(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Biodiversity Heritage Library | Children's Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Bulletin des séances et bulletin bibliographique de la Société entomologique de France"






1 



- , 






J 











4 

/8RARIES 



From the l ?! "ry of 
J, Li. ALDRlCtt 



BULLETIN DBS SEANCES 

ET % 

BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

DE LA 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 



MEMBRES DU BUREAU POUR 1885. 

President . s . MM. Emile-L. RAGONOT. 

Vice-president Jules BOURGEOIS. 

Secretaire Eugene DESMAREST. 

l er Secretaire adjoint Hippolyte LUCAS. 

%? Secretaire adjoint . . ". A.-L. CLEMENT. 

Tre sorier. Lucien BUQUET. 

Archiviste-Bibliothe caire . . . . . Albert LEVEILLE. 

Archiviste-Bibliothe caire adjoint . . Alphonse BONHOURE. 



Seance du 14 Janvier 1SS5. 

Pr6sidence de M. EMILE-L. RAGONOT. 

Ne crologie. M. Keferstein, conseiller de justice, a Erfurth en Thuringe 
(Prusse), qui avait ete recu au nombre des membres en 1850, est recem- 
ment decede. 

Apres 1 adoption du proces-verbal de la seance du 24 decembre 1884, 
lu par le Secretaire, M. Edouard Lefevre, president de 1884, prononce 
1 allocution suivante : 

Messieurs et chers Gollegues, 

Avant de quitter ce fauteuil, ou m avaient appele vos suffrages, je 
tiens a vous exprimer ma vive gratitude pour la bienvcillante sympa- 
thie et 1 indulgence que vous n avez cesse de me temoigner et qui m ont 
si puissamment aide dans l accomplissement de ma tache, Comme tou- 

(1885) Bulletin de la Societe entoinologiquc de France. 1 



ii Bulletin entomologique. 

jours, d ailleurs, j ai rencontre dans les membres du Bureau le con- 
cours le plus affable et le plus devoue. Aussi est-ce un devoir pour moi 
de vous prier de vouloir bien leur voter des remerciments qu ils me- 
ritent a tons egards. 

D un autre cote, je dois, pour me conformer a 1 usage, vous donner 
un resume de ce que nous avons fait pendant Fannee qui vient de 
fmir. 

Gette annee, Messieurs, je m empresse de le constater, n a pas ete in- 
ferieure a ses ainees. Tout au plus pourrions-nous regretter, en ce qui 
concerne nos Annales, que les trois trimestres parus jusqu a ce jour 
n aient pas ete plus volumineux. Mais le quatrieme, actuellement sous 
presse, sera a lui seul presque aussi considerable, de sorte que le vo 
lume afferent a 1 annee 1884 sera encore tres convenablement repre- 
sente. D ailleurs, si les travaux qu il renferme ne sont pas tres nom- 
breux, ils se recommandent par leur valeur scientifique. Je citerai tout 
d abord la continuation de la Faune entomologique du Bassin de la 
Seine, par M. Bedel, la 13 e et derniere partie de 1 etude de M. Signoret 
sur les Hemipteres du groupe des Gydnides, une note tres interessante 
de M. A. Bonhoure sur le Platypsyllus castoris, une nouvelle note de 
M. Poujade sur Fattitude des Insectes pendant le vol, un memoire sur 
les oeufs des Lepidopteres, par M. Goossens, puis trois notes de M. le 
professeur Laboulbene, 1 une sur YAlophora aurigem, 1 autre, sur un 
cas de Myasis provoque par le Sarcophaga magnified, la troisieme, sur 
les degats causes au Mai s et an Chanvre par les chenilles du Botys 
nubilalis, cette derniere en collaboration avec M. le professeur Robin. 
Plusieurs autres de nos Collegues ont egalement apporte leur contingent, 
MM. Fairmaire, Bedel, Bourgeois, Gadeau de Kerville, sur les Coleo- 
pteres, M. Simon, sur les Arachnides, M. Lucas, sur les Orthopteres. 
M. Constant, sur les Lepidopteres, M. Bigot, sur les Dipteres, etc. 

Mais en dehors des travaux scientifiques, et sans parler de la publn 
cation des -Tables generates des Annales de 1861 a 1880 inclusivement, 
publication attendue avec une legitime impatience, la Societe a pris, au 
point de vue administratif, deux decisions des plus importantes. Je 
veux parler du changement de son imprimeur et du nouveau mode 
depression du Bulletin des seances. Ges modifications, j en ai le ferme 
espoir, auront pourf resultat de nous procurer des economies appre- 
ciables, qui nous permettront d augmenter nos publications. 

Enfm, 1 etat de nos finances, comme vous le prouvera bientot notre 
habile et consciencieux Tresorier, est toujours prospere. Et pourtant ! 
si nous avons rec.u treize nouveaux membres, nous avons, par contre, 



Seance du 14 Janvier 1885. in 

enregistre plusieurs demissions et eprouve des pertes qui laissent un 
grand vide dans nos rangs. Je ne puis vcus redire ici les noms de tous 
les excellents collegues quo la mort nous a enleves ; il suffira de signa 
ler a vos regrets Saunders, Schioedte, Fahraus, Lartigue, Mors et Fiito. 
de nos membres fondateurs, Auguste Chevrolat, dont la tombe est a 
peine fermee, pour vous rappeler combien la science a perdu en cessant 
de compter, parmi ses adeptes, des savants d une telle valeur. 

Ici, Messieurs, se termine le mandat que vous m aviez fait 1 honneur 
de me confier. Je cede, en consequence, la place a mon successeur et 
je remets entre ses mains le carnet ou est inscrit 1 avoir de la Societe. 

M. Emile-L. Ragonot, avant de reprendre 1 ordre du jour de la seance, 
prononce le discours qui suit : 

Messieurs et chers Collegues. 

Je veux tout d abord vous remercier bien sincerement de 1 honneur 
que vous me faites en m appelant a presider vos seances. 

Ge n est pas sans une certaine emotion que je me vois porte, grace a 
votre bienveillancc, a la presidence de la Societe entomologique de 
France ; je sens tout le poids d un pareil honneur, et je craindrais qu il 
ne fut au-dessus de mes forces, si je ne connaissais 1 extreme indul 
gence qui existe entre tous les membres de notre compagnie, et qui, 
je 1 espere, ne me fera pas defaut. 

En me choisissant pour cette haute fonction, vous avez voulu temoi- 
gner 1 interSt que vous portez a 1 etude des Microlepidopteres dont je 
m occupe specialement et m encourager a perseverer dans la voie que 
je me suis tracee. 

II est certain que depuis que M. Berce engageait si vivement les ento- 
mologistes a s occuper des Microlepidopteres, le nombre de ceux qui re- 
coltent et etudient ces petites especes a augmente dans de notables 
proportions. Je puis dire que tous les lepidopteristes collectionnent ces 
insectes, naguere tant negliges en France, et que beaucoup les etudient 
dans leurs divers etats, assures qu ils sont de pouvoir les faire deter 
miner. 

Pour ma part, j ai fait erje ferai toujours ce qui me sera possible 
pour aider mes confreres dans leurs etudes, e tant profondement con- 
vaincu que chacun de nous, dans sa sphere, quelle qu elle soit, doit 
travailler poiir maintenir son pays au moins au niveau des autres 
nations. 

II est certain que plus nous allons, plus il devient difficile de se 
tenir au courant des nombreux ouvrages qui paraissent dans toutes les 



iv Bulletin entomologique. 

langues, d autant plus que la plupart d entre nous, absorbes par leurs 
affaires, peuvent accorder a leurs etudes le temps seulement de leurs 
loisirs. A cette difficulte vient s ajouter la necessite de connaitre plu- 
sieurs langues et d avoir beaucoup de livres a sa disposition. 

On s explique ainsi que certains entomologistes se laissent aller a 
publier des descriptions sans avoir fait toutes les recherches voulues. 
Gette tendance est des plus facheuses, et nous devons reagir contre 
elle ; si nous n y prenions garde, nous arriverions promptement a de- 
truire cette precieuse unite de nomenclature indispensable au progres 
de la science ; des travaux descriptifs publics a la hate la rendraient 
inextricable en creant de nombreuses synonymies, et nous serions bien- 
tot ramenes a 1 epoque ou chaque pays avait, pour ainsi dire, sa nomen 
clature et sa classification particulieres. 

Ge qui rend la tache de Fetudiant encore plus ardue, c est que des 
entomologistes inserent des descriptions dans des recueils ne s occupant 
qu accidentellement des Insectes, aussi engagerai-je vivement nos con 
freres a ne faire paraitre leursj etudes descriptives que dans les publi 
cations periodiques qui leur sont specialement consacrees. 

J ai parfois entendu dire que notre Societe garde trop longtemps les 
manuscrits des memoires presentes en seance avant de les publier; 
notamment les travaux qui doivent necessairement etre accompagnes de 
planches, et surtout de planches coloriees, trouvent un acces difficile a 
nos Annales, parce que nous considerons par trop, peut-etre, la question 
de la depense. Nous eloignons ainsi et laissons publier dans des recueils 
etrangers, des memoires importants que nous devrions tenir a honneur 
de voir figurer dans nos travaux. 

Cependant notre Societe est dans une ere de prosperite qui doit 1 en- 
gager a perfectionner ses publications, et nous devrions chercher le 
moyen de faire paraitre de plus nombreuses planches coloriees. 

Grace a 1 initiative et au devouement de plusieurs de nos collegues, 
une grande amelioration a ete obtenue pour 1 impression de nos travaux. 
et, a partir de cette annee, il est probable que notre Societe realisera 
une cejrtaine economic, aussi j espere que la partie iconographique de 
nos publications s en ressentira. 

Je finis, Messieurs et chers Collegues, en vous proposant de voter de 
chaleureux remerciements a mon honorable predecesseur, M. Edouard 
Lefevre, qui a preside nos reunions avec une assiduite et un tact si 
parfaits. G est grace a son zele et a son devouement pour notre Societe 
que nous sommes en possession des Tables des Annales de 1861 a 1880, 
qui sont appelees a nous rendre de grands services en nous evitant la 



Seance du 14 Janvier 188S. v 

peine de chercher successivement dans tous les volumes les renseigne- 
ments dont nous pouvons avoir besoin. Ge travail est un modele de 
clarte et d exactitude. 

Nous avons encore a exprimer notre reconnaissance a M. Lefevre 
pour la peine qu il s est donnee en conduisant a bonne fin la question 
si difficile de 1 impression des Annales. 

Je vous prie egalement, Messieurs et chers Collegues, de vous joindre 
a moi pour remercier bien vivement les Membres du Bureau et des 
Commissions, qui n ont cesse de prodiguer leurs services a la Societe 
pendant 1 annee qui vient de s ecouler. 

La Societe accueille ces deux discours par des applaudissements 
unanimes, en ordonne 1 impression dans le Bulletin et vote des remer- 
ciments aux Membres du Bureau, du Conseil et des di verses Commis 
sions qui ont ete en fonctions pendant 1 annee 1884. 

Rapport. M. L. Buquet, tresorier, rend compte de sa gestion, en 
faisant connaitre les recettes et les depenses effectuees pendant 1 annee 
1884: 

Messieurs, 

Conformement aux dispositions du decret du 23 aout 1878, qui nous 
reconnait comme Institution d utilite publique, j ai 1 honneur de vous 
soumettre, encore une fois, le compte general des Recettes et des 
Depenses effectuees dans le courant de 1 annee qui vient de s ecouler. 
Ce compte se resume comme suit : 
Les RECETTES (e tat ci-annexe n 1) se composent : 

1 Des cotisations anterieures a 1884 908 fr. c. 

2 d de 1 annee 1884, y compris les 

liberations, au nombre de trois, realisees dans 

1 annee 7,181 

3 Des sommes perc,ues tant pour raffranchissement 
des Annales que du Bulletin bi-mensuel a des 
tination de Petranger 388 

4 Des sommes penjues pour tirages a part de me- 

moires (texte et planches) 182 50 

5 Des sommes encaissees pour la vente de numeros 

d Annales 759 

6 Des sommes encaissees pour la vente du l er vo 
lume de la Faune Bedel 65 



A reporter 9,483 fr. 50 c. 



VI Bulletin entomologique. 

Report 9,483 fr. 50 c. 

7 Des sommes encaissees pour la vente des Nou- 

velles Tables (1861 a 1880) . 1,480 

8 Des arrerages de la rente nominative 3 0/0 (legs 

Thibesard) 300 

9 Des arrerages de lar rente nominative et an por- 

teur 4 1/2 0/0 (don J. Dollfus) 300 

10 Des arrerages d obligations nominatives et an 

porteur, des chemins de fer de FOuest (1). . . 1,667 39 

11 De la subvention du Departement de 1 Agricul 
ture 600 

12 De la subvention du Departement de Plnstruc- 

tion publique 500 

13 De la subvention de M. Victor Signoret 300 

14 Du versement complementaire effectue par 
M. Ernest Andre, laureat du Prix J. Dollfus 
(gravure de la medaille en or) 9 45 

15 Du produit de la vente, autorisee, de trois obli 
gations de chemin de fer de FOuest, en vue 
de subvenir a la depense occasionnee par 
1 impression des nouvelles Tables (1861 a 
1880 inclusivement) 1,140 40 

16 Enfin, du solde en caisse de 1 exercice 1883 127 07 

Total des recettes 15,907 fr. 81 c. 

Les DEFENSES (etat ci-annexe n 2) ont eu pour objet : 
1 L impression et la couverture de quatre tri- 

mestres d Annales (4 e trimestre 1883, l er , 2 e 

e 3 e trimestres 1884), et des Tables generates 

1861 a 1880, etc., etc 7,557 fr. 40 c. 

2 La gravure, le tirage et le coloriage des planches 

qui accompagnent les quatre trimestres men- 

tionnes ci-dessus 3,164 90 

3 Les frais relatifs au loyer, aux contributions et 

et a 1 assurance concernant le service de la 

Bibliotheque 664 80 



A reporter 11,387 fr. 10 c. 

(1) Cette somme comprend le produit de la vente de la Collection dc Lepi- 
dopteres de feu Alexandra Pierre t, donnee a la Societe par M. son pere. 



Seance du 14 Janvier 1885. vii 

Report 11,387 fr. 10 c. 

4 Les reliures et frais se rattachant au meme ser 
vice 247 20 

5 L affranchissement, pour la France eU etranger, 
des Annales, de la Faune Bedel et des nou- 
velles Tables 293 11 

6 L affranchissement du Bulletin bi-mensuel et 

frais occasionnes par son envoi 255 20 

7 L affranchissement de lettres et de circulaires. . . 132 15 

8 L achat de 3 obligations des chemins de fer de 

I Ouest 1,100 85 

9 Les depenses occasionnees par 1 achat de timbres 
mobiles pour regus et recouvrements de coti- 

sations, etrennes, etc 142 50 

10 Les allocations attributes, a litre d indemnite, an 
Secretaire et au Tresorier, ainsi que les ap- 
pointements du gardien de la salle des seances. 1,862 40 
11 Enfln, le Prix J. Dollfus, pour 1883, decerne a 
M. Ernest Andre pour son Species sur les 
Formicides d Europe, etc. (1) 309 45 



Total des depenses 15,729 fr. 96 c. 

RESUME : 

RECETTES 15,907 fr. 81 c. 

DEFENSES 15,729 96 



Solde en caisse 177 fr. 85 c. 



II reste a recouvrer : 

1 Sur les cotisations anterieures a 1884 360 fr. c. 

2 Sur celles de 1884 785 



Total 1,145 fr. c. 

Inutile d ajouter que, comme les precedentes annees, je n ai rien 
neglige en vue d obtenir des resultaits plus satisfaisants, sans toutefois 
m ecarter des plus rigoureuses convenances. 

(1) Voir 1 article 14 des Recettes, portant que M. Ernest Andre a rembourse 
la somme de 9 fr. 45 cent., le prix a lui decerne n etant que de 300 fr. net. 



VIH Bulletin entomologique. 

La Societe, aux termes des Statuts (Reglement, art. 25 et 28), renvoie 
1 examen des comptes du Tresorier a son Gonseil, qui lui presentera un 
rapport dans sa prochaine seance. 

Lecture. M. P. Milliere adresse un memoire intitule : Acidalie nou- 
velle, Chenilles ine dites et Lepidopteres nouveaux pour la faune franchise; 
travail accompagne d une planche coloriee. 

Notre collegue prie la Societe de vouloir bien accepter une somme de 
60 francs comme legere indemnite pour la publication de ce memoire. 
Des remerciments seront adresses a M. P. Milliere. 

Communications. M. le President annonce que M. H. Milne Edwards, 
1 un de nos membres fondateurs et honoraires, vient d etre nomine 
grand officier de la Legion d Honneur. 

M. L. Fairmaire presente les notes suivantes : 

1 J ai rec,u de notre collegue M. Alleon un individu de la Cicindela 
trisignata, trouve par lui aux environs de Kustendje, et qui constitue 
une variete tres curieuse : la lunule humerale est tres peu arquee en 
dedans, la bande marginale ne Fatteint pas, la lunule mediane est etroite, 
arquee vers la suture, mais n a^pas le crochet posterieur , la bordure 
marginale est tres etroite ainsi que les deux lunules posterieures. Cette 
variete pourrait etre baptisee du nom ftmcompleta; elle se rencontre 
avec Findividu typique. 

2 Notre collegue M. Dolle, de Laon, m a communique un Coleoptere 
interessant provenant de Ouargla; c est le Vertumnus cuniculus Burm., 
insecte du Senegal, qu il est curieux de retrouver au dela du Sahara, 
et que je presente a la Societe. 

M. Era. Olivier adresse, par 1 entremise de M. L. Buquet, la note 
qui suit : 

Quand j ai decrit, dans mon Essai monographique sur les Lampyrides, 
la femelle du Lampyris attenuata Fairm., je n avais en sous les yeux 
qu un unique exemplaire obligeamment mis a ma disposition par mon 
collegue et ami M. Bourgeois. Cette femelle avail ete piquee, etait des- 
sechee et ratatinee, et la plupart de ses organes, etant deformes, ne 
pouvaient fournir que des caracteres defectueux. M. V. Mayet ayant 
bien voulu me communiquer deux sujets provenant de Tunisie, con 
serves dans de Falcool et en parfait etat de conservation, je peux en 
faire maintenant une description plus rigoureusement exacte qui devra 
remplacer celle donnee precedemment. 



Seance du 14 Janvier 1886. ix 

LAMPYRIS ATTENUATA Fairm., ?. Long. 10-21 mill. Entierement 
d un blanc jaunatre, sauf la tele et la base du premier article des 
antennes qui sont noires; convert sur toutes ses parties d une courte 
pubescence flave ; prothorax ogival comme celui du male, convexe et 
lisse sur son disque, a bords lateraux redresses et formant une gout- 
tiere a fond grossieremenl ponclue rugueux, charge sur toute sa lon 
gueur d une fine cote Ires legerement saillante ; cote de la base droit, 
legerement incise au-dessus de 1 ecusson ; moignons des elytres tres 
courts, separes, divariques, regulieremenl acumines au cote externe, 
brusquement retrecies au cote interne des le milieu de leur longueur, 
a extremile aigue; ecusson large, trapezoidal, a angles du sommet 
arrondis ; troisieme segment thoracique sillonne longitudinalement dans 
son milieu ; segments superieurs de 1 abdomen a bord externe presque 
droit, a angles arrondis, bord poslerieur en ligne droite; pygidium 
allonge, obconique; segments du ventre en ligne droite posterieure- 
ment, a angles arrondis, les [deux avant-derniers legerement incises 
dans le milieu de leur bord posterieur, le dernier echancre au sommet 
un pen plus faiblement que chez le male ; pattes courtes et robustes, a 
tibias fortement arques en dedans. 

He de Djerba (Tunisie) : deux individus accouples sur un tronccaver- 
neux d olivier (V. Mayet). 

M. V. Mayet m a egalement communique un autre exemplaire male 
de cette espece qu il a capture dans le Djebel Beurda : il differe legere 
ment des individus typiques par sa taille un peu plus grande et son 
prothorax moins anguleux et presque arrondi en devant. 

M. J. Fallou donne les diagnoses de plusieurs varietes de Lepi- 
dopteres qu il decrit d apres des dessins executes sur nature par notre 
collegue M. Haus Sulger, de Bale. 

Ce sont : 

ARGYNNIS PALES Fabr. Variete se distinguant des sujets ordinaires 
par une teinte noiratre qui atteint la majeure partie des grandes laches 
noires du dessus des quatre ailes a Fexception des points noirs de 
Pante-marginale ainsi que ceux qui tiennent a la frange. Ces derniers 
points sont beaucoup plus grands et de forme plus allongee que dans 
le type de Pespece. Valais, 1877. 

VANESSA ANTIOPA Lin. Aberration se faisant remarquer par 1 ab- 
sence des deux taches jaunes de la cote, et par la serie des laches 
bleues des ailes superieures ; les ailes inferieures ji en presentent que 



x Bulletin entomologique. 

quatre tres petites au lieu de cinq ou six. Du Simplon. Collection 
du Musee de Bale. 

Cette variete ne differe de celle publiee par M. P. Milliere (Iconogm- 
phie, tome II, page 420, pi. 94, fig. 8) qu en ce que, chezcette derniere, 
les ailes inferieures ne varient pas. 

Je possede dans ma collection un exemplaire de la meme espece qui 
m a ete offert par notre ancien collegue M. Guillemot, de Thiers. Cette 
aberration, qui est de petite taille, offre des caracteres tout different? 
des deux precedentes : c est aux ailes inferieures que manque la serie 
des taches bleues et il n y en a que trois tres peu etendues au sommet 
de 1 ante-terminale. 

Cette aberration se rapporte aussi, sauf deux taches bleues aux ailes 
inferieures, a celle figuree par Engramelle (pi. LV, Suppl. I, i, 
page 13, 7). 

ARGE GALATHEA Lin., God. Aberration different du type par la 
disparition des yeux de la bande ante-marginale du dessous des ailes 
inferieures, et se rapportant a la variete Galene Och. Capturee le 
28 juillet 1884, a Berisal (Simplon). 

M. Fallou ajoute, en terminant sa communication, que, comme le fait 
savoir M. Haus Sulger, la Deilephila nerii a fait en 1884 son apparition 
a Bale, et que M. Armand Gerber, notre ancien collegue, est parvenu a 
en elever une vingtaine d individus. 

M. G.-A. Poujade donne la description d un Satyride nouveau du 
Thibet oriental : 

DEBIS OCELLATA Pouj. Envergure : de 54 a 60 mill. Dessus 
brun clair legerement olivatre, laissant voir, par transparence, une 
partie des lignes et taches du dessous. 

Ailes superieures a bord externe un peu sinue, ayant une tache en- 
fumee, plus ou moins vague, sur la base des deuxieme et troisieme 
branches de la nervure mediane. Inferieures coupees presque carre- 
ment, legerement dentees, la dent mediane plus accusee, bordees de 
brun fonce partage par un lisere fauve clair. Cinq taches du meme 
brun, rondes, inegales, correspondant aux ocelles du dessous, prece 
dent la bordure. 

Dessous du meme ton que celui du dessus, mais beaucoup plus clair; 
ailes superieures partagees par une ligne sinueuse plus foncee, fondue 
interieurement, partant de la cote un peu apres la cellule et se diri- 
geant vers 1 angle interne. Deux lignes difmeme ton occupent latera- 



Seance du 14 Janvier 1885. xi 

lenient la cellule. Une tache lilas est situee a la cote pres de 1 angle 
apical. Ailes inferieures partagees par deux lignes courbes tres sinueuses, 
plus foncees que le fond, bordees interieurement par un filet pale e.t 
occupant lateralement un peu moins du tiers median. Deux lignes 
semblables, mais moins accentuees, se trouvent a la base de 1 aile. Le 
bord externe est orae de six yeux noirs pupilles de blanc a iris jaune 
et cercles de lilas, celui situe a Tangle interne est double. Bordure des 
quatre ailes fauve, precedee d un lisere lilas parallele aux sinuosites de 
1 aile. 

Trois c? de Mou-Pin rapportes par M. 1 abbe A. David. Collection du 
Museum. 

M. J.-M.-F. Bigot adresse les diagnoses de trois genres nouveaux 
de Dipteres de la famille des Dexidce : 

SIPHONIONOMYIA (nov. gen.) <r,yuw pvia.). $. Antennae, 
supra medium oculorum sitae segmento 3, 2 duplo longiore, lato, oblongo 
apice truncato, cheto leviter villosulo ; haustello rigido, porrecto, exserto, 
capite aequilongo, (palpis ?}; facie concavd, nudd, genis angustis, utrinque 
macrocheto unico, longo, prope ad orbita, munitis, epistomo prominulo, 
parce sed longe macrochetis instructo ; fronte latd, seriebus quatuor ma- 
crochetarum vix usque ad radicem antennarum munito ; oculis nudis ; 
abdomine anguste ovato, macrochetis disco idalibus et marginalibus, pedi- 
bus inequalibus et numei*osis, armatis ; uncis et pulvillis valde elongatis ; 
alls abdomine longioribus, costd et venis glabris, venis quartis et quintis 
longitudinalibus ante apicem et satis late disjunctis, quintd acute cubi- 
tatd, deinde concavd, cubito haud appendiculato, vend transversd secundd, 
prope cubitum insertd, obliqud, sinuosd. 

S. MELAS, $. Long. 8 mill. Tota nigra, satis nitidd; fronte ni- 
tidd facie undique barbdque albidis ; thorace paulo, ante, abdomine, 
apice, albido pruinosis; calyptris niveis, halteribus obscuris; pulvillis 
testaceis; alis obscure fuscis. Mexique. 1 spec, (ex mus. nostro). 

RHAMPHLNINA (n. gen.). ?. Gen. Zelia3 (Rob. Desv.). male desi- 
gnati, proximum esse videtur ?. Gen. Rhamphina3 (Rondani et Macquart) 
satis vicinum, differt : cubito venae quintae longitudinalis alarum appen- 
dice destituto; haustellum rigidum, satis exsertum; palpi longi, tenui; 
segmentum tertium antennarum usque tantum ad medium faciei due- 
turn. Teste differt generis mei novi Homodexia?, longitudine haustelli pal- 
porumque brevitate; antennis supra medium oculorum sitae; oculi nudi. 

R. DUBIA, ? (nov, sp.).~ Long. 9 vel 12 mill. Vittd frontali, media 



xn Bulletin entomologique. 

faciei, ore, plus minus rufo tinctis ; palpis rufis, haustello nigro; anten- 
narum segmento tertio, aliquoties, apice fuscano; facie et fronte, utrin- 
gue, cinereo flavido pallido ; thorace fusco, cinereo pruinoso, tibiis tribus 
nigris ornato, scutello, apice, plus minus rufo picto; calyptris albis, hal- 
teribus obscure rufis ; abdomine rufo, superne nigro late vittato, utrinque 
cinereo tessellato; pedibus nigris, tibiis, in medio, obscure rufis; alls pal- 
lide cinereis. Mexique. 4 specim. (ex mus. nostro). 

RHYNGHIONODEXIA (nov. gen.) ((/>w W ov ff/*). Pars generi 
veteris Dexi, differt : haustello exserto, tenui, rigido ; G. Hrosense vid- 
num, differt haustelli longitudine multo minore. 

R. TENUIPES (?, nov. sp.). Long. 12 mill. Antennis rufis, seg 
mento tertio fuscano basi rufo ; facie pallide testaced ; palpis ? haustello 
castaneo; carind faciali fulvd, in medio longitudinaliter sulciolatd; vittd 
frontali castaned; thorace cinerascente flavido, vittis quinque nigris, 
angustis, interrupts, notato; scutello cinereo flavido; calyptris et halte- 
ribus albidis ; abdomine flavido cinereo, obscure fusco tessellato, incisuris 
nigris ; pedibus nigris, elongatis ; alis pallidissime cinereis, basi, extrin- 
secus venisque pallide fulvis. Nouvelle Caledonie. 1 spec, (ex mus. 
nostro). 

Le meme membre communique egalement la note qui suit : 

M. le baron V. Boeder (Wiener Entom. Zeitung, 1884, p. 291), iden- 
tifie Pespece que j ai decrite (Ann. Soc. ent. Fr., Bullet, bi-mens., 
n 17, 1884, p. 164) sous le nom &e\Cyrtopogon oculiferum avec le Cyr- 
topogon Meyer durii (J. Mik) = ? C. quadrizonatus (Loew). 

Malgre la grande ressemblance, la communaute d habitat de ces deux 
insectes (Simplon), je ne crois pas a leur identite; faute de pouvoir 
comparer les types, Fetude attentive de leurs diagnoses respectives 
revele certaines differences, qui, de mon specimen, font tout au moms 
une variete. Dans une note, en reponse, adressee a M. V. Boeder, je lui 
detaillais mes raisons, mais il n en a pas tenu compte dans sa critique. 

M. Charles Brongniart fait la communication suivante : 

Les insectes, a 1 etat parfait, respirent a 1 aide d un appareil tracheen 
qui communique au dehors par des stigmates. A 1 etat larvaire, au con- 
traire, beaucoup d entre eux ont une vie aquatique et respirent 1 air 
tenu en dissolution dans Peau a Paide de branchies qui sont en houppes 
ou en lames. 

En 1848, G. Newport fit connaitre un Nevroptere de la famille des 
Perlides, le Pteronarcys regalis Newm., qui presente a Petal parfait, sur 



I 



Seance du 14 Janvier 1885. xm 

la face inferieure du thorax et des deux premiers anneaux de 1 abdo- 
men, des houppes de branchies, et qui, en outre, est pourvu de stig- 
mates. 

Parmi les insectes fossiles trouves dans les schistes carboniferes de 
Commentry, il en est qui presentent une particularite semblable. Ce 
sont des Nevropteres. 

On distingue nettement, surtout sur deux des echantillons, le thorax 
et 1 abdomen, et Ton remarque que chacun des anneaux de celui-ci 
porte lateralement une lame assez large, terminee par une pointe, et 
Ton aperc.oit dans les lames des sortes de filaments ramifies, qui, selon 
moi, representent les trachees. 

On voit aussi des stigmates disposes par paire sur la face ventrale 
des anneaux abdominaux, et deux filaments anneles places sur Pextre- 
mite du dernier anneau. 

Get insecte etait probablement amphibie comme le Pteronarcys rega- 
lis. Sa nervation differe tout a fait de celle de cet insecte, et comme elle 
se rapproche beaucoup de celle des Corydalis et des Chauliodes, je pro- 
poserai de le designer sous le nom de Corydalo ides Scudderi, le dediant 
a M. Samuel Hubbard Scudder, le savant auteur de nombreux travaux 
sur les insectes fossiles. 

Membre regu. M. Auguste Lameere, Secretaire de la Societe entomo- 
logique de Belgique, chaussee de Gharleroi, 121, a Saint-Gilles, pres 
Bruxelles, qui s occupe dCEntomologie en general, presente au nom de 
M. Preudhomme de Borre. Gommissaires-rapporteurs : MM. Bour 
geois et Fairmaire. 

Demissions pour 1885. MM. Goret, a Puteaux (Seine), rec.u en 1866 ; 
Galle, a Greil (Oise), rec,u en 1875 : 1 abbe Gatry, a Les Bouillons (Orne), 
rec,u en 1882 ; Guilbert, a Rouen (Seine-Inferieure), regu en 1876 ; et 
Maurice, au chateau d Attiche (Nord), regu en 1881. 

E. D. 



Bulletin bibliographique. 

Acade mie des Sciences (Comptcs rendus hebdom. des seances de V) y 1884, 
n 23 O- n 24. A DOLLFUS, Communication relative au Phyl 
loxera. H. BEAUREGARD, Structure de 1 appareil digestif des In 
sectes de la tribu des Vesicants. N 25. L. TROUESSART, Sur les 
Acariens qui vivent dans le tuyau des plumes des Oiseaux. N 26 . 
E. SOCKHLET, Note relative a un procede pour combattre le Phyl- 



xiv Bulletin entomologique. 

loxera. LICHTENSTEIN, Evolution biologique des Aphidiens du 
genre Aphis et des genres voisins. CH. BRONGNIART, Sur la de- 
couverte d une empreinte d insecte dans les gres siluriens de Jur- 
ques (Calvados). Tables du l cr semestre 1884. 

Academy of natural sciences of Philadelphia (Proceed, of the), 1884, 
p ar t n. H. G. MAG COOK, How the Lycosa fabricates her Round 
Cocoon. ID., Note on the Amphibious Habit of Lycosa. J. LEIDY, 
Pentastomum proboscideum. H. C. MAC COOK, A Spider that makes 
a Spherical Mud-daub Cocoon. 

Annali del Museo civico di Storia naturale di Genova, vol. XX, 1884. 
PAVESI, Spedizione Italiana nell Africa equatoriale. Aracnidi del re- 
gno de Scioa. A. DE BORMANS, Le crociere dell yacht Corsaro . 
del cap. armatore Enrico d Albertis. VI. Ortotteri. E. SIMON. 
Description d un genre nouveau d Arachnides et remarques sur la 
famille des ArchaBidaa. M. JACOBY, Descriptions of new Genera 
and Species of Phytophagous Coleoptera from the Indo-Malayan 
and Austro-Malayan subregions, contained in the Genoa civic Mu 
seum. l re p. R. GESTRO, Appunti sinonimici. E. SIMON, Arach- 
nides recueillis en Birmanie par M. le chevalier J. B. Comotto et 
appartenant au Musee civique d histoire naturelle de Genes. ID.. 
Note complementaire sur la famille des Archaeida3. G. GRIBODO, 
Viaggio ad Assab nel Mar Rosso, dei signori G. Doria et 0. Beccari 
con il R. avviso Exploratore dal 16 novembre 1879 al 26 feb- 
braio 1880. P. PAVESI, Material! per lo studio della Fauna Tuni- 
sina raccolti da G. et L. Doria. II. Aracnidi. 

Serie 2% vol. I (XXI), 1884. G. GRIBODO, Spedizione Italiana 
nell Africa equatoriale. Risultati zoologici. Imenotteri. Memoria se- 
conda. P. WYSTMAN, Catalogue systematique des Passalides. - 
G. GRIBODO, Sopra alcuni Imenotteri raccolti a Minhla nel regno di 
Birmania dal cap. G. B. Comotto. E. REITTER, Sechs neue Coleo- 
pteren aus Italien, gesammelt von Herrn Agostino Dodero. C. 
EMERY, Materiali per lo studio della Fauna Tunisina raccolti da G. et 
L. Doria. III. Rassegna delle Formiche della Tunisia. L. W. SCHAU- 
FUSS, Die Scydmaeniden Nord-Ost-Africa s, der Sunda Inseln und 
Neu-Guinea s im Museo civico di Storia naturale zu Genua. C. 
PARONA, Materiali per lo studio della Fauna Tunisina raccolti da G. 
etL. Doria. IV. Sopra alcune Collembola e Thysanura di Tunisi 
(Tav. II). P. M. FERRARI, Materiali per lo studio della Fauna Tu 
nisina raccolti da G. et L. Doria. V. Rincoti. P. MAGRETTI, Risul- 



Seance du 14 Janvier 1885, xv 

tati di raccolte imenotterologiche nell Africa orientate (Tav. I). - 
A. LEVEILLE, Description d une nouvelle espece de Trogositides. 

Berliner Entomologische Zeitschrift, 1884, 2 e Heft. H. FREIHRREN VON 
BOGH, Schutzfarben unserer einheimischen Lepidopteren, ihrer Eier, 
Raupen und Puppen. E. BERGROTH, Bemerkungen zur dritten 
Auflage des Gatalogus Goleopterorum Europe auctoribus L. V. Hey- 
den, E. Reitter et J. Weise. D r L. KARPELLES, Neue Milben (fig.). 

D r A. GRZEGORZEK, Beitrag zur Dipteren-Fauna Galiziens (Kais. 
Oesterr.). G. QUEDENFELDT, Verzeichniss der von Herrn Major A. 
D. von Mechow in Angola und am Quango-Strom 1878-1881 gesam- 
melten Pectinicornen und Lamellicornen. D r F. KARSCH, Die 
Katipo-Spinne Laua-laua . H. J. KOLBE, Beitrag zur Biologie 
der Aphididen. D r F. KARSCH, Phoneyusa, eine neue Vogelspin- 
nengattung aus Central Africa. M. QUEDENFELDT, Beitrage zur 
Kenntniss der Staphylinen-Fauna von Sud-Spanien, Portugal und 
Marocco. H. J. KOLBE, Ueber die von Herrn Ludy in Ober-Bayera, 
Karnthen und im Littorale gesammeften Psociden. ID., Ueber Go- 
liathus albosignatus Boh., Kirkianus Gray und Russus n. sp. (fig.). 

ID., Entomologie. Bin Blick vor und ruckwaerts. ID., Entomo- 
logisch-Kosmologische Betrachtungen. ID., Ludwig Ganglbauer s 
Classification der Cerambyciden. ED. G. HONRATH, Beitrage zur 
Kenntniss der Rliopalocera. H. J. KOLBE , Zur Frage iiber die 
Systematische Stcllung von Hypocephalus Desm. G. QUEDENFELDT, 
Berichtigung zur Gattung Phalangosoma. D r G. KRAATZ, Ueber 
einige neue Goliathiden aus Central Africa. H. J. KOLBE, Bemer- 
kungen zu den neuen Goliathiden aus Central Africa. D r G. KRAATZ, 
Ueber die Behaarungsvarietaeten der Melolontha vulgaris Fab. H. 
J. KOLBE, Liste jungst verstorbener Entomologen. 

Bulletin d insectologie agricole, 1884, n 12. E. MEURET, Sur des Mi- 
crolepidopteres nuisibles aux poiriers. M. CORNU, Note sur une 
Teigne mineuse vivant aux depens de la feuille du poirier. E. 
SAVARD, Le Jasius de 1 arbousier. BALBIANI, Destruction de I o3uf 
d hiver du Phylloxera. 

Entomologist s Monthly Magazine (The), n 248, Janvier 1885. LORD 
WALSINGHAM, Characters of two new Genera of Pterophoridae from 
specimens in the British Museum (fig.). E. SAUNDERS, Revision 
of the British species of Sphecodes Latr. (including nine additional). 

H. T. STAINTON, On the autorship of the Letter-press in vol. I, 
VI and VII of the Entomology in Jardine s Naturalist s Library . 



xvi Bulletin entomologique. 

H. W. MARSDEN, On the probabl extinction of Lycaena Arion in 

England. Notes diverses. 
Feuille des Jeunes Naturalistes, n 171. L. FAUCONNET, Tableau syno- 

ptique des Criocerides de France. E. ANDRE, Le monde des Four- 
mis (suite). 
Naturalista Sidliano (II), ann. IV, n 4. E. RAGUSA, Gatalogo ragio- 

nato dei Goleotteri di Sicilia (suite). 
Naturaliste (Le), 6 e ann., n 12. Table des matieres du 2 e vol. 7 e ann. 

n 1. P. GROULT, Les parasites exterieurs de l homme. 
Revue des Travaux scientifiques, t. IV, n os 9, 10. Compte rendu de 

div. travaux entomologiques. 
Rovartani Lapok, 1884, n os 10, 11 et 12. Supplement contenant un 

resume succinct, ea frangais, des travaux entomologiques contenus 

dans le corps du Journal, edite en langue hongroise. 
Royal Society of new South Wales (Journal and Proceedings of the), 

1883. Q 
Socie te entomologique de Belgique. Comptes rendus des seances, serie III, 

n 52. L. FAIRMAIRE, Diagnoses de Coleopteres de 1 Afrique orien- 

tale. 

Socie te deludes scientifiques $ Angers, 1882-i883 (Bulletin de la). 
P. NOEL, G. VIRET, Vie et moeurs des Lepidopteres du genre Vanessa 
observes dans la Seine-Inferieure. J. GALLOIS, Materiaux pour une 
faune entomologique de Maine-et-Loire (suite). P. MEGNIN et 
L. TROUESSART, Note sur la Morphologic et sur la Classification des 
Sarcoptides plumicoles. 

Zoological Society of London (Proc. of the Scient. Meetings of the), 1884, 
part. III. F. D. GODMAN et 0. SALVIN, A list of the Rhopalocera 
collected by M. G. F. Angas in the Island of Dominica (pi.). HER 
BERT DRUCE, On a collection of Heterocera from Dominica (pi.)- 
F. E. BEDDARD , Preliminarg Notice of the Isopoda collected during 
the voyage of H. M. S. Challenger, part. I, Serolis. H. W. BATES, 
List of Coleoptera of the family CarabidaB and Scaraba3id collected 
by the late W. A. Forbes on the Lower Niger. C. SWINHOE, On 
some new and little know Species of Butterflies of the Genus Tera- 
colus.W. L. DISTANT, On the Rhynchota collected by the late W. 
A. Forbes on the Lower Niger. SAINT-GEORGE MIVART, On the Indi 
vidual and of the Species as Forms of Instinctive Action. 



Seance dti 28 Janvier 1885. XVH 

BONHOURB (ALPH.). Note sur le Platypsillus castoris Ritsema et sa cap 
ture en France, i pi., 8 p. Ann. Soc. ent. Fr., 1884). * 
DOLLFUS (ADMEN). Les especes franchises du Genre PMoscia Latr. (Bull. 

Society Et. sc. Paris, 1884. * 
HORVATH (D r G.). Diagnoses Hemipterorum (Term fiiz), 1884, 6. p. * 

LEPRIEUR (C.-E.). Tableaux synoptiques des Paussides clavigerides, 

Pselaphides et Scydmenides par E. Reitter (trad, par) (Abeille, 1883), 

216 p. * 
LEVEILLE (A.). Description d une nouvelle espece de Trogositides (Ann. 

Mus. civ. St. n. Geneva, 2 e s., t. I, 1884), 2 p. * 
SCUDDER (S.-H.). D r John Lawrence Leconte (Trans. Am. Ent. Soc., 

1884), 27 p. 
SENAC (D r H.). Essai monographique sur le Genre Pimelia (Fab.), 

l re part. Paris, 1884, 2 exemplaires, 106 p. * 
SIGNORET (V.) Revision du groupe des Cydnides de la famille des Pen- 

tatomides (Ann. Soc. ent. Fr., 1881-84). 

A. L. 

Seance du 8 Janvier 1885. \ 

Prudence de M. EM.-L. RAGONOT. i 

Necrologie. M. Auguste Pissot, inspecteur des fore"ts, conservateur 
honoraire du bois de Boulogne, regu membre en 1862, est decede a Bou 
logne (Seine), le 5 Janvier 1885. 

Rapports. M. Emile-L. Ragonot, apres avoir cede le fauteuil a M. Jules 
Bourgeois, vice-president, donne lecture du rapport suivant du Gonseil 
dont il a ete le president : 

Messieurs, 

Conformement aux termes de Farticle 25 des Statuts, votre Conseil 
s est reuni le 21 Janvier pour examiner les etats des Recettes et Depenses 
pr6"sentes par M. le Tresorier a la derniere seance. 

Grace a 1 ordre et a la regularite apporte"s comme toujours a nos 
finances par notre honorable Tre"sorier, il a ete facile a votre Gonseil de 
verifier les comptes ; ils ont ete recormus parfaitement exacts ; les de- 
penses sont souvent appuyees de pieces de caisse controlees par MM. les 
Secretaire ou Archivistes. 

(1885) BiilleHu de la Societe entomologiqno de France, J 



xvm Bulletin entomologique. 

D apres les releves qui ont ete soumis au Conseil, le total des recettes 

s eUeveraita *5,907 fr. 81 c. 

ct celui des defenses a 15,729 

laissant un solde disponible de 177 fr. 85 c. 

De plus, il resterait a recouvrer sur les cotisations de 1884 et sur celles 
anterieures a 1884 1,145 fr. c. 

II ressortirait de ces chiffres que le budget de la Societe se trouverait 
en equilibre et nous pourrions en deduire, comme d habitude, que nos 
finances sont en bonne voie; mais un examen attentif des comptes, com 
pares a ceux des annees precedentes, a revele a votre Conseil que cette 
prosperile, actuellement, e tait plus apparente que reelle. 

En effet, pour qu une Societe puisse e"lre dans une situation financiere 
satisfaisante, il faul que, si ses ressources ne s augmentent point, qu au 
moins elles ne diminuent pas, et surtout que la Societe ne depense pas 
plus que ses revenus ne le lui permettent ; c est pourtant ce qu elle fait 
depuis deux ans, et cela tient a ce qu on a cherche a equilibrer le bud 
get sans trop se rendre compte des elements qui le composaient. 

Les ressources de la Societe ont diminue : ainsi, en 1879, notre capi 
tal, en valeurs mobilities, se composait d un litre de 300 fr. de rentes 
3 0/0, legs de M. Thibesard ; d un titre de 300 fr. de rentes 5 0/0, 
don de M. Dollfus (1), et de 88 obligations du chemin de fer de FOuest, 
dont 77 nominatives. 

Depuis cette epoque, 41 membres se sont liberes en versant a la 

caisse de la Societe une somme totale de 12,300 fr. i c. 

laquelle somme, representant un capital dont la Societe n a droit qu a 
Fusufruit, qui eut du elre employee entierement en achat de litres. 

Or, depuis 1879, il n a ete achete que 29 obligalions du chemin de fer 

de 1 Ouesl ayant coule 11,064 fr. 35 c. 

G est done la valeur de 4 liberations qui a passe, pendant ces dernieres 
annees, dans les depenses courantes. 

En oulre, en 1884, en prevision des depenses d impression qu occa- 
sionnerail la publicalion des Tables, M. le Tresorier a ete autorise a 
vendre, sur ces 29 obligations, 3, donl le produil esl venu egalemenl se 
fondre dans les depenses de 1 annee. II y a eu certainement un surcroit 
de debours cause par 1 impression des Tables, mais il a ete compensg 
en grande partie par les souscriplions payees en 1883 el 1884 ; de fagon 
que les frais de publicalion se Irouvenl couverls, a 300 fr. pres. 

(I) M. Dollfus, lors de la conversion en 4 1/2 0/0, a bien voulu rembourser a 
M. le Tresorier la somme de 7-il fr. 45 c. exigee par 1 fitat comme soulte. 



Seance (Id 28 Janvier 1885. xix 

Le revenu normal de notre Societe actuellement ne depasse guere 
12,200 fr. et peut se decomposer approximativement comme suit : 

Gotisations de 288 membres payant 24 fr 6,812 lr. 

Sommes payees pour affranchissement des AnnaJes et du 

Bulletin 400 

Sommes payees pour tirages a part 150 

Ventes d Annales et autres publications. *......... 1,200 

Subventions diverses 1,400 

Arr6rages de rentes et d obligations, representant en par- 
tie les exonerations capitalists de 59 membres a vie 2,267 

Total 12,229 fr. 

Nos depenses, par contre, se sont maintenues a peu pres dans ces 
limites, soit 12,562 fr. 48 c. en 1880, 13,057 fr. 12 c. en 1881, 12,873 fr. 
40 c. en 1882, laissant chaque annee un excedent de recettes ; mais, en 
1883, une augmentation sensible dans les depenses s est produite, car 
celles-ci se sont elevees a 14,480 fr. 56 c., pendant que les recettes 
correspondantes n etaient que de 12,084 fr. 08 c.; le budget etant equi- 
libre par 1 excedent des recettes des annees precedentes (forme en partie 
par les exonerations) et par 1,237 fr. 35 c. pris egalement sur le compte 
de liberations. En 1884, les recettes se sont elevees a 13,730 fr. 89 c. et 
les depenses a 14,629 fr. lie.; ce sont les trois liberations de Fannee 
qui ont mis le budget en equilibre. 

Votre Conseil croit devoir, Messieurs, vous signaler le peril qu il y a 
pour 1 avenir de notre Societe de depenser annuellement plus que ses 
revenus ; mais, en vous faisant connaitre la verite sur la situation, il 
doit ajouter que cette situation n a rien d alarmant, et qu avec un peu 
d attention et de fermete pour ecarter les sujets d augmentation de 
depenses sans profit reel pour la Societe, il est parfaitement possible de 
continuer nos publications sans leur faire subir une diminution appre 
ciable. 

Ge qui a grossi nos depenses, en 1884, ce sont les planches coloriees 
qui ornent nos Annales et Fimpression des Tables. Pourtant nous ne 
devons pas regretter la depense pour les planches, car elles ajoutent 
certainement a la valeur de nos publications et doivent amener de nou- 
velles adhesions a notre Societe. Quant aux Tables, leur utilite" ne peut i 
e"tre contestee, et il est probable que leur vente, cette annee, viendra 
combler le deficit qu elles ont occasionne en 1884. 

Le grand nombre d exonerations qui se sont produites depuis 1880, a 
considerablement diminue les ressources annuelles de notre Societe, car 



xx Bulletin entomotogique. 

la somme verse"e, au taux actuel de capitalisation, est loin d equiraloir 
a la cotisation annuelle paye"e par la majority des membres de notre So- 
cie te : mais si, aujourd hui, la liberation des membres est une cause de 
ge"ne, il est certain que notre Socie te en recoltera les avantages plus 
tard, puique sa dure"e est inde"finie. 

Enfin, d apres les nouveaux arrangements pris avec la maison Duruy, 
nous pouvons espe"rer re"aliser une economie sensible dans nos defenses 
d impression des Annales et du Bulletin. 

En consequence, Messieurs, le Conseil vous propose : 

1 D approuver les comptes de M. le Tresorier pour I anne e 1884 et 
lui en donner decharge ; 

2 De decider qu a 1 avenir les versements qui seront faits a litre de 
liberation par les membres soient portes a un compte special dont le 
produit devra etre employe exclusivement a 1 achat de rentes ou d obli- 
gations pour accroitre la fortune mobiliere sociale, et, par suite, ses 
ressources, au lieu d etre confondus dans le budget ordinaire ; 

3 De decider que si, comme on peut 1 esperer, 1 exercice de 1885 
laisse un excedent de recettes, que cet excedent soit consacre" a 1 achat 
de valeurs, pour reconstituer au moins celles qui ont dti etre alienees 
en 1884 ; 

4 D autoriser la conversion en obligations nominatives des obligations 
au porteur qui se trouveraient aux mains de M. le Tresorier et dont le 
nombre depasserait celui qu il est indispensable de conserver en previ 
sion de defenses extraordinaires ; 

5 Enfin de voter de vifs remerciments a M. Lucien Buquet pour le 
zele et le devoument qu il ne cesse de deployer dans I interSt de la So- 
ciete", laquelle lui doit en grande partie la prosperite dont elle a joui de- 
puis que les fonctions de Tresorier ont ete confiees a notre collegue. 

Les conclusions de ce rapport sont adoptees a 1 unanimite des voix. 
par la Societe. 

Des remerctments sont votes au Tresorier, et il lui est donne decharge 
des comptes de 1884. 

La Societe decide, en outre, que sur les sept obligations au porteur 
restant aux mains du Tresorier, trois devront etre converties en obliga 
tions nominatives. 

M. L. Bedel, Tun des rapporteurs du Gonseil, lit le rapport qui 
suit : 

Messieurs, 
En quelques anne"es la Socie te" entomologique a perdu successivement 



Seance da 28 Janvier 1885. xxi 

Darwin, Schiodte, J. Le Gonte et Chevrolet ; ils laissent vacants, aujour- 
d hui, quatre litres de membres honoraires. 

Preoccupe"s de cette situation, M. E. Lefevre et plusieurs de nos col- 
legues ont pense* que le moment e"tait venu de proceder a 1 election de 
membres honoraires nouveaux, et en ont fait la demande a la seance 
du 14 Janvier 1885. Le Gonseil a examine" cette proposition. II en a 
reconnu 1 opportunite et vous invite a vous associer au voau de nos 
collegues. 

Apres avoir entendu lecture de ce rapport, la Societe" decide qu il y a 
opportunite a eUire de nouveaux membres honoraires, et, aux termes de 
1 article 13 de son Reglement, decide qu il sera immediatement precede 
a la nomination d une Commission de cinq membres charged de pre 
senter une liste de candidats a la prochaine seance. Cette liste sera ins&- 
ree dans le prochain numero du Bulletin. Le vote, auquel ont droit 
de prendre part tous les Membres franc,ais, est renvoye a la seconde 
seance qui suivra le depot du rapport (li mars 1885). 

Sont nomme s membres de cette Commission : MM. Bedel, Bourgeois, 
Ragonot, Salle et Simon. 

M. J. Bourgeois, rapporteur du Prix Dollfus pour 1884, donne lec 
ture du rapport suivant : 

Messieurs , 

La Commission du Prix Dollfus s est reunie le 26 de ce mois, sous 
la presidence de M. Ragonot; 7 de ses membres e"taient presents. 

Deux ouvrages avaient ete adresses par leurs auteurs pour le con- 
cours : 

1 ParM. L. Fairmaire : Histoire naturelle de la France, li e partie, 
Hemipteres, vol. in-12, 206 pages, 10 planches noires ; Paris, E. Deyrolle. 
Prix : 3 francs. 

2 Par M. le D r E.-L. Trouessart : Les Sarcoptides plumicoles ou Anal- 
ge sine s, 1 partie : Pte roliche s (en collaboration avec M. J.-P. Megnin), 
vol. gr. in-8, 82 pages, 17 figures et 2 planches noires ; Paris, 0. Doin. 

A cdt6 d ouvrages remarquables, mais d un ordre plus eleve", que 
nous possedons, en France, sur les Hemipteres, il manquait jusqu a 
present un livre specialement 6crit pour les commenc.ants, qui fut a la 
fois elementaire et scientifique et, par son prix modique, a la portee 
de chacun : le volume presente par M. Leon Fairmaire repond tres 
heurcusement a ce desideratum. Le plan de 1 ouvrage est le meme que 



xxii Bulletin entuiuologiquc. 

celui deja suivi par 1 auteur dans sa Faune elementaire des Colfopteres 
de France. De bons tableaux dichotomiques, etablis d apres des carac- 
teres precis, conduisent aux families d abord, puis aux tribus et enfin 
aux diffe rents genres, dont 180 environ sont passes en revue. Les 
especes sont brievement, mais suffisamment caracte" risees ; quelques 
details sur les moeurs, Fhabitat, le degre de rarete , viennent comple- 
ter 1 histoire succincte de chacune d elles ; enfln d excellentes planches, 
parfaitement gravees, representent un type au moins des principaux 
genres et devront faciliter, dans une large mesure, le travail de de"ter- 
mination. Get ouvrage nous a semble" ainsi repondre entierement aux 
intentions du fondateur du Prix. 

M. le D r Trouessart se presente avec la l re partie d un Memoire sur 
les Sarcoptides plumicoles, Acariens vivant dans le plumage des oiseaux. 
Ce travail a ete publie, en 1884, dans le Journal de Micrographie, avec 
une part de collaboration revenant a notre collegue M. J.-P. Me"gnin, 
mais sur laquelle nous n avons pu e"tre fixes exactement. La Commis 
sion a etd unanime a reconnaitre le merite de cette monographie, consa- 
cree a 1 etude detaillee, consciencieusement faite et appuyee de figures, 
d un groupe d Articules restes si longtemps dans Toubli ; mais il faut 
bien avouer qu un travail aussi special ne peut s adresser qu a un tres 
petit nombre d entomologistes. D un autre cote, nous devons faire 
remarquer que le memoire de M. Trouessart ne comprend qu une seule 
division de la famille des Sarcoptides plumicoles, celle des Pteroliche s ; 
qu il va paraitre tres prochainement, il est vrai, mais que, jusqu a pre 
sent, il n a pas encore ete publie en dehors du Recueil precedemment 
cite; qu enfin, 1 un des genres dont il traite n y figure qu a 1 etat de 
catalogue, sa Monographie complete ayant ete donnee ailleurs. A ces 
differents points de vue, il nous a semble que 1 ouvrage presente par 
M. Trouessart sortait un peu des conditions de la fondation. 

En consequence, Messieurs, la Commission a 1 honneur de proposer a 
vos suffrages comme candidat unique au Prix Dollfus pour 1 annee 1884, 
M. Leon Fairmaire, pour son volume intitule : Histoire naturelk de la 
France, IP partie, Hemipteres. 

La Societe, apres avoir entendu lecture de ce rapport, aux termes 
des articles 59 et 13 de son Reglement, decide que la nomination du 
laureat du Prix Dollfus pour 1884 aura lieu dans la seance du 25 fevrier 
1885. Tous les Membres frangais ont droit de prendre part au vote, qui 
aura lieu au scrutin secret et a la majorite" absolue des suffrages, soit 
directement, soit par correspondance. 



Seance du 28 Janvier 1885. xxm 

Decision. La Societe decide que le Banquet annuel destine a fe ter la 
date de sa fondation aura lieu le samedi 28 fe"vrier. MM. Bourgeois 
et Se"dillot sont charges de 1 organisation de ce Banquet. 

Communications. M. Ed. Lefevre fait passer sous les yeux de la 
Societe deux exemplaires cf et ? de VAcilius Duvergeri Gob., qu il a pris, 
au mois d aout 1884, au Mole, petite localite mare"cageuse situe"e au nord 
et sur le bord meme du Bassin d Arcachon, a environ deux kilometres 
d Andernos, sur le cote droit de la route qui conduit a Ares (Gironde). 

Notre collegue rappelle a ce sujet que 1 A. Duvergeri, decouvert en 
1874 par M. Duverger aux environs de Dax, a e te" rencontre en 1879 
par M. Guede aupres de Bordeaux, sur la rive gauche de la Garonne 
{region des grandes Landes) et, ulterieurement, dans le Lac Marescot 
(Basses-Pyrenees) par M. Bug. Simon. La localite nouvelle d Andernos 
offre done d autant plus d interet qu elle est intermediate entre les deux 
localites de Bordeaux et de Dax. 

M. H. Lucas communique la note suivante : 

Rien n a encore ete public jusqu a present sur la vie Evolutive de ces 
grands Coprophages avec lesquels Hope, in the Goleopt., Man., I, p. 23 
(1837), a etabli son genre Heliocopris, dont les especes sont repandues 
en Afrique, en Asie et jusque dans 1 extreme Orient. 

Le Museum de Paris ayant regu dernierement un certain nombre de 
Coleopteres recueillis au Laos par le D r Ne i s, j ai trouve parmi eux un 
individu a 1 etat de nymphe de I Heliocopris bucephalus Fabricius, et je 
crois devoir donner la description de la nymphe de ce Coprophage dont 
on ne connalt pas encore la larve. 

Nymphe : d un jaune plus ou moins teinte de ferrugineux. La te*te, 
arrondie, a bords epais, deprimee sur les parties laterales, presente dans 
son milieu une saillie transversale surmontee de deux tubercules epi- 
neux d un brun ferrugineux. Les palpes maxillaires et labiaux sont 
jaunes ainsi que la levre inferieure ; ces organes sont bien developpes, 
surtout les palpes labiaux dont les derniers articles sont d un brun fer 
rugineux a leur extremite. Les antennes, repliees sous les expansions 
laterales du thorax qui les protegent, sont d un jaune clair, avec leur 
article terminal place sur la partie anterieure des tibias des pattes de la 
premiere paire; celles-ci, d un jaune testace, sont repliees et protegees 
par les expansions du thorax sous lesquelles elles sont placees ; les pattes 
de la deuxieme paire sont jaunes, tres larges, comprimees, surtout les 
lemurs ; elles sont placees de chaque cote de la region sternale avec les 



xxiv Bulletin entomologique. 

tibias et les tarses reposant sur les elytres qu ils ne depassent pas ; celles 
de la troisieme paire, tres larges et comprimees , occupent les parties 
laterales de Tabdomen et sont protegees en partie par les elytres et les 
ailes, a 1 exception cependant des tarses qui trouvent un point d appui 
sur le dernier segment abdominal. Le thorax est jaune, a bords epais et 
arrondis; il est deprime de chaque cote et presente en dessus deux 
saillies trans versales , larges et entierement lisses. Les elytres sont 
grandes, plissees, sillonnees longitudinalement et en recouvrement sur 
la region sternale et sur les parties laterales de 1 abdomen ; a leur partie 
ante rieure, en dessus, elles presentent de chaque cote un tubercule spi- 
niforme fortement prononce. Les ailes, moins grandes et plus e"troites 
que les elytres, sont en partie cachees par ces derniers organes ; elles ne 
sont pas plissees et leur extremite, qui est arrondie, vient se placer sur 
les femurs des pattes de la troisieme paire qu elles cachent, ainsi que les 
premiers articles des tarses. Le mesothorax et le metathorax sont jaunes, 
et entre ces deux pieces on aperc,oit un fort tubercule spinifornie ; la 
region sternale est lisse et de couleur jaune. L abdomen, plus large que 
long, tres grand, volumineux, est d un jaune plus ou moins ferrugi- 
neux ; en dessus et en dessous il est lisse, a 1 exception des derniers 
segments qui sont etroits et carenes ; il est dentele sur les parties late- 
rales, et c est dans 1 intervalle de ces dentelures que sont places les 
stigmates, qui sont petits, arrondis et a perithreme d un brun ferrugi- 
neux ; quand on observe ces dentelures, qui sont tres saillantes, trian- 
guliformes, on remarque que les 4, 5, 6 et 7 presentent une tres petite 
epine aceree et de couleur ferrugineuse. Long. 48 a 50 mill.; lat. 30 a 
32 mill., ?. Du Laos (Indo-Chine). M. le D r Nei s. 

M. G.-A. Poujade decrit un Satyride de la province de Mou-Pin 
(Thibet oriental) capture par M. Tabbe David : 

MYCALESIS OCULATISSIMA Pouj. Envergure : 55 mill. Dessus 
brun clair ou transparaissent legerement les ocelles et les lignes du des 
sous. Ailes superieures ayant deux taches noires, rondes, pres du bord 
externe : 1 une vers Tangle apical, 1 autre, plus grande et pupillee de 
blanc, entre les deux dernieres branches de la nervure mediane. Ailes 
inferieures legerement dentees, bordees d un double lisere brunatre et 
ornees de deux taches placees comme celles des ailes superieures. La 
tache de Tangle interne est assez largement pupillee de blanc et cerclee 
de fauve. 

Dessous roussatre, finement sable de jaunatre, principalement aur 
ailes inferieures, Ailes superieures partage"es par une teinte rousse fon- 



Seance du 28 Janvier 1885. xxv 

due interieurement, partant de la cote, a pen pres au tiers exterieur ct 
se dirigeant pres de Tangle interne. Gette teinte est suivie a la cote par 
une tache triangulaire jaune d ocre clair. Une ligne rousse occupe trans- 
versalement le tiers exterieur de la cellule. Pres du bord externe, envi 
ron a la sixieme partie de 1 aile, il y a une rangee de cinq yeux pu- 
pilles de blanc, a iris jaunatre, cercles de brun et a aureole jaunatre. 
Le premier est brun et le plus petit, le deuxieme est noir, a peu pres 
egal aux deux suivants, qui sont bruns, et le cinquieme, noir, est le 
plus grand. Ailes inferieures partagees a peu pres au milieu par deux 
lignes rousses, courbes et sinueuses, partant de la cote et aboutissant 
au bord interne. Bord externe orne d une rangee de six yeux semblables 
a ceux de 1 aile superieure, mais de dimensions differentes : le premier 
est le plus large, noir et detache des autres, les deux suivants sont 
assez petits et le quatrieme du double plus grand, le cinquieme est noir 
et du double du precedent, le dernier, egalement noir, est petit et sou- 
vent double. Les quatre ailes sont bordees d un double lisere brun a 
intervalles jaunatres ; f ranges d un brun clair. 

Corps de la couleur des ailes. Antennes brunes, annelees de blanc, 
a massue en partie fauve. 

Decrit sur six males appartenant a la Collection du Museum. 

M. Bernardo Zapater, d Albarracin, province de Terruel (Espagne), 
idresse I"s observations suivantes : 

1 A la fin de 1884, comme au commencement de cette annee, par un 
froid de 19 degres centigrades, il a pris une quarantaine d individus du 
Triphora sabundiata, appliques aux murs a 1 interieur de son habitation. 
Cette espece, commune en ete, continue a voler jusqu aux premiers 
froids, et se refugie, en hiver, dans les maisons ou dans 1 interieur des 
grottes, comme cela a ete souvent remarque. 

2 Pendant Fete dernier, surtout au mois d aoiit, les chenilles de la 
Pieris Daplidice se trouvaient en tres grand nombre aux environs d Al 
barracin ; eUes y out devore la plupart des feuilles de la vigne. Notre 
collegue a pu en recueillir et bruler plus de 30,000. 

M. J.-M.-F. Bigot adresse les diagnoses de deux genres nouveaux 
de Dipteres du groupe des Dexiaires : 

ANASTELLORHINA (ava^XXw ptv). $. Antennis contra lineam 
mediam oculorum insertis, segmento tertio secundo quinque long lore, 
angusto, oblongo, fere usque ad oris aperturam ducto; cheto omnino 

(1885) Bulletin de la Societe entomologique de France. 3 



Bulletin entomologique. 

longe villoso; oculis nudis; fronte lata, satis prominente; facie valde 
concava, hand carinata ; macrochetis frontis, ultra radicem antenna-rum 
hand productis, faciei paucis, brevibus, a medio genarum distantibus; 
genis latis sub oculis; haustello apice vix ante exserto; palpis longis, 
leniter clavatis; segmentis duobus tantum apicalibus abdominis macrochetis 
longis marginalibus munitis; alarum venis 4 et 5 is longitudinalibus 
(Rondani) apice disjunctis, 5 a satis acute cubitata, delude concava, cubito 
apice destitute, vena t ransversali 2 a parum obliqua, leniter sinuosa; pedi- 
bus, longitudine mediocri, fere nudis; abdomine conico, satis angustalo. 
Prxter macrocheta longa plurima abdominis apicalia, generis Rhyn- 
chomyiw (Rob. Desv.) e Muscidis, satis vicinum vidctur. 

A. BICOLOR, $ (nov. sp.). Long. 8 mill. -- Antennis fuscis, basi 
fulvis, cheto fuscato; palpis fulvis, haustello fusco; capite et facie testa- 
eels ; macrochetis nigris omnino ; vitta fronlali pallide fulva ; thorace 
fusco-nigro opaco, retrorsum, utrinque, fulvo^ tincto, scutello fulw, basi 
fitsco ; utroque macrochetis longis instructo ; calyptris et halter ibus pal 
lide fulvis; abdomine fulw, incisuris nigro anguste marginatis, latins in 
medio; pedibus fulvis, tarsis fuscis; alls fere hyalinis, basi parum flavido 
tinctis. Australie. 1 specim. (ex mus. nostro). 

HOMODEXIA (O[JLO; 8s .a). c?. G. DexiosomaB (Rondani, Pro- 
drom.) simillimum; differt : cubito vense quintx longitudinalis alarum 
fiullo modo appendiculato. 

1. H. RUFINA, c? (nov. sp.). Long. 14 mill. Antennis pallide ful 
vis, apice parum infuscatis ; palpis fulvis ; facie pallide cinereo flavido ; 
vitta frontali fusca; thorace cinereo, obscure nigro, quadrilineato, scu 
tello sordide fulvo cinereo pruinoso ; calyptris albis, halteribus fulvis; 
abdomine fulvo, segmentis basi, late cinereo limbatis, limbis in medio 
angustatis, castaneo obscure tinctis et, utrinque, fulvo notatis, pedibus 
nigris, tibiis obscure fulvis; alls pallide cinereis. Galifornie. 1 specim. 
(ex mus. nostro). 

2. H. OBSCURIPENNIS, ? (nov. sp.). Long. 13 mill. Antennis fulvis, 
superne parum castaneo tinctis; capite, haustello palpisque fulvis; vitta 
frontali lata,castanea; oculis nudis; thorace castaneo fulvo, opaco, pleur is 
fulvis, scutello obscure fulvo; calyptris et halteribus sordide fulvis; abdo 
mine fulvo rufo, incisuris nigris; pedibus fulvis, coxis, tarsis, apice 
parum infuscatis; alis infumatis. Geylan. 1 specim. (ex mus. 
nostro). 

Membres recus. 1 M. Paul Audollent, eleve de 1 Ecole des Hautes- 



rtewmarke t , Apr .23, 1 924 . 

Dear Dr. Aldrich: 

I have studied Bigot s type of 

Anastellorhina bioolor as requested in your letter 
of 2nd inst., and compared it with the specimen 
of fleoppllenia villosa received from you. It is 
certainly not congeneric with villosa and I con 
sider does not even belong to the same subfamily. 
In the first place it has only the small first 
abdominal sternite free and overlapping the terpite, 
villosa and the Calliphorinae have all the sternites 
visible, and the Rhiniinae the small first and the 
larger 2nd sternites free and overlapping the ter- 
gites. The stem vein is bare and only the radio- 
cubital node bristly (above and beneath). The head 
in profile is very much like Surcouf s figure of 
Amphiboloaia,, indeed I think this may be a synonym 
of Anastellorhina. Arista plumose to the tip. 
Ihe eyes, would, in good specimens I believe be 
found to be microscopically pubescent. Facial ia 
above vibrissae bare and more acutely bent forward 
below, than in villosa. Face flatter. No hairs 
beneath postalar calli and on thoracal squamae. 
Stout marginal macrochaetae only on last two segments 
It is not so stout, or M blow-fly like" in appearance 
as villosa. 

I ihink Johnston and Hardy were probably mis 
led by Srauer placing Bigot s Hiumpsia dichroiBata 
and Xanthura in Ana s te 1 1 o rh i naT These two species 
have notning to do wit a that genus, but are un- * 
doubtedly congeneric with villosa, in which case 
Proekon Surcouf sinks as a synonym of jfeopollenia 
for Suroouf placed these two species after an ex^ 
amination of the types in his genus Proekon. 

For my part I cannot find any souriSTgeneric 
distinction between jteopollenia as typified by 
villosa and our European spe"cTe"s of Calliphora. 

Brauer was quite right in referring So mo my ia 
rufiventris ( CaJLUphora id Mcq , ) to the genuT" 
Anastgllorhina, it is certainly congeneric with 
Tricolor. 



Yours very^ sincerely, 
/s/ Jas. E. Collin. 



od^ e 

cjjl-iaro &na ami eain*ttf hnS 
; IflO bne 91 ad tl jrrer iK^te -*ni 

W*iitd e -^ 
r*^r aJt- 



nl t . 



61! i-;j-. at^ *a^o^ n 

no ba l.FBc, 



.A-tAemcK nl tatll xn^*^ ^ o t^ 1 ^^ o* J 
-aici yWarfci-p :nw--.vbi|iii ba# aov*nao( alnifHiF" 



I^.sn i: rfi o f * / "* : ^ v * 

,twd t i/Af 
...-.-:.: rinjdw nl <2J,J li^iw oJ^iat?^ioo ^ 

vii t.a i 

is.i^eq 



- ^ 



-- ! " 



Seance du 28 Janvier 1883. xxvn 

Etudes, rue de Mornay, 5 (Entomologie generale, surtout Le pidoptcres), 
presente par M. Maurice Girard. Gommissaires-rapporteurs : MM. Lu 
cas et Poujade ; 

2 Le Reverend W. G. Holland, a Pittsburg (Pensylvanie), v c Avenue 
(Coleopteres et Le pidopteres), presente comme membre a vie parM. Aug. 
Salle, aunom du D r Geo.-H. Horn. Gommissaires-rapporteurs : MM. H. 
Lucas et Poujade ; 

3 M. G. Ollivry, a La Ghapelle-sur-Erdre (Loire-Inferieure) (Le pido 
pteres de France), presente par M. Gh. Brongniart. Gommissaires- 
rapporteurs : MM. Guillot et Poujade. 

Demission pour 188S. M. Anatole Boieldieu, a Paris, admis en 1851. 

E. D. 

Bulletin bibliographique. 

Academia nacional de ciencias en Cordoba (Boletin de la), t. VI, Ent 4, 
1884. O 

Academic des Sciences (Comptes rendus hebdom. des seances), t. G., 1885, 
N 1 Q. N 2, J. DOUBLET, Note relative a un nouvel appareil de 
distribution des insecticides pour la destruction du Phylloxera. - 
A. BARTHELEMY, Etudes sur la tete et la bouche des larves d Insectes. 
- R. KOEHLER, Sur un Hemiptere marin, rAepophilus Bonnairei, 
Sign. N 3. BALBIANI, Sur 1 utilite de la destruction de Foeuf d hi- 
ver du Phylloxera. FAUDRIN, Note sur 1 emploi des badigeonnages 
au sulfate de for, pour detruire 1 oeuf d hiver du Phylloxera. 

Echange (U), 1885, l re annee, n 1, numero specimen. 

Messager agricole (Le), 25 e annee, 10 juillet 1884. Notes sur la viticul 
ture et la sericiculture. 

Naturaliste (Le), 1885, 7 annee, n 2. L. FAIRMAIRE, Diagnoses de 
Coleopteres notiveaux de la Terre de Feu. P. GROULT, Les para 
sites exterieurs de 1 homme (fin). Necrologie, GHEVROLAT, MOBS. 

Reports of Observations and Experiments in the pratical Work of the Divi 
sion (U. S. Dep. Agric,), Bulletin n 4, Washington, 1884. J. B. 
SMITH, Report upon Cranberry and Hop Insects. LAWRENCE 
BBUNNEB, Observations on the Rocky Mountain Locust and other 
Insects in the northwest during the summer of 1883. J. C. BRAN- 
NEB, Preliminary Report of Observations upon Insects injurious to 



xxvm Bulletin cntomologique. 

Cotton, Orange, and Sugar Cane in Brazil. Jos. WOYLE, Report on 
the effects of Gold on the Scale Insects of the Orange in Florida. 

Revue d Entomologie, t. Ill, 1884, n os 4 a 10. A. PUTON, Hemipteres 
nouveaux. GH. BRISOUT DE BARNEVILLE, Description de trois Coleo- 
pteres nouveaux d Algerie. FR. FIEBER, Description de Gicadines 
d Europe (trad, par REIBER) avec addition par LETHIERRY (suite). 
J. BOURGEOIS, Cebrionides, Dascillides, Malacodermes. L. BEDEL, 
Synopsis du genre Liosoma Steph. A. PUTON, Notes hemipterolo- 
giques. A. DUBOIS, Les Longicornes gallo-rhenans (Tableaux de 
L. GANGLHAUEH traduits et abreges). A. FAUVEL, Reponse aux 
auteurs du Gatalogus Coleopterorum (1883). M.-J. BELON, Revision 
des Lathridiidce de Nouvelle-Zelande. GL. REY, Notices sur les 
Palpicornes et diagnoses d especes nouvelles ou pen connues. 
, G.-H. HORN, Notice necrologique sur John Le Conte. J. BOURGEOIS, 
Dascillides et Malacodermes de Nouvelle-Caledonie. A. FAUVEL, 
Supplement aux Staphylinides recueillis par M. A. Montandon dans 
la Moldavie, la Yalachie et la Dobroudja. ID., Rectifications au Ga 
talogus Goleopterorum Europe et Gaucasi (suite). 

Sociedad espanola de Historia natural (Anales de la), tome XII, cuad. 4, 
1884. _ BOLIVAR, Monografia de los Pirgomorfmos. 

Sodeta entomologica italiana (Bull, della), 1884, anno XVI, trim. 3 et 4. 
P. BARGAGLI, Rassegna biologica di Rincofori europei (suite). 
A. BERLESE, La sistematica dei Sarcoptidi. G. GRIBODO, Sopra 
alcune specie nuove o poco conosciute di Imenotteri Antofili. Diag- 
nosi di nuove specie di Imenotteri Scavatori. L. MAGCHIATI, L evolu- 
zione biologica degli Afidi in generale e della Filossera in particolare. 
- P. MILANI et A. GARBINI, Nuovo metodo per trasportare le squame 
dei Lepidotteri sulla carta. N. PASSERINI, Esperienze sulla decapi- 
tazione delle farfalle del Baco da seta. Letteratura entomologica 
italiana : Notices bibliographiques. 

Societe d etude des Sciences naturelles de Nimes (Bulletin de la), 1884, 
12 e ami., n 10. O 



GOMITE DES TRAVAUX HISTORIQUES ET SGIENTIFIQUES : SujetS d etude F6- 

commandes par la Section des Sciences economiques et sociales (Min. 
Inst. publ. et Beaux-Arts. (2 exempl.), s. d., 12 p. * 

MAGRETTI (P.). Nel Sudan orientale. Ricordi d un viaggio in Africa per 
Studii zoologici. 1 carte. 1884 (Atti Soc. It. Sc. nat.). 99 p. * 



Seance du 28 Janvier 1885. xxix 

ID. Risultati di raccolte imenotterologiche nell Africa orientale, 1884, 
1 pi., 116 p. (Ann. Mus. civ. St. n. Gen.) * 

MARSEUL (S.-A. DE). L Abeille, t. XVIII, 1881. Nouvelles et fails 

divers, n os 26-36. Ouvrages periodiques : Descriptions d especes 

nouvelles contenues dans les annees VII a X du Bull, de la Societe 

entomologique italienne. Arcbeologie entomologique : MOTSGHUL- 

SKY, Insectes de Siberie. MATTHEWS, Synopse des especes de Tri- 

chopterygiens. REITTER, Revision des Lathridiida? d Europe, tra- 

duite et ordonnee par M. des Gozis. * 
REUTER (O.-M.). 1 Genera nova Hemipterorum, I-II. Eine neue Eu- 

sarcoris-Art aus dem Caucasus. 2 br. in-8, 3-4 p. (Extr. Wiener 

cntomologische Zeitung, I, 1882, Heft 4 et 5.) * 
2 Ueber die Gattungsnamen Cimex mid Acanthia. Eine neue Cimex- 

Art aus der Wiener-Gegend. Br. in-8, 8 p. (Extr. Wiener entoin. 

Zeit., I, 1882, Heft 12.) * 
3 Genera nova Hemipterorum, III. Br. in-8, 3 p., fig. (Extr. Wiener 

entom. Zeit., HI, 1884, Heft 1.) * 
4 Ad cognitionem Aradidarum palaaarcticarum. Br. in-8, 9 p. (Extr. 

Wiener entom. Zeit., Ill, 1884, Heft 5.) * 
5 Genera nova Hemipterorum, IV. Br. in-8, 2 p., fig. (Extr. Wiener 

entom. Zeit., Ill, 1884, Heft 7.) * 
6 Species Gapsidarum quas legit expeditio danica Galatea?. Br. in-8, 

6 p. (Extr. Entomologisk Tidskrift, V, 1884, Haft 4.) * 
7 Finlands ocli den Skandinaviska Halfons Hemiptera-Heteroptera, I. 

Br. in-8, 106 p., tabl. synopt. (Extr. Entom. Tidskrift, 1880-82.) * 
8 Entomologiska Exkursioner under januari 1882 i Sodra Finland. 

Nagra ord om de europeiska arterna af Slagtet AntJiocorisFalL, Fieb. 

Br. in-8 6-4 p. (Extr. Medell. af Societas pro Fauna et Flora 

fennica, IX, 1882.) * 
9 Om Kopuiationen bos en del Collembola. Om ventratubens funk- 

tioner hos Gollembola. Br. in-8, 3-2 p. (Extr. Skandinayiska 

Naturforskaremotets Forhandlingar, Stockholm, 1880. * 
10 Sibiriska Hemiptera. Br. in-8, 14 p. (Extr. Finska Vet.-Soc. For- 

handl;, vol. XXVI, 1884.) * 
11 Monomorium Pharaonis en ny flende till var husro. Br. in-8, 21 p. 

(Ext. Finska Vet.-Soc. Forhandl., vol. XXVI, Helsingfors, 1884.) * 
12 Tetrodontophora 11. g. (Subf. Lipurinae Tullb.), 1 p. (Extr. Sitzb. 

K. Akad. Wien., vol. LXXXVI, partie I, juillet 1882.) * 
RILEY (G. V.). 1 Insects in Relation to Agriculture. Noinbr. fig., 10 p. * 



xxx Bulletin entomologique. 

2 Jumping Seeds and Galls (fig.)- (P 1 . of U. S. Nat. Mus., 

vol. V) 2 p. * 3 Recent advances in economic entomology. (Phil. 

Soc. of Wash.) 1884, 2 p. * 4 A new insect injurious to Wheat. 

(Bull. Brook. Ent. Soc.) 1884, 1 p. * 5 The Psyllidae of the United 

States. 1 p. Some recent discoveries in reference to Phylloxera. 

1 p. Improved Method of spraying Trees for protection against 

Insects. 1 p. (Proc. Am. Ass. Adv. Sc.) 1883. * 6 Orthoptera 

(nombr. fig.) (Standard Nat. History, Vol. 2). 39 p. * 
SAUSSURE (H. DE). Prodromus OEdipodiorum insectorum ex ordine 

Orthopterorum (Mem. Soc. Phys. Hist. nat. Geneve, t. XXVIII). 1 pi. 

1884. 254 p, * 
TROUESSART (D r L.) et P. MEGNIN. Les Sarcop tides plumicoles ou anal- 

gesines. l re partie, Pleroliches. 17 fig., 2 pi. Table manuscrite. 1885. 

82 p. 2 exempl. * 
ZAPATER (BERN.) et MAX. KORB. Gatalogo de los Lepidopteros de la pro- 

vincia de Teruel y especialmente de Albarracin y su sierra. (An. Soc. 

Esp. Hist. nat.). 1883. 46 p. * 

A. L. 



Seance du 11 Fevrier 1SS5, 

Prcsidence de M. tiM.-L. RAGONOT. 

MM. Audolent, nouvellement admis, Brabant (Ed.), d Escondoeuvre, 
Lainey (Ae.), de Gray, Oberthiir (Rene), do Rennes, membres de la 
Societe, et Deschanges, assistent a la seance. 

Rapport. M. E. Simon lit le rapport suivant : 

La Societe s tant prononcee dans la seance precedente sur Foppor- 
tunite de proceder a 1 election de membres honoraires en remplacement 
de Ghevrolat, Darwin, Le Gonte et Schiodtc, decedes, la Commission 
dc cinq membres, nominee conformement an Reglement pour exami 
ner les litres des candidats, s est reunie le 4 fevrier pour remplir son 
mandat. 

Bien que la Societe n ait a pourvoir qu a quatre vacances, la Commis 
sion a pense qu elle devait, comme cela a eu lieu precedemment, vous 
presenter un plus grand nombre de noms, tons dignes, a des titres 
divers, de fixer votre choix. Apres en avoir murement delibere, elle 



Seance du 11 fe vrier 1885. xxxi 

s est arretee a la liste suivante, que nous vous presentons par ordre 
alphabetique : 

Pour les membres francais : 

MM. le professeur EMILE BLANCHARD (Anatomic); 
le professeur A. LABOULBENE (Biologie); 
S.-A. DE MARSEUL (Coleopteres); 
M.-P. MILLIERE (Lepidopteres); 
le D r AUG. PUTON (Hemipteres). 

Pour les membres e trangers : 

MM. le D r G. HORN, de Philadelphie (Goleopteres); 

A.-S. PACKARD Jr., de Providence, Etats-Unis (Entomologie 

generale); 

ED. DE SELYS LONCHAMPS, de Liege (Nevropteres, Orthopteres); 
STAINTON, de Londres (Lepidopteres). 

Apres avoir entendu cette lecture, la Societe, conformement a Particle 
13 de son Reglement, decide que 1 election de quatre membres hono- 
raires aura lieu dans la seance du 11 mars 1885. Tous les membres 
frangais out droit de prendre part a ce vote, qui aura lieu au scrutin 
secret et a la majorite absolue, soit directement, soil par eorrespondance. 

Lectures. M. L. Reiche adresse une notice necrologique sur Auguste 
Ghevrolat, membre honoraire. 

M. J. Bourgeois depose sur le Bureau un memoire intitule : Lycides 
nouveaux ou peu conmis (5 e partie). 

Communications. M. A. Grouvelle donne les diagnoses de trois especes 
nouvelles de Gucujides : 

1. PASSANDRA DEYROLLEI. Elongata, nitida, tola nigra; prothorace 
valde transverso; utrinque sulco singulo intus prope marginem anticum 
curvato et medio evanescente; sulco brevi longitudinali medioque antice 
notato; elytro singulo quinque-sulcato, sulcis 1-2, 3-4 approximatis 
Long. 22 mill. 

Voisine de la P. marginata A. Grouv., mais nettement distincte par 
le nombrc des stries des elytres. 
Australie (collection A. Grouvelle). 

2. PASSANDRA WATERHOUSEI. Elongata, nitida, tota nigra; antennis 
subelongatis; prothorace quadrato, utrinque unistriato; elytro singulo 
trisulcato, sulco humerali fere integro. Long. 20 mill. 



xxxii Bulletin entomologique. 

Voisine de la P. marginata A. Grouv. ; se distingue nettement par 
par les stries dorsales du prothorax qui s arretent a la marge anterieure, 
par 1 absence de sillon longitudinal sur la partie anterieure du prothorax 
et par la forme differente du relief de la tete. 

Abyssinie (collections R. Oberthiir et A. Grouvelle). 

3. HEGTARTRUM APIGALE. Elongatum, nitidum, valde cylindricum, 
nigrum; antennis, pedibus et elytris ad apicem rufo-sanguineis ; elytro 
singulo quadrisulcato, sulcls 1-2 approximate; sulco humerali fere inte- 
gro. Long. 25 mill. 

Senegal (collection A. Grouvelle). 

M. L. Fairmaire communique la note synonymique qui suit : 
Dans le travail que j ai publie sur les Goleopteres de 1 archipel de la 

Nouvelle-Bretagne (Ann. Soc. ent. Belg., 1883, 40), j ai decrit, sous le 
nom tfEctatorhinus Godeffroyi, im magnifique Curculionide remar- 
quable par sa taille et sa coloration qui lui donnent le facies d un Epeira 
diadema. Or, en parcourant dans la Stett. Ent. Zeitung, 1860, un me- 
moire de M. Gersiacker sur divers Gurculionides, je trouve, a la page 
389, un Ithyporus magicus remarquable par le dessin du corps qui rap- 
pelle involontairement YEpeira diadema. Ge detail m a fait reconnaitre 
mon insecte, qui devra prendre le nom (VEctatorhinus magicus Gerst. 
(Ithyporus). 

Les amateurs de mimique nous expliqueront pourquoi un Coleoptere 
de la Nouvelle-Guinee a revetu la coloration et le dessin d une Araignee 
de nos pays. 

M. Ad. Lamey fait passer sous les yeux de la Societe un grand 
nombre de Goleopteres, recueillis a Sambor (Gambodge), par son neveu, 
M. Lamey, lieutenant d infanterie de marine. 

M. J.-M.-F. Bigot adresse les diagnoses de deux genres nouveaux 
de Dipteres du groupe des Dexiaires : 

ATRAGTODEXIA (a-pa/to; o ^a). Generis Doleschall* (Walker) 
satis vicinum; differt : abdomine cylindrico nee longissimo; haustello 
palpisque brevissimis ; cheto antennarum breviter villoso; alarum vena 
quinta, recte cubitata, et cubito ejm satis acuminato, deinde leniter con- 
cava; abdominis segmentis macrochetis dorsalibus et marginalibus ins- 
tructis. 



A. ARGENTIFERA, <$ (nov. sp.). Long. 7 mill. Antennis, 
haustello, vitta frontali, nigris; facie, frontis lateribus argenteis; thorace 



Seance du 11 f&vrier 1885. xxxm 

nigro, undique albido pruinoso, scutello nigro; calyptris albis, halteribus 
pallide testaceis ; abdomine nigro opaco vittis tribus latis, transversis, 
argenteis ; pedibus omnino nigris ; alls pallide dnereis, externe obscurio- 
ribus et basi, anguste, flavido tinctis. Nouvelle-Caledonie. 1 spec. 
(ex mus. nostro). 

OXYDEXIA (oo; Ss^ta). . Antennis contra medium oculorum 
insertis, segmento 3, angusto, .oblongo, apice parum obtuso et 2 multo 
longiore, cheto breviter villoso, apice satis late nudo ; oculis fere nudis ; 
palpis cylindricis, elongata; fronte macrochetis longis, usque ad radicem 
antennarum dense munita; facie nuda, sub-recta, ore hand prominulo, 
macrochetis duo elongatis subtus aliquibus parvis munita ; oculis nudis 
et fere contiguis; labris haustelli latis; abdomine angusto, conico, acu- 
minato, alls parum longiore, mawochetis longis marginalibus et dis- 
coidalibus munito, dense apice setoso vel penicillato ; venis alarum longi- 
tudinalibus 4 et 5 is (Rondani) apice disjunctis , 5 a recto cubitata , deinde 
concava, cubito breviter appendiculato, vena transversali 2* obliqua et 
sinuosa, props cubitum locata ; femoribus tibiisque macrochetis plurimis 
elongatis armatis; abdominis segmento 5 subtus, apice, parum dilatato; 
ony chits elongatis. 

0. AGUMINATA, c? (nov. sp.). Long. 15 mill. Antennis castaneis; 
palpis fulvis; facie et fronte pallide cinerascentibus, vitta frontali angusta, 
fusca; thorace cinereo flavido, vittis quatuor obscure fuscanis, scutello 
pariter cinereo flavido ; calyptris albis, halteribus pallide testaceis ; abdo 
mine, parum nitente, nigro, cinereo pruinoso, tessellis medianis quatuor 
orbiculatis albido dnereis; pedibus fusco nigro, tibiis, apice, late rufo 
obscuro tincto; alis cinerascentibus, basi venisque nubeculosis. Bresil. 
1 specim. (ex mus. nostro). 



Bulletin bibliographique. 

Acade mie des Sciences (Comptes rendus des seances de V), 1885, n 4 
V. LEMOINE, Sur le developpement des oaufs du Phylloxera. N 5, 
P. DE LAFITTE, Sur les elevages des oeufs du Phylloxera en tubes. 

Akademya Uniejetnosct w Krakowie (Sprawozdanie Komisyi Fizyjogra- 
ficznej), 1884. ADAMA ULANOWSKIEGO, Z fauny Koleopterologicznej 
Inflant polskich. LOMNICKJ, Dodatek do wykazu pluskw roznoskr- 
zydlych (Hemiptera heteroptera) galicyjkich. DZIEDZIELEWICZ , Sie- 

(1885) Bulletin de la Societe entomologique de France. 4 



Bulletin entomologique. 

ciowki (Neuroptera) i Prasiatnice (Pseudoneuroptera) zebrane na Po- 
kuciu w ciagu lata 1883. LOMNICKI, Pluskwy rownoskrzydle (He- 
miptera homoptera) znane dotychczas z Galicyi. 

Atti della Realle Accademia del Lined, 1884, 14 et 21 decembre. 1885, 
4 Janvier. 

Boletin de la Academia national de Ciencias en Cordoba (Republica Ar 
gentina), t. VII, Entreg. 1, 1884, Buenos-Aires. FELIX LYNCH AR- 
RIBALZAGA, Estafilinos de Buenos-Aires. 

Entomologist s Monthly Magazine (The), n 249, fevrier 1885. H. T. 
STAINTON, Pancalia Leuwenhoekella and Latreillella ; are they the 
sexes of one species ?. A. G. BUTLER, Description of a new spe 
cies of Fodinoidea (a genus of moths) from the Betsiles Country, 
Madagascar; description of a new Butterfly from Madagascar ; 
description of a new species of the Geometrid genus Ophthalmophora. 

H. Goss , On the recent discovery of the wings of a cockroach in 
rocks belonging to the Snluriai period. REUTER, Oligobiella, nov. 
gen. Gapsidarum. E. MEYRICK, On the synonymy of some Pyrali- 
dina. DUDLEY WESTROPP, Reported occurence of Danais archippus 
at ventnor. A. BALDING, Description of the larva of Argyresthia 
Gcedartella, with notes on the larva of A. BrocJceella, and another ca 
tkin feeder. GEO. ELISHA, Coleophora vibicigerella. W. F. H. 
BLANDFORD, Additions, etc., to the Lepidoptera of Pembrokeshire. 
G. T. PORRIT, Further notes on British Pterophoridas. RICHARD 
SOUTH, Insect migration. R. MAC LACHLAN, note on ovipositiou in 
Agrion. THEODORE WOOD, Additional notes on Goleoptera in 1884. 

Note on Barypeithes brunnipes. ALFRED BEAUMONT, Coleoptera 
in mid-winter. REV. W. W. FOWLER, The Nitidulidse of Great 
Britain (continued). 

Feuilles des Jeunes Naturalistes, n 172. ERN. ANDRE, Le monde des 
Fourmis (suite). Communications. 

Naturalista Siciliano (II), ann. IV, n 5. Q 

Naturaliste (Le), 7 e annee, n 3. H. BEAUREGARD, La premiere larve 
de VEpicauta verticalis: LICHTENSTEIN, Sur un nouvel Insecte du 
genre Phylloxera (Phylloxera salicis Licht.). BALBIANI, Sur les effets 
des badigeonnages goudronneux sur les vignes phylloxerees. ROM- 
MIER, Sur 1 emploi de la solution aqueuse de sulfure de carbone pour 
faire perir le Phylloxera. Chronique et nouvelles. 

Societe entomologique de Belgique, (Comptes rendus), seance du 16 de 
cembre 1884. Bibliographic. Liste des membres. Seance du 



Seance du 11 frvrier 1885. xxxv 

3 Janvier 1885. FAIRMAIRE, Diagnoses de Coleopteres de 1 Afrique 

orientale. A. LAMEERE, Note sur quelques Prionidx. 
Socie te Linneenne du nord de la France (Bulletin mensuel), 11 134. 

E. SEARLE, Contributions a la Faune locale (Lepidopteres). L. CAR- 

PENTIER, Le Cladius pectinicornis. 
Zoologischer Jahresbericht /wri883, Habtheil. Arthropoda. 1884, Leipzig. 



BEDEL. Zusatze und Berichtigungen zum Catalogus Colopterorum Eu- 
ropa3 el Gaucasi , ed. Ill (Exlr. Wiener Entornologischen Zeitung, 
1885, Heit 2), 2 p. * 

LAMEERE (AUGUSTE). Addenda et corrigenda a la lisle des Gerambycides 
decrits posterieurement au Catalogue de Munich" (Extr. Goinptes 
rendus Soc. entom. Belg., seance du 2 juin 1883), 2 p. * 

ID. Contributions a 1 histoire des metamorphoses des Longicornes de 
la famille des Prionidte (Extr. Memoires Soc. royale des Sc. de 
Lieges, 2 e serie, t. XI), Bruxelles, 1884, 1 pi., 13 p. * 

ID. Liste des Gerambycides decrits posterieurement au Catalogue de 
Munich (Extr. Ann. Soc. entom. Belg., t. XXVI), Bruxelles, 1883. 
82 p. * 

ID. Longicornes des voyages du D l E. Fromont au Bresil et a la Plata 
(Extr. Ann. Soc. entom. Belg., t. XXVIII), 4 p. * 

ID. Longicornes recueillis par feu Camille van Volxem au Bresil et a 
la Plata (Extr. Ann. Soc. entom. Belg., t. XXVIII), Bruxelles, 1884, 
19 p. * 

ID. Mate"riaux pour la Faune des Petites-Antilles. Longicornes re 
cueillis par M. Purves a Antigoa (Extr. Ann. Soc. entom. Belg., 
t. XXVIII), 2 p. * 

ID. Materiaux pour servir a la Faune de la Republique de Venezuela. 
Longicornes nouveaux ou peu connus (Extr. Ann. Soc. entom. Belg., 
1. XXVIII), 7. p. * 

ID. Note sur I Hypocephalus armatus (Extr. Comptes rendus Soc. entom. 
Belg., seance du 6 septembre 1884), 8 p. * 

ID. Sur 1 identite de VErionispa Badeni Chap, et du Pytheus pulcher- 
rimus Pasc. (Extr. Comptes rendus Soc. entom. Belg., seance du 
l et> decembre 1883), 2 p. * 

ID. Nouvelle note sur 1 identite du Pytheus pulcherrimus Pasc. et de 



xxxvi Hit II f tin entomologique. 

I Erionispa Badmi Chap. (Extr. Comptes rendus Soc. entom. Belg., 

seance du 2 fevrier 1884), 5 p. * 
SELWYN (ALFRED R. G.) and DAWSON (GEO. M.). Descriptive sketch of the 

physical geography and geology of the Dominion of Canada. Mont 

real, 1884. 2 cartes, 55 p. Q * 
SHARP (D.). Notice sur YHypocephalus armatus (Extr. Comptes rendus 

Soc. entom. Belg., seance du 2 aout 1884), traduit et offert par 

M. LAMEERE, 6 p. * 
TOLMIE (W. PRASES) and Dawson (GEO. M.), Comparative vocabularies 

of the Indian tribes of British Columbia, 1 carte, 131 p. Q * 

A. B. 



Seance du 5 Fevrier 

Presidence de M. EM.-L. RAGONOT. 

Correspondance. M. le Ministre de PInstruction publique informe la 
Societe que le Congres des Societes savantes se tiendra a la Sorbonne du 
niardi 7 avril prochain au samedi 11, jour qui sera consacre a la seance 
generate. 

MM. les membres qui desireraient, soil trailer 1 une des questions indi- 
quees au programme public par le Ministere le 24 aout 1884 (Bulletin 
1884, n 17, p. 161), soit presenter des communications ecrites ou 
verbales, sont pries d en prevenir la Societe avant le 11 mars, afin que 
des cartes d admission nominatives leur soient adressees. 

Lectures. M. L. Bedel remet la suite de ses Recherches sur les 
Coleopteres du Nord de 1 Afrique, contenant surtout des recherches 
synonymiques. 

M. Ern. Olivier adresse un travail ayant pour titre : Etudes sur les 
Lampyrides, l re partie. 

M. L. Fairmaire depose sur le bureau un memoire intitule : Liste 
des Coleopteres recueillis a la Terre de Feu par la Mission de La Ro- 
manche, et description des especes nouvelles. 

M. V. Signoret envoie un memoire ayant pour titre : Liste des 
Hemipteres recueillis a la Terre de Feu par la Mision de La Romanche, 
et description des especes nouvelles. 

M. L. Fairmaire lit une notice necrologique sur L. Mors. 



Seance du 25 fevrier 1885. xxxvn 

M. A. Leveille depose sur le bureau une notice necrologique sur 
H. Lartigue. 

Communications. MM. Gh. et R. Oberthiir font savoir que le celebre 
chasseur anglais, M. Buckley, a qui 1 Entomologie doit de magnifiques 
decouvertes, notamment celles de la plupart des Oxygonia, est mort 
recemment a Yurimaguas (Perou). M. Buckley a succombe aux suites 
d urie gastralgie. II avail explore jadis , avec un grand succes , une 
partie des Republiques de 1 Equaleur et de la Bolivie, recoltant egale- 
ment les Lepidopteres et les Coleopteres. Feu Hewitson avait publie, 
dans ses Illustrations of exotic Butterflies les figures des plus belles 
especes de Lepidopteres decouvertes par son compatriote. M. Brown 
s est charge de recueillir les notes et bagages de M. Buckley. 

Un autre voyageur, M. Garlepp, etait a Yurimaguas, il y a trois mois, 
apres avoir visite Para, Tonantins, Fonte-Boa et I Ucayali, en recoltant 
des objets d histoire naturelle. Notre collegue M. de Mathan poursuit tou- 
jours son exploration des Amazones. M. P. Germain, apres avoir chasse 
aux environs de Rio de Janeiro et de Nova-Friburgo, est depuis plu- 
sieurs mois a Carac,a, ou M. Gounelle est lui-meme arrive le l er Janvier 
de la presente annee. 

M. J. Bourgeois donne la description d un genre nouveau et d une 
espece nouvelle de Malacodermes de Syrie : 

GYDISTUS , nov. gen. Malacodermatorum. rf. Palpi maxillares lon- 
gitudine caput xquantes, compressi, 4-articulati, articulo 1 brevissimo, 
2 et 3 obtriangulariter elongatis, hoc illo triente breviore, ultimo 
maximo, elongato-securiformi, apice obtuse truncato. Mandibulx simpli- 
ces, mx curvatx, acutissimx. Antenna 12-articulatx , liirsuto-pilosx, 
articulo 1 crasso, subpyriformi, apice oblique truncato, 2 et 3 brevissi- 
mis, transversis, 4-11 obconicis, biflabellatis, ultimo compresso, securi- 
formi. Oculi prominentes, globosi, sat magni. Elytra abbreviata, apicem 
versus singulatim attenuata. Alx integrx, usque ad apicem corporis pro- 
longatx. Pedes elongati, compressi, tarsis 5-articulatis, articulis 3 primis 
subxqualibus, 4 prwcedenti dimidio brevfore, ultimo elongato, 2 prxce- 
dentibus simul sumptis sequali; unguiculis simplicibus. Abdomen seg- 
mentis 8. 

Ge genre est etabli sur un insecte excessivement curieux, prove- 
nant de Syrie, dont je dois la communication a 1 obligeance de 
notre collegue M. Reitter. Par ses palpes maxillaires tres longs, ses 
antennes biflabellees ct herissees, ses elytres abregees, il represente. 
dans la faune mediterraneenne, les Phengodes americains et devra etre 



Bulletin cntomologiqne. 

place en tete de la tribu des Cantharini, immediatement apres les Drihni, 
avec lequels il offre aussi de nombreux points de contact. Jc reserve 
pour nos Annales une etude plus detaillee, accompagnee de figures, de 
ses caracteres et de ses affinites et me contenterai de donner ici la 
diagnose de Funique espece dont il se compose jusqu a present. 

G. REITTERI, sp. nov. <$. Elongatm, flavus, sat nitidns, capite 
nigro, par dm cinereo-pubescente , labro palpisque flavis, mandibulis 
rufis; antennis fuscis, articulis 2-3 flavescentibus ; pronoto latitudine fere 
duplo longiore, subplanato, vix punctato, antics transversim sat profunde 
impresso; scutello Ixvi, apice recte truncato ; ebjtris aMominis segmentum 
tertium vix ultra prolongatis, ad apicem singulatim attenuates, basi tes- 
taceis, a dimidio inde fuscis apiceque flavo-guttatis, rngulosis; corpore 
.mbtus nitidiusculo, pubcscente, pectore (prostcrno flavo cxcepto) abdowi- 
nisque segmentis 4 ultimis piceis , his flavo-limbatis , ultimo omnino 
piceo. $. Hncusque invisa. Long. 7 1/2 mill. 

Syrie : Ca iffa (Reitter). 

Les elytres abregees, ornees chacune d une goutte orangee a 1 extre- 
mite, donnent a cette espece 1 aspect d un grand Malthodes, dont les 
antennes seraient biflabellees. 

M. L. Fairmaire presente les descriptions suivantes de deux Coleo- 
pteres algeriens : 

1 DIAPHOROCERA OBSCURiTARsis. Long. 9 a 12 mill. Lxte viridi- 
metallica ant cyanea, pedibus rufis, tarsis fuscis ;<?, antennis flavis, arti- 
culo 1 infuscato, 2 minuto, 3-10 brevibus transversis intus longe ac 
graciliter productis, 56que exceptis, intus fere truncatis, articulo ultimo 
magno, quadrato, capite inxqualiter punctato, anticefere Ixvi, labro pal 
pisque flavis, prothorace antice angustato, lateribus medio obtuse angu- 
lato, fortiter punctato, antice profunde bifoveato, elytris dense punctato- 
rugulosis, apice extremo Isevioribus; subtus albido-pubesc ens ; ?, major, 
antennis fuscis, clavatis, opacis, basi excepta, palpis labroque infuscatis, 
macula frontali minuta rufa. Biskra. 

Cette belle espece est bien distincte par sa taillc et sa coloration. 

2 CANTHARIS SANGUINICEPS. Long. 12 a 13 mill. Convexa, fere 
parallela, nigra, pubescens, modice nitida, elytris vix nitidulis, sutura et 
lateribus angustissime albido-marginatis, capite rubro, macula frontali 
nigra, subtus cum pedibus dense albido-pubescens ; capite transversim 
quadrato, prothorace paulo latiore, basi sat fortiter punctato, epistomale 
labroque fuscis, antennis testaceis apice obscmis, medium corporis haud 
attingentibus, fere cylindricis; prothorace antice angustato dense punctato , 



Seance du J5 fevrier 1885. xxxix 

media canaliculato et leviter albido-vittato; elytris subtiliter dense rugu- 
losis, apice separatim rotundatis. Biskra. 

Tres voisine de C. verticalis, mais en differe par la tete forlement et 
moins densement ponctuee a la base, presque lisse en avant, la tache 
noire transversale et non longitudinale, les antennes plus cylindriques, 
le corselet plus retreci en avant et les eperons des tibias posterieurs 
inegaux, plus petits, 1 un d eux plus court, elargi, obtus. 

Je dois la communication de ces deux insectes interessants a 1 obli- 
geance de M. R. Oberthiir. 

Le R. P. Belon adresse la communication suivante : , 

Mon cousin, M. Ach. Raffray, consul honoraire de France a Aden, a 
decouvert aux environs de sa residence et vient de m envoyer deux 
especes appartenant a la famille des Lathridiidss. Je les crois nouvelles, 
et je me fais un devoir de les signaler brievement, en attendant que je 
puisse publier leur description detaillee. 

La premiere, represented malheureusement par un seul echantillon, 
se rattache au genre Metoplithalmus. Par sa taille (a peine 1 millim.) et 
par le bord anterieur de la tete, presque droit, elle fait partie du groupe 
indique par M. Edm. Reitter (Deutsche ent. Zeitschr., XXVIII, 1884, 
p. 65) et comprenant les M. syriacus, obesus et Ragusse; mais elle s en 
distingue, ainsi que de toutes ses congeneres d Europe, par la presence 
de six series seulement de points sur les elytres. II est juste de la 
dedier au ze le chasseur qui 1 a decouverte, et je me propose de Fappeler 
Metophthalmus Raffrayi. 

La seconde espece a ete capturee, au nombre de 6 exemplaires, sous 
une poutre enfoncee dans le sol humide. Elle appartient au genre Holo- 
paramecus. La structure des antennes, 1 absence de strie suturale sur les 
elytres, etc., demontrent qu elle fait partie du sous-genre Tomyrinm et 
qu elle se rapproche extraordinairement du Bertouti. Neanmoins sa 
taille notablcment moindre (a peine 1 millim.), sa coloration beaucoup 
plus pale, ses yeux encore moins developpes, 1 absence de strie trans 
verse a la base des elytres vers 1 e cusson, et le dessin prothoracique 
legerement different, m engagent a la separer specifiquement sous le 
nom de Holaparamecus similis. 

M. E. Abeille de Perrin signale la synonymic suivante : 

Le Mylabris diflinis Ab., espece d Alge ric, decrite en 1880 dans le 
Bulletin de la Societe d histoire naturelle de Toulouse, est identique au 
.U. gilvipes Ghevr. 



XL Bulletin entomologique. 

M. Ed. Lefevre fait a la Societe la communication suivante : 

D apres les exemplaires types qui m ont ete communiques par le 
Musee de Bruxelles, le Nodostoma vulgaris, de crit en 1879 par Chapuis 
(Ann. Mus. civ. de Genes, t. XV, p. 9), et provenant d Abyssinie, est le 
meme que 1 insecle pour lequel j ai cree le genre Phascus (in Ann. Soc. 
ent. Fr., 1884, Bull., p. LXVI). II en resulte que le Phascus maculatm 
Ed. Lef. devra desormais figurer dans les Catalogues sous la denomina 
tion de Phascus vulgaris Chap, (sub Nodostoma). 

M. H. du Buysson adresse les notes suivantes par Pentremise de 
M. Se dillot : 

1 Un exemplaire vivant du Brachyomus 4-nodosus Bhm. a ete pris 
par mon frere sur une vigne en espalier le long d un mur, au mois de 
juin 1883, dans le pare du chateau du Vernet (Allier). Je suppose que ce 
Gurculionide, propre a la Colombie et au Bresil, est sorti de la serre ou 
il a ete apporte d Amerique avec des plants d Orchidees. Je me suis 
demande s il ne serait pas un nouvel ennemi de nos cultures, faisant 
invasion en France. J ai beaucoup regrette de 1 avoir mis precipitam- 
ment au flacon sans avoir pris le soin de chercher ce dont il faisait sa 
nourriture. Je n ai rencontre que cet unique exemplaire, et c est a 
M. Desbrochers des Loges que je dois la connaissance de son nom. 

2 J ai capture, dans les premiers jours de juin 1884, un exemplaire c? 
du Phytonomus Kunzei Ahr. (nee Gyll). a Jenzat (Allier), pres de la fon- 
taine minerale de Vauvernier, sur les bords de la Sioule. II m a semble 
vivre sur Helosciadlum nodiflorum, car c est en pechant des Hydroporus 
que je 1 ai trouve dans mon filet, mais il aurait pu venir s abattre en cet 
endroit en volant. Get insecte, que j ai communique egalement a M. Des 
brochers des Loges, appartient, d apres ce savant entomologiste, a la 
variete a intervalles alternes tous squameux de blanc et constitue une 
espece nouvelle pour notre faune franchise. M. Desbrochers la possede 
deja du Nord de rAllemagne et d Espagne : ce qui prouve que son aire 
de dispersion doit etre considerable, mais elle n en reste pas moins fort 
rare. 

- M. G. Tappes adresse les observations suivantes : 
1 Dans le 3 e trimestre 1884 de nos Annales, p. 224, M. L. Bedel ecrit 
que, suivant 1 observation de M. Se dillot, le Cryptocephalus de crit sous 
le nom de molossm par M. Fairmaire est le Cr. elatus de Fabricius. 

Suffrian (Linn. Ent., X, 252, I) avail dit, dans une note, apres avoir 
cite en entier la description de Fabricius : Je ne trouve cette espece 



Seance du 25 fe vrier 188o. XLI 

chez aucun autre auleur. Elle manque dans la collection de Fabricius 
comme toutes les autres especes africaines qu il a publiees. La descrip 
tion 68 s adapte parfaitement a une grandc ? du C. bimaculatus F., 
quand on ne veut pas prendre a la lettre les expressions de gigas 
cincreo villosum, sinon, en y ajoutant les elytra subpunctata, on pent 
aussi 1 appliquer a un Clytm. 

J avais recu d Algerie de grandes $ qui ne differaient des bimaculatus 
de France que par leur taille un peu plus forte, leur corselet un pen 
plus fonce et les laches des elytres plus larges; j avais cru alors pouvoir 
me rallier a la premiere supposition de Suffrian et faire de ces $ la 
var. elatus. Mais, 1 examen des specimens que M. Fairmaire m a confies 
esl venu confirmer le dire de M. Sedillot, et je me range tout a fait a la 
synonymie de M. Bedel. L insecte vu par Fabricius etait du Maroc 
comme ceux de M. Fairmaire. Maintenant, il ressemble tellement a notre 
bimaculatus, qu on ponrrait se demander si ce ne serait pas une forme 
de ce dernier grossie et un peu changee par le climat, surtout si Ton 
considere I augmentation de taille deja remarquee dans les individus 
algeriens qui seraient alors un passage. II faudrait savoir aussi si la 
forme ordinaire ne se trouve pas au Maroc en meme temps que la forme 
geante. 

Reste alors a regler le sort du Cryptocephalus decrit sous le nom 
Velatus par Suffrian (Wiegm.. Archiv., i866, I, p. 298), de Cuba, 
trouve une seule fois par M. Poey. On ne peut 1 appeler Poeyi parce que 
ce nom est porte par un autre. Je propose done d en faire un Cr. sub- 
elatus. 

2 Dans le Bulletin de la seance du 12 novembre dernier (p. cxxvn), 
M. Ed. Lefevre a fait passer sous les yeux de la Societe des Caryoborus 
provenant des fruits d un palmier nain. Je rappellerai a ce sujet que, 
lorsque j etais aux Entrepots, j ai trouve, en sciant des cocos provenant 
de l Amerique meridionale, des larves et des individus entierement for 
mes du Caryoborus ciirvipes Latr. J en ai fait part a M. L. Fairmaire. 

3 Pendant mon dernier sejour en Bretagne, a Perros-Guirrec (Gotes- 
du-Nord), j ai recolte, en meme temps que YOtiorhynchm fuscipes, deja 
pris 1 annee precedente a Saint-Quay, un certain nombre d Omwa luc- 
tuosa et le rare Styphlus penicillus Gyll. 

M. G.-A. Poujade donne la description d un Satyride du Thibet 
oriental capture par 1 abbe A. David : 

YPTHIMA ALBESCENS Pouj. Envergure : 44 millim. Dessus d un 
brim terreux ; ailes superieures ayant une grosse tache a peu pres ronde. 



XLII Bulletin cntontotogique. 

d uii noir bleuatre, finement cercles de jaune clair et traversee par deux 
points gris perle brillants ; elle est situee vers Tapex a partir du der 
nier tiers de 1 aile. Inferieures avec un ou deux gros yeux noir bleuatre, 
pupilles de gris perle, et cercles de jaune clair, suivis d un autre sem- 
blable, mais tres petit, situes vers Tangle interne. Le bord interne avoisi- 
nant cet angle est blanchatre, finement marbre de brun. 

Dessous des quatre ailes traverse en largeur par de fines marbrures 
brunes ; le fond des ailes superieures est d un blanc jaunatre, Toail de 
1 apex est pareil a celui du dessus, mais plus largement cercle de jaune. 
Ailes inferieures a fond blanc, traversees en largeur, a peu pres au 
milieu, par une large bande anguleuse jaune olivatre, et ornees de cinq 
yeux noirs, pupilles de gris perle brillant, a iris jaune cercle d une 
ombre brune : deux sont situes vers Tangle externe, plus en arriere que 
les trois autres de Tangle interne correspondant a ceux du dessus, le 
dernier est souvent double. 

Cinq c? de Mou-Pin; coll. du Museum. 

M. Em.-L. Ragonot donne lecture de la note suivante : 

M. Fromholz, de Berlin, a public dans le Berliner entomologische 
Zeitschrift de 1883, pages 9 a 14, des details tres interessants sur tine 
nouvelle espece de Phycite d Afrique, constituant un genre special, et il 
Ta appelee Zophodiopsis hyaenella. 

M. le D r Sorhagen, de Hambourg, ayant eu Tobligeance de me coni- 
muniquer un extrait de cette publication en memo temps qu un type du 
papillon, j ai reconnu en celui-ci une espece deja decrite par M. Ma- 
bille dans les Annales de notre Societe en 1879 (page 340) sous le nom 
de Metoecis lepidocerella, le nom specifique faisant allusion a des ecailles 
grossieres, tres caduques, qui recouvrent irregulierement les antennes. 
La M. lepidocerella est eclose au Museum au mois d aout des nids des 
Bombyx Radama et Diego provenant de Madagascar, et M. Mabille a 
suppose que la chenille de la nouvelle espece se nourrissait des poils 
des chenilles, surtout de leurs excrements, peut-etre aussi des cadavres 
de celles qui perissent et des chrysalides qui se dessechent. II ajoutait 
qu il est impossible d admettre que la chenille attaque des etres vivants 
et se nourrisse de proie. Notre collegue n a pu decrire la chenille ni 
indiquer Tepoque ou elle se trouve. 

Le Musee de Berlin ayant rec.u du D r Fischer des nids d un autre 
Bombyx, I Anaphe Panda Bdv., de Tinterieur de TAfrique, du cote de 
Zanzibar, M. Fromholz a eu occasion d etudier plus a fond Tinsecte. Les 
nids de I Anaphe Panda sont bien moins volumineux que ceux des 



Seance du 23 fevrier 1H83. XLHI 

Radama et Diego, rfayant que la grosseur du poing. Us ont la 
forme d une noix et la toile de soie qui les recouvre ressemble a du cuir. 
Ghaque nid coutient environ oO a 100 cocons places cote a cote et reunis 
par de la soie. 

Le D r Fischer supposait que ces nids avaient cinq mois d existence 
lorsqu ils ont ete recueillis par lui le 20 novembre 1880, et les indi 
genes lui assuraient que le f papillon n eclosait qu au bout de deux ans, 
pourtant dcs eclosions eurent lieu avant et apres Parrivee des nids a 
Berlin. 

M. Fromholz dit que les chenilles etaient toutes bien vivantes a leur 
arrivee ; elles faisaient un singulicr bruissement, qu on pouvait perce- 
voir en approchant 1 oreille du nid, mais an mois d oout 1881, epoque a 
laqnelle il examina le nid, la plupart des chenilles avaient peri et seule- 
ment un petit nonibre restaient en chrysalides. 

II remarqua qu un grand nonibre de chenilles mortes avaient etc de- 
vorees en partie dans leurs cocons, ainsi que plusieurs chrysalides, et il 
decouvrit enfm une chenille blanchatre a tete brunatre qui etait la cause 
evidente de ces degats et que, plus tard, il reconnut etre celle d une 
Phycite. Plusieurs de ces dernieres chenilles avaient forme leurs cocons 
de soie blanche et mince dans ceux de PA. Panda; mais d autres conti- 
nuerent a manger. 

Au mois de decembre suivant la plupart des chenilles de la Phycite 
se transformerent en chrysalides et le premier papillon parut le 11 Jan 
vier 1882. Jusqu au 14 fevrier il y eut d autres eclosions, la derniere 
eut lieu le 23 septembre suivant. Les autres chenilles resterent dans 
leurs cocons et ce n est qu au mois d octobre qu eiles se transformerent; 
le papillon est eclos sans doute a la fin de 1 annee 1882, de facon qu il 
est avere que certaines chenilles ont du vivre au moins deux ans avant 
de devenir papillons. 

M. Fromholz figure le nid, la chenille, la chrysalide et le papillon, 
ainsi que la nervulation de celui-ci, mais cette nervulation est mal des- 
sinee, car aux ailes superieures deux nervures costales n ont pas ete 
portees non plus que la nervure trans versale, pendant qu un pli dans la 
cellule a ete pris pour une nervure ; en outre, la nervure transversale 
est mal indiquee aux ailes inferieures. 

M. H. Lucas communique la note suivante relative a des Dipteres 
du genre Psychoda : 

Pendant les journees des 20, 21 et 22 Janvier 1883. le water-closet de 
Tappartement que j occupe au Jardin des Plantes a ete envahi par un 



XLIV Bulletin entomologique. 

tres grand nombre de Dipteres appartenant an genre Psychoda ; le siege, 
le recipient, les murailles, etc., en ont ete cou verts. 

On sail que les larves de ces Microdipteres, placees dans la tribu des 
Tipulaires Gallicoles, vivent sur les immondices de toute nature et 
qu elles y pullulent en immense quantite. 

Ed. Ferris a fait connattre la vie evolutive d une espece tres abon- 
damment repandue et designee par les auteuts sous le nom de Psychoda 
nervosa. La larve de ce Psychode a ete trouvee en tres grande quantite 
aux environs de Mont-de-Marsan, dans des fragments de Boletus pine- 
torum en decomposition meles a de la bouse de vache ; la larve et la 
nymphe ont ete decrites et figurees dans les Ann. des Sc. nat., 3 e serie, 
t. XIII. p. 346 a 348, pi. 6, B, fig. 1 a 5 (1840). 

D apres les conditions dans lesquelles j ai rencontre ce Psychoda, qui 
est le phalenoides, on peut supposer que la larve se tient et nait dans le 
conduit de ce water-closet. Ce qui me fait supposer qu il doit en etre 
ainsi, c est que, sur les parois du recipient, j ai rencontre une certaine 
quantite de nymphes appartenant tres probablement a cette Tipulaire. 
S il en est ainsi, on peut dire que lorsque ces larves sentent 1 approche 
de la metamorphose, elles remontent ce conduit et se placent a 1 entree 
de la soupape en nombre considerable. Gomme ce conduit est imparfai- 
tement obture, des larves franchissent le passage et c est ce qui explique 
la presence des depouilles nombreuses que j ai signalees. 

II ne m a pas ete possible de dormer suite a cette observation, Finsectc 
ayant presque tout a coup disparu apres avoir ete tres abondamment 
repandu pendant plusieurs jours. Cependant ces remarques, quoique 
tres incompletes, n ayant pas encore ete signalees, j ai pense qu elles 
pourraient mettre les dipterophiles sur la voie des mceurs encore peu 
connues du Psychoda phalenoides, dont la larve et la nympbe ont ete 
decrites et figurees par Bouche in Naturg. der Ins., p. 28, pi. 2, fig. 20 
a 22 (1834). 

M. J.-M.-F. Bigot adresse les diagnoses de deux genres nouveaux 
de Dipteres du groupe des Tachinides : 



BOLBOGHETA (6oX6w8r] ? /aiTr)). ?. Antennarum cheto nudo, 
perspicue bis segmentato, segmento pre-apicali minimo, apicali longo, 
setiformi, nudo, basi parum bulboso; facie hand carinata; fronte lata } 
parum prominula; genis angustis; oculis nudis; alarum venis 4* et 5 a 
longitudinalibm apice sejunctis, transversa %* (Rondani) vix obliqua et 
vix sinuosa, mag is vicina cubiti quam primx; palpis vix clavatis, vil- 
losulis, haustello tenui, rigido, basi nnicubitato, longitudim dimidia 



Seance du 25 fevrier 1885. XLV 

corporis; antennarum segmento 2 hirtulo, 3 oblongo, angusto, apice 
obtuso et 2 bilongiore ; antennis supra medium oculorum insertis ; 
cubito venfB quintx longitudidalis alarum hand appendiculato, vena 
hand incurvata, obliqua; pulmllis et ungulis longissimis; frontis ma 
crochetis vix ad apicem segmenti 2 l sistentibus, oralibus ultra medium 
fadei haud ascendentibus ; abdomine conico, macrochetis paucis longis, 
marginalibus tantum instructis; tibiis, parce et longe, macrochetis ar- 
matis; vena alarum 2* costalem attingente satis ultra transversam 
anteriorem. 

B. HAUSTELLATA, $ (nov. sp.). Long. 8 mill. Antennis fuscis, 
segmento 2 fulvo, cheto castaneo, apice late albido ; fronts vittaque fron- 
tali nigris; facie sordide albida; palpis et haustello fuscis , basi fulvis; 
thorace cinereo, lateribus vittisque quatuor nigris ornato, scutello nigro ; 
halteribus fulvis, calyptris albis, anguste flaw limbatis ; abdomine nigro, 
utrinque et apice late fulvo, incimrh nigris, maculis lateralibus tessel- 
latis albescentibus ; pedibus nigris, coxis tibiisque fulvis, macrochetis 
undique nigris, longis ; alis pallide cinereis. Buenos- Ayres. 1 specim. 
(ex mus. nostro). 

TRIGHODISGHIA (T P r/(or] ? is/.iov). c?, $. Generis Chetyliae (Ron- 
dani) satis vicinum. Fronte parum prominula ; antennis supra medium 
oculorum insertis, segmento 3 usque ad orem ducto, 2, superne setoso, 
haud duplo longiore, cheto nudo , basi incrassato, obscure segmen- 
tato; oculis inferne parce vellosulis; palpis elongatis, vix clavatis; 
haustello tenui, exserto, rigido; capite longiore et basi cubitato; fronte, 
<$, $, lata, macrochetis tantum usque ad radicem antennarum instructa; 
facie recta, leniter concava, nuda, macrochetis oralibus numerosis; venis 
alarum 4 a et 5 a longitudinalibus (Rondani) apice sejunctis, quinta 
obtuse cubitata, delude obliqua nee sinuosa, cubito haud appendiculato, 
vena transversali 2* magis proxima cubiti quam primx, vix obliqua 
et sinuosa, spinula costali brevissimd; tar sis haud dilatatis, ungulis et 
pulmllis parvis; abdomine depresso, macrochetis paucis discoidalibus 
et marginalibus munito; coxis inferne dense et longe setosis, fem-oribns 
undique, subtus, tibiis externe, longe spinosis ; tergo et scutello macrochetis 
longis et numerosis munitis. cT, femoribus posticis, subtm, ad apicem, 
leniter inflatis et setis penicillatis armatis. ^f^f ^ 

1. T. dERULEA, $?(nov. sp.). Long. 8 mill. Nigro caerules- 
cente parum nitido; macrochetis undique nigris ; fronte utrinque albida, 
vitta lata obscure castanea ; facie nigra, maculis utrinque latis albidis; 
antennis pedibmque nigris, palpis et haustello castaneis; antennis pedi- 



XLVI Bulletin entomologique. 

busque nigris; calyptris albidis, halteribus fuscanis; alls fere hyalinis, 
basi cinerascentibus. Buenos-Ayres. 3 specim. (ex mus. nostro). 

2. T. SOROR, d 1 (nov. sp.). Long. 8 mill. -Priori simillima, differt : 
colore obscuriore vix nitente; facie omnino nigra; palpis rufis, apice 
nigris; abdomine, utrinqm, obsctire cinereo notato; alis basi et externe 
parum flavido tinctis. Buenos-Ayres. 1 specim. (ex mus. nostro). 

Prix Dollfus. Conformement a Particle 59 de son Reglement, la Societe 
precede a Felection du laureat du Prix Dollfus pour 1884. 

Ginquante-huit membres francos prennent part an vote, soit directe- 
vnent soit par correspondance. Ce sont : 

MM. Allard (Ern.), de Paris. Andre (Edm.), de Beaune. Andre 
(Ern.), de Gray. Audollent. Baer. Bedel. Belon, de Lyon. 
Binot, de Cannes. Bonhoure. Bonnairc (le baron), de Foutainebleau. 

Bourgeois. Bouzereau-Malifert, de Meursault. Brisout de Bar- 
neville (Charles), de Saint-Germain-en-Laye. Brisout de Barneville 
(Henri), de Saint-Germain-en-Laye. Brongniart. Buquet. Cayol. 

Desbordes. Desrnarest. Ebrard, d Uriieux. Fallou (.!.). 
Fauconnet, d Autun. Gadeau de Kerville, de Rouen. Gehin, de 
Remiremont. Girard. Goossens. Grouvelle (J.). Grouvelle 
(Ph.). Guillot. Kunckel d Herculais. Laboulbene (D r ). Larn- 
bin. Lefevre. Lemoro. Leprevost. Leprieur. Leveille. 
Lucante, de Courrenson. Lucas. Manuel de Locatel (le comte), 
d Albertville. Marmottan (D r ). Marseul (de). Masson (Ed.), du 
Meux. Mauppin. Michard, de Puteaux. Millot (Ch.), de Nanc>. 

Mocquerys, d Evreux. Monnot, de Coutances. Orbigny (H. d ). 

Perraudiere (de la), d Issoudun. Poujade. Puton (D r ), de Remi 
remont. Raban, de Montauban. Ragonot. Sedillot. Senac (D r ). 
- Signoret, de Cannes. Simon. 

Les suffrages se sont ainsi repartis : M. Fairmaire, 57 voix ; M. le 
D 1 Trouessart, 1 voix. 

En consequence, M. Leon Fairmaire, ayant reuni la majorite absolue 
des suffrages, est proclame laureat du Prix Dollfus de 1884 pour son 
ouvrage intitule : Histoire naturelle de la France, 11 & partie, Hemipteres. 

Membres recus. 1 M. Baret (Louis), place Delorme, 2, a Nantes (Loire- 
Inferieure) (Entomologie gene rale, surtout Hemipteres-He te ropteres), pre- 
sente par M. L. Buquet. Commissaires-rapporteurs : MM. Fairmaire 
et Bourgeois ; 



fin, $5 fevrier 1885. XLVII 

2 M. Bonanna (Simon), piazza Bologni, 23, a Palermo (Sicile) (Coleo- 
pteres, Le pidopteres, Dipteres), presente par M. E. Desmarest. Com- 
missaires-rapporteurs : MM. Poujade et Lucas ; 

3 M. Krauss (D r Hermann), Hafengape, 3, a Tubingen (Wiirttemberg) 
(Entomologie generate, surtout Orthopteres), presente par M. Ragonot, an 
nom de M. le capitaine Finot. Commissaires-rapporteurs : MM. Lucas 
et Poujade ; 

4 M. Oberrieth (Maurice), negotiant, rue Caumartin, 24, a Paris (Co- 
leopteres de France), presente par M. Ph. Grouvelle. Commissaires- 
rapporteurs : MM. Cayol et Leveille. 

E. D. 



Bulletin bibliographique. 

Atti delta Reale Accademia del Lincei, 282 e annee (1884-1885), serie 
quarta, Rendiconti, vol. I, fasc. 4. Q 

Bijdragen tot de Dierkunde uitgegeven door Het Genootschap Natura artis 
uiagistra, ll e Aflevering. Q 

Boletin de la Academia national de Ciencias en Cordoba (Repiiblica Ar 
gentina), tomo VII, entegra 2. Felix LYNCH ARRIBALZAGA, Estafili- 
nos de Buenos-Aires (suite). 

Comptes rendus de t Acade mie des Sciences, tome G, n os 6 el 7 (9, 16 fevrier 

1855). Q 

Cosmos, 34 e annee, Nouvelle serie n 2 (9 fevrier 1885). Q Nouvelle 
serie n 3 (16 fevrier 1885). Q 

Naturaliste (Le), 7 e annee, n 4 (15 fevrier 1885). H. DE SAUSSURE, 
Diagnose d un Orthoptere nouveau. PAUL DELORME, Le Palaeo- 
phoneus nuncius et la theorie de revolution. GH. HAUBY, Coleo- 
pteres nouveaux. 

Societe Linne enne du nord de la France, Bulletin mensitel, 12 e annee 
t. VI, n 135 (l er septembre 1883). Q 



BEDEL (L.). I. Releve d observations ethologiques faites sur les Miarus 
et les Mecinus ou Gymnetron. II. Recherches sur les Gnl. : opteres 



XL vin Bulletin entomologiqm. 

du nord de 1 Afrique (Recherches synonymiques), (Ann. Soc. ent. 

Fr., 1884), 8 p. * 
BELON (R. P. FR.-MARIE-JOSEPH). Description d un Coleoptere nouveau 

du Chili (Gomptes rendus Soc. ent. Belg., 3 mai 1883), 3 p. * 
ID. Enumeration des Lathridiida3 du Japon (Ann. Soc. ent. Belg., 

tome XXIX), 8 p. * 
ID. Famille des Lathridiens 2 e partie (Histoire naturelle des Co- 

leopteres de France par E. Mulsant), 152 p. * 
ID. Note sur quelques especes du genre Cartodere Thorns. (Gomptes 

rendus Soc. entom. Belg., 7 jnin 1884), 3 p. * 
ID. Revision des LathridiidaB de Nouvelle-Zelande (Rev. d Entom.). 

23 p.* 
ID. Sur la place systematique du genre Langelandia Aube, et note 

synonymique (Soc. Linn. Lyon, 14 aout 1882), 6 p. * 
ID. Sur un petit groupe de Corticaria propres a la Nouvelle-Zelande 

(Gomptes rendus Soc. ent. Belg., 5 juillet 1884), 12 p. * 

SIMON (E.). Arachnides nouveaux d Algerie (Bullet. Soc. zool. Fr., 1884, 
7 p. * 

ID. Description d une nouvelle famille de 1 ordre des Araneae (Bradys- 
tichida}), suivie de la description d une Cryptothele nouvelle et 
d une note synonymique (Gomptes rendus Soc. ent. Belg., 4 octobre 
1884), 7 p. * 

ID. Note sur le groupe des Diolenii (famille des Attidae) et descriptions 
d especes nouvelles, suivie d une note sur les Arachnides recueillis 
par M. Weyers, a Aguilas, province de Murcie (Gomptes rendus Soc. 
ent. Belg., 5 juillet 1884), 8 p. * 

ID. Note sur le groupe des Mecicobothria (Bullet. Soc. zool. F., 1884), 
op.* 

ID, Note sur les Amaurobius de PAmerique du Nord (Bullet. Soc. zool. 
Fr.. 1884), 3 p. * 

A. B. 



Seance du 11 mars 1885. XLIX 

Seance du 11 Mars 1885. 
Presidence de M. fcw.-L. RAGONOT. 

M. le Secretaire annonce que le Banquet commemoratif de la fondation 
de la Societe a eu lieu au restaurant Bonvalet, boulevard du Temple, 
le samedi 28 fevrier 1885, sous la presidence de M. Ragonot. 

Vingt-trois membres y avaient souscrit : 

MM. Allard ; Baer ; Bedel ; Bonhoure ; Bourgeois ; Brisout 
de Barneville (Charles), de Saint-Germain-en-Laye ; Cayol; Des- 
marest ; Fairmaire ; Gadeau de Kerville, de Rouen ; Goossens ; 

Grouvelle (Jules); Grouvelle (Philippe); Lefevre; Leprevost; 
Leveille; Oberrieth; Orbigny (Henri d ); Poujade; Ragonot; 

Sedillot; Simon; Waga. 

Tous ont assiste au Banquet, sauf M. Waga, qui n a pu s y rendre a 
son grand regret. 
Au dessert, le President, M. Ragonot, prononce 1 allocution qui suit : 

Messieurs et chers Collegues , 

Nous nous sommes reunis aujourd hui pour feter le 53 e anniversaire 
de la fondation de la Societe enlomologique de France. 

L avantage de ces banquets, c est que, affranchis du formalisme des 
seances officiclles, ils nous procurent 1 occasion de causer de nos etudes 
favorites, non avec des profanes, mais avec des personnes qui com-, 
prennent nos gouts et les partagent. 

Le temps, en s ecoulant, apporte des modifications importantes a nos 
habitudes, mais, tout en approuvant ces banquets annuels destines a 
resserrer les liens qui existent entre nous, je ne puis m empecher de 
regretter ces reunions champetres , autrefois tres suivies , lesquelles 
combinaient le repas fraternel avec la journee de chasse qui pouvait 
etre si bien employee. Les jeunes entomologistes pouvaient la faire con- 
naissance avec des maitres dans chaque branche de la science; ils 
pouvaient, aides de conseils qui ne leur etaient assurement pas mar- 
chandes par leurs confreres plus experimented , acquerir des notions 
utiles sur les plantes usuelles et sur les manieres de recueillir les 
differentes sortes d insectes. Ges excursions bien entendues et bien 
conduites devraient attirer mieux encore que notre reunion annuelle 
les entomologistes de province desireux de conuaitre ceux de la me- 
tropole. On dira pcut-etre qu il est difficile de chasser tous ensemble, 
puisqu une localite qui convient aux uns peut ne pas convenir a 

(1885) Bulletin de la Societ6 entomologiqne de France. 5 



L Bulletin entomologiqne. 

d autres, chacun de nous ayant sa specialite; cette objection est vraie, 
mais rien n empeche les excursionnistes de se grouper suivant le 
genre de chasse qu ils veulent suivre, a la condition que tous puissent 
revenir, la journee fmie, au lieu du rendez-vous ou un bon et simple 
repas permet de se restaurer et de se reposer des fatigues de la jour- 
nee, tout en echangeant ses observations sur les decouvertes interes- 
santes qui ont ete faites par chacun. II devra seulement etre convenu 
que le but de 1 excursion est de faire des chasses, des observations en 
commun, et que le diner ne sera qu un moyen de reunir tout le monde; 
ce serait done aux chasseurs que devrait incomber le soin de Forganisa- 
tion de la promenade. 

J espere, Messieurs et chers Collegues, que vous serez de mon avis, 
et que, pendant la belle saison qui va venir, nous pourrons organiser 
une ou plusieurs excursions aussi nombreuses que possible. 

Cela dit, je vous prie de vous associer a moi pour porter un toast a la 
prosperite de la Societe entomologique de France ; puisse-t-elle toujours 
se maintenir a la haute position qu eile occupe dans le monde scienti- 
fique et voir augmenter ses publications qui sont une mine immense de 
renseignements les plus precieux. 

Je porte aussi un toast a mon predecesseur, a M. Edouard Lefevre. 

Des applaudissements unanimes accueillent les paroles de M. le Pre 
sident, ainsi que les toasts qu il vient de proposer. 

Divers autres toasts sont portes : 

Par M. Lefevre, au President, a M. Em.-L. Ragonot; 

Par M. Poujade, au laureat du Prix Dollfus de 1884, a M. Fairmaire ; 

Par M. Fairmaire, au doyen d age de la Societe, a M. Waga ; 

Par M. Bourgeois, a M. Gadeau de Kerville, present au Banquet, et a 
tous les membres de la province ; 

Par M. Gadeau de Kerville, aux membres parisiens; 

Par M. Desmarest, au Tresorier, a M. L. Buquet, qu une indisposition 
a seule empeche d etre des notres ; 

Par M. Leveille, a M. le D r Senac, qui n a pu egalement se joindre a 
nous; 

Par M. Poujade, au Secretaire, a M. Desmarest; 

Par M. Ragonot, aux membres honoraires presents et absents ; 

Par M. Gayol, aux nouveaux membres de la Societe, a M. Oberrieth 
qui est parmi nous ; 

Par M. Leveille, aux organisateurs du Banquet, a MM. Bourgeois et 
Sedillot. 



Seance du 11 mars 1885. LI 

Correspondance. II est donne lecture de la lettre suivante de M. Leon 
Fairmaire : 

Monsieur le President, 

Je vous prie de vouloir bien etre mon interprete aupres de la Societe 
pour lui faire agreer mes remerciements du Prix Dollfus qu elle m a 
decerne dans sa derniere seance. 

Qu il me soit permis de voir dans cette marque d estime de la part de 
mes collegues la nouvello preuve d une sympathie qui me louche pro- 
fondement. 

Recevez, Monsieur le President, 1 expression de mes sentiments affec- 
tueux. 

Paris, le 8 mars 1885. L. FAIRMAIRE. 

Decision. Conformement a la circulaire de M. le Ministre de 1 Instruc- 
tion publique, indiquee au precedent Bulletin (p. xxxvi), relativement 
au Congres des Societes savantes qui se tiendra a la Sorbonne du 7 au 
11 avril prochain, la Societe charge MM. J. Bourgeois, J. Fallou et 
H. Gadeau de Kerville, de Rouen, auxquels se joindra son President, 
M. Em.-L. Ragonot, de vouloir bien la representer a ce Congres et lui 
rendre compte des travaux entomologiques qui y seront etudies. 

Elections de membres honoraires. Gonformement aux decisions prises 
dans les seances des 14 et 28 Janvier et 11 fevrier 1885, declarant qu il 
y a lieu d elire quatre membres honoraires, aux termes de Farticle 13 
du Reglement portant que tous les membres frangais pourront voter, la 
Societe precede a ces elections. 

Quatre-vingts membres prennent part au vote, qui a lieu au scrutin 
secret et a la majorite absolue, soit directement, soit par correspon- 
dance. 

Ge sont : 

MM. Amblard, d Agen; Andre (Edm.), deBeaune); Andre (Ern.), 
de Gray ; Audollent ; Baer ; Bedel ; Bellier de la Ghavignerie, 
d Evreux; Belon, de Lyon; Blanc, de Gercy-la-Tour ; Bonnaire 
(le baron), de Fontainebleau ; Bourgeois; Brisout deBarneville (Gh.), 
de Saint-Germain-en-Laye ; Brisout de Barneville (H.), de Saint- 
Germain-en-Laye ; Brongniart; Buquct; Gayol; Chretien, de 
Boulogne (Seine); Constant, du Golfe Juan; Depuiset; Desbordes; 
- Desmarest; Deyrolle (Em.); Deyrolle (H.); Du Buysson, de 
Brout-Vernet; Ebrard, d Unieux; Fairmaire; Fallou; Fau- 
connet. d Autun; Fauvel, de Caen; Finot, de Fontainebleau ; 



LII Bulletin entomologique. 

Gadeau de Kerville, de Rouen ;-Gandolphe;-Gehin, de Remiremont; 

Girard; Goossens; Grouvelle (Ant.), de Nice; Grouvelle 
(Jules); - Grouvelle (Ph.); - Giiede; - Guillot;- Henon; Jekel; 
Joyeux, de Melun; Kimckel d Herculais; Laboulbene; Lamey, 
de Gray ; Lefevre; Lemoro; Leprevost; Leprieur; Lethierry, 
de Lille; Leveille; Lucante, de Gourrensan; Lucas; Mace, 
de Vendome; Marmottan; Marseul (de); Martin (Gh.); Mauppin. 

Milliere, de Cannes; Millot (Gh.), de Nancy; -- Mocquerys, 
d Evreux; Nanteuil; Oberrieth; Orbigny (d ); Osmont, de 
Gaen; Pandelle, de Tarbes; Perraudiere (de la), d Issoudun; 
Pierson; Poujade; Puton, de Remiremont; Rabaud, de Montau- 
ban; Ragonot; Regimbart, d Evreux; -- Reiche; Salle; - 
Sedillot; Senac; Simon; Tappes. 

La majorite absolue des 80 bulletins de vote est de 41. 
Les suffrages se sont ainsi repartis : 

MM. de Selys Longchamps ... 57 volx. 

de Marseul ol 

Horn 41 

Puton 35 

Laboulbene 31 

Rlanchard 30 

Stainton 24 

Milliere 21 

Packard 10 

Rey 

etc. 

En consequence , sont proclames Membres honoraires , comme ayant 
reuni la majorite absolue des voix : 

MM. le D r G.-H. Horn, de Philadelphie (Pensylvanie , Etats- Urn s 

d Amerique); 

S.-A. de Marseul, de Paris; 
Ed. de Selys-Longchamps, de Liege (Belgique). 
Un deuxieme tour de scrution, pour 1 election d un quatrieme rnembrc 
honoraire, est renvoye a la seance du 8 avril 1885. 

Lecture. M. Ern. Allard adresse un memoire intitule : Classification 
des Adesmides et des Me gage nides. 

Communications. M. J. Fallou dit qu il a adresse au Ministere de 
1 Instruction pubiique pour le Gongres de 1885 des Societes savantes 



Seance du 11 mars 1885. LIU 

des memoires sur deux des questions entomologiques qui doivent y 
etre traitees : 1 sur 1 acclimatation en France du Ver a soie de 1 Ailante 
(Attacus Cynthia vera Guerin-Meneville) et des autres especes de Lepi- 
dopteres sericigenes exotiques ; 2 sur 1 examen de 1 influence qu exer- 
cent sur la conservation des Insectes les temperatures hibernales. 

Notre collegue remet sur le bureau une note contenant Findication 
des travaux qu il a publics sur ces deux sujets, dont quelques-uns lui 
ont valu des medailles des Societes d Acciimatation et d Insectologie. 

M. L. Fairmaire communique la note suivante, relative a la syno 
nymic de plusieurs Coleoptcres algeriens : 

M. Desbrochers a public dans les Memoires de I Academie d Hippone, 
1884, les descriptions de quelques Gurculionides decrits par moi ante- 
rieurement dans les Gomptes rendus de la Societe entomologique de 
Belgique. Ainsi, le Scythropm longus Desbr. = S. oxycedri Fairm.; 
S. socius Desbr. = S. pineti Fairm.; Polydrostis Oberthuri Desbr. = 
S. phxnicim Fairm. T qui doit rentrer parmi les Polydrosus; le S. Wa- 
rioni Mars., cite par M. Desbrochers, est le callizonatus Fairm. 

Notre coilegue a cree en outre un genre Oxylepus pour une espece de 
Gasside (0. capudnus) qui se trouve non seulement dans le nord de 
PAfrique, mais en Sicile. Get insecte est identique avec la Cassida invo- 
luta Fairm., pour laquelte j ai propose le noni generique de Chelysida 
en decrivant une autre espece analogue dans le premier Voyage de 
M. Revoil chez les Qomalis (1882, 104). Je dois ajouterque, depuis lors, 
j ai vu la premiere de ces Gassides avec le nom de Cassida Suedse Halid., 
mais je ne crois pas qu elle ait etc decrite. II parait, du reste, qu elle 
est identique avec la C. deflexicollis Boh., qui se trouve dans le midi de 
la France, et qui serait extremement variable, car la description de 
Bohemami ne concorde guere avec 1 insecte que j ai fait connaitre. 

Quant a la Cassida biskrensis Desbr., elle est identique avec la Cassida 
Kcechlini Mars. 

M. le baron Bonnaire adresse la note suivante sur divers Go- 
leopteres : 

Parmi plusieurs Pselaphiens dont je dois la determination Fobli- 
geance de M. Reitter, bien connu du monde entomologique pour sa 
competence en cette famille, je crois devoir signaler les trois especes 
suivantes, prises par moi a 1 ile de Re : Machxrites glabratm Rye, 
Tychus corsicus Reitter, et Tychus monilicornis Reitter. 

De plus, notre coilegue, considerant comme nouvelle 1 espece ci-apres 



LIV Bulletin entomologique. 

que je lui avals soumise, et, sur Findication qu il a bien voulu me don- 
ner de plusieurs de ses caracteres distinctifs, je me determine a en pre 
senter la description : 

SCYDMJ:NUS OVALIPENNIS. Long. 3/4 mill. S. exili affinis. Brunneo- 
rufescens, pedibus ultimisque antennarum articulis testaceis, griseo-pubes- 
cens; prothorace postice angustato, lateribus rotundatis, postice canalicu- 
latis; elytris amplioribtis, ovatis, vix punctatis, basi biimpressis, utrinque 
plicatis. Fontainebleau. 

Taille et forme de Yexilis Erichson. En differe par son corselet a 
cotes sillonnes a partir de la base, et par les fossettes du pli transversal 
plus apparentes. Les elytres sont plus elargies, ovalaires, biimprqs- 
sionnee seulement a la base avec un pli partant de chaque epaule et se 
prolongeant jusqu au quart de leur longueur. La ponctuation est moins 
visible, et la pubescence, plus longue, parait soyeuse. 

Se rapprocherait egalement du strictus Fairmaire, mais, a part d autres 
differences de detail, le corselet est assez court et non pas oblong et 
presque cordiforme ; de plus, le sillon longitudinal sur chaque cote part 
de la base meme et n est pas la continuation du pli transversal situe a 
quelque distance de la base. 

M. H. Lucas communique la note qui suit : 

Les Mijraptera scutellaris White, Hymenopteres sociaux que je fais 
passer sous les yeux de mes collegues, proviennent d un nid rencontre 
suspendu a un arbre dans une foret peu frequentee. Gette nidification, 
qui mesure en hauteur 75 centimetres et en largeur 45 a 50 centimetres, 
remarquable par les nombreuses apophyses epineuses dont elle est cou- 
verte, montre que les constructeurs Font etablie sur une forte branche 
en y comprenant les rameaux, afln de la consolider. C est dans le depar- 
tement de Facuarembo, appartenant a la Republiquc Orientale de 
1 Uruguay, que cette nidification a ete decouverte. D apres les habitants 
de cette localite, ce nid, qui appartient a la division des Phragmocyttares 
parfaits de M. de Saussure, serait le travail de 25 a 30 ans environ. II 
fait partie des collections entomologiques du Musee de Paris, auxquelles 
il a ete donne par M. F. Castellanos. 

M. J.-M.-F. Bigot adresse les diagnoses generiques de deux genres 
nouveaux de Dipteres du groupe des Tachinides (suite et fin) : 

DASYUROMYIA (oa ? u ; oupa pta). c?, $?. Oculisnudis;antennis 
contra medium insertis, segmento 3 ultra medium faciei hand elongato, 
2, superne dense et breviter setoso, vix longiore, oblongo, apice rotun- 



Seance du li mars 1885. LV 

data, cheto nudo, usque ad medium incrassato; palpis clavatis, haus- 
tello brevi; fronte parum prominula; facie leniter concava, genis latis 
et villosis; oculis superne fere contiguis, rf; fronte usque ad radicem 
antennarum, facie usque ad medium, macrochetis instructis, abdomine 
villoso, macrochetis disco idalibus et marginal-Urns munito, apice, subtus, 
parum incurvato, ct, ante apicem spina unica et mucrono robusto, co- 
nico, armato, segmento ultimo apice penicillato et setis incurvatis dense 
munito; venis alarum 4* eto & longitudinalibus (Rondani) apice disjunctis, 
quinta recte cubitata, deinde concava, secunda transversali obliqua, 
sinuosa, cubito quintx vicina, longitudinalibus basi haud spinosulis; 
femoribus et tibiis macrochetis longis inequalibus armatis, ungulis et 
pulvillis longis. $ ? simillima ; fronte lata , abdomine forma ordinaria, 
apice haud penicillato, sed pluri setoso. 

D. PENICILLATA, c?, $ ? (nov. sp.). Long. 11 mill. Fronte antennis- 
que nig ris,prima utrinque albescente; facie mediana fulva, utrinque nigra, 
obscure albido notata ; palpis castaneis ; corpore totoparce et breviterpiloso, 
parum nitente, thorace et scutello nigris, abdomine ejusdem colons, vittis 
thoracis tribus obscure cinereis; calyptris pallide flams, halteribus fulvis; 
abdomine, lunulis utrinque tribus obscure cinereis, tessellato ; pedibus ni 
gris, tibiis fulvis ; alis Iwjalinis, basi parum infuscatis sicut ac limbo 
angusto venx secundx transversalis. $?, simillima; aliquoties multo 
minor; vitta frontali castaned. Chili. 2 cf, 5 $? (ex mus. nostro). 

Specimen $ unicum, minimum, (nee non species nova ?); differt : vitta 
frontali femoribusque infra, apice, rufis. 

GLOSSIDIONOPHORA (/>j 5 5 .3iov ? spw). Generis Ocyptera simi- 
lis, differt : haustello tenui, exserto, rigido, basi cubitato, capite xqui- 
longo; antennarum segmento 3 ovali, parum secundo longiore, et, 
apice parum exlerne acuminato, cheto omnino nudo. 

1. G. NIGRA, c? (nov. sp.). Long. 7 mill. Antennis, Imustello, vitta 
frontali lata, vertice, nigris; facie et fronte albidis ; corpore nigro nitente, 
exceptis, scapulis et segmentis duobus abdominis intermediis anguste 
cinereo albido tinctis; calyptris albis, halteribus fuscis; genitalibus apice 
rufis; alis pallidissime cinereis. Buenos-Ayres. 1 specim. (ex mus. 
nostro). 

2. G. BICOLOR, $ (nov. sp.). Long. 6 mill. Antennis, haustello, 
vitta frontali et facie nigris, facie et fronte utrinque cinereis ; thorace 
nigro opaco, obcure cinereo vittato ; scutello nigro ; calyptris albis ; (halte 
ribus ?) ; abdomine rufo, subtus, apice, longe recurvo, basi, apice late ma- 



LVI Bulletin entomologique. 

culisque tribns dorsalibus, oblongis, nigris ; pedibm nigris ; alls palli- 
dissime cinereis, basi parum testaceo tinctis. Australie. 1 specim. 
(ex mus. nostro). 

M. Ragonot montre a la Societe et donne les descriptions abregees 
de deux nouvelles especes de Tineites, decouvertes par M. Giacinto 
Gianelli, de Turin, dans les environs de cette ville : 

1 GLYPHYPTERYX ARGYROGUTTELLA. Envergure : 18 mill. Ailes 
superieures altongees, droites sur la cote, obliques sur le bord interne, 
aigues au sommet. Elles sont de couleur olivatre bronze pale et traver- 
sees par de nombreuses stries et taches argentees, se distinguant peu 
du fond et disposers a peu pres comme dans la Bergstraesserella F., sa 
plus proche voisine. Elle se distingue de celle-ci par sa taille bien 
plus grande, par la forme de ses ailes, par la couleur du fond, par ses 
taches a contours indistincts, non liserees de noir ni reconvenes en partie 
d ecailles metalliques et violettes, par 1 absence de la premiere paire de 
stries dorsales et cos tales, enfin ses ailes inferieures sont grises et non 
brunes comme dans Bergstraesserella. 

Un second exemplaire est lave de brunatre vers la base, et les taches 
argentees sont obliterees, sauf vers le bord externe, oii on les aperc.oit 
tres indistinctement. Pour distinguer cette aberration, je lui donne le 
nom de paurographella. Elle ressemble beaucoup a la fuscoviridella Hw. 

A placer apres Bergstmesserella F. 

2 GLYPHYPTERYX GIANELLIELLA. Envergure : 14 mill. Res 
semble beaucoup a Yequitelld Sc. comme forme, couleur des ailes supe 
rieures et dessins ; mais ejle s en distingue facilement par sa grande 
taille, par la presence de trois stries blanches avant 1 apex au lieu de 
deux, par la premiere strie costale bien plus courte, par la deuxieme 
strie dorsale qui est convexe du cote de la base au lieu de 1 etre vers le 
bord externe, enfin la tache ronde argentee inferieure, pres de la seconde 
strie dorsale, est placee dans la Gianelliella au-dessous de 1 autre tache 
et est prolongee en une strie le long du bord externe. 

Elle devra etre placee entre Haworthana Stph. et equitella Sc. 

M. Gh. Oberthur adresse la note suivante : 

J ai deja plusieurs fois appele FaLtention des entomologistes sur le 
danger que les descriptions sans figures font courir a la nomenclature, 
en creant les noms d une foule d especes qui, n etant pas figurees, mais 
simplement decrites, deviennent absolument impossibles a reconnaitre 
exactement. M etant livre dans ces derniers temps au classement de 



Seance du 11 mars 1885. LVII 

ma collection de Delto ides et Pyralides, et ayant pris pour base de ce 
classement la collection de feu Guenee et le 8 e volume du Species general 
(Suites a Buffbn), j ai constate que plusieurs especes decrites et figurees 
par Bremer dans 1 ouvrage Lepidopteren Ost-Sibiriens (S -Petersbourg, 
1864) faisaient double emploi avec celles que Guenee a decrites, mais 
non figurees, dans le Species general (Paris, Roret, 1854). 

Gomme les Lepidopteristes contemporains s occupent surtout de la 
faune d Europe et du nord de 1 Asie, telle que la limite le Catalogue de 
MM. Staudinger et Wocke, je crois utile de faire connaitre que : 

1 Le Botys zealis Guenee (Species general, p. 332), indique comme 
du Silhet, est exactement la meme espece que le Botys varialis Bremer 
(Lepid. Ost-Sibiriens, pi. vi, fig. 9). J ai sous les yeux le specimen 
typique de zealis et de nombreux varialis que M. Jankowski m a en- 
voyes de Sidemi et de Pile Askold. 

2 De meme Hyalitis luctuosalis Guenee (Species general, p. 290), 
indique avec doute comme des Indes-Orientales, est la meine espe&^que 
Ebulea Zelleri Bremer (Lepid. Ost-Sibirie^-pl. ji,^^),.. -^ ^ 

3 Botys multilinealis Guenee (Species general, p. 337 et 338), decrit 
sur quatre exemplaires venant des Indes-Orientales, est encore iden- 
tique a Botys basipunctalis Bremer (Lepid. Ost-Sibiriens, pi. vi, fig, 8). 
Le Botys multilinealis est repandu en Mantschourie, au Japon, a Java et 
meme a File Bourbon. 

Bremer est bien excusable de ne pas avoir recoimu dans 1 ouvrage de 
Guenee les especes qu il a plus tard publiees comme nouvelles, car les 
descriptions de 1 auteur du Species general sont tellement vagues qu il 
est impossible parfois de savoir a quoi elles s appliquent, si Ton n a 
pas le specimen typique sous les yeux. D ailleurs, Gueiiee lui-meme 
ne pouvait pas toujours determiner surement d apres ses propres 
descriptions ; et, dans sa collection de Noctuelites, qui etait encadree 
dans de petites boites vitrees, au dos desquelles il avait coll&ime 
notice souvent tres longue, on peut frequemment lire des renseigne- 
ments comme ceux que je transcris textuellement : Perigea circuita ? 
Gn., sp. 363, Bresil ; recjue depuis mon Species. Ma description lui con- 
vient, mais je ne 1 ai pas comparee avec 1 individu du Museum. 
Cel. Arna ? Gn., sp. 351 , Amer. bor. Je 1 ai rec,ue depuis mon Species 
et ne 1 ai pas comparee avec 1 individu de la coll. Doubleday, sur lequel 
j ai fait ma description ; elle me parait differer a quelques egards du 
croquis que j ai garde. Je la trouve bien voisine de Chalcedonia Hbn., 

(1885) Bulletin de la Societe entomologique dc France. 6 



Lvm Bulletin entomologique. 

404. a Agrotis gypaetina ? Guenee ; Montevideo ; de la coll. Feistha- 
mel. Je ne suis pas sur que ce soit bien elle , etc. 

Dans ces conditions, si le createur d une espece hesite lorsqu il n a 
pas le specimen typique sous les yeux, comment peuvent arriver a une 
determination precise les nombreux entomologistes qui, ayant 1 illusion 
de considerer des descriptions sans figures comme serieuses, perdent 
leur temps a lire et relire des textes trop obscurs. Beaucoup se decou- 
ragent et abandonnent 1 etude d une science ingrate. 

En resume, la description seule d un insecte ne peut presque jamais 
permettre d obtenir la surete de determination, et, a moins d une bonne 
figure, toute determination exacte est impossible. Les descriptions sans 
figures engendrent le chaos et sont un mal pernicieux. A mon avis, la 
maxime qui devrait prevaloir dans 1 interet de la science est : Pas de 
bonne figure a I appui d une description, pas de nom valable ! Tot ou tard, 
la force des choses amenera a adopter cette regie qui sera la loi finale 
de la nomenclature entomologique. 

M. H. Lucas communique la note suivante : 

Le Grustace que je fais passer sous les yeux de la Societe appartient 
a 1 ordre des Isopodes, a la famille des Gymothoadiens et a la tribu des 
Cymothoadiens parasites ; il a ete decrit par M. H: Milne-Edwards dans 
son Hist. Nat. des Crust., t. Ill, p. 276, sous le nom d Ourozeuktes 
Oweni et figure dans 1 atlas du meme ouvrage, pi. 33, fig. 8 (18iO). 

Get Isopode a beaucoup d affinite avec Jes Cymothoes, mais il en 
differe, ainsi que tous les autres Isopodes de la meme famille, par un 
caractere bien distinct et qui reside dans la conformation de 1 abdomen ; 
en effet, chez cet organe, tous les segments qui le composent sont soudes 
de maniere a ne former qu une seule piece et ne se distinguent entre eux 
que par de legers sillons transversaux. La tete est tres petite, presque 
globuleuse et profondement enchassee entre les deux prolongements du 
premier anneau thoracique; enfm, les pattes de la derniere paire sont 
conformees comme chez les Cymothoa, mais cachees sous la lame termi- 
nale de 1 abdomen. 

Ces Grustaces, dont on ne connait encore que les femelles a 1 etat 
adulte, subissent des modifications considerables par les progres de 
rage; quand ils viennent de naitre et encore enfermes dans la poche 
ovifere de leur mere, ils ressemblent beaucoup a de jeunes Anilocra; 
leur tete est grosse, le thorax ne porte que six paires de pattes ; 1 abdo 
men est divise en six anneaux mobiles; les fausses pattes des cinq 
premieres paires sont semblables entre elles et garnies de deux lames 



Seance du 11 mars 1885. LIX 

ovalaires a bords cilies; enfm, les dernieres fausses pattes sont grandes 
et forment, avec le dernier article de 1 abdomeh, une large nageoire a 
cinq lames ciliees. 

Quand M. Milne-Edwards a decrit ce singulier Crustace, la patrie et 
les conditions dans lesquelles il vit lui etaient inconnues, mais 1 indi- 
vidu que je communique a ete trouve dans la poche branchiale d un 
Monacanthus melanurm Rich., poisson de la famille des Plectognathes, 
qui a ete rencontre dans les mers australes (Port-Jackson) par M. Lix. 

Depuis le travail de M. H. Milne-Edwards, d autres especes ont ete 
decrites ; elles proviennent aussi d Australie et sont designees sous les 
noms d O. monocanthi Schiodte et Meinert, Symb. ad Monogr. Cymoth., 
p. 407, pi. 18, fig. 8, 9 (Sidney; caudatus Schiodte et Meinert, loc. cit., 
p. 411, pi. 18, fig. 11, 12 (Adelaide), 1884. 

E. D. 



Bulletin bibliographique. 

Acade mie des Sciences (Comptes rendus hebdom. des seances de I ), 1885, 

n os 8 et 9. O 
Acade mie impe riale des Sciences de Saint-Pe tersbourg, 1884. Bulletin, 

t. XXIX, n 3. O Mmoires, t. XXXII, n os 4 a 12. Q 
Accademia dei Lined (Atti della reale), Rendiconti, 1885, n os 8 et 9. Q 
American Association for the advancement of Science (Proceedings of the), 

32 e Meeting held at Minneapolis in 1883. Salem, 1884. Q 
Annual Report of the board of Trustees of the Public Museum of the city 

of Milwaukee, 1884. 

Boston Society of Natural History, 1884. Mmoires f vol. Ill, n 8, 
HOWARD AYERS, On the Development of OEcanthus niveus and its 
Parasite, Teleas, 8 pi. n. et fig. dans le texte. N os 9 et 10, 
SCUDDER (S. H.), Two New and Diverse Types of Carboniferous My- 
riapods. The species of Mylacris, a Carboniferous Genus of Cock 
roaches, n 11. Q Proceedings, vol. XXII, part. II, 1882-83, 
H. HAGEN, Notes on the Genus Pieris. ID., The Genus Colias. 
Part. HI, 1883-84. Q 

Naturalista Siciliano (II), mars 1885, ann. IV, n 6. RAGUSA, Catalogo 
ragionato dei Coleotteri di Sicilia. B. GRASSI, Intorno ad un nuovo 
Aracnide *Artrogastro (Kosnenia mirabilis). A. RIGGIO, Appunti di 
Carcinologia Siciliana sul Polycheles Doderleini, Riggio ex Heller 



LX Bulletin entomologique. 

(Polycheles typhlops Heller), pi. P. MILLIERE, Catalogue raisonne 
des Lepidopteres des Alpes-Mari times. 

Naturaliste (le), 7 e annee, n 5. P. DELORME, le Palxophoneus nun- 
cius et la theorie de revolution. ALLARD, Diagnoses de Goleopteres 
nouveaux. . 

FALLOU (J.). Etudes surles divers Lepidopteres heteropteres Attaciens, 

sericigenes (Bull. Soc. Acclim. Fr.), 1884. * 
GADEAU DE KERVILLE (HENRI). Gompte rendu de la 22 e reunion des De- 

legues des Societes savantes a la Sorbonne (Sciences naturelles) 

(Bull. Soc. Amis Sc. nat. Rouen), 1884. * 

HANSEN (H.-J.). Arthrogastra Danica : en monographisk fremstilling af 
de i Danmark Levende Meiere og Mosskorpioner meg bidrag til sidst- 
naBvnte underordens systematik kjobenhavn 1884 (Nat. Tidssk.), * 

ID. Fortegnelse over de hidtil i de danske have f undne Pycnogoniter eller 
sospindler 1884 (id.). * 

ID. Opgjorelse af sporgsmaalene : Spiracula cribraria - os clausum 
1884 (id.). * 

LABOULBENE (A.). Notice sur G.-J. Davaine, avec portrait (Soc. de Bio- 
logie), 1884. * 

LUCAS (H).. Note sur deux nouvelles especes du genre Eugaster, Or- 
thopteres sauteurs de la famille des Locustides, 1 pi. n. (Ann. Soc. 
ent. Fr.), 1884. 

RILEY (G.-V.). Catalogue of the Exhibit, of economic Entomology at the 
World s industrial and cotton centennial Exposition New-Orleans 
1884-1885, Washington. 

ID. Report of the Entomologist for the year 1884, 10 pi. n., Washington, 
1885. ______ A. L. 

Seance du 5 liars 1885. 
Presidence de M. EM.-L. RAGONOT. 

Correspondence. M. le President donne lecture de lettres qui lui ont 
ete adressees par deux des membres honoraires elus dans la precedente 
seance : 

Paris, le 20 mars 1885. 
Monsieur le President, 

Ma nomination de membre honoraire de la Societe entoftiologique de 
France, dans les elections du mercredi 11 mars dernier, m a d autant 



Seance du 25 mars 1885. LXI 

plus louche que je n y comptais guere, et que les suffrages ont ete nom- 
breux et spontanes. Je suis fier et reconnaissant de cette preuve de 
sympathique estime de mes confreres. G est pour moi le couronnement 
d une longue carriere consacree a l entomologie et de mon fidele devoue- 
ment a notre honorable Societe. 

Les termes flatteurs de votre lettre qui m annonce ma nomination 
officielle rehaussent le prix de cet honneur envie, et je vous en remer- 
cie. Mais vous avez soin de me rappeler en meme temps que mes 
devoirs envers la Societe ne font que commencer, et je ne perdrai pas 
de vue ce juste avertissement. Je vais tout de suite mettre la main a 
1 oeuvre pendant que 1 age me laisse encore 1 usage de mes facultes et 
de bons yeux. 

L Abeille, en attirant des jeunes gens, en leur inspirant le gout de 
I entomologie et le fortifiant en eux, prepare depuis longtemps des 
adherents a la Societe, plein de zele et d ardeur. Mais je veux rediger 
un memoire sur un groupe inexplore et interessant qui terminera la 
chaine dont la Monographic des Histerides fut le premier anneau. 

Agreez, je vous prie, Monsieur le President et cher Confrere, 1 assu- 
rance de mes sentiments de haute estime et de cordial devouement. 

DE MARSEUL. 
A. M. le President de la Societe entomologique de France. 

Liege, 20 mars 1885. 
Monsieur le President et tres honore Confrere, 

J ai parfaitement recu la lettre, en date du 16 de ce mois, par laquelle 
vous m annoncez que la Societe entomologique de France m a fait 1 hon- 
neur de m elire membre honoraire. Je suis egalement en possession du 
diplome qui m a ete adresse par les soins de notre venere confrere 
M. Buquet. 

J attache le plus grand prix a cette distinction insigne, dont je ne 
m attendais pas a me voir 1 objet. 

Je suis, il est vrai, membre de notre Societe bien aimee depuis ciu- 
quante et un ans, ayant ete admis en 1834, et je me trouve, helas ! Fun 
des six membres les plus anciens, tant de maitres et de confreres nous 
ayant ete successivement enleves pendant ce demi-siecle; mais, d un 
autre cote, j ai a me reprocher de ne vous avoir fourni que de courtes 
notices, et cela a d assez longs intervalles, m etant engage (sans parler 
de mes etudes sur les. Vertebres) dans un Synopsis general des Odonates,. 






LXII Bulletin entomologique. 

non encore termine, que publie 1 Academie des Sciences de Belgique, 
travail souvent interrompu par la necessite de rediger des faunes locales 
et des notices speciales sur le meme groupe, a la suite de 1 examen de 
materiaux qui m etaient soumis par des musees etrangers ou par des 
voyageurs. 

Toutefois, Monsieur le President, je puis dire d une maniere gene- 
rale, que j ai fait de Yentomologie frangaise, en ce sens que mes travaux 
ont toujours ete ecrits et publics en frangais, meme dans les recueils en 
langues etrangeres, ou leur place se trouvait marquee par des motifs 
speciaux, et ou Ton a Men voulu les admettre. 

Je saisis la circonstance presente pour exprimer ma gratitude envers 
nos confreres anglais, hollandais, allemands, italiens et espagnols, qui 
m ont accorde cette faveur d une fac.on toute spontanee (1). 

En louant cette hospitalite large et vraiment scientifique, je n entends 
pas dire que les oeuvres entomologiques pourraient, sans de graves 
inconvenients, devenir une marqueterie polyglotte, qui ne serait a la 
portee que des linguistes de profession. Je pense qu il y a lieu de se 
limiter aux langues d origine latine et anglo-saxonne. 

A cet egard, nous ne pouvons voir sans inquietude { innovation 
recente, pratiquee d ailleurs par des entomologistes de merite, qui pu- 
blient dans les langues slaves, magyares, etc. Initier leurs compatriotes 
aux connaissances zoologiques, dans leur langue, est sans doute fort 
louable; mais lorsqu ils tiennent a ce que leurs travaux et leurs decou- 
vertes soient connus et cites dans le monde savant des autres pays, il 
me semble indispensable que la langue employee soit d un usage ge 
neral dans les sciences et susceptible de rencontrer partout des tra- 
ducteurs. 

Veuillez, Monsieur le President, assurer mes honorables confreres de 

(1) Je citerai comme exemple la publication de quelques-uns de mes me- 
moires : 

Apercu statistique sur les Nevropteres Odonates (Transaction of the Lon 
don Entomological Society}, 1871. 

Odonates de la region de la Nouvelle-Guinee (Mittheilungen des Kgl. Zoo- 
logischer Museum zu Dresden), 1878. 

Nouvelles observations sur les Odonates de la Nouvelle-Guinee (Annali del 
Museo civico di Storia naturale di Genova), 1879. 

Odonates des Philippines (Anales de la Societa Espanola d Historia na 
turale}, 1882. 

Odonates de Madagascar, des iles Muscareignes et Comores (dans les Re- 
cherches sur la Faune de Masagusem, par Herm. Schleyel et F. Fallen). 



Seance du 25 mars 1885. LXIU 

ma profonde reconnaissance, et agreer 1 assurance de ma haute conside 
ration et de mon entier devouement. 

EDM. DE SELYS-LONGCHAMPS. 

A M. Ragonot, president de la Societe entomologique de France. 

II est egalement donne lecture d une lettre adressee a M. le Presi 
dent par M. le D r Al. Laboulbene. Notre confrere ecrit qu il decline 
toute candidature a 1 honorariat en presence de M. Emile Blanchard, 
dont les travaux si importants lui feraient un devoir de s effacer devant 
lui, si ses sentiments d attachement pour sa personne ne 1 y portaient 
pas. En consequence, M. Laboulbene prie ses collegues, s ils avaient 
pense a lui, de vouloir bien reporter leurs votes, a la seance du 8 avril, 
sur M. le professeur Blanchard. 

Communications. M. J. Bourgeois fait connaitre la note suivante : 

La $ du Lampyris depressimcula, trop sommairement caracterisee par 
Motshchulsky, etant restee inconnue a M. Ernest Olivier, je crois devoir 
en donner la description detaillee, d apres un exemplaire du Musee 
royal de Bruxelles, actuellement entre mes mains : 

L. DEPRESSIUSGULA Mots., Etud. entom., Ill, 1854, p. 19. E. Oliv., 
Essai d une Rev. des Lampyr., 1 Abeille, 1884, p. 20 (<$}. 

$. Allongee, subparallele, brune en dessus, couverte d une pubescence 
d un flave cendre, excessivement fine et a peine perceptible. Tete noi- 
ratre; bouche et palpes d un testace obscur; antennes brunes, notable- 
ment amincies vers 1 extremite. Pronotum a peu pres aussi long dans 
son milieu qu il est large a la base, regulierement arrondi en demi-cercle 
dans sa moitie anterieure, puis legerement retreci, de maniere a presen 
ter sa plus grande largeur vers les deux tiers posterieurs environ, for- 
tement et assez densement ponctue, d un flave testace pale avec une 
grande tache discale d un noir brunatre assez luisant; bord basilaire 
droit dans sa partie mediane, obliquement prolonge de chaque cote en 
arriere pour former les angles posterieurs qui sont saillajits, presque 
droits et legerement emousses ; disque marque d une impression longi- 
tudinale large, mais peu profonde; bord ante rieur sans laches trans- 
lucides, finement carene le long de la ligne mediane, cette carene se 
transformant plus loin en une strie etroite, visible dans le fond de 1 im- 
pression discale. Ecusson en triangle transversal, fortement retreci de la 
base vers le sommet ou il est obtusement arrondi, assez luisant, gros- 
sierement ponctue, avec les cotes finement liseres de testace pale. Moi- 
gnons elytraux libres, courts, a peine prolonges au-dela du bord poste- 



LXIV Bulletin entomologique. 

rieur du metanotum, d un brun clair, rugueux, subovalaires, sinues a 
leur bord interne. Arceaux du dos de 1 abdomen fmement rebordes de 
testace en arriere et sur les cotes ; pygidium d un brun plus clair que 
les arceaux precedents, cordiforme, assez fortement sinue de chaque 
cote du sommet. Dessous du corps d un brun rougeatre lie de vin, plus 
clair et legerement varie de rose sur la poitrine, plus fonce sur 1 abdo- 
men ; trois derniers arceaux ventraux d un jaune pale, le dernier pre- 
sentant a peu pres la meme forme que le pygidium, legerement entaille 
en triangle a son extremite. Hanches et pattes d un flave testace pale, 
milieu des cuisses et des tibias ainsi que la presque totalite des tarses 
rembrunis. Long. 11 mill. 

Imeritie : Koutai s (Van Volxem). Coll. du Musee de Bruxelles. 

Cette $ ressemble un peu a celles des L. lusitanica et molesta, mais 
elle s en distingue facilement par le pronotum exactement conforme 
comme chez le cf, c est-a-dire avec le bord basilaire obliquement pro- 
longe de chaque cote pour former des angles posterieurs saillants et 
diriges en arriere. 

M. L. Fairmaire fait les communications suivantes au sujet de 
deux Goleopteres : 

1 Je dois a 1 obligeance de M. 1 abbe David la connaissance d une 
Donacia decouverte aux environs de Peking par M. 1 abbe Provost, 
missionnaire lazariste. J emploie le mot decouverte parce que jusqu a pre 
sent, du moins a ma connaissance, aucune espece de ce genre, bien 
represente en Siberie, n a etc" signalee en Chine, ou abondent les cours 
d eau, ruisseaux, etangs, dans lesquels pullulent les plantes aquatiques. 
Ges insectes doivent done etre rares, car il n a ete trouve qu un seul 
individu de cette nouvelle Donacia. 

D. PROVOSTII. Long. 7 mill. Parum convexa, prothorace viridi- 
xneo, elytris obscure fulvis dorso late violaceo-micantibus, sutura anguste 
et lateribus seneo-irridibus, subtus brunnea, sericans, segmento abdomi- 
nali i apice et segmentibus fulvo-testaceis, capite seneo, basi et antice 
fulvescente, antennis gracilibus, fulvo-testaceis, articulo 1 supra-aeneo, 
ceteris apice infuscatis, 2 tertio dimidio breviore; prothorace transver- 
sim quadrato, antice hand angustiore, lateribus fere rectis, angulis anticis 
rectis, posticis extus productis, dorso alutaceo, basi subtiliter rugosulo, 
stria media sat impressa ; elytris amplis, apice recte truncatis, fortiter 
substriato-punctatis, intervallis mx convexiusculis , subtiliter coriaceis, 
stria suturali sat profunda ; pedibus fulvo-testaceis, femoribus 4 anticis 
sat davatis, supra seneo mttatis. 



Seance du 2o mars 1883. LXV 

Les pattes poslerieures manquent, de sorte qu il est difficile de fixer 
la veritable place de cette espece ; elle se rapproche, pour la sculpture 
des elytres, de la bid-ens 01., mais le corselet est uni, presque lisse, plus 
carre, avec les angles anterieurs moins saillants; les antennes sont plus 
greles, le 3 e article est plus long, et les elytres sont plus finemcnt ponc- 
tuees, avec le calus humeral lisse. 

2 Le Bruchus (Caryoborus) pallidus 01., indique comme habitant le 
Senegal, ne figure pas sur les catalogues des Goleopteres europeens. 
Depuis longtemps, j en possede deux individus provenant de Lisbonne, 
ou, a la rigueur, ils auraient pu etre apportes d Afrique. Mais je viens 
d en recevoir plusieurs individus trouves a Kustendje par notre collegue 
M. Alleon, et je crois qu on peut maintenant 1 inscrire parmi les Bruchus 
d Europe. 

M.JEd. Lefevre communique a la Societe les descriptions suivantes 
de trois especes nouvelles de Coleopteres de la famille des Eumolpides, 
qui ont ete capturees au Tonkin par M. le lieutenant Martin, et qui lui 
ont etc communiquees par M. 1 abbe Umhang : 

1. NODOSTOMA MARTINI. Ovatum, convexum, nitide fulvum, labro, 
palpis, antennis omnino, pedibus sicut et tarsis multo dilutioribus, femo- 
ribus apice magis minusve piceo-nigris; capite inter oculos punctis non- 
nullis sparsim instructo, vertice Lxm, epistomate arcuatim emarginato, 
mandibuUs nigris ; prothorace transverse, lateribus utrinque versus basin 
obtuse angulato, Lrvissimo, juxta marginem antlcum profunde transver- 
sim sulcato; elytris thorace paulo latioribus, Lxvibus, infra basin trans- 
versim excavatis ibique punctis nonnullis grosse instructis, intra callum 
humeralem punctato-striatis, juxta suturam linea punctorum longitudi- 
naliter parce notatis, callo humerali ipso tumido, Isevi; femoribus anticis 
incrassatis, subtus medio dente subacuto armatis. Long. 4 mill.; lat. 
2 1/2 mill. 

Tonkin (2 exemplaires). 

Cette espece est voisine du Nodostoma l&vicollis, de Sumatra, decrit 
par M. Jacoby (in Ann. Mus. civ. d. Genova, 1884, p. 213). Elle en differe 
surtout par la couleur entierement fauve clair des antennes et des pattes 
et par les cuisses anterieures dentees en dessous. 

2. STETHOTES TIBIALIS. Ovata, convexiuscula , nigra, nitida, vix 
perspicue xneo-micans, antennis piceis, articulis quatuor basalibus rufis; 
capite reticulato, epistomate profunde arcuatim emarginato, labro rufo- 
testaceo; prothorace in medio disci rude subconfluenter , lateribus utrinque 

(1885) Bulletin de la Societ6 entomologiqre de France. 1 



LXVI Bulletin entomologique. 

multo minus et sparsim, punctato; elytris regulariter sat profunde linea- 
tim striato punctatis, punctis versus apicem fere evanescentibus ; femori- 
bus totis incrassatis, in medio subtus dente minuto armatis, tibiis rufis 
vel rufo-brunneis, tarsis mfo-piceis. Long. 2 1/2-2 3/4 mill.; lat. 1 3/4 
mill. 

Tonkin (5 exemplaires). 

3. GOLASPOIDES MARTINI. Oblongo-subelongata , convexiuscula, cor- 
pore subtus cum labro, antennis pedibusque omnino fulvis, supra viridi- 
metalUca vel cupreo-senea, nitida, thorace elytrisque interdum cyaneo 
anguste marginatis, illo transverso, convexo, in medio disci sparsim, ad 
latera crebrius, punctato, intsrspatiis oculo armato leviter alutaceis ; ely 
tris fortiter et crebre subseriatim punctatis, versus apicem elevato-sub- 
striatis, callo humerali tumido, Isevi, femoribus anticis sicut et posticis 
subtus dente valido armatis. Long. 3 1/2-4 1/2 mill.; lat. 2-2 3/4 mill. 

Tonkin (6 exemplaires). 

M. G.-A. Poujade donne des details relatifs a 1 eclosion de I Endro- 

mis versicolora : 

On sait que beaucoup de chrysalides, au moment de 1 eclosion du 
papillon, se rapprochent de la surface de la terre, des arbres, etc., dans 
lesquels elles sont renfermees, et meme sortent presque completement 
de leur retraite, ainsi que le font les Sesia et les Cossus. G est a 1 aide 
des mouvements des arceaux de 1 abdomen, garnis de pointes dirigees 
en arriere, qu elles operent cette ascension. Gelle de YEndromis versi 
colora a la partie superieure des arceaux abdominaux munie de deux 
rangees de pointes legerement courbes, entre lesquelles il y en a d autres 
eparses ; elle sort de son cocon, non seulement a moitie, mais souvent 
completement et vient se coucher sur le sol, et cela jusqu a quatorze 
jours avant 1 eclosion du papillon. Des cocons revetus de parcelles de 
terre furent caches sous une couche assez epaisse de cette matiere, et 
les chrysalides, apres etre sorties des cocons, traverserent cette couche 
et vinrent se mettre a nu sur la surface. 

M. J. Fallou, a la suite de cette communication, dit qu il a plu- 
sieurs fois ete a meme de confirmer les observations qui viennent d etre 
presentees, surtout sur diverses especes de Sphyngides dont les chrysa- 
1 ides tendent a se rapprocher de 1 exterieur, presque toujours verticale- 
ment, avant le moment de 1 eclosion. 

M. H. Lucas communique les notes suivantes : 

1 En faisant passer sous les yeux de ses collegues des fourreaux 



Seance du 25 mars 188o. LXVH 

de Psyche quadrangularis Christ., il dit que les chenilles constructeurs 
de ces habitations quadrangulaires se nourrissent, non seulement de 
V Artemisia herba-alba ou el chiah des Arabes, mais qu elles affectionnent 
aussi les feuilles du Caroxylon articulatum Moquin. Ces arbustes 
forment des buissons, couvrant des espaces considerables dans le sud 
de la province d Oran , particulierement aux environs du Ksour d Asla, 
d Ain Sefra a Tiout, et c est sur ces deux especes d arbrisseaux que des 
fourreaux en assez grande quantite ont ete rencontres par M. le capi- 
taine Hoblingre. En effet, ces habitations a quatre pans ont pour mate- 
riaux de leur confection les unes V Artemisia herba alba, les autres le 
Caroxylon articulatum; il y en a aussi qui sont confectionnees avec des 
buchettes appartenant a ces memes vegetaux. D apres M. Hoblingre, 
les Arabes ont une tres grande apprehension de ces fourreaux, qu ils 
designent sous le nom de Denia, et comme ils sont nuisibles aux ani- 
maux, particulierement aux chevaux et aux chameaux , ils sont re- 
cherches par les habitants des Ksours et devenus Fobjet d un echenillage 
annuel. 

2 L Hoplocampa ferruginea de Fabricius ou brnnnea de Klug, Hyme- 
noptere porte-scie de la famille des Tenthredines, cause de tres grands 
degats aux pruniers de Villeneuve-sur-Lot, d apres le cornice agri- 
cole de cette localite. J espere avoir prochainement des details plus cir- 
constancies par M. Balbiani, auquel ces Hymenopteres ont ete envoyes. 

M. J.-M.-F. Bigot adresse la note suivante : 

Macquart (Suites a Buffon, Dipteres, t. II, p. 660, 1835) a primitive- 
ment classe son curieux genre Lampromyia (L.pallida, Afrique septentr.) 
avec les Bombyliers, ne lui reconnaissant que deux pelotes tarsiennes, 
(pulvilli), fort petites; ulterieurement (Dipt. Exot., t. II, part. I, p. 28, 
1840), et nonobstant 1 absence d un empodium (pelote medians) distinct, 
il a cru pouvoir le rapporter au groupe des Leptides. Schiner (Fauna 
Austriaca, Diptera, i re part., Vienne, 1862, p. 170) est de ce dernier 
avis ; mais je doute qu il ait eu sous les yeux 1 insecte encore extreme- 
ment rare dans les collections. 

Possedant un echantillon unique de celui-ci, et n ayant pu, meme avec 
le secours d une tres forte loupe, distinguer encore ici plus de deux 
pelotes, j avais propose (Ann. Soc. ent. Fr., Bull, bimens., n 16, annee 
1879, p. 165) de le classer chez les Empides. Or je viens de recevoir 
du cap de Bonne-Esperance deux specimens males d une espece nou- 
velle appartenant e videmment, et sans le plus le ger doute, au genre pre- 
cite, specimens chez lesquels j ai distinctement aperfu, a 1 aide d un 



LXVIII Bulletin e-ntomologiqiie. 

grossissement ordinaire, trois pelotes normales et e gales entre elles a 
tons les tarses. Ce fait, assez important aux yeux d un dipteriste, vient 
corroborer la tres judicieuse intuition de notre savant Macquart, car 
la presence de i empodwm est im des caracteres primordiaux du groupe 
des Leptides. S il devenait done un jour possible d etudier au microsope, 
apres les avoir dument ramollis, les tarses de 1 espece typique de 
Macquart, ce que je me suis garde de faire de crainte de sacrifier mon 
unique exemplaire, son opinion prevaudrait, au cas ou Von apercevrait 
les rudiments d une pelote mediane, et il deviendrait possible de caser 
enfin a sa vraie place ce genre enigmatique. 
Voici la diagnose de Fespecc nouvelle que je viens de signaler : 
LAMPROMYIA ARGENTATA, <$ (mihi). Long. 12 mill. Antennis 
fulvis, apice parum infuscatis; facie et fronte testaceis, albido pruinosis ; 
haustello fusco, basi fulvido; thor ace fulvo, vitta lata, mediana, castanea 
et lineis duo albicantibus marginata ornato, pleuris cinereo pruinosis, 
scutello fulvido, basi fusco notato; halteribus fulvis, clava fusca; abdo- 
mine pallide testaceo, argenteo pruinoso; genitalibus fulvis; pedibus pal- 
lide fulvis, tarsis apice infuscatis; alts pallide cinereis, basi, anguste, 
externe, fulvo tinctis, venis fusco limbatis ; tarsorum pulvillis tribus, 
fequilongis, parvis, sed manifests. 
Africa australis. 1 specim. (ex museo nostro). 

Membres recus. 1 M. Giacinto Gianelli, 21, place Victor Emmanuel, 
a Turin (Lepidopteres d Europc}, presente par M. Em.-L. Ragonot. 
Commissaires-rapporteurs : MM. Poujade et Goossens ; 

2 M. le D p Jacquet, 3, Gours Lafayette, a Lyon (Rhone) (Entomo- 
logie gene rale, surtout Coleopteres), presente par M.leD p Al.Laboulbene. 
Gommissaires-rapporteurs : MM. Desmarest et Lucas ; 

3 M. Emile Pissot, notaire honoraire, a DouIevant-le-Chateau (Haute- 
Marne) (Entomologie generate, surtout Microle pidopteres), presente par 
M. Maurice Girard. Gommissaires rapporteurs : MM. Lucas et Poujade. 

Demission pour 1886. M. Maurice Noualhier, de la Borie, pres Limoges 
( Haute- Vienne), qui avait ete recu membre en 1882. 

E. D. 

Bulletin bibliographique. 

Boletin de la Academia nacional de Ciencias en Cordoba (Republica argen- 
tina), torn. Vn, entreg. 3. FELIX LYNCH ARRIBALZAGA, Estafilinos 
de Buenos-Ayres (fin). 



Seance du 23 mars 1886. LXIX 

Bulletin of the Museum of Comparative Zoology at Harvard College, in 
Cambridge, vol. VII, Geological series I-IX. Q 

Comptes rendus hcbdomadaires des sc ances de I Acade mie des Sciences, 
tome G, n 10 (9 mars 1885). Q. N 11 (16 mars 1885), P. DE 
LAFITTE, Les badigeonnages et les charrues sulfureuses. 

Entomologist s Monthly Magazine (the}, n 250 (mars 1885), REV. W. N. 
FOWLER, Nitidulida3 of Great Brit, (suite). C. G. HALL, On three 
very rare sp. of British Coleopt. MARTIN JACOBY, Descript of a n. 
gen. and somen. sp. of Phytophagous Coleopt. E. SAUNDERS, Little 
know British aculeate Hymenopt. JAMES EDWARDS, On British 
Typhocybidae, with diagn. of two n. sp. F. ENOCH, Occurrence of 
Andrena nigroaenoa and Jornada alternata in december. A. H. 
SWINTON, Spanish insects and stridulating species. H. E. NORRIS, 
Insect migration. T. D. A. COCKERELL, Insect migration. H. Goss, 
Further evidence of the existence of insects in the Silurian Period. 
EDS, Destruction of Fish by larvae of Libellulidae. R. MAC LACHLAN, 
On the subaquatic habits of Stenopsyche, a genus of Trichoptera. 
A. CONSTANT, On Goniodoma Millierella. J. B. HOGDKINSON, Habits 
of Ephippiphora tetragon-ana. G. T. PORRITT, Correction concer 
ning Scoparia crataegalis. Proceedings of the entomological Society 
of London. NECROLOGIE : Edwards Caldwell Rye; Major F. J. Sidney 
Parry. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, n 173 (l ep mars 1885). E. ANDRE, le 
Monde des Fourmis (fin). COMMUNICATIONS : Diagnoses d esp. nouv. 
de Col. Teratologie entomolog. 

Journal of the New-York microscopical Society, vol. I, n 2 (fevrier 1885). 
J. D. HYATT, Compound eyes and multiple images. 

Naturaliste (le}, 7 e anne e, n 6. HAURY, Coleopteres et leurs varietes 
(Carabus caelatus, Dalmatinus, Catenatus). 

Revue des Travaux scientifiques, t. IV, n 11. E. 0., p. 729 et suiv. et 
p. 763 et suiv., Analyses de di verses publications entomologiques 
parues en 1883. 

Societe Linneenne du nord de la France. Bulletins mensuels n os 136 Q 
et 137 : CARPENTIER, Contributions a la faune locale. 

CASEY (Tnos. L.), Contributions to the descriptive and systematic Co- 

leopterology of N. A., part. II, 198 p., 2 exempl.* 
HOWARD (L. 0.), Descriptions of N. A. Chalcididae, with Biological notes, 

Washington, 1885, 47 p. * 



LXX Bulletin entomologique. 

LICHTENSTEIN, MoiiEssiER et JAUMES, Un nouveau cas d application de 
rentomologie a la medecine legale, Montpellier, 1885, 7 p. * 

THOMAS (D r Fr. A. W.), Beitrag zur Kentniss Alpiner Phytoptocecidien, 
Gotha, 1885, 18 p. * 

A. B. 



Seance du S avril 

Prudence de M. &a.-L. RAGONOT. 

MM. Fauvel (de Caen), Gadeau de Kerville (de Rouen), Le Roi (de 
Lille), et Olivier (de les Ramillons, pres Moulins), assistent a la seance. 

Necrologie. M. le President annonce la mort : 

1 Du doyen des entomologistes de la Suisse, M. Meyer Diir, de 
Zurich, dont les travaux sur les Nevropteres et les Hemipteres sont bien 
connus ; 

2 De M. Alfred Foucart, de Douai, jeune entomologiste plein de zele, 
qui s occupait de 1 ordre des Lepidopteres, avait recueilli des especes 
rares en chassant la nuit au reflecteur dans les marais aux environs de 
la ville qu il habitait, et avait forme ainsi une riche collection, qui a ete 
achetee par notre collegue M. E. Brabant. De plus, il avait fait don au 
Musee de Douai d une serie complete de toutes les especes trouvees 
dans les environs de sa ville natale. M. Foucart a public un cata 
logue des Lepidopteres des environs de Douai qui contient d utiles ren- 
seignements (1). 

Election d un membre honoraire. Conformement aux decisions prises 
anterieurement, la Societe precede a un second tour de scrutin pour la 
nomination d un membre honoraire. 

Cent quarante-sept membres prennent part au vote, soit directement, 
soit par correspondance. Ce sont MM. : 

Abeille de Perrin, d Hyeres. Alexandre. Allard (Ernest). 
Amblard, d Agen. Ancey, de Marseille. Andre (Edmond), de 
Beaune. Andre (Ernest), de Gray. Antessanty (1 abbe d ), de 
Troyes. Argod, de Crest. Audollent. 

Baer. Balbiani. Barbat, de Chalons-sur-Marne. Bedel. 
Bellevoye, deMetz (Lorraine). Bellier de la Chavignerie, d Evreux. 

(1) Catalogue melhodique et raisonne des Lepidopteres des environs de 
Douai, extrait des Memoires de la Societe d agriculture, sciences et arts de 
Douai et centrale du departement du Nord, t. XII, 2 e serie, 1876. 



Seance du 8 avril 1885. LXXI 

Belon (Reverend pere), de Lyon. Berard, de la Garde pres Montlieu. 

Bigot. Blanc, de Cercy-la-Tour. Bonhoure. Bonvouloir 
(comte H. de), de Bagneres-de-Bigorre. Boullet, de Corbie. Bour 
geois. _ Bouzereau-Malifert, de Meursault. Boyenval, de Tonneins. 

Brisout de Barneville (Charles), de Saint-Germain en Laye. Brisout 
de Barneville (Henri), de Saint-Germain en Laye. Brongniart. 
Buquet. 

Cambournac, de Narbonne. Cheux, d Angers. Chretien, de 
Boulogne (Seine). Clement. Constant, du Golfe-Juan. Coulon (D r ), 
de Monaco. Courage (1 abbe). 

Delaby, d Amiens. Delahaye. Delamain, de Jarnac. Delugin, 
de Blois. Depuiset. Desbordes. Desbrochers des Loges, d Ar- 
dentes pres Chateauroux. Designolle. Desmarest. Des Gozis, 
de Montlucjm. Deyrolle (Henri). Dolle, de Laon. Du Buisson, 
de Brout-Vernet. Duparc. Dutreux, de la Selle-Saint-Cloud. 

Ebrard, d Unieux. 

Fairmaire. Fallou. Fauconnet, d Autun. Fauvel, de Caen. 
Felissis-Rollin. Finot (capitaine), de Fontainebleau. Fleutiaux. 

Gabillot, de Lyon. Gadeau de Kerville, de Rouen. Gandolphe, 
de Levallois-Perret (Seine). Gehin, de Remiremont. Girard. 
Gobert (D r ), de Mont-de-Marsan. Goossens. Grenier (D r ). Grou- 
velle (Antoine), de Nice. Grouvelle (Jules). Grouvelle (Philippe). 
Guede. Guillot. 

Henon. Herve, de Morlaix. Heultz. 

Jourdheuille, de Troyes. Joyeux, de Melun. 

Koziorowicz, d Annecy. 

Laboulbene (D r ). Lafaury, de Saugnac pres Dax. Lajoye, de 
Reims. Lambin. Lamey, de Gray. Laplanche (de), du chateau 
de Laplanche, pres Luzy. Lefevre. Lelong (1 abbe), de Reims. 
Leloup. Lemoro. Le Pileur (D r ). Leprevost. Leprieur. 
Le Roi, de Lille. Lethierry, de Lille. Leveille. Lichteinstein, de 
Montpellier. Lizambart (1 abbe). Lucante, de Courrensan. Lucas. 

Madon, de Toulon. Marmottan (D r ). Marseul (1 abbe de). 
Martin (D r Ch.). Masson, de Meaux, pres Compiegne. Mauppin. 
Megnin, de Vincennes (Seine). Millot (Charles), de Nancy. Milne- 
Edwards (Alphonse). Milne-Edwards (Henri). Miot, de Beaune. 
Monnier, de Chalon-sur-Saone. Monnot, de Goutances. Montagne. 

Montillot, de Saumur. 

Nanteuil. Nicolas (Andre), d Oloron-Sainte-Marie. 
. Oberrith. Olivier, de les Ramillons, pres Moulins. Ollivry, de 



LXXII Bulletin entomologique. 

la Chapelle-sur-Erdre. Orbigny (H. d ). Osmont, de Caen. 
Oustalet. 

Pelletier, de Madon pres Blois. Poirier (D r ), d Avize. Pougnet, 
de Landroff (Lorraine). Poujade. Pyot, de Gien. 

Rabaud, de Montauban. Ragonot. Regimbart (D r ), d Evreux. 
Reiche. Reveliere (Jules), d Angers. - Rouast, de Lyon. Rouget, 
de Dijon. Royer, de Langres. 

Salle. Sand (baron du Devant), de Nohant, pres la Chatre. Sedillot. 
Senac (D r ). Senneville (de). Simon. 

Tappes. Tardieu, de Limoges. Teinturier (D r ), du Mans. 

Vachal. Verriet-Litardiere , de Maziere en Gatine. Villard, de 
Lyon. 

La majorite absolue des 147 bulletins de vote est de 74. 

Les suffrages se sont ainsi repartis : 

MM. le D r Puton 85 voix. 

le professeur Blanchard . 48 

Pierre Milliere 8 

etc. 

En consequence, M. le D r Auguste Puton, de Remiremont (Vosges), 
ayant re uni la majorite absolue des voix, est proclame membre hono- 
raire. 

Communications. M. Gadeau de Kerville dit, au nom de M. Clement, 
que notre collegue M. Maurice Maindron, atteint par le cholera presque 
au debut de 1 exploration entomologique qu il se proposait de faire aux 
iles Seychelles, est actuellement retabli et vient de s embarquer a Saigon 
pour revenir en France. 

M. H. Lucas communique une note sur la larve et la nymphe du 
Passalus transversus Dalman, in Schonh., Syn. Ins. I, 3, Append., 
p. 143, n 197 : 

Larve. Corps peu courbe, cylindrique, d un blanc brillant legerement 
teinte de ferrugineux. Tete plus large que longue, d un ferrugineux 
fonce, presentant une ponctuation fine, peu serree, et des poils courts, 
ferrugineux, places ca et la ; il n y a pas d yeux ni de granulations ou 
saillies pouvant laire supposer 1 existence de ces organes. Antennes 
courtes, d un brun ferrugineux, composees de deux articles, dont le 
premier tres court, le second plus allonge, fusiforme. Chaperon grand, 
transversal, de meme couleur que la tete; labre, plus petit que le chape 
ron, d un brim ferrugineux, arrondi sur les cotes ou Ton apergoit des 



Seance du 8 avril 1885. LXXIII 

polls courts, peu serres, ferrugineux. Mandibules robustes, noires, 
bidentees; machoires fortes, armees a leur cote interne de deux dents 
acerees, dont la premiere est la plus grande ; palpes maxillaires com 
poses de trois articles, courts, dont le second et le terminal sont d un 
brun fonce ; levre inferieure plus large que longue, portant un menton 
court, couvert de poils ferrugineux ; palpes labiaux courts, d un brun 
ferrugineux fonce, de deux articles d egale longueur, avec le premier 
epais. Segments thoraciques semblables aux segments abdominaux, fme- 
ment ponctues et s tries, avec le prothorax plus grand et presentant de 
chaque cote une plaque subcornee, ovalaire, deprimee. Pattes prothora- 
ciques et mesothoraciques grandes, greles, d un blanc teinte de ferrugi 
neux, avec les tibias d un brun ferrugineux et les ongles legerement 
courbes, aceres, d un brun fonce; pattes metathoraciques tres courtes, 
tout a fait rudimentaires. Segments abdominaux au nombre de neuf, 
non sillonnes trans versalement, finement ponctues, couverts de poils 
tres courts, peu serres, d un ferrugineux clair; sac divise vers le milieu 
de sa longueur par une ligne circulaire ; partie anale transversale ; stig- 
mates reniformes, au nombre de neuf de chaque cote, tres petits, avec 
leur peritreme ecailleux, d un roux fonce. Long. 45 a 50 mill.; larg. 
10 a 12 mill. 

Nymphe. D un blanc legerement jaunatre, comprimee, aplatie et rap- 
pelant tout a fait 1 insecte parfait. Mandibules teintees de ferrugineux a 
leur extremite ; machoipes et levre inferieure d un blanc testace ; an- 
tennes placees sur les parties laterales du prothorax ; pattes de la pre 
miere paire comprimees, recourbees, 1 extremite des femurs et des tibias 
s appuyant sur la levre inferieure ; elytres a cotes saillantes , striees, 
cachant les ailes en partie et depassant le troisieme segment abdominal ; 
ailes transparentes, depassant le quatrieme segment de 1 abdomen ; pattes 
de la deuxieme paire trouvant un point d appui sur les cotes du ster 
num et sur les ailes ; pattes de la troisieme paire normalement develop- 
pees malgre 1 atrophie ou 1 arret de developpement de ces organes chez 
la larve, placees sur 1 abdomen dont elles depassent le sixieme segment ; 
abdomen coniprime, aplati, fortement et profondement sillonne trans ver 
salement, les trois derniers segments plisses et rides en dessus ; stig- 
mates ovalaires, plus grands que ceux de la larve, a peritreme d un 
brun ferrugineux fonce. Long. 45 mill.; larg. 15 mill. 

Vallee du Naricual (Venezuela), dans des troncs d arbres en decompo- 
sitiod, sous les ecorces. M. Ghaper. 

(18S5) Bulletin de la Societe cntomologiqne tie France. 8 



LXXIV Bulletin entomologique. 

M. J. Fallou indique plusieurs des observations faites par lui chaque 
annee depuis 1878, relativement a 1 acclimatation en France du Ver a 
sole de 1 ailante (Attacus Cynthia vera) et de plusieurs autres especes 
de Bomby cites sericigenes exotiques (Attacus Pernyi, Cecropia, Yama- 
Ma i, Polyphemus, Mylitha, Anther sea Frithii, etc.). En montrant a la 
Societe ces divers Lepidopteres a 1 etat de chenilles el a celui d insecte 
parlait, ainsi que des modifications de formes produites chez le papillon 
par des causes accidentelles, il fait remarquer que ses diverses etudes a 
ce sujet ont ete publiees dans les Bulletins de la Societe nationale d ac- 
climatation, et qu il en a presente le matin meme un resume au Congres 
des Societes savantes reuni a la Sorbonne. 

Notre collegue ajoute qu il a egalement rappele a ce Gongres les 
remarques faites par lui a Ghamprosay (Seine-et-Oise) au sujet de 1 in- 
fluence de In temperature hibernale sur les plantes et les insectes (Soc. 
nat. d acclim., Bull., 1880), et qu il semble resulter de ses etudes que les 
hivers rigoureux sont moins nuisibles aux insectes qu a certains vege- 
taux. II cite des fails interessants signales dans ce travail : 1 par un 
froid de 20, des plantes placees dans une chambre non chauffee ont ete 
completement gelees, et des chenilles d Hesperia, de Chelonia, de Bomby- 
cites, de Noctuelites, etc., deposees en terre avec les vege"taux ont resiste 
et ont pu ensuite se metamorphoser ; il y a memo plus, car des chenilles 
d un Lepidoptere meridional, la Chelonia fastiata, qui provenaient de 
Cannes, ont egalement resiste a la basse temperature ; 2 un pecher et un 
prunier , tues par un froid de 26, portaient : le premier des anneaux 
agglutines formes d un grand nombre d ceufs du Bombyx neustria qui 
ont cependant donne plus tard des chenilles, et le second des nids qui 
contenaient des chenilles encore vivantes du Liparis chrysorrhxa ; 
3 des chenilles d une Pyralite, I Euzophora artemisiella , vivant dans 
les racines de 1 armoise commune, ont cependant vecu, tandis que la 
plante n a pas resiste a un froid de 15 a 20; 4 des larves du Molytes 
coronatus, qui se trouvaient dans les loges pratiquees dans le canal 
medullaire de grosses raciries de la carotte, se sont parfaitement deve- 
loppees, malgre le grand froid de Fhiver 1879-1880 (Ann,, Soc. ent. Fr., 
Bull., 1882, p. 84; 1884, p. 218; et Rhijnchophora, 1884, p. 97). 

Membre recu. M. le D r L. Bergroth, a Helsingfors (Finlande), L. Bo- 
berstsgatan, 11, qui s occupe d entornologie d une rnaniere generale, et 
surtout des insectes Hemipteres, Dresente par M. Bedel. Gommissaires- 
rapporteurs : MM. de Marseul et Bourgeois. 

E. D. 



Seance du 8 avril 1885. . LXXV 

Bulletin bibliographique. 

Atti della Reale Academia del Lined, 282 C annee (1884-1885), serie 
quarta, Rendiconti, vol. I, fasc. 7 et 8. Q 

Bulletin des bibliotheques scientifiques, redige par Ed. Andre, publication 
mensuelle (15 fevrier 1885). 

Bulletin d Insectologie agricole, 10 e annee. 

N 2 (fevrier 1885). E. LAUGEER,fObservations sur le Dacus oleae et 
ses parasites. Lc Bembex a bee, la Melanie ondee. A. II. HAMET, 
Role important des Insectes dans la fecondation des plantes. 
H. HUMBERT, Le groseillier et ses ennemis (suite et fm). BALBIANI, 
L oeuf d hiver du Phylloxera (suite). 

N 3 (mars 1885). E. LAUGIER, Observations sur le Dacus oleae et 
ses parasites (fin). E. SAVARD, La Notonecque glauque. Societe 
centrale d apiculture et d insectologie, seance du 21 Janvier 1885. 
A. HUMBERT, Les Lezards. Les plantes repiquees et les insectes 
nuisibles. BALBIANI, La destruction de 1 oeuf d hiver du Phylloxera. 

Epeire diademe. 

Bulletin of the Brooklyn Entomological Society, vol. I (1878-1879). DURY, 
Occurrence of Omophron robustum, Dacne Ulkei and Coptodera aerata 
near Cincinnati. FUSCHS, Record of abondance of Cucujus clavipes 
and Lebia grandis. GISSLER, Coleopterous larvae of Tenebrionidae 
(1 pi.). GRAEF, Arcttafigurata; Gortyna nebris, var. nitela; some sp. 
of Noctuidae common to Europe and N. A. ; Syneda, Leucanitis, and 
Bolnia; acquisition of rare Lepidoptera; some sp. of Thecla; pupae of 
Platisamia Gloverii; minor notes; Acronycta Walkeri. GROTE, 
Descript. of Catocala sinuosa. HORN, Synopt. tables of Elaphrini; 
Loricera; Trachypachys; Nomaretus; Cychms. HOYT, New collec 
ting net. HULST, On Smerinthus geminatus; Deiopeia bella; Samia 
cinthia.KoEBELE, Occurrence of some Catocala and Cicindela in Fla. 
LECONTE, Trap for small Silphidae, etc.; collecting at Capron Spring 
W. Va; description of Calosoma simplex; synopt. table of Calosoma. 

SCHAUPP, Raising beetles in captivity. Descript. of the larvae of 
Dicaelus dilatatm, Staphilinus maculosus, Dicaelus elongatus, Dicaelus 
politus. On collecting : Silphidae, Coprophagous insects, on sandy 
banks, in winter, Cychms. On the Cicindelidae of U. S. (Amblychila, 
Omus, and Tetracha. Cicindelidae of the neighborhood of N.-Y. Arctia 
virgo; on distinguishing some of our common Cicindelidae; on syno- 
nymical and varietal names. SALTZWEDEL, Apparatus for preparing 
larvae. SCHMELTER, Practical hints on Collecting. Chrysomelidae of 



LXXVI Bulletin entom,ologique. 

the neighborhood of N.-Y. STRECKER, Larva of Platysamia Glo- 
verii. TEPPER, Capture of Oncocnemis Chaudleri, variety of Hype- 
rarchia lo. On the nomenclature of a few of our Bombycids. 
WILSON, Larva of Cucujns clavipes. 

Vol. II (1879-1880). BLANCHARD, Occurrence of Atemelescavus. 
EDWARDS, Descript. of some new Catocala. FUCHS, Nyctobates 
pemylvanica and IV. barbata. GISSLER, Biological notes on some 
Tenebrionidae. GRAEF, Datana floridana, n. sp. HULST, The 
uses of Cocoons ; abnormal larvae. Macroglossa Thysbe. Hints of the 
Rearing of Lepidoptera. Foodplants of Darapsa Chaerilm and Fades 
imperialis. Qti Jfemoria Chloroleucaria. Captures of rare butterflies. 
Descript. of new Catocala. LECONTE, Synopsis of the N. A. sp. of 
Platynus. N. sp. of Platynm. Synopt. tables of Panagaeus, Micrixys, 
Morio, Helluomorpha, Galerita, Zuphium, Diaphorus, Casnonia, Lep- 
totrachelm, Ega, Laclmophorus, Anchonoderm, Anchus, Plochionus. 
Zuphium longicolle n. sp. MEYER, The Butterflies and the Hum 
mingbird. Descript. of Catocala gistia, n. sp. NOSTRAND, On Sa- 
mia cynthia.-ScEA.vpp, List of the described Coleopt, larvae of U. S. 
Occurrence of Dorcus and of larvae of Orthosoma. Larvae of Cicindelae. 
Inhabitants of a beech-tree. Flight of Lepidoptera in Mid-Ocean. 
Insect life on Coney Island. Captures of Bellaneim scalaris. Abun 
dance of Coleopt. on the blossoms of Chestnut tree. Coleopt larvae. 
STRECKER, A new Catocola. TEPPER, On Notodonta tremula, dic- 
taeoides and rimosa; on Lycaena violacea. WEBSTER, Entomological 
notes. 

Vol. Ill (1880-1881). BAILEY, N.sp. of Pleusioneura. EDWARDS, 
Notes upon Catocala, with descript. of a new var. and sp. Descript. 
of some new forms of Aegeridae. FRENCH, Spilosoma textor. 
FUCHS, Infested twigs. GRAEF, Spilosoma cunea. Descript. of new 
Aplodes. N. sp. of Notodonta. Descript. of a neAV Geometer from Col. 

- GROTE, New Noctuidae. N. sp. of Moths, a new Deltoid. N. sp. of 
N. A. Aegeriadae. HORN, Synopt. tables of Dicaelus, Diplochila. 
HULST, Remarks upon Catocala, with a catalogue of sp. Some n. sp. 
of Geometridae. Some n. sp. of N. A. Lepidopt. Remarks on Smerin- 
thusmyop&. JULICH, Insects from infested trees. On collecting 
Elmidae. PILATE, Interesting captures. SGHAUPP, What we need. 
Biological notes on the larva of Chlaenius leucoscelis. Descript. of larvae 
of Chlaenius leucoscelis, Pterostichus lucublandus and mutus (1 pi.), 
Platynus extensicollis, Staphylinus vulpinus. A hint for collecting. 

STRECKER, Some n. sp. and. var. of N. A. Lepidopt. On Aegiala con- 



Seance du 8 avril 1885. LXXVII 

i. TEPPER, Capture of Terias nicippe on L. J. WEBSTER, List 
of Chrysomelidae observed on Salix discolor. 

Vol. IV (1881-1882). GRAEF, A. var. of Arctia virgo. HAROLD, 
Reprint of descript. of n. sp. HORN, Synopt. tables of Chlaeniini, 
Tetragonoderus, Dromius, Axinopalpus, Apenes, Pinacodera, Cymin- 
dis, Apristus, Blechrus, Tecnophilm, Philoplmga, Callida. HULST, 
A good way to get rare Lepidoptera. Descript. of some n. sp. Geo- 
metridae. Rearing of a Hybrid Moth. JEWITT, On Hemaris margi- 
nalis. KOEBELE, Descript. and notes upon various larvae. LE- 
CONTE, A n. sp. of Aphodius. SCHAUPP, Descript. of the larvae of 
Leistotrophus cingulatus, Necrophorus tomentosus, Patrobus longi- 
cornis. Where to find larvae and pupae. On collecting grounds. Bio 
logical notes on some Goleopt. Pupa of Dorcus parallelus. On larva 
and pupa of Cryptorhynchus parochus. Naming Varieties at wholesale. 
SMITH, Habits of the larva of Rhodophora Florida. Descript. of Nyc- 
terophaeta, n. gen. Synopsis of N. A. Genera of the Noctuidae. 
TEPPER, Descript. of new Lepidopt. (1 pi.). ULKE, Descript. of n. sp. 
(Reprint.). Check-List of the Macro-Lepidoptera of N. A. 

Vol. V (1882-1883). BLANCHARD, Habits of Amphicoma vulpina. 
CRAMER, A new collecting-ground. FUCHS, Synopsis of the Lu- 
canidae of U. S. HORN, Synopt. table of Olisthopus. Harpalus cali- 
ginosus (woodcut with details). HULST, Sesia syringae (1 pi.). 
LEGONTE, Synopt. table of My as. RIGKSEGKER, Occurrence of Am 
phicoma ursina. RILEY, On an Illustrated Essay of the Noctuidae of 
N. A. SCHAUPP, Larva of Silpha americana. On the species of Pte- 
rostichus. Remarks on some Coleopt. pupae (1 pi.). Biological notes on 
and descript. of the larva of Calosoma calidum Record of the Co- 
leopterology of U. S. for 1882. Fertile eggs from a dead Arctia virgo. 
Occurrence of Amphicoma Lupina. SMITH, Synopsis of the Noc 
tuidae. Coleopterological notes. New Noctuids an notes. New Mordel- 
lidae and notes. Collecting Noctuidae in day lime. Synopsis of Butter 
flies. TEPPER, New Moths (1 pi.). Habitat of Melitaea colon and 
Perdiccas Explanation of Terms used ih Entomology. 

Vol. VI (1883-1884). CRAMER, Ova, of Amphidasis cognatoria. 
HOLLAND, Olla podrida. HORN , jSynopt. table of Pseudomorpha. 
Synopsis of Tachyscellus (with a [n. sp.), and Discoderus (with a 
n. sp.). HULST, On some Sesiidae. Arctia na is and var. A commu 
nication hrreference to Arctia na is. RILEY, On^a gall-making 
genus of Apionidae. Podapion genicola n. sp. SCHAUPP, Hints for 
raising Coleopt. larvae (Cicindelidae, Carabidae, Necrophorus and Sil- 



LXXVIII Bulletin entomologique. 

pha, wood-boring larvae, Dungbeetles). List of Garabidae in the 
neighborhood of N. Y. Larva of Galerucella sagittariae. Synopt. table of 
Cicindelidae (5 pi.). Remarks and descript of n. sp. Obituary : J.Le- 
conte (1 pi.). SCHWARZ, Garabidae confined to single plants. 
SMITH, Mordellidae, notes and descript. Anatomy of the N. A. Noc- 
tuidae. Synopsis of the genera of N. A. Rhopalocera. Obituary note 
on D r Bailey. Synopsis of the N. A. species of Satyrus, etc. EDI 
TORS DEPABTMENT, Preservating duplicates. Book notice (on Grote s 
Moths of New Mex.) Alypia 8-maculata, Ghek list, Mounting micro 
scopic beetles. To keep oat Dermestes. To wash old dirty specimens. 
Longevity of beetles. Man eating Lucilia. Seashore collecting. Trap for 
Heterocera. Fruit Insects (notice of Saunder s). Beetle trap. SYNOPT. 
TABLES OF GoLEOPTERA : Cicindelidae, Stenolophus, Acupalpus, Pseu- 
domorpka, Calathus, Brady cellus, Tachyscellus, Discoderus, Agono- 
derus. SYNOPT. TABLES OF LEPIDOPTERA : Limenitis, Tresia, Syn- 
chloe, Cystineum, Anartia, Eurema> Ageronia, Tunica, Calicore, 
Timetes, Victornia, Heterochroa, Aganisthos, Vanessa, Grapta, Apa- 
tura, Paphia, Neonympha, Satyrodes, Satyrus. 

Comite des travaux historiques et scientifiques, au Ministere de 1 instruc- 
tion publique. Liste des membres du Comite, des correspondants du 
Ministere de 1 instruction publique, des Societes savantes de Paris 
et des departements. 

Comptes rendus kebdomadaires des seances de I Acade mie des Sciences, 
tome C, n os 12 et 13 (13 et 30 mars 1885). Q 

Feuille des Jeunes Naturalistes, 15 e annee, n 174 (l er avril 1885). CH. et 
FR. BARBIER, Faune entomologique de Beziers et de ses environs. 
COMMUNICATIONS : Conservation des insectes ; habitat de deux Curcu- 
lionides (Cleonus albidus et Baridius morio); Apatura iris var. rose; 
necrologie (M. Me yer-Dur). 

Naturalists (le), 7 e annee, n 7 (l er avril 1885). L. BLEUSE, Note sur 
une variete nouvelle du Carabus catenulatus. 

Revue d Entomologie, publiee par la Societe frangaise d Entomologie, 
tome III (1884). 

N 11. XAMBEU, Necrologie : Jean-Hubert Chabrier. PUTON, 
Hemipteres nouveaux. Note sur 1 Aepophilus. SIMONOT-REVOL, 
Hibernation des Coleopteres. A. FAUVEL, Sur 1 identite des genres 
Hypothenemus, Stephanoderes etHomoeocryphalus.Les Longicornes 
gallo-rhenans : catalogue. 



Seance du 8 avril 1885. LXXIX 

N 12. A. FAUVEL, Les Longicornes gallo-rhenans : catalogue 
(suite et fin). Nouvelle note sur I Hypothenemus eruditus W. 

Tome IV (1885), n 1. R. MAC-LACHLAN, Notes additionnelles 
sur les Nevropteres des Vosges. E. ABEILLE DE PERRIN, Nouveaux 
documents pour servir a 1 histoire des Malachides. J. BOURGEOIS, 
Faune gallo-rhenane, Malacodermes (suite). 

]\TO 2. E. ABEILLE DE PERRIN, Nouveaux documents pour servir 
a 1 histoire des Malachides (suite et fin). A. FAUVEL, Aveugle ou 
non ? Reponse a M. de Saulcy au sujet des Glyptomerus et descrip 
tion d une espece nouvelle. A. ROULLET, Les Longicornes sont-ils 
susceptibles d hibernation ? G.-E. LEPRIEUR, Faunule aquatique 
d Arromanches (Calvados). FR.-X. FIBBER, Description des Cica- 
dines d Europe des genres Cicadula et Thamnotettix (traduit par 
F. Reiber, avec des additions par L. Lethicrry). J. BOURGEOIS, 
Faune gallo-rhenane, Malacodermes (suite). 

NO 3 __ FR.-X. FIEBER, Description des Cicadines d Europe des 
genres Cicadula et Thamnotettix (traduit par F. Rieber, avec des 
additions par L. Lethicrry) (suite). J. BOURGEOIS, Faune gallo- 
rhenane, Malacodermes (suite). 

FRANCHET. Observations sur le Bruchus (Caryoborus) nucleorum et son 
developpement, 4 p., 1 pi. col. (Extr. Bull. Soc. philomathique de 
Paris, 8 novembre 1884.) * 

LICHTENSTEIN. Communication sur 1 histoire du Phylloxera et de ses con- 
generes, faite a la seance publique de la Societe d etude des sciences 
naturelles de Nimes, du 20 decembre 1884, 7 p. * 
PREUDHOMME DE BORRE. De la validite specifique des Gyrinus colymbus 
Er., distinctus Aube, caspius Menetr., libanus Aube, et Suffriani 
Scriba, 4 p. (Comptes rendus Soc. entom. Belg., 3 mai 1884.) * 
ID. Les Melo ides de 1 Europe centrale d apres Redtenbacher et Gutt- 

fleisch, 14 p. (Bullet. Soc. royale linneenne Belg.) * 
ID. Note sur les Julides de la Belgique, suivie de la description d une 
espece nouvelle par M. le D r R. Latzel, de Vienne, 8 p. (Comptes 
rendus Soc. entom. Belg., 2 aout 1884.) * 

ID. Tentamen catalogi Lysiopetalidartmi , Julidarum, Archiulidarum, 
Polizonidarum atque Siphonophoridarum hucusque descriptarum, 
41 p. (Ann. Soc. entom. Belg., t. XXVIII.) * 

A. B. 



LXXX Bulletin entomologique. 

Seance du * avril f S85. 

Pr6sidence de M. F.M.-L. RAGONOT. 

Correspondence . II est donne lecture de lettres adressees par deux des 
membres honoraires qui viennent d etre recemment elus : 

Philadelphie, le 28 mars 1885. 
Monsieur le Secretaire, 

G est avec un vif plaisir que j ai regu votre lettre (16 mars) m annon- 
c,ant que la Societe entomologique de France a daigne [me nommer 
membre honoraire. 

Veuillez presenter a mes Confreres 1 expression de ma sincere recon 
naissance pour la haute distinction qu elle m a accordee et qui est 
d autant plus flatteuse pour moi que cette election a eu lieu en rempla- 
cement de mon illustre maitre et cher ami Leconte. 

Assurez la Societe que je ferai tous mes efforts pour justifier la haute 
distinction dont elle vient de m honorer. 
Veuillez agreer 1 assurance de mes sentiments les plus devoues. 

GEORGE H. HORN. 
A M. E. Desmarest, secretaire de la Societe" entomologique de France. 

Remiremont, 12 avril 1885. 
Monsieur le President, 

La Societe entomologique de France, en me mettant au nombre de ses 
membres honoraires, vient de me decerner un honneur auquel j etais 
loin de m attendre et qui m a surpris au plus haut degre, puisque d autres 
en etaient beaucoup plus dignes que moi. 

Je vous prie d etre pres de mes Confreres 1 interprete de ma profonde 
gratitude. 

Get honneur, qui ne m aveugle pas sur mes merites et est du plutot a 
mon grand amour de notre science et de ses adeptes qu a d importants 
travaux, sera pour moi un encouragement a perseverer dans 1 etude de 
1 entomologie et ne fera que fortifier, s il est possible, mes sentiments 
d estime et de cordialite pour mes Collegues. 

Recevez, Monsieur le President et honore Collegue, avec mes senti 
ments tout particuliers pour votre excellente lettre, 1 expression de mes 
sentiments les plus distingues et les plus devoues. ^ D r AUG. PUTON. 

A M. fim.-L. Ragonot, president de la Societ6 entomologique de France. 

Decision. La|Societe, sur la proposition de son President, decide qu elle 
fera une excursion entomologique, le dimanche 17 mai, a Bouray et Lardy, 
et qu elle compte sur la presence d un grand nombre de ses membres. 

(Voir I avis joint a ce Bulletin.) 



Seance clu 22 avril 1885. LXXXI 

Communications. M. Al. Peragallo, de Nice, adresse, par I entremise 
du Secretaire, une seconde partie de ses Etudes sur les Insectes utiles et 
nuisibles a 1 agriculture. Apres avoir passe en revue dans une premiere 
partie de son ouvrage les Insectes propres a 1 Olivier, il s occupe specia- 
lement, dans ce nouveau memoire, de ceux du Chene (Chene-liege, 
Yeuse, Kermes), de la Vigne, de 1 Oranger et du Gitronnier, du Carou- 
bier, du Gerisier, du Figuier, du Chataignier, du Pommier et du Poirier. 
Une planche coloriee represente les principaux Insectes qui ont ete 
indiques dans ce travail d entomologie appliquee. 

M. le D r Senac fait connaitre la synonymie suivante : 

Le Gedeon Borrei Haag (Mitheil. der Munch. Ent. Ver., p. 91, 1878), 
de Mesopotamie, n est autre que la Pimelia parallela Sol., Ann. Soc. 
ent. Fr., 1836, p. 125. 

Nous connaissons trois exemplaires de cette espece : Fun fait partie 
de 1 ancienne collection d Olivier, sous le nom inedit tfOlivieri. II pro- 
vient d Alep (coll. Era. Olivier). Les deux autres sont an Museum na 
tional ; ils proviennent de Mesopotamie. Bien que nous n ayons pas vu 
1 insecte decrit par Haag et qui est au British Museum (ex-coll. Bates), 
la description ne saurait laisser aucun doute sur la reunion que nous 
indiquons. 

Le meme membre depose les diagnoses de deux especes nouvelles 
appartenant au genre Pimelia : 

1 P. OBLONGA, nov. sp. Long. 25 mill.; lat. 13-13 1/2 mill. 
Oblongo-ovata, subnitida. Caput punctatum, retrorsum tenuissime. An 
tenna crassx, prothoracem paulo, postice, superantes. Pronotum latum 
lateribus valde rotundatis, basin versus angustatum, supra medio Ixm- 
gatum, minutissime punctulatum, a later e granulatmn. Elytra ovata, 
dorso leviter depressa, subopaca, granulis triangularibus parvisque, an- 
trorsum obliteratis parce tecta. Costa marginalis minutis disjunctisque 
granulis retro validioribus formata; later alis dorsalesque costse e tuber- 
culis postice prominentloribus constitute. Prima dorsalis ante, fere deficit. 
Pedes granulati. Tibix anticx dente externo brevi extus armatse. Tibix 
quatuor posteriores supra valde granulate, subcanaliculatx. Tarsorum 
articuli triangulares. 

Maroc : Mogador. 

Gette espece est voisine, mais bien distincte de la P. echidna Fairm. 
Deux exemplaires dans la collection de M. Fairmaire qui nous en a 
genereusement abandonne un. 

(1885) Bulletin de la Societe entomologiqiie dc France. y 



LXXXII Bulletin entomologique. 

2 P. BRISOUTI, nov. sp. Long. 14-15 mill.; lat. 9-11 mil!. Atyra 
nitida, vel subnitida, oblongo rotundata, valde convexa. Caput parcis- 
sime, ante grossius punctatum. Antennx prothoracis basin valde supe- 
rantes, robustx nigro-nitidx , articulis quarto, quinto sextoque longe 
seriatim ciliatis. Prothorax brevis, lateribus rotundatis , postice latior t 
medio dorso ISRVI, latera versus parce granulatus. Elytra antrorsum bi- 
sinuata, humeris leviter productis, ubique tuberculis prominentibus, dis- 
junctis, aut transverse commissis, tecta. Costw dorsales tuberculatw vel 
longas crenatx, elevatse, nonnunquam antrorsum evanescentes, et solum 
modo postice perspicuw ; lateralis costa prominentior, crenata, retrorsum 
subdentata, semper evidentior; marginalis costa prominens, subdenticu- 
lata. Tibiae anteriores paulum dilatatse, dente externo parvo } extus termi 
nate : intermedia posterioresque supra angustse, defossse. Tarsorum arti- 
culi triangulares angustL 

Algerie : Le Kreider, Geryville, Bou-Saada. 

Gette espece portait, dans la collection Reiche, le nom de nitida 
(inedit). Elle a ete rapportee par M. Gh. Brisout de Barneville et par 
M. Bedel, en 1884. Elle est voisine de la P. Buqueti Luc., dont elle nous 
semble toutefois tres distincte. 

M. L. Fairmaire adresse, par 1 intermediaire de M. Lefevre, les 
descriptions de deux Corynodes trouves dans la partie occidentale dti 
pays des Niams-Niams : 

1 CORYNODES CRIBRATELLUS, sp. nov. Long. 10 a 11 mill. Oblon- 
gus, convexus, seneus, modice nitidus, undique dense fortiter punctatus, 
punctis breviter piligeris; capite densius punctato, plagulis politis plus 
minusve sparsuto , medio plus minusve striato, aut linea subpolita 
signato; antennis basi xneis, articulis 5 ultimis latis, cyaneis, punc- 
tatis, subopacis ; prothorace truncato-conico, lateribus fere rectis, angulis 
postids acutis, dorso fortiter punctato, basi marginato ; scutello obtusis- 
sime ogivali, parce punctato ; elytris fortius punctatis, transversim leviter 
rugosulis , intervallis subliliter varius punctulatis; subtus griseo-pubes- 
cens, sat subtiliter punctatus, femoribus valde punctatis. 

Ressemble beaucoup aux varietes bronzees du C. senegalensis, mais 
bieu distinct par la tete et le corselet tres ponctues, a points setigeres, 
les elytrcs un peu plus fortement ponctuees, ridulees transversalement, 
et les femurs plus ponctues. 

2 G. COERULESCENS, nov. sp. Long. 10 a 14 mill. Oblongus, con 
vexus, totus cwruleus, modice nitidus; capite convexo, parce punctato, 
antice medio sulcato,ad oculos utrinque arcimtim profundius foveato; 






Seance du 22 avril 1885. LXXXIII 

antennis basi nitidulis, articulis 5 ultimis valde dilatatis; prothorace 
truncato-conico, lateribus fere rectis, dorso laxe modice punctato, inter- 
mills subtilissime punctulatis ; scutello l&vi; elytris sat fortiter sat dense 
punctatis, punctis subtiliter setigeris, intervallis subtilissime alutaceis; 
snbtus vix sensim punctulatus, subtiliter pubescens, femoribus sat tenuiter 
punctatis, punctis piligeris. 

Tres voisin du pusio, en differe, outre la coloration, par la tete plus 
convexe, moins ponctuee, le corselet plus etroit, a ponctuation un peu 
plus fine avec les intervalles plus lisses, et les elytres moins rugueuse- 
ment ponctuees. 

M. H. Lucas communique la note suivante : 

Je fais passer sous les yeux de la Societe une nidification soyeuse, en 
forme de bourse, due a des chenilles du genre des Bombyx; ces che 
nilles, qui ont ete decrites et figuree s par M. Salle, Ann. Soc. ent. Fr., 
1857, p. 16, pi. 1, fig. c, commencent a former cette nidification des 
leur sortie de 1 oeuf et vivent en societe jusqu a leur transformation en 
chrysalide ; elles se nourrissent de feuilles de Gouyavier (Psidium pyri- 
ferum L.) et d une espece de chene. Le papillon, egalement decrit et 
figure par M. Salle, porte le nom de Bombyx psidii, Ann. Soc. ent. Fr., 
id., p. 16, pi. 1, fig. a c?, b , et rappelle, par son port et sa taille, 
notre B. rubi d Europe, avec lequel il a une certaine analogic, mais 
dont les chenilles vivent solitaires. Ges nidifications atteignent parfois 
des dimensions considerables, car, d apres M. Salle, loc. cit., p. 17, il y 
en a qui acquierenl un developpement egalant 80 centimetres. La soie 
qui forme ces bourses est abondante, douce au toucher, d une blan- 
cheur eclatante et susceptible d etre tissee ; mais, d apres Nieto, ento- 
mologiste mexicain, que nous avons perdu recemment, la chenille de 
cette espece est tres difficile a domestiquer. 

Le nid que j ai etudie mesure en longueur 40 centimetres et en lar- 
geur 14 centimetres; j ai trouve dans son interieur un assez grand 
nombre de depouilles de chenilles appartenant a des ages differents, 
ainsi que des chrysalides vides. Ges chenilles ne construisent pas de 
cocons ; leurs depouilles sont garnies de poils longs et toulYus, qui, 
comme Fa deja remarque M. Salle, se detachent facilement du corps et 
occasionnent, lorsqu on les louche, des demangeaisons assez vives, en 
ce qu ils s implantent dans les pores de la peau. 

Apres la fecondation, je crois que les oeufs sont pondus sur la nidifi 
cation, et ce qui m autorise a emettre cette opinion, c est que j en ai ren 
contre un assez grand nombre deposes sur 1 enveloppe exterieurc for- 



LXXXIV Bulletin entomoloyique. 

mant des plaques plus ou moins grandes, et d autres, au contraire, 
places c,a et la. Ces ceufs sont petits : ils egalent en longueur 2 milli 
metres et en largeur 1 millimetre 1/4 ; ils sont lisses, de forme ovalaire 
et arrondis a chaque extremite ; ils sont durs au toucher, brillants et 
d un jaune legerement teinte de roussatre ; au pole ou est situe le mi- 
cropyle, ils sont un peu plus larges ; quand au micropyle, il est arrondi 
et tres constatable par sa couleur qui est d un roux teinte de brun. 

En examinant 1 interieur de cette nidification, j ai rencontre un cocon 
avec la depouille de la chenille placee a son extremite, et, en ouvrant 
ce cocon qui rappelle en petit celui du Bombyx quercus, j ai trouve une 
larve apode, longue de 22 millimetres sur 8 millimetres de largeur; elle 
est molle, d un jaune clair, avec la tete, le prothorax, le mesothorax et 
le metathorax d un jaune plus fonce ; en dessus, on apergoit une ligne 
longitudinale brune que Ton reconnait a ses mouvements de systole et 
de diastole pour etre le vaisseau dorsal, et qui est mamelonnee sur les 
cotes , fortement plissee transversalement en dessus et en dessous ; 
enfm, la tete presente, mais d une maniere vague, la position des yeux 
et celle des organes buccaux. Par sa tete non recourbee sur la region 
sternale, il est a supposer que cette larve parasite de la chenille du 
Bombyx psidii doit appartenir a un Hymenoptere de la tribu des Ich- 
neumonides. 

Cette nidification provient de San-Salvador (Amerique Centrale), ou 
elle a ete rencontree par M. Pector, qui en a fait don au Museum. 

M. Sylvain Ebrard, d Unieux, adresse la note suivante : 

M. le D r Valentin a dit (le Naturalists, 1880, n 30) que la Rhodocera 
Cleopatra, qui habite normalement les environs de Bordeaux, se ren- 
contrait egalement aupres d Angouleme, ou elle etait tres localised, et 
que cette derniere station semblait etre le point le plus septentrional ou 
elle se trouvait, tandis que dans le centre de la France elle ne remontait 
pas autant vers le Nord, ne depassant pas les pentes meridionales des 
montagnes du Cantal. 

Les recherches recentes de M. Favarcq, entomologiste de Saint- 
Etienne, montrent qu il faut etendre plus au nord 1 habitat de ce Lepi- 
doptere. En effet, il 1 a trouve au mois de juillet au versant est du 
mont Pilut, ainsi que dans le bois de Ja Republique, et il semble meme 
certain que ce Rhodocera aurait ete pris au Bois noir, tout pres de Saint- 
Etienne. 

M. Paul Audollent communique une note sur un Micro-organisme 
trouve dans le sang du Dytimis marginalis : 



Seance du 22 avril -1885. LXXXV 

On sait que le sang des Insectes contient des elements cellulaires 
incolores ressemblant, a certains egards, aux globules blancs des Verte- 
bres. En general, ils varient beaucoup de formes et de dimensions et 
possedent, au moins chez 1 Insecte adulte, un noyau bien distinct plonge 
dans des granulations protoplasmiques. Chez le Dytiscus marginalia, ils 
ne sont pas tres nombreux, nagent epars au milieu du plasma avec une 
forme plus ou moins ovalaire, mais tres irreguliere et comparable a 
celle de certains Protozoaires Amoebiens. 

G est en examinant ces globules chez un Dytisque male, au moment 
ou le sang sortait de la blessure faite a 1 Insecte par une epingle, que 
j apergus, a un grossissement assez considerable, de petits organismes 
bien differents des elements precedents. Leurs dimensions suffisent, 
du reste, a les en distinguer, car les plus gros d entre eux etaient au 
moins 35 ou 40 fois plus petits que les globules sanguins de moyenne 
taille. Au grossissement de 780 diametres, ils avaient de 1 a 2 milli 
metres de largeur, suivant les individus, ce qui donne une grosseur 
reelle de 15 a 30 dix-milliemes de millimetre. Ges Micro-organismes, 
dont la forme est nettement globuleuse, sont doues du mouvement 
brownien, c est-a-dire d une rotation continuelle sur leur axe sans 
deplacement notable ; c est surtout en voyant des individus accoles au 
nombre de deux ou trois que je pus constater ce fait avec evidence. Ges 
caracteres me font croire que les etres en question sont des Microbes, 
ou, pour parler plus scientiflquement, des Schizomyzctes du genre Micro- 
coccus. Je ne sais si ces petits organismes out deja ete signales comme 
parasites des Insectes. 

Les individus reunis presentaient sans doute diverses phases de la 
reproduction par scissiparite. Tantot e en etaient deux ou trois de gros 
seur egale, tantot un gros et un petit ou bien un gros et deux petits ; 
je ne crois pas avoir observe un petit uni a deux gros. II est ineme pro 
bable que j ai assiste a la subdivision d un de ces derniers, qui, m ayant 
d abord semble unique et allonge en forme de poire, me parut ensuite 
compose de deux individus de dimensions diflerentes. Mais un objectif 
assez puissant me manquait pour acquerir une plus ample certitude 
sur ces fails, et, d ailleurs, le temps me faisait defaut pour poursuivre 
cette etude comme je 1 aurais desire. 

Je vis en outre un corps d apparence discoi dale, aplatie, environ 20 a 
25 fois plus gros que les etres precedents. Mais je pense que c etait un 
element sanguin d une forme particuliere, et non pas un organisme 
etranger. E. D. 



LXXXVI Bulletin entomologique. 

Bulletin bibliographique. 

Anales de la Sodedad Espanola de historia natural, tomo XIV, cua- 
derno 1. GUNI Y MARTORELL, Excursion entomologica a varias loca- 
lidades de la provincia de Gerona (Cataluna). 

Boletin de la Academia nacional de Ciencias en Cordoba (Republica Ar- 
gentina), tome VIII, entegra 1. Q 

fymptes rendus hebdomadaires des seances de I Acadeniie des sciences, 
tome C, n os 14 (6 avril 1885) et 15 (13 avril). Q 

Entomologist s Monthly Magazine (The), n 251 (avril 1885). GEO 
T. BAKER, Descript. of some n. sp. of Lepidopt. from Algeria. 
A. G. BUTLER, On the distinctnes of Aulocera Scylla from A. brah- 
minus. H. GROSE SMITH, Descript. of two n. sp. of Butterflies. 
REV. J. HELLINS, The Life-history of Asopia (Pyralis) farinalis. 
R. Me LACHLAN, A new Dragon-fly of the genus Anax from Mada 
gascar. E. MEYRICK, On the generic name Barsine NELSON 
M. RICHARDSON, Habits and descript. of the larva of Tortricodes hye- 
mana. JOHN H. WOOD, The larva of Phloeodes tetraquetrana. 
GEO. ELISHA, Coleophora potentillae, Bogd, in litt. A. BALDING, 
Larva in Nut Catkins, etc. H. T. STAINTON, Chauliodes insecurellus 
and C. pontiftcellus. EDS, Humble beetles successfully introduced 
into New-Zealand. TH. WOOD, Anommatus 1%-striatus Mull., and 
Adelops Wollastoni Jans. J. W. DOUGLAS, Note on Rhizotrogus 
ochraceus Knoch. REV. W. W. FOWLER, On Hypothenemus eru- 
ditus Westw. JAMES J. KING, Boreus hyemalis L. near Killin. 
ID., Occurrence of Hydroptila longispina Me. Lach., in Scotland. 
J. E. FLETCHER, Neuroptera-Planipennia in Worcestershire. Pro 
ceedings of the Entomological Society of London. NECROLOGIE : 
L. Rudolf Meyer-Dur. REV. W. W. FOWLER, The Nitidulidae of 
Great-Britain (suite). 

Naturalista Siciliano (II), ann. IV, n 7. E. RAGUSA, Catalogo ragio- 
nato dei Goleotteri di Sicilia (suite). B. GRASSI, Intorno ad un nuovo 
Aracnide artrogastro (Koenenia mirabilis) (suite et fin). P. MILLIERE, 
Catalogue raisonne des Lepidopteres des Alpes-Mari times (suite). 

Naturaliste (Le), 7 e annee, n 8. Q 

Proceedings of the Academy of natural sciences of Philadelfia, 1884, 
3 e partie (novembre-decembre). STRECKER, Descript. of n. sp. of 
N. A. Heterocera. Me. COOCK, Note on the intelligence of a Cricket 
parasitised by a Gordius. A new parasitic insect upon spider eggs. 



Seance da 2% avril 1883. LXXXVII 

Sitzungsberichte der Kaiserlichen Akademie der Wissenschaften in Wien 
(Mathematisch-Naturwissenschaftliche Glasse), vol. LXXX VIII, Heft I, 
HI-V 0. Heft II, BRAUER, Zwei parasiten des Rhizotrogus solsti- 
tialis aus der ordnung der Dipteren 2 pi. 
Vol. LXXXIX, Heft. I-III, IV-V. Q 

Socie te d histoire naturelle de Toulouse, 18 e annee, 1884, 2 e fascic. Q 

Socie te entomologique de Belgique, compte rendu (seance du 7 mars 1885}. 
E. SIMON, Arachnides recueillis" par M. Weyers a Sumatra (l er en 
voi). 

Transactions of the Entomological Society of London (The), 1884. H. J. 
EL WES, Additional notes on the genus Colias. EDW. B. POULTON, 
Notes upon, or suggested by, the colours, markings , and protective 
attitudes of certain Lepidopterous larvae and pupae, and of a Phyto 
phagous Hymenopterous larva (1 pi. col.). E. MEYRICK, On the 
classification of Australian Pyralidina. J. W. DOUGLAS, on a n. sp. 
of the genus Orthesia (1 pi.). LIONEL DE NICEVILLE, Note on the 
Papilio polydecta of Cramer (1 pi. col.). W. H. MISKIN, Note on 
Tachyris melania of Fabricius. Descript. of new Australian Rho- 
palocera. SIDNEY S. SAUNDERS, Further notes on the caprification 
of domestic figs, with reference to D r Paul Mayer s notes thereon. 
On the Pediculus melittae > of Kirby and its affinities , with refe 
rence to the larvae of Meloe. LORD WALSINGHAM, North American 
Tortricidae (1 pi. col.). HAROLD J. HOCKINS, Notes on two Austra 
lian sp. of Trigona. EDWARD SAUNDERS, Synopsis of the British 
Hymenoptera-aculeata ; part. Ill, Apidae (8 pi.). Further notes on 
the terminal segments of Aculeate Hymenoptera (1 pi.). W. F. 
KIRBY, Notes on the Diptera of New-Zealand, supplementary to Pro 
fessor Button s last of Catalogue of 1881. E. MEYRICK, On the clas 
sification of Australian Pyralidina. ARTHUR G. BUTLER, The Lepi 
dopterous genus Cocytia. F. MOORE, Descript of n. sp. of Indian 
Lepidoptera-Heterocera. R. W. FORSAYETH, Life-history of sixty 
species of Lepidoptera observed in Mhow, central India (1 pi. col., 
1 pi. n.). JOHN B. BRIDGMAN, Further additions tho Mr. Marshall s 
Catalogue of British Ichneumonidae. A. SIDNEY OLLIF, Notes on 
the life-history of Porphyraspis tristis, a palm-infesting Cassida from 
Brazil. DAVID SHARP, The water-beetles of Japan. PETER CAME 
RON, Descript. of Tenthredinidae and Cynipidae from Mexico. G. R. 
OSTEV-SACKEN, Facts concerning the importation or non-importation 
of Diptera into distant countries. An essay of comparative Chaetotaxy, 



LXXXVIII Bulletin entomologiqm. 

or the arrangement of characteristic bristles of Diptera. PROCEE 
DINGS FOR 1884. - INDEX. 

GUNI Y MARTORELL (DON" MIGUEL). Excursion entomologica a varias loca- 

lidades de la provincia de Gerona (Gataluiia), 23 p. (Anal, de la Soc. 

Esp. de hist, nat., tomo XIV). (1885). * 
PERAGALLO (A.). Etudes sur les Insectes nuisibles a 1 agriculture, 2 e partie, 

196 p., 1 pi. col. (Nice, 1885). * 
SERIZIAT (D r ). Catalogue des Lepidopteres des environs de Gollo, 19 p. 

(Bullet. n 20 de 1 Academie d Hippone, fasc. 3). * 

A. B. 



Seance du 1$ mai 1885. 
Presidence de M. fi>i.-L. RAGONOT. 

Necrologie. M. Frederic Stein, professeur a PUniversite de Prague, 
auteur de 1 ouvrage intitule : Physiologie des Insectes, est decede le 
9 Janvier 1885, a Page de soixante-six ans. 

Rapport. M. J. Fallou adresse la notice suivante : 
Messieurs, 

Lorsque vous m avez fait Phonneur de me designer comme Tun de 
vos delegues au Congres des Societes savantes qui s est reuni derniere- 
ment a la Sorbonne, je ne pensais pas que je serais egalement charge 
de vous rendre compte des communications entomologiques qui y out 
ete presentees. II eut ete preferable que ce rapport flit redige par Fun de 
nos presidents ; cependant, cedant aux instances de notre vice-president, 
je vais vous indiquer sommairement les sujets traites par divers natura-., 
listes. 

Le Congres a ete tenu du 7 au 11 avril ; les seances ont eu lieu chaque 
jour de 1 a 4 heures sous la presidence de MM. de Quatrefages et 
Alphonse Milne-Edwards. Plusieurs de nos membres : MM. Bourgeois, 
Brongniart, Fallou, Gadeau de Kerville, Maurice Girard, Leprieur, 
Megnin, Olivier, y ont assiste. 

1 M. Charles Brongniart a fait une importante communication sur 
les Insectes fossiles des terrains houillers, particuliereinent sur ceux de 
Commentry (Allicr). 



Seance du 13 mai 1885. LXXXIX 

2 M. H. Gadeau de Kerville, delegue de la Societenies amis des 
sciences naturelles de Rouen, et, en meme temps, 1 un des notres, a 
repondu a la premiere question du programme relative a 1 etude de- 
taillee de la France fluviale, dans un travail ayant pour titre : Apergu de 
la faune de la Seine et de son embouchure, depuis Rouen jusqu au Havre, 
travail qui n est que le resume d un memoire qui sera publie a la fin du 
deuxieme volume de 1 ouvrage de M. Lennier sur VEstuaire de la Seine, 
dont la publication aura lieu tres prochainement. Notre collegue a indi- 
que les principaux traits de la faune macro et microscopique de la 
Seine, et a signale les especes particulierement interessantes d Insectes, 
de Crustaces et de Pycnogonides qu il a recueillies jusqu a present. 

3 M. le D r Lemoine, de Reims, est entre dans d interessants details 
sur les ennemis naturels du Phylloxere et des Goccides ; en faisant re- 
marquer les importants resultats que Ton pourrait obtenir de ces auxi- 
liaires, il a fait passer sous* les yeux de 1 assemblee de nombreuses 
figures qui les representent tres grossis. 

4 Le meme savant a fait une communication relative au developpe- 
ment et a Forganisation de YAspidiotus du Laurier rose. 

5 M. le D r Trouessart, delegue de la Societe d etudes scientifiques 
d Angers, s est occupe de la distribution geographique des Sarcoptides 
epizoiques ; il en a indiquo un g^and nombre qui vivent sur divers Vcr- 
tebres, et a prt3sente quelques applications relativemeut au transfor- 
misme. 

6 M. Rame, delegue de la Societe d apiculture et d insectologie, en 
repondant a la neuvieme question du programme concernant VAttacus 
Cynthia, a cherche a demontrer, par des chiffres nombreux, la grande 
importance que le produit de la soie de ce Bombycite pourrait donner 
si Ton parvenait a 1 exploiter en grand. La realisation de ce vceu, qui a 
ete bien des fois formule, serait des plus utiles a 1 industrie , et Ton 
aurait ete heureux que 1 auteur eut donne des observations nouvelles 
sur cet Attacus dont 1 introduction en Europe est tentee depuis une 
trentaine d annees. 

Enfin, j ai presente, d apres mes etudes de plusieurs annees, comme 
je 1 ai expose devant notre Societe (Bull., p. LXXIV), des remarques : 

7 Au sujet de la neuvieme question du programme, sur mes edu 
cations de divers Bombycites sericigenes, et specialeinent sur celles de 
1 Attacus Pernyi; 

(1885) Bulletiu de la Societe entomologique de France. 10 



xc Bulletin entomologique. 

Et 8, relativement a la treizieme question, sur mes travaux relatifs a 
1 influence de la temperature hibernale sur les Plantes et les Insectes. 

Communications. M. le D r Al. Laboulbene offre a la Societe : 

1 L article PARASITES qu il vient de publier dans le Dictionnaire ency- 
clope dique des sciences me dicales, et ou il fait connaitre la plupart des 
idees de notre regrette collegue G. Davaine a ce sujet; 2 un memoire 
avec planche sur le Sphserogyna ventricosa Newport (en commun avec 
M. P. Megnin). II s agit dans ce travail d un Acarien tres remarquable, 
dont la femelle, au moment de la ponte, acquiert un tel developpement 
abdominal qu elle prend la forme spherique. M. Peragallo ayant envoye 
des nymphes de Corxbus fasciatus recouvertes de corps oviformes, 
M. Laboulbene avait constate et communique a J Institut qtie ces oeufs 
pretendus etaient des Acariens. Le present travail offre la description 
et les figures de cette espece dans ses divers etats. 

M. Maurice Girard communique les observations d entomologie 
appliquee qui suivent : 

Dans la derniere semaine d avril 1885, dans le pare de 1 Ecole d agri- 
culture de Grignon(Seine-et-Oise), des quantites innombrables d O^ o- 
rhynchus ligustici Linn, ont envahi un champ de vesces d etendue consi 
derable. Ges Charangons avaient ete observes les annees precedentes sur 
des luzeraes, mais en Bien moins grande abondance. Les nouveaux semis 
de vesces allaient disparaitre entierement ronges. Un remede a ete trouve 
dans 1 observation meme des moeurs de ces Gharangons nocturnes, qui 
se gitent en terre pendant le jour. On a laboure, puis herse sur tout le 
pourtour du champ une large bordure de plusieurs metres, qui a ete 
ainsi convertie en gros grumeaux de terre. Les Otiorhynchus s y sont 
refugies ; puis on les a ecrases sous 1 action d un fort rouleau compres- 
seur. On a repete a plusieurs reprises le hersage, ainsi que le passage 
du rouleau, et les depredations du Charanc.on sont devenues peu impor- 
tanles. 

M. Ant. Grouvelle adresse des synonymies relatives a des Gucujides 
du genre Airaphilus Redt. : 

1 Apres examen des types, et d accord avec M. le D r Kraatz, les 
A. talpa Kr. eifibulatus Kr. doivent etre definitivement reunis a 1 A. na- 
sutus Ghevr.; 

2 L A. ruthenus Solsky n estqu une variete insignifiante de YA. ge- 
minus Kr. 



Seance du 13 mai 1885. xci 

M. J.-M.-F. Bigot communique une rectification relative au Bulletin 
de la seance du 11 fevrier 1885, page xxxm : 

J ai donne la diagnose d un nouveau genre de Dipteres (Oxydexia), 
fonde sur un individu unique (une $); depuis lors j ai acquis deux $ se 
rapportant avec certitude au meme groupe, et j ai pu reconnaitre que 
mon nouveau genre n etait qu un synonyme du G. Uromyia Rob.-Desv., 
Myod., page 215. Par consequent, la denomination generique que j ai 
donnee doit disparaitre de la nomenclature ; mais 1 espece (acuminata) 
doit etre conservee. 

M. H. Lucas communique la note suivante : 

En etudiant des Orthopteres provenant de 1 Afrique orientale, adresses 
dernierement au Museum, j ai trouve un Eugaster rappelant un peu par 
sa forme une espece que j ai decrite et figuree sous le nom de Dumndi, 
Ann. Soc. ent. Fr., 1884, p. 161, pi. 7, fig. 8 a 15, mais qui en differe 
cependant par des caracteres bien tranches : 

EUGASTER BLOYETI Luc. c?. D un brun ferrugineux plus ou moms 
fonce. La tete, plus large que longue, est couverte d une ponctuation 
assez forte et serree. Les organes buccaux sont d un ferrugineux clair, 
avec les palpes labiaux et maxillaires greles et allonges. Les antennes 
sont ferrugineuses ; 1 epine interantennaire, de meme couleur que les an 
tennes, est grele, allongee, sans depasser cependant le troisieme article 
de ces organes. Le thorax, fortement tronque a sa partie anterieure, est 
robuste, allonge, avec son disque couvert d une ponctuation forte, peu 
serree et confluente ; le promorax, etroit, excave, retreci, est arme de 
chaque cote de ses bords lateroanterieurs , qui sont prolonges et elargis, 
de deux fortes epines dont 1 anterieure est la plus petite ; le mesothorax, 
retreci, esl uniepineux de chaque cote ; le metathorax, prolonge en ar- 
riere, assez convexe, recouvre les elytres; il presente de chaque cote 
quatre epines tres fortes, presque d egale longueur, tres acerees et d un 
brun fonce a leur extremite ; il est tronque posterieurement, non releve et 
arme de trois epines dont la mediane est la plus petite. Les pattes, courtes, 
greles, sont d un brun ferrugineux clair, avec les femurs teintes de brun 
fonce a leur partie anterieure. L abdomen, assez grand, lisse, est d un brun 
ferrugineux, avec le bord posterieur des segments finement margine de 
brun sur les cotes et ceux-ci marques dans leur milieu d une tache petite, 
arrondie, de cette couleur; il est d un ferrugineux clair en dessous, avec 
la plaque sous-anale plus large que longue et presentant, dans le milieu 
de son bord posterieur, une echancrure tres petite ; les cercis, courts, 



xcn Bulletin entomologique. 

arrondis a leur extremite, sont d un ferrugineux clair. Long. 38 mill.; 
larg. 26 mill. 

?. Differe du male par sa taille sensiblement plus grande, son pro- 
thorax plus etroit, son metathorax non convexe, releve posterieurement, 
et son abdomen beaucoup plus developpe. La plaque sous-anale, plus 
large que longue, est echancree sur les bords lateraux, et 1 excavation 
que presente le milieu de son bord posterieur est plus grande que celle 
du male ; 1 oviscapte est robuste, d un brun ferrugineux, avec les di- 
verses pieces qui ie composent styliformes, peu recourbees, surtout les 
inferieures. Long. 42 mill.; larg. 16 mill. 

Gette espece ne pourra etre confondue avec YE. Durandi, a cote duquel 
elle vient se placer, par son thorax plus grand, plus developpe, par sa 
ponctuation plus forte, plus serree, confluente, et par les epines dont 
sont armes le prothorax, le mesothorax et le melathorax beaucoup plus 
fortes ; en outre, 1 oviscapte est aussi plus developpe que chez YE. Du 
randi, avec les di verses pieces qui le composent moins recourbees. 

M. Bloyet a pris a Kondoa (Afrique orientate) un male et deux femelles 
de cet Orthoptere. 

M. P. Milliere, de Cannes, adresse, par 1 entremise de M. Ragonot, 
la note qui suit, relative a la Zygaena Wagneri Mill. (sp. nov.) : 

Si les chenilles de Zygenes ne doivent, par leur presence, aider dans 
ses etudes Fentomologiste qui les observe, celui-ci reste bien souvent 
indecis dans la determination des especes. II ne doit pas en etre ainsi a 
1 egard d une Zygaena nouvelle que je viens de reconnaitre dans ses 
mosurs et sous ses di verses formes. 

La chenille de la Zygaena Wagneri eclot des le premier printemps sur 
les hauteurs des environs de Nice et de Monaco, notamment les contre- 
forts du mont Chauve et de la Turbie, a une altitude d environ 800 
metres, sur des terrains rocheux, a base calcaire et reconverts d une 
maigre vegetation herbacee. L insecte parfait de la Z. Wagneri se rap- 
proche quelque peu des Z. Lavandulae, Trifolii et Stoechadis, mais la 
chenille de cette nouvelle espece, sa nourriture, son habitat, et surtout 
la forme de son cocon separent assurement la Z. Wagneri de toutes ses 
congeneres. 

Gette chenille est assez courte, epaisse, semi-globuleuse, pubescente, 
a segments tres distincts, lentQ dans sa marche et se laissant tomber au 
moindre contact de la plante qui la nourrit. Sa couleur est caracteris- 
tique : elle est generalement d un vert olive fonce, mat, couleur qui, a 



Seance du 13 mai 1885. 



XCIII 



la region dorsale, se montre encore plus obscure. Sur ce fond olive, les 
laches se presentenl ainsi. Chaque anneau, a la hauteur de la ligne sous- 
dorsale, est porteur, a partir du 2 e segment, de deux points d un noir 
profond separes par 1 incision, et, au-dessous du premier de ces deux 
points, on remarque un troisieme point qui louche le premier et qui est 
d un jaune de Naples vif. Le premier segment n est marque que d un 
seul poinl noir. Le collier esl blanc, la lele esl pelile el noire. Les pattes, 
ecailleuses, sont noires et surmonlecs d un Ires petit point egalement 
noir. Les pattes membraneuses sont blanchalres el largemenl cerclees de 
noir. Les poils sont rares, fins et Ires blancs. A la place des lignes vas- 
culaire el sligmatale, on ne voit qu une ombre obscure et continue. Gelle 
Zygene se nourril exclusivement sur VHippocrepis comosa L., et a ete 
decouverte par M. E. Wagner, lepidopleriste distingue de Nice. 

L insecte parfail a une envergurc de 28 a 30 millim. Ailes grandes et 
bien formees ; les superieures, arrondies a 1 apex, sont d un noir fuligi- 
neux, semi-diaphane, ornees de 5 laches d un rouge vermilion pale, nul- 
lemenl cerclees de noir, mais certaines fois marquees de blanc sur les 
bords. Les ailes inferieures sont du meme rouge pale que les laches 
precilees; elles sont tres largement bordees de noir fuligineux semi- 
diaphane qui se fond insensiblement sur rouge. Les antennes sont 
grandes, epaisses et noires. Le collier est elroil el blanchalre. Les plery- 
godes sont noirs avec les poils du sommet blanchalres. Le Ihorax et 
1 abdomen sont d un noir bleualre prononce. En dessous, les 4 ailes 
sont d un noir fuligineux, mais plus pale qu en dessus, et le rouge a 
pali. Les pattes sont noires, et blanchatres en dessous. La $ res- 
semble au d 1 . 

Je fais ma description d apres un bon nombre de sujets oblenus lous 
ex larva. L espece varie : du noir fuligineux, qui esl la couleur du lype, 
elle passe insensiblement au noir bleuatre prononce ; elle se distingue 
des especes congeneres auxquelles je 1 ai comparee, par un fades qui 
lui esl propre. Le lype parail, el cela des Finslant de son eclosion, 
comme terni et sali accidentellemenl. 

La coque, souvent fixee a la tige de la plante qui nourrit la chenille, 
est ovo ide, d un blanc nacre pur, et rappelle les coques des Zygaena 
Fausta, Jimcea, Occitanica et Ononidis ; nouvelle cause d eloignement de 
la Z. Wagneri, des Z. Lavandulac, Stoechadis, Hippocrepidis, Trifolii et 
Angelicae, desquelles 1 insecte parfait de ma Zygaena nouvelle se rap- 
proche, ainsi que je 1 ai dit. Le Lepidoplere eclol Irois semaines apres 
la transformation do la chenille. 



xciv Bulletin entomologique. 

M. G.-A. Poujade donne la description de nouvelles especes de 
Lepidopteres : 

ARASCHNIA DAVIDIS Pouj. Envergure : 46 mill. Ailes coupees 
comme chez Prorsa, sauf les superieures dont la convexite du bord 
externe est situee plus au milieu. Dessus des quatre ailes brun fonce, 
les superieures ornees de bandes irregulieres d un fauve rougeatre : 
une commengant un peu au-dessous de Tangle apical et parallele a la 
sinuosite du bord externe ; centre cette bande, il y a deux points d un 
jaune pale surmontes d une tache de meme couleur qui louche la cote ; 
une bande oblique d un jaune pale, se fondant en fauve, part de la cote 
environ au tiers externe et va rejoindre a peu pres le milieu de la pre 
miere bande ; une troisieme, sinueuse, louche Pextremite de la cellule 
et se dirige vers le tiers externe du bord interne ; la cellule est tra- 
versee par une bande assez large suivie de trois lignes fines jaunes, 
dont deux sont presque paralleles a la bande, et la troisieme forme avec 
la precedente un angle aigu dont le sommet est en haul ; la bande de 
la cellule se continue par une brisure a la base du troisieme rameau de 
la nervure mediane et va rejoindre le milieu du bord interne. Ailes 
inferieures ayant, a partir du dernier tiers, une large bande fauve rou 
geatre irreguliere, maculee de taches noires dont la mediane est ronde; 
la base de 1 aile est traversee par quatre lignes jaunes dont les deux 
medianes forment un angle aigu. 

Dessous : fond des ailes ocre rouge fonce varie de noiratre, sur 
lequel les nervures se detachent en jaune clair, surtoutaux inferieures; 
les bandes du dessus se rnontrent plus accentuees en jaune pale ; les 
points jaunes du dessus reparaissent en blanc au milieu de taches vio- 
lettes ; la partie correspondante a la bande du dessus des inferieures est 
ornee de quatre points blancs dont le median est largement entoure de 
violet ; une serie de lunules irregulieres violettes, bordees de noir, pre 
cede la bordure des ailes inferieures; cette bordure est, ainsi qu aux 
ailes superieures, jaune clair fmement liseree de noir. Franges du meme 
jaune, entrecoupees de brun aux nervures en dessus et en dessous. 

Un seul male, de Mou-Pin (Thibet oriental), capture par M. 1 abbe 
A. David. Coll. du Museum. 

SATYRUS (PARARGE) DAVIDIANDS Pouj. Envergure : 77 mill. 
Forme du Lasiommata Maackii Bremer. Dessus brun clair un peu dia- 
phane, laissant voir en partie les lignes du dessous. Ailes inferieures 
dentees, ornees d une rangee ante-marginale de cinq taches rondes d un 
brim fonce, faiblement pupillees de blanc, dont la plus large est cerclee 



Seance du 13 mai 1885. xcv 

d ocre jaune et situee vers Tangle interne ; ce dernier est occupe par 
une tres petite tache pyriforme. Bordure jaune d ocre terne liseree de 
brim, a peine indiquee aux ailes superieures. 

Dessous roux pale : ailes superieures traversees par une bande blan- 
chatre fondue exterieurement, partant au-dela du milieu de la cote, se 
coudant au premier rameau de la nervure mediane, puis se dirigeant 
vers les quatre cinquiemes du bord interne ; cette bande est nettement 
limitee interieurement par une teinte d un roux plus fonce fondue 
insensiblement vers la base; la cellule est traversee aux deux tiers par 
une ligne courbe legerement sinueuse. Une rangee de cinq yeux noirs 
pupilles de blanc, a iris jaune clair et cercles de blanchatre, longe le 
bord externe. Ailes inferieures ornees de six yeux semblables a ceux 
des premieres ailes : celui de Tangle superieur et Tavant-dernier sont 
du double des autres, le dernier est forme de deux yeux reunis. Milieu 
des ailes traverse par deux lignes rousses : Tune, a peu pres droite, part 
de la cote, touche la base des rameaux des nervures sous-costale et me 
diane et se dirige en s attenuant vers le bord abdominal ; Tautre , 
sinueuse, contourne interieurement Tceil de Tangle superieur, puis, se 
courbant en sens inverse, vient aboutir un peu au-dessus de Tangle 
interne. L exlremite de la cellule est marquee d une ligne rousse. Les 
quatre ailes sont bordees d un double lisere roussatre se detachant sur 
un fond pale. 

Une femelle, de Mou-Pin (Thibet oriental), prise par M. Tabbe 
A. David. Coll. du Museum. 

Membre recu. M. R. Galichon, boulevard Haussmann, 169 (Entomo- 
logie generate, particulierement Lepidopteres), presente par M. J. Fallou. 
Gommissaires-rapporteurs : MM. Poujade et Lucas. 

E. D. 



Bulletin bibliographique. 

Annales de la Socie te entomologique de Belgique, tome XXVIII, Bruxelles, 
1884. D r E. DUGES, Metamorphoses de la Leptinoptarsa undecim- 
lineata Stal, du Taropisternus later alis Fabr. et duMallodon angnsta- 
tum Thomson,. 2 pi. A. PREUDHOMME DE BORRE, Tentamen Catalogi 
Glomeridarum hucusque descriptarum. E. DE SELYS LONGCHAMPS, 
Revision des Diplax palearctiques. A. PREUDHOMME DE BORRE, 
Tentamen Catalog! Lysiopetalidarum, Julidarum, Archiulidarum, 



xcvi Bulletin entomologique. 

Polyzonidarum atque Siphonophoridarum hucusque descriplarum. 
AUG. LAMEERE, Longicornes recueillis par feu CamilJe Van Voxem au 
Bresil et a la Plata. Materiaux pour la faune des Petites-Antilles : 
Longicornes recueillis par M. Purves a Antigoa. Longicornes des 
voyages du D r E. Fromont au Bresil et a la Plata. Materiaux pour 
servir a la laune de la republique de Venezuela : Longicornes nou- 
veaux ou peu^connus. A. BERGE, Enumeration des Getonides de- 
crites depuis la publication du Catalogue de MM. Gemminger et Ha 
rold. D r KARSCH, Additions et rectifications aux deux Catalogues de 
Myriapodes publies en 1884 par M. A. Preudhomme de Borre. 

COMPTES RENDUS DES SEANCES. 

Tome XXIX, Bruxelles, 1885, l rc partie : C. VAN DEN BRANDEN, 
Catalogue des Coleopteres carnassiers aquatiques (Haliplidae, Am- 
phizoidae, Pelobiidae et Dytiscidae). CHARLES KERREMANS, Enume 
ration des Buprestides decrits posterieurement au Catalogue de 
MM. Gemmiuger et Harold (1870-1883). H. DONCKIER DE DONCEEL. 
Premiers etats de quelques Cassidides exotiques (1 pi.). 

Annual Reports of the Trustees of the Peabody Academy of sciences, 1874- 
1884. 

Atti della Reale Accademia del Lined, ser. IV, vol. I, fascic. 9 et 10. Q 

bulletin de la, Socie te academique franco-hispano-portugaise de Toulouse, 
tome V, n 4, et tome VI, n 1. Q 

Bulletin of the Californea Academy of sciences, n os 1 (fevrier 1884), 
2 (Janvier 1885), Q. N 3 (fevrier 1885) : H. H. BEHR, New Lepi- 
doptera. Biological synopsis of California Lepidoptera. * 

Bulletin of the Brooklyn Entomological Society, vol. VII, 1884-1885. 
FRED. BLANCHARD, Table of Balaninus ; note on the species of Gau- 
rotes. THOS. L. CASEY, Notes on Coleoptera. FRED. CLARKSON, 
Note on Rhyssa. A. W. P. CRAMER, On preserving larvae. 
J. DOLL, Note on Dynastes. CHAS. FUCHS, Hint on Spring collec 
ting; Collection note. HORN, Notes on some Staphylinidae. GEO. 
H. HULST, The genus Catocala (1 pi.); Synopses of Lepidoptera; 
Spilosoma latipennis. ALFRED W. JONES, Notes on the habits of 
Gicindelidae. CHARLES W.LENG, Synopsis of Cerambycidae (1 pi.). 
B. PICKMAN MAN, The future of Psyche . REINECKE, Note on Phy- 
tonomus opimus.CEA.s. V. RILEY, Acronycta betulae, n. sp. (llig.); 
A new insect injurious to wheat ; Note on Rhyssa. CHRIS. H. RO 
BERTS, Collection notes. E. A. SCHWARZ, Notes on the food habits 
of some N. A. Rhynchophora. JOHN B. SMITH, New species of Noc- 



Seance du 13 mat 1885. xcvn 

tuidae; An introduction to a classification of the N. A. Lepidoptera 
(1 pi.); Dynastes again. D r WILLISTON,. On the classification of 
N. A. Diptera (first papers, Syrphidae). 

iptes rendus hebdomadaires des seances de I Acade mie des sciences, 
tome G, n os .16, 17, 18. Q 

Correspondenzblatt des entomologischen Vereins Isis zu Dresden. 
J. ROBER, Zur ostindischen Schmetterlings-fauna. D r MAX STAND- 
FUSS, Callimorpha v. persona Hb.. J. ROBER, Ein paar neue He- 
terocera von Siid-Gelebes ; Ein Monstrositat von Limenitis populi 
1 pi. col. *. 

Entomologist s Monthly Magazine (The), n 252 (mai 1885). REV. W. 
W. FOWLER, The Nitidulidae of Great Britain (suite). J. E. FLET 
CHER, Additions to the Trichoptera of the Worcester District. GEO. 
T. BAKER, Descript. of some n. sp. of Lepidoptera from Algeria (fin). 

D r G. AURIVILLIUS, Insects in artic regions (extrait). EDS, Ento 
mology and medical jurisprudence. REV. J. HELLINS, Notes on 
Lepidoptera. H. T. STAINTON, Notes on Eudorea portlandica and 
phaeoleuca. A. BALDING, Phaeodes immundana bred from birch 
and alder catkins. R. W. W. FOWLER, Tapinoma gracilescens at 
Lincoln. J. W. DOUGLAS, Note on Clinocoris griseus and indistinc- 
tus. T. R. BILLUPS, Ceraleptus lividus, Stein, etc., at Ghobham. 
R. WILDING, Goleoptera at Llangollen. Proceedings of the entomo 
logical Society of London. NECROLOGIE : Prof . G. T. E. von Siebold. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, n 175 (l er mai 1885). GH. et FR. 
BARBIER, Faune entomologique de Beziers et de ses environs (suite). 

P. CHRETIEN, De 1 influence du froid sur les chrysalides. COM 
MUNICATIONS : Reponse a M. E. Marchal sur 1 habitat du Cleonus albi- 
dus F. Ghrysalide RAglia Tau L. 

Meddelanden of Societas pro Fauna et Flora Fennica, Elf te Haf let, Hel- 
singfors, 1885. 0. M. REUTER, Hemiptera duo nova e Fennia. 

Naturalista Siciliano (II), anno IV, n 8. E. RAGUSA, Catalogo raggio- 
nato dei Goleotteri di Sicilia (suite). T. DE-STEFANI, Iinenotteri 
nuovi o poco conosciuti della Sicilia. E. RAGUSA, Agonum numi- 
dicum var. Reitteri. P. MILLIERE, Catalogue raisonne des Lepi- 
dopteres des Alpes-Maritimes (suite). 

Naturaliste (le), 7 e annee, n 9. NECROLOGIE : Frederic de Stein. 
Proceedings of the natural history Society of Wisconsin, 1885. FR. 
RAUTERBERG, Goleoptera of Wisconsin. G. W. and E. G. PECKHAM, 



XCVIH Bulletin entomologique. 

On some new genera and species of the family Attidae from Mada 
gascar and Central America (1 pi.). 

Societe d histoire naturelle de Toulouse. Comptes rendus de la seance 
du 18 mars et de la seance du l er avril 1885. Q 

Societe entomologique de Belgique.Gomipie rendu.de la seance du 4 avril 
1885. 0. M. REUTER , Species Capsidarum regionis palaearcticae 
(5 fig.). ANT. DUVIVIER, Phytophages (Halticides et Galerucides) 
recueillis par M. Weyers, a Fort de Kock, Painan (Sumatra) et a 
File Bodjo. 

Tijdschrift voor Entomologie uitgegeven door de Nederlandsche entomo- 
logische Vereeniging, 1883-1884, 3 e et 4 e livraisons. A. J. F. 
FOKKER, Catalogus der in Nederland voorkomende Hemiptera (ver- 
volg). DIRK TER HAAR, Aanteekening over eene varieteit van Ly- 
caena medon v. Rottb. (Astrarche Brgstr.), metbijschriftvanP. G. T. 
SNELLEN. D p J. G. DE MAN, Eene variatie in het aderbeloop der 
vleugels eener Mycetophilide (pi. 7, fig. 1 et 2). F. M. VAN DER 
WULP, Ommatius Schlegelii, n. sp. (pi. 7, fig. 3-12. ID., Jets over 
de Tsetse-vlieg (Glossina). P. C. T. SNELLEN (Nieuwe of weinig 
bekende Microlepidoptera von Noord-Azie, beschreven door), met 
afbeeldingen (pi. 8-10) door D r J. VAN LEEUWEN Jr. D r A. W. M. 
VAN HASSELT, Waarnemingen omtrent anomalien van de geslachts- 
drift bij Spinnen-mares. F. M. VAN DER WULP, Nalezing over 
Amerikaansche Diptera. P. C. T. SNELLEN, Eene varietet van 
Catocala nupta L. (pi. 11 fig. 1). ID., Aanteekening over twe va- 
rieteiten van Oost-Indische Dagvlinders (pi. 11, fig. 2 et 3). ID. 
(Beschrijving van twee Javaansche soorten van het genus Madopa 
Steph., Led. door.), met afbeeldingen (pi. 11, fig. 4 et 5) door D r J. 
VAN LEEUWEN Jr. F. M. VAN DER WULP, Oost-Indische Psilopus- 
soorten (pi. 12). A. F. A. LEESBERG, Bijdrage tot de Kennis der 
indlandsche Galerucinen. P. G. T. SNELLEN, Boekaankondiging : 
M. S A ALMU LLER, Lepidopteren von Madagascar. D r Eo. EVERTS, Co- 
leoptera door D r H. TEN KATE Jr. in Noordelijk Lapland aangetroffen. 
D r A. W. M. VAN HASSELT, Spinnen door D r H. TEN KATE Jr. in 
Noordelijk Lapland verzameld. G. RITSEMA, Bijdrage tot de Kennis 
der Goleopteren-Fauna van het eiland Saleijer en van het naburige 
eilandge Poeloekatela. P. C. T. SNELLEN, Cryptilum Triphae- 



Verhandlungen der Kaiser lich-Konig lichen zoologisch-botanischen Gesells- 
chaft in Wien, 1884, vol. XXXIV. F. BRAUER, Entomologische 



Seance du 13 mat i88S. xcix 

Beitrage (1 pi.). A. HANDLIRSCH, Zwei neue Dipteren (1 pi.}. 
K. M. HELLER, Zur biologic des Anisarthron barbipes (1 fig.). 
A. KEFERSTEIN, Der Bombyx oder Bombylins des Aristoteles als Seide 
hervorbringendes Insect. E. GRAF. KEYSERLING, Neue Spinnen aus 
Amerika, VI (1 pi.). F. F. KOHL, Die Gattungen der Pompiliden 
(1 pi.). ID., Die Gattungen und Arten der Larriden (4 pi.). 
E. KREITHNER, Massenhaftes Auftreten des Kohlweisslings bei Wien. 

FR. Low, Beitrage zur Kenntniss der Jugenstadien der Psylliden 
(1 fig.). !D., Bemerkungen ttber Cynipiden. ID., Bemerkungen 
fiber Fichtengallenlaiise (2 fig.). H. B. MOSCHLER, Die Nordamerika 
und Europa gemeinsam angehorenden Lepidopteren. C. R. OSTEN- 
SACKEN, Berichtigungen und Zusatze zum Verzeichnisse der entomo- 
gischen Schriften von Gamillo Rondani. ID., Verzeichnisse der 
entomologischen Schriften von Hermann Low. - A. PELZELN, Ueber 
eine Spechtschmiede. ID., Vorlaufige Mitthkeilungen fiber die 
Alstammung des Haushundes. H. REINHARD, Zwei seltene Gi- 
rauds sche Hymenopterengattungen. E. REITTER, Bestimmungs- 
Tabellen der europaischen Goleopteren , X (nachtrag zu dem V. 
Theile). A.ROGENHOFER, Die erste Stauden einiger Lepidopteren. II. 

ID., Ueber Chimaera (Atychia) radiata. 

Verhandlungen des Vereins fur naturwissenschaftliche Unlerhaltung zu 
Hamburg, vol. V, Hamburg, 1883. CARL ZIMMERMANN, Die Varia- 
bilitat der Schmetterlinge in ihren verschiedenen Entwickelungssta- 
dien und der biologische Werth von Form, Farbe und Zeichnung. 
G. GERCKE, Ueber die Metamorphose einiger Dipteren (2 pi.). D r G. 
GRUGER, Exotische Lepidopteren. A. SAUBER, Nachtrag zur Lepi- 
dopterenFauna der Nieder-Elbe. D r PFEFFER, Ueber Araeosternus 
WienecM De Man. A. SAUBER, Anschluss an dem in Juni und Juli 
veroffentlichten Nachtrag zur Lepidopteren-Fauna der Nieder-Elbe. 

COSTA (ACHILLE). Notizie ed osservazioni sulla Geo-Fauna Sarda, memo- 
ria quarta. Napoli, 1885, 31 p. * 

LABOULBENE (AL.). Parasites, Parasitisme (Dictionn. encycloped. des 
sciences medicales), Paris, 1855, 50 p. * 

LABODLBENE et MEGNIN. Memoire sur le Sphaerogyna ventricosa (New 
port) (Journ. de 1 anat. et de la physiol.), Paris, 1885, 18 p., 1 pi. * 

OLIVIER (ERN.). Lampyrides recueillis au Bresil et a la Plata par feu 
G.VanVolxem,avecdescript. des especes nouvelles (Ann. Soc. entom. 
Belg., tome XXIX), 4 p. 2 exempl. * 



c Bulletin entomologiqw. 

SAHLBERG (JOHN). Bidrag till Tschuktsch-Halfons Insektfauna. Goleoptera 
och Hemiptera insamlade under Vega-Expeditionen vid Halfons 
Norra och Ostra Kust, 1878-1879, Stockholm, 1885, 3 fascic., 71 p. * 

SCOPOLI. Entomologia carniolica exibens Insecta Garnioliae indigena et 
distributa in ordines, genera, species, varietates, methodo Linnaeana. 
Vindobonae, 1763, 1 vol. rel., 420 p., 43 pi. (regude M. le D r Kraatz 
en echange de volumes d Annales). 

STRETCH (RICHARD H.). Illustrations of the Zygaenidae and Bombycidae 
of N. A., vol. I, part. 1-9, San Francisco, juillet 1872-decembre 
1873. 1 vol. rel., 242 p., 10 pi. n. * 

WIMMER (AUGUST). Personen-ort-und Sach-Register der dritten Zehn- 
jahrigen Reihe (1871-1880) der Sitzungsberichte und Abhandlungeri 
der Kaiserl.-Konigl. zoologisch-botanischen Gesellschaft in Wien. 
Wien, 1884, 123 p. 

A. B. 

Seance du 27 mat 1885. 

Prcsidence de M. fctf.-L. RAGONOT. 

M. le vicomte Jean Binot, de Cannes, assiste a la seance. 

Lectures. M. Achille Raffray adresse, par 1 intermediaire de M. Leon 
Fairmaire, un memoire intitule : Note sur la dispersion geographique 
des Coleopteres en Abyssinie et descriptions d especes nouvelles. Ge 
premier travail, qui est accompagne d une planchc coloriee, est exclusi- 
vement consacre aux especes de la famille des Garabiques. 

M. L. Fairmaire depose sur le bureau la deuxieme partie de ses 
notes sur les Goleopteres de Madagascar recueillis par M. Raffray, et 
descriptions des especes nouvelles. 

M. J.-M-F. Bigot transmet, par 1 entremise du Secretaire, une nou- 
velle suite a ses memoires sur les Dipteres nouveaux ou peu connus. 
Dans ce travail, 1 auteur donne les descriptions de nouvelles especes de 
Syrphidi se rapportant aux genres Xylota, Brachyopa, Syritta, Erista- 
lomyia, Orthonevm, Ischyrosyrphus, Lasiophthicus, Melanostoma et Ocy- 
tamus. 

Communications. M. Ragonot annonce avec un vif regret la grave 
maladie d un de nos membres fondateurs et membre honoraire, M. le 
professeur Henri Milne-Edwards. 



Seance du 27 mai 1885. ci 

M. L. Fairmaire fait savoir que notre collegue M. Ach. Raffray 
vient d etre nomme consul de France a Zanzibar. 

M. le President fait savoir que 1 excursion entomologique de la 
Societe a Lardy et Bouray a eu lieu le dimanche 17 mai. Malgre un 
temps des plus defavorables, cinq membres : MM. Bourgeois , de Bony, 
Cayol, Poujade et Ragonot, y ont pris part. M. Ragonot y a decouvert 
deux chenilles non encore connues, tres probablement celles de \ Aero- 
basis Fallouella Rag. sur le chene, et de la Butalis Scopolella Hb. sur 
VErodium cicutarium, dont il entretiendra de nouveau la Societe, si, 
commo il Pespere, il obtient Peclosion des papillons. Quelques Coleo- 
pteres, rares pour la Faune parisienne, quoique y ayant deja etc signa- 
les, ont ete trouves par MM. Bourgeois et Poujade. 

A la suite de cette communication, sur la demande de MM. Lefevre et 
Ragonot, la Societe decide qu une deuxieme excursion aura lieu a 1 Isle- 
Adam le dimanche 14 juin. 

M. Je Ministre de 1 instruction publique appelle Pattention de la 
Societe sur Putilite qu il y aurait a preparer des a present le programme 
du Congres des Societes savantes en 1886, et demande que le texte en 
soit dresse" par le Comite des travaux scientifiques d ici a la fin du mois 
prochain. En consequence, M. le President prie ses collegues d en- 
voyer immediatement Pindication des questions qui sembleraient le plus 
utile de trailer, afin que la Societe puisse etablir un programme ento 
mologique a sa seance du 10 juin. 

M. Charles Brongniart fait la communication suivante : 

Glaus range les Thysanoures parmi les Orthopteres ; ils sont conside- 
res generalement comme etant le type primordial des insectes. Aucun 
auteur n en n a signale dans les terrains palseozoi ques. 

Gependant ils existent des la periode houillere, car on en a trouve 
45 echantillons dans les schistes de Gommentry. II est difficile de voir le 
nombre des articles des pattes, des palpes et des antennes, mais on dis 
tingue ces organes sur plusieurs echantillons. Le corps est cylindrique, 
effile a la partie posterieure et termine par un filament multiarticule 
aussi long que le corps. Les antennes et les pattes sont trapues. La tete 
parait assez large. Le prothorax est tres court et le mesothorax ainsi que 
le meta thorax sont s egaux entre eux et beaucoup plus longs que le pro- 
thorax. Les segments de Pabdomen sont au nombre de dix, egaux entre 
eux ; le dernier qui porte un filament multiarticule est un peu plus long. 
II m a semble voir sur Pun des echantillons des lames abdominales 



en Bulletin entomologique. 

comme on en remarque chez les Machilis. Tout le corps (antennes, pat- 
tes, thorax, abdomen) est reconvert de polls tres nombreux et tres 
courts. Le corps, y compris le filament abdominal, varie entre 15 mill, 
et 22 mill, de longueur. 

Get insecte ressemble morphologiquement aux Lepisma et aux Machi- 
tis ; il en differe par plusieurs caracteres, mais le principal consiste en la 
presence d un seul filament abdominal chez le fossile. 

Je designerai cet ancetre des Thysanoures actuels sous le nom de Dasy- 
leptm (oaau? XSTZTO S) Lucasi, le dediant a M. Hippolyte Lucas, du Museum 
d histoire naturelle de Paris. 

M. L. Bedel adresse la diagnose d un Curculionide nouveau d Al- 
gerie : 

MAGDALIS GRILATI, n. sp. Oblonga, atra, antennis tarsisque piceo- 
brunneis, supra opaca, rugulosa, pube lutea variegata vel irrorata ; pro- 
thorace inermi ; elytris macula scutellari aureo-lutea ornatis ; striis tenui- 
bus ; pleuris luteo-pubesceniibus ; femoribus omnibus spina acuta armatis; 
tarsorum unguiculis simplicibus. Long. 6 mill. ; lat. 4 mill. 

Algerie : Bugeaud, pres Bone !, dans les jardins, sur les cerisiers de- 
fleuris, au mois de mai. 

Distinct de tous les Magdalis mediterraneans par sa pubescence jaune, 
disposee en mouchetures sur la region dorsale, et formant une tache- 
scutellaire tres nette, sysleme de coloration qui rappelle un peu celui 
des Larinus. 

Je suis heureux de dedier cette remarquable espece a M. R. Grilat, 
en souvenir de nos dernieres chasses dans le massif de 1 Edough. 

M. Ch. Brisout de Barneville adresse les diagnoses de nouvelles 
especes de Coleopteres : 

1 BLECHRUS SYRIACUS Ch. Bris. Long. 3 mill. Niger, nitidus, fere 
l&vigatus, antennis pedibusque nigricantibus, tarsis ferrugineis; capite 
subovato, oculis sat prominulis ; prothorace leviter transverse , postice 
angustato, angulis posticis fere rectis, leviter prominulis, medio canalicu- 
lato; elytris fere Isevigatis vel substriatis.MdiS. Femoribus crassis, tibiis 
posticis bisinuatis, apice acute prelongatis; abdomine ultimo segmento, 
apice emarginato, plaga lata granulata, antice arcuatim elevata. 

Les pattes sont noires avec les tarses, les hanches et les trochanters 
testaces; quelquefois les tibias sont ferrugineux. Les tibias posterieurs 
du male sont presque echancres en dedans, avant leur extremite, et 
prolonges en pointe aigue en forme d eperon ; le dernier segment abdo- 



Seance du 27 mai 1885. cm 

minal porte une large plaque fortement granuleuse, arquee et elevee en 
avant, deprimee au milieu, tres distinct par ses caracteres c?. 
Trois males de Syrie (Abeille de Perrin). 

2 BLECHRUS ABEILLEI Gh. Bris. Long. 2 1/2-3 mill. Nigro sub- 
seneus, fere Isevigatus, elytris sxpe brunneis; capite subovato, oculis me- 
diocriter prominulis, antennis nigricantibus, basi s&pe testaceis; protho- 
race transverso, postice angustato, medio] canaliculate, angulis posticis 
leviter prominulis; elytris fere Isevigatis vel obsolete striatis, pedibus ni 
gricantibus, tibiis et tar sis testaceis. Mas. Abdomine ultimo segmento, 
plaga subtiliter granulata, subtriangulari. 

Se distingue du glabratus par sa tete moms large, ses yeux moins 
saillants, son protliorax plus etroit, a angles posterieurs moins saillants, 
et par la plaque abdominale du <, et qui etait indique de : Hyeres, Mar 
seille, Gollioures, Andalousie, Portugal. 

Le B. Isevigatus Lucas est extremement semblable ; il s en eloigne par 
ses antennes plus obscures a leur base et par la forme de la plaque 
abdominale qui est arrondie au lieu d etre triangulaire. 

Gette espece se trouve a Bone, au Kreder, abondante a Teniet-el-Had> 
Gonstantine. 

3 BLECHRUS ESCORIALENSIS Gh. Bris. Long. 2 mill. Niger, nitidus, 
elytris nigro-brunneis ; capite lato, distincte reticulato, oculis modice pro 
minulis, palpis brunneis, antennis nigricantibus, basi testaceis ; protho- 
race, fortiter angustato, angulis posticis rectis, sat prominulis, subtiliter 
reticulato, medio canaliculato ; elytris sat brevis, obscure striatis, fere Ix- 
vigatis, pedibus brunneis. Mas. Abdomine ultimo segmento, medio, 
plaga depressa, subtiliter granulata, et griseo-villosa. 

Le dernier segment abdominal du male presente une assez large 
depression, fmement granuleuse, et revetue d une villosite grise ; cette 
granulation remonte un peu sur le milieu du segment precedent. 

Gette espece est voisine du maurus ; elle en est bien distincte par sa 
coloration plus claire, ses elytres un peu plus courtes et les caracteres 
du male. 

Un couple d Escorial. 

4 BLEGHRUS CONFUSUS Ch. Bris. -^- Long. 3 mill. Nigro subxneus, 
fere l&vigatus ; capite subovato, oculis mediocriter prominulis, antennis 
tenuibus, palpisque nigricantibus, his apice testaceis; prothorace leviter 
transverso, postice angustato, sat longo, angulis posticis obtusis vix pro 
minulis, medio canaliculato ; elytris sat longis, fere Ifevigatis vel sub- 



civ Bulletin entomologique. 

striatis, basi fere integriter marginatis. Mas. Abdomine ultimo seg- 
mento, Ixmgato. 

S eloigne du glabratus par sa tete et son prothorax plus allonges, ses 
yeux moins saillants, ses antennes plus greles, et de tous par le rebord 
basilaire de ses elytres, qui s avance au moins a la hauteur du point 
scutellaire, tandis que chez les autres especes il est raccourci. Les 
B. glabratus et maurus presentent aussi le dernier segment abdominal 
lisse chez les deux sexes. 

Algerie (Mohadid, Gonstantine), Sicile, Andalousie. 

M. Gh. Berg envoie de Buenos-Aires des notes sur divers Coleo- 
pteres des families des Buprestides et des Cerambycides : 

1 Psiloptera impressa Burm. (non Har.), Stett. Ent. Zeit., XXXIII. 
p. 370, 5 (1872) = Psiloptera ornata Gory (1840). 

L espece est tres variable par sa coloration, et elle ne se trouve pas 
dans PAmerique septentrionale, mais a Mendoza, dans la republique 
Argentine, comme 1 a deja fait remarquer Steinheil (Atti della Soc. Ital. 
di Sc. Nat., XV, p. 563, 1873). Elle manque dans Enumeration des 
Buprestides de M. Charles Kerremans. 

2 Anthaxia orientalis Burm., loc. cit., p. 373, 9, appartient au genre 
Melanophila Eschsch. et se rapproche beaucoup de la M. chrysoloma 
Mannerh., dont elle se distingue par la ponctuation en general, Pimpres- 
sion laterale du pronotum moins marquee, et par 1 absence de la colo 
ration rouge de la marge externe des elytres ; elle est aussi plus petite. 

3 Dactylozodes (Stigmodera) cribricollis Fairm. et Germ. (1858) 
Dactylozodes jucundissima Gory (1840). 

J ai examine des exemplaires provenant de Montevideo et du Chili. Le 
bord du pronotum est habituellement d un jaune plus ou moins vif ; 
Pespece varie par la coloration et par les lignes jaunes des elytres. 

4 Agrilus frigidus Gory (1841) Agr. insanus Gory (1841). 

Ces deux Agrilus ne forment surement qu une meme espece d apres 
les exemplaires que j ai examines et qui proviennent de Montevideo. II 
y a des $ de VAgr. insanus qui correspondent tout a fait a celles de 
VAgr. frigidus. 

5 Clytus exsanguis Chevr. (1862) = Clyt. acutus Germ. (1821). 

Ce Cerambycide est assez commun dans la republique Argentine, et 
j ai eu Poccasion d observer qu il est tres variable par la grandeur, la 
coloration et par ses lignes ou dessins jaunes, nets ou grossiers ; d apres 
cela, il ne faut pas admettre 1 espece de Ghevrolat, 



Seance du 27 mai 1885. cv 

6 Clytus famelicusBurm., Stett. Ent. Zeit., XXVI, p. 176, 69 (1885). 

C est une bonne espece qui n a rien de commun avec le Clyt. elongatus 
Chevr., quoiqu elle figure comme synonyme dans le Catalogue de Mu 
nich ; mais le Clyt. elongatus est sans doute le meme que le Clyt. proxi- 
mus Gory, car 11 varie beaucoup. 

7 Clytus elongatus Chevr. (1861) = Clyt. multiguttatus Burm. (1865) 
= Clyt. proximus Gory (1835). 

Voila la synonymie de ce Cerambycide. M. Burmeister a deja indique 
son espece comme identique avec le Clyt. proximus dans les Stett. Ent. 
Zeit., XL, p. 200, 3 (1879). 

M. H. Lucas communique la note suivante relative a un Coleoptere 
Lamellicorne de la tribu des Dynastides : 

Pendant son sejour a Siam comme consul, de Castelneau prit un soir 
au vol, aux environs de Bangkok, un Lamellicorne appartenant a la sous- 
tribu des Dynastides vrais. Apres 1 avoir compare aux genres Chalcosoma 
et Megalosoma, il en a fait une coupe generique qu il a decrite et figuree 
sous le nom A Alcidosoma siamensis. Revue et Magasin de Zoologie, 
p. 113, pi. 14, fig. 1, 2 (1867). Je ne sais si depuis la publication de ce 
travail et la figlire au trait qui Paccompagne, ce genre a ete de nouveau 
rencontre, mais jusqu a present il n etait pas represente dans les collec 
tions entomologiques du Musee de- Paris. 

Parmi des insectes de tous les ordres recueillis dans le royaume de 
Siam et au Cambodje par M. A. Pavie et envoyes dernierement au 
Museum, j ai trouve deux individus de cette remarquable espece, dont 
le male seul est connu, et chez lequel le systeme de coloration est celui 
des Magalosoma. Ce Lamellicorne, d apres de Castelneau, volerait a la 
maniere du Chalcosoma atlas. Au sujet de Petablissement de cette coupe 
generique, de Castelneau fait encore observer qu en creant ce nouveau 
genre, qui a beaucoup d analogie avec ceux de Chalcosoma et de $ie.gal&- 
soma, il n a fait que suivre la coutume moderne, car cet auteur ne con- 
sidere les caracteres qui differencient la plupart des genres compris dans 
ce groupe renfermant les geants des Coleopteres que comme purement 
specifiques. 

Les deux individus que je fais passer sous les yeux de la Societe, et 
qui appartiennent egalement au sexe male, sont moins developpes que 
celui rencontre par de Castelneau, car le plus grand ne mesure en lon 
gueur que 62 mill, et en largeur 32 mill. Ces individus, examines a la 
loupe, ont la tete et le thorax ainsi que 1 armature presentee par ces di- 

(1885) Bulletin de la Societe entomologique de France. 11 



cvi Bulletin entomologique. 

vers organes d un noir brillant. La corne dont la tete est armee egale 
en longueur 38 mill. ; elle se dirige d abord en avant, puis se recourbe 
et s eleve d urie maniere perpendiculaire pour s arquer ensuite vers son 
extremite; mais cet organe, dont 1 usage est encore inconnu, ne presente 
pas toujours cette conformation ; en effet, chez le second individu qui 
est plus petit, car il ne mesure que 50 mill., cette corne est presque 
droite et tres peu arquee a son extremite. Le thorax est sensiblement 
deprime entre les deux cornes, cornprimees et elargies, qui partent du 
disque et de plus on aperc,oit une ponctuation fine, tres peu serree et 
arrondie. L ecusson en triangle arrondi, d un noir brillant, presenle sur 
les cotes une ponctuation plus forte et plus serree que celle du thorax. 
Les elytres d un brun marron plus ou moins fonce sont tres finement 
chagrinees et parcourues de chaque cote par deux sillons longitudinaux 
faiblement accuses ; les points presentes par ces organes fortement plis- 
ses sur la suture, sont peu apparents et plus serres que ceux du Iho- 
rax. Tout le corps en dessous est d un noir brillant et fortement ponctue. 
Le pygidium, de meme couleur que les elytres, presente une ponctua 
tion forte, serree et presque confluente. L abdomen est d un noir brillant, 
et Ton aperc,oit une rangee de points arrondis occupant le bord posterieur 
de chaque segment. 

Gette espece a ete rencontree au nombre de deux individus de Chan- 
taboun a Battabang (royaume de Siam) par M. A. Pavie, qui en a fait 
don aux collections entomologiques du Musee de Paris. E. D. 



Bulletin bibliographique. 

Bulletin de la Socie te d histoire naturelle de Metz, 16 e cahier (2 e serie). 
A. BELLEVOYE, Notes sur le Gibbium scotias et nouvelles observations 
sur les Anthrenus. BARBIGHE, Faune synoptique des Odonates de 
la Lorraine. KIEFFER, Contributions a la Faune et a la Flore de 
Bitche (Anneles). A. BELLEVOYE, Observations sur le Chalicodoma 
muraria, le Megachilus centuncularis et VOsmia bicornis aux environs 
de Metz (1 fig. et 2 photogr.). 

Comptes rendus hebdomadaires de I Acade mie des sciences, n os 19 et 20 (11 

et 18 mai 1885). Q 
Memoirs of the Boston Society of natural history, vol. Ill, n 11. S. H. 

SCUDDER, Palaeodictyoptera , or the affinities and classification of 

Paleozoic Hexapoda (4 pi.). ID., Winged insects from a paleonto- 

logical point of view. 



Seance du 27 mai i88S. cvn 

Naturaliste (le), 7 e annee, n 10. PAUL DELORME, Des variations dans 
1 epoque d apparition des Lepidopteres. 

Proceedings of the Academy of natural sciences of Philadelphia, 1885. 
S. H. SCUDDER, New genera et species of fossil cockroaches, from the 
older American rocks. 

Rovartani Lapok, 2 e annee, n os 1-4 (janvier-avril 1885). AL. MOCSARY, 
Description du nid de YAgenia punctum Vanderl. (1 fig.). 0. M. 
REUTER, les plus recentes decouvertes sur 1 histoire du developpe- 
ment des Insectes. BIRO, Excursion sur le Pop-Ivan. KUTHY, 
VANGEL, HORVATH, KELECSENYI, etc., Notes di verses. 

Scientific proceedings of the Royal Dublin Society (the), vol. IV, part. 5 et6 
Quillet 1884 et Janvier 1885). Q 

Scientific transactions of the Royal Dublin Society (the), serie II, vol. Ill, 
n os 4 et 5 Q, n 6, REV. T. RLACKBURN and D r SHARP, Memoirs on 
the Goleoptera of the Hawaiian islands (2 pi.). 

Societe entomologique de Relgique, Gompte rendu de la seance du 2 mai 
1885. HEYLAERTS, Psychide nouvelle de 1 ile de Java. A. DE 
BORMANS, Rectification a la liste des Orthopteres recoltes dans 1 Afrique 
australe par M. de Selys-Fanson. A. LAMEERE, Note sur quelques 
Longicornes du Paraguay. 

BELLEVOYE (A.). Observations sur la Chalicodoma mnraria, le Megachi- 

lus centuncularis et YOsmia Ucornis dans les environs de Metz (1 fig. 

et 2 photograph.) (XVI e Bulletin de la Soc. d hist. nat. de Metz), 

19 p. * 
BIGOT (J.-M.-F.). Diagnoses de nouveaux genres de Dipteres dugroupe 

des Dexiaires (Bullet, des seances Soc. ent. Fr., Janvier, fevrier et 

mars 1885, 7 p., 2exempl.) * 

GOBLET (RENE). Discours prononce par M. Rene Goblet, ministre de 
I instruction publique, des beaux-arts et des cultes, le 11 avril 1885, 
a la seance de cloture du Congres des societes savantes a la Sor- 
bonne. Paris, 1885, 11 p. * 

RICHARD (J.). Un mot sur la phosphorescence des Myriapodes (Ann. Soc. 

entom. Belg., tome XXIX), 7 p. * 
SCUDDER (S. II.). The earliest winged insects of America. Cambridge. 

1885, 8 p., 1 pi. * 

A. B. 



cvm Bulletin entomologique. 

Seance du 1O juiii 1885. 

Pr6sidence de M. EM.-L. RAGONOT. 

Lecture. M. J. Bourgeois depose sur le bureau un memoire accom- 
pagne d une planche; ce travail a pour litre : Remarques sur le genre 
Dasytiscus et descriptions d especes nouvelles. 

Communications. M. le professeur G.-G. Thomson, de Lund, commu 
nique une nouvelle suite a ses Notices entomologiques, contenant quel- 
ques observations sur un genre de Coleopteres, celui des Rhyzophagus. 

Les especes de ce genre ne sont pas nombreuses ; Gyllenhal a bien 
decrit la plupart d entre elles ; Erichson y a ajoute quelques especes, 
parmi lesquelles on trouve le Rhyzophagus perforatus. Get auteur n avait 
vu qu une seule femelle ; le male qu il decrit doit probablement se rap- 
procher du R. parallelocollis Er. Si cette supposition est juste, cette 
espece doit prendre un nouveau nom, et je propose celui de R. Erich- 
sonii. Une autre nouvelle espece, confondue par Erichson avec son 
jR. parallelocollis, a ete nommee par moi R. Gijllenhalii. Les diagnoses 
sont les suivantes : 

1 RHYZOPHAGUS ERICHSONII. Depressus, ferrugineus, thoracis elytro- 
rumque disco infuscato, vertice pone oculos parvos longo, haud anguslato } 
impressione transversa nulla. 

2 RHYZOPHAGUS PARALLELOCOLLIS Er. ex parte. Species ab affinibus 
antennis articulo 3 2 saltim duplo longiore corpore supra depresso; 
vertice longo, lateribus parallelis, impressione postica transversa nulla; 
gula scrobiculato-punctata ; thorace parcius sat fortiter punctato, angulis 
anticis leniter prominulis ; elytris sat fortiter striatis, striis minus crebre 
punctatis optime distinguenda. 

3 RHYZOPHAGUS GYLLENHALII. Depressus, fermgineus, thoracis ely- 
trorumque disco infuscatis, vertice pone oculos subangustato, im2Jressione 
transversa sat distincta; thorace parcius sat fortiter punctato. 

Praecedenti statura, colore, elytrorum thoracisque sculptura similli- 
mus, sed antennis articulo 3 2 vix sesqui longiore; vertice pone oculos 
breviore et subangustato, postice transversim subimpresso; gula con- 
cinne punctata thorace angulis anticis subobtusis bene distinctus; a 
R. bipustulato thorace fortius punctato, lateribus haud angustatis, mar- 



Seance du iO juin 1885. cix 

gine inflexo antice baud punctato, elytris striis profundioribus , sed 
minus evidenter punctatis, interstitiis nitidis latis optime distinguendus. 

OBSERVATIO 1. R. COERULEUS colore elytrorum cyaneo, thoracis mar- 
gine laterali obsolete crenulato pracipueque episternis metathoracis latis, 
pube griseo-alba tomentosa densa a reliquis speciebus ita differt, ut sub- 
genus proprium formare debeat. 

OBSERVATIO II. R. NITIDULUS interdum totus pallido-testaceus variat, 
sed tibiis anticis apice extremo spinoso-productis segmentoque ultimo 
ventrali late impresso mox distinctus. 

M. Ernest Olivier envoie les remarques suivantes : 

Dans son memoire sur les Coleopteres de Madagascar, paru dans le 
4 e numero de nos Annales de 1884, M. L. Fairmaire decrit cinq especes 
nouvelles du genre Luciola. Malheureusement, notre savant collegue 
semble n avoir pas eu connaissance des travaux sur les Malacodermes 
de Kiesenwetter et du Rev. Gorham, car il s est servi, pour designer 
deux de ses especes, des denominations vitticollis et costipennis, deja 
employees par ces auteurs. Kiesenwetter, en effet, a decrit un Luciola 
vitticollis en 1874 (Berl. Ent. Zeit., 1874, p. 261) et M. Gorham un Lu 
ciola costipennis en 1880 (Ent. Soc. Lond., 1880, p. 104). Les noms 
imposes par M. L. Fairmaire font done double emploi et doivent etre 
changes. 

M. G.-A. Poujade lit une note sur la vie et les habitudes des 
Ateuchus : 

Au mois de mai 1884, j etudiai, a Palavas (Herault), les moeurs de 
1 Ateuchus semipunctatus, en me rappelant les interessantes observations 
que M. Fabre fit sur 1 A. sacer (Souvenirs entomologiques, 1879). Je 
constatai, comme ce savant observateur, que les amas de matiere sterco- 
raire que ces insectes detachent de la masse a 1 aide des pattes ante- 
rieures et ramenent entre leurs quatre jambes posterieures qui, par leur 
courbure, les convertissent grossierement en pilules, roulees ensuite a 
reculons, sont de simples provisions qu ils vont enfouir dans le sable, 
probablement pour les soustraire a 1 action dessechante du soleil et s en 
nourrir tranquillement. Ces boules varient de la grosseur d une petite 
noisette a celle d une grosse noix. Je me suis amuse, comme M. Fabre, 
a ficher en terre, a 1 aide d un bout de bois, la pilule pendant que Fin- 
secte la roulait : apres avoir vainement pousse cette pilule qui, au lieu 
de rouler, pivotait sur son axe, 1 animal monta dessus, regardant par ci 
par la avec inquietude, puis se mit dessous, la soulevant avec le chape- 



ex Bulletin entomologique. 

ron, le dos, les pattes posterieures, jusqu a ce qu il 1 eut detachee du 
pieu, ensuite il la voitura de nouveau, apres avoir repare grossierement 
le dommage avec ses pattes anterieures. 

II est curieux de voir Panimal, quand il a trouve un endroit propice 
a 1 enfouissement de sa boule, fouiller d abord le sol avec les rateaux de 
ses pattes anterieures, puis, chargeant son chaperon qui fait Foffice de 
pelle, se retourner pour jeter les deblais en arriere, absolument comme 
un terrassier. 

C est de grand matin, jusque vers trois heures de I apres-midi, que 
j ai vu ces Ateuchus faire leurs evolutions ; apres ce temps, ils sont a pen 
pres tous enterres. 

Je n ai pas vu chez FA. semipunctatus deux individus a la fois apres ( 
la meme boule comme chez le sacer ; mais frequemment, pendant qu un 
individu cheminait en poussant en arriere sa pilule, arrivait un autre 
qui se postait devant lui presque nez a nez et le suivait; alors de vigou- 
reux coups de chaperon envoyaient promener 1 intrus, qui ripostait en 
jouant des bras ; la lutte degenerait ensuite en veritable pugilat : provo- 
que et provoquant roulaient sur le sable, s etreignant poitrine contre 
poitrine et faisant grincer leurs articulations jusqu a ce que le plus heu- 
reux reprit la pilule, si toutefois entre temps elle n avait pas ete enlevee 
par un troisieme. 

Desirant les etudier, j en rapportai a Paris line douzaine d individus 
que j installai en plein air dans un vaste pot a fleurs rempli de terre 
legere et couvert d un grillage metallique. Je leur fournis les matieres 
nutritives, et ils en firent des pilules tout aussi bien qu en liberte. Le 
3 juillet, je constatai un accouplement qui dura environ une demi-heure; 
je mis le couple a part dans un autre pot, esperant avoir une ponte ; 
mais, pas plus heureux que M. Fabre, je ne vis la fameuse pilule a 
oeufs ; ils perirent au bout d un mois et demi environ apres s etre unis 
encore une fois le 5 juillet et sans me livrer leur secret. Les autres indi 
vidus vecurent les uns jusqu a la fin de 1 hiver, et les cinq derniers sont 
morts tous a la fois le 4 juin de cette annee, et seraient probablement 
encore en vie s ils n avaient pas ete tues, comme je le suppose, par le 
soleil trop ardent auquel ils ont ete exposes ; ils ne trouverent assure- 
ment pas 1 abri et la fraicheur necessaires dans 1 etroit espace ou ils 
etaient enfermes. En effet, le matin meme ils volaient, cherchaient a 
s accoupler, roulaient leurs pilules, se battaient meme avec autant d ar- 
deur qu autrefois. 

Ils sortirent de terre tous les jours de beau temps jusqu a 1 hiver, 
pendant lequel ils s engourdirent ; quelques individus cependant se 



Seance du 10 jmn 1885. cxi 

montraient, en se trainant peniblement, des que la temperature s elevait 
a 12 degres centigrades. 

M. P. Milliere transmet la description d un Lepidoptere nouveau : 
TINEA TURATIELLA, sp. nov. Je ne puis rapporter cette espece a 

aucune Tinea connue. Elle rappelle assez pour la coupe d ailes les Tinea 
corticella Curt, et parasitella Hb. Voici sa description, en attendant que 
je la fasse figurer : 

Envergure : 16 a 17 millim. Les ailes superieures sont elancees, 
aigues a 1 apex, d un gris clair lave de roussatre, macule es de points 
noirs petits et de quelques autres relativement gros ; ceux-ci se re- 
marquent a la cote, au bord externe et au centre de 1 aile ; ces derniers 
points assez rapproches du bord interne oil on les voit au nombre de 
trois principaux. Les ailes inferieures, avec de longues franges conco- 
lores, sont luisantes et unies, c est-a-dire sans dessins, sans lignes. En 
dessous, les quatre ailes sont egalement unies et luisantes ; cependant 
les gros points noirs des ailes superieures sont id tres imparfaitement 
indiques ; ces points out meme disparu chez quelques exemplaires. La 
tete est velue et grise ; les palpes, mediocrement longs, sont egalement 
velus et gris; les antennes sont assez courtes, moniliformes, blanchatres 
et teintees de brun a la base. Le thorax et 1 abdonien sont greles et con- 
colores. Les pattes, avec deux paires d eperons aux inferieures, sont 
d un gris fonce et annelees de blanchatre sur les deux derniers articles. 
La $ est semblable au <?. 

Je fais ma description d apres quatre exemplaires. 

La Tinea Turatiella appartient a i ltalie. Void ce que me mande, a son 

jard, M. le comte Gianfranco Turati, de Milan, a qui je la dedie : La 
nov. sp. a ete capturee par moi-meme a la fin de juillet 1883, 
le jardin de la villa Doria, a Pegli, pres de Genes. 

On ne sait encore rien des premiers etats de cette jolie Tineide qui 
est des plus trancliees. Elle devra prendre place dans les collections 
apres la parasitella et porter, dans le Catalogue allemand, le n 1377 bis. 

M. Em.-L. Ragonot fait part a la Societe d une lettre qu il vient de 
recevoir de M. Al. Olivier, de Bone, qui s occupe specialement des 
insectes nuisibles a la culture du tabac : 

Dans cette lettre, M. Olivier dit qu il a retrouve a Mondovi le 4 mai 
dernier des .chenilles de la Lila tabacella Rag., minant les feuilles du 
tabac. Les chenilles etaient aux trois quarts de leur taille, et, vers le 
lo mai, elles se sont transformers, le papillon paraissant a la fin du 



cxn Bulletin entomologique. 

meme mois ; pourtant M. Olivier ne pense pas qu a cette epoque 1 eclo- 
sion en plein air fut terminee. 

Comme il est d avis que la Lita tabacella Rag. et la Lita solanella Bdv. 
ne forment qu une seule et meme espece, il a essaye de nourrir deux 
chenilles de la tabacella avec de la pomme de terre. Une des chenilles a 
refuse cet aliment ; 1 autre, au contraire, plus jeune, a bientot commence 
une galerie ; le 12 mai, elle avait perfore la tranche de pomme de terre 
et s etait chrysalidee a Fexterieur dans une toile tres legere ; 1 eclosion 
du papillon cut lieu le 25 mai. 

M. Olivier considere cette experience comme concluante, et 1 examen 
comparatif des papillons oblenus de la pomme de terre et des feuilles 
de tabac semblerait lui donner raison, car les insectes paraissent iden- 
tiques. II est indispensable neanmoins d etudier plus a fond la question, 
car il paraitrait que les generations se succedent pendant toute 1 annee, 
les chenilles se trouvant a tallies diverses dans les memes tubercules 
en vegetation, 1 insecte se multipliant ensuite dans les pommes de terre 
arrachees pour etre conservees en cellier d une annee a 1 autre, soil pour 
la consommation, soit (et c est la le peril) pour la reproduction. 

II serait possible que les chenilles des generations d ete se nourrissent, 
a 1 etat libre, du parenchyme des feuilles du tabac et peut-etre dans les 
feuilles ou racines d autres Solanees (pourtant, jusqu a present, aucune 
chenille mineuse n a ete signalee sur les feuilles de la pomme de terre); 
toutefois, il parait avere qu au mois de mai, en Algerie, on trouve a la 
fois la chenille de la Lita solanella dans la pomme de terre et celle de la 
Lita tabacella dans les feuilles du tabac, ce qui semblerait indiquer deux 
especes distinctes. 

La L. solanella est malheureusement deja trop repandue, se trouvant 
en Algerie, ou elle a ete observee pres d Alger, a Mondovi et a Jem- 
mapes. Elle a ete trouvee egalement en Espagne, pres de Barcelone, et 
M. E. Meyrick la signale de differentes localites en Australie. Ge fleau 
aura sans doute ete introduit dans ces pays par 1 importation de pommes 
de terre de conserve. II serait a desirer que M. Olivier continual ses 
utiles recherches, afm de faire connaitre exactement les mosurs des 
insectes en question. M. A. Riviere a indique sur quels points les 
observations doivent porter dans le Journal de la Socie te centrale d hor- 
ticulture, annee 1876, pages 473 a 484. 

E. D. 



Seance du 10 juin 188S. cxm 

Bulletin bibliographique. 

Comptes rendus hebdomadaires des seances de V Academic des sciences, 
tome C, n os 21 et 22 (25 mai et 2 juin 1885). Q 

Naturalista Siciliano (il), ann. IV, n 9 (l er juin 1885). E. RAGUSA, 
Catalogo ragionato del Coleotteri di Sicilia (suite). P. MILLIERE, 
Catalogue raisonne des Lepidopteres des Alpes-Maritimes (suite). 

Naturaliste (le), 7 e annee, n 11 (l er juin 1885). Q 

Proceedings of the natural history Society of Glasgow, vol. V, part. Ill 
(1882-1883). PETER CAMERON, Notes on a new process of preser 
ving larvae and pupae. 

Proceedings and Transactions of the natural history Society of Glasgow, 
vol. I (new series), part. I (1883-1884). PETER CAMERON, On the 
origin of the forms of galls. On the habits of Euura (olim Crypto- 
campus}. On the occurrence of Microdon mutabilis in the West of 
Scotland. PROCEEDINGS. 

Revue des travaux scientifiques, t. IV, n 12. E. 0., p. 895 et suiv., 
Analyse de diverses publications entomologiques parues en 1883. 

Tome V, n 1. E. 0., p. 17 et suiv., Analyse de diverses publi 
cations entomologiques parues en 1884. 

GIRARD (MAURICE). Nouvelles notices entomologiques (quatrieme serie), 

67 p. (Ann. Soc. entom. France, 1877-1884). * 

A. B. 

Seance du 2J juin 1$$5. 

Prudence de M. EM.-L. RAGONOT. 

M. A.-L. Clement, secretaire adjoint, en 1 absence du secretaire, 
M. E. Desmarest, donne lecture du proces-verbal de la precedente 
seance. 

Lecture. M. E. Simon depose sur le bureau une nouvelle suite a ses 
Etudes arachnologiques, comprenant un memoire sur Ics Arachnides 
recueillis dans la vallee de Tempe et sur le mont Ossa (Thessalie) par 
M. le D r J. Stussiner, de Laibach. 

M. le President annonce que M. le Ministre de 1 instruction publique 
met a la disposition de la Societe une somme de 500 francs comme en 
couragement a ses travaux pour 1 annee 1885. 

(1885) Bulletin de la Societe entomologique de France. 12 






I 

cxiv Bulletin entomologique. 

M. Ragonot doune quelques details sur 1 excursion entomologique 
faite par la Societe, le 14 juin, dans les environs de 1 Isle-Adam. Sept 
de nos collegues : MM. de Bony, Bourgeois, Lefevre, Leprieur, Lethierry 
(de Lille), Poujade et Ragonot, et trois naturalistes qui ne font pas partie 
de la Societe, MM. Jobin, employe a la Bibliotheque du Museum, le 
D r Hahn, bibliothecaire en chef de 1 Ecole de medecine, etLegis, pro- 
fesseur-agrege au Lycee Louis-le-Grand, y ont pris part. L excursion a 
ete favorisee par un tres beau temps ; mais, malheureusement, la plupart 
des entomologistes n etant arrives que tardivement aux coteaux de 
Champagne, localite principalement choisie, on n a pu consacrer tout le 
temps qui aurait ete necessaire aux recherches scientifiques. Toutefois, 
un certain nombre d Insectes interessants pour la Faune parisienne ont 
ete recueillis par divers de nos collegues, ainsi que Ton peut le constater 
en prenant connaissanco des notes qui suivent : 

1 M. Lethierry adresse, pour les Hemipteres, une liste de 22 especes : 

Coptosoma globus Fabr. * (1). Tres abondant sur les coteaux de 

Champagne. 

Odontotarsus grammicus Linne *. Pris par M. Poujade. 
Graphosoma lineatum Linne *. Pris par M. Lefevre, sur la route de 

I lsle-Adam a Champagne. 

Eurycera clavicornis Linne *. Coteaux de Champagne. 
Monanthia flavipes Horvath *. Coteaux de Champagne. Espece rare : 

je n en avais qu un exemplaire de Hongrie ; elle est signalee de 

France dans le Catalogue Puton ; de 1 Yonne et du Bugey dans le 

Synopsis du meme auteur. 

Acetropis carinata H. Scha3fTer*. Coteaux de Champagne ; une seule ?. 
Homodemus marginellus Fabr. Coteaux de Champagne. 
Heterocordylus unicolor Hahn. Coteaux de Champagne ; commun sur 

Genista tinctoria. 

Stiphrosoma leucocephalum Linne. Coteaux de Champagne. 
Amblytylus ajfinis Fieber. Sur la route de 1 Isle-Adam a Champagne. 
Asiraca clavicornis Fabr. Coteaux de Champagne. 
Eurysa lineata Perris. Id. 
Philxnus minor Kirschbaum. Id. 
Macropsis microcephala H. Schaeffcr *. Id. 
Eupelix cmpidata Fabr. Id. 

(0 Les espfeces marquees d un asterisque (*) n ont pas encore 6te rencontrees, 
a ma connaissance, dans le d6partement du Nord ou je chusse depuis de nom- 
breuses annecs. 



Seance du 24 juin 1885. cxv 

Eupelix producta Germar. Id. 
Graphocrcwus ventralis Fallen. Id. 
Tamnotettis vitripennis Flor. *. Id. 
Athysanus brevipennis Kirschbaum. Id. 
Deltocephalns punctum Flor. Id. 
Deltocephalus Mayri Fieber. Id. 
Deltocephalus distinguendus Flor. Id. 

2 M. Poujadc indique specialement les Hymenopteres, ainsi qu une 
espece de Diptere : 

En traversant, dit-il, le village de Champagne (Seine-et-Oise), nous 
rencontrames une coupe de terrain perforee de trous de differentes 
grosseurs, autour desquels bourdonnaient plusieurs especes d Hyme- 
nopteres. ISAnthophoraparietinaYabr. etait surtout abondante; la plu- 
part des femelles de cette espece sont habillees de velours noir, avec 1 ex- 
tremite de 1 abdomen plus ou moins fauve, tandis que d autres sont 
entitlement fauves comme les males. C etait merveilleux de voir la quan- 
tite de ses nids pourvus a 1 entree d une sorte de fortification avancee : 
cylindre recourbe de la grosseur du doigt, delicatement construit en 
argile ouvrage a jour (Cartereau, Ann. Soc. ent. Fr., 1872). Ges tubes 
rappelaient ceux des Odynerm, et precisement se trouvaient aussi 
quelques nids ainsi prolonged de TO. spinipes Lin. 

Avec ces insectes volaient YAnlhophom pilipes Fab., I Antkophora 
personata Illig., plus grosse que la parietina, a toison grisatre et ayant 
des zones blanches a Fabdomen, YHalictus minutus Kirby, le Sphecodes 
Geoff rellus Kirby, un Sphegide : le Trypoxylon figulus Lin.; puis venaient 
les parasites : Ccelioxys rufescens Lep., tres abondant, de meme que la 
Chrysis ignita Lin., parmi lesquelles se montrait en petit nombre la 
Chrysis cyanea Lin.; un Ghalcidide vert bronze, a longue tariere et a 
ailes superieures tachees a la cote; le Monodontomerm obscurm Westw., 
parcourait rapidement les parois du talus ; puis, le grele Fcenus affec- 
tator F. se faisait remarquer par son abdomen tres releve et ses pattes 
allongees en arriere pendant le vol, rappelant celui des Ammophiles. 
Enfm, un Diptere noir piquete d argent, a ailes presque entierement en- 
fumees, venait silencieusement prendre part aux ebats de la colonie 
pour s iutroduire dans quelques nids ; c etait 1 Anthrax sinuata Fall. 

3 M. Ragonot dit que, parmi les Lepidopteres, il a trouve les Butalis 
siccella et laminetta, especes nouvelles pour la faune parisienne et peut- 
etre meme pour la faune franchise. 11 a pris egalement la Butalis scopo- 
lella, et il en a obtenu des oaufs. 



cxvi Bulletin entomologique. 

4 Enfin, M. Bourgeois, n ayant pu encore preparer les Coleopteres qu il 
a recueillis, se propose d indiquer plus tard les especes les plus interes- 
santes prises par lui et ses collegues. 

La Societe, apres avoir entendu ces communications, decide qu une 
nouvelle excursion aura lieu, le dimanche 12 juillet, a Bouray-Lardy 
et que tous les entomologistes sont engages a y prendre part. 

M. Abeille do Perrin envoie, par 1 entremise de M. Bourgeois, la 
description d une nouvelle espece de Coleopteres : 

COLLOPS ABRINIOIDES Ab. Long. 3 mill. Forma et color fere An- 
tholini (Abrini) analis. Niger, ore, antennarum tribus primis articulis, 
thorace, elytrorum margine externa et postica, pedibusque, crucibus su- 
perne exceptis, flavo-rufis; elytris c&rulescentibus ; thorace antice nigro 
maculato. 

cf. Tete plane, noire, avec la bouche rousse ; palpes roux, a dernier 
article plus fonce. Antennes depassant la moitie du corps, noires, avec 
les trois premiers articles roux : premier un peu renfle, triangulaire, 
arque; deuxieme enorme, de forme irreguliere, creuse par-dessus, 
anguleux en dedans, fortement dilate et anguleusement arrondi en 
dehors; troisieme a cinquieme petits, triangulaires, les suivants sub- 
cylindriques, epais, le dernier allonge. Corselet subcordiforme, mat, 
imponctue, avec tous les angles arrondis, tres convexes, presentant deux 
petites bossettes peu saillantes, ecartees, avant la base; roux, orne 
d une grande tache noire subtriangulaire, partant du sommet du corse 
let dont elle couvre les deux tiers de la largeur et s avanc,ant en 
pointe jusqu au-dela du milieu. Ely tres granuleuses, a ponctuation pres- 
que invisible dans le haut, nulle dans le bas, couvertes d une pubes 
cence rousse, aussi larges a leur base que le corselet dans sa plus grande 
largeur, subparalleles dans leur premier tiers, elargies-arrondies de la 
au sommet; d un bleu violace presquo mat, bordees etroitement de 
jaune tout le long du bord lateral et apical, cette bordure plus large au 
sommet. Pieds roux, sauf une teinte noiratre sur les cuisses interme- 
diaires et une couleur franchement noire qui couvre toutes les cuisses 
posterieures, leurs genoux exceptes. Dessous du corps noir ; bord pos- 
terieur des segments ventraux jaune. Dernier segment arme de deux 
longues lanieres jaunatres, recourbees au sommet et enclosant le penis. 

Kaldjo. 1 cTj communique par M. Doktouroff. 

M. H. Lucas communique les notes suivantes : 

1 On sait que deux memoircs relatifs aux metamorphoses d une espece 



Seance du 24 juin 1885. cxvn 

de la famillc dcs Bruchides (Bruchus ou Caryoborm nucleorum Fabr.) ont 
recemment paru : 1 un du a M. J. Franchet, a ete insere dans le Bulletin 
de la Societe Philomathique de Paris, 8 novembre 1884, 7 e serie, tome IX, 
p. 1, pi. i, fig. 1 a 8; 1 autre, fait en commun par MM. Lefevre et Pou- 
jade, a ete public dans les Annales de la Societe entomologique de 
France 1884, 12 novembre, p. 244, pi. n, fig. 1 a 9. 

Dans un travail paru au siecle dernier dans les Memoires de 1 Acade- 
mie des sciences, travail qui n est cite par aucun auteur et quo je fais 
passer sous les yeux de mes collegues, on voit qu en 1771 il avait deja 
ete question des metamorphoses des Bruchus ou Caryoborus. En effet, en 
etudiant cette note, ainsi que les figures au trait qui 1 accompagnent, on 
peut s assurer que Fougeroux de Bondaroy avait deja donne les transfor 
mations d une espece appartenant sans aucun doute a cette coupe gene- 
rique et que la larve comme celle du Caryoborus nucleorum subit des 
metamorphoses dans les fruits ou cocos d un Palmier qui se trouve au 
Bresil et a Saint-Domingue. 

A l 6poque ou Fougeroux de Bondaroy a public cette note (Mem. de 
FAcad. roy. des sc., p. 48, pi. H, 1771); Academ. des sc., in-12, p. 340, 
pi. i (1771), les insectes, particulierement les Coleopteres, etaient gene- 
ralement designes sous le nom de Scarabees, et il serait intcressant, en 
prenant connaissance du texte et en etudiant la planche qui represente ce 
Bruchide sous ses trois etats, de voir s il ne serait pas possible de rap- 
porter 1 insecte parfait a une espece deja anciennement decrite ? 

Ce Bruchide, sous la forme de larve, se tient enferme dans le fruit du 
Palmier et se nourrit de 1 amande du coco. Comme ce fruit est ordinai- 
rement divise en trois loges, Fougeroux de Bondaroy a observe que 
Ton trouve aussi quelquefois un, deux ou trois individus qui le rongent 
ou qui y sont sous differents etats. 

2 En attendant que je fasse connaitre la vie evolutive du Chalcosoma 
Atlas, je montre la larve et la nymphe de ce grand Dynastide. Elle est 
moins courbee que celle des Oryctes et le sac sous lequel est placee 1 ou- 
verture anale est plus allonge. Elle est longue de 14 centimetres et me- 
sure en largeur 17 millimetres ; la nymphe egale en longueur 68 milli 
metres et mesure en largeur 30 millimetres. D apres M. Maindron, auquel 
on doit la connaissance des premiers etats de ce Dynastide, la larve et 
la nymphe de ce lamellicorne se plaisent dans les troncs ou souches 
d arbres en decomposition et reduits a 1 etat de terreau. 

He de Bengkalis, cote ouest de Sumatra. 






CXVHI Bulletin entomologique. 

M. Beauregard communique le resultat de ses recherches sur le 
mode de developpement naturel de la Cantharide. II fait passer sous les 
yeux de ses collegues les dessins des divers etats devolution de 1 insecte, 
ainsi que les pseudochrysalides qu il a trouvees pres d Avignon et dont 
il a obtenu 1 eclosion. 

Deja, en octobre 1883, M. Beauregard avait trouve les pseudo-chrysa 
lides de la Cantharide, mais elles n avaient pu suivre leurs transforma 
tions ultimes, et il avait ete impossible de s assurer de leur nature reelle. 
Au mois de decembre 1884, dans une nouvelle excursion aux collines de 
sable qui avoisincnt Aramon, petit village du Gard, notre collegue trouva 
de nouveau dans les galeries de divers Colletes parmi lesquels il a pu 
determiner le Colletes signata Kirby un certain nombre de ces pseudo- 
chrysalides, longues de 15 a 18 mill, environ. 

L une d elles, le 12 mai 1885, se fendit sur le dos et il en sortit une 
grosse larve d un blanc un peu jaunatre, qui, apres quelques jours d ac- 
tivite, tomba dans un etat d inaction complete. Le 26 mai, cette larve 
(3 e larve des Vesicants) se transforma en nymphe. Bientot (31 mai) la 
coloration des yeux commen^a a se montrer et s etendit aux mandibules, 
au labre et aux ongles. En fin de compte, le 7 juin la transformation en 
insecte parfait etait complete. 

L insecte est de taille assez moyenne. II ne mesure pas plus de 15 mill. 
M. Beauregard estime qu il n y a pas lieu de s en etonner, en considcrant 
le volume relativement peu considerable de la patee de miel d un Colletes 
signata. II pense que cet Hymenoptere n est pas le seul hote de la jeune 
Gantharide, et que celle-ci est susceptible de se developper chez d autres 
especes du moment ou elles lui offrent un miel suffisamment solide (car 
la 2 e larve n est pas susceptible de flotter sur le miel comme celle du 
Sitaris) et du moment ou les parois de leur cellule ne sont pas trop 
resistantes. 

Ce n est pas, en effet, dans Pinterieur de la cellule que se passent les 
dernieres transformations de 1 insecte. Les pseudo-chrysalides out tou- 
jours ete trouvees dans le sable meme, au milieu des cellules de Colletes, 
mais non dans ces cellules. Les educations artificielles faites tant par 
M. Lichtenstein que par M. Beauregard expliquent ce fait. Us ont toujours 
vu la 2 e larve, apres avoir cpuise la provision de miel, s enfouir dans le 
sol pour s y transformer en pseudo-chrysalide. II faut done pour ccla que 
la paroi de la cellule de FHymenoptere ne soit pas trop resistante et celle 
des Colletes repond a merveille a ce besoin. 

En resume : 1 Les jeunes Gantharides vivent du miel de certains Hy- 
menopteres (Colletes signata entre autres) ; 2 les pseudo-chrysalides se 



Seance du 24 juin 1885. cxix 

developpent en dehors des cellules de 1 Hymcnoptere et non a i intcrieur 
de ces cellules. Elles different en cela des pseudo-chrysalides des Meloe, 
Sitaris et Zonitis, pour se rapprocher de celle des Cwocoma, dont elles 
ont d ailleurs la forme generate. 

M. le D r Puton adresse la description d une espece nouvelle d He- 
miptere-Heteroptere : 

HOLOPTILUS ORANIENSIS. Put. Ovalaire, herissee surtout en avant et 
sur les pattes et antennes de longs poils flavescents, quelques-uns plus 
fences sur le devant du pronotum, ceux de 1 ccusson et de la base des 
cories blanchatres ; ces poils sont raides, forts, dresses, a peu pres de la 
longueur de la tete. Tete, pronotum, ecusson, pattes et antennes d un 
testace grisatre. Deuxieme article des antennes arque, tres long, attei- 
gnant Tangle apical externe de la corie. Gelle-ci d un flave blanchatre, 
transparente entre les [cotes qui sont fortes et roussatres. Membrane ex- 
tremement longue, depassant 1 abdomen de plus de la moitie de sa 
longueur, d un beau blanc brillant avec des taches d un noir de velours, 
1 une tres grande, transversale, un peu apres la base et atteignant les 
bords externe et interne, une autre subapicale, moins grande, et enfin, le 
long du bord externe, une ligne longitudinale de quatre petites taches 
transverses, egalement espacees, dont les deux premieres sont libres et 
les deux postcrieures sont reunies a la tache subapicale. Ventre noir, 
brillant connexivum et segment genital roussatres. Base des cuisses lege- 
rement rembrunie d 1 . Long. 6 1/2 mill., avec la membrane. 

Oran (collect. Puton). 

Cette espece, tres interessante pour la faune polearctique, puisqu elle 
appartient a un genre de 1 Afrique meridionale, differe de 1 ff. ursus 
Lep. et S. par ses soies d une couleur plus pale, son abdomen noir et 
surtout par le dessin beaucoup plus net et plus remarquable de sa 
membrane. 

M. Maurice Girard, fait deposer sur le bureau la note suivante : 
J ai 1 honneur de presenter a la Societe un nid commengant de la 

.Guepe silvestre ou des arbustes, attache a un rameau de poirier qui 
en traverse la partie superieure. Ce nid, en carton mince, est 1 ceuvre de 
la mere fondatrice seule. Sa forme est celle d une poire allongee, le col 
en bas servant de goulot d entree. On peut voir a Tinterieur une seconde 
enveloppe, peut-etre une troisieme. II a etc trouve dans un jardin a 
Lagny-le-Sec, pres Dammartin. 
En outre, jo remets a la Societe un important memoire de M. Balbiani 



cxx Bulletin entomologique. 

sur les Phylloxeras du chene et de la vigne, principalement consacre a 
Petude des sexues, avec les grandes analogies et certaines differences 
entre les deux especes. 

M. Ragonot dit que M. Al. Olivier de Bone lui avail envoy e au mois 
de decembre dernier des portions de tiges de Tamarix parmi lesquelles 
se trouvaient les habitations de chenilles vivant en petits groupes. Ges 
habitations sont formees de galeries tubulaires en soie recouvertes d tme 
epaisse couche des dejections des chenilles, et sont agglomerces ensem 
ble formant ime masse assez volumineuse a 1 aisselle des tiges. Au 
commencement de juin, M. Olivier lui a adresse un papillon fraichement 
eclos dans lequel il a reconnu VHypotia tamaricalis, decrite par M. Mann 
en 1873, dans les Verhandlungen des Zool.-bot. Verein de Vienne, 
p. 124. M. Mann avait trouve la chenille a Livourne vers le milieu de 
juin, et les papillons sont eclos au commencement et milieu de juillet. 

Notre collegue ajoute que la chenille qu il avait trouvee a Bouray en 
mai sur YErodium cicutarium et qu il avait nourrie sur le Geranium 
molle, est bien celle de la Butalis scopolella ; 1 insecte parfait, une $, est 
eclos le 23 juin. La chenille est inedite, et il en donnera ulterieurement 
la description. 

Quant a la chenille du chene, trouvee egalement a Bouray, il a obtenu 
une belle serie du papillon qui est VAcrobasis sodalella Z., espece tres 
voisine de consociella Hb. Quelques entomologistes, meme Zeller, ont 
mis en doute la validitc de la sodalella comme espece distincte de la 
consociella; mais on ne saurait confondre les chenilles, et les papillons se 
distinguent facilement avec un peu d attention. 

Membre recu. M. J. Groissandeau, membre de la Societe franchise 
d Entomologie (Coleopteres a" Europe), 15, rue du Bourdon blanc, a 
Orleans (Loiret), presente par M. Antoine Grouvelle. Gommissaires- 
rapporteurs : MM. Jules Grouvelle et E. Desmarest. 

E. D. 



Bulletin bibliographique. 

Atti della Reale Accademia dei Lincei, 282 e annee (1884-85), serie quarta, 
Rendiconti, vol. I, fasc. 12. Q 

Entomologist Tidskrift (public par la Societe entomologique de Stoc 
kholm), 5 e annee (1884). Fac. 3. NECROLOGIES : Jo rgen Christian 
Schiodte, par H. J. Hanson; Olof-Immanuel Fahraeus, par 0. Th. 



Seance du 24 juin 1883. cxxi 

Sandahl (avec portrait). H. D. J. WALLENGREN, Liste des Limno- 
philides, des Apataniides et des Sericostomatides trouvees jusqu ici 
dans la peninsule Scandinave. G. SANDBERG, Continuation des 
observations sur les metamorphoses des Lepidopteres arctiques. 
SVEN LAMPA, Notes sur des Lepidopteres suedois d une certaine 
rarete. HOLMGREN, la Charee du gramen. Quelques mots par 
rapport a 1 apparition de cet insecte nuisible en Norrland dans Pannee 
1883. 0. TH. SANDAHL, Zeuzera pyrina L. (Zeuzera Aesculi L.). 

Fasc. 4. 0. M. REUTER, Hemipteres Heteropteres de la Finlande et 
de la Scandinavie. G. G. ANDERSON, Observations sur la vie de 
quelques insectes. NEGROLOGIE : Anders Fredrik Regnell, par 
0. Th. Sandahl. H. VON POST, Contributions a la biologic de la 
Tete de Mort (Acherontia Atropos). 0. M. REUTER, Species Capsi- 
darum quas legit expeditio danica Galateae (gen. nov., sp. nov.). - 
SPANGBERG, Orchestes populi L. a Gefle. Resumes en frangais des 
fasc. 3 et 4 (le texte original est en suedois). 

Naturaliste (le), 7 e annee, n 12 (15 juin 1885). CHRONIQUES ET Nou- 

VELLES. 

Revue des travaux scienlifiques publiee par le Ministere de 1 instruction 
publique, tome V, n 2 (Analyse des travaux publics en 1884). 
E. 0., Analyse de plusieurs memoires entomologiques. 



BALBIANI (G.). Le Phylloxera du chene et le Phylloxera de la vigne, 
etudes d entomologie agricole. Br. in-4, 45 p., 11 pi. n. Paris, 

1884. * 

SIMON (E.). Arachnides recueillis par M. Weyers a Sumatra (l er envoi). 
Br. in-8, 11 p. (Extr. Comptes rendus Soc. ent. Belg., seance du 
7 mars 1885). * 

ID. Materiaux pour servir a la Faune arachnologique de 1 Asie meri- 
dionale. I. Arachnides recueillis a Wagra-Karoor, pres Gundacul, 
district de Bellary, par M. Ghaper. II. Arachnides recueillis a 
Ramnad, district de Madura, par 1 abbe Fabre. Br. gr. in-8, 39 p. 
(Extr. Bull. Soc. zool. de France, X, 1885). * 



J. B. 



(1885) Bulletin de la Societe entomologique de France. 13 



cxxn Bulletin entomologique. 

Seance du 8 juillet 1885. 
Prudence de M. fiia.-L. RAGONOT. 

Ne crologie. M. J. Bourgeois a le regret d annoncer a la Societe la mort 
de M. Charles Martin, lieutenant d infanterie au corps expeditionnaire 
du Tonkin. M. Martin ne faisait pas partie de la Societe, mais il s occu- 
pait activement de la recolte des insectes, et le soin qu il mettait a leur 
recherche denotait des dispositions particulieres qui auraient certai- 
nement fait de lui un veritable entomologiste. Tout recemment encore, 
notre collegue M. Lefevre lui dediait deux Eumolpides tonkinois : Nodo- 
stoma Martini et Colaspoides Martini (Gf. Bull. Soc. ent. Fr., 1885, p. LXV 
et LXVI). 

Communications. M. Ed. Lefevre, a Toccasion du proces-verbal de la 
derniere seance, dit que le Coptosoma globus Fabr., signale par M. Le- 
thierry comme abondant a I lsle-Adam, etait tres commun, le 28 juin 
dernier, au bois de Ghataugay, pres Malesherbes, sur I Astragalus glycy- 
phyllos L., plante de la famille des Legumineuses-Papilionacees. 

M. Maurice Girard fait hommage a la Societe entomologique de 
France du 2 e fascicule du 3 e volume de son Traile elementaire d Ento- 
mologie, qui termine 1 ouvrage. Dans ce fascicule, apres les Microlepi- 
dopteres, 1 auteur a etudie les Hemipteres, les Dipteres et les ordres 
satellites. Les notions sur les Aphidiens, les Phylloxeriens et les Coc- 
ciens presentent le resume des travaux les plus recents; dans les 
Dipteres se trouve traite e la question des Dipteres qui attaquent directe- 
ment 1 homme, soit dans ses organes internes, soit comme parasites 
cuticoles. 

M. Charles Oberthiir adresse la note suivante : 

Tous les Lepidopteristes connaissent YOrnithoptera Tithonus rf par la 
figure qui en a ete publiee dans le Bijdragen tot de Kennis der Papilio- 
nidea par M. W. de Haan. Ge bel Ornitkoptera est remarquable par la 
forme elliptique et allongee de ses ailes inferieures. Le c?, d un noir de 
velours sur lequel ressortent les taches vert et or, est tres different de 
la $ qui n a pas encore ete decrite. 

Ma collection contenant un exemplaire tres frais de YOrnithoptera Ti 
thonus , je puis combler la lacune qui existait a propos de cette es- 
pece. 



Seance du 8 juillet 1885. cxxm 

Le fond des quatre ailes de la ?, en dessus est d un noir de velours 
profond. Les ailes superieures, plus pales vers 1 extremile qu a la base, 
sont ornees de laches blanchatres saupoudrees d atomes noirs. Dans 1 in- 
terieur de la cellule, on volt une de ces laches blanchalres, assez large, 
el au-dela de la cellule, une serie de ces memes laches inlranervurales, 
donl les cinq premieres allongees decrivent comme un arc de cercle, 
tandis que les cinq posle rieures, peliles el cuneiformes, suivenl le bord 
extcrieur loul a fail parallelemenl. En oulre des laches precilces, on en 
remarque Irois aulres, deux grosses el une pelile, dans les espaces ner- 
vuraux enlre la lache cellulaire el la range e droile des cinq laches paral- 
leles au bord exlerieur. Les ailes inferieures onl la forme d une ellipse 
allongc e, cependant sensiblcmenl moins courbe el plus droile le long du 
bord anal que le long du bord exlerieur. Une large lache blanchatre, 
saupoudree vers le bord exlerne d un epais semis d alomes bruns et 
jaunes, el separee du bord exlerne qu elle suil a peu pres parallelcment 
par une bande noire de la couleur de la base, conlienl six gros poinls 
noirs inlranervuraux, disposes comme ceux qui dans le <$ paraissent 
devoir etre ordinairemenl plus pelils el moins accentues. Le premier et 
le dernier de ces poinls noirs sonl situes a la hauleur de Fexlremile de la 
cellule discoidale el ils penelrent dans la grande lache blanchalre qui 
occupe du resle Fextremite de la cellule, de fac,on a creuscr celle lache 
el a en inlerrompre le developpemenl par deux sinuosiles assez pro- 
fondes. II esl a croire que ces poinls varienl de grosseur suivant les 
individus el que, dans cerlains exemplaires ou les poinls en queslion 
sonl peu developpcs, la parlie superieure de la grange lache blanchalre 
cst limilee par une ligne presque droilo el non enlamee par Icsdils 
points. De meme, dans la variele inverse, les poinls doivenl se fusion- 
ner en une sorle de bande qui divise la lache blanchalre en deux par 
ties. 

Le dessous ne differe guere du dessus que par le beau lavis jaune 
d or qui remplace le semis epais d alomes bruns el jaunes le long du bord 
exterieur de la grande lache blanchalre de 1 aile inferieure. 

Le thorax esl noir en dessus et couvert de poils carmines en dessous. 
Les pattes sont longues et noires. L abdomen est jaune d or en dessous 
avec 1 arete dorsale grise et le premier anneau noiratre. La frange est 
courte, noire, coupe e de quelques eclaircies blanches. 

L unique exemplaire $ quo je possede a etc pris a File de Waigiou par 
des chasseurs malais. 

M. Ragonot dit que, pendant le court sejour qu il a fait au com 
mencement du mois a Villers-sur-mer (Calvados), il a trouve sur le 



cxxiv Bulletin entomologique. 

Melilotus officinalis un certain nombre de la jolie Coleophora melilotella 
Scott, Fespece la plus grande parmi celles a ailes metalliques. La C. me 
lilotella, consideree jusqu ici comme une espece rare, doit etre assez 
repandue, car elle se rencontre en Angleterre, a Francfort, et sa chenille 
a ete observee par Ferris sur le Melilotus macrorhiza dans les Landes. 

Notre collegue a aussi recolte des chenilles de la Laverna phragmitella 
Stainton, vivant dans les epis femelles du Typha latifolia de Fannee 
precedente ; la plupart des chenilles etaient deja transformers, et le papil- 
lon eclosait. 

Les epis attaques par la chenille sont facile a reconnaitre, la massette, 
etant fortement dechiree, laissant sortir les poils ou duvet, donnant ainsi 
a la plante un aspect tres deguenille. L insecte est peu connu en 
France, pourtant il est certain qu il existe partout ou croissent les Typha 
latifolia et angustifolia, et M. Ragonot a recolte des chenilles sur cette 
derniere plante a Frontignan (Herault). 

M. Paul Audolent fait remarquer qu il a eu occasion de constater 
ces jours derniers la puissance de vitalite des larves de la Calliphora 
vomitoria. Plusieurs de ces larves, qu il avait donnees en nourriture a 
des Tritons, sont restees deux jours vivantes au fond de Feau et meme 
s y sont trasformees en pupes. II a recueilli ces pupes afm de voir si 
elles parviendont a Fetat parfait. 

M. G.-A. Poujade communique la note suivante : 

La larve de Caryoborus nucleorum Fabr., qui m a servi, dit-il, en 
octobre dernier, pour faire la figure du memoire que j ai public avec 
M. Lefevre (Ann. Soc. ent. Fr., 1884, pi. 11, fig. 1), s est metamorphosee 
en nymphe ces jours derniers. Quelques jours avant, je vis cette larve 
se raccourcir considerablement, Fabdomen surtout devint plus fluet, 
tandis que la poitrine parut fortement mamelonnee ; la tete se degagea 
du prothorax, ce qui la fit paraitre plus forte. Enfin la nymphe se mon- 
tra avec une dimension d un bon tiers plus petite que la larve. Les yeux 
tres rapproches de cette nymphe m indiquent un male. 

Cette larve n a pas varie de grosseur pendant les huit mois que je 
Fai observee jusqu a Fapproche de la nymphbse. 

M. Ed. Lefevre communique la note suivante, relative a un 
Coleoptere de la famille des Eumolpides : 

Dans les Petites Nouvelles entomologiques de 1876, p. 98, M. Fair- 
maire a decrit, sous le nom de Pseudocolaspis Oberthuri, un Eumolpide 



Seance du 8 juillet i885. cxxv 

du Nord de 1 Afrique, qui me parait devoir rentrer dans le genre Calliope, 
etabli parM. Weise (Naturg. der Ins.DeutschL, VI, 1882, p. 279, not. 2) 
pour un insecte du Gaucase (Schah-Dagh) qu il a nomme C. Fausti. 
Mais le mot Calliope etant employe deja depuis longtemps en Zoologie, 
notamment pour un genre de Lepidopteres, un genre de Dipteres et un 
genre de Crustaces-Decapodes, je propose de le remplacer par celui de 
Callipta. G est done sous la denomination de Callipta Oberthuri Fairm. 
que je ferai figurer 1 espece dans le Catalogue raisonne des Eumolpides 
que je publie en ce moment. Ge Phytophage, tres remarquable d ail- 
leurs, n a encore ete trouve, a ma connaissance, qu en Algerie (Menah 
[Oberthiir], Nifenser [Gh. Martin]) et en Tunisie au Djebel Rerda et au 
Djebel Attig, pres Gafsa, ou M. Valery Mayet en a capture un certain 
nombre d exemplaires. Les individus provenant de ces deux dernieres 
localites ont les pattes d un brun rougeatre avec le milieu des cuisses 
d un bronze verdatre, tandis que ceux de Menah et de Nifenser les 
ont entierement noires ou d un noir de poix. De plus, les males (du 
moins les individus que je considere comme tels) sont du double plus 
petits que les femelles. 

Le meme membre communique les descriptions suivantes de deux 
genres nouveaux de la famille des Eumolpides : 

PILEDROIDES. Corpus subrotundato-ovatum , convexum. Caput 
parvum, profunde thorace immersum, oculis magnis, oblongis, valde 
prominentibus, intus leviter sinuatis, epistomate fronte continuato, antice 
arcuatim emarginato. Antenna filiformes, dimidio corpore longiores, arti- 
culis quatuor primis gracilibus, fere inter se xquilongis, cseteris crassio- 
ribus. Prothorax fortiter transversus, lateribus rotundatus ibique late 
reflexo marginatus. Scutellmn subquadratum , apice late rotundatum. 
Elytra dorso convexa, ad latera utrinque subito deflexa ibique ampliata, 
limbo inflexo ipso lato, concavo. Prosternum latins quam longius,planum, 
inter coxas leviter contractual, postice dilatatum, basi recte truncatum. 
Prothoracis episternum marglne antico concavo. Pedes sat robusti, breves, 
femoribus medio incrassatis, inermibus, tlbiis rectis, quatuor posticis 
extus ante apicem emarginatis, unguiculis appendiculatis. 

Ce genre appartient au groupe des Nodostomites, dans lequel il est 
facilement reconnaissable par la forme du prothorax et la structure des 
lobes epipleuraux des elytres. 

P. PHILIPPINENSIS. Subrotundato-ovata , subtus cum pedibus nigro- 
picea, supra viridi-metallica, aut senea, inter -dum cuprea vel cyanea, 
nitida, labro fulvo vel piceo, antennis (basi excepta fulva) nigris, capite 



cxxvi Bulletin entomologtque. 

prothoraceque dense fortiter punctatis, scutello Ixvissimo, elytris sub- 
striato-punctatis, callo humerali ipso tumido, l%vi. Long. 3 3/4-4 mill.; 
lat. 2 3/4-3 mill. 

c?. Elytris ad latera utrinque valde ampliatis, limbo laterali fere Isevi, 
plerumque cupreo-aureo-micante, callo humerali modice elevato. 

$. Elytris ad alter a utrinque minus ampliatis , magis fortiter sub- 
striato-punctatis, infra callum humeralem obsolete transversim impressis, 
callo humerali ipso magis elevato. 

Variat pedibus omnino fulvis. 

lies Philippines (Luzon, Bohol, Oost Mindanao). 

CLYPEOLARIA. Corpus suboblongo-ovatum, glabrum, parum con- 
vexum. Caput exsertum, oculis globosis, integris, fronte juxta oculum 
utrinque sulco brevi obliquo instructa, epistomate fronte continuato, an- 
tice (prxsertim apud mares) recte truncato ibique dente valido utrinque 
instructo. Antenwe sub fili formes, dimidio corpore breviores, articulo 1 tu 
mido, 2, 3 sicut et 4 inter se sequilongis.Prothorax transversus, parum 
convexus, lateribus rotundatus, margine antico recto, angulis anticis 
obtusis. Prosternum latum, fere planum, basi recte truncatum. Protho- 
racis episternum margine antico concavo. Pedes sat validi, femoribus in 
medio incrassatis, duobus posticis subtus dente minimo armatis, tibiis 
rectis, quatuor posticis extus ante apicem emarginatis, unguiculis bifidis. 

Du groupe des Metachromites. Voisin des Rhyparida, dont il differe 
surtout par la structure de Fepistome et la forme du prothorax. 

G. THORACICA. Suboblongo-ovata, subtus cum pedibus, antennis ely- 
trisque sordide flava, capite prothoraceque fulvo-brunneis, magis minusve 
&neo-reflexo-micantibus, crebre sat fortiter punctatis, elytris regulariter 
punctato-sulcatis, interstitiis ad latera ferecosttfformibus. Long. 3-3 1/3 
mill.; lat. 1 1/2-1 3/4 mill. 

Variat omnino fulvo-bnmnea. 

lies Philippines (Bohol). 

M. J. Bourgeois communique la description d une espece nouvelle 
de Malthinus, appartenant a la faune mediterraneenne : 

MALTHINUS DROMIOIDES, sp. nov. AM. fasciato , cui valde affinis, 
capite omnino nigro, prothorace magis transverso cum angulis posterio- 
ribus acutis, divaricalis, elytrorum pictura punctisque minus profundis, 
postice obsoletis, bene distinctus. 



Seance du 8 juillet 1885. cxxvii 

Voisin du M. fasciatus Oliv., mais bien distinct par la tete entierement 
noire, le prothorax plus transverse avec les angles posterieurs saillants 
et pointus, les elytres presentant, vers le tiers anterieur, une bande 
transversale jaune pale bien nettement limitee, leurs lignes de points 
moins fortement marquees et disparaissant presque completement vers 
Pextremite. 

Tete grande, fortement retrecie derriere les yeux et formant un col 
distinct, densement et fortement ponctuee-ridee, marquee sur le milieu 
du vertex d une impression longitudinale, entierement d un noir presque 
mat ; mandibules d un roussatre clair ; palpes rembrunis ; yeux noirs, 
tres saillants. Antennes n atteignant pas 1 extremite des elytres, greles, 
attenuees vers le bout, noires, avec le l er article en entier et les deux 
tiers basilaires des deux suivants, testaces, 2 e article a peine un peu plus 
long que le 3 e . Pronotum sensiblement plus large que long, offrani sa 
plus grande largeur vers le milieu, fortement retreci en avant en ligne 
a peu pres droite, beaucoup moins sensiblement et en ligne courbe en 
arriere, distinctement sinue avant les angles posterieurs qui sont saillants 
lateralement et pointus , visiblement reborde a la base , d un noir a 
peine luisant, avec les cotes largement margines de roux testace, la 
coloration noire s etendant en avant sur toute la largeur ; disque assez 
fortement et rugueusement ponctue dans sa moitie anterieure, moins 
distinctement en arriere ou il est un peu luisant, sillonne longitudinale- 
ment, marque d une depression transversale vers le tiers anterieur. 
Ecusson en ogive renversee, noir. Elytres plus larges que le prothorax, 
presque trois fois aussi longues que larges a la base, d un noir un peu 
brunatre, avec une bande transversale commune, d un testace pale, 
situee vers le tiers anterieur et une goutte d un jaune soufre a 1 extre 
mite ; garnies d une pubescence d un gris-jaune et marquees de lignes 
de points moins profonds et moins serres que dans le fasciatus et dispa 
raissant presque completement vers Textremite; epaules plus claires. 
Poitrine et abdomen d un brun noiratre, ce dernier passant au brun rou- 
geatre sur les anneaux basilaires ; pattes d un testace roussatre, cuisses 
posterieures legerement rembrunies. Long. 5 mill.; larg. 1 1/3 mill. 
Grece. Communique par M. Reitter. 

- M. L. Fairmaire adresse la note qui suit : 

Genre SEMMIONA. Ge nouveau genre d Eumolpides appartient au 
groupe des Scelodontites, et se distingue des Scelodonta et Syricta par 
le sillon juxta-oculaire transversal peu profond. Le corps est tres court, 



cxxvm Bulletin entomologique. 

tres convexe, la tete mediocre, degagee du corselet; les antennes sont 
assez minces a la base, mais les cinq derniers articles sont plus epais, de 
longueur egale, le dernier acumine , le premier est gros, le deuxieme a 
peine plus gros et pas plus long que le troisieme. Les yeux sont assez 
gros, saillants, presque hemispheriques ; 1 epistome est echancre, le 
labre tronque presque droit, le dernier article des palpes maxillaires 
aigu. Le corselet, plus etroit que les elytres, est reborde a la base et tres 
finement margine sur les cotes ; Pecusson est transversal, presque qua- 
drangulaire, avec le bord posterieur obtusement angule. Les elytres sont 
courts, tres convexes, tronques a la base. Les pattes sont robustes, les 
femurs epais, les anterieurs surtout et armes en dessous d une epine 
assez forte, qui devient peu distincte aux autres femurs ; les tibias pos- 
terieurs sont echancres , canneles, les crochets des tarses sont bifides, 
peu divergents. Les pro- et mesosternums sont larges, les hanches pos- 
terieures tres ecartees. 

S. SQUAMEO-GUTTATA. Long. 7 1/2 mill. Brevissime ovata, metal- 
lico-cuprea, capite prothoraceque pilis squamosis dense variegatis; elytris 
maculis minutis numerosis squamosis ornatis, pills et squamis griseo- 
albidis, subtus dense albido-pilosa, femoribus cupreis, albido-pilosis, tibiis 
tarsisque brunneo-submetallicis ; antennis palpisque fuscis ; capite punc- 
tato, summo medio puncto-impresso ; prothorace fere trapeziformi, antice 
angustato sat dense punctato, angulis posticis obtusis ; elytris sat dense 
sat fortiter punctatis. 

Semmio, dans la region des Niams-Niams occidentaux. 

Je dois la communication de ce bel insecte a 1 obligeance de M. Rene 
Oberthiir. 

Membre repu. M. A. Sidney Olliff, Entomological Curator, Australian 
Museum, a Sydney (Nouvelle-Galles du Sud), presente par MM. Charles et 
Rene Oberthiir. Commissaires-rapporteurs : MM. G.-A. Poujade et 
A. Salle. 

Demission pour 1886. M. J.-P. Megnin, a Vincennes, regu en 1875. 

E. D. 



Seance du 8 juillet 188$. cxxix 

Bulletin bibliographique. 

Atti delta Reale Accademia del Lincei, 282 e annee (1884-85), serie quarta. 
Rendiconti, vol. I, fasc. 13. Osservazioni meteorologiche fatte al 
R. Osservatorio del Gampidoglio del luglio al dicembre 1884 (Estratto 
dagli Atti). Q 

Boletin de la Academia national de Ciencias en Cordoba (Repiiblica Ar 
gentina). Tome VII, entraga 4, Buenos- Aires, 1885. Q 

Bulletin d insectologie agricole, journal mensuel de la Societe centrale 
d Apiculture et d insectologie, 10 e annee, n os 4-5 (avril-mai 1885). 

N 4. E. SAVARD, Hippobosque du cheval (Hippobosca equinaL.). 
E. LESUEUR, le Lezard ocelle (Lacerta ocellata Datidin). Proces- 
verbaux des seances du 18 fevrier et 18 mars 1885. H. HAMET, 
le Sphinx Atropos, ou papillon tete de mort (fig.). E. BONGENNE, 
I Anthonome des feuilles du pommier. Les Attaciens sericigenes 
de Madagascar. E. SAVARD, la Mouche domestique. 

N 5. E. SAVARD, la Bruche de la vesce (Bruchus nubilus L.), 
fig. H. HAMET, Rapport sur les produits apicoles au concours 
general dernier du palais de 1 Industrie. Proces-verbal de la seance 
du 15 avril 1885. A. RAME, Elevage des Vers a soie dans 1 Italie. 
E. SAVARD, Lasiocampe du pin. Bombyx disparate. 

(lomptes rendus hebdomadaires des seances de I Acade tnie des sciences, 
l er semestre 1885, tome C. 

N 23. (8 juin 1885). E. BLANCH ARD, De la dissemination des 
especes vegetales et animales. H. BEAUREGARD, Sur le mode de de- 
veloppement naturel de la Gantbaride. N 24 (15 juin 1885). 
E. BLANGHARD, la Gonnaissance des flores et des faunes dans ses 
applications a la geographie et a 1 histoire du globe. N 25 (22 juin 
1885). Q- N 26 (29 juin 1885). Q 

Deutsche entomologische Zeitschrift, 1885, Heft I. D r KRAATZ, Necrolo- 
gie : Adolph Keferstein, Auguste Chevrolat, Louis Mors, Caldweli 
Rye, G. Th. Ernst von Siebold, Fr. John Sidney Parry, R. Meyer-Dur, 
Strubing, G. Cornelius, Herrmann Kuhl. LE MEME, Neuere Litte- 
ratur : Horn, Reitter, Casey. J. WEISE, Kurze Bcmerkungen zu 
Herrn Quedenfeldt s Note zu seinem Aufsats : Wie lebt Gnorimus va- 
riabilis ? L. VON HEYDEN, Die Trudy der Societas entomologica 
rossica (Compte rendu analytique). D r EPPELSHEIM, Eine neue Oxy- 
telinen-Gattung der Mediterran-Fauna (Oncophorus Pirazzolii). 

(1885) Bulletin de la Societe entomologique de France. 14 



cxxx Bulletin entomologique. 

D r KRAATZ, Ueber die Artrechte der europaischen und die Varietaten 
der deutschen Maikafer (Melolontha F.), 2 e memoire. LE MEME, 
Ueber die Gattung Clithria Burm., pi. n. LE MEME, Ueber einige 
neue Glycyphana-Arlen. LE MEME, Die Cetoniden der Aru-Inseln, 
nach dem von Herrn C. Ribbe 1884 gesammelten Materiale, pi. n. 
LE MEME, Ueber Varietaten von Sternoplus Schaumii White (Ceto- 
niden-Gattung von Celebes). JD^EPPELSHEIM, Beitrag zur Staphyli- 
nen fauna West-Afrikas. D r KRAATZ, Bibliographic : Horn, Casey, 
Felix Lynch Arribalzaga. E. REITTER, Bemerkungen zu der Arbeit : 
i Die Scydmaeniden Nordost-Afrika s, der Sunda-Inseln und Neu- 
Guinea s im Museo civico di Storia Naturale zu Geneva , von D r L. 
W. Schaufuss. J. FAUST, Neue asiatische Russelkafer (aus Turkes 
tan), III. D r L. VON HEYDEN, Notizen zum Genus Orthomus Chaud. 
D r KRAATZ, Bemerkungen iiber Orthomus Chaud. E. REITTER, 
Coleopterologische Ergebnisse einer Excursion nach Bosnien im Mai 
1884 (gen. nov., sp. nov.). A. v. KRAATZ-KOSCHLAU, Erganzende 
Bemerkungen iiber Procm^-Arten. LE MEME , Ueber die speci- 
fische Umgrenzung der Procerus-Arlen. D r KRAATZ, Ueber die 
specifische Scheidung der Proems- Arten. G. ALBERS, Ueber Gna- 
phaloryx aper Gestro und curtus Kirsch. J. SCHMIDT, Zwei neue 
europaische Histeriden und Bemerkungen zur Synonymie dieser Fa- 
milie (sp. nov.). D r KRAATZ, Ueber Carabus glabratus var. pnnc- 
tatocostatus Haury und eine neue Varietal (extensus) dieser Art. 
LE MEME, Ueber einige Cicindela. LE MEME, Eine neue Cetonide 
Sumatra, pi. n. LE MEME, Pachnoda Nachtigali nov. sp. von Congo, 
pi. n. G. ALBERS, Zu Berichtigung. A. v. KRAATZ-KOSCHLAU, 
Einschaltung. 

Echange (V), journal mensuel paraissant tous les 15 du mois, organe des 
naturalistes de la region lyonnaise, l re annee, n 4 (15 avril 1885). 
CL. REY, Enumeration des Coleopteres qu on peut rencontrer dans 
un clos de 5 hectares (suite) : Cicindeletes, Carabiques. D r L. BLANC, 
Note sur le role physiologique des tubes de Malpighi chez les Insectes. 
D r JACQUET, Note synonymique sur le Bruchus oxytropis Gebler. 
N 6 (15 juin 1885). CL. REY, Enumeration des Coleopteres qu on 
peut rencontrer dans un clos de 5 hectares (suite) : Brevipennes. 
F. GUILLEBEAU, Descriptions de quelques nouvelles especes de Co 
leopteres. D r JACQUET, Note sur la decouverte d un Agabus nou- 
veau pour la faune franchise. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, 15 e annee, n 177 (l er juillet 1885). 
CH. et FR. BARBIER, Faune entomologique de Beziers et de ses envi- 






Seance du 8 juillet 1885. cxxxi 

rons, fin (8 e tribu : Bembidii}. COMMUNICATIONS : Collections de 
Lepidopteres. Ateuchus laticollis. Question. 

Mittheilungen des Naturwissenschaftlichen Vereines fur Steiermark, annee 
1884, Graz 1885. PROF. AUSSERER, Ueber das massenhafte Aftreten 
einer Poduride in Aussee Anfangs Marz 1884. 

Naturaliste (le), 7 e annee, n 13 (l er juillet 1885). AUSTADT, Descrip 
tion de la chenille du Satyrus sylvicola. J. B. 



Seance du 22 juillet 1885. 
Presidence de M. M.-L. RAGONOT. 

Communications. M. Ch. Brongniart ecrit au President que notre 
collegue M. Leon Fairmaire vient d etre nomme officier d Academic. 

M. Em.-L. Ragonot lit la note suivante , relative a la troisieme 
excursion entomologique qui a eu lieu le 12 juillet 1885 a Bouray- 
Lardy : 

Quatre membres de la Societe ont pris part a cette excursion : MM. Au- 
dollent, Bonhoure, Heulz et Ragonot, auxquels sont venus se joindre 
MM. A. Agnus, de Paris, Rene Langlasse, de Puteaux, et Albert Dubois, 
de Versailles, tous Coleopteristes. 

La journee debuta par un fort orage, mais fut tres belle et chaude ; 
chacun put rapporter des insectes interessants. 

M. Ragonot trouva une chenille de la Notodonta tritophus sur le 
chene, et il prit une quantite de Butalis senescens Stt. et quelques Bu- 
talis binotiferella Ragonot sur le serpolet, des Butalis dissimilella H.-S. 
et Brephia compositella sur I Helianthemum vulgare, Gelechia nigra Hw. 
sur les troncs des peupliers blancs, des Calantica albella Z. en battant 
des chenes, des Ceratophora lutatella H.-S., Rhinosia sordidelta Hb. et 
autres especes offrant de rintere~t pour lui. 

MM. Audollent et Heulz prirent des Zygaena fausta L. et peucedani 
Esp., ainsi que des Emydia striata L., variete a ailes inferieures noires. 

M. L. Bedel donne la description d un Cerambycide nouveau, de la 
cote orientale de 1 Algerie : 

PSEUDOMYRMECION, nov. gen. Insectum alatum, elongatum, 
gracile, parce pubescens , pilis erectis tenuissimis hirtum. Antennis fili- 
formibus, totam corporis longitudinem fwe adaequantibus, articulis sub- 
cylindricis, inferioribus subtus plus minusvc pilosis; art. i validiore, 



cxxxn Bulletin entomologique. 

2 dimidio sequentis breviore, art. 3-11 (et in primis 3-7) praelongis. 
Oculis lateralibus, ovatis, subintegris. Prothorace inermi, oblongo, pulvi- 
nato , collo basali marginato. Scutello rotundato. Elytris abdomine 
(praesertim in femina) paululum brevioribus, apice singulatim rotun- 
datis. Coxis anticis globosis ; acetabulis anticis postice angmtissime aper- 
tis, extus occlusis. Femoribus valde clavatis ; tibiis hand hirtis. 

Ce petit genre devra se ranger dans le groupe des Gracilia Serv.; son 
systeme de coloration rappelle un peu celui des Clytus ruficornis, massi- 
liensis, etc. 

P. RAMALIUM, nov. sp. Nitidulum, nigrum vel nigro-piceum (capite 
thoraceque in femina rufo-ferrugineis), antennis pedibusque rufis, femo- 
rum clava nigricante. Prothorace (in mare oblong lore) subasperato- 
punctulato. Elytris ante medium dorso subdepressis, pube albida trans- 
versim subtrifasciatis, fasciis duabus anterioribus approximates, prima fere 
punctiformi (saepissime detrita), secunda magis delineata, gracili, tertia 
diffusa, obsolescente. Pectoris lateribus albo-pubescentibus. Long. 3- 
5 1/2 mill. 

Algerie : fore"t de 1 Edough !, sur les petites branches mortes du Quer- 
cm MirbecM D. R., du 15 mai aux premiers jours de juillet. 

Nous avons, M. Grilat et moi, recueilli ce petit Longicorne en battant 
les chenes isoles ou poussant en bordure; je 1 ai obtenu directement de 
rameaux morts, pris sur 1 arbre. II est diurne, court rapidement le long 
du bois et ne parait pas se servir de ses ailes, cependant bien develop- 
pees. Sa forme, sa coloration et ses allures lui donnent , quand il est 
vivant, une singuliere ressemblance avec les Fourmis du genre Crema- 
togaster, et comme on le trouve ordinairement au milieu d elles, on les 
confondrait facilement. 

- M. H. Lucas communique la note suivante : 

Un certain nombre ftHypocephalus armatus m ayant e te communiques 
par M. 1 abbe David, je crois devoir montrer a mes collegnes ces insectes 
qui varient beaucoup pour la taille. 

Gette coupe generique est due a A.-G. Desmarest qui 1 a decrite et 
figuree dans le Magasin de Zoologie, classe IX, pi. 24 (1832) sous le 
nom ^Hypocephalus armatus. MM. Westwood et Curtis ont aussi repre- 
sente ce remarquahle Goleoptere, le premier dans les Arcana Entom., 
t. I, p. 35, pi. 10, fig. 1, 2, 3 (1841), le second dans les Trans. Linn. 
Soc,, t. XXI, p. 227, pi. 25, fig. 1 a 13 (1854). De son cote, Gistl, ne con- 
naissant pas le travail du professeur A.-G. Desmarest, 1 a decrit in Fau- 
nus, neue Folg., I, p. 54 (1836), sous le nom de Mesoclassus paradoxus. 



Seance du 22 jnillet 1885. cxxxm 

Ce genre a longtemps divise les entomologistes sur la question de 
savoir quelle place il doit occuper dans la classification ; actuellement, 
la plupart des auteurs sont d accord pour reconnaitre les analogies qui 
le rattachent aux Longicornes , opinion a laquelle s est rallie 1 auteur du 
Genera des Coleopteres, et dont M. Thomson a parfaitement resume les 
motifs en disant que 1 aspect extraordinaire de cet insecte provient, non 
de 1 assemblage heterogene de caracteres, mais d une monstrueuse exa- 
geration ou hypertrophie de caracteres qui se retrouvent parmi les Lon 
gicornes aberrants. 

L unique espece qui jusqu a present represente ce genre est restee 
pendant tres longtemps extremement rare dans les collections. En 1840, 
le premier individu qui vint a Paris fut paye par le Museum, aux en- 
cheres publiques, la somme de 305 fr. Maintenant, le male est devenu 
moins rare ; quant a la femelle, elle est toujours rarissime. En effet, 
depuis un demi-siecle que Ton connait ce Longicorne aberrant qui a 
servi a etablir une tribu sous le nom d Hypocephalidx, ce n est que tout 
dernierement que la femelle a ete decrite et figuree. G est a M. L. Fair- 
maire que Ton doit la connaissance de ce sexe qui a ete represente dans 
le Naturaliste, p. 397 (1884). Si le male rappelle un Gryllotalpa vulgaris, 
a cause de son prothorax ovalaire et de ses el y tres fortement retrecies en 
arriere, on pent dire que ce fades est profondement modifle chez la 
femelle. A ce sujet, je renvoie aux descriptions et figures des deux sexes 
de cette espece qui ont ete donnees par M. L. Fairmaire (loco citato, 
p. 378). 

Voici les longueurs et largeurs des individus qui ont ete mis a ma dis 
position : longit. 53, 48, 45, 38 millim.; lat. 19, 17, 15, 14 millim. Malgre 
ces differences assez sensibles dans la taille, la ponctuation de la tete et 
du prothorax ne s est pas modiflee, a Fexception cependant des six 
points presentes par ce dernier organe, dont quatre disposes en arc de 
cercle en avant de la base et deux a quelque distance des angles ante- 
rieurs plus grands et plus profondement enfonces. Les antennes, les 
palpes maxillaires et labiaux sont ferrugineux; les elytres sont plus 
fortement acuminees, les cotes plus saillantes, avec les intervailes beau- 
coup plus fortement grenus ou chagrines. Tout le corps en dessous et 
les pattes sont d un noir brillant, avec les tarses ferrugineux. 

Ges insectes ont ete rencontres dans 1 interieur de la province de 
Bahia (Bresil), parmi des souches d arbres plus ou moins en decomposi 
tion, ou courant sur une route voisine d un bois, a la suite d un orage et 
apres une pluie abondante. 



cxxxiv Bulletin entomologique. 

M. Maurice Girard presente a la Societe une coquille usee et de- 
fraichie par la pluie de YHelix pomatia, contenant un nid d Hymenoptere 
mellifique, bouchee par un tampon de mousse et de terre. Ge nid, trouve 
a Joigny (Yonne), est du probablement a une Osmia, peut-etre a un 
Anthidium. La question sera decidee lors de 1 eclosion au printemps pro- 
chain. 

M. Pierre Chretien, de Boulogne-sur-Seine, adresse la note qui 
suit sur les premiers etats du Satyrus Arethusa : 

Depuis que j ai trouve le moyen d obtenir en nombre les ceufs de 
papillons diurnes, je me suis particulierement applique a 1 education des 
chenilles qui se rencontrent rarement dans la nature, specialement celles 
des genres Lycasna, Satyrus et Syrictus. 

Parmi les chenilles du genre Satyrus, il en est une dont les auteurs 
n ont rien dit et dont on ne possede pas la figure. G est celle du Satyrus 
Arethusa. J ai eleve cette espece ab ovo, et je Tai suivie attentivement 
dans toutes les phases de son evolution : j aurais done bien volontiers 
apporte ici une description comparative de cette chenille et des autres 
Satyres que j ai eleves egalement ab ovo, mais je me bornerai a quelques 
details essentiels, pour ne pas depasser les limites d une simple note. 

OEuf. |La plupart des femelles de Satyrides pondent leurs oeufs en 
les fixant aux brins d herbe ; cependant quelques-unes ne se donnent 
point cette peine, elles se contentent de les perdre pour ainsi dire en les 
semant au hasard. Arethusa $ precede ainsi. L oeuf est de forme co- 
nique, son sommet arrondi ne presente pas ces depressions polygonales 
ordinaires que Ton remarque sur les oeufs de Phxdra, RHermione, de 
Semele et surtout de Briseis ; on y voit seulement la trace a peine per 
ceptible du commencement de quelques cotes, et, tandis que Briseis 
compte 16 cotes, Statilinus 20, Hermione 24, Semele 26 a 28, 1 ceuf 
d Arethusa en est depourvu, ainsi que celui de Phxdra, qui cependant 
en porte la trace, non au sommet, mais a la base. La surface de 1 oeuf 
ft Arethusa est prcsque lisse et brillante. La couleur est jaunatre et de- 
vient un peu roussatre. II eclot au bout de trente a trente-cinq jours, 
c est-a-dire dans la seconde quinzaine de septembre. * 

Chenille. Au sortir de 1 ceuf, la petite chenille a la tete rousse, por- 
tant au sommet quelques : points noiratres ; le corps est gris, plus fonce 
a 1 extremite anale ; les lignes dorsale et laterales sont d un brim roux, 
les dernieres plus epaisses et plus brunes ; la region stigmatale est blan- 
chatre. Pattes ecailleuses et membraneuses de la couleur du fond. Sa 
premiere mue a lieu en octobre. Elle passe 1 hiver en se tenant a la base 



Seance du 22 jmllet 1885. cxxxv 

des tiges de Graminees, la tSte toujours en bas ; cependant elle n est 
pas dans im complet etat d engourdissement. Dans la mauvaise saison, 
meme en Janvier, si la temperature est relativement douce pendant deux 
ou trois jours (9 ou 10 environ), on voit cette chenille aller et venir, 
monter sur les brins d herbe desseches. Ce n est guere qu en mars 
qu elle recommence sa vie reguliere. Elle subit ses mues a trente ou 
quarante jours d intervalle a partir d avril, et c est seulement en juillet 
qu elle atteint toute sa taille. Elle est generalement d un ocrace legere- 
ment lave de verdatre, surtout en dessous. La tete est un peu plus fon- 
cee, granuleuse et marquee de quatre traits noirs, les ocelles noirs et 
saillants. L attention est surtout attiree par trois bandes continues et 
attenuees aux extremites : la dorsale de couleur sepia, les laterales plus 
larges, plus pales au milieu. Entre les bandes laterales et la dorsale se 
trouve une autre bande d un ocrace plus fonce que la teinte generate ; 
ces bandes sont en outre bordees de lignes carminees. La region stigma- 
tale formant bourrelet est plus claire et soulignee de carmine. Les stig- 
mates sont noirs ; le premier, le deuxieme et le dernier plus gros que 
les autres. Pattes ecailleuses et membraneuses concolores. Enfin tout le 
corps est convert d une villosite tres fine et tres courte. 

Chrysalide. Pour se chrysalider, la chenille A Arethusa descend le 
plus qu elle peut a la base des Graminees, et, si la terre est detrempee 
par la pluie, elle y penetre, peu profondement il est vrai, mais suffisam- 
ment pour s enfermer dans une veritable coque ; si la terre est seche et 
trop dure, cette chenille se couche simplement au premier endroit venu 
parmi les debris de Graminees et se transforme au bout de quelques 
jours d attente. Gette chrysalide, courte, ramassee, est d un brun can- 
nelle, plus clair a la partie anterieure; 1 abdomen est conique, son 
extremile, bifide et recourbee, est d un noir brillant. Sa surface est fine- 
ment chagrinee ou ridee. Les stigmates, bruns, sont entoure"s d un cercle 
lisse un peu en depression. Un amas de granulations fines se trouve de 
chaque cote, au-dessus du stigmate, sur le deuxieme segment abdominal. 
Le cote externe de 1 enveloppe des ailes est lisere de noir. Enfin, les 
epaulettes, en croissant, sont d un brun roux veloute, et plus saillantes 
que chez les autres especes. 

La chenille fr Arethusa est de toutes les autres Satyrides celle qui vit 
le plus longtemps, puisqu elle ne se chrysalide que dans la derniere 
quinzaine de juillet. Le moment le plus favorable pour trouver cette che 
nille est par consequent du 15 juin au 15 juillet. Quand, le mois der 
nier, mon excellent maltre et ami M. Delorme, de Versailles, au prix de 



cxxxvi Bulletin entomologique. 

longues et patientes recherches, a rapporte de Lardy quelques chenilles 
presque adultes de ce Satyre, il a confirme ainsi Peducation privee que 
j en avais faite a Boulogne 1 an passe. 

M. Alfred Guillot presente une variele interessante de Limenitis 
Sybilla aber. nigra ?, capture dans le bois de Boulogne par M. Paul 
Groult : 

Get individu offre un cas ires curieux de melanisme : le dessus des 
quatre ailes est entierement noir ardoise, bien moins veloute que 
chez le type et non saupoudre de brun ; le blanc est completement dis- 
paru, on n aperc.oil plus que six points grisatres, diffus, qui semblent 
6tre la transparence des seules parties du dessous reslees blanches. Le 
dessous est encore plus extraordiraire : la bande mediane blanche des 
quatre ailes a e te completement absorbee par le rouge rouille qui en 
couvre la totalite ; les points noirs se sont etendus et forment des lignes 
rayonnant dans le sens des nervures. Les seules parties restees blanches 
sont les laches marginales qui sont plus grandes que dans le type et 
semblent percer sur le dessus comme je Pai indique plus haut. La frange 
est blanche comme chez les exemplaires normaux. 

Gette rare aberration fait partie de Pmteressante collection de M. le 
D r Monod, a Paris. 

M. Gh. Oberthiir adresse la note suivante : 

L Apatura Iris est repandue dans une grande partie de 1 Europe et de 
PAsie, depuis PEspagne (La Granja) jusqu aux bords de la mer du 
Japon (ile Askold). Le type de cette belle espece ne parait guere varier 
dans des pays aussi divers. L aberration Beroe et une autre aberration 
qui existait dans la collection Pierrel, et ou les laches blanches du 
dessus des ailes etaienl roses, sonl des accidents generalement Ires rares 
el ne sonl pas des varieles locales remplaganl le type. 

Mais au Thibel, a Ta-lsien-lois, YApatura Iris semble elre toujours la 
variele, analogue a la variele Clytie ft Ilia. Parmi les nombreuses especes 
de Lepidopleres que M gr Biel m a envoyees du Thibel, se Irouvenl 
qualre paires de celte variete local d /n s que je designe sous le nom de 
Bieti et qui se distingue de 17ns des autres pays, parce que dans le 
male les laches blanches sonl remplacees par des laches d un orange 
vif, el que, de plus, ces laches orangees sonl beaucoup plus dilalees que 
les laches blanches du lype. Dans la femelle, les laches sonl d un jaune 
nankin en dessus comme en dessous. 

E. D. 



Seance du 22 juillet 1885. cxxxvn 

Bulletin bibliographique. 

Atti della Reale Accademia del Lincei (1884-1885), serie quarta, vol. I, 
fasc. 14. O 

Comptes rendus hebdomadaires des seances de I Acade mie des sciences, 
tome CI, n 1 (6 juillet 1885). G. GARLET, Sur la structure et le 
mouvement des stylets dansM aiguillon de 1 Abeille. N2 (13 juillet 
1885). O 

Entomologist s Monthly Magazine (the), n 253 (juin 1885). G. G. 
BARRETT, On the value of the costal fold in the classification of Tor- 
trices. D r E. BERGROTH, Description of two new genera of Ara- 
didae. H. T. STAINTON, Description of Coleophora paludicola n. sp. 

H. J. EL WES, On the genus Aulocera, Butler. R. MAC LACHLAN, 
A swarm of Deiopeia pulchella in the Atlantic ocean. W. H. B. 
FLETCHER, Chauliodus insecurellus bred from Thesium humifusum 
from the Isle of Wight. G. DONOVAN, Dytiscus marginalis found in 
salt water. REV. H. S. GORHAM, Cassida chloris, Suffrian. E. L. 
RAGONOT, Revision of the British species of Phycitidae and Galleridae. 
- The Sale of the late Major Parry s collection and library. Pro 
ceedings of the Entomological Society of London. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, l er juin 1885. Gn.etF. BARRIER, Faune 
entomologique de Beziers et de ses environs (suite). 

Naturalista Siciliano (II), anno IV, n 10. P. MILLIERE, Catalogue rai- 
sonne des Lepidopteres des Alpes-Maritimes (suite). F. MINA 
PALUMBO, Acarofauna Sicula. 

Revue des travcmx scientifiques, publiee par le ministere de Finstruction 
publique, t. V, n 3. Q 

Rovartani Lapock, 2 e annee, n os 5 et 6 (mai et juin 1885). Resume en 
langue franchise des travaux parus dans les n os 4 et 5. 

Sode te Linne enne du nord de la France. Bulletin mensuel 12 e annee, 
n 138 (l er dccembre 1883). 

Transactions of the Linnean Society of London, 2 e serie, vol. Ill, part. 3. 

REV. A. E. EATON, A revisional monograph of recent Ephemeri- 
dae or Mayflies. Part, in, 18 pi. 

GIRARD (MAURICE). Traite elementaire d entomologie, tome III, 2 e et der 
nier fascicule (Lepidopteres (fin), Hemipteres, Dipteres et ordres 

(1885) Bulletin de la Societo entomologiqne de France. 15 



CXXXVHI Bulletin entomologique. 

satellites). 1 vol. texte gr. in-8 (p. 641-1110) et un Atlas de planches 
noires (pi. 98 a 117). Paris, J.-B. Bailliere et fils. * 

HAGEN (D r H. A.). Die devonischen Insecten, 5 p. (Zoologischen Anzeiger, 
n 195, 1885). * 

PLATEAU (F.). Experiences sur le role des palpes chez les Arthropodes 
maxilles. Premiere partie : Palpes des Insectes broyeurs, 26 p. 
(Bullet. Soc. zool. de France, t. X, 1885). * 

RILEY (D r CHARLES). The Periodical Cicada, an account of Cicada septem 
decim and its tredecim race, with a chronology of all Broods known 
(Publication U. S. Departement of Agriculture, division of Entomo 
logy, Bulletin n 8). Br. in-8, 46 p., fig. n., Washington, 1885. * 

SEOANE (VICTOR LOPEZ). Identidad de Lacerta Schreiberi (Bedriaga) y 
Lacerta viridis, var. Gadovii (Boulenger) e investigaciones herpeto- 
logicas de Galicia. La Goruiia, 1884, 19 p. * 

SIMON (E.). Ilitude sur les Arachnides recueillis en Tunisie en 1883 et 
1884 par MM. A. Letourneux, M. Sedillot et Valery Mayet, membres 
de la mission de Pexploration scientifique de la Tunisie. Paris, 1885, 
55 p. * 



A. B. 



Seance du 1 aout 1885. 
Pr6sidence de M. fiia.-L. RAGONOT. 

M. le President, avant la lecture du proces-verbal de la precedente 
seance, fait la communication suivante : 

Depuis notre derniere reunion, la Societe entomologique de France a 
fait une tres grande perte en la personne de Henri Milne-Edwards, 1 un 
de ses fondateurs, devenu Fun de ses membres honoraires en 1866. 

Notre regrette collegue s est eteint a un age tres avance, laissant un 
nom qui restera inscrit en lettres d or dans les annales de la science 
franchise. Travailleur consciencieux et infatigable, sa vie tout entiere a 
ete consacree a enrichir la science d ouvrages nombreux et de la plus 
haute valeur ; ses publications seront toujours un guide indispensable 
pour des etudes veritablement serieuses. 

Henri Milne-Edwards a eu la satisfaction de voir son oeuvre continuee 
par un fils qui suit avec honneur la voie si glorieusement ouverte par 
son pere. 

Votre president a eu le vif regret de ne pouvoir assister aux fune- 
railles de notre illustre et venere membre honoraire ; mais, en presence 



Seance du 12 aout 1885. cxxxix 

d un grand nombre de- nos collegues, notre Societe y a ete dignement 
represented par Fun de nos membres, M. le professeur Emile Blanchard, 
successeur eminent de Henri Milne-Edwards dans la chaire d Entomo- 
logie au Museum. M. Blanchard a prononce des paroles de regrets et 
d adieu qui etaient 1 expression des sentiments unanimes de notre Com- 
pagnie. 

M. le D r Laboulbene a bien voulu se charger d une notice pour les 
Annales sur la vie et les travaux de Henri Milne-Edwards. 

Lecture. M. le D r Al. Laboulbene adresse a la Societe, par 1 entremise 
de M. Eugene Desmarest, la description et les dessins d o?w/s remar- 
quables, probablement d un insecte Diptere, trouves avec des fragments 
de chair de veau. Ges oeufs blanchatres, allonges, de forme ellipsoide, 
ont une partie dehiscente et longitudinale qui, etant soulevee, offre 
1 aspect d une lame de couteau sortie de son manche. 

Communications. M. L. Bedel presente quelques observations relatives 
aux Gurculionides du genre Amaurorrhinus Fairm. (Mesoxenus Woll.) : 

Les auteurs qui se sont occupes de ces insectes ont admis a peu pres 
autant d especes qu ils ont eu sous les yeux d exemplaires de prove 
nances differentes. G est ainsi qu ils ont decrit successivement : 

1860. Monizianus Wollaston Canaries, Madere. 

Bewickianus Wollaston Madere. 

Bonnairei Fairmaire , Corse. 

1863. narbonensis * Gh. Brisout (1). Narbonne. 

1869. crassiusculus Fairmaire Italic. 

1883. genuensis * Fairmaire . . Genes. 

Lostiae * Fairmaire Gagliari. 

Coquereli Fairmaire Oran. 

Gomme M. Desbrochers des Loges Fa deja fait observer, lorsqu il a 
propose de reunir A. narbonensis a Bonnairei (Mittheil. Schweiz. Ges., 
in, p. 374), tons les caracteres dont on se sert pour distinguer les Amau 
rorrhinus sont absolument illusoires : les uns, comme la taille, la cou- 
leur, la sculpture ou les dimensions du prothorax et des elytres, va- 
rient individuellement ; les autres paraissent sexuels ou materiellement 
inexacts. II faudrait done trouver autre chose pour etablir la valeur des 
especes decrites. Mais il est probable, et tout ce que j ai vu jusqu ici 
semble confirmer cette opinion, qu il n existe, au moins dans la region 

(1) Les especes marquees d un asterisque sont celles dont j ai vu les types. 



CXL Bulletin entomologique. 

mediterraneenne, qu une seule espece tfAmauforrhinus, sujette a de 
grandes variations individuelles. 

Cette espece, qui, provisoirement, pourra garder le nom de Bonnairei 
Fairm., se trouve egalement a Garthagene (Ehlers, coll. Ch. Martin !), a 
Malte (cf. Desbrochers, loc. tit., p. 374), a Corfou (cf. Wollaston, Trans. 
Ent. Soc., 1873, p. 524, note) et a Jerusalem (Delarouzee, coll. Gh. 
Brisout!). 

M. E. Abeille de Perrin transmet, par 1 entremise de M. J. Bour 
geois, la description d une nouvelle espece de Coleopteres : 

MALLOSIA IMPERATRIX Ab. cf. Long. 32 mill. Robusttis, longis- 
sime in capite et thorace fulvo hirtus; elytris seriatim minus longe hirtis. 
Niger, antennis validis 213 corporis xqualibus; capite et thorace punctis 
profundis cribratis, antennis nigris similiter punctatis; scutello flava 
pube tecto. Elytris profunde cribratis, punctis seriatim, basi excepta, dis- 
positis, tribus costis et sutura ipsa elevatis et carinatis, apice singulatim 
rotundatis, interstriis deplanatis, minus crebre, sed semper profunde 
punctatis et dense villosis. Corpore subtus fulvo villoso, pilis longioribus 
in pro-, meso- et metasternis, venire apice angulato, emarginato, ultimo 
segmento longitudinaliter impresso, a basi usque ad apicem impressione 
paulo latiore. Pcdibus robustis, flaw villosis, pilis subtus longioribus. 

Bloudan (Antiliban) circa nivales plagas. in mensis maii ultimis die- 
bus, a me raro captus. 

Cette splendide espece est de beaucoup la geante des Phytoeciaires du 
bassin de la Mediterranee. C est elle que M. Ganglebauer a cru devoir 
rapporter a la Scovitzi. Mais, cette derniere, que j ai rec,ue de M. Reitter 
comme provenant de Transcaucasie, est moitie plus petite (18 mill.), les 
series pubescentes de ses elytres, au lieu d etre regulieres, sont fre- 
quemment interrompues, non separees par les cotes carenees ; enfin le 
dernier segment abdominal est plus largement impressionne et sinueux 
au sommet. Quant a la Mallosia mirabilis, son corselet non tomenteux 
Feloigne de ces deux especes. 

J ai vu chez M. Peyron un debris de femelle de la M. imperatrix, pris 
par lui sous la neige et presentant avec I autre sexe les memes diffe 
rences que chez les autres Mallosia. 

M. G.-A. Poujade dit que le Caryoborus nucleorum, dont la larve 
lui a servi pour faire la figure du memoire public 1 annee derniere, est 
eclos le 28 juillet dernier, apres etre reste en nymphe pendant vingt- 
quatre jours. Sa couleur generate, au sortir de 1 enveloppe, etait d un 



Seance du 12 aout 1885. CXLI 

blanc de chair, avec le disque du prothorax marron ; le lendemain, il se 
colora en roux qui devint olivatre peu de jours apres. 

Celui qui habitait le fruit a trois loges, figure dans le meme travail, 
est arrive a 1 etat parfait egalement a la meme epoque, et tous deux 
vivent encore aujourd hui. 

M. J. Lichtenstein, dans une lettre adressee a M. H. Lucas, donne 
les notes suivantes : 

1 Je vous envoie un morceau de cire due a un Homoptere du groupe 
des Goccidiens et du genre des Ceroplastes Gray, et que je vous prie de 
montrer a la Societe. L espece est un insecte de 35 millimetres de lon 
gueur avec sa couche cireuse ; elle est mexicaine et provient de M. Duges, 
de Guanajuato. Dans les onze especes de ce genre que cite M. V. Signoret, 
je n en vois point d aussi grande et je n en vois point non plus du meme 
pays ; je la nomme Dugesii dans ma collection, jusqu au moment ou la 
connaissance des males, tous encore incomms, et que 1 etude des moaurs 
de ces Homopteres permettont a un monographe de proceder a une revi 
sion du genre. 

En attendant, je puis dire seulement que cet insecte vit sur les Hy- 
biscus, sur le Ficus sphserocarpa , sur le Laurier rose, etc., et qu il est 
exploite industriellement en fournissant, par la fusion a un feu lent, de 
la cire qui brule comme celle des Abeilles, en rendant une odeur balsa- 
mique. 

2 Je termine le l er volume de mon Genera des Aphidiens, et j ai a 
noter sur 1 Absinthe (Artemisia absinthum) un Puceron qui vit d une 
maniere differente de celle des especes que je connais, en ce sens qu il 
pique la feuille sur la tranche, au lieu de se mettre le long des nervures 
ou sur les feuilles et les tiges. II appartient au genre Rhopalosiphum, il 
est tout vert, avec les yeux rouges, la queue verte et conique, n a que 
0,04 millim., les nectaires 0,19 millim. et 1 insecte entier 1 millim.; 1 an- 
tenne a 0,71 millim. Ne voyant cet insecte decrit nulle part, je le nomme 
Rhop. absinthii. II formera, avec les Siphonophora absinthii (grise et 
noire) et Siph. artemisix (verte, a nectaires noirs), le troisieme Aphidien 
vivant a Montpellier sur 1 Absinthe. 

Je serai reconnaissant a ceux de mes collegues qui ont de 1 Absinthe 
dans leurs jardins de me dire s ils ont observe cet insecte, dont je n ai 
pas vu d individu aile et qui se tient a present (fin juillet) sur les feuilles 
basses. Les deux autres especes habitent dans les capitules des fleurs. 

Les auteurs donnent aux Siphonophora des males ailes. Or le male 



CXLII Bulletin entomologique. 

du Siphon, absinthii, que je trouve s accouplant avec ardeur fin octobre, 
est aptere comme la femelle. Celle-ci pond en novembre, et 1 oeuf eclot 
en Janvier. 

, .. M. P. Chretien communique une note sur YEupithecia Nepetata : 

L annee derniere, au mois d aout, peut-etre le meme jour oii 
M. P. Mabille trouvait dans les environs de Senlis plusieurs chenilles 
ftEupithecia sur la Calamintha Nepeta, je capturais, dans mon petit 
jardin a Boulogne, une Eupithecie femelle voletant autour d un pied de 
Nepeta Cattaria, venu la je ne sais trop comment et que je conservais 
a cause du rare developpement que cette plante avait acquis : elle mesu- 
rait, en effet, pres de deux metres de hauteur, et sa tige, largement 
ramifiee, portait de nombreuses fleurs, dont 1 odeur, chaque soir, attirait 
en foule les papillons nocturnes. 

Gette Eupithecia se trouvait etre une Nepetata, ainsi que M. P. Mabille, 
a qui elle fut soumise, eut 1 obligeance de me 1 assurer. 

Elle me pondit quelques oeufs. Examine au microscope, I ffiuf me pa- 
rut etre un ellipsoi de un peu allonge, assez regulier, mais tres corn- 
prime, d une fa<;on uniforme cependant, c est-a-dire autant a une extre- 
mite qu a 1 autre. Surface brillante, couverte d un reseau irregulier 
formant une saillie extremement petite. Couleur brun jaunatre. 

J elevai les petites chenilles avec la Nepeta Cattaria, dont je leur servis 
un fragment portant des fleurs et des graines. Elles m ont paru avoir 
des moeurs assez singulieres. Je ne voyais ni feuilles ni fleurs entamees, 
et cependant mes chenilles grossissaient. Je les observai plus attenti- 
vement. Elles se tenaient immobiles, la bouche fixee sur un des labres 
de la corolle qui, dans les Labiees, recouvrent la fleur avant son deve 
loppement et en font une sorte de bouton; mais elles ne 1 entamaient 
pas, elles s alimentaient simplement par succion. Quelque etrange qu il 
paraisse, ce fait n est cependant pas unique, et deja M. Milliere Pa signale 
pour VEucrostis indigenata, dans un numero du Naturalista Siciliano^ 
si mon souvenir est exact. 

G est durant son jeune age que I Eup. Nepetata se nourrit ainsi de la 
fleur. Plus tard, elle s atlaque a la graine, mais d une facxm analogue. 
En effet, elle plonge la partie anterieure de son corps dans le calice, 
et, dans cette posture, sans faire aucun mouvement, elle demeure des 
journees entieres, se nourrissant du fruit. Gependant, j en ai vu se 
tenant raides et serrant contre leur bouche, avec leurs pattes ecail- 
leuses, un akene qu elles avaient retire du fond du calice et dont elles 
semblaient non pas devorer, mais absorber lentement la substance. 



Seance du 1% aout 1885. CXLIII 

Mon education a parfaitement reussi. Ayant bien pris note des ages 
de YEup. Nepetata, j ai constate qu elle n avait subi que trois mues. 

Voila done une Eupithecie nouvelle pour les environs immediats de 
Paris ; elle est on ne peut plus parisienne puisqu elle se trouve a deux 
kilometres a peine des fortifications, a Boulogne, ou je viens d en 
prendre uu nouveau sujet tout recemment. 

II serait desirable que Ton eut de la chenille de la Nepetata une figure 
suffisamment exacte. 

M. G.-A. Poujade depose sur le bureau la description d une nou 
velle espece de Lepidopteres : 

LYC.ENA OPALINA Pouj. Male : envergure 25 mill. Dessus lilas 
clair, soyeux, blanchissant sur les bords ; les quatre ailes bordees d une 
double ligne grise, dont 1 intervalle est marque de petites taches de 
meme couleur a 1 extremite des nervures ; franges d un blanc sale. Des- 
sous d un gris brun clair, avec une double serie de taches plus ou 
moins triangulaires ou chevronees bordant les ailes. Une tache disco i- 
dale en forme de chevron horde de blanchatre limite les cellules. Entre 
ces taches et les bordures, plus pres de ces dernieres, existe une serie 
de taches ocellees a peu pres parallele aux bords externes ; aux ailes 
superieures, ces taches sont au nombre de six, noires, assez grosses et 
inegales ; aux inferieures, elles sont regulierement petites, au nombre 
de six ou huit, et aussi pales que le fond ; de plus, trois taches pareilles, 
disposees en ligne droite, sont situees a leur base. 

Femelle : envergure 27 mill. Dessus bleu cendre. avec la cote et 
1 apex des quatre ailes d un brun grisatre se fondant avec le fond ; bor 
dures des ailes comme celles du male et precedees, aux inferieures, 
par une serie de six taches obscures et vaguement triangulaires. Des- 
sous semblable a celui du male, mais plus fonce et plus accentue, sur- 
tout aux ailes inferieures, dont les taches ocellees sont noiratres. 

Decrit sur trois cT et une ? de la province Thibetaine de Mou-Pin, 
rapportes par M. 1 abbe A. David. Collect, du Museum. 

Le meme membre presente la rectification suivante : 

Le Debis albolineata, de Mou-Pin, que j ai decrit : Ann. Soc. ent. 
France, 1884, Bullet, p. CLV, a etc primitivement decrit et figure de la 
region occidentale du Yunan par Atkinson, sous le nom de Zophcessa 
Andersoni, dans les Proceedings of the Zoological Society of London, 
1871, p. 215, pi. XH, fig. 3. 

Membre re$u. M. Rene Grilat, membre de la Societe Linneenne de 



CXLIV Bulletin entomologique. 

Lyon, rue Rivet, 19, a Lyon (Rhone) (Cole opteres et Hemipteres d Europe 
et du bassin de la Me diter ranee), presente par M. L. Redel. Gommis- 
saires-rapporeurs : MM. G.-A. Poujade et A. Ronhoure. 

E. D. 

Bulletin bibliographique. 

A tti della R. Accademia dei Lined, 4 e serie, vol. I, fasc. 15-17. Q 
Berliner entomologische Zeitschrift, 1885, n 1. 7 pi. n. et col. 

G. QUEDENFELDT, Verzeichniss der von H. von Mechow in Angola ( 
und am Quango Strom ges. Tenebrioniden und Gisteliden (pi. m). 
REUTER, Synonym. Remerk. iiber Hemipteren. KOLBE, Die Larve I 
einer Manticora. GRZEGORZEK, Reitrag zur Dipteren-Fauna Galiziens 
(suite). KOLBE, Das Rostrum in der Ordnung Coleoptera. SORHA- 
GEN, Aus meinem entom. Tagebuche (Lepidoptera), avec fig. (suite). 
Low, 2 n. Cecidomyia-Anen. KOLBE, Zu Phrynocolus Lac. (Co 
leoptera). KIRSCH, 3 n. Cyphogastra-Arlen. FAUST, Ueber Buba- 
locephalus, Macrotarsus und Verwandte. ID., Ueber die Stellung 
derG.Metacinops und Auchmeresthes Kr. SRNKA, Neue siidamerik. 
Danaidae und Heliconiidae (pi. i). VON RODER, Ueber die system. 
Stellung der Dipteren-Gattung Tetanura Fall. ID., Ueber die Dip 
teren-Gattung Ceratitis. ID., Remerk. iiber 2 Dipteren. ID., 
die Dipteren-Gattung Agapophytus Guer. und Phycus Walk. HA- 
BELMANN, Argutor strenuus Panz. und A. diligens St. DEWITZ, 
Precis Amestris Dr. in verschiedenen Varietaten (pi. n). HABEL- 
MANN, Generis Pterostichi subgenus Crisimus. KOLBE, Zur Natur- 
geschichte der Termiten Japans (pi. vi). ID., Reitrag zur Kennt- 
niss der Pseudoneuroptera Algeriens und der Ostpyrenaen (pi. v). 
REUTER, Ueber einige russische Hemipteren. TETENS, Ueber 
ein neue Cwcw^ a-Raupe an Typha latifolia und iiber das Vorkommen 
einer Microlep.-raupe in einem Erdpilz. ID., Ueber das Vorkommen 
microscopischer Formenunterschiede der Fliigelschuppen in Correla 
tion mit Farbendifferenzen bei dichromen Lepidopterenarten (pi. vn). 
M. QUEDENFELDT, Chevrolatia Bonnairei (pi. v). KOLBE, Zum An- 
denken an W. Keferstein. M. QUEDENFELDT, Kleine coleopt. Mit- 
theilungen. KOLBE, Latzel s Myriopoden der osterr.-ungar. Mo- 
narchie . 

Bihang till Kongl. Svenska Vet.-Akad. Handlingar, tomes VI- VIII. 
Tome VI. BOVALLIUS, lanthe, a new genus of Isopoda (3 pi.). 



Seance du 12 aout 1885. GXLV 

Tome VII. HINDE, On Annelid remains from the Silurian strata 
of isle of Gotland (3 pi.). 

Tome VIII. AURIVILLIUS, Eine Anguillulide aus der Schneefauna 
Spitzbergens (1 pi.). 

Bulletin de la Socie te d etude des sciences naturelles de Nimes, 13 e annee 
(1885), n os 1-3. 

CLEMENT, Cat. des Coleopteres du departement du Gard. 

Bulletin de la Socie te Linne enne du nord de la France. 

Tome VII, n 139. Q 

Bulletino della Societa entomologica italiana, 17 e annee, l er et 2 e trim. 
(1882). ! pi. n. 

BARGAGLI, Rassegna biologica di Rincofori europei (suite). MAC- 
CHIATI, Flora degli Afidi dei dintorni di Cuneo (avec descr. d esp. 
nouv.). LUCIANI, Sulla vita latente degli ovuli del baco da seta. 
CAMERANO, Osservazioni intorno alia Neotenia negli Insetti. ID., Di 
ULi apparizione della Vanessa cardui nel 1883. BOLLES LEE, Nota 
intorno alia struttura intima dei balancieri dei Ditteri. TARGIONI 
TOZZETTI, Note sopra alcune Cocciniglie (Coccidei). BERLESE, Aca- 
rosum systematis specimen. ID., Di alcuni Acari del Museo di 
Firenze (1 pi. et descr. de 3 esp. nouv.). ID., Sopra alcuni Acari. 
OSTEN-SACKEN , Elenco delle pubblicaziono entomologiche di 
C. Rondani. "- TARGIONI TOZZETTI, Aggiunte alia nota sui Coccidi. 
Comptes rendus des seances de I Acade mie des sciences , tome CI, n os 3-5. 

J. CHATIN, Morphologic analytique et comparee de la machoire 
chez les Hymenopteres. 
Feuille des Jeunes Naturalises, 15 e annee, n 178. 

F. SPEATH, Une promenade entomologique a Salamine. 

Insekten-Borse, n 15. * 

Kongl. SvensJca Vet.-AJcad. Handlingar, vol. 18 (1880) et 19 (1881). 

Vol. 18. N 4, MAKLIN, Coleoptera insamlade under den Nor- 
denskioldska expeditionen 1875. 

Vol. 19. N 5, AURIVILLIUS, Recensio critica Lepidopterorum 
Musei Ludovicae Ulricae, quae descripsit Garolus a Linne (1 pi. col.). 
LefnadstecJcningar b fver K. Svenska Vet.-Akad, vol. 2, n 2. Q 

Memoires sur les Lepidopteres, rediges par N. M. Romanoff, tome II 
(1885), 16 pi. col. * 
ROMANOFF, Les Lepidopteres de la Transcaucasie (2 e partie). 

(1885) Bulletin de la Societo entomologique de France. 16 



CXLVI Bulletin entomologique. 

CHRISTOPH, Lepidoptera aus dem Achal-Tekke-Gebiete (2 e partie). 
HEYLAERTS, Descr. d un genre nouveau et d une espece nouvelle 
appartenant aux Cossina. ID., Psychides nouvelles ou moins con- 
nues de 1 empire russe. SNELLEN, Descr. d un nouveau genre de 
Pyralides. GHRISTOPH, Schmetterlinge aus Nord-Persien. ERSCHOFF, 
Verzeichniss von Schmetterlingen aus Central-Sibirien. GRUMM- 
GRSHIMAILA, Bericht iiber meine Reise in das Alai-Gebiet. 

Naturalista Siciliano (II), 4 e annee, n 11. 1 pi. col. 

RAGUSA, Cat. ragionato del Goleotteri di Sicilia (suite). ID., Ble- 
chrus confusus Ch. Bris. ID., Note lepidotterologiche (1 pi.). 
MILLIERE, Catalogue raisonne des Lepidopteres des Alpes-Maritimes 
(suite). 

Naturaliste (Le), 7 e annee, n os 14 et 15. * 

J. BOLIVAR, Diagnoses d Orthopteres nouveaux. 
Nouvelles : Variete rare de Limenilis Sybilla. Vitalite des larves 
de Calliphora. Callipta Oberthuri Fairm., Eumolpide de Barbaric. 
Harpalus foveicollis Delherm et Lema nigra Delherm, decrits du 
midi de la France. 

Ofversigt af K. Vet.-Akad. Forhandlingar, annees 1881-83. Q 

Proceedings of the Zoological Society of London 1884 (part. IV) et 1885 
(part. I). 

1884. A. BUTLER, On a collection of Lepidoptera made at or 
near Aden (pi. 46). C. SWINHOE, On Lepidoptera collected at Kur- 
rachee (pi. 47 et 48). 

1885. P. PELSENEER, On the coxal Glands of Mygale (pi. 2). 
B. FFINCH, Julodis Ffinchi Waterh. (fig. 1, p. 63). A. THOMSON, 
Silk-producing Bombyces. C. SWINHOE, On the Rhopalocera of 
Bombay and the Deccan (pi. 9). M. JACOBY, Descr. of the Phyto 
phagous Goleoptera of Japan, obtained by Mr. Lewis (pi. 11). 

BERG (C.), Quindecim Goleoptera nova Faunae Reipublicae Argentinae 
(Hydrophilidae Malacodermata). Broch. in-8 (extr. An. Soc. 
cient. Argent., tome XIX). * 

SCUDDER (S.). Nomenclator zoologicus (Supplemental List. -Universal In 
dex). Un vol. in-8, Washington, 1882-84 (Bull, of the U. S. National 
Museum, n 19). * 

ID. Notes on Mesozoic Cockroaches. Broch. in-8 (extr. Proceed, of 
Acad. of nat. sc. of Philadelphia, 1885). * L. BEDEL. 



Seance du 26 aout *1885. CXLVII 

Seance du G aout 1895. 

Presidence de M. EM.-L. RAGONOT. 

Lecture. M. J. Bourgeois depose sur le bureau un memoire intitule : 
Lycides nouveaux oupeu connus (6 e partie). 

Communications. M. Ed. Lefevre donne la description suivante d un 
nouveau genre de la famille des Eumolpides : 

TRIGLIONA. Corpus breviter oblong o-ovatum. Caput insertum, oculis 
magnis, parum convexis, approximates, intus emarginatis; epistomate 
fronts continuato. Antennx graciles, dimidio corpore breviores, articulo 3 
secundo fere duplo longiore, articulis 7 ultimis crassioribus. Prothorax 
transversus, modice convexus, lateribus utrinque subrotundatus, angulis 
anticis *cut et posticis extrorsum subacute productis. Prosternum sub- 
quadratum, fere planum, basi recte truncatum. Prothoracis episternum 
margine antico valde convexo. Pedes modice robusti, femoribus anticis 
medio incrassatis ibique subtm spina valida armatis, quatuor posticis 
subtus minus fortiter dentatis, tibiis quatuor posticis extus ante apicem 
emarginatis, unguiculis bifidis, 

Ce nouveau genre appartient au groupe des Typophorites. II vient se 
placer pres du genre Thyrasia etabli par M. Jacoby (Ann. Mus. civ. di 
Geneva, XX, 1884, p. 228) pour un insecte de la Nouvelle-Guinee, mais 
les crochets des tarses sont bifides et non appendicules. Je n en connais 
quo deux especes qui ont ete capturees par M. Deby, a Sumatra. 

1. T. FASCIATA. Breviter oblongo-ovalis, fulva, nitida, mandibulis 
antennisque apice nigris; capite Ixvi; prothorace sat dense punctulato ; 
elytris longitudinaliter substriato-punctatis (punctis ad latera majoribus, 
versus apicem autem multo minoribus, fere evanescentibusj singulo limbo 
laterali lato, fasciisque duabus latissimis (altera basali, altera pone me 
dium) nigris. Long. 4 mill.; lat. 2 mill. 

2. T. MGRO-MACULATA. Breviter oblongo-ovalis, subtus nigro-picea, 
supra cum pedibus fulva, mandibulis antennisque nigris ; capite Isevi; 
prothorace crebre punctato, lateribus utrinque nigro-limbato maculisque 
duabus magnis nigris notato; elytris regulariter substriato-punctatis, 
infra humeros evidenter transversim impressis, sutura, margine laterali 
utrinque anguste nigro-limbatis et in singulo vitta longitudinali media, 
a basi usque pone medium extensa, callum humeralem ipsum amplectente. 
nigra. Long. 4 mill.; lat. 2 mill. * 



CXLVIII Bulletin entomologique. 

M. J. Bourgeois communique la note suivante : 

Les auteurs du Catalogue de Munich (tome VI, p. 1630-1632) indiquent, 
comme ayant ete decrites par Chevrolat dans les Annales de la Societe 
entomologique de France pour 1869, plusieurs especes de Calopteron 
de Cuba et de Saint-Domingue, dont il n est fait aucune mention dans 
le volume cite. Justement intrigue de ce fait, M. le D r Dohrn (Stett. ent. 
Zeit., 1884, p. 404) demande si quelque entomologiste ne serait pas a 
meme de 1 eclairer sur ce point. Je me fais un plaisir de satisfaire a son 
desir. 

Le memoire de Chevrolat ou figurent les descriptions en question a 
ete, il est vrai, remis a la Societe entomologique en 1869 (seance du 
25 aout), mais sa publication n a eu lieu que dans le l er trimestre des 
Annales de 1870 (p. 67-78). C est sans doute d apres une communication ^ 
anticipee de 1 auteur, qui esperait peut-etre voir passer son travail en 
1869, que MM. Gemminger et de Harold ont inscrit ces especes dans! 
leur Catalogue; et, en effet, ils n indiquent de pagination pour aucune. 1 
Voici quelques notes synonymiques sur chacune d elles, suivant Fordre I 
ou elles sont citees dans le Catalogue allemand. On verra qu a rexcep-i 
tion d une seule (C. pectinicorne), elles sont toutes aujourd hui etrangeres ; 
au genre Calopteron. 

1. Calopteron denominatum Chevrol., Ann. Soc. ent. Fr., 1870, p. 74= 

militaris Dalm., in Sclionh., Syn. Ins., Append., p. 30 (sub Ly- \ 
cm). Appartient au genre Thonalmus Bourg. (Ann. Soc. ent. I 
Fr., 1883, p. 377). 

2. C. dominicatum (Cat. Miin., VI, p. 1631) = dominicense Chevrol., 

Ann. Soc. ent. Fr., 1870, p. 73. Appartient au genre Thonalmus 
(Bourg., loc. cit., p. 377). 

3. C. nigritarse Chevrol., Ann. Soc. ent. Fr., 1870, p. 77. Appartient 

au genre Thonalmus (Bourg., loc. cit., p. 379). 

4. C. pectinicorne Chevrol., Ann. Soc. ent. Fr., 1870, p. 74 (pecticornis 

par erreur). 

5. C. semiflavum Chevrol., Ann. Soc. ent. Fr., 1870, p. 78. M est in- 

connu, mais ne fait certainement pas partie du genre Calopteron. 
Enfin, dans le meme travail, Chevrolat decrit encore, sous le nom de 
C. albicolle, une espece etrangere aux Lycides et qui parait devoir etre 
rapportee a la tribu des Lampyrides. 

M. Em.-L. Ragonot, en remettant a la Societe le tirage a part d un 
memoire intitule : Revision of the British species of Phycitidae and Gal- 

II 



Seance du 26 aout 1885. CXLIX 

leridae, qu il a public dans V Entomologists Monthly Magazine de Londres, 
explique que dans cette revision des cinquante et une especes qui se 
trouvent en Angleterre, il a fait des rectifications synonymiques qui 
interessent tous ceux qui collectionnent les Phycitidae et Galleridae. 

Ainsi, le nom de Phycis, donne par Fabricius et qui a servi jusqu a 
present a designer la famille (les Phycidae), devra etre abandonne, parce 
qu il avail deja ete employe anterieurement dans la classification des 
Poissons; il accepte en remplacement celui de Phycita, propose par 
Curtis, et Papplique specialement comme nom de genre a la spissicella 
Fabr., comprise a tort jusqu ici dans le genre Nephopteryx Hb. La famille 
en general devra desormais etre designee sous le nom de Phycitidae 
Rag. 

Apres avoir examine 1 un apres 1 autre les genres crees par Hiibner, 
et qui constituent la base de la classification de Zeller, M. Ragonot res- 
titue a la Dioryctria abietella S. V. son nom plus exact de decuriella 
Hb. L Epischnia Farrella Curt. (Lafauryella Const.) devra porter le 
nom plus ancien de Boisduvaliella Guenee. L Acrobasis tumidella 
Zk., pouvant creer de la confusion comme nom avec la tumidana S. V. 
(rubrotibiella F.-R., Z., etc.) du meme genre, devra dorenavant etre 
designe sous le nom de Zelleri Rag. Le nom de Myelois cribrum S. V. 
devra etre remplace par celui de cribrella Hb. Trachonitis Pryerella 
Vaugh. et Myelois Zellerella Sorhagen. tombent en synonymes de la 
Myelois ceratoniae Z. L Homoeosoma senecionis Vaugh. n est autre chose 
que YHomoesoma cretacella Roessler. La Myelois (ouplutotRhodophaea) 
epelydella Z. devra porter le nom de marmorea Hw. L Ephestia pas- 
sulella Barrett est indiquee comme synonyme de la Eph. cahiritella Z. 
Le nom plus ancien de Eph. calidella Guenee remplace ceux de ficella 
Dgl. et xanthotricha Stgr. 

La confusion qui existait dans les especes Nephopteryx hostilis et Neph. 
rhenella Zk. et Pempelia adelphella F. R. est debrouillee. 

En outre, trois genres nouveaux sont crees : 

Hornigia, pour 1 espece connue sous le nom de Melissoblaptes anel- 
lus S. V.; 

Corcyra, pour la Melissoblaptes cephalonica Stt.; 

Heterographis, yourl Euzophera oblitellaZ., a laquelle sont rapportees 
en synonymic les Nephopteryx undulatella Clems, et Nephopteryx pro- 
priella Walker, du nord de 1 Amerique. 

Enfin, notre collegue partage les Phycites en deux sous-families : dans 
la premiere, les Phycitinae, il classe toutes les especes a trompe bien 



GL Bulletin entomologique. 

developpee, et dans la seconde, les Anerastinae, il met toutes les especes 
dont la trompe est nulle ou tres peu developpee. 

M. Ragonot ajoute que ce travail est un prodrome de sa Monographie 
en franc.ais des Phycilidae et Galleridae, dont quinze planches coloriees 
sont achevees ; le graveur s occupe des trois deraieres planches, conte- 
nant les details anatomiques. 

Le meme membre entretient la Societe de la decouverte qu il a 
faite, au commencement du mois d aout, de la chenille et du cocon de 
la Bucculatrix maritima Stt. sur les bords de la Dive, a Cabourg. En 
cet endroit, I Aster tripolium croit en grande abondance, et c est sur cette 
plante que vit la Bucculatrix maritima, espece de Tineite qui n avait 
pas encore ete signalee en France. 

La chenille vit d une fagon particuliere sur les feuilles grasses de la 
plante, et ses ravages sont tres apparents; elle creuse d abord des 
galeries assez courtes dans la feuille, puis, lorsqu elle devient presque 
adulte, elle vit a decouvert sous les feuilles, rongeant des trous ronds 
dans la feuille charnue, sans la traverser, laissant la partie posterieure 
de son corps a 1 exterieur ; elle change facilement de place et de feuille. 
Elle forme son cocon fusiforme, cotele, de soie blanche, de preference a 
1 extremite des feuilles de Car ex ou de Graminees. 

Sur environ 150 cocons recoltes en peu de temps, tellement ils etaient 
abondants, trois papillons seulement sont eclos, les autres cocons ne ren- 
fermant que des nymphes d Ichneumons, dont une espece aptere, d un 
aspect formiciforme, etait surtout commune. 

Notre collegue a recolte quelques chenilles et a obtenu plusieurs eclo- 
sions a la fin d aout ; la generation d avril doit etre plus feconde en 
insectes parfaits. M. Constant lui ecrit qu il a trouve la Bucculatrix 
maritima a Cannes tres communement, et son experience, quant a 1 edu- 
cation de cette espece, est semblable a la sienne. 

M. Em.-L. Ragonot remet egalement sur le bureau la description 
d une nouvelle espece de Phycite, de Ceylan : 

SALEBRIA MINUTELLA Rag. Envergure : 15 millim. Ailes supe- 
rieures etroites, un peu dilatees au sommet, d un gris ocrace marbre 
de noiratre, surtout dans 1 espace median. Lignes transversales de la 
couleur du fond, indistinctes, bordees de noiratre dans 1 espace median ; 
la premiere, placee avant le milieu de 1 aile, est presque droite et forme 
un angle assez prononce sur la nervure mediane ; la deuxieme ligne, 
plus oblique, est profondement echancree sur les deux plis et arrondie 
au milieu. Une tache noire sur le bord interne precede la premiere ligne. 



Seance du 26 aout i885. cu 

Points discoidaux noiratres, distincts. Points marginaux gros, noirs. 

Ailcs superieures gris brunatre avec une faible teinte pourpre, les 
nervures plus foncees. Palpes labiaux ascendants, recourbes, renfer- 
mant les palpes maxillaires en forme d aigrctte jaunatre. Antennes 
epaisses, aplaties, sinueuses vers la base, la touffe ordinaire d ecailles 
remplacee par des dents cornees et noires dans le sinus. 

Gctte petite espece obscure ressemble beaucoup a la mundalis Walker, 
de Java, mais la structure des antennes Ten distingue de suite et ne- 
cessitera probablement la creation d un genre special. 

M. G.-A. Poujade fait connaitre les descriptions de deux Lycenides 
nouvelles de la orovince de Mou-Pin (Thibet), decou verts par M. Pabbe 
A. David, et faisant partie des collections du Museum. 

1 LYCJ:NA MARGINATA Pouj. Envergure : de 21 a 23 millim. 
Male : dessus lilas fonce; ailes superieures ayant au bord externe une 
bordure brune, large de 2 millim. a 1 apex et allant en diminuant vers 
Tangle interne ; ailes inferieures a bord costal largement ombre de brun ; 
franges brunes, blanchissant a Pextremite. Dessous brun clair ; les quatre 
ailes ayant la tache discoidale ordinaire et bordees d une double serie 
de taches en chevron peu indiquees ; les superieures ont, un peu au-dela 
des deux tiers, une serie de cinq ou six points ocelles d un brun pale 
parallele au bord externe ; les inferieures possedent egalement une serie 
de sept ou huit points ocelles limitant parallelement au bord externe les 
deux tiers de Paile, sauf les deux premiers points qui sont recules jus- 
qu au milieu du bord costal ; deux ou trois taches pareilles occupent la 
base de Paile qui est sablee d argent verdatre. 

Femelle : dessus brun avec la base des quatre ailes saupoudree de 
bleu d outremer, dessous plus accentue que celui du male. 

Cette espece appartient au meme groupe que L. Lysimon Hubner. 

Decrite sur six males et une femelle. 

2 LYCJENA THIBETENSIS Pouj. Envergure : 29 millim. Male : 
dessus brun avec la base des ailes sablee de bleu d outremer brillant 
jusqu au-dela des deux tiers aux superieures, et sur la presque totalite 
des inferieures. 

Femelle : semblable, sauf la base des ailes qui est a peine saupoudree 
de bleu. 

Dessous brun clair marque comme chez L. marginata ; les taches dis,- 
co idales et les points sont noirs et a peine ocelles; ces derniers sont 
plus gros chez la femelle. 

Un male et une femelle. 



CLII Bulletin entomologique. 

Le meme membre signale la capture de la Sesia bembeciformis Hubn. 
faite dans une oseraie, en juillet dernier, a Tigery, pres Gorbeil (Seine- 
et-Oise), par 1 instituteur de la localite, M. Gallais. Cette espece, tres 
rare pour la France, a deja ete prise par M. Poujade dans la foret d Ar- 
mainyillers, en juillet 1873. 

Membre recu. M. Emile Renaut, place de la Prefecture, a Chaumont 
(Haute-Marne) (Le pidopteres d Europe), presente par M. P. Chretien. 
Gommissaires-rapporteurs : MM. G.-A. Poujade et J. Fallou. 

E. D. 



Bulletin bibliographique. 

Atti della reale Accademia del Lined, 282 e annee, 1884-85. Rendi- 

conti, vol. I, fasc. 18, Rome, 1885. Q 
Bijdragen tot de Dierkunde uitgegeven door het Genootschap Natura Artis 

Magistra te Amsterdam, 12 e Aflevering. Onderzoekingsten van de 

Willem Barents. 3 e Gedeelte. Amsterdam, 1885, pi. n. Q 
Bulletin of the Museum of Comparative Zoology at Harvard College, 

vol. XII, n 1. Cambridge, Mass, 1885, pi. Q 
Canadian Entomologist (The), vol. XVII, n 5, Lond., Ontar., mai 1885. 

D r H. A. HAGEN, Further Material concerning the Hessian Fly. 
R. GROTE, New List of the North American Dagger Moths (commen 
cement). 

Comptes rendus hebdomadaires des seances de VAcademie des sciences, 
tome CI, 2 e semestre 1885. N 6 (10 aout 1885). P. HALLEZ, Orien 
tation de 1 embryon et formation du cocon chez la Periplaneta orien- 
talis. N 7 (17 aotlt 1885). Q 

Entomologische Zeitung herausgegeben von der entomologiscJien Vereine 
zu Stettin, 45 e annee, 1884. 1 vol. in-8, 492 p., 2 pi. n. N os 1-3 
(janvier-mars). G. WEYMER, Exotische Lepidopteren, II (sp. nov., 
pi. i et H). C. A. DOHRN, Literatur : Verzeichniss der im Gebiete 
des Aller-Vereins zwischen Helmstedt und Magdeburg aufgef undenen 
Kafer, von M. Wahnschaffe ; Classification of the Coleoptera of North- 
America by J. L. Leconte and G. H. Horn. C. A. DOHRN, Exotisches 
(sp. nov.). LE MEME, Ein Rrief Humboldts mit Yor-unt Nachwort. 

C. PLOTZ, Die Hesperiinen-Gattung Ismene Sw. und ihre Arten 
(tabl. analyt.)- GUMPPENBERG, Auf dem Wendelstein, ein entomo- 
lochischer Ausflug. LE MEME, Epistola de Concilio Friburgensi. 



Seance du 26 aoilt 1885. GLIII 

H. T. STAINTON, Necrologie : Ph. Chr. Zeller. C. A. DOHRN, Be- 
richtigung. A. SPEYER, Zur Naturgeschichte der Cidaria frustata 
Tr. C. A. DOHRN, Rosenberg 3. LE MEME, Maikafer-Pech. 
LE MEME, Rede zur Feier des Stiftungsfestes am 4 November 1883. 
ROSSLER, Die Behandlung der fur Sammlungen bestimmten Smet- 
terlinge und Hire Erhaltung. G. A. DOHRN, Besprechung; Aufruf. 

N os 4-6 (avril-juin). G. A. DOHRN, Literatur : Classification of the 
Coleoptera of North-America by J. L. Leconte and H. Horn (suite et 
fin). M. JACOBY, Beschreibung neuer Phytophagen (sp. nov.). 
L. FAIRMAIRE, Coleopteres de Madagascar recueillis par Hildebrandt 
(sp. nov.). LE MEME, Supplement aux Coleopteres de Tripoli 
(annee 1883, p. 159). ROSSLER, Das Weibchen von Papilio Zal- 
moxis Hew. PLOTZ, Die Hesperiinem-Gattung Plastingia Butl. und 
ihre Arten (tabl. analyt.). LE MEME, Die Hesperiinem-Gattung 
Apaustus Hub. und. ihre Artten (tabl. analyt.). H. A. HAGEN, Ueber 
Termitenschaden. G. ALBERS, Ueber den Figulus anthracinus Klug 
und seine afrikanischen Verwandten. C. A. DOHRN, Auctions-Notiz. 
LE MEME, Exotisches (sp. nov.). M. JACOBY, Priostomus, nov. 
gen. (Halticinae). C. A. DOHRN, Unst, ein lepidopterischer Liicken- 
biisser. J. FAUST, Rhynchites Alliariae Payk. und ein neuer Rhyn- 
chites vom Amur. LE MEME, Ueber Polydrosus corruscus Germ, 
und ligurinus Gyll., Sch. STANDTFUSS, Lepidopterologisches (sp. 
nov.). LE MEME, Thesen. TEICH, Lepidopterologische Notizen aus 
Livland. J. FAUST, Uebersicht der Kaukasischen Meleus-Aneu (sp. 
nov.). SCHAUPP, Leconte s Necrolog (traduit de 1 anglais parKrieger). 
J. SGHILDE, Entomologische Erinnerungen gegen dieEntwicklungs- 
hypothese der Darwinianer. 

N os 7-9 (juillet-septembre). A. FUCHS, Macrolepidopteren des unte- 
ren Rheingaues und der angrenzenden Gerbirgslandschaft. PABST, 
Entwicklungschichte der Lasiacampa Lunigera und var. Lobulina 
Esp. HANDFUSS, Leucanitis BecJceri, nov. sp. L. FAIRMAIRE, 
Quelques Coleopteres madecasses (sp. nov.). C. A. DOHRN, Exo 
tisches (sp. nov.). PLOTZ, Die Hesperiinen-Gattung Thymelicus Hub. 
und ihre Arten (tabl. analyt.). LE MEME, Die Hesperiinen-Gattung 
Rutleria Kirby und ihre Arten. A. SRNKA , Exotische Notizen. 
0. STAUDINGER, Anatomische Bedenken gegen die Weiblichkeit von 
Papilio Zalmoxis Hew. LE MEME, Plusia BecJceri Stgr. var. italica 
Stgr., Calberlae Standf. C. A. DOHRN, Vier Briefe Pirazzoli s. 
LE MEME, Eine Lesefrucht. A. HOFFMANN, Gnophos Sordaria var. 

(1885) Bulletin de la Societe entomologique de France. 17 



CLIV Bulletin entomologique. 

mendicaria H. S. C. A. DOHRN, Erlebnisse eines todten Neusee- 
liinders. J. SCHILDE, Entomologische Erinnerungen gegen die Ent- 
wicklungshypothese der Darwinianer (suite). G. A. DOHRN, Relicta 
Zelleriana (notes posthumes de Zeller). LE MEME, Eine Lesefrucht. 
N os 10-12 (octobre-decembre). HOFFMANN, Lepidopteren von den 
Shetland-Inseln mit Notizen iiber das Vorkommen der Arten in an- 
deren nordischen Landern, auf nord-und mitteldeutschen Gebirgen 
und in den Schweizer Alpen. PLOTZ, Die Hesperiinen-Gattung 
Telesto Bsd. und ihre Arten (tabl. analyt.). LE MEME, Die Hespe 
riinen-Gattung Isoteinon Feld. und ihre Arten (tabl. analyt.). LE 
MEME, Die Hesperiinen-Gattung Carterocepkalus Led. und ihre Arten. 

LE MEME, Die Gattung Abantis Hopf. LE MEME, Die Gattung 
Cyclopides Hub. und ihre Arten (tabl. analyt.). J. SCHILDE, Biblio- 
graphie : Die Rhopalocera der Insel Nias, Beitrag zur Kenntnis des 
indo-malayischen Archipels von Nap. M. Khell. C. A. DOHRN, 
Bibliographic : Revision der amerikanischen Cucujidae nordlich von 
Mexiko, von Th. L. Casey. LE MEME, Exotisches (sp. nov.). 
LE MEME, Ein englisches Scharmutzel iiber Namenbildung mit Nach- 
wor t. L E MEME, Relicta Zelleriana (notes posthumes de Zeller ; 
suite). A. VON HOMEYER, Vorkommen und Verbreitung einiger 
Macro-Lepidopteren in Vorpommern und Riigen. C. A. DOHRN, 
Bibliographic : Neuere Publicationen iiber nordamerikanische Kafer 
von D r Horn. J. FAUST, Russiche Riisselkafer (nov. sp.). G. A. 
DOHRN, Guriosum n II. LE MEME, Ein Aufruf. S. ALPHERAKY, 
Berichtigung zu meinem Artikel iiber Colias in Jahrg. 1883, p. 488. 

D r A. SPEYER, Bibliographic : Memoires sur les Lepidopteres, re- 
diges par N. M. Romanoff, tome I. 



BOURGEOIS (J.). Diagnoses de Lycides nouveauxou peu connus, 5 e partie. 
Broch. in-8, 14 p. (Extr. Ann. Soc. ent. Fr., 1885, l er trimestre). * 

RAGONOT (E. L.). Revision of the British Species of Phycitidae and Gal- 
leridae. Br. in-8, 23 p. (Extr. The entomol. Monthly Mag., vol. XXII, 
1885). * 

J. B. 






Seance du 9 septembre 1885. CLV 

Seance du O septembre 1885. 
Presidence de M. ^DQUARD LEFEYRE, president de 1884. 

Correspondance. M. Em.-L. Ragonot ecrit qu etant indispose il ne 
peut, a son grand regret, assister a la seance, et il annonce : 

1 Qu il vient de recevoir une lettre de M. le Ministre de 1 agriculture, 
en date du l er septembre, Finformant qu une somme de 600 francs est 
mise a la disposition de la Societe entomologique de France, comme 
encouragement a ses travaux d entomologie appliquee pour Pannee 1885 ; 

2 Que la Societe entomologique de Londres vient d obtenir de la reine 
une chartre royale d incorporation , analogue a la reconnaissance d utilite 
publique franchise . cette chartre confere a la Societe anglaise le droit 
d acquerir, de recevoir des dons et des legs, de poursuivre ses debi- 
teurs, etc., et, en outre, donne aux membres de 1 Association le privi 
lege de s appeler confreres et de faire suivre leurs noms des initiales 
F. E. S., comme il est d usage en Angleterre. 

M. E. Renaut, de Chaumont (Haute-Marne), en remerciant la Societe 
de ce qu elle 1 a admis au nombre de ses membres, envoie sa photogra 
phic pour 1 un de nos albums. 

Lecture. M. Pierre Milliere adresse, par Fentremise de M. Ragonot, une 
notice sur des chenilles et des Lepidopteres nouveaux pour la Faune 
franchise (Zygoma Wagneri, Acidalia Eugeniata, Tinea Turatiella, etc.), 
travail accompagne d une planche coloriee. 

Communications. M. L. Fairmaire donne les descriptions de deux 
nouvelles especes de Goleopteres : 

1 GEBRIORHIPIS PICEIVENTRIS. Long. 18 mill. Oblongus, sat con- 
vexus, fuscus, sat nitidus, subtiliter brunneo-pubescens , sed longius 
brunneo-ciliatus, subtus cum pedibus piceo-rufescens, pectore pubescente, 
abdomine glabro, segmento 1 diluto, Issm, cseteris asperulis ; capite fere 
rugose punctato, antice brunneo-villoso, late impresso, summo linen tenui- 
ter elevata et late arcuata limitato, hand foveato, mandibulis palpisque 
piceis; antennis fuscis,flabellatis, flabellis testaceis, articulis longioribus; 
prothorace transverso, elytris paulo angustiore, lateribus ante medium 
antice convergentibus , basi obsolete sinuatis, margine postico utrinque 
valde simiato, angulis posticis acutis, retroversis, margine antico ar- 
cuato, angulis obtusissimis , dorso densissime tenuiter granulato, basi 
medio elevato et utrinque breviter oblique impresso ; scutello triangulari, 
acuto, coriaceo ; elytris apice tantum angustatis et utrinque fere truncate- 



CLVI Bulletin entomologique. 

rotundatis, dense punctatis, apicem versus vage striolatis, sutura et mar- 
gine externo anguste elevatis ; pectore femoribusque subtiliter asperulis, 
femoribus crassis, tibiis anterioribus sat brevibus, apice extus valde et 
arcuatim angulato, dentatis, apice calcaribus 3 paulo inxqualibus, leviter 
arcuatis validis armatis. 

Cochinchine. 

Se rapproche beaucoup du C. coronatus Chevr., provenant du meme 
pays ; mais ce dernier parait d une coloration moins foncee et moins uni- 
forme, 1 abdomen et les femurs sont d un jaune de poix, les segments 
ayant une etroite bordure apicale jaune; les antennes sont rousses ; les 
angles anterieurs du corselet sont rectangulaires et non obtusement 
arrondis, et les posterieurs sont accompagnes d une impression laterale 
oblongue qui n existe pas ici ; enfin Pabdomen et les pattes sont d un 
roux jaune, sauf les tarses noiratres. 

2 GALLYNTRA PAULSENII. Long. 10 a 14 mill. Oblonga, fusca, 
subopaca, costis etplicis nitidis, prothorace brevi, lateribus extus valde 
angulatis et postice valde sinuatis, wide fere hamato-angulatis, dorso 
media fortiter biplicato, spatio medio plicatulo, lateribus transversim 
plicatulis ; elytris oblongo-ovatis, medio leviter ampliatis, postice obtuse 
acuminatis, sutura et utrinque costa, ante apicem abbreviata, elevatis, 
costa externa intus undulata, spatiis subtiliter transversim plicatulis ad 
costam externam evidentius, parte epipleurali valde nitida; subtus valde 
nitida, pectore rugose punctato,prosterno apice planato, rotundato, abdo- 
mine basiplicato, femoribus subtus dense pallido-fulvescenle sericeo-pilosis, 
antennis albido-sericeis. 

Ge bel Heteromere, trouve aux environs de Quillota (Chili) par 
M. Paulsen, se rapproche beaucoup de la C. carbonaria Phil., mais sa 
forme est plus oblongue, plus attenuee en arriere, les angles lateraux 
du corselet sont plus saillants a cause de la sinuosite plus profonde des 
cotes en arriere, ce qui donne aux angles presque la forme d un cro 
chet, les elytres sont bien moins rugueuses, non ponctuees, la suture 
est saillante, et la partie epipleurale est lisse, tres brillante ; en outre, les 
femurs sont garnis en dessous de poils soyeux serres. 

M. J. Lichtenstein adresse la note suivante : 

Quelques proprietaires de Montpellier ont vu tout d un coup, apres 
les labours de juillet, leurs souches de vignes envahies par des chenilles 
de Noctuelles, vertes, avec trois bandes longitudinales brunes, qui ont 
devore toutes les feuilles des pampres sur d assez grandes etendues 



Seance du 9 septembre i885. CLVII 

(2 a 3,000 souches). Ayant rec.u plusieurs de ces chenilles vivantes, je 
les ai vues bientot se metamorphoser sous terre avec une etonnante 
rapidite (en hull ou dix jours), en petites chrysalides brunes qui m ont 
donne, apres autres huit ou dix jours, la petite Apamide : Laphygma 
exigua Hb. (Dup., VI, 75; Gn., I, 158; Berce, III, 73). Je dois cette 
determination a M. P. Chretien. Gette espece polyphage a du passer sur 
la vigne parce que la culture la privait de sa nourriture habituelle, qui 
paraitrait etre id les Amaranthus albus et retroflexus, plantes tres com 
munes dans nos vignobles. 

M. P. Chretien apres la lecture de la note de M. J. Lichtenstein, 
ajoute ce qui suit : 

La chenille de la Laphygma exigua a ete decrite et figuree par M. P. 
Milliere (Iconogr., II, p. 222 et pi. 75), qui lui trouva certains rapports 
de forme et de couleur avec quelques Orthosides. Moi-meme, de prime 
abord, j ai pris les chenilles que M. J. Lichtenstein avait eu 1 obligeance 
de m adresser pour de jeunes Hadena, et certes, il m eut ete impossible, 
je le reconnais, de voir en elles des Caradrina, genre dans lequel le 
Catalogue allemand a range Yexigua. En realite, c est, d apres Guenee, 
une Apamide. 

Les chenilles qui m etaient soumises n etaient point toutes de la meme 
grosseur ; il y en avait de quatre tailles differentes, qui, selon toute 
probabilite, representaient respectivement les 3 e , 4 e , 5 e et 6 e ages de 1 etat 
larvaire. 

Chenille du 3 e age, entitlement rase, d un vert jaunatre, region dor- 
sale paraissant plus foncee, a cause des mouchetures ou traits festonnes, 
d un vert sombre, dont elle est couverte, surtout dans 1 espace compris 
entre la sous-dorsale et la stigmatale ; les lignes dorsale et sous-dorsales 
fines, de la couleur du fond et liserees de vert sombre, stigmatale large 
et jaunatre ; le 2 e segment portc de chaque cote, au-dessus de la stigma 
tale, une tache irreguliere noire : cette tache est caracteristique ; trape- 
zoidaux indistincts ; stigmates jaune pale, cercles de noir, tete et pattes 
e cailleuses de la couleur du fond ; pattes membraneuses completes et 
egales. Cette chenille se retient a un fil en tombant. 

4 e age. Meme aspect que pre cedemment, a part la tete, qui est noire, 
brillante, avec quelques mouchetures claires, et 1 espace compris entre 
la sous-dorsale et la stigmatale, qui est beaucoup plus fonce, a cause des 
traits festonnes d un vert sombre plus epais ; la tache noire du 2 e seg 
ment bienHprononcee ; on voit, en outre, apres chaque stigmate, une 
petite tache blanche de forme arrondie. La chenille aime a se cacher 
sous les feuilles placees sur la terre ; elle ne cherche pas a monter. 



CLVIII Bulletin entomologique. 

Pour les autres ages, les 5 e et 6 e , je renvoie au travail parfait de 
M. Milliere cite plus haut. 

Des plantes basses de genres fort differents (Oseille, Laiteron, Liseron, 
Mercuriale, etc.) ont ete servies a ces chenilles : elles s en sont tres bien 
accommodees, elles les preferaient meme a la Vigne. Je dois ajouter 
qu elles ne consomment pas beaucoup. 

J ai vu deja bien des especes de chenilles, puisque ma collection de 
chenilles soufflees, commencee depuis si peu d annees, compte pres 
de 1,100 especes; mais je n en connais point qui croissent avec autant de 
rapidite. L e tat preparatoire a la mue dure a peine un jour, et, 1 age 
entier, pas meme trois jours : de sorte que, quinze ou seize jours apres 
sa sortie de Fo3uf, la chenille est a sa taille et prete a se chrysalider. 

M. J. Lichtenstein a note, comme on Fa vu plus haut, la duree de 
1 e tat de chrysalide : huit a dix jours ; a Boulogne, elle a ete de onze 
jours pleins. Si les autres etats, celui d insecte parfait et celui d oeuf, 
etaient en rapport avec les precedents, toutes les six semaines cette La- 
phygma devrait avoir une generation nouvelle ; mais il n en est rien, 
car ces deux derniers etats paraissent les plus longs en duree. 

L annee derniere, au mois de mai, je rec.us de M. Milliere une ponte 
de Laphygma exigua, que, malheureusement, je n eus pas 1 occasion de 
voir e clore. Ge ne fut pas sans surprise que j examinai ces ceufs si petits 
dont IQ diametre atteint a peine 1/3 de millimetre. Us sont spheriques, 
legerement aplatis aux deux poles (la forme qui a ete donnee a Fceuf 
tfexigua, Ann. Soc. ent. Fr., 1884, pi. 5, fig. 25, ne me parait pas bien 
exacte); leur surface presente de toutes petites depressions disposees en 
lignes longitudinales et formant des cotes nombreuses, 40 environ; 
enfin, ces oeufs pondus en petits amas reconverts d une bourre soyeuse 
analogue a celle qui entoure les pontes de plusieurs especes de Liparis 
et de Bombyx. De la me vint le desir de voir une exigua $ vivante afin 
de 1 examiner de pres. Le hasard m a bien servi : des chenilles de M. J. 
Lichteustein , que j avais laissees se chrysalider, il m est eclos une 
femelle. J allais la sacrilier pour la ponte, lorsque je m apergus que son 
abdomen etait a peine plus gros que celui du male. Me souvenant alors 
d avoir constate deja chez plusieurs femelles de Noctuelles que leur 
abdomen ne contenait aucun oauf forme a leur eclosion, je pensai que 
I exigua pouvait etre dans ce cas. Effectivement. J observai, en outre, 
que 1 extremite de Fabdomen etait garnie de nombreux poils soyeux gris 
et brunatres, tres fins, tres serres et se detachant Ires facilement. Tout 
s expliquait. 

II resulte done de ce qui vient d etre dit : 1 que la chenille de Vexi- 



Seance du 9 septembre 1885. CLIX 

gua, au moins durant ses premiers ages, doit probablement vivre en 
petite societe ; 2 qu elle est essentiellement polyphage et que, de plus, 
elle peut vivre dans son jeune age sur les arbres et les arbustes : elle 
est organisee pour cela ; 3 que Vexigua-imago n eclot pas insecte parfait 
dans le sens complet du mot : comme Rhod. Rhamni, certaines Lyce- 
nides, quelques Nymphalides et plusieurs Noctuelides, qui naissent 
ainsi, elle doit vivre en se nourrissant du sue des fleurs ou meme de la 
rosee (pascunt et rore cicadx), pendant un temps suffisant pour devenir 
apte aux fonctions ch reproduction (j estime ce temps a 20 jours envi 
ron); 4 que cette ponte recouverte de bourre, pour etre protegee contre 
les destructeurs sans doute, doit avoir une duree d incubation a peu 
pres egale (ce temps doit etre moins long pendant 1 ete); 5 que la duree 
de ses etats d insecte parfait et d oeuf s oppose a la trop grande multipli 
cation de cette espece et par suite aux dommages qu elle pourrait peut- 
etre occasionner a l agriculture. 

D apres les renseignements fournis sur cette chenille, il faudrait lui 
assignor trois generations par an : une de printemps, une d ete et une 
d automne. 

M. J. Lichtenstein a mis sous cloche de verre plusieurs sujets <5* et $ 
de Vex igua pour voir ce qu il en adviendrait : les papillons sont tous 
morts an bout de 10 jours sans s accoupler ni pondre. Le resultal de 
cette experience, quoique negatif, corrobore cependant dans une certaine 
mesure 1 opinion que j emets sur Vexigua-imago et sa ponte. 

II est inutile, apres ces considerations, de faire remarquer que le role 
de la bourre soyeuse qui recouvre les oeufs Yexigua n est assurement 
pas de les preserver du froid et de I hiimiditc, cornme on se plait tant a 
le dire et a le repeter pour des especes trop superficiellement observers. 
Cette opinion, selon moi, n est guere soutenable : j en ai fourni les 
preuves, comme on peut le voir encore dans deux notes parues dans 
le Naturalists des l er et 15 septembre courant. 

Selon Guenee, Yexigua ne devrait pas etre la seule espece a represen- 
ter en France le genre Laphygma, il faudrait y joindre la Caradrina 
cubicularis. II y a cependant entre elles deux des differences bien essen- 
tielles. On peut s en rendre compte en comparant les pontes, les che 
nilles et I abdomen de la femelle de ces deux especes. 

Enfin, la presence de Yexigua en si grande quantite aux environs de 
Montpellier doit etre rangee parmi ces apparitions plus ou moins perio- 
diques d especes qui se montrent subitement en grand nombre, puis 
deviennent tres rares ou disparaissent meme ; phenomene dont les causes 
ne sont pas bien connues. Uexigua, d ailleurs, n en est pas a son coup 



CLX Bulletin entomologique. 

d essai, car, en 1879, selon M. le D r Lafaury, elle fut si commune dans 
les Landes qu elle ravagea lous les mai s de la contree ; mais, depuis, elle 
n a plus ete revue. 

M. Henri Gadeau de Kerville adresse la note suivante : 

La science possede de nombreuses observations relatives a la presence 
de Gordius et de Mermis dans la cavite viscerale de differents Arthro- 
podes. Mais, en general, les noms specifiques de ces Nematodes ne sont 
indiques que d une maniere incertaine. Je ne crois done pas inutile de 
faire connaitre trois nouveaux exemples de ce parasitisme, d autant plus 
que les notes out ete rigoureusement determines , et les parasites soi- 
gneusement etudies par un specialiste, M. A. Villot, de Grenoble. 

1 J ai regu du Plantier (Gharente) un Lithobius forficatus L., $, qui 
presente un Gordius presque entitlement sorti de son corps, mais dont 
1 extremite caudale est encore engagee dans le tube digestif. M. Villot 
considere ce Nematode comme etant le Gordius emarginatus Villot, sans 
toutefois se prononcer d une maniere affirmative, car il n a pa& voulu 
extraire completement ce Gordius pour examiner son extremite caudale, 
ou se trouvent les caracteres distinctifs. La presence d un Gordius 
dans le corps d un Myriopode est, je crois, un fait entierement nou- 
veau. 

2 Mon excellent collegue de Rouen, M. H. Lhotte, m a donne deux 
Mermis qu il avait trouves, au mois de juin 1885, dans le tube digestif 
de deux chenilles adultes de Geometres, capturees dans la Seine-Infe- 
rieure. L un est le Mermis acuminata Siebold, provenant d une chenille 
A Ypsipetes sordidata Fab.; et 1 autre le Mermis nigrescens Dujardin (jeune 
individu), rencontre dans une chenille d Hybernia defoliaria L. 
M. Lhotte m a dit que c etait la premiere fois qu il observait des Mermis 
chez des chenilles, dont il a prepare des quantites considerables. 
E. D. 

Bulletin bibliographique. 

Atti della reale Accademia dei Lincei, 282 e annee, 1884-85. Rendiconti, 

vol. I, fasc. 19. Roma, 1885. Q 
Bulletin de I Acade mie imperiale des sciences de Saint-Peter sbourg. Tome 

XXIX, 1884. Feuilles 31 1/2-38. Tome XXX. Feuilles 1-1/2 10. 

Saint-Petersbourg, 1885. Q 

Bulletin de la Socie te imperiale des Naturalistes de Moscou. Annee 1884, 
n2. 



Seanr.fi rfu 9 septembre 1885. CLXI 

NO 3 _ y ON j)r B. DYBOWSKI. Neue Beitrage zur Kenntniss der 
Grustaceen-Fauna des Baikal-Sees. VON ALEX. BECKER. Reise nach 
Chans kaja Stafka und zum grossen Bogdoberg Beschreibung der 
Mylabris melanura - Larve ; Verhinderung der Wasserchen darch 
Cetonia aurata ; das Vorkommen verschiedener Insecten und Schmet- 
terlings varietaten. Moscou, 1885. 

Bulletin d Insectologie agricole, journal mensuel de la Societe centrale 
d Apiculture et d Insectologie, 10 e annec, 1885. N 6 (jum), PAUL 
GIRAUD. Les Pucerons des pechers. Seance du 20 mai. E. SA- 
VARD. L Aglia tau, du hetre. MAURICE GIRARD. La Trichie francaise 
et la Cicindele cbampetre (5 bois). E. SAVARD. Le Puceron du ble. 
N 7 (juillet). E. SAVARD. Le Prurigo du Rouget. MAURICE 
GIRARD. La Tordeuse verte. J. KUNCKEL D HERCULAIS. Abeilles 
solitaires et Megachile du Rosier (10 bois). Sericiculture en 1885; 
renseignements et mercuriales. Seance du 17 jum. BALBIANI. 
La Destruction de 1 oeuf d hiver du Phylloxera. MAURICE GIRARD. 
Le Grand Paon de nuit ; papillon et cocon. 

Bulletin of the Museum of Comparative Zoology, at Harvard College, 
vol. XI, n 11, avec 4 pi. Cambridge, July 1885. 

Comptes rendus hebdomadaires des seances de I Acade mie des sciences, 
2 C semestre 1884, t. XCIX. Tables. 2 e semestre 1885, t. CI, n os 8 
(24 aout) et 9 (31 aout). Q 

Feuille des Jeunes Naturalistes, 15 e annee, n 179 (l er septembre 1885). 
ETIENNE RABAUD. Chrysalide d Euchelia Jacobase. 

Horw Societatis entomologicae rossicae, variis sermonibus in rossia usita- 
tis editae, t. XVIII, 1884. N. CHAPOCHNIKOFF. Liste des Tenthredi- 
nides des environs de Lissino (en russe). V. CHIMBEVITSCH. Me 
tamorphoses du Systoechus nitidulus, parasite d un Orthoptere du 
genre Stauronotus (en russe). 0. RADOSSKOWSKY : 1 Quelques 
nouveaux Hymenopteres d Amerique (1 pi.); 2 Etudes hymenopte- 
rologiques; 3 Fourmis de Cayenne. N. POLETAJOFF. Sur les stem- 
mates etleur faculte de vision chez les Phryganides (1 pi.) (en russe). 
- VON W. v. HEDEMANN. Beitrage II, zur Schmetterlings-Fauna 
S^Petersburgs. VON D r F. MORAWITZ : 1 Anthidmm Christophi 
(nov. sp.); 2 Stelis ruficornis. A. SELIVANOFF. Myriapodes de 
Russie (en russe). J. PORTSCHINSKY : 1 Diptera europaa3 et asia- 
tica nova aut minus cognita ; 2 Sarcophilae Wohlfarhrti monogra- 
pliia (bois nombreux) (en russe). G. RYBAKOW : 1 Neue Kafer- 

(1885) Bulletin de la Societe eatoniologiqiie de France. 18 



CLXII Bulletin entomologique. 

Art aus Turkestan ; 2 Neue Gassida-Art von Ost-Sibirien (2 bois). 
VON W. JACOVIEFF. Hemiptera Heteroptera des Astrachanisehen 
gebietes (en russe). N. ERSCHOFF. Deux especes nouveiles de Rho- 
paloceres de 1 Asie centrale (Satyrus Wilkinsi et Abramovi) (en 
russe). 

Memoir es de I Acade mie impe riale des sciences de Saint-Peter sbourg, 
VIP serie, tome XXXII, n 13 (1884). Q 

Naturae JSovitates, 1885, n os 13 a 16 (juillet et aout). 

Naturalista Siciliano (II), 4 e annee, n 12 (septembre 1885). E. RA- 
GUSA : 1 Gatalogo ragionato dei Coleotteri di Sicilia (suite); 2 Note 
lepidotterologiche. P. MILLIERE. Catalogue raisonne des Lepi- 
dopteres des Alpes-Maritimes (2 e supplement). 

Naturaliste (Le), 7 e annee, n 16 (15 aout 1885). H. LUCAS. Nouvelle 
note sur YHypocephalus armatus (bois). 

N 17 (l er septeinbre 1885). P. CHRETIEN. Note sur rHeliophobus 
Lolii (popularis). 

Psyche, a Journal of Entomology, published by the Cambridge Entomo- 
local Club, vol. 4 e , n os 129-131. Jaguary-Marh, 1885. DIMMOCK 
(ANNA-KATHERINA). The Insects of Betula in North America. CO- 
QUILLET (DANIEL- WILLIAMS). Systematic Position of the Genus Apio- 
cera. SCUDDER (SAMUEL-HUBBARD). The Geological History of 
. Myriopods and Arachnides. The Double Role of the Sting of the 
Honey-Bee. HAZLEWOOD (F.-T.). Permanent Moating of Trachea? 
of Insects. Proceedings of Societies. Bibliographical Record, 
n os 3675-3787. Entomological Items. 

Revue des travaux scienlifiques, publie e par le Ministre de ^Instruction 
publique, tome V, n 4, 1885. E. 0. Analyse des travaux entomo- 
logiques. 

Socie te entomologique de Belgique. Comptes rendus des seances, serie HI, 
n os 59-60. (Assemblies generate et mensuelle du 5 juin 1885.) 
MATTHEWS. Deux Orthoperus nouveaux. HEYLAERTS (F.-J.-M.). 
Psychide nouvelle du genre Kophene. Communications diverses. 

N 61. (Assemblee mensuelle du 4 juillet 1885.) SHARP (D.). 
Note on the genus Plagythmisus Motsch. DUGES (D r ALFRED). Note 
sur les changements de noms en histoire naturelle. PREUDHOMME 
DE BORRE. Remarques au sujet d un travail de M. Scudder, intitule : 
Winged Insects from a paleontological point of viev, et observations 



Seances des 9 et 23 s<>ptembre 1885. CLXIII 

sur les changements apportes par les entomologistes americains dans 
la classification generale des Insectes. Communications diverses. 

BRAUER (D r FRIEDRICH). Off^.ies scrhreiben als antworth auf Herrn Baron 
Osten-Sacken s Critical Rewiew meiner arbeit iiber die Notacan- 
then. Wien, 1883. * 

DONCKIER DE DoNGEEL (H.). Liste des Sagrides, Criocerides, Clytrides, 
Megalopides, Cryptocephalides et Lamprosomides decrits posterieu- 
rement au Catalogue de MM. Gemminger et Von Harold (Extrait des 
Memoires de la Societe royale des sciences de Liege, 2 e serie, t. XL1). 
Bruxelles, 1885. * 

HALL (JAMES). Palaeontology. Lamellibranchiata. Monomyaria (Geological 
Survey of the State of New- York, vol. V, part. I). 1 vol. gr. in-4 
cartonne, avec 45 pi. lithogr. Albany, 1884. * Q 

LEFEVRE (Eo.). Exploration scientifique de la Tunisie. Liste des Coleo- 
pteres recueillis en 1883 par M. A. Letourneux. Paris, 1885. * 

SCUDDER (SAMUEL-H.). Dictyoneura and the allied Insects of the carbo 
niferous epoch, (nov. gen.) (Extrait des Proceedings of the American 
Academy of arts and sciences, 1884. * 

E. D. 



Seance tlu 3 septembre I8S5. 
Presidence de M. EM.-L. RAGONOT. 

Necrologie. M. L. Buquet annonce que M. Jean Wankowiez, qui ap- 
partenait a la Societe depuis 1865 , est decede a Minsk (Pologne), le 
8 aout dernier, dans sa 50 e annee. 

Lecture. M. Henri Gadeau de Kerville adresse, par 1 entremise du 
Secretaire, un memoire ayant pour litre : Evolution et Biologic des 
Bagous binodulus Herbst et Galerucella nympheae Linne. 

Communications. M. Argost, de Crest (Drome), transmet une note 
contenant la description d une nouvelle espece aveugle de Coleoptere 
de la division des Silphales : 

TROCHARANIS (Reitter) XAMBEUI Argod. Corps allonge, ovalaire, 
convexe, brim jaimatrc, convert d une pubescence soyeuse jaune dore. 
AnUiiincs grossissant legerement vers 1 extrcmite, un peu moins longues 



s 



CLXIV Bulletin entomolngiqne. 

que ie corps chez la ?, lo depassant insensiblement chez le c?; l er articlf 
plus court que les autres, rcnfle vers 1 extremite. Dernier article df 
palpes rnaxillaires pubescent et se torminant en inassue. Tete beaucoup 
rnoins longue que le prothorax; ce dernier est plus long que large chez 
le c?. il 1 est un peu moins chez la $. Cotes anterieurs du prothorax 
arrondis et rctrecis en dedans a la base qui est legerement aeuminee. 
La 2 e moitie posterieure du prothorax offre sur les cotes une fossette 
allongee bien marquee. Angles anterieurs legerement arrondis. Elytres 
oblongues-ovales attenuces vers 1 extremite et depassant souvent de 
beaucoup 1 abdomen, principalement chez les femelles. Strie suturale 
assez profonde, n allarit pas au-dela des trois quarts de la longueur des 
elytres, les suivantes tres peu marquees, nulles sur les cotes externes. 
Pattes pubescentes, tongues et greles, a 1 exception des tarses anterieurs 
du c? qui sont tres dilates ; l er article trapezoidal allonge, 2 e presque 
carre, 3 e arrondi en forme de disque, plus petit que le 2 e , lequel est 
plus etroit que le l cr ; 4 e triangulaire, beaucoup moins large que les 
precedents. Le 5% grele et tres allonge, se termine par un crochet bifide. 
Les quatre premiers articles sont echancres a la base. Long. 4,5 a 
4,7 millim. 

Cette espece, voisine du Trocharanis Mestrei Abeille, fait partie d un 
nouveau genre cree par M. Reitter dans Bestimmungs Tabellen der Eu- 
ropdischen Coleopteren, XII (1885), Necrophaga. 

J en ai capture une dizaine d exemplaires dans la grotte de Saint- 
Mesne (Isere). Je dedic cette espece a mon ami M. le capitaine 
Xambeu. 

M. G.-A. Poujade mentionne les fails suivants : 

1 L Attacus Cynthia Drury^devient de plus en plus polyphage, a tel 
point qu apres avoir etc considere comme insecte utile, ii menace de 
devenir un fleau pour les jardius. Cos jours derniers, M. Verlot, chef 
de 1 Ecole de botanique du Museum, me fit voir des plantes de families 
diffcrentes^sur lesquelles ont ete trouvees un certain nombre de chenilles 
de ce Lepidoptere qui, en depit d^s facultes qu on leur a pretees de 
discerner les affinites botaniques, s en nourrissaient parfaitement. Ges 
plantes etaient : Laurus camphora, Elwodendron orientate et deux ou 
trois especes de Rhus, du Cap. Enfin, M. Verlot a vu, dans un autre 
jardin, YAcer pseudoplatanus devore egalement par cet iusecte. 

2 J ai parle dernierement des chrysalides ftEndromis versicolor, 
Sesia, Cossm, etc., qui, au moyen des mouvements des arceatix abdo- 
minaux, montent a la surface des matieres ou elles sont renfermees 



flu SS&eptembfe /<v<sv>, CLXV 

pour faciliter 1 eclosion du papillon; chcz d autres, au contrairc, c est lo 
l)apillon lui-meme qui, pour sortir, se fraye un passage au milieu de 
la terre. G est ce que j ai constatp pour \^ Sphinx convolvuli, ligustri et 
Achet ontia Atropos. Les chenilles de ces Lepidopteres s enfoncent assez 
profondement en terre et s y construisent une loge plus longue que ne 
sera la chrysalide ; les parois de cette cavitc ne sont pas garnies de soie, 
mais seulement comprimees et peut-etre consolidees a 1 aide d un fluide 
visqueux. Le papillon sort de la sans entrainer sa chrysalide et chemine 
jusqu au dehors, probablement par le meme endroit ou la chenille est 
entree. II est curieux de voir sortir de terre le Sphinx convolvuli avec 
sa longue trompe qu il tient etendue de toute sa longueur jusqu a ce 
qu il ait trouve un endroit pour grimper et faciliter raccroissement de 
ses ailes. 

3 Jusqu a present, les epoques de : la journee pendant lesquelles 
eclosent les Lepidopteres ont ete peu mentionnees, et beaucoup eclosent 
a toutes les heures du jour, etant probablement assujettis a la tempera 
ture. J ai constate pour une soixantaine d individus que la Catocala 
fraxini eclot, du moins en captivite, entre neuf et onze heures du soir, 
a fort peu d exceptions pres, et, en tous cas, la nuit. 

M. J.-M.-F. Bigot presente les diagnoses de deux genres nouveaux 
de Dipteres appartenant a la famille des Ortalidx : 

Genre TERETRURA (TspeTpov oupa) (nov. mihi). c?. Angusta, 
glabra. Fronte lata et conice prominula, ad apicem antennas gwente, 
fade valde oUiqua, plana; antennis modice elongatis, segmento 3 fere 
orbiculato et 2 subwquali, chssto nudo ; haustello brevi, palpis paulu- 
lum dilatatis; oculis rotundatis facie et fronte nudis, vertice macro- 
chxtis aliquibus utrinque gerente; genis subtus angustatis, retrorsum 
paullo dilatatis; scutello macrochtetis sex instructo ; calyptris oblite- 
ratis, haltenbus longis; abdomine depresso, satis angustato , oviducto, 
abdomine bis longiore, lato, apice truncato, et superne longitudinaliter 
profunde canaliculate ; pedibus longis, gracilibus, nudis, coxis anticis 
elongatis; alis longis, costa hand spinosula, vena longitudinali 2 A brevis- 
sime spinosula, cellula anali inferne par urn acuminata; clypeo thomcico 
macrochwtis paucis utrinque munito. 

T. FLAVEOLA c? (nov. mihi). Long, (prater oviductum) 8 mill.; 
oviduct. 6 mill. Pallide fulva, oculis et haustello nigris, palpis pallide 
flams, nh nlis, utrinque, linea fusca M.S//W nd wijinhi dtictu; 
fuscano; alis pallide flavis. 

Chili. 1 specim., ex mus. nostro. 



CLXVI Bulletin entomologique. 

Genre STICTOMYIA (aity.; puia) (nov. mihi). d*, ?. Generis 
PlalystomsB (Auctor.) vieinum. Capite paullo disciformi, fronte lata,parum 
superne concava; genis infer.ne valde dilatatis ; facie recta, bi-callosa, 
buccula parva ; palpis latis, labris parum dilatatis ; vertice macrochtetis 
sparsis utrinquevix usque ad medium frontis instructo; pedibus nudis, 
incrassatis^ seta tibiali prxapicali parva; calyptris minutis; antennis 
fere sub ocularibus, capite multum longioribus, segmentis duobus primis 
minimis, 3 elongato, angusto, epistomate superanle, chxto basali longo 
et basi brevissime tomentoso, oviducto paullo elongato, depresso, basi dila- 
tato, apice angusto ; alls vena prima longitudinali (Rondani) sursum 
incurva, secunda brevi et pariter forte incurvata, cum prima, vena parva, 
interposita et obliqua, juncta, hand perspicue spinulosis, 3 d , cum 2*, 
vena quadam parva obliqua, similiter juncta, ante apicem alte terminata, 
transversali externa versus medium cellule discoidalis posita, transver- 
sali interna leniter sinuosa, hand obliqua, et, apice quintx transversa- 
que externa, fere xquidistante, cellula anali basi dilatata et convexa, 
postea concava, apice valde acuminata, vena anali usque ad marginem 
alx ducta, costa paullo spinosula. 

S. LONGICORNIS c?, ? (nov. mihi). Long. 5 mill. Nigro opaco; 
facie flavo obscuro pruinosa, maculis rotundatis, nigris, nitidis, sub- 
radicem antennarum locatis ; fronte nigra, similiter tincta, nigro punc- 
tulata, prxterea punctis sex nigris notata, genis cinereis, punctulatis ; 
thorace sordide cinerascente, vittis duo obsoletis obscurioribus, et, omnino 
fusco punctulato, pleuris similitei* pictis; halteribus testaceis, calyptris 
fuscanis ; abdomine nigro, obscure granato ; $, oviducto nigro ; pedibus 
nigris, femoribus cinereo pruinosis, nigro punctulatis ; tibiis intermediis 
et posticis flavo pallido bis annulatis, tarsis nigris, metatarsis elongatis, 
pallide testaceis et albido pruinosis; alts obscure cinefeis, nigro-fusco, 
externe, satis late limbatis, et, undique, albido punctulalis. 

Mexique. 8 specim., ex mus. nostro. 

M. Henri Gadeau de Kerville adresse la lettre suivante : 

Ayant assiste au dernier Gongres de FAssociation frangaise pour 
1 Avancement des Sciences, ftenu a Grenoble du 12 au 20 aout 1885, j ai 
pense qu il serait peut-etre utile d indiquer aux inernbres de notre 
Societe les travaux relatifs a rEntornologie, que Ton a communiques a 
la Section de Zoologie, dont j etais le secretaire. Voici les analyses, aussi 
breves que possible, de ces differents travaux : 

1 M. Felix Plateau, professeur a TUniversite de Gand (Belgique), a 



Seance du f3 septembre 1885. GLXVII 

fait connaitre les tres interossants resultats de ses experiences sur le 
role des palpes chez les Myriopod/is et les Arachnides, experiences d ou 
il conclut, comme il 1 avait deja fait dans 1111 memoire sur le role des 
palpes des Insectes broyeurs, public dans le Bulletin de la Societe zoo- 
logique de France (aim. 1885, p. 67) : quo les palpes des Articules 
maxilles restent inactifs pendant la manducation, que leur suppression 
n empeche pas ces animaux de trouver leur nourriture et de manger 
d une fac.on normale, et qu ils doivent etre ranges dans la categoric des 
organes conserves par atavisme, mais devenus inutiles. 

Le meme naturaliste a parle des recherches experimentales qu il a 
entreprises sur la vision des Insectes, afin de savoir si ces animaux dis- 
tinguent la forme des objets. Des experiences multiples et ingcnieuses, 
faites sur un grand nombre d Insectes de differents ordres, 1 ont amene 
a conclure que les Insectes munis d yeux composes ne distinguent pas 
ou distinguent tres mal la forme des objets, resultat qui s accorde bien 
avec les recherches theoriques de Sig. Exner, publiees en 1855. 

2 M. A. Sabatier, professeur a la Faculte des Sciences de Montpellier, 
a expose les resultats de ses savantes recherches sur la spermatogenese 
chez les Crustaces Decapodes, et sur les cellules nutritives de 1 ovaire . 
des Insectes. Puis, a propos d une communication de M. Emile Yung 
sur la cause de la sexualite chez les larves de Grenouilles, il a fait 
savoir qu il avail entrepris, relativement au meme sujet, une serie d ex- 
periences sur les Vers a soie, experiences qu il se propose de continue!*, 
et dont il publiera les resultats ulterieurement. 

3 M. V. Lemoine, professeur a 1 Ecole de Medecine de Reims, a 
donne de nombreux et interessants details sur 1 Aspidiotus du Laurier- 
rose (Aspidiotus nerii Bouche) et sur le Phylloxera du Chene a fleurs 
sessiles (Phylloxera punctata Licht.), qu il a completement etudies au 
triple point de vue anatomique, physiologique et biologique. En outre, 
M. Lemoine a fait passer sous les yeux des membres de la Section une 
importante serie de dessins, representant les diverses formes de ces deux 
Hemipteres, a tous les etats de leur developpement. 

4 M. G. Garlet, professeur de Zoologie a la Faculte des Sciences de 
Grenoble, a indique, dans une interessante communication, les resultats 
de ses recherches experimentales sur le venin des Hymenopteres, sur 
ses organes secreteurs, et sur le mecanisme de son expulsion. 

5 M. H. Beauregard, aide-naturaliste au Museum d Histoire naturelle 
de Paris, a fait connaitre quelques particularites du developpement de 
la Cantharide officinaie, dont il a pu suivre 1 evolution dans ses trois 



CLXVIII 

phases bien distinctes, designees par lui sous les noms de phases estivale, 
hibernate et printaniere. 

6 M. H. Nicolas, d Avignon, a cite plusieurs fails relatifs a 1 arret 
complet de developpement de la larve . a 1 instinct, et au parasitisme, 
chez les Hymenopteres. 

7 Enfm, j ai moi-meme indique, dans une communication sur la 
Faune generate de la Seine et de son embouchure, les Arthropodes les 
plus interessants que j ai recueillis jusqu alors dans ce fleuve, entre 
Rouen et le Havre. 

E. D. 



Bulletin bibliographique. 

Comptes rendus hebdomadaires des seances de I Academic des sciences, 
2 e semestre 1885, tome CI, n 10 (7 septembre). G. VIGUIER. Sur 
les Annelides pelasgiques de la baie d Alger. N 11 (14 sep 
tembre. Q 

Entomologist s Monthly Magazine (The), vol. XXXII, n 254 (juillet 1885). 
- E.-L. RAGONOT. Revision of the Rritish species of Phycitidae and 
Galleridae (suite). REW. W. W. FOWLER. The Nitidulidae of Great 
Britain (suite). 0. M. REUTER. The European species of the Cli- 
nocoris Halm, Stal (avec bois). W. H. R. FLETCHER. Description 
of new species of Lithocolletis bred from birch. A male Locust 
devoured by a female. W. L. DISTANT. Note on the Lepidopterous 
genus Doleschallia. Note on a strange food of the larva of Ephestia 

elutella. Variety of Melanippe fluctuate. Eudorea angustea locally 
double broodel. Glycipterix oculatella bred. The Entomology of 
Turkistau. Bercea pullata and Crunoecia irrorata bred. Tachys 
parvulus Dej. a species now to Britain. Note on Synchita juglandia 
and S. mediolanensis , Hydradophaga in salt water. Goleoptera 
found in salt water. Coleoptera on Snowdon. P. CAMERON. A sy 
nopsis of the British species of Gimbicidina, Hylotomina, Lophyrina, 
and Lydina (commencement). 

N 255 (aout 1885). P. CAMERON. A synopsis of the British spe 
cies of Cimbicidina, Hylotomina, Lophyrina and Lydina (suite). 
E. L. RAGONOT. Revision of the British species of Phycitidae and 
Galleridae, and synonymic list of the Britisli species of Phycitidae 
ant Galleridae. ARTHUR-G. BUTLER. On the true type of the Ly- 
caenid genus Pentila.\\ T .-L. DISTANT. Description of a new species 



Seance du 23 septembre 1883. CLXIX 

of Cicadidae from Buenos-Ayres (Proarna capistrata). Coleoptera 
in the Isla of Wight. Aga^.nthia lineatocollis Don. near Lincoln. 
Acidota cruentata Mann at Ghiswick. JEgialia rufa Fab. 
Note on Scolytus pruni Ratz. and some attendants. Description of 
the larva of Hadena satura. What is the true Chrysophanus Hip- 
pothae of Linneus ?. On the occurrence in Britain of Ornix fagi- 
vora and Nepticula Nylandriella, two species probably new to our 
Fauna. On the occurrence of Trifurcula pallidella near St. Albans, 
Herts. On the Iarwa3 of Coccyx tseduna and Euchromia flammeana 
and arbutana. Note on a new food plant of Coleophora lineolea. 
Coleophora vibicigerella bred. Lepidostoma hirtum bred. Note 
on the genus Achorotile Fieb. Plusia chrysitis with supposed fun 
goid growths on the head. REV. W.-W. FOWLER. The Niliduiidae 
of Great Britain (suite). 

N 256 (septembre 1885). REV. W. W. FOWLER. The Nitidulidae 
of Great Britain (suite). E.MEYRICK. An Ascent of Mount Kosciusko. 
P. CAMERON. A synopsis of the British species of Cimbicidina, Hy- 
lotomina, Lophyrina and Lydina (suite). J. J. WALKER. Notes on 
Goleoptera at Brandon, Suffolk. Aldora quadrifasciata, and other 
Goleoptera in Kent. Goleoptera at Tonbridge. Goleoptera on 
Snowdon. Goleoptera in Thanet. Stenolophus Skrimshiramis at 
Lewisham. Chcerocampa nerii at Hartlepool. Tinea picarella 
bred. Prolongation of Lise in the Puppe of Lycsena solas. What 
is the true Crysophanus Hippothoe of Linneus ?. The home of Ci- 
daria reticulata. Ochsenheimeria vacculella. Assembling of Bu- 
talis senescens. Cordulia arctica Zett. in the Schwarzvald (Baden). 

A great swarm of Hydropsyche instabilis Curt, in Invernen-shire. 

Dead Humble-bees under Lime trees. J. 0. WESTWOOD. Obi 
tuary : Henry Milne-Edwards. 

Naturaliste (k), 7 e annee, n 18 (15 septembre 1855). P. CHRETIEN. 
Note sur les oeufs hivernants des Lepidopteres. L. OUSTANT. Lepi 
dopteres nouveaux d Algerie (Lycsena Theophrastes, Satyrus Fidia 
var. albonervosa , Vanessa polychloros var. erythromelas). GH. 
ROYER. Varietes chez les Lepidopteres. ETIENNE RABAUD. Accou- 
plement des Vanesses d especes differentes et du resultat de cet 
accouplement. A. DE BORMANS. Materiaux sur la Faune de Tunisie. 
Orthopteres. 

Nouvelles Archives du Museum d histoire naturelle, 2 e serie. Tome VI, 

(1885) Bulletin de la Societo entoinologique de France. 19 



CLXX Bulletin entomologique. 

l er et 2 e fascicules, 21 planches, 1883-1884. Tome VII, l er et 2 e fas 
cicules, 21 planches, 1884-1885. 4 vol. gr. in-8, offerts par le Minis- 
tere de Finstruction publique. Q 

Tijdschrift voor Entomologie uitgegeben voor de Nederlandsche Entomolo- 
gische Vereeniging onder redactie Van Hasselt, Wulp et Everts. = 
Jaargang, 1884-1885. Eersl et Twede Alfevering. 1 Verslag. Di- 
verses remarques entomologiques. 2 Memotres. P.-C.-T. SNELLEN et 
D r VAN LEEUWEN JR. Beschrijving van vier nieuwe soorten (Teino- 
pyga hamaeta, Potamophora Schlegelli, P. Hagenii, Pinacia pupilla- 
lis) (1 pi. col.). P.-G.-T. SNELLEN. Lagoptera bivirgata. LE MEME. 
Lepidoptem van Celebes verzameld door Piepers (Tineina) nov. gen. 
et sp. (3 pi. col.). A.-J.-F. FOKKER. Gatalogus der in Nederland 
voorkomeade Hemiptera eerste gedelte Hemiptera Heteroptera (suite), 
Capsidae et Antlwcaridae. VAN DER WULP. Exotische Diptera 
Eenige uitlandsche Nemocera (nov. sp.) (Ipl. col.). A.-W.-M. VAN 
HASSELT. Pelecodon of Calommata (Arachnides) (1 pi. col.). Sgra- 
venhage, 1885. 

Transactions of the American Entomological Society, and Proceedings of 
the Entomological section of the Academy of Natural Sciences. Phila- 
delphie. 

Vol. XI, 1884, n I. WILLISTON (D r S.-W.). On the North Ame- 
can Asilidae (Dasypogoninae, Laphrinae), with a new genus of Syr- 
phinae (2 pi.). EHLERS (W.). Descriptions of new blind Bembidii 
(Petrocharis nov. gen.). AARON (S. FRANK). Description of new 
Psocidae in the collection of the American Entomological Society 
(1 pi.). SMITH (JoHN-B.). Synopsis of the Apionidae of North Ame 
rican (1 pi.). CASEY (THOS.-L.). Revision of the Cucujidae of Ame 
rican North of Mexico (5 pl.)-= Vol. XI, n II. MATTEWS (REV. A.). 
Synopsis of North American Trichopterygidae. HORN (GEORGE-H.). 
Notes on the Species of Anomala inhabiting the United States. LE 
MEME. Synopsis of the United States species of Notoxus and Mecyno- 
tarsus. LE MEME. Synopsis of the Philonthi of Boreal America. = 
Vol. XI, n os III et IV. EDWARDS (W.-H.). Revised Catalogue of the 
Diurnal Lepidoptera of American North of Mexico. - - SCUDDER 
(SAMUEL-H.). A Biographical Sketch of D r John Lawrence Le Conte 
(portrait). Proceedings septembre 1883-decembre 1884. 

Vol. XII, 1885, n I. LEGONTE (JoHN.-L.). Short studies of North 
American Coleoptera (n 2 e ). HORN (GEORGES-H.). A study of some 
genera of Elateridae of North American. - - WILLISTON (S.-W.). On 



Seance du 23 septembre 1885. CLXXI 

the North American Asilid^. SMITH (JoHN-B.). Notes on the syste- 
. matic position of some North American Lepidoptera (1 pi.). HORN 
(GEORGES-H.). A study of the species of Gryptobium of North Ame 
rican (2 pi.). LE MEME. Studies among the Meloidae (commence 
ment). 

Verhandlungen der Kaiserlich-Kdniglichen Zoologisch-Botanichen Gesells- 
chaft in Wien. Herausgegeben von der Gesellschaft. 

Jahrgang 1883, XXXIII Band. (21 pi.). Wien, Mars 1884. 1 Sit- 
zungberichte. KRAUSS (D r H.). Troglophilus cavicola. BRAUER 
(D r F.). Hirmoneum obscura. LE MEME. Colias marocana (Lep., 
nov. sp.) et Doratopteryx (Libell., nov. gen.) afra (2 bois). 2 Ab- 
handlungen. NORNER (D r G.). Beitrag zur Kenntniss der Milbenfa- 
milie der Dermaleichiden (sp. nov. gen. Dimorphw, Crameria et 
Pterocolus) (2 pi.). DRASCHE (D r RICHARD v.). Revision der in der 
Nematoden-Sammlung des k. k. Zoologischen Hofcabiuetes beflnd- 
lichen Original-Exemplare Diesing s und Holm s (7 pi.). MIK 
(JOSEF). Dipterologische Bemerkungen. KRAUSS (D r HERMANN). 
Neuer Beitrag zur.Orthopteren-Fauna Tirols mit Beschreibung zweier 
neuer Pezotettix-Arten (3 bois). HANDLIRSCH (ADAM). Beitriige zur 
Biologic der Dipteren (4 bois). BRUNNER V. WATTENWYI (G.). Ueber 
hypertelische Nachahmungen bei den Orthopteren (1 pi.). MIK 
(JOSEF). Fiinf neue osterreichiche Dipteren (4 bois). MILLER (LUD- 
WIG). Neue Goleopteren aus Griechenland. MOSCHER (H.-B.). 
Beitriige zur Schmetterlings-Fauna des Kaffernlandes (nov. gen. et 
sp.) (1 pi.). DRASCHE- WARTINBERG (FREIHERRN D r RICHARD). Nema- 
toden aus Testudo graeca (1 pi.). KOHL (FRANZ FRIEDRICH). Neue Hy- 
menopteren in den Sammlungen des k. k. zoolog. Gabinetes zu Wien 
(2 pi.). REITTER (EDMOND). Beitrage zur Pselaphiden und Scyd- 
maeniden-Fauna von Java und Borneo (1 pi.). GANGLBAUER (Luo- 
WIG). Bestimmungs Tabellen der europa ischen Goleopteren, VHI, 
Cerambicidae. NORNER (D r C.). Einiges iiber Gheletiden (2 bois). 
KEYSERLING (EUGEN GRAF). Neue Spinen aus Amerika, V, 1 (1 pi.). 

Jahrgang 1884, XXXIV Band. Voir page xcvin. 

Jahrkang 1885, XXXV, Band. I, Halbjahr (15 v\.).Abhandlungen. 
MIK (JOSEF). Cecidomyia Beckiana, nov. sp. auf Inula Conyza D. G. 
(1 pi. et 4 bois). MAYR (D r GUSTAV). Feigeninsecten (3 pi.). 
SCHLERTTERER (AUGUST). Die Hymenopteren-Gattung Gasterruption 
Latr. (Foenus Aut.) (1 pi.). MIK (JOSEF). Einige dipterologische 



CLXXII Bulletin entomologique. 

Bemerkungen. Low (PAUL). Beitrage zur Kenntniss der Cicadinen. 
BERG (C.)- Ueber die Lepidopteren-Gattund Laora Walk. 

CURO (ANTONIO). Saggio di un Gatalogo del Lepidotteri d ltalia. Parte 
prima. Rhopalocera et Heterocera (Sphinges elBombyces).FirQnze, 
1885. * 

HERVE. Catalogue des Coleopteres du Finistere. Serie I (Garabiques et 

Hydrocanthares). Morlaix, 1885. * 
PREUDHOMME DE BORRE (ALFRED). Materiaux pour la Faune du Hainaut. 

2 e et 3 e Centuries (Garabiques et Hydrocanthares). Bruxelles, 

1885. * 

E. D. 



Seance du 14 octobre 

Pr6sidence de M. &a.-L. RAGONOT. 

Son Altesse imperiale le grand-due Nicolas Mikhailovitch, de Saint- 
Petersbourg, M. Edouard Brabant, d Escoudoauvre (Nord), membres de 
la Societe, et M. le D r Gustave Sievers, de Saint-Petersbourg, assistent 
a la seance. 

Ne er ologie. M. le President fait part du deces de M. Robin en ces 
termes : 

J ai le vif regret d annoncer a la Societe le deces de notre eminent 
collegue M. le D r Charles Robin, senateur, membre de 1 Institut, de 
1 Academic de medecine, etc. M. Robin a succombe a une attaque 
d apoplexie foudroyante, a Jasseron, departement de FAin, ou ont eu lieu 
ses obseques. Notre collegue, regu membre en 1849, etail tres attache a 
notro Societe, quoiqu il n ait public qu un petit nombre de memoires 
dans nos Annales. En Entomologie, il s occupait principalement des 
Acariens et Parasites de rhomme et des animaux. Je crois etre 1 in- 
terprete de la Societe en adressant a la famille et aux amis de M. Robin 
1 expression de nos regrets les plus sympathiques. 

Apres avoir entendu cette communication, la Societe, a runanimite 
des voix , prie M. le D r Al. Laboulbene de nous donner pour les Annales 
une notice sur notre savant collegue. 



Seance du 14 octobre 1885. CL xxm 

M. le Secretaire fait egalement connaitre la mort do quatre autres 
de nos collegues : 

1 M. Ducoudre, inspecteur d Academie, membre de la Societe depuis 
1864, decede a Angers (Maine-et-Loire), le 26 avril dernier; 

2 M. Charles Lambin, officier d instruction publique, admis aii nombre 
de nos membres en 1870, decede a Paris, le 8 octobre, a 1 age de 63 ans ; 

3 M. Antonio de Lacerda, de Bahia (Bresil), rec.u en 1857, decede, a 
1 age de 51 ans, aii commencement du mois d aout; 

4 M. Gabriel Tappes, qui appartenait a la Societe depuis 1856, decede 
le 27 septembre dernier, a Batignolles-Paris, dans sa soixante-dixieme 
annee. 

Lecture. M. C.-G. Thomson, de Lund (Suede), Tun de nos membres 
honoraires, adresse un memoire intitule : Notes hymenopterologiques, 
2 e partie (genre Mesochonts}. 

Communications. M. Rene Goblet, ministre de 1 instruction publique, 
des beaux-arts et des cultes, envoie le programme du Gongres des 
Societes savantes qui se tiendra a la Sorbonne en 1886. Dans la section 
des sciences naturelles et des sciences geographiques, les questions a 
trailer, relativement a 1 Entomologie, sont les suivantes : 1 Etude du 
mode de distribution topographique des especes qui habitent notre lit 
toral ; 2 Etude detaillee de la Faune fluviale en France ; indiquer les 
especes sedentaires ou voyageuses, etc.; 3 Examiner et discuter 1 in- 
fluence qu exercent sur les Insectes les temperatures hibernales et leur 
duree plus ou moins longue ; 4 Etude des Insectes producteurs du miel 
et de la cire. 

M. le Secretaire annonce que lo 2 e trimestre de nos Annales pour 
1885 est, des aujourd hui 14 octobre, mis a la disposition des membres. 

M. J.-M.-F. Bigot adresse la description d un nouveau genre de 
Dipteres : 

DIMORPHOMYIA (B-.jiopcpoa puia), nov. gen. (mihi) Dipterorum, valde 
ambiguum; caput Syrphidorum alasque certe Muscidorum exhibens; ad 
Phasianidos tamen mihi pertinere videtur. $. Capite thorace parum 
latiore, compresso; fronte lata, oculos latitudine ex&quante, superne 
plana, subtits valde conica et prominula; facie obliqua, forte carinata, 
subtus antennas valde concava, deinde prominula et uni callosa ; dense 
et brevissime, prater carinam facialem, villosis; antennis abbreviatis, 
segmentis duo basalibus minimis, tertio orbiculari , chseto dorsali , 



CLXXIV Bulletin entomologique. 

nudo; liaustello rigido, epistomum super ante, labris obliteratis, palpis ? 
(invisis). Calyptris sat latis, squamma infera supera multum latiore. 
Alarum cellula basali internet minima, vena longitudinali quinta (Ron- 
daoi) recte cubitata, deinde concava, postea leniter sursum incurvata, 
a quarta apice sejuncta, vena sexta usque ad marginem ducta, trans- 
versa externa obliqua, valde bis sinuosa et prope cubitum quinqux 
inserta, cellula anali obtusa, minima. Abdomine brevi, lato, substricto, 
breviter et parce villosulo, macrochxtis ad apicem tantum, sat nume- 
rosis, munito. Pedibus gracilibus, femoribus, subtus, tibiis, externe, parce 
sed omnino, macrochxtis longis armatis. 

S. CALLIPHORIDES, $ (nov. sp. mihi). Long. 7 mill. Antennis fulvis, 
segmento tertio nigro, chxto fulvido ; occipite nigro fusco opaco, sat dense 
nigro villoso, facie flavido-pallido dense tomentosa, carina nigra, nitida, 
gents nigris, nudis; haustello nigro; thorace scutelloque nigro, chaly- 
bescente, pleuris ejusdem colons, parum ante cinereo pruinosis, cica 
trice subhumerali fulvida ; abdomine superm chalybeo hyacintino nitido, 
utrinque parum albido pruinoso, basi, subtus obscure fulvido; pedibus 
nigris; macrochxtis omnibus undique nigris; alis fere hyalinis , basi 
angustissime pallide cinereis. 

Mexique. 1 specim. (ex mus. nostro). 

M. L. Bedel donne la liste de quarante Coleopteres recueillis par lui 
en Algerie ot qui ne paraissent pas signales jusqu ici comme trouves 
sur le continent africain : 

Necrophorus interruptus Steph. (fossorEr.}. Foret de FEdough, pres 
Bone. Les exemplaires algeriens sont identiques a ceux de 1 Europe 
temperee. 

Dasycerus sulcatus Brongn. Foret de 1 Edough, tres rare. 

Teredus cylindricus 01. (nitidus F.). Foret de 1 Edough. 

Kisanthobia Ariasi Robert. - Foret de Teniet-el-Had (province d Al- 
ger), un exemplaire fortement mutile (par un oiseau?), mais encore 
vivant. 

Anthaxia confusa Lap. Teniet-el-Had, probablement sur des Juni- 
perus. 

Agrilus hyperici Creutz. Edough, clairieres pres de Bugeaud, sur 
les Ilypericum, en juin. 

Dromaeolus barnabita Villa. Foret de 1 Edough, un exemplaire en 
battant une branche de Quercus Mirbecki ; mai. 

Dirrhagus pygmaeus F. Foret de 1 Edough, un exemplaire, en juin. 



Seance du 14 octobre 1885. CLXXV 

Dryophilus densipilis Abeille. Goteaux autour d Alger, en battant 
les buissons (lentisques, etc.); fevrier, mars. 

Hedobia angustata Gh. Bris. Ravin de Misserghin (pres Oran); nous 
1 avons, M. Gh. Brisout de Barneville et moi, constamment trouve en 
battant les rameaux morts du caroubier (Cemtonia siliqua L.), dans les 
premiers jours de mai. 

Ptilinus costatus Gyll. Foret de 1 Edough, un male, en battant une 
grosse branche de chataignier. 

Ochina hederae Miill. Edough. Nous 1 avons, M. Grilat et moi, 
pris en grand nombre sur les vieux lierres. 

Aspidophorm orbiculatus Gyll. Foret de 1 Edough, un exemplaire. 

Tetratoma Baudueri Ferris. Daya, sur un tronc de chene. M. Gh. 
Brisout de Barneville Fa pris dans la foret de Teniet-el-Had, sur le chene 
egalement. 

Abdem griseoguttata Fairm. Foret de 1 Edough, tres commun, avec 
I A. quadrifasciata Curt., sur les branches mortes du Quercus MirbecM. 

Ischnomem (Asclera) xanthoderes Muls. Foret de Teniet-el-Had; 
assez commun au printemps. Se tient souvent sur de grandes Ombelli- 
feres a fleurs jaunes, mais doit se developper dans le Cedrus atlantica. 

Sitona regensteinensis Herbst. Edough , sur les genets, un exem 
plaire. 

Hypera Vuillefroyana Gap. Lac de Misserghin, en nombre, an collet 
des Suaeda; avril, mai. 

Rhynchaenus (Orchestes) quercus L. Foret de Teniet-el-Had, sur les 
feuilles de Quercus Mirbecki. 

R. irroratus Kiesw. Forets du Tell (de Tlemcen a Bone), sur les 
chenes. 

Rhamphus pulicarius Herbst (flavicornis Clairv.). Misserghin ; 
Teniet-el-Had ; sur les feuilles des saules ; Edough, sur les feuilles des 
cerisiers. 

Ceuthorrhynchus (AllodactylusJ exiguus 01. Edough; commun. 

C. (CoeliastesJ lamiiF. Teniet-el-Had; Edough; au bord des ruis- 
seaux. 

C. (Phrydiuclms) topiarius Germ. Tlemcen, Magenta, Daya (province 
d Oran), au collet d un Salvia a feuilles cotonneuses ; en hiver. 

C. aeneicollis Germ. Teniet-el-Had. 

C. Grenieri H. Bris. Environs d Alger et Teniet-el-Had, sur des 
Gruclferes. 

Rhinoncus pericarpius L. Edough, au bord d un ruisseau. 



CLXXVI Bulletin entomologique. 

Coryssomerus capucinus Beck. Tlemcen ; Teniet-el-Had ; au collet 
des Anthemis. 

Balaninus pellitus Bohem. Foret de 1 Edough, sur le chene. 

Mesites cunipes Bohem. Tlemcen, au bord d un ruisseau, dans du 
bois de saule ou de peuplier. 

Rhyncolus reflexus Bohem. Foret de 1 Edough ; dans 1 aubier ver- 
moulu d un vieux chene. 

Platypus cylindrm F. Foret de 1 Edough, au vol , autour des tas 
de bois. 

Choragus Grenieri Gh. Bris. Edough , en battant des piquets de 
chene ; en mai. 

C. piceus Schaum. Avec le precedent. 

Prionus coriarius L. Foret de 1 Edough, en juillet. 

Leptidea brevipennis Muls. Foret de 1 Edough ; eclos d un rameau 
mort de Quercus Mirbecki, en meme temps que le Pseudomyrmecion 
ramalium Bed. 

Gracilia minuta F. Ravin de Misserghin, en grand nombre sur les 
rameaux morts des caroubiers ; Edough, sur le saule. 

Clytus antilope Zett. Foret de 1 Edough, courant sur les tas de bois 
renfermant des morceaux de cerisier (M. Grilat et moi); mai, juin. 

Anaglyptus gibbosus F. Edough, dans un verger, un seul exem- 
plaire. 

Monolepta erythrocephala 01. Tlemcen, au bord des ruisseaux. 

Le meme membre fait passer sous les yeux de la Societe divers 
Colcopteres rares de Barbaric : Calosoma inquisitor L., variete de tres 
grande taille, cntierement d un beau vert en dessus, comme la var. viri- 
dula Kr., et trouvee, avec le type habituel, a Teniet-el-Had; Cymindis 
canigoensis Fairm.-Lab. et Trachys reflexa Gene, tous deux des mon- 
tagnes de Teniet-el-Had et de 1 Edough ; Melyrosoma Blackmorei Woll. 
(type unique), trouve a Mogador par T. Blackmore ; Pimelia malleata 
Woll. (type), espece tres remarquable, du meme groupe que P. tubercu- 
lifera Luc. (dayensis Muls.) et decouverte par le D r Hooker dans 1 Atlas 
marocain (1); Chrysomela edoughensis Fairm., de Bugeaud; etc. 

M. J. Bourgeois fait la communication suivante : 

Le petit Malacoderme que je fais passer sous les yeux de la Societe 
est certainement un des Gole opteres les plus curieux et les moins 

(1) Ces deux types de Wollaston m ont e te genereusement offerts par iM. Geo. 
Lewis, de Wimbledon. L. B. 



Seance du i4 octobre 1885. CLXXVII 

repandus de la faune asiatique. Decouvert a Colombo (ile de Geylan) par 
Nietner, il a ete decrit pour la premiere fois par Motschulsky (Etudes 
entomol, VII, 1858, p. 60, ?, et p. 122, fig. 17, <); cet auteur en fit le 
type d un genre nouveau sous le nom de Myrmecospectra, que MM. Gem- 
minger et de Harold modifierent en celui de Myrmecodes. Mais ce der 
nier nom ne peut lui-meme etre maintenu, car il a ete employe ante- 
rieurement par Latreille pour un genre d Hymenopteres (1809). Je pro- 
poserai done celui de Myrmecophasma, forme grammatical du nom 
primitivement impose. 

Le M. Nietneri a ete place par Motschulsky parmi les Ptinides, mais 
ici le coup d oeil entomologique, d ordinaire si sur, du celebre auteur 
russe, me parait s etre trouve en defaut. La vraie place de cet insecte 
est, a mon avis, parmi les Malachides, a cote des Psiloderes, eux-memes 
tres voisiris des Troglops. Je me propose de revenir, dans un travail 
plus etendu, sur les raisons qui rnilitent en faveur de cette opinion, et 
me contenterai de mentionner provisoirement, outre une frappante ana 
logic de fades entre le M. Nietneri et les Psiloderes, le mode d insertion 
des antennes, dont les torulus sont situes de chaque cote de la tete, en 
avant des yeux, caractere qui eloigne cet insecte de tous les Ptinides et 
lui est commun avec les Malachides. 

Quant a penser a le rapprocher des Anthicides, tels que les Formico- 
mus, qu il rappelle egalement par sa forme generale, il n y faut pas son- 
ger, car il presente des tarses pentameres, la tete ne s amincit pas poste- 
rieurement sous forme de col, le pronotum la recouvre legerement en 
dessus, etc. 

M. Aug. Salle, a la suite de cette communication , fait remarquer 
que M. le D r Horn (Trans. Amer. Ent. Soc., t. X, p. 124, pi. vi, fig. 18 
et 19, aout 1882), ayant pu etudier un exemplaire du Myrmecospectra 
Nietneri, qui lui avail ete communique par M. le D r Hagen, pense que ce 
curieux insecte doit etre place pres des Collops. 

M. H. Lucas communique la note suivante : 

Les Prionocalus des deux sexes, que je fais passer sous les yeux de 
mes collegues, proviennent des environs de Loja (Ecuador), ou cette 
espece a ete rericontree en assez grand nombre. 

Ce Psalidognathide, encore tres peu repandu dans les collections, varie 
beaucoup pour la taille, et ses caracteres specifiques ne sont pas sensi- 
blement modifies malgre les differences tres grandes de ses dimensions. 
En effet, il y a des individus qui atteignent en longueur 60 millimetres 



CLXXVIII Bulletin entomologique. 

et d autres qui mesurent a peine 30 millimetres ; quant a la largeur, 
certains ont 30 millimetres et d autres depassent a peine 11 millimetres ; 
voici les tailles intermediaries en longueur et en largeur des individus 
que j ai examines : longit. 53, 45, 38 ; latit. 17, 15, 13, <7. Je ne sache 
pas que cette observation ait ete jusqu a present signalee par les auteurs, 
car White, auquel on doit 1 etablissement de cette coupe generique, Ann. 
a Mag. ofnat. Hist., t. XV, p. 109 (1845), ne mentionne pas ces diffe 
rences dans Fexpose des caracteres specifiques des especes comprises 
dans ce genre. J ajouterai que les femurs des pattes de la troisieme 
paire depassent les elytres et 1 abdomen chez les individus de di verses 
tailles que j ai observes, et que les femurs des autres paires de pattes 
sont plus ou moins renfles. 

Quant a la femelle, dont je n ai observe qu un seul individu, elle egale 
en longueur 50 millimetres et en largeur 21 millimetres ; les elytres, 
dans ce sexe, sont de la longueur de celles du male, mais plus larges ; 
1 abdomen depasse beaucoup les elytres, et les deux derniers segments 
sont etroits, tronques, surtout le terminal ; les femurs des pattes de la 
troisieme paire sont plus courts que ceux du male et ne depassent pas 
les elytres. 

Ge genre, dont la validite a ete contested par notre honorable collegue 
M. Reiche, Ann. Soc. ent. Fr., p. 263 (1850), a ete adopte par les au 
teurs, parmi lesquels je citerai Lacordaire, dans le tome 8 C de son 
Genera des Coleopteres, p. 41 (1859), et MM. Gemminger et de Harold, 
dans leur Catalg. syn. et system., p. 2754 (1872). Lacordaire fait remar- 
quer que cette coupe generique est intennediaire entre les Psalidogna- 
thus et les Micropsalis du groupe des Micropsalides. 

Get insecte a ete donne aux collections entomologiques du Museum 
par M. 1 abbe David, au nombre de sept individus, dont six males et 
une femelle. 

M. Ed. Lefevre fait passer sous les yeux de la Societe une boite 
renfermant un certain nombre de Coleopteres provenant de Tunisie. Ges 
insectes ne represented qu une faible partie de ceux que lui a envoyes 
un de ses oncles par alliance, M. Adolphe Schaedelin, capitaine d infan- 
terie, aujourd hui en retraite. Us ont ete rccoltes exclusivement soit a 
Tabarka, soit aux environs d Am-Draham, dans un rayon de 40 kilo 
metres environ. Ces insectes offriront un certain interet en ce qu ils don- 
neront une idee exacte de la faune coleopterologique de ce petit coin de 
la Kroumirie. 

Des qu il aura termine de preparer et de nommer ces Coleopteres, 



Seance du 14 octobre 1885. CLXXIX 

notre collegue en fera 1 objet d un travail qu il offrira a la Societe pour 
ses Annalcs. 

M. Lefevre ajoute que M. Schaedelin a recueilli egalement un grand 
nombre dc Myriopodes, que M. Gadeau de Kerville a bien voulu se 
charger de faire determiner par M. le professeur Robert Latzel, le savant 
specialiste autrichien. 

Le me"me membre montre plusieurs coques renfermant des nymphes 
KAtemhus sacer L., maiheureusement dessechees. Ges coques, en ge 
neral de forme ovoide et d une durete assez grande, ont ete trouvees 
par M. A. Schaedelin sur les bords de la mer a Tabarka (Tunisie). Elles 
sont faites de sable, d argile noire et de detritus vegetaux agglutines. 
Quelques-unes atteignent presque la grosseur d un O3uf de poule. 

M. Emile Gounelle, recemment de retour de son voyage scienti- 
fique au Bresil, fait passer sous les yeux de la Societe un grand nombre 
de boites contenant les nombreux insectes, principalement les Goleo- 
pteres, qu il a ete a meme de recueillir. 

M. Leprieur fait la communication suivante : 

J ai Fhonneur de faire passer sous les yeux de la Societe des Cetonia 
squalida, Amphicoma bombylius, et des Julodis, provenant de la Krou- 
mirie, qui m ont ete confies par M. Lefevre, dans le but d essayer, sur 
ces insectes velus et defraichis, 1 action du procede de Reitter, dont j ai 
donne connaissance dans le courant de 1 annee derniere. 

Le resultat, comme on peut s en assurer, ne laisse, absolument rien a 
desirer, et les Julodis surtout, sauf la poussiere qui a disparu, sont 
d uno remarquable fraicheur. 

Je crois devoir rappeler que, en derniere analyse, le procede consiste a 
laisser les insectes dans 1 aloool jusqu a ce que le liquide ne se colore 
plus et a les placer, en sortant du flacon, au milieu d une masse de sciure 
de bois ou ils restent vingt-quatre heures. 

M. J. Lichtenstein communique la note suivante : 

Dans le groupe des Aphidiens, on n a guere qu a se baisser pour 
trouver du nouveau, et j ai bien une vingtaine d especes, que je crois 
nouvelles, a decrire quand j en aurai le loisir ; mais je voudrais imme- 
diatement en faire ressortir quelques-unes que soit leur forme, soit leur 
habitat rendent particulierement remarquables. Tel est le cas du 
Puceron du Tamarix, Aphis tamariscis Licht., dont j ai trouve une 
colonie compose e de pseudogynes ou fausses femelles agames, paraissant 



CLXXX Bulletin entomologique. 

en septembre et pondant des jeunes qui, en partie, prennent des ailes 
ou restent apteres, comme leurs parents. 

* Ce Puceron se distingue de tous ses congeneres en ce que la partie 
terminale effilee du sixieme article des antennes (que Ton est convenu 
d appeler le septieme article des antennes) est plus court que sa base, 
c est-a-dire que le sixieme ; caractere commun aux apteres et aux ailes, 
et qui suffit pour differencier Y Aphis tamarids de tous les autres Aphis 
que je connais. L aptere est vert cendre veloute, avec nectaires et 
queue blancs. L aile a le thorax noir, 1 abdomen vert, nectaires blancs, 
queue brune. Les nectaires ont 10 centiemes de millimetre et la 
queue 6. 

Le Tamarix ne figurait pas encore parmi les vegetaux attaques par 
les Pucerons, et V Aphis tamariscis, qui s applique centre les branches, 
joue, a s y meprendre, par sa couleur verte, le role de petites feuilles 
imbriquees de cet arbuste. Sans les Fourmis (Lasius), je ne 1 aurais 
jamais trouve. 

II est remarquable de voir combien tous les insectes du Tamarix, de- 
puis Pelegant Charancon (Coniatus) jusqu au charmant Lepidoptere a 
chenille verte et blanche (Macaria aestimaria) imitent les couleurs du 
joli feuillage sur lequel ils vivent. II y a aussi deux Homopteres, une 
Cicadelle et un Capside, qui circulent dans le feuillage leger et se con- 
fondent avec lui par leur forme allongee et leur couleur verte : c est la 
Mimicry des Anglais , generalised et etendue a tous les habitants du 
meme vegetal. 

M. H. Lucas adresse la note qui suit : 

En explorant, en aout 1885, les environs de la Trinite (Orne), entre 
Irai et Beaulieu, j ai rencontre, suspendue a une muraille, une chrysalide 
de Papilio Machaon; j esperais obtenir 1 insecte parfait que j avais de ja 
vu voler aux environs de Beaulieu et de Saint-Maurice, mais j ai ete 
trompe dans mon attente ; en effet, au lieu d avoir Peclosion de cette 
belle espece, je n ai eu que des Hymenopteres parasites, appartenant au 
genre Pteromalus, que j ai rapportes auP. eminent de Forster, de la col 
lection de notre regrette collegue Giraud; j en ai obtenu un assez grand 
nombre d individus des deux sexes, et je ne sache pas que cette espece, 
extremement agile, ait ete, jusqu a present, signalee par les auteurs 
comme deposant ses ceufs dans le corps de la chenille de cet Achali- 
noptere. 

II ne m a pas ete possible, pendant rnon sejour dans POrne, de faire 
beaucoup d observations, la secheresse cette annee ayant ete excessive ; 



Seance du 14 octobre 1885. CLXXXI 

cependant, je ferai remarquer qu en parcourant la foret du Perche pour 
me rendre au monastere do la Trappe, j ai vu voler en assez grand 
nombre, sur les bords des fosses et dans les clairieres de cette vaste 
foret, les Limenitis Sybilla et Camilla de Fabricius ; j ai remarque que 
ces Nymphalides affectionnent particulierement les parties sombres de 
ces grands bois et qu elles aiment a se reposer sur la terre humide et 
dans le voisinage des ruisselets. 

M. Emile-L. Ragonot fait connaitre une nouvelle espece franchise 
de Microlepidoptere : 

GOLEOPHORA AMETHYSTINELLA Rag. Enverg. 14 mill. c? et $. 
Ailes superieures etroites, un peu falquees sur le bord externe sous 
1 apex; de couleur bronze cuivre, fortement teintees, surtout vers 1 apex, 
de violet fonce. Deuxieme article des palpes un peu squammeux par 
devant, les ecailles depassant un peu la base du troisieme article, qui 
est long, mince et aigu. Antennes du c? avec Particle basilaire elargi 
par des ecailles violettes qui forment en dessous une touffe herissee ; 
deuxieme article un peu epaissi par des ecailles violettes, mais lisses ; 
au dela, 1 antenne est formee d articles lisses, brims jusqu au milieu, 
puis, jusqu a 1 apex, les articles sont elargis, serratiformes, gris, faible- 
ment anneles de noir. La $ ressemble au c?, mais elle est da vantage 
teintee de violet et ses antennes sont epaissement garnies jusqu au mi 
lieu d ecailles herissees, qui sont de couleur vert bronze tres brillant a 
1 extreme base de 1 antenne, violettes au milieu et d un bleu noir au- 
dessus ; au dela, les articles de 1 antenne sont serratiformes, bruns jus 
qu au dernier cinquieme de la longueur, ensuite blancs, faiblement 
anneles de noir en dessous. 

L amethystinella se distingue facilement des autres especes du groupe 
a ailes metalliques par sa couleur violacee, la structure et la couleur des 
antennes. 

Elle devra etre placee entre melilotella Scott et deauratella Z. 

Le c? a ete pris a Cannes par lord Walsingham, qui me 1 a obligeam- 
ment donne ; la $ a ete capturee par M. Milliere, qui a bien voulu me 
permettre de la decrire. 

M. Th. Goossens donne lecture d une notice qu il intitule : Simple 
note : 

L oBuf du Papilio Machaon offre un precieux avantage pour Fobserva- 
tion : pres d eclore, il devient transparent. J ai profile de ce qui nous 



CLXXXII Bulletin entomologique. 

est offert pour essay er d etre indiscret ; ce que j ai pu surprendre, sans 
etre bien important, me parait devoir etre indique. 

Get oeuf, relativement gros, est lisse, et sa coquille esl mince ; sept 
jours apres la ponte, voyant les oeufs perdre leur opacite, je presumai 
qu ils allaient e clore. 

Place sous le microscope, je vis, grace a la demi-transparence, que 
_ chenille etait formee, qu elle etait contournee sur la paroi ; elle me 
parut immobile ; le dos et les flancs etaient charges de monticules trans- 
parents, coniformes, surmontes chacun d un pedoncule renfle en massue 
a son extremite, ce pedoncule ayant a peu pres la forme d une baguette 
de tambour ; mais, si la chenille semblait immobile, il n en etait pas de 
meme de ces organes adherents, ceux-ci etaient en mouvements conti- 
nuels. Ghangeant I oeuf de position, je vis qu il etait plein d un liquide 
incolore, et ne tardais pas a remarquer que le liquide diminuait ; deux 
heures plus tard, il avait disparu ; a ce moment, 1 animal semblait place 
en un globe de cristal. 

Mais les organes qui m avaient occupe ne bougeaient plus ; je crus 
que la bete, ne pouvant supporter les examens, avait succombe : il n en 
etait rien. Une heure plus tard, un trou par eclal se declara sur le flanc 
de I oeuf, le morceau du chorion etait projete a un centimetre environ ; 
alors la chenille est sortie, puis, apres un repos, elle est revenue vers 
la coque vide, elle en a mange une partie, comme font les chenilles 
lentes des Rhopaloceres, eniln s est dirigee vers les feuilles. 

La chenille du Machaon, que notre memoire nous rappelle, epaisse, 
glabre, lisse, verte, etait alors bien differente : c etait une chenille a fond 
noir, avec les mamelons tuberculeux brun clair, transparents, le pedon 
cule egalement transparent ; la bete, ayant six organes semblables a 
chaque segment, paraissait sensiblement velue. 

Le premier zoonite differe des autres, il supporte un amas de bour- 
souflures qui 1 envahissent, excepte pourtant au milieu, ou 1 on peut 
voir une petite glande brun clair, bifide, embryon de ce tentacule carac- 
teristique des chenilles de Papilionidse. 

Peu apres, le pedoucule termine en bouton parut s atrophier ; il prit 
la forme d un poil raide et pointu, devint plus opaque, ensuite d autres 
poils apparurent sur le mamelon, et la chenille, qui avait conserve une 
forme presque egale, encore peu renflee anterieurement, rappelait les 
chenilles des Thais a tubercules velus. 

II n est pas nouveau de dire que les chenilles de Papilio ont des poils 
dans le jeune age ; nous avons remarque que la tres grande majorite 
des chenilles eclosent egalement avec des poils ; il est des especes qui 



Seance du 14 octobre 1885. CLXXXIII 

les perdent bientot, mais beaucoup les conservent ; chez les unes, ces 
poils s epaississent et deviennent des epines, d autres deviennent ve- 
lues, etc. 

Mais, puisque ces appendices, termines d abord en boutons, ont 
change de forme, il est permis de croire que leur premier role est ter- 
mine ; ne semble-t-il pas que leur mission etait d absorber le liquide de 
I o3uf, en faisant office de siphon ? Ge liquide, qui, peut-etre, peut se 
comparer a Famnios, doit servir a la chenille pour operer son premier 
developpement ; rien d extraordinaire a ce qu elle 1 emmagasine, et alors 
les points trapezo idaux verruqueux, plus ou moins tuberculeux, sur 
lesquels s implantent les poils, ces points, dis-je, dont nous ne nous 
expliquons pas encore la presence, ont pu avoir leur utilite dans le 
jeune age. 

On cite souvent la chenille de VAglaia tau comme exemple, en Europe, 
d une larve epineuse pendant les premiers ages ; le fait, certes, impose 
Finteret ; il semble juste de dire que les chenilles de Papilio offrent un 
interet egal : si les epines sont moins longues, elles sont de beaucoup 
plus nombreuses. 

Apres chaque mue, cette chenille, lentement, se retourne et se met 
en devoir de manger sa depouille devenue inutile. G est vraiment sur- 
prenant de voir sa precipitation : ello attaque d abord la tele, qui bientot 
a disparu, puis, par sa bouche, lache une goutte de salive, et entame les 
segments ; elle a parfois un arret quand se presente une epine, arret de 
peu de duree : tout disparait en dix ou quinze minutes ; et si Ton in- 
quiete cette chenille, avant ou apres 1 operation, 1 appendice sort aussi 
grand ; il est done peu probable qu il ait fourni la salive. II est a remar- 
quer qu apres ce copieux repas, la chenille ne laisse pas tomber d excre- 
ments, ce qu elie eut fait avec un equivalent de feuilles. N est-ce que la 
cause de 1 intestin vide ? 

A la derniere mue, les poils disparaissent completement, et les ma- 
melons coniques ne sont plus visibles que sous 1 apparence de taches 
orangees, telles que nous les connaissons. A I interieur de la chenille, 
a la base de ces memes taches, on peut voir encore, incompletement 
atrophiees, des glandes qui ont du etre plus volumineuses aux premiers 
ages de la chenille. 

En suivant le developpement de Po3uf de ce Papilio, mon desir etait 
de surprendre 1 utilite de cette corne tentaculaire ; j esperais lui trouver 
une fonction dans le jeune age de la chenille : je n y ai pas reussi, mais 
j ai pu faire une remarque que je n avais pas faite encore. 

Si Ton examine 1 evolution complete des Papilionidx, dont les che- 



CLXXXIV Bulletin entomologique. 

nilles possedent cet appendice, on ne trouve rien qui ne se presente 
chez les autres Rhopaloceres ; mais, si Ton compare les chenilles de Pa- 
pilio, Thais, Parnassiens, avec celles des autres groupes, il est facile de 
constater et de faire verifier une difference importante. 

Les chenilles a appendice place sur le premier segment n ont pas la 
vesicule retractile que nous savons placee entre la bouche et la premiere 
paire de pattes ecailleuses (Th. Goossens, Ann. Soc. ent. Fr., 1869). 
Gette vesicule me semble tou jours etre une glande salivaire dont la bete 
se sert pour humecter la feuille tenue entre ses pattes. Pourquoi les che 
nilles a tentacules n ont-elles pas cet organe ? 

Si, ayant vide completement la chenille, on la retourne comme un 
gant, il est alors presque facile de constater la glande buccale et ses 
canaux ; mais, chez cette espece, rien n indique une expansion a 1 exte- 
rieur ; tandis que, des ganglions cerebroides, places sur 1 oesophage, il 
semble qu une expansion produit Fappendice bifide. 

En resume, les chenilles de Rhopaloceres possedent : ou le tentacule 
bifide ou la vesicule decouverte par Bonnet. 

Ensuite, le plus grand nombre des chenilles ont des poils dans le jeune 
age ; ces poils, nous venons de le voir d apres 1 etude de cette espece, 
ont servi a absorber le liquide qui etait dans Foeuf au moment de 1 eclo- 
sion ; alors on peut soupgonner le role des points comes qui protege- 
raient d abord les reservoirs, changeant de mission pour certaines especes 
et devenant, quant a present, sans utilite pour d autres.; 

M. Maurice Girard presente les 8 e et 9 e series de ses bons points 
instructifs d entomologie, avec la collaboration de M. A. Clement pour 
les figures en lithochroinie. II regarde comme devant interesser particu- 
lierement les habitants des campagnes, 1 histoire detaillee, en quatre 
sujets, des mceurs des Fourmis, et celle si utile des metamorphoses du 
papillon et des destructions de nos vignobles par la Pyrale de la vigne, 
QEnophthira Pilleriana Duponchel. 

Membres re$m. M. Bertrand, de Gonsenvoye (Meuse), qui s occupe 
d Entomologie en general, presente par M. Edouard Lefevre. Com- 
missaires-rapporteurs : MM. Bourgeois et Poujade. (Regu pour 1886.) 

M. 1 abbe Gaujon, lazariste, professeur au seminaire de Loja (Equa- 
teur), qui s occupe d Entomologie en general et principalement des In- 
sectes de Fordre des Goleopteres, presente par M. L. Buquet, au nom 
de MM. Gh. et Rene Oberthur. Commissaires-rapporteurs : MM. Fair- 
maire et Leprieur. (Rec.u pour 1885.) 






Seance du 14 octobre 1885. CLXXXV 

Bulletin bibliographique. 

Atti delta Reale Accademia del Lined, 282 e annee, 1884-1885. Rendi- 
conti, vol. I, fascic. 20 et 21. Q 

Comptes rendus hebdomadaires des seances de I Acade mie des sciences, 
tome GL N 12 (21 septembre 1885). Q N 13 (28 septembre 
1885). JOANNES GHATIN. Sur la mandibule des Hymenopteres. 

.. N 14 (5 octobre 1885). Q 

Entomologist s Monthly Magazine (The), n 257 (octobre 1885). H. T. 
STAINTON. The Metallic green species of the genus Coleophora. 
Descript. of a new Gelechia from our salt marshes : G. tetragonella. 

W. BUCKLEY. Choerocampa celerio in Staffordshire. G. G. BAR 
RETT. On the Hyponomeuta of the apple. L. DE NICEVILLE. Reply to 
Mr. Butler s paper On the distinctness of Aulocera Scylla from 
A. brahminus . G. T. PORRITT. Descript. of the larva of Pteropho- 
rus Bertrami. E. MEYRICK. On Lepidoptera from Saint- Vincent. 
W. EAGLE CLARKE. Heliothis peltigera in Yorkshire. REV. A. MAT 
THEWS. On the british species of Orthoperus.A. G. BUTLER. What is 
the true Chrysophanus Hippothoe of Linneus ? FRANK E. BEDDARD. 
Sphinx convolvuli in Regent s Park. R. G. R. JORDAN. Sphinx con- 
volvuli in South Devon. J. J. WALKER. Colias Edusa, etc., at Port 
land. G. G. BARRETT. Lepidoptera on stone walls and rocks. 
Curious performance of a Noctua. Food of Peronea caledoniana. 
H. T. STAINTON. On the clothing of the pupae in the genus Hypono 
meuta. E. PARFITT. Note on pulsation in the larvae of Acronycta psi. 

W. H. B. FLETCHER. Nepticula assimilella, Zell., a species new to 
Britain. W. F. JOHNSON. Strange locality for Carabm monilis. 
THEODORE WOOD. Experiments with Bruchus-infested beans. Fur 
ther note on AdelopWollastoni and Anommatus 12-striatus. Note 
on Batophila aerata Marsh. G. A. LEWCOCK. Goleoptera at Rainham, 
Surbiton, etc., in 1884-1885. H. T. SIMS. Reduvius personatus at 
Lincoln. J. W. DOUGLAS. Hemipteraat Lewisham. E. SAUNDERS. 
Hymenoptera at Chobham in August. P. CAMERON. A synopsis of 
the British species of Cimbicidina, Hylotomina, Lophyrina, and Ly- 
dina (continued.). 

Feuille des Jeunes Naturalistes, 15 e annee, n 180 (l er octobre 1885). 
COMMUNICATIONS : Habitat des Gloportides. Orgya antiqua. Cal- 
licnemis Latreillei, Podabrus lateralis. 

Naturaliste (Le), 7 e annee, n 19. Q 

(1885) Bulletin de la Societe entomologique de Franne. 20 



CLXXXVI Bulletin entomologique. 

NovaActa Academiae Caesar me Leopoldino-Carolinae germanicae naturae 
curiosorum. Tome 44. D r 0. TASCHENBERG. Die Mallophagen mit 
besonderer Beriicksichtigung der von D r Meyer gesammelten Arten 
sy sterna tisch bearbeitet (7 pi.). D r H. DEWITZ. Beschreibung von 
Jugendstadien exotischer Lepidopteren (2 pi.). Tome 45. Q 
Tome 46. D r E. ADOLPH, Zur Morphologie der Hymenopterenflliigel ; 
Zugleich ein Beitrag zu den Fragen der Speciesbildung und des Ata- 
vismus (6 pi.). 

Proceedings of the Royal Society, vol. XXXVIII, n 238. Q 
Revue des travaux scientifiques, publiee par le ministere de Finstruction 
publique. Tome V, n 5. E. 0. Analyse de divers travaux ento- 
mologiques parus en 1882-83-84. N 6. E. 0. Analyse de divers 
travaux entomologiques parus en 1884. 

Socie te des amis des sciences naturellesde Rouen. Compte rendu annuel 
par H. Gadeau de Kerville, 1884. 

Socie te entomologique de Belgique. Gompte rendu des seances. Seance 
du 5 septcmbre 1885. E. SIMON. Materiaux pour servir a une faune 
arachnologique de la Nouvelle-Caledonie (2 e memoire). LEON BEC 
KER. Catalogue des Arachnides de Belgique, revision des especes 
beiges de la famille des Theridionidae. BERGE. Note sur la colora 
tion des teguments chez les insectes et specialement chez les Co- 
leopteres. 

GADEAU DE KERVILLE (HENRI). Apercu de la faune actuelle de la Seine 
et de son embouchure (depuis Rouen jusqu au Havre). Le Havre, 
1885. (Extr. du 2 e vol. de YEstuaire de la Seine, par G. Lennier.) * 

Compte rendu de la 23 e reunion des delegues des Societes savantes 
a la Sorbonne, 1885 (sciences naturelles). Rouen, 1885. (Extr. du 
Bullet, de la Soc. des amis des sciences nat. de Rouen). 80 p., 
3 pi. n., 1 pi. col. * 

Melanges entomologiques, 3 e memoire (l er et 2 e semestre 1884). 
Rouen, 1885. (Extr. du Bullet, de la Soc. des amis des sciences nat. 
de Rouen.) 76 p. * 

Note sur les Crustaces Schizopodes de Festuaire de la Seine, suivie 
de la description d une espece nouvelle de Mysis. Rouen, 1885. (Extr. 
du Bullet, de la Soc. des amis des sciences nat. de Rouen.) 1 pi. * 

GIRARD (MAURICE). Bons points instructifs (Insectes), 8 e et 9 e series. * 

A. B. 



Seance du 28 octobre 1885. CLXXXVII 

Seance du * octobre 1885. 
Prudence de M. &.-L. RAGONOT. 

Lecture. M. L. Fairmaire depose sur le bureau un memoire ayant pour 
titre : Note sur les Coleopteres recueillis par M. Laligant a Obock, et qui 
lui ont ete communiques par notre collegue M. Dolle. 

Communications. M. J. Lichtenstein offre, par Pentremise du Secre 
taire, la l re partie de Fouvrage sur les Pucerons qu il vient de publier a 
Montpellier. 

Dans ce travail, Pauteur donne le Genera des Aphidiens, reservant 
pQur une seconde partie la description des especes. Ge volume comprend 
huit chapitres : 1 Bibliographie generate ; 2 Liste des especes decrites, 
disposers alphabetiquement et au nombre de 718 ; 3 Classification, prin- 
cipalement d apres Passerini, comprenant 58 genres, places dans 7 tribus 
et comprenant les noms de toutes les especes deja connues ou encore 
inedites ; 4 Flore, ou liste des vegetaux avec les noms des especes de 
Pucerons qui les attaquent ; 5 Generalites indiquant les caracteres ser 
vant a la classification ; 6 Biologic, surtout developpement et mo3urs ; 
7 Classification naturelle renfermant des considerations generates : 
a. sur les families a vie souterraine et a forme ailee inconnue (Genres : 
Trama, Parocletus, For da, Rhizobius et Tychea}; b. sur les families a 
vie aerienne, au moins en partie, et a formes ailees connues (Tribus : 
Phylloxe riens, Chermesiens, Pemphigiens, Schizoneuriens, Lachniens et 
Aphidiens}] 8 Chasse et collection. Quatre planches en chromolitho- 
graphie, relatives a diverses especes de Pucerons du peuplier, accom- 
pagnent cet ouvrage, que Pauteur presente pour le prix Dollfus. 

M. V. Signoret communique la note suivante : 

Nous presentons a la Societe, de la part de M. Ratte, une note publiee 
dans les Proceedings of the Linnean Society of New South Wales, 1855, 
sur les larves et Fhabitation de quelques Aphrophorides australiens, et 
il nous semble interessant d en donner une courte analyse. 

Tout le monde connait en Europe les especes de crachats qu on re- 
marque sur les branches de divers saules ou autres plantes, et dans 
lesquels on trouve des larves de nos differents Aphrophora. Quelques 
especes exotiques en presentent une grande quantite d un liquide clair : 
ainsi, PA . Goudoti, de Madagascar, en emet en une demi-heure, pour 
une soixantaine d individus, environ une bouteille d eau. Mais, en Aus- 
tralie, certaines larves construisent des especes de cornets ou de coquilles 
lus on moins solides et ressemblant a des tubes de serpules. On tes 



CLXX xviii Bulletin entomologique. 

trouve en assez grand nombre dans les environs de Sydney, sur divers 
Eucalyptus ; enfm, recemment, sur des branches de Gommiers, a Hunter 
River, on a decouvert des tubes affectant la forme helicoide. Dans ces 
derniers, les larves sont placees horizontalement, mais, dans les tubes 
droits, en forme de cornets, elles se tiennent la tete en bas, et, par con 
sequent, eloignees de 1 ouverture, afin de sucer la seve de la plante. 

Ces details, peu connus, pourront avoir quelque interet a etre publics 
dans notre Bulletin, d autant plus que nous possedons depuis une dizaine 
d annees un exemplaire des types representes dans la planche 69, figures 
4 et 5, du travail de 1 auteur cite plus haul, et que nous devons a 1 obli- 
geance de M. Mac-Lachlan, qui les avail rec.us de M. le D r Bancroft, de 
Brisbane (Quensland), et recoltes sur des Eucalyptus. 

Dans le meme ordre d idees, nous faisons passer sous les yeux de nos 
collegues une autre espece d Hemipteres dont nous avons parleen 1879, 
Bulletin, page LXXXV, que nous avons appelee Spondyliaspis, et qui repre- 
sente une coquille sous laquelle vit une larve dont nous ne connaissons 
pas 1 insecte parfait. Ce genre, reprcsente par plusieurs especes, vit sur 
YEucalyptus. La larve presente des antennes de huit ou neuf articles et 
quatre moignons d elytres, et, par cela meme, s eloigne des Coccides, 
auxquels nous avions tout d abord pense. Malgre notre premiere note, 
nous n avons pas entendu parler de ce genre qui nous parait remar- 
quable et assez commun, puisque sur un seul fragment de feuille nous 
comptons une quarantaine d exemplaires du Spondyliaspis Baucrofti, 
d >nt nous donnons la diagnose suivantc, loc. cil., page LXXXVI : Lon 
gueur de la coquille 2 1/2 mill., largeur 2 mill.; longueur de 1 insecte 
vivant dessous 11/2 mill. Eucalyptus Dawson River, Brisbane. 
L aspect de ces coquilles est d un corne rugueux, d un jaune varie de 
brun, et elles presentent dans les plus grands exemplaires neuf cotes et 
trois ou quatre dans les plus petits ; celles-ci ne se prolongeant pas au- 
dcla de la circonference qui n offre que des angles a 1 extremite des cotes, 
qui sont mutiques et rugueuses. Les insectes sont de deux etats : les 
uns presentent huit articles courts aux antennes, les autres neuf articles 
plus longs, ct tons ofTrant, meme les plus petits, des moignons d elytres 
et d ailes. 11s sont d un jaune brun, avec les antennes, les pattes, le 
rostre, deux plaques de filieres ventrale et dorsale, et rextreinite de 
Tabdomen, noirs. 

Le meme membre signale une grave erreur typographique, qu il 

ne pent s expliquer, qui a etc faite dans son memoire sur les Cydnides : 

A la page 33 des Annales de 1881, au commencement du tableau des 



Seance du 28 octobre 1885. CLXXXIX 

genres, on lui fait dire : 158, Pas de points piligeres sur la tete et le 
prothorax... GYDNIDES, au lieu de : Des points piligeres sur la tete et le 
prothorax... CYDNIDES; caracteres qui doivent etre opposes a ceux des 
SEHIRIDES (loc. cit., p. 36) : 581. Pas de points piligeres. 

M. L. Fairmaire donne la description de trois nouvelles especes de 
Coleopteres : 

1 PHYLLOGNATHUS ? PAULSENI. Long. 12 a 13 mill. Ovatus, valde 
convexus, rufo-castaneus, subtus longe rufo-villosus, capite parvo, insR- 
quali, antice paulo reflexo, prothorace transverso, elytris parum angus- 
tiore, lateribus rotundato, sat grosse punctato, elytris parum profunde 
punctato-striatis, intervallis fere Ixvibus, 2 basi latiore, 6 latiore, me- 
dio seriatim multipunctato ; <$ clypeo dente crasso valde obtuso armato, 
prothorace medio valde excavato, lateribus excavationis conico-elevatis, 
pedibus valde crassis ; $ capite medio vix elevato, prothorace antice leviter 
impresso, pedibus minus validis. 

Get insecte remarquable a ete trouve pres de Goncepcion par M. Paul- 
sen, auquel 1 entomologie doit des decouvertes interessantes. 

Une espece voisine se retrouve au Perou : 

2 PHYLLOGNATHUS SIMPLICIFRONS. Long. 10 mill. Differe du pre 
cedent par la taille bien plus faible, la forme plus allongee, la tete sans 
corne, n ayant qu un faible relief en angle obtus, le corselet notablement 
plus petit, moins arrondis sur les cotes, sans impression ni excavation 
mediane et les eiytres a stries plus profondes, plus ponctuees, avec les 
intervalles egaux, sauf le 2 e qui est plus large dans toute sa longueur. 

3 GEROSTERNA OBLITA. Long. 17 mill. C. impressicolli valde affi- 
nis, similiter colorata et pubescens sed minor, villosa, lateribus longe 
ciliata, capite antice magis angustato, prothorace minus rugoso, fere 
similiter utrinque impresso, sed impressionibus minus antice intus ar- 
cuatis, elytris paulo brevioribus, densius ac fortius punctatis, subrugo- 
sulis, extus magis declivibus, dorso utrinque bicostatis, costis modice 
elevatis, basi et apice obliteratis, interna a sutura magis distante, et 
externa fere marginali magis arcuatis, subtus minus punctata, processu 
intercoxali fere polito, c? segmenlis 2 3que medio plagula Isevi parum 
elevata signatis. 

Trouve a Goncepcion, pres Valparaiso, par M. Paulsen. 

M. Ed. Lefevre donne la description de quatre nouvelles especes 
d Eumolpides : 

1 METAXYONYGHA SIGNATA. Breviter oblonga, modice convexa, sub- 



cxc Bulletin entomologique. 

tus nigro-picea, supra rufo-fulva, nitidula, labro palpisque dilutioribus, 
antennarum articulis quatuor basalibus rufo-fulvis, reliquis nigris ; capite 
punctulato, in media fronte late sat profunde impresso; prolhorace trans- 
verso, remote punctulato, lateribus utrinque vage impresso, margine late- 
rali ipso subarcuato, marginato, medio bisinuato; elytris infra humeros 
obsolete transversim impressis, irregulariter subgeminatim punctulatis, 
versus apicem (prsesertim juxta suturam) punctato-sulcatis, singulo ma- 
culis magnis duabus subquadratis (altera basali, altera pone medium 
nee suturam, nee later a attingentibus), subcyaneo-nigris, inter dum viola- 
ceo-micantibus ; pedibus rufo-fulvis, tibiis intermediis extus ante apicem 
evidenter sed obsolete emarginatis, tarsis nigris. Long. 5 1/2-5 3/4 mill.; 
lat. 2 3/4-3 mill. 

Bresil (ma collection). Mus. Jacoby. 

Variat maculis elytrorum inter se omnino conjunctis. 

2 METAXYONYCHA VALIDICORNIS. J. Breviter oblonga, rufo-fulva, 
nitida, labro palpisque fulvis, antennis validissimis, articulis quatuor 
basalibus rufo-fulvis, reliquis nigris; capite in media fronte impresso, 
sat dense punctato, epistomate Ixvissimo; prothorace convexo, punclis 
hie illic aggregates remote instructo, lateribus utrinque rotundato ibique 
medio acute bidentato ; elytris metallico-viridibus, sutura, margine late- 
rali utrinque sicul et apicali rufo-fulvis, infra humeros vage transversim 
impressis, forliter punctatis, disco exteriori strigato-rugosis, versus api 
cem (prxsertim juxta suturam) elevato-striatis ; pedibus rufo-fulvis, tibiis 
quatuor anticis sensim ad apicem subdilatatis, intermediis extus obsolete 
emarginatis, tarsis piceo-nigris. Long. 4 3/4-5 mill.; lat. 2-2 1/4 mill. 

Bresil (ma collection). 

3 GOLASPIS JACOBYI. Oblongo-elongata, parallela, modice convexa, 
fulva, labro, palpis, tibiis apice tarsisque piceis, antennis nigris ; articulis 
tribus basalibus fulvis ; capite prothoraceque Ixvibus, punctis nonnullis 
hie illic tantum disperse instructis, hoc transverso, convexo, basi margi 
nato ibique lined punctorum regulariter impresso, lateribus utrinque 
arcuatis, medio sat fortiter, sed obtuse, tridentatis; scutello semicircular i, 
Iffmssimo ; elytris viridi-cyaneis, violaceo-micantibus, juxta suturam sub- 
tiliter et fere lineatim, disco exteriori autem grosse inordinatim et con- 
fluenter, punctatis, interstitiis transversim elevato-strigatis, versus apicem 
fortiter striato-impressis. Long. 8 mill.; lat. 31/3 mill. 

Cette jolie espece a ete capturee par M. Champion a Bugala, dans le 
Guatemala. Elle m a ete communiquee par M. Jacoby, a qui je me fais 
un plaisir de la dedier. 



Seance du %8 octobre 1885. cxci 

4 GOLASPIS FASTIDIOSA. Oblongo-ovcita , convexa, brunneo-xnea, 
magis minusve viridi-metallico-tincta } nitidula, abdomine pube brevi 
albida obsolete obtecto, labro, palpis, antennis pedibusque pallide fulvis ; 
prothorace maxime convexo, dense undique aciculatim punctato, ad latwa 
utrinque vage substrigato, margine laterali ipso arcuato, concinne mar- 
ginato et viridi-metallico, medio bidenticulato ; elytris infra humeros vage 
transversim impressis, subgeminatim punctatis, interstiliis hie illic mo- 
dice elevatis, versus apicem autem fortiter striato-impressis. Long. 4 1/2- 
5 mill.; lat. 2-2 1/2 mill. 

$. Elytris infra humeros confluenter et strigatim punctatis, costula satis 
elevata (a callo humerali usque fere ad apicem extensa) instructs. 

Colombie, Venezuela (Valencia). Ma collection. 

M. Desbordes signale un cas de teratologie assez interessant qu il a 
relevo sur un Lucanus cervus c?, provenantdu Poitou. Cetinsecte, qui 
est de taille moyenne, a le femur de la patte anterieure droite atrophie 
et reduit a une longueur d environ 3 millimetres, alors que la longueur 
du femur de la patte correspondante est normale (environ 10 millim.). 
En outre, le tibia de la patte atrophiee est d une taille (8 millim.) un 
peu inferieure a celle (11 millim.) de la patte correspondante. Les tarses 
sont semblables dans les deux pattes. 

M. H. Lucas adresse la note suivante : 

M. Terquem, bien connu des Zoologistes par ses travaux sur les 
Foraminiferes, se trouvant a Dunkerque au mois de septembre, voulut 
se procurer des Ostracodes ; muni d une traine, il fit une excursion en 
mer par un temps assez calme, a deux lieues environ de la cote. En exa- 
minant ce que sa traine avait recueilli, il fut tres surpris de rencontrer 
des Goleopteres vivants au lieu de Crustaces qu il esperait prendre. Ges 
insectes m ont etc communiques; ce sont les Phitonomus punctatus 
Fabr.; Sitones lineatus Linne, sulcifrons Thunb., hispidulus Fabr.; Cas- 
sida oblonga Illiger. 

Comment expliquer la rencontre de ces insectes sur la mer et a une 
si grande distance du rivage ? II est permis de supposer qu ils y ont ete 
transportes par le vent et par les courants. 

M. J.-M.-F. Bigot adresse la note suivante : 

Le Prof r J. Westwood~(V. Trans, ent. Soc. London, 1876, p. 517, etc.) 
a fonde un genre Leptynoma, tres proche voisin du curieux genre Lam- 
promyia (Macquart, Suites a Buffon, Dipteres, t. II, Supplement, 1835, 
p. 660), et dont le type est une espece alors nouvelle, provenant de 



cxcn Bulletin entomologique. 

1 Afrique australe, qu il decrit (loc. cit.) sous I appellation de Leptynoma 
sericea. 

Les caracteres differentiels de ce genre seraient, suivant la diagnose et 
la figure : 1 une nervure transversale surnumeraire dans la cellule mar- 
ginale de 1 aile ; 2 1 existence aux tarses d un veritable empodium (organe 
suppose manquant chez le Lampromyia pallida, Macquart, loc. cit.). 

Dans une savante notice due au baron Osten-Sacken (V. Berlin. Entom. 
Zeitschr. Bd., XXVII, 1883, p. 295, etc.), ce dernier nous dit : qu ayant 
pu etudier le type meme du G. Leptynoma (Westw.), il considerait 
celui-ci comme identique a 1 ancien G. Lampromyia (Macq.), par les 
deux raisons suivantes : 1 qu il avait constate 1 existence d un empo 
dium rudimentaire (selon moi, 1 auteur a probablement ete trompe par 
1 etat de deterioration, de racornissement de cet organe, produit par la 
dessiccation ? et je crois tres fermement, qu a 1 aide du ramollissement, 
on aurait pu constater le developpement normal dudit empodium, egal 
aux deux autres pelotes late rales}; 2 que la nervuro transverse, surnu 
meraire, de 1 aile, n etait qu une simple apparence, due a une illusion 
d optique. 

De mon cote, j ai recemment fait inserer (Ann. Soc. ent. Fr., Bulletin, 
seance du 25 mars 1885, p. LXVII), une note relative a la localisation 
methodique du G. Lampromyia dans la se rie dipterologique (groupe 
des Leptidi), accompagnee de la description d une nouvelle espece? 
provenant du Gap de Bonne-Esperance et appartenant sans le moindre 
doute a ce dernier genre, sous la denomination de Lamp, argentata, 
fortement ressemblante, sinon tout a fait ideutique a la Leptyn. sericea 
(Westw.), autant du moins que j en puis juger par la diagnose du savant 
professeur. 

II resulte aujourd hui, pour moi, des observations judicieuses du 
baron Osten-Sacken, que cette espece, ou ces deux especes? appar- 
tiennent reellement au seul el meme genre Lampromyia de Macquart, 
chez lequel, je le repete, une etude plus minutieuse, secondee par un 
ramollissement approprie , fera tres probablement apercevoir aussi Y em 
podium, normal, plus ou moins developpe. 

Pour essayer toutefois d eclaircir ce point douteux , j ai fait subir 
1 operation a I un de mes deux specimens (Lampr. argentata, mihi = ? 
Leptyn. sericea Westw.), echantillon chez lequel, coiitrairement a ce que 
je voyais sur I autre, il ne m etait pas possible de discerner [ empodium. 
Or, le ramollissement opere, j ai parfaitement constate, chez le premier 
specimen, la presence de 1 organe, tout aussi bien deveioppe et tout 
aussi long que les deux autres pelotes (pulmlli) qui 1 accompagnaient. 



Seance du 28 octobre 1885. cxcm 

Membres repus. 1 M. Theodore Seebold, G. >fc, ingenieur civil, etc., 
Apartado, 5, a Bilbao (Espagne) (Le pidopteres et surtout Microle pidopteres), 
presente par M. Ragonot. Goinmissaires-rapporteurs : MM. Desinarest 
et Poujade; 

2 M. le D r Gustave Sievers, a Saint-Petersbourg (palais de son Altesse 
le grand-due Nicolas Michailovitch) (Entomologie generate, surtout Co- 
leopteres), presente par M. Ragonot. Gommissaires rapporteurs : 
MM. Lefevre et Salle ; 

3 M. Alfonso Targioni-Tozzetti , professeur de zoologie (animaux 
invertebres) a PInstitut de Florence, etc., 9, via Romana (Entomologie 
generate, surtout He mipteres), presente par M. L. Buquet, au nom de 
M. Piccioli. Gommissaires-rapporteurs : MM. Fairmaire et Signoret. 
(Rec,u pour 1886.) 

Membre demissionnaire pour 1886. M. le professeur Ferdinand Piccioli, 
a Florence, qui avait ete rec,u membre en 1857. 

E. D. 



Bulletin bibliographique. 

Bibliotheque entomologique sous la direction de ED. ANDRE. - Catalogue 
n 8. 

Bulletin de la Socie te d etude des sciences naturelles de Nimes, 13 e annee, 
n os 4 a 6 (avrila juin 1885). S. CLEMENT. Catalogue des Coleopteres 
du departement du Gard. 

Bulletin de la Sode te d etudes scientifiques d Angers, 14 e anne e (1884). 
TROUESSART. Description d un nouveau genre et d une nouvelle espece 
do la sous-famille des Gheyletiens. Note sur la classification des 
Analgesiens et diagnoses d especes et de genres nouveaux. TROUES 
SART et MEGNIN. Monographic du genre Freyana (Haller), et descrip 
tion des especes nouvelles du Musee. A. MONTANDON. Souvenirs 
de Moldavie : le domaine royal de Brosteni. 

Comptes rendus hebdomadaires des seances de I Academie des sciences, 
tome CI, n 15 (12 octobre 1885). Q N 16 (19 octobre 1885). 
H. BEAUREGARD. Sur le mode de developpement de YEpicauta verti- 
calis. 

Mittheilungen der Schweizerischen entomologischen Gesellschaft, vol. VII, 
Heft 4 (aout 1885). Bericht iiber die 27. Sitzung der Schweizeris- 

(1885) Bulletin de la Societe entoraologiqne de France. 21 



cxciv Bulletin entomologique. 

chen entomologischen Gesellschaft von 14 September 1884 in Stansstad. 
Necrol. : RUDOLPH MEYER-DUR. D r G. HALLER. Ueber die pelagisch 
lebende Gattung Halobates. V. v. RODER. Ueber Dasypogon japoni- 
cum Bigot und Laphria rufa n. sp. aus Japan. D r G. HALLER. En- 
tomologische Notizen. 

Naturaliste (le), 7 e annee, n 20 (15 octobre 1885). E. LELIEVRE. Note 
sur une variete de Vanesse. Necrologie : CHARLES ROBIN. 

Rovartani Lapok, 2 e annee, n os 7, 8, 9 (juillet, aout, septembre 1885). 
L. BIRO. Chrysomelides nuisibles aux saules. D r G. GHYZER. Notes 
additionnelles a la Faune des Coleopteres du departement de Zemplen. 
D r G. HORVATH. L entomologie a 1 Exposition de Budapest. BUG. 
VANGEL. Biographic de FR. METELKA. L. BIRO. La Calandre du 
ble. D r G. HORVATH. Une nouvelle classification des Insectes. La 
biologie d un Puceron gallicole. BUG. VANGEL. Contributions a la 
faune des Lepidopteres du departement d Arva. L. BIRO. Les Myr- 
meleonides de la Hongrie. 

Societe Linne enne du nord de la France, Bulletin mensuel, 14 e annee, 
n os 140-143 (fevrier-mai 1885). E. DELABY. Contributions a la faune 
locale. 

LICHTENSTEIN (JULES). Les Pucerons, monographic des Aphidiens. 
l re partie : Genera. Montpellier, 1885, 188 p., 4 pi. col. * 

PASCOE (FRANCIS P.). List of the Curculionidae of the Malay Archipelago 
collected by D r Odoardo Beccari, L. M. d Albertis and others. Geneva, 
1885, 136 p., 3 pi. * 

RATTE (F.). On Tribrachyocrinus corrugatus sp. n. from the carbonife 
rous sand-stone of New South Wales. 

ID. On the larvae and larvae-cases of some Australian Aphrophoridae. 
11 p., 3 pi. (Extr. Proceed, of Linn. Soc. of New South Wales.) 

A. B. 



Seance du 11 novembre 18S5. 

Prudence de M. EM.-L. RAGONOT. 

MM. Binot, de Cannes, le capitaine Finot, de Fontainebleau, membres 
de la Societe ; et M. le professeur Lemoine, de Reims, assistent a la 
seance. 



Seance du 11 novembre 188$. cxcv 

Correspondence. M. Peragallo, de Nice, ecrit au President en le priant 
de vouloir bien le faire inscrire au nombre des candidats au Prix Dollfus, 
pour son deuxieme volume relatif aux Insectes utiles et nuisibles a 
1 agriculture. (y j r Bulletin, p. LXXXI.) 

Lectures. M. G. Lafaury adresse, par 1 intermediaire du President, un 
memoire ayant pour litre : Descriptions de chenilles de Microle pidopteres 
ine dites ou pen connues. 

M. E, Simon depose sur le bureau une nouvelle suite a ses Etudes 
arachnologiques (18 e memoire), contenant le N XXVI : Mate riaux pour 
servir a la Faune des Amchnides du Senegal. 

Communications. M. Charles Brongniart depose sur le bureau un 
travail publie par la Societe des Amis des sciences naturelles de Rouen, 
ayant pour litre : Les Insectes fossiles des terrains primaires. 

L auteur montre qu il a cte a meine de donner une vue d ensemble de 
la faune entomologique des temps primaires, grace aux decouvertes faites 
a Gommentry (Allier) depuis 1878. Le nombre des echantillons trouves 
dans cette localite s eleve a plus de treize cents, tandis qu en Europe et 
en Amerique cent vingt echantillons seulement ont ete signales. 

Gomme Packard et Scudder, M. Brongniart divise les insectes en 
deux groupes : les Metabola et les Heterometabola, partant de ce prin- 
cipe quo plus un Arthropode a les trois regions du corps (tete, thorax, 
abdomen) nettement distinctes, plus il est eleve en organisation. Les 
Heteromelabola (qui ont les metamorphoses le plus gencralement incom- 
pletes) sont les Hemipteres, les Nevropteres et les Orthopteres ; ils sont 
inferieurs aux Metabola, dont les metamorphoses sont completes (les 
Lepidopteres, les Dipteres, les Hymenopteres) ; ceux-ci etant les plus 
recents. Les Cole opteres sont intermediates entre ces deux groupes. Les 
Heterometabola seuls ont ete trouves dans les terrains palaeozoi ques. 

L auteur passe en revue ensuite les insectes trouves dans les diffe- 
rentes formations primaires. II signale, dans les terrains siluriens, une 
sorte d Orthoptere, le Paloeoblattina Douvillei. M. Scudder a decrit six 
Nevropteres ou Orthopteres Pseudo-Nevropteres dans les terrains devo- 
niens. 

Enfin il donne une sorte de prodrome d une faune des Hexapodes car- 
bonifcres : 

1 Orthopteres. Pour la premiere fois, Fauteur signale la presence des 
Thysanoures. II rappelle le nombre considerable de Palaeoblattariae de- 
couverts dans les deux mondes, et passe en revue un certain nombre 
de Palaeacridiodea rappelant les Orthopteres sauteurs actuels. 



cxcvi Bulletin enlomologique. 

2 M. Brongniart cree 1 ordre des Neurorthoptera, compose de deux 
sous-ordres et renfermant des types disparus ayant des caracteres com- 
muns aux Orthopteres et aux Nevropteres. Quelques-uns sont de grande 
taille, et 1 aile de 1 un d eux (Meganeura Monyi) mesure 33 centimetres 
de long. 

3 Les Pseudo-Neuroptera sont representes par six families remar- 
quables. L un d eux, a 1 etat adulte, le Corydaloides Scudderi, presente, 
outre ses stigmates, des lames branchiales abdominales, ce qui, actuelle- 
ment, ne se remarque que chez certaines larves (sauf chez les Ptero- 
narcys adultes). 

4 Les Hemiptem-Homoptera sont representes par plusieurs genres 
des groupes des Cicadaires et des Fulgorides. 

Le meme membre presente egalement, de la part de notre collegue 
M. Herbert Goss, un travail intitule : On some recently discovered In- 
secta from Carboniferous Silurian Rocks. Ge travail resume I etat des 
connaissances sur les insectes fossiles avant le dernier memoire de 
M. Brongniart, qui modifie considerablement les vues que Ton pouvait 
avoir sur les Hexapodes primaires. 

M. L. Fairmaire lit une note sur la faune de la Grande-Gomore : 

Dans la seance du 20 juillet dernier, a 1 Academie des sciences, 
MM. Alphonse Milne-Edwards et Oustalet ont presente quelques consi 
derations sur la faune de la Grande-Gomore d apres les collections rap- 
portees par M. Humblot. S appuyant sur les differences que presentent 
plusieurs oiseaux avec les especes similaires malgaches et sur 1 absence 
des Makis, ces deux naturalistes ont conclu a ce que cette He n est pas 
une dependance de Madagascar, rie lui a jamais ete rattachee et qu elle 
s est peuplee aux de pens de la faune des regions voisines. 

M occupant d un travail sur les Coleopteres de Mayotte et de la 
Grande-Gomore, dont j ai pu etudier un certain nombre, j arrive a une 
conclusion bien differente. En effet, a Mayotte, plus rapprochee de la 
grande ile malgache, on retrouve des especes identiques et de grande 
taille, comme : Dorcus serricornis, Hoplideres spinipennis, Oryctes Ra- 
dama, puis d autres plus petites : Apoderus humeralis, Figulus anthra- 
cinus, Rhyzodes cancellatus, Cassida decolorata, Bradymerus aspericollis, 
et d autres especes nouvelles appartenant a des genres de Madagascar : 
Rechodes, Cratopus, Nycteropus, Eugnoristus, Cautires, etc. A la Grande- 
Comore, situee pins a 1 ouest, les especes identiques diminuent : Figu 
lus anthracinus, Oryctes Simiar, Rhina nigm, Lacon irroratus, Cenlro- 
phorus brevicornis, Dorcus serricornis (petit developpement), Cassida 



Seance du 11 novembre 1885. cxcvii 

decolorata ; puis des especes probablement nouvelles des genres Cratopus, 
Rhytiphlfeus, Nycteropus, etc. Mais rien ne vient rappeler les types de 
la cote de Mozambique ou de Zanzibar, et toutes les especes ont un aspect 
madecasse. Je crois qu il en est de meme pour un certain nombre de 
Mollusques marins et de Lepidopteres. Je donnerai plus de details 
lorsque je publierai les Coleopteres des deux iles en question. 

M. H. Du Buysson envoie une note sur deux especes d Elaterides : 

1 Corymbites Putonis Desbr. = C. (Liotrichus) angmtulm Kiesw. 
Gette espece, que j ai recoltee cette annee au Mont-Dore sur plusieurs 
points differents, et que j ai comparee au type de M. Desbrochers des 
Loges dans la collection de M. le D r Senac, est evidemment conforme a 
1 espece decrite anterieurement par de Kiesenwetter sous le nom de 
L. angustulus (Naturg. d. Ins. Deutchl., IV, p. 291, 13, 1858) et ensuite 
par Gandeze dans sa Monographic des Elaterides (t. IV, p. 174, 103). 

Gette espece n avait ete prise jusqu a ce jour qu une seule fois en 
France au Lioran, pres de la station du chemin de fer, en battant les 
sapins, par MM. le D r Puton et Lethierry, et c est sur ces exemplaires cT 
que M. Desbrochers a base sa description du C. Putonis (voy. Bull. Soc. 
ent. Fr., p. cxvra, 1873). Les cinq exemplaires que j ai recoltes cette 
annee sont tous des males. 

Tout dernierement, j ai rencontre un exemplaire (J) de cet Insecte 
dans les cartons de M. le D r Senac, renfermant le produit des chasses 
qu il avait faites il y a quelques annees au Mont-Dore. 

2 Elater rubidus Cand. (Mon. des ,Elat., t. II, p. 447, 7). Parmi 
quelques Elaterides rec,us en communication de M. Vauloge, j ai vu un 
Elater $ capture cette annee-ci a la Bourboule, station thermale bien 
connue et voisine de celle du Mont-Dore. Get Elater ressemble beaucoup 
au sanguineus comme forme, mais il a les elytres de couleur rouge fer- 
rugineux, un peu comme le pomorum, avec la suture rembnmie, les 
stries profondes quoique un peu moins fortement creusees que chez le 
sanguineus, et les intervalles, au contraire, marques de points plus 
gros. La pubescence roussatre du prothorax vient encore s ajouter pour 
lui donner un aspect different de celui qu offrent les autres especes que 
je connaissais. 

Pour moi, cet insecte se rapporte a Y Elater rubidus Cand., espece fort 
rare, dont 1 auteur n avait vu qu un seul exemplaire lorsqu il 1 a decrite. 
Cette espece serait nouvelle pour la France. 

M etant joint a M. Fauvel pour ce qui regarde la partie des Elaterides de 



CXCVHI Bulletin vntomologique. 

sa Faune gallo-rhenane, je travaille assidument a cet ouvrage, qui sera 
pour moi la base (Tune monographie plus etendue, comprenant les 
especes d Europe et pays voisins. Je prie instamment les personnes 
qui possederaient quelques Elaterides interessants de vouloir bien m ap- 
porter leur concours par la communication de ces insectes. 

M. Rene Oberthiir adresse la note suivante : 

Parmi des Coleopteres envoyes dernierement de Loja (Equateur) par 
M. Fabbe Gaujon, se trouvent deux especes de Lucanides appartenant 
au genre Chiasognathus Stephens, et dont Tune constitue une nouveaute 
fort interessante que je suis heureux de faire connaitre, en lui donnant 
le nom de notre nouveau collegue. G est le : 

C. GAUJONI, dont je possede des exemplaires males seulement, et qui 
a ete rencontre en meme temps que le C. peruvianus Wat.; il est tres 
voisin de cette espece, et c est a elle qu il doit etre compare pour le 
faire facilement connaitre. 

Le C. peruvianus C. 0. Waterhouse (Tr. Ent. Soc., 1869, p. 18, pi.. in, 
fig. 2, 3) = Sphenognathus Wallisii Taschenberg (Zeitsch. f. d. gesamm- 
ken Wiss., 1870, p. 178) est une espece bien caracterisee par ses elytres 
presque lisses,-par sa pilosite gris clair qui couvre le thorax et le des- 
sous du corps, et par tous ses tibias ferrugineux. 

J ai vu cette espece dans quelques collections sous le nom de Higginsi 
Parry ; mais le C. Higginsi, dont je possede les types, est bien distinct 
et tres facile a reconnaitre par ses mandibules longues et droites, par la 
pilosite courte d un gris Jegerement argente qui recouvre tout le corps, 
y compris les elytres, et par la couleur entierement metallique des 
pattes. 

Le C. Gaujoni a la meme forme que le C. peruvianus et a peu pres la 
meme taille, mais il est gene ralement un peu plus large et plus robuste ; 
les elytres, profondement chagrinees dans le sens horizontal, sont d un 
cuivreux verdatre, les mandibules sont proportionnellement plus lon 
gues; le thorax, d un bleu d acier legerement violet, est recouvert 
comme tout le dessous du corps de poils roux et non grisatres comme 
dans peruvianus, dont les elytres sont presque giabres et marron ; cette 
pilosite rousse est plus longue et plus serree ; les pattes sont un peu 
plus longues, les anterieures entierement de la couleur des elytres, mais 
avec un reflet metallique plus brillant ; les deux autres paires de pattes 
seules ont les tibias ferrugineux. 

Les caracteres distinctifs que je viens de signaler entre ces trois 
especes s appliquent seulement aux males ; dans ce groupe les femelles 



Seance du 11 novembre 1885. cxcix 

sont absolument differentes cles males, et je ne possede que celle du 
C. Higginsi. II y a tout lieu d esperer que M. 1 abbe Gaujon pourra 
bientot nous faire connaitre lui-meme les femelles de ces deux especes, 
en meme temps qu il nous donnera des renseignements precis sur 1 ha- 
bitat et les moeurs de ces Lucanides. 

Je suis redevable de ces deux Chiasognathus a la generosite de 
M. 1 abbe Armand David, qui a deja enrichi ma collection de tant d es- 
peces remarquables. 

M. H. Lucas communique la note suivante : 

Ayant etudie vivant, pendant une dizaine de jours, un Trachyderes 
rufipes male, Fabr., j ai remarque que, dans les allees et venues de ce 
Longicorne de 1 Amerique meridionale, les organes mis le plus sou vent 
en mouvement sont les antennes. En effet, en observant ces organes, j ai 
vu que 1 insecte les dirige sans cesse dans tous les sens, et ce mouve 
ment, on peut dire continue!, a son explication, car on sail que les an 
tennes semblent cumuler trois fonctions : celle du toucher, celle de 
1 olfaction et peut-etre celle de Faudition ? 

Ge n est pas seulement sur ce Coleoptere que j ai observe ce mouve 
ment continuel, car il existe aussi et d une maniere sensible, quoique 
plus lente, chez un Orthoptere Locu slide, TEphippigera vitium de Ser- 
ville, que j ai rencontree en tres grand nombre et a differents ages sur 
les vignes a Arcachon et a Ghambourcy pendant les mois d aout, de sep- 
tembre et d octobre 1884 et 1883. 

- M. J. Fallou lit la note suivante : 

Dans la seance de la Societe du 22 juillet 1885, M. Alfred Guillot a 
preserite une interessante variete d un Lepidoptere, le Limenitis Sybilla, 
et le journal le Naturaliste (l er aout 1885, n 15, p. 118, a reproduit la 
note du Bulletin consacree a cette variete. 

A la seance du 14 octobre dernier, M. H. Lucas a adresse a la Societe 
des remarques sur les Limenitis Sybilla et Camilla. Notre collegue a vu 
voler ces deux especes en assez grand nombre dans la foret du Perche 
(Orne) et a pu constater que ces Nymphalides affectionnaient les parties 
sombres de ces grands bois ct qu elles se reposaient sur la terre humide 
dans le voisinage des ruisselets. 

Ges notes m ont vivement interesse et rappele d anciennes captures 
faites dans une localite qui doit avoir de 1 analogie avec celles de la foret 
du Perche. 

Je soumets a la Societe deux exemplaires de L. Sybilla & se rappor- 



cc Bulletin entomologique. 

tant a peu pres a la variete decrite par M. A. Guillot. La capture de ces 
deux sujets remonte a un assez grand nombre d annees, car j ai pris la 
variete e. f. Engramelle, en juin 1829, au bois de Meudon, dans le che- 
min qui conduit de la fontaine Sainte-Marie a la plaine de Clamart, pres 
de la petite source des Lins. A cette e poque, cette route e tait bordee et 
ombragee par de hauls chataigniers, des chenes et des bouleaux, dont 
les pieds etaient garnis d elegantes touffes de chevrefeuille qui nourris- 
saient la chenille de cette espece, et les papillons y volaient en grand 
nombre. Cette variete, que j ai designee sous le nom e. f., se rapporte, 
tant en dessus qu en dessous, a la figure 13 d Engramelle, represented a 
la planche xi (1). 

La seconde variete, que je presente sous le nom de nigra, a les taches 
blanches du dessus des secondes ailes un peu visibles ; les dessins du 
dessous des quatre ailes semblent faire le passage du type de Pespece a 
la variete e. f. J ai capture celle-ci dans le meme endroit, a Meudon, le 
14 juin 1867. 

Ces deux varietes font partie de ma collection. 

M. G.-A. Poujade lit la description d un Lepidoptere du Thibet : 

LIMENITIS MIMIC A Pouj. Eiivergure : 64 mill. Dessus : Bisque 
des quatre ailes d un blanc sale ombre de grisatre, surtout aux supe- 
rieures; nervures, triangle a Pextremite de la cellule des ailes supe- 
rieures, bords costaux, internes et externes, largement teintes de noir 
de suie. La bordure externe de Paile superieure en occupe a peu pres la 
sixieme partie et s elargit a 1 apex de la longueur du tiers costal ; elle est 
garnie d une serie de petites lunules blanchatres internervurales, pre- 
cedees, a 1 apex, de trois taches blanches a peu pres triangulaires. La 
bordure de 1 aile inferieure s etend un peu au-dela du dernier tiers, elle 
est ornee d une double range e de points internervuraux blanchatres. 

Dessous semblable au dessus, mais plus pale ; une range e de taches a 
peu pres quadraugulaires precede les franges en plus des taches inter 
nervurales du dessus. Franges blanches entrecoupees de noir aux ner 
vures, plus accentuees en dessous qu en dessus. 

Corps noir en dessus, blanchatre entrecoupe de noir en dessous. 

Cette espece appartient au groupe de Limenitis Disippus God., de 
PAmerique septentrionale. 

Un c? de Mou-Pin, rapporte par M. 1 abbe A. David. Collection du 
Museum. 

(1) D apres cet auteur, 1 original de cette vari6te aurait ete pris en Angleterre 
et faisait partie de la collection de M mc Matigny. 



Seance du 11 novembre 1885. cci 

M. Em.-L. Ragonot communique la description d une nouvelle 
espece de Microlepidoptere : 

CLEDEOBIA OGULATALIS Rag. Envergure du $ : 32 mill. Ailes 
superieures brun noiratre ; une large bande au-dessous de la cote s eten- 
dant jusqu a la deuxieme ligne, 1 espace terminal, et une bande horizon- 
tale, arrondie, sur le pli dorsal et s etendant de la base a Tangle anal, 
ocrace. Premiere ligne invisible. Deuxieme ligne placee tres pres du 
bord externe et presque parallele, fine, blanche, assez profondement 
dentclee, interrompue au pli dorsal et continuee le long du bord supe- 
rieur de la bande ocracee du pli dorsal en une fine ligne jusqu a la base. 
Une autre ligne blanche s etend sur le bord inferieur de la meme bande 
depuis Tangle anal jusqu a la base encadrant un espace de la couleur 
du fond en forme d un ovale allonge. Dans la cellule, il y a une grande 
tache blanche renfermant un gros point brun noiratre et ressemblant 
tout a fait a un 03il. Ailes inferieures gris brunatre, uni, avec une fine 
ligne mediane blanche, un peu sinueuse et dentelee. 

Un exemplaire tres frais provenant de Grenade (Espagne), dans ma 
collection ; d autres, egalement de TAndalousie, dans la collection de 
M. P. Mabille, qui a bien voulu me donner une $ qu il rapporte a cette 
espece ; mais elle ne ressemble en aucune fagon au <3* ; elle est plus pe 
tite (25 mill.), d un ocrace roussatre, et elle a beaucoup de rapports avec 
Vangustalis S. V. Mv.-Fallou a au^wjiaja un exemplaire d Algerie. 

L oculatalis devra etre placee apres la morbidalis Gn., mais elle est 
absolument unique comme dessiiM*ffflBN|fi Cledeobia. 




M. J.-M.-F. Bigot comm/nicftfe la O^^ption d un nouveau genre 
de Dipteres, et la Societe $$J,tf$i3$i$& impression dans le present 
Bulletin : 



Genre GROSSOTOGNEMA (xpoaawcrj xvrip)) (nov. gen. Tachinidarum 
mihi). ?. Antennis supra medium oculorum insertis, usque ad episto- 
num productis, segmentis duo basalibus minutis , tertio, fere septem 
secundo longiore, angusto, oblongo, apice obtuso, chseto basilari, nudo y 
haud incrassato nee segmentato ; facie plana, nuda, epistomo, haud pro- 
minulo, macrochxtis tantum duobus armato ; fronte sat lata, macrochxtis 
vix usque ad apicem segmenti primi antennarum productis ; oculis dense 
villosis; haustello brevi; clypeo scutelloque macroch&tis longis sat dense 
munitis ; abdomine depresso, brevissime piloso, macrochxtis tantum duo- 
bus vel quatuor, marginalibus , ad apicem sdgmentorum 2 l et 3 l , armato, 
apice longe setoso; vena alarum quinta recte cubitata, haud appendicu- 

(1885) Bulletin de la Societe" entomologique de France. 22 



ecu Bulletin entomologique. 

lata, deinde leniter concava, apice e quarta sejuncta, vena transversali 
secunda (externa) obliqua, bisinuosa, propius cubiti quintx quam venss 
4 ae transverse locata; tibiis posticis parum dilatatls , crebre, sat longe, 
retro ciliatls. 

C. JAVANA $ (nov. sp. mihi). Long. 8 millim. Antennis, rufo 
obscure tinctis; palpis nigris, apice fulvis; fronte et facie albidis, vitta 
frontali lata, nigra; thorace, cinereo obscuro, lineis quatuor nigris, an- 
gustis, interruplis, notaio; scutello, ejusdem coloris, apice parum rufo 
picto; calyptris latis, albidis, halteribus fuscis; abdomine nigro, segmen- 
tis secundo et tertio, utrinque, macula quadarn latissima, quadrata, ad 
margines posticas liaud contigua, fulvido cinereoque tincta, pictis, seg- 
mento ultimo apice rufo Undo ; pedibus omnino nigris ; alls fere hyalinis, 
bvsi parum cimreis. 

Java. 1 specim., ex mus. nostro. 

M. le professeur V. Lemoine, en oflrant a la Societe deux memoires 
im primes, dont les litres sont indiques au Bulletin bibliographique, fait 
comiaitre les fails nouveaux qui y sont relates. 

Le meme naturaliste fail passer sous les yeux de la Sociele de 
nombreux dessins relatiis a 1 anatomie et plus particulieremenl au sys- 
teme nerveux d une espece de Phylloxera, le P. punctulata, qui vil sur 
le chene a fleurs sessiles ; il donne egalement d imporlanls details sur 
1 anatomie et la biologic de I Aspidiotus nerii. 

Membre regu. La Societe admel au nombre de ses membres M. Charles 
Alluaud, rue Mailly, 6 (Coleopteres europe ens et exotiques), presente par 
M. Lucas. Cornmissaires-rapporteurs : MM. Bourgeois et Fairmaire. 

E. D. 



Bulletin bibliographique. 

Atti della Reale Accademia del Lincei, 282 e annee, 1884-1885. Rendi- 
conti, vol. I, fasc. 23. Q. 

Bulletin d insectologie agricole, 10 e annee, n os 8 et 9 (aout-septembre 
1885). _ utilite des Insectes. La verite sur les rouleurs de boules. 
BALBIANI. Destruction de 1 oeuf d hiver du Phylloxera (fin). Le 
grand Paon de unit. La Chrysorrhee. MEGMN. Note sur un Aca- 
rien utile. MOLEYRE. Les Pentatomes. LESNE. Les Vrillettes. 
RAME. Elevage des Vers a soie en divers pays. Vers a soie de 
1 ailante. La Puce de Phomme. La Teigne du lilas. 



Seance du 11 novembre 1885. ccm 

Comptes rendus hebdomadaires des seances de I Acade mie cles sciences, 
tome CL N 17 (26 octobre 1885) Q. N 18 (2 novembre 1885). 
A. MILNE-EDWARDS. L histoire naturelle de 1 ile Campbell et de la 
Nouvelle-Zelande. DUPONCHEL. Le sulfure de charree et son emploi 
centre les maladies parasitaires animales et vegetales. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, 16 e annee, n 181 (l er novembre 1885). 
BELLIER DE LA GHAVIGNERIE. Note sur la Cicindela germanica. E.LE- 
LIEVRE. Reponse a M. E. Rambaud. 

Naturalista Siciliano (il), 5 e annee, n 1 (l er octobre 1885). E. RAGUSA. 

Catalogo ragionato del Goleotteri di Sicilia (suite). P. MILLIERE. 

Catalogue raisonne des Lepidopteres des Alpes-Maritimes (suite). 
Naturalists (le), 7 e annee, n 21 (l er novembre 1885). CH. ROYER. 

Aberrations chez les Vanesses. ARGOD. Trocharanis Xambeui, sp. 

nov. RAGONOT. Coleophora ametliystinella, sp. nov. 



BEDEL (Louis). Recherches sur les Coleopteres du nord de 1 Afrique. 
(Extr. Ann. Soc. ent. Fr., 1885.) 6 p. * 

BERGROTH (D r E.). Descriptions of two new species of Aradidae. (Extr. 
Entom. Monthl. Magaz., vol. XXII.) * 

BROXGNIART (CHARLES). Les Insectes fossiles des terrains primaires. (Extr. 
Bullet, de la Soc. des Amis des sc. nat. de Rouen, 1885.) 5 pi. * 

Goss (HERRERT). On some recently discovered insecla from carbonife 
rous and Silurian rocks. (Extr. Proceedings of the Geologist s Asso 
ciation, vol. IX, n 3.) 21 p. * 

LEMOINE (VICTOR). La Vigne en Champagne pendant les temps geolo- 
giques. Chalons-sur-Marne, 1884. 12 p., 1 pi. * 

ID. Recherches sur le developpement des Podurelles. Paris, 1883, 
40 p., 3 pi. * 

LEVEILLE (ALRERT). Description d une nouvelle espece de Trogositides. 
(Extr. Ann. del Museo civico di Storia nat. di Genova, 1885, serie 2, 
vol. II.) 2 exempl. * 

RILEY (C. V.). Notes on joint worms. (Extr. Rural New-Yorker, 1885, 
vol. 44, p. 418.) 2 exempl. * 

ID. On the hitherto unknown mode of oviposition in the Carobidae. 
(Extr. Proceed, of Americ. Assoc. for the advancement of sc., 
vol. XXIII, 1884.) * 



cciv Bulletin entomologique. 

RILEY (G. V.). On the parasites of the Hessian Fly (Cecidomyia destruc 
tor). (Extr. Proceed. U. S. nation. Museum, 1885.) 1 pi.; 2 exempl. * 

ID. Premature appearence of the periodical Cicada. * 

ID. Report of the Entomologist for the year 1884. (Extr. annual report 
of the depart, of agricult. for the year 1884). 133 p., 10 pi. * 

ID. The song-notes of the periodical Cicada. (Extr. Science, vol. 6, 
p. 264. Septembre 1885 .) 4 p., 2 exempl. * 

SCUDDER (SAMUEL H.). Description of an articulate of doubtful relation 
ship from the tertiary beds of Florissant, Colo. (Extr. nation. Academ. 
of Sc., vol. III.) 6 p., 3 fig. * 

SIGNORET (VICTOR). Revision du groupe des Cydnides de la famille des 
Pentatomides. (Extr. Ann. Soc. ent. Fr., 1881, 82, 83, 84.) 280 p., 
26 pi. * 

THOMSON (C. G.). Skandinaviens insecter, en handbok i entomologi, 
till allmanna liiroverkens tjenst. Forsta haftet : Coleoptera. 187 p., 
5 pi. * 

A. B. 



Seance du 25 iiovembre 1$S5. 

Prudence de M. EM.-L. RAGONOT. 

Rapport. M. E. Desmarest, au nom du Conseil qui s est reuni le 18 no- 
vembre courant sous la presidence de M. Emile-L.- Ragonot (presents : 
MM. Bedel, Desmarest, Fairmaire, Lefevre, Leveille, Ragonot ; absents : 
MM. Buquet, de Marseul, Mauppin, Signoret), donne lecture du rapport 
suivant : 

Le but de la reunion du Conseil etait 1 etude d une demande de 
M. J. Bourgeois et de quatorze de nos collegues, presentee dans la seance 
de la Societe du 11 novembre, prise en consideration, etqui, aux termes 
de 1 article 34 du Reglement, avail ete renvoyee a son examen. 

Cette proposition tendait a Pabrogation du 2 e paragraphe de 1 article 42 
du Reglement, qui est ainsi congu : Les descriptions isole es riy e tant 
admises qu a litre exceptionnel et seulement lorsqu un interet d actualite 
s y rattache, chaque Membre ne pourra faire imprimer au Bulletin plus 
de douze descriptions par an. 

Apres avoir entendu M. J. Bourgeois developper sa proposition, M. le 
President du Conseil a lu des lettres de MM. L. Ruquel et de Marseul 



Seance du 25 novembre 1885. ccv 

qui y sont relatives. A la suite de cette lecture, et apres discussion 
approfondie, le Conseil a passe au vote. Gelui-ci n a donne aucun 
resultat, deux membres s etant abstenus et les quatre autres voix s etant 
partagees pour et centre la proposition. 

La Societe, conformement a 1 article 34 de son Reglement, renvoie a 
la seance du 13 Janvier 1886 (la seance du 23 decembre 1885 devant 
etre consacree au renouvellement annuel du Bureau et des Commissions 
speciales) la discussion et la decision qu elle doit prendre au sujet de la 
proposition de M. J. Bourgeois. 

Communications. M. Ed. Lefevre fait a la Societe la communication 
suivante : 

C est a tort que j ai considere, comme construites par des nymphes de 
VAteuchus sacer L., les coques en terre melee de sable etde detritus 
vegetaux, que j ai fait passer sous les yeux de la Societe dans sa seance 
du 14 octobre dernier (p. CLXXIX). Gar M. J. Bourgeois, a qui j avais 
donne une de ces coques, vient de m informer que la nymphe contenue 
dans cette coque etait dans un e tat de conservation telle qu il a pu recon- 
naitre surement la nymphe du Copris hispanus L., si bien figuree par 
M. le professeur Blanchard a la planche I de son Histoire naturelle des 
Insectes. 

M. L. Fairmaire lit la note qui suit sur divers Tenebrionides : 

Dans les Petites Nouvelles de 1877, page 113, notre regrette collegue 
Chevrolat a decrit deux especes du genre Amnodeis qu il considerait, 
mais bien a tort, comme nouvelles. La premiere, A. Wagneri, indiquee 
comme trouvee a Mostaganem, localite tout a fait improbable, est iden- 
tique avec FA. asiaticus Mill., d Amasia ; il est probable que la paillette 
portant les noms de Mostaganem et de Wagner est tombee de Tepingle 
d un Erodius et a ete placee a un Amnodeis voisin. G est 1 histoire de 
plusieurs types. La seconde, A. nitidus, d Egypte, est identique avec 
FA. confluens, de Mesopotamie. 

Dans les Memoires de V Academic de Lyon (1866, p. 49), MM. Mulsant 
et Key ont cree un genre Clitobius pour un insecte qu ils nomment 
C. sabulicola et auquel ils assignent pour patrie le Bengale au lieu de 
Benguela, nom que Fetiquette porte cependant assez clairement. Or ce 
genre, que personne ne connait et qu on chercherait sans doute vainc- 
ment dans 1 Inde, n esl autre que le genre Halonomus cree en 1861 par 
Wollaston pour I Opatrum ovatum Er., insecte auquel il contestait le 



ccvi Bulletin entomologique. 

droit d exister a Angola et qui se retrouve le long de la cote occidentale 
et septentrionale d Afrique jusqu en Tunisie (Pirazzoli) et meme en 
Sicile. 

Le genre est actuellement compose des especes suivantes : 
Genre GLTTOBIUS Muls. (Halonomus Woll.). 

1. ovatus Er. (sabulicola Muls. subplumbeus Fairm.). 

2. Grayi Woll. Saint- Vincent. 

3. salinicola Woll. Lanzarote, Mogador. 

4. oblong iusculus Fairm., Pet. Nouv., 1875, 495. Biskra. 

5. cribricollis All., Ann. Soc. ent. Fr., Bull. 1882, 86. Abyssinie. 

6. lineicollis Fairm., Naturaliste, 1879, 4 (Schneideri All., loc cit.), 

Hedjaz ; le Gaire. 

7. variolatus All., Wien. Ent. Zeit., 1884, 248. Syric. 

M. Henri Gadeau de Kerville parle de 1 albinisme imparfait chez les 
Lcpidopteres et cite plusieurs exemples dans lesquels cet albinisme ne 
s est manifesto que sur les ailes du meme cote. II propose, pour desi 
gner ce fait peu connu jusqu alors, le nom ^albinisms imparfait unila 
teral, qui peut, en outre, etre total ou partiel, dextre ou senestre, ante- 
rieur ou posterieur. Les exemples d albinisme imparfait unilateral, 
etudies par lui, appartiennent aux genres Polyommatus, Argynnis, Me- 
litxa, Erebia, Satyrus, Zygxna, Triphasna, Ilyria, Venilia et Fidonia. 
Presque tous font partie de la riche collection de M. J. Fallou ; un se 
trouve dans celle de M. Th. Goossens et un autre dans celle de 
M. H. Lhotte, de Rouen. 

Notre collegue remet, au sujet de cette communication, une note de- 
taillee destinee aux Annales. 

M. H. Lucas communique la note suivante : 

La larve du Lophyrus pini Linne a I etat jeune et lorsqu elle est longue 
de 12 millimetres environ, est entierement verte, a 1 exception des yeux 
qui sont d un brun plus ou moiiis fonce ; a 1 age adulte, elle est d un 
jaune verdatre et marquee de chaque cote de deux rangees de laches 
noires et dont celles situees au-dessus de la base des pattes sont formees 
de points virguliformes ; enfm, lorsqu elle est sur le point de filer son 
cocon, ces taches disparaissent ou sont peu apparentes, et alors elle est 
d un jaune sale. 

Ayant eleve un tres grand nombre de ces larves, veritable fleau de 
nos forets coniferes, j ai remarque que les feces rhomboi dales collees en 
semble de cette fausse chenille sont vertes et semblables, par consequent, 



Seance du 25 novembre 1885. ccvn 

comme couleur aux feuilles aciculaires du Pinus sylvestris dont ces 
larves se nourrissent. 

Gette observation, faite sur un tres grand nombre d individus, semble 
demontrer que le sue gastrique chez ces Hymenopteres a 1 etat de larve 
est sans action sur ia couleur de ces substances vegetales ingerees et 
ayant subi une digestion complete. Ge fait vient confirmer les remarques 
que j ai deja signalees a la Societe sur des Blaps mortisaga, Bull. 1868, 
p. xxvi, et sur des Orthopteres a 1 etat de larve, de nymphe et d insecte 
parfait, Periplaneta (Blatta) americana, loc. cit., p. xxvi. 

Je dois la communication de ces larves du Lophyrus pini a M. Duver- 
gier de Hauranne, dont les pineraies dans le departement du Gher ont 
eu beaucoup a souffrir de la presence de cet Hymenoptere porte-scie <a 
1 etat de larve et d insecte parfait. 

M. G.-A. Poujade donne les descriptions de deux Lepidopteres de 
la famille des Nymphalides appartenant au Museum : 

LIMENITIS CIOCOLATINA Pouj. Envergure : 68 mill. Forme du 
L. populi Lin., sauf les ailes superieures qui sont un peu plus dentees 
et plus arrondies a 1 apex. Dessus d un brun chocolal, montrant, par 
transparence, les taches et bandes du dessous ; ailes superieures ayant a 
la cote trois taches blanches placees comme chez L. populi et deux fines 
bordures d un blanc violace : 1 une centre la frange et 1 autre qui en est 
eloignee de 4 millimetres. Ailes inferieures bordees de lunules noiratres 
entourees de bandes d un blanc violace, disposees comme chez L. po- 
puti. 

Dessous : base des ailes couleur de terre de Sienne brulee, et occupee 
par des lignes noires irregulieres, disposees comme chez L. populi ; reste 
des ailes d un brun clair, sur lequel se detachent les taches et bordures 
du dessus. Les ailes inferieures sont partagees par un bande diagonale 
plus pale, circonscrite entre deux lignes brunes, partant d une tache 
blanche situee sur le milieu de la cote et se dirigeant un peu au-dessus 
de Tangle anal ; entre cette diagonale et les bordures, il y a une teinte 
d un brun rouge veloute. 

Un individu, qui parait etre un tf, rapporte de Mou-Pin (Thibet orien 
tal), par M. 1 abbe A. David. 

APATURA SUB ALB A Pouj. Envergure : 60 mill. Dessus d un brun 
clair. Ailes superieures en triangle rectangle allonge, a peine dentees, 
ayant quatre taches blanches arrondies : 1 une aux deux tiers du bord 
costal, suivie d une autre se dirigeant obliquement vers le bord externe, 
les autres paralleles aux deux premieres et situees presque au milieu 



ccvin Bulletin entomologique. 

de 1 aile ; une cinquieme, a peine marquee, est placee sur la nervui 
sous-mediane, immediatement au-dessous de la tache centrale. Ail< 
inferieures a borfl externe presque droit, assez fortement dente, bordt 
d un lisere brun fonce nuageux, parallele aux den ticula Jons ; bord cost 
orne, au dernier tiers, de deux laches blanches superposees. 

Dessous d un blanc soyeux, a reflets irises ; une tache brune, a pei 
pres de la forme du chiffre 2, surmontee d un point de meme couleur, 
est situee presque a Tangle interne de 1 aile superieure; les laches 
blanches du dessus apparaissent en blanc mat. 

Un individu $, de Mou-Pin, capture par M. Pabbe A. David. 

M. Emile-L. Ragonot presente une note snr une nouvelle espe( 
de Tineite gallicole : 

Au commencement de cetie annee, M. A. Olivier, de Bone (Algerie), 
m adressa quelques portions de tiges de Tamarix qui etaient boursou- 
flees ou renflees au milieu, un peu de la fagon dont le sont les tiges d( 
saule attaquees par les larves de la Saperda populnea L. II m envo] 
eri meme temps plusieurs papillons eclos au mois de novembre de c< 
especes de galles. En examinant ces insectes, que je rapportai provisoi- 
rement au genre OEcocecis de Guenee, je fus frappe du fait que ni les 
uns ni les autres ne possedaient des palpes, et je conclus que les papil 
lons, en sortant de 1 ouverture menagee dans les galles, avaient du les 
perdre par le frottement. 

Desesperant d obtenir des eclosions, j ouvris toutes les galles, et je 
trouvai, a 1 interieur, soil des chrysalides dessechees, soit des chrysa 
lides vides avec des papillons avortes et desseches ; malgre un examen 
minutieux, je ne pus encore decouvrir aucune trace de palpes. 

Au mois d octobre, M. A. Olivier m envoya des galles fraiches, et j ai 
pu enfin obtenir des eclosions, ce qui m a permis de mieux etudier 1 in- 
secte. J ai pu ainsi constater que les palpes labiaux existent, mais ils 
sont d une taille remarquablement petite, en forme d une minuscule 
touffe triangulaire a peine visible a la loupe, etendus en avant, mais de- 
passant a peine le front, qui est completement decouvert ; la trompe est 
invisible. 

Get insecte, par sa maniere de vivre et comme apparence, ressemble 
a VOEcocecis Guyonella Gn., mais la chenille de celle-ci vit sur le Limo- 
nianum Guyonianum, dans une grosse galle, en forme d une noix de 
muscade, dont les parois sont tres minces. Son cocon de soie blanche, 
leger, d un blanc pur, enveloppe d une legere bourre de soie, la remplit 
exactement ; ce cocon a la forme d une poire, son extremite se continue 



Seance dit 25 novembre 1883. :ux 

j usque dans la galerie par ou le papillon, en eclosant, passera pour 
( sortir; mais rien, au dehors, ne trahit 1 ouverture. En effet, la chenille 
a soin de ronger seulement la substance de son habitation, laissant 
comme opercule, a 1 extremite de sa galerie, 1 epiderme de la galle, 
assez fin pour n offrir aucune resistance au papillon nouvellement eclos. 

Les galles du Tamarix, au contraire, sont ligneuses, leurs parois sont 
epaisses, ne laissant que juste la place pour la chenille ; la chrysalide 
elle-meme occupe exactement la cavite, de fagon que le cocon se trouve 
reduit a une petite toile au-dessus de la chrysalide, vers le galerie de 
sortie ; celle-ci est fermee interieurement par un opercule de soie, extc- 
rieurement par un bouchon rugueux, forme des dejections de la che 
nille, et tres visible du dehors. 

Contrairement a YOE. Guyonelta, YOlimerella a des palpes, commc 
je 1 ai dit, presque imperceptibles, des ailes etroites, a bords subparal- 
leles , les ailes inferieures fortement echancrees sous 1 apex, lequel est 
tres prolonge ; 1 article basilaire des antennes est gros, dilate laterale- 
ment, et n a pas de poils en dessous comme la Guyonella ; enfin la ner- 
vulation est bien differente : Olivierella n a que onze nervures, toutes 
separees, aux ailes superieures, la cellule est fermee perpendiculaire- 
ment. Aux ailes inferieures, les nervures sont toutes independantes ; 
6 et 7 naissent separement de la nervure transversale. La nervulation 
de la Guyonella est tres inexactement represented par Guenee. 

L Olivierella a les ailes d un ocrace brunatre, saupoudrees d ecailles 
noires, lesquelles s amassent par endroits, formant trois bandes trans- 
versales, irregulieres, a contours indistincts. Les ailes inferieures sont 
d un gris clair luisant, un peu brunatre ; les longues franges sont bru- 
natres et soyeuses. 

Le nouveau genre que je cree, ct que je nomme Amblypalpis, devra 
etre place, malgre la iorme insolite des palpes, dans la famille des Gele- 
chidae, a cote de VOEcocecis Guyonella. Je dedie cette interessante espece 
a I inventeur. 

J ai pu etudier VOEcocecis grace a 1 obligeance de M. le capitaine Dattin, 
de Gabes (Tunisie), qui m a envoyc des galles habitees. 

Membre regu. M. le D r Victor Lemoine, professeur a la Faculte de 

medecine de Reims (Marne), qui s occupe specialement de Tanatomie et 

de 1 emhryogenie des animaux articules, presente par M. E. Desmarest. 

Commissaires-rapporteurs : MM. Maurice Girard et Gh. Brongniart. 

E. D. 

(1885) Bulletin de la Societe entomologique do France. 23 



ccx Bulletin entomologiqne. 

Bulletin bibliographique. 

Academie des sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances), 1885. 

N 19. V. LEMOINE. Sur le systeme nerveux du Phylloxera. 
N 20. Q 

Naturalista Siciliano (il), anno V, 11 2. G. RIGGIO. Material! per una 
fauna entomologica dell isola d Ustica. T. DE STEFANI. Raccolte 
imenotterologiche sui monti di Renda e loro adiacenze. P. MILLIERE. 
Catalogue raisonne des Lepidopteres des Alpes-Maritimes. 

Naturalists (le), 7 e annee, n 22. BOLIVAR (J.). Observations sur le 
Gryllodes littoreus, sp. nov. D r PAUX. Note sur 1 eclosion de la 
Calamia lutosa et de son habitat dans le departement du Nord. 

Societa entomologica italiana (Bulletino della), 1885, trim. Ill et IV. 
LUGIANI. Ancora sulla ibernazione degli ovuli del Baco da Seta. 
ANGELO DE GARLINI. Artropodi dell isola di S. Pietro. P. PAVESI. 
Aracnidi raccolti dal Gonte Bouturlin ad Assab e Massua. ID. Con- 
trosservazioni ad un opuscolo recente di Aracnologia. P. MAGRETTI. 
Di una galla di Cinipide trovata sulle radici della vite (Vitis vinifera). 

FERRUCCIO MERCANTI. Sullo Sviluppo postembrionale della Tel- 
phusa fluviatilis Lat. (1 pi. n.). N. PASSERINI. Sulla morte degli 
insetti per inanizione. QUAJAT. Sugli incrociamenti fra le razze 
bianche del Baco da Seta. A. COSTA. Diagnosi di nuovi Artropodi 
della Sardegna. ROSTER DANTE ALLESSANDRO. Contribute all anato- 
mia ed alia biologia degli Odonati (pi. m et iv), P. M. FERRARI. 
Rincoti motteri raccolti nelP Italia centrale et meridionale dal prof. 
G. Cavaima. PIERO BARGAGLI. Rassegna biologica di Rincofori eu- 
ropei. C. EMERY. La luce della Luciola italica osservata col. mi- 
croscopio (pi. v). Letteratura entomologica italiana. ID. Rassegna 
e bibliografia entomologica. Note e notizie varie. 

Atti della Societa entomologica italiana anno 1884, Indice alfabetico 
delle materie contenute nel sedicesimo volume del Bulletino della 
Societa entomologica italiana. Statuto 1885. 

J. BELON. Materiaux pour servir a 1 etude des Lathridiens (Rev. d Entom., 

1885). 16 p. * 
TARGIONI-TOZZETTI (AD.). Armature genitali maschili degli Ortotteri Sal- 

tatori. (Bull. Soc. ent. it., 1882.) 4 p. * 
ID. Myxolecanium kibarae Beccari, nota, 1 pi. (Bull, ent., 1877.) 4 p. 



Seance du 25 novembre 1885, ccxi 

TARGIONI-TOZZETTI. Riassunto ed emendamento dei prospetti dei generi 

e delle specie degli Ortotteri secondo la fauna italiana 1878. 8 p. * 
ID. Di una specie nuova in un nuovo genere di Cirripedi lepadidei ospi- 

tante sulle penne abdominali del Priofinus cinereus dell Atlantico 

australe e dell Oceano indiano. (Bull, entom.). 16 p., 1 pi. * 
ID. Sommario di nuove osservazioni sulla Filossera del Leccio e della 

Querce (Phylloxera florentina, P. Signoreti Targ.). (Bull, entom. 1877.) 

4 p. * 
ID. Note anatomiche intorno agli insetli. (Bull/entom., an. IV.) 16 p., 

ipl.* 
ID. Gli uecelli, gli insetti parasiti e le trattative per gli accordi interna- 

zionali intorno alle leggi di caccia. (Bull, entom., an. VI.) 5 p. * 
ID. Sulla Helicopsyche agglutinans (Tass.), fig. (Rev. Soc. ent. ital., 

1878.) 2 p. * 
ID. Delle Forfecchie, Piattole, Grillotalpe, Grilli, Locuste e Cavalette nella 

economia domestica e nella pratica agraria, fig. (Min. ent. Ann. 

Agric., 1878.) 37 p. * 
ID. La Fillossera e le malattie delle vitti in Italia dal 1879 al 1883. 2 pi. 

Florence, Rome, 1883. 88 p. * 
ID. Sulla Stazione di Entomologia agraria fondata in Firenze dal r. Mi- 

nistero di agricoltura, industria e commercio. (Bull. ent. 1875.) 16 p. * 
ID. La Filossera a Valmadrera. (Bull. Soc. ent. ital., 1879.) 5 p. * 
ID. Estratto di un Gatalogo sistematico e critico dei Molluschi Gefalopodi 

del Mediterrarieo, posseduti dal r. Museo di Firenze, con alcue specie 

nuove. (Alt. Soc. ital. sc. nat., 1869.) 14 p. * 
ID. Orthopterorum italic species novaa in collectione R. Musei Floren- 

tini digests. (Bull. Soc. ent. Ital., 1881.) 7 p. * 
ID. Discorso inaugurate letto nella prima Adunanza pubblica della 

Societa entomologica Italiana. (Bull. Soc. ent. Ital.) 8 p. * 
ID. Catologo di Grostacei podottalmi, brachiuri et anomouri raccolti nel 

viaggio di circumnavigazione della frcgata italiana Magenta. (Bull. 

ent., IV.) 11 p. * 
ID. Sopra alcuni Lepidotteri parassiti dell uva, del grano turco, etc., 

e sulla Helicopsyche ottenuta allo stato d immagine. (Alt. Soc. Ital. sc. 

nat., 1879.) 7 p. * 

ID. Sugli effetti naturali della Gaccia e sulle ragioni e la opportunity 
degli ordini per regolarue 1 esercizio. (Aui Georgof, 1874.) 40 p. * 



CCXH Bulletin entomologique. 

TARGIONI-TOZZFTTI. La bocca e i piedi del Tetranychus, i pi. n. (Bull, 
entom., 1877. 8 p. * 

ID. Osservazioni di entomologia agraria. (Buil. ent. Soc. Ital., 1881.) 
2p.* 

ID. Nota supra alcuni parasiti del Gelso e dell Olivo. (Atti Georgof, 
1863.) 5 p. * 

ID. Questione sulla esistenza dell uovcfdi inverno della Filossera della 
vite, nuovamente proposta nell Adunanza della Societa. (Bull. Soc. 
ent. Ital., 1883.) 18 p. * 

ID. Note anatomiche intorno agli insetti. (Bull, entom., 1872.) 1 pi. n. 
24 p. * 

ID. Relazione intorno ai lavori della R. Stazione di entomologica agra 
ria di Firenze per gli aim. 1877, 78, 79, 80, 81, 82 (fig. dans le texte). 
(Annali di Agricoltura, 1881 et 1884.) 2 vol., 1 un de 194 p. et 3 pi. n., 
1 autre de 645 p. * 

ID. Notizie e indicazioni sulla malattia del Pidocchio della vite o della 
Filossera (Phylloxera vastatrix) k da servire ad uso degli agricoltori. 
(Annali di Agricoltura, 1879.) 1 pi. col. 39 p. * 

ID. Ortotteri agrari, cioe dei diversi insetti dell Ordine degli Ortotteri 
nocivi o vantaggiosi all agricoltura o all economia domestica e prin- 
cipalmente delle cavallette. (Annali di Agricoltura, 1882.) Fig. dans 
le texte. 238 p. * 

A. L. 



Seance du 9 dccembre 1885. 

Residence de M. fiiw.-L. RAGONOT. 

Lectures. M. le D r Alex. Laboulbene donne lecture d une Notice sur 
Henri Milne-Edwards, membre honoraire. 

M. J. Bourgeois lit une Notice sur la vie et les travaux de Jorgen- 
Ghristian Schiodte, membre honoraire. 

Communications. M. Ch. Berg, de Buenos-Aires, adresse la commu 
nication suivante, relative a une nouvelle espece de Bombycide : 

PALUSTRA URUGUAYEXSIS Berg, nov. sp. $. Saturate isabellina, fere 
unicolor, sine lineis et maculis ; capite thoraceque valde pilosis ; antennis 
minute serratis ; alts anticis sat dense squamosis, anymtis, aptce obtuso, 



Seance du 9 de cembre 1885. ccxni 

rotundato, timbo admodum rotundato, sine angulo inferiore determinate ; 
alls posticis nonnihil pallidioribus, minus squamosis, limbo regulariter 
rotundato ; abdomine laete isabellino, apice pallide fasciculate ; pectore, 
ventre pedibusque obscure isabellinis, horum tibiis tarsisque ex parte fus- 
cescentibus. Expans. alar. ant. 41 mill. 

Patria : Respublica uruguayensis. (A Dom. J. Arechavaleta prope 
Montevideo lecta.) 

Entre les cinq especes du genre Palustra Bar, jusqu a present con- 
nues, cette nouvelle espece s approche plus de la P. Laboulbeni Bar, 
dont elle a la stature et la couleur, mais elle se distingue parfaitement 
par les ailes anterieures plus etroites, sans angle en pointe, par le bord 
anterieur tres arrondi, sans angle inferieur marque, par 1 absence com 
plete des lignes et taches, et par les ailes posterieures aussi plus etroites 
et son bord regulierement arrondi. 

M. Charles Oberthiir adresse la note suivante : 

Dans une excursion que mon frere fit au Vernet (Pyrenees-Orientales) 
pendant le mois de juillet de la presente annee, il rencontra sous une 
pierre une chenille couverte de poils courts, roux mordore, qui s enve- 
loppa aussitot dans une coque legere , composee de debris de feuilles. 
Le papillon est eclos a Rennes le 5 novembre, et j ai reconnu le Dasy- 
campa Staudingeri de Graslin, Noctuelle encore tres rare et connue seu- 
lement par un petit nombre d individus captures a Vernet et a Grenade, 
en Andalousie. 

Le Dasycampa Staudingeri, recemment obtenu, est une variete dont 
les ailes superieures, rousses et a dessins nettement ecrits, forment le 
passage entre le type figure par de Graslin dans les Annales de la Societe 
entomologique de France (1863, pi. 8, fig. 5) et une variete que cet 
auteur decrit dans le meme travail sur les Lepidopteres des Pyrenees- 
Orientales (p. 318), mais ne se rapportant qu avec doute au D. Staudingeri. 
Maintenant le doute est leve et Ton a la preuve que le D. Staudingeri est 
une espece tres distincte, variable, comme, du reste, un nombre consi 
derable de Noctuelles, par la coloration de ses ailes superieures, mais 
toujours reconnaissable aux dessins dont le fond parait assez fixe. 

Je possede, dans la collection de Graslin, les trois exemplaires que cet 
entomologiste a obtenus du D. Staudingeri, c est-a-dire deux avec les 
ailes superieures noiratres, comme la figure publiee dans les Annales 
et un autre, avec les ailes rousses ; j ai trouve en outre dans la me* me 
collection une chenille dessechee de D. Staudingeri qui se rapporte 
a la depouille que notre chenille a laissee dans la coque qui 



ccxiv Bulletin entomologique. 

enveloppait sa chrysalide. Cette ressemblance parfaite des chenilles trou- 
vees par M. de Graslin, il y a deja plus de vingt-cinq ans, et de celle 
retrouvee cette annee m6me, acheve de donner une certitude complete 
a notre identification. 

II ne paraitra peut-e" tre pas sans interet de faire connaitre a cette occa 
sion qu une espece tres voisine de D. Staudingeri, et citee par de Graslin 
dans ses Observations sur les Lepidopteres des Pyrenees-Orientales, 
comme Cerastis silene ? (page 346), n est autre chose que le Cerastis 
gallica Lederer. Herrich-Schaeffer a figure sous le nom de silene, variete, 
dans son Iconographie (n 571), ce Cerastis qui parait etre une espece 
bien distincte. 

Parmi les autres captures dignes d etre signalees et provenant de 
I excursion de 1885 dans les environs du Vernet, je citerai une tres 
belle aberration a taches jaunes de la Zygaena sarpedon. L exemplaire 
rapporte par mon frere est tres frais et conforme a la figure que 
M. Milliere donne de la meme variete de sarpedon, dans sa superbe 
Iconographie (vol. I, pi. x, fig. 3). Cette meme Z. sarpedon a fourni en 
outre plusieurs individus a ailes inferieures bleu ardoise, semblables a 
la variete figuree par de Graslin, dans les Annales (1863, pi, 8, fig. 1), 
et que j ai designee sous le nom de vernetensis (Etudes d Entomologie, 
Lepid. des Pyrenees, 8 e livraison, page 28). 

Une autre Zygaena, VEphialtes, a fourni une curieuse aberration dans 
laquelle les taches blanches des ailes superieures sont fortement pupillees 
de carmin et sont ainsi de venues rouges. Les ailes inferieures sont 
cependant restees noires, de sorte que ce parait etre une Peucedani a 
ailes inferieures noires. La Peucedani et YEphialtes que nous avons 
prises ensemble au Pont-du-Gard ne semblent toutefois pas habiter toutes 
deux le Vernet. Jusqu a present, nous n y avons trouve que YEphialtes, 
qui n est pas rare dans les environs de Saint-Martin du Ganigou. 

Les Melitaea ont offert aussi quelques aberrations tres remarquables, 
notamment VAthalia, dont le type, du reste, est assez particulier au 
Vernet et d un aspect different de celui des autres parties de la France. 

L Emydia Rippertii, veritable protee, dont pas un exemplaire n est 
pareil a 1 autre, nous a fourni 2 <$, dont 1 un, d un gris jaunatre, con- 
traste avec 1 autre, d un brun fonce. 

II m a s&mble d ailleurs que certaines annees, et 1885 parait etre du 
nombre, sont fertiles en aberrations. A Paris, on a capture, 1 ete dernier, 
la variete melanienne de Limemtis Sybilla, aberration tres rare, mais 



Seance du 9 decembre 1885. ccxv 



qui se reproduit toujours semblable ; c est ainsi que M. Bleuse 1 a egale- 
ment prise dans la foret de Rennes, deux fois successives. 

En mai de la presente anne e, nous avons remarque, dans la meme foret 
de Rennes, plusieurs aberrations melaniennes de Melitaea Artemis, dont 
deux Ires caraclerisees, et, en juin, dans une localile seche et chaude, au 
fond d une carriere abandonnee de pierres schisteuses, tout pres de 
Rennes, nous avons, en moins de deux heures, capture 6 aberrations 
remarquables melaniennes ou albinisantes, comme Pyronia, de la Meli 
taea Parthenie. 

Une derniere observation, c est 1 abondance extraordinaire, a la fin de 
Pete 1885, des Deilephila celerio, Sphinx convolvuli et Acherontia Atropo* 
en Bretagne. Ges Sphingides, qui viennent vraisemblablment du Sud, 
ont ete egalement observes en Angleterre, ou ils ne paraissent pour la 
plupart qu a de rares intervalles. 

M. G.-A. Poujade donne deux descriptions de nouvelles especes 
de Lepidopleres : 

ADOLIAS THIBETANA Pouj. Envergure du male : 72 mill.; de la 
femelle : 75 mill. Voisin de I A. Francix Gray. 

Male : Dessus vert olive legeremenl bronze, se fondant en brun noi- 
ralre aux bords externes et centre la bande mediane. Gette derniere est, 
aux ailes superieures, formee de larges laches jaune d ocre internervu- 
rales, irregulieres, et commence un peu au-dela du milieu de la cote, 
oblique vers le bord externe, puis rentre vers la base de 1 aile pour se 
contourner encore un peu avant d atteindre le bord interne. Ges laches 
se continuent aux ailes inferieures en une bande presque droile, dentelee 
et coupee par les nervures, allanl en poinle^un peu au-dessus de Tangle 
anal. Enlre ces bandes el les bords exlernes, une bande nuageuse noi- 
raire Iraverse les quatre ailes ; aux superieures, elle commence aux 
deux laches obliques situees aux Irois quarts de la cote, puis conlourne 
la bande jaune ; aux ailes inferieures, elle esl parallele au bord externe. 
Cellule des ailes superieures occupee par qualre lignes noires formant 
deux laches a peu pres reniformes. Franges blanches enlrecoupees de 
noir aux nervures. 

Dessous vert olive pale, avec la repeli lions des laches et bandes du 
dessus. 

Femelle : Semblable, sauf le ton general qui esl moins chaud et les 
bandes qui sonl d un jaune blanchalre. 

Trois individus, un c? el deux $, du Thibet oriental (province de Mou- 
Pin), captures par M. 1 abbe A. David. 



ocxvi Bulletin 

ADOLIAS ARMANDIANA Pouj. Envergure : 92 mill. Ailes supe 
rieures en triangle rectangle, dont le bord externe est egal au bord in 
terne ; ailes inferieures coupees carrement, avec de faibles dentelures 
arrondies. 

Dessus vert olivatre, avec la base des quatre ailes d une teinte plus 
foncee, qui se fond en brunatre jusqu au milieu ainsi qu aux bords 
externes ; les ailes sont partagees par une serie de taches internervurales 
blanches irregulieres et entourees de noir : les unes arrondies, les autres 
oblongues ou cordiformes ; aux ailes superieures, elles sont au nombre 
de huit, et la serie commence au milieu du bord costal, se contourne 
exte rieurement aux deux tiers de 1 aile pour finir un peu au-dela du 
milieu du bord interne ; aux ailes inferieures, la serie se compose de 
six taches allant en diminuant de grandeur, et forme un quart de cercle 
partant du dernier tiers costal. Apres ces series, la couleur olivatre est 
tres pale et bleuatre jusqu aux trois quarts des ailes; cette teinte est 
limitee par une serie de taches internervurales noires, surmontees, vers 
Tangle apical des superieures, de deux taches blanches paralleles a la 
serie mediane. Cellule des ailes suporieures occupee par des lignes 
noires formant deux taches plus ou moins reniformes : 1 une au milieu, 
sous laquelle est un petit cercle noir, 1 autre entourant la nervule disco- 
cellulaire ; cellule des inferieures limitee par une petite tache semblable. 
Franges blanches entrecoupees de brun aux nervures. 

Dessous vert olivatre tres pale, montrant les taches du dessus, la plu- 
part peu accentuees. 

Un specimen, qui parait tre une $, rapportee de Mou-Pin (Thibet 
oriental) par M. 1 abbe Armand David. Coll. du Museum. 

M. L. Fairmaire fait remarquer, au sujet de la note presentee par 
lui a la derniere seance sur les genres Clitobius et Halonomus, que la 
rectification etait deja faite dans le Catalogus Coleopterorum Europe de 
1883 ; mais, comme il n a pas ete donne de details a 1 appui de ce chan- 
gement, la note en question comblera cette lacune. 

M. H. du Buysson communique a la Societe la description suivante 
d une nouvelle espece d Elaterides : 

ELATER KARPATHICUS, nov. sp. Ater, subparallelus, depressus, fusco- 
pilosus. Elytris luteo-ferruginosis, singulo apice nigra exiguaque plaga 
ornato, Ixvius punctato-striatis, interstitiis planis ; prothorace latitudine 
hand longiori, lateribus a basi tertian usque ad partem fere parallelis, 
inde gradatim angustatis, omnino criberrime pimctato, parum nitido, 
postice canaliculate ; antennis pedibusque nigro-piceis, antennarum arti- 



Seance du 9 de cembre 1885. ccxvn 

culis 2et 3 omnino, aliis Ixviter ad basim rufescentibus simul ac tarsis. 
Long. 8,5 mill.; lat. 3-4 mill. 

La variete a elytres concolores m est inconnue, mais il peut se faire 
qu on la rencontre un jour. 

Par sa forme parallele et deprimee ainsi que par les intervalles plans 
des stries de ses elytres, il se rapprocherait de I E. coccinatus Rye (The 
Ent. month. Mag., p. 249, 1867) et de VE. aurilegulus Ghauf. (Rev. Mag. 
Zool., p. 120, 1863); mais il offre des elytres d une coloration bien diffe- 
rente (interme diaire entre celle du crocatus et du pomorum} et paree a 
leur extremite d une etroite tache noire s etendant le long du bord ex- 
terne et occupant une longueur d un tiers moindre du cote de la suture. 
II s eloigne encore de ces deux especes par sa pubescence brune legere- 
ment roussatre et surtout par son prothorax presentant une ponctuation 
moins profonde et moins grosse qui lui donne un aspect moins terne ; 
ses elytres sont aussi bien moins fortement ponctuees et striees. La 
forme de la tache apicale des elytres, ainsi que les autres caracteres 
ci-dessus enonces, serviront a le differencier de YE. prxustm. 

En admettant que Ton trouve des exemplaires depourvus de taches, 
on les distinguera facilement des E. crocatus, pomorum et elongatulus 
var. par leur forme deprimee, subparallele, les intervalles plans des stries 
des elytres et les stries elles-memes peu profondes et plus legerement 
ponctuees, ensuite par 1 aspect peu luisant de son prothorax beaucoup 
plus densement ponctue. 

Abstraction faite de la tache apicale des elytres, cette espece se rap 
procherait davantage de VE. balteatus, par les intervalles plans des stries 
de ses elytres, mais sa forme plus parallele, notablement deprimee, sa 
ponctuation prothoracique bien plus serree et la couleur de la pubes 
cence principalement sur les elytres, ne permettent pas de les confondre. 

Je dois cette nouvelle espece a M. Arnold Montandon, qui Pa recoltee 
dans les Karpathes, lorsqu il habitait Cruce (Moldavie). M. Bellier de la 
Ghavignerie m en a communique un exemplaire de meme provenance 
et absolument identique aux specimens de ma collection. 

M. le D r Al. Laboulbene fait part a la Socie te d observations phy- 
siologiques faites pendant les mois de septembre et d octobre derniers, 
en Anjou, sur le developpement alaire ultime chez les nymphes de 
I Orclwstes pop alt F. (Rhynchophoms populi F., Bedel, Rhynchophora, 
p. 126). 

Notre collegue, apres trouve en grand nombre les larves mineuses et 

(188ii) BulU tin de la Soc^cte entomologiqae dc France. 2/ 



CCXVHI Bulletin entomologique. 

les nymphes de ce Curculionide dans les feuilles du saule, a mis en 
observation plusieurs nymphes pour savoir comment se developpaient 
les elytres et les ailes. II a vu que 1 insecte parfait sortant de la nymphe 
est d un blanc jaunatre, a les elytres rapidement venues a leur etat de fi- 
nitif ; ces elytres sont legerement soulevees et les ailes etalees, droites, 
etendues, depassent les elytres, comme lorsque 1 insecte les etend pour 
le vol. 

Notre collegue a plusieurs fois (huit au moins) constate ce develop- 
pement alaire. Dix minutes ou un quart d heure apres 1 extension des 
ailes, celles-ci se replient, les elytres s abaissent, et 1 insecte presente, a 
la couleur pres, 1 aspect definitif. 

En effet, la teinte blanchatre s assombrit successivement. Les yeux, 
d abord noirs, ainsi que les parties thoraciques, sont bientot suivis par 
la teinte du thorax, et de la partie anterieure des elytres. Ges dernieres 
se colorent en entier; les pattes^deviennent rougeatres. 

Je ne crois pas, dit en terminant M. Laboulbene, qu on ait signale cette 
remarquable extension des ailes au moment de leur developpement 
ultime. Cette extension est probablement la regie et est facile a com- 
prendre quand la nymphe n est pas dans une coque etroite, moulee sur 
le corps. Les observations ulterieures montreront si elle est generate 
parmi les Goleopteres. 

M. G.-A. Poujade, a la suite de cette communication, dit : 
J ai remarque 1 allongement des ailes chez plusieurs Coleopteres sor- 
lant de la depouille de nymphe, notamment chez le Callidium sangui- 
neum Lin. et YHesperophanes pallidus 01. Pour ce dernier, j ai dans mes 
notes une observation faite sur une nymphe trouvee a Fontainebleau, 
dans 1 ecorce d un cheno, le 6 aout 1883 ; le 24 de ce meme mois, vers 
cinq heures et demie du soir, je vis 1 insecte, mou et blanchatre, a moitie 
dcgage de sa depouille nymphale ; ses elytres e taient deja reunies sur 
son dos a la base, leurs extremites, encore divergentes et emmaillotees 
dans leurs etuis, se degagerent peu a peu a Faide de legers mouvements 
de 1 animal, puis s allongerent completement dans leur position nor- 
male. Lorsque la depouille de la nymphe fut entierement refoulee en 
arriere, je vis les ailes, d abord pliees ou plutot chiffonne es et de passan^ 
un peu les elytres, s allonger de toute leur longueur dans le sens de ces 
dernieres. Ges operations durerent une demi-heure ; je n ai pas constate 
le temps qui s est ecoule avant que les ailes se plient sous les elytres ; 
mais, des le lendemain, 1 insecte etait dans son etat normal, avec les 
couleurs propres a son espece, quoique non raffermi. 



Seance du 9 de cembre 1885. ccxix 

M. H. Lucas communique la note suivante relative a un nouveau 
genre de Crustaces : 

M. G. Sarato a insere, dans le Moniteur des strangers de Nice, n 222, 
19 avril 1885, une note qui a pour titre : Etudes sur les Crustaces de 
Nice. Comme ce journal est peu connu des zoologistes, j ai pense, pour 
faciliter les recherches, devoir en donner un court extrait. 

Dans ce travail, M. G. Sarato fait connaitre une coupe generique nou- 
velle de Grustaces sous le nom de Liger et qui ne comprend qu uno 
seule espece, le L. Edwardsii. Ge Grustace Macroure appartient a la 
famille des Salicoques et vient se ranger, par la forme et la disposition 
des pattes de la seconde paire, dont le carpe est multiarticule, a cote des 
Nika et des Lismata, de la tribu des Alpheens et des Palemoniens. G est 
dans le mois de juin, au milieu d autres Grustaces provenant des mers 
de Saint-Jean et d Eza, sur les cotes de la Ligurie, que ce genre a ete 
rencontre ; il est remarquable par la longueur excessive de ses antennes 
medianes ot rappelle un peu aussi celui des Pandalus. 

Les collections carcinologiques du Musee de Paris possedent une dou- 
zaine d individus des deux sexes de ce Grustace, qui a ete communique 
a M. A. Milne-Edwards, qui le considere comme nouveau pour la 

science. 

E. D. 

Bulletin bibliographique. 

Academic des sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
1885, n os 21 et 22. Q 

Entomologist s monthly Magazine (the), n 259. V. R. PERKINS. Notes 
on the aculeate Hymenoptera of Gloucestershire. G. T. PORRITT. 
Description of the larva of Pterophorus cosmadoctylus H. $. = Puncti- 
dactylus Steph. J. WOOD. The larva of Pxdisca oppressana and 
its habits. H. MEADE. Description of a new maritime fly belonging 
to the family Scatomyzides, Fallen. HAMILTON H. DRUCE. Descrip 
tions of three new species of Lycamida3. A. G. BUTLER. A word 
respecting Callerebia hydrida. J. W. DOUGLAS. Note on some bri- 
tish Coccidfe. REV. A. MATTHEWS. On a new Genus allied to Cory- 
lophus. Notes diverses. 

Feuille des jeunes Naturalistes, n 182. Note sur une espece nouvelle 
de Stenolophus. BOURGEOIS (J.). Reponse a M. Bellier de la Ghavi- 
gnerie, a propos du Podabrus alpinus var. lateralis Er. (Mocquerysi 
Reiche). 



ccxx Bulletin entomologique. 

Naturaliste (le), 7 e anne"e, n 23. P. CHRETIEN. Une chasse aux che 
nilles dans 1 Aveyron. Remarques sur rAcherontia Atropos. Compte 
rendu du travail de M. F. Plateau sur la vision dcs insectes. 

Linnean Society of N. S. Wales (Proc. of the}, 1884, 85, vol. IX, part. I 
e t n. Q Part. III. W. MACLEAY. The insects of the Maclay-Coast, 
New Guinea. E. MEYRICK. Descriptions of Australian Microlopi- 
doptera. N XI, part. IV. R. VON LEDENFELD. Note on the Flight 
of Insects. A. HASWELL. Revision of the Australian Loemodipoda 
(2 pi. n.). ID. Revision of the Australian Isopoda (4 pi.). ID. On 
the Pycnogonida of the Australian Coast (4 pi.). CH. CHILTON. Notes 
on Australian Edriophthalma (2 pi.). E. MEYRICK. Descriptions of 
Australian Micro-Lepidoptera. N XII. F. RATT. On the Larvae and 
Larva Cases of some Australian Aphrophoridai (2 pi.). 

Vol. X. Part. I. A. SIDNEY OLIFF. Notes on some Ceylonese Co- 
leoptera. Part. II. W. MACLEAY. Revision of the genus Lamprima, 
with descriptions of new species. ID. Two New-Australian Luca- 
nida;. A. SIDNEY OLIFF. The Cucujidae of Australia. GERVASE 
F. MATTHEW. An afternoon among the Butterflies of Thursday Island. 

Reale Academia del Lincei (Atti della). S. IV, vol. I, fasc. 24 et 25. 

Revue des travaux scientifiques, t. V, n 7, 1885. 

Royal Society of Canada (Proceedings and Transactions of the), vol. II, 
1884. W. SAUNDERS. Notes on the Occurence of Certain Butterflies 
in Canada. 

Socie te entomologique de Bclgique, comptes rendus des seances, serie III, 
n 65. BERGE. Des varietes du Carabus auronitens an point de vue 
de la coloration. D r CANDEZE. Elaterides recueillis par M. J. Dehy 
a Sumatra et Borneo en 1884. PREUDIIOMME DE Bonus. Note sur la 
Paleontologie entomologique. Note sur le Monomorium Pharaonis. 

Socie te Linneenne du nord de la France (Bulletin mensuel). DELABY, 
Excursion a Roliot. R. V. Les emulsions de petrole comme insec 
ticides. 

Socie te de physique et d histoire naturelle de Geneve (Me moires de la), 
tome XXIX, i partie, 1884-1885. 

ANDRE (ERN.). Supplement au Species des Formicides d Europe et des 

pays limitrophes. Fig. Gray, 1885. 22 p. * 
BERG (G.), PROF. Ueber, die Lepidopteren-Gattung Laora Walk. (Verh. 

k. k. zool. bot. Ges.), 1885. 2 p. * 



Se ance du 9 de cembre 1885. ccxxi 

PELLIZARI (G.). Archivio della Scuola d anatomia patologica, vol. 1, 1881. Q 

POWELL (J. W.). Fourth annual report of the U. S. Geological Survey 

to the secretary of the Interior, 1882-1883. Nombr. grav. cartes. 

473 p. Q 

ROVIEHI A. G. SANTINI (G.). Sulle convulsioni epilettiche per veleni. Flo 
rence 1882. 27 p. Q 



Ouvrages provenant de la bibliotht que Chevrolat : 

BOHEMAN (G. H.). 1 Calodromus Genus e familia Curculionidum ad- 

umbratum et descripsit. 1 pi. n. 5 p.; 2 Observations in Derbe Genus 

una cum specierum quinque novarum descriptionibus. 1 pi. n. 8 p.; 

3 De Tinea lineella. 4 p. (Ut Kongl. Vet Ak.), 1837. 
BONSDORF (G.). Historia naturalis Curculionidum Suecia?. Upsal, 1785. 

24 p. 

BOUCAHD (A.). Description d une espece nouvelle de Pseudocolaptes pro 
venant de Costa-Rica (Bull. Soc. Zool.), 1881. 4 p. 
CASTELLO DE PAIVA (BARAO DO). Descripc.ao de dois Insectos Coleopteros 

de Carnboja nas costas orientates do Oceano indico. Lisbonne, I860. 

1 pi. col. 11 p. 

DAHLBOM (A. G.). Monographia Pompilorum specie. Lund, 1829. 15 p. 
ID. Exercitations Hymenopto-rologicae ad illustrandam faunam Sueci- 

cam, part. Ill et IV. Lund, 1831. 40 p. 
DALMAN (J. W.). Prodromus Castnirc, generis Lepideptcrorum. 1 pi. col. 

Holmia3, 1825. 26 p. 
ERICHSON (D r W.). Neue Sudamerikanische Kiifergattungen aus den 

familie der Blatterhorner. 1 pi. n. (Wiegrnan Arch.) 16 p. 
FRIES (B.). Beskrifning 6 fver nya Insekter fran Columbien. 2 pi. n. (Ut. 

Kongl. Vet. Ak.), 1833. 10 p. 
GENE (D r G.). Momoria per servire alia storia naturale dei crittocefali 

e delle clitre. Milan, 1829. 10 p. 
GISTL (J.). Faunus. Zeitschrift fur Zoologie urid vergleichende Anatomic, 

l er et 2 C B. Munich, 1832-1835. 380 p. Gallerie denkwurdiger 

Naturforscher, n 1, 1835. 20 p. 

HAGENBACH (J. J.). Mormolyce, novum Coleopterorum Genus. 1 pi. col. 
Nuremberg, 1825. 8 p. 



ccxxii Bulletin entomologique. 

KLUG (FR.). Entomologise Brasilianse specimen alterum sistens insecto- 

rum Goleopterorum nondum descriptorum centuriam. (Nov. Ac. nat. 

Cur., vol. XII.) 5 pi. col. 58 p. 
KOLLAR (V.) et REDTENBACHER (L.). Ueber den Charakter der Insecten- 

fauna von Sud-Persien (Denks. mat. nat. Ak. Wiss.). Vienne, 1849. 

12 p. 
KOLLAR (V.). Naturgeschichte der Zerr-Eichen-Saummucke (Lasioptera 

cerris) einer schadlichen Fortsinsectes. 1 pi. n. (Loc. cit.), 1849. 4 p. 
ID. Die Cerr-eichen-Blattwespe Tenthredo (Emphylus) cerris ein forst- 

schadliches Insect. 1 pi. col. (Loc. cit.), 1852. 3 p. 
LEWIS (G.). A catalogue of Goleoptera from the Japonese archipelago. 

Londres, 1879. 31 p. 
MULSANT (M. E.). Species des Coleopteres trimeres securipalpes. Lyon, 

1851. 2 parties. 1104 p. 
MUNCK AF ROSENSCHOLD (Efi.). Prodromus faunae Goleopterorum Lun- 

densis. Lund, 1835. 20 p. ; 

MURRAY (A.). On Insect-vision and Blind insects (Edimb. Phil. Journ.), 

1857. Fig. 21 p. 
PERTY (M.). Observationes nonnullaa in Coleoptera India? orientalis. 

1 pi. n. Munich, 1831. 44 p. 

Recueil contenant les brochures suivantes : 

1 BURMEISTER (D r H.). Zur Naturgeschichte der Gattung Calandra, 
nebst Beschreibung einer neuen Art : Calandra Sommeri. 1 pi. Berlin, 
1837. 24 p. 

2 KLUG (D r F.). Die Coleopteren-Gattungen : Athyreus und Bol- 
boceras, dargestelt nach den in der Sammlung hiesiger Konigl. Uni- 
versitat davon vorhandenen Arten. 2 pi. col. (Ak. Wiss.), 1843. 37 p. 

3 GERSTAECKER (D r A.). Rhipiphoridum Coleopterorum familise 
dispositio systematica. 1 pi. n. Berlin, 1855. 34 p. 

RITSEMA (G.). On three new species of Rhynchophorus Goleoptera from 

Sumatra (Notes Leyd. Mus., vol. IV, note xxi.) 16 p. 
ID. Three new species of the Brenlhid genus Diurus Pascoe. (Loc. cit., 
vol. IV, note xxvi.) 8 p. 

ID. Remarks about certain species of the Anthribid Genus Xylinades 
Latr. (loc. cit., vol. V, note iv.) 2 p. 

ID. On a new species of the Coleopterous Genus Ichthyurus Westw. 
(loc. cit., vol. V, note xxvi.) 2 p. 



Seance du 9 de cembre 1885. ccxxin 

RITSEMA (C.)- Four new species Malayan Cetonidae. (Loc. cit., vol. VI, 

note i.) 8 p. 
ROELOFS (W.). Description of a new Genus and species of Ecelonerides 

(family Anthribidge) from Sumatra. Description of a new Suma- 

tran species of the Genus Myllocerm. (Loc. cit., vol. II, notes xxix 

et xxx.) 8 p. 
ID. Description of two new species of the Rhynchophorous Genus Apo- 

derus. On a new species of the Genus Ectatorhinus Hasselti. 

Description of a new species of the Rhynchophorous Genus Oxyrhyn- 

chus. Description of a new species of the family Anthribidse. 

(Loc. cit., vol. II, notes xxxv, xxxvi, xxxvn et xxxvm.) 16 p. 
ROSENHAUER (U. G.). Die Lauf-und Schwimm Kaefer Erlangens mil 

besonderer Beriicksichtigung ihres Vorkommens und ihres Verhal- 

tnisses zu denen einiger anderer Staaten Europa s. Erlangen, 1842, 

38 p. 
SAY (TH.) Description of new Species of Curculionites of North America 

with observations on some of the species already known. New Har 
mony, 1831. 30 p. 
ID. Descriptions of new American Species of the Genera Buprestis, 

Trachys and Elater s. d. 20 p. 
ID. Descriptions of North American Insects and observations on some 

of the species already described ; New Harmony, 1829-1833. 65 p. 

(Exemplaire interfolie avec traduction manuscrite en regard.) 
ID. Journal de PAcademie des sciences naturelles de Philadelphie. Diffe- 

rents memoires de Say traduits par Gory. 240 p., 1 pi. n. 
SCHAUM (D r ). Verzeichniss der Lamellicornia melitophila. Stettin 1848. 

94 p. 
SCHNEIDER (D r J. H.). Der Kartoffel-Blattsauger Psylla Solani tuber osi 

Schneider (Cycada [Typhlociba] Solani tnberosi Kollar) ein die Kar- 

toffelfaule erzeugendes Insect (Sitz. Ak. Wiss. Wien.), 1852. 1. pi. 

col. 23 p. 

SCRIBA. Journal fur die Liebhaber der Entomologie. Francfort, 1790. 296 p. 
SEOANE (V. L.). Notas para la fauna Gallega. Ferrol 1879. 16 p. 
SIDNEY PARRY (F. S.). Gatalo gus Goleopterorum Lucanoidum, 3 e ed., 

1875. 29 p. 
SPINOLA (M.). Insectorum Liguriae species novas aut rariores quas in 

agro ligustico nuper detexit, descripsit et iconibus illustravit. 2 vol. 
Genes, 1806-1808. 6 pi. 160 p., 262 p. 



ccxxiv Bulletin entomologique. 

STEINHEIL (Ed.). Die columbischen Chrysomelinen der Goleopteren. 
Sammlung von St. 1 pi. col. (Mitth. Munch Ent.), 1877. 18 p. 

STEPHENS (J. F.). A description of Chiasognathus Grantii, an insect for 
ming the type of an undescribed Genus, with some brief remarks 
upon its structure and affinities. 2 pi. n. (Trans. Gamb. Phil. Soc.), 
1831. 8 p. 

VAN DER LINDEN (P. L.). 1 Observations sur les Hymenopteres d Eu- 
rope de la famille des Fouisseurs. 120 p. 2 Essai sur les Insectes 
de Java et des lies voisines (Cicindelites). 28 p. (Mem. Ac. Bruxelles), 
1829. 

WESTWOOD (J. 0.). 1 Insectorum novorum Genturia. 1 pi. n. (Ann. Mag. 
Nat. Hist.), 1841. 2 p. 2 On the habits of the species of the Co 
leopterous Genus Megaceplmla inhabiting the Amazonian Region of 
South America by H. W. Bates esq. with a Synopsis of the Species. 
1 pi. (Trans. Ent. Soc., 1852.) 10 p. 3 On the Genus Ceraptems 
of Swederus. 6 p. 4 Descriptions of seventeen new species of the 
Coleopterous family PaussidaB (Linn. Soc.), 1849. 6 p. 
A ce recueil est joint : 
HOPE. Buprestidae nova? Hollandiffi. 13 p. 

ZETTERSTEDT (W.). Fauna insectorum Lapponica, pars I. Hamm, 1828. 
563 p. 

ID. Orthoptera Sueciae disposita et descrij/ia a Lund, 1821. 132 p. 

A. L. 



Seance du 3 decembre 1885. 
Residence de M. fiiw.-L. RAGONOT. 

Lectures. M. le D r Alex. Laboulbene communique une notice necrolo- 
gique sur le D r Ch. Robin, membre honoraire. 

M. G. G. Thomson, de Lund, membre honoraire, adresse la troi- 
sieme partie de ses Notes hyme nopte rologiques, comprenant des observa 
tions et des descriptions de nouvelles especes du genre Ichneumon. 

M. Maurice Maindron montre une planche coloriee comprenant les 
figures de trois nouvelles especes de Lepidopteres, decouverts aux envi- 
rcns de Pondichery ; planche devant accompagner un memoire qu il 
prepare pour les Annales. 



Seance du %3 de cembre 1885. ccxxv 

Communications. M. Gh. Millot signale, sous toute reserve, le fait 
suivant, publie par un journal de Nancy : 

M. Tisserant, veterinaire, avait a examiner un cheval atteint d exco- 
riation a la langue, avec gonflement de la face, et mis dans 1 impossibilite 
de manger. II a remarque, dans la mangeoire de 1 animal, la presence 
d une certaine quantite de Blaps, et attribue les accidents aux effets vesi 
cants des substances acres que secretent ces insectes. 

M. P. Mabille annonce a la Societe qu il s occupe depuis longtemps 
des Nevropteres qui se rencontrent en France et surtout aux environs 
de Paris. II en a deja forme un catalogue assez complet dont il compte 
bientot entretenir la Societe. 

A propos des dernieres especes trouvees, et communiquees a M. Mac- 
Lachlan, notre collegue de Londres a redige la note suivante sur une 
espece importante, en demandant qu elle soit communiquee a notre Societe. 

Quand je m occupais des petites Phryganes du genre Cyrnus, pour 
ma Revision, je donnai le nom de C. insolutus a un insecte que je ne 
connaissais que par le type $ de Rambur, Philopotamus urbanus, des 
environs de Paris, et qui existe dans la collection de mon ami le baron 
de Selys-Longchamps. Rambur appliquait le nom A urbanus avec doute ; 
en effet, 1 espece de Pictet est tout autre chose. 

L insecte de Rambur appartenait bien au genre Cyrnus, mais ne se 
rapportait a aucune des especes qui m etaient connues, et je n accordais 
pas grande valeur aux mots : Ailes inferieures sans taches bien visibles, 
mais paraissant avoir de petits images plus pales vers I extre mite. 

(( II y a deux ans, notre collegue M. P. Mabille me communiqua un 
Cyrnus $ un peu plus grand que le type et portant de petites marques 
claires dans la subtarice meme de 1 aile. Je ne pus encore etre sur de 
1 identite de 1 espece ; mais M. Mabille vient de m cnvoyer un Cyrnus c?, 
et j ai pu reconnaitre 1 autre sexe de mon Cyrnus, L insolatus est bien 
Yurbanus de Rambur. 

II est de la taille du trimaculatus ; ses ailes anterieures offrent de 
petites taches dorees, de forme carree et produites par la pubescence. 
En outre, les appendices sexuels du male sont tres caracterises et rap- 
pellent ceux du flavidus. J ai done pu avoir une description detaillee et 
un dessin tres exact. 

Le Cyrnus insolatus a ete pris a Meudon le 22 juin. 

Les environs de Paris renferment plusieurs especes de Phryganides 
tres interessantes, et quelques-unes d entre elles sont encore imparfaite- 
ment connues. 



ccxxvi Bulletin entomologique. 

M. J. Fallou, a propos d une notice de M. Ch. Oberthiir, inseree 
dans le Bulletin de la seance de la Societe du 9 decembre 1885 (p. ccxv), 
relativement a 1 abondance des Sphinx qui a eu lieu a la fin de 1 annee 
1885, presente les remarques suivantes : 

Je crois devoir faire remarquer que la grande quantite de Sphinx 
signales cet automne a ete le sujet de plusieurs observations publiees 
dans le journal le Naturaliste (1885, n os 21, 23 et 24), avec 1 indication 
des localites oii ces divers Lepidopteres ont ete surtout rencontres : par 
MM. David, aupres de Nantes; Cnockaer, a le Pau (pres le Mans); 
H. Giraudeau, a Lignieres (Charente); Bleuse et Xavier Raspail, a Gou- 
vieux (Oise); Marc, dans le canton de Geneve ; Fallou, a Ghamprosay 
(Seine-et-Oise); Tarbe, dans plusieurs localites difierentes. 

Depuis la publication de ces notes, j ai appris que notre collegue 
M. Galichon avail capture dans une seule soiree plus de quarante Sphinx 
Atropos dans le departement de Saone-et-Loire, pres Macon ; et enfin 
qu un jeune entomologiste, M. Houdion, avait pris, a la fin de 1 ete, la 
Deilephila Nerii, au Raincy (pres Paris). 

M. Charles Oberthiir adresse la note suivante (1) : 

Nous venons de recevoir, de M &r Felix Biet, vicaire apostolique du 
Thibet, un envoi fort interessant et qui a subi, pour nous parvenir, bien 
des peripeties. Aux dernieres nouvelles, M gr Biet avait quitte Ta-tsien- 
lou, a cause de la persecution exercee contre les catholiques et les Fran- 
gais, et Fun de ses dignes collaborateurs, qui avait eu 1 obligeance, en 
des temps moins trouble s, de former pour nous des collections entomo- 
logiques, etait oblige de se derober par la fuite aux recherches dirigees 
contre lui. 

Parmi les especes nouvelles de Lepidopteres contenues dans 1 envoi 
de M gr Felix Biet, je citerai plusieurs Satyrides, groupe des Rhopalo- 
ceres represente en Chine par un grand nombre d especes ; des Lyce- 
nides, dont quelques-uns forment;un genre nouveau pres des Polyom- 
matus, remarquable par les charmants dessins dont sont ornees les ailes 
inf erieures en dessous ; un Sphingide voisin de Nerii ; plusieurs Geo- 
metres, Noctuelles, Bombycides ; une serie d especes du genre Steropes 
(Hesperides), et des Pierides, parmi lesquelles la Pieris acrxa Ch. 
Oberthur (sp. nov.), dont voici la description : 

PIERIS ACR^EA Ch. Oberthur. Rappelle beaucoup, par la taille et la 

(1) Par suite de dispositions typographiques necessaires pour la composition 
de ce Bulletin, cette note qui, aux termes du Reglement, aurait du 6tre frac- 
tionnee en plusieurs numeros, parait en entier, raalgre son etendue. 



Seance du %3 de cembre 1885. ccxxvii 

forme allongee de ses ailes, I Acrsea Terpsichora Linne, et se place, a 
cause de la disposition des dessins et des taches dont elle est ornee, 
dans le groupe de Soracta, Agathon, Larraldei, etc., mais ne peut etre 
confondue avec aucune autre Pieris, tant ses ailes longues et etroites lui 
impriment un caractere particulier. 

En dessus, le fond des ailes est jaunatre clair. Aux ailes superieures, 
les dessins brun-noir sont, comme disposition, presque les memes que 
dans Larraldei $ ; mais le contour interieur en est beaucoup moins 
arrondi et plus aigu. Aux ailes inferieures, la bordure brun-noir n est 
pas traversee au milieu par un rang de taches intra-nervurales, comme 
dans Larraldei. Gette bordure, chez le Pieris Acrxa, n est eclaircie de 
blanchatre qu au contact du bord exterieur. 

Le dessous differe du dessus parce que toutes les parties brun-noir 
sont attenuees et lavees de jaune, surtout au bord des superieures et 
des inferieures, qui sont elles-memes plus lavees de jaunatre que les 
superieures et ornees d une macule orangee situee dans 1 espace ner- 
vural basilaire. Les nervures, en dessous, sont fmement ecrites en 
noir. 

Les antennes, le corps et les pattes sont noiratres. Le corps est recon 
vert d une pilosite et d un semis d atomes jaunatres. 

Parmi les Satyrides, nous decrivons une des plus jolies especes appar- 
tenant au genre Pararge : 

PARARGE EPISCOPALIS Gh. Oberthur. Se place tout pres de Masoni 
Elwes, dont elle differe, au premier aspect, par la teinte rouge brique 
des ailes superieures en dessous, le retrecissement et la forme arquee 
de la bande transversale des superieures et la dentelure plus accentuee 
des ailes. 

Dessus brun noir, glace, brillant avec un reflet dore, tres soyeux, 
surtout sur le disque des ailes ; les superieures traversees par une bande 
maculaire extra-cellulaire etroite, decrivant un arc depuis la cote jusqu a 
Tangle interne, jaunatre dans le c?, blanchatre et plus dilatee dans la $. 
Celle-ci offre, en outre du tf, une tache rougeatre infra-cellulaire, presque 
au milieu des superieures. La f range est jaunatre, entrecoupee de noi- 
ratre au point de contact des nervures. 

Ses ailes superieures, en dessous, presentent la meme bande macu 
laire qu en dessus, mais plus blanche. Le fond de ces ailes est rouge 
brique vif. II y a une tache ocellee, noire, pupillee de blanc, subapicale, 
comme dans Mxra, mais plus petite, plus rapprochee de 1 apex et sur- 
montee de 2 ou 3 points blancs intra-nervuraux. L apex est gris d ar- 



CCXXVIH Bulletin entomologique. 

gent, ainsi qu un double lisere, fin, parallele an bord exterieur. Ce 
double lisere se poursuit le long du bord. Les ailes inferieures sont 
brunes, mais couvertes d un semis epais d atomes argentes, parcourues 
par des lignes sinueuses rouge brique, comme dans Nashreddin, mais 
plus anguleuses. De plus, un rang d ocelles noirs, largement cercles de 
brun, pupilles de blanc, intra-nervuraux, decrit une courbe parallele au 
bord externe des ailes, et ce rang d ocelles ressort sur un fond argente 
plus clair que le fond meme des ailes. 

Les antennes, la tete, le corps, les pattes, sont a peu pres comme 
dans sEgeria. 

Nous avons remarque aussi une jolie Agaristide, que nous decrivons 
sous le nom de Bieli, en Fhonneur de Teveque de Diana qui 1 a decou- 
verte : 

AGARISTA BIETI Ch. Oberthur. A peu pres de la taille d Ephyra 
Boisduval, mais ayant le corps plus robuste et rappelant, pour ce carac- 
tere, les especes americaines octomacula, dipsaci, Sacramenti, Lor- 
quini, etc. 

Ailes superieures, en dessus, noires, saupoudrees d atomes gris jau- 
natre, avec des laches jaune de chrome clair, disposees comme suit : 
une grosse tache basilaire exterieurement coupee droit et obliquement, 
divisee par les nervures et n atteignant pas le bord inferieur ; deux 
autres assez grosses, 1 une intra-cellulaire, presque carree, 1 autre infra- 
cellulaire, en forme de trapeze ; une grosse, longue, subcostale et extra- 
cellulaire; enfin, une derniere formant comme une serie marginale 
tout le long du bord exterieur, en sept ou huit taches contigues, rem- 
plissant chacune 1 espace intra-nervural et divisees par tin petit trait 
noir. Le sommet de la frange est indique en blanc. 

Ailes inferieures, en dessus, noires avec trois taches blanches, dont 
une subbasilaire, intra-nervurale, petite, pre cedant une autre grosse, 
divisee en deux parties par le trait noir fin de la nervure inferieure de 
la cellule ; enfin, la troisieme tache blanche formant comme le sominet 
d un triangle par rapport aux deux superieures, situee au-dessus de 
Tangle anal. 

En dessous, les ailes inferieures different beaucoup des superieures. 
Elles sont noires, ornees de dessins blancs et jaunes ; mais surtout re- 
marquables par un gros trait orange, partant de la base et longeant le 
bord anterieur de 1 aile inferieure jusqu a la rencontre d une grosse 
tache marginale jaune, plus large au contact du bord anterieur et se 
terminant a Tangle anal, de fa^on a former une sorte de triangle, seule- 



Seance du 23 decembre 1885. ccxxix 

rnent divise par les traits noirs nervuraux. Le reste des ailes inferieures, 
c est-a-dire 1 espace cellulaire, basilaire et anal, est blanc avec des taches 
basilaires, allongees, noires, un trait noir, parallele au bord anal et 
allant joindre une grosse tache noire qui remonte au milieu de 1 espace 
blanc, au travers de la cellule, jusqu au contact de 1 espace orange. 

Les ailes superieures reproduisent les taches du dessus, qui sont seu- 
lement plus dilatees. La bordure des quatre ailes, en dessous, est noire 
et la frange des inferieures est blanche. 

Le thorax et 1 abdomen sont noirs en dessus ; le collier et les epau 
lettes sont jaunes ; en dessous, 1 abdomen est orange. Les pattes sont 
annelees de noir, de jaunatre et saupoudrees a certaines places d un peu 
d orange. 

Je crois que 1 eminent explorateur de la Chine, M. 1 abbe Armand 
David, a rencontre cette meme espece a Mou-Pin, et j ai vu dans les 
cartons du Museum national un Agarista rapporte par le savant laza- 
riste et qui, d apres mes souvenirs, ressemble beaucoup a V Agarista 
Bieti. 

D ailleurs, il y a une certairie connexite entre la faune des Lepido- 
pteres de Mou-Pin et celle de Ta-tsien-lou. Plusieurs especes sont les 
memes. D autres cependant n ont encore ete trouvees que dans une 
seule des deux localitcs. 

Parmi les Phalenites notamment, M. Armand David a decouvert une 
superbe Abraxas, que nul autre chasseur n a capturee. Je ne puis resis- 
ter au plaisir de la decrire ici, en la dediant au voyageur intrepide 
qui, le premier, a souleve le voile si longtemps etendu sur la faune du 
Thibet et de la Chine occidentale. 

ABRAXAS DAVIDI Ch. Oberthiir. Grande espece, a ailes entieres, un 
peu arrondies, blanches, avec la cote jaune d or pointille de noir, 1 apex 
et le bord exterieur des superieures comme des inferieures d un noir 
sur lequel ressort une bande marginale jaune d or, festonnee et precedee 
vers 1 apex d une bande de meme couleur, mais courte et semblant en- 
cadrer, avec la bande marginale commune, une serie moniliforme et 
intra-cellulaire de taches rondes noires, qui ne tardent pas a se confondre 
avec la bande noire, laquelle, eclairee de jaune, part de la base des supe 
rieures, en longeant tout le contour exterieur des ailes, pour aboutir a 
Tangle anal des inferieures. 

Les nervures ressortent en noir et en relief sur le fond blanc, soyeux 
et delicat des quatre ailes. Aux ailes superieures, la cellule semble fer- 
mee par un gros trait noir droit. 



ccxxx Bulletin entomologique. 

Le dessous reproduit le dessus, avec cette difference que le jaune est 
plus dilate sur le noir qu aux superieures. II resulte de ce retrecisse- 
ment du noir par 1 envahissement du jaune que les superieures pre- 
sentent, dans la bande jaune marginale, une serie bien accentuee de 
laches noires, rondes, et que les inferieures presentent une serie de 
points nervuraux, noirs, bien detaches et contigus a la frange, qui est 
d un blanc soyeux, tandis qu elle est. noire aux superieures. 

Les antennes sont courtes, fines et noires. L abdomen est grele ; les 
pattes sont longues ; les epaulettes sont tres developpees, noires, liserees 
de jaune. 

Membres recus. M. Alfred Blavy, avoue a la Cour, rue Nationale, 21, 
a Montpellier (Herault) (Entomologie generals, surtout Metamorphoses 
des Insectes), presente par M. L. Bedel, au nom de M. Valery Mayet. 
Gommissaires-rapporteurs : Maurice Sedillot et E. Simon. (Rec,u pour 
1885.) 

M. le D r Joannes Chatin, [maitre de conferences a la Faculte des 
sciences, agrege de 1 Ecole de pharmacie, boulevard Saint-Germain, 128 
(Entomologie genfrale, principalement Anatomie des Insectes), presente 
par M. le D r Alex. Laboulbene. Gommissaires-rapporteurs : MM. L. 
Fairmaire et E. Desmarest. (Rec.u pour 1886.) 

M. Francois, instituteur, membre de la Societe botanique de France, 
a Porcheux, par Auneuil (Oise) (Entomologie generale, principalement 
Mceurs des Insectes), presente par M. E. Desmarest. Gommissaires- 
rapporteurs : MM. L. Bedel et J. Grouvelle. (Rec.u pour 1886.) 

M. Noualhier (Maurice), a Puymaud, pres Nieul (Haute- Vienne) 
(Entomologie generale), rec.u membro en 1882, a ete, par suite d une 
regrettable erreur typographique (Bulletin, page LXVVIII), indique a tort 
comme demissionnaire. 

Membre demissionnaire pour 1885. M. Auguste Alexandre, a Paris, 
qui avait ete rec.u en 1869. 

Assistant de missionaire. M. Juste Bignault, a Paris, qui avait ete rec.u 
en 1881. 

Candidat presente. M. Rionde, employe de commerce, rue d Enghien, 
46 (Entomologie generale}, presente par M. E. Desmarest. Gommis 
saires-rapporteurs : MM. J. Bourgeois et H. Lucas. 

Nominations annuelles. La Societe, aux termes de divers articles de 
ses Statuts et de son Reglement, et pour la cinquante-cinquieme fois 



Seance du 23 de cembre 1885. ccxxxi 

depuis sa fondation, precede aii renouvellement de son Bureau, de son 
Gonseil et de ses Commissions speciales. 
Ont e te nommes pour 1886. 

MEMBRES DU BUREAU. 

President MM.|J. BOURGEOIS. 

Vice-President j ; E. SIMON. 

Secretaire E. DESMAREST. 

l er Secretaire adjoint H. LUCAS. 

2 e Secretaire adjoint -..tv../.; G.-A. BAER. 

Tre sorier L. BUQUET. 

Archiviste-bibliothe caire . . . Wij^v A. LEVEILLE. 

Archiviste-bibllothe caire adjoint . . CH. LEPREVOST. 

CONSEIL. 

MM. L. BEDEL, L. FAIRMAIRE, ED. LEFEVRE (membres restants), 

CH. BRONGNIART, J. GROUVELLE, EM.-L. RAGONOT (membres 
nouveaux) et les membres titulaires du Bureau. 

COMMISSION DE PUBLICATION. 

MM. G.-A BAER, L. BEDEL, J. FALLOU, J. GROUVELLE, 
G.-A. POUJADE et les membres titulaires du Bureau. 

COMMISSION DE LA BIBLIOTHEQUE. 

MM. S.-A. DE MARSEUL, A. SALLE, MAURICE SEDILLOT, et les 
membres titulaires du Bureau. 

COMMISSION DU PRIX DOLLFUS POUR 1885. 

MM. E. DESMAREST, L. FAIRMAIRE, TH. GOOSSENS, A. MAUPPIN, 

G.-A. POUJADE, EM.-L. RAGONOT, MAURICE SEDILLOT, H. SENAC, 

E. SIMON. 

E. D. 



Bulletin bibliographique. 

Academic des sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V) 
1885, n os 23 et 24. Q 

Accademia del Lined (Atti della Reale), ser. IV, vol. 1, fasc. 26. Q 
Boston Society of natural history : 



ccxxxn Bulletin entomologique. Seances du 23 de cembre 1885. 

1 Memoirs, vol. Ill, n XI, 1885. S. H. SCUDDER. Palseodic- 
tyoptera : or the Affinities and Classification of Paleozoic Hexapoda. 
4 pi. n. ID. Winged Insects from a Paleontological Point of View, 
or the Geological History of Insects 

2 Proceedings, vol. XXII, part. IV, 1885. Q Vol. XXIII, 
part. I. O 

Bulletin d insectologie agricole, 1885, n os 10-11. A. WAILLY. Educa 
tions d Attaciens sericigenes faites a Norbiton-Surrey (Angleterre) en 
1844. E. SAVARD. La Punaise des lits (fig.). ID. Le Pentatome 
des framboises. M. GIRARD. Les Fourmis (fig.). E. SAVARD. Note 
sur VAnobium paniceum L. 

Museum of comparative zoology ad Harvard College (Bulletin of the), 1885, 

vol. XII, n 2. O 

Naturaliste (le), 1885, 7 e annee, n 24. 
Nederlandsche entomologische Vereeniging ( Verslag van de veertigste zomer- 

vergadering), 1885. 

Negyedik e vfolyam, 1881. Evkonyv, etc., 1880. D r BRANCSIK KAROLY. 
Zur Hemipterenfauna des Trencsiner Comitates, 1882. ID. Zoolog.- 
botanische Wanderungen, 1883. ID. Nachtrag zur Aufzahlung der 
Goleoptrcen des Trencsiner Komitates, 1884. VANGEL (JENO). Ada- 
tok Kocsocz es kornyekenek lepke-faunajahoz, 1885 (suite d un tra 
vail precedent. Demande d echange de publications. 
Psyche, vol. IV, n os 132-134. A. K. DIMMOGK. The Insects of Betula in 

North America. Observations on Decapitated Silkworm Moths. 
Royal Society (Proceedings of the), vol. XXXIX, n 239. Q 
Sociedad espanola de historia natural (Anales de la), t. XIV, acad. 2. Q 
Societas pro Fauna el Flora Fennica (Meddelanden af), 1885. Q 

AGASSIZ (A.). Twenty annual report of the Curator of the Museum of 
Comparative Zoology of Harvard College. Cambridge, 1885. 35 p. * 

GADEAU DE KERVILLE (HENRI). Causerie sur le transformisme. I : Expose 
de la doctrine transformiste. Elbeuf, 1885. 44 p. * 

LABOULBENE (ALEX.). Cours d histoire de la Faculte de medecine de Paris : 
Paracelse et Van Helmont (Revue scientifique), 1885, n os 21 et 22. * 

LEFEVRE (ED.). Eumolpidarum hucusque cognitarum Catalogus (Mem. 

Soc. Sc. Liege), 1885. 172 p. * 

A. L. 



BULLETIN DBS SEANCES 

ET 

BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

DE LA 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 



MEMBRES DU BUREAU POUR 1886. 

President . , % MM. Jules BOURGEOIS. 

Vice-president Eugene SIMON. 

Secretaire Eugene DESMAREST. 

l er Secretaire adjoint Hippolyte LUCAS. 

2* Secretaire adjoint Gustave-Adolphe BAER. 

Tre sorier Lucien BUQUET. 

Archiviste-Bibliotlmaire Albert LEVEILLE. 

Archiviste-Bibliothe caire adjoint. . Charles LEPREVOST. 



Seance du 13 Janvier 

Prudence de M. J. BOURGEOIS. 

Apres 1 adoption du proces-verbal de la seance du 23 decembre 1885, 
lu par le Secretaire, M. Emile-Louis Ragonot, president de 1885, pro- 
nonce le discours suivant : 

Messieurs et chers collegues, 

Avant de ceder le fauteuil de la presidence a mon honorable succes- 
seur, laissez-moi vous exprimer mes sinceres remerciements pour la 
bienveillance que vous n avez cesse de me temoigner pendant 1 annee 
qui vient de s ecouler ; elle m a singulierement facilite Texercice des 
hautes fonctions quo vous avez bien voulu me confier, et qu au debut je 
n envisageais pas sans quelques apprehensions. 

Je dois dire que le coricours et le zele eclaire de mes collaborateurs 
MM. Desmarest, Buquet et Leveille m ont puissamment aide dans ma 

(188G) Bulletin de la Societe entomologique de France. 1 



ii Bulletin entomologique. 

tache, et je vous prie de vous associer a moi pour les remercier de la 
peine qu iis se donnent dans 1 inter^t de notre Societe. 

Comme d habitude, les premiers fascicules des Annales de 1885 sont 
assez minces, car, avec raison, notre honorable Tresorier proportionne 
les depenses avec les previsions de rentrees, lesquelles sont toujours 
plus difficiles au commencement de 1 annee ; mais le quatrieme fascicule 
compeasera en grande partie 1 insuffisance de ses aines. Toutefois, si le 
tome de 188o depasse comme importance celui de 1884, nous avons a 
regretter de ne pas le voir plus volumineux. Publiant a present avec 
une grande regularite et Ires promptement les memoires qui lui sont 
adresses, notre Societe doit pouvoir compter sur une plus grande affluence 
de travaux importants. 

Nos publications, pendant le cours de 1 annce ecoulee, comprennent 
des travaux de grand interet, tels que la classification des Adesmides et 
des Megagenides, par M. Allard ; la suite de la Faune des Goleopteres 
du bassin de la Seine , par M. Bedel ; la continuation des travaux de 
M. Bigot sur divers genres de Dipteres ; des memoires sur les Lycides, 
par M. Bourgeois ; des memoires tres interessants sur des Lepidopteres, 
par M. Constant, et un autre par M. Milliere ; MM. Fairmaire et Signoret 
nous ont donne des memoires precieux sur les Goleopteres et les Hemi- 
pteres de la Terre de Feu ; MM. Lefevre et Poujade nous ont fait con- 
naitre les metamorphoses du Caryoborus nucleorum ; M. Simon a donne 
des Etudes arachnologiques ; M. Thomson, de Lund, nous a envoye des 
Notes hymenopterologiques ; enfin nos Annales renferment d autres me 
moires importants de MM. Bedel, Ghevrolat, Fairmaire, D p Laboul- 
bene, Leveille, Olivier, RafTray, Salle, et une foule de notes et de 
descriptions se trouvent dans le Bulletin des seances. 

En comparant les factures de la maison Duruy avec celles de notre 
ancien imprimeur, j ai constate" avec plaisir une diminution assez sen 
sible dans les frais d impression. A cette economie il faut ajouter celle 
que nous obtenons en ayant une impression plus compacte. J ajouterai 
encore que les caracteres typographiques employes sont compietemont 
neufs et que le tirage des feuilles est meilleur. 

La situation financiere s est beaucoup amelioree pendant 1 annee 1885, 
grace a la vente de nos diverses publications et aussi par suite de 1 heu- 
reuse circonstance de la sortie au tirage de neuf des obligations qui 
constituent notre fortune sociale. Ces ressources, sagement administn 
par notre honorable Tresorier, ont laisse un encaisse important qui ser- 
vira, au moins en partie, a augmenter nos publications de cette annee. 
Je suis heureux de rappelcr que le Prix Dollfus a ete accorde a un 



Seance du 13 Janvier 188G. in 

ouvrage qui, par la modicite de son prix et sa nature, rentrait parfaite- 
ment dans les conditions de la fondation. Ge petil travail : Histoire na- 
turelle de la France, ll e partie, Hemipteres , par 1 excellence de son 
execution, fait le plus grand honneur a son auteur, notre eminent col- 
legue M. Fairmaire. 

Depuis quelques annees, la mort nous avait enleve, 1 un apres 1 autre, 
quatre membres honoraires des plus distingues : Darwin, Schiodte, 
John Leconte et Ghevrolat ; sur la proposition de M. Lefevre et de plu- 
sieurs de nos collegues, notre Societe a decide de pourvoir a leur rem- 
placement. En consequence, il a ete precede a 1 election dans la forme 
d usage, et, apres deux scrutins successifs, ont ete portes a 1 honorariat : 
MM. le D r G.-H. Horn, de Philadelphie, S.-A, de Marsoul, de Paris, le 
D r Aug. Puton, de Remiremont, et Ed. de Selys-Longchamps, de Liege. 

Le nombre des membres de notre Societe a un peu augmente en 188o, 
mais les pertes que nous avons faites sont bien sensibles, car la mort 
nous a ravi quelques-uns ds nos collegues les plus illustres, notamment 
un des membres fondateurs de notre Societe, Henri Milne-Edwards, 
veteran de la science, qui est mort, pour ainsi dire, la plume a la main, 
tcrminant ainsi une existence qui est une des gloires de notre pays. 

Nous avons aussi a deplorer le deces du D r Gharles Robin, homme de 
science du plus grand merite; de Constant Bar, de Cayenne, ce cher- 
cheur et observateur infatigable des richesses lepidopterologiques de la 
Guyane ; et d autres membres, qui, sans avoir beaucoup ecrit, ont laisse 
des souvenirs sympathiques parmi nous. Esperons que 1 annee 1886 ne 
fera pas de vides si cruels dans nos rangs. 

Et maintenant, Messieurs, j invite mon sympathique successeur 
M. Bourgeois a venir occuper le fauteuil de la presidence. J ai la convic 
tion que la bienveillance de tous les membres de la Societe ne lui fera 
pas defaut, et qu elle lui permettra, comme a moi-meme, je suis heu- 
reux de le dire, de diriger les debats en ecartant tout sujet de nature a 
alterer la bonne entente qui doit regner parmi nous. 

M. Jules Bourgeois, president de 1886, avant de faire suivre 1 ordre 
du jour de la seance, prononce 1 allocution qui suit : 

Chers Collegues, 

Au moment d inaugurer les fonctions que vous m avez confiees pour 
1 annee qui vient de s ouvrir, j ai d autant plus a coeur de vous temoigner 
ma gratitude que je n avais pas le droit de pretendre a ce grand hon 
neur. Laissez-moi done, avant tout, vous remercier bien sincerement de 
I affectueuse sympathie qui m a valu vos suffrages. J avoue que ce n est 



jv Eulktin entomolngiqwe. 

pas sans quelque apprehension que je me vois aujourd lmi invest! du 
mandat presidentiel, auquel je suis loin d etre prepare. Je me rassure, 
cependant, a la pcnsee que j aurai, pour me guider dans ma tache, 
1 exemple de mes predecesseurs et le concours eclaire des collegues qui 
siegent a mes cotes ; permettez-moi d ajouter que je compte, par dessus 
tout, sur votre bienveillante indulgence. 

Notre Societe arrive a la fin de sa 54 annee avec une suite ininter- 
rompue de publications dont elle peut etre fiere a juste litre. Nous avons 
eu, il est vrai, des annees pauvres a cote d autres tres riches ; nous 
devons constater aussi, non sans regret, que nos Annales ne renferment 
plus que de loin en loin de ces travaux d ensemble, de ces Monogra- 
phies de groupes ou de families qui , jadis, avaient tant contribue a leur 
donncr de 1 eclat. Faut-il en conclure, toutefois, que nous avons peri- 
elite ? Je ne le pense pas. De meme que les autres branches des sciences 
nature-lies, 1 Entomologie ne peut se soustraire a subir fatalement cer 
tains temps d arret, qui sont comme les etapes successives de son deve- 
loppement. Depuis quelques annees, par suite de 1 impulsion donnee aux 
voyages d exploration, arrivent presque journellement, de tous les points 
du globe, une quantite d especes encore inconnues ; d un autre cote, le 
nombre des recueils consacres a 1 entomologie s est considerablement 
accru. II en resulte que le monographe se voit tres souvent retarde par 
1 exces me"me des materiaux qui doivent concourir a I achevement de 
son oeuvre. Aussi faut-il, a mon avis, considerer comme tres uliles ces 
publications qui, sous le litre trop modeste de Catalogues, out pour objet 
de marquer 1 etat actuel de la science, en presentant Tinventaire metho- 
dique des especes decrites dans lelle ou telle famille. Pour ma part, je 
verrais avec plaisir les entomologistes qui s occupent de 1 etude des 
especes exotiques, suivre 1 exemple qui vient de nous etre domie, dans 
ce sens, par deux de nos collegues : M. Ed. Lefevre pour les Eumol- 
pides et M. Gehin pour les Garabides. De pareils travaux preparent 
1 avenir ; ce sont autant de jalons poses en vue de Monographies com 
pletes. 

Je ne veux pas, Messieurs, vous detourner plus longtemps du cours 
habituel de vos seances ; mais, avant de reprendre notre ordre du jour, 
pennettez-moi de payer une dette de reconnaissance aux collegues de- 
voues qui ont fait partie du Bureau pendant 1 annee 1885. Vous avez pu 
apprecier avec quel zele et quelle dignite mon honorable predecesseur a 
SLI presider nos reunions ; vous n oublierez pas non plus que c est a 
Tinitiative de M. Ragonot que nous devons d avoir vu renaitre ces excur 
sions aux environs de Paris, abandonnees depuis longtemps, et qui, je 



Seance du 13 Janvier 18S6. v 

1 espere, vont rentrer definitivement dans nos habitudes. Je vous prie 
egalement de voter de chaleureux remerciements au Secretaire, au Tre - 
sorier, a 1 Archiviste et a leurs adjoints, ainsi qu a tous les Membres du 
Gonseil et de nos differentes Commissions. 

La Societe accueille ces deux discours par des applaudissements una- 
nimes, en ordonne 1 impression dans le Bulletin et vote des remercie 
ments aux membres du Bureau, du Conseil et des Commissions qui orit 
ete en lonctions pendant 1 annee 1883. 

Rapport. M. L. Buquet, tresorier, rend compte de sa gestion, en fai- 
sant connaitre les recettes et les depenses efTectuees pendant 1 aiinee 
1885. 

Messieurs , 

J ai 1 honneur de vous soumettre, conformement aux dispositions du 
de cret du 23 aout 1878, qui nous reconnait comme Institution d utilite 
publique, et dans la forme usitee jusqu ici, le compte genera! des Recettes 
et des Depenses eflectuees dans le courant de Tannee qui vient d expirer. 
Ce compte se resume comme suit : 
Les RECETTES (etat ci-annexe n 1) se composent : 

1 Du solde en caisse de 1 exercice 1884 ; ci 177 fr. 85 

2 Des cotisations anterieures a 1885 ; ci 828 

3 d de rannee.il885, y compris les 

cinq liberations realisees ; ci 7,712 40 

4 Des sommes pergues tant pour rafTranchissement 

des Annales que du Bulletin bimensuel; ci. . 399 50 

5 Des sommes percues pour tirages a part de rne- 

rnoires et du Bulletin (texte et planches); ci. 266 10 

6 Des sommes encaissees pour la vente de numeros 

d Annales; ci 1,255 . 

7 Des sommes encaissees pour la vente du l er vo 
lume de la Faune Bedel et du l er fascicule du 

tome VI ; ci 77 , 

8 Des somincs encaissees pour la vente des Nou- 

velles Tables, 1861-1880 628 

9 Des arrerages de la rente 3 0/0 (legs Thibesard); ci. 300 

10 Des arrerages de la rente 4 1/2 0/0 (don Jean 

Dollfus); ci 300 



.1 reporter 11,943 fr. 85 



vi Bulletin entomologique. 

Report 11,943 fr. 85 

11 Des arrerages d obligations nominatives et au 

porteur (1); ci 1,675 41 

12 Du remboursement de neuf obligations sorties ; ci. 4,445 51 

13 De la subvention, a litre d encouragement , du 

departement de ragriculture ; ci 600 

14 De la subvention, au meme titre, du departe 
ment de Tinstruction publique, etc.; ci 500 

15 De la subvention, a titre gracieux, d un ano- 

nyme ; ci 60 



Total des recettes 19,224 fr. 77 



Les DEFENSES (etat ci-annexe n 2) ont eu pour objet : 

1 L impression, la couverture de quatre trimestres 
d Annales (4 e trimestre 1884, l er , 2 e et 3 e tri 
mestres 1885) et autres menus frais ; ci 6,062 fr. 55 

2 La gravure, le tirage, la lettre et le coloriage des 
planches qui accompagnent les quatre tri 
mestres ci-dessus ; ci 2,144 

3 Le loyer, les contributions et 1 assurance mobi- 

liere de la Bibliotheque ; ci 664 80 

4 Les reliures, 1 achat d ouvrages et frais divers 

applicables au service ci-dessus ; ci 432 50 

5 L affranchissement, pour la France et 1 etranger, 
des Annales, de la Faune Bedel et des nou- 
velles Tables;ci 194 27 

6 L affranchissement du Bulletin bimensuel et frais 

necessites par son envoi ; ci 236 06 

7 L affranchissement de lettres, de circulaires, etc. 183 55 

8 L achat de 13 obligations 3 0/0 de la Compagnie 
des chemins de fer de 1 Ouest, et frais de 
mutations ; ci 4,960 05 

9 L achat de timbres mobiles pour recjis, recou- 

vrements de cotisations, etrennes, etc.; ci. .. 148 20 



A reporter 15,065 fr. 98 

(1) Cette somme comprend le produit de la rente de la Collection de Le"pi- 
dopteres de feu Alexandre Pierret, donnee par son pere a la Societe. 



Seance du 13 Janvier 18S6. VH 

Report 15,065 fr. 98 

10 Les allocations attributes, a titre d indemnite, a 
MM. les Secretaire et Tresorier, ainsi que le 
traitement alloue au gardien de la salle des 
seances ; ci 1,801 55 

11 Le prix Jean Dollfus, decerne, pour 1884, a 
M. Leon Fairmaire, pour son ouvrage intitule : 
Histoire naturelle de la France, 11 partie : 

He mipteres] ci 300 00 

Total des dcpenses 17,167 fr. 53 

RESUME : 

RECETTES 19,224 fr. 77 

DEFENSES 17,167 53 



Solde en caisse 2,057 fr. 24 

II reste a recouvrer : 



1 Sur les cotisations anterieures a 1885 341 fr. * 

2 Surcellesde 1885... 853 60 



Total l,194fr. 60(<) 

II resuite de 1 expose succinct qui precede, que , grace a la sage et 
intelligonte impulsion donnee par votre Conseil, les affaires de notre 
Societe sont aujourd hui, plus que jamais, dans line situation satisfai- 
sante. 

C est a vous, Messieurs, qu il appartient de statuer, quant a present, 
sur la question relative a 1 emploi a faire de tout ou partie de la somme 
disponible, sans perdre de vue cependant que nous aurons a payer, 
assez prochainement, les frais relatifs a la composition (texte et planches} 
du quatrieme trimestre des Annales de 1885, le plus charge d ordinaire. 

La Societe, aux termes des Statuts (Reglement, articles 25 et 28), ren- 
voie 1 examen des comptes du Tresorier a son Gonseil, qui lui presen- 
tera un rapport dans sa prochaine seance. 

(i) En 1831, 1 arrierc nc s elevait qu a 1, 1 15 fr. 



vin Bulletin entomologique. 

Communications. M. le President a le plaisir de faire part a la Societe 
des distinctions dont deux de ses inembres viennent d etre 1 objet : 

M. Antoine Grouvelle, directeur de la manufacture des tabacs de Cha- 
teauroux, a ete nomine chevalier de la Legion d honneur ; et M. Jo 
D r Joannes Ghatin, maitre de conferences a la Sorbonne, a obtenu le grand 
prix des sciences physiques, de cerne par FAcademie des sciences, pour 
son memoire intitule : Reckerches sur les organes tactiles des Insectes et 
des Crustace s. 

M. le Secretaire annonce que i Academie des sciences, dans sa 
seance annuelledu 21 decembre 1885, a decide qu elle rnettail au concours 
pour le grand prix des sciences physiques de 1887 la question suivante, 
qui se rapporte a 1 Entomologie ainsi qu a d autres branches de la Zoo- 
logie ; Etudier les phenomenes de la phosphorescence chez les animaux. 
Les concurrents devront determiner, a 1 aide de recherches anatomiques 
et embryogeniques, quelle est, dans un grand groupe du Regne animal, 
la nature fondamentale des organes phosphorescents ; ils devront, en 
outre, demontrer, par les methodes physiques et chimiques, le mode de 
production et les proprietes de la lumiere emise. 

M. L. Buquet annonce la mort de notre collegue M. 1 abbe Charles 
Lizambard, qui comptait parmi nos membres depuis 1874, et qui est 
decede a Blois le 22 decembre dernier. 

M. le D r Puton fait connaitre la mort de M. Antoine Guerber, de 
Bale, zele le pidopteriste. M. Guerber ne faisait pas partie de la Societe, 
mais il s etait joint a nos collegues pendant 1 excursion extraordinaire 
dans les Vosges. 

M. Maurice Maindron annonce egalement la rnort de M. Leopold 
Delorieux, decede a Paris, le 10 Janvier 1866, a 1 age de 26 ans. M. De- 
lorieux etait attache au Laboratoire de 1 Entomologie depuis 1878 ; il ne 
faisait pas partie de la Societe, mais avail assiste a ses seances, ainsi qu a 
1 un de ses banquets annuels. 

M. L. Buquet communique la liste des photographies adressees en 
1884 et 1885 pour les albums de la Societe, et il prie instamment 
nos collegues, ainsi que tous les entomologistes, de completer aulant que 
possible cette interessante collection. 

Cette liste comprend, par ordre numerique, les portraits de MM. : 
381. E. Mace. 382. 0. Duparc (nouveau portrait). 383. Gadeau 
de Kerville (d). 384. A. Leveille (d). 385. W. J. Holland. 



Seance da 13 Janvier 1886. ix 

380. Gianelli. 387. E. Bergroth. 388. J. Croissandeau. 389. 
Maurice Girard (nouveau portrait). 390. E. Renaut. 391. Francois. 

M. V. Signoret, membre honoraire, depose sur le bureau, pour etre 
insere dans les Annales, un memoire ayant pour titre : Liste d He mi- 
pteres recueillis a Madagascar, prindpalement aux environs de Tama- 
tave, en 1885, par le Reverend Pere Camboue, et descriptions d especes 
nouvelles. 

Le meme membre fait passer sous les yeux de ses collegues un 
echantillon du Chionaspis evonymus Comstock, insecte decrit dans le 
Report of the Entomologist, 1880, pi. 5, fig. 3, et pi. 17, fig. 2. Get 
Hemiptere vient de lui etre envoye par M. Jules Lichtenstein, qui lui 
donnait le nom specifique de Nemourensis, pour rappeler la ville aupres 
de laquelle cet insecte a exerce des ravages tels qu il rendait la culture 
des Fusains du Japon presque impossible. 

M. G. G. Thomson, membre honoraire, adresse de Lund des obser 
vations sur quelques Coleopteres et des descriptions de nouvelles especes : 

1. PATROBUS CLAVIPES (Thorns.). Haec species a plerisque ut varietas 
mera P. excavati consideratur, sed re vera est distincta. Differt corpore 
paullo minore, magis saturate piceo^ thorace lateribus ante medium 
parum dilatatis, subtus episternis totis fortiter crebreque punctatis, sulco 
in prosterni processu profundiore, supra transversim vage strigoso; 
antennis crassioribus et brevioribus, humeros parum superantibus ; pe- 
dibus, ut jam nomen specificum indicat, multo validioribus ; tarsis anti- 
cis articulis 2 primis maris brevioribus. 

2. GAURODYTES LAPPONICUS (Thorns.). G. congeneri quidem similli- 
mus, sed praeter corpus paullo minus, elytra baud coriacea, antennas 
articulis ultimis latius nigricantibus, praecipue discedit tarsis anterioribus 
maris evidenter angustioribus ; nee mihi in tola serie Garnivora cognita 
est species, cujus tarsi in maribus dilatati sunt variables. 

3. GAURODYTES WASASTJERN^E (Sahlbg.). Species G. affinis statura 
similis, sed thorace angulis posticis minus rectis, elytris sculptura subti- 
lissime reticulato-punctata, antennis totis ferrugineis, preecipueque cal- 
caribus pedum posteriorum brevioribus, metatarsi medium vix superan 
tibus metasternique sulco anteriore, processum sternalem excipiente, 
brevissimo optime distinguendus. 

4. G. HOEFFNERI (Aube = Mimmi Sahlbg.; ? = opacus Aube). - 
Pra3cedenti metasterni sulco brevissimo calcaribusque pedum posticorum 



x Bulletin entomologique. 

similis et affmis ; sed thorace lateribus antrorsum rotunda to-angustatis, 
angulis posticis magis obtusis, corpore lateribus minus parallelis, an- 
tennis apice fuscis, prosterni processu acute carinato ; femina elytris 
subopacis, mas supra aaneus, magis nitidus, tarsis anterioribus latioribus 
mox discedens. 

5. G. ANGUSTICOLLIS (Sahlbg.). A pracedentibus ita diversus ut sub- 
genus proprium formare debeat, cujus caracteres hoc modo exponendi 
sunt : 

Subgenus D1CHODYTES. Thorax coleopteris paullo angustior, late 
ribus crasse marginatis. Elytra postice saepissime coriacea, gutta pone 
medium pallida ornata. Metasternum antice sulco sat longo, prosterni 
processum haud acute carinatum excipiente instructum, fasciniis latera- 
libus latis, subtriangularibus. Tarsi anteriores d* articulis tantum 2 pri- 
mis subtus patellato-spongiosis. 

Hue pertinent etiam D. guttatus (Payk.), D. binotatus (Aube), D. niti 
dus (Fabr. = melas Aube). 

6. PHILONTHUS SUBVIRESCENS (Thorns.). P. atratus abdominis seg- 
mentis dorsalibus 2-4 basi impressione utrinque sinuata, medio dentato- 
prominula distinctus ; in P. subvirescenti abdomine densius fusco-pubes- 
centi et segmentis dorsalibus 2-4 impressione basali recta, medio haud 
producta. 

7. XANTHOLINUS OCHRACEUS (Auct.). A X. punctulato prater tho- 
racem subtilissime alutaceum et seriem dorsalem multipunctatam seg- 
mento 7 dorsali setis medio nullis mox distinguitur. 

8. X. ATRATUS (Heer) = picipes (Thorns.). Haec species abdominis 
segmento 7 dorsali utrinque seta erecta a X. ochraceo mox distincta, a 
X. punctulato colore pedum et antennarum dilutiore , capitis punctis 
lateralibus minus profundis, elytris interne et abdomine obsoletius punc- 
tatis , hoc segmentis dorsalibus et ventralibus margine postico piceo- 
testaceis, ut etiam victu in societate Formicarum bene distincta mihi 
videtur. 

9. HISTER SUCGICOLA (Thorns.). Antennarum clava suturis rectis, in 
//. cadaverino arcuatis. 

10. ULOMA PERROUDI. Mentum apice bidentato, thorace basi medio 
obsolete, in U. culinari acute marginato. 

11. XYLOPHILUS NITIDIFRONS, nov. sp. Oblongus, subdepressus, 



Seance du 13 Janvier 1886. xi 

parum nitidus, pube fere sericea dense vestitus, niger, elytris fuscis, 
antennis pedibusque testaceis, fronte sat nitida, confertim punctata. 

J. pygmxo simillimus, sed fere major, antennis articulo 3 4 saltim 
sesqui longiore, apicem versus vix latioribus, thorace crebrius punctate, 
capite oculis superne magis approximatis praecipueque fronte parcius 
fortiusque punctata nitidula mox distinctus. 

Habitat iu Suecia australi. 

12. APION ASSIMILE. Coxae anticae maris apice denticulo ornatae. 

13. PHYTONOMUS MURINUS et VARIABILIS. Praeter alias notas P. varia- 
bilis a P. murino elytris basi macula humerali nigra snbdense data 
optima distinguitur; eodem caractere etiam P. elongatus a P. suspicioso 
discedit. 

14. RHYNCOLUS LATITARSIS, nov. sp. Oblongus, nigro-piceus , sat 
nitidus, glaber, rostro cylindrico, tarsis articulo 3 prascedente fere duplo 
latiore, elytris fortiter punctato-striatis, interstitiis uniseriatim punctu- 
latis. 

R. cylindrirostri simillimus, sed oculis baud plane depressis, thorace 
basi emarginato, elytris striis fortius punctatis, interstitiis fere latio 
ribus serie punctorum minorum instructis, praecipueque tarsis articulo 3 a 
quam 2 a mullo latiore mox discedens. 

Habitat sub cortice arborum in Suecia australi. 

15. POLYGRAPHUS PUBESCENs. Sub hoc nomine in Suecia saltim tres 
species distinctae occurrunt. 

P. PUBESCENS est major, clypeo apice emarginato, antennarum clava 
subacuminata, elytris postice in declivitate substriatis ibique squamulis 
sat dense vestitis. 

16. P. PUNCTIFRONS, nov. sp. Prseccdenti statura et magnitudine 
simillimus, sed fronte fortius punctata, clypeo apice vix emarginato, 
elytris postice parcius squamosis, seriatim obsolete trispidulis, antenna- 
rum clava apice obtusa, pedibus posticis fuscis discedit. 

17. P. SUBOPACUS (Thorns.). Praecedentibus minor, fronte crebre et 
subtiliter punctata, clypeo apice truncate, antennarum clava minore 
apice rotundata, thorace subopaco pube subsquamoso vestita, elytris 
apice declivitate baud striata sed squamis parvis densius vestita, pedibus 
totis flavis facillime distinguendus. 



xii Bulletin entomologiquc. 

M. Charles Oberthiir adrcsse les descriptions de nouvelles especes 
de Lepidopteres du Thibet et de la Chine (l ro partie) : 

THECLA SERAPHIM Ch. Oberthiir. Appartient au groupe des Thecla 
Jonasi, lutea, sxpestriata. Les ailes superieures en dessus sont du meme 
fauve orange que ces trois especes, mais la T. Seraphim est plus petite 
et d une contexture plus delicate. L apex des ailes superieures est mar 
que d une tache noiratre triangulaire. Le bord exterieur est fmement 
lisere de noiratre. 

En dessous, Seraphim differe de lutea par 1 absence sur le disque des 
ailes des lignes blanches qui distinguent lutea. Le milieu des ailes dans 
Seraphim est d un fauve orange absolument uni. Le bord exterieur est 
seulement decore, a peu pros comme dans lutea, mais d une maniere 
moins accentuee, par une ligne blanche dont la direction est a peu pres 
parallele au bord exterieur ; cette ligne blanche se termine en chevrons 
internervuraux d aulant plus aigus qu on se rapproche davantage de 
1 angle anal. Entre cette iigne etle bord exterieur, il y a des points noirs 
intra-nervuraux, plus ou moins entoures ou meme envahis de blanc, 
ressortant sur un fond plus orange que le fond meme des ailes. La tache 
de 1 espace nervural ante-anal est la plus noire et la plus grosse de toutes. 
Le bord des ailes inferieures est lisere d une triple ligne noire, blanche 
et noire. L appendice caudal ordinaire est assez long, fin et noir. 

Ta-tsien-lou ; plusieurs exemplaires. Les deux sexes ne paraissent pas 
differer. 

CHRYSOPHANUS PANG Ch. Oberthur. Du groupe de Helle Fabr., donl 
il differe assez peu en dessus. II n y a cependant pas similitude complete, 
mais les caracteres diflerentiels du dessous suffisent ponr caracteriser la 
nouvelle espece. 

Dans Pang, les ailes superieures sont d un fauve orange vif, avec les 
taches noires a peu pres comme chez Helle, mais ornees d une liture 
laterale ou enveloppante d un bleu violet brillant; les ailes inferieures 
sont d un brun rouge fonce, traversees du bord anterieur au bord anal 
par une bande extra-cellulaire, etroite, d un blanc pur, et maculees de 
quelques points noiratres qui sont peu apparents sur le fond des ailes, a 
1 exception loutefois de trois ou quatre fmement cercles de blanc. Les 
nervures sont ecrites en grisatre. Elles forment entre la bande blanche 
transversale et le bord exterieur une serie de creneaux, marques d une 
tache triangulaire intra-nervurale assise sur le lisere rouge qui horde 
les ailes. Le dessous de 1 abdomen est blanchatre comme dans Helle. 

Decrite sur quelques exemplaires pris a Ta-tsien-lou. 



Seunce du 13 Janvier 1886. xm 

CHRYSOPHANUS TSENG Ch. Oberthiir. Curieux Polyommate interme- 
diaire en ire Pang et Li; violet en dessus comme ces deux especes, diffe- 
rant a peine de Li, en dessus, sauf par ce que Fappendice caudal est 
obtus, mais en dessous tout a fait distinct. 

Les ailes sont, en dessous, d un fauve dore un peu rougeatre, traver- 
sees par trois bandes rnaculaires communes, extra-cellulaires, descen 
dant du bord anterieur des superieures au bord anal des inf erieures ; les 
deux premieres sont formees de points noirs assez gros aux superieures, 
ncttement separes, eclaire"s interieurement d un trait bleu violet brillant, 
plus fins aux infe"rieures, presque joints, interieurement ornes d un crois 
sant blanc. La 3 e , marginale, est plus accentuee aux inferieures et a 
peine sensible aux superieures. II y a en outre aux superieures deux 
points noirs, intra-cellulaires, entoures de violet brillant, et, aux infe 
rieures, trois points alignes dans 1 espace basilaire, du bord anterieur 
au bord anal. De plus, la cellule est close par un trait noir fin, en forme 
d accolade liseree de blanc. L abdomen est gris blanchatre en dessous. 

Kouy-Tcheou (abbe Largeteau). 

M. J.-M.-F. Bigot adresse les diagnoses de trois genres nouveaux 
de Pordre des Dipteres : 

Diplogaster (gen. nov.) 5t?:Xou; 



c? ? Ex Anthomydis. Capite hemispherico ; antennis angustis, usque ad 
orem elongatis, segmentis, 1 et 2 minutis, 2 superne breviter villosulo, 
3 longissimo, oblongo, apice obtuso, chxto longo, basali, basi parum 
incrassato, longe, non dense, villoso, apice longe nudo; palpis elongatis, 
cijl mdricis, fere nudis, haustello molle, brevi, labris latis ; oculis nudis ; 
/ route, medietate singuli oculi non angustiore, fere nuda ; genis, sub oculis, 
angustissimis ; facie plana, nuda, epistomate hand prominulo, superne 
macrochxtis tantum duobus, longis, instructo, inferne longe sed parce 
setoso; thorace, macrochtetis sparsis elongatis, armato, scutello setts duabus 
munito ; abdomine breuissime et sparse piloso, segmento 4, superne, setis 
aliquibus longioribus marginato, 5 apice maxime dilatato, compresso, 
abrupte et oblique truncate, retrorsum, superne, longe, conice, elongato 
longeque dense, penicillato, 6 parvo, lateraliter compresso, abrupte et 
oblique, apice, truncato, fere quadrato, angulo supero, paritcr longe et sat 
dense penicillato ; calyptris sat magnis, squamma supera haud inferam 
totam tegente; alls Anthomidarum propriis, vena longitudinali penul- 
tima abbreviate ultima contra precedenteni haud incurvata ; coxis satis 
elongntis, spinosulis, fernoribus parum incrassatis, inferne longe, sparse 



xiv Bulletin entomologique. 

setosis, tibiis externe, parcissime, longe pariter setosis, metatarso antico, 
subtus, sat dense et brevissime setoso. 

D. NIGRICAUDA, c? ? (nov. sp.). Long. 5 mill. Antennis et palpis 
testaceis ; fronte cinemscente ; haustello fusco ; thorace fusco nigro, cine- 
reo-pruinoso ; abdomine testaceo, apice, late nigro tincto, segmento 2, 
superne, nigro unipunctato ; calyptris albidis ; pedibus testaceis ; alis fere 
hyalinis, macula subapicali externa, fusca, notatis. 

Geylan, 1 specim. (ex mus. nostro). 

Strongyloneura (gen. nov.) arpo-fpAov vsupov. 

c?. Generis Rhynchomyiae (Macquart, Dipt, exot., tome II, partie 3% 
p. 125, 1843) vicinum, sed differt, cubito venx longitudinalis quint;e 
(Rondani) valde rotundato, more Curtonervrarun^c/w?wm ybntennale 
deest). 

S. PRASINA, ? (sp. nov.). Long. 9 mill. Lxte viridis, thoracis 
dorso parum flavido pruinoso ; antennis palpisque fulvis ; haustello 
nigro ; facie et fronte pallide flavidis, vitta frontali fulva ; cicatrice sub- 
humerali fuscana ; calyptris albidis, halteribus testaceis ; abdomine linea 
diffusa, mediana, lata, cuprina; pedibus nigris, tibiis rufis, tarsis cas- 
taneis ; alis pallide flavidis. 

Japon, 1 specim (ex mus. nostro). 

Synamphoneura (gen. nov.) auva 4 u<pw vsupov. 

d*. E Muscidis, gen. Pyrelliae (Rob.-Desv., Myod., et Rondani, Prodr.) 
satis vicinum, differt, conjunctione venarum longitudinalium 4 a et 5 a 
(Rondani) ad marginem externam apicalem alarum ; antennis usque ad 
orem elongatis, chxto, longe toto villoso ; oculis nudis, superne tantum 
cohserentibus ; facie vix concava, nuda, macrochxtis duobus tantum ad oris 
marginem insertis ; fronte, utrinque, macrochxlis parvis in serie dispo- 
sitis; abdomine angustato, omnino nudo; alarum vena transversa 1 & (in- 
terna) contra apicem secundx longitidinalis locata. 

S. CUPRINA, cf (sp. nov.). Long. 6 1/2 mill. Antennis fulvo pal- 
lido tinctis ; facie frontisque lateribus albidis, facie in mepio, et, trigono 
parvo superantennali, nigris nitidis; calyptris et halteribus pallide flavis ; 
abdomine, superne, vitta nigra longitudinali, picto ; pedibus nigris, femo- 
ribus anticis parum incrassatis, externe xnescentibus ; alis pallide fusca- 
nis, margine externa, omnino, late, fusco obscuro limbata. 

Java, 1 specim. (ex mus. nostro). 



Seance du 13 Janvier 1886. xv 

Membre recu. M. G. Rionde, employe de commerce, rue d Enghien, 46 
(Entomologie generate, surtoutCole opteres), presente parM. E. Desmarest. 
Commissaires-rapporteurs : MM. H. Lucas et J. Bourgeois. 

Candidats presente s. 1 M. L. W. Distant, a Londres (He mipteres et 
Le pidopteres), presente parM. V. Signoret. Commissaires-rapporteurs : 
MM. Fairmaire et Salic ; 

2 M. le D r Pipitz, a Graz (Styrie) (Cole opteres), presente par M. Fair 
maire. Commissaires-rapporteurs : MM. Bourgeois et Baer. 

Membres demissionnaires pour 1886. MM. Baron (G.), a Paris (recu 
en 1868); Champenois (A.), a Autun (1877); comte Costa de Beau- 
regard, a Chambery (1841); - Journe (C.), a Troyes (1879); 
Kffichlin (Edmond), a Mulhouse (1857); Me gnin (J.-P.), a Vincennes 
(1875); Piccioli (Ferdinando), a Florence (1857); Quinquarlet- 
Debouy, a Carnac (1872); Reveliere (Eugene), a Porto- Vecchio 
(1865); Martorell y Pena, a Barcelone (1875), et Zapater (Bernardo), 
aAlbarracin(1870). E. D. 

Bulletin bibliographique. 

Acadc mie imp. des sciences de Saint-Peter sbourg. Bulletin, t. XXX, 
n 2. O Menmres, t. XXXU, n os 14 a 18. Q Tome XXXIII, 
n os 1 et 2. O 

Academia national de ciencias en Cordoba, t. V, Ent., 2 a . HOLMBERG 
(D r E. L.). Abejas (Hymen.), fig. n. 

Acade mie des sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
1885, n 25. Q N 26 - VALLET (L.). Note relative a 1 emploi 
d echalas injecte s au carbolineum pour le traitement des vignes 
phylloxerees. 1886, n 1. A. SABATIER. Sur la morphologic de 
1 ovaire chez les insectes. 

Berliner entomologische Zeitschrift , 1885, 2 es II. H. J. KOLBE. Zur 
Kenntniss der Psociden-Fauna Madagaskars (pi.). D r A. GRZEGORZEK. 
Beitrag zur Dipteren-Fauna Galiziens. ID. Neue Mycetophiliden 
(pi.). TH. KIRSCH. Neue siidamericanische Kat er (pi.). C. PLOTZ. 
Neue Hesperiden des indischen Archipels und Ost-Africa s. J.FAUST. 
Neue Riisselkafer aus Algerien. G. SANDBERG. Beobachtungen uber 
Metamorphosen der arktischen Falter. H. J. KOLBE. Ein Wort zur 
systematischen Stellung der Psociden. G. QUEDENFELDT. Vier neue 
Cieriden aus dem tropischen Westafrika (pi.). E. G.HoNRATH.Neue 
Rhopalocera(pL). J. SCHMIDT. Tabellen zur Bestimmung der euro- 



xvi Bulletin entomologique. 

pai schen Histeriden. P. OPPENHEIM. Die Ahnen unserer Schmet- 
terlinge in der Sekundar-und Tertiarperiode. TH. BELING. Beitrag 
sur Biolagie einiger Kafer aus der Familie der Telephoriden. G. 
QUEDENFELDT. Copal-Insectcn aus Afrika. 

Bulletin d Insectologie agricole, 1885, n 12. Exposition des Insectes 
de 1886. Programme. 

Entomologist s monthly Magazine (The), n 260. F. D. WHEELER. The 
habits of Nonagria cannx. "W. FOWLER. Harpalus calceatus St., 
re-established as British, with notes on Other Harpali. P. CAMERON. 
A synopsis of the British species Cephina. R. H. MEADE. Note on 
Ceratinostoma maritimum. G. H. VERRALL. A hundred new Bri 
tish species of Diptera. Notes diverses. H. W. BATES. Tropical 
african Coleoptera ; chiefly from the Zanzibar mainland. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, n 183. DECAUX. Etude sur le Gymnetron 
villosulns Gyll., parasite de la Veronica anagallis (Gren. et Godr). 

Communications diverses. 

Naturalista Siciliano (II), anno V, n 3. 0. STRUVE. Notizie lepidot- 
terologiche Siciliane. G. RIGGIO. Materiali per una fauna entomo- 
logica dell isola d Ustica. P. MILLIERE. Catalogue raisonne des 
Lepidopteres des Alpes-Mari times. M me S. SIGILIANO. Indice alfa- 
betico delle materie contenute nei volume IV. 

Natumliste (Le), 8 e annee, n 25. H. DU BUYSSON. Promenade d un 
naturaliste au Mont-Dore. L. MAZEL. Varietes. 

Societas pro Fauna et Flora fennica (Acta), 1881-1885, vol. II. Q 

Socie te entomologique de Belgique (Comptes rendus des seances), serie III, 
n 66. DE SELYS-LONCHAMPS. Programme d une revision des Agrio- 
nines. ID. Rectification concernant rOnychogomphus Genei Selys, 
et signalement de deux Gomphines nouvelles. DE BORMANS. Liste 
des Hymenopteres recueillis dans un rayon de 500 metres autour de 
la station d Uccle-Stalle (env. de Bruxelles). HEYLAERTS. Descrip 
tion de VEumeta Leeuweni. 

Socie te d histoire naturelle de Toulouse. Compte rendu sommaire de 
la seance du 18 novembre 1885. Q 

Socie te imperials des Naturalistes de Moscou (Bulletin de la), 1884, n 4. 

K. LINDMAN. Ueber Mocomyza saltatrix Mg. und Elachiptera cor- 
nuta F. ID. Verzeichniss der bei Moskau vorkommenden Borken- 
kafer. 



Seance du %1 Janvier 1880. xvn 

Seance du 27 Janvier 1SSG. 

Presidence de M. J. BOURGEOIS. 

Ne crologie. M. le Secretaire annonce la mort d un jeune entomologiste, 
M. Louis Moleyre, decede a Bagnolet (Seine), le 15 Janvier 1886, a Page 
de 28 ans. M. Moleyre, qui n appartenait pas encore a la Societe, 
avail public : 1 dans les Comptes rendus de 1 Academic des sciences, 
en 1882, des Recherches sur les organes du vol chez les He mipteres; 
2 dans le Bulletin de la Societe d acclimatation de 1885, un memoire 
sur les Insectes et Crustace s comestibles ; 3 dans les Bulletins de 1885 de 
la Societe d insectologie agricole , un travail sur les Pentatomes. Entre 
en 1876 au Laboratoire d Entomologie du Museum, il y avait ete nomme 
preparateur en 1878. 

M. E. Desmarest croit devoir ajouter que 1 un de nos collegues, 
M. Charles Brongniart, est designe par le Museum pour remplacer 
M. Moleyre au Laboratoire d Entomologie. 

Rapports. M. Emile-Louis Ragonot, au nom du Conseil, donne lecture 
du rapport suivant : 

Messieurs , 

Le Gonseil s est reuni le 20 Janvier courant pour examiner les comptes 
de 1 annee 1885 presentes a la derniere seance par M. le Tresorier. 

II est presque superflu de dire que ces comptes ont ete reconnus 
parfaitement exacts, chaque depense etant accompagnee de pieces a 
I appui. 

Le Gonseil, tout en regrettant bien vivement que 1 etat de sante de 
notre honorable Tresorier ne lui permette pas d assister a nos reunions, 
reconnait qu il est impossible d apporter plus de soin et de regular! te 
dans ses fonctions que ne le fait M. Buquet. 

Les finances de la Societe se trouvent dans un etat satisfaisant ; elles 
se composent : 
1 Des recettes ordinaires, qui se sont elevees en 1885 a 

la somme de 13,279 fr. 26 

pendant que les depenses se sont montees a 12,207 48 

laissant un excedent de caisse de 1,071 fr. 78 

provenant de la vente des Anuales et des Tables. 

(1886) Bulletin de la Societe entomologiqnc de Frauee. ^ 



xviii Bulletin entomologique. 

Report l,071fr. 78 

2 Des recettes extraordinaires se compo- 
sant : 

1 Des versements de cinq membres 
qui se sont liberes, soit 1,500 fr. 

2 Du remboursement de 9 obliga 
tions sorties aii tirage pour une 
somme de 4,445 51 



Ensemble 5,945 fr. 51 

Par centre, il a ete achete 13 obligations , 
dout : 9 en remplacement de celles 
sorties et 4 comme emploi de 1 argent 
des liberations, ensemble pour 4,960 05 



laissant un benefice de 985 46 



Soit ensemble 2,057 fr. 24 

montant du solde en caisse au 31 decembre 1885. 
En outre, il reste a recouvrer des cotisations anterieures 

a 1886 pour une somme de 1,194 fr. 60 

En etudiant les factures de 1 ancien et du nouvel imprimeur, votre 
Conseil a reconnu qu il y avajt une economie reelle dans les nouveaux 
arrangements pris, economie qu il estime a environ 300 francs par an, 
sans compter quo 1 impression est meilleure et plus compacte. 

Le Gonseil attire 1 attention de la Societe sur les depenses toujours 
croissantes qu occasionnent les planches, surtout celles coloriees ; pour- 
tant il reconnait quo ces planches sont souvent indispensables et qu elles 
augmentent reellement la valeur de nos publications ; aussi engage-t-il 
les membres de la Societe a chercher et a proposer des moyens d obtenir 
des reductions de prix sur la gravure et le coloriage des planches. 

Pendant les annees 1883, 1884 et 1885, les Tables out rapporte tout 

ensemble 2,258 fr. 

et elles avaient coute 1,777 55 



Elles ont done laisse un benefice de 480 fr. 45 

En consequence, votre conseil est d avis d acheter trois obligations 
pour remplacer les trois vendues en 1884 pour faire face aux frais d im- 
pression des Tables. 

En outre, comme depuis plusieurs annees a peu pres quatre verse- 



Seance du 27 Janvier 1886. xix 

ments a titre d exoneration de cotisation ont servi a equili^rer le budget 
de la Societe, votre Gonseil pense qu il conviendrait d acquerir deux 
autres obligations pour compenser en partie les emprunts faits au capital 
social. 

Ces cinq obligations achetees, il resterait un petit encaisse qui, avec 
les cotisations arrierees et celles de 1 annee actuelle, suffirait pour payer 
les depenses courantes, notre honorable tresorier ayant soin de ne 
jamais laisser d arriere. Du reste, ayant neuf obligations au porteur a sa 
disposition, la Societe pent toujours se procurer des fonds si le besom 
s en faisait sentir. 

En resume, Messieurs, le Gonseil vous propose : 

1 D approuver les comptes de M. le Tresorier pour 1 annee 1885, et 
de lui en donner decharge ; 

2 De decider 1 achat de cinq obligations 3 0/0 du chemin de fer de 
1 Ouest ; 

Et 3 enfm, de voter de chaleureux remerciements a M. Lucien Buquet 
pour le zele et le devouement qu il ne cesse de deployer dans la gestion 
des interets de la Societe. 

Les conclusions de ce rapport sont adoptees a 1 unanimite des voix 
par la Societe, et des remerciements sont votes au Tresorier. 

M. L. Fairmaire, rapporteur du Prix Dollfus pour 1885 , donne 
lecture du rapport suivant : 

Messieurs, 

La Commission que vous avez nominee pour le Prix Dollfus s est 
reunie mercredi dernier dans le local de la Bibliotheque. Etaient pre 
sents : MM. Desmarest, Fairmaire, Goossens, Mauppin, Poujade et 
Ragonot. 

Les seuls ouvrages presenters etaient : 1 La l re livraison d un travail 
intitule : les Pucerons. Monographic des Aphidiens, par M. Lichtenstein ; 
2 Etudes sur les Insecles nuisibles a Vagriculture, par M. Peragallo 
(2 e partie : le chene, la vigne, 1 oranger, le citronnier, le caroubier, le 
cerisier, le figuier, le chataignier, le pommier et le poirier). 

Le premier de ces ouvrages comblerait une lacune regrettable, car 
nous n avons pas en France un travail sur ce groupe, et il faciliterait 
certainement 1 etude difficile des Pucerons, surtout avec 1 accompagne- 
ment de planches que promet 1 auteur et dont ce fascicule presente 
d excellenls specimens. Mais cette premiere partie n a pas en elle-meme 
ua caractere d utilite assez complet ; elle ne renferme guere que des 



xx Bulletin entomologique. 

listes de plantes frequentees par les Aphidiens et des catalogues d es- 
peces. La biologie, la classification et la description des insectes n y 
occupent encore qu une faible place. Ce n est que le commencement 
d un ouvrage qui, termine, aurait conquis tous les suffrages, mais qui 
n est pas encore amene au point necessaire pour avoir un droit incontes 
table au Prix Dollfus qui trouverait une application toute naturelle le 
jour ou 1 ouvrage serait termine. 

Quant aux Etudes de M. Peragallo sur les Insectes nuisibles et utiles, 
le titre etait vraiment attrayant ; car, malgre tous les travaux publies 
sur cette matiere, il y aura toujours quelque chose de neuf et d interes- 
sant a faire connaitre. D un autre cote, condenser dans moiiis de 
100 pages les fails et les details de moeurs les plus saillants des insectes 
nuisibles et utiles au chene et aux arbres fruitiers, eut ete une oeuvre 
presque impossible a realiser ; aussi Fauteur s est-il borne, en ce qui 
concerne le chene, a s occuper du chene vert, et a donner des details sur 
la production du liege ainsi que sur les moeurs du Coratbus bifasciatus ; 
la vigne lui a donne 1 occasion bien naturelle de parler du Phylloxera, et, 
le pommier, de parler du Puceron lanigere. Mais, en resume, malgre les 
merites de 1 auteur, attestes par les distinctions, medailles et recom 
penses qui lui out etc decernees, cet ouvrage nous a paru ne repondre 
nullement aux conditions du Prix Dollfus. 

En consequence, tout en le regrettant, la Commission croit devoir 
vous proposer, Messieurs, de declarer qu il n y a pas lieu de decerner le 
Prix pour cette annee et d en reporter I attribution a 1886. 

La Societe, apres avoir entendu lecture de ce Rapport, decide, aux 
termes des articles 59 et 13 de son Reglement, que les conclusions en 
seront votees dans la seance du 24 fevrier 1886. Tous les Membres 
franc, ais ont droit de prendre part au vote qui aura lieu au scrutin 
secret et a la majorite absolue des suffrages, soit directement, soit par 
correspondance. 

Decisions. M. J. Bourgeois, apres avoir cede le fauteuil a M. E. Simon, 
vice-president, developpe la proposition dont il a saisi la Societe dans 
la seance du 11 novembre 1885, en son nom et au nom de quatorze de 
nos collegues, proposition tendant a 1 abrogation du deuxieme para- 
graphe de 1 article 42 du Reglement, qui est ainsi concu : Les descrip 
tions isole es n y e tant admises qu a titre exceptionnel et seulement lors- 
qu un inte ret d actualite s y rattachc, chaque Membre ne pourra faire 
imprimer au Bulletin plus de douze descriptions par an. ( Voir Bull. 1885 , 
page ccivj 



Seance du 27 Janvier 1886. xxi 

Apres avoir entendu M. Bourgeois, la Societe, a la majorite des 
Membres presents, declare se rallier a 1 amendement suivant, propose 
par M. Baer : Laisser subsister le deuxieme paragraphe de 1 article 42, 
en y ajoutant cette phrase : Toutefois, la Societe peut, quand elle lejuge 
utile, autoriser I impression de descriptions en nombre superieur. 

La Societe decide que le banquet annuel, destine a feter la date 
de sa fondation, aura lieu le samedi 27 fevrier. MM. Bourgeois et 
Sedillot sont charges de 1 organisation de ce banquet. 

Communications. M. Brongniart, au sujet du Rapport de M. Ragonot 
sur les comptes de M. le Tresorier, fait remarquer que les planches 
publiees dans nos Annales content fort cher par suite des frais de gra- 
vure. Ayant eu 1 occasion, dit-il, de faire reproduire des planches d in- 
sectes fossiles, je me suis adresse a M. Dujardin, graveur heliographe. 
Les planches de mon travail ayant ete assez bien reussies, j ai pense 
qu il pourrait etre utile d appliquer le procede d heliogravure a la repro 
duction de planches de nos Annales. Ge procede permet de reproduire, 
par la gravure sur cuivre, les dessins les plus fins. Les planches content 
20 centimes le centimetre carre avec un minimum de 50 francs par 
planche. 

M. Brongniart montre diverses planches reproduites en heliogravure. 
II ajoute qu il y aurait interet a examiner ce procede qui permettrait de 
realiser de serieuses economies, et demande que la Societe veuille bien 
lui adjoindre MM. Poujade et Clement qui montreront a M. Dujardin 
quelques-uns de leurs dessins noirs et colories. 

M. Brongniart presentera un rapport a ce sujet a la Commission de 
publication. 

M. L. Fairmaire fait les communications suivantes : 

J ai 1 honneur de presenter a la Societe deux varietes interessantes de 
Carabes. L une provient des environs d Akbes, et m a ete communiquee 
par M. 1 abbe David : c est une variete du Carabus scabriusculus, qui 
differe du type par ses elytres depourvues d asperites et n en offrant de 
traces que sur les cotes, en presentarit sur le dos des lignes regulieres 
de points. Je propose de lui donner le nom de caramanus. La localite 
d Akbes est assez curieuse pour cet insecte, et c est probablement sa 
limite au sud. 

L autre variete, qui m a ete donnee par notre collegue et ami M. le 
D r Puton, appartient au C. auratus, et a ete trouvee au mont Lozere. 
Elle est plus grande, plus robuste que le type de nos pays et se rap- 



xxn Bulletin entomologique. 

proche beaucoup du lotharingus ; la tete et le corselet sont d un vert 
assez brillant, le dernier ayant parfois une etroite bordure cuivreuse, 
les elytres sont cuivreuses avec les cotes bien marquees et quelquefois 
une legere teinte verte dans les intervalles ; les pattes et les antennes 
sont colorees comme chez le type. Gette belle variete me parait meriter 
d etre signalee a part, et je propose de lui donner le nom de C. auratus, 
var. ligericinus. 

M. le D r Senac adresse, par Tentremise de M. L. Bedel, la note 
suivante : 

Solier a decrit, a la fin de son travail sur le genre Pimelia, deux 
especes sous le nom de P. hemisphxrica et de P. capillata. La premiere 
est indiquee du cap de Bonne-Esperance, la deuxieme est de Barbaric. 

Ces deux especes nous paraissent devoir n en former qu une seule, 
les differences indiquees n etant nullement caracteristiques, et nous pen- 
sons qu elles se rapportent 1 une et 1 autre a 1 espece decrite depuis par 
M. Fairmaire sous le nom de P. insignis, provenant de Mogador. La 
description de Solier nous parait justificr la reunion que nous indiquons, 
bien que nous n ayons pu voir ses types. 

Sur une serie de P. insignis que nous possedons, on trouve des exem- 
plaires presentant les differences indiquees par Solier entre ses deux 
especes et portant sur Je volume des grosses granulations des inter 
valles des elytres, sur la longuenr des cils qui bordent les elytres, etc. 

La synonymic de ces especes, sur lesquelles Solier avait propose de 
fonder le sous-genre Ecphoroma, peut done etre etablie ainsi : 

P. insignis Fairm. capillata Sol. = hemisphxrica Sol. 

M. Gh. Oberthiir donne la description de nouvelles especes de 
Lepidopteres de la Chine et du Thibet (2 e partie) : 

CHRYSOPHANUS Li Gh. Oberthiir. En dessus le fond des ailes des d 
est violet, legereinent purpurin et brillant ; les superieures portent un 
point noir a Textremite de la cellule ; elles sont bordees de noir, et un 
trait orange eclaire cette bordure noire pres de Tangle interne. Le bord 
des inferieures est orne d une bordure noire plus large qu aux supe 
rieures, et dans laquelle une liture fauve-orange decoupe 3 demi-lunes 
noires dans les 3 avant-derniers espaces intra-nervuraux. Le dernier 
espace est tout entier absorbe par cette liture fauve, et elle se prolonge 
en outre en une saillie caudale assez longue et aigue. 

En dessous les ailes superieures sont jaune d or orange vif, et les 
inferieures sont rouge-brique ; mais dans certains individus ces teintes 



Seance du 27 Janvier 1886. xxm 

sont plus ou moins rembrunies et comme cuivrees. Les superieures sont 
decorees d une bande blanche submarginale, un peu courbe, liseree de 
noir des deux cotes. Gette bande se prolonge sous les inferieures ; mais, 
elle y est droite et forme une sorte de V avec une autre bande blanche 
un peu fulguree venant rencontrer la premiere pres de Tangle anal. 
Dans ce V, est inscrit un second V, par une se rie assez droite et oblique 
de 4 a 5 taches noires liserees exterieurement de blanc, descendant du 
bord anterieur et joignant la premiere bande blanche a peu pres a la 
moitie de son parcours. 

Les superieures sont en outre ornees de points noirs nombreux, dont 
3 intra-cellulaires, une bande maculaire extra-cell ulaire traversant les 
ailes du bord anterieur au bord inferieur, presque droite, sauf pour le 
quatrieme point noir qui sort exterieurement du rang. Les inferieures 
presentent aussi le long du bord anal des points noirs cercles de blanc 
et de forme diverse formant presque un troisieme V avec un des cotes 
du plus grand. 

II y a deux formes dans cette espece, sans doute une de printemps 
plus petite, plus pale, ayant les taches noires moins accentuees et 1 autre 
estivale, plus robuste et plus chaude de ton. 

Les $ different des c? par la presence d une eclaircie fauve dans les 
ailes superieures, comme cela se remarque dans les autres especes du 
genre Chrysophanus. Les taches noires du dessous transparaissent dans 
cette eclaircie fauve de la $ et la divisent. 

De plus, dans quelques $, les dessins blancs du dessous transpa 
raissent en dessus ou ils sont indiques en violet brillant ressortant sur 
un fond mat noiratre. 

Je possede plusieurs exemplaires de Chrysophanus Li, var. vernalis 
et var. aestivalis. 

Tous ont ete pris a Ta-tsien-lou, et je les dois a Tamitie de M gr Diet, 
vicaire apostolique du Thibet. 

M. P. Milliere adresse, par Tentremise de M. Ragonot, la diagnose 
d une nouvelle espece de Microlepidoptere : 

BUCGULATRIX ALBicuTTELLA Mill., nov. sp. Enverg. 8 mill. Ailes 
superieures d un brim noiratre clair, la frange au-dessus de 1 apex sur 
la cote brun jaunatre; sur le bord interne une courte et fine strie 
oblique et blanche placee avant le milieu de Paile, s etendant jusqu au 
milieu ; au-dela, une etroite tache blanche arrondie en dessus, parallele 
a la premiere tache, repose le long de Tangle anal. Une autre tache 
blanche au-dessus de Tapex, sur la cote, entrecoupe la frange et separe 



xxiv Bulletin entomologique. 

la partie claire de la partie foncee. Les ailes inferieures sont d un gris 
noiratre avec la frange brun noiratre. La tete en dessus est garnie de 
poils brun jaunatre. Antennes noiratres, la base elargie par des ecailles 
blanches ; le devant de la tete lisse, sans traces de palpes. 

Cette espece ressemble assez par son port d ailes a une Lithocolletis, 
mais 1 absence de palpes et 1 elargissement de la base des antennes par 
des ecailles indiquent que c est dans le genre Bucculatrix qu elle doit 
etre placee a cote de la Bucculatrix maritima, a qui elle ressemble 
comme couleur, mais non comme dessins. 

Elle vole, a 1 arriere-saison, aux environs de Cannes, parmi les Arundo 
donax, qui peuvent bien nourrir la chenille, laquelle a sans doute deux 
generations. 

Lectures. M. L. Fairmaire depose sur le bureau un memoire, accom- 
pagne de deux planches, ayant pour titre : Description de Cole opteres 
recueillis par M. G. Revoil chez les Somalis (2 e voyage) et a Zanzibar. 

M. Ernest Olivier adresse la 2 e partie de ses m tudessur les Lampy- 
rides, intituled : Revision du genre Photuris Lecl travail accompagne 
d une planche coloriee. 

Membres recus. 1M. W. L. Distant, i, Russell Hill Road, Purley, Surrey 
(Angleterre) (Entomologie generate, surtout He mipteres et Le pidopteres) f 
presente par M. V. Signoret. Commissaires-rapporteurs : MM. Fair 
maire et Salle ; 

2 M. le D r Pipitz, Goethestrasse, a Graz (Styrie) (Cole opteres) , pre 
sente par M. Fairmaire. Commissaires-rapporteurs : MM. Bourgeois 
et Baer. 

E. D. 



Bulletin bibliographique. 

Acade mie des sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I ), 
1886, l er semestre, n 2. ROUGEAN. Communication relative au 
Phylloxera. N 3. J. PEREZ. Sur 1 histogenese des elements conte- 
nus dans les gaines ovigeres des Insectes. 

Academy of Sciences (National), vol. III. PACKARD. On the structure 
of the brain of the sessile-eyed Crustacea 

Accademia dei Lincei (Atti della reale), 1884-85, vol. I, fasc. 27 et 28. Q 



Seance du 27 Janvier 1886. xxv 

Deutsche Entomologische Zeitschrift, 1885, 2 es H. L. v. HEYDEN. Die 
Phylloxera in der Rheinprovinz im Jahre 1885. E. REITTER. Ueber- 
sicht der Arten der Gattung Cerocoma Geoffr. G. KRAATZ. Ueber 
einige Getoniden. ID. Ueber Goliathus albosignatm Boh., Westw., ?. 
ID. Ueber Ceroglossus Darwinii Gerstacker. G. CZWALINA. Sam- 
melbericht aus Ost-und West-Preussen. E. ABEILLE DE PERRIN. 
Catalogus Malachidarum Europe et circa. M. v. HOPFFGARTEN. 
Carabus irregularis F. var. Peronx Hopffg. E. SCHREIBER. Sam- 
melbericht aus dem Karst. G. STIERLIN. Zwei neue Otiorhynchm 
aus dem Karst. L. v. HEYDEN et G. KRAATZ. Beitrage zur turkes- 
tanischen Coleopteren-Fauna. L. v. HEYDEN. Weitere Beitrage zur 
Coleopteren-Fauna des Amur-Gebietes. ID. Verzeichniss der von 
Koltze aus den Amurlandern eingesandten Staphylinen. G. KRAATZ. 
Coplolabrus Jankowskii R. Oberthur vom Amur. L. v. HEYDEN. Notiz 
ueber japanische und amurenser Longicornia. ID. Neues Polyar- 
thron aus Persien. J. WEISE. Zwei neue Labidostomis- Arten. 
ID. Leptosonyx hirtus Weise, n. sp. L. GANGLBAUER. Die Anthaxien 
der ra0mm4s-Gruppe. E. REITTER. Beitrag zur Kenntniss der 
Pselaphiden-Fauna von Valdivia (2 er H.). ID. Abbildungen und 
Bemerkungen zu wenig gekannten Pselaphiden-Gattungen mit Bes- 
chreibungen neuer Arten (pi. 2 et 3). ID. Zwei neue Tachys-Arien. 
G. KRAATZ. Ueber Varietaten der Pachnoda sinuata Fabr. (pi. v). 
ID. Ueber den systematischen Werth der Forceps-Bildung bei den 
mit Lomaptera verwandten Gattungen (pi. v). E. REITTER. Neue 
Coleopteren aus Europa und den angrenzenden Landern, mit Bemer 
kungen ttber bekannte Arten. ID. Uebersicht der Phyllopertha- 
Arten aus Europa und den angrenzenden Landern. ID. Uebersicht 
der bekannten Lsena-Arten. J. WEISE. Ueber die Entwicklung 
und Zucht der Orinen. ID. Zwei neue Xmomela (Ghrysomelinen) 
aus Turkestan und Samarkand. ID. Notizen iiber Riisselkafer. 
A. v. KRAATZ-KOSCHLAU. Erganzende Bemerkungen zu D r Gerstac- 
ker s Monographic der chilenischen Carabus- Arten. ID. Erganzende 
Bemerkungen tiber Procerus- Arten. G. KRAATZ. Schluss-Bemer- 
kung zu dem Aufsatz : Erganzende Bemerkungen fiber Procerus- 
Arten. J. SCHMIDT. Beitrag zur Kenntniss der Histeriden. 
G. KRAATZ. Ueber Ceroglossus Darwinii Hope-v. Kraatz. HAHN. 
Sammel-Notizen. G. KRAATZ. Bucher-Anzeige. 

Naturalista Siciliano (il), ann. V, n 4 e . G. RIGGIO. Material! per una 

(1886) Bulletin dc la Societe entomologique de France. 3 



xxvi Bulletin entomologique. 

Fauna entomologica dell isola d Ustica (fin). E. RAGUSA. Catalogo 
ragionato dei Coleotteri di Sicilia. P. MILLIERE. Catalogue raisonne 
des Lepidopteres des Alpes-Mari times. 

Naturaliste (le), 8 e annee, n 26. H. DU BUYSSON. Promenades d un 
naturaliste au Mont-Dore. 

Phare du littoral (le}, n 5405. Article sur le dernier ouvrage de 
M. Peragallo. 

Revue des travaux scientifiques, 1885, n os 8 et 9. 
Revartani lapolc, n os 10, 11, 12. 

Socie te academique franco-hispano-portugaise (Bulletin de la), 1885, 
n2. Q 

ANDRE (ERN.) Deuxieme Supplement au Species des Formicides d Europe 
et des pays limitrophes. Gray, 1885. 7 p. * 

LICHTENSTEIN (J.). Monographie des Pucerons du peuplier. Montpellier, 
1886. 42 p. * 

OLIVIER (ERN.). Les Lampyrides d Olivier dans 1 Entomologie de PEncy- 
clopedie methodique (Rev. d Ent.), 1885. 3 p. * 

ID. Catalogue des Lampyrides faisant partie des collections du Musee 
civique de Genes, 1885 (Ann. Mus. civ. Gen.). 41 p. * 

PERINGUEY (L.). First contribution to the South-African Coleopterous- 
Fauna, 4 pi. Cape Town, 1885. (Trans. South-Afr. phil. Soc.) 83 p. * 

RAGUSA (E.). Coleotteri nuovi o poco conosciuti della Sicilia (Nat. Sic.). 

REIBER (FERD.). Apergu du progres de 1 Entomologie en Alsace et notes 
sur les collections et les collectionneurs d insectes de cette province, 
suivie d une notice sur le Phylloxera en Alsace-Lorraine (Bull. Soc. 
Hist. nat. Colmar), 1883-1885. 51 p. * 

SIMON (E.). Etude sur les Crustaces terrestres et fluviatiles recueillis en 
Tunisie en 1883, 84 et 85 par MM. A. Letourneux, M. Sedillot et 
Valery Mayet. 1885. 

ID. Materiaux pour servir a une Faune Arachnologique de la Nouvelle- 
Caledonie (C. R. Soc. ent. Belg.). 1885. 6 p. * 

A. L. 



Seance du 10 fevrier i886. xxvn 

Seance du 1O fevrier 1$$G. 

Presidence de M. J. BOURGEOIS. 

MM. Gadeau de Kerville. de Rouen, et A. Lamey, de Versailles, 
assistent a la seance. 

Communications. M. H. du Buysson adresse les notes suivantes sur 
quelques Elaterides d Europe : 

1 ELATER SANGUINEUS Linne, Burdigalensis var. nov. Long. 13 
14 mill.; larg. 3,53,8 mill. Identique au type par sa forme generale- 
ment assez longuement attenuee en avant et en arriere ; par sa pubes 
cence assez longue et grosse, a demi dressee sur la te*te et la surface du 
prothorax ; par le bord anterieur de ce dernier segment borde de poils 
jaunes appliques sur le vertex ; par sa ponctuation prothoracique peu 
serree, etc. II differe aussi par la pubescence de ses elytres qui est d un 
beau jaune doro sur toute leur surface ou brunatre sur le disque et par 
celle de son prothorax qui est parfois d un brun roux pres des angles 
posterieurs. 

Quoique je n aie pas le projet de dormer un nom a chacune des nom- 
breuses varietes d Elaterides que j ai entrepris d etudier, j ai cru devoir 
faire quelques exceptions, comme pour celle-ci qui doit dans bien des 
collections etre confondue avec YE. aurilegulus Schauf., tres different 
par sa forme courtement attenuee en avant et en arriere et generalement 
deprimee ; par sa ponctuation, surtout prothoracique, tres dense, rugu- 
leuse presque jusque sur le disque; par sa pubescence plus dense, plus 
fine, plus couchee et moins longue. 

Gomme le type (sanguineus Linn.), cette variete doit vivre dans les 
vieilles souches de pins. 

Arcachon (G. Gourg.); Teniet-el-Haad, Algerie (de Laplanche) [ma 
collection]; Bone (Algerie) [coll. Pandolle]; Corse [coll. Era. Olivier]. 

2 ELATER PR^EUSTUS Fabr. Sous ce nom je comprends les indi- 
vidus dont 1 extremite des elytres est ornee d une tache noire occupant 
l/6 e de leur longueur et allant jusqu a disparaitre completement chez 
d autres specimens. Chez ce type, la pubescence des elytres est genera 
lement d un brun cendre et rousse seulement sur les cotes et a la base, 
ou parfois brune sur toute leur surface. II est ordinairernent de petite 
taille (9-10 mill, de long,, 3-3,5 de larg.), mais il atteint rarement la 
taille de 13 mill, de long sur 4 de larg. 

II se rencontre assez faciiement dans le midi de la France et semble 



xxviii Bulletin entomologique. 

remonter assez an nord : Hautes-Pyrenees, toute la Provence, les landes 
de Gascogne et meme Blain (Loire-Inferieure), d apres M. du Brossay, etc. 
Dans les vieilles souches de pin, de saule et de hetre. 

Je lui rapporte comme varietes les exemplaires a elytres unicolores, 
regardes jusqu a ce jour comme iormant des especes particulieres. Voici 
comment je les divise : 

1 Var. aurilegulm Schauf. Long. 1113 mill., larg. 34 mill. 
Pubescence des elytres d un beau jaune d or sur toute leur surface. 
Elle vit dans le chene, le saule, etc.; est plus repandue que le type a 
elytres a tache apicale, et se rencontre du Nord an Midi. 

2 Var. aurilegulo ides mihi. Mernes mesures que la var. ci-dessus. 
, Pubescence des elytres d un brun cendre sur les six premiers iriterstries, 
jaune dore sur la base et le reste des elytres. Vit dans le chene comme 
la precedente, quelquefois aussi dans les vieux saules, et semble aussi 
repandue. 

3 Var. coccinatus Rye. -- Merries mesures. Pubescence d un brun 
cendre uniforme sur toute la surface des elytres ; celles-ci parfois d un 
rouge moins vif que chez les precedentes et un peu plus deprimees (El. 
subdepressus Cl. Key in litt. et in mus.). Moins commune que les 
autres; vit dans le chene et probablement dans d autres bois : Brout- 
Vernet (Allier); Espagne [ma coll.]; Villie-Morgon [coll. Cl. Key]. 

J ai hesite pendant longtemps a reunir au prxustus Fabr. conrrne 
varietes ces deux ou trois especes qui semblent valables aux yeux de 
quelques-uns de nos collegues ; ce n est que par 1 examen d urr grand 
nombre d individus de provenances diverses et offrant presque tous de 
legeres variations dans la forme, qui est plus ou moins deprimee, plus 
ou moins courtement attenuee en avant et err arriere selon les speci 
mens, que j ai ete conduit a tenir compte surtout de la densite de la 
ponctuation, princrpalement sur la surface du prothorax, de la longueur, 
de la grosseur et de la densite de la pubescence sur le meme segment et 
aussi sur les elytres. 

4 Comme note de synonymic, je signaie comme devant etre reunis 
les deux Athous suivants : 

Ath. Langsdorfi Stierl. (Mith. der Schw. ent. Ges., t. V, p. 590, 
1880) = Alh. nigerrimus Desbr. (Ab., t. VII, 1870, p. 106); mais ce 
dernier auteur ne parle pas des differences sexuelles qui sont bien 
notables; a cette epoque, il n en connaissait pas la ?, et sa collection, 



Seance du 10 fe vrier 1886. xxix 

aujourd hui reunie a celle de M. le D r Senac, ne comporte qu un 
seul cT- 

Ath. florentinus Desbr. (Ab., t. VII, 1870, p. 114) = Ath. spiniger 
Gand. (Mon. El., Ill, p. 460, 1860). 

M. H. Brisout de Barneville communique les notes suivantes : 

1 J ai trouve, ainsi que mon frere Charles, sous la mousse, au Vesinet 
et a la Varenne-Saint-Maur, un petit Scydmenien, decrit par M. Reitter, 
dans un supplement aux Best. TabelL, p. 26, sous le nom de Scydmsenus 
Barnevillei. Gette espece ressemble a un petit exemplaire de pusillus, 
mais elle est de taille moitie plus petite, sa ponctuation est bien plus 
fine et plus serree, les fossettes du prothorax et des elytres sont petites 
et obsoletes, le c? a les cuisses anterieures simplement epaissies comme 
dans le collaris; elle a aussi du rapport avec le scutellaris, mais sa 
forme plus etroite, la ponctuation plus fine et sa petite taille Ten dis- 
tinguent aisement. Gette espece a ete retrouvee par mon frere a la 
Bernerie, pres Nantes. 

2 J ai capture a Saint-Germain, en 1885, au printemps, un Scydme 
nien connu jusqu ici de Finlande, Euconnus Mxklini Mannh. 

3 Je crois devoir signaler la synonymic qui suit : 

Cephennium majus Reitt. = laticolle Aube ; le laticolle Reitt. devra 
prendre un autre nom, celui de Reitteri. 

M. Gourielle montre a la Societe une serie d Insectes bresilieiis 
appartenant a divers ordres et presentant d interessants exemples de 
mime tisme. 

- M. V. Signoret presente les remarques qui suivent : 
1 Je fais passer sous vos yeux le Parlatoria Zizyphi Lucas ; cette 
espece n est pas rare; elle se trouve sur les Grangers et les jujubiers, en 
Algerie et en Espagne ; mais c est surtout sur les mandariniers qu on la 
prend le plus. 

, Ge Coccide est synonyme du Kermes aurantii Boisduval, Ent. hort, 
1867, p. 338, et de Parlatoria Lucasii Targioni, 1868, Gatal. Je Tai decrit 
et figure dans rnon Essai sur les Cochenilles, 1869, p. 451, pi. V, fig. 9. 

2 Je vous montre egalement un Aleurodes provenant de Sainte-Helene, 
et qui m a ete envoye par M. Mac-Lachlan. Gette espece parait faire des 
degats assez considerables dans les plantations de pommes de terre et 
de haricots. 



xxx Bulletin entomologique. 

M. J. Lichtenstein envoie, par 1 entremise de M. L. Buquet, une 
note relative aux moeurs des Pucerons : 

Une erreur assez commune fait dire a peu pres a tous les auteurs qui 
ont parle des Aphidiens que les 03ufs des femelles fecondees qui sont 
pondus en autoinne eclosent au printemps. Or, pour deux especes au 
moins, je constate, cette annee-ci, que les oeufs eclosent en plein hiver. 

Ce sont les : Chaitophorus aceris (le Puceron brun de Ferable, de 
MM. Signoret et Balbiani) qui ont pondu leurs oeufs le 25 novembre 
1885, lesquels oeufs sont eclos en plein air, le 7 Janvier, par 5 de 1 roid, 
et le Chaitophorus populi, qui a pondu le 25 novembre egalement et est 
eclos 20 jours plus tard, c est-a-dire le 27 Janvier. Doric la duree de 
1 incubation pour le Chaitophorus aceris est de 43 jours, et pour le 
Chaitophorus populi de 63 jours. 

Chez le tres vulgaire Puceron farineux des choux (Aphis brasswx 
Linn.), nul auteurn a cite encore les formes sexuees. Je les ai decou- 
vertes cette annee-ci, s accouplant sur les choux, le 7 Janvier 1886, par 
5 de froid. Le male est aile, la fenielle aptere. L opnf , pondu vert pou- 
dre de Wane, conserve apres 20 jours sa couleur claire et ne devient pas 
uoir brillant comme la plupart des oeufs d Aphidiens. Je dois ajouter 
que M. Burmeister, actuellement directeur du Museum de Buenos-Ayres. 
parait avoir connu ces sexues, car il ni en envoie des dessins faits en 
1828; mais ni lui ni aucun des auteurs recents (Passerini, Buckton, etc.) 
n ont parle de ces insectes. 

M. J. Fallou presente des observations sur Feducation de diverse* 
especes de Vers a soie exotiques, et montre les papillons qu il a obtenus : 

1 Attacus Cynthia vera. Ge Bombycite , qui est en Chine Fobjet 
d educalions a demi domestiques, a ete introduit en France par le Beve- 
rend Pere Fantoni vers 1856, mais c est surtout a Guerin-Meneville que 
Ton doit son acclimatation. Aujourd hui il se reproduit spontanement 
chez nous sur les Ailantes ou Faux-Vernis du Japon et sur divers autres 
vegetaux. 

Depuis quelque temps, des uaturalistes experimentateurs ont emis 
i opinion que cette espece etait en degenerescence. Voulant m assurftr 
de ce fait, j ai fait, Fete dernier, une education avec des oeufs provenant 
d une deuxieme generation elevee en captivite. A Feclosion des chenilles, 
au mois de juillet, j en plagai par petits groupes sur divers Vernis du 
Japon dans mon jardin, a Ghamprosay ; mais pas une seule chenille 
n y resta plus de quatre a cinq jours : elles furent devorees par des 
oiseaux et meme par divers insectes. Je me decidai alors a placer mes 



Seance du 10 fevrier 1886. xxxi 

eleves sur des branches coupees de Vernis du Japon, garanties par un 
vaste abri en toile, place en plein jardin ; des lors mes chenilles accom- 
plirent toutes les phases de leurs metamorphoses, et les papillons, eclos 
en octobre, ne le cedent en rien aux premiers exemplaires introduits 
jadis en Europe. 

D apres mes observations, il n y a done pas degenerescence ; mais 
pour faire des educations en grand, il faut les tenter dans des endroits 
ou ne se trouvent pas de cours d eau qui attirent les oiseaux et autres 
ennemis des chenilles; c estainsi qu a. Paris meme les A. Cynthia sont 
raoins attaques qu a la campagne. 

2 Anther sea Pernyi. J ai fait, en 1882, des educations de ce Bom- 
bycite en pleine foret de Senart, et ces essais, tentes d abord sur un petit, 
nombre de chenilles, ont donne des resultats tres favorables. En 1883. 
j ai renouvele mes etudes sur un plus grand nombre de sujets (300 en 
viron). Les oeufs etaient places sous un abri pareil a celui que j ai deja 
fait connaitre et mesurant un metre cube ; mais les chenilles absorbant 
pour leur nourriture une enorme qnantite de feuilles, j ai du les changer 
six fois de cepees, et, lors des derniers ages, beaucoup d entre elles 
perirent. En 1884, j obtins un resultat moins mauvais, mais avec un 
nombre de sujets moindre. Enfm, en 1885, je reduisis encore le nombre 
des oeufs, et je n en placai, sur une cepee bien feuillue et sous le meme 
abri, que vingt-cinq, provenant de M. Leroy, de Lille. Vingt-deux che 
nilles sont ecloses, et, sans aucun soin, ont accompli toutes leurs me ta- 
morphoses ; aucune maladie n est venue les atteindre, et elles ont file 
leurs cocons dans les premiers jours d aout. La cepee a suffi seule a 
leur nourriture, et la majeure partie des cocons a passe 1 hiver; ce qui 
prouve une fois de plus que, par suite d educations successives, 1 espcce 
est devenue uniwltine, de bivoltine qu elle etait lors de son introduction 
dans notre climat. 

On peut conclure de ces experiences que la reunion d un trop grand 
nombre de sujets places dans un espace trop restreint est une des causes 
de 1 apparition de certaines maladies. Gomme, d apres ce que j ai dit, il 
faut un espace clos d un metre cube pour 1 elevage d une vingtaine de 
chenilles, on pourra en deduire 1 espace necessaire pour en elever un 
plus grand nombre, sans etre oblige de les deplacer. 

3 Actias Luna. Gette espece, originaire de 1 Amerique du Nord, a 
ete 1 objet de moins de tentatives d acclimatation que 1 A. Selene, parce 
qu elle offre moins d interet sous le rapport de la production de la soie. 
J ai tente des educations de ce Lepidoptere. Los chenilles ne sont ecloses 



xxxn Bulletin entomologiqtte. 

qu assez tardivement : du 4 au 10 septembre 1885. Leur nourriture fa 
vorite a et le noyer, dont elles devorent les feuilles avec une voracite 
extraordinaire. 

L epoque avancee a laquelle les oeufs ont eclos a nui a la formation 
des cocons ; un certain nombre de chenilles seulement ont pu les filer a 
la fin d octobre. Quant aux autres, les premieres gelees ayant attaque 
les feuilles de noyer, elles ref userent d en manger et resterent engourdies 
sans se transformer. Je fis alors chauffer la piece ou je les elevais, et 
lorsque la temperature eut atteint 15 a 18 degres, elles reprirent leur 
vigueur et recommencerent a manger, preferant les anciennes feuilles 
dessechees aux feuilles fraiches, mais gelees. Apres un jeune assez long, 
elles essayerent de filer, mais la transformation en chrysalides ne put 
s accomplir. 

De cette experience on doit conclure que les chenilles de VActias Luna 
etant tres robustes et peu coureuses, peuvent etre elevees dans une 
piece non fermee, et aussi en plein air, pourvu que le milieu soit assez 
humide et a une temperature de 15 a 18 degres. 

- M. H. Lucas communique la note suivante : 

On avait deja signale plusieurs cas d ovoviviparite dans les Chilopodes 
de Pordre des Halotarses, mais ce fait extremement curieux n avait 
encore ete observe que chez des Myriopodes appartenant au genre Scolo- 
pendra proprement dit et provenant du nouveau monde (Amerique 
meridionale). 

Parmi des insectes recueillis sur la cote occidentale d Afrique par 
L. Guiral et envoyes au Museum, j ai trouve un flacon contenant une 
Scolopendride accompagnee d un assez grand nombre de jeunes. Un indi- 
vidu, a 1 etat de debri, etait encore engage dans 1 oviducte de cette Scolo- 
pendre, qui appartient au genre Heterostoma de Newport, coupe gene- 
rique difterant de celle des Scolopendra par le nombre et la forme des 
ouvertures stigmatiques. Chez les Scolopendra, ces organes sont au 
nombre de neuf paires, vulviformes ou en forme de boutonniere ; dans 
les Heterostoma, ces ouvertures sont au contraire au nombre de dix 
paires ; de plus, au lieu d etre vulviformes elles sont circulaires ou sub- 
circulaires en plaques criblees de petites perforations. En comparant 
cette Scolopendride a I Heterostoma du Gabon, j ai vu que je devais 
rapporter cette espece a celle que j ai decrite et designee sous le nom 
de Newporti Luc. (Arch. Entom., t. II, p. 44, 1858). 

On peut done dire que 1 ovoviviparite citee par Audouin, Gervais et 
moi existe, non seulement chez les Scolopendra proprement dits, mais 



Seance du 10 fe vrier 1886. xxxm 

qu elle se presente aussi dans une autre coupe generique de 1 ancien 
monde, egalement de la famille des Scolopendrides et designee sous Ic 
nom ft Heterostoma. 

Apres leur naissance, les Heterostoma Newporti ont leur corps com 
pose de 21 segments, et les organes locomoteurs sont au nombre de 11 
de chaque cote. Gette observation viendrait en quelque sorte confirmer 
celle de Newport au sujet du Geophilus longicornis qui, en sortant de 
1 oeuf, aurait autant de pieds que les adultes. 

Si les organes de la locomotion sont semblables comme nombre dans 
les jeunes comme chez les adultes, il n en est pas do meme pour les 
articles des antennes qui sont seulement au nombre de 17 dans les 
jeunes, tandis que Ton en compte 19 chez les adultes ; il est a supposer 
que le nombre de ces articles doit augmenter par les mues ou change- 
ments d epiderme que subissent ces individus avant d arriver a 1 age 
adulte. 

Les Heterostoma Newporti, a leur sortie de 1 oviducte, sont anoph- 
thalmes ou aveugles, ou au moins les yeux ne sont pas apparents ; 
quand on observe a la loupe la portion cephalique que doivent occuper 
ces organes, elle est entierement lisse, et rien a Pexterieur ne peut faire 
supposer leur presence ; il est a supposer aussi que les organes de la 
vision ne doivent tres probablement apparaitre qu apres la deuxieme ou 
troisieme mue. 

Gette espece dans le jeune age est d un blanc testace avec la tete d un 
ferrugineux clair et les mandibules d un ferrugineux plus fonce. Le 
premier article des pattcs anales presente a son cote interne deux tuber- 
cules spiniformes. Les articles qui forment les antennes sont testaces et 
generalement momliformes. Long. 20 a 21 mill.; larg. 2 1/4 mill. 

Rencontre sous les pierres dans le voisinage de la riviere de San-Benito 
ou Eyo (Congo), par L. Guiral, qui vient de succomber a une fievre 
biliaire contracted dans un voyage qu il venait de fairo dans Pinterieur 
du pays. On peut dire qne ce jeunc voyagcur est mort victime de son 
zele pour les sciences naturelles. 

Candidat presente. M. le comte Gianfranco Turati, via Meravigli, 7, a 
Milan (Le pidopteres), presente par M. Ragonot, au nom de M. Pierre 
Milliere. Gommissaires-rapporteurs : MM. Lucas et Poujade. 

E. D. 



(1886) Bulletin de la Societe" entomologique de France. 



xxxiv Bulletin entomologique. 

Bulletin bibliographique. 

Acade mie des Sciences (Comptes rendus hebdom. des seances de I ), 1886, 
l er semestre. N 4. P. BOITEAU. Suite des resultats obtenus par 
1 elevage en tubes, du Phylloxera de la vigne. V. LEMOINE. Sur 
Pappareil digestif du Phylloxera. S. CHATIN. Morphologic comparee 
du Labium chez les Hymenopteres. N 5. A. SABATIER. Sur la 
morphologic de 1 ovaire chez les insectes. 

Accademia dei Lincei (Atti della Reale). Rendiconti, 1886, vol. II, 
fascic. I. Q 

Bulletin d Insectologie agricole, 1886. N 1. A. WAILLY. Educations 
d Attaciens sericigenes faites a Norbiton-Surrey ( Angle terre) en 1884. 
E. SAVARD. Le petit Sylvain du Chevrefeuille (Limenitis Sybilla 
Linn.), fig. ID. Le Sphinx du Nerion (Deilephila nerii Linn.). La 
Redaction. Moustiques attaquant les truites. 

Entomologist Tidskrift, 1885, H. 1-3. SVEN LAMPA. Forteckning 6 fver 
Skandinaviens och Finlands Macrolepidoptera. W. M. SCHOYEN. 
Bemaerkiiinger om enkelte variationer af vore Rhopalocera. J. 
SPARRE-SCHNEIDER. Mhidre eiitomologiske ineddelelser fra det ark- 
tiske Norge. FILIP TRYBOM. Insekter och andra lagre djur, iumia 
vid flottadt timmer och bland affall fran Sadant. G. H. NEREN. 
Bidrag till kannedomen om Grasflyet och dess parasiter. H. 4. 
G. SANDBERG. Supplement till Sydvarangers Lepidopterfauna. 
Resumes en langue franchise des travaux precedents. 

Entomologist s Monthly Magazine (The), 1886, n 261. D. SHARP. Des 
cription of a new species of the Goleoptcrous genus Macronota. 
(Getoniades) from Geylon. G. H. VERRALL. A hundred new British 
species of Diptera. W. G. BLATCH. Notes of the british species of 
the genus Euplectus, including a description of E. nubigena Reilter, 
a species new to Britain. G. T. PORRITT. Description of the larva 
of Scoparia angustea, Curt. coarctalis Zell. Notes diverses. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, 1886, n 184. J. DOMINIQUE. Les He- 
mipteres meridionaux a Pornic (Loire-Inferieure). Communica 
tions. 

Naturalista Siciliano (II), 1886, ann. V, n 5. T. DE STEFANI. Raccolte 
imenotterologiche sui monti di Renda e loro adiacenze. E. RAGUSA. 
Coleotteri nuovi o poco conosciuti della Sicilia. P. MILLIERE. Cata 
logue raisonne des Lepidopteres des Alpes mari times. 



Seance du 10 fevrisr 1886. xxxv 

Naturalists (Le), 1886, 8 e annee, n 27. H. DU BUYSSON. Promenades 
d un naturaliste au mont Dore. CH. HAURY. Description d une 
nouvelle espece de Carabus. 

Sociedad espanola de Historia natural (Anales de la), t. XIV, cuad. 3. 
S. DE UHAGON. Especies nuevas espanolas del genero Cathormiocerus 
Sen. y observaciones sobre el C. socim Boh. 

Societe entomologique de Belgique. l Annales, t. 29, 2 e partie, 1885. 
M. J. BELON. Enumeration des Lathridiida? du Japon. V. ROELOFS. 
Deux especes de Gurculionides trouvees dans des Orchidees de 
i Equateur. A. BERGE. Note pour servir a la monographie du genre 
Agestrata. J. RICHARD. Un mot sur la phosphorescence des Myria- 
podes. E. OLIVIER. Lampyrides recueillis au Bresil et a la Plata 
par feu van Volxem, avec descriptions des especes nouvelles. 
D r E. DUGES. Metamorphoses du Cybister fimbriolatus Say (pi.). 
ID. Metamorphoses du Chalcolepidius zonatus Eschs. (pi.). ID. Me 
tamorphoses du Cyllene erythropus Ghevr. (pi.). ID. Metamor 
phoses de r Acanthoderes Borrei Duges (pi.). ID. Metamorphoses 
de la Bycrea villosa Pascoe (pi.). ID. Metamorphoses de la Cha- 
puisia Mexicana Duges (nouveau genre de Scolytide) (pi.). Bulletin 
des comptes rendus des seances. 

2 Gomptes rendus, serie III, n 68. D r JACOBS. Observation sur 
la liste des Hymenopteres recueillis aux environs de la station d Uccle 
en 1885. VAN SEGVELT. Communication sur 1 ouvrage du D r Stau- 
dinger : Exotische Schmetterlinge. HEYLAERTS. Une Psychide nou 
velle de Java. 

Societe d histoirc naturelle de Colmar (Bulletin de la), 1883 a 1885, avec 
supplement. FLICHE ET BLEICHER. Recherches sur le terrain ter- 
tiaire d Alsace et du territoire de Belfort (pi.). F. REIBER. Aperc,u 
des progres de 1 entomologie en Alsace et Note sur les collectionneurs 
d insectes de cette province, suivis d une notice sur le Phylloxera en 
Alsace-Lorraine. 

Verhandlungen der K. K. zoologisch-botanischen Gesellschaft in Wien, 
1885, II. G. BUCCHICH. Gli Ortotteri di Lesina e Gurzola, con alcune 
notizie biologiche che li risguardano. F. Low : Beitrage zur Na- 
turgeschichte der Gallenerzeugenden Gecydomyiden (pi.). F. Low. 
Bemerkungen uber Weyenberg s Lasioptera Hieronymi.L. GANGL- 
BAUER. Neue und weniger bekannte Longicornier des paiaarctischen 
Faunengebietes. 



xxxvi Bulletin entomologique. 

Zoological Society of London. 1 Proceedings of the scientific meetings, 

1885, part. II et III. 0. WATERHOUSE. On the Insects collected on 
Kilima-njaro by M r H. H. Johnston (pi. n.). E. J. MIERS. Descrip 
tion of a new Variety of River-Crab, of the genus Telphusa, from 
Kilima-njaro. TH. KIRSCH. On the Butterflies of Timorlaut (pi. n.). 
REV. H. S. GORHAM. Revision of the Phytophagous Goleoptera of 
the Japanese Fauna : subfamilia Cassidinae and Hispina?. G. SWIN- 
HOE. On the Lepidoptera ;of Bombay and the Deccan (pi. n.). 
HERBERT DRUCE. Descriptions^ new species of Lepidoptera Hetero- 
cera chiefly from South America (pi.). 

2 Transactions, vol. XI, part. 10. E. RAY, LANKESTER, S. BE- 
NHAM & Miss J. BECK. On the Muscular and Endoskeletal Systems 
oiLimulus and Scorpio; with some Notes on the Anatomy and Ge 
neric Characters of Scorpions (pi.). 

BIGOT (J.-M.-F.). Diagnoses de iquatre genres nouveaux de Dipteres 

(Bull. Soc. ent. Fr.), 1885. 4 p. * 
GADEAU DE KERVILLE (H.). Gauseries sur le transformisme, II. Elbeuf, 

1886. 41 p. * 

ID. Note sur les Crustaces Schizopodes de 1 estuaire de la Seine, suivie 
de la description d une espece nouvelle de Mysis : Mysis Kervillei 
Sars, par G. 0. SARS. Rouen, 1885. * 

HORVATH GEZA (D r ). Jelentes az orszagos Phylloxera-Kiserleti allomas, 
1884 ik evi Mukodeserol, 1 pi. col. Budapest, 1885. 74 p. *. 

A. L. 



Seance du 1 fevrier 1,VU. 

^residence de M. J. BOURGEOIS. 

M. Maurice Dolle, de Laon, assiste a la seance. 

Prix Dollfus. Gonformement a 1 article 59 de son Reglement, la Societe, 
apres avoir entendti la lecture du rapport de sa Commission speciale, 
relatif au Prix Dollfus pour 1885, procede au vote sur les conclusions 
de ce rapport (voir p. xix du Bulletin). 

Soixante-dix-sept membres frangais prennent part au vote, soit direc- 
tement, soit par correspondance (1). Ce sont : 

MM. Alluaud. Andre (Edmond), de Beaune (Cote-d Or), Andre 

(i) Trois autres bulletins ont etc declares nuls. 



Seance du %4 fe vrier 1886. xxxvii 

(Ernest), de Gray (Haute-Saone), Antessanty (d ), de Troyes (Aube), 

Argod, de Crest (Drome), Baer, Bedel, Bellevoye, de Metz 
(Lorraine), Binot, Bourgeois, Bouzereau-Malifert, de Meursault 
(Cote-d Or), Brisout de Barneville (Charles), de Saint-Germain-en- 
Laye (Seine-et-Oise), Brongniart, Buquet, Cayol, Cheux, 
d Angers (Maine-et-Loire, Clement, Constant, du Golfe-Juan (Alpes- 
Mari times), Coulon, de Monaco (Principaute), Croissandeau, d Or- 
leans (Loiret), Delugin, de Blois (Loir-et-Cher), Desbordes, 
Des Gozis, de Montluc.on (Allier), Desmarest, Dolle, de Laon 
(Aisne), Fairmaire, Fallou, Fauconnet, d Aulun (Saone-et-Loire), 

Fauvel, de Caen (Calvados), Felissis-Rollin, Finot, de Fontaine- 
bleau (Seine-et-Marne), Fleutiaux, Frangois, de Porcheux (Oise), 

Gehin, de Remiremont ( Vosges), Goossens, Grouvelle (Philippe), 

Jourdheuille, de Troyes (Aube), Laboulbene, Lamey (de Ver-. 
sailles (Seine-et-Oise), Larralde d Arencette, de Puymirol (Lot-et- 
Garonne), Lefevre, Lemoro, Leprevost, Leprieur, Leveille, 

Lucante, de Courrensan (Gers), Maindron, Marmottan, Marseul 
(cle^ Martin (Charles), Michard, de Puteaux (Seine), Millierc, 
de Cannes (Alpes-Maritimes), Mil lot (Charles), de Nancy (Meurthe-et- 
Moselle), Miot, de Beaune (Cote-d Or), Monot, de Troyes (Aube), 
Monnier, de Chalon-sur-Saone (Saone-et-Loire), Oberrieth, Oberthiir 
(Charles), de Rennes (Ille-et-Vilaine), Oberthur (Rene), de Rennes 
(Ille-et-Vilaine), Olivier, de Moulins (Allier), Orbigny (d ), 
Osmont, de Caen (Calvados), Pandelle, de Tarbes (Hautes-Pyrenees), 

Perez, de Bordeaux (Gironde), Poujade, Power, de Saint-Ouen- 
de-Thouberville (Eure), Puton, de Remiremont (Vosges), Rabaud, de 
Montauban (Tarn-et-Garonne), Ragonot, Reiche, Reveliere, d An 
gers (Maine-et-Loire), Rouget, de Dijon (Cote-d Or), Salle, Senac, 

Signoret, Simon, Teinturier, du Mans (Sarthe). 

Les suffrages, sur 77 votants, se sont repartis : non, 42 voix, M. Pera- 
gallo, 32 voix. M. Lichtenstein, 3 voix. 

En consequence, le nombre des bulletins de vote portant non etant 
de 42, c est-a-dire de plus de la majorite absolue des voix, la Societe 
decide que le Prix Dollfus pour 1885 ne sera pas decerne et elle en joint 
1 annuite a celle de 1886. 

Lectures. M. Baer depose sur le bureau un travail intitule : Catalogue 
des Cole opteres des ties Philippines. 

M. L. Fairmaire offre a la Societe un memoire ayant pour litre : 
Descriptions de Cole opteres de I Yunnan et du Kiang, 



xxxvni Bulletin entomologiqw. 

Communications. M. 1 Archiviste annonce que M. Dolle a offert a la 
Societe une magnifique photographie (grand format) executee par lui 
de notre savant et regrette membre honoraire E. Mulsant. 

Des remerciements sont adresses a M. Dolle. 

M. Gh. Brongniart dit que M. Dujardin, graveur he liographe, apres 
avoir examine des dessins noirs tres fins de MM. Clement et Poujade, 
assure pouvoir les reproduire en heliogravure aussi delicatement que 
par la gravure ordinaire. Quant aux dessins colories, M. Dujardin e tudie 
le moyen d obtenir une solution satisfaisante. 

M. E. Olivier envoie les communications suivantes : 

1 Notre collegue M. Abeille de Perrin m a communique une larve de 
Lampyroidea syriaca Cost., capturee par lui a Jaffa. Gette larve etant 
inedite, j en donne ici la description : 

Petite, etroite, d un jaune roussatre obscur, couverte d une pubescence 
flave et garnie lateralement dans toute sa longueur d une bordure de cils 
raides qui paraissent avoir secrete durant la vie un liquide visqueux se 
repandant sur tout le corps. Prothorax attenue en avant, arrondi ou 
presque tronque au sommet, charge d une fine carene longitudinale, 
disque brun, cote de la base droit a angles saillants ; les deux autres 
segments thoraciques, plus larges, en ligne courbe lateralement, a bords 
anterieur et posterieur droits, marques au milieu d une tache brune 
indistincte. Abdomen de neuf segments, arques lateralement, a angles 
posterieurs saillants, les sept premiers ornes dans leur milieu d une 
etroite tache longitudinale brune. Pygidium etroit, assez allonge, obco- 
nique. Pattes tres courtes. 

Cos larves, m ecrit M. Abeiile de Perrin , sont fortement phospho- 
rescentes. J ai vu un soir, au mois de fcvrier, la cour du consulat de 
France a Jaffa splendidement eclairee par des myriades de ces bestioles. 
A la fagon de celles des Drilus, elles vivent de Mollusques, et c est avec 
de petits cscargots que j en ai nourri une pendant tout un hiver, sans 
pouvoir cependant obtenir sa transformation en nymphe. 

2 Dans la collection de Lampyrides du Musee de Bruxelles, obligeam- 
ment mise a ma disposition par M. Preudhornme de Borre, j ai vu un 
Lamprohiza $ du Portugal (coll. Guerin-Meneville) que je crois devoir 
rapporter au L. Paulino i Ern. Oliv. Gelte femelle ressemble a celle du 
L. Mulsanti, mais en differe par sa couleur d un flave dore, son protho- 
rax plus allonge, a marge plus fortement redresse e, surtout en avant, a 
hord basilaire beaucoup plus sinue de chaque cote pres des angles pos- 



Seance du 24 fe vner i886. xxxix 

terieurs qui sont moins obtus et plus saillants ; le pygidium est en outre 
a peine echancre. 

M. le D" Se nac dit qu ayant rec,u du Musee de Berlin un des exem- 
plaires de la Pimelia Hildebrandti, qui ont servi a la description de M. de 
Harold, il a pu constater Fidentite de cette espece et de la P. ceuchronota, 
de crite depuis par notre collegue M. L. Fairmaire. Le nom de 1 auteur 
allemand ayant la priorite doit prevaloir. Les individus decrits par lui 
proviennent de Zanzibar; la P. ceuchronota a ete rapportee par M. Revoil, 
du pays des Qomalis. 

M. le D r Al. Laboulbene fait passer sous les yeux de la Societe un 
certain nombre d Insectes appartenant a divers ordres, recueillis au 
Tonkin par M. le D r Lejeune. Notre collegue se propose de publier 
ulterieurement dans les Annales les descriptions des especes qui lui 
paraitront nouvelles ou interessantes. 

M. V. Signoret fait la communication qui suit : 

M. Lichtenstein me charge de faire passer sous les yeux de la Societe 
un Goccide qu il considere comme tres voisin du genre Lecanopsis et 
qu il propose d appeler L. Dugesii. Seulement, d apres le nombre des 
articles des antennes, je ne pense pas qu on puisse le maintenir dans ce 
genre, et je crains que notre collegue n ait confondu le genre Lecanopsis 
avec le genre Lecanodiopsis, dont 1 espece sardoa fait partie et qui offre 
chez la femelle des antennes de 9 articles, tandis que Dugesii presente 
des antennes de 7 articles, ce qui le rapproche du Lecanopsis rhizo- 
phila Targioni, qui a 6 articles aux antennes. De plus, le sardoa est 
apode et le Dugesii presente 6 membres et 2 antennes, comme 1 insecte 
represente dans nos Annales de 1874, pi. 3, fig. 3. 

Quoi qu il en soil, ce Goccide $, qui provient du Mexique, vivant 
probablement sur un Mimosa, offre la forme d un fort grain d orge 
recouvert d une enveloppe ou pellicule d un aspect blanc cretace cireux, 
sous lequel vit le Goccide qui est d un brun rougeatre. Sa grandeur 
totale est de 4 a 5 millimetres et sa largeur de 3 millimetres ; il presente 
6 pattes et 2 antennes, celles-ci de 7 articles. Mais pour pouvoir etudier 
cette espece remarquable, il faut la faire macerer plusieurs jours dans 
de 1 eau potassique. 

M. Charles Oberthiir adresse la communication suivante : 

Je prepare un travail d ensemble sur la faune des Lepidopteres du 
Thibet, et deja les materiaux pour la gravure des 7 planches sont entre 
les mains de M. d Apreval. 



XL Bulletin entomologique. 

Gette faune lepidopterologique du Thibet, si remarquable par ses affi- 
nites geographiques multiples et ses specialites tout a fait originales, 
paraitra dans le courant de 1 ete 1886, comme XI e livraison des Etudes 
d Entomologie. Je recevrai avec reconnaissance toutes les communica 
tions qui pourraient m etre adressees au sujet de ce travail par les 
personnes qui possederaient des renseignements sur les papillons du 
Thibet. 

En meme temps, je publierai comme XII e livraison des Etudes d Ento- 
mologie, le Catalogue raisonne des Lepidopteres d Algerie, dresse d apres 
les documents que j ai pu reunir en coordonnaut tous les renseigne 
ments publics jusqu a ce jour sur la faune des papillons de notre belle 
colonie. 

Deux explorations, en vue speciale de ce Catalogue, ont ete faites, en 
1884, par M. Joseph Merkl, et en 1885, par M. Leon Bleuse. 

La gravure des especes nouvelles sera executee d apres les peintures 
qu a bien voulu entreprendre notre collegue M. Poujade. 

Les personnes qui desireront acquerir des exemplaires colorie s de ces 
ouvrages sont invitees a m adresser, des maintenant, leur demande. 

Membre regu. M. le comte Gianfranco Turati, via Meravigli, 7, a Milan 
(Lepidopteres), presente par M. Ragonot, au nom de M. Milliere. Com- 
missaires-rapporteurs : MM. Lucas et Poujade. 

idytsjpr&ente s. M. Bobeuf, notaire, a Maries (Aisne) (Cole opteres 
ty presente par M. Maurice Dolle. Commissaires-rapporteurs : 
M$ ^Bourgeois et Fairmaire. 

M. Guillou, rue des Rosiers, 6, a Paris (Coleopteres de France), 
presehte par M. Leprevost. Commissaires-rapporteurs : MM. Bedel et 

Levcille. 

1V E. D. 



Bulletin bibliographique. 

Acade mie des sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I ), 
l er semestre 1886, n 6. Q 

Annali del Museo Civico di Storia naturale di Genova, S a 2 a , vol. II, 1886. 
M. JACOBY. Descriptions of new Genera and Species of Phytopha 
gous Coleoptera from the Indo-Malayan and Austro-Malayan subre- 
gions, contained in the Genoa Civic Museum 2 d P. A. DE BORMANS. 
Mate riali per lo studio della Fauna Tunisina raccolti da G. e L. Doria. 
4*Vff. Orthopteres. R. GESTRO. Note entomologiche. I. Contribu- 



Seance du %4 fe wier 1886. XLI 

zione allo studio della fauna entomologica delle caverae in Italia (pi.). 

II. Material! per lo studio delle Hispida? Malesi et Papuane. III. 
Appunti sul genere Myoderma. A. LEVEILLE. Description d une 
nouvelle espece de Trogositides. F. P. PASGOE. List of the Curcu- 
Iionida3 of the Malay Archipelago collected by D r Odoardo Beccari, 
L. M. d Albertis, and others (3 pi. n.). E. OLIVIER. Catalogue des 
Lampyrides faisant partie des collections du Musee Givique de Genes 
(pi.). J. W. VAN LANSBERGE. Descriptions d especes nouvelles de 
Coleoptercs appartenant au Musee Givique de Genes. P. M. FERRARI. 
Rhynchota tridentina a March. Jacopo et Laura Doria lecta anno 1884. 

H. S. GORHAM. Descriptions of some Endomychidae and Erotylida? 
in the Genova civic Museum. R. GESTRO. Appendice alle Note 
entomologiche. 

Commission ge ologique el d histoire naturelle, et Musee du Canada. 
Rapport des operations 1882-83-84 ; traduction (cartes a part). 
H. L. LYMAN. Liste des Lepidopteres recoltes par le D r L. Bell dans 
le detroit d Hudson, en 1884. J. B. SMITH. Liste des Coleopteres 
recoltes par J. R. Spencer au fort Churchill. 

Entomological Society of London (The Transactions of the, 1885). T. A. 
MARSHALL. Monograph of British Braconidae , part. I (6 pi. col.). 
E. B. POULTON. Further notes upon the markings and attitudes of 
Lepidopterous larvas, together with a complete account of the life- 
history of Sphinx ligustri and Selenia illunaria (pi.). G. LEWIS. 
On a new genus Histeridae(pl. n.). G. SWINHOE. List of Lepidoptera 
collected in southern Afghanistan (pi. col.). GERVASE F. MATTHEW. 
Life-history of three species of Western Pacific Rhopalocera.H. J. S. 
PRYER. On two remarkable cases of Mimicry from Elopura, British 
North Borneo (pi.). R. MACLAGHLAN. On the discovery of a species 
of the Neuropterous family NemopteridaB in South America , with 
general considerations regarding the Family. W. POWLER. New 
species of Languriida3. F. ENOCK. The Life-history of Atypus picei 
Sulz. E. MEYRICK. On the classification of the Australian Pyrali- 
dina. 

Gay Lussac(Le), 1886, n 1. Limoges. Q (Demande d echange.) 

Naturalists (Le), 15 fevrier 1886. H. DU BUYSSON. Promenades d un 
naturaliste au mont Dore. Diagnoses de Goleopteres nouveaux. 
L. FAIRMAIRE. Goleopteres de la Chine. F. ANCEY. Goleopteres 
d Afrique. 

(1886) Bulletin de la Societe entomologique de France. 5 



XLII Bulletin entomologique. 

Royal Society of London (Proceedings of the). H. HENNESSY. On the 

geometrical construction of the Cell of the Honey Bee. 
Societe des sciences naturelles de Semur, 2 e ser., n 4, 1884. Q 

BRUCE (A. T.). Origin of the Endoderm in Lepidoptera (J. Hopkins Univ. 
Girc.). Baltimore, 1885. * 

GEHIN (J.-B.) et HAURY (Gn.). Catalogue synonymique et systematique 
des Coleopteres de la tribu des Carabides. Bemiremont-Prague, 1885. 
10 pi. n. 104 p. * 

PEREZ (J.). Contribution a la faune des Apiaires, 2 e partie (2 pi. n.). 
173 p. (Act. Soc. Lin. Bordeaux) 1883. * 

A. L. 



Seance dn 1O mars 1$$G. 

Pr6sidence de M. J. BOURGEOIS. 

Ne crologie. M. le President annonce que notre collegue M. Ernest 
Olivier vient d avoir la douleur de perdre son pere. M. Olivier, ne a 
Paris le 17 decembre 1806, etait le fils du celebre entomologiste frangais 
Guillaume-Antoine Olivier. Agronome emerite, il a ete, dans le departe- 
ment de 1 Allier, un des plus zeles propagateurs de ces ameliorations 
agricoles qui, depuis quarante ans , ont transforme le sol de la France. 

Correspondence. M. le Ministre de 1 instruction publique informe la 
Societe que le Congres des Societes savantes se tiendra a la Sorbonne 
du mardi 27 avril prochain an samedi l er mai, jour qui sera consacre a 
la seance generale. 

La Societe charge MM. Gh. Brongniart, Desmarest, Fallou, Fauvel 
(de Caen), Gadeau de Kerville (de Bouen), Maurice Girard et Leprieur, 
auxquels se joindra son President, M. J. Bourgeois, de vouloir bien la 
representer a ce Congres et lui rendre compte des travaux entomolo- 
giques qui y seront etudies. 

Communications. M. le Secretaire annonce que le Banquet comme- 
moratif de la fondation de la Societe a eu lieu au restaurant Bon valet, 
boulevard du Temple, le samedi 27 fevrier 1886, sous la presidence de 
M. J. Bourgeois. 

Trente membres y ont pris part : 

MM. E. Allard, Alluaud, Baer, Bedel, Bourgeois, Gh. 



Seance du 10 mars 1886. XLIII 

Brisout deBarneville (de Saint-Germain-en-Laye), Brongniart, Gayol, 
Clement, Groissarideau (d Orleans), Desmarest, Dolle (de Laon), 
Fairmaire, Fauvel (de Caen), A. Grouvelle (de Chateauroux), 
J. Grouvelle, Ph. Grouvelle, Lamey (de Versailles), Lefevre, 
Lemoro, Leprevost, Leveille, Maindron, le D r Martin , 
Oberrieth, Poujade, Ragonot, Sedillot, le D r Senac, Simon. 

Au dessert, le President prononce I allocution qui suit : 

Ghers Collegues, 

G est une excellente coutume que celle qui nous reunit ainsi, chaque 
annee, dans un banquet confraternel. Non seulement elle nous reporte 
par la pensee vers la date de ja lointaine de notre fondation et ravive 
notre reconnaissance envers les hommes eminents presque tous dis- 
parus, helas ! qui y attacherent leur nom, mais elle contribue encore 
a resserrer ces liens d affection et d estime reciproques qui, dans toute 
Societe, sont les meilleurs gages de vitalite et de progres. 

Je vous remercie done de tout cceur d avoir mis tant d empressement 
a venir feter aujourd hui notre 54 e anniversaire. G est surtout avec une 
grande satisfaction que je vois assis a cette table plusieurs de nos 
collegues de province. Qu ils soient les bienvenus ! J espere qu ils empor- 
teront de cette reunion la conviction que nous ne formons tous qu une 
grande famille et que notre vieille Societe, bien que siegeant a Paris, 
tient a rester avant tout et quand meme la Societe entomologique de 
France. Buvons, Messieurs , a sa prosperite toujours croissante ! 

Je porte aussi la sante de mon cher predecesseur, M. Ragonot. 

Des applaudissements unanimes accueillent les paroles de M. le Presi 
dent, ainsi que les toasts qu il vient de proposer. 

Divers toasts sont porte s : 

Par M. Ragonot, an President annuel, M. J. Bourgeois; 

Par M. Fairmaire, a tous nos rnembres de province, representes au 
banquet par MM. Croissandeau, Dolle, Fauvel, A. Grouvelle, Lamey; 

Par M. Bourgeois, a M. Gadeau de Kerville, qui lui a exprime par 
lettre tous ses regrets de ne pouvoir assister au banquet; 

Par M. Fauvel, aux Membres parisieiis de la Societe ; 

Par M. Simon, a nos Membres honoraires, a MM. Gh. Brisout de 
Barneville et Fairmaire, qui sont parmi nous ; 

Par M. Desmarest, a notre Tresorier, M. L. Buquet, dont nous regret- 
tons 1 absence; 



XLIV Bulletin entomologique. 

Par M. Poujade, a notre Secretaire, M. E. Desmarest ; 
Par M. Maindron, a M. H. Lucas ; 

Par M. Lefevre, aux organisateurs dti Banquet, a MM. Bourgeois et 
Sedillot. 

M. le D r Al. Laboulbene, au sujet des Insectes du Tonkin qu il a 
rec,us de M. le D r Albert Lejeune, et qu il a montres a la derniere seance, 
adresse les remarques suivantes : 

Ces insectes out ete recucillis an mois d avril 1885 et mis dans 1 alcool. 
Les uns proviennent des localite s basses, les autres de Dap-Cau et de 
Phu-Lang-Thuon. Notre collegue signale parmi les Coleopteres une 
Luciola c? et ?, divers Scarabeides et Lamellicornes, un Mylabris, des 
Epicauta. Les Orthopteres sont reprcsentes par plusieurs especes de 
Blattes, de Grylliens et d Acridiens, plus des Truxales. Les Lepidopteres, 
rnal conserves, sont au nombre de quatre especes seulement. Les Hyme- 
nopteres comprennent quelques Diplopteres, un Termite. II y a plusieurs 
especes de Nevropteres, une Libellulide a ailes colorees et des rf et $ 
du genre Petalura. Enfin une Cigale a ailes claires, irisees, avec les pro- 
longements des organes de stridulation tres developpes et atteignant 
presque 1 extremite de Fabdomen. Quelques Dipteres, entre autres un 
Chrysops et un Tabanus. 

Plusieurs Araignees ont etc rccueillies et sont entre les mains de 
M. E. Simon, qui doit les determiner. 

M. E. Bellier de la Chavignerie signale a la Societe la capture en 
France de deux Garabiques interessants et encore peu repandus dans les 
collections. Ge sont : 

1 BEMBIDIUM (LIMN^EUM) INUSTUM Duval, decrit dans nos Annales 
(1857, p. 103), d apres un exemplaire provenant des Alpes du Pie- 
mont. 

Pendant la saison derniere, je pris six de ces Bembidium courant dans 
les allees de mon jardin, a Evreux. J avais fait venir de la campagne un 
tombereau de tcrre do bruyere pour garnir des massifs de Rhododen 
dron. Ne serait-ce pas ainsi que ces insectes auraient ete irnportes dans 
mon jardin ? Je compte me livrer cette annee a de nouvelles recherches 
pour tacher de decouvrir les mo3urs encore peu connues de cette espece. 
Deux de nos collegues, MM. Mocquerys et le docteur Regimbart, avaient 
de ja capture, en Normandie, ant( ; rieurement a ma decouverte, chacun 
un individu de cet interessant Goleoptere. 

Get insectc aurait encore ete capture en France : a Paris, par M. Bonnaire ; 



Se ancte du 10 mars 1886. XLV 

a Rueil, par M. Montagne; a Nancy, par M. F Goubert;danslaNievre, par 
M. de Laplanche (Bedel, Coleopteres du bassin tie la Seine}; a Limoges, 
par M. Noualhier, et a Saint-Martin-Lantosque, par Pabbe Glair (Fauvel, 
Faune gallo-rhe nane}. 

2 OLISTHOPUS ANOMALUS Ferris, decrit dans nos Annales (1866, 
p. 182), d apres des exemplaires recueillis dans Pile de Corse par 
M. Reveliere. 

J ai trouve, pendant mes chasses d hiver faites a Hyeres (Var), un cer 
tain nombre de ces elegants petits Garabiques : je les prenais en tamisant 
les detritus, dans les prairies humides, an bord des marais qui s etendent 
entre la ville d Hyeres et la plage, et je les rencontrais souvent en com- 
pagnie du Badister peltatus, avec qui ils ont plus de ressemblance 
qu avcc YAgonum puelhim, auquel le compare Ferris. Mais il est tou- 
jours facile de reconnaitre Yanomalus a sa taille plus petite, a ses elytres 
plus deprimees, plus finement striees, a son corselet plus etroit et plus 
releve en gouttiere, etc. 

J ajouterai, comme renseignement d habitat, que YOlisthopus anomalus 
se prend aussi en Italic, dans la province de Modene, d ou je Pai rec,u 
recemment. 

M. le D r Senac communique a la Societe les diagnoses de trois 
especes nouvelles appartenant au genre PIMELTA : 

1 P. SCABRICOLLIS, nov. sp. Ntgro-picea, subnitida, elongato-ovata, 
subconvexa, postice attenuata. Capite, medio, subl&vi, parce minutcque 
granulato ; antennis gracilibus, articulo nono conico , elongato. Thorace 
lato, convexo, lateribus rotundato, undique dense granulato. Corpore cor- 
dato, supra tuberculis inxqualibus, intus majoribus, tecto, lateraliter, 
postice, subtusque breviter pubescente. Costis dorsalibus lateralique e tu 
berculis validioribus, triangularibus disjunctisque formatis ; marginali 
autem crenulata. Abdomine granulis minutis irrorato. Pedibus gracili- 
bus, longis; tibiis anticis dente prolracto, valido, extus terminals; tarsis 
quatuor posticis valde compressis, nigro-brunneis longisque pilis, infra 
penicillatis, ciliatis. Long. 1922 mill.; lat. 1112 mill. 

Patria : Algeria occidentals. 

2 P. ORIENTALIS, nov. sp. (Reiche in coll.). Nigra, ovalis, dorso 
subdepressa. Capite laxe granulato, postice Ixm, antrorsum vix punctato. 
Labro (an semper ?) maxime seriatimque granulato. Antennarum articulo 
nono vix latitudine longiore. Thorace medio Ixm , minutissime punclu- 
lato, latera versus sat dense granulato. Elytris nitidis, laxe tuberculatis, 
granulis minimis rugisque interjectis; costis dorsalibus lateralique postice 



XLVI Bulletin entomologique. 

valde denticulato-serratis, antrorsum granulatis ; costa marginali con- 
fertim crenulata. Elytrorum lateribus minute granulosis. Abdomine laxe 
granulato. Tibiis anterioribus extus acuto brevique dente terminatis. 
Tarsis quatuor posticis hand compressis, triangularibus. Long. 17 
18 mill.; lat. 9 1/210 mill. 
Patria : Syria. Quatuor; individua. 

3 P. GRACILIPES, nov. sp. Nigm, obscum, elongata, ovalis,parceful- 
vis erectisque pilis vestita, valde depressa. Capite parce minuteque granu- 
loso ; antennis longis. Thorace lonyitudine duplo latiore, subquadrato, 
ubique granulis minimis et, media, vix minoribus sed rarioribus obsito. 
Elytris parvis et postice minutissimis granulis sparsim tectis; costis et in 
interstitiis lineis quatuor e paulo majoribus disjunctisque granulis, for- 
matis. Abdomine alutaceo, et hand dense minutis granulis tecto, flavis, 
raris recumbentibusque pilis vestito. Pedibtis gracilibus, longis. Tarsis 
quatuor posticis subcompressis, brunneis rigidisque pilis ciliatis. Long. 
15 1/217 mill.; lat. 89 mill. 

Patria : Persia sept. A Dom. Staudinger sub nomine Ocnerss imbricate, 
missa. 

M.J. Fallou montrea laSocieteuri exemplaire vivant d un Ceram- 
byx Scopolii, encore renferme dans sa loge, qu il a trouve, en decembre 
1885, en fendant un morceau de bois de cerisier. Notre collegue croit 
pouvoir conclure de cette observation que cette espece de Longicome 
subit sa derniere transformation avant 1 hiver et passe cette saison a 
1 etat d insecte parfait. 

M. A. Leveille ajoute qu il a observe dans des branches de genevrier, 
au mois d octobre, des Sympiezocera Laurasi, qui n ont du quitter leurs 
galeries qu au printemps suivant. 

M. Gh. Oberthiir adresse la note suivante : 

Nous avons rec.u tout recemment de M. Michel Jankowski un envoi 
fort interessant de Lepidopteres et de Goleopteres recoltes en Mantschou- 
rie. Get envoi contient riotamment des documents biologiques qu il nous 
parait essentiel de publier ; ils se rapportent surtout aux Saturnides et 
aux Sphingides. 

Les six especes de Saturnia jusqu a present connues de Mantchourie 
sont les suivantes : 

1 SATURNIA BOISDUVALII Eversmann. La chenille est noire, avec 
deux laches dorsales rouges; elle se nourrit des feuilles de Betula, 
Prunus, Pyrus baccata et Tilia. La chrysalide repose dans un reseau a 



Smnce du 10 mars 1886. XLVII 

mailtes tres claires ; le cocon est accroche le long des branches, comme 
une nacelle aerienne. Le papillon eclot en septembre. Quand 11 est frai- 
chement eclos, it est lave de rose. Gette teinte rosee, quoique assez vive, 
disparait completement avec les annees, ainsi que le demontrent les six 
anciens exemplaires que je possede et qui proviennent des collections 
Boisduval,de Graslin et Auguste. Ges exemplaires n ont plus nulle trace 
de cette coloration rose. 

M. Butler a publie dans les Lepid. Heteroc. Brit. Mus. (part II, pi. xxv, 
fig. 2), sous le nom de Jonasii, et d apres un <7 de Yokohama, une 
Saturnia extremement voisine de Boisduvalii, mais paraissant distincte, 
autant que je puis en juger par la figure de Pouvrage precite et par un 
individu <$ du Japon que renferme ma collection. La S. Boisduvalii, en- 
voyee par M. Jankowski, se rapporte exactement a la Boisduvalii 
d Eversmann et n est pas la Jonasii. Je cite cette particnlarite comme 
une derogation a 1 observation qui a deja ete faite d une similitude 
presque complete des faunes de Mantchourie et de certaines parties du 
Japon. 

2 S. JANKOWSKII Ch. Oberthiir. Le papillon vole en septembre et 
commencement d octobre. La $ pond ses oeufs sur 1 ecorce des jeunes 
arbres ; les oeufs sont regulierement serres les uns centre les autres et 
de forme allongee. La chenille n eclot qu au printemps ; elle se nourrit 
du Phellodendron amurense ; die est d abord grise , ensuite vert clair, 
avec une rangee laterale de petites laches bleues demi-rondes ; elle est 
presque entierement lisse et depourvue de pilosite. Les $ des Saturnia 
Jankowskii et Diana ont beaucoup de rapports ensemble. Les chenilles 
de ces deux especes se ressemblent aussi, et a tel point, qu il est souvent 
difficile de les distinguer. Cependant la larve de Diana est plus obscure. 
Le cocon de Jankowskii est d un brun un peu blond, attache le long 
d une branche ou colle a la cote d une feuille ; la partie anterieure en est 
amincie, avec une arete droite, relevee comme 1 extremite d un canot. 

3 S. DIANA Stgr. Variete continentale plus petite et plus foncee 
de Rhodia fugax Butler. Le <? de Diana est tres different de la $, tandis 
que dans Jankowskii, les deux sexes sont, a part les antennes, semblables. 
II a les ailes superieures aigues, falquees, est d un brun rouge vif, tandis 
que la $ est jaune et a les ailes arrondies. La chenille se nourrit des 
feuilles de Quercus; la chrysalide a la forme de celle de Jankowskii, 
mais elle est d un vert vif, et suspendue par un long pedoncule, comme 
le fruit d un arbre. Le papillon vole en septembre. 

Nous sommes heureux de pouvoir soumettre a 1 examen de nos col- 



XLVHI Bulletin entomologique. 

legues parisiens des chrysalides des Saturnia Diana et Jankotvskii. Nous 
y joignons celles des japonica. 

4 S. JAPONICA Moore. Tres variable de taille et de couleur ; la 
chenille vit sur le Juglans mantschotirica ; elle est verte et brune, mo- 
derement velue ; la chrysalide repose dans un reseau grossier a claies 
claires. Le papillon eclot en septembre. 

5 S. ARTEMIS Bremer. Belle Saturnie verte a queues, dont la 
chenille ronge les feuilles de chene, erable et tilleul ; elle hiverne en 
chrysalide ; le cocon ressemble a celui & Isabella. Le papillon vole en 
juin. 

6 S. PERNYI Guer.-Men. Les ceufs hivernent; la chenille mange 
le chene ; le cocon est d un beau vert a Sidemi. L insecte parfait sort en 
septembre. 

M. J.-M.-F. Bigot adresse la diagnose suivante d un nouveau genre 
de Dipteres : 

Genre IHacellopalpus (nov. gen.), jiaxsXXa palpus. 

Genus Dipterorum (Leptidi), G is Athericis proximum ; differt, anten- 
narum segmento 1 parvo (tertium, male preservatum, vix inferne dila- 
tum apparet), palpis nudis, peltatis, valde elongatis et dilatatis. Alarum 
cellula analis ante marginem clausa; pulvilli tarsorum minimi ; oculi 
nudi. 

M. FLAVEOLUS $ (nov. sp.). Long. 8 mill. Antennis obscure ful- 
vis ; fronte nigra, utrinque anguste nitida, facie nigra, subtus flavida ; 
haustello flavido; palpis fulvis, apice parum infuscatis. Corpore toto pal- 
lido fulvo, halteribus pallidioribus, tibiis, apice, tarsisque fuscis; alis 
pallide flavidis, externe flavidioribus, macula stigmaticali diffusa, pallide 
fuscana. 

Nouvelle-Guinee. 1 specim. (ex mus. nostro). 

Membres recus. M. Bobeuf, notaire, a Maries (Aisne) (Coleopteres 
d Europe), presente par M. Maurice Dolle. Gommissaires-rapporteurs : 
MM. Bourgeois et Fairmaire. 

M. Paul Guilliou, rue des Hosiers, 6, a Paris (Coleopteres de France), 
presente par M. Leprevost. Gommissaires-rapporteurs : MM. Bedel et 
Leveille. 

Assistant admis. M. Leon Grosclaude, 96, Boulevard Diderot (Coleo 
pteres), presente par M. L. Buquet. 

E. D. 



Seance du 10 mars 1886. XLIX 

Bulletin bibliographique. 

Acade mie des sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I }, 
1886, l er semestre, n 7. P. DE LAFITTE. Sur la defense de la 
Vigne par la destruction de 1 oeuf du Phylloxera. VILLEDIEU. Note 
sur un procede preservatif contre le Phylloxera. N 8. A. SABATIER. 
Sur la morphologic de Povaire chez les Insectes. 

Accademia dei Lined (Atti della reale), 1886, S. 4 a , vol. 2, fasc. 2 
el 3. 

Annalen des K. K. naturhistorischen Hof-Museum, 1886, B d I, n I. 
D r F. BITTER VON HAUER. Jahresbericht fiir 1885. 

Annual Report of the Comptroller of the Currency. Washingtgn, 1885. Q 

Entomologist s monthly Magazine (The), n 262. J. WALKER. Anosia 
Plexippus L. (Danais Archippus F.), a study in geographical distri 
bution. A. MATTHEWS. Description of a new genus, and some new 
species of Corylophidse. EDW. GAPRON. Two additional british 
species of Braconidx. G. H. VERRALL. A hundred new british 
species of Diptera. J. W. DOUGLAS. Note on some british Cocddss 
(n 2). Notes diverses. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, 1886, n 185. Communications ento- 
mologiques. 

Naturalista Siciliano (II), 1886, an. V, n 6. T. STEFANI. Raccolte 
imenotterologiche sui monti di Renda e tero adiacenze. P. MIL- 
LIERE. Catalogue raisonne des Lepidopteres des Alpes maritimes. 

Naturaliste (Le), 1886, 8 e annee, n 29. E. RABAUD. Observations sur 
le rangement des Insectes en collection. 

New-York Academy of Sciences (Transactions of the}, 1883-1885. 
A. CURLEY. Bees and Other Hoarding Insects : their specializations 
into males, females and workers. 

Revue d Entomologie, 1885, n os 4 a 12. FR.-X. FIBBER. Description des 
Gicadines d Europe des genres Cicadula et Thamnotettix. L. LE- 
THIERRY. Description de deux Cicadines nouvelles. G. D ANTES- 
SANTY. Diagnose d un Lygeide nouveau de Bretagne. A. L. MON- 
TANDON. Description d un Hemiptere heteroptere nouveau, et notes 
additionnelles. D r A. PUTON. Bibliographic. DES Gozis. Notes et 
remarques pour servir au futur catalogue de la faune gallo-rhenane. 

(1886) Bulletin de*la Societe entomologique de France. 6 



:. Bulletin entomologiqw. 

J. BOURGEOIS. Faune galio-rhenane : Coleopteres, Malacodermes. 
A. FAUVEL. Remarques synonymiques sur les genres Phlceotrya, Dir- 
cxa et Dolotarsus. D r A. PUTON. Synonymies d Hemipteres. 
E. ABEILLE DE PERRIN. Malachides nouveaux. ID. Coleopteres rares 
ou nouveaux de France. A. LAMEERE. Catalogue des Longicornes 
gallo-rhenans. Additions et corrections concernant la Belgique. 
A.-L. MONTANDON. Hemipteres heteropteres de Moldavie, et descrip 
tions de deux nouveaux Eurygaster. J. CROISSANDEAU. Description 
d un nouveau Bythinus, du groupe des Machxrites. A. FAUVEL. 
Rectifications au Catalogue Coleopterorum Europe et Caucasi. 
ID. Faune gallo-rhenane : Goleopteres , Carabiques. ID. Compte 
rendu de 1 excursion dans la Loire-Inferieure et la Vendee (1883). 
O.-M. REUTER. Ad cognitionem Lygseidarum palsfiarcticarum scripsit. 

CL. REY. Note sur le Philonthus carbonarius Gyll. ID. Note sur 
le Dorcadion fuliginator et especes af fines. R. P. BELON. Materiaux 
pour servir a 1 etude des Lathridiens. DES Gozis. Un nouveau 
genre pour la faune franchise. J.-M.-F. BIGOT. Dexidaa, Sarcopha- 
gida!. Essai d une classification generate et synoptiquo des genres 
assignes presentement a ces deux groupes d Insectes Dipteres. 
A. FAUVEL. Note sur le Bythinus Argodi Groiss. ID. Tableau des 
Oreina gallo-rhenanes. CL. REY. Supplement a la revision des Sty- 
losomus. A.-L. MONTANDON. Description d un Hemiptere-Hetero- 
ptere nouveau. E. OLIVIER. Les Lampyrides d Olivier dans YEnto- 
mologie de I Encyclope die me thodique. A. FAUVEL. Les Staphylinides 
du Manual of the New-Zealand Coleoptera by. Cap. T. Broun. ID. 
E. Reitter. Bestimmungs-Tabellen Necrophaga. L. FAIRMAIRE. Ex 
cursion entomologique au Simplon. G. HORVATH. Hemipteres nou 
veaux. CL. REY. Nouvelle note sur la Leptura maculicornis Degeer. 

A. FAUVEL. Supplement aux Xylophages d Europe. ID. Thros- 
cides et Euenemides gallo-rhenans. Tableaux analytiques et Cata- 
joguo. L. FAIRMAIRE. Note sur quelques Hemipteres du Maroc. 
D r A. PUTON. Captures d Hemipteres et descriptions d une variete 
nouvelle. A. FAUVEL. Coleopteres de la Loire-Inferieure. Tables. 

Socie te entomologique de Belgique, 1886, Compte rendu des seances, n 69. 

L. BECKER. Arachnide nouveau pour la faune de Belgique. ID. 
Diagnoses de quelques Arachnides nouveaux. A. PREUDHOMME DE 
HORRE. Note sur le Geotrupes stercorarius L. et les especes voisines. 

CH. KERREMANS. Buprestides nouveaux et remarques synony 
miques. A. FOREL. Especes nouvelles de Fourmis americaines. 

FOKKER. Note sur quelques Hemipteres-Heteropt&res de Belgique. 



Seance du 10 mars 1886. LI 

L. LETHIERRY. Hemipteres recoltes a Aguilas, pres Carthagene 
(Espagne), par M. Weyers. 

Societe Linneenne du nord de la France (Bulletin mensuel), 1886, n 147. 

L. GARPENTIER. Deuxiemc excursion a la bale d Anthie. R. VION. 

La Societe entomologique d Ontario. V. BRANDICOURT. Sur les 

habitudes du Fourmilion. 
Spmwozdanie Komisyi fizyjogmficznej, 1885. Spostrzezenia pojawow 

w Swiecie Zwierzecym w r, 1884. 
Zoologischer Jahresbericht fur 1884. Berlin, 1885. 

BOURGEOIS (J.). Remarques sur le genre Dasytiscus et description d es- 
peces nouvelles ou imparfaitement connues (Ann. Soc. ent. Fr.), 1885. 
1 pi. col. * 

ESCHSGHOLTZ (D r FR.). Beschreibung des innern Skeletes einiger Inseclen 
aus verschiedenen Ordnungen. 2 pi. n., 2 pi. col. (Beitrag. zur 
Naturk.). Dorpat, 1820. Acquis sur les fonds Pierret. 

FOREL (A.). Espcces nouvelles de Fourmis americaines (G. R. Soc. cut. 

Belg.), 1886. * 

ID. Einige Ameisen aus Itajahy (Brasilien). * 

ID. Indian Ants of the indian Museum, Calcutta (Journ. As. Soc. of 
Bengal), 1885. * 

Gozis (DES). Recherche de 1 espece typique de quelques anciens genres. 

Rectifications synonymiques et notes diverses. 2 exernpl. Mont- 
lucon, 1886. * 

HERVE. Catalogue des Coleopteres du Finistere, series II et III (Bull. 
Soc. Et. Sc. Finist.), 1886. * 

MAGRETTI (D.-P.). Varieta e specie nuove di Imenotteri terebranti Ton- 

tridinidei (Bull. Soc. ent. It.), 1886. * 
Tirages a part divers. Societe americaine, 1885. Q A. L. 



Seance du I mars 

Pr6sidence de M. J. BOURGEOIS. 

Ne crologie. M. le President annonce la mort de notro collegue M. De- 
puiset (Louis-Marie- Alphonse), qui appartenait a la Societe depuis 1856, 
decede a Paris le 17 mars 1886, a 1 age de 63 ans. 

M. Clement est charge par la Societe de donner pour les Annales une 
notice sur notre regrette collegue. 



ui Bulletin entomologique. 

Lectures. M. le D r Regimbart adresse un premier supplement a son 
Essai monographique sur la famille des Gyrinidx. Travail accompagne 
d une planche. 

M. Th. Goossens depose une note sur des chenilles auxquelles il a 
reconnu des proprietes epispastiques, et dont il a obtenu une substance 
ayant 1 avantage de mieux limiter 1 ampoule que ne le fait le bois de 
Garou. 

Communications. La Societe Gay-Lussac de Limoges nous invite a 
nous faire represented an Gongres regional qui se tiendra dans cette 
ville, du 31 mai au 5 juin 1886 ; M. Gh. Alluaud est charge par la 
Societe de cette mission. 

M. Rabaud, de Mfcntauban, dans une note qu il communique a la 
Societe, par 1 entremise de M. Pierson, s eleve contre Fusage qui consiste 
a donner quelquefois aux especes nouvelles le nom de certains natura- 
listes. Pour concilier, dit-il, Pamitie ou la gratitude avec la science, ne 
pourrait-on pas joiudre au nom specifique ordinaire celui de la personne 
a laquelle 1 espece est dediee ? Exemple : au lieu d Hy bosoms arator, 
ne pourrait-on pas dire : Hybosorus arator-Illigeri ? 

Plusieurs membres font remarquer que cette maniere de proceder 
serait en contradiction avec le principe aujourd hui universellement 
admis de la nomenclature biuominale. 

M. le D 1 Al. Laboulbene, apres avoir fait hominage a la Societe de 
Farticle Pebrine (maladie corpusculaire des Vers a me), extrait du Dic- 
tionnaire encyclopedique des Sciences medicales, montre des Termites 
(Termes lucifugus Rossi) dans 1 alcool et d autres vivants et d un blanc de 
lait, d ou leur nom vulgaire de Fourmis blanches. II rappelle que deja, il 
y a plus de vingt-cinq ans, il a signale a la Societe la presence des Ter 
mites aux environs d Agen (Annales de 1860, Bull., p. cv). Les insectes 
se trouvaient dans un vieux tronc d Amandier, haut d un metre environ, 
et avaient creuse dans 1 interieur de 1 arbre de longues galeries. Ce 
tronc d Amandier etait loin de la ville, dans la campagne, et cependant, 
vu le danger de propagation des Termites aux bois de construction de 
1 habitation principale ou de ses dependances, on le fit detruire avec 
soin, en totalite. 

Les insectes actuels provienuent aussi du meme pays, mais, cette fois, 
ils ont ete pris aupres d Agen el envoyes par M. Adolphe Magen, secre 
taire perpetuel de la Societe d Agriculture et des Sciences de cette ville. 



Seance du 24 mars 1886. LIU 

Us occupaient des cavites creusees dans des ceps de Vigne reeueillis sur 
le Coteau de 1 Ermitage. 

On me demande, ajoute M. Laboulbene, s il ne s agit pas d un nouvel 
ennemf de la Vigne, deja si eprouvee dans le Midi par le Phylloxera, le 
Mildew, etc. Les Termites ne sont pas a rcdouter pour la Vigno vivante, 
mais il faut eviter leur extension, leur arrivee dans les maisons voi- 
sines, car ces redoutables destructeurs creusent 1 interieur de toutes les 
poutres, solives et boiseries, en respectant la surface. Get instinct funeste 
devient la cause de graves accidents, parce que rien n annonce la pre 
sence des Termites, peu avant 1 ecroulement des pieces de bois minees 
et detruites. 

U corivieudrait de bruler rapidement les souches, ou ceps de Vignes, 
servant de refuge aux colonies des Termites, car le danger de la propa 
gation de ces insectes est grand. Notre collegue va prevenir a ce sujet, en 
insistant sur les degats occasionnes a Rochefort et a La Rochelle, par ces 
insectes. On sait que les degats causes aux maisons et aux chantiers de 
la marine ont fait visiter les localites atteintes par des savants eminents, 
Audouin, Emile Blanchard, de Quatrefages. A La Rochelle, on a du 
renouveler les poutres, solives et planchers creuses de milliers de gale- 
ries et les remplacer par des solives de fer. II a fallu preserver les 
Registres des Archives en les enfermant dans des boites de metal. 

Ces insectes, si redoutables quand ils sont a 1 abri de la lumiere dans 
leurs galeries, perissent assez vite quand on les tient hors de leurs 
demeures. Leurs mouvements sont alors assez lents et leur demarche 
peu assuree. 

Enfin, M. Laboulbene dit qu il a laisse exposes a 1 air plusieurs de ces 
Termites qui etaient a 1 etat de larves ou d ouvriers. Ces insectes n ont 
pas resiste plus de 36 heures a 1 action de 1 air et de la lumiere, meme 
diffuse. 

- M. P. Milliere envoie une note sur une nouvelle espece de Lepi- 
dopteres : 

PSILOTRIX INCSRTA Mill., sp. nov. Ce nouvel insecte semble tenir des 
genres Melasina et Psilotrix; mais, comme 1 unique $ que j ai sous les 
yeux paratt avoir les caracteres essentiels du Psil. Darduinella, je n he- 
site pas a classer Yincerta dans le genre Psilotrix, cree par le D p Wocke. 

Envergure : 26 mill. Les quatre ailes sont elancees, etroites et 
aigues a 1 apex, surtout aux anterieures. D un aspect fuligineux, ces ailes 
sont lavees de roussatre a la base, et par places au centre. Elles sont 
depourvues de lignes en dessus et en dessous, mais les nervures sont 



LIV Bulletin entomologique. 

toutes visibles. Les franges sont etroites et d un fuligineux plus accuse 
que le fond des ailes ; celles-ci, vues a une forte loupe, montrent des 
ecailles espacees, noires, relativement allongees. La te"te est laineuse et 
roussatre; les antennes sont courtes, simples, avec 1 article basilaire 
nullement epais. La trompe et les palpes n existent pas. Le thorax, assez 
robuste, est reconvert de poils gris et roussatres. Les pattes sont de 
longueur normale, depourvues d eperons et uniformement d un brun 
roussatre. Get unique exemplaire $ m ayant ete envoye sans abdo 
men, je ne puis rien en dire. 

Le Psilotrix incerta, qui porte a deux les especes du genre, a ete 
capture en juiu 1885, par M. Gianfranco Turati, de Milan, notre nouveau 
collegue, sur la montagne de Gome, sur le versant de la Brianza 
(Lombardie) . 

11 est tres supposable que, ainsi que la chenille du Psil. Darduinella, 
celle de Yincerta doit vivre enfermee dans un fourreau qui lui sert de 
demeure et qu elle traine en marchant. 

M. L. Demaisori, de Reims, communique les notes suivantes : 

1 Une decouverte des plus interessantes pour la faune franchise a ete 
faite par mon frere vers la fin du mois de mai 1885, aux environs de 
Reims. Dans un fosse marecageux, non loin du village de Sillcry, il a 
trouve deux chenilles de Chelonides, qui, a ma grande surprise, out 
donne, au commencement de 1 ete. deux exemplaires d 1 et $ de Nemeo- 
phila Metelkana Ld. Gette espece a ete decrite pour la premiere fois en 
1861, et n a ete signalee jusqu ici qu en Horigrie, dans la Siberie orien- 
tale, et, je crois aussi, au Japon. Dans ces deux derniers pays, elle forme 
une variete (amurensisj, dont les ailes sont plus claires, avec des taches 
et des dessins plus effaces. 

Nos chenilles de Sillery provenaient vraisemblablement d une meme 
ponte. Au moment de leur decouverte, elles n etaient pas encore a leur 
taille et n avaient pas effectue leur derniere mue ; elles etaient groupees 
toutes deux sur une fleur d Iris pseudo-acorus, qu elles devoraient avec 
avidite. Nourries en captivite avec des feuilles de deux especes d /ns 
(I. pseudo-acorus et germanica), elles les mangeaient tres volontiers et 
en ont vecu exclusivement, mais il est probable qu elles sont poly- 
phages, comme les autres chenilles du meme groupe, et qu elles se 
seraient accommodees tout aussi bien de diverses plantes basses. 

Leur allure etait tres vive et rappelait celle des chenilles de Spilo- 
soma. La metamorphose s est operee dans une toile fine et tres lache; 
la chrysalide, brune et lisse, a ses derniers anneaux engages dans 



Seance du 24 mars 1886. LV 

la depouille de la chenille, ainsi qu on 1 observe chez la Nemeophila 
Plantaginis et chez d autres especes voisines. 

L eclosion du male eut lieu vers le 24 juin ; celle de la femelle un peu 
plus tard, vers le 10 juillet. L un et 1 autre offrent une parfaite confor- 
mite avec le type de N. Metelkana de la Hongrie. La taille de la femelle 
est seulement un peu inferieure a celle de la plupart des exemplaires de 
cette provenance que j ai vus jusqu a present. 

La N. Metelkana est-elle reellement indigene aux environs de Reims, 
ou bien sa presence est-elle purement accidentelle ? Je ne saurais encore 
le decider. Je ferai seulement observer que les marais de Sillery paraissent 
avoir une faune speciale, d un caractere assez interessant. C est dans une 
localite voisine, a Vrilly, que mon frere avait deja fait la capture d un 
Coleoptere nouveau aussi pour la faune francaise, la Donacia Mali- 
novskyi. dont j ai entretenu la Societe. il y a queique temps (Bulletin, 
1883, p. cxiv) (1). 

La N. Metelkana, d ailleurs, doit etre une espece tres sedentaire, et 
I hypothese d une migration fortuite ne me semble pas vraisemblable. 
J ai 1 intention de faire, au printemps prochain, de nouvelles recherches, 
qui me permettront peut-etre de resoudre le probleme. 

2 L abondance exceptionnelle de certaines especes de Sphingides, 
qui s est produite, a la fin de 1 eto dernier, dans diverses parties de la 
France, a ete constatee aussi dans la region du Nord-Est. Dans la villc 
d Amiens, plusicurs chenilles de Deilephila Nerii ont ele trouvees au 
mois de septembre ; a Reims, le Sphinx Convolvuli a ete extremement 
commun pendant ce dernier mois. On y a egalement pris la Deilephila 
Celerio, espece fort rare dans notre contree, et qui nous visile seulement 
d une maniere accidentelle et a de rares intervalles. Notre collegue, 
M. Lajoie, m en a donne un exemplaire qui a ete capture pendant Fau- 
tomne dans Pinterieur meme de la ville. Deux autres avaient deja ete 
pris, il y a quatre ou cinq ans, dans des conditions analogues. Ges trois 
individus sont les seuls que j aie jamais vus a Reims. 

M. Ch.. Oberthur adresse la suite de ses observations sur divers 
Insectes recueillis en Mantschourie par M. Michel Jankowski : 

Les Sphingides sont nombreux. Les especes dernierement revues sont 
les suivantes : 

1 SMERINTHUS DISSIMILIS Bremer, qui eclot en juin et juillet; la che 
nille vit sur le Jnglans mantschourica. 

(1) M. Leprieur fait reraarquer qu un individu de ce Coleoptere avait dejk ete 
trouve, il y a longtemps, h Metz mfime. 



LVI Bttlletin entomologique, 

2 SMERINTHUS JANKOWSKII Oberthur, qui vit sur le tilleul, eclot en 
juillet ; parait fort rare et presente de belles variations. 

3 SMERINTHUS MICHAELIS Oberthur (nov. sp.).- intermediate entre les 
Smerinthus (Triptogon) gigas Butler, dont il a les couleurs et la forme, 
mais dont il n a pas les dessins, et piceipennis Butler, dont les dessins 
ont plus de ressemblance avec ceux de Michaelis, tout en differant par 
des details importants. Gette nouvelle espece ressemble a notre Quercus, 
et la chenille de Michaelis vit egalement sur le chene. Le papillon vole 
en juillet ; il parait fort rare. 

4 SMERINTHUS TREMUL.E Zetter. Le type ordinaire est gris. La chenille 
se nourrit des feuilles de peuplier ; le papillon sort de la chrysalide en 
aout. 

5 SMERINTHUS ARGUS Menetries. Remplace notre ocellata. La chenille 
vit pareillement sur le saule ; on obtient le papillon en aout. 

6 SPHINX LIGUSTRI, var. AMURENSIS Oberthur. Variete speciale a la 
region de 1 Amour et au nord de la Chine, plus pale quant au rose, plus 
obscure quant au bran. 

7 SPHINX DAVIDIS Oberthur, espece de taille moyenne comme le 
Catalpx ; la chenille est verte, vit sur le frene, passe Phiver en chrysa 
lide et donne le papillon en mai ou juin. 

8 CH^EROCAMPA RUBIGINOSA Bremer, Sphingide repandu dans tout 
1 extreme Orient. La chenille devore la Vitis amurensis (Jankowski), la 
vigne en general (Rathouis, de Shang-hai), les Convolvulus (abbe Armand 
David); elle passe 1 hiver en chrysalide. Le papillon vole en juillet. 

Nous citerons enfin un charmant Borabycide , que M. Staudinger a 
repandu sous le nom de Miresa Christophi, mais qui n a sans doute pas 
encore ete decrit. La chenille vit sur le Pyrus baccata; le cocon est 
brun, d un tissu tres serre et orne de cotes blanches, assez saillantes et 
formant des angles reguliers, comme la lettre V. 

Parmi les Coleopteres, il y a quelques belles especes de Carabes, 
notamment les Coptolabms JanJcowsM R. Oberthur, smaragdinm Fis 
cher, etc. 

Candidat presente. M. J. Gazagnaire, 39, rue de la Clef, a Paris (Ana- 
tomie et Histologie entomologiques), presente par M. J. Kunckel d Her- 
culais. Commissaires-rapporteurs : MM. Al. Laboulbene et E. Simon. 

E. D. 



Seance du 24 mars 1886. LVII 

Bulletin bibliographique. 

Academie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
1886, i er semestre, n 9. Q N 10. J. PEREZ. Sur 1 histogenese des 
elements contenus dans les gaines ovigeres des Insectes. N 11. 
A. COTHIAS demande Touverture d un pli cachete contenant 1 indica- 
tion d un remede centre le Phylloxera. J. GAZAGNAIRE. Du siege 
dela gustation chez les Insectes Col eopteres. JOANNES CHATIN. Sur 
le labre des Hymenopteres. 

Academie imperiale des Sciences de Saint-Pe tersbourg (Me moires de I ), 

1885. T. XXXIII, n os 3 et 4. Q 

Accademia dei Lincei (Atti delta Reale), 1886, Rendic., vol. II, fasc. 4.Q 

Gay-Lussac (Le), 1886, n 2. Q 

Naturaliste (Le), 1886, 8 C anne e, n 30. THIERRY MIEG. Aberrations 

nouvelles de Lepidopteres europeens. 
Socie te imperiale des Naturalistes de Moscou (Bulletin de la), 1885. 

ANONYME. Genres et especes d Insectes publics dans dififerents ouvrages 
par V. Motschoulsky (H. Soc. ent. Ros.). Saint-Petersbourg, 1869. 

BUGNION (E.). Les moeurs de YHylesinus oleiperda et les galeries du 
Phlceotribus olex. 1 pi. * 

LABOULBENE (Al.). Article Pebrine (Diction, encycl. des Sc. medicales). * 
OLIVIER (E.). Lampyrides nouveaux ou peu connus (Rev. d Entom.), 

1886. * 

PASCOE (FR.). Descriptions of some new Longicornia, chiefly Asiatic and 
African (Ann. and Mag. of Nat. Hist.), 1886. * 

A. L. 



Seance v ;du 14 avrillSSG. 

Pr6sidence de .M.U. BOURGEOIS. 
M. Ernest Olivier, de Moulins, assiste a la seance. 

Ne crologie. On annonce la mort de MM. : 1 Pierre-Michel Barbat, im- 
primeur-editeur a Ghalons-sur-Marne (Marne), qui appartenait a la So- 
ciete depuis 1871, decede le 27 fevrier 1886,8 et qui s occupait de 1 etude 
des Coleopteres d Europe ; 

(1886) Bulletin de la Societe entoraologiqne de France. 7 : \ 



LVIII Bulletin entomologique. 

2 J.-B. Montagne, de Paris, regu membre en 1857, decede a Rueil 
(Seine-et-Oise), le 22 fevrier dernier. Notre collegue etudiait les 
Coleopteres en general, et on lui doit la decouverte, aupres de Paris, 
des Bembidium inustum J. Duv. et Stomodes gyrosicollis Boh. 

Lectures. M. Elzear Abeille de Perrin adresse, par Fentremise du Pre 
sident, une note intitulee : Priorite absolue ou Prescription ? 

M. Eugene Simon depose sur le bureau un Memoire ayant pour 
litre : Materiaux pour servir a la Faune francaise des Crustace s, l re partie, 
Phyllopodes, travail accompagne de trois planches. 

Communications. M. Ernest Olivier fait connaitre la description de 
deux Lampyrides nouveaux : 

1 PHOTURIS JAMAICENSIS Ern. Oliv. Oblongo-elongata, villosa, flava, 
nitida; ore palpisque piceis ; antennis (articulo primo excepto), femorum 
apice, tibiis, tarsisque anticis nigris; prothorace elliptico, flavo, lateribus 
diaphanis, disco punctato macula media brunnea notato, angulis posticis 
prominulis ; scutello flavo, triangulari; elytris flavo testaceis , pubescen- 
tibus, rugosis, vittis duabus nigris, una humerali, altera juxta-suturali, 
ornatis. Long. 10-12 mill.; lat. hum. 3-3 1/2 mill. 

Les deux bandes noires des elytres se prolongent ordinairement jusqu a 
1 extremite; parfois la juxta-suturale s arrete aux trois quarts de leur 
longueur. L abdomen est testace en entier, mais les trois derniers seg 
ments du ventre paraissent etre, comme habituellement, le principal 
siege de 1 appareil lumineux ; chez le male, le dernier est assez long, a 
pointe triangulaire, courte. Tous les femurs sont noirs au sommet ; les 
tibias et les tarses anterieurs sont completement noirs; les jambes inter- 
mediaires et posterieures sont flaves, a Fexception du sommet des 
femurs, de celui des tibias et des derniers articles des tarses qui sont noirs. 
Gette jolie espece est speciale a File de la Jamaique. (Ma collect., cf, ?.) 
2 PYROG^ELIA TONKINENSIS Ern. Oliv. Oblonga, satconvexa, nigra; ore 
palpis et antennis brunneo-testaceis ; prothorace flavo, rotundato, antice 
attenuate, punctato, margine anteriore erecto et utrinque litura translu- 
cida ornato, in dimidio basali longitudinaliter bicostato, basi sinuato, 
angulis posticis obtusis et parum prominulis; scutello flavo, punctato, 
triangulari, apice truncato; elytris fuscis, pubescentibus, rugosis, sutura 
et margine externo conjunctim flavo limbatis; pectore, coxis, femoribus 
(apice excepto) flavis; tar sis fusco annulatis; abdomine nigro; pygidii 
apice et tribus ultimis ventris segmentis testaceis. Long. 13-15 mill. 
Tonkin. Deux exemplaires 3 (coll. Oberthur). 



Seance du 14 avril 1886. LIX 

Cette espece se place pres du Foochowensis Gorh. Elle s en distingue 
facilement a sa lorme plus convexe, plus trapue, a sa taille moins 
grande, et surtout aux deux saillies costiformes, rapprochees et paral- 
leles, qui s etendent longitudinalement sur le disque du prothorax a 
partir de sa base jusqu a la moitie environ de sa longueur. 

Je ne connais jusqu a present que quatre Lampyrides provenant du 
Tonkin : celle que je decris aujourd hui, la Luciola circumdata Motsch., 
qui m a ete communiquee par M. le D r Laboulbene, la Luciola cingulata 
Era. Oliv., et une autre Luciola que je n ai pas encore eu le temps 
d examiner et qui ressemble a la fois a la japonica Thunb. et la termi- 
nalis Era. Oliv.; ces dernieres m ont ete envoy ees par M. Dolle, de 
Laon. 

M. G. Berg, professeur a 1 Universite de Buenos-Aires, transmet, 
par 1 entremise de M. Ernest Olivier, la description d une nouvelle espece 
de Coleopteres : 

PHENGODES URUGUAYENSIS Berg. Lurida vel flavido-testacea, dense 
pubescens, capite pronotoque nigris, nitidis, punctatis; antennis medio- 
criter paripinnatis; capite grosse punctato, longe pubescente, antice cly- 
peoque fulvido, fronte triangulariter impressa aut subplana ; pronoto sat 
tenue punctato, longe pubescente, quarto parte latiore quam longiore, 
retrorsum nonnihil angustato, postice subcirculariter impresso, margine 
antico recto, postico media admodum producto et utrinque vix levissime 
sinuato, marginibus omnibus obsolete flavescentibus, angulis anticis valde 
rotundatis, posticis obtusis ; scutello piceo aut luteo, punctulato, postice 
quam antice latiore et margine postico subrecto ; elyiris valde dehiscen- 
tibus, acuminatis, dense pubescentibus , rugoso-punctulatis, segmentum 
secundum abdominis rare superantibus ; alis hyalinis ; dorso abdominis 
ventreque interdum lurido-rufescentibus , hoc segmento septimo lemter 
sinuato; articulo secundo tarsorum posticorum primo vix breviore. 
Long. 6-7 mill.; lat. hum. 16-19 mill. 

Patria : Respublica Uruguay ensis (Dep 1 Colonia). 

Je n ai vu que trois exemplaires c? de cette espece : j en ai offert un a 
M. Ernest Olivier et les deux autres font partie de ma collection. Autant 
qu on en peut juger par la courte description d Erichson, elle a quelque 
rapport avec le Phengodes cincinnata Erichs. ; mais ce dernier s en 
distingue facilement par sa taille beaucoup plus grande et par la couleur 
noire des elytres, de 1 abdomen et des pattes. 

Je ferai observer que dans la description d une espece voisine, le Phen 
godes pallens (Anales de la Sociedad cientifica Argentina, 1885, t. XIX, 



LX Bulletin entomologique. 

p. 232), c est par erreur que je parle de la structure du septieme segment 
ventral de la $ : ce sexe m est encore inconnu, et, de meme que pour 
r Uruguay ensis, je n ai eu sous les yeux que des individus c?. 

M. Ed. Lefevre communique la description suivante d un nouveau 
genre et de nouvelles especes de Coleopteres de la famille des Eumol- 
pides : 

DICOLEGTES. Corpus oblongo-elongatum, modice convexum, su- 
perne glabrum. Caput usque ad oculos thorace incertum, oculis sub- 
globosis, integris, clypeo creta brevi utrinque limitato, antice subarcuatim 
emarginato. Antenna breves, prolhoracis basin vix attingentes, articulis 
2-6 gracilibus, inter se xquilongis, quinque ultimis crassioribus. Pro- 
thorax fere duplo latior quam longior, dorso convexus, lateribus sub- 
arcuatis marginatis et serrulatis; ejusdem episternum margine antico 
concavo. Scutellum pentagonum. Elytra oblonga, thorace paulo latiora. 
Prosternum latum, fere planum, basi recte truncatum. Pedes robusti, 
femoribus omnibus paulo ultra medium incrassatis ibique subtus dente vahdo 
armatis, tibiis antids sicut et posticis apice dilatatis ibique subtus fortiter 
canaliculatis, intermediis extus ante apicem profunde emarginatis, tarsis 
validis, unguiculis bifidis. 

A raison du prothorax qui est dente en scie sur les cotes, ce nouveau 
genre appartient au groupe des Cheirideitx, II difFere des Cheiridea Baly, 
par la forme des antennes et la structure des pattes. Ge dernier carac- 
tere, joint a la forme pentagonale de 1 ecusson, Feloigne des Nerissm 
Chap., qui doivent etre place dans le meme groupe. 

Le genre Dicolectes reuferme jusqu a present les trois especes suivantes : 

1 D. AULICUS. Oblongo-elongatus, parallelus, modice convexus, 
subtus niger, creberrime undique punctatus et pube grisea brevi densissime 
obtectus, supra saturate cyaneus, interdum magis minusve subcupreo- 
violaceo-micans ; labro sicut et palpis fulvo-brunneis ; antennis nigris, 
articulis basalibus obscure piceis, quinque ultimis murino-sericeis ; capite 
prothoraceque creberrime foveolatim , sed parum profonde , punctatis, 
foveolis parvis, rotundatis, puncto centrali minuto instructis; scutello 
medio punctato, apice l&vi ; elytris infra basin transversim evidenter im- 
pressis, intra callum humeralem breviter canaliculatis, punctatis, punctis 
versus suturam minoribus et sublineatim digestis, disco exteriori autem, 
prsesertim intra impressionem basalem, majoribus, rugulis transversis 
intermixes, callo humerali ipso valde tumido, l&vi, costula longitudinali 
prope marginem lateralem Ixvi ; pedibus nigris vel nigro-piceis, femoribus 



Seance du 14 avril 1886. LXI 

inter dum obscure virescentibus. Long. 7 1/2 8 mill.; lat. 4 1/3 
4 1/2 mill. 
Assinie (Afrique occidentale). Communique par M. Alluaud. 

2 D. RUGULOSUS. Oblongo-elongatus , subparallelus, modice con- 
vexus, subtus niger, pube subaurea brevi densissime obtectus, supra 
viridi-xneus, nitidus ; labro, palpis antennisque basi rufo-brunneis, 
harum articulis quinque ultimis murino-sericeis ; capite punctato-rugoso ; 
prothorace creberrime foveolatim, sed parum profunde, punctato, foveolis 
parvis, rotundatis, puncto centrali aciculato instructis ; scutello confluen- 
ter undique punctato-rugoso ; elytris infra basin obsolete transversim 
impressis, creberrime punctatis, punctis confluentibus, rugas transversas 
numerosas formantibus, callo humerali ipso subtumido, laevi; pedibus 
fulvo-brunneis, larsis piceis. Long. 7 1/2 mill.; lat. 3 1/3 mill. 

Niams-Niams. Communique par M. Ritsema. 

3 D. ERYTHROPUS. Minor, oblongo-elongatus , parallelus, modice 
convexus, subtus niger, pube subaurea brevi densissime obtectus, supra 
viridi-aureus, cupreo-igueo-micans, fulgidus; labro, palpis, antennisque 
basi, fulvis ; capite punctato-rugoso ; prothorace creberrime foveolatim, 
sed parum profunde, punctato, foveolis parvis, rotundatis, puncto cen 
trali minuto instructis; scutello punctato-rugoso; elytris infra basin 
transversim evidenter impressis, intra callum humeralem breviter canali- 
culatis, sat fortiter punctatis, punctis versus suturam sublineatim diges- 
tis, disco exteriori autem, prsesertim intra impressionem basalem, majo- 
ribus, rugulis nonnullis transversis intermixtis, callo humerali ipso 
tumido, Ixvi; pedibus rufo-fulvis, tar sis nigro-piceis. Long. 6 6 1/3 
mill.; lat. 33 1/3 mill. 

Angola. Ma collection. 

M. C.-E. Leprieur dit qu il a trouve, ces jours-ci, en battant des 
saules Marceau, dans le bois de Meudon, un individu de la Lebia crux- 
minor, espece rare pour la faune parisienne. 

M. C.-G. Thomson, membre honoraire, adresse, par 1 entremise du 
Secretaire, une nouvelle suite a ses Petites notices entomologiques, conte- 
nant la description d une nouvelle espece du genre Polygraphus : 

Notre membre honoraire M. le D r Puton a bien voulu me communi- 
quer deux especes du genre Polygraphus, trouvees toutes les deux en 
France. 

L un est le veritable P. pubescens, qui vit dans le Jura, sous 1 ecorce 



LXII Bulletin entomologique. 

de V Abies excelsa ; 1 autre, des Vosges, est une nouvelle espece, facile a 
distinguer par son corps plus grand, par ses pieds presque noiratres et 
enfln par la conformation de la massue des antennes. 

POLYGRAPHUS GRANDiCLAVA Thorns. Subopacus, niger, tarsis palli- 
dis, antennis Ixte flavis, clava maxima, ovato-acuminata. 

Ab omnibus speciebus, corpore magno supra subopaco, antennarum 
clava maxima, acuminata, femoribus tibiisque nigris discedens ; P.puncti- 
fronti affmis sed fere duplo major, fronte obsoletius punctata, oculis 
spatio majore divisis ; prothorace linea media tenui subelevata ; elytris 
pilis baud squamiformibus vestitis, striis in declivilate vix nisi suturali 
conspicuis, interstitiis baud, ut in aliis speciebus, punctulis elevatis 
asperatis instructs ; tibiis externe baud denticulatis, apice ferrugineis ; 
frontis villositate in mare lateribus et superne magis erecta et dense 
optime distinguendus. 

Habitat in Gallia (D r Puton). 

M. V. Signoret, membre honoraire, lit la note qui suit : 

Dans notre derniere seance, M. H. Lucas m a remis une branche 
recouverte de Cochenilles provenant des Etats-Unis et du Mexique; 
cette plante est le Larrea mexicana, dont 1 odeur tres forte le fait appeler 
cre osote-plante, odeur qui est due a une resine constituant 1 enveloppe 
de la Gochenille. Get Hemiptere a ete presente en 1880 par M. Stillman a 
T Academic des Sciences de Calif ornie, ainsi qu on peut le voir dans The 
American Naturalist, vol. XIV, pages 782 a 787. 

Gette espece a ete decrite sous le nom de Carteria Larrex par 
M. Gomstock, professeur d Entomologie a 1 Institut de Cornell (vol. de 
1882, p. 19, avec figures). Dans le meme rapport, ce professeur signale 
une seconde espece egalement mexicaine vivant sur un Mimosa, qu il 
decrit sous le nom de Carteria mexicana. Ges especes sont distinctes, et 
Ton peut s en assurer par les figures de Gomstock (planches 19 et 20). 
Plus recemment encore (1883), ces deux especes ont ete signalees par 
M. Raphael Blanchard, dans une these remarquable sur les Coccides 
utiles. 

A 1 occasion de la communication ci-dessus, il convient de rectifier la 
synonymie du nom de genre Carteria, lequel etant deja employe ante- 
rieurement (en 1865) par M. Diesing pour des Protozoaires devra, ainsi 
que le propose M. Raphael Blanchard, etre change en Tachardia, en 
memoire du Reverend Pere Tachard, qui le premier a reconnu la nature 
animale de la laque. 



Seance du 14 avril 1886. LXUI 

M. Delahaye donne la description d une nouvelle espece de Noc- 
tuelle (Noctua variicollis} decouverte en Algerie : 

Gette nouvelle espece differe beaucoup de ses congeneres par les cou- 
leurs et par les dessins : ainsi , ses couleurs et la coupe de ses ailes 
portent a le placer aupres de la Dyschorista Ld. (Orihosia Ochs.) Suspecta 
Hubn., mais les caracteres precis deses palpeset de ses tibias anterieurs 
munis d epines rougeatres comme dans les Agrotis, la classent dans la 
famille des Noctuidss Bdv. Quant au genre Anchocelis Gn., dans lequel 
on pourrait etre tente de la placer, il y faut renoncer a cause des an- 
tennes du d* qui sont tres differentes. G est ici que la decouverte de la 
chenille serait d un grand secours, et quand on la connaitra il sera peut- 
etre utile de creer un genre qui reunirait les dernieres Noctuelles aux 
premieres Orthosides ; une seule de ces dernieres possede des antennes 
aussi pectinees, c est la Txniocampa mimosa S. V. On peut, je crois, la 
placer a la fin des Noctua L., auxquelles je rattache la variicollis, et je 
pense que ce nom peut lui etre donne a cause de la couleur de son collier 
qui est presque toujours bien distincte de celle du thorax. 

Cetle espece a ete decouverte a Alger, en fevrier 1882, par M. Julio 
Delahaye, mon fils, qui en a capture plus de 20 individus, dont une 
seule ?. II les prenait, a la nuit, sur les lanternes du jardin Marengo. 

NOCTUA VARIICOLLIS Delahaye. Alls brunn&o-violaceis cum quatuor 
lineis transversis : prima basilari, nigra, brevi; secunda recta, nigra, 
dentata; tertia umbrosa, rufa, e macula reniformi nascente; quarta 
curva, nigra, dentata. Margo externus sinuatus est, et fimbriam latam 
prcecedit licium nigrum maculare. Alse posticss brunnex. 

Male. Enverg. 30 a 32 mill. Ailes superieures d un brun violatre 
plus ou moins fonce, avec 3 lignes transverses dentees, noires, et une 
ombre mediane roussatre, sinueuse, passant sur la reniforme, qui est 
tres grande, d un roux clair et empatee de noir inferieurement. l re ligne 
basilaire, courte, bidentee, ne depassant pas la nervure mediane. 2 e ligne 
presque droite, tridentee, traversant 1 aile avant la tache orbiculaire, 
ordinairement jaunatre et bien visible. 3 e ligne courbe, a dents fines et 
nombreuses, accentuee sur les nervures par un tres petit trait noir ter- 
mine par un petit point. (Chez quelques individus, cette ligne est 
presque obsolete, ou seulement indiquee par les petits points noirs.) 
Une eclaircie plus pale que le fond part de 1 apex, comme chez les Ce- 
rastis, en touchant exterieurement une tache noire, triangulaire, placee 
a la cote ; cette eclaircie descend en s elargissant jusqu a Tangle interne. 



LXIV Bulletin entomologique. 

Frange large, plus pale, precedee d un lisere noir raaculaire, et separee 
de lui par une ligne jaunatre. 

Ailes inferieures d un brun roussatre, avec la frange plus claire. 

Dessous des quatre ailes d un gris fonce, plus sombre sur les bords. 
Elles sont traversees par une ligne noire, commune et sinuee, qui passe 
sur les nervures. Un gros point noir, allonge et sinue, occupe Pextre- 
mite de la cellule. 

Antennes pectinees, a lames fortes et ciliees. Palpes ayant le 2 e article 
tres long, tres ecailleux, et le 3 e article tres court, en forme de bouton. 
Dessus des palpes, tete et collier (celui-ci tres developpe), ordinairement 
d un gris cendre, parfois a peine plus clair que le thorax ; ce dernier 
quelquefois gris, mais le plus souvent rougeatre. 

Corps gris, avec la brosse anale roussatre. 

Femelle. La seule que je possede est de taille plus petite, plus 
brune, ses lignes sont moins distinctes. Antennes simples. 

M. Ch. Oberthiir informe la Societe que M. Gregoire Groumm- 
Grgimailo, deja bien connu par ses voyages entomologiques dans PAsie 
centrale, d ou il a rapporte 30,000 papillons en 1885, parmi lesquels 
beaucoup d especes nouvelles dans les Parnassius, Colias, Lycsenides, 
Satyrides, etc., est reparti, depuis un mois environ, pour Marghelan, 
d ou il compte cntreprendre son troisieme voyage d exploration qui doit 
durer jusqu en septembre 1886. 

M. H. de La Cuisine, de Dijon, adresse un dessin colorie repre- 
sentant deux magnifiques Lepidopteres. L un d eux est probablement 
une variete du Papilio Arcturus Westw., ayant de 1 analogie avec le 
P. Pan s par les dessins du dessous des ailes, et provenant du royaume 
d Assam ; Pautre est une Saturnia paraissant inedite et remarquable par 
la belle coloration d un rouge vif de ses ailes qui sont marginees de fauve 
et presentent, en outre, chacune un ocelle noiratre cercle de blanc et 
pupille de bleu, amsi qu une assez large bande blanchatre vers le bord. 
Cette belle espece a pour patrie PAfrique australe. 

Membre repu. M. J. Gazagnaire, rue de la Clef, 39, a Paris (Anatomie 
et Histologie entomologiques), presente par M. J. Kunckel d Herculais. 
Commissaires-rapporteurs : MM. le D r Al. Laboulbene et E. Simon. 

Candidat presente. M. Harald Nereen, a Skeninge (Suede) (Hyme no- 
pteres), presente par M. E. Desmarest, au nom de M. C.-G. Thomson. 
Commissaires-rapporteurs : MM. G.-A. Poujade>t E. Simon. 

E. D. 



Seance du 14 avril 1886. LXV 

Bulletin bibliographique. 

Acade mie des sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I ), 
1886, l er semestre. N 12. J. PAULICIE. Note relative a un precede 
pour combattre le Phylloxera. N 13. A. PERAGALLO presente a 
1 un des concours de prix les deux ouvrages d entomologie appliquee 
qu il a publics recemment. A. NEVEU. Note relative a un precede 
pour combattre le Phylloxera. J. GAZAGNAIRE. Des glandes sali- 
vaires dans 1 ordre des Coleopteres. N 14. E. BLANGHARD. Apergu 
touchant la faune du Tonkin. 

Bulletin d Insectologie agricole, 1886, n os 1 et 2. A. MEUNIER. Insecto- 
logie industrielle. Les Vesicants. A. RAME. Gompte rendu du 
Congres des Societes savantes de 1S85. M. MOLEYRE. Insectes et 
Grustaces comestibles. E. SAYARD. L ecaille pudique (fig.). 

Correspondenz-Blatt des entomologischen Vereins c Ms zu Dresden, 
1886. N 3. D r ERICH HAASE. Zwei interessante Zwitter (pi.). 
J. ROBER. Bin neuer Nachtschmetterlmg von Ceram (pi.). D r A. 
PAGENSTECHER. Heteroceren derlnsel Geram (pi.). J. ROBER. Neue 
Tagschmetterlinge der indo-australischen Fauna (pi.). C. RIBBE. 
Beitrag zur Kenntniss der Lepidopteren-Faima der Aru-Inseln. 
G. HONRATH. Eine neue Morphine aus Gellebes (pi.). D r ERICH 
HAASE. Duftapparate indo-australischer Schmetterlinge (pi.). 
J. ROBER. Ueber das Aufweichen grosser Schmetterlinge. 

Entomologist s Monthly Magazine (The), 1886. N 263. G.-T. BAKER. 
Notes on some Lepidoptera from Algeria. W. WARREN. Some cap 
tures of Lepidoptera in 1885, with remarks. D r STAUDINGER. Des 
cription of a new Bombyx allied to Arctia-caja. A.-G. BUTLER. 
On the inconstancy of a generic character in Nepheronia arabica. 
G. T. PORRITT. Description of the larva of Scoparia mercurella. 
Notes di verses. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, 1885. N 186. P. CHRETIEN. Note sur 
la Tinea parietariella. L. DUPONT. Notice entomologique sur les 
environs de Pont-de-rArche. Communications. 

Naturalista Siciliano (II), 1886. N 7. E. RAGUSA. Gatalogo ragionato 
dei Coleotteri di Sicilia. T. DE STEFANI. Raccolte imenotterologiche 
sui monti di Renda e loro adiacenze. P. MILLIERE. Catalogue rai- 
sonne des Lepidopteres des Alpes-Mari times. 

(1886) Bulletin de la Societe entomologique de France. 



LXVI Bulletin entomologique. 

Naturaliste (Le), 1886, 8 e annee. N 31. CARL DE BEAUMONT. Le Galen- 
drier du Coleopteriste. D r BONNET. De quibusdam Orthopteris 
tunetanis notula. 

Reale Accademia del Lincei (Atti della), 1885-1886. Rendiconti, vol. IP, 
fasc. 5 e 6. Q 

Revue des Travaux scientifiques, 1885, n os 10-11. 

Royal Society (Proc. of the), 1885, n 241. Q 

Smithsonian Institution (Ann. Rep. of the Board of Reg. of the), 1883- 

1885. 

Socie te entomologique de Belgique, 1886. Comptes rendus, S. Ill, n 70. 

L. FAIRMAIRE. Liste des Tenebrionides recueillis par G. Van 
Volxem en Espagne, en Portugal, an Maroc et aux iles du Cap-Vert. 

E. SIMON. Descriptions de quelques especes nouvelles de la famille 
des Agelenida?. 

Socie te d Histoire naturelle de Toulouse. Comptes rendus des seances, 
1886, fevrier et mars. Q 

Verslag van de negent. Winterv. der Nederl. entomologische Vereeniging, 

1886. 
Zoological Society of London (Trans of the), 1885, vol. XI, part. II. 

FRANZ LEUTHNER. A monograph of the Odontolabini, a subdivision of 

the Coleopterous family Lucanidae. 14 pi. n. et fig. dans le texte. 

1886, vol. XII, part I. Q 

BIGOT (J.). Diagnoses de trois genres nouveaux de Dipteres (Bull. Soc. 

ent. Fr., 1885), 2 exempl., 2 p. * 
COSSON (E.). Note sur la Flore de la Kroumirie centrale (Bull. Soc. Bot. 

Fr., 1885). 34 p. Q * 

Du BUYSSON (H.). Promenades d un Naturaliste au Mont-Dore (Le Natu 
raliste), 1886. * 

GADEAU DE KERVILLE (H.). Gauseries sur le Transformisme, III; de 
1 Evolution des Animaux et des Plantes. Elbeuf, 1886. * 

MATREK (G.-A.-E.). Necrophorum monographiae, particula prima, 4 pi. 

lith.. Vratislavia, 1837. 
RABAUD (ET.). Observations sur le rangement des Insectes en collection 

(Le Naturaliste), 1886. * 

A. L. 



Seance du 28 avril 1886. LXVII 

Seance du 8 avril 1886. 

Presidence de M. J. BOURGEOIS. 

MM. Edm. Andre, de Beaune, Demaison, de Reims, A. Fauvel, de 
Caen, Gadeau de Kerville, de Rouen, et Gazagnaire, de Paris, nouvelle- 
ment admis, assislent a la seance. 

Ne crologie. M. L. Reiche annonce la mort de notre ancien confrere 
M. Thibault de la Carte, marquis de la Ferte-Senectere, recu membre 
en 1837 et demissionnaire en 1877, decede recemment a Tours (Indre-et- 
Loire). 

M. de la Ferte-Senectere a donne dans nos Annales les travaux sui- 
vants : 1 Genre nouveau Gynandrotarsus (1841 , p. 201); 2 Anthicus 
des environs de Perpignan et especes nouvelles (1842, p. 247); 3 Sur 
1 etat graisseux des Insectes dans les collections (1843, Bull., p. xvm); 
4 Sur la synonymic du genre Notoxus (1846, Bull., p. XXH); 5 Carabus 
nouveaux d Espagne et de Portugal (1847, p. 445); et 6 Revision de la 
tribu des Patellimanes (genres nouveaux ct especes nouvelles) (1851, 
p. 209). II a public quelques autres travaux entomologiques dans 
plusieurs recueils, et particulierement une Monographic des Anthicus et 
genres voisins (Magasin de Zoologie, Paris, 1848), dont les preliminaires 
avaient etc soumis a la Societe (1847, Bull., p. ci). 

Decision. La Societe decide que sa premiere excursion entomologique 
aux environs de Paris aura lieu le dimanche 23 mai, a Bouray-Lardy. 

Communications. M. Ragonot ecrit que, sur la demande qu il lui en a 
faite, le directeur du Colonial Museum and Geological Survey Depart 
ment s de la Nouvelle-Zelande a bien voulu envoyer a la Societe un 
exemplaire de 1 ouvrage ayant pour litre Manual of the New-Zealand 
Coleoptera, par M. le capitaine Thomas Broun. 

M. Maurice Girard fait honimage des series 10, 11 et 12 de ses bons 
points d entomologie. (Paris, Hachette et C ie .) M. A. Clement a fait les 
chromolithographies des 36 sujets. M. Maurice Girard appelle 1 attention 
sur 1 etude du Scarabee sacre, ou se trouve refutee la legende veuant 
des pretres egyptiens, de I ceuf soit-disant contenu dans la boule de fiente 
et enterre avec elle. 

M. L. Bedel adresse une note relative a la provenance et la syno- 
nymie de VApion variegatum Wenck. : 

En publiant cette especo, Wencker (I Abeille, I, p, 188-189) fait suivro 
sa description des lignes suivantes, que jo reproduis textu el lenient : 



LXVIII Bulletin entomologique. 

(( Duche do Nassau ; Vistrod ; tres rare. (M. Gh. Bris. de Barneville), 
S^Germain-de-Laye. 

Le Bicolor Gredler parait s y rapporter ; j ai du changer le nom, 
M. Gerstffiker 1 ayant donne a une espece exotique. 

Les localites citees par Wencker sont toutes fausses, et la synonymic 
qu il adopte ne parait pas plus exacte. 

Je crois qu il a confondu deux Apion differents : 

1 A. variegatum Wenck. Deux exemplaires de cette espece ont 
ete trouves par M. Gh. Brisout de Barneville, a S^Gloud (et non a S*-Ger- 
main), sur une barriere du pare, pres de Pandemic Lanterne de Dio- 
gene ; 1 un d eux fut perdu, Pautre a servi de type a Wencker (collec 
tion Ch. Brisout !). 

L espece n a plus ete signalee depuis. J en connais cependant un 
deuxieme individu, pris a Rouen par M. E. Mocquerys. 

Le fades tout special de PA. variegatum (on dirait un Anthonomus) et 
sa capture pres de Paris et de Rouen, deux centres naturellement sus 
pects, m autorisent a penser qu il est d origine exotique et que sa pre 
sence en Europe est un fait accidentel. 

2 A. bicolor || Gredler. Le texte cite plus haut prouve assez que 
Wencker ne connaissait pas 1 insecte de Gredler. De plus, Vistrod (qu il 
place dans le duche de Nassau) n est autre que Vistrad (vallee de Passeier) 
dans le Tyrol. 

L A. bicolor de Gredler ne serait-il pas plutot synonyme de 1 A. holo- 
sericeum Gyll. (hiemale Hampe), de.;rit egalement des provinces meridio- 
nales de PAutriche? 

M. J. Bourgeois fait la communication suivante : 

Les auteurs qui, dans ces dernieres annees, se sont occupes des Das- 
cillides, notamment MM. G.-G Thomson, Mulsant et Tournier, ont ecrit 
que, chez les < des Microcara, les 4 e et 5 e segments ventraux sont mar 
ques dans leur milieu d un ombilic setigere ; j ai moi-meme reproduit 
ce caractere dans le volume de la Faune gallo-rhenane, traitant des Mala- 
codermes. Mais il resulte des observations de M. Guillebeau, du Plantay 
(Ain), que cette particularite sexuelle a ete intervertie et que ce sont 
les ?, et non les <, qui, dans le M. testacea et probablement dans toutes 
les especes du genre, presentent un abdomen ombilique. M. Guillebeau 
ayant eu 1 obligeance de me communiquer la serie des exemplaires c? 
et $ sur lesquels avaient porte ses observations, il m a ete facile de 
constater 1 exactitude du fait. II n etait pas possible, en effet, d avoirde 



Seance du 28 avril 1886. LXIX 

doute sur le sexe de ces individus ; car, chez plusieurs d entre eux, 
1 armure copulatrice du $ faisait saillie au dehors et deux $ montraient 
un oviducte parfaitement reconnaissable. 

Je saisis cette occasion pour dire quelques mots de 1 armure copula- 
trice d 1 chez le M. testacea ; elle a, du reste, beaucoup d analogie avec 
celle des Helodes, des Cyphon et des Dascillus, que j ai de ja fait 
connaitre sommairement dans mes Malacodermes gallo-rhe nans (p. 12, 
15, 30 et 35). 

Get organe consiste en une piece cornee, aplatie, allongee, assez large 
a la base, s amincissant un peu vers le sommet et presentant une forte 
sinuosite a I extremite de chacun de ses bords lateraux ; son bord poste- 
rieur est echancre en ogive et se prolonge, de chaque cote de cette 
echancrure, en un appendice rectiligne, mince, en forme de lame verti- 
cale arrondie et legerement spatulee a Fextremite. Au-dessous de cette 
piece, on en remarque une autre, translucide, prolongee jusqu a la moitie 
environ des appendices decrits ci-dessus, formee de deux branches 
terminees en pointe, placees Tune a cote de 1 autre et dont la reunion 
constitue un fourreau dans lequel est renferme le penis ; c est la game 
pe niale. Au moment de la copulation, les deux moities s ecartent et le 
penis fait saillie entre les appendices ; ceux-ci sont destines a assurer 
son introduction dans 1 organe femelle. 

Chez les Helodes, 1 armure genitale est construite a peu pres de la 
meme fac,on, mais les deux appendices lateraux sont plus longs, en 
forme de sabres et se touchent generalement par la pointe a 1 e tat de 
repos. 

Chez les Cyphon, j ai observe deux structures diffe rentes. Dans un 
groupe d especcs, dont le type est le C. variabilis, les appendices lateraux 
de 1 armure copulatrice se presentent sous la forme de deux branches 
deliees, recourbees 1 une vers 1 autre, simples et generalement croisees 
a 1 extremite. G est done a peu pres ce que nous voyons chez les Helodes. 
Dans 1 autre groupe, qui a pour type le C. coarctatus, ces appendices 
consistent en deux branches rectilignes, paralleles, terminees chacune 
par un fort crochet recourbe en dessous. 

Enfin, chez les Dascillus, les appendices se montrent sous la forme de 
deux pieces laterales larges, arquees en forme de crochets ; ils enclosent 
la gaine pe niale, dont les deux valvules, terminees en pointe, sont pla 
cees, non pas 1 une a cote de 1 autre, mais 1 une au-dessus de 1 autre. 
Pendant la copulation, celle qui est placee au-dessus se releve et 1 autre 
se recourbe vers le bas. Guerin-Me neville a bien represente cette dispo- 



LXX Bulletin entomologique. 

sition dans son Species et Iconographie des animaux articules (n 13, 
%. 12). 

Le meme membre donne la description d un genre nouveau et 
d une espece nouvelle de Lycides : 

ACROLEPTUS (axpo?, extremite; XSTITO ?, efflle). 

A genere Haplobothris Bourg., capite exserto, fronte porrecta, antennis 
longe flabellatis, oculis valde prominentibus, elytrisque dilatatis prxcipue 
discedit. 

Caput exsertum, hand rostratum; oculis magnis, granulosis, promi 
nentibus. From longe porrecta. Labrum sat magnum, elongato-quadra- 
tum. Palpi maxillares articulo ultimo ovato, apice fasciculato. Antennse (<$) 
fere longitudine corporis, subfrontis processu inserts, pilosx, articulo 1 
valido, obconico, apice oblique truncato, 2 brevissimo, transverso, vix 
conspicuo, 3 quartoque subtriangulariter dilatatis, ad apicem intus pro- 
longatis, sequentibus cylindricis, ramulum compressum, filiformem, lon 
gitudine articuli longe sup er antem ab apice emittentibus , ultimo longe 
lamelliformi. Pronotum parvum trapeziforme, apice valde angusta- 
tum, antice recte truncatum later aliter reflexum, disco fovea elliptica 
exarato. Prosternum breve. Spiracula thoracis haud prominentia. Scu- 
tellum quadratum, apice emarginatum. Elytra medio parum dilatata, 
4-costata , costa submarginali ad humerum calloso-clevata , intervallis 
transversim clathratis. Costw iniermedix distantes. Pedes elongati; femora 
tibixque compressa, ilia longitudinaliter canaliculata, tarsis brevibus, 
extus fimbriatis. Unguiculi simplices. 

Ce nouveau genre, etabli sur une espece du Bresil appartenant au 
Musee de Bruxelles et dont je n ai vu jusqu a present que le , rappelle, 
par son facies general, les Calopteron du groupe du dyction; mais on le 
reconnaitra, a premiere vue, aux caracteres enumeres plus haut et dont 
les principaux sont : la tete entitlement degagee, les yeux tres proemi- 
nents, le front forteinent saillant en avant et apparaissant com me un petit 
chaperon carre quand on regarde 1 iusecte en dessus, les antennes velues 
aussi longues que le corps (cf), avec les articles 5 a 10 emettant chacun 
de leur sommet un rameau filiforme tres long, le prothorax petit, forte- 
ment trapeziforme, coupe droit en devant, etc. La foveole dorsale du 
pronotum la rapproche des Haplobothris, a cote desquels il devra prendre 
place. 

A. GHEVROLATI Bourg. Elongato-ovatum, pubescens, vix nitidum, 
fuscum, capite obscure ferrugineo, oculis nigerrimis, fyranulosis, thnrnris 



Seance du %8 avril 1886. LXXI 

limbo elytrorumque macula humerali flavis; prothorace trapeziformi, 
antice fortiter angustato , angulis postids acutis, disco fovea elliptica 
exarato; elytris ab humeris usque ultra medium leviter dilatatis, apice 
rotundato-attenuatis, 4-costatis, quarta costa ad humerum calloso-dila- 
tata, intervallis sat remote et irregulariter areolato-clathratis, costula in 
quinto intervallo postice apparente; corpore subtus nitidiusculo, genubus 
flavis. 

c?. Antennis villosis, fere longitudine corporis, articulis a 5 inde ramu- 
lum longissimum, filiformem, apice emittentibus, ultimo longe lamelli- 
formi; abdomine segmentis 8 penultimo subarcuatim emarginato. 

$. Hucusque invisa. 

Long. 5 1/2-6 mill.; lat. hum. 1 1/2 mill.; lat. max. 2 1/2-3 mill. 
Rio-de-Janeiro, en aout (Van Volxem). Coll. du Musee de Bruxelles. 

Gette interessante petite espece avail ete remarquee par Guerin- 
Meneville, qui la considerait deja comme devant constituer un genre 
nouveau sous le nom specifique de Chevrolati, que je lui ai conserve. 
Elle a ete reprise depuis a Rio-de-Janeiro par G. Van Volxem. La ? 
est encore inconnue. 

M. L. Demaison montre une variete interessante du Colias edusa : 
La Colias edusa est represented a Biskra (Algerie) par une variete 
locale nettement caracterisee. Elle differe du type d Europe par sa taille 
plus petite, infcrieure d un tiers environ a celle des exemplaires que 
Ton trouve aux environs de Reims. La couleur orange de ses ailes est 
aussi moins foncee et tire sur le verdatre, surtout vers la cote des ailes 
superieures. La bande noire terminale est, chez le male, plus etroite et 
s elargit moins vers le bord costal ; les nervures s y dessinent en jaune 
d une maniere plus nette et plus accentuee ; enfin le dessous des ailes est 
plus vert et d une nuance plus terne. Tous ces caracteres dorment a 
notre Colias algerienne une assez grande ressemblance avec la Colias 
chrysoteme. J en ai rec,u plusieurs exemplaires qui tous offraient un type 
constant et avaient ete recueillis de Janvier a la fin d avril. 

Membre regu. M. Harald Neren, docteur en medecine, a Skeninge 
(Suede) (Hyme nopteres), presente par M. G.-G. Thomson. Gommis- 
saires-rapporteurs ; MM. G.-A. Poujade et E. Simon. 

Candidat. M. Thibon de Gourtry, a Cannes (Le pidopteres), presente 
par MM. Milliere et Des Gozis. - Rapporteurs: MM. Clement et Poujade. 

E. D. 



LXXII Bulletin entomologique. 

Bulletin bibliographique. 

Academia national de Ciencias en Cordoba, 1885, t. VIII, ent. 2 a y 3 a . Q 
Academy of Natural Sciences of Philadelphia (Proc. of the), 1885, part. III. 

RIDINGS. Report of the entomological section. 
Natural History Society of Glasgow (Proc. and Trans, of the), 1884-1885, 
vol. I, part. II. DAVID ROBERTSON. Jottings from my note-book. 
Talitra locusta Linn. Tn. SCOTT. A curious Dwelling for an 
Hermit-Grab (1 pi.). JAMES KING. Notes on the Neuroptera of 
Argyllshire. CAMERON. Capture du Carabus nitens L. a GlenMessen 
(Ecosse). T.-J. HENDERSON. Remarks on Rock-and Heather-fre 
quenting Lepidoptera. PETER CAMERON. The Fauna of Scotland 
with special reference to Clydesdale and the Western District. Hy- 
menoptera. Part. II. 

Index to the Proceedings of the natural History Society of Glasgow, 
vols I, to V, 1851-1883. 

Naturaliste (Le), 8 e annee, n 32. J.-L. AUSTAUT. Des caracteres spe- 
cifiques chez les Deilephila. A. WENIGER. Un accouplement extra 
ordinaire. 

Royal Society (Proceedings of the), 1886, vol. XL, n 242. F.-G. 
HEATHCOTE. The early Development of lulus terrestris. 

Socie te entomologique de Belgique, Comples rendus, serie III, n 71. 
E. CANDEZE. Note sur les Elaterides du genre Chalcolepidius Eschs. 
A. PREUDHOMME DE BORRE. Note sur les Crustaces isopodes de 
Belgique. ED. FLEUTIAUX. Descriptions d especes nouvelles de 
Cicindelides. J.-L. WEYERS. Le microscope entomologique. 
A. PREUDHOMME DE BORRE. Liste des Lamellicornes laparostictiques 
ou Cot . ..uiges recueillis a Aguilas, province de Murcie, par M. J.-L. 
Weyen ;n 1883-1884. Meloides recueillis par M. Weyers a Aguilas. 

Socie te Lim ?>mne du nord de la France , (Bulletin mensuel, n148). 
R. VION. Uhasse dans les mousses. 

ANONYME. Rons points instructifs. Insectes, 10 e , ll e et 12 6 series. 
Paris, Hachette. Offerts par M. Maurice Girard. * 

BROUN (CAPT. THOMAS). Manual of the New-Zealand Coleoptera, part, i 
et II, 1880-1881. (Col. Mus. and. Geol. Surv. Depart.) * 

A. L. 



Seance du n mai 1886. LXXIII 

Seance du 1* mai 1SSG. 

Presidence de M. A.-S. DE MARSEUL, membre honoraire. 

Correspondence. M. J. Bourgeois telegraphic de Falaise qu il lui est 
impossible, comme il esperait pouvoir le faire, de se rendre a Paris pour 
presider la seance, et il prie la Societe de vouloir bien 1 excuser. 

Jl est donne lecture d une circulaire, en date du 20 avril 1886, de 
M. le Ministre de I lnstruction publique, des Beaux-Arts et des Gultes, 
annongant qu un volume va elre consacre a la publication officiel d un 
Catalogue des Manuscrits des Socie te s savantes pour faire suite aux cinq 
volumes deja parus du Catalogue des Manuscrits des Bibliotheques et des 
Archives des De partements. M. le Ministre demande le concours de la 
Societe entomologique de France. 

Des remerciments seront adresses a M. le Ministre, et, en memo 
temps, il lui sera fait connaitre que les manuscrits qui nous ont ete pre- 
sentes ont ete imprimes dans la longue serie d Annales publiees sans 
discontinuite depuis la fondation de la Societe en 1832, et qu il n en 
reste pas d inedits dans nos Archives. 

Rapport. M. Henri Gadeau de Kerville adresse le travail suivant : 
Pour repondre a la demande que notre savant President a bien voulu 
me faire, j ai 1 honneur d indiquer aux Membres de notre Societe, dans 
les lignes suivantes, les travaux relatifs a 1 Entomologie qui ont ete com 
muniques au dernier Congres des Societes savantes a la Sorbonne, tenu 
du 27 avril au l er mai 1886. 

Voici le resume de ces differents travaux, malheureusement peu 
nombreux : 

1 M. le D r V. Lemoine, de 1 Academie nationale de Reims, a fait 
connaitre les resultats de ses patientes recherches sur 1 evolution et la 
biologic de V Aspidiotus du Laurier-rose (Aspidiotus nerii Bouche), et a 
montre a 1 Assemblee un grand nombre de planches concernant 1 ana- 
tomie de cette Goccide. D apres les recherches de M. Lemoine, les deux 
formes sexuees de 1 Aspidiotus evolueraient d une fac,on identique, con- 
trairement a 1 opinion admise jusqu alors, et leurs metamorphoses ren- 
treraient dans le mode normal devolution des autres Insectes, fait des 
plus interessants au point de vue biologique. 

2 M. L. Fourment, de la Societe d Etudes zoologiques, a signale un 
curieux cas de parasitisme relatif a une Mouche commune (Musca domes- 
tica L.) qui logeait dans son abdomen, devenu enorme, un Nematodc 

(1886) Bulletin de la Societ6 entomologiqne de Prance. 9 



Lxxrv Bulletin entomologique. 

du genre Mermis dont la longueur etait de huit centimetres et demi, sur 
un tiers de millimetre de largeur. Malgre les dimensions de ce Ver, 
considerables pour un hole d une taille aussi faible, la Mouche ne parais- 
sait pas genee dans ses allures, ni alourdie dans son vol. Des dessins 
representant les particularites anatomiques du Nematode en question 
accompagnaient cette interessante communication. 

3 M. le D r H. Viallanes, de la Societe d Etudes zoologiques, bien 
connu par ses remarquables travaux sur 1 anatomie des Insectes et sur 
les phenomenes histologiques qui accompagnent le developpement post- 
embryonnaire de ces animaux, a parle de ses recherches histologiques 
sur la structure du cerveau des Hymenopteres qui, chez les especes 
intelligentes, comme les Abeilles, presente une complexite au moins 
aussi grande que celle du cerveau des animaux superieurs. Ces re 
cherches ont ete faites par la methode des coupes et a 1 aide de la photo 
graphic microscopique, perfectionnee par M. Viallanes au moyen de 
dispositifs ingenieux. Grace aux dessins et photographies que 1 auteur a 
soumis a I Assemble e, il est facile de se rendre compte de la complexite 
d organisation, vrairnent etonnante, du cerveau de certains Insectes. 

4 M. Jules de Guerne, de la Societe zoologique de France, a expose 
les resultats des recherches zoologiques qu il a faites recemment dans la 
rade de Dunkerque, et cite les animaux les plus interessants recueillis 
par lui sur cette partie du littoral, entre autres diffe rentes especes de 
Crustace s pelagiques. 

Dans la section de Geographic historique et descriptive, a la suite 
d une communication de M. Ch. Rabot sur son dernier voyage en 
Laponie russe, M. Jules de Guerne a presente quelques observations 
relatives a la zoologie lapone, qu il a pu etudier grace aux belles collec 
tions que ce voyageur a recueillies, particulierement dans des lacs cou- 
verts de glace pendant la plus grande partie de 1 annee, et signale ce 
fait que, jusqu alors, les Grustaces d origine marine, indiques dans plu- 
sieurs grands lacs russes et scandinaves (Ladoga, Wexern, Mjosen, etc.) 
u ont pas encore ete trouves dans la Laponie russe. II est probable, a dit 
M. de Guerne, que des recherches ulterieures les feront decouvrir dans 
cette region, et que la zoologie appuiera les conclusions basees par 
M. Rabot sur 1 etude du sol, a savoir : que de vastes regions, en Laponie 
russe, out ete autrefois couvertes par la mer. 

5 Enfm, j ai moi-meme cite quelques faits relatifs a la Garcinologie 
normande, en parlant de la distribution topographique des animaux 
dans la basse Seine, ou j ai reconnu et de limite trois faunes distinctes. 



Seance du 12 mai 1886. LXXV 

Communications. M. Carl Harald Neren , notre nouveau collegue de 
Skeningue, adresse sa photographie pour Pun des albums de la Societe. 

M. G.-A. Baer fait la communication suivante : 

II a ete souvent fait mention du Suicide du Scorpion, et une nouvelle 
polemique s etait engagee au sujet de cette question controversee, a pro- 
pos d un fait signale dans le journal anglais Nature et reproduit dans 
la publication franchise La Nature du 5 decembre 1874. 

II s agissait du recit d un voyageur dans les Indes, M. G. Bidie, qui, 
ayant enferme un grand Scorpion noir dans une boite entomologique 
vitree pour 1 exposer aux rayons du soleil, avait remarque que la 
lurniere et la chaleur semblaient 1 irriter visiblement, et, se rappelant 
les recits des Scorpions entoures de feu et s etant donne la mort, il s etait 
arme d une lentille ordinaire pour condenser les rayons solaires sur le 
dos de son prisonnier, et voici comment le voyageur rendait compte des 
resultats de son experience : 

Au moment ou 1 effot se produisit, le Scorpion commenc,a a courir 
dans la caisse, en sifflant et en crachant d une maniere furibonde. Je 
recommengai a plusieurs reprises differentes en produisant toujours le 
meme resultat, et a la fin le Scorpion releva sa queue, aussi vite qu un 
eclair, et enfonca son dard dans son propre dos. L effet de la blessure 
fut immediat, et un ami qui etait aupres de moi s ecria : Regardez, il 
s est pique lui-meme, il est mort. Et certainement la vie s etait eteinte 
en moins d une demi-minute. J ecris ce simple fait pour montrer que les 
animaux peuvent se suicider et que le poison de certains animaux peut 
les faire mourir eux-memes. 

Lors de mon sejour a Manille, j ai eu occasion de me procurer 
diverses especes de Scorpions, en partie nouvelles pour la science, qui 
ont ete signalees et decrites dans nos Annales par notre savant collegue 
M. Eug. Simon. 

Un jour on m a apporte un pot en gres au fond duquel un de ces 
Alacranes, comme on les appelle dans le pays, et que j ai cru recon- 
naitre pour le Pandinus humilis Simon, s etait blotti. Je me disposal a le 
saisir avec une pince pour 1 introduire dans un flacon. lorsque mon 
domestique indigene me dit de patienter un moment dans le but de me 
faire assister a un spectacle curieux : il s eloigne un instant pour revenir 
aussitot avec une grosse toile d Araignee dont il entoure completement 
1 animal. Celui-ci se montre fort mecontent du pro-cede et se demene 
pour se debarrasser de la couverture genante qui s accroche a tous ses 
membres, mais chaque fois qu il parvient a se degager un peu, 1 indien 



LXXVI Bulletin entomologique. 

remet ce leger tissu en place a 1 aide d une baguette, et le Scorpion, de 
plus en plus contrarie, lance la partie caudale dans toutes les directions 
pour frapper 1 ennemi. A mesure que sa colere augmente, les coups 
redoublent , la queue se recourbe de plus en plus, de telle sorte que le 
dard, au lieu de continuer a frapper dans le vide, finit par atteindre le 
corps meme du Scorpion et s y enfonce a plusieurs reprises, en causant 
des blessures dont 1 individu meurt au bout de quelques secondes. 

Cette experience, faite au moment des plus grandes chaleurs, en mai, 
a ete repetee avec un plein succes dans une autre partie des iles Philip 
pines, a Cebu, par un de mes amis, M. H. Rothdauscher, tandis qu une 
nouvelle epreuve, tentee par moi a Manille dans la saison des pluies, 
par une temperature assez fraiche, n a pas eu le meme resultat, le Scor 
pion, assez engourdi, s etant debattu molloment, pour renoncer prompte- 
ment a la lutte. 

Le choix tres judicieux de la toile d Araignee presente certainement 
de grands a vantages sur d autres methodes d experimentation ; ainsi, en 
ayant recours au feu, par exemple, ou a une lentille concentrant les 
rayons solaires, la mort peut fort bien 6tre amcnee par exces de chaleur 
plutot que par toute autre cause. 

Quant a admettre que le suicide du Scorpion soit volontaire, comme 
le supposent certains auteurs, c est aller peut-etre un peu loin, et il est 
plus rationnel de croire qu une forte douleur ou le paroxysmo de la 
colere puissent provoquer une telle contraction de la portion caudiforme 
de 1 abdomen, que les coups destines a 1 agresseur fmissent par atteindre 
leur auteur lui-meme, tout a fait centre son gre. 

Pour signaler le fait curieux observe aux Philippines, j ai choisi avec 
intention le moment ou plusieurs de nos collegues se trouvent acciden- 
tellement en Algerie , afm d attirer leur attention sur ce sujet et les 
engager a profiler de leur sejour en Afrique pour tacher d y faire des 
experiences du meme genre. II est vrai que le concours si precieux de 
la grosse toile d Araignee leur fera defaut, mais ils pourront peut-6tre 
atteindre le meme but en employant quelque autre matiere, de la gaze 
tres legere, par exemple, et il serait tres interessant de connaitre le 
resultat de nouvelles tentatives semblables faites, dans une autre contree, 
a peu pres dans les memes conditions. 

M. J.-M.-F. Bigot adresse les remarques qui suivent : 
1 J ai autrefois decrit comme nouvelle espece (Ann. Soc. ent. Fr., 1858, 
Bulletin, p. CCL), sous le nom KHeteromyza Delarouzei, une Muscide, 
dont, apres mur examen, je viens de constater 1 identite avec YHeter. 



Seance du 12 mat 1886. LXXVII 

atricornis (Meigen, Syst. Beschr., t. VI, 1830)=/fefer. id. (Schiner, Faun. 
Austriaca d. Fliegcn, II, Th. Wien., 1864, p. 33). En consequence, la 
denomination que je lui avais consacree doit disparaitre de la nomencla 
ture dipterologique. 

2 Leon Dufour (Mem. de la Soc. de Lille, 1841, p. 414, Recherches 
sur les metamorphoses du genre Phora) mentionne et figure un singulier 
appendice, sis entre ? les crochets tarsiens de sa Phora helicivora (voir 
figure 19). Le savant auteur commet ici uneerreur manifeste, alors qu il 
qualifie ledit appendice de, 3 C crochet. En effet, dans toute la serie dipte 
rologique, les ongles ou crochets ne sont jamais apparus autrement que 
par paires (deux a chacun des tarses). L existence de ce 3 & crochet ? 
serait en contradiction avec toutes les lois physiologiques qui regissent 
ces Insectes, tfordre binaire. Au surplus, la forme et le mode indistinct 
d insertion de 1 appendice dont il s agit, et tel qu il est represente sont 
diffcrents de ceux propres aux ongles ou crochets proprement dits. Ge 
qui precede est confirme par une obligeante communication manuscrite 
du savant dipterologiste D r professeur J. Mik, de Wien, accompagnee 
d un excellent croquis demonstratif, d ou il appert que 1 organe mal 
figure par Leon Dufour, ne serait rien autre chose qu une longue sole 
epineuse, rigide, courbee a son extremite acuminee, et situee en dessus, 
au bout median de la derniere, ou, pour mieux dire, de 1 avant-derniere 
segmentation tarsienne. 

M. Charles Oberthiir adresse la note suivarite : 

J ai deja entretenu la Societe de ventes de collections entomologiques 
importantes qui ont ete precedemment faites en Angleterre, et notam- 
ment dans le Bulletin des seances de 1 annee 1884 (pages LXH et LXIH), 
j ai indique les resultats de la vente publique qui se fit a Londres de la 
collection des Lepidopteres exclusivement anglais de feu Philip-H. Harper. 

Gette annee, deux grandes collections de Lepidopteres anglais ont 
encore ete vendues a Londres : le 15 mars, le stock Meek, et les 12 et 
13 avril, la collection Batter shell Gill. 

Dans la vente Meek, la grande attraction etait la serie des aberrations 
diverses et le stock, pour employer 1 expression du Catalogue, des 
papillons des iles Shetland, Hebrides, etc. 

Quelques aberrations etaient remarquables, notamment celles d Ar- 
gynnis Euphrosyne, de Vanessa urticx, d Euchelia Jacobese (2 jaunes); 
mais les sujets vraiment hors Jigne etaient dans la serie des aberrations 
d Abraxas grossulariata. 10 lots, sur 12 mis en vente, ont quitte la 
Grande-Bretagne .et sont venus en France. Cos 10 lots, contenant 109 



LXXVIII Bulletin entomologique. 

papillons, offrent des varietes tout a fait extraordinaires, entre autres 
celle que M. Milliere a figuree dans son Iconographie (pi. 90, fig. 11), et 
dont les ailes sont entierement lavees de noir, sauf a la base des infe- 
rieures et a 1 espace extra-basilaire des superieures restes blancs. Nous 
ne pouvons indiquer ici les aberrations albines ou melaniennes et qui, 
ne paraissant pas tres communes en Angleterre, representent par leur 
reunion un travail de recherches etendu. Nousne voulons pas cependant 
passer sous silence une serie d aberrations ayant un aspect a part et 
produites par 1 enfumure des quatre ailes, au moyen d un semis d atomes 
noiratres plus ou moins serre, tantot recouvrant entierement le fond des 
ailes, d autres fois seulement le sablant plus ou moins fortement, mais 
laissant dans presque tous les cas transparaitre la bande transversale 
jaune et les taches noires ordinaires. II se produit ainsi un effet general 
gris ou noiratre, non pas toujours uniforme sur la meme aile, mais sou- 
vent plus clair au bord exterieur et plus fonce a la base, ou Tin verse. 

L interet des Lepidopteres des Shetland consiste surtout dans les 
formes geographiques speciales que donnent ces iles situees au nord 
des Orcades, c est-a-dire de 1 Ecosse, et a 1 ouest de la cote de Norwege. 
Dans les Hebrides, qui sont a 1 ouest de PEcosse, on remarque les 
varietes melaniennes comme sur la grande terre britannique ; mais aux 
Shetland, il n y a pas seulement du melanisme, comme dans Noctua gla- 
reosa (black variety), il y a en outre des types absolument speciaux. Les 
deux especes les plus curieuses sont la C. munitata entierement recou- 
verte d un fauve dore ou cuivreux, et I Hepialus humuli-hetlandica. 
Les varietes sont multiples. Tantot les quatre ailes sont blanc-laiteux 
uni, tantot de charmants dessins roses ou bruns se detachent sur le fond 
blanc des ailes ; la frange est alors aux quatre ailes rose ou brune ; ou 
bien les superieures sont jaunes avec quelques dessins bruns et les infe- 
rieures sont noiratres ; ou encore une enfumure generate noiratre 
recouvre les quatre ailes. Les six types de varietes figures dans The 
Entomologist s ont accompagne les grossulariata et sont maintenant en 
France. Nous signalerons encore les formes interessantes des Noc- 
tuelles conflua, adusta, porphyrea, conspersa (black), cursoria (jaune 
paille avec deux gros points noir vif), melanopa, graminis; des Phale- 
nites immanala, venosata, caesiata, didymata, fluctuata, etc. 

En ce qui concerne la collection Battershell Gill, le catalogue 1 indi- 
quait comme particulary rich in long series of rare species ; de plus 
il signalait a large number of very grand variety, some of which are 
unique . II ne nous semble pas que 1 annonce ait ete exageree. Dans 
les aberrations nous citerons comme hors ligne la Callimorpha Dominula, 



Seance du 12 mm 1886. LXXIX 

tout a fait negre et figuree par M. Miliiere dans son Iconographie (pi. 116, 
fig. 4). Malheureusement 1 exemplaire a un peu souffert a la cote de 
Taile superieure gauche. Quant aux varietes geographiques, types 
locaux, il faudrait une trop longue enumeration. On peut dire, en terme 
general que beaucoup d especes deviennent uniforrnement noiratres et 
presentent les passages du type ordinaire a la black variety. D autres 
varietes sont speciales , comme la Polia chi-olivacea de Newcastle , 
VAnarta melanopa, dont les ailes superieures sont ornees d un peu de 
jaune d or, I Emydia cribrum et quelques Phalenites. 

M. J. Gazagnaire communique les resultats de ses recherches sur 
les organes de la gustation chez les Insectes Goleopteres : 

II signale la famille des Dyticidx comme presentant les organes les 
mieux differencies au point de vue morphologique et par suite pouvant 
fournir par leur etude anatomique une determination physiologique legi- 
fime en dehors des preuves experimentales d une difficulte insurmon- 
table pour 1 heure presente. 

J.-C. Schiodte le premier figura ces organes dans un travail classique 
en 1841. Brulle, de bonne foi, s en attribua la decouverte en 1844. Si 
notre collegue releve cette omission, c est que M. J. Chatin transmet 
cette erreur dans un memoire intitule : Morphologie compare e des pieces 
maxillaires, mandibulaires et labiates chez les Insectes broyeurs, 1884, 
memoire qui n est qu une amplification consciencieuse du beau travail 
de Brulle. 

Le role de ces organes etait done jusqu ici inconnu. 

M. /J. Gazagnaire en donne une description rapide et insiste surtout 
sur leur structure anatomo-histologique telle qu elle se rencontre chez 
le Dyticus marginalis qui lui sert de type. II passe ensuite en revue les 
differentes modifications qui se rencontrent dans les families ou il a 
etudie ces organes : Carabidte, llaliplidse, Dyticidx, Gyrinidx, Hydro- 
philidx. 

Les autres appendices buccaux, mandibules, machoires et levre infe- 
rieure avec leurs palpes, pourvus de poils nombreux, ne jouissent. 
selon 1 auteur, que d une propriete tactile. Sur ce point, les experiences 
ingenieuses du professeur F. Plateau s accordent avec cette opinion. 

II resulte des recherches de M. Gazagnaire que : 

1 Le siege de la gustation dans 1 ordre des Insectes Coleopteres doit 
etre localise dans la cavite buccale sur la face ventrale du labre et de 
1 epistome. 

2 La gustation se fait par I intermediaire de poils transformes en 



LXXX Bulletin entomologique. 

rapport avec les nerfs et lubrifies par des glandes unicellulaires. Des 
muscles speciaux mettent en jeu 1 ensemble de 1 organe. 

3 Enfm, sur les regions indiquees, les groupements des polls gusta- 
tifs, considered dans leur repartition comme dans leurs rapports avec la 
face ventrale du labre et de Fepistome, ont une valeur zoologique de 
famille (1). 

Membre re$u. M. E. Thibon de Gourtry, villa Louis-Marie, a Cannes 
(Alpes-Maritimes) (Le pidopteres d Europe, Mceurs des Chenilles), presente 
par MM. Pierre Milliere et Maurice Des Gozis. Commissaires-rappor- 
teurs : MM. A.-L. Clement et G.-A. Poujade. E. D. 



Bulletin bibliographique. 

Academie des Sciences (Comptes rendus des seances de I ), 1886, l er se- 
mestre, n os 15, 16, 17, 18. Q Tables des Comptes rendus des 
seances, l er semestre 1885. 

Accademia del Lined (Atti della Reale). Rendiconti 1886, fascic. 7, 8. Q 

Entomological Society (Proceedings of the), Washington, 1886, vol. I, n 1. 
February 29, 1884. To december 3, 1885. Comptes rendus des 
seances. 

Entomologist s Monthly Magazine (The), 1886, n 264. K.-J. MORTON. 
On the case & of Agraylea multipunctata Curt. Hydroptil" flabel- 
lifera Bremi. W.-B. FLETCHER. The life-history of Nonagria brevi- 
linea. F.-D. WHEELER. The habits of the imago of Nonagria 
brevilinea. W.-C. Bo YD. Nyssia hispidaria near Horsham. N. MAN- 
DERS. Entomological Field Notes at Suakin. J. BALDING. Variety of 
larva of Acherontia Atropos. W. WARREN. Queries concerning the 
habits of certain British Tortrices. J.-W. ELLIS. Amara nitida 
Sturm. A. BEAUMONT. Tachinus scapularis and elongatus at Le- 
wisham. J.-J. WALKER. Coleoptera at Falmouth. JOHN SCOTT. 
Description of the nymph of Psylla mail Schmidtberger. ID. Des 
cription of the nymph of Psyllopsis (Psylla) Fraxinicola. ID. Note 
on Trioza remota Foerst., with description of nymph. H.-W. BAR 
KER. The South London Entomological and Natural History Society. 

(1) Voir, pour plus amples details : 

1 J. KUNCKEL et J. GAZAGNAIRE. Du siege de la gustation chez les Insectes 
Dipteres (Comptes rendus de 1 Academie des Sciences, 1881 , t. XCV, p. 347-350). 

2 J. GAZAGNAIRE. Du siege de la gustation chez les Insectes (Joleopteres, 
Comptes rendus id., 15 mars 1886X 



Seance du 12 mai i886. LXXXI 

Feuille des Jeunes Naturalistes, 1886, n 187. H. DU BUYSSON. Les 

Chysis. 
Naturalista Siciliano (ID, 1886, anno V, n 8. T. DE STEFANI. Raccolte 

imenotterologiche sui monti di Renda e loro adiacenze (fin). 

P. MILLIERE. Catalogue raisonne des Lepidopteres des Alpes-Mari- 

times (suite). 
Naturalists (Le}, 1886, 8 e annee, n 33. J.-L. AUSTAUT. Des caracteres 

specifiques chez les Deilephila (avec figures). E. RABAUD. Les 

Insectes sont-ils utiles dans la nature ? 
Natura Artis magistra (KoninJclijk Zoologisch Genoatschap). Bi\&rdigen 

tot de Dierkunde Afl 13. Q 
Naturse Novitates, n os 7 et 8, 1886. 

Natural History Society (Journal of the Bombay), vol. I, n 2, 1886. Q 
Revue des Travaux scientifiques, 1886, tome VI, n 1. Offert par le 

Ministere de 1 Instruction publique. 
Zoological Society of London. 1 Proceedings of the Scientific meetings, 

1885, part. IV. MARTIN JACOBY. Descriptions of the Phytophagous 
Goleoptera of Japan obtained by M. George Lewis during his Second 
Journey, from february 1880 to September 1881. Part. II, Halticinse 
and Galerucinx. ARTHUR-G. BUTLER. An Account of two Collec 
tions of Lepidoptera recently received from Somali-Land. LIEUT.- 
CoL.-C. SWINOHOE. On the Lepidoptera of Bombay and the Deccan, 
Part. IV, Heterocera (suite). 

2 Transactions, vol. XII, part 2. Q 

GAZAGNAIRE. Du siege de la gustation chez les Insectes Coleopteres. 

(Extrait des Comptes rendus de 1 Academie des Sciences.) 
KILLIAS. Nachtrag zum Verzeichniss der BiindnerLepidopteren. Chur, 

1886. (Jahresb. der Naturf. Ges. Graub.) * 

PREUDHOMME DE BORRE. Analyse de deux travaux recents de MM. Scudder 

et Brongniart sur les Articules fossiles. (Extrait des Comptes rendus 

de la Societe entomologique de Belgique.) 
ID. Materiaux pour la Faune entomologique d Anvers : Coleopteres, 

3 e centurie, 1885. 
RABAUD (ET.). Utilite de 1 etude des Insectes, 1886 (Boll. Nat. Siena. 

Italia.) * 

(1886) Bulletin de la Societe" entomologique de France. 10 



LXXXII Bulletin entomologique. 

RILEY (D r C.). The Mildews of the Grape-vine an effectual remedy for 
Peronospora. 

ID. Annual address Washington, 1886. Q 
SCHMIDT (JOH.). Bestimmungs-Tabellen der europaischen Goleopteren, 

XIV, HisteridaB. 1885 (Berlin, ent. Zeit.). Offert par M. E. Reitter. 
SCUDDER (SAM.-H.). Systematische Uebersicht der Fossilen Myriopoden, 
Arachnoideen und Inseckten (fig.). 1885 (Handb. der Pal.). * 

C. L. 



Stance du SO ami 1S8O. 

Pr6sidence de M. J. BOURGEOIS. 

M. le D p Jacquet, de Lyon, assiste a la seance. 

Communications. M. le President annonce que notre colleque M. le 
D r Joannes Ghatin vient d etre elu membre de 1 Academie nationale de 
Medecine. 

M. J. Bourgeois fait savoir que 1 excursion entomologique de la 
Sociele, a Bouray-Lardy, a eu lieu le dimanche 23 mai dernier. 

Onze entomologistes se trouvaieni au rendez-vous. Ce sont : MM. Bour 
geois, Cayol, Guilliou, Heulz, D r Jacquet (de Lyon), Poujade et Ragonot, 
auxquels s etaient joints quatre entomologistes ne faisant pas partie de 
la Socie te, savoir : MM. Artus et Lombard, de Paris, Froville, institu- 
teur a Epinay-sur-Orge, et Gallais, instituteur a Saint-Michel-sur-Orgc. 

On a explore d abord la carriere de sable qui est a gauche de la route 
d Arpajon, apres le passage a niveau de la station de Bouray ; puis 1 ex- 
cursion a continue sur les coteaux et les terrains vagues qui sont a la 
droite du chemin de fer, en suivant le mur du pare du Mesnil-Voisin, 
pour se terminer, aupres de Lardy, dans les pres qui bordent la Juine. 
La secheresse des jours precedents a nui a la recolte des bonnes especes 
de Carabiques, telles que Cymindis miliaris, Ditomus clypeatus, etc., 
que Ton trouve dans cette localite. Gependant quelques especes interes- 
santes out ete capturees. 

M. le D r Jacquet signale specialement les Coleopteres donl les noms 
suivent : Athous niger, Microzoum tibiale, Oliorrhynchus mucus, 
Lixus filiformis, Sitones cambricus et griseus, Ceutorrhynchus sym- 
phyti, Phytsecia virescens, Lema puncticollis, Combocerus san- 



Seance du 26 mai 1886. LXXXIII 

M. Paul Guilliou cite comme espece assez rare la Cymindis axillaris. 

M. J. Bourgeois indique YHarpactor hcTmorrhoidalis. 

M. G.-A. Poujade dit qu il a pris un Coleoptere rare pour notre faune, 
le Meloe brevicollis Panzer, ainsi qu un Diptere interessant de la famillc 
des Straliomydes, VEphippium thoracicum Latr. 

M. Leprieur rappelle qu il y a pres de quarante ans, il a decouvert, 
aupres de Lardy, un Diptere tres remarquable, YOgcodes gibbosus, qui 
n avait encore ete indique jusqu alors que comme propre a PAllemagne 
(Ann. Soc. ent. Fr., 1847, Bull., p. LXXXI), et qu il serait important de 
1 y rechercher. 

M. Gh. Leprevost dit que, dans une chasse entomologique qu il a 
faite le 23 mai dernier dans le bois pres la porte de Clamart, il a trouve 
plusieurs Coleopteres interessants pour la faune parisienne; il indique 
specialement V Anthaxia manca et le Rhagium bifasciatum. 

M. J. Groissandeau ecrit qu il a pris, aux environs de Nice, le 
Lacon crenicollis. Ge Coleoptere, trouve d abord dans le Caucase, avait 
ete signale ensuite en Italie, mais n avait pas encore ete rencontre dans 
les limites de la faune franchise. 

M. le D r Jacquet annonce la decouverte d un genre nouveau reliant 
la famille des Dermestides a celle des Silphides. Le type de ce genre 
porte le nom de Montandonia catopo ides, et sa description paraitra pro- 
chainement dans les Annales de la Societe Linneenne de Lyon. Ge remar 
quable insecte a ete envoye de Sinai a (Valachie) par M. Montandon. 

Le memo membre fait egalement connaitre la decouverte dans 
les environs de Lyon, par M. Grilat et par lui, d une nouvelle espece 
de Bythinus que M. Reitter se propose de decrire sous le nom de 
B. Grilati. 

M. L. Bedel ecrit de Biskra (Algerie) : 

Je viens de recevoir de MM. Des Gozis et Reitter deux lettres relatives 
a YApion variegatum Wencker. Les renseignements qu elles contiennent 
modifient completement mon opinion sur le compte de cet insecte (cf. 
page LXVII). II en resulte en effet : 

1 Que 1 A. bicolor || Gredler est bien synonyme de PA. variegatum 
Wencker ; 

2 Que PA. variegatum est reellement europeen. 

Voici la liste exacte des localites ou cette espece a ete recueillie : 

Vistrad, dans le Tyrol (Meister; type de PA. bicolor); parcde Saint- 



LXXXIV Bulletin entomologique. 

Cloud, pres Paris (Ch. Brisout ! ; type de \ A. variegatum}-, Rouen 
(E. Mocquerys !); environs de Montlugon (coll. Des Gozis). 

Les deux exemplaires trouves dans le departement de 1 AUier ont ete 
pris au mois d aout, sur le gui de peuplier. 

M. J. Bourgeois donne la description d une nouvelle espece de 
Lycides : 

PLATEROS SUB^QUALIS, sp. nov. Parallelus, subplanatus, nitidius- 
culus, tenuiter pubescens, niger; antennis plus (<$) minus (?) serratis; 
prothorace flavo-testaceo, medio longitudinaliter late nigro, subtrapezi- 
formi, basi longitudine latiore, antice subrotundato, basi utrinque sinuato, 
lateribus subrectis, angulis anticis retusis, posticis parum prolongatis, 
haud divaricatis, disco postice longitudinaliter canaliculate, apice vix 
carinato; elytris flavo-testaceis, regione scutellari apiceque late nigris, 
9-costatis, costis sub&qualibus (quarta tantum sxpius paullo magis ele- 
vata), intervallis regulariter punctato-areolatis ; corpore subtus nitidiore, 
trochanteribus femorumque basi flams. Long. 7-8 1/2 mill.; lat. 2 1/4- 
3 mill. 

Bresil : Tijuca (province de Rio), en decembre (Gounelle). 1 ex. <. 

Espece tres voisine du brasiliensis, mais facile a distinguer a ses cotes 
elytrales subegales, tandis que dans le P. brasiliensis les cotes paires 
sont regulierement et sonsiblement plus saillantes que les cotes impaires. 

Je possede deux exemplaires ?, provenant de Sainte-Gatherine, que je 
rapporte aussi a cette espece. 

Le meme membre presente les remarques suivantes sur deux 
especes de la meme famille : 

1 Conderis velutinus G.-O. Waterh., Trans, ent. Soc., 1878, p. 110. 
Bourg., Ann. Soc. ent. Fr., 1885, p. 81. 

Gette espece, qui n a ete signalee jusqu a present que de 1 Himalaya, 
se trouve aussi au Tonkin. J en possede un individu cf provenant de 
Lang-Son, que M. Des Gozis a bien voulu m offrir. Le 3 e article des 
antennes passe au rouge ferrugineux dans la moitie basilaire. 

2 Le Dictyoplerus Wankowiczi Bourg. (Ann. Soc. ent. Fr., 1879, Bull., 
p. xxxix, et L Abeille, 1882, p. 75) n etait connu que de Limuanie et de 
Finlande. M. le D r L. von Heyden m en a communique recemment un 
exemplaire capture sur les bords de 1 Amour. Gette espece parait done 
avoir une grande extension geographique. 

M. H. Lucas communique la note suivante relative aux metamor 
phoses du Sagra Boisduvalii : 



Seance du 26 mai 1886. LXXXV 

Comme complement an travail que j ai public sur la vie evolutive du 
Sagra splendida, Ann. Soc. ent. Fr., p. 231, pi. 7, fig. 1 a 11, 1873, je 
ferai remarquer que M. Snellen von Vollenhoven a connu les cocons du 
Sagra Boisduvalii qui lui ont ete communiques par M. le professeur 
Miiller, et que les descriptions en ont ete reproduites par notre confrere 
M. Candeze dans le tome X du Genera des Coleopteres, p. 41 (1874). 

Nos deux memoires ayant ete publies simultanement, le mien n a pas 
ete connu de M. Candeze, et c est ce qui a fait dire a ce naturaliste (loc. 
cit., p. 41) que les moeurs de ces brillants insectes etaient inconnues et 
que Ton sail seulement qu ils vivent sur plusieurs especes de plantes. 

M. Snellen von Vollenhoven a recherche inutilement la peau ou 1 en- 
veloppe de la nymphe ; celle de la larve, entortillee et chiffonnee, etait 
collee centre la paroi ; malgre les plus grandes recherches, il n a pu 
reconstituer la forme generate ; il a constate seulement que la tete etait 
spheroidale et dure, que les six pattes etaient terminees par un onglet 
simple. D apres ces renseignements sommaires, je crois que Ton peut 
dire que la larve et la nymphe de cet insecte sont restees inconnues a 
cet observateur. 

G est dans un morceau de bois, provenant de Java, probablement une 
racine de Rizophore, hypertrophiee dans sa partie mediane, que sept 
cocons, de consistance assez ferme, ont ete rencontres. Cette observation 
me permet de dire que les larves du Sagra Boisduvalii, comme celles 
du Sagra splendida, doivent vivre aussi en famille. 

M. J.-M.-F. Bigot adresse la description d une nouvelle espece du 
genre Loxocera (Dipteres, stirps Chilizina, fam. Agrotnyzidx, Rondani, 
Prodromus, vol. I, 1856) : 

LOXOCERA ATRICEPS, cT. Long. 8 mill. Antennis nigris, basi obscure 
rufis, cheto albescente, brevissime villoso ; fronte nigra, nitida, facie nigro 
fusco; palpis nigris; thorace nigro nitido, retrorsum, subtus, late rufo ; 
scutello flavido; halteribus rufis; metanoto nigro; coxis rufis, pedibus 
rufo-flavidis, tarsis nigris, metatarsis anticis intermediisque testaceis; 
alls pqllide flavidis. 

Antennes notablement plus longues que la tete, les deux premiers 
segments courts, 3 e au moins huit fois plus long que les 2 e et 3 e reunis, 
chete beaucoup plus court que le 3 e , epais, tres brievement villeux. 
Antennes noiratres, les deux premiers segments roussatres, chete blan- 
chatre ; palpes noirs ; front d un noir luisant, face entierement d un noir 
un peu brunatre ; thorax d un noir assez luisant, sauf en dessous, a la 
partie posterieure des flancs, laquelle est teinte d un fauve rougeatre ; 



LXXXVI Bulletin entomologique. 

ecusson d un jaune fauve ; metanotum d un noir luisant; balanciers rou- 
geatres, hanches de cette meme couleur ; pieds d un fauve rougeatre, 
tarses noirs, metatarses anterieurs et intermediaries d un testace pale ; 
abdomen et ventre, entierement, d un noir luisant ; ailes d un jaunatre 
pale, un peu plus fonce au bord externe. 

Un specimen decouvert au Chapuy, base du Mont-Blanc, par M. L. 
Fairmaire, qui a bien voulu en enrichir ma collection. 

M. E. Simon communique la note qui suit : 

Mon travail sur les Arachnides du Senegal etait a peinc paru quand 
j ai ete informe que M. le D r A.-T. de Rochebrune, aide-naturaliste a la 
chaire de Malacologie du Museum, avait publie en 1883 les descriptions 
sommaires de deux Arachnides de Senegambie dans le Bulletin de la 
Societe philomatique de Paris, 7 e ser., t. VIII, 1883-1884, p. 28. 

1. Phrynus Savatieri, de Sedhiou (Gambie) et de Tile de Thionk, me 
parait synonyme de Damon medius Herbst (E. Sim., p. 385, n 72), 
malgre la taille de 43 millim. que je n ai jamais observee (mes plus 
grands individus ne depassant pas 30 millim.). Ce qui est dit du cepha- 
lothorax et de la coloration (principalement celle des femurs et de 
rabdomen qui est caracteristique) convient entierement au D. medius. 
L armature de la patte-machoire n est pas decrite. 

2. Lychas Mabilleanus, du Casamance ct de File de Thionk. La 
description ne permet pas de decider a quel genre cette espece doit etre 
rapportee. II n y est question ni des dents de la marge inferieure des 
cheliceres, ni de celles des doigts de la patte-machoire, qui fournissent 
les caracteres generiques dans la famille des Buthidx. Peut-etre ne faut-il 
y voir qu une variete de risometrus maculatus Degeer ; 1 auteur la com 
pare au Scorpio gabonensis Lucas, qui est lui-meme synonyme d /so- 
metrus maculatus (E. Sim., p. 386, n 74). 

Candidat presente. M. Neevvoort van de Poll (J.-R.-H.), 163, Keizers- 
gracht, a Amsterdam (Hollande), qui s occupe particulierement de V etude 
des Goleopteres, presente par M. L. Buquet au nom de M. H. Deyrolle. 
Gommissaires-rapporteurs : MM. Brongniart et Poujade. 

E. D. 



Seance du 26 mai 1886. LXXXYII 

Bulletin bibliographique. 

Academic des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 

1886, l er semestre, n os 19 et 20. Q 

Accademia del Lined (Atti della Reale), Rendiconti, 1886, fasc. 9. Q 
Bulletin of the Museum of Comparative Zoology at Harvard College, 
vol. XII, n os 3-4. A. LOGY. Observations on the development of 
Agelena nxvia. 12 planches. WALTER (J.). Preliminary observa 
tions on the development of Ophiopholis and Echinarachnius. 8 pi. 

Entomological Society (Transactions of the American), Philadelphie, 1885, 
n os 2, 3, 4; 1886, n 1. HORN (GEORGE-H.). Descriptions of new 
North-American Scarabseidse. ID. Contributions to the Coleopterology 
of the United-States, n4 : Carabidse, Staphylinidx, SilpMdse, Scydmx- 
nidx, Erotylidw, Colydiidx, Histeridx, Buprestidse, Lampyridss, etc. 
BLANCHARD (FREDERICK). On the species of Canthon and Phanzeus 
of the United-States with notes on other genera. HORN (GEORGE-H.). 
Descriptions of some new Cerambycidx with notes. AARON (FRANK). 
The North- American Chrysididx. 4 planches. HAGEN. Monograph 
of the earlier stages of the Odonata. ASHMEAD (VILLIAM-H.). A Bi 
bliographical and Synonymical Catalogue of the North-American Cyni- 
pidse, with description of new species. ID. Studies on North-Ame 
rican Chalcididx with description of new species from Florida. 
HORN (GEORGE-H.). Dinapate Whrigtii and its larva. 1 plate. ID. 
A monograph of the species of the sub-families Eucnemidse, Cerophy- 
tinx and Prothopinx inhabiting the United-States. ASHMEAD (WIL 
LIAM). Synopsis of the North-American sub-families and genera of 
Cynipidse. 

Entomologist s monthly Magazine (The), vol. XXIII, n 265 (June 1886). 
BARRETT (CnAS.-G.). Notes on British Tortrices (suite). BROWN 
(JOHN). Notes on the ova and larvae of BanJcia argentula. HILL 
(JOHN). Notes on the variation of Lepidoptera taken near Derby. 
PORRITT (G.-T.). Description of the Crambus perlellus. BATES (H.- 
W.). Tropical African Coleoptera, chiefly from the Zanzibar Mainland 
(suite). BARRETT (CnAS.-G.). Heydenia auromaculata in Shetland, 
a species new to Britain. ELISHA (GEO.). Note on Antispila Pfeiffe- 
rella. HERING (G.). Cosmopterix Sorba iella bred freely at Stettin. 
HODGKINSON (J.-B.). Trifurcula pallidella and Genista tinctoria. 
MEYRICK (E.). On the synonymy of some species of Nyctemera. 



LX xx viii Bulletin entomologique. 

GORHAM (HENRY-S.). On two species of Histeridae at present not inclu- 
den in our British List. FOWLER (W.-W.). Diglossa mersa at 
Wentner. ELLIS (JoHN-W.). Homalium rugulipenne, Rye, at Wal- 
lasey. WALKER (JAMES-!.). Acritus punctum, Aube. LE MEME. 
Pentarthrum Huttoni, Woll. , at Portland. MAC LACHLAN (R.). Note 
on the case, etc., of Oxyethira cosialis, Curtis. LE MEME. Tinodes 
dives Pictet, in Cumberland. DOUGLAS (J.-W.). Ants and Coccida?. 
BUCKLER (W.-Cn.). The Larva? of the British Butterflies and Moths. 
(Analyse par M. Jordan (R.-C.-R.). The South London Entomolo 
gical and Natural History Society, avril et mai 1886. Entomological 
Society of London, mai 1886. 

Naturaliste (Le), 1886, 8 e annee, n 34. HAURY. Diagnose d un nou- 
veau Carabe de 1 Amour. 

Sitzungsberichte der Icaiserlichen Akademie der Wissenschaften, 1884, 
juni und juli, October bis december; 1885, januar bis april. KOEL- 
BEL. Carcinologisches (mit 3 Tafeln). Low. Beitrag zur Kenntniss 
der Coniopterigyden (Mit 1 Tafel). 

Socie te entomologique de Belgique, 1886 (Compte rendu des seances deld), 
mai 1886). KERREMANS (Cn.). Description de deux Sternocera nou- 
veaux de la-region du lac Tanganyka. FOREL (AUGUSTE). Diagnoses 
provisoires de quelques nouvelles especes de Fourmis de Mada 
gascar. FOWLER (W.). Descriptions of new species of Languridx. 
PREUDHOMME DE BORRE. Crustace s Isopodes de Portugal. 



BOURGEOIS (J.). Notice sur la vie et les travaux de Jorgen-Christian 
Schiodte (extrait des Ann. Soc. ent. Fr., 1885). 

HERMANN KRAUSS (D r ). Beitrage zur Orthopterenkunde. Wien, 1886 
(mit einer Tafel). 

RAYMOND AUD (D r E.). Esquisse monographique du genre Ixode, considere 
dans ses rapports avec la pathologic. 1 planche. 

THOMAS (FR.). Ueber die Miikenblattgalle von Vitis vinifera und ihre 
Unterscheidung von der Reblausgalle. 

C. L. 



Seance du 9 juin 1886. LXXXIX 

Seance du O juin 188G. 

Pr6sidence de M. J. BOURGEOIS. 

Ne crologie. M. le President annonce la mort de M. Auguste Rouget, de 
Dijon, decede le 29 mai dernier, dans sa soixante-huitieme annee. Notre 
collegue faisait partie de la Societe depuis 1841. C etait un habile et 
consciencieux observateur des moeurs des insectes. II a public, outre un 
grand nombre de Notes inserees dans nos Annales depuis 1844 jusqu en 
1876, un excellent Catalogue des Insectes Cole opteres du de partement de 
la Cote-d Or et un memoire important sur les Cole opteres parasites des 
Vespides, dans lequel sont retraces avec details les moeurs interessantes 
des Quedius dilatatus, Rhipiphorus paradoxus et Xenos vesparum. Ces 
deux travaux ont paru dans les Memoires de 1 Academic des Sciences, 
Arts et Belles-Lettres de Dijon, dont notre collegue e tait membre. 

M. le Secretaire annonce egalcment la mort de M. Anatole-Auguste 
Boieldieu, qui avait ete rec,u au nombre de nos membres en 1851, et 
avail donne sa demission a la fin de 1 annee derniere. Ce savant entomo- 
logiste est decede a Larue-Chevilly (Seine) le 29 mai 1886, a 1 age de 
soixante-deux ans. II a publie dans nos Annales depuis 1852 jusqu en 
1865, plusieurs rnemoires et di verses observations exclusivement sur les 
Insectes de 1 ordre des Cole opteres; nous citerons specialement : 1 Mono- 
graphie des Ptiniores, Ann. 1856, avec 5 pi.; 2 Cole opteres europe ens 
nouveaux (20 especes), id. 1859, p. 463, une pi.; 3 Cole opteres nou- 
veaux des Ues d Eube e et Bale ares (6 especes), ibid. 186o, p. 5, une pi. 

Correspondance. M. le Ministre de Flnstruction publique ecrit qu il 
qu il vient d accorder pour 1886, a la Societe une somme de 50Q^rancs 
comme encouragement a ses travaux. Des remcrciments seront adresses 
a M. le Ministre. 

M. le President de 1 Association franc,aise pour l avancement des 
sciences, en annoncant que le Congres annuel de 1 Association aura lieu 
du 12 au 20 aout, a Nancy, demande que des membres de la Societe 
veuillent bien y assister. MM. J. Bourgeois et le D r Aug. Puton sont 
designes comme delegues. 

Decision. La Societe decide que sa deuxieme excursion entomologique 
aux environs de Paris aura lieu le dimanche 27 juin dans la foret de 
Montmorency. 

C1S86) Bulletin de la Societ6 entomologique dc France. 11 



xc Bulletin entomologique. 

Communications. M. le D r Jacquet adresse de Lyon la liste supple- 
mentaire suivante des insectes captures par lui a 1 excursion faite par la 
Societe a Lardy-Bouray. 

En Coleopteres : Euryporus picipes, dans la mousse ; Trachyphlxus 
squamulatus, scaber et scabriculus ; Thyamis nasturtii et tenea ; 
Meligethes symphyti ; Cardiophorus cinereus ; Bryaxis impressa. 

Et en Hemipteres : Coranus griseus ; Monanthia vesiculifera, ce 
dernier en nombre sur le Symphytum officinale. 

M. L. Fairmaire, en rappelant que le Phylloxera avait envahi plu- 
sieurs vignobles de 1 Algerie, dit qu un autre point de 1 Afrique est 
egalement attaque. En effet, notre collegue, M. le professeur L. Peringuey, 
vient de lui signaler 1 apparition du meme Hemiptere dans les vignes 
des environs du Cap de Bonne-Esperance. 

M. J. Bourgeois communique les observations suivantes sur quelques 
especes de Lycides rapportees du Bresil par notre collegue M. Emile 
Gounelle : 

1 CALOPTERON PICIPENNE Perty, Del. anim. art. Bres., 1830, p. 27, 
pi. 6, fig. 4 (sub Homalisus). C. melanopterum Luc., Voy. de Gasteln., 

1859, p. 51. 

/ 

La nombreuse suite d individus recoltes par M. Gounelle permet de se 
rendre co mpte des nombreuses variations que presente cette espece sous 
le rapport de la taille, de la forme du prothorax, de la couleur et de la 
sculpture des elytres. Les bords lateraux du prothorax peuvent se rele- 
ver plus ou moins, etre plus ou moins fortement resserre s dans leur 
milieu ; il en resulte des formes diffe rentes quand on examine ce seg 
ment en dessus. Quand a la reticulation des elytres, suivant que les 
hervufes transversales des intervalles intercostaux sont plus ou moins 
rapprochees, 1 aspect devient plus ou moins mat; on observe d ailleurs 
tous les passages entre ces diverses variations. La taille varie enorme- 
ment, presque du simple au triple. 

Je crois utile de donner ici a nouveau la diagnose de cette espece inte- 
ressante et des diverses varietes de coloration qu elle presente : 

Elongato-ovatum, subconvexum, brevissime pubescens, modo subniti- 
dum, modo fere opacum, nigro-fuscum, antennarum articulis 1-3 subtus. 
thorace lateribus late femorumque summa basi flams ; mandibulis rufis ; 
prothorace transverso, trapeziformi, longitudine basi latiore, antrorsum 
sat fortiter angustato, antice rotundato vel bisinuato, lateraliter plus 
minusve reflexo-morginato et constricto, postice utrinque sinuato, angulis 



Seance du 9 juin 1886. xci 

posticis sat longe productis, subacutis; elytris a basi usque ultra me 
dium paulum dilatatis , dein apicem verms rotundatim attenuatis , 
4-costatis, costis 2 et 4 multo magis elevatis, quarta ad humerum dila- 
tata, intervallis costarum a dathris transversis in areolas divisis, his 
subconcavalis, quadratis vel transversis, apice irregularibus. <$, Abdo- 
minis segmento 7 (penultimo) subtus arcuatim emarginato; $, Abdominis 
segmento 7 (ultimo) semi-circular i. 

Bresil : Matusinhos (province de Minas), mars-avril ; Carac,a (idem), 
janvier-fevrier. 

(3. Palporum maxillarium articulis basalibus, elytris vitta humerali 
trochanteribusque flavis. 

Calopteron melanopterum Lucas, loc. cit. 

Plus commun que le type : Matusinhos, mars-avril ; Caraca, janvier- 
fevrier. 

y. Palporum maxillarium articulis basalibus flavis, elytris vitta hume 
rali flava maculisque pone medium plus minusve distincte flavescentibus 
notatis (rarius sutura, margine costisque 2 et 4 lutescentibus) ; Irochan- 
teribus flavis. 

Caraca (province de Minas), janvier-fevrier. 

Long. 820 mill.; lat. hum. 24 1/2 mill.; lat. max. 3 1/29 mill. 
Les petits exemplaires (810 mill.) out tous ete captures a Matu 
sinhos. 

D apres M. Gorham (Biol. Centr. Amer., p. 10, pi. 1, fig. 15), 1 espece 
se trouve aussi au Guatemala. 

2 CALOPTERON PILEUSTUM Taschenberg, Giebel s Zeits., 1874, p. 100. 

M. Gounelle a recolte trois exemplaires de cette espece presentant la 
suture concolore sur toute son etendue. 

Tijuca (province de Rio), en decembre; Terra-Nova (province de 
Bahia), en mai. 

3 PLATEROS BRASILIENSIS Luc., Voy. de Casteln., 1851, p. 81 (sub 
Eros). Bourgeois, Comptes rendus Soc. ent. Belg., l er fevrier 1879, 
p. 16. 

Quatre exemplaires appartenant a la var. a (Bourg., loc. cit.) orit ete 
recoltes par M. Gounelle a Tijuca, en decembre. 

Cette espece se rapporte assez bien a la description que Germar a 
donnee de son Homalisus apicalis (Coleopt. Spec, nov., 1824, p. 62). 
La comparaison des types pourrait seule nous eclairer sur 1 identite des 
deux especes. 



xcn Bulletin entomologique. 

Le meme membre fait passer sous les yeux de ses collegues un 
exemplaire de VHenicopus distinguendus Jacq. Duval, auquel M. Leprieur 
a applique le precede de nettoyage dont il a entretenu la Societe en 1884 
(Bulletin, p. ex). Get insecte, qui provient de 1 ancienne collection Javet, 
etait en fort mauvais etat, par suite de 1 agglutination des poils du cor 
selet et des elytres. A la suite du traitement que lui a fait subir notre 
collegue, ce Coleoptere a retrouve toute sa fraicheur et sa vestiture a 
repris son aspect normal. 

M. G.-A. Poujade fait connaitre deux Lepidopteres Heteroceres du 
Thibet (Mou-Pin), captures par M. 1 abbe A. David : 

1 BOMBYX ? FLAVOMARGINATA Pouj. Femelle. Envergure : 33 mill. 
Ailes superieures ayant le bord externe de meme longueur que le 
bord interne, celui-ci egalant un peu plus des deux tiers du bord costal ; 
d un roux clair fmement piquete de noir avec une bordure d un jaune 
paille s elargissant a 1 apex de la largeur du quart de 1 aile et se conti 
nuant sur la cote en un jaune roux. 

Ailes interieures d un brun clair avec le bord costal et les f ranges 
d un jaune paille. 

Thorax abondamment convert de poils du meme jaune qui garnissent 
egalement la base des ailes superieures. 

Abdomen brun avec une touffe anale de poils jaune dore. 

Dessous presque semblable au-dessus : les bordures sont plus larges 
et moins arretees; pattes jaune paille et tres velues. 

Antennes filiformes, egalant en longueur a peu pres les deux tiers de 
la cote des ailes superieures ; front et palpes jaunes, tres velus. 

Male. Envergure : 27 mill. Presque de la forme du male de B.fmn- 
conica, mais ailes superieures plus allongees et plus arrondies au sommet. 
Corps de la meme couleur que celui de la femelle ; antennes pectinees 
jusqu au milieu, environ de la longueur des deux tiers du bord costal 
des ailes superieures. 

Deux $, et un c? tellement denude qu il est impossible de preciser la 
couleur des ailes. 

Collections du Museum. 

2 HEPIALUS DAVIDI Pouj. Male. Envergure : 88 mill. Ailes supe 
rieures longues de 4 centimetres, larges de 16 millimetres, formant par 
la reunion des bords externe et interne presque un arc dont la corde 
serait le bord costal ; ce dernier est un peu coude a la base, puis lobe 
un peu au dela du milieu et legerement courbe en petite dent a 1 extre- 
mite apicale. Fond d un blanc jaunatre sale, grisatre par places, avec un 



Seance du 9 juin i886. xcm 

large triangle d un fauve assez vif dont un des cotes occupe presque la 
tola lite du bord costal et Tangle oppose, juste le milieu de la courbe ; le 
cote de ce triangle qui est vers le bord externe est sinueux interieure- 
ment ; ce dernier bord est d un fauve semblable se fondant avec le gris. 
Le bord costal est orne de trois taches fauves se detachant sur le fond 
clair : une presque basilaire, a peu pres quadrangulaire, une autre en arc 
convexe superieurement, situee dans le lobe costal, enfm la troisieme, 
de meme forme, placee entre les deux autres ; sous cette derniere existe 
une tache a peu pres triangulaire, de la couleur du fond, qui tranche sur 
la couleur fauve. Deux taches pales et de meme forme sont situees sur 
le bord costal a la suite du lobe : rune, plus grande, avec une petite 
tache fauve au milieu sur le bord, 1 autre, plus petite, situee aux quatre 
cinquiemes de 1 aile environ. Espaces internervuraux traverses sur toute 
la surface de 1 aile par de petites lignes irregulieres plus ou moins 
courbes , sinueuses ou droites, fauves sur les parties claires et brunes 
sur les parties fauves. 

Ailes inferieures d un noir de fumee, avec Tangle apical fauve, sur 
lequel tranchent deux taches d un blanc grisatre touchant le bord costal. 

Tete et corps fauves ; abdomen brunatre , presque de la longueur de 
Taile superieure , ayant a la base deux plaques brunatres, luisantes, 
changeantes, paraissant formees d ecailles tres fines, suivies de touffes de 
poils bruns ; la base des ailes est egalement garnie de poils semblables. 

Antennes tres fines et courtes, comme celles de l"H. humuli ; tibias 
posterieurs munis, comme chez cette espece, d une touffe de poils 
fauves. 

Femelle. Envergure : 105 mill. A peu pres samblable au : ailes 
superieures plus allongees, moins arrondies infecieurement, ou Tangle 
interne est un peu accentue et se trouve presque au milieu de la courbe ; 
abdomen moins long, tibias posterieurs depourvus de touffes de poils. 

Un couple. Collections du Museum. 

M. H. Lucas communique la note suivante : 

Les mues des Myriopodes de la classe des Diplopodes ont ete observees 
par Degeer, Savi, Newport, Waga, Gervais, principalement sur les lulus 
unciger et Polyzonium germanicum. Ges auteurs ont remarque que ces 
insectes, a leur sortie de Toeuf, sont hexapodes, et ce n est qu apres avoir 
subi un certain nornbre de changement de peau ou d epiderme que ces 
Myriopodes finissent par acquerir le grand nornbre de pieds qui les dis- 
tinguent des Chilopodes. 

Les mues quo subissent les Chilopodes sont peu connues, ou au moins 



xcn Bulletin entomologique. 

ont ete a peine observees. II est a regretter qu elles n aient pas ete sui- 
vies d une maniere plus complete et surtout comparative dans les deux 
categories principals de Myriopodes. On sail seulement qu il y en a qui 
sont ovovivipares et que les individus nes dans cette condition pre- 
sentent autant de segments et de pattes que les adultes. Pendant mes 
deux sejours en Algerie, j ai essaye d etudier sur le vivant les mues 
d une espece tres abondaminent repandue dans Test et surtout I ouest de 
1 Algerie (Scolopendra Scopoliana), mais je n ai reussi que tres impar- 
faitement, et cela est sans aucun doute du aux conditions hygieniques 
peu favorables dans lesquelles etaient places les individus devant servir 
a mes observations. 

Parmi les insectes recueillis au Congo par M. J. de Brazza et donnes au 
Museum, j ai trouve une Scolopendride entrain de changer d e piderme; 
j ai vu que j avais sous les yeux un Heterostoma Newporti, espece qui 
ne parait pas etre rare dans cette partie de 1 Afrique occidentale. 

Lorsqu une Scolopendride eprouve le besoin de muer, elle cherche 
une retraite, se retire sous une pierre legerement humide, sous les 
ecorces ou dans le tronc d un arbre plus ou moins en decomposition. 
L epiderme qui recouvre la region cephalique se de tache sur les cotes et 
posterieurement ; la tete, devenue libre, 1 Heterostoma, par des mouve- 
ments brusques im primes a droite et a gauche, fait sortir les antennes 
ainsi que la region frontale, puis viennent ensuite IPS organes de la 
manducation. Peu a peu 1 ancienne enveloppe est refoulee en arriere, en 
dessus, en dessous et sur les cotes, de maniere qu il ne reste plus que 
les segments abdominaux et les organes de la locomotion qui ne tardent 
pas a se debarresser de leur ancien epiderme. L ancienne peau des 
antennes et des organes de la manducation, qui eprouvent une grande 
difficulte a subir cette operation, est dans un e tat parfait de conserva 
tion ; on y retrouve les antennes, les yeux, les palpes, les machoires, les 
mandibules, qui interieurement paraissent creux comme autant d etuis 
qui renferment les parties analogues de la nouvelle peau. II arrive par- 
fois que les antennes laissent un ou deux de leurs articles dans 1 ancienne 
enveloppe, et c est ce qui explique la disproportion que Ton rencontre 
assez souvent dans ces organes. Quant aux segments abdominaux et aux 
organes de la locomotion, ils se debarrassent facilement de leur ancien 
epiderme par suite des mouvements que 1 Heterostoma doit imprimer a 
son corps, comme je 1 ai de ja dit. Je n ai pu suivre 1 ancienne enveloppe 
que jusqu au 8 e segment, et j ai constate que cet epiderme est fendu 
transversalement derriere la plaque cephalique et sur un des cotes, ce 
qui fait supposer que le corps ainsi que les organes de la locomotion 



Seance du 9 juin 1886. xcv 

doivent sortir peu a peu de leur ancienne enveloppe, qui demeure 
entiere comme un fourreau. 

L Heterostoma Newporli sur lequel j ai fait ces remarques, et qui rap- 
pellent celles que j avais deja observers sur le Scolopendra Scopoliana, 
mesure en longueur 9 centimetres et 9 millimetres en largeur. 

M. Maurice Maindron, au sujet de la note de M. H. Lucas, presente 
les remarques suivantes : 

L interessanle communication de notre honore collegue me remet en 
memoire, dit-il, quelques faits relatifs aux moeurs des Myriopodes que 
j ai pu observer au cours de mes divers voyages. 

1 Dans la derniere mission que j ai remplie pour le Ministere de 
1 Instruction publique, en 1884-85, j ai eu occasion d observer une femelle 
d un grand Chilopode, du genre Scolopendra, qui se livrait a des soins 
maternels vis-a-vis de sa jeune progeniture. G elait dans 1 ile de Ben- 
kalis, cote est de Sumatra, au delta de la riviere de Siack. Sous une 
vieille souche, je decouvris un grand Scolopendre enroule sur lui-meme, 
et qui, loin de fuir, comme le font toujours en pareil cas ses congeneres, 
resta immobile encore que je 1 excitasse avec des pinces. Cependant, las 
de se laisser tourmenter, le Myriopode sortit enfm de son apparerite 
torpeur, et, en se deroulanl, me montra une vingtaine de petits etres 
blancs et allonges qu il tenait ainsi serres contre son ventre. Notre Sco 
lopendre n abandoima pas sans regret sa couvee menacee et se laissa 
saisir plutot que de s enfuir. Je n ai pas observe le nombre de pattes 
de ces jeunes Myriopodes, qui font maintenant partie des collections du 
Museum. 

2 Je ne sache pas qu il ait ete question de Myriopodes construisant 
des nids en terre ou habitant ces constructions. II me souvient qu en 
1880 j observai, dans 1 Inde, un Myriopode du genre Strongylosoma 
reposant enroule dans un petit nid en terre gachee situe a la face infe- 
rieure d une grosse pierre. Ge nid, qui fait partie des collections du 
Museum de Paris, avail une ouverture ronde par laquelle pouvait pene- 
trer ou sortir I animal. Je ne pense pas que cette petite construction fut 
du fait d un Hymenoptere. Ge nid reposait en eflet applique contre la 
face inferieure de cette pierre que son poids faisait penetrer assez avant 
dans la terre molle, el repondait a un creux d ou avail ete extraite la 
terre qui avail servi a le construire. Je fis cette observation en decembre 
1880, dans le South- Arcol, entre Gengi et Velantanguel. Une annee 
auparavanl, au Senegal, j avais renconlre dans la terre des Ghilognathes 
egalement renfermes dans des coques terreuses possedant un orifice. 



xcvi Bulletin entomologique. 

Membre re$u. M. J.-R.-H. Neervort van de Poll, 163, Keizersgracht, 
a Amsterdam (Hollande), qui s occupe de 1 etude des Coleopteres, pre- 
sente par MM. L. Buquet et H. Deyrolle. Commissaires-rapporteurs : 
MM. Brongniart et Poujade. 

E. D. 



Bulletin bibliographique. 

Academie des sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
l er semestre 1886, n os 21 et 22. JULLIEN(M.). Note stir le traitement 
des Vignes phylloxerees, par les eaux de vidange polysulfurees sulfo- 
carbonatees. KANINE (J.). Communication relative au Phylloxera. 
GIARD (A.) et BONNIER (J.). Nouvelles remarques sur les Antoniscus. 

Academie impe riale des Sciences de Saint-Pe tersbourg 1 (Me moires de V), 
VII e serie, tome XXXIII, n os 5, 6, 7 et 8; tome XXXIV, n 1. Q 
2 (Bulletin de I ). A. MORAWITZ. Sur quclques Carabides du Chili. 

Accademia dei Lincei (Atti della Reale). Rendiconti, 1886, vol. IP, 
fasc. 10 etll. O 

Annalen des K. K. Naturhistorischen Hofmuseums, Redigirt von D r Franz 
Ritter, Wien 1886. BRAUER (D r FR.). Ansichten iiber die palao- 
zoischen Insecten und deren Deutung (mit. 2 Tafeln). 

Bulletin on the California Academy of Sciences, n 4, January 1886. 
CASEY (L.). New genera and species of Californian Cqleoptera. 

Bulletin a" Insectologie agricole, Journal mensuel de la Societe centrale 
d Apiculture et d Insectologie, ll e anne e, n os 4 et 5, 1886. MEUNIER 
(J.-A.). Insectologie industrielle : la Cantharide. MOLEYRE (feu A.). 
Insectes et Crustaces comestibles, avec 2 bois. E. SAVARD. L Acro- 
nycte de 1 Erable. 

Bulletin de la Societe d Etudes des Sciences naturelles de Nimes, 13 e annee, 
1885, n os 7 a 9, 10 a 12. CLEMENT (S.). Catalogue des Coleopteres 
du departement du Gard. REBOUL. Le Sarcopte de la gale. CLE 
MENT (S.). Le Musee d Histoire naturelle de Nimes. 

Bulletin de la Societe impe riale des Naturalistes de Moscou, annee 1885, 
n 2. RADOSZKOWSKI. Revision des armures copulatrices des males 
de la tribu des Phileremides (2 planches). 

Bulletin de la Societe acade mique Franco-Hispano-Portugaise de Toulouse, 
tome VII, 1886. Q 

Feuille des Jeunes Natiiralistes, 1886, n 186. A. DOLLFUS. Note sur 
les Cloportides des environs de Paris. 



Seance du 23 juin 1886. XCVH 

Horw Societatis entomologies rossicse, t. XIX, 1885. RADOSZKOWSKI. 
Revision des armures copulatices des males de la famille des Mutil- 
lides (9 planches). PORTSGHINSKY. Lepidopterarum Rossiae biologia 
(Drepanulida?, Cymatophoridae, Noctuae). W.-E. JAKOWLEFF. He- 
miptera-Heteroptera aus Achal-Teke. ID. Description de quelques 
nouvelles especes du genre Sphenoptera. D r T. MORAWITZ. Eume- 
nidarum species novae. ID. Notiz iiber Melitta curiosa.D T SCHAU- 
FUSS. Beitrag zur Fauna der Niederlandischen Besitzungen auf den 
Sunda-Inseln. J. PORTSCHNINSKY. Muscarum cadavericum stercora- 
riumque biologia comparata. W. DOKHTOUROFF. Faune coleoptero- 
logique Aralo-Caspienne, 1 partie : Gicinde lides (1 planche). AR 
NOLD (N.). Apum Mohileviensium species parum cognitae vel imper- 
fecte descriptae (1 pi.). JAKOWLEFF. Trois Coleopteres nouveau 
de la Faune Aralo-Gaspienne. WILKINS. Neue Lethms-Art aus Fer 
gana beschrieben. 

Memoirs of the Peabody Academy of Science, vol. II. Q 
Mittheilungen der Schweizerischen entomologischen Gesellschaft, 1886, 
vol. VII, n 5. A. FOREL. Einige Ameisen aus Itajahy (Brasilien). 
BUGNION (E.). Les moaurs de VHylesinus oleiperda et les galeries 
du Phlceotribus olex. STIERLIN (D r ). Beschreibung neuer Russel- 
kafer-Arten. SGHOLGH. (D r G.-IL). Nachtrag zur Neuropterenfauna 
der Schweiz. 

Nature Novitates, 1886, n os 9-10. 

Naturaliste (Le), 1886, n 35. Q 

Royal Dublin Society 1 (The Scientific transactions of the}, vol. Ill, 

n os VII, VIII, IX et X; 2 (The Scientific Proceedings of the), 1885, 

part. 7, 8 et 9 ; 1886, part. 1 et 2. Q 

G. L. 

Seance du 23 juin !$<. 

Presidence de M. J. BOURGEOIS. 

Correspondance. Lettre de M. le Ministre de I lnstruction publique, 
demandant que la liste des questions d Entomologie que la Societe 
jugerait dignes d etre traitees au Gongres des Societes savantes, qui se 
liendra a la Sorbonne en 1887, lui soil adressee au plus tot. M. le 
President prie ceux de ses Gollegues qui auraient des questions interes- 
santes a signaler a M. le Ministre, de les lui transmettre avant la pro- 
chaiue seance (28 juillet 1886). 

(1886) Bulletin de la Society cntomologique de France. 12 



xcvin Bulletin entomologique. 

Communications. M. Ed. Lefevre fait passer sous les yeux de la Societe 
deux exemplaires du Xyletinus rufithorax Lareynie (X. ruficollis Gebler 
X. thoracicus Frivaldski, X. discicollis Morawitz), Anobien tres rare, 
qu il a trouve, le 25 avril dernier, dans les dunes du cap Ferret (Gironde), 
au milieu de crottins tout a fait desseches d anes ou de mulets. 

C est dans les memes conditions, d ailleurs, ajoute notre collegue, que 
L. Dufour, Ferris, Lareynie, etc., avaient deja rencontre cet insecte dans 
les Landes de la Gironde. 

M. Ed. Lefevre montre egalement un individu de YAdimonia inter- 
rupta 01., pris par lui, le 13 juin courant, a Bouray, dans une sabliere. 

M. J. Bourgeois communique la suite de ses observations sur 
quelques especes de Lycides rapportees du Bresil par M. Emile Gounelle 
(voir les deux derniers Bulletins, p. LXXXIV et xc) : 

M. Gounelle a trouve a Carac,a (province de Minas) un exemplaire $ 
d une espece inedite du genre Lygistopterus, dont je possedais deja le <$ 
et qui, tout en etaut tres voisine du L. 4-costatus Buquet, en differe 
neanmoins par plusieurs caracteres fort nets. Je la designerai sous le 
nom de L. Gounellei. Pour bien faire saisir les differences qui separent 
ces deux especes, je crois utile de les resumer comparativement ci- 
dessous : 

LYGISTOPTERUS 4-cosTATus. LYGISTOPTERUS GOUNELLEI. 

Le 4 e article des antennes differe Pas de differences sensibles dans 

beaucoup suivant les sexes : chez les dimensions du 4 e article des an- 

le c? il est tres grand, beaucoup tennes chez le c? et chez la ?. 
plus large et plus longque le pre 
cedent ; chez la $, il est a peu pres 
de meme dimension que le 3 e . 

Les elytres sont densement re- Les elytres sont glabres, assez 
couvertes d une pubescence soyeuse brillantes; leur ponctuation est ir- 
couchee, ce qui les rend presque reguliere, plus forte, mais beau- 
mates ; leur ponctuation est serree, coup moins dense; les cotes sont 
reguliere et assez fine ; les cotes un peu plus saillantes, subegales ; 
sont moins saillantes, la 3 e beau- on apercoit souvent, entre les cotes 
coup plus faible que les autres et principales, des vestiges de costules 
sou vent obliteree; la coloration pos- secondaires ; la coloration poste- 
terieure, plutot noire que bleue, ne rieure, d un bleu plus vif, remonte 
s etend generalement que sur le 1/3 jusqu au milieu, souvent meme au 
apical et est fortement denteea son dela ; elle est generalement coupee 
bord anterieur. droit en devant. 

Le pronotum est carrement tron- Le prpnotum est subarrondi en 

que en devant, aussi long que large devant, a peine transverse chez le d*, 

chez le d\ tres transverse chez la ?. plus transverse chez la $. 



Seance du 23 juin 1886. xcix 

Voici maintenant les descriptions de chacune de ces deux especes : 

1 LYGISTOPTERUS 4-cosTAius Buquet, Rev. Zool., 1842, p. 6. Elon- 
gatus, postice sensim parum dilatatus, supra subplanatus, fere opacus, 
pube sericea, prostrata, dense vestitus, niger, thoracis lateribus late elytris- 
que flavis, his triente apicali nigris vel cseruleo-nigris, nigredine antice 
dentatim dilatata ; rostro brevi, latitudine basali paullo vel vix longiore, 
snbcylindrico , ad latera sxpius rufescente; mandibulis rufis ; antennis 
compressis, articulo quarto prxcedenti latiore et longiore, reliquis sensim 
latitudine decrescentibus ; prothorace longitudine basi tequali (<$}, vel 
transverse ($); antrorsum plus (?) minusve (c?) angustato, antice recte 
truncato, angulis retusis, dorso canaliculato , utrinque fortiter oblique 
plicato; scutello apice subrecte truncato; elytris subtiliter dense punctatis, 
4-costatis, tertia costa humiliori, antice sxpius evanescente; corpore subtus 
nitidiore, parcius pubescente, coxis trochanteribusque interdum flavescen- 
tibus. 

c?. Antennis longioribus, ultra medium prolongatis, articulo 4 maximo, 
3 duplo latiore et longiore; prothorace hand transverso, antrorsum pau- 
lum angustato, lateribus subrectis ; abdomine segmentis 8, penultimo media 
emarginato. ^" 

5. Antennis brevioribus, vix ultra medium prolongatis, articulo 4 tertio 
paullo latiore et longiore ; prothorace transverso , antrorsum fortiter 
angustato, lateribus rotundatis; abdomine segmentis 7, ultimo fere semi- 
lunato, postice utrinque sinuato, apice inciso , subtus longitudinaliter 
sulcato. 

Long. 10-19 mill.; lat. 4-8 mill. 

Bresil : Noiiveau-Fribourg, Garavellas (ma collection). 

Gette espece est surtout interessante a cause des differences de con 
formation dans les antennes chez le c? et chez la ?. La coloration du pro- 
thorax est sujette a varier; dans Fetat normal, ce segment est noir en 
dessus avec les bords lateraux iargement jaunes, mais souvent ces deux 
bordures se rejoignent en avant et meme en arriere, de maniere a ne 
laisser en noir que le milieu du disque ; en outre, dans certains exem- 
plaires, la tache noire mediane est partagee en deux moities par une 
ligne jaune qui suit le sillon longitudinal. 

2 LYGISTOPTERUS GOUNELLEI, sp. nov. A precedents elytris hand 
pubescentibus, nitidioribus, fortius sed minus dense punctatis, antennarum 
articulis minus latis, 4 in utroque sexu prfecedenti parum latiore et vix 
longiore, pnecipue discedit. 

Elongatus, postice sensim parum dilatatus, supra subplanatus, niti- 



c Bulletin entomologique. 

diusculus, fere glaber ; niger, vel cseruleo-niger, thoracis lateribm elytris- 
que basi flavo-aurantiacis ; rostro brevi, latitudine basali hand longiore, 
mbcylindrico ; mandibulis rufis; antennis compressis, articulo quarto 
prxcedenti paullo latiore et vix longiore, reliquis latitudine parum decres- 
centibus; prothorace hand (rf) vel parum () transverso, antrorsum pau- 
lum angustato, antice subrotundato , angulis anticis rotundatis, posticis 
retusis, dorso profunde canaliculato, utrinque fortiter oblique plicato ; 
scutello apice subrecte truncato; elytris fortius sed minus dense punctatis, 
4-costatis, costis subsequalibus, tertia reliquis vix humiliori, antice hand 
evanescente, costularum vestigiis in intervallis sxpius apparentibus. 

rf. Antennis paullo longioribus, ultra medium prolongatis ; abdomine 
segmentis 8, penultimo postice media inciso. 

$. Antennis brevioribus , vix ultra medium prolongatis; abdomine 
segmentis 7, ultimo transverso . postice utrinque sinuato, apice inciso, 
subtus longitudinaliter sulcato. 

Long. 11-14 mill.; lat. 4-6 1/2 mill. 

Bresil : Caraca (province de Minas), janvier-fevrier (Goimelle). 

Variat elytris regione scutellari plus minusve nigro-cyanescentibus. 

Les variations de coloration du pronotum sont les memes que dans 
1 espece precedente. 

Le meme membre signale la capture de quatre especes d Hemipteres- 
Heteropteres interessants pour la faune des environs de Paris : 

Sehims morio Lin. Hautes-Bruyeres, aout 1883. 

biguttatus Lin. Foret de Montmorency, dans une sabliere, 

juin. 

Podisus luridus Fab. Chaville, mai. 
Lopus sulcatus Fieb. Ermont, juin ; 1 (?, 3 ?. 

M. E. Goimelle trarismet, par 1 intermediaire de M. Baer, une note 
siir le Fulgora laternaria : 

Ayant eu 1 occasion, an cours de mon voyage an Bresil, de prendre 
plusieurs Fulgores Porte-lanterne, j ai pu faire quelques observations 
sur les moeurs de ces insectes. 

Dans les forets qui couvrent la contree arrosee par le Rio-Pa rdo et le 
Rio-Jequitinonhia, au sud de la province de Bahia , les Fulgores se 
tiennnent, pendant le jour, sur le tronc du Pao-Para iba (Simaruba versi- 
color A. Saint-Hilaire), arbre de la famille des Rutacees dont les feuilles 
et Tecorce, d une amertume extreme, sont employees par les Bresilens 
comme toniques et febrifuges. On trouve generalement ces insectes par 



Seance du 23 juin 1886. ci 

couples. Immobile*, la tete toujours dirigee vers le sommet de J arbre, 
ils echappent facilement aux regards, malgre lour grande taille, grace a 
leur couleur blanchatre qui se confond avec celle de 1 ecorce. Gette teinte 
est due a une secretion cireuse, abondante sur le prolongement cepha- 
lique et surtout sur les derniers anneaux de Pabdomen, ou elle s accu- 
mule an point de former de veritables flocons. 

Quand on inquiete les Fulgores, ils se deplacent lentement en tour- 
nant autour do 1 arbre, par un mpuvement d oscillation tres bizarre ; 
trop tourmentes, ils so projettent brusquement en arriere au moyen do 
ieurs pattes anterieures qui forment ressort et s envolent lourdement 
pour se poser sur un arbre voisin. 

Mes Fulgores, que j avais enfermes dans une cage, commencaient, le 
soir, a s agiter ; ils sautaient frequemment, et de temps a autres faisaient 
entendre une sorte de bruissement sourd, bien qu assez fort, produit par 
le fre missement de Ieurs ailes superieures. Ge manege durait jusqu au 
matin. 

Pensant que ces insectes se nourrissent du sue contenu dans 1 ecorce 
du Pao-Paraiba, j avais ferme uri des cotes de leur cage avec un mor- 
ceau de cette ecorce ; mais je ne les ai jamais vu manger, et tous sont 
morts en peu de temps, aucun d eux n ayant pu supporter plus de trois 
jours de captivite. 

Quant a la phosphorescence des Fulgores, admise par certains natura- 
listes (voir leg Bulletins de la Societe, annees 1837, p. LXVII, et 1865, 
p. LXII), niee par d autres (memes Bulletins, annee 1848, p. xiv), je n en 
ai jamais aperc,u la moindre trace. Ges insectes seraient-ils lumineux a 
certaiues epoques de Pannee et nori a d autres ? Ge que je puis dire, 
c est que les Bresiliens, qui les connaissent parfaitement, n ont jamais 
remarque chez eux ces lueurs dont M lle de Merian a ete la premiere a 
parler; par contre, ils considerent le Jitirana Boia (c est le nom 
qu ils donnent au Fulgore) comme tres venimeux et en ont une peur 
superstitieuse. Les legendes les plus tragiques courent sur son compte, 
et bien que j aie souvent rnanie des Fulgores devant les indigenes, jamais 
je n ai pu en decider un seul a les toucher. Comment un phenomene 
aussi remarquable que la phosphorescence aurait-il pu ne pas frapper 
des gens si disposes a attribuer a ces insectes des proprietes mer- 
veilleuses ? 

M. le D r AI. Laboulbene montre des Insectes du Gambodge qu il 
vient de recevoir, et qui ont ete recoltes par un de ses eleves, medecin 
de la marine, M. Bachelier. Ces insectes, en bon etat de conservation, 



en Bulletin entomologique. 

sont principalement des Coieopteres. Notre Collegue va s occuper de leur 
determination et il en fera part a la Societe. 

Le mSme membre dit que M. le D r Bornet, de 1 Institut, lui a remis 
des corpuscules granuleux, etales en plaques, venant de Nantes, et pris 
pour des algues. A coup sur, pour M. Bornet, si competent en pareille 
matiere, il ne s agit pas d algues ni de champignons. Peut-etre, au 
contraire, la plaque serait-elle constitute par des 03ufs d insectes ? Notre 
collegue va etudier ces corpuscules oviformes qu il place sous les yeux 
de la Societe. 

M. le D r Al. Laboulbene presente egalement des considerations sur 
le role de I Entomologie en medecine legate, applications qui peuvent 
rendre de grands services. 

Pour connaitre 1 epoque exacte de la mort sur un cadavre humain ou 
autre, il faut rechercher avec soin s il n existe pas des insectes, temoins 
en quelque sorte du debut, et des Acariens survenant apres eux. Les 
insectes necrophiles des premiers moments laissent leurs depouilles, 
soit larvaires, soit nymphales ; les Dipteres, leurs pupes. Plus tard, les 
chairs et parties molles ayant disparu, les substances grasses sont atta- 
quees par les Dermestes, Corynetes. Enfm, quand le corps est en quelque 
sorte momifie, arrivent les Acariens, Tyroglyphes et Glyciphages. Get 
ordre de succession est indispensable a constater ; il faut done recueillir 
tous les insectes, tons les animalcules et leurs moindres debris. 

Mais il arrive un moment ou, apres les atteintes successives des Silphes, 
des Histers, des Staphylinides, des Dipteres sarcophages, puis des Der- 
mestiens, des chenilles d Aglosse, etc., les parties seches sont devenues 
condensees, cornees; elles sont alors attaquees par les Attagenes (Atta- 
genus pellio), paries Anthrenes (Anthremis museorum, A. varius), par 
les Ptiniores (Ptinus fur, P. latro), etc., et cela quel que soit Page 
avance du corps mort. Ces insectes devastateurs, si communs dans les 
musees et les collections d histoire naturelle, detruisent les substances 
dures, azotees, des animaux conserves : insectes, oiseaux, mammiferes, 
prepares depuis trois, quatre, dix, vingt, cinquante ans et bien plus. 
Je lutte avec eux pour conserver la collection Leon Dufour. 

Paul Broca m avait remis des insectes qui Fintriguaient fort et que 
j ai vite reconnus pour des Gibbium scotias ; ils provenaient d une momie 
egyptienne. J ai pu affirmer qu ils n etaient pas contemporains de la 
momie ; les larves des Gibbium avaient vecu d un fragment de cet an 
tique corps, fragment mis au jour et moins penetre de susbtances conser- 
vatrices, reduits a 1 etat corne. Les Gibbium scotias 1 avaient attaque 



Seance du 23 juin 1886. cm 

lorsque la momie avail ete sortie de sa boite et alors exposee a leur 
atteinte. 

En resume, il faudra, pour retirer de 1 entomologie appliquee a la 
medecine legale une certitude sur 1 epoque de la mort d un cadavre, 
remonter geologiquement, en quelque sorte, du temps present aux pre 
miers insectes necrophiles. Si le temps de la mort est tres eloigne, si Ton 
ne trouve que des Ptiniores ou des Anthrenes, la date sera difficile et 
presque impossible a preciser. II y a plus, on devra aussi tenir grand 
compte des insectes voisins des restes d un corps, par exemple dans une 
cause recente et celebre, des Fourmis placees dans la terre au-dessus 
des ossements d Elodie Menestret, des bulbes ainsi que des tiges de Lis 
blanc rongees par des Acares et qui ne se rencontrent que dans des 
conditions speciales. 

M. Henry de la Cuisine offre a la Societe un dessin colorie repre- 
sentant deux varietes interessantes de Lepidopteres : 

1 Papilio Machaon. Differe notablement du type par ses ailes su- 
perieures et inferieures d un roux ferrugineux au bord externe ; par 
places, fauve rougeatre et tranchant nettement avec la couleur du fond. 
Dessous semblable, mais plus pale et moins visible. Gette variete a 
ete prise aux environs de Dijon. 

2 Junonia OEnone, variete. Fond general des ailes orange, rou 
geatre anterieurement. La tache blcue des ailes inferieures entouree d un 
cercle rose au lieu d etre entierement blanc comme dans le type. 

Le meme membre signale egalement un Sphingide hybride dont les 
caracteres sont intermediaires entre ceux des Smerintlms populi et ocel- 
lata. Les ocelles des ailes sont denteles comme dans populi; les ailes infe 
rieures ont un ton brun rougeatre moins fonce que celui de populi et sont 
ornees chacune d un ocelle dessine plus vaguement que dans ocellata. 

M. J.-M.-F. Bigot envoie les diagnoses nouvelles d un genre et 
d une espece de 1 ordre des Dipteres : 



Genre Rhabdopselaphus (paSoo? 

$. Ex Bombylidis : gen. Geronis (auctor.) vel Dasypalpi (Macq., Dipt. 
Exot.) satis vicinum, prsecipue differ t antennarum palporumqw confor- 
matione. 

Cor pore angustato, dor so thoracis gibboso, haud dense breviter mllo- 
sulo ; capite fere sphxrico thoraceque angustiore ; antennis basi anguste 
approximatis, fronte lata, parum prominula, genis, suborbitis, angustis- 



civ Bulletin entomologique. 

simis ; proboscide rigido, porrecto , labris invisis, antennas longitudinc 
supemnte ; palpis haustello sub&que longis, gracilibus, porrectis, rigidis, 
fere cylindricis, segmento ultimo, solo visibile, villosulo; antennarum, 
capite longiorum, segmentis duo basalibus abbreviatis, gracilibus, ssquilon- 
gis, 3, prsscedentibus, simul sumptis, duplo longiore, oblongo, basi leniter 
dilatato , compresso , apice obtuso , superne villosulo, ad apicem leniter 
sulciolato , ch&to inviso; alis, abdomine multo longioribus, cellula dis- 
coidali, posticis tribus , tribusqu7*submarginalibus munitis , cunctis late 
apertis, anali ante marginem clausa, basali externa interna parum lon 
giore, vena quarta longitudinali (Rondani) bifurcata, vena transversali 
externa, ante medium cellule discoidalis satis elongata, locata. 

R. MUS, $ (nov. sp.). Long. 6 mill. To to corpore cinerascente, 
breviter villosulo ; palpis et haustello nigris; antennis ejusdem coloris, 
segmentis duobus basalibus cinereis ; fronte et facie cinerascentibus, tomen- 
tosis, macula ocelliferltyiigra ; thorace, vittis tribus fuscis, latis, longitudi- 
nalibus, ornato, media angustissime longitudinaliter divisa et postice 
abbreviata, lateralibus, ad suturam interruptis, ante et retrorsum abbre 
viatis; hallerum clava albida; alis hyalinis; pedibus, gracilibus, nigris, 
tommtosis et cinereo pruinosis. 

Californie, 1 specim. Ex museo nostro. 

M. J. Gazagnaire fait la communication suivante sur un pretendu 
nouveau type de tissu elastique observe chez la larve de VEris- 
t talis (1) : 

Tous les naturalistes savent que le prolongement caudal stigmatifere 
triarticule de la larve des Eristalis, comiue plus generalement sous le 
nom de Ver a queue, par sa nature, par sa musculature, peul, a la vo- 
lonte de 1 animal, s invaginer et se devaginer. L observation et Fanatomie 
le demontrent aisement. 

Dans son travail, M. H. Viallanes signale, dans Particle basilaire du 
prolongement caudal triarticule de la larve de rEristalis, six cellules 
speciales qu il considere comme un nouveau type de tissu elastique . 

Ne comprenant pas sans doute le mode nalurel de fonctionnement du 
prolongement caudal, M. H. Viallanes attribue a ces cellules curieuses 
un role tres important : 

(1) H. VIALLANES, Note sur un nouveau type de tissu elastique (Comptes 
rendus, Acad. Sc., 23 juin 1884). H. VIALLANES, Sur un nouveau type de 
tissu elastique observe chez la larve de rEristalis (Annales des Sciences natu- 
relles [Zoologie], tome XVII, n s 5 et 6, 1885, une pi.). 



Seance du 23 juin 1886. cv 

On comprend, dit-il, te rd/e #/<? fes cellules e lastiques sont appele es a 
jouer; elles sont e tendues quand le tube aspiraieur est a I eta t d extension, 
elks reviennent sur elles-memes quand il se raccourcit, et remplissent 
ainsi, vis-a-vis des trochees que celui-ci ren ferine, la fonction de veritables 
ressorts a boudins. 

M. H. Viallanes arrive a emettre cette idee originate a la suite de ces 
observations sur ces pretendues cellules elastiques, dont il nous fait 
connaitre du reste tres consciencieusement la structure histologique : 

Ces elements, que je de signerai sous le nom de cellules e lastiques, 
ont la forme d un fuseau ; I une de leurs extre mite s se fixe a la membrane 
pe ritone ale des grosses trache es du tube aspirateur ; I autre s e tend comme 
un tres long prolongement cylindrique, qui, lui aussi, va prendre inser 
tion sur des organes voisins. 

Le corps de la cellule et son prolongement sont forme s par un proto- 
plasma pdteux et tres e lastique. Dans le corps, au milieu du protoplasma, 
on trouve un gros noyau. 

(( Au sein du protoplasma est developpe un tres long fil parfaitement 
cylindrique et tres re fringent qui pre sente les memes proprie te s optiques 
et me caniques que la fibre e le mentaire du tissu e lastique des Verte bre s. 

tf Sur une partie de sa longueur, ce fil e lastique est pelotonne et recro- 
queville; sur le reste de son e tendue, il est, au contraire, rectiligne. La 
partie pelotonne e du fil est situe e dans le corps cellulaire, la partie recti-, 
ligne occupe I axe du prolongement. 

(( Traite par I acide sulfurique, le fil e lastique n est pas dissous et ses 
proprie te s optiques ne s alterent en rien. i\i Vacide ace tique, ni la potasse 
ne le de truisent : ces agents modifient settlement son aspect; sous leur 
influence, il perd beaucoup de sa re fringence et se montrealors limite par 
un double contour, ce qui donne lieu de penser qu il est en re alile forme 
d une enveloppe et d un contenu jouissant de proprie te s chimiques diffe 
rent es. 

On ne peut s expliquer plus clairement pour decrire un tube de nature 
chitineuse avec son contenu, de nature huileuse fort probablement. 

L un des bouts du fil se termine dans le corps de la cellule, au sein 
meme du protoplasma, par une extre mite ren flee. 

Quand, avec un fort grossissement, on porte son attention sur le 
renflement terminal, on remarque qu au contact de cette partie le proto 
plasma est plus transparent et forme autour d elle comme une zone 
e.troite, claire, tres finement marquee de stries extremement de licates. 

(1886) Bulletin de la Societe entomologique de France. 13 



cvi Bulletin entomologique. 

En 1859, le D r F. Leydig (1) ne s exprimait pas plus clairement a 
Fendroit de cellules semblables trouvees par lui chez les Dyticus, Melo- 
lontha, Timarcha. II adoptait alors la legitime hypothese que ces stries 
extremement de licates ne pouvaient etre que de fins canalicules fai- 
sant communiquer le protoplasma de la cellule avec I interieur du ren- 
flement qui n etait autre chose qu un reservoir de nature chitineuse. 

L autre bout du fil paratt correspond au point d attache du fila 
ment, mais, faute d observation precise, je ne puis de crire son mode de 
termination. 

G etait pourtant le point principal, et je suis persuade que M. H. Vial- 
lanes aurait vaincu la difficulte, si, avec un peu plus de conviction, 11 
avail fait appel a la fine dissection, qui n exclut nullement 1 emploi du 
microscope. 

Les descriptions donnees par Fauteur sont tres exactes et ne peuvent 
laisser aucun doute dans 1 esprit d un anatomiste. Malheureusement 
M. H. Viallanes, dans son travail d observation consciencieuse, n oublie 
qu une chose, c est que, depuis 1846, des organites semblables sont 
signales dans la science. 

Meckel (1846), Stein (1847), Sirodot, F. Leydig (1859), etc., out trouve 
et represente des cellules de meme nature, dans des regions differentes, 
chez les Insectes. Moi-meme, dernierement, j en ai signale dans la cavite 
buccale des Coleopteres (2). 

Malheureusement aussi pour la theorie de M. H. Viallanes, ces cellules 
curieuses ne sont point des cellules e lastiques, mais des glandes 
unicellulaires dont les conduits excreteurs, non poursuivis par 1 auteur, 
deversent un liquide qui lubrifie les regions ou le besoin s impose. Plus 
tard, je montrerai que les orifices stigmatiques posterieurs des larves 
exigent la secretion d un liquide de lubrification. 

Quant a la theorie de M. H. Viallanes, elle tombe d elle-meme, et nous 
continuerons a admettre comme avant que le tube caudal, stigmatifere, 
triarticule des Eristalis, par sa nature et sa musculature, peut, a la 
-volonte de Fanimal, s emboiter et se deboiter comme les articles d une 
lunette d approche. 

(1) F. LEYDIG, Zur Anatomie der Insecten, 1859. 

(2) J. GAZAGNAIRE, Du siege de la gustation chez les Insectes Coleopteres 
(Comptes rendus, Acad. Sc., 15 mars 1886). ID., Des glandes salivaires dans 
I ordre des Coleopteres (Comptes rendus, 29 mars 1886). 

E. D. 



Seance du 23 jnin 1886. cvn 

Bulletin bibliographique. 

Acade mie des Sciences (Comptes rendus des seances de I ), 1886, l er se- 
mestre, n os 23 et 24. PEYROU (J.). Sur 1 atmosphere interne des 
Insectes comparee a celle des feuilles. 

Anales de la Sociedad espanola de Historia Natural, tomo XV, cuaderno 1, 
1886. GAZURRO Y Ruiz. Especies nuevas del genero Ochrilidia (Stal). 

Entomologica americana (published by the at Brooklyn. N. Y.J. A Monthly 
Journal devoted to Entomology in general, vol. I, April 1885 to Marh 
1886. Washington. N 1. April 1885. D 1 JOHN-G. MORRIS. Visit to 
an old time Entomologist. GEORGE-H. HORN. Synonymical Notes 
(Cerambycidx, etc., p. 5, 52, 88, 108). D r S.-W. WILLISTON. On 
the classification of the North American Diptera ( Tanystoma, Taba- 
nidse, Leptidse}. JoHN-B. SMITH. Noctuids common to Europe and 
North America. LE MEME. Eyes of Insects Water Beetles. 
S.-FRANK AARON. Oviposition in Agrion. CnAS.-A.-A. DURING. 
Cocoons of Samia Cynthia. Emm EDWARDS. New Bombycidx from 
Colorado. WiN.-T. DAVIS. The breeding habits of our Dragonflies. 

W.-HUGUE HARRINGTON. Are Curculio Larva3 Lignivorous? 
1V 2. May 1885. HERBERT OSBORN. Classification of Hemiptera. 
J.-B.-S. An abnormal Lucanus cervus. CHARLES- W~. LENG. Synopses 
of Cerambycidtf, p. 35-130 (3 pi.). REV. GEO-D. HULST. Synopses 
of Butterflies. C.-W. LENG. Notes and News (Stylopidse). N 3. 
June 1885. SAMUEL HENSHAW. Record of some Contributions to the 
Literature of North American Beetles, published in 1883-84, p. 48-73. 

HENRY EDWARDS. New species of Californian Moths. (dEgeriadae, 
Bombycidx, Noctuidx, Geometridx). GEORGE-H. HORN. A note on 
Scotocryptus. ARTHUR-G. BUTLER. On the identity of Cyaniris 
ladon of Cramer with C. pseud-argiolm of Boisduval and Leconte. 
IV 4. July 1885. EowiN-A. CURLEY. Bees and other Hoarding Insects. 
Their specialization into Females, Males and Workers. A 7 5. Au 
gust 1885. JOHN-B. SMITH. An Introduction to a classification of the 
N. A. Lepidoptem. C.-V. RILEY. The Influence of Climate on Cicada 
septemdecim. WILLIAM-T. DAVIS. The Periodical Cicada on staten 
Island. B. NEUMOEGEN. Descriptions of new Lepidoptera.Jom-ti. 
SMITH. Some new species of Hispini. WM.-H. ASMEAD. On the 
discovery of Thoracantha a tropical genus of Chalcid flies in Florida. 

JV 6. September 1885. R.-H. STRETCH. Descriptions of new species 
of Heterocera. Note on Sandalus. GEORGE-H. HORN. Synony 
mical Notes. D r S.-W. WILLISTON. On the Classification of North 



cvm Bulletin entomolngique. 

American Diptera (Xylophagidx, Stratiomyidse). L.-O. HOWARD. 
On the Parasites of Odontota suturalis. N7. Octobre 1885. G.-W.-J. 
ANGELL. Notes on Chrysomela scalaris Lee. (12 bois). HENRY 
EDWARDS. Notes on Mexican Lepidoptera, with descriptions of new 
species. C.-H. FERNALD. Huebner s Tortricids. G.-V. RILEY. 
The Present Status and Future Prospects of silk Culture in the 
United States. N 8. Novembre 4SS5..LuciEN-M. UNDERWOOD. The 
North American Myriapoda. GEO-D. HULST. Notes on Platysamia 
polyommala. N 9. December 1885. G.-V. RILEY. Aletia xylina V. 
A. argillacea. JoHN-B. SMITH. Notes on some structural characters 
of the Lepidoptera. GEO-D. HULST. The family position of Eupha- 
nessa mendica Walk. The larval period of Harmonia pini, and a 
parasite of some. On the preparatory stages of an undetermined 
Cossus. Notes on the principal injurious Insects. JY 10. January 
1886. JOHN-B. SMITH. Cosmosoma omphale (avec bois). FR. 
TEPPER. Note on Papilio Asterias. GEO-H. HORN. Concerning Cre- 
mastochilus. CHAS.-W. LENG. Hypocephalus armatus. L.-O. 
HOWARD. A generic synopsis of the Hymenopterous family Chalci- 
didx, p. 107-215. N 11. February 1886. G.-O. HULST. New Species 
and Varieties of Geometridx. N 12. March 1886. D.-W. COQUIL- 
LETT. The North American species of Toxophora. MARY-E. MUR- 
FELDE. Larval Longevity of certain Coleophorx. H.-B. MOSCHLER. 
The systematic position of the genus Triprocris. H.-A. HAGEN. 
The breastbone of the larva of Cecidomyia homologous to the labium. 
Society News Entomological Club. Notes and News. Book 
Notices. 

Le Petit Bengali (Chandernagor), 24 mai 1886. DUMAINE (CLAUDE-!.). 
Notes presentees a la Societe d Agriculture et d Horticulture de FInde 
sur diverses soies sauvages irouvees dans le district d Hazaribag, et 
sur 1 eievage de plusieurs Lepidopteres sericigenes. 

Naturalista Siciliano (11), anno V, n 9, 1886. RAGUSA (E.). Un nuovo 
Helophorus di Sicilia. MILLIERE (P.). Catalogue raisonne des Lepi 
dopteres des Alpes-Maritimes, 2 e Supplement. 

Naturalists (Le), 1886, 8 e annee, n 36. Q 

Revue des Travaux scieniifiques, publie e par le Ministers de I Instruction 
publique, tome V, n 12. Q 

Societe d Histoire naturelle de Toulouse, comptes rendus des seances. 
CHALANDE. Note sur la valeur de Tespece du Geotrupes foveatus 
(Marsh.), reponse a une note de M. Preudhomme de Borre. 



Seance du 28 juillet 1886. cix 

Societe Linne enne du nord de la France (Bulletin mensuel), n 149. Q 
Tijdschrift voor Entomologie (Uitgegeven door de Nederlandsche Entomo- 
logische vereeniging). Joargang, 1884-85, 1885-86. RrrsEMA(C.). Les 
Batocerides du Musee de Leyde. SNELLEN (P.-G.-T.). Jets Over de 
Europeesche soorten Van Het Genus Catocala Ochsh. Led. ID. Over 
Noctua Moldavicola H. S. HASSELT (VAN). Catalogus Aranearum 
hucusque in Hollandia inventarum. WULP (VAN DER). Langwer- 
pige Dexinen-Vormen (Hiertoe Plaat). SNELLEN (P.-G.-T.). Syno- 
nymische Aanteekeningen. ID. Determinate der exotische Lepi- 
doptera afgebeeld in Rosel Insectenbelustigung en Kleemamis ver- 
volg. WULP (VAN DER). Over eenige Uitlandsche Ortalinen (Hiertoe 
Plaat 7). FOKKER (A.-J.-F.). Jets over het Geslacht Pilophorus 
Hahn. SNELLEN (P.-G.-T.) door (LEEUWEN [VAN]). Aantee kenin- 
gen over Ephestia Mhniella Zell. en eenige verwante soorten (pi.). 
ID. Twee oostindische Sphingiden (pi.). LANSBERGE (VAN). Les 
Coprides de la Malaisie. SNELLEN (P.-G.-T.) door LEEUVEN (VAN). 
Beschrijvingen van nieuwe oost-indische Lepidoptera-Heterocera. 
WEYENBERGH (D r H.). Lepidopterologische Fragmenten. 



C. L. 



Seance du $8 juillet 18SG. 

Presidence de M. J. BOURGEOIS. 
M. Adolphe Lamey, de Versailles, assiste a la seance. 

Correspondance. Lettre de M. le Ministre de 1 Agriculture annonc,ant 
qu il vient d accorder une somme de 600 francs a la Societe comme en 
couragement a ses travaux pour 1 annee 1886. Une lettre de remercie- 
ment a ete adressee a M. le Ministre. 

Decision. Sur la proposition de son President, la Societe decide qu elle 
se fera inscrire sur la liste des membres de F Association franpaise pour 
I avancement des sciences. 

Lectures. M. Emile Pissot adresse de Doulevant (Haute-Marne), par 
1 entremise de M. L. Buquet, des notes relatives aux moeurs de divers 
Insectes (Lnphyrus pint, Staphylinus olens, Serricoris gemmea, Carpo- 
capsa pomone, Yponomeuta padella, et sur une espece ^Ichneumon). 

M. J.-M.-F. Bigot envoie un memoire relatif a ses travaux sur les 
Dipteres nouveaux ou peu connus, contenant la liste synoptique des 
especes appartenant au genre Lnxocera. 



ex Bulletin entomologique. 

Communications. M. le President annonce que deux de nos collegues, 
MM. Boyenval, directeur de la Manufacture des Tabacs a Tonneins (Lot- 
ot-Garonne), et Achille Raffray, consul de France a Zanzibar, viennent 
d etre nommes chevaliers de la Legion-d Honneur. 

II dit egalement que M. Jules Kunckel d Herculais, notre collegue, 
aide naturaliste au Museum , a rec,u les palmes d officier d Instruction 
publique. 

M. Jules Grouvelle depose sur le bureau les deux derniers volumes 
des Souvenirs entomologiques de M. Fabre, d Avignon, qu il prie la 
Societe de vouloir bien accepter pour sa Bibliotheque. Des remercie- 
ments sont adresses a M. Jules Grouvelle. 

M. le President fait \ savoir que la deuxieme excursion entomolo 
gique de la Societe a eu lieu a Montmorency, le dimanche 27 juin 
dernier. 

Dix entomologistes y ont pris part. Ce sont MM. Bourgeois , Cayol, 
Guilliou, Philippe Grouvelle, Ed.Lefevre, Leprevost, Leprieur, Poujade, 
auxquels s etaient joints deux entomologistes ne faisant pas partie de la 
Societe, MM. A. Dubois, de Versailles, et Agnus, eleve de FEcole poly- 
technique. 

On a chasse dans les clairieres et les carrieres de sable que Ton ren 
contre en parcourant la foret^depuis Taverny jusqu au chateau de la 
Chasse; le retour s est ensuite effectue par Saint-Leu. 

M. Poujade signale, parmi ses captures, la Rhagonycha translucida, 
dont il avait deja pris, 1 annee derniere, un exemplaire a Clamart. 

M. J.-M.-F. Bigot donne les diagnoses suivantes d un genre et 
d une espece de Dipteres : 

Genus PERINGUEYIMYIA (nov.). Ex Bombylidis : generis Gomastei 
(Osten-Sacken) vicinum, differ t : cap ite thorace parumangustiore: haus- 
tello palpisque capite mx longioribus; segmento 3 antennarum angusto t 
conice valde elongato; ramulo externo fur ex venae longitudinalis quarts 
alarum (Rondani), retro, basi, longe appendiculato, vena obliqua, sinuosa 
apicis cellulsd discoidalis, pariter, intus, brevissime appendiculata. Adde : 
oculi, c?, super antennas, tantum anguste coherentes ; abdomen conicum, 
thorace xquilatum; corpus undique haud dense, sed satis longe rillosum; 
segmentum primum antennarum subtus, dense et longissime villosum. 

Docto professori Peringuey inventori dedicatum. 

P. CAPENSIS, c? (nov. sp.). Long. 12 mill. Antennis t haustelloque 



Seance du 28 juillet 1886. cxi 

nigris, segmento 1 antennarum, super breviter, nigro, inferne, dense 
et longissime, albido, villoso; fronte angusta, albido-pilosa ; thorace et 
scutello nigris, cinereo satis dense et longe tomentosis, pectore subtus et 
ante, tomento longiore et albidiore munito, setis rigidis, nigris, sparsis, 
superne; abdomine nigro, satis dense, breviter, cinereo-piloso, ventris et 
laterum segmentis tomento albido marginatis; halteribus fulvis, claim 
flavida; pedibus nigris, tibiis flavido-pminosis ; alls fere hyalinis; punch 
sub-basale, venis transversis cunctis, anguste nigro-pictis. 

Cap de Bonne-Esperance. 

1 specimen (ex;;Museo nostro). 

M. Edmond Fleutiaux communique, par I intermediaire de M. Aug. 
Salle, les descriptions de deux especes de Cicindeletes : 

1 GICINDELA (GYLINDERA Westw.) DOLENS Chd., Cat., p. 23, n 27, n. sp. 
Long. 7 1/2 mill. 

Cette espece vient se placer a cotede laC. funebris Schm.-Goebel; mais 
elle est plus petite, le corselet est plus etroit et plus retreci en arriere, 
la tete est tout aussi grande et parail, par cela meme, pins degagee ; 
elle est plate en avant et marquee de rides sur le front, sa partie ante- 
rieureest rugueuse; elle est creusee entre les yeux; ceux-ci sont tres 
saillants. Le labre et les mandibules sont jaunes, les crochets interieurs 
sont noirs et le labre est entierement enfume en avant. Le corselet est 
coupe carrement aux deux sections et sensiblement retreci en arriere. 
La couleur vaguement bronzee de la tete et du corselet est a peine dis- 
tincte et pour ainsi dire presque nulle, tandis que chez la funebris, elle 
est tres perceptible. Les elytres sont d un noir terne mat ; elles sont 
carrees aux epaules, elargies en arriere et largement arrondies a Pextre- 
mite ; leur surface est tres inegale ; elles sont rugueuses et marquees de 
deux elevations obliques, la premiere au premier tiers et la deuxieme 
plus accentuce au second ; 1 extremite se releve insensiblement et forme 
un large sillon mal defini ; sur le bord externe on remarque deux petites 
taches jaune obscur difficiles a voir : 1 une est placee a la moitie et 1 autre 
a 1 endroit ou 1 elytre s arrondit avant rextremite. Le dessous du corps 
est verdatre tres obscur et a peine brillant. Les pailcs sont bronzces 
ainsi que les quatre premiers articles des antennes. On remarque, 
sur les pattes seulement, quelqucs rares petits poils blanchatres tres 
courts. 

Indes orientales. (Ma collection.) 

L unique exemplaire de la collection Ghaudoir, actuellement au 
Museum, vient de Bombay. 



cxn Bulletin entomologique. 

2 CICINDELA (CALOCHROA Hope) SUMBAW.E, n. sp. Long. 12 mill. 

Meme forme, mais plus petite que la C. sexpimctata F. Le labre est 
jaime sur une plus grande etendue. La tete et le corselet sont chagrines, 
noirs sur le dessus et d un brun vert brillant metallique sur les cotes ; 
le front est de cette meme couleur. L ecusson est vert dans sa partie 
anterieure et noir posterieurement. Les elytres sont d un noir veloute ; 
la suture est vert brillant comme les cotes du corselet ; les epaules et 
tout le pourtour sont d un vert bleute soyeux avec un reflet violet sur le 
bord. Les taches blanches sont disposees comme dans Fespece de Fabri- 
cius, mais elles sont bien plus grandes ot accompagnees d une quatrieme 
tache sur chaque elytre , a Fextremite, dans Tangle apical. Le dessous 
du corps, ainsi que la base des cuisses, est d un beau vert brillant ; les 
tarses, les tibias et Fextremite des cuisses sont violets; les quatre pre 
miers articles des antennes sont metalliques a reflets vert et violet ; tous 
les autres sont obscurs, ternes et legerement pubescents. Les pattes, la 
poitrine et les cotes des segments de 1 abdomen, excepte les deux der- 
niers, sont herisses de petits poils blancs tres raides. 

Sumbawa. (Ma collection.) 

M. Rene Grilat, de Lyon, adresse au President la note suivante : 
Le Bythinw nouveau, signale comme ay ant ete pris aux environs de 

Lyon par M. le D r Jacquet et par moi (Bull., p. LXXXIII), vient d etre 
decrit par M. Fauvel, dans la Revue d Eutomologie, sous le nom de 
Fauconneti. Dans sa description, M. Fauvel ne compare pas cette espece 
au Bythinus simplex Baudi, du Piemont, qui esl celui auquel il res- 
semble le plus. Voici, d apres M. Reitter, ses caracteres distinctifs : 

II se distingue du simplex par le premier article des antennes plus 
long, par la ponctuation des elytres et par les cuisses epaisses du 
male. 

M. Bourgeois montre a ses collegues deux exemplaires (&, ?) du 
Ludius ferrugineus L., qu il a pris, le 24 juillet dernier, au milieu de la 
vermoulure d un tronc de saule carie, sur les bords de Fill, a Sclestadt 
(Alsace). 

M. Jules Grouvelle dit avoir capture le meme insecte dans un tronc 
d orme. 

M. G.-A. Poujade ajoute en avoir trouve des debris, a Fontainebleau, 
dans le lerreau du chene Sully, ainsi que dans des troncs de saule, a 
Montgerou et a Gentilly. 



Seance du 28 juillet 1886. cxm 

~ M. Paul Mabille donne la note suivante : 

Les Nevropteres des environs de Paris, excepte les Odonates, peuvent 
etre considered comme a peu pres inconnus. Depuis Rambur (1842) 
personne ne s en est occupe, et nos Annales contiennent tout au plus 
line dizaine d observations touchant ces insectes, et encore trahissent- 
elles le peu de connaissances qu on avail sur 1 ordre tout entier et les 
travaux qui en avaient ete traites a 1 etranger. 

Je crois avoir reuni la majeure partie des especes de nos environs, et 
j ai 1 intention d en donner la liste complete sous forme de notes, pour 
encourager les jeunes naturalistes a des recherches qui ne manqueront 
pas de les recompenser par d interessantes decouvertes. Je voudrais 
gagner des adeptes a une science qui n en a guere en France jusqu a 
present. 

Voici, par exemple, la liste des Phryganeidx proprement dites : c est 
la premiere famille des Nevropteres Trichopteres ; les especes en sont peu 
nombreuses, mais sont certainement les plus belles et parfois les plus 
grandes : 

1. Neiironia ruftcrus Scop. En juin : Bois de Versailles (J. Mabille); 

Senart (Fallou, Pierson). 

2. Phryganea gmndis Lin. En mai et juin. Bords des rivieres et de 

quelques etangs : la Marne !, la haute Seine !, Grenelle !, Meudon, 
le Loing (J. Mabille), etc. Aux etangs de Meudon, les ailes infe- 
rieures des males sont colorees en brun rouge et presque opaques ; 
mais cette couleur disparait par la dessiccation. 

3. P. striata Lin. En mai : bords de 1 Orge (Poujade); Episy (J. Ma 

bille); etangs de Meudon !. Elle parait rare et n a encore ete 
rencontree qu en petit nombre. 

4. P. varia Fab. En juin et juillet. Abondante aux bords de quelques 

grands etangs : Trappes !, Meudon I, Episy (J. Mabille). Ne 
seinble pas habiter les rivieres. 

5. P. obsoleta Mac Lach. En juillet : Trappes (J. Mabille). Cette espece 

n etait pas encore indiquee de France. J ai pris a Meudon un 
exemplaire qui me parait differer beaucoup de cette espece et de 
la suivante. 

6. P. minor Curt. En juin : Fontainebleau (J. Mabille); Meudon !, 

Bondy !. Assez rare ct jamais en nombre. 



cxiv Bulletin entomologique. 

7. Agrypnia pagetana Curt. De juillet en septembre : Etangs do 
Trappes!, Villers-Gotterets !, Senlis!. Semble n habiter que 
les etangs. 

La famille est done represented a Paris par trois genres et sept especes. 
Dans 1 Europe entiere elle compte, jusqu a present, trois genres et seize 
especes. 

M. Gh. Oberthiir adresse la note suivante : 

Nous avons recu dans ces derniers temps plusieurs collections fort 
interessantes, formees dans 1 Afrique orientale. Nous comptons donner 
dans les Etudes d Entomologie la figure des especes nouvelles de Lepi- 
dopteres ; mais, en attendant que les dessins soient graves, nous croyons 
devoir publier la description de deux especes de Papilio, dont Tune sur- 
tout est extremement remarquable. Dans 1 etat actuel de la science, la 
decouverte d un Papilio formant un type de groupe ou sous-genre tout 
a fait nouveau est un evenement assez interessant pour que la publica 
tion ne doive pas en etre differee. 

1 PAPILIO REX Gh. Oberthiir. Ailes allonge es comme celles d un 
Ornithoptera et mesurant 17 centimetres d envergure, en dessus comme 
en dessous noires, ornees de nombreuses laches blanc jaunatre, avec un 
lavis de fauve orange a la base des superieures, dentelees au bord exte- 
rieur et marquees d une petite tache marginale blanc jaunatre dans la 
partie creuse entre chaque nervure. Les taches blanc jaunatre des quatre 
ailes sont a peu pres disposees comme dans le Danais formosa Godman, 
belle Danaide de la meme region, ayant egalement un lavis fauve orange 
a la base des ailes superieures, et semblant etre tout a fait la reduction 
du Papilio Rex, ce qui constitue un mimical object des plus remar- 
quables et ajoute un des plus beaux fleurons a la serie des Papilio 
mimiques Laglaizei, Euterpinus, Zagrseus, Pausanias, Agestor, etc. 
La tete et le corps du Papilio Rex sont noirs, avec de nombreux points 
blancs; 1 abdomen est noir en dessus, blanc lateralement et en dessous. 
Les antennes sont noires, assez longues, et la massue est epaisse. 

Le Papilo Rex a ete pris a Mhonda, dans 1 Ouzigoua, au commence 
ment de la presente annee 1886, par notre ami le R. P. Le Roy, mission- 
naire apostolique. 

2 PAPILIO TABORANUS Ch. Oberthiir. Du groupe des Endochus, 
Py lades, Corinneus; taille de cette derniere espece; forme d ailes plus 
arrondie ; a peu pres la meme disposition de taches blanches sur le meme 
fond noir, a cette exception pres cependant que : 1 a 1 aile superieure 



Seance du 28 juillet 1886. cxv 

les trois laches intranervurales blanches comprises enire la nervure infe- 
rieure de la cellule et le rang maculaire marginal, et occupant les trois 
derniers espaces nervuraux, sont tres reduites et separees les unes des 
autres dans Taboranus, tandis qu elles sont toujours liees de facon a ne 
sembler former qu une seule et meme tache dans Corinneus; 2, a 1 aile 
inferieure, la cellule discoidale, entierement hlanche dans Corinneus, est 
mi-partie blanche et mi-partie noire dans Taboranus, la partie blanche 
etant le plus pres de la base et coupee droit exterieurement, de maniere 
a former un triangle blanc dans la cellule. De plus, Taboranus a une 
tache fauve bien accentuee au bord anal. En dessous les differences du 
dessus se reproduisent, et il en resulte que 1 aspect general dans Tabo 
ranus est infmiment plus obscur quo dans les especes voisines. 

Decouvert a Tabora, dans 1 Ounyanyambe, pendant les premiers mois 
de 1885. 

M. L. Demaison, de Reims, communique la note suivante : 

LaNemeophila Metelkana Ld., dont je signalais dernierement (Bull., 
p. LIV) la recente decouverte aux environs de Reims, est bieii defmitive- 
ment acquise a notre faune. Un naturaliste remois, M. Buchiliot, vient 
d en capturer, a la fm du mois de juin, une centaine d exemplaires dans 
les marais de Sillery, a Fendroit meme ou mon frere avait trouve les 
premieres chenilles de cette espece. 

Les individus recueillis cette annee sont presque tons des males ; les 
iemelles paraissent beaucoup plus rares et sont seulement au nombre de 
trois ou quatre. Outre ces insectes parfaits, M. Buchiliot a pris une che 
nille que je crois pouvoir rapporter a la meme espece, bien qu elle differe 
un pen de celles dont j ai fait 1 education 1 an passe. Elle vit comme ces 
dernieres sur I Iris pseudo-acorus. 

Je n ai pu explorer moi-meme les marais de Sillery en temps utile. 
J y suis alle le 12 juillet, mais la saison etait deja trop avancee et je n ai 
plus rencontre une seule Metelkana. 

J ai appris aussi qu un autre specimen de ce Lepidoptere avait ete 
capture dans I interieur de Reims, a la lumiere d une lampe electrique. 
Gette lampe, installee a une grande hauteur dans 1 une des rues princi- 
pales de la viile, attire chaque soir une quantite prodigieuse de papil- 
lons, parmi lesquels on a observe quelques especes assez rares (Lasio- 
campa pruni, popuUfolia, etc.). 

II resulte de toutes ces observations que la IV. Metelkana est bien indi 
gene aux environs de Reims, et Ton peut desormais l inscrire dans la 
raune franchise. On la retrouvera sans doute dans d autres localites, le 



cxvi Bulletin entomologique. 

long de la riviere de Vesle, et probablement encore sur d autres points 
de la France orientale. II y a la ime question de geographic entomolo 
gique tres curieuse a elucider 

II est etonnant que la N. Metelkana ait echappe si longtemps chez 
nous aux investigations des naturalistes, et Ton pent se demander si elle 
n est pas d introduction recente. Nous ne le croyons pas pourtant, car 
elle est trop multipliee pour que cette hypothese soit admissible. II est 
facile d ailleurs de recourir a d autres causes pour trouver ime explica 
tion satisfaisante. La IV. Metelkana parait avoir un temps d apparition 
fort court; elle semble aussi tres localisee, et elle habite des marais peu 
accessibles. 

Je signalerai encore une autre capture interessante, toujours dans la 
meme region marecageuse, non loin de Vrilly. M. Buchillot y a pris a la 
miellee, dans le courant de juin, la Placodes amethystina Hb., Noctuelle 
tres rare en France, mais qui, du reste, avail deja ete signalee en Cham 
pagne, dans le departement de 1 Aube (Berce, Le pidopteres de France, 
t. IV, p. 176). 

M. G.-A. Poujade depose sur le bureau les descriptions de quatre 
Lepidopteres Heteroceres nouveaux du Thibet : 

1 BINTHA AURULENTA Pouj. Envergure : 24 mill. Ailes oblongues; 
les superieures sont d un brim chocolat avec trois taches d un jauno 
ocreux pale : deux a peu pres elliptiques presque basilaires, dont 1 une 
an tiers du bord costal, et 1 autre, plus grande, situee au-dessous de la 
premiere un peu en arriere; enfin la troisieme, qui est grande, reni- 
forme, a courbure interne, traverse Faile aux deux tiers. Les ailes 
inferieures sont d un jaune orange et largement bordees de brun ; une 
petite tache allongee se montre sur le milieu de la cote. Franges brunes 
aux quatre ailes, excepte a 1 apex des inferieures, ou elles sont jaunes 
comme ie fond. 

Dessous semblable au dessus, mais plus pale, avec les taches plus 
elargies et moins nettes. 

Corps dore avec des reflets verdatres et cuivreux de meme que la 
base des ailes superieures ; pattes d un brun clair parseme d ecailles 
dorees. Antennes brunes, fortement pectinees dans le male, filiformes 
dans la femelle. 

Un c? et cinq $, de Mou-Pin (Thibet), rapportes par M. 1 abbe A. David. 
(Coll. du Museum.) 

2 BINTHA GYANICORNIS Pouj. Envergure : 22 mill. Les ailes 



Seance du 28 juillet 1886. cxvn 

noires; superieures avec cinq laches blanches irregulierement oblongues : 
trois superposees au premier tiers de 1 aile et deux egalement super 
posees au second tiers, 1 une se dirigeant obliquement vers 1 apex et 
Fautre vers Fangle interne ; frange noire, blanche a 1 apex. Ailes infe- 
rieures avec deux taches blanches basilaires et rayonnantes, la supe- 
rieure plus longue que Finferieure qui disparait quelquefois ; frange 
entierement blanche. 

Dessous semblable au-dessus, sauf les ailes inferieures qui out deux 
taches blanches rondes superposees, vers le milieu de la cote. 

Thorax d un vert dore plus ou moins cuivreux; cette teinte parait 
aussi sur la base des ailes superieures ; abdomen noir en dessus, avec 
Fextremite et une ligne dorsale plus ou moins large d un bleu metal- 
lique ; en dessous il est d un blanc bleuatre metallique ainsi que les 
pattes; poitrine d un vert dore. Antennes d un bleu d acier brillant, 
blanches un peu avant Fextremite ; elles sont pectinees chez le male et 
simples chez la femelle. 

Trois <?, une ?, de Mou-Pin (Thibet). (Coll. du Museum.) 

3 BINTHA CLATHRATA Pouj. Envergure : 22 mill. Corps et ailes 
d un jaune paille en dessus et en dessous, ces dernieres bordees de brun ; 
les superieuses avec toutes les nervures brunes et deux lignes obliques 
interieurement de meme couleur, allant de la cote au bord interne et 
partageant a peu pres Faile en trois parties. Ailes inferieures egalement 
ornees d une bande sinueuse oblique qui semble faire suite a la derniere 
des superieures. 

Abdomen annele de brun en dessus. Antennes filiformes, brunatres, 
blanchatres un peu avant Fextremite. 

Une $, de Mou-Pin (Thibet). (Coll. du Museum.) 

4 SYNTOMIS RUBROZONATA Pouj. Envergure : c?, 30 mill.; ?, 32 mill. 
Ailes hyalines, avec les taches, les nervures et les bords noirs. Les 
superieures sont tres allongees et assez pointues ; la bordure externe 
s elargit a 1 apex environ du quart de Faile, ou elle est reliee par une 
bande etroite a une tache presque carree qui limite la cellule et louche 
au bord costal ; cette bordure s elargit encore en une tache presque 
carree, plus large que la precedente, entre les deux derniers rameaux 
de la nervure mediane. Ailes inferieures tres petites, lanceolees, n ega- 
lant pas en longueur la moitie des superieures, ayant 1 apex jusqu au 
tiers de Faile environ et le bord costal noirs. 

T6te, thorax et abdomen noirs, ce dernier ayant les arceaux supe- 



cxvm Bulletin entomologique. 

rieurs bordes de rouge vermilion ; antennes noires, blanches a Fextre- 
mite. 

Le male seul a le front blanc ainsi que la poitrine, le devant des 
handles et des lignes sur les cuisses. 

Trois c? et une ?, de Mou-Pin (Thibet), rapportes par M. Fabbe 
A. David. (Coll. du Museum.) 

M. Henri Gadeau de Kerville adresse les lignes suivantes : 

Dans une note relative a trois cas de parasitisme de Nematodes chez 
divers Articules, publiee Fannee derniere dans le Bulletin de la seance 
du 9 septembre 1885 (Annales, p. CLX), je signalais un Lithobius forfi- 
catus L., $, qui possedait un Gordius dont Festremite caudale etait 
encore engagee dans le tube digestif de son hole, et que M. A. Villot 
rapportait avec doute a son Gordius emarginatus. 

Or, ce naturaliste, m a informe recemment que le Gordius emargi 
natus A. Villot n etait autre que Fetat jeune du Gordius aquaticus 
Duj., ?. 

J ajouterai que le savant myriopodologue viennois, M. le D r Robert 
Latzel, m ecrivait Fan dernier qu il avail observe plusieurs fois des 
Gordius chez des Myriopodes Chilopodes et Diplopodes, mais qu il ne 
connaissait pas d indications de ce parasitisme. 

M. Leprieur presente la note suivante : 

Tous les coleopteristes savent combien il est difficile de coller les 
Baris et Acalles de maniere a ce que leur partie inferieure touche, dans 
toute son etendue, le plan de position. Or, le hazard vient de me reveler 
un moyen des plus faciles pour arriver a ce but. Voulant etudier le 
dessous du corps de certains Baris, je les avais colles sur le dos, et j ai 
ete fort etonne de voir qu en touchant legerement les pattes avec une 
aiguille aceree elles prenaient, presque sans le moindre efTort, la position 
qu elles occupent pendant la marche de Finsecte. 

II suffira done de coller sur le dos les Baris ou les Acalles apres les 
avoir ramollis, et quand la gomme est suffisamment seche pour que 
Finsecte y soit solidement fixe, pousser, la loupe a Foeil, les pattes inter- 
mediaires et posterieures d avant en arriere et de dedans en dehors, et 
les anterieures d arriere en avant, A peine les a-t-on touchees qu elles 
s ecartent tout naturellement les unes des autres. 

L operation terminee, on rejette les insectes dans Feau pour enlever 
toute trace de gomme, puis ensuite dans Falcool, et on les colle defini- 



Seance du 28 juillet i886. cxix 

tivement quand ils ont passe quelque temps entre des doubles de papier 
de soie. 

Candidat. M. L. Buquet, au nom de M. David Sharp, presente, pour 
faire partie de la Societe, le Reverend H.-S. Gorham, The Chestunts 
Shirley, a Southampton (Angleterre), qui s occupe d Entomologie en 
general, et principalement des Insectes de 1 ordre des Coleopteres. 
Gommissaires rapporteurs : MM. J. Bourgeois et J. Grouvelle. 

E. D. 



Bulletin bibliographique. 

Academie des sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I ), 
l er semestre 1886, n os 25 et 26; 2 e semestre, n os 1, 2, 3. SAINT- 
REMY (G.). Recherches sur la structure du cerveau du Scorpion. 
GAZAGNAIRE (G.). 1 Des glandes chez les Insecles ; 2 Sur un 
pretendu nouveau type de tissu elastique . KUNGKEL D HERCU- 
LAIS (J.). La Punaise de lit et ses appareils odorif erants ; des glandes 
abdominales et dorsales de la larve et de la nymphe ; des glandes 
thoraciques sternales de 1 adulte. TROUESSART. Sur la presence de 
Ricins dans le tuyau des plumes des Oiseaux. JOURDAN (Et.). Les 
antennes des Euniciens. 

American entomological Society (Transactions of the) and Proceedings of 
the Entomological section of the Academy of Natural Sciences, volume 
XIII, Number 2. Philadelphia, 1886. GEORGE-H. HORN. North Ame 
rican Goleoptera : 1 A mongraph of the species of Chrysobothris in 
habiting the United States, p. 65-124, avec 6 pi. sp. nov.; 2 A Re 
view of the species described by Olivier in the Entomologie , 
p. 135-144. WiLLiAM-H. ASHMEAD. North American Hymenoptera. 
Studies on the North American Chalcididse, with descriptions of new 
species from Florida, p. 125-135. 

Atti della Reale Accademia dei Lincei. Rendiconti 1886, vol. II, fasc. 12 e 
et 13 e . Q 

Berliner Entomologische Zeitschrift-Hwausgegeben von dem Entomolo- 
gischen Verein in Berlin, XXX, 1886, Heft I. CANUS. Die Honig- 
biene im alten Indien. Eine kulturgeschichtiche Skizze. FAUST (J.). 
Berichtigung meiner Bermerkungen iiber die Gattungen Cyclomaurus 
und Auchmeresthes. ID. Ueber die systematische Stellung der Gat 
tungen Aosserterus Sch. und Rhadinosomus Sch. FROMHOLZ (C.). 
Ueber Zophodiopsis Hyaenella Fromh. GUNDLACH (Jon.). Zur Auf- 



cxx Bulletin entomologique. 

klarung iiber Papilio Cresphontes Cr., var. Oviedo M., p. 132. 
HONRATH (ED.-G.). Neue Rhopalocera IV, p. 129-131. KARSCH (F.). 
Ueber das Dipterengenus Dolichopeza Curt. (Leptina Mg.), p. 63-64. 

ID. Ueber die Dipterengattung Laparus, p. 71-72. ID. Skorpio- 
nologische Beitrage (Tafel III, Fignr 1 u. 2), p. 75-79. ID. Einige 
fernere Erganzungen zur, Litteratur fur die gesannute Myriopoden- 
kunde, etc., p. 80. ID. Synonymische Bemerkungen iiber Afrika- 
nische Vogelspinnengattungen , p. 81-84. ID. Ueber einige neue 
oder wenig bekannte Oehrwiirmer (Dermaptera) der athiopischcn 
Region (Tafel III, Fig. 3-8), p. 85-91). ID. Araneologisches aus 
Siid- America (Tafel III, Fig. 9, 9 a, 9 6), p. 92-93. ID. Ueber eine 
neue, von dem Afrikareisenden Hern-Paul Reichard in Ostafrika 
entdeckte Harlekn-Krabbenspinn (Tafel HI, Fig. 10, p. 95-96. ID. 
ID. Ueber bemerkenswerthe Analogien in der Pflege der Brut bei 
Glieder fiisslernund Wirbelthieren, p. 105-106. ID. Orthopterolo- 
gische Beitrage. I. Die Mekopodiden des Berliner Zoologischen Mu 
seums (Tafel IV), p. 107-118. ID. Beitrag zur Kenntniss der 
Dipterengruppe Actiadae Bigot, p. 135-137. KOLBE (H.-J.). Ueber 
die Stellung von Platypsyllus im Lystem (Mil Figuren auf. S. 104), 
p. 103-105. OSTEN-SACKEN (G.-R.). Correction to my article on 
Apiocera, p. 139. QUEDENFELDT (G.). Verzeichniss der von HERN 
MAJOR a. D. von Mechow in Angola und am Quango-Stronn 1878- 
1881 gesammelten Buprestiden und Elateriden (Tafel I), p. 1-38. 
ID. Ueber Cheilopoma castaneum Murray (Mit Fig. auf. S. 73), p. 73-74. 

ID. Neue und Seltnere Kafer von Portorico (Mit Fig. auf. S. 120), 
p. 119-128. ID. Zwei neue Notoxus aus Gentral-Afrika, p. 133-135. 

SCHILDE (Jon.). Betrachtungen iiber die Variabilitat in der Schmet- 
teriings-Gattungs Pyrgus (Tafel U), p. 39-62. 

Bulletin de la Societe impe riale des Naturalistes de Moscou, 1885, n os 3 et 4. 
JAKOWLEW (B.-E.). Deux especes nouvelles du genre Prionus Geoffr. 

Bulletin d Imectologie agricole, journal mensuel de la Societe centrale 
d Apiculture et d Insectologie, ll e annee, n 6. HUMBERT (ALBIN). 
Excommunications d Insectes. MOLEYRE (feu L.). Insectes et Crus- 
taces comestibles (2 bois). SAVARD (E.). L Helomyze de la truffe, 
Helomyza tuberivora. 

Department of Agriculture. Fourth report of the United States Ento 
mological Commission, veing a revised edition of Bulletin n 3. 
And the final Report on the Cotton Worm Together with a chapter 
on the Boll Worm by GHARLES-V. RILEY (planches nombreuses). 



Seance du 28 juillet 1886. cxxi 

Deutsche Entomologische Zeitschrift herausgegeben von der Deutschen 
Entomolischen Gesellschaft in Verbindung, mil D r G. Kraatz, und 
verschiedenen gelehrten Gesellschaften. Dreifsigster Jahrgang (1886). 
Erstes Heft (p. 33-256). D r E. EPPELSHEIM. Neue Staphylinen vom 
Amur, p. 34-46. VON D r G. KRAATZ. Ueber die Zahl der deutschen 
Arten der Gattung Cerambyx Linne, p. 47-48. E. WASMANN S. J. 
Ueber die Lebensweise einiger Ameisengaste, p. 49. EDM. REITTER. 
Neue Goleopteren aus Europa und den angrenzenden Landern, mil 
Bemerkungen iiber bekannte Arten, p. 67-72. W.KONOW. Bemer- 
kungen iiber Blaltwespen, p. 73-82. G. ALBERS. Ueber Eurytra- 
chelus Alcides v. Vollenh. und E. eurycephalus Burm., p. 83. 
L. VON HEYDEN. Leptura hybrida und ochracea Rey. Phytodecta- 
varietaten, p. 84-85. L. GANGLBAUER. Anthaxia Turki, Starkei, 
sp. n. Kisanthobia Ariasi et Clytus nigripes, p. 87-88. D r LENTZ. 
Erganzung zu G. Czwalina s Sammelbericht., p. 89-93. J. SCHILSKY. 
Nochmal Phyllobius alneti und calcaratus, p. 94-96. VON EDM. 
REITTER. Revision der mit Stenosis verwandten Goleopteren der alien 
Welt, p. 97-144. A. v. KRAATZ-KOSGHLAU. Erganzende Bemer 
kungen zu D r Gerstacker s Monographic der chilenischen Carabus- 
Arten, p. 145-154. D r G. KRAATZ. Ueber Ceroglossus Darwinii, 
p. 155-163, 1 pi. Ueber Geotrupes foveatus, p. 164. Bemerkun 
gen zu dem Aufsatze des Herrn von Kraatz-Kaschlau iiber Ceroglossus 
Darwinii Hope v. Kratz, p. 165-172. Weshalb soil Ceroglossus 
Darwinii Hope nicltblanc Basse von gloriosus sein ? p. 172. Ueber 
Ceroglossus BuquetiL&ip. unA psittacus Gerst., p. 173-174. Xylobius 
humeralis Leon Dufour, p. 175-176. D r STIERLIN und J. WEISE. 
Beitrage zur Goleopteren-Fauna von Turkestan, namentlich des Alai- 
Gebirges, p. 177. ERNST BRENSKE. Ueber Melolonthiden, p. 195-207. 
J. WEISE. Cryptocephalus abdominalis, p. 208. D r G. KRAATZ. 
Ueber Megadontus pseudoviolaceus , Andrejuskyi und caudisatus , 
p. 209-211. Patrobus , Polygraphs, Xantholinus , Aleochara, 
sp., p. 212-214. Ueber die Artrechte einiger franzosischee Ca- 
rabus, p. 215-218. EDM. REITTER. Ueber eine Fauveltsche Recen 
sion, p. 219-224. D r G. KRAATZ. Sur le Catalogue synonymique et 
systematique des Garabides par MM. J. Gehin et Gh. Haury, p. 225- 
238. Ueber die Benennung der varietaten , p. 259-260. Copto- 
labrus constricticollis, sp. n., p. 241-242. G. ALBERS. Odontolabis 
celcbensis, p. 243-244. D r K. FLACH. Beschreibungen neuer euro- 
pa ischer Histeren, p. 245-247. Bin blindes Ptilium, p. 248. 
J. WEISE. Synonymische und andere Kleine Mittheilungen iiber 

(1886) Bulletin de la Societe entomologique dc France. 14 



cxxn Bulletin entomologique. 

Chrysomeliden, p. 249-250. D r G. KRAATZ. Einladung zu der im 
September (18-24) stottfmdenclen Kersammlung Deutscher Natur- 
forscher, p. 251-252. Allgemeine Angelegenheiten, I, 1886, p. 253- 
255. 

Entomologist s Monthly Magazine (The), vol. XXXIII, July 1886, br. 
in-8. London. DOUGLAS (J.-W.). Note on some British Coccidse 
(n 3), p. 25. BUTLER (A.-G.). Description of two new species of 
Teracolus, p. 29. GROSE SMITH (H.). Description of two new species 
of PieridsK from Zanzibar. MAC-LACHLAN (R.). Notes concerning 
Chrysopa ventralis, prasima, abdominalis, aspersa and Zelleri, p. 33. 
ID. On some points of variation in Chrysopa septempunctata, p. 36. 
ID. Discovery of the Trichopterous genus Calamoceras in Central 
France. ID. Kolbia quisquiliarum Bertkau, a genus and species of 
Psocidx new to Britain, p. 38. KING (J.-J.). Csecilius piceus Kolbe, 
and C. Burmeisteri Brauer in Scotland, p. 39. RESTON (A.). Notes 
upon the capture of Coleoptera during flight, p. 39. WILDING (R.). 
jEgialia rufa Fab., p. 40. WOOD (THEODORE). Barypeithes pellu- 
cidus Boh., near Margate, p. 40. PORRITT (G.T.). Melanism in 
Hibernia progemmaria and Diurnea fagella, p. 40. BARRETT (G.-G.). 
Protectine Mimicry in a Moth., p. 41. ID. Teophrosia crepuscularia 
and biundularia, p. 41. SAUNDERS (E.). The male of Formicoxenus 
nitidulus Nyl., p. 42. ID. The female of Crabro signatus Panz., 
p. 42. DOUGLAS (J.-W.). Scottish Hemiptcra, p. 43. POWER 
(D r JOH.-ARTUR). Orbituary, p. 44. Goss (H.). Proceedings of the 
Entomological Society of London, p. 45. SHARP (D.). The Scyd- 
menidse of Japan, p. 46. 

Feuille des Jeunes Naturalises, n 189. Q 

Naturalista Siciliano (11). MILLIERE (P.). Catalogue raisonne des Lepi- 
dopteres des Alpes maritimes (fin). BAUDI (F.). Rassegna delle 
specie della famiglia dei Milabridi (Bruchidi degli autori) viventi in 
Europa et regioni finitime (cont.). 

Naturalists (Le), 8 e aimee, n os 37-38. Q 

Nature Novitates, 1886, 11 11. Q 

Proceedings of the Royal Society of London, vol. XL, n os 243 et 244. 

Revue des Travaux scientifiques, tome VI, n 2. Offert par le Ministere d< 
1 Instruction publique. Q 

Societe entomologique de Belgique (n73) (Compte rendu). PLATEAU (F.). 
Une experience sur la fonction des antennes chez la Blatte (Peri- 



% Seance du 28 juillet 1886. cxxm 

planeta orientalis). PREUDHOMME DE BORRE (A.). Note sur le Trio- 
donta aquita Cast, et cribellata Fairm. 

Societe Linne enne du Nord de la France, Bulletin mensuel, 14 e annee, 
tome VII, n os 150, 151, 152, 153, 154, 155. BRANDIGOURT. Obser 
vations sur la decapitation des Insectes et des Myriapodes. DELABY 
(E.). Ghasse au Rhipiphorus paradoxus L. dans les nids de Guepes 
vulgaires. ID. Nid de Frelons detruit par un renard. DUBOIS. 
Les Mouches comme agents de propagation des maladies contagieuses, 
des epidemics et des parasites, p. 215. CARPENTIER (L.). Contri 
butions a la Faune locale (Goleopteres), p. 228. DUBOIS. Carac- 
teres et particularites du monde des Insectes, p. 231 

Societe des Naturalistes da la Nouvelle Russie. Odessa, 1886. Tome X, 
vol. I et II (publication en russe contenant des travaux entomolo- 
giques). 

FABRE (H:). Nouveaux souvenirs entomologiques, 1882, et Souvenirs 
entomologiques, 1886. 2 volumes relies offerts a la Societe par 
M. Jules Grouvelle. 

GADEAU DE KERVILLE (H.). Causeries sur le Transformisme, IV (Selec 
tion artificielle et Transformisme experimental), 1886. 

GOBLET (RENE). Discours prononce par M. Rene Goblet, ministre de 
1 Instruction publique, des Beaux- Arts et des Gultes, le samedi 
l er mai 1886, a la seance de cloture du Congres des Societes savantes 
a la Sorbonne. 

NICKERLE (D p 0.). Bericht iiber die im Jahre 1885 der Landswirthschaft 
Bohmens schadlichen Insecten. 

OLIVIER (ERNEST). Note XXXVIII. Lampyrides nouveaux ou pen connus 
du Musee de Leyde. 

ID. Note XXIX. Revision du genre Pyroccelia Gorh. 

PUTON (A.). Enumeration des Hemipteres recueillis en Tunisie en 1883 
et 1884 par MM. Valery Mayet et Maurice Sedillot,-suivie de la des 
cription des especes nouvelles. 

SCUDDER (SAMUEL-H.). Memoir of John-Lawrence Leconte, 1825-1883. 

SELYS-LONGCHAMPS (EDME DE). Revision du Synopsis des Agrionines, 
l re partie, 1886. 

C. L. 



cxxiv Bulletin entomologique. t 

Seance du 11 aout 18SG. 

Presidence de M. C.-E. LEPRIEUR. 
M. H. Gadeau de Kerville, de Rouen, assiste a la seance. 

En 1 absence du President M. J. Bourgeois, qui en ce moment est a 
Nancy, ou il doit representer la Societe au Congres de 1 Association fran- 
c.aise pour l avancement des Sciences, le fauteuil presidentiel est occupe 
par M. Leprieur, ancien president. 

Lecture. M. Henri Gadeau de Kerville lit un memoire ayant pour litre : 
Evolution et Biologic des Hypera arundinis Payk. et Hypera adspersa 
Fabr. (H. pollux Fabr.). 

Communications. M. le Secretaire annonce, avec un vif regret, qu a la 
suite d une nouvelle attaque de paralysie, notre collegue M. J. Lichtenstein, 
de Montpellier, se voit dans 1 impossibilite de repondre, quant a present, 
aux communications qui lui sont faites. 

M. G.-A. Fauvel adresse a la Societe les remarques suivantes : 
Dans le dernier n du Bulletin, p. cxn, M. Grilat s elonne quo je n aie 

pas compare le Bythinus Fauconneti au simplex, et il s appuie pour 
cela sur 1 autorite de M. Reitter. Or, justement, M. Reitter, qui a public le 
meme insecte un mois apres ma description, sous le nom de B. Grilati 
(Wien. Ent. Zeit., 1886, 236, le compare, comme moi, au Baudueri et 
non au simplex, espece d ailleurs egalement assez voisine. 

II est done facheux que M. Grilat n ait pas attendu ropinion actuelle 
de notre savant collegue de Vienne avant de donner sa note. 

J ajoute qu en outre des localites que j ai deja citees, le B. Fauconneti 
se trouve aussi au mont Dore, ou nous 1 avons capture pendant la recente 
excursion de la Societe franchise d Entomologie. 

M. G.-A. Poujade fait connaitre deux Lithosides nouvelles du 
Thibet, appartenant au Museum : 

1 BIZONE BIFASCIATA Pouj. Envergure : <$ 9 40 mill.; ?, 44 mill. 

Male : d un blanc pur ; ailes superieures a bord costal droit, apex assez 
aigu ; bord externe s arrondissant seulement a Tangle interne. Deux 
bandes d un rouge carmin traversent obliquement 1 aile : Tune, presque 
droite, part un peu au dela du quart du bord costal pour aboutir un 
peu avant la moitie du bord interne. Entre cette bande et la base de 
1 aile, la cote est fmement bordee du meme rouge. L autre bande, presque 



Seance du 11 aout 1886. cxxv 

en forme d S, commence un peii au dela du milieu de cette derniere et 
s arrete environ aux trois quarts du bord interne. Entre ces deux bandes 
il y a trois points noirs discoidaux disposes en triangle, et au-dessus, 
sur la cote, une epaisseur depassant celle-ci et garnie de longs poils. 
Gette epaisseur est bien plus sensible en dessous, oii elle forme un repli 
bilobe, feutre, de couleur chair melee de brun et de rougeatre tranchant 
sur le blanc uniforme de la surface inferieure des ailes. Antennes simples, 
d un roux clair, legerement ciliees vues a la loupe ; palpes bruns en 
dessus ; thorax traverse par deux bandes de la couleur de celles des 
ailes : 1 une sur les epaules et 1 autre a Fecusson ; pattes blanches comme 
le corps, avec les jambes et les tarses anneles de brun. 

Femelle presque semblable : ailes superieures plus arrondies au bord 
externe et a la cote, depourvues d epaississement a cette derniere ; les 
bandes rouges sont plus ecartees et les points noirs discoidaux sont dis 
poses en triangle dont le sommet est en bas ; antennes simples, non 
ciliees. 

Un <?, deux ?, de Mou-Pin (Thibet), rapportes par M.l abbe A. David. 

2 BIZONE INTERROGATIONS Pouj. Envergure : J, 29 mill.; $, 41 mill. 

Male : ailes superieures blanches avec quatre bandes orangees, dont 
les deux medianes partagent 1 aile en trois parties et renferment trois 
points discoidaux disposes en triangle incline. La bande basilaire, qui 
n atteint pas le bord interne, est etroite et formee d une portion de 
cercle dont la convexite est en dehors ; la suivante est assez epaisse, 
parallele a la premiere et a peu pres de la forme d un point d interroga- 
tion ; la troisieme est mince et parallele a la seconde dans sa partie 
superieure, divergente et epaisse ensuite. Enfm la derniere longe le 
bord externe et s elargit en triangle a 1 apex. Ailes inferieures d un rose 
un peu orange sur les bords. Dessous des quatre ailes du meme rose ; 
aux superieures il y a une large tache triangulaire discoidale, a 1 extre- 
mite de laquelle tranche un epaississement arrondi, feutre et orange 
touchant la cote. Corps blanc, abdomen a seconde moitie du meme rose 
que les ailes inferieures. Epaulettes traversees par une bande de la cou 
leur de celles des ailes ; antennes legerement ciliees vues a la loupe, 
orangees de meme que les palpes, les tarses et des annulations aux 
tibias anterieurs et intermediaires. 

Femelle : ailes plus oblongues, les bandes des superieures plus etroites 
et plus uniformes, la terminale semblable aux autres. Dessous des supe 
rieures depourvu d epaississement feutre. 

Un tf, deux ?, de Mou-Pin (Thibet), rapportes par M. 1 abbe A. David. 



cxxvi Bulletin entomologique. 

M. Ch. Oberthiir possede des individus de cette espece qui ont ete 
pris a Kouei-Tcheou (Chine). 

Le memo membre signals deux Lepidopteres rares pour la faune 
des environs de Paris, qu il a pris a Fontainebleau dans le courant de 
juillet dernier : 

1 Polyphxnis sericata Esp., a Franchard, volant le soir a la clarte 
d une lampe ; 
2 Addalia moniliata Fabr., en battant les buissons, a Belle-Croix. 

Membre recu. Le Reverend H.-S. Gorham, The Chestunts Shirley 
Warren, a Southampton (Angleterre), qui s occupe d Entomologie en 
general, et surtout des Insectes de 1 ordre des Coleopteres; presente 
par M. Lucien Buquet, au nom de M. David Sharp. 

Membre de missionnaire pour 1887. M. de Mimont, au chateau de la 
Houssaye, par Fontenay-Tresigny (Seine-et-Marne, qui avait ete rec,u 
membre en 1861. 

E. D. 



Bulletin bibliographique. 

Academic des sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I ), 
tome GUI. N 4, 26 juillet 1886. SAINT-REMY (G.). Recherches 
sur la structure du cerveau des Myriapodes, p. 288. N 5, 2 aout 
1886. HOUSSAY (F.). Note sur le systeme arteriel des Scorpions. 

Annales de la Socie te a" Agriculture, Histoire naturelle et Arts utiles de 
Lyon. 5 e serie. Tome VI C , 1883. Q 

Tome VIP, 1884. CORNEVIN (Gn.). Premiere etude sur le Rouget 
du pore, p. 69. ARLOING. Appareil simple destine a rnesurer la 
quantite to tale d acide carbonique exhalee par les petits animaux. 

Tome VHP, 1885. ARLOING (S.). Influence de la lumiere blanche 
et de ses rayons constituants sur le developpement et les proprietes 
du Bacillus anthracis, p. 347. 

Annales de la Socie te Linne enne de Lyon. 1 Tome XXX, 1883. 
ROUAST (G.). Catalogue des chenilles europeennes connues (suite), 
p. 70. REY (G.). Tribu des Bre vipennes, 2 e groupe, Micropeblides, 
p. 153. ID. Tribu des Bre vipennes^ 3 e groupe, Ste nides, p. 175. 
ID. Quelques exemples de monstruosites chez les Coleopteres et 
He mipteres, p. 423. ID. Note sur les premiers etats de YAnthicus 



Seance du 11 aoiit 1886. cxxvn 

quisquilus, p. 425. BELON (MARIE-JOSEPH). Sur la place systema- 
tique du genre Langelandia et note synonymique, p. 431. MULSANT 
(L ABBE VICTOR). Description de la larve de YAppalochrus flavo-lim- 
batus, p. 437. KEY (G.). Enumeration ftlnsectes remarques sous 
les feuilles malades du tilleul, p. 440. ID. Comparaison entre plu- 
sieurs larves de divers genres d Elaterides. 

2 Tome XXXI, 1884. KEY (G.). Description de Coleopteres nou- 
veaux ou peu connus de la tribu des Palpicornes. BELON (R. P.). 
Monographic des Lathridiens, 2 e partie, p. 61. KEY (G.). Les Palpi 
cornes de France, p. 213. 

Annals of the New-York Academy of Sciences, late Lyceum, of Natural 
History, 1885. Q 

Atti della Reale Accademia del Lined (RendicontiJ, V e , IP, fascicule 14; 
2 semestre, fascicule 1 1886. Q 

Entomologist s Montly Magazine (The), vol. XXXIII, August 1886, br. 
in-8. London. D. SHARP. The Scydmxnidx of Japan (fin), p. 49-51. 

OSTEN-SACKEN. Notes towards the Life-history of Scenopinus fenes- 
tralis, p. 51-52. H.-S. GORHAM. Capture of Eucnemis capucinus 
Ahrens, a genus and species new the British List, p. 53. H.-W. 
BATES. Tropical african Coleoptera, chieffly from the Zanzibar, Main 
land (suite), p. 54-57. JOHN-W. ELLIS. Entomological localities 
near Liverpool, p. 57-63. GEORGE LEWIS. Notes on the genera 
C&rosternus und Idolia (Histeridx), p. 63-64. JOHN SCOTT. Descrip 
tion of a new genus and species of Hemiptera, p. 64-66. H. MON- 
CREAFF. Thychius hsematocephalus at Gosport, p. 66. W.-G. BLATCH. 
Homalium Allardi near Birmingham and Homalota eximia at Bewd- 
ley, p. 66. A. JENNER. Phlxophagus spadix, near Newhaven, p. 66. 

H.-T. STAINTON. The unusual scarcity of large Lepidoptera, p. 67. 

A. BALDING. Description of the larva of P&disca bilunaria, p. 67. 
A. BEAUMONT. Ochsenheimeria vaculella in abundance at Lewischam, 
p. 68. EDWARD SAUNDERS Ponera punctatissima Rog., ut Bromley 
Kent, p. 68. REV. W.-W. FOWLER. The European species of the 
genus Cerylon (commencement), p. 71-72. The South London 
entomological and Natural History Society. Entomological Society 
of London. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, l er aout 1886, n 190. DOLLFUS (A.). 
Note sur les Cloportides des environs de Paris (fin). 

Naturalista Siciliano (II), anno V, N 11. MILLIERE (P.). Notes ento- 



CXXVIH Bulletin entomologique. 

mologiques. BAUDI (F.). Rassegna delle specie della famiglia dei 

Milabridii (Bruchidi degli autori) viventi in Europa e regioni fini- 

time. 

Naturaliste (Le), 8 e annee, n 39. Q 
Natural History Society (Journal of the Bombay), vol. I, n 3, 1886. 

AITKEN (E.-H.). A. List of the Bombay Butterflies in the Society s 

collection. 

Proceedings of the American Association for the advancement of Science 
Thirty. Third Meetings Held At Philadelphia, Penn, vol. XXXIII, 
part. I et II. 

Proceedings of the Royal Society, vol XLJ, n 246. Q 
Revue des Travaux scientifiques, tome VI, n 3, 1886. 

Societa entomologica italiana (Bulletino della), anno diciottcsimo, tri- 
mestri I, II e III (dal Gennaio al Septembre 1886), in-8 avec pi. 
Firense. PIERO BARGAGLI. Rassegna biologica di Rincofory Europei 
(suite), p. 3-23, 259-307. R. GESTRO. Appunti per lo studio degli 
Anophthalmus italiani sp. n., 1 pi., p. 33-41. ANTONIO BERLESE. 
Julidi del Museo di Firenze. Contributo alia Fauna Miriapodologica 
italiana, g. et sp. n., p. 42-96, 183-231, 3 pi. ANGELO DE CARLINI. 

1 Rincoti Emitteri ed Omotteri Pavesi, p. 97-142. P. BARGAGLI. 
Un nuovo lavoro del socio Sig.-Herbert Goss, a di alcuni Insetti sco- 
perti recentemente in roccie carbonifere e siluriane, p. 143-152. 
BATTISTA GRASSI. I. progenitori dei Miriapodi e de gli Insetti. 1 Me- 
moria V, Interno ad un nuovo Aracnide artrogastro (Kcenonia mira- 
bilis) rappresentante di un nove ordine (Michrothelyphonida), 2 pi., 
p. 153-172. 2 Memoria IV. Cenni Anatomici sul genere Nicoletia, 

2 pi., p. 173-182. DANTE- ALESSANDRO ROSTER. Cenno monografico 
degli Odonati del gruppo Ischnura, 6 pi., p. 239-258. LATZEL. 
Diagnosi di specie e varieta nuove di Miriapodi raccolli in Liguria 
dal Dott. G. Caneva, sp. n., p. 308-309. GABBI UMBERTO. Contri- 
buzione allo studio dei nervi motori e della loro terminazione nei 
muscoli striati degli Artropodi, 2 pi., p. 310-333. ANTONIO BERLESE. 
La sotto famiglia dei Tarsonemidi, 1 pi., p. 334-354. CARLO EMERY. 
Alcune Formiche africane, sp. nov., 1 pi., p. 355-366. G. GAVANNA. 
Sul Dimorfismo di stagione negli Araneidi, p. 367-368. 

Socie te entomologique de Belgique (Compte rendu des seances de la), 1886, 
n 74. BERNARD (G.). Sur la presence du Coccus ouPuluinaria vitis 
dans les vignobles de la province de Liege, p. cxxxv. 



Seance du 25 aotit 1886. cxxix 

Societe Linneenne du nord de la France (Bulletin mensuel, n 156). 
DELABY (E.). Contributions a la faunc locale; rectifications au Cata 
logue des Coleopteres du departement de la Somme, p. 277. BRAN- 
DICOURT (V.). Une Dermatose speciale du cheval, p. 280. DUBOIS. 
Caracteres et particularites du monde des Insectes, p. 281. 

N 157. DUBOIS. Caracteres et particularites du monde des 
Insectes, p. 293. 

Transactions of the New-York Academy of Sciences, 1885-1886, vol. V, 
n os 2, 3, 4, 5, 6. Q 

Verhandlungen der kaiserlich-koniglichen Zoologisch-Botanischen GescMs- 
chaft in Wien. Ilerausgegeben von der Gesellschaft. Jahrgang 1886, 
XXXVI, Band. I. Sitzungsberichte. Seances de Janvier, fevrier 
et mars. Abhandlungen. -- SCHLETTERER (AUGUST). Ueber die 
Hymenopteren-Gattung Evania Fab., sp. n., 1 pi., p. 1-46. - 
BERGROTH (E.). Zur Kenntniss der Aradiden, g. et sp. n., 1 pi., 
p. 53-60. Low (D r FRANZ). Cecidiologische Notizen, p. 97-102. 
KRAUSS (D r HERMANN). Beitragezur Orthopteren Kunde, 1 pi., p. 137. 
Low (D r FRANZ). Neue Bcitrage zur Kenntniss der Psylliden. 
1 pi., sp. n., p. 149-170. BELING (THEODOR). Dritter Beitrag zur 
Naturgeschichte (Metamorphose) verschiedener Arten aus der Fa- 
milie der Tipuliden , p. 171-214. II. Sitzungsberichte. Seances 
d avril, inai et juiu. Abhandlungen. SIIETTERER (AUGUST). Zwei 
neue Arten der Hymenopteren-Gattung Evania (suite) sp. n., p. 231- 
234. HANDLIRSCII (ANTON). Die Metamorphose zweier Arten der 
Gaining Anacharis Dalm. Ein Hymenopterologischer Beitrag, 1 pi., 
p. 235-238. 

PACKARD (A.-S.). Memoir of Jeffries Wymaii, 1814-1874. 

C. L. 



Seance lu *5 aout 

^residence de M. J. BOURGEOIS. 

M. le President annonce que, conlormemerit a la decision prise dans 
la seance du 28 juillet dernier, la Societe entomologiquc de France a 
ete inscrite sur la liste des membres de V Association francaise pour 
I avancemenl des Sciences a partir de 1 annee 1886. 

(1886) Bulletin de la Societe entomologique de France. 15 



cxxx Bulletin entomologique. 

II indique egalemenl les litres des travaux et notes concernant 1 enlo- 
mologie qui out ete communiques au Congres de Nancy dans la session 
tenue du 12 au 19 aout courant : 

1 Secretions des glandes odorantes chez les Hemipteres (Punaises de 

lit); mecanisme de la secretion, par M. Kiinckel d Herculais. 
2 Sur les yeux des Copepodes (Caligus elPontellina), par M. M. Harlog, 

professeur d hisloire naturelle a la Faculle de Cork (Irlande). 
3 Sur la dispersion geographique des Isopodes terrestres, par M. Adrien 

Dollfus. 
4 De quelques particularity d organisation dans la tribu des Lycides, 

par M. J. Bourgeois. 

5 Des caracteres quo peut fournir 1 appareil respiratoire chez les insectes 
Goleopteres au point de vue de la classification, par M. Kiinckel 
d Herculais. 

6 Sur deux Copepodes nouveaux parasites des Synascidies, par M. Ganu. 
7 Sur YArtenia salina dans les Vosges, par M. Kunckel d Herculais. 
8 Arret du developpement chez les larves d Osmia. Rapport entre 

la quantite des aliments et la secretion soyeuse, par M. Nicolas. 
9 Structure du cerveau chez les Guepcs, par M. le D r Viallanes. 
10 De la luminosite des ceufs de Pyrophores, par M. Raphael Dubois. 

Tous ces travaux seront reproduits ou analyses dans le volume du 
Congres. 

M. le President ajoute que I Association frangaise tiendra sa session 
1 annee prochaine a Toulouse et dans deux ans a Oran (Alge rie). Le 
president de la session de 1887 sera M. de Rochas, et la section de 
Zoologie sera presidee par M. Sirodot, doyen de la Faculte des Sciences 
de Rennes et professeur de zoologie. 

Lecture. M. A. Salle communique un memoire ayant pour litre : 
Monographic du genre Ancistrosoma ; travail accornpague d une planche 
coloriee. 

Communications. M. L. Bedel adresse la diagnose d un Bupreslide 
nouveau, du Sahara algerien : 

AGRILUS LIMONIASTRI, n. sp. Oblongus, robustus, nitidns, purpureo- 
cupreus, albo tenuiter pubescens, jronte, pronoti litura media intermpta 
necnon lateribus, elytrorum vitta lata suturali, abdominis margine 
supero, pectore fere toto ventrisque maculis sex, in utroque latere, albo 
vellere inductis. Antennis ab articulo 4 serratis. Fronte depressa, postice 



Seance du 25 aont 1886. cxxxi 

leviter excisa; vertice hand sulcato. Prothorace rugis longiludinalibus vel 
obliquis texto, disco valde inaequali, transversim bisulcato, lined media 
tenui, interrupta, lateribus impressis, angulis posticis carina distincta 
pmeditis. Sculello transversim carinato. Elytris creberrime squamatim 
granulatis, ad suturam late sulcatis, apice obtusis extusque serratis, 
margine suturali postice elevato et acute serrato. Ventre splendmte, pube 
tenui sparsa; segmento singulo basi albo-maculato, macula segmenti primi 
dilatata, maculis segmentorum 2-5 guttiformibus, a latere et apice unius- 
cujusque segmenti remotis. Long. 7-8 mill. 

Biskra !, exclusivement sur Limoniastrum Guyonianum, arbuste de la 
famille des Staticees ; mai, juin. 

Tres voisin de PA. croceivestis Mars, (qui pullule a Biskra sur les 
petits Tamarix} , il en differe surtout par son front impressionne en 
arriere, son prothorax tres illegal, le bord sutural des c lytres dente en 
scie vers son extremite et par son abdomen d un rouge cuivreux ecla- 
tant, simplement orne d une serie laterale de taches blanches. 

M. J. Bourgeois communique une nouvelle suite a ses observations 
sur quelques especes de Lycides rapportees du Bresil par notre collegue 
M. E. Gounelle (voir supra, p. LXXXIV, xc ct xcvni) : 

1 GALOPTERON BRASILIENSE Cast., Hist, nat., p. 261. Bourg., Comptes 
rendus Soc, ent. Bclg., l er fevrier 1879, p. 12. sinuaticolle Luc., Voy. 
de Cast., 1857, p. 79. 

Un exemplaire $ appartenant a la var. y (Bourg., loc. cit.) a ete pris 
a Cara^a (province de Minas) en Janvier. La coloration des e lytres a 
envahi presque toute la surface ; il ne reste plus qu une petite tache 
jaune postmediane sur les l re et 2 e cotes principales. 

2 HAPLOBOTHRIS PUMILA Bourg., Gomptes rendus Soc. ent. Belg., 
l cr fevrier 1879, p. 15. 
Deux exemplaires a Matusinhos (province de Minas); mars-avril. 

3 HAPLOBOTHRIS SETOSELLA, nov. sp. Parva, elongata, parallela, 
subplanata, nitidiuscula ; fusco-nigra, prothoracis lateribus late limboque 
angusto apicali sicut et elytris flavis, his regione scuUllari vage trienteque 
apicali saturate nigris , nigredine posteriori ad suturam ascendente ; 
subtus nitidior, trochanteribus femorumque basi flavescentibus ; antenna- 
rum articulo quarto tcrtium longitudine superante quintoque paullo lon- 
giore; prothorace sabtrapeziformi., valde transverso, antice rotundalo, 
basi arcuatim emarginato, angulis posticis productis, acutis, fovea dis- 
coidali a basi usque ad quadrantem anteriorem disci prolongatu. indo vcro 



cxxxii Bulletin entomologique. 

in carinulam abeunte: elytris pubescentibus, setis brevibus, erectis, seri- 
ceo-micantibus hirsutis. c?. Antennis subserratis, abdomine segmento 
penultimo (septimo) subtus arcuatim emarginato, ultimo elongato-trian- 
gulari. ?. Hucusque invisa. Long. 5 mill.; lat. 1 1/4 mill. 

Tijuca (province do Rio); Janvier. Un exemp. rf. 

G est la plus petite des especes decrites jusqu a present. La foveole du 
pronotum, au lieu d occuper toute la longueur du segment, comme chez 
pumila, se termine vers le tiers apical et se prolonge ensuite jusqu au 
bord anterieur sous forme de carene. 

4 EMPLECTUS SCALARIPENNIS , nov. sp. Elongatus, subparallelus, 
supra planatus, nitidiusculus, niger, thoracis lateribus vittaque humerali 
flavis ; palporum maxillarium articulis basalibus flavis, mandibulis rufis; 
prothorace subtrapeziformi, transverse* , antice leviter rotundato, basi 
bisinuato, angulis posticis prolongatis, subacutis, fovea discoidali pro- 
funda, antice lanceolata, a basi usque ultra medium disci prolongata, 
indc vero in carinulam abeunte ; scutello quadrato, apice emarginato ; 
elytris pills suberectis, nigris, tenuibus vestitis, 4-costatis, costis sub- 
zequalibus, intervallis clathris transversis uniseriatim subquadrato-areo- 
latis ; corpore subtus nigro, trochanteribus femorumque basi flavescenti- 
bus. cf. Antennis flabellatis , articulis 3-10 ramulum compressum, 
longitudine articulum multo superantem, a basi emittentibus ; abdomine 
segmento penultimo media arcuatim emarginato, ultimo triangular i. 
$. Antennis subserratis, articulis compressis, latis, a 4 inde longitudine 
subxqwlibus, 3 quarto vix breviore, 10 prsecedenti longiore et angus- 
tiore, ultimo elongato, elliptico; abdomine segmento ultimo fere semi- 
lunato. Long. 7-9 mill.; lat. 2 3/4-3 mill. 

Un exemp. c? a Matusinhos (province de Minas); un exemp. $ a Garaga 
(idem); Janvier-mars. 

Gette espece fait un passage interessant entre les Haplobothris Bourg. 
(Gomptes rendus Soc. ent. Belg., 1879, p. 15) et les Emplectus Er. Elle 
rappelle, en effet, les premiers par la disposition reticulaire des elytres, 
qui presentent chacune quatre cotes longitudinales separees par des 
intervalles a une seule serie d areoies subcarrees ; mais, d apres la con 
formation des antennes chez le c?, elle doit etre placee parmi les 
Emplectus. 

- M. H. Lucas communique la note suivante : 
Pendant mon sejour a Huppaiii (Calvados), oii j ai passe tout le mois 
de juillet et une partie d aout, j ai souvent observe des Apis mellifica 



Seance du 25 aout 1886. cxxxni 

butinant sur les fleurs, particulierement sur celles des Echinops ritro et 
Tritoma uvaria, plantes assez communes dans les jardins. En etudiant 
les allees et venues de ces laborieux insectes sociaux, j ai rencontre deux 
individus appartenant a la variete noire que j ai decrite dans le Bulletin 
de notre Societe, p. LXX, 1881, sous le nom RApis nigrita, variete qui 
a ete decouverte au Jardin des Plantes et retrouvee par moi a Cham- 
bourcy, pres Paris (loc. cit., p. LXII, 1882). Si Ton portait une plus 
grande attention lorsqu on observe ces Hymenopteres, il est probable 
que Ton rencontrerait plus sou vent cette curieuse variete melanosome. 
La couleur noire de cette Abeille n est due a aucune substance etran- 
gere, comme on avail cherche a le demontrer. 

C est la premiere fois que je trouve VApis var. nigrita butinant avec 
I Abeille ordinaire ou A. mellifica, et les deux individus que j ai captures 
a Huppain sont des ouvrieres ou neutres. 

M. Ph. Grouvelle signale les especes suivantes de Coleopteres qu il 
a capturees le 15 aout dernier dans la foret de Fontainebleau : Adelocem 
varia; Athous rhombeus ; Aegosoma scabricorne et Odontaeus mobili- 
cornis $, cette derniere espece prise au vol, le soir, entre le carrefour de 
Paris et la Croix du Grand- Veneur. I! cite egalement le Carabus 
convexus, souvent rencontre dans certaines localites aux environs de 
Paris, mais qui n avait pas encore ete signale de Fontainebleau. 

M. G.-A. Poujade indique egalement plusieurs insectes rares qu il 
a pris dans la foret de Fontainebleau dans le courant de ce mois : 

1 Deux Buprestides : Dicerca berolinensis Fabr., dans la Tillaie, a 
terre, sous des hetres, et Eurythyrea carniolica Herbst, venant de tom- 
ber du cheno Pharamoud ; 

2 Un Nevroptere : Mantispa styriaca Poda (pagana Fabr.), qu il a 
deja vu prendre au Bas-Breau, fin juillet 1876, et dont il a capture deux 
individus femellcs au carrefour de Belle-Croix, le 22 aout dernier. 

On sait, d apres les observations de Brauer, faites en Autriche, que ce 
curieux Nevroptere, voisin des Heme robides, vit a 1 etat de larve dans 
les sacs ou cocons a oeufs de certaines Araneides. Je remarquai, dit 
M. Poujade, sous la corniche du pie destal de la croix, abrites du soloil, 
precisement a la place oii je pris mes deux individus, une grande quan- 
tite d oeufs blanchatres d une forme cylindrico-ellptique, et lixes par 
1 un des poles a 1 aide d un filament analogue a celui des oaufs de Chry- 
sopa, mais plus court, egalant a peu pres deux fois la longueur de 1 ceuf , 
qui, lui-meme, n atteint pas un demi-millimetre. Ges osuls ainsi fixes 



cxxxiv Bulletin entomologique. 

ressemblaient a un assemblage de petits champignons portes sur un tres 
delicat pedoncule, formant des plaques de deux a cinq centimetres. Us 
etaient tres irregulierement serres les uns centre les autres. Je soup- 
<;onnai fort avoir trouve des pontes de la Mantispa, quand plusieurs 
jours apres j en eus la confirmation : un des individus que j avais con 
serve vivant dans un petit bocai avec des brins de mousse, me pondit 
une quantite d o3ufs semblables, attaches a 1 aidc de leur filament aux 
vegetaux ou aux parois du vase. J ai pu surprendre 1 insecte pendant 
cette operation : appliquant d abord 1 extremite de son abdomen sur la 
place, il Ten eloigna tout en secretant un liquide filant et sechant 
promptement, c est-a-dire le pedoncule, jusqu a ce que I ceuf apparut 
sortant de la vulve, fixe immediatement sur sa tige. 

Get insecte, comme forme et comme allures, rappelle tout a fait la 
Mante : poste sur une tige, la tete et le prothorax fortement releves, les 
antennes continuellement en vibrations, les pattes anterieures repliees, 
terribles instruments de prehension, une Mouche vient-elle a se poser 
aux environs, fut-elle d assez forte taille, immediatement la tete de la 
Mantispe, qui est tres mobile, se tourne vers elle, puis soudain un vio 
lent coup de Tune ou quelquefois des deux puissantes pattes lui est 
lance comme un ressort et tres souvent la Mouche est prise, puis imme 
diatement devoree, solidemerit etreinte entre les deux tibias de son 
ennemi. Entre ses repas, 1 insecte se frotte et se neltoie la bouche et les 
yeux a 1 aide de 1 une ou 1 autre de ses pattes anterieures. 

M. Peragallo, de Nice, envoie, par 1 entremise de M. L. Buquet, la 
note suivante sur une chenille utile a 1 agriculture : 

En cherchant a debarrasser les branches d un figuier des coques 
circuses du Ceroplastes rusci qui les couvraient, j ai eprouve sur cer 
tains points, au frottage de la main, une resistance due a des reunions 
de coques d un demi-centimetre de longueur sur un quart de centi 
metre de largeur, adhererites a la branche, mais pouvant cependanl s en 
detacher en laissant apercevoir sur la partie plate une toile parcheminee 
d un blanc grisatre, non transparente. 

Gette toile enlevee avec une epingle, on trouve soit une chenille, 
soit sa chrysalide. Frappe de Taspect tout particulier de cette chenille, 
ramassee, bossue, rosee ou d un vert tendre, n ayant que 10 pattes au 
lieu de 16, et au lieu des pattes anales, une double couronne a crochets 
prehensiles, je la soumis a M. Milliere, qui reconnut en elle la chenille 
de I Erastria scitula Hb., dont il possedait un dessin assez vague venant 



Seance du 25 (tout 1886. cxxxv 

d Espagne. M. Milliere a donne la description de cette chenille dans tm 
des numeros de la Revue d Enlomologic de 1884. 

Quant au papillon, qui est d un gris nuance de noir, la description de 
Dupoiicliel est parfaitement exacte; de plus, j ai fait connaitre succes- 
sivemerit les agissements de cette chenille dans la 2 e partie de mes 
Etudes sur tes Insectes nuisibles a V Agriculture. Aux indications que j ai 
dcja fournies, je puis en ajouter aujourd hui de nouvelles qui complete- 
ront 1 histoire de cet insecte interessant a plusieurs points de vue. 

Les abris ftErastria recueiilies en hiver, non seulement sur les 
figuiers, mais aussi sur les lauriers-roses et les yuccas attaques par les 
Goccides a carapace solide de differentes especes, m ont donne le papillon 
en mai, lorsque jusqu a ce jour on ne 1 avait pris au vol, et de nuit, 
qu en juillet. Y aurait-il deux eclosions, conformement a i opinion gene- 
ralement admise ? et 1 insecte est-il, a l 6tat de chenille, utile a 1 agri- 
culture ? Ge sont la deux questions qu il etait necessaire de resoudre. 

J ai pu, cette annee-ci , en poursuivant mes etudes sur les maladies 
des vegetaux, arriver a cette double conclusion : YErastria scitula a 
deux eclosions ; VErastria scitula est, a Petal larvaire, 1 une des rares 
chenilles utiles a 1 agriculture, car elle se nourrit exclusivement de 
Goccides femelles et plus particulierement de leurs oeufs. 

J avais, des le mois de mai, comme les annees precedentes, obtenu un 
certain nombre de papillons d eclosion, bien differents comme beaute de 
ceux pris au vol, lorsque le l er juillet, cherchant a debarrasser un yucca 
de mon jardin de Nice des nombreuses coques noires de Lecanium qui 
couvraient ses leuilles basses et attiraient des bandes de Fourmis, je 
remarquai qu au milieu des Goccides cxistaient des berceaux de toute 
grandeur tfErastria, dont les habitants de tout age circulaient, leur 
carapace sur le dos ; ayant suivi ces chenilles, et plus particulierement 
celles qui n etaient pas plus grosses qu une te"te d epingle, j arrivai aux 
constatations ci-apres. Les femelles tfErastria ccloses en mai s ac- 
couplent et doivent pondre au milieu des femelles de Coccides, pleines 
a ce moment d une grande quantite d oeufs d un jaune saumon. La petite 
larve eclose s introduit dans une coque et Fa bicntot videe ; elle est alors 
d un rouge rose, avec les maudibuies, la plaque cornee de la tete et les 
pattes vraies d un noir brillant. Lorsque la jeune larve ne trouve plus 
dans la premiere Goccide de quoi se iiourrir, elle la detache, et, conservant 
1 enveloppe sur son dos, elle en cherche une seconde ; on la voit plonger 
sa tete dans cette nouvelle victime, et lorsqu elle 1 a videe comme la 
premiere, elle la fait passer sur son dos et la soude avec la premiere. 



cxxxvi Bulletin entomologique. 

Lorsque la chenille a assez mange, lorsqu elle s est construit une cara 
pace compose e d au moins quatre coques ayant contenu a peu pres 1,000 
a 1,200 OBufs, elle se fixe pour se transformer, soit sur la branche ou la 
feuille ou elle a vecu jusqu a ce jour, soit dans une fente de 1 arbre, et 
le plus souvent en compagnie d autres de son espece, vers son pied, 
s isolant au moyen d une toile parcheminee adherente a la feuille ou a la 
branche. 

En captivite, mes chenilles ont hesite a se fixer sur les feuilles de 
yucca dessechees et raccornies ; elles ont prefere aller , Tune apres 
1 autre, 1 une a cote de 1 autre, se coller a 1 un des angles de la vitrine, 
utiiisant des debris de papier imbibes d une liqueur gluante pour clore 
leur berceau. Les chenilles en education, provei^ant d uno deuxieme 
eclosion, ont cesse de se nourrir le l er juillet, et le 30 a commence 1 eclo- 
sion, qui se prolongera sans doute pendant tout le mois d aout. 

II est done maintenant etabli que YErastria scitula se nourrit exclu- 
sivement d oeufs a carapace solide, Ceroplastes, Lecanium ; qu elle uti 
lise ces carapaces vides pour se constituer un abri portalif dans lequcl 
elle opere sa transformation ; enfin, qu il y a bien certainement deux 
generations. 

M. J. Kiinckel d Herculais expose quelques considerations sur les 
caracteres que peut fournir 1 appareil respiraloire pour differencier ou 
rapprocher certaines families de Goleopteres ; il insiste particulierement 
sur les dissemblances que presente le systeme tracheen des Elaterieles 
et des Buprestides. Chez les premiers, en effet, le systeme respiratoire 
est uniquement constitue par des trachees tubulaires ; chez les seconds, 
il est forme d une multitude de trachees vesiculeuses, comme chez les 
Cetonides, les Scarabeides, les Lucanides. Les recherches ont porte prin- 
cipalement sur les Pyrophores et les Julodis. H. Milne-Edwards et 
M. E. Blanchard ont fait connaitre plusieurs caracteres differentiels de 
grande valeur qui auraient du depuis longtemps determiner les entomo- 
logistes classificateurs a separer les deux grandes families des Elaterides 
et des Buprestides ; mais si Ton consulte les catalogues et les ouvrages 
monographiques les plus recents, on voit qu ils persistent a les rappro 
cher ; a defaut d autres, les caracteres fournis par la disposition qu af- 
fecte 1 appareil respiratoire dans ces deux groupes suffisent pour justifier 
leur e loignement. 

E. D. 



Seance du 25 aout 1836. cxxxvii 

Bulletin bibliographique. 

Accademia del Lined (Atti delta Reals). Rendiconti, 1886, vol. II, 

fascic. II. O 
Association francaise pour I avancement des Sciences, XV e Congres, 1886. 

Nancy et la Lorraine. Notice historique et Scientifique. Q 
Bulletin d Insectologie agricole, 1886, n os 7-8. L. MOLEYRE. Insectes 

et Crustaces comestibles (suite, avec fig.). E. SAVARD. La Mouche 

de 1 oseille. 
Bulletin of the Museum of comparative Zoology, at Harvard College, 

Cambridge, 1886, vol. XII, n 5. 
Mittheilungen der Schweizerischen entomologischen Gesellschaft, vol. VII, 

Heft 6 (Juni 1886). D r E.-A. GOLDI. Beitrage zur Kenntniss der 

kleinen u. kleinsten Gliederthierwelt Brasiliens. PROF. H. FREY. 

Nachtrag zur Lepidoptercn-Fauna der Schweiz. D r G. SCHOCH. 

Orthoptera Helvetiae. 

Naturaliste (Le), 8 e anne e (15 aout 1886), n 40. ED. BRABANT. Obser 
vations sur la chenille de Lycaena semiargus R. 

Societe Linneenne du Nord de la France, 14 e anne e, vol. VII, Bulletin 
mensuel n 158 (l er aout 1886). MICHEL DUBOIS. Caracteres et par- 
ticularites du monde des Insectes (traduction). 

BOLIVAR (IGNACIO). Artropodos del Viage al Pacifico, Madrid, 1884. Neu- 
ropteros y Ortopteros. Ill p., 4 pi. * 

BOUVIER (A.). Les Animaux de France, 1886, I, Mammiferes. * 

GASPERINI (PROF. RICARDO). Notizie sulla Fauna Imenotterologa Dalmata, 

Zara, 1886. Api e Vespe. 30 p. * 
KUNCKEL D HERCULAIS (J.). La Punaise de lit et ses appareils odoriferants 

(extrait des Gomptes rendus de F Academic des Sciences), juillet 1886, 

4 p.* 
RILEY (CHARLES V.). Report of The Entomologist for 1885, Washington, 

9 pi. et 1 carte. * 

LE MEME. The Mulberry Silkworm (June 1886), Washington, 61 p., 2 pi. * 

G.-A. B. 



(1886) Bulletin de la Societfi entomologique de France. 16 



cxxxvin Bulletin entomologique. 

Seance du 8 septembre 1886. 

residence de M. J. BOURGEOIS. 

M. le President prononce les paroles suivantes : 

Messieurs, le 31 aout dernier a ete celebre au Museum le centieme 
anniversaire de la naissance de 1 un des plus grands savants dont s honore 
la France, 1 illustre M. Ghevreul. La Societe entomologique a ete repre- 
sentee a cette imposante ceremonie par plusieurs de ses membres. Je 
pense traduire fidelement les sentiments de ceux de nos collegues qui, 
avec moi, ont pris part a cette fete, en disant que ce fut pour nous une 
grande joie, en meme temps qu un grand honneur, de pouvoir nous 
incliner avec respect devant I homme venerable dont la vie est un si 
bel exemple pour tous les adeptes de la science. 

Communications. M. L. Buquet annonce la mort de deux entomolo- 
gistes : 1 M. le baron Edgar de Harold, rec,u membre de la Societe en 
1858, decede a Possenhofen le l er aout 1886 ; et 2 M. 1 abbe Victor 
Mulsant, fils du savant entomologiste. 

M. Ed. Lefevre donne les descriptions suivantes de quatre nouvelles 
especes de Coleopteres de la famille des Eumolpides, qui lui ont ete 
communiquees par M. Alfred Guillot : 

1. GOLASPIS LUTESGENS. Oblonga, valde convexa, subtus obscure 
viridi-xnea, supra lutescens, mridi-punctata, parum nitida, labro, palpis, 
antennis pedibusque flavis ; capite dense subconfluenter punctato, inter 
oculos longitudinaliter impresso, utrinque supra antennarum insertio- 
nem spatio l%m subcalloso instructo ; prothorace transverso, in medio 
disci irregulariter et remote, ad latera utrinque crebrius subconfluenter 
punctalo (punctis aciculatis) ibique profunde fossulato, margine laterali 
ipso medio bidenticulato ; elytris dense inordinatim sat fortiter punctatis ; 
punctis aciculatis, costula Ixvi juxta marginem laleralem utrinque lon 
gitudinaliter instructis, callo humerali tumido, l&vi. Long. 7 mill.; 
lat. 3 mill. 

Yurimaguas (Haut-Perou). 

2. RHABDOPTERUS DECIPIENS. Suboblongo-ovatus, convexus, subtus 
rufo-brunneus, magis minusve viridi-metallico-tinctus, supra seneo-viri- 
dis, nitidus, labro sicut et palpis rufo-brunneis, antennarum articulis 
sex basalibus Ixte fulvis, reliquis cyaneo-nigris ; capite remote subtiliter 
punctulato, inter oculos vage impresso ; prothorace convexo, Ixvi, punctis 



Seance du 8 septembre 1886. cxxxix 

nonnullis, Me illic remote dispositis, tantum instructo, margine later all 
utrinque subrolundato, medio vage angulato ; scutello l&vissimo ; elytris 
infra humeros late transversim impressis, sublineatim punctatis, apice 
summo punctato-sulcatis, punctis ad latera majoribus ; pedibus rufo- 
brunneis, femoribus magis minusve viridi-metallico-tinctis. Long. 5 
6 mill.; lat. 3 3 3/4 mill. 
Cayenne. 

3. ALETHAXIUS STRIATULUS. Breviter ovalis, convexus, subtus piceo- 
brunneus, obscure viridi-metallico-tinctus, supra saturate brunneo-seneus, 
nitidus, labro, palpis antennisque testaceis, harum articulo 7 duobusque 
articulis ultimis nigro-infuscatis ; capite subrugose punctato, inter oculos 
vage impresso ; prothorace transverso, convexo, dense subtiliter undique 
punctulato, lateribus utrinque rotundato, concinne marginato ibique 
medio bisinuato ; scutello Ixm, apice rotundato ; elytris infra humeros 
transversim evidenter impressis, ad latera grosse confluenter subrugose, 
juxta suturam subtilius el lineatim punctatis, versus apicem punctato- 
sulcatis, interstitiis sat elevatis, Ixvibus ; pedibus rufo-brunneis, tibiis 
apice pilis aureis sat dense obteclis. Long. 44 1/2 mill.; lat. 2 1/2 
2 3/4 mill. 

Colombie. 

4. GOLASPOIDES IGNEICOLLIS. Ovalis, convexa, subtus viridi-aurato- 
micans, capite, prothorace scutelloque igneo-cupreis, fulgidis, labro rufo- 
brunneo, antennis fulvis, apice summo nigro-infuscatis ; prothorace subti- 
lissime punctulato ; scutello Ixvi, apice subacuto ; elytris cyaneis, infra 
humeros utrinque vage transversim impressis, subtiliter inordinatim 
punctatis ; pedibus rufo-brunneis, femoribus duobus posticis medio viridi- 
aurato-tinctis. Long. 51/2 mill.; lat. 3 3/4 mill. 

Yurimaguas (Haut-Perou). 

M. J. Bourgeois continue ses observations sur quelques especes 
de Lycides rapportees du Brcsil par notre collegue M. E. Gounelle (voir 
supra, p. LXXXIV, xc, xcvm et cxxxi) : 

1 GALOPTERON VARIEGATUM Kirsch, Berl. ent. Zeits., 1865, p. 56. 
Bourg., Ann. Soc. ent. Fr., 1879, p. 25, pi. 4, fig. 11. 

Quatre exemplaires $ a Salobro (province de Bahia), juin-juillet ; un 
exempl. $ a Matusinhos (province de Minas), mars. 

Gette espece, qui est surtout repandue en Golombie, presente plusieurs 
varietes de coloration qu on pent grouper comme suit : 



CXL Bulletin entomologique. 

Coloratio typica. Antennis nigris, thorace flavescente, disco s&pius 
longitudinaliter fusco, elytris basi flava fasciaque pone medium lata 
albida ; corpore subtus cum pedibus nigris, pectore fere toto, abdominis 
segmentis basalibus medio, trochanteribus femorumque basi flavis. 

p (par exces). Antennis nigris, thoracis margine maculaque hume- 
rali flavis, elytris fascia pone medium albido-flavescente ; corpore subtus 
cum pedibus nigris, trochanteribus femorumque basi flavis. 

G est a ce systeme de coloration qu appartiennent les quatre individus 
de Salobro cites plus haut. L exemplaire trouve a Matusinhos peut 
etre considere comme un des termes extremes de cette meme variete : 
la tache numerate jaune est presque reduite a un point et la bande post- 
mediane n est plus representee que par quelques macules irregulieres, 
vaguement limitees. 

Y (par defaut). Antennis nigris, basi plus minusve testaceis, thorace 
flavo, elytris basi late flava fasciaque pone medium lata albida; corpore 
subtus flavo, abdomine postice infuscato, pedibus flavis, femoribus tibiisque 
apice sicut et tarsis fuscescentibus. 

Comme terme extreme de cette variete, nous citerons un exemplaire $ 
de notre collection, provenant de Golombie, dans lequel les elytres sont 
d un blanc jaunatre a 1 exception du tiers apical et d une petite tacho 
suturale commune, allongee, situee vers le quart anterieur, qui sont d un 
brun violace legerement metallique ; la tete (sauf les yeux), la poitrine 
et l abdomen sont entierement jaunes. 

2 GALOPTERON AURITUM, sp. nov. Elongato-ellipticum, medio pa- 
rum dilatatum, subconvexum, brevissime pubescens, fere opacum, nigro- 
fuscum, antennarum articulis 1-3 subtus, facie, palporum maxillarium 
articulis 3 primis thoraceque flavis, hoc disco (carina excepta) plus mi 
nusve longitudinaliter infuscato vel nigro ; mandibulis mfis ; prothorace 
transverso, trapeziformi, longitudine basi paullo latiore, antice rotun- 
dato, lateraliter plus minusve reflexo-marginato et constricto, postice 
utrinque sinuato, angulis posticis subacutis ; elytris a basi usque ad me 
dium sensim parum dilatatis, dein apicem versus fere similiter attenuatis 
(inde simul sumpta potius elliptica quam ovata appareant), 4-costatis, 
costis 2 et 4 multo magis elevatis, quarta ad humerum dilatata, inter- 
vallis costarum a clathris transversis, numerosis, confertim areolatis. 
c?. Abdominis segmento 7 (penultimo) subtus arcuatim emarginato; 
$. Abdominis segmento 7 (ultimo) semi-lunato. 



Seance du 8 septembre 1886. CXLI 

p. Elytris regione scutellari nee non costa humerali ad basin flaves- 
centibus. 

Bresil. 

Long-. 1418 mill.; lat. hum. 34 mill.; lat. max. 68 mill. 

Un individu <$ de la var. (3 a ete pris a Matusinhos (province de Minas) 
par M. E. Gounelle ; mars. 

Gette espece est tres voisine du C. picipenne Perty, mais est facile a 
reconnaitre a son aspect plus mat, a sa tete jaune anterieurement et a 
ses elytres plus paralleles, beaucoup moins dilatees, presentarit leur plus 
grande largeur peu apres le milieu et non vers 1 extremite, ce qui donne 
a 1 insecte une forme subelliptique allongee. 

Le meme membre fait la communication suivante sur deux especcs 
de Malacodermes de la faune beige : 

1 M. F. Dietz a trouye, le 23 mai dernier, a Lillo, localite situee sur 
les bords de FEscaut, en aval d Anvers, le Cantharis Darwiniana Sharp 
(Trans, ent. Soc., 1866, p. 436), espece qui n avait encore ete signalee 
jusqu a present que d Ecosse. L exemplaire unique que M. Dietz m a 
communique est une $ ; sa coloration differe un peu de celle indiquee 
dans la description. Sur la tete, les deux points noirs intra-oculaires 
sont bien marques, mais on n apercoit pas les deux laches noires entre 
les antennes. Quant au pronotum, il presente tres nettement la tache 
noire en forme d M des exemplaires typiques ; seulement cette tache, au 
lieu d etre largerncnt dessinee et de former une ligne continue, est inter- 
rompue par endroits et composee d une suite de points delies. II serait 
interessant de rechercher cette espece sur d autres points du littoral des 
Pays-Bas et de nos cotes de la Manche. 

2 On trouve a Galmpthout (Belgique) une variete du C. pellucida 
Fabr. qui differe du type par les cuisses anterieures et intermediaires 
entierement noires, a 1 exception de 1 extreme sommet (voir Faune 
gallo-rhenane, Malacodermes, p. 117). M. Dietz, qui, le premier, avait 
decouvert cette variete, vient de m en communiquer de nouveau dix 
individus, tous captures dans la meme localite, le 30 mai dernier. Chose 
curieuse, m ecrit-il, je n ai jamais pris a Galmpthout un seul pellucida 
typique. Nous sommes done ici en presence d un cas interessant de 
variete locale. 

M. A. Clement presente les remarques suivantes : 

J ai 1 honneur de faire passer sous les yeux de la Societe plusieurs 

individus vivants de la Mante religieuse, captures dimanche dernier a 

Lardy. 



CXLII Bulletin entomologique. 

Get insecte etait deja signale commo habitant les environs de Paris, 
mais je suis heureux de pouvoir indiquer une localite oii, en moins 
d une heure, avec un compagnon de chasse, M. Chcvrier, nous avons 
pu prendre six males et une femelle; depuis, trois males et une femelle 
ont ete retrouves au meme endroit. 

L annee passee deja, des enfants du pays m avaient apporte" deux 
exemplaires de cet insecte qu ils connaissaient d ailleurs bien sous le 
nom de religieuse. 

La localite qu il habite m a paru tres limitee, mais elle est facile a 
trouver. II suffit, en effet, de gagner le coleau qui fait face a la gare de 
Lardy, a droite en venant de Paris ; apres avoir monte un peu au-dessus 
de la sabliere, on tourne a droite. Le tout demande a peine huit a dix 
minutes. 

Contrairement a ce qu indiquent les auteurs, c est le matin et au vol 
que nous avons eu le plaisir de capturer ces Orthopteres, dans un 
endroit sec et peu boise. 

Mon ami M. Chevrier en a obtenu 1 accouplement en captivite. J ai 
voulu tenter la meme experience, mais soil qu elle fut deja fecondee, ou 
soit qu elle fut a jeun, la femelle sur laquelle j experimental a complete- 
ment devore le male que je lui avais adjoint. 

J ai egalement rencontre, le meme jour et en abondance, rEphippiger 
mtium, bel Orthoptere commun dans toute la region. 

Je signalerai aussi la capture dans la meme journee du Calosoma 
auro-punctatum, pres de la tour de Poquency, insecte dont un exemplaire 
avait egalement ete trouve a Ghamarande 1 annee passee. 

A la suite de ces observations : 

M. J. Bourgeois ajoule que la Mantis religiosa se prend assez abon- 
damment vers la fin do 1 ete et en automne sur les collines calcaires 
et les contreforts vosgiens arides du Haut-Rhin, et principalement a 
Tiirckheim. D apres M. Bciber, cet Orthoptere aurait meme ete pris a 
Gerbamont, au moins a 800 metres d altitude, dans la region vosgienne. 

M. Lefevre dit que la Mante religieuse a deja ete trouvee en assez 
grand nombre aux environs de Ghartres, dans des conditions identiques 
a celles relatees par M. Clement. 

M. G.-A. Poujade fait passer sous les yeux de la Societe une Man- 
tispa styriaca Poda vivante, qui a pondu aujourd hui mume ses osufs 
en plaque, absolument comme a 1 etat de nature. II dit que, depuis sa 
derniere communication sur ce curieux Nevroptere, il a decouvert a 



Seance du 8 septembre 1886. CXLIII 

Fontainebleau de nouveaux amas d oeufs de Mantispe places sous des 
rochers et tou jours bien abrites du soleil. 

II signale egalement la capture qu il a faite, dimanche dernier, a 
Lardy, de deux especes d Acridiens, les Stenobothrus nigromaculatus 
Herr.-Sch. et hxmorrhoidalis Gharp. Ces Orttiopteres sont assez rares et 
n ont pas ete, a sa connaissance, repris dans cette localite depuis que 
M. Louis Brisout de Barneville les y a decouverts. 

Le meme membre depose sur le bureau les descriptions d une 
Zyga3nide et d une Lithoside, provenant de Mou-Pin, rapportees par 
M. 1 abbe A. David, qui eri a fait don au Museum : 

1 THYRINA ELEGANS Pouj. Envergure : 26 mill. Ailes supe- 
rieures longues de 11 millimetres, tres peu garnies de fines ccailles noires, 
excepte au bord interne, oii elles sont serrees et le rendent complete- 
ment noir ; bord costal et nervures de cette derniere couleur. Ailes infe- 
rieures longues de 7 millimetres, presque transparentes, surtout vers le 
bord abdominal ; bord costal enfume, plus noir a la base. Franges noires. 
Corps, pattes et antennes noiratres, celles-ci fortement pectinees ; des- 
sous de 1 abdomen ayant dc sombres relicts d un vert metallique. 

Decrit sur deux males. Femelle inconnue. 

2 CALLIGKNIA CARNEA Pouj. Envergure : cT, 35 mill.; $, 40 mill. 
De grande taille pour le genre ; couleur generale du corps et des ailes 
rose de chair, plus fonce aux superieures ; sur ces dernieres, il y a un 
petit point bruri a l extremite de la cellule et deux autres vers 1 apex, 
puis, aux deux tiers du bord interne, une tache brune. Dessous du 
meme ton que le dessus, un peu plus clair aux ailes superieures ; disque 
de ces dernieres nuage de brun, surtout chez le male ; tibias et tarses 
anterieurs et intermediaires anneles de brun. 

Un male et deux femelles. 

M. J. Bourgeois montre a ses collegues : 

1 Trois especes de Sirex captures a Sainte-Marie-aux-Mines (Alsace), 
dans un chantier de bois de sapin: S. gigas L., c?, $; S. spectrumL., $; 
S. Augur Klug, $. 

2 Quelques individus du Cyamus ceti L., Grustace Lemodipode connu 
des pecheurs sous le nom de Pou de Baleiue , qui ont ete pris, au 
mois de juillet dernier, par un de ses amis, sur le corps d uno Baleine 
eciioue e a Tromso (Laponie norwegienne). 



CXLIV .~*^f \ Bulletin entomologique. 

\ \- t , 
M. H. Lucas .communique la note suivante : 

On peut dire que Fougeroux de Bondaroy est le premier naturaliste 
qui a demontre (Mem. de 1 Acad. des Sc., p. 29, pi. i, fig. 1 a 8, 1772), 
que le parasite qui se trouve sous la carapace des Palemon serratus et 
squilla n est pas une petite Sole, comme le croient encore les pecheurs 
des cotes nonnandes, mais bien un Crustace. 

En observant a 1 etat vivant, pendant les mois de juillet et d aout, des 
Palemon serratus et squilla $ et ? peches sur les cotes de Port-en-Bessin 
(Calvados), j ai souvent remarque que les cotes de la carapace (tantot a 
droite, taiitot a gauche) de ces Crustaces Macroures presentaient des 
saillies tres volumineuses, convexes, arrondies, et ayant la forme d une 
tumeur tres visible a 1 exterieur. En soulevant la voute de ces carapaces, 
je rencontrai fixe sur les branchies un Crustace parasite, le Bopyrus 
squillarum Latr. (Hist. Nat. des Crust., t. VII, p. 55, pi. 59, fig. 2 a 4; 
Desm., Consider, gener. sur les Crust., p. 235, pi. 49, fig. 8 a 14; Edw., 
Hist. Nat. des Crust., t. Ill, p. 282). Ce Crustace a ete range par Fabricius 
parmi les Monoculm, bien probablement parce que les jeunes, au mo 
ment de leur naissance, ressemblent aux Cyclopes nouveaux-nes. J ai 
remarque que c etaient toujours des femeiles que Ton rencontrait et que 
ces parasites etaient pourvus d oeufs : ceux-ci sont en immense quantite, 
tres petits et occupent la region ventrale, qui est entierement envahie ; 
ils sont proteges et maintenus par une membrane tantot transparente, 
tantot d un brun fonce et qui empeche cette masse .d oeufs d etre en contact 
immediat avec la carapace ; cette membrane, qui est ouverte dans son 
milieu, n est autre que la poche ovifere qui est fortement distendue et 
presque deformee par les oeufs, qui y sont en immense quantite. En sou- 
levant les feuillets abdominaux de ce singulier Crustace, j ai rencontre 
quelquefois le male, qui se tient ordinairement sous 1 abdomen de la 
femelle : celle-ci, toujours plus ou moins dejetee sur le cote, est d un 
blanc testace ; elle egale en longueur 12 a 15 millimetres et elle n a pas 
moins de 9 millimetres dans sa plus grande largeur. Le male, au con- 
traire beaucoup plus petit que la femelle, dont il a la couleur, est long 
de 2 millimetres environ et mesure dans sa plus grande largeur a peine 
un quart de millimetre. 

Les osufs sont orbiculaires, presque transparents et d un blanc testace ; 
ils out un quart de millimetre. Lorsque ces oeufs sont sur le point de se 
developper, ils deviennent bruns, opaques, et perdent leur forme sphe- 
rique ; ils sont alors plus longs que larges et leur longueur est d un 
demi-millimetre. Les femeiles sont d une prodigieuse fecondite : une 
seule ponte donno douze a quinze cents oeufs environ. E. D. 



Seance du 8 septembre 1886. CXLV 

Bulletin bibliographique. 

Acade mie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I ), 
2 e semestre 1886, n os 6 et 7 Q. N 8 (23 aout 1886). FRANQOIS. Sur 
une larve de Lampyris noctiluca ayant vecu sans tfite. 

Academy of Natural Sciences of Philadelphia (Proceedings of The), part I, 
January to March 1886. AARON (S.-FRANK). On some new Psocidae, 
Ipl. 

Accademia dei Lincei (Atti delta Reale). Rendiconti, 1886, vol.11, fascic. 

in, iv. o 

Feuille des Jeunes Naturalistes, n 191 (l er septembre 1886). A. DOLL- 
FUS. Recolte et conservation des Isopodes. Communications : 
Coleoptere anormal, Nemeophila metelkama. 

Linnean Society of London- (The Transactions of The), vol. Ill, part 4, 
December 1885. THE REV. A.-E. EATON. A Revisionai Monograph 
of Recent Ephemeridae (continuation). 

Linnean Society of New South Wales (The Proceedings of The}, Sydney, 
vol. X : 

Part 3, December 1885. GEORGE MASTERS. Catalogue of the 
described Coleoptera of Australia, I. A. SIDNEY OLLIFF. Contribu 
tions towards a knowledge of the Coleoptera of Australia. W. 
MACLEAY. A new genus of Lamprimidcs. 

Part 4, April 1886. GEORGE MASTERS. Catalogue of the descri 
bed Coleoptera of Australia, II. A. SIDNEY OLLIFF. A List of the 
Trogositidae of Australia, with notes and descriptions of new species. 
LE MEME. On a new Butterfly of the Family Lycaenidae. LE 
MM. Remarks on Australian Ptinidae, and descriptions of new 
genera and species. E. MEYRIGK. Descriptions of Australian M-icro- 
lepidoptera. 

Naturae novitates, 1886, n os 15 et 16 (aout). Q 

Naturalista Siciliano (II), ann. V (Septembre 1886), n 12. F. PAJNO. 
Notizie lepidotterologiche. BELLIER DE LA CHAVIGNERIE. Note sur 
la Geometra lythoxylaria. D p F. RUDOW. Nonnulli Pteromatini. 
F. BAUDI. Milabridi (Bmchidi), continuation. 

Naturalists (Le), 8 e annee (l er septembre 1886), n 41. FLEUTIAUX. 
Remarques et observations sur le Species des Cicinde lides de W. 

DOKIITOUROFF. 

(1886) Bulletin de la Societe entomologique dc France. 17 



CXLVI Bulletin entomologique. 

Revue des Travaux scientifiques, 1886, n 4. OiTert par le Ministere 
dc {Instruction publique. 

Royal Society of South Australia (Transactions, Proceedings and Report 
of The), Adelaide, 1886, vol. VIII. E. GUEST. Remarks on the 
Nomenclature of some South Australian Butterflies. 

Societe entomologique de Belgique (Compte rendu des seances de la), 
serie III (aout 1886), n 75. A. PREUDHOMME DE BORRE. Sur les 
especes europeennes du genre Haplidia. 

ANONYME. Nouvelle Methode pour conserver les Collections d Entomo- 

logie, Nancy, 1881, 7 p., 1 pi. * 
OLIVIER (AL.). Determination et description des ennemis du Tabac, 

Nancy, 1879, 52 p. * 
THOMAS (D r F.-A.-W.). Suldener Phytoptocecidien (extr. Verb, der k.k. 

Zool. Botan. Ges. in Wien, 1886), 14 p. * 

G.-A. B. 



[Seance du 2% septembre 1SSG. 

Presidencc de M. EUGENE SIMON , vice-president. 

Ne crologie. M. le President annonce la nouvelle perte que vient de 
faire la Societe en la personne de M. Maurice-Jean- Auguste Girard, notre 
collegue depuis 1857, decede subitement a Lion-sur-Mer (Calvados), 
le 9 septembre 1886, dans sa soixante-quatrieme annee, et dont les 
obseques ont eu lieu a Paris, & Saint-Jacques du Haut-Pas et au cime- 
tiere du Sud (Montparnasse), le dimanche 12 du courant. 

Parmi unc nombreuse assistance, plusieurs membres de notre Societe 
ont pu rendre les derniers devoirs a notre regrette collegue. Sur sa 
tombe , notre President, M. J. Bourgeois , a prononce le discours qui 
suit, lu en seance par M. G.-A. Baer et dont 1 imprcssion immediate au 
Bulletin est decidee, en attendant une notice sur la vie et les travaux 
en tomologiques de M. Girard : 
Messieurs, 

Les travaux du savant et laborieux collegue auquel je viens ici, au 
nom de la Societe entomologique de France, adresser un dernier adieu, 
laisseront certainement dans les annales de la science une trace durable 
et profonde. 



Seance du 22 septembre i886. CXLVII 

A 1 excmple des Audouin, dcs Guerin-Mcnevillc, des Goureau, des 
Boisduval, dont it fut le continuateur et 1 emule, Maurice Girard semblait 
avoir pris a tache de montrer que rentomologie, loin d etre une science 
purement speculative, comme on le pense souvent, ne le cede a aucune 
par les services qu elle est susceptible de rendre a I agriculture, a 1 in- 
dustrie, a tout ce qui touche au bien-etre de Fhomme. Parmi toutes les 
publications, et elles sont nombreuses, que notre collegue laisse 
derriere lui, il en est bien peu, en effet, qui ne portent 1 cmpreinte de 
ce soiu continuel a rechercher partout le cote pratique de la science. 

On ne peut s empecher d admirer 1 activite scientifique de Maurice 
Girard, quand on reflechit au nombre immense de memoires et de notices 
sur tous les ordres d insectes que ce savant regrette a publics. Vous en 
donncr ici un apere,u, meme sommaire, serait chose impossible. Je me 
contenterai de citer : ses Recherches sur la chaleur animale des Articule s, 
qui ont fait le sujet de sa these pour le doctorat es-sdences, ses 
etudes relatives a racclimatation en France des especes de Lepidopteres 
sericigenes exotiques, ses observations sur les collections entomolo- 
giques ctrangeres qui ont figure a 1 Exposition universelle de 1867, 
annee ou il remplit les fonctions de president de la Societe entomolo 
gique, ses travaux sur le Phylloxera, dont il a si bien su resumer 
1 histoire dans un petit volume devenu populaire, son Catalogue des 
Animaux utiles et nuisibles de la France, son bel ouvrage sur les 
Metamorphoses des Insectes, couronne par I Acadcniie des Sciences, 
une foule de notes concernant 1 entomologie pratique, et enfm son 
utile Traile d Entomologie, oeuvre considerable, aujourd htii complcte- 
ment terminee, et pour^lequel la Societe entomologique lui a decerne le 
Prix Dollfus. 

Messieurs, quand une vie si laborieusement remplie vient a elre 
tranchee subitement, c est une grande perte pour la science ; c est aussi 
un coup douloureux pour tous ceux qui se consacrent a son etude. 

Adieu, Maurice Girard, la Societe entomologique de France n ou- 
bliera de longtemps ni les services que vous lui avez rendus, ni 1 aflec- 
tueux attachement dont vous lui avez toujours donne tant dc preuves. 
Adieu ! 

Communications. M. G.-E. Leprieur donne lecture de la note sui- 
vante : 

Notre savant collegue M. L. Fairmaire a rendn compte (seance du 
11 aout 1852), avec le talent qui le characterise, d une excursion faite sur 
les bords de la baie de Somme. Je viens dc passer pres de cinq semaines 



CXLYIII Bulletin entomologique. 

dans uno localite analogue, distante a peine de 16 kilometres de la pre 
miere, a une epoque un peu plus tardive (aout et septembre). J y ai 
iait quelques recoltes, dont 1 cnumeration complete serait peut-etrc 
intcressaiite au point de vue de la geographic entomologique des Co- 
leopteres. 

La determination des insectes provenant de mes chasses est loin 
d etre terminee ; mais, en attendant, je crois devoir faire connaitre a la 
Societe un certain nombre d especes, assez generalement rares dans 
les collections, que j ai recueillies dans les environs de Berck et sur- 
tout le long de la digue de 1 Authie et pres des phares du Touquet, 
dans les environs d Etaples : 

Amara aulica, sur des Carduacees, digue de 1 Authie. 
Haliplus variegatus, mare au Touquet. 
Saprinus immundus, dans les dunes, sous les cadavres de petits ani- 

maux et les excrements desseches. 
Saprinus rugifrons, id., rare. 
Necrophoms sepultor, sous des cadavres. 
Trachys pygmxa, a 1 etat de larve, de nymphe et d insecte parfait, sur 

V Althaea offlcinalis (digue de 1 Authie). 
Helops (Nalassus) pallidus, dans le sable des dunes, au pied des Carex 

maritima. Trois individus seulement. 

Phytonomus suspiciosus, sur des Carduacees, digue de 1 Authie. 
tigrimis, id., id. 
dissimilis, id., id. 
Cleonus sulcirostris, d une extreme fraicheur, en battant au parapluie 

di verses Carduacees (Onopordon acanthium, Carduus nutans, etc.). 
Ceutorhynchus Iwrridus, tres commun, dans les memes circonstances, 

du 18 au 30 aout. Excessivement rare apres cette date. 
Ceutorhynchus litura, meme localite, meme habitat, un peu moins com 
mun. Devient tres rare en septembre. 
Apion difforme <$, sur les chardons, digue de 1 Authie. 
minimum, sur les saules nains qui occupent, avec les Hippophae 

rhamno ides, les intervalles des dunes. 
Lema puncticollis, trois individus, sur les Carduacees. 
Una collaris, deux individus seulement, sur les saules. 
Psylliodes chalcomera, assez commun sur le Carduus nutans. Je 1 avais 

prise deja sur cette meme plante a Colmar. 



Seance du 22 septembre 1886. CXLIX 

M. H. Lucas communique une note sur les moeurs d une espece de 
Crioceris : 

Un assez grand nombre d auteurs ont parle, dit-il, du Crioceris aspa- 
ragi; revolution et la biologie de ce Chrysomelien sont maintenant bien 
connues. Je n cntrerai done dans aucun detail au sujet de ses meta 
morphoses. 

Pendant mon sejour a Huppain (Calvados), vers le milieu de juillet, 
j ai remarque que les jeunes plants d asperges, cultives en grand dans 
ce pays afm d en obtenir des graines, etaient en souffrance et qu une 
partie des feuilles aciculaires etaient devorees. Je fis des recherches et 
ne tardai pas a m apercevoir que tous^ces degats dont se plaignent les 
cultivateurs etaient dus a la presence d une larve que j ai rencontree en 
immense quantite. II m a etc possible d observer cette especo a 1 etat de 
larve, de nympho et d insecte parfait, et c est ce dernier etat qui m a 
demontre que j avais affaire au Crioceris asparagi de Geoffroy. 

Les auteurs qui ont etudie la larve de ce Ghrysomelien ont omis de 
faire connaitre un fait qui est curieux et qui, je crois, n a pas encore ete 
signale. 

On sail que les larves des Crioceris merdigera et brunnea ont la faculte, 
a cause de leur ouverture anale qui est tres relevee, de rejeter leurs 
matieres excrementitielles sur leur region dorsale, de maniere que ces 
larves, qui vivent a decouvert sur les plantes, ont un aspect repoussant. 
La larve du Crioceris asparagi vit aussi a decouvert sur les plantes, sans 
se recouvrir de ses excrements, mais lorsque Ton veut s en emparer, 
elle rejetle ou plutot lance aussitot par la bouche une liqueur brune, 
inodore, qui salit les doigts et qui teint en vert plus ou moins fonce le 
papier sur lequel elle est etendue. 

Gette larve, qui est d un vert bouteille plus ou moins fonce, avec sa 
tete et ses pattes ecailleuses d un noir brillant, est tres lente dans ses 
mouvements, et lorsqu elle se tient sur une feuille au moyen de son 
tubercule anal et qu elle cherche a se deplacer, elle jctte sans cesse sa 
tete a droite et a gauche. 

M. de Marseul, a la suite de cette communication, fait remarquer qu il 
a ete a meme plusieurs fois d observer les faits signales par M. H. Lucas 
relativement aux larves de Crioceris asparagi. Ges larves ont la faculte 
de rejeter par la bouche une liqueur parfois tres abondante, d une colo 
ration foncee, dont elles se recouvrent en partie lorsqu elles cherchent a 
se mettre a 1 abri, et cette liqueur, en se dessechant, ne tarde pas a 
prendre une ccrtaine consistance. 



CL Bulletin entomologique. 

M. G.-A. Poujade fait connaitre trois Lepidopteres nouveaux de la 
famille des Lithosides, captures dans la province de Mou-Pin (Thibet 
oriental) par M. Fabbe A. David, et faisant partie des collections du 
Museum : 

1 LITHOSIA CINEREA Pouj. Envergure : male, 38 millim.; femelle, 
40 millim. Forme et aspect de la L. griseola Hubn. d Europe, mais 
plus grande. 

Male. Ailes superieures longues de 18 millim., larges de 6 1/2 millim., 
d un gris cendre moins jaunatre que chez Fespece prise comme terme 
de comparaison , a peine bordees a la cote de jaune nankin sale, couleur 
qui se continue sur la frange. Ailes inferieures du meme jaune assombri 
de cendre au bord, frange un peu plus jaune que le milieu de 1 aile. 
Tete et thorax du memej gris que les ailes superieures, ce dernier tres 
fmement borde anterieurement de ce jaune nankin sale qui se rnontre 
egalement sur le front. Antennes ciliees comme chez L. griseola. Abdo 
men du meme ton que les ailes inferieures, legerement cendre dans sa 
premiere moitie. 

Dessous presentant les memes couleurs que le dessus, mais un peu 
affaiblies et plus uniformes ; pattes cendrees. 

Femelle. Semblable au male, mais plus oblongue. Ailes superieures 
longues de 19 millim., larges de 6 1/2 millim. 

Un seul couple. 

2 NUDARIA MACULATA Pouj. Envergure : 24 millim. Corps et 
fond des ailes d un blanc moins pur aux inferieures qu aux superieures, 
ces dernieres ayant une grande tache d un brun vif, noiratre vers le bord 
externe dont elle suit presque parallelement la courbure aux cinq 
sixiemes de 1 aile, avec de faibles denticulations aux rameaux des ner- 
vures ; les deux denticulations medianes sont plus accentuees et font 
face a deux taches d un brun noiratre precedant la frange. Gette grande 
tache commence a la base un peu au dela du cinquieme de 1 aile par 
une faible courbure oblique interieurement enclavant une tache basilaire 
et bifurquee, de meme couleur. Plus loin, elle laisse aux bords costal et 
interne deux espaces blancs a peu pres semi-lunaires, allant jusqu au 
milieu de 1 aile et dont les convexites se font face. Sur cette grande 
tache il y a une ligne blanchatre longuement denticulee aux rameaux des 
nervures dont elle marque les intersections. Ailes inferieures ornees aux 
deux tiers d une bande parallele au bord externe, sinueuse, d un brun 
nebuleux, large de 2 millim. environ et allant en diminuant vers Tangle 



Seance du 22 scptembre 1886. GLI 

interne. Enlre cette bande et la frange, il y a deux petites taches du 
meme ton : 1 une presquo a Tapex et 1 autre au premier rameau de Ja 
nervure mediane. Frange brunatre aux ailes superieures, blanche aux 
inferieures. Antennes d un jaunatre pale, pectinees et ciliees chez le 
male. 

Dessous d un blanc plus terne, presentant en brun grisatre les taches 
du dessus, plus etendues aux ailes superieures. 

Decrit sur deux males. Femelle inconnue. 

3 NOLA LONGIVENTRIS Pouj. Envergure : 24 1/2 millim. Forme 
de la Nola cenlonalis Hubn. Ailes superieures blanches, avec trois fascies 
ondulees d un brun olivatre : 1 une, basilaire , en courbe dont la con 
vexite est externe, commence aux deux cinquiemes de la cote pour 
aboutir au tiers environ du bord interne ; la suivante prend naissance 
an milieu du bord costal, s arrondit exterieurement avec des denticu- 
lations correspondantes aux rameaux des nervures, puis revient sur 
elle-rneme en forme de point d interrogation pour aboutir au milieu 
du bord interne ; enfm, la troisieme, plus large, commence a peu pres 
aux trois quarts de la cote, se dirige en sinuosites vers le bord externe, 
revient en dedans sur le dernier rameau de la nervure mediane pour 
aboutir au bord interne a un millimetre de Tangle. Gette bande est 
ombree interieurement d olivatre, surtout a la partie superieure. Entre 
elle et Tangle apical il y a deux points noirs. Frange blanchatre, entre- 
coupee de brunatre, precedee d une fine bordure noiratre coupee en 
blanc par les nervures. Ailes inferieures d un gris clair plus accentue 
vers le bord externe ; frange de meme couleur avec un lisere plus 
fonce. Corps ayant la longueur de Taile superieure. Tete et thorax blancs; 
abdomen de la couleur des ailes inferieures; antennes d un jaunatre 
sale, pectinees. 

Dessous des quatre ailes gris, avec quelques-uns des points du dessus 
a la cote des superieures. 
Un seul male. E. D. 



Bulletin bibliographique. 

Academic des Sciences : 1 Comptes rendus hebdomadaires des seances, 
2 e semestre, n os 9, 10 et 11 (30 aout, 6 et 13 septembre 1886). Q 
2 Centenaire de M. Chevreul, Discours prononces au Museum d His- 
toire naturelle. 23 p. * 




cm Bulletin entomologiqne. 

Entomologist s monthly Magazine (The), London, vol. XXIII, September 
1886. W.-W. FOWLER. The European species of the genus Cerylon 
(fm), p. 73. J.-W. DOUGLAS. Note on some British Coccidae (n4), 
p. 77. LORD WALSINGHAM. Cater emna terebrella Zinck., a Phycid 
new to the British list, p. 82. GEORGE LEWIS. A new species of 
Brathinus (Silphidae), p. 85. G.-G. BARRETT. On the specific iden 
tity of Tephrosia crepuscularia W. V., and biundularia Esp., p. 80. 
REV. J. HELLINS. Cidaria immanata; variety of the larva, p. 87. 
MARTIN JACORY. Papilio Machaon at Herne Bay, p. 88. E.-A. 
ATMORE. Notes on the life-history of Scotosia undulata and Ilypsipetes 
impluviata, p. 88. G. ELISHA. Note on the larva of Zelleria hepa- 
riella, p. 88. H.-T. STAINTON. Zelleria hepariella, p. 89. W. 
WARREN. Description of the larva of Gclechia vilella Z., p. 89. 
G.-G. HALL. Note on Miridius quadrivirgatus Costa, p. 90. H. Goss. 
Oxygastra Curtisi Dale, in Hampshire, p. 91. R. MAC LACHLAN. 
/The genus Dilar, in France; Ascalophus hispanicus Ramb., in 
France, p. 91. THEOD. WOOD. Note on Phyllotreta melaena 111., 
p. 92 ; Langelandia anophthalma Aube, at S -Peter s, Kent, a species 
of Coleoptera new to Britain, p. 93. E. SAUNDERS. On the British 
species of the genus Agenia Schiodte, p. 93. Reviews. 

Insekten Borse (15 September 1886), n 18. 

Naturaliste (Le), 8 e annee (15 septembre 1886), n 41. FLEUTIAUX. 
Remarques et observations sur le Species des Cicinde lides de M. W. 
Dokhtouroff (fin), p. 334. 

Nouvelles Archives du Museum d llistoire naturelle, Paris, 2 e serie, t. VIII, 
2 e fasc., 1886. A. RAFFRAY. Goleopteres de la famille des Paussides 
(commencement), p. 307, 4 pi. n., 1 pi. color. Offert par le Minis- 
tere de 1 Instruction publique. 

.Revista da Sociedade de Instruccdo do Porto, n os 10, 11 et 12. Oct.-Dez. 
1885, 4 to anno. MANGEL-PAULINO DE OLIVEIRA. Catalogue des 
Insectes du Portugal (continuation). 

Revista Enciclopedica de Ciencias Medicas, Fisicas y Naturales de la Isla 

de Cuba. Habana, Julio-Agosto 1886, n 1. * 
Societas Historico-Naturalis Croatica (GlasnilcHrvatskoga Naravoslovnoga} 

Drutzm), I, 1-3, 1886. Zagreb-Agram. * Demande d echange. 
Zoological Society of London (Proceedings of The) : 

Part I, 1 June 1886. THE SECRETARY. Exhibition of Lepidopte- 

rous Insects bred in the Insect-house during the past season, p. 2. 



Seance du 22 septembre 1886. CLIII 

A. THOMSON. Report on the Insect-house, p. 2. REV. T.-R.-R. 
STEERING. Notice and Abstract of a Memoir on some new Amphipo- 
dous Crustaceans from Singapore and New Zealand , p. 4. H.-J. 
EL WES. On Butterflies of the genus Parnassius, p. 6, 4 pi. n. A.-G. 
BUTLER. Note on Aporia hippia, p. 80. FRANK-E. BEDDARD. Preli 
minary Notice of the Isopoda collected during the Voyage ofH.-M.-S. 
Challenger , part. Ill, p. 97. J.-H. LEECH. On a variety of An- 
thocharis eupheno, from Mogador, p. 122. 

Part U, 1 August 1886. THE REV. H.-S. GORHAM. On a new 
Genera and Species of Endomychidae, p. 154, 1 pi. n. 

Zoological Society of London (Transactions of The), vol. XII, part 3, 
August 1886. Q 



BERG (CARLOS). Notas sinonimicas acerca de algunos Cerambicidos de la 
Fauna Argentina. (Extrait des Anales de la Sociedad Gientifica 
Argentina, t. XXI, 1886, p. 234-240.) * 

LE MEME. Observaciones sobre los estados preparatories de algunos Le- 
pidopteros Argentines. (Extrait id., p. 227-281.) * 

GADEAU DE KERVILLE (H.). Gauseries sur le Transformisme, V (Origine 
de 1 Homme), 1886. 95 p. * 

MAC LACHLAN (ROBERT). Notes concerning Chrysopa ventralis, prasina, 
abdominalis, aspera and Zelleri. (Extrait de The Entomologist s 
monthly Magazine, vol. XXIII, 1886.) * 

LE MEME. Notes additionnelles sur les Nevropteres des Vosges (suite). 
(Es trait de la Revue d Entomologie, juillet 1886.) * 

LE MEME. Chloroperla capnoptera, nov. sp. (Extrait de la Tijdschr. 
voor Entomologie, vol. XXIX.) * 

OSTEN SAGKEN (G.-R.). Characters of the Larvae of Mycetophilidae. Hei 
delberg, 1886. 29 p., 1 pi. n. (Extrait des Proceedings of the 
Entomol. Soc. of Philadelphia, March 1862.) * 

G.-A. B. 



(1886) Bulletin de la Societe entomologique do France. 



CLIV Bulletin entomologique. 

Stance du 13 octobre G. 

Presidence de M. J.JBOURGEOIS. 

Decision. La Societe charge M. G.-A. Poujade de lui donner pour les 
Annales une notice sur la vie et les travaux entomologiques de Maurice 
Girard. 

Communications. M. J. Bourgeois poursuit ses observations sur quel- 
ques especes de Lycides rapportees du Bresil par notre collegue M. E. 
Gounelle (voir supra, p. LXXXIV, xc, xcvin, cxxxi et cxxxtx) : 

1 CALOPTERON VARIEGATUM Kirsch et G. TROPICUM L. (fasciatum Fabr., 
Oliv.). La premiere de ces deux especes est surtout repandue en 
Golombie ; mais, comme nous 1 avons dit precedemment (p. cxxxix), elle 
a aussi ete rencontree au Bresil ; quant a la seconde, elle parait exclusi- 
vemerit propre a la faune de la Guyane. Malgre leur extreme similitude, 
nous continuerons a les separer, car elles presentent chacune certaines 
particularites de forme et de coloration qui nous ont paru constantes. 
Ainsi, les elytres sont generalement beaucoup plus fortement et plus 
brusquement dilatees en arriere chez tropicum, et la dilatation affecte 
non seulement le bord marginal, mais aussi le bord sutural, d oii il 
resulte que, dans sa partie la plus dilatee, 1 elytre est au moins quatre 
fois plus large qu aux epaules (1), taridis que chez variegatum elle ne 
Test guere que trois fois. En outre, dans tropicum, ces mernes elytres 
sont moins fortement ondulees en dessus que dans variegatum; leur 
bande postmediane est toujours d un blanc plus pur, et les cotes loiigi- 
tudinales ainsi que les fines nervures transversales qui la parcourent y 
sont ou concolores ou a peine teintees de jaune, alors que, dans variega 
tum, elles sont franchement jaunatres ; enfm, dans tropicum, le rebord 
sutural est rembruni, merne dans la partie blanche de 1 elytre, ce que 
nous n avons jamais observe chez variegatum. 

2 CALOPTERON LIMBATUM Fabr., Syst. Eleuth., II, 1801, p. 115. 
apicale Guerin-Meneville, Voy. Coq., 1830, II, p. 72 (sub Lycus).afline 
Lucas, Voy. Cast., 1857, p. 80 (nee Taschenberg). signatum Dej., Cat., 
3 e ed., 1837, p. Ill (sub Charactus). 

Cette espece varie beaucoup sous le rapport de la coloration des elytres. 
On peut grouper comme suit les differentes varietes qu elle presente : 

(1) Yoir la figure donn6e par Olivier, Ent ., II, 29, pi. 1 , fig. 8, qui repre"sente 
Men la forme generate des elytres de cette espece. 



Seance du 13 octobre 1886. CLV 

Goloratio typica. Elytris ferrugineo-flavis, macula elongata juxta 
scutellum utrinque, fascia interrupta ante medium apiceque nigris. 
C. affine Lucas, loc. cit. signatum Dej., loc. cit. 

p. (par exces). Macula juxta-scutellari cum fascia confluente (inde 
elytra nigra, litura humerali fasciaque mediana flavis exceptis, appa- 
reant). 

C. limbatum Fabr., loc. cit. (nee Gasteln.). 

2 exemplaires $ a Salobro (province de Baya); juin-juillet. 

Y. (par defaut). Macula juxla-scutellari fasciaque nigris deficientibu* 
(inde elytra omnino ferruginereo-flava, apice nigra excepta, appareant). 
C. apicale Guer., loc. cit. 

Entre cette variete par defaut et la coloration typique, on rencontre 
tous les passages. 

II ne faut pas confondre cette espece avec la suivante, de Cayenne et 
de Surinam, qui lui ressemble beaucoup : 

3 GALOPTERON SERRATUM L., Syst. Nat., 10 e ed., 1758, p. 403; Degeer, 
Memoires pour servir a 1 Hist. des Insectes, 1774, IV, p. 55, pi. 17, 
fig. 12 (sub Cantharis); Olivier, Ent., II, 29, p. 6, pi. i, fig. 5 (sub Lycus}; 
J affine Taschenberg, Gibel s Zeits., 1874, p. 88 ; pulchrum Lacord., in 
Dej. Gat., 3 e ed., 1837, p. Ill (sub Charactus). 

Tres voisin du C. limbatum F., de meme taille et de fades analogue, 
mais distinct par la poitrine et 1 abdomen toujours plus ou moins ma- 
cules de jaune dans leur milieu, tandis que dans limbatum, le dessous 
du corps est entitlement noir , meme dans les varietes extremes par 
defaut. La coloration des elytres presente, en outre, quelques differences ; 
ainsi la tache juxta-scutellaire est plus etendue dans le sens lateral et 
couvre generalement tout 1 espace compris entre le rebord sutural et la 
3 e cote (souvent meme elle se reunit a sa congenere en recouvrant 
la suture); la bande mediane est toujours entiere et non divisee par les 
cotes, comme dans limbatum; elle occupe le milieu meme de 1 elytre, 
tandis que, dans limbatum, elle est situee en avant du milieu ; la tache 
apicale est moins profondement dentee a son bord anterieur ; les cuisses 
sont jaunes sur une plus grande etendue de leur partie basilaire ; quelque- 
fois les pattes sont entierement jaunes. 

On y distingue les varietes suivantes de coloration : 



CLVI Bulletin entomologique. 

Goloratio typica. Elytris flavis, macula scutellari, fascia integra 
mediana apiceque nigris. 

C. serratum L., Degeer, Oliv., etc. 

p. (par exces). Macula scutellari cum fascia mediana longe suturam 
anguste confluente. 

Y. (par exces). Macula scutellari fasciaque mediana late confluen- 
tibus (inde elytra nigra, humeris fasciaque pone medium flavis exceptis, 
appareant). 

C. affine Taschenberg, loc. cit. (nee Lucas). 

Nous n avons pas vu, jusqu a present, de varietes par defaut de cette 
espece. 

M. H. Lucas communique la note suivante : 

En me rendant de Huppain a Port-en-Bessin a travers champs, dans 
les premiers jours d aout dernier, je remarquai une colonne mouvante 
qui se tenait a deux ou trois metres au-dessus du sol. Cette colonne, 
assez nombreuse, tres active et dans une agitation extraordinaire, etait 
composee de Formicides. On sait que ces insectes, lorsque les deux 
sexes veulent s unir, ferment par leur reunion des essaims ou nuages 
plus ou moins grands et qu on designe sous le nom de colonnes nuptiales. 
En effet, en observant ces Hymenopteres, qui etaient dans un mouve- 
ment perpetuel, les uns descendant, les autres montant, d autres au 
contraire se laissant choir a terre, je constatai qu un tres grand nombre 
d individus etaient accouples, les femelles ayant pour habitude de porter 
les males sur leur dos. Malheureusement un coup de vent, venant du 
sud-ouest, jeta une tres grande perturbation dans cette colonne, et la 
plupart des individus qui la composaient furent disperses. Cependant, 
en explorant avec attention le lieu au-dessus duquel se tenait ce nuage, 
je m apergus qu il etait forme de Formicides ne se tenant pas sous les 
pierres, comme je 1 ai deja constate pour le Lasius flavus (Ann. Soc. 
ent. Fr., Bullet., p. CLX, 1882), mais qu elles sortaient de terre. En effet, 
en etudiant les allees et venues de ces Insectes, je remarquai que la terre 
e"tait fissuree et qu ils sortaient (<$ $ et J) tumultueusement et comme 
affbles, de ces ouvertures nombreuses et profondes. Ges Formicides m ont 
paru devoir etre rapportees a une espece assez commune designee par 
les auteurs sous le nom de Lasius niger. 

Esperant avoir des renseignements sur la maniere de vivre de cette 
espece, je consultai les ouvrages de MM. E. Andre, A. Forel, P. Huber, 
Latreille, S. Lubbock ; mais, dans ces travaux fails avec talent et con- 



Seance du 13 octobre 1886. CLVII 

science, je n ai rien trouve" qui me mit sur la voie du fait curieux que 
je viens de signaler ; ces auteurs parlent bien des colonnes ou nuages 
formes par les Fourmis lorsqu elles veulent s unir, mais sans faire con- 
naitre les noms des especes qui les forment. 

M. G.-A. Poujade signale quelques captures d Insectes faites aux 
environs de Paris : 

1 Stenobothrus petrous L. Brisout, espece interessante d Acridien qu il 
a prise au nombre de cinq exemplaires a Lardy, en compagnie des 
St. nigromaculatus H. Sch. et St. hssmorrhoidalis Gharp., le 15 sep- 
tembre dernier. Ces especes n ont pas , a sa connaissance, ete reprises 
depuis M. Louis Brisout de Barneville. 

2 Stenobothrus stigmaticus Ramb., quelques individus, au plateau 
d Aigremont, pres Saint-Germain-en-Laye , et abondamment dans les 
bois environnant Boissy-sous-Saint-Yon (canton d Arpajon), dans la der- 
niere quinzaine de septembre. 

3 Dendroleon pantherinus Fabr., rare Myrmeleonide des environs de 
Pekin, d Autriche et d Algerie (D r Seriziat), trouve par M. Fallou a Gham- 
prosay, pres de la foret de Se nart, vers la fin de juillet dernier. Cette espece 
a deja ete prise a Fontainebleau par M. Poujade, il y a quelques annees. 

M. P. Chretien adresse une note sur les premiers etats du Cceno- 
nympha CEdipus : 

Dans les premiers jours de juillet dernier, j ai rec.u d un de mes amis 
du Bordelais quelques oeufs du Ccenonympha OEdipus, dont on ne connait 
pas les premiers etats. 

L oeuf ft OEdipus est subcylindrique, un peu attenue au sommet. Le 
dessus montre au centre le micropyle un peu mamelonne et entoure de 
petites depressions arrondies , et le tout forme un rebord d une faible 
saillie. De la, s allongent jusqu a la base de nombreuses cannelures peu 
profondes, mais non regulieres, c est-a-dire s engageant parfois les unes 
dans les autres. On en compte une trentaine environ. Couleur d un beau 
vert, devenant jaunatre avec base plus foncee quelques jours avant 
1 eclosion, qui a lieu a partir du 10 jnillet. 

Get O3uf a la plus grande analogic comme forme avec celui de notre 
Ccen. Hero; mais les cotes ou cannelures de ce dernier sont plus nom 
breuses : 40 environ. Les ceufs des Ccen. Pamphilus et Arcanius, au 
contraire, en ont moms, 20 environ, et ont le sommet plus arrondi, plus 
conique. 



CLVIII Bulletin entomologique. 

Au sortir de 1 ceuf , la petite chenille n est pas verte ; elle est d un jau- 
natre sale ; tete teintee de roux clair ; les lignes dorsale, sous-dorsale et 
stigmatale d un roux bien prononce ; entre la sous dorsale et la stigma- 
tale se trouve une autre ligne plus fine et de meme couleur, mais plus 
pale ; les pointes anales sont d un brun roussatre en dessus. La tete est 
surtout remarquable par sa grosseur et par sa forme qui rappelle celle 
des chenilles du genre Pararge; elle est tres aplatie en avant et ses lobes 
sont anguleux au sommet; elle est, en outre, fortement granuleuse. 
Gette chenille devient verte apres avoir mange, et son corps s allonge 
sensiblement. Les lignes rousses deviennent d un vert profond, sombre, 
puis apparaissent les liseres blanchatres ordinaires formes des petites 
granulations ou asperites dont son corps est parseme ; les pointes anales 
deviennent roses. Apres la premiere mue la tete tend a devenir verte. 

Les chenilles de nos Goenonymphes des environs de Paris affectent 
une extreme ressemblance, de sorte que si Ton n a pas eu le soin de les 
clever ab ovo, comme je 1 ai fait, il devient tout a fait impossible de 
les discerner. 

Si OEdipus se trouvait dans notre region, on pourrait au contraire 
assez facilement le distinguer des autres. Hero, Arcanius, Pamphile, ont 
la tete subglobuleuse, c est-a-dire a sommet arrondi ; leur corps est en 
outre ramasse et un peu renfle au milieu ; OEdipus est plus elance : sa 
forme rappelle celle ftOEgeria; la tete n est pas globuleuse, elle est 
aplatie en avant et les lobes au sommet sont plus accuses, plus proemi- 
nents, rappelant ceux ftOEgeria, mais depourvus, bien entendu, des petits 
boutons si caracterises surtout dans le type meridional. A part cela, tout 
est semblable aux Goenonymphes : lignes, rides, asperites, pointes anales. 
II va sans dire que je fais abstraction des varietes de chenilles de 
C. Hero ou Arcanius. 

Je nourris la chenille tiiOEdipm d une Graminee fort commune, le 
Colium perenne, dont paraissent s accommoder tous les Satyrides des 
environs de Paris, et, en outre, des Erebia, telles que blandina, des 
Satyres du Midi, tels que Proserpina (Circe), et des Satyres exotiques, 
tels que le Sat. Alope, de 1 Amerique du Nord. Circe, par paranthese, 
m a presente un fait curieux : cette chenille ne mangerait pas comme 
les autres, c est-a-dire dans le meme sens. Au lieu de manger en rame- 
nant la tete vers son corps, de haut en has, elle mange de bas en haut, 
en remontant la tete : c est done dans un sens tout oppose. 

OEdipus a mue pour la premiere fois le 28 juillet, pour la deuxieme 
fois le l er septembre ; la troisieme mue se fera dans le courant de ce 
mois. 



Seance du 13 octobre 1886. CLIX 

M. G.-A. Poujade donne la description d un Lepidoptere de la 
famille des Lithosides, provenant de Mou-Pin (Thibet), et capture par 
1 abbe A. David : 



PUNGTATISSIMA Pouj. Envergure : 30 millim. Dessus : 
fond des ailes superieures d un gris pale fmement piquete de brun. Cote 
ornee de cinq laches brunes ayant plus ou moins la forme de virgules 
egalement espacees entre elles ; un point reniforme a 1 extremite de la 
cellule, accompagne d un autre plus petit, rond, situe un peu au dela du 
milieu de cette derniere. A la base, il y a une fine ligne brune en zigzag 
partant de la deuxieme tache costale et aboutissant au premier tiers du 
bord interne. De la quatrieme tache costale nait egalement une ligne brune, 
mince, se dirigeant en un double zigzag vers 1 apex, rentrant ensuite de 
la meme fac,on vers 1 extremite de la cellule pour se diriger, toujours en 
zigzag, vers le bord externe ; enfin elle rentre de nouveau, doublee d une 
autre ligne egalement zigzaguee, pour se diriger tin peu au dela du 
bord interne. Entre cette ligne et le bord externe, il y a trois points 
faisant suite a la cinquieme tache costale. Frange blanchatre avec deux 
points noirs : un a 1 apex et 1 autre au milieu ; elle est precedee d une 
bordure de points noirs limitant le bord externe. Ailes inferieures d un 
gris brunatre pale, un peu plus fonce vers le bord externe, sur lequel 
il y a une serie de points brunatres ; franges d un blanc sale. Dessous : 
ailes superieures d un gris sombre, avecles gros points du dessus parais- 
sant par transparence ; ailes inferieures d un blanc sale, avec un point 
discoidal brunatre et une ligne parallele au bord externe situee un peu 
au dela des deux tiers de Paile. Franges d un blanc sale. 

Corps blanchatre en dessus et en dessous ; tibias et tarses anneles de 
brun ; antennes blanches, pectinees. 

Un male. Collection du Museum. 

Candidats presentes. 1 M. Hipolito Fernandez, au Cabinet zoologique, 
a Manille, qui s occupe des Coleopteres et des Lcpidopteres des iles 
Philippines ; presente par M. G.-A. Baer. Commissaires-rapporteurs : 
MM. Lefevre et Poujade. 

2 M. Leon de Joannis, professeur de mathematiques au College fran- 
cais, Hales place, a Canterbury (Angleterre), qui etudie specialement les 
Lepidopteres d Europe et surtout leurs chenilles ; presente par M. E.-L. 
Ragonot. Commissaires-rapporteurs : MM. Poujade et Fallou. 

E. D. 



CLX Bulletin entomologique. 

Bulletin bibliographique. 

Acade mie des sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
2 e semestre 1886. N 12. G. SAINT-REMY. Recherches sur la struc 
ture des centres nerveux chez les Arachnides. N13. A. NETTER. 
Note relative aux causes determinantes de certains mouvements chez 
les Insectes. N 14. P. HALLEZ. Loi de 1 orientation de Tembryon 
chez les Insectes. 

Accademia dei Lincei (Atti della Reale), 1886, vol. II, fasc. 5. Rendi- 
conti. Q 

Entomologist s Monthly Magazine (The}, vol. XXHI, octobre 1886. 
G.-R. OSTEN-SACKEN. Some new facts concerning Eristalis tenax. 
G.-V. HUDSON. A luminous Insect larva in New-Zealand. H.-T. 
STAINTON. On the new species of Gelechia (nannodia), allied to nsevi- 
ferella (stipella Hb.), which is attached to Silene nutans. A. GRAHAM- 
YOUNG. Notes on Himalayan Lepidoptera. R. MAC-LACHLAN. Two 
new species of Gorduliina. J. SCOTT. Of the female of Eurybregma 
nigrolineata. Notes diverses : moeurs, chasses. 

Naturalista Siciliano (II), 1886, an. VI, n 1. P. MILLIERE. Chenilles 
inedites et Lepidopteres nouveaux pour la faune europeenne (pi. col.). 
T. DE STEFANI. Addenda Pteromalinis in Sicilia lectis. F. BAUDI. 
Rassegna delle specie della famiglia dei Milabridi (Bruchidi degli au- 
tori) -viventi in Europa e regioni fmitime. 

Naturaliste (Le), 1886. N43. A. GAUDRY. Sur un bois de Renne, orne 
de gravures, que M. Eugene Paignon a decouvert a Montgaudier. 
P. CHRETIEN. Longevite d une chenille de Noctuelle. 

Smithsonian Institution (Ann. Rep. of the Board of Reg. of the), for 1884. 

TH. GILL. The stomach of stalk-eyed Crustaceans. Peculiarities 
of deep-sea Crustaceans. Anancient Scorpion. Curious Mimicry 
by a Spider. The mouth parts of suctorial Insects. Relation of 
the Embioid Insects. 

Socie te entomologique de Belgique, Comptes rendus du 4 septembre 1886. 

FR. PASCOE. List of Curculionidae found by M. Van Volxem in 
the neighbourhood of Rio-Janeiro. 

ANDRE (Eo.). Species des Hymenopteres, 24 e , 25 e et 26 e fascicules. Juin 

1886. * 
BARTLETT-CALVERT (W.). Catalogo de los Lepidopteros Rhopaloceros 

i Heteroceros de Chile (Ann. Univ. Chile). Santiago, 1886. 44 p. * 



Seance du 13 octobre 1886, CLXI 

FLEUTIAUX (ED.). Descriptions d especes nouvclles do Cicindelides (C. R. 

Soc. ent. Belg.), 1886. 4 p. * 
ID. Remarques et observations sur le Species des Cicindelides de 

M. W. Doktouroff (loc. cit.), 1886. 8 p. * 

GADEAU DE KERVILLE (H.). 1 Evolution et Biologie des Bagous bino- 
dulus Herbst et Galerucella nymphxfe L. 2 Note sur 1 albinisme 
imparfait unilateral chez les Lepidopteres (Ann. Soc. ent Fr.). 1885. 
12 p. * 

ID. La Faune de 1 estuaire de la Seine (Ann. Norm.). Caen, 1886. 24 p. * 
ID. Les Myriopodes de la Normandie (2 e liste), suivie de diagnoses d es 
peces et de varietes nouvelles de France, Algerie et Tunisie, par le 
D r R. LATZEL (Bull. Soc. Am. Sc. nat. Rouen), 1886. 16 p. * 

ID. La Societe des Amis des Sciences naturelles de Rouen en 1885 

(loc. cit.), 1886. 16 p. * 
ID. Compte rendu de la 24 e reunion des delcgues des Societes savantes 

a la Sorbonne, 1886 (loc, cit). Rouen, 1886. 20 p. * 

GODRON (D.-A.). Zoologie de la Lorraine, ou Catalogue des Animaux sau- 
vages observes jusqu ici dans cette ancienne province (Acad. Sta 
nislas, Nancy, 1862 ; offert par M. J. Bourgeois). 288 p. 

PACKARD (A.-S.). General notes, Entomology. A new arrangement of the 
orders of Insects. Luminous Organs of Mexican Cucuyo. The 
distribution of derived Plants-pigments in certain Larvae. The fluid 
ejected by Notodontian Caterpillars. Peculiar subcutaneous Organs 
in the Caterpillar of Catocala. The Darkening of the Hairs of the 
Larva of Acronycta before Pupation. An eversible Gland in 
the larva of Orgya. Entomological news. 
PLATEAU (F.). Les animaux cosmopolites (Rev. Geneve), 1886. 7 p. * 

ID. Notice bibliographique. Bruxelles, 1889. 5 p. * 

ID. Une experience sur la fonction des antennes chez la Blatte (Peri- 
planeta orientalis) (C. R. Soc. ent. Belg.), 1886, fig. 5 p. * 

ID. Experiences sur le role des palpes chez les Arthropodes maxilles, 
2 e partie, Palpes des Myriopodes et des Araneides (Bull. Soc. 
Zool. Fr., 1886, fig.). 23 p. * 

PUTON (D r A.). Catalogue des Hemipteres-Heteropteres (Cicadines et 
Psyllides) de la faune palearctique, 3 e ed. Caen, 1886. 100 p. 

_ A. L. 

(1886) Bulletin de la Societe entomologique tin France. 19 



CLXII Bulletin entomologique. 

Seance du 27 oetobre 188G. 
Pr6sidence de M. J. BOURGEOIS. 

Communications. M. L. Fairmaire fait passer sous les yeux de ses 
collegues quelques Coleopteres interessants qu il a trouves cette annee 
a Berisal, route du Simplon. Ge sont : Peltis dentata, Absidia prolixa, 
Clytus lama, Callidium dilatatum, Pachyta lamed, qu il n avait pas encore 
rencontre s. II faut y joindre le Pytho depressus et i Adelocera conspersa, 
recueillis par notre collegue M. Puton. 

M. Bourgeois ajoute qu il a pris, au mois de juillet dernier, a la 
Grande-Chartreuse, deux exemplaires du Clytus lama. 

M. L. Fairmaire presente a la Societe un superbe Longicorne, 
trouve en Chine par M. de la Touche, et dont il donnera ulterieurement 
une description detaillee. Eri voici la diagnose : 

APHRODISIUM DE LA TOUCHII. Long. 40 mill. Elongatum, postice 
leviter attenuatum, &neo-viride, metallicum, prothorace miniato, antice 
et basi viridi, utrinque acute angulato, dorso transversim nodoso, elytris 
vitta suturali flavido-aurea , postice attenuata, subtilissime coriaceis, 
utrinque obsolete bicostulatis, subtus dilutius metallico-viride, dense fulvo- 
sericante, pedibus cyaneis, tarsis sat pallide flavis. 

Le meme membre presente enfm la description d un Malacoderme 
nouveau : 

MALCHINUS HOLOMELAS. Long. 5 mill. Elongatus, nigro-fuscus, 
nitidus, capite opaculo, subtiliter griseo-pubescens, tibiis 4 anticis palli- 
dioribus, basi fulvescentibus ; capite paulo inxquali, subtiliter densissime 
coriaceo-punctato ; antennis nigro-piceis, opacis, validis ; prothorace trans 
versim quadrato, undique marginato, lateribus forlius, angulis anticis 
rotundatis, dorso subtilissime coriaceo ; elytris prothorace latioribus, fere 
parallelis, subtiliter punctato-coriaceis, apice fere Isevibus, juxta suturam 
substriatulis. 

Ce Malchinus, trouve en Bulgarie par M. Alleon, ne pourrait etre con- 
fondu qu avec le M. nigrinus Schaul. (Rev. Zool., 1860, 180), dont voici 
la description : 

Elongatus, tenuiter pubescens, fuscus, antennis basi, coxis postice, tibiis 
antice abdominisque lateribus dilutioribus ; thorace nigro, nitido ; elytris 
thorace parum latioribus, rugulosis, substriato-punctatis. Dalmatie. 



Seance du %7 octobre 1886. CLXIII 

M. H. Lucas adresse la note suivantc, relative a une nouvelle espece 
de Buprestide du genre Sternocera : 

STERNOCERA CAMPANJE Luc. Vient se placer tout a cote du S. Wahl- 
bergi Bohem. (Ofers. Vet. Ak. Forh., 1860, p. 14). La tete, d un brun 
verdatre plus ou moins fonce, est deprimee longitudinalement dans son 
milieu ; elle est couverte de points irre guliers, serres, confluents et pro- 
fondement enfonces. Les antennes sont noires, ainsi que les organes de 
la manducation. Le thorax , couvert de rides d un cuivreux plus ou 
moins brillant, presente de chaque cote une tache rousse, assez grande, 
triangulaire ; de plus, il est crible d enfoncements profonds , petits, 
ovalaires, garnis d une pubescence tantot rousse, tantot fauve, avec les 
parties laterales, les angles de chaque cote de la base et tout le bord 
posterieur plus ou moins margines d un vert brillant. Les elytres, d un 
roux clair irise de violace, moins convexes et moins larges que celles 
du S. Wahlbergi, sont retrecies et acuminees a leur partie posterieure ; 
elles sont parcourues par des stries Jongitudinales, sinueuses, peu pro- 
fondes, irregulierement ponctuees, avec les intervalles interrompus et 
non saillants. Tout le corps en dessous. est marque d une ponctuation 
assez forte , arrondie , peu serre e, profonde ment marquee et non ru- 
gueuse; il est couvert de poils allonges, peu serres, d un fauve clair, et 
presente surles parties laterales du dernier segment une tache triangu 
laire formee de poils d un jaune testace, courts et serres. Les pattes, de 
meme couleur que 1 abdomen, sont legerement poilues, fortement ponc 
tuees, avec des tarses tantot bruns, tantot teintes de vert clair. Male : 
long. 30 a 32 millim.; larg. 12 a 14 millim. 

La femelle differe du male par sa forme plus epaisse, plus large, et 
par ses elytres moins acuminees. Long. 32 a 35 millim.; larg. 14 a 
16 millim. 

Celte espece, tres voisine du 5. Wahlbergi, en differe, outre la taille 
bien moindre, la forme plus attenuee en arriere et la coloration plus 
claire, par les elytres a stries moins regulierement droites, moins gros- 
sement et moins regulierement ponctuees, les intervalles moins con- 
vexes, interrompus; la ponctuation du dessous est assez ecartee, nulle- 
ment rugueuse. 

Ge Buprestide n est pas rare a Hui lla, province d Angola, ou il a e te 
rencontre en assez grand nombre par le P. Campana, missionnaire, 
auquel je me fais un plaisir de le dedier. 

M. C.-E. Leprieur fait remarquer que, dans le travail publie recem- 



CLXIV Bulletin entomologique. 

ment par M. Des Gozis dans la Revue d Entomologie sur les Histerides 
gallo-rhenans, ne figure pas le Saprinus specularis. Cette espece a ete 
capturee par lui dans les inondations de la Fecht, riviere qui prend sa 
source au Hohneck, et il lui parait probable qu elle doit se trouver 
egalcment sur le versant lorrain des Vosges. 

M. Sedillot fait passer sous les yeux de la Societe une boite renfer- 
mant un certain nombre d especes de Coleopteres provenant des der- 
nieres recoltes de M. G. Revoil dans PAfrique orientalo, parmi lesquelles 
il signale : Eccoptopterus cupricollisChdiU&.,<3, $; Gnathocera margine- 
guttata, sp. ined.; Volumnia militaris , sp. ined.; Ousagaria Ancey, 
sp. nov.; Euryope Batesi Jacoby?, etc. 

M. J. Bourgeois continue ses observations sur quelques especes de 
Lycides rapportees du Bresil par notre collegue M. E. Gounelle (voir 
supra, pp. LXXXIV, xc, xcvm, cxxxi, cxxxix et CLIV) : 

1 GALOPTERON GOUNELLEI, sp. nov. AC. brasiliense Cast., cui valde 
affine, prothorace haud transverse, subquadrato, lateraliter minus coarc- 
talo, palpis femoribusque omnino nigris, discedit. 

Oblongo-ovatum, brevissime pubescens, vix nitidum, nigrum, thorace 
lateribus elytrisque fascia pone medium flavis , corpore subtus nitidiore, 
pedibus omnino nigris, humeris, trochanteribus abdomineque litura lon- 
gitudinali ad basin rarius tantum ruf esc entibus : prothorace longitudine 
basi sequali, antrorsum haud angustato, antice subrotundato , postice 
utrinque leviter sinuato, lateribus reflexis, pone medium parum coarctatis, 
angulis anticis rotundatis, posticis acutiusculis, lateraliter vix productis ; 
elytris a basi inde usque ad quadrantem posteriorem subarcuatim dila- 
tatis, dein apicem versus rotundatim attenuatis, superficie undulatis, 
4-costatis, costa tertia minus elevata, intervallis costarum a costulis lon- 
gitudinalibus clathrisque transversis biseriatim areolatis, areolis trans- 
versis, costulis antice evanescentibus (inde elytra in dimidio anteriori 
uniseriatim areolata appareant). <$. Hucusque invisus. $. Abdominis 
segmento 7 (ultimo) subtrapeziformi, postice leviter rotundato. 

Long. 17-18 mill.; iat. hum. 3 1/2 mill.; lat. max. 10-11 mill. 

Mathusinhos (province de Minas); mars-avril (Gounelle). 2 exempl. ?. 

Belle et grande espece, tres voisine du C. brasiliense Cast., dont elle 
rappelle la variete y par la coloration des elytres ; elle s en distingue par 
le prothorax aussi long que large et les cuisses entierement noires ; chez 
brasiliense, celles-ci sont toujours* plus ou moins ferrugineuses a la base, 
meme dans les varietes les plus foncees. 



Seance du 27 octobrc 1886. CLXV 

2 CALOPTERON ANGULICOLLE Luc., Voy. de Casteln., 1857, p. 82 (sub 
Eros}. 

Goloratio typica. Elytris ferrugineo-flavis, quadrante apicali nigris. 

J en possede plusieurs exemplaires provenant de Sainte-Gatherine. 

(3. (par exces). Elytris ferrugineo-flavis, regions scutellari trienteque 
apicali nigris. 

Un exemplaire ? de petite taille (long. 9 mill.; lat. 3 mill.) a Tijuca 
(province de Rio); Janvier (Gounelle). 

y. (par defaut). Elytris ferrugineo-flavis, summo apice nigris. 

Trois exemplaires dans ma collection, etiquetes : Bresil. 

Le C. tridens Taschenb. (Giebel s Zeits., 1874, p. 99) n est probable- 
ment qu une variete de cette espece , chez laquelle la tache scutellaire 
des elytres se prolonge, en suivant la suture, jusqu a la tache apicale. 

3. GALOPTERON FOSSULATUM Luc., Voy. de Gasteln., 1857, p. 84 (sub 
Eros). 

Goloratio typica. Elytris flavis, sutura trienteque apicali nigris. 

(3. (par defaut). Nigredine suturali regionem scutellarem tantum 
tegente. 

Un exemplaire $ a Tijuca (province de Rio); Janvier (Gounelle). 

Gette espece, ainsi que la precedente, appartient au groupe du C. pen- 
natum Bourg. (Gf. Ann. Soc. ent. FT., 1879, p. 20). 

M. Charles Oberthiir adresse la note suivante, contenant des ren- 
seignements sur les aberrations, 1 habitat et la synonymie de plusieurs 
Lepidopteres : 

Nous avons constate, pendant la belle saison de la presente annee, un 
certain nombre d aberrations de Lepidopteres, parmi lesquelles quelques- 
unes nous paraissent assez remarquables pour meriter d etre signalees : 

Papilio Feisthamelii. Un exemplaire melanien obtenu d eclosion. L aile 
superieure a une bande noire de plus que dans le type ordinaire ; cette 
bande noire supplementaire se courbe legerement et descend du bord 
costal au bord inferieur. Gette aberration doit etre constante. Elle existe 
aussi dans Podalirius. 

Rhc^ocera Cleopatra. Deux individus ? , captures aux environs de 
Vernet (Pyrenees orientales), Tun le 6 juillet, 1 autre le lendemain, irre- 
gulierement marques sur les quatre ailes, tant en dessus qu en dessous, 
de traits et taches jaunes et oranges, comme dans le cT. Ges traits ne sont 



CLXVI Bulletin entomologiqne. 

pas symetriques. Le meme cas d hermaphroditisme existe dans Antho- 
charis Cardamines, dans Rhodocera Rhamni, plusieurs especes de 
Lycxna, etc., mais il parait toujours fort rare, et les papillons qui en 
sont atteints ont un fades des plus singuliers. 

Melitsea Dejone. Un cf, des Pyrenees-Orientales, dont le disque des 
ailes superieures est envahi par le noir. 

Melitxa Parthenie. Trois tf, des environs de Rennes , pris les 31 mai 
et 2 juin, melaniens, parmi lesquels deux ont les quatre ailes, tant en 
dessus qu en dessous, envahies par le noir, mais aux parties fauves 
seulement, de telle sorte quo les bandes maculaires blanc jaunatre des 
ailes inferieures en dessous ressortent vigoureusement sur le fond noirci. 
Le troisieme exemplaire est melanisant aux ailes superieures seule 
ment. 

Polyommatus Chryseis. Plusieurs exemplaires <$ et ? des Pyrenees 
orientates, region sub-alpine, appartenant plus ou moins a 1 aberration 
confluens. 

Fidonia plumistaria. Un c?, tres melanien, pris a Ambulla, en mai 
1886, ayant les ailes superieures entierement noires, sauf deux e troites 
bandes transversales, restees jaunes, 1 une extra-basilaire, 1 autre sub- 
marginale, et les inferieures tres obscurcies par une confluence et un 
elargissement des atonies noirs ordinaires. 

Lythria sanguinaria. Un c?, du Vernet, ayant les ailes superieures 
presque entierement envahies par la teinte carminee. 

Phasiane clathrata. Une $, tres albinisante, n ayant que deux bandes 
transversales noires , 1 une extra-basilaire, nette, bien ecrite , 1 autre 
extra-cellulaire tres peu indiquee, mais limitant exactement les deux 
couleurs jaune et blanche qui, dans cette aberration, se partagent par 
moitie egale la surface des ailes, le jaune vers la base et le blanc vers 
le bord exterieur. Les nervures sont tres finement indiquees en noir. 

Nous avons capture, dans les Pyrene es-Orientales, deux especes qui 
n avaient pas encore ete signalees en France et qui etaient considerees 
comme espagnoles, la Nola Thymula et le Bombyx loti. La N. Thymula 
se trouve au printemps, applique e sur les rochers et les murs en pierres 
seches. La chenille du B. loti vit en juin sur les Cistes et le papillon 
eclot en aout, septembre et octobre. 

Enfin, ayant pris deux individus de la grande Eupithecia Eynensata, 
decouverte par de Graslin, qui n eri possedait qu un exemplaire, nous 
avons acquis la conviction que cette Eynensata, des Pyrenees-Orientales, 



Seance du 27 octobre 1886. CLXVII 

est identique a la Magnata Milliere, de Suisse, comme rAcidalia erio- 
podata de Graslin, de Collioure, est identique elle-meme a YAcidalia 
Inesata Milliere, de Catalogne. 

M. G.-A. Poujade doime la description d un Lepidoptere de la 
famille des Lithosides, provenant du Thibet : 

NOLA FLEXUOSA Pouj. Envergure : 18 millim. Aspect de la 
IV. togatulalis Hbn., d Europe. Ailes superieures d un blanc roussatre, 
traversees au tiers median par une tache brunatre variee de noir, cir- 
conscrite entre deux lignes flexueuses ainsi disposees : celle qui est 
vers la base commence a la moitie de la cote, rentre vers la base en 
formant une courbe, puis, en quatre brisures, revient au milieu du bord 
interne ; I autre commence au dela du milieu de la cote, ou ellc se brise 
a angle droit pour se diriger vers 1 apex, descend jusqu a Favant-dernier 
rameau de la nervure mediane, ou, en s arrondissant, elle rentre vers 
le milieu de 1 aile pour aboutir au bord interne, en faisant une petite 
brisure. Entre cette tache mediane et le bord externe existe une ligne 
brunatre brisee irregulierement aux nervures qu elle indique par un 
point plus fonce. Cote marquee de sept ou huit laches. Ailes inferieures 
d un blanc grisatre, plus pale a la base, avec un point discoidal sombre. 
Franges du meme ton que les ailes, entrecoupees de brunatre entre les 
nervures. 

Corps et pattes blanchatres, tibias et tarses anneles de gris. 

Une femelle, de Mou-Pin (Thibet), trouvee par M. 1 abbe A. David. 

Collection du Museum. 

M. J.-M.-F. Bigot communique la note suivante : 

Dans le grand ouvrage , en publication, intitule Biologia Centrali- 
Americana (1), imprime a Londres, Diptera, le savant baron Osten- 
Sacken vient d inserer une tres interessante notice relative au groupe 
des AcanthomeridsR (melius Panopthalmidx, comme je 1 ai dit, le pre 
mier, dans mon opuscule cite ci-apres). 

Dans sa dissertation-critique, 1 auteur semble ne pas admettrc mon 
genre Megalemyia (voir Ann. Soc. ent. Fr., 1881, p. 455), parce que le 
principal caractere sur lequel je 1 ai fonde (le chete antennal visiblement 
setiforme) n appartient, dit-il, qu au sexe rf, chez un grand nombre 
d especes de ce groupe assez heterogene. 

(1) Quelles sont done, au juste, les limites, zoologiques ou autres, de ce qu on 
appelle i Amerique centrale ? 



GLXYiii Itulletin entomologique. 

Mais, ce point admis sans contests, d apres son propiv a\is, 
plusieurs Acanthomeridw cf, le chete se tiforme n existe pas (voir loc. cit., 
p. 04, ligne 12, etc. : But in other species the compound joint of the 
male does not end abruptly, but tapers gradually into a point wich m,er- 
ges into the last joint corresponding tho the style). Or, c cst precis e"- 
mont ie motif qui m a decide a proposer la distinction genc rique dont il 
s agit. 

Plus loin (loc. cit., p. 64, ligne 25, etc.), 1 auteur dit netternent que 
ma Mcgalemyia seticornis n est autre que le sexe cf de inon Acanthomera 
nihriventris. Or, rien rie le de montre clairernent, sauf son affirmation, 
ct j mo permettrai de rcmarquer, tant pour le cas present que pour 
plusieurs autres par lui mentionnes, que rien n indique positivement 
que tel ou tel individu soil 1 autre sexe de tei ou tel autre : en raison de 
(juoi, jo niaintieiidrai inon especo jusqu a plus ample inform^. 

Membres repus pour i886. 1 M. Hipolito Fernandez, Cabinet zoolo- 
gi(lii(;, a Manille (iles Philippines) (Coleopteres et Le pidoptires des ties 
Philippine); jtrescnte par M. (i.-A. Uaer. Gommissaires-rapporteurs : 
MM. LeIV vre et Poujade. 

2 M. Leon de Joannis, professeur de mathematiques au College fran- 
Qais, Hales j)lace, a Canterbury (Angleterre) (Le pidoptires a" Europe et 
s H r tout leurs Chenilles); pnvsenU; j)ar M. K.-L. Hagonot. Commissaires- 
r;i|>|)ori< iirs : MM. Poujade et Fallou. 

E. D. 



Bulletin bibliographiquc. 

Acade mie des Sciences (Comptcs rendus hebdomadaires des seances de I ), 

1886, 2 C semestre, n os 15 et 16. 
Naturaliste (le), 8 e amide, 1886, n 44. P. CHRETIEN. Varietes : Un 

curieux type de garde. Notes diverses. 
Sociedad cientifica Antonio Alzate (Memorias de la}, Mexico, 1886. 

Tome I, cuad. n 1. Q 
Societe Linne enne du nord de la France (Hullctiu mensuel), 1885, n 159. 

J)i HOIS. Caracteres et parlicularites du monde des Irisectes (tin). 

N 160. O N 161. DELAIIY. Contributions a la Faune locale. 

N 162. 



Seance du 10 novembre 1880. OLXIX 

BAKU (G.-A.). Catalogue dos CoMopteres des lies Philippines, suivi de 
descriptions d especes nouvelles par MM. J. Bourgeois, L. Fairrnaire, 
C.-A. Fauvel, Ed. Lofevre et Ern. Olivier. (Ann. Soc. ent. Fr., 1880.) 
104 p. * 

BLACKHURN (REV. T.) et P. CAMERON. On the Hymenoptera of the Hawaian 
Islands. (Mem. Manch. Liter, and. Philos. Society), 1885-86. 51 [). * 
GAZAGNAIRE (J.). DCS glandes chez les Insectes. Sur un pretendu 

nouveau type de tissu (Mastique . (Acad. Sciences), 1886. 3 p. * 
ID. Organes de la gustation chez les Coleopteres. (Soc. Zool. Fr.), 1886. 
3 p. * 

POWELL (J.-W.). Third annual Report of the United-States Geological 
Survey to the Secretary of the interior, 1881-82. 564 p., cartes, 
illustr., planches. Q 

SIMON (E.). Especes et genres nouveaux de la famille des Thomisidaj. 

(Act. Soc. Linn. Bordeaux), 1886. 23 p. * 

ID. Arachnides recueillis en 1882-83 dans la Patagonie mcridionalc, de 
Santa-Cruz a Pimto-Arena, par M. E. Lebrun, attache* comme natu- 
raliste a la mission du passage dc Venus. (Bull. Soc. Zool. Fr.), 1886, 
20 p. * 

ID. Arachnides recueillis par M. A. Pavie (sous-chef du service dos 
postes au Cambodge) dans le royaume de Siam, au Carnbodge <>t en 
Cochirichine. (Act. Soc. Linn. Bordeaux), 1886. 31 p. * 

A. L. 



Seance du 1O novcmbrc 

Pr6sidence de M. J. BOURGEOIS. 

Ne crologie. On annonce la mort de M. Paul-Jean Franquet, decede a 
Pai : s 1(5 1) novembrc 1886, a 1 fige de 19 ans. M. Franquet avail eto 
attache quelque temps au laboratoire d Entomologie du Museum; on lui 
doit un travail sur le Ilruckus nucleorum et son duveloppement, publie 
en 188 t par la Societe i)hilomatique de Paris. 

Lectures. M. Clement adresse une notice ne"crologique sur Louis- 
Maurice Depuiset, dont M. G.-A. Poujade donne lecture. 



(IHHfj) bulletin d* 1 l;i SoeiiHt- Mitoinologiquc d; FrMiic. 2U 



CLXX Bulletin entomologique. 

M. Charles Alluaud lit la Relation d un voyage entomologique dans 
le territoire d Assinie, possession francaise de la cote occidentale d Afrique. 

Communications. M. Aug. Salle, a 1 occasion du proces-verbal de la 
precedente seance, presente les remarques suivantes : 

A propos de la Biologia Centrali-Americana , M. Bigot demande 
dans notre Bulletin (p. CLXYII) quelles sont les limites de ce qu on appelle 
Amerique centrale. II peut lire sur la couverture des livraisons de ce 
magnifique ouvrage que, sous ce titre, on se propose de publier, en series 
de volumes in-4, une Faune et une Flore du Mexique et de VAme rique- 
Centrale, c est-a-dire de toute la valle e du Rio-Grande et du GilaauNord; 
des cinq Etats de I Ame rique-Centrale, Guatemala, Honduras, Salvador, 
Nicaragua et Costa-Rica, du Honduras Britannique etdel Etat Colombien 
de Panama au Sud jusqu a I lsthme de Darien. 

M. L. Fairmaire presente les diagnoses de plusieurs especes nou- 
velles du genre Gyriosomus, particulieres au Chili : 

1. G. CRISPATICOLLIS. Long. 17 a 24 mill. Ovatus, convexus, niger 
nitidus, elytris vittis numerosis impressis albido-pubescentibus et medio 
lined denudata signatis, prothorace sat irregulariter valde plicato, ely- 
trorum costa laterali. subtiliter granulata, apice carinata, parte laterali 
Isevi parum nitida, sutura sat fortiter elevata. 

Voisin du G. Waterhousii, mais la tete est fortement impressionnee, 
inegale au sommet, les rides du corselet sont bien plus fortes et 
s etendent jusqu aux bords, les bandes des elytres sont plus larges, plus 
longues, avec une ligne mediane un peu denudee. 

2. G. GRANOGOSTATUS. Long. 19 a 22 mill. G. laevigato valde 
similis, sed antennarum articulis 4 5que magis elongatis, 6 7que latio- 
ribm, prothoracis angulis posterioribus magis retroversis elytrisque paulo 
brevioribus, costa externa dense sat late granulosa, intus linea impressa 
albo-pubescens comitata facile distinguendus. 

3. G. CORIACEUS. Long. 19 a 20 mill. G. lasvigato sat affinis, sed 
minus nitidus , elytris <3 leviter coriaceis, suture basin versus oblique 
striatulis, $ magis convexis et longitudinaliter suturam versus sulcatis, 
elytris apice sublxvigatis, costa externa paulo post medium abbreviata, 
capite prothoraceque paulo sericeo-micantibus. 

4. G. PAULSENII. Long. 19 a 20 mill. G. Ia3vigato et coriaceo 
forma affinis, sed elytris intricato-plicatis, intervallis convexis plicatulis, 
late laterali obsolete plicatula. 

Get insecte est remarquable par la sculpture des elytres qui sont forte- 



Seance du 10 novembre 1886. GLXXI 

ment et irregulierement plissees, les plis etant eux-memes un peu 
ridules. Je le dedie a M. Paulsen, entomologiste zele, auquel je dois la 
communication de ces insectes chiliens. 

M. Jacquet, de Lyon, adresse, par Fentremise de M. Leprieur, la 
description d une nouvelle espece de Coleoptere : 

BRUCHUS LEPRIEURI. Oblong o-ovatus, supra variegatim, subtus dense 
atque sequaliter griseo-albida pube vestitus. Capite nigro, tenuiter gra 
nulate, vertice distincle carinato; oculis prominulis ; anlennis serratis, 
thorace paulo longioribus ; articulo primo subelongato, infuscato, secundo 
tertioque conicis, testaceis , ceteris crassioribus , subperfoliatis , nigris, 
ultimo breviter apice attenuate. Thorace conico, antice valde attenuate, 
lateribus subrotundatis, basi bisinuato, angulis posticis acutis, foveolatis 
punctis consperso. Elytris subquadratis , thoracis basi latioribus, griseo- 
albida pube tectis,pluribus, insequalibus, nigrisque maculis subtrifasciatim 
dispositis, ornatis, apice separatim rotundatis. Pygidio triangulare, sub- 
cordate, sequaliter tomentoso. Pedibus quatuor anterioribus genubusque 
testaceis, femoribus nigris, posterioribus femoribus nigris, tibiis tarsisque 
obscure testaceis. Long. 4,5 mill.; larg. 2,8 mill. 

Cette espece a ete recoltee et decouverte a La Galle (Algerie) par 
M. Ch.-E. Leprieur. D apres notre savant collegue, elle vit sur une 
espece d Astragale. 

Le B. Leprieuri appartient au groupe des Bruchus a thorax conique, 
a antennes courtes et a cuisses nettement dentees a leur bord interne. 
Les especes auxquelles on pourrait le comparer sont, a mon avis, les 
B. astragali et B. tragacanthse. Gette derniere espece, qui me vient de 
Sarepta, ressemble au B. Leprieuri par sa conformation generale et la 
couleur des pattes, mais le B. Leprieuri a une taille plus forte, la cou- 
leur des femurs anterieurs est differente, la dent des femurs posterieurs 
est plus accusee et plus aigue; enfin la vestiture des elytres la distingue 
lout a fait de ses congeneres. En effet, sur un fond blanc grisatre, 
tomenteux, trois groupes de laches plus ou moins noiratres paraissent 
dessmer des fascies interrompues et comme disjointes. Le premier groupe, 
situe au tiers anterieur des elytres, est constitue par une ou deux petites 
taches occupant les 3 e et 4 e interstries et formant avec la tache du calus 
humeral la premiere fascie. Le second groupe, situe peu apres le milieu 
de 1 elytre, est constitue par une large tache noire arrondie occupant la 
marge elytrale et d une ou plusicurs petites taches situees sur les 2 e et 
3 e interstries. Enfin la 3 C fascie est represented par une tache encore plus 
large occupant les quatre cinquiemes externes du sommet des elytres. 



CLXXII Bulletin cntomologiqne. 

M. Allard, a qui cette espece avait ete communiquee, 1 avait regardee 
comme nouvelle. Le travail de M. Baudi m ayant donne la certitude que 
cette Bruche n etait pas decrite, je me fais un devoir et un plaisir de la 
dedier a M. Leprieur, qui a bien voulu mettre a ma disposition plusieurs 
exemplaires de cette belle espece. 

M. J. Bourgeois fait la communication suivante : 

A plusieurs reprises deja, il a ete question dans nos Annales des de- 
gats occasionnes, en Russie, dans les plantations de betteraves, par un 
Goleoptere de la famille des Gurculionides, Je Cleonus (Bothinoderes) be- 
tavorus Ghevr. (? = punctiventris Germ.). En 1859, Achille Deyrolle 
(Bull., p. cxcm) attirait rattention de la Societe sur les ravages que les 
larves de cet insecte exergaient dans la Russie meridionale ; en 1868, le 
D p Doumerc (Bull., p. LXXXV) signalait son apparition en grand nornbre 
aux environs de Moscou ; il ajoutait que la larve de ce Gurculionide 
devorait les racines de la betterave, et que 1 insecte parfait se nourris- 
sait des chenilles de la meme plante (1). Plus tard, Chevrolat, dans 
sou Memoire sur les Gleonides (Mem. Soc. roy. des sciences de Liege, 
2 e se rie, tome V, 1873, p. 6), confirmait ces indications et les appuyait 
du temoignage du frere de notre regrette collegue, le comte de Mnis- 
zech, grand proprietaire en Crimee, qui avait subi des pertes enormes a 
la suite d une apparition extraordinaire de cet insecte ou d une espece 
voisine. Enfin, M. Portchinsky (Revue mensuelle d entomologie de 
\V. Dokhtouroff, 1883, p. 22) a publie sur le meme sujet une notice 
detaillee, dans laquelle il decrit sommairement la larve du Cleonus, son 
evolution et les moyens employes pour arreter ses ravages. 

Gette anne e, sur plusieurs points de la Russie occidentale, notamment 
dans le gouvernement de Kiew, les ravages du C. betavorus ont atteint 
des proportions considerables. A mon dernier voyage a Remiremont, 
M. Puton, directeur de 1 Ecole forestiere de Nancy, qui se trouvait alors 
chez son frere, voulut bien me remettre quelques-uns de ces insectes 
recemment rec.us de Russie ; aujourd hui, il m envoie obligeamment, au 
sujet de leurs degats, des indications precises et d autant plus interes- 
santes qu elles sont le resume d observations faites sur place par un 
Nanceien, M. Feltz, qui dirige une importante exploitation de betteraves 
a Orlowecz (gouvernement de Kiew). 

(1) 11 y a evidemment ici une erreur typographique, et, a mon avis, il faut 
lire : des feuilles de la meme plante . Chevrolat (loc. cit.) semble admettrc 
la possibilite du fait tel qu il est imprime, mais j avoue qu il m est difficile do 
concevoir un Cleonide a 1 etat parfait devorant des chenilles. 



Seance du 10 novembre 1886. CLXXIII 

On pourra se rendre compte de 1 etendue des ravages exerces par le 
C. betavorus par ce seul fait que, dans 1 exploitation d Orlowecz, qui com- 
porte 1,200 hectares plantes en betteraves, 600 hectares ont ete, cette 
annee, entierement detruits dans 1 espace de 10 a 15 jours. Les insectes 
parfaits commencent a sortir de terre en mars, mais la grande apparition 
n a lieu qu en avril et en mai. L accouplement se fait en juin ; depuis leur 
sortie de terre jusqu a cette epoque, les Cleonus ne cessent de devorer les 
feuilles de la betterave, choisissant de preference les plus jeunes et les 
plus tendres et dedaignant celles qui sont plus coriaces. II n a pas encore 
ete trouve de larves dans le domaine d Orlowecz ; M. Feltz pense qu elles 
doivent accomplir leur evolution en terre (1), a une profondeur d un 
metre au moins, car les labours de O m 30 que demande la culture des 
betteraves n en ont jamais amenees a la surface. Quand, au premier 
printemps, on creuso la terre pour des plantations d arbres ou 1 etablis- 
sement de fondations, il n est pas rare de trouver des insectes parfaits 
prets a sortir. 

Pour se defendre contre ce terrible envahisseur, les cuitivateurs de 
betteraves ont 1 habitude de creuser autour de chaque champ un fosse a 
parois perpendiculaires, de O m 15 a O m 20 de profondeur, dans lequel 
les insectes viennent tomber ; comme ils ne peuvent remonter, ils sont 
ramasses chaque matin et detruits. Mais ce moyen ne donne que peu de 
resultats ; les Cleonus passent, en effet, d un champ a un autre, en volant 
par nuees considerables ; partant de terrains en friches ou de champs 
de ja devastes , ils se dirigent , avec un instinct remarquable, vers de 
nouvelles cultures, situees quelquefois a plus de six kilometres. Ces 
nuees sont souvent assez e paisses pour obscurcir le ciel. On a essaye 
aussi des cultures de Muscardines preparees par les procedes Pasteur ; 
dans ce but, il a ete fourni aux cuitivateurs deux sortes de moisissures, 
Tune verte et 1 autre blanche, qu on melange avec du sable et qu on 
repand sur la terre. Ge precede reussit tres bien en laboratoire, et tout 
insecte mis en contact avec la Muscardine languit et meurt rapidement ; 
mais, dans la pratique, il est peu efficace, car si le champ est mouille, 
1 instcte reste cache et ne voyage pas ; si, au contraire, le temps est sec, 
la Muscardine n adhere plus a 1 insecte. II resulte du peu d efficacite de 
ces deux procedes que les cuitivateurs sont reduits a faire ramasser les 

(1) On a vu plus haut que, d apres les observations de Doumerc, confirmees 
d ailleurs par M. Portchinsky (loc. cit., p. 25), les larves se nourrissent des 
racines de betleraves; au moment de la nymphose, ellcs se construisent sous 
terre une sorte de logc ou de coque, comme on 1 a observe chez plusieurs de nos 
especes de Clconus indigenes. 



CLXXIV Bulletin entomologique. 

Coleopteres dans les champs par des femmes et des enfants. La quantite 
en est si grande que, dans 1 exploitation de M. Feltz, un enfant ramasse 
jusqu a 30 litres d insectes en un jour. Ceux-ci sont verses dans de grands 
tonneaux et detruits par 1 eau bouillante. 

M. Puton ajoute qu en me"me temps que le Cleonus betavorus, on a 
rencontre a Orlowecz un autre Cleonide plus petit, non moms vorace, 
qu on a promis de lui envoyer egalement. 

M. H. Lucas adresse la note suivante, relative au Lyctus canalicu- 
lalus et au Tarsostenus unifasdatus : 

En avril 1885, un morceau de bois de chataignier m avait ete remis 
par M. Pichon, controleur a la Gompagnie de Paris, Lyon et Mediterra- 
nee. En examinant, en decembre de la meme annee, ce bois divise en 
plusieurs morceaux et place dans un flacon, je remarquai dans le fond 
de ce recipient, apres un sejour de plusieurs mois, des amas de pous 
siere formant des petits monticules, indices demontrant que^ce bois etait 
habite. En effet, en juillet 1886, en explorant ces amas formes d une 
poussiere extrememerit fine, je rencontrai plusieurs Coleopteres que je 
reconnus pour etre le Lyctus canaliculatus Fabr. (Perris, Larves des 
Coleopteres, p. 220, pi. 7, fig. 247 a 250, 1878) et le Tarsostenus uni- 
vittatus Rossi. On sait, d apres Perris, qui a decrit et figure aussi la larve 
et la nymphe de ce Teredile (Mem. Soc. des Sc. de Liege, p. 238, pi. 5, 
fig. 8 a 28, 1855), que lorsque le Lyctus canaliculatus se montre, on est 
presque certain de voir apparaitre le Tarsostenus univittatus. En effet, 
c est dans les galeries creusees par les larves du Lyctus canaliculatus, 
dont elle fait sa proie, qu il faut chercher celle du Tarsostenus univit 
tatus; elle subit sa vie evolutive aux memes lieux ou elle a vecu, au 
milieu de la vermoulure dans laquelle elle se confectionne une loge dont 
elle a le soin de vernir les parois avec une substance incolore et qui a la 
propriete de se durcir au contact de 1 air. Cette observation, que j ai ete 
a meme de constater plusieurs fois, vient confirmer de nouveau celle 
de notre eminent collegue. De plus, je ferai encore remarquer qu en 
cherchant dans cette poussiere je fis la rencontre d un Hymenoptere 
appartenant a la famille des Braconides et que je rapporte au genre 
Calyptus d Haliday, coupe generique detachee de celle ftEubadizon 
d Esenbeck. Get Hymenoptere, dont j ai rencontre quatre individus 
(3 males et 1 femelle), doit etre sans aucun doute le parasite de Fune 
des deux larves de ces Coleopteres et tres probablement de celle du 
Lyctus canaliculatus, la larve de cette espece qui, par sa forme courbee, 
rappelle beaucoup celle des Apate, etant molle, tres charnue, a derme 



Seance du 10 novembre 1886. CLXXV 

transparent, tendre et par consequent plus facile a etre transpercee par 
la tariere de cet Hymenoptere. 

Jusqu a present ce fait de parasitisme extremement curieux n avait 
pas encore ete signale par aucun auteur, ni meme par Ferris, qui a 
publie des travaux tres importants sur les larves des Coleopteres, par- 
ticulierement sur la vie evolutive du Lyctus canaliculatus, et dont la 
plupart sont accompagnes de figures. 

M. G.-A. Poujade signale : 

1 line nouvelle localite pour le Stenobothrus stigmaticus Rambur, 
Acridien dont il a rencontre un couple a Meudon, sur la montee situee 
en face du chateau, pendant les derniers jours d octobre. 

2 L Ephippiger vitium Serv., vivant encore en ce moment, d apres 
M. Clement, qui a capture plusieurs individus des deux sexes de ce 
Locustide il y a quelques jours a Lardy. 

3 Enfin un individu du Dendroleon pantherinus Fab., trouve mort 
dernierement a Champrosay, par M. J. Fallou, qui avail de ja capture ce 
rare Nevroptere dans la meme localite pendant 1 ete dernier. 

M. Charles Oberthiir adresse la note suivante : 

Nous avons regu les chasses entomologiques faites cette annee dans la 
province d Oran, en vue d apporter des documents complementaires a 
notre Catalogue des Le pidopteres d Alge rie. La recolte provient des 
environs d Ain-Sefra, Mecheria, Geryville , Magenta, Daya, Bedeau et 
Sebdou ; elle a surtout ete fructueuse en Noctuelites, Phalenites et Micro- 
lepidopteres. 

D Ain-Sefra, nous devons principalement signaler I Hypochroma La- 
hay ei Gh. Obtr., Phalenite grise, ressemblant a une tres robuste Pseudo- 
terpna Coronillaria, et appartenant a un genre dont on ne connaissait 
encore de representants que dans 1 Afrique tropicale, 1 Inde et Tarchipel 
Indien. L Hypochroma Lahayei se place pres de Rhadamaria Guenee, 
de Madagascar. 

De la meme localite viennent les Anthocharis Falloui, Cleophana 
Chabordis, Addalia Renataria, Cerocala Algirix, Botys Algi- 
ralis t \m Orobena nouveau et un admirable Botyde (Allardalis Obtr.), 
voisin du Spilodes seruginalis, ayant les ailes superieures gris de lin, 
ornee^ de dessins bruns tres delicats. 

Parmi les autres Lepidopteres interessants, nous citerons un Lycxna 
nouveau, voisin tfAbencerragus, mais bien distinct, pris a Daya, en 
meme temps que la Melittea Desfontainii; les Satyrus Prieuri et Cigaritis 



CLXXVI Bulletin entomologique. 

Zohra, rencontres a Bedeau; VOmia cyclopxa et rilithya cruentella, 
captures a Mecheria ; les Anthophila candicans, virginalis et Caid, trou- 
ves a Magenta ; un type de Zygxna Loyselis, tres vivement colore et 
tendant a la confluence des taches rouges des ailes superieures, ainsi 
qu une variete tres albicans de Zygxna Orana, recueillis a Geryville, 
en meme temps que des Cigaritis Zohra d une forme assez particuliere, 
des Cledeobia, des Phycides et une Acidalia paraissant nouveaux et qui 
seront prochainement decrits et figures. 

Decision. M. L. Fairmaire est charge par la Societe de donner pour 
les Annales une notice sur la vie et les travaux entomologiques de notre 
savant collegue M. de Harold. 

Candidat presente. M. Carl Felsche, de Leipsig, qui s occupe princi- 
palement de 1 etude des Coleopteres, presente par M. Buquet. Com- 
missaires-rapporteurs : MM. Leprieur et Fairmaire. 

E. D. 

Bulletin bibliographique. 

Acade mie des sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
1886, 2 e semestre. N 17. Q N 18. YVES DELAGE. Sur une fonc- 
tion nouvelle des Otocystes chez les Invertebres. Tables du 2 C 
semestre. 

Accademia del Lincei (Atti della reale), 1886. Fasc. 6 et 7. Q 

Entomologist s monthly Magazine (The), 1886. N 270. J.-H. VARRALL. 
List of British TipulidaB (suite), W.-HARCOURT BATH. Notes on the 
Lepidoptera of the Birmingham district : a retrospect. G.-C. CHAM 
PION. Notes on the Coleoptera of the isle of Sheppey. G.-T. PORRITT. 
Description of the larva of Pterophorus acanthodactylus. C.-R. 
OSTEN-SACKEN. A luminous Insect-larva in New-Zealand. Notes 
diverses : chasse, moBurs, etc. 

Feuille des jeunes naturalistes. N 193. L. FAUCONNET. Tableau synop- 
tique des Phytophages de France. Communications. 

Linnean Society of London. 1 Journal, vol. XIX, ri 109. D. SHARP. 
On the Colydiida3 collected by M. G, Lewis in Japan. J. BRIANT. 
Notes on the antenna of the Honey-Bee. Fig. N os 110-111. D. SHARP. 
On some Colydiida3 obtanied by M. J. Lewis in Ceylon. N 112. 
J. BALY. The Colombian Species of the Genus Diabotrica, with des 
criptions of those hitherto uncharacterized. Part. I. N 113. ID. 



Seance du 10 novembre 1886. CLXXVII 

The Colombian Species of the genus Dinbotrica, with Descriptions 
of those hitherto uncharacterized. Part. II. ALBERT-D. MICHALL. 
On some undescribed Acari of the genus Glijciphagus found in Moles 
Nests. PL 
2 List. 

3 Transactions, vol. I, part XII. Novembre 1884. LORD WAL- 
SINGHAM. Contributions to the knowledge of the genus Anaphe Walker. 
2 pi. col. Vol. II, part XV. August 1885. Q Vol. II, part XVI. 
Octobre 1885. Q Vol. II, part XVII. February 1886. Q Vol. Ill, 
part. IV. December 1885. REV. A.-E. EATON. A revisional monograph 
of recent Ephemeridaa or Mayflies, part IV. 

Naturalista siciliano (II), 1886 , an. VI. N 2. D r G. RIGGIO e BARO- 
NELLO F. PAJNO. Primo saggio di un catologo metodico degli Ortotteri 
sinora osservati in Sicilia (suite). MINA-PALUMBO. Contribuzione 
alia Fauna entomologica sicula. E. RAGUSA. Emitted siciliani. 
F. BAUDI. Rassi gna selle specie della famiglia dei Milabridi (Bruchidi 
degli autori) viventi in Europa e regione finitime (suite). 

Naturaliste (Le), 1886. N 45. J. CHALANDE. Note sur la pretendue 
espece Geotrupes foveatus Marsh. L. BLEUSE. Notes entomologiques. 

Nouvelles Archives du Museum d histoire naturelle, 2 e se rie, t. IX, 1886. 
A. RAFFRAY. Mate riaux pour servir a 1 etude des Coleopteres de 
la famille des Paussides. 

Revista enciclopedica de ciencias medicas, fisicas y naturales de la isla de 
Cuba, 1886. N 2. 

Royal Society of London, 1886, vol. 176, part I etll. Q 

Sociedad espanola de Historia natural (Anales de la), 1886, t. XV, cuad. 2. 
R. P. J. PANTEL. Contribution a 1 Orthopterologie de 1 Espagne cen- 
trale. l re partie : Descriptions d especes nouvelles des environs 
d Ucles. PI. A. OSSORIO. Fernando Poo y el Golfo de Guinea, 
apuntes de un viaje. Articulados por D. J. BOLIVAR. 

Socit te linne enne du nord de la France, Bulletin mensuel, 1886. 
N 163. Q. N 164. E.-V.-F. LEARLE. Contributions a la faune 
locale (suite). N os 165 et 166. Q 



ALLARD (E.). Description de six nouvelles especes de Coleopteres He te- 
romeres. 1886. 8 p. * 

(1886) Bulletin de la Scoiete cntoraologique rl" Franco. ^1 



GLXXVIII Bulletin entomologique. 

BARGAGLI (P.). Un nuovo lavoro del socio sig. Herbert Goss Di alcuni 

insetti scoperti recentemente in roccie carbonifere e siluriane (Bull. 

Soc. ent. Stett.). 1886. 10 p. * 
BAUDI (FLAMINIO). Mylabridi seu Bruchidum (Lin. Schonh. All.) europea3 

et fmitimarum regionum Fauna3 recensitio. (Deutsche ent. Zeits.) 

1886. 32 p. * 

BIGOT (J.-M.-F.). Diagnoses de nouveaux Genres et de nouvelles especes 
de Dipteres, et observations di verses. (Bull. Soc. ent. Fr.) 1886. 
4 p. * 2. exempl. 

MIALL (L.-G.) et ALF. DENNY. Reprinnted from the Structure and Life- 
history of the Cockroach (Periplaneta orientalis). S. SCUDDER. The 
Cockroach of the Past. Londres, 1886. 16 p. * 

REGIMBART (D r M.). Essai monographique de la famille des GyrinidaB. 
l er Supplement. (Ann. Soc. ent. Fr.) 1886. 32 p. PI. * 

THOMSON (JAMES). Buprestides polybotroi des. 1878. (Rev. Mag. Zool.) 

41 p. 
ID. Description de dix-sept Coleopteres. 1856. (Loc. cit.). 2 pi. col. 

13 p. 

ID. Revue du groupe des Psilopterites de la famille des Bupresiides. 
1880. (Loc. cit.). 21 p. 
Ces trois dernieres brochures offertes par M. A. Salle. A. L. 



Seance du 21 novenibre 188. 
Presidence de M. J. BOURGEOIS. 

MM. H. Gadeau de Kerville, de Rouen, et Maurice Noualhier, de 
Puymaud (Haute- Vienne), assistent a la seance. 

Communications. M. L. Fairmaire presente la description d une nou- 
velle espece de Melyride : 

JULISTUS CONSTRICTUS. Long. 31/2 mill. Oblongus, convexus, 
3eneus,nitidus, longe fulvo-fiirtus, pedibus, palpis antennarwnque basi 
pallide testaceis ; capite subtililer sat dense punctato , antice leviter 
impresso ; antennis serratis, basin prothoracis attingentibus, hoc trans- 
verso, elytris hand angustiore, lateribus rotundatis, marginatis, angulis 
posticis obtuse rotundatis, dorso dense sat fortiter punctato; scutello 
brevi, fere l&vi; elytris oblong o-subovatis } basi et postice attenuatis, for 
titer sat dense punctatis, apice conjunctim valde rotundatis. Maroc. 



Seance du 24 novembr<> 1886. CLXXIX 

Ge Julistus a ie fades d un Aphyctus, mais les antennes serriformes 
et les longs polls qui herissent le corps le rangent avec les Julistus. 

Le meme membre decrit une nouvelle espece du genre Lepto- 
morpha : 

L. PROLONGATA. Long. 22 mill. Elongata, nigra, parum nitida; 
capite antice et lateribus subtilissime punctato, epistomate labroque late 
sinuatis, hoc apice rugoso, antennis sat gracilibus, corporis medium hand 
attingentibus, articulo 3 longiore, 4-7 tequalibus elongatis, 3 penultimis 
brevibus ovatis, ultimo acutissimo; prothorace subquadrato, lateribus 
antice tantum leviter arcuatis, dorso subtilitei 1 punctulato ; scutello late 
triangulari, obtuso, subtilissime rugosulo, rufo-ciliato ; elytris elongatis, 
post medium leviter ampliatis, postice angustatis, paulo productis, apice 
truncatis, dorso subtiliter aspero-punctatis et obsoletisime striatulis ; 
abdomine medio obsolete plicatulo, lateribus foveolato, prosterno inter 
coxas elevato, postice declivi et acute angulato. Laddak. 

Plus grand que le L. filiformis Men., bien distinct par son corselet 
plus carre. ses antennes plus robustes, a 3 e article plus epais, un peu 
plus long, les derniers plus courts, les elytres brievement prolongees en 
queue tronquee, a stries indistinctes et a fines asperites. 

M. Henri Gadeau de Kerville fait la communication suivante : 

J ai Phonneur d exposer sur le bureau cinq Coleopteres monstrueux 
du genre Melomele. Je me bornerai a en donner une courte description, 
me proposaat d indiquer ulterieurement les causes probables de la for 
mation de ces monstres dans un memoire de tcratogenie experimentale 
et de teratologie entomologiques. 

1 CICINDELA DECEMGUTTATA Fabr., var. DURYILLEI Dej., c?, de Nou- 
velle-Guinee. Antenne gauche normale, de onze articles. Antenne droite 
anomale, tres-legerement plus lorigue, avec le huitieme article divise en 
son milieu en deux branches : 1 interne formce de la moitie anterieure 
du huitieme article et des trois articles complementaires normaux ; Pex- 
terne, de la moitie anterieure du huitieme article et de deux articles 
supplt nientaircs d une longueur egale aux articles normaux. 

2 DYTICUS PUNCTULATUS Fabr., cf. Antenne gauche normale, de 
onze articles. Antenne droite anomale, plus courte, de neuf articles, 
dont le dernier presente, vers la base et a la partie interne , un petit 
article supplemental, subclaviforme et courbe en avant. 

3 LUCANUS CERVUS L., c?. Antenne gauche normale, de dix articles. 
Antenne droite anomale, un peu plus longue, dont le troisieme article. 



CLXXX Bulletin entomologique. 

an lieu d etre tres-court cornme a 1 etat normal, est, au contraire, allonge 
et divise, vers le tiers anterieur, en deux branches : I interne formee du 
tiers anterieur du troisieme article et des sept articles complementaires 
normaux; 1 externe, de deux tres-petits articles supplementaires. 
(Don de M. A.-L. Clement). 

4 GERAMBYX CERDO L. (C. HEROS Scop.), cT. Sur des hanches presque 
entierement fusionnees avec celle de la patte anterieure droite, qui est 
normale, et en avant de cette patte sont fixees deux autres pattes legere- 
ment plus courtes^que la patte anterieure ^droite, eniierement distinctcs 
1 une de 1 aure, et possedant toules les pieces des pattes normales. 

La teratologie entomologique n a enregistre jusqu alors qu un] tres- 
petit nombre de cas d une Me lomelie aussi accusee. 

5 RANZANIA BERTOLONII Lucas , <$. Onychium de la patte poste- 
rieure droite a peinc plus court que Fonychium normal, et pourvu de 
six ongles au lieu de deux. 

M. Charpentier, instituteur a Fourneaux-Gerbepal, pres Gerard- 
mer, dans une lettre adresse e a M. L. Buquet par M. Godron, presente 
quelques observations sur divers Coleopteres captures dans les Vosges : 

1 Carabus irregularis. Cette espece rare a ete trouvee du 15 juillet 
a la fin aout a Noire-Goutte et a Creuse-Goutte (commune de Roches- 
son), au bord de petits ruisseaux, blottie dans des souches de sapin a 
demi-decomposes. M. Charpentier en conclut que ce Carabe peut etre 
pris toute 1 annee, bien qu il soit surtout abondant en automne et vers 
la fin de Phiver. 

2 Hylcecetus dermestoides. Lee? de ce Coleoptere, qui n avait encore 
ete rencontre que rarement. a ete pris en grande quantite cette annee 
sous des ecorces de sapin et de hetre coupes depuis trois ans. Dans les 
derniers jours de mai, apres une petite pluie, par une temperature assez 
elevee, M. Charpentier a observe qu un grand nombre d individus cT de 
cette espece etaient restes dans les trous ronds qu ils s etaient creuses 
et ou il suppose qu a du avoir lieu 1 accouplement. Les cf sembleraient 
done sedentaires, tandis que les ?, que Ton rencontre beaucoup plus 
frequemment, paraissent, une fois accouplees, se mettre a la recherche 
d un endroit propice pour la ponte. 

3 Rhopalopus hungaricus. La larve vit dans Tinterieur des troncs 
malades et chetifs de FErable Sycomore. La $ semble choisir de prefe 
rence, pour y deposer ses oeufs, les trous creuses par les chenilles du 
Cossm ligniperda. Les insectes parfaits se rencontrent marchant sur les 



Seance du %4 novembre 1886. CLXXXI 

branches et sur "le tronc de ce meme arbre, mais de preference par les 
temps lourds et chauds. C est du 20 juin an 10 juillet qu on peutesperer 
en capturer le plus grand nombre. 

M. H. Lucas communique la note suivante : 

En faisant passer sous les yeux de mes collegues le Una tremulx de 
Fabricius avec sa larve et sa nymphe qui ont ete decrites et flgurees 
par Ratzeburg (Die Forst Insecten, 1. 1, p. 254, pi. 20, fig. 3, 3 c, 3 g, 3 x, 
1839), je ferai remarquer que cette espece a ete cette annee extreme- 
ment nuisible aux feuilles des peupliers etqu elle a cause de tres grands 
ravages dans les pe pi ieres composees particulierement de peupliers 
suisses appartenant a M. Sarce, proprietaire a Pont-Vallain (Sarthe). 
Voici ce que m e crit a ce sujet cet horticulteur dans une lettre en date 
du 19 octobre : 

Depuis plusieurs annees, j ai plante des pepinieres de peupliers 
suisses ; 1 annee derniere (1885), je me suis aperc,u que beaucoup de 
feuilles e taient rongees par des insectes noirs a e lytres rouges. Je n y 
fis pas grande attention, parce que ces insectes n avaient pas fait de 
grands ravages. Mais cette annee (1886), ces memes Coleopteres se 
sont multiplies d une maniere effrayante, si bien que toutes mes 
feuilles de plant de peupliers sont entierement re duites a 1 etat de 
dentelle ; aussi mon plant u a point pousse cette annee. Je me trouve 
done en presence d une invasion d insectes qui peut-etre 1 annee 
prochaine, si je ne vois pas un moyen de les detruire, fmiront par 
ruiner mes pepinieres. 

En reponse a cette lettre, j ai conseille a M. Sarce, afin d attenuer les 
ravages du Lina tremulx, de battre ses peupliers sur un parapluie 
retourne ou sur une nappe, et de livrer au feu ou de plonger dans 1 eau 
bouillante tous les insectes qu il renconlrerait a 1 etat de larve et a 1 etat 
d insecte parfait. 

M. Noualhier dit que cette annee un Aphidien, le Lachnus querciis, 
a ete tres nuisible aux taillis de chataigniers dans le Limousin, et que 
cet insecte se refugie en hiver sous les feuilles accumulees aux pieds de 
ces arbres. 

M. L. Demaison communique la note suivante : 

1 La Mantis religiosa, que plusieurs de nos confreres ont signalee 
recemmenl aux environs de Paris et de Chartres (Bull., p. CXLII), parait 
avoir ete assez commune a la fin de 1 ete dernier, grace a l ele vation de 
la temperature. J ai pris le 11 septembre un mn!o de cette espece dans 



CLXXXII Bulletin entomologique. 

un champ de luzerne, tout pres de Reims. Quelques jours plus tard, 
mon frere a vu un second individu au meme endroit. G est la premiere 
fois, a ma connaissance du moins, que cet Orthoptere fait son apparition 
aux environs immediats de Reims ; rnais on 1 avait deja rencontre sur 
quelques points du departement de la Marne, entre autres a Sept-Saulx 
(arrondissement de Reims). M. deCazanove, d Avize (Marne), Fa decou- 
vert en 1857 pres de cette localite, et en a fait, des cette epoque, 1 objel 
d une communication a la Societe d agriculture , sciences et arts de 
Chalons-sur-Marne. Depuis, la Mante s est montree assez frequemment 
a Avize, surtout dans les annees chaudes, et M. de Gazanove en a trouve 
encore deux femelles au mois de septembre dernier. 

2 Le 4 octobre, j ai fait dans le voisinage de Reims une autre trou 
vaille interessante. Vers la fin de la journee, dont la temperature avait 
ete exceptionnellement elevee pour la saison, j ai capture un exumplaire 
tres frais de Deiopeia pukhella. Cette espece, principalement meridio- 
nale , a depuis quelque temps , comme on sait, visite le nord de la 
France d une maniere accidentelle, mais a de frequentes reprises. J en 
possedais dnja un individu pris dans la foret de Fontainebleau le 6 sep 
tembre 1874, annL s e ou les Deiopeia ont ete relativement communes et se 
sont montrees dans diverges localites ou elles n avaient pas ete vues 
jusqu alors. Mais on n avait pas encore signale ce Lepidoptere aux envi 
rons de Reims, ni dans les regions limitrophes. 

M. E.-L. Ragonot dit egalement qu il a capture au mois de sep 
tembre dernier une Deiopeia pukhella posee sur une fleur dans son 
jardin, a Paris meme. 

Le meme membre appelle 1 attention des entomologistes sur le fait 
tres curieux d une acclimatation naturelle en Angleterre d une espece 
de Rhopalocere , VAnosia plexippus Linne (Danais archippus Fabr.), 
espece originaire de TAmerique et qui est repandue en Australie, a la 
Nouvelle-Zelande, a la Nouvelle-Guinee, dans les iles Fidji, etc. 

Cette grande et belle espece se multiplie en Amerique de telle fagon, 
d apres M. Riley, que parfois des millions d individus remplissent Fair 
jusqu a la hauteur de 100 a 130 metres, et elle s est sans doute introduite 
en Angleterre par migration. Trouvee une premiere fois en 1876 dans 
le comte de Sussex et dans le sud du pays de Galles , elle a ete de nou- 
veau signalee en 1881. En 1885, au mois de septembre, on en a capture 
au moins neuf individus dans les comtes de Dorset, Devon, Cornouailles 
et dans 1 ile de Wight. Gette annee, VAnosia plexippus a reparu dans le 
sud de 1 Angleterre, et un individu, apres avoir traverse la Manche, a 



Seance da %4 novembre 1886. CLXXXIII 

ete pris dans Tile de Guernesey. Un male de cette espece a ete capture 
le 24 octobre dernier a Gibraltar sur un buisson de Bignonia. Ce speci 
men est en assez mauvais etat et parait avoir longtemps vole ; il est 
d une taille moyenne et du type ordinaire qui se trouve dans le nord 
de 1 Amerique. M. James-J. Walker ajoute que la chenille pourrait peut- 
etre manger les Vinca media et Nerium oleander. II n y a done aucune 
raison pour que ce papillon ne vienne pas s acclimater en France, ou, a 
defaut des Asclepias tuberosa et A. purpurascens, dont la chenille se 
nourrit en Amerique, le Vincetoxicum officinale, ainsi que les plantes 
deja mentionriees, pourrait lui servir de nournture. 

M. Riley dit que dans FEtat de Missouri Finsecte a deux generations ; 
le papillon hiverne, et au mois de mai la femelle pond ses ceufs. Une 
premiere eclosion de papillons a lieu au milieu de juin et la seconde 
generation vole au mois d octobre. 

Etant donnee la grande force de reproduction de cet insecte sous tous 
les climats, depuis la partie la plus septentrionale de F Amerique jusqu en 
Australie, on peut esperer qu il s acclimatera en Europe, formant ainsi 
une addition bien interessante a notre faune. 

M. L. de Joannis adresse, par Fentremise de M. Ragonot, la descrip 
tion d une nouvelle espece de Lepidoptere : 

MICROPTERYX BERYTELLA. Envergure : 7 mill. L aile est de forme 
ovale, pointue a son extremite quand elle est depourvue de ses f ranges, 
arrondie quand elle les possede encore. Le fond de 1 aile est d un or 
legerement rougeatre; 4 bandes ou lignes perpendiculaire d argent la 
traversent. La l re bande, la plus rapprochee du corps, n offre aucune 
interruption et est presque droite ; dans quelques sujets elle presente 
une legero convexite vers la base. La 2 e bande est egalement non inter- 
rompue dans la plupart des sujets ; cependant, sur 12 individus exa 
mines, 2 presentent une petite interruption vers le milieu. Gette bande 
oflre une courbure accentuee dont la concavite est tournee vers la base 
de 1 aile. La 3 e bande est interrompue dans tous les sujets etudies, au- 
dessous du milieu, de telle sorte que la partie inferieure de cette bande 
semble reduite a un point d argent. La 4 e bande, etant a Fextremite de 
1 aile, est tres courte et sans interruption. Ges 4 bandes sont a peu pres 
equidistantes. De plus, sur 5 des sujets examines, il existe un point 
d argent sur le bord externe, entre la 2 e et la 3 e bande ; les 7 autres 
sujets en sont depourvus. Les ailes inferieures sont aussi corees, mais 
un peu plus foncees que les superieures, et, comme d ordinaire, sonl 
depourvues de dessins. La tete est garnie de poils dores assez clairs. 



CLXXXIV Bulletin entomologiqne. 

Gette petite espece, voisine de la M. seppella Fabr. et A aruncella Scop., 
m a ete envoyee par le P. Torrend, jesuite-missionnaire a Beyrouth. 
D apres ses indications, eile e t commune aux environs de cette ville et 
se prend en battant les buissons, des le premier printernps. 

M. J. Fallou donne quelques details sur les educations d un Bom- 
bycien sericigene, VAnihgr&a Pernyi Gue r.-Menev., qu il a faites depuis 
six ans dans la foret de Senart. 

En tenant compte des inconvenients survenus dans ses premieres 
educations, il est parvenu a obtenir une reussite aussi complete que 
possible, grace a la bienveillance du conservateur des forets de 1 Etat et 
a celle de M. Rich, inspecteur de la foret de Senart, qui 1 ont autorise a 
placer dans des tailiis clos un abri pour y deposer ses chenilles. 

En 1882, sous une toile renfermant une cepee de chene d un metre 
cube, il a mis environ 200 chenilles; mais il lui a fallu plus tard, pour 
leur assurer une abondante nourriture, les transporter sur six autres 
cepees. L agglomeration d une trop grande quantite de chenilles leur etant 
prejudiciable, la maladie est survenue au moment de leur etat adulte. 

En 1885 et 1886, sous le meine abri, il n a place qu une trentaine de 
chenilles dans ces conditions et, sans aucun autre soin, elles ont accompli 
toutes leurs metamorphoses, et aucune maladie n est venue les atteindre. 

D apres le volume de chene cite plus haul, c est-a-dire un metre 
cube pour 2o a 30 chenilles, il est facile de calculer 1 espace nece saire 
pour clever un nombre de chenilles sans les deranger, ce qui est impor 
tant pour la reussite des educations. 

Le resume de ces experiences est que : 1 Depuis 1882, 1 espece qui 
fait le sujet de cette note e tait bivoltine lors de son introduction sous 
notre climat, et que, par suite d educations successives, elevee en plein 
bois, elle est devenue univoltine, ce qui est de la plus grande impor 
tance pour la reproduction. Si Ton persevere a en faire 1 education en 
plein air sur des buissons de chene au lieu de branches coupees , on 
peut prevoir que son acclimatation est assuree. 2 Que la reunion 
d un trop grand nombre de sujets rassembles sous un espace trop res 
traint est une des causes principales de certaines maladies. 

Membre re$u pour 1886. M. Carl Flesche, 2, Ghaussee-Strasse, a 
Leipzig (Saxe) (Entomologie generate, surtout Cole opteres), presente par 
M. L. Buquet. Gommissaires-rapporteurs : MM. Fairmaire et Leprieur. 

E. D. 



Seance du 24 novembre 1888. CLXXXV 

Bulletin bibliographique. 

Academia national de Ciencias en Cordoba (Boletin de la), torn. VIII, 
Entr. 4, 1886. Q 

Academic imperials des Sciences de Saint-Peter sbourg. Bulletin, t. XXXI, 
1886. Q 
Memoires, t. XXXIV, 1886, n os 2 et 3. Q 

Acade mie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de l ) f 
2 e semestre, 1886, tome GUI, n os 19 et 20. Q 

Museum of comparative Zoology at Harvard College (Bulletin of the), 
vol. XII, 1886, n 2. Q 

Naturalists (Le), 1886, n 46. Ghronique. 

Revue des Travaux scientifiques , 1886, n os 6 et 7. Offert par le 
Ministere de 1 instruction publique. 

Societe entomologique de Belgique (Comptes rendus), novembre 1886. 
SELYS-LONGCHAMPS. Odonates nouveaux de Pekin. 

Societe imperials des Naturalistes de Moscou (Bulletin de la), 1886, n 1. 

Tijdschrift voor Entomologie, uitgegeven door de nederlandsche entomo- 
logische vereeniging, 1885-86. P.-G.-T. SNELLEN. Lepidopterolo- 
gische fragmenten. F.-M. VAN DER WULP. Dipterologische frag 
menten nagelaten door prof r D r H. Weyenbcrgh. -P.-G.-T. SNELLEN. 
Aanteekening over Geometra riguata Hiibner. ID. Aanteekening 
over twee soorten van nord-amerikaansche Lepidoptera. ID. Pana- 
gra Vethi, nov. sp. J.-R.-N. NEERVOORT VAN DE POLL. Some 
remarks on the Longicorn genus Megacriodes Pascoe. ID. On the 
classification of the genus Lomoptera S. L. ID. Description of a 
second species of the Lucanoid genus jEcognathus Leuthner. ID. 
Description of a new Getonid from West- Africa (Congo). R. MAC- 
LACHLAN. Choroperla capnoptera, n. sp. DIRKTER HAAR. Lijst van 
Planten waarop de in Nederland voorkomende Microlepidoptera te 
vinden zijn. P.-G.-T. SNELLEN. Automolis Kelleni Snell. 

FALLOU (J.). Educations de Bombyciens sericigenes faites a Ghamprosay 
(Seine-et-Oise) en 1885 (Soc. nat. Accl.), 1886. * 

MORSE (Eow.-S.). Ancient and modern methods of Arrow release (Essex 
Inst. Bull.). Fig. 1885. Q. Off. par Peabody Academy of science. 

OLIVIER (Em). Etudes sur les Lampyrides. Partie II. PL n. (Ann. Soc. 
ent. Fr., 1886). * 

Bulletin de la Soci6te entomologiqne de France. 23 



Bulletin entomologique. 

PREUDHOMME DE BORRE (A.). Descriptions de deux especes nouvelles 
du genre JEgidium Westw., suivie de la liste des Orphnides du 
Muse e royal d Histoire naturelle de Belgique (Ann. Soc. ent. Belg.), 
188G. * 

ID. Discours prononce a I assemblce generate du 26 decembre 1885 de 

la Societe entomologique de Belgique (loc. cit.). * 
ID. Listes des especes de Coleopteres carnassiers terrestres et aqua- 

tiques authentiquement capture s en Belgique, avec le tableau synop- 

tique de leur distribution geographique dans le pays (loc. cit.), 

1886. * 

ID. Materiaux pour la Faune entomologique des Flandres : Coleopteres, 
troisieme centurie (Bull. Sc. dep. Nord). * 

ID. Note sur les Grustaces Isopodes de la Belgique (Soc. ent. Belg.), 

1885. * 

ID. Note sur le Geolmpes stercorarius L. et les especes voisines (loc. cit.), 

1886. * 

A. L. 



Seance du 1O decembre 18SG. 
Pr6sidence de M. J. BOURGEOIS. 

MM. Maurice Dolle, de Laon (Aisne), et le D r Victor Lemoine, de 
Reims, assistent a la seance. 

Necrologie. M. le President annonce la nouvelle perte que vient de 
faire la Societe en la personrie de M. Jules Lichtenstein , commandeur 
de 1 ordre d lsabelle-la-Catholique, membre de 1 Academie des Sciences 
de Madrid, etc., decede a Montpellier le 30 novembre dernier, a 1 age de 
68 ans. Notre collegue, qui appartenait a la Societe depuis J annee 1868, 
s est fait connaitre surtout par ses travaux sur le Phylloxera. Nous lui 
devons aussi la publication dans nos Annales de nombreuses observations 
sur les metamorphoses des Goleopteres vesicants (Meloe, Lytta, SitarisJ, 
sur 1 histoire du \ 7 esperus Xatarti (en collaboration avec M. Valery Ma yet), 
sur les mo3urs et la nidification de plusieurs especes d Hymenopteres , 
d Hernipteres, etc. II preparait depuis quelque temps une Monographic 
des Aphidieris, dont il a offert a la Societe, au commencement de cette 
annee, le premier fascicule ; il faut esperer que J achevement de cet 
important memoire ne sera pas entrave par la mort de 1 auteur. Tous 
ceux qui ont connu J. Lichtenstein ont pu apprecier 1 etendue de ses 



Sea-nee du 10 decembre 1886. crxxxvn 

connaissances, la finesse de son esprit et Paffabilitc qu il apporlait dans 
ses relations. 

La Societe decide qu elle priera M. Valery Mayct de lui donner pour 
ses Annales une notice biographique sur notre regrette collegue. 

M. E. Ragonot annonce ega lenient la mort de M. Johann von Hornig, 
de Vienne, savant Lepidopte riste, decode au mois de novembre dernier. 
M. Hornig a publie im assez grand nombre d especes nouvelles, ainsi 
que diverses notices sur les metamorphoses des Lepidopteres, principa- 
lement dans les Verhandlungen des Zool.-Bot. Vereins de Vienne ; sa riche 
collection de Macrolepidopteres vient d etre acquise par notre collegue 
S. A. le grand due Nicolas Mikhailowitch. 

Lectures. M. Edmond Fleutiaux donne les descriptions de quelques 
Coleopteres nouveaux de 1 Annam, travail accompagne de deux figures 
coloriees. 

M. G.-G. Thomson, de Lund, membrc honoraire, adresse la suite 
de ses Notes hyme nopte rologiques (4 e partie), contenant des observations 
sur le genre Ichneumon et descriptions de nouvelles especes (suite). 

Communications. M. Grilat, de Lyon, communique la description sui- 
vante d une nouvelle espece de Goleoptere : 

ANTHIGUS CYANIPENNIS, sp. nov. Long. 4 mill. Allonge, deprime, 
finement pubescent. Tete noire, prothorax roussatre enfume, elytres 
bleues unicolores, abdomen noir. Tete allongee, deux fois aussi longue 
que large, prolonged et retrecie en avant ; yeux peu saillants ; tempes 
tres grandes, plus de deux fois aussi longues que le diametre des 
yeux et reliee au prothorax par un col e troit. Antennes allongees, depas- 
sant la base des elytres, noires. Palpes noires. Prothorax de la lon 
gueur de la tete et a peine plus large qu elle, attenue en avant, retreci 
posterieurement, peu convexe et creuse de chaque cote d uno fossette. 
Elytres ovales, plus de trois fois aussi longues que le prothorax, depri- 
mees, avec deux bossettes marquees de chaque cote de la suture der- 
riere 1 ecusson, tronquees en avant avec les epaules marquees, dilatees 
en courbe sur les cotes avec leur plus grande largeur un peu apres le 
milieu. Pattes assez longues et deliees, femurs noirs, nullement epaissis, 
tibias droits, couleur de poix, tarses allonges, noirs, le premier article 
des posterieurs aussi long que la moitie d#s tibias. 

Patrie : environs immediats de Bone, un exemplaire, fin mai. 

Quoique n ayant pris qu un exemplaire de cet Anthicus, je n hesite 



CLXXXvm Bulletin enlunwlogique. 

pas a le decrire, afin d attirer 1 attention sur cette curieuse et remar- 
quable espece, facile a reconnaitre entre toutes, par la couleur bleue de 
ses elytres et la forme allongee de sa te"te. 

M. J. Bourgeois continue ses observations sur quelques especes de 
Lycides rapportees du Bresil par notre collegue M. Gounelle (voir supra, 
pp. LXXXIV, xc, xcvui, cxxxi, cxxxix, CLIV et CLXIV) : 

1 CALOPTERON TRISTE Gorham, Biolog. Cent.-Amer., Coleopt., Ill, 2, 
1880, p. 13, pi. (, fig. 21 (?). 

Deux exemplaires $ de cette espece, decrite du Guatemala par le Rev. 
Gorham, ont ete trouves par M. Gounelle a Carac.a (province de Minas); 
janvier-fevrier. 

2 CALOPTERON PR.EUSTUM Taschenb., Giebel s Zeits., 1874, p. 100. 

J ai deja signale trois exemplaires de cette especo captures a Tijuca et 
a Terra-Nova (Voir supra, p. xci). M. Gounelle vient de me communi- 
quer trois autres individus qui constituent une variete de coloration 
interessante : 

[5. Nigredine apicali basin versus longe cxtensa, ita ut elytra (suturse, 
costarum 2-4 clathrorumque quinti inter valli regione basali aurantiaca 
excepta) omnino nigra appareant. 

Solabro (prov. de Bahia); Matusinhos (prov. de Minas); mars a juillet. 

3 EMPLECTUS MINARUM, sp.nov. Ab Emplecto scalaripenne Bourg., 
cui statura et colore affinis, fovea prothoracis angustiore, ante basin 
occlusa, elytrorumque intervallis biseriatim areolatis, mox distinctus. 

Elongatus, par -allelus, supra fereplanattis, nilidiusculus, niger, thorace 
lateraliter late flavo-marginato, mandibulis rufis ; prothorace subtrapezi- 
formi, latitudine basali paullo breviore, antice angulatim distincte pro- 
ducto, basi profunde bisinuato, angulis anticis retusis sed bene distinctiSj 
posticis sat longe productis, acutis, disco carinula longitudinali ins- 
tructo, hac in dimidio posteriori bifidafoveamqueangustam, bilanceolatam, 
ante basin occlusam, includente ; scutello subquadrato ; elytris glabris, 
4-costatis, costis 2 et 4 multo magis elevatis, intervallis costarum a cla- 
thris transversis costulaque longitudinali biseriatim areolatis (ita ut costx 
9 appareant), areolis subquadratis; corpore subtus nigro, trochanteribus 
anticis femorumque hujtisdem paris basi flavis. cT. Antennis flabellatis, 
articulis 3-10 ramulum compressum, articulo ipso plus quam triplo lon- 
giorem, a basi emittentibus ; abdomine segmento penultimo late arcuatim 
emarginato, ultimo triangulariter elongato. $. Antennis serratis, arti- 



Seance du 10 de cembre 1886. CLXXXIX 

culis compressis, latis, a 4 inde longitudine subxqualibus, ultimo elon- 
gato, elliptico; abdomine segmento ultimo ogivali. Long. 7-9 mill.; 
lat. 2-3-mill. 

Variat prothorace antice et postice anguste flavo-limbato elytrisque ad 
humeros flavescentibus. 

Trois exempl. c? et un exempl. ? a Garaga (prov. de Minas); un 
exempt. cT a Matusinhos (idem); janvier-avril (Gounelle). 

Ressemble a 1 E. scalaripennis Bourg. (Voir supra, p. cxxxn) comme 
taille et comme coloration, mais s en distingue facilement par la foveole 
dorsale du pronotum plus etroite, bilanceolee et fermee un peu avant la 
base (chez scalaripennis elie n est lanceolee qu a sa partie anterieure et 
ses deux bords ne se rejoignent pas en arriere), ainsi que par la 
sculpture des elytres. 

M. L. Fairmaire fait passer sous les yeux de ses collegues un 
Heteromere qui presente un cas d anomalie assez interessant : c est un 
Amiantus Picteti Haag qui offre six articles aux tarses intermediaires et 
cinq aux tarses posterieurs. On a deja un exemple analogue chez un 
individu du Sepidium Pradieri, qui presente cinq articles aux tarses 
posterieurs. II est done evident que c est la une anomalie speciale a un 
individu, et non une exception au nombre reglementaire des articles des 
tarses posterieurs chez les Heteromeres. 

M. G.-A. Poujade, au sujet de la communication de M. Fairmaire, 
signale un Carabus monilis qui a deux pattes intermediaires gauches en 
plus, attachees a la base de la patte intermediate normale. Ces deux 
pattes supplementaires sont presque de la longueur ordinaire, ce qui fait 
une reunion curieuse de trois membres disposes en eventail. 

Ge specimen interessant, dont M. H. Lucas a deja parle dans le Bulletin 
de 1879, a ete pris aux environs d Asnieres et fait partie de la collection 
du Museum. 

M. Emile Pissot, de Doulevant-le-Chateau (Haute-Marne), adresse, 
par 1 entremise de M. L. Buquet, des observations interessantes sur des 
insectes de divers ordres, parmi lesquelles on remarque les deux sui- 
vantes : 

1 Staphylinus olens L. Ayant, apres plusieurs essais infructueux, 
reussi a mener a terme 1 education d une larve de Staphylinus olens, il 
me parait utile d en faire connaitre les phases. Recueillie presque a sa 
laille au commencement d avril, cette larve fut placee dans une boite a 



cxc Bulletin entomologique. 

demi-remplie de terre entretenue un peii humide : je la nourris avec 
des Lombrics, que je lui donnais de temps en temps. Lorsqu elle ne se 
rroyait pas observee, elle saisissait un Ver a la surface de la terre, le 
pressait vigoureusement avec ses mandibules, et le suc,ait jusqu a ce 
qu il ne fit plus de mouvement : alors elle le delaissait. Lorsqu elle ne 
les saisissait pas avant qu ils eussent penetre dans la terre, elle s y 
enfon^ait a leur suite. Quand on 1 inquietait, elle faisait la morte et ne 
bougeait pas pendant un certain temps, apres quoi elle s enfongait en 
terre, ou elle se tenait immobile des que la partie anterieure de son 
corps y etait engagee. Le 24 mai, elle changea de peau : toute celle-ci 
fut rejetee, meme celle qui recouvrait les mandibules. Puis elle se tint 
de nouveau immobile, la tete recourbee sous le prothorax. Sa couleur 
alors etait fauve clair. Peu a peu la forme de la nymphe rappela celle de 
1 insecte parfait, et un rnois apres, a la fin de juin, le Slaphylinus 
olens se degagea. 

2 J ai ete temoin, il y a quelques annees, an mois de juillet, de Tope- 
ration par laquelle une femelle d lchneumouien pence une branche 
d arbre ; il me parait utile de la consigner. La branche seche a percer, 
d un diametre de trois a quatre centimetres, appartenait a un saule. 
L insecte etait pose sur la branche, les pattes ecartees du corps, formant 
un solide point d appui ; 1 etui de la tariere etait releve au-dessus de 
1 abdomen. Lorsque j aperc,us 1 insecte, la tariere avait deja commence 
de penetrer dans la branche seche. L operation s executait d une maniere 
assez semblable a celle d un ouvrier percent au moyen d une vrille ; 
mais dans celle-ci 1 ouvrier agit par un mouvement continu de droite a 
gauche, tandis que 1 insecte procedait par un mouvement alternatif de 
droite a gauche et de gauche a droite. L abdomen representait le manche 
de la vrille : 1 insecte imprimait aux derniers anneaux de petits mouve- 
ments saccades au nombre de cinq a huit, a peu pres isochrones, pour 
parcourir 1 intervalle compris entre les limites extremes de la sorte d os- 
cillation que decrivait 1 extremite de 1 abdomen. La tariere penetra dans 
la branche jusqu a son point d attache avec 1 abdomen : 1 operation avait 
dure a peu pres un quart d heure. Presque aussitot 1 insecte retira la 
tariere, puis, avec la patte posterieure gauche, il la replace dans son 
etui. II se mil ensuite a parcourir la branche en differents sens, parais- 
sant la palper avec ses antennes : cela dura environ dix minutes; 
mais ne trouvant pas apparemment ce qu il cherchait, il prit son vol et 
disparut. 

M. le D r Lemoine, professeur a 1 Ecole de medecine de Reims, 



Seance du 10 decembre 1886. cxci 

communique le resultat de ses recherches relatives au developpement, 
a 1 organisation, aux metamorphoses et aux mceurs de YAspidiotus du 
laurier-rose, dont la presence se traduit par des sortes de taches blan- 
chatres parfois accumulees en grand nombre sous la face inferieure des 
feuilles de cet arbuste. Le resultat de ces recherches se trouve consigne 
dans un album de 82 planches contenant plus d un millier de dessins. 

Ces recherches ont ete annoncces en 1885 dans une des seances du 
Congres des Societes savantes, tenu a la Sorbonne. Elles ont ete com- 
muniquees en aout 1885 a la section de zoologie de 1 Association fran- 
(jaise pour 1 avancement des sciences. Ces dates sont importantes a 
etablir, car c est dans le courant de la meme annee 1885 qu ont paru 
deux memoires sur des sujets analogues : 1 un de M. Oscar Schmidt, 
sur les metamorphoses et 1 anatomie du male de YAspidiotus Nerii, et le 
second du D r Emmanuel Witlaczil, sur la morphologic et 1 anatomie 
des Coccides. 

La femelle de YAspidiotus du laurier-rose, arrivee a son complet deve 
loppement, constitue une sorte de sac ovalaire rempli d oeufs. Elle ne 
presente plus ni antennes, ni yeux, ni pattes. M. Lemoine decrit succes- 
sivement son appareil digestif, son systeme nerveux et ses organes 
genitaux, en insistant sur la presence de deux sacs ovalaires s ouvrant 
pres de 1 orifice anal et sous-jacents aux glandes recourbees aunexees 
aux organes genitaux. Ces sacs ovalaires se retrouvent dans les deux 
sexes, et, par leur isolement, caracterisent le male durant ses premiers 
ages. 

Le male adulte est remarquable par ses longues antennes, ses gros 
orgaues oculiformes au nombre de quatre, ses deux ailes, ses balanciers, 
ses pattes fort developpees, surtout la paire posterieure, ses organes 
genitaux externes formes de trois longues pieces, 1 absence de trompe 
et de stylets buccaux et son tube digestif rudimentaire. L auteur decrit 
le systeme nerveux, si interessant par son volume et sa concentration, 
et les organes genitaux internes ; il insiste sur le developpement des 
spermatozoides qui se presentent sous 1 apparence de filaments dont la 
taille semblc etre hors de proportion avec celle de ranimal. Plus tard, 
ces corps donnent issue a des filaments beaucoup plus greles qui pa- 
raissent etre les veritables spermatozoides. 

L acte genital a ete observe par M. Lemoine dans le mois d octobre. 
Vers les huit heures du soir, le male, apres avoir reconnu la presence 
de la femelle sous 1 enveloppe qui la dissimule, en faisant usage a la 
fois de ses antennes et de ses organes oculiformes anterieurs, produit a 
1 aide de ses pattes posterieures la dcsagregation d un des points du 



cxcn Bulletin entutnologique. 

pourtour de la plaque posterieure, resultat de 1 accumulation des pro- 
duits de la mue de la femelle. II insinue alors ses appendices genito- 
externes en affectant une position qui rappelle celle des Pucerons et du 
Phylloxera. Le male ne tarde pas a perir. 

Quand on souleve la sorte de tente qui abritait la femelle, on recon- 
nait par dissection la presence dans sa poche copulatrice des gros ele 
ment precedemment decrits. Des femelles conservees pendant quinze 
jours ou trois semaines presentent, au bout de ce delai, les fins sperma- 
tozoides engages dans les tubes qui contiennent les oeufs. 

Les differences si completes observees dans la conformation du male 
et de la femelle avaient fait penser a des differences non moms grandes 
dans le mode devolution de ces deux formes. M. Lemoine insiste d abord 
sur des causes d erreurs dues a la presence d un petit Hymenoptere 
parasite de r Aspidiotus, et dont il a du suivre, pour elucider ce pro- 
bleme complique, 1 evolution biologique. G est cet Hymenoptere qui pro- 
duit cette perforation que Ton avait considered comme pratiquee par le 
male pour s echapper de son enveloppe. La sorte de coque brunatre 
attribute egalement au male ne serait autre chose que le contenu des- 
seche et elimine de 1 intestin de 1 Hymenoptere. 

D une autre part, 1 auteur s est attache a suivre pas a pas 1 evolution 
biologique de Y Aspidiotus. G est ainsi qu il passe en revue les differentes 
phases du developpement de 1 oeuf, son eclosion, la constitution tant 
externe qu interne de la jeune larve, si caracterisee par le volume de 
ses differents appendices ; la premiere mue, le 2 e age de la larve dont les 
apppendices sont deja singulierement reduits; la deuxieme mue, le 
3 e age de la larve, qui a perdu a la fois ses antennes, ses pattes et le 
plus souvent ses yeux. Tous ces details descriptifs s appliquent egale 
ment aux deux formes sexuees. La femelle s arrete alors dans son evo 
lution biologique et amene ses oeufs a maturation. Le male, au contraire, 
continuant la serie de ses metamorphoses, eprouve une quatrieme mue 
qui le fait passer par Fetat de nymphe, et une cinquieme mue d oii il 
sort insecte parfait. L auteur s est attache a suivre, aussi complement 
qu il 1 a pu, tous les details de ces deux dernieres phases evolutives, 
qui ont comme resultat general la production a nouveau des antennes 
et des pattes, 1 apparition et le developpement des organes genitaux, 
des ailes, des balanciers et des gros organes oculiformes. 

Le resultat de ces recherches serait de faire disparaitre les caracteres 
exceptionels de 1 evolution du male de I Aspidiotus, cette evolution ren- 
trant dans les lois generales applicablcs a 1 ensemble des insectes. 



Seance du 8 de cembre 1886. CXCHI 

M. Gazagnaire, en offrant a la Societe au nom de 1 auteur, M. le 
D r Raphael Dubois, un ouvrage sur les Elaterides lumineux, donne une 
courte analyse de cet important travail. 

M. J. Fallou signale la capture d un Lepidoptere considere comme 
rare, et qui, a sa connaissance, n a pas encore ete pris aux environs de 
Paris. G est VErastria venustula Hb. (Dup., Supplem., Ill, 475; Gn., II, 
228), dont il a pris deux exemplaires volant le soir, a la fin de juin 1886, 
dans son jardin, a Champrosay (Seine-et-Oise). 

II ajoute que tous les auteurs qui ont mentionne cette espece dans les 
differents catalogues des departements de la France s accordent a dire 
qu elle est rare et que sa chenille n est pas ou peu connue. 

En 1836, Duponchel (Supplem., t. Ill, p. 565, pi. XLVH, fig. 5) ne 
possedait alors, pour faire figurer i . venustula, qu un exemplaire tout 
a fait deteriore ; aussi le dessinateur a-t-il represente d ide e la tele, le 
corps et leurs accessoires. Cet auteur ajoute : Gette jolie espece se 
trouve en juillet dans di verses contrees de la France , et, d apres 
Treitschke, on la rencontre aussi dans les environs de Berlin et de 
Mecklembourg. Elle est fort peu repandue dans les collections. 
M. Fallou a entendu dire qu elle existe aussi en Saxe. 

En 1842, Bruand d Uzelle en capturait trois exemplaires a Saint- Vit 
(Catalogue des Lepidopteres du departement du Doubs). II en prit plu- 
sieurs sujets chaque annee, en juin, de 1842 a 1850, dans les environs 
de Saint-Vit, ou elle est rare 1 , puis il en rencontrait egalement d autres 
dans la moyenne montagne, a Chatillon-sur-Lison, ou elle n est pas com 
mune. II 1 a toujours recueiliie dans de jeunes coupes ou des paturages 
boises dans lesquels les genevriers n existent qu en nombre d echan- 
tillons tres restreint. 

Dans une note de Bruand d Uzelle, lue a la Societe entomologique de 
France, seance du 11 fevrier 1857 (Bull., p. XXH), 1 auteur dit qu il 
pense que la chenille de 1 espece qui nous occupe se nourrit de noise- 
tier, de chene ou de prunellier plutot que de genevrier, mais qu il 
pencherait pour le noisetier . A la suite de la lecture de cette 
note, le D r Boisduval ajoute qu il a des raisons de croire que VErastria 
venustula vit sur la Fougere. 

En fevrier 1857, Berce en capturait quelques exemplaires a Fontaine- 
bleau, volant le soir autour des genevriers, mais il ne croyait pas que sa 
chenille vecut sur cet arbre (Ann. Soc. ent. Fr., 1857, Bull., p. xxm). 

(1886) Bulletin de la Societe entomologique de France. 23 



cxciv Bulletin entomologique. 

En 1866, YE. venustula est signale par notre collegue M. A. Constant 
dans son Catalogue de Saone-et-Loire. 

En 1879, M. Maurice Sand (Catal. des Lepid. de la France centrale) 
cite cette espece comme ayant ete prise au reflecteur, du 25 mai au 
30 juin, a Nohant (Indre), La Brande, bois des Parquelets (Indre). 

En 1880, en Alsace, le D r Macker indique un petit nombre de sujets 
comme pris en mai, au crepuscule, et a Bale, a la lumiere. 

En 1883, M. C. Jourdheuille (Cat. des Lepid. du departem. de I Aube) 
mentionne Les Riceys et les environs de Troyes ; signe rare. 

Les catalogues des Alpes-Maritimes , du Var, des Basses- Alpes, du 
Puy-de-D6me, d Eure-et-Loir, du Nord, ne font pas mention de YE. ve 
nustula. 

D apres ces renseignements, plusieurs parties des departements du 
Doubs et de 1 Indre seraient en France celles des localites ou cette 
espece serait le moins rare. 

M. Bouast dit, dans son Catalogue des Chenilles europeennes connues, 
que celle de YErastria venustula vit sur le noisetier, le chene, le pru- 
nellier et le genevrier, au mois d avril. L un des papillons pris par 
M. Fallou etant une femelle ayant pondu , il est possible qu elle ait 
depose ses oaufs dans son jardiri ou existent tous les vegetaux men- 
tionnes ci-dessus. II se propose, pour le printemps prochain, de faire des 
recherches minutieuses, afm d y decouvrir la chenille. 

M. Fallou prie les entomologistes qui ont eu 1 occasion d etudier cette 
charmante espece de vouloir bien renseigner la Societe sur ses premiers 
etats ainsi que sur celui de 1 adulte. 

E. D. 



Bulletin bibliographique. 

Academie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 

2 e semestre 1886. N os 21 et 22. Q 

Accademia del Lincei (Atti della Reals), 1886, vol. II, fasc. 8. Q 
Entomologist s Monthly Magazine (The), 1886, n 27. C. G. BARRETT. 

Occurence of Botys repandalis, Schiff., in Britain. J. W. DOUGLAS. 

Note on some British Coccidas (n 5). G. H. VERRALL. List of 

British Tipulidx, etc. (Daddy-longlegs) with notes. Notes diverses, 

chasse, moeurs. 



Seance du 8 de cembre 1886. cxcv 

Feuille des Jeunes Naturalistes, 1886, n 194. Communications. 
Naturaliste (Le), 1886, 8 e annee, n 57. Chronique. 
Societe d Histoire naturelle de Toulouse. Gomptes rendus sommaires 

des seances de mai a juillet 1886. J. GHALANDE. Note sur la faune 

des Myriopodes de France. 
Societe Linne enne du nord de la France (Bulletin mensuel), 1886, n os 167, 

168, 169, 170. 

BELON (R. P.-M.-J.)- Liste des Lathridiides decrits posterieurement au 

Catalogue de Munich. 1886 (Ann. Soc. ent. Belg.). 10 p. * 
BERGROTH (E.). Zur Kenntniss der Aradiden. 1886 (Verb. k.k.Zool. Bot. 

Ges. Wien). 1 pi. 8 p. * 
DUBOIS (D r R.). Contribution a la production de la lumiere par les etres 

vivants. Les Elaterides lumineux. 1886 (Bull. Soc. Zool. Fr.). Fig., 

9 pi. n. 275 p. * 
LEMOINE (D r V.). Recberches sur Porganisation des Branchiobdelles. 1880 

(Ass. fr. av. Sc.). 6 pi. n. 31 p. * 
ID. Sur I cncephale de I Arctocyon Dueilii et du Pleuraspidotherium 

Aumonieri, mammiferes de 1 eocene infe rieur des environs de Reims. 

1882 (C. R. Acad. Sc.). 4 p. * 
ID. M6me litre. 1882 (Bull. Soc. Geol. Fr.). 6 p. * 

ID. Sur deux Plagiaulax tertiaires recueillis aux environs de Reims. 
1882 (G. R. Acad. Sc.). 3 p. * 

ID. Note sur 1 encephale du Gavial du Mont-Aime, e tudie sur trois 
moulages naturels. 1 pi. 1884 (Bull. Soc. Geol. Fr.). 5 p. * 

ID. De la section spontanee et artificielle de YEnchytreus albidus. 1884 
(Ass. Ir. av. Sc.). 4 p. * 

ID. Recherches sur le developpement et 1 organisation de YEnchytreus 

albidus. 1884 (loc. cit.). 43 p. * 
ID. Etude sur quelqueS Mammiferes de petite taille de la faune cer- 

naysienne des environs de Reims. 1885 (Bull. Soc. Geol. Fr.). 3 pi. n. 

19 p. * 

ID. Etude sur le Neoplagiaulax de la faune eocene inferieure des envi 
rons de Reims. 1883 (loc. cit.). 3 pi. n. 24 p. * 

ID. Recherches sur les Oiseaux fossiles des terrains tertiaires des envi 
rons de Reims. Parties I, 1878, et II, 1881. PL n. 170 p. Reims. * 



cxcvi Bulletin entomologique. 

LEMOJNE (D r V.). Caracteres generiques du Pleuraspidotherium, mam- 

mifere de 1 eocene des environs de Reims. 1884 (G. R. Ac. Sc.). 3 p. * 

ID. Communication sur le Phylloxera du chene. 1884, Chalons-sur- 

Marne. 16 p. * 



ID. Sur le developpement des oeufs du Phylloxera du chene a fleurs 
sessiles, Phylloxera ptmctata. 1884 (Ass. fr. av. Sc.). 8 p. * 

ID. Sur le developpement des oeufs du Phylloxera. 1885 (C. R. Ac. Sc.). 

4 p.* 

ID. Sur 1 appareil digestif du Phylloxera. 1886 (loc. cit.). 3 p. * 
ID. Sur le systeme nerveux du Phylloxera. 1885 (loc. cit.). 3 p. * 

ID. Sur les os de la tete et sur les diverses especes du SimaBdosaure, 
reptile de la faune cernaysienne des environs de Reims. 1884 (loc. 
cit.). 3 p. * 

ID. Du Sima3dosaure, reptile de la faune cernaysienne des environs de 
Reims. 1884 (loc. cit.). 3 p. * 

ID. Sur la presence du Simaadosaure dans les couches eocenes infe- 

rieures de Sezanne. 1885 (Bull. Soc. Geol. Fr.). 3 pi, n. 12 p. * 
ID. Etude sur les caracteres generiques du Sima3dosaure, reptile nou- 

veau de la faune cernaysienne des environs de Reims. 1884. 2 pi. n. 

38 p. Reims. *. 
LINDEMAN (K.). Ueber Agromyza lateralis Macq. und ihre Verwandlun- 

gen. 1886 (Bull. Soc. imp. Nat. Mosc.). Fig. 6 p. * 

MORAWITZ (A.). Zur Kenntniss der adephagen Goleopteren. 1886 (Mem. 

Ac. imp. S -Petersb.). 88 p. * 

ID. Zur Kenntniss der chilenischen Carabinen. 1886 (Bull. Ac. imp. 
S -Petersb.). 90 p. * 

THEEL HJALMAR. Reports on the results of dredging, under the super 
vision of Al. Agassiz, in the Gulf of Mexico (1877-78) in the Carib 
bean sea (1879-80), and along the eastern coast of the United-States 
during the summer of 1880, by the U.-S. coast survey steamer 
Blake , lieut. commander C. D. Sigisbee, U.-S. N. and commander 
J. R. Bartlett U.-S. N. commanding. XXX. Report on the Holothu- 
rioidea. 1886 (Bull. Mus. comp. Zool. Harv. Coll.). 1 p. 212 p. * 

A. L. 



Seance du 22 decembre 1886. cxcvn 

Seance du 99 decembre 1886. 

residence de M. J. BOURGEOIS. 
M. le D r Lemoine, de Reims, assiste a la seance. 

Necrologie. M. E. Desmarest annonce la mort de M. Alexandre (Au- 
guste), ne a Stenay (Meuse) le 26 aout 1811, et decede a Essen-sur-Ruhr 
(Prusse rhenane), le 12 decembre 1886, dans sa soixante-seizieme annee. 
Medecin-dentiste, il exerc.a sa profession a Sedan, puis a Paris depuis 
pres de trente ans. Des sa jeunesse il s occupa d histoire naturelle, et il 
se forma alors une collection d Oiseaux indigenes, principalement propres 
aux Ardennes. Ge n est qu apartir de 1864, qu il se livra plus speciale- 
ment a 1 Entomologie, surtout a la recherche et a 1 etude des Coleopteres et 
des Lepidopteres d Europe. Membre de notre Societe de 1869 a 1885, 
il a donne dans nos Bulletins quelques remarques relatives a ses chasses 
dans les environs de Paris : le premier il signala (1874, p. cxxvi) la 
capture, a Viroflay, de la Deiopeia pulchella, et celle, dans le bois de 
Clamart, de la Melitsea maturna (1876, p. cxxxm). 

Lectures. M. G.-A. Poujade donne lecture d une notice sur la vie et 
les travaux entomologiques dc Maurice Girard. 

M. Des Gozis adresse une note en reponse a celle de M. Abeille de 
Perrin, intitulee : Priorite absolue ou Prescription, inseree dans les 
Annales de 1886 (pages 273 a 282). 

Communications. M. P. Mabille presente quelques remarques synony- 
miques relativement a divers Lepidopteres : 

M. H. Dewitz a publie dans les Nova Acta de V Academic der Natur- 
forcher, a Halle, deux articles importants sur les Lepidopteres de la cote 
occidentale d Afrique. Ge savant a donne de bonnes descriptions des 
especes et les a ligurees d une mamere satisfaisante. En parcourant les 
deux parties de son ouvrage et les quatre planches dont il est accom- 
pagne, je trouve plusieurs Lepidopteres decrits comme nouveaux et qui 
Pavaient etc anterieurement. 

Dans 1 interet d un catalogue general des Lepidopteres Nocturnes du 
globe, qui est si vivement desire aujourd hui, je signalerai aux lepido- 
pteristes quelques synonymies, en m abstenant, pour le moment, d autres 
remarques qui ne seraient utiles qu autant qu elles porteraient sur des 
types. 

Ainsi le Crenis Rabbei, Diurnes, 1879, pi. 2, fig. 3, est le Crenis occi 
dentalism Mab., Soc. zool. de France, 1876, p. 27o. La femelle reste 



cxcvm Bulletin entomologique. 

inconnue et doit differer beaucoup du male. L insecte figure est trop 
uniforme en dessous, mais cette inexactitude est due sans doute au genre 
de colons dont les tons sont trop ternes. 

L Endropia Nachtigalii, ibid., 1881, p. 83, pi. |2, fig. 8-10, est la 
Fidonia zerenaria Mab., Soc. zool. de France, 1878, p. 92. Cette 
espece est tres variable, et il est plus que probable que les n os 5 et 6 de 
la meme planche represented le meme insecte sous le nom d E. Pac- 
kardii. Les mouchetures noires ont presque disparu, de meme qu elles 
peuvent couvrir entierement 1 aile. 

Enfm la Turckheimia Lynkerii, loc. cit., 1881, pi. 2, fig. 2, me semble 
identique a la Leucopsumis cryptochroa de Walker. Ce qui m etonne, 
c est que 1 auteur de 1 article place cette espece dans les Geometres ; 
elle n appartient pas a cette division, mais bien a cette immense famille 
designee autrefois sous le nom de Chelonides et coupee aujourd hui en 
trois ou quatre autres bien difficiles a separer. G est apres les Eusemia 
que la Leucopsumis doit prendre place. 

M. L. Buquet dit que les photographies rec,ues pour les albums de 
la Societe sont celles de MM. : 

392. Jules Bourgeois (2 e edition). 393. D r A. Blankenhorn. 
394. Neervort van Poll. 39o. C.-H. Nereen. 396. Ed. Janson. 
397. Carl Felsche. 

Candidat presents : M. Edouard Duruy, imprimeur, membre de la 
Societe de Geographic, etc., 22, rue Dussoubs (Entomologie generate), 
presente par M. E. Desmarest. Gommissaires rapporteurs : MM. Jules 
Bourgeois cl Leon Fairmaire. 

Nominations annuelles. La Societe, aux termes de divers articles de 
ses Statuts et de son Reglement, et pour la cinquante-sixieme fois 
depuis sa fondation, procede au renouvellement de son Bureau, de son 
Conseil et de ses Commissions speciales. 

Ont etc nommes pour 1887 : 

MEMBRES DU BUREAU. 

President ** MM. E. SIMON. 

Vice-Preside