octobre 1881, m etant apercu qu une bou- 
ture de Sureau place"e dans un pot a fleurs, tres verte et tres vigoureuse 
pendant Tete, avail jauni et paraissait mat vegeter, j ai renverse le pot et 



172 - 

regard^ les racines. Celles-ci Staient recouvertes d une quantity innom- 
brable, prodigieuse, de Pucerons. Tous les Aphidiens etaient apteres, 
d un bleu ardoise", entourant racines et radicelles d une sorte de galne. 
Les racines qui n en portaient que quelques-uns Etaient exceptionnelles. 
Pour m assurer de la vitalite" des Pucerons, je placai le petit pied de 
Sureau, debarrasse de la terre vegetale, dans 1 eau d un reservoir et bien 
submerge". Le premier jour, les Aphidiens ne paraissaient nullement 
incommodes par le bain ; il en fut de meme le second et le troisieme 
jour. Du quatrieme au sixieme jour, beaucoup Staient devenus jaunatres 
et plus ou moins decolored; le septieme jour, presque tous Staient comme 
macSrSs, mais la planle elle-me me avait souflert de 1 immersion dans 
1 eau. 

J ai voulu savoir si les ravages des insectes et mme si le sSjour dans 
1 eau pendant une semaine avaient tue" le pied de Sureau. Je Tai mis en 
pleine terre apres avoir secouS et relave" une derniere fois les racines. II 
paraissait bien malade, mais actuellement (aout 1882), la plante est remise 
et elle est en belle vegetation. 

Faut-il conclure que le bain d une semaine ayant de"truit les Pucerons, 
la plante, robuste comme on le sait, a pris le dessus ? Aurait-elle resists 
sans cela ? J en doute, et le fait m a paru bon a iioler, surtout au moment 
ou on cherche a dStruire le Phylloxera souterrain par la submersion des 
vignobles atlaquSs. 

M. Edmond Andre* adresse, par 1 entremise de M. L. Reiche, un 
nid de tres petites chenilles provenant de Montevideo. Ge nid est rempP 
de petits Vers tres curieux, s agitant avec beaucoup de vivacite" ; ils ont 
une pose extraordinaire en marchant ; plusieurs trainent apres eux une 
sorte de petit fourreau analogue a celui des Psyche s ; ils se suspendent & 
un fil de soie lorsqu on veut les saisir ; leurs paltes sont singulieres. 

M. Edm. Andre, qui dSsire que cet objet soit soumis a quelque le"pido- 
pteriste qui en fasse 1 etude et 1 objet d un me"moire pour nos Annales, 
tient ce nid de M. Gaulle, percepteur a Sedan (Ardennes); il etait accom- 
pagne" de quelques Hyme"nopteres, egalement de Montevideo, enlre autres 
le Sphex hemiprasina Sichel ; des Polistes canadensis, tres commun dans 
les deux Ameriques ; la Monedula surinamensis ; le Pelopseus vindex, que 
M. Edm. Andre croit etre une variete du P. ccementarius Drury ; enfin 
un Peps : s chrysaptera Burm., tres bel insecte. 

D apres le desir de notre collegue, le nid dont il vient d etre parlS est 



173 - 

soumis a 1 examen de deux membres de la Socie"t6 : MM. Poujade et 
Ragonot. 

M. J.-M.-F. Bigot. Diagnoses de genres et especes inedits de Syr- 
phides (4 e et derniere partie) : 

G. nov. KIRIMYIA mihi (Kiri, nomen japonicum Pawlonise 
imperialis, pvttt). 

cT, ?. Genus generis Myoleptae (Newni. ) vicinum.Elongata, satis angusta, 
breviter velutina. Fronte latd segmento 3 antennarum orbiculari, chseto 
oculisque nudis ; facie pland, abbreviatd, obtusd, femoribus posticis in- 
crasscdis, subtus brevissime spinosulis, metatarso postico gracile, parum 
elongato ; alarum vents secundis et tertiis apice separatis, cellula postica 
primd valde pediformi. 

K. ERISTALOIDEA, c?, $ (nov. sp., mihi). Long. 13 mill. Antennis 
fulvis ; facie nigrd, cinereo villosd ; thorace nigro, dense cinereo flavido 
velutmo ; abdomine nigro, segmentis primis et secundis utrinque late 
maculatis, tertiis et quartis vittd transversd cinerascente ; pedibus fuscis, 
anticorum femoribus, apice, tibiis tarsisque, basi, posticorum geniculis 
tantum, fulvis ; atis fere hyalinis macula stigmaticati fuscand. 

Japon. ~ 2 specim. Ma collection. 

G. nov. ENDOIASIMYIA mihi (JW/*oc //*). 

c?. Genus generum Volucellae (Geoffr.) vel Phalachromyiae (Bond.) 
vicinum, differt : forma angusta, satis elongata, facie valde tuberculatd, 
nee conica nee prominula ; antennarum segmento tertio oblongo, abbre 
viate ; chseto oculisque longe viltosis ; venis alarum secundis et tertiis 
apice distantibus, primd transversd perpendicularly secundes satis pro- 
ooimd. 

E. INDIANA, ?, mihi (nov. sp.). Long. 11 mill. Nigra, obscure 
senea, nuda. Antennis fulvis; facie nudd, nitidd, nigrd; femoribus nigris , 
geniculis, tibiis nigro annulatis et tarsis apice infuscatis, pallide fulvis ; 
alis fere hyalinis, late apice infumatis. 

India. 1 specim. Ma collection. 

Candidat presente. M. Paul Designolle, instituteur, rue du Bac, 40 



(Cottopteres et Ltpidopteres d Europe), present^ par M. L. Bedel. 
Gommissaires-rapporteurs : MM. E. Desmarest et G.-A. Poujade. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Stance du 12 Juillet 1881 (fin). 

Eleventh report of the State entomologist on the Noxious and Beneficial 
Insects of the State of Illinois, Sixth Annual Report, in-8, Springfield, 
1882. Part I. Report of D.-W. COQUILLETT, p. 5. The greater leaf- 
roller (Laxota3nia rosaceana Harris, p. 10 ; the apple-bud worm (Ec- 
copsis malana Fernald), p. 16 ; the apple-worm (Carpocapsa pomo- 
nella Linne), p. 19 ; the currant fruit-worm (Eupilhecia interrupto- 
fasciata Packard), p. 23 ; the yellow canker worm ^Hibernia Tiliaria 
Harris), p. 25 ; the imported cabbage worm (Pieris rapas Linne), p. 32; 
the celery worm (Plusia simplex Guenee), p. 38 ; the corn Myriapod 
(lulus impressus Say), p. bl\ ; the imported currant worm (Nematus 
ventricosus Klug), p. A6 ; the army worm (Leucania unipuncta Ha- 
worth), p. 49. 

Part II. Report of prof. G.-H. FRENCH, The corn-root worm (Dia- 
brotica longicornis Say), p. 65 ; the wheat-straw worm (Isosoma 
Allynii French), p. 73 ; the corn-worm, on boll-worm (Heliothis arme- 
gera Hub.), p. 82. * 

Naturalista Siciliano (11), Giornale di scienze naturali, anno I, n* 10 
(juillet 1882), avec une pi. ENRICO RAGUSA, 1 Sulla Sesia cruen- 
tata Mann. ; 2 Coleotteri nuovi o poco conosciuti della Sicilia 
(9 especes) ; 3 Malachius Heydeni Ab. (habitat). REGIMBART, Des 
cription d une nouvelle espece de Gyrinus de Sicile (G. siculus). 
E. REITTER, Dapsa acuticolle (sp. n.). L. FAILLA TEDALDI, Insetli 
Commestibili, Sacri, Medicinali, Industrial! e d Ornamento. l re partie : 
Inselti Commestibili. 

Naturalists (Le), Journal des ^changes ct des nouveltes, public par 
M. finrile Deyrolle, 4 C annee, n 13 (l er juillet 1882). MILE BLAN- 



175 

CHARD, Rapport sur une collection d Insectes d Abyssinie offerte au 
Museum d histoire naturelle par M. Achille Raflray. PAUL MABILLE, 
Description de six Le pidopteres nouveaux de Madagascar. VON 
HEYDEN, Metabletus foveolatus Gyll.; M. foveolatus Dej. = cupreus 
Waltl. MAURICE GIRARD, Analyse du 13 e fascicule du Species des 
Hyme"nopteres d Europe et d Alge rie par M. Edmond Andre" (Mo3urs 
des Fourmis par M. Ernest Andre). * 

Psyche, Organ of the Cambridge Entomological Club, vol. Ill, n 09 95 
et 96 (mars et avril 1882). SAMUEL-H. SCUDDER, Fragments of the 
coarser anatomy of Diurnal Lepidoptera : 10. The larva of Euphoeades 
Troilus of North America, p. 319 ; 11. The larva of Epargyreus Tityrus 
of North America, p. 320. HELEN SELINA KING, Internal organi 
zation of Hesperia Ethlius Cram., as observed in the living animal, 
p. 322. GEORGE DIMMOCK, Circulation of blood in the larva of Hy- 
drophilus, p. 324. WILLIAMS BUCK DWIGHT, The domestication of 
Papilio Thoas (Cresphontes) in Dutchess County, p. 327. HOWARD, 
Alternate generation in Cynipidae, p. 328. Etc. 



BECKER (L.). Arachnides recueillis par M. Preudhomme de Borre dans 
une excursion entomologique en Allemagne. (Comptes rendus de la 
Soc. ent. de Belg., 1881.) * 

BIGELOW (D r HENRY-J.). Lithotritie moderne. Broch. traduite de the 
Lancet, septembre et octobre 1881. Q * 

LETHIERRY (L.), de Lille. Hemipteres recueillis par M. Preudhomme de 
Borre en Allemagne. (Comptes rendus Soc. ent. Belg., 1881.) * 

PREUDHOMME DE BORRE (ALFRED). 1 Materiaux pour la Faune entomo 
logique des Flandres. Coteopteres : l re centurie. (Bull, scientif. du 
depart, du Nord, 1881.) 2 Materiaux pour la Faune entomolo 
gique de la province de Liege. Cole"opteres : l re centurie. (Me"moires 
Soc. des Sciences de Liege, 1881.) 3 Male"riaux pour la Faune 
entomologique du Brabant. Coleopteres : 2 e centurie. (Me"m. de la 
Soc. roy. Linne enne de Belgique.) A Sur une Excursion entomo 
logique en Allemagne pendant les mois de juin et juillet 1880 : Coleo 
pteres. Plus trois suites a ce travail. (Comples rendus de la Soc. ent. 
de Belgique, 1880-1881.) 5 Description d une nouvelle espece de 



- 176 - 

Buprestis du genre Slernocera, rapportSe de TAfrique centrale par 
M. le capitaine Gambler. (Comptes rendus Soc. ent. Belg., 1881, avec 
pi. col.) 6 Du peu de valeur du caractere sur lequel a eHe" etabli 
le genre ou sous-genre Rhorabonyx. (Idem.) 7 Sur les metamor 
phoses d un Rhagium. (Ibidem,* avec 1 pi.) * 



Stance du 26 Juillet 1882. 

Annual Report of the Board of Regents of the Smithsonian Institution, 
showing the operations, axpeditures, and condition of the Institution 
for the year 1880. Washington, 1881. THEODORE GILL, Entomo 
logy : 1 The eyes of the horseshoe Grabs and Trilobites, p. 351. 
2 Aborted development in Crustaceans, p. 351. 3 Scolopendrella, 
the type of a new order of Myriapods, p. 352. k Insectes injurious 
to Books, p. 352. 5 Destruction of Insects by Fungi, p. 353. 
6 The glowworms and their phosphorescence, p. 354. 

Comptes rendus hebdomadaires des stances de t Academic des Sciences, 
par MM. les Secretaires perpe"tuels, 2 e semestre 1882, t. XCV, n 2 
et 3. O * 

Naturaliste (Le}, Journal publi6 par M. fimile Deyrolle, A e annee, n ill 
(15 juillet 1882). J. LICHTENSTEIN, Le Puceron des Lataniers. 
L. FAIRMAIRE, Faune elementaire des Coleopteres de France, 8* partie 
de 1 Hisloire naturelle de la France. * 

Revista da Sociedade de Instruccdo do Porto, n 6-7, Junhe-Julho 1882, 
segundo anno, MANGEL-PAULINO DE OLIVEIRA, Catalogue des In 
sectes du Portugal (suite), p. 307 et 366, Coleopteres : famille des 
Carabiques (especes 108 a 187), esp. nouv. : Plalynus Mettosi et 
Psecilus prasmus. * 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 

Paris, le 17 aout 1882. 



PARIS. Typographic et Lithographic FELIX MALTESTE ET C, rue Dussoubs, 22. 



1882. N 16. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE PRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



Avis. En Tabsence de Paris de MM. les Archivistes, les membres de 
la Socie le sont pre"venus que la Bibliotheque ne sera pas ouverte pen 
dant le mois de septeinbre. 



BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissant deux fois par mois. 



Seance du 23 Aout 

Prudence de M. L. REICHE. 

Lecture. M. L. Bedel adresse la suite de son ouvrage sur la Faune des 
Coleopteres du Bassin de la Seine, etc., comprenant la division des Rhyn- 
chophora, travail accompagn6 de planches. 

Communications. M. le Tresorier annonce la mort de M. John Gray, 
de Bolton-le-Moors, de Lancashire (Angleterre), qui appartenait a la 
Socie le depuis 1857, et qui est decede" an commencement de 1 anne e. 

M. L. Buquet fait passer sous les yeux de ses collegues : 

1 Un bel exemplaire male du Polyphylta Kagusse, espece de Melolon- 
thide nouvellement decrile par M. Kraalz. Get insecte remarquable vient 
de Trapani (Deux-Siciles). 

2* Deux individus du genre Lamia quMl croit nouveaux, et qu il se pro 
pose, sMl y a lieu, de de"crire sous le nom de M. Gennadii. - Cette espece 
se distingue de ses cong6neres par sa plus petite taille, sa couleur d un 
(10 e annee, n 224.) 16 



178 

fauve clair, et plus particulierement par cinq gros points ou laches noires 
veloutees disposes comme suit : une au centre du corselet et deux sur 
chacune des e"lylres. Get insecle a ete" decouvert en Grece par notre 
collegue M. P. Gennadius. 

M. Aug. Chevrolat donne une note synonymique relative aux Cole"o- 
pteres de la tribu des Galandrides : 

1 Noms de genres changes par Lacordaire, raais a maintenir : 

Otidognathus Lac., Genera, t. VII, p. 273. 

= Lithorhynchus Sch., Gen. Curcul., t. VIII, 2, p. 222. 

Ce norn avail e"te" employe* pour designer un genre de Dipleres 
exotiques. 

Apioccphalus Lac., Gen., t. VII, p. 277. 

= Conocephalus Sch., Gen., t. IV, 2, p. 889. 

Ce nom de genre avail 616 employe" par Thunberg pour un genre 
d Orthopteres et par Zenker pour un genre de Grustace s. 

Oxypleurus Lac., Gen., t. VII, p. 281. 

= Uegaproctus Sell., Gen., t. IV, 2, p. 868. 

Ce nom de genre Oxypleurus avail 16 employe" par moi pour 
designer un genre de Longicornes Lamiaires. 

Phacecorynus Sch., Gen., t. VIII, 2, p. 228. 

Le type du genre est le Curculio variegatus Fabr., Sp. Ins., 
t. I, p. 163; 01., Ent., varius Fabr., Mantissa, p. 109. 
Du Cap. Get insecte est inscrit au Catalogue Gemmenger 
et de Harold au genre Sptienophorus. 

2 Des doubles noms employes dans cetle tribu. 

Otidognathus U-maculatus Buq., Icon. Reg. anim. de Gue"rin, texte, 
p. 177. Java, Assam. 

= Spehnophorus U-maculatus Gyl. in Sch., t. IV, p. 910. 

Ce dernier nom avail e"te" substitue a la Galandra k-pustulata 01., 
Ent., t. V, p. 83, et Fabr. (du Cap), comme employ^ pour 



179 

un Madams ame ricain. Ges deux noms ayant e"te" employes 
doublement : je donnerai a lapremiere espece le nora de 
Otid. assamensis et a la seconde celui de Herbsti. 

Rhynchophorus palmarum Lin.. Mus. Lud. Ubr. Ame rique centrale 
et me ridionale. 

= Calandra palmarum Montr., Ann. Soc. ent. Fr., 1860, p. All. 
He Arou. 

Suivant Thabitude, je nomraerai cette derniere espece C. Mont- 
rouzieri. 

R. ferrugineus 01., Ent., V, 83, p. 78, tab. 2, fig. 16, . Indes 
orientates. 

= Sphenophorus ferrugineus Bhn. in Sch., Gen., t. VIII, 2, p. 285. 
Sumatra. 

Je nommerai cette derniere espece sumatrensis. 
R. cruentatus Fabr., Syst. Ent., p. 128. Louisiane. 
= R. Zimmermanni Sch., t. VIII, 2. p. 219. Caroline. 

Cette synonymic avait deja 6te signalee au Catalogue americain 
Check, List, p. 123. Celle espece, Ires variable, est inscrite 
au Catalogue Gemmenger et de Harold au genre Spheno 
phorus. 

R. nitidus Guer., Icon. Reg. anim., texte, p. 175, cT> nitidipennis 
Bhn. in Sch., t. VIII, 2, p. 816, $. Cayenne. 

= R. pascha Blin., loc. cit., p. 278, var. papua Kirsch in Mayer. 

Philippines. 
== Cyrtorrhinus caffer Fhrs., Ofvers. Vet. Akad. Forhandl., p. 282. 

Cafrerie. 
= Sphenophorus sencgalensis Gyl. in Sch., loc. cit., t. IV, 2, p. 819. 

Senegal. 
= Sphenophorus caffer 01., Ent., t. V, 83, p. 95, pi. 84, tab. 8, 

fig. 154. 

Ce dernier nom doit prevaloir. Je crois neanmoins devoir laisser 
les choses en l 6tat ou elles se trouvent. Je ferai seulement 
observer que cet insecte ayant le prolhorax lobe sup l e cusson 
devra 6tre place" ailleurs. 



180 

3 De la Synonymie du genFe Sphenophorus 

R. albicollis 01., Ent., t. V, 83, p. 91, tab, 28, fig. UiU. Vieux- 
Calabar, Gabon. 

= Gercidocerus albicollis. 

Je possede <$ et $ de cette espece, qui n appartienl pas a 1 Afrique 
australe. 

S. maculatus Gyl., loc. cit., t. IV, 2, p. 881. Java. 
S. carinicollis Gyl., loc. cit., p. 882. Java. 

Ces deux especes ne sont probablement que des femelles de Ger 
cidocerus. 

R. longicollis 01., Ent., V, 83, p. 88, tab. 28, fig. 413. Indes orien- 
tales (Saint-Domingue, par erreur). 

Je possede le type, qui est une femelle ; espece Ires repandue 
dans Tlnde et rapportee par Riche. 

Var. glabricollis Gyl., loc. cit., t. IV, 2, p. 903. Bengale. 

planipennis Gyl., loc. cit., p. 911. Java, Andaman. 

castaneus Dej., Gat., 3 C ed., p. 329. Chine. 
1?. insularis Boh., Res. Eug., p. 148. Taiili. 

= obscurus Fairmaire. 

R. k-signatus Gyl., loc. cit., t. IV, 2, p. 907. Antilles. 

= k-spilosm Ghevr., Ann. Soc. ent. Fr., 1880, Bull. n A, p. 31. 
Guadeloupe. 

S. sordidus Germ., Sp., p. 299. Indes orientates. 
S. striatus (Dej., Cat., 3 e ed.) Fhrs. in Sch., loc. cit., t. VIII, 2, p. 251. 
Bresil. 

Insecte tres cosmopolite. On le trouve aux lies Bourbon et Mau 
rice, a Ceylan et jusqu en Chine. 

M. L.-W. Schaufuss adresse la description d un nouveau genre et 
fl une nouvelle espece de Coteopteres : 

Genus BORNEANA, nov. gen. Pselaphidorum. Oculi mediocres. An- 



181 

tennae unrfecim-articulatje, submonili formes, distantes, clava triarticulata. 
Palpi maxillares articulo ultimo fusiformi. Caput opacum, transversum. 
Thorax opacus, longitudinaliter trisulcatus. Elytra margine laterali linea 
longitudinali impressa. Abdominis segmentum primum maximum, utrin 
que carinatum. Coxx posticse valde, mediae vix distantes ; trochanteres 
breves ; tarsi uniunguiculati. 

OBS. Novi generis Bryaxiformis corpus et elytra nitida, thorax et caput 
opaca et profunde foveato-punctata sunt. Thorax tribus sulcis longitudi- 
nalibus ornatus est, quorum duo lateribus siti sunt, medius antice et pos- 
tice foveola terminatur. 

Unam modo speciem novi : 

BORNEANA BIFORMIS Schauf. Testaceo-ferruginea, subopaca, hirsu- 
tula, thorace capiteque ferrugineis, cribrato-punclatis ; capite transverse, 
subquadrato, antice subangustato , angulis posticis rotundalis, utrinque 
sulcato et antice impresso, vertice longitudinaliter subtiliter impresso ; 
oculis valde convexis, granulatis; thorace convexo, cordato, longitudina 
liter trisulcato, sulcis lateralibus impressis ; elytris hirsutulis, parum 
nitidis et convexis, lateribus rotundatis, antice parum angustatis, hume.ris 
hamato-carinatis, basi quadrifoveolatis, striis suturali integra, discoidali 
postice evanescente, fere carinata ; abdominis segmentis primo maxima, 
utrinque tenuiter bicarinato, bistriolato, reliquis supra parum conspicuis; 
femoribus tibiisque post mediam partem parum clavatis, femoribus anti- 
cis subtus impressis, nitidis; tar sis pallidis, articulis primo minuto, 
secundo tertioque fere sequalibus; antetmis articulis 3-10 submonili for- 
mibus, 3-8 subxqualibus , 9-11 parum latioribus , undecimo brevitcr 
obovato, apice obtuse-acuminalo. Long. 1 2/5 mill.; lat. 2/3 mill. 

Hab. : Mompava, Borneo. 

Gum oculis caput thoracis (ante mediam partem) lalitudine, duae latee 
impressiones longitudinales laterales antice se cum impressione transversa 
coniungunt, vertex parum elevatus levi sulco longitudinali, apice dilatato, 
distinguintur. Palporum maxillarium articulus ultimus abunde duplici 
mediae latitudinis longiludine, antice acuminalus, acumine obtuso sive 
trunoato, et longior est quam duo alii visibiles, quorum medius triangu- 
laris et parum crassior sed brevior quam primus. Cannae laterales primi 
abdominis segmenti postice confluentur, slriolae, non dimidia segment! 
longitudine, paullum extra finem cogitatam stria? discoidales elytrorum 



182 

positse sunt. Sublus abdominis segment! 2-Zi cuncti eadem longitudine 
quam primus vel quintus, caput parum rotundatum, porrectum. 

M. Des Gozis envoie la note suivante : 

Le genre Claudius (ex Amphibolus) n est nullement synonyme, comme 
le croit M. de Heyden, du genre Episernus Tlioms., crde" pour une espece 
tres diffe rente des deux especes qui rentrent dans le genre dont j ai du 
changer le nom. L affirmation de M. de Heyden prend sans doute son 
origine dans la Fauna Baltica de M. Seidlitz, ou cet auteur dit a deux 
reprises (p. 91 et 352) que le genre Amphibolus lui parait devoir 6tre 
re"uni probablement au genre Episernus. Diese Gallung ist vielleicht 
mil der Vozig zu Vereinigen. Mais il est a remarquer que M. Seidlilz, 
lorsqu il 6crivait ceci, ne connaissait pas le genre Episernus, comme il 
1 avoue lui-me"me, ce qui enleve beaucoup de valeur a son appreciation, 
et que Teut-il du reste confirmed plus lard, il n en resterait pas moins 
enlre les deux coupes des differences suffisantes pour justifier, a mes yeux 
du moins, leur distinction. Je ne citerai que la presence de stries laterales 
chez les Claudius, alors qu il n en existe pas trace chez les Episernus, pas 
plus que chez les Ernobius; or, chacun sait combien ces slries ont de 
conslance et par suite d importance chez les Anobiidse. Ajoulez a cela la 
forme des angles ppsterieurs du corselet, etc. 

Au reste, mon but en ecrivant ceci n e"tait pas lant de montrer que les 
Claudius sont bien eloignes des Episernus que de faire voir combien e"lait 
necessaire le changement de nom propose par moi, puisque, genre ou 
sous-genre, il est incontestable que la coupe creee par MM. Mulsant et Rey 
ne correspond pas absolument a celle de M. Thomson, ni originellement, 
ni meine encore aujourd hui. Et c est cependant ce que semblerait dire, 
mais a tort, la note de M. de Heyden. Quant a la question de reunion, 
un monographe seul la tranchera. Il serait difficile de le faire avec quelque 
autorite" dans des remarques ne comportant pas une etude d ensemble de 
la famille. 

M. L. Reiche lit un passage du journal la Patrie, en date du 21 aout 
1882, relatif a la Fourmi a miel, qui donne au Mexique une sorte de 
miel d un gout agreable et Jegerement acidule. Plusieurs notices ento- 
mologiques ont e te publiees a ce sujet. Recemment, le Reve"rend Mac Cook 
a donne sur cette Fourmi un travail important et accompagne de dix 



- 183 

planches dans les Proceedings de r Academic des Sciences naturelles de 
Philadelphie pour 1881. 

Membre recu. M. Paul Designolle, instiluteur, rue du Bac, (Cotto- 
pteres et Uptdopteres d Europe), presente par M. L. Bedel. Commis- 
saires-rapporteurs : MM. E. Desmarest et G.-A. Poujade. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Seance du 26 Juillet 1882 (fin). 

Entomologist s monthly Magazine (The), vol. XIX, n 218, July 1882. 
JAMES-J. WALKER, Entomological collecting on a voyage in the Pa 
cific (fin). K.-J. MORTON, Voluntary submergence by the female 
of Phryganea. R.-H. MEADE, Annotated list of British Anlhomyiida3 
(suite) : G. Lasiops et Anthomyia. G.-A.-J. BOTHNEY, A List of 
the Butterflies captured ie barrakpore park, during the months of 
September 1880 to Auguste 1881. WILLIAMS BUCKLER, Natural 
history of Heliodes arbuti. JOHN SCOTT, Description of a new spe 
cies of Hemiptera-Heleroptera from Central America (esp. nouv. : 
Mictis ? Jansoni). LE MEME, Capture of Aphalaria nebulosa. 
W.-G. BLATCH, Hylecselus dermestoides, etc., on Cannack chase. 
BENJ.-ARTHUR BOWER, Pachelra leucophaea at Box Hill. C.-A. 
BRIGGS, Varieties of Zygaena filipendulae. GEO.-T. PORCITT, Lepi- 
doplera at Wicken Fein. GILBERT-HENRY RAYNOV, Argyrolepia 
Schreibersiana re-discovered. C.-G. BARRETT, Ceropadra ridens and 
To3niocampa miniosa et Stigmonota nitidans, in Penbrokeshire. 
WILLIAMS-E.-A. AXON, Dipterous larva in the human subjet. 
EDWARD SAUNDERS, Two species of Nomada new to the British List. 
R. MAC LACHLAN, A Marine Caddisfly. Analyses de divers ou- 
vrages, etc. * 

Revue des Travaux scientifiques, public" e par le Ministere de 1 Instruction 
publique, tome II : Travaux public s en 1881, n 6 (1882). ODSTA- 
LET, Analyse de memoires entomologiques. Offert par M. le Ministre 
de 1 Instruction publique. * 



Socittt entomologique de Belgique, Comptes rendus des stances, s6rie III, 
n 20, Assemble mensuelle du l er juillet 1882. G. MASPERO, 
Guepe trouve"e dans un cercueil egyplien. A. PREUDHOMME DE 
BORRE, Lisle des Squillides du Musee royal d histoire naturelle de 
Belgique. E. DE SELYS-LONGCHAMPS, Sur quelques vari&es ou 
aberrations des Zygaena de Belgique. H. DONCKIER, Coteopteres de 
Belgique. 



BERG (CARLOS). Farrago Lepidopterologica contributiones el esludio de la 
Fauna Argentina y paises limitrofes (del tomo XIII, 1882, de los 
Anales de la Sociedad Cientifica Argentina). Buenos-Aires, 1882. 
Synonymies et descriptions de nouveaux Lepidopteres : 53 especes. * 

DUBUS (capitaine JULES-FERDINAND). Faune tepidopte rologique de 1 arron- 
dissement de Saint-Quentin ; Catalogue melhodique des Lepidopteres, 
l er fascicule. Broch. in-8, 1879. (Exlrait des Memoires de la Society 
academique de Saint-Quentin, t. II, A e serie.) Oflert par M. L. 
Bedel. * 

RILEY (G.-V.). Entomology. From the American Naturalist, June et July 
1882. Notes diverses d Entomologie pure et appliquee. * 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 
Paris, le 31 aout 1882. 



Avis important. Par decision prise par la Soeie"te dans la stance 
du 14 decembre 1881, une souscriplion au prix de 20 francs est ouverte 
chez le Tresorier (M. L. Buquet, rue Saint-Placide, 52) pour la publica 
tion de Tables generates des Annales de 1861 a 1880, que M. fidouard 
Lefevre a bien voulu se charger de rediger. Ce travail est aujourd hui 
presque enlierement termine, et Timpression en commencera des que la 
Socie^e aura recu 150 adhesions. Le monlant de la souscriplion ne sera 
exigible qu alors, et le prix des Tables sera ensuile porte a 24 francs. 
Jusqu ici le nombre des souscripteurs n est que de 51. Priere instante 
est adressee aux Membres de la Societ6 et aux Societes correspondantes, 
qtii desireraient avoir cet ouvrage, indispensable a tous les possesseurs 
des Annales, d envoy er immediatement les demandes de souscription a 
M. le Tresorier. 



PARIS. Typographic et Lithographic FELIX MALTESTE ET C, rue Dussoubs, 22, 



1882. No 17. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE PRINCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissant deux fois par mois. 



Seance du 13 Sepftembre 

Presidence de M. L. REICHE. 

MM. Bellevoye, de Metz, et Larney, d Alger, assislent a la seance. 

Lectures. M. Aug. Chevrolat fait deposer sur le bureau la suite de son 
memoire sur des genres nouveaux et especes nouvelles de Calandrides 
(g. n. Omotemnus, Paratasis, Coralliphorus, Engithopus ; esp. n. des 
genres Protocerius, Sphenocorynus et Zethus). 

M. J. Bigot adresse une nouvelle suite a ses Memoires sur les 
Dipleres nouveaux ou pen connus, contenant la tribu des Syrphidi 
(l rc parlie : Generality et Tableaux des genres). 

Communications. M. Henri Deyrolle fait passer sous les yeux de ses 
collegues une paire de la Platy chile pailida Fabr., et ajoule a ce sujet les 
remarques qui suivent : 

En presentant a la Societe le male et la femelle de cette rare esnece 

de Gicindelide, je ferai remarquer cette particularity que la feraelle a les 

angles posterieurs du prothorax notablement plus prolonges en arriere 

que le male ; et je profilerai de cette occasion pour rectifier 1 opinion 

(10 C annee, n 225.) 17 



186 

exprimee par Chaudoir dans le Bulletin de Moscou , 1860, p, 332, ou 
il dit : 

II y a quelques motifs de supposer que P. pallida Dejean n est pas la 
merae qne celle de Fabricius, car dans les exemplaires de Copenhague 
el de Berlin, les angles poslerieurs du corselet ne sont pas aussi pro- 
longes en alene que dans 1 individu femelle clecrit par Dejean, et qui 
esl en ma possession, ainsi que dans le male figure par M. J. Thomson 
(Mon. des Cicincl., I, pi. in, fig. 2). Si ma supposition, que partage le 
D r Gerslacker, est fondee, 1 espece de Dejean devrait recevoir un com 
nouveau, et je propose celui de P. aculeata. 

Or, tout Techafaudage de ce qui precede repose sur une erreur ! 
L exemplaire figure par M. J. Thomson est non pas un male, mais une 
femelle, celle-la meme decrite par Dejean, posse"dee a celte epoque par 
M. de Laferte", qui Tavait prete"e a M. J. Thomson pour son travail, et 
devenue plus tard proprie"te de M. de Chaudoir. 

La description du mfile de sa collection que fait M. Thomson, en me"me 
temps qu il figure la femelle, a prodnit 1 erreur de Chaudoir; pour s en 
convaincre, il n y a qu a examiner les tarses anle"rieurs non dilates de la 
figure; du reste, nulle part M. Thomson ne dit que c est le male plutot 
que la femelle qu il a repre"sente". 

L erreur constate"e, loutes les observations de Chaudoir deviennent sans 
valeur ; les Musees de Copenhague et de Berlin possedent chacun un 
male a angles posterieurs pen prolonged ; Dejean a de"crit et M. Thomson 
a figure une femelle a angles fortement allonges, et runite" de 1 espece 
se trouve defmitivement demontree par la paire que vous avez sous les 
yeux. 

M. L. Bedel lit la note suivante : 

Dans les monographies et les catalogues les plus re cents, les descrip 
tions inserees par noire collegue M. Aug. Rouget dans son Catalogue des 
Inscctes Colcopteres de la Cote-d Or (Me"moires de rAcade"mie des Sciences, 
Arts et Belles-Letlres de Dijon , section des Sciences, 2 e se"rie), sont, les 
lines, enlierement omises, les autres cities de maniere inexacte. Je dois 
a la bienveillance de 1 auteur de pouvoir donner ici la lisle de ces des 
criptions, avec la date precise de leur Edition originate. 



- 187 

1 Eucnemis [= Dirrhagus Latr.] Emyi Rouget (1856), Me"m. Acad. 
Dijon, lome IV, anne"e 1855, p. 193 (Gat., p. 133), note. 

2 Ceutorhynchus chlorophanus Rouget (1858), loc. cit., lome VI, 
annee 1857, p. 28 (Gat., p. 179), note. 

Ces deux especes ont e"te ensuile decrites in extmso dans les Annales 
de la Societ6 entomologique de France, anne"e 1857, k c trimestre, paru 
le 24 fevrier 1858; la premiere figure sous le nom de Microrhagus Emyi, 
p. 7Zi9, la deuxieme sous son nom primitif, p. 752. 

3 Peritclus validiscapus Rouget (1858), loc. cit., tome VI, annee 1857, 
p. 59 (Cat., p. 210), note. 

Cette espece, qne je ne trouve citee nulle part, merite une mention 
speciale. Je dois dire tout d abord que M. Rouget a bien voulu m en 
communiquer2 exeinplaires ; Tun d euxest le type de sa description. Get 
insecte tres remarquable apparlient au genre Gatlwrmiocerm Schonli. et, 
chose plus curieuse, il ne differe en rien du C. cordicollis Seidl. (Otio- 
rhynch., p. 132), comme j ai pu m en assurer en le comparant a deux 
exemplaires typiques de cette espece, provenant des Pyrenees (Stableau, 
collection Sedillot). 

La synonymie devra done s e"tablir ainsi : 

Cathormiocerus validiscapus PiOUget, 1858 (sub Pcritelus}. Env. de Dijon. 
Syn. cordicollis Seidlitz, 1868 Pyrenees, Aragon. 

Certes, la capture d un Cattwrmiocerus en Bourgogne est un fait nou- 
veau; j avais meme exprime a M. Rouget quelqnes doutes sur cette pro 
venance, mais notre collegue, dont on connait les observations scrupu- 
leuses, m affirme que sur les quatre exemplaires du C. validiscapus passes 
entre ses mains, deux ont ete pris par lui sur le territoire meme de 
Dijon et que les deux autres ont etc" recueillis par des naturalistes de 
la Cote-d Or sans relations entomologiques en dehors du departement. 
D ailleurs, les Cathormiocerus nous ont dej a menage de pareilles sur 
prises, et Ton sait que d autres especes de ce genre sont ainsi localisees 
sur des points tres eloigne"s les uns des autres, sans stations interme 
diates. 

Zi Scymnus minimus Payk. (Larve et nymphe) Rouget (1859), loc. 
cit,, tome VII, annee 1858-59, p. 81 (Cat, p. 331), note. 



188 

Cette description, non mentionne e dans 1 excellente Biologic dcr Kafer 
de Rupertsberger, est la premiere qui ait fait connaltre avec quelque 
detail les metamorphoses des Scymnus. 

M. de Marseul, an nom de M. Peragallo , qui a suivi 1 histoirc du 
Corsebus bifasciatus, fait passer sous les yeux des membres de la Socle" le" 
des preparations nombreuses des Evolutions de ce Bupreste, dans difTe"- 
rents lubes : 1 1 insecte parfait <$ et $ ; 2 la nymphe encore incolore, 
quoique avec les antennes et les pattes empatees dans la matiere gelati- 
neuse, puis enlierement coloree et bien formee, sauf les ailes blanches 
et meinbraneuses replie es sur les cote s du corps; 1 une de ees nymphes 
est couverte d une multitude de petits corps granuleux, qui ne sont pro- 
bablement qu une matiere graisseuse que 1 animal a laissee transsuder de 
son corps, quoique on ait voulu y reconnaitre des ovules; 3 deux larves 
adultes ; A 1 Ichneumon ? parasite de la larve, avec son cocon, encore 
vivant, enveloppe dans du colon fabrique par FHymenoptere ; 5 enfin 
des troncons de branches de chene-liege presentant les galerics de la 
larve depuis sa naissance jusqu a sa transformation en nymphe, avec les 
trous de sortie de 1 insecte parfait et du parasite. 

M. Elzear Abeille de Perrin adresse d Apt (Vaucluse) la note sui- 
vante : 

Ayant capture* en Orient d assez nombreux Buprestides, je me propose 
de donner sur cette famille un travail comprenant la description in cxtcnso 
des especes nouvelles et des remarques sur d autres. Voici aujourd hui 
les diagnoses de quatre Anthaxia que je crois in^dites : 

1 A. URENS. Long. 7 mill. Nigra, elytris aureis, magnet macula 
suturali nigra ornatis, fere apicem clytrorum attingcnte, pone medium 
dilalala , alia macula laterali pone humeros elongata, parva. Thoracis 
sulco medio in longitudine profunde impresso, striis transvcrsis profundis 
tecto. Capite et elytris dense granulatis. 

Antiliban ! (Oued-Harrir). 

Tres voisine de lucens pour la forme el la repartition des couleurs ; en 
differe par sa couleur fonciere noire, sa tache elytrale plus grande, le 
corselet a rides transversales bien plus profondes et la t&te a points 
inoins serre s. 



189 

2 A. IGNIPENNIS. Long. 6 a 8 mill. Elongata, micans, viridi-ccR- 
rulea, elylris purpurels, macula basalt viridi, hand triangulari, totam 
basim occupante et jnxta suturam prolongata. Gapite in mare viridi, in 
femina ccerulescente ; thorace duabus magnis plagis nigro-cceruleis ornato; 
abdomine ultimo segmente rotundato ($), obtuse tmncato (<$), in utroque 
sexu ad apicem incurvato. 

Marseille, Sainte-Baume, Faillefeu, etc. !. 

C est la fulgidipennis de France, s eloignant du type algerien par ses 
couleurs plus vives, par son corselet entierement couvert de mailles ombi- 
lique"es, au lieu d etre ride au milieu. Enfm les trochanters intermediaires 
des males sont termines par un petit crochet recourbe, caractere que je 
n ai pu voir sur aucune fulgidipennis vraie. Gette particularity 1 eloigne 
aussi de la parallela. 

3 A. ISRAELITA. Long, 4 1/4 a 5 1/4 mill. Elongata, postice 
attenuata, viridi-ccerulea, elytris igneis, macula sat magna circa scutel- 
lum et scutello ipso viridibus. Omnino viminali similtima r colore, statura 
sculpturaque iisdem. 

Jaflii I, Ramleh !. 

Se confondrait evidemment avec la viminalis, si Ton ne remarquait 
chez elle 1 absence des caracteres sexuels residant dans les pattes de la 
viminalis; Visraelita aces organes conformes chez le male comme chez 
la femelle. Cette espece se reconnaitra tout de suite par dessus a son 
ecusson vert, concolore avec la tache qui 1 entoure, au lieu d etre noir et 
de Irancher sur celle-ci. 

4 A. TOGATA. Long. 4 a 5 mill. Lata, postice subrotundata, tho 
race maculaque circa scutellum viridibus ; elytris aureis, fronte vittisque 
duabus in prothorace nigrcscenlibus. Thoracis striis laleralibus in longi- 
ludine impressis, media disci Isevi. 

Syrie (Bab-el-Ouad !). Pas rare. 

II faut avoir pris soi-meme celte espece et la bicolor pour se convaincre 
que ce sont deux formes distinctes, bien que voisines. La bicolor est line 
espece des plaines, toujours d assez grande taille; clerriere sa tache scu- 
tellaire il y a, vers les deux tiers, a 1 elytre, une tache mal limitee, a reflet 
noiratre; son front est toujours verdatre ou bleuatre ; repistome est 



190 ~ 

e chancre forlement ; enfm le corselet porte au milieu de son disqne des 
ondulations horizontales. La togata est propre aux montagnes ; sa taille 
est toujours faible, sa I6te toujours noiratre, son epistome presque tron- 
que et son corselet lisse au milieu ; ses e"lylres sont entierement cui- 
vreuses, sauf la tache scutellaire. 

M. J. Bourgeois ecrit de Sainte-Marie-aux-Mines que M. Theodore 
Lanceleve"e, d Elbeuf, a capture re cemment (le 20 aout dernier), aux 
porles d Elbeuf, a un endroit connu sous le nom de C6te-des-Rouvalets, 
trois exemplaires (deux males et une femelle) du Rhipipkorus paradoxus L. 
Celte inte ressante capture me"rite, dit-il, d etre signulee a nos collegues; 
dans tons les cas, elle est nouvelle pour la faune normande. C est aux 
abords d un nid souterrain de Guepes (probablement la Vcspa germanica) 
que M. Lancelevee a rencontre cette espece. On sail depuis longtemps, 
du reste, que le Rhipiphorus est parasite, ou au moins commensal, de 
ces Hyme"nopleres. 

M. Aug. Ghevrolat adresse la note suivante : 

1 II resulte d une etude que je viens de faire du genre Oxypygus 
(Galandride) de Lacordaire, et des quatre especes de crites et enumerees 
au Catalogue de MM. Gemminger et de Harold, que Vacutus de Fabr., 
Syst. El., II, 505 (Dejean aurait rapporte comme synonyme de cette espeec 
Vclongatus de son Catalogue), et Voccllatus de Gue rin (Iconographie du 
Regne animal, p. 177, tab. 39 bis, fig. 3 et A), citee egalement comme 
synonyme de \\icutus, constituent pour moi deux especes distinctes. En 
effet, la description tres detaillee de Fabricius leur convient en partie, 
mais cet auteur n eut pns manque d indiquer la lache apicale noire du 
sommet des e lytres, entouree d un cercle blanc, qui distingue la seconde 
de la premiere. Quant a r a/finis de Guerin et la filiformis Buquet, loc. 
cit., ne les connaissant pas, j ignore si elles appartiennent re ellement au 
genre Oxypygus. Pour ce qui est de Y exclamationis de Wiedemann, Zool. 
Mag., 2, 1, p. 121, dont je possede male et femelle, cette espece devra 
faire partie du genre Zcthus Pascoe dont le type est le Z. tcxtilis, Lin. 
Soc. Journ., vol. XII, 1872, p. 187, pi. 1ft, fig. 1, de Malacca. Je possede 
une autre espece du meme pays, que je de"crirai sous le nom de Z. fur- 
catus. 

2 Dans la Revue d Entomologie du mois dernier, M. Claudius Rey 



191 

decrit nn nouveau genre Hypnus, comprenant le Ceutorhynchus Ber- 
trandiPerris., Landes, 1-2, 1839, et le Ceutorhynchus acalloides Fairm. , 
Ann. Soc. ent. Fr., 1857, p. 639, toutes deux du midi de la France; on 
pent y joindre une troisieme espece, le Cceiiodes cinctus Chevr., Revue 
Zoologique, 1861, p. 122, trouvee a Alger par feu Poupillier. II nVavait 
e"t6 signale corame capable d execuler des sauts. 

M. le D r Alex. Laboulbene fait les communications suivantes : 

1 II a recu de M. R. Mac Lachlan les renseignements promis au snjet 
d un INevroptere du genre Eittacus , recueilli a Saint-Denis-d Anjou 
(Mayenne) (voyez Ball. n 15, p. 170). 

Ces Eittacus appartiennent au Eittacus tipularius Linne, et la localite" 
est imporlante a noter. M. Mac Lachlan possede 1 espece de presque tons 
les pays d Europe, excepte le Nord. Ce Ne"vroptere ne se trouve pas en 
Anglelerre, mais notre collegue 1 a pris abondamment pres de Geneve et 
dans le canton du Valais, a Sierre, en Suisse. L annee derniere (1881), 
M. Mac Lachlan a trouve" en Belgique un seul individu du m6me genre, 
mais d une aulre espece, le B. Hageni. 

Le Eittacus tipularius fait partie de la faune francaise d une maniere 
irrecusable. 

2 11 donne quelques details sur les moeurs du Ver luisant male (Lam 
pyris noctiluca) : 

Au moment, dit-il, ou je constatais avec regret, vers le milieu d aout, 
la pe" nurie entomologique de presque tons les insectes, si abondants avant 
les grands froids, j ai trouve au fond d une cuvette en porcelaine, dans ma 
chambre, un male du Lampyris noctiluca. J en ai profile pour 1 examiner 
a loisir. 

La lumiere phosphorescente du Lampyris & est faible, mais elle est 
r^ellemeat emise par 1 insecte et a sa volonte", je m en suis assure" plusieurs 
fois. Le soir, cet insecte est fort agile, il marche avec vivacite", il vole 
facilement; dans la journee, il se tient tranquille. 11 avance, les antennes 
en avant, les jambes et les tarses ecartes du corps ; il grimpe sur les 
parois lisses d un vase en porcelaine et s accroche fortement au moyen 
des ongles des tarseSt Quand il contrefait le mort, il rentre les pattes et 



192 

les antennes, mais non collees au corps, a moitie repliees seuleraent. II 
ressemble a un Telephorus dans la mme situation. Mis sur le dos, il 
ouvre un peu les elytres, e"tend ses ailes et arrive a se relourner sur le 
venire. Les yeux enormes et globuleux du Lampyris male lui permettent 
d apercevoir de loin la brillanle lumiere que repand la femelle. Celle-ci 
releve souvent rextre mile" de son abdomen, et il n est pas rare de ren- 
conlrer aupres d elle, sur la terre on les brins d herbe euvironnanls, 
plusieurs males courant et s agitant. J en ai, de la sorle, recolte, il y a 
quelques annees, un Ires grand nombre de loutes les lailles. J ai en vain 
cherchc in voir 1 accouplement, mais les ceufs, blancs et gros, pondus par 
la femelle en caplivite, sont manifestement phosphorescents et lumineux 
dans Tobscurite. 

Le Lampyris noctiluca brille et re"pand de la lumiere a Mat d osuf, de 
larve, de nymphe et d insecte parfait. 

3 Notre collegue mentionne e"galement le fait deja signale dans nos 
Annales de la presence d un Myriapode, en quantile considerable, dans les 
pommes de terre gatees, au mois de septembre, en Anjou. Ils agit du 
Blaniulus guttulatus, qu on trouve aussi dans les fraises et les fruits 
voisins de terre ou toinbes des arbres. Ces Myriapodes sont presses les 
uns centre les autres et remplissent parfois, tant ils sont nombreux, les 
cavites creusees dans les pommes de terre ou les fruits. 

M. A.-L. Clement dit qu il a capture" dans un wagon de chemin de 
fer de la Mediterranee, aupres de Savigny-snr-Orge (Seine-et-Oise), un 
bel individu de la Chelonia pudica. Ge Lepidoptere provenait sans nul 
doute du midi de la France et y retournait lorsqu il a ete pris au vol au 
commencement de la nuit. 

M. E.-L. Ragonot donne la description abregee d une nouvelle espece 
francaise de Tine"ite : 

GONIODOMA MILLIERELLA Rag. Cclte petite espece ressemble a s y 
meprendre ^ Vauroguttella, et si ses premiers e"tats n etaient point connus, 
on pourrait h^siler a Ten separer; mais elle en differe par sa taille plus 
petile, ses ailes plus etroites, la qualrieme lache metallique sur la cote 
avant la slrie apicale presque ou completement obliteree, le troisieme 
article des palpes court, et, enfin, Particle basilaire, dans la nouvelle 



193 -*. 

espece, est garni d ecailles comprimees unicolores, landis que chez Yauro- 
guttella il est dilate" et herisse vers 1 apex cle longs polls noiratres a leur 
extremity. 

Ce qui caracterise surtout cetle espece, ce sont ses premiers etats. 
En effet, la chenille ne vit pas sur les Atriplex comme Vauroguttclla, 
mais sur la Statice virgata Willd. (cordata Desf.) et d une facon loute 
particuliere. Elle creuse a 1 interieur dc la fleur, detachant le calice de 
la tige, passant alors sa tele par 1 ouverlure ainsi faite a 1 exlremite, 
et se promene ensuite parmi les aulres fleurs, renfermee dans le calice 
qui lui sert de fourreau, tralnant apres elle la corolle blanche de la fleur 
restee clans le calice. 

J ai le plaisir de dedier cette charmante espece a M. Milliere, qui 1 a 
decouverte a Cannes et qui en donnera 1 liistoire plus detaillee, accom- 
pagne"e de figures. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Stance du 9 Aout 1882. 

Atti della R. Accademia dci Lincei, 279 C annee (1881-82), serie terza, 
Transunti, vol. VI, 1 asc. 13. Rome, mai 1882. Q * 



Bulletin de I Academie d Hippone,n 17. Bone, 1882. Q ( Av ^C la table 
generale des matieres de 1863 a 1881.) * 

Bulletin of the Buffalo Society of Natural Sciences, vol. IV, n 2, 1882. 
D.-S. KELLICOTT, p. 47, Notes on the Larvae of Some Local Ptero- 
phoridse. G.-II. FERNALD, p. 53, A new Tortricid (Eccopsis foo- 
tiana). NOTES DIVERSES : p. 55, Additional List of Coleoptera 
collected by 0. Reinecke; p. 61, Plueosinus liminaris; id., Heliothis 
armiger; id., Aletia argillacia; p. 62, ^Egeria tricincla; id., Gatocala 
amatrix; id., Darapsa versicolor. 

Comptes rendus des seances de la Societe cntomologique de Betffique, 
serie III, n 18 (6 mai 1882). A. PREUDHOMME DE BORRE, p. LXXXIII, 



194 

NScrologie : Ch. Darwin. LE MEME, p. LXXXVI, Sur les manuscrits 
de feu Putzeys. A. CHEVROLAT, p. LXXXIX, Descriptions de Curcu- 
lionides d Abyssinie du recent voyage de M. A. Raffray. A. PRED- 
DHOMME DE BoRRE, p. xci, Anchomenus angusticollis, var. Pulzeysi. 
D r E. FROMONT, MORS, D r JACOBS, p. xcm, Notes de chasse. 

Serie III, n 19 (6 juin 1882). REV. M.-J. BELON, p. ci, Note sur 
deux especes apparlenant au genre Lathridius. A. PREUDHOMME 
DE BORRE, p. en, Sur une espece de Saturnide exolique. L. LE- 
THIERRY, p. cm, Ilemipteres nouveaux pour la Belgique. A. PREU 
DHOMME DE BORRE, p. cm, Myriapodes fossiles des genres Acanlher- 
pestes, Euphoberia, Amynilispes et Eileticus. D r E. FROMONT, p. cv, 
Larves et Nymphes. MERTENS, BOVIE, D r JACOBS, A. PREUDHOMME 
DE BORRE, MORS, ETC., p. cvi, Notes de chasse. 

Comptes rendus kebdomadaircs des seances de I Academic des Sciences, 
tome XGV, 2 e semeslre 1882, n os l\ et 5. Q 

Entomologisk Tidskrift, Journal de la Societe entomologique de Stock 
holm, 3 e annee (1882), fasc. 1 et 2. O.-Tn. SANDAHL, p. 1, Seances 
de la Societ6 pendant 1 annee 1881 (en sue"dois; resume en francais, 
p. 94). LE MEME, p. 9, Necrologie : N. Westring (en sued.; re"sum., 
p. 99). LE MEME, p. 12, Zerene hyale L. (en sued.). H.-D.-J. 
WALLENGREN, p. 13, Revision des Tipnlides de la Scandinavie (suite ; 
en sued.). CHR. AURIVILLIERS, p. 30, Orchestes populi, insecte 
nnisible (en sued.; resum., p. 100). SVEN LAMPA, p. 31, Hadena 
unanirais Tr. trouve en Suede (sued.; resum., p. 100). W.-M. 
SCHOYEN, p. 33, Sur le groupe Argus-^gon du genre Lycaena, fig. 
(en sued.; resum., p. 100). O.-M. REUTER, p. 63, Communications 
hemipterologiques (en sued.; resum., p. 102). LE MEME, p. 65, 
Hemipteres Heteropteres de la Finlande et de la Scandinavie, suite 
(ensued.; resum., p. 103; sp. nov.). K.-F. THEDEMUS, p. 81, 
Cidaria olivata (resum., p. 103). F. MEINERT, p. 83, Sur les an- 
tennes retractiles d une larve de Diplere, Tanypus, avec fig. (resum., 
p. 103). A.-E. HOLMGREN, p. 87, Quelques observations sur la 
Simyra albovenosa Goeze (De Geer) et sur un Hymenoplere parasite 
de cette espece (resum., p. 10A). 

3 C anne"e (1882), fasc. 3. O.-M. REUTER, p. 105, Ilemipteres 
Heteropteres de la Finlande et de la Scandinavie, suite (resum., 
p. 160; sp. nov.). CHR, AURIVILLIERS, p. 121, Trochilium melano- 



195 

ceplialum Dalin. (resum., p. 160). O.-Tn. SANDAHL, p. 126, Stance 
du 29 avril 1882 (resum., p. 160). H. STOLPE, p. 127, Lisle des 
Fourmis suedoises (communication preliminaire), labl. analyt. (resum., 
p. 160). J. SpaNGBERG, p. 152, Parnassins Mnemosyne L. (resum., 
p. 161). O.-M. REUTER, p. 153, Communications entomologiques 
des seances de la Societas pro fauna et flora fennica, pendant les 
anne"es 1880 et 1881 (resum., p. 161). J. SpaNGBERG, p. 157, Ne- 
crologie : A.-W. Malm (resum., p. 161). 

Entomologist s monthly Magazine (The}, vol. XIX, n 219 (aout 1882). 

WILLIAM BUCKLER, p. 49, The Natural History of Rivula sericealis. 

J.-J. WALKER, p. 53, A Life History of Papilio Paeon Roger. REV. 
T. BLACKBURN, p. 55, Descriptions of the larvae of Havaiian Lepido- 
ptera. A.-G. BUTLER, p. 57, On Nyctemera biformis Mabille, and 
two other forms of Nyclemeridas from Madagascar. C.-G. BARRETT, 
p. 58, Notes on British Tortrices (suite). W.-B. PRYER, p. 59, 
Further tropical Notes. REV. T. BLACKBURN, p. 62, Characters of 
new genera and descriptions of new species of Geodephaga from the 
Hawaiian Islands (resumed from p. 292, vol. XVII), V. J. SCOTT, 
p. 6/i, Description of a species of Psyllidae recently new to Great Bri 
tain (Trioza crithmi Low). COMMUNICATIONS : p. 67, Distribution 
of the genus Platypleura : a correction; id., Eupteryx vittatus Lin.; 
id., Occurrence of Molanna palpata Mac Lachl., in Perthshire; id., Of 
Scymnus Redtenbacheri Muls., and addilionnal British Species, and 
some other British Coleoptera ; p. 68, Polystichus vittalns and other 
Coleoptera near Hastings; p. 69, Note on Oodemas senescens Boh.; 
id., Dipterous larvae in the human subjet; id, A day s larva-collec 
ting in the New Forest; id., Carposina H.-S. referable to the Torlri- 
cina; p. 70, On some Hymenoplera of the Sandy districts of Hungary. 

BIBLIOGRAPHIE : p. 71, Matabele Land and the Victoria Falls : a 
Naturalist s Wanderings in the Interior of South Africa. From the 
letters and journals of the late Frank Gates ; p. 72, The Student s 
List of British Coleoptera. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, n l/i2 (l cr aout 1882). A. GARRET, 
p. 119, Promenades et chasses entomologiques a Aigues-Mortes et au 
Grau-du-Roi (Gard), commencement. COMMUNICATIONS : p. 122, 
Des services rendus par quelques especes insectivores nocturnes; 
p, 123, Velleius dilatatus Fab.; id., Migration des Libellules. 



- 196 - 

Naturalista siciliano (It), Giornale di Scienze natural! (public" a Palerme), 
l rc annee, n 11 (aout 1882). E. REITTER, p. 2Zil, Scydmffinidi 
d Abissinia, suite (gen. nov., sp. nov., tabl. synopt.). E. RAGUSA, 
p. 2/t8, Coleotteri nuovi o poco conosciuti della Sicilia. D r ED. 
EWERTS, p. 252, Description d une nouvelle espece d Apion de Sidle 
(A. murinum). LE MEME, p. 253, Apion Ragusae e viridi-cceruleum. 

E. RAGUSA, p. 25/t, Elenco delle Specie di Apion di Sicilia da me 
raccolti e posseduli. A. SENONER, p. 265, Cenni Bibliografici (Ana 
lyse de quelques trav. entom.). 

Naturaliste (Le), Zi c annee, n 15 (l cr aout 1882). L. FAIRMAIRE, 
p. 118, Synopsis des Hemipteres-Hete"ropteres de France, par le D r A. 
Puton (Notice bibliogr.). * 

Proceedings of the Academy of Natural Sciences of Philadelphia, 1881. 

Part I (Janvier a Mai,). REV. MAC COOK, p. 17, The Honey Ants 
of the Garden of the Gods (10 pi. n. et fig.). J.-A. RYDER, p. 79, 
The Structure, Affinities and Species of Scolopendrella (sp. nov. et 
fig-). 

Part II (Juin et Juillet). REV. MAC COOK, p. 163, The Snare of 
the Ray Spider (Epeira radiosa), a new form of Orb-web (fig.). 

Part III (Aout a Decembre). REV. MAC COOK, p. /i30, How 
Orb-Weaving Spiders make the Framework or Foundations of Webs. 

J.-H. RIDINGS, p. A96, Report of the entomological Section. 

Proceedings of the Scientific Meetings of the Zoological Society of Lon 
don, 1882, part I (Janvier et fevrier). M. JACOBY, p. 50, Descrip 
tions of new Genera and Species of Phytophagous Coleoptera. 
W.-L. DISTANT, p. 125, On some undescribed Cicadidse from the 
Australian and Pacific Regions, 1 pi. n. F. MOORE, p. 234, List of 
the Lepidoplera collected by the Rev. J.-H. Hocking, chiefly in the 
Kangra District, N. W. Himalaya, with Descriptions of new Genera 
and Species, I (2 pi. n.). 

Idem. Index 1871-1880. 1 fort vol. in-8 br,, 570 p. 

Transactions of the Academy of Science of Saint-Louis, Missouri (The), 
vol. IV, n 2 (1882). C.-V. RILEY, p. 316, Descriptions of some 
New Tortricidee (Leaf-rollers). COMMUNICATIONS DIVERSES : p. LI, 



197 



Immigrant insects, especially the european Cabbage-Worm (Pieris 
rapse Schrank). 



DBS Gozis (M.). titude du genre Polydrusus (especes francaises). Brocli. 
in-8, 33 p., tabl. analyt., sp. nov. (Extr. Rev. d enlom., publiee par 
la Soc. franc, d entom., 1882.) * 

HORVATH (D r G. VON). Ueber einige Lygseiden. Broch. in-8, 7 p. (Extr. 
Wiener entomolog. Zeitung, I, 1882, Heft 6.) * 

ID. Hemiptera nova vel minus cognita, II. Broch. gr. in-8% 9 p. (Exlr. 
Termeszetrajzi Fusetek, V, part. II-IV, 1881, public, du Musee natio 
nal hongrois.) * 

MAC LACHLAN (ROB.). A Revised List of British Trichoplera, brought 
down to date ; compiled with especial regard to the Catalogue of Bri 
tish Neuroplera published by the Society in 1870. Broch. in-8% 6 p. 
(Exlr. Trans, ent. Soc. London, 1882, part II.) * 

ID. On a Marine Caddis-fly (Philanisus Walker Anomalostoma Brauer) 
from New Zealand. Broch. in-8, 6 p., fig. (Extr. Linnean Society s 
Journal, Zoology, vol. XVI.) * 

PLATEAU (FELIX). Recherches experimentales sur les mouvements respi- 
ratoires des Insectes (Communication preliminaire). Broch. in-8, 
13 p. (Extr. Bull. Acad. royale de Belg., 3 e serie, t. Ill, n e 6, juin 
1882.) * 

PRUVOT (GEORGES). Contribution a 1 elude des larves de Dipteres trouvees 
dans le corps humain (These pour le Doctoral en medecine soutenue 
le 26 juillet 1882 devant la Faculte" de Paris). Broch. in-Zi", 8/ip., 
2 pi. n. Offert par M. le D r A. Laboulbene au nom de 1 auleur. * 

SCUDDER (SAMUEL- H.), Fragments of the Coarser Anatomy of Diurnal 
Lepidoptera. Cambridge, 1882. Broch. in-12 cart., 83 p. (Reimpr. de 
Psyche, vol. III.) * 

L Archivisle adjoint : J. BOURGEOIS. 



- 198 



Seance du 23 Aout 1882. 



Annales dc la Societe Linnccnne de Lyon, amide 1881, nouvelle seric, 
t. XXVIII, vol. in- 8, Lyon, 1882. CLAUDIUS KEY, Notes entomolo- 
giques (Isidus Moreli, Belodera Troberli, Psagasla conspersa, Orlho- 
cephalus debilis, Edaplius dissiruilis, Scymnus arcualus, genre Oniti- 
cellus), p. 127 a 13/j. LE MEME, Tribu des Bre"vipennes, famille des 
Hadroceriens et Tachyporiens (suite de 1 Histoire naturelle des Coleo- 
pteres de France de Mulsant et Rey), p. 135 a 308. 

Bulletin dc I Academic imptriale des Sciences de Saint- Peter sbourg, 
t. XXVII, n IV et dernier, et t. XXXVIII, n I cr . Gr. in-8, 1881 et 
1882. Q 

Bulletin de la Societe d etude des Sciences naturelles de Nimes, 10 e anne"e, 
n os 2 et 3 (fe vrier et mars 1882). Q * 

Bulletin d Inscctologie agricole, Journal mensuel de la Societe centrale 
d Apiculture et d Insectologie, 7 annee, n os 6 et 7 (juin et juillet 
1882). EDM. ANDRE, Relations des Fourmis avec les Pucerons (fin), 
p. 81. E. SAVARD, Le Taon des Boaufs, p. 83. E. BOIZARD, 
Moyen de destruction des Insectes dans les serres, p. 8/1. F. CA- 
ZALIS, La Guepe de Jacques, p. 86. X...., Les Bourdons des 
champs, p. 89 (1 bois repre"sentant des Anthophores). JAUSSAN, 
Pyrale de la Vigne et moyens de la combat tre (suite), p. 97. 
X...., Le Termite dans Foasis de Zaonia (Algerie), p. 101. E. SA 
VARD, Le Scolyte destructeur, p. 106 (1 bois). BALBIANI, La Se"ri- 
ciculture nouvelle, p. 109. Proces-verbaux des seances des 18 mai 
(p. 87) et 21 juin 1882 (p. 103). 

Bulletin of the Museum of Comparative Zoology, at Harvard College, 
vol. X, n 1, Cambridge, June 1882. SIDNEY-J. SMITH, Reports on 
the Results of Dredging, under the supervision of Alexander Agassiz, 
on the United States, during the Summer of 1880, by the U. S. Coast 
Survey steamer Blake, Commander J.-R. Bartlett, U. S. J\., Comman 
ding. Report on the Crustacea, part I, Decapoda, p. 1 a 108. 
(Nombreux genres nouveaux et especes nouvelles, avec 16 planches 
lithogr.) 



199 

Bulletin*) della Societh entomologica italiana, anno quattordecesimo, 
2 e trimestre, avril, mai et juin 1882. DOTT. P^OLO MAGRETTI, 
Sugli Imenotteri della Lombardia, memoria II, famille des Tentre- 
dinidae, p. 157-190. DOTT. ELVEZIO CANTONI, Escursione in Cala 
bria (1877), Chernetidi ed Opilionidi, p. 191-203. LUIGI SIMONETTA, 
Elenco sistematico dei Pediculini apparlenenli al Museo zoologico 
della R. Universita di Pavia, p. 204-220. P. STEFANELLI, Nuova 
forma di Bistor graBcarius, p. 221. R. LATZEL, Lilhobius tylopus 
(nov. sp.), p. 223. F. SORDELLI, Note sopra alcuni Insetti fossiii di 
Lombardia (7 bois), p. 22Zi-235. P. STEFANELLI, Osservazioni sui 
costumi e sullo sviluppo del ./Eschna cyanea, p. 236-238. DOTT. 
PAOLO MAGRETTI, Varieta et Anomalia osservate in alcune specie di 
Tentredini, p. 239-2/il. PAUL MAYER, Contribuzione alia sloria 
naturale degli Insetti del Fico, p. 2/i2. L. MACCHIATI, Aggiula agli 
Afidi di Sarclegna (nov. sp. : Myzusj matricarise, Aphis de la Viola 
odorata et de r Agave americana, A. myori), p. 2/i3-2/i9. Lettera- 
tura entomologica italiana, p. 250-258. Rassegna e Bibliografia 
entomologica, p. 259-266. Nolizie di Entomologia applicata, 
p. 267-268. 

Comptes rendus hebdomadaires des seances de I Acadtmie des Sciences t 
de Tlnstitut de France, par MM. les Secretaires perpe"tuels, 2 C semestre 
1882, tome XGV, n 08 6 et 7. CH. MUSSET, Existence simnltanee 
des Fleurs et des Insectes sur les montagnes du Dauphine", p. 310. 
J. KUNSTLER, Sur cinq Parasites nouveaux (parasites du Melolonlha 
vulgaris et de 1 Oryctes nasicornis), p. 347. L. MOLEYRE, Recher- 
ches sur les organes du vol chez les Insectes de Tordre des lle ini- 
pteres, p. 349. 

Naturaliste (Le), Journal des ^changes et des nouvelles, public par 
M. Em. Deyrolle, A e annee, 1882, n 16 (15 aout). L. FAIRMAIRE, 
Nouveau genre de TSnebrionides : Ozaanimorphus (0. costulipennis), 
de Nossi-B6. * 

Revtsta da Sociedade dc Instruccao do Porto, seconde ann^e, 1882, n 8 
(aout). MANGEL-PAULINO DE OLIVEIRA, Catalogue des Insectes du 
Portugal (suite), Coleopleres : famille des Carabiques (especes 188 a 
233), p. A16-A23. * 



200 

BERG (CARLOS). Contribuciones al esludio de los Cicadidae de la Repii- 
blica Argentina y paises limitrofes. (Trabajo publicado en los Anales 
de la Sociedad cientifica Argentina, 1882, t. XIV, p. 38 a 48.) 
Genres Teltigades (T. papa, nov. sp.), Tympanolerpes, Proarna 
(P. uruguayensis, monlevidensis, nov. sp.), Garineta (C. platensis, 
nov. sp.), Derolellix (n. g.) (D. mendosensis), avec 2 bois. Brocli. 
in-8% Buenos-Aires, 1882. * 

LATREILLE. Diplomes de Societes savantes auxquellcs appaiicnait noire 
premier President honoraire. 1 vol. in-folio relie, porlant en tele : 
Socie te entomologique de France. Emprunle jadis par la famille dc 
Lalreille, et reinis par MM. Valade Gabel. 

NICKERL (D r 0.). Bericht uber die im Jalire 1880 der Landwirlhscliaft 
Bohmens schlidlichcn Inseclen, n IV (Aphis solani, Bolhynoderes 
puntiventris, Botys nubitalis, Gelonia aurata, Coccinella 7-punclala, 
Eccoplogaster pruni, Eriocampa adumbrala, Hyponomeula malinellus, 
Nemalus ventricosus, Oliorhynchus liguslici, Tropinota hirtella, Va 
nessa polycliloros). Brocb. in-8, Prague, 1881. * 

SIMON (EUGENE). Descriplions d Arachnides nouveaux du genre Erigone 
(27 especes). Brocb. in-8. (Extrait du Bullclin dc la Socie le zoolo- 
gique de France, t. VI, 1881.) * 

ID. Araclmidi raccolli da G. Cavanna al Vulture, al Pollino ed in altri 
Inogbi dell Italia meridionale e ccnlrale, nel messi di Inglio ad Agosta 
1880 (91 especes : sp. nov. : Attus atricapillus, Gnaphosa basilicala, 
Pbalangium longicorne, Dasylobus Cavannae, fulvaster, Acantholophus 
lemniscatus). Brocb. in-8. (Extrait du Bulletin de la Sociele entorao- 
gique italienne, 1882.) * 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 

Paris, 23 septembre 1882. 



NOTA. Le deuxieme numero des Annales pour 1882 sera dislribue" 
dans la seance du 27 seplembre. 



PARIS. Typographic et Lithographic FELIX MALTESTE ET C e , rue Dussoubs, 22, 



1882. NO 18. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE PRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissant deux fois par mois. 



Seance du 7 Scptembre 

Pr6sidence de M. L. REICHE. 

M. Demaison, de Reims, assiste a la seance. 

Communications. M. Demaison, rappelant A ses collegues que, dans la 
stance du 12 avril dernier (Bull., p. 85), il leur a montre" une coque de 
V tteliocopris Isidis, fait passer sous leurs yeux une larve d un volume 
considerable, probablement du meme Lamellicorne. Mais comme c est en 
Abyssinie que celte larve a et6 Irouvee, si elle ne se rapporte pas a V Isidis, 
elle pourrait appartenir a \Antenor, ttcliocopris e"galement de tres grande 
taille qui, suivant M. A. Rafiray (Bull., id.), semble en Abyssinie rempla- 
cer Vlsidis, plus special a 1 Egypte. 

M. de la Perraudiere, en monlrant des Blaps trouv^s dans les envi 
rons d Aumale (Alg^rie), fait remarquer une particulaiite qui ne lui parait 
pas encore avoir ete" signaled. Les Blaps. comme les Carabus, projelte- 
raient, lorsqu on les saisit, une liqueur corrosive pouvant causer une vive 
douleur el meme de rinflammation sur des organes delicats. En recueil- 
lanl quelques-uns de ces insectes, son frere recut en effet une faible 
partie de cette liqueur dans 1 ceil qui fut vivemenl enflamme". 

M. le D r L.-W. Schaufuss croit devoir, dans un inl^ret de priorite", 

(10 e annee, n 226.) 18 



202 

faire observer que son me"moire : Ncue Pselaphiden im Museo civico di 
Sloria naturale zu Genua (Estratto degli Ann. del Mus. civ. di Gen., 
XVIII, 1882) a e"te" public au mois d aout, tandis que le m6moire de 
M. Reitter : Beitrag zur Pselaphiden et Scydmsenen : Fauna von Japan 
und Borneo (Verb. Zool. Bot. Ges. Wien., 1882) n a paru qu au mois 
de septembre. 

Le meme membre e"crit e"galement que le genre Taphrophorus 
Schaufuss est synonyme du genre Epicaris Reitter ; le genre Taphrophorus 
ayant e"te" cree" et caract^rise" ant^rieurement, le genre Epicaris Schaufuss 
doit conse"quemment prendre un nom nouveau, celui de Taphrostethus. 

MM. Gh. et Rene" Oberthur, de Rennes, adressent la note suivante, 
dont la Societe decide 1 impression complete dans un meme Bulletin : 

Nous avons fait, cette ann6e, une nouvelle exploration entomologique 
dans les Hautes-Pyrene"es, et a la fin du mois de juillet, nous avons visile", 
dans les Asturies, les sommets de la chaine de montagnes qu on appelle 
Picos-de-Europa. Nos chasses ont e"te" tres abondantes, et nous croyons 
devoir faire part des observations suivantes : 

Dans les Hautes-Pyrene"es, certaines especes, qui etaient fort communes 
l anne"e derniere, paraissaient manquer cette anne e presque totalement ; 
il en 6tait ainsi de Zygaena anthyllidis et Gleogene Peleticraria. 

Nous avons constate" que la Lycsena pyrenaica e"lait une espece valable 
et tres distincte de Lycsena orbitulus. Les deux especes pyrenaica et 
orbitulus se trouvent sur les sommets autour de Gaulerets; orbitulus est 
bien plus commun que pyrenaica. II ne se distingue du type des Alpes 
que par une taille sensiblement plus grande, ce qui lui donne un fades 
un peu a part. Quant a pyrenaica, assez exaclement represent^ par Her- 
rich-Schaffer, il est toujours caracterise, en dessus, par la teinte gris 
blanchatre du male, 1 eclaircie blanche inlra-nervurale marginale et le 
tres mince filet noir qui entoure les ailes. La femelle est noire en dessus, 
avec la bordure d e"claircies marginales blanches tres prononce"e. En des- 
sous, pyrenaica differe toujours ft orbitulus par la disposition tout a fait 
particuliere des points noirs des ailes supe"rieures. Pyrenaica et orbitulus 
varient tres peu, et dans chaque espece le type est remarquablement uni- 
forme et constant. Aux Picos-de-Europa, pyrenaica vole seule a une alti 
tude de 2,000 metres, pres de i e"tablissement principal des mines de la 



203 - 

Providencia, sur les rochers dont les teles Emergent da gazon ou brille 
une admirable varied de fleurs alpines. Pyrenaica, qui semble rare a 
Cauterels, est tres abondant aux Picos-de-Europa. Les observations 
ci-dessus sont faites sur 32 Lycsena orbitulus pris a Cauterets et 68 pyre- 
naica, dont & pris a Caulerets et les autres aux Picos. Le type de pyre- 
naica a Cauterets et aux Picos est absolument identique. 

Une autre Lycsena alpine, Eros, vole aussi dans les Hautes-Pyrenees. 
Le male dilTere a peine du type des Alpes, mais la femelle pyr6neenne 
A Eros est souvent couverte d un semis d atomes bleus. Nous citerons 
encore la Lycsena Gorydon bleue, varie le Polona, que nous trouvames de"ja 
autrefois a Vernet-les-Bains. 

Les Erebia sont nombreuses dans les Haules-Pyrenees et dans les 
Asturies. Nous signalerons parmi les plus inte"ressantes la Lefebvrei, dont 
le type est superbe sur les hauls sommets qui dominent Cauterets. Le 
male est assez variable pour 1 extension de la lache rouge a I extremite 
de 1 aile supe"rieure ; mais tous les exemplaires que nous avons vus pos- 
sedent cette tache rouge, et, de plus, les quatre ailes sont ornees d une 
se"rie de points blancs cercle s de noir. Dans les Erebia melas qui volent 
dans les Pyre ne es-Orienlales, sur les pentes pierreuses du mont Canigou, 
les ailes du male sont toujours noires, sans aucun vestige de rouge, et les 
points blancs, quelquefois complement obliteres, sont le plus souvent 
reduits au nombre de deux pres de 1 apex des ailes superieures. Aux Picos- 
de-Europa, VErebia melas offre un type male assez semblable a celui du 
Canigou; mais les ocelles blancs sont plus re duits ; la femelle n a quel 
quefois aucun vestige de rouge en dessus, tandis que celle du Canigou 
semble toujours offrir un lavis de cette couleur aux ailes superieures. 
De plus, la femelle des Piros-de-Europa a les ailes inferieures et 1 apex 
des supe"rieures laves de gris argente, au lieu de brun obscur comme 
dans les individus que nous avons recueilis dans les Pyrenes-Orientales. 
En resume", le type melas des Picos est 1 exageration de celui du Ganigou 
et la forme la plus eloignee de celle appelee Lefebvrei et dont la station 
principale parait 6tre au-dessus du lac de Gaube, autour du chaos de 
Gavarnie et pres de Pauberge du Monne. Aux Picos-de-Europa, melas vole 
depuis 1,900 metres d altilude environ, et nous Tavons trouvee jusque 
vers le sommet de VEngotable, plate-forme de 2,300 metres, d ou 1 ceil 
embrasse d un cole, vers le Nord, la mer Cantabrique, les basses mon- 
tagnes du littoral, et, de 1 autre, vers 1 Est et le Sud, toule la chaine 
e"levee des monts de la Castille, des provinces de Santander, de Palencia 
et des Asturies. 



20/1 

Une autre magnifique espece, qui s 61eve avec melas aux plus hautes 
cimes, est VErebia Gorge. Aux Picos, Gorge est (Tune taille beaucoup plus 
d6veloppe que dans les Alpes el les Pyre"nes-0rientales ; le rouge envahit 
largement les quatre ailes en dessus, et les dessins des ailes infe rieures 
en dessous, surtout dans les femelles, sont remarquablement caraclerises. 
Quoique la Gorge des Picos soil bien specifiquemenl la meme que celle 
du Riffelberg, des pics de Carlitle et du Canigou, loealites ou nous 1 avons 
capluree jadis en assez grand nombre, Taspect, resultant de Texageralion 
de taille, est lellement different que bien des especes se pare es paraissent 
moins distinctes entre elles au premier coup d oail que la Gorge des Picos 
de celles des monlagnes pre"citees. 

VErebia Gorgone n est pas bien rare dans les sommets des Haules- 
Pyrenees, mais nous ne 1 avons pas trouvee aux Picos. 

Quant a VErebia Dromus, le type en est assez semblable aux Hautes- 
Pyrere"es et aux Asturies. Le male dans ces deux localile s est plus obscur 
que dans les Pyrene es-Orienlales el la Sierra-Nevada, et les laches rouges 
en dessus sont moins e"lendues, moins fauves et plus carminees dans les 
individus de Gaulerets et de Picos que dans ceux de Vernel-les-Bains et 
d Andalousie. Mais les femelles ont plus de ressemblance entre elles que 
les males dans loules ces localites. Nous avons pris aulrefois pres des lacs 
de Carlitle des Erebia Dromus Ires differenles de celles du Vernet et 
paraissant tre la forme la moins grande et moins colored de la region 
pyreneenne. 

Les autres especes VErebia que nous avons trouve"es dans les Haules- 
Pyi 6nees sont Manto, var. Sthennyo, Euryale, Cassiope, Evias, (Erne, 
Arachne et Stijgne. Gelle-ci est la plus commune de toutes et elle vole 
depuis la ville de Gauterets jusqu aux sommels elev^s de la chaine. 

Dans les Pyrenees-Orienlales, nous trouvames abondamment, en aout 
1880, un lype superbe VErebia Neoridas volligeant autour des ruines du 
monaslere de Saint-Martin du Canigou. 

Parmi les Phalenites, la moisson esl riche dans les Pyre ne es. Les Laren- 
tia didymata (lype obscur), austriacaria , flavicinctata, tophaceata, var. 
molticulata, nebulata, frustata , se Irouvent dans les bois et sur les 
rochers; mais les deux plus remarquables Larentia pyrene"ennes sont 
turbata et cseruleata. 

La L. turbata des Hautes-Pyren^es se dislingue du type des Alpes 
(Zermalt, Engadine, mont Cenis et Dauphine) par le ton plus blanc de 
ses ailes supe"rieures dont les dessins sont plus nets, plus lineaires, 



205 

sans empatements ou lavis gris et noiralres et paraissant avoir un reflet 
ge ne ral bleuatre. De plus les ailes infe rieures sont Iraversees au-dessus 
de la bande noire terminale par un lisere noiralre bien cent et par- 
courant les ailes au-dessous du point cellulaire. Gette variete locale est 
conslante; nous Tetablissons sur 6 beaux individus et nous L avons dis- 
linguee par le nom de pyrenaeata. 
Quant a la L. cseruleata, c est une admirable variete tfinfidata. 

On trouve a Gauterets, specialeraent sur les rochers de la vallee de 
Cambasque, les Larentia infidata et var. cserulcata, plaque"es pendant la 
chaleur du jour. Nous recoltames ainsi 16 individus semblant frais eclos, 
et sur cette quanlite 6 appartiennent a la varie"te cseruleata la plus carac- 
te"risee. Les ailes superieures, d un ton uniforme gris bleute, sont 
depourvues des deux e"claircies qui bordent dans infidata la bande 
transversale mediane ; les ailes inferieures sont d un gris obscur traverse 
le long du bord terminal par une ligne blanche chevronnee; 8 individus 
sonl intermediaires enlre casruleata et le type des Alpes, et 2 autres 
different a peine des infidata de 1 Oberland et du Dauphin^. Mais la variete" 
pyreneenne cseruleatct est une aberration locale des plus remarquales, et 
le nom que lui a donne Guene"e doit assurement lui etre conserve". 

Nous pourrions etendre cette note. Nous n y ajouterons cependant, a 
litre de renseignement, que quelques noms de Gol^opleres trouves par 
nous sous les pierres, entre 1,900 et 2,300 metres d allitude, aux Picos- 
de-Europa : 

Carabus auriculatus Putzeys (assez variable comme coloration); macro- 
cephalus Dejean, lateralis Dejean; Nebria sobrina Schaufuss, Pterostichus 
dux Schaufuss ; el diverses especes de Trechus, Otiorhynchus, Timarcha, 
Olocrates, etc. 

M. G.-A. Poujade communique la note suivante : 

Le cocon de Montevideo qui m a e"te remis par M. Reiche, el qui avail 
616" communique" par M. Edrn. Andre (stance du 9 aout 1882, Bull., 
p. 172), est un cocon de Lepidoptere de la famille des Psychides el du 
genre OEceticus. G esl celui d une femelle qui a ele fecondee et a pondu 
sans soriir de son cocon, comme cela a lieu chez toutes celles de ce 
curieux genre. Les petiles chenilles e"closenl dans le cocon meme et 
sorlent en masse en se formanl un fourreau de lout ce qu elles rencontrent. 
Comme elles n avaient pas aulre chose a leur disposition, elles com- 



206 - 

mencerent par les bucheltes dont est forme le cocon de la mere, puis 
elles s en formerent avec les feuilles de robinier sur lesquelles je les ai 
placees. Elles les reduisirent en parcelles qu elles re"unirent avec de la 
sole. Eiles marchent constamraent avec Textre mite posterieure, ainsi 
protegee, dirigee en I air. Elles attaquent les feuilles tres rarement sur les 
bords, mais bien dans le milieu. 

Je ne sais si 1 espece est connue; je me propose de faire des recherches 
a ce sujet el de donner a la Societe une notice si je reussis & les elever, 
ce qui, je crois, sera difficile a cause de [ extreme lenteur de leur deve- 
loppement. Un certain n ombre sont de ja mortes. 

Membre demissionnaire pour 1883. M. Emile vom Brnck, de Crefeld 
(Prusse-Rhenane), qui avail e"te" recu en 1860, adresse sa demission de 
membre. Le mauvais etat de sa sante Toblige a renoncer a 1 Entomologie, 
el il a fait don de sa collection de Coleopleres a 1 Universite de Bonn. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Seance du 13 Septembre 1882. 

Atti delta R. Accademia dei Lincei, anno CCLXXIX (1881-1882), serie 
terza, Transunti, vol. VI, fascicolo 14 e ed ultimo. In-A, Rome, 
1882. Q * 

Bulletin de la Societe academique franco-hispano-portugaise de Toulouse, 
t. Ill, n 1. In-8, 1882. * 

Bulletin de la Societe d etude des Sciences naturelles de Nimes, 10 e anne"e, 
n oi l\ et 5 (avril et mai 1882). In-8. GADEAU DE KERVILLE, 
Les Pterochrozes (Orlhopteres Locustiens), d apres le journal La 
Nature. 

Bulletino delta Socteta entomologica Italiana, anno quindicesimo, trim. I 
de 1883. ANTONIO Cim6 et GIANFRANCO TDRATI, Saggio di un 



207 - 

Catalogo dei Lepidotteri d ltalia (Tineina, Micropterygina, Pteropho- 
rina, Alucitina). Broch. in-8 de 1A4 pages, publie" a Florence en aout 
1882. 

Comptes rendus hebdomad aires des stances de I Academic des Sciences, 
de I Institut de France, par MM. les Secretaires perpe tuels, tome XGV 
(2 e semestre de 1882). N of 8, 9 et 10. J. LICHTENSTEIN, p. 373, 
Quelques observations sur les Phylloxeras de la Savoie. ALFRED 
GIARD, p. 389, Sur un type synlhetiqne d Annelide (Anoplonereis 
Herrmanni), commensal des Balanoglossus. 

Deutsche cntomologische Zeitschrift, 1882, Heft II. D r JAB. SCHNABL, 
Stichopogon Dziedzikii, p. 9 ; Lipoplera cervi, var. alcis, p. 13 ; Be- 
richtignag wegen Microcephalus Loewii, p. 13. D r G. KRAATZ, Kurze 
Revision der Elaphocera-Arten, p. 15 a 32. E. REITTER, Der Pse- 
laphiden und Scydmseniden aus Westafrika (suite), avec pi. (autre 
pagination), p. 193. D r G. KRAATZ, 1 Dorcadion cribricolle, sp. n., 
p. 196 ; 2 Ueber Carabus intricatus und Lefebvrei, p. 197 ; 3 Ueber 
die Varietaten von Carabus regalis und Henningii, p. 201 ; k Syno- 
nymiche Bemerkungen uber einige Goliathiden, p. 20/i ; 5 Ueber die 
systematische Stellung der Cetoniden-Gattungen Dymusia Burmeister 
und Gnathocera Kirby, p. 205. D r L. VON HEYDEN, Synoptic tables 
of Coleoplera (of the United States), p. 207. HAGENS, Ueber die 
mannlichen Genitalien der Bienen-Gattung Sphecodes, p. 209, pi. 
G. METZLER, Ueber die europliischen Melolontha-Arten, p. 229. 
D r G. KRAATZ, Ueber die Polyphylla-Arten der palaBarctischen Region, 
p. 235, pi. LE MEME, Ueber einige seltene Melolontha-Arten und 
die mannlichen Genitalien dieser Gattung, p. 2/i3, fig. H. VON 
TIEFFENBACH, Forceps-Abbildungeii europaischer Melolonthiden nach 
PrSparaten von Metzler, p. 2/i2, fig. SCHREINER, Neue Tomicinen von 
der Goldkuste Afrikas, p. 2/i6. FLACH, Zwei neue deutsche Cis- 
Arlen, p. 2/i9. Kleinere Mittheilungen : 1 Variabilitat der Larey- 
nia-Arlen, p. 252 ; 2 Ueber Garabiciden mil aufgelriebenen Schul- 
tern, p. 253 ; 3 Verschiedene Pubescenz der Anisodactylus-Arten, 
p. 253. Synonymische Bemerkungen, p. 25/1-256. J. FAUST, 
Riisselkafer aus dem Amurgebiet, p. 257-295. REITTER, Bemer 
kungen zu Herrn Maurice Des Gozis Synonymische Rectificationen 
mehrerer Genera und Species franzosischer Coleopteren, p. 296. 
VON HEYDEN et D r G. KRAATZ, Kafer um Samarkand, gesammelt 



208 

von Hoberhauer, p. 297-338. Vol. in-8, Berlin, 1882, avec 
6 planches. 

Entomologist s monthly Magazine (The), vol. XIX, n 220, septembre 1882. 
In-8, Londres. H.-T. STAINTON, A probable elne to the habits of 
Chauliodus insecurellus Stainton, p. 73. W.-L. DISTANT, Descrip 
tion of a new species of Pentatomidse from Japan (Tropicoris japoni- 
cus), p. 76. WILLIAMS BUCKLER, Natural history of Ennychia an- 
guinalis, p. 77. W.-W. FOWLER, A contribution to the life history 
of Spercheus emarginatus, p. 79, 5 bois. J.-J. KING, Notes on the 
Neuroplera of England, p. 82. H. PRYER, On the specific identity 
of Terias Hecabe and T. mandarina, p. 85. EDWARD SAUNDERS, 
Hymenopiera and Hemiptera at deal in July and August 1882, p. 85. 
J.-W. DOUGLAS, Cocci and earwigs, p. 88. E.-A. BUTLER, Eupleryx 
vitlatus, p. 89. W.-W. FOWLER, Leptidia brevipennis Mulsant, 
fond in England, p. 89. A.-E. EATON, Stridulation in the female of 
Parnassius Apollo, p. 89. W.-K. MANN, Acronycta alni near Bristol, 
p. 89. C.-A. BARRETT, 1 Variation in Zygsna filipendul; 2 Des 
truction of Lepidoptera by rain ; 3 Odour emitted by the male of 
Hepialus hectus, p. 89 et 90. GEO.-T. TORRITT, 1 Captures of 
Lepidoptera in Yorkshire; 2 Scoparia conspicualis, Hodg., near Don- 
caster, p. 91. J.-W. DOUGLAS, Laverna atra, p. 91. H.-T. STAIN- 
TON, 1 Larva of Coriscium sulphurellum ; 2 Gelechia maculiferella 
at Lewisham, p. 92 et 93. R. MAC LACHLAN, Abundance of Litho- 
colletis platanis Staudinger at Pallanza, p. 9/j. Indication d ouvrages 
entomologiques, etc. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, 12 e anne"e, n l/i3, seplembre 1882. 
In-8. JULES DE GAULLE, Les Tenthredines des environs de Paris. 
DUBOIS, Conseils a un jeune entomologiste. HENRI DU BUYSSON, 
Rhipiphorus paradoxus et JSsalus scaraba3oides. D r PIASSETSKY, 
Les comtoats de Grillons en Chine. 

Geological and Natural History Survey of Canada. Museum : Sussea, 
Street, Ottawa. Commission ge"ologique et d histoire naturelle du Ca 
nada. Q * 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 

Paris, 3 octobre 1882. 



PARIS. Typographic et Lithographic FELIX MA.LTESTE ET C, rue Dussoubs, 22. 



1882. N 19. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



Avis divers. 1 M. ELZEAR ABEILLE DE PERRIN habile actuellement 
et d une raaniere definitive place des Palmiers, 11, a llyeres (Far). 

2 M. CHARLES OBERTHUR (faubourg de Paris, 20, a Rennes (Ille-et- 
Vilaine) se propose de publier, aussitot qu il aura recu les adhesions d un 
minimum de cent souscripteurs , une Iconographie des Lepido- 
pteres decrits mais non figures par Boisduval et Guenee. 
Ghaque livraison de cet ouvrage, contenant deux planches gravees et 
coloriees (representantchacune 12 a 16 papillons de taille moyenne) et le 
texte correspondant (redige le plus ordinairement d apres les raanuscrits 
inedils de Boisduval et de Guenee et d apres les types des collections de 
ces entomologistes que possede M. Charles Oberthur), coutera 6 francs 
75 centimes (somme couvrant a peine les depenses de publication). 

3 M. DESBROCHERS DES LOGES fait savoir qu une seconde vacation 
relative a la vente de ses collections de Coleopteres exotiques et 
europeens aura lieu a THolel Drouot, salle n 7, au premier, le lundi 
6 novembre procham, 



BULLETIN DES SEANCES 

Paraissant deux fois par mois. 



Seance du 11 Octobre 1SS2. 
Pr6sidence de M. L. REICHE. 

Lecture. M. Auguste Chevrolat adresse la 4 e partie de ses notes sur de 
(10 annee, n 227.) 19 



210 

nouveaux genres et de nouvelles especes de Curculionides de la division 
des Calandrides, comprenant la description d especes des genres Hetero- 
toxus, Diathdes, Trichurus (g. n.), Cercidocerus et Pleuronotus (g. n.). 

Communications. M. L. Bedel communique les remarques suivantes : 

On connait les travaux excellents des D" Horn et J. Le Conte sur les 
Rhynchophora et les elements nouveaux introduits dans la classification 
par leurs recherches sur la structure et le point d insertion des mandi- 
bules, sur 1 agencement des pieces thoraciques, sur la composition du 
dernier segment dorsal de Pabdomen, etc. J ai fait, sur le mme sujet, 
diverses observations que je crois nouvelles et de nature a resoudre quel- 
ques-unes des questions encore pendantes. 

1 Les Nanophyes, les Apion et plusieurs petits genres exotiques, de ta- 
ches de ces derniers, presentent une structure particuliere des pattes, 
resultant des rapports exceptipnnels du femur, du trochanter et de la 
hanche. 

Tandis que le femur, dans Pensemble des Rhynchophora ordinaires, 
touche directement la hanche par son angle infero-externe (le trochan 
ter, petit et taille" obliquement, n occupant que la partie infero-interne), 
dans les genres pre cile s, le trochanter prend une extension notable et 
le femur, insure" a son extremite" , se trouve completement isole de la 
hanche. 

Cuilte disposition spe ciale exclut le genre Nanophyes de la tribu des 
Gionini, ou il figure actuellement et tendrait, selon moi, a le rapprocher 
du groupe des Apion. L idee de ce rapprochement peut, il est vrai, sou- 
lever une objection : dans le systeme du D r Le Conte (The Rhynchophora 
of America North of Mexico, 1876), les Nanophyes sont compris dans la 
serie des Heterogastra (dernier segment dorsal de Tabdomen divise en 
deux arceaux <, simple $) et les Apion dans la serie des Allogastra (der 
nier segment dorsal simple <, $) ; mais cette difficulte n est qu appa- 
rente, car les Apion, comme les Nanophycs, appartiennent en r^alite aux 
Heterogastra; en effet, en examinant Pabdomen sur des Apion vivants, 
nous avons constat6, le D r Regimbart et moi, que le dernier segment 
dorsal etait simple chez la femelle et divise en deux arceaux chez le 
male. 

2* Dans les Orobitis, ii existe une exception curieuse a la structure 



- 211 - 

habituelle du premier segment ventral dans ses rapports avec les hanches 
posterieures; les hanches occupent, dans ce genre, loute la longueur du 
premier segment et le divisent en trois sections isolees; par suite de cette 
disposition, elles atteignent directement en arriere la base du deuxieme 
segment ventral. 

3 Les genres Rhytidoderes et Alophns, dont les affinite*s naturelles ont 
et6 bien souvent meconnues, presentent nu bord antero-externe des 
mandibules la cicatrice caracteristique des Otiorhynchid&; celte cicatrice 
est la seule trace qne laissent, apres leur chute, les appendices propres 
aux insectes de cette division et qui surmontent les mandibules, soit chez 
la nymphe, soit chez 1 adulte, au moment de son eclosion (voyez Lacordaire, 
Gen. Col, VI, p. 5, note, et J. Le Conte, Rhynch. of Amer., I, p. xv). 

M. H. Lucas fait les communications suivantes : 

1 Description d une espece nouvelle du genre Amphizoa : 

M. Le Conte, in Proced. Acad. Philad., p. 228 (1833) ; id., in Entom. 
Report, p. 32, t. I, fig. 11 (1857), a fait connaltre sous le nom d 1 Amphizoa 
insolens un Coleoptere tres curieux, place par MM. Gemminger et de 
Harold, in Cat. Coleopt., p. 428 (1868), apres les Citlenus. Cette coupe 
generique, qui a ele decrite aussi par M. Horn, in Trans. Am. Soc., t. I, 
p. 15A (1867), comprend plusieurs especes americaines, et Vinsolens propre 
a la Californie en est le type. 

Parmi les insectes rapportes de Textreme Orient pa rM. 1 abbe David se 
trouve un Coleoptere appartenant & ce genre et qui a beaucoup d analogie 
avec VA. insolens de M. Le Conte. Cette decouverte, extremement inte"- 
ressante au point de vue de la geographic entomologique, permet de dire 
que les especes qui forment celte coupe generique ont pour patrie 1 An- 
cien et le Nouveau Monde. 

AMPHIZOA DAVIDIS Lucas. D un noir mat. La tele est finement et 
densement ponciuee. Les organes buccaux sont noirs, avec les palpes 
maxillaires et les labiaux d un brun leinte de ferrugineux. Les antennes, 
lisses, sont d un brun ferrugineux brillant. Le thorax, bien plus fmemenl 
ponctue que celui de 1 A. insolens, ne presente pas dans son milieu de 
sillon longitudinal comme cela se remarque chez cette espece; de plus, 
ses bords lateraux sont lisses, a peine rebordes et non denticules. L ecus- 
son esl tres finement chagrine. Les elytres, moins larges que eel les de 



212 

YA. insolens, offrent une ponctuation plus fine et beaucoup plus serree, 
avec les slries qui les parcourenl obsoletemenl accusees et non ponctue es. 
Tout le corps en dessous est d un noir brillant et pre"sente une ponctua 
tion plus fine et plus serre"e. Les pattes, fmement ponctue es, sont d un 
noir teinle de ferrugineux. Long. 11 mill.; lat. 6 mill. 

Celte espece se distingue de YA. insolcns par sa forme plus (Hroite, par 
son thorax plus fmement et plus densement poncluS, sans sillon longitu 
dinal dans le milieu, non denticule sur les cote s late raux, et par ses 
elylres plus e troiles, plus fmement poncluees, avec les slries qui les par- 
courenl obscurement accusees et non ponctue es. 

D6couveii par M. Tabbe David, an Mou-Pin (Thibet oriental). 

2 II montre un Crioccris asparagi enlierement noir avec des reflets 
bleus envahissant la t&te, le thorax et les Elytres, de maniere que Ton 
n apercoit que tres imparfailement et d une maniere tres incomplete les 
laches caracle"risliques prsenlees par ces derniers organes. Cetle variete 
curieuse a ele rencontree en mai, aux environs d Argenleuil, par noire 
confrere M. Fleutiaux. 

3 Au snjet de la note de M. H. Deyrolle, relative au Platy chile pallida, 
Bullet., p. 186 (1882), il fail remarquer que les collections entomologiques 
du Musee de Paris possedenl aussi le male de celte rare Gicindelide, el 
que ce sexe a ete signale dans les Annales de la Societe enlomologique, 
Bulletin, p. ix (1867). 11 fail encore observer que celte espece interes- 
ressante, et probablement nocturne, varie d une maniere sensible pour la 
laille, car 1 individu femelle de la collection de Chaudoir est long de 
15 millimetres et mesure 7 millimetres dans sa plus grande largeur. 

M. Aug. Ghevrolal Iransmel les noles suivanles : 

1 SPERMOPHAGUS EXIMIUS, sp. nov. Long. 2 mill.; lat. 1 3/4 mill. 
Ovalis nigcrrimus, an tennis dimidio corporis longioribus, gracilibus, 
oculis globosis, prolhorace transverse conico, Latcribus rotundato, antice 
vertically macula basale alba ; scutello parvo, rotundato, albo ; maculis 
sexdccim albis ; octo in medio transverse dispositis, 3 contiguis latera- 
libus, 1 clongata pone suturam, k infra in mcdio et 2 ante apicem ; 
pygidio verticali punctis 2 albis ; macula pectorali alba. 

Alger. Olim datus a D. Poupillier. 



213 
2 Doubles einplois de noms spe"cifigues de Calandrides : 

Rhynchophorus German Perty, Del. An. Art., 1830. 
= Omatolampus Germari Bohn. in Sch., VIII, 2, 1845. 

Je remplace ce dernier nom par celui tfOmat. Allardi, du nom 
cle 1 auteur d un travail sur les Sphenophorus europeens. 

Sphcnophorus carinicollis Gyl. in Sch., IV, 1, 882. Java. 
= Id. id, Roelofs, Ann. Soc. ent. Belg., 1874. Japon. 

Je nomme cetle derniere espece Sphenoph. Roelofsi. 

Membre demissionnaire pour 1883. M. W. Roelofs, de Bruxelles, qui 
avail 6te" recu membre en 1874, adresse sa demission. 

Lc Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQTJE 

Stance du 13 Scptcmbre 1882 (fin). 

Memoires de I Academic de Stanislas, CXXXII 6 annee, 4 e serie, t. XIV, 
1881. 1 vol. in-8, Nancy, 1882. Q 

Naluralista Siciliano (11), Giornale di Scienze naturali, anno I, n" 12, 
septembre 1882. In-8, avec 1 pi. col. EDM. REITTER, p. 269, 
I Scydmsenidi d Abissinia (2 sp. n. d Euconnus ; g. et sp. n. d Eumi- 
crus). BAUDI DE SELVE, p. 274, Note entoraologiche (Coleopteres, 
suite). E. RAGUSA, p. 278, Strana aberrazione di Synlomis phlegea 
(fig.) ; p. 279, Storia di un Pentodon di Sicilia (fig.); p. 280, Apion 
di Sicilia (fig.); p. 280, Un anomalia di Oryctes Grypus ; p. 281, Des- 
crizione di una Silpha granulala monslruosa (fig.) ; p. 283, Elenco di 
alcuni Coleotleri raccolli al lago di Lentini. G. LA ROSA LIBERTINI, 
p. 285, La prima pagina del mio album entomologica. 

Naturaliste (Le), Journal des ^changes et des nouvelles, public par M. Em. 
Deyrolle, 4 C ann^e, n 17 (septembre 1882). AUGUSTS CHEVROLAT, 



Diagnoses de Coteopteres des lies Andaman (8 especes nouvelles). 
PAUL MABILLE, Descriptions de Le pidopteres de Madagascar (6 nou 
velles especes). * 

I syche, Organ of the Cambridge entomological Club, vol. Ill, n 97, 
May 1882. In-A . FRANCIS UUNTINGTON, Musca domeslica Linne 
et versus, Vespa occidentals Gresson. ANNA-KATHERINA DIMMOCK, 
Asymmetry of the nervous system in the larva of Harpyia (Bombyx), 
1 bois, GEORGE DIMMOCK, Note on Catogenus rufus, 2 bois. 
HENRY-WEBSTER PARKER, Note on Deilephila lineata Fabricius. 
Ants and Aphides. Xylocopa and Megachile cutting flowers. 



COSTA (ACHILLE). Notizie eel osservazioni sulla geo-fauna sarda. Memoria 
prima : Risultamento di richerche laite in Sardegna nel septembre 
1881. I. Relazione del viaggio ; II. Ragguagli sistematico delle cose 
raccolte (Inselti) ; III. Nole illustrative (Remarques diverses et des 
cription d especes nouvelles). Memoria estralta del vol. IX degli 
Atti della Reale Accademia delle Scienze fisiche et matematiche di Na- 
poli : Lettra nell adunanza del di li febbrajo 1882. Gr. in-A . 

FABRE (J.-H.). Souvenirs entomologiques ; eHudes sur 1 inslinct el les 
moaurs des Insecles. 1 vol. in-12 relie. Paris, 1879. Offerl par 
M. J. Grouvelle. * 

GANGLBAUER (Luow.). Ueber Dorcadion grascum Waltl. (Extrait de la 
Wiener Entomologische Zeilung, I, Heft 9, 1882.) In-8 Q . * 

HANDLIRSCH (ADAM). Die Metamorphose und Lebensweise von Hirmo- 
neura obscura Meig., einem Vertreter der Dipteren. Familie Nemes- 
trinidaB, I. (Extrait de la Wiener Entomologische Zeitung, I, Heft 9, 
1882.) In-8. * 

OSTEN-SACKEN (C.-R.). Diptera from the Philippine Islands brought home 
by D r Carl Semper (genres nouveaux : Scamboneura, Eurybata, Anti- 
neura, Philocompus, Xenaspis, Naupoda, Asyntona et nombreuses 
especes nouvelles). (Extrail de la Berliner Entomologische Zeilschrift, 
Band XXVI, Heft I et II, 1882.) 2 broch. in-8% Berlin, avec 13 bois. * 



215 

POTON (D r AUG.)- Note sur la synonymic de quelques Nysius. (Extrait de 
la Wiener Entomologische Zeitung, I, Heft 9, 1882.) In-8. * 

REGIMBART (D r MAURICE). Gyrinides nouveaux de la collection du Musee 
civique de Genes (especes nouvelles des genres Dineutes, Enhydrus, 
Oreclochilus). (Extrait des Annali del Museo civico di Storia naturale 
di Genova, vol. XVIII, 1882.) In-8. * 

SCHAUFUSS (D r L.-W.). iNeue Pselaphiden im Museo civico di Storia natu 
rale zu Genua (nombreuses especes nouvelles et genres nouveaux : 
Taphrophortis, Hybocephalus, Coraatopselaphus). (Extrait des Annali 
del Museo civico di Storia nalurale di Genova, vol. XVIII, 1882.) 
Broch. in-8" de 52 pages. * 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



Stance du 27 Septcmbre 1882. 

Annales de la Societe entomologique de France, 6 e serie, tome II, 1882, 
2 P trimeslre, planches U (col.), 6 et 7 (n.). Deux exemplaires pour 
la bibliotheque. 

Memoires, p. 97-240. Bulletin des stances, p. LXV-CXXVIII. 
Bulletin bibliographique, p. 17-32. 

Bulletin de la Societe d etude des Sciences naturelles de Beziers, 5 e annee, 
1880. Q 

Bulletin de la Societe impiriale des Nat uralistes de Moscou, ann6e 1881, 
n 3. K. LINDEMAN, p. 39, Goleophora tritici, ein neues schadliches 
Insekt Russlands. AL. BECKER, p. 189, Reise nach dem sudlichen 
Daghestan (lisle des insectes recueillis, p. 205-208). 

Comptes rendus hebdomadaires des seances de L Academie des Sciences, 
tome XGV, 2 e semestre 1882, n" 10 et 11. HENNEGUY, p. Zi73, Sur 
1 extension du Phylloxera ft Beziers, dans des vignobles non soumis au 
traitement. J. MAISTRE, p. Itfk, Moyen de combaltre la maladie de 
la Vigne. 



216 

Mtmoires de I Academic imptriale des Sciences de Saint-P&tersbourg, 
VH e serie, tome XXX, n 01 1 a 5 (1881-1882). Q 

Naturaltste (Le), Journal des ^changes et des nouvelles, publie" par 
M. Em. Deyrolle, /j e anne"e, n 18 (15 septembre 1882). P. CHRE 
TIEN, fitude sur les Le"pidopteres : La ponle de la Tephrosia crepus- 
cularia et de certaines Liparides. MAURICE GIRARD, Analyse du 
1A C fascicule du Species des Hyme nopteres d Europe et d Alggrie de 
M. Edmond Andre. * 



COLVEE (PABLO). Nuevos estudios sobre algunos Insectos de la familia de 
los Coccidos (Aspidiotus juglandis, oleastri et quercus, Eriococcus 
araucariae, Leucaspis Lowi et Mytilaspis flava). Broch. gr. in-8. 
Valencia, 1882. * 

SE"LYS-LONGCHAMPS (EDM. DE). Excursion a Tile d Helgoland en septembre 
1880. Broch. in-8% 32 p. (Extr. Bull. Soc. Zool. Fr., VII, 1882.) * 



Stance du 11 Octobre 1882. 

Bulletin mensuel de la Societe Linneenne du Nord de la France, n 112 
(1" octobre 1881). L. CARPENTIER, p. 337, Contributions a la faune 
locale. CHRONIQUE ET FAITS DIVERS : p. 350, Moyen d arreter les 
ravages des insectes. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, 12 e ann^e, n Hill (l cr octobre 1882). 
A. GARRET, p. 14 2, Chasses entomologiques au Grau-du-Roi. COM 
MUNICATIONS DIVERSES, p. 146 : Bombyx neuslria hermaphrodite. 
Table des matieres de la 12 e annee. 

UArchiviste adjoint : J. BOURGEOIS. 
Paris, 20 octobre 1882. 



PARIS. Typographic et Lithographic FELIX MALTESTE ET C e , rue Dussoubs, 22. 



1882. N 20. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



Avis. M. PArchiviste adjoint rappelle a ses collegues que la Biblio- 
theque (42, rue du Cherche-Midi) est ouverte le premier et le troisieme 
mercredi de chaque mois, de 2 heures 1/2 a 5 heures. 



BULLETIN DES SEANCES 

Paraissant deux fois par mois. 

V i.\**&* r 



Seance du 5 Octobre I** * 

PrSsidence de M. L, REIGHE. 

M. Rossignol, entomologiste de Paris, assiste a la stance. 

Lectures. M. Auguste Chevrolat transmet la 5 e partie de ses notes sur 
de nouveaux genres et de nouvelles especes de Calandrides, renfermant 
Tindication des especes du genre Cactophagus Le Conte, demembre" des 
Sphenophorus, avec la description de plusieurs nouvelles especes. 

M. J.-vi.-F. Bigot adresse une nouvelle suite a ses Me"moires sur les 
Dipteres nouveaux ou peu connus. Dans ce travail, Tauteur donne la 
2 e partie de la grande division des Syrphidse, comprenant la description 
de 138 especes nouvelles, presque toutes exotiques. 

Communications. M. le Tre"sorier annonoe le recent deuces du docteur 
Casimir Davaine, qui appartenait a la Soci6t6 depuis 1865. 

(10 e annee, n 228.) 20 



218 

La Socie te prie M. le D* Alexandre Laboulbene de vouloir bien lui 
dinner, pour les Annales, une notice sur la vie et les travaux entomolo- 
giques de notre savanl collegue. 

M. fid. Lefevre entretient la Sorie te de Telat dans lequel so trouve 
actuell< j menl la redaction des Tables generates des matieres el des auteurs 
des Annales pour les annees 1861 a 1880, doul elle Fa charge au com 
mencement de celte annee. II a aujourcThui termine le releve de tons les 
articles des volumes compris entre 1861 et 1875 et compte t aire un travail 
semblable pour les annees 1876 a 1880 d ici au mois dedecembre; il 
pense que deux mois lui suffiront pour mettre en ordre alphabetique ces 
nombreux materiaux et qu il pourra livrer a la Society le manuscrit cumplet 
de Fouvrage dans les premiers jours de mars 1883. 

M. le President remerrie M. Lefevre de Faclivit6 qu il a mise dans la 
redaction de ce long et diffici e travail. II (roil ;iussi devoir rappeler a 
lous nos membies qu une decision de la Social e porte que 150 souscrip- 
tions sont neeessaires pour que la publication puisse commencer, et que 
jusqu ici nous n avons encore que 58 adhesions; et il ajoute que lurs t ue 
Fimjression sera tuile le t >rix de 1 uuvrage sera porte de 20 a 2/i francs. 
(Adresser les adhesions nouvelles a M. L. Buquet, Ti esorier.) 

M. H. Lucas communique la note suivanle, relative a un Hyme"noptere 
social : 

Me trouvant sur la route de Chambourcy a Poissy, vers la fin de juillet 
1881, j apergus sur la lisiere de la foiet de Saint-Germain-en-Laye, a une 
distance assez rapprorhee, une colonue mobile ressemblant a un nuage 
de fumee ou de vapeur et pouvant avoir une altitude de 8 a 10 metres 
environ. Desiraut en connaitre la cause, je peuetrai dans la torei, sepai 6e 
dt la plaine par un mur, et, arrive au point oil j a\ais remarque* celte 
, colonue, je m apeiyus qu elle eiail due a la presence en immense quan- 
tite des deux sexes d r uue Fornncide, le Lasius fla> us Fabr. En explorant 
les environs couvt rts d uerbes envahies |>ar cette e.>pece, j^ vis au pied 
d uu cheue, le long Ui.quel se iennit celte colon i e, une pierre assez 
grande, peu prolondfinenl entonc^,e dans le sol et uu dessous de laquelle 
je voyais sorlir, de temps en temps, des Fourmis ailees qui allaient 
joindre et grossir cdle colonne mouvante. Je soulevai cetie pierre et 
m aperyus qu elle abritaii une tourmiliere en grande partie catoposee de 
neutres du Lasius flavus qi*i paraissaient tres affaires et dans une graade 



219 

agitation. En examinant cette espece, sortie en masse de sa fourmiliere, 
sVlevanl dans les airs de maniere a former un nuage ou essaim, je remar- 
quai que les deux sexes s unissaient en executant des mouvements mon- 
tants et descendants alternativement en>emi>le; j en pris un certain 
nombre flagrante delicto, ei je les fais passer sous les yeux de la Societe. 
Quelques jours apres, je retournai dans le meme lieu, mais tout et.iit 
rentre dans le calme, la colonne avail dispa<u et les seuls indices aties- 
tant sa presence etaient des ailes en quanlile considerable et dont les 
environs elaient jonches. Cependant je ne voulus pas quitter ce lieu sans 
jeter un coup d"o3il dans cette fourmiliere : je soulcvai la pierre qui lui 
servait d abri et apercus des t emelles en tres grand nombre, immobiles, 
pressees les unes centre les autres et qui, tres probablement, se dispo- 
saient a pondre. 

Je ne sais si les quelques particularity que je viens d exposer ont dfy a 
616 si^nalees, mais les auteurs que j ai consultes a ce sujet : Huber, 
Recherches sur les mceiirs des Fourmis indigenes, p. 93 a 99 (1810); 
Forel, Fourmis de laSuisse, p. 215, 379, 406 (1874); Edm. Andre, Spec, 
des Hym. d Europe et d Algerie, t. II, p. 195 (1882); Brehm, Kunckel, 
edit, franc., p. 38 (t882\ parlent du vul des Fourmis en general, m;is 
aucun de ces auteurs ne signale d une maniere particuliere le vol nuptial 
du Lasius flavus. 

M. Maurice Girard communique les observations suivantes : 

I 8 D un envoi de cocons provenant de Sai gon (Cochinchine) sont sorties 
deux especes d Attaciens, que je presente a la Societe. L une, a quatre 
laches vilrees arrondies, est rAttacus Felderi Boisduval, abso ument du 
type Mylitta, Pernyi, Yama-mai; le cocon ferme est d une soie blanche 
un pen grisatre, formant une couche epais-e et resistante. L autre espece, 
a trois petites laches vilrees irregulieres a Taile superieure, est I Attacus 
trifenestratus Heller, provenant d un cocon allonge, d un beau jaune dor6, 
mediocremeni soyeux. Soil naturellement, soil par un accident de filature 
du ci des chenilles renfermees dans la meme boite, les cocons sont accoles 
les uns contre It s autres, comme si les chenilles, a la facon de celles des 
Procession naires, avaienl file sous un nid soyeux commun. Les deux 
Attacus que je presente ont le fond de la couieur des ailes rougealre ; 
mais ce tond peul eire jaune dans les memes especes, variations frequentes 
chez les Attaciens asiatiques. 



220 

2* A 1 occasion de Temploi des insecticides, j ai visile, il y a pen de 
jours, a Paris, la serre temperee chaude de M me la baronne douairiere de 
Rothschild, dirige"e par M. Boizard. Il emploie centre les insectes des 
serres, non pas la fumee de tabac, dont Tacrete" nuit a beaucoup de 
plantes, comme les Fougeres, les Orchid ees, les Cine>aires, etc., mais 
une buee de vapour nicoline e oblenue en faisant bouillir a sicciie" pen 
dant plusieurs lieures, dans un potion de fonte, 1 litre de jus de tabac 
de la re"gie, a 14 Baume, par cube d air de 25 metres. J ai constate qu il 
ne se produit aucune alteration des plantes, m6me les plus dedicates. 11 y 
a eu destruction complete des Thrips et presque tolale des Lecanides. 
Toutefois, sur des Cyras, qui, auparavant, e"taient cribles de coques, j ai 
encore retrouve" quelques Ires rares coques de gros Kermes, avec les 
petits dodus, rose s et bien vivants en dessous. II n y a pas eu destruction 
des Coccides, ainsi du Pou blanc des serres on Dactylopms adonidum 
Linne". Sur les Cousins el sur diverses petiies Mouches qui voltigent dans 
les serres, 1 elTet de la vapeur d eau nicotinee esl toudroyant. Je crois qne 
ces indications peuvent etre utiles a certains de nos collegues ayant des 
serres a planles de salon, et qu en repeUmt trois fois par an pendant 
une nuit la vaporisation nicotinee, on peut arriver, non pas a de truire 
absolument tous les insectes de la serre, mais a n en laisser subsisler 
qu un uombre insignifiant. 

M. A.-L. Clement, au sujet de la premiere note de M. Maurice 
Girard, fait remarquer qu il a tente l^ducation a Paris d une soixanlaine 
de cocons de VAttacus Fetdert qui lui avaient e^te remis dar M. Albert 
GeoflYoy-Saint-Hilaiie, et qivil n a pu obtenir de requitals favorables. Les 
papiilons, qui varient beaucoup pour la coloration, n eclosent pas en m6me 
temps, mais a des ^poques irregulieres et suivant 1 etat de la chaleur 
atmosph6rique , et il pense que Ton ne pourra pas acclimaler cette 
espece. 

M. Maurice Girard ajonte qn il n a pas voulu trailer le point de vue de 
racclimatalion, mais presenter une observation purement entomologique. 
Du reste, il est du m6me avis que M. Clement en ce qui concerne fAttacus 
Felderi, dont Tintroduction en Europe ne lui semble pas possible, de 
que celle de divers Bombyciles se"ricicoles des pays chauds. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



221 

BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Stance du 11 Octobre 1882 (fin). 

Comptes rmdm des stances de la Societe entomologique de Betgique, 
serie HI, n 21 (aout 1882). LALLEMAND, p. c, Notes sur la Zygsena 
hippocrepidis el sur la variete aBstiva de la Lycasna Astrarche. 
IDEM, p. ci, Renseignements locaux sur quelques especes de L6pido- 
pteres rares en Belgique. 

Serie III, n 22 (seplembre 1882). D T JACOBS, p. cxxiv, Larves 
de Dipteres recueillies dans un jambon (Piophila airata Meig.). 
A. PREUDHOMME DE BORRE, p. cxxv, La priorite ou la continuite sui- 
vant M. Oslen-Sacken. IDEM, p. cxxvi, Chas>es dans le T urin- 
gerwald, aux environs de Weimar. KERREMANS, p. cxxvn, Poly- 
phylla fullo pris a Ostende. IDEM et PRECDHOMME DE BORRE, 
p. CXXVIL, Coccinelles el Carabes carpophages. BECKER el JACOBS, 
p. cxxvn, Gaplures diverses. 

Entomologist s montlhy Magazine (The), n 221 (octobre 1882). 
J.-A. OSBORNE, p. 97, On some points in the economy of Zara?a fas- 
ciata. V.-R. PERKINS, p. 100, Capture of Crabro gonager, 9, in 
Gloucestershire. H.-T. STAINTON, p. 101, On Ihe strange Coleo- 
phora reputed to feed on wheat in Russia. WILLIAM BUCKLER, 
p. 10/t, Natural History ol Ephestia passniella. ARTHUR-G. BUTTLER, 
p. 106, Notes on certain Micro-Lepidoplera. W.-L. DISTANT, 
p. 108, Description of a new species of Pentalomidse from Madagascar 
(Memmia Cowani). R. MAC LACHLAN, p. 109, Re-d^covery of Perla 
Ferreri Piclet. NOTES DIVERSES : p. 110, Notes on the larva of 
Phycis carbonariella ; p. Ill, Occurrence of Acrobasis consociella, 
var. sodanella, in Pembrokeshire; id., Hermaphrodite specimen of 
Lasiocampa Irifolii; p. 112, A Lepidoplerous larva destructive the 
rice in Panama ; id., Notes on Micro-Lepidop era ; p. HA, Habits 
and description of the larva of Chelaria oonscriplella; p. 115, Peronea 
perplexana and Eupoacilia Mussehliana in Carmathenshire ; id., Hemi- 
ptera at Hurst Green, Sussex; p. 116, Parasites on Homoptera; 
p. 117, Galyplonolus lynceus at the Gamier Sandhills; id., Ammo3- 
cius brevis at Matlock; id., Ghrysopa minima Kiljander = Chr. dasy- 



222 

ptera MacLachlan; id., Gardens-insects in 1882; p. 119, Proceedings 
of Entomological Society of London. 

Founding of the British Association for the Advancement of Science (The). 
A. Hislory of the first meeling in York in 1831, and of others matters 
of interest connected therewith by William-H. Harrison. Broch. 
in-12. Londres, 1881. Q 

Naturalisie (Lr), 4 e annee, n 19 (l er oclobre 1882). P. 150, Le Pro- 
pomacrus bimucronalus. ERNKST LELIEVRE, id., Un mot an sujet 
de Particle de M. P. Chretien intitule : fitude sur les Le"pidopteres. * 

Philosophical Transactions of the Royal Society of London, vol. 172, 
part II et III (1881). Q 

Vol. 173, part I (1882). BROOKS, Lucifer : a Study in Morpho 
logy, 11 pi. n. 

Proceedings of the Royal Society of London, vol. XXXII, n 214 et 215. 

Vol. XXXIil, n 08 216, 217, 218, 219 et 220. Q 

* 

Revista da Sociedade de Instruccdo do Porto, 2 e annee, n 10 (octobre 
1882). MANOEL-PAULINO DE OLIVEIRA, p. 45, Catalogue des In- 
sectes du Portugal (suite). * 



ALEXANDRE (A,-P.). Du de"veloppement de la Forficule auriculaire (d apres 
les notes de M. Lor nzo Camerano). Broch. in-8, 6 p. (Extr. Bull. 
Soc. linn, du Nord de la France, n 94, l er avril 1880.) Oflert par 
M. L. Bedel. * 

BOURGEOIS (J.). Diagnoses de Lycides nouveaux on pen connus (3 e partie). 
Bioch. in-8, 4 p. (Exlr. Ann. Soc. ent. Fr., 18^2, 2 e trim.) * 

GADEAU DE KERVILLE (H.). Extrait des Proces-Verbaux du Gomite d en- 
tomologie de la Sociele des Amis des Sciences naturelles de Rouen 
(l er semestre 1880). Bioch. in-8, 7 p. (Exlr. Bull. Soc. Am. Sc. nat. 
de Rouen, 1882, l er sem.) * 



. Cnmpte rendu de la 20 e reunion des delegues desSocietes savantes 
a la gorbonne (Sciences naturelles). Broch. in-8, 19 p. (Ex.tr. Bull. 
Soc. Am. Sc. nat. de Rouen, 1882, l er sem.) * 



223 

et AUDOUTN. Anatomie d une larve apode trouv^e dans le Bourdon 
des pierres. Brorh. in-/i , 10 p., 1 pi. n. (Exlr. Me"m Soc. hist. nat. 
de Paris, 1823, tome I.) Offer! par M. L. Bedel. * 

RILEY (C.-V.). Notes entomologiques : Insects and Drouth; Probable 
Sound Organs in Spliingid Pupte ; Clo\er Insects ; Is Cyrloneura a Pa 
rasite or Scavenger?; Habiis of Poiycaon confertus Lee.; Dinoderus 
pusillus as a Museum Pest ; Myrmecophilous Coleoptera. Broch. in-8, 
U p. (Extr. Amer. Natur., sept. 1882.) * 

IDEM. Notes entomologiques : Change of Habit ; Two new enemies of 
the Egg-plant; Notes on Microgasters ; Does Parthenogenesis exist in 
the Bee?; Are Honey-Bees Carnivorous?; The Honey- Bee tasting of 
Flesh ; The Overflow Bugs in Cali.ornia. Broch. in-8", 5 p. (Extr. 
Amer. Natur., aoul 1882.) * 

RUPERTSBERGER (MATHiAs). Les (Biifs des Coleopteres (tradnit de 1 alle- 
mand par M. H. Gadeau de Kerville). Broch. in-8, 19 p. (Extr. 
Revue d entomologie, juillet et aout 1882.) Offcrl par M. Gadeau 
de Kerville. * 

WARION (GDSTAVE). Description d une nouvelle espece d Orthoptere (Pla- 
typhyllum giganteum). Broch. in-8, U p., 1 pi. n. (Extr. XII e Bull. 
Soc. hist. nat. du de"partement de la Moselle, 1870.) Offert par 
M. L. Bedel. * 



Stance du 25 Octobre 1882. 

Andes de La Socifdad espanola de Historia natural, tome XI, can. 2 
(30 seplembre 1882). Q 

Bu letin d lnsectologie agricole, Journal mensuel de la Socie te centrale 
d Apiculture et d lnsectologie, 7 e annee, n 8 (nout 1882). JAUS- 
SAN, p. 113, De la Pyrale de la Vigne et des moyens de la com- 
battre (>uite). J. LICHTENSTEIN, p. 117, Le Puceron vrai de la 
Vigne (Aphis vitis). P. 119, Protection due aux oiseaux insecti- 
vores. DILLON, p. 121, Insectes nuisibles au Garden. BALBIANI, 
p. 122, La Sericicuiture nouvelte (suite t fin). *- Ca. 



224 - 

p. 126, Les Gufcpes et les Raisins (extr. de la Maison de Campagne). 
P. 128, Destruction des Cousins. 

T annee, n 9 (septembre 1882). JAUSSAN, p. 129, De la Pyrale 
de la Vigne et des moyens de la romballre (suite et fin). P. 132, 
filal de la Sericiculture en France d apres M. le comle de Retz. 
E. SAVARD, p. 136, I/QEstre du Boeuf (Hypoderma bovis Reaum.), 
avec fig. BALBIANI, p. 139, Destruction de 1 ceuf d hiver du Phyl 
loxera. MAURICE GIRARD, p. 141, Le Gryllon champetre (Giyllus 
campestris L.) avec fig. D r A. LABOULBENE, p. 143, Ver luisant 
male (Lampyris noctiluca L.), extr. Bull. Soc. ent. Fr. P. 144, 
Insette parasite de la betterave et Guepes. 

Bulletin mensuel de la Societe linneenne du Nord de la France, n 113 
(l er novembre 1881). J. GARNIER, p. 367, Bibliographic. 

Comptes rendus hebdomadaires des seances de I Academie des Sciences, 
tome XCV, n 13 (25 septembre 1882). Q 

Tome XCV, n 14 (2 octobre 1882). BALBIANI, p. 590, Sur le 

traitement des vignes phylloxe r^es par le goudron, a propos d une 

communication recente de M. Max. Cornu. P. DE LAFITTE, p. 592, 

Sur 1 emploi des huiles lourdes dans les traitemenls centre I o3uf 

. d hiver du Phylloxera. 

Tome XCV, n 15 (9 octobre 1882). Q 
Naturaliste (Le), 4 e anne e, n 20 (15 octobre 1882). Q * 



BARGAGLI (P.) et PERAGALLO. Insectes comestibles, me moire lu a la 
Societe" entomologique italienne le 7 mars 1877 par son auleur P. Bar- 
gagli, et traduit par M. Peragallo. Note sur PAnobium tomentosum, 
par M. Peragailo. Broch. in-8, 22 p., Nice, 1882. Offert par 
M. Peragailo. * 

L Archivisie adjoint : J. BOURGEOIS. 
Paris, 4 novembre 1882. 



PAEIS. Typographic et Lithographic FELIX MALTESTE ET C e , rue Dussoubs, 22. 



1882; No 81. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE PRANCE 

reconnue comme institution d utilite publique 



Avis. LMndication des jours d ouverture de la Bibliotheque (2, rue 
du Cherche-Midi) a e"te mal indiquee dans le dernier Bulletin. MM. les 
Archivistes se tiennent a la disposition de leurs collegues les premier et 
troisieme iundis de chaque mois (et non les mercredis) de 2 heures 1/2 
a 5 heures. Par consequent, d ici a la fin de 1 annee, la Bibliotheque sera 
ouverte le 20 novembre et les li et 18 d6cembre. 



BULLETIN DES SEANCES 

Paraissant deux fois par mois. 



Seance du 8 liovembre 

Pr6sidence de M. L. REICHE. 

MM. Designolle, de Paris, nouvellement admis, et Gadeau de Kerville, 
de Rouen, assistent a la seance. 

Communications. MM. Charles Brisout de Barneville et le D r Marmotlan 
signalent la capture de quelques Goleopteres interessants pris re"cerament 
par eux dans la Loire-Inf6rieure : 

1 Autour du lac de Grandlieu : 

Aetophorus imperialis, var. ruficeps.Anchomenus piceus et lugens. 
(10 e annee, n 229.) 



226 

Bembidium elongatum. Hygropora cunctans. Silpha granulata. 
Meiigethes ochropus. Corymbites metallicus. Hydrovatus cuspidatus 
et clypealis. Hydroporus minutissimus. Anthicus gracilis. Ceutho- 
rhyncfius arcuatus, angulosus el griseus. Tapinolus sellatus. Un 
exemplaire du Bagous etegans de tres petite taille (7 mill.); cet insecte, 
qui n avait pas encore ele trouve" en France, e"tait en compagnie du 
Lixus paraplecticus. 

2 Dans les environs de la Bernerie : 

Ophonus cephalotes. Harpalus pggmasus , cupreus , tenebrosus et 
patruelis. Amara (Liocnemis] montana. Tomoglossa Luteicornis. 
Gercyon depressum. Scydmasnus BarneviUei SauJcy. Bythinus Pan- 
dellei Saulcy. Artidium coarctatum. Corticaria fuscipennis. Ato- 
maria scutellaris. Dcrmestes sardous. Anthicus l&viceps. Csenopsis 
fissirostris et Waltoni. Cathormiocerus attaphilus, curvipes et socius 
(maritimus Rye) ; chez ces trois especes les antennes sont semblables 
dans les deux sexes. Styphlus unguicularis. Lixus junci. Bala- 
ninus elephas var., sur le chene. Orchestes cinereus et pratensis. 
Tychius argentatus, en grand nombre sur les dunes, abrite" dans des 
touffes de Graminees. Sibynes attalicus. Nanophyes rubricus. 
Ccuthorhynchus distinctus et DawsonL Baridius scoiopaceus. Apion 
funiculare, squamigerum, dispar, annulipes, burdigalense et fallax. 
Gassida meridionalis, en nombre. 

M. Charles Brisout de Barneville ajoule quMl a capture" e"galement 
dans la for6t de Saint-Germain : 

Borboropora Kraatzi. Calodera rubens. lly abates Bonnairei. 
BLedius crassicollis. Philonthus thermarum. Bolitobius cernuus. 
Atomaria berolincnsis, en grand nombre. Hydnobius punctatus et stri- 
gosus. Triarthron MdrkelL Anisotoma grandts et parvuLa. Prio- 
nocyphon serricornis. 

M. L. Bedel indique deux nouvelles localites francaises de VHyda- 
ticus biiineatus Deg. : 1 Bleneau (Yonne), dans l e"tang des Tailles, ou 
M. Designolle en a recueilli plusieurs exemplaires au mois de septembre 
dernier; 2 Meudon, dans I ^lang des Fonceaux; un individu pris par 
M, Lemoro. 



227 - 

M. L. Fairmaire pre"senle la description d un Cole"optere, type d un 
genre nouveau de la famille des Staphylinides, dgcouvert en Bulgarie : 

VELLEIOPSIS MARGINIVENTRIS. Long. 20 mill. Elongatus, subpa- 
ratlelus, supra fere planatus, prothorace magis convexo, niger, nitidus, 
elytris abdomineque subtus et lateribus supra testaceo-castaneis, abdomine 
medio minus nitido, tibiis apice tarsisque rubiginosis et rubiginoso-pubes- 
centibus; capite prothorace paulo angustiore, subquadrato, angulis rotun- 
datis, subtiliter dense punctulato, antice planato, ocutis parvis, ovato- 
triangularibus ; antennis simplicibus, apicem versus attenuatis et pices- 
centibus; prothorace lateribus leviter arcuatis, parum explanatis, antice 
tantum poriferis , angulis posticis cum margine rotundatis ; scutello 
ogivali, subtiliter punctato ; elytris prothorace paulo angustioribus , haud 
longioribus, apice oblique truncatis, subtilissime densissime punctatis, 
longius ac densius rubigineo-pubescentibus ; abdomine minus parallelo t 
lateribus impressione longitudinali valde separatis, segmentorum angulis 
externis acutis, unisetosis. 

Ce magnifique Staphylinide, qui constitue une decouverte des plus inte- 
ressanles pour la faune europe"enne, a ele trouve" au nombre de deux 
individus par notre collegue, M. Amedee Alleon, aux environs de Varna, 
sur la falaise, dans un sentier au milieu des vignes. II forme une nou- 
velle coupe generique bien voisine des Vclleius, mais dislincte par les 
antennes simples, tres atte"nuees vers rextremiie", a articles obconiques, 
epais, la tele plus large, avec les yeux plus petits, plus courts, le corselet 
moins dilate et moins fortement arrondi sur les cotes qui ne pre"sentent 
de pores setigeres qu en avant, Fecnsson plus petit et Tabdomen a c6ie"s 
largement rebordes, tranchanls, legerement arques, avec les angles des 
segments plus pointus, n ayant qu une ou deux soies ; les palpes maxil- 
laires sont aussi plus e"pais. Les quatre tibias poste"rieurs offrent de fines 
e"pines, et les deux tarses anterieurs sont fortement dilates. 

M. H. Lucas communique la note suivante, relative a une larve de 
Chrysome line : 

UMsernia tricolor Chevr., Voy. de la Coquille, Zool., t. II, p. 148 
(1833), ou splendens Blanch., Voy. au Pole Sud, Zool., t. IV, p. 333, 
pi. 19, fig. 3 (1853), esl une espece qui parait abondamment repandue 
a Amboine, aux iles Arou, etc., et dont la larve a ete rapportee par 
MM. Raffray et Maindron. 



._ 228 

Cette larve, dont le corps est couvert d e"pines et Increment arque", 
rappelle celles des Eptlachna, mais elle est moins ramasse"e, plus 
allonge"e et surtout plus cylindrique. La tele, d un noir brillant, plus 
large que longue, arrondie, lisse, presente des polls ferrugineux places 
ca et 1& ; elle est parcourue dans son milieu par un sillon longitudinal, 
et sa partie anterieure, d un janne lestace, est marquee de chaque c6t6 
de deux impressions profonde"ment indiquees. Les ocelles, saillants, 
arrondis, sont d un noir brillant. Les antennes, testace"es, tres courtes, 
sont composes de trois articles. La levre superieure, plus large que 
longue, creuse"e et arrondie dans son milieu, est marque e a sa partie 
anterieure d une impression trianguliforme. Les organes buccaux sont 
testaces, avec I extremite des mandibules d un brun fence". Tout le corps 
en dessus est d un janne testace, finement ride" transversalement et leinle 
de brun dans son milieu. Le prothorax, reborde et arrondi sur les cote s, 
presente en dessus quatre tubercules saillants, d un noir brillant, les 
medians s^pares entre eux par une petite fossette longitudinale. Le me"so- 
thorax, le metathorax et les segments abdominaux sont arme"s chacun 
de quatre epines d un noir brillant, tres fortes, robustes, allonge"es, 
disposees en rangees transversales et a extremity epineuse. Le dernier 
segment presente seulement deux epines, les intermediates etant rem- 
placees par quatre tubercules spinifornes. Le segment anal est deprime 
de chaque cote en dessus, avec les angles lalero-posterieurs saillants, 
converts de tubercules e"pineux, tres petils; quant a son bord posterieur, 
il est tronque, h^risse de poils raides, ferrugineux, parmi lesquels on 
aper^oit de tres petils lubercules spiniformes. De chaque cote des seg 
ments thoraciques et abdominaux, on remarque une epine teslacee, 
allongee, a sommile leint^e de brun, et c est entre les epines late>ales 
et dorsales que sont situes les sligniates : ceux-ci sont arrondis, noirs, 
a perithreme saillanl. Les pattes, courtes, robustes, testacees, ont leur 
dernier article d un noir brillant en dessus ; elles sont lisses, termine es 
par un ongle robusle Ires court, recourbe" et d un ferrugineux fonce. 
Tout le corps en dessous est de meme couleur qu en dessus, avec les 
quatre derniers segments munis de lubercules saillants, charnus, mous 
et rapproch^s. 

J ignore sur quelle plante vit cette larve qui est molle au toucher et 
dont la nymphe m est inconnue. Long. 21 mill.; lat. 5 1/2 mill. 

He de Salwatty, pointe nord de la Nouvelle-Guinee (de^roit de Ga- 
lewo). 



229 

M. le D r L.-W. Schaufuss adresse les remarques synonymiques 
suivantes sur divers Pse"laphiens : 

1 On a voulu reunir les genres Canthoderus Motsch. i. 1. et Stratus 
Schauf., mais, d apres la figure tres mauvaise de Motschulsky, ces groupes 
ge"neriques different beaucoup par la forme des articles des antennes, 
spe"cialement du dernier, par la forme de la tete, du corselet, etc. 

2 Les genres Jubus et Gamba different entre eux. Le genre Jubus : 
par les yeux tres petits, non saillants; la massue des antennes distincte- 
ment divise"e ; le corselet ayant au bord une pointe aigue, etc. Le genre 
Gamba : par les yeux grands, peu saillants ; la massue des antennes non 
divise"e ; par le corselet ayant le bord arrondi, sans pointe aigue, etc. 

3 M. Reitter reunit les genres Trnesiphorus et Tmesiphoroides Motsch. 
Ce dernier genre se distingue du premier par les antennes de cinq (!) 
articles avec la massue de trois articles, 1 abdomen sans carene (d apres 
la description et le dessin(. 

U Le genre Callithorax n est pas synonyme de celui des Cnrculionellus, 
mais bien du genre Pselaphus (voyez Schauf., Ann. Mus. Gen., 1882, 
p. 357). 

5 Le Bryaxis syriaca Reitt. doit se nommer Br. Reitteri mini, parce 
qu il y a un Dr. syriaca Baudi (1869) ; le Br. pulla Raffr. (1882) se nom- 
mera Br. parva mihi, parce qu il exisle dej un un Br. pulla Sharp 
(1874). 

6 Le Batrisus spinicollis Raffr. (1882) doit porter le nom de Batr. 
spinifer mihi, Motschulsky ayant decrit un Batr. spinicoUis de Geylan, 

M. Maurice Girard adresse la rectification suivante : 

Dans la derniere seance, M. Clement et moi avons parle d un Lepido- 
ptere Heterocere, VAtlacus Felderi Boisduval. D apres un individu prove- 
nant de Guerin-Mt^neville, ce nom serait synonyme d A. Frithii Moore. 
Comme cette denomination r6pond ^ une description faite dans les Pro 
ceedings Zooloff. Soc., 28 juin 1859, elle doit avoir la preference sur celle 
de Boisduval, qui n est qu un nom de collection, non publie a notre 
connaissance. 

M. J. Fallou fait remarquer qu il a recu de la Societe d Acclimatalion 
un grand nombre de cocons tfAttacus, provenant de Gochinchine et qui 



- 230 

avaient 616 envoyes par M. Moquin-Tandon. Presque tous ces cocons lui 
ont donn6 1 insecte parfait. Les premieres eclosions ont eu lieu au mois 
de mai ; puis, apres un temps d arrt, d autres 6closions se produisirent, 
d abord en juillet et ensuite en septembre. II n a pu obtenir qu un seul 
accouplement. Des oeufs pondus par la femelle fecondee sont sorlis, en 
septembre, de petites chenilles qui ont pu manger des feuilles de chne, 
mais qui sont mortes apres leur premiere mue. 

Les papillons, dont plusieurs sont mis sous les yeux de la 8001616, 
varient assez considerablement dans leur coloration ; ils se rapprochent 
assez de quelques vari6tes de V Attacus Mylitta, mais parraissent en 6tre 
distincts et apparten ir a 1 espece dont a par!6 M. Maurice Girard (Bulle 
tin, pages 219 et 229). 

M. A.-L. Clement ajoute que le Bombycile que vient de presenter 
M. J. Fallou est le me me Attacus qu il a observ6 et dont M. Maurice 
Girard et lui ont parle a la derniere seance. Ce Lepidoplere, que Gu6rin- 
M6neville et Boisduval ont consider6 comme devant former une espece 
particuliere et non comme une vari6te du Mylitta, est en eflet distinct 
de ce dernier ainsi que des especes congeneres, surtout par la forme de 
son cocon et par la coloration de la jeune chenille, et se rapporte, comme 
M. G.-A. Poujade et lui ont pu le verifier d apres un individu conserve 
dans la collection de Guerin-Meneville au Museum, a V Attacus Frithh 
Moore, dont le male seul a 616 decrit et dont aucun des deux sexes 
semble n avoir 616 repr6sent6. 

Notre collegue se propose, apres avoir fait toutes les verifications 
n6cessaires, de donner a la Soci6te des figures au moins de la femelle de 
cet Attacus, ainsi que du cocon et de la chenille, et de decrire 1 espece 
comparativement avec celles qui en sonl les plus voisines. 

Candidat presenle. M. Georges Meyer-Darcis, membre de la Societ6 
entomologique suisse, a Wohlen, canton d Argovie (Suisse), qui s occupe 
des Col6opteres d une maniere gen6rale et surtout de ceux des genres 
Carabus et Julodis, pr6sent6 par M. A. Guillot, au nom de M. Emile 
Deyrolle. Commissaires-rapporteurs : MM. Clement et Gadeau de 
Kerville. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



231 

BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Stance du 8 Novcmbre 1882. 

Bulletin de la Societe des Sciences historiques et naturelles de I Yonne, 
36 e volume, 1882. Q 

Bulletin de la Societe d ttudes scientifiques d f Angers, ll e et 12 e anne es 
(1881-1882). A. LUCANTE, p. 25, Essai geographique sur les 
cavernes de la France et de F6tranger (suite : regions de Test, du 
centre, du nord et de 1 ouest). Table de"cennale des matieres con- 
tenues dans les Bulletins de 1871 a 1881. 

Bulletino delta Societa entomologica italiana, 14" anne*e, trimestres III-IV 
(juillet a d^cembre 1882). D r PAOLO MAGRETTI, p. 269, Sugli Ime- 
notteri della Lombardia, 2 e me"moire (suite et fin). TOMMASO CATANI, 
p. 302, La Classificazione degli Or lotted (Gen no storico). BARGAGLI, 
p. 312, Contribuzioni alia biologia dei Lixidi. A. TARGIONI-TOZ- 
ZETTI, p. 320, Sulle proposte del Sign. Balbiani per combattere la 
Fillossera e suiruovo d inverno della Fillossera delle viti americane e 
delle viti europee. N. PASSERINI, p. 323, Sull organo ventrale dei 
Geophilus Gabrielis Fabr. (fig.). J. LICHTENSTEIN, p. 329, Les 
males de quelques Coccidiens (Lettre a M. Targioni-Tozzetti). 
L. MACCHIALI, p. 331, Specie di Afidi che vivono nelle plante della 
Sardegna settentrionale, con qualche nozione sul polimorfismo di detti 
insetti. ANTONIO BERLESE, p. 338, Gamasidi nuovi e poco noti 
(gen., sp. nov.). E. SIMON, R. LATZEL, AD. TARGIONI-TOZZETTI, 
G. CAVANNA, P.-M. FERRARI, G. CAROBBI, F. BAUDI DI SELVE, F. Pic- 
CIOLI, P. MAGRETTI, p. 353, Artropodi raccolti a Lavaiano (provincio 
di Pisa) da G. Gavanna nei giorni 1-9 ottobre 1881 (Contributo alia 
Fauna delfltalia cenlrale), sp. n. AD. TARGIONI-TOZZETTI, p. 384, 
Armature genitali maschili degli Ortotleri sallatori. G. CAVANNA, 
p. 386, Letleratura entomologica italiana; IDEM, p. 393, Rassegna e 
bibliographia entomologica. P. 402-406, Notizie di Entomologia 
applicata (Invasioni di Cavallete ; Rhynchites cribripennis , nuovo 
danno agli ulivi ; Strangalia armata negli strobili d abeto ; Blaniulus 



232 - 

guttulatus nelle palate ; II Molytes coronalus dannoso alle carote ; 
L Argas reflexus ; Curculionidi nocivi; Notizie diverse; Le Api e gli 
Eucalipti). P. HI, Process! verbal! delle adunanze tenute nell- 
anno 1881. C. CAVANNA, p. vm, Relazione del Segretario degli 
Atti, per Tanno 1881. 

Bulletin of the United States geological and geographical Suwey of the 
Territories, vol. VI, n 3 (Washington, aoul 1882). A.-R. GROTE, 
p. 563, New Moths, with partial Catalogue of Noctuas. LE MEME, 
p. 579, New Moths, principally collected by M r Roland Thaxter in 
Maine, with notes on noxious species and remarks on classification. 

Index du tome VI. 

Comptes rendus hebdomadaires des seances de I Academic des Sciences, 
tome XGV, 2 e semeslre, n 16 (16 octobre 1882), n 17 (23 octobre 
1882), n 18 (30 octobre 1882). Q 

Feuille des Jeunes Naturalistes, 12 e anne"e, n 145 (l er novembre 1882). 

L. DUPONT, p. 7, Notice entomologique sur les environs de Pont- 
de-1 Arche (Eure). 

Naturaliste (Le}, A e annee, n 21 ("1" novembre 1882). P. CHRETIEN, 
p. 165, Rgponse a M. Lelievre (mceurs de certains Le pidopteres). 
CH. OBERTHUR, p. 166, Projet d une Iconographie des Papillons de"- 
crits dans divers ouvrages importanls et non encore figures. * 

Proceedings of the Scientific meetings of the Zoological Society of London, 
1882, part III (ma! et juin). D r 0. STAUDINGER, p. 396, On three 
new and interesting Species of Rhopalocera (1 pi. n.). H.-J. ELWES, 
p. 398, On a collection of Butterflies from Sikkim (sp. nov., 1 pi. n.). 
REV. O.-P. CAMBRIDGE, p. A23, On new genera and species of 
Araneidae (3 pi. n.). EDWARD-J. MIERS, p. 538, On Crustaceans 
from the Mauritius (sp. nov., 1 pi. n.). 

L Archiviste adjoint : J. BOURGEOIS. 
Paris, 15 novembre 1882. 



PARIS. Typographic et Lithographic FELIX MALTESTE ET C, rue Dussoubs, 22. 



1882. N 22. 

SOCIETE ENTOMOLOGIQDE DE FRANCE 

reconnue comme Institution d utilite publique 



Avis. 1 Les 21 et 22 decembre 1882, aura lieu, a 1 Hotel Drouot, la 
vente de la Collection de Coleopteres de feu notre collegue M. Javet 
(composes de plus de 80,000 Insectes), ainsi que celle de sa Bibliothpque 
enlomologique. S adresser, pour les renseignements et pour se pro 
curer le Catalogue, a M. Henri Deyrolle (2/j8, rue du Faubourg-Sainl- 
Honore, 9, avenue Beaucour). 

2 M. Bellier de la Chavignerie fait savoir que, jusqu ft la fin cTavril, 
il habile : cours Buriiere, a Hyeres (Var). 



BULLETIN DES SEANCES 

Paraissant deux fois par mois. 



Seance du 32 Novembre 

Prsidence de M. L. REICHE. 



MM. Gadeau de Kerville, de Rouen, et Vachal, d Argentat (Correze), 
assistent a la seance. 

Lectures. M. V. Signoret depose sur le bureau les parties 9 e et 10 e de 
sa Revision du groupe des Cydnides, comprenant la description des 
especes du genre Geotomus et accompagne de quatre planches. 

M. le D r Paul Magretli adresse la description de trois nouvelles 
(10 C annte, n 230.) 22 



especes d Hymenopteres ilaliens, se rapportant a la famille des Apiaires 
(Andrena Schmiedtknolcti et florentina et Nomada Piccioliana). Ce Ira- 
vail est accompagne de figures coloriees. 

Communications. M. Maurice Girard fait hommage a la Societe" du 
premier fascicule de sa Zuologie. (Paris, Delagrave, 1882), rt>dig"e d pres 
le programme des coles noi males primaiies d tiistituteurs et d lnstiiu- 
trices. Ce fascicule ne contienl d entomologie que d une lacon ft la fois 
generate et indirecte, ft propos de Pinstincl et de I intelligence des 
animaux. L inteniion de Tauteur est de dormer un notable developpe- 
menl a 1 eniomologie, si imporlanle pour Penseignement et les lecons de 
choses. On pent dire que jusqu ici les li\res de Tenseignement secondaire 
et primaire sont ft peu pres nuls ft cet egard. Les meilleures gravures de 
cet ouvrage sonl dues ft M. A.-L. Clement. 

M. L. Fairmaire communique les descriptions suivanles de deux 
Helops nou \eaux : 

1 flELOPs (NALASSUS) ALPIGRADUS. Long. 11 mill. Oblongus, 
parum convexus t fusco-nigcr, nitidissimus , antennis palp squc piceo- 
fuscis , tar sis rufo-piceis ; capite dense sat tenuiter punctato, antice 
arcuatim (utrinque profundius) impresso ; protlwrace elytris via: angus- 
tiore, lonyitudine fere duplo latiorc, antice a medio paulo angustalo, 
lateribus explanatis , dor so dense sat tenuiter punctato, basi utrinque 
obsolete impresso; scutetto brevi, fere truncate, pa>ce punctato; elytris 
tenuiter striatis, striis dense punctatis, apice profundioribus, intervallis 
plants, ttnuissime sat dense punctuiatis, 8 apice constricto et cartnutato; 
subtus dense punctatus, prosterno rugosulo, abdomine Lateribus sat for- 
liter impresso. 

Trouv6 au mont Viso par noire collegue et ami M. de Manuel. 

Se rapproche de VII. Ecoffeti, mais bien moins convexe, remarquable 
par les coles du corselet plus apianis, moins grossement rebordes, avec 
les angles anlerieurs muii.s poiulus; Tecusson est plus couri, presque 
tronque; les elylressonl plus iinemenl strifes et les iniervalies sont plus 
fineiiieiil ponctues; les c,,tes ue la lele, au devant des yeux, sont bien 
moins arques, presque dioito, et ies coles de i abdomen ollreiit des 
impressions plus lories. 

2 H. ANGULICOLLIS. Long. 12 mill. Exlrmement voisin de 



235 

riL mori el surtout du tentyrioides, mais distinct par le corselet eu 
carre transversal, b : en moins convexe, avec les angles anlerieurs bien 
marques, quoique emousses, et I s poslerieurs plus pointus, le bord ante- 
rieur coupe presque droil, la poncl nation un peu moins dense, avec une 
ligne mt diane lisse, bien marquee, lecusson plus lisse; les elytres son 
moins fortement declives en arriere, neltement striees, a ponclu;ilion 
moins serree, moins confuse, avec quflques rides transversales Ires fines; 
la suture est deprimee en arriere ; 1 abdomen est bien plus finement 
ponclue el le prosternum<est strie enlre les handles et non uni et ponc- 
tue;enfin la coloration est plus brillante. 

Le seul individu que j aie vu a ete pris a Varna par notre collegue et 
ami M. Alison ; il porte sur le milieu du chaperon une forte gibbosite* 
tres remarquable, mais qui, tres probablement, n est qu accidentelle. 

M. H. Lucas donne lecture de la note suivante : 

Les Rhynchophores vivanls que je fais passer sous les yeux de la Societe 
ont ete rencontre s dans des graines de Copahu (Copaifera Langsdorffii 
Desfont.) et m ont eMe" communiques par M. le professeur Baillon. Ces 
insecles phylonomiformes vicnnenl se ranger dans la tribu des Hyperides 
et dans le genre Phelypera de Capiomont, Ann. Soc. ent. Fr., p. Zi58 
(1868). D apres M. Chevrolat, anquel cet Hyperide a el6 communique par 
M. Salle, cette espece nouvelle vient se placer tout a cole de celle decrile 
sous le nom de Phelypera mcesta Capiom., loc. cit., p. 461. 

En attendant que je donne une description detaillee de cet Hype ride 
qui apparlient a la section des especes chez lesquelles le pronotum est 
non impressionne" transversalement, et afin de rappeler les conditions 
dans lesquelles il a ele rencontre, je propose de le designer sous le 
nom de : 

PHELYPERA COPAIFER/E Lucas. Brun, couvert d e"cailles et de poils 
squamiformes, lerrugineux. Rostre beaucoup plus long que la tSte, 
d nn brun roussatre a son extremite, profondemenl sillonne el fortement 
ponclue. Yeux d un noir brillant. Antennes d un brun fonce, a massue 
ferrugineuse. Thorax plus large que long, profondement et densement 
ponclue, presentant dans son milieu une carene longiludinale d un noir 
brillant, lisse, n atteignant pas la base, ficusson arrondi, d un gris cendre 
clair. Ely ires a slries protbndes, fortement poncl uees, a intervalles larges, 
finement ponctue s, recouverts de poils squamiformes. Corps en dessous 



- 236 

de meme couleur qn en dessns, ponclue, couvert de polls squamifonnes; 
sternum marque" dans son milieu, posterieuremeni, d une fossule ponc- 
tiiorme, profonde, glabre, d un hrun roussatre briliant. Pattes brunes, 
ponctuees, recouvertes de polls squamifonnes d un t errugineux clair. 
Long. 6 a 9 mill.; lat. 3 a l\ 1/2 mill. 
Bresil interieur (M. Glaziou). 

Ne pourra etrc confondue avec Pkelypera mcesta, a cause de son e*cusson 
qui est arrondi au lieu d etre triangulaire, el de ses elytres qui sonl 
immaculees au lieu de presenter des laches argenlees. 

Cette espece ayant ete renconti ee dans des graines entieremenl videes, 
perches d un trou arrondi de Copaifera Lonffsdorffit Desf., il est a sup- 
poser qu elle y a subi loutes ses transformations; s il en est ainsi, il est 
a snpposer aussi que les larves ne se nourrissenl pas des femlles de cette 
legumineuse el qu elles ne doivent pas non plus se construire de cocons 
comme cela a lieu pour les Hyp. lesseUata, Phyt. nigrirostris, rumicis, 
scolynn, etc. 

Ce Rhynchophore est tres craintif, car lorsqu on remue la boite dans 
laquelle il est enferme" on qu on le louche, il replie ses anlennes le long 
de son rostre, lequel rentre dans le pronotum jusqu aux yeux qui sont 
entierement caches, ramasse ses patles sur les parlies laterales de son 
abdomen el reste dans cette position, sans manifesler le moindre mouve- 
ment pendant un temps plus ou moins prolonge. Quant a son ambulation, 
elle est assez vive. 

M. L. Bedel communique diverses synonymies de Curculionides : 

1. Sirophosomus Baudueri Desbr. (1874), Bull. Soc. ent. Fr., 187/i, 
p. 22/i, = S. curvipes Thomson (1865), Skand. Col., VII, p. 138. J ai 
sous les yeux, comme lermes de comparaison, des exemplaires typiques 
du Baudueri, envoyes de Sos par M. Bauduer, et des curvipes de Cleves, 
provenant de M. Fuss, ces derniers consideres en Allemagne comme 
r^pondant exactement a la description des Skandinaviens Coleoptera. 

2. Polydrosus variegatus Desbr. (1870), Heyden. Reise n. Span., p. 157, 
= P. subglaber Desbr. (1870), op. cit., p. 157, variele. II n y a, 
entre ces deux insecles, qu une difference de coloration non specifiquc : 
variegatus est brim, subglaber verdatre; ce genre de variation se retrouve 
egalement chez d autres especes du m6me groupe, chez le P. ccrvinus 



237 

notammenl. Les deux formes ont d ailleurs e"te prises ensemble dans la 
foret de Huejar (Sierra Nevada), lors de Fexcursion de la Societe en 
Espagne; elles figurenl dans certaines collections sous le nom inedit de 
dispar. 

3. Sitona mauritanicus Fahrs. (1840), Sclih. Gen. Cure., VI, I, p. 258, 
= S. ambulans Gyll. (1834), op. cit., II, p. 99. Comme la plupart de 
ses congoneres, celle espece varie no;ablement, el les differences signal&es 
enlre mauritanicus et ambulans sont puremenl individuelles. J ai recueilli 
cet insecte en grand nombre pres d Alger, dans un champ de feves en 
1 riche el devaste par lui; le D r Pirazzoli 1 a signale sur la meme plante 
en Italic. 

4. Phytonomus opimus Leconte (1876), Rhynch. of Amer., p. 124, = 
P. punctatus Fabr. (1775). Je dois ce renseignement a I amabilile de 
M. le D r G. Horn. L espece est decrile d apres des individus de Pensyl- 
vanie et du Canada, probableraent exporles d Europe; M. Riley la signale 
comme nuisible aux re coltes americaines (Am. Nat., 1881, p. 912). 

5. Gonocleonus muiticostcdus Chevr. (1876), Bull. Soc. ent. Fr.,1876, 
p. 18/i, = Stephaiwcleonus Munieri Bedel (1875), op. cit., 1875, p. 107. 
M. Chevrolat a bien voulu me communiquer le type de sa description, 

6. Cleonus eaeanthematicus Fairm. (1881), Rev. Zool. (Separ., p. 34), 
= G. Lejeun.fi Fairm. (1860), Ann. Fr., 1860, p. 165. Gelte espece 
varie de taille (16 a 25 mill.) et de sculpture; elle se trouve en Alg^rie 
de 1 Est a 1 Ouest : Lambessa (G. Allarcl 1), Bou-Nouara (Ch. Martin !), 
Daya !, Ge"ryville (Lejeune !); les plus grands exemplaires que j aie vus 
viennent de celle derniere station. 

7. Cleonus ocularis Fabr. (1792), Ent. Syst., I, 2, p. 400, = C. bar- 
bams Oliv. (1790), Encycl. m6lh., V, p. 534. 

La premiere descriplion &uPlagiographus tabidus Oliv. (Pelleti Fairm. ) 
date egalemenl de 1790 (loc. cit., p. 534). 

8. Lixus laterals \\ Ch. Br. (1866) L. Ascanii L., var. Capioraont 
avail, parail-il, deja reconnu celle synonymie, mais elle n a pas et^ 
publiee, que je sache. 

9. Hypomolyoc pinicola Leconte (1876), Rhynch. of Amer., p. 139, = 
Hytobius pineti Fabr. Nous avons, M. le D r Horn et moi, compare 
VtlypomoLyx de TAmerique boreale, obligeamment communique par 



M. Salle", ct VHylobius d Europe, cl nous n avons trouve" aucune difT6~ 
rence en Ire eux. 

Les genres Uypomolyx Lee. et Uylobius Schh. correspondent exacle- 
menl 1 un a 1 autie, Schonlierr ayant preeiseiuent desigue le Cure, pincti 
comme type de .<on genre IJylubius. Quant an genre Uylobius % Lee., il 
toinbe en synonymic de Curculio Linue, dont le type esl Yabietts L. 

Le meme membre signale la derouverle en France du Rhantus 
latitans Sharp, recueilli par M. Designolle dans les etangs de Bleneau 
(Yonne). 

Gette espece n ^tait connue que de Belgiqne, d Allemagne et de Suisse. 

- M. le D r L.-W. Schaufuss adresse, de Dresde, les remarques sui- 
vantes : 

1 Periphus cseruleus Oej. est certainement une espece distincte et non 
une variii6 du fasciolaius ; les 61 vires de cseruleus sont plus courtes et 
plus bombees que celles de Tautre espece. 

2 Colymbetes sobrinus Molsch., de Call torn ie, = Agabus brevicoliis 
Lee. 

3 Hydrobius Morense Heyd. appartient au genre Pkilydrus, 

h Copris laticornis Boh. se rapporte au genre Catharsius. 

5 J ai trouve a Dresde une variete Ires interessante du Dytiscus punc- 

tulatus : Totus supra et subtus niger, nitidus, palpis sanguineis, Je la 

noranie : Var. maurus. 

M. E. Simon signale a la Soci6te la capture qu il vient de faire, dans 
la foret de Villers-Cotterets (Aisne), du Boreus hyemalis Linne, Nevroptere 
de la famille des Panorpides, qui etait jusqu ici indique comme habitant 
seulement le nord d Europe. 

Le Boreus etait commun dans les mousses humides. Son fades rappelle 
celui d une petite Locusle; sa demarche est assez lente, mais il execute 
des sauls Ires etendus a Taide de ses longues paltes postedeures. 

- M. Charles Oberlhur donne la description d une nouvelle espece de 
Lepidoplere Heterocere d Alg6rie : 

TRICHOSOMA BREVETI Oberthur, dedie a M. I abb6 Brevet, qui a 
decouvert celle Chelonide aux environs de Tlemcen. 



239 

Le c? (seul sexe connu) a la taille du T. parasitum. II se place clans le 
voisinage des T. hemigena, pudcns et Leprieuri. En dessus, les ailes 
superieures sont d un brun rougeatre, comme pudens, avec une grande 
quanlile de laches noires irregulieres, paraissant cerctees d un mince 
lisere" jaunatre plus pale que la couleur brun rougealre du fond. Cos 
laches noires forme nl cinq seiies Iransversales depuis la base jusqu ti 
1 jipex el ayanl loutes leur poinl d origine au bord costal. Les bandes 
maculaiies en question sont composees en derail comme suit : la basi- 
laire est 1 ormee de deux grosses laches; les trois suivanles sont formees 
d une serie a peu pres contigue, la plus grosse tache etant au bord costal, 
les laches medinnes decrivanl un arc un peu convexe, el la derniere 
tache touchant le bord inferienr. La cinquieme bande, submarginale, ne 
louche an bord costal que par un tout pelil point, inferieuremenl suivi 
d un second aussi pelil, puis d une succession de points plus larges et 
ovalaires. Gelte cinquieme bande s arrele avanl d arriver au bord infe- 
rieur de 1 aile. Les aiies inferieures sont d un jo!i rose vif, cerclees d une 
bande noire marginale, inlenompue & son milieu par deux eclaircies 
nervu rales roses. De plus, un poinl noir ferine la cellule, et une bande 
maculaire noiratre, interrompue, traverse les ailes entre la base et le 
point cellulaire precite. Le dessous des ailes reproduit le dessus, mais en 
plus pa!e. Les antennes, le thorax el 1 abdomen sont d un brun rouge 
seibblable a la teinte du fond des ailes superieures; Tabdomen est mar 
que de trois series de points noirs, 1 une mediane, les deux aulres cos- 
tales. Le premier article des pa lies est rouge, les autres brun jaunalre. 

M. E. Ragonot envoie la description d un nouveau genre et d une 
nouvelle espece de Microlepidopteres de la famille des Gcdleridds : 

SCHISTOTHECA (1) Rag. (g. n.). Trompe Ires petile. Stemmales 
nulles. Antennes dud" filitormes, non dilale"es a la base. f j alpes du <? Ires 
petils, reconverts par les poils touffus du front; ceux de la $ tres longs, 
minces, porrigs, troisieme article deflechi. Corps robuste ; ailes e paisses, 
chez le d avec un bourrelet d ecailles ou rei-li costal, & I extreiuit6 
duquel se Irouve une toile ton He de poils soyeux et ondules place e obli- 
qiiciuoQl en Iravers de 1 extrernite basiiaire ue la cellule qu elle cache en 
partie. 

Nervulalion : Ailes superieures avec 12 nervures. La cellule discoidale 
chez le $ est divisee longitudinalement en deux, lormant 2 cellules 

(1) Allusion a la cellule discoidale s^par^e en deux chez le cf. 



- 240 - 

distinctes, ecartees Tune de 1 autre; chez la $, la nervure transversale 
forme un angle renlrant Ires prononce. Nervure dorsale bounce a la 
base; nervures In et 5 d un point; 8 el 9 sur une lige naissant de 7; 
infer ieures avec 8 nervules normales. 

Genre voisin de Mclissoblaptes Z. (type anellus S. V.); s en distingue 
par la presence de la louffe de poils, la forme de la cellule des ailes supe- 
rieures, et la forme des palpes chez la ?. 

S. CANESCENS (sp. n.) Rag. Envergure <$ 52 mill.; $ 54 mill. Ailes 
supe>ieures en dessus gris blanc, snupondre es d atomes gris onc ties 
fins, sans aucun dessin; en dessous gris brun, la touffe de poils gris 
brunatre; ailes inlerieures, en dessus, gris brunatre clair. 

La $ est comme le of, mais ses ailes sont beaucoup plus saupoudre"es 
cTalomes gris brun, de facon qu elles sont bien plus foncees, sauf sur le 
bord interne, ou elles sont gris blanchA ire, mais elles sont depourvues de 
touffe. 

Cette nouvelle espece ne ressemble a aucune des especes de Galleridse 
connues. 

Plusieurs exemplaires $ et $, provenant du Chili, dans la collection 
du British Museum. 

Membre recu. M. Georges Meyer-Darcis, a Wohlen, canton d Argovie 
(Suisse) (Coleopteres en general, surtout genres Carabus el Julodis), pre 
sent par MM. A. Guillot et fimile Deyrolle. Commissaires-iapporteuis : 
MM. Clement et Gadeau de Kerville. 

Candidat presente. M. E. Dallin, lieutenant du g6nie, a Grenoble 
(Isere) (Lepidopteres d Europe), presente par M. L. Reiche. Commis- 
saires-rapporteurs : MM. Failou et Poujade. 

Membre dimissionnaire pour 1883. M. Edmond Peyron, de Beyrouth 
(Syrie), qui avail ele recu membre en 185/j. 

Membres rayes. MM. le D r fidouard Brandt, de Saint-Pe"tersbourg, recu 
en 1880, et Albert Gouley, de Caen (Calvados), qui avail ete recu en 1860. 

Le Secretaire : E, DESMAREST. 
Paris, 2 Decembre 1882. 



PARIS. Typographie et Lithographic FELIX MALTESTE ET O, rue Dussoubs, 22. 



1882. NO 25. 



SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

reconnue comme Institution d utilite publique 



Avis tres important*. 

1 La Soci6t6 tiendra sa derniere stance de l anne"e le mercredi 27 d- 
cembre, a 7 heures 1/2 ires precises du soir, au local ordinaire (Mairie 
du VP arrondissement, place Saint-Sulpice). II sera proc6d6 dans cette 
seance, aux termes de divers articles des Statuts et du Reglement, au 
renouvellement annnel des membres du Bureau, du Conseil et des Com 
missions de publication, de la Bibliotheque et du Prix Dollfus pour 1882 
(Prix devant etre decerne en Fevrier 1883), Get avis tiendra Lieu de 
lettre de convocation, et la Societe" espere qu un grand nombre de ses 
mombres assisteront a celte reunion. 



" f m Tl-oTsieme num^i o triiffestriei dies-Aiwrdes pour 1882 sera distribu6 
dans cette seance. 

3 La souscriplion au prix de 20 francs pour la publication des Tables 
generates des Annales de 1861 a 1880, redigees par M. douard Lefevre, 
resle ouverte chcz le Tr^sorier (M. L. Buquel, rue Saint-Placide, 52). 

U* Aux termes de Particle 61 du Reglement, tous les ouvrages pretes 
doivent etre reintegres ^ la Bibliotheque (rue du Gherche-Midi, Zi2, ou 
choz 1 Archiviste-Bibliothecaire, M. A. Leveille, rue Saint-Placide, A2) 
dans la derniere quinzaine de d^cembre, afin que 1 Archiviste en constate 
1 etat et fasse, s il y a lieu, un rapport a la Socit6 dans le courant de 
Janvier 1883. 



(10 e annte, n 231.) 23 



242 

BULLETIN DBS SEANCES 

Paraissant deux fois par mois. 



Seance du 13 Deceinbre !$$. 
Pr6sidence de M. L. REICHE. 

MM. Edmond Andre", de Beaune, et Waga, de Varsovie, assistent k la 
seance. 

Decisions. La Socie te , sur la deinande de plnsieurs membres et apres 
avoir entendu un rapport favorable de la Commission de la Bibliotheque, 
decide Tacquisition de qualre ouvrages importants manquant a notre 
Bibliolheque et dont les lilres seront indiques ullerieurement au Bulletin 
bibliographique. 

La Socie"le decide egalement qu une somme de cent francs sera raise a 
la disposition de I Archiviste pour 1 acquisilion, s il y a ilen, de livres a la 
vente de feu notre collegue Javet. Ces acquisitions se feront sur les 
fonds de la donation Pierret. 

Enfin la Socie te" decide aussi qu elle 6changera ses Annales, a partir 
de 1881, con Ire le recueil annuel ayant pour titre : Zoologischer Jahres- 
bericht (Arthropodes) , e dile par la Station zoologique de Naples. 

Lectures. M. Waga lit nne note, accompagnee de figures, sur un Col6o- 
ptere fossile de la famille des Lucanides, trouve dans Tambre jaune ou 
succin pres de Dantzig, par M. X. Branicki. 

M. L. Fairmaire donne la description de Coleopteres nouveaux 
d Abyssinie recueillis par M. Achille Raffray. 

M. Eugene Simon depose sur le bureau la lZi e parlie de ses filudes 
arachnologiques, travail accompagn6 de figures, ayant pour litre : Mate- 
riaux pour servir a Faune araclmloogique des lies de I Oc^an Atlantique. 



- 243 - 

Communications. M. Henri Deyrolle annonce I arrive e a Tamatave 
(Madagascar) de M. Achille Raffray. Notre collegue se livre de ja, autant 
que lui permettent ses nouvelles fonctions diplomatiques, a la recherche 
des Insectes. 

M. Maurice Girard offre a la Socie te un exemplaire de vingt-quatre 
notices enlomologiques accompagnant des lithochromies exe"cutees d apres 
les peinlures de notre collegue M. A.-L. Cle ment. Elles font partie des 
bons points instructifs de la librairie Hachette et C le , et sont destinies a 
repandre parmi les enfants des campagnes des notions sur les Insecles, 
si mal connus des paysans, Plusieurs notices sont consacre"es au Phyl 
loxera et a ses trois formes, aux renflements des radicelles et aux galles 
des feuilles ; d aulres aux Abeilles, a leurs constructions, et aux Article s 
ennemis de ces utiles insectes. 

M. L. Fairmaire present e la description de trois Cole"opteres de 
1 Afrique septentrionale : 

1. APHODIUS (HEPTAULACDS) SYRTICOLA. Long. 3 a 3 1/2 mill. 
Oblongus, modice convexus, nigro-fuscus, modice nitidus, fulvo-pubes- 
cens, elytris sat pailide fulvis , vage fusculo maculosis, tarsis rufo- 
pfceis ; capite lato, rugulose punctato, lima tenui transversim elevata, 
media interrupta, margine antico Late sinuato ; prothorace transverse, 
ant ice et postice segualiter angustato t lateribus leviter arcuatis, dense sat 
grosse sed parum profunde punctato ; scutello acuto fere lesvi ; elytris sat 
fortiter costatis, intervallis biseriatim punctatis, punctis parum impres- 
sis ; tibiis anticis acute tridentatis 9 tarsis gracilibus. 

Trouv6 aux environs de Tripoli par M. Pirazzoli. 

Cette espece ressemble a un petit individu de YA. sus ; mais le corps 
est plus convexe, plus parallele, plus arrondi a rextremite", la tete est 
plus fortement sinuee, le corselet bien plus grossement ponctue et les 
elytres sont plus fortement car6nees. 

Get Aphodius forme, au nord de 1 Afrique, avec 1M. Pirazzolii, un 
pendant aux A. sulcipcnnis et costipennis Boh., de Cafrerie. Ce dernier 
differe du syrticola par la lete offrant un leger sillon transversal, le cor 
selet finement ponctue", les e"lytres ayant chacune neuf sillons slries dans 
le fond et la coloration noire. ISA. costipennis se distingue du Pirazzolii 
par la coloration entierement noire, la forme plus convexe, la tete plus 



tronquee, le corselet a bord poste"rienr margin^ late"ralement et les e"lytres 
a carenes lisses. Chez Tespece de Tripoli, ces carenes sont un peu ponc- 
tue"es et bord&s d une ligne ponctu6e, le corselet est rebord6 late^ale- 
ment et ce rebord ne de"passe pas les angles posterieurs, et le prosternum 
n est pas care ne . 

2. RHIZOTROGDS CAPITO. Long. 9 a 10 1/2 mill. Oblongo-ovatus, 
modice convexus, sat pallidc fulvescens, modice nitidus; capite dense 
punctato, inter antennas linea impressa, sinuosa, utrinque profundiore 
signato, margine antice sat foriiter sinuato ; prothorace transverse, late- 
ribus fere angulato, magis grosse ac minus dense punctato ; scutello brevi, 
obtuse triangulari, fere Isevi ; elytris brevibus sat tenuiter sat dense punc- 
talis, apice fere truncalis ; pygidio parce ac parum profunde punctato ; 
c? minor, elytris brevioribus, utrinque vage tricostulatis, prothorace 
lateribus medio angulatis, ante basin leviter smuatis, angulis omnibus 
sat acutis, pedibus longioribus ; $ major, magis convexa, capite paulo 
majore, prothorace lateribus arcuatis } hand angulatis, basin versus haud 
sinuatis, angulis posticis rectis, elytris magis amplis longioribus, vix 
perspicue costulatis, pedibus brevioribus. 

Tunisie (M. Pirazzoli). 

Ressemble assez au R. aranetpes, mais Men distinct par sa forme conrte, 
sa t6le proportionnellement plus grande, ayant entre les antennes une 
ligne enfonc^e plus prol onde et remontant sur les cotes, l e"cusson, les 
tarses et les 61ytres bien plus courts ; la taille est aussi bien moindre et 
la coloration moins pclle. 

3. LEPTONYCHUS L^VISTERNDS. Long. 6 mill. Forme et coloration 
du L. rufipenms ; en diflere par la laille beaucoup plus petite, la tele 
moins sombre et moins fortement rugueuse, ayant, entre les anlennes, 
une ligne arquee faiblement elev6e, el surlout par les cots du proster 
num qui sont lisses au milieu au lieu d etre 1 orlemenl plisses, n ayanl a 
la base que des plis Ires courls ; en oulre, le corselet a les cot6s plus 
arque"s, les angles moins poinlus, surlout les anterieurs, la base est plus 
lisse au milieu, et il y a une ligne mediane lisse peu marquee mais dis- 
lincle ; enfm les 61ytres paraissent plus dens6ment rugueuses et les pre 
miers articles des autennes (les seuls qui existent dans le sujel e"tudie") 
sonl plus greles. 

Tripoli (M. Pirazzoli). 



- 245 - 

M. Charles Brisout de Barneville envoie les descriptions suivantes 
de deux nouveuux Coleopteres francais : 

1. MEIRA SEDILLOTI Gh. Bris. Oblongo-ovata, nigro-ptcea, antennis 
pedibusque dilutioribus, squamulis griseis dense tecta, rostro capite vix 
longiore, antennis crassis, thorace latitudine vix breviore, Lateribus parum 
rotundato, elytris ovatis , punctato-striatis , seriatim albido-setosis. 
Long. 2 1/2 mill. 

Roslre large, parallele, sillonne" longiludinalement, scrobes caverneuses ; 
antennes tres fortes, scape legerement courbe", aussi long et a peine plus 
epais que le funicule, celui-ci legerement att6nue" en avant, l er article 
conique, 2-7 tres courts, forlement transversaux, massue petite, pas plus 
IcJige que le funicule a sa base. Prothorax couvert d une ponctuation fine 
et serre"e et de gros points enfonces epars, a squamosile un peu plus pale 
sur les c6te"s. Intervalles des stries des e lytres plans, avec une se"rie de 
soies dressees, assez longues et fines. Pieds forts, tibias e"pineux a leur 
cxtre mile externe, ongles soude"s a leur base. 

Tres voisine de la M. crassicornis Duv. ; s en distingue par sa couleur 
plus obscure, ses elytres plus courtes, a squamosile de couleur uniforme, 
et surtout par ses longues soies dressees. 

Cette jolie espece a ete" de"couverle a Bourg-Saint-Ande"ol (Ardeche) par 
MM. Maurice Se"dillot et Albert Le veille . 

2. CHRYSOMELA TIMARCHOIDES Gh. Bris. Ovata, convexa, niyra, 
parum nitida, antennis pedibusque cyanescentibus, capite parce puncluiato 
medio subtiliter striato, thorace transverse, Lateribus leviter rotundntis, 
antice sat fortiter, postice leviter angustato, crebre punctnto, rlytris bre- 
viter ovatis, obscure rugulosis, crebre punctalis. Long. 6 1/2 a 9 mill. 

Anteunes assez fortes, l er article epais, arrondi en avant, 2 e court, 
subarrondi, 3 e ovule allong6, d un tiers plus long que le suivant, celui-ci 
subovalaire, 7-10 le gerement transversaux. Prothorax echancre en avant, 
arrondi en arriere et sinue de chaque cote vers les angles poste"rieurs, 
qui sont presque droits; surface couverte d une ponctuation assez dense, 
mele"e vers les cote s de points plus forts ; le bourrelet lateral, peu saillanU 
est couvert de points tres fins et epars. filytres un peu plus large a leur 
base que le prothorax, distinctement arrondies sur les cote s, couvertes 
de points assez forts et assez serres, et, dans leurs intervalles, de points 
plus fins et epars. Pattes assez brillanles, a ponctuatioa fine et Sparse. 



246 

Cette espece prsente 1 aspect d une petite Timarcha ; elle peut etre 
rapprocliee des Ghrysomela confusa et caliginosa, mais elle s en distingue 
facilernent par son prothorax retr6ci en arriere, sans impression basale 
vers les cole s de la base. 

Rapporte"e des Pyre ne es-Orientales (Costa-Bona et La Preste) par M. Eu 
gene Simon. 

M. douard Lefevre pre"sente les descriptions de cinq nouvelles 
especes de Cole"opteres du groupe des Eumolpides : 

1. COLASPIS TARSATA. Suboblongo-ovata, subtus cum pedibus rufa, 
abdomine cyaneo-viridi, supra viridi cuprca, aureo-micans, labro fulw>, 
antennis nigris, articulis quatuor basatibus fulvis ; protfwrace trans- 
verso, Lateribus medio subunidc ntato , grosse punctato , punctis, prgs- 
scrtim ad latera, hie illic conflucnlibus, interstitiis subcallosis, Lucidis ; 
ely Iris costatis, costis versus apicem magis elevatis, interstitiis, prseser- 
tim ad latera, grosse subseriatim gerninato-punctatis, callo humerali ipso 
elevato; tibiis apice tarsisque cyaneo-nigris. Long. 6 mill.; lat. 2 1/2 
mill. 

Bolivia (Mus. urbis Dresde). 

2. ALETES LATERICOSTATDS. Oblongo-elongalus, omnino seneus, niti- 
dus, antennis brunneis, articulis quatuor ultimis fulvis ; prothorace sab- 
tiliter punctato, lateribus rotundato, concinne marffinato, ibique medio 
subsinuato ; elytris basi, lateribusquc sat grosse, dorso et apice subtilis- 
sime, sublincatim punctatis , callo humerali in cretam satis elevatam 
usque ad apicem producto. Long. 7 mill.; lat. 3 mill. 

Ecuador (Mus. urbis Dresde). 

3. RHABDOPHORUS RUGULOSUS. Ovalis, supra seneus, subtus cum 
pedibus viridi-cyaneus, antennis nigris, articulis quatuor basalibus ful 
vis ; prolhorace sat fortiter punctato, ad latera utrinque leviter depresso; 
elytris apice juxta suturam longitudinaliter sulcatis, ad latera grosse 
punctatis ibique transversim rugulosis. Long. U mill.; lat. 2 mill. 

Ecuador (Mus. urbis Dresde). 

Zi. CHALCOPHANA KIRSCHI. c? Oblongus, rufus, tibiis tarsisque sicut 
et antennis (articulis 3 vel U basalibus exceptis) nigris ; prothorace fere 
Isem ; elytris saturate violaceo-cyaneis, basi lateribusquc subtiliter, postice 



247 - 

subtilissime, sublineatim punctatis, callo humerali ipso simplici, impres- 
sione basali fere nuita. Long. 7 mill.; lat. 3 1/2 mill. 

$ Invisa. 

Bolivia (Mus. urbis Dresde). 

5. CHALCOPHANA HUMERALIS. $ Ovalis,latiusculussatisqueconvexus t 
omnino rufo-brunneus, elytris (basi lateribusque exceptis] seneo-viridibus, 
certo situ violaceo-micantibus ; antennis gracilibus, articulis sex basilibus 
rufo-brunneis, 8 sicut et 9 Isete fulvis, septimo duobusque ultimis nigri- 
cantibus ; prothorace sat grosse disperse punctato, lateribus utrinque sat 
profunde impresso ; elytris thorace multo latioribus, sublineatim punc- 
tuiatis, callo humerali ipso fortiter callow, postice acuto, impressione 
basali distincta forliusque punctata. Long. 6 1/2 mill.; lat. 3 1/2 mill. 

$ Invisa. 

Ecuador (Mus. urbis Dresde). 

M. le D r L.-W. Schaufuss, de Dresde, transmet une note sur deux 
Cetonides, peut-etre varie"t6s (ou especes distinctes) de la Cetonia flori- 

co la : 

1 GETONIA TRANSFUGA Schauf. (FLORICOLA var.?). Supra fusco-senca, 
nitidissima, thorace plus minus impresso, albo-tomentoso, basi supra 
scutellum tenuiter violacea; elytris albo variegatis post medium transverse 
incurvo albo notatis, arcuato-punctatis , posterius sccundum suturam 
abrupte impressis et tri- ve Iquatuor-striatis, juocta scutellum disperse 
punctalis ; clypeo antice emarginato, parum bilobato ; processu mesostcrni 
piano, dilatato, antice subrotundato ; femoribus anticis extus tri-, mediis 
medio bi-carinato-dentatis ; subtus pedibusquc obscure violaceo-metallica, 
viridi tincta ; tarsis subcyaneis ; abdomine nitido, segmentis tenuiter 
viridi, utrinque punctulato piliferis, albo-squamosis. 

Uii individu pris par Kindermann, en 18Zi7, a Helmendorf, e"tiquete" 
metallica par Lederer, et faisant partie de ma collection, et quelques 
autres individus trouve"s par M. Funke a Amasia. 

2 CETONIA TRANSFUGA, var. SUBALBOGUTTATA Schauf. Elytris post 
medium parum albo-sparsis aut albo-nebulosis. 

Les 61ytres, d un cuivre" metallique legerement roussatre, ressemblent 
par la disposition des laches a celles de la Cetonia submarmorea Burm. 



(= brevitarsis Lew.), mais la tache transverse du milieu, pres de la 
suture, n exisle pas et est remplacee par plusieurs pelites laches disper- 
se es. Le corselet monlre des taches blanchalres, mais plus petites et plus 
delicales, comme chcz la C. marmorata Fabr., vers son milieu ; de chaque 
c6lo, la ponctuation est distincto, quoique tres fine et dispersee, et, aux 
bords, cette ponctuation est grosse, acicutee ; en outre, il y a qualre 
impressions en se"rie transverse et deux autres en avant. L e"cusson 
n est ponctu6 qu a la base et il est plus large que celui de la C. submar- 
morea. 

La varie te subalboguttata est d environ moitie" de la grandeur de la 
C. Volhynensis Gory et Percheron ; elle esl plus luisante, de couleur plus 
vive avec une teinle d un rouge cuivreux ; la ponctualion est beau- 
coup plus dispersee ; les laches sont plus petites et plus e"lroites ; la 
bande du milieu, pres la suture, est couverte de points irre gulicrs ; la 
bande postOieure se recourbe sou vent beaucoup pins vers la base, ce 
qui n a pas lieu chez la C. Volhynensis. La poitrine presente de chaque 
cole, et les cuisses ainsi que les tibias a leur inlerieur, de longs poils 
jaunatres. Les segments abdominaux sont lisses au milieu, sans points ; il 
y a seulement quelques points Ires fins vers leur base, et, sur les bords, 
deux ou trois points disposes en arc; le dernier segment seul est acicule 
el entierement ponctue". Les individus ayant le dessin de la C. Volhynensis 
sont tres rares ; ils se distinguent facilement par leur surface plus fine- 
ment poncluee, par la coloration luisante du dessous du corps, etc. 

Certains individus de cetle variete , dont loutes les taches des elytres 
sont couvertes de poinls disperses, ressemblent a la C. alboguttata An- 
dersch, mais s en distinguent (d apres les individus de ma collection, que 
je crois 6tre les types de 1 auteur) par les impressions du corselet, par 
la coloration de la poitrine et du venire, qui est d un rouge cuivreux 
leinte de vert mat, et par les segments luisants de 1 abdomen et par leur 
ponctuation plus fine et moins profonde. 

Le dessous du corps brillant sur les cote s, la ponctuation fine de la 
base des segments abdominaux et le mesosternum arrondi en avant, difle- 
rencient aisemenl cette varie le de la C. floricola Herbst, ainsi que des 
varie te s deja connues de celle meme espece. Mais, dans la vartete subalbo- 
ffultata, la ponctuation des elylres est semblable a celle de la C. floricola, 
avec laquelle elle offre beaucoup de ressemblance, surtout dans la dispo 
sition des cuisses intermediaires. 



249 

Par toutes ses particularity, cette varied se rapproche cle la C. floricola, 
tout en ressemblant beaucoup a la C. alboguttata. 

Plusieurs individus, provenant du voyage de M. Funke h A aasia, font 
partie de ma collection; quelques autres ont peut-6tre e"t6 eistibues aux 
entomologistes par Le lerer. 

Le me"me membre presente e"galement la note suivante sur deux 
Anommatus : 

1 V Anommatus Kiesenwetteri Reitter ne provient pas d Andalousie, 
cornme 1 indique 1 autenr, mais des environs de Dresde. M. Clement 
Mueller m a permis d etudier les Anommatus de la collection Kiesen- 
wetter, qu il a acquis, et j ai pu constater avc lui le fait que j indique. 

Get Anommatus est le mSme qne le pusillus Schauf., et, en outre. 
YA. pusillus Reitter ne doit pas en fttre distingue , car il n en differe que 
par une plus forte corpulence et par quelques rides sur les elytres, et j ai 
trouve" tons les passages entre les petits individus sans rides elytrales et 
les gros individus qui en pre"sentent parfois. 

D ou il resulte pour moi que : Anommatus pusillus Reitter = Kiesen 
wetteri Reilter = pusillus Schauf., qui a la priori te. 

2 Les Anommatus \.1-striatus Erich, et pusillus Schauf. (non Reitter) 
sont bien deux especes distinctes. M. Belon pourra s en assurer en con 
sultant ma description. 

M. Victor Signoret lit les diverses notes qui suivent relativement a 
plusieurs Hemipteres : 

1 Dans le Bulletin de 1879, p. LXXXV, j ai decrit, sous le nom de Spon- 
dyliaspis, plusieurs especes d Hemipteres Homopteres vivant sous une 
carapace et que j indiquais comme faisant partie des Goccides. G est 
certainement une erreur, puisque les sujets recueillis par moi sous ces 
carapaces offre quatre moignons d e lytres, ce qui ne se rencontre pas 
dans la famille des Coccides. 

Plus tard, dans le Bulletin de 1881, p. CLVIII, je faisaisune rectification 
faulive en disant que le genre Inglina Maskell etait synonyme et avail 
ranteriorite sur mon genre Spondyliaspis. J ai en effet pu reconnaitre, en 
etudiant Tespece envoyee par M. Maskell lui-m^me, que c est un veritable 
Goccide, et qu il n a de commun avec le Spondyliaspis que la coque 



- 250 

exle rieure sous laquelle vivent les deux insectes : le premier, probable- 
ment une partie de sa vie, et, le second, sa vie entiere. 

Pour ce qui concerne le genre Spondyliaspis, on n est done pas aujour- 
d hui plus avance qu en 1879. 

2 Dans mon travail sur les Coccides, Annales 1870, p. 92, j indique 
un Coccide, le Coccus abietis Schr., comme devant entrer dans le genre 
Mytilaspis, tout en etant tres incertain a cet 6gard, a cause de rinsuffi- 
sance des descriptions et surtout par suite de 1 absence d un ouvrage 
anlerieur & ceux de Schrank que j ai consulted depuis, et dont je ne con- 
naissais nullement 1 exislence. Aujourd hui je viens de recevoir une note 
& ce sujet de M. Low, publiee dans le Wiener Entomologische Zeitung, 1 
(1882), p. 270, qui examine cet insecte et qui fait connaltre que le Coccus 
abietis Schrank, public dans Beitrage zur Naturgeschichte Augsburg, 1776, 
p. 48, pi. n, fig. 16 a 20, est un veritable Aspidiotus dont il donne 
la description. 

Seulement 1 auleur fait observer que les descriptions posterieures de 
Schrank, soil dans 1 Enumeratio Insectornm Austria, soit dans la Fauna 
Boiica, ne doivent pas etre attributes a la meme espece que celle des 
Beitrage, ce qui a pu m induire en erreur puisque 1 auteur compare son 
Hemiptereau C. arborum-linearis Geoff., qui est un veritable Mytilaspis. 

Ma description doit rester ; seulement 1 espece sera de moi et non de 
Schrank. 

3 Dans la meme note, M. Low parle aussi du Leucaspis pini Hartig, 
dont j ai donne" la description, Ann. 1870, p. 102, pi. vi, fig. 2, et il 
leve le doute que j avais en indiquant 1 espece d Hartig et disant qu en 
cas d erreur il faudrait lui restituer le nom de Candida Targ.-Tozz. 

k Parmi la liste des especes inconnues de Goccides, Ann. 1870, p. 108, 
j indique 1 Aspidiotus flavus Hartig. M. Low me renseigne encore a cet 
e"gard en etablissant son identite avec YAsp. pini dont la synonymic sera : 

Leucaspis pini $ Hartig, Signoret. 
= flavus ? Hartig. 
= Candida Targ.-Tozzetti. 

II ne faut pas le confondre cet insecte avec Tespece voisine, le Leucaspis 
Stgnoretit&r%.-Tozz., qui vit sur les aiguilles de divers pins. 



- 251 - 

Nons connaissons done aujourcThui cinq especes de Coccides au moins 
vivant sur les pins : 

1. Aspidiotus abietis Schrank, nee Signoret. 

2. Mytilaspis abietis Signoret, nee Schrank, 

3. Leucaspis pini Hartig. 

U. Leucaspis Signoreti Targioni-Tozzetti. 
5. Leucaspis monophyllus And. Murray. 

5 J ai 1 honneur d offrir a la Societe", de la part de M. Low, une petite 
notice tres interessante sur une nouvelle espece de Goccide : notice qui 
vient d etre publiee par la Societe zoologique et botanique de Vienne, mai 
1882, sous le litre de Xylococcus filiferus, p. 271, pi. xvi. 

Ge Goccide est des plus extraordinaires el vit pour ainsi dire dans le 
bois du tilleul, au niveau des embranchements et des bourgeons. II est 
probable que, jeune, il s y fixe et que c est Parbre en poussant qui 1 en- 
veloppe entierement, car, de lui-meme, il ne pourrait s y creuser une 
cavite comme celle que vous pouvez voir dans les echantillons que je fais 
passer sous vos yeux. De I extre mite de 1 abdomen part un filet sinueux, 
veritable tube, au bout duquel on apercoit, 1 insecte vivant, une goutte- 
letie de liquide que Tauteur a figure e sur sa planche. 

M. H. Lucas communique la note suivante, relative a un insecte de 
I ordre des Ne"vropteres : 

Pendant les quelques semaines que jai passe es a Amelie-les-Bains 
(Pyrenees-Orienlales) a la fin de decembre 1881 et au commencement 
de Janvier 1882, le temps ne m a pas ete favorable, car j ai presque tou- 
jours eu de la pluie ou du vent. Gependant, profitant des embellies assez 
frequentes, j ai pu explorer les environs, qui sont tres accidentes et gene"- 
ralement assez pauvres en vegetation. En suivant les sentiers troits e"ta- 
blis sur les flancs des montagnes, qui sont tres escarpees, je suis arrive" a 
atteindre certaines altitudes, et c est dans ces courses assez difficiles, 
surtout lorsqu on s eloigne des sentiers traces, qu il m a ete" possible de 
i elourner un assez grand nombre de pierres, sous lesquelles j ai trouve" 
tres peu d insectes. Gependant je signalerai un Nevroptere que j ai capture" 
en Ires petit nombre et que j ai deja signal^ comme ayant e"te rencontre* 
dans les environs de Toulon, de Collioures, de Port-Vendres et de Per- 
pignan. D apres la description de Rambur, jc le rapporte a VEmbia 



252 - 

Solicri, espece d6crite par cet auteur et dont il n a connu que la larve 
qui a e"te trouv^e dans les environs de Marseille. 

Les individus qne j ai rencontre s et que je communique a la Sociel6 ne 
sont aussi qu a l tat de larve ; ils egalent en longueur 9 a 12 milllim., et, 
en soumettant a un fort grossissemenl les aniennes de celle larve, on 
compte 16, 48 et 20 articles a chacun de ces organes; mais il est rare de 
rencontrer des individus chez lesquels ces organes soient complels des 
deux cotes. II est probable qu a I etat d insecte parfait, ces articles sont 
moins nombreux, car on n en comple que 15 a chaque antenne, comme 
cela se voit chez les Embia Savignyi et mauritanica. 

Je ferai encore remarquer que dans Texpose des earacteres des Em- 
bides, Rambur, loc. cit., p. 310 et 311* ne mentionne pas le nombre des 
articles qui composent ces organes. Savigny ne donne que 15 articles 
a I 1 Embia Savignyi, Description de 1 Egyple, Zool., Nevropt., pi. 2, 
fig. 9.;, et non 17 z 9 comme le dil Rambur, loc. cit., p. 312. Consultez a 
ce sujet le travail inleressant de notre collegue M. Mac Lachlan, ayant 
pour litre : On the Nymphe-stage of the Embidae, with Notes on the habits 
of the family, etc., in Linnean Society s, Journal Zoology, vol. XIII, 
p. 373 (1877). 

M. Charles Brongniart fait passer sons les yeux de la Societe" deux 
dessins representant un insecte fossile gigantesque, provenant des terrains 
houillers de Commentry (Allier). 

Notre collegue indique les caracteres de cet insecte qui est un Ortho- 
ptere de la famille des Phasmiens. Le fossile s e"carte des Phasmes vivants 
par la forme generate du corps qui est trapu, par la taille (0 M 28 centim. 
de long.), par le thorax qui est court et dont les trois segments (protho- 
rax, me"solhorax, metalhorax) sont a peu pres e"gaux de longueur, tandis 
que chez les vivants la mesothorax est toujours plus long que les autres 
articles. Les trois paires de palles sont d egale longueur, trapues, et les 
articles des tarses sont courts et e"gaux de taille; au contraire, chez les 
vivants les pattes de la premiere paire sont generalement de beaucoup les 
plus longues; puis les larses ont le premier article et Tavant-dernier plus 
longs que les trois aulres. 

Le fossile est couch6 sur le cote; toutes les parties du corps, sauf la 
portion sup6rieure du thorax et de 1 abdomen, sont conservees. 

La lete est grosse, presente un ceil ovale, deux antennes greles et 
courtes et une des machoires arme"e de denticulations. 



253 

Le prothorax est garni en avant (Tune collerette e"pineuse. II est impos 
sible de dire si les autres segments du thorax supportaienl des ailes. 

On compte huit anrieaux ft 1 abdomen. Chacun d eux ofTre deux lignes 
epineuses a la parlie inferieure. 

V abdomen presente a son extre"mit6 deux appendices falciformes qui 
malhenretisement ne sont pas complets, mais qui suffisenl pour montrer 
que 1 insecte n est pas a Tctat larvaire. 

Les pattes sont couvertes de lignes epineuses paralleles ou anasto 
mosis. 

Parmi les vivanls, c est du genre Phibalosoma que cet insecte fossile 
se rapproche. 

M. Brongniart dteigne ce monstrueux Orihoptere sous le nom de Tita- 
nophasma Fayoli, le de"diant a son ami M. Fayol, I ingenieur-directeur 
des houilleres de Commenlry. 

M. Jules Fallou presente une communication sur un Le"pidoptere 
nuisible a la vigne : 

Vers la fin du mois de mai 1882, M. le D* Se"nac m envoyai d Ussel un 
certain nombre de chenilles ^Agrotis, provenant de plusieurs parties du 
de>artement de 1 Allier et surtout des environs de Vichy, pour en tenter 
Televage ; el il m ecrivait que cette chenille est nocturne, et que, le jour, 
elle se reTugie en terre ; on en trouve au pied de chaque ceps de vigne, 
presque toujours une seule et plus rarement deux. Elle fait beaucoup de 
mal aux vignes en se nourissant de leurs bourgeons (feuilles et fruits) ; 
elle atlaquerait aussi, dit-on, les pois et les pommes de terre. II y a des 
cantons de vigne absolument ravages. G est la premiere ibis, de memoire 
de vigneron, que la chose se produit. 

Malheureusement, ces chenilles sont arrivees morles a Paris el ii en a 
6t6 de meme pour d autres qui m ont 616 envoye es de nouveau par notre 
collegue. Je n ai done pu que les etudier. Je n ai pas obtenu d eclosions de 
papillons, et je crains qu il n en soil de m^me de 1 elevage que M. S6nac 
se proposait de faire de son cole a Vichy. 

V. Audouin, dans son Histoire des Insectes nuisibles a la vigne, cite 
plusieurs especes de chenilles attaquant plus ou moins cette plante, en 
indiquant celle de VAgrotis obelisca comme la plus nuisible. Elle se 
cache le jour en terre, mais a T6poque du de"veloppernenl des bourgeons 



- 254 

elle sort de sa retraile la nuit pour aller les ronger, et, lorsqu elle est 
rassasie"e, elle se laisse tomber et rentre en terre. Cetle chenille vit sur 
beaucoup de plantes diflerentes. 

Les mceurs de la chenille de 1M. obelisca se rapporlent assez avec 
celles que M. le D r Senac m a envoyees, mais la description qu en donne 
Audouin ne lui ressemble pas absolument. G est ce qui me fait pencher 
pour une aulre espece tres voisine. Pour moi, Tespece de notre collegue 
serait V A gratis suffusa; mais fajoute que, n ayant pas re"ussi a obtenir le 
papillon, je ne puis affirmer que c est bien cette derniere Noctue"lite. 

M. J.-M.-F. Bigot adresse la diagnose d un nouveau genre et d une 
nouvelle espece de Dipteres de la famille des Anthomizidss : 

Gen. nov. DASYPHYMA mihi (JWc pvj**). Generis Ophyrse auc- 
torum proximum, differt : femoribus posticis valde curvatis, et subtus 
ad apicem valde unidentatis^ dente dense ciliata. 

D. ARMATA c? (nov. sp.) mihi. Long. 8 mill. Ccerulco obscuro 
metallcscente, pcdibus, palpis, antennis et frontc nigris, facie ulrinque 
albida, alts fere liyalinis, apice late pallidc fuscanis. 

Chiliensis, 2 specim. Ex mus. noslro. 

Membre recu. M. E. Datlin, lieutenant du genie, a Grenoble (Isere) 
(Lepidopteres d Europe), presente par M. L. Reiche. Commissaires- 
rapporteurs : MM. Fallou et Poujade. 

Le Secretaire : E. DESMAREST. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Seance du 8 Novembre 1882 (fin). 

Psyche, Organ of the Cambridge entomological Club, vol. Ill, n 98 (juin 
1882). F. HUNTINGTON SNOW, p. 351, A new Museum Pest, Trogo- 
derma tarsale Mels. G. DIMMOCK, p. 352, Organs probably defensive 
in function, in the Larva of Hyperchiria varia Walk. (Saturnia lo 



255 

Harris). P. 355, Bibliographical Record (Analyse sommaire de plu- 
sieurs ouvrages entomologiques). P. 359, Entomological Items. 

Revue des travaux scienlifiques, publie"e par le Ministere de Tlnslruction 
publique, tome II, n 7. E. 0., p. 52Zi et suiv., Analyse de plusieurs 
Iravaux entomologiques publics en 1881. 
Tome II, n 8. Q 

Transactions of the Zoological Society of London, vol. XI, part 7 (1882), 
pi. n. et col. Q 



FALLOU (J.). Note pour servir a T6ducation d un Bombyx se"ricigene 
(Altacus Cecropia L.). Broch. in-8, 5 p. (Extr. Bull. Soc. d Acclim., 
mars 1882.) * 

RILEY (C.-V.). Notes entomologiques : Buffalo Tree-Hopper injurious to 
Potatoes; Wood-Boring Coleoptera (par E.-A. Schwarz); Bacterium a 
Parasite of the Chinch Bug (par S.-A. Forbes); On the Mouth of the 
Larva of Chrysopa (par W. Saunders) ; Moths attracted by falling 
Water; A new Museum-Pesl ; Fleas feeding on Lepidopterous Iarva3.