(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Bulletin des seÌ?ances et bulletin bibliographique de la SocieÌ?teÌ? entomologique de France"




& 



#"* 








A, L. 

From \ 



QL 





BULLETIN DBS SEANCES 

ET 

BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

* DE LA 

SOCIETY ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 



HEMBRES DU BUREAU POUR 1889 

President MM. LED r ALEX ANDRE LABOULBENK. 

Vice-president PAUL MABILLE. 

Secretaire EUGENE DESMAREST. 

l ep Secretaire adjoint JULES BOURGEOIS. 

2 e Secretaire adjoint GUSTAVE-ADOLPHE BAER. 

Tresorier honoraire LUCIEN BUQUET. 

Tre sorier le D r A. FUMOUZE. 

Archiviste-Bibliotlie caire ALBERT LEVEILLE. 

Arckiviste-Bibliothecaire adjoint. CHARLES ALLUAUD. 



CONSEIL 

MM. G.-A. BAER, L. BEDEL, L. FAIRMAIRE, L KUNCK^I. 
D HERCULAIS, P. MABILLE. E. SIMON et les membres titulaires 
du Bureau. 

COMMISSION DE PUBLICATION 

MM. J. BOURGEOIS, MARIUS CAYOL, J. GAZAGNAIRE, TH. Goos- 
SENS, $D. LEFEVRE et les membres titulaires du Bureau. 

COMMISSION DE LA BIBLIOTHEQUE 

MM. S.-A. DE MARSEUL, AUG. SALLE, MAURICE SEDILLOT et 
les membres titulaires du Bureau. 



(1889) Bulletin de la Socifte entomolo^ique de France. 



entomologiquf. 



Senncc <lu 9 Janvier 1-S-SO. 

Prudence de M. le D r ALEX. LABOULBfcNE. 

CJ In 

MM. H. du Buysson et C. Jourdheuille, qui habile actuellement Paris, 
assislent a la seance. 

Apres 1 adoption du proces-verbal de la precedente seance (2G de- 
ceinbrc 1888), lu par M. E. Desmarest, secretaire, M. J. Kiinckel d Her- 
culais, president pour 1 annee derniere, prend la parole et prononce 
1 allocution suivante : 

Messieurs et chers Confreres, 

Lorsque j ai pris possession du fauteuil prcsidentiel, la Societe etait a 
la veille de subir une metamorphose qui comptera certainement dans 
son existence; jusque-la elle avail trouve un asile grace a la bienveil- 
lance de nos ediles ; mais elle n etail pas chez elle. Prenanl une reso 
lution virile, elle s esl cmancipee et a decide de vivre independante. J ai 
eu 1 honneur d assister au re veil des esprits et de presider notre asso 
ciation le jour ou elle a pris possession de sa nouvelle demeure. Nous 
nous sentions loul heureux ; il nous semblail avoir secoue une lourde 
lutelle et nous e tions Tiers d avoir conquis nos libertes.... avant 1889. 

Mais, Messieurs et chers Confreres, ne sommes-nous pas en droit de 
dire que c est de ce jour que date notre renovation. Voyez, de toules 
parts les savants frangais et etrangers accourent et se font un honneur 
de s associer a nous. Les entomologisles les plus eminenls que complent 
les Etats-Unis sonl devenus nos collegues. La Societe s est accrue de 
quaranle membres. II y a un an, nous elions 377 : nous voila plus de 
qualre cents. II est jusle de reconnailre qu une large part de eel accrois- 
sement est due a 1 initiative et aux efforts de la Commission de propa- 
gande. Une ere de prosperite s ouvre devant nous. 

Si nous sommes confortablement installed, si nous somnies assis 
dans de bons fauleuils, devanl des lables commodes et elegantes : nos 
livres, nos chers livres, sonl egalemenl loges a cole de nous, dans un 
local sain el aere, disposes dans un ordre methodique el a meme d etre 
consultcs facilement. Noire archivisle a fail merveille, el nous devons, 
rion pas le remercier, mais 1 acclamer. 

Quanl a nos Annales, si nous les feuillelous, a chaque page nous y 



Seance du 9 Janvier 1889. in 

trouvons des memoires plcins d interet, qui sont la manifestation evi- 
dente de 1 activite et du savoir des entomologistes franc,ais. Ai-je besoin 
de vous citer les travaux de M. Fairmaire, sur les Coleopteres d Afrique 
et de 1 Indo-Chine ; de M. Bedel, sur les Coleopteres de 1 Algerie ; de 
M. Bourgeois, sur les Henicopus ; de M. Ernest Olivier, sur les Lampy- 
rides ; de M. E. Allard sur les Galerucines ; de M. Poujade, sur 1 Argy- 
ronete aquatique ; de M. C.-G. Thomson, sur les Hymenopteres ; de 
M. de Saussure, sur les Orthopteres Sagiens et Pamphagiens ; de 
MM. Constant, Jourdheuille, Ragonot et de Joannis, sur les Lepido- 
pteres ; de M. Bigot, sur les Dipteres exotiques ; de M. Simon, sur les 
Arachnides, etc.? II me faudrait citer encore bien des noms que vous 
avez tous presents a la memoire, surtout si nous indiquions les nom- 
breuses et interessantes notes du Bulletin. En 1888, nos Annales out 
soutenu leur vieux renom et font honneur a la Societe comme a la 
science franchise. Ne devons-nous pas temoigner quelque reconnaissance 
a notre secretaire general, si zele, si experimente, sur qui retombe tout 
le poids de nos publications et qui s est toujours montre a la hauteur de 
sa tache. 

Notre tresorier a eu, cette annee, a pourvoir aux necessites de notre 
organisation nouvelle et a du parer aux exigences de la situation. Nous 
avons pleine conflance en lui, car nous connaissons de longue date son 
devourment a la Societe. D ailleurs, Messieurs et chers Confreres, si la 
Societe a fait quelques depenses de premier etablissement, je puis vous 
dire qu elle n a pas fait de folies, et j ai meme entendu, aux Avents de 
Noel, tomber dans sa caisse de bons ecus sonores et frappes au bon coin. 
Vous comprendrez aisement les motifs qui m obligent a ne faire qu une 
discrete allusion. 

La Societe a fait cette annee quelques pertes sensibles. II n est per- 
sonne des anciens, parmi nous, qui ne se souvienne de notre regrette 
collegue M. Bellier de la Chavignerie. II etait, alors qu il habitait Paris, 
un des membres les plus assidus, et nos Annales temoignent, par les 
nombreuses publications qu il y a inserees, de son savoir et de son acti- 
vite. Son souvenir restera dans la Societe, qu il a toujours profonde- 
ment affectionnee de son vivant et qu il n a point oubliee a son lit de 
rnort. Un jeune entomologiste de Lyon, qui donnait des esperances, 
M. le D r Jacquet, a ete enleve trop rapidement a ses etudes de predilec 
tion. Nons avons aussi a regretter la perte de MM. Le Roi, de Lille ; 
Manderstjerna, de Saint-Petersbourg ; Ehlers, de Carthagene; Comen- 



iv Bulletin entomologique. 

dador, dc Barcelone ; Miedel, de Liege, et de quelques autres entomo- 
logistes moins connus. 

Permettez-moi, me$ chers Collegues, laissez-moi dire : mes chers 
amis, de vous remercier du concours si devoue et si bienveillant que 
vous m avez donne pendant cette annee ; vous m avez rendu ma tache 
facile et vous m avez meme supplee lorsque j etais loin de vous. J ai ete 
prive, a mon grand regret, de presider les reunions de la Societe pen 
dant bien des mois ; mais je savais que vos sympathies me suivaient 
en Algerie, ou je me consacrais a 1 etude d une des questions les plus 
interessantes de 1 Entomologie : celle des invasions des Acridiens. 

Vous m avez donue pour successeur un professeur eminent, don I 
nous apprecions a une haute valeur le savoir entomologique. Je suis 
heureux de lui remettre les destinees de notre chere Society. 

M. J. Kimckel d Herculais cede ensuite le fauteuil presidentiel a 
M. le D r Alex. Laboulbene, president pour 1889, qui adresse a son tour 
a la Societe les paroles qui suivent : 

Avant de m asseoir a cette place, ou m ont appele pour la troisieme fois 
vos suffrages, je tiens, mes chers Collegues, a vous remercier de 1 hon- 
neur que vous m avez fait et surtout de votre sympathie, qui m est si 
precieuse. Je veux aussi, en votre nom et au mien, adresser des remer- 
ciements a Messieurs les membres du Bureau, a M. Kiinckel d Herculais, 
qui a preside a 1 installation de la Societe dans notre nouveau local, el 
qui vient de parcourir 1 Algerie pour tacher d opposer aux ravages des 
Acridiens autre chose que des coutumes surannees. Vous appreciez tous 
le devouement de notre excellent secretaire, mon vieil ami M. Desma- 
rest, et 1 activite infatigable de M. Leveille, archiviste modele, ainsi que 
le zele desinteresse de M. Fumouze. Permettez-moi d envoyer un sou 
venir affectueux et respectueux a notre tresorier honoraire M. Lucieu 
Buquet. 

Chers Collegues, je me garderais bien de vous faire ce que je ne 
voudrais pas qui me fut fait, c est-a-dire un long discours. Je vous 
demande cependant la permission de vous communiquer uu souvenir et 
une pensee qui se presentent a mon esprit. A 1 epoque, deja eloignee, oii 
il n avait pas neige sur mon sommet, ou je n etais pas encore griseus. 
rnais atricapillus, et en compagnie de deux amis, MM. Fairmaire et 
Signoret, que la maladie tient en ce moment eloignes de nous, j ai insiste, 
;tant sur la terre etrangere. a Stettin, sur les bienfaits de la concorde. 



Seance du 9 Janvier 1889. v 

J engageais tous les naturalistes a eviter dans leurs ecrits toute person- 
nalite, toute allusion depassant les limites de la discussion la plus sin 
cere et la plus courtoise, et mes paroles me sont revenues, recueillies 
par M. Stainton et servant d epigraphe aux numeros de { Entomologist s 
montlhy Magazine. Ce n est point ici qu une pareille recommandation 
aurait besoin d etre renouvelee ; au milieu de collegues qui se con- 
naissent, qui s estiment, qui ont les uns pour les autres les sentiments 
d une vive amitie, la presidence est facile, elle est douce et agreable. 
Mais, ii va venir, cette annee, pour voir les merveilles de notre Exposi 
tion universelle, des savants de toutes les contrees, meme lointaines, 
des Confreres en entomologie. Qu ils soient assures de trouver dans 
notre Societe entomologique 1 accueil bienveillant et la politesse fran- 
eaise, qui, malgre bien des tribulations immeritees, sont restes comme 
I apanage hereditaire, et en quelque sorte, la caracteristique de notre 
cher pays. 

La Societe accueille les deux discours de M. J. Kunckel d Herculais et 
de M. le D r Alex. Laboulbene par des applaudissements unanimes et en 
ordonne 1 impression dans le Bulletin. Elle vote des remerciements 
aux divers membres du Bureau, titulaires et adjoints, ainsi qu aux 
membres du Gonseil et des Commissions qui ont ele en fonctions pen 
dant 1 annee qui vient de se terminer. 

- M. le Secretaire annonce que F Academic des sciences, dans sa seance 
publique annuelle du 24 decembre 1888, a decerne : 1 une mention 
honorable du Prix Monthyon (Physiologie) a notre collegue M. le D r Beau- 
regard pourses travaux concernant la production du principe vesicant 
chez les Cantharides ; 2 le Prix Thore a M. le D r Carlet, professeur a la 
Faculte des sciences de Grenoble, pour ses ouv rages sur divers points 
de 1 anatomie et de la physiologic des Insectes. 

Membres repus. 1 M. Antoine Bousquet, verificateur des poids et 
rnesures, rue Saint-Esprit, 40, a Oran (Algerie) (Cole opteresJ, presente 
par M. L. Bedel. Commissaires rapporteurs : MM. P. Mabille et Mau 
rice Sedillot ; 

2 M. Eugene-Louis Massue, rue de Rennes, 114 (Coleopteres d Eu 
rope), presente par M. G.-A. Poujade. Commissaires rapporteurs : 
MM. J. Kunckel d Herculais et H. Lucas ; 

3 M. Selim H. Pcabody, Ph. D., L. D., F. S. Sc., President Univer 
sity of Illinois, a Champaign, III in. (Etats-Unis d Amerique) (Coleopteres). 



vi Bulletin enlmnoloyiq-uc. 

presente par M. J. Bourgeois. Commissaires rapporteurs : MM. Barr 
et Desmarest. 

Candidate pre sente s. 1 M. Raphael Blanchard, agrege de 1 Ecole de 
medecine, rue de Luxembourg, 32 (Entomologie generate), presente par 
M. J. Kiinckel d Herculais. Commissaires rapporteurs : MM. le D r Alex. 
Laboubene et E. Simon ; 

2 M. George Dimmock, Ph. D. (Leipzig), redacteur du Psyche, 1877- 
1887, Sacramento street, 61, Cambridge, Massachusetts (Etats-Unis 
d Amerique) (Anatomic et Physiologic des Inscctes), presente par. 
M. Kiinckel d Herculais. Commissaires rapporteurs : MM. H. Lucas 
et G.-A. Poujade ; 

3 M. le baron Jules de Guernc, rue de Tournon, 6 (Entomologie ge- 
ne rale), presente par M. J. Kiinckel d Herculais. Commissaires rap 
porteurs : MM. Jean Dollfus et P. Mabille ; 

4 M. Philo Romagne Hoy, M. D., J. A., A. A. S., Main street, 902, 
Racine, Wisconsin (Etats-Unis d Amerique) (Entomologie generate), pre 
sente par M. C.-V. Riley. -- Commissaires rapporteurs : MM. E. Des 
marest et A. Leveille. 

Communications. M. J. Kiinckel d Herculais douue sur la mission 
qui lui a ete confiee par M. le Ministre de I lnstruction publique des 
renseignements detailles ; il resume les fails qu il a consignes dans ses 
rapports a M. le Gouverneur general de 1 Algerie et insiste sur les 
resullats qu il a obtenus en organisant un service de prevision charge 
de 1 indication des points de ponte des Acridiens. Notre coliegue 
fait circuler la carte du departement de Constantine, sur laquelle se 
trouvent indiquees toutes les pontes ; cette carte de prevision, qui 
a etc dressee d apres ses instructions, resume tous les renseignements 
recueillis par les administrateurs des communes mixtes, les maires, 
les agents des ponts et chaussees et ceux des forets, et permet de se 
rendre un cornptc exact de la situation au point de vue de 1 invasiori 
a redouter au printemps de 1889. Les pontes couvrent de 150,000 a 
200,000 hectares. 

Notre confrere entre ensuite dans de longs developpements sur la 
destruction naturelle des osufs paries Oiseaux, les Insectes et les Cham 
pignons. II mentionne les Alouettes comme particulierement utiles. Sur 
la proposition du Conseil jjvneral de Setif et sur son rapport, la chasse 



Seance du 9 Janvier 1889. vn 

de ees precieux auxiliaires a e te interdite. II faut se souvenir que, les 
aimces precedentes. on les expediait sur Marseille par wagons complets. 
En assurant leur conservation et leur propagation, on a pris certaine- 
ment une sage mesure. 

Quant aux Insectes parasites, il cite comme parti culierement miles 
certaines larves de Bombylides (1). On a trouve 15, 20, 30 et jusqu a 
50 pour 100 de coques ovigeres debarrassees de leurs oeufs par ces larves. 
II a constate egalement 1 existence de larves de Coleopteres (2), notam- 
ment de larves de Gantharidides (Epicanta L.) et de derides; ces der- 
nieres, plus rares. 

Les Champignons jouent un role destructeur des plus importants. 11 
signale certains gisements d oaufs comme ayant ete presque detruits 
(Rouffach, Am-Kerma) ou comme ayant ete completement aneantis (Fedj- 
Mezala), et rappelle, a ce sujct, les travaux de MM. Metschnikoff et 
Krassiltschick (3). 

M. Kiinckel entre ensuite dans des details des plus interessarits sur la 
campagne de ramassage des coques ovigeres poursuivie, depuis le mois 
d aout dernier jusqu a la fin de decembre, en vue de venir en aide aux 
Arabes menaces par la famine. Chaque double decalitre etait paye 
1 fr. 50, et, de ce fait, on a depense la somme enorme de 800,000 francs ; 
ce qui donne le chifire respectable de 10,666 metres cubes d ootheques 
recoltees. Les photographies que montre notre collegue donnent une 
idee tres exacte des masses enormes de coques ovigeres qu on a re- 
cueillies dans certaines localites, en nous faisant assister aux operations 
de la reception et de 1 enfouissement dans la commune mixle d Ai n- 
M Lila. 

Enfin notre collegue donne des explications sur 1 organisation de la 
lutte au printemps prochain. 6,000 appareils Cypriotes de 50 metres 

(1) Les larves dont M. H. Lucas a parle dans le precedent Bulletin de la 
Socie"te (p. cxciv) sont des larves de Dipteres Bombylides et non pas des larves 
d Hyme nopteres. Ces larves out e"te decrites par les naturalistes am6ricains et 
russes (voir Conference au Congrs d Oran, 1888). 

(2) C est egalement par inadvertance que M. Lucas a signal^ comrne nouvelle 
la presence de larves de Coleopteres dans les ootheques des Acridiens. Je rap- 
pellerai que, des 1875, M. Riley a d^crit les larves ^Epicanta comme parasites 
et que j ai public" ses observations (edition franchise de Brehm). 

(3) Voir Rapports adresse"s a M. le Gouverneur general de 1 Algerie (mai et 
aout 1888). 



viii Bulletin entomologique. 

chacun, en toile de cretonne, avec bande de toile ciree, sont en cours 
de fabrication ; le service des forets devra fournir 100,000 piquets de 
chene pour la pose des barrages ; Pindustrie privee devra livrer 
6,000 masses d acier pour enfoncer les piquets, 400,000 metres de 
cordes pour relier les piquets et suspendre les toiles, ainsi que 60,000 
feuilles de zinc pour garnir les fosses ou Ton precipite les Criquets au 
pied des barrages ; sans compter les bandes de toile de colonnade, dites 
melhafas, de 10 metres de longueur, que les Arabes manient avec 
tant d habilete pour recueillir les jeunes Acridiens. Des approvisionne- 
ments d alfa et autres matieres combustibles seront, en outre, rassem- 
bles au voisinage des points de ponte pour faciliter la destruction des 
jeunes Criquets au moment de leur naissance. 

On se trouve done bien arme pour la lutte. D une part, on a le releve 
complet et la situation exacte des gisements d osufs par douar, mechta 
et commune ; d autre part, au lo mars, on disposera de tous les engins 
destructeurs, et le recensement de tous les hommes disponibles aura ete 
effectue. Toutes les mesures de prevoyance sont done prises. 

M. Albert Leveille communique la diagnose d une espece nouvelle 
de Nemosomia prise par notre collegue M. E. Simon au Venezuela et 
quelques observations synonymiques : 

I. NOMOSOMIA SIMONI, sp. nov. Elongata, cylindrica, nigra, ni- 
tida; capite prothoraceque punctatis, hoc elongato-quadrato, angulis 
posticis obtusis ; elytris striato-punctatis ad apicem fortius, interstitiis 
subrugosis, biseriatim punctulatis. Capite, antennis, thoracis parte ante- 
riore rufo-testaceis ; tarsis, tibiis maculaque humerali testaceis; femo- 
ribus segmentorumque ventralium margine posteriore rufo piceis. 
Long. 3 1/2 mill. 

Venezula, Colonia Tovar. 

II. Ayant pu examiner le type du Nemosoma corsicum Reitter dans 
la collection Jekel, j ai pu constater que c etait une variete de forte taille 
du N. elongatum L. dans laquelle la bande subapicale a disparu. Gette 
bande est tres variable d intensite, et nous avons sous les yeux des 
exemplaires de Nice ou elle fait entierement defaut. La taille du N. cor 
sicum explique sa ponctuation plus forte et son apparence plus mas 
sive. 

III. Le Tenebrioides impremfrons Reitter est une variete unicolore du 



Seance du 9 Janvier i889. ix 

T. bipuslulatus dans laquelle la tache rouge des elytres, si variable de 
grandeur, a fini par disparaitre. La disparilion des maculatures rouges 
sur fond noir est [frequente chez les Coleopteres ; nous citerons corame 
exemple de ce fait certains Hister et certains Aphodius. 

M. P. Mabille presente la note suivante sur un genre nouveau de 
Lepidopteres : 

Genus ENOSIS, nov. gen. Ailes larges et amples comme chez les 
Plesioneura. Nervulation de 1 aile superieure quadrifide, c est-a-dire que 
le rameau 5 est tres rapproche du 4 et reuni au tronc de la nervure par 
un pedicelle aussi fort que lui. Antennes a tige longue et fine, a massue 
grele, fusiforme. 

Ge nouveau genre contient quatre especes, toutes inedites. Peut-etre 
faut-il lui rapporter I Hesperia immaculata Hew., Exot. Butterf. Hesp., 
IV, fig. 41. 

1 ENOSIS DOGNINI, nov. sp. Enverg. 42 mill. Brun noir, avec 
une eclaircie rousse faiblement indiquee sur le disque des quatre ailes. 
Les superieures ont trois petits points apicaux, d un blanc transparent, 
et une tache carree, de meme couleur, dans 1 intervalle 4. Franges d un 
blanc gris, coupees de noir. 

Dessous des ailes superieures noiratre, avec une large bande blan- 
chatre allant des points apicaux jusqu au bord interne, ou efle s elargit. 
II y a un point blanc dans 1 intervalle 6. 

Les ailes inferieures sont noires, avec une bande de six taches d ar- 
gent en carre long, echancrees en avant et placees entre les rameaux, 
dans les intervalles 3, 4, 5, 6, 7 et 8. Gelle de 1 intervalle 6 reduite a la 
rnoitie par une tache de meme forme, qui la precede et qui est couleur 
d ocre. - Corps noir. 

Un male de Loja ; collection Dognin. 

2 ENOSIS SIMPLEX, nov. sp. Enverg. 42 mill. Noir fonce. Ailes 
superieures avec deux petits points apicaux d un blanc vitreux et une 
tache semblable dans 1 intervalle 4. Frange blanche, un peu salie a 1 apex 
des premieres ailes. 

Dessous des ailes d un noir uniforme ; les superieures avec les points 
apicaux et les inferieures avec un point gris dans 1 intervalle 5. 

Corps noir. Palpes gris fonce. 

Une femelle de Merida ; collection Staudinger. 

(1889) Bulletin de la Societe entomologique de France. 



x Bulletin entomologique. 

3 ENOSIS ATRATA, nov. sp. Taille des precedentes. Ailes supe- 
rieures un peu plus prolongees a 1 apex, tout a fait noires sur les deux 
faces. Franges d un blanc pur. 

Deux exemplaires de Golomhie ; collection Mabille. 

Gette espece ressemble tout a fait a VH. immaculata Hew., qui a les 
ailes superieures plus etroites et les franges noires. 

4 ENOSIS QUADRINOTATA, nov. sp. Enverg. 36 mill. Noir, a reflets 
roux. Ailes inferieures sinuees. 

Dessous un peu plus roux. Les espaces 1 et 2, an bord interne, d un 
blanc roussatre et coupes a leur base par uue tache transversale plus 
jaunatre. En outre, deux petits points jaunatres, isoles, dans les inter- 
valles 4 et 7. 

Ailes inferieures portant trois petits traits jaunatres dans les inter- 
valles 4, 5 et 6 et un plus petit dans le 7 e . 

Corps noir ; ventre zone de jaune terne. Antennes tres longues, a tige 
fine, noire ; massue fusiforme, a base jaunatre en dessous. 

Un male de Ghiriqui ; collection Staudinger. 

Ge papillon, dont la taille est plus petite que celle des autres especes, 
a cependant la meme nervulation. Ce caraclere, malgre la difference du 
fades, semble rapprocher le nouveau genre des Pemphila. 

E. DESMAREST. 



Bulletin bibliographique 

Academic des sciences (Comptes rendus hebdomaiaires des seances de V), 
1888, 2 e sem., n 26. Q N 27. L. JOUBIN. Sur un Gopepode para 
site des sardines. 

American entomological Society (Transactions of the), vol. V, 1874, 
n os 1 et 2. 

Annual Report of the Curator of the Museum of comparative Zoology at 
Harvard College for 1887-88. 

Entomologische Nachrichten, annees VII a XIV, 1881-1888. Acquis 
par echange avec des Annales. 

1889, n 1. H. TETENS. Ueber Parasiten der Kleinzirpen und 
das in ihnen entdeckte parasitische Jugendstadium der Dipteren 
Gattung Chalarus. H. J. KOLBE. Einwanderung und Verbreitung 



Seance du 9 Janvier 1889. XI 

des Niptus hololeucus Paid, in Europa. F. KARSCH. Orthopterolo- 
gische Mittheilungen : I. Ueber die Chorcetypiden. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, n 219, l er Janvier 1889. R. MARTIN, 
Les Agrionidees franchises. Communications. 

Insectologie agricole (Bulletin d"), 1888, n 12. Precedes employes 
pour combattre les Galandres ou pour prevenir leurs ravages. 

Naturalists (Le), l er Janvier 1889. H. GADEAU DE KERVILLE. Sur un 
type probablement nouveau d anomalies entomologiques presente par 
un insecte Coleoptere. P. MABILLE et P. DOGNIN. Diagnoses de Le- 
pidopteres nouveaux (fig.). 

Nederlandsche entomologische Vereeniging (Verslag van de drie en veer- 
tigste zomervergadering), 23 juin 1888. D r ED. EVERTS. Supple 
ment op de nieuwe naamlijst van Nederlandsche schildvleulige In- 
secten. ID. Naamlijsle van Nederland voorkommende Myria- 
poden. 

Royal Society (Proceedings of the), 1888, n 272. Q 

Schweizerischen entomologischen Gesellschaft (Mittheilungen der), 1888, 
vol. VIII, n 2. D r H. CHRIST. Erebia Tyndarus Esp. v. Dromus 
H. S. in der Schweiz. D r STIERLIN. Beschreibung einiger neuen 
Kaferarten. FR. RiiHL. Beitrag zur Diptern-Fauna der Schweiz. 
D r STIERLIN. Uebersicht der in Europa und Syrien einheimischeu 
Arten der Gattung Alophus. E. JOERIN-GERBER. Carabus monilis 
v. Kronii var. varicolor. D p STIERLIN. Ueber das Schicksal der 
von Hrn. Prof. Oswald Heer beschriebenen neuen Kaferarten. Di- 
ptera Helvetia, p. 33 a 73 (fig.). 

Sprawozdanie Komisyi fizyjograficznej, 1888. Q 



DOUMET-ADANSON. Rapport sur une mission botanique executee en 1884 
dans la region saharienne, au nord des grands chotts et dans les lies 
de la cote orientate de la Tunisie (Expl, scient. Tun.), 1888. Nom- 
breuses listes d Insectes et de Crustaces, 124 p. * 

ORMEROD (E. A.). Notes on the Australian Bug (Icerya purchasi) in South 
Africa (fig.), 1887, Londres, 36 p. Offert par M. S. D. Bairstow 
(2 ex.). 

PASGOE (FR. P.). A list of the described Longicoraia of Australia and 
Tasmania, Londres, 1888, 48 p. * 



xii Bidletin entomologique. 

REITTER (EDM.). Neue, von Herrn Lothar Hetschko urn Blumenau im 
siidlichen Brasilien gesammelte Pselaphiden (Deutsch. ent. Zeit.), 
XXXII, 1888, Heft I, 34 p. * 

A. LEVEILLE. 



Seance <lu 3 Janvier f 88O 

Providence de M. le D r ALEX. IABOULB&NE 

Membres recus. 1 M. Raphael Blanchard, agrege de la Faculte de me- 
decine, rue du Luxembourg, 32 (Entomologie generate}, presente par 
M. J. Kunckel d Herculais. Gommissaires rapporteurs : MM. le D r Alex. 
Laboulbene et E. Simon ; 

2 M. George Dimmock, Ph. D. (Leipzig), redacteur du Psyche, 1877- 
1887, Sacramento street, 61, Cambridge, Massachusetts (Etats-Unis 
d Amerique) (Entomologie generate, principalement anatomie et physio- 
logie des InsectesJ, presente par M. J. Kunckel d Herculais. Gommis 
saires rapporteurs : MM. H. Lucas et G.-A. Poujade ; 

3 M. le baron Jules de Guerne, rue de Tournon, 6 (Entomologie 
generate, particulierement Copepodes), presente par M. J. Kunckel 
d Herculais. Gommissaires rapporteurs : MM. Jean Dollfus et P. Ma- 
bille; 

4 M. Philo Romayne Hoy, M. D., J. A., A. A. S., Main street, 902, 
Racine, Wisconsin (Etats-Unis d Amerique) (Entomologie generate et 
appliquee), presente par M. C.-V. Riley. Gommissaires rapporteurs : 
MM. E. Desmarest et A. Leveille. 

Candidats pre sente s. 1 M. Alfred Levedu, rue du Bourdon-Blanc, 11, 
a Orleans (Loiret) (Cole opteres), presente par M. Groissandeau. Com- 
missaires rapporteurs : MM. Bedel et J. Grouvelle ; 

2 M. le D r Sicard, medecin aide-major au 134 e regiment d infanterie, 
a Albi (Tarn) (Cole opteres), presente par MM. Bedel et Fauvel. Com- 
missaires rapporteurs : MM. Baer et Leveille. 

Decision. La Societe decide que le Banquet annuel commemoratif de 
la fondation de la Societe en 1832 aura lieu le SAMEDI 2 MARS 1889. 
MM. Baer et Sedillot sont designes pour s occuper de 1 organisation de 
ce Banquet et pour recevoir les souscriptions des adherents. 



Seance du 23 Janvier 1889. xin 

La Societe decide, en outre, qu un second Banquet aura lieu pendant 
la duree de 1 Exposition universelle, lors de la presence a Paris d un 
grand nombre de membres de 1 etranger et de nos departements. 

Rapports. M. le D r Armand Fumouze, tresorier, presente le rapport 
suivant relatif a sa gestion fmanciere pour Tannee 1888 : 

RECETTES EN 1888 

En caisse au l er Janvier 1888 434 fr. 10 c. 

Tirages a part , 96 85 

Tables des Annales 147 

Vente des Annales et abonnements 1,306 90 

Faune Bedel 202 80 

Revenus 2,487 80 

Exonerations 1,800 

Subvention du ministers de I lnstruclion publique 500 

de 1 Agriculture 600 

Gotisations en retard pergues en 1888 480 

Gotisations de 1 exercice 1888 6,245 60 



Total des recettes 14,301 fr. 05 c. 

DEFENSES DE 1888 

Loyer, impots et assurance 1,292 fr. 30 c. 

Bibliotheque : achats de livres, reliures, frais divers ... 730 55 

(Installation de la) 783 95 

Indemnite du Secretaire 800 

Publication des Annales : impression, gravure, colo- 

riage 7,062 25 

Gorrespondance et frais d envois de toute nature 615 20 

Prix Dollfus : especes remises au laureat 300 

Frais accessoires 258 50 

Achat de cinq obligations Quest ancien a 398 fr. 75, 

plus le courtage et timbres (3 fr. 20) 1,996 95 

Total des depenses 13,839 fr. 70 c. 

RECETTES 14,301 fr. 05 c. 

DEFENSES 13,839 70 

Reste en caisse au l er Janvier 1889 461 fr. 35 c. 



xiv Bulletin entomologique. 

La Societe, aux termes des articles 25 et 28 des Statuts et Reglement, 
renvoie 1 exament des comptes du Tresorier a son Conseil, qui lui pre- 
sentera un rapport dans sa prochaine seance (13 fevrier 1889). 

M. Alphonse Bonhoure, ail nom de la Commission du Prix Dollfus 
pour 1888, lit le rapport suivant : 

Messieurs, 

Votre Commission du Prix Dollfus s est reunie le mercredi 16 Jan 
vier 1889 a la Bibliotheque de la Societe. Etaient presents : MM. Alluaud, 
Bonhoure, Fallou, Lamey, Lefevre, Poujade et Salle. 

Un seul ouvrage ctait soumis a la Commission : Les Abeilles, par 
notre collegue M. J. Perez, professeur a la Faculte des sciences de Bor 
deaux, ouvrage faisant partie de la Bibliotheque des Merveilles de 1 edi- 
teur Hachette 

Ce livre n est pas, comme pourrait le faire croire son titre, un traitc 
elementaire d apiculture. Sans s attarder longtemps a 1 histoire des 
Abeilles domestiques, il a pour but de faire connaitre au public la clas 
sification et surtout les mceurs des Insectes du groupe des Apides 
sociales et solitaires et du groupe des Andrenides. 

Les merveilleuses industries des Hymenopteres porte-aiguillons, leurs 
nidifications si variees, leur role si important dans la fecondation des 
fleurs, les phenomenes si curieux de parasitisme que revele 1 etude de 
leurs premiers etats, nous sont presentes par i auteur sous une forme 
toujours claire et attrayante. 

M. Perez ne s est pas borne a faire une o?uvre de compilation. II a 
ajoute a son livre, et ce ne sont pas la les pages les moins interes- 
santes, un certain nombre de faits nouveaux, resultat de ses recherches 
personnelles. 

Les figures assez nombreuses, dues a notre collegue M. Clement, 
qui ornent le livre et la modicite de son prix, ache vent d en faire 
un ouvrage propre a susciter des debutants en entomologie et a les 
instruire. 

Apres deliberation et a Tunanimite des voix, votre Commission a 
decide de vous proposer de decerner le Prix a M. J. Perez. 

La Societe, apres avoir entendu lecture de ce rapport, decide, aux 
termes des articles 13 et 59 de ses Statuts et de son Reglement, que les 
conclusions en seront votees dans la seance du 27 fevrier 1889. Tons 
les membres francais ont droit de prendre part au vote, qui aura lieu au 



Seance du 23 Janvier i889. xv 

scrutin secret et a la majorite absolue des suffrages, soil directement, 
soil par correspondance. Un avis special sera adresse a ce sujet aux 
membres francais, et les votes devront etre envoyes au President, au 
siege social de la Societe (Hotel des Societes savantes, rue Serpente, 2$, 
au plus tard le 27 fevrier 1889. 

Lectures. M. Ed. Fleutiaux adresse un memoire faisant partie d une 
suite de travaux ayant pour titre general : Contributions a la Faune 
indo-chinoise, comprenant la liste des Coleopteres recueillis par MM. le 
commandant Delauney et notre collegue le capitaine Rene de la Perrau- 
diere pendant leur sejour en extreme Orient, avec les descriptions 
des especes nouvelles. Dans ce premier memoire, qui est precede 
d une preface dans laquelle M. Fleutiaux indique les noms de ses colla- 
borateurs, notre collegue s occupe specialement des Cicindelidx et des 
Elateridx. 

M. le D r Maurice Regimbart envoie egalement un memoire ayant 
pour titre : Contributions a la Faune indo-chinoise : Hydrocanthares 
(Haliplidx, Dyticidse et Gyrinidsd). 

M. Ant. Grouvelle communique un memoire relatif aux Coleo 
pteres des families des Dryopsidx, Cyameridss et Heteroceridx provenant 
du voyage de M. E. Simon au Venezuela. Travail accompagne d une 
planche, qui renferme egalement les figures des Cucujidx du meme 
voyage. 

M. Gh. Rlachier, de Geneve, adresse un memoire accompagne 
d une planche coloriee, comprenant les descriptions d une Boarmia 
nouvelle, de varietes inedites de Lepidopteres, etc. 

Communications. M. L. Fairmaire transmct les descriptions de deux 
Garabiques du nord de 1 Inde appartenant au Musee de Calcutta : 

1 GARABUS INDICUS. Long. 18 mill Oblongus, sat convexus, 
nigro-fuscus, nitidus ; capite coriaceo, punctulato, inter antennas fortitea 
biimpresso, clypeo antice medio foveola sat profunda signato ; antennis 
fractis, articulo 2 quarto vix breviore, 3 sequentibus longiore ; pro- 
thorace transverso, subcordato, lateribus antice fere angulatim rotnn- 
datis, postice longe sinuatis, margine sat fortiter reflexo, basi utrinqne 
leviter late sinuata, angulis late triangularibus, sat acutis, dorso coriaceo 
et punctato, medio sat fortiter sulcato et utrinque convexo, lateribus, 
postice fortius, et basi depresso ; scutello minuto, depresso, triangulari ; 



xvi Bulletin entomologique. 

clytris ovatis, ad humeros sat rotundatis, postice leviter ampliatis, apice 
obtusis, baud sinuatis, dorso anguste costulatis, costulis paulo inter- 
ruptis, utrinque tuberculis oblonge catenulatis : triseriatis, interstitiis 
sat tenuiter rugoso-granulatis, serie l a cum 3 a apice conjuncta ; subtus 
cum pedibus nitidior, lateribus punctatis, prosterno sat lato, medio con- 
vexo, apice planato et obtuse producto, segmentis ventralibus apice 
medio punctis setigeris utrinque (1 2que duobus, 3 puncto unico) 
signatis, 2 3que medio apice impressis, ultimo apico dense rugosulo, 
tibiis intermediis extus rufo-villoso-lineatis. Darjeeling. 

Ce Carabe me parait se rapprocher du C. Theophili Deyr., du Cau- 
case, par le corselet a angles posterieurs assez pointus, les elytres non 
sinuees a 1 extremite, a fines cotes et a calculations assez semblables, 
et les tibias intermediaires ayant en dehors une rangee de poils roux ; 
mais le corselet est bien plus cordiforme, plus retreci en arriere, avec 
les cotes anguleusement arrondis en avant, les impressions de la base 
se confondant avec la depression lateralo ; la sculpture est bien plus 
fine, plus serree, et les cotes des elytres sont plus fines, moins entieres, 
avec les interstices granuleux ct les series catenulees a peine plus larges 
que les cotes. 

Je conserve a cette espece interessante le nom qui lui a ete donne par 
notre collegue M. Gehin, a 1 obligeance duquel je dois la communication 
de ces deux Carabiques. 

2 PRISTONYCHUS ALTICOLA. Long. 18 mill. Oblongus, parum 
convexus, piceo-brunneus, nitidus, coxis, tarsis abdominisque segmentis 
apice rufo-piceis ; capite brevi, sat lato, lvi, medio inter oculos leviter 
bifoveolato, antennis medium corporis attingentibus, articulis 3 primis 
nitidis, fuscis, 3 quarto paulo longiore ; prothorace transverse, postice 
angustato, lateribus antice sat rotundatis, postice baud sinuatis, dorso 
medio transversim subtiliter strigosulo, longitudinaliter sulcato, antice 
et basi sulco transverse medio obtuse angulato, margine postico late vix 
sinuato, ad angulos obliquato, his valde obtusis, margine laterali late 
reflexo-marginato ; elytris oblongo-ellipticis, postice paulo magis atte- 
nuatis, modice striatis, striis lasvibus, intervallis fere planis, latera ver 
sus vix convexiusculis, margine laterali paulo reflexo, ante apiccm 
leviter sinuato; subtus laevis, metapleuris rugatulis ; pedibus elongatis, 
tibiis rectis, unguibus tenuiter dense punctatis. Mont Yeomitong, 
11,000 a 12,000 pieds anglais, Himalaya (Musee de Calcutta). 

La dent du men ton est echancree, les tarses sont glabres en dessus, 
les trochanters posterieurs sont obtus, le corps est aptere, le dernier 



Seance du 23 Janvier 1889. XVH 

article des palpes maxillaires est plutot fusiforme que cylindrique. Res- 
semble un peu aux P. oblongus et angustatus ; mais lo corselet est plus 
large, plus largement releve sur les cotes, avec les angles posterieurs 
tres obtus et les elytres presque elliptiques, a epaules effacees. Les dents 
des crochets tarsiens sont tres fines et serrees. 

M. le D r Senac ecrit que M. Gh. Rabot, 1 explorateur bien connu 
des regions boreales, vient de lui rapporter une espece rare de Dyti- 
cides, le Colymbetes groenlandicus. Gette capture a e te faite dans une 
mare de 3 ou 4 centimetres de profondeur, alimentee par la fusion des 
neiges. Cette mare est siluee pres de Godhavn (ile de Disco), par 69 de- 
gres 15 minutes de latitude. Ayant envoye cet insecte interessant a 
M. le D r Maurice Regimbart, notre collegue d Evreux adresse, au 
sujet des Dyticides du meme groupe que le groenlandicus, la note sui- 
vante, que M. le D r Senac croit devoir soumettre a la Societe, en la 
priant de vouloir bien 1 inserer dans son Bulletin : 

Un tres bel exemplaire de Colymbetes groenlendicus Aube, du Groen- 
land, ecrit M. le D r Regimbart, que vient de me donner genereusement 
M. le D r Senac, m a suggere 1 idee d etudier cette espece, dont on ne 
possedo que tres peu d exemplaires. Je me suis adresse, pour com- 
pleter cette etude, a M. Rene Oberthiir, qui, avec son obligeance habi- 
tuelle, m a communique les dix-huit exemplaires que contient sa riche 
collection en C. dolabratus Payk., groenlandicus Aube et Thomsoni 
Sharp. En y joignant les huit exemplaires que je possede moi-meme. 
je me suis trouve en presence de vingt-six specimens des trois especes, 
qui ont suffi amplement pour les etudier serieusement. De cet examen, 
il resulte que je considere ces trois types comme une seule espece 
extremement variable : comme sculpture, comme forme et comme 
taille. 

En prenant les exemplaires Jes mieux caracte rise s, on trouve certai- 
nement des differences assez sensibles : 

Ainsi, chez le C. dolabratus typique, la forme est elargie au milieu, 
surtout chez la femelle, dont les elytres sont mates et chatoyantes, et le 
pronotum est bien developpe, avec une reticulation profonde ; 

Chez le C. groenlandicus, la forme est plus etroite et par consequent 
plus allongee, le pronotum est relativement plus court, a reticulation 
tres superficielie chez le male, et les elytres sont semblables ou a peu 
pres dans les deux sexes ; 



xviii Bulletin entomologique. 

Enfin, chez le C. Thomsoni, la forme est egalement allongee, mais 
plus ovale, le pronotum est moins developpe en largeur et pen profon- 
dement reticule, et les elytres sont semblables dans les deux sexes. 

Mais, a cote de ces formes extremes, il existe tous les passages pos 
sibles, independamment de la localite, et, sous ce rapport, on croirait 
que les dix-huit exemplaires de M. Rene Oberthiir ont ete choisis pour le 
demontrer. En effet, sur ses cinq dolabratus (trois de Laponie, un de la 
Suede meridionale et un de la baie d Hudson), tous femelles, les deux pre 
miers de Laponie sont aussi brillants que des males, tandis que les trois 
suivants mats, ainsi qu une des femelles de Laponie ; chez les groenlan- 
dicus, originaires du Greenland, du Labrador et de 1 Islande, plusieurs 
femelles sont sensiblement plus mates que les males, tandis que les 
autres sont au moins aussi brillantes ; la largeur et la sculpture du 
pronotum, dans les deux sexes, sont egalement variables ; enfm, chez 
les Thomsoni, la forme generate et le developpement du pronotum 
varient aussi, mais cependant cette variete parait plus distincte, au 
moins d apres les trois males (Laponie) de M. R. Oberthur et ma femelle 
(Islande), qui, tous les quatre, se font remarquer par les stries trans- 
versales des elytres plus fines, caractere qui se retrouve chez plusieurs 
groenlandicus. Ge qui me confirme dans cette opinion, c est qu une fe 
melle du groenlandicus, soumise a M. le D r Sharp, a ete retournee 
comme douteuse, et, de fait, elle est intermediate aux trois formes et 
n appartient pas plus a 1 une qu aux deux autres. 

Le C. Drewseni Lee., du Greenland, n est certainement, ainsi que le 
pense M. le D r Sharp, qu une anomalie du groenlandicus, remarquable 
par les cotes du pronotum tres sinues en avant, caractere existant tres 
faiblement chez quelques groenlandicus. 

La synonymic devra done etre ainsi etablie : 
Colymbetes dolabratus Payk. Europe et Amerique boreales : La 
ponie, Finlande, Suede, Norvege ; baie d Hndson. 
Var. groenlandicus Aube. Greenland, Labrador, Islande. 
Var. Drewseni Lee. Greenland. 
Var. Thomsoni Sharp. Laponie, Islande. 

Pour terminer, je dois dire que, chez ces insectes, les tarses ante- 
rieurs et intermediates males sont moderement dilates, tres comprimes 
et garnis en dessous de quatre rangs transversaux de capsules petiolees 
d egale largeur,^tandis que, chez le C. striatus L., ces monies tarses sont 






Seance du 53 Janvier 1889. xix 

beaucoup plus robusles, beaucoup plus largement dilates et a peine corn- 
primes. Enfin, la longueur varie dans les limites extremes de 11 3/4 a 
15 1/2 millimetres. 

M. Ant. Grouvelle signale chez les femelles des genres Dryops 
(Parnus), Pomatinus, Pelonomus, Lutochrus, Helmoparnus et Helichus, 
un caractere sexuel que les auteurs semblent ne pas avoir indique. 

Ces insectes possedent, a 1 extremite de 1 abdomen, un organe corne 
falciforme, analogue a 1 oTiscapte des femelles de Dyticus (cf. Regim- 
bart, Ann. Soc. ent. Fr.. 1875, p. 201, tab. 4). 

Chez les femelles de Potamophilus, cet organe est remplace par trois 
appendices spiniformes, a face interne concave. 

M. L. Bedel ajoute qu il a observe, sur les indications de M. A. 
Grouvelle, 1 oviscapte des femelles de Dryops et pense qu il doit servir, 
comme chez les Dyticus, a greffer les oeufs de 1 insecte sur les tiges de 
plantes aquatiques. 

M. Guillebeau communique, par 1 entremise de M. Fairmaire, une 
note sur la synonymic du Clytus verbasci Lin. : 

Dans le cahier VII, p. 53, des Bestimmungs Tabellen (Cerambycidx), 
M. Gangelbauer, pour synonyme du Clytus ornalus Herbst, donne ver 
basci Muls. nee Lin, et, dans la note a laquelle il renvoie, il dit : 

Gomme Seidlitz le fait remarquer avec raison, la description de 
Linne, pour le verbasci (corpus viride, subtomentosum. Thorax fascia 
f nigra e 3 maculis transversim positis), convient mieux pour Pespece 
suivante (Herbsti Brahm, sulphureus Schaum, verbasci Lin.). 

Je trouve cette note transcrite sans observation dans la traduction du 
travail de M. Gangelbauer qui a paru dans la Revue d Entomologie (t. Ill, 
1884, n 7, p. 196), ce qui me parait necessiter une rectification, si elle 
n a pas ete faite deja. 

En quoi la description de Linne convient-elle mieux au verbasci Fab., 
Herbsti Brahm? 

1 Le verbasci Fab., Herbsti Brahm, n est pas plus vert que le ver 
basci Lin., ornatus Herbst, puisque Schaum 1 appelle sulphureus. Sous ce 
rapport, la description ne va pas mieux a 1 un qu a 1 autre ; 

2 Le corselet du verbasci Lin. c? (ornalus Herbst) a trois laches noires 
transverses, comme 1 Herbsti et $. 

Gyllenhal, en decrivant Vornatus Herbst, le donne comme synonyme 



xx Bulletin entomologique. 

de verbasci Lin. II mentionne les trois laches du corselet, qu il attribue, 
avec doute, au male de cette espece. Voila deja une autorite. 

Mulsant, dans sa Monographic des Longicornes (1862-1863, p. 168), 
dit, en parlant du male du verbasci Lin., qu il a trois taches transverses 
sur le corselet. II faut done en conclure quo Linne a fait sa description 
sur un male. II est vrai que M. Gangelbauer ne parle pas de ce caractere 
dans sa description de V ornatus ; ce qui pourrait expliquer 1 erreur de 
sa synonymic. Mais il y a plus : Mulsant (loc. cit., p. 170) ajoute : 
Cette espece (ornatus Herbst) est bien la Leptura verbasci Lin., comma 
j ai pu le constaler dans la collection Linne enne de Londres. II est done 
juste de lui rendre sa denomination originelle. 

Ainsi, d une part, la description de Linne s accorde reellement avec 
le male du verbasci Lin., ornatus Herbst, et, d autre part, Mulsant 
affirme avoir vu le verbasci sous ce nom dans la collection de Linne. 

II en resulte que 1 observation de Seidlitz n est pas fondee et que la 
synonymie des deux especes en cause doit etre etablie ainsi : 

Clytus ornatus Herbst = verbasci Lin., Mills. 

verbasci Fab., Gangelb., = sulphureus Scnaum, Mills., Herbsti 

Brahm. 

M. Ed. Lefevre presente les diagnoses suivantes de (rois nouvelles 
especes d Eumolpides, qui lui ont ete communiquees par M. Jacoby, de 
Londres : 

1 ALETHAXIUS PARVULUS. Breviter suboblongo-ovatus, convexus, 
subtus nigro-piceus, supra obscure subcupreo-xneus, nitidulus, labro, 
antennis pedibusque rufo-fulvis; capite grossepunctato, inter oculos pro- 
funde arcuatim sulcato ; prothorace disco grosse et subremote, ad latera 
crebrius et fortius, punctato ; elytris infra humeros transversim impres- 
sis, remote lineatim punctatis, punctis ad latera et intra impressionem 
basalem multo majoribus. Long. 3 mill.; iat. 1 1/2 mill. 

S. Gatharina (Rio Gapivary). 

A cl. Fruhstorfer detecta. 

2 RHABDOPTERUS CIRCUMDATUS. Oblongus, modice convexus, subtus 
cum pedibus saturate viridi-seneus, subnitidus , capite prothoraceque 
obscure nigro-sub%neis, hoc dense minutissime punctulato ; antennis 
fulvis, articulis quinque ultimis nigro-infuscatis ; elytris infra humeros 
subarcuatim sat fortiter impressis, fulvo-rufis, macula triangulari magna 



Seance du 23 Janvier 188$. xxi 

communi, paulo ultra medium desinente, longitudinaliter instructs, basi 
minute punctulatis, ad latera et versus apicem punctato-striatis, inter- 
stitiis convexis, Ixvibus. Long. 4 1/3 mill.; lat. 2 1/2 mill. 

S. Catharina (Therezopolis). 

A cl. Fruhstorfer detecta. 

3 MYOCHROUS CURCULIONOIDES. Suboblongo-elongatus , convexus, 
obscure xneo-piceus, squamulis adpressis fusco-fulvis densissime undique 
obtectus, labro, palpis antennisque saturate rufo-fulvis ; prothorace lati- 
tudine paulo longiori, dorso depresso, ad latera utrinque abrupte fortiter 
deflexo, lateribus modice marginato et medio indistincte unidentato, mar- 
gine apicali antrorsum valde porrecto ibique apice summo duobus gibbis 
parvis, sulco lato brevi separatis, instructo, undique rude confluenter 
punctato ; elytris thorace basi multo latioribus, grosse undique confluen 
ter punctatis ; femoribus quatuor posticis stibtus ante apicem spina obtusa 
armatis. Long. 7 mill.; lat. hum. 31/2 mill. 

Bahia. 

M. armato Baly affinis, sed thoracis structura optime distinctus. 

M. Albert Leveille donne la diagnose d un Trogositide nouveau, 
suivie de notes synonymiques sur le meme groupe : 

1 MARNIA, nov. gen. Oculi (duo) laterales, amygdah formes, sub- 
tilissime reticulati, antice vix emarginati. Antenna undecim-articulata , 
clava triarticulata unilaterali obtuse subserrata. Frons vix convexa, 
antice regulariter trisinuata. Thorax elongatus, lateribus ciliatis, mar- 
gine laterali sinuato-deflexo. Scutellum distinctum. Prosternum lateribus 
immarginatum. Elytra profunde crenato-striala, interstitiis angustissi- 
mis. Tibix antice extus tenuiter bidenticulatse. Corpus lineare. 

Le genre Marnia est intermediaire entre les Temnochila et les Li- 
paspis. 

M. SIPOLISI, n. sp. Elongata, parallela, subnitida, viridis; capite, 
antennis, apice elytrorum ventreque rufo-piceis ; maculis quatuor elytro- 
rum pedibusque fulvo-testaceis. Prothorax basin versus angustatus, an- 
gulis anticis subrotundatis, posticis distincte, obtusis. Elytris elongaiis, 
fortiter crenato-striatis ; interstitiis angustissimis, uniseriatim punctu 
latis; tertio, quinto octavoque apice elevatis. Long. 8 mill.; lat. 1 1/2 
mill. 

Bresil : province de Minas-Geraes (M. Michel Sipolis). 



XAII Bulletin entomoiogique, 

2 L Temnochila Sennevillei Lev. (Bull. Soc. ent. Fr., 1878, p. 98) 
est un exemplaire tres petit et fort etroit du T. Jekeli Reitt. (Verh. 
naturf. Ver., Briinn, 187o, p. 43). Malgre la grande difference de facies 
de ces deux insectes, il ne m est pas possible de les separer. J ai eu 
entre les mains le type de T. Jekeli, actuellement dans la collection de 
notre collegue et ami M. A. Grouvelle. 

3 Je fais passer egalement sous les yeux de la Societe le type de la 
Temnochila tristis Muls., que son possesseur actuel, M. A. Argod, m a 
obligeamment communique. C est un petit exemplaire d une espece 
americaine qui, si elle provient de Sicile, comme la description le dit, 
y est venue a 1 etat de larve ou de nymphe. II est plus vraisemblable de 
croire que 1 indication de patrie est simplement erronee. 

M. Reitter, dans sa Revision du genre Trogosita (Verh. natur. Ver. 
Briinn., 1875), 1 a decrite sous le nom de cribricollis, qui doit passer en 
synonymic, bien que 1 erreur principale provienne de Mulsant, et la 
T. tristis doit disparaitre du catalogue europeen. 

M. J. Fallou lit deux lettres qu il vient de recevoir, contenant des 
details relatifs a la maniere de vivre du Bombyx rubi, dont il a etc 
plusieurs fois question dans nos Bulletins de 1888 : 

M. Rodolphe Zeller lui ecrit, de Balgrist (Suisse), que dans une edu 
cation de YHabrena scita, qu il avait faite en plein air et pendant tout 
un hiver, il avait place dans une boite preparee pour cet usage, et avec 
des parties tfAspidium filii, de Rubus et de plusieurs plantes forestieres, 
cinq chenilles de Bombyx rubi, qu il avait tout a fait abandonees, en ayanl 
le soin toutefois de leur donner, au mois de fevrier, des branches 
fralches de Ronce et de Sanguisorba. Dans la premiere quinzaine de 
mai, il obtint cinq B. rubi (quatre males et une femelle), tous en parfait 
e"tat de developpement. M. Zeller en conclut que ce Bombyx, si com- 
mun en liberte, doit etre expose, en captivite, a toutes les rigueurs de 
1 hiver, tout en lui fournissant des abris centre 1 action d une trop basse 
temperature, et qu une certaine humidite est necessaire pendant 1 elevage 
de la chenille. 

M. Gallais, instituteur a Saint-Michel-sur-Orge (Seine-et-Oise), ayant 
recueilli, aux environs de Montreuil, canton de Magny-en-Vexin, un 
tres grand nombre de chenilles du Bombyx rubi, les plac.a dans uno 
grande bolte avec la nourriture qui semblait leur etre propre, et princi- 
palement des Reines-des-Pres (Spiraea ulmaria), dont il a pu s assurer 
plusieurs fois qu elles sont friandes ; il joignit a ces chenilles des chenilles 



Seance du 23 Janvier 1889. xxm 

de Stauropus fagi ainsi qu une grande quantite de feuilles de Saule et 
d Epine blanche destinees a leur alimentation. A son retour a Saint- 
Michel, il ne retrouva plus que des brindilles de Saule et les grosses 
nervures des feuilles de I Ulmaire. En effet, les chenilles, surtout celles 
du rubi, avaient, en deux nuits, devore toutes les parties des vegetaux 
placees a leur portee. M. Gallais a tentc, dans son jardin, 1 elevage de 
ces nombreuses chenilles de Bombyx; au mois de mars, il leur donna la 
vegetation nouvelle qui venait d apparaitre, Quintefeuilles, Ulmaire, 
Carex, Salicaire, Violette, etc., mais elles ne mangerent guere que 
les feuilles de la Reine-des-Pres. Un peu plus tard, il put recueillir une 
rentaine de cocons, dont moilie environ eclorent, mais dont cinq ou six 
papillons seulement etaient bien constitues. L entomologiste de 
Saint-Michel en conclut qu en captivite les chenilles du Bombyx rubi 
preferent, a toute autre nourriture, la Spirsea ulmaria; mais, qu en 
liberte, elles doivent etre polyphages et attaquer un grand nombre de 
plantes, parmi lesquelles sont une : Salicaire (Listhrum hypossopi folia), 
le Sainfoin (Iladysarum onobrychis), mais surtout la Reine-des-Pres 
(Spirea ulmaria}. 

M. A. Leveille, archiviste, fait remarquer, avec regret, le petit 
nombre de photographies revues par la Societe pendant les deux der- 
nieres annees ; aussi prend-il la liberte d engager ses Collegues fran- 
c,ais et etrangers a completer autant que possible cette interessante collec- 
tiou, qui est placee dans des albums speciaux a notre Bibliotheque. 

II donne ensuite la liste des portraits qui out ete adresses a la Societe 
en 1887, 1888 et Janvier 1889, qui complete les indications publiees 
dans les Bulletins de 1863 a 1886, signalant 398 photographies ; ce sont 
ceux de MM. : 

1887. 399. J. Breignet. 1888. 406. C.-J. Buckton. 

400. Robert Brown. 407. Daguin. 

401. Paul Klincksieck. 408. Gagnaire. 

402. H. Labat. 409. Hartley-Durrani. 

403. A. Nugue. 410. A. Morgan. 

404. Piochard de la Brule- 1889. 411. A. Bousquet. 

rie (2 e edit.). 412. P. Chretien. 

1888. 403. Bergounious. 

Le Gonseil de la Societe des Agriculteurs de France, dans le but de 
resserrer les liens qui Pattachent aux associations qui s occupent de 



xxiv Bulletin entomologique. 

sciences appliquees a 1 agriculture, engage les membres de la Societe 
entomologique de France a assister a I assemblee des delegues, qui aura 
lieu, a Thotel Continental, le 18 fevrier 1889, ainsi qu aux seances des 
19 et 20 du meme mois. 

E. D. 



Bulletin bibliographique 

Academie des Sciences (Comples rendus hebdomadaires des seances de V), 
1889, l er sem., n 1. Q N 2. J. CHALANDE. Sur la presence des 
filieres chez les Myriopodes. 

Academy of Natural Sciences of Philadelphia (Proceedings of the), 1888, 
Part II. A. M. FIELD. Notes on an aquatic Insect, or Insect Larva, 
having jointed dorsal appendages (pi.). J. LEIDY. A Crustacean 
Parasite on the Red Snapper. ID. Parasitic Crustacea. Rev. H. 
MAC COOK. Notes on the Relations of Structure and Function to Color 
Changes in Spiders. A. M. FIELD. On an Insect Larva Habitation. 
Rev. H. MAG COOK. Descriptive notes on New American Species 
of Orb-Weawing Spiders. ID. A new Fossil Spider, Eoatypus 
Woodwordii. ID. Nesting habits of the American Purseweb 
Spider. 

Elisha Mitchell Scientific Society (Journat of the), 1888. Q 

Entomologische Nachrichten, 1889, n 2. KRIEGHBAUMER. Pimpliden 
Studien : 21. Lissonota decimator Gr. und 3 verwandte derselben. 
E. KARSCH. Orthopterologische Mittheilungen : 3. Ueber die Masta- 
ciden. 

Insect-Life, vol. I, n 6, 188 Q . C. V. RILEY. The habits of Tlialessa 
and Tremex (fig.). J. B. SMITH. Notes on Lachnosterna fusca (fig.). 

. A Sandwich Island Sugar-cane Rorer (fig.). General Notes. 
(U. S. Depart. Agr.) 

K. K. zoologisch-botanischen Gesellschaft in Wien (Verhandlungen der)> 
1888, III. BERGROTH. Oesterreichische Tipuliden. D r H. KRAUSS. 
Beitrage zur Orthopteren Kunde, II (pi.). A. ROGENHOFER. Mit 
theilungen iiber des bischer beobachteten Falle von Bastardirungen 
bei Schmetterlinge. IV. FR. KOHL. Zur Hymenopterenfauna Tirols 
(fig.). J. MIK. Ueber ein Spinnandes Dipteron. A. ROGENHOFER. 
Ueber die Lepidopterenfauna der arktischen Gebietes von Europa 



Seance dn 13 ferricr 1889. xxv 

uud die Eiszeit. Ueber die neueren Entdeckungen in Central- und 
Ost-Asien in lepidopterologischer Beziehung. 

Mission scientifique du cap Horn, 1882-83, t. VI, Zooiogie, 1888. Oft ert 
an nom de M. Hyads. 

Naturaliste (Le), 15 Janvier 1889. -- E. PISSOT. Les Bruches. CH. 

BRONGNIART. Les Entomophthorees et leur application a la destruction 

des insectes nuisibles. V. MEUNIEU. Description d nne espece nou- 

velle d Hymenoptere. P. MABILLE et P. DOGNIN. Diagnoses de Le pi- 

dopteres nouveaux. 
Re cue scientifique du Bourbmnais, 1889, n 1. E. GRANDJEAN. Notes 

entomologiques. A. Givois. Les Erebies du mont Dore. 
Societe entomologique de Belgique, Coinpte rendu, 26 decembre 1888, 
Terme szetrajzi Fiizetek Kiadja magyar nemzeti Museum, 1889, vol. XI, 

n os 3 et 4. D r . E. v. DADAY. Uebersicht der Ghernetiden des ung. 

National-Museums in Budapest (pi.). J. v. FRIWALDSKY. Goleoplera 

nova ex Hungaria. 



CANDEZB (E.). Viaggio di Leonardo Fea in Birmania e regioni vicine. 
XIV. Elaterides recueillis en Birmanie ct an Tenasserim par M. L. 
Fea pendant les annees 188o-87. 1888 (Ann. Mus. civ. Gen., 
2 (> seric. vol. VI), 24 p. * 

FRENCH (G. H.). Butterflies of the eastern United States (fig.), 1886, 
402 p. * 

ID. Popular entomology. Lepidoptern (Fruit Grower s Journal, 
vol. VI, n os 4 ct o), 1889-89. 

A. L. 



Seance du 19 fcvrier 

Presidence de M. P. MABILLE, vice-president 

Con-cspondance et decisions. M. le Minis tre dc i lnslruction publique 
,ct des Beaux-Arts prie la Societe entomologique de France de lui adres- 
scr, avant le l er mars prochain, une collection de tons les volumes 
qu elle a publics depuis le 1 C1 Janvier 1879 jusqu a ce jour, afin de les 
grouper avec ceux des Societes savantes dc Paris ct des departemenls 
dans I exposition speciale organisec par son Minis tere dans rime des 

(1889) Bulletin de la Societe entomologique de France. 3 



xxvi ruillctin entoitiologique. 

salles de { Exposition universelle. Les liens si uombreux et si auciens 
(jui existent entre les Sodetes savantes et son departemerit, ajoute 
M. le Ministre, ne peuvent que se resserrer, grace a cette exposition, 
dont le caractere sera analogue a celui du Congres de la Sorbonne. 

La Societe, a I unanimitc, decide qu elle se conformera avec recon 
naissance au desir de M. le Ministre, et elle charge son Archiviste d en- 
voyer le plus promptement possible nos Annales de 1878 a 1888 au 
service de 1 Exposition universelle. 

- M. G.-H. French, de Carbondale (Illinois, Etats-Unis d Amerique), 
adresse pour la Societe, cinquante papillons (en papillotes), surtout de 
la division des Nocturnes, tous nommes avec soin et pris pendant 1 au- 
tornne de 1888 aux environs de la ville qu il habile, et il promet de lui 
en envoyer egalement d autres, ainsi que divers Coleopteres du meme 
pays. Notre collegue se propose, en outre, de nous donner des bois 
graves devant illustrer un travail sur le genre Leptarchia qu il compte 
nous presenter. 

La Societe acoeptc avec ernpressement les dons de M. French ; elle 
decide que les Lepidoptcres seront deposes a la Bibliotheque lorsque 
M. Jules Fallou, qui vent bien se charger de ce soin, les aura prepares, 
et que le memoire sur les Leplarchia sera soumis a la Commission de 
publication pour etre insere dans nos Annales. 

M. A. Leveille, a cette occasion, emet 1 idee que la Societe devrait 
former une collection de types, forinee et cnrichic par des donations 
apres deces des auteurs, surtout des types d Insectcs de tous les ordres 
decrils dans les Annales. II offrc, si cette proposition etait acceptee, de 
laisser a la Societe toutes les especes typiques qui pourraient se trouver 
dans sa colleclion. 

Membres regus. 1 M. Alfred Leveau, rue du Bourdon-Blanc, 11, a 
Orleans (Loiret) (Coleopteres), prcsentc par M. Groissandeau. Coin- 
missaires rapporteurs : MM. Bedel et J. Grouvelle ; 

2 M. le D r Sicard, medecin aide-major au 134 C regiment d infanterie, 
a Albi (Tarn) (Coleopteres), presente par MM. Bedel et Fanvel. Gom- 
missaires rapporteurs : MM. Baer et Leveille. 

Candidats pre sente s. 1 M. Henri Garacciolo, Austoms Port of Spain, 
Trinidad, B. W-, 1 (Antilles) (Coleopteres. Lepidopteres, Reptiles), pre- 



Seance du 13 fevrier 1889. xxvn 

sentc par M. A. Leveille. Commissaires rapporteurs : MM. Alluaud 
et Massue ; 

2 M. John-Alfred Wistrom, a Hudihsval (Suede) (Entomologie gene- 
rale, surtout Le pidopteres), presente par M. Ragonot. Commissaires 
rapporteurs : MM. Mabille et Poujade. 

Rapport. M. G.-A. Baer, an nom du Conseil, donne lecture du rapport 
suivant sur les comptes du Tresorier pour 1 annee 1888 : 

Messieurs, 

Votre Gonseil s est re uni le 30 Janvier dernier pour examiner les 
comptes de 1 annee 1888, presentes a la derniere seance par M. le Tre- 
sorier ; il en a reconnu 1 exactitude et en meme temps il a etc heureux 
de constater la bonne situation et 1 amelioration progressive de nos 
finances. 

Le compte des recettes se resume comme suit pour 1888 : 

Solde en caisse au 31 decembre 1887 434 fr. 10 c, 

Recettes ordinaires 10,966 95 

Subventions des ministeres de 1 Agriculture et de 1 Ins- 

truction publique 1,100 

Exonerations (1) 1,800 



Total 14,301 fr. 05 c. 



Tandis que, pour 1887, ce compte s est etabli de la facon suivante : 

Solde en caisse au 31 decembre 1886 978 fr. 68 c. 

Recettes ordinaires 10,546 19 

Subventions 1,100 

Exonerations 1,800 



Total 14,424 fr. 87 c. 

La somme de 2,487 fr. 80 c., portee dans 1 encaisse comme revenu, 
comprend le montant des interets perc.us sur les valeurs mobilieres de 
la Societe, qui se composent de : 

(1) Les membres Iiber6s sont MM. Cepero, Dattin, Distant, L.deHalloy, Leech 
et Morgan. Le nombre des members exoner<^s ost de 81 au 31 decembre 1888. 



xxvw IlitUt tin en-tomologique. 

300 fr. de rente 4 1/2 0/0 (don Jean Dollfns). 
300 3 0/0 (legs Thibesard). 

300 3 0/0 (offerts gracieusement a la Societe par 

M me veuve Millettes, en souvenir de son 
pere, notre regrette collegue E. IJollier 
de la Chavignerie). 

1 19 obligations anciennes 3 0/0 de FOiiest, nominatives (1). 
17 au portenr (dont 5 

acbetees en 1888 pour capitaliser la somme de 1,800 fr. 
provenant des exonerations de 1 annee). 

Le chapitre des depenses de 1888 don no les rhiffres suivants : 

Depenses ordinaires 10,758 fr. 80 c. 

Installation de la Bibliotheque 783 95 

Prix Dollfus 300 

Achat de 5 obligations de 1 Ouest 1,996 95 



Total 13,839 fr. 70 c. 

En 1887, ce compte e tait ainsi compose : 

Depenses ordinaires 11,019 fr. 22 c. 

Prix Dollfus pour 1886 et 1887 617 25 

Achat de 6 obligations de 1 Ouest 2,354 30 



Total 13,990 fr. 77 c. 



La publication des Annales, comprise dans les depenses ordinaires , 
a donne lieu aux frais suivants : 

1888 1887 

Impression et couverturo de quatre tri- 

mestres d Annales . . . . , 5,446 fr. 05 c. 5,320 fr. 40 c. 

Gravure, tirage et coloriage des planches. 1,616 20 1,954 10 



Toiaux 7,062 fr. 25 c. 7,274 fr. 50 c. 



11 ressort de rexamcn do In romptabilite de uotro Tresorier que 

(1) Ces litres compieniient le montant du pioduit de la verite de la Collection 
de Lepidoptores d Aloxandte Tierret, dnnee par son pere a la S 



Seance du 13 fevrier 1889. xxrx 

1 exorcice 1888 ne s est heureusement pas ressenti d une fac.on bien 
marquee de 1 augmentation de loyer et des frais d installation assez 
eleves auxquels le Iransfert de la Societe a 1 Hotel des Societes savantes 
a donne lieu. D autre part, notre fortune mobiliere a augmente de : 

Cinq obligations anciennes 3 0/0 de I Ouest (provenant de 1 emploi 
d une partie des fonds disponibles) et de 300 fr. de rente 3 0/0 donnes 
par M me Millettes. 

En resume, votrc Gonseil vous propose : 

1 De donner votre approbation aux comptes de M. le Tresorier pour 
1 annee 1888 et de lui en donner decharge ; 

2 De 1 auloriser a transferor en litres nominatifs sept obligations de 
I Ouest au porteur; 

3 De porter le tirage de nos Annales a 600 exemplaires au lieu 
de 560, en raison de 1 augmentation croissanle du nombre de nos socie- 
taires (337 au 31 decembre 1887; 401 au 31 decembre 1888) ; 

4 Et enfm de voter de vifs remerciements a notre tresorier M. le 
D r Fumouze pour le zele et le devouemenl apportes dans la gestion des 
inlerets de la Societe. 

Les conclusions de ce rapport sont adoptees a I unanimite par la So 
ciete, qui en decide 1 impression dans son Bulletin. 

Lectures. M. A. Leveille depose sur le bureau la Liste des Temno- 
chilides provenant du voyage au Venezuela de M. Simon. 

MM. Fleutiaux et Aug. Salle communiquent un memoire intitule : 
Liste des Goleopteres de la Guadeloupe et description d especes nou- 
volles, travail accompagne de deux planches coloriees. 

M. Jourdheuillo donne lecture d une notice ayant pour litre : Notes 
lepidopterologique, 2 e parlie : Eupithecia valerianata Hb. 

Communications. M. J.-M.-F. Bigot adresse d Alger la note suivante : 

Novum genus Dipterorum, ("v Tnjpetidis, genus Chetostomsc (Ron- 
dani) sat vicinnm : 

ISCHYROPTERON (.a/;joov ^TCOOV). <?. Antennis basi vicinis, 
segmento tertio oblongo, angusto, apice rotnndato, usque ad orem fere 
elongate, chxto nudo; fronts conica, prominula, superne macrochx- 
lis. parce sed longe, instmc-ta, facie obliqtta et. genis, n-udis ; haus- 



xxx Bulletin entomologique. 

tello modice exserto, labris hand perspicuis ; palpis elongatis, apice 
parum dilatatis ; sculello nvacrochztis quatuor instructo ; abdomine, pra 
ter oviductum, distincte qninque segmentato, parce tomentoso, oviducto, 
abdomine xquilongo, Into, depressato , superne canalimlato , apice 
abrupte acuminato; pedibus hand incrassalis, [emoribus posticis, subtu?, 
brevissime spinosulis ; alls elongatis, valde dilatatis et apice rotundatis, 
vena longitudinali secunda spinosula, quarto, et quinta glabris, trans- 
versali externa recta, propius basi quam apice cellulse discoidalis locata, 
cellula anali concava , delude acuminata . venis longitudinalibus nee 
flexosis nee incurvatis. 

I. NIGRICAUDATUM, $ (nov. sp.). Long. 8 mill, (prater oviductum}. 
Antennis sordide fulvis, basi parum infuscatis; palpis haustelloque 
pallide fulvis ; fronte, utrinque, s-uperne, fusco diffuse uni-notata, et, facie, 
fulvo pictis, genis, infra oculos, fusco-nigro uni-maculatis ; thomce 
fulvo, nigro-quadrivittato, vittis ad sutunun intermptix, lateralibm latio- 
rilnis : scvtrllo fahido ; abdomine ejusdem coloris ; oviducto panter 
tincto, summo apice nigro ; pedibus pallide ftilvidis, tarsis et tibiis pos 
ticis, apice, late, obscure, fuscis ; ali* pallid-mime flavidulis, apice, latf, 
nigro tinctis. 

Amer. merid. : Theresopolis. i specim. (ex museo nostro). 

M. Jourdheuille signale la capture dans 1 Aube de diverses especes 
interessantes de Lepidopteres du genre Eupithtcia qu il montre a la 
Societe : 

1 Eupithecia valerianata Hb. Espece non encore signalee comme 
appartenant ;i la faune fran^aise, et sur laquelle notre collegue remet 
line note pour les Aimales. 

Les chenilles de cette espece out ete trouvees aux environs de Troyes 
vers la fin de juillet 1886 et out tlonne leurs papillons en juin 1887. 

2 Eupithecia digitaliata Dietz, prise a Glairvaux. Sa chenille est 
abondante dans les fruits de la Digitals jaune. 

3 Eupithecia laqusearia H. S., obtenue d une chenille recoltee a 
Briel, en octobre, dans une localite ou n existe certainement pas YEu- 
phrasia In tea. iiidiqnee par les auteurs comme etant sa nourriture ordi 
naire. 

M. P. Mabille (Ann. Soc. ent. Fr. 1872, p. 500) signale cette espece 
coniine trouvee dans le departement de 1 Aude ; mais elle n a jamais ete 
indiquee comme prise dans le bassin de la Seine, 



Seance du 13 fevrier 1889. xxxi 

4 Eupithecia trisignaria H. S. La chenille n est pas rare, cer- 
taines annees, aupres de Troyes sur V Angelica sylcestris ft Ylleradeum 
spondylium, et so distingue de ses congeneres par la couleur de sa tote 
qui est rouge. 

Gette chenille a ete aussi recoltee dans Ics environs de Paris par 
M. Chretien. 

M. le D r Beauregard presente plusieurs specimens des divers eta is 
de developpement (pseudo-chrysalide, nymphe et insecte parfait) de 
Meloe autumnalis : 

G est dans le couraut du mois d aotit de 1 annee derniere (1888) que 
M. Beauregard a trouve ces Meloe dans une localite dite fond de Saint- 
Pierrc-en-Val , pres la ville d Eu. Avec 1 aide d un de ses amis, 
M. Moynier de Villepoix, conservateur des musees d Abbeville, il avail 
entrepris des fouilles dans les parois d une carriere d argile sableuse en 
exploitation, et, apres quelques heures de travail, il trouvait, a 60 cen 
timetres environ dc la surface de la paroi verticale attaquee par Ja 
pioche, un certain nombre de nymphes mvssurant environ 12 a 14 mill, 
de longueur et a demi enveloppees sous une mue mince ct coriace. 
Bientot des pseudo-chrysalides furent egalemer.it prises, portant encore 
sur leur face ventrale la depouille frippee de la seconds larve. 

Aux caracteres de ces divers specimens il etait evident qu on etait en 
presence d un Meloe en etat de developpement. Et, en effet, an bout 
d une quinzaine de jours, c est-a-dire vers la fin d aout, plusieurs 
nymphes terminerent leur evolution et donnerent le Meloe autumnalis. 

Parmi les Hymenopteres qui hantaient la paroi d argile sableuse, 
notre collegue a rencontre en grand nombre deux genres de ces in- 
sectes : un Antophora et un Colletes. dont Fespece, pour chacun, est a 
determiner. Les cellules du Colletes siegeaient tres superficiellemenl, 
land is quo cellos de V Antophora se trouvaient a peu pres au meine 
niveau que les pseudo-chrysalides et les nymphes du Vesicant. 

On sait que Meloe cicatricosus (d apres les recherches de Newport et 
de Fabre) est, dans sa periode larvaire, parasite de diverses especes 
dC Antophora , et que Meloe proscarabxus (d apres Smith) vit dans les 
cellules d un Colletes. Meloe autumnalis aurait done le choix entre les 
cellules dc ces deux genres. Mais ce qui est singulicr, et c ost sur ce 
point que M. Beauregard insiste specialemcnt, c est qu il lui osl impos 
sible de decider auquel des deux Hymenopteres s adrcsse le Meloe en 
question, pour cette raison qu aucune pseudo-chrysalide ou nymphe 
n a ete trouvec dans les cellules des Hymenopteres designes ci-dessus. 



xxxn liullcliit entomologique. 

Coiitraireiiient a cc qu on savait jusqu ici sur les mojurs des Meloe, 
qui rcslent jusqu a leur p- . developpcment dans les cellules oil elles 
out elu domicile, les pseu^- ^ ifysalides out toutcs etc trouvees en de- 
hors de ces cellules, renfermees dans des loges speciales. creusees evi- 
demment par la seconde larvc, qui, a son etat ultime, a abandonne 1 
cellule dont elle avail devore le contenu. 

M. Beauregard. qui prcsente une de ces loges renfermant encore 
une pseudo-chrysalide, s est assure de leur veritable nature. Elles sont 
mi peu renifonnes et n oiit pas la forme d outre si caracteristique des 
cellules des Autopliores. Leur paroi interne, au lieu d etre lisse et 
i evelue d un enduit hydrofuge, comme le sont ordinairement ces der- 
uieres, sont granuleuses et portent 1 emprcinte des sillons annulaires qui 
delimitent les segments du corps de la seconde larve des Meloe. Enfin et 
surtout, il ify a, dans ces loges, ni excrements, ni depouilles de larves. 
alors quc, dans le cas ou on serait en presence des cellules des Hyine- 
noptercs, le fond en serail rempli d un amas desseche d excrements au 
]iiilieu desquels il serail " ^ de retrouver les diverses mucs de la 
deuxieme larve, voire la de!^ lille du triongulin. 

Cette observation prouve doii ; que la deuxieme larve de Meloe au- 
tmunalis, se comportant tout autrement que celle des larves des Melw 
cicatricobus et proscarabxus, agit a la maniere de celles des Cantharis, 
que MM. Lichtenstein et Beauregard out toujours vues abandonner la cel 
lule de I Hymenoptere lorsqti elles en out epuise le contenu, pour aller 
terminer leur evolution dans une logette crousee plus ou moins profon- 
dement dans le sol. A co point de vue, comme sous d autres rapports, 
que notre colleguc se propose de developper dans une procliaine reu 
nion, les Meloe se montrent occnper une place intermediaire aux Zonitis 
et Sitaris, d une part, qui, toujours, accomplissent leur evolution entiere 
dans ies cellules des Hymenopteres, et les Cantharis. d autre part, qui, 
toujours. evoluent fmalement loin de ces cellules. Aux Cantharis, il 
convient de joindre, sous ce rapport, les Cerocoma, comme M. Beaure 
gard 1 a demontre anterieurement, et les Epicautn. 

A propos du developpement des Epicauta, notre collegiu 1 rappellc 
qu il est parvenu a elever Y Epicauta certicalis jusqu a la phase pseudo- 
chrysalidairc, en la nourissant d oeufs d Acridiens (JEdipoda cwrulescens 
et germanica). Ces experiences, qui verifiaient pour le seul Epicauta de 
nos pays les belles recherches laites par Bilex en Amcriqtie. lui pa- 
raissent devoir rtrc rappelees au moment ou notre savant colleguc 
M. Kimckel d Herculais se propose d etudier les parasites des Acridiens 
en Algerie. 



Seance du 13 fe vrier 1889. xxxm 

M. L. Bedel releve un lapsus assez grave qui s est glisse dans une 
des synonymies publiees par lui in ,4f-".$pc. ent. de France, 1888, 
p. 286 : -., .r.r, 

II faut lire, a 1 endroit indique, Pleurophorus ovipennis * Desbr. = 
Psammobius sabulosus Muls., au lieu de vulnemtus . 

M. A. Grouvelle adresse la diagnose d une espece nouvelle de 
Gucujide : 

HEGTARTHRUM ANGUSTATUM, nov. sp. Elongatissimum, fere cylin- 
dricum, nigrum, nitidum ; prothomce latitudine sesqui longiore, utrinque 
unistriato, margine basilari in medio incrassato et profunde sinuato ; 
elytro singulo quadrisulcato, sulco laterali suturali conjuncto, sulcis 2-3 
approximatis. Long. 2022 mill. 

lies Andaman. Cinq exemplaires communiques par le Musee de 
Calcutta. 

Cette espece se distingue de l Hectarthr : un>. ^revifossum Newm. par sa 
forme beaucoup plus etroite, presque/j^ llrique, et par la longueur 
relative de son prothorax, qui est njj^ " foils et demie plus long que 
large. 

M. Desbrochers des Loges adresse les diagnoses de uouvelles 
especes des genres Apion et Rhynchites : 

1. APION FAUSTI ($). Long. 2,5 mill. Ovale, minus convexum, 
nigrum, opacum, griseo-pubescens, antennis basi dilutioribus. Caput me 
diocre, oculis parum prominulis, fronte plana, obsolete striolata et punc- 
tata. Rostrum post medium tenuiter subulatum ac nitidum. Prothorax 
elongato-subquadratus, tenuiter punctatus, non sulcatus. Elytra humeris 
prominentibus, catenulatim sulcata, interstitiis sulcis vix latioribus, 
planis. Pedes graciliores. Caucasus. 

2. A. BIPARTIROSTRE ($). Long. 2,8 mill. Ovale, nigro-cyaneum, 
opacum, parce pubescens, antennis basi dilutioribus. Caput latins, oculis 
prominentibus } fronte pluri-striolata, ac punctata. Rostrum post me 
dium subabrupte cylindricum, punctatum, apice nitidum. Prothorax 
breviusculus, subquadratus, dense sat fortiler punctatus, tenuissime sul 
catus. Pedes elongati. Rossia meridionalis. 

3. A. DISTANS (d 1 ?). Long. 33,5 mill. Elongato-subellipticum, 
nigrum, elytris obscure cyantis, pedibus obscure ferrugineis, tenuiter pu- 

(1889) BullPtin de la Societe entomologique do France. 4 



xxxiv Bulletin entomologique. 

bescenSt Caput mediocre, indistincte punctatum, postice vix impressum 
fronte plana, oculis a latere prominentibus. Rostrum longius, arcuatum, 
subcylindricum, crassius ac brevius, supra subangulatim dilatatum () ; 
magis tenue, vix incrassatum ($) ; opacum, punctatum, apice ipso niti- 
dius. Antennse mediocres , articulis funiculi 2-7 conico-subquadratis. 
Prothorax subcylindrico-elongatus, parce punctatus, basi subfoveolatus. 
Elytra elongata, postice semi-rhombea, sulcis angustioribm, interstitiis 
subplanis, pluri-seriatim-pilosulis. Tibiw anticx intus dilatatw ac com- 
pressx (c?). Rossia meridionalis. 

4. A. FOSSICOLLE (<?). Long. 3,6 mill. Breviter ovalum, atrum, 
opacum, subglabrum, antennis piceis. Caput subconicum, fronle tristriata, 
postice parce punctata, oculis depressis. Rostrum robustum, valde arcua 
tum, insequaliter subcylindricum, parce punctatum. Antennse sat validse, 
ciliatse, articulis elongatis. Prothorax transversus, apice magis constric- 
tus, medio profunde foveolatim sulcatus, minus xqualis, grosse parcius 
foveolatus. Elytra subrotundata, sulcato-catenulata, interstitiis latiori- 
bus, planis. Syria. 

5. A. GANESCENS (d 1 ). Long. 2,2 mill. Statura A. ulicis, oblon- 
gum, nigrum, antennis tibiis omnibus femoribusque anticis testaceis, 
squamositate filiformi albida dense vestitum. Antenna concolores, graciles, 
articulo funiculi 3 oblongo. Prothorax brevis, basi vix, a medio apicem 
versus magis attenuatus. Elytra rectilineatim ampliata, striis tenuibus. 
Pedes graciliores. C&tera ut in A. ulicis d*. Syria. 

6. A. PROVINCIALE (?). Long. 3,6 mill. A. voraci afflnis, ovatum> 
nigro-cyaneum, opacum, griseo-pubescens. Caput subtransversum, oculis 
majoribus, subprominulis, fronte striata ac punctata. Antenna ante me 
dium inserts, picesR, articulo 1 funiculi elongato, cxteris obconicis. Ros 
trum longum, subrectum, Iseve, nitidum. Prothorax vix transversus, 
antice modice attenuatus, fortiter punctatus, medio sulcatus. Elytra 
minus elongata, convexa, dilatata, interstitiis planis. Gallia meridio 
nalis. 

7. A. ANDALUSIACUM (?). Long. 3,5 mill. Forma, statura et color 
pr&cedentis ; differt oculis hand prominulis, oblique sitis, rostro regular- 
riter arcuato, antennis tenuibus, articulis ultimis latitudine valde lon- 
gioribus, prothorace tenuiter punctato, sulco basi non foveolato, elytris 
post humeros rectilineatim ampliatis. Andalusia. 

8 A. LONGITUBUS. Long. 2,2 mill. A. seniculi et elongati inter- 



Seance du 13 fe vrier 1889. xxxv 

medium. Elongatum, sat angustum, nigrum, opacum, griseo-pubescens. 
Caput minutum, oculis depressis, obliquis, fronte pluristriata, postice 
punctata. Rostrum elytrorum longitudini fequale, filiforme, arcuatum, 
punctulatum, posterius nitidius. Antenna basi diluliores, scapo arti- 
culis 3 sequentibm subsequale. Prothorax trans versus, a later e non dila- 
tatus. Elytra subparallela, striis angustis, tenuibus. Hispania. 

9. A. ANGUSTISSIMUM. Long. 3 mill. Anguste-elongatum, ni 
grum, opacum, antennis pedibusque ferrugineis, griseo in elytra serie- 
pubescens. Caput elongatum, vix punctulatum, oculis vix prominulis, a 
thorace valde distantibus. Rostrum longum, validum, arcuatum, opa 
cum, punctulatum, supra vix incrassatum. Antennas minus validw, 
paulo post basin inserts, articulo funiculi 1 elongato, cssteris submoni- 
liformibus. Prothorax cylindrico-subquadratus, punctatus, obsolete sul- 
catus. Elytra angusta, subparallela, thorace plus triplo longiora. sulcis 
punctatis interstitiis vix angustioribus. Pedes sat graciles inermes (c? ?). 
Caucasus. 

10. A. LONGITHORAX. Long. 4,5 mill. Oblongo-ovale, miniato- 
pallidum, tenue griseo-pubescens. Caput latum, postice impressum, vix 
ampliatum, grosse punctatum, oculis magnis, prominulis, a prothorace 
valde distantibus. Rostrum elongatum, validum, regulariter arcuatum, 
punctatum. Prothorax longus, parum convexus, a latere non ampliatus, 
apicem versus vix attenuatus, basi obsolete longitudinaliter sulcatus, 
modice punctatus. Elytra elongatiora, minus convexa, sulcis angustio 
ribus, interstitiis subplanis, punctulatis. Algiria. 

11. RHYNCHITES (DEPORAUS) PODAGER (d 1 ). Long. 4 mill. Oblon- 
gus, cyaneus, cinereo-pubescens. Caput subquadratum, basi constrictum, 
oculis prominentibus. Rostrum brevius. Antennas nigrw, articulis elon- 
gatis. Prothorax subtransversus, nitidus, sat crebre punctatus, medio 
sulcatus. Elytra profunde striato-punctata, interstitiis angustis. Femora 
postica valde inflata tibiseque posticx arcuatte, intus denticulate. 

Syria. 

E. D. 



Bulletin bibliographique 

Acade mie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I ), 
1889, l er sem., u os 3 et 4. Q 



xxxvi Bulletin cntomologique. 

Agricultural experiment Station (Bulletin of the), 1888, IIL -- COM- 
STOGK. I. The insectary of Cornell University ; II. On preventing the 
Ravages of Wire- Worms ; HI. On the destruction of the Plum Cur- 
culio by Poisons. 

-American entomological Society (Transactions of the). 1888, vol. XV, 
n 4. S. W. WILLISTON. Diptera brasiliana ab H. H. Smith col- 
lecta, part I, StratiomyidaB, Syrphidae. ALBERT BONZON. Descrip 
tion of a Larva of Papilio Gundlachianus two days previous to its 
transformation into a chrysalis. CLARENCE M. WEED. Descriptions 
of some new or little known Microgasterina?. Jos. Me FARLAND. A 
table of the species of Vespa found in the United States, with des 
criptions of two new species. C. J. GAHAN. Notes on some types 
of North American Cerambycida; in the British Museum. G. H. 
HORN. Additional Notes. M. JACOBY. Notes on some North Ameri 
can Species of k Halticime (Group Monoplati). G. H. HORN. Sup 
plementary Notes. 

Bulletin d Insectologie agricole, l er Janvier 1889. J. FALLOU. Note sur 
les degats causes par la larve d un Diptere : le Bibio hortulanus 
ou Bibiou prccoce. A. WALLES. Le Nematus ventralis Say. 
J. LIGNIERES. L Araignee et son fil. J. B. MAITRIER. VAcarus du 
poulailler. 

Echange (L J, 11 49, 15 Janvier 1889. C. KEY. Larves de Coleopteres 
(suites). ID. Remarques en passant. ID. Insectes trouves dans 
un clos de 5 hectares (Suppl.), 1888. RICHARD. Notes d entomo- 
logie agricole algerienne. 

Entomologische Nachrichten, XV, 1889, H. HI. E. REITTER. Ueber- 
sicht der Arten der mil Oxythyrea Muls. verwandten Gattungen aus 
Europa und den angreuzeuden Landern. L. GLTESER. Mittheilung 
von Beobachtungen der Ahornblattlaus (Aphis aceris L.). F. KARSCH. 
Verzeichniss der im Jahre 1887 als neu beschriebenen recenten In- 
sectenarten Deutschlands. 

Entomologist s monthly Magazine (The), n 297. A. C. F. MORGAN. 
Observations on Coccidai (n 3), pi. W. WARREN. A rejoinder on 
Retinia posticana Zctt. Rev. CANON GOWLER. Notes on certain 
species belonging to the genus Ceutorrhynchus Germar. W. P. 
DISTANT. Description of a new species of neotropical Capsidte. 
M. JACOBY. Descriptions of some new species of phytophagous Coleo- 
ptera. R. C. L. PERKINS. Is Sphecodes parasitic? A. H. JONES. 



Seance du 13 fe vrier 1889. xxxvu 

Notes on Lepidoptera in the south of France. HERMAN ALBARDA. 
Notes on Psocus obscurus Rambur. R. H. MEADE. Anthomyia 
Marshami Stephens. Notes diverses. 

Feuille des Jeunes naturalistes, n 220. E. SIMON. Synopsis des Fau- 
cheurs (Opiliones) de la faune parisienne. Communications. 

Insect Life. vol. I, n 7, 1889. A contribution to the Literature of 
fatal Spider bites (fig.). D r E. DUGES. Description of Leonid Ri- 
leyi, a new Meloid genus near Hornia (fig.). C. HART MERRIAM. 
On the emasculating Bot-Fly (fig.). Extracts from correspon 
dence. 

Naturaliste (Le), l er fevrier 1889. CH. HAURY. Le Carabus auronitens. 
ALLARD. Diagnoses de Coleopteres nouveaux. P. CHRETIEN. Les 
premiers etats du Syrichtus Sao. P. DOGNIN. Diagnoses de Lepi- 
dopteres nouveaux. 

Psyche, vol. V, n 153, 1889. G. F. ATKINSON. Notes on Protective 
Resemblances in Spiders. C. G. SOULE. Description of Eggs and 
Larva of Apatelodes torrefacta. .1. HAMILTON. Electric light cap 
tures. G. DIMMOCK. Effect of Consanguinity in Lepidoptera. 
ID. Packard s Entomology for Beginners. S. H. SGUDDER. Inaccu 
rate figure of a Butterfly s egg. HOLMES HINKLEY. Maculation and 
Pupation of Smerinthus exwcatus. 

Reals Accademia del Lincei (Atti delta), 1888, 2 e sem., fasc. 6, 7, 8. Q 
N 9. W. GIESBRECHT. Elenco dei Copepodi raccolti dal tenente 
di vascello Gaetano Chierchia durante il viaggio della R. Corvetta 
Vet tor Pisani negli anni 1882-1885, e dal tenente di vascello 
Francesco Orsini nel mar Rosso, nel 1884. 

Revue des travaux scientifiques, 1889, t. VIII, n os 6 et 7. 

Royal Society (Proceedings of the), n os 273 et 274. Q 

Sociedad espanola de Historia natural (Anales de la), t. XVII, cuad. 3, 
1888. M. CAZURRO Y Ruiz. Enumeracion de los Ortopteros de 
Espana y Portugal. 

Societe entomologique de Belgique. 1 Annales, 1887, t. XXXI. 
E. DE SELYS-LONGCHAMPS. 1 Odonates de 1 Asie Mineure et revision 
des autres parties de la faune dite europeenne ; 2 Revision des 
Odonates de I Asie septentrionale, du Japon et de 1 Afrique septen- 
trionale ; 3 Liste des Odonates de 1 Europe geographique. 
L. FAIRMAIRE, Coleopteres de 1 interieur de la Chine, D r E. DU 
GES. Metamornhnses de quelques Coleopteres du Mexique (pi.). 



xxxvin bulletin entomologique. 

W. DOKHTOUROFF. Materiaux pour servir a 1 etude des Cicinde- 
lides ; IV. AUG. LAMEERE. Le genre Rosalia. I. BOLIVAR. Essai 
sur les Acridiens de la tribu des Tettigidrc (pi.). A. BERGE. 
Des couleurs metalliques chez les Insectes et specialement chez les 
Coleopteres. 

2 Compte rendu, 5 Janvier 1889. L. FAIRMAIRE. Diagnoses de 
Coleopteres madccasses. A. PREUDHOMME DE BORRE. Gonseils pour 
1 etude des Palpicornes aquatiques. 

Societe linne enne du nord de la France (Bulletin de la), 1888, n 196. 
CH. COPINEAU. Collections instructives d Insectes. N 197. Q 



FALLOU (J.). Sur les ravages causes par deux insectes nuisibles des en 
virons de Paris (Valgus hemipterus et Molites coronatus) (Rev. Sc. 
nat. appl.), 1889, 7 p. * 

MEUNIER (VICTOR). Article sur une communication dc M. J. Kiinckel 
d Herculais faite a la Societe entomologique de France au sujet de la 
mission dont il a ete charge par le gouvernement (Rappel du 5 fevrier 
1889). 

PLATEAU (FELIX). Recherches cxperimentales sur la vision chez les 
Arthropodes, 5 e partie : a. Perception des mouvements chez les 
Insectes. b. Addition aux recherches sur le vol des Insectes aveu- 
gles. c . Resume general. (PL). (Bull. Acad. roy. Belgique, t. XVI, 
n 11), 1888, 65 p. * 

PREUDHOMME DE BORRE (A.). Sur le Bembidium bigultatum Fab. et les 

formes voisines (C. R. Soc. ent. Belg.), octobre 1888, 6 p. * 
ID. Liste des Passalides recueillis en 1872 par feu Camille van Volxem 
pendant son voyage au Bresil (loc. cit.), mai 1888, 2 p. * 

WESTWOOD (Prof. J. 0.). Two new species of the Coleopterous genus 

Acanthocerus (Not. Leyd. Mus., vol. V), 1882, 2 p. * 
ID. Descriptions of some new exotic species of Coleopterous Insects 

(Trans, ent. Soc.), 1876, 3 p., 1 pi. n. * 
ID. Descriptions of some new exotic species of Lucanida3 (Trans, ent. 

Soc.), 1871, 22 p., 2 pi. n. * 
ID. Descriptions of some new exotic species of Moths (Zool. Soc. Loud.), 

1881, 5 p., 2 pi. col. * 
ID. Entomological notes (Trans, ent. Soc.), 1877, 9 p., 1 pi. n. * 



Seance du 27 fe vrier 1889. xxxix 

WESTWOOD. Illustrations of several additional species of Lucanidas in 
the Collection of major F. J. Sidney Parry (loc. cit.), 1874, 7 p,, 
1 pi. n. * 

ID. List of Diurnal Lepidoptera, collected in Northern Celebes by 
D r Hickson (loc. cit,), 1888, 9 p., 1 pi. col. * 

ID. Observations upon species of Curculionidae injurious to Cycadse, 
especially to plants of the genus Zamia (Ann. Soc, ent. Belg.), 1886, 
5 p., 1 pi. n. 

ID. Notes on the life-history of various species of the Neuropterous 
genus Ascalaphus (Trans, ent. Soc.), 1888, 12 p., 2 pi. n. * 

ID. Nota3 dipterologicse : N 1. Bombyln at Pompeii, 3 p. N 4. Mo 
nograph of the genus Systropus, with notes on the economy of a new 
species of that genus (Trans, ent. Soc.), 1876, 9 p., 1 pi. n. * 

ID. Notice of a Tube-making Homopterous Insects from Ceylon (loc. 
cit.), 1886, 5 p., 1 pi. n. * 

ID. On Cetonia aurata and Protxtia Bensoni (loc. cit.), 1880, 2 p. * 

ID. On two Gynandromorphous specimens of Cirrochroa Aoris Dou- 
bleday, an Indian species of nymphalideous Butterflies (loc. cit.), 
1880, 4 p., 1 pi. col. * 

ID. Observations on the Hymenopterous genus Scleroderma Klug and 
some allied groups (loc. cit.), 1881, 24 p., 4 pi. n. * 

A. L. 



Seance du 27 fevrier 

Pr6sidence de M. le D^ ALEX. LABOULBfiNE 

Membres recus. 1 M. Henri Caracciolo, Customs, Port of Spain ? Tri 
nidad, B. W., 1 (Antilles) (Cole optens, Le pidopteres, Reptiles}, presente 
par M. A. Leveille. Commissaires rapporteurs ; MM. Alluaud et 
Massue ; 

2 M. Johan-Alfred Wistrom, docteur en philosophic,* R. V. 0, pro- 
fesseur d histoire naturelle au Lycee, a Hudihsval (Suede) (Entomologie 
generate, surtout Le pidopteres et Cole opteres), presente par M. Ragonot. 
Commissaires rapporteurs : MM. Mabille et Poujade. 

Candidats presenters. 1 M. Peter Olsson, >&, docteur en philosophic, 
professeur au Lyce"e, a Ostersund (Suede) (Crustace s), presente" par 



XL Bulletin entomologique. 

M. Maurice Sedillot. Commissaircs rapporteurs : MM. Milne-Edwards 
et Desmarest ; 

2 M. Emil Sandin, officier de la Banque de Credit scandinave, a 
Gothembourg (Suede) (Entomologie generate, surtout Cole opteres pale- 
arctiques), presente par MM. Maurice Sedillot et Thomson, de Lund. 
Gommissaires rapporteurs : MM. Alluaud et Leveille. 

Prix Dollfus. Conformement au Reglement, la Societe precede au 
scrutin pour la nomination du laureat de 1888. 

Quarante-sept membres franc, ais prennent part au vote, soit directe- 
ment, soit par correspondance. Ce sont : 

MM. Alluaud, Edm. Andre, Ern. Andre, Baer, Bedel, 
Berthelin, Bourgeois, Brongniart, Cayol, Clement, Constant, 

1 abbe Courage, Daguin, Desmarest, Em. Deyrolle, 
Ebrard, Fallou, Fleutiaux, D r Fumouze, Gadeau de Kerville, 

Gazagnaire, Gehin, Goossens, J. Grouvelle, Ph. Grouvelle, 

Heultz, Jourdheuille, D r Laboulbene, Lamey, Lefevre, 

1 abbe Lelong, Lesne, Leveille, Lucas, Mabille, Massue, 

Ch. Millot, Mocquerys, Pandelle, Perrin, Poujade, 
D r Puton, Rouast, Sainte-Claire-Deville, Salle, Sedillot, 
D r Senac, 

Les suffrages se sont ainsi repartis : 

M. J. Perez 46 voix. 

bulletin blanc 1 

En consequence, M. J. Perez, professeur a la Faculte des sciences de 
Bordeaux, en raison de son ouvrage intitule : Les Abeilles, faisant partie 
de la Bibliotheque des Merveilles, est proclame laureat du Prix Dollfus 
pour 1888. 

Lectures. M. le D r Maurice Regimbart adresse la notice necrologique 
sur Eugene Bellier de la Chavignerie qu il avait ete charge de rediger 
par la Societe. M. A. Leveille donne lecture de cette notice, dont I im- 
pression est decidee dans le quatrieme numero des Annales de 1888. 

M. Leon Fairmaire transmet, par 1 entremise de M. Cayol, un me- 
moire ayant pour litre : Cole opteres nouveaux de Vinte rieur de la Chine, 
5 e partie. 

Communications. Nos collegues MM. G. H. French, de Carbondale, 
Illinois (Etats-Unis d Amerique), et P. R. Hoy, de Racine, Main street, 






Seance du 27 fevrier 188$. XLI 



902, Wisconsin (Etats-Unis d Amerique), adressent leurs photographies 
pour 1 un des albums de la Societe. Elles porteront les n os 413 et 414 de 
la collection. 

M. le D r Maurice Regimbart adresse une note sur los Hydroporus 
du groupe du pyrenseus : 

M. Fauvel, qui redige en ce moment le Catalogue des Dytiscidx de 
la faune gallo-rhenane, m ayant demande mon opinion sur r Hydroporus 
pyrenteus Wehncke, qu il pensait pouvoir etre identique a YH. longulus 
Muls., je me suis adresse a M. Rene Oberthiir, qui possede les types 
de la collection Wehncke et qui les a mis obligeamment a ma disposition 
ainsi que plusieurs autres especes du meme groupe. Voici le resultat de 
Petude que j en viens de iaire : 

1 HYDROPORUS CBLATUS Clark ? Long. 31/4 a 3 2/3 mill. Forme 
courte, trapue, ovale, non oblongue comme elle Test chez P//. melana- 
rius Stm., dont il est le plus voisin ; couleur plus brillante, d un brun 
chatain, avec une teinte ferrugineuse plus claire sur la tete, le pronotum 
et sou vent aussi les cotes des elytres ; ponctuation tres forte, peu serree, 
plus fine sur le disque du pronotum, sans y etre obsolete, reticulation 
ires fine, mais bien apparente ; pattes rouges ; antennes assez greles. 

J ignore si cet insecte, bien distinct, est reellement le celatus Clark, 
n ayant pas vu le type. II parait tres rare. Je n en possedais que deux : 
Pun etiquete France meridionale ,et Pautre Corse? , mais M. Marcel 
Vauloger de Beaupre Pa capture dans la Gironde, en 1887, dans des 
mares herbeuses et limpides, en compagnie de YH. Gyllenhali Schiodte. 

2 HYDROPORUS LONGULUS Muls. (CELATUS Sharp). Long. 3 a 3 3/4 
mill. Forme ovale-oblongue, parfois subparallele ; couleur noire, 
plus ou moins brillante, avec une bande transversale rouge en arriere 
de la tete et une teinte ferrugineuse plus ou moins apparente vers les 
bords et le sommet des elytres ; pubescence courte ; reticulation bien 
apparente, ponctuation forte, assez peu serree, sensiblement plus fine 
sur le disque du pronotum, mais plus rugueuse et plus irreguliere vers 
la base et les angles posterieurs, ou se remarque un$ depression tres 
sensible etendue transversalement ; pattes et antennes rouges, celles-ci 
epaisses, a articles presque globuleux. 

Des types du D r Sharp me permettent d etablir surement Pidentite de 
cet insecte, qui parait tres repandu : Thuringe ; Cantal, Pyrenees ; 
Espagne. 



XLII Bulletin entomologique. 

Var. NEVADENSIS Sharp. Race de grande taille (3 3/4 mill), cap- 
turee en juillet 1879 par MM. R. Oberthur, L. Bleuse et Sharp dans la 
Sierra Nevada, a la fois sur le cote de Lanjaron et sur le cote de Huejar ; 
ne different du type quo par la taille un peu plus allongee (forme qui se 
retrouve aux Pyrenees) et par la ponctation plus fine, mais non pas 
nulle, du disque du pronotum. 

3 HYDROPORUS REGULARIS Sharp. Long 31/4 a 3 1/3 mill. Forme 
allongee, oblongue, subparallele ; couleur noire ou noiratre, assez bril- 
lante, avec une bande rouge en arriere de la tete et une teinte ferrugi- 
neuse claire sur les bords du pronotum et des elytres, qui sou vent sont 
entitlement envahies par cette couleur ; pubescence courte, mais tres 
evidente ; reticulation bien marquee ; ponctuation assez forte et assez 
serrce, plus fine sur le disque du pronotum, dont les cotes sont arques, 
surtout en arriere, ce qui determine un angle thoraco-elytral tres accuse ; 
pattes et antennes rousses, celles-ci un peu epaisses. 

Corse. 

4 HYDROPORUS PYRENJ:US Wehncke. Long. 3 l/o a 3 1/2 mill. 
Forme oblongue-ovale, subparallele ; couleur noire, assez brillante, avec 
une bande rouge en arriere de la tetc et une teinte ferrugineuse enva- 
hissant plus ou moins les elytres ; pubescence assez longue, couchee et 
tres evidente ; reticulation moins apparente ; ponctuation assez ecartce, 
bien nette, plus fine sur le disque du pronotum, dont le milieu est sou- 
vent lisse et dont la depression de chaque cote de la base est assez 
accusee et plus rugueusement ponctuee ; pattes d un roux ferrugineux 
obscur; antennes de me"me couleur, plus claires a la base et peu 
epaisses. 

Pyrenees-Orientales. 

Cette especo, surtout distincte par la coloration sombre de ses pattes 
et sa pubescence developpee, presente a peu pres la forme de 147. regu- 
laris, sans avoir les cotes du pronotum arques ; elle se rapproche beau- 
coup de VH. nivalis Heer, mais s en distingue par sa taille plus petite et 
par sa ponctuation beaucoup moins dense. 

M. Edouard Blanc communique la description d une nouvelle espece 
de Bruchide de Tunisie : 

On salt qu il existe dans la partie centrale de la Tunisie, mi-distance 
entre Sfax et Gafsa, une for6t de Gommiers (Acacia tortilis Hayne) qui 
constitue un exemple tres curieux d aire disjointe ; les graines de ces 






Seance du %7 fevrier 1889. XLIII 



Gommiers sont attaquees par im insecte du genre Bruchus Lin. = My- 
labris 0. F. Miiller. 

Get insecte, recueilli et rapporte pour la premiere fois par MM. Dou- 
met-Adanson, le D r Bonnet et Valcry Mayet, membres de la Mission 
scientiflque de Tunisie, a ete decrit ou plutot signale en 1881 par notre 
savant collegue M. Fairmaire (1) sous le nom ftalbosparsus Fahrs. (2). 
Or, 1 espece de Tunisie est toute differente de celle de Gafrerie, et en 
voici les caracteres d apres des individus recueilli s par moi et parfai- 
tement adultes, tandis que les exemplaires rapportes anterieurement 
par la Mission de Tunisie etaient gencralement immatures. 

MYLABRIS (s. str.) AURIVILLII, n. sp. Inferne ssquali pubescentia, 
sericea, griseo-cinerascente parumque rufescente omnino vestitus. Cor 
pus superne pariter pubescens, griseo-argentatum atque, super prutho- 
racem et elytra, nigris rufisque macnlis variegatum. Tegumentis abdo- 
minis nigris, tegumentis elytrorum nigro rufoqne variegatis. Antennis 
prorsus rufis, pubescentia albida, sat rara, indutis, compressis sensimqne 
dilatatis a quarto articulo usque ad ultimum. Pedibus itidem pubescen- 
tibus, eorum tegumentis omnino rufis, prteter ultimum tarsale articulum, 
quod nigrum, sicut apex femorum et tibiarum, juxta articulamenta. 
Femoribus posticis haud spinosis, sed ad marginem internum carina una 
armatis, qux postice in mucfonem quemdam desinit. Tibiis posticis haud 
compressis, intus bicarinatis. Articulo primo tarsorum posticorum, sicut 
in toto genere, longissimo pariter bicarinato, carinis infra in spinulam 
desinentibus. Prothorace conico, prorsus pubescentes, nigro et griseo-rufo 
variegato, in parte posteriori sat inflato et sinuato, lobo antescutellan 
valido ; linea media alba ; in utroque later e maculis tribus albis, orbicu- 
latis, sxpius parum distinctis. Elytris subparallelis, striatis, striarum 
intervallis ex sutura imparibus elatioribus quam paria, prater primum 
intervallum, juxta-suturam, quod angustissimum. His imparibus inter 
vallis, prwter primum, interrupts ab amplis maculis nigris, velutinis, 
fere tessellatim dispositis ; est prscterea ampla suturalis macula, media, 
nigra, haud procul ab elytrorum apice; paribus ordine intervallis, qux 
angustiora sunt, nee maculatis, at prorsus unimodo griseo-villosis ; sed 
unumquodque eorum in medio tota longitudine, puncta elongata denudata 
uniseriatim disposita prxbet. Long. 1 3/4 3 1/2 mill. 

(1) Cf. Fairmaire, Revue et Magasin de Zoologie (1879), publ. separat., 1881, 
p. 30. 

(2) Cf. Fa rhseus in Schdnherr (1839). La diagnose donn^e par Fairmaire, 
loc. cit., parait n ^tro qu un extrait abrege de celle de FaThaeus. 



XLIV Bulletin entomologique. 

J insiste dans cette description sur la forme des pattes, qui constitue 
la base de la classification adoptee par Baudi (Natur. Sicil., 1886). 

Je dedie cot insecto a M. Ch. Aurivillius, le savant entomologiste 
suedois, grace a la complaisance de qui Pun des exemplaires que j ai 
rapportes a pu etre compare au type du Bruchus albosparsus Fahrs. 
(Musee de Stockholm). 

Le M. Aurivillii doit prendre place aupres du M. irresecta Fahrs. 
= obtecta Say, dans la section des vrais Mylabris (Baudi) ; mais 1 in- 
secte tunisien se distingue de ce dernier, non seulement par les carac- 
teres enonces ci-dessus, mais aussi par sa forme plus carree et plus 
courte, par la grosse tache noire suturale des elytres, etc. 

Cette espece est d ailleurs absolument differente de celle (M. gamma 
Chevrolat, in litt.} qui vit a Biskra sur les Acacia exotiques, avec lesquels 
elle a ete probablement importee. 

Le M. Aurivillii eclot au mois d aout on au commencement de sep- 
tembre, et sort du fruit en percent la gousse en face de chaque graine, 
generalement apres que les fruits sont tombes de 1 arbre. 

M. Albert Leveille donne les rectifications synonymiques suivantes 
sur la famille des Temnochilides : 

I. Possedantle type du Temnochila metallica Perch., 1836 (collec 
tion de 1 auteur), etiquete de sa main et conforme a la figure tres exacte 
du Genera des Insectes (fasc. IV, pi. 14), j ai constate qu il etait identique 
au T. mexicana Reitt., 1875 ; ce dernier doit done passer en synonymic. 
Quant a 1 espece deprimee, subelargie posterieurement, d un vert me.- 
tallique, variant du dore au bleuatre et d un aspect soyeux, que Foil 
rapportait par erreur au T. metallica Perch, dans toutes les collections, 
elle doit changer de nom, et je propose de lui donner celui de plani- 
pennis. 

II. Motschulsky a decrit (Bull. Nat. Mosc., 1863, II, p. 508) quelques 
Peltides, tres faciles a reconnaitre malgre la brievete de leurs descrip 
tions, dont il n est fait mille mention dans les auteurs qui se sont occu- 
pes de ce groupe. J ai pu identifier avec certitude deux especes ameri- 
caines : la premiere, americana Mots., dont j ai trouve plusieurs 
exemplaires dans la collection A. Grouvelle et qui appartient au genre 
Lophocateres Sidn. Olliff.; la deuxieme, pallida Mots., a une synonymic 
assez compliquee que j etablis ainsi : 



Seance du 27 fe vrier 1889. XLV 

Ostomodes pallida Mots. (1863) pilosula Crotch, 1874, = lagrioides 
Reitt., 1876, = Dohrni Reitt., 1877. 

Le type de I Eronyxa lagrioides Reitt., que j ai examine dans la col 
lection A. Grouvelle, est un insecte depile, ecrase et completement 
meconnaissable ; les ongles des tarses que 1 auteur dit etre connati , 
ne doivent cette disposition apparente qu a un fait accidentel. Le genre 
Eronyxa Reitt. (1876), bien qu anterieur a Ostomodes (1877) du meme 
auteur, ne saurait etre conserve, puisqu il est base sur un caractere 
faux : unguiculi connati . 

III. Ainsi que lo pressentait M. E. Reitter (Syst. Einth. Trogos. 
Briinn., 1876, p. 19), son Airora clivinoides est synonyme de Tr. longi- 
collis Guer. (Icon. Regne anim., 1846, p. 200), qui reprend sa place au 
catalogue. J ai vu le type dans la collection de M. Salle. 

IV. G est par erreur que Temnochila barbata Lee. a ete place par 
Reitter en synonymie de T. ebenina Blanch.; cette espece, dont j ai vu 
un exemplaire typique dans la collection Salle, en est parfaitement 
distincte. 

M. Cliarles Alluaud, qui etudie en ce moment la tribu africaine 
des PYCNOCERIDES (Coleopteres Heteromeres), fait les remarques sui- 
vantes : 

1 De Laporte, dans le Magasin de Zoologie, 2 e annee (1832), Essai 
d une classification syste matique de I ordredes He mipteres, p. 37 (pagination 
speciale), decrit un genre Odontopus pour un Hemiptere de la famille des 
Pyrrhocorides. Ce memoire, que Stal (Hemipt. afric., t. Ill, p. 6) indique 
comme de 1832, est, dans tous les cas, anterieur a mars 1833, epoque 
de publication de la derniere livraison de la 2 e annee du Magasin de 
Zoologie (voir Preface, p. vn). D un autre cote, Silbermann, dans sa 
Revue entomologique, t. I (1833), cree un genre Odontopus pour des 
Goleopteres Heteromeres, dans un memoire qui porte le n 3 ct est date 
d avril 1833. [Le meme auteur, dans une note mouographique sur le 
genre Odontopus , parue ulterieurement (Strasbourg, 1834), donne, 
evidemment par erreur, la date de mai 1832 pour son premier memoire 
(page 6 de la note monogr.); il faut lire : 1833.] 

II resulte que le genre de de Laporte a la priorite sur celui de Siiber- 
manii, qui doit disparaitre. Notre collegue propose pour le remplacer 
le nom d Odontopezus Gh. Alluaud. Etym. : o 8ou, O VTOS, dent; r.l^ t 
pieton. 



XLVI Bulletin entomologique. 

2 Le genre Aspidosternum Maklin, dont plusieurs auteurs (Gerstacker, 
Harold, Dohrn, etc.) ont deja signale 1 affmite avec les PYCNOCERIDES, 
doit, selon M. Ch. Alluaud, a coup sur etre distrait des STRONGYLIDES, 
dont les principaux caracteres 1 eloignent, et prcndre place a cote 
tfOdontopezm avec Mutallonotus (Gray) Westw. II doit memo etre reuui 
a ce dernier genre, dont il semble impossible de le separer, meme par 
le plus petit caractere generique valable. Le genre Metallonotus ayant 
ranteriorite, la synonymic s e tablit ainsi : 

Metallonotus [Gray, Griff, anim. Kingd., II (1832), pi. 80, fig*. 4]. 
Westw., Trans. Zool. Soc., Ill (1843), p. 220. 

Aspidosternum Maklin, Act. Fenn., 1864, p. 392 (Mon. der Gatt. 
Strongylium). 

Odontopus (pars) Pascoe, Ann. Nat. Hist., se rie 4, t. VIII, p. 356. 

[Pezodontus Dej., Catal., 3 e ed., p. 225.] 

NOTA. M. Ch. Alluaud, preparant tin travail d ensemble sur les PYC 
NOCERIDES [genres Metallonotus (Aspidosternum), Odontopus, Calostega, 
Prioscelis, Chiroscelis, Pycnocerus, Dinoscelis Gerst. et Catamerus Fairm.j, 
sera reconnaissant aux entomologistes qui voudront bien lui adresser 
des observations ou lui communiquer des types de leurs collections. II 
est a leur disposition pour la determination des especes composant les 
susdits genres. 

M. Paul Mabille presente un dessin de la chenille de r Urania 
rtpheus Drury : 

La de couverte de cettc chenille est due au R. P. Camboue, mission- 
naire a Madagascar, et qui s occupe d une maniere remarquable des 
insectes de cette grande ile ; elle n apporte pas toute la clarte desirable 
sur un point difficile de la classification. II etait impossible d admettre, 
il est vrai, que l (7. ripheus eut pour chenille la creation imaginaire 
qu avait acceptee Boisduval ; inais sa connaissance ne tranche pas net- 
tement la question. C est une chenille a 16 pattes, d un blanc soufre, 
poiritillee de noir et portant sur les anneaux quatre longs poils clavi- 
formes, noirs; les trois premiers anneaux sont noirs et la tete est 
jaune. 

II semble tout d abord facile d assigner une place a 1 insecte, mainte- 
nant que tous ses etats sont connus ; mais il n en est rien. En effet, trop 
peu de chenilles ont ete etudiees dans les pays etrangers a 1 Europe ; en 
outre, Poauf de V Urania est a cotes comme celui des Noctuelites. 



Seance du 27 fevrier 1889. XLVH 

M. G.-A Poujade, en moritrant des Papilio, dit : 

II y a quelques annees, le Museum regut un lot de Lepidopteres de 
Java, envoyes en papillotes par M. dc ta Saviniere. Parmi ces insectes, 
so trouvaient un certain nombre de Papilio Pammon Lin., dont les 
deux sexes sont tollement diffe rents que Linne considera la femelle 
comme une espece distincte qu il appela Polytes. En les examinant, 
M. H. Lucas me fit remarquer que certains individus, paraissant etre 
des males, etaient reellement des femelles a forme masculine, bien re- 
connaissables a leur abdomen moms aigu et mm terrnine par les fortes 
valves si caracteristiques des males. Ce sont ces individus que j ai 1 hon- 
neur de faire passer sous les yeux de la Societe ; sur dix-huit femelles, 
il y en a six a forme de male. Boisduval (Spec, gener. des Lepidopt., 
1836), s etait aulrefois aperc.u de ce fait ; mais les individus examines, 
ayant les abdomens recolles, ne lui donnerent aucune confiance. Depuis, 
A. R. Wallace (Of the Papilionidce of the Malayan Region. The Transac 
tions of the Linnean Society, 1865) a decrit et figure des P. Pammon $ a 
forme et coloration du male, qui ne different de ce dernier que par une lu- 
nule rouge, place e pres de Tangle anal, sur les ailes inferieures et, plus 
rarement, par une serie de lunules rouges, submarginales, comme chez 
les femelles typiques. On peut voir, parmi les six femelles ici presen 
tees, qu il y en a deux absolument semblables aux males. Chez ces 
femelles, que Ton pourrait appeler aberrantes, le ton brun du fond des 
ailes est un peu moins vif et peut-etre plus saupoudre d imperceptibles 
atonies jaunatres. 

C est ici le cas de rappeler que le P. Pammon, qui se trouve dans 
la Chine, les Indes, aux Celebes, aux Philippines, etc., est potirvu de 
queues souvent tres developpees, dans les deux sexes, lorsqu il ha- 
bite les continents, tandis que, dans les iles, cette espece ne possede, 
chez les males, qu une petite queue ou meme une simple denticulation 
un peu plus accentuee que les autres ; exemples : les individus javanais 
deja cites. J ai sous les yeux des males des Celebes, de Mindoro et 
de Manille qui out les deuticulations des ailes inferieures toutes egales, 
disposition qui se retrouve egalement chez une femelle a forme de male 
provenant de cette derniere localite. 

Chez une espece tres voisine, le P. Nicanor Feld., des Moluques, qui 
n est peut-etre qu une race locale sans prolongement caudiforme du 
P. Pammon, la meme aberration se produit, ainsi que vous pouvez le 
constater par ce sujet femelle entierement pareil au male que je pre- 
sente egalement a votre examen. 



XLVIII Bulletin rntomologique. 

M. J.-M.-F. Bigot ecrit d Alger ce qui suit : 

Dans Wiener Entomolog. Zeitung, 1889, p. 5, je lis une notice de 
M. le comte von Roder que je ne puis laisser sans replique. Cette note 
(ou, soit dit incidemment, j ai le regret de trouver, ligne 8 e , un certain 
Wiederum, encore ou de nouveau absolument superflu) a pour motif la 
refutation de mon ancien Goniorhyncus castaneus, qu on assimile a la 
Myopa clausa (Loew). Or, je ne partage pas cette opinion, en raison de 
la conformation spe ciale de la premiere cellule poste rieure de Vaile, carac- 
tere, entre autres, tres suffisant, a mes yeux, pour 1 etablissement, non 
pas d une simple varie le, mais bien d une espece, sensu proprio. 

E. D. 



Bulletin bibliographique 

Acade mie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I ), 
1889, l er sem., n 5. CH. BRONGNIART. Les Blattes de 1 epoque 
houillere. N 6. KUNCKEL D HERCULAIS. Les Acridiens et lenrs 
invasions en Algerie. N 7. Q 

Academic impe riale des Sciences de Saint-Pe tersbourg : 1 Bulletin, 
1888, t. XXXII, n os 2, 3 et 4. Q 
2 Me moires, 1888, t. XXXVI, n os 1 a 8. Q 

Entomologische Nachrichten, 1889, H. IV. V. VON RODER. Ueber Osci- 
nis rapta Haliday. ID. Psilopa (Ephygrobia) Gerschneri, n. sp. 
ID. Ueber Eutarsus aulicus Mg. F. KARSCH. Oekonomisch-ento- 
mologische Notizen. 

Entomologist Tidskrift, 1888, n os 1 a 4. W. BRORSTROM. Meddelande 
till entomologisk Tidskrift. J. MEVES. Ur Skogstjanstemannens offi- 
ciella berattelser for ar 1886. W. M. SCHOYEN. Om Kastanie-ol- 
denborren (Melolontha hippocastani Fb.) som Skadeinsekt. J. ME 
VES. Bidrag till kanne domen oni Svenska Fjarilars geografiska 
utbredning. G. GRILL. Svampbildningar hos insekter foredrag vid 
entomologiska foreriingens Sammankomst den 2 Mars 1888. 
J. MEVES. Cidnria pupillata Thnbg. S. LAMPA. Kan Musca pumi- 
lionis Bierkiinder vara identisk med senare Forfattares lika benamda 
art af slagtet Oscinis. J. MEVES. Notiser. W. M. SCHOYEN. Stro- 
bemaBrkninger orn entomologiske foreteelser i Norgc 1887. 
S. LAMPA. Redogorelse angaende ent. Foreningens insektsamling for 



Seance du 27 fevrier 1889. XLIX 

ar 1887. 0. M. REUTER. Nya ron om myrornas omtvistade med- 
dilande och hjalpsamhet. J. H. WERMELIN. Nagra Svenska Fjari- 
lars Fyndorter upptecknade. G. W. S. AURIVILLIUS. Om myggors 
forekomst i sala grufva. E. HOLMGREN. Aberrationer till Argynnis 
Aglaja L. och adippe L. (fig.)- A. R. HOLMGREN Om vatteninsekter 
sasom formedlare af vissa mindre djurs ofverflyttning till S. K. 
Bryor eller vattengropar. W. M. SCHOYEN. Om Scolia unifas- 
ciata Cyril, som Skandinaviskt insekt. B. HAIJ. Chelidura albi- 
pennis Meg. och Ch. acanthopygia Gene, tvanne for Sveriges fauna 
nya forficulina (fig.). E. BERGROTH. On some South African Tipu- 
Iida3 (fig.). W. M. SCHOYEN. Bombyx populi L. fra den arktiske 
region. CH. AURIVILLIUS. Arrhenophagus, ett nyst Slagte bland 
encyrtiderna (pi.). ID. Die Brachyceriden-Gattung Theates Fahr, 
und ihre Arten (pi.). H. D. J. WALLENGREN. Skandinaviens vec- 
klarefjarilar. 

HOTSR Societatis entomologies Rossicse, 1888, t. XXII. W. WAGNER. 
Copulationsorgane des Mannchens als Criterium fur die Systematik 
der Spinnen (10 pi.). E. BRANDT. Miscellanea entomotomica. 
W. DOKHTOUROFF. Insecta a cl. G. N. Potanin in China et in Mongolia 
novissime lecta : II. Cicindelidae. J. FAUST. Beitrage zur Kenntniss 
der Kafer des Europiiischen und Asiatischen Russlands mit Ein- 
schluss der Kiisten des Kaspichen Meeres. J. SGHNABL. Quelques 
mots sur 1 utilite de 1 extirpation de 1 organe copulateur dans la 
famille des Anthomyides pour la diagnostique. L. TACZANOWSKI. 
Description d une nouvelle espece de Carabe du sous-genre Copto- 
labrus (fig.). J. SCHMIDT. Neue Histeriden. L. GANGLBAUER. 
Von Hernn E. Konig in Turcmenien gesammelte Buprestiden und 
Cerambyciden. Lepidoptera nova aut minus cognita (fig). 
A. SEMENOW. Notes synonymiques et systematiques sur diverses 
especes du genre Carabus. ID. Notice sur les Chleniens de la re 
gion transcaspienne (fig.). - 1 - F. MORAWITZ. Hymenoptera aculeata 
nova. GR. GRUM-GRSHIMAILO. Nova3 species et varietates Rhopa- 
locerum e Pamir. H. CHRISTOPH. Diagnosen zu einigen neuun Le- 
pidopteren des patearctischen Faunengebietes. 0. RADOSZCHOWSKI. 
Etudes hymenopterologiques (4 pi.). ID. Faune hymenopterolo- 
gique transcaspienne (fig.). E. BRENSKE. Ueber Melolonthiden, 
T. TSCHITSCHERINE. Insecta in itinere Cl. N. Przewalskii in Asia 
central! novissime lecta : XIII. Pterostichini. A. JAKOWLEW. 

(1889) Bulletin de la Societ fintomologique de France. H 



L Bulletin entomologique. 

Quelques nouvelles especes des Mouches a scie de 1 Empire russe. 
L. GANGLBAUER. Eine neue PhyUecia. J. SCHNABL. Contribu 
tions a la faune dipte rologique. 

Naturalista Siciliano (II), 1888, l er Janvier 1889. MINA PALUMBO e 
L. FAILLA-TEDALDI. Material! per la fauna lepidotterologica della 
Sicilia (suite). D r EPPELSHEIM. Quedius Ragusx. F. P. DE BONO. 
SuH umore segregate dalla Timarcha pimelioides Schaffer. Richerche 
sperimentali (pi.). 

Naturalists (Le), 15 fevrier 1889. E. ALLARD. Descriptions de Coleo- 
pteres nouveaux. 

Prodromus of the Zoology of Victoria, D ee . XVI, 1888. Descriptions 
de Crustaces (fig.). 

Reale Accademia del Lined (Atli della}, 1888, 2 e sem., fasc. 10. 
D r GIESBRECHT. Elenco dei Gopepodi pelagici raccolti dal tenente di 
vascello Gaetano Ghierca durante il vaggio della R. Gorvetta Veltor 
Pisani negli anni 1882-1885, e dal tenente di vascello Francesco 
Orsini nel mar Rosso nel 1884 (not. II). 

Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, II, n 2, 
1889. E. OLIVIER. La quatrieme campagne de rHirondelle. ID. 
La faune de 1 Allier, Coleopteres (suite). 

Rivista scientifico-industriale, XXI, n 1, 1889. Q 

Royal Society (Proceedings of the}, 1889, n 275. Q 

Socie te entomologique de Belgique, Compte rendu du 2 fevrier 1889. 
R. P. BELON. Notes rectificatives. TOURNIER. Tableau synoptique 
des especes du genre Tiphia Fab. ID. Deux Hymenopteres nou 
veaux (fig.)- HEYLAERTS. Communications lepidopterologiques. 

Socie te de physique et d histoire naturelle de Geneve (Memoir es de la}, 
XXX, part. I, 1888. H. DE SAUSSURE. Additamenta ad Prodromum 
OEdipodiorum insectorum et ordine Orthopterorum (1 pi.). 



ANDRE (DM.). Species des Hymenopteres d Europe el d Algerie, 1888, 
33 e fasc., 2 pi. * 

A. L. 



Seance du 13 mars 1889. LI 

Seance du 13 mars 1SS9 

Pr&idence de M. le D r ALEX. LABOULBfcNE 

MM. Pissot, de Doulevant, et Gounelle, de retotir de son voyage au 
Bresil, assistent a la seance. 

Membres rer,us. 1 M. Peter Olsson, $f, docteur en philosophic, 
professeur au Lycee, a OEstersund (Suede) (Crustaces), presente par 
M. Maurice Sedillot. Gommissaires rapporteurs : MM. Milne-Edwards 
et Desmarest ; 

2 M. Emil Sandin, employe de la Banque de Credit scandinave, a 
Gothembourg (Suede) (Entomologie generate, surtout Cole opteres pale- 
arctiques), presente par MM. Maurice Sedillot et Thomson, de Lund. 
Gommissaires rapporteurs : MM. Alluaud et Leveille. 

Candidat presente. M. Clarence Moores, M. Sc. Entomologist Agricul 
tural Experiment Station, professor on Entomology Ohio Stats Univer 
sity, a Columbus, Ohio (Etats-Unis d Amerique) (Entomologie generate 
et applique e, surtout Braconides, Aphidides, Phalangiines), presente par 
M. Maurice Sedillot. Commissaires rapporteurs : MM. A. Leveille et 
P. Mabille. 

Correspondence. M. le D 1 A. Laboulbene donne lecture de la lettre 
suivante, dont 1 impression au Bulletin est decidee : 

Monsieur le President, 

La Societe entomologique, dans sa derniere seance, a bien voulu me 
decerner le Prix Dollfus de 1888 pour mon ouvrage sur les Abeilles . 
C est uri grand honneur pour mon petit livre, et j en suis profondement 
touche. Je ne puis toutefois me dissimuler que le principal merite en 
revient aux Abeilles elles-memes, a ces animaux si interessants, trop 
pen etudies et si dignes de 1 etre. 

Veuillez transmettre, je vous prie,*a la Societe, 1 expression de ma 
bien vive gratitude, et agreer vous-meme, Monsieur le President, I as- 
surance de mes sentiments devoues. 

J. PEREZ. 

Banquet de 1889. M. le Secretaire fait savoir que le Banquet aimuel. 



LIT Bulletin entomologique. 

destine a feter 1 anniversaire de notre fondation, a eii lieu le samedi 
2 mars dernier chez Brebant. 

Vingt-trois membres ont pris part a ce banquet : 

MM. Ernest Allard, Alluaud, Baer, Bedel, Bourgeois, 
Cayol, Daguin, Desmarest, Fauvel, Gazagnaire, J. Grou- 
velle, Ph. Grouvelle, Lamey, Lefevre, Leveille, Mabille, 
le D r Martin, Massue, Poujade, Bagonot, Salle, Sedillot, 
leD r Senac. 

Au dessert, notre Vice-President, M. Paul Mabille, apres avoir annonce 
que M. le D r Laboulbene, notre President, retenu par un deuil de fa- 
mille, 1 avait charge de 1 excuser, a prononce les paroles suivantes : 

Messieurs et chers Collegues, permettez-moi de me rejouir avec vous 
de ce banquet qui nous reunit et nous rapproche une fois par an. Nous 
celebrons aujourd hui le cinquante-septieme anniversaire de la fondation 
de notre Societe, et nous pouvons etre flattes de I extension que ne 
cesse de prendre notre association scientifique. Pendant 1 annee qui 
vient de s ecouler, grace surtout a 1 initiative de divers de nos collegues, 
le nombre de nos societaires s est considerablement accru ; outre plu- 
sieurs entqmologistes franc,ais, beaucoup de savants etrangers, particu- 
lierement des naturalistes americains et suedois, sont venus a nous. 
Qu ils soient tous les bienvenus ! Car c est en s adressant a un nombre 
toujours grandissant que les societes savantes prennent de 1 importance 
et sont vraiment miles a la science. Des dons ont aussi augmente notre 
avoir scientifique et financier. 

Toutefois, Messieurs, en jetant ici, avec vous, un regard en arriere, 
nous voyons que, si notre Societe est prospere, elle le doit en grande 
partie aux collegues qui nous ont precedes. Voila deja longtemps que 
j ai 1 honneur de lui appartenir, pres de trente ans, et les annees, en 
s ecoulant, ont deja change presque tous les visages que je voyais a 
mon debut ranges autour des tables a tapis vert que nous offraient ge- 
nereusement les mairies. J y ai vu bien des fois les Aube, les Boisduval, 
les Guenee et bien d autres, qui sont partis a leur heure, trop tot pour 
nous ; d autres encore, comme Henri Brisout de Barneville, comme, 
tout recemment, Eugene Bellier de la Ghavignerie, qui, depuis long- 
temps, avail quitte Paris avant de nous quitter pour toujours. Mais, 
tous, ils font encore partie de notre Societe par le souvenir qu ils nous 
ont laisse et par les travaux ou ils semblent revivre. Voila pourquoi, 
mes chers Goilegues, en vous proposant de boire a la prosperite de la 



Seance du 13 mars 1889. LIII 

Societe, je n ai pas voulu eu separer nos devanciers qui nous ont trace 
la route et nous servent de guides. 

A la prosperite de la Societe ; a la memoire des membres que nous 
avons perdus. 

L assemblee accueille par des applaudissements unanimes rallocution 
de son President, M. Paul Mabille, et se joint aux toasts qu il vient de 
porter. 

D autres toasts sont egalement proposes et accueiilis par tous : 

Par M. Leveille : Aux Membres que la maladie retient loin de nous, 
a M. Fairmaire ; 

Par M. Salle : Aux Membres honoraires frangais et e trangers ; 

Par M. Baer : Aux Membres de province, a M. Fauvel, qui est parmi 
nous ; a M. Lamey, present au banquet, et aux autres Collegues aujour- 
d hui nos concitoyens ; 

Par M. Fauvel : Aux Membres de Paris ; 

Par M. Poujade : A MM. Gounelle et Simon ; au bon resultat de leurs 
recherches entomologiques au Bresil et en Egypte ; 

Par M. Gazagnaire : A M. J. Kunckel d Herculais ; a la reussite, en 
Algerie, de ses travaux d Entomologie appliquee ; 

Par M. Ragonot : A notre President, a M. le D r Laboulbene ; 

Par M. Bourgeois : Au Vice-President, a M. Paul Mabille ; a notro 
Secretaire, a M. E. Desmarest ; 

Par M. E. Desmarest : A notre Tresorier honoraire, a M. L. Buquet; 
a notre Tresorier, a M. le D r Fumouze ; a nos Archivistes-Bibliothecaires, 
a MM. Leveille et Alluaud ; 

Par M. Jules Grouvelle : Au laureat du Prix Dollfus de 1888, a 
M. J. Perez ; 

Par M. Lefevre : Aux organisateurs du Banquet, a MM. Baer, Bour 
geois et Sedillot ; 

Par le Secretaire : A M. Adolphe Millot, qui, empeche d etre des 
notres, offre a ses Collegues, comme souvenir du Banquet, une jolie 
lithographic entomologique. 

Avant de se separer, M. Fauvel prononce une piece de vers. 
Communications. M. J. Fallou depose sur le bureau deux boites con- 



LIV Bulletin entomologique. 

tenant les cinquante Lepidopteres de 1 Amerique du Nord qui nous out 
etc offerts par M. French. Ces insectes, parmi lesquels, avec des especes 
semblables a celles de 1 Europe, on trouve des types particuliers a 1 Ame 
rique, sont tres bien conserves et prepares avec soin. De nouveaux 
remerciements sont adresses a MM. French et Fallen. 

M. Gounelle fait passer sous les yeux de la Societe tine boite conte- 
nant quelques-uns des Coleopteres les plus interessants recueillis pen 
dant son voyage au Bresil, et Ton peut surtout y remarquer une longue 
serie de VHypocephalus armatus A.-G. Desm. Notre collegue se pro 
pose de communiquer ulterieurement des observations sur les nouvelles 
captures bresiliennes qu il vient de faire. 

M. A. Leveille donne la suite de ses observations synonymiques 
sur la famille des Temnochilides : 

Le genre Holocephala Fairm., bien qu ayant le fades des Nemosoma, 
doit e"tre retranche de cette famiile, dont il n a pas les caracteres princi- 
paux : Les hanches anterieures sont globuleuses et non transverses, les 
posterieures sont ecartees ; les tarses ont quatre articles au lieu de cinq ; 
enfin les antennes ont une massue ovoide, pyriforme, compacte, au lieu 
de la massue de trois articles nettement separes des Temnochilides. 

M. le D r Alex. Laboulbene communique les re sultats qu aurait 
obtenus le D r Terc, de Marburg (Autriche), sur ^utilisation des piqures 
d Abeilles en therapeutique. Un ancien membre de la Societe, le D r Te- 
lephe Desmartis, avait deja essaye ce mode particulier de trailement 
re vulsif. Le D r Terc croit a un antagonisme entre les piqures d Abeilles 
et le rhumatisme ; ses recherches embrassent une pe riode de sept arinees 
et portent sur 173 sujets ayant subi 39,000 piqures d Abeilles (Wiener 
medic. Presse, 1888, n os 35-40). 

M. Terc est persuade qu une piqure, sur un homme sain, confere, pen 
dant un certain temps, une immunite relative pour une piqure subse- 
quente ; cette immunite va s augmentant au fur et a mcsure que se 
suivent d autres piqures. 11 y aurait ainsi une sorte d inoculation vacci- 
nale centre le venin de 1 Abeille par son propre venin. L immunite 
persisterait six mois, quelquefois moins. 

Mais, en outre, les personnes atteintes de rhumatisme posse deraient 
1 immunite contre les effets du venin d Abeille. Dans le rhumatisme aigu, 
les piqures, pour agir, doivent etre tres nombreuses ; une piqure ne 



Seance du 13 mars 1889. LV 

produirait ni tumefaction, ni erytheme consecutifs. Dans les etats patho- 
logiques pseudo-rhumatismaux, la reaction aux piqures d Abeilles est 
la me"me qu a 1 etat de sante. 

L auteur ajoute que c est seu lenient apres avoir acquis 1 immunite 
definitive centre les effets du venin d Abeille que les malades rhumati- 
sants sont completement gueris de leur affection rhumatismale. Aussi 
longtemps qu ils conservent cette immunite, ils sont a 1 abri des reci- 
dives. 

Telles sont les principales donnees du travail du D r Terc; elles 
peuvent interesser les entomologistes, les apiculteurs et aussi les mede- 
cins de campagne, a portee des ruches d Abeilles et pouvant controler 
ces assertions avec des rhumatisants de bonne volonte. 

M. A. Leveille, a la suite de cette communication, fait observer que 
la piqure des Abeilles fmit par perdre de sa virulence, par suite d une 
espece de vaccination, sur des sujets qui y sont frequernment exposes. 
Un de ses parents, possesseur d un rucher assez important, quand il est 
attaque par ses Abeilles, ce qui est rare, n en souffre pour ainsi dire 
plus. La piqure qui, autrefois, etait suivie de 1 enflure caracte ristique, 
est main tenant parfaitement benigne ; c est a peine si les tissus se gonflent 
autour de la blessure. 

M. J. Fallou dit aussi qu a Zermatt, dans le Valais, les ruches nom- 
breuses sont placees le long des maisons dans des rues tres etroites. Les 
habitants vivent en quelque sorte avec les Abeilles. Ils n en paraissent 
pas incommodes, ainsi que cela lui a ete assure. 

M. Pissot confirme les dernieres observations qui viennent d etre pre 
sentees. 

M. Laboulbene pense qu on doit faire la part de 1 habitude qu ont ies 
Abeilles de voir des personnes familieres. Quant aux faits indiques par 
M. A. Leveille, qui rappellent, comme ceux de Terc, une mithridati- 
sation, il serait bon de les voir se multiplier avant de les admettre scien- 
titiquement et defmitivement. 

M. le D r Alex. Laboulbene fait part egalement d une curieuse 
observation de faux-parasitisme d insectes sur un jeune enfant. Une 
Miisca domeslica et trois Ptinus latro rf et $, lui ont ete remis comme 
etant sortis du corps de cet enfant. Notre collegue reunira cette obser 
vation a plusieurs autres analogues et remettra a la Societe un travail 
d ensemble sur ce sujet. 



Bulletin rntomologique. 
M. H. Lucas commibii idc; . <* note suivante 



On sail que la femelle dn Clisiocampa neustria depose ses oeufs par 
anneaux ou bagues autour des petites branches d arbres, ou ils sont 
lies par un enduit brunatre, insoluble et luisant, qui les met a 1 abri de 
toutes les intemperies. La reunion de ces anneaux, tres serres les uns 
centre les autres, forme des bracelets qui ont quelquefois 15 a 20 milli 
metres de largeur. 

Les ceufs que je presente, au lieu d etre places sur de petites branches 
d arbres, ont ete deposes, par une femelle probablement tres pressee de 
pondre, sur le pedoncule ou la queue d une poire provenant d un jardin 
de Ghambourcy, et representant, par leur reunion, un bracelet guilloche 
ayant 10 millimetres environ de largeur. 

M. Fallou, qui a etudie 1 eclosion des oeufs de ce Bombycide, a re- 
marque que, a 1 etat jeune, les chenill archent en procession comme 
celles du Cnethocampa processioned; elles se deplaccnt sans cesse afm 
d explorer los environs, pour revenir ensuite au point d ou elles etaient 
parties. Elles sont tres nuisibles aux arbres fruitiers, surtout aux pe- 
chers et aux cerisiers, dont elles mangent les jeunes pousses, et, 
lorsque celles-ci font defaut, attaquent les fleurs qui commencent a 
s epanouir. 

Les oaufs du Clisiocampa sont d un blanc grisatre ; ils ont presque la 
forme d une pyramide quadrangulaire tronquee, a aretes arrondies ; dans 
le centre, on aperc.oit un bourrelet arrondi, circulaire, qui fait saillie et 
dans le milieu duquel on distingue les micropyles, qui sont d un brun 
roux. 

La chenille a ete decrite par Godart, Hist. nat. des Lepid. ou Papillons 
de France, t. IV, p. 437 (1822), et figuree par Duponchel, Lepidopt. de 
France, pi. 13, fig. 1, a, b (1832); Bruand, Monogr. des Lepid. nuisibles 
a 1 agriculture et a Feconomie domestique, p. 12, pi. 11, fig. 4, /"(1845), 
et par Delacour, Essai sur les Insectes qui attaquent les arbres fruitiers, 
p. 40, pi. 2, fig. 2, a, 1), c, d (1850). 

Le cocon a ete represente par Duponchel, loc. cit., pi. 13, fig. b; 
Bruand, loc. cit., pi. 2, fig c, et par Delacour, loc. cit., pi. 2, fig. c. 

G est ordinairement entre les feuilles que cette chenille tisse son 
cocon ; mais elle 1 etablit aussi, comme 1 a observe M. Fallou, dans des 
coquilles abandonnees ^Helix, ainsi que le demontre VH. aspersa, con- 
tenant dans sa region buccale un cocon file par cette chenille, que je 
fait passer sous les yeux de la Societe. 



Seance du i 3 mars 1889. LVII 

M. J. Fallou presente une note sut i u$;e r 53$Dece de Bombycide, le 
Lasiocampa Otus, dont il montre le papillon, la chenille et le cocon : 

Notre collegue, apres avoir fait remarquer que, des 1884, M. L. De- 
maison (Recherches stir la soie que les anciens tiraient de Vile de Cos, 
broch., Reims) avait appele 1 attention des entomologistes sur 1 interet 
qu il pourrait y avoir pour la sericiculture a naturaliser chez nous ce 
Lepidoptere, ajoute que, il y a deja deux ans, il a emis le voeu a la 
Societe nationale d acclimatation que des demarches fussent faites pour 
que Ton se procurat les premiers etats du Lasiocampa Otus, afm d es- 
sayer de 1 elever dans le midi de la France ou en Algerie*, et avoir ainsi 
son cocon, qui donne une belle soie, recherchee trois cents ans avant 
1 ere chretienne, et qui est, aujourd hui, completement delaissee. 

La Societe d acclimatation avait charge M. le D r Laboulbene de redi- 
ger un rapport an sujet do 1 i^ Auction possible de cet insecte, et notre 
President a donne, en septembre 1888 (Bull. Soc. Acclim.), sous le litre : 
Desorigines de la soie, une notice importance a ce, sujet. 

Depuis la publication de ce travail, M. J. Fallou n a pas cessc, de son 
cote, de chercher a se procurer, soil des oeufs, soit des cocons vivants 
de ce Lasiocampe, qui habile principaiement 1 Asie Mineure et la Grece, 
qui vit surtout sur le Cypres, sur le Terebinthe et meme sur le Frene 
et le Ghene. Les investigations de notre cojlegue sont restees longtemps 
sans resultats; rnais, tout re cemment, M. Delagrange, riaturaliste a Be- 
sancon, lui a adresse deux cocons frais et une chenille prepares de ce 
Bombycide, qu ii avait rapportes, avec un certain nombre d autres, d uri 
voyage en Anatolie. 

Esperons que M. Delagrange pourra donner, a la Societe entomolo- 
gique, des renseignements precis sur les premiers etats de VOtus, ainsi 
que sur le moyen de se procurer des oeufs feconds, qui nous permet- 
tront peut-etre d arriver a son acclimatation dans notre pays. 

M. le D r Alex. Laboulbene, au sujet de cette communication, presente 
les remarques suivantes : 

11 est question, dans les livres d Aristote qui nous sont parvenus, 
d un Ver a soie de 1 ile de Cos, si celebre par Hippocrate et son ecole 
medicale : Un grand Ver se metamorphose en 1 espace de six mois ; des 
femmes devident la soie de cet animal et en font des tissus. 

Les auteurs latins, surtout ies poetes, font de fre quentes allusions a la 

(1889) Bulletin de la Societe entornoiogique de France. 6 



LVIII bulletin entomologique. 

soie de Cos, dont les tissus sent designes sous le nom de Coa vestes ou 
Coa. Pline, le naturaliste, ajoute aux connaissances aristoteliques et dis 
tingue la soie de Cos d unc autre d origine assyrienne ; il dit que les 
coques, jetees dans Peau, s amollissent et qu on les devide sur un fuseau 
de jonc. Le Remain du vieux temps s indigne quo les homines n aient 
pas honte de se servir de ces etoffes, parce qu elles sont legeres en etc ; 
puis 11 ajoute : Les moeurs ont tellement degenere que, loin de porter 
la cuirasse, on trouve trop lourd, memo un vetement ! 

Les commentateurs ont d abord admis 1 existencc du Bombyx de Cos, 
d apres Aristote et Pline, ainsi que la soie qui en provient. Quant a la 
soie assyrienne, etait-elle la Soie Tussah de 1 Inde? on celle des Seres? 
En tout cas, elle en differait. C est plus tard que Pabbe Brotier a voulu 
identifier le Bombyx de Cos avec les especes chinoises. Parisot, ensuite 
P. Latreille ont revoque en doute les assertions de Pline, et Pautorite de 
ce dernier a fait loi ; cependant Georges Guvier s est montre reserve a 
cet egard. Je partage 1 opinion de notre collegue M. L. Demaison, qui 
admet la Chenille ou Ver sericigene de 1 ile de Cos et qu on doit rap- 
porter aujourd hui an Lasiocampa Otus DRURY. Cette chenille vit prin- 
cipalement sur le Cypres et le Lentisque ; elle est repandue dans 1 Asie 
Mineure et commune sur les Cypres des cimetieres aux environs de 
Smyrne. 

On doit encourager le plus possible racclimatation du Ver a soie du 
L. Otus, en presence des maladies qui ont sevi sur le Sericaria won". 
La naturalisation sur nos cotes mediterraneennes et en Algerie, ainsi que 
Pelevage de Pantique Ver a soie do Cos, seraient une nouvelle source 
de richessc nalionale. 

M. J. Fallou fait passer sous les yeux de ses collegues une che 
nille du Bombyx rubi qu il vient de rapporter de Ghamprosay, ou il 
tente, ainsi qu il Pa indique a la Societe (Bull. 1888, feuilles 20-21, 
p. CLX et suiv.), 1 education de ce Lepidoptere. Comme il le craignait, 
les parasites vegetaux commencent a atlaquer ses tileves. En effet, il 
fait remarquer les petites taches noires produites par un Champignon, 
le Botrytis bassiana ou le Sphxria militaris, qui se trouvent sur diverses 
parties du corps de la chenille. 

E. D. 



Seance du 13 mars i889. LIX 

Bulletin bibliographique. 

Academie des sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 

1889, l er sem.. n os 8 et 9. Q 
Academie des sciences de Cracovie (Bulletin international de I ), comptes 

rendus des seances de 1889, n os 1 et 2. Q 

Berliner entomologische Zeitschrift, 1888, H. 2. A. FOREL. Ameisen 
aus den Sporaden, den Gycladen imd Griechenland gesammelt 1887 
von H. v. Oertzen. L. W. SCHAUFUSS. Einige Kafer aus dem bal- 
tischen Bernstein. E. QUEDENFELDT. Verzeichniss der von Herrn 
Major a. D. von Mechow in Angola und am Quango-Strom 1878- 
1887 gesammelten Curculioniden und Brenthiden (pi.). Louis 
GRAESER. Beitrage zur Kenntniss dcr Lepidopteren-Fauna des Amnr- 
landes. D r F. KARSCH. Orthopterologische Beitrage, III (pi. et fig.). 

E. BEITTER. Bemerkungen zu der Arbeit Ueber Pselaphiden 
und Scydmeniden des Konigl. zoologischen Museums zu Berlin von 
D r Schaufuss . F. KARSCH. Einige verkannte deutsche Spinne. 

D r FISCHER. Drei neue Anthonomus. ID. Charinotes Richteri. 
- 13. FRIEDLAENDER. Einige Aberration von Argynnis Paphia (pi.). 

E. G. HONRATH. Einige Varietaten, Abnoraiitaten, Monstrositaten 
und Hermaphroditen von Lepidopteren (pi. et fig.). ID. Kreuzun- 
gen zwischen verschiedenen Parnassius-Aneu und deren muthmass- 
liche Folgen. 

Bulletin d Insectologie agricole, 1889, 11 2. A. WALLES. Le Nematus 
ventralis (Say). LIGNIERES. L Araignee et son fil. J. FALLOU. 
Le Bombyx rubi. X. Nouvel ennemi de la pomme de terre. 
RAVERET-WATTEL. Insectes utiles et nuisibles a la pisciculture. 

Entomologische Nachrichten, XV, 5, 1889. H. GHRISTOPH. Melitxa 
Didyma 0. var., Kaschtschenkoi Ghr. -- J. SCHMIDT. Eine blaue 
Hololepta. KRIECHRAUMER. Pimpliden Studien. 

Entomologiste genevois (U), 1889, n os 1 et 2. H. TOURNIER. Phala- 
crides : Monographie des especes europeennes et des contrees limi- 
trophes, l re partie. ID. Etudes hymenopterologiques, l re partie 
(Tenthredinides, Fouisseurs). ID. Dipteres : Materiaux pour con- 
tribuer a line Faune suisse, l re partie. 

Entomologist s monthly Magazine (The), 1880. n 298. J. H. WOOD. 



LX Bulletin entomologique. 

Notes on the larvse of some Tor trices, commonly bred from the galls 
of Cynips Kollari. C. G. BARRETT. Linen injured by Agrotis larva. 
ID. Notes on some very old specimens of Lepidoptera. H. T. 
STAINTON. The noise of sound produced by Butterflies of the genus 
Vanessa. J. B. SMITH. Hadena albifusa Grote, in Great Britain. 
G. LEWIS. On a species of Nosodendron from Japan. W. L. DIS 
TANT. Descriptions of a new species of Coreidae. J. W. DOUGLAS. 
Notes on some British and exotic Coccidx (fig.). Notes diverses. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, 1889, n 221. E. SIMON. Synopsis des 
Faucheurs (Opiliones) de la faune parisienne (fin). Communi 
cations. 

Naturalista sidliano (II), 1889, n 5. MINA PALUMBO et FAILLA TE- 
DALDI. Materiali per la fauna iepidotterologica della Sicilia. 
G. RIGGIO. Materiali per una fauna entomologica de 1 isola d Ustica 
(2 e contr.). F. P. BONO. Sull umore segregate dalla Timarcha 
pimelioides Schaffer. Ricerche sperimentali. 

Naturaliste (Le), l er mars 1889. La Doryphora de la pomme de terre 
(fig.). P. DOGNIN et P. MABILLE. Diagnoses de Lepidopteres nou- 
veaux. E. PISSOT. La Garpocapse du pommier (fig.). 

Socie te linne enne du nord de la France, 1889, n 198. Q 



BELON (R. P. F.). Description d une espece nouvelle du genre Dasycerus 
Al. Brongn. (C. R. Soc. ent. Belg.), l er decembre 1888, 2 p. * 

ID. Notes rectificatives (loc. cit.), l er fevrier 1889, 3 p. * 

DESMAREST (E.). Observations sur une Anguille ayant vecu plus de 
quarante ans en domesticite (Natur.), 1887, 8 p. Q * 

HOWARD (L. 0.). A commencement of the study of the parasites of cos 
mopolitan Insects (Proc. ent. Soc. Wash.), 1889, 18 p. * 

SCUDDER. Mimicry and protective resemblance ; or Butterflies in disguise 
(Butt. East. U. S. and Am.), 1889, 11. p. * 

A. L. 



Seance du 27 mars 1889. LXI 



Seance du 7 mars 

Presidence de M. le D r ALEX. LABOULBfcNE 

Membre repu. M. Clarence Moores Weed, M. Sc. Entomologist Agri 
cultural Experiment Station, professor on Entomology Ohio State Uni 
versity, a Golombus, Ohio (Etats-Unis d Amerique) (Entomologie generate 
et applique e, surtout Braconides, Aphidides, Phalangines), presente par 
M. Maurice Sedillot. Commissaires rapporteurs : MM. A. Leveille et 
P. Mabille. 

Candidats presented. 1 M. Victor-Ernest-Hyacinthe Grison, receveur 
de PEnregistrement, des Domaines et du Timbre, a Nubecourt, par 
Beauzee (Meuse) (Coleopteres), presente par M. A. Leveille. Commis 
saires rapporteurs : MM. L. Bedel et le D r Alex. Laboulbene ; 

2 M. A.-F. Nonfried, membre de plusieurs Societes savantes, a Bako- 
nitz (Boheme) (Coleopteres en general, principalement Lamellicornes, 
Buprestides et C e ramby tides) , presente parM. E. Desmarest. Commis 
saires rapporteurs : MM. H. Lucas et G.-A. Poujade ; 

3 M. Achille Rame, membre de la Societe centrale d Apiculture et 
d Inscctologie, rue Berlioz, 19 (Entomologie generate et applique e), pre 
sente par M. J. Fallou. Commissaires rapporteurs : MM. Chretien et 
Alfred Guillot. 

Lectures. M. L. Bedel depose sur le bureau un memoire ayant pour 
litre : Coleopteres du nord de I Afrique. 

M. J. Bourgeois adresse un memoire intitule : Voyage de M. Charles 
Alluaud dans le territoire d Assinie (Afrique occidental), en juillet et 
aout 1886. Lycides. 

Communications. M. Peter Olsson, d OEstersund (Suede) adresse sa 
phothographie (n 415 de nos collections). 

M. Rene Oberthur ecrit qu il vient d acque rir Jes collections de 
Coleopteres de notre collegue M. James Thomson. Ces collections ren- 
ferment un grand nombre de types generiques et specifiques, princi 
palement dans les families des Cetonides, Rutelides, Dynastides. Bu 
prestides, Clerites, Cerambycides, Monommides, Nilionides, etc. 



LXII Bulletin entomologique. 

- M. A. Leveille indique les rectifications suivantes relatives aux 
Temnochilides (suite) : 

I. Le genre Paralindria Sidn. Olliff, Gist, ent., Ill, p. 57, tab. in, 
fig. 6 (1883), doit etre elimine de cette famille, dont il diflere, notam- 
ment par ses hanches anterieures globuleuses et non transversales. 

II. Le Trogosita crenicollis Guer., Icon. Regne anim., p. 199, 
tab. 41, fig. 12, du Bengale, appartient, comme 1 avait suppose Lacor- 
daire (Gen. Col., II, p. 343, note), an genre Melambia Er. Je dois a 
la generosite de M. A. Salle le type meme de Guerin-Meneville. 

III. Le nom de T. marginatus, public par Latreille, Voy. Humb. 
Bonpl., Zool., II, p. 19, tab. 31, fig. 7 (1833), etant preoccupe. je pro 
pose de donner a cette espece le nom de Latreillei. 

- M. H. Lucas communique les notes suivantes : 

1 Ayant lait fendre du bois de Hetre provcnant de la Bourgogne, 
j ai remarque un morceau dont I aubier presentait, dans le sens longitu 
dinal, de tres grandes galeries, dont quelques-unes etaient obturees par 
des debris de bois tres serres et divise"s en lanieres. Dans les residus, 
qui contenaient beaucoup de matieres excrementitiellcs, j ai rencontre 
quelques debris d un Longicorne, VAZgosoma scabricorne Fabricius. 

Les auteurs qui ont fait coimattre la vie evolutive dc ce Prionien, tels 
que Mulsant, Gacogne, Perris, Buysson, etc., disent quo la larve vil 
dans le Tilleul, le Marronier, le Sycomore, 1 Orme; elle a (He trouvee 
egalement dans une souche de Chataignier et dans des troncs de Saule. 
de Pornmier et de Noyer. Cette larve affectionne le Hetre, comme 1 in- 
dique le morceau de Fagus sylvatica que je montre a la Societe, et qui 
est parcouru par des galeries tres grandes, dont les unes sont droites, 
longitudinales et les autres sinucuses. Ces galeries sont longues de plus 
de 30 centimetres, ont une profondeur de 20 millimetres environ sur 
une largeur de 12 a 15 millimetres, et il me semble qu un Hetre attaque 
par de tels ennemis ne doit pas resister Ires longtemps a de semblables 
blessures. 

Ce morceau de Hetre vient confirmer les degats que j ai observes il y 
a quelques annees ; il pro vient de notre col legue H. Masson, qui a fail 
don, dernierement, an Museum d une collection considerable de bois 
attaques par les Insectes xylophages. 



Seance da 27 mars 1889. LXIH 

2 En faisant passer sous les yeux de mes collegues deux individus 
du Scolopendra morsitans, je dirai que ces Myriopodes vivent depuis 
deux mois dans le jardin d experiences du Laboratoire d Entomologie, 
et que je les nourris avec des Lumbricus terreslris. J ajouterai que cette 
espece, commune dans 1 Europe meridionale, n avait pas encore etc 
signalee de TAlbanie, ou ces individus ont ete rencontres, sous des 
pierres humides, dans les environs de Scutari. 

M. L. Bedel, au sujet de la premiere communication de M. H. Lucas, 
fait observer que 1 existence de r/Egosoma dans le Hetre est connue 
depuis longtemps et deja signalee. L espece, d ailleurs, est polyphage 
(cf. Rev. d Entom., Ill, p. 363) et vit, en France, dans la plupart des 
vieux arbres, excepte les essences resineuses. 

- M. G.-A. Poujade donne la description d un Bombycide nouveau 
de Madagascar. 

LIPARIS? REBUTI Pouj. Enverg. 29 mill. Ailes supe rieures a 
bord externe formant presque un angle droit avec le bord interne, ou 
il s arrondit legerement; fond couleur de chair, avec Tangle apical, qui 
est presque aigu, noir, nettement delimite en une ligne sinueuse, par- 
tant a pen pres du milieu de la cote et aboutissant un peu au-dessus de 
Tangle interne ; bord interne partage en trois par deux taches egalement 
noires : Texterne arrondie et beaucoup plus grande que Tautre, qui esl 
allongee dans le sens vertical ; quelques mouchetures de memo couleur 
les accompagnent. Ailes inferieures peu arrondies, tres legerement 
lobees au milieu et d un jaune orange sans aucune tache. 

Dessous des quatre ailes entitlement orange, avec seulement Tangle 
apical noir comme en dessus et un petit point de meme couleur place a 
Textremite de la cellule des ailes. inferieures. 

Corps assez grele, comme chez les Cypra, d une couleur jaunatre 
participant du ton des ailes. Pattes orangees, assez longues (chez les 
intermcdiaires^et les posterieures, le tibia et le tarse reunis cgalent en 
longueur la nervure mcdiane des ailes superieures) ; les posterieures 
ayant le tibia armc de quatre cperons assez forts. 

Antennes noires, egalant en longueur environ la moitie du bord costal 
des ailes superieures ; elles sont bien pointues et assez fortement pecti- 
nees (les barbelures les plus Tongues atteignent environ un millimetre). 

Decrit d apres un seul individu, qui parait etre uno femelle d apres 
Tinspection du c-rin des ailes inferieures, qui est divist) en faisceaux, et 



LXIV Bulletin entomologique. 

par 1 absence du/raw- des ailes superieures. II est probable qu il faudra, 
pour cette espece, creer un genre voisin des Hylemera; mais, pour cela, 
la connaissance du male est indispei.:;>ble. 

Nous nous faisons un plaisir de de dier ce Lepidoptere a M. Edmond 
Rebut, ingenieur, qui 1 a capture a Madagascar et qui nous 1 a gene- 
reusement oflert. 

M. J. Fallou rappelle qu il tente, depuis deux ans, des educations 
experimentales du Ver a soie du Murier (Sericaria mori), a Champrosay 
(Seine-et-Oise), a pen de distance des bergeries de Senart, ou une ma- 
gnanerie, abandonne e depuis longtemps, avail jadis prospere pendant 
plusieurs annees. II esl parvenu a de bons resultats, et il fait passer sous 
les yeux de la Societe un grand nombre de papillons a 1 etat parfait, 
ainsi que des cocons qu il a obtenus 1 annee derniere. 

A la suite de cette communication, plusieurs remarques sont presen 
tees, principalement par MM. Jourdheuille, le D r Laboulbene et Fallou, 
au sujet d ed u cations de Vers a soie dans le nord de la France et en 
Allemagne ; educations ayant principalement pour but la production des 
oeufs ou graines. 

M. Emile Gounelle montre une larve provenant de la plaie d uu 
homme qui revenait du Bresil, et dit que des faits semblables ne sont 
pas rares, surtout aux environs de Saint-Paul. 

M. Laboulbene ajoute qu il a aussi observe une larve semblable sortie 
de la cuisse d une femme, et appartenant au genre Dermatobia dp 
Brauer. 

II s agissait d une personne bresilienne arrivant a Paris et qui avait 
une tumeur douloureuse ; cette tumeur ayant ete ouverte, il s en echappa 
une larve qui fut remise a notre collegue par M. le D r Albert Robin. 
M. Laboulbene reconnut une larve de Dermatobia, ayant le corps renfle 
en avant et termine en s amincissant en arriere, larve absolument pa- 
reille a celle presentee par M. Gounelle, mais du double plus grande et 
parvenue a tout son developpement. 

La larve observee par M. Laboulbene fut placee dans une serre, et Ton 
pouvait en esperer la transformation. Malheureusement, celle-ci n eut 
pas lieu ; la larve mourut avant de prendre la forme de pupe. 

E. D. 



Seance du 27 mars 1889. LXV 

Bulletin Jribliographique 

s$fosic 

Academic des Sciences (Comptes mndus hebdomadaires des seances de I }, 
1889, l er sem. n 10. Q N 11. A. POMEL. Sur les ravages exerces 
par un Hemiptere du genre JElia sur les cereales algeriennes. 

Entomologische Zeitung, 1888. D r 0. STAUDINGER. Centralasiatische 
Lepidopteren. S. ALPHERAKI. Neue Lepidopteren. ANT. SCHMID. 
Die Lepidopteren-Fauna der Regensburger Umgegend mit Kelheim 
und Worth. G. A. DOHRN. Welsche Plaudereien, V. H. HERMS. 
Lepidopterologische Beobachtungen (Aus meinem Tagebuche). 
A. v. KRAATZ-KOSCHLAU. Die neuen Umtaufungen und Ausgrabungen 
alter Namen und Beschreibungen der Ceroglossus-Gruppe. H. B. 
MOSCHLER. Botys Retowskyi n. sp. D r DOHRN. Neue und wenig 
bekannte Biattiden. A. HOFFMANN. Die Lepidopteren-Fauna der 
Moorgebiete des Oberharzes. D r A. SPEYER. Lepidopterologische 
Mittheilungen. G. A. DOHRN. Welsche Plaudereien, VI. H. HA- 
GEN. Unsere gegenwartige Kenntniss der Ephemeren. A. RIESEN. 
Lepidopterologische Mittheilungen aust Ostpreussen. J. W. TUTT. 
The Synonymy of Nonagria nenrica Hb. = arundineta Schmidt 
= dissohda Tr. G. A. DOHRN. Welsche Plaudereien, VII. ID. 
Lebioderus Candezei. D r 0. STAUDINGER. Neue Noctuiden des 
Amurgebietes. J. FausT. Neue - Riisselkafer aller Lander. 
A. v. KRAATZ-KOSCHLAU. Neue Oro<7/ossws-Varietaten. H. B. iYIos- 
CHLER. Necrolog fur JOH. SGHILDE. G. A. DOHRN. Licet meminisse. 
D r HOFFMANN. Beitrage zur Kenntniss der Butaliden (pi. 1). 
BUD. PUNGELER. Eiiiige europaische Spanner. H. GROSS, Zur Bio- 
logie der Cidaria Topheaceata Hiib. D r H. DOHRN. Ueber einige 
merkwiirdige Pseudo-Phylliden (pi. 2). G. A. DOHRN. Cerator- 
rhina Harrisi Westw. E. WASSMANN. Beitrage zur Lebensweise 
der Gattungen Atemeles und Lomechusa G. v. GUMPPENBERG. Bei 
trage zur Kenntniss der Gattung Erebia Dalm. G. A. DOHRN. 
Paussus adinventus. 

Entomologiste ge nevois (U), 1889, 3 e livr. TOURNIER. Phalacrides, 
3 e partie. Etudes hymenopterologiques : Fouisseurs, 3 e partie. 
Materiaux pour contribuer a une faune suisse. 

Feuille des Jeunes Naturalistes. Catalogue de la bibliotheque, fasc. 
n 5, 1889. 

(1889) Bulletin de la Societe entomologique de France. 7 



LXVI Bulletin entomologique. 

Insects Life, 1889, I, 8. The red bug or Cotton Stainer (Dysdercus 
suturellus H. Schf.) (fig.)- L. HOWARD. A parasite of the supposed 
eggs of the Cotton Stainer (Hadronotus rugosus How., n. sp.) (fig.). 

C. V. RILEY. Insecticide appliances. Modifications of the Riley or 
cyclone nozzle (fig.). S. A. FORBES. Early occurrence of the Chinch 
Bug in the Mississipi Valley. D. S. KELLICOTT. Hepialus argenteo- 
maculatus. 

Naturalista siciliano (11), 1889, VIII, n 6. MINA PALUMBO et FAILLA 
TEDALDI. Material! per la fauna lepidotterologica della Sicilia. 
T. DE STEFANI. ^Miscellanea imenotterologica sicula (suite). 
F. P. DEBoNO. Sull umore segregate dalla Timarcha pimelioides Scha?f. 

Ricerche sperimentali. 

Naturaliste (Lc), 15 mars 1889. L Hypocephalus. P. MABILLE. 
Diagnoses de Lepidopteres nouveaux (fig.). THIERRY-MIEG. Deux 
aberrations nouvelles de Lepidopteres franc.ais (fig.). 

Naturwissenschaftlichen Vereines fur Steiermark (Mittheilungen desj, 
1887. ED. HOFFER. Beitrage zur Hymenopterenkunde Steiemarks 
und den angrenzenden Lander. G. WILHELM. Die Reblaus (Phyl~ 
loxera vastatrix). 

Psyche, 1889, n os 154 et 155. A. S. PACKARD. On the occurrence of 
Organs probably of Taste in the Epipharynx of the Mecaptera (Pa- 
norpa and Boreus). F. BLANCHARD. Observations on some varia 
tions of the males in Clinidium. S. H. SCUDDER. Some new Com 
parisons of Pieris napi and Pieris oleracea. H. A. HAGEN. Lac 
insects. B. P. MANN. Migrations of Aganisthos Acheronta. A. S. 
PACKARD. Duration of life in an Ephemera. J. H. EMERTON. Pai 
ring of Xysticus trigitttatus. C. W WOODWORTH. Trox at Electric 
ligth. G. DIMMOCK. Luminous Eggs of Insects. ID. The meco- 
nium of Butterflies. ID. Household Pests. W. TRELEASE. Myr- 
mecophilism. 

Royal Society of London (Proceedings of the), 1889, n 276. Q 

Societas entomologica, 1889, III, n 19. FR. RiiHL. Beitrag zur Gharak- 
teristik der Lamellicornien. H. GAUCKLER. Varietal von Lasiocampa 
pini. D r F. RUDOW. Einige Beobachtungen aus Odonaten and Neu- 
ropteren. C. BIEDERMANN. Eine Excursion im August 1888. 

F. W. KONOW. Ueber Vorkommen und Lebensweise einiger He- 
mipteren. FR. RUHL. Noch einige Worte zur Eierablage der 



Seance du 27 mars 1889. LXVII 

Schmetterlinge. ID. Die Macrolepidopterenfauna von Ziirick und 
Umgebimg. 

IV, n 1 . H. TOURNIER. Descriptions d Hymenopteres nouveaux 
appartenant a la famille des Ghrysides. D r K. FLAGH. Kurze Dia- 
gnosen neuer Trichopterygier. H. P. DUURLOO. Lepidopterolo- 
gische Beobachtungen. FR. RiiHL. Die Macrolepidopterenfauna 
von Ziirick und Umgebung. G. SGHMID. Notizen liber die Lebens- 
weise einiger schlesischer Sesiidenraupen. H. CLERK. Beitrag zur 
Familie der Kurzkafer (Brachelytra). 

Societe entomologiqm de Belgique, Compte rendu de la seance du 2 mars 
1889. L. FAIRMAIRE. Quelques Heteromeres de Minas-Geraes 
(Bresil). PREUDHOMME DE BORRE. Sur les Pxcilm cupreus et versi- 
color. 

Societe d etudes scientifiques d Angers (Bulletin de la), 1887. D r E.-L. 
TROUESSART et G. NEUMANN. Types nouveaux dc Sarcoptides epider- 
micoles et psoriques (3 pi. et fig.). J. GALLOIS. Catalogue des Coleo- 
pteres de Maine-et-Loire (Cicindelides, Carabides, Hydrocanthares, 
Hydrophilides, Spha3rides). 

Tijdschift voor Entomologie, XXXI, Af. 3, 1888. D r A. W. M. VAN 
HASSELT. Araneae exoticae quas collegit, pro Museo Lugdunensi 
D r H. ten Kate Jr. in Guyana Hollandica (Suriname), 2 pi. col. 
C. RITZEMA Cz. Lijst der entomologische Geschrifteu van M. J. W. 
VAN LANSBERGE. D. H. Bos. Mieren in Bladluizen. E. WASMANN, 
S. J. Beitrage zur Lebensweise der Gattuugen Atemeles und Lome- 
chusa (fig.). D r . E, EVERTS. Tabellarisch overzicht der in Neder- 
land waargenommen Soorten van bet geschlacht Amara Bonelli. 
M. C. PIEPERS. Ueber die Entwicklungsgeschichte einiger javanischen 
Papilioniden-Raupen (pi.). F. M. VAN DER WULP. Nieuwe argen- 
tijnsche Diptera van wijlen Prof. H, Weyenbergh Jr. (pi.). 



SEIDLITZ (D r G.). Fauna baltica. Die Kafer der Ostseeprovinzen Russ- 
lands, 2 e ed., 1 a 4, 1887-1889, 512 p. * 

ID. Fauna transsylvanica. Die Kafer siebenbuergens, 1 a 4, 1888-1889, 
544 p. * 

A. L. 



LXVIII Bulletin entomologique. 

Seance du 1O avril 188O 

Pr6sidence de M. le D r ALEX. LABOULBfcNE 

M. Joseph MerkI, naturaliste de Resicza (Hongrie), assisted la seance. 

Necrologies. M. le President annonce la perte que vient de faire la 
Societe en la personne de notre savant membre honoraire le docteur 
Victor Signoret, dece de a Paris, le 3 avril 1889, a Page de soixante-douze 
ans. II ajoute que, au milieu d une nombreuse assistance, la Societe 
etait represeritee, aux obseques de notre regrette collegue, par son 
Bureau, ainsi que par un grand nombre de ses membres. Au cimetiere, 
M. Laboulbene a, comme notre President et comme 1 un des plus anciens 
amis, prononce 1 allocution suivante : 

Chers Gollegues, 

Le deuil qui nous rassemble est bien cruel. Gelui que nous accompa- 
gnons a sa derniere demeure etait, non seulement un savant entomolo- 
giste, mais aussi, pour beaucoup d entre nous, un ami sur et de voue. 

Je ne puis, devant cette tombe ouverte, vous rappeler tous les me- 
rites scientifiques de Signoret et son oeuvre considerable. Qui de vous 
ne connait ses travaux sur les Hemipteres, ses recherches sur les Tetti- 
gones, les Goccides, en un mot sur les moins connus de cet ordre d in- 
sectes ? A la fois patient et sagace, notre si regrette collegue portait son 
activite et ses investigations vers les difficultes qui 1 attiraient ; a 1 aide 
du microscope, il appreciait les caracteres diffe rentiels les plus caches, 
il les fixait par le dessin. Le docteur Signoret etait un entomologiste 
consciencieux, cherchant a connaftre les limites ou se trouve fixee une 
espece ; nul plus que lui n a evite les synonymies et rejete les varietes 
douteuses, qui encombrent la science au lieu de la faire avancer. 

D une nature expansive, d un coaur aimant, Victor Signoret attirait a 
lui ceux qui 1 approchaient ; ses amis ne 1 oublieront jamais. Pour moi, a 
ce moment supreme, les souvenirs arrivent en foule : je me rappelle 
a la fois, et son premier accueil, et la creation de sa propriete de Cla- 
mart, qu il avait si embellie, et nos voyages, et les tristesses partagees 
du siege de Paris, et encore les progres impossibles a conjurer de la 
maladie dont il a si longtemps souffert. Apres une amitie solide, noue e 
pendant quarante annees, qu un nuage ne traversa jamais, il semble, 



Seance du 10 avril 1889. LXIX 

quand la separation a lieu, qu une partie de nous-meme soil violemment 
arrachee et nous quitte pour toujours. 

Au nom de la Societe entomologique de France, que vous aimiez tant 
et qui vous avait decerne 1 honorariat, je vous adresse, eminent Collegue, 
le supreme adieu. Encore adieu, Victor Signoret, cher et vieil ami. Et si 
1 echo de mes paroles peut arriver jusqu a votre compagne si devouee, 
aujourd hui seule a votre foyer, jusqu a celle qui a occupe votre derniere 
pensee, que son immense douleur soil amoindrie, si c est possible, en 
presence de notre respectueuse sympathie et de notre commune afflic 
tion ! 

La Societe decide que le discours de M. le D r Alex. Laboulbene sera 
immediatement public dans son Bulletin; puis, sur 1 invitation de M. le 
President, M. Leon Fairmaire est charge de nous donner pour les An- 
nales une Notice sur la vie et les travaux entomologiques de Victor 
Signoret. 

M. le Secretaire fait connaitre la mort de notre collegue M. J.-G. 
Puls, decede a Gand (Belgique) le 13 Janvier dernier. M. Puls, qui 
s occupait d entomologie d une maniere generale, mais surtout des in- 
sectes des ordres des Hymenopteres et des Dipteres, a public divers 
travaux dans les Annales et dans les Gomptes rendus des seances de la 
Societe entomologique de Belgique ; il appartenait a notre Societe depuis 
plus de vingt ans (1867). 

Membres recus. 1 M. Victor-Ernest-Hyacinthe Grison, receveur de 
I Eriregistrement, des Domaines et du Timbre, a Nubecourt, par Beauzee 
(Mouse) (Cole opteres), presente par M. A. Le veillc. Gommissaires 
rapporteurs : MM. L. Bedel et le D r Alex. Laboulbene ; 

2 M. A.-F. Nonfried, rnembre de plusieurs Societes savantes, a Bako- 
nitz (Boheme) (Coleopteres en general, principalement Lamellicornes, 
Buprestides et Ceramby tides), presenle par M. E. Desmarest. Gom 
missaires rapporteurs : MM. H. Lucas et G.-A. Poujade ; 

3 M. Achille Rame, membre de la Societe centrale d ApicuIture et 
d Insectologie, rue Berlioz, 19 (Entomologie generale et appliquee), prc- 
sente par M. J. Fallou. Gommissaires rapporteurs : MM. Chretien et 
Alfred Guillot. 

Candidat presente. M. Louis Moisson, avocat, rue de la Republique, a 



LXX Bulletin entomologique. 

Oran (Algerie) (Entomologie generate, surtout Cole opteres), presente par 
M. Maurice Dolle. Gommissaires rapporteurs : MM. E. Desmarest et 
A. Leveille. 

Communications. M. le Secretaire annonce que le Congres interna 
tional de Zoologie, dont M. J. Kiinckel d Herculais a deja indique la 
formation (Bull. 1888, p. cc), s ouvrira a Paris, pendant 1 Exposition 
universelle, le lundi 5 aout et sera clos le samedi 10. Les membres de 
la Societe sont engages a y prendre part. Le president de la commis 
sion d organisation est M. le professeur Alphonse Milne-Edwards ; notre 
collegue M. le D r Raphael Blanchard (rue du Luxembourg, 32), secre 
taire, est charge de recevoir les communications relatives au Gongres, 
et M. Schlumberger (rue du Gherche-Midi, 21), tresorier, de percevoir 
la cotisation, fixee a 15 francs. 

Outre les travaux qui pourront etre presentes a ce Gongres, et parmi 
les questions au sujet desquelles une discussion sera sou levee, se trouvent 
les suivantes : 

1 Des regies a adopter dans la nomenclature des etres organises et 
adoption d une langue scientifique internationale ; 

2 Determination des regions du globe dont la faune est insuffisam- 
ment connue, et dans lesquelles il y aurait lieu de faire des explorations ; 

3 Des relations qui existent entre la faune actuelle et les faunes 
fossiles, etc. 

M. Ed. Lefevre donne la description suivante d une riouvelle 
espece de Clytrides, du genre Coptocephala, provenant de I Afrique 
tropicale orientale : 

COPTOCEPHALA JACOBYI. c?. Oblongo-elongata, subctjlindrica, subtus 
nigra et griseo-pubescens ; antennis fuscis, basi fulvis ; capite maxima, 
nigro, inter oculos arcuatim sat fortiter impresso ibique ruguloso, vertice 
maxime convexo, Ixvi, epistomate tumido, remote punctulato et ruguloso, 
antice abrupte declivi, dein recte truncato ; mandibulis nigris, validis- 
simis, porrectis, forcipatis, basi tuberculo elevato instructis, superne ca- 
naliculatis, extus lateraliter latissimis et griseo-pubescentibus ; scutello 
nigro, apice rotundato; prothorace elytrisque rufo-fulvis, parum nitidis; 
illo transverso, punctis minutis disperse instrmto, ad latera utrinque 
juxta angulos posteriores transversim leviter impresso; his sat dense 
punctatis, punctis apice summo fere deletis, singulo puncto humerali. 



Seance du 10 avril 1889. 



LXXl 



maculis duabus farms paulo ante medium transversim digestis, et ultra 
medium fascia transversa lata, nee latera nee suturam attengente, nigris ; 
femoribus nigris, tibiis tarsisque rufo-fulvis. Long. 6 mill.; lat. 
2 3/4 mill. 
Bords du lac Nyassa (coll. Jacoby et la mienne). 

Gette nouvelle espece se distingue nettement de toutes ses congeneres 
par la structure de sa tete et de ses mandibules qui sont enormes. La 
femelle m est inconnue. 

M. Albert Fauvel adresse la note qui suit : 

Apres examen de differents types dont j ai rec.u communication de 
MM. Regimbart, Gh. Brisout de Barneville, Sharp, Seidlitz et J. Sahl- 
berg, voici comment doivent s etablir la synonymie et le classement du 
groupe des Hydroporus gallo-rhenans dont M. le D r Regimbart a entre- 
tenu la Socie te dans sa seance du 27 fe vrier dernier (page XLI) : 



1. tartaricus Lee. 

nigellus Mann. 
geniculatus Thorns. 

2. morio Gemm. Har. 

melanocephalus J Gyll. 
atriceps Crotch. 
pyrenxus Wehncke. 



3. foveolatus Heer. 

nivalis | Fairm., Sharp. 
Atropos Muls. 

4. nivalis Heer. 

morio Heer. 
neuter Fairm. 
alticola Sharp. 
(v.) sabaudus Fauv. 



5. nigrita Fabr. 

(v.) convexior Seidl. 

6. longulus Muls., Seidl. 

celatus Clark, Seidl. 

7. cantabricus Sharp. 

celatus t Bedel. 

8. longicornis Sharp. 

9. melanarius Stm. 

10. memnonius Nicol. 

incertus Aube. 

insularis Sharp. 

v. ? castaneus Aube. 

11. oblongus Steph. 

nitidus Stm. 

12. ferruginous Steph. 

Victor Aube. 

13. obsoletus Aube. 



Je donnerai tres prochainement, dans les notes explicatives du Cata 
logue des Cole opteres gallo-rhenans , les motifs a 1 appui de celles de ces 
synonymies qui sont nouvelles. 



LXXH Bulletin cntomologique. 

M. G.-A. Baer lit la note suivante : 

Le journal Le Temps donne un extrait d une lettre adressee par Stan 
ley a la Societe geographique de Londres et dont il a ete donne lecture 
a la reunion du 8 avril de cette Societe. 

Dans cette lettre, le celebre explorateur raconte qu on a rcussi a de- 
couvnr quel e tait le poison dont les indigenes enduisaient leurs fleches, 
poison qui a cause la mort de plusieurs membres de 1 expedition, et 
auquel le lieutenant Stais n a echappe que par une circonstance acciden- 
telle. Les indigenes Fobtiendraicnt en reduisant en poudre les corps de 
Fourmis rouges que Ton rencontre en grande quantite dans ces contrees ; 
ce serait cette poudre, cuite dans de Phuile de palmier, qu ils emploie- 
raient pour enduire leurs fleches et rendre les blessures presque toujours 
mortelles par le tetanos. 

Plusieurs observations sont preserves a la suite de cette communi 
cation. MM. Laboulbene et Fumouze pensent qu il ne faut acceptor 
qu avec une grande reserve 1 observation signalee par Stanley. Selon 
eux, la matiere enduisant les fleches des sauvages doit etre probable- 
ment composee d un melange contenant un poison vegetal. 

M. Emile Renaut, de Ghaumont (Haute-Marne), dans une lettre 
adressee au President, annonce qu il communique a ses collegues 
neuf albums contenant une Iconographie des Lepidopteres avec leurs 
chenilles placces sur les plantes nourricieres. La plupart des che 
nilles ont ete representees d apres des sujets recueillis par notre 
collegue dans le departement de la Haute-Marne ; quelques-unes lui 
ont ete envoyees par MM. G. Jourdheuille, P. Chretien et de Tarbe, 
d Angers. 

MM. le D r Laboulbene et G. Jourdheuille font passer sous les yeux de 
la Societe la belle collection d aquarelles, toutes executees d apres nature 
par M. Renaut ; travail dont il s occupe depuis plus de dix ans, et qui 
doit figurer a 1 Exposition universelle. 

La Societe constate la beaute et la parfaite exactitude des peintures de 
notre collegue. Elle le remercie de lui avoir soumis son oeuvre remar- 
quable, et 1 engage a le completer en s occupant surtout des Microlepi- 
dopteres, dont l iconographie est jusqu ici bien peu avance e, en France 
surtout. 



Seance du iO avril 1889. LXXIII 

M. J. Fallou, en montrant un grand nombre de cocons anormaux 
du Ver a soie du Murier, presente la communication suivante : 

La deuxieme education experimentale du Sericaria won, tentee a 
Champrosay (Seine-et-Oise) en 1888, et dont j ai pu suivre les moindres 
details, m ont fait faire des remarques sur certains cocons de forme 
bizarre, qui m a rappele diverses notes de plusieurs entomologistes. 

En 1845, M. H. Lucas a communique (Bull., p. LXXXI) des observa 
tions sur plusieurs cocons anormaux. M. de Nivoy, d Alger, lui avail 
donne un cocon monstrueux, et il constata que ce cocon renfermait 
deux chrysalides, qui, malgre 1 etroit espace dans lequel elles pouvaient 
agir, avaient neanmoins pu se developper et permettre aux deux ju- 
maux de sortir de leur retraite. Parmi les autres cocons recoltes par 
M. de Nivoy, au nombre, dit-il, de plus de 60,000, aucun ne presentait 
ce cas anormal. 

Dans tine education faite au Museum, egalement la meme annee 1845, 
par M. E. Blanchard (Bull., p. LXXXII), des cas d anomalie se presentment 
plusieurs fois, et, sur trois cocons renferrnant chacun deux individus, 
on constata la presence des deux sexes. 

En 1862 (Ann. Soc. ent. Fr., p. 89), Maurice Girard confirma les obser 
vations presentees, et, sur cinq cocons doubles, deux ne lui donnerent 
pas de produits complets, maisles trois autres produisirent des papillons 
males et femelles. 

Dans une note adressee, aussi en 1862, a 1 Academie des sciences 
(Gornptes rendus, t. LV, p. 106), M. Tigri, sans se prononcer sur le 
fait de savoir si les deux Vers qui filent le cocon double sont toujours 
de sexes differents, admet, dans ce dernier cas, la possibilite d un 
accouplement des deux papillons avarit ou pendant la sortie du cocon, 
et trouve, dans ce fait naturel, 1 explication des cas de parthenogenese 
cites par les auteurs. II a constate, dans un cocon bisexuel, ou les 
deux papillons etaient morts, 1 existence d oeufs pondus, qu il a supposes 
fecondes. 

En 1869, lors de 1 excursion de la Societe entomologique dans 1 Af- 
deche (Bull., p. LXXIV), a 1 epoque ou se faisait 1 education des Vers a 
soie, j ai eu 1 occasion de visiter, a Gelles-les-Bains, une magnanerie, ou 
j ai pu etudier la maniere dont se pratiquait, a cette epoque, 1 education 
du precieux sericigene. La maladie etait alors en pleine recrudescence, 
et, a la montee, on pouvait observer UQ grand nombre de cocons anor- 

(1889) Bulletin de la Societe entomologique de France. S 



LXXIV Bulletin entomologique. 

maux. J en recoltai une trentaine, et j en envoyai la moitie a Maurice 
Girard, a Paris, qui les surveiJla et s assura que la inajorite des cocons 
doubles avaient donne male et femelle. De mon cote, a Celles-les- 
Bains, j obtins, sur quinze sujets, douze eclosions de male et femelle ; 
deux cocons donnerent chacun deux femelles, et, d un cocon triple, sor- 
tirent deux femelles. 

L cducation a laquelle je me suis livre en 1888 a donne des resultats 
aussi satisfaisants que possible, puisqu elle a produit environ 8,000 co 
cons. J ai pu constater, dans ce nombre, 124 cocons de formes anor- 
males extremement variees : 32 ont donne une seule femelle; 
38, males et femelles, dont deux etaient accouples dans leurs cocons ; 
de plus, un cocon triple, d ou sont sortis deux males et une femelle ; 

9 ont donne chacun deux femelles ; 3, dont il est sorti deux males : 

1 cocon cordiforme a produit trois males ; 16 cocons, des papil- 
lons sortis dans la bruyere ; 10 ne renfermaient qu une seule chry- 
salide; 6 en contenaient deux; parmi ces derniers, il n est pas 
impossible que plusieurs cocons ne renfermassent les deux sexes, ce 
qui augmenterait le nombre, deja plus eleve, des cocons doubles conte- 
nant male et femelle. 

D apres la serie des cocons anormaux que je soumets a la Societe, ii 
est facile de s assurer que ce ne sont pas les plus volumineux qui ren- 
ferment le plus souvent plusieurs insectes. 

Outre les cocons anormaux et doubles que j ai observes, il est resulte, 
d une education separee et faite hors des regies ordinaires, que des sujets, 
eclos des memes oeufs que les precedents, ont donne des cocons et des 
papillons reduits a moitie de leur taille ordinaire, et qui, cependant, se 
sont bien accouples et ont produit des oeufs bien fecondes. 

Gomme resume de mes nouvelles etudes, je ne puis que confirmer 
les conclusions donnees par Maurice Girard (Ann. Soc. ent. Fr., Bull.. 
1869, p. LXXV) : II parait resulter de 1 observation, qu il existe une 
< forte tendance des chenilles du Ver a soie a s associer pour filer par 
sexes distincts, mais que cette loi souffre des exceptions. 

M. Charles Oberthur adresse une note sur des anomalies obser- 
vees chez des Lcpidopteres anglais (l re partie) : 

Si, en general, les entomologistes anglais ne paraissent pas avoir des 
donnees tres exactes sur les Lepidopteres du continent europeen, dont 
1 etude semble uri peu negligee de 1 autre cote de la Manche, et s il est 



Seance du 10 avrit 1889. LXXV 

de mode, dans la Grande-Bretagne, de s occuper a peu pres exclusive- 
ment de Papillons anglais et exotiques, il faut bien reconnaitre que la 
faime lepidopterologique anglaise, si interecsante qu elle soil cependant, 
est relativement peu connue sur le continent. 

Guenee, grace a son ami Doubieday, possedait quelques series de Pa 
pillons britanniques ; mais les autres lepidopteristes francais, dont les 
collections sorit actuellement jointes a la mienne : Boisduval, de Graslin 
et Bellier de la Chavignerie, semblent avoir tres pen ctudie les Lepido- 
pteres de la faune insulaire. 

Desirant penetrer plus avant dans la connaissance des british Lepido- 
piera, j ai, depuis plusieurs annees, acquis des parties, quelquefois im- 
portantes, des collections qui, successivement, ont paru aux encheres 
publiques a Londres, et j ai ainsi reuni plusieurs milliers de Papillons 
anglais provenant principalement des cabinets de MM. Sang.. Prest. 
Harper, Meek, Battershell Gill, Kenward, Mitford, etc. 

Tout recemment, une nouvelle vente s est faite, et les prix oblenus 
ont generalement atteirit une limite tres elevee. II s agissait de la collec 
tion commencee, il y a environ soixante-quinze ans, par le major 
E. Sheppard et continuee jusqu a ces derniers temps par M. A. F. Shep- 
pard. Cette collection contenait de tres curieux documents. En outre des 
especcs actuellement disparues de la Grande-Bretagne, tels que Po- 
lyommatus dispar, Noctua subrosea, on y remarquait une certaine quan- 
tite d aberrations melaniennes et albines, et, une fois de plus, en com- 
parant les documents que m a fournis la collection Sheppard a tout ce 
que j avais deja reuni de varietes et aberrations diverses, j ai pu cons- 
tater que : 1 Les aberrations, quelque rares qu elles paraissent, se repro- 
duisent toujours les memes, et qu ainsi les variations de chaque espece 
se font suivant les memes lois ; 2 Dans tous les Papillons bicolores et 
tricolores, une des deux ou trois couleurs peut toujours absorber a son 
profit Tune ou les deux autres couleurs. 

Les exemples, a 1 appui de ces observations, sont tres concluants, 
mais tellement nombreux que leur enumeration un peu complete exce- 
derait de beaucoup la proportion de cette simple note. Je me bornerai 
a signaler quelques-unes des principales aberrations de la collection 
Sheppard dans les especes suivantes de Lepidopteres : 

1. VANESSA lo. Les yeux des ailes inferieures sont absolument 
obliteres ; ceux des superieures sont encore un peu apparents, mais 
envahis par le melanisme costal. Je possede deux autres echantillons de 
la meme espece ou 1 obliteration est complete aux quatre ailes. L exem- 



LXXVI Bulletin entomologique. 

plaire de la collection Sheppard est done un transitus egregius entre la 
forme normale et 1 aberration extreme de 1 espece. 



2. POLYOMMATUS PuL^As. 1 Toutes les parties rouge feu sont 
remplacees par du blanc legerement bronze. Je possedais tin exemplaire 
exactement semblable ; 2 La moitie seulement des ailes superieures 
est d un blanchatre argente ; le reste est normal ; 3 Dans deux indi- 
vidus, 1 aile inferieure est entierement noiratre (without bands on hind 
wings), sauf des traits nervuraux dores ; 4 Les taches noires de 
Faile supcrieure sont absentes, sauf les deux cellulaires (with only two 
spots on fore wing) ; 5 Les taches noires sont, au contraire, tres 
grossies et tendent a confluer en une bande. 

3. ZYGJENA FILIPENDUL.E. Dans quatre exemplaires, les taches des 
ailes superieures et les ailes inferieures sont jaunes (lutex). La race 
parait petite et assez speciale. Deja je possedais trois filipendulss anglaises 
jaunes ; mais d une race grande et d un jaune plus clair (flav&J. 

E. D. 



Bulletin bibliographique 

Academic des sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
1889, l er sem., n 12. J. DE GUERNE et J. RICHARD. Sur la faune 
des eaux douces du Greenland. N 12. Q 

Association francaise pour I avancement des sciences. N 52. Informa 
tions et documents divers. 

Entomologische Nachrichten, 1889, H. VI. J. SCHMIDT. Neue Arten 
der Gattung Hister. K. M. HELLER. Bemerkung iiber die Lebens- 
weise von Propomacrus bimucronatus Pall., VII et VIII. H. DE- 
WITZ. West- und centralafrikanische Tagschmetterlinge (2 pi. lith.). 
E. REITTER. Uebersicht der mir bekannten Elater-Anen der pa- 
laearktischen Fauna. P. STEIN. Revision einiger Spilogaster-A.TtQi\. 
P. RICHTER. Ein neuer Saprinus. F. KARSCH. Orthopterologische 
Mittheilungen : III. Ueber von Herrn Oskar Schonemann in Chile 
gesammelte Phaneropteriden. V. v. RODER. Ueber Eutarsus au- 
licus Mg. ein Nachtrag. 

Entomologiste ge nevois (L ), 1889, 4 e livr. TOURNIER. Monographic des 
Phalacrides. ID. Etudes hymenopterologiques. 

Entomologist s monthly Magazine (The), 1889, n 229. FR. KLAPALEK. 



Seance du iO avril 1889. LXXVII 

The Metamorphoses of Apatania muliebris Me Lach. : a chapter in 
Parthenogenesis (fig.). E. A. ATMORE. Notes on Tortrix decretana 
Tr., with a description of its larva. G. T. PORRITT. Description of 
the larva of Homwosoma nimbella. G. \V. DALE. Notes on some 
very old Specimens of Lepidoptera. E. GREEN. Descriptions of 
two new Species of Lecanium from Ceylaii (fig.). J. S. BALY. 
Diagnoses of uncharacterized Species of Diabrotica. B. G. NEVINSON. 
On a new Pimelia brought by Mr. Joseph Thomson from Morocco. 

Notes di verses. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, 1889, n 222. R. MARTIN. Les Agrio- 
nidees franchises. Communications. 

Insectologie agricole (Bulletin a"), mars 1889. A. WALLES. Le Bacillus 
alwi (Cheshire). RAVERET-WATTELL. Extrait d une conference sur 
les Insectes utiles et nuisibles a la pisciculture. La lutte centre les 
Sauterelles. E. SAVARD. L effeuillante (Geometra defoliaria L.). 
Les Criquets comestibles. Les Champignons sous le rapport de 
1 entomologie. 

Naturaliste (Le), l er avril 1889. Un nouveau Drymochares du Caucase. 

P. DOGNIN. Diagnoses de Lepidopteres nouveaux. P. MAGRETTI. 
Sur quelques particularites biologiques de deux especes d Insectes 
Hymenopteres (fig.). 

Nederlandsche entomologische Vereeniging (Verslag van de twe-en-twin- 
tigste \\intervergadering der), 13 Janvier 1889. 

Reale Accademia dei Lincei (Attidella), 1888, 2 e sem., n 11. Q 

Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, II, n 3, 
1889. O 

Revue des trctvaux scientifiques, t. VIII, n os 8 et 9, 1888. 
Royal Society (Proceedings of the), 1889, n 277. Q 

Socie te a" etudes des sciences naturelles de Ntmes (Bulletin de la), 1887, 
15 e anuee. L. PLANGHON. Notice biographique sur J. Lischtenstein. 

E. JAULMES. Les Guepes sociales. 

Socie te linne enne du nord de la France (Bulletin mensuelj, 1889, n 199. 
- L. CARPENTIER. Sur les collections d Insectes nuisibles et utiles. 



LXXVIH Bulletin entomologigue. 

CAMERON (P.). A decade of new Hymenoptem (Mem. Proc. Manch. Soc.. 
1889, 9 p. * 

DOLLFUS (A.). Le Museum de Londres. Notes et impressions (Bull. Soc. 
d e t. sc. Paris), 1889, 26 p. * 

ID. La Station zoologique de la Societe neerlandaise de zoologie (Feuille 
Jeunes Nat.), fig., 4 p. * 

KOHL (F. F.). Bemerkungen zu Edm. Andre s, Species des Hymeno- 
pteres, t. Ill (Les Sphegiens), rnit Beschreibung ciniger neuer 
Arten (Verb. K. K. zool. hot. Ges. Wien), 1889, 22 p. * 

A. L. 



Seance du 94 avril 

Presidence de M. P. MA.BILLE, vice-president 

MM. A. Fauvel, de Caen, et E. Simon, de retour de son voyage en 
Egypte, assistent a la seance. 

Decisions. La Societe, d apres la demande du Ministere de 1 Instruction 
publique et des Beaux-Arts, decide de nommer un delegue a 1 Exposi- 
tion universelle. Sur la proposition de M. lo D r Laboulbene, president, 
elle designe M. A. Leveiile, archiviste, qu elle charge, en outre, de lui 
remettre un rapport sur 1 Exposition de 1889, au point de vue de la 
science entomologique pure et appliquee. 

A cette occasion, M. A. Leveiile prie ses collegues de 1 aider dans son 
travail, en lui fournissarit tons les renseignements qu ils pourront 
recueillir. 

La Societe, sur la demande de plusieurs de nos collegues, et apres 
avoir entendu un rapport favorable de sa Commission de laBibliotheque, 
decide 1 acquisition de la collection complete du Zoological Record, com- 
prenant les vingt-quatre volumes actuellement publics (1864-1887). 
ainsi que 1 abonnement au volume de 1888, aujourd hui sous presse. 

Correspondence. M. le Ministre de I lnstruction publique et des Beaux- 
Arts fait savoir que le Congres des Societes savantes aura lieu, cettc 
annee, a son Ministere, du mardi 11 juin au vendredi 14; et que la 
seance generate se tiendra, le samedi 15, a la Sorbonne. II demande que 



Seance du %4 avril 1889. LXXIX 

les delegues des Societes savantes s engagent a prendre une part active 
au Congres. La Societe entomologique de France fait appel a ceux 
de ses membres qui desireraient etre nommes en cette qualite, et les 
avertit que le dernier delai, pour la presentation de leur nom et du 
titre des communications qu ils se proposent de faire, est fixe, par 
I administration, au 5 mai 1889. 

Membre repu. M. Louis Moisson, avocat, rue de la Republique, a 
Oran (Algerie) (Entomologie generate, surtout Coleopteres), presente par 
M. Maurice Dolle. Commissaires rapporteurs : MM. E. Desmarest et 
A. Leveille. 

Candidats pre sente s. 1 M. 1 abbe Deharle, vicaire a la cathedrale de 
Laon (Aisne) (Lepidopteres d Europe), presente par M. Maurice Dolle. - 
Commissaires rapporteurs : MM. Heulz et Poujade ; 

2 M. Rene Lenain, a La Capelle-en-Thierache (Aisne) (Lepidopteres et 
Coleopteres d Europe), presente par M. Maurice Dolle. Commissaires 
rapporteurs : MM. Heulz et Poujade ; 

3 M. Vitrac, medecin, aux Trois-Rivieres (Guadeloupe) (Entomologie 
generate ; Botanique), presente par M, Fleutiaux. Commissaires rap 
porteurs : MM. Lucas et Poujade. 

Lecture. M. le D p J.-S. Baly, de Warwick (Angleterre), adresse, par 
1 entremise de M. Fleutiaux, un memoire ayant pour titre : Contribu 
tions a la Faune indo-chinoise (suite) : Sagrida, Lemidx, Chrysomelidx 
et Hispidse. Travail comprenant les diagnoses en latin des di verses 
especes et les descriptions en anglais. 

Communications. M me veuve Signoret offre a la Societe une partie de 
la riche bibliotheque entomologique de notre regrette membre hono- 
raire. La Societe decide unanimement que de vifs remerciements lui 
seront adresses par le President. 

M. A. Grouvelle adresse divers renseignements relatifs au groupe 
des Helmis et la diagnose d un Riolus nouveau : 

1. Les Limnius fuscipes Reiche, subparallelus Fairm. et interrupts 
Fairm. sont identiques au Limnius tuberculatus Mull. La synonymic de 
cette espece doit done s etablir ainsi : 

Limnius tuberculatus Mull. 1806 (= Dargela-si Latr. 1807 = subpa 
rallelus Fairm. 186,3 = fuscipes Reiche 1879 = interrupts Fairm. 
1884). 



LXXX Bulletin entomotogique. 

2. Le Limnius villoso-costatus Reiche appartient au genre Riolus. 

3. L Helmis Coyei All. et le Macronychus rioloides Reitt. appartiennent 
au genre Microdes Motsch. 

4. Le Latelmis insignis Reitt. est identique au Dupophilus brevis 
Muls. 

o. UHelmis velutina Reiche est bien un veritable Helmis (Lareyniea) 
et non un Limnius comme 1 indique le Catalogue des Coleopteres de 
I Ancien Monde par M. de Marseul. 

6. L Helmis syriaca All., qui, dans le meme Catalogue, est range dans 
le groupe des Latelmis, appartient en realite aux Helmis proprement 
dits. 

7. Les Limnius Damryi Fairm., intermedins Fairm. et sulcipennis 
Fairm. sont bien des Latelmis, comme 1 indique le meme ouvrage. 

Toutes les rectifications precedentes ont ete etablies apres examen des 
types originaux. 

8. RIOLUS SUBSTRIATUS, n. sp. Ovatus, convexus, nitidulus, vix pu- 
bescens, nigro-seneus, pedibus obscure piceis, tarsis antennisque rufis ; 
prothorace transverso, antice anguslato, angulis anticis acute promi- 
nulis, lateribus anguste marginatis, leviter granosis, disco tenuiter par- 
ceque punctulato ; elytris ovatis, apice obtuse subcaudatis, lateribus uni- 
carinatis, dorso levissime striato-punctatis , striis inter carinam et 
suturam sex. Long. 11/2 mill. 

Province d Oran : Tlemcen, cascades de Poued Mefrouch, sous les 
pierres immergees des bassins superieurs et des prises d eau. 
Decouvert par MM. Bedel et Gazagnaire. 

Le meme menihre signale plusieurs synonymies relatives a des 
Cucujides / lkj e ; 

Notre collegue M. le D r Schaufuss ayant eu la complaisance de me 
communiquer les types de diverses especes de Cucujides qu il a publiees 
dans le Nunquam otiosus (p. 385 et suivantes), j ai constate que les 
Platamus Haroldi, bipunctatus et quadripunctatus appartenaient au 
genre Telephanus Er., et que les Telephanus later alis et pallidus de- 
vaient passer en synonymic. Le T. lateralis Schauf. est une variete" du 
T.pilicornis Reitt. et le T. bimafiujatua Schauf. est un T. bimaculatus 
Schauf. a coloration incomplete. 



Seance du 24 avril 1889. LXXXI 

M. G.-E. Leprieur communique la note suivante : 

Parmi les insectes aquatiques que mon savant ami M. Letourneux 
avail bien voulu faire recolter en Egypte, a 1 epoque ou il s y trouvait 
comme vice-president de la Gour internationale d Alexandrie, il s etait 
rencontre tm certain nombre d exemplaires d un Helochares a elytres 
striees-ponctuees, que j avais eu 1 occasion de faire examiner par plu- 
sieurs de nos collegues, desquels il etait inconnu, et que je n avais pas 
ose decrire dans la crainte d un double emploi. 

En envoyant, en 1887, a M. Seidlitz, des Hydrocanthares de ma col 
lection, j y avais joint quelques Palpicornes, et, en me retournant mes 
Dytiscides, il m informa qu il avait conserve les autres especes pour les 
soumettre a M. Kuwert, qui allait etudier cette i amille. 

Au commencement de ce mois (avril 1889), j ai rec.u mes Palpicornes, 
et ce n est pas sans etonnement que j y trouvai mon espece inconnue 
sous le nom de Graphelochares melanophthalmus Muls. Je recounts a 
la l re edition des Palpicornes de cet auteur, et je pus lire, page 137, la 
description de cette espece, ou L. Dufour etait indique comme 1 auteur 
de son nom specifique. 

Pendant le sejour que notre illustre President honoraire fit en Es- 
pagne, de 1808 a 1814, il en avait trouve un seul exemplaire et 1 avait, 
a son retour, offert a Latreille. La collection de ce dernier etait entree, 
plus tard, dans celle de Dejean, et, lors de la dispersion de celle-ci, le 
Musee de Lyon en avait acquis, les Palpicornes et quelques autres 
families. G est la que Mulsant, ayant vu 1 insecte, 1 avait signale dans son 
etude, pour le cas possible ou il se rencontrerait en France. 

Je ne veux pas chercher ici comment, depuis Dufour, personne n a 
plus rencontre cette espece, ni par suite de quelle erreur notre savant col- 
legueM. Reiche (Coleopteres nouveaux de Syrie, Ann. Fr., 1856, p. 358), 
en affirmant 1 identite de VHydr. (Helochares) dilufys Er. avec le lividus 
Forster, y a ajoute en synonymic 1 Helochares -i w^tfylmus Muls., 
sans apporter la moindre preuve a 1 appui et encore molr sans signaler 
la collection ou etait conserve le type ; mais il est curieux de rencon- 
trer en Egypte, depuis les environs d Alexandrie jusqu au Gaire et a 
Ghize, cet insecte, trouve et nomme par Dufour, decrit par Mulsant, et 
dont aucun des nombreux entomologistes qui ont explore 1 Espagne et 
le littoral mediterraneen n a jusqu ici signale 1 existence. 

M. Kuwert, tout en conservant 1 insecte dans le genre Helochares, en 

(1889) Bulletin de la Societ6 entomologique de France. 9 



LXXXII Bulletin entomologique. 

forme un sous-genre, nomme Graphelochares, pour rappeler la sculpture 
toute particuliere des elytres. 

M. H. Lucas lit les notes suivantes : 

1 Notre collegue M. H. de Saussure, Melanges entomologiques, fasc. 3, 
p. 330, 1870 (exlr. des Mem. de la Soc. de phys. et d hist. nat. de Ge 
neve, t. XXI), donne le nom ftldolum a une Empusite extremement 
curieuse par sa forme et qui rappelle un peu les Gongylus de Thunberg ; 
mais une etude comparative de ces deux coupes generiques montre que 
les Idolum en different par des caracteres bien tranches, surtout par la 
grandeur et la venulation des elytres. II est aussi a remarquer que, dans 
ce genre, les pattes de la premiere paire sont entierement membra- 
neuses, surtout les hanches, dont 1 axe est presque noye dans la mem 
brane, avec les cuisses surmontees, dans toute leur longueur, d une 
grande expansion foliacee ; les pattes des deuxieme et troisieme paires 
sont cylindriques, greles, avec les hanches lobe es et les cuisses ne 
portant a 1 extremite que deux folioles : 1 une superieure, Fautre infe- 
rieure. 

L unique espece qui compose cette coupe generique, et dont la larve 
presente les formes les plus fantastiques, a regu le nom de diabolicum 
de Sauss., loc. cit., p. 331, pi. 5, fig. 36, 36 a; elle a ete rencontree en 
juin 1888 par le Pere Leroy, missionnaire apostolique a Mrogoro (Zan- 
guebar), sur un basilic sauvage, a une altitude de 600 metres environ. 
Get individu, qui est une femelle, appartient au Museum. 

2 J ai observe, vivant, pendant une quinzaine de jours, dans un 
flacon rempli d eau, uu Annele tres agile, se repliant sou vent sur lui- 
meme et dont le corps est sans cesse en mouvement. Je le communiquai 
a M. le professeur Perrier, qui reconnut, dans cet Annele, une Hirudinee 
appartenant au genre Piscicola des auteurs et a 1 espece designee par 
Linne sous le nom de geometra ; en effet, dans les mouvements qu elle 
execute pour progresser, elle rappelle beaucoup ceux des chenilles 
geometres ou arpenteuses. Comme le nom generique 1 indique, cette 
Hirudinee vit aux depens des Poissons d eau douce, sur lesquels elle 
se fixe a 1 aide de sa ventouse anale, qui est tres grande et presque 
double de Forale. On la rencontre quelquefois aussi errant sur le 
cresson. Les conditions dans lesquelles cette Hirudinee, longue de 
15 millimetres, a etc trouvee, et que je fais passer sous les yeux de 
mes collegues, meritent d etre signalees ; elle a ete remise a M. le pro- 



Seance du 24 avril 1889. LXXXIII 

fesseur Baillon par un medecin qui 1 a rencontree dans des dejections 
provenanl de vomissements. 

M. Charles Oberthiir adresse une note sur des anomalies observees 
chez des Lepidopteres anglais (2 e partie, fin) : 

4. GHELONIA VILLICA. 1 Les taches jaunatres des ailes superieures 
sont tres reduites ; 2 Quelques taches jaunatres sont, au contraire, 
larges et confluentes, mais de fac.on variee ; ainsi : a. Les taches du 
bord marginal sont, depuis le sommet jusqu a Tangle interne, reunies 
en une bande epaisse ; b. La tache basilaire est jointe aux deux taches 
voisines et forme un < ; c. Toutes les taches longeant le bord anterieur 
et le bord inferieur sont confluentes ; 3 Les ailes inferieures sont, le 
long du bord anterieur, assez largement lavees de noiratre ; 4 Les 
ailes superieures sont blanches (with forewing nearly white), sauf le 
bord costal etroitement reste noir ; 5 Les taches noires subbasilaires 
de 1 aile inferieure sont reunies et forment un arc. Je possede plus de 
vingt aberrations remarquables de villica ; les plus belles etaient dans la 
collection Harper. 

5. CHELONIA GAJA. 1 Les quatre ailes sont entierement brunes 
(entirely brown} ; 2 Les ailes superieures sont ou bien melanisees 
par la suppression plus ou moins complete des dessins blanchatres nor- 
maux, ou bien, au contraire, albinisees par 1 extension absorbante des 
memes dessins ; 3 Les ailes inferieures sont envahies par la con 
fluence des taches noires, ou encore, inversement, elles ont les taches 
noires extremement reduites. C. caja presente, en outre, par la colo 
ration de ses ailes inferieures, la gamme complete de 1 ordre de varia 
tion dit xantique. Le sommet etant rouge, Talbinisme est jaune et blanc, 
et le melanisme brundtre et noiratre. 

6. VENILIA MAGULATA. 1 Deux males entierement jaunes et n ayant 
plus do taches grisatres que le long du bord costal (two unspotted vars) ; 

2 Deux femelles semblables, mais ayant sur les ailes inferieures 
quelques vestiges des taches normales, indiques en gris tres pale ; 

3 Une femelle faisant le passage de ces aberrations au type et pre- 
sentant, sur le fond jaune, les taches normales, mais tres retrecies et 
colorees en gris pale. 

Ges aberrations sont 1 oppose de celles ou les taches brunatres enva- 
hissent les quatre ailes. Je possede un seul male de cette forme unicolore 
d un brim verdatre ; elle provient des environs de Paris, ou elle se 



LXXXIV Bulletin entomologique. 

reproduit quelquefois ; mais elle a ete egalement rencontree en Angle- 
terre. 

7. ABRAXAS GROSSULARIATA. 1 II ne reste plus de noir que sous 
forme de points marginaux tres pelits ; les quatre ailes sont blanches, 
avec le point discoi dal et la bande transverse jaunes ; 2 Transition 
de cette aberration au type (aberr. Dohrni) ; les taches noires sont indi- 
que es, mais tres reduites ; 3 Aberrations melaniennes : ou bien une 
bande noire epaisse recouvre la ligne jaune transverse, pendant que ie 
reste des ailes est normal ; ou encore les taches noires forment des 
rayons depuis le bord terminal jusqu a cette ligne jaune trans versalc, et 
meme ces rayons arrivent pres de 1 espace basilaire ; ou enfin le mela- 
nisme, par confluence des taches noires ou semis d une epaisse pigmen 
tation noire, est plus ou moins complet. 

Je possede aussi une centaine d aberrations insignes de grossulariata, 
et 1 Angleterre m en a fourni le plus grand nombre. 

Pour memoire, je cite les Noctuelles melaniennes. Beaucoup d especes, 
en Angleterre, peuvent etre atteintes d un noircissement plus ou moins 
prononce. C. tmpezina cependant merite d etre signalee pour une forme 
d un noiratre fonce, mais conservant, sur le fond obscur, les lignes 
ordinaires, fmement indiquees en jauno pale. 

- M. P. Mabille donne la description de quelques Hesperides nou- 
velles du genre Pamphila : 

1. PAMPHILA VERRUCA, n. sp. Le fond des ailes est, en dessus, d un 
jaune d oauf. Les ailes superieures ont une bordure noire qui va de 
1 apex a Tangle interne, et qui, de 1 apex, forme une assez large bande 
costale jusqu a la base, sinuee en dedans et produisant une tache arron- 
die sur rorigine des rameaux superieurs ; la cote reste jaune de la base 
au bout de la costale. Les ailes inferieures sont jaunes, avec une bor 
dure et la base noiratres, ce qui figure une assez longue tache discale a 
bords erodes en dedans ; sur la base meme, on voit un epaississement 
de la membrane de 1 aile formant une sorte de verrue evasee et remplie 
d ecailles. Le dessous est tout jaune pale ; sur les ailes superieures, il y 
a une tache noire en forme de courte bandelette a la base, un petit trait 
au bout de la cellule et une assez grosse tache au-dessus de Tangle in 
terne, noiratres. Les ailes inferieures ont un point noir a la base et une 
ombre enfumee a Tangle anal. 



Seance du 24 avril 18S9. LXXXV 

Le corps est jaune, herisse de poils noiratres. <*. Enverg. 28 mill. 

Gette curieuse espece, portant un caractero etranger a toutes celles du 
genre, habite Nias (Celebes). 

2. PAMPHILA HERCULES, n. sp. G est le plus grand des Pamphila 
de la section de Prusias et des especes voisines : il a 47 mill, d enver- 
gure. Les ailes sont d un fauve dore. Les superieures ont une large bor- 
dure noire de 1 apex a Tangle interne ; de cette bordure, nait une bande 
semblable sur les rameaux 5 et 6, qui de crit une courbe en se rappro- 
chant de la cote et va s appuyer sur le rameau 1. La base est d un noir 
roussatre. Les ailes inferieures sont d un jaune vif, avec le bord ante- 
rieur largement noir jusqu au 6 e intervalle. La base est un peu plus salie 
de roux. Le dessous des ailes superieures est d un fauve rouge brique, 
avec une tache triangulaire noire a la base, Les inferieures ont la moitie 
anterieure du memo rouge et la moitie posterieure un peu plus claire 
qu en dessus. 

Le corps est d un roux fauve. 
Un male de Minahassa (Celebes). 

3. PAMPHILA FULGENS, n. sp. D un beau jaune chaud et vif. Les ailes 
superieures ont une large bordure noire denticule e interieurement et 
s avanc,ant entre les nervures ; de cette bordure, nait, sur Pintervalle 5, 
une liture de meme couleur, qui s epaissit en une etroite bandelette 
courbe allant jusqu a la nervure 1. Sur les intervalles 2 et 3, elle se 
confond avec le trait noir, bi-partie 4, signe du sexe male. La base est un 
peu grise et les rameaux ecrits en noir. Les ailes inferieures sont du 
meme fauve, avec une bordure bien plus etroite, le bord anterieur sali 
de brun et tout 1 espace abdominal assombri ; les nervures et les plis 
sont herisses de poils ferrugineux. Les franges sont fauves. Le dessous 
des ailes est en entier d un fauve plus pale qu en dessus et terne. Les 
ailes superieures ont un trait noir a la base le long du tronc de la sous- 
mediane. 

Le corps et la tete sont fauves, avec le dos du corselet et de 1 abdo- 
men rembrunis et noiratres. Les pattes sont d un jaune clair. Enverg. 
45 mill. 

Venezuela. 

E. D. 



LXXXVI Bulletin entomologique. 

Bulletin bibliographique 

Academie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
1889, l er sem., n os 14 et 15. Q 

Academie des sciences de Cracovie (Bulletin international de l ) } Comptes 
rendus des seances de 1889, n 3. Q 

Boston Society of Natural History (Proceedings of the), 1888, vol. XXIII, 
part III. H. B. HAGEN. Monograph of the Hemerobidae, part. II. 
S. H. SCUDDER. Glands and extensils organs in the Larva3 of Certain 
Butterflies, part IV. J. H. EMERTON. Changes of the internal or 
gans in the pupa of the milkweed Butterfly (pi.). 

Cincinnati Society of Natural History (Journal of the), 1889, vol. XI, 
n 4. Q Demande d echange. 
Index, vol. la X. 

Entomologica americana, vol. IV, 1888. CH. H. BOLLMAN. A prelimi 
nary List of the Myriapoda of Arkansas with Descriptions of New 
Species. J. B. SMITH. An Introduction to a Classification of the 
North American Lepidoptera. W. H. ASHMEAD. Descriptions of 
New Florida Chalcids, belonging to the Subfamily Eucyrtinx. 
T. L. CASEY. Thoroughness in Entomological Tables. P. R. UHLER. 
Preliminary Survey of the Cicadxa of the United States. 0. DIETZ. 
Callida purpurea Say. D. BRUCE. Description of Mature Larva of 
Gnophsela vermiculata G. et R. H. EDWARDS. Euproserpinus Eu 
terpe, a new Species of Sphingidae. J. B. SMITH. An Introduction 
to a Classification of the North American Lepidoptera (fig.)- 
W. BEUTENMULLER. On North American Tineida?. D r H. A. HAGEN. 
On the genus Sympetrum Newm. W. JULIGH. Phlceophagus spadix 
Herbst. H. T. FERNALD. Early Stages of Erebus odora L. 
Prof. C. H. FERNALD. North American Pyralida3. W. H. ASHMEAD. 
A Revised Generic Table of the Eurytominae, with Descriptions of 
New Species. C. H. FERN AD. Notes on the Crambidas. 
A. C. WEEKS. Biography of Acontia delecta Walker. G. H. 
HORN. A note on Chanopterus Bo. G. D. HULST. Notes on Geo- 
metridse, n 4. Book Notices. E. L. GRAEF. A New Species of 
Hyparpax. R. G. PEARSLL. Notes on Life History of Scopelosoma 
moffatiana Grote. H. EDWARDS. Early Stages of some North Ame 
rican Motsch. ID. Notes on Lepidoptera. W. SGHAUS jr. Larva 



Seance du 2i avril 1889. LXXXVII 

of a Large Species of Hepialida?, Phassus triangularis H. Edw., 
from Vera Cruz, Mex. W. H. ASHMEAD. A Proposed Classifica 
tion of the Hemiptera. G. D. HULST. The Faunal Limits of the 
United States. W. G. WRIGHT. Lycxna Sonorensis Feld. A. R. 
GROTE. Note on the Genus Platythyris. "W. BEUTENMULLER. Food- 
Plants of Lepidoptera. P. R. ULHER. Preliminary Survey of the 
Cicadsea of the United States, Antilles and Mexico. W. H. ASH- 
MEAD. A Revised Generic Table of the ChalcidinaB. J. B. SMITH. 
List of the Sphingida3 of Temperate North America. H. G. HUB- 
BARD. Breeding Habits of Amphicerus bicaiidatus. A. R. GROTE. 
Note on Species of Boarmia. J. J. RIVERS. Note upon jEgeria im- 
propria H. E., and a Description of the ?. A. R. GROTE. Note on 
Cerathosia tricolor Sm. J. B. SMITH. Cerathosia striola Smith. 
A. G. WEEKS. Collecting Notes on Lepidoptera. Prof. G. H. FER- 
NALD. On the Genus Schoeuobins. W. H. ASHMEAD. A generic 
Synopsis of the Cicadidse. E. M. AARON. The Determination of 
Hesperida3. C. M. WEED. On the Parasites of the Honey-Suckle 
Sphinx, Hemaris diffinis Boisd. ID. On the Hymenopterous Para 
sites of the Strawberry Leaf-Roller Phoxopteris comptana Frol. 
D. S. KELLICOTT. Note on Hepialus argenteo-maculatus. G. MARX. 
One New and Interesting Spider (pi.). E. L. GRAEF. Zeuzera 
pyrina Fab. and Z. canadensis Herr. Sch. CH. DURY. Elateridae 
in the vicinity of Cincinnati, Ohio. E. A. SCHWARZ. The Insect- 
Fauna of semitropical Florida, with special regard to the Coleoptera. 

Prof C. H. FERNALD. A Monograp of the SphingidaB of North 
America North of Mexico. H. G. DYAR. Partial Preparatory Stages 
of Dryopteryx rosea Wlk. 

Meriden scientific Association (Transactions of the}, 1887-1888, vol. III. 

FR. PLATT. A List of the Butterflies of Meriden (Conn.). Demande 
d echange. 

Naturalista Siciliano (II), VIII, n 7, 1889. MINA PALUMBO et FAILLA 
TEDALDI. Materiali per la fauna lepidotterologica della Sicilia (suite). 

F. BAUDI. Lista dei Pselafidi e Scidmenidi viventi in Italia. 
Osservazioni del Carabus morbillosus Fabr. e sue varieta. - T. DE 
STEFANI. Miscellanea imenotterologica sicula (suite). 

Naturaliste (Le), 15 avril 1889. P. CHRETIEN. Une heure a la grande 
cascade du Bois de Boulogne. Monstruosites observees sur des Le- 
pidopteres (fig.). P. MABILLE. Diagnoses de Lepidopteres nou- 
veaux. 



LXXXVIII Bulletin entomoloyique. 

Reale Accademia dei Lincei (Atti delta), 1888, 2 sem., fasc. 12 (Tables). 
1889, 1 sem., fasc. 1. Q 

Report on the Injurious and Other Insects of the State of New York (Fourth), 

Albany, 1888 (nombr. fig.). 
Revue scientifique du Bourbonnais et du, centre de la France, t. II, n 4, 

1889. O 
Zoological Record, t. I a XXIV, 1864-1887. Ouvrage acquis pour la 

bibliotheque. 

HORVATH (D r G.). Analecta ad cognitionem Heteropterorum Himalayen- 

sium conscripsit (Term. Fiiz.), 1889, 12 p. * 
LEPRIEUR (G.-E.). Les Dermestides d Europe et circa (par E. Reitter), 

traduction (Rev. d entom.), 1888, 29 p. * 

OBERTHUR (Cn.). Considerations sur la premiere question dont 1 examen 
est propose au Congres international de zoologie de Paris, 1889, 
7. p.* 

SCUDDER (S. H.). Fossil Butterflies (Butt. U. St. Can.), 5 p. * 

A. L. 



Seance du 8 mai f S$9 

Presidence de M. le D r ALEX. LABOULBfiNE 

MM. le professeur Riley, de Washington, et Ernest Olivier, des Ra- 
millons, pres Moulins, assistent a la seance. 

Membres recus. 1 M. I abbe Deharle, vicaire a la cathedrale de Laon 
(Aisne) (Le pidopteres d Europe), presente par M. Maurice Dolle. Com- 
missaires rapporteurs : MM. Heulz et Pou jade ; 

2 M. Rene Lenain, a La Capelle-en-Thierache (Aisne) (Le pidopteres 
et Coleopteres d Europe), presente par M. Maurice Dolle. Commissaires 
rapporteurs : MM. Heulz et Poujade ; 

3 M. Vitrac, medecin, aux Trois-Rivieres (Guadeloupe) (Entomologie 
generate, surtout Coleopteres; Botanique), presente par M. Fleutiaux. - 
Commissaires rapporteurs : MM. Lucas et Poujade. 

Candidat presente. M. George-W. Peckam, M. D., Marshall street, 646, 



Seance du 8 mai 1889. LXXXIX 

a Milwaukie, Wisconsin (Etats-Unis d Amerique) (Arachnides) , pre- 
sente par M. E. Simon. Gommissaires rapporteurs : MM. H. Lucas et 
le D r Alex. Laboulbene. 

Communications. M. 1 Archiviste annonce que les ouvrages entomo- 
logiques, riches surtout en travaux sur les Hemipteres, qui nous out 
ete offerts par la veuve de notre savant membre honoraire V. Signoret, 
sont actuellement a notre bibliotheque. La Societe decide qu un 
timbre special sera appose sur chacun d entre eux et que la liste en 
sera publiee dans le Bulletin. 

M. Gosso, de Mustapha-Alger, offre sa photographic pour 1 un des 
albums de la Societe (n 416). 

Lectures. M. Ernest Allard adresse, par 1 entremise de M. Fleutiaux, 
un memoire ayant pour titre : Contributions a la faune indo-chinoise 
(suite) : Galerucidx et Alticidfe. 

M. Edouard Lefevre depose sur le bureau deux memoires : 

1 Contributions a la faune indo-chinoise (suite) : Cryptocephalidx, 
Clytridx et Eumolpidse ; 

2 Voyage de M. E. Simon au Venezuela (suite) : Clytridx, Chlamydx, 
Lamprosomidx et Eumolpidx. 

M. A. Fauvel communique la note suivante : 

Un de nos jeunes confreres, M. Pic, vient de decrire dans I Echange 
(1889, n 51, p. 5) une Leptura nouvelle (cribricollisj, de Biblis (err. 
Billis), dans la province de Van, en Asie Mineure, et, sur ma demande, 
il a bien voulu m en communiquer le type unique. Or, il resulte de la 
comparaison de ce type avec la Leptura bitlisensis (err. Vadonia bitti- 
siensis) Chevrolat, Ann. Soc. ent. Fr., 1882, p. 59, dont le type unique 
appartient a M. Sedillot, que ces deux insectes appartiennent a la meme 
espece ; ils proviennent, du reste, d une source commune, ayant ete 
recueillis a Biblis par M. Th. Deyrolle. 

Dans sa diagnose, Chevrolat a omis de signaler le point noir place a 
moitie des elytres, non loin du bord externe, qui existe egalement sur 
son type, bien que moins visible que sur celui de M. Pic. 

M. L. Fairmaire depose la note suivante relative a un nouveau 
genre de Longicorne : 

MANTITHEUS. Genre voisin des Apatophysis et des Vesperus; dis- 



xc Bulletin entomologique. 

tinct dcs premiers par les antennes a 3 e et 4 e articles egaux, allonges, le 
prosternum assez large entre les hanches anterieures, le mesosternum 
tres etroit, et par les femelles apteres, a antennes depassant les elytres, 
qui ne recouvrent que la moitie de Fabdomen, dont la saillie intercoxale 
est pointue, et a palpes maxillaires allonges comme chez le male ; dis 
tinct des seconds par la tete nullement retrecie en arriere. 

M. PEKINENSIS. Long. 18 mill. Sat elongatus, convexus, fulvus, 
sat nitidus, prothorace antice vix attenuate et supra denticulis 2 brevis- 
simis stgnato ; elytris postice attenuatis, sat subtiliter dense coriaceo- 
punctulatis; $ prothorace latiore, lateribus rotundato; elytris magis 
coriaceis, basi vage bicostulatis, a media late dehiscentibus, apice rotun- 
datis. Pekin. 

L Apatophysis Sieversi Gangl. doit probablement rentrer dans ce genre, 
a en juger d apres la description des antennes. 

M. L. Fairmaire communique egalement une note sur la synonymie 
d un Hydrocanthare : 

Dans mon memoire sur les Coleopteres de la Terre de Feu, j ai cite la 
description de VAnisomera Claussi Mull., dont la taille (12 mill.) aurait 
du me mettre en garde. En effet, ayant pu me procurer deux individus 
de cette espece, decouverte par 1 Expedition allemande a la Nouvelle- 
Georgie du Sud, j ai constate qu elle n avait aucun rapport avec le 
genre Anisomera. Aussi, notre collegue et ami, le D r Regimbart, a cru 
pouvoir la decrire sous le nom de Lancetes angustissimus (Notes Mus. 
Leyd., 1887, 269) ; les individus, qui lui avaient ete communiques par 
M. van de Poll, provenaient de King-George s Island, ile situee parmi 
les Shetland du Sud et pas tres eloignee de la Georgie du Sud, quoique 
encore plus australe. G est par une erreur bien comprehensible que 
notre collegue a indique pour patrie les iles du Roi-Georges, ocean Pa- 
cifique, plus connues que celle de Focean Austral. 

L insecte dont il s agit devra prendre le nom de Lancetes Claussi 
Mull, (angustissimus Regimb.). 

M. H. Lucas communique les notes suivantes : 

1 Quand on etudie le Megalorrhina Harrissii, coupe generique et 
espece etablies et figurees par notre collegue M. Westwood, dans les 
Trans, of the Entom. Soc. of London, t. V, p. 19 et 20, pi. 1, fig. 2 (1847), 
il est impossible de ne pas etre surpris de la difference tres grande qui 
existe dans 1 armature frontale chez les males. Cette armature, qui est le 



Seance du 8 mai 1889. xci 

principal caractere de ce genre singulier, a servi a lui donner le nom 
qu il porte, et les auteurs du Catalog. Coleopt., p. 1278, le rangent dans 
la famille des Cetonides, parmi les Ceratorrhina. 

L armature du front, chez certains individus, acquiert im deve- 
loppement considerable, et, chez d autres, an contraire, ce develop- 
pement est tres reduit et semble comme atrophie. Gette corne, qui 
part du nez ou du front, pour se bifurquer ensuite en s ecartant et en 
se recourbant, atteint ordinairement en longueur 15 a 20 mill., avec un 
ecartement de 7 a 14 mill.; tandis que, au contraire, on rencontre 
d autres individus chez lesquels cette meme corne bifurquee est longue 
settlement de 3 a 5 mill., avec un ecartement ne depassant pas 1 3/4 a 
2 1/2 mill. 

Les individus que je fais passer sous les yeux de la Societe pre- 
senlent ces grandes dissemblances, dues probablement a un arret de 
developpement ; ils proviennent du Congo (Bateke, Diele del Alima), 
ou ils ont ete rencontres par MM. de Brazza, Guiral et Thollon. 

II y a aussi d autres especes, mais appartenant a des genres diffe- 
rents : Amaurodes Passerinii ; Eudicella Thomsoni, Morganti, ignita ; 
Chelorrhina Polyphemus, etc., qui presentent cette dissemblance, mais 
toujours bien moins prononcee que dans le Megalorrhina Harrissii. Les 
genres Amaurodes Westw., Eudicella White et Chelorrhina Burmeister 
sont considered par les auteurs du Catalog. Coleopt. comme etant des 
Ceratorrhina. 

2 La Chrysomeline vivante que je fais egalement passer sous les 
yeux de mes collegues a ete rencontree par moi a Versailles, pres des 
serres ou de 1 orangerie, dans les derniers jours d avril. Je 1 ai commu- 
niquee a M. A. Salle, qui a reconnu une espece commune au Mexique, 
et qui est designee sous le nom de Zygogramma piceicollis Stal, Diagn., 
1859, p. 322 ; Monog., p. 253. Elle a ete decrite et figuree sous le meme 
nom par Jacoby dans la Biologia centralis Amer., vol. VI, part I, p. 210, 
pi. xi, fig. 23 et 24. 

Observee vivante, cette jolio espece ne differe des individus desse- 
ches que par des el y tres d un beau vert clair metallique brillant. 

M. P. Mabille donne les descriptions de quelques especes nouvelles 
d Hesperides du genre Butleria : 

1. BUTLERIA QUADRISTIGA, n. sp. Les quatre ailes sont d un noir a 
reflets roux, sans aucune tache ; les franges sont d un gris un peu rous- 
satre ; rameaux des nervures un peu saillants, tres noirs. 



xcii Bulletin entomolngiqne. 

Dessous des ailes superieures lave dc brun rouge a la cote et a 1 apex ; 
milieu du limbe noiratre; milieu du bord interne, sur les inter- 
valles 1 et 2, blanchatre. Ailes infcrieures entierement du m&ne brun 
rouge, portant, entre les rameaux, deux lignes de traits noirs tres fins, 
et plus ou moins visibles suivant les individus. 

Corps d un brun noir. Foils de la poitrine d un gris clair. Antennes 
d un brun rouge. Enverg. 29 mill. 

Loja (Equateur). Coll. Dognin, Staudinger et Mabille. 

2. BUTLERIA RIZA, ii. sp. Les quatre ailes sont d un brun roux. 
Les superieures sont marquees de deux petits points blancs pres de 
1 apex et d un autre dans le 4 e intervalle. Ailes inferieures offrant sur le 
limbe deux petites taches carrees plus claires que le fond au-devant de 
la cellule. Les quatre ailes terminees par un lisere noiratre et leur frange 
est plus claire que le fond. Dessous des superieures semblable. Base de 
la frange plus claire, marquee d un petit trait noir qui prolonge chaque 
nervure. Inter valles 1 et 2 d un jaune roussatre clair jusqu a Tangle ; 
une petite tache claire au-dessous du point blanc du 4 e intervalle. Ailes 
inferieures d un gris rougeatre, parsemees de fines ecailles blanchatres 
et irregulierement marquees de fins traits bruns qui dessinent impar- 
faitement trois lignes obliques sur le disque. Enverg. 26 mill. 

J ai rec.u cette espece sous le nom frAgathocles Feld. Gelle-ci est tout a 
fait diffe rente. 
Amerique du Sud. 

3. BUTLERIA POLYDESMA, n. sp. Brun a reflets roux. Ailes supe 
rieures a six points transparents : trois a 1 apex, un au milieu de la 
cellule et deux dans les intervalles 4 et 3. Ailes inferieures avec une 
tache dans la cellule et quatre autres, d un gris roussatre, dans les in 
tervalles 4, 5, 6 et 7, formant une bandelette mediane. Dessous des ailes 
superieures avec la moitie basilaire d un jaune pale et 1 apex brun rou 
geatre. Ailes inferieures d un brun rougeatre clair, avec des lignes noi- 
ratres, transverses, dessinanf un ovale irregulier et doublee inferieure- 
ment d une ligne dentee, s arretant sur le 7 e intervalle. Un trait courbe 
ferme la cellule. 

Corps noir. Palpes d un gris fonce, a poils noiratres. Enverg. 
28 mill. 
Merida (Amerique du Sud). 

4. BUTLERIA DOGNINI, n. sp. Ailes superieures noires, a taches trans- 



Seance du 8 mai 1889. xcut 

parentes legerement teintees de jaune pale ; trois points apicaux ; une tache 
dans la cellule et trois autres en ligne oblique dans les intervalles 2, 3 
et 4; celle du 2 e etroite, allongee et emettant enavantune petite pointe. 
Les ailes inferieures sont noires, avec une grande tache carree, d un 
jaune d or, sur le milieu, et qui finit en pointe sur les intervalles 4 et 5. 
Franges noiratres aux ailes supe rieures, d un roux clair aux inferieures. 
Dessous des ailes supe rieures noir, avec la cote et 1 apex couleur feuille 
morte clair. Ailes inferieures avec la tache jaune plus claire et le reste 
de 1 aile lave de rougeatre, et un lisere d un brun rougeatre entourant 
la grande tache et formant plusieurs petites taches, dont une, carree, 
dans Pintervalle 8 et une autre, plus large, dans le 6 e . 

Corps noir en dessus, roux en dessous ; poils de la poitrine et palpes 
d un gris blanc. Enverg. 34 mill. 

Loja (Equateur). Coll. Dognin et Mabille. 

M. J.-M.-F. Bigot adresse la note suivante : 

M. E. Pokorny (Verkandl. k. k. z. b. Gesellsch. z. Wien, 1887, p. 397) 
ayant anterieurement public un genre nouveau sous .le nom fthchyro- 
ptera, je modifie la denomination que j ai appliquee a mon genre Ischy- 
ropteron (voy. Ann. Soc. ent. Fr., Bull., 1889, p. xxix), lequel portera 
desormais le nom de Calopteromyia. 

M. Ernest Olivier dit qu il a rec.u d un de ses correspondants un 
petit Crustace qui vit, parait-il, en nombre sur des Tanches elevees 
dans des bassins et les fait perir. Ge Grustace est VArgulus foliaceus, 
connu par son parasitisme sur differents Cyprins et autres Poissons ; 
mais notre collegue ne croit pas qu on ait encore constate qu il put 
occasionner la mort des poissons sur lesquels il s attache. 

M. Ernest Olivier signale egalement, d apres les articles de plu 
sieurs journaux, les ravages d insectes appele s Chinch-bugs en Ame- 
rique, dans le Minnesota. II ajoute que les vegetaux parasites reduisent 
le nombre de ces insectes, dont il serait utile de connaitre le vrai nom 
scientifique. 

M. Riley, sur i invitation de M. le President, fait, sur ce sujet, une 
interessante communication. II dit que le Chinch-bug est un Hemiptere, 
le Blissus leucopterus Say. Des causes atmospheriques, le froid, 1 humi- 
dite, ont plus agi sur ces insectes, pour leur destruction, que les Cry- 
ptogames microscopiques du genre Entomophthora, ou, tout au moins, 



xciv Bulletin entomologique. 

le froid humide a favorise la maladie sur une grande echelle. Les insectes 
morts, enveloppes de spores et repandus au loin, avec des instructions 
speciales, dans les contrees contaminees, ont ete, sinon inutiles, du 
moins peu actifs. II faut le contact des insectes contamines aux insectes 
sains. 

M. Laboulbene rappelle les essais de culture en grand des vegetaux 
destructeurs faits dans le midi de la Russie, et dont il a deja parle dans 
deux de nos seances (voy. Bulletin, 1888, pages ci et cxxix) pour le 
Cleonus punctiventris. Comme M. Riley, il admet que la dispersion des 
spores est indispensable pour arriver au contact, et alors le developpe- 
ment dtf mycelium peut etre tres efficace, avec les conditions d humidite 
atmospherique. 

M. le D r A. Laboulbene rapporte les observations du D r JaBger, faites 
dans un voyage a Singapour, Malacca et Java, sur un moyen de se 
soustraire aux piqures d insectes (Deutsche medicinal Zeitung, 1888, 
p. 245). 

On se sert d une teinture alcoolique de Pyrethre rose (Pyrethrum ro- 
seum) obtenue par maceration d une partie de la plante pour quatre 
d alcool. Au moment de 1 employer en badigeonnages sur la peau, on 
etend cette teinture de dix fois son poids d eau ordinaire. 

Jaager assure qu apres s e"tre frotte ainsi, il a pu passer des nuits en 
canot sur les fleuves de Siam, sans couverture, sans etre incommode 
par les piqures des legions d insectes Dipteres, signales comme extreme- 
ment desagreables dans ces parages. Dans les contrees les plus chaudes, 
il suffisait de faire une seule application de teinture etendue d eau, sur la 
figure, la barbe et les mains, pour etre indemne de piqures pendant une 
demi-journee. Avec la poudre de Pyrethre, on parvient a se mettre a 
1 abri des Fourmis, qui sont un veritable fleau dans les pays inter- 
tropicaux. 

M. Ed. Lefevre dit que, dans ses voyages a Saigon et dans 1 Indo- 
Ghine, il a fait, avec succes, largement usage d huile de Coco. Les 
indigenes s en inondent la chevelure et s en repandent sur toutes les 
parties decouvertes du corps. 

M. Laboulbene fait observer que Tbuile de Coco est beaucoup plus 
desagreable a employer que la teinture de Pyrethre, que cette derniere 
se conserve tres bien, enfm qu on peut Favoir a sa disposition constam- 
ment et partout. 

E. D. 



Seance du 8 mai 1889. xcv 

Bulletin bibliographique 

Acade mie des Sciences de Cracovie (Bulletin international de I ), 1889, 

n4. O 
Bulletin a" Insectologie agricole, 1889, n 4. L. CHEVALIER. Note sur le 

Callidium clavipes Fabr. A. WALLES. Note sur le Valgus hemi- 

pterus (L.)- Destruction des Vers blancs par la benzine. 

A. WALLES. Le Bacillus alvei (Cheshire). 

Entomologica americana, 1888, IV, 6. J. B. SMITH. Entomology and 
Entomological Collections in the United States. G. D. HULST. New 
Genera and Species of Epipaschix and Phycitidse. C. H. FERNALD. 
On the genus Diatrsea. A. R. GROTE. Note on Cerathosia tricolor 
Sm. J. B. SMITH. Cerathosia tricolor Sm. A. G. WEEKS Jr. Col 
lecting Notes on Lepidoptera. 

Entomologische Nachrichten, 1889, IX. C. VON HORMUZAKI. Coleopte- 
rologische Sammelergebnisse in der Bucovina wahrend der Jahre 
1887 und 1888. KRIECHBAUMER. Pimpliden-Studien. 27. Thalessa 
emarginata. Ichneumoniden-Studien. 14. Ichneumon Gerstackeri. 

Entomologist s monthly Magazine (The), n 300. Generic nomencla 
ture in Entomology. H. T. STAINTON. Sounds produced by Butter 
flies of the genus Vanessa. E. BERGROTH. Notes on two Capsidx 
attacking the Cinchona plantations in Sikkim. R. MAC LACHLAN. 
AZschna borealis Zett. A. C. F. MORGAN. Observations on Coccidse, 
n 4 (pi.). J. EDWARDS. The British Species of Scolopostethus (fig.). 
Notes diverses. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, n 223. ^R. MARTIN, Les Agrionidees 
franchises. Communications. 

Insect Life, 1889, I, 9. C. V. RILEY. Insecticide appliances (fig.). - 
0. HOWARD. Three new parasites of Icenja (fig.). P. WALKER. A 
contribution to the history of Theophila mandarina. C. E. WEB 
STER. Notes on the cultivation of the Japanese oak-feeding Silk 
worm (Antherea yama-ma i). ID. Notes on a species of Bryobia 
infesting Dwellings. F. THOMAS. Cranberry Leaf-galls. Extraits 
de la correspondance. Lord WALSINGHAM. Steps towards a revi 
sion of Chambers s index, with notes and descriptions of new spe 
cies. W. H. Fox. General notes. 

Museu nacional do Rio de Janeiro (Archives do), 1887, VII. Q 



xcvi Bulletin entomologique. 

Naturaliste (Le), l er mai 1889. GH. HAURY. Carabus Akensis. 

Psyche, 1889, vol. V, n 156. G. P. GILLETTE. Notes on certain Cyni- 
pida?, with descriptions of new species. GL. MOORES WEED et 
CH. A. HART. Notes on the Parasite of the Spotted lady beetle (Me- 
gilla maculata). S. H. SGUDDER. Cosmopolitan Butterflies. 
S. A. PACKARD. Notes on the epipharynx, and the epipharyngeal 
Organs of taste in Mandibulate Insects. 

Reale Academia del Lined (Atti della), 1889, 1 sem., fasc. 2. Q 

Societe entomologique de Belgique, Compte rendu du 6 avril 1889. 
F. J. M. HEYLAERTS. Une Psychide nouvelle de 1 Asie centrale. 
D r E. HAASE. Les organes odorants des Lepidopteres de la region 
indo-australienne (Resume par F. Plateau). COUCKE. Sur le Cy- 
chrus rostratus Linne et sa variete elongatus Hpp. 

Societe des sciences historiques et naturelles de V Yonne (Bulletin de la), 
1888. LORIFERNE et POULAIN. Catalogue des Goleopteres du depar- 
tement de 1 Yonne (2 e partie). 

Termeszetrajzi FuzeteJc kiadja a magyar nemzeti Museum, 1889, XII, 1. 
D r E. Y. DADAY. Daten zur Kenntniss der Pseudoscorpionen- 
Fauna des Caucasus (pi.). ID. Eine neu Pseudoscorpion-Art in 
der Semmlung des Ungar. national Museum. ID. Neuere Daten zur 
Kenntniss der Pseudoscorpionen- Fauna von Ungarn (pi.). 
D r G. v. HORVATH. Analecta ad cognitionen Heterophornm Hima- 
layensium. 

KRISCHBAUM (D r C. L.). Die Cicadinen der Gegend von Wiesbaden und 

Frankfurt A. M. (Jahrb. Nass. Ver. Nat.), 1868, 202 p. Offert par 

M. L. Bedel. 
LEVEILLE (A.). Description de deux Trogositides nouveaux (Not. Leyd. 

Mus., VI), 1889, 2 p. * 
MAC COY (FRED.). Prodromus of the Zoology of Victoria, Decade XVII 

(1888). Q * 
SCUDDER (S. H.). Fossil Orthoptera from the Rocky Mountain Tertiaries 

(Bull. geol. geogr. Surv. Terr.), 1876, 3 p. 

A. L. 



Seance du 22 mat i889. XCVH 

Seance du mat 1SS9 

Prudence de M. le D r ALEX. LABOULBfcNE 

MM. Antoine Grouvelle, de Chateauroux, Ernest Olivier, des Ramil- 
lons, pres Moulins, et le professeur C.-V. Riley, de Washington, 
assistent a la seance. 

Membre recu. M. George- W. Pecham, M. D., Marshall street, 646, 
a Milwaukie, Wisconsin (Etats-Unis d Amerique) (ArachnidesJ, presente 
par M. Eugene Simon. Commissaires rapporteurs : MM. H. Lucas et 
Alex. Laboulbene. 

Candidate pre sentes. 1 M. W.-E. Jacowleff, reviseur en chef du 
controle de I Etat, a Irkoutsk (Siberie) (Entomologie generate, surtout 
He mipteres et Cole opteres), presente par M. le D r Auguste Puton. 
Commissaires rapporteurs : MM. E. Desmarest et le D r Alex. Laboul 
bene ; 

2 M. Jean de Glaybrooke, rue de Sontay, o (Entomologie generate), 
presente par M. le D r Beauregard. Commissaires rapporteurs : 
MM. Ed. Lefevre et E. Simon. 

Correspondance. M. Raphael Blanchard fait savoir que le Congres in- 
ternational de Zoologie,v4ont it a etc plusieurs ois parle, se tiendra, 
du 5 au 10 aout prochain, a 1 Ecole superieure de pharmacie. II 
adresse des bulletins de souscription destines aux membres de la Societe 
entomologique qui desireraient faire partie de ce Congres. 

M. E.-L. Ragonot donne lecture d une lettre adressee au President 
de la Societe par M. E.-F. Atkinson, president de Tadministration du 
Indian Museum, a Calcutta. M. Atkinson fait ressortir 1 avantage qu il y 
aurait pour les riombreux entomologistes des Indes d avoir la possibilite 
d etudier une grande collection classee d une facjon scientifique ; c est ce 
besoin que le Musee cherche a combler en creant des collections aussi 
complete que possible des Insectes de la faune indienne. Dans ce but, 
le Musee avail fait appel, Fannee derniere, aux entomologistes d Europe, 
et un certain nombre ont consenti a se charger d etudier et do decrire 
les Insectes des groupes dont ils s occupaient plus specialemenf; mais 
les families suivantes restent a determiner : 

(1889) Bulletin de la Societc eutomologique de France. 10 



XCVITI Bulletin entomnlogique. 

NEUROPTERA : Myrmeleonidx , Panorpidx, Ascalaphidx, Mantispidie, 
Hemerobidse, Sialidx, Trichopteridx, Termiiidfe ; PSEUDONEUROPTERA : 
Perlidx; DIPTERA : Nemocera; COLEOPTERA : Carabidx (exceple 
les genres Carabus et Calosoma), Hydropliilidx, Paussidx, Dermestidx, 
Lucanidx, Coprini, Rutilini, Dynastini, Cetonini, Monommid.T, La- 
griidx, Melandridx, deride, Rhiphiceridfc, Anthicidte, Bruchidzr, An- 
thotribidx, Sagrinse, Cryptocephalinx, llalticime, Galemcinx, Langu- 
ridx. 

Dans le cas ou des entomologistes consentiraient a entreprendre 
Tetude de ces families, M. Atkinson, sur leur demands, leur en ferait 
1 expedition aux frais du Musee, leur adressant en meme temps les 
doubles disponibles pour etre conserves par le correspondant. Les envois 
peuvent se faire tres promptement, les materiaux etant disposes pour 
etre expedies a la premiere demande. 

Les entomologistes suivants ont bien voulu se charger de divers 
groupes d Insectes : MM. Atkinson, Bigot, Brenske, Cameron, le D r Can- 
deze, Desbrochers des Loges, Distant, le reverend Eaton, Fauvel, Fleu- 
tiaux, le D" Forel, Gehin, le reverend Gorham, Ant. Grouvelle, le 
D p Lameere, Lefevre, de Marseul, Mason, Moore, Niceville, Ragonot, 
le D r Regimbart, de Saussure, de Selys-Longcbainps, Swinhoe, lord 
Walsingham. 

Lecture. M. le I) r Maurice Regimbart adresse une note ayanl pour 
titre : Voyage de M. Charles Alluaud a Assinie (Afrique occAdentale) , 
juillet et aout 1888. Dytiscidx et Gyrinidy. 

Communications. M. E. Simon dit que, pendant un sejour qu il vienl 
de faire a Aden (Arable meridionale), il a observe les moeurs de VOxy- 
rhachis lamudus Fabr. (Homoptere), qui est 1 insectele plus commun de 
la localite. car il couvre litteralemeiit les branches epineuses des Acacias. 
Get Homoptere est visile par les Fourmis, qui paraissent se nourrir du 
produit d une secretion speoiale que possede les jeunes. 

Les jeunes Oxyrhachis sont traites par les Fourmis d Aden exacte- 
ment comme le sont chez nous les Aphid iens par nos Fourmis indi 
genes. 

M. L. Fairmaire, qui a bien voulu determiner 1 espece, ajoute que 
des fails analogues out deja ete observes dans 1 Inde. 

M. E. Simon dit egalement quo, pendant le meme voyage, il a ete 



Seance du 22 mai 1889. xcix 

pique par uii Scorpion, le Butheohts thalassimis, espece jusqu ici speciale 
a Aden, oil elle vit sous les touffes du Cadaba glandulosa. 

An moment de la piqure, qui a eu lieu vers cinq heures de 1 apres- 
rnidi, a 1 annulaire de la main droite, notre collegue a ressenti une dou- 
leur tres vive, comparable a celle d un coup de lancette ; cette douleur 
s est propagee, en moins d un quart d heure, a ^articulation du coude, 
a celle de 1 epaule et au grand pectoral droit; elle a ete accompagnee 
d une salivation tres abondante, mais de pen de duree. Le bras est reste 
tres douloureux pendant presque toute la nuit ; mais, le lendemain 
matin, la guerison etait complete. 

M. Ernest Olivier fait la communication suivante : 

Dans son ouvrage sur les Lepidopteres de I A llemagne et de la Suisse, 
Hernemann a cree le genre Cladodes posterieurement a 1 annee 1870, 
date de 1 apparition de la premiere livraison des Tineites, et il a ete 
adopte par Staudinger dans son grand Catalogue. Mais ce nom avait 
deja ete employe, en 1849, par Solier (Hist. Chili, IV, p. 144) pour 
un genre de Coleopteres Malacodermes. 

II y a done double ernploi, et le nom de Hernemann doit etre change. 
Je me contente de signaler ce fait, et laisse a des entornologistes plus 
experts que moi en lepidopterologie le soin de trouver une denomina 
tion nouvelle. 

M. P. Mabille montre un Lepidoptere Heterocere d Afrique remar- 
quable par sa taille et ses couleurs : 

SAROTHROGERAS, nov. gen. Nervulation des Euclidides de 
Guenee. Areole sus-cellulaire tres accusee. Rameaux 4 et 5 partant d un 
point commun place sur la disco-celiulaire, et deux fois plus eloignes 
du 3 e qu ils ne le sont entre eux. 

Antennes longuement pectinees chez le male ; palpes a deuxieme ar 
ticle le double du premier. 

Les antennes, pectinees et offrant de tongues lames minces, semblent 
extraordinaires dans cette famille ; mais tous les autres caracteres in- 
diquent une Noctuelle qui se rapproche des Trigonodes. 

SAROTHROCERAS ALLUAUDI, n. sp. Ailes superieures d un gris fonce 
sur la cote jusqu a la nervure sous-costale. Au-dessous, un grand triangle 
noir vu de la base jusqu au commencement du 3 e rameau ; a sa pointe 
superieure, il est un pen echancre, et il y a un petit espace ferrugineux 



c Bulletin entomologique. 

qui remplace la tache reniforme ; an dela, le long do la bandc costale 
grise, nait une autre tache noire, qui emet, a son extremite anterieure, 
vers Fapex, une troisieme tache noire reliee a elle-mmc par une liture. 
L espace median entre les deux taches est occupe par une grande 
eclaircie d un cendre blanchatre, qui s arrele aux deux tiers des ra- 
meaux. Ailes inferieures d un noir fonce, renfermant, dans leur milieu, 
une large tache d un rouge vermilion fonce et salie de noiratre du cote 
abdominal. 

Le dessous des ailes superieures est d un noir terne, avec une large 
bande blanchatre allant en oblique de la cote a Tangle interne. Les ailes 
inferieures sont semblables aux superieures, mais les couleurs sont plus 
pales et la tache rouge plus etendue. 

Corps d un gris jaunatre. Pattes tres longues ; les posterieures a deux 
paires d eperons tres longs. Antennes noires, a lames longues et minces, 
flechies en dedans. 

Assinie. Rapportee par M. Alluaud, a qui je 1 ai dediee. 

M. le D r Raphael Blanchard adresse une Note sur les causes et la 
frequence des cocons doubles dans les diverses races de Bombyx mori. 

M. J. Fallou a presente recemment a la Societe, sur ce meme sujet, 
une note a propos de laquelle je desire faire quclques remarques. Des 
relations suivies avec les chefs de quelques-unes des plus importantes 
usines franchises de filage et de tissage des soies m ont permis de fairo 
diverses observations sur lesquelles j aurai sans doute Foccasion de 
revenir. Je me borne aujourd hui a donner quelques indications sur la 
question soulevee par notre collegue. 

Le cocon double n est jamais qu un accident, qui tient a ce qu il y a 
un trop grand nombre de vers et, par suite, encombrement au moment 
de la montee. Quand les vers sont clairsemes, le cocon double ne se 
produit pas, ou du moins ne se produit que tres exceptionnellement. 

Rien n est plus facile que d expliquer le fait, note par M. Fallou, a la 
suite de Maurice Girard et de quelques autres, de la predominance nu- 
merique des cocons doubles donnant issue a des Papillons de sexe dif 
ferent. Je ne sache pas qu on ait demontrc, chez Bombyx mori, une 
predominance numerique bien marquee d un sexe sur Fautre. Des 
lors, si les deux sexes doivent etre representes par un nombre sensi- 
blement egal d individus adultes, la plupart des cocons doubles doivent 
forcement renfermer un male et une femelle. Le seul cas qui put nous 
surprendre serait, bien au contraire, celui ou il viendrait a etre prouve, 



Seance du 22 mai 1889. at 

a la suite de 1 examen d uri tres grand nombre de cocons doubles, que 
la majorite de ceux-ci renferment des Papillons de meme sexe, soil 
males, soil femelles. Or, il est loin d en etre ainsi, comme 1 oat constate 
tous les observateurs qui se sont livres a 1 examen des cocons doubles. 
M. Fallou lui-meme a observe, dans un cas, 124 cocons anormaux, dont 
56 doubles : 32 renfermaient tin male et une femelle, 9 renfermaient 
2 femelles, 3 contenaient 2 males, 6 autres enfin renfermaient des chry 
salides de sexe indetermine. Si nous laissons de cote ces dernieres, 
nous voyons done que 50 cocons doubles contenaient un total de 44 males 
et de 56 femelles : 1 egalite nurnerique des sexes n est qu approximative, 
le sexe femelle 1 emporte assez notablement. 

Parmi ces 124 cocons anormaux, il en est deux pour lesquels M. Fallou 
a eu soin de noter les sexes : c etaient des cocons triples ; Tun renfer- 
mait 2 males et 1 femelle, 1 autre a produit 3 males. Si maintenant nous 
reprenons notre raisonnement, nous voyons, au total, que 52 cocons 
anormaux ont produit 49 males et 57 femelles. On conviendra qu il est 
difficile d arriver a un plus parfait equilibre des sexes. 

Je considere done comme demontree la proposition que j enoncais au 
debut de cette note, a savoir que la plupart des cocons doubles doivent 
forcement contenir des Papillons de sexe different : cette obligation de- 
coule fatalement du fait meme de 1 egalite numerique des males et des 
femelles. Les conclusions auxquelles Maurice Girard etait arrive en 
1869, conclusions auxquelles M. Fallou se rallie, sont done vraies, en 
tant qu elles constatent le sexe different des Papillons nes d un cocon 
double; elles sont inexactes, en tant que leur auteur admet qu il 
existe une forte tendance des chenilles du Ver a soie a s associer pour 
filer par sexes distincts . 

D apres cette derniere conclusion, Maurice Girard semble admettre 
que les larves possedent deja, au moment ou elies vont filer leur cocon, 
une differentiation sexuelle assez avancee pour qu elles puissent discerner 
reciproquement a quel sexe elles appartiendront apres la nymphose : or, 
c est la une supposition toute gratuite et manifestement contraire a la 
realite. On sail, en effet, que les larves d Insectes sont en parfaite indif 
ference sexuelle. La preuve en est dans la faculte qu on a de donner a 
la larve, du moins a celle de certaines especes, telles que 1 Abeille, un 
sexe determine en 1 elevant dans une cellule plus ou moins spacieuse et 
en lui donnant une nourriture plus ou moins abondante, plus ou moins 
raffinee. En raison de ces fails, on ne saurait done admettre avec Girard 



on Bulletin entomologique. 

que les Vers a sole posse-dent dcja un certain degre de sexualite et que, 
dans le cas de formation de cocons doubles, des Vers de sexe different 
so recherchent pour tisser un cocon commun. 

Les cocons doubles se produisent dans presque toutes les races domes- 
tiques de Bombyx mori; toutes conditions e gales d ailleurs, ils ne se 
montrent pas avec une egale frequence dans toutes les races. La race 
milanaise on jaune franchise n en donne pas plus de 4 a 6 pour cent; la 
race japonaise en donne jusqu a 20 et 25 pour cent. A 1 epoque ou, par 
suite de la maladie de la race jaune indigene, on elevait en France, en 
Italic, en Espagne, en Syrie et au Gaucase, presque uniquement la race 
japonaise , cette frappante disproportion dans la frequence des cocons 
doubles fut remarquee dans toutes les magrianeries : les eleveurs ne 
pouvaient manquer de la constater, car le cocon double a une valeur 
marchande tres inferieure a celle du cocon simple. L enchevetrement 
inextricable des deux fils rend, en effet, le devidage impossible par les 
procedes habituels et necessite 1 intervention de procedes mecaniques 
speciaux, mis en oeuvre seulement dans quelques usines. 

Gertaines races exotiques de Bombyx mori sont bivoltines ou poly- 
voltines, c est-a-dire donnent, chaque annee, deux ou plusieurs recoltes 
de cocons. On a remarque que ces races donnaient des cocons doubles 
un pen plus souvent que nos races indigenes, qui ne grainent qu une 
fois par an. 

La race du Bengale donne trois recoltes par an : en mars, en juillet 
et en novembre; son cocon est petit, jaune safran, a fibre tres fine et 
brillante; elle ne produit que tres peu de cocons doubles. Les races 
de 1 Annam, de Cocliinchirie et du Gambodge ont une tres grande ana 
logic avec la precedente et se comporterit exactement comme elle. II en 
est de meme pour les races du Mysore et de Canton. 

Les races de Kouta is, d Anatolie, de Brousse, de Bagdad, de Bokhara, 
de Perse et du Khorassan ne produisaient pas plus de cocons doubles 
que nos races indigenes. Elles donnaient de beaux cocons blancs ou 
jaunes, gros et fermes ; mais il est impossible actuellement de les obtenir 
a 1 e tat de purete : elles ont e te remplacees par des races hybrides, 
resultant du croisemeut de la race indigene avec les races europeenne 
et japonaise, dont la graine a e te introduite abondamment dans ces 
regions. 

Les cocons triples et quadruples, c est-a-dire contenant trois ou quatre 
chrysalides, se voient parfois, mais beaucoup plus rarement que les 



Seance dn 22 mar 1889. cm 

cocons doubles; la cause de leur formation est.. du reste, la meme quo 
pour ces derniers. Us semblent se produire de preference dans les races 
bivoltines ou polyvoltines; ils sont tout deformes et n ont aucune im 
portance commerciale, en raison de leur grande rarete. 

M. le D r Laboulbene, a la suite de cette lecture, fait des reserves sur 
ce que noire collegue appelle 1 indifference sexuelle des chenilles qui 
filenl ensemble leur cocon. II ne croit pas que les chenilles soient de- 
pourvues d appareil sexuel rudimentaire au moment oii elles s appretent 
a filer pour changer de forme. L anatomie semble prouver que les che 
nilles et plusieurs larves out deja des rudiments d organes genitaux, 
testicules ou ovaires. Herold 1 a montre chez la Polia brassier. A 1 exte- 
rieur, les chenilles et les larves de males et de femelles se ressemblent 
extremement. Toutefois, il a pu reconnaitre, sans trop d erreurs, les 
chenilles males de I Orgyia antiqua, les larves males du Lampyris noc- 
tiluca, du Drilus flavescens. II reconnait que ce ne sont que des excep 
tions, et demande 1 avis des lepidopteristes. 

M. J. Fallou dit qu il est honore que ses modestes etudes aient appele 
l allenlion de Fun de nos maitres. II n avait pas, dans sa note, 1 intention 
de formuler aucune hypothese, mais seulement de rappeler ce qui avail 
ete observe par plusieurs eminents entomologistes, et. d apres eux et 
ses observations personnelles, il avail cru devoir se rallier aux conclu 
sions de Maurice Girard. Ge n etait pas 1 agglomeration des Vers qui, 
dans son education de 1888, avail produit les cocons doubles signales, 
puisqu il faisait remarquer, dans sa note, que leur nombre etail relati- 
vement tres restreint par rapport a celui de la production. II n etait pas 
enlre dans les delails des diverses races qui filent plus ou moins de cocons 
doubles, qui, certainement, out moins de valeur que les autres. Enfm 
il ajoule que Guerin-Meneville rapporte que certains cocons de race 
japonaise ou chinoise renferment parfois de 5 a 7 chrysalides. 

M. G.-V. Riley prend egalement la parole ct dit qu il esl d accord 
avec M. Raphael Blanchard sur les causes qui produisenl des cocons 
doubles, triples et quadruples dans 1 elevage du Ver a soie ; notre col 
legue cxplique bien la reunion frequente des deux sexes dans les cocons 
multiples, mais il est bien certain qu il ne peut exisler de selection 
sexuelle sur des chenilles, qui forment ces cocons doubles. On a beau- 
coup ecrit au sujet du sexe des larves et sur la modification artificielle 
du sexe par la variation de la nourriture. En Amerique, il y a quelques 



oi v Bulletin cntomologique. 

annees, il y eut une longue dhc >sion sur la question do savoir si le 
sexe pouvait etre influence par la nourritnre de la larve ; mais, sans 
entrer dans des details, je puis dire que je suis convaincu que la nour- 
riture ne peut avoir aucune action. II est vrai que des chenilles mal 
nourries produisent une plus grande proportion de males, mais simple- 
ment parce que 1 insecte femelle, generalement le plus grand, necessite 
davantage de nourriture ; de fagon qu en affarnant des chenilles, celles 
qui devraient produire des femelles perissent les premieres. 

On peut done affirmer, d apres les lois de la physiologic et 1 expe- 
rience, que le sexe est determine d avance au moment de la conception 
et ne peut tre modifie ensuite. A ce propos, je serais dispose a criti- 
quer 1 observation de M. R. Blanchard, ajoute M. Riley, lorsqu il dit que 
la nourriture peut influencer le sexe de 1 Abeille (Apis mellifica), attendu 
que le sexe est determine nar e fait de 1 impregnation ou de la non- 
impregnation. Un oeti* non i " ..- produira toujours une Abeille neutre 
ou un male, de quelque IP* que soil donnee la nourriture, tandis 
qu un ceuf fertilise p - it uv-duire soit une Abeille neutre, soit une 
reine, suivant la grandenr de la cellule et la nourriture rec,ue. II ne 
faut pas oublier qu un neutre n est qu une femelle avortee, c est-a- 
dire que tous les neulres pouvent devenir des reines ou femelles fer- 
tilisees, a la condition d etre bien nourris et aussi d etre bien deve- 
loppes. 

J ajouterai que, en ce qui concerne les Lepidopteres en general, il 
n y a aucun moyen de distinguer les sexes chez les chenilles, sauf 
que celles des femelles sont generalement plus grandes et que, notam- 
ment dans les genres Orgyia et Parorgyia, la chenille femelle mue une 
fois de plus que le male. Je ne pense pas qu on puisse trouver des 
differences sexuelles dans les couleurs des chenilles ; on a cru long- 
temps que la diversite de la coloration qu on rencontre dans les che 
nilles des Sphingidx et celles d autres families, avaient une valeur 
sexuelle, rnais ma longue experience demontre le contraire : ces diffe 
rences ne sont que dimorphiques ou de saison. Les seuls insectes que 
je connaisse, dans lesquels les sexes se distinguent dans les larves, et 
souvent meme aussitot apres 1 eclosion de 1 oeuf, sont les Coccidx, parmi 
les Homopteres; dans beaucoup d especes, les sexes se reconnaissent 
facilement dans cette famille. Dans les autres ordres d Insectes ou 
les metamorphoses sont incompletes , le sexe est frequemment recon- 
naissable dans la nymphe, mais tres rarement, a ma connaissance, dans 
la larve. 



Seance du 22 mai i889. cv 

M. E.-L. Ragonot communique ^Jas., descriptions qui suivent de 
diverses especes nouvelles de Microlepidopteres de France et d Al- 
gerie : 

1. GOCHYLIS PEUCEDANANA Rag. Enverg. 18 mill., d*. Ailes su- 
perieures a pen pres de la forme de celles d hilarana, plus arrondies a 
1 apex, d un ocracc pale luisant, niarbre par de courtes stries transver- 
sales, tres irregtilieres, d un brun rougeatre, un peu comme dans zephy- 
rana, et traversees par une bande brun rouge tres distincte, placee au 
milieu, oblique, un pen arroudie au milieu posterieurement. Une 
deuxieme bande semblable precede a quelque distance le bord de Paile, 
naissant de la cote fortement arrondie posterieurement et n atteignant 
pas le bord interne. La frange est concolore, mais distinctement inter- 
rompue par des laches noiratres. Ailes inferieures d un noir brunatre 
uni ; la f range d un blanc jaunatre RT* " u*i filet noiratrc a la base. An- 
tennes fortement pubescentes. 

" *"I : ^*f t 

Ressemble passablement a la zephyr^,, / \fn\f. margarotana; mais se 
distingue. par 1 absence d ecailles plombees, 1 ses, bandes distinctes et les 
nervures 3 et 5, aux ailes inferieures, distinctoinent tigees. Elle se pla- 
cera apres juMndana Dup. et clavana Const. 

Cette esuiece^rdisHncte a etc elevee par M. Paul Mabille, en plusieurs 
exemplai^^^V^tocassonne, de chenilles vivant dans les fruits 
sees de Peucedanum gallicum, en juillet. 

2. NEMOTOIS DEMAISONI Rag. Enverg. 13 mill., d*. Aiies assez 
ctroites, de couleur or tres brillant, posterieurement teintees de pourpre 
et de violace, avec un melange d ecailles d un vert vif et distinct. La 
f range est noiratre, et une bande noiratre, ombreuse, comme dans 
splendidus, traverse 1 aile. Ailes inferieures d un blanc jaunatre, trans- 
parentes, faiblement noircies sur le bord externe a 1 apex, legerement 
saupoudrees de noiratre sur la cote a 1 apex et sur le bord abdominal. 
Frange d un blanc pur, lavee de noiratre sur la cote a 1 apex. Antennes 
entierement blanches, avec une serie de points noirs sur la partie dor- 
sale, au premier quart. Les pattes posterieures sont garnies de longs 
poils blancs. 

Ressemble a splendidus et a prodigellus ; mais se distingue par ses 
antennes, la blancheur et la transparence des ailes inferieures, la 
blancheur de sa frange et la presence d ecailles vertes sur les ailes supe- 
rieures. 

Hammam-Rhira (province d AIger), mai, prispar M. Demaison. 

(1889) Bulletin Je la Societe cntomologique de France. 11 



cvi Bulletin entomologique. 

3. DEPRESSARIA DAUCIVORELLA Rag. Enverg. 23 mill. Ailes su- 
perieures assez allongees, d un gris olivatre, saupoudrees do noiratre et 
de blanchatre ; la cote un peu plus pale ainsi que les nervures ; le bord 
interne, a la base, fortement lave de noiratre ; la bande transversale est 
distincte, pale, projetant un angle aigu posterieurement. Sur le disque, 
a la suite 1 une de 1 autre, se trouvent trois taches noires, grosses, bien 
visibles. Points marginaux noirs, grands, distincts. Ailes inferieures 
d un gris pale ; les nervures plus foncees ; la frange est grise, avec deux 
filets noiratres a la base. La tete et le thorax sont d un ocrace grisatre 
pale, contrastant avec la couleur foncee des ailes ; les antennes sont 
noires ; les palpes d un ocrace grisatre, fortement laves de noiratre exte- 
rieurement, le troisieme article semblable, mais sans anueau noir dis 
tinct. 

La chenille vit, en juin et juillct, sur la carotte, pres de Rouen, ou 1 a 
decouverte M. Lhotte, un zele chasseur. Cette chenille resscmble beau- 
coup a celle de libanotidella ; mais le papillon se distingue facilement 
par Pabsence de toute couleur rouge sur les ailes et d anneaux noirs 
sur le troisieme article des palpes ; il se rapproche, comme couleur, de 
la discipunctella, mais, comme dessins, plutot de la badiella. A placer 
apres cette derniere. 

4. OEcopnoRA BRUANDELLA Rag. Enverg., <?, 12 mill.; $, 10 mill. 
Ailes superieures d un rouge brun vif, 1 espace basilaire jaune orange, 
la frange d un rouge brun a la base, devenant jaune orange a Pextre- 
mite ; elles sont traversces par deux lignes fines, blanches, bordees, 
dans 1 espace median, de lignes d ecaiiles foncees, plombees, metaliiques ; 
la premiere est verticale, la deuxieme oblique, parallele, mais eloignee 
du bord externe et se rapprochant de la premiere sur le bord interne. 
Ailes inferieures d un pourpre noiratre, la frange noire; la tete et le 
thorax d un ocrace rougeatre. Palpes tres longs et tres greles, blan- 
chatrcs, laves en partie, sur les cotes, de noir. 

Ressemble, comme couleur, a la formosella F., sa plus proche voi- 
sine. 

Deux exemplaires de cette espece ineditc, provenant de feu Bruand, 
pris, dans le midi de la France, le 15 juillet. 

5. ELACHISTA SUBQUADRELLA Rag. Enverg. 12 mill. Ailes supe 
rieures noires, a ecailles grossieres et rudes; une tache blanche se 
trouve au milieu du bord interne, sur le pli dorsal ; une autre, a 1 angle 
anal, sur le bord meme, et une troisieme, sur la cote, au dela. Ailes 



Seance du 22 mai 1889. cvn 

inferieures noiratres, y compris la frange. Palpes noiratres, le troisieme 
article plus pale. 

E. quadrella, sa plus proche voisine, est d un brun cuivrd, a ecailles 
tres lisses et luisantes, et la tacho costale precede un peu la tache dor- 
sale. 

Un male pris par M. Chretien, a I c tang des Fonceaux, pres de Sevres, 
le 27 aout. 

6. ERIOGEPHALA (MIGROPTERYX) ALGERIELLA Rag. Enverg. 6 1/2 mill. 
Ailes superieures d uu vert olivatre, un peu pourpre, traversees par 
trois larges bandes d un or tres pale : la premiere, pres de la base, est 
verticale ; la deuxieme est fortement coudee, ayant une tendance a se 
diviser au milieu et formant alors deux taches, dont la costale precede 
la dorsale et est suivie d un point costal or pale ; la troisieme bande est 
de forme irreguliere et s elargit au milieu. La tete est jaunatre. 

Ressemble, comme couleur, a la mamiietclla ; mais sc distingue par 
ses larges bandes pales. 
Hammam-Rhira (province d Alger), mai ; pris par M. Dcmaisou. 

M. H. Lucas communique la note suivante relative a des Hymeno- 
pteres sociaux de la division des Meliponides : 

En faisant passer sous les yeux de la Societe quelqucs individus du 
Melipona lineata de Saint-Fargeau, Suites a Buffon, t. I, p. 340, je 
dirai que cette espece a ete rencontree dans des conditions tout a fait 
particulieres. 

M. Hallereau, qui a fait un sejour assez prolonge a Minas-Gcracs, a 
rapporte de cette partie de 1 Amerique meridionale une nidification piri- 
forme, a entrees laterales, couvertes d apophyses epineuses, d un gris 
ccndre clair, et appartenant au Myrapetra scutellaris de White. En 
secouant cette nidilication, haute de 22 centimetres sur 18 de large 
environ, je pensais me procurer cet Hymenoptere ; mais, au lieu de cet 
insecte, c est le Melipona lineata que j ai obtenu, et qui est long de 
4 1/2 mill, avec uue envergure de 8 mill, environ. II est a supposer 
que cette derniere espece, ayant rencontre cette nidification abandonnee 
et ayant trouve toutes les conditions voulues pour s y loger, s y est 
installee. 

II serait interessant de partager en deux cette nidification, afin de voir 
do qucllo maniere cette Me lipone s est ctablie dans ce nid et comment 



cvni Bulletin entomologique. 

elle y a iiistalle ses rayons. G est une observation que j ai I intcution de 
faire. 

Les Melipones ne sont pas difficiles dans le choix des lieux pour 
etablir leurs habitations ; elles recherchent ordinairement une concavite 
assez spacieuse, situee, soil dans le tronc d un arbre, soit dans une 
vieille muraille, ou dans des rochers ; il y en a meme qui etablissent 
leurs rayons ou magasins dans des poteries ou vases en terre cuite. Les 
collections entomologiques du Musee de Paris possedent une amphore 
provenant du Perou et dans laquelle toute une colonie de Melipona s est 
installed. 

M. le D r H. Beauregard fait la communication suivante : 

Dans une precedente note, j ai fait connaitre (Bulletin de 1889, 
pages xxxi et xxxn) les particularites du developpement de Meloe au- 
tumnalis, dont j avais trouve des pseudo-chrysalides dans une carriere 
d argile sableuse pres la ville d Eu. 

Un certain nombrc de ces pseudo-chrysalides ont a nouveau termine 
leur evolution et m ont donne des specimens de Meloe cyaneus, que ses 
caracteres ne permettent pas de confondre avec la premiere espece. Les 
particularites sur lesquelles j ai appele Fattention s appliquent doncega- 
lement a Meloe cyaneus dont le mode de developpement n etait pas 
encore connu. 

Puisque je parle du genre Meloe, je demaude a la Societe de me 
permettre de lui exposer brievement les conclusions auxquelles m ont 
amene mes recherches sur les Vesicants, relativement a la place que 
doit occuper, dans cette tribu, le genre Meloe. Je ne me dissimule pas 
que je louche la a une question delicate ; mais je pense qu elle pent 
interesser les entomologistes. 

Si Ton cousidere les divers groupements qui out ete proposes pour la 
tribu des Vesicants, on constate que c est une habitude de placer les 
Meloides en tete, de les faire suivre des Mylabrides, puis des Cantha- 
tides, et de rejeter a la fin les Nemognathides. Get arrangement, il laut 
bien le dire, est tout a fait artificiel ; si bien que certains genres passent, 
suivant le bon plaisir de 1 entomologiste, d une subdivision dans une 
autre parfois meme eloignee. Par exemple, les Zonitis sont places parmi 
les Cantharides vraies par Lacordaire, tandis que M. Faimaire les met a 
cote des Nemognatha, de telle sorte qu ils sout alors separes des Cantlui- 
rides par les Sitarites. 



Seance du ff mai 1889. cix 

Je pense qu on aurait quelque chance d arriver a un groupement plus 
naturel en utilisant les donnees fournies par Fetude des formes lar- 
vaires et des mceurs evolutives. II me semble, en particulier, que deux 
insectes, qui, dissemblables a 1 etat parfait, ont presentc dans tout le 
cours de Involution des formes identiques, sont plus proches parents 
que deux insectes qui, dissemblables dans une meme mesure a Fetat 
parfait, Fetaient egalement dans le cours de leur developpement. 

Dans 1 etat actuel de la science, il serait parfois difficile de recourir a 
cette methode, car les documents sur revolution des insectes font sou- 
vent defaut; mais elle][est applicable a un nombre deja assez conside 
rable de Vesicants et particulierement an genre Meloe. 

Si Ton se reporte aux connaissances que nous possedons sur les 
phases de Fhypermetamorphose des Meloe, on constate que la plupart 
des caracteres presentes par les formes larvaires, soit au point de vue 
morphologique, soit au point de vue biologique, sont intermediaires a 
ceux que presentent les Zonitites et les Sitarites, d une part, et les Can 
tharites (Cantharis, Epicaula, etc.), de Fautre. Je prendrai seulement 
quelques exemples : 

On sait que la troisieme larve des Zonitites et des Sitarites reste in- 
cluse completement dans la mtie de la deuxieme larve, de telle sorte 
que Finsecte arrive a 1 etat parfait enveloppe dans trois mues emboitees 
etroitement. 

La troisieme larve des Cantharites, au contraire, s echappe de la mue 
pseudo-chrysalidaire, qui se dechire sur la face ventrale et termine son 
evolution plus ou moins loin de cette mue. 

La troisieme larve des Melottes se comporte differemment : elle reste 
a demi incluse dans la mue pseudo-chrysalidaire fendue. Elle est done, 
sous ce rapport, intermediaire aux deux premieres. 

Autres faits : 

La deuxieme larve des Zonitites et des Sitarites, apres avoir devorc 
la provision de miel, reste dans la cellule meme de FHymenoptere 
qu elle a de valise pour y subir son evolution totale. Nous Fappellerons 
larve se dentaire. 

La deuxieme larve des Cantharites, au contraire, abandonne la cellule 
de FHymenoptere ou le nid de FOrthoptere et va creuser au loin une 
logette ou elle termine son evolution. Nous Fappellerons larve 
errante. 



ex Bulletin entomologique. 

La fleuxieme larve des Melo ites etait considered, jusqu ici, comme 
appartenant au groupe des sedentaires, car, chez les especes cicatricosus 
et coriarius, etudiees avec details, on la voit rester, en effet, dans les 
cellules de I Hymenoptere jusqu a sa complete transformation. Mais les 
faits que j ai rapportes, au sujet de Meloe autumnalis et de M. cyaneus, 
les rattachent aux larves errantes. Par la encore, les Meloe sont done 
intermediaires anx Zonitites et aux Sitarites, d une part, et aux Can- 
tharites, de 1 autre. 

II est d ailleurs incontestable que les Melo ites ne peuvent etre eloigncs 
des Cantharites, car la forme des pseudo-chrysalides des premiers est, 
pour ainsi dire, identique a celle des pseudo-chrysalides des seconds. 
II en est de meme pour la forme des deuxieme et troisieme larves. 

Ge qui prouve bien que les caracteres que j invoque ont une reelle 
valour, c est qu ils viennent a 1 appui des conclusions que Ton peut tirer 
de 1 examen comparatif des formes adultes. Ainsi, on ne peut nier que 
les Melo ites sont rattaches aux Cantharites par les formes depourvues 
d ailes que presente ce groupe (Apterospasta, Henous) (1). Mais, 
d autre part, ils tiennent aux Sitarites par les singulieres formes apteres 
(Hornia minutipennis) que M. Riley a devouvertes et pour lesquelles 
M. E. Duges propose de creer la subdivision des Horniides. 

En resume, dans une classification des Insectes vesicants, le genre 
Meloe ne me parait pas devoir etre place en tete de la tribu, mais bien 
entre le groupe des Zonitites et Sitarites et celui des Cantharites. II 
mo serait facile d apporter maintes autres preuves a 1 appui de cette 
these. 

M. Laboulbene fait remarquer combien les observations de 
M. le D r Beauregard sont interessantes. Quant a la participation et a 
1 emploi des caracteres exclusifs de la metamorphose pour classer les 
Insectes vesicants, M. le President croit qu il ne faut pas en abuser. II 
cite les Dipteres du genre Ceratopogon, dont la plupart des larves sont 
pourvues de poils boutonneux a leur extremite; Perris avail vu dans 
ces orgaues la caracteristique du genre. Or, le Ceratopogon Dufouri, 
decrit par M. Laboulbene dans nos Annales de 1869, a une larve lisse et 

(1) Henous, que Leconte et M. Horn maintiennent dans leur derniere classifi 
cation des Coleopteres (1883) parmi les Meloitcs, me parait devoir etre plac6 
avec les Cantharilcs, puisque M. Riley a demontre que les larves A Henous se 
nourrissent d oeufs d Orthopteres comme les Epicauta et Macrolasis. 



.Seance du 22 mai 1889. cxi 

depourvue de polls ; Ferris en a reconnu Fidentite, et a signale, a*rec sa 
bonne foi ordinaire, cette exception qui a derange ce qu il croyait im- 
muable. II n existe pas de series lineaires en classification, mais plutot 
des series paralleles ; Mac Leay voulait meme etablir des groupes reve- 
nant sur eux-memes, en forme de cercles. 

M. Laboulbene penserait qiie les Horia, qui ne ?paraissent pas vesi- 
cantes, devraient former une famille a part, a la fin des Mylabrides. 

E. D. 



Bulletin bibliographique 

Academic des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
1889, l er sem., n -16. J. REISET. Memoire sur les dommages 
causes a 1 agriculture par le Haimeton et sa larve ; mesures prises 
pour la destruction de cet insecte; suites et resultats. L. GUENOT. 
Sur les glandes lymphatiques des Cephalopodes et des Crustaces de- 
capocles. N 17. A. GIARD et J. BONNIER. Sur un Epicaride para 
site d un Amphipode et sur un Copepode parasite d un Epicaride. 
N 18. N 19. A. GIARD et J. BONNIER. Sur la morphologic et 
la position systematique des Epicarides de la famille des Dajidte. 
R. MONIEZ. Parasitisme accidentel sur I homme du Tyroglyphus fa- 
rinx. Tables du l er semestre. 

Academy of natural Sciences of Philadelphia (Proceedings of the), 1888, III. 

A. HEILPRIN. Contributions to the Natural History of the Bermuda 
Islands (Crustaces). H. C. MAC COOK. The Turret Spider on Cof 
fin s Beach. ID. Double cocooning in a Spider. ID. The Value 
of Abbot s manuscript drawings of American Spiders. 

Academy of Science of Saint-Louis, V, 1 et 2, 1886-88. D r E. BREN- 
DEL. Synopsis of the Family of Pselaphidse. 

AJcademie der Wissenschaften in Wien (Sitzungsberichte der Kaiserlichen) , 
1888, I a V. D r R. v. SGHAUB. Anatomie von Hydrodroma (pi.). 

ROSOLL. Ueber zwei neue an Echinodermen lebende parasitischen 
Copepoden : Ascomyzon comatulx und Astericola Clausii (pi.). 

Association francaise pour I avancement des sciences, n 54. Informa 
tions et documents divers. 

Entomologische Nachrichten, XX, 1889, 10. J. J. KIEFFER. Neue Bei- 
trage zur Kenntniss der Gallmiicken. KRIECHBAUMER. Pimpliden- 



cxn Bulletin entomologique. 

Studien : 28. Rhyssa (Thalessa) superba und clavata. 11. K. W. 
DALLA TORRE. Die europaischen Hoplocampa-Arten. E. REITTER. 
Uebersicht der bekannten Arten der Coleopteren Gattung P&derus. 

J. J. KIEFFER. Neue Beitrage zur Kcnntniss der Gallmiicken. 
0. STAUDINGER. Zwei neue afrikanische Lyca3niden. 

Entomologists genevois (U), 1889, V. H. TOURNIER. Phalacrides. 
Etudes hymenopterologiques : Fouisseurs. Matcriaux pour con- 
tribuer a une Faune suisse (Dipteres). 

Insect Life, 1, 1889, 10. C. V. RILEV. Systematic Relations of Platy- 
psyllus, as determined by the Larva (fig.)- A. H. SWINTON. Stri- 
dulations in Vanessa Antiopa. PH. WALKER. Notes on the Tena 
city, Elasticity and Ductility of Raw-Silk. 

Kaiserlichen Leopoldinisch-Carolinischen Deutschen AJcademie der Natur- 
forscher (Verhandlungen der), L1I, 1888. G. v. GUMPPENBERG. 
Systema Geometrarum zonaa temperiatoris septentrionalis, 2 e partie. 

Bibliographische Mittheilungen und Nekrologe, 1881-1887. 

Naturalista siciliano (II), anno VIII, n 3, decembre 1888. MINA- 
PALUMBO et L. FAILLA-TEDALDI. Material! per la fauna lepidotterolo- 
gica della Sicilia (fine). T. DE STEFANI. Miscellanea imenotterolo- 
gica sicula (cont.). A. SENONER. Genni bibliografici. 

Naturaliste (Le), 15 mai 1889. E. PISSOT. La Compsidie du peuplier. 

G. FALLOU. Description d Hemipteres nouveaux. A. GIARD. Sur 
un nouveau genre de Collombola marin. F. PLATEAU. La vision 
chez les Insectes et chez les Vertebres. - P. MABILLE. Diagnoses de 
Lepidopteres nouveaux. 

Reale Academia dei Lincei (Atti della), 1889, 2 e sem., 4. Q 
Revue scientifique du Rourbonnais et du centre de la France, 1889, 5. 
E. OLIVIER. Faune de TAllier : Goleopteres. 



ANDRE (EDM.). Species des Hymenopteres d Europe et d Algerie, IV, 34, 

2 pi. n., 88 p. * 
BLANCHARD (D r R.). Pseudo-parasites (Diet, encycl. Sc. med.), 1889, 

8 p. * 
ID. Les ennemis de 1 espece humaine (Assoc. avanc. Sc.), 1888, 12 p. * 

A. L. 



Seance du 12 juin 1889. cxni 

Seance du I* juin 188O 

Presidence de M. le D ALEX. LABOULBfiNE 

MM. Argod, de Crest (Drome), Demaison, de Reims (Marne), Dollc, 
de Laon (Aisne), et Riley, de Washington (Etats-Unis d Amerique), 
assistent a la seance. 

Necrologies. M. le Secretaire annonce la mort de trois de nos col- 
legues : 

1 M. Gharles-Anatole-Athanase-Benoit Barbier-Dickens, decede a La 
Varenne-Saint-Maur (Seine), le 18 mai 1889, a Page de cinquante ans, 
qui appartenait a la Societe depuis 1866, et s occupait specialement de 
Petude des Coleopteres; 

2 M. Theodore Goossens, decede a Paris, le 9 juin 1889, a Page de 
soixante-deux ans, rec,u parmi nous en 1859 et membre exonere. 
M. Goossens a public d importants travaux sur les Lepidopteres dans 
nos Annales ainsi que dans nos Bulletins ; il a fait, depuis trente ans, 
plusieurs fois partie de diverses de nos Commissions et specialement 
de celle de publication. M. le President prie M. Paul Mabille de 
donner, pour nos Annales, une notice necrologique sur notre regrette 
collegue ; 

3 M. Hippolyte Turquin, qui s occupait d entomologie generale et 
surtout des insectes de 1 ordre des Lepidopteres, recji membre en 1874, 
decede a Laon (Aisne), le 10 juin 1889, dans sa cinquante-neuvieme 
annee. 

Membres regus. 1 M. Jean de Claybrooke, Q A., professeur a PAsso- 
ciation poly technique, rue de Sontay, o, a Passy-Paris (Entomologie 
generale, surtout Insectes de la faune parisienne), prcsente par M. le 
D r H. Beauregard. Commissaires rapporteurs : MM. Ed. Lefevre et 
E. Simon ; 

2 M. W.-E. Jakowleff, reviseur en chef du controle de PEtat, a 
Irkoutsk (Siberie) (Entomologie generale, surtout He mipteres et Coleo- 
pteres), presente par M. le D r A. Puton. Commissaires rapporteurs : 
MM. E. Desmarest et le D r Alex. Laboulbene. 

Candidat presente. M. Alfred Ghobaut, docteur en medecine, rue 



cxiv Bulletin entomologique. 

Dqree, 4, a Avignon (Vaucluse) (Coleopteres europeens), prcsente par 
M. Georges Gheron. Commissaires rapporteurs : MM. Desmarest et 
Poujade. 

Correspondence. M. le Ministre de 1 Instruction publique ecrit qu il 
vient de prescrire 1 ordonnancement de la somme de 500 francs comme 
encouragement aux travaux de la Societe pour Fexercice 1889. 

Lectures. M. H. W. Bates adresse, par 1 entremise de M. Fleutiaux, 
mi memoirc intitule : Contributions a la Faune indo-chinoise (suite) : 
Carabidae. 

M. J. Bolon envoie une nouvclle suite aux memoires relatifs an 
Voyage de M. E. Simon au Venezuela (1887-1888), coniprenant la iamille 
des Latridiidfe. 

M. J. Bourgeois communique un travail ayant pour titre Diagnoses 
de Lycides nouveaux ou pen connus, 6 e partie. 

M. J.-M.-F. Bigot transmet, par I intermediaire de M. E. Desmarest, 
deux notices faisant suite a ses Dipteres nouveaux ou peu connus, coni 
prenant les divisions des Cyrtidi et Therevidi. 

Communications. M. J. Bourgeois prcsente la note suivante : 

Gomme 1 a justement fait observer, a la derniere seance, notre hono 
rable President, il est possible de distinguer, d une maniere a peu pres 
certaine, les larves males des larves femelles chez le Lampyris nocli- 
luca. En effet, les premieres sont plus paralleles sur les cotes et pre- 
sentent, a Fctat frais, un corps plus epais, presque carre, tandis que les 
secondes, plus aplaties, vont en s elargissant jusque vers le milieu pour 
s attenuer ensuite jusqu a 1 extremite ; il y a aussi une legere difference 
dans la forme du premier segment thoracique, plus attenue en avant 
chez les larves males ; plus court et plus arrondi a son bord anterieur 
chez les larves femelles. 

II y a longtemps, d ailleurs, que ces particularites scxnelles ont etc 
signalees : par Waga d abord (in Motschulsky, Etudes entomologiques, 
1856, p. 40), puis, avec plus de developpemerit, par M. Reiche (Ann. 
Soc. ent. France, 1863, p. 476). Je soumets a la Societe une larve male 
et deux larves femelles de cette espece; elles proviennent toutes trois 
de la collection Reiche et ce sont elles qui ont servi aux observations de 
notrc collegue. II est bon de noter toutefois que les differences s attc- 



Seance du 1$ juin 1889. cxv 

nuent fortcment avec la dessiccation et que notamment celles relatives a 
1 epaisseur du corps, chez les larves males, ne se constatent bien que 
lorsque celles-ci sont vivantes ou ont ete conservees dans 1 alcool. 

J ignore si des observations analogues out ete faites chcz d autres Ma- 
lacodermes et en particulier chez le Drilus flavescens, comme le dit 
M. le D r Laboulbene. Toujours est-il que Waga (loc. cit.) dit avoir 
constate chez les larves du Lamprohiza splendidula, les memes parti- 
cularites sexuelles que celles que Ton observe chez le Lampyris nocti- 
luca ; mais je n ai pas ete a memo, jusqu a present, de verifier Fexacti- 
tude de cette assertion. 

M. E. Desmarest, au sujet des renwques de M. J. Bourgeois, dit 
que, il y a de ja de longues annees, son pere, A.-G. Desmarest, 1 un de 
nos membres honoraires fondateurs, et lui pouvaient facilement recon- 
naitre les sexes des larves du Drilus flavescens. Dans la partie superieure 
de la coquille de YHelix nemoralis, tres abondant alors dans le pare de 
1 EcoIe veterinaire d Alfort, its recueillaient, au premier printemps, 
parfois meme des rautomne, une quantite considerable de larves de 
Driles, qu ils trouvaient dans le Mollusque nourricier et qu ils conser- 
vaient pour obtenir, vers la fin de mai ou le commencement de juin, 
1 eclosion du male et le developpement complet de la femelle. Us divi- 
saient habituellement les larves en celles qu ils pensaient etre des males 
et en celles qu ils regardaient comme des femelles, et ils se trompaicnt 
bien rarement dans cette distinction des sexes. Les larves des males 
e talent constamment beaucoup plus petites que celles des femelles, qui, 
elles, presentaient un enonne developpement. Les mues des males 
etaient moins nombreuses que celles des femelios. 

M. le D r Senac envoie Fobservation suivante : 

II y a quelques annees, j ai signalc a la Socie te les ravages conside 
rables commis par le Brachyrrhimts lugdunensis aux plantations de 
jeunes arbres fruitiers, dont cet insecte devore les bourgeons a feuilles a 
mesure qu ils se developpent. 

Le meme insecte attaque avec une grande avidite la feuille du Ma- 
honia, a 1 exclusion de tous les autres arbustes environnants. II en 
devore la feuille de la circonfe rence au centre, et semble pre ferer les 
feuilles de Pannee precedente aux jeunes pousses de 1 annee, bien que 
celles-ci soient beaucoup moins dures. 



cxvi Bulletin entomologique. 

Pendant toute la journee, le Brachyrrhinus lugdunensis reste immo 
bile et fixe a la face inferieure des feuilles ; aussi est-il rare d en aper- 
cevoir un seul. Mais, des que le jour baisse, il se met en mouvement et 
continue toute la nuit ses ravages. On en rencontre encore quelques 
individus de grand matin en train de manger. 

Le Brachyrrhinus lugdunensis est tres commun a Ussel (Allier) ; on 
le rencontre, des le premier printemps, sous les ecorces soulevees et 
sous les pierres. Plus tard, il tombe en quantite dans le parapluie si Ton 
bat les prunelliers et surtout les aubepines en fleurs. A 1 exception 
des Mahonias, pas un seul des nombreux arbustes de notre jardin ne 
nous a fourni un seul exemplaire de cette espece, qui parait avoir une 
predilection tres marquee pour cet arbrisseau a feuilles dures et persis- 
tantes. 

- M. J. Croissandeau adresse d Orleans la note suivante : 

L Agathidium pallidum est depeint par les differents auteurs comme 
entierement d un testace pale, plus ou moins rembruni sur le disque. 
Ayant eu Poccasion d en prendre un certain nombre, il y a quelques 
jours, dans de vieilles bourrees de chenes, en Sologne, c est-a-dire sur 
un terrain sablonneux, je crois utile de constater : 

1 Que les.exemplaires testaces sont immatures. Les nouveaux sont 
d un brim fonce presque noir, sauf la tete, qui est toujours testacee, ainsi 
que les cotes du prothorax et une legere bande aux bords anterieurs et 
posterieurs ; 

2 Que 1 epistome est marque, pres de chaque ceil, en dedans, d une 
fossette quelquefois tres obsolete, auquel cas la partie est plane; le 
centre de 1 epistome est done toujours bombe ; 

3 Que le vertex est toujours assez profondement marque d un sillon 
transversal ; 

4 Que, chez les Agathidium, la taille ne varie pas, ce qui semble 
extraordinaire. 

Cette rare espece vivait en compagnie de quelques Medon dilutus et 
Coryphium angusticolle. 

M. des Gozis, de Montlugon, communique la note suivante : 

Je lis dans le Bulletin de la Societe (seance du 8 mai 1889, p. xc) une 
note de M. Fairmaire sur une espece du genre Anisomera. Ce nom d un 
insecte exotique, que je ne connais du reste nullement, me frappa, et je 



Seance du 12 juin 1889. cxvn 

dois faire remarquer qu il fait double emploi dans la nomenclature. 
Cree par Brulle en 1835, il avait etc doime deja par Meigen a un genre 
de Dipteres de la tribu des Tipulidse. Je laisse a ceux qui sont compe- 
tents pour cela le soin de changer la denomination ; je me contente de 
signaler le fait. 

M. Albert Argod presente les communications suivantes : 

1 J ai Phonneur de montrer a la Societe deux especes de Coleopteres 
nouvelles pour noire faune : 

A. BYTHINUS PEDATOR Reitt. Espece connue seulement d ltalie, 
et dont j ai pris, 1 annee derniere, une douzaine d exemplaires, a Saon 
(Drome), en tamisant des mousses. 

B. MALACHIUS CARNIFEX Erich. Gette espece n etait encore 
signalee que de Turquie, Grece, Crete et Russie meridionale. J en ai 
capture une paire 1 annee derniere au Pas-de-Lauzun, pres de Crest, 
et, cette annee, une quarautaine d individus dans les gorges du Gontecle, 
pres Saillans (Drome). Ces deux localites se trouvent dans le meme 
massif de montagnes. 

2 Je suis charge, par notre collegue M. J. Croissandeau, d Orleans, 
de vous soumettre un nouveau mode de preparation pour les Micro-Co- 
leopteres, qui consiste a placer 1 insecte entre deux lamelles de verre, 
separees par un petit carton perce a 1 emporte-piece. Ge systeme per- 
met d examiner les sujets en dessus et en dessous, soit a la loupe, soil 
au microscope, sans etre oblige de les decoller. 

M. L. Fairrnaire envoie les descriptions suivantes de nouvelles 
especes de Coleopteres : 

1 ISSAGARIS, n. g. Corpus ovatum, postice ampliatum. Caput 
antice planatum, oculi magni, convexi. Antennx 9-articulatx, articulo 6 
brevi, intus acute producto. 1 flavato, 2 brevi, 3, 4 5que elongatis, 
clava magna, scapo multo longiore, arcuata, trifoliata, apicem versus 
dilatata. Mentum ovatum, utrinque sulcato, medio leviter sulcatulo, palpi 
elongati. Coxx producto-conicx, fere contigux, intermedia mx separata . 
Tarsi graciles, unguibus valde fissis et basi brevissime dentatis, stylo un- 
gueali nullo. 

Ge genre me semble rentrer dans le groupe des Philochkenides, bien 
que le menton soit tres legeremcnt sillonne au milieu. II est remar- 
qiiable par le grand devcloppement de la massue antennairc, le sixieme 



GXVIII Bulletin entomologique. 

article <lu funicule tres cuurt, mais prolonge en pointe tres fine. Lc cha 
peron est plan, obtusement prolonge, tranchant et arrondi en avant, 
avec le Lord un peu releve anlerieurement ; les yeux sont tres gros. 

I. PETALOPHOIIA. Long. 18 mill. Ovata, postice ampliata, nitida, 
brunnea, rufo-mixta, elytris testaceo-lutosis ; capite carioso-punctato, 
prope oculos Ixviore, sutura clypeali transversim recta ; antennis piceis, 
clava opaca; prothomce valde transverse, elytris parum angustiore, me- 
dio angulatim dilatato, antice angustiore, margine antico late armato, 
dorso sat fortiter rarius punctato ; scutello polito, ogivali; elytris apice 
sat abrupte rotundatis, parum profunde striato-punctatis, intervallis 
convex iusculis, sat irregulariter latis, 2 punctato, coriaceo, 8 simililer 
punctato, ceteris subtilissime transversim coriaceis, margine externo basi 
brevi infuscalo ; pygidio lato, valde rugose-plicato, pectore cum pedibus 
lonye fulvo-villoso, abdomine lateribus dense punctulato, pedibus sat gra- 
tilibus, tibiis 2 anticis apice bidentatis, tarsis elongatis. Chili (coll. 
Oberihiir). 

La forme generate et la coloration rappelloiit eel les du Dicrania <vneo- 
brunnea Phil. 

2 GOLIATHUS MELALEUGUS. Long. 32 mill. Ovatus, crassus, nt- 
ger, nitidus, prothorace disco vittis 3 angustis iinpressis, albis, lateribus 
antice anguste albo-marginatis, postice macula minuta alba, elytris 
utrinque vitta submarginali impressa, sat lata cum vitta apicali arcuata 
fere conjuncta, vitta subsuturalo basi arcuata, postice abbreviata, et disco 
maculis seriatis albis ; capite dense rugoso-asperato, margine antico fere 
rotundatim angulato ; prothorace antice angustato, lateribus medio valde 
rotundato, margine postico late arcuato, dorso grosse sat dense punc 
tato ; scutello oblonge triangulari, polito, basi dense punctato et nigro- 
villoso ; elytris punctatis, basi plagiatim densins punctatis, punctis ma- 
joribus intermixes, leviler rugosulis, sutura elevata, callo postico 
convexo ; pygidio densissime rugosulo-punctato ; subtus sat dense piuic- 
tatus, pedibus sat validis, femoribus grosse punctatis, tibiis asperatis, 
sat dense nigro-villosis, anterioribus acute tridentatis, tarsis elongatis, 
gracilibus. $. Alriquo interieure. 

Espece voisine du G. Kirkianus, mais plus petite, a dessins blancs, 
avec les pattes a poils noirs et 1 ecusson presque entierement lisse, sauf 
la base, sans bande blanche. II est bien a regretter de ne pas connaf tre 
le male etde ne pouvoir dire s il rentre dans le genre Goliathinus Th., 
ou Goliathinus Woshv., on Hcgemus Th. 



Seance (In 12 juin 1880. cxix 

Le corselet ne presente pas un tubercule antcrieur, mais le bord an- 
terieur, deprime transversalement en avant, se releve faiblement au 
milieu et indique la place du tubercule. 

M. Ed. Lefevre communique la description d ime nouvelle cspece 
de Glytrides, decouverte aux environs de Smyrna par M. Delagrangc, 
de Besancon, et qui iui a ete commuuiquee par notre collegue M. Eruaei 
Olivier : 

LABIDOSTOMIS IIETEUOMALLA. Oblong o-elong ata } luete viridi-xnea, 
nitida, subtus, capita prothomceque supra, pube albida suberecta dense 
vestita; capite subyuadruto, verticc convcxo, punctulato, fronte late et 
profunde impressa, crebre fortiter punctata, postice linea elevato arcua- 
tim limitata, anticc inter antennas modice carinata ibique fossula magna 
utrinque profunde instructa; labro flavo; antennis saturate violacco- 
cyaneis, articulis quatuor basalibus flavis, primo macula cyanea superne 
notato; protlwrace crebre minute punctulato, modice convcxo, medio late 
transversim depresso, basi late bisinuato breviterque lobato, angnlis pos- 
ticis elevatis, apice subacutis ; scutello ruguloso, apice rotnndato ; elytris 
pallide testaceis, confertim sat fortiter punctulatis, linea longitudinali 
utrinque ad latera obsolete instructis, puncto humerali nigro ; pedibus 
Id te viride-ameis, tibiis apice summo concinne testaceis. 

<?. Epistomate profunde arcuatim emarginato, mandibulis validis, 
exsertis, basi fere rectis, apice forcipatis, subtus canaliculatis ; pedibus 
duobus anticis maxime elongatis ; femoribus ejusdem pans paulo post 
basin callo obtuso instructis ; tibiis arcuatis. Long. 8 1/2 9 mill.; 
lat. 3-3 1/2 mill. 

$. Minus elongala, multo densius pubescens, mandibulis antennis pedi- 
busque anticis brevioribus ; epistomate antice subarcuatim emarginato; 
prothorace bremori. Long. 7 1/2 8 mill.; lat. 33 1/3 mill. 

Cette jolie espece se rapproche du L. pallidipennis Gebler ; elle s en 
distingue surtout par 1 epistome profondcment echancre en demi-cercle 
et par le point humeral noir qui existe sur chaque c lytre. 

M. Alfred Guillot fait passer sous les yeux de la Societe cinq cxem- 
plaires (un male, trois fcmelles et une larve) du Phyllium siccifolium, 
insecte appartenant a 1 ordre dcs Orthopteres, tribu des Phasmides. 

Cos interessants insectes, qui miment tres exactement la forme et 
1 aspect des feuilles de la plante sur laquelle ils vivent, out ete rapportes 
des ties Seychelles (Ocean Indien, au nord-est de Madagascar) par 



cxx Bulletin entomologique. 

M. Rottenfus, agent du service maritime des postes, qui les a soignes 
jusqu a Paris, oii ils sont arrives depuis quinze jours, et y vivent par- 
faitemcut, nourris avec des feuilles de noisetiers. 

Notre collegue montre atissi une trentaine d oaufs pondus en route et 
a Paris meme. II fait remarquer la precaution que la nature a pris pour 
dissimuler et proteger certaines especes, car la encore on se trouve en 
face d un exemple complet de mimisme, surtout lorsque Ton voit 
1 etroite resseinblance que les oeufs des Phyllium out avec les graines 
de certains vegetaux, et, si Ton n a pas vu pondre ceux-ci, il est im 
possible de croire que Ton a devant soi des oaufs d insectes. 

M. L. Demaison presente les observations suivantes : 

Parmi toutes les especes du genre Erebia, YE. Medusa est celle qui se 
rapproche le plus des environs de Paris. Elle habite toute la chaine de 
collines qui forme, vers Test, la limite des terrains tertiaires du bassin 
parisien, depuis la vallee de 1 Oise jusqu a la Seine. Berce, dans sa 
Faune des Le pidopteres de France, (t. I, p. 191), signale cette espece sur 
les collines situees pres de Bar-sur-Seine. Je Fai trouvee aussi dans la 
foret d Epernay. Aux environs de Reims, elle est e galement fort com 
mune dans presque tous les bois, surtout dans les bois un peu eleves 
(foret de la montagne dc Reims, bois de Berru, bords du canal de 1 Aisne 
a la Marne, pres de Courcy, etc.). Enfin je 1 ai vue voler en grand 
nombre, au mois de mai dernier, dans le pare de Marchais et dans 
la foret de Samoussy, pres de Laon. Elle est de meme tres repandue 
dans les regions de Test de la France, aux environs de Nancy et de 
Metz ; dans les Vosges, pres d Epinal ; dans le Jura, pres de Pontar- 
lier ; dans 1 Alsace, pres de Colmar (Berce). En Belgique, elle a ete 
signalee aux environs d Arl< i. Donckier de Donceel). II est tres 

probable qu elle se trouve uans les Ardennes franchises. Elle 

existe aussi en Suisse, dans .iii-inague me ridionale et centrale, jus 
qu a Brunswick (Heinemami; au centre de la France, dans Jes forets 
dc Saint-Palais, d Allogny (Cher), oii elle est rare et tres localised (Gatal. 
Sand). 

L A\ Medusa commence a paraitre vers le 20 mai. Dans les annc cs 
peu precoces, elle est plus tardive et dure jusque vers le 15 juin. Elle 
vole exclusivement dans les clairieres et les allees herbues des bois. La 
femelle est beaucoup plus rare que le male. L oeuf est jaunatre, mou- 
chete de laches brunes. 



Seance du 12 juin 1889. cxxi 

M. H. Lucas communique la note suivante : 

Les coques ovigeres de Stauronotus maroccanus, qui m ont ete donnees 
par M. Tallavignes et que j ai communiquees a la Societe dans la seance 
du 12 decembre 1888, ont commence a eclore le 23 mai 1889; le 30 du 
meme mois, les eclosions avaient cesse. 

A leur sortie des ootheques, ces Orthopteres sont testaces, avec les 
yeux legerement teintes de brun ; ils se mettent a muer aussitot eclos, 
c est-a-dire qu ils abandonnent la membrane tres fine et blanche dont tout 
leur corps est enveloppe. Debarrasses de cette membrane epidermique qui 
les gene considerablement et qu ils conservent encore pendant un cer 
tain temps adherente a la partie posterieure de leur abdomen ou a une 
des pattes de la troisieme paire, ces Orthopteres se mettent a sauter et 
vont a la recherche de leur nourriture. Apres avoir subi 1 action de la 
lumiere, ils deviennent d un brun plus ou moins fonce, avec ie dessous 
de 1 abdomen un pen plus clair ; cette premiere mue achevee, ils egalent 
en longueur 3 1/4 a 4 mill. ,, 

Les ootheques ou coques ovigeres que j ai exposees a 1 air libre dans 
le jardin d experiences du Laboratoire d Entomologie ont donne de tres 
mauvais resultats ; les oeufs n ont pu eclore et sont devenus la proie 
d une Formicide (Aph&nogaster subterranea Latreille) et d un lulite 
(Blaniulus guttulatus Bosc). Gelles, au contraire, placees dans le 
Laboratoire, ou elles ont passe tout 1 hiver et dont j avais le soin d hu- 
mecter de temps en temps la terre avec un pulverisateur, ont reussi ; 
j ai obtenu 300 individus environ de cette espece. 

Un tres grand nombre, n etant pas parvenus a muer, ont succombe ; 
car il est a noter que ce premier cfc : ; s nt epidermique est toujours 
tres critique pour ces jeunes Orthoptev : du reste, il est tres curieux 
d observer les mouvements auxqtt^^- * se livrent afin de mener 
a bien cette delicate operation, qui #9* -Ifiijours tres laborieuse pour 
ces insectes. 

An sujet du nombre de mues que subit cette espece, de son develop- 
pement, des ravages qu elle a causes en Algerie, etc., consultez : Les 
Acridiens et l&urs invasions, par M. J. Kunckel d Herculais, l er et 2 e rap 
ports, Algerie agricole, n os 17o et 179, juin et aout!888; la Nature, 
n os 787 et 802, juin et octobre 1888 ; V Association frangaise pour Vavan- 
cement des sciences, 17 e session, l re partie, Gongres d Oran, p. 272, 
1888, et nos Bulletins 1888 et 1889. 

(1889) Bulletin de la Societe entomologique de France. 12 



CXXH Bulletin entomologique. 

- M. J.-M.-F. Bigot envoie, de Quincy, une note sur une nouvelle 
espece du genre Culex : 

Les nombreuses especes comprises dans le genre Culex sont insuffi- 
samment decrites et tres difficiles a dislinguer les unes des autres. 
Cependant il me semble que 1 observation attentive de leurs agissements, 
quand elles precedent a leurs attaques, pourrait, jusqu a un certain 
point, servir a les caracteriser. 

Durant les cinq mois d hiver que je viens de passer a Alger, j ai du 
subir, ainsi que les personnes qui m accompagnaient, les facheuses im- 
portunites d un Culex de moyenne taille hantant en assez grand 
nombre mon logement, qui etait place a 1 exposition du levant, tout 
pres du port d Alger. Le soir, la nuit, le matin des 1 aube, ces vampires 
trouvaient le moyen de nous assaillir, meme en depit des mousti- 
quaires, dont ils decouvraient rapidement les moindres solutions de 
continuitc. 

Cette espece ressemble aux C. pipiens et ciliaris, d Europe, et rufi- 
nus (mihi), de Tunisie, dont elle ne differe que par certaines nuances 
legeres dans la coloration. Quoi qu il en soit, je la considere comme 
ine dite, me basant principalement sur sa maniere d etre. Ainsi, son vol 
est extremement rapide, leger et fort peu bruyant, beaucoup moins que 
chez ses congeneres. A peine posee sur sa victime, elle introduit sa pipette ; 
mais cette piqure est notablement moins douloureuse, la demangeaison 
et Tenflure sont infmiment moins prononcees ; enfin, elle parait n agir 
surtout que lors de la diminution du jour, iilie semble se trouver prin 
cipalement dans les lieux habites. 

GULEX AGILIS, $, sp. nov. Long. 6 a 7 mill. G. pipiensis et cilia- 
nsvicinum; differt, abdomine pallide flavido, et pallide, superne, fusco 
uniseriatim maculato ; femoribus omnino pallide flavidis ; alis fere hya- 
linis ; thorace fusco, obscure nigro lineato. 

Ressemble aux C. pipiens et ciliaris; mais mo parait en differer par 
la nuance d un jaunatre fort pale de 1 abdomen, avec le milieu de chaque 
segment marque d une petite macule diffuse, d un brunatre pale ; les 
pieds d un jaunatre tres pale, avec, seulement, les tarses et 1 extremite 
des tibias brunatres ; les ailes claires, a nervures brunes ; le thorax, en 
dessus, d un brim rougeatre tres fonce, et deux ou qwtre lignes noi- 

ratres peu distinctes. 

E. D. 



Seance du 12 juin 1889. cxxm 

Bulletin bibliographique 

Academie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
1889, l er sem., n 20. Q N 21. A. LABOULBENE. Sur les degats 
produits sur les epis de raais par un Insecte Hemiptere [Pentatoma 
(Nezara) viridula Linne]. TROUESSART. Sur les Acariens marins 
des cotes de France. 

Bulletin d lnsectologie agricole, XIV, mai 1889. A. WALLES. La Co- 
chylis roserana (Froelich), ordre des Lepidopteres, famille des Noc 
turnes, tribu des Platyomides. A. RAME. Bibliographic : Les 
Abeilles, par J. Perez. A. WALLES. Le Bacillus Alvei (Cheshire). 

A. G. Le Nematoide de la betterave a sucre : Heterodera Schachtii 
(Strubell). Le Molyte couronne (Molytes coronatus Latr.). 

Feuilles des Jeunes naturalistes, 1889, n 224. U. MARTIN. Les Agrio- 
nidees franchises. Communications. 

Naturaliste (Le), 1889, XI, n 54. G. FALLOU. Diagnoses d Hemipteres 
nouveaux. P. MABILLE et P. DOGNIN. Diagnoses de Lepidopteres 
nouveaux (fig.). A. RAILLET et A. LUCET. L accouplement des 
Puces. E. ANDRE. L oeuf de YHarpactor iracundus. 

Royal Society (Proceedings of the), 1888, XLV, 278 et 279. Q 

Societas entomologica, 1889, IV, n 2. H. TOURNIER. Descriptions 
d Hymenopteres nouveaux appartenant a la famille des Chrysides 
(suite au n 3). A. P. DUURLOO. Lepidopterologische Beobachtun- 
gen wahrend meines Aufenthaltes in Schwedish Lappland im Som- 
mer 1888 (suite au n 4). H. CLERK. Beitrag zur Familie der 
Kurzkafer. E. FREY-GESSNER. Une chasse au Bombus alpinus L. 
(suite aux n os 3, 4 et 5). H. DURGH. Macrolepidopteren-Aus- 
beute auf dem Stilfserloch im Sommer 1888 (suite aux n os 4 et 5). 

D r L. VON HEYDEN. Psilothrix nobilis 111. auf der Insel Heligoland. 

N 3. A. KUWERT. General-Uebersicht der Riolus-und Esolus- 
Arten (suite au n 4). N 4. H. GAUKLER. Lebenszahigkeit von 
Raupen gegen die Einwirkung des Wassers. N 5. H. TOURNIER. 
Note touchant les Phalacrides decrits par M. K. Flacli. J. HABER- 
FELNER. Ueber Insekten-Wanderungeii von und in die Alpen. 

Socie te entomologique de Belgique, Compte rendu du 4 mai 1889. - 
E. ALLARD. Note sur les Galerucides, Coleopteres phytophages. - 
Discussion des regies de la nomenclature. 



cxxiv Bulletin entomologique. 

Societe imperials des Naturalistes de Moscou (Bulletin de la), 1888, 3. 

0. RETOWSKI. Beitrage zur Orthopteren-Kunde der Krim. 
A. GRONEBERG. Beitrag zur Kenntniss des Baues der Pseudoscorpione 
(pi.). General RADOSZKOWSKI. Revision des armures copulatrices 
des males de la famille des Pompilida3. 

Societe Linne enne du Nord de la France (Bulletin mensuel), 1889, 200. 

E. DELABY. Contributions a la faune locale. 



PREUDHOMME DE BORRE (A.). Conseils pour 1 etude des Palpicornes 

aquatiques (G. R. Soc. ent. Belg.), 1889, 5 p. * 
ID. Materiaux pour la faune entomologique de la province de Namur, 
Coleopteres, 3 e centime. Bruxelles, 1888, 41 p. * 

ID. Repertoire alphabetique des noms specifiques admis ou proposes 
dans les sous-families des Libellulines. Bruxelles 1889, 38 p. * 

THOMSON (G. G.). Opuscula entomologica, fasc. XIII. Lund, 1889, 118 p. * 

WOODWORTH (Cn. W.). Studies on the embryological development of 
Euvanessa Antiopia (Butt, east U. S. Can.), 1889, JO p., 1 pi. col. * 

A. L. 



Seance du 3G juin 1889 

Pr6sidence de M. le D r ALEX. LABOULBfcNE. 
M. Th. Seebold, de Bilbao (Espagne), assiste a la seance. 

M. le President annonce que notre collegue M. J. Bourgeois vient 
d etre nomme officier d Academic dans la seance ministerielle du Gon- 
gres des Societes savantes. 

Membre recu. M. Alfred Ghobaut, docteur en medecine, rue Doree, 4, 
a Avignon (Vaucluse) (Cole optcres de France), presente par M. Georges 
Cheron. Gommissaires rapporteurs : MM. Desmarest et Poujade. 

Lecture. M. A. Constant adresse, par 1 entremise de M. Ragonot, un 
memoire, accompagne d tine planche coloriee, contenant la description 
de dix especes nouvelles do Microlepidopteres de la faune franchise, 
dont il croit utile de donner immediatement les diagnoses : 



Seance du 26 juin 1880. cxxv 

1. LITA CISTIFLORELLA. Enverg. 14 mill. Ailes superieures d un 
brim noiratre uni, parsemees d ecailles plus pales, avec de faibles traces 
d une ligne subterminale d un brun clair. Palpes avec le troisieme 
article annele de Jaime et de noir. 

Chenille dans les fleurs de Cistus. 

2. LITA DELPHINATELLA. Enverg. 13 mill. Ailes superieures a 
fond varie de brun et de blanc, les ecailles brunes dessinant, sur la 
partie blanche, un grand W assez distinct. Ligne subterminale blanche. 
Tete, thorax et palpes d un blanc pur. 

3. LITA BEHENELLA. Enverg. 13 mill. Ailes superieures d un 
brun fonce, avec quelques espaces un peu plus clairs repandus c,a et la 
sur Je disque. Ligne subterminale confuse, faiblement indiquee, divisee 
en deux taches pales. 

Chenille dans les pousses de Silene inflaia. 

4. TACHYPTILIA TRIFOLIELLA. Enverg. 12 mill. Ailes superieures 
noires, avec une bande foncee a peu pres invisible. Palpes jaunatres. 

Chenille sur le Trifolium repens. 

5. OEcoFHORA ARDOSIELLA. Enverg. 14 mill. Ailes superieures 
d un gris ardoise luisant, avec quatre on cinq points ou taches a peine 
plus fonces : un place sur le bord interne, pres de la base ; un sur le 
pli dorsal ; un au-dessus, sur le disque, et deux tres rapproches et 
superposes, au dela. 

6. OEcopHORA INCOLORELLA. Enverg. 12 mill. Ailes superieures 
larges, courtes, d un gris jaunatre uni, tres finement semees de nom- 
breuses ecailles plus foncees. 

7. COLEOPHORA SANTOLINELLA. Enverg. 12 mill. Ailes superieures 
d un blanc pur, avec les nervures et le bord interne finement dessine s 
en brun. Voisine de chamxdryella. 

Fourreau pileiforme, court, herisse des folioles minees de Santolina 
chamsecyparissus dont la chenille se nourrit. 

8. LITHOCOLLETIS joviELLA. Enverg. 10 mill. -- Ailes superieures 
d un jaune dore ; dessins assez semblables a ceux de la Junoniella, mais 
les ailes sont plus larges, plus courtes et d une couleur bien diffe- 
rente. 

La chenille mine les feuilles de Quercus ilex et Q. coccifera, en dessus. 

9. BUCGULATRIX ALATERNELLA. -- Enverg. 9 mill. Ailes supe- 



cxxvi Bulletin entomologique. 

rieures a fond blanc, lavees de noiratre, surtout vers la cote, et semees 
d ccailles noires, lesquelles forment, au milieu de 1 aile, une fine ligne 
ou bande noire, decrivant un angle tres long et aigu posterieurement. 
La chenille de cette espece vit sur le Rhamnus alaternus. 

10. BUCCULATRIX HELICHRYSELLA. Enverg. 7 mill. Ailes supe- 
rieures blanches, semees irrcgulieremerit d ecailles brunes ou noiratres, 
lesquelles ne forment pas de bandes transversales. Antennes blanches, 
annelees de noiratre. 

Chenille sur les feuilles de I Helichrysum angustifolium. 

Communications. M. Vilrac, des Trois-Rivieres (Guadeloupe), adresse, 
par Fentremise de M. Fleutiaux, plusieurs photographies de larves du 
Dynastes Hercules, faites d apres nature. Ges photographies, qui passent 
sous les yeux de nos collegues, ont etc executees pour le Musee Lher- 
minier, a la Pointe-a-Pitre, d apres des larves trouvees dans le tronc 
d un figuier (Clusia) qui avait ete abattu. 

M. Leprieur lit la note suivante : 

J ai Phonneur de presenter a la Societe une curieuse aberration par 
melanisme d un Trichius, que je crois tre le T. fasciatus, sans oser 
1 affirmer positivement. 

Le fond de la couleur des elytres est d un rouge cuivreux clair, sur 
lequel les bandes noiratres se detachent peu nettement. Les poils du 
prothorax sont d un rouge orange assez fonce, tandis que ceux du des- 
sous de 1 abdomen sont un peu plus clairs, quoique plus teintes cepen- 
dant que dans les especes a coloration normale. 

Get insecte a ete recueilli a Dunkerque dans le courant de juin, mais 
on n a rencontre aucun autre exemplaire pouvant faire le passage. 

M. de Marseul communique les descriptions de nouvelles especes 
d Histerides du genre Phelister (l re partie) : 

1. PHELISTER DUBITABILIS M. Long. 3 mill.; lat. 2,5 mill. Ega 
(Amazones). Elliptique, peuconvexe, lisse, luisant, brun ferrugineux, 
plus obscur au milieu, antennes et pattes rousses. Tete concave, strie 
forte, entiere. Pronotum pointille, plus distinctement sur les cotes, qui 
sont creuses largement, avec le rebord etroit, eleve ; strie marginale 
entiere, fine, laterale egalement fine, tellernent rapprochee de la pre 
miere qu on pourrait la prendre pour une marginale, se perdant derriere 
les yeux, mais cornrae continuee au-devant di bord apical par une 



Seance du 26 juin 1889. cxxvii 

strie transverse, dont les extremites se recourbent en arriere et sont 
accompagnees d un petit point ; base marquee d un point au-devant de 
1 e cusson. Elytres subdeprime es sur le dos de la suture, parallels sur 
les cotes, marquees a I extremite de points ecartes et d une petite de 
pression transverse ; stries dorsales assez fortes, l-o entieres, ainsi que 
deux subhumerales, suturale un peu raccourcie a la base, qu elle atteint 
par un court rudiment. Pygidium pointille et fmement ponctue. Pro- 
sternum elargi a la base et au milieu, borde de fortes stries rapprochees 
et reunies devant et derriere ; mentonniere rabattue, a pointe obtuse. 
Mesosternum borde d une strie sinuee et traverse d une autre strie qui 
s en rapproche au milieu. Jambes ante rieures 5-6 denticulees. 

Se place pres du teapensis, de la meme forme, mais distinct par ses 
deux stries subhumerales et la cinquieme dorsale entiere. 

2. PHELISTER IMPAR M. Long. 2,8 mill.; larg. 1,8 mill. Zanzibar. 
Ovate, aplati, fortement dilate en arc sur le milieu des cotes, brun 
de poix luisant, elytres rougeatres, jambes et antennes ferrugineuses. 
Tete faiblement concave au milieu, nettement ponctuee, entouree d une 
strie arquee par derriere et s arretant a Tangle surantennaire. Pronotum 
a strie marginale complete, pointille et ponctue lateralement. Elytres le ge- 
rement pointillees, stries suturale et o e dorsale un peu raccourcies devant 
et derriere, 1-4 dorsales entieres, deux subhumerales, interne entiere, 
mais un peu raccourcie par derriere, externe n atteignant pas la base. 
Pygidium et propygidium densement et assez fortement ponctuc s. Pro- 
sternum sinue a la base, a stries divergentes en devant, non reunies ; 
mesosternum bisinue au bord anterieur, sans strie marginale, transverse 
entiere, rapprochee du bord anterieur. Jambes ante rieures etroites, non 
contournees, garnies en dehors d un denticule median et, apres une 
certaine distance, de trois autres tres fins. 

Gette espece presente la forme et la disposition striale des Carcinops, 
du consors entre autres, mais elle appartient plutot aux Phelister par la 
structure des jambes et du sternum. 

3. PHELISTER EGINGOLA M. Long. 3 mill.; larg. 2 mill. Ega 
(Arnazones). Arrondi, luisant, bombe sur chaque elytre, avec suture 
enfoncee, noir de poix, un peu ferrugineux sur le pronotum, antennes 
et pattes rousses. Tete un peu deprimee, pointillee ; strie de 1 epistome 
non interrompues. Pronotum fmement pointille, avec quelques points 
epars, plus gros sur les cotes, bord apical largement echancre, base 
marquee centre 1 ecusson d une legere impression ; strie marginale fine, 



CXXNIII Bulletin entomologique. 

entiere, laterale courte, en arc, allant de 1 oeil au milieu des cotes. 
Elytres bordees sur les cotes d une strie marginale profonde et forte ; 
deux subhumerales fortes, externe completee par un appendice humeral, 
interne ne remontant pas sur 1 epaule ; dorsales fortes, 1-3 entieres, 
4-5 courtes, chacune avec un trait a la base, suturale remontant jusqu au 
tiers anterieur. Propygidium tres densement ponctuc. Prosternum large, 
avec un trait court de chaque cote, a peine sensible ; mentonniere en 
pointe arrondie. Mesosternum bordc d une strie entiere et droite, traverse 
en arriere d une autre strie anguleuse. Jambes anterieures elargies, 
5-denticulees. 

Se place pres de Riouka, dont le systeme strial est tres different. 

- M. Antoine Grouvelle envoie la note qui suit : 

M. le D r Raphael Blanchard a publie recemment (Bulletin du 22 mai) 
une note sur les causes et la frequence des cocons doubles dans les 
diverses races de Bombyx mori. 

Notre collegue, s appuyant sur des releves statistiques donnes par 
M. J. Fallou, etablit, dans cette note, que la production des cocons 
doubles est accidentelle et que 1 egalite numerique des sexes amene for- 
cement la presence des sexes differents dans la majeure partie de ces 
cocons. Gette derniere conclusion ne semble pas absolument rigoureuse. 
L egalite numerique des sexes, chez les chenilles, entraine 1 egalite nu 
merique des sexes dans 1 ensemble des cocons, quel que soil d ailleurs 
le groupement dans les cocons doubles. Si tous les cocons renfermaient 
des sexes differents, cette egalite persisterait, et pourtant la conclusion 
logique a tirer de 1 uniformite de composition des cocons doubles serait 
evidemment contraire a la proposition formulee par M. le D r Raphael 
Blanchard. 

Pour evaluer, dans un elevage d un nombre indefini de chenilles 
depourvues de toute attraction sexuelle, la proportion relative probable 
des cocons doubles renfermant les deux sexes, il faut etablir le rapport 
entre les combinaisons 2 a 2 qui peuvent se produire entre les chenilles 
males et femelles et celles egalement 2 a 2 qui peuvent se produire 
entre les chenilles males d une part et les chenilles femelles de 1 autre. 
La solution de ce petit probleme de probabilite montre que ce rapport 
est egal a 1 unite. 

La predominence des cocons doubles a sexes differonts, constatee par 
M. Fallou, semblerait des lors etablir que le hasard ne preside pas seul 
au groupement des chenilles dans les cocons. 



Seance du 26 juin 1889. cxxix 

M. P. Chretien adresse les observations suivantes : 

1 Les chenilles do plusieurs especes de Crambus sont d une unifor- 
mite desesperante, et il est, par suite, presque impossible de les discerner 
quand on parvient a les capturer. 

Aussi, tine education ab ovo, quelque longue et quelque difficile 
qu elle soil, est-elle le seul moyen certain de bien connaitre les chenilles 
de ces petits Lepidopteres. G est aussi un bon moyen d obtenir des sujets 
varies. 

J ai eleve, 1 an dernier, une ponte du Crambus Warringlonellus Stt. 
Les oeufs, pondus le 8 juillet, sont eclos le 20 ; les petites chenilles ont 
grossi tres lentement, ont passe 1 hiver et se sont chrysalidees au com 
mencement de mai de cette annee. Du i er au 22 juin a eu lieu 1 eclosion 
des papillons. 

S il etait necessaire d avoir une preuve de plus que le Cr. Warring- 
tonellus est une variete de perlellus, on la trouverait dans ce fait que, 
sur 36 papillons qui me sont eclos, 12 etaient perlellus et 24 Warring- 
tonellus. 

La predominance de cette derniere forme s explique, puisque la ponte 
etait de Warring tonellus. 

Je n ai pu saisir la moindre variation dans toutes mes chenilles. 

2 Les derniers numeros du Canadian Entomologist contiennent un 
tres interessant travail de M. H. W. Edwards sur notre Arge Galathea 
et sur les Satyres en general. 

M. H. W- Edwards desirant elever ab ovo les chenilles de certains Sa- 
tyrides de nos regions et en particulier celle d Arge Galathea, je lui ai 
adresse, en 1887, un certain nombre d oeufs de cetle espece, dont 1 edu- 
cation en Amerique a parfaitement reussi. M. H. Edwards a pu ainsi 
constater par lui-meme le singulier mode de chrysalidation de [ Arge 
Galathea. 

Gette faQon de se chrysalider, sans s attacher, sans se suspendre, en 
se reposant simplement sur la terre ou a la base des Graminees, est 
commune, non seulement aux Arge = Melanargia, mais aussi aux Erebia 
(Blandina), aux Satyrus (Proserpina, Briseis), au Pararge Dejanira 
(selon Duponchel), a YEpinephele hyperanthus. 

Dans les autres genres, meme dans le Chionobas (Bore, d apres 
Christ. Aurivilius), les chenilles qui ont ete observees se suspendent 
pour se chrysalider. 

(1889) Bulletin de la Societc entomologique de France. 13 



cxxx Bulletin entomologique. 

II existe, chez les Satyrides, une troisieme fagon de chrysalidation : 
la forme noctuid ; mais elle n est pas speciale au Satyrus Semele. 
J ai des notes tres precises a cet egard sur les Satyrus Dryas = Phxdra, 
Semele et Arcthusa, et, comme je Fai deja indique dans le Bulletin de la 
seance du 22 juillet 1885, les chenilles de ces Satyres penetrent dans la 
terre, si celle-ci est suffisamment meuble ou detrempee par la pluie ; 
si, au contraire, elle est seche et trop dure, les chenilles se couchent 
simplement sur le dos a la surface du sol. 

3 L Erebia Medusa s avance plus pres de Paris qu il n est dit dans le 
dernier Bulletin. Le 18 mai 1882, j en ai capture un exemplaire dans la 
foret de Fontainebleau, pres de la Groix-de-Vitry. 

M. E.-L. Bagonot donne la description de deux nouvelles especes 
de Microlepidopteres trouves en Espagne : 

1. AMPHYSA GADITANA Bag. Enverg. 14 mill. De la taille et de la 
forme d ailes de FA. Seeboldiana, mais d un ocrace rougeatre, avec une 
teinte jaunatre, non rougeatre comme rhombicana. Dessins tres indis- 
tincts, a peine visibles, un peu plus fonces que la teinte generale 
et paraissant disposes comme ceux de la Seeboldiana. Ailes inferieures 
d un noir uni, la frange d un gris carne. Dessous des ailes noir, la cote 
des deux ailes et les f ranges lavees d ocrace rougeatre ; les pattes, en 
partie, Fabdomen et les palpes, en dessous, ocraces. En dessus, Fabdo- 
men est noir, annele d ocrace pale ; Fapex est ocrace. 

Gette petite espece, voisine de Seeboldiana, a etc decouverte par 
M. Theodore Seebold a Chiclana, pres de Gadix, ou il Fa elevee d une 
chenille vivant sur une petite espece &Erica. 

2. PLEUROTA HEBETELLA Bag. Enverg. 17 mill. Ailes supe- 
rieures etroites, la cote presque droite, parallele au bord interne, Fapex 
fortement arrondi ; elles sont d un ocrace brunatre terne, uni, plus ou 
moins foncees, a ecailles grossieres ; la cote tres fmement et peu dis- 
tinctement liseree de blanc jaunatre jusque pres de Fapex ; frange brune, 
d un gris blanchatre vers Fapex. Ailes inferieures de la largeur des su- 
perieures, Fapex fortement arrondi ; elles sont d un brun noiratre uni, 
la frange un peu plus pale ; a Fapex, elles sont blanchatres. Palpes 
tres courts, ne depassant pas la longueur des deux tiers de Fabdomen, 
d un jaune grisatre pale en dessus, melange de brun noiratre en des 
sous. 

Voisine de planella Stgr., dont elle differe par Fabsence d une strie 



Seance du 26 juin 1889. cxxxi 

sous-costale foncee, par sa couleur et celle de la frange, par la brievete 
des palpes et enfm par la forme toute particuliere des ailes, qui d ordi- 
naire, dans les Pleurota, ont 1 apex prolonge et aigu, le bord externe 
tres oblique et la cote arrondie. 

M. T. Seebold a pris un certain nombre d exemplaires de cette espece 
a Albaracin et a Cuenc,a. 

M. J. Fallou fait remarquer que, dans 1 elevage qu il tente depuis 
deux ans du Bombyx rubi, il a observe un fait qu il croit devoir 
signaler. II a vu, a plusieurs reprises, que des males de cette espece de 
Lepidoptere venaient en grand nombre du dehors voler et se placer sur 
la boite dans laquelle etaient places ses eleves ; cependant il ne s y trou- 
vait pas de papillons femelles pour les attirer, mais seulement une 
chrysalide de ce dernier sexe. 

D autres observations lui ont montre que des cocons de sexes diffe- 
rents se trouvaient souvent places les uns a cote des autres ; il a pu 
faire cette remarque dans son education du Bombyx rubi, et il avail 
constate des faits semblables pour des cocons de V Anther ea Pernyi et 
de YAttacus Cynthia. 

- M. Seebold dit qu il a observe un fait analogue a celui indique en 
premier lieu par M. Fallou : 

Ayant place des cocons et des chrysalides de Saturnia pyri dans une 
serre, il remarqua, un soir, que des males venaient voler autour ; ils se 
poserent sur les vitres, en dehors, ou ils resterent fixes toute la nuit, 
et ce n est cependant que le lendemain matin qu eut lieu 1 eclosion d une 
femelle. 

Le meme membre dit qu il a reconnu Pinconvenient de renfermer 
des Microlepidopteres pris a la chasse dans des tubes de verre ordi 
naire. Les insectes, prives d air, se debattent et leurs ailes se de te- 
riorent en touchant les parois du tube, qui, par la chaleur, deviennent 
humides. II se scrt done, depuis quelque temps, de petits tubes ouverts 
de chaque cote, dont Fun est obture par un mince bouchon de liege et 
1 autre par un bouchon ordinaire creuse au milieu ; la partic qui entre 
dans le tube est recouverte par un morceau de gaze ou de tulle, laissant 
ainsi penetrer 1 air et permettant a 1 insecte de s accrocher facilcinent. 

En rentrant de la chasse, il met plusieurs tubes a la fois dans un bocal 
et tue les insectes en y versant quelques gouttes d cther. Selon lui, 
en effet, Tether a 1 avantage de ne pas raidir les papillons. 



cxxxii Bulletin entomologique. 

M. Jules Fallou presente a la Societe de beaux exemplaires males 
et femelles de YAttacus Cecropia Lin. qu il a obtenus depuis le commen 
cement de juin de cocons venus de 1 Amerique du Nord et envoyes a la 
Societe d acclimatation. 

II est sorti de 1 un de ces cocons un grand Ichneumon pourvu d une 
tariere tres courte, mais aigue, placee a cote des papilles, { Ichneumon 
macrurus Linne, qui appartient au genre actuel des Ophion. 

Notre collegue ajoute, a ce sujet, qu il apergut cet Hymenoptere sur 
1 un des rideaux de la piece ou il place les cocons des especes qu il 
eleve, ce qui lui demontra que les cocons KAttacm ne provenaient pas 
d une education en magnanerie, mais que, selon toute probabilite, ils 
avaient ete recueillis a Fetat sauvage. 

N ayant pas encore vu vivant cet Ophion, il s empressa de le saisir. II 
le tenait entre le pouce et 1 index de la main gauche, lorsque r Ichneu 
mon, courbant son abdomen plat et allonge, introduisit son aiguillon 
dans la premiere phalange du medius. La douleur qu il eprouva fut 
alors extremement forte. II allait appliquer sur 1 endroit douloureux 1 un 
des remedes preconises centre les piqures d insectes, lorsque 1 idee lui 
vint de saisir cette occasion pour observer les effets produits par cette 
piqure. La douleur fut tres vive pendant environ quinze minutes, puis 
elle diminua sensiblement jusqu au lendemain ; elle ne s etendit pas an 
dela de la deuxieme phalange du doigt attaque. La piqure n a pas produit 
de plaie, pas de gonflement, ni de filet de sang ; mais, pendant une 
huitaine de jours, il a eprouve une sensation anormale a la place et aux 
environs de la partie qui avait ete piquee par 1 aiguillon. 

M. le D r A. Laboulbene dit a ce sujet que Audouin avait, dans la 
premiere education de I Attacus (ou Platysamia) Cecropia faite a Paris, 
vu eclore V Ichneumon macrurus L., ou Ophion macrurum Westwood, 
de cocons de Lepidopleres envoyes de la Nouvelle-Orleans. G est proba- 
blement le plus beau et le plus grand parasite de cette espece sericigene, 
dont 1 acclimatation est fort a desirer et que M. Fallou a entreprise, non 
sans succes. 

Notre president ajoute qu il a ete pique plusieurs fois par des Ophion 
luteum L. en maniant ces Hymenopteres. Leur corps est termine par 
une tariere a peinc visible, mais raide, et qui s insinue dans la peau 
quand 1 insecte recourbe et appuie fortement son abdomen. La piqure 
n est pas tres douloureuse, et jamais il n en a eprouve de suites fa- 
cheuses. 



Seance du 26 juin 1889. cxxxm 

Une discussion s engage ensuite entre MM. Fallou, Gazagnaire et 
d autres membres sur les piqures de divers insectes. M. Gazagnairc 
a tres souvent ete pique par des Dipteres tabaniens, en particulier par 
des Hxmatopota, sans eprouver d accidents. 

M. Laboulbene fait remarquer la difference qu il y a entre des piqures 
faites par une courte tariere tfOphion et 1 introduction de parties buc- 
cales d autres insectes. Certains, comme les Culex, ont une salive qui 
penetre dans la plaie et cause une inflammation ; d autres, comme les 
Hsematopota, ordinairement inoffensifs, peuvent tre nuisibles quand ils 
ont puise des humeurs nocives sur des animaux malades. II ajoute qu il 
a ete indispose a la suite d une piqure d lfematopote, et il cite 1 obser- 
vation qu il a publiee, a ce mot, dans le Dictionnaire encyclope dique des 
sciences me dicales. II peut en etre de pieme des Stomoxes, des Simulies, 
appelees Mouches charbonneuses parce qu elles peuvent, par exception, 
avoir suce le sang d animaux ayant succombe au charbon. La fameuse 
Glossina morsitans ou Tse-Tse africaine est probablement dans le meme 
cas. 

M. J.-M.-F. Bigot envoie la note qui suit : 

Dans le Wiener entomologische Zeitung, 1889, p. 214-215, je lis un 
nouvel entrefilet redige par mon docte confrere en dipterologie le pro- 
fesseur J. Mik. Dans cette note, tres succincte, il apprecie a sa facon un 
de mes derniers memoires (Ann. Soc. ent. Fr., 1888, p. 253-270). 

A dire vrai, il ne s agit pas ici d une critique propr. dictu, car sa note 
ne precise rien ; ce n est, en somme, que 1 expression pure et simple de 
ses opinions personnelles. Aussi ne repondrai-je que sur quatre des 
points qu il traite : 

Si je me suis presentement borne a donner de longues diagnoses 
latines a mes 86 especes nouvelles, ce n est pas pour m epargner le 
temps et la peine, mais tout simplement pour prendre date et me garder 
la priorite vis-a-vis de quelques entomologistes qui s occupent fort 
activement de la dipterologie nord-americaine. 

Je ne me donnerai pas la peine de modifier les denominations, plus 
ou moins correctes. infligees par moi a certaines de mes especes, parce 
que, Tavouerai-je ? je ne suis pas, comme mon savant confrere, un 
extracteur de quintessence etymologique. 

J ai classe chez les Ocypteridi les genres Scopolia et Stevenia, car 
c est mon opinion raisonnee, et je la garde jusqu a valable refutation. 



cxxxiv Bulletin entomologique. 

Enfm, il signale, avec raison, un lapsus, resultat evident d une faute 
de redaction qui me fait donner a un groupe de Muscides le nom de 
Phasianidi (AvesJ, tandis qu il faudrait lire Phasiadi (du genre Phasia). 

E. D. 



Bulletin bibliographique 

Academic des sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
1889, 2 e sem., n 23. Q N 24. A. LABOULBENE. Sur les moyens 
de detruire les Insectes Hemipteres qui nuisent aux epis en forma 
tion du mai s et du ble. 

Acade mie des sciences de Cracovie. (Bulletin international de I ), n 5, 
1889. O 

Deutsche entomologische Zeitschrift, 1889, I. E. REITTER. Neue Coleo- 
teren aus Europa, den angrenzenden Landern und Sibirien, mil Be- 
merkungen tiber bekannte Arten. L. GANGLBAUER. Drei neue 
Carabiden aus Bosnien. ID. Berichto iiber die von E. v. OErtzen 
im Jahre 1887 in Griechenland u. Klein Asien gesammelten Goleo- 
pteren : V. Carabidse (Tapinopterus, Ditomus), Lamellicornia, Bu- 
prestidx, Jhroscidx, Elateridx, Meloidx, OEdemeridse, Ceramby- 
cidx. J. WEISE. VI. Griechische Chrysomelidx und Coccinellidx. 

J. FAUST. VII. Griechische Gurculioniden. ID. Zur Curculio- 
nidenfaima Griechenlands und Gretas. E. REITTER. Uebersicht 
der Arten der Goleopteren-Galtung Anisoplia aus Europa und den 
angrenzenden Landern. ID. Eine neue bayerische Liodes-Art. 
J. WEISE. Haltica Saliceti Ws. Aphthona pseudacori Mrsh. 
L. GANGLBAUER. Revision der Molops-Arten. ID. Tapinopterus 
cetolicus, n. sp. J. WEISE. Zwei neue Chrysomelinen-Varietaten. 

- J. FAUST. Neue Riisselkafer vom Aka-Kul. ID. Beitrage zur 
Kenntniss der Tanyrhynchides Lac. und Beschreibung einiger neuer 
Arten. G. SEIDLITZ. Ueber die Goleopteren-Gattung Esarcus 
Reiche. ID. Ueber Choleva lucidicollis Reitt., n. sp. J. SCHMIDT. 
Neue Histeriden aus Afrika. -- ID. Zur Synonymic der Histeriden. 

D r E. EPPELSHELM. Neue Staphylinen Europa s und der angren 
zenden Lander. J. WEISE. Ueber Apion flavofemoratum Hbst. - 
E. WASMANN. Neue Eciton-GiislQ aus Sudbrasilien. ID. Ueber 
Xenocephalus Wasm. und Vatesus Sharp. ID. Ueber einige Myr- 
mekophile Heteropteren. J. SCHILSKY. Synonymische und andere 



Seance du %6 jmn 1889. cxxxv 

Bemerkungen zu D r Carl W. v. Dalla Torre s Synopsis der Insek- 
ten Oberosterreichs und Die Kaferfauna von Oberosterreich . 
D r G. KRAATZ. Beitrage zu Lebensweise der Gattungen Atemeles und 
Lomechusa von E. Wasmann, S. J. D r L. VON HEYDEN. Stand der 
Reblausfrage auf der linken Rheinseite der Rheinprovinz. ID. 
Ueber Copula verschiedenartiger Goleopteren. J. WEISE. Synony- 
mische und andere Bemerkungen zu Seidlitz, Fauna baltica und 
transsylvanica. ID. Kleine Mittheilungen zur Thuringer Kafer 
fauna (Weimar). D r G. KRAATZ. Synonymische Bemerkungen. 
D r L. v. HEYDEN und D r G. KRAATZ. Zwitter und Monstrositaten aus 
der sammlungen von. D r G. KRAATZ. Ueber Kafer von Eisleben. 

E. G. HONRATH. Noch einmalfPajftlib cacicus Luc., aberr. $ Zad- 
dachi Dewitz. H. DEWITZ. Erwiderung. 

Entomological Society of Washington (Proceedings of the}, vol. I, n 3. 
L. 0. HOWARD. A Commencement of a Study of the Parasites of Cos 
mopolitan Insects. 0. HEIDEMANN. Remarks on the Hemiptera 
collected by Mr. Schwartz in Bade Co., Florida. E. A. SGHWARZ. 
On Zyleborus Pyri and an Undescribed Allied Species. P. R. UH- 
LER. Observation upon the Heterocera collected in Southern Florida. 

E. A. SGHWARZ. On the Types of Tomicus liminaris Harris. 
Prof. C. V. RILEY. Two Brilliant and Interesting Micro-Lepidoptera 
new to our Fauna. E. A. SGHWARZ. Termitophilous Coleoptera 
found in North America. J. D. SHERMAN. Notes on Coleoptera of 
Peekskill, N. Y. for 1887. E. A. SGHWARZ. Notes on the food 
habits of some North American ScolytidaB and their Coleopterous 
Enemies. G. MARX. On a new and interesting Spider from the 
United States. TYLER TOWNSEND. Twelve Species of Coleoptera 
taken from Stomachs of Toads in Michigan, with remarks on the 
food-habits of Toads. E. A. SGHWARZ. On a collection of Coleo 
ptera from Sainte-Augustine, Forida. ID. Entomology in Garcil- 
lasso s Conquest of Florida . ID. Entomological Notes. 
G. MARX. On the Importance of the Structural Characters of Hypo- 
chilus in the Classification of Spiders. 

Entomologische Nachrichten, 1889, 12. D r B. BORGGREVE. Das Zusam- 
menfinden des Geschlecter bei gewissen Schmetterlingsarten. - 
J. J. KIEFFER. Neue Beitrage zur Kenntniss der Gallmiicken. 

Entomologist s monthly Magazine (The), 1889, n 301. N. M. RICHARD 
SON. Substitution of a Wing for a leg in Zygxna filipcndulae, and 
notes on the yellow variety of that Species. H. T. STAINTON. A 



cxxxvi Bulletin mtomologique. 

few Words about Acrolepia assectella. E. SAUNDERS. Andrena and 
Stylops. ID. Notes on Mr. Edward s paper on Scolopostethus. 
H. W. BATES. Three new Species of Coleoptera from Japan. 
G. T. PORRITT. Description of the Larva of Cosmia affinis. H. Ga. 
SCHMIDT. Descriptions of new species of Butterflies captured by 
Mr. C. M. Woodworth in the Salomon Islands. Rev. G. FOWLER. 
Description of the larva of Phaleria cadaverina F. Notes di- 
verses. 

Naturalists (Le), l er juin 1889. P. MABILLE. Diagnoses de Lepido- 
pteres nouveaux. Le mimetisme chez les Insectes. G. FALLOU. 
Diagnoses d Hemipteres nouveaux. 

Reale Accademia del Lincei (Atti della), 1889, V, 5. Q 

Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, 1889, II, 6. 

D r P. GIROD. Un Lepidoptere nouveau : Satyrus Janira L., var. 
laclea. 

Schweizerischen entomologischen Gesellschaft (Mittheilungen der), 1889, 
VIII, 3. D r STIERLIN, Beitrag zur Klassifikation der Liophloeus- 
Arten. H. DE SAUSSURE. Note sur quelques Oedipodiens, en parti- 
culier sur les genres appartenant au type des Sphingonotus. 
H. CHRIST. Beitrage zur Kenntniss der Schweizerischen Trichopte- 
ren. E. FREY-GESSNER. Hymenoptera, Chrysididas. Coleoptera 
Helvetia?. V. v. RODER. Nachtrage zur Gattung Anisomera Mg. in 
der Fauna insectorum Helvetia? Diptera, p. 56, von Herrn Professor 
D r G. Huguenin. Ueber Orimargula Mik und Orimarga 0. S. 

Sociedad espanola de Historia natural (Anales de la), 1888, XVIII, 1. 
CUNI. Insectos encontrados en Santas Creus. MORAGUES. Coleo- 
pteros de Mallorca. 

Societa entomologica italiana (Bulletino della), 1888, XX. S. BERTO- 
LINI. Contribuzione alia Fauna trentina dei Coleotteri. A. BERLESE 
et A. BALZAN. Acari Sud American! methodici dispositi, descripti, et 
iconibus illustrati (pi.). B. GRASSI. La Pulce del cane (Pulex serra- 
ticeps Gerv.) e 1 ordinario ospite intermedio della Txnia cucumerina. 

ID. Re e regine di sostituzione nel regno delle Termiti. L. Lu- 
CIANI. Sui fenomeni respiratori delle uova del Bombice del Gelso. 
C. MASSA. Parto verginale nella Sphinx Atropos. P. MINGAZZINI. 
Catalogo dei Coleotteri delle Provincia di Roma appartenenti alia 
famiglia dei Carabici. A. TARGIONI-TOZZETTI. Cronaca entomolo 
gica dell anno 1887 e dei mesi di gennaio e febbraio 1888. 



Seance du juin 1889. CXXXVH 

A. TARGIONI-TOZZETTI et A. BERLESE. Intorno ad alcuni insetticidi, 
alle loro mescolanze, ed alle attivita relative di quelli e di queste 
contro gli insetti. D. A. ROSTER. Contribute allo studio delle 
forme larvali degli Odonati. G. ROVELLI et B. GRASSI. Di un sin- 
golare Acaride (Podapolipus reconditus). 

Societas entomologica, 1889, IV, 6. G. SCHMID. Notizen iiber die Le- 
bensweise einiger schlesischer Sesiidenraupen. Der Staller-Berg 
und seine coleopterologische Ausbeute im Juli 1888. H. DURCK. 
Macrolepidopteren-Ausbeute auf dem Stilfserloch im Sommer 1888. 
E. FREY-GESSNER. Une chasse an Bombus alpinus L. J. HABER- 
FELNER. Ueber Insekten- Wander ungen von und in die Alpen. 
FR. RiiHL. Die Macrolepidopterenfauna von Zurich um Umgebung. 
G. BIEDERMANN. Eine Excursion im August 1888. 

Socie te entomologique de Belgique, Gompte rendu du l er juin 1889. 
L. FAIRMAIRE. Diagnoses de Coleopteres madecasses. E. BERTRAND. 
Note sur quelques Garabiques de la region de Galmpthout. . i 



FALLOU (J.). Stir la culture du Ver a sole du murier (Sericaria mori 
Lin.) sous le climat de Paris, 2 e note (Rev. Sc. nat. appl.), 1889, 
6 p. * 

HALL (J.). Descriptions of the Trilobites and other Crustacea of the 
Oriskany, upper Helderberg, Hamilton, Portage, Chemung and Cats- 
kill Groups (Geol. Surv. St. N. Y.), 1888, 226 p., 123 pi. n. * 

LEVEILLE (A.). Catalogue dela famille des Temnochilides (Ann. Soc. ent. 

Fr.), 1889, 20 p. * 
ID. Descriptions de Temnochilides nouveaux (loc. cit.), 1889, 18 p. * 

OLSSON (P.). Om parasitiska Copepoder i Jemtland (Ofv. Kongl. Vet. 
Ak.), 1877, 14 p., 3 pi. n. * 

ID. Bidrag till Kannedomen om Jemtlands fauna (loc. cit.), 1876, 

48 p. * 
ID. Nya bidrag till Kannedomen om Jemllands fauna (loc. cit.), 1882, 

20 p. * 

ID. Om Sarcotaces och Acrobothrium, tra nya parasitslagten fran iiskar 
(loc, cit.), 1872, 8 p., 1 pi. n. * 

ID. Om en ny parasitisk Gopepod (loc. cit.), 1872, 3 p., 1 pi. * 



cxxxvm Bulletin enlomologique. 

PARONA (CORRADO). Parcolarita nei costumi del la Meta Merianse Scop. 
(Ann. Mus. Gen.), 1889, 6 p., 1 pi. n. * 

ROBERTSON (Cn.). Differents tirages a part extraits principalement de 
Botanical Gazette , broches ensemble. * 

Notes on the Mode of Pollination of Asclepias (pi.). Insect rela 
tions of certain Asclepias (pL). Fertilization of Calopogon parvi- 
florus Lindl. Effect of the Wind on bees and flowers. Zygo- 
morphy and its causes. Flowers and Insects. Synopsis of 
North-American species of the genus Oxybelm (Trans. Am. ent. Soc., 
XVI, 1889). 

A. L. 



Seance du 1O juillef 

Presidence de M. le D r ALEX. LABOULBfiNE 

MM. Blachier, de Geneve (Suisse), Gehin, de Remiremont (Vosges), 
et Gagnaire, de Rouiba (Algerie), membres de la Societe, assistent a la 
seance. 

Candidat presented M. Maurice Pic, a Digoin (Saone-et-Loire) (Cole o- 
pteres d Europe), presente par M. Sedillot. Gommissaires rapporteurs : 
MM. Bedel et Leveille. 

Correspondance. L Association franchise pour 1 avancement des sciences 
annonce qu elle tiendra sa 18 e session, a Paris, du 8 au 14 aout 1889, 
et qu elle serait heureuse que la Societe entomologique de France y soit 
represented par 1 un de ses membres ; en consequence, elle tient a notre 
disposition une carle d admission aux seances. 

La Societe decide qu elle indiquera a sa prochaine reunion le collegue 
qui la representera a ce Cougres. 

Lecture. M. A. Leveille depose sur le bureau un memoire sur les 
Temnochilides recueillis au Bresil par M. Emile Gounelle. 

Communications. M. de Marseul. Descriptions de nouvelles especes 
d Histerides du genre Phelister (2 e partie) : 

4. PHELISTER INTERROGANS M. Long. 2 mill.; larg. 1,5 mill. - 



Seance du 10 juillet 1889. cxxxrx 

Bresil. Ovale, subarrondi, noir de poix luisant, antennes et pattes 
ferrugineuses. Front fmement pointille, creuse en devant, avec une 
strie entiere. Pronotum pointille sur les cotes, strie marginale non 
interrompue, laterale rapprochee du bord, atteignant la base et se ter- 
minant au niveau des yeux ; marque d un point oblong au-devant de 
Tecusson. Elytres marquees de stries fortes, laterale externe entiere, 
ainsi que 1-4 dorsales, 4 e recourbee en arc basal au-dessus de la 5 e , 
raccourcie au tiers posterieur, et de la suturale qui finit vers le milieu. 
Pygidium peu ponctue. Prosternum etroit, elargi vers la base, reborde 
de fortes stries rapprochees, reunies devant et derriere ; mesosternum 
avec deux petites stries entieres (marginale et transverse). Jambes an- 
terieures 6-denticulees. 

Se place, dans le tableau synoptique, pres du teapensis, dont il 
s eloigne beaucoup pour la disposition striale ; il aurait, par sa 4 e dor- 
sale recourbee a la base, quelque ressemblance avec le bovinus. 

5. PHELISTER CANALIS M. Long. 2,5 mill.; larg. 1,8 mill. Pa 
nama. Obovale, assez convexe, noir de poix luisant, antennes et 
pattes brunes. Tete fmement pointillee, creusee sur sa partie anterieure, 
strie frontale interrompue, epistome sans rebord. Pronotum a strie mar 
ginale fine, entiere, tres pres du bord, meme en devant ; laterale nulle ; 
cotes pointilles avec de forts points epars ; une fossette arrondie au- 
devant de 1 ecusson. Elytres sans strie subhumerale, 1-3 dorsales fortes, 
entieres, 4 e tres courte, prolongee de quelques points, avec un gros 
point basal, 5 e encore plus courte, semblable ; suturale raccourcie vers 
le quart anterieur. Pygidium a peine pointille. Prosternum elargi a la 
base, sans stries ; mentonniere non rabattue ; mesosternum borde d une 
strie entiere et traverse par une posterieure en arc. Jambes anterieures 
garnies de 4-5 denticules. 

Vient se placer avant le cumanensis ; semblable au 4-punctfous par 
ses elytres, il s en distingue par son prosternum sans stries. 

6. PHELISTER TRIGONISTERNUS M. Long. 2 mill.; larg. 1,8 mill. 
Amerique merid. Presque carre, legerement convexe, noir de poix 
luisant, rougeatre au prothorax, pattes et antennes testace es. Tete poin 
tillee, creusee en devant, avec Tangle oculaire e leve ; strie marginale ne 
depassant pas Tangle ; front se pare de Tepistome par une strie transverse 
isolee. Pronotum lisse, parseme de points epars sur les cotes, avec un 
enfoncement semicirculaire au-devant de Tecusson ; strie marginale en 
tiere, laterale nulle. Elytres a strie laterale externe n occupant que le 



CXL Bulletin entomologique. 

tiers posterieur, 1-4 dorsales entieres, 5 e et suturale egales, raccourcies 
aux trois quarts, surmontees par un arc basal de la 4 e . Hypopygidium 
bien ponctue ; pygidium a points rares et fins, disparaissant par derriere, 
entoure d une strie marginale. Prosternum elargi en triangle, avec les 
stries re unies en avant, divergentes a la base. Mesosternum avec deux 
stries, marginale et transverse, tres rapprochees. Jambes anterieures 
5-6-denticulees. 

M. A. Leveille donne la description d une nouvelle espece de Tem- 
nochilide : 

MARNIA SALLEI, n. sp. Elongata, parallela, perparum nitida, vi- 
ridi-obscura, rufo variegata ; capite viridi, ad oculos vix rufo tincto, 
creberrime oblong o-punctato ; antennis piceis ; prothorace viridi, antice 
et postice subangustato, crebre profundeque punctato, punctis ad angulos 
anticos rarioribus, angulis anticis subrotundatis, posticis distinctis sub- 
rectis; elytris elongates, viridibus, rufo trimaculatis, ad apicem vix 
rubescentibus et longius albu-setosis, apice truncatis, fortiter crenato- 
striatis, interstitiis ultra medium uniseriatim punctatis, 2, 3 penulti- 
moque postice elevato-sabcarinatis. Ventre nigricante, lateribus rufo 
maculato; pedibus rufis, femoribus nigro-piceis, tibiis anterioribus tar- 
sisque infuscatis. Long. 9 mill.; lat. 1,8 mill. 

Venezuela, coll. Salle, un exemplaire. 

Gette espece, que j avais rapportee tout d abord au M. Sipolisi Lev. 
(Ann. Fr., 1888, p. 418), s en distingue par son aspect plus mat, la 
couleur de ses pattes, a femurs noiratres, les antennes et 1 abdomen plus 
fences, par les taches de ses elytres au nombre de trois et differemment 
disposers : une tache humerale plus petite et carre e, une seconde tache, 
allongee, sur les 2 e et 3 e interstries et situee un peu avant le milieu, 
puis, au dela du milieu, une bande arquee n atteignant ni la suture, ni 
le bord externe; enfin, la partie apicale des elytres porte des poils assez 
longs et blanchatres, que je n ai pas observes chez le M. Sipolisi. Peut- 
etre ces poils sont-ils de nature caduque. 

J ajouterai que je dois a la generosite de M. 1 abbe Armand David la 
possession du type unique de cette derniere espece. 

Je saisis cette occasion pour remercier aussi M. de Marseul du don 
qu il m a fait du type de Tenebroides murinus Reitter. 

M. H. Lucas communique la note suivante relative a un Goleoptere 
de la famille des Dermestides : 

En faisant passer sous les yeux de mes collegues des larves de Tro- 



Seance du 10 juillet 1889. CXLI 

goderma insulare Chevr., Ann. Soc. ent. Fr., 1863, p. 617, je dirai que 
les degats causes par leur presence aux insectes mis en collection rap- 
pellent tout a fait ceux de YAnthrenus museorum des auteurs. Gette 
larve, par sa forme un peu aplatie, sa taille plus grande et le long fais- 
ceau de poils que presente le dernier segment abdominal, rappelle plutot 
les larves de Megatoma et d Attagenus que celle de YAnthrenus mu- 
reorum. 

C est dans des boites contenant des Coleopteres et des Lepidopteres 
recueillis a Panama par M. le D r Rafael Griado et qui ont etc donnes 
au Museum que j ai rencontre en nombre cette larve a demarche assez 
vive et qui est extremement nuisible aux collections entomologiques. 

M. J. Fallou montre a la Societe un fragment de racine de pommier 
dans lequel il conserve vivantes, depuis le mois d octobre 1887, de nom- 
breuses larves du Lucanus cervus. Ces larves ne se sont pas encore 
metamorphosees, quoique, a 1 etat de nature, 1 eclosion de 1 insecte par- 
fait ait lieu chaque annee au mois de juin. 

Notre collegue pense que ce retard dans le developpement de ses 
insectes est du, malgre tous les soins qu il a pu prendre, a 1 etat de 
domesticile auquel ils sont soumis. 

MM. Lamey et Laboulbene citent egalement des fails analogues relatifs 
a des retards d eclosion de diverses Hesperophanes. 

M. P. Chretien adresse une note sur la Spilodes wruginalis : 

Une de nos plus jolies Botydes vole abondamment sur quelques co- 
teaux de la Gharente ou poussent de nombreux plants & Artemisia cam- 
phorata. Gomme on fait toujours partir les papillons des touffes de cette 
plante, les lepidopteristes de la region etaient persuades que la chenille 
devait se nourrir de cette Artemisia. Mais, m ecrivait recemment 
M. G. Dupuy, d Angouleme, voila dix ans que je cherche cette che 
nille sans parvenir a la decouvrir ">. Pourquoi ne feriez-vous pas 
pondre les femelles ? lui repondis-je ; et lui faisant connaitre le mo yen 
qui m avait reussi pour les femelles de plusieurs especes voisines, je 
1 engageai a 1 experimenter sur xruginalis. 

D apres ces indications, M. G. Dupuy obtint aussitot des pontes qu il 
s einpressa de m envoyer avec des plants d Artemisia camphorata. 

Des que les petites chenilles furent ecloses, je les plagai sur la plante, 
et, de la fac.on dont elles 1 attaquerent, je conclus a une education rapide. 
Dans 25 jours, elles seront a taille , annoncai-je a M. Dupuy. 



CXLII Bulletin entomologique. 

C etait le 13 juin dernier, et le 9 juillet, c est-a-dire 25 jours apres, 
j adressais a M. Dupuy plusieurs exemplaires de cette chenille a toute 
leur grosseur. 

Voici, du reste, les dates des mues des premieres ecloses : 

Eclosion : 12 juin ; l re mue, 16 ; 2 e mue, 20 ; 3 e mue, 24 ; 4 e mue, 28 ; 
5 e et derniere mue, 3 juillet. Les derniers ages ont ete un peu plus longs 
que les premiers, et cette plus longue duree a coincide avec un abaisse- 
ment notable de la temperature dans les premiers jours de juillet. 

Cette chenille adulte a ete dessinee par notre collegue M. Renaut, de 
Chaumont, dont la Societe a ete a memo d admirer le talent, lorsque, il 
y a trois mois deja, lui ont passe sous les yeux ces magnifiques albums 
actuellement a FExposition universelle ou ils sont fort remarques. 

Je decrirai plus tard cette chenille el je la comparerai a celle de plu 
sieurs autres Botydes que j ai deja elevees ou que je me propose d elever. 
Je me borne a dire aujourd hui que, grace a Fobligeance peu commune 
de M. G. Dupuy, la chenille de la Spilodes seruginalis est desormais 
connue. 

Gette education etait a peine terminee, lorsque, le 2 de ce mois, je 
regus de M. H. Delamain, de Jarnac, 1 offre de toutes jeunes chenilles de 
cette espece, dont notre collegue venait de commencer 1 education. Gette 
chenille ne pouvait done manquer d etre connue de nous en 1889. 

M. le D r Laboulbene presente quelques remarques sur les ravages 
considerables produits, surtout cette annee, par les Hannetons, ainsi que 
sur les precedes employes pour les detruire. II donne egalcment des 
details au sujet de Pechenillage des insectes nuisibles, et il promet une 
note sur ces importants sujets d entomologie appliquee. 

E. D. 



Bulletin bibliographique 

Academie des sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
1889, l er sem., n 25. O 2 e sem., n 1. Q 

American entomological Society (Transactions of the), 1889, XVI, n 1. 
P. BLANCHARD. Revision of the species of Cardiophorus Esch. of 
America North of Mexico. W. G. DIETZ. On the species of Macrops 
Kirby, inhabiting North America (1 pi. n.). N 2. W. J. HOLLAND. 



Seance du iO juillet i889. CXLIII 

Contributions to a knowledge of the Lepidoptera of West-Africa : 
II. List of African Sphingidx receiving during the years 1887 and 1888 
(3 pi. n.). ID. Description of new species of Japanese Heterocera. 

G. ROBERTSON. Synopsis of North American species of the genus 
Oxybelus. H. SKINNER. Two new species of Butterflies. J. HA 
MILTON. Catalogue of the Coleoptera common to North America, 
Northern Asia and Europe, with the distribution and bibliography. 

Association franpaisepour I avancement des sciences, n 55. Informa 
tions et documents divers. 

Bulletin a" Insectologie agricole, 1889, XIV, n 6. A. WALLES. La Ce- 
cidomye (fig.). Aphis laniger (Morr.). Puceron lanigere. 
A. WALLES. La Pyrale des pommes , Carpocapsa pomonana 
(Treitschke). A. RAME. Bibliographie : Les Abeilles par J. Perez 
(fig.)- 

Entomologische Nachrichten, 1889, XV, n 13. K. BRAMSON. Analy- 
tische Uebersicht der Papilioniden Euro^a s und des Caucasus. 
KRIEGHBAUMER. Ichnetimoniden-Studien, 17-21. J. J. KIEFFER. 
Neue Beitrage zur Kenntniss der Gallmucken. 

Entomologiste genevois (U), 1889, I, n os 6, 7 et 8. H. TOURNIER. Mo 
nographic des Phalacrides (6 pi. n.) ID. Etudes hymenopterolo- 
giques. ID. Maleriaux pour contribuer a une faune suisse : 
Dipteres. 

Entomologist s monthly Magazine (The), 1889, n 302. J. E. FLET 
CHER. Fertile eggs laid by workers of Leptothorax tuberum F. 
J. W. DOUGLAS. Notes on some british and exotic Coccidss (n 14). 

H. T. STAINTON. Has any one lately bred Gelechia (Lamprotes) 
atrella ? W. M. SCHOYEN. Notes on D r Jordan s entomological 
ramble at Bergen, Norway, August 20 th 1887. Notes diverses. 
Rev. CAN. FOWLER. On the British species of the genus Anaspis Geof- 
froy, with descriptions of new species. 

Feuille des Jeunes naturalistes, 1889, n 225. J. DOLLFUS. L histoire 
naturelle a 1 Exposition universelle. Communications. 

Linnean Society of London, 1888. 1 Journal, XX, n 119, 1888. 
J. LUBBOCK. Observations on Ants, Bees and Wasps, XI (pi.). 
J. C. THOMPSON, Copepoda of Madeira and the Canary Islands, with 
Descriptions of New Genera and Species of Galerucinsd. N 120, 
1889. Q N 121, 1889. A. D. MICHAEL. Researches into the Life- 
histories of Glyciphagus domesticus and G. spinipes (pi.). Vol. XXI, 



CXLIV Bulletin entomologique. 

n 132, 1889. R. J. POCOCK. Report on the Myriapoda of the Mergui 
Archipelago collected for the Trustees of the Indian Museum, Cal 
cutta, by D r J. Anderson, superintendent of the Museum (2 pi. n.). 

Vol. XXII, n 140, 1889. J. G. DE MAN. Report on the Podoph- 
thalmous Crustacea of the Mergui Archipelago, collected for the 
Trustees of the Indian Museum, Calcutta, by D r J. Anderson, super 
intendent of the Museum. 

2 List of the Linnean Society of London, 1888-1889. 

3 Transactions, vol. II, n 18. Titre et tables. Vol. IV, n 3. Q 

Vol. V, n 1. MARCUS M. HARTOG. The morphology of Cyclops and 
the relations of the Copepoda (4 pi. n.). N 2. Lord WALSINGHAM. 
Description of a new Genus and Species of Pyralidse (1 pi. col.). 
N 3. G. E. T. AITCHISON. The zoology of the Afghan delimitation 
Commission : Arachnides, Chilopodes et Crustaces, p. R. J. POCOCK ; 
Coleopteres, Diptere Pt Hemipteres, par C. 0. WATERHOUSE; Hyme- 
nopteres et Orthopt* *jj n ar W. F. KIRBY ; Pucerons, par G. R. RUCK- 
TON (fig.); planches^ * 

Natural history Society of Wisconsin (Occasional papers of the), I, 1889. 

G. et E. PECKHAM. Observations on sexual selections in Spiders 
of the family Attidx (3 pi.). 

Naturaliste (Le), l er juillet 1889. E. ANDRE. Galle de [ Hormomyia fagi 
(fig.). D r E. TROUESSART. Diagnoses d especes et genres nouveaux 
d Acariens marins (Halacaridx) des cotes de France. 

Societas entomologica, IV, 7, 1889. E. FREY-GESSNER, Une chasse au 
Bombus alpinus Lin. P. RUHL. Die Macrolepidopterenfauna von 
Zurich und Umgebung. L. VON AIGNER. Saturnia hybrida minor. 

J. DIGGELI. Ueber die Art des Kaferfanges auf Guadeloupe. 
C. RIEGERMANN. Eine Excursion im August 1888. H. DURCK. Ma- 
crolepidopteren-Ausbeute auf dem stilfserloch im Sommer 1888. 
F. RUHL. Reitrag zur Charakteristik der Lamellicornien. C. SCHMID. 
Notizen iiber die Lebensweise einiger schlesischer Sesiidenraupen. 

Socie te acade mique franco-hispano-portugaise de Toulouse (Bulletin de la), 
1889, IX, n os 1 et 2. O 

Socie te d elude des sciences naturelles de Nines (Bulletin de la), XVI, 
1888. 

Zoological Society of London (Proceedings of the), 1888, 1. 0. P. CAM 
BRIDGE. On some new Species and a new Genus of Araneidx (pi. n.). 



Seance du 24 juillet 1889. , CXLV 

ANONYME. Les Sauterelles en Algerie, dessins sans texte (Illustration, 
n 2419). Offert par M. L. Bedel. 

LORIFERNE et POULAIN. Catalogue des Coleopteres du departement de 
1 Yonne, 2 e partie (Soc. sc., hist. nat. Yonne), 1889, 80 p. * 

RILEY (C. V.). Report of the Entomologist for the year 1888, 1889, 
144 p., 1 pi. col. * 

THOMAS (FR.). Ueber einige exotische Cecidien, fig. (Sitzb. Ges. naturf. 
FT.), 1889, 9 p. * 

WOOD-MASON (J.). A Catalogue of Mantodea, with descriptions of new 
Genera and Species, and an enumeration of the specimens in the 
Collection of the Indian Museum, Calcutta, 1889, 48 p., 38 fig. * 

A. L. 

Seance du $<B Julius: J8O 

Presidence de M. le D r ALEX. LABOULBfcNE 

M. le D r Kraatz, de Berlin, assiste a la seance. 

M. le Secretaire annonce que notre collogue M. Oustalet a ete, lors 
de 1 inauguration des nouvelles galeries de zoologie au Museum d his- 
toire naturelle, nomine chevalier de la Legion d honneur et que notre 
collegue M. Desbordes vient de recevoir les palmes d officier d academie. 

Membre recu. M. Maurice Pic, a Digoiii (Saone-et-Loire), (Coleopteres 
d Europe) , presente par M. Sediliot. Commissaires rapporteurs : 
MM. Bedel et Sediliot. 

Candidat presence. M. Albert Joanin, etudiant en medecine, rue de 
Lancry, 16 (Entomologie generate, anatomie et mceurs des Insectes), pre 
sente par M. le D r Laboulbene. Commissaires rapporteurs : MM. Des- 
marest ct Lcveille. 

Decision. La Socie te charge M. Leprieur de la representer au Congres 
do 1 Association francaise pour 1 avancement des sciences, qui se tiendra 
a Paris du 8 au 14 aout 1889, et prie notre collegue de nous donner un 
rapport sur les travaux entomologiques qui seront traites pendant les 
seances. 

(1889) Bulletin de la Societe entomologique de France. li 



CXLVI Bulletin entomologique. 

Lecture. M. French, de Carbondale (Etats-Unis d Amerique), adresse 
une notice sur le genre Leptartia et principalement sur les nombreuses 
varietes de la L. California. Ge travail, en anglais, est accompagne 
de dix cliches qui nous sont genereusement offerts par notre collegue. 

Communications. M. de Marseul. Descriptions de nouvelles especes 
d Histerides du genre Phelister (3 e et derniere partie) : 

7. PHELTSTER UNCISTRIUS M. -- Long. 1,8 mill.; larg. 1,2 mill. - 
Guatemala. Subarrondi, assez convexe, noir de poix, luisant, anlennes 
et jambes ferrugineuses. Devant de la tete fortement concave entre les 
angles surantennaires ; strie entre le front et I epistome nulle. Pronotum 
a strie marginale fine, entiere, placee dans le bord meme en avant, pas 
de late rale ; cotes a points e pars ; base marquee, au-devant de 1 e cusson, 
d une petite impression oblongue. Elytres a strie subhumerale externe 
n atteignant pas le milieu, 1-4 dorsales entieres, 4 e recourbe e en arc 
basal vers 1 e cusson, suturale remontant au dela du milieu, 4 e courte, 
poste rieure reduite a quelqucs. points. Propygidium ponctue. Proster- 
num a stries subparalleles, un pen e cartc es, mais non reunies a la base. 
Mesosternum a strie marginale complete, transverse presque droite. 
Jambes ante rieures 5-denticule es. 

Vient se placer pres du trigonisternus ; mais il est plus petit, d une 
couleur plus noire ; sa strie frontale est nulle, sa 5 e dorsale courte, re 
duite a quelques points series, et la strie transverse du metasternum 
moins rapprochee du bord anterieur. 

8. PHELISTER RUBICUNDUS M. Long. 2 mill.; larg. 1,2 mill. 
Amerique me rid. Ovale subparallele, faiblement convexe, en en tier 
d un rouge flave luisant. Tete finement pointillec, concave en devant 
entre les angles surantennaires ; strie marginale bien marquee de chaque 
cote, mais interrompue entre le front et I epistome. Pronotum visible- 
ment pointille et marque largement de points serre s sur les cotes ; une 
foveole antescutellaire ; strie marginale entiere, late rale nulle. Elytres 
marquees de stries dorsales 1-5 entieres, suturale raccourcie un peu 
avant la base, subhumerale externe avant le milieu. Propygidium for 
tement ponctue. Prosternum a stries ecourtees a la base, mais non 
reunies ; mesosternum a deux stries entieres, assez distantes. Jambes 
anterieures 5-6-denticule es. 

Cette espece vient se placer pres de Yegenm; sa couJeur, sa forme 



Seance du 24 juillet 1889. CXLVII 

large et peu convexe, la ponctuation plus etendue et plus serree sur le 
prothorax, Pen distinguent. Son fades la rapproche beaucoup du chili- 
cola, mais sa 5 e strie dorsale des elytres est distinctement et fort rac- 
courcie. 

9. PHELISTER BIDESSOIS M. Long. 2 mill.; larg. 1,2 mill. Bresil. 
Ovale allonge, faiblement convexe, roux ferrugineux, luisant. Tete a 
peine concave entre les angles surantennaires ; front separe de Pepi- 
stome par une forte strie a peine arquee. Pronotum a strie marginale 
fine, interrompue en avant, laterale forte, entiere, cotes parsemes de 
forts points peu nombreux ; marque, de chaque cote, d un sillon faible 
oblique en dedans, partant de la base au point de la 5 e dorsaie et deve- 
nant obsolete; ces deux legers sillons presentent quelque analogic avec les 
stries du genre Bidessus ; une courte et fine strie au-devant de Pecusson. 
Elytres a stries dorsales 1-4 entieres, subhumerale externe et 5 e dor- 
sale raccourcies avant le milieu, suturale un peu plus longue. Propygi- 
dium grossierement ponctue ; pygidium a points fins espaces. Proster- 
num elargi en triangle a la base, stries rapprochees en devant, reunies 
par derriere. Mesosternum traverse par une strie arquee, rapprochee du 
bord ante rieur, marginale largement interrompue. Jambes anterieures 
o-denticulees. 

Ressemble un peu an vibius ; mais sa couleur rousse, sa strie frontale 
entiere, 1 absence de strie subhumerale interne, la strie marginale du 
mesosternum interrompue et la transversale en arc fort rapprochee du 
bord, etc., surtout la legere,apparence des stries obliques de chaque 
cote de la base du pronotum, 1 en distinguent surabondamment, 

M. H. du Buysson adresse la note suivante : 

CARDIOPIIORUS CURTULUS Muls., Guilb. = EBENINUS Germ. Dans les 
deux types quo M. Guillebeau a bien voulu me communiquer, j ai 
reconnu deux especes differentes. G est a tort que, sur Pindication de 
M. Gandeze, cette espece a ete rapportee au musculus ET. Les auteurs 
ont, en effet, omis de dire que leur type a les ongles simples, mais le 
prothorax sans rebord sur les cote s, si ce n est aux angles posterisurs....; 
les stries des elytres, etc., sont des caracteres qui auraient du montrer 
que ce n etait pas un C. musculus Er. (voir Opusc. entom., VI, 1855, 
p. 198). 

Le premier des types de la collection de M. Guillebeau, celui auquel 
convient le mieux la description, et qui a la forme la plus courte, 



CXLVIII bulletin cntomologique. 

comrne I indique ienom de curtulus, se rapporte an C. ebeninus Germ.; 
le second au C. atramentarius Erich. L un et Fautre proviennent du 
Valais, tandis qtie le type qui a servi a la description est indique de 
France, sans autre indication (coll. Gacogne). II est dit avoir les pieds 
noirs, avec Fextremite de chaque article des tarses fauve. Les indivi- 
dus appartenant a M. Gnillebeau out les articulations des pattes rou- 
geatres. 

- M. Pierre Lesne adresse la communication suivante sur le genre 
Cimbex : 

Olivier, en fondant le genre Cimbex (Entornologie, 1789, puis Enc. 
meth., 1790, t. V, p. 764), qui renferrne les Cimbicidx d aujourd hui, 
attribuait a ces insectes des antennes de sept articles : le premier un 
peu gros, le second tres allonge . II confondait en un seui article 1 en- 
seinble des deux premiers et decrivait par suite le troisieme comme 
etant le deuxieme. La massue antennaire se composerait done, d apres 
lui, de trois articles. 

La plupart des auteurs qui se sont occupes du genre Cimbex tel que 
Fa restreint Leach lui ont egalement donne des antennes de sept articles, 
dont cinq avant la massue, ce qui restreignait a deux le nombre des 
articles de celle-ci. 

Je viens d examirier, sous ce rapport, pres de cent vingt Cimbex 
femorata L. La massue antennaire presente, en realite, a Fexterieur, une 
conformation variable. Parfois, on ne distingue qu un seul sillon de 
suture, situe vers le tiers basilaire; dans le cas le plus general, il existe 
deux de ces sutures, la seconde un peu moins marquee que la premiere, 
quelquefois aussi nette ; plus rarement, on pent constater la presence 
d une troisieme ct memo d une quatrieine ligrie de suture, peu mar 
quees toutefois. D autre part, si Ton examine le proill inferieur de la 
massue , on remarque qu il affecte la forme d une ligne brisee, les 
angles de cette ligne correspondant aux sutures. Ge profil n a ordinaire- 
ment que trois cotes distincts. 

En resume, la massue antennaire des Cimbex parait formec d au 
moins trois articles soudes, peut-etre d un plus grand nombre. Ge 
nombre n etant pas determine ne pent figurer dans la caracteristique du 
genre. 

Les Cimbex femorata que j ai examines proviennent d Auchel (Pas-de- 
Calais), et je les dois a Fobligeance de M. le D r Hernu. Us s etaient 



Seance du M juillet 1889. CXLIX 

abattus en masse sur une plantation de bouleaux et en rongeaient les 
bourgeons et les jeunes feuilles. 

Le rapport du nombre des males a celui des femelles parait etre 
de 10 a 3. 

M. Paul Mabille presente la description de Lepidopteres (Hespe- 
rides) nouveaux (l re partie) : 

1. PAMPHILA RHABDOPHORUS, n. sp. D un fauve rouge. Ailes supe 
rieures avec 1 apex et le bord externe laves de noiratre. Bout de la cel 
lule empale de noir, et une ligne noire, droite, part du rameaux 7 et 
descend au bord interne. Ailes inferieures fauves, avec le bord ante- 
rieur noir ; toutes les riervures noires. Franges des ailes inferieures 
fauves. Dessous d un rouge fauve fonce, avec une large eclaircie au 
milieu des aiies superieures ; une bandelette inediane et Fespace abdo 
minal d un fauve clair aux ailes inferieures. Corps fauve. Enverg. 
28 mill. 

La femelle est noire, avec un point apical, une grande tache sur le 
disque des ailes superieures et un point dans la cellule, fauves. Ailes 
inferieures avec une tache fauve sur les rameaux. Franges d un fauve 
rouge. Dessous comme dans le male, mais rembruni de noiratre. 

Sierra-Leone, coll. Staudinger. 

2. PAMPHILA ADON, n. sp. Ailes fauves, a bordure noire. Les ailes 
superieures out deux traits apicaux fauves et un trait noir a la base, sur 
la partie fauve. Ailes inferieures fauves, largement bordees de noir au 
bord anterieur, faiblement au bord interne et plus largeinent au bord 
abdominal ; une tache ovale d un brun rouge a la base. Dessous des ailes 
superieures avec la tache du disque reduite et non denticulee sur les 
bords. Ailes inferieures avec la moitie basilaire noiratre, portant deux 
points d un blanc argente ; le reste fauve, borde etroitement de noir. Corps 
fauve. Ventre d un blanc jaunatre. Enverg. 18 mill. 

Sierra-Leone, coll. Staudinger. 

3. PAMPHILA ADOSUS, n. sp. Fauve rouge. Ailes superieures avec 
la cote et une bordure noire, egale, renfermant une tache apicale fauve. 
Ailes inferieures de la meme couleur, avec une etroite bordure noire et 
et une tache ovale rouge a la base. Dessous des ailes superieures sem- 
blable, avec les espaces d un fauve plus pale. Ailes inferieures noiratres, 
variees de fauve, avec des laches d un blanc d argent ; une petite tache 
geminee dans la cellule, une carree dans rintervalle 8 et deux autres 



CL Bulletin cntomologique. 

plus grosses dans les intervalles 3 et 6. Abdomen fauve, rembruni sur 
le dos. Enverg. 21 mill. 

Sierra-Leone, coll. Staudinger. 

4. PAMPHILA REGA, n. sp. Ailes superieures noires, avec lo milieu 
du limbe fauve ; la couleur noire occupant tous les bords par une bor- 
dure re guliere qui emet une tache noire carree sous 1 apex, isolant 
3 points apicaux fauves ; une petite tache noire et longue a la base. 
Ailes inferieures noires, avec une eclaircie obsolete d un fauve terne 
entre les rameaux. Dessous semblable, mais plus pale. Les ailes infe 
rieures portant une bandelette fauve, courbe sur les rameaux, plus mar 
quee qu en dessus. Corps noiratre en dessus. Abdomen et palpes d un 
jaune sale. Enverg. 21 mill. 

Sierra-Leone. 

M. Delahaye adresse les communications suivantes : 

I. Dans le courant du mois d aout 1888, j ai obtenu une ponte de 
YAcidalia inornata Hw. et les jeunes chenilles sont ecloses dans les 
cinq premiers jours du mois de septembre ; leur croissance a ete lente, 
car ce n est que du 10 au 15 mai de cette anne o qu elles out atteint 
toute leur taille. Elles ont commence a se mettre en terre le 20 mai ; 
cette operation n a ete compl element terminee qu a la fin du meme 
mois, et 1 eclosion des papillons a eu lieu de quinze a vingt jours apres 
environ. 

Gette chenille, qui a a peine 15 mill, de longueur, est d un gris jau- 
natre pale. Corps rigide, aplati, carene, se re trecissant graduellement 
de Parriere a 1 avant. Tete petite, brunatre. Lignes peu ou point visibles. 
Stigmatale tres fine, blanchatre, placee sur la carene, separant nettement 
la nuance de la partie ventrale, qui est brune, de la partie dorsale, plus 
claire. Les incisions du quatrieme au dernier segment sont marquees 
chacune d un signe noiratre en forme d X, mieux marque sur les inci 
sions du quatrieme au neuvieme segment ; celles des derniers segments 
ont une teinte noiratre sur le milieu, formant une petite bande, et dans 
laquelle les signes en X sont moms visibles. Les pattes anterieures sont 
noiratres ; les anales sont concolores. 

J ai eleve cette chenille en la nourrissant avec des Graminees et du 
mouron. Cette education est Ires facile, en ayant soin toutefois de tenir 
constamment le vase ou les chenilles sont renfermees au grand air. Elles 
s accommodent tres bien des plantes fane es. Ayant ete malade des Je 



Seance du 24 juillet 1889. CM 

commencement de Janvier, cet elevage n a pas ete suivi avec assez de 
soin et ma description n est pas aussi complete qu il le faudrait. 

II. Je signale egalement a la Societe : 

1 La capture de la chenille de Geometra smaragdaria F., prise pres 
de la station de Lardy, en train de se chrysalider dans Pextremite de 
Pepi d une Graminee. Le papillon est eclos le 19 juillet. 

2 La capture de JSola albula S. V. = albulalis Hbn., Dup., pris au 
filet, au crepuscule, sur la lisiere du bois situe pres de Janville (Lardy). 

La presence de ces deux Lepidopteres n avait pas encore ete signalee 
dans les environs de Paris. 

M. A.-L. Clement presente les remarques qui suivent : 

1 Je viens d obtenir Paccouplement d un male d Attacus cecropia avec 
une femelle de cynthia. Quoique cet accouplement ait dure une journee 
entiere et que la ponte ait eu lieu tres normalement, le resultat fut nul, 
et les ceufs, non fecondes, se dessecherent rapidement. Ncanmoins, le 
fait e tant constate, il peut, je crois, servir de point de depart pour de 
nouveaux essais. 

2 L lchneumon macrurus dont a parle notre collegue M. J. Fallou 
doit etre tres abondant dans son pays natal, car je 1 ai obtenu toutes les 
fois que j ai eu des eclosions de cocons de cecropia venant d Amerique, 
et fierce 1 avait aussi autrefois signale. 

3 Au sujot des piqures d insectes, dont plusieurs de nos collegues 
ont entretenu la Societe dans la derniere seance, il en est une que je 
viens d experimenter malgre moi, celle d une Mutilla. Mon jardinier 
m ayant apporle trois nids de Bourdons (Bombus lapidarius) trouves 
en fauchant des ble s, je fus agreablement surpris d en voir sortir deux 
Mulilles femelles ; mais, en voulant m en emparer, je fus vigoureuse- 
inent pique par 1 une d elles a Pindicateur de la main droite. J eprouvai 
exactement la sensation d une forte piqure d aiguille. II n en resulta 
aucune enflure, et la douleur disparut rapidement. 

J ai ete aussi pique par des Ghrysides ; le resultat fut absolument le 
meme. 

M. le professeur Lemoine presente d interessantes considerations 
sur les moaurs et 1 anatomie du Phylloxera du Ghene. Notre collegue 
montre egalement au microscope des preparations importantes relatives 

au meme insectc. 

E. D. 



CLII Bulletin entomologique. 

Bulletin bibliographique 

Acade mie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I ), 
1889, 2 e sem., n 2. L. ROULE. Sur 1 evolution initiale des feuillets 
blastodermiques chez les Crustaces isopodes (Asellus aquaticus L. et 
Porcellio scaber Latr.). A. GIARD. Sur une galle produite chez le 
Typhlocyba rosw L. par une larve d Hymenoptere. N 3. Q 

Annals and Magazine of Natural History (The), S. VI, 3, n 13, 
R. J. POCOCK. Contributions to our Knowledge of the Crustacea of 
Dominica (pi.). D r D. SHARP. The Staphylinidx of Japan. W. L. 
DISTANT. Description of a new Genus and some new Species of Cica- 
didx belonging to the Oriental Region. N 14. D r D. SHARP. The 
Sttiphylinidx of Japan. H. GR. SMITH. Descriptions of twenty-four 
new Species of Butterflies captured by Mr. Last in the neighbour 
hood of Mombasa, East Coast of Africa. N 15. Rev. A. MATTHEWS. 
New Genera and Species of Trickopterygidse. W. F. KIRBY. Des 
criptions of new Species of African Nymphalidse. D r D. SHARP. 
The Stapliylinidx of Japan (suite). - - W. L. DISTANT. Synopsis of 
the Rhyncotal Genus Plisthenes. G. LEWIS. On new species of 
Histeridx. H. GR. SMITH. Descriptions of the more new Species 
of Butterflies captured by Mr. J. Whitehead at Kina Balu Mountain, 
North Borneo. D r D. SHARP. The Staphylinidse of Japan (suite). - 
R. J. POGOGK. Notes on some Ruiliidx, new and old (pi.). -- F. D. 
GODMAN and 0. SALVIN. Descriptions of new Species of Rhopalocera 
from Mexico and Central America. A. G. BUTLER. Description of a 
new Species of the singular Lepidopterous Genus Mastigophoms. 
CH. 0. WATERHOUSE. Descriptions of two new Coleoptera in the 
British Muse n (Euprestidse and Rutelidx). C. J. GAHAN. On new 
Lamiide Cole t tera in the British Museum Collection. D r D. SHARP. 
The StaphylinidsK of Japan (suite). W. L. DISTANT. Descriptions of 
new Species of Rhynchota collected on or near the Kina Balu Moun 
tain North Borneo. N 18. A. M. NORMAN. Notes on British Am- 
phipoda. R. J. POCOCK. Another new Species of Scorpion from 
Madagascar. D r D. SHARP. The Staphylinidx of Japan. S. B. J. 
SKERTCHLY. CH. 0. WATERHOUSE. Characters of a new Genus and 
Species of Cicindelidx. W. F. KIRBY. Descriptions of new Species 
of Phasmidse from Dominica, Santa Lucia and Brazil, in the Collec 
tion of the British Museum. N 19. G. LEWIS. Notes on the Histe- 
ridx taken in Venezuela by Mr. E. Simon. R. J. POCOCK. On 



Seance du $4 juillet 1889. CLIII 

Isometrus americanus L., with a Descriptions of new Species of the 
Genus. G. S. BATE. On a new Genus of Macrura (Ophthalmerion 
transitionalis}. H. DRUGE. Descriptions of new Species of Lepido- 
ptera, chiefly from Central America. 

Entomologische Nachrichten, XV, 14, 1889. B. GRASSI. Bin weiterer 
Beitrag zur Kenntniss des Termiten reiches. E. GIRSCHNER. Zur 
Biologic von Hilara. J. J. KIEFFER. Mittheilungen uber Psylliden. 

K. K. zoologisch-botanischen Gesellschaft in Wien (Verhandlungen der), 
1889, I. A. P. ROGENHOFER. Papilio Hageni, eine neue Art aus 
Sumatra. F. F. KOHL. Bemerkungen zu Edm. Andre s Species 
des Hymenopteres, t. Ill (Les Sphegiens). Mit Beschreibung einiger 
neuer Arten. E. RATHAY. Das Auftreten der Gallenlaus im Versuchs- 
weingarten zu Klosterneuburg im Jahre 1887 (pi.). II. D r FR. 
Low. Beschreibung zweier neuer Gecidomyiden- Arten. FR. KOHL 
et H. REBEL. Beitrage zur Microlepidopteren-Fauna Oesterreich- 
Ungarns (pi.). 

Naturaliste (Le), 15 juillet 1889. F. PLATEAU. Precede pour la con 
servation des Araignees a sec (fig.) P. DOGNIN et P. MABILLE. 
Diagnoses de Lepidopteres nouveaux (fig.). P. CHRETIEN. Histoire 
naturelle de la Nemophora Panzerella. 

New York Academy of Sciences (Transactions of the), VIII, 1 a 4, 1888- 

89. Q 

RealeAccademiadei Lined (Atti delta), 1889, V, 6. Q 
Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, II (1889). Q 
Royal Dublin Society : 1 Proceedings, VI, 3 a 6, 1889. Q 
2 Transactions, IV, 2 a 5. Q 

Societas entomologica, 1889, IV, n 8. FR. RUHL. Die M . m>lepidopte- 
renfauna von Zurich und Umgebung. E. FREY-GESSNER. Une 
chasse au Bombus alpinus L. R. GARTNER. Aus dem Himelaya. 
F. LIBERIGH. Biologische Beitrage zur Kaferkunde. G. SCHMID. No- 
tizen uber die Lebensweise einiger schlesischer Sesiidenraupen. 
FR. RUHL. Beitrag zur Charakteristik der Lamellicornia. 

Socie te entomologique de Belgique (Annales de la), 1888, t. XXXII. 
A. PREUDHOMME DE BORRE. Liste des cent cinq especes de Cole o- 
pteres Lamellicornes actuellement authentiquement captures en 
Belgique, avec le tableau synoptique de leur distribution geogra- 

(1889) Bulletin de la Societ6 entomologique de France. 15 



CLIV Bulletin entomologique. 

phique dans le pays. L. FAIRMAIRE. Coleopteres de 1 interieur de 
la Chine. CH. KERREMANS. Essai monographique du genre Sterno- 
cera Eschs. (pi.). E. DE SELYS-LONGCHAMPS. Catalogue raisonne des 
Orthopteres et des Nevropteres de Belgique. D r C. 0. VON PORRAT. 
Ueber einige exotischen Juliden des Briisseler-Museums. 

Zoological Society of London : 1 Proceedings, 1888, IV. C. J. GAHAN. 
On the Coleoptera of Christmas Island. A. G. BUTLER. On the 
Lepidoptera of Christmas Island. W. P. KIRBY. On the Insects 
(exclusive of Coleoptera and Lepidoptera) of Christmas Island. 
R. J. POCOCK. On the Arachnida, Myriopoda and Land-Crustacea of 
Christmas Island. H. BRUCE. List of the Lepidoptera Heterocera, 
with Description of the new Species, collected by M. C. M. Wood 
ford at Aola, Guadalcanar Island, Solomon Island (pi.). J. H. LEECH. 
On the Lepidoptera of Japan and Corea : part II, Heterocera, 
sect. I (pi.). 

2 Transactions, XII, 8 (1889). Q 



ATKINSON (E. T.). Annual Adress to the Asiatic Society, Calcutta, 1888, 
34 p. * 

ID. Catalogue of the Insecta of the Oriental region. N 1. Coleoptera : 
Cicindelidae, 25 p. *. 

ID. Insects-Pests belonging to the Homopterous family Coccida3 (Journ. 
As. Soc, Beng.), 1886, 32 p. * . 

ID. New or little known indian Rhynchota (loc. cit.), 1888, 15 p., 
1 pi. col. * 

ID. A new Species and Genus of Coccida3 (loc. cit.), 1889; 3 p., 
1 pi. n. * 

BELON (M. J.). Les Lathridiens dans la Fauna transsylvanica du D r Seid- 
litz (Rev. ent.), 11 p. * 

OLLIFF (A. S.). The Insect Fauna of Lord Howe Island, 1889, 22 p., 
1 pi. n. * 

PACKARD (A. S.). The Cave Fauna of North America, with Remarks on 
the Anatomy of the Brain and origin of the Blind Species. (Nat. Ac. 
Sc.), 1886, 156 p. 27 pi., une carte. * 

A. L. 



Seance du 14 aout 1889. CLV 

Seance du 14 aout 1889 

Pr6sidence de M. ED. LEFEVRE, ancien president 

Membre repu. M. Albert Joanin, etudiant en medecine, rue de Lan- 
cry, 16 (Entomologie generate, anatomie et mceurs des Insectes), presente 
par M. le D r Laboulbene. Gommissaires rapporteurs : MM. Desmarest 
et Leveille. 

Candidat presente. M. Ignacio Morague e Ibarra, calle de San-Fran 
cisco, 18, a Palma deMallorca (Baleares) (Coleopteres ; Malacologie), pre 
sente par M. L. Bedel. Gommissaires rapporteurs : MM. J. Bourgeois 
et E. Simon. 

Communications. M. Paul Mabille. Lepidopteres (Hesperides) nou- 
veaux (2 e partie) : 

5. EAGRIS DECOLOR, n. sp. Ailes superieures d un gris cendre, 
avec des taches blanches doublees de taches noires, savoir : six apicales, 
les quatre costales placees deux [par deux , 1 une plus avancee que 
1 autre ; ensuite sept taches inegales sur le milieu du disque, deux dans 
la cellule et quatre autres en serie anguleuse et doublees de noir ; en 
outre, un point noir sur la base de 1 intervalle 2. Ailes inferieures 
blanches, teintees a leur base de gris bleuatre. L intervaile 8 portant 
deux taches noires carrees; 1 intervalle 7, une; le 6 e , un double point noir, 
et deux mouchetures sous le 3 e ; Tangle anterieur rembruni comme la 
base. Le dessous est semblable pour les dessins et la teinte generate est 
d un gris blanchatre. La frange des ailes superieures est noire. Le corps 
est noiratre ; le ventre d un blanc jaunalre. Enverg. 30 mill. 

Free-Town (Afrique), coll. Staudinger. 

Gette espece imite completement un Tagiades, mais ie pli marginal 
des ailes anterieures 1 eloigne de ce genre. 

6. EAGRIS MELANCHOLICA, n. sp. Noir roussatre ; trois petits points 
apicaux blancs, dont 1 inferieur est obsolete ; de ces trois points part une 
bande de taches fondues, plus foncees, atteignant le bord interne. Ailes 
inferieures avec une rangee courbe de taches noires semblables sur les 
rameaux et une tache noire velue a la base de la cellule. Dessous sem 
blable, mais d un roux plus clair. Enverg. 30 mill. 

Natal, coll. Staudinger. 



CLVI Bulletin entomologique. 

7. STEROPES FURVUS, n. sp. Noir roussatre. Franges noiratres, fai- 
blement entrecoupees de roux et de noiratre. Dessous des ailes poudre 
d ecailles jaunatres, formant une bande marginale d un gris lilas sombre, 
et deux mouchetures semblables au bout et au milieu de la cellule. 
Ailes inferieures noiratres, portant sur le milieu deux bandes de taches 
claires, entourees de noiratre un peu brun. Un lisere jaunatre precede la 
frange. Le corps est noiratre en dessus, blanc jaunatre en dessous. Poi- 
trine et palpes gris. Enverg. 26 mill. 

Sierra-Leone. 

Je rapporte a cette espece un exemplaire de Loko qui est d un noir 
uniforme en dessous. 

8. CERATRICHIA QUATERNA, n. sp. Aiies superieures noires, avec 
quatre points blancs apicaux, ranges deux par deux. Ailes inferieures 
noires a la base et au bord anterieur, les deux autres tiers de 1 aile 
jaunes, teintes d aurore jusqu a la nervure 5. Dessous des ailes infe - 
rieures semblable ; ces ailes inferieures avec le bord anterieur rembruni 
jusqu a la nervure 7. Intervalle 8 marque de deux taches plus noires, 
et deux autres taches plus petites se trouvant sur le fond jaune de 1 in- 
tervalle 7. Corps noir en dessous ; ventre et pattes jaunes ; poitrine et 
palpes d un gris jaunatre. Enverg. 34 mill. 

Sierra-Leone, coll. Staudinger. 

Genre GHORISTONEURA, nov. gen. 

i 

Rameaux 7 et 8 plus rapproches que dans tous les genres voisins. 
Le 6 e tres ecarte et insere sur la disco-cellulaire. Port d un Ancistro- 
campta. 

9. CHORISTONEURA APICALIS, n. sp. D un noir fonce de part et 
d aulre. Ailes superieures avec une bande apicale orange, tres large, 
allant de I extremite de la costale jusqu au rameau 3, qu elle depasse par 
une petite pointe. Les memes ailes ont, en dessous, 1 espace 1 rous 
satre. Corps noir. Enverg. 38 mill. 

Cette espece remarquable n appartient pas au genre Ancistrocampta, 
dont la nervulation est tres differente, et rappelle beaucoup les Plesio- 
neura. Notre insecte semble avoir des rapports avec le callixenus Hew., 
qui, d apres 1 auteur, serait un Chetoneura, et qui habite Dorey. 

Sierra-Leone, coll. Staudinger. 



Seance du 14 aout 1889. CLVII 

M. Charles Brisout de Barneville adresse la description d un Cur- 
culionide nouveau d Algerie : 

GEUTHORRHYNCHUS (GOELIODES) SPLENDIDUS, n. sp. Inxqualis, nigro- 
fuscus, prothorace supra gibbero, transversim quadrituberculato, antice 
ochraceo squamulato, postice maculis duabus nigro-velutinis, intervallo 
concavo et squamulis cxruleo- vel amethystino-micantibus ornato, elytris 
postice angularibus, subtiliter striatis, fasciis tribus transversis, valde 
interruptis, nigro-velutino pallidoque variegatis, macula media communi 
majore, nigro-velutina, fere cruciformi. Long. 2 2 1/2 mill. 

Tete arrondie, tres deprimee entre les yeux, garnie de squamules 
variees formant deux bandes brunes sur le vertex. Yeux assez saillants. 
Rostre un peu plus long que la tete et le prothorax, cylindrique, 
peu arque, strie-ponctue, presque lisse au sommet, glabre et ferrugi- 
neux. Antennes fines, brunatres ; funicule de 7 articles, 2 e plus etroit 
mais a peine plus court que le l er , 7 e subarrondi ; massue subovalaire. 
Prothorax plus eleve que le plan des elytres, tres inegal, tres declive 
sur sa moitie posterieure, un peu plus large que long ; cotes fortement 
retrecis vers le sommet a partir du milieu, presque droits en arriere ; 
bord anterieur releve, echancre et comme bitubercule dans sa partie 
moyenne ; surface garnie de squamules fauves, porlant, avant le milieu 
et sur une meme ligne transversale, quatre reliefs dentiformes, les deux 
externes saillant lateralement, les deux dorsaux suivis chacun d une 
gramje tache d un noir veloute ; intervalle des taches veloutees large- 
ment concave et revetu de squamules d un bleu nacre ou violace, a 
reflets eclatants. Ecusson rudimentaire. Elytres notablement plus larges 
que le prothorax, arrondies aux epaules, attenuees en arriere, anguleu- 
sement tronquees au-dessus de 1 extreme sommet, finement striees; 
interstries pairs plus etroits que les autres ; surface garnie de petites 
squamules pales, a reflets violaces, ornee, en outre, de trois bandes 
transversales interrompues, formees de taches noires et veloutees, plus 
ou moins bordees de blanc ; bande anterieure droite, composee de taches 
ponctiformes situees sur les interstries impairs ; bande mediane en 
zigzag, comprenant une tache noire commune, presque en forme de 
croix; bande posterieure occupant la troncature anguleuse de 1 elytre et 
suivie, inferieurement, d une serie transversale de squamules longues 
et roussatres. Poitrine couverte de squamules blanchatres extremement 
serrees ; pieces mesothoraciques, pygidium et derniers segments ven- 
traux ornes de taches noires, veloutees, avec une bordure ou des taches 



CLVIH Bulletin entomologique. 

blanches ou roussatres. Sillon pectoral profond, nettement limite en 
arriere des hanches intermediaires. Ventre fortement ascendant a partir 
du 3 e segment. Pattes revetues de squamules blanchatres; tibias anneles 
de brun ; cuisses avec une dent mediocre, prolongee par un faisceau 
squameux ; crochets des tarses simples. 

Algerie : environs d Oran, Misserghin (coll. Bedel, la mienne). 

Cette remarquable espece ne peut se confondre avec aucune autre. 

M. Desbrochers des Loges envoie les diagnoses de nouvelles especes 
de Gurculionides du genre Torneuma : 

1. TORNEUMA THIERYI. Long. 22,5 mill. Subovalis, minus 
convexa, ferruginea, subopaca, squamosa. Caput punctulatum. Rostrum 
arcuatum, a later e subseriatim rugoso-punctatum, medio Ixve. Antennas 
articulis funiculi transversis, clava pallida. Prothorax longitudine vix 
latior, a Mere ampliatus, subinsequaliter punctatus, dense plumbeo- 
squamosus, angulis posticis obtuse angulatis. Elytra sequalia, parum 
convexa, basi subsinuata, humeris parum prominulis, striato-punctata t 
interstitiis xqualibus, parce uni-seriatim punctulatis ac setulosis. Tibix 
subrectse. Abdomen basi late depressus. 

Decouverte a Saint-Charles, pres de Philippeville, par M. Thiery. 
A placer pres de T. convexiuscula. 

2. TORNEUMA SUBPLANA. Long. 2 mill. Angusta, elongata, supra 
deprcssa, nitidiuscula, parum dense griseo-squamosa. Caput punctatum. 
Rostrum arcuatum, longitudinaliter punctato-pluristriatum, apice punc 
tulatum. Antenna articulis pressis, clava non incrassata. Prothorax 
antice magis subconstr ictus, a latere modice arcuatus, non ampliatus, 
hand transversus, angulis posticis intus inflexis, apice ipso rotundatis. 
Elytra basi medio prominente, utrinque sinuata, humeris angulatim 
prominentibus, in dorso deplanata, striis (sulurali impressa), distincte 
punctulatis, interstitiis non elevatis, densissime punctulatis, vix distincte 
setulosis. Tibix intus vix incrassatx, tarsi breves. 

Saint-Charles, juin, avec 1 espece precedente. 
A placer pres de T. deplanata. 

3. TORNEUMA GROUVELLEI. Long. 3 mill. Elongatissima, planim- 
cula, brunnea, opaca, pubescens, subplumbeo-squamosa. Caput squamo- 
sum. Rostrum robustum, pubescens f a latere sulcato-punctatum, medio 



Seance du 14 aout 1889. cux 

Iseve. Antennse pallidse, graciliores. Prothorax latitudine fere longior, a 
media, poslice, fere rectilineatim attenuates, antice subconstrictus, inse- 
qualiter punctatus. Elytra basi et apice subtruncata, angulis humera- 
libus non dentiformibus, striis (internis magis impressis), punctis 
longiludinaliter subconfluentibus, interstitiis apice non elevatis, sparsim 
seriatim uni-punctulatis, setis crassioribus uni-seriatis. Pedes validi, 
rude pubescentes, tarsis subelongatis. 

Nice, au pied d un Olivier, en fevrier. Decouverte par M. Antoine 
Grouvelle. 

A placer pres de T. Raymondi. 

4. TORNEUMA SARDEA. Long. 22,5 mill. Sat elongata, ferru- 
ginea, parcius squamosa. Caput postice fere Iseve. Antennse paulatim 
incrassatce, clava elongata. Rostrum, basi, utrinque sulcato-punctatum, 
media (latius in $) sublseve, punctis sparsis. Prothorax latitudine parum 
longior, a later e postice vix arcuatus ; antice abruptius attenuatus, sub- 
planatus, fere insequalis dense punctatus. Elytra thorace duplo longiora, 
basi subbisinuata, angulis humeralibus dentiformibus, subdepressa, striis 
sat tenuiter striato-punctatis, interstitiis sparsius uni-seriatim punctu- 
latis ac setulosis. Pedes mediocres, pubescentes. Abdomen basi late im- 
pressum. 

Sardaigne. 

A placer pres de T. Raymondi. 

M. Ed. Lefevre fait connaitre la description d une nouvelle espece 
de Goleoptere de la famille des Eumolpides, qui lui a ete communiquee 
par M. Eug. Simon : 

EURYOPE HOHNELI. Breviter oblonga, modice convexa, rufo-fulva, 
nitida, mandibulis, palpis, antennis omnino, scutello, epipleuris, abdo- 
minis macula apicali pedibusque nigris ; capite parum dense punctulato, 
inter oculos vage impresso f vertice convexo, in media maculis duabus 
nigris parvis instructo ; prothorace transverso, media disci subremote et 
leviter, ad latera paulo fortius et crebrius punctato, ibique utrinque 
transversim excavato, angulis anticis angulatim extrorsum lobatis ; scu 
tello dense punctato, apice valde rotundato ; elytris infra basin breviter 
transversim excavatis, vage minutissime punctatis (punctis ad latera 
utrinque paulo majoribus}, singulo vitta media longitudinali lata, a basi 
(juxta callum humeralem) usque fere ad apicem extensa, impressioneque 
basali ipsa, nigris, callo humerali tumido, l%vi. Long. 7 mill.; lat. 
hum. 4 mill. 



CLX Bulletin entomologigue. 

Bords du lac Stefanie, au S.-O. du Kilimandsjaro, par 26 degres 1/2 
de longitude Est de Greenwich et 4 degres 1/2 de latitude Nord. 

Par sa petite taille et son systeme de coloration, cette jolie espece ne 
peut etre confondue avec aucune autre. Elle a ete capturee par M. von 
Hohnel, officier de la marine autrichienne, compagnon du comte S. Pe- 
leki dans 1 Afrique orientale equatoriale en 1887-88. 

M. Claudius Key donne la description de deux especes nouvelles 
ou peu connues de Buprestides du genre Cylindromorphus : 

1 J ai vu dans les collections du midi de la France, sous le nom de 
Cylindromorphus gallicus, une espece que je crois distincte de celui-ci. 
En voici la description : 

CYLINDROMORPHUS STRIGATULUS R. Elongatus, sublinearis, semi- 
cylindricus, fortiter punctatus, obscuro-seneus, subnitidus ; capite crasso, 
semigloboso, fronle verticeque canaliculatis ; prothorace subtransverso, 
sxpe spatio \%m notato ; elytris pone medium subampliatis, basi trans- 
versim substrigoso-punctatis, postea l&vius, apice summo scabroso-punc- 
tatis ; ventre apice bidenticulato ; pedibus brevibus, sublxvibus. Long. 
4 mill. 

c?. Le 4 e arceau ventral sinue au sommet et fmement canalicuie au- 
devant du sinus. 

?, Le 4 e arceau ventral subsinue et subimpressionne au sommet, non 
canalicuie. 

Tete epaisse, semi-globuleuse, presque aussi large que le prothorax, 
d un bronze assez brillant, fortement et assez densement ponctue, avec 
les interstices des points a peine alutaces. Front creuse d un sillon cana 
licuie, prolonge sur ^ vertex, mais ne touchant pas au bord anterieur 
dn prothoray Antem tres courtes, greles, d un noir bronze, dentees 
en scie a partir du 5 article. Prothorax subcylindrique, subtrans- 
verse, a peine retreci en arriere, ou il est a peine moins large que les 
elytres, d un bronze assez brillant, fortement et assez densement ponc 
tue, avec les interstices a peine alutaces et souvent un espace longitu 
dinal lisse. Ecusson petit, triangulaire, subacumine, d un bronze assez 
brillant. Ehjtres allongees, subdeprimees et subparalleles a leur base, 
arcuement subelargies environ des leur milieu et puis retrecies en 
arriere ; d un bronze plus obscur et moins brillant que la tete et le 
prothorax ; fortement et densement ponctuees, avec les interstices tres 



Seance du 14 aout 1889. CLXI 

iinement alutaces et la ponctuation formant, au moins dans leur premiere 
moitie, des rides ou rugosites transversales, mais s affaiblissant apres le 
milieu jusque avant le sommet, ou elle redevient un peu plus forte et 
rapeuse. Dessous du corps d un bronze brillant. Prosternum grossie- 
rement ponctue ; replis du prothorax eparsement ponctues ainsi que le 
me tasternum. Venire convexe, a peine pubescent, tres eparsement et 
le gerement ponctue, plus densement et subrapeusement sur le 4 e arceau ; 
celui-ci deborde par une lame etroite, armee de deux petites dents 
ecartees plus ou moins aigues et tres visibles vues de dessus. Pieds 
courts, presque lisses ou avec quelques rares points, d un bronze bril 
lant. Tibias arque s a leur base. 
Patrie : Hyeres, sur les Graminees ; juin. 

OBS. Gette espece differe du parallelus par sa taille moindre, sa forme 
moins lineaire et sa teinte plus brillante, par son prothorax plus court 
et par ses elytres non impressionnees le long de la suture ; du filum, 
par sa forme moins etroite et moins lineaire et par ses elytres plus bril- 
lantes, moins visiblement alutace es, plus fortement et plus rugueuse- 
ment ponctuees, avec la ponctuation moins affaiblie en arriere ; du 
gallicus, par une taille un peu plus grande, par une teinte d un bronze 
un peu plus brillant et un peu moins verdatre, par un prothorax un 
peu moins court et presque toujours note d un espace lisse, par des 
elytres plus fortement et plus rugueusement ponctuees, avec la ponc 
tuation non visiblement en series au milieu et moins affaiblie en ar 
riere, etc.; de tous, par le sommet du ventre arme de deux petites 
dents ecartees et plus ou moins aigues, au lieu que ce meme sommet 
est simplement tronque ou a peine sinue chez les autrcs especes. Le 
sillon frontal, toujours visible vu de dessus, s arrete tout court avant le 
bord anterieur du prothorax, au lieu que chez 1 e vjallicus il se borne 
a la partie anterieure du front, sans empieter.srr le Vertex. L espace 
iisse du prothorax est parfois parcouru pai...uii canal longitudinal 
tres fin. 

2 J ai re^u de Boheme, sous le nom de filum, une deuxieme espece 
de Cylindromorphus que je regarde comme differente : 

CYLINDROMORPHUS BIFRONS R. Elongatus, linearis, semicylindricus, 
sat fortiter punctatus, obscuro-seneus, subnitidus; capite crasso, sub- 
globoso, fronte verticeque latins canaliculatis usque ad prothoracem ; hoc 
transverse ; elytris pone medium vix ampliatis, basi fortius, apice obso- 

(1889) Bulletin de la Societe entomologique de France. 16 



CLXII Bulletin entomologique. 

lete punctatis ; ventre apice subintegro ; pedibus brevibus, sublsevibus. 
Long, vix 3 mill. 

Tete epaisse, subglobuleuse, presque aussi large que le prothorax, 
d un bronze obscur et peu brillant, fmement alutacee, mediocrement et 
peu densement ponctuee. Front creuse d un large sillon canalicule, 
plus (cf) ou moins ($) profond, qui le fait paraitre, vu de dessus, comme 
subbilobe ; ledit sillon prolonge jusqu au bord anterieur du prothorax. 
Antennes tres courtes, greles, d un noir bronze, dentees en scie a 
partir du 5 e article. Prothorax subcylindrique, transverse, un peu 
retreci en arriere, ou il est un peu moms large que les elytres, d un 
bronze obscur un peu brillant, plus fortement et un pen plus densement 
ponctue que la tete, avec les interstices fmement alutaces, sans espace 
lisse apparent. Ecusson petit, triangulaire, d un bronze obscur. 
Elytres allongees, subdeprimees et subparalleles a leur base, a peine 
subelargies apres leur milieu et puis retrecies en arriere ; d un bronze 
obscur et assez brillant ; assez fortement et assez densement ponctuees 
a leur base, avec les interstices a peine alutaces, et la ponctuation s af- 
faiblissant des le milieu et presque tout a fait effacee en arriere. 
Dessous du corps d un bronze obscur assez brillant, fmement alutace. 
Prosternum assez fortement ponctue ; replis du prothorax a peine ponc- 
tues. Me tasternum et ventre eparsement et peu profondement ponctues ; 
celui-ci deborde par une lame etroite, inerme, tronquee ou a peine 
sinuee au sommet. Pieds courts, presque lisses ou avec quelques rares 
points, d un bronze brillant. Tibias subarques a leur base. 

Patrie : La Boheme, .2 exemplaires, <3 $. 

OBS. Cette espece, plus petite que strigatulus et meme que gallicus, 
se distingue de toute autre par son front comme subbilobe, partage en 
deux par un large et profond sillon canalicule, prolonge en mourant 
sur le vertex jusqu au bord anterieur du prothorax ou meme jusque 
dessous celui-ci. 

J ai trouve que cette espece ne se rapportait a aucune description 
d especes europeennes du meme genre. 

M. Al. Peragallo communique une note sur VErastria scitula : 

Voulant debarrasser un Yucca de mon jardin des Lecanium qui me- 
nagaient d envahir la plante entiere et qui attiraient des bataillons de 
Fourmis, j ai coupe, le 2 aout, toutes les feuilles du bas qui etaient plus 



Seance du i4 emit 1889. CLXIII 

ou moms dessechees. Cette execution m a donne plus de 200 coques 
tfErastria scitula ; les unes deja vides, un grand nombre habitees et 
d autres en formation ; ces dernieres etaient encore ambul antes ; la che 
nille qu elle abritait n ayant, jusqu a ce jour, devalise de ses oeufs et 
rejete sur son dos que deux carapaces de Lecanium femelle, lorsque, 
dans son entier developpement, la coque est formee d au moms trois de 
ces carapaces soudees ensemble. 

Je croyais que mes nids ne donneraient leurs papillons qu au prin- 
temps prochain, mais, le lendemain, voulant voir ma recolte, je 
constatai qu une dizaine d Erastria ecloses voltigeaient dans leur prison 
vitree avec une grande vivacite, se poursuivant et se deplac,ant constam- 
ment. Le lendemain, nouvelle eclosion. 

II parait done certain qu il y a en aout une eclosion, la derniere sans 
doute, eclosion qui a lieu en meme temps que celle du Lecanium dont 
les oeufs doivent servir de nourriture et dont les carapaces doivent servir 
de refuge a la progeniture de VErastria. 

Selon Popinion d un lepidopteriste, mon voisin, qui a ete a meme 
d assister a des eclosions successives de I Erastria scitula depuis le 
commencement d avril et se continuant j usque dans le courant d aout, 
il se pourrait que ce papillon, trouvant en tout temps, dans nos regions, 
la nourriture qui lui convient, n ait pas d epoque fixe pour son evolu 
tion, qui ne serait interrompue que par 1 abaissement de la temperature 
en automne. 

J ajouterai que YErastria scitula n affectiorme pas seulement les oeufs 
couleur saumon du Lecanium attaquant les lauriers roses et les yuccas, 
mais qu on trouve, en assez grande abondance, sa chenille sur les 
figuiers, au milieu des carapaces circuses du Ceroplastes rusci, et que, 
la, elle se comporte absolument comme avec les Lecanium. 

Le meme membre presente cgalement les remarques suivantes : 

Je lis dans le Bulletin de 1888 (seance du 14 novembre, p. CLXVIII) 
une note de moi contenant une erreur. G est en aout et non en avril que 
j ai constate Pexistence dans notre departement du Rosalia alpina. 

J avais remarque, dans la gare de Grasse, des troncs de hetre destines 
au chauffage et presentant des perforations qui pouvaient etre attributes 
a une larve de Longicorne. Informations prises, ces bois avaient ete 
coupes dans la foret de Gannaux, arrondissement de Grasse, ou des 



CLXIV Bulletin entomologique. 

recherches tardives m ont [fait decouvrir 1 insecte parfait sous une 
ecorce. 

E. D. 



Bulletin bibliographique 

Acade mie des sciences (Comptes.rendus hebdomadaires des seances de l ) } 
1889, 2 e sem., n os 4, 5, 6. Q 

Cincinnati Society of Natural History (Journal of the), 1889, vol. XII, 
nl. 1889. O 

Entomologische Nachrichten, herausgegeben von D r F. Karsch in Berlin, 
xv e annee, 1889, Hefte XV. E. HENSGHEL, Megachile villosa. Ein 
biologischer Beitrag. H. BEUTHIN, Ueber die Varietaten von Cicin- 
dela campestris L. F. KARSCH, Sapho venusta, eine neue afrika- 
nische Libelle aus der Familie der Kalopterygiden. ID., Libellula 
herculea, eine neue sudamerikanische Art. ID., Neue Aeschniden 
der indo-australischen Region. ID., Haematopota strigipennis, 
eine neue Diptere -.von Gabun. Kleinere Mittheilungen. Litte- 
ratur. 

Naturaliste (Le), l er aout 1889. E. PISSOT, Un filet tendu devant une 
fenetre empeche-t-il les Mouches de penetrerdans Tappartement ? 
P. THIERRY-MIEG, Aberration nouvelle de Lepidopteres franc,ais. 
D r E. TROUESSART, Diagnoses d especes et genres nouveaux d Aca- 
riens marins (Halocarida?) des cotes de France. E. DE POUSARGUES, 
Les dragages du Travailleur et du Talisman a PExposition univer- 
selle de 1889 (fig.). Ghronique : Males de Bombycides attires par 
des chrysalides de femelles. 

Insect Life, Bulletin periodique public par le departement de TAgricul- 
ture (division de 1 EntomoIogie) a Washington (Etats-Unis), vol. II, 
n 1, juillet 1889. Special Notes. A. FORBES, Arsenical Poisons 
for the Plum and Peach Curculio. C. L. MARLATT, Report of a 
trip to investigate BufTallo Gnats. - - HENRY EDWARDS, Notes on 
Noices made by Lepidoptera. A letter on Icerya purchasi. 
EXTRACTS FROM CORRESPONDENCE : American insecticides in India ; 
Sciapteron robinia3 in Gottonwood in Washington Territory ; A Fod 
der Worm in the South ; Colonel Pearson s Method of fightind Rose 
Beetles; Lyctus sp. in Bamboo; The Texas Cattle-tick; The Boll 



Seance du 14 aoiit 1889. CLXV 

Worm in Texas ; A Cosmopolitan Flour Pest ; Mites on a Neck-tie ; 
The Potato-Beetle in the South ; Swarming of Urania Boisduvalii in 
South- America. Lord WALSINGHAM, Steps towards a Revision of 
Chamber s Index, with Notes and Description of new Species (suite). 

GENERAL NOTES : Two local Outbreaks of Locusts ; Tent Caterpillar 
in Arkansas ; The thistle Caterpillar in Washington Territory ; The 
Gecropia Silk- Worm again ; Spraying for the Elm Life-Beetle ; The 
Dingy Cut- Worm (Agrotis subgothica Haw.); The european white 
grub ; A wheat Pest in Cyprus ; The entomological Society of Wa 
shington. 

Insectologie agricole (Bulletin d ) } Journal mensuel de la Societe centrale 
d apiculture et d insectologie, 14 e annee, juillet 1889. F. GROS, 
Extrait d un rapport sur le service de la Chambre departementale 
d agriculture des Alpes-Maritimes. Entomologie et economic 
rurale : Destruction des Hemipteres ravageant le Mais. Congres 
apicole. Ravages des Anguillules, parasites des pommes de terre. 

Degats causes aux raisins par une Chenille dans la Cote-d Or. 
Insecte qui attaque les muriers. La Production sericicole de la 
France en 1888. Societe centrale d apiculture et d insectologie. 

La Pyrale des pommes (suite ; fig.). 

Reale Accademia del Lincei (Atti della), 1889, vol. V, l er semestre, 7 e a 
12 fascicules et Index. Q 

Revue des travaux scientifiques, publiee par le Comite des travaux his- 
toriques et scientifiques, t. VIII, n os 10 et 11. E. 0., Comptes 
rendus de divers memoires entomologiques parus en 1887. 

Sodetas entomologica, Journal de la Societe entomologique internationale, 
public a Zurich-Hottingen, iv e annee, n 9, l er avril 1889. FRITZ 
RUHL, Ueber Saturnia Caecigena. E. FREY-GESSNER, Une chasse 
au Bornbus alpinus L. C. SCHMID, Notizen iiber die Lebensweise 
einiger schlesischer Sesiidenraupen (fin). J. OTTO, Ueber Calopus 
serraticornis L. FRITZ RUHL, Die Macrolepidopterenfauna von 
Zurich und Umgebung (suite). G. BIEDERMANN, Eine Excursion im 
August 1888 (suite). FRITZ RUHL, Beitrag zur Charakteristik der 
Lamellicornien (suite). 

Socie te d etude des sciences naturelles de Nimes (Bulletin de la), 17 e annee, 
n os 1-2, Janvier a juin 1889. Quelques notes entomologiques dans 
les proces-verbaux des seances. 



CLXVI Bulletin entomologique. 

Socie te entomologique de Belgique (Comptes rendus des seances de la), 
serie III, n 114, 6 juillet 1889. E. ALLARD, Nouvelle note sur les 
Phytophages a la suite d un examen des Galerucides appartenant an 
Musee royal de Belgique (gen. et sp. nov.). J.-B. GAPRONNIER, 
Liste des Lepidopteres captures an Congo par MM. Thys, Legat, 
Martini et Machado en 1887. F.-M. VAN DER WULP, Description 
d une espece nouvelle d Asilide de 1 Afrique equatoriale. A. Du- 
VIVIER, Coleopteres phytophages nouveaux. A. PREUDHOMME DE 
BORRE, Ravages de 1 Otiorhynchus sulcatus Fabr. a Hoeylaert. 
SEVERIN, Quelques Longicornes rares des environs de Liege. 
DE GOUVE DE NUNCQUES, Goleopteres rares ou interessants captures 
a Perwez. ROUSSEAU, Capture du Campy lus linear is tf $ a la 
Baraque Michel. 

Thirtieth Annual Report of the Trustees of the Cooper Union for the Ad 
vancement of Science and Art (The), New- York, 29 mai 1889. Q 



BOURGEOIS (JULES). Lycides nouveaux ou peu connus du Musee civique 
de Genes, 2 e memoire, l re partie (sous-tribu des Calochromi). Broch. 
gr. in-8, 5 p., fig. (Extr. Annali del Museo civico di Storia naturale 
di Geneva, 2 e serie, vol. VII [XXVII], 31 mai 1889.) * 

PREUDHOMME DE BORRE (ALFRED). Materiaux pour la faune entomolo 
gique du Hainaut : Coleopteres, 4 e centurie. Broch. in-8, XLI p., 
Bruxelles, 1889. * 

ID. Sur les Poecilus cupreus et versicolor. Broch. in-8, 2 p. (Extr. des 
Comptes rendus de la Societe entomologique de Belgique, seance du 
2 mars 1889.) * 

RILEY (C. V.) et HOWARD (0.). The Plum Gurculio. Broch. in-8, 23 p., 
2 pi., dont une coloriee. (Extr. from the Report of the Entomologist, 
Annual Report of the U. S. Department of Agriculture for 1888.) * 

ROMANOFF (N. M.). Memoires sur les Lepidopteres, t. V. Vol. in-4 relie, 
12 pi. coloriees. S^Petersbourg, 1889. * 

J. B. 



Seance du 28 aout i889. CLXVII 

Seance du S aout 1889 

Presidence de M. P. MABILLE, vice-president. 

Correspondance. M. le Ministre de 1 Agriculture ecrit qu il met, an 
nom du gouvernement de la Republique, une subvention de 600 francs 
a la disposition de la Societe entomologique de France comme encoura 
gement a ses travaux d Entomologie appliquee pour 1 annee 1889. 
Des remerciements seront adresses a M. le Ministre de 1 Agriculture. 

Membre recu. M. Ignacio Moragues e Ibarra, calle de San-Francisco, 
18, a Palma de Mallorca (Baleares) (Coleopteres ; Malacologie}, presente 
par M. L. Bedel. Gommissaires rapporteurs : MM. J. Bourgeois et 
E. Simon. 

Candidat presente. M. Theodore Ancey, || A., adminislrateur de la 
commune mixte de Berrouaglia, departement d Alger (Coleopteres en 
general, principalement ceux d Alge rie), presente par M. Gazagnaire. 
Gommissaires rapporteurs : MM. Bourgeois et Poujade. 

Lecture. M. Ragonot adresse un memoire ay ant pour litre : Essai sur 
la classification des Pyralides. 

Communications. M. Walter-Dannatt, membre de la Societe entomo- 
logique de Londres, montre plusieurs belles planches coloriees d un 
travail, dont il vient de commencer la publication, sur le genre Orni- 
thopterus, dont il compte representer toutes les especes. 

M. H. Garacciolo, de la Trinidad (Antilles), adresse une note sur 
les metamorphoses de divers Lepidopteres, travail qu il doit completer 
et qui sera publie dans un prochain Bulletin. 

M. Paul Mabille. Lepidopteres (Hesperides) nouveaux (3 e partie) : 

10. ACLEROS BIGUTTULUS, n. sp. c?. Noir, sans aucune tache en 
dessus. Franges d un gris blanc aux ailes superieures, blanches aux 
inferieures. Dessous d un gris bleuatre. Les ailes superieures out un 
grand espace blanc et triangulaire au bord interne. Les ailes inferieures 
sont poudrees d ecailles blanches, avec deux petits rayons blancs sur 
1 espace abdominal. Enverg. 17 mill. 



CLXVIII Bulletin entomologique. 

?. Semblable au male, mais portant en dessus, sur le milieu des ailes 
superieures, deux petites laches blanches dans les intervalles 2 et 3. Les 
ailes inferieures sont bordees de blanc ; cette couleur forme deux echan- 
crures : vine sur 1 espace 1 et 1 autre sur 1 espace 3. 

Free-Town (Afrique). 

11. ACLEROS INSTABILIS, n. sp. <$. Noir en dessus, sans laches. 
Franges des ailes inferieures blanches. Dessous des memes ailes d un 
gris noiralre, plus clair au bord el blanchatre au bord inlerne. Ailes in 
ferieures a base d un gris blanchalre, el leur moilie poslerieure d un 
brun noiralre, semee d ecailles noires el blanches. Corps noir, avec les 
derniers anneaux d un blanc cendre, mais non blancs. Enverg. 
19 mill. 

$. Plus grande que le male. Les ailes superieures avec deux laches 
Iriangulaires blanches dans les intervalles 2 el 3. Les ailes inferieures 
a bord posterieur plus blanc. Corps comme chez le male, mais les ailes 
superieures ont le bord inlerne noir. Enverg. 18 mill. 

Ressemble a PA. leucopyga Plo lz; mais il en diflere beaucoup parses 
franges unies, par le dessous des ailes superieures loul noir, par les 
laches blanches des ailes superieures de la femelle, elc. L A. placidus du 
meme auleur s en rapproche aussi et ne me parail elre qu une variele 
du leucopyga, ou plulol sa femelle, malgre 1 asserlion de 1 auleur. Du 
reste, le nom du premier de ces insecles faisant double emploi avec 
YAcleros leucopyga Mab., de Madagascar, ne saurail elre conserve, el je 
propose de Pappeler Acleros Ploetzi. 

Provienl du Zanguebar. 

12. COBALUS SUBFACATUS, n. sp. d*. Noir. Ailes superieures a 
petits poinls blancs : deux dans la cellule, un plus grand dans Pinter- 
valle 3 el un plus pelil dans le 4 e . Dessous des ailes superieures sem- 
blable, avec la cole jaune leslace ; les ailes inferieures jaunes, presentanl 
deux series de mouchetures noires : 1 une pres du bord, Paulre sur 
Jes rameaux, el se coiifondant a Tangle anlerieur ; un anneau carre dans 
la cellule. Franges noiralres aux ailes superieures, jaunalres aux infe 
rieures. Corps noir, avec le boul de 1 abdomen cendre. Venire el palpes 
gris. Enverg. 19 mill. 

Sierra-Leone, coll. Slaudinger. 

13. COBALUS DUPLEX, n. sp. Toul noir en dessus. Frange d un gris 



Seance du 28 aout 1889. CLXIX 

sale, faiblement entrecoupee de noiratre. Dessous noir. Les ailes supe"- 
rieures avec deux lignes de petites mouchetures d un gris cendre le 
long du bord externe. Ailes inferieures avec les vestiges d un rang de 
mouchetures marginales. Corps noir. Antennes longues, a tige mince. 
Enverg. 19 mill. 

Free-Town (Afrique). 

Tres voisin de C. debilis Plotz. 

14. GOBALUS COKVLNUS, n. sp. Noir fonce, avec une eclaircie un peu 
rousse sur le milieu des ailes inferieures. Dessous des ailes superieures 
noir, avec les espaces 1 et 2 d un gris blanchatre dans toute leur lon 
gueur. Franges et corps noirs. Corselet a poils d un gris fonce. Enverg. 
22 mill. 

Sierra-Leone, coll. Staudinger. 

15. COBALUS CARBO, n. sp. Noir fonce, a reflet luisant. Un espace 
noir a la base des deux ailes, plus marque sur les inferieures, a reflet 
bleu fonce. Dessous noir. Ailes superieures poudrees d ecailles jaunes a 
la base et a 1 apex ; une grande tache triangulaire, soyeuse, blanchatre, 
au bord interne, allant jusque dans I mtervalle 3. Uu pinceau de poils 
noirs couches sur Fespace 1 et reconverts par Jes ailes inferieures, qui 
sont poudrees d ecailles brillantes et a reflet roux. Enverg. 26 mill. 

Sierra-Leone, coll. Staudinger. 

M. le baron Jules de Guerne presente des remarques interessantes 
sur les Polyphemides marins des cotes de France, et promet de donner, 
pour le Bulletin, la description de deux nouvelles especes de ces Grustaces. 

E. D. 



Bulletin bibliographique 

Academe des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
1889, 2 C semestre, n 7 (12 aout 1889). Q N 8 (19 aout 1889). 
G. SAINT-REMY, Sur la structure du cerveau du Peripate. - 
A. GIARD, Sur la castration parasitaire de rilypericum perforatum L. 
par la Cecydomyia hyperici Bremi et par 1 Erysiphe Martii Lev. 

Acade mie des Sciences de Cracovie (Gomptes rendus des seances de 
1 annee 1889). N os 6 et 7 (juin et juillet). Q 

(1889) Bulletin de la Societe entomologique de France. 17 



CLXX Bulletin entomologique. 

Acadmia national de Ciencias in Cordoba (Republique Argentine). 
Tome XI, 1888, 3 e cahier. Q 

Entomologische Nachrichten, xv e annee, 1889, Heft XVI. KARSCH, 
Beitrag zur Kenntniss der Libellulinen mit vierseitiger cellula cardi- 
nalis (Nannophya Ilambur). 

Entomologist s monthly Magazine (The), n 303, aout 1889. Rev. CANON 
FOWLER, On the British species of the genus Anaspis Geoff., with 
description of a new species (fin). FR. KLAPALEK, Agriotypus 
armatus (Walk.) Curl.; its Life-History and geographical Distribu 
tion (fig.). MAC-LACHLAN, Neuroptera collected by J. J. Walker 
on both sides of the Straits of Gibraltar. A. MORGAN, Observations 
of Coccidas (pi. v). -- J. BRIDGMAN, Microdus calculator Fab. - 
E. SHAW, Synopsis of the British Orthoptera (commencement). 
J. J. WALKER, Heptaulacus villosus Gyll., in profusion at Cobham 
Park. ID., Abraeus granulum Er., at Cobham. W. H. BENNET, 
A new locality for Potaminus substriatus. A. MARRIOTT, The black 
variety of Limenitis Sibylla. H. T. STAINTON, Further hints as to 
the food-plant of Gelechia (Cladodes) gerronella Z. -- ID., Gelechia 
(Doryphora) servella Z., bred in a London suburban greenhouse. 
E. MEYRIGH, Chauliodus insecurellus in Wilts. W. F. KIRRY, Dei- 
lephila insidiosa Erschoff. MAC-LACHLAN, Fumea (?) limulus Rogen- 
hofer. JORDAN, Lepidoptera of Norway. - COGKERELL, Notes from 
Colorado. Rev. CANON FOWLER, Proceedings of the Entomological 
Society of London. 

Naturalista Siciliano (II), anno VIU, n 9, l er juillet 1889. F. BAUDI, 
Note entomologiche. MINA PALUMRO et L. FAILLA TEDALDI, Mate- 
riali per la fauna lepidotterologica della Sicilia. Aggiunte et corre- 
zioni. T. DE STEFFANI, Miscellanea imenotterologica sicula (suite). 

Naturaliste (Le), ll e annee, 2 e serie, n 59, 15 aout 1889. ED. ANDRE ? 
Les nids des Icaria (fig.). P. DOGNIN, Diagnoses de Lepidopteres 
nouveaux. CHRONIQUE : Inclusion d un insecte dans du papier ; le 
cannibalisme de 1 Arctia caja; le Phylloxera dans le Colorado. 

Psyche, 1889, a Journal of Entomology, vol. V, n 157-159, mai a juillet 
1889. H. A. HAGEN, The female of Eutermes Rippertii. CLA 
RENCE MOORES WEED, Second Contribution to a knowledge of the 
autumn Life-History of certain little know Aphididaa. C. W. WOOD- 
WORTH, North American Typhlocybini. C. P. GILLETTE, Notes on 



Seance du 11 septembre 1889. CLXXI 

certain Gynipidse with description of new species. ALPHEUS SPRING 
PACKARD, Notes ond the epipharynx, and the epipharyngeal Organs 
of Taste in mandibulate Insects. IDA ELIOT and CAROLINE SOULE, 
Variation of Color in the larvaB of Sphinx Gordius. 

Reale Accademia del Lined (Atli delta), anno CCLXXXVI, 1889, serie 
quarta, vol. V, 2 e semestre, fasc. 1 (7 juillet 1889). D r GIES- 
BRECHT, Elenco dei Copepodi pelagici raccolti dal tenente di vascello 
Gaetano Chierchia durante il viaggio della R. Corvetta Vettor Pi- 
sani negli anni 1882-1885, e dal tenente di vascello Francesco 
Orsini nel Mar Rosso, nel 1884. Fasc. 2 (21 juillet 1889). Q 

Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, 2 e annee, 
n 8, aout 1889. Q 

Sociedad cientifica Antonio Alzate (Memorias de la), tome II, cua- 
derno 10, avril 1889. Q 

Wiener entomologische Zeitung, herausgeber und verantwortliche Redac- 
teure Jos. Mik, Edm. Reitter, Fritz A. Wachtl, l re a 7 e annees 
(1882-1888). (Ouvrage acquis.) 



Congres international de Zoologie tenu a Paris en 1889. Liste des 

membres presents a Paris. 
GADEAU DE KERVILLE (H.). La Societe des Amis des Sciences naturelles 

de Rouen en 1888. Compte rendu annuel. (Extr. Bull. Soc. Am. Sc. 

nat. Rouen, 1888, 2 e semestre). * f ^ 

ID. Sur un type probablement nouveau d anomalies entomologiques 

presente par un Insecte Coleoptere : Stenopterus rufus L., fig. 

(Extr. Naturaliste, l er Janvier 1889). * 

GIRARD (D r CHARLES). Lcs Andes, la Cordilliere et 1 Amazonie : regions 
dont la faune est insuffisamment connue. (Ext. Naturaliste 1889.) * 

J. B. 



Seance du 11 septembre 1889 

Presidence de M. P. MABILLE, vice-president 

MM. Maurice Pic, de Digoin (Saone-et-Loire), et le general Radoszkowski, 
de Varsovie (Pologne), membres de la Societe, assistent a la seance. 



CLXXII Bulletin entomologique. 

Necrologies. On annonce la raort recente de deux de nos collegues 

1 M. 1 abbe Angel Lucante, naturaliste, decede a Courrensan, par 
Gondrin (Gers), et qui appartenait a la Societe depuis 1882 ; 

2 M. Maurice Sand, baron Dudevant, qui s occupait principalement 
des insecles de 1 ordre des Lepidopteres, membre exonere, qui faisait 
partie de la Societe depuis 1855, decede, a 1 age de soixante-six"ans, au 
chateau de Nohant, pres La Chatre (Indre). 

Membre repu. M. Theodore Ancey, administrateur de la commune 
mixte de Berrouaghia, departement d Alger (Coleopteres en general, prin 
cipalement ceux d Alge rie), presente par MM. Kiinckel d Herculais et 
Gazagnaire. Gommissaires rapporteurs : MM. Bourgeois et Poujade. 

Communications. M. le general Radoszkowski presente la communi 
cation suivante, et la Societe en decide 1 impression complete dans son 
prochain Bulletin : 

Ghacun connait les difficultes qui se presentent quand on etudie des 
especes d insectes tres voisines et qu il faut trancher la question de 
savoir si 1 espece est immuable ou si elle forme une variete. Dans ce 
cas, les caracteres plastiques seuls ne suffisent pas. 

Je m occupe des Hymenopteres depuis plus de quarante ans et, pen 
dant tout ce temps, j ai eu 1 occasion de profiler des conseils du celebre 
Leon Dufour, du D r Sichel, de Fr. Smith ; j ai visite, a plusieurs re 
prises, les cabinets entomologiques europeens et les collections particu- 
lieres ; j*ai observe, dans leurs nids, les moeurs des Hymenopteres ; 
cherchant les methodes les plus sures pour la determination des especes, 
independamment des caracteres plastiques. 

Les etudes des palpes maxillaires m ont fourni de bons resultats, mais 
seulement pour les genres Megachile et Pseudo-osmia 

La longueur relative des organes d alimentation m a donne aussi de 
bons resultats, mais seulement pour le genre Bombus. 

En 1881, M. le D r Morawitz, dans les Melanges biologiques de 1 Aca- 
demie de Saint-Petersbourg, a public un article, Die Russichen Bombus- 
Arten, ou, pour la premiere fois, il a applique la forme des armures 
copulatrices des males comme caractere le plus sur pour la distinction 
des especes du genre Bombus. 

En 1882 et en 1884, il a paru un article de M. E. Saunders, Notes on 
the terminal segment of Aculeate Hymenopterorum, ou 1 auteur a presente 
les formes des armures des differents genres des Hymenopteres. 



Seance du 11 septembre 1889. CLXXIII 

II est vrai que deja Kirby, Dahlbom, puis Leon Dufour (dans son 
classique ouvrage : Recherches anatomiques et physiologiques snr les 
Orthopteres, Hymenopteres et Ne vropteres) ont pris en consideration les 
formes des armures copulatrices ; mais pas un d entre eux n a applique 
ces formes pour la determination des genres et des especes. 

En 1884, j ai commence 1 etude des armures copulatrices des males 
des Hymenopteres, et, pendant six annees, j ai eu Poccasion d examiner 
plus de 40 genres et de 500 especes. Aussi, aujourd hui, je suis en 
mesure de me prononcer, et je puis dire que, de tous les caracteres 
connus chez les Hymenopteres, la forme des armures copulatrices est la 
plus sure et la plus stable pour etablir la caracteristique des genres et 
des especes ainsi que de leurs varietes ; il est meme facile de constater 
les cas d hybridite. 

Pour la description des armures, j ai adopte la nomenclature de Leon 
Dufour, avec quelques modifications indispensables. 

Ghaque armure peut etre partagee en quatre parties principales : 
la partie preparatoire, les pinces (forceps), la base et le couvercle ge 
nital. 

La premiere partie, partie preparatoire, se compose : 
1 Des baguettes cor ne es, d apres Leon Dufour; mais j ai change le 
nom de baguette en celui de crochet , parce que, generalement, 
cette partie se presente sous la forme de veritables crochets, qui servent 
au male a s accrocher a 1 interieur du vagin de la femelle ; 

2 Du fourreau, partie qui couvre la verge et reunit les deux cro 
chets qui servent a 1 introduction de la verge dans le vagin. 

La deuxieme partie, les pinces, se compose : 

1 Des forceps, ayant chacun leur branche et leur base ; 

2 Des volselles ; 

3 Des tenettes. 

Ces parties servent aux males pour saisir 1 extremite de Tabdomen 
des femelles. 

La troisieme partie est la base (car do) de 1 armure. 

La quatrieme partie est formee par les 7 e et 8 segments abdominaux, 
servant a couvrir les parties genitales au repos. Pour cette raison, j ai 
nomme cette partie : couvercle genital. 

Chez certains groupes, comme ceux des Mutillides et des Sphegides, 
on trouve une cinquieme partie. nominee par moi : les palpes ge nitaux. 



CLXXIV Bulletin entomologique. 

Toutes les parties ci-dessus mentionnees presentent des formes bien 
diffe rentes, non seulement pour les genres, mais egalement pour chaque 
espece. 

En etudiant les armures, apres 1 examen de Pensemble de la forme 
de 1 armure d en haul et d en bas, il faut ensuite etudier chaque partie 
composante a part, sans cela on peut se tromper facilement. 

II est regrettable que, dans les travaux de MM. le D r Morawitz et 
E. Saunders, les descriptions et les figures soient donnees sans details 
de leurs parties composantes. 

Pour prouver 1 insuffisance des formes plastiques a caracteriser les 
especes, je presenterai quelques exemples : 

En comparant le Bombus distinguendus Mor. avec B. Dumoucheli Rad. 
d 1 et $, B. incertus Mor. avec B. simulatilis Rad., B. lapidarius L. 
avec B. Kalinowskii Rad., celui qui connait le mieux les formes plas 
tiques ne trouvera pas de differences entre B. distinguendus et B. Du 
moucheli, entre B. incertus et B. simulatilis, entre B. lapidarius et 
B. Kalinowskii. Mais quand il examinera les armures copulatrices des 
males, il verra que chaque insecte forme bien une espece differente. 

En examinant les Mutilla rubrocincta Luc., espece algerienne, et 
M. Dagestanica Rad., espece provenant de Hongrie et du Gaucase, on 
verra que, par leurs formes plastiques, ces deux especes sont tellement 
rapprochees qu il est impossible d en donner une description speciale ; 
elles different bien cependant par la forme de leurs armures. 

On sait combien est difficile la determination des especes appartenant 
aux genres Cilissa , Colletes , Melecta , Crocisa ; 1 etude des armures 
tranche facilement toutes les difficultes et tous les doutes. 

La difference de forme des armures m a donne la possibilite de sub- 
diviser le genre Mutilla en sous-genres Dasylabris, Tricholabriodes, 
Edrianotus ; de prouver que le genre Cleptes n appartient pas a la tribu 
des Chrysides ; que le genre Ceropales ne peut pas appartenir a la tribu 
des Pompilides, etc. 

Je ne m etendrai pas davantage sur cette question, qui demanderait 
beaucoup de temps et beaucoup de details ; mais, avant de terminer 
cette note, je puis assurer que, sans 1 examen de la forme de 1 armure 
du male, jamais on cut acquis la certitude d avoir bien determine une 
espece, surtout lorsqu il est question de la distribution geographique. 

Je dois encore ajouter que MM. les D rs Schnabl et Driedzicki, de Var- 
sovie, ont publie des travaux tres importants sur les Dipteres, dans les- 



Seance du il septembre 1889. CLXXV 

quels, se basaiit sur la forme des armures, ils ont tranche" plusieurs 
questions douteuses. 

M. ftadoszkowski, a 1 appui de cette communication, montre plusieurs 
notes, accompagnees de nombreuses figures, qu il a publiees sur cet 
important sujet. 

M. Maurice Pic donne la description qui suit d une nouvelle espece 
de Longicorne du genre Neodorcadion Gangl. : 

NEODORCADION FLASCHNERI. Noir. Tete assez ponctuee sans ligne 
blanche, corselet tres ponctue avec une carene longitudinale ornee d une 
ligne blanche generalement etendue dans toute sa longueur, garni de 
duvet cendre sur les cotes, ceux-ci munis d une forte epine tres pointue. 
Ecusson grisatre. Elytres treslarges, ogivales (vues enarriere), coupees 
droit a Fepaule, presque deux fois aussi larges que le corselet, a angle 
humeral droit, saillant, legerement attenuees et arrondies a I exlremite 
avec le fond noir veloute. Sur chaque elytre, trois lignes et une bordure 
apicale assez large (quelquefois flanquee d une trainee peu etendue) 
blanches ; la premiere bande interne prenant au bord de 1 ecusson et 
prolongee parallelement a la suture presque jusqu a 1 extremite ; la 
deuxieme etroite, tantot continue, tantot interrompue et peu distincte, 
toujours placee un peu en oblique, se reunit a 1 epaule pres de Tangle 
postero-externe du corselet et aussi a 1 extremite des elytres a la bande 
externe, celle-ci d abord parallele a 1 interne jusqu aux deux tiers en 
viron des elytres, oblique ensuite legerement en dedans, pour finir a 
1 extremite des elytres. Dessous du corps cendre; premier article des 
antennes et pattes d un roux brun fonce, un peu pubescents, les an- 
tennes moins le premier article, extremite des tibias et tarses plus 
foncees. Long. 15 a 18 mill.; larg. 6 a 7 mill. 

Cette belle espece a ete decouverte il y a quelque temps en Turquie, 
pres de Beykos, par M. Ed. Merkl, de qui je la tiens, et c est d apres le 
souhait de notre confrere que je Fai nominee Flaschneri, en souvenir 
d un de ses bons amis, M. Flaschner. 

Le meme membre presente egalement la communication suivante : 

J avais d abord eu 1 intention de faire une note complete sur une 
espece de Longicorne peu connue (Vadonia bitliensis Ghevr.), mais, 
pour ne pas abuser de la patience de mes collegues, je crois devoir la 
restreindre a quelques mots. Laissant done de cote la description (Ann. 



CLXXVI Bulletin entomologique. 

Soc. ent. Fr., p. 59, 1882) de la Vadonia bitliemis Ghevrolat, qui est 
incomplete, sans m occuper du type (actuellement dans la collection de 
M. Sedillot) qui est different, je vais donner une nouvelle description 
plus complete de cet insecte, dont j ai decrit a tort la femelle sous le 
nom de Leptura cribricollis (YEchange, n 5, 1889). 

Noire. Tete pointillee. Corselet garni de poils un pen dores, assez 
nombreux sur les cotes, un peu plus large que la moitic des elytres a 
la base, arrondi sur les cotes, tres retreci en avant ? ou tres globu- 
leux et de la largeur de la moitie des elytres seulement $ a peine 
bisinue a la base et crible de multiples petites fossettes rugueuses, tres 
serrees sur les cotes et au bord inferieur, moins nombreuses sur le 
disque, qui est un peu brillant. Ecusson en triangle equilateral noir. 
Pattes noires avec les tibias anterieurs legerement brunatres a la base. 
Dessous du corps fmement et densement ponctue, revetu de poils dores 
plus nombreux aux flancs et sur les cotes de I abdomen. Antenues 
noires de la longueur de la moitie du corps, $, a peine plus longues 
que la moitie du corps, c? Elytres rouge acajou, ponctuees, revetues 
de poils dores, nombreux et assez apparents, tronquees -- ou tres 
larges, presque le double du corselet a la base $ spit etroite, presque 
pas plus larges que le corselet d 1 (quelquefois avec une trace noi- 
ratre a Pextremite), tantot entierement rouges (variete instigmata), 
tantot avec un point noir de la grosseur d une moyenne tete d epingle 
sur chaque elytre au milieu de leur longueur et pres du bord externe 
(variete bistigmata). Long. 16 a 17 mill.; larg. (c?) 5 mill.; (?) 6 1/2 
mill. 

Habitat : Bitlis (Asie-Mineure). Je n en connais que trois exemplaires: 
deux males et une femelle ; la femelle de la variete bistigmata. 

Je donne les deux nouveaux noms de Vadonia bitliensis Ghevr., var. 
instigmata ou var. bistigmata, sans & r o : " la prevention de les faire 
admettre tous deux. Mes collegues pournrs, *;* prononcer la-dessus et 
m en laisser un en conservant seulement valable ou bien la description 
de Ghevrolat ou le type de 1 auteur, car il ne me semble pas rationnel 
de les admettre toutes les deux pour serieuses (deux choses differentes 
tendant a une unite bien etablie) ; pour moi, si Ton veut bien accepter 
mon humble avis, la description est mauvaise, done uulle; 1 insecte type 
reste seul, et je decris, ou plutot signale, moi le premier, en 1889, la 
variete sans laches de Vadonia bitliensis Ghev., que je nomme var. ins 
tigmata. 



Seance clu 11 septembre 1889. CLXXVII 

M. P. Chretien adresse les observations lepidopterologiques sui- 
vantes : 

1 La Coleophora albitarsella Z. a ete signalee comme vivant sur 
I origan, la sauge, la melisse, le lierre terrestre, le thym. Je puis ajouter 
une autre espece de Labiee a cette liste : le Clinopodium vulgar e, sur 
lequel j ai trouve plusieurs fourreaux de V albitarsella, en cherchant la 
Steph. brunnichiella K. La Coleophora albitarsella s accouple aisement 
en captivite. 

2 Dans une ecurie abandonnee de Billancourt, j ai trouve, en avril 
dernier, un certain nombre de chenilles A Asopia farinalis L. vivant 
dans de longs tubes de soie, par terre, le long des murs. Elles ont pro- 
duit leur papilion en mai et juin ; puis, a la suite d accouplement et de 
ponte, une seconde generation de chenilles a vecu en juin et juillet pour 
donner 1 insecte parfait en aout dernier. Ges chenilles ont eu une singu- 
liere nourriture. Enfermees dans une grande cloche de verre, elles 
n ont eu a manger que des debris de feuilles a moitie decomposees et 
les excrements d autres especes de chenilles. Les papillons de la seconde 
generation sont d une taille un peu plus petite que ceux de la premiere. 

II est dit quelque part dans les Annales de la Societe que la chenille 
de I Asopia farinalis offre une singuliere conformation des pattes ecail- 
leuses : ces pattes possederaient un double ergot. J ai examine tres 
attentivement, sous ce rapport, a la loupe et au microscope m6me, une 
trentaine au moins de chenilles de farinalis, toutes leurs pattes ecail- 
leuses n avaient chacune qu un seul ergot. 

3 Gette annee, la Simxthis pariana Cl. s est montree abondante dans 
nos environs. Au nord comme au sud de Paris, on peut so rendre 
compte en ce moment du travail de ces chenilles sur les pruniers et les 
aubepines, par le nombre .^1% fellies depouillees de leur parenchyme. 

D apres les descriptions-till! 1 irct ete publiees des chenilles de Simsethis 
nemorana Hb. et pariana, la difference essentielle, entre ces deux 
especes si voisines, residerait dans la tete de ces chenilles : la nemorana 
aurait la te"te d un jaune de miel avec deux gros points noirs, tandis que 
la tete de la pariana serait simplement jaunatre. Mais, j ai ete a meme 
de constater que, si les points noirs sont quelquefois obliteres chez 
certains individus, ils existent d une fagon tres distincte, tres apparente 
sur le plus grand nombre des chenilles de pariana. 

Voici les principales differences que j ai notees : pour la taille, nemn- 

(1889) Bulletiu de la SociotJ entomologique de France. is 



cLxxvin Bulletin entomologique. 

rana peut atteindre 17 mill., pariana atteint a peine 14 mill.; pour la 
couleur, nemorana est vert jaunatre, pariana jaune pale, legerement 
teinte de vert ; pour les pattes ecailleuses, le deuxieme article est cha- 
tain chez nemorana, et brim noir chez pariana; enfin la dorsale, inter- 
rompue chez nemorana, est plus continue chez pariana. 

M. Caracciolo, dans une note presentee a la derniere seance, donne 
des details complementaires sur les metamorphoses de Lepidopteres de 
Trinidad : 

1. MACROSILA TETRIO Lin. La chenille de ce Sphingide vit sur le 
Plumeria rubra, arbre qui n est jusqu a present d aucun usage ; elle est 
abondante et parait trois fois par an, c est-a-dire a chaque floraisori de 
la plante. Elle se metamorphose en chrysalide au bout de vingt-deux 
jours et le papillon eclot quinze jours apres. 

2. OPSIPHANES CASSIA Lin. La chenille de cette Nymphalide ravage 
pendant toute 1 annee le Latania borbonica et un Phoenix. Elle croit 
pendant trente jours et le papillon reste sept jours en chrysalide. 

3. DANAIS ERIPPUS Cram. = D. Archippus Fabr. Elle vit a 1 etat de 
chenille pendant trois semaines sur une Cephalia et le papillon eclot en 
juillet apres neuf jours de chrysalide. 

Notre collegue offre a la Societe ces trois Lepidopteres a leur etat 
parfait, et des remerciments lui sont adresses. 

M. Henri Tournier, de Peney, pres Geneve, adresse la note sui- 
vante : 

Dans le Bulletin du 24 juillet 1889. page CLI, je lis quelques notes 
presentees par M. A.-L. Clement, au sujet des piqures d insectes. 

Rien de plus rationnel que M. Clement ait ete pique par une Mutille ; 
les femelles de toules les especes appartenant a ce genre possedent un 
aiguillon assez robuste, quoique tres fin, pour traverser la peau de la 
main qui veut les saisir ; mais notre collegue dit avoir ete pique de meme 
par des Chry sides. (Bull. 1889, p. CLI.) 

Ici, il y a une erreur que je crois devoir relever, sous peine de la 
laisser accrcditer : aucune Chryside n est a meme de faire une piqure 
tant faible soit-elle, ces charmants insectes etant totalement depourvus 
d aiguillons. 



Seance du 11 septembre 1880. CLXXIX 

J ai manie des millions de ces Hymenopteres, j en ai pique bon nombre 
vivants, j en ai disseque plusieurs centaines, et suis parfaitement cer 
tain de ce que j avance. De 1 abdomen des Ghrysides femelles, il sort 
frequemment, suivant les conditions dans lesquelles elles meurent, une 
sorte de tariere de composition coriacee, mais incapable de produire 
une piqure. 

A la suite de la lecture de cette note, M. Radoszkowski confirme les 
observations de M. Tournier, relativement aux Ghrysides. 

E. D. 



Bulletin bibliographique 

Academie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V). 
1889, 2 e semestre, n os 9 et 10. Q 

Entomologisclie Nachrichten, XV C annee, Kelt XVII, septembre 1889. 
LIEBEL, Asphondylia Mayeri, ein neuer Gallenerzeuger des Pfriemen- 
strauches. REITTER, Uebersicht der mir bekannten Adoretus- 
Arten der Palaearktischen Fauna. D r F. KARSCH, Ueber die Man- 
tidengattung Danuria Stal (sp. n.). ID., Beschreibung eirier neuen 
Libelluline Madagaskar s. Kleine Mittheilungen. Litteratur. 

Entomologist s monthly Magazine (The), vol. XXV, n 304, septembre 
1889. ELAND SHAW, Synopsis of the British Orthoptera, fig. (suite). 
E. MEYRICK, On the genus Genoloba Wesm. C. MATTHEWS, 
Notes on some new and rare British Diptera. J. EDWARDS, On 
Scolopostethus adjunctus, D. et S., with Notes thereon by E. Saun- 
ders. DIVERSES COMMUNICATIONS : Diasemia Ramburialis at Port 
land ; The larva of Goleophora vulgaris ; Gelechia atrella in Hyperi- 
cum stems ; Thecla Alcestis ; Asymmetry in Insects ; Coccus cacti in 
Colorado ; Intermittent development and conditions of insect-live in 
Australia; Occurrence in Worcestershire of Setodes punctata F., a 
species of Trichoptera new to Britain; Aeschna borealis Zett. at 
Rannoch ; Heptaulacus villosus Gyll., near Lewes: -- OBITUARY: 
Frederick Bond. REVIEWS. 

Insectologie agricole (Bulletin $), Journal mensuel de la Societe d api- 
culture et d insectologie, 14 e annee, aout 1889. Frere ABEL, L An- 
thonome des pommicrs. DESBOIS, Essai d un nouveau precede de 
destruction du Phylloxera. Gontre les piqures des Taons. 



CLXXX l>nlletin cntomotogiquc. 

L TRILLAT, Les chenilles vertes. Emploi de la tourbc dans I edu- 
cation des Vers a sole. A. WALLES, La Pyrale des pommes (Gar- 
pocapsa pomonana) [suite]. 

Naturalista sidliano (II), anno VIII, n os 10-11, juillct-aout 1889. 
E. RAGUSA, Note lepidotterologiche (suite). T. DE STEFANI, Miscel 
lanea imenotterologica sicula (suite). E. RAGUSA, Goleotteri nuovi 
o poco conosduti della Sicilia (suite). 

Naturaliste (Le), l cr septembre 1889. E. PISSOT, Addition a 1 arlicle : 
Un filet empeche-t-il les insectes de passer pour entrer dans les 
appartements ? L. PLANET, La nyraphe de la Cetoine doree et sa 
transformation en insecte pariait. E. PISSOT, Le Staphylin odorant, 

P. DOGNIN, Diagnoses de Lepidopteres nouveaux. 

Reale Academia dei Lincei (Atti della), 1889, vol. V, l er semcstre, 3 e fas 
cicule. O 

Royal Society (Proceedings of the), vol. XL VI, n 280, 1889. Q 

Royal Society of New South Wales (Journal and Proceedings of the), 
vol. XXII, part II, 1888. Q 

Societas entomologica, Journal de la Societe entomologique internatio- 
nale, public a Zurich-Hottingen, IV e annee, n 11, l er septembre 
1889. F. RiiiiL, Die Macrolepidopteren fauna von Zurich und 
Umgebung (suite). D r RUDOW, Einige entomologische Bemerkun- 
gen. S. BRAUNER, Ocneria detrita Esp., Lebensweise und Zucht. 

F. RiiHL, Beitrag zur charakteristik der Lamellicornien (suite). 
K. HIMMEL, Lepidopterologische Notiz. - - Briefkaste der Redac 
tion. 

Societe entomologique de Belgique (Gomptes rendus des seances de la), 
serie III, n 115, aout 1889. CAPRONNIER, Liste d une collection de 
Lepidopteres recueillis au Gabon, avec la description de quatre 
especes nouvelles. A. PREUDHOMME DE BORRE, Additions et anno 
tations aux listes de Goleopteres carnassiers et Lamellicornes de Bel 
gique. LAMEERE, Mesosa curculionoides pris a Morlanwelz. 
A. PREUDHOMME DE BORRE, Sur les precedes de destruction preconises 
contre YOtiorhynchus sulcatus et autres Gurculionides. JACOBS et 
BERGE, Remarques sur cette commimication. GOUCKE, Sur le Gy- 
chrus caraboides, var. elongatus. ROUSSEAU, Coleopteres captures 
a la Baraque-Michel. HIPPERT, Captures lepidopterologiques. 
A. PREUDHOMME DE BORRE, Gompte rendu de I excursion du 14 juillet. 

Tijdschrift voor Entomologie, uitgegeven door de Nederlandsche enlomo- 



Seance du 11 septembre 188!). CLXXXI 

logische Vereeniging, annee 1888-89, l er fascicule. C. RITSEMA, 
Chronologische Naamlijst der beschreven Soorten van de Ceramby- 
ciden-Genera Zonopterus Hope, Pachyteria Sorv. en Aphrodisium 
Thorns, (avec la description origiriale de I Aphrodisium La Touchii 
Fairm.). D r ED. EVERTS, Supplement op de Nieuwe Naamlijst van 
Nederlandsche Schildvlcugelige Insecten. ID., Naamlijst van in 
Nederland voorkomende Myriapoden. P. G. T. SNELLEN, Azazia 
Henrici, nicuwc Soort der Siculina (Lepidoptera Heterocera) [pi. i, 
fig. 1, par le D r van Leeuwen Jr.). ID., Aanteekening over Gycli- 
dia substigmaria Hiibn., en eenige andere verwante Soorten van 
Lepidoptera, fig. (pi. i, fig. 2-6, par le D r van Leeuwen Jr.). 
E. WASMANN, Bin kleiner Beitrag zur Niederlandischen Ameisen- 
fauna. W. ROELOFS, De japansche Gurculioniden-Fauna, verge- 
leken met die van andere Landen. P. G. T. SNELLEN, Aanteeke- 
ningen over Niederlansche Lepidoptera. 

2 e fascicule. Suite du travail precedent. D 1 L. W. SCHAUFUSS, 
Entgegnung auf E. Reitter s Bemerkungen pag. 316-342 der Tijds- 
chrift voor Entomologie, XXX (1887). NEERVOORT VAN DER POLL, 
Monographical Essay on the Australian Buprestid genus Astraeus 
C. et G. (pi. ii et in, col.). 0. M. REUTER, Boekaankondiging. 
Revisio synonymica Heteropterorum palaearticorum quae descripse- 
rtmt auctores vetustiores (Linnaeus, 1758 Latreille, 1806). 
D r EVERTS, Proeve eener Rangschikking der in Nederland vertegen- 
woordigde Goleoptera-Familien (pi. iv et v, n.). 

Wiener entomologische Zeitung, VHP annee, Heft VII, 2o aout 1889. 
ROGENHOFER, Joseph Mann, ein Nachruf (avec portrait). REITTER, 
Beschreibungen der bekannten Tritoniden Japans mil Berucksichti- 
gung der neuen Sammelergebnisse des Herrn George Lewis in den 
Jahren 1880 und 1881. MIK, Einige Bemerkungen zur Kenntniss 
der Gallmiicken (pi. in). WEISE, Neue Ghrysomeliden und Cocci- 
nelliden aus dem Kaukasus. KIEFFER, Zwer neue Gallmiicken. 
VERRALL : Bigot s Orthography. Revue bibliographique. 



BERGROTH (D r E.) Ueber einige palaearktische Tipuliden. Broch. in-8, 
8 p., fig. (Extr. Wien. ent. Zeit., VIH C annee, 1889, Heft 3.) * 

ID. Notes on two Gapsidae attacking the Cinchona plantations in Sik- 
kim. Broch. in-8. 2 p. (Extr. Entom. monthly Magaz., XXV, mai 

1889.) * 



Bulletin 

BERGROTH. On some South African Tipulidae. Broch. in-8, 13 p., 1 pi. n. 
(Extr. Entom. Tidskr., 1888.) * 

ID. Novas Aradidarum species descripsit D r E. Bergroth. Broch. in-8, 
4 p. (Extr. Wien. ent. Zeit., VHP annee, 1889, Heft 2.) * 

COLMAN (NORMAN J.), Commissionner of Agriculture. Insect-Life, devo 
ted to the Economy and Life-Habits of Insects, especially in their 
to Agriculture, and edited by the Entomologist and his Assistants, 
with the Sanction of the Commissioner of Agriculture, vol. I, n os 1 
a 12, 1888-1889 ; vol. II, n 1 (juillet 1889). Vol. iu-8, fig. nom- 
breuses dans le texte. * 

GAUTHIER (VICTOR). Description des Echinides fossiles recueillis en 1885 
et 1886 dans la region sud des Hauts-Plateaux dc la Tunisia par 
M. Philippe Thomas, membre de la Mission de I Exploration scienti- 
fique de la Tunisie. Broch. gr. in-8, 116 p., Paris, Imprimerie na- 
tionale. Don du Ministere de 1 Instruction publique. Q 

HEYDEN (D r VON), J. BOURGEOIS, FAIRMAIRE et D r KRAATZ. Insecta, a 
Cl. G. N. Potanin in China et in Mongolia novissime lecta, XII (Sca- 
rabaeidae, Cantharidae, Cleridae, Lagriidae, Melandryidae, Pedilidae, 
Anthicidae). Broch. in-8, 24 p. (Extr. Horae Soc. entom. Rossic., 
XXIII, 1889.) Offert parM. J. Bourgeois. 

LOCARD (ARNOULD). Description des Mollusques fossiles des terrains ter- 
tiaires inferieurs de la Tunisie recueillis en 1885 et 1886 par M. Phi 
lippe Thomas, membre de la Mission de I Exploration scientifique 
de la Tunisie. Broch. gr. in-8, 65 p., Paris, Imprimerie nationale. 
Don du Ministere de 1 Instruction publique. Q 

J. B. 



Seance du 25 septembre 1S89 

Presidence de M. P. MAB1LLE, vice-president 

M. Antoine Grouvelle, actuellernent directeur de la Manufacture des 
tabacs de Reuilly-Paris (rue de Charenton), assiste a la seance. 

Candidats presentes. 1 M. Louis Beguin-Billecoque, attache au Minis 
tere des Affaires etrangeres, rue Boulainvilliers, 43, a Paris (Entomologie 
generate, surtout Coleopteres d Europe), presente par M. Leprieur. 
Cornmissaires rapporteurs : MM. de Marseul et Lucas. 



Seance du 25 septembre 1889. CLXXXIH 

2 Victor-Jules Driancourt, distillateur, rue de Paris, 119, a Saint- 
Denis (Seine) (Entomologie generate, plus particulierement Cole opteres 
du globe), presente par M. Sedillot. Gommissaires rapporteurs : 
MM. Bedel et de Marseul. 

Communications. M. J.-M.-F. Bigot adresse la note qui suit : 

Macqnart (Dipleres exot., Suppl., 1846, p. 46) a decrit une Asilide 
bresilienne qu il rapporte a 1 ancien genre Dasypogon et qu il a designee 
par le nom de D. albitarsis. Toutefois, en raison de ses caracteres, elle 
differe de ce genre a plusieurs egards, tel du moins qu il est delimite 
par les dipteristes modernes. 

Get insecte, faisant partie depuis longtemps de mes collections, a 
des antennes incompletes. Depuis, j ai recu de Theresopolis (Bresil) un 
specimen complet, sur lequel j ai facilement constate que le 3 e segment 
antennal etait fusiforme, allonge, grele, legerement tronque a son extre- 
mite, oii 1 on entrevoit le tres court rudiment d un chete obtus ; qu a 
sa face dorsale, il portait un certain nombre de soies rigides, allongees ; 
qu enfm tons ses tibias, de pourvus d ergots, etaient munis d assez nom- 
breuses epines apicales. 

Or, Schiner (Reise Osterr. Fregatt. Novarra, p. 168) a cree un nou- 
veau genre, sous la denomination ^Archilestes, pour le Dasypogon ma- 
gnificus (Walker, List. Dipter. Ins., Suppl., 427, 102), auquel il assigne, 
enlre autres caracteres importants, un 3 C segment antennal depourvu de 
soies (auf der oberscite nicht behaart); dans ses Wiedem. Asilideu (Wien, 
1866, p. 703), il rapporte a ce memo genre le D. capnoptents (Wiedem. 
Ausser. europ. Zweifl. Ins., t. I, 1838, p. 376). Le D. magnificus, insuf- 
fisamment decrit, parait etre enfm, a ses yeux, le synonyme du D. albi 
tarsis (Macq.), ce qui constituerait une erreur manifesto, car mon 
insecte, evidemment, n offre pas tous les caracteres qu il attribue a son 
genre Archilestes. Gonsequemment, je pense que le D. albitarsis (Macq.) 
devra rester parmi ses congeneres jusqu a nouvel ordre, c est-a-dire 
jusqu a ce qu il ait ete cree pour lui une subdivision nouvelle, laquelle 
alors pourrait peut-etre recevoir le nom de genre Pseudarchilestes ? 

~ M. P. Mabille donne les diagnoses suivantes de Lepidopteres (Hes- 
perides) nouveaux (4 e partie) : 

HYDA, nov. gen. Palpes horizontaux, 3 e article aigu, porrige. 
Ailes inferieures sinuees. 
Genre voisin des Pythonides. 



CLXXXIY Bulletin entomologiqne. 

16. HYDA MICACEA, n. sp. Ailes noires, poudrees d ecailles d un 
bleu cendre, serrees, interrompueb par deux bandes do taches noires 
sur les superieures, qui ont, en outre, sept points blancs vitreux : trois 
petits a 1 apex, deux dans les intervalles 3 et 4 et deux sur le disque. 
Ailes inferieures semblahles, avec une tache noire discoidale et un cercle 
d autres petites taches semblables sur les rameaux. Dessous d un noir 
fuligineux, avec les taches du dessus. Enverg. 21 a 24 mill. 

Afrique : Marovia. 

STETHOTRIX, nov. gen. Caracteres generaux du genre Sapaea. 
Abdomen depassant un peu les ailes inferieures. Ailes superieures cou- 
dees devant la cellule ; inferieures a deux angles entre les intervalles 6 
et 7 et an bout du 4 e . 

Genre voisin des Caprona. 

17. STETHOTRIX HETEROGYNA, n. so. - D un gris noiratre. Ailes supe 
rieures melangees de cendre, aver ne bande mediane de taches 
vitreuses, confluentes superieurement et ombrees de noir en dehors ; 
une tache vitreuse, triangulaire, a 1 apex. Ailes inferieures noiratres a la 
base, traversees par une bande mediane large, blanchatre, doublee de 
noir et finissant sur 1 espace abdominal, qui est tache de noir. Dessous 
cendre, uniforme. Corps cendre en dessus, jaunatre en dessous. Un long 
pinceau de poils noirs entre les deux premieres paires de pattes. 
Enverg. 35 mill. 

Afrique : Natal, 1 c?; Loko, 1 ?. 

DIS, nov. gen. Nervulation et caracteres des Pyrrhopyga. Massue 
des antennes grele, a peine arquee. Palpes petits, a troisieme article 
courbe en avant. 

18. DIS ANNULATUS, n. sp. Ailes d un noir profond, a reflet bleu. 
Ailes inferieures non lobees. Frange blanchatres a Tangle anal. Dessous 
des ailes superieures a reflet pourpre ; inferieures tres noires. Corps 
cylindrique, noir. Premier anneau de Fabdomen borde de rouge, le 
deuxieme rouge vif. Tele petite, d un bleu noir, avec un point blanc 
derriere chaque ceil et un autre entre les antennes. Dessous des palpes 
blanc. Enverg. 46 mill. 

Port d un Nocturne. 
Chiriqui. 1 ?. 



Seance du 25 septembre 1889. CLXXXV 

M. Desbrochers des Loges adresse>des diagnoses de Goleopteres 
nouveaux d Algerie : 

1. DANAC^EA PLUMBEA. Long. 2,63 mill. Oblonga, nitida, 
teneo-virens, supra pube subsquamiformi flavescente sequaliter, sat dense 
vestita, antennis basi pedibusque testaceis, subtus pubescens. Caput sub- 
biimpressum, oculis modice prominulis, palpis obscuris. Antennse arti- 
culo 1 angulatim incrassato, sequentibus obconids, 9-10 transversis. 
Prothorax transversus, a later e prsesertim insequalis, medio dilatato. 
Scutellum albido-squamulosum. Elytra sat elongata, basi simul vix 
emarginata, humeris prominentibus, sat fortiter punctata, post medium 
fascia albo-squamosa irregulari, ssepius obsoleta, prxdita. <$. Magis 
parallelus, capite majore, thorace fere latiore. 

Batna, Bone, Oran. 



2. DANAC.EA LUCTUOSA. Long .%r-3,5 mill. Oblongo-t 
obscure viridimicans , subtus mm dense pubescens, supra depilata, 
elytris apice fasdisque duabus interdum obsoletis, pilis subargenteis, an- 
tica longitudinali, intra humeros subarciiata, postica post medium, 
sinuata, transversa; pedibus partim antennisque apice brunncis. Caput 
thorace vix latius, antice abrupte angustatum, rugulose punctatum, oculis 
modice prominulis, ore piceo. Antennas articulo 1 subangulato, 3 in- 
termediis paulo longiori, 8-10 transversis. Prothorax par urn transversus. 
convexus, a latere modice dilatatus. Scutellum albo-squamosum. Elytra 
elongata, in ? postice magis ampliata, intra humeros impressa, dense 
minus profunde punctata. 

Teniet-el-Haad, foret de cedres. 

3. AMAURONIA LONGULA. Long. 2,3 2,5 mill. Oblonga, %neo 
vel cupreo-nitida, pubescens, pilis sparsis erectis longioribus, elytris 
fasciis tribus subconfluentibus pilis griseis subsquamiformibus. Caput 
impressum vix distincte punctulatum, thoracis latitudine vix sequale, 
oculis modice, in magis, prominulis. Antennae testacex, articulis pri- 
mis parum elongatis, ultimis transversis. Prothorax brevis, sublilissime 
alutaceus ac minus dense punctulatus. Elytra thorace vix latiora, fere 
quadruplo iongiora, humeris angulatis, medio subimpressa sat dense 
punctata. Pedes testacei, femoribus interdum infuscatis. 

Teniet-el-Haad, foret de cedres. 

4. GRYPTIGUS TENIETENSIS. Long. 4,5 5 mill. Niger, opacus, 

(1889) Bulletin de la Societe entouiologique de France. 19 



CLXXXVI Bulletin entomologique. 

subglaber, elytrorum pleuris, antennis pedibusque obscure rubris. Caput 
transversum, crebre punctatum, subtiliter flavo-pubescens. Antennx 
minus crassx, articulis primis funiculi suboblongis, cseteris subtrapezifor- 
mibus, ultimo prxcedenti fere minore. Prothorax transversim subqua- 
dratus, antice magis attenuates, angulis posticis modice infra proton- 
gatis, sat dense punctulatus. Scutellum brevissime triangulare. Elytra 
fere latitudine thoracis, postice sensim attenuata, tenuissime punctato- 
striata, interstitiis planissimis., subtiliter punctulatis. Tibise anticx dila- 
tatx, utrinque crenulatse, apice unco mediocri armatx. Sternum grosse 
punctatum ; abdomen dense strigosum. 

Teniet-el-Haad. 

5. XYLETINUS PRUINOSUS. Long. 44,5 mill. Oblongo-ovatus, 
ater, ore pedibusque concoloribus, dense breviter sericeo-griseo-flaves- 
cente pubescens. Caput vix pubescens, longitudinaliter obsoletissime cari- 
nulatum, dense rugulosum, antice emarginatum. Antenna ab articulo 
4 fortiter dentatx. Prothorax brevis, convexus, angulis posticis obtusis, 
anticis subrectis, densissime rugulose punctulatus, pube hizqualiter 
digesla ornatus. Scutellum oblongo-subquadratum. Elytra profunde 
sinuatim striato-punctata, interstitiis sat convexis, rugulose punctulatis. 
Pedes elongatij tibiis anticis sensim dilatatis, tarsis articulo 1 2-sequen- 
tibus fere sequali. Metasternum antice, medio, obsolete tuberculatum. Abdo 
men subtilius rugulose punctulatum. 

Teniet-el-Haad. 

6. ALEXIA REITTERI. Long, circit. 1 mill. Globosa, obscure fer- 
ruginea, nitida, infra, sutura elytrorum pedibusque pallidioribus, pube 
brevi, cinerea, tenui, pilisque paucis longioribus erectis, vestita. Caput 
subtiliter punctulatum, oculis nigris. Antenna sat graciles. Prothorax 
subtilissime punctulatus. Scutellum indistinctum. Elytra laxe minus 
profunde distinctissime punctata. Tibix posticx supra subangulatx. 

Saint-Charles, pres Philippeville. 

M. Thery et moi avons trouve cette espece en juin dernier, au pied 
des plantes, en compagnie de la Langelandia Reitteri. Ces deux genres 
n etaient pas, je crois, encore signales comme habitant 1 Algerie. 

E. D. 



Seance du 25 septembre 1889. CLXXXVII 

Bulletin bibliographiqtie 

Acade mie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I ), 
1889, 2 e sem., n os 11 et 12. Q 

American entomological Society (Transactions of the), vol. XVI, n 3 
(1889). G. H. HORN. A Synopsis of the Halticini of Boreal America, 
3 pi. n. 

Deutsche entomologische Zeitschrift (Iris, Dresden, Band II), 1889. 
D r 0. STAUDINGER, Lepidopteren der Insel Palawan, 3 pi. n. 
C. RIBBE. Zwei neue Tagschmetterlinge aus Afrika. ID. Abwei- 
chungen und Zwitter aus der Sammlung des Herrn Gustav Borne- 
man in Magdeburg, 1 pi. col. 

Entomologische Nachrichten, 1889, XV, n 18. KRIECHBAUMER. Ilochst 
merkwiirdige Missbildung eines Fiihlers von Bombus variabilis 
Schmkn. R. LIEBEL. Dipterologischer Beitrag zur Fauna des 
Reichlandes (I. Neue Gallimicken ; II. Neue lothringische Mucken- 
gallen). KRIECHBAUMER. Ichneumoniden Studien (22-25). 
V. RODER. Ueber die Dipteren-Gattung Clitodoca Lw. G. SCHIR- 
MER. Machimus chrysitis Mg. in der Mark Brandenburg. QUEDEN- 
FELDT. Reisebericht (Tunis, Tripoli). CHRISTOPH. Berichtigung. 

Feuilles des Jeunes naturalistes, 1889, n 227. Communications. 

Insect Life, 1889, II, 2. B. W. SNOW. Agregate damage from Cotton 
Worms in Texas, Crop of 1887. L. 0. HOWARD. A newly imported 
Elm Insect (fig.). TYLER TOWNSEND. Some Michigan notes recor 
ded. _ JAMES FLETCHER. Preliminary note upon Chionobas (QEneis) 
Macounii Edw. (fig.). Extracts from Correspondence. Lord WAL- 
SINGHAM. Steps towards a revision of Chambers Index, with notes 
and descriptions of new Species. General notes. 

Naturalists (Le), 15 septembre 1889. P. DOGNIN. Diagnoses de Lepi- 
dopteres nouveaux. 

Naturwissenschaftlichen Vereines fur Stetermark (Mittheilungen des), 
1889. ED. HOFFER. Die Schmarotzerhummeln Sliermarks (Psithy- 
rus), 1 pi. col. 

Royal Geographical Society of Australasia (Transactions and Proceedings 
of the), III, IV, 1885-86. Special Record of the Arrangements for the 
Exploration of New-Guinea. JOHN F. MANN. First Report of New- 
Guinea. 



CLXXXVIH Bulletin entomologique. 

Societas entomologica, 1889, IV, n 12. T. VAN HOOT. Eine Wande- 
rung im Himalaya. G. BIEDERMANN. Eine Excursion im August 
1888. FR. RUHL. Die Raupen von Thais Cerisyi Boisd. F. Li- 
BERICH. Biologische Beitrage zur Kaferkunde. FR. RUHL. Beitrag 
zur Gharakteristik der Lamellicornien. 

Socie te imperials des Naturalistes de Moscou (Bulletin de la), 1888, 4. 

MARIE ROSSIISKAYA. Etudes sur le developpement des Amphi- 
podes, II, pi. xvi et xvn. D r SOPHIE PEREYASLAWZEWA. Etudes 
sur le developpement des Amphipodes, III, pi. xvm et xix. A. SE- 
MENOW. Bupreslis Nikolskii, sp. n. ID. Apergu des genres palearc- 
tiques de la tribu des Anchomenides (famille des Garabiques). 
A. BALLION. Kurze Notizen tiber einige russicher Blaps-Anen. 

1889, 1. 

1867, 1 et 2. 1875, 1. (Ces trois fascicules manquaient a notre 
Bibliotheque et ont ete gracieusement offerts par la Societe russe.) 

Zoological Society of London : 1 Proceedings, 1889, II. A. THOMSON. 
Report on the Insect-house for 1888. J. S. BALY. Descriptions of 
new South-American Coleoptera of the Genus Diabrotica. Rev. 
H. S. GORHAM. Descriptions of new Species and of a new Genus of 
Goleoptera of the Family Telephoridse, 1 pi. n. H. W. BATES. On 
new Species of the Coleopterous Family Carabidx, collected by 
Mr. J. H. Leech in Kaschmir and Baltistan. ID. On new Species 
of the Coleopterous Families Cicindelidse and Car.abidae, taken by 
Mr. Pratt in Chang- Yang, near Ichang on the Yang-Tsze, China. - 
THE SECRETARY. Exhibition of, and remarks upon, a pair of Bupres- 
tine Beetle (Julodis Ffinchi) obtained by B. T. Ffmch near Karachi. 

ID. Exhibition of, and remarks upon, a Specimen of the Mole- 
Cricket (Gryllotalpa vulgaris) found at Bagdad, and transmitted by 
Major Talbot. 

2 Transactions, XII, 9, 1889. W. F. KIRBY. A Revision of the 
Subfamily Libellulinx, with Descriptions of new Genera and Spe 
cies, 7 pi. 



HAGEN (H. A.). : The female of Euiermes Rippertii (Psyche, 157-159), 
1889, 6 p. * 

ID. Spaltung eines Fliigels um das doppelte Adcrmetz zu zeigen (Zool. 
Anz., n 312), 1889, 1 p., 1 pi. * 



Seance du 9 octobre 1889. CLXXXIX 

WINCHELL (N. H.). The Geology of Minnesota vol. II of the final Report 
(Geol. nat. Surv. Minn.), 1882-85, 695 p., 44 pi. Q * 

A. L. 



Seance du 9 octobre 188!) 

Presidence de M. P. MABILLE, vice-president 

M. Albert Fauvel, de Caen, assiste a la seance. 

Necrologies. 1 M. A. Salle annonce la mort de notre collegue M. Th. 
Kirsch, pharmacien, directeur du Musee zoologiquo de Dresde (Saxe), 
qui s occupait des Insectes de 1 ordre des Coleopteres, et qui appartenait 
i\ la Societe depuis 1866. 

2 M. le Secretaire fait savoir egalement la mort de M. Henri-Louis 
Hamet, decede a Paris, le 6 octobre 1889, a Page de soixante-quatorze 
ans. M. Hamet, qui ne faisait pas partie de la Societe, etait le fonda- 
teur de la Societe centrale d Apiculture et d Insectologie. 

Membres repus. 1 M. Louis Beguin-Billecoq, attache au Ministere 
des Affaires etrangeres, rue Boulainvilliers, 43, a Paris (Entomologie 
generate, surtout Coleopteres d" Europe}, presente par M. Leprieur. 
Commissaires rapporteurs : MM. de Marseul et de Gaulle ; 

2 M. Victor- Jules Driancourt, distillateur, rue de Paris, 119, a Saint- 
Denis (Seine) (Entomologie generate, plus particulierement Coleopteres 
du globe), presente par M. Sedillot. Gommissaires rapporteurs : 
MM. Bedel et de Marseul. 

Candidat presente. M. Charles Demaison, ancien eleve de 1 Ecole po- 
lytechnique, rue Rogier, 9, a Reims (Marne) (Entomologie generate et 
applique e a I agriculture, surtout Coleopteres) , presente par M. de Mar 
seul. Commissaires rapporteurs : MM. Ph. Grouvelle et Poujade. 

Communications. M. A. Leveille annonce que la Societe entomologique 
de France a obtenu une medaille d or a la distribution des recompenses 
de 1 Exposition universelle de 1889. II ajoute qu il donnera, dans le 
travail dont il s occupe, d apres le desir exprime par la Societe, sur les 
diverses collections entomologiques placees a 1 Exposition universelle. 



cxc Bulletin entomologique. 

la liste complete des diverses recompenses qui out ete accorde es a plu- 
sieurs de nos collegues. 

M. le Ministre de 1 Instruction publique et des Beaux-Arts adresse 
a la Societe le programme du Congres des Societes savantes, qui aura 
lieu a la Sorbonne en 1890. Une question importante de co pro 
gramme (n 13 de section des sciences) est surtout relative a FEntomo- 
logie ; elie porte pour litre : Etude des Insectes qui attaquent les substances 
alimentaires. 

La Societe decide qu elle designera, sur leur demande, dans Fune de 
ses prochaines seances, les delegues invites a assister au Congres de 
1890, et qu elle les priera d indiquer, ainsi que le demande M. le Ministre, 
les questions entomologiques que Fon pourrait proposer pour etre dis- 
cutees dans le Gongres de 1891. La Societe fait, a ce sujet, appel a 
ses membres. 

M. A.-L. Clement envoie au President la lettre suivante : 

Je lis dans le dernier Bulletin (page CLXXVIII) une note de notre col- 
legue M. Tournier refutant mes observations relatives aux piqures de 
Ghrysides. 

J affirme d une maniere absolue qu il n y a la de ma part aucune 
erreur, et que les Ghrysides se servent pour piquor d une tariere spe- 
cialement organisee et non d un veritable aiguillon. Ces Hymenopteres 
piquent, j en suis absolument certain, et je ne crois pas avoir ete le 
premier a m en ressentir, car plusieurs auteurs en font egalement 
mention. 

J en citerai seulement deux : 

1 On lit dans Brhem (Les Insectes, tome II, page lol) les lignes sui- 
vantes de notre ancien President, M. J. Kunckel d Herculais : La 
femelle peut ailonger, par-dessous le bord posterieur de Fabdomen, 
une tariere longuement tubulee qu elle porte a une distance assez 
grande, et dont I extre mite corne e peut produire des piqures. 

2 Maurice Girard a ecrit (Traite d Entomologie, tome III, page 2), a 
propos de la tariere des Ghrysides : An bout de ce ttiyau retractile 
est un dard, qui semble au premier abord un aiguillon, car il pent 
percer notre peau dans les grandes especes. 

A la suite de cette communication, et sans vouloir en rien entrer 



Seance du 9 octobre 1889. cxci 

dans la discussion des fails et des citations signales par M. Clement, 
MM. Leveille et Poujade disent qu ils ont bien des fois manie des Chry- 
sides vivantes et qu ils n ont jamais ressenti aucune piqure. 

M. Ch. Alluaud fait ies remarques suivantes sur la geographic 
entomologique de FAfrique occidentale : 

L annee derniere, a la seance du 25 avril (cf. Bull., page LXV), j ai eu 
Fhonneur de vous parler d un envoi d insectes que je venais de rccevoir 
du Yoruba. Apres avoir signale la difference de faune de ce territoire 
avec la cote, et sa similitude avec la faune du Senegal, je terminais en 
disant que cela permettait d augurer des productions zoologiques de 
Pimmense boucle du Niger encore incxploree. 

Aujourd hui, je suis en possession d un autre envoi venant de Finte- 
rieur dc cette boucle, ati nord de nos possessions d Assinie et du Grand- 
Bassam, qui confirme absolument mes previsions. 

Mon excellent ami M. Treich-Laplene, resident general de nos eta- 
blissements de la Cote d lvoire et de la Cote d Or, etait charge, Fanneo 
derniere, d une mission importante, et remontait d Assinie a Kong en 
explorant le Bondoukou. C est a lui que je dois de pouvoir etre le pre 
mier a parler de la faune de cette region qu il a decouverte. Abandonne 
de ses porteurs, en proie a la fievre, mon devoue ami a neanmoins songe 
a collectionner et a pu sauver, en le portant constamment sur lui, le 
precieux flacon qu ii me destinait. 

Ces insectes ont ete pris dans le territoire de Bondoukou, a environ 
300 kilom. au nord d Assinie. Le caractere francliement senegambien 
de cette faune, accuse par Pabondance des Gnathocera (Afzelii, elata, 
impressa 01., etc.), des Mylabris, des Anthia, qui ne se retrouvent pas 
sur la cote, pourtant si rapprochee, prouve, ici comme au Yoruba, la 
continuite climatologique du Senegal jusqu a la zone des forets qui 
borde la cote de Guinee, et m aurait fait ajouter un gros point d inter- 
rogation sur Ies problematiques montagnes de Kong. Mais, aujourd hui, 
la lumiere est faite sur ce point ; cette fameuse chalne, n ayant jamais 
existe que dans 1 imagination des cartographes, va definitivement dis- 
paraitre des atlas. 

Me voici done fixe sur Ies deux points extremes au sud de la boucle 
du Niger. Le Bondoukou, en effet, est relativement rapproche du cap 
Palmas, et, a 1 autre extremite, le Yoruba confine au cours inferieur du 
grand fleuve. 



CXCH Bulletin entomologique. 

Etant donnee la connaissance de la distribution zoologique de ces 
points, il m est permis aujourd hui d affirmer, avec plus de certitude, que 
la boucle du Niger appartient entierement a la faune senegambienne, et 
que la faune guineenne proprement dite, dont 1 etendue est si vaste au 
sud du Gabon, est confmee sur la cote (entre I embouchure du Niger et 
le cap Palmas) dans une etroite bande de forets vierges, dont 1 epaisseur, 
sur certains points, ne depasse pas 250 kilometres. 

E. D. 



Bulletin bibliographique 

Acade mie des sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V) t 
1889, 2 e sem., n 13. A. GIARD. Sur 1 infection phosphorescente 
des Talitres et autres Crustaces. N 14. Q 

Academy of natural Sciences of Philadel}. 1*0, (Proceedings of the), 1889, I. 
J. LEIDY. A parasitic Copepod. u. MARX. A contribution to the 
knowledge of the Spider Fauna of the Bermuda Islands (1 pi. n.). 
GH. BOLLMANN. Notes on a small Collection of Myriapods from the 
Bermuda Islands. 

Berliner entomologische Zeitschrift, 1889, XXXIII, 1. D r L. SCHAUFUSS. 
Neue Scydnmiiden im Museum Ludwig Salvator. E\v. H. RUB- 
SAAMEN. Ueber Gallmiicken und Gallen aus der Umgebung von 
Siegen. A SGHLETTEREH. Monographic der Hymenopteren-Gattung 
Stephanus Jar. (1 pi. n.). E. G. HONRATH. Neue Rhopalocera. 
T. BECKER. Beitrage zur Kenniniss der Dipteren-Fauna von S*-Mo- 
ritz. J. SCHILSKY. Eine nothgedrnngen Erklarung an Herrn 
Donitz. 

Bulletin d Insectologie agricole, 1889, XIV, n 9. A. WALLES. La Py- 
rale des pommes : Carpocapsa pomonana (Treitschke). Voeux 
emis par la section sericicole au Congres international d agriculture. 
Les ennemis des fromages. Le Puceron lanigere. 

Entomologische Nachrichten, 1889, XV, n 19. R. LIEBEL. Ueber Zoo- 
cecidien Lothringens. KRIEGHBAUMER. Nova genera et species 
Pimplidarum. 

Entomologist s monthly Magazine (The), 1889, n 307. J. J. WALKER. 
Three days at Ferrol. - R. H. MADE. Second supplement to anno 
tated list of British Anthomyidx. G. LEWIS. On a new species of 



Seance du 9 octobre 1889. cxcm 

Teretriosoma Horn. Notes diverses. W. M. MASKELL. On the 
distinction between Lecanidinx, Hemi-Coccidinx and Coccidinx. 
E. SHAW. Synopsis of the British Orthoptera (fig.). 

Feuille des Jeunes Naturalistes, 1889, n 226. R. MARTIN. Les Agrio- 
nidees franchises. Communications. 

N 228. G. MARGHAL. Tableau dichotomique des Guepes fran- 
Qaises (Hymenopteres). Communications. 

Catalogue de la bibliotheque, fasc. 6. 

Insect Life, 1889, II, n 3. F. M. JONES. Dermestes vulpinus in Goat- 
Skins (fig.). The Japanese Peach Fruit- Worm. C. L. MARLATT. 
A Report on the Lesser Migratory Locust. D. W. COQUILLETT. The 
imported Australian Lady-Bird (fig.). Extracts from correspon 
dence. Lord WALSINGHAM. Steps towards a Revision of Chambers 
Index, with Notes and Descriptions of new Species. General 
Notes. 

Munchener entomologischen Vefi hs (Mittheilungen des), I a V (1877-81). 
Ouvrage complet echange contre des Annales. 

Museo civico di Storia naturale di Genova (Annali del}, ser. 2, VI (XXVI). 
P. M. FERRARI. Res Ligustica3 : V. Psyllide raccolte in Liguria. 
C. PARONA. Note sulle Collembole et sui Tisanuri, III et IV. 
R. GESTRO. Viaggio di L. Fea in Birmania e regioni vicine : IV. Nuove 
Specie de Coleotteri, decade 1, 2 et 3. ; C. PARONA. Res Ligusticse : 
Collembole e Tisanuri finora risconlrate in Liguria (pi. 1 et 2). 
T. THORELL. Pedipalpi e Scorpioni de^Arcipelago Malese conservati 
nel Museo civico di Storia NaturaJe di Genova. E. OLIVIER. Nou- 
velle espece de Lampyride recoitee par M. L. Fea. A. DE BOR- 
MANS. Viaggo di L. Fea in Birmania e regioni vicine : VII. Derma- 
pteres. W. L. DISTANT. Viaggio de L. Fea in Birmania e regioni 
vicine : VIII. Enumeration of the Cicadidaa collected by Mr. L. Fea 
in Burmah and Tenasserim (pi. iv). L. LETHIERRY. Liste des Hemi- 
pteres recueillis a Sumatra et dans Pile de Nias par M. Elio Modi- 
gliani. W. L. DISTANT. Descriptions of new Species of eastern 
Cicadidae in the Collection of the Museo civico di Genova. P.M. 
FERRARI. Elenco dei Rincoti Sardi che si trovano nella Collezione del 
Museo civico di Genova. A. LEVEILLE. Viaggio di L. Fea in Bir 
mania e regioni vicine : IX. Trogositidae. D r M. REGIMBART. Viag 
gio di L. Fea in Birmania e regioni vicine : X. Dytiscida? et Gyri- 

(1889) Bulletin de la Societe entomologique de France. 20 



cxciv Bulletin entomologique. 

nidse. A. GROUVELLE. Viaggio di L. Fea in Birmania et region! 
vicine : XI. Gucujides. G. LEWIS. Viaggio di L. Fea in Birmania 
e regioni vicine : XII. Histeridaa. J. S. BALY. Viaggio di L. Fea 
in Birmania e regioni vicine : XIII. List of the Hispida3 collected in 
Burmah and Tenasserim by Mr. L. Fea, together with Descriptions 
of some of the New Species. E. CANDEZE, Viaggio di L. Fea in 
Birmania e regioni vicine : XIV. Elaterides recueillis en Birmanie 
et an Tenasserim par M. L. Fea pendant les annees 1885-1887. 
E. EMERY. Alcune Formiche della Bepublica Argentina raccolte del 
Dott. Spegazzini. 

Naturalista siciliano (II), 1889, VIII, n 12. E. RAGUSA. Note lepi- 
dotterologica. ID. Catalogo regionato dei Goleotteri di Sicilia. ~- 
T. DE STEFANI. Micellanea imenotterologica. 

Naturaliste (Le), 1889, XI, n 62. D r E. TROUESSART. L histoire natu- 
relle a FExposition universelle de 1889. P. DOGNIN. Diagnoses de 
Lepidopteres nouveaux (fig.). 

Revue d Entomologie, VII, 1888. A. DE PERRIN. Tableau synoptique 
des Bmchides et Urodonides franc.ais d apres M. Baudi de Selve. 
D ANTESSANTY. Description d un Lygeide nouveau de la Loire-Infe- 
rieure. R. P. BELON. Note sur le Pedius sicuhis Levrat. BER- 
GROTH. Deux mots d explication. J. BOURGEOIS. Faune gallo-rhe- 
nane : Malacodermes. H. DU BUYSSON. Notes sur les larves d Ela- 
terides. ID. Descriptions de Ghrysides nouvelles. L. FAIRMAIRE. 
Notes sur les Coleopteres des environs de Pekin. G. FALLOU. 
Liste d Hemipteres de Pekin. -- A. FAUVEL. Los Estafilinos de 
Buenos-Ayres : Notes sur 1 ouvrage de M. Lynch Arribalzaga. 
ID. Sur les caracteres sexuels des Throscus. ID. Revision du genre 
Tropiphorus. ID. Catalogue des Coleopteres gallo-rhenans. ID. 
Descriptions de Garabiques nouveaux de France. ID. Rectifications 
au Catalogus Coleopterorum Europe et Caucasi. GUILLEBEAU. 
Notes pour servir a 1 etude des Pselaphiens. HORVATH. Un genre 
nouveau d Hemiptere du Bresil. ID. Materiaux pour servir a 
1 etude des Hemipteres de la faune palearctique (1 pi.)- LETHIERRY. 
Descriptions de quatre Homopteres nouveaux d Irkoutsk. D r FR. 
Low. Description d une nouvelle espece d Amblyrhina et tableau sy 
noptique des especes de ce genre de Psyllides. MAG-LACHLAN. 
Rhyacophila munda M.-L. en France. R. MARTIN. Les Lepido 
pteres du departement de Flndre. PANDELLE. Etudes sur les 



Seance du 9 octobre 1889. cxcv 

Muscides de France. D r A. PUTON. Reponse aux critiques de 
M. le D r Bergroth et apercu de la classification des Hemipteres de 
Schiodte. ID. Description d un Longicorne nouveau. ID. Hemi 
pteres nouveaux ou pen connus et notes diverses. ID. Un genre 
nouveau d Hemipteres et notes diverses. ID. Descriptions de six 
especes d Hemipteres. REITTER. Les Dermestides d Europe et 
circa (trad, par Leprieur). REUTER. Notes additionnelles sur les 
Hemipteres des environs de Gorice. ID. Description d une espece 
nouvelle du genre Diciphus et notes sur quelques Gapsides de la 
Dobroudja. ID. Hemiptera sinensia enumeravit ac novas species 
descripsit. REUTER et AUTRAN. Hemiptera amurensia enumerant 
E. Autran et 0. M. Reuter, novas species descripsit 0. M. Renter. 

ID. Heteroptera nova in Grascia a D E. v. OErtzen lecta. 
C. REY. Notes sur quelques Hemipteres et descriptions d especes 
nouvelles ou pen connues. 

VIII, 1889. F. GUILLEBEAU. Revision du sous-genre Lampra 
Esch. J. GROISSANDEAU, Note sur les Bythinus Baudueri, latebro- 
sus et blandus. M. DES Gozis. Les Phalacrides d Europe, tableaux 
abreges et traduits de 1 allemand de K. Flach. D r G. HORVATH. 
Essai monographique sur le genre Trigonosoma. R. P. BELON. 
Les Lathridiens dans la Fauna transsylvanica du D r Seidlitz. 
A. FAUVEL. Gatalogo de los Colepteros de Chile, par F. Philippi , 
Remarques sur les Staphylinides. G. LEWIS. Sur la chasse des 
Histerides myrmecophiles. A. FAUVEL. Sur la Falagria fovea Sh., 
du Japon, trouvee en France et en Italic. ID. Deuxieme supplement 
aux Xylophages d Europe. ID. Supplement aux Histerides gallo- 
rhenans. L. LETHIERRY. Descriptions de deux Homopteres nou 
veaux d Irkoutsk. A. FAUVEL. Revision des Thinobius d Europe 
et descriptions de deux especes nouvelles. M. DES Gozis. Note sur 
la synonymie des Lampra decrites par M. Guillebeau. A. FAUVEL 
Liste des Coleopteres communs a 1 Europe et a 1 Amerique du Nord, 
d apres le Gatalogue de M. J. Hamilton, avec remarques et additions. 

ID. Rectifications au Catalogus Colepterorum Europx et Caucasi. 

ID. Gatalogue des Goleopteres gallo-rhenans. 

Revue des travaux scientifiques, VIII, 1888, n 12; 1889, n 03 1 et 2. 
Royal Society (Proceedings of the), XL VI, n os 281 et 282. Q 
Smithsonian Institution, Report 1886, I. Q 
Sociedad cientifica Antonio Alzate (Memorias dela), 1889, II, n9. Q 



cxcvi Bulletin entomologique. 

Societas entomologica, IV, 1889, n 13. J. GULOT. Note sur un elevage 
de Chelonia villica. D r PABST. Zur Biologic von Ach. Atropos. 

A. WiNGELMiiLLER. Ueber Calopus serraticornis L. FR. RiiHL. Bei- 
trag zur kritischen Sichtung der Melitaeen-Gruppe Alhalia Rott., 
Parthenie Bork und Aurelia Nick. C. BIEDERMANN. Lepidopterolo- 
gische Beemerkungen. 

IV, 1889, n 10. FR. RiiHL. Die Macroiepidopterenlauna von 
Zurich und Umgebung. T. VAN HOOT. Eine Wanderung im Hima 
laya, mil eingestreuten coleopterologisch Notizen. Eine offene 
Frage. VON GR^EFE. Zur Verbreitung der Blatta orientalis und 

B. germanica in den russich-asiatischen Provinzen. G. BIEDERMANN. 
Eine Excursion im August 1888. FR. RUHL. Mittheilungen. 

Socie te d agriculture, histoire naturelle et arts utiles de Lyon (Annales 
de la), 5 e serie, X, 1887. D 1 A. MEUNIER. Methode generate de 
traitement des maladies a microbes et a parasites chez les hommes, 
les animaux et les vegetaux (Phylloxera). Prof. ED. PERRONCITO. 
Le Micrococcus prodigiosus dans la muscardine sur les papillons et 
les graines de Vers a soie et sur les cellules employees dans la 
selection microscopique. Rapport de la Commission des soies sur 
ses operations de 1 annce 1887. 

6 e serie, I, 1888. Rapport de la Commission des soies sur ses 
operations de 1 annee 1888. 

Socie te entomologique de Belgique, Compte rendu de la seance du 7 sep- 
tembre 1889. - - E. DE SELYS-LONGCHAMPS. Palxophlebia, nouvelle 
legion des Calopterygines ; suivi de la description d une nouvelle 
Gomphine du Japon (Tachopteryx Prieri). D r JACOBS. Contribution 
a la destruction des Insectes par leurs parasites. 

Socie te linne enne de Lyon (Annales de la), XXXII (1885). GL. REY. 
Histoire naturelle des Coleopteres de France : Palpicornes (suite), 
2 pi. n. D r SAINT-LAGER. Le proces de la nomenclature botanique 
et zoologique. D r E. JACQUET. Note sur le Montandonia catopoides, 
nouveau genre appartenant a la famille des Dermestides (fig.). 

XXXIII (1887). O XXXIV (1887). Q 

Terme szetrajzi Fuzetek kiadja a magyar nemzeti Museum, XII, n os 2 et 3 
(1889). A. MOCSARY. Gatalogus Ghrysidarum Europe et confinium. 
J. FRIVALDSKY. Difformitates et monstrositates Goleopterorum in 
Gollectione MUSOBI nationalis Hungarici, 1 pi. n. D r E. DADAY. 



Seance du 9 octobre 1889. cxcvn 

Data ad cognitionem Pseudoscorpionum peninsulse Balcanicse. ID. 
Myriopoda faunae TranssylvaniaB. 

Wiener entomologische Zeitung, VIII, n os 1 a 6, 1889. J. WEISE. Neue 
Chrysomeliden aus Circassian. V. v. RODER. Ueber Tachina florum 
Walk. ID. Ueber Myopa clausa Lw. ID. Ueber neuer Conops 
aus Klein-Asien. ID. Anacanthapsis, nov. gen. der Coenomyidge. 
Dipterologischer Beitrag. D r EPPELSHEIM. Neue Staphylinen aus 
den Kaukasuslandern, besonders aus Gircassien. J. REDTENBA- 
CHER. Beitrag zur Orthopteren-Fauna von Turkmenien. G. CZWA- 
LINA. Zwei neue Lathrobien aus Gircassien, gesammelt von H. Leder 
im Jahre 1887. E. REITTER. Ueber die Sexual-Unterschiede bei der 
Coleopteren-Gattung ThroscusLalr. F. A. WACHTL. Dipterologische 
Notiz. A. OTTO. Ueber Nebria atrata Dej, und deren Verwandte. 

Prof. D r K. v. DALLA TORRE. Die Hymenopteren von Heligoland. 

D r E. BERGROTH. Novas Aradidarum Species. A. STARCK. Co- 
leoptera nova Imperi Rossici. ID. Tres novaa varietates Carabida- 
rum in Gaucaso occidentali repertse. F. A. WALTL. Biologische 
und Synonymische Notizen iiber parasitich lebende Dipteren. 
A. v. SEMENOW. Miscellanea Goleopterologica. E. REITTER. Goleo- 
teren aus Gircassien, gesammelt von H. Leder im Jahre 1887, X, 
XI Th, Prof. J. KIK. Eine neue Schweizerische Art aus den alien 
Gattung Clinocera Meig. (Ein Dipterologischer Beitrag). TH. BEC 
KER. Altes und Neues aus der Schweiz. (Ein Dipterologischer Bei 
trag), 1 pi. F. A. WACHTL. Heydenia excellens, n. sp. 
A. v. NEUMANN-SPALLART. Eine interressante aberratio von Melitea 
Athalia Esp. P. STEIN. Ein neuer Dipterenzwitter. E. REITTER. 
Neue Goleopteren aus Gircassien, gesammelt von A. Starck. 
K. ESCHERICH. Beschreibung einer neuer deutschen Meloe-Art und 
mehrere Varietalen. E. REITTER. Zwei neue Meloe-Anen aus Sy- 
rien und Armenien. K. ESCHERICH. Kritik der zwei Meloe-Anen 
autumnalis 01. und hiemalis Gredl. ID. Meloe Reitleii, eine neue 
russische Meloe-Art. D r E. BERGROTH. Ueber einige palearktische 
Tipuliden (fig.). G. H. VERRALL. A Study in Orthography. 
Prof. D r K. W. v. DALLA TORRE. Hymenopterologische Notizen, 
IV, V. E. REITTER. Goleopterologische Notizen, XXXI, XXXII, 
XXXIII. Prof. J. MIK. Ueber die Dipterengattung Euthera Lw. 
(fig.). D r R. v. STEIN. Zwei noch unhekannte Blattwespen Mann- 
chen. F. SINTENIS. Ueber Masicera cinerea Fall. = eadem Meig., 
IV, 417, 309. R. v. KEMPELEN. Beobachtungen (iber eine abwei- 



cxcvni Bulletin entomologique. 

chende Entwicklimg des Bombyx Querctis Lin. L. GANGLBAUER. 
Zur Kenntniss der Nebrien aus der Gruppe der Castanea Bon. 
Prof. J. MIK. Eine neue, aus den Beskiden stammende Art der alter 
Gattung Clinocera Meig. E. WASMANN. Zur Lebens- und Entwic- 
klungsgechichte von Dinar da (fig.). D r G. HORVATH. Beitrag zur 
Hemipteren-Fauna von Turkmenien. F. KOWARZ. Die europais- 
chen Arten der Dipteren-Gattung Sympycnus Lw. V. v. RODER. 
Eine neue Timia. Prof. J. MIK. Ueber einige Ulidinen aus Tekke- 
Turkmenien. D r L. v. HEYDEN. Synonymische Bemerkungen uber 
Coleoptera. J. FAUST. Sechs neue Riisselkafer aus dem Araxes- 
thai, eingeschickt von den Herren Leder und Beitter. E. BEITTER. 
Zwei neue Trogositiden aus Japan. K. FLACH. Ueber eine biolo- 
gische Eigentiimlichkeit der Trichopterygier. G. GERCKE. Diptero- 
logische Miscellanea (II ser.), pi. V. v. RODER. Berichtigung der 
Synonymie von Exorista pavonia* Zett. J. FAUST. Zwei neue Riis- 
selkafer aus Westasien. Prof. J. MIK. Dipterologische Miscel- 
len, XV. 



Aucoc (LEON). L Institut de France. Lois, statuts et reglements concer- 
nant les anciennes academies et 1 Institut de 1635 a 1889. Tableau 
des fondations. 1889, 656 p. * Q 

BLANCHARD (D r R.). De la nomenclature des etres organises (Bull. Soc. 
Zool.), 1889, 71 p. * 

DOLLFUS (AD.). Sur quelques Isopodes du Musee de Leyde (Not. Leyd. 
Mus.), 1889, 2 p., 1 pi. n. * 

ID. L histoire naturelle a 1 Exposition universelie (Feuille J. Nat.), 1889, 
12 p. * 

ID. I. Liste preliminaire des Isopodes extra-rnarins recueillis aux 
Azores pendant la campagne de YHirondelle. II. Description d un 
Isopode fluviatile du genre Jarea provenant de File de Flores 
(Azores). 1887-1888 (Bull. Soc. Zool.), 1889, 10 p. * 

ID. Isopodes terrestres recueillis aux Azores en 1887, 1888 et 1889 par 
MM. le D r Th. Barrois et le lieutenant Chaves (Rev. biol. nord FT.), 
1889, 3 p. * 

Gozis (M. DES), Les Phalacrides d Europe, tableaux abreges et traduits 
de 1 allemand de Karl Flach (Rev. d Ent.), 1889, 20 p. * 



Seance du %3 octobre 1889. cxcix 

HOEK (D r P. P. C.). Crustacea neerlandica, suite (Tijdschr. Ned. Dierk. 

Ver.), 1889, 13 p., 1 pi. n. * 
LOCKROY (Eo.). Discours prononce a la seance de cloture du Congres 

des Socie tes savantes le 26 mai 1888, 8 p. 

PARIS (GASTON). Les parlers de France, 1888, 13 p. Q 

RENAN et FALLIERES. Discours prononces a la seance generate du Con 
gres le samedi 15 juin 1839, 1527 p. Q 

SELYS-LONGCHAMPS (E. DE). Odonates de Sumatra , comprenant les 
especes recueillies a Pulo-Nias par M. le D r Modigliani (Ann. Mus. 
Gen.), 1889, 43 p. * 

A. L. 



Seance du 23 octobre 89 

Presidence de M. P. MABILLE, vice-president 

Membre recu. M. Charles Deinaison, ancien e leve de 1 Ecole polytech- 
nique, rue Rogier, 9, a Reims (Marne) (Entomologie generate et applique e 
a I agriculture, surtout Cole opteres) , presente par M. de Marseul. 
Commissaires rapporteurs : MM. Ph. Grouvelle et Poujade. 

Lecture. M. P. Mabille depose sur le bureau un memoire intitule : 
Voyage de M. Ch. Alluaud dans le territoire d Assinie (Afrique occiden- 
tale) en juillet et aout 1886, 6 e memoire : Lepidopteres, avec la description 
de quelques autres especes de Madagascar et de I Afrique. Ce memoire 
est accompagiie de deux planches photographiees. 

Communications. M. Ch. Alluaud annonce qu il va tres prochaine- 
ment entreprendre un voyage dans 1 archipel des lies Canaries, ou il 
compte sejourner un an environ. Notre collegue doit exclusivement se 
livrer, pendant ce voyage, a des recherches scientiflques, principalement 
sur toutes les branches de rEntomologie. II espere, apres avoir 
explore les iles Canaries, faire uno excursion dans le Maroc. 

M. A.-L. Clement, au sujet des piqures produites par les Chrysides, 
croit devoir communiquer la lettre que vient de lui adresser notre col 
legue M. J. Perez, de Bordeaux : 

Vous avez absolument raison au sujet de 1 aiguillon des Chrysides. 



cc Bulletin entomologique. 

II y a longtemps que 1 etude en a cte faite, par Westwood, entre autres, 
mais surtout par M. do Lacaze-Duthier (1), qui en a donne une des 
cription detaillee et des figures parfaites, et qui a demontre 1 analogie 
de composition de cet organe avec celui des autres Hymenopteres, et 
parti culierement de la Guepe. 

G est la longue tariere, formee de quatre tubes emboites comme 
ceux d une lunette, qui a pu faire illusion et donner a croire qu il n y 
avait la rien d analogue a ce qui existe ailleurs. G est a I extremite de 
cette tariere, qui repre sente quatre segments de 1 abdomen reduits en 
largeur, que se trouve 1 aiguillon, tres grele, tres aigu, que Ton voit 
souvent, a la loupe, faire saillie entre les deux appendices qui le pro- 
tegent. 

Si les Chrysides possedent un aiguillon, il n y a pas a contester 
qu elles puissent piquer. Mais, cet aiguillon etant tres faible, il penetre 
rarement dans la peau des doigts qui saisissent une Chryside, car il 
faut, pour que cela arrive, des circonstances particulierement favorables. 
J ai tenu dans mes mains des milliers de Chrysides, c est tout au plus 
si j ai souvenir d avoir ete tres legerement blesse deux ou trois fois. La 
deuleur d une telle piqure est d ailleurs tres peu durable, 1 arme de ces 
brillants Hymenopteres n etant point pourvue d un appareil a venin, 
privation dont on s est quelquefois targue, bien a tort, pour pretendre 
que ce n etait point la un aiguillon veritable. 

M. J. Denfer communique 1 observation suivante : 

En versant sur une chrysalide de VAcherontia Atropos, pour la tuer, 
un filet d eau chaude a 70 degres environ, j ai ele tres surpris d en- 
tendre cette chrysalide emettre un bruit continu, comme le ferait un 
filet d air passant par un orifice tres fin. En meme temps, quelques 
bulles sortaient des fissures de la chrysalide. Le bruit a dure pres d une 
minute et se produisait d une fa^on reguliere. 

J ai constate depuis, en ouvrant la chrysalide, que le papillon etait 
bien forme et a point pour eclore. 

MM. Charles et Rene Oberthur adressent la note uiv ante : 

Nous avons chasse les Lepidopteres pendant la belle saison de 1 annee 
1889 tant dans les Pyrenees-Orientales que dans le departement d llle- 
et-Vilaine. 

(1) Recherches sur 1 armure genitale des Insectcs, in Ann. des Sc. nalur., 
3 e serie, t. XII, p. 372, pi. xv (Chrysis ignita). 



Seance du 23 octobre 1889. cci 

Nos recherches dans les Pyrenees ont donne les resultats suivants : 
Aux environs de Vernet-Ies-Bains, en avril et mai, les Lycxna Battus, 
Melanops, Hylas (transition a Panoptes], Zygsena Rhadamantus, etaient 
communs dans certaines localites chaudes, surtout entre le Vernet et 
Villefranche-de-Conflent. Nous avons capture pres de Villefranche, dans 
un lieu tres sec oii voltigeaient les especes meridionales Thais medesi- 
caste, Anthocharis Eupheno, etc., une charmarite Botyde, nouvelle pour 
la faune franchise, Acontialis, et quelques jolies Acidalia, Eupithecia et 
Phycidse. En juin et juillet, nous avons pu nous elever vers les som- 
mets, au Pla-Guilhem et a la vallee d Eyna. Les especes alpines Pieris 
Callidice, Colias Phicomone, Lycxna orbitulus, Zygsena exulans etaient 
abondantes ; avec elles nous avons capture : Lycxna Eros, Erebia Melas, 
Hepialus pyrenaicm, Cleogene peletieraria <$ et $. Plus bas, eri outre des 
Papillons plus communs et bien connus de cette faune (Acidalia luteo- 
laria, Erebia Evias, Lycsena Icarius, Thecla Evipus, Pyralis rubidalis, 
Rhodaria pudicalis, etc., etc.), nous avons encore une fois trouve la rare 
Eubolia Cselinaria et deux aberrations fort remarquables de Zygxna 
hilaris. L une de ces Z. hilaris est entierement rouge, n ayant plus 
qu une fine bordure marginale noire le long du bord externe des quatre 
ailes et un peu de noir ardoise a la base des superieures ; Pautre a le 
fond des ailes superieures entierement jaune, avec les taches rouges 
ordinaires de forme et dimension normales. L effet de ces deux aberra 
tions est tout a fait extraordinaire. Dans 1 exemplaire tout rouge, ce ne 
sont pas les taches rouges ordinaires qui ont conflue et absorbe la cou- 
leur du fond, car on voit assez distinctement ces taches ressortir en 
rouge plus fonce; c est un lavis general rouge qui a reconvert le fond 
bleu ardoise et les litures jaunes qui entourent ordinairement les taches 
rouges. Dans 1 exemplaire a fond jaune, c est un meme lavis general 
jaune qui a produit le meme envahissement. 

Nous avons elevc un grand nombre de chenilles et nous en conser- 
vons qui hivernent, notamment plusieurs families de Melitxa Deione, 
refusant depuis pres de deux mois toute nourriture. Dans nos elevages a 
figure un millier de chenilles de Zygxna occitanica. II est sorti plus de 
700 papillons, parmi lesquels des variations curieuses, surtout pour 
I elargissement ou 1 obliteration des parties blanches aux ailes supe 
rieures, et au moins dix especes de parasites, tant Dipteres qu Hyme- 
nopteres. 

La belle et variable Chelonia fasciata etait rare; nous en avons a 
peine obtenu une quinzaine d individus. 



ecu Bulletin entomologique. 

En Bretagne, ce sont plutot les aberrations que nous recherchons. La 
plus curieuse que nous ayons capturee cette annee est une Vanessa Io, 
, de tres grande taille, chez qui la tache de paon des ailes inferieures 
est entitlement depourvue de bleu. L oeil est aveugle et une eclaircie 
gris jaunatre sur un fond tres noir remplace 1 ocelle normal. Aux ailes 
superieures, les laches noires costales confluent, envahissent la partie 
interne de I ceil de paon et ne laissent guere subsister qne le bord ex- 
terne de cet ceil. Gette aberration est bien rare ; car notre collection n en 
a encore pu reunir que quatre exemplaires. Elle est, du reste, constante 
et se reproduit toujours de la meme fac,on. Dans ces conditions, cette 
variete doit etre distinguee par un nom, ainsi que cela a etc fait pour 
Tab. Hygisea de Vanessa Antiopa ou la bande marginale jaunatre en- 
vahit la bande maculaire bleue. Hygisea est fort rare aussi ; on 1 avait 
trouve e autrefois a Bordeaux et la collection Auguste en contenait 
quelques exemplaires que nous possedons aujourd hui. Bellier de la 
Chavignerie en avait obtenu deux beaux specimens. Actuellement, notre 
collection en contient sept tres caracterises et trois faisant la transition 
au type. Nous avons appele Belisaria 1 aberration aveugle de lo que 
nous avons capturee a Gancale. 

La Melitaea Par theme nous a fourni quatre aberrations tres notables, 
toutes prises au meme lieu, c est-a-dire dans une carriere d ardoises 
abandonnee a Gesson, pres Rennes. Jusqu a ce jour, nous avons recolte 
a cette place quinze sujets tres aberrants de Parthenie. Parmi ceux ren 
contres en juin 1889, deux sont la Pyronia Hiibner; Tun (<?) est 1 exa- 
geration melanienne du papillon figure par Hiibner sous les n os 587 
et 588 ; Fautre (?) est assez conforme au male figure par le meme auteur 
sous les n os 585 et 586. Un troisieme (c?) a les trois quarts de la surface 
des ailes superieures envahis par le noir en dessus et offre des rayons 
noirs inlra-nervuraux en dessous. La quatrieme aberration (?) a 1 espace 
basilaire des ailes inferieures en dessous fauve pale avec une tache 
blanchatre d un cote et deux de 1 autre cote ; la surface mediane est 
chamois pale avec une rangee moniliforme transversale de points noirs 
plus ou moins pupilles de blanc. Gette aberration, dont nous avons quatre 
femelles analogues, a un aspect tout particulier ; nous ne 1 avons vue 
figuree dans aucun auteur. 

Les Lycsenidx nous ont offert plusieurs variations, telles que Polym- 
matus Xanthe (cf), ou les points noirs des ailes superieures en dessus 
sont transformed en rayons (Gancale, aout 1889). Lycsena Argus (d 1 ), 



Seance du 23 octobre 1889. ccm 

avec les points noirs des ailes en dessous obliteres (Monterfil, juin) et 
avec les memes points au contraire elargis et tendant a former des lignes 
rayonnantes (Monterfil, septembre). Lijcxna Alexis; plusieurs males 
et femelles avec des points noirs confluents en dessous ; un male avec 
des rayons blancs intra-nervuraux, aux quatre ailes en dessous, se de- 
tachant assez vivement sur le fond gris (Gancale, en aout). Les 
Lycsena sont souvent tres variables pour la ponctuation des ailes infe- 
rieures en dessous. Au Vernet, nous avons pris cette annee un Corydon 
male, sans points noirs en dessous et un JEgon femelle avec les points 
tres elargis et remarquablement cuneiformes. La Venilia maculata 
nous a offert aussi une tres belle variete n ayant plus que deux grosses 
taches noires aux ailes superieures ; cette aberration vient aussi du 
Vernet. 

Enfin nous avons obtenu d eclosion, a Rennes, un Tecla quercus < 
ayant, en dessous, une bande blanche submarginale commune, analogue 
a celle de la W. album figuree par Bellier de la Ghavignerie dans nos 
Annales. 

Plusieurs circonstances rendent fort interessante 1 etude des aberra 
tions ; d abord, on constate qu elles.;se representent toujours deja meme 
facon et que chaque genre est pour ainsi dire soumis a une loi de varia 
tion qui lui est propre ; puis, certaines localites paraissent plus specia- 
lement fertiles en aberration, sans qu on puisse cependant trouver une 
raison plausible pour en fournir 1 explication ; car des sites voisins et 
analogues ne paraissent pas aussi favorises. Dans nos environs, nous 
avons appris a connaitre quelques parties de terrain souvent fort exigues 
et qui plusieurs fois, a des annees de distance, nous ont fourni des 
sujets aberrants. D autres places ne nous en ont jamais offert. 

M. E. Bergroth adresse la description d une nouvelle espece du 
genre Malthodes Kiesw. : 

MALTHODES LIGULIFER, n. sp. Elongatus, fusco-cinereus, capite nigro, 
thorace anguste pallido-marginato, limbo laterali abdominis marginibus- 
quepostids hujus segmentorum flavidis. Long, c? 2,5 mill., cum alis 
3 mill. 

Mas : Segmento ventrali penultimo profonde emarginato , segmento 
ultimo libere prominulo conico, subliguliformi, apice obtusiusculo. 

Patria : California ; ad sinum Monterey detexit Mrs. A.-E. Bush. 

Structura simplici segmentorum ultimorum abdominalium in mare 



cciv Bulletin entomologique. 

M. spadoni Lee. affinis, sed differt prothorace longiore, alls longioribus, 
structura antennarum, colore. Gaput thorace latius, nitidum, subtilius 
albido-pilosellum, basin versus angustatus, ore flavido, palpis maxilla- 
ribus dilute fuscis, articulo ultimo nigro, antennis apicem alarum subat- 
tingentibus, subtiliter cinereo-puberulis, nigris, ima basi flavida, arti 
culo secundo tertio paullo breviore, quarto tertio distincte longiore. 
Prothorax latitudine sua distincte brevior, nitidus, transversim con- 
vexus, nigro-piceus , anguste luteo-circumlimbatus, ubique tenuiter 
marginatus, margine antico subrecto, margine posiico rotundato, omni 
bus angulis rotundatis. Elytra basi capiti subsequilata, medium abdominis 
vix attingentia, thorace triple et dimidio longiora, parum nitida, subalu- 
tacea, fusco-cinerea, immaculata, apicem versus subtilissime transversim 
rugulosa, privo apice rotundato. Alae fusco-cinereaB, apicem abdominis 
sat longe superantes, thorace saltern sextuplo longiores. Pedes fusci, 
subtiliter cinereo-puberuli. 

M. H. du Buysson adresse .les descriptions de cinq especes nou- 
velles d Elaterides (l re partie) : 

1. ATHOUS SENACI, n. sp., c? ?. - cf. Long. 7,5 mill.; larg. 2 mill. - 
?. Long. 8 mill.; larg. 2,5 mill. Noir brun, avec les elytres, les man- 
dibules, les palpes, les tarses, parfois les pattes et les antennes en entier 
d un brun de poix moins fonce ; testace rougeatre sur 1 epipleure et le 
bord externe des elytres, ainsi que sur les bords des segments de 1 ab- 
domen (tres etroitement). Pubescence courte et espacee, d un gris 
roussatre. 

Front impressionne en avant, grossierement et densemcnt ponctue 
de points ombiliques confluents en partie dans Fimpression ; bord ante- 
rieur tres abaisse en son milieu, releve de chaque cote et vu de face, est 
limite en forme d angle excessivement ouvert. Antennes filiformes, 
longues, depassant les angles postcrieurs du pronotum de pres de quatre 
articles chez le male, ne les depassant que de deux chez la femelle. 
deuxieme article court, le troisieme presque deux fois plus long, mais 
plus court que le quatrieme et les suivants, surtout chez la femelle ; 
Pronotum peu convexe, convert d une ponctuation grosse ombiliquee et 
tres serree sur toute sa surface, ainsi que les flancs prothoraciques chez 
le male, moins serree et ombiliquee seulement sur les cotes, en avant, 
et sur les flancs prothoraciques chez la femelle ; beaucoup plus long que 
large surtout chez le male ; les cotes presque droits, legerement elargis 
an milieu, et retrecis en avant pres des angles anterieurs chez le male; 



Seance du 23 octobre 1889. ccv 

legerement et curvilineairement retrecis en avant chez la femelle a partir 
du milieu; angles anterieurs arrondis, les posterieurs, courts, non di- 
vergents, non carenes et arrondis au sommet. Elytres pres de trois fois 
plus longues quo le pronotum chez le male, deux fois et demie seulement 
chez la femelle ; un peu plus larges que lui, paralieles dans leur pre 
miere moitie, ensuite curvilineairement retrecies en arriere; stries pro- 
fondes a ponctuation forte; intervalles convexes, densement et ruguleu- 
sement pointilles. Ecusson tres petit, bombe, de la couleur du pronotum, 
ponctue un peu plus fortement que les intervalles des elytres. Abdomen 
et metasternum brillants, converts d une ponctuation moms grosse et 
espacee. Pattes noires, avec les tarses en partie ferrugineux, parfois en- 
tierement de cette couleur. 

Patrie : Turquie, coll. de M. le D r Senac; la mienne (Merckl). 

Se place pres de 1 A. olbiensis Muls.-Guil., dont il offre un peu 1 as- 
pect ; s en eloigne par sa forme moins convexe, moins parallele, son 
ecusson non carene, la conformation de ses antennes et du bord ante- 
rieur de son front, sa pubescence tres espacee et modifiant a peine la 
couleur fonciere, etc. 

2. A. PROPINQUUS, n. sp., df. De la taille et de la forme du prece 
dent, a croire, lorsqu on ne le detaille pas, qu il n en est qu une variete. 
D un brun fonce, avec les elytres et les pattes d un testace clair, angles 
anterieurs et posterieurs du pronotum, bord anterieur du meme seg 
ment, et ses cotes, ainsi que les deux premiers articles des antennes 
d un testace ferrugineux. 

Front largement et profondement excave . en avant a partir du 
vertex, abaisse a son milieu, ce qui fait paraitre les cotes releves a hau 
teur des antennes ; vu de face, il est limite en forme d angle tres ouvert, 
convert d une forte et dense ponctuation ombiliquee. Antennes filiformes 
et un peu plus longues que chez Fespece precitee ; le deuxieme article 
tres petit, le troisieme largement deux fois plus long et plus, presque 
aussi long que le quatrieme. Pronotum plus court que chez 1 A. Senaci ; 
convert d un ponctuation serre e, non ombiliquee et moins grosse, ses 
cotes legerement arques, plus retrecis au sommet qu a la base, angles 
anterieurs arrondis, les posterieurs non carenes, mais allonges, aigus, 
et divergents. Elytres ponctuees striees de meme, mais de forme moins 
parallele et plus deprimee. 

Par son systeme de coloration, il rappelle 1M. diflicilis, mais il s en 
eloigne beaucoup par le deuxieme article de ses antennes qui est con- 



ccvi Bulletin entomologique. 

siderablement plus petit, par son front profondement et largement 
excave, sans preeminence au centre de la depression et a rebord non 
arrondi sur les cotes qui forment un angle tres ouvert, par ses elytres 
proportionnel lenient plus longues, moins pubescentes. Par la conforma 
tion de ses antennes, il vient se placer pres de YA. lomenlosus Muls. 

Patrie : Turquie, coll. de M. le D r Senac. 

3. ATHOUS HJEMUS, n. sp., <. Long. 14 mill.; larg. 4 mill. Noir, 
peu luisant, avec les elytres d un chatain fonce, les bords externes late- 
raux et la suture tres etroitement coloree en testace rougeatre ; antennes 
et tarses d un brun fonce un peu ferrugineux; pubescence roussatre, 
peu dense et assez fine. Front fortement excave en avant, bord ante- 
rieur fortement abaisse et, vu de face, il est limite en avant en forme 
d angle assez ouvert ; les cotes fortement releves au point d insertion des 
antennes ; tres densement et tres fortement ponctue de points larges et 
ombiliques. Antennes longues, depassant le milieu du corps, a 
articles robustes, allonges, peu denies, le deuxieme petit subglobuleux, 
le troisieme conique, tres obliquement tronque au sommct en forme de 
triangle isocele, le quatrieme deux fois plus long, tres large des la base, 
environ deux fois plus long que large, les suivants graduellement 
etroits. Pronotum nettement plus long que large, un peu plus etroit 
au sommet qu a la base, ses cotes se dirigeant en avant en ligne droite 
des Textremite des angles posterieurs ; a peine sensiblement sinue pres 
de Pextremite de ces derniers ; largement et assez fortement impres- 
sionne sur les cotes en avant des angles anterieurs, ce qui donne au 
disque une forme assez fortement convexe; sillonne longitudinalement 
et couvert d une ponctuation forte et peu espacee ; angles posterieurs 
diriges en arriere, emousses, legerement echancres exterieurement pres 
du sommet. Ecusson carene longitudinalement. Elyjres presque de 
trois fois plus longues que larges, plus larges que le pronolum et a 
peu pres paralleles jusqu au tiers posterieur; stries assez fortes, ponc- 
tuees assez fortement, intervalles peu convexes et pointilles. Dessous du 
corps entierement noir. Articles (1-4) des tarses diminuant graduel 
lement de longueur, le deuxieme article simple, le troisieme sublamelle 
legerement, le quatrieme uu peu plus court seulement que le precedent, 
et lamelle courtement. 

?. Inconnue. 

Voisine de YA. mandibularis Cand., mais s en distingue de suite : 
1 par la longueur de ses antennes, atteignaut le milieu du cote des 



Seance du 23 octobre 1889. ccvn 

elytres, par les articles qui sont (tout en etant presque aussi robustes) 
de forme bien plus allongee ; 2 par la forme de son pronotum plus con- 
vexe, a cotes rectilignes a peine sensiblement sinues pres du sommet 
des angles posterieurs ; par la forte et large impression de chaque cote 
en avant des angles anterieurs, par ses angles posterieurs, non diver- 
gents et non tronques au sommet ; 3 par ses elytres proportionneile- 
ment plus allongees. II s eloigne bien plus du castanescens Muls.-Guilb. 
par ses antennes robustes et tres allongees, la forme de son pronotum et 
la longueur de ses elytres. 
Turquie, monts Balkans; ma collection (Merkl.). 

E. D. 



Bulletin bibliographique 

Acade mie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de l ) } 
1889, 2 e sem., 15 et 16. Q 

American Association for the advancement of Science (Proceedings of the), 
XXXVII, 1888. C. V. RILEY. On the causes of variation in organic 
forms. 

Annals and Magazine of Natural History (The), Ser. VI, 4, 20, 21, 22 
(1889). A. M. NORMANN. Notes on British Amphipoda : II. Fam. 
Leucothoidse, Pardaliscidx and Gammaridse(^L). W. KIRBY. Des 
criptions of new Species of Tenthredinidse, Cynipidx and Chalcididx 
in the Collection of the British Museum. ID. On the Collection of 
Lepidoptera formed by B. Thomson esq. in the Louisiade Archipe 
lago. SIDNEY B. J. SKERTGHLY. On the Habits of certain Bornean 
Butterflies. W. KIRBY. Notes on the Species of Phasmidx collec 
ted by B. Thomson esq. in the Louisiade Archipelago. ID. On 
Some new or little-known Species of Libellulinsd from Jamaica in 
Dublin Museum of Science and Arts. G. LEWIS. On a new Genus 
of Coleoptera (Trogositidx), fig. J. VOSSELER. The Copepod Fauna 
of the Maare of the Eifel. F. PASGOE. On the Weevil Genus 
Centrinus and its Allies. 

Australian Museum (Report of Trustees for the yar 1888), 1889. Q 

Echange (L J, V, 58, 1889. A. CHOBAUT. Les Mordellides des environs 
d Avignon. H. DE GUERPEL. Notes entomologiques. F. GUILLE- 
BEAU. Catalogue des Coleopteres du departement de 1 Ain. R r GRI- 



CCYIII Bulletin entomologique. 

LAT. Description d une nouvelle espece de Bijthinus da France. 

M. Pic. Description de Pidonia grisescens. 



Entomologische Nachrichten, XV, 20, 1889. KRIECHBAUMER. Meine 
diesjahrigen in Tegernsee gemachten Erfahrungen iiber den Fang 
der Rhyssa- und Ephialtes-Arten Sowie einiger anderen 1 Holzinsec- 
ten. H. BEUTHIN. Die Varietaten von Cicindela (Cylindrodera) 
germanica L. M. QUEDENFELDT. Ueber das Vorkommen von Calo- 
soma azoricum Woll. und Corynetes fimetarius Woll. F. KARSCH. 
Eine neue Libelluline der Gattung Tetrathemis. J. G. 0. TEPPER. 
Ueber das Vorkommen von Alectoria superba Brunner in SM-Aus- 
tralien. 

Entomologiste ge nevois (L ) f I, 9, 10, 1889. TOURNIER. Curculionides : 
Tribu des Erirrhinides, groupe 2 : Hydronomides ; enumeration des 
especes euro^ennes et circumeuropeennes de ce groupe, l re partie. 
ID. Etudes hymenopterologiques : De quelques Pompilides d Eu- 
rope et contrees limitrophes, 2 e partie. ID. Dipteres : Materiaux 
pour contribuer a une faune suisse. 

Kansas Academy of Science (Transactions), X, 1889. ROBERT HAY. 
Note on an habit of the red Ants. C. L. MARLATT. Notes on a red 
Cedar Saw-Fly (fig.). Notes on the Oviposition of the Buffalo 
Tree-hopper. WARREN KNAUS. Additions for 1885 and 1886 to the 
list of Kansas Coleoptera. Prof. S. W. WILLISTON. Table of the 
Families of Diptera. ID. Notes and Description of north American 
Tabanidse. 

Naturaliste (Le), XI, 2 e serie, 63, 1889. F. PLATEAU. La ressemblance 

protectrice et le mimetisme chez les Araignees. 
Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, II, 9, 10, 

1889. Q 
Royal Society : 1 Proceedings, XL VI, 283, 1889. 

2 Philosophical Transactions, 179, 1888. F. G. HEATHCOTE. 

The Post-Embryonic Development of Julus terrestris (3 pi.). 

Societas entomologica, IV, 14, 1889. F. RUHL. Die Macrolepidopteren- 
fauna von Zurich .und Umgebung. D r MISCHE. Bemerkungen iiber 
Thais Ceririsyi und einige andere Lepidopteren. T. VAN HOOT. 
Eine Wanderung im Himalaya. HEPPE. Lepidopterologische Be- 
merkung. WERNER. Die Raupen von Hadena geitimx Tr. 
G. BIEDERMAN. Eine Excursion im August 1888. FR. RiiHL. Bei- 



Seance du 13 novembre 1889. ccix 

trag zur kritischen Sichtung der Melitaeen-Gruppe Athalia Rott., 
Parthenie Bork. und Aurelia Nick. 

Societe d e lude des sciences naturelles de Nimes (Bulletin de la), XVII , 
3, 1889. O 

Trenton natural history Society (Journal of the), 4, 1, 1889. Q 

Wiener entomologische Zeitung, VIII, 8, 1889. E. BRENSKE. Zweineue 
Melolonthiden aus Neu-Guinea. E. REITTER, Uebersicht der mir 
bekannten Coleopteren-Gattungen der Melolonthini im Erichson schen 
Sinne, aus der palaarktischen Fauna. D r L. v. HEYDEN. Interes- 
sante Kaukasisch-Persische Goleopteren. E. WASSEMANN. Zur 
Kenntniss der Dm an/a -For men. E. REITTER. Uebersicht der mir 
bekannten Arten der Coleopteren-Gattung Triodonta. BECKER. 
Berichtigung. 



BEDEL (L.). Cole opteres du nord de 1 Afrique : I. Cetonini, Glaphyrini 
(Ann. Soc. ent. Fr.), 1889, 16 p. * 

ORMEROD (E. A.) et 0. JANSON. Notes and descriptions of a few injurious 
farm and fruits Insects of South- Africa. Londres, 1889, 116 p., 
nombr. fig. Offert par M. S. D. Bairstow. 

THOMAS (FR.). Ueber das Heteropterocecidium von Teucriwn capitaium 
und anderen Teucrium-Arten (Abh. Bot. Ver. Brand.), XXXI, 1889, 
5 p. * 

A. L. 



Seance du 13 novembre 

Presidence de M. le D ALEX. LABOULBfcNE 

Lecture. M. E. Simon depose sur le bureau le 22 me moire de ses 
Etudes arachnologiques, comprenant : n XXXIV, Arachnides recueillis 
aux iles Mariannes; n XXXV, Arachnides trouves par M. L. von 
Hohnel pendant 1 expedition de M. le comte S. Seleki dans 1 Afrique 
orientale equatoriale , et n XXXVI , Arachnides pris par M. le 
D r Schweinfurt dans 1 Yemen central, de Hodeida a Sann. 



JOURNAL BIMENSUEL (Bulletin de la Societe entomol. de France), 1889, n f 



ccx Bulletin entomologique. 

Communications. M. le D 1 Chobaut, d Avignon (Vaucluse), adresse la 
note suivante : 

M. Fauvel, s appuyant sur 1 autorite de M. F.-H. Fabre, nnjourd hui 
retire a Serigan( Vaucluse), dit que le Necydalis major Linne se prend 
a Avignon. Mais cette remarque n est pas exacte : c est le Xecydalis 
Panzeri Harold qui se rencontre ici. 

Gette derniere espece n est pas rare, a la fin de juin, sur les troncs 
caries des ormes seculaires qui ombragent les promenades de la ville. 
Aussitot apres 1 eclosion, sur les lieux memes qui ont vu naitre les in- 
sectes, I accouplement des deux sexes se fait immediatement, de sorte 
que Ton prend tres souvent ensemble le male avec la femelle ; et la 
capture de cette espece se fait facilement a la main et sans le secours 
d aucun engin special. 

L existence a 1 air libre du Necydalis Panzeri est de fort peu de duree ; 
en effet, on ne 1 y trouve guere que pendant une dizaine de jours. 

M. H. Lucas fait la communication suivante : 

J ai deja attire 1 attention de la Societe sur la larve du Trogoderma in- 
sulare, et la note que je donne aujourd hui est le complement de celle 
qui a ete inseree dans le Bulletin de 1889, p. CXL. 

Larve. Elle est longue de 5 a 7 mill, et mesure en largeur 1 1/4 a 
2 mill. Tout le corps en dessus est d un ferrugineux clair, convert de 
poils de cette couleur, a 1 exception de ceux des quatre derniers seg 
ments, qui sont d un brun ferrugineux fonce. La tete, arrondie, con- 
vexe, est ferrugineuse et couverte de poils de cette couleur, peu serres. 
Les organes buccaux, tres visibles, robustes, surtout les mandibules, 
sont d un brun ferrugineux fonce. Le prothorax, le mesothorax et le 
metathorax sont converts de poils d un ferrugineux clair, serres, a 
1 exception cependant de ceux du prothorax, qui sont allonges, diriges 
en avant, et de ceux situes sur les parties laterales de la region thora- 
cique qui forment des touffes par leur reunion. Les segments abdomi- 
naux, dont les intervalles sont teslaces, sont converts de poils ferrugi 
neux, courts, serres, avec ceux places sur les parties laterales formant 
des faisceaux ; le dernier segment est termine par un faisceau de poils 
tres longs, d un ferrugineux clair, diriges en arriere. Tout le corps, en 
dessous, est testace, convert de poils de cette couleur, serres et a direc 
tion posterieure. Les pattes sont courtes, robustes, legerement poilues, 



Seance du 13 novembre 1889. ccxi 

terminees par un ongle sensiblement recourbe, tres acere et d un brim 
ferrugineux. 

Nymphe. Elle est longue de 5 1/4 mill, et large de 2 1/2 mill., ova- 
laire, a partie poste rieure acumine e et poilue; elle est d un testace bril- 
lant, avec la region dorsale tres le gerement ferrugineuse, couleur qui 
ensuite lourne au brim plus ou moms fonce lorsque cette nymphe est 
sur le point de se changer en insecte parfait. La tete, arrondie et dont 
les yeux ovalaires sont d un brun fonce, pre sente a sa partie anterieure 
des poils tres courts, serre s, d un ferrugineux clair; les parties laterales 
de 1 abdomen presentent aussi des poils de cette couleur, mais ils sont 
disposes en faisceaux. 

C est dans la peau abandonnee par la larve quo le Trogodcrma insu- 
lare subit ses diverses transformations, c est-a-dire se change en nymphe 
et en insecte parfait. Lorsqu une larve sent 1 approche de la metamor 
phose, elle s isole et reste immobile; si on 1 observe quelques jours 
apres, on apergoit, a travers 1 enveloppe qui est plus ou moins transpa- 
rente, la nymphe, et alors on remarque que la peau de la larve est fendue 
longitudinalement sur la region dorsale afm de livrer passage a 1 insecte 
parfait et faciliter sa sortie. Huit ou dix jours environ, suivant la tem 
perature, suffisent pour les metamorphoses de cette espece, qui a e te 
signalee par Ghevrolat comme habitant aussi la Havane. Ces observa 
tions ont e te faites pendant les mois de mai, juin, juillet et aout. 

M. A. Leveille donne la rectification synonymique suivante : 

M. G. Lewis a decrit, dans les Annals and Magazine of Natural 
History, 6 e ser., t. IV, p. 274 (1889) , le genre Shoguna e tabli sur une 
espece prise an Japon. La description etant accompagnee d un dessin, il 
m a e te facile de constater que ce genre etait synonyme d Holocephala 
Fairm., genre rejete par moi de la famille des Temnochilides a cause 
de la forme globuleuse de ses hanches anterieures. (Voyez Bull. Soc. 
ent. Fr., 1889, p. LIV.) 

M. L. Fairmaire depose sur le bureau la note suivante de la part 
de notre collegue M. le D r L. von Heyden : 

1 Le Xyletinus pruinosus Desbr. (Ann. Soc. ent. Fr., 1889, Bull., 
p. CLXXXVI) est le merae que le Xyletinus pectinifer Fairm. de crit dans 
les memes Annales, 1879, p. 258, bien que les descriptions ne paraissent 
pas concorder. 

2 Le nom d Alexia Reitteri Desbr. (loc. cit.. p. CLXXXVI) doit etre 



ccxn Bulletin cntomologiquc. 

etre change, car cette meme denomination a deja e te indiquee pour une 
espece de Transylvanie, FA. Reitteri Ormay (Wien. Ent. Zeit., 1888, 
p. 166). Get insecte, d Algerie, doit porter le nom d A. algirica, d apres 
la description qu en a donnee anterieurement M. Reitlcr. 

M. le D r H. Beauregard donne les notes synonymiques suivantes 
relativement a quelques especes do la tribu des Vesicants : 

1. Nemognatha bicolor Walk. (Nat. Vancouv., 1866, II, p. 331) fait 
double emploi avec N. bicolor Lee. Je propose de lui substituer le 
nom de JS. Walkeri. 

2. Zonitis puncticollis Chevr., du Catalogue de Gemminger et Harold, 
est le meme quo Z. puncticollis Muls. que ces auteurs indiquent comme 
synonyme de Z. abdominalis Cast. II y a lieu de supprimer Z. punc 
ticollis Chevr. et d etablir la synonymic de Z. abdominalis comme suit : 

Z. abdominalis Cast., syn. : puncticollis Chevr., in Gue r, Iconogr., 
p. 135, pi. 35, fig. 11, et Muls. et Wach., in Opus. 8, I, p. 73 ; fes- 
tiva Dej., Cat., 1837, p. 248. 

3. Zonitis fulvipennis Fabr., regarde avec doutes par Mulsant comme 
une variete de Z. 4-punctata Fabr., nous parait en effet devoir etre 
considere ainsi, d apres de nombreux individus que nous avons pu 
comparer. 

4. Tetraonyx cruciatus Cast, doit etre considere comme synonyme 
de T. 4-maculatus Fabr. D une part, en effet, Haag-Rutenberg (Stettin. 
Ent. Zeit., 1879) indique Z. cruciatus cornrne synonyme de T. cubensis, 
et Chevrolet, d autre part (Bull. Soc. ent. Fr., 1877, p. x), indique 
T. cubensis comme synonyme de C. 4-maculatus. Mes propres obser 
vations sur ces diverses especes me conduisent a admettre la synonymie 
ci-dessus. 

5. Cantharis fissiceps Haag-Rut. (Dent. ent. Zeitsch., 1880, Bresil) 
faisant double emploi avec C. (Eupompha) fissiceps Lee. (Journ. Acad. 
Phil., IV, 1858), je propose le nom tfinflaticeps pour Fespece de Haag. 

6. Cantharis lugubris Ulke (Bull. Brookl. Ent. Soc., IV, p. 42, Illi 
nois) faisant double emploi avec Epicauta lugubris King (Bresil), je 
propose le nom de C. Ulkei pour la premiere de ces especes. 

7. Epicauta niveolineata Haag-Rut,, loc. Himalaya (recueilli par At 
kinson), faisant double emploi avec E. niveolineata du meme auteur. 
loc. Mexico, je propose le nom d . Atkinsoni pour la premiere de ces 
especes. 



Seance du 13 novembre 1889. ccxm 

8. Je propose, d autre part, le nom d E. Dugesi pour remplacer celui 
d E. vittata Dug. qui fait double emploi avec E. vittata Fabr. 

9. Gemminger et Harold, par suite d une erreur que je n ai pu m ex- 
pliquer, attribuent comme synonymic a Mylabris caligata un soi-disant 
Epicauta femorata Sol. et un Lytta femorata Erichs. Ces deux auteurs 
n ont point decrit d insecte sous ce nom specifique, mais bien sous le 
nom de femoralis, et, de leurs descriptions concordarites, il resulte qu ils 
ont bien eu en vue un Epicauta on Lytta et non un Mylabris. II y a 
done lieu de retablir I espece E. femoralis Erichs. et de lui donner la 
synonymie suivante : 

T. femoralis Erichs., syn. : caligata (Mylabris) Eschsch. in litt.; 
Gemm. et Har., Gat., 1870, p. 2135 ; erythroscelis Berg, Ann. Soc. 
scient. Argent., XVI, p. 270. 

Berg proposait, en effet, le nom d erythroscelis pour remplacer le nom 
de femoralis Erichs. qui faisait double emploi avec Lytta femoralis Klug ; 
mais ce dernier est un spastica, et, par suite, la proposition de Berg 
devient inutile. 

10. Epicaula albovittata (Dej.) Haag.-Rut. esl considere par Berg 
(Stett. ent. Zeit., 1881, p. 304) comme synonyme de somnolenta (Dej.). 
E. albovittata Haag faisant double emploi avec E. albovittata Gestro, 
je- propose de rendre a la premiere de ces especes le nom de somno 
lenta. 

11. E. subvittata Haag.-Rut. (Deut. ent. Zeitsch., 1880, p. 47) faisant 
double emploi avec E. subvittata Erichs., on lui substituera le nom de 
vittula (Baulny), sous lequel cette espece est connue dans les collec 
tions. 

12. Je propose le nom de Mylabris Chevrolati a M. (Coryna) 12-punc- 
tata Ghevr., qui fait double emploi avec My 1. 12-punctata Oliv. 

13. Je propose cgalement le nom ftocellaris (Oliv., 1795), pour rem 
placer celui ftocellata (Oliv., 1790, meme espece), qui fait double emploi 
avec Myl. ocellata Pall. (1775). 

14. Enfin j indique le nom de Myl. persica pour remplacer celui de 
signata de Mars., qui faisait double emploi avec signata Fisch. 

M. H. du Buysson. Especes nouvelles d Elaterides (2 e partie) : 

4. ^EOLUS BIELLIPTICUS, n. sp. Long. 3 mill.; larg. 1,5 mill. 
Petit, elliptique, peu convexe ; pubescence d un gris roussatre, d un 
brim chatain a teguments diffusement macules de rougeatre testace. Tete 



ccx.iv Bulletin entomologique. 

d une coloration plus foncee qua le pronotum, mediocrement convexe, 
ponctuee; bord anterieur du front regulierement arrondi. Aritennes avec 
les trois premiers articles testace clair, les suivants rembrunis a la base, 
rougeatres an sommet; deuxieme et troisieme sube gaux, ctroits, obco- 
niques, formant a eux deux une longueur depassant a peine celle du 
quatrieme. Pronotum aussi long que large, regulierement arque sur les 
cote s, un peu moins retreci a la base en avant des angles posterieurs 
qu au sommet ; d un brun chatain rougeatre, avec une large tache tes- 
tace e occupant les angles posterieurs et se dirigeant obliquement dans la 
direction du milieu du bord anterieur; angles anterieurs non saillants, 
legerement arrondis, testaces, les posterieurs sans carene, assez longs, 
aigus, diriges en arriere; ponctuation simple. Elytres de la largeur du 
pronotum, fortement arque es sur les cotes dans leur milieu, ce qui 
donne a leur ensemble une courbure elliptique prononcee, stries peu 
profondes, fortement ponctuees, intervalles convexes couverts d un fin 
pointiile, ornees : 1 d une tache testacee longitudinale juxta-humerale; 
2 d une autre tache mediane s etendant au milieu de la suture, conti 
nuant sur le disque en forme d accent circonflexe dont une des branches 
de chaque cote (du cote externe) porterait un petit appendice de meme 
couleur remontant obliquement et parallelement a 1 autre branche 
jusque pres de la tache juxta-humerale, suture de teinte rougeatre meme 
en dehors des parties envahies par la tache. Ecusson rougeatre. Pattes 
d un testace clair, quatrieme article des tarses dilate en lamelle assez 
grande, plus large que i article lui-meme. 
Patrie : Syrie, coll. de M. le baron Bonnaire. 

Voisin de \JE. effusus Boh., mais de forme bien moins etroite, a pro 
notum plus elargi et d un systems de coloration differente. 

5. AGRIOTES BONNATREI, n. sp. Long., <?, 910 mill.; larg. 2,63 
mill. Long., $, 12 mill.; larg. 3,7 mill. D un testace plus ou moins 
clair, surtout sur Pabdomen, 1 ecusson, les pattes et les antennes, pas 
sant parfois au brun de poix sur le pronotum, les elytres et ie pro- 
sternum. De forme paraliele, deprimee chez le male; plus cylindrique 
chez la femelle. Pubescence courte, assez forte et couchee, d un gris 
roussatre. 

Tele fortement et densement ponctuee ; front anguleusement et peu 
profondement impressionne en avant, son bord anterieur re flechi en 
son milieu s avangant brusquement au-dessus du labre en forme de 
careue peu elevee et transversale, les cotes releves au point d insertion 
des antennes. Antennes robustes depassant les angles posterieurs 



Seance du 13 novcmbre 1889. ccxv 

du pronotum; deuxieme et troisieme articles obconiques, subegaux, 
formant ensemble une longueur a peine superieure a celle du qua- 
trieme. Pronotum manifestement plus long que large, iortement et 
densement ponctue, peu convexe et parallele chez le male; legerement 
e largi en avant et beaucoup plus convexe chez la femelle; retreci seule- 
ment au sommet, marque en arriere en son milieu d un sillon s effagant 
en arrivaril sur le disque; angles posterieurs courtement care nes, longs 
et aigus, peu ou pas divergents. Ecusson oblong, couvert du meme poin- 
tille ruguleux que les elytres. Elytres im peu plus de deux fois plus 
longues que le pronotum, de meme largeur ; paralleles au moins dans les 
deux tiers ante rieurs, plus obtuse ment arrondies en arriere chez la 
femelle, ponctuees-striees ; les intervalles plans, couverts d un pointille 
ruguleux. Ranches posterieures dilatees en dedans, de telle sorte que 
leur tiers interne est environ deux fois plus large que leur tiers externe. 
Pattes et antennes d un testace ferrugineux assez clair, meme chez les 
individus a coloration rembrunie. 

Get Elateride offre un peu 1 aspect de VAthous algirinus Gand., mais il 
appartient tout d abord au groupe des Agriotes par la carene marginale 
des cote s du pronotum visiblement flecliie en avant et se dirigeant vers 
le dessous de 1 oeil. On doit le ranger pres de VAgr. litigiosus Rossi, et 
il s en distingue facilement par sa forme deprimee (d 1 ) plus parallele 
surtout sur les cotes du pronotum, qui offre des angles posterieurs, 
courtement et peu visiblement care nes, plus longs et plus aigus, avec 
Pextrt mite plutot divergente que recourbee, pour se diriger franchernent 
en arriere. 

Alge rie, province d Oran, Guertoufa (coll. de M. le baron Bonnaire). 

M. Desbrochers des Loges adresse les diagnoses de quatre Gurcu- 
lionides nouveaux de 1 Algerie : 

1. SCYTHROPUS VARIABILIS. Long. 45 mill. - d* oblongus, sub- 
parullelus, $ subovata ; opacMS, viridi vel ferrugineo-squamosus, supra 
maculis pullidioribus obsoletissimis, punctisque denudatis sparsus ; an- 
tennis ferrugineis, postice bmnneis, pedibus testaceis, femoribus infus- 
catis, squamosis. Caput mediocre, oculis modice prominulis. Rostrum 
breve, postice denudato-elevatum, ac ferrugineum, carina elevata postice 
itistructum. Antennas elongate, articulo i funiculi sequente long ion f 
ultimis sat brevibus, clava tonga. Prothorax brevis, antice transversim, 
late impressus, a latere vix rotundatus. Elytra infra sculellum impressa, 



ccxvi Bulletin entomologique. 

anguste punctato-striata, interstitiis planis, pube obscura vix elevata 
proedita. Femora dente obtuso armata. 

Sidi-bel-Abbes ; Teniet-el-Had, in Junipcro ; Missherghin, in Thyia 
(Bedel). 

2. SCYTHROPUS CONFUSUS. Long. 4,55 mill. <$. Ovalus, viridi- 
squamosus, antennis pedibusque ferrugineis, femoribus infuscatis, capite, 
thorace, plaga elongata suturali, margineque elytrorum roseo-ferrugi- 
neis ; supra brevi&sime pubescens. Caput subelongatum, prothorace vix 
angustius, fronte subplana, puncto impresso. Rostrum subquadratum, 
apice subdenudatum, fcrrugineum, carina elevata, retro arcuata, pr f r- 
dita. Antennae sat graciles, articulis f uniculi 2 primis subxqualibus, 
posticis conicis, sat elongatis, clava mx infuscata. Prothorax brems, 
subinxqualis, a latere vix rotundatus. Elytra thorace valde latiora, hu- 
meribus angulatis, infra scutellum vix impressa, sat tenue punctato- 
striata, interstitiis subplanis. Femora sat valide dentata. 

Lambese. 

3. APION CILIARE. Long. 2,5 mill. Breviter ovatm, niger, opacus, 
antennis totis nigris, dense griseo-pubescens. Caput breviusculum, oculis 
magnis, modice prominulis, subtus pilis albidis ciliatis, fronte subtiliter 
striatula. Rostrum thorace vix longius, parum cylindricum, punclatum, 
opacum, apice nitidum. Antennse ante medium rostri inserts, graciles, 
parce hispidulse, articulis funiculi 2 primis subwqualibus, ultimis bre- 
viter conicis. Prothorax subtransversus, anterius magis constrictus, 
crebre punctatus, basi breviter canaliculatus. Elytra thorace latiora, a 
basi in media reclilineatim ampliata, striis punctatis sat profundis inter 
stitiis angustioribus, his rugulosis. Pedes simplices. 

Mont Edough. 

4. APION SEMKLERULANS. Long. 2,7 mill. Oblongo-ovatus, fere 
glaber, niger, sat nitidus, elytris obscure cteruleis. Caput elongatum, 
parum minus dense punctatum, vix striolatum, oculis parvis, subpromi- 
nulis. Rostrum subcylindricum, nitidum, vix punctulatum, valde arcua- 
tum, medio paulo crassius. Antenna ante medium rostri inserts, nigrsc, 
arliculis parum elongatis. Prothorax subtransversus, fere subcylindricus, 
sat crebre punctatus, basi fovea brevi prseditus. Pedes parum elongati, 
simplices, nitidiusculi. Subtus tenue pubescens. 

Biskra. 



Seance du 13 novembre 1889. ccxvii 

M. le D r Al. Laboulbene, apres avoir fait observer que les insectes, 
meme communs, etaient fort peu abondants pendant I automne aux 
environs de Saint-Denis-d Anjou (Mayerme), fait part des remarques 
suivantes : 

1 Tl a pris, cette annee, un individu $ de I Alophora aurigera decrite 
et figuree par lui dans nos Annales de 1884 (p. 17, pi. l re , fig. 5 et 6). 
C est la premiere fois depuis le grand hiver de 1879-1880 qu il a revu 
cette belle espece de Diptere. 

II a emis 1 opinion que le parasilisme de cette Alophora pent s exercer 
sur de grosses especes d Orthopteres, et il a trouve aussi, cette annee, 
des Acridiens ainsi que des Locustiens. Mais ce n est qu une presomp- 
tion ; il faudrait voir sortir du corps des insectes la larve parasite et 
assister a sa transformation pour avoir la certitude. 

2 Notre collegue s est assure que la Mesembrina meridiana, dont il 
montre une serie d exemplaires pris sur des fleurs frHeracleum sphon- 
dylium, eclot d une pupe d un marron vif, assez raccourcie, trouvee 
dans la bouse de vache. Ge n est que la confirmation d un fait deja observe 
par De Geer et Reaumur. 

3 II fait part a la Societe d experiences entreprises pour connaitre 
1 action du venin des insectes sur divers vegetaux. Ges recherches sont 
encore incompletes et les resultats ne pourront en etre fixes qu apres un 
grand nombre de constatations. 

4 Enfm, il parle des galles du Saule, produites par les Nematus, au 
point de vue de 1 evolution et de la constitution histologique de ces 
galles. 

M. J. Fallou, a propos de la note de MM. Ch. et R. Oberthur sur 
diverses localites propres a des varietes de plusieurs Lcpidopteres (Bull. 
1889, p. cc), presente les remarques suivantes sur 1 aberration femelle 
Leucomelas Esp., Dup., de VArge Galathea Hb. : 

Berce (Faune frang. des Lepidopteres) dit que cette aberration se 
trouve, mais assez rarement, c.a et la, avec Galathea, a Lardy et a Bondy. 
Lors de 1 excursion de la Societe entomologique dans la Lozere, en 
juillet 1863, j en ai pris communement un certain nombre d exemplaires 
a 1 Empezou, excellente localite, situtie a peu de distance de Florae. 



Jouaxa BIMENSUEL (Bulletin de la Society entomol. de France) iab9, n 22. 



CGXVIII Bulletin entomologique. 

En juillet 1869, lorsque la Societe* fit son excursion dans 1 Ardeche, 
j ai pu egalement capturer dans une petite localite, pres de Celle-les- 
Bains, 17 exemplaires de 1 aberration Leucomelas. Cette iocalite, d une 
forme triangulaire, avail deux de ses cotes bordes de ruisseaux, au bord 
desquels croissaient des Graminees. Le male typique d A. Galathea etait 
accouple avec la femelle de Leucomelas aberrante. Je n ai rencontre cette 
derniere nulle part dans les autres localites avoisinantes que j ai par- 
courues. 

J ai recolte les uns apres les autres et chaque jour, dans la matinee, 
les specimens designes plus haut. Mais je n ai pu trouver I explication 
de cette preference et pourquoi cette aberration habitait un endroit si 
restreint plutot que dans les environs, ou se rencontrait assez frequem- 
ment le type de l A. Galathea. 

M. E.-L. Ragonot donne les diagnoses de huit especes inedites de 
Phycites prises par M. Kowald, a Port-Moresby (Nouvelle-Guinee), qui 
lui out ete obligeamment donnees par lord Walsingham : 

1. PIESMOPODA AUROPURPURELLA Rag. Enverg. 20 mill. ?. Ailes 
superieures larges, convexes sur ia cote, blanchatres, lortement sau- 
poudrees de pourpre ; Jes ecailles pourpres, plus denses, formant une 
grandc tache dans I espace median apres la premiere ligne; 1 espace 
basilaire (sauf sur la cote) d uu jaune vif. Lignes transversales pales, la 
premiere coude e au milieu, la deuxieme legerement sinueuse. Ailes 
inferieures semi-transparentes, d un brun noiratre pale; tele pourpre; 
le thorax jaune. 

Voisine de columnella Z. 

2. PIESMOPODA MIMELLA Rag. Enverg. 20 mill. $. Ailes supe 
rieures etroites, d un gris blanchatre, saupoudrecs de noiratre sur les 
bords et les nervures; lignes transversales pales, liserees de noiratre, 
la premiere oblique, precedee, a quelque distance, d une crete d ecailles 
noires en relief; la deuxieme ligne sinueuse, bombee au milieu; une 
lunule noiratre, interrompue, sur le disque. Ailes inferieures transpa- 
rentes, blanchatres, des laches diaphanes a la base. 

Voisine de Laidion Z. 

PALIBOTHRA, gen. nov. 

Voisin de Nephopteryx. Antennes fortement aplaties, nues, sinueuses 
pres de la base, avec une tres forte touffe ; Particle basilaire gros; palpes 



Seance du 13 novembre 1889. ccxix 

ascendants, forts a la base, altenues au sommet, creux ; palpes maxil- 
laires invisibles. Ailes superieures courtes, avec onze nervures libres, 
sauf 9 qui est tigee sur 8. Ailes inferieures avec huit nervures; les 
rameaux de la mediane formant un triangle, 2 de Tangle, 4 et 5 tigees, 
3 et 5 paraissant tigees. 

3. PALIBOTHRA FUSCOGRISELLA Rag. Enverg. 18 mill. cf ?. Ailes 
superieures peu elargies au sommet, convexes sur la cote, d un gris bru 
natre, lavees et saupoudrees de brunatre et de noiratre, surtout sur les 
bords et les nervures ; lignes transversales pales, ombrees de brun noi 
ratre, surtout dans 1 espace median, la premiere oblique, formant un 
un petit angle sur la nervure dorsale; la deuxieme oblique, sinueuse. 
Points discoidaux indistincts. Ailes inferieures grises, plus foncees sur 
la cote et les nervures. 

4. SALEBRIA MOESTELLA. Enverg. 20 mill. $. Ailes superieures 
assez etroites, arrondies sur la cote, d un noir profond, sans lignes 
transversales, la premiere indiquee seulement par un point blanc inter- 
rompant une courte strie d un noir veloute sur la nervure dorsale, au- 
dessous d une tache assez grande d un ocrace rougeatre sur le pli. Ailes 
inferieures d un gris brunatre. 

Voisine de Morosalis Saal. 

5. SALEBRIA EUZOPHERELLA Rag. Enverg. 26 mill. Ailes supe 
rieures larges, fortement arquees pres de 1 apex, verticales sur le bord 
externe, d un ocrace sale au sommet, le reste fortement lave de brun 
rouge mele de noir, plus foncees sur le bord interne, la partie foncee 
limitee par une ligne noiratre s etendant obliquement des deux tiers du 
bord interne a la cote pres de 1 apex. Lignes transversales tres rappro- 
chees, plus ecartees sur le bord interne, la premiere verticale au milieu, 
rentrant plus obliquement sur la cote et sur le bord interne vers la 
base ; la deuxieme pale, tres distincte, oblique, bombee au milieu, for 
tement liseree de noir. Ailes inferieures d un brun noir uni ; la tete 
ocrace pale. 

Pres de formosa Hw. 

6. LAODAMIA PERNIGERELLA Rag. Enverg. 23 mill. ?. Ailes supe 
rieures etroites, un peu convexes sur la cote, d un noir profond, sans 
dessins autres qu une ligne marginale d un noir veloute. Ailes infe 
rieures transparentes, irisees, d un gris brunatre tres pale. Palpes avec 



ccxx Bulletin entomologique. 

le deuxieme article noir, elargi au sommet par devant; le troisieme 
article jaunatre. 

Pres frcenochroella Rag. 

7. SIGMARTHRIA ASpiciELLA Rag. Enverg. 22 mill. <f. Tres voi- 
sine de palpella Rag., en differant par sa couleur brunatre pale, plus 
foncee a la base, fortement saupoudree de noiratre et de gris cendre, 
avec une teinte rosee, la premiere ligne suivie d une liture costale trian- 
gulaire, allongee, d un rouge brique, les points discoi daux reunis en une 
lunule noiratre. Dessous saupoudre de noir au milieu. Ailes inferieures 
transparentes, jaunatres, saupoudrees d ecailles noires seulement dans 
la cellule et sur la nervure mediane, en dessous avec seulement quelques 
ecailles dans la cellule ; la cote et les nervures roussatres. 

PAPUA, gen. nov. 

Antennes epaisses, aplaties, faiblement crenelees, pubescentes, si- 
nueuses, la touffe forte, Particle basilaire tres large, les palpes labiaux 
tres longs, ascendants, depassant de leur moitie le vertex, les palpes 
maxillaires et la trompe invisibles. Les ailes superieures allongees, assez 
etroites, un pen arrondies sur la cote; onze nervures, toutes libres de la 
cellule, sauf 8 et 9 ; les ailes inferieures avec huit nervures, la cellule 
longue, 4 et 5 tigees, 7 et 8 soudees a un point, 3 de Tangle. 

Voisin de Emmalocera. 

8. PAPUA LATILIMBELLA Rag. Ailes superieures ocracees, forte 
ment lavees de brun rouge entre les nervures (qui sont peu apparentes), 
plus fortement sur le pli dorsal, a la base et au-dessous d une large 
strie costale blanchatre legerement teintee de roussatre sur le bord. 
Ailes inferieures semi-transparentes, d un jaune brunatre, plus foncees 
sur les nervures et la cote. 

E. D. 



Bulletin bibliographique 

Academic des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de O, 
1889, 2 e sem., n os 17 et 18. Q ~ N 19 - A - GIARD. Sur la castration 
parasitaire des Typhlocyba par une larve d Hymenoptere (Aphelopus 
melaleucus Dalm.) et par une larve de Diptere (Atelenevra spuria 

Meig.)- 



Seance du 13 novembre i889. ccxxi 

Annals and Magazine of Natural History, 6 e ser., IV, 23. E. B. POUL- 
TON. M. A. G. Butler s Remarks upon distateful Insects. G. 0. 
WATERHOUSE. Descriptions of two new Bhynchophorous Goleoptera 
from the Louisiade Archipelago. J. WOOD-MASON. Monograph of 
Phyllothelys a Genus of Mantodes peculiar to the Oriental Region (fig.). 
G. J. GAHAN. Note on the Variation of the Mandibles in the Males 
and Descriptions of the Females of the Prionidous Genera Prioty- 
rannus and Cacosceles. 

Bulletin d Insectologie agricole, XIV, 10, 1889. A. WALLES. Extraits 
des Memoires presented a la Societe centrale d apiculture et d insec- 
tologie : Sur les moyens de combattre le Hanneton et sa larve. 
LIGNIERES. Le Puceron lanigere. A. RAME. Congres de Zoologie. 

Entomologische Nachrichten, XV, 21, 1889. J. SCHMIDT. Neue Histe- 
riden, I. 

Entomologist s monthly Magazine (The), 1889, n 309. E. SHAW. Sy 
nopsis of the British Orthoptera. R. MAC LACHLAN. Trichoptera 
collected in Iceland by Mr. P. B. Mason in the summer of 1880. 
R. H. MEAD. Second Supplement to annotated list of British Antho- 
myiidx. J. W. DOUGLAS. A new species of Anthocoris. G. F. 
MATHEW. Description of the Iarva3 of two species of Ismene from 
Eastern Africa. Notes di verses. R. G. R. JORDAN. Notes on some 
Lepidoptera captured in Norway. 

Feuillc des Jeunes Naturalistes, 1889, n 229. H. DU BUYSSON. Ghasse 
dans les Champignons qui croissent sur les arbres, piege a truffes. 

Naturaliste (Le), l er novembre 1889. F. PLATEAU. La ressemblance 
protectrice du mimetisme chez les Araignees. 

Beale Accademia del Lincei (Atti delta), 1889, V, 2 sem., fasc. 3 et 4. Q 

Societe entomologique de Belgique, Gompte rendu du 5 octobre 1889. - 
E. ROUSSEAU. Quelques Coleopteres rares captures en Belgique. 

Societe royale du Canada (Memoires et Comptes rendus de la) pour 1 anne e 
1888, t. VI. Q 

Zoological Society of London (Proceedings of the), 1889, III. 0. P. 
CAMBRIDGE. On a new Trap-door Spider from Brazil (fig.). M. JA- 
COBY. List of Crioceridx, Cryptocephalidx, Chrysomelidx and Galle- 
rucidx collected in Venezuela by M. E. Simon, with Descriptions of the 
new Species. A. G. BUTLER. Description of a new Genus of Moths 
belonging the Geometrid Family Euschemidse (1 pi. n.). W. F. 
KIRBY. Descriptions of a new Genera and Species of Odonata in the 



ccxxii Bulletin entomologique. 

Collection of the British Museum, chiefly from Africa (fig.). 
H. W. BATES. On new Genera and Species of Coleopterous Insects 
from Mount Kinibalu, North Borneo. 



ATKINSON (E. T.). Notes on Indian Rhynchota : Heteroptera, I a V 
(Journ. As. Soc. Deng.), 1887-88. * 

ID. Homoptera Indica (loc. cit.), 1884-86, 223 p. * 
BERG (C.). Un capitulo de Lepidopterologia, Buenos-Ayres, 1888, lop. * 
ID. Quadraginta Coleoptera nova Argentina (An. Un. B.-Ayres), 1889, 

55 p. * 
DENTON (S. W.). Early Stages of Grapta J.-Album. (Re uni a la note 

G. H. French.) 

FALLOU (J.). Compte rendu de 1 Exposition : Sericiculture, Insectes utiles 
et nuisibles (Rev. Sc. appliq.), 1889, n 16, 5 p. * 

FRENCH (G. H.). Some Texas, Arizona and California Moths (Canad. Ent.), 
1889. * 

GADEAU DE KERVILLE (HENRI). Les animaux et les vegetaux lumineux. 
Paris, 1890, 42 p., 49 fig. * 

HEYDEN (D r L. VON). Die Kafer von Nassau und Frankfurt, 5 e partie 
(Jarhb. d. Nass. Ver. f. Nat.), 1889, 40 p. * 

SAHLBERG (JOHN). Enumeratio Coleopterorum brachelytrorum FenniaB, II, 
Enumeratio Coleopterorum clavicornium FenniaB. Helsingfors, 
1889, 152 p. * 

SIMON (E.). Voyage au Venezuela : Arachnides, pas SIMON (Ann. Soc. 
ent. Fr., 1889). Dytiscida3 et GyrinidaB, par REGIMBART (loc. cit., 
1888). LathridiidaB, par BELON (loc. cit.). Temnochilides, par 
LEVEILLE (loc. cit.). CucujidaB, RhysodidaB, DryopidaB, Cyathoce- 
ridaB, HeteroceridaB, par A. GROUVELLE (loc. cit.). HisteridaB, par 
LEWIS (Ann. Mag. Nat. Hist., 1889). CrioceridaB, Cryptocepha- 
lidaB, ChrysomelidaB, GalerucidaB, par M. JACOBY (Zool. Soc. Lond., 
1889). * 

ID. Arachnid* transcaspicas ab ill. D r G. Radde, D r A. Walter et 
A. Conchin inventaB, 1886-87 (Verh. K. K. zool. bot. Gesells. Wien), 
1889, 14 p. * 

SMITH (J. B.). Preliminary Catalogue of the ArctiidaB of temperate North 
America, with notes (Can. Ent.), XXI, 1889, 7 p. * 



Seance du 27 novembre 1889. ccxxin 

SMITH. Contributions toward a Monograph of the Noctuidae of North Ame 
rica : Revision of the species of Pseudanarta (Ent. Am.), 1889, 
op.* 

ID. Contributions toward a Monograph of the NoctuidaB of Temperate 
North America : Genus Oligia Hiibner, fig. (loc. cit.), 1889, 8 p. * 

ID. Contributions toward a Monograph of the Noctuida3 of Temperate 
North America : Revision of the species of Oncocnemis (Trans. Am. 
ent. Soc.), 1889, 2 p., 1 pi. * 

A. L. 



Seance du 27 novembre 1889 

Presidence de M. le D r ALEX. LABOULBfiNE 

Ne crologie. M. le Secretaire annonce la mort de M me Autran-Merman, 
decedee recemment a Bordeaux (Gironde), et qui etait membre de la 
Societe depuis 1887. 

Lectures. M. P. Lesne donne lecture d un memoire intitule : Des 
criptions de la larve de rEntomoscelis Adonidis Pallas et de la nymphe 
du Quedius tristis Gravenhorst (frontalis Nordman). Travail accompagne 
d une planche. 

M. J--M.-F. Bigot adresse deux memoires faisant suite a ses Di- 
pteres nouveaux ou peu connus : 1 Bombylidi; 2 Dolichopodi. 

Communications. M. le President dit que notre collegue M. Emile 
Renault, de Chaumont, vient d etre nomine ofilcicr d Academie, a la 
suite de 1 Exposition universelle, pour son Iconographie des Lepido- 
pteres de France qu il a communiques a la Societe. 

M. John Hartley Durrant, de Londres adresse les observations syno- 
nymiques suivantes relativement a divers Lepidopteres : 

1 EUDODACLES Snell. = genre CLADODES Hein. 

A la page xcix du Bulletin de 1889, M. Ernest Olivier a attire 1 atten- 
tion de la Societe sur ce fait que le nom de Cladodes, donne par Heine- 
man a un genre de GelecMdae, a ete deja employe par Solier en 1849 
pour un genre de Coleopteres. Dans le Tijd. v. Entom., XXXII, 
p. 204 (1889), M. P. C. T. Snellen a baptise a nouveau le meme genre 
du nom de Eudodacles, nom qu il doit desormais conserver. 



ccxxiv Bulletin entomologique . 

2 XYSTOPHORA Hein., Swk., genre DOUYPHORA Heiu. 

II est curieux de remarquer combien pen de microlepidopteristes ont 
observe la correction suivante : Schm. Deutsch. und Schweitz., II (2), 
Tabelle der Gattungen, p. b., 1877, Xystophora Statt., Doryphora, 
welcher nam schon an eine Kafer Gattung vergeben ist . II y a un 
genre Xytophorus Richardson, Deutsch. Erb. und Ten. (1845), dcja em 
ploye ; mais la loi de priorite ne semble pas avoir ete appliquee avec 
rigueur dans des cas semblables. 

3 Genre CHORISTONEURA Mab. 

M. Paul Mabille a donne ce nom a un nouveau genre d Hesperides 
qu il a decrit dans le Bulletin (Ann. Soc. ent. Fr., 1889, p. CLVII). Je 
desire lui faire remarquer que ce nom a deja ele employe par Lederer 
pour un genre de Tortricidx (Wien. Ent. Monats., Ill, p. 242, 1859). 

M. Poujade montre a la Societe un individu de la Lyda reticulata 
Lin. pris par M. Bedel, a Montbard (Cote-d Or), en mai dernier. Gette 
jolie espece de Tenthredinide parait etre rare et se trouve, suivant 
M. Edm. Andre, en France, en Allemagne, en Autriche, en Suede et en 
Russie. 

La larve vit sur le pin (Pinus sylvestris) et alteint une taille remar- 
quable, d apres Ratzeburg. 

M. le D r Chobaut, d Avignon, adresse la note suivante : 

M. Gehin a signale le Carabus monilis F. dans le departement de Vau- 
cluse. M. Fauvel s en etonne a bon droit, dans sa Faune gallo-rhenane, 
et fait remarquer que cette espece parait manquer dans la zone medi- 
terraneenne. 

Or, dans le courant de cet ete, nous avons pu faire une constatation 
qui va mettre d accord ces deux observateurs. A la mi-juillet, nous 
avons fait 1 ascension du mont Ventoux, qui s eleve a 1,908 metres au- 
dessus du niveau de la mer. Non loin du sommet, vers 1,830 metres 
d altitude, nous avons pu capturer, dans une petite prairie, en soule- 
vant des pierres, dix exemplaires (quatre J, six $) de Carabus moni 
lis F. Ces dix individus se rapportent tous au type de 1 espece. L un est 
d un bronze cuivreux, 1 autre noir, les autres plus ou moins bleuatres. 

Le Carabus monilis se trouve done bien dans le departement de Vau- 
cluse ; mais on ne 1 y rencontre que dans la region alpine ; en sorte 
qu il manque bien aussi dans la region mediterrane enne proprement dite. 



Seance du 27 novembre 1889. ccxxv 

M. Desbrochers des Loges presente quelques observations au sujet 
de la synonymie de diverses especes du genre Scythropus et de plusieurs 
autres especes du meme groupe : 

Mon tableau des Scythropus etait a 1 impression, lorsque parurent 
plusieurs especes de ce genre decrites par M. L. Fairmaire et qui ont 
Panteriorite. Les indications du dernier Catalogue de M. de Marseul : 
socius mihi = pineti Fairm., longus mihi = oxycedri Fairm., me pa- 
raissent exactes. Je n en dirai pas autant du S. Raffrayi, considere 
comme variete de S. Lethierryi; la largeur du front entre les yeux, 
la pubescence differente et surtout la forme parallele des elytres (<$ ?) 
chez le S. Raffrayi, a 1 encontre de ce qui a lieu chez le S. Lethierryi, 
dont les elytres sont elargies ($), les distinguent nettement. 

M. Fairmaire, ayant eu 1 obligeance de comparer un de mes types du 
Polydrosus Oberthiiri avec le Scythropus phseniceus, a reconnu 1 identite 
des deux insectes. L indication Tanger pour le P. Oberthiiri, au 
Catalogue de Marseul, est erronee. Peut-etre a-t-elle amene 1 auteur a 
ajouter en synonymie, dubitativement, le Polydrosus cinctus (1), qui est 
absolument different par la forme de la tete, 1 absence de plaque lisse 
au rostre, et surtout par la forme tres allongee des derniers articles du 
funicule des antennes et les interstries convexes. Le Catalogue a u rait 
du citer, pour le S. phxniceus, la description meme et non un comple 
ment de cette description. II faut aussi substituer Balna a Tanger 
pour le S. oxycedri, loc. cit. 

J ai fait erreur, a mon tableau des Scythropus, en considerant comme 
etant le S. Warioni, dont je ne connaissais, a cette epoque, que la des 
cription, 1 espece que je viens de decrire sous le nom de confusus, Ce 
nom devra done remplacer celui de Warioni au tableau precite. 

Je terrnine par les remarques suivantes : J ai re^u de M. Reitter, sous 
le nom de Phyllobius Marix, un insecte absolument ideutique au Me- 
tallites, var. robustus Db., StierL, et sous le nom Pseudoscythropum 
taygetanus, un autre insecte qui ne differe nullement du P. apollinis. 

Le Metallites Javeti mihi est bien identique au Cneorhinus pubescens 

(l) On trouve, en Sicile, une autre espece de Polydrosus, voisine de celle-ci 
pour la coloration, et que je de"crirai sous le nom de -P. Faillce clle se rap- 
proche du P. armipes dont elle se distingue par sa tete bien plus petite, 
ses elytres assez courtes, et aussi du P. chrysocephalus, mais ce dernier a les 
dents des cuisses obsoletes. 



JOURNAL BIMENSUEL (Bulletin de la Societe entomol. de France) 1889, ii" 23. 



ccxxvi Bulletin entomologique. 

All., ainsi que je 1 ai reconnu depuis fort longtemps par la communi 
cation du type de ce dernier; mais cette espece n est pas a sa place dans 
le sous-genre Attactagenus , car c est un Metallites, et je puis meme 
affirmer, maintenant, apres avoir suivi tres attentivement la descrip 
tion du M. globosus de Gyllenhal, que c est bien la meme espece dont 
j aurai rec,u, dans le temps, un faux type, apparteuant a la forme plus 
ramassee du M. murinus. 

Le Sciaphilus sulcirostris Chevr., que le Catalogue precite met en 
synonymic de Platytarsus aurosus, peut-etre d apres I indication erronee 
de M. Siedlitz (Otiorynch.), est une espece absolunient distincte, notam- 
ment par les soies des elytres. 

Enfm, c est a tort que M. de Marseul (loc. cit., p. 386) m attribue la 
paternite du Sciaphilus ovipennis, decrit par M. Gh. Brisout de Barne- 
ville. 

Dans le n 7 de la Revue d entomologie, M. Fauvel (loc. cit.) hasarde 
plusieurs reunions d especes que je ne puis accepter : 

Page 197 : Holcorrhinus metallicus Db. = Omias indutus. J avoue 
n avoir aucune sotivenance d avoir decrit la premiere espece. 

Page 198 : Magdalis cseruleipennis Db. = ? violacea L. (Heydeni vere- 
sim). La structure des elytres et notamment celle des interstries, evi- 
demment granules, au lieu d etre netteinent ponctues, s oppose a cette 
reunion. J ai resume les differences d une maniere suffisante dans le 
tableau de ma Monographie. 

Meme page : Apion distinctirostre Db. = cruentatum... (veresim). 
Telle qu elle est presentee, la reunion n a pas de sens. II est a presumer 
qu on a voulu mettre distincticolle , espece assez voisiue de PA. 
cruentuvi, mais absolument distincte, en outre de la taiile plus grande, 
par le prothorax allonge, les stries non distinctement cre uelees de gros 
points et bien moins larges que les interstries, etc. 

M. Cl. Key, de Lyon, transmet la description de la larve et de la 
nymphe du Dermestes vulpinus Fabr. (1) : 

1 LARVE. Long. 11 mill.; larg. 4 mill. Corps hexapode, tres 
epais, convexe, attenue en arriere, peu brillant, brunatre, varie de roux ; 

(1) N ayant trouv6 cette larve decrite ni dans Ferris, ni dans les autres au- 
teurs, ni indiquee comme connue dans Jacquelin Duval, Gemminger et de Harold 
et de Marseul, je crois devoir en donner la description detaille e. 



Seance du 2? novembre 1889. ccxxvii 

partout herisse do soies raides, subhispides et redressees, mediocrement 
longues et d un roux obscur, souvent divergentes et par faisceaux. 

Tete moins large que le prothorax, subruguleuse, ferrugineuse, pale 
anterieurement ; parsemee de soies moins raides, plus pales, entre- 
melees de quelques autres bien plus longues. Labre d un roux testace, 
transverse, sinue-entaille au sommet. Mandibules robustes, brillantes, 
noires excepte a leur extreme base, bidentees au bout. Palpes d un roux 
testace, les maxillaires de 3 articles graduellement moins epais. 

Yeux represented par un groupe de 5 ocelles lisses, situes au-dessus 
de 1 insertion des antennes. 

Antennes courtes, rousses, de 3 articles ; le l er epais en forme de 
socle, insere dans une espece d ombilic ; le 2 e allonge, subcylindrique 
ou a peine plus large vers son extremite ; le dernier petit, beaucoup plus 
grele, implante au cote interne de la troncature du precedent, conique, 
paraissant confusement sublobe au bout, a article supplemental nul ou 
indistinct. 

Prothorax transverse, fortement setoselle, brunatre, avec la marge 
laterale et une bande longitudinale mediane d un roux testace ; celle-ci 
un peu prolonged de chaque cote le long de la base. Me sothorax et me ta- 
thorax bien plus courts, fortement hispido-setoselles, brunatres, avec une 
bande dorsale rousse faisant suite a celle du prothorax et egalement 
dilatee de chaque cote le long de la base. 

Abdomen epais, attenue en cone en arriere, fortement mais peu dense- 
ment hispido-setoselle, avec les soies mediocres, entremelees de soies plus 
longues et subfasciculees ou se croisant comme des chevaux de frise ; 
compose de 9 segments tres courts, subegaux ; d un brun un peu bril- 
lant, avec la marge apicale de chaque segment paree d une ceinture 
deprimee, lisse, d un roux testace, graduellement plus etroite et moins 
tranchee dans les derniers segments, nulle sur les cotes ou reduite a la 
region dorsale ; offrant, en outre, sur le milieu de celle-ci une bande 
longitudinale rousse faisant suite a celle des pieces thoraciques, mais 
de moins en moins apparente en approchant de Fextremite, ou bien 
reduite seulement a une tache triangulaire confuse, liee au bord poste- 
rieur ; les 4 e a 9 e segments fortement creneles-denticules le long de leur 
base, excepte sur les cotes ; le 9 e etroit, arme, en outre, de deux forts 
crochets, a pointe aceree et recourbee en 1 air. 

Dessous du corps un peu moins convexe, fortement et densement 
hispido-setoselle, brunatre, avec la base du ventre parfois plus pale en 
son milieu ; 1 anus roussatre et le dessous de la tete d un roux testace. 

Pseudopode tres court, en cone tronque. 



CCXXVHI Bulletin entomologique. 

Pieds assez courts, hispido-setoselles, d un roux testacc, avec les 
hanches plus ou moins rembrunies. Cuisses subcomprimees. Tibias for- 
tement attenues a leur extremite. hispido-denticules en dessous, termi- 
nes par un crochet solide, acere, subarque, rembruni au bout. 

PATRIE. Cette larve a ete trouvee par mon ami M. Simon Guillebeau, 
aux Brotteaux, pres Lyon, contre le mur de la gare des marchandises. 
au nombre de deux exemplaires, que j ai eu la chance de faire aboutir. 
Elle y avait sans doute etc importee parmi des denrees, car 1 insecte 
parfait, commun a Marseille et autres villes maritimes, est rare a Lyon, 
oil on le rencontre quelquefois dans les habitations. 

OBS. La forme est plus ramassee et plus epaisse que dans toute autre 
espece, avec les soies moins longues, moins serrees, mais plus raides 
et plus epineuses. 

2 NYMPHE. Les trois segments thoraciques s entrouvrent sur le dos 
pour laisser passage a la nymphe, qui reste plus ou moins longtemps la 
partie posterieure engagee dans la depouille de la larve. Elle est molle, 
d un blanc paille, avec les yeux brunatres ; revetue d une tres fine pu 
bescence blonde, assez longue ct redressee, sensiblement plus courte sur 
le devant du prothorax et sur les derniers segments de I abdomen. Elle 
est criblee, excepte sur la tete et le dessous du corps, de petits points 
ferrugineux, avec pourtant une tres etroite ligne longitudinale plus lisse 
et un espace egalement imponctue de chaque cote du disque du protho 
rax. L ecusson est bien pressenti ; les elytres et les pieds, comme tou- 
jours, sont replies en dessous. Les 2 e a 6 e segments de I abdomen offrent, 
a leur bord posterieur, un bourrelet rougeatre non prolonge sur les 
cotes, et chaque segment suivant prcsente. en regard, a sa base, une 
arete assez tranchante, de memo couleur, mais un peu plus courte, 
subarquee et enclosant entre elle et ledit bourrelet du segment precedent 
un intervalle transversal, lisse et translucide. Le dernier segment, 
comme dans la larve, est arme de deux crochets solides, aceres, sub- 
arques, blancs, a pointe noire. 

La nymphose a dure cinq semaines, du 17 septembre au 23 octobre. 
et, sans doute, a 1 etat de liberte, elle eut dure moins. L insecte par 
fait, fraichement eclos, est entierement revetu d une fine pubescence 

pruineuse, grise. 

E. D. 



Seance du 27 novembre 1889. ccxxix 



Bulletin bibliographique 

Acade mie des Sciences (Comples rendus hebdomadaires des seances de I ), 
1889, 2 e sem., 20 et21. Q 

Kntomologische Nachrichten, XV, 22, 1889, - - A. MOCSARY, Moriogra- 
phies Ghrysididarum orbis terrarum universi (Analyse). A. QUE- 
DENFELT. Zwci neuG afrikamsche Tenebrioniden. L. GLASER. 
Einige entomologische Beobachtungen. 

Insect-Life, II, 4, 1889. The Horn Fly (fig.). C. V. RILEY. Some 
Insect Pests of the Household. Bed-Bugs and Red Ants (fig.). - 
H. OSBORN. Identity of Schizoneura panicola Thos. and S. corni Fab. 

F. M. WEBSTER. Notes on the Breeding and other Habits of some 
Species of Curculionidaj, especially of the genus Tyloderma. 
Lord WALSINGHAM. Steps towards a Revision of Chambers Index, 
with Notes and Descriptions of new Species. 

Naturaliste (Le), 15 novembre 1889. -- F. PLATEAU. La ressemblanco 

protectrice et le mimetisme chez les Araignees. 
Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, II, 11, 1889. 

E. OLIVIER. Faune de 1 Allier : Goleopteres (suite). 

Societas entomologica, IV, 16, 1889. C. SCHMID. Schlesische Coleo- 
phoricdenraupen und deren Saeke. G. FREYER. Ueber Rhyncho- 
phorus Schach, F. palmarum Herbst. F. RUHL. Beitrag zur kri- 
tischen Sichtung der Melitseen-Gruppe Athalia Rott., ParthenieBork. 
und Aurelia Nick. F. LANG. Ueber Stauropus fagi. 

Socie te des sciences historiques et naturelles de I Yonne (Bulletin de la), 
1889. O 

Zoologists (Le), octobre 1889. - - FAUCONNET. Tableau synoptique des 
especes du genre Clonus Glairv. BIAL DE BELLERADE. Catalogue 
des insectes Goleopteres du departement de la Gironde. 



ANDRE (EDM.). Species des Hymenopteres d Europe el d Algerie, IV, 

35 e fasc., 1889, 2 pi. * 
BERGROTH (E.). Gommentarius de Aradidis in Burma et Tenasserim a 

L. Fea collectis (Ann. Mus. civ. Gen.), 1889, 10 p., 1 pi. * 



ccxxx Bulletin cntomologique. 

BRENSKE (E.). Zwei neue Melolonthiden aus Neu-Guinea (Wien. ent. 
Zeit.), 1889, 2 p. * 

ID. Ueber Melonthiden, I (Deutsch. ent. Zeits.), 1886, 13 p. II (Bull. 

nat. Mosc.), 12 p. * 
GIARD (A.) Sur la castration parasitaire des Typhlocyba par une larve 

d Hymcnoptere (Aphelopus melaleucus Dalm.) ct par une larve de 

Diptere (Atelenevra spuria Meig.) (G. R. Acad. Sc.), 1889, 4 p. * 
LEVEILLE (A.). Voyages de M. E. Gounelle au Bresil : Temnochilides 

(Ann. Soc. ent. Fr.), 1889, 4 p. * 

RADDE (D r GUSTAV). Die Fauna und Flora des siidwestlichen Caspi- 
Gebietes. Wissenschaftliche Beitrage zu den Reisen an der Persisch- 
Russischen Grenze von D r G. Radde unter Mitwirkung von D p 0. 
BOTTGER, E. REITTER, D r EPPELSHEIM, A. CHEVROLAT, L. GANGLBAUER, 
D r G. KRAATZ, HANS LEDER, HUGO CRISTOPH und D r G. v. HORWATH. 
3 pi., 1886. Ouvrage acquis pour la Bibliotheqtie. 

WRITHE AVES (J. F.). Contributions to Canadian paleontology, I, p. 2 
(Geol. nat. hist. Surv. Can.), 1889, 196 p., 26 pi. n. * 

A. L. 



Seance du If decembre 1SSO 

Pr^sidence de M. P. MABILLE, vice-president 

M. H. du Buysson, de Brout-Vernet, assiste a la seance. 

Necrologies. M. A.-L. Clement fait savoir que M. Jules Delahaye, qui 
s occupait specialement de la recherche et de 1 etude des Lepidopteres 
d Europe et qui etait membre de la Societe depuis 1872, vient de mourir 
subitement a Lardy (Seine-et-Oise) , le 9 decembre 1889, dans sa 
soixante-quatrieme annee. La Societe prie M. Clement de lui donner 
une notice sur la vie et les travaux entomologiques de notre regrette 
collegue. 

M. le Secretaire annonce egalement la mort de : 1 M. Paul-Louis 
Gandolphe, decede le 7 decembre 1889, a Levallois-Perret (Seine), a 
1 age de soixante-dix ans. M. Gandolphe, qui appartenait a la Societe 
depuis 1857, s occupait specialement de 1 etude des insectes de 1 ordre 
des Coleopteres ; 



Seance du 11 de cembre 1889. ccxxxi 

2 M. J.-B. Gehin, decode a Remiremont (Vosges), le 2 decembre 
1889, dans sa soixante-lreizieme annee. M. Gehin, membre de la Sociele 
depuis 1842, etudiail specialemenl les Coleopteres de la famille des Ca- 
rabiques. 

Candidats pre sente s pour 1890. 1 M. Francois Decaux, rue du Mar- 
che, 8, a Neuilly (Seine) (Coleopteres d Europe), presenle par M. de 
Marseul. Gommissaires rapporteurs : MM. Bedel et Leveille ; 

2 M. Constantin Dumont, horloger, rue Leon-Cognel, 13 (Lepido- 
pteres et Coleopteres d Europe), presenle par M. Heulz. Gommissaires 
rapporteurs : MM. Denfer et Poujade ; 

3 M. Louis Dupont, capitaine en retraite, rue du Rocher, 34 (Entomo- 
logie generate, surtout Lepidopteres et Coleopteres) f presente par M. Heulz. 
Gommissaires rapporteurs : MM. Desmarest et Lucas. 

Decisions. La Societe entend lecture d un rapport de son Conseil au 
sujet de diverses propositions dont elle lui avail renvoye 1 e tude. 

Apres deliberation, elle prend les decisions suivantes : 

1 Aucun numero trimestriel de nos Annales ne pourra etre reclame 
gratuitement par les membres de la Societe un an apres la date de leur 
publication. Gette date sera constatee par une insertion an Bulletin ; 

2 II pourra etre delivre a tout membre a vie, a litre de prime, dix 
volumes a choisir dans les Annales anlerieures a 1881 donl le slock 
excede quaranle exemplaires. Le membre exonere pourra prendre un 
exemplaire des Tables generales des Annales do 1861 a 1880 en rem- 
placement d un volume d Annales ; 

3 Le prix des Tables generales des Annales de. 1861 a 1880, par 
M. Ed. Lefevre, est fixe desormais a 10 francs an lieu de 24 francs. 

Correspondence. M. Charles Alluaud adresse, de Las Palmas (chef- 
lieu de la grande Ganarie), 20 novembre 1889, une lellre relative a son 
voyage enlomologique : 

Noire collegue, des son arrivee a Sanla-Grux-de-Teneriffe, le 18 no 
vembre, par un lemps ressemblanl a noire mois d aout, apres avoir 
escalade une de ces collines de chiquelees qui dominenl la rade, s esl 
trouve au milieu de la faune des Euphorbes, qui caracterise si bieii 
1 archipel des Canaries, a pu deja voir voler des Libellules, des Lepido- 
pleres el conslaler la presence de divers autres insectes. 



ccxxxn Bulletin entomologique. 

Le lendemain, il s embarqua pour Las Palmas, ou, le 19, il fit sa pre 
miere excursion dans un de ces ravins profonds nomme barrancos, au 
fond desquels 1 eau est abondante. La, il prit trois especes de Gyrinus 
(urinator, Dejeanii el striatus), divers autres Hydrocanthares et petits 
Carabiques ; mais, ce qui est plus remarquable, il trouva le Pheropso- 
phus hispanus, un Pselaphus et de nombreux Apotomus : ce dernier 
genre non encore signale des Canaries. 

Je ne m attendais pas, ajoute M. Alluaud, a tronver autant d insectes 
en cette saison, mais il est neanmoins evident que la recolte est 
pauvre dans ce mois. Les Libellules abondent, mais les Lcpidopteres 
sont pen communs. Les Gurculionides, si richement representes et si 
abondants au printemps, ne me paraissent pas exister a 1 etat parfait 
en ce moment. Les insectes que j ai pris, particulierement les Lcpi- 
dopteres, sont d une telle fraicheur, qu il m est impossible de les 
considerer comme hivernants. Je suis plutot dispose a croire qu ils 
viennent d eclore, et que nous avons aux Canaries Panalogue de notre 
premier printemps de France, fin fevrier ou commencement de mars. 
ou Ton ne rencontre que les especes precoces ou des individus qui se 
sont trouves dans les meilleures conditions de developpement. 

Communications. M. Ch. Brongniart, a propos des ouvrages offerts, 
s exprime ainsi : 

La Societe possedait des fascicules de 1 ouvrage de M. Emile Blan- 
chard intitule : Organisation du Regne animal : Arachnides ; mais plti- 
sieurs fascicules etaient taches d encre, d autres manquaient. 

M. Blanchard a bien voulu me permettre de completer ce qui faisait 
defaut et de remplacer les planches qui etaient deteriorees. 

M. le President remercie M. Blanchard au nom de la Societe. 

M. E.-L. Bagonot attire 1 attention de la Societe sur le fait d une 
monstruosite remarquable dans un individu de la Zygxna filipendulx 
decrit par M. Nelson-M. Bichardson dans I Entomologist montly Magazine 
de juin 1889, p. 289 : 

M. Bichardson, ayant recolte environ 700 chrysalides de ce Lepido- 
ptere, dans le but d obtenir la variete a ailes jaunes, a trouve, parmi 
les papillons eclos, un exemplaire qui ressemblait de tout point aux 
autres, sauf que la patte posterieure gauche etait absolument remplacee 
par une seconde aile inferieure. Cette aile supplemenaire ressemble 
aux deux autres ailes inferieures, mais elle est bien plus petite ; ses 



Seance du 11 de cembre 1889. ccxxxui 

ecailles sont moins denses, surtout vers les bords posterieurs, ou elles 
sont de couleur brique pale ou rouge brunatre, bien moins rouge 
qu a la base. L aile est rattachee au corps, a la place qu occuperait 
la patte, si elle existait, par une tige de jonction d une longueur de deux 
millimetres. II est probable que 1 aile etait tout a fait immobile lorsque 
Pinsecle etait en vie. L aile n est pas deformee et la nervulation est a 
peine modifiee. 

Les editeurs du journal anglais ajoutent a la communication de 
M. Richardson que des insectes ayant trois ailes d un cote ont souvent 
ete signales, mais ordinairement 1 aile supplemental est inseree entre 
les deux autres. Us n ont jamais entendu parler d une pareille mons- 
truosite. 

M. Mac Lachlan, notre collegue, en a entretenu la Societe entomo- 
logique de Londres et a montre des dessins representant cet insecte anor- 
mal. 

Lord Walsingbam communique la note suivante sur les premiers 
etats de deux Microlepidopteres : 

1 LITHOGOLLETIS suBLAUTELLA Staintoii. La mine de cette espece, 
sur la face inferieure des feuilles de Chene (Quercus Robur), n a pas encore, 
je crois, ete reconnue ni decrite. Elle est placee dans 1 intervalle ou 
parfois en travers des cotes laterales de la feuille et est assez plate, avec 
un etroit pli longitudinal, comme dans celle de messaniella Z. La feuille 
minee est legerement bombee a sa face superieure, laquelle est un 
peu decoloree, le parenchyme ayant ete ronge par la chenille. 

Gette mine pent etre distinguee facilement de celle de messaniella 
des que la chenille est transformed en chrysalide ; car, tandis que la 
chenille de messaniella repose entre deux cloisons d excrements fences, 
et s agite activement dans sa mine lorsqu on la derange, celle de sub- 
lautella est nue et non renfermee. 

Je 1 ai rencontree assez souvent a Cannes, generalement aux mois de 
mars et d avril, dans les feuilles de Ghenes rabougris ou croissant en 
buissons, surtout a leur base, et particulierement dans les feuilles qui 
avaient conserve une partie de leur coloration verte, mais quelquefois 
aussi dans des feuilles dessechees. 

2 LITHOCOLLETIS DELiTELLA. Gette espece, qui se trouve egale- 
ment a Cannes sur le Quercus Robur, etablit sa mine sur la face inferieure 



JOURNAL BIMENSUEL (Bulletin de la Societe entomol. de France), 1889, n 24. 



ccxxxiv Bulletin entomologique. 

des feuilles, habituellement entre les cotes, vers le bord externe. L epi- 
derme detache n est pas plissc longitudinalement ; la mine est assez 
courte et produit un contournement du bord de la feuille, laquelle est 
legerement decoloree, mats a peine bombee a la face superieure. La 
chrysalide est renfermee dans un mince cocon de soie assez plat et atta 
che a la face superieure de la feuille a Pinterieur de la mine. 

On la trouve a la meme epoque que celle de sublautella, quoique le 
papillon paraisse un peu plus tardivement que celui de cette espece. 

- M. Henry de la Cuisine, de Dijon, adresse une note au sujet d un 
Acherontia qui lui a ete envoy e comme etant PA. Satanas et qui pro- 
vient de Darjeeling, dans les contreforts de PHimalaya : 

Get exemplaire, dit notre collegue, est une femelle de petite taille 
et me semble avoir le corps plus allonge et Pensemble beaucoup moins 
massif que notre A. Atropos Linne. Neanmoins, il lui ressemble telle- 
ment qu il ne peut pas meme, selon moi, constituer une variete de cette 
espece. Sa provenance est interessante, et je doute qu il ait ete signale 
comme habitant les regions d ou je Pai regu par Pintermediaire de 
M. Henri Deyrolle, qui est absolument certain de son origine. 

M. P. Mabille, a propos de cette note, fait remarquer que Phabitat de 
PA. Atropos est tres etendu. II est tres commun dans toute PAfrique, 
qui semble sa patrie de predilection, tant il est abondant dans toutes les 
regions. II est particulierement commun a Madagascar. II habite aussi 
toute PAsie chaude et temperee et ne presente aucune modification. Dans 
PInde, il se rencontre avec deux autres especes assez voisines : le 
Satanas Bdv., qui s en distingue facilement, etle Styx Westw., qui en 
est bien plus rapproche. Ce dernier est plus commun que r Atropos au 
Bengale et a Madras, suivant Boisduval. 

M. Charles Oberthiir adresse la note suivante : 

Une question fort interessante en lepidopterologie est celle du poly- 
morphisme. Beaucoup d especes, dans divers groupes de papillons, 
offrent une forme male assez stable et plusieurs formes femelles, Pune 
se rapprochant du male, les autres s en eloignant considerablement. 

Quelquefois on prend pour une espece ces deux formes femelles ; par 
exemple, dans le Papilio Turnus ; mais, dans d autres cas, on n a encore 
jamais trouve la forme femelle analogue au male, et on serait porte a 
penser qu il n existe, en fait de femelle, qu une ou plusieurs formes 



Seance du 11 de cembre 1889. ccxxxv 

tout a fait distinctes du male, comme par exemple pour VArgynnis 
Diana, de Virginie, et [ Argynnis Sagana, de 1 Asie orientale, dont la 
femelle a etc appelee Damora Paulina par Nordmann. 

Ne parait-il pas vraisemblable qu il doit exister, pour toute espece 
polymorphe, une forme femelle semblable au male? Peut-etre me me, 
a rorigine, toutes les femelles ont-elles du etre analogues au male, et 
les formes aberrantes so sont-elles produites successivement et graduel- 
lement? En 1 e tat actuel de la science, il est clair qu on ne peut, a 
1 egard de ces considerations, formuler que des hypotheses. Gependant 
nous devons a MM. Gastets et Honnore, missionnaires apostoliques et 
professeurs d histoire naturelle au college Saint-Joseph, a Trichinopoly 
(Hindoustan meridional), la decouverte d un fait paraissant fort ins- 
tructif. 

Tons les entomologistes connaissent V Argynnis Niphe. G est une 
espece tres abondamment repandue sur un immense territoire. Nous la 
possedons de 1 Abyssinie, du Sikkim, de diverses parties de la Chine, 
des iles Philippines, de Java. Depuis plus d un siecle elle est decrite et 
exactement figuree. Or, on n avait encore jamais trouve que des femelles 
tres differentes du male, et presentant, comme leurs congeneres Diana 
et Sagana, une forme absolument speciale. Drury, qui a represents lo 
male et la femelle de Niphe sur la merne planche vi du volume I er des 
Illustrations of Natural History, trompe par cette dissemblance des deux 
sexes, les a considered comme appartenant a deux especes separees. 

Gertes, il etait difficile de croire qu une Argynnis aussi commune et 
aussi anciennement connue, dont on n avait jamais vu que des males et 
des femelles tres differents entre eux, put presenter quelque part une 
forme ou la femelle et le male seraient identiques. 

G est cependant ce qui arrive a Trichinopoly. Dans cette localite, la 
femelle Niphe est analogue au male, et cette espece y presente le meme 
aspect sexuel relatif qu en France Aglaja et Adippe. La femelle est un 
peu plus grande que le male, la teinte fauve du dessus est moins rou- 
geatre et la base des ailes est semee d atomes d un brim verdatre un 
peu dore. 

J ai designe sous le nom de Castetsi cette forme de Trichinopoly. Le 
male est generalement un peu plus petit que celui qu on trouve dans le 
Sikkim ; ses ailes out une couleur fauve plus vive et le bord exterieur 
des ailes inferieures est moins obscur. 

La couleur des males de Nipke varie d aillenrs d intensite suivant les 



ccxxxvi Bulletin cntomologique. 

localites. Tous les males que nous possedons de Java sont remarquables 
par leur teinte d un fauve tres clair, et j ai distingue cette race geogra- 
phique male par le nom de Javanica ; mais les femelles de Java, Sik- 
kim, Chine, Abyssinie, si differentes des males, ne different guere 
entre elles que par la taille et 1 extension des parties noires des ailes 
superieures en dessus. 

M. Gh. Brongniart dit qu il a decouvert, parmi les insectes fossiles 
des houilleres de Gommcntry (Allier), des types fort remarquables : 

Ghacun sail que les insectes actuels possedent deux paires d ailes, la 
premiere inseree sur le mesothorax, la seconde, sur le metathorax. 

II existait, a 1 epoque houillere, des types qui possedaient, outre les ailes 
precitees, deux ailes ou tout au moins deux appendices aliformes, par- 
courus de nervures, au prothorax. En outre, chacun de ces types etait 
pourvu, sur les cotes de chacun des segments abdominaux, de lanjes 
parcourues par des trachees et qui devaient servir a la respiration aqua- 
tique. Dans ce cas sont les Haplophlebium, dont Samuel-H. Scudder 
avait fait connaitre un fragment d aile. Chez ces especes, 1 abdomen est 
termine par deux filaments, comme cela se voit chez les Ephemerides 
et les Perlides. 

Deja notre collegue avait fait connaitre des fossiles de Commentry 
qui presentent ce caractere, les Corydaloides Scudderi, et il les avait, a 
ce propos, compares aux Pteronarcys. 

Les ailes de ces Haplophlebium ne peuvenl etre comparees a celles 
d aucun insecte vivant ; les nervures sont peu divisees et reliees entre 
elles par une reticulation d une delicatesse extreme. 

Les ailes des Corydaloides sont egalement parcourues par des nervures 
peu nombreuses, mais elles ne sont pas reticulees, et ce sont de rares 
nervules qui relient les nervures, formant ainsi de grandes cellules. 

Les Haplophlebium rentrent dans la famille des Stenodictyopterida de 
Brongniart et les Corydaloides dans cello des Megasecopterida du memo 
auteur. 

En resume, il existait, a 1 epoque houillere, des especes d insectes 
portant au prothorax des appendices aliformes analogues aux elytres 
des Phasmiens ; et plusieurs families d insectes etaient pourvues, a I etat 
adulte, de lames branchiales sur les cotes de 1 abdomen, comme cela se 
voit encore chez les Pteronarcys adultes et chez les larves d Ephemeres. 

E. D. 



Seance du 11 de cembre 1889. ccxxxvii 

Bulletin bibliographique 

Academie impe rialo des Sciences de Saint-Peter sbourg (Memoir es de V), 
XXXVI, n os 9 a 14. N 15. F. BRAUER, J. REDTENBAGHER et 
L. GANGLBAUER. Fossile Insekten aus der Juraformation Ost-Sibi- 
riens (2 pi. n.). N 16. Q 

Annals and Magazine of Natural History (The), ser. 6, vol. IV, 24, 
1889. _ j. POCOCK. Report of a Deep-Sea Trawling Cruise of the 
S. W. Coast of Ireland, under the Direction of Rev. W. Spotswood 
Green : Crustacea. A. BUTLER. Notes made during the Summer of 
1887, on the effect of offering various Insects, Iarva3 and Pupae to 
Birds. J. POCOCK. A new Species of Rhax. ID. New Species of 
Glomeris from Borneo. 

Bulletin d Insectologie agricole, novembre 1889. J. LIGNIERES. Le Pu- 
ceron lanigere. Remede centre les Kermes : Recettes. Sur les 
moyens de combattre le Hanneton et sa larve. 

Davenport Academy of natural Sciences, V, 1, 1889. Q 

Kntomologische Nachrichten, XV, 23, 1889. J. SCHMIDT. Neue Histe- 
riden. E. GIRSCHNER. Eine neue Art der Dipteren-Gattung Psilopa 
Fall. H. BEUTHIN. Die Varietaten von Carabus nemoralis Miiller. 

Entomologist s monthly Magazine (The), n 307, 1889. E. BANKES. Tri- 
fuscula pallidella in the isle of Purbeck. E. SAUNDERS. Remarks 
on Mr. Jas. Edwards List of Norfolk Hemiptera. R. H. MEADE. 
Second Supplement to annotated list of British Anthomyiidx. 
ELAND SHAW. Synopsis of British Orthoptera. Notes diverses. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, n 230. R. MONIER, Note sur la faune 
des eaux douces de la Sicile. Communications. 

Naturaliste (Le), ll e annee, l er decembre 1889. L. PLANET. Larves 
comestibles de Coleopteres, la larve du Prionus coriarius. 
P. CHRETIEN. Les premiers etats de la Tortrix Cratxgana. P. Do- 
GNIN. Diagnoses de Lepidopteres nouveaux. E. ANDRE. Deux 
larves du rosier. 

Nouvelles Archives du Museum d Histoire naturelle, ser. Ill, 1. 1, l er fas 
cicule, 1889. E. LEBRUN, L. FAIRMAIRE et P. MABILLE. Recherches 
sur les Insectes de Patagonie. 

Revue des trctvaux scientifiques, IX, u os 3, 4 et 5, 1889. 

(1889) Bulletin no 24, Suppl. 



ccxxxvm Bulletin enlomologique. 

Sociedad espanola de Historia natural (Anales de la), XVIII, 2, 1889. - 
M. GUNI Y MARTORELL. Miscelaneas entomologicas. Aracnidos de 
Amer y Montserrat. 

Societas entomologica, IV, n 17, 1889. D r F. RUDOW. Einige kleine 
Beobachtungen. H. ZOLLER. Der Kaferfang im Winter. P. RUHL. 
Beitrag zur kritischen Sichtung der Meltoen-Gruppe Athalia Rott., 
Parthenie Bork. und Aurelia Nick. 

Socie te entomologique de Belgique, Gompte rendu de la seance du 2 no- 
vembre 1889. E. DE SELYS-LONGCHAMPS. Pronevra, nouveau genre 
d Agrioniries de la legion des Protonevras (fig.). E. ROUSSEAU. 
Sur qtielques Coieopteres monstrueux. BERGE. Notes pour servir 
a Fetude de la coloration des teguments chez les Insectes. 

United States Geological Survey (Bulletin of the), n 31, 1886. S. H. 
SCUDDER. Systematic Review of our present Knowledge of fossil 
Insects, including Myriapods and Arachnids. 

Wiener entomologische Zeitung, VIII, 9, 1889. E. REITTER, Zwei 
neue interessante Rybaxis aus Valdivia. J.-M.-F. BIGOT. Note. 
L. v. HEYDEN. Synonymische Notiz. E. BERGROTH. Zwei neue Di- 
ptera. E. REITTER. Die bekannten Cryptophagiden Japans, mit 
Beschreibungen neuer, in den Jahren 1880 und 1881 von George 
Lewis gesammelten Arten. ID. Eine neue Alexia aus Algier. 



CARVES. Di verses notes sur le Phylloxera (Ann. Soc. Agr., etc., de p. 
Loire), 1879. * 

DUTROCHET (H.). Memoires pour servir a i histoire anatomique et phy- 
siologique des vegetaux et des animaux. Paris 1837. 2 vol. (sans 
planches). Offert par M. Bedel. 

MAC-COY (F.). Prodromus of the Zoology of Victoria, 1889, 18 e dec. Q * 
PANDELLE (L.). Etudes sur les Muscides (Rev. d Ent.), 1888, 101 p. * 

PREUDHOMME DE BORRE (A.). Pourquoi je me suis demis des fonctions 
de conservateur au Musee royal d histoire naturelle de Belgique. 
Bruxelles, 1889, 22 p. * 

RILEY (C. V.). The Mulberry Silk-worm being a Manual of Instructions 
in Sericiculture (U. S. Dep. Agr.), 1886, 61 p., fig., 1 pi. col. * 



Seance du 24 de cembre 1889. ccxxxix 

SIMON (E.). Descriptions d especes africaines nouvelles de la famille des 

Avicularidx (Soc. Linn. Bordeaux), 1889, 13 p. * 
ID. Etude sur les especes de la famille des Avicularidx qui habitent 

le nord de 1 Afrique (ibid.), 1889, 21 p., 2 pi. n. * 
ID. Revision des Avicularidx de la Republique de 1 Ecuador (loc. cit.), 

1889, 8 p. * 
ID. Liste des Arachnides recueillis aux iles Canaries en 1888 par M. le 

D r Verneau. Liste preliminaire des Arachnides recueillis aux 

Acores par M. J. de Guerne pendant les campagnes de YHirondelle 

1887-1889. (Bull. Soc. Zool. Fr.), 1889, 6 p. * 

TASCHENBERG. Bibliotheca zoologica, If, 7 e livr., p. 241-280. Acquis 
pour la Bibliotheque. 

A. L. 



Seance du dccembre 

Presidence de M. le D r ALEX. LABOULBftNE 

Ne crologie. M. le President annonce a la Societe le deces de M. Lucieii 
Buquet, tresorier honoraire. 

A ses obseques, qui ont eu lieu le 16 decembre dernier, M. Desma- 
rest, secretaire, en 1 absence des president et vice-president empeches, 
a pris la parole au nom de la Societe et a rappele les longs et nombreux 
services que L. Buquet lui a rendus. 

Decision. La Societe charge M. C.-E. Leprieur de lui donner une 
notice necrologique sur notre regrette tresorier honoraire. 

Membres recus pour 1890. 1 M. Francois Decaux, rue du Marche, 8, 
a Neuilly (Seine) (Cole opteres ff Europe}, presente par M. de Marseul. 
Gommissaires rapporteurs : MM. Bedel et Leveille ; 

2 M. Constantin Dumont, horloger, rue Leon-Gogniet, 13 (Le pido- 
pteres et Cole opteres d Europe), presente par M. Heulz. Commissaires 
rapporteurs : MM. Denfer et Poujade ; 

3 M. Louis Dupont, capitaine en retraite, rue du Rocher, 34 (Entomo- 
logie generate, surtout Le pidopteres et Cole opteres) , presente par M. Heulz. 
Commissaires rapporteurs : MM. Desmarest et Lucas. 



CCXL Bulletin entomologique. 

Communications. M. H. W. Bates adresse la rectification suivante : 

L,a Clivina trapezicollis Bates, decrite par lui in Ann. Soc. ent. Fr., 
1889, p. 263, appartient an genre Psilus Putz. par le dernier article de 
ses palpes maxillaires long et aigu. 

- M. Ch. Brongniart cite la capture a Montmorency (Seine-et-Oise) 
du Calosoma indagator Fabr.; 1 insecte a etc pris au mois d aout. 

M. Jean Sainte-Claire-Deville signale im Coleoptere nouveau pour 
la Faune franchise, rHydroporus Kraatzi Schaum, dont il a recueilli un 
exemplaire aux chalets de Lorient, au-dessus de Talioires (Haute- 
Savoie), vers 1,600 metres d altitude. 

Gette espece, dont la determination a etc verifiee par M. le D r Regim- 
bart, n etait connue que des montagnes de Silesie (Schneeberg de Glatz) 
et des Grisons (Pontresina). 

- M. G. Berg, de Buenos-Aires, envoie les observations suivantes : 

En parcourant la partie entomologique (tome VI) de Touvrage intitule 
Mission scientifique du cap Horn , j ai constate, parmi les Lepido- 
pteres, di verses synonymies dont voici le releve : 

1. NEOSATYRUS HARM Mab. = NEOSATYRUS BOISDUVALII (Blanch.) But!., 
dont la synonymie est : Ereb-ia Boisduvalii Blanch. (1852), Homoeonym- 
pha pusilla Feld. (1867), Hipparchia Boisduvalii Reed (1877), Neosatyrus 
Boisduvalii Butl. (1868) et Neosatyrus Ilahni Mab. (1884-1888). 

2. ARGYNNIS ANNA Blanch. (1852) est positivement le male de 1 AR- 
GYNNIS GYTHERIS (Drur.) Doubl. (1773-1848). Dans mon Farrago 
Lepidopterologica (Anal. Soc. cient. Argent., XIII, p. 164-165, 1882), 
j ai donne la synonymie des especes patagoniennes du genre Argynnis 
(Arg. Cytheris, Siga, Anna, Lathonioides, Dexamene et montana}. 

3. SATURNIA HYADESI Mab. = DIRPHIA CRINITA (Blanch.) Berg. - 
E. Blanchard a confondu (1852) cette espece avec VOrmiscodes cinna- 
momea Feisth., et lui a donne plus tard (1854) le nom de Bombyx cri- 
nita; la femelle seule a ete figuree. L espece est tres commune dans le 
sud du Chili, ou j ai trouve les chrysalides dans les troncs des Peupliers. 
-r, Le genre Ormiscodes Blanch. (1852) est synonyme de Dirphia Hb. 
(1816). 

4. AGROTIS BICOLOR Mab. = AGROTIS HISPIDULA Gn. J ai traite deja 



Seance du 24 de cembre 1889. CCXLI 

de cette espece dans mon Analecta Lepidopterologica (Anal. Soc. 
dent. Argent., XIV, p. 282, 1882), et la synonymie est en realite : 
Agrotis hispidula Gn. (1852), Noctua flavicosta Wallengr. (1860-1861) 
et Agrotis bicolor Mab. (1885-1888). 

5. EUNOMUS HYADESI Mab. = TETRACIS CHILENARIA (Blanch.) Bull. 
Synonymie : Ennomus chilenaria Blanch. (1852-1854), Tetrads chile- 
naria Bull., incl. var. definita et continua (1882), et Eunomus Hyadesi 
Mab. (1885-1888). 

6. ASPILATES GLYPHICARIUS Mab. ASPILATES CRUCIFERARIA Berg 

(1877). 

7. SYNNEURIA VIRGELLATA Mab. GARSIA UNIFORMATA Berg (1877). 
Le genre Anaites Dup. (1829) est synonyme de Carsia Hb. (1816) ; le 
nom & Anaites est deja employe parmi les Mollusques et Vers. 

M. Charles Oberthiir adresse la note suivante : 

Nous avons rec,u dernierement une importante collection de Lepido 
pteres recoltes a Madagascar, dans les forets Tsianaka, depuis les envi 
rons du lac Alaoutra, jusqu a Tsara-lalana, puis a Tananarive et, erifin, 
dans la vallee du Mangourou. 

Gette region, montagneuse et generalement boisee, nourrit une foule 
de belles especes, parmi lesquelles Pieris Smithii et Antsihanaka, Eronia 
Lucasii, Atella Manoro, Acrxa Masamba, Sambavx et nom species, Sala- 
mis Duprei, Diadema Dexithea, Char axes Andara, Lycsena scintilla, de 
nombreux Satyridw, Hesperidx et Heterocera. An milieu de ces derniers, 
se distingue un gigantesque Saturnia Cometes rf, dans un etat parfait 
de conservation. Cette curieuse Saturnia a ete rencontree en remon 
tant le fleuve Mangourou, dans une foret dont le sol, tres accidente et 
glissant, rend Fexploration particulierement peniblc. C est un Lepido- 
ptere fort rare et dont notre collection ne contient encore quo quatre 
individus, dont un male et une femelle seulement sont intacts. Mais, 
autant qu on peut en juger par ces deux Lepidopteres, les queues, dans 
cette espece, ne seraient pas symetriques, en ce sens quo la longueur 
de cet appendice ne serait pas egale de chaque cote. Dans le male re- 
cemment capture, une des ailes inferieures, depuis son origine jusqu a 
Pextremite caudale, mesure d un cote 21 centimetres et, de 1 autre, 
moins de 20 centimetres. II y a, du reste, des genres de Lepidopteres 
dont tous les individus sont asymetriques. G est ainsi que pas une 
seule Urania, pas un Cydimon n ont encore ete trouves avec les deux 
paires d ailes semblables, d un cote a 1 autre. Toujours les laches sont 



CCXLII Bulletin entomologique. 

autremcnt formees ou disposers a droite qu a gauche. Au contraire, 
d autres genres a dessins tres compliques, comme les Cyrestis, paraissent 
etre toujours parfaitement symetriques. 

Nous avons rec.u aussi des collections assez considerables formees en 
Bolivie, vers les sources du Rio-Beni, et au Perou, dans la region du 
Nord, pres du Rio-Maranon. L interet de ces collections est surtout dans 
les Phalenites, tres nombreuses en especes, et appartenant principale- 
ment aux genres Bronchelia, Oxydia, Azelina, Cidaria, Heterusia et 
Erateina. Ge dernier genre est d apparence eryciniforme ; la plupart des 
especes ont les ailes inferieures prolongees en queues. Les Microlepido- 
pteres offrent de charmants Botydx et ces jolies Mictopsichia et Atteria 
aux ailes si vivement colorees. Mais les chasses entomologiques presentent 
dans ces regions chaudes et humides des difficultes excessives ; de plus, 
la conservation des insectes serait presque impossible, a cause de la 
rapide moisissure qtie provoquent les pluies continuclles, sans la naph- 
taline. Nous ne saurions assez appeler 1 attention des entomologistes 
chassant dans la zone tropicate sur les services que peut leur rendre ce 
produit. Nous n avons encore jamais constate que les couleurs, meme 
les plus dedicates, en aient souffert, et toutes les fois qu on a pu 1 em- 
ployer a temps et en quantite convenable, les dommages resultant des 
insectes destructeurs et do 1 humidite ont ele evites. 



Nominations annuelles 

La Societe, aux termes de divers articles de ses Statuts et de son 
Reglement, et pour la cinquante-neuvieme fois depuis sa fondation, pro- 
cede au renouvellement de son Bureau, de son Conseil et de ses Com 
missions speciales. 

Ont ete nommes pour 1890 : 

MEMBRES DU BUREAU 

President MM. PAUL MABILLE. 

Vice-President ANTOINE GROUVELLE. 

Secretaire E. DESMAREST. 

l er Secretaire adjoint J. BOURGEOIS. 

2 e Secretaire adjoint G.-A. BAER. 

Tresorier ,, , le D r A. FUMOUZE. 

Archiviste-bibliothe caire .... A. LEVEILLE. 

Archiviste-bibliothe caire adjoint, GH. ALLUAUD. 



Seance du %4 de cembre 1889. CCXLIII 

CONSEIL 

MM. G.-A. BAER, L. BEDEL, J. KUNCKEL D HERCULAIS (membres 
restants), le D r A. LABOULBENE, E. LEFEVRE, E. RAGONOT 
(membres nouveaux) et les membres titulaires du Bureau. 



COMMISSION DE PUBLICATION 

MM. G.-A. BAER, L. FAIRMAIRE, J. KUNCKEL D HERCULAIS, 
G.-A. POUJADE, M. SEDILLOT et les membres litulaires du Bureau. 



COMMISSION DE LA BIBLIOTHEQUE 

MM. S.-A. DE MARSEUL, A. SALLE, - M. SEDILLOT et ios membres 
titulaires du Bureau. 



COMMISSION DU PRIX DOLLFUS POUR 1889 

MM. CH. BRONGNIART, J. DENFER, J. FALLOU, HEULZ, 
A. LAMEY, E. LEFEVRE, G.-A. POUJADE, A. SALLE, M. SE 
DILLOT. 



Bulletin bibliographique 

Academie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I }, 
1889, l er sem. : Tables. 2 e sem., n os 22, 23, 24 et 25. Q 

Academie des sciences de Cracovie (Bulletin international de V), Comptes 
rendus des seances d octobre et de novembre 1889. Q 

Entomologische Nachrichten, 1889, XV, n 24. H. RUBSAAMEN. Ueber 
Gallmiicken aus mykophagen Larven. F. KARSCH. OEkonomisch- 
entomologische Notizen. 

Naturalista siciliano (II), 1889, IX, n 1. F. WOCKE. Lepidotteri 
nuovi della Sicilia. E. RAGUSA. Note lepidotterologiche. Ku- 
WERT. Helochares nigritulus, n. sp. E. RAGUSA. Tavola sinottica 
dei Gyrinus di Sicilia ; Coleotteri nuovi o poco conosciuti della 
Sicilia. T. DE STEFANI. Una nota sulla Chalcis Dalmanni Thms. 
ID. Indice alfabetico delle materie contenute nel volume ottavo. 



CCXLIV Bulletin entomologique. Seance du 24 de cembre 1889. 

Naturaliste (Le), 15 decembre 1889. - - P. CHRETIEN. Observation sur 

les Nemophora. Table des matieres du 3 e volume de la 2 e serie. 
Reale Accademia del Lincei (Attidella), 1889, V, 2 e sem., 5. Q 
Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, II, 12. 
E. OLIVIER. Faune de 1 Allier : Coleopteres (fin). 



BRONGNIART (Cn.). Les Entomophthorees et leur application a la des 
truction des insectes nuisibles, pi. n. (Soc. nat. Agr. Fr.), 1889, 
7 pi. * 

ID. Les Blattes de 1 epoque houillere (G. R. Ac. Sc.), 1889, 3 p. * 

ID. Notice necrologique sur Michel-Eugene Chevreul (Naturaliste), 
1889, 12 p., 1 portrait. * 

DISTANT (W. L.). A Monograph of oriental Cicadida?, part I, 1889, 24 p., 
2 pi. n. * 

HOWARD (L. 0.). The Hymenopterous parasites of North American But 
terflies, including a Section upon Microgasters by G.-V. RILEY (Butt, 
east U. S. Can.), 1889, 43 p. * 

ID. Annotated Catalogue of Insects collected in 1887-88 (Proc. Nat. 
Mus., XII), 1889, 32 p. * 

RILEY (G. V,) et L. 0. HOWARD. The Horn Fly (Hxmatobia serratd), 
being an account of its life history and the Means to be used against 
it (Ins. Life, II, 4), 1889, 11 p., fig. * 

WEED (GL. M.)- Experiments in preventing the injuries of the Pluru- 
Gurculio (Conotrachelus nenuphar), II. Experiments with remedies 
for the Striped Cuncumber Beetle (Diabrotica vittata). Third Con 
tribution to a Knowledge of the Life history of certain little known 
plant Lice (Aphididse). Notes on some little known injurious In 
sects. An Experiment in preventing the injuries of the Potato 
rot (Phytophora infestans). (Bull. Ohio Agr. Exp. St.), II, 6, 1889, 
36 p., fig., pi. * 

ID. On the preparatory Stages of the 20-spotted Lady-Bird (Psyllobora 
%0-maculala Say). Studies in Pond life, I. -- A partial Biblio- 
graph y of Insects affecting Glover. (Loc. cit., Techn., ser. I, 1), 
1889, 46 p., 2 pi. n. * 

A. L. 



BULLETIN DBS SEANCES 

ET 

BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

DE LA 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 



MEMBRES DU BUREAU POUR 1890 

President MM. PAUL MABILLE. 

Vice-president ANTOINE GROUVELLE. 

Secretaire EUGENE DESMAREST. 

l er Secretaire adjoint JULES BOURGEOIS. 

2 e Secretaire adjoint GUSTAVE-ADOLPHE BAER. 

Tre sorier le D r ARMAND FUMOUZE. 

Archiviste-Bibliothe caire ALBERT LEVEILLE. 

Archiviste-Bibliothe caire adjoint. CHARLES ALLUAUD. 



CONSEIL 

MM. G.-A. BAER, L. BEDEL, J. KUNGKEL D HERCULAIS, le D p A. 
LABOULBENE, E. LEFEVRE, E. RAGONOT et les membres titu- 
laires du Bureau, 

COMMISSION DE PUBLICATION 

MM. G.-A. BAER, L. FAIRMAIRE, J. KUNCKEL D HERCULAIS, 
G.-A. POUJADE, M. SEDILLOT et les membres titulaires du Bureau. 



COMMISSION DE LA BIBLIOTHEQUE 

MM. S.-A. DE MARSEUL, A. SALLE, M. SEDILLOT et les membres 
titulaires du Bureau. 



JOURNAL BIMENSUEL (Bulletin de la Societe entomol. de France) 1890. n 1. 



Bulletin entomologique. 

Seance du 8 Janvier 1$9O 

Prudence de M. P. MABILLE 



Apres 1 adoption du proces-verbal de la precedente seance (24 de- 
cembre 1889), lu par M. G.-A. Baer, secretaire adjoint, M. le D r Alex. 
Laboulbene, president pour 1 annee derniere, prend la parole et prononce 
1 allocution suivante : 

Messieurs et chers Collegues, 

En quittant le fauteuil presidentiel, je tiens a vous exprimer mes 
sentiments de reconnaissance pour 1 honneur que vous m avez fait et 
pour la bienveillance que vous m avez si souvent temoignee. Vous savez 
tout le prix que j y attache, je me suis efforce constamment de les me- 
riter. II n est pas besoin de faire ici un appel a la bonne harmonic et a 
la confraternite : la communaute de gouts entomologiques rend nos 
seances interessantes pour tous ; les discussions extra-scientifiques irri- 
tantes sont rigoureusement exclues et, avec elles, toute cause de dis- 
corde. 

Nous avons assiste, cette annee, a une Exposition universelle extreme- 
ment remarquable, renfermant les productions de la science, de 1 art, 
de Findustrie sur le plus vaste espace qu une exposition ait jamais 
occupe. OEuvre de paix et de concorde, montrant les inepuisables res- 
sources de notre pays, cette manifestation du travail et du genie artis- 
tique avait attire parmi les visiteurs, dont 1 admiration n a pas cesse 
jusqu au dernier jour, de nombreux collegues et confreres etrangers que 
nous avons ete heureux de recevoir. Elle renfermait des objets d his- 
toire naturelle dignes de toute notre attention ; M. A. Leveille nous a 
promis un compte rendu pour 1 entomologie qui sera, je vous 1 assure, 
aussi complet qu instructif. 

Nos Annales gardent toujours le rang si eleve qu elles occupent parmi 
toutes celles du meme genre ; la Societe a le droit d en etre satisfaite et 
meme un peu fiere. La table du volume vous montrera que les diverses 
parties de 1 entomologie sont representees ; ainsi, la description des 
especes nouvelles de la France et des pays voisins, celles des contrees 
eloignees, du Tonkin, de la Gochinchine, etc., d autres provenant des 



Seance du 8 Janvier 1890. HI 

voyages de M. Eugene Simon au Venezuela, etc., etc. L etude des 
moeurs, la biologie, les applications a 1 agriculture, la destruction des 
insectes nuisibles, sous leurs divers etats de larve ou d imago ou de 
perfectose, ne sont pas negligees. Tachons d ameliorer encore ; que nos 
cahiers trimestriels paraissent regulierement ; gardons le moins possible 
les manuscrits, qu un choix judicieux et impartial donne la preference 
a ceux dont 1 actualite ou l importance dictent le choix a la Commission 
de publication. 

Le Prix Dollfus est alle chercher a Bordeaux le professeur J.-M. Perez, 
dont la modestie egale le talent. Son Traite des Abeilles ou plutot des 
Apides, resume 1 histoire de ces industrieux Hymenopteres ; il est plein 
d erudition et d attrait, d une reelle valeur, d un prix modique, toutes 
qualites que vous avez voulu recompenses 

Notre situation financiere est bonne, etablie solidement ; elle se conti- 
nuera par les soins du D r Fumouze. Notre bibliotheque grandit et s en- 
richit tous les jours, M. A. Leveille est un archiviste hors ligne. 

Ce sont les collaborateurs des Presidents, ce sont les membres du 
Bureau qui accomplissent la tache de faire vivre et prosperer la Societe 
entomologique de France. Graces leur en soit rendues ! Donnez-leur 
avec moi un tribut de felicitations bien meritees pour leur devouement 
inebranlable et constant. Pourquoi faut-il que la tristesse vienne se 
meler a ces eloges et que Eugene Desmarest et Lucien Buquel ne 
puissent plus les entendre ? Nous avons vu disparaitre le tresorier mo- 
dele, le secretaire veteran si obligeant, et aussi le D r Victor Signoret 
et trop d autres membres regrettes. Que de peines nous ont causees ces 
pertes d amis, de collegues affectionnes I 

Mais, il faut reagir ; si la vie est faite de plus de tristesses que de 
joies, les actes et non les vaines paroles conviennent aux travailleurs. 
Nous avons rec,u assez de nouveaux collegues qui sont les bienvenus ; 
nous pouvons suivre ensemble les traditions qui ont fait la gloire et la 
force de notre Societe. Soyons guides par le sentiment du vrai et du 
bien; je vous rappelle notre devise : Avons 1 admiration des petits etres, 
etudions-les avec amour et perseverance. 

J invite mon successeur, M. P. Mabille, a venir prendre sa place au 
fauteuil ; je lui remets le livre ou se trouve inscrit 1 avoir de la Societe, 
je lui desire line Presidence fructueuse en 1 assurant de notre sym- 
pathie qui ne lui fera jamais defaut. 

M. le D r Alex. Laboulbene cede ensuite le fauteuil presidentiei a 
M. Paul Mabille, president de 1890, qui prononce le discours suivant : 



iv Bulletin entomologique. 

Messieurs et chers Collegues, 

C est avec un sincere et profond sentiment de reconnaissance que je 
vous remercie de 1 honneur que m ont decerne vos suffrages. Je le 
ressens d autant plus, que je m en estimais moins digne : mais je pense 
que vous avez voulu recompenser en moi la Constance dans les memes 
etudes et un inalterable attachement a la science entomologique. Voila, 
en effet, plus de trente ans que j ai commence a m occuper d histoire 
naturelle, et je puis dire que je sens encore aujourd hui la meme ardeur 
qu au premier jour, et que la rencontre d un insecte inconnu ou inte- 
ressant me passionne comme aux premiers temps ou la capture d un 
Lepidoptere de nos environs me transportait d aise. 

Je ne veux pas, Messieurs, au commencement de cette annee, vous 
attrister par le rappel de nos pertes et renouveler des deuils trop 
recents ; mon eminent predecesseur, avec son eloquence accoutumee, a 
rendu un juste hommage a la memoire de ceux que nous regrettons ; 
je vous propose seulement d adresser, au nom de toute la Societe, des 
remerciements a MM. les membres de votre Bureau : a M. le D r A. La- 
boulbene, qui a dirige nos seances avec 1 autorite que nous reconnais- 
sons tous en lui ; a notre archiviste, M. Leveille, dont le zele nous est 
si precieux ; a noire tresorier, M. le D r Fumouze, qui gere nos interets 
avec une si remarquable sollicitude. 

Avant de reprendre la suite de notre ordre du jour, je vous deman- 
derai, Messieurs, la permission de signaler a votre attention deux ide"es 
qui, en se developpant et en murissant, peuvent devenir utiles a notre 
Societe et surtout a 1 Entomologie franchise. 

Autrefois, nous faisions des excursions en province : la longueur du 
trajet, les frais de deplacement ont, je pense, constitue un obstacle in- 
surmontable, et des reunions qui avaient leur utilite ont fini par cesser. 
Ne serait-il pas plus pratique, plus a la portee de tous, de faire des 
excursions a des rives moins lointaines ? Les trains de plaisir vous 
mettent en quelques heures aux cotes de Normandie, par exemple. La, 
il y a des sites varies, et cette interessante faune maritime, qui renferme 
lou jours bien des inconnues. Ge serait d ailleurs une occasion pour 
etablir plus de rapports entre nous et nos collegues de province, et de 
nouer ou de resserrer des relations auxquelles nuisent toujours la sepa 
ration et 1 eloignement. 

La seconde idee que je veux vous soumettre, Messieurs, a plus d im- 
portance et elle est d une execution plus difficile. Voila plus de cinquante 



Seance du 8 Janvier 1890. v 

ans que noire Societe existe; elle a grandi, elle a rassemble en son sein 
presque toute la science entomologique francaise ; elle en est aujourd hui 
la plus complete expression. Ne pourrions-nous pas celebrer notre cin- 
quantenaire, deja age de huit ans, par une publication plus etendue que 
notre volume annuel ? Je ne puis ni ne veux entrer dans des details qui 
seraient prematures, mais un volume plus fort, des planches plus nom- 
breuses, seraient a la fois la marque de notre prosperite et la consecra 
tion d un demi-siecle heureusement traverse. 

Ce ne sont la, Messieurs, que des idees que je vous ai demande la 
permission de faire eclore dans 1 esprit de chacun de vous. Laissez-les 
faire leur chemin, et leur destinee sera de grandir et de se developper, 
si elles vous plaisent ; de s effacer et de disparaitre, si vous les jugez 
inopportunes. 

La Societe accueille ces deux discours par d uuanimes applaudisse- 
ments, en decide 1 impression dans le Bulletin et vote des remercie- 
ments aux membres du Bureau, du Gonseil et des diverses Commissions 
qui ont ete en fonctions pendant 1 annee qui vient de s ecouler. 

Ne crologie. M. le president annonce le deces de M. Eugene Desmarest, 
secretaire de la Societe. 

A ses obseques, qui ont eu lieu le 26 decembre, M. le D r Alex. La- 
boulbene a prononce, au nom de la Societe, les paroles suivantes : 

Messieurs, 

Notre Societe entomologique de France est frappee douioureusement 
a coups redoubles. Hier, nous perdions Lucien Buquet, notre tresorier 
honoraire; aujourd hui, nous venons rendre les derniers devoirs a 
Eugene Desmarest, notre cher, notre infatigable secretaire t dont le zele 
pour nos interets avait epuise toutes les formules de 1 eloge. 

II y a seulement deux jours, Desmarest avait ete, a 1 unanimite des 
suffrages, maintenu comme toujours au secretariat general de la Societe 
entomologique. Pour la premiere fois, il nous manquait au bureau et 
nous jugions que son indisposition etait legere. Helas ! il succombait 
dans la nuit et personne ne I avait su gravement atteint ; aussi la nou- 
velle de sa mort nous a-l-elle frappes comme un coup de foudre. 

Pour tous, Desmarest etait un collegue aime, constamment pret a 
obliger ; pour les anciens, c etait un camarade affectionne, et pour moi, 
en particulier, un vieil et fidele ami, de ceux qu on ne remplace plus. 



vi Bulletin entomologtque. 

Tout ce qu a fait Eugene Desmarest pour notre Societe est inscrit 
presque a chaque page des Bulletins. Nul plus que lui n a eu le souci 
de nos publications. II donnait le meilleur de son temps et de son acti- 
vite a nos Annales. G est en presence de son labeur si grand, si devoue, 
que nous mesurons le vide produit par son absence et qui nous causerait 
a lui seul une vive peine, si nous ne regrettions par-dessus tout 1 ami 
qui nous a quittes pour toujours. 

Enumerer les services rendus par Desmarest a la science et a la So 
ciete qu il aimait tant, me serait impossible en ce moment ; je ne m en 
sentirais pas la force. Un autre rappellera, plus tard, ce qu etait Pento- 
mologiste; ici, nous deplorons amerement, et avec des larmes, la perte 
de Pexcellent collegue trop tot enleve a notre affection. 

Adieu, Eugene Desmarest, votre memoire restera honoree. La Societe 
entomologique conservera toujours le souvenir de celui qui Pa servie 
avec un devouement sans bornes. En son nom, au nom de votre famille 
et de vos amis desoles, adieu, Desmarest ! 

M. C. Neren, de Skeninge, annonce la morl de M. le D r Gustave- 
Frederic Holler, medecin major, membre de la Societe depuis 1885, 
decede a Trelleborg (Suede), le 10 octobre 1889, a Page de soixante- 
trois ans. 

Candidats presented. 1 M. P. Vuillot, rue Boulainvilliers, 24, a Passy- 
Paris (Le pidopteres) , presente par M. Paul Mabille. Commissaires 
rapporteurs : MM. Denfer et Poujade ; 

2 M. Ernest Donge, employe de la Banque de France, rue de Cha- 
tillon, 24 (Cole opteres de la faune gallo-rhe nane), presente par M. A . Le- 
veille". Commissaires rapporteurs : MM. Baer et Sedillot; 

3 M. Jean Borie, rue d Assas, 90 (Entomologie generate, principale- 
ment Cole opteres), presente par M. A. Leveille. Commissaires rap 
porteurs : MM. Massue et Poujade ; 

4 M. Edwin C. Reed, Banos de Canquenes, a Santiago (Chili) ( Ento 
mologie ge nerale), presente par M. Baer. Commissaires rapporteurs : 
MM. Ch. Brongniart et Ragonot. 

Communications. On annonce que notre collegue M. Ch. Brongniart 
vient d etre nomme officier de PInstruction publique, et que M. A. Gui(- 
lot a rer;u les palmes d officier d Academie. 



Seance du 8 Janvier 1890. VH 

M. Ragonot communique la description de trois nouveaux genres 
et d une espece de Phycites de PAmerique septentrionale : 

ULOPHORA, gen. nov. - Antennes un peu aplaties, faiblement pu- 
bescentes, epaissies vers la base, non courbees; palpes labiaux tres longs, 
ascendants, depassant sensiblement le vertex, minces, acumines, le 
troisieme article long. Palpes maxillaires squammeux, aplatis centre le 
front. Trompe forte, corps grele ; ailes etroites avec un fort bourrelet 
d ecailles avant la premiere ligrie, la cote presque droite ; onze nervures : 

4 et 5 convergentes, separees, 10 libre ; aux ailes inferieures huit ner 
vures : 8 libre, paraissant tigee avec 7, cellule courte, 4 et 5 tigees, 
2 eloignee de Tangle. 

U. GROTEII Rag. 18 mill., c? ? Ailes superieures d un noir brun, 
Pespace median (sauf au dernier quart), la cote, le bord externe et les 
lignes transversales saupoudres de gris. Lignes grises, se detachant de 
la couleur sombre du fond : la premiere oblique, atteignant le milieu 
du bord interne ; la deuxierne verticale, bombee fortement au milieu, 
rentrant sur les plis. Un bourrelet d ecailles tres fort, vertical, au milieu 
de Pespace basilaire, qui est d un brun rouge. Points discoidaux 
distincts, obliques. Ailes inferieures d un jaune noiratre luisant, cuivre. 
Thorax gris, la moitie posterieure d un rouge brique sombre. 

Caroline du Nord (Ame r. sept.). 

Je dedie cette espece a M. Grote, lepidopteriste americain distingue, 
1 espece que j avais nominee Grotella etant tombee en synonymic avec 
YEph. pergratialis Hulst. 

Je place dans ce genre la Myelois guarinella Z., de Golombie. 

GLYPTOGERA, gen. nov. Antennes du male a peine courbees a la 
base avec un sillon longitudinal rempli d ecailles noires non en relief. 
Palpes labiaux ascendants, recourbes, palpes maxillaires formes d e 
cailles aplaties contre le front dans les deux sexes. Trompe forte. Ailes 
superieures avec onze nervures, separees, sauf 8 et 9, 4 et 5 rappro- 
chees. Ailes inferieures avec huit nervures ; 2 tout pres de 1 angle, 3 et 

5 paraissant tigees, 4 et 5 tigees. 

Type : consobrinella Z. (Eph.). 

LAODAMIA, gen. nov. Les especes de ce genre se distinguent des 
vraies Salebria par la brievete de la cellule des ailes inferieures, la ner- 



vni Bulletin entomologique. 

vure 3 naissant de I angle ; les ailes superieures larges, le bord externe 
oblique, les nervures 4 et 5 convergentes, paraissant tigees ; la touffe 
des antennes du male tres forte, la tige filiforme. 
Type : faecella Z. (Pemp.). 

LMTILIA, gen. nov. Antennes du male simples, palpes labiaux 
ascendants, recourbes, cylindriques, acumines, lisses; palpes maxil- 
laires filiformes; ailes superieures avec onze nervures; 4 et 5 tigees, 
non en ligne avec la mediane ; aux ailes inferieures, sept nervures : 
8 tres courte, distinctement tigee sur 7, 2 pres de Tangle, 3 et 5 lon- 
guement tigees, 4 manquant. 

Type : coccidivora Comstock (Dakruma). 

A la suite de cette communication, M. Ragonot dit que, avant de pu- 
blier sa Caudiferella, il avait soumis un exemplaire a feu Zeller, qui 
ne Tavait pas reconnue ; pourtant, il 1 avait comparee a son type d ew- 
dryella ; il la considerait comme une espece inedite. Lord Walsingham 
a eu 1 obligeance de lui fournir des renseignements complementaires 
qui prouvent bien Tidentite des deux especes, et, en meme temps, lui 
a donne la description comparative suivante de rilicifoliella, espece tres 
voisine ft endryella, et presque inconnue dans les collections : 

Un caractere que je trouve etre constant dans ilicifoliella et qui la 

< distingue de suite & endryella (en dehors de sa taille plus petite), c est 

la forme de la deuxieme tache ou strie dorsale ; celle-ci, chez endryella, 

i est grande et son bord anterieur est convexe, tandis que, chez ilici- 

foliella, elle est plus ou moins concave. En outre, la premiere tache 

dorsale, chez endryella, est en forme de dent de vipere ou griffe de 

chat, alors que, dans ilicifoliella , elle ressemble a un ergot de coq. 

De plus, ilicifoliella a une troisieme tache dorsale, a Tangle anal, 

tache qui n existe pas ou qui n est que rudimentaire chez endryella. 

Lord Walsingham adresse, par Tentremise de M. Ragonot, la note 
suivante sur un Microlepidoptere : 

Lithocolletis endryella Mann. Je trouve un unique exemplaire de 
cette espece fort rare dans la collection de Zeller, exemplaire evidem- 
ment rec.u de Mann, car Tetiquette rappelle une lettre de ce dernier 
datee d aout 1855. Mann n avait pris que trois specimens de Tespece. 

En comparant avec soin cet individu avec une longue serie de la 



Seance du 8 Janvier 1890. ix 

L. caudiferella Rag., j ai reconnu que c etait la rneme espece. II y a 
quelques ecailles blanchatres dans la touffe de la t6te du type de Mann, 
mais j en trouve egalement dans des caudiferella eleves. L exemplaire 
est assez grossierement prepare, mais 1 extremite de deux des trois 
lignes argcntees du thorax est visible, et la couleur des ailes supe- 
rieures, malgre la description de Mann, est precisement semblable a 
celle des formes pales de caudiferella. 

Ge sont les caracteres sur lesquels M. Ragonot s est appuye en sepa- 
rant les deux especes; mais il est evident qu il ne possedait pas 
d exemplaire A endryella, et s est rapporte a la description de Mann, qui 
est insuffisante. 

Je n hesite pas a considerer la caudiferella Rag. comme synonyrne 
d endryella Mann. 

Par 1 entremise de M. Fleutiaux, le R. P. Belon adresse la des 
cription suivante d un Longicorne exotique : 

ANOPLOMERUS BUQUETI, n. sp. Rufo- ml flavo-testaceus; thorace 
globoso aut subovato, fuscescente, opaco, lineis abbrevialis 3 discoidalibus 
(media recta, lateralibus arcuatis) elevatis, hand nigro-mactdatis ; scutello 
infuscalo; elytris utrinque maculis eburneis 2 geminatis, fere sequalibus, 
nigro-vel fusco-annulatis, unaante, altera pone medium (utriusque parte 
internet paulo bremore); apice vix lunulato, brevissime bispinoso ; pedibus 
testaceis, geniculis anguste nigris. Long. 14 16 mill.; lat. 4 4 1/2 
mill. 

d*. Prosterno inter coxas anticas acuminato; elytris pygidium obte- 
gentibus; antennarum articulis 4 ultimis corpus superantibus ; femorUms 
posticis ventris apicem paulo prxtergredientibus. 

$. Prosterno inter coxas anticas constricto sed laminato, ac pone ipsas 
paulo latiore cum apice rotundato; pygidio elytris hand tecto ; antenna- 
rum articulis 2 ultimis duntaxat corpus superantibus; femoribus posticis 
apicem quarti segmenti ventralis attingentibus (1). 

Gette espece, decrite sur un male et deux femelles de la collection 
Argod, a ete rencontree a Ubcraba (Bresil interieur); j en ai vu egale- 

(1) Les caracteres sexiif Is sont e numeres avec quelqu<-s details, bien qu ils ne 
soient pas particuliers a \ A. Buqueli. II est vraisemblable qu ils existent Egale 
ment chez toutes les especes du genre actuel; mais le> descripteurs n ont s^gnale 
d autre difference entre les sexes que la lontuieur relative des antennes. 



JOUBN-XL m.MENSDEL (Bulletin de la Societe entomol. de France) lf-90, n 2. 



ment deux e chantillons provenaiit ties chasses de M. Germain au Para 
guay, qui m ont etc gracieusement communiques par notre collegue 
M. Oberthur, avec un troisieme exemplaire sans indication precise de 
localite; celui-ci faisait partie de I ancienne collection Thomson, ou il 
portait le nom ine dit de Buqueti Chevr. (= rotundicollis Dej. nee 
Guerin). J ai cm devoir conserver cette designation en 1 honneur de 
notre regrette tre sorier honoraire, qui a decrit quatre especes du genre 
Anoplomerus. 

La nouvelle forme n est pas difficile a distinguer de ses congeneres 
deja connues. En effet, les A. angusticollis Buq. et brachypus Bates ont 
six taches eburnees sur les elytres. Quant aux cinq especes dont les 
etuis offrent seulement quatre taches comme le Buqueti, celle qui lui 
ressemble da vantage est I A. rotundicollis Guer.; mais aucune confusion 
n est possible entre les deux insectes, dont Tun (rotundicollis) est doue 
d une taille notablement superieure : 2224 mill, de longueur et 5 f> 
mill, de largeur, tandis que 1 autre (Buqueti) ne depasse pas 16 mill, de 
long sur 41/2 mill, de large; en outre, les lignes elevees du pro- 
notum (une mediane droite et une de chaque cote en forme de paren- 
these) sont beaucoup plus renflees chez le premier; enfln, les elytres 
du premier sont sensiblement echancre es au sommet avec deux fortes 
epines aux angles, tandis que les etuis du second sont faiblement emar- 
gines et a peine spiniformes aux angles apicaux. Dans son Essai sur la 
classification des Ce rambycides (p. 249), Thomson a donne une diagnose 
de 1 A. rotundicollis, ou il fait mention d une coloration noire aux ar 
ticles 2-4 des antennes et aux tibias posterieurs ; mais cette coloration 
est accidentelle, a en juger d apres quatre exemplaires typiques de la 
collection Oberthur. Un seul echantillon (designe sous le nom de variete 
acuminatus Thorns., in Musaso, probablement a cause de ses eiytres un 
peu retrecies vers le sommet) correspond a la phrase diagnostique ; les 
autres ont les antennes et pattes completement lestacees. 

L A. Buqueti, compare au globulicollis Buq. dont j ai vu un male ty- 
pique de la collection Oberthur, se distingue de suite par sa taille un 
peu moindre et surtout par son corps plus large, par la disposition des 
taches eburnees, par son corselet de pourvu de taches noires et par 
1 abseuce de ligne brunatre apicale aux etuis. Ges deux derniers carac- 
teres le separent aussi du gracilis Bates; en outre, les poils redresses 
des elytres sont blonds (et non pas obscurs comme chez le gracilis), et 
la tache posterieure eburnee n offre pas sa partie interne prolonged en 
cote vers le bas de 1 e lytre. 



Seance dn 8 j^nvicr 1800. xi 

II est iegeremeni plus grand que le spinipennis Buq. ; son corselet 
n est ni allonge, ni maculc; le sommet des etuis est a pc>ine sensible- 
ment bi-acumine (an lieu d avoir deux opines tres netles, dont la margi- 
nale est noire et plus grande que la sutiirale), et la disposition des 
laches eburnees est notablement differente. 

Enfm, le 4-guttatus Buq. est encore de taiile inferieure (9 mill.), et 
la description signale plu^ieurs caracteres qui ne conviennent pas a 
notre insecte, commo par exemple : le prothorax macule de noir et tu- 
berculeux sur les cotes ; des laches eburnees autrement conformees et 
disposees; la presence d un point noir a Tangle humeral des elytres, etc. 
A cette occasion, je ferai remarquer que la figure du 4-gutlatus donnee 
par Lacordaire dans i Atlas de son Genera (pi. 85, fig. 5) parait avoir etc 
executee d apres unc autre cspece, car elle ne correspond bien ni a la 
descriplion de Buquet, ni a des insectes typiques conserves dans la col 
lection Oberthur. 

Le % secretaire : G.-A. BAER. 



Bulletin bibliographique 

Academic des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
1889, 2 e sern., n os 26 et 27. Q 

Association franraise pour I avancement des sciences. N 56. Informa 
tions et documents divers. 

Deutsche entomologische Zeitschrift, 1889, 2 e partie. D r STIERLIN, 
Ueber Otiorrhynchus bicostatus und verwandte Arteii. G. ALBERS. 
Beitrag zur Kenntniss der Lucaniden-Fauna von Sumatra. E. REIT- 
TER. Bestimmungstabelle der llachen, kaukasischen Carabus- oder 
Tribax- Alien. ID. Berichte iiber die von E. von Oertzen ini Jahre 
1887, in Griechenland und Klein-Asien gesammelten Coleopteren, IX. 
Neue Arten aus verschiedenen Familieu. ID. Bemerkungen zu 
europaischen Elater-Ailen. ID. Weitere Mittheilungen iiber die 
Goleopteren-Gattungen : Sympiezocnemis Solsky und Urielina Reitt, 
ID. Ueber den Gattungsnamen Scydm.rnus und Eumicnts. ID. 
Uebersicht der palaearctischcn Chrysanlhia-Arlen. ID. Uebersicht 
der bekanntsn Scraptia-ATlQn der palaearctischen Fauna. -- D r K. 
FLAGH. Pseudolibrus nov. gen. Phaiacridarum. ID. Bemerkuugen 
iiber Phnlacrus- und Olibrns-Arten. ID. Japanische Phalacriden- 



xn Bulletin cntomologique. 

E. REITTER. None Goleopteren aus Europa, den angrenzenden 
Landern und Sibirien, mit Bemerkungen iiber bekannte Artcn. 
ID. Bemerkungen und Berichtigungen zu den Glavicornen in der 
Fauna Baltica 2. Aufl. und Fauna Transsylvanica von D r Seidlitz. 
G. ALBERS. Lucanus graciUs, eine neue Art von Sikkim. L. GANGL- 
BAUER. Zur Kenntniss der Plectes- oder 7 n te-Arten. -- D r G. 
KRAATZ. Ueber Coptolabrus longipennis Ghaud. von Nordchina, Bra- 
nickii Taczanowski von Korea, etc. - - D r L. VON HEYDEN. Descrip- 
tiones Goleopterorum novorum Regionis Palaearticae. ID. Ueber 
2Yt0rtn0-Varietaten von Carabicinen vom Pic de Nere in den Hautes- 
Pyrenees. ID. Prosodes costifera Kraatz und fallax Kraatz. 
K. ESCHERICH. Nachlriige und Berichtigungen zum Gatalogus Goleo 
pterorum von Gemminger und Harold betrefiend die Gattung Meloe. 

- J. WEISE. Coptocephala punctata. J. SCHILSKY. Berichtigungen 
und Erganzungen zum Verzeichniss der dnutschen Kafer. ID. 
Synonymische und andere Bemerkungen zu l) r Carl v. Dalla Torre s 
Synopsis der Insekten Oberosterreichs und Die Kaferfauna 
von Oberosterreich . ID. Berichtigungen und Erganzungen zum 
Verzeichniss der deutschen Kafer. D r L. v. HEYDEN. Weitere 
Mittheilung iiber Mf/rmo-Varietaten vom Pic de Nere in den Hautes- 
Pyrenecs. G. GZWALINA. Lathrobium (in sp.) Pandellei n. sp. und 
L. crassipes Bey (fig.)- E. REITTER. Neue Goleopteren aus Europa, 
den angrenzenden Landern und Sibirien mit Bemerkungen iiber 
bekannte Arten, VIII. D r G. KRAATZ. Varietaten des Goliathns 
giganteus Lam. (fig.)- ID- Cetonia brevitarsis Lewis var. nov. Fair- 
mairei. FR. W. KONOW. Ueber Cwlioxys echinata Forsler. D r G. 
KRAATZ. Bemerkungen iiber einige deutsche Kaferarten. D r L. v. 
HEYDEN. Die Varietaten des Trichius fasciatus und abdominalis Men. 

J. HABERFELNER. Ueber entomologische Zuchlhauser. D r G. 
KRAATZ. Pseudolimnxum Eichhoffi Krtz. =inustum Duval (Bembid.}. 

ID. Bemerkungen iiber Homalota-Arten. J. GERHARDT. Sam- 
melbericht pro 1888. D r G. KRAATZ. Sind Goliathits giganteus Lam. 
und regius Klug als Localvarietaten einer Art zu betrachten ? ID. 
Kurzer Bericht iiber den ersten Congres international de Zoologie in 
Paris iin August 1889. D r A. FRIE. Ueber einen Fossileu Maikafer 
(Anomalites fugitivus Fr.) aus dem tertiaren Siisswasserquarz von 
Nogent-le-Rotrou. Schreiben des Herrn FRUHSTORFER aus Peuang. 

- E. WASMANN. Nachtragliche Bemerkungen zu Ectiocham und 
Kcitomorpha m. J. WEISE. Aphthona metallica. ID. Synony 
mische Bemerkungen. ID. Fordpes verschiedencr Arten von Cly- 



Seance du 8 Janvier 1890. xm 

trinen Gattungen (fig.)- I D - Forcipes verschiedener Arten von 
Donaciinen, etc. (tig.)- ID. Synonymischc Bemerkungen ttber 
Chrysomelini. D r G. KRAATZ. Synonymische Bemerkungen, etc.. 
uber Cetoniden. G. Rosx. Ueber die Varietiiten von Plectes pro- 
tensus Schm. CL. MULLER. Eine neue Nebria aus der Alpxm 
Gruppe. 

Entomologische Nachrichten, XVI, 1, 1889. KRIECHBAUMER. Ueber das 
Prapariren der Hymenopteren. H. LOENS. Gefliigelte Pyrrhocoris 
apterus und ahnliche Erscheinungen bei Psociden. E. BRENSKE. 
Amphimallus assimilis Herbst und die Varietiiten desselberi. 
Eine neue Chrysomela aus Italien. 

Nouvelles Archives du Museum d histoire naturelle, 3 C ser., I, 2. E. LE- 
BRON, L. FAIRMAIRE et P. MABILLE. Recherches sur les Insectes dc 
Patagonie, 3 pi. 

Reale Accademia del Linen (Atti della), 1889. ser. 4% Rendiconti, V, 
2 sem., 7. Q 

Societa entomologica ital wna (Bulletino della), XXI, 1 ct 2. S. CAL- 
LONI. Noterelle entomologiche. -- A. DE GARLINI. Arlropodi di Val- 
tdlina (Rincoti, Orlottcri, Aracnidi). E. FICALBI. Notizie preven 
tive sulle Zanzare italiane. I a et H a nota preventiva. B. GRASSI et 
G. ROVELLI, Tavola analitica dei Tisanuri italiani da noi fmora ris- 
contrati. A. SENNA. Lotte ed amori dell Aplidia transversa. 
ID. Gontribuzioni allo studio dei Brenthidi : Note I a , H a , III*. 

Societas entomologica, IV, 18, 1889. P. BERINGER. Ueber Kaferaus- 
beute in Nubien. 

N 19, 1890. L. GANGLBAUER. Eine bemerkenswerthe Sculp- 
tur-form des Carabus hortensis L. FR. W. KONOW. Die mann- 
lichen Wespen (Genus Vespa L.). FR. LANG. Ueber Stauropus 
fagi. E. FREY-GESSNER. Une nouvelle chasse an Bombus alpi- 
nus L. D r FERD. RUDOW. Einige kleine Beobachtungen. Neu 
eingelaufene Kataloge Verzeichniss der Literatur des Societax 
entomologica . 

Tijdschrift voor Entomologie, 1888-89, 3 e et 4 e trim. A. W. M. VAN 
HASSELT. Le Muscle spiral et Vesicule du palpe des Araignees (fig. 
et pi.). P. G. T. SNELLEN. Synonymische Aanteekeningen. - 
ID. Aanteekening over Cidaria procellata, Wien. Verz. (tig.). 
H. ALBARDA. Catalogue raisoune et synonymique des Nevropteres 
observes dans les Pays-Bas et dans les pays limitrophes. P. G. T. 



xiv Bulletin entuuiulugique. 

SNELLEN Aariteekeningen over Lcpidoptera van Nieuw-Guinea (pi.). 
A. J. F. FOKKEU. Een nieuw vijand onzer Zeeweringen (pi.) 
P. J. M. HEYLAERTS. Opmerkingen bctreffende Nederlandsche Micro- 
lepidoptera. D r J. T. OUDEMANS. Thermophila furnonim Ro- 
velli (pi.). 

BAUDI (FL.) Catalogo dei Goleotteri del Piemonte (Ann. R. Ace, Agr. 
Torino, XXXII), 1889, 226 p. * 

CURO (ANTONIO). Aggiunte alia parte prima del Saggio di un Gatalogo 
dei Lepidotteri d llalia (Boll. Soc, ent. ital., XXI), 1889, 12 p. * 

LINTNER (J. A.). Fifth Report on the injurious and other Insects of the 
State of New York (42 th Rep. N. Y. Mus. Nat. Hist.), 1889, 374 p., 
nombr. fig. * 



du 2% Janvier 

{ residence de M. P. MABILLE 

Membres repus. 1 M. P. Vuillot, rue Boulainvilliers, 24, a Passy- 
Paris (Le pidopteres), presente par M. Paul Mabille. Gommissaires 
rapporteurs : MM. Denfer et Poujade ; 

2 M. Ernest Donge, employe de la Banque de France, avenue de 
Chatillon, 24, a Montrouge-Paris (Cole opteres de la faune gallo-rhe nane), 
presente par M. A Leveille. Gommissaires rapporteurs : MM. Baer et 
Sedillot; 

3 M. Jean Borie, rue d Assas, 90 (Entomologie ge nemle, principale- 
tnent Coleopteres), presente par M. A. Le veilie. Gommissaires rap 
porteurs : MM. Massue et Poujade; 

4 M. Edwin G. Reed, Bailos de Ganquenes, a Santiago (Chili) (Ento 
mologie general?), presente par M. Baer. Gommissaires rapporteurs : 
MM. Gh. Brongniart et Ragonot. 

Ancien membre readmis. M. Carlo della Torre, de Florence. 

Candidat presente . M. Fclix-L. Dames, libraire, Taubenstrasse, 47, a 
Berlin \V., presente par M. J. Bourgeois. Gommissaires rapporteurs : 
MM. Leveille et Baer. 



Seance du S^ Janvier 1890. xv 

Decision. La date du Banquet annuel commemoratif de la fondation 
de la Societe est fixee au l er mars 1890. MM. Sedillot et Leveille sont 
designes pour s occupor de son organisation. 

Lectures. M. Eugene Simon depose sur le bureau un travail faisant 
suite aux divers memoires publics sur son voyage au Venezuela, et 
comprenant les Formicides, par M. C. Emery. 

M. Francois Decaux presente une Etude sur les Insectes nuisibles a 
^agriculture recueillis a V Exposition universe-lie de 1889. 

Communications. M. F. Guillebeau adresse, par 1 entremise de 
M. G.-E. Leprieur, la note suivante sur un petit Garabide nouveau : 

MIGROTYPHLUS RiALENSis Guillebeau. Taille 1 3/4 mill. Entiere- 
ment testace, aveugle, environ trois fois aussi long que large. Tete 
lisse, plus longueque large, mandibules comprises, avec deux ioveoles, 
entre les antennes, plus on rnoins prolongees en arriere. Antennes 
depassant le corselet en arriere, legerement et graduellement epaissies 
vers 1 extremite, a articles subarrondis, a peu pres aussi longs que 
larges, piloselles, le dernier article oblong, la moitie plus long que large, 
obtus au sommet. Corselet lisse, subconvexe, a peine plus large que 
long, assez fortement sillonne au milieu, le sillon n atteignant pas le 
bord anterieur ; fortement retreci en arriere ; cotes sinues au-devant des 
angles posterieurs, qui sont aigus et saillants ; une tres petite dent de 
chaque cote au bord posterieur et pres de Tangle, ce qui fait que ce 
dernier semble echancre a son bord posterieur. Ecusson nul. Ely tres 
lisses, avec quelques soies dressees, deprimees, un peu relevees a 1 ex 
tremite vers la suture, a cotes paralleles ; les epaules impressionnees a 
la base, proeminentes, arrondies, avec le rebord externe distincternent 
releve en gouttiere. Dessous du corps lisse, les pieds anterieurs plus 
robustes que les autres, leurs tibias fortement echancres, le premier 
article des tarses a peine plus fort que le suivant (est-ce la femelle?). 

Trois exemplaires idenliques, recueillis sous des pierres a Ria (Py- 
renees-Orienlales) par notre zele confrere le capitaine Xambeu, qui en- 
richit la faune pyreneenne par ses decouvertes incessantes. 

Ge Microtyphlus differe nettement de ses congeneres par la forme de 
ses epaules a gouttiere. II n a pas les elytres ponctuees comme Pandellei, 
Revelierei et Schaumi; il differe, en outre, de ce dernier par les angles 
de son corselet dentiformes. La difference d habitat me porte a croire 
qu il n est pas identique aux autres especes connues de ce genre. 



xvi Bulletin entomologique. 

LeR. P. Camboue ecrit de Tananarive (Madagascar) que c est a 
tort que, dans une note publiee dans ie Bulletin de la Societe du 27 fe- 
vrier 1889, M. Paul Mabille lui attribue exclusivement la decouverte de 
la chenille de YUrania Ripheus Drury, tandis que 1 honneur en revienl 
surtout a M. Benoni Perrot, qui a trouve la chenille sur une planto 
nommee par les indigenes Haze-Malay. 

M. Eugene Simon annonce qu il compte faire tres prochainement 
un voyage aux iles Philippines. 

Le 2 e secretaire : G.-A. BAER. 



Bulletin bibliographique 

Academie des sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
1890, l er sem., n l.-Q N 2. A. VAYSSIERE. Sur Ie Prosopis- 
toma variegatum de Madagascar. N 3. Q 

Academie des sciences de Cracovie (Bulletin international de I }, 1889, 
decembre. Q 

Cornell University, College of Agriculture, agricultural experiment Sta 
tion, 1889, XI. J. H. GOMSTOCK. A Saw-Fly borer in wheat Cephus 
pygmseus (fig.). Notes. 

Entomologische Nachrichten, XVI, 2, 1890. F. KARSCH. Ueber die 
von Herrn D r R. Biittner in West-Afrika gesammelten Tettigiden 
Arten (fig.). J. J. KIEFFER. Ueber Gallen und Gallmucken aus 
Bliithenkopfen verschiedener Gompositen. 

Entomologist Tidskrift, 1889, n os 1 a 4. SVEN LAMPA. Hydmcia mi- 
cacea Esp. sasom skadedjur. W. M. SCHOYEN. 0m optraBden af 
skadeindekter i traeplantningerne paa jaederen. H. D. J. WALLEN- 
GREN. Skandinaviens vecklarefjarilar. G. 0. VON PORAT. Nya bi- 
drag till skandinaviska halfons myriopodologi. GLAES GRILL. 
Oryctes nasicornis L. C. G. Forvaringaf Larver och Puppor till 
smafjarilar och andra mindre insekter. GHR. AURIVILLIUS. En ny 
art af slagtet Charaxes Ochs. J. SPARRE SCHNEIDER. Entomolo- 
giske udllugter i tromso omegn. SVEN LAMPA. Om Ollonborrarne. 
CARL W. S. AURIVILLIUS. Om acaridvafnad pa trad. 

Entomologist s monthly Magazine (The), 308, 1890. J. H. WOOD. J//- 
cropteryx Larvae. K. R. BANKES. Scoparia atomalis. J. J. WAL- 



Seance du 22 Janvier 1890. xvn 

KER. Goleoptera at Cobham Park, Kent. J. S. BALY. Descriptions 
of two new Genera, and of some uncharacterized Species of Galeru- 
cinae. N. MANDERS. Notes ou the Lepidoptera of Mooltan. 
W. M. MASKELL. Icerya Purchasi, and its insect-enemies in New- 
Zealand. Notes diverses. 

Kaiserlichen Akademie der Wissenschaften (Sitzungsberichte der), XCVII, 
1888, 8 a 10. Q XGVJII, 1889, 1 a 7. - A. NALEPA. Beitrage zur 
Systematik der Physopten (9 pi.). D r R. v. SCHAUB. Ueber marine 
Hydrachniden nebst einigen Bemerkungen iiber Midea (Bruz.), 2 pi. 
A. HANDLIRSCH. Monographic der mit Nysson und Bembex ver- 
wandten Grabwespen (3 pi.). 

K. K. zoologisch-botanischen Gesellschaft in Wien (Verhandlungen der) 3 
XXXIX, 3 et 4, 1889. E. SIMON. Arachnid* transcaspic* ab ill. 
D r G. RADDE, D r A. WALTER et A. GONCHIN invent*. R. SCHAUF- 
FLER. Beitrage zur Kenntniss der Chilopoden (pi. et fig.). C. FLACH. 
Bestimmungs Tabellen der Trichopterygidx des europaischen Faunen- 
gebietes (pi. et fig.). A. F. NONFRIED. Beschreibung einigerneuer 
Kafer. D r F. Low. Die in den taschenformigen Gallen der Prunus 
Blatter lebenden Gallmiicken und die Cecidomyia foliorum H. Lw. 
E. POKORNY. Beitrag zur Dipterenfauna Tirols, IV. A. HAND 
LIRSCH. Beitrag zur Kenntniss des Gespinnstes von Eila.ro, sartrix 
Becker. 

Kaiserlichen Leopoldinisch-Carolinischen Deutschen Akademie der Natur- 
forscher (Verhandlungen der), LIU, 1889. Q Catalogue de la Biblio- 
theque, 2 e partie. 

Naturalista siciliano (II), IX, 2, 1889. B. GRASSI et G. ROVELLI. I pro- 
genitori dei Miriapodi e degli insetti (mem. IV) : II sistema dei Tisa- 
nuri fondato sopra tutto sullo studio dei Tisanuri italiani. E. CAL- 
BERLA. Elenco dei Lepidotteri raccolti in Sicilia nel giugno e luglio 
1889. 

Psyche, V, 160-164, 1889. T. TOWNSEND. Gontribution to a list of the 
Goleoptera of the lower peninsula of Michigan. H. F. BASSETT. A 
short Chapter in the history of the Cynipidous Gall-Flies. 
EDW. P. VAN DUZEE. On a new species of Pediopsis. H. A. HAGEN. 
Synopsis of the Odonata of North America. B. GRASSI. A contri 
bution towards a knowledge of Termites. S. W. WILLISTON. Notes 
on the early stages of some Heterocera. J. MAC NEIL. The male 



JOURNAL BIMENSUEL (Bulletin de la Societe" entomol. de France), 1889, n 3. 



XVIH Bulletin entomologique. 

element the originating factor in the development of Species. 
C. C. MOORES WEED. The Strawberry Root louse (Aphis Forbesi 
N. S.). Classified list of Food-Plants of American Butterflies, 
drawn from Scudder s Butterflies of the eastern United States . - 

Notes. 

Reale Accademia dei Lincei (Atti delta), S. 4, V, 6 et 8. Q 

Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, III, 1, 

1890. O 
Sociedad cientifica Antonio Alzate (Memorias de la), II, 12, 1889. Q 

HI, 1 et 1890. O 

Societas entomologica, IV, 20, 1890. L. GANGLBAUER. Agonum atra- 
tum und Dahli. F. KONOW. Die mannlichen Wespen (Vespa L.). 

- C. SCHMID. Schlesische Goleophoriidenraupen und deren Sacke. 

- F. BUDOW. Einige kleine Beobachtungen. -- E. FREY-GESSNER. 
Une nouvelle chasse au Bombus alpinus Lin. H. ZOLLER. Der Ka- 
ferfang im Winter. P. BERINGER. Ueber Kaferausbeute in Nubien. 

A. BOSSLER. Ueber einige Arten der Gattung Attagenus Str. 

Societas pro fauna et flora fennica. I. Acta, V, 1, 1888. Q 

II. Meddelanden, 13, 1886. - J. SAHLBERG. Lynchia fumipennis, 
n. sp. (fig.). ID. En ny art af Hemipter-Slagtet Aradus fran Byska 
Karelen. ID. En ny finsk art af Slagtet Scymnus. 15, 1889. 
0. M. BEUTER. En ny Ceratocombus fran Finland. E. BERGROTH. 
Om Finlands Phychopterida3 och Dixidse. J. SAHLBERG. Gatalogus 
prascursorius Hymenopterorum Anthophilorum Fenniaa. 

Socie te d e tude des sciences naturelles de Nimes (Bulletin de la), XVII, 4, 
1889. 

Wiener entomologische Zeitung, VIII, 10, 1889. Prof. J. MIK. Zur 
Kenntniss der Dolichopodiden (Dipt.). ID. Zur Biologic von Hor- 
momya caprese Winn. A. v. SEMENOW. Ueber einige Arten der 
Gattungen Sphenaria Men. und Asphena Sem. A. STARCK. Coleo- 
ptera nova Imperii rossici. E. BEITTER. Verzeichniss der Cucu- 
jiden Japans mil Beschreibungen neuer Arten. 



BRAMSON (K. L.). Die Tagfalter (Rhopalocera) Europas und des Cau 
casus. Kiew, 1890, 150 p., 1 pi. n. * 



Seance du 22 Janvier i890. xix 

CANDEZE (D r E.). Elaterides nouveaux, fasc. 4 (Ann. Soc. Belg.), 1889, 

57 p. * 
CARPENTIER (L.) Notes sur quelques larves de Tenthredides (Mem. Soc. 

linn. Nord Fr.), 1886-88, 35 p. * 

CHEVANDIER (Eua.). Note sur les ravages produits en 1848 par 1 Orgye 
pudibonde dans les forets de hetres du versant occidental des 
Vosges, entre Phalsbourg et Girey (Ann. forest., VIII, 5), 1849, 8 p. 
- Offert par M. L. Bedel. 

ID. Note sur une invasion de I Hylesine piniperde dans une jeune 
pineraie dependant de la foret communale du Petit-Mont (loc. cit.. 
XI, 4), 1852, 16 p. Offert par M. L. Bedel. 

FRENCH (G. H.). A new species of Neonympha. Notes on some Cali 
fornia Moths. Some Texas, Arizona and California Moths (fig.)- 
Preparatory Stages of Leptarctia California; Walk., with notes on 
the Genus (fig.). * 

GIARD (A.). Sur la castration parasitaire des Typhlocyba par une larve 
d Hymenoptere (Aphelopus melaleucus Dalm.) et par une larve de 
Diptere (Atelenevra spuria Meig.) (Ac. Sc.), 1889, 3 p. * 
ID. Sur la signification des globules polaires (Soc. Biol.), 1889, 6 p. * 
ID. Sur quelques types remarquables de Champignons entomophytes 
(Bull. Sc. Fr. Belg.), 28 p., 3 pi. col. * 

HJELT (H.). Notas conspectus floras fennicse. Helsingfors, 1888, 24 p. Q * 

SJELAN (Tn.), A. Osw. KIHLMAN et H. HJELT. Herbarium Musei fennici, 
2 e e d. : I. Plantaa vasculares. Helsingfors, 1889, 156 pi., 2 cartes. Q * 

SCUDDER (S. H.). Classified list of food plants of American Butterflies, 
drawn from Scudder s Butterflies of the eastern United States 
(Psyche), 1889, 5 p. * 

ID. The work of a decade upon fossil Insects, 1880-1889 (loc. cit.), 
1890, 9 p. * 

WILLEM (V.). Note sur 1 existence d un gesier et sur sa structure dans 
la famille des Scolopendrides (Bull. Ac. roy. Belg.), 1889, 18 p., 
2 pi. n. * 

A. L. 



xx Bulletin entomologique. 

Seance du 12 fevrier IStIO 

residence de M. P. MABILLE 

Membre regu. M. Felix-L. Dames, libraire, Taubenstrasse, 47, a Ber 
lin W. (Bibliographic entomologique), presente par M. J. Bourgeois. 
Gommissaires rapporteurs : MM. Leveille et Baer. 

Membres de missionnaires. 1 M. A. Francois, a Saint-Paul ; 
2 M. Jules Reveliere, a Angers ; 
3 M. Abraham Blum, a Paris. 

Publications. M. le Secretaire annonce que le 3 e trimestre des Annales 
de la Societe pour 1889 a etc public a la date du 22 Janvier 1890. 

Communications. M. Francois Decaux depose sur le bureau une notice 
relative a divers insectes nuisibles a 1 agriculture et rappelle 1 utilite des 
crapauds pour la preservation des vignes. II signale 1 abondance, sur les 
coteaux de Puteaux et du Mont-Valerien, de I Otiorhynchus ligustici, 
qui s y rencontre par milliers au mois de mai, de fac.on a recouvrir par- 
fois le fond des carrieres de sable d une couche de trois a quatre centi 
metres d epaisseur. Notre collegue croit que cette espece se developpe 
a la racine des luzernes, ce qui est aussi 1 avis des cultivateurs de ces 
parages, qui pretendent que YOtiorhynchus ligustici ne s attaque qu ex- 
ceptionnellement a la vigne et aux autre vegetaux cultives. 

A 1 occasion du memoire de M. A. Leveille : L Entomologie a 
I Exposition universelle de 1889, public dans nos Annales, M. Charles 
Brongniart adresse a la Societe une liste de divers Crustace s et Panto- 
podes interessants recueillis par la Commission des dragages sous- 
marins du Travailleur et du Talisman, et qui ont figure a I Exposition. 

M. M. Pic envoie, de Digoin, une note relative a trois especes ou 
varietes de Clytanthus du groupe du trifasciatus Fabr. 

M. Charles Oberthiir transmet les observations suivantes et la des 
cription d une Mathania nouvelle : 

Dans une note sur les Lepidopteres de Loja, M. Dognin a public, sous 
le nom tfHesperocharis Gaujoni (pi. n, fig. 3), une Pieride constituant 
un genre a part, que j ai distingue sous le nom de Mathania, et qui, 
notamment, est caracterise par le developpement singulier du bord 



Seance du 12 fe vrier 1890. xxi 

costal des ailes inferieures, au point que ce bord costal monte jusqu au- 
pres des yeux, qu il borde, en depassant 1 attache des ailes superieures, 
au-dessus desquelles il apparait. L angle, ordinairement forme entre la 
tete et la partie superieure du thorax, d une part, et le bord costal des 
ailes superieures, d autre part, se trouve ainsi comble par la saillie 
extraordinaire du bord anterieur des ailes inferieures. 

A la Mathania Gaujoni, s ajoute une deuxieme espece encore plus 
accentuee sous le rapport du caractere generique precite. Gette nouvelle 
Mathania, qui prendra le nom d Esther Obthr., a ete decouverte pres 
du Maranon, dans le Perou septentrional, non loin de la frontiere de la 
Republique de 1 Equateur. 

Elle se distingue de Gaujoni par la couleur moins jaune de ses ailes, 
Tangle anal des ailes inferieures moins aigu, un lavis orange vif qui 
orne les espaces intra-nervuraux de la base des ailes superieures en 
dessous (le voisinage du rameau inferieur de la nervure cellulaire res- 
tant d un blanc jaunatre, comme le fond des ailes), le ton general des 
ailes inferieures d un jaune verdatre sale, uni, avec le bord costal plus 
fonce et une rangee submarginale de points intra-nervuraux egalement 
plus obscurs. 

Les Mathania paraissent rares, et je ne crois pas que les femelles 
soient encore connues. J ai rec.u seulement trois males tres frais de la 
Mathania Esther, nommee en 1 honneur de M. Marc de Hainan, qui a 
decouvert cette nouvelle espece 1 annee derniere, au cours du voyage 
qu il poursuit depuis douze annees dans TAmerique equatoriale. 

La figure de la Mathania Esther paraitra dans la xiv e livraison des 
Etudes d Entomologie. 

M. H. du Buysson indique, par 1 entremise de M. Bedel, la syno 
nymic d un Elateride d ltalie, Harminius castaneus Fairm. : 

Get insecte a ete classe d abord, et comme genre particulier, dans la 
famille des Eucnemides (Fairmaire, Ann. Soc. ent. Fr., 1852, p. 80), 
puis reporte, avec raison, dans celle des Elaterides (H. de Bonvouloir, 
Monogr. des Eucnemides, p. 882). Actuellement, dans les Catalogues, il 
figure parmi les Agriotes; mais, en realite, c est un Athous, identique 
au spiniger Gand. (florentinus Desbr.). 

La synonymie devra done s etablir ainsi : Athous spiniger Cand., 1860, 
= Athous [Harminius] castaneus Fairm., 1852. 

Le ^ secretaire : G.-A. BAER. 



xxn Bulletin entomologiquc. 

Bulletin bibliographique 

Acade mie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I ), 
1890, l er sem., n 4. Q N 5. P. MARGHAL. Sur la structure de 
1 appareil excreteur de 1 Ecrevisse. 

Academy of natural Sciences of Philadelphia (Proceedings of the), 1889, II. 
GH. H. BOLLMANN. Notes on a small collection of Myriapods from 
the Bermuda Islands. J. M. SAFFORD et A. W. VOGDES. Descrip 
tion of new Species of fossil Crustacea from the lover Silurian of 
Tennessee, with remarks on others not well known (fig.)- H. C. 
Me COOK. Note on the true Systematic Position of the Ray Spider. 

American entomological Society (Transactions of the), vol. XVI, n 4, 
1889. J. B. SMITH. Contributions towards a Monograph of the Noc- 
tuida3 of Temperate North America : Revision of the Species of 
Oncocnemis. 

Annual Report of the Curator of the Museum of comparative Zoology at 
Harvard College for 1888-89. D r N. HAGEN. Report on the ento 
mological Department. 

Cincinnati Society of Natural History (Journal of the), XII, n os 2 et 3, 
1889. O 

Entomologische Nachrichten, XVI, 3, 1890, D r F. KARSGH. Pentathe- 
mis membranulata, eine neue australische Libellulide mit fiinfsei- 
tiger cellula cardinalis (fig.)- H. BEUTHIN. Ueber Varietaten euro- 
paischer Cicindelen. J.-J. KIEFFER. Ueber Gallen und Gallmucken 
aus Bltithe-Kopfen verschiedener Compositen. J. SCHMIDT. Neue 
Histeriden. 

Entomologist s monthly Magazine (The), fevrier 1890. N. M. RICHARD 
SON. Description of a Gelechia (portlandicella) new to Science from 
Portland. ID. Description of a Nepticula (auromarginella) new to 
Science near Weymouth. H. T. Stainton. Description of the Mi- 
cropteryx of the Hazel (M. Kaltenbachii) . W. M. SGHOYEN. Further 
Notes on D r Jordan s Observations on norwegian Lepidoptera. 
W. G. BLATCH. On the Coleoptera found in a small mossy bank at 
Knowle (Warwickshire). K. J. MORTON. Notes on the metamor 
phoses of two species of the genus Tinodes (fig.). A. C. F. MORGAN. 
Observations on Coccidx (n 6). M. JACOBY. Descriptions of some 
new species of South American Halticidx of the Group CEdipodes. 
Notes diverses. E. SHAW. Synopsis of the British Orthoptera. 



Seance du 12 fevrier 1890. XXHI 

Feuilles des Jeunes Naturalistes, n 232, 1889. Communications. 
Linnean Society of New South Wales (Proceedings of the}, ser. II, 3, 
part. 2, 3 et 4, 1888. \V. MAC LEAY. The Insects of Kings Sound 
and its Vicinity, I, II, III. FR. A. A. SKUSE. Diptera of Australia, 
II, HI, IV, V (pi. et fig.). T. BLACKBURN. Notes on Australian Co- 
leoptera, with descriptions of new Species. G. MASTERS. Cata 
logue of the known Coleoptera of New-Guinea, including the Islands 
of New Ireland, New Britain, Duke of York, Aru, Mysol, Waigiou, 
Salwatty, Key and Jobie, II. T. G. SLOANE. A note on the 
Carenides, with descriptions of new Species. T. P. LUCAS. Con 
tribution to a Knowledge of the Genus Jodis. T. BLACKBURN. 
Revision of the Genus Heteronyx, with descriptions of new Species, I. 

ID. Further Notes on Australian Coleoptera, with descriptions of 
new Genera and Species. S. OLLIFF. Contributions towards a 
Knowledge of the Coleoptera of Australia, V. W. H. MISKIN. Des 
criptions of hitherto undescribed Australian Lepidoptera (Rhopalo- 
cera). E. MEYRICK. Descriptions of Australian Micro-Lepido- 
ptera, XV. 

Naturalista Siciliano (II), IX, 3, 1890. B. GRASSI et G. ROVELLI. 
I progenitor! dei Miriapodi o degli Insetti, Mem. VI : II sistema dei 
Tisanuri fondato supra tutto sullo studio dei Tisanuri italiani. 

Naturaliste (Le), 15 Janvier 1890. L. PLANET. La larve et la nymphe 
de YHelops striatus (fig.). P. DOGNIN. Diagnoses de Lepidopteres 
nouveaux. l er fevrier 1890. E. ANDRE. Les larves de Malachius. 

P. DOGNIN. Diagnoses de Lepidopteres nouveaux. 

New York Academy of Sciences (Transactions of the), VIII, 5, 6, 7 et 8, 
1888-89. P. H. DUDLEY. Observations on the Termites, or white 
Ants, of the Isthmus of Panama (fig.). TH. L. CASEY. A new of 
Termitophilous StaphylinidaB. 

Psyche, V, 165, 1890. S. H. SCUDDER. The Work of a decade upon 
fossil Insects 1880-1889. ST. A. FORBES. The American Plum 
Borer, Euzophera semifuneralis Walk. W. BEUTENMULLER. Des 
criptions of some new North American Moths. 

Reale Accademia dei Lined (Atti della), 1889, 1 sem. 2, 9 et 10. Q 
Revue des travaux scientifiques, IX, 6 et 7, 1888. 
Royal Society (Proceedings of the), XL VI, 284. Q 



xxiv Bulletin entomologique. 

Societas entomologica, IV, 21, 1890. V. APFELBECK. Bin neuer Geo- 
trupes aus Bosnien. D r E. HOFFMANN. Danais Chrysippus. 
FR. W. KONOW. Die mannlichen Wespen (Genus Vespa L.). 
FR. RUHL. Die Macrolepidopteren-Fauna von Zurich und Umgebung. 
C. SCHMIDT. Schlesische Coleophoriidenraupen und deren Sacke. 

Socie te entomologique de Belgique (Comptes rendus des seances de la), 
seances du 27 decembre 1889 et du 4 Janvier 1890. 



KUNCKEL D HERCULAIS (J.). Distribution geographique des Insectes Co- 
leopteres a Madagascar. Gomparaison de sa faune avec celle des 
autres regions du Globe (Ass. fr. avanc. Sc.), 1887, 13 p. * 

ID. Les Sauterelles, les Acridiens et leurs invasions (loc. cit.), 1888, 
39 p., fig. * 

ID. Les Acridiens et leurs invasions en Algerie (Rev. scient.), 1889, 
cartes. * 

KUNCKEL D HERCULAIS (J.) et TH. BAUGUIL. Recherches experimentales 
sur la preservation des Vignes centre les ravages des Acridiens 
ailes (vulgo Sauterelles). Gonstantine, 1889, 31 p. * 

MAYET (VALERY). Les Insectes de la Vigne, 1890, 5 pi. et fig. Ou- 
vrage presente pour ie Prix Dollfus. 

ROBERTSON (Gn.). Flowers and Insects, II et III (Bot. Gaz.), 1889, 16 p., 
fig. * 

SIMON (E.). Etude sur les Arachnides de FHimalaya recueillis par 
MM. Oldham et Wood-Mason et faisant partie des collections de 
1 Indian Museum (Calcutta), l re partie (Journ. As. Soc. Beng.), 1889, 
13 p. * 

WYTSMAN (P.). Catalogue systematique des Passalides (Ann. Mus. civ. 

Gen.), 1884, 27 p. * 

A. L. 



Seance du 26 fevrier 1890. x.xv 



Seance du O fevrier 1S9O 

Presidence de M. P. MABILLE 

Admission. La Bibliotheque du Museum d histoire naturelle de Pans 
est inscrite au nombre des membres de la Societe. 

Rapports. M. le D r Armand Fumouze, tresorier, depose le rapport 
suivant, lu a la precedente seance, et relatif a sa gestion iinanciere pour 
1 annee 1889 : 

REGETTES 

En caisse au l er Janvier 1889 ....................... 461 fr. 35 c. 

Cotisations amerces ............................... 760 

Gotisations pour 1889 .............................. 6,648 15 

Tirages a part .................................... 76 25 

Vente de Tables des Annales ...................... 42 90 

Vente d Annales .................................. 189 

Abonnements ..................................... 809 50 

Vente de la Faune Bedel .......................... 173 

Divers ........................................... 46 

Don de M. Fairmaire .............................. 50 

Revenus ........................................ 2,958 70 

Subvention du ministere de 1 Instruclion publique ..... 500 

de 1 Agriculture ............ 600 

Exonerations (six) ................................ 1 ,800 

Obligation (au porteur), n 362,812, sortie ........... 493 90 



Total des recettes 15,608 fr. 75 c. 

DEFENSES 

Loyer, impots et assurance 1,518 fr. 45 c. 

Bibliotheque : achats de livres, reliures, frais divers. . . 1,074 50 

Indemnite du Secretaire 800 

Annales, impression du texte 7,255 fr. 40 c.} 

gravure, tirage et coloriage v 9,248 

des planches 1,992 60 ) 



A reporter 12,640 fr. 95 c. 



JOURNAL BIMENSDEL (Bulletin de la Societe entomol. de France) 1890, n 4. 



xxvi Bulletin entomologique. 

Report 12,640 fr. 95 c. 

Frais d envois et correspondance 592 45 

Frais d administration et divers 424 05 

Prix Dollfus 300 

Entretien de la collection H. Brisout de Barneville 85 

Delivrance du legs H. Brisout de Barneville 154 45 

Achat de trois obligations Quest nominatives a 422 fr. 50, 

plus le courtage et timbres (2 fr. 30) 1,269 80 

Total des depenses 15,466 fr. 70 c. 

BECETTES 15,608 fr. 75 c. 

DEFENSES.., 15,466 70 



Reste en caisse au l er Janvier 1890 142 fr. 05 c. 

M. L. Bedel, au nom du Conseil, donne lecture du rapport suivant 
sur les comptes du Tresorier pour 1 annee 1889 : 

Messieurs, votre Gonseil s est reuni le 19 fevrier dernier pour exa 
miner les comptes de 1 annee 1889 presentes par M. le D r A. Fumouze (1) ; 
il en a reconnu la parfaite exactitude. 

Les recettes se sont elevees a 15,608 fr. 75 c. 

Les depenses 15,466 70 

Excedent au l er Janvier 1890 142 fr. 05 c. 

Sur 1 ensemble des depenses, les frais de publication out atteint 
9,248 fr., chiffre superieur d environ 2,200 fr. a celui de 1888 et qui 
correspond a un accroissement notable de nos Annales. 

Malheureusement, le grand nombre de cotisations en retard n a permis 
au Tresorier de solder les depenses du dernier trimestre qu a 1 aide de 
ressources extraordinaires qu il faut s efforcer de reconstituer le plus 
tot possible. 

Sur le montant des exonerations de 1 annee (2), il reste a consolider 
333 fr. 25. 

(1) Voir la page pre"cedente. 

(2) Les membres liberes sont MM. R. Blanchard, V.-J. Driancourt, le baron 
J. de Guerne, Val6ry Mayet, M. Noualhier et M. Pic. Le nombre des membres 
exone"r6s est de 87 au 31 decembre 1889. 



Seance du 26 fevrier 1890. xxvn 

En outre, une des dix obligations au porteur qui constituent not 
fonds de reserve a ete remboursee par la compagnie de I Ouest et n a pu 
etre remplacee. 

En consequence, le Gonseil vous propose : 

1 De donner votre approbation aux comptes de M. le Tresorier pour 
I annee 1889 et de lui en donner decharge ; 

2 D autoriser 1 achat, des que nos ressources le permettront, d une 
obligation nominative et d une obligation au porteur ; 

3 De decider la radiation de plusieurs membres de la Societe qui 
doivent plus de trois annees de cotisations ; 

4 De voter des remerciements a M. le D r A. Fumouze pour le de- 
vouement qu il apporte dans 1 exercice de ses fonctioris. 

Les conclusions de ce rapport sont adoptees a 1 unanimite par la So 
ciete, qui en decide 1 impression au Bulletin des seances. 

Au nom de la Commission (1) du Prix Dollms, M. Charles Bron- 
gniart lit le rapport suivant : 

Messieurs, la Commission que vous avez nominee pour designer a 
vos suffrages un candidat pour le Prix Dollfus s est reunie le lundi 
24 fevrier. Elle n a eu a examiner, cette annee, qu un seul ouvrage, 
celui de M. Valery Mayet, intitule : Les Insectes de la Vigne . 

M. Valery Mayet, qui est professeur de zoologie generate et d entomo- 
logie a 1 Ecole nationale d Agriculture de Montpellier, a cherche a faire 
un ouvrage pratique, a la portee de tous. 

Depuis longtemps deja, M. Valery Mayet s occupe de la question des 
parasites de la vigne, au point de vue entomologique ; il a publie, a 
differentes reprises, des etudes sur ce sujet. 

Mais aujourd hui, il a pense qu il rendrait service, tant aux natura- 
listes qu aux viticulteurs, en faisant une revision de ce qui a ete ecrit 
et observe sur les Insectes ampelophages. Cependant il n a pas la pre- 
tention d avoir reuni tous les documents, et il espere que, s il lui est donne 
de publier une seconde edition, elle sera certainement plus complete 
que la premiere. 

(1) Commission du Prix Dollfus : MM. Denfer, Fallou, Heulz, Lamey, 
Lefevre, Poujade, Salle, Sedillot, Brongniart, rapporteur. 



xxviii Bulletin entomologique. 

Tout on dormant des details techniques, dit notre auteur, nous 
tacherons de rester clair et pratique, citant les etymologies, expliquant 
les obscurites, evitant les formules, nous mettant, en un mot, a la porte e 
du plus grand nombre. Donner un historique succinct, complete par une 
note bibliographique, decrire 1 insecte, ses metamorphoses, ses moeurs, 
ses ravages, indiquer les moyens de lutte : tel est le plan de notre 
travail. 

Pouvais-je faire mieux, Messieurs, que de vous citer les paroles 
memes de 1 auteur? Vous avez par la un apercu de 1 ouvrage. M. Valery 
Mayet, dans son Introduction, donne, en quelques mots, la description 
anatomique d un insecte, en fait connaitre la biologic ; puis, apres un 
historique general de la question des parasites de la vigne, ou, je puis 
le dire, 1 auteur remonte an deluge, vient une liste des Ampelophages 
etudies avec quelques details dans ce livre. Et elles sont nombreuses 
les especes qui attaquent la vigne! M. Valery Mayet en compte 131. 

L introduction est suivie d un lexique ou sont expliques avec uettete 
les termes que Ton emploie dans les descriptions entomologiques. 

Bien que 1 ouvrage forme un volume in-8 de pres de 500 pages, il 
ne faudrait pas croire que 1 auteur ait donne autant d importance a 
chaque espece. Non sans doute ; il insiste davantage sur les especes qui 
causent les plus grands dommages : telles que le Phytoptus vitis, parmi 
les Arachnides ; la Gecidomyia cenophila, parmi les Dipteres ; les Coche- 
nilles, parmi les Homopteres ; 1 Altise, le Gribouri ou Ecrivain, le Rhyn- 
chite, les Charangons coupe-bourgeons, les Hannetons, etc., parmi les 
Goleopteres ; les Griquets, les Ephippigeres, etc., parmi les Orthopteres ; 
les Noctuelles, les Tordeuses, parmi les Lepidopteres. 

Enfin il fait une etude speciale et tres approfondie du Phylloxera et 
de la Pyrale. 

En general, 1 auteur donne pour chaque espece un historique, la des 
cription et la biologie, et indique les moyens preventifs. 

Get ouvrage est accompagne de 80 figures et de o planches hors texte, 
dont 4 en chromo (1). 

Ce travail, Messieurs, est bien conc,u. M. Valery Mayet, tout en don- 
nant a son livre une lournure populaire, a su rester scientifique. Nous 

(1) VALERY MAYET, Les Insectes dc la Vigne. Montpellier, Camille Coulet ; 
Paris, Georges Masson. 



Seance du 26 fe vrier 1890. xxix 

sommes persuades qu un tcl ouvrage rendra de grands services, aussi 
bien a ceux qui aiment a observer les choses de la Nature, qu a ceux 
qui se cantonnent dans le cote pratique de la question. 

A Punanimite, la Commission a decide de proposer a vos suffrages 
pour le Prix Dollfus le livre de M. Valery Mayet. 

La Societe, apres avoir entendu lecture de ce rapport, decide, aux 
termes des articles 13 et 59 de ses Statuts et de son Reglement, qu il 
sera vote sur les conclusions dans la seance du 26 mars 1890. Tous 
les membres francais out droit de prendre part au vote, qui aura lieu au 
scrutin secret et a la majorite absolue des suffrages, soil directement, 
soil par correspondance. Un avis special sera adresse a ce sujet aux 
membres francais, et les votes devront etre envoyes au President, au 
siege social de la Societe (Hotel des Societes savantes, rue Serpente, 28), 
au plus tard le 26 mars 1890. 

Decision. La Societe entend lecture d un rapport de M. J. Kunckel 
d Herculais, au nom de la majorite de son Gonseil, sur diverses propo 
sitions qui lui ont ete soumises. Apres une discussion assez longue, elle 
decide qu a 1 avenir les fonctions de secretaire, comme celles de tous 
les autres membres du bureau, seront gratuites. 

II sera precede au rem placement du secretaire a la prochaine seance. 
Geux des membres qui desireraient presenter leur candidature sont 
invites a en donner avis au 2 e secretaire, M. G.-A. Baer, cite T revise, 
11 bis, avant le 12 mars. 

Communications. M. Breignet, de Bordeaux, adresse, par Pentremise 
de M. P. Chretien, la description de deux aberrations de Lepido- 
pteres : 

Thecla rubi. Deux aberr. ?. Le dessus semblable au type. 
Sur un des sujets, le dessous des ailes inferieures a une bande macu- 
laire brune tres decoupee exterieurement, surtout dans ie milieu, ou 
elle est tres echancree. Mieux arretee interieurement, cette bande par- 
tage 1 aile presque en deux parties, dont la premiere (la base) est d un 
vert grisatre. La ligne de points blancs est tres prononcee. Le 
deuxieme individu a egalement (toujours en dessous), sur les ailes in 
ferieures et sur 1 aile superieure gauche, un commencement de la bande 
du precedent. 



xxx Bulletin entomologique. 

Ces deux sujets ont ete captures a Pessac (Gironde) par noire collegue 
M. Labat, de Talence (Gironde). 

Melithaea Athalia. Aberr. et monstruosite. Dessus. Cote 
droit : comme dans le type, mais avec les bandes transverses noires 
plus etroites, legerement tracees. Cote gauche : aile superieure bien 
moins large quc la droite, avec deux echancrures a la place de la f range, 
qui n existe pas ; 1 inferieure rentrant fortement dans 1 aile en forme 
de croissant. Gette aile, d un fauve tmiforme, manque absolument des 
bandes transverses noires qui la divisent. La base, les deux tiers envi 
ron de la cote, le bord interne et 1 extremite du bord posterieur, d un 
sable noiratre. Au tiers de 1 aile, apres le sable de la base, il existe un 
semblant de lignes, a peu pres en forme de V couche, de couleur noire, 
et en dessus, au milieu de la cellule, un petit trait transversal egale- 
ment noir. A 1 extremite de la cellule, est la petite tache arrondie, noire, 
fauve dans son milieu, qui est dans le type. Les nervures noires sont 
bien marquees. L aile gauche inferieure est absorbe e par du sable 
noiratre, avec, aux deux tiers de 1 aile, une bande fauve coupee par les 
nervures. 

Dessous. Le dessous des ailes de droite est absolument semblable a 
celui des Athalia ordinaires, ainsi que 1 inferieure gauche. Seule, 1 aile 
monstrueuse differe. Elle est fauve, avec la cote et Tangle apical d un 
jauno clair, et des taches noires, allongees, en traits e pais. II y a egale- 
ment, un peu au-dessus du bord interne, une bande noire assez 
epaisse. 

Un cf, ex larva ; collection de M. Labat. 

M. Jules Fallou fait la communication suivante : 

Dans ma note sur les moeurs de la chenille du Bombyx rubi L., pn- 
bliee dans le Bulletin de la Societe du 24 octobre 1888, j avais signale 
deux ennemis de ces chenilles, un champignon, et un Hymenoplere 
dont je me proposals de conserver les larves et les cocons, dans 1 espoir 
d arriver a la determination de 1 espece. 

L eclosion de 1 insecte parfait a eu lieu dans le courant de juin 1889 ; 
c est un petit Braconide, le Microgaster perspicum Wesmael, ou espece 
tres voisine. J ai obtenu, de plus, un Diptere, le Sarcophaga canaria L. 

Je dois la determination de ces parasites a notre honore collegue 
M. le professeur Alex. Laboulbene. 



Seance du 26 fevrier 1890. xxxi 

Quant aii champignon, que j ai pu cultiver, il a ete reconnu par M. ie 
professeur Henneguy pour etre le Sphseria miliaris. 

Le 2 C Secretaire : G.-A. BAER. 



Bulletin bibliographique 

Acade mie des Sciences (Comples rendus hebdomadaires des seances de I ), 
1890, l er sem., n 6. Q N 7. G. CABLET. Sur les organes secre- 
teurs et la secretion de la cire chez 1 Abeille. 

Entomologische Nachrichten, XVI, 4, 1890. H. LOENS. Albinismus bei 
Psocus sexpunctatus L. J. SCHMIDT. Neue Histeriden. F. KARSCH. 
Orthopterologische Mittheilungen, IV : Ueber Phaneropteriden. 
L. W. SCHAUFFUS. Zwei neue Wasserkafer-Arten. G. QUEDENFELDT. 
Diagnosen zweier neuen Tenebrioniden-Artcn aus Tripolitanien. 

Memoria de la Secretaria de Gobernacion (Policia y fomento), Cosla-Rica 

1889. O 

Reale Accademia del Lined (Atli delta}, 1889, II, 11 et 12. Q 

Revue scientifiqtie du Bourbonnais et du centre de la France, III, 2, 

1890. O 

Royal Society (Proceedings of the), XL VI, 285, XL VII, 286, 1890. Q 

Societas entomologica, IV, 22, 1890. FR. W. KONOW. Die Mannlichen 
Wespen (Genus Vespa L.), fig. FR. RUHL. Beitrag zur kritischen 
Sichtung der Melitaeen-Gruppe Athalia Rott., Parthenie Bork. und 
Aurelia Nick. H. ZOLLER. Der Kaferfang im Winter. 

Socic te entomologique de Belgique, Gompte rendu du l er fevrier 1890. 
A. FOREL. Un parasite de Myrmecia forficata Fab. F. J. M. HEY- 
LAERTS. Trois especes de Psy chides des Indes anglaises. ID. Une 
Psychide nouvelle d Assam, Kophene Snelleni m. ID. Quatre 
especes nouvelles de Glaucopidas du Bresii. ID. Descriptions de 
quelques Heteroceres inedits des Indes orientales neerlandaises. 
KERREMANS. Sur une variete nouvelle de Sternocera chrysis Fab. 
I) 1 PLATTEEUW. Goleopteres rapportes de Pile de Borneo. 



xxxii bulletin entomologique. 

Socie te linne enne du nord de la France (Bulletin mewuel de la), 1889. 
IX, 201 et 202. Q 

Wiener entomologische Zeitung, IX, 1, 1890. A. v. SEMENOW. Ueber 
die Gattungen Adoretus Cast, und Pseudadoretus m. L. v. HEYDEN. 
Notiz uber einige von mir veroffentlichte Arten aus Nordafrika. 
FR. v. KONOW. Neue palaarctische Blattwespen. E. REITTER, Coleo- 
pterologische Notizen, XXXIV. ID. Ueber Bythinus Baudueri, 
latebrosus und blandus. BERNHARD HAY. Secundare Geschlechts- 
charaktere bei Skandinavischen Acridioden. E. REITTER. Ueber- 
sicht der Arten der Coleopterengattung Polyphylla Harr. aus der 
palaarctischen Region. K. ESCHERICH. Meloiden Studien. Ew. H. 
RUBSAAMEN. Beschreibung einer an Sanguisorba officinalis aufgefun- 
denen Miickengalle und der aus dieser Galle gezogenen Miicken. - 
J. J. KIEFFER. Die Gallmlicken des Hornklees. TH. BECKER. Einige 
Bemerkungen zu Herrn J.-M.-F. Bigot s Glassificirung der Empiden 
im I Heft des Jahrganges 1889 der Annales de la Sociele entomo 
logique de France . P. STEIN. Berichtigung betrefl s Hydrotza 
eximia Stein. K. FLAGH. Dichotrachelus KimaJcowiczi, eine neue 
Art aus Siebenbiirgen. 



BELON (R. P. M.-J.). Supplement a la Monographic des Lathridiens de 
France. Lyon, 17 p. * 

SENNA (A.). Contribuzioni allo studio dei Brentidi (Bull. Soc. ent. Ital., 
XXI), 1889, 6 p. * 

A. L. 



Seance du t% mars 1890. xxxm 

Seance du 1$ mars 18OO 

Prdsidence de M. P. MABILLE 

Necrologie. M. le President annonce la mort de M. Sylvain Ebrard, 
membre de la Societe depuis 1867. 

Don. M. le President annonce que M me Signoret a fait deposer aux 
archives de la Societe tous les dessins originaux, avec un Catalogue 
manuscrit complet des Hemipteres du monde entier, de notre regrette 
membre honoraire Victor Signoret. 

La Societe vote des remerciements a M me Signoret et charge son Pre 
sident de les lui transmettre. 

Banquet annuel. Le l er mars a eu lieu le Banquet annuel de la So 
ciete au restaurant de V Hotel des Societes savantes, rue Serpente, 28. 
Assistaient au banquet : MM. E. Allard, G.-A. Baer, L. Bedel, 

Ch. Brisout, M. Cayol, J. Groissandeau, P. Daguin, 
G. Fauvel, J. Gazagnaire, A. Grouvelle, J. Grouvelle, 
Ph. Grouvelle, J. Kunckel d Herculais, A. Lamey, E. Lefevre, 

A. Leveille, D r H. Martin, E. Massue, D r M. Regimbart, 
A. Salle, M. Sedillot, D r H. Senac; 

M. A. Grouvelle, president du banquet, a formule le regret de ne 
plus voir au milieu de nous notre ancien secretaire Desmarest, si fidele 
a nos reunions annuelles. II a rappele le grand vide cause dans nos 
rangs par la mort de Desmarest et de notre tresorier honoraire Buquet, 
tous deux si intimement lies au developpement de notre Societe. II a 
termine en buvant a la prosperite de la Societe entomologique de France, 
qu assurera toujours le devouement de ses membres. 

Plusieurs tostes ont ete portes : 

Par M. E. Lefevre : a MM. E. Simon et J. Bourgeois ; 

Par M. M. Sedillot : aux Membres de province ; 

Par M. G. Fauvel : aux Membres de Paris ; 

Par M. M. Cayol : a M. L. Fairmaire ; 

Par M. J. Gazagnaire : a MM. M. Sedillot et A. Leveille, les organisa- 
teurs du Banquet ; 

JOUENAL BIMENSDEL (Bulletin de la Soci6t6 entomol. de France), 1890, n 5. 



xxxiv Bulletin entomologique. 

Par M. G.-A. Baer : a M. A. Millot, an crayon de qui Ton doit la 
gracieuse illustration de notre menu. 

Notre sympathique collegue de province, M. G. Fauvel, aluune piece 
de vers ecrits pour la circonstance, fine d observation et riche d hu- 
mour. 

Travaux ecrits. M. E. Abeille de Perrin depose, par 1 entremise de 
M. L. Bedel, un travail d environ 300 pages intitule : MALACHIID^E. Ma- 
lachides d Europe et pays voisins. 

M. P. Boise envoie une note : Recherches sur les organes des sens 
des Insectes. 

Communications. M. F. de Saulcy adresse, par 1 entremise de M. J. 
Croissandeau, la description d un nouveau Scydmenide francos : 

Eudesis Adela, n. sp. Oblonga, antice angustior, depressa, 
rufo-testacea, capite exserto, parvo, ovato, postice bilobo, oculis nullis; 
palporum maxillarium articulo ultimo parvo, prsecedenti oblique con- 
juncto; antennis contiguis, ante frontem insertis, subgeniculatis, apice 
clavatis ; prothorace capite latiore, lateribus subrotundatis, angulis pos- 
ticis elevatis, basi utrinque bifoveolata ; elytris subintegris, basi foveola 
magna impressis, apice conjunctim subrotundatis ; trochanteribus posticis 
simplicibus; femoribus clavatis; tibiis rectis, tarsis brevibus, articulo 
ultimo unguiculis brevibus terminate. Long, vix 1 mill. 

Roux testace, a pubescence extremement fine. Tete separee du pro- 
thorax par un cou etroit, petite, ovale, un peu plus retrecie en avant 
qu en arriere, portant centre le cou une forte impression triangulaire 
attenuee en pointe vers le milieu et divisant Focciput en deux lobes 
arrondis. Antennes absolument contigues, aussi longues que la tele et 
le prothorax reunis ; l er article egal a la moilie de la leto, tres legere- 
ment courbe en dehors, 2 e obconique, insere un peu obliquement a 1 ex- 
tremite du l er , de moitie moins long, mais aussi epais que lui ; art. 3-7 
plus petits, ronds, grossissanta peine sensiblement; 8 e egalement rond, 
mais plus petit que le 7 e ; art. 9-11 en massue ; 9 e transversal, aussi long 
et une fois et demie aussi large que le 7 e ; 10 e a peine plus large et un peu 
plus long que le 9 e ; ll e obtus, a peine plus large que le 10 e , de la longueur 
des deux precedents. Corselet, de moitie plus long et un peu plus de 
moitie plus large que la tete, ayant sa plus grande largeur vers le tiers 
anterieur, arrondi et attenue en avant, legerement retreci en ligne droite 



Seance du 12 mars 1890. xxxv 

vers la base, ou les cotes sont fortement releves et ferment une vague 
depression longitudinale ; centre cette impression, se trouve, de chaque 
cote, une grande fossette arrondie. Elytres a base de meme largeur que 
celle du corselet, en ovale tres allonge, arrondies ensemble a 1 extre- 
mite, sans ponctuation sensible, mais marquees chacune d une tres large 
et tres longue fossette comprise entre le calus humeral et un espace 
juxta-scutellaire tres etroit; cette fossette atteint, en arriere, le quart 
de 1 elytre, ainsi qu une courte striole suturale qui la limite en dedans 
et fait saillir 1 e cusson et la suture en avant. Femurs mediocrement cla- 
viformes, trochanters simples, tibias droits. 

Pyrenees-Orientales, Banyuls-sur-Mer ; un seul exemplaire trouve 
sous une grosso pierre en f once e dans le sol (collection Croissandeau). 

M. P. Boise ecrit qu il a trouve des pupes assez nombreuses de 
Braula coeca (Pou des Abeilles) dans les poussieres des ruches ; que 
1 insecte adulte attaque indifferemment les jeunes el les vieilles Abeilles 
et qu il est rare de rencontrer plus d une femelle sur la meme Abeille ; 
que Trichodes apiarius depose ses oaufs sur les plantes qu il frequente 
et que les Abeilles, en butinant, transportent ces 03ufs dans la ruche, ou 
la chaleur les fait eclore ; que les degats causes aux roses par Hoplia 
farinosa, qui en rongeant les nectaires en font tomber les petales, 
peuvent etre combattus efficacement par un arrosage du centre de la 
fleur avec de 1 eau alunee. 

II ecrit encore qu Acheronlia Atropos en chrysalide, deux jours avant 
son eclosion, emet des sons quand on 1 inquiete. 

M. V. Decaux lit la note suivante : 

On connait la faeon de vivre ftttylesinus bicolor Brul. dans le tronc 
et les branches des Cupressinees (Thuyas, Cypres, Genevriers et Se 
quoias). Gette espece offre un autre mode d existence qui n apas encore 
ete signalee : vous pouvez vous en assurer par les rameaux de Thuyas 
et Sequoias que je mets sous vos yeux. 

A la fin d avril et a la fin de juillet, pour pondre, la femelle d Hyle- 
sinm bicolor enfonce son oviducte a 1 aisselle des rameaux de 1 arbuste 
et y depose un seul oauf, qu elle agglutine au moyen d une matiere gom- 
meuse ; la petite larve eclot quelques jours apres et s enfonce dans le 
co3ur du rameau tres tendre, qu elle perfore dans le sens de la longueur. 
A mesure de sa croissance, elle agrandit cette galerie qui ne depasse 
pas 2 millimetres. Vers la fin de juin et fin decembre, la larve a 
atteint tout son developpement ; elle se retourne alors, prolonge sa 



xxxvi Bulletin entomologique. 

galerie dans la branche qui porte le rameau, d environ 2 a 3 millimetres. 
C est dans cette partie que la larve se metamorphose en nymphe, puis 
en insecte parfait. On peut trouver des insectes pre"ts a sortir des les 
mois de Janvier et juin. Jusque-la, rien ne decele, a 1 exterieur, la pre 
sence ti Hylesinus; mais, vers le mois de Janvier ou fevrier, un obser- 
vateur petit deja voir chaque rameau habile jaunir, puis se dessecher; 
en mars, les rameaux se detachent et tombent. L insecte attend dans le 
fond de sa galerie, des lors mise a jour, les premieres chaleurs de fin 
avril pour sortir de sa retraite et s accoupler. 

Je suppose que cette maniere anormale de vivre de 1 insecte a pour 
but d affaiblir 1 arbuste et d en diminuer la seve, afm de permettre 
Telablissement d une nouvelle colonie au pied de 1 arbre la saison sui- 
vante. 

M. le D r A. Laboulbene fait passer sous les yeux de la Societe un 
Goleoptere qui attaque les Vignes en Tunisie, le Ligniperda ou Apate 
francisca Fab. et donne les details suivants : 

Get insecte a ete trouve sur des plants malades et qu on croyait atteints 
du Phylloxera. La larve en avait devore toute la moelle, ne laissant que 
1 ecorce, qui de la sorte servait d enveloppe a un tuyau ayant pour dia- 
metre le corps du devastateur. Partout, les insectes ne se sont attaque 
qu a la plante vivante, qui s est abattue, videe par eux. 

Notre collegue a conseille de couper les sarments atteints, de recueillir 
avec soin les branches cassees ainsi que le plant malade et de bruler le 
tout avant la sortie des insectes. Les ravages seront ainsi conjures. 

M. Laboulbene rappelle que M. H. Lucas a signale dans les Annales 
de 1853 (Bulletin, p. LVII) les degats produits, en Espagne, sur les mu- 
riers par V Apate francisca. La larve avait creuse dans les branches des 
galeries longitudinales ; il y avait meme des galeries cloisounees, lorsque 
deux larves avaient perfore la meme branche. M. Valery Mayet, dans 
son bel et recent ouvrage sur les Insectes de la Vigne, ne parle pas de 
1 Apate francisca ; il mentionrie les attaques, en France, des Synoxylon 
sexdentata Oliv. et muricata Fab., des Xylopertha sinuata Fab. et Apate 
bimaculata Oliv. (loc. cit. } p. 388 a 395^. Enfin, Maurice Girard, dans les 
Annales de 1882 (Bulletin, p. XLVIII), a mentionne deux Apate, se trou- 
vant en Algerie, aux environs de Palestro, departement d Alger, dans 
les sarments de la Vigne : .4. coronata et A. cylindrica, especes ine- 
dites, publiees plus tard, en 1883, dans VAbeille (t. XXI, Nouv., 2 e serie. 
n 43. p. 183), sous lesnoms $ Apate coronata ;Marseul et Apate sericans 



Seance du i2 mars 1890. xxxvii 

Marseul. M. Lamey a communique a M. Bedel I A. sericans eclose des 
tiges du Nerium oleander, coupees pour faire des clotures. 

En terminant, M. Laboulbene fait observer que, pour YApate francisca, 
YApate sericans et les autres especes, 1 attaque de la Vigne n a lieu que 
lorsque celle-ci a ete cullivee a la portee de ces insectes. Les parasites 
Font preferee alors a leurs vegetaux habituels : il y a la un nouvel 
exemple de 1 adaptation d un parasite a un hole meilleur. 

M. Laboulbene montre un bel Acridien vivant, YAcridium xgyptium 
Linne (Acridium lineola Latreille, Serville, Lucas), provenant d un jar- 
din situe dans la partie superieure de la ville d Alger, ou il a ete pris 
par un jeune chat. Get Acridien, trouve dans le midi de la France, aux 
environs de Montpellier, de Cannes, etc., par MM. Mabille, Gazagnaire 
et autres, est appele par les Arabes algeriens, au dire de M. Kunckel, 
Sultan , et regarde comme precedant les invasions de Griquets. 

- M. J. Kunckel d Herculais fait part a la Societe de ses observations 
sur le mecanisme de 1 eclosion, des mues et de la metamorphose chez 
les Acridiens : 

Dans les deux campagnes faites en vue de la destruction de Stauro 
notus maroccanus, il a eu maintes occasions d etablir les faits suivants : 

Les jeunes Stauronotus, pour detacher 1 opercule de la coque terreusc 
dans laquelle ils se sont developpes, mettent en action une ampoule 
formee par la dilatation de la membrane cutanee qui relie dorsalemeut 
la tete au bord anterieur du prothorax. Gette ampoule, que M. Kunckel 
appelle ampoule cervicale, agit avec d autant plus de force sur 1 oper- 
cule, que le sang qui est refoule dans la region cervico-cephalique la 
gonfle davantage. Le point important, c est que le sang, qui est pousse 
dans cette region au lieu de 1 etre par 1 action seule des muscles, selon 
Topinion des auteurs, y est refoule et maintenu par la dilatation consi 
derable du jabot dans lequel I animal accumule a savolonte de r air en 
quantite suffisante. 

Ge mecanisme, observe chez ies Acridiens, doit certainement, selon 
1 auteur, avoir un caractere de generalite. 

M. J. Kunckel annonce son depart pour 1 Alge rie, ou il va entre- 
prendre sa troisieme campagne centre les Acridiens migrateurs et prin- 
cipalement contre Stauronotus maroccanus. II profile de la circonstance 
pour donner a la Societe quelques renseignements sur les resultats 



xxxviii Bulletin entomologique. 

obtenus dans les deux campagnes precedentes par I application des me- 
thodes scientifiques qu il a preconisees. 

Nomination du Secretaire. M. le President rappelle qu a la seance du 
26 fevrier, la Societe a decide qu a 1 avenir les fonctions de Secretaire, 
comme celles de tons les autres membres du bureau, seraient gratuites, 
et qu il serait precede au remplacement du Secretaire a la seance du 
12 mars. Les membres de la Societe etaient pries de poser leur candi 
dature. J ai rec,u de M. J. Gazagnaire la lettre qui suit : 

Monsieur le President, 

Plusieurs de nos collegues m engagent vivement a prendre la lourde 
succession de notre regrette Desmarest. Etant donnee la crise que tra 
verse notre Societe, je ne crois pas de mon devoir de refuser. Je mets 
done mon devouement au service de la Societe, si elle me juge digne de 
sa confiance. 

La candidature de M. J. Gazagnaire est mise aux voix. 
Sur 26 volants, les voix se repartissent ainsi : 

M. J. Gazagnaire 21 voix. 

M. G.-A. Baer 1 

Bulletins blancs 4 

M. J. Gazagnaire est nomme Secretaire de la Societe entomologique 
de France. 

M. J. Gazagnaire prononce 1 allocution suivante : 

Messieurs et chers Collegues, 

En me confiant la direction du secretariat de la Societe entomologique 
de France, en m appelant a ce poste, qui, pendant de si longues annees, 
a ete occupe avec autant de regularite et de devouement par notre 
regrette Desmarest, vous me faites un grand honneur. 

Je vous remercie de la sympathique confiance que vous venez de me 
temoigner. 

Gependant, je ne me fais pas d illusion. Si des exigences sociales 
tiennent eloigne celui qui aurait recueilli tous nos suffrages, notre 
aimable collegue M. J. Bourgeois, nombreux etaient encore parmi nous 
ceux qui, residant a Paris, plus que moi, avaient des droits pour ambi- 
tionner cette haute situation. Us ont trouve motif a ne pas briguer vos 
suffrages dans leur modestie, dans leurs nombreuses occupations, dans 
leur amour trop exagere de leur independence et dans d a litres raisous 



Seance du 1% mars 1890. xxxix 

encore, plus ou moins legitimes. Je ne critiquerai pas, mais je dirai que, 
dans 1 interet de la Societe, ils ont peut-e"tre eu tort. 

Si je me suis laisse entrainer a prendre la direction du secretariat, 
c est que j ai ob& a deux mobiles surtout : 

Le premier, c est de mettre enfm un terme a la crise malheureuse que 
traverse la Societe. La prolongation de cette crise porte atteinte a sa 
consideration ; la prolonger encore ce serait compromettre ses interns ; 

Le dauxieme, c est de donner satisfaction a ceux de mes collegues qui, 
comme moi, ont defendu le principe de la gratuite des fonctions du 
bureau de la Societe entomologique de France. Ils ont combattu le bon 
combat, puisqu ils ont ramene la Societe a 1 esprit de la tradition, a 
1 esprit de nos statuts. 

Mes chers Collegues, ce qui me permet d esperer que je meriterai 
votre confiance, c est que, d avance, je suis convaincu de trouver appui 
aupres de mon sympathique collegue M. G.-A. Baer, qui, aux heures dif- 
ficites, vous le savez, s est montre si devoue aux interets de la Societe, 
de pouvoir user de la competence bien connue de notre collegue 
M. L. Bedel, et de pouvoir compter sur votre bienveillance et votre 
concours. Ghacun, dans sa specialite, je n en doute pas, mettra toujours 
au service du Secretaire, de nos publications, de la Societe, son expe 
rience et son savoir. 

En terminant, permettez-moi de vous rappeler ce que je vous disais, 
il y a quelques jours, dans une autre circonstance, avec plus de liberte, 
sous une autre forme : Tout entomologiste doit s efforcer de repondre 
a cette caracteristique : amabilis esse. Elle s impose surtout a un Secre 
taire de Societe entomologique, et je n aurai garde de 1 oublier. Si cer 
tains entrainements trouvent une excuse presque legitime dans une 
nature trop impressionnable, trop expansive, trop independante, votre 
Secretaire n oubliera jamais que les bons entrainements sont ceux qui 
s inspirent de 1 interet de tous. Dans notre milieu, mes chers Collegues, 
les bons entrainements seront toujours ceux qui s inspireront des vrais 
interets de la Societe entomologique de France. 

La Societe donne de sympathiques applaudissements a ( allocution de 
son nouveau Secretaire. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



XL Bulletin entomologique. 

Bulletin bibliographique 

Academic des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I }, 
1890, l er sem., n os 8 et 9. Q 

Apiculteur (U), mars 1890. Instinct constructeur de 1 Abeille domes- 
tique, d apres Gh. Darwin. LIGNIERES. Le Kermes du Pommier, 
appele encore Kermes coquille, Chermes conchy formis ou Mytilaspis 
pomorum Signoret. A. WALLES. Le Cephe pygmee, Cephus pyg- 
mseus (Fabr.). 

Association francaise pour I avancement des Sciences, compte rendu de 
la 18 e session, 1889. H. SAGNIER. La reconstitution du vignoble 
franc.ais. H. DE LAGAZE-DUTHIERS. La methode en zoologie. 
SILHOL. Ravages des Ephippiger (Locustides) dans le departement de 
1 Herault. VIALLANES. Sur la morphologic du cerveau des Crus- 
taces decapodes. J. KUNCKEL D HERCULAIS. Mecanisme physiolo- 
gique de 1 eclosion, des nines et de la metamorphose chez les Acri- 
diens. ID. Les invasions des Acridiens, vulgo Sauterelles, en 
Algerie : Prevision des invasions; Procedes de destruction. 
J. DE GUERNE et J. RICHARD. Sur la distribution geographique des 
Calanides d eau douce. H. NICOLAS. Hymenopteres du midi de la 
France, genre Osmia. A. DE VARIGNY. De 1 action de quelques 
convulsivants sur le Carcinus mxnas. 

Entomologische Nachrichten, XVI, 5, 1890. E. REITTER. Revision der 
Arten der Goleopteren-Gattung Triodonta Muls. aus der palaarcti- 
schen Fauna. L. W. SCHAUFUSS. Eine Slaphylinengattung aus dem 
baltischen Bernstein. BEUTHIN. Ueber Varietaten Europaischer 
Cicindelen. F. KARSCH. Verzeichniss der im Jahre 1888 als neu 
beschribenen recenten Insectenarten Deutschlands. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, 1890, 233. Communications. 

Naturaliste (Le), l er mars 1890. P. DOGNIN. Descriptions de Lepido- 
pteres nouveaux. L. GUENOT. Sur les moyens de defenses des 
Arthropodes. 

15 mars 1890. P. CHRETIEN. Lesjpremiers etats de la Penthina 
arcuella Gl. D r E. TROUESSART et G. NEUMANN. Singuliers modes 
d accouplement chez les Arachnides (fig.). A. GRANGER. Crustaces, 
recolte et preparation (fig.). P. DOGNIN. Diagnoses de Lepido- 



Seance du 12 mars 1890. XL! 

pteres nouveaux. L. PLANET. La larve du Melanotus rufipes (Co- 
leoptere de la famille des Elaterides), fig. 

Psyche, V, 166, 1890. H. A. HAGEN. Synopsis of the Odonata of 
North America, n 2. H. J. ELWES. The Argyimides of North Ame 
rica. _ w. BEUTENMUELLER. Insects of Bermuda : Description of the 
larva of Megalodacne fasciata Fabr. H. HINGKLEY. Observations on 
Saturnia lo. 

Beale Accademia dei Lined (Atti della), V, 13, 1889. Q 

Societas entomologica, IV, 23, 1890. E. FREY-GESSNER. Une nouvelle 
chasse au Bombus alpinus L. G. SCHMIDT. Schlesische Coleophorii- 
denraupen und deren Sacke. H. ZOLLER. Der Kaferfang im Win 
ter. FR. RUHL. Die Macrolepidopteren-Fauna von Zurich und Um- 
gebung. 

Socie te entomologique de Belgique (Annales de la), XXXIII, 1889. 
H. TOURNIER. Hymenopteres, famille des Scolides : Monographic des 
especes europeennes et des contrees limitrophes du genre Tiphia 
Fabr. _ H. ALBARDA. Notes sur les Perlides decrites par le D r Ram- 
bur. ID. Note sur la Tseniopteryx nebulosa L. et la T. prxtexta 
Burm. (1 pi.). E. CANDEZE. Elaterides nouveaux. D r J. Tos- 
QUINET. Documents pour servir a la monographie des Ichneumo- 
nides de la Russie d Asie. G. SEVERIN. Catalogue des Coleopteres 
de la famille des Gyrinidcs. L. FAIRMAIRE. Diagnoses de Coleo 
pteres madecasses, parties 1 et 2. A. PREUDHOMME DE BORRE. Gonseils 
pour 1 etude des Palpicornes aquatiques. Annotations aux listes 
de Coleopteres carnassiers et Lamellicornes indigenes. R. P. BE- 
LON. Notes rectificatives. TOURNIER. Tableau synoptique du genre 
Tiphia. ID. Deux Hymenopleres nouveaux (fig.). L. FAIRMAIRE. 
Quelques Heteromeres de Minas-Geraes (Bresil). A. PREUDHOMME 
DE BORRE. Sur les Pcecilus cupreus et versicolor,^,^ Additions aux 
listes de Coleopteres carnassiers et Lamellicgllj|s^de Belgique. 
F.-J.-M. HEYLAERTS. Une Phychide uouvelle de 1 Asie centrale : 
Chalia Staudingerim. F. PLATEAU. Traduction et resume de 1 ou- 
vrage de HAASE : Dufteiurichtungen indischer Schmetterlinge ; Les 
organes odorants des Lepidopteres de la region indo-australienne. 
COUGKE. Sur le Cychrus rostratus L. et sa variete elongatus Hpp. 
E. ALLARD. Notes sur les Galerucides, Coleopteres phytophages. 
E. BERTRAND. Note sur quelques Carabiques de la region de Calmp- 



JOURNAL BIMENSDEL (Bulletin de la Societe entomol. de France) 1890. n 6. 



XLII Bulletin entomologique. 

thout. E. ALLARD. Nouvelle note sur les Phytophages. J.-B. CA- 
PRONNIER. Liste des Lepidopteres captures au Congo par MM. Thys, 
Legat, Martini et Machado en 1887. - - P.M. VAN DER WULP. Des 
cription d une nouvelle espece d Asilide de 1 Afrique equatoriale. 
A. DUVIVIER. Cole opteres phytophages nouveaux. SEVERIN. 
Quelques Longicornes rares des environs de Liege. CAPRONWER. 
Liste d une collection de Lepidopteres recueillis au Gabon, avec la 
description de quatre especes nouvelles. A. PREUDHOMME DE BORRE. 
Additions et annotations aux listes des Coleopteres carnassiers et 
Lamellicornes de Belgique. E. DE SELYS-LONGCHAMPS. Pal&ophle- 
bia, nouvelle legion de Calopterygines, suivi de la description d une 
Gomphine du Japon : Tachopteryx Pryeri. E. BOUSSEAU. Quelques 
Coleopteres rares captures en Belgique en 1889. - - ID. Notes sur 
quelques Coleopteres moustrueux, 2 notes. E. DE SELYS-LONG- 
CHAMPS. Pronevra, nouveau genre d Agrionines de la legion des 
Protonevras (fig.). BERGE. Notes pour servir a 1 etude de la colo 
ration des teguments chez les Insectes. E. BERGROTH. Notes sur 
quelques Aradides appartenant au Musee royal d histoire naturelle de 
Bruxelles. 

United States National Museum : Bulletin, 1889, n os 33 et 34. Q 
N 35. H. EDWARDS. Bibliographical Gatalogue of the described trans 
formations of North America Lepidoptera. N os 36 et 37. Q 

Proceedings, X, 1888. - - W. LILLJEBORG. On the Entomostraca 
collected by Mr. Leonhard Stejneger, on Bering Island. GH. H. 
BOLLEMANN. Notes on the North American Lithobiida3 and Scutige- 
ridae. J. MAC NEILL. List of the Myriapods found in Escambia 
County, Florida, with descriptions of six new species. ID. Des 
criptions of twelve new species of Myriapoda chieflly from Indiana 
(1 pi.). J. B. SMITH. Tbe species of Euerythra Harv. (1 pi.). 
ID. The North American Species of Callimorpha Latr. (1 pi.). - 
D. S. JORDAN et GH. H. GILBERT. Description of a new species of 
lhalassoptiryne (I. Dowi) from Punta Arenas and Panama. 
J. B. SMITH. New Genera and Species of North American Noctuidas. 
B. BATHBURN. Descriptions of new species of parasitic Gopepods, 
belonging to the Genera Trebius, Perissopus and Lernanthropus (1 pi.). 
- GH. H. BOLLMAN. Descriptions of fourteen new species of North 
American Myriapods. 

XI, 1888. J. B. SMITH. Notes on Cydosia and Cerathosia (fig.). 



Seance du i% mars i890. XLIII 

CH. H. BOLLMAN. Description of a new species of Insect Fontaria 
pulchella, from Strawberry Plain, Jefferson County, Tennessee. 
ID. Notes on a Collection of Myriapoda from Cuba. ID. Notes on a 
Collection of Myriapoda from Mossy Creek Tenn., with a Descrip 
tion of a new species. Notes upon some Myriapods belonging to 
the U. S. National Museum. ID. Catalogue of the Myriapods of 
Indiana. J. B. SMITH. Notes, on the species of Lachnosterna of tem 
perate North America, with descriptions of new species (13 pi.). 
W. H. ASHMEAD. Descriptions of new Braconidaa in the Collection 
of the U. S. National Museum. 

Zoological Record for 1888. Londres 1890. 



BEAUREGARD (D r H.). Les Insectes vesicants. Paris, 1890, 544 p., 34 pi. 
et fig. dans le texte. * 

BUQUET (L.). Description d une nouvelle espece de Buprestide du genre 
Polybothris, 1853 (Ann. Soc. ent. Fr.), 2 p., 1 pi. Deux exempl. 

ID. Description d une nouvelle espece de Longicorne du genre Chlo- 
rida Serv. Description d une nouvelle espece de Prionien du 
genre Derobrachm Dej., 1852 (loc. cit.), 4 p., 1 pi. Deux exempl. 

ID. Memoire sur deux genres nouveaux de Coleopteres de la famille 
des Longicornes (Oxilm et Slhelenus], suivi de la description de plu- 
sieurs especes appartenant aux genres Platyarthron, OEme (Sclero- 
cerus Dej.), Clytus, Apriona, Cerosterna et Acanthoderus, 1859 (loc. 
cit.), 17 p., 1 pi. Deux exempl. 

ID. Notice monographique sur le genre Ctenoscelis, de la tribu des Prio- 

niens, 1843 (loc. cit.), 10 p., dessin original. 
ID. Notice necrologique sur M. Blutel, 1858 (loc. cit.), 7 p. 
ID. Description d une nouvelle espece de Carabique appartenant au 

genre Casnonia Latr., 1864 (loc. cit.), 2 p., 1 pi. Deux exempl. 

ID. Description de quelqnes Longicornes nouveaux, 1860 (loc. cit.), 
12 p. Deux exempl. 

ID. Description d une nouvelle espece de Lamiaire du genre Sternoto- 
mis (Sternodonta Dej.), 1855 (loc. cit.), 2 p., 1 pi. Deux exempl. 

ID. Description d une nouvelle espece de Longicorne de la tribu des 
Prioniens, appartenant au genre Ancistrotus Serv., 1853 (loc. cit.), 
2 p., 1 pi. Deux exempl. 



XLIV Bulletin entomolugique. 

BUQUET. Descriptions de deux nouvelles especes de Longicornes du 
genre Polyraphis Serv., 1853 (loc. cit.), 4 p. Deux exempl. 

ID. Notice monographique sur le genre Trachysomus, de la tribu des 
Lamiaires, suivi de la description de cinq especes nouvelles de Crio- 
dions, 1852 (loc. cit.), 10 p., 1 pi. 

CASEY (Th. L.). Revision of the Gucujidse of American North of Mexico, 
44 p., 6 pi. n. 

(Toutes les brochures precedentes proviennent de la bibliotheque 
de feu Buquet.) 

GIRARD (M.). Traite elementaire d Entomologie. Introduction. Co- 
leopteres, avec atlas de 60 pi., Paris, 1873, 840 p. Volume offert 
par M. J. Kiinckel d Herculais pour remplacer un exemplaire perdu. 

LEVEILLE (A.). L Entomologie a 1 Exposilion universelle de 1889 (Ann. 
Soc. ent. Fr.), 1889, 10 p. * 

PUTON (D r A.). Excursions hemipterologiques a Teneriffe et a Madere 
par Maurice Noualhier, avec Penumeration des especes recoltees et 
la description des especes nouvelles, 1889 (Rev. d Entom.), 18 p. * 

ID. Hemipteres nouveaux ou peu connus de la faune palearctique, 1887 
(loc. cit.), 8 p. * 

ID. Hemipteres nouveaux ou peu connus et notes di verses (loc. cit.), 
8 p. * 

ID. Descriptions de six nouvelles especes d Hemipteres, 1888 (loc. cit.), 
7 p. * 

ID. Reponse aux critiques de M. le D r Bergroth et aperc.u de la classi 
fication des Hemipteres de Schiodte (loc. cit.), 6 p. * 

PUTON (D r A.) et L. LETHIERRY. Hemipteres nouveaux de PAlgerie, 1887 
(loc. cit.), 15 p. * 

SIGNORET. Dessins originaux et Catalogue manuscrit des Hemipteres du 
monde entier. Don de M me Signoret. 

WESTWOOD (J. 0.). Revisio insectorum familia? Mantidorum speciebus 
no vis aut minus cognitis descriptis et delineatis. Londres, 1889, 
57 p., 14 pi. n. * 

A. L. 



Seance du 26 mars 1890. XLV 

Seance du 2G mars flSOO 

Presidence de M. P. MAB1LLE 

Ne crologie. M. le President annonce la mort a Saint-Eugene, pres 
Alger, de M. Aristide Letourneux, ancien conseiller a la Gour d Alger. 

M. A. Letourneux, par ses nombreux voyages en Algerie, en Tunisie, 
en Egypte, en Syrie et en Grece, a rendu de grands services a 1 entomo- 
logie. 

Ses chasses fructueuses, toujours liberalement mises a la disposition 
de nos entomologistes, ont contribue beaucoup a nous faire connaitre la 
faune de ces pays. 

Botanisto et malacologiste distingue, M. A. Letourneux a donne, en 
1872, le Catalogue des Insectes de la Grande-Kabilie, dans 1 ouvrage qu il 
a publie sur cette region. 

Circulaire ministerielle. M. le President donne lecture d une circulaire 
emanant du Ministere de 1 Instruction publique annongant que le mardi 
27 mai prochain, a une heure precise, aura lieu, a la Sorbonne, I ou- 
verture du Congres des Socie tes savanles, dont les travaux se poursui- 
vront durant les journees des mercredi 28, jeudi 29 et vendredi 30 mai ; 
que le samedi 31 mai sera consacre a la seance generate que M. le 
Ministre de 1 Instruction publique presidera et qui se tiendra dans le 
grand amphitheatre de la Sorbonne. 

La Societe aura a designer, dans sa prochaine seance, un ou plusieurs 
delegues pour suivre le Congres des Socie tes savantes, dont le pro 
gramme des travaux a etc communique aux Societes savantes par cir 
culaire du 30 septembre 1889. 

Des communications ecrites ou verbales pourront etre faites en dehors 
du programme. 

Travaux e crits. M. L. Lethierry envoie pour les Annales un travail 
concernant les HEMIPTERES HOMOPTERES recueillis par M. E. Simon dans 
son voyage au Venezuela. Ge travail est intitule : Voyage de M. Simon 
au Venezuela, decembre 1887 avril 1888, HEMIPTERES HOMOPTERES, 
par L. Lethierry. 

M. L. Lethierry enumere 102 especes, reparties dans les families des 

ClCADIDES, FULGORIDES, GERCOPIDES, MEMBRACIDES, JASSIDES, dont 1 genre 

nouveau et 24 especes nouvelles. 

- M. J. Bourgeois depose un memoire intitule : Contributions a la 
Faune indo-chinoise, RHIPIDOCERID^;, DASCILLID.E, MALACODERMID.*;. 



XLVI Bulletin entomologique. 

Communications. M. H. Lucas communique la note suivante : 

J ignore si Ton a beaucoup ecrit sur la fecondite du genre Scorpio, 
mais je crois interessant de relater la presence de 91 individus trouves 
sur une femelle de Scorpionide recueillie a Panama par le D r Griado. 

L espece rencontree dans eel isthme est armee de deux aiguillons, 
dont un tres grand, arque et tres acere a 1 extremite ; 1 autre, au con- 
traire, beaucoup plus petit, tuberculiforme et place en arriere du pre 
mier. Cette espece, qui porte le nom de Isometrus gracilis Latr., est 
tres commune a Panama ; on la rencontre j usque dans les maisons. 

Quand on etudie les organes vulnerants chez les jeunes individus, on 
constate que le premier aiguillon ou aiguillon terminal seul est visible ; 
le second se presente sous la forme d un petit tubercule. 

Gette espece, a 1 etat jeune, est longue de 7 a 9 mill, et large de 2 3/4 
a 3 1/4 mill.; elle est d un brun plus ou moins fonce en dessus; la 
queue, les palpes ou antennes-pinces et les organes de la locomotion 
sont d un blanc testace ; 1 abdomen est annele de cette couleur; elle est 
entierement blanche en dessous et sur les cotes, ainsi que le dernier 
segment et les deux aiguillons. 

D apres Aristote, Maupertuis et Amoreux, le nombre des petits que 
porte la femelle sur ses regions thoracique et abdominale s eleve jusqu a 
soixante, mais il est souvent moindre. 

Pendant mon sejour en Algerie, j ai quelquefois observe des femelles 
portant leurs petits, et rien n est plus curieux que de voir ces Scorpions, 
lorsqu ils sont deranges, s agiter dans tous les sens, fuir dans toutes les 
directions et courir affoles, la queue recourbee et menagante, pour mettre 
a 1 abri leur progeniture. 

Les especes que j ai surprises dans ces conditions sont Androctonus 
occitanus auct., qui se tient sous les pierres legerement humides; cette 
espece portait 58 petits; puis Buthus palmatus Hempr. et Ehr., qui 
se tient sous les pierres, mais le plus souvent dans une retraite assez 
profonde qu il se creuse dans la terre ; sur cette femelle, j ai compt6 
43 individus. 

- M. H. Lucas montre ensuite a la Societe un Cerambyx Scopolii 
Fussl. qu il a recueilli errant dans le bucher du Laboratoire d Entomo- 
logie du Museum le 25 fevrier. 

Bien que des eclosions precoces aient ete deja signalees, il considere 
cette date comme tellement exceptionnelle qu il croit utile de la consi- 



Seance du 26 mars 1890. XLVII 

gner dans le Bulletin. On sail en effet que cette espece no se rencontre 
que dans les mois de mai, juin et juillet. 
L individu que M. Lucas montre appartient au sexe male. 

M. J. Fallou presente a la Societe" un Lepidoptere rare : Bombyx 
arbusculse G.-F. Freyer : 

On doit la connaissance de cette espece ou de cette variete, selon les 
auteurs, a un entomologiste distingue, M. R. Zeller, de Balgrist (pres 
Zurich), que P. Milliere a sou vent mentionne dans son Iconographie des 
Lepidopteres ine dits. 

En 1872, M. R. Zeller fit photographier le male et la femelle de ce 
Lepidoptere afin d attirer sur lui 1 attention des entomologistes. G est 
d apres cette photographic que Milliere a figure et $, en 1873, dans 
sa 31 e livraison, pi. 134. Dans vol. Ill, p. 283, 1 auteur dit que B. arbus- 
culx est rapporte a B. lanestris par M. Staudinger (Catalogue des Lepi 
dopteres de la f aune europe enne, ri 220). 

Est-ce bien en reaiite une simple aberration ? J en doute a cause des 
raisons suivantes : D.fference notable de couleur de la chenille figuree 
par Freyer, pi. 590, comparativement a celle de B. lanestris ; dissem 
blance reelle de 1 insecte parfait, qui est plus grand, plus brun, le male 
surtout, avec la ligne ou bande transversale blanche plus large, moins 
sinueuse que chez B. lanestris; 1 habitat different des deux formes, 1 une, 
B. arbusculx, vivant sur la tres haute montagne, 1 autre, B. lanestris, 
vivant dans la plaiue et sur les petites collines, ou, partout, elle estassez 
abondante. 

J ai recu dernierement de M. R. Zeller un B. arbusculx cT, le cocon, 
la chenille, les oeufs, groupes sur une tige de Graminee et reconverts 
de la laine que depose sur eux la femelle, et deux parasites (MermisDu\. 
Vers Nematodes), dont 1 un mesure 18 centimetres. 

D apres M. R. Zeller, ces parasites detruiraient les deux tiers de cette 
espece ! D un autre cote, si Ton se rappelle que la chrysaiide peut rester 
en lethargie plusieurs annees (de deux a six ans), on ne sera pas etonne 
de la rarete de celte espece. 

Pour toutes les raisons que je viens d enumerer, j adopte 1 opinion de 
notre regrette Milliere et considere B. arbusculse comme une espece 
distincte. 

Prix Dollfus. Conformement a 1 article 59 du Reglement, la Societe 
precede au vote sur les conclusions du rapport redige par M. Gh. Bron- 
gniart au nom de la Commission du Prix Dollfus, annee 1889 (voir 
pages xxvii, xxvm et xxix). 



XLVIII Bulletin entomologique. 

Ce rapport, lu a la seance du 26 fevrier 1890, propose aux suffrages 
de la Societe le livre de M. Valery Mayet intitule : Les Insectes de la 
Vigne, Paris, 1889. 

Quarante-deux membres franc, ais prennent part au vote, soil directe- 
ment, soit par correspondance. Ge sont : 

MM. le D r A. PUTON, -- E. Abeille de Perrin, G.-A. Baer, - 
L. Bedel, J. Borie, J. Bourgeois, Bouzereau-Malifert , 
M. Cayol, G. Chardon, P. Daguin, F. Decaux, J. Fallou, 
le D r A. Fumouze, J. Gazagnaire, A. Grouvelle, J. Grouvelle, 

Ph. Grouvelle, F. Guillebeau, Heultz, G. Jourdheuille, 
le D r A. Laboulbene, E. Lefevre, 1 abbe A. Lelong, P. Lesne, 

A. Leveille, H. Lucas, P. Mabille, A. Millot, E. Mocque- 
rys, Gh. Oberthur, R. Oberthur, - - G. Odier, E. Olivier, 
R. de la Perraudiere, M. Pic, G.-A. Poujade, le D r M. Regim- 
bart, C. Rey, A. Salle, M. Sedillot, le D r H. Senac. 
M.-V. Teinturier. 

Le depouillement des votes donne : 

M. Valery Mayet 42 voix. 

En consequence, M. Valery Mayet, professeur d entomologie a 1 Ecole 
d agriculture de Montpellier, membre de la Societe entomologique de 
France, pour son ouvrage intitule : Les Insectes de la Vigne, Paris, 1889, 
est proclame, a Funanimite, laureat du Prix Dollfus (annee 1889). 

Decision. M. le President annonce qu on vient de lui remettre une 
demande de prise en consideration par la Societe d une proposition 
signe e par MM. G.-A. Baer, L. Bedel, J. de Gaulle, J. Gazagnaire, 

A. Grouvelle, J. Kiinckel d Herculais, A. Leveille, le D r H. 
Senac. 

Les soussignes, membres de la Societe entomologique de France, 
prient la Societe de vouloir bien prendre en consideration la proposition 
ci-dessous et de la renvoyer devant le Gonseil pour y etre etudie e : 

A I avenir, comme autrefois, la Societe entomologique de France 
prend deux mois de vacances : aout et septembre. 

Pendant ces deux mois, la publication bimensuelle du Bulletin des 
seances est susp endue. 

La proposition est prise en consideration et renvoyee devant le 

Gonseil. 

Le Secretaire : J. GAZ.VGNAIRE. 



Seance du 26 mars 1890. XLIX 

Bulletin bibliographique 

Academia national de Ciendas en Cordoba (Boletin), X, 3, 1889. Q 
Acade mie des sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
1890, l er sem., n 10. A. LABOULBENE. Sur un insecte Coleoptere 
attaquant les vignes en Tunisie (Ligniperda francisca Fab.). 

N 11. 

Acade mie des sciences de Cracovie (Bulletin international), 1890, 2. Q 
Annals and Magazine of Natural History, 1890, n 25. H. H. DRUCE. 
Descriptions of twelve new Species of Lycsenida? from West Africa 
and one from the Solomon Islands, in the Collection of H. Druce. 
CH. 0. WATERHOUSE. Descriptions of new Pectinicorn Coleoptera. 
GH. J. GAHAN. Descriptions of new Species of Longicornia from In 
dia and Ceylon (pi.). R. J. POCOCK. Report upon the Crustacea 
collected by P. W. Bassett-Smith, esq., in the China Sea. D r F. 
MEINERT. How does the Ugymyia, Larva imbed itself in the Silk 
worm? W. F. KIRBY. Description of a new Species of Dragon-fly. 
N 26. -- J. T. GULIEK. Divergent Evolution and Darwinian 
Theory. W. L. DISTANT. Description of a new Genus of Oriental 
CicadidaB. H. GROSE SMITH. Descriptions of two new Species of 
Acr sea from Mombasa. CH. 0. WATERHOUSE et C. J. GAHAN. 
Observations on some Coleoptera from the Bonin Islands. H. GROSE 
SMITH. Descriptions of three new Species of Butterflies from New 
Ireland. D r E. L. TROUESSART. Synoptical Revision of the Family 
Halacaridaa. TH. R. STEBBING. The right Generic Names of some 
Amphipoda. 

NO 27. E. HAASE. On abdominal Appendages in Hexapoda. 
H. DRUCE. Descriptions of new Species of Lepidoptera from Central 
America. CH. 0. WATERHOUSE. Descriptions of two new Central- 
American Buprestidse. H. GROSE SMITH. Description of a new Pa- 
pilio from the West Coast of Africa. E. HAASE. On the Constitution 
of the Body in the Blattida3. R. J. POCOCK. Report upon a small 
Collection of Scorpions and Centipedes sent from Madras. ID. Des 
criptions of a new Genus and Species of Scorpion belonging to the 
Group Jurini (pi.). 
Boston Society of Natural History. I. Memoirs, II, III, 3, 1874. Q 



JOURNAL BIMENSUGL (Bulletin de la Societe entomol. de France) 1890, n 7. 



L Bulletin entomologiqiie. 

Proceedings, XX, 4, 1880. W. H. PATTON. Some Characters 
useful in the Study of the Sphecida?. ID. Notes on the PhilanthinaB. 

H. A. HAGEN. Papers on Galls in Botanical Serials. ID. Note on 
a Sarcophagous Larva found in a Girl s Neck. ID. On the Pro 
boscis of Nemognatha. 

XXI, I, 1880. A. S. PACKARD. Descriptions of some new Ichneu 
mon Parasites of North American Butterflies. A. HYATT. Moul 
ting of the Lobster Homarus americanus. 

XXIV, I, 1889. J. FEWKES. On a new Parasite of Amphiura. 

H. W. CONN. Coleopterous Larvaa and their Relations to Adults. 

S. H. SCUDDER. An interesting Paleozoic Cockroach Fauna at 
Richmond, Ohio. 

II, 1889. A. S. PACKARD. I. On a fossil Macruran Crustacean 
from Peru. II. Notes on carboniferous Arthropods from Illinois. 

Entomologische Nachrichten, IX, 6, 1890. SCHMIEDEKNECHT. Die Gat- 
tungen und Arten der Cryptinen revidirt und tabellarisch zusam- 
mengestellt, I. - V. v. RODER. Ueber Asilus chinensis Fab. 
H. BEUTHIN. Ueber Varietaten europaischer Cicindelen. 

Entomologische Zeitung, Stettin, 1885. NEMITZ. Relicta Zelleriana, III. 
C. PLOTZ. Die Hesperiinen Gattung Sapxa PI. und ihre Arten. Die 
Hesperiinen-Gattung Leucochitonea Wlgr.? und ihre Arten. C. A. 
DOHRN. Platy chile pallida F. ID. Nachtrag zu Hagen : Ueber 
Termitenschaden . ID. Exotisches, 1, 2, 3, 4. F. PLATEAU. Wie 
man Specialist wird. D r A. SPEYER. Lepidopterologische Mitthei- 
lungen. Prof. H. FREY. Zur Kenntniss des Tineen-Genus Ela- 
chista. H. B. MOSCHLER. Nordamerikanisches. C. A. TEICH. 
Lepidopterologische Mittheilungen aus Livland. H. Goss. Die 
jiingste Entdeckung eines Blattafliigels in Felsen die zur silurischen 
Periode gehoren. J. FAUST. Turkeslanische Riisseikafer. 
J. WEISE. Beschreibung einiger Coccidelliden. A. DUVIVIER. Phy- 
tophages exotiques, 1,2. G. WEYMER. Exotische Lepidopteren, III 
(2 pi.). R. TRIMEN. Schiitzende Aenhnlichkeiten bet Insekten. 
ID. Nachafferei (mimicry) bei Insekten. A. HOFFMANN. Ueber 
Phthoroblastis Trauniana Schiff. und Regiana, 2. Lebensge- 
schichte von Charagia virescens. H. BURMEISTFR. Revision der 
Gattung Eurysoma. M. SAALMULLER. Crambus Kobelti, n. sp. 
V. v. RODER. Dipteren von der Insel Portorico. D r 0. STAUDINGER. 
Einige neue Lepidopteren des Europaischen Faunengebietes. 



Seaim du 26 mars 1890. LI 

C. A. DOHRN. Zellerianum particulare. ID. Bine lausige Lesefrucht. 
H. GROSS. Zur Biologie der Cidaria txniata Steph. und der 
C. scripturata Hbn. D. SHARP. Description of two new Carabidee 
from Brazil. 

Entomologist s monthly Magazine (The), n 310, 1890. J. EDWARDS. 
Goleoptera in Norfolk. M. JACOBY. Descriptions of some new Spe 
cies of South-American HalticidaB, of the Group CEdipodes. 
H. DRUCE. Descriptions of four new Species of Castnia from South 
America in the Collection of H. Druce. G. G. BARRETT. Notes on 
British Tortrices. G. G. CHAMPION. Notes on the Coleoptera and 
Lepidoptera (Rhopalocera) of Norway. J. W. DOUGLAS. Notes on 
some British and exotic Goccidas (fig.). Notes diverses. 

Nederlandsche entomologische Vereeniging (Verslag), 13 juillet 1889. 

Nova Scotian Institute of Natural Science (Proceedings et Transactions), 
VII, 3, 1888-89. H. PIERS. Larva of May Beetle with parasitical 
fungus. (Demande d e change.) 

Reale Accademia del Lincei (Atti della), 1890, I, 2. Q 

Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, III, 3, 

1890. Q 
Royal Society of New South Wales (Journal and Proceedings), XXIII, 1, 

1889. Q Catalogue of the Scientitic books in the Library, I. 

Sociedad cientifica Antonio Alzate (Memorias), III, 3, 1890. Q 

Societas entomologica, IV, 24, 1890. FR. W. KONOW. Die mannlichen 
Wespen (Genus Vespa L.). P. BERINGER. Ueber Kaferausbeute in 
Nubien. E. FREY-GESSNER. Une notivelle chasse au Bombus alpi- 
nus L. 

Socie te entomologique de Belgique, Compte rendu du l er mars 1890. 
F. J. M. HEYLAERTS. Heterocera exotica : nouveaux genres et especes 
des Indes orientales ueerlandaises. TOSQUINET. Hyme nopteres de 
Borneo et de Sumatra. A. DUVIVIER. Liste des Coleopteres phyto- 
phages recueillis par M. le D r Platteeuw dans 1 ile de Sumatra. 
ID. Descriptions de quelques especes nouvelles de la tribu des His- 
pides. GH. KERREMANS. Especes inedites du genre Stigmodera 
Eschscholtz. 

United States Geological Survey (Seventh annual Report), 1885-1886. 

Washington. 1888. Q 
Wienw entomologisrhe Zeitung, IX. 2, 1890. Prof. J. MIK. D r Franz 



Bulletin entomolngique. 

Low. Bin Nachruf (portrait). A. OTTO. Zur Synonymie des Ocypus 
olens Mull. TH. BECKER. Altes und Neues aus Tirol und Salz 
burg. Bin dipterologischer Beitrag (fig.). A. STARCK. Goleoptera 
nova Jmperii Rossici, III. A. F. NONFRIED. Goleopterorum Species 
novas. 



ALLARD (E.). Melanges entomologiques, 2 e partie (Ann. Soc. ent. Belg.), 
1883, 52 p. * 

ID. Addition (loc. cit.), 1883, 1 p. * 

BLANCHARD (D r R.). Documents relatifs a la nomenclature des etres 

organises (Congres entom. zool.), 1890, 58 p. * 
ID. Sur une Caroline d origine animale constituant le pigment rouge 

des Diaplomus (Mem. Soc. zool. Fr.), 1890, 10 p. * 
BOURGEOIS (J.). Voyage de M. Gh. Alluaud dans le territoire d Assinie 

(Afr. occid.) en juillet etaout 1886. Lycides (Ann. Soc. ent. Fr.), 

1889, 10 p. * 

ID. Diagnoses de Lycides nouveaux ou peu connus, 6 e partie (loc. cit.), 
1889, 12 p. * 

DISTANT (W. L.). A monograph of oriental Gicadidse. Londres, 1889, 
22 p., 2 pi. n. * 

DOLLFUS (Ao.). Isopodes terrestres du Challenger (Soc. d e t. scient. 
Paris), 1890, 8 p., 2 pi. n. * 

A. L. 



Seance <!u 9 avril 1S9O 

Presidence de M. P. MABILLE 

MM. A. Lameere, Secretaire general de la Soc. ent. de Belgique, 
Anton Handlirsch, assistant au K. k. naturhistor. Hofmuseum de Vienne, 
L. Demaison, de Reims, A. Fauvel, de Gaen, M. de Laplanche, assistent 
a la seance. 

Necrologie. M. le Secretaire annonce la mort de M. le professeur 
Heinrich Frey. II etait nc a Francfort-sur-le-Mein le 15 juin 1822. Ses 
beaux travail x sur les Micro-Lepidopteres lui assurent une place dis- 
tinguee parmi les Eritoinologistes. Ses traites : Hisiologic und Histo- 



Seance du 9 avril 1890. LUI 

chemie der Meuschen ; Das Microscop und die microscopische Technick ; 
Grundzuge der Histologie, traduits en francais, en anglais, en italien, 
etablissent la grande valeur du professeur H. Frey. 

Correspondance. M. le President annonce que M. le Ministre de PAgri- 
culture, au nom du gouvernement de la Republique, vient d accorder 
une subvention de 600 francs a la Societe entomologique de France 
comme encouragement a ses travaux pour Pannee 1890. 

La Societe vote des remerciements a M. le Ministre de I Agriculture. 

Rapport. M. E. Lefevre, rapporteur du Conseil, donne lecture du 
rapport qui suit : 

Messieurs, a la seance du 26 mars, plusieurs de nos collegues ont 
presente la proposition suivante : 

A I avenir, la Societe entomologique de France prendra deux mots de 
vacances : aoilt et septembre. Pendant ces deux mois, la publication 
du Bulletin des seances sera interrompue. 

Appele a examiner cette proposition, votre Conseil, apres dis 
cussion et mure deliberation, a emis 1 avis qu elle devait etre adoptee. 

En effet, durant les mois d aout et de septembre, periode de Pannee 
qui correspond aux vacances universitaires, la plupart de nos collegues 
sont absents de Paris. Le nombre de ceux qui assistant aux seances est 
des plus restreints, et c est a grand peine que notre Secretaire parvient a 
reunir les materiaux necessaires pour assurer la publication du Bulletin 
des seances et lui conserver Pinteret qu il presente, souvent a un si haul 
degre, pendant les autres mois de Pannee. Cette situation, il convient 
de le remarquer, n est pas speciale a la Societe entomologique de France, 
elle est commune aux autres Societes savantes. Aussi presque toutes 
ces Societes ont-elles depuis longtemps deja interrompu leurs travaux 
pendant les mois d aout et septembre. 

Notre Societe doit-elle continuer a faire exception a la regie? Votre 
Conseil ne I a pas pense, si Ton considere surtout que, durant les deux 
mois en question, elle greve son budget d une somme d environ 
200 francs qui pourrait etre employee plus fructueusement a augmenter 
le nombre des memoires qu elle publie dans ses Annales. 

En consequence, votre Conseil vous propose de decider qu a 1 avenir 
la Societe entomologique de France, a 1 instar de la generalite des So 
cietes savantes, suspendra, chaque annee, le cours de ses seances pen 
dant les mois d aout et de septembre. 

Aux termes de Particle 34 des Statuts et Reglement, la discussion do 



LIV Bulletin entomologiquc. 

ce Rapport est renvoyee a un mois, a dater de ce jour. II sera precede 
ensuite au vote sur les conclusions dans la forme ordinaire. 

Presentation. M. Amedee Pouillon, naturaliste, a Landroff (Lorraine) 
(Cole opteres et Le pidopteres), presente par M. A. Leveille. Gommis- 
saires rapporteurs : MM. G.-A. Baer et A. Salle. 

Communications. M. F. Guillebeau envoie une note pour rectifier la 
synonymie des POGONOCHAERUS SCUTELLARIS Muls. (ovatus Ganglb., Bed.) 
et P. OVALIS Gyll. (decoratus Fairm., Ganglb., Bed.) : 

POGONOCHAERUS SCUTELLARIS Muls. M. Ganglbauer, dans son re- 
marquable ouvrage sur les CERAMBYCID^E, et, apres lui, notre eminent 
collegue M. Bedel, dans sa Faune du bassin de la Seine, donnent comme 
synonymes de Pogonochaerus scutellaris Muls., P. ovatus Goze, ovalis 
Gm. 

D apres une note que M. Bedel m a obligeamment communiquee par 
Pintermediaire de notre devoue Secretaire, M. J. Gazagnaire, P. ovatus 
Goze serait bien synonyme de P. ovatus E. Geoffroy et Fourc., de 
P. ovalis Gm. et de P. scutellaris Muls. 

Voici la description de Geoffroy (1800, 1. 1, p. 206) : 

N 10. CERAMBYX ovatus fuscus, elytris integris. 

(( Le Capricorne bran, de forme ovale. Long. 2 lig., larg. 
3/4 lig. Ge Capricorne approche beaucoup du precedent; il est 
un peu plus petit. Sa couleur est brune, plus foncee en quelques en- 
droits et plus claire dans d autres. Ses antennes surpassent d un tiers 
la longueur de son corps, et leurs anneaux sont d une couleur un peu 
plus claire vers leur base. Le corselet est garni de pointes laterales et 
les etuis ont deux stries longitudinales eleve es, qui, vers le bout, sont 
chargees de petites touffes de poils. Ces etuis n ont pas de bande grise 
comme dans le precedent (hispidus Schrnk., dentatus Fourc.). 

Voici celle de J.-F. Gmelin : 

CERAMBYX. Stenocorus ovalis, n 350, p. 1863. C. ovatus fus- 
cus, elytris integris (E. Geoffroy, Ins., part. I, p. 206, n 10). Ha 
ft bitat in Gallia. 

Je ne puis, en ce moment, donner le texte des descriptions de Goze 
et de Fourcroy ; mais elles sont a 1 avenant. Elles peuvent, a volonte, 
servir pour P. scutellaris Muls. comme pour P. ovalis Gyll., et, au 
besoin, pour une autre espece. Mais elles ne donnent les caracteres ni du 
P. scutellaris ni du P. ovalis Gyll. Je n estime pas qu clles puissent etre 
mises sur le meme pied que la description de P. scutellaris. encore 



Seance du 9 avril i890. LV 

moins qu elles puissent lui etre preferees. Dans 1 mteret de la science, de 
pareilles descriptions devraient disparaitre de la nomenclature synony- 
mique. 

II est vrai que, dans sa note, M. Bedel ajoute que Geoffroy, copie par 
J.-F. Grnelin et Goze, comme par Fourcroy, n a pu decrire que P. ova- 
tus, qui, seul, se trouve dans la zone parisienne. 

J ai sous les yeux un P. ovalis Gyll., absolument identique a ceux que 
je prends ici sur le Pin, et qui m est communique par notre honorable 
collegue M. le baron Bonnaire, qui 1 a pris lui-meme dans les environs 
de Paris. II faut bien admettre qu il y en a d autres, et, par suite, 1 hy- 
pothese que Geoffroy n a pu decrire que Pogonochaerus a poils courts ue 
peut etre maintenue. Je ferai remarquer, en outre, que P. ovalis Gyll. 
se trouve en Suede, en Allemagne, en Autriche, en Piemont, dans les 
Pyrenees ; je 1 ai pris dans I Ain, dans le Rhone, dans la Drome, dans 
1 Ardeche et dans les cantons de Berne et de Fribourg, en Suisse. 
Un habitat aussi etendu ne peut que confirmer qu il doit aussi se ren- 
contrer dans le bassin de la Seine. II se trouve sur les branches mortes, 
les petites surtout, des Pins sylvestres rabougris ou a forme de pom- 
mier. 

Quant a P. scutellaris, les exemplaires sur lesquels Mulsant a fait sa 
description, et qui existent encore dans la collection de mon ami Cl. Key, 
out bien ete pris sur le Pin, comme 1 indique Mulsant. Pour moi, je 1 ai 
pris sur le Pin, au mont Pilat et dans la Montagne Noire, pres de Sordre ; 
et sur le Sapin, aux environs de Nantua (900 metres d altitude) et a la 
Chartreuse de Portes (1,000 metres), a 1 epoque ou il y avait, dans cette 
localite, des Sapins, qui ont entierement disparu aujourd hui. Gette 
espece est rare dans notre region. J ai cru un moment qu elle pourrait 
etre specifiquement differente de P. ovatus Ganglb., Bed., mais la plus 
attentive comparaison avec des types de Fontainebleau et pris en bat- 
tant des fagots de Chene et de Hetre par notre collegue M. le baron 
Bonnaire, ne m a pas permis de constater autre chose que leur parfaite 
identite, malgre quelque difference de couleur. 

La description de Mulsant pour scutellaris (1846, volume des SULCI- 
COLLES et des SECURIPALPES, aux Addenda de la fin du volume) est plus 
complete que celle de sa deuxieme edition des LONGIGORNES, ou, du 
reste, il maintient Tespece. Celle de Ganglbauer, qui indique 1 absence 
des longs poils dresses et 1 existence des points de 1 extre mite de 1 e lytre, 
vaut mieux. Ces deux auteurs ont omis que P. scutellaris a le corselet 
pale, avec une tache brune de chaque cote, partant de la base et allant 
jusqu au milieu de la longueur; tandis que dans P. ovalis Gyll., le cor 
selet est entierement d un brun inegal. 



LVI Bulletin entomoloaique. 

La description de P. scutellaris doit done inentionner : Corselet pale, 
avec une tache brune de chaque cote dans sa premiere moitie, sans 
longs poils noirs dresses, ainsi que les elytres ; ecusson blanc; extremite 
des elytres ponctuee. 

POGONOGHAERUS ovALis Gyll. On lit dans la description de Lamia 

ovalis (1827, t. IV, p. 65) : Thorax brunneus , pilisque longio- 

(( ribus erectis, fuscis, adspersus. Scutellum brunnewn.... 

Ces caracteres s accordent evidemment avec ceux que Fairmaire, 
Ganglbauer et Bedel donnent a P. decoratus. Le nom de ovalis doit done 
etre maintenu pour 1 espece. 

Gyllenhal ne dit pas qu il decrive ovalis de Gmelin ; il cite, avec 
doute, la synonymie de Schonherr. G est done bien lui qui nomme son 
Lamia ovalis . Et si ovalis de Gmelin valait quelque chose, comme il 
tomberait en synonymie de ovatus Goze, c est encore ovalis de Gyllenhal 
qui doit prevaloir. 

J en demande pardon a mon vieil ami Fairmaire si son decoratus passe 
en seconde ligne. II a tant d autres litres a 1 egard de la science, qu il 
ne pourra guere s apercevoir de la diminution de celui-la. 

Quant a Mulsant, il a decrit une seule et meme espece : d abord sous 
le nom de ovalis (i re edition des LONGICORNES), puis sous les noms de 
ovatus et de decoratus dans sa seconde edition. Et c est precisement 
cette erreur qui est cause de la presente note. Gar elle a amene plu- 
sieurs de nos collegues a me demander mon opinion sur les trois especes 
de Mulsant (ovatus, scutellaris et decoratus}, ce qui m a fait les ctudier 
d une maniere sped ale. 

M. Ganglbauer a complete les caracteres de P. ovalis Gyll. en indi- 
quant que 1 extremite des elytres n est pas ponctuee. La description de 
P. ovalis doit done mentionner : Corselet brun, parseme, ainsi que les 
elytres, de poils longs, dresses, noirs ; ecusson ordinairement brun, 
quelquefois gris fonce ou gris et brun; extremite des elytres sans 
points. 

On donne comme synonyme de P. scutellaris, P. multipunctatus de 
Georg; mais la description dit : Tete, prothorax et ventre d un noir de 
poix ; disque du prothorax d un brun sale, et Mulsant place cette espece 
dans la division de P. fasciculatus Deg. qui a deux fascicules de poils 
noirs sur le vertex. S il dit vrai, ce n est pas P. scutellaris. 

La synonymie des deux especes faisant Pobjet de la presente note 
doit etre etablie comme il suit : 

POGONOCHAERUS SCUTELLARIS Muls. = ovatus Ganglb., Bed. 

POGONOCHAERUS OVALIS Gyll. = decoratus Fairm., Ganglb., Bod. 



Seance du 9 avril 1890. LVII 

M. Ed. Lefevre lit la note suivante : 

Lors du voyage qu il a effectue, en 1889, en Egypte et en Arable, 
notre savant collegue, M. Bug. Simon, a capture une espece de CLY- 
TRIDAE et trois especes d EuMOLpiDAE. Le Clytride est Camptolenes cingu- 
lata, que j ai decrit, egalement des environs d Aden, dans nos Annales 
de 1883, Bull., p. civ. 

Des trois especes d EuMOLPiDAE, Tune, deja connue d Arabie, d Obock et 
des Somalis, est Pseudocolaspis Lefevrei Baly (Linn. Soc. Journ., t. XIV, 
p. 260) ; elle a ete prise a Cheik-Othman sur Suseda monoica, plante 
de la famille des Chenopodiacees. Les deux autres, qui proviennent des 
environs d Aden, sont nouvelles et appartiennent au genre Eryxia, eta- 
bli par M. Baly (Journ. of Entom., II, 1865, p. 437) pour E. Baikiei, 
recueilli par Baikie sur les bords du Niger. En voici les diagnoses : 

Eryxia grandis. Oblong o-elongata, paralkla, modice convexa, 
saturate subviridi-senea, parum nitida, undique pilis minutis appressis, 
albidis, parum dense vestita ; capite, thorace elytrisque crebro sat fortiter 
punctatis, hoc lateribus utrinque rotundato, paulo infra marginem anti- 
cum vage transversim impresso ; epistomate Ixvi, punctis nonnullis spar- 
sim notato; labro, palpis antennisque rufo-testaceis, harum articulis 
quinque ultimis magis minusve nigro-infuscatis ; pedibus robustis, satu 
rate subviridi-seneis, tarsorum articulis duobus ultimis rufo-testaceis. 
Long. 67 mill.; lat. 3 1/43 1/2 mill. 

Var. p. Pedibus saturate rufo-brunneis, femoribus apice magis mi 
nusve viridi-seneis. 

Env. d Aden. Se trouve egalement en Abyssinie (Raffray). 

Eryxia gracilipes. Breviter oblonga, parallela, modice convexa, 
subtusnigra et pilis albidis appressis vestita, supra piceo-nigra, undique 
pilis squamiformibus, albidis et fuscis intermixes, dense obtecta ; capite, 
prothorace elytrisque crebro punctatis, hoc lateribus utrinque rotundato, 
margine antico concinne vage testaceo; epistomate sicut et labro rufo- 
brunneis ; palpis antennisque fulvis, harum articulis quinque ultimis 
magis minusve nigro-infuscatis ; pedibus elongatis, gracilibus, fulvo-testa- 
ceis, femoribus apice piceo-nigris. Long. 4 mill.; lat. 2 mill. 

Env. d Aden. 

M. H. Lucas communique la note suivante : 

Si on examine 1 exemplaire de GALEODES GR^CUS G. L. Koch, conserve 

JOURNAL BIMENSUEL (Bulletin de la Societe entomol. de France), 1890, n 8. 



LVIH Bulletin entomologique. 

dans 1 alcool, que je fais passer sous les yeux de mes collegues, on re- 
roarquera Fenorme developpement abdominal qu il presente. Get indi- 
vidu, qui appartient au sexe femelle, est dans un etat de gestation tres 
avancee. II provient de Bournabat, dans la Turquie d Asie, oii il a ete 
capture par M. Guglielmi, pharmacien-chimiste de l re classe. 

Les auteurs qui ont etudie anatomiquement les Galeodes, MM. Emile 
Blanchard, Leon Dufour, etc., n ont pas eu la bonne fortune d avoir sous 
les yeux une femelle a Fetat de gestation avancee. La femelle que je 
vous presente a une longueur totale de 65 millimetres ; son abdomen en 
mesure 40 et sa largeur atteint 22 millimetres. Cette hyperthrophie mo- 
difie considerablement la forme de cet organe, car, chez les femelles 
non gonflees d ceufs, les segments abdominaux se limitent bien plus net- 
tement. II est a remarquer aussi que, chez 1 individu de Bournabat, les 
taches d un brun fonce qui forment la bande dorsale longitudinale sont 
interrompues, tandis que ces memes taches sont, au contraire, continues 
dans les figures des deux sexes donnees par G. L. Koch, in Die Arachn., 
t. Ill, p. 7, pi. 164 et 165 (1836). Je ferai encore observer qu a travers 
le tegument abdominal, tres distendu et qui est presque transparent, 
on distingue parfaitement les oaufs, surtout sur les parties laterales 
et au-dessous ; ils sont en immense quantite. Ayant pratique une inci 
sion sur un des cotes, particulierement dans le voisinage de 1 ouverture 
genitale, j ai pu extraire des gaines ovigeres quelques oeufs ; ils sont 
tres gros, spheriques, avec une enveloppe tres mince, transparente et 
entierement lisse ; leur developpement egale 3 millimetres environ. 
A travers 1 enveloppe, on aperc.oit distinctement Tembryon deja bien 
developpe. 

Decision. Au nom de la Societe, M. le President designe comme dele- 
gues de la Societe entomologique de France pour suivre les travaux du 
Congres des Socie te s savantes, qui siegera a la Sorbonne du 27 au 31 mai 
prochain, M. E. Lefevre, ancien President de la Societe, et M. F, Decaux. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Bulletin bibliographique 

Academic des sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
1890, I, n 12. J. KUNCKEL D HERCULAIS. Mecanisme physiologique 



Seance du 9 avril 1890. LIX 

de 1 eclosion, des mues et de la metamorphose chez les Insectes Or- 
thopteres de la famille des Acridides. N 13. Q 

Annals and Magazine of Natural History, ser. VI, 5, n 20. E. M. 
SHARPE. Descriptions of new Species of East-African Butterflies. 

Association frangaise pour I avancement des sciences, n 57. Informa 
tions et documents divers. 

Berliner entomologische Zeitschrift, 1889, XXXIII, 2. A. SGHLETTERER. 
Die Hymenopteren-Gattungen Stenophasmus Smith, Monomachus 
Westw., PelecinusLzlr. und Megalyra Westw. L. GRAESER. Bei- 
trage zur Kenntniss der Lepidopteren-Fauna des Amurlandes. 
F. KARSCH. Beitrag zur Kenntniss der Askalaphiden Madagaskar s. 

P. Mowis. Das Insektensammeln im Nordlichen Indien. 

F. KARSCH. Ueber eine neue, der Idionyx luctifera Selys, verwandte 
ostafrikanische Libelluliden-Gattung. J. SCHMIDT. Histeriden aus 
Tripolitanien und Tunesien. E. HARTERT. Biologisches aus dem 
indischen Faunengebiete. A. SCHLETTERER. Hymenopterologisches. 

E. SCHMIDT. Noch einmal iiber die Athmung der Larven von 
Donacia crassipes (fig.). A. STRECKFUSS. Zonosoma albiocellaria 
Hb. ID. Catocala lupina H. S. E. EPPELSHEIM. Tripolitanische 
Staphylinen aufgezahlt von M. Quedenfeldt. J. SCHMIDT. Neue 
Histeriden aus Paraguay. E. BRENSKE. Melolonthiden aus Ma- 
rocco, Algier, Tunis und Tripolis, gesammelt von Herrn Premier- 
Lieutenant a D. M. Quedenfeldt. T. BECKER. Neue Dipteren aus 
Dalmatien, gesammelt auf einer Reise im Mai 1889 (fig.). D r F. 
KARSCH. Beitrage zur Kenntniss der Arten und Gattungen der 
Libeilulinen. N. M. KHEIL. Eeiii neuer Danaid (fig.). 

G. QUEDENFELDT. Drei neue Tenebrioniden aus Tripolitanien. 
M. QUEDENFELDT. Ein neuer, dem Weinbau schadlicher Kafer. 
E. G. HONRATH. Neue Rhopalocera (fig.). ID. Wenig bekannte 
Tagfalter, IV. 

Entomological Society of London (Transactions), 1887. J. 0. WEST- 
WOOD. Notes on the life-history of various species of the Neuropte- 
rous genus Ascalaphus. G. EDWARDS. A Synopsis of British 
Homoptera-Cicadina (pi.). A. G. BUTLER. Notes on the Species of 
the Lepidopterous Genus Euchromia, with descriptions of new 
Species in the Collection of the British Museum (pi.). G. T. BA 
KER. Descriptions of some new Species of Lepidoptera from Algeria. 

F. MERRIFIELD. Report of Progress in Pedigree Moth-breeding to 
December 7 th 1887, with observations on some incidental points 






LX Bulletin entomologiqu?. 

(pi. v). G. F. MATTHEW. Life-histories of Rhopalocera from the 
Australian region (pi.). M. JACOBY. Descriptions of new or little- 
known Species of phytophagous Coleoptera from Africa and Mada 
gascar (pi.). GH. 0. WATERHOUSE. Additional observations on the 
Tea-bugs (Helopeltis) of Java. E. MEYRIGK. On the Pyralidina of 
the Hawaiian Islands. W. WHITE. Experiments upon the colour- 
relation between the pupaB of Pieris rapx and their immediate sur 
roundings by G/C. Griffiths. H. J. ELWES. A Catalogue of the 
Lepidoptem of Sikkim, with additions, corrections and notes on 
seasonal and local distribution by Otto Moller (4 pi.). W. L. DIS 
TANT. An enumeration of the Rhynchota received from Baron von 
Muller, and collected by Mr. Sayer in New Guinea during Mr. Cuth- 
bertson s Expedition (pi. ). FR. PASCOE. On some new Longicorn 
Goleoptera (pi.). E. B. POULTON. Notes in 1887 Lepidopterous 
Larva3, etc., including a complete account of the larvre of Sphinx 
convolvuli and Aglia tau (3 pi.), 1889. Lord WALSIKGHAM. Mono 
graph of the genera connecting Jinxgeria Wlk., with Eretmocera. 
D r D. SHARP. The Rhynchophorous Goleoptera of Japan. 
FR. A. WALKER. Description of variety of Ornithoptem Brookiana 
(female). F. MERRIFIELD. Incidental observations in Pedigree Moth- 
breeding. J. H. LEECH. On a collection of Lepidoptera from Kiu- 
kiang (3 pi.). Rev. T. A. MARSHALL. A Monograph of British 
Braconida?, P. Ill (2 pi.). GH. J. GAHAN. Descriptions of new or 
little known species of Glenea in the Collection of the British Mu 
seum. W. WARREN. On the Pyralidina collected in 1874 and 1875 
by D r J. H. Trail in the Basin of the Amazons. J. S. BALY. Notes 
on Aulacophora and allied genera. G. F. MATTHEW. Descriptions 
and life-histories of new species of Rhopalocera from the Western 
Pacific. H. J. ELWES. Notes on the genus Erebia. G. A. J. ROTH- 
NEY. Notes on Indian Ants. A. G. BUTLER. Synonymic notes on 
the Moths of the earlier genera of Noctuites. ID. Descriptions of 
some new Lepidoptera-Heterocera in the Collection of the Hon. Whi 
ter de Rothschild. D. SHARP. An account of Prof. Plateau s recent 
experiments on the vision of Arthropods (pi.). J. B. BRIDGEMAN. 
Further additions to the Rev, T. A. Marshall s Catalogue of British 
IchneumonidsK. G. T. PORRITT. Notes on an extraordinary race of 
Arctia mendica L. W. F. KIRBY. Descriptions of a new species of 
Scoliidas in the Collection of the British Museum, with occasional 
reference to species already known. E. MEYRICH. On some Lepido 
ptera from New-Guinea. H. J. ELWES. A revision of the genus 



Seance du 9 avril 1890. LXI 

Argynnis. F. P. PASCOE. Additional notes on the genus Hilipus 
(2 pi.). 

Insect-Life, II, 7, 8 et 9, 1890. D. W. GOQUILLETT. The use of Hydro 
cyanic acid gas for the destruction of the Red Scale. COOPER CUR 
TICE. The larvae of Hypoderma bovis de Geer. The imported 
Gipsy Moth (Ocneria dispar L.), fig. Irrigations and injurious 
Insects. W. M. WHEELER. Note on the oviposition and embryonic 
developpment of Xiphidium ensiferum Scud. C. V. RILEY. The 
six-spotted mite of the Orange (Tetranychus 6-maculatus, n. sp.), 
fig. HAGUE HARRINGTON. Harpiphorus maculatus Norton. 
F. M. WEBSTER. Adults of the American Cimbex injuring the Willow 
and Cottonwood in Nebraska (fig.)- * A. RELLEVOYE, Reims : Ob 
servations on Monomorium Pharaonis Latr. D. W. COQUILLETT. 
The Dipterous parasite of Diabrotica soror (fig.). 0. LUDGER, Spi- 
losoma fuliginosa L. (fig.). A grub supposed to have traveled in 
human body (fig.). The Dogwood Saw-Fly : Harpiphorus varia- 
nus Norton (fig.). C. V. RILEY. Platypsyllus. Egg and ultimate 
larva (fig.). L. 0. HOWARD. Some new parasites of the Grain 
Plant-Louse (fig.). C. V. RILEY. An Australian Hymenopterous 
parasite of the Fluted Scale (fig.). ID. Some Insects Pests of the 
house hold (fig.). L. 0. HOWARD, Two Spider-egg parasites (fig.). 

A. GIARD. On the parasitic castration of Typhlocyba by the larva 
of a Dipter (Atelenevra spuria Meig.). A poisonous Spider in Ma 
dagascar. Lord WALSINGHAM. Steps towards a Revision of Cham 
bers Index, with notes and descriptions of new Species. 

Naturalista siciliano (II), IX, 4, 1890. R. GRASSI et G. ROVELLI. I 
progenitor! dei Miriapodi o degli Insetti, Mem. VI : II sistema dei 
Tisanuri fondato sopratutto sullo studio dei Tisanuri italiani. 
E. RAGUSA. Note lepidotterologiche. 

Naturaliste (Le), l er avril 1890. Sur quelques types remarquables de 
Champignons entomophytes (fig.). A. GRANGER, Crustaces : re- 
colte et preparation (fig.). EDM. ANDRE. La Mouche du Houx. 

Psyche, IV, 138-140, 1890. F. KARSCH. The Entomocecidia, Intro 
duction. H. A. HAGEN. On the Relation of Fungi to Galls and to 
Larvae of Cecidomyia living in Galls. Tables. 
V, n os 167-168, 1890. The Corn Delphacid, Delphax maidis. 

A. S. PACKARD. The partial Life-history of Pseudohazis eglante- 
rina t with remarks on the larvae of allied genera. J. J. RIVERS. 
The Argynnides of North America. S. H. SCUDDER. Diary of a 



LXII Bidletin entomologique. 

hibernating Butterfly. Palaearctic Lepidoptera. J. H. EMERTON. 
New Trap-door Nests of Spiders. H. A. HAGEN. Otiorhynchus sul- 
catus injurious to plants in Greenhouses in Massachusetts. E. A, 
SMITH. Notes on Colias eurytheme and C. philodice. 

Reale Accademia del Lined (Atti), 1890, I, 3 et 4. Q 

Revue d Entomologie, VIII, 7 a 12, 1889. M. DBS Gozis. Description 
d un Trachys de France. D r E. EPPELSHEIM. Quelques mots sur le 
genre Thinobius. F. GUILLEBEAU. Note au sujet des observations 
de M. des Gozis sur les Lampra decipiens, dives et modesta. H. DU 
BUYSSON. Rectification a la Revision des Silesis du bassin de la Medi- 
terranee. V. XAMBEU. Moaurs et metamorphoses d Insectes. 
ERN. ANDRE. Hyme"nopteres nouveaux appartenant au groupe des 
Formicides. D r A. PUTON. Les Insectes du Gui. A. FAUVEL. 
Essai sur Pentomologie de la Haute- Auvergne (mont Dore et Plomb- 
du-Cantal), Supplement. XAMBEU. Deux Coleopteres nouveaux 
des Pyrenees-Orientales. A. FAUVEL. Les Coleopteres de la Nou- 
velle-Caledonie et dependances, avec descriptions et notes synony- 
miques nouvelles. XAMBEU. Moeurs et metamorphoses d Insectes. 
A. FAUVEL. Note sur le genre Porus Wetw. A.-L, MONTANDON. 
Lygeides nouveaux de la Faune palearctique. D r A. PUTON. Excur 
sions hemipterologiques a Teneriffe et a Madere par Maurice Noual- 
hier, avec remuneration des especes recoltees et la description des 
especes nouvelles. L. LETHIERRY. Contributions a la Faune alge- 
rienne : Liste des Hemipteres recueillis par M. Desbrochers des 
Loges et description des especes nouvelles. XAMBEU. Description 
de deux larves de Carabiques. D r G. HORVATH. Notes synony- 
miques et geographiques sur les Hemipteres palearctiques. A. FAU 
VEL. Melomelie tarsale chez un Carabide (Harpalus rubripes). 
XAMBEU. Description de deux larves de Coleopteres. Tables. 
A. FAUVEL. Catalogue des Coleopteres gallo-rhenans, feuille 2. ID. 
Faune gallo-rhenane : Carabides, p. 197 a 212. 
Royal Society (Proceedings), XL VII, 287. Q 

Societas entomologica, V, 1, 1890. A. KUWERT. Die Passaliden und 
ihre Monographic von Kaup. D r A. TROSKA. Ueber kiinstliche 
Ernahrung von Schmetterlings-Puppen. FR. W. KONOW. Die 
mannlichen Wespen (genus Vespa L.). E. FREY-GESSNER. Une 
nouvelle chasse au Bombus alpinus L. C. SCHMIDT. Schlesische 
Coleophoriidenraupen und deren Sacke. K. ESCHERISGH. Eine 
Excursion in das Pitz- und OEtzthal. 



Seance du %3 avril 1890. LXIII 

Socie te de Physique et d Histoire naturelle de Geneve (Memoires), XXX, 
2, 1889-90. A. PIGTET. Locustides nouveaux ou peu connus du 
Musee de Geneve, 3 pi. n. 



AZAM (J.) et A. FINOT. Catalogue des Insectes Orthopteres observes jus- 

qu a ce jour dans les departements du Var et des Alpes-Mari times, 

Draguignan, 1888, 31 p. * 
BUCKTON (G. B.). Monograph of the British Gicadae, or TettigiidaB, parti, 

400 fig., Col., Londres, 1890. * 
CUNI Y MARTORELL (M.). Una excursion sin sortir de casa (Bull. Ass. 

exc. Gatal.), 1890, 28 p. * 
ID. Miscelaneas entomologicas : Aracnidos de Finer y Montserrat (An. 

Soc. Esp. Hist. Nat.), 1889, 7 p. * 
FINOT (A.). Faune de France. Insectes Orthopteres : Thysanoures et 

Orthopteres proprement dits, 13 pi. n., Paris, 1890. * 
KOEBELE (A.). Beport of a Trip to Australia made under direction of 

the Entomologist to investigate the Natural Enemies of the Fluted 

Scales (U. S. Dip. Agr., Bull. 21), 32 p., fig. * 
NEAL (J. G.). The root-knot disease of the Peach, Orange and other 

plants in Florida due to the work of Anguillula (loc. cit.), 32 p., 

21 pi. * 

SEIDLITZ (G.). Fauna baltica. Die Kafer der Ostseeprovinzen Russlands, 
2* ed., 5 e livr., Konigsberg, 1890. * 

SICARD (D r A.). Etude sur le mimetisme, Paris, 1888, 79 p. * 

A. L. 

Seance du 3 avril 189O 

residence de M. P. MABILLE 

M. A. Lameere, Secretaire general de la Societe entomologique de 
Belgique, assiste a la seance. 

Necrologie. M. le President annonce la mort de 1 abbe S.-A. de Mar- 
seul, membre honoraire de la Societe entomologique de France, decede, 
a Paris, le 16 avril 1890. II etait no le 21 Janvier 1812 a Fougerolles-du- 



LXIV Bulletin entomologique. 

Plessis (Mayenne). M. Mabille rappelle, en quelques mots, la vie active et 
utile de notre membre honoraire et prie la Societe de designer un de 
ses membres pour faire la notice necrologique de notre regrette col- 
legue. 

La Societe designe M. R. de la Perraudiere. 

M. le Secretaire informe la Societe que, par le fait de circonstances 
qui ont retarde Tarrivee de la famille et precipite le depart pour Fouge- 
rolles du corps du venerable abbe de Marseul, il lui a etc impossible de 
convoquer ses collegues pour lui rendre les derniers devoirs. 

II a pu avertir cependant quelques membres de la Societe (MM. E. Fleu- 
tiaux, G.-E. Leprieur, P. Lesne, A. Leveille, A. Salle), qui se sont 
trouves a la gare au depart du corps de 1 abbe de Marseul. 

Au nom de la Societe, il a donne un dernier adieu a notre regrette 
collegue. 

M. le Secretaire lit un article du testament de 1 abbe de Marseul, qui 
lui a e te remis a litre officieux par M. C.-E. Leprieur. 

Dans cet article, il est stipule que L Abeille ainsi que la majeure 
partie des exemplaires de ce journal deviennent la propriete de la So 
ciete entomologique de France, sous certaines conditions. 

Le Conseil sera convoque en temps opportun pour etudier la question 
et se prononcer defmitivement. 

Le President dit que cette derniere attention de J abbe de Marseul 
atteste le profond attachement de notre regrette membre honoraire a 
1 endroil de la Societe, qui, reconnaissante, gardera le souvenir de celui 
qui contribua pour une grande part a son developpement. 

M. le President annonce egalement la mort de M. J. S. Baly, doc- 
teur en medecine a Warwick (Angleterre), membre de la Societe depuis 
1860. 

M. J. S. Baly, entomologiste bien connu, a publie de nombreux tra- 
vaux entomologiques concernant surtout les families des GHRYSOMELIDAE, 

EUMOLPIDAE et HlSPIDAE. 

Correspondance. M. 1 abbe Gaujon, professeur au seminaire de Loja 
(Equateur), prie la Societe d accepter sa demission. 

M. J. Migneaux fait don, pour PAlbum de lu Societe, des portraits 
de Lorquin, voyageur naturaliste, et du docteur Vinson, de la Reunion. 
Le D r Vinson etait membre de la Societe entomologique de France. 



Seance du 23 avril i890. LXV 

M. le President donne lecture de la lettre suivante, dont la Societe 
decide 1 impression au Bulletin des seances : 

Monsieur le President, 

La Societe entomologique, dans son avant-derniere seance, m a 
decerne le Prix Dollfus de 1889 pour mon livre Les Insectes de la 
Vigne. 

Je suis d autant plus sensible aux suffrages de mes collegues, qu ils 
m ont ete decernes a 1 unanimite des votants. 

Veuillez, je vous prie, etre mon interprete aupres d eux et agreez, 
Monsieur le President, 1 assurance de ma consideration bien distinguee. 

VALERY MAYET. 

Admission. M. Amedee Pouillon, naturaliste, a Landroff (Lorraine) 
(Cole opteres et Le pidopteres), presente par M. A. Leveille. Commis- 
saires rapporteurs : MM. G.-A. Baer et A. Salle. 

Presentation. M. Louis Planet, rue Vernier, 26, a Paris (Cole opteres), 
presente par M. L. Fairmaire. Gommissaires rapporteurs : MM. P. Ma- 
bille et E. Lefevre. 

Communications. M. le Secretaire donne lecture de deux notes hemi- 
pterologiques adressees de Forssa (Finlande) par M. le D r E. Bergroth : 

1 Dans sa Revisio synonymica Heteropterorum palaearcticorum, 
quae descripserunt auctores vetustiores (Linnaeus, 1758, Latreille, 
1806) , M. Reuter a restitue tous les noms ayant la priorite. Ges noms 
doivent elre acceptes. Mais M. Reuter, s appuyant sur un principe faux 
ou mal interprete, a change aussi plusieurs noms bien legitimes, no- 
tamment les noms specifiques ayant ete employes plus anciennement 
dans le meme genre, mais appartenant actuellement a des genres tout 
differents. II a, par exemple, donne au Capside Calocoris bipunctatus F. 
(1779), decrit par Fabricius sous le nom generique de Cimex, le nom 
de Calocoris norvegicus Gm. (1788), parce que Linne avait decrit en 
1758 un Cimex bipunctatus. Mais 1 espece de Linne est une Pentato- 
mide. Pourquoi done changer le nom de Fabricius ? A quoi bon retablir 
le nom plus recent de Gmelin ? Si nous acceptons ce procede, il faut 
encore que nous changions les noms d une foule d Hemipteres exotiques. 
Dans mon opinion, qui est aussi celle de M. le D r G. Horvath, les modi 
fications suivantes sont a faire a la nomenclature de M. Reuter : 

Ancyrosoma leucogrammes Gm., Reuter = albolineatum F. Cepha- 



LXVI Bulletin entomologique. 

locteus histeroides Duf., Reuter = scambaeoides F. Gnathoconus lim- 
bosus E. Geoffrey, Renter = albomarginatus Goze. Stagonomus 
(Dalleria) amoenus Brulle, Router = italicus Gm. Eusarcocoris ve- 
nustissimus Schrnk., Reuter = melanocephalus F. Stobilotoma typhi- 
cornis F. , Reuter = clavicornis F. Gastrodes grossipes Geer, Reuter 
= ferrugineus L. Megaloceraea recticornis E. Geoffrey, Renter = 
linearis Fiissl. Calocoris ochromelas Gm., Reuter = variegatus Mull. 
Calocoris hispanicus Gm., Reuter = sexpunctatus F. Calocoris 
norvegicus Gm., Reuter = bipunctatus F. Salda Mulleri Gm., Reuter 
= oculata. Mull. Sphedanolestes carnifex M. R., Reuter = sangui- 
neus F. 

Quant aux noms generiques adoptes par M. Reuter, je remarque que 
le genre Pitedia Reuter, 1888, doit e*tre nomme Chlorochroa Stal, 1872 
(vide Enum. Hem., II, p. 33; Uhler, Bull U. S. geol. Surv., II, 1875, 
p. 288 ; Distant, Biol. Centr. Am., Hem. Het., p. 63). 

II me parait que Stal etait dans le vrai en proposant le nom de Ste- 
phanitis pour Tingis Lap. (nee F.). Platychila Fieb. doit prendre le nom 
Tingis F. 

Dans ma pensee, M. Reuter n a pas detruit les raisons qu a alleguees 
M. Douglas centre 1 emploi du nom Acanthia au lieu de Salda. 

Le genre Pelogonus devrait prendre le nom anterieur de Ochtherus ; 
il prendra le nom de Ochthera, puisque celui de Ochtherus est pre- 
occupe. 

G est a tort que M. Reuter adopte Porthographe fausse de Spinola : 
Solenosthedium, justement corrige e en Solenosthethium par Amyot et 
Serville. 

2 Je profile de 1 occasion peur faire quelques remarques sur la no 
menclature de quelques Hemipteres europeens : 

C est avec raison que Stal a accepte" le nom de Stenozygum colora- 
turn Kl. au lieu de variegatum Kl. L espece est decrite dans le texte 
sous le nom de coloratum, quoique la planche porte par erreur le nom 
de variegatum. 

Dicyphus hyalinipennis est decrit par M. Rurmeister, non par King, 
qui 1 a seulement etiquete dans les collections du Musee de Rerlin. 

Idiocerus notatus F. doit prendre le nom anterieur de exaltatus F. 
Fabricius a change le nom a cause de Cicada exaltata de 1 Amerique, 
mais cette derniere espece est un Tettigoma. 

Acocephalus serratulae F. est synonyme de A. fuscofasciatus Goze, de 
date anterieure. 



Seance du 23 avril 1890. LXVII 

Je remarque enfm que, dans les travaux publics par Douglas et Scott, 
les Gapsides seulement ont ete traites par Scott, les autres families par 
M. Douglas seul. II n est done pas juste de citer les deux auteurs pour 
toutes les especes notivelles decrites dans ces travaux. 

M. J. Gazagnaire fait observer que 1 opinion derniere du D r E. Ber- 
groth, qui certainement s inspire d un sentiment naturel de justice, 
s appuie sur un sens critique des plus stirs, ne saurait etre acceptee en 
principe. 

Un ouvrage signe par deux auteurs est de droit une propriete com 
mune, a moins qu une indication ne limite les droits de chaque auteur. 

Dans tous les autres cas, quelle que soil, dans un ouvrage, la part de 
travail fournie par chaque auteur, il ne saurait etre concede a la cri 
tique, memo la mieux justifiee, la liberte d etablir une repartition ; car, 
en inscrivant leurs deux noms sur un ouvrage, les auteurs, volonlai- 
rement, etablissent une communaute de propriete dont ils doivent avoir 
tous deux pleine et entiere jouissance. 

M. G.-E. Leprieur lit la note qui suit : 

En voulant essayer d intercaler dans le tableau synonymique des 
Hyphydrus de notre savant collegue Seidlitz une espece de ce genre, 
decrite trop sommairement par Sharp sous le nom de sanctus sur un 
individu male pris a Jerusalem, je me suis decide, apres plusieurs 
essais infructueux, a etablir pour ce genre un tableau base sur des 
caracteres differents, d une observation plus facile : 

1. Taille grande (7 mill.), surface entierement couverte de points 

uniformes tres serres. Egypte major Sharp. 

1 . Taille moindre (au plus 5 mill.), surface couverte d une ponc- 
tuation double, formee de points inegaux entre eux et plus 
ou moins serres. 

2. Elytres marquees de taches d un brun fonce, nettement limi- 

tees, sur fond roux plus clair. 

3. Disque du prothorax d un brun fonce, avec les cotes d un fer- 

rugineux clair. Tete ferrugineuse, saws taches. Elytres sans 
strie juxta-suturale, marquees plus ou moins de taches 
longitudinales , souvent confluentes, sur le disque, mais 
immacule es sur les cotes, avec une ponctuation peu pro- 
fonde. Surface brillante dans les deux sexes. Ai oun- 
Moussa (Letourneux) pictus Kl. 



LXVIII Bulletin entomologique. 

3 . Bisque du prothorax avec deux taches noires au milieu de la 
base. Tete testacee, avec une large tache posterieure noire, 
anguleusement echancree en avant. Elytres testacees, lar- 
gement marquees de taches noires, avec trois ou quatre 
macules laterales, qui se soudent quelquefois aux autres ; 
ponctuation plus forte et plus dense. Une strie juxta- 
suturale. 

Male assez brillant. Femelle completement mate. Partout ; 
bassin de la Mediterranee surtout variegatus An be. 

2 . Elytres unicolores, sans dessin distinct, n ayant que des ves 
tiges de taches roussatres vagues (souvent nulles) vers la 
base, le milieu et le sommet. 

4. Base du prothorax tres sensiblement sinuee pres des angles 
posterieurs, qui sont un pen aigus, et legerement saillante 
a la region prescutellaire. Cotes distinctement arque s, forte- 
ment rebordes, avec gouttiere large. Elytres rclativement 
pen ventrues. 

Male brillant, a ponctuation assez forte, tres fine sur le disque 
du prothorax. Femelle mate, a ponctuation bien plus fine ; 
intervalles finement alutaces. Environs de Damas et de 
Jerusalem sanctus Sharp (1). 

4 . Base du prothorax indistinctement sinuee, regulierement an- 
guleuse, mais non saillantes a la region prescutellaire ; 
angles superieurs droits ; cotes franchement rectilignes, fai- 
blement rebordes, avec gouttiere etroite. Elytres tres ven 
trues, subrhombo idales. 

Male brillant, a ponctuation forte, tres serree et rugueuse sur 
le disque du prothorax. Femelle mate, comme soyeuse, par 
suite de la reticulation excessivement subtile qui la couvre ; 
a ponctuation faible et peu imprimee. Partout, surtout 
dans le Nord ovatus L. 

M. F. Decaux communique les faits qui suivent : 

J ai 1 honneur de faire passer sous les yeux de mes collegues quelques 
rameaux de fiuxus sempervirens et autres varietes, cultives comme 
plantes d ornement. Ges arbustes sont attaques par un Diptere, dont la 

(1) M. de Marseul, dans son dernier Catalogue, ne mentionne pas cetteespece, 
mfime au point de vue synonymique. 



Seance du 23 avril 1890. LXIX 

larve mine les feuilles, fatigue la plante et ne parvient que trop souvent 
a la faire mourir. Get insecte, que j etudie depuis plusieurs annees 
et dont vous pouvez voir des larves, des nymphes et des adultes dans 
les tubes que je fais circuler, est CECIDOMYIA Buxi. 

J ai appris, il y a quelques jours, que les metamorphoses de ce Di- 
ptere avaient ete decrites par notre collegue M. le D r Laboulbene dans 
les Annales de 1873. Je me suis empresse de comparer mes renseigne- 
ments avec ceux donnes par notre collegue et j ai pu apprecier la preci 
sion avec laquelle les moindres details de mceurs ont ete observes par 
lui, alors cependant qu il n a eu en observation qu un nombre restreint 
de larves et d insectes. 

Plus beureux que mon collegue, c est par centaines que j ai vu eclore 
et se metamorphoser Cecidomyia. 

Depuis 1873, cet insecte s est propage outre mesure ; il est devenu 
un fleaupour les pepinieristes qui cultivent les divers buis d ornements. 
M. le D r Laboulbene a observe 2 et 3 larves par feuille, j ai pu en observer 
de 5 a 9 et quelquefois 11. Vous pouvez voir sur les rameaux remis 
entre vos mains que chaque feuille est attaquee et constater ce que 
devient le rameau apres 1 eclosion des insectes. 

Je dois signaler 1 eclosion d un parasite (Ghalcidien). Je ne desespere 
pas de retrouver cette annee cet Hymenoptere, les eclosions de Ceci 
domyia etant a peine commencees. 

Je compte egalement m assurer si 1 insecte a deux generations regu- 
lieres dans une annee, ou si les nymphes trouvees par moi fin juillet 
proviennent d une education retardee, ce qui est peu probable. 

II est un point ou je ne suis pas de 1 avis de notre honorable collegue, 
c est celui concernant le nombre d oeufs pondus par une femelle, qu il 
suppose elre de 10 ou de 12. Mes observations, faites sur deux femelles 
fecondees et isolees, m ont fait voir que la ponte pouvait se faire en 
plusieurs fois; apres une ponte, le premier jour, j ai pu constater une 
nouvelle ponte lo lendemain ; j estirne done que le nombre d o3ufs pon 
dus par une femelle doit etre de 30 a 40. Peut-etre, en liberte, ce nombre 
est-il superieur encore ? 

Les degats occasionnes par ce Diptere sont desastreux pour les pepi 
nieristes de Neuilly, du Bois-de-Boulogne, dans la pepiniere de la ville 
de Paris a Auteuil. J ai essaye plusieurs moyens pour detruire Cecido 
myia Buxi, a 1 etat de larve, sans grand resultat. Ge qui m a reussi le 
mieux a ete 1 emploi du petrole ou du sulfure de carboue lance avec un 
pulverisateur sur les feuilles contaminees. La feuille du Buis etaul 
amincie aux eudroits prepares par la larve pour la sortie de I insecte, 



LXX Bulletin entomologiqne. 

les vapeurs toxiques peuvent bien penetrer et tuer quelques larves, 
mais le plus grand nombre resiste a ce traitement. 

J ai obtenu un meilleur resultat avec les moyens preventifs suivants : 

Des la fin de mars, j arrose a I eau ordinaire 1 arbuste non encore con- 
tamirie et, immediatement apres, je le saupoudre de soufre ou de suie 
de cheminee. Ges poudres so collent sur les feuilles du Buis. Ge traite 
ment suffit generalement pour eloigner les insectes et les empecher de 
pondre. S il survient des pluies, il est indispensable de renouveler 1 ope- 
ration. 

La ponte de Ceddomyia Euxi cesse vers le l er juin. 

Quant a avoir raison de 1 insecte adulte, c est chose fort difficile ; mais 
je ne desespere pas de trouver centre lui un precede de destruction. 

M. H. Lucas communique les deux notes suivantes : 

1 PROSOPISTOMA VARIEGATUM Latr., decouvert en 1833, a Madagascar, 
par Goudot, n avait pas ete retrouve depuis cette epoque. L intere"t qui 
s attache a cet insecte, qui appartient a 1 ordre des Nevropteres, et que 
Latreille avait place parmi les Crustaces, a pousse M. A. Vayssiere a 
faire connaitre, dans les Comptes rendus de V Academic des Sciences 
(13 Janvier 1890), la capture recente de trois individus de 1 espece 
malgache, qui ont ete rencontres par M. Sikora, naturaliste autrichien, 
habitant Madagascar depuis deux ans. 

M. Sikora a capture ces trois individus dans de petits cours d eau 
a courant rapide, a une cinquantaine de kilometres au sud-est de Tana 
narive. 

Ces Prosopistomes atteignent 9 millimetres environ ; ces dimensions 
assez considerables ont permis a M. A. Vayssiere des recherches anato- 
miques assez completes, dont il compte exposer les resultats dans une 
etude monographique. Une partie a deja paru dans les Annales des Sc. 
natur., t. IX, n i, 1890. 

2 J ai deja signale, dans nos Annales, Bull., p. CL (1887), un PLATYCAR- 
CINUS PAGURUS L. , dont la carapace etait envahie par plusieurs Mollusques, 
particulierement par Ostr&a edulis des auteurs. Pendant mon sejour a 
Port-en-Bessin (Calvados), en juillet et aout 1889, j assistais assez sou- 
vent au debarquement des Poissons et Grustaces recueillis en pleine mer 
et sur les cotes par les pecheurs de cette localite. Dans une pe"che assez 
fructueuse, particulierement en Homarus marinus, Palinurus vulga- 
ris, etc., j ai remarque un Platycarcinus pagurus chez lequel la carapace 
etait entierement envahie par une colonie de Moules (Mytiltts edulis L.), 



Seance du 23 avril 1890. LXXI 

appartenant a tous les ages. Ses pattes ambulatoires en eta lent cou- 
vertes ; aussi ce Brachyure se trainait plutot qu il ne marchait, et ce 
n etait qu avec ses pattes de la premiere paire, terminees en pinces et 
qui avaient ete respectees, qu il pouvait ambuler tres laborieusement en 
s accrochant avec elles aux asperites des rochers. 

Ge Platycarcin est condamne a porter ces commensaux tres genants 
jusqu a Pepoque de la mue, ou I animal, comme on le sait, se depouille 
alors de tout son ancien revetement chitineux. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Bulletin bibliographique 

Academe des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I ), 
1890, I, 14. O ~ N 15. E. BLANCHARD. De la production arti- 
ficielle de la soie. J. KUNCKEL D HERGULAIS. Du role de 1 air dans 
le mecanisme physiologique de 1 cclosion, des mues et de la metamor 
phose chez les Insectes Orthopteres de la famille des Acridides. 

Acade mie des Sciences de Cracovie (Bulletin international}, 1890, I et 

HI. o 

Deutsche entomologische Zeitschrift, 1889-90. Zweites lepidopterolo- 
gisches Heft. -- G. RIBBE. Beitrage zur Lepidopteren-Fauna von 
Gross-Ceram. D r M. STANDFUSS. Zwei neue Syrische Lepidopteren. 

J. L. GAFLISGH. Eine neue Aberration von Troch. Apiforme Gl. 
H. STEINERT. Schmetterlingsfang in Siidtirol wahrend des Hoch- 
sommers. 

Entomologische Nachrichten, XVI, 8, 1890. 0. SCHMIEDEKNECHT. Die 
Gattungen und Arten der Gryptinen revidirt und tabellarisch zusam- 
mengestellt. E. BRENSKE. Ueber einige Arten der Gattung Poly- 
phylla. E. G. HONRATH. Diagnosen von zwei neuen Rhopalo- 
ceren. 

Entomologist s monthly Magazine (The), n 311, 1890. W. G. BLATCH. 
A new species of Neuraphes. ELAND SHAW. Synopsis of the Bri 
tish Orthoptera (continued). E. R. BANKES. The genus Scoparia. 

E. SAUNDERS. A new British Bee-Prosopis genalis Thorns. 
J.H. WOOD. The larva of Swammerdania lutarea. W. F. H. BLAND- 
FORT. Cardiophorus Equiseti Hbst., a species neAV to Britain. 
G. LEWIS. On Histeridae collected in Cochinchina by M. Delaunay. 



LXXII Bulletin entomologique. 

ID. Note on Monoplius pinguis Lewis. Rev. CANON FOWLER. On 
a new species belonging to the genus Languria. ID. Platyrrhinus 
latirostris F., in Devonshire. C. W. DALE. Notes on the British 
Platypezidae. ID. Capture of two rare species of Mycetophilidae. 

T. D. A. COCKERELL. The Bigelovia Cecid. Col. L. BLATHWAYT. 
Volucella bombylans L. and its variation. T. H. HALL. Dytiscus 
marginalis found in gas water. M. HENDERSON. Drepanopteryx 
phalaenoides L. in Durham. R. C. L., PERKINS. Distribution of 
Bombus Smithianus White. E. MEYRICK. Date of Zeller s Cram- 
bidae. C. G. BARRETT. Bryotropha obscurella Hein., a British 
species. ID. Doryphora elongella Hein., a British species. 

Insect Life, II, 5-9, 1889-90. C. V. RILEY. Some Insect Pests of the 
Household (fig.). M. E. MURTFELD. The carnivorous habits of 
Tree-Crickets. P. M. WEBSTER. Life-history of one of the Corn 
Bill-Bugs, Sphenophorus ochreus Lee. (fig.). ALLAN WIGHT. The 
New-Zealand Katipo. P. W. MALLEY. Another Strawberry Saw-Fly : 
Monostegia ignota (Nor.), fig. W. A. HENRY. Pacific Coast work 
of the Division of Entomology. L. BRUNER. Cicindela limbata Say 
(fig.). Notes diverses. Lord WALSINGHAM. Steps towards a 
Revision of Chambers Index, with notes and descriptions of New 
Species. The So-called mediterranean Flour Moth : Ephestia 
Kuhniella Zeller (fig.). The Ox Warble : Hypoderma bovis de Geer 
(fig.). S. A. FORBES. Office and Laboratory Organisation. Notes 
diverses. 

Naturalista Siciliano (11), IX, 5,1890. B. GRASSI et G. ROVELLI. I pro- 
genitori dei Miriapodi e degli insetti (VI). II sistema del Tisanuri 
fondato sopratutto sullo studio dei Tisanuri italiani (pi.). 

Naturalists (Le), 15 avril 1890. P. DOGNIN. Diagnoses de . Lepido- 
pteres nouveaux. P. PLATEAU. La fauned un navire. J. P. Aus- 
TAUT. Notice sur Colias Erchoffi et sur sa nouvelle variete Tancrei. 

A. GRANGER. Crustaces : Installation d une collection deCrustaces. 

L. PLANET. L Aromia moschata, sa larve et sa nymphe (fig.). 
Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, III, 4, 

1890. O 

A. L. 



Seance du i4 mai 1890. LXXIII 

Seance du flJ mai 1S9O 

Prudence de M. P. MABILLE 

MM. A. Lameere, Secretaire general de la Societe entomologique de 
Belgique, et E. Olivier assistent a la seance. 

Necrologie. M. le President annonce la mort de M. J.-A. Dutreux, 
ancien receveur general du grand-duche de Luxembourg, membre de 
la Societe entomologique de France depuis 1850. Notre collegue, qui 
s occupait des Lepidopteres d Europe et des Lepidopteres diurnes exo- 
tiques, est decede, an chateau de la Celle-Saint-Cloud, dans sa quatre- 
vingt-deuxieme annee, le 24 avril 1890. 

Correspondance. M. G.-A. Baer lit une lettre dc notre collegue 
M. E. Simon qui lui ecrit de Manille, a la date du 28 mars : 

Arrive en pleine saison seche, notre collegue, qui a eu assez a soufFrir 
des mauvais temps, surtout dans ses traversees de Singapour a Saigon 
et de Saigon a Manille, annonce qu il n a encore fait que de maigres 
recoltes. Gependant il signale la capture de Chlamys, genre de Coleopteres 
non encore inscrit dans les Catalogues de cette region. 

ri*4W 

A cc sujet, M. G.-A. Baer fait observer que la decouverte a Manille 
de ce genre, particulierement americain, sauf de rares exceptions, est 
un fait fort interessant, et nous fait bien augurer des recoltes ulterieures 
de notre savant et infatigable collegue. 

Admission. M. Louis Planet, rue Vernier, 26, a Paris (Coleopteres), 
presente par M. L. Fairmaire. Gommissaires rapporteurs : MM. P. Ma- 
bille et E. Lefevre. 

Presentation. M. A. Thery, viticulteur, a Saint-Charles, pres Philip- 
peville, departement de Gonstantine (Coleopteres), presente par M. L. Be 
del. Gommissaires rapporteurs : MM. M. Cayol et C.-E. Leprieur. 

Travaux e crits. M. L. Bedel depose un travail intitule : Excursion 
dans I Avallonnais. Supplement au Catalogue des Coleopteres de I Yonne. 
L auteur enumere 200 especes, dont 130 sont nouvelles pour le departe 
ment de I Yonne, 6 nouvelles pour le bassin de Paris. 

JOURNAL BIMENSUEL (Bulletin de la Societe entomol. de France), 1890. n 9. 



\ 



LXXIV Bulletin entomologique. 

Communications. M. Breignet, do Bordeaux, ecrit : 

Les auleurs indiquent comme plante nourriciere de la chenille de 
Botys crocealis Hb. Pulicaria dysenterica Gaertn., dont elle mange les 
feuilles, et M. Maurice Sand, dans son Catalogue, signale Inula co- 
nyza DC., dans la tige de laquelle elle vivrait. 

Le 25 juillet dernier, j ai recueilli dans mon jardin, enroulee dans 
une feuille de Rosier, une petite chenille que j ai confondue avec celles 
de Tortrix pronubana, en ce moment-ci tres abondantes. Chrysalidee le 
lendemain, a mon grand etonnement, elle m a donne, le 3 septembre 
suivant, un male de B. crocealis. Je crois devoir mentionner le fait, car 
ii me parait assez remarquable, d abord parce que les deux plantes 
nourricieres appartiennent a des families ires eloignees, ensuite parce 
qu il semble montrer que cette espece a deux generations : avril et 
juillet, pour la chenille ; mai, juin et septembre, pour 1 insecte parfait. 

Le 30 mai, j ai trouve a La Brede, sur un Tilleul, une chenille de 
Thecla quercus L., qui a donne un male le 26 juin suivant. Gependant 
le Chene seul, a ma connaissance du moins, a ete indique comme nour- 
rissant la chenille de cette espece, et c est toujours sur ce dernier arbre 
que je Pai trouvee. 

M. F. Guillebeau envoie la description d une nouvelle espece du 
genre Bagous : 

Bagous Leprieuri Guillebeau. Long. 4 a 5 1/4 mill. Noir, 
entierement convert de squamules subarrondies, tres fines, tres serrees, 
lisses, brillantes et comme vernissees, variees de blanc sale et de brun ; 
dessous uniformement d un blanc sale vernisse. Tete a squamules plus 
fortes que sur le reste du corps, fmement sillonnee au milieu entre les 
yeux ; rostre assez epais, courbe, trois fois et demie aussi long que 
large, lateralement sillonne dans sa premiere moitie, avec deux ligues de 
points tres fins dessus. Antennes a scape noiratre dessus, le dessous et 
les articles du funicule ferrugineux, massue noiratre. Le deuxieme ar 
ticle du funicule plus long que le premier, aussi long que les deux sui- 
vants reunis. Corselet plus large que long, convexe, presque droit sur 
les cotes, brusquement resserre au sommet, qui est deprime en forme de 
sillon le long du bord, marque d un sillon median quelquefois faible, 
quelquefois bien accuse, et d une depression au-devant de 1 ecusson ; 
les squamules brunes forment quelquefois une tache ronde de chaque 
cote de la base, ces taches se prolongent parfois sur toute la longueur 



Seance du 14 mai 1890. LXXV 

du corselet de chaque cote du sillon. Ecusson petit, arrondi en arriere. 
Elytres deux fois et demie aussi longs que larges, assez convexcs, ar- 
rondis sur les cotes, varies de squamules brunes et d un blanc sale, 
fmement stries-ponctues, les interstries presque plans; calus posterieur 
faible. Dessous du corps a squamules d un blanc sale vernisse ; le der 
nier segment ventral trifoveole ; cuisses noiratres en dehors, tibias d un 
ferrugineux obscur, courbes en dedans vers 1 extremite, garnis de 
quelques soies blanches de chaque cote ; tarses ferrugineux, le deuxieme 
article plus court que les premier et troisieme ; ce dernier non bilobe. 

c?. Avec une forte excavation embrassant le milieu du metasternum 
et tout le premier segment ventral. 

?. Milieu du metasternum en arriere et milieu du premier segment 
ventral, sur sa seconde moitie, deprimes. 

Gette belle espece est bien voisine de B. argillaceus Gyll., dont elle a 
le brillant. Elle en differe par sa taille pins grande, son rostre moms 
epais, sa forme ovalaire, ses elytres plus larges, arrondis sur les cotes 
et plus finement stries-ponctues. 

Plusieurs exemplaires pris en tamisant les debris au bord d un etang 
au Plantay (Ain). Ici les e tangs sont exclusivement alimentes par les 
eaux pluviales, douces par consequent. B. argillaceus Gyll. habite le 
bord des eaux salees. 

Je me fais un plaisir de dedier cette espece a notre tres estimable 
collegue M. Leprieur. 

M. Charles Brongniart donne une liste de 34 especes d Orthopteres 
qu il a recueillies depuis plusieurs annees aux environs de Gisors (Eure) 
et en particulier a Bezu-Saint-Eloi : 

II n est pas sans interet, lorsqu on a explore pendant plusieurs annees 
de suite une region, de faire connaitre les especes qu on a rencontrees. 
Chaque annee, depuis mon enfance, je vais passer quelques semaines, 
en automne, a. Bezu-Saint-Eloi (Eure), et j ai eu soin de cataloguer les 
insectes que je recoltais. 

Le pays est accidente ; il y a des collines et des vallees sillonnees par 
de petits cours d eau. Le sol est de formations geologiques diverses ; on 
y trouve le calcaire grossier et la craie ; en bien des points, ces couches 
sont recouvertes par le diluvium. 

J ai constate que cette region etait riche en especes botaniques ; j y ai 
rencontre aussi quelques verte bres interessants, en particulier, le Le- 
zard vivipare. 



LXXVI Bulletin entomologique. 

Parmi les Coleopteres, je citerai : Odontaeus mobilicornis F., Metoc- 
cus paradoxus L., Platycerus caraboides L. 

Aujourd hui, je me contenterai de domier la liste des Orthopteres re- 
cueillis, en automne, dans cettc iocalite : 

FORFIGULIDES : Lcibia minor L., Forficula auricularia L. 

BLATTIDES : Ectobia lapponica L., E. livida F. Ces especes out 
ete recoltees en fauchant dans les clairieres herbues des bois. 

ACRIDIDES : Mecostethus grossus L., sur les roseaux au bord de la 
Levriere, a Saint-Paer, pres Bezu-Saint-Eloi. 

Chrysochraon dispar Heyer, dans un bois defriche, tres tourbeux, 
au lieu dit Les Mosny , a Saint-Paer, pres Bezu-Saint-Eloi. 

Stenobothrus lineatus Panz., S. stigmaticus Ramb., -- sur les coteaux 
herbeux. Ces deux especes tres localise es et trouvees simultanement 
aux lieux dits La Landc et Le Metre , dans le bois de M. Bron- 
gniart, a Bezu-Saint-Eloi. 

5. rufipes Zett. S. bicolor Charp. S. biguttulus L. S. paral- 
lelus Zett. Ges quatre especes sont communes partout et presentent 
de nombreuses variations de taille et de couleur. 

S. longicornis Latr. Gette espece est tres localisee ; je ne 1 ai ren- 
contree qu en un endroit, aux Mosny (Saint-Paer) , dans les mernes 
conditions que Chrysochraon dispar. On 1 a rarement signalee, bien 
qu elle soit commune, au dire de M. Finot. 

S. dorsatus Zett. Dans des pres humides, cette espece presente 
une coloration verte, et, dans les champs plus sees, elle est d une teinte 
bistre ou d un brun fonce. 

S. elegans Charp. -- Je n ai trouve cette jolie espece qu une seule 
aunee, dans un champ laboure depuis longtemps, ou poussaient de 
rares touffes d herbe. 

S. vagans Fieb. Peu commun. Clairieres des bois ou pres sees. 

Gomphocerus rufus Thunb. Gommun dans tous les pres. II pre 
sente les memes colorations variees que le Stenobothrus bicolor. 

Sphingonotus cyanopterus Gharp. Cette espece a completement dis- 
paru depuis deux ans. Auparavant, je la rencontrais communement sur 
des coteaux arides et crayeux. 

Tetrix bipunctata L., T. subulata L., dans les clairieres des bois 
ct dans les pres. En automne, T. bipunctata est bien plus commun que 
T. subulata. 

LOCUSTIENS : Platycleis grisea F., P. tessellata Gharp., P. Rwseli 



Seance du 14 mai 1890. LXXVII 

Hagenbach et var. diluta Charp. on macroptera, dans Ics hautes 
herbes des pre"s. 

P. Rmeli est assez rare, et je n ai pris qu une Ms la variete a ailes 
bien developpees. 

P. brachyptera L. Je n ai trouve que rarement cette espece, avec 
Chrysochraon dispar et Stenobothrus longicornis, aux Mosny (Saint- 

Pae r). 

J ai rencontre deux individus qui sembient absolument devoir etre 
rapportes a cette espece, mais qui ne presentent pas les bandes vertes 
des elytres et qui sont uniformement bruns ; je designerai cette variete" 
sous le nom de brunnea. 

Decticus verrucivorus L. J ai rencontre cette espece assez commu- 
nement, mais elle semble avoir completement disparu depuis deux ans. 

Leptophyes punctatissima Bosc. Sur des arbrisseaux. Peu com- 
mun. 

Phaneroptera falcata Scop. Dans les grandes herbes des coteaux 
crayeux. 

Xiphidion fuscum F. Dans tous les pres. 

Locusta viridissima L. Gommun partout. 

Thamnotrizon cinereus L. Dans les clairieres des bois. Commuu. 

GRYLLIDES : Nemobius sylvestris F. Dans les bois. 

Gryllus campestris L. Dans tous les pres. 

G. domesticus L. Dans les maisons. 

Gryllotalpa vulgaris Latr. Dans tous les terrains qui bordent les 
cours d eau. Us font des degats considerables dans les potagers. 

Je suis heureux, en terminant ce catalogue raisonne, de dire combien 
le livre de M. Finot sur les Orthopteres de la France rendra de services 
aux entomologistes qui desirent connaitre cet ordre interessant d in- 

sectes. 

II est un fait sur lequel il est bon d appeler Fattention : c est la dispa- 
rition d une espece dans cette region. A quoi Fattribuer ? L annee der- 
niere, dans cette meme localite, je constatais la presence de nombreux 
Acridiens lues par un Champignon de la famille des Entomophthorees, 
Entomophthora Grylli Fresen. Je suis porte a penser que ces dispari- 
tions d especes sont dues a une cause de ce genre. 

M. E. Olivier fait la communication suivante : 

Les seuls Hymeriopteres qui, a 1 etat de larves, out etc jusqu a pre 
sent signales comme nuisibles a la Vigne sont des Tenthrcdincs du 



LXXVIII Bulletin entomologique. 

genre Macrophya, et les degats qu ils peuvent occasionner n ont jamais 
ete considered comme bien importants. 

Mais, cette annee, j ai observe, en grand nombre, dans quelques vi- 
gnobles des environs de Moulins, un autre Hymenoptere, egalement de 
la famille des Tenthredines, EMPHYTUS TENER Pall., qui, s il continue a 
se multiplier, sera prochainement la cause d un veritable desastre et 
constituera un fleau de plus a ajouler a la liste de tous ceux qui 
s acharnent deja sur le precieux arbuste. 

La femelle de Emphytus pond un oauf au sommet du sarment recepe, 
sur la moelle que la taille a mise a decouvert, et la larve qui en eclot 
descend verticalement dans I interieur du sarment, en suivant le canal 
medullaire, qu elle vide completement. Tous les bourgeons qui se 
trouvent sur le sarment ainsi mine se dessechent et la mort du cep s en- 
suit. 

Ge sont surtout les nouvelles plantations qui out a souffrir des at- 
taques de Emphytus tener, parce que, le canal medullaire n etant pas 
oblitere dans les jeunes plants comme dans les vieux, la larve peut se 
frayer aisement un chemin jusqu a la racine, et toute vegetation devient 
impossible sur ce sarment completement vide. 

II paraitrait que Ton peut se garantir, au moins partiel lenient, des 
atteintes de cet Hymenoptere en goudronnant, apres la taille, le sommet 
recepe de la branche. On conceit qu alors Emphytus ne depose plus son 
O3uf dans la moelle necessaire au developpement de sa jeune larve. Ce 
procede pent apporter un grand obstacle a la multiplication de 1 in- 
secte. 

La larve dont il est question est relativement assez grande et d une 
belle couleur vert tendre. 

M. A. Leveille donne la liste des Tenmochilides faisant partie de 
la collection d Insectes du Mexique exposee a Paris en 1889 : 

Airora cylindrica Scrv. Temnochila Steinheili Reitt. T. aenea 
01. var. T. metallica Perch. Tenebr aides mauritanicus L. 

- M. F. Decaux presente des MECINUS JANTHINUS Germ, eclos le 
20 avril dernier de coques recueillies au collet de la racine de Linaria 
vulgaris Moench., plante nourriciere de la larve. Ayant trouve souvent 
des insectes parfaits a Gayeux-sur-Mer (Somme), en aout et septembre, 
il pense que 1 insecte doit avoir une deuxieme generation. 

Sur la fac,on dont il est parvenu a etudier les metamorphoses, M. F. De- 
raux donne les renseignements sulvants : 



Seance du 14 mai 1890. LXXIX 

II y a une dizaine d annees, je trouvais, pres du Mont-Valerien, dans 
les decombres de la poudriere, quelques pieds rabougris de Linaria 
vulgaris Moench. sur qui vivaient des Mecinus janthinus Germ. Cette 
plante, tres commune aux environs de Paris, ne m avait jamais fourni 
1 insecte. Je fis done provision de capsules dans 1 espoir de le recolter en 
chambre ; ce fut sans resultat. L anne e suivante, je semais des graines de 
cette Linaire dans deux endroits arides de la meme Jocalite ; puis, au 
printemps suivant, j y deposais plusieurs couples de M. janthinus, qui 
se reproduisirent. 

Encourage par ce succes, j ai renouvele mon experience dans un en- 
droit aride du Bois-de-Boulogne, et j ai pu observer les metamorphoses 
de eel insecte. Bien m en a pris, car les trois stations du Mont-Valerien 
out etc successivement detruites. 

Au 20 avril, Linaria vulgaris atteint a peine 10 a 12 centimetres de 
hauteur, et ce n est que bien plus tard que la plante donnera des fleurs. 
Je remarque que la Linaire semee par moi au Bois-de-Boulogne ne se 
propage pas ; elle se tient confmee dans un rayon de quelques metres et 
m a donne chaque annee 40 ou 50 tiges au plus. A moins de 600 metres 
cependant de ce point, croissent des Linaria vulgaris en nombre, sur 
lesquelles je n ai jamais trouve Mecinus janthinus, ce qui prouverait 
que cette espece reste confmee au meme endroit. Du reste, j avais cons 
tate le meme fait au Mont-Valerien, ou Finsecte n avait ele rencontre 
par moi que dans les trois stations signalees. A Gayeux-sur-Mer aussi, 
Fendroit oii poussent les Linaires habitees par M. janthinus est occupe 
par des debris de mac.onnerie. G est remplacement d une maison detruite 
par le feu, il y a vingt ans. 

Notre savant collegue, M. L. Bedel, dans son releve d observations 
ethologiques sur les Miarus, Mecinus ou Gymnetron (seance du 12 no- 
vembre 1884), indique Kaltenbach, Pflz., p. 465, Buddeberg, Jahrb. 
Nassau. Ver. Naturk., 36 (1883), p. 124, comme s etant occupes de cet 
insecte. 

M. F. Decaux signale, a Bezons, dans un jardin, la presence de 
LONGITARSUS ANGHUSAE Payk. en nombre considerable sur Symphytum 
officinale L. Une emulsion faite avec un tiers petrole pur, deux tiers 
eau et un oeuf, le tout bien battu, projete sur la plante avec un pulve- 
risateur, a donne d excellents resultats. 

On sail que L. Anchusae a ete signale aussi comme vivant encore 
aux depens de Cynoglossum officinale L. et Anchusa italica Retz. 



LXXX Bulletin entomologique. 

M. J. Desbrochers des Loges, de Tours, envoie les diagnoses de 
vingt-cinq especes inedites du genre ZYGOPS (Gurculionides). La 
Societe en accepte exceptionnellement 1 impression dans le Bulletin des 
seances et en plusieurs fois : 

1. Zygops argenteiventris. Long. 12 mill.; lat. 5,5 mill. 
Elongato-subelliptica, supra atro-holosericea , roseo-variegata, subtus 
media argenteo-sericea. Rostrum robustum, basi profunde 4-sulcatum. 
Prothorax subtransversus, basi strigatus, vitta antica transversa, media 
longitudinali obsoleta, plagaque laterali antice trifida, roseis, setulis pal- 
lidis mixtis. Scutellum elevatum. Elytra basi, utrinque et infra scutellum 
elevata, callis granosis, roseo et albo guttata, sutura postice strigis trans- 
versis prssdita. Abdomen trivittatus, roseo-albo-squamosus. Femora pos- 
tica bi-cseteris unidentata. Amazones. 

2. Z. reticulata. Long. 11 mill.; lat. 4,5 mill. Ovata, brevior, 
atro-holosericea, formosa, punctis obsoletis a latere vittisque abdominali- 
bus atris subtus dense squamosa. Rostrum nigrum, basi profunde 4-sulca 
tum. Prothorax vitta obliqua, media breviori, vittam transversam arcua- 
tam ante basin attingente, ornatus, basi grosse rugosus. Elytra basin 
utrinque vix elevata, apice extus crenulata suturx serie granulorum 
subintegra. Femora postica bi-cseteris unidentata. Amazones. 

3. Z. consanguinea. Long. 8 mill.; lat. 3,5 mill. Ovata, 
angustior, Z. Santa colore affinis. Rostrum tenuius. Prothorax basi sub- 
truncatus, vitta laterali obliqua, perpendiculariter vittam infra lateralem 
attingente, transversa nulla. Scutellum non elevatum, elongatum. Elytra 
flavo-inordinatim guttulata. Pedes picei, femoribus posticis apice extus 
angulatim exsertis, intus bidentatis, anticis unidentatis. Pygidium lati- 
tudine longius, medio cinereo-vittatum. Abdomen vitta media dilatata. 
Cayenne. 

4. Z. interrupto-lineata. Long. 1114 mill.; lat. 55,5 mill. 
Oblongo-ovata , brunnea, subtus densius griseo-olivaceo-squamosa, 
pectoris lateribus, abdomineque nigro-maculatis ; supra, vitta apicali 
prothoracis vittisque tribus lateralibus griseo-squamosis. Rostrum basi 
profunde 4-sulcatum, validum, apice ampliatum. Prothorax transversus, 
basi rugosus, utrinque profunde sinuatus. Elytra basi separatim elevata, 
callis granulatis, apice non denticulata, irregulariter punctato-striata, 
interstitiis externis elevatis. Femora postica sub bidentata, antica uni- 
spinosa. Amazones. 



Seance du 14 mai 1890. LXXXI 

o. Z. anchorifera. Long. 6 mill.; lat. 2 mill. Oblonga, sat 
angusta, brunnea, subtus, prothoracis lateribus cum vitta media angmta 
cinerea, elytrorum maculis, et infra scutellum macula subancoriformi 
griseis. Rostrum brunneo-rubrum, medio uni - carinatum. Prothorax 
transversus, subquadratus, a latere sinuatus, angulis posticis rectis. 
Scutellum subtransversum, non elevatum. Elytra thorace latiora, apice 
non denticulata, sutura dense granulata. Femora postica et antica ante- 
rius spinosa, posterius dente lato obtuso, prxdita, intermedia dente 
postica obsoleta. Amazones. 

6. Z. lacrymosa (Jekel). Long. 67 mill.; lat. 2,52,8 mill. 
Elongata, angusta, violacea. Rostrum basi 4-sulcatum. Prothorax 
elongatus, antice sinuatim attenuatus, dense strigosus, vittis 3-discoida- 
libus, sinuatis, aliaque infra laterali sulphur eo-squamosis. Scutellum 
elongatum. Elytra basi evidentius punctato-striata, apice non denticu 
lata, vitta utrinque juxta-suturali, aliis paucis abbreviatis maculisque 
posterioribus flavescentibus, ornata; sutura basi elevata, serie granu- 
lorum integra. Pygidium sulcatum. Pedes elongati, femoribus posticis 
apice unco trifido prssditis, ititus 3-cwteris 2-dentatis. Cayenne, 
Amazones, Bresil. 

7. Z. angustula. Long. 6 mill.; lat. 2 mill. Z. histrio colore 
stibsimilis, angustior. Rostrum basi 4-sulcatum. Prothorax angustus, 
medio a latere subsinuatus, basi solummodo strigosus, vitla interna 
externss parallela, alia basali post medium abbreviata punctoque inte- 
riore cinereis, notata. Elytra infra scutellum non elevata, sutura postice 
distinctius granulata. Femora annulata, postica extus apice obtuse 
exserta, intus bidentata, extern uni-spinosa; tibise flavse basi et apice 
infuscatse. Amazones, Bresil. 

8. Z. muricata. Long. 6,5 mill.; lat. 3 mill. Ovata, ferru- 
ginea. Rostrum basi 4-sulcatum ac dense squamosum. Prothorax brevis, 
dense rugosus, basi bisinuatus, vitta laterali obliqua, flavescenti-squa- 
mosa, ornatus. Scutellum subtransversum. Elytra profundius striato- 
grosse-punctata, apice extus subtiliter crenulata, sutura posterius inter- 
stiliisque inordinatim muricatis, post medium fascia arcuata denudata, 
notata. Pygidium subtransversum. Pedes lineari, postici valde elongati, 
femoribus 2-cxteris 1-dentatis. Amazones, Bresil. 

9. Z. piuriguttata. Long. 67 mil!.; lat. 22,3 mill. Li- 



JOURNAL BIMENSOEL (Bulletin de la Societe entomol. de France), t890, n 10. 



LXXXII Bulletin entomolocjique. 

neari-elongata, purpurea, subtus dense albo-squamosa cum plagis a 
latere triangularibus , rostro-piceo, pedibus rubris. Rostrum profunde 
4-sulcatum. Prothorax subconicus, medio sinuatus, dense rugulosus, 
media subcarinatm, vitta laterali aliaque media angustiori sxpius inter- 
rupta, flavis, basi et ad angulos posticos griseo-squamosus. Scutellum 
subquadratum. Elytra thoracis latitudine, basi non elevata, apice extus 
non denticulata, distincte punctato-striata, sutura tota granulata, ma- 
culis subfasciatis, fasciaque subsellata, infra scutellum, griseis, ornata. 
Femora postica apice calcare intus %-dentato prxdita, tri-caetera bi-den- 
tata. Amazones. 

M. L. Bedel indique la synonymie de divers Coleopteres du nord 
de 1 Afrique, d apres les types de Fabricius : 

La diagnose d un Malachius de Mogador, decrit par Fabricius en 1798, 
Supplem. Ent. Syst., p. 71, m avait tou jours fait supposer qu il s agis- 
sait de 1 espece publiee depuis sous le nom de Malachius marginicol- 
Us Luc. Pour lever tous les doutes, au moment oii M. Elz. Abeille de 
Perrin entreprend la publication d une nouvelle Monographic de co 
groupe, je me suis adresse a M. le professeur Fr. Meinert et je lui ai 
envoye un exemplaire $ de M. marginicollis Luc., compare au type de 
Lucas, au Museum de Paris, en le priant de vouloir bien le comparer 
au type de Fabricius, dans la collection Lund, au Musee zoologique de 
1 Universite de Gopenhague. 

Voici la reponse que j ai regue du savant professeur : Ayant con- 
sciencieusement compare 1 insecte de votre envoi au type de Fabricius, 
je puis constater que 1 insecte etiquete Malachius marginicollis Luc. est 
Malachius abdominalis F. 

M. le professeur Fr. Meinert, a qui j avais soumis egalement des 
exemplaires des Cetonia cardui Gyll. et de C. aurata var. funeraria 
Gory, confirme absolument, d apres les types de Fabricius, la synonymie 
de Cetonia opaca F. (cardui Gyll.), telle que je 1 ai donne e recemment, 
Ann. Soc. ent. Fr., 1889, p. 89. 

Decision. M. le President rappelle quo, a la seance du 26 mars, plu- 
sieurs de nos collegues avaient depose une proposition concluant a ce 
que la Societe entomologique de France prit deux mois de vacances : 
aout et septembre, et, par suite, suspendit la publication de son Bulletin 
des seances durant cette epoque* 



Seance du 14 mai LMO. LXXXIII 

La proposition i ul renvoyee au Gouscil pour y <Mre oludiec. A la 
seance du 9 avril, M. E. Lefevre, rapporteur du Conseil, lut uu rapport 
dont les conclusions etaient les suivantes : 

En consequence, votre Conseil vons propose de decider qu a Vavenir la 
Societe entomologique de France, a Vinstar de la gene ralite des Socie tes 
savantes, suspendra chaque annce le cours de ses seances pendant les mots 
d aout et de septembre. 

Aux termes de 1 article 34 des Statuts et Reglement, la discussion de 
ce rapport fut renvoyee a un mois, c est-a-dire a la seance du 14 mai. 

La Societe est done appelee aujourd hui u se prononcer sur les conclu 
sions du rapport de son Gonseil. 

Lecture de ce rapport est donnee par M. le Secretaire. 

Apres une discussion, ou MM. M. Cayol, Ph. Grouvelle, E. Lefevre, 
R. de la Perraudiere, J. Gazagnaire premient la parole, la Societe adopte, 
a I unanimite, le principe de deux mois de vacances, rejette un amen- 
dement signe par MM. M. Cayol, P. Daguin, Ph. Grouvelle, A. Lamey, 
demandant a ce qu elles soient fixe es du 15 juillet au 15 septembre, 
pour donner aux Membres de province la facilite d assister a une seance 
pendant les vacances, et, a une tres grande majorite, adopte les conclu 
sions du rapport de son Conseil. 

En consequence, M. le President annonce qu a Vavenir la Societe en 
tomologique de France pendra deux mois de vacances : aoiltet septembre, 
durant lesquels la publication du Bulletin des seances sera suspendue. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Bulletin bibliographique 

Academie des sciences de Cracovie (Bulletin international), avril 1889. Q 

Annals and Magazine of Natural History, ser. VI, vol. 5, n 29. 
Col. G. SWINHOE. New species of Indian Butterflies. G. 0. WATER- 
HOUSE. New Scaraba3ida3 in the British Museum. ID. Further Des 
criptions of new Coleoptera of the family Scaraba3ida3 in the British 
Museum. 

Entomologische Nachrichten, XVI, 9, 1890. 0. SCHMIEDEKNECHT. Die 
Gattungen und Arten der Cryptinen revidirt und tabellarisch zusam- 



LXXXIV Bulletin cntomologique. 

mengestellt. G. KRAATZ. Ueber Cicindela maura und andcre. 
H. BEUTHIN. Ueber Varietiiten europaischer Gicindelen : VI. Cicindela 
flexuosa. - G. SCHAUFUSS. Ein neuer Pselaphid. E. BERGROTH. 
Lateiu oder nicht ? 

Feuille des Jeunes Naturalistes, n 235, 1890. DECAUX. Etude sur les 
Scolytus et Hylesinus. 

Koniglich Preussischen Akademie der Wissenschaften zu Berlin (Mathe- 
mathische Naturwissenschaftliche Mittheilungen), mars 1890. 

Natural History Society of Glasgow (Proceedings and Transactions), II, 
i. N 2. p. CAMERON. On the Parthenogenesis in the Hyme- 
noptera. ID. On the Occurence on Ben Lawers of Arenetra pilo- 
sella Gr. a Genus of Ichneumonida3 new to the British Fauna. 
J. P. X. KING. A Contribution towards a Neuropterous fauna of Ire 
land. 

Naturaliste (Le), l er mai 1890. P. CHRETIEN. Premiers etats des The- 
cla roboris. D r L. COSMOVICI. Organes secreteurs dans la serie 
animale. 

New York Academy of Sciences (Transactions}, IX, 1 et 2, 1889-1890. 

Reale Accademia dei Lincei (Atti), VI, 2 C sm., 5. 

Revue des travaux scientifiques, IX, 8, 9 et 10, 1888. 

Royal agricultural Society of England (Journal), III, I, n 1, 1890. 
E. A. ORMEROD. Annual Report for 1889 of the consulting Entomo 
logist (fig.)- Ouvrage offert par M. Jean Borie. 

Royal Society (Proceedings},^, 1886; 268, 269, 1888; 288, 1890. 

Schweizerischen entomologischen Gesellschaft (Mittheilungen) , VIII, 4, 
1890. E. FREY-GESSNER. Hymenoptera : Chrysidida?, II. D p STIER- 
LIN. Bemerkungen tiber Curculioniden. T. STEGK. Bestimmungs- 
tabelle der schweizerischen Arten der Grabwespengattung. 
D r STIERLIN. Coleoptera Helvetia?, p. 113-144 : Berichtigungen 
zur Fauna Coleopterorum helvetica. 

Sociedad cientifica Antonio Alzate (Memorias), III, n os 4, 5, 6, 
1890. 

Sociedad espanola de Historia natural (Anales), XVIII, 3, 1889. J. BO 
LIVAR. Enumeracion de los Grilidos de Filipinas. 

Societas entomologica, V, 2 et 3, 1890. A. KUWERT. Die Passaliden 
und ihre Monographic von Kaup. D r A. TROSKA. Ueber kiinstliche 



Seance du 14 mai 1890. LXXXV 

Ernahrung von Schmetterlings-Puppen. F. RUHL. Beitrag zur kri- 
tischen Sichtung der Melitaeen-Gruppe AthaliaRoll., Parthenie Bork. 
und Aurelia Nick. A. ROSSLER. Ueber einige Arten der Gattung 
Attagenus Latr. -- C. SCHMIDT. Schlesische Coleophoriden raupen 
und deren Sacke. K. ESCHERICH. Eine Excursion in das Pitz- und 
OEtzthal. E. FREY-GESSNER. Une nouvelle chasse au Bombus alpi- 
nus L. 

Societas entomologica Rossica (Hone), 1889, XXIII, 1889. RADOSZ- 
KOWSKY. Revision des armures copulatrices des males de la tribu des 
Chrysides (6 pi.). E. BRANDT. Sur Fanatomie des Sesies apiforme 
et tipuliforme (texte russe). Hemiptera heteroptera Sibirica (texte 
russe). Insecta a cl. G. N. Potanin in China et in Mongolia novis- 
sime lecta : B. JAKOWLEW : Genus Sphenoptera Solsky ; D r P. Mo- 
RAWITZ : Hymenoptera aculeata ; D r EPPELSHEIM : Neue Staphylinen ; 
T. TSHITSCHERINE i Genus Pterostichus ; E. REITTER : Clavicornia, 
Hydrophilida3, BruchidaB, TenebrionidaB ; J. WEISE : Ghrysomelidae 
et Coccinellida3 ; D r L. v. HEYDEN : ScarabseidaB, CantharidaB, Cle- 
ridaB, Lagriidae, Melandryidse, PedilidaB, AnthicidaB. ID. Beitrag 
zur Insectenfauna der OEstlichen Kirghisen-Steppe. J. WAGNER. 
Aphanipterologische Studien : I. Anatomie der Vermipsylla alacurt 
Schimk (5 pi.). - N. CHOLODKOWSKY. Ueber die Gauge der Borken- 
kafer. L. GANGLBAUER. Neue Cerambyciden aus Russland (Toxo- 
tus turJcestanicus und Hybometopia Starcki}. Insecta in itinere 
cl. N. Przewalski in Asia centrali novissime lecta : G. RYBAKOW : 
XIV. ChrysomelidaB et GoccinellidaB ; E. KOENIG : XV. Elaterida?. 
A. SEMENOW. Chlxnius lepidus et Oodes integer, especes nouvelles de 
TAsie russe. ID. Note sur le Chlsenius gracilicornis Jak. 
H. GHRISTOPH. Vorlaufige Diagnosen von sechs Lepidopteren des 
palsearctischen Faunengebietes. E. KOENIG. Neue Goleopteren aus 
Russland. Gen. 0. RADOSZKOWSKI. Faune hymenopterologique 
transcaspienne. J. SCHNABL. Contributions a la faune dipterolo- 
gique. A. SEMENOW. Diagnoses Coleopterorum novorum ex Asia 
centrali et orientali, I. - H. DRIEDZIGKI. Revue des especes euro- 
peennes du genre Phronia Winnertz, avec la description des deux 
genres nouveaux Macrobrachius et Megophthalmidia (10 pi., 19 fig.). 
D r P. MORAWITZ. Hymenopterologische Mittheilungen. 

Socie te des sciences historiques et naturelles de I Yonne (Bulletin), XLIII, 

1889. 



LXXXVI Bulletin mtomologique. 

Socie te d etude des, sciences nature-lies de Nlmes (Bulletin), XVIII, 1, 
1890. O 

Socie te d etudes scientifiques d Angers (Bulletin), 1890. GALLOIS. 
Catalogue des Coleopteres de Maine-et-Loire, 2 e partie. D r L. BU 
REAU. Note sur deux nouveaux Dalmanites des schistes ardoisiers 
d Angers (2 pi. n.). GALLOIS. Notice necrologique sur Lucante. 

Socie te entomologique de Belgique, Compte rendu du 5 avril 1890. 
W. L. DISTANT. Ethiopian Rhynchota in the collection of the Brus 
sels Museum. A. FOREL. Fourmis de Tunisie et de 1 Algerie 
oriental e. GANDEZE. Description de I Alaus Platteeuwi. A. PREU- 
DHOMME DE BORRE. Annotations aux listes de Coleopteres carnassiers 
indigenes. 

Socie te acade mique franco-hispano-portugaise de Toulouse (Bulletin), X, 
I, 1890. O 

Socie te imperials des Naturalistes de Moscou : 1 Bulletin, 1889, 2. 
Gen. 0. RADOSZKOWSKI. Notice sur le genre Bombus. 
2 Nouveaux Memoires, XX, 6, 1889, Q 

Socie te Linne enne du Nord de la France (Bulletin mensuel}, IX, 204, 205, 
1889. L. CARPENTIER. Contributions a la faune locale. 

Terme szetrajzi Filzetefc Madjaa niagyar nemzeti Muzeum, XII, 1889. 
D r DADAY JENO. A magyar nemzeti Muzeum idegenfoldi Myriopodai 
(2 pi.). J. FRIWALDSKY. Coleoptera in Expedilione D. Comitis 
Bela3 Szechenyi in China, precipue boreali, a Dominus Gustavo 
Kreitner et Ludovico Loczy anno 1879 collecta. 

Wiener entomologische Zeitung, IX, 8, 1890. E. BRENSKE. Die Arten 
der Gattung Triodonta Muls. (Melolonthidarum Genus). K. ESCHE- 
RISCH. Revision der behaarten Meloe-Arien der alten Welt. J. BIGOT. 
Note. D r DALLA TORRE. Hymenopterologische Notizen. D r L. v. 
HEYDEN. Ueber Epicauta bicolor Fisch., armeniaca Fald. und di- 
chroa. E. REITTER. Coleopterologische Notizen, XXXV. E. SIN- 
TENIS. Eine neue Agromizine, Phytomyza Ursula, n. sp. 



ATKINSON (E. T.). Catalogue of the insecta, n 2 : Rhynchota, Capsida? 
(Journ. Ass. Sc. Beng.), 1889, 200 p. * 

ID. Indian Hemiptera : family Pentatomida3, Utres et tables (loc. ciU), 

1887-1889. * 



Seance du 28 mai 1890. LXXXVII 

ATKINSON. Catalogue of the Insecta of the Oriental region : Goleoptera ; 

CarabidaB (loc. cit.), 1889, 126 p. * 
BERG (G.). Enumeracion sistematica y sinonimica de los Formicidos ar- 

gentinos, chilenos y uruguayos (An. Soc. cient. Arg.), 1890. * 
BUCKTON (G. B.). Monograph of the British Cicada? or Tettigidaa, II, 

1890, 52, p., 9 pi. col. * 
CASEY (Tn. L.). Coleopterological Notices, I, with an Appendix on the 

Termitophilous Staphylinidaa of Panama (Ann. N. Y. Ac. Sciences, 

V), 198 p. * 
GARMAN (H.). A preliminary Report on the Animals of the Waters of 

the Mississipi Bottoms, near Quincy, 111. (111. St. lab. Nat. Hist.), 

1889, 53 p. * 

HOFMAN (E.). Die Raupen der Schmetterlinge Europas (numero speci 
men), 1, 1890, 2 pi. col. * 
LINTNER (J. A.). Some Pests of the Pomologist (Am. Pom. Soc. Rep.), 

1887, 13 p. * 

MAC COY (FR.). Prodromus of the Zoology of Victoria, XIX, 1889. Q * 
MEYER (A. B.). Nekrolog auf Theodor Kirsch (K. Zool. Anthrop. Ethn. 

Mus. Dresd.), 1889, 7 p., portrait. * 
MULSANT (E.). Histoire naturelle des Coleopteres de France : Vesicants, 

1867 ; Mollipennes, 1862. Don de M. E. Abeille de Perrin. 
SCUDDER (S. H.). The fossil Butterflies of Florissant (U. S. geol. Surv., 

Ann. Rep., 1886-87), 36 p., 2 pi. n. * 

A. L. 



Seance du 8 mat 1S9O 

Presidence de M. P. MABILLE 

MM. A. Lameere, Secretaire general de la Societe entomologique de 
Belgique, L. Demaison, de Reims, E. Olivier, de Moulins, assistent a la 
seance. 

Necrologie. M. le President annonce la mort de M. L. Reiche, membre 
fondateur de la Societe entomologique de France, membre honoraire 
depuis 1874. 



LXXXVIII Bulletin enlomologique. 

Notre collegue est decode le 16 mai 1890, dans sa quatre-vingt- 
onzieme annee, a la maison de retraite des freres Galignani, a 
Neuilly. 

L. Reiche etait le doyen des coleopteristes francais, le dernier survi- 
vant francais des membres fondateurs de la Societe entomologique de 
France, dont 1 origine, comme on le sail, remonte a 1832. 

En quelques mots, le President enumere les services rendus parnotre 
regrette collegue a 1 Entomologie et a la Societe. 

M. Gh. Brisout de Barneville, membre honoraire, est designe par la 
Societe pour faire la notice necrologique de M. L. Reiche. 

M. le Secretaire inforrne la Societe que, des qu il apprit de notre 
collegue M. A. Salle, Fun des vieux amis de L. Reiche, la nouvelle du 
deces de notre membre honoraire, il envoya a la plupart des membres 
de la Societe une lettre de faire part portant le timbre du Secretariat. 
La Societe entomologique de France remplacait ainsi la famille eteinte 
de L. Reiche et revendiquait 1 honneur de rendre les derniers devoirs 
a 1 un de ses membres les plus devoues. 

Dans cette penible circonstance, le concours arnical de M. A. Salle 
repondit a toutes les exigences imposees, et L. Reiche, accompagne de 
ses vieux amis, d un certain nombre des membres de la Societe, fut 
inhume, le 19 avril 1890, au cimetiere Montmartre (Nord), ou il possede 
un tombeau de famille. 

En 1 absence des President et Vice-President, empSches, M. le Secre 
taire a prononce sur la tombe de L. Reiche le discours qui suit : 

Messieurs, 

En quelques mois, la Societe entomologique de France est frappee 
d une facon cruelle. La mort lui ravit coup sur coup bien des membres 
et des meilleurs encore : L. Buquet, J.-G. Puls, Th. Goossens, J. De- 
lahaye, V. Signoret, E. Desmarest, J.-S. Baly, il y a quelques jours a 
peine, 1 abbe S.-A. de Marseul, aujourd hui, L. Reiche, un de ses membres 
fondateurs, membre honoraire depuis J874. 

De 1832, epoque de la fondation de la Societe entomologique de 
France, il ne reste plus parmi nous que M. Poey, doyen de 1 Universite 
a la Havane. 

L. Reiche est mort dans sa quatre-vingt-onzieme annee. Si cette 
longue duree dans 1 existence peut <Hre consideree comme une conso 
lation concedee par la nature, nous ne potivons pas nous faire a Pidee 



Seance du 28 mai 1890. LXXXIX 

de cette separation sans eprouver un grand serrement de coeur, ime 
profonde tristesse. 

C est que la vie de Reiche a ete intimement liee a celle de la Societe 
entomologique de France ; c est qu il 1 aima avec passion et qu il lui 
consacra son travail et son de vouement. 

L. Reiche etait un entomologiste descripteur. Dans son premier me- 
moire, paru dans nos Annales en 1838, il montrait ce qui devait le 
caracteriser par la suite dans notre science, un esprit de patiente et 
consciencieuse observation. G etait un ardent entomologiste, toujours 
a la recherche de fails nouveaux, toujours actif a reunir des materiaux 
d etude et a accroitre une collection remarquable, dont malheureuse- 
ment il fut oblige de se defaire dans les dernieres annees de sa vie. 

Nos publications contiennent de nombreuses notes de lui, presque 
toutes consacrees a 1 entomologie descriptive, quelques-unes a la saine 
critique, quelques-unes encore a 1 etude des metamorphoses. 

Je n insiste pas sur 1 importance de 1 oeuvre scientifique de L. Reiche. 
Les entomologistes descripteurs la jugeront et 1 apprecieront a sa juste 
valeur. 

Je ne veux retenir ici qu un des cotes les plus saillants de notre re- 
grette membre honoraire : sa grande generosite. Dans bien des occa 
sions, il la temoignat a 1 endroil de ses collegues. Ceux qui 1 ont connu, 
qui ont vecu dans son intimite, savent qu il n hesita jamais, alors qu il 
etait dans une grande aisance, a la t&e d une maison de commerce flo- 
rissante, riohe et recherche, a rendre de ces services qui attestent 1 ele- 
vation des sentiments. 

Depuis, les revers de fortune vinrent ; surement, dans les causes qui 
les amenerent, nous en trouverions une dans ces sentiments de gene 
rosite qui caracterisaient notre sympathique collegue ? Avec courage, il 
supporta le changement bien penible d une situation aise e a une situa 
tion qui lui laissait entrevoir presque la misere pour ses vieux jours ; 
c est que, dans ce moment critique, il trouva aupres de lui ses collegues, 
ses amis, et qu il recolta, au sein de la Societe entomologique de France, 
un peu de ce qu il avail seme : estime, affection, reconnaissance. 

Si dans le sentiment de solidarite qui nous unit, Messieurs, il y eut 
pour L. Reiche appui et force morale qui lui permirent de supporler 
les revers de la fortune, pour la Societe enlomologique de France il y 
eut la grande satisfaction de prouver sa profonde reconnaissance a 1 en- 
droil d un de ses membres qui lui furent le plus devoues. 

Mes chers collegues, en le maintenant forl el indestructible ce senti- 



xc Bulletin entomologique. 

ment de solidarite, nous travaillerons avec fruit pour la science entomo- 
logique que L. Reiche a aimee avec tant de passion, et nous honorerons 
la memoire de ceux qui, comme Reiche, ont contribue pour line si 
grande part a le developper des la naissance m6me de la Societe, 
des 1832. 

Adieu Reiche ! Vos collegues et vos amis se souviendront. Nous ne 
vous oublierons pas. Vous avez aime la Societe entomologique de France, 
au nom de la Societe entomologique de France, je vous donne le dernier 
adieu ! 

M. le Secretaire fait part a la Societe de la mort de MM. : 

Karl Letzner, Rector, president de la Societe de Silesie, membre de 
la Societe entomologique depuis 1869, decode, le 15 decembre 1889, a 
Breslau, agede soixante-dix-huit ans. Notre collegue a etudie principa- 
Icment les larves de Coleopteres : il en a decrit pres de 300. 

Wladimir Dokhtouroff, officier de la garde imperiale russe, membre 
de la Societe entomologique depuis 1880. Notre collegue s etait occupe 
surtout des Cicindelides. 

Angel Gonzalo y Goya, membre de la Societe entomologique depuis 
1873. 

Correspondance. M. le President communique une circulaire emanant 
de Y Association francaise pour I avancement des sciences. Gette circulaire 
informe la Societe entomologique de France que le 19 e Congres de 
1 Association sera tenu a Limoges du 7 au 14 aout. Elle prie la Societe 
de s y faire representer : une carte d admission aux stances est mise a 
sa disposition. 

Le president de la 10 e section (Zoologie, Anatomie et Physiologie) est, 
cette annee, notre ancien president, M. J. Kunckel d Herculais. 

M. le Ribliothecaire informe ses collegues que la Societe entomo 
logique russe vient de lui adresser, sur sa demande, ses volumes de 
1867, 1876, 1877 et 1880, qui manquaient a la bibliotheque. 

La Societe vote des remerciements a Padresse de la Societe entomo 
logique russe et charge son Bibliothecaire de les lui transmeltre. 

Admission. M. A. Thery, viticulteur, a Saint-Charles, pres Philippe- 
ville, departement de Constantine (Coleopteres), presente par M. L. Bedel. 
Commissaires rapporteurs : MM. M. Gayol et G.-E. Leprieur. 



Seance du 28 mat 1890. xci 

Tmvaux e crits. M. Ignacio Bolivar, professeur d entomologie a 1 Uni- 
versite de Madrid, adresse, par I iiitermediaire de M. G.-A. Baer, un 
travail, avec figures, intitule : Voyage de M. E. Simon cm Venezuela, 
decembre 1887 avril 1888, Orthopteres, par Ignacio Bolivar. 

L auteur enumere 20 especes, dont 1 genre nouveau et 7 especes nou- 
velles. 

Notre coilegue fait don a la Societe des six cliches qui doivent illustrer 
son travail. 

La Societe vote des remerciements a M. Ignacio Bolivar. 

Communications. M. M. Pic, de Digoin, cnvoie la description d un 
Longicorne nouveau : 

Phytoecia griseipes. Noir, allonge, assez etroit, un peu plus 
large ?, revetu de duvet grisatre. Tete pointillee, garnie sur le front de 
poils assez nombreux. Prothorax court, assez pointille, peu poilu, ar- 
rondi au milieu, un peu retreci en avant et a la base, orne d une tache 
rouge punctiforme au milieu, pres du bord anterieur, et d une trainee 
grise en dessous de cette tache jusqu a 1 ecusson. Ecusson arrondi, 
revetu de duvet gris, e pais. Elytres tres ponctue s, gris, vaguement 
bronzes, a peine plus larges que le corselet a la base, tres attenues a 
1 extremite d*, presque paralleles ?, peu echancres. Antennes grises. 
Pattes grises, a 1 exception des genoux anterieurs d un rouge brun, 
quelquefois une trace brunatre sur la premiere moitie des tibias ante 
rieurs. Dessous du corps revetu entierement de duvet gris. Long. 
89 mill. Algerie (province d Alger). 

Cette espece se rapproche de P. Gaubili Muls. par ses pattes ante- 
rieures et la trace grise mediane du prothorax et de P. virgula Charp. 
par sa forme allongee, sa tache rouge du devant du prothorax. Elle se 
distingue facilement de la premiere par ses pattes anterieures presque 
toutes noires, a peine rouges aux genoux, son prothorax sans lignes 
blanches sur les cotes, par sa forme moins trapue, la ponctuation des 
elytres plus forte, les epaules droites au lieu d etre legerement saillantes 
en avant, et plus nettement encore de la deuxieme par son abdomen et 
ses cuisses noirs. 

J avais d abord pense" que ce Phytoecia etait P. peregrina Reiche, qui, 
d apres sa description (Soc. ent. Fr., 1877, Bull., p. cxxxv), me parais- 
sait constituer une espece bien tranchee ; mais P. peregrina ayant e"te 
(Catalogue de Marseul) reuni a P. Gaubili Muls. par M. Ganglbauer, 
sous une telle autorite, j ai cru devoir renoncer a cette idee. 



XCH Bulletin entomologiquc. 

M. A. Grouvelle communique les deux diagnoses qui suivent : 

Hopliota atrata. Depressa, elongata, parallela, nigricans, protho- 
race subopaco, dense punctato, subquadrato, basin versus angustato, 
lateribus integris, angulis anticis dentatis, margins antico arcuato ; ely- 
tris striato punctatis, lateribus plicatis ; mandibulis obtuse dentatis. 
Long. 5 mill. Madagascar. 

Cette espece est voisine des U. cinnamomea et quadraticollis Fairm.; 
elle s en distingue par sa coloration noiratre, par la courbure de la marge 
anterieure du prothorax, qui rejette en arriere les epines des angles an- 
terieurs, et enfin par 1 absence de strie ponctuee le long des carenes late- 
rales des elytres. Les points, le long de ces carenes, sont disposes en 
ligne ; mais, en raison de leur developpement lateral, ils font dispa- 
raitre la strie qui existe chez les U. cinnamomea et quadraticollis. 

Telephanus spinosus. Niger, subnitidus, duobus ultimis arti- 
culis antennarum, basi femorum tarsisque testaceis ; capite transverso, 
oculis ante angulos posticos sitis ; prothorace quadrato, basin versus an 
gustato, lateribus dentatis; elytris prothorace latioribus, punctato stria- 
tis; mas femoribus tibiisque posticis intus dentatis. Long. 6 mill. 
Madagascar. 

Gette espece est voisine de T. armatus Grouv.; elle s en distingue par 
la couleur claire des deux derniers articles des antennes et de la base 
des pattes et par la dent interieure des tibias posterieurs des males. 

Ges deux insectes m ont ete communiques par M. Schaufuss. 

M. E. Ragonot envoie les notes suivantes sur les Pyralites : 

1 Paraponyx obnubilalis Ghv. C est a tort que cette espece a ete 
placee dans ce genre ; elle n appartient pas aux BOTYDINAE, mais a la 
sous-famille des ENDOTRIGHIINAE Rag., qui, comme la sous-famille des 
PYRALIDINAE Rag., se distingue de suite des BOTYDINAE par la disposi 
tion de la nervuro 7, toujours combinee avec les nervures 8 et 9, par- 
fois avec 10, aux ailes- superieures ; pendant que les ENDOTRIGHIINAE 
se separent des PYRALIDINAE par le caractere de la reunion des ner 
vures 7 et 8 aux ailes inferieures, alors que, chez ces dernieres, ces 
nervures sont separees. 

P. obnubilalis est voisin du genre Diploseustis Meyr., mais la forme 
singuliere des palpes, la nervure 5 tres ecartee de Tangle des ailes infe 
rieures, pendant que 3 et 4 naissent d un point, m engagent a le placer 
dans un genre special, que je nommerai Alpherakia. 



Seance du 28 mat 1890. xcm 

2 Stemmatophora obsoletalis Mil. (= corsicalis Gn. non Dup.) n est 
pas un veritable Stemmatophora, les palpes etant ascendants, recourbe s, 
les nervures 4 et 5 aux deux ailes tigees ; j en fais le type de mou 
genre Therapne. 

3 Guenee ayant, avec raison, etabli un genre special pour Cledeobia 
pertusalis Hb., a eu la bizarre idee de le nommer Eurrhypis, nom deja 
employe par Hubner pour un genre que Guenee a debaptise a tort et 
appele Threnodes. Nous retablissons le genre de Hubner et proposons, a 
la place de Eurrhypis Guenee, le nom de Trelopteryx. 

4 Le type du genre Asopia de Treitschke etant nemoralis Hb., type 
du genre plus ancien Agrotera Schrank, je distribue les especes du 
genre Asopia Tr., H.-S. en quatre genres, qu on peut distinguer comme 
il suit, d apres la nervulation des ailes superieures et les palpes la- 
biaux : 

A. Nervures 8 et 9 tigees de 7. 

1. Palpes labiaux ascendants . . , Pyralis farinalis L. 

2. Palpes labiaux obliques, deuxieme article 

deflechi Orthopijgia (Rag.) glaucinalis L. 

AA. Nervures 8 et 9, 1 une apres 1 autre, tigees 

de 7 Hypsopygia costalis F. 

AAA. Nervures 6 et 7 brievement tigees, Set 9 ti 
gees de Tangle de la cellule. . Bleone (Rag.) fulvocilialis Dup. 

5 Massilialis Dup. ne peut rester dans le genre Hypotia, en diffe rant 
par la presence de stemmates, la forme des palpes, les nervures 8 et 9 
tigees, et non Tune apres 1 autre, de 7 ; je propose done, pour cette 
espece, le nom generique de Palmitia. 

6 Le genre Xestula Snell. appartient aux PYRALIDINAE, pendant quo 
le genre Amphibolia Snell. doit etre place parmi les GRAMBIDAE. 

M. Gh. Brongniart presente quelques observations relatives au de- 
veloppement de Cemonus unicolor F. : 

J ai eu 1 occasion de trouver, en aout et septembre 1889, poussant 
dans des clairieres tourbeuses de la foret de Montmorency et de la foret 
de Gisors (Eure), des tiges de roseau coinmun, Arundo phragmites L., 
renflees en forme de fuseau a 1 extremite, 

Ayant enleve les feuilles qui engainaient le renilement et Tayaut 
coupe longitudinalement, je remarquai que les parois de la tigft e taient 



xciv Bulletin entomologique. 

tres e paissies ; 1 iiiterieur pre sentait un canal oil do jeunes larves d Hy- 
menopteres etaient se parees par des cloisons a concavite inferieure. 

II y a quelques jours, des insectes vinrent a eclore ; je les montrai a 
M. le professeur Perez, qui se trouvait an Laboratoire d Entomologie du 
Museum ; il reconnut de suite des Cemonus. Le Museum possede la col 
lection du D r Giraud, et je pus determiner 1 espece, Cemonus unicolor F. 
Le D r Giraud avail precisement observe cet insecto et en avail decril la 
nidification (1). 

Cemonus unicolor F. a une syuonymie qui me rite d etre rappele e : 

= Pelopaeus unicolor F. = Crabro unicolor Panz. = Comonus uni 
color Dahlb. = Pemphredon unicolor Duf. et Perris. 

Ce n est pas Cemonus, au dire du D r Giraud, qui produit la galle, c est 
un peiit Diptere, Lipara lucens. Le Diptere e clot et abandonne sa re- 
traite ; Cemonus s en empare et y depose ses oeufs, separes les uns des 
autres par des cloisons, appro visionnant chaque loge, dit le D r Giraud, 
avec des Pucerons. 

Je n ai pas trouve de Pucerons daiis les loges ; mais, a cause de la 
saison avancee, les larves avaient sans doute tout devore et etaient sur 
le point de se transformer en nymphes. 

Le D r Giraud dit que Cemonus unicolor se rencontre dans des tiges 
seches de Ronce, dans les branches de Sureau, dans les galles aban- 
donnees par les Cynips et dans les vicilles deformations fusiformes du 
Roseau produites par Lipara lucens. 

Mais Cemonus unicolor a lui-meme des parasites. Le D r Giraud en cite 
trois, dont deux Hymenopteres et un Diptere : Mesoleius sanguinicol- 
lis Gr., Omalus auratus Dahlb.; Macronychia anomala Zett. 

Plusieurs des tiges renflees que j ai trouvees ne contenaient plus de 
larves de Cemonus. Celles-ci etaient remplacees par une grosse larve de 
Diptere, qui maintenant est en pupe. Je ne puis done encore dire a 
quelle espece elle appartient. Peut-etre donnera-t-elle une espece du 
genre Macronychia ? 

En resume, Cemonus utilise la galle d un Diptere, Lipara, et, a son 
tour, est victime d un parasite Diptere. 

(1) J. GIRAUD, Memoire sur les Insectes qui vivent dans le Roseau commun, 
Phragmites communis Trin. (Arundo phrdgmites L.), et plus specialement sur 
ceux del ordre des Hymenopteres. Verhandl. der K. K. zool. botan. GeseL 
Wien, XIII Bd., 1863. 



Sea-nee du 28 mat 18UO. xcv 

M. L. Demaison, de Reims, dit qu il a trouve, a la fin du mois d aout 
1888, un Micro-Lepidoptere, ACROLEPIA GRANITELLA Tr., dans Finterieur 
de la grotte du Loup, a Lourdes, a environ quinze metres de 1 ouver- 
ture. Les individus de cette espece etaient extremement noinbreux, et 
formaient un veritable essaim, pose sur les parois de Fetroit couloir qui 
sert d entree a la caverne. J ignore ce qui les avait attires et reunis en 
cet endroit. 

II n y a pas, a proprement parler, de Lepidopteres cavernicoles, mais 
certaines especes cherchent volontiers un abri momentane dans les 
grottes oti les caves. On rencontre frequemment, dans ces conditions, 
Gonoptera libatrix; il en est de meme de plusieurs Phalenes du genre 
Scotosia et de quelques especes de la famille des Delto ides. Ges moeurs 
n ont pas ete coustatees jusqu ici, a ma connaissance, pour Acrolepia 
granitella. 

La chenille de ce Lepidoptere se nourrit, suivant Heinemann, des 
feuilles de Buphthalmum cordifolium et dePulicaria dysenterica Gaertn. 
Je n ai point observe si ces plantes existaient aux abords de la grotte. 

M. G. Odier donne communication des faits suivants : 

Des recherches assez suivies m ont procure, dans ces derniers temps, 
plusieurs especes d Hydrocanthares dont la capture offre quelque inte- 
ret au point de vue de la distribution geographique des insectes aqua- 
tiques de France et plus particulierement dans la region parisienne. 

Notre collegue M. le D r Regimbart a bien voulu, avec sa complaisance 
habituelle, verifier les determinations qui me laissaient des doutes, Je 
puis done, sans crainte, affirmer Fidentite des especes qui meritent sur- 
tout d etre signalees et dont voici remuneration : 

Brychius elevatus Panz. Tres commun dans le Sausseron, vallee de 
Nesles (Seine-et-Oise) ; n avait pas encore ete trouve dans ce departe- 
ment, a ma connaissance. 

Hydroporus latus Steph. Valmondois, dans le Sausseron, en fouillant 
les berges avec le troubleau, pen abondant. Meme observation que 
pour Br. elevatus. H. rufifrons Duft. Assez commun dans un fosse 
herbeux, a Vallangoujard (vallee de Nesles), en avril dernier. H. elon- 
gatus Sturm. Deux exemplaires avec le precedent. On n en connaissail 
point de capture bien authentique des environs de Paris ; a ete pris 
dans la Somme (E. Boullet), d apres la Faune du bassin de la Seine de 
M. L. Bedel. 



xcvi Bulletin entomologique. 

Agabus nnguicularis Thorns. Une dizaine d individus dans un petit 
fosse du niarais de Favieres, entre Rue et Noyelles (Somme), avril 1890. 
Espece tres recemment decouverte dans le bassin de la Seine. M. Rc- 
gimbart m ecrit qu il en possede un exemplaire capture 1 annee derniere 
au marais d Heurteauville, pres Jumieges (Seine-Inferieure), et qu il en 
possedait deja un de la Somme. A. striolatus Gyll. J en avais pris un 
exemplaire, en juillet 1887, a Valmondois, et, depuis lors, je le recher- 
chais vainement, quand, il y a peu de jours, j en ai retrouve une dou- 
zaine d individus dans des fosses herbeux de la vallee de Nesles, tant a 
Nesles meme qu a Vallangoujard. On sait que striolatus est une espece 
de 1 Europe septentrionale ; on n en connaissait que quelques exemplaires 
francais : Lille (Leprieur), la Ferte-Milon (Sedillot), 1 ex. A. neglec- 
tus Er. Abondant, au printemps, dans une mare pres d Auvers-sur- 
Oise (Seine-et-Oise). N avait ete pris auparavant qu une ou deux fois 
aux environs de Paris ; indique notamment de Chenevieres-sur-Marne 
(Bedel), ou il etait abondant en 1876. A. Erichsoni Gemm. et Har. 
nigroxneus Er.; probablement identique a subtilis Er. Abondant, en 
juin 1889, dans les mares du bois de Verrieres, pres du Petit-Bicetre ; 
retrouve, a la memo epoque, dans une mare des bois de Meudon, oil il 
avait ete deja indique par M. Guede. 

Gyrinus urinator Illig. Pris une fois a Valmondois ; n avait pas ete 
signale, que je sache, en Seine-et-Oise. 

M. G. Odier signale egalement la capture de deux Garabiques tres 
peu repandus dans nos regions : 

Calosoma auropunctatum Herbst. Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais), 
en aout ; tres rare dans les prairies derriere la zone des dunes. 
Dyschirius Iceonisculus Putzeys. Deux exemplaires a Valmondois. 

M. H. Lucas depose la note suivante : 

Le Museum a rec.u recemment une nidification rencontree a Mapiri, 
en Golombie. Elle figurait a 1 Exposition universelle de 1889. 

D apres 1 exposant, M. E. Caussin, ce Guepier, que j avais remarque 
dans une de mes visites a 1 Exposition, ne serait pas rare et se trouve- 
rait particulierement dans les plantations de Quinquinas. 

Gette nidification pese 450 grammes. Elle rappelle un peu, par sa 
forme, celle que j ai decrite et figuree in Ann. Soc. ent. Fr., 1879, 
p. 370, pi. 9, fig. 3, et qui a ete rencontree riou loin des rives du Ma- 
roni. 



Seance du 28 mai 1890. xcvu 

L exemplaire que je fais passer sous les yeux de mes collegues est 
plus grand, plus solidement etabli et suspeudu a une branche de Quin 
quina qui la traverse de part en part ; cette demeure entoure cette 
branche sur une longueur de 8 centimetres et represente un anneau 
tubuliforme dont 1 epaisseur et la solidite sont considerables, avec un 
des bourrelets beaucoup plus grand et plus saillant. Elle mesure en 
hauteur 18 centimetres et egale en largeur 13 centimetres environ. 

Esperant rencontrer les constructeurs de cette nidification, qui appar- 
tient au groupe des Phragmocyttares de M. de Saussure, j ai secoue le 
nid dans tous les sens ; mais je n ai obtenu que des debris d une Blat- 
taire, Periplaneta orientalis, dont un individu a 1 etat de nymphe. 

Lorsqu on etudie comparativement ce guepier avec celui que j ai de- 
crit et figure, on remarque que la terre gachee qui forme 1 enveloppe 
externe est moins friable, plus dense, sensiblement plus dure et que les 
cailloux ou grains de sable, dont la surface est couverte, sont plus nom- 
breux, plus serres, plus gros et sensiblement plus saillants. 

Cette demeure, remarquable par sa perfection, qui met a 1 abri tous 
ses habitants, en ce sens qu elle peut resister a la pluie, au vent, enfm 
a toutes les variations atmospheriques, rappelle un peu aussi celle de 
Polybia marietta Luc., loc. cit., p. 369, pi. 9, fig. 2; mais, les renseigne- 
ments relatifs aux conditions dans lesquelles elle a ete renconlree faisant 
defaut, je ne puis rien preciser a ce sujet. II est aussi a remarquer que 
Tentree de cette nidification est etrcite, beaucoup plus longue que large, 
car elle egale en longueur 3 centimetres et ne mesure en largeur que 
8 millimetres, avec le bourrelet qui la protege tres epais et arrondi a ses 
deux extremites ; quant aux apophyses epineuses presentees par 1 enve 
loppe externe, elles sont moins nombreuses et surtout moins sail- 
lantes. 

Le constructeur de ce guepier m est inconnu ; il doit, sans aucun 
doute, appartenir au groupe des Gu6pes sociales et a une espece du 
genre Polybia, tres probablement voisine de celle que j ai decrite et 
figuree sous le nom deP. emaciata Luc., loc. cit., p. 364, pi. 9, fig. 1. 

M. Serge Alpheraky, de Saint-Petersbourg, envoie la note sui- 
vante : DE L OLFACTION CHEZ LES LEPIDOPTERES : 

Certains naturalistes pensent que les antennes des Lepidopteres sont 
des organes servant au toucher et a Pouie, d autres supposent, comme 
Reaumur, le premier, qu elles pourraient bien, en meme temps, servir 



JOURNAL BIMENSUEL (Bullctiu de ia Societe entomol. de France), 1890, n 11. 



xcvni Bulletin mtomologique. 

a Foil action. Pour les premiers, cette derniere opinion n a pas a son avoir 
de preuvcs suffisantes. 

Chez les Lepidopteres, les antennes me paraissent etre des organos 
essentiellement olfactifs, ce qui, peut-etre, ne les empecherait pas d etre 
aussi des organes, soit du toucher, soit de 1 oui e, soil des deux sens a 
la fois. Mais, personnellement, je ne crois pas que les antennes soient 
des organes du toucher chez les Lepidopteres, car, jusqu ici, je n ai pas 
pu trouver un seul fait a Pappui de cette hypothese. 

Si dans beaucoup de Lepidopteres, parmi les Rhopaloceres, les Sphin- 
gides, les Noctuelites, les Geometres, etc., la difference entre les an 
tennes des males et celles des femelles n est que legere, elle est tres 
manifeste chez un grand nombre d autres Lepidopteres appartenant 
aussi a ces divisions, souvent au meme genre. Ge sont generalement 
les antennes des males qui se developpent davantage, qui se garnissent 
de cils, de plumules, de lamelles, et qui, dans certains genres de Ti- 
neides, Adela, Nemotois, depassent de plusieurs fois en longueur celles 
des femelles. 

Jusqu ici, dans la meme espece, Ton n a pas observe de developpe- 
ment antennaire en faveur de la femelle ; il ne le sera probablement 
jamais ; pas plus qu il ne sera decouvert des especes chez lesquelles la 
femelle soit ailee et le male semi-aptere ou totalement prive d ailes. 

Nous trouvons, parmi les Noctuelites, des especes chez qui les diffe 
rences antennaires sont insignifiantes, presque nulles, simplement une 
ciliation plus longue ou plus dense dans le male, et, a cote, des especes 
voisines, appartenant indubitablement aux memes genres, oil les an 
tennes des males sont fortement pectinees, celles des femelles restant 
filiformes, avec ou sans ciliation. 

En etudiant avec soin toute une serie de cas analogues, nous remar- 
querons que le plus grand developpement des antenues, dans les Noc 
tuelites, coincide, le plus souvent, chez la femelle, avec une certaine lour- 
deur due a une obesite plus ou moins grande, par suite avec une aptitude 
moindre pour le vol. Dans bien des cas aussi ce peu d aptitude pour le 
vol est, en meme temps, du a une brievete des ailes. Ainsi, dans le 
genre Agrotis, chez le male, nous avons le plus grand developpement 
antennaire dans les especes obesa, crassa, fatidica, et nous savons que 
les femelles de ces especes ont peu de dispositions pour le vol, a cause 
de leur pesanteur, celle de A. fatidica etant, en outre, semi-aptere. 

Dans la nombreuse tribu des Bombycites, nous constatons que le 
developpement tres considerable des antennes, chez les males, devient la 



Seance du 28 mat 189U. xcix 

regle. Aussi est-ce dans les Bombycites que nous trouvons une grande 
proportion de femelles a abdomen lourd et a aptitudes pour le vol me- 
diocres ou nulles. La famille des Psychides est un exemple frappant des 
rapports qui existent entre le developpement des antennes masculines 
et 1 atrophie, chez les femelles, non seulement des ailes, mais aussi des 
pattes et des autres organes, atrophie qui rend celles-ci souvent inca- 
pables d aucun mouvement volontaire et les assimile a de simples sacs 
remplis d oBufs. 

Toutes les fois que nous observons des femelles semi-apteres, dans 
les Geometres, nous pouvons conclure que les males de ces especes ont 
des antennes considerablement developpees ; exemples : les genres 
Gnophos, Anisopteryx, Imitator, etc. 

Je pourrais enumerer un plus grand nombre de fails analogues ; mais 
ceux que je viens d indiquer suffisent pour le but que je me propose 
d atteindre. 

Dans les cas ou la difference des antennes, chez les males, ne repond 
pas, chez les femelles, a une inaptitude plus ou moins grande pour le 
vol, il y a a rechercher une autre cause de Putilite ou de la necessite de 
ce developpement antennaire. 

Oxytripia orbiculosa Esp. peut nous servir d exemple. Les deux 
sexes de cette espece sont egalement bien conformes pour le vol et le 
corps de la femelle n est guere plus robuste ni plus lourd que celui du 
male ; mais nous noterons , comme particularite de la femelle , son 
extreme rarete. Des cas analogues, du reste, sont assez frequents chez 
les Lepidopteres. 

L odorat de certains Lepidopteres tient presque du prodige. Ge sens 
est chez eux d une finesse remarquable, comme le temoignenl des fails 
bien connus. Qui n a lu ou n a entendu parler de femelles de Lepido 
pteres enfermees dans des boites, portees dans les poches des habits, et 
attirant en masse des males le long du chemin poursuivi par le porteur 
des boites ? Les lepidopteristes, bien souvent, n utilisent-ils pas les 
femelles de certaines especes de Psychides, par exemple, pour allirer 
des males difficiles a caplurer? Dans lous ces cas, nous constatons que 
les males ont des antennes fortement developpees. 

Pour moi, je trouve naturel de conclure de ces simples fails, que les 
antennes sont les organes olfactifs des Lepidopteres. L explication du 
developpement des antennes chez le male ne presente alors aucune diffi- 
culte. 

Qu est le developpement de Pantenne par lui-meme ? Quel est son 
but? L antenne est simplement un^ augmentation de la superficie de 



c ltnllttiii entomofogiqite. 

1 organe olfactif. Plus 1 organe aura une grande surface, plus il y aura 
de points de contact avec les emanations et plus 1 organe sera parfait 
comme organe d odorat. Dans le cas des antennes des Lepidopteres, ce 
sont les cils, les plumules, les lamelles et enfin la longueur de 1 organe 
qui en augmentent la superficie et, par consequent, la puissance olfac- 
tive. 

Le ileveloppement des antennes, chez les males, a du commencer en 
meme temps qu a commence la differentiation dans le mode de vie et 
dans la structure de la femelle. Plus celle-ci perdait de ses facultes pour 
le vol, plus elle devenait cachee pour le male, plus ce dernier devait 
avoir de peine a la rechercher, et ceux des males qui avaient 1 odorat plus 
developpe que les autres devaient necessairement triompher dans la lutte 
pour la possession. En suivant ce raisonnement, il est facile de nous 
figurer comment progressait le developpement des antennes mascu 
lines, a mesure que les femelles devenaient de plus en plus difficiles a 
trouver. 

Dans les cas analogues a celui de Oxytripia orbiculosa, c est aussi la 
lutte pour la possession qui a du developper, perfectionner les antennes 
des males ; car seuls, ceux qui etaient doues d un odorat superieur, 
pouvaient trouver les femelles si rares, enlevant a jamais la chance de 
reproduction aux males moms heureusement doues. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Bulletin bibliographique 

Academic des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
1890, I, n os 16 a 20. Q 

American entomological Society (Transactions), XVII, n 1, 1890. 
G. H. HORN. The Species of Ileterocerus of Boreal America (pi.). 
ID. Notes on the Species of Ochthebius of Boreal America (pi.). 
W. G. DIETZ. Notes on the Species of Dendroctonus of Boreal Ame 
rica (fig.). P. P. CALVERT. Notes on some North American Odo- 
nata, with descriptions of three new Species. J. B. SMITH. Des 
criptions of some new Species of Agrotis. H. F. BASSELT. New 
Species of North American Gynipidaa. 

Deutsche entomologische Zeitschrift, 1890, I. J. WEISE. Ueber einige 
Chrvsomelinen aus Siebenburgen. G. KRAATZ. Drei neiio Loma- 



Seance du 28 mai 1890, ci 

pteridse (Getonidae). E. REITTER. Neue analytische Uebersicht der 
bekannten Arten der Coleopteren-Gattung Omophlus. ID. Analy- 
tische Revision der Goleopteren-Gattung Amphicoma. L. v. HEY- 
DEN. Aufzahlung von Kafer- Arten aus Tunis und Tripolis aus Loosen 
von M. Quedenfeldt. ID. Die Varietaten des Diaperis boleti L. 
Purpuricenus Wachanrui Levrat und seine Varietaten. E. LE- 
PRIEUR. Ueber Eretes helvohis Klug und succinctus Klug aus Mgy- 
pten. J. SCHMIDT. Neun neue Saprinus aus der Gruppe des metal- 
lescens und rufipes. G. ALBERS. Ueber Lucanus Elaphus Herbst. 
A. F. NONFRIED. Einige neue Lamellicornien aus Kashmir und China. 

G. KRAATZ. Ueber chinesische Getoniden. Ueber Dichrosoma 
Lansbergei Kr. und Stethodesma. E. REITTER. Uebersicht der be 
kannten Meleus-Arten aus Europa. A. KUWERT. Einige neue 
Passaliden. K. FLACH. Ueber zwei fossile Silphiden (Goleoptera) 
aus den Phosphoriten von Caylux (pi.). D r G. KRAATZ. Cicindela 
stigmatophora Fisch. var. nov. Seidlitzii. R. et J. DANIEL. Sechs 
neue Nebrien aus den Alpeo. Versuch einer natiirlichen Eintheilung 
der im Alpengebiet vorkommenden Arten dieser Gattung (pi.). 
G. BECKERS. Beitrage zur Lebensgeschichte des Gnorimus variabilis. 

E. REITTER. Neue Goleopteren aus Europa, den angrenzenden 
Landern und Sibirien, mit Bemerkungen uber bekannte Arten. 
J. SCHILSKY. Beitrage zur deutschen Kaferfauna, V. J. GERHARDT. 
Sammelbericht pro 1889. D r E. EPPELSHEIM. Ueber Homalota trun- 
cata Epp. E. LIEGEL. Nachtrage zum Verzeichniss der Kafer 
Deutschlands aus der karntnerischen Fauna. K. et J. DANIEL. 
Tachycellus oreophilus eine der montanen Region angehorende, 
neue, deutsche Art. D r G. KRAATZ. Pseudolimnseum inustum Duv. 

Malachius sardous Er. in Nord-Deutschland. D r L. v. HEYDEN. 
Nebria castanea im Schwarzwald und Otiorrfiynchus-AriQn aus der 
Eiszeit am Mittel-Rhein. Bemerkungen iiber TenebrionidaB. 
D r G. KRAATZ. Ueber die Varietaten der Eudicella Morgani Westw. 
und Ccelorhma Hornimanni Westw. Taurina Nireus var. cya- 
nescens Kr. 

Entomological Society of Washington (Proceedings}, I, 4, 1888-89. 
E. A. SCHWARZ. Annual Adress of the President. On the Goleo 
ptera common to North America and other Countries. L. 0. HO 
WARD. Note on the Hairy Eyes of some Hymenoptera. F. V. Co- 
VILLE. Notes on Humble-Bees. L. C. JOHNSON. The Jigger Flea of 
Florida. C. L. MARLATT. Swarming of Lycxna Comyntas Godt. 
G. R. OSTEN-SACKEN. Correction to : Monographs of the Diptera of 



( ii Bulletin entomologiqtie. 

North America. E. A. SCHWARZ. Notes on the Comparative Vitality 
of Insects in Gold Water. C. L. MARLATT. An ingenious Method 
of Collecting Bombus and Apathus. L. 0. HOWARD. Note on the 
Mouth-parts of the American Cockroach. W. H. ASHMEAD. Some 
Remarks on South American Chalcididae. L. 0. HOWARD Author 
ship of the Family Mymarida;. E. A. SCHWARZ. Stray Notes on 
Injurious Insects in Semitropical Florida. Notes on the Tobacco 
Beetle (Lasioderma serricorne). Poisonous Insects in Central 
Africa. Notes on Cicada septemdecim in 1889. Food-Plants and 
Food-Habits of some North American Coleoptera. W. H. ASHMEAD. 
An Anomalous Chalcid. E. A. SCHWARZ. Myrmecophilous Coleo 
ptera found in Temperate North America. Sudden Spread of a 
new Enemy to Clover. An Interesting Food-Plant of Pieris rapx. 
- Flight of a Grasshopper When Pursued. T. TOWNSEND. Notes 
on some Interesting Flies from the Vicinity of Washington. - 
0. LUGGER. On the Migrations of the Milkweed Butterfly. C. L. MAR 
LATT. Abundance of Oak-Feeding Lepidopterous LarvaB in the Fall 
of 1889. T. TOWNSEND. On the Fall Occurrence of Bibio and Dilo- 
phus. W. H. ASHMEAD. Remarks on the Chalcid Genus Halidea. 
T. TOWNSEND. Further Note on Dissosleira (OEdipoda) Carolina. 

Entomologische Nachrichten, XVI, 10, 1889. 0. SCHMIEDEKNECHT. Die 
Gattungen und Arten der Cryptinen revidirt und tabellarisch zusam- 
mengestellt. KRIECHBAUMER. Ichneumoniden Studien (26-28). 
C. SCHIRMER. Dipterologische Sammelergebnisse. 

Feuille des Jeunes Naturalistes. Catalogue de la bibliotheque, fasc. 8, 
mars 1890. 

Insect Life, II, 10, 1890. C. V. RILEY. The Rose Chafer (Macrodac- 
tylus subspinosus F.), fig. D. SHARP. A new Genus and two 
new Species of Australian Lamellicorns. M. E. MURTFELD. An 
interesting Tineid (fig.). P. M. WEBSTER. Experiments with the 
Plum Curculio. The Phylloxera problem abroad as it appears to 
day. The Los Angeles county Horticultural Commission. Lord 
WALSINGHAM. Steps towards a Revision of Chambers index, with 
notes and descriptions of new Species (fig.). General Notes. 

Naturalista Siciliano (II), IX, 6, 1890. Q 

Naturalists (Le), 15 mai 1890. H. GADEAU DE KERVILLE. Experiences 
teratogeniques sur differentes especes d insectes. A. GRANGER. 
Recherches et preparation des Myriapodes. 

Psyclte, V, 169, 1890. W. M. WHEELER. Descriptions of some new 



Seance du 28 mat 1800. cm 

North American Dolichopodidse. J. B. SMITH. Notes on the Struc 
ture and History of Hxmatobia serrata. E. A. SMITH. Notes on 
the Southern Distribution of some common Butterflies. The Genus 
Argynnis. T. D. A. GOCKERELL. Habit of Vespa. 
Reale Accademia del Lined (Atti), sem. I, VI, 6, 1890. Q 
Report of the State entomologist on the noxious and beneficial Insects of 
the State of Illinois : 1 (Fifteenth). FORBES. Arsenical poisons for 
the Codling Moth (Carpocapsa pomonella L.). A second contribu 
tion to a Knowledge of the Life History of the Hessian Fly (Cecido- 
myia destructor Say). On the Life History of the Wheat bulb 
Worm (Meromyza americana Fitch). On an outbreack of inju 
rious Locust in Central Illinois. CL. M. WEED. On some common 
Insects injuriously affecting the Foliage of young Apple trees in the 
Nursery and Orchard (fig.). S. A. FORBES. The present condition 
and prospects of the Chinch Bug in Illinois. 

2 (Sixteenth). S. A. FORBES. Studies on the Chinch Bug (Blis- 
sus leucopterus Say). The Corn Bill Bugs (Sphenophorus Sp.). 
Observations of the Food of the Snout Beetles. The Meadow Mag 
gots or Leather- Jackets. Notes on Cutworms. The Burrowing 
Web W^orm. Contribution to an economic Bibliography of the 
Chinch Bug 1785-1888. 

Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, III, 5, 
1890. 

Societas entomologica, V, 4, 1890. E. BALLION. Einiges aus meinen 
Notizblattern. T. L. KREBS. Ueber einen Catocak-Hermaphrodi- 
ten. K. ESCHERISCH. Eine Excursion in das Pitz- und OEtzthal. 
E. WITTKUGEL. Lepidopterologische Sammelergebnisse in Honduras. 

P. BERINGER. Ueber Kaferausbeute in Nubien. FR. RUHL. Die 
Macrolepidopteren-Fauna von Zurich und Umgebung. D r A. 
TROSKA. Ueber kiinstliche Ernahrung von Schmetterlings Puppen. 

K. HIMMEL Biologisches ttber Lasiocampa pini var. montana. 
Socie te linne enne du nord de la France, IX, 206, 1890. Q 

Wiener entomologische Zeitung, IX, 4, 1890. E. REITTER. Uebersicht 
der Arten der Coleopteren-Gattung Anoxia Lap. aus Europa und 
den angrenzenden Landern. P. STEIN. Zwei neue Dipteren. 
J. WEISE. Bekannte und neue Halticiden. L. GANGLBAUER. Cara- 
bus (Limnocarabus) stygius, n. sp. E. REITTER. Coleopterologische 
Notizen. A. L. 



civ Bulletin cntomclngique, 

Seance <lu 11 juin 189O 

Presidence de M. P. MABILLE 

Notre collegue M. E. Simon, revenu depuis quelques jours de son 
voyage aux Philippines, assiste a la seance. 

Correspondance. M. le President donne lecture d une lettre de M. de 
Marseul, percepteur a Tergnier, communiquant officiellement a la So 
ciete entomologique de France la clause du testament de M. I abbe S.-A. 
de Marseul concernant la Societe. 

Le Conseil sera convoque pour donner son avis. 

M. le President lit une lettre de notre collegue M. P. Vuillot for- 
mulant le desir que le Bulletin des seances soit recouvert d une feuille 
simple ou double ou, moyennant un prix fixe, les Membres de la So 
ciete pourraient faire connaitre leurs offres et demandes d echanges et 
autres avis interessant rEntomologie. 

La proposition de M. P. Vuillot est renvoyee devant le Conseil de la 
Societe. 

M. H. de la Cuisine envoie un dessin de Acherontia Atropos offrant 
une aberration par defaut des ailes du cote gauche. L aile superieure 
presente en son milieu une bande longue et assez large, a concavite pos- 
terieure, de couleur ocre rougeatre. La bande occupe les trois quarts de 
1 aile. Le bord extcrne de Paile inferieure est decoupe d une fagon tres 
anormale, deux encoches laterales mettant en saillie une convexite tres 
prononcee. 

Travaux e crits. M. E. Simon depose, au nom de M. A. Raffray, un 
memoire intitule : Voyage de M. E. Simon au Venezuela, decembre 
1887 avril 1888, Pse laphides, par M. A. Raffray ; une planche noire. 

L auteur enumere 39 especes, dont 6 seulement etaient connues, re- 
parties en 21 genres et sous-genres, dont 4 sont nouveaux. 

Communications. M. Valery Mayet adresse la description d un Opa- 
trum nouveau, de Tunisie : 

Opatrum thalense, n. sp. Long. 1112 mill., larg. 5,506 
mill. Relativement allonge, faiblement convexe, a pen pres glabre, 
d un noir profond, mat ou assez terne. Tete garnie de tres petits tuber- 



Seance (hi 11 juin 1890. cv 

cules et de soies dorees tres courtes, visibles seulement a la loupe ; 
suture frontal e indiquee par un sillon transverse; labre d un noir lui- 
sant, echancre, apparent en dessus dans 1 echancrure de 1 epistome. 
Palpes roux. Antennes rousses, atteignant les deux tiers du prothorax, 
2 e article tres court, 3 e aussi long que les deux premiers reunis, 
4 e , 5 e et 6 e articles oblongs, diminuant progTessivement de longueur, 
7 e , 8 e et 9 e triangulaires et aplatis, 10 e transverse, ll e en ogive. Pro- 
thorax legerement renfle, deux fois aussi large que long, echancre en 
demi-cercle en avant, bisinue a la base, a cotes regulierement arques 
ct angles posterieurs tres marques, couvert de tubercules tres fins, mais 
plus apparents que ceux de la tete ; saillie prosternale en pointe. Elytres 
un peu moins larges a la base que le prothorax, a saillie numerate un 
peu saillante ou faiblement dentiforme, paralleles ou legerement renfles 
vers le sommet, faiblement convexes, un peu aplanis le long de la su 
ture, a stries peu profondes. 

Se distingue des autres Opatrum (s. strj du nord de 1 Afrique par son 
corps lisse, relativement allonge, glabre, depourvu de granulations et 
d enduit terreux (quelques individus rappellent un peu, par leur forme, 
certains Phylax ou Micrositus). Differe, en outre, de 0. porcatum F. 
(gmnuliferum Luc.) et de 0. granatum Fairm. par les interstries non 
grenus, la pointe accentuee du prosternum et la saillie des epaules. 

Tunisie : Bled-Thala (pays des Gommiers), a 1 Est deGafsa; trouve a 
la fin d avril, au nombre de 25 individus, principalement sur les pentes 
rocheuses, exposees au midi, des Djebel-Bou-Hedma, Djebel-Addeg et 
Djebel-Sened. 

Au sujet de la note de M. Gh. Brongniart, concern ant CEMONUS 
UNICOLOR F., vivant dans les galles de Lipara lucens Meig. sur Arundo 
phragmites L., M. le professeur A. Laboulbene ecrit que le D r Giraud 
1 avait rencontre, comme Leon Dufour et Ferris, dans les tiges seches 
de la Ronce et aussi dans les branches du Sureau, les galles abandonnees 
par les Cynips, etc. 

Lui-meme a abondamment recolte ce Cemonus dans les Ronces cou- 
pees, mais surtout dans les tiges d Eglantiers servant de porte-greftes 
pour les varietes de Rosiers. Get Hymenoptere noir, qui a pour parasite 
le brillant Omalus auratus Dahlb., perfore, chez les pepinieristes, 1 extre- 
mite coupee des Eglantiers et cause de grands degats. II a fait connaitre 
et a decrit ces deux insectes dans les Annales de 1875, p. 303 (5 e serie, 
t, V). 



cvi Bulletin cntomologique. 

M. Edm. Andre, de Beaune, ecrit : 

La note de M. E. Olivier, inseree dans le dernier Bulletin, me suggere 
diverges observations, car le regime attribue a la larve de EMPHYTUS 
TENER me parait contredire tout ce j ai vu dans nos vignobles de la 
Bourgogne. 

Dans nos regions, en effet, j ai constate, depuis plusieurs annees, la 
presence, dans la partie taillee du sarment, des cavites recelant des 
larves de Emphytus et particulierement celle de E. cinctus. Mais les 
galeries n ont qu une longueur tres limitee, suffisante seulement pour 
fournir a la larve un abri convenable pour son hivernage et ses meta 
morphoses. La femelle pond sur les feuilles d Eglantier qui servent aussi 
a la nourriture de la larve jusqu a ce qu elle soit adulte. A cc moment, 
elle emigre et se met en quete d un rameau sectionne a moelle tendre. 
La Vigne le lui fournissant dans les meilleures conditions, elle s y creuse 
un logement dans les tailles du printemps precedent. Si la taille est 
courte, la galerie descend plus bas que le premier bourgeon, lequel se 
trouve necessairement attaque et atrophie. Mais la se bornent ses degats, 
et jamais je n ai vu ni entendu parler de sarments vides depuis la taille 
jusqu a la racine. J ai indique comme remede I enlevement des Eglan- 
tiers qui pullulent aux abords de nos Vignes. Malheureusement le con- 
seil a ete assez peu suivi pour que je puisse indiquer le resultat de 
I experience. 

D autres Emphytus, calceatus, vivant sur la Reine-des-pres, perla, sur 
1 Eglantier, hivernent de la memo fagon, tandis que E. filiformis, qui 
ronge aussi le Rosier, se fait, d apres M. Charpentier, une coque en 
terre. 

Le genre de vie de Emphytus tener n est pas connu encore, il cst 
vrai ; mais j ai peine a croire qu il differe d une fac,on si complete de 
ses congeneres. II m est difficile d admettre que la ponte se fasse sur le 
sarment et que la larve vive exclusivement de la moelle au lieu d y 
chercher simplement un abri. En tout cas, il serait fort interessant 
d elucider ce fait par de nouvelles observations et peut-etre constate- 
rait-on que les degats signales sont dus a quelque autre insecte ? 

Au sujet de cette communication, M. P. Lesne avance les fails sui- 
vants sur AMPHYTUS TENER Fall. (= patellatus King) : 

Le 16 avril 1889, je re<?us de Bonne ville (Loir-et-Cher) un fragment 
de sarment de Vigne que je fais passer sous les yeux de la Societe. 



Seance du 11 juin 1890. cvn 

J ai trouvc, en taillant la Vigne, m ecrivait-on, une nymphe de 
couleur verte dans le bois sec, a la naissance du bois vif. J examinai 
de suite le rameau, mais, au lieu d une larve verte, je vis, par une ou- 
verture faite en cassant le sarment, un adulte noir, deja depouille de 
son enveloppe nymphale et qui n etait autre que Amphytus tener Fall. 
Sa tete elait dirigee vers le haut du rameau : ce qui suppose que la 
larve, ay ant creuse sa loge nymphale, se retourne la tete en haut pour 
se metamorphoser. 

Gomme on peut le voir, la loge nymphale se limite inferieurement 
an plancher dur et ligneux qui constilue le nosud ; au-dessus, la galerie 
est remplie par la moelle rongee et dilaceree mais non digeree et ne 
contient pas d excrements. Ges fails permetlent de supposer, contraire- 
ment a 1 opinion de notre collegue M. E. Olivier, que la larve de Em- 
phytus tener ne se nourrit pas de la moelle de la Vigne. 

Au commencement du mois de novembre de 1 annee derniere, je pus 
examiner, mais incompletement, une autre loge de Tenthredinide dans 
un morceau de sarment de Vigne que je montre egalement a la Societe. 
L echantillon, qui provient de Volognat (Ain), me fut envoy e dans 1 al- 
cool, de sorte que je ne pus avoir d eclosion ; mais la nymphe jointe a 
1 envoi parait bien etre celle d un Emphytus. Ici encore la galerie s arrete 
exactement contre le nosud. 

Je partage done 1 avis de M. Edm. Andre et je pense que Emphytus 
tener a les memes habitudes que ses congeneres, sa larve rongeant les 
feuilles d une plante qui nous est encore mconnue et cherchant, pour 
passer 1 hiver, le refuge le plus sur et ie plus confortable. Elle le trouve 
dans la partie morte du sarment que la taille a mise a nu. Ce sont ces 
idees que j ai emises dans le Journal d" Agriculture pratique, n 17, 
p. 623, 1889. 

Enfin, pour corroborer encore 1 opinion precedente, j ajouterai deux 
renseignements tires de la collection Giraud, conservee au Museum 
d histoire naturelle de Paris. Le D r Giraud a vu sortir Emphytus tener 
d une galle glandiforme, le 5 mai, et M. J. Fallou 1 a obtenu d une tige 
de Chevrefeuille, le 8 avril. 

M. A. Leveille depose la description d un Temnochilide nouveau : 

Acrops Gambeyi. Oblongo-ovalis, fere parallela, sat depressa r 
piceo-nigra, elytris flavo-maculatis, oculis supra hand contiguis. Long. 
5,5 mill. Cochinchine. 

Moins ovale que les autres especes, plus allongec, presque parallele, 



GVIII Bulletin entomologiquc. 

(leprimee ; noir de poix, peu brillant, peu metallique. Yeux superieurs 
non contigus. Ponctuation generate tres fortement foveolee, chaque 
foveole munio d une squamule setiforme. Tete a ponctuation re ticulee 
assez regulierement, front presque plan. Prothorax largement transver 
sal, assez fortement margine en avant, a bords lateraux peu arrondis, 
presque droits , subcreneles ; angles anterieurs avances , emousses, 
angles posterieurs arrondis, a ponctuation plus forte lateralement ; disque 
ride trans versalement. Ely tres tres fortement stries-ponclues, a points 
profonds et irreguliers, interstries fins, subcreneles. Une ligne en zigzag, 
tres reguliere, partant de la base an cinquieme interstrie et atteignant 
le bord sutural avant les deux tiers de la longueur de 1 elytre ; pas de 
lineole blanchatre a 1 ecusson. Dessous, pieds et antennes d un brun de 
poix. 

Espece intermediaire entro A. cicatricosa Reitt. et A. Fe% Lev.; elle 
se distingue des deux par sa forme generate plus parallele, par son pro- 
thorax moins arrondi sur les cotes, par 1 absence de lineole blanchatre a 
Fe cusson et par la presence d une squamule setiforme au fond de chaque 
foveole. En outre, la maculature des e lytres est plus complete et plus 
reguliere que chez A. cicatricosa et plus etroite que dans A. Fese, ou elle 
atteint deux interstries au lieu d un. 

Je dois la. possession de 1 unique exemplaire de cette espece a mon 
ami A. Gambey, anquel je suis heureux de la dedier. 

M. E. Lefevre enumere les communications entomologiques pre 
sentees au Congres des Socie te s savantes, dont M. F. Decaux et lui ont 
suivi les travaux comme delegues de la Societe : 

1 M. E. Olivier, de Moulins, a signale Emphytus tener Fall., Hyme- 
noptere du groupe des Tenthredinides, comme nuisible a la Vigne. 
Notre collegue avait deja porte le fait a la connaissance de la Societe 
dans la seance du 14 mai dernier. 

2 Pour repondre a la question n 13 du programme, intitulee : Etude 
des Insectes qui attaquent les substances alimentaires, notre collegue 
M. F. Decaux a parle des recherches qu il a entreprises a ce sujet pendant 
1 Exposition universelle de 1889, et dont il a recemment communique 
les resultats a la Societe. 

3 M. le D r Garlet, professeur a la Faculte des sciences de Grenoble, a 
donne le resultat de ses recherches sur les organes secreteurs et la se 
cretion de la cire chez les Abeilles. D apres 1 auteur, cette secretion 
serait fournie par les cellules d une membrane speciale, placee sous les 



Seance du 11 juin 1890. cix 

parties laterales do la moitie anterieure des quatre dernicrs segments 
de 1 abdomen. 

4 M. Paul Gauber, de la Societe des Boursiers du Museum, a parle 
de ses etudes anatomiques sur les membres des Arachnides. 

5 M. G. Marchal, de la Societe des Sciences naturelles de Saone-et- 
Loire, a fait une tres interessante communication sur les Insectes d eau 
de ce departement. Parmi les insectes signales, nous devons mentionner 
surtout : Dyticus circumdnctus Ahrens, D. dimidiatus Bergr., Hydro- 
poms coxalis Sharp, capture dans un etang pres du Creuzot et que 
M. Marchal suppose avoir ete apporte avec les minerals d Espagne; 
Gyrinus Mcolor F., 0. Dejeani Brulle, Ochthebius gibbus Germ., 0. lim- 
dipes Fairm., 0. foveolatus Germ., 0. crenulatus Muls. et R. et Hydro- 
cyphon deflexicollis Miill., qu on trouve, de juin a septembre, sous les 
pierres emergees. M. Marchal a signale, en outre, ce fait que, pres des 
bassins d ecoulemcnt du Greuzot, dorit la temperature ne descend pas 
en hiver au dessous de 21 degres au point d alimentation et de 10 a 
12 degres a 1 extremite la plus eloignee, les Odonates eclosent en mars 
et avril, quelquefois meme en fevrier. 

6 M. le D r Saint-Remy, de la Societe des Sciences de Nancy, com 
munique le resultat de ses travaux sur le cerveau des Arthropodes. 

7 Enfin M. J. Perez, professeur a la Faculte des Sciences de Bor 
deaux, a fait connaitrc deux types nouveaux d Hymenopteres parasites. 
Ainsi que ce savant auteur Fa deja demontre, les Psithyrus, parasites 
des Bourdons, sont des Bourdons modifies et les Sphecodes, parasites 
des Halictus, des Halictns modifies ; les parasites ne differant des recol- 
tants que par 1 absence d organe de recolte. Or, d apres M. Perez, des 
rapports analogues existent parmi les Fouisseurs, entre les Ceropales et 
les Pompilus ; il a observe, en effet, que Ceropales poursuit Pompilus 
deja possesseur d une Araignee et pond sous le thorax de cette der- 
niere un oeuf subtitue ainsi, par avance, a celui de Pompilus. 

M. E. Ragonol donne les diagnoses de quelques especes nouvelles 
de Phycites recoltees par M. le D r Staudinger en Algerie : 

1. Myelois nivosella. 25 mill. cT- Ailes superieures allon- 
gees, d un blanc d argent, la frange plus blanche ; la cote etroitement 
liserce de brun jaunatre. Ailes inferieures d un blanc un peu jaunatre ; 
les palpes, antcnnes et segment anal ocraces. Lambessa. 



<:x Jtnlletin entomologique. 

2. Pristophora nigrigranella. 19 mill. cf, ?. Ailes supe- 
rieures blanches, saupoudrces de noir, laissanl la nervure mediane, 
blanche, marquee d un point confus noir. Premiere ligne blanche, 
oblique, et bordee exterieurement de noir dans la moitie coslale, verti- 
cale ensuite ; deuxieme ligne touchant presque le bord externe, bombee 
au milieu, rentrant sur les plis, blanche, a peine bordee de noiratre. 
Ailes inferieures d un brunatre clair, blanchatres vers la base. 
Biskra. 

3. Salebria cirtensis. 23 mill. <$. Ailes superieures gri- 
satres, saupoudrees regulierement de fines ecailles noires. Lignes trans- 
versales tres indistinctes : la premiere oblique, a peine indiquee par 
des points noirs sur les nervures ; la deuxieme grise, finement liseree 
de noir du cote interne, tres oblique, rentrant en angles aigus sur les 
plis et en formant un autre au milieu. Ailes inferieures d un blanc jau- 
natre sale. Biskra. 

4. S. numidella. 18 mill. cf. Ailes superieures assez courtes, 
obtuses, d un gris fonce, legerement teintees de rougeatre par places, 
saupoudrees de noir sur la cote et avant la premiere ligne. Lignes trans- 
versales tres nettes, ecartees, d un gris clair, liserees de noir des deux 
cotes : la premiere presque verticale, liseree de noir profond ; la 
deuxieme rentrant sur les plis ; une lunule discoidale noire. Ailes infe 
rieures semi-transparentes, blanchatres. Biskra, Suez. 

llypograpliia, gen. nov. Antennes simples, pubescentes. Palpes 
labiaux minces, tres longs, ascendants, obliques ; le 2 e article coude au 
sommet, le 3 e aussi Iongquele2 e , cylindrique, horizontal. Palpes maxil- 
laires aplatis contre la face. Front lisse. Trompe distincte. Nervnlation 
de Heterographis. Aux ailes superieures, nervures 4 et 5 separees ; aux 
ailes inferieures, nervures 3 et 5 tigees, 2 naissant tout pres de 
Tangle. 

5. H. uncinatella. 20 mill. Ailes superieures d un ocrace 
brunatre, saupoudrees de noir sur les nervures ; une large strie costale 
blanche s etendant presque a la deuxieme ligne, qui est tres distincte, 
blanche, tres oblique, legeremefit sinueuse, tres pres du bord externe, 
lequel est blanchatre, lisere de noir. Premiere ligne oblique, blanche, 
s arretant a la strie costale ; une courte strie blanchatre a la base, de 
chaque cote de la dorsale. Points discoi daux noirs, tres nets. Lam- 
bessa. 



Seance du 11 juin 1890. cxi 

6. Heterographis tenuigranella. 19 mill. $. Ailes supe- 
rieures d un blanc ocrace, saupoudrees d ecailles noircs tres fines et 
espacees. Lignes transversales indistinctes : la premiere oblique, formee 
de gros points noirs sur les trois nervures ; la deuxieme oblique aussi, 
legerement bombee au milieu, noiratre. Un point discoidal inferieur est 
seul visible. Ailes inferieures d un blanc jaunatre. Biskra. 

7. H. costistrigella. 15 mill. Ailes superieures d un ocrace 
rougeatre ; une large strie costale blanche, liseree inferieurement de 
noir; un point blanc sur la dorsale indique la premiere ligne; la 
deuxieme ligne blanche, oblique, tres largement ombree du cote interne 
par des ecailles noires melees de blanc. La nervure dorsale, a partir de 
la premiere ligne, largement lavee de noir mele de blanc ainsi que le 
bord externe de 1 aile. Biskra. . 

8. Staudingeria fractifasciella. 16 mill. <$. Ailes supe 
rieures blanchatres, legerement lavees d ocrace a la base, traversees par 
deux lignes brunes, obliques, interrompues, convergentes vers le bord 
interne, la couleur brune se repandant sur les rameaux de la mediane. 
Ailes inferieures d un blanc jaunatre. Biskra. 

Au sujet de 1 interessante communication de M. L. Demaison, faite 
a la seance du 28 mai, M. E. Ragonot dit que certaines especes du genre 
ACROLEPIA hivernent toujours a 1 etat parlait. G est le cas de A. pyg- 
maeana Hw. et granitella Tr.; mais on ne les rencontre pas habituelle- 
ment en si grand nombre. 

M. J. Desbrochers des Loges. Diagnoses de Gurculionides nouveaux 
du genre ZYGOPS (2 e partie) : 

10. Z. centromaculata. Long. 67 mill. ; lat. 2,5 mill. An- 
gusta, elongata, picea, subtus dense albo-squamosa, maculis lateralibus 
flavis. Rostrum medio carinatum, utrinque obsolete strigatum. Prothorax 
conicus, flavo-5-vittatus. Elytra basi subtruncata, apice hand denticulata, 
sutura posterius granulata. Pedes toti picei, femoribus posticis biantids 
unispinosis. Cayenne. 

11. Z. murina. Long. 8 mill.; lat. 3,5 mill. Forma L. muricata?, 
latior, picea, subtus dense flavescente-squamosa, medio denudata. Ros 
trum basi 4-sulcatum ac squamosum. Prothorax subtransversus, a latere 
subsinuatus, totus rugosus, vitta laterali arcuata, indeterminata. Scu- 
tellum subrotundatum. Elytra basi subrecta, punctis striarum antice 
majoribus, apice extus denticulata, suturx serie granulorum antice eva- 



CXH Bulletin entomolugiqu?. 

nescente, guttis albidis maculis obscuris mixtis. Frmoru postica 2 extern 
unidentata. 

12. Z. inermis. Long. 6 mill.; lat. 2 mill. Z. lacrymosae affinis 
forma ac colore, subtus argenteo-squamosa, pectore flavo punctoque late 
ral! denudato in % et 5 segmentis abdominis. Rostrum basi obsolete plu- 
ricarinulatum. Prothorax anguste subquadratus , vitta cinerea intra 
marginali adjecta. Scutellum subrotundatum. Elytra basi hand elevata, 
apice haud denticulata, suture serie granulorum subintegra, maculis sub- 
confluentibus albidis, maculaque indeterminata suturali, flava. Femora 
postica subbidentata, csetera unispinosa. Amazones. 

13. Z. latro (Jekel). Long. 8 mill.; lat. 3 mill. Z. histrionis 
var. submaculata3 forma et colore affinis, magis depressa ; differt : 
rostro nigro-nitido apice rufescente; thorace inferius vittis anguslis, 
cinereis, plagis brunneis adjacentibus illustratis : prothorace magis conico, 
vittis distinctissimis, basilaribus intus apice puncto subannexo; scutello 
oblongo; mesosterno a latere nigro-bimaculato ; pygidio elongato, anguste 
vittato; tibiis flams basi et apice fuscis. Cayenne. 

14. Z. biguttata. Long. 6 mill.; lat. 2,5 mill. Z. latronis colore 
affinis, minor, angustior, sculptura rostri valde diversa. Rostrum bast 
brevissime obsolete carinatum, a latere dense cinereo-squamosum, dein 
punctatum.. Prothorax longitudine latitudini tsqualis, a latere medio 
evidenter sinuatus, angulis posticis rectis. Scutellum subrvtundatum, 
planum. Elytra macula externa deficiente, ad suturam macula subrotun- 
data, nigra, haud communi, notata, suturali serie granulorum subin 
tegra. Femora postica distinctissime 3 dentata, csetera subbidentata. 
Bresil. 

15. Z. tricolor. Long. 66,5 mill.; lat. 23 mill. Oblonga, 
atra, subtus albo-variegata. Rostrum latum, basi medio dense punctatum, 
obsolete carinatum. Prothorax subquadratim transversus, apice ipso atte- 
nuatus, antice vitta lata rubra extus abbreviata, basique medio macula 
quadrata, ornatus. Elytra subcylindrica, convexiuscula, parum elongata, 
apice non denticulata, serie granulorum suturali a basi ad medium dis- 
tincta, maculis irregularibus albis ornata. Scutellum transversum. 
Femora postica 2 cetera unidentata. Pygidium nigro subbimaculatum. 

- Amazones. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Seance du 11 juin 1890. cxin 

Bulletin bibliographique 

Academic des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
1, 1890, n 21. E. OLIVIER apporte un fait nouveau aux preuves quo 
M. E. Blanchard a tirees de 1 examen de la laune et de la flore pour 
demontrer que les lies de 1 archipel de la Sonde avaient ete separees 
de la peninsule de Malacca pendant Page moderne de la terre. 
N 22. Q 

Academy of natural Sciences of Philadelphia (Proceedings), 1889, HI. 
D r G. HORN. The antenna) of Goleoptera. D r G. MARX. On a new 
species of Spider of the genus Dinopis from the Southern United 
States (pi.). 

Annals and Magazine of Natural History, ser. VI, vol. V, n 30, 1890. 
J. WOOD-MASON. Description of a new Genus and Species (Pary- 
menopus Davisoni) of Mantodea from the Oriental Region (pi.). 
Description of Trisenocorypha Dohertii, the type of a new Genus and 
Species of Mantodea (pi.). E. M. SHARPE. Further Description of 
Butterflies and Moths collected by Mr. F. J. Jackson in Eastern 
Africa (fig.). COL. G. SWINHOE. Descriptions of three new Species 
of Lyc3nida3. 

California Academy of Sciences (Proceedings), ser. II, 2, 1889. H. H. 
BEHR. Entomologies Contributions. 

Cincinnati Society of Natural History (Journal), XII, 4, 1890. Q 
Colorado biological Association (Bulletin n 1), 1890. W. H. ASHMEAD. 

On the Hymenoptera of Colorado. 

Klisha Mitchell Scientific Society (Journal), VJ, 2, 1889. - - \V. J,. Po- 
TEAT. A Tube-building Spider. Notes on the Architectural and Fee 
ding Habits of Atypus niger Hentz? (iig.). 

Entomologische Nachrichten, XVI, 11, 1890. A. SEITZ. Eine entomo- 
logische Excursion auf Ceylan. H. v. SCIIONFELDT. Bin Beitrag zur 
Coleopterenfauna der Liu-Kiu-Inseln. 

Entomologist s monthly Magazine, ser. 2, 6 (313), 1890. REV. CAN. 
FOWLER. Notes on the genus Smicronyx Schonherr, with a Descrip 
tion of a Species new to Britain. J. H. WOOD. A further Chapter 
in the Life-history of Micropteryx. H. H. DRUCE. Descriptions of 



JOURNAL BIMENSOEL (Bulletin de la Societe" entomol. de France), 1890, no 12. 






ex iv Bulletin entomologique. 

seven new species of Thecla. J. W. DOUGLAS. Notes on some Bri 
tish and exotic Coccida) (n 16), fig. Notes di verses. E. SHAW. 
Synopsis of the British Orthoptera. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, n 236, 1890. DECAUX, Etude sur les 

Scolytus et Hylesinus. Communications. 
Naturaliste (Le), l er juin 1890. - - P. CHRETIEN. Note sur la Cheimato- 

bia L. et sur une monstruosite femelle. P. DOGNIN. Diagnoses de 

Lepidopteres nouveaux. La larve du Platypsyllus (fig.)- KOEH- 

LER. Les Crustaccs parasites des Ascidies (fig.). 
Re-ale Accademia del Lincei (Alii), 1890, 1, 7. Q 

Societas entomologica, V, 5, 1890. E. BALLION. Einiges aus meinen 
Notizblattern. E. BRENSKE. Diagnosen ncuer Melolonthiden aus 
Ecuador und Madagascar. FR. RiiHL. Ueber eine neue Varietal der 
Thalpochares rosea Hb. K. ESCHERISCH. Eine Ercursion in das Pitz- 
und OEtzthal. FR. RUHL. Beitrag zur kritischen Sichtung der Me- 
Iita3en-Gruppe Athalia Rott., Parthenie Bork. und Aurelia Nick. - 
C. SCHMIDT. Schlesische Coleophoriidenraupen und- deren Sacke. 

Socie te entomologique de Belgique, Compte rendu du 3 rnai 1880. 
E. ALLARD. Troisieme noto sur les Galerucides. J. NEERVORT VAN 
DE POLL. Contributions a la faune entomologique de I Afrique cen- 
trale. G. SEVERIN. Description d une nouvelle espece du genre 
Platynectes Regb. Liste des Coleopteres aquatiques recueillis par 
M. le D r Platteeuw aux iles de Sumatra et de Borneo. A. Duvi- 
VIER. Liste des Lucanides et Passalides rapportes par M. le D r Plat 
teeuw des iles de Borneo et de Sumatra. PREUDHOMME DE BORRE. 
Additions et annotations a la liste des Carabiques indigenes. 

Zoological Society of London : 1 Proceedings, 1889, IV. COL. C. 
SWINHOE. On New Indian Lepidoptera, chiefly Heterocera (2 pi.). 
J. H. LEECH. On the Lepidoptera of Japan and Corea : III. Noctues 
and Deltoides (2 pi.). Rev. II. S. GORHAM. Descriptions of new 
Species of the Coleopterous family Erotylidw (1 pi.). 

2 Transactions, XII, 10, 1890. Q 



COUTEAUX (A.). Les droits surle Mai s, 1890, 31 p. Q * 

GAZAG:?AIF,E (!.) La phosphorescence chez les Myriopodes (Bull. Soc. 

Zool.), i &* , p. * 



Seance du 11 juin 1890. cxv 

GAZAGNAIRE (J.). La phosphorescence chez les Myriopodes de la famille 

des Geophilidse (loc. cit.), 1890, 11 p. * 
HENSHAW (S.). Bibliography of the more important contributions to 

American economic Entomology. The more important writings of 

Benjamine Dann Walsh and Charles Valentine Riley (U. S. Dep. 

Agr.), 1890, 454 p. * 
MARQUET DE VASSELOT (L.). Deposition concernant les droits sur les Mais 

et les Riz. Paris, 1890, 19 p. * 

REICHE (L.). Coleopteres d Orierit nouveaux ou peu connus (Ann. Soc. 

ent. Fr.), 1855-58, 218 p., 2 pi. col. 
ID. Quelques mots sur le 6 e cahier du Bulletin de la Societe suisse 

d Entomologie, 1870 (Schweiz. ent. Ges.), 3 p. 
ID. Observations entomologiques (Ann. Soc. ent. Fr.), 1854, 3 p. 
ID. Notes sur les citations synonymiques (loc. cit.), 1859, 4 p. 
ID. Notes synonymiques sur le 5 e volume de YHandbuch der Entomo- 

logie, par M. H. Burmeister, Berlin, 1840 (loc. cit.), 1859, 15 p. 
ID. Notes entomologiques sur divers Coleopteres (loc. cit.), 1860, 8 p. 
ID. Coleopteres de Sicile recueillis par M. E. Beilier de la Chavignerie 

et description de dix especes nouvelles (loc. cit.), 1860, 21 p. 
ID. Reinarques entomologiques et description d une espece nouvelle de 

Coleopleres (loc, cit.), 1860, 4 p. 
ID. Sur quelqucs especes de Coleopteres du Nord de PAfrique (loc. cit.), 

1861, 6 p. 
ID. Coleopteres nouveaux recueillis en Corse par M. E. Beilier de la 

Chavignerie et notes synonymiques (loc. cit.), 1861, 12 p. 
ID. Especes nouvelles de Coleopteres appartenant a la faune circa- 

mediterraneenne, en trois parties (loc. cit.), 1861-62-64, 14 p., 8 p. 

et 5 p.; suivi de : Note sur quelques larves de Lampyrides (loc. 

cit.), 1864, 5 p. 
ID. Especes nouvelles de Coleopteres decouvertes en Corse par M. E. 

Beilier de la Chavignerie en 1861 (loc. cit.), 1862, 8 p. 
ID. Examen rapide de quelques pages du Catalogue des Coleopteres 

d Europe de M. Schaum, Berlin, 1862 (loc. cit.), 1863. 8 p. 
ID. Especes nouvelles de Coleopteres d Algerie (loc. cit.), 1864, 14 p., 

suivi de : Description de trois nouvelles especes de Coleopteres 

francais (loc. cit.), 1864, 3 p. 



Bulletin entomoiogiq uc. 

KEICHE. Note sur ies Cat-alms latns, brcvis et luiello de Dejeanfluc. cit.), 
1865, 2 p. 

ID. Etude des cspeces de Mylabrides de la collection de L. Itcichc, 

suivie d une note sur le genre Trigonurus Muls. et description d unc 

espece nouvelle (loc. cit.), 1866, 16 p. 
ID. Quelques remarques sur la Monographic du genre Anthaxia, pu- 

bliee par M. de Marseul dans L Abeille, 1865, pages 210 et suivantes 

(loc. cit.), 1867, 4 p. 

ID. Notice necrologique sur A.-S. Paris (loc. cit.), 1869, 2 p. 
ID. Notes sur quelques especes du genre Athom des Coleoptercs Ela- 

terides (loc. cit.), 1869, 9 p. 

ID. Examen de quelques especes de Cetonides d Europe et pays limi- 
trophes ct description de quatre especes nouvelles (loc. cit.), 1870, 
5 p.; suivi de : Quelques mots sur le Catalogue general des Co- 
leopteres de MM. Gemminger et de Harold (loc. cit.), 1870, 3 p. 

ID. Examen de 1 ouvrage intitule : Voyage en Norwege, par J.-G. Fa 
bric-ins, 1779; suivi de : Description d une nouvelle espece de la 
famille des Carafoiques (loc. cit.), 1875, 6 p. 

ID. Notes et communications (loc. cit.), 1877-78, 5 p. et 4 p. 

ID. Notice necrologique sur Thibesard (loc. cit.), 1878, 2 p. 

ID. Especes nouvelles de Telephorides (loc. cit.), 2 p. 

ID. Descriptions de quelques nouvelles especes de Georissides, Paruidcs 
et Heterocerides propres a laFauue europeeime ; suivi de : Deux 
nouvelles especes de Gurculionides d Orient (loc. cit.), 1879, 4 p. 

ID. Notice biographique sur Felix de Saulcy (loc. cit.), 1880, 4 p. 

ID. Notice necrologique sur Auguste Chevrolat (loc. cit.), 1885. 4 p. 
HEICHE, FELICIEN DE SAULCY et FAIRMAIRE. Discussion critique sur la 
synonymic de plusieurs especes de Goleopteres, par MM. Schaum et 
dc Kiesenwetter, et reponse a ces notes (loc. cit.), 1863, 12 p. 

UEIGHE ct SCHAUM. Discussion critique sur la synonymic dc plusieurs 
especes de Goleopteres (loc, cit.), 1863, 16 p. 

A. L. 



Seance du 23 juin 1890. cxvn 

Seance du $5 juin 1S9O 

Presidence de M. P. MABILLE 

Correspondance. M. F. Sikora, naturaliste, membre de la Soc. ent. do 
Zurich, residant a Antanarive, Madagascar, prie la Soc. ent. de France 
de vouloir bien informer ses membres qu il se met a leur disposition 
pour leur fournir, sur demande, a des conditions avantageuses, les In- 
sectes et autres objets d histoire naturelle qu il a recoltes et qu il pourra 
recolter dans cctte ile. 

M. H. de la Cuisine communique a la Societe la liste des especes 
de sa collection de Lepidopteres du genre Morpho. 

Rapports. M. G.-A. Poujade, rapporteur de la Commission de publi 
cation, donne lecture du rapport ou est consignee la composition du 
2 e trimestre des Annales 1890, ainsi que Pa decide la Commission de 
publication dans sa seance du mardi 17 juin dernier. 

A ce sujet, M. le Secretaire informe ses collegues qu il espere pouvoir 
faire paraitre sous pen le l er trimestre des Annales 1890. 

M. G.-A. Baer, rapporteur du Conseil, donne lecture de son rap 
port : 

Messieurs, 

Votre Conseil s est reuni le 17 juin pour donner son avis sur les deux 
questions soumises a son examen : 

II a d abord etudie la proposition de notre collegue M. P. Vuillot de 
mandant que le Bulletin des seances soil reconvert tfune feuille simple on 
double, oil, moyennant un prix fixe, les Membres de la Societe pourraient 
faire connaitre leurs offres et demandes d echanges et autres avis interes- 
mnt rEntomologie. 

Tout en constatant que cette proposition n est que la reedition d an- 
ciens projets soumis a la Societe a diverses epoques, et dont il n avait 
pas ete tenu assez compte jusqu ici, votre Conseil, apres mure delibera 
tion, a ete d avis qu il convenait de prendre en consideration la propo- 
sition faite par M. P. Vuillot, et d etudier les moyens de la rendrc 
pratique pour la Societe et avantageuse pour nos collegues. 

En consequence, votre Conseil vous propose d emettro un vote on 



oxvm littllrtin entomologique. 

faveur de la mise a 1 etude de ce projet, en vne d arreter les meilleures 
bases et conditions pour sa realisation. 

Votre Gouseil a pris ensuite connaissance de la clause du testament 
de M. 1 abbe S.-A. de Marseul concernant la Societe entomologique de 
France, clause qui lui a ete communiquee officiellement par M. de Mar 
seul, son neveu, percepteur a Tergnier, par lettre datee du 7 juin 1890. 
Gette clause est la suivante : 

La majeure partie des exemplaires de TAbeille seront offerls a la 
Societe entomologique de France pour etre donne s en prix a Vauteur de 
la meilleure monographie d une tribu de Cole opteres de I ancien monde, 
non encore parue dans / Abeille. 

Les ouvrages couronne s seront imprime s dans ledit journal, dont la 
Societe aura la proprie te, et sous sa direction, avec le produit des autres 
exemplaires. 

Votre Conseil, en principe, est d avis d accepter avec reconnaissance 
le don de son regrette membre honoraire 1 abbe S.-A. de Marseul. 

II vous propose d accepter la propriete de V Abeille, journal de 1 abbe 
S.-A. de Marseul, d en continuer la publication et d y inserer, quand 
elles se presenteront, les meilleures monographies sur les tribus de Co- 
leopteres de I ancien monde non encore parues dans ledit journal, qui 
recevront en prix, decerne par la Societe entomologique de France, un 
exemplaire de Y Abeille. 

Votre Gonseil vous propose d accepter en stipulant que 1 apparition 
des fascicules de V Abeille, la regularite de leur publication, leur impor 
tance, soient liees d une fac,on intime a la vente des exemplaires du dit 
journal et des ouvrages, en depot, tires de V Abeille, donnes par 1 abbe 
S.-A. de Marseul, dont le produit, au fur et a mesure de leur vente, 
devra fournir, avec le prix des abonnements, les fonds iridispensables a 
la publication du journal de notre regrette membre honoraire. 

Apres discussion, la Societe est appelee a se prononcer sur chacune 
des deux questions soumises a son approbation. Dans les deux votes, 
a 1 unanimite des membres presents, la Societe entomologique de France 
acceote les conclusions du rapport de son Conseil. 

Presentation. M. Armand Gombert, instituteur a la Madeleine, a Evreux 
(Eure) (Entomologie generate, Coleopteres) , presente par M. E. Simon, 
au nom de M. leD r Re gimbart. Gommissaires rapporteurs : MM. G.-A. 
Poujade et G.-A. Baer. 



du %S juin 1890. cxix 

Demissions. La Societe entomologique de France accepte les drmis- 
sions de MM. F. Ancee, rue Montee-de-Lodi, oO, a Marseille ; L. Pan- 
delle, rue du Pradeau, 1, a Tarbes; J. Sainte-Claire-Deville, avenue de 
Vjlliers, 85, a Paris. 

Travaux e crits. M. E. Allard, par Fintermediaire do M. P. Lesne, 
depose un travail intitule : Voyage de M. Ch. Alluaud dans le terntoire 
d Assinie, en juillet et aout 1886, Chrysome lides, par M. E. Allard. 

L auteur decrit dix especes nouvelles re parties dans six genres. 

Rectifications. Au sujet de la communication du D r E. Bergroth, de 
Forssa, inseree dans le Bulletin de la seance du 23 avril 1890, la recti 
fication suivante doit etre faite pour le genre PELOGONUS : Le genre Pe- 
logonus prendra le nom anlcrieur de Octherus, le nom de Octhera, et 
non ceiui de Octherus, etant prcoccupe. 

Le genre nouveau de Micro-Lepidoptere publie par M. E. Ragonot, 
dans le Bulletin de la seance du 11 juin dernier, sous le nom de Hypo- 
graphia, doit s ecrire Hypogryphia, le norn Hypographia ayant deja 
etc employe par Guenee. 

Communications. M. Breignet, de Bordeaux, ecrit : 

AGDISTIS TAMARICIS Zell. a-t-il ete trouve en France ailleurs que dans 
la region mcditerraneenne ? Je ne le trouve mentionne dans aucun cata 
logue. 

Le l er juin dernier, etant en excursion au Verdon, Medoc, j ai re- 
cueilli, sur les Tamarix gallica L., quelques chenilles, sur lesquelles, 
je dois le dire, je n ai pas observe les caroncules, si remarquables pour- 
tant, qu indique et figure Milliere dans son Iconographie. Le 17, la 
duree de chrysalidation n ayant ete que de 12 jours et non de 20 a 25, 
j ai obtenu quatre eclosions. 

II est possible que cette espece ne soil pas de date recente dans la re 
gion, mais, comme elle n a pas encore ete signalee, je crois devoir le 
faire. Mon camaradede chaise au Verdon, M. Eyquem, m a assure avoir 
observe les memes chenilles au meme endroit en septembre 1889. 

- Par 1 intermediaire de M. Ed. Fleutiaux, M. le capitaine Delauney 
communique une note sur V influence, a la Guadeloupe, de V altitude sur 
Vapparition des Insectes Cole opteres : 

On a pu mettre cette intluence en relief grace au recent travail de 



cxx Bulletin entomologique, 

MM. Ed. Flcutiaux et A. Salle (Ann. de la Soc. ent. de France, 3 e et 
4 e trimestres 1889). 

Ges auteurs ayant eu le soin d indiquer, pour beaucoup de Coleo- 
pteres de cette ile, les localites et les mois ou les captures ont eu lieu, 
il ctait facile de comparer entre elles les apparitions aux differentes alti 
tudes. 

Ces dernieres, pour la plus grande partie, se distribueraient en quatre 
groupes : 

Altitude 0. Basse-Terre, Pointe-a Pitre, etc.; 

600. Gamp-Jacob; 

900. Bains-Jaunes ; 

1,400. Soufriere; 

Or, en etablissant la classification des apparitions suivant ces quatre 
groupes, on a trouve que, en general, Vapparition d un meme insecte 
e tait d autant plus recule e que V altitude e tait plus e leve e. 

Sur 39 especes considerees, la regie s est trouvee verifiee pour 35. 

Repre sentant Janvier par 1, fevrier par 2, etc., et decembre par 12, 
on a pu etablir les epoques moyennes d apparition ci-apres : 
Altitude : Epoque d apparitiou 2,41 

600 : 4,33 
900 : 5,45 

1,400 : 7,00 

En compensaut ces resultats, on trouve qu une elevation de 100 metres 
produit un retard moyen d apparition d un tiers de mois, soit un jour 
pour 10 metres. 

M. L. Planet dit qu il a trouve, au mois d avril dernier, au Bois- 
de-Boulogne, trois larves de PRIONUS CORIAIUUS L., qui avaient absolu- 
ment devore une souche de Pin, au point que cette souche presentait 
1 aspect d un veritable seau plein de sciure. M. Planet avail de ja trouve 
au Bois-de-Boulogne 25 a 30 larves de Prionus dans de vieilles souches 
de Ghenes. 

M. Gh. Brongniart, a propos de la communication de M. Serge Al- 
pheraky, sur Volfaction chez les Le pidopteres, signale deux ouvrages sur 
les organes sensoriels des Insectes : 

Le premier est de M. E. Jourdan : Les sens chez les animaux infe- 
rieurs (Bibliotheque scientifique contemporaine), Paris, 1889. C est un 
travail general, bien ecrit et rempli de faits interessants. 



Seance du 25 juiti 1800. cxxi 

Le second, plus special, est du an D r Erich Haase. II a pour titre : 
Dufteinrichtungen indischer Schmetterlinge. II a para dans le Zoologis- 
cher Anzeiger, 1888, n 287. 

Ge travail, dont le but est de faire connaitre les organes odorants chez 
les Le pidopteres de la region indo-australienne, a ete analyse avec soin 
par M. le prof. Felix Plateau, de Gand, dans le Bulletin de la Soc, ent. 
de Belgique, t. XXXIII, p. LVII. 

Le D r E. Haase reconnait trois sortes d organes odorants : les organes 
de defense, detraction et de seduction. 

Les premiers, qui existent, par exemple, chez les Danais, chez les 
Euploea, secretent un liquide qui tache les doigts de celui qui saisit ces 
insectes, et dont I odeur et la saveur sont irritantes. Us mettent ces Pa- 
pillons a 1 abri des attaques des Oiseaux. 

Les organes d attraction ne sont portes que par les femelles. Ce sont 
eux qui permettent aux males de se diriger vers elles. G est le cas de 
certains Boinbycides, dont les males ont des organes d odorat tres deve- 
loppes sur leurs antennes. 

L auteur a etudie particulierement les organes seducteurs. Ceux-ci 
sont speciaux aux males, qui, pendant leurs courses, repandent une 
odeur vanillee. 

De petites glandes monocellulaires, a col court, contenues dans les 
teguments, s ouvrent dans une petite cupule ou est implantee unc 
ecaille. Celle-ci s impreignant du liquide secrete par suite de sa forme 
et de sa position superficielle, permet 1 evaporation de la substance vola 
tile et par consequent sa dissemination. L auteur de crit ces ecailles, in- 
dique les positions qu elles occupent sur les ailes, sur le thorax, sur 
1 abdomen, sur les palpes et les pattes, et fait connaitre les especes qui 
en sont pourvues. 

Pour plus de details, M. Gh. Brongniart renvoie a la note fort inte- 
ressante du D r E. Haase. 

M. Gh. Brongniart decrit une nouvelle espece de Ce rambycide rap- 
portee du Laos par M. Pavie : 

Rosalia Lameerei, nov. sp. Viridi-cxrulea, mandibulis <? ex- 
terne dentatis, pronoto magna triangulare antica, et, in tuberculorum 
situ, duabus maculis nigris, elytris basi haud granulatis sed nigris ut in 
specie Rosalia funebris et tribus nigris fasciis hand limbatis. Sterno 
viridi-cxruleo, sed mesothorace supra et infra nigro, metasterno basi et 
apice nigro. Capite 3 et $ nigro f cum duabus cxruleis maculis, oculis rf 



cxxir bulletin entomologique. 

mpra cteruleis. -- Long. 28 a 3-;> mill. Laos. Coll. du Museum 
de Paris. 

Cette espece, comme R. alpina de 1 Europe et R. Batesi du Japon, 
possede une dent externe aux mandibules chez le male et des touffes de 
polls noirs aux antennes ; comme R. funebris de 1 Amcrique, une large 
tache noire au prothorax et lion pas des laches mais de vraies bandes 
noires aux elytres. En outre des trois bandes noires des elylres, elle a 
deux taches noires aux epaules. 

M. M. Sedillot presente a la Societe quelques exemplaires de ME- 
GAGENIUS FRIOLI Sol,, captures a Negrine (prov. de Gonstantine), et de 
JULODIS LUCASI Saund., recueillis a Ain-Mezouna, en mai dernier, pen 
dant son sixieme voyage dans la Regence de Tunis. 

Parti de Tebessa, ou il avail ete accompagne par nos deux collegties 
MM. A. Henon et le D r Ch. Martin, dans les derniers jours d avril, 
M. M. Sedillot a visite successivement les oasis de Negrine, de Tameghza 
et de Gafsa. De cette derniere localite, il s est dirige sur Sfax, en tra- 
versant le Bled-Thala, region des Gommiers, explore pour la derniere 
fois par la Mission scientifique de Tunisie en 1884. 

M. P. Mabille depose la note suivante sur les PHAL.ENA EUPHE- 
MIA Cram. : 

Eusemia Euphemia est le type d une section du genre Eusemia, qui 
semble fort riche en especes. Cramer dit que E. Euphemia provient 
d Amboine; mais, depuis Boisduval, on s accorde a considerer cette 
espece comme une espece africaine. 11 y a cependant une certaine diffi- 
culte a faire cadrer les exemplaires d Afriqtie avec la figure, et il peut 
done arriver que 1 espece, que je designe sous le nom de Cramer, 
doive plus tard changer de nom. Dans presque toutes les collections 
que j ai vues, le nom de Euphemia est donne a des especes differentes, 
on bien plusieurs especes sont confondues ensemble. J ai reuni tous les 
types que j ai pu me procurer et j ai pu ainsi distinguer huit especes. 
D autre part, toutes mes recherches ne m ont fait trouver que cinq des 
criptions deja publiees. Une seule ne semble pas se rapporter aux exem 
plaires que je possede ; une autre parait douteuse. Je deeds done quatre 
especes en un tableau comparatif, qui permettra, jo 1 espere, de recon- 
naitre facilement chacune d elles. 

Je decrirai d abord, en general, 1 aile superieure : a 1 apex, elle a 
ton jours la f range blanche; le fond est noir, et Ton voit trois series un 



Seance du 25 juin 1890. cxxui 

peu obliques de laches jaunes ou blanches ; les laches de ces series, sur- 
loul celles de la serie basilaire, varienl beaucoup ; parfois la serie esl 
represenlee par une seule lache, raremenl elle manque loul a fail. En 
oulre, on remarque, a la base de 1 aile, plusieurs points d un blanc 
bleuatre ; entre les series de laches se voient des Irails ou petiles ban- 
delettes d un bleu brillanl. Les ailes inferieures soul rouges ou jaunes, 
avec une bordure noire qui ne varie que pour la largeur. 

1 . Ailes inferieures jaunes, a bordure noire. Ailes superieures a 

irois series de laches d un jaune clair, 1 apicale formanl une 
seule lache, grande, ovale E. PARDALINA Chapm. 

Ailes inferieures rouges, a bordure noire 2. 

2. Bordure noire, ne renfermanl aucune lache de couleur diffe- 

rente 4 . 

Bordure noire, renfermanl, pres de Tangle anal, une pelile 

lache de couleur orangee , 3 . 

3. Ailes superieures a Irois series de laches d un jaune orange; 

la basilaire n ayanl qu ime tache large el longue, avec 
un irail blanc sur la nervure 1 ; la mediane ayanl Irois 
laches el 1 apicale une seule, Ires large. Bordure noire des 
ailes inferieures offranl, pres de Tangle anal, une lache 
orange divisee par un pli E. Eoa, n. sp. 

Ailes superieures avec des laches analogues ; la basilaire plus 

longue el plus elroile ; Tapicale plus large. Bordure des 
ailes inferieures plus epaisse, s avanganl en poinle sur le 
premier rameau de la mediane ; en oulre, une bandelelte 
noire descendanl du bord anlerieur jusqu au-devant de la 
cellule E. mozambica, n. sp. 

4. Abdomen unicolore, jaune ou noir. . , 5. 

Abdomen d un jaune plus ou moins fonce, annele de noir. . . 6. 

5. Corps noir, avec Irois pelits poinls jaunes sur les flancs. Ailes 

superieures a deux series de laches d un jaune clair ; la 
mediane a deux laches ; Tapicale a cinq laches reunies, la 
lache inferieure seule a peu pres isolee. Ailes inferieures 
d un rouge vif, a ires large bordure noire. Frange blanche, 
salie de noir an milieu E. nigridorsa, n. sp. 

Abdomen d un jaune lerne ; louffe de poils du dernier 

anneau noiralre a la base, jaune a Texlremite, Ailes supe- 



cxxiv Itullctin entomolofliqw. 

rieures a trois series de taches; la basilaire offrant uno 
petite tache, la mediane trois et 1 apicale cinq, inegales, les 
deux inferieures separees ; en outre, il y a une bandelette 
jaune le long du bord interne. Bordure noire tres large a 
Tangle anterieur E. LONGIPENNIS Walk. 

6. Serie apicale formee de cinq taches juxtaposees, les deux in 

ferieures plus ou moins libres 7 . 

Meme se rie remplace e par une large tache jaune, en ovale 

allonge. La basilaire offrant deux taches ; la mediane a deux 
taches reunies en bande sur le disque, une petite, eloignee, 
a Tangle interne, et un trait au meme bord. Bordure noire 
etroite; touffe de poils, chez le male, jaune, bordee de noir 
a la base E. xanthopyga, n. sp. 

7 . Taches des ailes superieures d un jaune pale ; la serie basi 

laire offre trois taches petites et une autre plus pres de la 
base ; en outre, il y a une liture sur le bord interne ; la me 
diane a trois taches et 1 apicale cinq, dont Tinferieure a 
moitie se paree E. EUPHEMIA Cram. 

Taches des ailes superieures blanches ou d un blanc soufre. 

Serie basilaire a deux taches et un point interieur chez la 
femelle, a une petite tache chez le male ; serie apicale a cinq 
taches, dont Tinferieure est isolee (?) ou divisee en deux 
groupes (cf). II y a une bandelette jaune sur le bord interne, 
qui manque chez la femelle. La bordure noire est tres large 
a Tangle anterieur E. PALLIDA Walk. 

Les males et les femelles sont, en general, semblables. Je n ai pas ton- 
jours vu les deux sexes. Ainsi je ne connais pas le male des E. mozam- 
bica, Eoa et nigridorsa. 

E. conligua de Walker m est inconnu et sa description ne peut s ap- 
pliquer a aucune des huit especes que j*ai enumerees. 

M. F. Decaux presente a la Societe une portion de tronc d un jeune 
Thuya sur lequel il a etudie les mo3urs des Phloeosinus bicolor Brulle et 
P. thuyae Ferris : 

1 II profile de Toccasion pour attirer Tattention deses collegues sur le 
MODE D ACCOUPLEMENT des Scolytus et Phloeosinus, qni est encore con- 
troverse. 

Pour certnins autenrs, dit-il, racconplonipnt a lieu dans la galerio d* 1 



Seance du 2>j jmn 1890. CXXY 

ponte; pour d autres, les plus uombreux, et, parmi eux, J. T. C. Rat- 
zeburg ct le colonel Goureau, la femelle, apres avoir etabli sa galerie dc 
ponte, remonte a reculons et fait emerger de 1 orifice de la galerie la 
partie posterieure de son corps pour subir le contact fecondateur du 
male, qui se promene errant sur Fecorce. Ferris ne parle pas de 1 accou- 
plement des Scolytus et Phloeosinus. Malgre tous ses soins, M. F. De- 
caux n a pu constater un seul accouplement a rorifice de la galerie. Dans 
Unites les especes de Scolytus et Phloeosinus qu il a observees depuis 
buit ou dix ans, il a ton jours surpris I accouplement au dehors et s effec- 
tuant de la facon normale. 

II lui parait plus naturel de croire que, apres la ponte, la femelle re- 
vient a reculons jusqu a rorifice de sa galerie, qu elle bouche de son 
corps, et que, la, elle meurt. Selon lui, c est cette fagon de faire qui 
s observe chez d autres femelles et qui a pour but de proteger leur pro- 
geniture centre les nombreux ennemis du dehors, qui a induit en erreur 
les savants partisans de 1 accouplement a 1 orifice des galeries de ponte, 

2 Avec quelques especes de CHALCIDIDAE, parasites des Phloeosinus 
bicolor et thuyae, M. F. Decaux montre quelques Laemophloem juniperi 
Grouv. dont la larve et 1 insecte parfait attaquent et devorent la larve de 
Ph. thuyae. M. Ant. Grouvelle cite cet insecte, dont la metamorphose 
s effectue dans les galeries, deux fois par an, aux memes epoques que 
celles de Ph. bicolor, comme parasite de Ph. bicolor et de Ph. juniperi 
(Ph. thuyae). Ne 1 ayant jamais obtenu d eclosion de Ph. bicolor, M. F. De 
caux le croit parasite setilement de Ph. thuyae. Sur le tronc de Thuya 
presente, M. F. Decaux indique les galeries produites par Laentophloeus 
juniperi et les orifices de sortie de 1 insecte. 

3 M. F. Decaux dit avoir obtenu d eclosion SCOLYTUS ENSIFER Eichh. 
Cet insecte, dont les moeurs sout peu connues, vit au Bois-de-Boulogne 
dans le tronc et les grosses branches des Cerasus avium DC. 

Sa larve, qui peut etre confondue avec celle de Scolytus multistria- 
t-us Marsh, mais qui est d une taille plus petite, creuse des galeries 
Iransversales sur la galerie de ponte longitudinale. 

4 Notre collegue M. Antoine Grouvelle a decrit LAEMOPHLOEUS JUNI 
PERI, mais sa larve n a pas e te decrite, a ma connaissance : 

Long. 3 mill.; larg. 1/2 mill. Peu ventrue, peu convexe en dessus, 
plane en dessous. Sa couleur est d un blanc sale ou legerement roussatre. 

T<3te un peu velue, aplatie, a peu pros discoi date, subcornee, de cou 
leur roussatre, ordinairement libre, susceptible de rentrer un peu dans 
le prothorax, marquee, en dessus, de deux sillons bien apparonts et de 



cxxvi Bulletin entomologique. 

deux traits longitudinaux de couleur rousse ; le dessous est marque de 
fjuatre traits semblables. Bord anterieur sinueux et ayant une petite 
echancrure a 1 insertiou des antennes. Epistome tres court. Labre semi- 
discoidal et tres faiblement cilie. Machoires robustes ; lobe cylindrique 
et revetu de petits poils spinuliformes. Palpes maxillaires un peu arques 
en dedans, de trois articles, dont le premier plus court que les deux 
autres, qui sont egaux. Levre tres faiblement echancree. Palpes labiaux 
de deux articles egaux. 

Sur chaque joue ? un gros point noir. 

Antennes de quatre articles : le premier large et tres court ; le second 
de meme longueur, mais plusetroit; le troisieme aussi long que les 
deux premiers ensemble et un peu plus large a Textremite qu a la 
base ; le quatrieme aussi long que le precedent, grele, cylindrique, sur- 
monte de petites soies. 

Prothorax a angles anterieurs arrondis, un pen dilates et munis d une 
touffe de soies courtes, dirigees en avant (etdont Fusage m est inconnu, 
a moins qu elles ne servent a faciliter les mouvements retrogrades de la 
larve). Les trois segments thoraciques sont pourvus de quelques poils 
et marques, en dessus, de deux fossettes oblongues, ordinairement bien 
visibles. 

Abdomen ayant des poils un peu roussatres, comme ceux du thorax, 
visiblement ventru, de neuf segments : les sept premiers a peu pres 
6)gaux et parcourus, de chaque cote, par un petit bourrelet; le huitieme 
plus long que les autres, en cone tronque et renverse; le neuvieme 
court, tres etroit, tres aplati, roux, corne et termine par deux longs 
crochets, assez epais a la base, droits, avec 1 extremite, seule, recourbee. 
En dessous, un petit espace blanchatre, circonscrit par une ligne rousse 
lormant un angle : c est I emplacement d un petit mamelon retractile ou 
pseudopode au centre duquel est 1 anus. Ce segment, articule au prece 
dent, est susceptible de se relever verticalement, sans pouvoir prendre 
la position inverse. 

Neuf paires de stigmates : la premiere tres pres du bord anterieur du 
mesothorax ; les autres au tiers anterieur des huit premiers segments 
abdominaux. 

Pattes de quatre articles, herissees de quelques soies et terminees par 
un petit ongle subuie. 

M. J. Desbrochers des Loges. Diagnoses de Gurculionides nouveaux 
du genre ZYGOPS (3 e partie et fin) : 

16. Z. 4-maculata. Long, o mill.; lat. 2 mill. Oblonga, elon- 



Seance du %o juin 1890. cxxvn 

gala, aim, subtus dense argenteo-squamosa, pleuris metasterni exceptis. 
Rostrum rufescens, basi dense argenteo-squamosum, medio unicarinatum. 
Antennas breviores. Prothorax subquadratus, a latere bisinuatus, vitta 
media sxpius interrupta, punctis 4-guttulisque aliis albo-notatus. Elytra 
thorace valde latiora, subparallela, apice hand denticulata, sutura in 
secunda parte granulata, albo in sutura flavo-variegata. Pedes graciles, 
picei, femorum basi tibiis anticis tarsisque omnibus ferrugineis ; femo- 
ribns unispinosis retro denticulis obsoletissim^ prxditis. Amazones. 

17. Z. tripartita. Long. 7,5 mill.; lat. 3 mill. Lineari-subcy- 
lindrica, atra, miniato-albo luteoque variegata, subtus medio argenteo- 
squamosa, pectore maculis flams, segmentis abdominis 2 et 5 a latere 
nigro subtriangulariter maculatis. Rostrum nigrum, basi albo-squamo- 
sum, unicarinatum, latcribus strigosum. Prothorax oblongus, antice 
vitta transversa miniata, albo-prsetexta, aliaque basi angusta albo-squa- 
mosa prseditus. Scutellum sublineare, mtidum. Elytra basi subtruncata, 
apice non denticulata, fasciis maculisque albis, bianticis, externis luteis, 
sutura tenue granulata. Pygidium miniatum. Femora postica 2 extern 
unispinosa. Amazones. 

18. Z. nebulosa. Long. 5,5 mill.; Jat. 2,2 mill. Oblonga, 
brunnea, subtus cinereo dense squamosa. Rostrum basi dense squamosum, 
medio carinatum. Prothorax subquadratim transversus, basi et apice 
paulo attenuatus, vitta media angusta et lateralibus vittis subconfluen- 
tibus cinereis ornatus. Scutellum postice subtrifidum. Elytra thorace 
latiora, subparallela, suture serie granulorum antice solummodo dis- 
tincta, faciis cinereis undulatis. Pedes breviores, rufescentes, femoribus 
extus dense squamosis, posticis acute bidentalis, dente externo anticorum 
obsoleto. Cayenne, Amazones. 

19. Z. minuta (Jekel). Long. 44,5 mill.; lat. 2-2,2 mill. 
Oblonga, brevior, nigra, rostra antennis pedibusque ferrugineis, subtus 
dense, in prothorace oc elytris maculatim vel fasciatim cinereo flavescen- 
teque mixta, plaga communi denudata post elytrorum medium, plerum- 
que ornata. Rostrum basi dense squamosum, medio carinatum. Prothorax 
quadratim transversus, subin&qualis , medio obsolete longitudinaUter 
carinatus. Elytra subparallela, convexa, apice non denticulata, sutura 
anterius obselete granulata. Femora postica biantica unidentata. 
Cayenne, Amazones. 

20. Z. vinitor (Jekel). Long. 810 mill.; lat. 54,2 mill. 
Breviter ovata, nigra, supra cinereo-variegata, prothorace a latere irre- 
gulariter vittalo, macula basali antice trifida, sitbtus cervino albidoque 



c xx vi ii Bulletin entomologique. 

variegata. Rostrum basi obsolete 4-sulcatum ac punctatum. Prothorax 
subquadratus, basi cum elytris subtruncatus. Scutellum convexum. Elytra 
apice non dcnticulata, sutura tota granulata, striis flexuosis. Femora 
postica extus apice calcarato, intus 3 vel 4 dentala c&tera bidentata. 
Cayenne, Amazones. 

21. Z. brevis. Long. 7 mill.; lat. 4 mill. Z. murinaj aflinis 
forma et colore, brevior, supra vage maculata, gultulis pallidis mixtis, 
distinctioribus, subtus, plurimaculata. Rostrum basi 4-sulcatum. Pro- 
thorax brevior. Scutellum transversum apice latins. Elytra latitu- 
dine vix longiora, apice extus hand denticulata, sutura tota dense granu 
lata. Pygidium longitudinaliter carmalum. Femora postica distinctissimc 
4-dcntata , apice extus sinuatim prolongata , csctcra bidentata. 
Amazones. 

22. Z. mixta. Long-. 69 mill.; lat. 3,54 mill. Omlls, 
brevior, brunnea, subtus rufescente sat dense squamulata, segmentis 
abdominis 2 primis exceptis; supra rufo-brunneoque variegata. Rostrum 
crassnm, apice depressum, sub 4-sulcatum. Prothorax a latere modice 
arcuatus, angulis posticis obtusis. Scutellum oblique elevatum. Elytra 
convexa, apice hand denticulata, inxqnalia, striis profundis, smuatis, 
inlerstitiis inxqualibus, sutura tota late granulata. Pedes robusti, femora 
postica extus sinuatim calcarata, 3 vel 4-dentata, extern subbidentata. 
Amazones. 

23. Z. marmoreus. Long. 5,56,5 mill.; lat. 2,52,3 mill. 
Ovata, brevis, atra, squamulis sparsis albidis supra et infra vestila. 
Rostrum 3-carinatum. Prothorax subtransversus, angulis posticis obtusis. 
Scutellum transversim rhombeum. Elytra basi thorace paulo latiora, 
convexa, apice non denticulata. Pedes robusti, femora postica apice hand 
exserta 3 extern bidentata, tarsis solummodo rufescentibus. Cayenne. 

24. Z. luctuosus. -~ Long. 6,5 mill.; lat. 3 mill. Lineari- 
oblonga, atra, opaca, subtus albo-squamosa, maculis flavis lateralibus, 
Rostrum subrectum, latum, depressum, latitudine vix longius, leviter 
3-carinatum. Antennas breviores, articulis funiculi 2 primis subxquali- 
bus t 3 parum elongato. Prothorax subconicus f dense rugosus, apice utrin- 
que macula rubiginosa, basi tribus vittis argenteis abbreviatis, ornatns. 
Scutellum angustum, defixum, granulosum. Elytra postice subattenuata, 
hand granulata, apice haud denticulata, lineis angustis albido-flavo 
sparsis. Pygidium elongatum, elevatum. Femora postica basi dimidia 
parts cinereo-squamosa, apice extus calcare sublineari prxdita, intus 
2 cxteris unispinosa. Cayenne. 



Seance du SSjuin 1890. cxxix 

25. Z. undulata. - Long. 8 mill.; lat. 3 mill. Oblongo-subqua- 
drata, supra depressa, elytris, pedibus pagineque inferiors lacteo-sericeis, 
antennis totis rufis, capite thoraceque holosericeo-atris. Rostrum unica- 
rinatum. Prothorax quadratus, angulis anticis subrectis, a Mere 3-si- 
nuatus, supra inxqualis, longitudinaliter carinatus. Scutellum subtra- 
pezoidale. Elytra basi separatim elevata, subparallela, inxqualia, infra 
scutellum callo holosericeo-atro granuloso, post medium in sutura } fasci- 
culo granulorum prsedita, ante apicem callosa, striis parum distinctis. 
Pygidium acute carinatum. Pedes breviores, femoribus posticis bianticis 
unidentatis. Amazones (1). 

N. B, M. J. Desbrochers des Loges, qui se propose de publier une 
Monographic du genre Zygops, prie ses collegues de lui envoyer en 
communication les insectes de leur collection appartenant a ce genre. II 
s engage a les leur retourner tres promptement. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Bulletin bibliographique 

Acadetnie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I ), 
I, 1890, n 23. E.-L. BOUVIER. Sur le cercle circulatoire de la ca 
rapace chez les Crustaces decapodes. E. OLIVIER. Sur un Insecte 
Hymenoptere nuisible a la Vigne. N 24. Q 
Academie des Sciences de Cracovie (Bulletin international), mai 1890. Q 
Acadetnie impe riale des Sciences de Saint-Pe tersbourg (Me moires), XXXVI, 
17, 1889. O XXXVII, l-o, 1889-90. Q 

(1) Ces deux dernieres especes ne doivent e>idemment pas rester dans le 
genre Zygops -, la premiere, luctuosa, par les caracteres indiques, notarament 
par la forme et la brievete du rostre, tout a fait anormal dans le genre, par la 
structure des antennes, etc., s eloigne des Zygops vrais, et je proposerai, pour 
cette nouvelle forme g6nerique, le nom de Farazygops. La deuxieme, undu 
lata, est encore plus disparate, non seulement par sa forme generale, notam- 
ment celle du prothorax et des elytres, par la presence d une bande assez large, 
ponctuee derriere les yeux ; en outre de la plaque triangulaire normale, par la 
disposition de fascicules au-dessous de 1 ecusson et vers le dernier tiers des 
elytres, par la disposition tres differente des pimeres pro- et mesothoraciques. Je 
decrirai cettc forme generique sous le nom de Colpothorax. 



Joca\ 7 AL BIMENSUEL (Bulletin de la Soci^te entomol. de France), t890, n 13. 



nxxx Bulletin rntomologique. 

Berliner Entomologische Zeitschrift, XXXI, 1890. JOH. SCHILUE. 

Schach dem Darwinismus ! Studien eines Lepidopterologen. 
Entomologische Nachrichten, XVI, 12, 1890. H. KRAUSS. Bin Nacht- 

fang auf Teneriffa. KRIECHBAUMER. Ichneumoniden-Studien. 

E. REITTER. Zur synonymie einiger Polyphylla-Anen. F. KARSCH. 

Ueber die Singcicadengatturig Peristoneura Distant. 
Naturalista Siciliano, IX, 7, 1890. A. PALUMBO. Note di zoologia 

e botanica : Sulla plaga Selinuntina. 
Naturaliste, 15 juin 1890. KOEHLER. Les Crustaces parasites des 

Ascidies. A. RAILLIET. Les Parasites des animaux domestiques du 

Japon. E. PISSOT. La Graciiaire du Lilas. 
Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, III, 6, 

1890. E. OLIVIER. Les Hymenopteres de la Vigne. 
Royal Society (Proceedings), XL VII, 289, 1890. Q 

Societas entomologica, V, 6, 1890. G. F. ANCEY. Sur la faune des re 
gions Medeenne et Bogharienne. F. RUHL. Die Macrolepidoptereu- 
Fauna von Zurich und Umgebung. K. ESCHERISCH. Eine Excursion 
in das Pitz- und Oetzthal. D r A. TROSKA. Ueber kiinstliche Ernah- 
rung von Schmetterlings-Puppen. F. LIBERICH. Biologische Bei- 
truge zur Kaferkunde. G. SCHMIDT. Schlesische Goleophoriiden- 
raupen und deren Sacke. F. RUHL. Beitrag zur kritischen Sichtung 
der Melitoeen-Gruppe Athalia Rott., Parthenie Bork. und Amelia 
Nick. D r KRAATZ, Phyllobrotica trimaculata Ballion = elegans 
Kraatz. 

Socie te des Sciences physiques et naturelles de Toulouse (Bulletin}, 
VIII, 1889. Q 

Socie te imperiale des Naturalistes de Moscou (Bulletin), 1889, 3. 
A. BECKER. Die Einwirkung der Witterung auf Pflanzen und 
Thiere. 

Societe linne enne du nord de la France (Bulletin mensuel), IX, 207-208, 
1890. V. BRANDICOURT. Relations entre les Fourmis et les Plantes. 



ATKINSON (E. T.). Notes on indian economic Entomology. Rhynchota, 

16 p., 1 pi. * 
LAMEERE (A.). A propos de la maturation de l <puf parthenogenetique. 

Bruxelles, 1890, 88 p., 3 pi. n. * 



Seance du 9 juillet 1890. cxxxi 

LAMEERE. Recherches sur la reduction karyogamique. Bruxelles, 1890, 

93 p., 1 pi. n. * 

THOMSON (G. G.). Opuscula entomologica, fasc. XIV. Lund, 1890, 94 p. * 

A. L. 



Seance du O juillet 18OO 

Prudence de M. P. MABILLE 

Correspondance. M. le Secretaire donne lecture de la lettre de M. de 
Marseul, percepteur a Tergnier, en reponse a la lettre de M. le Secre 
taire lui transmettant le Rapport du Gonseil et le vote emis par la So- 
ciete entomologique de France a la seance du 25 juin. M. de Marseul 
remercie la Societe de son vote et de 1 honneur rendu a la memoire de 
son oncle, 1 abbe S.-A. de Marseul. 

M. P. Mabille, au nom du Reverend Pere Montrouzier, depose une 
note et deux photographies sur un Orthoptere nouveau de la Nouvelle- 
Caledonie : Karabidion Portei. 

Admission. M. Armand Gombert, instituteur a la Madeleine, a Evreux 
(Eure) (Entomologie generate, Cole opteresJ , presente par M. E. Simon, 
au nom de M. le D r M. Regimbart. Commissaires rapporteurs : 
MM. G.-A. Poujade et G.-A. Baer. 

Presentation. M. Gaston-F.-A. Portevin, a la Madeleine, a Evreux 
(Eure) (Entomologie generate, Cole opteres), presente par M. E. Simon, 
au nom de M. le D r M. Regimbart. Gommissaires rapporteurs : 
MM. P. Lesne et Ph. Grouvelle. 

Travaux e crits. M. P. Boise, de Soulangy, envoie une note supple 
mental ;e a son memoire : Recherches sur les organes des sens chez les 
Insectes, depose a la seance du 12 mars 1890. 

Communications. M. H. Lucas depose la note suivante : 

On sait que les femelles, chez les Mantides, construisent une coque 
revetue d une enveloppe protectrice et y deposent leurs oeufs ; ces coques 
a O3iifs ou ootheques, d une regularite parfaite, sont ordiuairement fixees 
sur des rameaux au moyen d un anneau et souvent aussi seulement 
deposees sur des pierres; leur structure doit differer plus ou moins, et 



cxxxu Bulletin entomologiquc. 

chaque espece possede tres probablement une ootheque caracteristique. 
Jusqu a present, les ootheques connues des Mantes sont piriformes. 

Mais il n en est pas de meme pour celle que jo pre sente a la Societe. 
L enveloppe protectrice de 1 ootheque est entierement spherique ou orbi- 
culaire et rappelle, par sa forme, une vessie gonflee ; elle est reticulee, 
lisse, transparente, d un brim roussatre plus ou moins fonce et mesure 
40 mill.; sa consistance rappelle un peu celle du parchemin; elle 
est impermeable a 1 eau, tres flexible et presente cependant au toucher 
une certaine resistance ; 1 anneau qui la maintient fixee au rameau n est 
pas tres grand ; il est mince et entoure entierement le rameau sur une 
longueur de 6 mill, environ ; sur un des cotes, on aperc,oit une raie lon- 
gitudinale d un brim roux plus fonce que Penveloppe, qui part du 
point d attache et s arrete a la partie inferieure, qui est d un brun tres 
fonce, ou Ton remarque un prolongement en forme de goulot ; c est par 
cette ouverture que sortent les jeunes larves, qui sont tres nombreuses. 
Par leur reunion, elles torment une grappe rappelant, inais en petit, un 
essaim d Abeilles. Les jeunes larves, en sortant, ne trouvant rien a 
manger dans la boite ou se trouvait cette ootheque, en ont ronge le car 
ton et pratique une ouverture de forme ovalaire, longue de 18 mill., 
large de 8 mill., et par laquelle beaucoup ont du s echapper. Je crois 
ne pas etre au-dessus de la realite en disant que ces jeunes larves de- 
vaient etre au moins au nombre de 200 individus. 

Ges larves, filiformes, sont longues de 8 mill, et larges de 1 mill.; la 
tete, les yeux et les organes de la manducation sont d un jaime testace ; 
los antennes, aliongees, filiformes, sont de cette coulcur, a 1 exception 
cependant des premiers articles qui sont epais, d un brun fonce, et des 
terminaux qui sont legerement teintes de brun ; le thorax et 1 abdomen 
sont d un brun brillant, avec les pattes d un jaune testace et les tarses 
bruns. 

Gette nidification, remarquable par sa forme spherique et son de ve- 
loppement, a etc rencontree aux environs de Tananarive (Madagascar) 
par M. Gatat. M. H. de Saussure, Miss, sclent, du Mexique, Rech. zool., 
t. XVI, p. 222, 1870, et Melanges orthopt., IV, fasc. Blattides et Man- 
tides, t. II, p. 164, pi. 10, fig. 55, 1872, a represente cette singuliere 
nidification, bien que n en connaissant pas Tartisan. 

M. P. Boise, de Soulangy, envoie une note en reponse a celle de 
M. Serge Alpheraky sur I ol faction chez les Insectes : 

L auteur dit que 1 opinion de M. S. Alpheraky ne saurait etre consi- 



Seance du juillet 1890. CXXXIH 

deree que comme une hypothese ingenieuse, car bien des faits pour- 
raient etre avances qui demontreraient que le developpement de 1 an- 
tenne n a pas toujours pour resultante directe et forcee le developpement 
de 1 olfaction. 

D autre part, certains males, dans la recherche des femelles, paraissent 
etre guides principalement par la vue, puisqu il est possible de les atti- 
rer avec un simple tison ou mieux un morceau de phosphore place, la 
nuit, dans un godet. (Test ce dernier precede qu emploie notre collegue 
pour capturer les males de Lampyris noctiluca L . 

Les recherches de M. P. Boise sur les Hymenopteres et surtout sur 
les Abeilles 1 ont amene a une autre conclusion, deja defendue, celle de 
localiser 1 audition principalement dans les antennes et 1 olfaction a la 
base de la languette, ou il existe une ampoule, plus ou moins visible 
selon les especes. M. P.^Boise appelle cette ampoule bulbe olfactif, et nerf 
olfactif, le nerf qui vient s y epanouir. 

M. J. Gazagnaire communique trois diagnoses inedites de Chrysis, 
captures par lui en Algerie en 1888. M. R. du Buysson, qui prepare 
actuellement une Monographic des GHRYSIDIDAE, a bien voulu les de- 
crire : 

Chrysis Zuleica, n. sp. <f. Corps de taille mediocre, entiere- 
ment de couleur feu dore-cuivre, excepte le metanotum et le dessous 
du thorax qui sont d un vert bleuatre. Tete a points serres-coriaces, plus 
tins sur le front et sur toute la face ; cavite faciale plane, un peu cana- 
liculee au milieu, subconvexe en haut; joues assez longues, conver- 
gentes en avant ; mandibules unidentees. Antennes noiratres ; les trois 
premiers articles d un vert dore-cuivre, le troisieme egal aux deux sui- 
vants reunis. Pronotum court, a cotes convergents en avant, ponctua- 
tion unie-coriacee, formee de quelques points mediocres, entremeles 
de nombreux petits points ruguleux ; postecusson grand, un peu plus 
verdatre, a points assez petits, presque medians, serres, ruguleux-co- 
riaces, non reticules ; angles postero-lateraux du metanotum triangu- 
laires-subaigus, a pointe droite dirigee obliquement en arriere ; meso- 
pleures d un feu dore-cuivre, densement ponctuees-subreticulees, 
planes, simplement avec un petit sillon transversal en dessous, a fond 
d un bleu verdatre. Tarses d un brim roussatre ; ecailles d un vert dore, 
d un feu cuivre sur le disque. Ailes legerement enfumees. Abdomen 
plus de couleur feu, sans carene distincte, peu convexe, a points fins, 
subconfluents, assez serres ; premier segment a points plus fins, serres- 



cxxxiv Bulletin entomologique. 

>eoriaces; troisieme segment court, largcment tronque-subarrondi, a 
disque regulierement convexe, cotes courts, subrectilignes ; serie ante- 
apicale non creusee, obsolete, non separee au milieu, seize foveoles 
tres petites, ponctiformes, indistinctes ; marge apicale tres entiere, con- 
colore, non debordante sur les cotes a sa naissance. Ventre de couleur 
feu dore grenat ; deuxieme segment tache, a sa base, de vert noiratre 
bronze, avec quelques reflets dores. Long. 7 mill. Algeric : Seb- 
dou (J. Gazagnaire). 

DifFere de C. hybrida Lep. par son coloris uniforme et plus feu, la 
ponctuation de 1 avant-corps beaucoup plus fine, gene ralement coriacee, 
les ailes plus enfumees, les mesopleures sans sillon mediano-longitu- 
dinal, les angles postero-lateraux du metanotum, la ponctuation abdo- 
minale, la forme du troisieme segment abdominal. 

C. Gazagnairei, n. sp. $. differe de C. Zuleica par sa forme 
plus etroite, la ponctuation du thorax reticulee et grosse, la face trian- 
gulaire, les articles 4-5 des antennes d un vert dore en dessus, le post- 
ecusson gibbuleux, petit; par les angles postico-lateraux du metanotum 
courts, divariques, obtus, creuses posterieurement. L abdomen a le 
premier segment plus vert, a points gros, tres espaces, peu profonds, 
les intervalles finement pointilles ; deuxieme segment a points assez 
fins, peu serres, peu profonds, peu reguliers, avec la bordure apicale 
un peu renflee, tres engainante, plus finement ponctuee ; troisieme seg 
ment en ovale arrondi, d un beau feu dore, a points fins et serres, garni 
de longs poils blancs ; le disque deprime transversalement, renfle un 
peu tout autour avant la serie anteapicalc; les cotes courts, rectilignes; 
serie anteapicale tres entiere, regulierement en ovale arrondi, un peu 
debordante de chaque cote a sa naissance. Ventre d un beau feu dore, 
tache de noir; troisieme segment entierement noir ; oviscapte d un brun 
roussatre. Long. 6 mill. Algerie : Tlemcen (J. Gazagnaire). 

Je suis heureux de dedier cette belle espece a M. J. Gazagnaire, Se 
cretaire de la Societe entomologique de France, en reconnaissance des 
belles especes qu il a bien voulu m abandonner. 

C. cylindrosoma, n. sp. ?. Corps cylindrique, e troit, paraliele; 
tout 1 avant-corps d un vert cuivre -bronze, brillant par suite des inter 
valles de la ponctuation tres lisses; Pabdomen d un feu grenat-dore; le 
dessous du corps d un vert gai. Tete epaisse, arrondie, a points mc- 
diocres, espaces ; cavite faciale d un vert gai, lisse, avec quelques petits 
points epars au milieu, les cotes a points plus serres, le haut sans ca- 
rene ; joues courtes, paralleles. Antennes noiratres, le premier article 



Seance du 9 juillet 1890. cxxxv 

bronze, avec le dessous dore-cuivre. Pronotum long, cylindrique, a 
points mediocres, assez serres ; mesonotum a points espaces ; le milieu 
du disque de Pecusson lisse et brillant, avec quelques points tres epars. 
Tarses roux. Abdomen cylindrique, sans carene, a points petits, peu 
serres, peu reguliers ; premier segment ayant des points fins entremeles 
aux autres ; deuxieme segment a points denses, subcoriaces a la base du 
disque ; troisieme segment trapeziforme, regulierement convexe sur le 
disque : serie anteapicale obsolete et separee an milieu, mais creusee sur 
les cotes; quatorze foveoles tres petites, rondes, indistinctes au milieu, 
mais larges, transversales, ouvertes, confluentes sur les cotes ; marge 
apicale concolore, regulierement transverse, troriquee dans toute la 
largeur du segment; de chaque cote, Tangle forme par cette troncature 
constitue une petite dent obtuse, dirigee en arriere et depassant un peu 
la ligne de la troncature ; la marge forme de chaque cote, a sa nais- 
sance, un vague petit angle arrondi, separe de la dent par une ligne 
droite. Ventre d uu vert bleuatre, tache de noir ; le troisieme segment 
presque entierement noir; oviscapte d un brun roussatre. Long. 
7 mill. Algerie : Lalla-Maghnia (J. Gazagnaire). 

Cette belle espece ressemble assez a C. incisa R. Buyss.; mais elle 
s en distingue aisement, en outre de son coloris, par la ponctuation tho- 
racique et abdominale, la cavite faciale presque lisse, le troisieme seg 
ment abdominal ayant une serie anteapicale a grosses foveoles sur les 
cotes, les angles de la troncature de la marge formant, de chaque cote, 
une petite dent dirigee en arriere, sans aucune incision apres. 

M. F. Decaux presente ,a la Societe des GLYTUS TROPIGUS Panz. 
obtenus d eclosion. Ge sont les descendants de six generations qu il a 
elevees successivement. II n a constate dans ses eleves aucune difference 
avec les types captures a Petal libre ; il n a observe aucune malforma 
tion, aucune monstruosite. Sur une ponte de quarante oeufs, en moyenne, 
qualre ou sept seulement evoluent a terme. G est le seul desa vantage, 
dit-il, de la captivite. 

- M. L. Bedel donne la diagnose de trois Goleopteres nouveaux du 
nord de PAfrique : 

1. Orthocerus (Sarrotrium) funicornis, n. sp. Qblongus, 

sordide obscums, pedibus vix dilutioribus , cinereo-pubescens ; clypeo 
magno; antennis tenuibus et setis brevibus albis indutis, articulis 1-3 
oblongis, 4-9 brevibus, articulo 10 praecedente vix majore, apice infus- 
cato; pronoto subquadrato, supra hand vel vix impresso; elytris pronoto 



cxxxvi Bulletin entomologique. 

paulo latioribus, oblongo-ovatis , apice dedivibus et conjunctim rot-tin- 
datis, punctato-striatis, interstitiis dorsalibus alternis subcostatis. 
Long. 3 1/4 mill. 

Province d Oran : Tlemcen!; Sebdou (E. Lemoro!); Oran (A. Bous- 
quet!). Grandin de PEprevier en avail egalement recueilli un exem- 
plaire dans la meme region (coll. Sedillot). 

Differe notablement des Orthocerus d Europe par ses antennes greles, 
simplement revetues de soies blanches, et assez semblables a celles des 
Heteromeres du genre Sepidium Fabr. 

2. Cylindromorphus spinipennis, n. sp. Linear i-elongatus, 
obscure viridi-aeneus, fronte foveato-sulcata ; pronoto plica elevata trans- 
versim discisso, utrinque acute carinato ; elytris ante medium compressis, 
supra depressis, aspere (antrorsum creberrime} punctatis, mucrone spini- 
formi terminatis. Long. 4 mill. 

Province d Oran : Terni, pres Tlemcen (E. Lemoro!); Frendah 
(E. Bousquet!). 

Espece voisine de C. subuliformis Mannh., mais remarquable par ses 
elytres armes chacun, au sommet, d une pointe epineuse. 

3. Ochina (Cittobium) numidica, n. sp. 0. hederae aflinis, 
similiter colorata, sed pronoto varie submaculato elytrisque dentato-fas- 
ciatis, eliam ipso apice cinereo-pubescentibus. 

Province de Gonstantine : Philippeville (Sedillot !) ; Bone, Edough !. 
Kroumirie : El-Feidja (Sedillot!). Assez commun au printemps sur 
le Lierre. 

Tres voisin de 0. hederae Miill., mais distinct par la pubescence du 
pronotum mouchetee et par les fascies grises des elytres plus decoupees 
et prolongees jusqu au sommet. 

Decision. Au nom de la Societe, M. le president designe comme dele- 
gue de la Societe entomologique de France, pour suivre les travaux de 
la 19 e session de Y Association francaise pour I avancement des Sciences, 
qui se tiendra a Limoges du 7 au 14 aout prochain, M. A. Lamey, an- 
cien conservateur des forets. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Seance du 9 juillet 1890. cxxxvn 

Bulletin bibliographique 

Acade mie des Sciences (Comptes rendm hebdomadaires des seances de I ), 
1890, 1, n 25. Q N 26 - L - ROULE. Sur le developpement du 
blastoderme chez les Crustaces isopodes (Porcellio scaber Latr.). 

Annals and Magazine of Natural History, VI, 6, 31, 1890. G. J. GA- 
HAN. Notes on some West-Indian Longicorn Goleoptera, with des 
criptions of new Genera and Species. A. G. BUTLER. Notes on the 
Genus Dyschorista Led., a small Group of Moths allied to Orthosia. 

R. J. POCOGK. Descriptions of two new Species of Scorpions 
brought by Emin Pasha from the inland parts of East Africa. 
E. M. SHARPE. On some new species of African LycaBnidae in the 
collection of Philip Crowley. C. 0. WATERHOUSE. On some Eas 
tern Equatorial African Goleoptera collected by Emin Pasha, with 
descriptions of two new Longicornia. 

-Association francaise pour I avancement des Sciences, 18 e session, Paris, 
1889. NICOLAS. Insectes fossiles d Aix. Collection du Museum 
Requien a Avignon. J. DE GUERNE et J. RICHARD. La distribution 
geographique des Galanides d eau douce. NICOLAS. Les Hymeno- 
pteres du midi de la France. Le genre Osmia. A.-S. PACKARD. 
La distribution des organes du gout dans les Insectes. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, 1890, n 237. A. DOLLFUS. Tableaux 
synoptiques de la Faune franchise : Crustaces isopodes (Introduc 
tion). 

Naturaliste (Le), l er juillet 1890. D r G. GARLET. La cire et ses organes 
secreteurs (fig.). GH. BRONGNIART. Nouvelle espece du genre Ro 
salia (fig.). P. DOGNIN. Descriptions de Lepidopteres nouveaux. 

L. PLANET. La larve et la nymphe du Dorcus parallelipipedus 
(fig-). 

Royal Society (Proceedings), XL VII, 290, 1890. Q 

Societas entomologica, V, 7, 1890. D. SCHLATER. Mittheilungen tiber 
den Schmetterlingsfang in Surinam. L. WELLER. Zur Verbrei- 
tung des Colorado Kafers, Doryphora decemlineata Say. FR. RUHL. 
Die Macrolepidopteren-Fauna von Zurich und Umgebung. 
C. SCHMIDT. Schlesische Coleophoriidenraupen und deren Sacke. 
C. F. ANCEY. Sur la faune des regions Medeenne et Bogharienne. 



JOURNAL BIMENSDIL (Bulletin de la Societe entomol. de France), 1890, n 14. 



cxxxviii Bulletin entomologique. 

FR. RUHL. Beitrag zur kritischen Sichtung der Melitseen-Gruppe 
Athalia Rott., Parthenie Bork und Aurelia Nick. 

Societe entomologique de Belgique, Compte rendu du 7 juin 1890. 
A. FOREL. jEnictus-Typhlatta, decouverte de M. Wroughton. Nou- 
veaux genres de Formicides. 

Wiener entomologische Zeitung, IX, 5, 1890. P. STEIN. Bin echter 
Dipterenzwitter. D r L. v. HEYDEN. Europaisch-Nordamerikanische 
Goleopteren-Synonyma. F. J. KIEFFER. Die Gallmucken des Be- 
senginsters. E. BRENSKE. Notizen iiber Melolonthiden. Prof. 
D r K. v. DALLA TORRE. Hymenopterologische Notizen. E. REITTER. 
Goleopterologische Notizen, XXXVII. E. WASSMANN. Zur Ortho- 
graphie und Synonymic in der popular Wissenschaftlichen Amei- 
sen litteratur. D r G. SEIDLITZ. Ueber Cicindela decipiens und elegans 
Fisch. A. MATTHEWS. Vier neue europaische Goleoptereri-Arten 
aus der Familie der Corylophidae. E. REITTER. Eine neue behaarte 
Meloe-Ail aus Turkestan. Prof. J. MIK. Dipterologische Miscellen, 
XVI. 



KOLLAR (V.) et D r L. REDTENBACHER. Aufzahlung und Beschreibung der 
von Freiherrn Carl. v. Hiigel auf seiner Reise durch Kaschmir und 
das Himaleya gebirge gesammelten Insecten, 28 pi. n., vol. I a IV. 
Stuttgart, 1840-1848. Ouvrage acquis pour la Bibliotheque. 

A. L. 



Seance du 23 juillet 1S9O 

Presidence de M. P. MABILLE 

Necrologie. M. le Secretaire annonce la mort de MM. : 

L. W. Schaufuss, docteur en philosophic, Directeur du Museum Lud- 
wig Salvator a Meissen, membre de la Societe entomologique de France 
depuis 1861. 

Notre regrette collegue a publie de nombreux travaux entomologiques 
estimes, dont les deux derniers sont deux Monographies : celle des 
PSEL APHID AE et celle des ScYDMAE^iDAE. II est decede, a Meissen (Saxe), 
le 17 juillet 1890. 



Seance du %3 juillet 1890. cxxxix 

Le D r A. Grenier, membre de la Societe entomologique de France 
depuis 18o7. 

Notre collegue, qui etait membre a vie, est decede, a Bagneres-de- 
Bigorre (Hautes-Pyrenees), le 19 juillet 1890. 

Le D r A. Grenier est un de nos anciens Presidents. Par son devoue- 
ment, son activite et son affabilite, il rendit, dans maintes circonstances, 
de grands services a la Societe entomologique de France. 

Notre collegue s occupait surtout des Coleopteres d Europe. Quelques 
jours avant sa mort, le D r Grenier a donne sa collection et celle de 
Ch. Aube, qu il conservait precieusement, a notre devoue bibliothecaire 
M. A. Leveille. 

La Societe doit se rappeler que 1 intention de Ch. Aube avait ete de 
diviser sa collection entre ses amis, MM. le D r A. Laboulbene, le D r V. Si- 
gnoret, le D r A. Grenier et L. Fairmaire. 

A la mort de Ch. Aube, nos collegues deciderent que sa collection ne 
serait pas divisee, mais serait remise entre les mains d un seul. Ce fut 
le D r A. Grenier qui fut designe. 

L Abeille. M. le Secretaire -informe les Membres de la Societe que 
M. PArchiviste, avec le concours de nos collegues MM. C.-E. Leprieur, 
A. Lamey et F. Decaux, a mis en depot a la bibliotheque les exemplaires 
de I Abeille et autres ouvrages tires dudit journal qui lui ont ete delivres 
par M. de Marseul, percepteur a Tergnier, neveu de notre regrette 
membre honoraire Pabbe S.-A. de Marseul. 

M. le Bibliothecaire se propose d en faire le depouillement apres les 
vacances. 

M. le Secretaire ajoute qu il espere que sous peu la Societe recevra 
de M. de Marseul le lot dcs Catalogues de Pabbe S.-A. de Marseul, qui, 
par erreur, a ete envoye par Pimprimeur a Tergnier. 

Rapport. M. G.-A. Poujade, rapporteur de la Commission de publi 
cation, donne lecture du rapport ou est consignee la composition du 
3 e trimestre des Annales 1890, ainsi que Pa decide la Commission de 
publication dans sa seance du 22 juillet dernier. 

A ce sujet, M. le Secretaire espere que, grace a Pactivite de Pimpri 
meur de la Societe, le 2 e trimestre des Annales 1890 pourra etre delivre 
peu de temps apres les vacances. 

Admission. M. Gaston-F.-A. Portevin, a la Madeleine, a Evreux 
(Eure) (Entomologie generals, Cole opteresJ, presente par M. E. Simon, 



CXL Bulletin cntomologique. 

au nom de M. le D r M. Regimbart. Commissaires rapporteurs : 
MM. P. Lesne et P. Grouvelle. 

Presentation. M. Armand Janet, ingenieur de la marine, a 1 Arsenal de 
Toulon (Var) (Le pidopteres), presente par M. G.-A. Poujade. Com 
missaires rapporteurs : MM. P. Mabille et H. Lucas. 

Travaw e crits. M; le Secretaire depose, au nom de M. E. Fleutiaux, 
un memoire intitule : ELATERID^E de la Nouvelle-Cale donie, par E. Fleu 
tiaux ; une carte. 

L auteur enumere 25 especes, dont 1 genre nouveau et 12 especes 
nouvelles. 

M. E. Simon depose, au nom de M. A. Grouvelle, un memoire 
intitule : Voyage de M. E. Simon au Venezuela, decembre 1887 avril 
1888, NiiiDULiDjE, MONOTOMIDJE, par A. Grouvelle ; trois dessins. 

L auteur enumere 36 especes, dont 3 nouvelles. 

Communications. M. P. Lesne lit une note sur EMPHYTUS TENER Fall., 
et communique quelques experiences en vue de la destruction des Cou 
sins : CULEX PIPIENS L. : 

1 Voici une confirmation des arguments que nous avons presented, 
M. Edm. Andre et moi, a propos de I mnocuite de Emphytus tener Fall. 
M. Pichery, proprietaire d un vignoble, a Bonne ville (Loir-et-Cher), 
m ecrit, en effet, les lignes suivantes : 

Nous taillons la Vigne, non pas tres pres du dernier oail que nous 
desirous laisser, mais a une certaine distance au-dessus, qui pent varier, 
suivant I atlention de la personne qui taille, de un a trois ou quatre cen 
timetres. Le dernier osil pousse ordinairement un sarment et la partie 
laissee au-dessus se desseche. C est la que j ai toujours rencontre Fln- 
secte dont il est question, 1 hiver ou le printemps suivant, a la taille dc 
la Vigne, dans le vieux bois ou bois de deux ans. 

2 Le nouveau precede que je propose pour la destruction des Cou 
sins est basee sur 1 asphyxie que determine 1 huile, chez les Insectes, en 
penetrant dans leurs conduits tracheens. Inutile de rappeler comment 
les larves et les nymphes des Cousins viennent respirer a la surface de 
1 eau en emergeant Pextremite des tubes tracheens, fixes a 1 avant-dernier 
anneau de 1 abdomen, chez les larves, ou aux cotes du prothorax, chez 
les nymphes. 

Le 8 juin dernier, a Orleans, je fis une premiere experience. Je versai 



Seance du 23 juillet 1890. cxu 

dans un vase a peu pres deux litres d une eau croupie contenant envi 
ron un millier de larves et nymphes de Culex pipiens L.; sur cette eau, 
dont la surface libre mesurait environ 8 decimetres carres, je versai, le 
matin, pres de 2 centimetres cubes d huile. Le soir du meme jour, le 
resultat etait encore peu concluant ; on voyait cependant deja les larves 
et les nymphes venant a la surface pour respirer, agiter 1 abdomen d une 
facon iusolite, essayant en vain de puiser Fair necessaire a la vie. Le 
lendemain matin, la moitie environ des individus contenus dans le vase 
gisaient morts au fond. Une douzaine d adultes nageaient a la surface ; 
ils avaient peri, mouilles par 1 huile, pendant 1 acte critique de Peclo- 
sion. Le meme jour, a midi, il ne restait plus que 150 a 200 survivants 
et le lendemain tous les Insectes etaient morts. 

Le l er juillet dernier, M. Maurice Lerude, d Orleans, voulut bien, a 
ma demande, repeter 1 experience plus en grand. Dans un tonneau d eau 
de pluie contenant des milliers de larves et de nymphes du Cousin com- 
mun, il versa 10 grammes d huile, soit une couche de 2 millimetres 
d epaisseur, la surface libre de 1 eau ayant environ 54 decimetres carres. 
Le 5 juillet, tous les Insectes habitant le tonneau etaient morts, y com- 
pris quelques larves d Eristales. Sur les cadavres des Insectes vege- 
taient des productions cryptogamiques. Je pus constater, sur un 
echantillon d eau envoye par M. Lerude, que si 1 huile avait tue les 
Insecles, elle ne paraissait aucunement avoir ete prejudiciable aux Infu- 
soires et surtout aux Bacteriens, qui s etaient developpes en abondance 
dans ce milieu. 

En resume, cos experiences demontrent que les larves, nymphes et 
adultes sont tues par ce precede. Son prix de revient n est pas tres cou- 
teux, car il est probable qu une couche d huile de moins d un demi- 
millimetre d epaisseur donnerait des resultats concluants. Dans ces con 
ditions, en employant de 1 huile a 60 francs 1 hectolitre, le prix du 
traitement d un hectare ne depasserait pas 20 a 25 francs. 

Etant donnes les ravages produits dans quelques pepinieres par 
PHLOEOSINUS BICOLOR Brulle et P. THUY^E sur certains Goniferes, M. F. De- 
caux preconise la chasse au parapluie, faite regulierement chaque jour, 
de dix hen res a onze heures du matin, pendant 1 epoque de 1 accouple- 
ment, c est-a-dire du 25 avril au 15 mai et du 25 juillet au 20 aout. 
Pour lui, il est convaincu que ce precede donnera des resultats satis- 
faisants. Si, d un autre cote, on se rend bien compte de 1 aide que 
peuvent apporter dans la lutte les Hymenopteres parasites, on ne sera 



GXLII Bulletin entomologique. 

pas trop eloigne de Fidce que la destruction des Phloeosinus, si bien pre 
serves qu ils soient centre les fumigations et autres precedes, peut 
devenir chose possible. 

Si, dans cette lutte, Faction de 1 homme peut etre considered comme 
assez limitee, Faction des Insectes auxiliaires n est nullement entravee, 
et il croit cette action considerable, comme semblent le lui prouver les 
observations qu il a faites. 

Pour entrainer la conviction de ses collogues, M. F. Decaux juge 
done interessant de leur communiquer la statistique qu il a dressee sur 
Phloeosinus bicolor et P. thuyse et leurs parasites : 

1880. Phloeosinus bicolor : 30 a 40 insectes par eclosion. 

Parasites Hymenopteres : 3 ou 4 individus. 

1881 . Phloeosinus bicolor : 60 insectes par eclosion. 

Parasites Hymenopteres : 6 ou 8 individus. 

Phloeosinus thuyas (pour la premiere fois) : 4 insectes par eclosion. 

Pas de parasites. 

1889. Phloeosinus bicolor : 200 a 250 insectes par eclosion. 

Parasites Hymenopteres : 120 a 150 individus. 
Phloeosinus thuyx : 70 a 80 insectes par eclosion. 

Parasites Hymenopteres : 30 a 40 individus. 

Parasites Laemophloeus (Goleopt.) : 20 individus. 

M. Breignet, de Bordeaux, envoie les notes suivantes : 

1 Le 16 avril dernier, sur les indications de mon ami M. Labat, 
j allai a Pessac (Gironde) visitor des pieds de Asphodelus albus Mill, sur 
lesquels il avail observe, quelques jours avant, de petites chenilles. Je 
pus, en effet, recueillir plusieurs chrysalides. J arrivai trop tard pour 
les chenilles. Je le regrette d autant plus, que j ai obtenu deux especes 
de Tortrix. L une (six emplaires). T. unicolorana Dup., espece meri- 
dionale que Maurice Sand a trouvee dans TAuvergne et FIndre, ost nou- 
velle, je crois, pour notre region ; Fautre (quatre sujets) inedite, et dont 
je viens donner la description : 

Tortrix Labatiana, n. sp. Le Papillon ressemble absolument, 
comme forme et comme taille, a T. unicolorana ; mais, au lieu d etre 
d un brun fonce uiii quelque peu bronze, les ailes superieures sont d un 



Seance du 23 juillet 1890. CXLIII 

ocrace jaunatre ou roussatre, avec une teinte olivatre causee par le fond 
de 1 aile, qui est plombe, luisant et traverse par de nombreuses stries 
ocracees, indistinctes, comme dans T. Steineriana var. Lusana H. S., 
mais plus fines. La base de 1 aile, le thorax et la tete sont roussatres ; la 
frange est d un ocrace roussatre clair. Les ailes inferieures sont d un 
gris noiratre, la frange est plus pale que celle des superieures. 

En dessous, les ailes superieures sont d un noir grisatre uni, la cote 
est finement liseree d ocrace, la frange de la couleur du dessus. Les ailes 
inferieures sont presque blanches dans les deux sexes, avec la frange 
un peu plus grise. L abdomen est noiratre. 

Cette espece varie comme intensite de couleur suivant les individus, 
certains exemplaires etant d un brun roussatre. Mais elle se distingue 
toujours de T. unicolorana par un fond plombe, lustre, strie de couleur 
ocracce ; sa frange est claire et ses aiies inferieures sont blanchatres en 
dessous. 

Les deux especes sont ecloses simultane ment du 24 avril au 4 mai. 

D apres les renseignements qu a bien voulu me fournir notre savant 
collegue M. E. Ragonot, mon Papillon pourrait bien tre T. Uhagonana 
de M. Seebold. Mais ce dernier Papillon n ayant pas e"te decrit, je pro 
pose de donner a mon espece le nom de Tortrix Labatiana, en hom- 
mage a notre collegue M. Labat, a la gracieusete duquel je dois d avoir 
decouvert cette espece. 

Elle se placera apres T. unicolorana Dup. 

2 En faisant des recherches dans la Feuille des Jeunes Naturalistes, 
j ai trouve, n de Janvier 1881, une aberration de Papilio Machaon 
figuree et decrite par M. Donkier de Donceel sous le nom de aurantiaca 
de Selys. Gette aberration, dit-il, ne differe du type que par la teinte 
fortement orangee. Gette teinte n est pas un effet de la vetuste, car 
1 Insecte n a jamais ete expose a la lumiere et a toujours ete aussi 
fonce qu il est figure. 

Or, la figure qu en donne M. Donkier de Donceel represente bien la 
race que 1 on prend en juillet et septembre sur quelques coteaux des 
environs de Bordeaux et que M. Trimoulet, dans son Catalogue des Le- 
pidopteres de la Gironde, a appelee var. burdigalensis. Cette variete, 
fait-il observer, se distingue du type par la couleur ocree des ailes. 

II est certain que cette race, qui ne parait pas tres rare dans la Gi 
ronde, mais localisee et tout u fait estivale, doit se trouver egalement 



CXLIV Bulletin entomologique. 

en d autres endroits (1). Quoi qu il en soil, je pense que, puisqu on a 
voulu lui imposer un nom pour la distinguer du type, qui varie lui- 
meme beaucoup et par la taille et par la teinte, celui que lui a donne 
M. Trimoiriet doit avoir la priorite puisqu il date de longtemps (1858) 
avant celui de M. de Selys (1881). 

3 M. Breignet signale aussi la capture faite par lui, le l er juin der 
nier, de deux sujets de Thalpochares Elychrisi Rbr. Cette espece, indi- 
quee de Corse et de Sardaigne dans le Catalogue de M. Staudinger, est 
nouvelle pour la faune franchise. Notre collegue a trouve ces deux 
Papillons dans une prairie seche, pres d un bois de Pins, au pied de la 
dune qui borde la mer a la Pointe-de-Grave (Medoc), coin de terre sur 
lequel il a deja eu 1 occasion de capturer plusieurs especes meridio- 
nales. 

M. Breignet signale encore la capture, le 15 juin, d une femelle de 
Acrolepia fumociliella Mann., espece de 1 Italie centrale et de la Corse, 
en battant une haie a Baurech (Gironde). 

M. le D r Alex. Laboulbene fait la communication suivante : 

On trouve dans { Entomologist s Record and Journal of Variation, 
numero du 15 mai 1890, une etude sur la variete de couleur verte de 
ARGYNNIS PAPHIA ou var. VALESINA, espece europeenne bien connue et 
tres repandue, et sur les rapports de la coloration des Lepidopteres avec 
le milieu ou vivent les chenilles. 

En Angleterre, la var. valesina ne se prend que dans une localite : la 
New-Forest. En Europe et en Asie, les localites boisees offrent deux va- 
rietes de femelles : les brunes et les vertes, ces dernieres constituant la 
var. valesina. Dans les regions decouvertes, non boisees, elles manquent 
completement : ainsi en Suede, dans TAllemagne du Nord, la Russie, 
la Siberie ; tandis qu on les trouve dans PAllemagne du Sud, TArmenie 
et la Chine. Au Japon et dans le nord-est chinois, les femelles sont 
presque toutes brunes et de couleur plus foncee qu en Europe ; les 
formes vertes font absolument defaut. 

Entre ces deux varietes, on remarque, par exemple, dans la New- 
Forest, des formes intermediaires. 

La coloration des Lepidopteres est en correlation avec le milieu. On 
sait combien les differences de secheresse et d humidite jouent un role 

(1) Un de mes collfegues me 1 a signalee de Maine-et-Loire. 



Seance du 23 juillet 1890. CXLV 

important : la coloration est plus vive et semble avoir plus d eclat dans 
les regions humides. Jenner Weir cite des experiences faites sur une 
espece de Papillon des Indes, qui presente le diraorphisme saisonnier : 
une forme e tant spe ciale a la saison humide et une autre a la saison 
seche. Jenner Weir a pu obtenir la coloration propre a la saison humide, 
pendant la duree de la saison seche, en mettant les chenilles dans un 
milieu humide ou une atmosphere chargee de vapeur d eau. 

M. A. Salle, au nom de M. A. Fauvel, depose les deux notes sui- 
vantes : 

I. Dans le Bulletin des seances de la Societe, 1889, p. ccxxvr, 
M. J. Desbrochers des Loges declare ne pouvoir accepter trois synony 
mies publiees par moi dans le n 7 de la Revue d Entomologie, p. 197-198. 
Voici ma reponse : 

1 Je veux bien admettre comme inedit le nom de Holcorrhinus me- 
tallicus Desbr. (qui est Omias indutus Ksw.); mais ce nom n en figure 
pas moins au Catalogus Coleopt. Eur. et Cauc., p. lol ; il y avail done 
lieu a rectification; 

2 La synonymie concernant Magdalis violacea et cxruleipennis n est 
pas de moi, mais de M. Weise, Deut. Ent. Zeits., 1885, p. 413-414, qui 
a public (loc. cit.) une revision du genre ; 

3 J accepte enfm comme inedit ou errone le nom de Apion distincti- 
rostre Desbr., de Corse, cite au meme Catalogus, p. 177, et j admets 
Apion distincticolle Desbr., Soc. ent. Suisse, decrit d Espagne et tres 
voisin de A. cruentatum Walton, ignorant si les differences signalees 
dans le Bulletin (loc. cit.) sont ou non specifiques; en tout cas, il y 
avail lieu encore a rectificalion pour le nom de distinctirostre. 

II. M. Gh. Oberthur a appele 1 attention, dans le meme Bulletin, 
p. CCXLI, sur des genres de Lepidopteres dont tous les individus re- 
cueillis a Madagascar ont les ailes asymelriques. 

J ai lait une observation semblable sur deux Staphylinides de Mada 
gascar appartenant au genre Osorius : 0. incisicrurus Latr. et une 
espece voisine, inedite. Le sommet du front de ces Insectes, au lieu 
d Stre syme triquement tridente, manque toujours de la dent gauche, et 
je n ai jamais remarque un seul exemplaire faisant plus ou moins 
exception parmi le grand nombre que j en ai examines depuis des 
annees. 



CXLVI Bulletin entomologique. 

G est la un fait tres curieux, dont je ue connais pas d autre exemple 
parmi les Coleopteres. 

M. E. Simon communique, au nom de M. Ant. Grouvelle, deux 
especes nouvelles de Parnides : 

Parnus ovatus, sp. n. Ovatus, convexus, dense subtilitcrque 
punctatus, fuscus, griseo-sericeus, pube brevi cinereo dense vestitus ; pro- 
thorace utrinque carinato ; pedibus nigris, tarsis piceis ; coxis intcrme- 
diis distantibus, posticis subapproximatis. Long. 6 a 7 mill. The- 
resopolis (Bresil). 

Parnus parallelus, sp. n. Elongatus parallelus, modice con 
vexus, subtiliter punctatus, fuscus, griseo-sericeus, pube fusca dense 
vestitus, prothorace transverse, antice angustato et emarginato, margi- 
nibus lateralibus principaliter ante angulos posticos late explanatis, 
extus ciliatis ; elytris punctato-striatis ; femoribus infuscatis, tibiis tar- 
sisque rufis ; coxis approximatis. Long. 7 a 8 mill. Theresopolis 
(Bresil). 

M. P. Mabille communique les notes lepidopterologiques sui- 
vantes : 

1 Le groupe de BOMBYX RHADAMA de Goquerel forme un genre tres 
circonscritetfort interessant. Une seconde espece, Bombyx Diego du meme 
auteur, est tres voisine de B. Rhadama. Tous deux sont des sericigenes, 
qui, par leurs moaurs et surtout par leur organisation, ne peuvent faire 
partie du genre Bombyx; ils appartiennent a une division particuliere 
qui se rapproclie beaucoup des Cnethocampa europeens, connus sous le 
nom de Processionnaires. Ces Insectes, que Ton rapproche des Pygxra, 
n ont que quelques traits de ressemblance avec ceux-ci et doivent pro- 
bablement former une famiile separee qui a de grandes affmites avec 
les Liparides. 

Aux deux especes deja connues, j en ajoute deux nouvelles, toutes 
provenant de Madagascar. Pour elles, j etablis un genre que je rattache 
aux Cnethocampa. La nervulation ne permet pas, jusqu a present, de 
separer ces especes, et, malgre leur difference de taille et de couleur, 
je crois a une famiile tres particuliere : les Gnethocarnpides, qui reuni- 
raient les especes europeennes et malgaches. 

Coenostcgia, gen. nov. Ailes superieures prolongees a Tapex, a 
bords droits. Tete petite, a front saillant ; yeux tres gros. Palpes petits, 



Seance dw %3 juillet 1890. CXLVII 

courts, porriges. Antonnes noires, pectinees et a lames longues chez le 
male, greles et a lames courtes chez la femelle. 

Abdomen depassant un peu les ailes, avec son dernier anneau renfle 
et epaissi chez les femelles et garni de poils raides et serres. 

Ailes superieures a 11 nervules; un pli tres accuse formant une 
fausse nervure au-dessus de la nervure 1. Mediane a trois rameaux. 
Nervule disco-cellulaire concave, portant le rameau 5 insere en son 
milieu. Nervules 8 et 9 naissant au bout d une longue tige commune et 
tres courtes. 

Ailes inferieures a 8 nervules. La costale et la sous-costale juxta- 
posees dans leur premier tiers, et la sous-costale fmissant par deux ra 
meaux tres courts. Disco-cellulaire formant un angle sur le pli, la 
branche inferieurc moitie plus longue. Grin simple et long chez le male, 
multiple chez la femelle et semblant un pinceau de poils raides, courts 
et libres. 

Tableau comparatif des especes. 

1 . Ailes superieures d un jaune d or ou jaune souci, avec une 

bordure noire ou plombee, large a 1 apex des premieres 
ailes et se continuant ou non sur les inferieures 2. 

Ailes superieures d un jaune soufre ou d un gris blond, avec 

une bordure d un gris plombe ou noiratre, distincte du fond 

ou non. Les ailes inferieures sans bordure aucune 3. 

2 . Ailes et corps d un jaune souci, avec une bordure tres noire, 

elargie a 1 apex des premieres ailes, s amincissant ensuite, 
puis continuce sur les inferieures. Tete et collier d un fauve 
rougeatre C. Barrel, h. sp. 

Ailes et corps d un jaune souci clair, avec 1 apex des pre 

mieres ailes noiratre. La cote et le tronc des nervures sont 
jaunes. Ailes inferieures jaunes, sans bordure. C. flavens, n. sp. 

3. Ailes superieures d un jaune soufre ou blanc soufre; cote 

noiratre; troncs des nervures gris. Toute la partie api- 
cale d un gris noiratre. Ailes inferieures d un jaune tres 
pale C. RHADAMA Coq. 

Ailes superieures d un gris blond ou jaunatre, uniforme ; elles 

sont traversees, un peu au dela du milieu, par une eclaircie 
blanchatre, semi-transparente. L apex est a peine plus fonce 
que le reste de 1 aile. Ailes inferieures d un jaune un peu 
gris et pale C. DIEGO Goq. 



CXLVIII Bulletin entomologique. 

Ces quatre especes, quoique tres voisines, spnt faciles a distinguer. 
Leurs chenilles torment de grandes et longues poches communes, oti 
elles accumulent leurs cocons en rangs serres et qu elles appliquent 
centre les troncs d arbre. Seul, C. Barrel suspend sa poche aux branches, 
du moins d apres celle que j ai vue. 

C. Diego semble rare. Je ne connais que les types de Goquerel, qui 
etaient dans la collection Guerin-Meneville, appartenant maintenant au 
Museum d histoire naturelle de Paris. 

C. flavens differe des deux especes deja connues par le fond de ses 
ailes d un beau jaune. L apex est noir jusqu a Tangle interne ; cette cou- 
leur forme une bordure moins large que chez C. Rhadama, et la cote et 
le tronc des nervures sont jaunes comme le fond. 

Je dois a 1 obligeance de M. H. Lucas la connaissance de C. Barrel. 

Cette nouvelle espece se distingue tout de suite par le fond de ses 
ailes d un jaune fonce tres intense et par sa bordure noire continue sur 
les quatre ailes. G est la seule espece dont les ailes inferieures ne soient 
pas d un jaune uniforme. 

Elle provient de Nossi-Be, et je Pai dedie e a M. Barre de Moussac, 
capitaine au long cours, qui a envoye au Museum une poche pleine de 
cocons. Les Papiilons qui sont eclos en route sont un peu incomplets. 

2 J ai eu la bonne fortune de pouvoir examiner Gossus STUMPFFII de 
M. Saalmuller. G est un remarquable Insecte, qui s eloigne considera- 
blement des Cossus europeens par une foule de caracteres tres saillants. 
Les plus importants sont tires : des antennes qui sont pectinees, a lames 
assez longues, comme chez certains Bombycites ; de la longueur du 
corps, qui depasse de beaucoup les ailes inferieures et se termine par 
un fort bouquet de poils raides. 

J ai ete conduit, par ces caracteres, a retirer du genre Cossus 
C. Stumpffii et d en faire le type d une coupe generique que je dedie au 
savant qui a decrit Pespece. Saalmulleria Stumpffii sera figure dans 
notre Faune de Madagascar. 

Saalmulleria, gen. nov. Corps cylindrico-conique, depassant 
les ailes d une moitie de la longueur de Pabdomen. 

Abdomen termine par un pinceau de poils raides, tendant a s etaler 
en eventail. Pterygodes a poils herisses. Premier anneau portant une 
touffe epaisse de poils noirs et herisses. 



Seance du 23 juillet i890. CXLIX 

Antennes des males pectinees, a lames laches, longues et implantees 
dans une touffe de poils ecailleux et serres. 

Tibias posterieurs munis a la face externe de longs poils fins, epais, 
fusiformes, blancs au bout. Tarses courts, a articles epais, feutres ; leur 
vestiture depassant le double crochet du dernier ; les trois premiers 
munis de poils semblables a ceux du tibia et formant un pinceau etale et 
aplati. Deux paires d eperons a la face interne. 

Ce genre differe des Cossus par ses antennes pectinees, ses pattes 
poste rieures, et la longueur de 1 abdomen termine par des poils etales. 

Avis. M. le President rappelle que pendant les mois d aout et de 
septembre (vacances) les seances de la Societe entomologique de France 
ainsi que la publication du Bulletin des seances seront suspendues. 

La prochaine seance se tiendra le 8 octobre. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Bulletin bibliographique 

Academic des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I ), 
1890, 2 e sem., n i. N 2. R. BLANCHARD et J. RICHARD. Sur 
les Crustaces des Sebkhas et des Ghotts d Algerie. 

Academie des Sciences de Craoovie (Bulletin international), juin 1890. 

Echange (U), 1890, VI, n os 61 a 66. R. P. BELON. Les Clytus d Eu- 
rope et circa. D r GHOBAUT. Note sur le Necydalis Panzeri Ha 
rold (fig.). C. REY. Enumeration d insectes recueiliis en Pro 
vence pendant 1 hiver 1888-89. E. VAN SEGVELT. A propos 
tfAckerontia. D r PUTON. Decouverte, dans les environs de Lyon, 
d un genre d Hemiptere nouveau pour la France : Stenolenus. 
G. REY. Du sens de 1 olfaction chez les Insectes. REDON-NEYRE- 
NEUF. Le Lautaret et le Grand Galibier. M. Pic. Un peu d Enlo- 
mologie, N. Sp.? A. DUBOIS. Note sur la chasse aux Rhyncho- 
phores dans les environs de Versailles. F. GUILLEBEAU. Catalogue 
des Goleopteres du departement de TAin. C. REY. La chenille ou 
larve a-t-elle un sexe ? XAMBEU. Contributions aux faunes locales 
des regions de 1 Est et du Sud-Est. 

Entomologist s monthly Magazine, n 314, juillet 1890. E. SHAW. Sy- 



CL Bulletin entomologique. 

nopsis of the British Orthoptera. J. KING. Ncuroptera from the 
island of Unst. K. J. MORTON. Notes on the metamorphoses o* 
British Leptoceridae (n 2), fig. R. G. R. JORDAN. On the British 
Macro-Lepidoptera which hibernate in the perfect state. Notes 
diverses. P. B. MASON. Insects and Arachnida captured in Iceland 
in 1889. 

Entomologische Nachrichten, XVI, 13, 1890. J. J. KIEFFER. Die Gall- 
miicken der Tz fe-Arten. E. BRENSKE. Ueber die Gattung Granida 
und Beschreibung einer neuen Polyphylla. KRIECHBAUMER. Ichneu- 
monen Studien, 33-36. K. M. HELLER. Zur Abbildung von Clavi- 
palpus Blanchardi Kirsch. A. SIEBECK. Notiz zu Gonia Fcersteri 
Meigen. H. BEUTHIN. Ueber Varietaten europaischer Cicinde- 
len, VII. 

K. K. zoologisch-botanischen Gesellschaft in Wien (Verhandlungcn) , XL, 
1890, n 1. A. KUWERT. Bestimmungstabelle der Parniden Euro- 
pas, der Mittelmeerfauna , sowie der angreiizenden Gebiete. 
G. BRUNNER VON WATTENWYL. Monographic der Proscopiden (2 pi.). 
D r RUGGERO COBELLI. Una nuova specie di Tenthredinidi. 

N 2. J. J. KIEFFER. Ueber lothringische Gallmucken. D r HER 
MANN KRAUSS. Erklarung der Orthopteren-Tafeln J. G. Savigny s in 
der Description de FEgypte . FR. BRAUER. Ueber die Verbin- 
dungsglieder zwischen den orthorrhaphen und cyclorrhaphen Di- 
pteren und solche zwischen Syrphiden und Muscarien. ID. Zur 
Abwehr ! Bemerkungen zu Beauregard s Insectes vesicants . 

Linnean Society of London : 1 List, Janvier 1890. 2 Journal, XX, 
n 122 (1889). N 123 (1889). A. D. MICHAEL. On some un 
recorded Parasitic Acari found in Great Britain. B. THOMPSON 
LOWNE. On the Structure of the Retina of the Blowfly (Calliphora 
erythrocephala), pi. On the Structure and Development of the 
Ovaries and their Appendages in the Blowfly (Calliphora erythroce 
phala), pi. W. E. HOYLE. On the Deep-water Fauna of the Clyde 
Sea-area (carte et pi.). 
XXI, n os 133-135 (1889). Q XXIII, n os 141-144 (1889). Q 

3 Proceedings, 1887-1888. Transactions, V, 4, 1890. - 
W. HATCHETT JACKSON. Studies in the Morphology of the Lepido- 
ptera, Part I, 5 pi. n. 

Naturaliste (Le), 15 juillet 1890. L. PLANET. La larve ct la nymphe 
du Dorcus parallelipipedus. E. PISSOT. La Gracilaire du Lilas. 



Seance du 23 juillet 1890. CU 

Nederlandsche entomologische Vereeniging (Verslag), 26 Janvier 1890. 
Reale Accademia del Lincei (Atti), 1890, 1 sem., VI, 8 et 10. 
Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, III, 7, 

1890. Q 
Royal Society (Proceedings), XL VII, n 291 (1890). F. R. WELDON. 

The variations occuring in certain Decapod Crustacea : I. Crangon 

vulgar is. 

Sociedad cientifica Antonio Alzate (Memorias), III, 7 et 8, 1890. 
G. DEVRIES VAN DOESBURGH. Description de una nueva especie de 
Tachys. Nota acerca del genero Tachys. 

Societa entomologica italiana (Bulletino}, XXI, 3 et 4, 1898. A. TAR- 
GIONI-TOZZETTI et F. FRANCESCHiNi. La nuova Cocciniglia dei Gelsi 
(pi.). G. EMERY. Alcune considerazioni sulla fauna mirmecologica 
dell Africa. A. GURO. Aggiunte alle parte prima del saggio di un 
Gatalogo dei Lepidotteri d ltalia. E. FICALDI. Notizie preventive 
sulle Zanzare italiane, HI, IV, V et VI. A. SENNA. ^Contribuzioni 
allo studio dei Brendidi, IV. A. TARGIONI-TOZZETTI. Gonsidera- 
zioni sull annata entomologica 1889. Secondo le osservazioni della 
r. stazione di entomologia agraria di Firenze. FERNAND MEUNIER. 
Description d une nouvelle espece de Stelidse de PAfrique occiden- 
tale. E. VERSON. Del grado di Sviluppo che sogliono raggiungere 
le uova non fecondate del filugello. A. TARGIONI-TOZZETTI. Espe- 
rienze tentate per distruggere Gocciniglie e altri Insetti sulle parti 
aeree delle piante con miscele emulsive a base di solfuro di carbonic 
e di petrolic. F. VITALO. Studio sull entomologia messinese 
nota l a gli Apion. D r S. BERTOLONI. Contribuzione alia fauna 
trentina dei Goleotteri. Prof. A. BERLESE. Material! per un Catalogo 
dei Tenthredinei italiani. 

Societas entomologica, V, 8, 1890. P. BERINGER. Ueber Kaferausbeute 
in Nubien. R. ZELLER. Uebcr eine Excursion in Graubunden. 
G.-P. ANCEY. Sur la faune des regions Medeenne et Bogharienne. 

FR. RiiHL. Beitrag zur kritischen Sichtung der Melitseen-Gruppe 
Athalia Rott., Parthenie Bork. und Aurelia Nick. D. SCHLATER. 
Mittheilungen iiber den Schmetterlingsfang in Surinam. TH. PEYL. 
Ueber Verbreitungsgebiete and Variabilitat der Carabus-Arten. 

Socie te Linne enne du Nord de la France (Bulletin mensuel}, IX (1889). 

N 209. V. BRANDICOURT. Papillons cosmopolites. N 210. 



I Bulletin entomologiqtte. 

X (1890), n 211. N os 212-213. L. CARPENTIBR. Observations sur 
les parasites du Liparis salicis Dup. N 214. 



GROUVELLE (A.). Cucujides nouveaux ou peu connus, memoires 1 a 7 

(Ann. Soc. ent. Fr.), 1875-1889, 7 broch., 8 pi. * 
ID. Cucujides nouveaux du Musee civique de Genes (Ann. Mus. civ. 

Gen.), 1882, 24 p., 1 pi. * 
ID. Description d une nouvelle espece de Cucujides appartenant au 

Musee civique de Genes (loc. cit.), 1890, 2 p., fig. * 

ID. Description d une espece nouvelle exotique du genre Necropho- 

rus Fab. (Not. Leyd. Mus.), VII, 1 p. * 
ID. Description d un Nitidulide nouveau de Sumatra (loc. cit.), XII, 

Sp. * 
ID. Deux especes de Cucujides des iles de la Sonde (loc. cit.), VII, 1884, 

2 p, 1 pi. * 

ID. Nouvelles especes d Helmides (Ann. Soc. ent. Fr.), 1889, 18 p., 

1 pi. * 

ID. Viaggio di Leonardo Fea in Birmania et regioni vicine : XL Cucu 
jides (Ann. Mus. civ. Gen.), 1888, 6 p., fig. XXIII. Nitidulides 
(loc. cit.), 1890, 7 p., fig. * 

ID. Voyage de M. E. Simon au Venezuela, decembre 1887 avrit 1888, 
Coleopteres, 2 e memoire : Cucujidsc, Rhysodida?, DryopidaB, Cyatho- 
ceridee, Heterocerida? (Ann. Soc. ent. Fr.), 1889, 10 p., 1 pi. * 
GUERNE (J. DE) et J. RICHARD. Revision des Calanides d eau douce (Soc. 

zool. Fr.), 1889, 129 p., fig. et 8 pi. * 
MOSTICKER. Resultats des campagnes scientifiques du yacht L Hiron- 

delle . Paris, 1889, 31 p., fig. et pi. * 

PLATEAU (F.). Les Myriopodes marins et la resistance des Arthropodes 
a respiration aerienne a la submersion (Journ. Anat. Phys.), 34 p. * 

A. L. 



Seance du 8 octobre 1890. CLIII 

Seance tin $ octobre 1S9O 

Presidence de M. P. MABILLE 

M. Alfred Blavy, de Montpellier, assiste a la seance. 

Necrologie. M. le Secretaire annonce la mort de M. le D r F. de Krauss, 
premier conservaleur du Musee royal d histoire naturelle a Stuttgard, 
qui faisait partie de notre Societe depuis 1874. 

Admission. M. Armand Janet, ingenieur de la marine, a 1 Arscnal de 
Toulon (Var), et a Paris, rue de Rennes, 96 (Lepidopteres, surtout ceux 
de Vancien continent), presente par M. G.-A. Poujade. Commissaires 
rapporteurs : MM. P. Mabille et H. Lucas. 

Presentation. M. Frederico Philippi, professeur de botanique a 1 Uni- 
versite de Santiago (Chili) (Histoire naturelle en general, surtout Cole o- 
pteres), presente par M. L. Fairmaire. Gommissaires rapporteurs : 
MM. G.-A. Baer et G.-A. Poujade. 

Correspondance. M. 1 abbe Fernand Hartzer, missionnaire du Sacre- 
Cceur a Thursday Island, de troit de Torres, Queensland, fait savoir, par 
Pentremise de notre collegue M. P. Vuillot, qu il serait heureux de se 
mettre a la disposition des membres de la Societe entoinologique de 
France qui desireraient recevoir des Coleopteres, Arachnides, Algues, 
Polypes et autres objet d histoire naturelle de la faune et de la flore de 
la Nouvelle-Guinee. 

Communications. M. Serge Alpheraky ecrit de Saint-Petersbourg : 

Je viens de lire, dans le dernier Bulletin de la Societe, p. cxxxu, une 
reponse de M. P. Boise, de Soulangy, a ma note sur 1 olfaction chez les 
Lepidopteres. 

Voici les remarques que je crois etre en droit de faire sur cette 
reponse : 

En premier lieu, je n ai pas parle de 1 olfaction chez les Insectes, 
comme M. P. Boise semble 1 avoir compris, mais de 1 olfaction chez les 
Lepidopteres, exdusimment. 

L auteur dit, plus loin, que certains males paraissent etre guides, 
dans la recherche des femelles, principalement par la vue. 



JOURNAL BIME.NSUEI. (Bulletin de la Societe entomol. de France), 1890, n 15. 



CLIV Bulletin entomologique. 

Je n ai pas nie le fait, mais je n en ai {^s parle, car mon but etait de 
prouver, seulement, que chez les Lepidopteres les antennes sont des 
organes de I odorat. 

Les antennes des Coleopteres sont bien diflerentes de celles des Lepi 
dopteres et elles sont (je le tiens de plusieurs Coleopteristes distingues) 
surement les organes du toucher, ce qui n est certainement jamais le cas 
pour les antennes des Lepidopteres. 

L organisation des Hymenopteres est egalement fort differente de celle 
des Insectes dont j ai parle dans ma note, et je ne vois pas en quoi 
1 exemple des Vers luisants et des Abeilles contredit ce que j ai dit de 
1 olfaction chez les Lepidopteres. 

Si M. P. Boise prouve la faussete de mon hypothese par des faits 
ayant un rapport direct avec 1 ordre des Insectes dont je m occupe, si 
ces faits sont suffisants pour prouver que les antennes des Lepidopteres 
ne sont pas le siege de 1 olfaction, je serai le premier a reconnaitre mon 
erreur. Jusque-la, je persiste a croire que les antennes des Lepidopteres 
sont des organes olfactifs. 

Au sujet des communications faites par MM. Serge Alpheraky et 
P. Boise, M. F. de Saulcy envoie la communication suivante : 

Partant du principe que, chez tous les Insectes, les memes organes 
correspondent aux memes sens, comme les jambes a la marche, les 
yeux a la vue, la bouche a la manducation, je pense que les antennes 
ont, dans tous les ordres, une destination unique. Quelle est-elle? Mes 
etudes sur les Orthopteres me permettent de hasarder une solution. 
Chez les deux principales families de cet ordre, les organes de 1 ouie 
sont bien connus ; ce sont des tympans places, chez les Acridiens, sur 
les flancs du premier segment dorsal de Fabdomen, et, chez les Locus- 
tiens, an haut des tibias anterieurs. Remarquons que ces Insectes stri- 
dulent pour s appeler, et que, par consequent, 1 ouie leur est necessaire 
pour entendre cette stridulation. Quelques especes ne slridulent pas, 
elles sont prive es de tympans. Les antennes sont done par le fait exclues 
de tout role auditif. 

Dans ma carriere entomologique, j ai mis au ramollissoir des quantites 
d insectes : Coleopteres, Orthopteres, Dermapteres; voici ce que j ai 
toujours observe dans ce cas : 1 Insecte ramolli, apres une nuit de sejour 
au ramollissoir , pre sente presque toujours, a i exlre mite de chaque 
antenne, une goutte de liquide brun foncc, tachant le linge ou le papier. 
Ce liquide n existe pas aux pattes ; il parait secrete par les derniers 



Seance du 8 octobre 1890. CLV 

articles antennaires tres poreux et generalement plus fences que les 
precedents. Je serais tente d assimiler la matiere brune liquide en ques 
tion a un mucus destine a lubrifier les fossettes antennaires pour favo- 
riser 1 olfaction en empechant leur dessechement. Je suppose que ce 
mucus a quelque analogic avec le mucus jouant ce role chez les ani- 
maux superieurs. Ge sont les Staphylins, les Forficules, les Stenobothrus 
et les Tetrix, chez lesquels j ai observe le plus souvent et en plus grand 
nombre ce fait. Pensant qu il conflrme 1 opinion de M. S. Alpheraky, je 
crois devoir le porter a la connaissance de la Societe avec mes deduc 
tions. 

M. Breignet ecrit de Bordeaux : 

Le 27 juillet, je suis retourne au Verdon avec 1 espoir de trouver de 
nouvelles chenilles de AGDISTIS TAMARICIS, et ai ete assez heureux pour 
en recueillir une vingtaine de tout age, qu il a ete, cette fois, facile de 
reconnaitre. J ai capture, en meme temps, un papillon de cette espece et 
une chrysalide, qui m a donne son insecte parfait, le 31. Les eclosions, 
provenant de ces chenilles, ont eu lieu du 5 au 18 aout. Le 9, un accou- 
plement a lieu dans la boite, la femelle etant a peine developpee. 

Le lo aout, mon ami M. Eyquem me rapportait de La Teste trois 
chenilles, dont un papillon male eclosait le 2 septembre. 

Je conclus de ces fails que, du moins dans notre region, cetle espece 
a plus de deux generations et qu on la trouve, sur le littoral, a peu pres 
partout ou croit le Tamarix. 

M. A. Constant envoie les notes suivantes : 

Aux notes envoyees par M. Breignet, de Bordeaux, et lues aux 
seances des 25 juin et 23 juillet, je puis faire les reponses suivantes : 

1 II y a plus de vingt-cinq ans que j ai eleve abondamment Agdistis 
Tamaricis Zell., trouve sur Tamarix anglica Webb, qui croissent dans 
les sables du golfe de Gascogne. Mon collegue et ami, M. Lafaury, en a 
eleve encore bien davantage. L espece n est done pas nouvelle pour le 
littoral occanien. 

2 L espece de Tortrix, trouvee par M. Breiguet, sur Asphodelus 
albus, est, evidernment, la meme que celle que M. Seebold a nominee 
LJhagonana; la description qu il en donne le prouve assez. Mais, si cette 
forme peufr etre presentee comme une race locale, il serait difficile, de 
1 aveu meme de M. Seebold, d admettre qu elle puisse constituer une 
espece distincte de T. unicolorana Dup. J ai eu 1 occasion de comparer 



CLVI Bulletin entomologique. 

attentivement les chenilles des deux types sur le vif, et je n ai pu 
observer la moindre difference entre elles. Toutes deux, d ailleurs, 
vivent sur 1 Asphodele et ont les memes epoques devolutions. J ajouterai 
que, si Ton reunit, en certain nombre, T. unicolorana de la zone me di- 
terraneenne et T. Uhagonana de la zone oceanique, on trouve, chez le 
premier, des types pales qui ressemblent tellement aux types les plus 
fonces du second, que leur separation devient impossible. 

3 II n est guere vraisemblable que ce soit Thalpochares Helichrysis 
que M. Breignet ait rencontre sur les dunes de 1 Ocean. Mais, s il s est 
trompe, son erreur est assez excusable, attendu que T. candidana de 
1 Ouest prend tres souvent une teinte sombre qui le rapproche un peu 
de T. Helichrysis, mais par la nuance seulement. G est precisement ce 
type que M. Staudinger a nomme V. impura, apres avoir observe une 
grande quantite d exemplaires que je lui ai envoyes autrefois. Mais on 
distingue toujours aisemenl cette espece de T. Helichrysis par sa teinte 
rougeatre ou brune, et non pas olivatre ; par 1 espace basilaire moins 
colore, et toujours plus nettement triangulaire ; par la premiere bande 
oblique beaucoup plus etroite que dans 1 espece corse, et plus recti- 
ligne, surtout du cote interne, etc. En examinant de pres cinq ou six 
individus pris au hasard dans chacune des deux especes, la confusion 
n est plus possible. 

En ce qui concerne les mceurs, je ne dois pas oublier un fait qui a 
son importance. T. candidana, au Midi comme a POuest, ne s eloigne 
jamais du bord de la mer, tandis que T. Helichrysis montro une prefe 
rence presque exclusive pour 1 interieur des terres. 

M. J. Croissandeau, d Orleans, envoie, par I entremise de M. An- 
toine Grouvelle, la description d une nouvelle espece de Scydmaenidae : 

Chevrolatia Grouvellei, n. sp. Oblonga, insigni minor, niti- 
dissima, elytris, pedibus antennisqm rufis, palpis flavis, capite thora- 
ceque brunneis. 

Prothorax antice coarctatus, globosus, postice leviter convexus, pa- 
rallelus, basi foveolata. 

Caput antice sphaericum, temporibus immanibus, sicut conis inversis, 
occipile profunde excavato, collo strangulate. 

Elytra subplana, ovala, producta, ad apicem diversa, scutello trian- 
gulari, juxta suturae basin foveolata, humeri longa fortique carina. 
Inter foveolam et carinam, conjungens eas, intenmllum planum exten- 
ditur. 



Seance du 8 octobre 1890. CLVII 

Antennae capite prothoraceque simul sumptis longiores, 2-8 articulis 
tarn longis quam latis, supra arcuatis, 9-10 latioribus, transversis, 
undecimo 9-10 simul sumptis breviore, oblongo supra arcuato. 

Aptera. 

Long. 11/2 mill. Trouvee dans les tabacs importes du Mexique. 

M. H. du Buysson, de Brout-Vernet, adresse la description de 
deux especes d Elaterides : 

Athous dasycerus, n. sp. (<$}. Long. 11 mill.; larg. 31/4 mill. 
Noiratre; elytres d un brun osbcur, avec la suture et le bord externe 
etroitement teintes d un ferrugineux rouge clair, parfois avec une tache 
diffuse un peu moins claire sur le calus humeral et une partie des epaules. 
Pubescence d un gris roussatre, courte, fine et serrce. 

Front concave, anguleusement impressionne, bord anterieur abaisse 
en son milieu, tronque, mais la partie mediane offrant un avancement 
arrondi en forme de mentonniere. 

Antennes robustes, a articles largos et courts, d un brun rougeatre, 
moins lorigues que la moitie du corps ; 2 e article a peine plus long que 
large, le 3 e presque deux fois plus grand que le 2 e et legerement moins 
long que le 4 e . 

Pronotum un peu plus long que large, legerement retreci en avant a 
partir du milieu, mediocrement convexe, densement ponctue comme 
sur la tete ; les flancs du prothorax converts d une ponctuation ombi- 
liquee ; angles anterieurs non saillants en avant ; les posterieurs non 
divergents et sans carene. 

Ecusson mediocrement -convexe. 

Elytres plus larges que le pronotum, paralleles dans leur premiere 
moitie, curvilineairement retrecis en arriere : stries fines et ponctuees, 
intervalles plans, couverts d une ponctuation dense, fine et rugueuse. 

Dessous du corps noir et brillant avec le bord des segments abdomi- 
naux rougeatres ; pattes brunes avec les articulations, 1 extremite des 
tibias et les tarses rougeatres ; 2 e et 3 e articles des tarses sublamelles et 
le 4 e petit, s emboitant sur le precedent. 

Cette espece, qui frappe 1 attention par ses robustes antennes, m a ete 
adressee par M. Merkl comme provenant de Turquie. 

Agriotes Desbrochersi, n. sp. Long. 5 1/4 mill.; larg. 1 1/2 
mill. En entier d un testace clair, a Fexception des yeux qui sont 
d un beau noir et de la mentonniere legerement rembrunie. 



CLVIII Bulletin entomologique. 

Etroit, parallele, allonge, revetu d une pubescence rousse, courte, 
fine et eparse. 

Tete verticale, fortement convexe superieurement, a bouche infe- 
rieure ; couverte d une ponctuation forte, non ombiliquee et non con- 
fluente. Mentonniere courte, peu avancee. Cretes sur-anteniiaires forte 
ment arquees en dedans, surtout dans leur partie anterieure qui rejoint 
a angle droit la carene frontale. Gelle-ci parait droite, 1 lnsecte etant vu 
en dessous, mais elle est fortement arquee au-dessus du labre, 1 Insecte 
etant vu par-dessous. Vertex de la tete portant une impression angu- 
leuse largement ouverte en avant. 

Antennes filiformes, atteignant a peine la moitie du corps ; a articles 
obconiques ; le 3 e tres legerement plus court que le 2 e et ceux-ci nota- 
blement plus courts et plus etroits que les suivants, formant a eux deux 
une longueur visiblement plus grande que celle du 4 e ; le dernier lon- 
guement obovalaire. 

Pronotum plus long que large, avec les cotes droits, a peu pres paral- 
leles et legerement sinues vers le milieu, legerement elargi et epaissi 
en avant; carene marginale inflechie anterieurement et se dirigeant au- 
dessous de 1 oeil ; assez convexe surtout transversalement ; convert de 
gros points peu serres, profonds, non ombiliques ; angles posterieurs 
mediocrement aigus, non divergents, legerement carenes ; tres faible- 
ment sillonne longitudinalement pres de la base ; sutures prosternales 
doubles, excavees en avant. 

Elytres legerement plus larges que le pronotum ; deux fois et demie 
plus longs que lui, paralleles dans les deux tiers anterieurs ; legerement 
stries sur le disque, plus fortement pres de 1 extremite et sur les cotes ; 
ponctuation des stries assez grosse et forte ; intervalles ruguleusement 
pointilles. 

Ranches posterieures assez fortement dilatees en dedans, leur tiers 
interne etant au moins deux fois plus large que leur tiers externe. 

Tarses a articles 1-4 de longueur decroissaute ; ongles simples. 

Saint-Charles, pres Philippeville (Algerie), au pied des plantes, en 
juin 1889 (Thery et Desbrochers). 

Voisin de A. corsicus Cand. par sa forme generate et surtout par 
celle du pronotum ; il s en eloigne par la ponctuation et par ses hanches 
posterieures qui sont beaucoup plus etroites dans leur tiers externe. II 
s eloigne aussi de A. Grandini Gand. par sa petite taille, la conforma 
tion des hanches, la ponctuation et la convexite de la tete et la forme 
peut-etre plus epaisse de la partie anterieure du pronotum. 



Seance du 8 octobre 1890. CLIX 

II se rapproche encore de A. gallicus Lac., mais il est de forme plus 
svelte, avec une ponctuation moins rapprochee, non ombiliquee et plus 
grosse, malgre sa taille moindre. II s en distingue aussi par son pro- 
notum un pen elargi et epaissi en avant, tres legerement sinue sur les 
cote? vers le milieu ; les angles poste rieurs sont un peu plus etroits et 
plus aigus. La convexite de la tete et I impression du vertex peuvent 
encore servir a le distinguer. 

Gette espece a tout 1 aspect d une bete nocturne, crepusculaire ou 
hypogee, et je suppose qu elle doit avoir des moeurs analogues a celles 
de Isidus Moreli Rev. 

M. Georges Cheron annonce la capture, faite a la fin du mois 
d avril dernier dans un jardin de Fontainebleau, de plusieurs exem- 
plaires de Saprinus dimidiatus Illig. 

Notre collegue a recueilli cette espece meridionale sur de la terre 
journellement imprcgne e d urine, et fait remarquer qu il n est pas a sa 
connaissance qu elle ait ete signalee jusqu ici dans le bassin de la Seine. 

Le 2 e Secretaire : G.-A. BAER. 



Bulletin bibliographique 

Acade mie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I ), 
1889, II, Tables. 1890, II, n 3. R. DUBOIS. Sur la secretion de la 
Soie chez le Bombyx mori. N os 4, 5, 6 et 7. - N 8. GH. CON- 
TEJEAN. Sur la respiration de la Sauterelle. N os 9, 10 et 11. Q 

N 12. P. MARCHAL. Sur I appareil excreteur de quelques Crusta- 
ces de capodes. N 13. R. DUBOIS. Sur les proprietes des princlpes 
colorants naturels de la Soie jaune et leur analogic avec celles de la 
Caroline vegetale. 

Acade mie impe riale des Sciences de Saint-Petersbourg : Me moires, VII, 
XXXVII, 6 et 7. Q 

Academy of natural Sciences of Philadelphia : Proceedings, 1890, I. 
Entomological news and Proceedings, I, 1 a 6. T. D. A. GOCKERELL. 
The Evolution of Metallic Colors in Insects. H. SKINNER. Notes on 
Butterflies found at Gap May, N. J., with description of a new species 
of Pamphila. G. H. HORN. Notes on Goleoptera. Notes and News. 

A. TRUMBULL SLOSSON. May Moths in Northern New Hampshire. 
H. SKINNER. Random Notes on Lepidoptera. CL. M. WEED. Sipho- 



CLX Bulletin entomologique. 

nophora or Nectarophora ? FR. M. JONES. Notes on Smerinthm 
Astylus Drury. P. P. GALVERT. Notes on a few Virginian Dragon- 
flies. E. M. AARON. North American Hesperida?. - Notes and 
News. H. F. WICKAM. Notes from the Northwest. Miss M. WADS- 
WORTH. List of the Dragonflies (Odonata) taken at Manchester, Me, in 
1888 and 1889. 0. LUGGER. Fond of Grammar. J. E. IVES. An 
Interesting Method of Egg Deposition. C. ROBERTSON. Notes on 
Bombus. Notes and News. J. HAMILTON. The Inhabitants of a 
Hickory Nut Hull. H. SKINNER. Notes on Lepidoptera. GH. LIE- 
BECK. Notes on Goleoptera. G. H. HORN. Notes on Elaterida?. 
. Notes and News. T. D. A. COCKERELL. What are the uses of bright 
colors in Hymenoptera? A. S. VAN WINKLE. Collecting by Lamp 
light. Elementary Entomology. P. P. GALVERT. Additional Notes 
on some North American Odonata. Notes and News. A. TRUM- 
BULL SLOSSON. Winter Collecting in Florida. M. J. Fox. Aculeate 
Hymenoptera new to Pennsylvania and New- Jersey. H. SKINNER. 
Geographical Variation. A. B. CORDLEY. Sports in Venation. 
H. F. WICKLAM. On the habits of some Meloini. Notes and 
News. 

Agricultural Gazette of New South Wales, I, 1 et 2, 1890. A. SIDNEY 
OLLIFF. The Golding Moth (Carpocapsa pomonella L.), 1 pi. ID. 
Insect Friend and Foes. ID. The Maize Moth (Heliothris armigera 
Hub.), 1 pi. Demande d e change. 

American Association for the Advancement of Science (Proceedings}, To 
ronto, aout 1889. A. J. COOK. Alimentary apparatus of the Honey 
Bee (Apis mellifica). P. 0. HOWARD. A newly imported elm In 
sect. J. B. SMITH. The Horn-Fly : Hxmatobia cornicola. C. V. 
RILEY. On the intentional importation of parasites and natural 
enemies of Insects injurious to vegetation. 

American entomological Society : Transactions, XVII, 2, 1890. G. D. 
HULST. The Phycitida3 of North America, 3 pi. n. 

Annual Report of the U. S. Geological Survey to the Secretary of the 
Interior 1886-87 (Eight), let II, Washington, 1889. S. H. SCUDDER. 
The fossil Butterflies of Florissant (fig. et pi.). 

Apiculteur (L J, 1890, 8. A. BERTHIER. Un ennemi des Abeilles. 
Diverses notes d apiculture pratique. Insectologie agricole. - 
A. WALLES. La Galeruque de 1 Orme. E. SAVARD. Le Puceron du 
Chevrefeuille (Aphis xylostei Schr.). 



Seance du 8 octobre 1890. CLXI 

Annals and Magazine of Natural History, VI, 6, n os 32, 33 et 34, 1890. 

Rev. J. T. GULIGK. The Inconsistencies of Utilitarianism as the 
Exclusive Theory of organic evolution. J. WOOD-MASON. On a 
Viviparous Caddy-fly (fig.). R. J. POCOCK. A Short Account of a 
small Collection of Myriopoda obtained by Mr. Edward Whymper in 
the Andes of Ecuador. Prof. C. K. BRANDT. On the Anatomy of 
Sesia tipuliformis and Trochilium apiforme L. E. L. BOUVIER. On 

jihe Circulatory System of the Carapace in the Decapod Crustacea. 
C. J. GAHAN. Notes on Longicorn Coleoptera of the Group Ceramby- 
cina3, with Descriptions of new Genera and Species. W. F. KIRBY. 
Descriptions of new Species of African Lycenidaa chiefly from the 
Collection of D r Staudinger and Mr. Henley Grose Smith. A. G. 
BUTLER. Notes made during the present Year on the Acceptance or 
Rejection of Insects by Birds. E. MARY SHARPE. Descriptions of 
some new Species of African Butterflies in the Collection of Captain 
G. E. Shelley. 

Berliner entomologische Zeitschrift, 1890, I. L. MARTIN. Lepidoptero- 
logisches aus Sumatra. A. SCHLETTERER. Die Bienen-Gattung 
Dasypoda Latr. (pi.). F. KARSGH. Afrikanische Fulgoriden (pi.). 
L. GRAESER. Beitrage zur Kenntniss der Lepidopteren-Fauna des 
Amurlandes, IV. D r F. KARSGH. Beitrage zur Kenntniss der Sing- 
cikaden Afrika s und Madagascar s (2 pi.). D r J. GUNDLACH. Be- 
schreibung der Farbung der Raupe des Papilio oxynius. D r RICH- 
TER. Zwei neue Buprestiden aus dem malaischen Archipel. - 
G. QUEDENFELDT. Eine neue Buprestide aus Ostafrika. ID. Einc 
neue Cetonide aus Ostafrika. D r RIGHTER. Agestrata lata, n. sp. 

M. QUEDENFELDT. Akis Schweinfurthi, n. sp. 

CincAnnati Society of Natural History (Journal), XIII, 1 et 2, 1890. Q 
Cole opte riste (LeJ, I, 1, 1890 (2 exemplaires). H. DU BUYSSON. Aperc.u 
dichotomique et observations sur quelques especes d Elaterides. 
D r A. CHOBAUT. Sur les moeurs des Mylabres avec la description et 
la figure des larves primaires de Mylabris Schreibersi Reiche et de 
Mylabris variabilis var. tricincta Chevrolat. L. GAVOY. Une 
excursion au lac Bleu (Hautes-Pyrenees). E. REITTER. Le tamis a 
insectes. 

Echange (L), VI, 67. Rev. P. BELON. Les Clytus d Europe et circa 
(suite). C. REY. Enumeration d Insectes recueillis en Provence. 
- G. MINSNER. Liste des Coleopteres captures a Lodeve (Herault). 

JOURNAL BIJMENSDEL (Bulletin de la Societe entomol. de France), 1890, n 16. 



CLXII Bulletin entomologique. 

Entomologische Nachrichten, XVI, 1890, n os 14 a 19. K. M. HELLER. 
Erganzende Bemerkung zur Beschreibung von Dermestes larvcn. 
H. BEUTHIN. Ueber Varietaten europaischer Cicindelen (VIII a X). 
L. GLASER. Ueber Dimorphic und Mimetik bei den Schmetterlingen. 

A. SCHLETTERER. Apidarum Species novae descripta?. E. REIT- 
TER. Uebersicht der bekannten Arlen der Coleopteren-Gattung Athous 
aus dcm Kaukasus. Einefneue mil Athous verwandte Elateriden- 
Gattung aus russisch Armenien. Ein neuer Athous aus Montene 
gro. A. SRNKA. Ueber die Varietaten von Cicindela campestris L. 

L. GLASER. Mittheilungen aus dem Insektenleben dieses Sommer- 
halbjahrs. F. KARSCH. Neue Westafrikanische, durch Hrn. Pre 
mier-Lieutenant Morgen von Kribi eingesendete Orthopteren (4 fig.). 

E. REITTER. Uebersicht der trispinosen Sphenoptera-Arleo. aus 
Europa und dem Kaukasus. A. SPEYER. Scudder s Butterflies of 
the Eastern United States and Canada. KRIECHBAUMER. Neue 
Schlupfwespen aus Nord- u. Mittel-Deutschland. P. STEIN. Ueber 
Hylemyia penicillaris Rnd. und eiriige ahnliche Arten. G. QUE- 
DENFELDT. Pelecium Drakei n. sp. aus dem Coleopteren-Tribus der 
Stomiden. 

Entomologist s monthly Magazine, 1890, 8. E. SAUNDERS. Aculeate 
Hymenoptera collected by J. J. Walker esq. at Gibraltar and in North 
Afrika, part I (fig.). R. G. J. PERKINS. Note on Andrena Trimme- 
rana Kirby and A. rosse Panz. J. B. BRIDGMAN. Glypta cicatri- 
cosa R., G. flavipes D. $ and G. rubicunda n. sp. new to Britain. 
J. H. WOOD. Nepticula terminalis, a species new to science. E. R. 
BANKES. The genus Scoparia. R. MAC LAGHLAN. Pastor Wallen- 
gren s Classification of Scandinavian Trichoptera. Notes diverses. 

A. C. F. MORGAN. Observations on Coccidse (n 8). 

Feuille des Jeunes Naturalistes, XX. n os 239 et 240, 1890. J. DOLLFUS. 
Tableaux synoptiques de la faune franchise : Crustaces Isopodes 
(suite). Communications. 
Catalogue de la Bibliotheque, fasc. 9. 

Insect Life, II, 11 et 12, 1890. Special Notes. C. V. RILEY. The 
Insect collection of a large Museum (fig.). F. H. CHITTENDEN. Notes 
on Languria. Some of the bred parasitic Hymenoptera in the Na 
tional Collection. Anthrax parasitic on Cut-worms (fig.). C. L. 
HOPKINS. Mountain Swarming of Vanessa californica. F. M. WEBS 
TER. Notes on a Species of Necrophagous Diptera. L. 0. HOWARD. 



Seance du 8 octobre 1890. CLXIII 

Additional note on Spider-egg parasites. HARRISON G. DYAR. Pre 
paratory Stages of Syntomeida epilais Walker and Scepsis Edwardsii 
Grote. The Tulip tree leaf Gail-Fly (Diplosis liriodendri 0. S.). 
F. M. WEBSTER. An experiment with Coccinellida3 in the Conserva 
tory. L. 0. HOWARD. A North- American Axima and its habits (fig.). 
Extracts from Correspondence. General Notes. 

Naturalista Siciliano (II), IX, 8, 1890. A. PALUMBO. Note di zoologia 
e botanica sulla plaga Selinuntina. 

Naturaliste (Le), XII, 82 a 86, 1890. P. DOGNIN. Diagnoses de Lepi- 
dopteres nouveaux (deux articles). E. ANDRE. Les Insectes de la 
Vigne. La bataille des Notiophiles. F. PLATEAU. Erreurs com- 
mises par des Guepes et resultant de leur vision confuse. J. L. 
AUSTANT. Notice sur deux Smerinthns nouveaux de la cote septen- 
trionale de 1 Afrique. XAMBEU. Moeurs et metamorphoses de 1 i- 
marcha inter stitialis. A. PIZON. flistoire de la Langouste. 
L. PLANET. La larvc et la nymphe du Cerf- Volant. A. FOREL. 
Une nouvelJe Fotirmi. L. CUENOT. Les Insectes vesicants et le role 
biologique de la Cantharidine. 

Nouvelles Archives du Museum d Histoire naturelle, III, 2, l er fasc., 

1890. Q 
Ohio agricultural experiment Station (Bulletin), I, 2, 1890. Q 

Psyche, V, 170 et 171, 1890. A. S. PACKARD. The Life history of 
Sierarctia echo. H. A. HAGEN. Two Species of dSschna. 
W. M. WHEELER. Description of some New North American Dolicho- 
podidae, I et II. S. H. SGUDDER. The Fossil Insect Localities in the 
Rocky Mountain Region. H. A. HAGEN. Descriptions of some North 
American Cordulina. 

Reale Accademia dei Lincei (Atti), VI, sem. 1, 9, 11, 12; sem. 2, 1 a 4, 
1890. A. MORIGGIA. Alcune sperienze su Girini e rane. 

Report of the Board of Regents of the Smithsonian Institution (Annual) 
for 1886, part II, Washington, 1889. C. V. RILEY. Report on the 
Department of Insects in the U. S. National Museum for the year 
ending June to 1886. 

1887, part I et II. C. V. RILEY. Report on the Departmeir 
of Insects in the U. S. National Museum, 1887. W. HOUGH. The 
preservation of the Museum Specimen from Insects and the Effect of 
Dampness. 



CLXIV Bulletin entomologique. 

Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, III, 9, 
1890. 

Royal Dublin Society (Proceedings), VI (N. S.), n 7, 1889. n os 8 
et 9, 1890. W. F. KIRBY. On the Employment of the Names pro 
posed for Genera of Orthoptera previously to 1840. 

Royal Society (Proceedings), XL VIII, 292, 293 et 294, 1890. Q 

Schiveizerischen entomologischen Gesellschaft (Mittheilungen), VIII, 5, 
1889. E. FREY-GESSNER. Bombus agrorum Fab. imd B. variabilis 
Schmdk. ID. Die weissen Alpenhummeln Bombus mucidus Gerst., 
var. mollis Perez und B. pomorum Pz., var. elegans Sedl. (mesome- 
las Gerst.). ID. Bombus alticola Krchb., rajellus Kby. und pyre- 
nseus Perez. P. Riz. Notizen uber Schweizerische Neuropteren. 
D r KRIECHBAUMER. Zwei neue Tryphoniden-Gattungen. D r G. 
SCHOCH. Acantaclisis occitanica Villers. ID. Diptera Helvetia. 
D r STIERLIN. Goleoptera Helvetia. 

Societa entomologica italiana (Bulletino), XXII, n os 1 et 2, 1890. 
G. EMERY. Studi sulle Formiche della Fauna neotropica (pi.). 
M. BEZZI. Note sopra alcuni Insetti epizoi. E. VERSON. Di una 
Serie di nuovi organi escretori scoperti nel Filugello (pi.) Tables 
des 19 e et 20 e volumes. 

Sociedad cientifica Antonio Alzate (Memorias), III, 9 et 10, 1890. 

Societas entomologica, V, 9, 11, 12, 13, 1890. D r F. RUDOW. Einige 
Beobachtungen an Phryganidengehausen. E. ROTH. Ueber die 
Generationen von Deilephila Tithymali Boisd. G. F. ANCEY. Sur 
la Faune des regions Medeenne et Bogharienne. K. KELLER. Ueber 
eine Excursion in Graubiinden. G. SCHMIDT. Schlesische Coleo- 
phoridenraupen und deren Sacke (3 part.). P. BERINGER. Ueber 
Kaferausbeute in Nubien. FR. RiiHL. Beitrag zur kritischen Sich- 
tung der Melitaeen-Gruppe Athalia Rott., Parthenie Bork. und Au- 
relia Nick. E. FREY-GESSNER. Supplement aux chasses au Bombus 
alpinus E. F. RiiHL. Die Macrolepidopteren-Fauna von Zurich und 
Umgebung. D. SCHLATER. Mittheilungen uber den Schmetteriings- 
fang in Surinam. TH. PEYL. Ueber Verbreitungsgebiete und Va- 
riabilitat der Carabus-Arten. F. RUHL. Ueber die heurigen 
Berguner Gonferenzen und die Insekten ausbeute in den Bundner 
Hochalpen (3 part.). ID. Colias aberr. lllgneri $. L. ROTH. Zo- 
pherus mexicanus Griff = variolosus Mus. Ber. H. CLERK. Zur 
Familie der Staphylinen. 



Seance du 8 octobre 1890. CLXV 

Societe a" agriculture, histoire naturelle et arts utiles de Lyon (Annales), 
ser. Ill, vol. IV, V, VIII et X, 1860, 1861, 1864 et 1866. Ces 
quatre volumes manquaient a notre Bibliotheque et ont ete genereu- 
ment offerts par la Societe d agriculture. Ser. VI, vol. II, 1889. 

Socie te des sciences historiques et naturelles de Semur (Cote-d Or) (Bulle 
tin), II, 4, 1889. 

Socie te entomologique de Belgique (Comptes rendus), 5 juiilet 1890. 
E. DE SELYS-LONGCHAMPS. Gauseries odonatologiques, 1 et 2. 
A. LAMEERE. Un type nouveau de Prionide souterrain. 2 aout. 
A. LAMEERE. Sur Punite d origine du type arthropode. 6 sep- 
tembre. D r T. J. M. HEYLAERTS. Notes psychidologiques. KER- 
REMANS. Note sur les Ghrysobothrides. DUMONT. Description d une 
nouvelle espece d EIateride du genre Dichronichus (Esch.). 
A. DUVIVIER. Descriptions de quatre especes nouvelles de la famille 
des Ghrysomelides. E. CANDEZE. Note sur les Elaterides du Chota- 
Nagpore. 

Societe linne emie de Lyon (Annales), XXXV, 1888. Rev. P. BELON. 

Supplement a la Monographic des Lathridiens de France. H. W. 

BROLEMANN. Contributions a la Faune myriapodologique mediterra- 

neenne (pi.). 
Societe linne enne du nord de la France (Bulletin menmel), 1890, 215 a 

218. M. DUBOIS. Materiaux pour le Catalogue des Orthopteres de 

la France. 

Terme szetrajzi Fuzetek Madja a magyar nemzeti Miizeum, XIII, 1, 
1890. D r DADAY-JENO. Branchipus paludosus Mull. 0. Fr. a Ma 
gyar faunaban (fig.). D r RUTHY. Ceutorhynchus PaszlavszJcyi, 
n. sp. D r A. LENDL. Descriptiones Araneidarum trium minus 
cognitarum. V. SZEPLIGETI. Beitrage zur Kenntniss der Verbrei- 
tung der Gallen mil besonderer Riicksicht auf die Umgebung von 
Budapest. 

Wiener entomologische Zeitung, IX, 6 et 7, 1890. ^- D r EPPELSHEIM. 
Neue Staphilinen aus den Kaukasuslandern. E. REITTER. Zusatze 
und Erganzungen zu meiner Uebersicht der Arten der Goleo- 
pteren-Gattung Anoxia Lap. aus Europa und den angrenzenden 
Landern . D r J. SCHNABL. Ein merkwiidiger Dipteren-Zwitter 
(Hermaphroditismus verus ?), 4 fig. D r G. KRAATZ. Ueber die Deu- 
tung der siebenbiirgischen Cicindela Seidlitzi Kr. auf Cic. decipiens 
Fischer. ID. Ueber Varietaten des Carabus (Limnocarabus) cla- 



CLXVI Bulletin entomologique. 

thratus. E. REITTER. Beschreibung neuer Coleopteren aus Europa, 
dem Kaukasus, Rnssich-Armenien und Turkestan. Prof. D F DALLA 
TORRE. Hymenopterologische Notizen. FR. W. KONOW. Sprach- 
liche Bemerkung. D r EPPELSHEIM. Drei neue osterreichische Sta- 
phylinen. E. REITTER. Coleopterologische Notizen, XXXVIII. 
K. FLACH. Bemerkungen iiber einige Elmiden. 



HOFFMANN (D r E.). Die Raupender Schmetterlinge Europas, livr. 1 et2, 
16 p., 4 pi. col. * 

HULST (G. D.). The EpipaschiinaB of North America (Entom. Amer.) ? 
1889, 36 p., 1 pi. * 

ID. The Phycitidas of North America (Trans. Am. ent. Soc.), 1890, 
136 p., 3 pi. * 

MABILLE et VUILLOT. Novitates Lepidopterologicse, fasc. I, 1890, 8 p., 
1 pi. col. * 

MAUNOIR et BOURGEOIS (L.). Discours prononces a la seance du Congres 

de Limoges, le samedi 31 mai 1890, 54 p. * 
MONTILLOT (L.). L Amateur d Insectes, Paris, 1890, 352 p., 197 fig. * 
NOVAK (G.-B.). Secondo Cenno sulla Fauna dell isola Lesina in Dalma- 

zia : Orlhoptera, II (Soc. hist. Groat.), 1890, 12 p. * 
OBERTHUR (Gn.). Description d une espece nouvelle de Lepidoptere ap- 

partenant au genre Parnassius, Rennes, 1890, 3 p. * 

PERON (A.). Description des Mollusques fossiles des terrains cretaces de 
la region sud des hauls plateaux de la Tunisie, recueillis en 1885 et 
1886 par M. Philippe Thomas, l re partie (Expl. scient. Tun.), Paris, 
1889, 103 p., 8 pi. O * 

RILEY (G. V.). Reports and Experiments in the practical Work of the 
Division, Washington, 1890, 106 p., fig. * 

SAINT-LAGER (D r ). La priorite des noms de plantes, Paris, 1890, 

32 p. O * 
ID. Vicissitudes onomastiques de la Globulaire vulgaire, Paris, 1889, 

24 p. O * 
SCUDDER (S. H.). Physionomy of the American tertiary Hemiptera 

(Proceed. Bost. Soc. nat. hist.), 1889, 18 p. * 

A. L. 



Seance du 22 octobre 1890. CLXVII 

Seance du 2 octobre 189O 

Prudence de M. P. MABILLE 

Correspondance. M. le Secretaire annonce que notre collegue M. le 
D r G. Berg, professeur de zoologie a 1 Universite dc Buenos-Ayres, a ete 
nomme, le 28 juin, Directeur du Musee d histoire naturelle de Monte 
video. 

Rapport. M. G.-A. Baer, rapporteur du Gonseil, donne lecture de 
son rapport sur les questions concernant la publication de L Abeille, 
qui avaient ete soumises a 1 examen du Gonseil. 

Apres discussion des diverses propositions formulees par le Gonseil, 
les decisions suivantes sont votees par la Societe, a I unanimite des 
membres presents : 

La publication du journal d entomologie L Abeille, devenu la proprie te 
de la Societe entomologique de France, en vertti d une clause du testa 
ment de son regrette membre honoraire, I abbe S.-A. de Marseul, est 
continue e des a present sous la meme forme. 

Les fascicules paraitront aussi regulierement que possible, au fur et a 
mesure de la rentree des fonds provenant du montant des abonnements 
et de la vente des exemplaires de L Abeille, de meme que des ouvrages 
extraits de ce recueil, qui ont ete donne s a la Societe par I abbe S.-A. de 
Marseul. 

Chaque fascicule de L Abeille sera reconvert d une ou de plusieurs 
feuilles de couleur, qui seront utilise es pour des annonces payantes consa- 
cre es exdusivement aux Sciences naturelles. 

Le montant de I abonnement pour chaque volume, compose de IS fasci 
cules de 24 pages, sans planches, est fixe a 10 francs pour les membres 
de la Societe entomologique de France et a 12 francs pour les autres 
souscripteurs. 

Les anciens volumes disponibles de L Abeille seront cedes aux conditions 
suivantes : 8 francs pour les membres de la Societe et 12 francs pour le 
public. 

Le prix de vente du dernier Catalogue des Goleopteres de 1 Ancien 
Monde, de I abbe S.-A. de Marseul, est re duit a 10 francs pour les 
membres de la Societe eta 15 francs pour le pttblic. 



CLXVIII Bulletin entomologique. 

Les exemplaires du meme Catalogue, destines a servir d etiquettes pour 
collections, seront cedes a 15 francs aux membres de la Socie te et a 
20 francs au public. 

Ces divers ouvrages sont envoy es franco. 

Chaque membre de la Socie te entomologique de France n aura droit, 
aux prix re duits, qu a un seul exemplaire des volumes de L Abeille et 
des ouvrages tire s de ce journal. 

II est precede a la nomination d un Secretaire charge de diriger la 
publication de ce journal, de s occuper de 1 examen et de 1 admission des 
memoires presentes, de la correction des epreuves, de la surveillance 
de 1 impression et de la correspondence scientifique : 

La Societe delegue M. L. Bedel, rue de I Odeon, 20, pour remplir 
les fonctions de Secretaire du journal L Abeille. 

- M. A. Lamey, delegue de la Societe au Congres de Limoges, domic 
le compte rendu suivant : 

L Association franpaise pour I Avancement des Sciences a tenu cette 
annee sa 19 e session a Limoges, du 7 au 14 aout. A la section de Zoologie, 
presidee par notre collegue M. J. Kiinckel d Herculais, il a ete presente 
plusieurs communications des plus interessantes, dorit voici 1 enume- 
ration : 

M. GH. ALLUAUD. Remarques sur les faunes insulaires, particulierement 
sur celle des Canaries. Distribution verticale de certains genres de Co- 
leopteres et de Lepidopteres dans ces iles. 

M. J. BOURGEOIS. Coup d oeil sur la distribution geographique des 
Coleopteres malacodermes appartenant a la tribu des Lycides. 

M. J. KUNCKEL D HERGULAIS. Les Acridiens en Algerie, campagne de 
1889-1890. 

LE MEME. Les parasites des Acridiens. Du parasitisme comme cause 
de la migration des Acridiens. 

M. GH. BRONGNIART. Insectes fossiles des terrains houillers pourvus 
de six ailes. 

Nos collegues, dont ernanent ces communications, se reservent le 
plaisir d en faire part eux-memes a la Societe. 

Admission. M. Federico Philippi, professeur de botanique a 1 Uni- 
site. Gasilla 327, a Santiago (Chili) (Histoire naturelle en general, surtout 



Seance du 22 octobre 1890. CLXIX 

Coleopteres), presente parM. L. Fairmaire. Commissaires rapporteurs : 
MM. G.-A. Baer et G.-A. Poujade. 

Presentations. 1 M. Franz Sikora, naturaliste, a Antanarive (Mada 
gascar) (Etitomologie generate), presente par M. J. Gazagnaire. Com 
missaires rapporteurs : MM. G.-A. Poujade etP. Lesne; 

2 M. Charles Ferton, capitaine d artillerie, a la direction d artillerie, 
a Alger (Entomologie generate), presente par MM. J. Kiinckel d Hercu- 
lais et J. Gazagnaire. Gommissaires rapporteurs : MM. A. Leveille et 
M. Cayol. 

Travaux e crits. M. Ed. Lefevre depose un travail intitule : Voyages 
de M. Em. Gounelle au Bre sil, Eumotpides. 

M. le D r A. Chobaut, d Avignou, remet, par 1 entremise de M. G. 
Cheron, une Note sur les mceurs et metamorphoses de EMENEGIA FLABEL- 
LATA, accompagnee d un dessin. 

Communications. M. Ch. Brongniart depose, pour la bibliotheque, une 
Notice sur les Insectes fossiles paleozoi ques, publiee dans I Annuaire 
yeologique, qui resume 1 etat de nos connaissances sur ce sujet ; puis 
une description de Rosalia Lameerei Ch. Brong. publiee dans le Natura 
liste. 

A ce propos, il annonce que Rosalia alpina se trouve souveut aux 
environs de Commentry (Allier). , 

M. le D r C. Berg, de Montevideo, envoie la note suivante : 

En revisant la partie lepidopterologique de 1 ouvrage Recherches sur 
les Insectes recueillis pendant la Mission charge e d observer a Santa-Cruz 
de Patagonie le passage de Venus , que je viens de recevoir, j ai cons 
tate les synonymies suivantes : 

1. Neosatyrus Hahni Mab. = Neosatyrus Boisduvali (Blanch.) Bull. 

J ai de ja donne la synonymic complete de cette espece au mois de 
decembre de 1 annee passee. 

2. Saturnia Hyadesi Mab. = Dirphia crinila (Blanch.) Berg. On 

trouvera la synonymic complete de cette espece au Bull. Soc. ent. 
Fr., 1889, p. CCXL. 

3. Agrotis Ingoufii Mab. = Agrotis pexa Berg (1877). Le male a les 

antennes fortement pectinees ; la femelle les a seulement pubes- 
centes. 



CLXX Bulletin cntomologique. 

4. Agrotis digramma Mab. Agrotis Pesronii Guen. (1852). 

L exemplaire typique de Guenee provenait du detroit de Magellan. 

5. Agrotis dianthcecise Mab. = ? Polia humilis Blanch. (1852). Je ne 

suis pas sur de cette synonymic, parce que j ai examine un exem- 
plaire en tres mauvais c tat. 

6. Calophasia bicolor Mab. = Xylophasia offuscata Berg (1877). Le 

Musee de Buenos-Ayres en possede deux exemplaires provenant 
de Rio-Santa-Cruz. 

7. Synneuria virgellata Mab. = Carsia uniformata Berg (1877). 

M. M. Pic, de Digoin, ecrit : 

Depuis longtemps je desirais fort capturer une bien jolie espece de 
Longicorne, Strangalia distigma Gharp. J etais meme alle au Muy dans 
cette intention, malheureusement sans resultat. Gette annee, vu Fepoque 
avancee, je ne songeais nullement a rencontrer Strangalia distigma, 
quand j ai ete tres agreablement surpris, les 21, 22 et 24 juin, d en 
capturer plusieurs exemplaires. Les auteurs que j ai pu consulter en 
signalent 1 apparitlon seulement dans le mois de mai. Le fait interessant 
qui peut faire supposer que cette epoque tardive d apparition n est pas 
aussi anormale qu on pourrait le croire tout d abord, est la capture de 
I lnsccte sur des fleurs d Ombelliferes. Le premier, je crois, qui rencontra 
Slrangalia distigma est M. J. Gabillot, qui decouvrit cette jolie espece 
au Muy, sur les fleurs de Gistes. Dans le mois de juin, la floraison des 
Cistes est depuis longtemps achevee. G est pour 1 avoir cherche sur les 
Cistes que les Entomologistes n ont rencontre Strangalia distigma qu au 
mois de mai. 

Pourquoi cette espece n aurait-elle pas une nouvelle eclosion au mois 
de juin? Les variations d apparitions que les conditions atmospheriques 
entrainent ne donnent pas generalement des ecarts aussi grands. 

Gette annee aussi, enaout, j ai pris Trigonurus Mellyi Muls. M. Al. Pe- 
ragallo m a dit n avoir jamais trouve cette espece a une epoque aussi 
avancee. 

Notre collegue M. A. Guillot, empeche d assister a la seance, fait 
presenter par M. G. Gheronun Goliathide : fleophedimus Auzouxi Luc., 
et cinq splendides especes du genre Coptolabrus : angustus Bates, pus- 
tulifer Luc. , une nouvelle espece voisine de pustulifer, principalis Bates 
et longipennis. 

Tous ces Inscctes proviennent de la Chine, province do Kiukian?. 



Seance du 22 octobre 1890. CLXXI 

M. H. du Buysson, de Brout-Vernet, adresse la note suivante sur 
quelques Elaterides : 

M. Frey-Gessner, couservateur du Musee de Geneve, ayant bien voulu 
me communiquer les types des ATHOUS de Reiche, j ai pu faire les 
remarques qui suivent : 

i Athous Delphinas Reiche, d Allevard (Isere), = A. circumductm 
Menetr. Gette espece n aurait pas encore ete signalee de France. 

2 A thous Lavergnei Reiche (c? de Toscane) = A. circumductusMQuelr., 
et la $, de Lucques (Toscane), decrite par le meme auteur, = 
A. difformis $ Lac. 

3 Athous murinus Reiche ( de la Lozere) = A. vittatus Fab. 
N ayant pu reconnaitre A. murinus par la description de 1 auteur. 
j ai distingue le meme Insecte sous le nom de var. impallens (voir 
Ann. Soc. ent. Fr., 1887, Bull, p. xcvn). La femelle, de Lucques 
(Toscane), que 1 auteur a placee a cote du male dans sa collection, 
sans 1 avoir decrile, se rapporte a A. longicollis $ 01., variete a 
elytres enfumes sur le disque. 

4 Athous corsicus Reiche (? de Corse, Bellier, 1861} = A. brevicornis 
Desbr. ($ de Corse). Le male decrit par Reiche en 1869 appar- 
tiendrait-il vraiment a cette espece? II ofifre, sur les elytres, une 
pubescence semblable ; or, les femelles des Athous sont generalemerit 
moins pubescentes que les males. Je serais porte a recherclier, pour 
cette espece, un male beaucoup plus pubescent. J ai decrit (Ann. 
Soc. ent. Fr., 1887, Bull, p. xcv), comme male presume de cette 
espece, un Insecte qui se rapprocherait beaucoup, par la pubes 
cence, de A. hispidus Cand., que je ne connais que par la des 
cription. II incombe done aux Entomologistes qui ont chasse en 
Corse de faire la lumiere sur ce point, encore fort embrouille pour 
moi. La femelle decrite par Reiche offre le 3 e article des an- 
tennes plus long que le 2 e ; tandis que, chez son male, ces deux 
articles sont vraisemblablement egaux. 

5 Athous Ecoffeti Reiche (d 1 de Nimes) me parait devoir rester comme 
espece propre. La femelle, que 1 auteur en a rapprochee dans sa 
collection, se. rapporte a A. longicollis $ 01. 

6 Athous agnatus J Reiche (Alpes infer., Bellier, 1869) = A. fallax <$ 
Desbr., 1870, et Athous fallax $ Desbr. = A. melanoderes ? Muls. 
et Guilb., 1855. 



CLXXII Bulletin cntomologique. 

7 Athous Bonvouloiri <f Reichc (sans localite) semble ne pas se rappro- 
cher bien exactement du type ? (donne a Pauteur par M. de Bon- 
vouloir). Cette femelle se distinguera par la longueur relative des 
articles des antennes ; ses elytres sont peu profondement ponctues- 
stries et couverts d une pubescence soyeuse rappelant celle de 
A. pallens ; sa taille, sa forme et sa coloration sont celles de A. dif- 
formis $ Pellet. 

8 Athous thessalonicus Reiche (Salonique) ressemble considerable- 
ment a .4. olbiensis Muls et Guilb. et peut facilement etre con- 
fondu avec lui. II s en distingue par le 2 e article des antennes moins 
court et par le 3 e qui est au contraire plus allonge que chez 
.4. olbiensis. Les angles posterieurs du pronotum sont plus etroits et 
non emousses; les cotes du pronotum ne sont pas legerement 
elargis au devant de cet angle, en forme de sinuosite, comme on 
1 observe chez A. olbiensis. Le bord anterieur du front est legere 
ment anguleux en son milieu au lieu d etre legerement echancre. 

9. Athous Pemgalloi Reiche (Alpes-Maritimes, Peragallo) = A. cas- 
tanescens var. a pubescence d un gris cendre, a pronotum lege 
rement moins convexe sur le disque, avec les angles posterieurs 
plus etroits et un peu plus divergents : variations analogues a celles 
qu on rencontre chez A. mandibularis <$ Duf. La femelle de 
Reiche, a laquelle on pourra conserver le nom donne par Vauteur, 
n est qu un male d une varie te de la meme espece, caracterisee par 
une forme plus raccourcie du pronotum et des elytres. L impres- 
sion oblique de chaque cote de la base du pronotum n est pas inhe- 
rente a Pespece, elle est plutot accidentelle. Des impressions syme- 
triques analogues s observent assez souvent chez d autres especes 
d Elaterides ; je serais porte a croire qu elles proviennent de meur- 
trissures qu aurait rfegues la larve en son jeune age. Get Elate- 
ride me parait bien voisin de A. oblongicollis Desbr., mais jen ose 
pas encore me prononcer pour Py reunir. 

M. H. du Buysson fait ensuite les rectifications suivantes : 

Bulletin, seance du 28 mars 1888, p. L, 12 e et 16 e lignes, lire : Athous 
circumductus Menetr. , au lieu de .4. circumscriptus Cand. 

Bulletin, seance du 11 avril 1888, p. LVII, 26 e ligne, lire : aussi a 
Athous deflexus Thorns. , au lieu de : A. porrectus Thorns. 



Seance du 22 octobre 1890. CLXXIII 

- M. Gh. Brong-niart fait connaUre une nouvelle espece de Locustide 
du genre Megalodon (Brulle) provenant du nord de Borneo : 

Megalodon Blanchardi, n. sp. Gette espece est voisine de 
M. ensifer Brulle, mais en differe cependant par les caracteres suivants : 

La taille est plus grande ; la tete est plus grosse, plus allongee et elargie 
un peu a la partie inferieure, pres de la base des mandibules ; elle ne 
porte pas, comme chez M. ensifer, de tubercule ride et brun au-dessus 
du labre. Brulle dit que, chez les Megalodon, la levre superieure ne 
recouvre pas les enormes mandibules. Sur un echantillon de M. ensifer 
de Java, que M. M. Maindron vient de donner an Museum, ainsi que 
sur la nouvelle espece que je fais connaitre ici, le labre recouvre les 
mandibules ; mais on voit, a la couleur pale de la partie superieure, que 
celle-ci est retractile et que 1 animal doit pouvoir la cacher, comme cela 
a lieu chez M. ensifer, type de Brulle, qui figure dans les collections du 
Museum. Dans M. Blanchardi, les mandibules sont d un brim fonce et 
non pas noires comme celles de M. ensifer. 

Le prothorax est plus haut que celui de M. ensifer; en outre, son bord 
inferieur presente des sinuosites differentes de celles que Ton observe 
chez 1 espece de Brulle. Ce qui est fort remarquable, ce sont les saillies 
epineuses qui le recouvrent. Chez M. ensifer, elles sont dirigees tres en 
dehors, presque horizontales ; chez M. Blanchardi, elles sont plus droites, 
dirigees plus en haut, presque verticales. Le prolongement posterieur du 
prothorax, garni e galement d epines, est plus dresse, moins horizontal 
que dans M. ensifer. 

Les ailes et les elytres offrent un grand de veloppement ; au lieu de se 
terminer brusquement et de ne depasser que tres peu I abdomen, 
comme dans M. ensifer, ils le depassent tellement, qu ils recouvrent 
presque completement 1 oviscapte en forme de grand sabre baionnette. 
Dans notre espece, 1 oviscapte ne presente pas les marbrures que Ton 
remarque chez M. ensifer ; puis il est plus e troit a la base et plus e largi 
vers le milieu. Sa couleur est d un brun fonce. 

Les pattes sont moins epineuses que celles de M. ensifer. Chez cette 
espece, les cuisses portent des epines, non seulement en dessous, mais 
aussi sur toute la surface superieure. Chez notre nouvelle espece, il n y 
a d epines que sur le bord inferieur des cuisses, et la partie superieure 
est legerement velue; c est a peine si Ton y voit quelques petites 
saillies. 

Je dedie cette remarquable espece a mon maitre M. Em. Blanchard, 
de I Academic des Sciences, professeur au Museum. 



CLXXIV Bulletin entomologique. 

Elle appartient aux collections du Museum (luventaire tie 1889, u u 923) 
el a ete recueillie a Huia-Balu, au nord de Borneo. Elle a etc remise mi 
Museum avec d autres Insectes de la meme localite provenant de la 
Collection Whitehead. 

Dans un prochain memoire, je compte figurer ces deux belles especes, 
M. ensifer et M. Blanchardi, et discuter leur parente zoologique, qui, je 
crois, n est pas bien etablie. 

M. J. Kiinckel d Herculais depose la note suivante : 

On ne sait rien encore sur les habitudes larvaires des Mylabres. 
Bien que de nombreux naturalistes se soient, a des epoques differentes, 
occupes de cette question, on pourrait encore ecrire cette jolie phrase 
par laquelle Gebler termine son chapitre des moeurs des Mylabres : Au 
surplus, la posterite ne se plaindra pas que nous ne lui ayons laisse 
rien a observer. Ainsi s exprime le D r H. Beauregard dans son excel 
lent ouvrage Les Insectes vesicants, si riche en documents et en observa 
tions, ouvrage public cette annee meme (1). 

Plus recemment encore, M. le D r A. Ghobaut, d Avignon, dans une 
etude tres complete sur les moeurs des Mylabres, pose les conclusions 
suivantes : Nous ne possedons aucun fait positif pouvant servir a 
eclairer le probleme du parasitisme des Mylabres ; nous n avons que 
des hypotheses. Toutes sont possibles ; mais aucune d elles, peut-etre, 
ne renferme la verite, qui est probablement plus curieuse encore qu on 
n a pu 1 imaginer (2). 

J ai la satisfaction d annoncer a la Societe que j ai reussi a suivre 
completement 1 evolution des Mylabres et que je puis ecrire un nouveau 
chapitre de 1 histoire si curieuse des Cantharidides. 

Des 1888, j avais annonce la decouverte dans les coques ovigeres des 
Acridiens, et particulierement de Stauronotus maroccanus, de larves de 
ces Insectes ; je vis meme les differentes formes larvaires ; ce qui me 
permit de dire que j avais pu verifier les belles observations du pro- 

(1) D r H. Beauregard, Les Insectes vesicants. Paris, 1890. Developpeme ;t 
des Mylabres, p. 326. 

(2) D r A. Chobaut, Sur les moeurs des Mylabres. Le Colcopte risle, Paris, 
i cr octobre 1890, tirage a part, p. 11. L auteur ignorait que, au Congres de 
1 Association francaise pour I Avancement des Sciences, tenu a Limoges, seance 
du 10 aout 1390, en presence de plusieurs de nos collegues, j avais signale le 
genre de vie des Mylabres et decrit leurs formes larvaires. 



Seance da 22 octubre 1890. GLXXV 

fesseur G. V. Riley, si importantes au point de vue de la phylogenie des 
Insectes Coleopteres (1). Malheureusement mes educations ne reus- 
sirent point; beaucoup de larves se dessecherent, les autres furent 
devorees par les Fourmis, la veille meme de mon depart pour la France. 

Gelte annee, me placant dans des conditions toutes speciales, j ai ete 
plus heureux et j ai mene a bien quelques-unes de mes educations. Je 
dirai que c est avec joie que j ai vu eclore, en juillet dernier, mon pre 
mier Mylabre : il etait mal conforme, difficile a determiner, mais il etait 
reconnaissable. Quelques jours apres, je pus enfm recueillir des Myla- 
bris Schreibersi Reiche = terminata Ghev. en parfait etat. D autres 
larves, appartenant a des especes de plus grande taille, n acheverent 
pas leur evolution ; instruit par 1 experience, j espere pouvoir les 
elever. 

Les Mylabres se transforment a la fac.on des Epicautes, si bien obser 
ves par le professeur Riley ; leurs larves se developpent dans les 
ootheques des Acridiens et se nourrissent des ceufs de ces Orthopteres. 
Gomme les Epicautes, les Mylabres revetent successivement la forme 
triongulin, carabidoi de, scaraba3idoide , se transforment en pseudo- 
chrysalides, reviennent a 1 etat scarabaBido ide, puis se transforment en 
nymphes et en Insectes parfaits. 

M. J. Kunckel d Herculais annonce ensuite que les larves de Cle- 
rides, dont il avait signale la presence, des 1888, dans les coques ovl- 
geres de Stauronotus maroccanus, ont donne naissance a Trichodes 
amnios, si commun en Algerie. 

Les Trichodes, qui n etaient connus que comme parasites des Hyme- 
nopteres, se developpent done aussi, a la fagon des Mylabres, au detri 
ment des oaufs des Acridiens. 

M. J. Kunckel d Herculais rappelle en quelques mots les methodes 
qu il a employees pour combattre les Acridiens ravageurs de FAlgerie. 
II a deja eu 1 occasion d en parler a la Societe Fannee derniere. 

Les chiffres sont eloquents, dit-il, et les renseignements suivants 
feront comprendre 1 effort considerable qu il a fallu donner pour lutter 
avec quelques succes dans les campagnes de 1888-89 et 1889-90. 

(1) Les Acridiens et leurs invasions en Algerie. Comptes rendus Acad. Sc., 
t. CYI1I, 11 fevrier 1889, p. 276. Revue scientifique, 13 avril 18s9, p. 458, 
Ann. Soc. ent. Fr., 1889, Bull., p. vi. 



CLXXVI Bulletin entomologiqite. 

Pendant la campagne de 1888-89, Ic ramassage des coqucs ovigeres a 
entrainc une depense de : 

Dans le depart 1 d Alger, de 110.655 77 

Dans le depart 1 de Gonstantine, de 600.722 64 

soil, pour les deux depart 15 , de 711 .378 41 

qui ont ete verses entre les mains des indigenes. 

La campagne centre les Acridiens, depuis i eclosion jusqu a la meta 
morphose, a coute : 

Dans le depart 1 d Alger. .. 309.009 33 

Dans le depart 1 de Gonstantine 1 .633.610 09 

soit pour les deux depart 18 1.942.619 42 

pour la main-d o3uvre indigene et militaire. Si Ton ajoute a ces depenses 
les sommes qui out ete payees directement par le gouvernement general 
pour 1 acquisition du materiel : 320,556 fr. 93 ; pour le transport de 
troupes et de materiel : 42,298 fr. 75, on peut estimer que la lutte a 
coute 2,305,475 fr. 10. Mais il faut tenir compte des depenses indi- 
rectes, c est-a-dire des secours qui ont ete donnes aux sinistres du 
departement d Alger, 123,599 fr. 60, et du departement de Gonstantine, 
1,064,249 fr. 50, repartis ainsi : subsides aux colons, 431, 912 fr. 50; 
aux ouvriers victimes indirectes de 1 invasion, 54,860 fr. 50; de 
secours aux indigenes, 383,026 fr. 50 ; de chantiers de charite indi 
genes, 194,450 fr.; soit pour les deux departements : 1,187,849 fr. 10. 
Nous devons ajouter les depenses diverses, 10,890 fr. 65. La totalisation 
de ces chiffres nous donne 4,601,877 fr. 06. Mais il est indispensable 
de faire remarquer que le depart 1 de Gonstantine a avance aux com 
munes et principalement aux communes indigenes 3,896,498 fr. 65 
pour prets de semences. Nous trouvons en fin de compte que la 
campagne de destruction des Sauterelles et les consequences directes 
de [ invasion daiis les depart 15 d Alger et de Gonstantine ont entraine a 
des sacrifices qui se chiffrent par 8,498,375 fr. 71, en chiffres ronds a 
8,500,000 francs. 

Voici les consequences de ces sacrifices : 

Les prets de grain ont eu pour resultat de permettre 1 ensemence- 
ment des terres ; les sommes qui ont ete versees aux indigenes, soit 
pour le ramassage des coques ovigeres, soit pour les travaux publics, 
soit a litre de secours, les ont empeches d etre la proie de la famine, 
comme en 1868; les sommes payees comme main-d oeuvre Jeur ont 



Seance du 22 oe.tobre 1890. CLXXVII 

permis d attendre la moisson ; la lutte, entreprise avec une grande 
vigueur, a sauve cette moisson, qui est une des plus belles que la terre 
algerienne ait portees : lo rendement etait en moyenne de 40 pour 1, et 
les betes de somme ployaient sous la charge. II est un resultat plus ma- 
nifeste encore : les Sauterelles echappees a la destruction ont regagne 
leurs repaires habituels, c est-a-dire les regions reculees des Hauts- 
Plateaux ; et, si elles n ont pas abandonne completement le depart* de 
Constantino, elles n y ont commis, cette annee, aucun degat appreciable ; 
les cultivateurs ont pu rentrer en paix une excellente recolte. On peut 
dire aujourd hui que la province de Gonstantine, la plus alteinte, a 
recupere ses pertes et que la matiere imposable est en grande partie 
reconstitute. 

J examine maintenant la situation apres la campagne de 1889-90 : 

En 18^-89, la carte de prevision de l in\asion, dressee d apres mes 
instructions, accusait, dans les seuis depart 15 de Gonstantine et d Alger, 
une superficie de gisements de coques ovigeres de plus de 100,000 hec 
tares. En 1889-90, la carte de prevision ne decele plus qu une superficie 
de gisements de 30,000 hectares en chiffres ronds. L examen de cette 
carte montrait que la region comprise entre Boghari et Constantine etait 
a pen pres debarrassee et qu il n existait plus que deux grands foyers 
d invasion : 1 un a Test du depart 1 de Gonstantine, au voisinage de la 
fronliere de Tunisie; 1 autre a 1 ouest, vers I extremite du depart 1 d Al 
ger, mais empietant sur le depart 1 d Oran. 

Si la lutte a ete active dans le depart 1 de Constantine, ou le personnel 
dirigeant et les travailleurs avaient I experience, on livrait bataille sur 
bataille dans le depart 1 d Alger, a Boghari, a Teniet-el-Haad ; dans le 
depart 1 d Oran, a Tiaret; dans cette derniere commune surtout, ilfallait 
veiller a 1 imprevu, c etait pour la premiere fois qu on voyait 1 ennemi 
et qu on allait user d engins dont les populations ignoraient les avan- 
tages. Immense a ete 1 effort de la lutte pendant les mois de mai et 
de juin. Dans la seule commune mixte de Teniet-el-Haad, on a tendu 
75 kilometres de barrages, constitues par des appareils Cypriotes. 

Du 16 avril au 28 juin, dans cette commune de Teniet, qui renfermait 
a elle seule plus de 3,000 hectares de gisements de coques ovigeres, 
36,000 m. c., representant 145 milliards d Insectes, ont ele detruits. Ges 
chiffres sont effrayants ; mais, si on les analyse, ils perdent leur carac- 
tere extraordinaire ; car, en realite, ils n accusent plus qu une destruc- 



JOURNAL BIMENSDEL (Bulletin de la Soci6t6 entoraol. de France), 1890, n 17. 



CLXXVIII Bulletin entomologique. 

lion de 18 m. c. par kilometre et par jour et de 45 doubles decalitres 
par appareil et par jour. 

Dans le depart 1 d Alger, on a employe a la destruction des Sauterelles 
17,825 travailleurs, qui ont fourni 284,483 journees de travail, et la 
depense s est elevee a 182,450 francs (ramassage de coques ovigeres 
compris). Si les depenses ont ete si peu elevees, par rapport a celles de 
la campagne precedente, il est juste de dire que les indigenes rece- 
vaient pour salaire un demi-pain de munition par jour : il fallait etre 
econome. 

Les comptes des depenses de la campagne de 1889-90 ne sont pas 
encore apures ; mais, des a present, j estime qu ils n absorberont pas 
plus de 6 a 700,000 francs au maximum. 

Quant aux mefaits commis, cette annee, par les Acrid iens dans les 
depart ts d Alger et d Oran, ils sont beaucoup moindres que ceux de 
I annee precedente, et nous savons deja qu ils ont epargne le depart 1 de 
Gonstantine. 

Si les chiffres prouvent qu il y a eu des degats, ces degats sont peu im- 
portants par rapport a la production agricole de 1 Algerie. Je les evalue, 
au maximum, a 3,692,600 francs. Je dis au maximum, car j admets que 
les recoltes ravagees par les Acridiens ont ete absolument detruites, 
alors que souvent elles ont encore fourni une certaine quantite de grains. 
Or, si je compare cette perte au rendement moyen de la production 
culturale de PAlgerie entiere, qui peut etre evaluee, au minimum, a 
348,214,650 francs, on peut estimer que la perte relative est, au maxi 
mum, de 1 fr. 05 par 100 francs. 

11 ressort de ces donnees que la situation est des plus rassurantes ; 
mais, malgre la destruction intensive d Acridiens qui a ete faite, il en 
est qui ont echappe a cette destruction, refugies qu ils sont dans les 
iinmenses solitudes des Hauts-Plateaux et notamment dans la region du 
Sersou. 

Des vols de Sauterelles ont ete signales et les pontes se sont deja 
effectuees dans la partie la plus occidentale du depart 1 d Oran, enarriere 
de la region tellienne, et sur differents points egalement recules des 
autres departements. Les releves des gisements se font methodique- 
ment ; la luttc centre les Acridiens va done recominencer 1 an prochain 
sur nouveaux frais pour les empecher de reconstituer leurs redou- 
tables phalanges. Grace a 1 experience acquise, cette lutte sera menee 



Seance du 22 octobre 1890. CLXXIX 

avec plus de vigueur s il est possible, et 1 Algerie, rassuree, certaine 
qu on empeche 1 ennemi d envahir le Tell, reprendra paisiblement son 
developpement economique. 

Le <2 e Secretaire : G.-A. BAEH. 



Bulletin bibliographique 

Acade mie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaircs des seances de V), 

1890, 2 e sem., n os 14 et 15. Q 
Insect Life, 1890, III, 1. -- A Peach-pest in Bermuda (Ceratitis capi- 

tata Wied.), fig. G. W. HARGITT. Notes upon the Canker Worm. 

F. W. MALLY. Monostegia ignota Norton. -- F. M. WEBSTER. 

LarvaB of a Crane-fly destroying young Wheat in Indiana. Some 

of the Bred parasitic Hymenoptera in the National Collection. A. H. 

SWINTON. How are Insect vivaria to be lighted. -- Extracts from 

Correspondence. General Notes. 
Naturaliste (Le), 1890, 15 octobre. P. CHRETIEN. Considerations sur 

VInula conyza D. C. 

Naturwissenschaftlichen Vereines fur Steiermark (Mittheilungen), 1889. 
- D r ED. HOFFEH. Skizzen aus dem Leben unserer heimischen 
Ameisen. 

Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, III, 10, 
1890. O 

Royal Society of Canada for the year 1889 (Proceedings and Transactions), 
VII, Montreal, 1890. Q 

Societas entomologica, V, 14, 1890. K. ESCHERIGH. Ueber einige Me- 
loiden. F. RUHL. Beitrag zur kritischen Sichtung der Melitasen- 
Gruppe Athalia Rott., Parthenie Bork. und Aurelia Nick. 
D. SCHLATER, Mittheilungen iiber den Schmetterlingsfang in Suri 
nam. Prof. RaTZER. Die geographische Verbreitung der Schweizer 
Staphylinini von D p Paul Mellmann. K. KELLER. Ueber eine Ex 
cursion in Graubiinden. H. CLERK. Zur Familie der Staphylinen. 
J. DAHL. Ueber Charaxes Jasius L. 

Socie te entomologique de Belgique (Annales), 1889. H. TOURNIER. Hy- 
menopteres, famille des Scolides, Monographic des especes euro- 
peennes et des contrees limitrophes du genre Tiphia Fab. 



CLXXX Bulletin entomologique. 

H. ALBARDA. Notes sur les Perlides decrites par IB D r Rambur. - 
ID. Note sur la Txniopteryx nebulosa L. et la T. prietextata Burmeis- 
ter. E. CANDEZE. Elaterides nouveaux. D r J. TOSQUINET. Docu 
ments pour servir a la Monographic des Iclmeumonides de la Russie 
d Asie. -- G. SEVERIN. Catalogue des Coleopteres de la famille dcs 
Gyrinides. 

Comptes rendus, 1890. F. FAIRMAIRE. Diagnoses de Goleopteres 
madecasses. A. PREUDHOMME DE BORRE. Gonseils pour 1 etude 
des Palpicornes aquatiques. Annotations aux listes de Goleo 
pteres carnassiers et lamellicornes indigenes. Rev. P. BELON. 
Notes rectificatives. - H. TOURNIER. Tableau synoptique du genre 
Tiphia Fabr. ID. Deux Hymenopteres nouveaux (figures.). - 
L. FAIRMAIRE. Quelques Heteromeres de Minas-Geraes. A. PREU- 
DHOMME DE BORRE. Sur les Pwcilus cupreus et versicolor. F. J. 
HEYLAERTS. Une Psychide nouvelle de 1 Asie centrale (Chalia Stau- 
dingeri). F. PLATEAU. Les organes odorants des Lepidopteres de 
la region indo-australienne par le D r Erich Haase, de Berlin. 
GOUCKE. Sur le Cychrus rostratus L. et sa variete elongatus Hpp. 
E. ALLARD. Note sur les Galerucides, Goleopteres phytophages. 
L. FAIRMAIRE. Diagnoses de Goleopteres madecasses. E. BER- 
TRAND. Note sur quelques Garabiques de la region de Galmpthout. - 
E. ALLARD. Nouvelle note sur les Phytophages, a la suite d un exa- 
men des Galerucides appartenant au Musee royal de Belgique. 
J. B. CAPRONNIER. Lisle des Lepidopteres captures au Congo par 
MM. Thys, Legat, Martini et Machado en 1887. F. M. VAN DER 
WULP. Description d une espece nouvelle d Asilide de 1 Afrique 
equatoriale. A. DUVIVIER. Goleopteres phytophages nouveaux. - 
G. SEVERIN. Quelques Longicornes rares des environs de Liege. 
J. B. CAPRONNIER. Liste d une collection de Lepidopteres recueillis 
au Gabon, avec la description de quatre especes nouvelles. 
A. PREUDHOMME DE BORRE. Additions et annotations aux listes des 
Coleopteres carnassiers et lamellicornes de Belgique. E. DE SELYS- 
LONGCHAMPS. Palxophlebia, nouvelle legion de Goleopterygines, 
suivi de la description d une nouvelle Gomphine du Japon. D r JA- 
COBS. Contribution a la destruction des Insectes par leurs parasites. 
E. ROUSSEAU. Quelques Goleopteres rares captures en Belgique 
en 1889. ID. Notes sur quelques Goleopteres monstrueux (deux 
notes). E. DE SELYS-LONGCHAMPS. Pronevra, nouveau genre 
d Agrionines de la legion des Protonevras (fig.). BERGE. Note pour 



Seance du 12 novembre 1890. CLXXXI 

servir a I etude de la coloration des teguments chez les Insectes. 
E. BERGROTH. Notes sur quelques Aradides appartenant au Musee 
royal d histoire naturelle de Bruxelles. 
Socie te des sciences historiques et naturelles de I Yonne (Bulletin), 1890. Q 



BRONGNIART (GH.). Insectes, coup d oeii rapide sur la faune entomolo- 
gique des terrains paleozoiques (Ann. Geol. univ.), V, 1889, 8 p. * 
ID. Nouvelle espece du genre Rosalia (Naturaliste), l er juillet 1890, 
3 p., fig. * 

GHOBAUT (D r A.). Sur les moeurs des Mylabres, avec la description et la 
figure des larves primaires de Mylabris Schreibersi Reiche et de 
M. variabilis var. tricincta Ghevr. (Goleopteriste), l er octobre 1890 
(sans planche), 11 p. * 

GADEAU DE KERVILLE (H.). Faune de la Norman die, fasc. II : Oiseaux 
(Bull. Soc. Am. sc. nat. de Rouen), 1889, 358 p. Q * 

PREUDHOMME DE BORRE (A.). Materiaux pour la faune enlomologique de 
la province de Brabant : Coleopteres, 5 e centurie (Bull. Soc. roy. linn, 
de Bruxelles), 1890, 34 p. * 

ID. Materiaux pour la faune entomologique du Limbourg : Coleopteres, 
3 e centurie (loc. cit.), 1890, 50 p. * 

PUTON (D r A.). Une douzaine d Hemipteres nouveaux et notes diverses 

(Rev. Ent.), 1890, 8 p. * 
REITTER (E.). Le Tamis a Insectes, son utilite pour la recherche des 

Insectes (surtout Coleopteres) et de ses emplois, trad. C.-E. Leprieur 

(Coleopteriste), l er octobre 1890, 15 p. * 

A. L. 

Seance du 1$ novembre 189O . 

residence de M. P. MABILLE 

MM. A. Fauvel, de Caen, et J. Bourgeois, de Sainte-Marie-aux-Mines, 
assistenl a la seance. 

Correspondance. M. Ch. Alluaud previent ses collegues que, pendant 
quelques annees, il va habiter Limoges, 16, avenue Foucaud, ou il prie 
ses correspondents de vouloir l)ien lui adresser desormais lottres, com- 



CLXXXII Bulletin entomologiqiie. 

munications et echanges. II continuera a s occuper specialement de la 
faune coleopterologique de 1 Afrique (continent el lies). 

Demission pour 1890. M. Alfred Leveau, a Orleans. 

Admissions. 1 M. Franz Sikora, naturaliste, a Antanarive (Mada 
gascar) (Entomoloijie generate}, presente par M. J. Gazagnaire. Com- 
missaires rapporteurs : MM. G.-A. Poujade et P. Lesne; 

2 M. Charles Ferton, capitaine d artillerie, a la direction d artillerie, 
a Alger (Entomologie generate), presente par MM. J. Kunckel d Hercu- 
lais et J. Gazagnaire. Commissaires rapporteurs : MM. A. Leveille et 
M. Cayol. 

Presentations, 1 M. Fernand Meunier, ex-naturaliste voyageur de 
1 Etat independant du Congo, rue d AccoIais, 31, a Bruxelles (Belgique) 
(Hymenopteres, Dipteres), presente par MM. J. Gazagnaire et Edm. Andre. 
Commissaires rapporteurs : MM. G.-A. Poujade et Ch. Brongniart. 

2 M. Paul Delorme, 25, Universities strasse, a Zurich (Suisse) (Ento 
mologie generate), presente par M. G.-A. Baer. Commissaires rap 
porteurs : MM. A. Lamey et M. Cayol. 

Proposition. M. ie Bibliothecaire, en vue de 1 augmentation de travail 
imposee par la publication de VAbeille, propose qu il soit ouvert uri 
credit destine a subventionner un agent qui, sons la responsabilite du 
Bureau, sera charge de la besogne materielle des differents services de 
la Societe. 

La proposition est prise en consideration et renvoyee devarit le Conseil, 
qui fera son rapport a la prochaine seance du 26 novembre. 

Travaux e crits. M. A. Raffray, de Singapore, envoie, par I entremise 
de M. E. Simon, uri travail intitule : Voyage de M. E. Simon aux lies 
Philippines (mars et avril 1890), Pselaphides, par A. Raffray, avec une 
planche. 

M. J. Bourgeois depose un memoire : Sur la distribution ge ogra- 
phique des Coleopteres Malacodermes appartenant a la tribu des Lycides. 

M. J. Kunckel d Herculais donne lecture de son travail : Les Coleo 
pteres parasites des Acridiens. Metamorphoses des Mylabres. 

Communications. M. A. Leveille donne la diagnose d un Temnochilide 

nouveau : 



Seance du 1% novembre i890. CLXXXIII 

Temnochilocles, nov. gen. Oculi (duo) laterales, amygdali- 
formes, sat fortiter reticulati, antice hand emarginati. Antennse undecim 
articulate, clam triarticulata, bilaterali subxqualiter serrata. Frons 
vix convexa antice trisinuata. Thorax elongatus, antice hand truncatus, 
lateribus marginatus, margine laterali sinuato-deflexo. Scutellum dis- 
tinctum. Prosternum lateribus immarginatum. Elytra elongata. Pedes 
sat breviores, subincrassati, tibiis spinoso-dentatis. Corpus elongatum, 
cylindricum. 

Ce genre est intermediate entre les Airora et les Temnochila; il dif- 
fere des premiers par la massue des antennes dentee en scie des deux 
cotes, et du second (dont il a le fades) par les tibias epineux et les yeux 
non echancres en avant. 

T. Dugesi, n. sp. Elongatus, parallelus, nitidus, alutaceus, ni- 
ger ; corpore subtus, pedibus antennisque piceis, clava subrufa. Fronte 
sulcata ; capite sparsim fortiter, thoraceque minus, foveolato-punctatis. 
Prothorax elongatus, basin versus, angustatus; lateribus, basi angu- 
lisque anticis marginatis ; angulis anticis fere quadralis, hand productis, 
posticis obtusis. Scutellum fortiter transversum postice subrotundatum. 
Elytris elongatis, fere parallelis, convexis, postice rotundatis, basi subti- 
lius elevato-marginatis, striato-punctatis ; interstitiis et lateribus irregu- 
lariter seriatim punctulatis. Prosterno inter coxas subfoveolato,.sat spar 
sim punctato. Long. 12,5 mill.; lat. 2,8 mill. Mexique : Morelia 
(2 exemplaires). 

Gette espece m a ete communiquee par notre collegue M. A. Saile, qui 
I avait re^ue de M. le professeur Eugene Duges, auquel je suis heureux 
de la dedier. 

M. C. Brongriiart, en offraut a la Societe un meinoire sur les In- 
sectes paleozoiques pourvus, au prothorax, d appendices aliformes, 
appelle 1 attention sur ce fait que la presence d ailes au prothorax est un 
fait des plus interessants, car aucun Insecte n en possede de nos jours. 

M. G. Brongniart donne ensuite la description de quelques Longi- 
cornes nouveaux de 1 Indo-Chine des collections du Museum : 

Genre ZATREPHUS Pascoe. 

1. Z. spinosus, n. sp. Rubro-fuscus, pubescens; prothorace ru 
goso, medio sulrato ; elytrix bispinosis, pills fulvis tectis et passim flavis 



CLXXXIV Bulletin entomologique. 

pilis maculatis; corpore infra flavis pilis tecto. -- Long. 25 mil!.; lat. 
46 mill. 

Cette espece est d un brim rouge ; les elytres, qui sont tronques, 
offrent deux epines a 1 extremite. Les yeux se rejoignent presque sur 
le dessus de la tete. Le prothorax est rugueux et presente un vrai sillon 
longitudinal median. Les elytres sont converts d une pubescence d un 
brun rouge, mais offrant cji et la des taches de poils plus clairs. 

Le Museum possede cette espece de Borneo. M. M. Maindron i a re- 
cueillie a Singapore. L echantillon type est enregistre dans le Catalogue 
de 1885 sous le n 7059. 

2. Z. nebulosus, n. sp. Pubescens, supra fuscus, infra candi- 
dus ; capite, antennis, prothorace fulvis ; elytris fulvis et utroque albidis 
lanuginosis pilis tectis. Long. 27 mill.; lat. 57 mill. 

Dans cette espece, les yeux sont mediocrement separes en dessus ; le 
prothorax est rugueux et presente, en dessus, une ligne foncee qui le 
separe en deux ; les elytres sont inerrnes et arrondis a 1 extremite. 

Get Insecte (Catalogue 1886, n 1870) a ete trouve a Ba-Chieu (Saigon) 
par M. Pavie. 

Pavzeia, nov. gen. 

Ce genre nouveau peut prendre place a cote des dZgoidius, des Phx- 
dimis et des Crioprosopus. Je 1 etablis d apres un echantillon femelle 
rapporte de Battambang (Siam) par M. Pavie, a qui j ai le plaisir de le 
dedier. 

Les caracteres sont assez nets pour permettre la creation d une coupe 
generique : 

Tete offrant entre les yeux une plaque lisse triangulaire, qui se pro- 
longe en une ligne saillante entre les tubercules autenniferes, formant 
un bourrelet saillant transversal qui partage ces tubercules. Antennes 

abres, robustes, aussi longues que les elytres, a article 1 en massue 
arquee, deprime en dessus, 3 egalement arque et un peu plus long 
que 4 ; les articles 4 a 11 egaux entre eux, deprimes en scie, 11 appen- 
dicule et termine en pointe aigue. - - Prothorax transversal, convexe, 
bitubercule lateralement et muni, sur le disque, de quatre tubercules 
disposes sur deux lignes transversales, les deux anterieurs etant plus 
rapproches Fun de 1 autre que les deux posterieurs ; prothorax aussi 
large, avec ses tubercules lateraux, que la base des elytres. Eciisson 



Seance du 12 novernbre 1890. CLXXXV 

en triangle, assez large a la base, aigu en arriere et offrant une ligne 
mediane longitudinal e saillante. Elytres convexes, egalant trois fois 
la longueur du prothorax, un peu retrecis vers le milieu, mais aussi 
larges a 1 extremite qu a la base, tronques et inermes. Cuisses pen a 
peu elargies, inermes. Dernier segment abdominal beaucoup plus 
long que les autres et largemcnt tronque en arriere. Saillie proster- 
nale grosse, arrondie, declive en avant, verticale en arriere. Saillie 
me sosternale tres proeminente, pointue, verticalo en avant, declive en 
arriere. 

Ce genre est tres interessant, non seulement par ses caracteres, mais 
aussi a cause de sa presence dans 1 ancien continent, car tous les genres 
qui s en rapprochent sont americains. 

3. Pavieia superba, n. sp. Nigra; capite mgro, antennarum 
articulis 1-3 laevibus, 4-11 surdis; prothorace infra nigro, supra rubro, 
punctato, anteriore et posteriore limbo nigro ; scutello nigro, duabus ru- 
bris in medio maculis ; elytris rubris, humeris et extremis nigris, atque 
fascia flexuosa in medio ornatis; pedibus nigris Isevibus. Long. 
32 mill.; lat. 10 mill. 

Cette e?pece est remarquable par sa taille et sa couleur ; la tete est 
noire ainsi que les antennes, les pattes et tout le dessous du corps ; le 
prothorax est rouge en dessus et borde de noir en avant et en arriere. 
Les elytres sont rouges, avec les epaules et 1 extremite noires et une 
bande noire an milieu. 

Catalogue 1886, n 1780. Pnomh-Peuh a Battambang. 

M. le D r G. Berg, de Montevideo, envoie les notes suivantes : 

1 Dans les Recherches sur les Insectes de Santa-Cruz de Patagonie 
(Nouv. Arch, du Museum, 3 e serie, I, 1890), p. 119 et 129, M. L. Fair- 
maire paratt soutenir la validite de ses especes Praocis silphomorpha, 
1884 (= P. bicarinata Burrn., 1875), Otidoderes cancellatiis, 1884 
(= Cylindrorrhinus melanoleucus Burm., 1879), 0. externe-vittatus, 1884 
(= c. lactifer Burm., 1879), et 0. echinosoma, 1884 (= C. horridus 
Burm., 1879), en disant : festime que M. C. Berg a dil se tromper sur 
leur identification ou que les descriptions sont trompeuses. 

Quant a la premiere consideration, je dois la rejeter. Les exemplaires 
typiques de M. Burmeister, recueillis par moi en 1874, proviennent de 
la meme localite (Rio-Santa-Gruz) que ceux de M. L. Fairmaire, et ils 
correspondent parfaitement aux descriptions donnees par ce dernier 



CLXXXVI Bulletin entomologique. 

auteur, sauf certaines petites differences dues a la variete individuelle, 
et portant, par exemple, sur la grandeur et sur le revetement ecailleux 
plus ou moins dense. 

Quant aux descriptions de M. Burmeister, elles sont assez courtes, il 
est vrai, mais pas si trompeuses, quand on analyse avec soin le texte 
allemand. Les descriptions de Linne, de Fabricius, etc., sont encore plus 
courtes et tres incompletes, cependant on roconnait leurs especes, et Ton 
n a pas refuse d accepter les noms donnes par eux. 

Au sujet de la ponctuation des elytres de Praocis bicarinata, M. Bur 
meister dit, dans la description allemande, la meme chose que 
M. L. Fairmaire dans celle de son Praocis silphomorpha, car zerstreut 
grob punktirt ponctuation ecarte e, assez grosse ; et la figure donnee 
par M. L. Fairmaire de Praocis silphomorpha (loc. cit., pi. 9, fig. 5) 
est plus oblongo-elliptica (Burm.) que presque carre e (Fairm.). 

Les descriptions des trois Cylindorrhinus de M. Burmeister n ont pas 
ete bien interpreters par M. L. Fairmaire. M. Burmeister, il est vrai, a 
fait omission de quelques caracteres deja indiques chez les autres 
especes, comme, par exemple, les pointes des elytres divariquees chez 
Cylindrorrhinus horridus (Otidoderes echinosoma Fairm.). Je vois aussi, 
chez cette meme espece, que les tubercules pointus des elytres sont plus 
forts et plus longs dans la partie arquee ou tres convexe, mais plus 
petits en arriere, vers 1 extremite. 

2 Quant au genre Otidoderes (1) Lacord. (1863), j ai fait voir (Bull. 
Soc. ent. Fr., 1884, p. xcix) qu il est identique au genre Cylindorrhi 
nus Guer. (1830). M. L. Fairmaire accepte encore le genre Otidoderes, 
et dit seulement : M. Burmeister aurait pu et du indiquer le genre 
Otidoderes qui est inscrit dans le Genera de Lacordaire et dans le Cata 
logue Gemminger-Harold assez loin de Cylindrorrhinus. L eloigne- 
ment, pour ces deux genres, qui n est que d une page ou deux (Gem- 
miriger et Harold, p. 2358 et 2359 ; Lacordaire, p. 341 et 343), est bien 
souvent beaucoup plus considerable entre certains genres qui ont entre 
eux une grande affmite et qui sont presque inseparables ! 

- M. Charles Oberthur adresse les communications suivantes inte- 
ressant la faune franchise des Lepidopteres : 

Pendant Pete de 1890, nous avons successivement chasse dans les 

(1) Je pref&re 1 orthographe grammatical^ de Lacordaire k celle incorrecte 
(Otideres) du Catalogue de Dejean. 



Seance du 12 novembre i890. CLXXXVII 

Pyrenees-Orientales et dans les Hautes-Pyrenees. Le resullat de DOS 
explorations a ete assez heureux, puisque 1 un de nous a pu decouvrir 
dans une localite chaude, pres de Vernet-les-Bains (le hois d El-Pinats), 
une espece nouvelle de Mamestra que je designe sous le nom de 
Renati.JZile est voisine de Leineri, et s en distingue par ses epaulettes 
bordees de blanc, ses dessins a forme plus aigue, beaucoup plus nets et 
plus accentues, sa teinte generate d un brun noiratre a reflets dores. J en 
ferai paraitre la description complete et la figure dans les Etudes d En- 
tomologie. 

En outre, nous avons observe, a propos des Erebia, une espece non 
signalee dans la 8 e livraison de nos Etudes d Entomologie, consacree 
aux Lepidopteres des Pyrenees, Cecilia Bdv. (Iconesj, tres belle forme 
de Pyrrha. Csecilia etait commune dans les touffes d une Graminee, 
sur le flanc nord de la montagne de Peguere, au-dessus de Cauterets et 
jusqu a la Raillere. Les deux sexes sont entierement noirs en dessus ; 
le male, en dessous, est egalement tout noir; mais, sur cette face, la 
femelle est assez variable. Certains exemplaires ont les ailes inferieures 
et 1 apex des superieures d un brun plus ou moins rougeatre ou gri- 
satre, avec les taches ordinaires beaucoup plus retrecies que le type des 
Alpes ; ces taches sont d un rouge brique aux superieures, ocracees ou 
blanchatres aux inferieures. 

Contrairement a 1 opinion que nous avons emise (loc. cit., p. 24), 
Gorgone ne remplace point Gorge, dans les Hautes-Pyrenees. Nous 
avons capture les deux especes ensemble dans le cirque de Gavarnie ; 
elles volaient avec Lefebvrei, Mauto-Sthenuyo et Dromus. Gorgone, dont 
nous avons fait une abondante recolte sur les pentes qui sont situees 
au nord de 1 auberge du Col-de-Riou, nous parait une espece bien a 
part de Gorge et nullement une variete de cette derniere. Une belle serie 
de plus de cent exemplaires des deux sexes de Gorgone nous permet 
d emettre, a propos de cette Erebia, 1 avis qu elle se rapproche plus de 
Goante et Gorgophone, entre lesquelles elle fait comrne une transition, 
que d aucune autre espece. 

Arachne etait tres commune partout autour de Gauterets ; c est une 
espece tardive ; elle vole surtout aux environs des 5-10 aout. Au coii- 
traire, Evias et OEme sont precoces et paraissent des la fin de juin. 

Lycwna Eros et orbitulus volaient a la fin de juillet, autour du lac de 
Gaube. L. Eros est rare; L. orbitulus abondait sur le petit sentier, a I ouest, 
du lac. Les observations, concernant la forme speciale aux Hautes-Py 
renees de cette derniere espece et que nous avons consignees (loc. 



CLXXXVHI Bulletin entomoingique. 

cit., p. 16 et 17), sont pleinement confirmees. Les orbitulus sont plus 
grands et plus robustes dans les Hautes-Pyrenees que dans les Pyre- 
nees-Orientales et que dans les Alpes. 

Cette annee, Zygxna anthyllidis etait peu abondante ; mais sa conge- 
nere Contaminei etait tres commune sur les Eryngium de la vallee de 
Cambasque et du cote ouest du lac de Gaube. 

Parmi les Phalenites, nousavons recueilli quelques Eubolia cwlinaria, 
dans les localites chaudes du Vernet, et nous avons observe que Cleo- 
gene Peletieraria etait commune au-dessous et a Ten tour de 1 aubergc 
du GoI-de-Riou. La femelle se tient dans les herbes ou dans les buissons 
d Andromede et de Genevriers. Elle est frequemment avarice, quoique 
fraiche. Ses ailes, dedicates, se dechirent facilement au contact des 
plantes qui 1 abritent. Nous avons aussi rencontre C. Peletieraria dans 
la vallee d Eyna. 

Enfin, nous croyons devoir signaler une belle et grande Sesia, nou- 
velle pour la faune franchise, Monedulteformis Rarnbur, prise au Vernet. 
Elle nous parait differente de Uroceriformis que nous avons egalement 
trouvee au Vernet. Malheureusement , nous n avons encore qu un 
exemplaire de Monedulxformis. 

Nous avons deja entretenu la Societe entomologique de France de 
1 observation relative a certaines places plus specialement favorables aux 
aberrations. Le chemin de Gostell et les pentes de Saint-Martin au 
Vernet nous out encore fourni, cette annee, Melitxa athalia aberrante 
par melanisme et la carriere de Gesson, pres Rennes, nous a aussi 
donne a nouveau trois aberrations insignes de Melitxa Parthenie. El les 
appartiennent a la forme Pyronia (de Athalia) Hiibner. 

Dans les Lycxna, nous signalerons Arion, deja trouve par nous au 
Vernet, sans taches noires en dessous et avec ces taches enormement 
developpees. Gette annee, nous avons capture 1 aberralion immaculata 
identique aux exemplaires anterieurement recueillis. 

M. J. de Gaulle donne lecture d une note sur les degats causes au 
Cerisier par LYDA NEMORALIS L. : 

Je dois a 1 obligeance d un observateur consciencieux, M. Hue, ancien 
eleve de 1 Ecole de Grignon, les renseignements qui suivent sur les 
degats causes aux Cerisiers par une Teuthredine, Lyda nemoralis L. : 

Le territoire de la commune de Carrieres-sous-Poissy (Seine-et-Oise), 
ou le Cerisier est 1 objet d une culture speciale, est, depuis quelques 



i In 12 novetnbre 1890. CLXXXIX 

aimees, ravage par cet Insecte, qui sort de terre vers le milieu d avril 
(ie 19 avril en 1888, le 24 avril en 1889, le 5 avril en 1890) et dont la 
ponte s effectue aussitot apres 1 accouplement. Les bourgeons com- 
mencent a ce moment a s entr ouvrir et chaque femelle depose de huit a 
douze ceufs, de couleur jaune soufre, disposes en quinconce serre, sur 
la face inferieure des feuilles. Les larves, ou fausses chenilles, se deve- 
loppent avec rapidite, devorant les feuiiles au fur et a mesure de leur 
pousse, et, se deplac,ant a 1 aide d un fil tres tenu et tres resistant, leur 
nombre est tel que 1 arbre Unit par 6tre enveloppe d un veritable reseau. 
Vers la fin du mois de mai, ces larves se laissent tomber sur le sol, ou 
elles s enterrent a une profondeur de 6 a 8 centimetres, pour se trans 
former en nymphe et ne ressortir a 1 etat parfait qu au printemps sui- 
vant. 

Aucun des moyeus de destruction employes par M. Hue n a pu triom- 
pher du mal : le petrole, le sulfate de cuivre, le trisulfure de potassium 
dilues dans 1 eau et projetes au moyen de pulverisateurs de fort calibre 
ont ete insuffisants. II a fallu, de guerre lasse, se resoudre a arracher 
successivement les arbres epuises. 

Les auteurs ont indique deja Lyda nemoralis comme vivant aux de- 
pens d especes sauvages, notamment, d apres Brischke et Zaddach, de 
Primus spinosa, et, d apres M. E. Andre, de Prunus padus ; mais c est 
la premiere fois, je crois, que cet Insecte est signale comme nuisible au 
Gerisier cultive. 

M. Valery Mayet adresse la description de la larve de VESPERUS 
STREPENS Fabr. : 

J aidonne (Ann. Soc. ent. Fr., 1873 et 1875), en collaboration avec 
J. Lichtenstein, la description, avec planche, des deux etats iarvaires et 
de la nymphe de Vesperus Xatarti Duf. En 1877, Ferris a decrit, sur 
ines indications, la deuxieme larve de V. luridus Rossi (Larves de Coleo- 
pteres, Paris, Deyrolle, p. 519). 

Je suis en mesure aujourd hui de faire connaitre la seconde forme 
larvaire de la troisieme espece franchise, Vesperus strepens Fabr. 

Au mois de septembre dernier, M. Paul Vermeil, de Nice, en ville- 
giature a Saint-Marlin-Lantosque (Alpes-Maritimes), localite bien connue 
des entomologistes, situee a 1,000 metres d altitude environ, faisant 
creuser un trou dans une luzerniere pour y planter un arbre, trouvait 
dans la terre deux larves de Vesperus et me les envoyait. 



cxc Bulletin entomolugiquo, 

Informations prises aupres de M. Peragallo, de Nice, Vesperus xtre- 
pens seul se rencontre a cette altitude et ii a meme ete capture par notre 
collegue dans une localite voisine plus elevee, enlre 1,100 et 1,200 m. 
De son cote, M. Abeille de Perrin m ecrit d Hyeres qu il a pris fre- 
quemment cette espece, a la Sainte-Baume (Var), entre 800 et 1,100m., 
tandis que V. luridus reste confine, en France, entre Marseille et Nice, 
dans quelques localites peu cloignees du littoral. 

Je puis done decrire les larves venant de Saint-Martin-Lantosque 
comme se rapportant surement a V. strepens, ou du moins a la forme 
montagnarde, generaloment plus petite que le type, designee par Mul- 
sant (Longicornes, 2 edition, p. 443) sous le nom de litigiosus. 

Gomme j ai sous les yeux les larves des trois especes franchises, je puis 
donner de celle qui m occupe la description comparative suivante : 

Longueur, 1821 mill.; largeur, 1213 mill.; hauteur a la partie 
posterieure, 11 12 mill. 

Le corps, d un blanc livide, convert de poils blonds tres espaces, est, 
comme chez les deux autres especes, remarquablement court et epais, 
de forme cubique, c est-a-dire coupe lateralement et posterieurement a 
angles droits. Ce caractere est meme ici encore plus accentue. On peut 
dire que si 1 on separait la tete et le thorax de 1 abdomen, les deux pre 
miers reunis rappelleraient assez bien la forme d un coin a fendre le 
bois, d un coin tres obtus, et le dernier, celle d un cube ou d un de a 
jouer. 

Si 1 on etablit une comparaison entre les trois especes, c est chez la 
larve de V. luridus que cette forme cubique est le moins accentuee. La 
ligne dorsale de 1 abdomen, tres elevee dans sa partie posterieure, est 
d abord horizontale, puis progressivement declive en avant, finissant par 
se joindre a la ligne inclinee du thorax et de la tete (voir la tres bonne 
figure publiee par Ferris, Larves de Cole opteres, tab. 13), de sorte que 
le corps, vu de profil, offre lui-meme, dans son entier, cet aspect de 
coin obtus. La larve de V. Xatarti (voir la figure in Ann. Soc. ent. Fr., 
1873, tab. o) tient le milieu entre les deux. 

Independamment de ces differences d ensemble, je puis dire que la 
tete, toujours sans trace d ocelles, est plus developpe e, relativemeiit 
lisse, un peu ridee, il est vrai, transversalement, mais depourvue des 
gros pores piligeres et des rugositcs si visibles chez les deux autres 
larves. Le prothorax, toujours tres volumineux. plus lisse egalement, 
plus large, un peu plus court, plus renfle, a cotes plus arrondis, est 



Seance du 12 novembre 1890. . cxci 

remarquable par sa partie anterieure lion attenuee, aussi elargie que la 
posterieurc. Par suite du developpement de la tete, 1 echancrure ante 
rieure est plus forte. Les me so- vVmetatliorax, tres courts, en forme de 
carene en dessus et les pattes, tres developpees, n offrent rien de parti- 
culier. En ce qui concerne V abdomen, je n ajoulerai qu une chose, c est 
qu il est, comme tout le reste du corps, moms velu, plus lisse, couvert 
de granulations plus espacees et plus obsoletes. 

La forme larvaire que je viens de decrire a etc indiquee par moi sous 
le nom de deuxieme larve. II est fort probable, en effet, que la ponte de 
tous les Vesperus s accomplit hors de terre, comme je 1 ai constate chez 
V. Xatarti, et que des oeufs, places sous les ecorces des arbres on 
dans les tiges creuses, sortent aussi de premieres larves plus allongees, 
munies de longs poils destines a amortir les chutes, munies egalement 
d organes de la vision, capables, en un mot, de gagner le sol et de 
chercher la fissure favorable pour atteindre les racines. 

Aucune espece de Vesperus ne se rencontrant dans I Herault, je suis 
malheureusement mal place pour faire moi-meme cette observation sur 
V. strepens, mais je puis donner a mes collegues de Provence mon 
avis a ce sujet. 

J ai pu trouver assez facilement les pontes de V. Xatarti en Roussil- 
lon, de Janvier a avril, llnsecte, eclos en automne, commencant a sortir 
de terre et a circuler fin decembre, disparaissant en mars, et les oeufs 
n eclosant que les premiers jours de mai. Pour Vesperus strepens, 
qui apparalt en mai et juin pour disparaitre en aout, les pontes s operent 
necessairement en ete et les eclosions d oeufs se font bien certainement 
avant 1 hiver. Pour trouver ces pontes et observer les premieres larves, 
il faudrait, en juillet et aout, operer des recherches sous les ecorces des 
arbres, contre le tronc desquels des accouplements auraient ete obser 
ves. Les males venant facilement a la lumiere, il est facile de delimiter 
les quartiers ou ces Insectes sont abondants. Les centaines de V. strepens 
recueillis a Cannes par feu 1 abbe Glair, trouves pour la plupart noyes 
dans le canal derive de la Siagne, indiquent ces parages comme tres 
favorables a ce genre de recherches. 

M. F. Decaux fait passer sous les yeux de la Societe une branche 
de Chene contenant des MELASIS BUPRESTOIDES L. eclos depuis le 25 oc- 
tobre : 

Gette espece crepusculaire n est pas rare au Bois de Boulogne, ou elle 



CXGII Hnllftin cntomolngique. 

cause des degats assoz importants. Ge Melasis provienl d accouplement 
et de pontes obtcnus dans ses boites a educations. II fait remarquer 
que cet Insecte, eclos en octobre, doit passer 1 hiver dans la branche et 
normalement ne doit sortir qu au mois de juin. 

a transformation et son sejour au coeur de la brauche a 1 etat d ln- 
secte parfait depuis octobre n ont pas encore ete signales. 

Le 2 e Secretaire : G.-A. BAER. 



Bulletin bibliographique 

Academie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I ), 
1890, II. N 17. P. MARCHAL. Sur 1 appareil excreteur de la Lan- 
gouste, de la Gebie et du Grangon. N 17. GH. GONTEJEAN. Sur 
I autotomie chez la Sauterelle et le Lezard. N 18. LE MOULT. Le 
parasite du Hanneton. 

Annals and Magazine of Natural History, VI, 6, 3o, 1890. G. 0. WA- 
TERHOUSE. Descriptions of new species of Pedaria, with observations 
on allied Scaraba3ida3. 

Cole opte riste (Le), I, 2, 1890. H. DU BUYSSON. Apcrgu dichotoniique et 
observations sur quelques Elaterides. D r A. GHOBAUT. Sur les 
moeurs des Mylabres, avec la description et la figure des larves pri- 
maires de Mylabris Schreibersi Reiche et de Mylabris variabilis var. 
tricincta Ghevr. G. CHERON. Notes et observations sur Sympiezo- 
cera Laurasi Luc. A. G. Recherches de M. F. Decaux sur les 
moeurs des Scolytus et des Hylesinus des environs de Paris. G. E. 
LEPRIEUR. Le tamis a Insectes par E. Reitter. 

Entomologische Nachrichten, XVI, 1890, n 20. F. THOMAS. Entomo- 
logische INotizen. V. v. RODER. Ueber Ornilhomyia turdi Latr. 
Ueber den Autor von Bibio anglicus. V.-A. Signoret (L. FAIR- 
MAIRE). N 21. C. VERHOEFF. Bin Beitrag zur dcutschen Hymeno- 
pteren-Fauna. 

Feuille des Jeunes JSaturalistes, XXI, 1890, n241. A. DOLLFUS. Ta 
bleaux synoptiques de la Faune fran^aise : Grustaces isopodes (fig.). 
Gommunications. 



Seance du 12 novembre 1890. cxcm 

Insect-Life, II, 6 a 12, 1889-90. The so-called mediterranean Flour- 
Moth (fig.)- The Ox- Warble (fig.). S. A. FORBES. Office and 
laboratory Organization. D. W. GOQUILLETT. The use of Hydro- 
cianic acid gas for the destruction of the Red Scale. COOPER CUR 
TICE. The larvae of Hypoderma bovis De Geer. The imported 
Gipsy Moth (Ocneria dispar L.), fig. C. V. RILEY. Some insect 
Pests of the household, 2 part. (fig.). irrigation and injurious 
Insects. W- M. WHEELER. Note on the oviposition and embryonic 
development of Xiphidium ensiferum Scud. C. V. RILEY. The six- 
spotted Mite of the Orange (fig.). W. HAGUE HARRINGTON. Harpi- 
phorus maculatus Norton. F. M. WEBSTER. Adults of the American 
Cimbex injuring the Willow and Cotton wood in Nebraska (fig.). 
A. BELLE vo YE. Observations on Monomorium Pharaonis Latr. 
W. COQUILLETT. The Dipterous parasite of Diabrotica soror (fig.). 
0. LUGGER. Spilosoma fuliginosa L. (fig.). A Grub supposed to 
have traveled in the human body (fig.). The Dogwood Saw-fly 
(Harpiphorus varianus Norton), (fig.). C. V. RILEY. Platypsyllus- 
egg and ultimate larva (fig.). L. 0. HOWARD. Some new Parasites 
of the Grain Plant Louse (fig.). C. V. RILEY. An Australian hy- 
menopterous Parasite of the Fluted Scale (fig.)- L. 0. HOWARD. 
Two Spider-eggs Parasites (fig.). A. GIARD. On the Parasitic Cas 
tration of Typhlocyba by the Larva of a Hymenopter (Aphelopus me- 
laleucus Dalm.), and that of a Dipter (Ateleneura spuria Meig.). 
A poisonous Spider in Madagascar. Lord WALSINGHAM. Steps 
towards a Revision of Chambers -Index, with notes and descriptions 
of new species. C. V. RILEY. The Rose-Chaefer (Macrodactylus 
subspinosus Fab.), fig. D. SHARP. A new Genus and two new 
Species of Australian Lamellicorns. M. E. MURTFELD. An interes 
ting Tineid (Menesta melanella, n. sp.), fig. - - F. M. WEBSTER. 
Experiments with the Plum Curculio. The Phylloxera Problem 
abroad as it appears to-day. The Los Angeles County horticul 
tural Commission. C. V. RILEY. The Insect Collection in a large 
Museum (fig.). F. H. CHITTENDEN. Notes on Languria. Some 
of the Bred parasitic Hymenoptera in the National Collection. An- 
thrax Parasitic on Cut- Worms (fig.). C. L. HOPKINS. Mountain 
swarming of Vanessa californica. F. M. WEBSTER. Notes on a 
Species of necrophagous Diptera. L. 0. HOWARD. Additional Note 
on Spider-Egg Parasites. HARRISON G. DYAR. Preparatory Stages 
of Syntomidea epilais Walker and Scepsis Edwarsii Grote. The 



JOURNAL BIMENSUEL (Bulletin de la Societe entomol. de France), 1890, n 18. 



cxciv Bulletin entomologique. 

Tulip Tree Leaf Gall-Fly. F. M. WEBSTER, An Experiment with 
CoccinellidUe in the Conservatory. L. 0. HOWARD. A North Ame 
rican Axima and its Habits (fig.). 

Vol. Ill, 1 et 2. A Peach Pest in Bermuda (Ceratitis capitata 
Wiedm.), (fig.)- C. W. HARGITT. Notes upon the Canker Worm. 
FR. W. MALLY. Monostegia ignota Norton. F. M. WEBSTER. Larva? 
of a Crane Fly destroying young Wheat in Indiana. - Some of the 
Bred parasitic Hymenoptera in the National Collection (2 part.). 
A. H. SWINTON. How are Insect vivaria to he lighted. C. V. RILEY 
and C. L. MARLATT. The Clover Mite (Bryobia pratensis Garman), 
(fig.). WM. H. ASHMEAD. Report on an Outbreak of the Army Worm, 
and on some other Insect affecting Grain, in Maryland. HARRISSON 
G. DYAR. Description of certain Lepidopterous Larvae. 

Naturalista Sidliano (II), IX, 10, 1890. Q 

Naturaliste (Le), l er novembre 1890. E. PISSOT. La Tortrix des bour 
geons : Sericoris buoliania (fig.). R. SAINT-LOUP. Le Scyllare, 
Grustace marin (fig.)- D r L. COSMO vici. Contribution a 1 etude de 
lafaune de Roumanie (fig.). Developpement d une chenille de bois 
(fig.)- 

Revue d Entomologie, IX, 1 a 9, 1890. A. RAFFRAY. Etude sur les 
Pselaphides, 4 parties, (pi.). A. FAUVEL. Faune gallo-rhenane : 
Carabides. C. REY. Observations sur quelques Hemipteres et des 
criptions d especes nouvelles ou pen connues. F. GUILLEBEAU. 
Descriptions de deux Coleopteres nouveaux. A. FAUVEL. Dyschi- 
rius nouveau de France. E. ABEILLE DE PERRIN. Etudes sur les 
Malachides. D r E. BERGROTH. Deux Reduvides nouveaux pale- 
arctiques. - XAMBEU. Moeurs et metamorphoses d Insectes (2 parties). 

FR. W. KONOW. Tableau analytique et systematique du genre 
Tenthredopsis Costa. D r A. PUTON. Enquete sur 1 habitat des 
Chrysomeles. A.-L. MONTANDON. Hemipteres Heteropteres palearc- 
tiques. XAMBEU. Description de deux larves nouvelles de Staphy- 
linides. A. FAUVEL. Sipalia laticornis, n. sp. D r G. HORWATH. 
Synopsis des Nysius palearctiques. 0. M. REUTER. Description 
d un Lygeide nouveau appartenant a la division Lethxaria. 
F. GUILLEBEAU. Note sur les Silvanus du groupe du surinamensis. 

ID. Observations sur les Liodes humeralis et axillaris. D r A. 
PUTON. Une douzaines d Hemipteres nouveaux et notes di verses. 
0. M. REUTER. Notes geographiques sur les Heteropteres palearc- 



Seance du 12 novembre 1890. cxcv 

tiques. ID. Gapsidse novae e Rossia meridional!. ID. Adnota- 
tiones hemipterologicae. ID. Capsidse novae ex Africa boreali (fig.)- 

ID. Notes sur quelques Hemipteres de Madere. ID. Conspectus 
Specierum Generis Mustha. 

Revue des travaux scientifiques, 1890, X, 3 et 4. 

Royal Society of London (Philosophical Transactions), vol. 180, 1890. Q 

Sociedad cientifica Antonio Alzate (Memorias), III, 11 et 12, 1890. Q 

Societas entomologica, V, 15, 1890. P. RaxzER. Die geographische 

Verbreitung der Schweizer Staphylinini von D r Paul Mellmann. 

FR. RUHL. Beitrag zur kritischen Sichtung der Melitaeen-Gruppe 
Athalia Rott., Parthenie Bork. und Aurelia Nick. D r F. RUDOWI. 
Ueber Bienennester. F. A. GERVA. Beobachtungen an ^Egosoma 
scabricorne Scop. 

Societe des Amis des Sciences naturelles de Rouen en 1888 et 1889. 
Gomptes rendus annuels par H. GADEAU DE KERVILLE. 

Societe d etude des Sciences naturelles de Beziers (Bulletin}, vol. XI et 
XII, 1889-90. O 

Societe d etudes scientifiques de VAude (Bulletin), I, 1890. L. GAVOY. 
Partie entomologique du Rapport sur 1 excursion au mont Alaric, a 
1 e tang de Marseillette, a la Malepere, a File et a la Franqui. ID. 
Quatre jours a Amelie-les-Bains (Pyr.-Orient.). 

Societe entomologique de Belgique, Gompte rendu de la seance du 4 oc- 
tobre 1890. -- E. FLEUTIAUX. Note sur les Cicindelides de Chota- 
Nagpore. A. LAMEERE. Note sur quelques Spherionides. 
P. PELSENEER. Premiere note sur les Coleopteres recueillis par 
Ed. van Beneden dans 1 Amerique me ridionale. 

United States National Museum : 1 Bulletin, n 38, 1890. J. B. SMITH. 
Contributions toward a Monograph of the Insects of the Lepidopte- 
rous family NoctuidaBof Temperate America. Revision of the Species 
of the Genus Agrotis. 

2 Proceedings, XII, 1889. L. BRUNER. New North American 
Acridida? found North of the Mexican Boundary (1 pi.). L. 0. HO 
WARD. Scientific Results of Explorations by the U. S. Fish Commis 
sion Steamer Albatros : Annotated Catalogue of the Insects 
collected in 1887-88. W. H. ASHMEAD. Descriptions of new Ich- 
neumonidae in the Collection of the U. S. National Museum. 
J. B. SMITH. Contributions toward a Monograph of the Noctuida? of 



cxcvi Bulletin entomologiqw. 

Temperate North America. Revision of some Ta3niocampid Ge 
nera (2 pi.). G. MARX. Catalogue of the described Aranea? of 
Temperate North America. W. FAXON. Notes on North American 
Crayfishes-family Astacida3. 

Wiener entomologische Zeitung, IX, 8, 1890. D r EPPELSHEIM. Neue 
Staphilinen aus den Kaukasuslandern. V. v. RODER. Zwei neue 
Nordamerikanischo Dipteren. Prof. J. MIK. Drei Cecidomyiden- 
Gallen aus Tirol. K. FLACH. Ischioplites Mollendorfii, n. sp., aus 
Matupi, Bismark-Archipel (pi.). - E. REITTER. Uebersicht der mir 
bekannten Mallosia-Aiten. ID. Uebersicht der mir bekaimten Car- 
todera-AriQn aus Europa und den angrenzenden Landern. 

Zoological Society of London (Proceedings), 1890, I, II et III. R. J. Po- 
COCK. A Revision of the Genera of Scorpions of the Family Buthida3, 
with Descriptions of some South African Species (pi.). FR. E. BED- 
DARD. On the minute structure of the Eye in some Shallow- Water 
and Deep-Sea Species of the Isopod Genus Arcturus (pi.). 
H. J. ELWES. On some new Moths from India (pi.). A. D. MICHAEL. 
On a Collection of Acarina formed in Algeria. - - H. GROSE SMITH. 
A List of the Butterflies collected by Mr. William Bonny on the 
Journey with Mr. Stanley from Yambuya on the Aruwimi River 
through the Great Forest of the Central Africa ; with Descriptions of 
nine new Species. W. L. DISTANT. Report on a Collection of Rhyn- 
chota made at Yambuya, on the River Aruwimi, by Mr. W. Bonny 
of the Emin Pasha Relief Expedition under Mr. H. M. Stanley. - 
H. W. BATES. On some Coleopterous collected by Mr. W. Bonny in 
the Aruwimi Valley. H. DRUCE. Descriptions of new Species of 
Lepidoptera Heterocera from Central and South America (pi.). 
E. MARY SHARPE. On a Collection of Lepidoptera made by Mr. Ed 
mund Reynolds on the River Tocantins and Araguayo and in the 
Province of Goyaz (Brazil), (pi.). W. BATESON. On some cases of 
Abnormal Repetition of Parts in Animals (fig.). 



BLANCHARD (R.) et JULES RICHARD. Sur les Crustaces des Sebkhasetdes 
Chotts d Algerie (Soc. zool. Fr.), 1890, 3 p. * 

BOURGOIS (J.). Voyage de M. Ch. Alltiaud dans le territoire d Assinie 
(Afrique occidentale) en juillet et aout 1886 : Lycides (Ann. Soc. ent. 
Fr.), 1889, 8 p. * 



Seance du 12 novembre 1890. cxcvn 

BOURGEOIS (J).. Diagnoses de Lycides nouveaux ou peu connus, 6 e partie 

(loc. cit.), 1889, 12 p. * 
ID. Lycides nouveaux ou peu connus du Musee civique de Genes, 

2 e memoire (Ann. Mus. civ. Gen.), 1889, 3 p., fig. * 
BRONGNIART (Cn.). Note sur quelques Insectes fossiles du terrain houiller 

qui presentent au prothorax des appendices aliformes (Bull. Soc. 

phil.), 1890, 4 p., 2 pi. * 
BUCKTON (G. BOWDLER). Monograph of the British Cicadae or Tettigida?, HI, 

Londres, 1890, 48 p,, 10 pi. col. * 
CANDEZE (E.). Note sur les Elaterides de Ghota-Nagpore (G. R. Soc. ent. 

Belg.), 1890), 11 p. * 

CLARK (Rev. H.). Catalogue of the Dytiscidse and GyrinidaB of Austra 
lasia, with Descriptions and new species (Journ. Ent.), 1862, 22 p. 

Offert par M. A. Grouvelle. 
GADEAU DE KERVILLE (H.). Sur 1 existence du Palxmonetes varians Leach 

dans le departement de la Seine-Inferieure (Bull. Soc. zool. Fr.) 5 

1890, 2 p. * 
ID. Experiences teratogeniques sur differentes especes d Insectes (Na- 

turaliste), 1890, 6 p., fig. * 
ID. Deuxieme Addenda a la Faune des Myriopodes de la Normandie, 

suivi de la description d une variete nouvelle (var. lucida Latz.) du 

Glomeris marginata Villers, par M. le D r ROBERT LATZEL (Soc. Am. 

Sc. nat. Rouen), 1890, 5 p. * 
JEKEL (H.). Observations suggerees par les Notes de M. Chevrolat sur 

les Cerambycides de M. J. Thomson, l er article : Lamiaires (Journ. 

Ent.), 1861, 20 p. Offert par M. A. Grouvelle. 
JOURDHEUILLE (C.). Supplement au Catalogue des Lepidopteres du de 
partement de 1 Aube (Mem. Soc. Ac. Aube), 1890, 64 p. * 
NICKERL (0.). Sphyrrorhina Charon. Eine neue Goliathiden-Gattung 

und Art (Stett. ent. Zeit.), 1890, 7 p., 1 pi. n. * 
PLINE. Histoire des Animaux, traduite en francais par GUEROULT. Texte 

original en regard. Paris, 1845, 664 p. Offert par M. M. Sedillot. 
SAUNDERS (Eow.). On the Tongues of the British Hymenoptera Antho- 

phila (Linn. Soc. Journ.), 1890, 24 p., 8 pi. * 

A. L. 



cxcvm Rulletin entomologique. 

Seance du O novembre 1S9O 

Presidence de M. P. MABILLE 

M. J. Vachal, d Argentat, assiste a la seance. 

M. le Secretaire dit qu il lui a etc impossible de reprendre plus tot 
ses fonctions, quo son absence, prcvue, annoncee, avant de poser sa 
candidature, ne saurait lui etrc reprochee ; que, du reste, le concours 
du 2 e Secretaire a assure, a la satisfaction de tons, la marche reguliere 
des seances et du Bulletin. 

II est heureux de marquer publiquement sa reconnaissance a I adresse 
de son devoue collegue. 

M. le Secretaire depose sur le bureau le 2 e trimestre des Annales 
de 1890. Centre son attente, 1 apparition de ce fascicule a eu un retard 
d un mois, du surtout aux difficultes de plus en plus grandes d obtenir 
des planches grave es et coloriees dans un temps relativement court. 

Correspondance. M. H. de la Cuisine adresse a la Societe un dessin 

de Acherontia Satanas, remarquable par sa petite taille. II donne 

quelques renseignements sur les variations de couleur presentees par 
certains individus de sa collection. 

M. le Secretaire lit une circulaire de V Association pour VAvance- 
ment des Sciences. Cette circulaire invite la Societe entomologique de 
France a se faire representer dans le Comite general forme des delegues 
des Societes locataires, qui doit se rc unir a breve echeance, pour faire 
entrer le fonctionnement de 1 Hotel des Societes savantes dans sa voie 
normale. 

La Societe designe son Secretaire. 

Rapport. M. G.-A. Baer, rapporteur du Conseil, donne lecture du 
rapport qui suit : 

Messieurs, votre Conseil s est reuni pour s occuper des deux questions 
qui lui avaient ete soumises dans la seance du 12 novembre. 

Premierement, le Conseil a redige les termes de la lettre adresse e par 
M. le President a M. de Marseul, percepteur a Tergniers, relativement 
au legs de 1 abbe S.-A. de Marseul. M e Girardin, notaire a Paris, a ete 
charge de demander a M. de Marseul Texpedition du testament. 



Seance du 26 novembre 1890. cxcix 

Votre Gonseil a etudie ensuite la proposition de M. le Bibliothecaire 
demandant 1 ouverture d un credit destine a subventionner un agent 
qui, sous la responsabilite du Bureau, serait charge de la besogne mate- 
rielle des differents services de la Societe. 

Le Gonseil a du reconnaitre que le legs de M. S.-A. de Marseul creait 
a la Societe des charges nouvelles : publication de I Abeille, distribution 
de ce recueil, vente des tires a part, etc. 

D un autre cote, 1 accroissement continue de la Bibliotheque, le raii- 
gement et le classement des ouvrages rec,us, la preparation du Catalogue 
et la distribution des publications de la Societe, imposent a nos collegues, 
qui veulent bien s y consacrer benevolement, un travail excessif. 

En presence de cette situation, votre Gonseil a pense qu il y aurait 
grande utilite a doter le Bureau, sous sa responsabilite, d un agent 
charge de toute la besogne materielle, et il vous demande, en conse 
quence, de 1 autoriser a se concerter avec le Bureau pour determiner 
les attributions de cet agent et fixer 1 indemnite annuelle qui lui serait 
accordee, qui ne saurait depasser 800 francs. 

A Punanimite, la Societe vote la proposition de son Gonseil. 
Demission. M. le D r Pipitz, a Graz (Styrie). 

Admissions. 1 M. Fernand Meunier, ex-naturaliste voyageur de 
1 Etat independant du Congo, rue d Accolay, 31, a Bruxelles (Belgique) 
(Hyme nopteres, Dipteres), presente par MM. J. Gazagnaire et Edm. Andre. 
Gommissaires rapporteurs : MM. G.-A. Poujade et Ch. Brongniart ; 

2 M. Paul Delorme, 25, Universitats strasse, a Zurich (Suisse) (Ento- 
mologie generate}, presente par M. G.-A. Baer. Commissaires rappor 
teurs : MM. A. Lamey et M. Cayol. 

Travaux e crits. M. Ed. Fleutiaux envoie un memoire intitule : Voyage 
de M. E. Simon au Venezuela (decembre 1887 avril 1888), ELATERID.E, 
par Ed. Fleutiaux. 

L auteur enumere 53 especes, dont 21 nouvelles. 

- M. Ed. Fleutiaux envoie, au nom de M. H. S. Gorham, un me 
moire intitule : Contributions a la Faune indo-chinoise , Malacoder- 
mata : EROTYLID^, ENDOMYCHID^:, COCCINELLID^, par H. S. Gorham. 
L auteur enumere 38 especes, dont quelques-unes nouvelles. 

M. G.-A. Baer depose, au nom de M. C. Schaufuss, un travail in- 



cc Bulletin entomologique. 

titule : Voyage de M. E. Simon aux Ues Philippines (mars et avril 1870), 
SCYDALENID.E, par Gamillo Schaufuss. 
L auteur de crit 3 especes nouvelles. 

Communications. M. P. Boise, de Soulangy, envoie la note qui suit 
sur BRAULA C.ECA (Diptere) : 

Pensant que le Poux des Abeilles, Braula cxca, se reproduisait dans 
les colonies infestees, je profitai, en septembre, de Foccasion de detruire 
une ruchee pouilleuse et orpheline en vue d enlever le miel a la vora- 
cite des fausses Teignes (Galleria melomlla), pour examiner les alveoles 
et y chercher 1 Insecte sous son premier etat. Betirant des males inclus 
dans les cellules opercule es, je fus assez heureux pour en trouver un 
certain nombre de pouilleux. Braula, encore transparent et presque inco- 
lore, n avait assurement pas vu le jour, ce qui me donna Fexplication 
de ses mo3urs. 

Les oeufs d Abeilles sont en effet deposes dans des cellules nettoye es 
a 1 avance et e closent trois jours apres la ponte. Les ouvrieres penetrent 
alors dans le berceau pour donner a la iarve la nourriture dont elle a 
besoin ; si 1 une d elles porte un Pou femelle pret a pondre, celui-ci en 
profile pour deposer sa pupe a cote du petit Ver, et les deux Insectes se 
developpent parallelement en 21 jours. 

Lorsque le male sort de Falveole, il emporte avec lui son singulier 
commensal, qui passe facilement d une Abeille sur 1 autre pour assurer 
la reproduction. 

Depuis longtemps aussi j etudiais I anatomie de Braula; mais les 
coupes ne me donnaient que de mediocres re sultats. Ayant un Insecte 
transparent, je me hatais de le porter sous le microscope, et mon eton- 
nement fut grand de lui voir, de chaque cote de la tete, des yeux parfaite- 
ment constitues, mais caches au fond d une espece d orbite, forme e par 
un rebord de chitine un peu echancre en avant et borde de poils, qui, 
lorsque FInsecte a pris sa coloration, les rend absolument invisibles. 
Force de m absenter, je ne pus continuer mon observation; mais 
j espere pouvoir la reprendre Fannee prochaine. L Insecte, abandonne a 
lui-meme, avait pris sa consistance et sa couleur rouge ordinaire. Cette 
disposition pourrait, je crois, expliquer la marche laterale si bizarre de 
cet Insecte. Elle serait ainsi subordonnee a cettc organisation. 

L etude des moeurs de cet Insecte m a procure les moyens de le de 
truire. J y arrive en endormant les Abeilles par les moyens connus 
(nitrate de potasse ou Lycoperdon en fumee) et en pulverisant sur elles 



Seance du 26 novembre 1890. cci 

de 1 essence do terebenthine allongee d un peu d eau, innoffensive a 
I Abeille et extremement fatale au Diptere. Toutefois, les pupes incluses 
dans les alveoles peuvent encore eclore pendant 21 jours; a cette 
epoque, il est done de toute ne cessite de recommencer, pour tuer 
les derniers survivants ; enfin, des soins de proprete sont indispensables 
pour detruire les pupes tombees dans la poussiere qui encombre souvent 
le plateau sur lequel reposent les ruches. 

M. F. Meunier, de Bruxelles, envoie la description d une espece 
nouvelle de Ceratine (Hymenoptere) : 

Ceratina Gongoensis, n. sp. Entierement vert, parfois d un 
bleu violet, teinte de violet en dessous ou violet, metallique. Corps 
glabre, densement ponctue. Labre et chaperon d un jaune orange chez 
le male, le chaperon colore chez la femelle (var.) ; Angles anterieurs du 
mesothorax garnis d une e pine saillante, courbee. Garene du 6 e segment 
de la femelle forte, le bord crenele ; 7 e segment carene transversalement, 
en arc de cercle, garni d une minuscule epine aux cotes chez le male. 
Pattes brunatres ; devant des tibias anterieurs, medians et sommet des 
posterieurs d un jaune orange chez la femelle ; les medians immacules 
chez le male. 

Deux femelles et un male, captures aux environs de la station de Ma- 
tadi pendant mon sejour au Congo. 

?. Long. 8 mill. Tete ronde, ponctuee ; le dessous a points gros, 
espaces comparativement au-dessus. Chaperon grand, pourvu d une ma- 
cule d un jaune orange (var.), immacule chez le type, non reborde 
ante rieurement, presque en ligne droite, limite par une fine arete lui 
donnant approximativernent la figure du sommet d un pain de sucre, 
de pourvu de pointe, arrondi en arc pres de la base des antennes. Man- 
dibules normales. Antennes de la moitie de la longueur du thorax. 
Articles basilaires brunatres ; les autres d un testace brun clair. Ocelles 
presque en ligne courbe sur le vertex. Thorax un peu globulenx. 
Prothorax ponctue comme la tete. Mesothorax plus grand que son scu- 
tellum et le rnetathorax pris ensemble, a points grands, enfonces pro- 
fondement, confluents; les lignes longitudinales du mesothorax bien 
marquees. Cotes e pais, a ponctualion plus dense, les points non aussi 
fortement enfonces. Scutellurn ponctue comme sur les cotes, ante rieu 
rement pourvu d une e pine assez grande, courbee. Postscutellum petit. 
Metathorax a points larges, grands. Me tapleures rides oblique- 



ecu Bulletin entomologique. 

merit. Stigmates metathoraciques tres saillants. -- Abdomen aussi long 
que la tete et le thorax reunis. Les points des segments 1, 2, 3 sont plus 
gros, plus enfonces, ceux des segments suivants sont plus confluents ; 
le 6 e segment dorsal pointu, en triangle equilateral , pourvu d une 
carene au milieu, a points rides posterieurement, a bordure crenelee. 
A 1 exception du dernier segment ventral, les precedents ont la ponc- 
tuation forte, enfoncee, espacee, comme aux 3 premiers segments dor- 
saux. Pattes brunatres. Devant des tibias anterieurs, des medians, 
sommet des posterieurs, d un jaune orange. Articles tarsaux d un brun 
ferrugineux. - - Ailes de la longueur du corps, enfumees, brunatres. 
Radiale arrondie, ecartee de la costale ; 3 cubi tales ; l re et 3 e cellules plus 
grandes que la 2 e ; cette derniere recoil, pres de la nervure transversale- 
cubitale, la l re nervure recurrente ; 3 e cubitale recevant, au dela de 
son milieu, la 2 e nervure recurrente ; la 3 e cubitale tracee legerement. 
Tout PInsecte est d un vert de couleur tres changeante, parlois teinte 
de violet ou de bleu, surtout en dessous, metallique. 

c?. Long. 7 mill. Le male que je possede differe entierement de sa 
femelle. II est vert, teinte de bleu violet ou de violet bronze (1). Le 
thorax est entierement vert. II differe de la femelle par les caracteres 
suivants : 

Chaperon et labre d un jaune orange. Antennes plus foncees. Abdomen 
a ponctuation egale aux 5 premiers segments ; 6 e segment carene a la 
partie mediane comme chez la femelle, la carene moins saillante, le bord 
crenele ; milieu du 7 e segment pourvu d une carene transversale en arc 
de cercle, avec une minuscule epine aux cotes, adherente a la base de 
la carene. Pattes semblables a celles de la femelle ; tibias medians im- 
macules. Ailes plus hyalines. Tout le reste semblable. 

M. L. Fairmaire envoie les diagnoses suivantes de Goleopteres 
madecasses : 

1. Stenocylidrus dispar, n. sp. Long. 8 1/2 a 9 mill. Fili- 
formis, fusco-cserulescens, fere virescens, prothorace capiteque magis 
cseruleis et nitidis, pedibus antennisque rufo-testaceis, his apice paulo 
fumatis, elytris valde elongatis, rf apice acutis, $ obtusis, basi breviter 
seriato-punctatis, postea dense ac transversim rugoso-punctatis, scutello 
niveo, elytris utrinqm punctis minutis 3 niveo-tomentosis, 3 sxpe obso- 

(i) II est bien difficile d assigner a cette espece sa couleur normale sans 1 ins- 
pection rigoureuse d un tres grand nombre d exemplaires. 



Seance du 26 novembre 1890. ccm 

leto, metapleuris albis; prothorace elongato, antice basim valde cons- 
tricto. 

2. Lophophyllus rugicollis, n. sp. - - Long. 9 mill. Elon- 
gatus, fuscus, parum nitidus, elytris leviter subviolascentibus, antennis 
valde serratis, prothorace rugoso-punctato, paulo insequali, margine an- 
tico hand elevato, elytris sat anguste et sat dense costulatis, interstitiis 

fortiter ac dense transversim crenatis. 

i 

3. Xiphispa centrolineata, n. sp. Long. 81/2 mill. Eton- 
gata planiuscula, rufo-testacea, antennis fuscis, vitta media prothoracis 
et elytris sutura vittaque submarginali plus minusve anguste fuscis, pe- 
dibus fuscis, femoribus rufo-testaceis ; capite media sulcatulo, antennis 
apice oblonge clavatis, prothorace punctato, angulis omnibus productis, 
lateribus antice et basi angulatis, elytris apice truncatis, utrinque tri- 
costatis, interstitiis biseriatim grosse punctatis. 

4. X. lugubris, n. sp. -- Long. 12 mill. Valde elongata, tota 
fusco-cserulescens, elytris magis cseruleis, antennis apice subclavatis et 
opacis; capite canaliculate, prothorace subquadrato, grosse punctato, an 
gulis anticis extus productis et subtus breviler spinosis, posticis breviter 
bispinosis, elytris valde elongatis, truncatis., leviter costulatis, interstitiis 
fortiter biseriatim punctatis. 

5. Coelaenomenodera femorata, n. sp. Long. 12 a 13 mill. 
Oblonga, subdepressa, postice leviter ampliata, fusca, nitidula, protho 
racis carinis anterioribus femoribusque (genubus exceptis) coccineis, tarsis 
latis, antennis apicem versus paulo crassioribus, prothorace mx cucullato 
et profunde bifoveato, basi rugose punctato et utrinque leviter impresso, 
sculello foveolato, elytris sutura et utrinque costis 3 elevatis, intervallis 
grosse ac fortiter ocellato-punctatis. 

6. C. tristicula, n. sp. Long. 7 mill. Prxcedenti simillima, 
sed multo minor, opaca, antennis ab articulo 3 crassis, carinis protho 
racis brevius coccineis, tarsis minus latis. 

7. C. coccinea, n. sp. Long. 41/2 a o mill. Oblongo-elon- 
gata, subparallela, tota coccinea, antennis brevibus, apice clavatis et 
fuscis, nitidula, prothorace profunde qtiadrifoveato, antice vix cucullato, 
disco Issvi, elytris sutura et utrinque costis 3 elevatis, intermedia media 
obliterata, intervallis dense biseriatim foveolalo-punctatis. 



cciv Bulletin entomologique. 

M. P. Mabille, au nom de M. P. Vuillot, depose la note suivante : 

Dans un voyage que j ai fait cette annee dans le Sud algerien, je n ai 
pu, la saison etant tres avancee, recueillir que peu de Lepidopteres. 
L un d eux m a paru nouveau, et interessant pour 1 etude de la faune 
de nos possessions. 

Void la description de ce Bombycite, que je dedie au R. P. Charme- 
tant, qui a longtemps reside dans les Ksours sahariens, et dont les con- 
seils et 1 experience m ont ete d un grand secours pen dant mon 
voyage. 

Artaxa Charmetanti, n. sp. Enverg. 24 mill. Les ailes su- 
perieures sont d un beau jaune d or ; les ailes inferieures, plus foncees, 
sont d un jaune terne et quelque peu plombe ; la frange des quatre 
ailes est large et toujours d un beau jaune. En dessous, les quatre 
ailes sont d un jaune noiratre, ,avec une etroite bordure jaune. Le corps 
est du meme jaune que cette bordure ; les antennes sont pectinees, a 
lames longues, plus foncees que la tige. Les pattes et le ventre sont 
jaunes. 

Plusieurs males, pris a la lumiere, a neuf heures du soir, pres du 
puits de Hassi-bou-Kouba, sur le territoire des negres Chambaa-bou- 
Rouba, a 45 kilometres sud de Ouargla. 

J ai rattache cette espece au genre Artaxa Walker ; or, toutes les 
especes de ce genre sont tropicales, c est-a-dire exotiques par rapport a 
notre faune mediterraneenne. II y aurait done lieu, a mon avis, de con- 
siderer comme limite meridionale de cette faune une ligne qui, partant 
des Zibans (sud de Biskra), a Test, irait, a 1 ouest, rejoindre la region 
des Dai as (au sud de Laghouat). 

Artaxa Charmetanti sera figure dans une des prochaines planches 
des Novitates Lepidopterologicte. 

M. A. Raffray, de Singapore, adresse, par 1 intermediaire de 
M. Ed. Fleutiaux, la description d une nouvelle espece de Pselaphidx : 

Trimiopsis Fleutiauxi, n. sp. Rufa, parum convexa, vix dis- 
tincte pubescens, nitida. Caput antice attenuatum et retusum, sulco trans- 
verso antico, et ante oculos foveis duabus oblongis. Antennarum articulo 
2 subquadrato elongate prxcedenti sub&quali, cxteris minutis, monili- 
bus, 9 leviter majori, 10 transverso, ultimo maxima ovato, obtuse acu- 
minato. Prothorax xubcordatus sat crasstis, capitis latitudine fere latior, 



Seance du 26 novembre 1890. ccv 

fovea media mx distincta, sulco transverso acutiformi. Elytra prothorace 
latiora, latitudine sua paulo longiora, lateribm leviter rotundata, fovea 
humerali oblonga. Segmento abdominali basi biplicatulo. Metasternum 
mx sulcatum. Long. 0,80 mill. La Guadeloupe. 

Par la forme allongee et un peu triangulaire, c est de T. clypeata Reitt. 
que cette espece se rapproche le plus ; mais elle en differe, comme de 
toutes les autres, par sa forme moins allongee, plus elargie, moins con- 
vexe. 

M. A. Leveille fait passer sous les yeux de la Societe 3 exem- 
plaires vivants de Alaus Parreyssi, pris a Batoum, le 14 novembre, par 
M. P. Nadar a son retour d un voyage de trois mois dans le Turkestan. 
Ces Insectes, dans leur enveloppe nymphale, se trouvaient sous 1 ecorce 
d un arbre, mais ne seraient eclos, selon toute probability qu au prin- 
temps prochain. 

M. P. Nadar a remarque que, a partir du mois de septembre, la saison 
cntomologique est flnie en Turkestan : les Insectes disparaissent et les 
nouvelles eclosions sont arretees. II pense que 1 epoque la plus fruc- 
tueuse pour les recherches entomologiques est le mois d avril. 

M. H. Lucas communique les notes suivantes : 

1 Les Cirrhipedes que je fais passer sous les yeux de mes collegues 
ont servi a M. Fischer pouf etablir son genre Stephanolepas, qui ne 
comprend qu une seule espece, portant le nom de muricata, et que Ton 
trouve decrite et flguree dans les Actes de la Societe linneenne de Bor 
deaux, vol. XL, 4 e serie, t. X, p. 192, pi. 4, fig. 9 a 11, 1886. 

Chez ces Grustaces parasites, rorifice est exterieur, mais la plus 
grande partie du test et la base, placees au-dessousMu tegument, sont 
en contact avec le tissu cellulaire sous-cutane des Tortues. Au lieu 
d etre distribues a la suface des ecailles, sans localisation speciale, ces 
cuiieux Girrhipedes, de la famille des Coronulidx, se fixent toujours a 
I iutersection de deux plaques epidcrmiques, et leur presence n est in- 
diqu,ee exterieurement que par une depression peu visible. Comme ils 
ii aUeignent que de faibles dimensions (longueur 6 mill., diametre 
6 mill.), il n est pas etonnant qu ils aient echappe a 1 attention des natu- 
ralistes. 

Cette espece, qui est extremement friable, a ete rencoritree entre ies 
ecailles des membres d une Tortue marine, Chelonia imbricata L., qui a 
ete trouvee a Poulo-Gondor (Cochinchine). 



ccvi Bulletin cntomologique. 

Je dirai aussi que, sur la meme Tortue, M. Fischer a reconnu quelques 
specimens de jeunes Platylepas bisexlobata Blainv., egalement de la 
famille des Coronulidx. 

D apres M. Fischer, cette coupe generique est intermediate entre les 
Platylepas et les Tubicinella et a les memes rapports avec les Platylepas 
que les Tubicinella avec les Coronula. 

II en resulte que les Cirrhipedes parasites de Chelonia ont des formes 
deprimees (Platylepas, Chenolobia) et des formes subtubuleuses (Stepha- 
nolepas) ; comme les Cirrhipedes des Baleines ont des formes aplaties 
(Coronula) et des formes tubuleuses (Tubicinella). 

2 Les Eiaterides que j ai Fhonneur de communiquer a la Societe ont 
ete rencontres dans des conditions tout a fait particulieres qui meritent 
d etre signalees. 

M. le professeur Vaillant, observant le tube digestif d un Batracien 
Urodele, de la famille des Salamandrides, Ana ides lugubris, a trouve 
dans 1 estomac de cette espece, qui a pour patrie la Californie, deux 
Eiaterides qui m ont ele communiques. Quoique sensiblement modifies 
par le sue gastrique, surtout les antennes et les organes de la locomotion, 
il nous a ete cependant possible, M. A. Salle et moi, de les rapporter 
au genre Alhous d Eschscholtz et a 1 espece decrite par le meme savant 
sous le nom de ferrugineus. Gette espece, deja anciennement connue, a 
ete decrite de nouveau par notre collegue M. E. Candeze dans sa Mono- 
graphie des Eiaterides. 

M. F. Decaux fait passer sous les yeux de la Societe un flacon 
contenant des feuilles de Luzerne minees par des larves d un Diplere, 
AGROMYZA NIGRIPES Meig., et une petite boite renfermant 1 Insecte par- 
fail, plus deux pauasites Hymenopteres, un Ghalcidien et un Braconite, 
obtenus par eclosion en septembre de cette annee. 

L Agromyze pied noir produit un dommage sensible dans les Luzernes 
de la baie de la Somme en rongeant le parenchyme des feuilles ; en 
1889, la perte a ete de 20 a 25 pour 100 de la recolte. J ai pu constater 
sa presence, dans les Luzernes de la cote, depuis Dunkerque jusqu a 
Dieppe, et 1 epaisseur de la zone a ete recounue etre de 20 a 30 lulo- 
metres, d apres un certain nombre de recherches faites a Tinterieur des 
terres par moi et quelques amis. II est a craindre des de gats plus 
grands encore, si I habitat de ce Diptere venait a s etendre. 

Agromyza a deux generations : la premiere vers le lo avril, la se- 
conde en juillet. Le developpernent de la larve, de la uymphe, jusqu a 



Seance du 26 novembre 1890. ccvn 

Tlnsecte parfait, demande deux mois a deux mois et demi. La larve, 
a son entier developpement, sort de sa mine et se laisse tomber a terre, 
oii elle s enfonce de suite pour se metamorphoser ; elle y passe de vingt 
a trente jours et sort Insecte parfait. L Agromyze passe 1 hiver engourdie 
et enfoncee dans le sable au pied des plantes. 

J ai fait essayer, cette annee, pour detruire Agromyza nigripes, les 
deux precedes suivants, qui out donne de bons resultats : 

Au commencement de mai, j ai fait semer sur la Luzerne, apres la 
pluie, de la suie de cheminee, melangee avec egale partie de cendre ou 
de sable. La suie se colle aux feuilles et fait perir les jeunes larves. 

L arrosage, a la meme epoque, avec du purin de ferme, en prenant 
soin de faire cette operation par un temps convert (par un temps sec et 
ensoleille, le purin pur pourrait bruler la Luzerne). 

Les deux produits ont Favantage d etre en me*me temps des engrais 
precieux. La suie, lorsque cela est possible, doit etre preferee, a cause 
de son action prolongee sur la feuille qu elle protege. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Bulletin bibliographique 

Academie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I ), 
1890, II. N 19. J. KUNCKEL D HERGULAIS. Les Coleopteres para 
sites des Acridiens. Les metamorphoses des Mylabres. N 20. 
E. GANU. Sur le dimorphisme sexuel des Copepodes ascidicolles. 

Academie des Sciences de Cracovie (Bulletin international}, 1890, oc- 
tobre. Q 

Akademija umiejetnosci w. Krakowie : I. Atlas geologiczny Galicyi, 
1887-88, texteet atlas. Q II. Pamietnik Wydzialu matematyczno- 
przyrodniczego, t. XVI-XVII, 1889-90. Q HI. Rozprawy mate- 
matyzno-przyrodniczego, XIX-XX, 1889-90. Q IV. Sprawozda- 
nie Komisyi fizyjograficznej, XXII, XXIII, XXIV, 1888-1889. JOZEF 
DZIEDZIELEWIGZ. Nowy dodatek do fauny owadow siatkoskrzydlych 
(Nevropteres), 1 pi. n. 

Deutsche entomologische Zeitschrift, 1890, II. J. WEISE. Einige neue 
Goccinelliden. Xenomela Fausti Weise, n. sp. Crepidodera 
norica. Synonymische Bemerkung. FR. \V. KONOW. Teuthre- 



ccvin Bulletin entomologique. 

dinidse Europse. Catalogus Terithredinidarum Europ*. G. ROST. 
Ueber Plectes Biebersteini und Steveni Men. J. FAUST. Beschrei- 
bung neuer Riisselkafer. Ueber die birmanische Gattung Epicalm 
Motsch. Das Vaterland der Gattung Eudatiscus Kirsch und ein 
neuer Yertreter dieser Gattung. D r G. KRAATZ. Ueber die Varie 
taten einiger Goliathiden-Arten (pi.). Ueber die Gattung Granida 
Motsch. D r K. FLACH. Eine neue Glycyphana aus Sumatra (pi.). 

Zwei neue Glycyphana- Arten aus Neu-Britannien. D r G. KRAATZ. 
Cirrhospila und Melinospina, zwei neue Macronotiden (Getoniden) 
Gattungen. Ueber Varietaten der Cicindela Burmeisteri Fisch (pi.). 
- K. ESCHERISGH. Bemerkungen uber Meloe algiricus, n. sp., aus 

Algier. Synonymische Bemerkungen uber Meloe brevicollis. 
Notiz uber die Area von Meloe luctuosus Brandt. J. WEISE. Kleine 
Mittheilungen aus der Weimaren Kaferfauna von 1889. J. CROIS- 
SANDEAU. Re ponse a M. Ed. Reitter au sujet des Bythinus Baudueri, 
latebrosus et blandus. J. WEISE. Abbildungen der Forcipes ver- 
schiedener Ghrysomeliden (2 pi.). D r G. KRAATZ. Cicindela Seid- 
litzi Kr. ist nicht mit decipiens Dej. identisch. E. REITTER. Ana- 
lytische Uebersicht der bekannten Lethrus-Anm. E. WASMANN. 
Oochrotus unicolor. Verzeichniss der von D r A. Forel (Zurich) in 
Sud-Tunesien und Ost-Algerien gesammelten Ameisen-Gaste (pi.). 

Zu Astilbus memnonius Mrkl. Zu Lepisma aurea Duf. Zu 
Thorictus seriesetosus Fairm. - Zu Coluocera attx Kr. (formicaria 
Mot.). Myrmecophila Salomonis, n. sp. Sunius setulosus. - 
Neue Myrmecophile Staphyliniden aus Brasilien (pi.). J. FAUST. 
Riisselkafer aus den Mittelmeer-Landern. FL. BAUDI. Mylabridum 
seu Bruchidum recensioni a Flaminio Baudi conscripts addenda. - 
J. WEISE. Malthodes Liegeii, n. sp. D r G. KRAATZ. Zwei neue 
nordafrikanische Melolonthiden-Gattungen. L. v. HEYDEN, REITTER 
et WEISE. Beitrag zu^Coleopteren Fauna von Turkestan. D r G. 
KRAATZ. Ueber die Varietaten der Cicindela atra Pallas. L. v. HEY 
DEN et REITTER. Beitrage zur Goleopteren-Fauna von Amasia und 
Samsoun in Nord-Kleinasien. ED. REITTER. Revision der Arten 
der Coleopteren-Gattung Hoplia 111. aus der palaBarctischen Fauna. 
Uebersicht der bekannten kaukasischen Deltomerus-AneR. Neue 
Coleopteren aus Europa, den angrenzendea Landern und Sibirien, 
mit Bemerkungen fiber bekannte Arten, XL D 1 G. KRAATZ. Ueber 
die Varietaten von Pachnoda abyssinica Kr. und rubromaculata Hope. 
- Brachagenius, riov. gen. Trichiadarum. 



Seance du 26 novembre 1890. ccix 

Entomologische Nachrichten, XVI, 22, 1890. E. REITTER. Uebersicht 
der mir bekannten Arten der Coleopteren-Gattung Acmxodera 
Eschsch. aus Europa und den angrenzenden Landern. H. v. JHE- 
RING. Zur Preparation von Hymenopteren. KRIECHBAUMER. Ich- 
neumoniden Studien (37-40). Aenderung ernes Gattungsnamen. 

Insect Life, III, 3, 1890. Some New Iceryas (fig.). Prof. A. J. COOK. 
Teaching Entomology. F. M. WEBSTER. Army worm Notes. 
Prof. J. B. SMITH. An Experience with Rose-bugs. H. OSBORN. 
Note on the Period of development in Mallophaga. D. W. COQUIL- 
LETT. The Cypress twig borer. Lord WALSINGHAM. Notes on the 
genus Argyresthia Hb., with Descriptions of new Species. 

Naturalists (Le), 15 novembre 1890. Cap. XAMBEU. Moeurs et meta 
morphoses du Larimis ursus Fab. P. CHRETIEN. A propos d une 
chrysalide de Deilephila Euphorbia. 

Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, HI, 11, 
1890. Q 

Sociedad cientifica Antonio Alzate (Memorias ij revista), IV, 1 et 2, 
1890. O 

Societas entomologica, V, 16, 1890. F. A. CERVA. Beobachtungen an 
jEgosoma scabncorne Scop. FR. RUHL. Ueber die heurigen Ber- 
giiner Conferenzen und die Insekten ausbeute in den Bundner 
Hochalpen. C. HOLZNER. Ueber Orrhodia Vau punctatum. 
H. CLERK. Zur Familie der Staphylinen. - - H. DURK. Ein Vor- 
schlag. 

Socie te imperiale des Naturalistes de Moscou, 1889, 1. MARIE Ros- 
snsKAYA-KocsHERONiKowA. Etudes sur le developpement des Amphi- 
podes, 4 e partie : Developpement de la Sunamphitoe valida Czer- 
niavski et de I Amphitoe picta Rathke (pi.). PAUL MATILE. Die 
Cladoceren der Umgegend von Moskau (pi.). IV. Q. 



BELON (Rev. P. M.-J.). Contribution a 1 etude du genre Anoploderus Th., 
famille des Cerarnbycidse (Soc. Lin. Lyon), 14 p. * 

BLANGHARD (D r RAPHAEL). Notice sur les litres et travaux scientifiques 
de M. le D r R. Blanchard, Paris, 1890, 144 p., 50 fig. * 

FALLOU (J.). Sur la culture du Ver a soie du JVIurier (Sericaria mori L.). 



JOURNAL BIMENSUEL (Bulletin de la Societe entomol. de France], 1690, n 19. 



ccx Bulletin entomologique. 

Elevage experimental sous le climat de Paris, 3 e note (Rev. Sc. nat. 
appl.), 1890, 3 p. * 

GASPERINI (Prof. R.). Notizie sulla Fauna imenotterologa Dalmata, III, 
Supplement agli Hymenoptera aculeata Gerst. (Ann. Dalmat., V), 
15 p. * 

JAROCHEWSKY (W. A.). Description de quelques especes du genre 
Rhyssa Grh. de la faune du gouvernement de Kharkhow. Kharkhow, 
1890, 78 p. (texte russe). * 

MAC-COY (FR.). Prodromus of the Zoology of Victoria or figures and 
descriptions of the living species of all classes of the Vict