(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Bulletin des seÌ?ances et bulletin bibliographique de la SocieÌ?teÌ? entomologique de France"






I 












Frcm tb? 



of 



- BULLETIN DBS SEANCES 

ET 

BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

DE LA 

SOCIETE ENTOMOL.OGIQUE DE FRANCE 



MEMBRES DU BUREAU POUR 1892 

President MM. G. JOURDHEUILLE. 

Vice-President E. LEFEVRE. 

Secretaire J. GAZAGNAIRE. 

i er Secretaire adjoint G.-A. BAER. 

2 e Secretaire adjoint J. DE GAULLE. 

Tre sorier le D r A. FUMOUZE. 

Archiviste-Bibliothe caire A. LEVEILLE. 

Archiviste-Bibliothecaire adjoint. . C. LEPREVOST. 

GONSEIL 

MM. P. MABILLE, A. LAMEY, M. SEDILLOT ftnembres restants), 
A. GROUVELLE, J. KUNCKEL D HERCULAIS, G.-A. BAER (membres 
nouveaux) et les membres titulaires du Bureau. 

COMMISSION DE PUBLICATION 

MM. G.-A. POUJADE, P. MABILLE, J. KUNCKEL D HERCULAIS, 
G.-A. BAER, A. LAMEY et les membres titulaires du Bureau. 

COMMISSION DE LA BIBLIOTHEQUE 

MM. G.-A. POUJADE, A. SALLE, M. SEDILLOT et les membres 
titulaires du Bureau. 

COMMISSION DU PRIX DOLLFUS POUR 1891 

MM. L. BEDEL, J. FALLOU, J. DE GAULLE, J. GAZAGNAIRE, 
A. LAMEY, A. LEVEILLE, P. MABILLE, G.-A. POUJADE, le 
D 1 H. SENAC. 



JOURNAL BIMENSOEL (Bulletin de la Societe entomol. de France), 1892, n 1, 



j 1*17 ii Rulletin entomologique. 



Seance du 13 Janvier 

Presidcnce dc M. C. JOURDHEUILLE 

Apres la lecture et 1 adopliori du proces-verbal de la precedente seance 
(23 decembre 1891), M. A. Grouvelle, President sortant, prend la parole : 

Messieurs et chers Collegues, 

Avant de remettre la presidence a moil honorable successeur, per- 
mettez-moi, mes chers collegues, de vous exprimer lous mes senti 
ments de reconnaissance pour 1 honneur que vous m avez fait en 
m appelant a diriger vos seances et de vous remercier du bienveillant 
accueil que mon inexperience a trouve aupres de vous. Vos sentiments 
de bonne confraternite et votre esprit de Concorde onl rendu ma tache 
facile ; les discussions irritantes et les personnalites blessantes ont ete 
ecartees de vos seances ; elles sont du reste sans profit pour la science, 
vous les condamnez d une maniere absolue. 

L annee qui vient de se terminer a vu fonctionner, pour la premiere 
fois d une maniere complete, la nouvelle organisation administrative 
adoptee par la Societe. Un agent paye a ete mis a la disposition du 
Bureau, et, grace a sa presence, beaucoup de bonnes mesures ont pu 
etre prises pour assurer la regularite de notre comptabilite, activer la 
distribution du Bulletin, faciliter la vente des ouvrages en depot au 
siege de la Societe et surtout hater 1 enorme travail qui resulte de 1 aug- 
mentation toujours croissante des richesses accumulees dans notre 
Bibliotheque. 

Je ne serai pas absolument optimiste et je ne vous dirai pas que tout 
est pour le mieux ; mais je suis certain, des aujourd hui, qu avec de la 
patience et surtout de la bonne volonte, qualite qui, vous le savez, ne 
manque jamais aux membres de votre Bureau, nous arriverons bientot 
a une organisation tres satisfaisante. 

Le different survenu a la fin de 1 anne e 1890, entre la Societe et le 
neveu de notre regrette membre honoraire, le venerable abbe S.-A. de 
Marseul, s est termine de la maniere la plus heureuse pour les inte ras 
de notre compagnie. Desireux d assurer 1 execution complete du testa 
ment de son oncle, M. A. de Marseul a renonce en notre faveur a tous 
les droits qu il pouvait avoir sur les parties annexes de VAbeille, et, 
grace a cette generosite, la publication de ce journal s est trouvee assu- 



Seance dn 13 Janvier 1892. in 

ree, bien que la liquidation des anciens comptes laissat flotter un certain 
vague sur 1 importance des ressources probables. 

Recemment, vous avez decide de dormer a I Abeille un format iden- 
tique a celui des Annales, format plus commode pour la publication de 
certains memoires speciaux. Desormais I Abeille se trouve place e dans 
d excellentes conditions pour reussir aupres du public, et je suis convaincu 
que, sous la direction de notre savant collegue M. L. Bedel, ce journal 
arrivera a occuper, dans sa sphere speciale, une situation digne de la 
Sociele. 

La publication de nos Annales, en retard au debut de Fannee 1891, 
est rentree dans les conditions normales. Je ne doute pas que ce resultat 
puisse etre maintenu : j en ai pour garant le zele et Factivite de notre 
devoue Secretaire. Du reste, les manuscrits abondent dans nos cartons, 
et, si nous voulons maintenir a nos Annales le rang qui leur est si jus- 
tement acquis parmi les publications entomologiques, nous devons mul 
tiplier nos efforts pour publier vite et beaucoup. 

A cet egard, notre situation fmanciere est de plus en plus favorable ; 
les exonerations augmentent regulierement 1 importance de notre capital, 
et Factif recrutement poursuivi en 1891 par M. J. Gazagnaire nous a 
permis de porter le nombre de nos membres a un chiffre inconnu 
jusqu ici. 

Notre situation, mes cbers collegues, est done bonne a tous egards ; 
elle est le resultat du travail incessant et de la preoccupation constante 
des collaborateurs de vos Presidents. Aussi je ne puis mieux terminer 
cette allocution qu en vous demandant de remercier aussi chaleureu- 
sement que possible les excellents collegues qui siegent en ce moment a 
cote de inoi. 

Et maintenant, Messieurs, j invite mon honorable successeur a venir 
prendre possession du fauteuil de la presidence ; je lui adresse tous mes 
souhaits et lui remets le carnet ou se trouve inscrit Favoir de la 
Societe. 

M. A. Grouvelle cede le fauteuil presidentiel a M. G. Jourdheuille, le 
nouveau President, elu pour Fannee 1892, qui s exprime en ces termes : 

Messieurs et chers Collegues, 

J etais fort souffrant Fan dernier lorsque certains de mes collegues, 
trop bienveillants, ont songe a moi pour la vice-presidence. Je crains, 
en verite, d avoir eu Fesprit affaibli par J j L itt^y^^iAJrii r pas m etre 




iv Bulletin entomologique. 

rendu compte des consequences de mon acceptation et du poids du far- 
deau dont je me chargeais. Mes craintes n ont pas diminue apres la lec 
ture que j ai voulufairedes Bulletins de vos seances depuis la fondation 
de notre chere Societe. J ai vecu ainsi bien des heures dans le passe, 
e voquant ces figures aime es qui ont helas ! disparu, retrouvant, toutes 
jeunes alors, ces tetes qui, comme la mienne, ont depuis grisonne. Gettc 
vie retrospective m a procure des jouissances singulieres, impregnees 
de melancolie ; mais elle a, en meme temps, augmenle mon apprehen 
sion, en me voyant appele au fauteuil qu ont occupe tant de naturalistes 
eminents, dont plusieurs heureusement sont encore au milieu de vous 
et devraient etre a ma place. 

Quoi qu il en soit, Messieurs, je tacherai d etre le moins possible au- 
dessous d une tache que vous vous eflorcerez d ailleurs toujours d alle- 
ger, et je vous remercie de 1 insigne honneur que vous m avez fait en 
me chargeant de presider vos reunions pendant 1 annee 1892. Gertes, je 
n ai pas 1 illusion de croire qu en me confiant ces hautes fonctions, vous 
avez voulu re compenser mes tres modestes travaux, ni meme mes 
trente-trois annees de fide lite. Non ! En conferant a un membre arrive 
d hier a Paris, habitant encore la province pendant plusieurs mois d e te, 
ie plus haul titre dont vous puissiez disposer, votre pense e a ete de 
montrer aux societaires non residants que tous vos membres sont egaux, 
que residants et regnicoles ne forment qu une meme famille. Vous avez 
voulu prouver aussi que vous ne meprisiez pas ces recherches locales 
qui ont ete le but de ma vie entomologique, que tous peuvent pratiquer, 
meme sans ouvrages savants et sans iconographies dispendieuses, 
puisqu il suffit de lire dans le grand livre de la nature, ouvert a tous. 
G est une voie dans laquelle nous devous eutrer de plus en plus, per- 
mettez-moi de vous le redire apres d autres dont la parole, plus autorisee 
que la mienne, vous a convies eloquemment a recueillir des fails, a 
observer toujours. II est permis seulement a quelques-uns, planant sur 
les hauls sommets de la synlhese, de dresser de savanles classificalions ; 
mais, en observant, tous peuvent esperer derober quelque secret dont 
1 importance pralique, inapergue aujourd hui, peul etre immense de- 
main. 

Le public a cesse de mepriser ces infmiments petits, qu il vous voyait 
admirer de preference, non sans quelque ironie. II est arrive a les 
redouter et a chercher les moyens de les combatlre. Ges moyens de 
deslruclion, vous eles plus a meme que tous autres de les decouvrir, 
et deja plusieurs d enlre vous y ont reussi ou sont sur la voie du 
succes. 



Seance du 13 Janvier 1892. v 

Parmi ces ennemis redoudables par leur petitesse meme, vous allez 
sourire en retrouvant le le pidopteriste, parmi, dis-je, ces ennemis 
dangereux dont je parlais tout a 1 heure, se trouvent les Tineites et les 
families voisines. Me sera-t-il permis, apres tant d autres, de deplorer 
que leur etude soil encore si negligee en France, alors qu elle possede 
tant d adeptes a 1 e tranger ? Get e tat de choses tient certainement a 1 ab- 
sence chez nous de tout livre elementaire sur ce sujet pourtant si inte- 
ressant. 

II en est quelqus-uns parmi vous qui ont recueilli des documents 
considerables. L un d eux publie en ce moment dans nos Annales une 
etude de tres haute portee sur une famille voisine. Ne voudra-t-il pas 
se hater de completer 1 etude des Microle pidopteres ? Un autre, qui 
habile ce pays de mes reves, toujours baigne par le soleil, a par devers 
lui un travail tout pret. Ne se decidera-t-il pas a combler une lacune 
qui n existe dans aucun pays ? 

Excusez-moi, Messieurs et chers collegues, d avoir interrompu pen 
dant trop longtemps le cours de vos travaux. Permettez-moi cepen- 
dant, avant de reprendre 1 ordre du jour, de vous prier de voter des 
remerciements au President sortant, dont vous avez pu apprecier le tact 
parfait, a tous les membres actifs du Bureau, qui, pendant que vous 
vous livrez aux charmes de la chasse ou a 1 etude de vos recoltes, se 
condamnent a des travaux ingrats, qui n ont qu un rapport eloigne avec 
l Entomologie. 

Ne crologie. M. le Secretaire annonce le deces de M. Armand de Qua- 
trefages de Breau, membre de 1 Acade mie des sciences et de P Academic 
de medecine, professeur et directeur adjoint au Museum d histoire natu- 
relle de Paris. 

Dans les sciences naturelles, M. de Quatrefages laisse de nombreux 
travaux, remarquables par la methode precise avec laquelle ils ont etc 
concus, par Felegance de la forme avec laquelle ils ont etR executes et 
surtout par les faits acquis. En grande partie, ces travaux resteront 
a 1 avoir de la science franchise. En Entomotogie, nous lui devons 
quelques memoires sur 1 anatomie des Insectes et des recherches im- 
portantes sur la sericiculture et les maladies des Vers a soie. 

Ge grand savant, consciencieux , honnete et bienveillant, dont la 
science francaise deplore la perte, est de cede mardi 12 Janvier a 1 age de 
82 ans. 

M. le Secretaire annonce aussi le deces de M. J.-B. Capronnier, a 
Bruxelles, qui appartenait a la Societe depuis 1871, et celui de M. le 



vi Bulletin entomologique. 

D r Edouard Killias, de Goire (Suisse), qui etait membre de la Societc 
depuis 1874. 

Correspondance. Notre collegue M. J. Fallou a ete nomme officier de 
I lnstruction publique. 

M. Gustave Panis remercie de son admission. 

M. le Secretaire, au nom de M. E. Abeille de Perrin, depose sur 
le bureau son ouvragc intitule : Malachiidse : Malachides d Europe et 
pays voisins, 1891, pour concourir au Prix Dollfus 1891. 

Demissions pour i892. MM. H. Labat, a Talence-Bordeaux ; A. Bous- 
quet, a Isly ; G. Gannat, a Saint-Servan, et Miguel Cuni y Martorell, a 
Barcelone. 

Admissions. 1 M. Marcel Bailliot, ancien interne des hopitaux, rue 
Gay-Lussac, 50. Col. 

2 M. H. Lhotte, naturaliste, rue de Glichy, 31. Lep. 

3 M. Thierry-Mieg, representant de commerce, rue de Jussieu, 49. 
Lep. 

4 M. A.-L. Tourchot, ingenieur chimiste expert, rue Chapel, 120, 
Ottawa (Ganada). Ent. gen. 

Presentations. 1 M. Gaget, professeurde sciences naturelles a 1 Ecole 
d agriculture de Gennetines, par Saint-Ennemond (Allier), Ent. gen., 
presente par MM. F. Gagnaire et P. Lesne. Gommissaires rappor 
teurs : MM. G.-A. Poujade et G. Leprevost. 

2 M. le D r Tardieu, medecin militaire a 1 hopital Saint-Martin, rue 
de Dunkerque, 2, Ent. gen., presente par M. G. Gheron. Gommis 
saires rapporteurs : MM. A. Leveille et A. Salic. 

3 M. Gaston Eyquem, rue de la Pomme-d Or, 54, Bordeaux (Gi- 
ronde), Col., presente par M. E. Lefevre. Gommissaires rapporteurs : 
MM. L. Bedel et A. Leveille. 

4 M. Olivier, entreposeur des tabacs de Bone (Algerie), Lep., pre 
sente par MM. P. Chretien et E.-L. Ragonot, Gommissaires rappor 
teurs : MM. G.-A. Poujade et J. Fallou. 

5 M. Louis Favarcq, rue du Vernay, 48, Saint-Etienne (Loire), Col., 
presente par M. Valery Mayet. Gommissaires rapporteurs : MM. L. Be 
del et G.-A. Baer. 

6 M. Seguy, Beausejour, pres Beziers (He rault), Col, presente par 



Seance du 13 Janvier 189%. vn 

M. Valery Mayet. Gommissaires rapporteurs : MM. L. Bedel et M. Se- 
dillot. 

7 M. Emile Traizet, rue Saint-Denis, 205, Co/., presente par M. J. Ga- 
zagnaire. Gommissaires rapporteurs : MM. G.-A. Baer et P. Grou- 
velle. 

Travaux ecrits. M. le Secretaire, au nom de M. F. Heim, depose un 
travail intitule : Du sang des Crustace s De capodes, par F. Heim. 

Au nom de M. L. Fairmaire, un travail intitule : Cole opteres 
d Obock, 3 e note, par L. Fairmaire. 

Communications. M. L. Fairmaire adresse la description d un nou- 
veau geure de Coleoptere heteromere : 

Azarelius. Corpus elongatum. Caput minutum, oculis satmagnis, 
supra conjunctis, fere confusis, grosse granulatis, fronte medio cavata, 
tuberculis antennariis valde elevatis, tubwosis. Antenna validx, crassse, 
moniliatse, basin prothoracis superantibus, apicem versus leviter cras- 
sioribus, articulis fere sequalibus, 3 vix longiore. Prothorax ovatus, 
elytris angustior, latitudine longior, dorso exaratus. Elytra elongata, 
parallela, carinata, intervallis fovcolis quadratis impressis. Pedes parum 
graciles, femoribus anticis subtus dente acuto armatis, tarsis sat robustis. 

Ce nouveau genre represenle en Malaisie les Gonocnemis d Afrique. 
II en differe par les yeux plus gros et plus completement reunis, les 
lobes antennaires plus saillants, en forme de tubercules, les antennes 
plus epaisses, a articles plus globuleux, les derniers un peu transver- 
saux, le front projete en avant, le corselet sculpte et les pattes plus 
courtes. 

A. sculpticollis. Long. 5 mill. Elongatus, parallelus, piceus, 
parum nitidus; prothorace postice attenuate, basi fere truncate, angulis 
sat acute rectis, margine antico fere recto, leviter maryinato, angulis 
obtusiusculis, dorso sat fortiter punctato, antice medio carinulis 2 paral- 
lelis, utrinque carina medio angulata usque ad basin prolongata ; scutello 
minulo, rotundato; elytris elongatis, parallelis, sutura et utrinque 
costis o elevatis, inter costas ^ et 3* costula brevissima, interstitiis foveolis 
fere quadratis impressis ; subtus dense punctatus, prosterno piano medio 
late longitudinaliter impresso, inter coxas sat lato, apicc fere truncato, 
mesosterno sat angusto. Sumatra. 

Ge curieux Insecte ressemble presque a un Rhyzodes. Le premier in- 
dividu m a ete donne par notre collegue, M. A. Grouvelle, qui 1 avait 



viii Bulletin entomologique. 

decouvert dans des Tabacs provenant de Sumatra ; i autre m a ete donnc 
par mon ami C.-A. Dohrn. 

M. J. Vuillot ecrit : 

Dans le Bulletin du 24 juin 1891, j ai donnc la description d un Lepi- 
doptere nouveau, Callosune mrogoroana. Or, dans le fascicule 9 de 
Rhopalocem exotica, MM. Grose, Smith et Kirby avaient figure tine 
Callosune, C. Bacchus, decrite sous le nom de Teracolus Bacchus par 
M. Butler, en 1888, dans les Proceedings of the Zoological Society of 
London. 

C. mrogoroana ressemble beaucoup a C. Bacchus, mais est plus petite : 
elle n a que 53 mill, d envergure, tandis que C. Bacchus en a 59. 
D autre part, sur le dessous des ailes inferieures, les nervures, noires, 
au lieu de venir aboutir jusque sur Je bord meme, s arretent u une ligne 
noire, contournant tout le bord de 1 aile en menageant une petite bande 
blanche, frangee, allant de Tangle anal jusqu a 1 extremite de la nervure 8, 
bande qui ne se trouve pas chez C. Bacchus. De plus, le corselet et 
le dessus de 1 abdomen, gris clair chez C. Bacchus, sont franchement 
noirs, ainsi que les pterygodes, chez C. mrogoroana. 

Ajoutons a ces differences 1 eloignement des localites de ces deux 
especes : C. mrogoroana provient de la station de Mrogoro, dans le 
massif montagueux du Zanguebar, par 7 degres environ de latitude sud, 
tandis que C. Bacchus a ete capturee a Lodo, le 20 aout 1884, et a Oua- 
delai, le 27 juin 1887, c est-a-dire par 5 degres et 2 degres 30 minutes 
de latitude nord, u plus de 1,100 kilometres de Mrogoro. 

Ces differences de forme et d habitat sont-elles suffisantes pour diffe- 
rencier d une maniere absolue ces deux especes ?... En attendant de 
recevoir de nouveaux specimens provenant des regions intermediaires, 
nous croyons qu il serait plus prudent de ne rien affirmer et de consi- 
derer C. mrogoroana comme une varietc meridionale, plus petite, de 
C. Bacchus. 

M. Charles Oberthiir envoie la note suivante : 

II parait exister en France deux formes assez distinctes de Lycxna 
bolus (Lepidoptere Khopalocere), celle de la Provence et cellc de la 
Lozere. 

Cette derniere a jusqu ici ete seule liguree, d abord par Hiibner 
(Sammlung europdischer Schmetterlinge , n os 793, 795, 796 et 797), 
puis par M. Freyer (Beitrdge zur Geschichte europ. Schmett., pi. 97, 



Seance du 13 Janvier 1892. ix 

fig. 3, 4), ensuite par Boisduval (Icones, pi. 15, fig. 6, 7 et 8), enfm 
par Duponchel (SuppL, pi. x, fig. 3, 4, 5). 

La forme provengale differe de la forme lozerienne par la couleur plus 
bleuatre du mate en dessus et par 1 absence chez les deux sexes, sur 
les ailes inferieures en dessous, de la bandelette blanche longitudinale, 
caracte ristique au contraire des individus lozeriens. 

Toutes les figures des auteurs representent Lyc&na Dolus sans cette 
bandelette blanche longitudinale. Freyer (loe. cit, III, p. 7 et 8) dit, par 
erreur sans doute, que L. Dolus lui a ete envoy ee de Boheme. Je ne 
pense pas que L. Dolus ait jamais ete rencontree dans ce pays. 

Boisduval (Icon., p. 70, 71) donne pour patriea L. Dolus les montagnes 
du Var. Sa collection contient 2 cf et 2 ? ; mais Pun des males fait la 
transition, quant a la bandelette blanche des ailes inferieures en des 
sous, entre la race provenc.ale normale, qui est le plus souvent privee 
de cette bandelette, et les races lozerienne et orientate (Menalcas). Bois 
duval mentionne d ailleurs cette particularite dans les termes suivants : 
Les ailes inferieures offrent aussi quelquefois Pempreinte d une ban 
delette longitudinale blanche comme on Pobserve chez L. Damon et 
L. Rippertii. Mais Boisduval a fait figurer Fautre echantillon male 
sans bandelette. 

Duponchel, qui represente e galement un individu sans bandelette, ne 
parle dans son texte que de celui a bandelette. Je suppose qu il a eu a 
sa disposition la collection Boisduval et qu il aura neglige de rediger sa 
description d apres les deux males. II aura du faire figurer 1 un et ecrire 
d apres I autre. 

Quoi qu il en soil et si j en juge par les 27 exemplaires de ma collec 
tion, L. Dolus, dans la Lozere, est toujours pourvue de la bandelette 
blanche longitudinale en dessous ; au contraire, dans les Bouches-du- 
Rhone et le Var, elle en est le plus ordinairement privee; de telle sorle 
que la forme lozerienne de L. Dolus parait etre, a la forme provenc,ale, 
ce que L. Ripperlii, des Basses-Alpes, est a L. Admetus, de Hongrie. 
Gette bandelette est, en effet, la seule difference entre L. Rippertii qui la 
possede et L. Admetus qui ne la possede pas. 

Je suis tres porte acroire que L. Dolus, Damon, Rippertii sont les trois 
termes francos d une seule et meme espece. L. Dolus en est 1 expression 
meridionale, comme nivescens Pest de Dorylas et albicans de Corydon. 
L. Damon se rapproche de la forme bleue (Poseidon), qu on peut regarder 
comme la forme normale de loutes les Lycxna. L. Rippertii est la forme 
male coloree, comme la femelle normale ; par compensation, L. Actis $, 



x Bulletin entomologique. 

qu on peut rattacher a la memo unite specifique, ainsi quo L. Hopfferi, 
Damon, Actis, Iphigenia, etc., presente une forme de la couleur du male. 
Mais, considerant les deux formes franchises de L. Dolus, je suis d avis 
qu il y a lieu de distinguer par un nom celle qui a une bandelette 
blanche de celle qui en est depourvue; j etablis done cette distinction, 
au moyen de la methode trinominale dont j ai entretenu le Congres de 
zoologie de Paris en 1889, comme suit : 

1 Lycxna Dolus Hiibn., Freyer, Bdv., Dup. Provence. 

Forma geographica galloprovincialis typica, absque vitta alba 
subtm. 

2 Licxna Dolus-vittata Obth. - Lozere. 

Forma geographica lozerana, albo-vittata subtus. 

M. le D r A. Puton ecrit de Remiremont : 

Notre Societe etant le veritable moniteur officiel des phenomenes en- 
tomologiques, il esl bon, a mon avis, qu elle enregistre les developpe- 
ments exageres qui so manifestent de temps en temps chez certains 
Insectes. 

C est dans ce but que je lui signale les ravages causes rautomne der 
nier dans les Vosges (Remiremont, Gerardmer, Saint-Die, etc.) par 
Grapholitha tedella Clerk, Tortricide dont la chenille attaque et mine 
les feuilles de VEpicea ( Abies excelsa). Ces ravages se manifestent presque 
exclusivement dans les jeunes peuplements de Sapins de 10 a 35 ans, 
ou Ton remarque de vastes espaces ou les aiguilles sont toutes mortes 
et rousses, mais restent adherentes aux branches, attachees qu elles sont 
par les fils secretes par la chenille. Beaucoup d arbres, surtout parmi 
les plus jeunes, n ont plus une seule feuille verte ; on se demande s ils 
ne periront pas et surtout si I afTaiblissement qui en resultera n aura pas 
pour effet d amener une autre invasion meurtriere : celle des Bostriches. 

Ges ravages de Grapholitha tedella, qui se sont manifestos en octobre 
et novembre, out coincide avec un automne remarquablement doux, 
sans neige ni gelee. 

Devant de pareils desastres, 1 homme est a peu pres impuissant; 
cependant, si Ton n avait pas laisse detruire d une maniere imprudente 
les petits oiseaux des forets et notamment les Mesanges, je crois que 
ces invasions seraient moins a craindre. 

Aussi notre Societe etant un etablissement d utilite publique, il serait 
dans son role, et je lui en fais la proposition, qu elle insistat pres du 



Seance du 13 Janvier 1892. xi 

Ministre de 1 agriculture pour defendre complement la chasse a la sau- 
terelle, a la pipee et au baton fendu, qui a amend la destruction presque 
complete des Mesanges qui peuplaient nos forets. 

La communication de M. le D r A. Puton donne lieu a une discussion 
a la suite de laquelle la Societe, sur la proposition de M. le President, 
nomme une Commission de huit membres pour etudier la question et 
deposer un rapport. 

Sont nommes de cette Commission : MM. C. Jourdheuille, le D r A. Pu 
ton, J. Fallou, A. Lamey, J. Kiinckel d Herculais, E. Oustalet, le D r L. 
Henneguy et J. Gazagnaire. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Bulletin bibliographique 

Acade mie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I ), 
1891, 2 e sem., n 2o. Q N 26. CH. BRONGNIART et GAUBERT. Fonc- 
tion de 1 organe pectiniforme des Scorpions. TROUESSART. Sur une 
Phtiriase du cuir chevelu causee, chez un enfant de cinq mois, par 
le Phtirius unguinalis. 
1892, l er sem., n i. Q 

Acade mie imperials des Sciences de Saint-Pe tersbourg : Me moires , 
XXXVIII, 11 5, 1891. N. CHLORODKOWSKY. Die Embryonalen- 
twicklung von Phyllodromia (Blatta) germanica, 120 p., 6 pi. col. 

- N 6. Q 

Annual Report of the Curator of the Museum of Comparative Zoology at 
Harvard College, 1890-91. 

Agricultural Gazette of N. S. Wales, II, 10, 1891. General Notes. 
The Locust Plague. 

Apiculteur (U), 1892, 1. J. FALLOU. Araneides. Des effets nuisibles 
ou miles des Araneides relativement a l Hommc. A. WALLES. 
Renseignements statistiques snr la production sericicole. 

Association francaise pour I avancement des sciences, 1891, n 62. In 
formations et documents divers. 

Coleopteriste (Le), 1891, n os 10 a lo. J. CROISSANDEAU. Etude sur les 
Leptotyphlini (1 pi.). C.-E. LEPRIEUR. Note sur le mot Elytre >, 



xii Bulletin entomologique . 

Gap. XAMBEU. Moeurs et metamorphoses d lnsectes. E. REITTER. 
Tableaux synoptiques des Erotylides et des Gryptophagides (trad, par 
C.-E. LEPRIEUR). - SCHMIDT. Tableaux synoptiques des Histerides 
(trad, par M. X.). D r G. v. SEIDLITZ. Tableaux synoptiques des 
Dytiscides et Gyrinides (trad, et annot. par G.-E. LEPRIEUR). 
D r GHOBAUT. Description d une nouvelle espece de Rhipidius, avec 
quelques remarques sur ce genre (1 pi.). J. CROISSANDEAU. 
Quelques especes nouvelles de Neuraphes. Note de chasse. Re- 
ponse derniere a M. A. Fauvel. H. DU BUYSSON. Apercu dichoto- 
mique et observations sur quelques especes d Elaterides. A. PREU- 
DHOMME DE BoRRE. Note sur I Amara convexior Steph. ou continua 
Thorns. 

Echange (U), VII, 84, 1891. C. KEY. Remarques en passant. 
M. Pic. Notes cole opterologiques. Gap. XAMBEU. Contributions aux 
faunes locales des regions de 1 Est et du Sud-Est. - Tables. 

Entomologisk Tidskrift, 1891, 1 a 4. W. M. Send YEN. Rhagium bifas- 
ciatum F. som Skandinavisk insekt. G. H. NEREN. Bidrag till 
kannedomen lefnadsattet hos nagra Skandinaviska Arter af sagste- 
kelslagtet Emphytus. J. H. WERMELIN. Nagra Svenska fjarilars 
Fyndorter. F. NORDIN. Anteckningar ofver Hemipterer. B. VA- 
RENIUS. Twa Svenska skalbaggar. G. G. HOLMERS. Orn tallmala- 
rens (Eupalm piniarius) Upp tradandc i sydvestra nerike under 
aren 1889-1890 (fig.). SVEN LAMPA. Sadesknapparne (fig.). 
En parasit lunnen pa ollonborrelarver. Skydds-och utrotnings- 
medel. T. THORELL. Nova species Brasiliana ordinis Scorpionum 
(pi.). Necrologies de Sandberg et de Meves (portraits). J. A. 
Larvuburar af glas (pi.). Ljusfalle for fjarilfangst (pi.). Modell 
till Spannbraden (pi.). Ny metod for fjarilfangst. G. HOFGREN. 
Theetorubi L. GHR. AURIVILLIUS. Neue Goleoptera longicornia, III 
(fig.). SVEN LAMPA. Hvetemyggan, Cecidomya (Diplosis) tritici 
Kirby (pi. et fig.). - - Notis. J. ANDERSSON. Nagra rad angaende 
frostfjarilens insamlande. S. L. Smarre uppsatser. G. GRILL. 
Entomologiska anteekningar Iran fjallnas i harjedalen. Nolis. - 
S. V. Skydds och utrotningsmedel. P. OHLSON. En historia om en 
bisvarm. J. PEYRON. Notiser. S. L. Resande svcnska natur- 
forskare. Y. SJOSTEDT. Resebref. W. M. SCHOYEX. En for 
Skandinavien ny Alucita. S. L. Gafvor till foreningens insekt- 
sammling. Necrologie : Tengstrom (portrait). H. SCHOTT. Nya 
nordiska Collembola (fig.). GHR. AURIVILLIUS. Verzeichniss einer 



Seance du i3 Janvier 1892. xm 

vom Herrn Fritz Theorin aus Gabun und dem Gebiete des Camerun 
flusses heimgebrachten Schmetterlings-Sammlung (3 pi.). 

Entomologist s monthly Magazine, 1891, 328. J. J. WALKER. Ento 
mological Notes from Port Darwin, etc. . N. M. RICHARDSON. The 
larva of Eupcecilia geyeriana. Lord WALSINGHAM. New genera of 
Agdistidae and Pterophorida?. J. W. DOUGLAS. Notes on some Bri 
tish and exotic Goccida3 (21). G. LEWIS. On two species of Ela- 
catis (Othnius) found in Japan. Notes diverses. J. H. WOOD. 
On oviposition, and the ovipositor, in certain Lepidoptera (fig.). 

1892, 332, R. G. L. PERKINS. Stylopized Bees. R. MAG LACK- 
LAN. Neuroptera observed in the Channel Islands in September 1891. 

W. A. LUFF. Additions to the List of Hemiptera-Heteroptera col 
lected in the Island of Guernsey. E. SAUNDERS. Two new British 
Hemiptera. - L. G. GUTHRIE. On a toad Killed by the Larvas of 
Blow-Flies. A. G. F. MORGAN. Observations on Coccida? (6). 
R. H. MEADE. Annotated List of British TachiniidaB. F. MERRI- 
FIELD. Double broodedness : Whether influenced by the State of the 
food-plant ? Notes diverses. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, n 255, 1891. Abbe J. J. KIEFFER. Les 
Coleopterocecidies de Lorraine. V. MARTEL. Diagnoses de deux 
Phytoptocecidies nouvelles. 

Illustrations of Typical Specimens of Lepidoptera Heierocera in the Col 
lection of the British Museum. III, 1879. A. G. BUTLER. Japanese 
and Chinese Moths (20 pi. col.). V. 1881 ; VI, 1886. M. G. BUT 
LER. Indian Moths (42 pi. col.). VII, 1889. ID. Account of a 
Collection of Macro-Lepidoptera Heterocera made in the district of 
Kangra by the Rev. J. H. Hocking 1877-79, chiefly at Dharmsala 
(18 pi. col.). VIII. G. F. HAMPSON. The Lepidoptera Heterocera 
of the Nilgiri District (18 pi. col.). 

Insect Life, IV, 3 et 4, 1891. Special Notes. L. 0. HOWARD, The 
larger Corn Stalk-borer (Diatrxa saccharalis F.), fig. C. V. Ri- 
LEY. On the habits and Life history of Diabrotica 12-punctata 01. 
(fig.). Anew herbarium Pest (Carphocera, n. g.,ptelearia, n. sp.), 
fig. Prof. J. MIK. Ugimyia sericarise Rond., the parasite of the Ja 
panese Silkworm. C. V. RILEY. Further notes on Panchlora (fig.). 

F. M. WEBSTER. Some studies of the Clover Hay- Worm, Asopia 
costalis. Some of the Bred parasitic Hymenoptera in the national 
Collection. The three Pear-tree Psyllas. G. EISEN. The first In- 



xiv Bulletin entomologique. 

troduction of Blastophaga spenes into California. J. HAMILTON. 
Comments on the fifth Report of the U. S. Entomological Commis 
sion. Extracts from Correspondence. General Notes. 

Kansas Academy of Science (Transactions), XII, 1889-90. Prof. E. A. 
POPENOE. Note on the oviposition of a Wood-borer. Prof. S. H. 
SNOW. Experiments for the artificial disseminations of a contagious 
disease among Chinch-Bugs (2 articles). V. L. KELLOGG. Some 
notes on the Mallophaga (fig.). 

Naturalista siciliano (11), XI, 1, 1891. G. RIGGIO. Appunti e note di 
Ortotterologia Siciliana. 

Naturaliste (Le), l er Janvier 1892. P. CHRETIEN. Note sur rHeliopho- 
bus scillx. AUSTAUT. Lc Papilio Machaon L. P. DOGNIN. Des 
criptions de Lepidopteres nouveaux. 

Psyche, VI, 187-188, 1891. Some old correspondence between Harris, 
Say and Pickering, IV, V. S. H. SCUDDER. The early Stages of 
three Coleoptera. C. H. TYLER TOWNSEND, A parasite of the Fall 
Web-Worm. H. G. DYAR. Notes on Bombycid Larva?, III. 
S. HENSHAW. Bibliographical Notes, I. C. H. TYLER TOWNSEND. 
A Tachinid parasite of the Oak unicorn prominent. J. HAMILTON 
et S. HENSHAW. A List of some of the Catalogues and local List of 
North American Coleoptera, II. CAR. G. SOULE. Heteropacha Ri- 
leyana. H. G. DYAR. Preparatory Stages of Phceosia dimidiata 
H.-S. 

Reale Accademia del Lined (Atti), 1891, II, 9, 10 et 11. Q 

Royal Society (Proceedings), n 303, 1892. F. G. SINCLAIR. A new 
Mode of Respiration in the Myriapoda. 

Revue des travaux scientifiques, 1891, XI, 5 et6. 

Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, decembre 
1891. Tables. 

Schweizerischen entomologischen Gesellschaft (MittheilungenJ, VIII, 8, 
1891. A. PICTET et H. DE SAUSSURE. De quelques Orthopteres 
nouveaux. E. BUGNION. Note sur la resistance de la Teigne du 
Fusain aux basses temperatures de 1 hiver. D r STIERLIN. Beschrei- 
bung einiger neuen Russelkafer. GUILLEBEAU. Description d une 
espece ineditedu. genre Anaspis Geoffr. D r STIERLIN. Coleoptera 
Helvetia?. 

Societas entomologica, VI, 18, 1891. D r 0. STAUDINGER. Eine neue 



Seance du 13 Janvier 189$. xv 

Noctuidae aus der Schweiz. H. BURKHARDT. Weitere Mittheilun- 
gen iiber Spilosoma lubricipeda, aberr. zatima. K. JORDIS. Zehn 
Sammeltage am Simplon (Schweiz) und Seiner Umgebung. 
F. RiiHL. Die Macrolepidopteren-Faima von Zurich und Umgebung. 
H. DOMENITZKI. Materalien zu einer Schmetterlings- und Kaferiauna 
Westafrika s. 
1892, VI, 19. Lisle des membres. 

Societe d agriculture, histoire naturelle et arts utiles de Lyon (Annales), 
1890-1891. Q 

Societe des Sciences historiques et naturelles de I Yonne ( Bulletin ) , 
1891. O 

Societe des Sciences naturelles de I Ouest de la France (Bulletin), I, n 4, 
1891. Abbe J. DOMINIQUE. A propos d une Andrene quadristylo- 
pisee (pi.). Notes rectificatives a la liste des Tenthredines de 
I Ouest. 

Societe d etudes scimtifiques d Angers (Bulletin), XX, 1891. J. GALLOIS. 
Catalogue des Coleopteres de Maine-et-Loire, IV. 

Societe entomologique de Belgique, Gompte rendu du 5 decembre 1891. 
F. J. M. HEYLAERTS. Heterocera exotica, nouveaux genre et especes 
des Indes orientales neerlandaises. A. DUVIVIER. Melanges ento- 
mologiques : VIII. Diagnoses de Goleopteres du Congo. E. ROUS 
SEAU. Notes sur les Coleopteres malacodermes indigenes. A. PREU- 
DHOMME DE BoRRE. Additions et annotations anx listes de Goleopteres 
carnassiers et lamellicornes indigenes. 

Societe impe riale des Naturalistes de Moscou (Bulletin), 1891, 1. Q 

Societe linne enne de Lyon (Annales), XXXVI, 1890. Rev. P. M.-J. BE- 
LON. Contribution a 1 etude du genre Anoplomerus Th. (famille des 
Cerambycide). XXXVII, 1891. Q 

U. S. Geological Survey (Bulletin), n 71, 1891. S. H. SCUDDER. Index 
to the known Fossil Insects of the world, including Myriapods and 
Arachnids. 

Wiener entomologische Zeitung, X, 9, 1891. F. A. WAGHTL. Eine 
neue Gallwespe (pi.). TH. BECKER. Neues aus der Schweiz. Ein 
dipterologischer Beitrag (pi.). Neues aus Slid Tirol und Steier- 
mark. Ein dipterologischer Beitrag (pi.). D l> SEIDLITZ. Ueber Ma- 
lachius affinis, laticollis und curticornis. A. F. NONFRIED. Beitrag 
zu einer Monographie der Gattung Plusiotis Burm. 
1892. XI, 1. E. REITTER. Ueber den angeblichen in der Ento- 



xvi Bulletin entomologiqiie. 

mologie der Gegenwart. - - F. W. KONOW. Analytische Uebersicht 
dcr europaischen Arten der Tenthredinidcn-Gattung Schizocera Latr. 
TH. BECKER. Eine neuc Leptis aus der Schweiz. E. REITTER. 
Goleopterologische Notizen. 

Zoological Society of London (Proceedings}, 1891, II. E. M. SHARPE. 
Descriptions of new Butterflies collected by Mr. F. J. Jackson in Bri 
tish East Africa during his recent Expedition (2 pi. col.). W. F. 
KIRBY. On some Neuroptera Odonata (Dragonflies) collected by 
Mr. E. E. Green in Ceylon (1 pi. n.). H. J.ELWES. On Butterflies 
collected by Mr. W. Doherty in the Naga and Karen Hills and in 
Perak, I (1 pi. col.). 



BIGOT (J.-M.-F.). Voyage de M. Gh. Alluaud dans le territoire d Assinie : 
VIII. Dipteres (Ann. Soc, ent. Fr.), 1891, 18 p. * 

ID. Dipteres nouveaux ou peu connus (Mem. Soc. zool. Fr.), 1891, 
12 p. * 

BLANCHARD (D r B.). Sur la laune entomologique du Gran-Chaco, 8 p., 
pi. J. PEREZ. Diagnose d un Hymenoptere du Grand-Chaco, 1 p. 
D r E. CANDEZE. Diagnoses de deux Elaterides du Grand-Ghaco, 
2 p. Loc. cit., 1891. * 

BRANDICOURT (V.). Relations entre la Fourmi et les Plantes (Soc. linn. 
N. Fr.), 1889, 9 p. Offert par M. L. Bedel. 

BUCKTON (G. BOWDLER). Monograph of the British Cicada or Tettigida?, 
VIII, 78 p., 9 pi., tables. * 

CANDEZE (D r E.). Voyage de M. E. Simon au Venezuela (dec. 1887 
avril 1888) : XV. Cole opteres Lamellicornes (Ann. Soc. ent Fr.), 
1891, 4 p. * 

CARPENTIER (L.). Notes entomologiques (Soc. linn. N. Fr.), 1891, 4 p. 
fieri par M. L. Bedel. 

CHOBAUT (D r A.). Moeurs et metamorphoses de Emenadia flabellata F., 
Insecte Coleoptere de la famille des Rhipiphorides (Ann. Soc. ent. 
Fr.), 1891, 10 p., fig. * 

DESBROCHERS DES LOGES (J.). Examen critique de quelques Types de 
Curculionides du genre Apion appartenant au Musee de Stockholm, 
suivi de notes synonymiques (loc. cit.), 1891, 12 p. * 



Seance du 13 Janvier 1892. xvn 

EMERY (C.). Revision critique des Fourmis de la Tunisia (Expl. scient. 
Tun.), 1891, 21 p. * 

FAIRMAIRE (L.). Contributions a 1 etude de la faune entomologique de 

S.-Thome. Goimbre, 1891, 8 p. * 

ID. Notes sur quelques Coleopteres de 1 Afrique intertropicale et des 
criptions d especes nouvelles (Ann. Soc, ent. Fr.), 1891, 44 p., 

1 pi. n. * 

FLEUTIAUX (ED.). Descriptions de deux especes de Cicindeletes (loc. 
cit.), 1886, 2 p. * 

ID. Description d un genre nouveau d Elaterides (Soc. ent. Belg.), 
1891, 2 p. * 

ID. Descriptions d especes nouvelles de Cicindelides (loc. cit.), 1886, 

4 p. * 

ID. Note sur les Gicindelides du Chota-Nagpore (loc. cit.), 1890, 3 p. * 
ID. Remarques et observations sur le Species des Cicindelides de 

M. W. Dokhtouroff (Naturaliste), 1886, 8 p. * 
ID. Voyage de M. E. Simon au Venezuela (decembre 1887 avril 1888) : 

XIII. Elateridcfi (Ann. Soc. ent. Fr.), 1891, 12 p. * 
FLEUTIAUX (Eo.) et A. SALLE. Liste des Goleopteres de la Guadeloupe 

et descriptions d especes nouvelles (loc. cit.), 1889, 134 p., carte et 

2 pi. col. * 

GIRARD (M.). Les Insectes utiles : I. Vers a soie; II. Abeitles; III. Col 
lections entomologiques (Soc, imp. Agr.), 1867, 39 p. Offer t par 
M. L. Bedel. 

GIRAUD (ALBERT). Insectes de rinieiieur d Angola (Journ. Sc, matem., 

phys. et nat), 1881, 7 p. Offert par M. L. Bedel. 
GORHAM (H. S.). Contributions a la faune indo-chinoise : VIII. Malaco- 

dermata, Gleridae, Lyctidas, Erotylida?, Endomychida?, Cassidida?, 

Goccinellidae (Ann. Soc. ent. Fr.), 1891, 8 p. * 
GROUVELLE (ANT.)- Voyage de M. E. Simon au Venezuela (decembre 

1887 avril 1888) : XIV. NitidulidaB, Monotomidas (loc. cit.), 1891, 

4 p., fig. * 
LEFEVRE (ED.). Voyage de M. Emile Gounelle au Bresil : Eumolpides 

(loc. cit.), 1891, 10 p. * 
REITTER (ED.). Synopsis de Goleopteres europeens : Gryptophagidte 

(Abeille), 1891, 74 p. Offert par M. L. Bedel. 



JOURNAL BIMENSUEL (Bulletin de la Societe entomol. de France), 1892, n 2. 



xviii Bulletin entomologique. 

SCHAUFUSS (G.). Voyage de M. E. Simon aux lies Philippines (mars et 
avril 1890) : I. Scydmaenidae (Ann. Soc. ent. Fr.), 1891, 4 p. * 

SIGNORET (D r V.)- Descriptions de quelques Hemipteres du Senegal, 
ouvrage posthume (loc. cit.), 6 p., fig. * 

SIMON (E.). Etudes arachnologiques, XXIII (loc. cit.), 1891, 16 p. * 
A. L. 

Seance du 27 Janvier 4SO2 

Presidence de M. C. JOURDHEUILLE 

Avis. Le Congres annuel de la Societe eutomologique de France 
tiendra sa seance d ouverture le mercredi 24 fevrier. 

Le Banquet annuel commemoratif de la fondation de la Societe aura 
lieu le samedi 27 fevrier, a sept heures precises du soir, au restaurant 
de V Hotel des Socie tes savantes, rue Serpente, 28. Le prix du Banquet 
est fixe a 10 fr. 50. MM. M. Sedillot et A. Leveille ont etc designes 
pour en assurer 1 organisation. 

line reduction de 50 0/0 sur les chemins de fer franc, ais est accordee 
aux Entomologistes de province et aux Entomologistes etrangers qui 
desirent assister au Congres. 

Les bons de demi-place seront valables du 21 fevrier au 6 mars. (Voir 
Avis sur la couverture du BULLETIN.) 

Correspondence. MM. V. Thierry-Mieg et M. Baiiliot remercient, par 
lettre, de leur admission. 

M. J. Desbrochers des Loges demande a echanger son journal le 
Frelon contre I Abeille, journal de la Societe entomologique de France. 

La proposition de M. J. Desbrochers est renvoyee au Gonseil. 

Admissions. 1 M. Gaget, professeur de sciences naturelles a 1 Ecole 
d agriculture de Gennetines, par Saint-Ennemond (Allier). Ent. gen. 

2 M. le D r Tardieu, medecin militaire a I hopital Saint-Martin, rue 
de Dunkerque, 2. Ent. gen. 

3 M. Gaston Eyquem, rue de la Pomme-d Or, 54, Bordeaux (Gi- 
ronde). Col. 

4 M. Olivier, entreposeur des tabacs de Bone (Algerie). Lep. 

5 M. Louis Favarcq, rue du Vernay, 48, a Saint-Etienne (Loire). Col. 

6 M. Seguy, Beausejour, pres Beziers (Herault). Col. 

7 M. Emile Traizet, rue Saint-Denis, 205. Col. 



Seance du %7 Janvier i89%. xix 

Presentations. 1 M. Planet, notaire, 1 Entre-Deux-Guiers (Isere), par 
les Echelles (Savoie), Col., presente par M. J. Desbrochers des Loges. 
Gommissaires rapporteurs : MM. A. Leveille et A. Lamey. 

2 M. Dumans, avocat, Pont-1 Eveque (Calvados), Le p., pr. Microle p., 
presente par M. C. Jourdheuille. Gommissaires rapporteurs : 
MM. G.-A. Poujade et J. Fallou. 

Rapport. M. le Tresorier donne lecture de 1 etat des recettes et des 
depenses pendant 1 exercice 1891 et du budget qu il a dresse pour 1 exer- 

cice 1892 : 

RECETTES 

Solde en caisse au 31 decembre 1891 19 fr. 93 c. 

Gotisations pendant 1 annee 1891 7,458 

Tirages a part, vente de publications di verses (Tables, 

Annales, Faune) 1,543 70 

Revenus de la Societe 3,122 60 

Subvention du ministere de ^Instruction publique. .... 500 > 

de 1 Agriculture 600 

Exonerations 3,300 

Dons (E. Abeille de Perrin, 400 fr.; E. Simon, 200 fr.; 

E.-L. Ragonot, 120 fr.) 720 



Total des receties 17,264 fr. 23 c. 

DEFENSES 

Loyer, impots et assurance 1,492 fr. 35c. 

Frais de publication des Annales et du Bulletin (impres 
sion : 7,146 fr. 90 ; planches : 2,776 fr. 25) 9,923 15 

Frais d envois . . 513 96 

d administration et do correspondance 498 37 

Bibliotheque , 223 40 

Prix Dollfus 300 > 

Frais d instaliatiou 196 60 

Achat de sept obligations Quest et courtage 3,127 60 

Traitement de 1 agent 799 50 

Total des depenses 17,074 fr. 93 c. 

Total des recettes 17,264 fr. 23 c. 

Total des depenses 17,074 93 

Excedent des recettes au l er Janvier 1892. 189 fr. 30 c. 



xx Bulletin entomologique. 

Budget pour I exerdce 1892. 
RECETTES 

Revenus , . . 3,200 fr. 

Cotisations 7,500 

Vente d ouvrages 1,300 

Subventions ministerielles. . 1,100 



Total .... 13,100 fr. 

DEFENSES 

Lover, impots et assurance 1,600 fr. 

Agent 800 

Prix Dollfus . . 300 

Bibliotheque 300 

Entretien de la collection H. tirisoul de Baruevillc 100 

Frais d administration, d envois et de correspondance 1,000 

Publication des Annales et du Bulletin 9,000 



Total 13,100 fr. 

La Societe, aux termes des articles 25 et 28 dcs Statins et Reglement, 
renvoie 1 examen des comptes du Tresorier a son Gonseil, qui lui pre- 
sentera un rapport dans sa prochaine seance. 

Decision. D apres 1 article 34 des Statuts et Reglement, la Societe est 
appelee a discuter et a se prononcer sur la proposition qui lui a ete 
faite par le Gonseil a la seance du 23 decembre 1891 : 

Pour eviter les reclamations quotidiennes, reclamations qui ont deja 
failli amener plusieurs demissions, le Gonseil propose a la Societe de 
fixer d une maniere uniforme a un franc les frais d envoi des Annales 
a tous les membres frangais et etrangers. 

Les Annales seront envoyees directement a domicile et ne seront 
plus distribue es en seance ou a la Bibliotheque. 

M. le President enumere les avantage de Funification de cotisation 
rcclamee depuis longtemps. Cette mesure rend plus claire, moins pe- 
nible, la comptabilite ; elle decharge, avec justice, les membres de pro 
vince et les etrangers de frais d envoi trop exageres et surtout met un 
terme aux reclamations quotidiennes qu entretiennent naturellement les 
differents modes de livraison des Annales, soil par la poste, soil par le 
Tresorier, a son domicile, soil par le Bibliothecaire, au siege social, soil 



Seance du 27 Janvier 1892. xxi 

par le Secretaire a la seance. Gette rnesure, qui s impose dans Pinte ret 
d une bonne gestion, malgre la perte sensible qu en eprouvera momen- 
tanement la caisse de la Societe, a pour but, en resume, de mettre la 
cotisation annuelle a 25 francs, 1 envoi franco des Annales compris, au 
lieu de 26 francs. 

M. le Tresorier appuie energiquement la proposition en demontrant 
les defectuosites de 1 organisation actuelle. 

Apres quelques observations de detail, formulees par M. J. Gaza- 
gnaire, A. Leveille, E. Lefevre et A. Lamey, la proposition est mise 
aux voix par le President et adoptee a 1 unanimite des membres pre 
sents. 

Communications. M. L. Fairmaire adresse la diagnose suivante d un 
nouveau genre de Ce rambycide : 

Trichromia. Ressemble assez aux Anthribola, ayant aussi les 
elytres dehiscents a Pextremite, qui est terminee en forte e pine ; la tete 
est courte, non prolonged en museau, les yeux sont fortement echancres, 
les antennes sont inserees tout pres des yeux, elles sont robustes, plus 
courtes, avec le 3 e article un peu plus court que le 4 e ; la base du cor 
selet forme au milieu un lobe tronque ; les pattes sont plus courtes, plus 
robustes, surtout les femurs posterieurs ; les hanches anterieures sont 
contigues et le metasternum forme une saillie large, epaisse, obtuse a 
rextre mite, recouvrant le mesosternum et atteignant les hanches ante 
rieures. 

T. Oberthuri. Long. 18 mill. Oblonga, postice et antice an- 
gustata, supra parum convexa, rubro-lestacea , modice nitida, capite 
prothoraceque castaneis, illo antice et lateribus, hoc vittis 3 flavo-tomen- 
tosis, antennis piceo-fuscis, scutello flavo-tomentoso, basi utrinque cas- 
taneo, elytris vitta media transversa et macula anteapicali nigris, post 
vittam ad suturam utrinque macula rotunda et macula minuta ante, 
apicem flavo-tomentosis, abdomine lateribus late flavo-tomentoso vittato. 
metapleuris brunneis, macula flavo-tomentosa, femoribus posticis annulo 
fere mediano et apice nigris; prothorace conico- truncate, fere Ixvi, 
medio et lateribus longitudinaliter impresso, elytris basi latis, postice 
valde angustatis, apice emarginatis et extus longe spinosis, basi im- 
pressis. 

Ge bel Insecte vient de la region nord-est de Madagascar, du cote de 
Diego-Suarez, et j en dois la connaissance a notre collegue M. Rene 
Oberthur. 



xxn Bulletin entomologique. 

M. J. Vachal, d Argentat, communique : 
I. Halicti, novae species. 

Halictus sphecodimorphus, ?, n. sp. Niger, abdominis di- 
midio basalt, funiculo subtus, tegulis, tibiarum extrema basi, tarsorum 
articulis extimis rufo-testaceis. 

Nitidulus, subtiliter coriaceus, albo-hispidulus. Fades fere rotunda, 
clypeo vix ultra circulum prominente, punctibus crassioribus rariori- 
busque quam in fronte, inde magis nitido. Funiculi articulus secundus 
fere longissimus, terlius evidenter brevissimus. 

Mesosternum fere laave ; area basalis lunulata segmenti medialis ru- 
gulosa, parte horizontal! supra visa fere truncata, angulis diedris late- 
rali-posticis inferne tantum acutis. 

Alae fumato-hyalinas, carpo nervisque piceis ; cellula cubitalis secunda 
superne angustata, nervum recurrentem primum in angulo externo 
recipiens. 5,5 mill. Mas perquirendus. 

Hispania, Barbaria (Oran). 

Ma collection et celle de M. le professeur J. Perez. 

Halictus angustifrons, $, n. sp. Niger, abdomine (segmentis 
duobus apicalibus infuscatis), funiculo subtus, tegulis tarsorumpue arti 
culis ultimis rufo-testaceis. 

Punctulato-rugulosus, mesonoto scabriusculo fere opaco, segmenti 
medialis area basali lunulata rugulosiore, abdomine punctis fere indis- 
tinctis ; albido-hispidulus. 

Facies elongata, inferne magis angustata, clypeo fere toto ante oculo- 
rum apicem praBterlato ; clypeus scutumque nasale nitidi, distincte sed 
raro punctati, clypei-punctis elongatis. Funiculi articulis 3-4 brevis- 
simis fere aequis. 

Segmenti medialis angulis diedris laterali-posticis in dimidio infero 
tantum acutis. 

Alaa flavescenti-liyalinse, carpo nervisque piceis; cellula cubitalis 
secunda parva superne magis arcta, nervum recurrentem primum ante 
angulum exteriorem recipiens. 5 mill. Mas perquirendus. 

Barbaria (Alger). 

Ma collection et celle de M. le professeur J. Perez. 

Ces deux Halictus, tres semblables par leur coloration, mais tres 
distincts par la forme de leur chanfrein, appartiennent a la division des 
Halictus a thorax noir et a abdomen nu, plus ou moins rotix chez les 



Seance du 27 Janvier 1892. xxm 

femelles, d ou jusqu ici on ne connaissait qu une espece, Halictus rubens 
Sm., Cat. Br. Mus., 1851 ; (rubellus Ev., 1852, nee Hal. ; ? rufiventris 
Giraud, 1861). 

Les males inconnus doivent avoir Fabdomen rouge an moins a la 
base. 

II. Les Zonitis Fab., parasites des Melliferes de la section 
des Dasygastrx Latr. 

Notre collegue M. G. Ferton a fait connaitre dans : Actes de la Soc. 
linn, de Bordeaux, XLIV, 1891, les mceurs d une Osmie, de Barbaric, 
que j ai decrite sous le nom de Osmia Saundersi (Rev. franc, d entom., 
1891, 3 e livraison), a laquelle il attribue, a tort selon moi, le nom de 
0. annulata Lat. 

Gette Abeille, tres voisine de 0. papaveris Latr., construit sa coque 
avec les petales des fleurs steriles de Centaurea micrantha L. Duf. 

Des coques, que je devais a la bienveillance de M. G. Ferton, est sorti 
un Goleoptere de ia famille des Vesicants, que notre savant collegue 
M. L. Bedel a bien voulu identifier, et qui est Zonitis thoracica Lap. 
nee Ab. (analis Ab. An var. Z. prxustse Fabr. ?). 

D apres les observations recueillies jusqu a ce jour, on sait qu on a 
obtenu Z. immaculata Ob. (Mutica scriba) des cellules de Anthidium 
bellicosum, de Osmia tridentata et de Megachile varians, et Z. flava 
Fabr. (pr&usta Fabr.) des cellules de Anthidium bellicosum, de 
Anthidium scapulare, et de Megachile sericans. De son cote, M. G. Fer 
ton a obtenu Z. nigripennis Lucas des cellules de Megachile sericans 
Fonsc. 

II en resulte que les Goleopteres du genre Zonitis soot parasites 
des Melliferes de la sous-famille des Dasygastras Latr. (Gastrilegides 
Lep.). 

Leurs larves, apres s etre accrochees aux poils de la brosse ventrale 
de ces Apides, ou apres avoir ete enlevees mecaniquement par la brosse 
collectrice avec le pollen, doivent ou se Jaisser choir sur les provisions 
de la cellule, ou tout simplement y etre projetees avec le pollen lui- 
meme, sans que, dans la deuxieme hypothese, il soil besoin d un acte 
volontaire ou instinctif de leur part. 

M. H. du Buysson adresse les notes suivantes : 

1 Athous Chomboveti God. (in Muls., Op. ent., XIV, p. 39, 1870) = 



xxiv Bulletin entomologique. 

A. olbiensis Guilb. (in Mills., Op. <?w*., VII, p. 93, 1856). Dans ie Bulletin 
de la Societe entomologique de France (1887, p. cxxxii), j avais propose 
la reunion de 1 espece decrite par M. Godartcomme variete de A. herbi- 
gradus Guilb. in Muls., Op. ent., VI, p. 26, 1855. M. Guillebeau me 
fit observer les differences qu il trouvait entre les deux especes en litige. 
J ai laisse dormir la question, me proposant d y revenir un jour 1 esprit 
plus repose et plus independent. Or, les Elaterides qui m ont ete com 
muniques tout dernierement par M. Champenois m ont rappele la ques 
tion. J ai trouve dans son envoi des A. olbiensis (ma)heureusement sans 
localite), et, en les comparant aux types olbiensis et Chamboveti de ma 
collection, j ai etudie de nouveau la chose, et je demeure convaincu que 
ces deux noms ne s appliquent qu a une seule et meme espece. M. Guil 
lebeau avail done raison de ne pas admettre la reunion que je proposals 
et je lui suis tres reconnaissant pour la lumiere qu il m a apportee sur 
ce point. Cette espece varie sensiblement de taille, de forme (surtout 
quant au pronotum), et meme de coloration (Ann. Soc. ent. Fr., 1888, 
Bull., p. L). Tout en e tant suffisamment distincte de A. herbigradus 
Guiib., elle en est fort voisine; on Ten distingue par ses elytres propor- 
tionnellement plus longs, par les articles des antennes plus allonges, le 
3 e sensiblement de meme taille que le 4 e , mais longuement etroit a la 
base. A. herbigradus a les elytres raccourcis, plus larges, les articles 
des antennes plus courts, le 3 e article visiblement moins long que le 4 e . 
Quant a la carene de 1 ecusson, elle se rencontre plus ou moins mar 
quee chez 1 une et 1 autre ; elle est generalement plus accentuee chez 
A. herbigradus. 

2 Je crois interessant de donner la synonymic de quelques especes 
qui terminent Entomologia parisiensis de A. de Fourcroy (1785) : 

1 Elater melanophtalmos Fourcr. = E. bicolor Goeze, Ent. Beitr., 
p. 568 (1777), variete (concolore, sans bandes noires sur les elytres 
ou le pronotum) = E. longicollis Oliv. (Athous), Ent., II, p. 38, 49, 
pi. 8, f. 81 a (1790). La taille donne e par de Fourcroy (long. 3 1/2 
lignes ; larg. 1 ligne) indique clairement que cet Insecte ne peut se rap- 
porter a A. rufus Deg., un de nos plus grands Elaterides de France. 

2 E. villosus Fourcr. [loc. cit., n 20, 1785] (long. 9 lignes; larg. 
2 lignes) = E. rhombeus 01. (Athous auct,), loc. cit., p. 22, 1790. 

3 E. rachifer Fourcr. [loc. cit., n 17, 1785] = E. limbatus Fabr. 
(adrastus auct.), Gen. Ins., p. 235, 1777. 



Seance du 2? Janvier 1893. xxv 

- M. J. Kiinckel d Herculais donne la note suivante sur les chan- 
gements de coloration et sur le role des pigments dans les phenomenes 
d histolyse et d histogenese qui accorapagnent ies mues et la metamor 
phose du Griquet pelerin (Schistocerca peregrina Oliv.) : 

Dans la seance de la Societe de Biologic du 9 Janvier dernier (1), notre 
collegue M. A. Giard a parle incidemment des remarques des differents 
auteurs sur les variations de la coloration que presentait cet Acridien ; 
je le remercie de 1 occasion qu il me donne de communiquer les obser 
vations que j ai faites, lors de i invasion de 1891, dans toute 1 Afrique du 
Nord, observations qui ont rec.u en Algerie une large publicite (2), qui, 
je m en aperc,ois, n a pas eu en France un echo suffisant. 

De 1 enquete a laquelle s est livre M. de Selys-Longchamps en 1877, 
sur les apparitions, en Europe, des Griquets pelerins, enquete dans la 
quelle il reproduit les reponses des savants orthopterologistes Brunner 
de Wattenwyl, Bolivar, Mac-Lachlan, Scudder, il decoule cette conclu 
sion, c est que S. peregrina est represente par deux varietes : 1 une 
jaune, originaire du nord de 1 Afrique (Egypte, Aigerie), observee a 
Gorfou en 1866 ; 1 autre rose, originaire du Senegal, se trouvant egale- 
ment au Sennaar et dans 1 Inde, et observee dans le sud-ouest de 1 Es- 
pagne et dans les iles Britanniques. Gette conclusion est reproduite par 
M. Brunner dans son Prodromus der Europaische Orthopteren, Leipzig, 
1882, p. 216. 

Je ferai remarquer que cette variete rose ou rougeatre a ete signalee 
par Olivier dans sa description originale de 1 espece (1807), qu elle a ete 
tiguree par Audinet-Serville (Hist. nat. des Ins. Orth., 1839), et signalee 
par une foule d observateurs des invasions en Algerie. 

Auteurs et observateurs se sont mepris ; les specimens de coloration 
rose ou jaune ne constituent pas des varietes fixees d une meme espece ; 
chaque individu passe successivement par une serie de teintes qui ca- 
racterisent des phases de son existence. Voici, d ailleurs, le resultat de 
mes etudes : 

Des le debut de 1 invasiou dans le sud alge rien, je me suis trans- 
porte a Biskra pour suivre 1 evolution des Griquets pelerins. Je fis alors 
des observations qui me perrnirent d etablir que les charigements de 

(1) Comptes rendus hebdom. des seances de la Sociele de Biologic, 15 Jan 
vier 1891, p. 3. 

(2) Bulletin de la Societe d Agriculture d Alger, 16 mai 1891; reproduit dans 
la De"peche algerienne >, 19 mai 1891 etdaiis tous les journaux algeriens. 



JOURNAL BIMENSCEL (Bulletin de la Societe entomol. de France), 1892, n* 3. 



xxvi Bulletin entomologique. 

coloration que subissent ces Insectes depuis leur metamorphose, c est- 
a-dire le passage du rose au rouge, au gris, a la teinte terre de Sienne, 
au jaune citron, delimitaient autant de stades evolutifs et pouvaient 
servir de criterium pour determiner, d une part, le point d origine des 
invasions, d autre part, 1 epoque ou pouvaient s effectuer les premieres 
pontes. Les Griquets pelerins signales en decembre dans 1 extreme Sud 
etaient de couleur rouge carmin ; ils etaicnt nes au moins un mois 
avant; ils s etaient developpes au moins a trente jours de marche en 
arriere. Ils mettaient plusieurs semaines a prendre la teinte jaune, ils 
ne pouvaient deposer teurs oeufs qu au bout de deux mois au plus tot. 
Lorsque la coloration est devenue terre de Sienne, la pariade et 1 accou- 
plement commencent ; lorsque la coloration est passee au jaune, pariade 
et accouplement se renouvellent. 11 peut y avoir pariade entre males 
jaunes et femelles terre de Sienne et inversement. Les Griquets de colo 
ration rouge, qui ne sont ni apparies, ni accouples, et dont, par conse 
quent, les femelles ne sont pas en e tat de pondre, sont ceux que les 
habitants du Sahara recueillent et mangent (1). 

Si nous cherchons a interpreter les changements de coloration des 
Griquets pelerins depuis leur naissance jusqu a leur mort, nous sommes 
conduits a des deductions physiologiques interessantes. En effet, lors de 
la premiere mue qui succede immediatement a 1 eclosion, les jeunes sont 
blanc verdatre ; sous 1 influence de la lumiere, ils brunissent et passent 
au noir avec des taches blanches ; a la 2 e mue, des colorations roses 
apparaissent, notamment sur les cotes du corps; a la 3 e mue, les teintes 
roses augmentent ; a la 4 e mue, elles predominent, mais eiles font place 
peu a peu a des teintes jaunes ; il en est de meme apres la 5 e et la 
6 e mue, et 1 Insecte adulte apparait avec une livree du rose le plus 
tendre. En resume, on constate que, dans les moments qui precedent et 
suivent la mue, les Insectes ont leurs pigments colores en rose et que 
ces pigments changent de ton apres un temps plus ou moins long. 
L apparition des teintes jaunes des Insectes adultes est done un pheno- 
mene de vieillissement. 

Chose digne de remarque, qui indique bien que ces modifications de 
coloration des pigments sont 1 expression des phenomenes d histolyse et 
d histogenese qui s accomplissent lors de la mue et de la metamorphose, 
c est qu apres chacune de ces phases, les Acridiens rejettent des excre- 

(1) M. J. Kunckel montre a la Societe une s^rie de Criquets pelerins rev<Hus 
de ces diverses colorations, recueillis en Algerie et qui font partie aujourd hui 
des collections du Museum. 



Seance du 27 Janvier 1892. xxvn 

ments colores en rose. Les depouilles tegumentaires abandonees a la 
suite de chaque mue sont incolores sur tous les points qui ne sont pas 
colores en noir : les laches et les dessins noirs sont seuls indiques. L ac- 
tion de la lumiere est manifeste ; de jeunes Griquets pelerins eleves a 
1 ombre n acquierent jamais les teintes vives de leurs freres eleves en 
plein soleil. II est a indiquer que les Acridiens, jeunes ou adultes, de- 
viennent rouges lorsqu on les soumet a la dessiccation par le feu ou lors- 
qu on les plonge dans 1 alcool ; il y a la un phenomene de deshydratation 
qui fait reparaftre les taches primordiales. Ges diverses particularites 
donnent lieu de supposer qu on se trouve en presence de la zoonery- 
thrine, pigment rouge, decouvert par G. de Merejkowsky chez une foule 
d Invertebres, et notamment chez les Crustaces, mais qu il n a pas 
signale chez les Insectes, substance qui joue le role de I hemoglobine des 
Vertebres. 

On voit par ce qui precede, ainsi que 1 a fait remarquer notre collegue 
M. le professeur A. Giard, combien offrirait d interet 1 etude des pigments ; 
les modifications que subissent ces pigments pendant la vie evolutive 
sont, ainsi que nous venons de le montrer, en etroite correlation avec 
les phenomenes d accroissement et de transformation des tissus qui ac- 
-compagnent les mues et les metamorphoses. 

M. M. Pic, de Digoin : 

Ay ant rec.u de nouveaux exemplaires de mon Neodorcadion Flachneri, 
je crois bon de donner au sujet de cette espece ces observations com- 
plementaires : D abord, dans la description (Ann. Soc. ent. Fr., Bull., 
p. CLXXI, 1889), au lieu de carene (2 e ligne), il faut lire : sillon longitu 
dinal ; ce sillon, plus ou moins marque, offre assez souvent sa ligne 
blanche obliteree ou presentant seulement une petite tache de duvet en 
son milieu, la nuance fonciere des elytres est d un noir un peu brillant, 
pen veloute, 1 ecusson a generalement son duvet oblitere, enfin Jes cotes 
du prothorax ne presentent pas non plus ordinairement de duvet, et ce 
dernier est un peu plus brillant sur le disque que sur le reste du corps. 
La taille varie peu, mais les elytres, plus attenues a leur extremite chez 
le male, s elargissent un peu quelquefois comme ceux de la femelle ; 
celle-ci, bien qu ayant les memes dessins que le male, s en distinguera 
par la forme beaucoup plus large, atteignant jusqu a 8 mill. 

Une variete $ (dispar) offre, sur fond plus veloute, les deux bandes 
exterieures plus larges, nettes, tandis que la mediane, obliteree en partie, 
n offre plus sur les elytres du milieu qu une petite ligne courte de dnvet 
blanc. 



xxvin Bulletin entomologique. 

M. le D r H. Senac donne la liste des Coleopteres rapportes en petit 
nombre paz M. G. Rabot dans son dernier voyage en Islande, avec 
[ indication des localites ou ces Insectes ont ete rencontres : 

1 Nebria Gyllenhali, var. Balbi Bon., m wzftsHeer. Akuzeyri, Rey 
kjavik, Thingvalla, Eskifjord. 

2 Patrobus septentrionis Dej. Jaskufsjord. 

3 Calathus mollis Marsh. Olafsfjord, Reykjavik a Thingvalla. 

4 Bolryopterus vitreus Dej. Reykjavik a Thingvalla. 

o Celia Quenseli Sch. Jaskufsjord. 

6 Agabus bipustulatus L., var. Solieri Aube, subvar. sexualis Reiche. 
Rodefjord, Faskrudsfjord. 

7 Aphodius lapponum Gyll. Faskrudsfjord. 

8 Cryptohypnus riparius Fabr. Thingvalla, geysers. 

9 Otiorhynchus atroapterus Gyll. Akuzeyri, Reykjavik a Thing 
valla. 

10 0. monticola Germ. (var.). Akuzeyri. 
11 0. ligneus (var.). Akuzeyri. 
12 0. inaurus Gyll., var. comosus. Akuzeyri. 
13 Chrysomela staphylea L. Faskrudsfjord. 
14 Adalia, sp. n.?, pres de hyperborea. Akuzeyri. 

M. le D r H. Senac espere donner prochainement a la Societe la liste 
des Coleopteres recueillis par M. C. Rabot pendant son voyage sur la 
Pelchora. Ges Insectes, communiques a M. Sahlberg, n ont pas encore 
ete renvoyes. 

Voici la liste des Hemipteres recueillis dans le memo voyage et deter 
mines par M. L. Lethierry : 
i Aradus lugubris Fall. Oural boreal. 
2 Neocoris Bohemanni Fall. Lapine. 
3 Salda pallipes Fabr. Mammali. 
4 S. pallipes, var. dimidiata Curt. Mammali. 
5 Notonecta lutea Mull. Poudingko. 
6 Lepyronia coleoptrata L. Pelchora. 
7 Idiocerus discolor Stor. Lapine. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Seance du 27 Janvier 1892. xxix 

Bulletin bibliographique 

Acade mie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I ), 
1892, I* sem., n os 2 et 3. Q 

Acade mie des Sciences de Cracovie (Bulletin international), decembre 

1891. O 
Australian Museum N. S. Wales. Report of Trustees for 1890. 

Entomologische Nachrichten, XVIII, 2, 1892. J. SCHMIDT. Neue His- 
teriden. J. J. KIEFFER. Ueber das Vorkommen halophiler Saldeen 
in Lothringen. 

Entomologist s Record and Journal of Variation, III, 1, 1892. D r T. 
A. CHAPMAN. The genus Acronycta and its allies (pi. col.). Varia 
tion. Scientific Notes. Current Notes. Notes on collecting. 

Insect Life, IV, 5 et 6, 1891. Special Notes. D r C. V. RILEY et 
C. L. MARLATT. Wheat and Grass Low-flies (fig.). S. A. FORBES. 
The importation of a Hessian-fly parasite from Europe. H. GAR- 
MAN. The origin and development of Parasitism among the Sarco- 
ptidoe. HERBERT OSBORN. Origin and development of the parasitic 
habit in Mallophaga and Pediculidse. M. E. MURTFELD. The use of 
grape bags by a paper making Wasp. L. 0. HOWARD. The me 
thod of Pupation among the Chalcididaa (fig.). H. OSBORN. Notes 
on Grass Insects in Washington. An interesting aquatic Bug (fig.). 

M. E. MURTFELD. Hominivorous habits of the Screw Worm in Saint- 
Louis. L. 0. HOWARD. Another Spider-egg parasite. Extracts 
from Correspondence. General Notes. 

K. K. zoologisch-botanischcn Gesellschaft in Wien (Verhandlungen), III, 

1891. E. WASSMANN. Neue Termophilen mit einer Uebersicht 
iiber die Termitengaste (pi.). IV, 1891. CO 

Naturaliste (Le), 15 Janvier 1892. L. AUSTAUT. Le Papilio Machaon. 
Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, V, 1, 

1892. O 

Royal Society (Proceedings), n 304, 1892. O 

Societas entomologica, VI, 20, 1892. Tables. C. F. ANCEY. Une 
excursion dans les Hauts-Plateaux (a Chellala). 

Societe linne enne du Nord de la France (Bulletin mensuel}, 231, 1891. 

L. CARPENTIER. Notes entomologiques. 



xxx Bulletin entomologique. 

Wiener entomologische Zeitung, X, 10, 1891. Prof. J. MIK. Eine Ceci- 
domydon-Galle auf Biscutella saxatilis Schl. aus Val Popena , 
Italien (pi.). General-Index der Abhandlungen in den ersten zehn 
Jahrgangen der Wiener entomologischen Zeitung > . 



BOURGEOIS (J.). Etudes sur la distribution geographique des Malaco- 
dermes : I. Lycides (Ann. Soc. ent. Fr.), 1891, 28 p., carte. * 

CASEY (Tn. L.). Goleopterological Notices, HI (Ann. N. Y. Acad. Sc.), 
1891, 206 p. * 

FALLOU (J.). Notes sur les Hymenopteres de la tribu des Formiciens, 
extrait des principaux ouvrages sur cet ordre d Insectes (Rev. Sc. 
nat. appl.), 1892, 17 p., fig. * 

FLEUTIAUX (EDM.). Elaterida^ de la Nouvelle-Caledonie et dependences 
(Ann. Soc. ent. Fr.), 1891, 10 p., carte. * 

LEFEVRE (Eo.). Voyage de M. Emile Gounelle au Bresil : Eumolpides 
[suite] (Ann. Soc. ent. Fr.), 1891, 10 p. * 

MAINDRON (M.). Les holes d une maison parisienne ; animaux domes- 
tiques, commensaux et parasites vivant dans nos maisons. Paris, 
1891, 238 p., fig. * 

RAFFRAY (A.). Voyage de M. E. Simon aux iles Philippines (mars et 
avril 1890) : II. Pselaphides (Ann. Soc. ent. Fr.), 1891, 24 p., 
1 pi. n. * 



A. L. 



Seance du 1O fevrier 1SO3 

Presidence de M. C. JOURDHEUILLE 

Avis. Le Congres annuel de la Societe entomologique de France 
tiendra sa seance d ouverture le mercredi 24 fevrier. Le Banquet 
annuel commemoratif de la fondation de la Societe aura lieu le samedi 
27 fevrier. Le prix en est fixe a 10 fr. 50. Adresser les adhesions a 
MM. M. Sedillot et A. Leveille a [ Hotel des Socie te s savantes, rue Ser- 
pente, 28. 

Correspondance. M. le Tresorier s excuse de ne pouvoir assister a la 
seance. 



Seance du 10 fcvrier 1892. xxxi 

MM. James Odier, H. Lhotte, A. Delamarre, G. Eyquem, J. Seguy 
et E. Traizet remercient, par lettre, de leur admission. 

M. L. Favarq remercie de son admission et se fait inscrire comme 
membre a vie de la Societe. 

M. le Secretaire, au nom de M. L. Fauconnet, notre collegue, de 
pose sur le bureau, pour la Bibliotheque, son ouvrage intitule : Faune 
analytique des Cole opteres de France, paru tout recernment a Autun. 
G est un ouvrage appele a rendre bien des services aux Goleopteristes. 

Admissions. 1 M. Planet, notaire, Entre-Deux-Guiers (Isere), par les 
Echelles (Savoie). Col. 

2 M. Dumans, avocat, Pont-1 Eveque (Calvados). Le p., pr. Microlep. 

Rapports. Au nom du Gonseil de la Societe, qui s est reuni le 2 fe- 
vrier dernier, M. A. Lamey donne lecture de son rapport : 

Messieurs, apres deliberation, le Gonseil a decide de soumettre au 
vote de la Societe les dispositions suivantes : 

1 Les auteurs des travaux publics dans le journal L Abeille auront 
droit a 20 exemplaires de tirages a part de leurs memoires. Gette me- 
sure aura son effet a partir du 28 volume. Le tirage de L Abeille sera 
porte a 320 exemplaires. 

2 Le journal L Abeille pourra etre echange centre d autres publica 
tions. L echange du Frelon contre L Abeille, demande par M. J. Desbro- 
chers des Loges a la derniere seance, est accorde. 

Ces deux propositions, mises aux voix par le President, sont adoptees 
a I unanimite des meinbres presents. 

M. M. Sedillot, nomme rapporteur par le Conseil pour verifier 
1 etat des recettes et des depenses pour 1 exercice de 1891, prie la Societe 
de I excuser, car il ne pourra donner son rapport qu a la prochaiue 
seance. 

Au nom de la Commission du Prix Dollfus pour 1 annee 1891, 
M. J. Gazagnaire donne lecture du rapport suivant : 

Messieurs, 

La Commission du Prix Dollfus pour 1 annee 1891 s est reuuie 
le 2 fevrier sous la presidence de M. J. Fallou. Etaient presents : 
MM. L. Bedel, J. Fallou, J. Gazagnaire, A. Lamey, A. Leveille, P. Ma- 
bille. 



xxxn Bulletin enlomologique. 

Les trois ouvrages suivants avaient ate presentes par leurs auteurs : 

1 Recherches sur le de veloppemenl postembryonnaire, Vanatomie et les 
moeurs de VEncyrtus fuscicollis, par Edouard Bugnion, vol. in-8, 
99 p., 6 pi. lithographiees. Geneve, chez Aubert-Schuchardt, 1891. 

2 Essaisur la Classification des Pyralites, parE.-L. Ragonot, l re partie, 
vol. in-8, 260 p., 4 pi. gravees, dont une coloriee. Paris, chez 
Edonard Duruy, 1891. Prix : 8 fr. 

3 Malachiidx; Malachides d Europe et pays voisins, par Elzear Abeille 
de Perrin, vol. in-8, 442 p., 3 pi. gravees, dont deux coloriees. 
Paris, chez Edouard Duruy, 1891. Prix : 10 fr. 

1 Dans son memoire, M. E. Bugnion donne 1 histoire d un minuscule 
Hymerioptere de la tribu des Chalcidiens, Encyrtus fuscicollis Dalman, 
parasite de diverses chenilles et entre autres de la Teigne du Fusain 
(Hyponomeuta cognatella). 

L observation des embryons a un stade non encore vu, 1 etude du tube 
membraneux, ou ils s entassent, en forme de chapelet, dans le corps de 
la chenille, tube d origine amniotique, leur mode de nutrition, sont les 
points nouveaux de ce travail. 

Le developpement postembryonnaire, I anatomie de la larve, de 
Fadulte et certaines particular! tes de la vie de I lnsecte et de la chenille 
attaquee, out permis a M. E. Bugnion de resumer, de confirmer, de 
rectifier quelquefois, nos connaissances sur 1 organisation des Insectes. 

Si, chez les Hymenopteres, les disques marginaux ou histoblastes 
different en nombre, en position, en forme, dans leur evolution, ils se 
component comme chez les autres Insectes, particulierement chez les 
Dipteres, le mieux etudies a ce point de vue. 

M. E. Bugnion confirme le fait curieux entrevu par Ratzeburg, Gou- 
reau, Westwood, a savoir que les yeux des Hymenopteres se deve- 
loppent, non pas sur la tete, mais sur 1 anneau thoracique de la larve, 
que la tete de I lnsecte parfait empiete sur le thorax et celui-ci sur 
1 abdomen. II confirme aussi les vues de Latreille sur la question con- 
troversee du segment mediaire (exceple toutefois en ce qui concerne la 
destination des stigmates thoraciques) et prouve que la nomenclature 
nouvelle des stigmates, chez les Hymenopteres, est erronee, que le 
stigmate prothoracique des auteurs est en realite mesothoracique, tandis 
que le 2 e esl metathoracique et que le 3 e correspond au segment mediaire 
ou 4 C segment de la larve. 



Seance du 10 fevrier 1892. xxxm 

Enfm, le fait des eclosions provenant d une meme chenille, presque 
toujours dormant des individus d un meme sexe (fait deja signale, mais 
verifie plusieurs fois par M. E. Bugnion pour Encyrtus fuscicollis), 
trouve son explication dans un phenomene de parthenogenese. 

Le memoire de M. E. Bugnion est une bonne introduction a 1 etude de 
1 anatomie des Insectes. 

2 M. E.-L. Ragonot depose aujourd hui la l re partie d un travail qui 
permet d entrevoir, dans le lointain, 1 apparition d un livre demande 
depuis bien longtemps pour faciliter I etude par trop penible encore des 
Microle pidopteres. 

M. E.-L. Ragonot realisera-t-il cevoeu? Nous I esperons. . Quoi qu il 
en soil, la premiere partie de son Essai sur la classification des Pyra- 
lites etablitles bases du plan qui guidera notre savant collegue, ou les 
Microlepidopteristes qui le suivront, dans une voie sure pour atteindre 
le resultat souhaite. 

Getle premiere partie traite de la caracfcerisation du groupe important 
des Pyralites (Pyralidina), de ses divisions en families et sous-families. 

Elle donne ensuite I etude des Pyralidae (l re famille des Pyralidina} 
et de ses sous-families, chaque sous-famille comprenant I etude des 
genres qu elle contient, chaque genre comportant le catalogue de ses 
especes. 

Des tableaux synoptiques facilitent la determination des families, des 
sous-families et des genres. 

Dans la 2 e partie, qui sera donnee plus tard, M. E.-L. Ragonot etu- 
diera, sur le meme plan, la 2 e famille des Pyralidina : les Crambidae. 

Le travail de M. E.-L. Ragonot est, a proprement parler, un Genera 
des Pyralites, avec le Catalogue des especes. Basees sur des caracteres 
de valeur, les coupes etablies vont permettre de classer d une fac,on 
mcthodique bien des especes eparpillees un pen partout, que des des 
criptions insuffisantes empechent aujourd hui de cataloguer. 

Un grand nombre de ces coupes generiques ont ete etablies par 
M. E.-L. Ragonot, qui, en meme temps, de crit, a leur suite, a leur 
place, bien des especes nouvelles, representees, pour la plupart, dans 
4 planches gravees et coloriees en partie, avec beaucoup de soiu. 

Ge travail est un essai de classification, comme 1 indique le titre, mais 
tout incomplet qu il est, de 1 avis meme de Fauteur, il repond a un 
grand besoin et rendra de grands services aux Entomologistes. II ne 
saurait en etre autrement, car c est la premiere tentative me thodique 



xxxiv Bulletin entomologique. 

pour mettre dc Tordre dans un groupe d Insectes dont les difficultes 
de 1 etude, jusqu a ce jour sans guide, decourageaient les meilleures 
volontes. 

3 Tous les Entomologistes accueilleront avec grande faveur le livre 
de M. Elzear Abeille de Perrin sur les Malachiidx d Europe et pays 
voisins, car 11 repond a un besoin. 

Depuis la Monographie de Peyron, en 1877, continuant le monument 
commence par Erichson et Key, bien des especes ont ete decrites et 
eparpillees dans divers recueils. Notre savant collegue lui-meme en 
avail fait connaitre isolement plus de cent especes. La Monographie de 
M. E. Abeille de Perrin catalogue et classe methodiquement presque le 
double des materiaux reunis dans la derniere Monographie, celle de 
Peyron. 

Apres avoir etabli la bibliographic, donne les caracteres de la famille, 
les metamorphoses connues et des notions sur les moeurs et la parente 
des Malachiidx, M. Elzear Abeille de Perrin fixe leur classification. 

II les partage en deux grandes divisions : les Oloceres, Malachides a 
11 articles distincts aux antennes, et les Entomoceres, a 10 articles dis- 
tincts, le 2 e article etant invisible. Les Oloceres comprennent quatre 
sections : les Troglopaires, les Colotaires, les Atalaires et les Mala- 
chiaires. Les 24 genres et les 366 especes que la lamille des Malachiidse 
contient sont bien caracterises et longuement decrits. 

Des tableaux synoptiques pour les genres et les especes, souvent pour 
les deux sexes, si differents chez les Malachiidae, difference qui cons- 
titue une des plus grandes difficultes de la determination dans cette 
famille, donnent a cet ouvrage la precision qu exigent les etudes de 
classification zoologique. 

Le Catalogue des especes termine ce travail, et enfm 3 planches gra- 
vees, dont 2 coloriees, fixent les formes principales et les caracteres 
determinateurs. 

La Monographie de M. E. Abeille de Perrin a sa place indiquee dans 
toutos les bibliotheques : c est un de ces livres d entomologie qui con- 
tiennent tout le sujet et qui repondra toujours avec rapidite, elegance, 
clarte et precision a toute solicitation curieuse touchant les Malachiidas 
d Europe et pays voisins. 

La Commission du Prix Dollfus, apres analyse entendue des trois 
ouvrages deposes, a 1 unanimite des membres presents, decide de rete- 
nir, pour le Concours du Prix Dollfus de 1891, les deux ouvrages de 



Seance du 10 fe vrier 1892. xxxv 

MM. E.-L. Ragonot et E. Abeille de Perrin comme repondant le mieux 
aux conditions imposees par les volontes du donateur. 

Considerant que les deux ouvrages de MM. E.-L. Ragonot et E. Abeille 
de Perrin, chacun dans sa specialite, par leur methode, leur clarte et 
leur precision, sont appeles a faciliter 1 etude de rEntomologie et, par 
suite, a concourir a son developpement, la Commission, a I unanimite, 
decide de partager le Prix Dollfus entre les deux memoires. 

Elle est unanime a vous proposer corame candidats au Prix Dollfus 
pour 1 annee 1891 : 

M. E.-L. RAGONOT, pour son volume intitule : Essai sur la classification 
des Pyralites, et 

M. E. ABEILLE DE PERRIN, pour son volume intitule : Malachiidx, Malo- 
chides d Europe etpays voisins. 

M. le Secretaire rappelle qu aux termes des articles 59 et 13 de son 
Reglement, la nomination des laureats au Prix Dollfus aura lieu dans la 
seance du 9 mars 1892. Tous les membres franc,ais ont droit de 
prendre part au vote, qui aura lieu au scrutin secret et a la majorite 
des suffrages, soit directement, soit par correspondance. 

Les Rulletins de vote devront parvenir entre les mains du President 
de la Societe, au siege social (Hotel des Societes savantes, rue Ser- 
pente, 28), au plus tard le mercredi 9 mars 1892, a huit heures du soir, 
avant 1 ouverture du scrutin. 

Le Bulletin binominal indique le partage du Prix. 

Communications. M. A. Finot envoie la description d un Orthoptere 
nouveau du midi de la France : 

Platycleis Azami, n. sp. Obesa, fusco-ferruginea. Vertex latis- 
simus, convexus, antice declivus ; fasciis nigris tribus lineam albidam 
includentibus orndtus, longitudinali media necnon utrinque post-oculari. 
Frons unicolor, fuscus. Pronotum : disco unicolori, piano, subconcavo, 
antice et postice xque lato, margine antico recto, margine postico rotun- 
dato, carina longitudinali media distincta ad marginem anticum sub- 
obliterata ; lobis reflexis insertione subrotundata pallide lineata, nigro et 
albido-marmoratis, margine toto fascia albida antice angustata ornato. 
Elytra testacea, venis plerisque nigris, alteris ferrugineis; nervulis 
plerisque omnibus concoloribus ; subovata, semi-orbiculata, abbreviata, 
pronolo parum longiera; campo scapulari ccrsus apicem dilatato; vena 



xxxvi Btilletin entomologique. 

radiali antica in dimidia parts nigra, ramos 6 vel 7 obliquos partim 
nigros in campo scapulari emittente; vena radiali postica apice ramum 
poslicum emittente; vena ulnari media bifurcata; campo anali in utro- 
que sexu basi parnm ampliato. Alx abortive, medium elytrorum non 
attingentes, venis nigris. Femora postica extus nigro- fasciata, intus im- 
maculata. Abdomen sxpius seriatim nigro punctatum. Lamina supra- 
analis lata, margine postico triangulariter inciso. Lamina subgenitalis 
longa, margine postico triangulariter emarginato, in $ lobis truncatis. 
Cerci, in <, stylos lamina subgenitalis parum superantes, depressi, sub- 
rectangulares, apice obtuse conico intus nigro - dentato ; in $, longi, 
conici. Ovipositor basi angulato-curvatus, pallidus in hac parte, deinde 
niger et regulariler incurvus, pronoto sesqui brevior. 

Longitudo corporis : cf, 17 mill. ; , 16 22 mill. Longitude pronoti : 
cf, 5,5 mill. ; $, 6 mill. Longitudo elytrorum : c?, 10 mill. ; $, 89,5 
mill. Longitudo femorum posticorum : 3, 17 mill. ; $, 19 20 mill. 
Longitudo ovipositoris : 7 9 mill. 

Habitat : Saint-Maxime (Var), mensejunio. 

Gette espece est intermediate entre Platycleis sepium Yersin et Pla- 
tycleis Roeseli Hagenbach, et doit se placer dans 1 ordre systematique 
immediatement avant cette derniere. Elle a e te decouverte par notre 
collegue M. J. Azam, a qui je me fais un plaisir de la dedier. 

Description faite sur 1 et 2 $ desseches. 

M. J.-M.-F. Bigot ecrit : 

Un nouveau fascicule du grand ouvrage, en cours de publication, 
intitule : Biologia centrali America (Diptera), vient de paraitre; il con- 
cerne une partie du groupe des Syrphidi, et j y releve bon nombre de 
critiques s adressant uniquement, et tout specialement a mes travaux 
anciens sur le groupe dont il s agit. 

Je ne puis les laisser passer sans protester. 

Mais, en me conformant aux fac,ons du memoire en question, je n en- 
tends nullement discuter ni motiver mes observations, que je me bor- 
nerai a exprimer tres succinctement : 

En premier lieu, je me demande pourquoi (voir pages 4, 16, 17, 22, 
23, 25, 27, 48, 52, 53) un simple point de doute (?) rempiace des des 
criptions et des denominations specifiques absentes ? C est la une fac.ou 
commode, et surtout fort abregee, de rediger une Monographic ! 

Secondement, 1 auteur semble, en plusieurs cas, ne pas avoir saisi le 



Seance du 10 ferrier 1892. xxxvn 

sens exact de mes diagnoses en langue franchise, d ou il resulte qu il 
recuse bon nombre de mes Genres et de mes Especes. 

Mais je passe aux remarques particulieres que j ai faites en etudiant 
son travail : 

Page 2. Le genre Ceratophya (Wiedem.) ne saurait 6tre assimile au 
genre Merodon (Latr.). P. 6. Les genres Heringia, Pipizella (Rond.), 
Cnemodon (Egger), Penium (Phiiippi), ne peuvent etre confondus avec 
1 ancien genre Pipiza (Fallen). P. 7. Le genre Chrysogaster (Meig.) se 
distingue assez faci lenient des genres Orthoneura (Macq.) et Campto- 
neura (Rond.). - P. 7. Entre autres particularites, la coloration toute 
particuliere des yeux composes suffit pour distinguer Orthoneura hyero- 
glyphica (Loew) de Chrysogaster nitidus (Wiedem. et auctor.). P. 8. 
Aucune raison n est donnee pour 1 exclusion de mon genre Cartosyr- 
phus. P. 8. Rien ne motive 1 assimilation de Melanostoma tigrina 
(Ost.-Sack.) avec Syrphus stegnus (Say), ce n est, au fond, qu une sup 
position. P. 11. Au sujet de mes Melanostoma cruciata et p-ruinosu, 
sur quelles considerations serieuses Fauteur peut-il fonder remission de 
cet arret peremptoire (textuellement), in such species Bigot s descriptions 
are usuelly too vague for one to feel ainy (sic) degree of certainty. Pro- 
bablement il ne s est pas donne la peine de lire avec soin mes diag 
noses, ou bien, il ne les a pas comprises? P. 14. On ne peut assimiler 
mon Syrphus pallidus &VQC, Eupeodes volucris (Ost.-Sack.), genre diffe 
rent. P. 14. Pourquoi recuse-t-on mon genre Ischyrosyrphus? - 
P. 19. J ai deja declare, et je le re pete, qu a mes yeux, le genre Allo- 
grapta n etait pas etabli d apres des particularites organiques evidentes, 
ni assez importantes. P. 19. La synonymic de Allograpta obliqua est 
certes fort hasardee, comme d ailleurs bon nombre de celles donnees 
par 1 auteur. P. 21. En quoi, je le demande, la description de ma 
Sphserophoria picticauda me rite-t-elle la qualification de vague (sic)? 
P. 23. Je regrette fort que 1 auteur se reconnaisse incapable (unable) 
d identifier ici une demi-douzaine de mes Especes. J ose espe rer qu une 
etude plus approfondie lui permettra de les reconnaitre? P. 23. Je 
trouve au bas de cette page une note en renvoi signalant quelques 
fautes par moi commises; si ces fautes existent reellement? elles sont 
fort excusables, de tres mediocre importance, et, dans tous les cas, 
facilement reparables. P. 25. La denomination de Macquart (Toxo- 
merus, 1855), ayant droit de priorite, doit etre substitute a celle de 
Loew (Mesogramma, 1865). Au reste, ces deux genres ne me sembleut 
pas identiques ? P. 25. La synonymic de Mesogramma politum est, 



xxxvin Bulletin entomologique. 

tout au moins, fort hasardee. P. 33. Gelle de Baccha clavata me parait 
fort contestable. Toutcfois, le genre Spazigaster se distingue aisement 
de 1 ancien genre Baccha ou Bacca. - - P. 43. Ma Phalacromyia vicina 
differe tres reellement de ma P. melanorhina, et, particulierement, de 
ma Glaurotriclia volucelloides ; ce sont deux genres differents. P. 47. 
L assimilation de Volucella picta (Wiedem. ) avec ma V. pulchripes de- 
mande une demonstration, et, c est beaucoup trop s avancer que de dire 
qu elle est evidently (sic) the same. P. 50. Je doute fortement que 
Volucella esuriens soit identique a toutes celles enume rees dans sa syno- 
nymie. P. 52. L auteur a 1 obligeance, ici, de bien faire remarquer, 
et ce avec grande raison ! que j ai eu le tort d ecrire amethistina, au 
lieu de amethyslina; tres grave erreur etymologique ou orthogra- 
phique. P. 55. A mon avis, le genre Ophromyia est etabli d apres 
des particular! tes trop peu importantes pour meriter une place dans la 
nomenclature ? En effet, si Ton attachait a la plupart de ceiles qui lui 
sont attributes une valeur proprement generique, il deviendrait neces- 
saire de creer, pour ainsi dire, autant de subdivisions dans 1 ancien 
genre Volucella que ce dernier contient d especes. P. 56. Les genres 
Eristalomyia, Eristalinus (Rondani) sont fort utiles pour faciliter la 
determination et 1 etude des tres nombreuses especes qu embrasse 1 an 
cien genre Eristalis ; ils sont d ailleurs tres reconnaissables, et 1 on aurait 
tort de n en pas tenir compte. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Bulletin bibliographique 

Acadi ime des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
1892, l er sem. N 4. F. JOLIET et H. VIALLANES. Recherches sur 
le systeme nerveux accelerateur et moderateur des Grustaces. 
N 5. J. KUNCKEL D HERGULAIS. Le Griquet pelerin (Schistocerca pere- 
grina 01.) et ses changements de coloration. Role des pigments 
dans les phenomenes d histoh se et d histogenese qui accompagnent la 
metamorphose. 

Academic des Sciences de Cracovie (Bulletin international], Janvier 1892. Q 

Apiculteur (V), fevrier 1892. F. DECAUX. Pegomyia hyoscyami 
(Macq.), larve mineuse des feuilles de la Betterave a sucre. 

Association fran$aise pour I avancement des Sciences, Gongres de Mar 
seille, 1891. J. KUNCKEL D HERCULAIS. Les invasions des Acri- 



Seance du 10 fe vrier i892. xxxix 

diens, vulgo Sauterelles, en Alge rie, pendant 1 annee 1891. 
Observations biologiques. VAISSIERE. Observations sur VEuthy- 
plocia Sikorai, type d Ephe meride de grande taille provenant de 
Madagascar. H. GADEAU DE KERVILLE. Recherches experimentales 
de teratologie entomologique. H. NICOLAS. Observations entomolo- 
giques et autres, faites au sommet du mont Ventoux. F. DECAUX. 
Le fruit du Courbaril au point de vue alimentaire. Les Vers 
blancs, les Vers gris, etc. F. HEIM. Contributions a 1 etude du 
sang des Crustaces decapodes. J. DE GUERNE et RICHARD. Docu 
ments nouveaux sur la distribution geographique des Galanides 
d eau douce. 

Buffalo Society of Natural Sciences (Bulletin}, V, 3, 1801. E. P. VAN 
DUZEE. List of the Macro-Lepidoptera of Buffalo and Vicinity. 

California Academy of Sciences (Proceedings), II, 3, part. 1. 1891. - 
J. J. RIVERS. Description of the Larva ot Dascyllus Davidsoni Lee., 
and a record of its Life History New Species of Scarabreidse. 

Entomological Society of London (Transactions), 1880. H. S. GORHAM. 
Materials for a revision of the Lampyrida3 (1 pi.). D. SHARP. On 
some Goleoptera from the Hawaiian Islands. A. G. BUTLER. On 
synonyms of Heterocerous Lepidoptera. G. 0. WATERHOUSE. Des 
criptions of Cetonida3 and Cerambycida? from Madagascar. H. S. 
GORHAM. On the Structure of the Lampyrida3, with reference to their 
Phosphorescence. P. CAMERON. Notes OH the Coloration and Deve 
lopment of Insects. J. 0. WESTWOOD. On two Gynandromor- 
phous Specimens of Cirrochroa aeris Doubled., an indian species of 
Nymphalideous Butterflies (pi.). F. Du CANE GODMAN and OSBERT 
SALVIN. A. List of Diurnal Lepidoptera collected in the Sierra Nevada 
of Santa-Marta, Colombia and the Vicinity. H. J. ELWES. On the 
Genus Colias. W. L. DISTANT. Notes on Exotic Rhynchota, with 
descriptions of new species (pi.). F. MOORE. On the Asiatic Lepi 
doptera referred to the genus Mycalesis, with descriptions of new 
genera and species. CH. 0. WATERHOUSE. On the Buprestidse 
from Madagascar. A. G. BUTLER. Observations upon certain spe 
cies of the Lepidopterous genus Terias, with descriptions of hitherto 
unnamed forms from Japan (pi.). ED. SAUNDERS. Synopsis of the 
British Heterogyna and Fossorial Hymenoptera (2 pi.). J. SCOTT. 
On a collection of Hemiptera from Japan. CH. 0. WATERHOUSE. 
Description ot a new special of the Anomalous genus Polyctenes 
(pi.). Proceedings. 



XL Kullptin cntomologiqne. 

1886. E. MEYRICK. On the Classification of the Pterophoridae. 
W. W. FOWLER. On a small collection of Languriidse from Assam, 
with descriptions of two new species. J. S. BALY. Descriptions of 
new Genera and Species of Galerucid*. J. EDWARDS. A Synopsis 
of British Homoptera-Cicadina. A. G. BUTLER. Descriptions and 
remarks upon five new Noctuid moths from Japan. E. B. POUL- 
TON. Notes in 1885 upon Lepidopterous Iarva3 and pupas, including 
an account of the loss of weight in the freshly-formed Lepidopterous 
pupa, etc. D. SHARP. On some proposed transfers of names of 
genera. E. MEYRICK. Descriptions of Lepidoptera from the South 
Pacific. D. SHARP. On Eucnemis capucina Arhr. and its larva. 
W. W. FOWLER. New Genera and Species of Languriida3. 
G. B. BUCKTON. Notes on the occurence in Britain of some undescri- 
bed Aphides (4 pi.). J. 0. WESTWOOD. Notice of a tube-making 
Homopterous Insect from Geylan (pi.). J. B. BRIDGMAN. Further 
additions to the Rev. T. A. Marshall s Catalogue of British Ichneu- 
monidaB. TH. WOOD. On flrtte/ws-infested Beans. A. G. BUTLER. 
Descriptions of 21 new genera and 103 new species of Lepidoptera- 
Heterocera from the Australian Region (pi.). J. S. BALY. Des 
criptions of uncharacterised species of Diabrotica. CH. 0. WATER- 
HOUSE. Some observations on the tea-bugs (Helopeltis) of India and 
Java (pi.). R. TRIMEN. Notes on Insects apparently of the genus 
Margarodes Lansd. Guilding, stated to occur abundantly in the 
Nests of White-Ants, and also of true Ants, in certain Western 
Districts of the Cape Colony. G. ELISHA. The life-History of Geo- 
metra smaragdina. Proceedings. 

Entomologische Nachrichten, XVIII, 3, 1892. K. M. HELLER. Notizen 
zur Kaferfauna Braunschweigs. KRIECHBAUMER. Ichneuinouiden- 
Studien, 43. Tryphoniden-Studien. J. J. KIEFFER. Die Zooceci- 
dien Lothringens, 3. 

Entomologist s monthly Magazine (The), n 333, 1892. A. C. F. MOR 
GAN. A new genus and species of Aleurodid* (pi.). B. G. NEVIN- 
SON. Description of three new species of the genus Phanasus Mac 
Leay. R. H. MEADE. Annotated List of British Tachiniida3. 
F. V. THEOBALD. Stylopized Bees. T. A. CHAPMAN. Oviposition of 
Adela viridella. H. Goss. Notes concerning certain local British 
Butterflies. W. R. JEFFREY. On the rearing of Pachetra leucophxa 
from the egg. Notes diverses. J. J. WALKER. Entomological 
Notes from Freemautle. 



Seance du 24 fevrier 1892. XLI 

Stance d ouverture du Congres annuel 

DE LA 
SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

$4 fevrier 1S 

Prudence de M. E. LEFEVRE, vice-president 

Assistent au Congres : MM. C. Alluaud, de Limoges ; A. Argod-Val- 
lon, de Crest ; J. Croissandeau, d Orleans ; M. Dolle, de Laon ; H. Gadeau 
de Kerville, de Rouen ; E. Olivier, de Moulins ; M. Pic, de Digoin. 

Apres la lecture du proces-verbal, M. E. Lefevre, Vice-President, 
prend la parole : 

Messieurs, 

Je declare ouverte la seance du Congres annuel de la Societe entomo- 
logique de France pour Pannee 1892 et, au nom de la Societe, je sou- 
haite la bien-venue a ceux de nos collegues des departements qui nous 
font 1 honneur d y assister. 

A ce sujet, permettez-moi de vous rappeler que 1 institution definitive 
de ce Congres, dont 1 idee avait deja ete emise autrefois, est due a 
1 initiative de nos sympathiques collegues M. A. Grouvelle, notre aucien 
President, et M. J. Gazagnaire, notre Secretaire. M. A. Grouvelle a 
obtenu de la bienveillance des Compagnies des chemins de fer des billets 
de voyage a prix reduit, pouvant permettre aux Entomologistes franc.ais 
et etrangers de venir assister, sans trop de depenses, aux seances de ce 
Congres. Cette institution est a son debut, et je constate, avec grande 
satisfaction, que, cette annee, nous sommes ici plus nombreux que 
1 annee derniere. Mais nous sommes en droit d esperer plus encore. 
Chaque annee, j en suis convaincu, le nombre des Entomologistes qui 
assisteront a noire Congres sera plus considerable. Les liens de confra- 
ternite, de bonne amitie deviendront plus forts entre nous, des discus 
sions profitables s eleveront, et, dans des seances supplementaires, il 
nous sera permis de resoudre, au grand profit de la science et de notre 
Societe, certaines questions fort importantes concernant, notamment, 
PEntomologie appliquee et quelques points de la nomenclature entomo- 
logique. 

JOURNAL BIMENSCEL (Bulletin de la Societe entomol. dc France), 1892, n 4. 



XLII Bulletin entomologique. 

Necrologie. M. le Secretaire a le regret d annoncer que M. Henry 
Walter Bates est decede a Londres, le 16 fevrier, a Page do 68 ans. 
G est une grande perte pour 1 Entomologie. H. W. Bates a public de 
tres nombrcux travaux entomologiques, surtout sur les Cole opteres et 
les Lepidopteres. Son voyage avec A. R. Wallace, ses explorations de 
1 Amazone, lui permirent de recueillir bien des observations intercs- 
santes, de riches materiaux d etude et de donner, en 1863, un livre 
remarquable, qui cut les honneurs de la traduction en plusieurs langues : 
The Naturalist on the River Amazons . C est a Bates que nous 
devons, en grande partie, nos connaissances entomologiques sur cette 
riche region. Ses voyages, ses relations, sa haute situation de Secretaire 
de la Societe royale de Geographic de Londres, 1 avaient mis a meme 
de grouper d importantes collections, specialement de Lamellicornes et 
de Longicornes. La collection de Longicornes, tres remarquable, est de- 
venue, il y a quelque temps, la proprietc de notre collegue de Rennes, 
M. R. Oberthiir. 

II. W. Bates etait membre de la Societe entomologique de France 
depuis 1859. 

Une notice necrologique plus detaillee sur H. W. Bates sera donnee 
prochainement. 

M. le Secretaire fait part aussi de la mort de M. Gamille Solignac, 
decede a Cannes, le 18 fevrier, a Page de 46 ans. M. G. Solignac etait 
un horticulteur de grand merite. G est a ses efforts qu est due, en grande 
partie, 1 extension considerable qu a prise, en quelques annees, la cul 
ture des fleurs dans le midi de la France. A Cannes, il avait cree, pour 
la culture hivernale, un etablissement remarquable, bien connu de tous 
les specialistes. M. G. Solignac s etait fait inscrire parmi nous tout rc- 
cemment. Cette mort subite nous enleve un collegue bien devoue, qui 
etait tout dispose a mettre son experience au service dc I Entomologie 
horticole. 

M. le Secretaire annonco egalement la mort de M. Eugene Reve- 
liere, ancien membre de la Societe entomologique de France, decede, a 
Porto-Vecchio (Corse), le l er fevrier, a 1 age de 69 ans. 

Correspondance. M. C. Jourdheuille, President, prie la Societe de 
1 excuser de ne pouvoir assister a la seance. 

MM. Victor Planet et Jules Dumans remercient de leur admission. 

Admissions. Sur la presentation de M. J. Croissandeau, sont inscrits 
sur la liste des rnembres de la Societe entomologique de France : 



Seance du %4 fevrier 1892. XLIII 

1 L Ecolc normale primaire d Orlcans (Loiret). 

2 Le Pensionnat de Saint-Euverte, a Orleans (Loiret). 

Presentations. 1 M. Quentin, chimiste au Laboratoire agricole ddpar- 
temental, rue d llliers, 50, Orleans (Loiret), Col. franc,., presente par 
M. J. Groissandean. Commissaires rapporteurs : MM. G.-A. Poujade 
et P. Lesne. 

2 M. d Achon, de Janvier a mai, rue Saint-Euverte, 33, Orleans 
(Loiret) ; de juin a decembre, au chateau de Monte vran, par Chaumont- 
sur-Tharonne (Loir-et-Cher), Col. franc., presente par M. J. Croissan- 
dcau. Commissaires rapporteurs : MM. F. Decaux et J. Fallou. 

3 M. Lucien Blein, avocat, Valence (Drome), Col. franc., presente 
par MM. A. Argod-Vallon et A. Grouvelle. Commissaires rappor 
teurs : MM. G.-A. Baer et P. Grouvelle. 

4 M. J. de Joannis, rue Monsieur, 13, Le p., presente par M. E.-L, 
Ragonot. Commissaires rapporteurs : MM. P. Mabille et G.-A. Pou 
jade. 

Rapport. M. M. Sedillot, au nom du Conseil, donne lecture du rap 
port sur les comptes du Tresorier pour 1 annee 1891 : 

Messieurs, votre Conseil s est reuni le 2 fevrier dernier pour exami 
ner les comptes de M. le Tresorier pour 1 annee 1891. Ges comptes ont 
etc publies dans le Bulletin des seances du 27 Janvier. 

Les recettes se sont elevees a 17,264 fr. 23 

Lesdc penses 17,074 93 

Excedent au l er Janvier 1892 189 Jr. 30 

II y a eu, cette annce, onze membres qui se sont exone res (1). Confer- 
mement a 1 article 10 de nos Statuts et Reglement, les 3,300 fr. des 
exonerations ont ete capitalises, moins une somme de 173 fr. 60 que 
peut fournir 1 excedent. 

Si nous considerons 1 importance prise par nos publications en 1891, 
qui comprennent 60 feuilles d impression, 18 planches, un carte coloriee 
et plusieurs bois, l augmenlation du chiffre de nos membres, qui attein- 

(1) Les membres liberes sont : MM. H. Desbordes, A. Dodero, C. Emery, 
P. Finot, J. Kiinckcl d Herculais, A. S. Olliff, F. Philippi, - 
D r Quinquaud, L. W. Rothschild, A. Thery, G. H. Yerral. 



XLIV Bulletin entomologique. 

dra, en 1891, le chiffre de 416, 1 augmentation de notre capital de 
3,127 fr. 60, le nombre restreint des cotisations arrierees (21 cotisations 
anterieures a 1891 et 41 cotisations pour 1891), il est facile de se rendre 
compte que la situation de la Societe entomologique de France est on ne 
peut plus prospere. 

II est juste de recomiaitre que, pour 1 exercice do 1891, la ge"nerosite 
de quelques auteurs a contribue au developpement de nos publications. 

Dans le budget pour 1892, M. le Secretaire a prevu, comme depenses 
des Annales et du Bulletin, ia meme somme que pour 1 annee 1891, 
soit 9,000 fr. 

II serait prudent de diminuer cette somme de 500 fr., etant donnees 
certaines depenses prevues pour 1 installation de la Bibliotheque et pour 
remplacer 1 obligation au porteur qui doit completer notre fonds de 
reserve. Si, dans le courant de 1 annee, les recettes de la Societe augmen- 
taient dans des proportions imprevues, il sera toujours temps d augmenter 
les ressources de M. le Secretaire. 

En consequence, je vous propose de donner votre approbation aux 
comptes de M. le Tresorier pour 1 annee 1891 et de lui en donner de- 
charge. 

De voter des remerciements a M. le D r A. Fumouze, pour le devoue- 
ment qu il apporte dans ses fonctions, et a MM. E. Abeille de Perrin, 
E.-L. Ragonot, E. Simon et J. Kunckel d Herculais pour avoir contribue 
par leur generosite au developpement de nos publications. 

Apres une courte discussion, la Societe rejette le chiffre de 9,000 fr. 
porte au budget, chiffre que M. le Secretaire demande que Ton main- 
lienne pour les publications de la Societe, et adopte les conclusions du 
rapport de M. M. Sedillot au nom du Gonseil. 

Travaux ecrits. M. M. Pic depose sur le bureau un travail intitule : 
Voyage de M. Delagrange en Syrie, annee 1891 : Longicornes, par 
M. Pic. 

M. C. Alluaud depose sur le bureau un travail intitule : Voyage de 
M. Ch. Alluaud aux ties Canaries (novembre 1889 juin 1890) : He mi- 
pteres Gymnoce rates et Hydrocorises, par M. Noualhier. 

Au nom de M. F. Meunier, M. C. Brongniart depose sur le bureau 
un travail intitule : Apercu des genres de Dolichopodidae de I Ambre, 
suivi du Catalogue bibliographique des Dipteres fossiles de cette re sine ; 
par F. Meunier ; dessins. 



Seance du %4 fe vrier i892. XLV 

Communications. Notre collegue M. G. Alluaud annonce qa il a 
obtenu une mission du Ministere de PInstruction publique pour explorer 
les iles Seychelles, surtout au point de vue zoologique. II doit partir le 
3 mars. Les collections qu il rapportera sont destinees a enrichir les 
collections du Museum d histoire naturelle de Paris. 

M. Ernest Olivier fait les communications suivantes : 

1 Quand j ai publie dans L Abeille, il y a quelques annees, la Revision 
des Lampyrides de la laune palearctique, quelques especes m etaient 
restees inconnues. N ayant pu en retrouver les types et les descriptions 
etant faites par leurs auteurs d une fagon tres sommaire, j avais du les 
releguer a la fin de mon travail. Parmi elles, etait le Lampyre nomme 
par Mulsant : L. bicarinata. 

L individu typique existait dans la collection Godart, et notre coliegue 
M. A. Argod-Vallon, qui est aujourd hui possesseur de cette collection, 
s est empresse, sur ma demande, de me communiquer cet Insecte. 
Je 1 ai reconnu pour etre JSyctophila Reichei J. Duv., var. hispanica 
Ern. Oliv. Mulsant lui donne la Corse pour patrie, mais, a ma connais- 
sance, il n y a pas ete repris depuis, et ce serait la seule fois qu une 
des varietes de Nyctophila Reichei aurait ete capturee dans cette ile. On 
est done fonde a conjecturer qu il y a eu erreur sur la provenance de cet 
exemplaire. 

2 J ai recu d un de mes amis qui habite les environs de Sai da, dans 
la province d Oran, un certain nombre d Orthopteres, dont plusieurs 
sont interessants. En voici la liste : 

Anisolabis maurilanica Luc. Forficula auricularia L. Aphlebia 
trivittata Serv. Loboptera decipiens Germ. Periplaneta orientalis L. 

Hierodula bioculata Burm. Mantis religiosa L. Fischeria boetica 
Ramb. Ameles spallenziana Rossi. Truxalis unguiculata Ramb. 
Stenobothrus pulvinatus Fisch. S. Lucasi Bris. Stauronotus Genet 
Ocsk. S. maroccanus Thunb. Epacromia strepens Latr. OEdi- 
poda graciosa Serv. OE. fuscocincta Luc. Pachytylus nigro-fascia- 
tus Deg. Pyrgomorpha grilloides Latr. Acridium xgyptium L. 
Schistocerca peregrina Oliv. Caloptenus italicus L. Pamphagus 
elephas L. Phaneroptera quadripunctata Brunn. Locusta viridis- 
sima L. Platyclxis laticauda Brunn. Decticus albifrons Fabr. 
Ephippiger Lucasi Brunn. CEcanthus pellucens Scop. Gryllus 
campestris L. G. bimaculatus Deg. Platyblemmus umbraculatus L. 

Gryllotalpa vulgaris Latr. 



XLVI Bulletin entomologiqtie. 

M. le D r H. Senac envoie la communication suivante : 

J ai rec.u tout dernierement, de M. Gestro, communication d un 
exemplaire de Pimelia Latreillei Sol., var. permixta mihi (sericea Sol., 
nee 01.), qui aurait ete recueilli dans le pays des Somalis. On ne con- 
naissait jusqu ici qu une seule Pimelia de cette localite, P. ttildebrcmdti 
Har., var. ceuchronota Fairm. Ge serait done un nouvel habitat de 
P. Latreillei, qui se trouve surtout en Egypte. 

II est infmiment probable que la var. denticulata Sol., de cette merne 
espece, n a jamais ete prise aux iles Baleares, localite indiquee par 
Solier. II en est de meme de la variete balearica Sol., de Pimelia sericea 
01. (asperata Sol.), bieii qu ello soit encore indiquee, sans signe de 
doute, des iles Baleares dans la derniere edition du Catalogue Reitter et 
Weise. 

MM. L. et J. de Joannis communiquent une liste de Lepidopteres 
recueillis par A.-L. Montandon a Bucarest et aux environs : 

M. A.-L. Montandon ayant eu 1 obligeance de nous envoyer un certain 
nombre de Lepidopteres de Bucarest et des environs, il nous a semble 
utile d en publier la liste ; un bon nombre d especes appartiennent ega- 
lement a FEurope occidentale, mais, telle quelle, cette liste contribuera 
a faire connaitre la faune roumaine ; nous esperons d ailleurs pouvoir la 
completer ulterieurement. 

Les deux localites d ou proviennent les especes recueillies (sauf une) 
sont Bucarest et Comana ; elles sont designers par : (B) et (G). On peut 
voir, dans le Bull. Socie te Etudes sclent, d Angers (annee 1880, p. 43), 
la description de cette region faite par M. A.-L. Montandon. Les envi 
rons immediats de Bucarest sont assez monotones, ce sont des terrains 
d alluvion formant de graudes plaines preque denudees et coupees de 
nombreux marecages, le climat est a temperatures extremes ; a quelques 
lieues au sud, a mi-chemin entre Bucarest et le Danube, se trouve 
Comana, petite station du chemin de fer qui conduit a Giurgevo ; la, 
des collines, tranchant sur le pays environnant, sont recouvertes do 
forets de Ghenes et de Hetres. 

Dans la liste suivante, on a suivi le Catalogue de MM. Staudinger et 
Wocke : 

I. MAGROLEPIDOPTERES. 

1. Rhopaloceres : Papilio Machaon L. (B). Thais Polyxena Schiff. 
(B). Parnassius Mnemosyne L. (C). Pieris Daplidice L. (G). 



Seance du 24 fe vrier 1892. XLVII 

Leucophasia sinapis L. (G). Polyommatus Thersamon Esp. (B). 
Polyommatus Phlseas L. (B). Lycxna Astrarche Bgstr. (Agestis) (B). 

Nemeobius Lucina L. (C). Neptis aceris Lep. (G). Vanessa Egea 
Gr. (B). Vanessa urticx L. (B). Vanessa lo L. (B). Vanessa Ata- 
lanta L. (B). Vanessa cardui L. (B). Melitmi Maturna L. (B). 
Nelitxa Cinxia L. (B, G). Melitsea Arduinna Esp. (B). Mclitsea 
Phoebe Kn. (B). Argynnis Daphne Schiff. (B). Melanargia Galathea 
L. (C). Epinephele Janira L. (B). Spilothyrus althex Hb. (B). 

2. Heteroceres : Deilephila porcellus L. (B). Thyris fenestrello Scop. 
(C). Zygxna filipendulse L. (C). Syntomis Phegea L. (B). Calli- 
genia miniata Forst. (B). Lithosia muscerda Hufn. (B). Arctia 
villica L. (B). Hepialus sylvinus L. (G). Epichnopteryx bombycella 
Schiff. (B). Fumea pectinella F. (B). Bombyx rubi L. (G). Satur- 
nia spini Schiff. (B). Saturnia csecigena Kup. (B). 

Acronycta rumicis L. (B). Agrotis C-nigrum L. (B). Agrotis 
ypsilon Rott. (B). Neuronia popularis F. (B, G). Mamestra splen- 
dens Hb. (G). Mamestra oleracea L. (B). Mamestra trifolii Rott. 
(chenopodii) (B). Valeria oleagina F. (B). Leucania L-album L. 
(B). Grammesia trigrammica Hufn. (G). Caradrina quadripunctata 
F. (cubicularisj (G). Caradrina Kadenii Frr. (G). Caradrina ainbi- 
gua F. (plantaginis) (B). Txniocampa miniosa F. (B). Pachnobia 
rubricosaY. (B). Xylomyges conspicillaris L. (B). Plusia triplasia 
L. (B). Plusia gutta Gn. (B). Plwia gamma L. (B). JEdia fu- 
nesta Esp. (B, G). Heliothis armiger Hb. (B). - Acontia luctuosa Esp. 
(C). Agrophila trabealis Sc. (B). Euclidia glyphica L. (G). Ca- 
tocala nupta L. (B). Hypena rostralis L. (B). 

Acidalia margine-punctata Goz. (B). Eurymene dolabraria L. (C). 

Venilia macitlaria L. (C). Hybernia aurantiaria Esp. (Balcesci, 
district Arges). Hybernia marginaria Bkh. (G). Hybernia defo- 
liaria Gl. (G). Lythria purpuraria L. (B). Siona decussata Bkh. 
(G). Anaitis plagiata L. (B). Cheimatobia bnimata L. (G). Ci- 
daria fluctuate L. (B). 

II. MlCROLEPIDOPTERES. 

Cledobia moldamca Esp. (B). Eurrhypara urticata L. (G). Bo- 
tys cespitalis Schiff. (C). Botys croccalis Hb. (C). Botys ruralis 
Sc. (G). Eurycreon sticticalis L. (B). - Nomophila noctuella Scliiff. 
(B). Hydrocampa nymphseata L. (G). Crambns craterellus Sc. (G). 

Crambus contaminellus Hb. (B). Pempelia semirubella Sc. (B). 
Homoeosoma sinuetta F. (B). Melissoblaptes anellus Schiff. (B). 



XLVIII Bulletin entomologique. 

Cochylis Schreibersiana Froel. (B). Cochylis postemna Z. (B). 
Penthina variegana Hb. (B). Penthina pruniana Hb. (B). Penlhina 
lacunana Dup. (B). Grapholitha Wceberiana Schiff. (B). Carpo- 
capsa pomonella L. (B). 

Euplocamus anthracinalis Sc. (B). Blabophanes rusticella Hb. (B). 
Tinea fuscipunctella Hw. (B). Tineola Biselliella Humm. (B). - 
Adela Croesella Sc. (G). Hyponomeuta padellus L. (B). Plutella 
crudferarum Z. (B). Cleodora lineatella Z. (B). 

M. G. Brongniart, au nom de M. A. Peytoureau, donne une note 
sur une nouvelle variete de Dytique : 

Les environs de Bordeaux presentent une variete de Dytiscus margi- 
nalis qui differe par plusieurs caracteres de la var. conformis (Kunze). 

Gomme chez cette derniere, les elytres de la femelle sont absolument 
lisses. Elle differe de celle-ci par 1 aspect des stigmates, qui n offrent 
pas les deux peignes ordinaires de soies raides ; ces stigmates, circu- 
laires et de taille reduite, presentent un double repli, lateral et interne, 
des teguments, qui sert de point d insertion a de petites masses mus- 
culaires. Les derniers zoonites abdominaux sont relativement glabres. 

Les pieces laterales de I armure genitale, au lieu de se souder au- 
dessus de I anus sur la ligne mediane dorsale, presentent un moindre 
developpement, et chacune d elles se recourbe a Fextremite posterieure 
en un double crochet, qui se termine par un filament aponevrotique. 

D apres les idees de Kiesenwetter sur le polymorphisme des femelles 
de Dytique, cette nouvelle variete devrait etre considered provisoire- 
ment, non comme une forme de passage, mais comme le dernier terme 
de 1 evolution des Dytiques. 

M. le Secetaire, au nom de M. F. Heim, communique les notes 
suivantes : 

1 La chenille de Saturnia pavonia L. presente a sa face dorsale plu 
sieurs series de tubercules oranges oii s implanlent cinq a six soies 
raides. Pour me rendre compte de la fonction dc ces tubercules, j ai fai I 
quelques experiences. 

Si on saisit avec une pince Textremite terminate d une des soies, elle 
se plie et se brise difflcilement. Si la pince serre au contraire la base de 
ce filament, il se brise aussitot et on pent voir qu il est creuse d une 
cavite hors de laquelle fait brusquement saillie une goutte d un liquide 
clair et refringent. 



Seance du M fevrier 1892. xux 

On peut recuillir cinq a six gouttes de ce liquide, a chaque fois que 
Ton brise une soie, on peut done, sur chaque goutte, tenter quelques 
essais microchimiques. Tout d abord, le liquide est depourvu de tout 
element figure. L absence de leucocytes permet immediatement d affirmer 
que le reservoir de ce poil n est pas en communication directe avec la 
cavite generate. 

Le liquide ne se trouble ni par la chaleur, ni par 1 acide nitrique, il 
ne contient done pas de matieres albuminoides. 
II est assez fortement acide et agit sur le papier de tournesol. 

Calcine sur une lamelle a la lampe a alcool, il laisse un residu incom 
bustible ne degageant pas 1 odeur de come brulee (caractere des albumi 
noides). Ge sont des cendres minerales. Ces cendres contiennent de la 
chaux, car leur solution donne un precipite microscopique avec 1 acide 
oxalique ; elles ne contiennent pas de soude, car, placees dans la flamme 
de la lampe a alcool, elles ne donnent pas la teinte jaune de la lumiere 
du sodium. Le nitrate d argent n y donne pas de precipite, d ou absence 
de chlorures. L acide acetique ou chlorhydrique les decomposent en 
degageant quelques bulles ; ces cendres semblent done etre composees 
surtout de carbonate de chaux. 

Quelques gouttes de ce liquide portees sur la cornee d un animal 
1 irritent legerement. II me parait probable que les soies de cette 
chenille sont un organe de defense. Quand un ennemi la saisit par ces 
appendices, ils se brisent et aussitot une goutte de liquide acide, irri 
tant, jaillit, et lui fait lacher prise. Le liquide, en sechant rapidement, 
obture 1 ouverture de la soie. A chaque fois qu une soie est brise e, 
l animal perd un moyen de defense, mais leur grand nombre supplee a 
cette perte. Chaque soie est certainement en communication avec un 
organe glandulaire et 1 ensemble de ces glandes constitue sans doute le 
tubercule orange, porteur des soies. 

2 M. F. Heim a etudie le pigment rouge ecarlate des teguments du 
Trombidion du Faucheur, petit Acarien qui enfonce son rostre dans les 
teguments de son hole et est ainsi transporte par lui, en memo temps 
qu il pompe sa nourriture. On sail, depuis les recherches de M, Me gnin, 
que ce Trombidion est la larve de Trombidium fuliginosum Herm., 
espece phytophage a 1 age adulte (Ann. Sc. Nat., serie 6, 1877). 

Ce pigment se dissout dans 1 alcool, Pettier, le chloroforme, le sulfure 
de carbone, en donnant des solutions d un beau rouge. 

L acide sulfurique concentre, ajoute a ces solutions, les colore en bleu 



L Bulletin entomologique. 

fonce, 1 acide nitrique fumant en vert pale. La solution d iode dans 
1 iodure de potassium est sans action. 

Ges caracleres suffisent a classer ce corps parmi les liiteines ou lipo- 
chromes ; il parait Stre identique on du moins tres voisin du pigment 
rouge des Cruslaces : la zooherythrine de G. de Merejkosky. 

Les solutions de cette luteine absorbent les rayons rouges du spectre 
en partie, ainsi que la plus grande partie des rayons ultra-violets, quand 
on les examine au microspectroscope. Elles se decomposent rapidement 
a la lumiere et donnent une teinte jaune paille. 

G est, je crois, la premiere fois qu une luteine rouge bien caracterisee 
est indiquee chez les Arachnides. Son role est, selon moi, un role pho- 
tochimique, capable de modifier energiquemcnt les phenomenes de nu 
trition qui se passent dans I hypoderaie. 

Au sujet de la communication de M. F. Heim, M. le D r R. Blanchard 
rappelle les recherches qu il a faites, en 1890, sur le pigment rouge des 
Diaptomm denticornis Wierzejski et baccilifer Koelbel, Crustaces Cope- 
podes qu il a rencontres dans les nombreux lacs qui couvrent les som- 
mets des montagnes avoisinant Briangon. Ces lacs sont compris pour la 
plupart entre des altitudes do 1,800 a 2,500 metres. 

L etude de ces Copepodes lui a permis de rapprocher leurs pigments 
rouges de ces pigments rouges tres repandus dans le regne animal, chez 
les Eponges, Echinodermes, Grustaces, Tuniciers. pen connus encore, 
et qui ont rec.u le nom collectif de luteines, lipochromes. 

Cependant, par la comparaison, il a constate certaines differences qui 
eloignent les luteines ou lipochromes des animaux des groupes signales 
plus haut du pigment des Diaplomus. Ce pigment presente une frap- 
pante ressemblance, tant au point de vue spectroscopique qu au point 
de vue des reactions, avec la Caroline, G 26 H 38 , substance que M. Arnaud 
a etudiee d une fagon si complete, et qui existe, comme on sail, dans la 
feuille de tous les vegetaux verts, ainsi que dans la racine (Garotte) ou 
le fruit (Tomate, Potiron) de quelques-uns. 

II est tres probable que le pigment signale par M. F. Heim dans 
Trombidium fuliginosum appartient, comme il 1 indique du reste, a 1 un 
des groupes des luteines ou lipochromes signales chez les Grustaces. 

M. le D r R. Blanchard presente, par la meme occasion, un certain 
nombre de larves d OEstrides cuticoles et fait une communication sur 
les OEstrides americains, dont la larve vit dans la peau de l homme. 

Son memoire paraitra dans les Annales de la Socielc, avcc figures. 



Seance du 24 f wrier i892. u 

M. L. Villard, de Lyon, adresse la description d un Cerambycide 
nouveau, du Japon : 

Clytus (Xylotrechus) Villioni, n. sp. Tete couverte de polls 
jaunes, creusee dans son milieu d une strie profonde, noire et brillante, 
naissant sur 1 epistome, faiblement bicarenee a la hauteur des anlennes 
et continuee en arriere j usque sur 1 occiput. Antehnes robustes, ne 
de passant pas le calus humeral ; les six premiers articles roux, les sui- 
vants noirs. Corselet transverse, epais, gibbeux ; brun noir, orne de 
deux bandes d un tomentum jaune orange ; la premiere bande, plus 
large, apres le bord anterieur; la deuxieme bande, post-mediane, un 
peu plus etroite, interrompue de chaque cote par une tache vague rem- 
brunie ; offrant sur le milieu du disque une sorte de losange allonge, 
naissant sur le bord anterieur, brillant, charge de petites asperites, avec 
un faible sillon longitudinal. Ecusson plus large que long, echancre 
en arriere, brun veloute, avec une apparence soyeuse fauve sur les bords. 

Elytres egalant aux epaules la largeur maxima du pronotum, faible 
ment retrecis d avant en arriere, obliquement tronques a Pextremite; 
environ trois fois et demie aussi longs que le corselet ; herisses a la base 
de poils fauves plus allonges que ceux qui forment le dessin des 
elytres ; noirs, ornes de six bandes d un duvet jaune orange ; les deux 
premieres plus foncees que les autres ; la premiere naissant un peu has 
sous le calus humeral qu elle remonte legerement, suit la base (qu elle 
ne touche pas) jusqu a 1 ecusson, descend le long de la suture sur un 
cmquieme de la longueur do 1 elytre, puis se recourbe brusquement 
pour former la deuxieme bande, qui se dirige en biais vers le bord 
marginal ; la troisieme, plus large a sa naissance sur la suture, se dirige 
vers le bord oxterne un peu moins obliquement que la deuxieme ; la 
quatrieme, sur les trois cinquiemes do la suture, court vers la marge 
parallelement a la troisieme ; les cinquieme et sixieme couvrent 1 extre- 
mite de 1 elytre ; reunies d abord a la suture, elles sont ensuite separees 
1 une de 1 autre par une bande noire, mal defmie en arriere, formee par 
la couleur fonciere. Aucune des bandes jaunes (excepte 1 apicale) ne 
touche le bord marginal. Pattes rousses. Abdomen convert d un 
tomentum jaune, avec le tiers basilaire de tous les segments noir brim. 

Long. 23 mill. ; larg. 6 mill. 

Patrie : environs de Kioto (Japon). Je dedie cette espece a M. A. 
Villion, missionnaire au Japon, qui ne cesse, depuis de longues annees, 
d enrichir ma collection du produit de ses recherches. 



LII Bulletin entomologique. 

M. M. Pic communique les notes suivanles : 

1 Conizonia Leprieuri, n. sp. G. Allardi vicina sed antennis 
rufescentibus, elytris truncalis maynitudineque differt. Long. 1213 

mill. 

Moderement etroit, noir revetu de pubescence grise et brune. Te"te et 
prothorax assez fortement et rugueusement ponctues sur les cotes, ce 
dernier offrant en son milieu et sur ses cotes en dessous des bandes de 
duvet gris ; sur chacun des cotes en desstis une bande brunatre ; il est 
un peu arrondi et renfle au milieu, et offre une ponctuation plus ecartee 
sur le disque, tres serree sur les cotes. Ecusson garni de duvet gris. 
Elytres eparsement ponctues avec les epaules legerement saillantes, 
assez attenues et tronques un peu en oblique a 1 extremite, leur dessus 
assez plan, presentant une cote externe bien nette avec la trace d une 
seconde sur le milieu. Suture garnie de duvet jaunatre ; de chaque cote, 
une bande brune situee dans le prolongement des bandes brunes pro- 
thoraciques, diminuee a 1 extremite avec le bord rabattu, un peu revetu 
de memo duvet, le reste des elytres a duvet gris. Pygidium assez long, 
vaguement tronque, gris, peu poilu. 

Dessous du corps et pattes a duvet gris assez epais, celles-ci courtes 
et noires. Antennes courtes et epaisses, rougeatres a partir des 3 e , 4 e ar 
ticles, a l er , 3 e et 4 e articles presque egaux. Femeile un peu plus large 
et a antennes plus courtes. 

Quelquefois le prothorax, par suite d epilation, n offre pas de bandes 
nettes, il a une courte ligne elevee, brillante pres de la base. 

Bone (Algerie), 3 ?. 

D une taille plus forte que C. Allardi Frm., avec les elytres bien tron 
ques au lieu d etre plus ou moins arrondis, enfm les antennes plus 
epaisses, presque entierement rougeatres. 

Je dedie cette espece a notre sympathique collegue, dans la collection 
duquel je 1 ai trouvee et qui, genereusement, me 1 a offerte. 

2 Je profite de 1 occasion pour signaler quelques corrections a ap- 
porter a mon travail (Materiaux pour servir a I Etude des Long., I, 
juin, 1891), et pour y ajouter quelques especes non indiquees de la 
iaune algerienne : 

Brachyta (v.) atrata du Catalogue, p. 53, devra e*tre supprime et 
remplace par (v.) nigrita, nom preoccupd dans la brochure. 



Seance du 24 fevrier i892. LIU 

Liopus femoratus Frm., indique de 1 Edough sur raa feuille ([ addenda 
et corrigenda est a supprimer ; les Liopus algeriens forment une espece 
nouvelle (Liopus Bedeli Pic) dont la description paraitra prochainement 
dans L Abeille. 

Devront etre ajoutees au Catalogue les especes et varietes suivantes : 

Grammoptera angustata Pic et auricollis, var. luciolipes Pic (Descrip 
tions donnees dans L Abeille). Bone, Edough. 
Stenopterus (v.) inustulatus Pic (Echange, 86). Algerie. 
Clytus clavicornis Reiche. Edough. 
Liopus Bedeli Pic. Edough. 
Conizonia Leprieuri Pic, n. sp. Bone. 

3 Je dois a M. E. Abeille de Perrin la connaissance d une capture 
fort interessante, c est cellede Lucasianus Levaillanti Luc., recueilli cette 
annee par M. Ancey fils, a Berrouaghia. 

M. C. Emery, de Bologne, ecrit : 

1 Mon memoire sur les Fourmis d Assinie e tait deja imprime lorsque 
j ai recu de M. E. Bergroth une Fourmi trouvee attachee au rostre d un 
Pentatomide, provenant egalement des chasses de M. G. Alluaud dans 
ce territoire. Gette Fourmi appartient a une espece nouvelle : 

Crematogaster striatulus, n. sp. Operaria. Piceo-nigra, man- 
dibulis, flagellis larsisque rufescentibus , parce pubescens, vix pilosa, 
capite antice opaco, postice subnitido, tolo confertim subtilissime striato 
cum punctis minutis piligeris, antennarum clava crassa triarticulata, 
thorace subnitido pronoto postice subplano et utrinque gibberulo, mesonoto 
convexo, media elevato, hoc et metanoto basi regulariter striatis, spinis 
rectis, acutis, fere horizontalibus, divergentibus , superficie metanoti 
declivi nitida, Lxvi, petioli segmento 1 antice rotundato, postice angus- 
tato, superne superficie obliqua subplana, nitidissima, 2 globoso longi- 
trorsum striato, sine sulco longitudinali, reliquo abdomine nitido, pedi- 
bus absquepilis erectis. Long. 2,6 mill. 

Gette espece est relativement facile a reconnaitre dans le chaos des 
Crematogaster africains, grace a sa sculpture nette et caracteristique. La 
tete est un peu plus large que tongue, couverte, ainsi que 1 epistome, 
de stries tres fines et serrees, plus profondes sur la partie anterieure et 
entremelees de petits points d ou partent les poils de la pubescence ; 
ces points sont plus gros et plus nombreux en avant. La tete est tout ii 



LIV Bulletin entomologique. 

fait mate en avant ; vers Pocciput, sa sculpture s efface insensiblement 
et devient extremcment supcrficielle, a peine reconnaissable a 1 aide 
d uno forte loupe et la surface est alors un peu luisante. Les mandibules 
sont courtes, densement striees. Les antenncs sont remarqnables par 
leur massue epaisse, de trois articles, dont le premier cst a peu pres 
aussi long que le suivant, quoiquc moins gros. Le pronotum cst deprime 
dans sa partie postcrieure qui est faiblemcnt concave dans le sens trans 
versal, tandis qu a droite et a gauche cette surface concave cst limitec 
par une sorte de bourrelet ou de tubercule allonge. Le mesonotum est 
convexe, non borde lateralement, avec un faible relief longitudinal 
median ; ii est separe du metanolum par uu sillon profond. Lc pronotum 
est lisse, avec quelques faibles rides longitudinales ; le mesonotum et la 
face basale du metanotum sont graves de stries assez regulieres, bien 
plus fortes que celles de la tete ; la face declive de ce dernier est lisse 
et luisante; les cotes du corselet sont ponctues. Le premier segment du 
pedicule est plus long que large, elargi et arrondi en avant, retreci en 
arriere, avec les cotes a peine echancres dans leur moitie posterieure ; 
les deux tiers anterieurs environ de sa face dorsale sont occupes par 
ime surface a peu pres plane, oblique, lisse et luisante. Le deuxieme 
segment est subglobuleux, longitudinalement ride, sans sillon median. 
L abdomen proprement dit est lisse, sauf les points piligeres, et tres 
luisant. Quelques longs poils dresses sur le devant de la tete, le thorax 
et 1 abdomen ; les antennes et les pattes n ont qu une pubescence oblique, 
assez courte. 

2 Un lot important de Dorylides d Afrique,, rec,u tout dernierement, 
me met en mesure de completer et rectifier quelques points de mon 
memoire : 

ANOMMA ARCENS Westw. Gette race se trouve aussi au Gabon ; un 
exemplaire de cette provenance est vraiment enorme : longueur totale 
(sans mandibules) 13 mill.; largeur de la tete 3,8 mill. 

A cette occasion, je corrige une faute d impression qui s est glissee 
dans mon tableau de mesures a la page 554 : l re colonne, 2 e ligne, au 
lieu de 3,75, lisez : 3.35. 

DORYLUS NIGRICANS 111. Un exemplaire de Sierra-Leone se rapporte, 
par ses dimensions, a la petite forme que je regarde, pour cela, comme 
representant le type de Shuckard. J ai rec.u la meme forme du Gabon. 

DORYLUS AEGYPTIACUS Mayr., que j ai regarde a tort (p. 570) comme 



Seance du %4 fe vrier i892. LV 

synonyme de D. af finis Shuck., en differe par ses ailes plus pales, 
presque incolores et ses mandibules un peu moiiis epaisses a la base. 
Je ne crois pas que ces differences meritent d etre regardees comme 
specifiques, mais elles suffisent a etablir une variete geographique bien 
caracterisee. La couleur de D. affmis (exemplaires de diverses localitcs 
de 1 Af rique occidentale) varie du brun au jaune testace ; celle dc 
D. aegijptiacus (2 exemplaires du Soudan, recoltes par Magretti) est 
jaune testace. 

M. le baron Jules de Guerne presente, conserves dans Palcool, les 
Crustaces meiitionnes ci-apres, et donne communication des deux notes 
suivantes : 

1 Sur deux Phyllopodes nouveaux pour la faune des eaux douces 
de Madagascar (1) : 

Les Grustaces inferieurs des eaux douces de Madagascar n ont jamais 
etc cherches avec soin. II n existe guere a leur sujet, comme docu 
ment precis, qu une note tout a fait sommaire publiee depuis peu 
par M. Richard et moi (Bull. Soc. zool. dc France, XVI, seance du 
27 octobre 1891). G est pourquoi je crois devoir signaler aujourd hui, 
dans la grande ile africaine, aux environs memes de Tananarive, la 
presence de deux Phyllopodes. 

L un et 1 autre ont etc decrits et figures, d une maniere tres complete, 
des 1847, par le professeur Loven (Kongl. Vetensk. Alcad. Handl. for 
ar 1845; Stockholm, 1847, p. 430-433, pi. iv et v). Us avaient ete 
recueillis a Port-Natal par le voyageur suedois J. Walhberg. G est a lui 
precisenient qu est dediee 1 une des especes en question : Limnetis 
Wahlbergi. Le genre Limnetis, e tabli par Loven, est fonde sur ce type. 
Trois exemplaires femelles seulement avaient ete rapportes de Natal. 
J en possede treize de Madagascar, tous femelles egalement, semble-t-il. 
Leur taille est un peu superieure a celle des individus de Loven. 

L autre espece appartient au groupe des Phyllopodes pisciformes. 
G est Branchipus cafer. Loven en a decrit les deux sexes d apres des 
specimens longs dc 15 mill., un pen plus grands que ceux de Mada 
gascar. J en ai regu neuf males et trois femelles. 

(1) Le seul naturaliste, a ma connaissance, qui ait parle des Phyllopodes 
comme existant dans les eaux douces de Madagascar est le D r Vocltzkow. Mais 
aucun des Crustaces mentionnes par lui n a e"t6 determine (Zoolog. Anzeig., 
XIV, 22 juin et 13 juillet 1891). 



LVI Bulletin vnlomologique. 

Les renseignemehts me manquent sur le degre de frequence de ces 
animaux, mais il est fort probable qu on les rencontre en grande quan- 
tite quand le hasard les fait decouvrir, comme c est le cas ordinaire 
pour les Crustaces de ce groupe. 

Quoi qu il en soit, ce Branchipus offre un interet considerable au point 
de vue de la geographie zoologique. II parait en effet demontre, par les 
etudes de Daday (Conspectus specierum Branchipodorum [sic !] faunx 
hungarica, Budapest, 1888, p. 289), que Branchipus cafer n est autre 
chose que la forme europeenne B. auritus Koch = B. torvicornis Waga 
(voir E. Simon, Ann. Soc. ent. Fr., 1886, p. 443). Mais avec celle-ci 
doivent etre identifies a leur tour : B. rubrocaudatus Klunzinger, B. m- 
treus Brauer, B. similis Baird, B. texanus Packard, B. floridanus Pac 
kard, B. Seali Ryder ; bref, a peu pres toutes les especes du genre 
Streptocephalus de Baird (1). 

D ou il resulte que ce Branchipus en question se trouve en Baviere, 
en Autriche, en Hongrie, en Boheme, en Pologne, en Bussie, en Egypte, 
dans le Sahara, dans PAmerique du Nord, en Floride, au Texas, au 
Mexique, aux Antilles (Saint-Domingue), enfm a Port-Natal et a Ma 
dagascar. 

En ce qui conccrne la distribution geographique, ces faits n ont rien 
de surprenant lorsqu il s agit d etres aussi faciles a disseminer que les 
Phyllopodes. Quant a la presence simultanee des memes especes a Port- 
Natal et a Madagascar, elle semblera en particulier toute naturelle si 
Ton songe que beaucoup d Oiseaux, et notammenl des Palmipedes, tra- 
versent le canal de Mozambique pour se rendre du continent dans Tile 
ou inversement (2). La faune des eaux douces doit, en consequence, 
presenter de grandes analogies de chaque cote du detroit. 

2 Sur Cryptopus Defrancii Latreille, Myside nouveau pour la faune 
des Azores : 

Le capitaine Ghaves, dont le zele scientifique a deja tant contribue a 
etendre nos connaissances sur la faune des Acores, m a envoye der- 
nierement deux exemplaires d un Crustace marin des plus remar- 

(1) Daday fait remarquer avec raison que les differences signalees entre toutes 
ces especes n excedent pas les variations observecs chez le seul Anemia salina 
par exemple. 

(2) Voir Grandidier, Hist, phys., nat. ct polit. de Madagascar, vol. XII, Oi- 
seaux, p. 742. 



Seance du %4 fevrier 1892. LVII 

quables. Bien que le professeur P.-J. van Beneden vienne d en 
publier une interessante etude, faite precisement d apres des specimens 
de meme provenance (1), je crois devoir en dire quelques mots. Leur 
aspect singulier justifie assez cette presentation, motivee d ailleurs par 
1 oubli oil semble etre reste, depnis une cinquantaine d annees, le genre 
auquel ils appartiennent. 

Ge sont des Cryptopus, et Latreille, qui les nomma (Regne animal de 
Guvier, IV, p. 100, 1829), en les decrivant d une facon sommaire, re- 
connut parfaitement leurs veritables af Unites. Places, des 1 origine, aupres 
des Mysis, ils ont ete, a tort, rapproches plus tard des Nebalia par 
J.-E. Gray, sous le nom de Cerataspis (Spicileg. zool., fasc. I, 1830). 
Le professeur P.-J. van Beneden propose de creer pour eux, parmi les 
Schizopodes, une famille nouvelle (Gryptopodides), voisinedes Euphau- 
siidse, et presentant avec celle-ci le caractere commun d etre depourvue 
de marsupium. 

Les Cryptopus, malgre leur fades de larves, sont des animaux 
adultes ; on leur a trouve 1 ovaire et des oeufs fixes aux soies des pattes 
ou meme renfermes dans la loge branchiate. Toutefois, je ne puis rien 
dire des males. 

II est fort probable que ces Crustaces appartiennent a la faune bathy- 
pelagique. La forme de leur carapace est telle que 1 air s y introduit 
facilement pour n en plus sortir des qu ils touchent par hasard la surface. 
Ainsi changes en flotteurs, ils restent exposes a la voracite des Poissons. 
Sans doute ils n arrivent au contact de 1 atmosphere que lorsqu ils sont 
surpris et poursuivis. Tel etait le cas pres de Sao-Miguel, aux Acores. 
L attention du capitaine Ghaves fut en effet attiree par les sauts d une 
bande de Dorades (Coryphxna equisetis L.) qui faisaient la chasse a un 
essaim de Cryptopus. Un vingtaine de ces Grustaccs, en parfait etat, 
purent ^tre recueillis dans deux Dorades dont les pecheurs reussirent a 
s emparer. 

La phi part des Cryptopus qui figurent dans les collections ont proba- 
blement une origine analogue. Geux du British Museum, etudies par 
J.-E. Gray ont ete trouves dans 1 estomac d un Dauphin, sur la cote du 
Bresil. Un individu, dccrit et figure par Quoy (Magas. de Zool., 1839, 
Grust., pi. i), avail ete pris dans une Bonite par le commandant Leps. 
Enfm, le professeur P.-J. van Beneden cite des Cryptopus, de prove- 

(l) Une nouvelle famille dans la tribu des Schizopodes (Bull. Acad. roy. de 
Belgique, 1891,n 12). 

Bulletin bimensuel n 4. b 



LVIII Bulletin entomologique. 

nance inconnue, conserves a Liege. Sur Tun d eux se trouve encore fixe 
mi Distome. Gontrairement a 1 opinion de mon savant collegue, qui 
considere ce Trematode comme im parasite du Crustace, je suis port6 a 
croire qu il s agit d un Ver, tres rcpandu chez les Scombero ides, et qui 
est simplement reste adherent a im animal exlrait de 1 estomac d un 
Poisson. 

Quoi qu ii en soil, tons les Cryptopus que je viens de citer appar- 
tiennent a la memo espece, C. Defrancii Latreille. Grace a 1 obligeancc 
de M. Charles Brongniart, j ai pu voir au Museum les types de Latreille, 
etiquetes comme venant de la Mediterranee, mais qui semblent iden- 
tiques, autant qu un examen rapide m a permis d en juger, aux Crypto 
pus des Acores. L espece est sans doute repandue dans les zones chaude 
et temperee de l Atlantique. 

Guerin-Meneville a decrit (Iconogr. du Regne anim., Ill, Crust., p. 17), 
en reprenant sans motif le nom generique de Gray, posterieur a celui 
de Latreille, un Cerataspis Petiti, trouve en pleine mer dans I ocean 
Indien et qui doit rentrer dans le genre Cryptopus. 

M. J. Croissandeau, d Orle ans, fait une communication verbale qui 
se resume ainsi : 

Silotrupes epistomalis Muls., que 1 auteur a decrit sur des exem- 
plaires du midi de la France, differe des Geotrupes en ce qu il a 1 epi- 
stome en demi-cercle, comme les Thorectes, et de ceux-ci parce qu il 
est aile. 

Entre autres caracteres differentiels, il cite nolamment les tibias aute- 
rieurs d*, dont la dent apicale externe est tronquee et non sinuee, tandis 
qu elle est bifide chez les Thorectes. 

Cette espece, qu on n aurait jamais retrouvee en France, et qui est 
portee comme exotique dans le dernier Catalogue allemand, ne serait 
autre que 1 Insecte repandu dans les collections sous le nom de Geotrupes 
vernalis, var. alpinus. Mais la dent du male est legeremeut sinuee. 

M. J. Croissandeau n a jamais pu obtenir communication des types. II 
ne pent done juger la question de synonymie. Mais, si 1 Insecte dont 
il parle, qu il a recueilli en nombre a Saint-Martin-Lantosque et qu il 
possede do Collioure et d Autriche, n est pas Silotrupes epistomalis, ce 
n est certainement pas Geotrupes vernalis. 

D autre part, rien nc prouve que G. vernalis, var. alpinus type, ne 
soit pas un vrai Geotrupes. 



Seance du 24 fevricr 1892. LIX 

Dans lo cas ou 1 Insecte en question ne serait conforme ni au Silotrupes 
de Mulsant ni au type de G. vernalis, var. alpinus, il devra porter le 
nom de Silotrupes Auverti. 

M. G. Brongniart offre pour la Bibliotheque des tirages a part de 
divers memoires qu il a publics 1 annee derniere et cette annee. II ajoute 
ce qui suit : 

1 A propos de la communication faite dans la seance du 27 Janvier sur 
les Criquets pelerins par son collegue M. J. Kiinckel d Herculais, 
M. G. Brongniart tient a indiquer qu il a precise les diverses colorations 
par lesquelles passent les Griquets depuis leur eclosion jusqu a 1 etat 
adulte (1). II n a pas manque de citer M. J. Kiinckel, comme ii conve- 
nait, a propos de la premiere mue. II assistait a la seance de la Societe 
d Agriculture d Alger, dans laquelle M. J. Kunckel annoncait les obser 
vations qu il avait faites sur la premiere mue des Griquets. M. G. Bron 
gniart a fait remarquer qu eii 1881 il avait observe et sigualc le meme 
fait pour la premiere mue des Mantes (2). 

Dans le journal (De peche algerienne, 19 mai) qui a domic un compte 
rendu de la Societe d Agriculture d Alger du 16 mai 1891, il n est nul- 
lement question des diverses colorations des Griquets depuis leur nais- 
sance jusqu a 1 etat adulte. 

M. G. Brongniart a montre, le 21 septembre 1891, a 1 Academie des 
Sciences des Griquets pelerins vivants a tous les ages. 

2 M. G. Brongniart insiste sur ce fait qu il a ete le premier a signaler 
des formes Botrytis qu il rapprochait de la Muscardine (3); et, rcpon- 
dant a des notes de M. A. Giard, il tient a dire que les Botrytis, qu il 
a observes, d abord seul, puis en collaboration avec M. Delacroix, ne 
sont pas des etats jeunes d un autre Champignon. M. G. Brongniart a 
suivi dans leur developpement, sur des cultures pures, quatre Cham 
pignons differents, dont deux formes Botrytis parasites des Criquets ; 
les autres : Fusarium acridiorum Brong. et Delac. (= Lachnidium acri- 
diorum Giard) et Cladotrichwn leptophyei Corda (= Polyrhizium lep- 
tophyei Giard). 

MM. G. Brongniart et Delacroix en ont obtenu des cultures pures, et 

(1) C. R. Acad. des Sc., 21 septembre 1891. 

(2) Ann. Soc. ent. Fr., 6 C serie, T. I, p. 449, pi. 13. 

(3) C. R. Acad. des Sc., 8 juin 1891. 



LX Bulletin cntomologique. 

ces Cryptogames n ont jamais donne a leur debut la forme Botrytis, que 
M. A. Giard considere comme 1 etat jeune du Fusarium. 

M. C. Brongniart a done constate sur les Griquets pelerins, non seule- 
ment les formes saprophytes signalees par MM. J. Kunckel et A. Giard, 
mais aussi des formes Botrytis. Les formes saprophytes ne peuvent agir 
aucunement sur les Insectes nuisibles, tandis que les formes Botrytis 
peuvent tuer rapidement les Griquets et d autres genres d Insectes. 

M. A. Giard envoie une note sur une Laboulbeniacee nouvelle 
(Thaxteria Kunckeli, nov. gen. et sp.), parasite du Garabique Mormolyce 
phyllodes Hagenbach : 

En octobre 1851, Gh. Robin presentait a la Societe de Biologic la des 
cription d un Champignon entomophyte decouvert presque simultane- 
ment par Rouget et Laboulbene sur des Goleopteres du genre Brachintis, 
et, dans la seance suivante, le meme naturaliste, en collaboration avec 
le cryptogamiste Montagne. indiquait les caracteres qui devaient faire de 
ce Champignon le type d un genre nouveau. Le genre Laboulbenia fut 
etabli d une fac.on definitive en 1853, dans I Histoire naturelle des ve ge- 
taux parasites, et devint plus tard le noyau d une famille, les Laboulbe- 
niacex, generalement rattachee aux Ascomycetes, bien qu elle s ecarte, 
a beaucoup d egards, des formes ordiuaires de ce groupe. Les travaux 
de Robin, de Karsten et surtout de Peyritsch nous ont fait cormaitre, en 
Europe, onze especes de Laboulbeniacees vivant sur des Coleopteres 
(Carabides, Gyrinides, Dytiscides), ou sur des Dipteres (Muscides, Nyc- 
teribiides), et reparties en cinq genres : Laboulbenia (7 especes), Stig- 
matomyces, Helminthophana, Chitomyces et Heimatomyces. Deux Laboul 
benia ont ete signales dans 1 Amerique du Sud. Enfm, Roland Thaxter 
a recemment decrit dix-neux Laboulbeniacees de 1 Amcrique du Nord 
(douze Laboulbenia, deux Cantharomyces, un Stigmatomyces, deux Pey- 
ritschiella, un Zodiomyces et un Hesperomyces). Parmi ces especes, 
une seule, Laboulbenia Rougeti Mont, et Robin, habite aussi 1 Europe. 
Les autres sont nouvelles, et beaucoup appartiennent a des genres nou- 
veaux (1). 

(1) J ai tout lieu de penser que le genre Cantharomyces Thaxter, parasite 
des Staphylinides, existe aussi en France. En effet. Tune des especes amcricaines 
vit sur un Sunius et 1 autre sur un Bledius (et non Blidius, comme 1 ecrit 
Thaxter). Or, Rouget dit avoir rencontre des Laboulbeniacees sur Paederus 
riparius L., type voisin des Sunius, et sur Ocypus olens Muller (Xote sur une 
production parasite observed sur le Brachinus crepitans Fabr. in Ann. Soc. 
ent. Fr., 2e serie, T. VIII, p. 21, pi. 3, tig. 1). 



Seance du 24 fe vrier i89%. LXI 

Grace a Fobligeance de notre collegue M. J. Kiinckel d Herculais, je 
puis aujourd hui presenter a la Societe un type egalement nouveau et 
tres remarquable de Laboulbeniacee originaire des Indes orientales et 
parasite de 1 etrange Carabique bien connu des Entomologistes, Mormo- 
lyce phyllodes Hagenbach. 

Je propose pour cette magnifigue espece le nom de Thaxteria 
Kunckeli. 

Le specimen porteur du Champignon a etc recueilli a Perak (presqu ile 
de Malacca) par M. W. Doherty. II appartenait a M. R. Oberthur, de 
Rennes, qui 1 a offert au Museum d histoire naturelle de Paris, par 
1 intermediaire de M. P. Lesne. 

La Laboulbeniacee du Mormolyce est le geant de ce groupe de vege- 
taux. Tandis que 1 espece la plus grande connue jusqu a present, La- 
boulbenia elongata Thaxter, mesure en moyenne 538 ^ de son point 
d attache sur 1 Insecte a 1 extremite du perithece et 950 p. a 1 extremite 
des pseudo-paraphyses, Thaxteria Kiinckeli presente une hauteur qui 
varie de 3 a 4 millimetres chez les. grands exemplaires. 

Le point le plus eleve est constamment le sommet des peritheces, qui, 
dans un exemplaire moyen, est separe du crochet de fixation par une 
distance de 3,132 (x. Le Champignon est done parfaitement visible a 
1 oeil nu. II est repandu sur les bords aplatis du thorax et sur toute la 
surface des elytres, mais plus particulierement sur la portion amincie en 
forme de samare qui les borde de chaque cote. On en trouve egalement, 
mais en moms grand nombre, a la surf ace inferieurede ce limbe; enfin, 
un individu etait fixe a la naissance de la patte anterieure droite. 

En exarninant 1 tnsecte en dessus a 1 aide d une loupe, on croirait 
voir une petite foret ou mieux une plaine piantee d elegants Palmiers 
minuscules. La couleur d un brim fonce, semblable a celle de 1 hote, et 
la disposition generate fait penser d abord a des productions chitineuses 
dependant de la cuticule. Assez souvent, deux individus naissent au 
me~me point, ce qui s observe aussi chez les Laboulbenia et provient de 
1 accolement des spores deux a deux. 

A 1 examen microscopique, 1 aspect du Champignon est des plus gra- 
cieux. II presente une forme parfaitement symetrique, qui n existe pas 
en general chez les Laboulbeniacees. 

Le receptacle (1) multicellulaire est droit et va en s 3paississant gra- 

(1) J adopte, dans celte description, la nomenclature proposee par Roland 
Thaxter dans ses deux memoires : On some North American species of Laboul- 



LXII Bulletin cntomologique. 

duellement de la base aii sommet. II pent atteindre 1,450 a 1,500 [j. et se 
termine par une sorte de cupule d ou partent, de chaque cote, deux 
appendices lateraux et, au milieu, mais dans un plan anterieur, le pe- 
doncule du pcrithece. Celui-ci est en forme de massue allongee, cylin- 
drique, un peu aplatie, et mesure 864 JJL. 

II est aminci, conique a son extremite, et se termine par un court 
rebord bilabie. Cette partie terminale translucide rappelle tout a fait la 
portion correspondante du perithece de Stigmatomyces Karsten. Le cy- 
lindre sporifere est porte par un long pedicelle (810 a 820 [x) d un brim 
clair assez transparent. De chaque cote de la base de ce pedicelle naissent 
du receptacle deux appendices pseudo-paraphysaires. Chacun d eux se 
compose d une base assez epaisse et longue de 80 {j. environ, qui se 
bifurque en deux branches mesurant 540 a 648 |x. Ges branches princi- 
pales portent du cote externe 10 a 15 rameaux a peu pres equidistants, 
legerement renfles a leur point d insertion. La plupart de ces rameaux 
sont brises au sommet. Us sont formes de trois a cinq cellules. 

Lorsqu ils sont entiers, ils ont a peu pres 300 [x de long et com- 
prennent une partie basilaire noire de 162 [x et une partie terminale 
transparente de 140 ;x. Gelle-ci est d abord aussi large que la portion 
basilaire, dont elle est separee par une cloison ; mais, vers le tiers de sa 
longueur, elle devient brusquement plus etroite et s amincit ensuite 
graduellement jusqu a 1 extremite distale. Ges extremites claires des 
pseudo-paraphyses sont parfois agglutinees plusieurs ensemble dans une 
sorte de ciment transparent. 

Je n ai pu etudier d une fagon suf fisante ni les spores ni les etats jeunes 
du Champignon, mais je n ai pas encore termine 1 examen des nom- 
breux materiaux recueillis, et j espere pouvoir combler plus tard 
quelques-unes des lacunes de la presente description. 

II est curieux de constater que Thaxteria Kilnckeli parait se rappro- 
cher plutot des Stigmatomyces et des Helminthophana, parasites des 
Dipteres, que des formes di verses rencontrees jusqu a present sur les 
Goleopteres. Toutefois 1 existence d un grand receptacle multicellulaire 
et d uH pedicelle entre le receptacle et le perithece rappelle, dans une 
certaine mesure, des particularites du singulier genre Zodiomyces 
Thaxter, dont 1 espece type, Z. vorticellaria, est parasite de Hydro- 
combus lacustris. 

beniaceae et Supplementary Note on North American Laboulbeniaceae (Pro 
ceedings of the American Academy of Arts and Sciences. Boston, 12 fevrier 1890 
et 14 Janvier 1891). 



Seance du 24 fevrier 189%. LXIH 

Banquet annuel. Le Banquet annuel commemoratif de la fondation 
de la Societe entomologique de France a eu lieu, le samedi 27 fevrier, 
au restaurant de YHotel des Socie tc s savantes, rue Serpente, 28. 

Vingt-quatre membres assistaient au Banquet : 

MM. E. Allard, G. Alluaud, de Limoges, A. Argod-Vallon, de 
Crest, G.-A. Baer, G. BRISOUT DE BARNEVILLE, G. Brongniart, 

J. Groissandeau, d Orleans, M. Dolle, de Laon, E. Fleutiaux, 
D r A. Fumouze, H. Gadeau de Kerville, de Rouen, J. Gazagnaire, 

J. de Guerne, G. Jourdheuille, E. Lefevre, G. Leprevost, 
A. Leveille, P. Mabille, E. Olivier, de Moulins, M. Pic, de 
Digoin, G.-A. Poujade, A. Raffray, D r M. Regimbart, d Evreux, 

M. Sedillot. 

Au dessert, le President, M. G. Jourdheuille, prononce les paroles 
suivantes : 

Messieurs, 

Laissez-moi d abord remercier mes collegues de province d avoir bien 
voulu se joindre a nous. Retenu par un imperieux devoir de famille, je 
n ai pu, a la seance d ouverture du Congres annuel, leur souhaiter la 
bienvenue. 

Maintenant, Messieurs et chers Gollegues, notre aimable Secretaire 
pretend que je vous dois une allocution ! Je ne veux pas me soustraire 
a 1 usage. Je ne sais pas si je la ferai bonne ; mais courte, j en reponds. 

Messieurs, nous celebrons aujourd hui le soixantieme anniversaire de 
notre Societe. J avais deux ans quand elle est nee. Par un phenomene 
physiologique singulier, je suis deja bien vieux et ma quasi-contempo- 
raine est toujours jeune ! Elle aura domain soixante ans, et, comme 
Ninon de Lenclos, elle voit augmenter tous les jours le nombre dc ses 
adorateurs. Puisse-t-elle continuer longtemps ainsi, et, centenaire, en 
avoir le double? Quelques-uns d entre vous, beancoup, je 1 espere, 
assisteront a cette fete, en 1932. Puissent-ils avoir conserve, je ne dirai 
pas du cheveu et de la dent, notre maitresse a nous n y lient pas, mais 
la vigueur des jambes, la souplesse des reins, 1 acuite des yeux, trois 
choses indispensables a un Entomologiste qui ne veut pas sc bonier a 
un amour platonique...? 

Us raconteront aux jeunes d alors le respect que nous avons conserve 
pour nos illustres ancetres, les Latreille, les Dejean ; 1 affection que 
nous portions a ceux avec lesquels nous avons vecu, aujourd hui dis- 
parus, los Pierret, les Aube, les Ghevrolat, les Boisduval, les Solier, les 



LXIV Bulletin entomologique. 

Desmarest et tant d autres ! Us leur apprendront les traditions de sage 
direction, de prevoyante prudence, d absolu devouement a 1 intere t 
commun quo nous out transmis nos predecesseurs, qui ont fait jusqu ici 
ie succes de notre chere Societe et le feront encore dans 1 avenir, aim 
que toujours on puisse dire d elle : Vires acquirit eundo. 

Messieurs, buvons a la prosperite de la Societe entomologique de 
France ! 

M. le Secretaire porte un toste a notre membre honoraire,, M. G. Bri- 
sout de Barneville, par suite, aux anciens de la Societe, qui la guiderent 
de leur experience ; aux auteurs, qui donnent longue et forte vie a nos 
AnnaleSy et aux voyageurs naturalistes, qui leur assurent des travaux 
par leur devouement de tous les jours et leur en assureront longtemps 
encore. 

M. J. Groissandeau, dans tine piece de poesie, fait I eloge de 1 Entomo- 
logie et formule Ie desir bien naturel que toujours, parmi les membres 
de la Societe entomologique, regnent, comme par le passe, une bonne 
harmonie et une bonne amitie. 

M. A. Raffray porte un toste a M. G. Jourdheuille, notre President. 

M. H. Gadeau de Kerville, au nom de la Societe des Amis des sciences 
de Rouen, porte un toste a la Societe entomologique de France. 

M. E. Olivier boit a la sante des organisateurs du Banquet : MM. M. Se- 
dillot et A. Leveille. 

M. M. Pic lit des sonnets humoristiques, ou, en vers et centre tous, il 
catalogue les Entomologistes en varietes et sous-varietes. 

M. le Secretaire doune rendez-vous, 1 annee prochaine, a meme 
epoque, a tous ses collegues qui ont honore de leur presence le Congres 
annuel et le Banquet annuel commemoratif de la fondation de la Societe 
entomologique de France. 

Comme 1 a dit a la seance d ouverture M. le President, il est convaincu 
que le succes du Gongres annuel, encore a ses debuts, grace a 1 initiative 
de tous et aux efforts faits pour en vulgariser 1 idee, est appele a croitre 
chaque annee et a concourir au developpement de 1 Entomologie, a la 
gloire et au grand profit de la Societe entomologique de France. 

II remercie ses collegues d avoir apporte assez de communications 
interessantes pour lui permettre de faire un numero special consacre a 
la seance d ouverture du Cong-res (24 fevrier 1892). 



Seance du M fe vrier 189%, LXV 

C est la une premiere tentative, assez satisfaisante pour que, les annees 
suivantes, la Societe soit en droit d attendre de Pamabilite, de I activite 
de tous un concours qui assurera un succes toujours croissant au numero 
special du Congres annuel. 

II espere que la bienveillance des Compagnies des chemins de fer 
francos sera toujours pour la Societe entomologique de France ce qu elle 
a etc jusqu a ce jour, et que tous les Entomologistes francais et etran- 
gers qui assisteront au Congres annuel beneficieront, sur les chemins 
de fer francais, de la grande favour accordee a la Societe entomologique 
da France, de la remise de 50 pour 100. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Bulletin bibliographique 

Academic des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de l\), 
1892, i er sem. N 6. J. DE GUERNE et J. RICHARD. Sur la Faune des 
eaux douces d Islande. N 7. Q 

Agricultural Gazette of N. S. Wales, II, 11, 1891. SIDNEY-OLLIFF. 
Entomological Notes. 

Entomological News and Proceedings of the entomological Station of the 
Academy of natural Sciences of Philadelphia, HI, 1 ct 2, 1892. - 
E. L. MORTON. Notes from New-Windsor. T. D. A. COCKERELL. 
Note on the Larva of Pachylia ficus L. II. G. DYAR. Preparatory 
Stages of Ichthyura bifaria II. Edw. H. F. WICKHAM. A note on 
Cychrus. Miss M. WADSWORTH. Second Additions and Corrections 
to the list of Dragonflies (Odonata) of Manchester, Kennebee County, 
Maine. W. J. Fox. Hymenopterological Notes, II (2 art.). 
E. BRENDEL. Rhexidius. R. R. ROWLEY. Notes on Arkansas Lepi- 
doptera. Notes and News (2 art.). G. II. HORN. Variations of 
Color-markings in Coleoptera (I pi.)- H. G. DYAR. Collecting But 
terflies in the Yosemite Valley. CH. A. HART. On the species of 
OEcanthus (fig.). Prof. J. B. SMITH. Elementary Entomology. 
W. J. Fox. Some of the Insects collected at Jamesburg N.-Y. July 4, 
1891. 

Entomologische Nachrichien, XVIII, 4, 1892. A. SEITZ. Ein Ausflug 
in die Umgebungvon Nagasaki. C. VERHOEFF. Weitere Unstersu- 

JOURNAL niMGxsDEL (Bulletin dc la Societe cntomol. de France), 1892, n 5. 



LXVI Bulletin entomologique. 

chungen tiber den Ausfarbungsprocess. J. J. KIEFFER. Die Zoo- 
cecidien Lothringens. 

Entomologist s monthly Magazine, n 334, 1892. W. W. SMITH. On 
the Origin of Ants Nests. II. H. DRUCE. Notes on the Synonymy 
of several West African Lyca3nida3. E. SAUNDERS. Another addi 
tion to the British Fleas. P. CAMERON. Synonymical Notes on Cy- 
nipidae and Formicida?. G. G. CHAMPION. Xylophilus brevicornis, 
Ferris, a British Insect. W. M. MASKELL. Migrations and new lo 
calities of some Coccids. W. A. LUFF. A List of Neuroptera col 
lected in the island of Guernsey. R. MAG LACHLAN. Additional 
Notes on the Neuroptera of the island of Sark. R. H. MEADE. An 
notated List of British Tachiniida3. Notes diverses. N. MANDERS. 
The Butterflies of Rawal Pindi and the Murree Hills. 

Entomologist s Record and Journal of Variation, HI, 2, 1892. D r T. 
A. CHAPMAN. The genus Acronycta and its allies. Current Notes. 

Notes on Collecting, etc. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, n 256, 1892. R. MARTIN. Les especes 
franchises de la famille des Phryganines. J. J. KIEFFER. Les Lcpi- 
dopte rocecidies de Lorraine. Notes. 

Industries agricoles (Les), I, 3, 1891. L. ROUVEIROLLES. Reconstitution 
des vignobles dans le centre de la France. 

Legislative Assembly of N. S. Wales. Rust in Wheat, 1891. 

Linnean Society of New South Wales (Proceedings), IV, 1889. A. SID 
NEY OLLIFF. Description of a new Moth of the genus Phyllodes (fig.). 

F. A. A. SKUSE. Notes on the genus Lestophonus Williston and 
description of a new species (fig.). 0. E. JANSON. Descriptions of 
two new species of Australian Cetonida?. Rev. T. BLACKBURN. Re 
vision ol the genus Heteronyx, with descriptions of new species 
(4 art.), pi- F. A. A. SKUSE. Description of a new genus (Batra- 
chomyia W. S. MAGLEAY, Ms.) and two species of Dipterous Insects 
parasitic upon Australian Frogs (pi.). Rev. T. BLACKBURN. Notes 
on Australian Coleoptera, with descriptions of new species (3 art.). 

T. G. SLOANE. Studies in Australian Entomology : I. Review 
of the genus Sarticus (Carabida3). -- A. SIDNEY OLLIFF. On Rhopa- 
locera from Mt. Kosciusko, N. S. Wales. Pielus hyalinatus and 
P. imperialis. New species of Lampyrida3, including a notice of 
the Mt. Wilson Fire-flly. W. H. MISKIN. A Revision of the Aus 
tralian species of Euplxa, with Synonymic Notes and descriptions of 



Seance du 24 fe vrier 1892. LXVII 

new species. T. P. LUCAS. On Queensland and other Australian 
Macro-Lepidoptera, with localities and descriptions of new species. 

E. MEYRIGK. Descriptions of additional Australian Pyralidina. 
Revision of the Australian Lepidoptera. 

Naturaliste (Le), l er fevrier 1892. L. AUSTAUT. Le Papilio MachaonL. 

P. DOGNIN. Descriptions de Lepidopteres nouveaux. 

New-Jersey Natural History Society (Journal), II, 2, 1891. Q 

Psyche, VI, 189, 190, 1892. W. J. HOLLAND. The Life-History of 
Spalgis (S. signata). H. G. DYAR. Life-History of Orgy a cana 
H. Edw. J. HAMILTON and S. HENSHAW. A List of some of the Ca 
talogues and local lists of North American Goleoptera. W. J. HOL 
LAND. Notes upon the Transformations of some African Lepidoptera 
(pi.). W. M. WHEELER. Concerning the Blood-tissue of the Insecta. 

C. H. TYLER TOWNSEND. Description of a Sarcophaga bred from 
Helix. Edwards s North American Butterflies. II. G. DYAR, 
Dryocampa Reversii Bebr. 

Reale Accademia del Lincei (Attij, II, 12, 1891. Tables. Q 

1892, I, 1 et 2. O 

Records of the Australian Museum, I, 10, 1891. Q 
Revue des travaux scientifiques, XI, 7 et 8, 1891. 

Sociedad cientifica Antonio Alzate (Memorias y Revista), V, 1 ot 2, 
1891. 

Societas entomologica, VI, 21, 1892. C. F. ANCEY. Une excursion 
dans les hauls plateaux (a Chellala). H. DOMENITZKI. Materialcn zu 
einer Schmetterlings- und Kaferfauna Westafrika s. F. RUHL. Die 
Macrolepidopteren-Fauna von Zurich und Umgebung. Beitrag zur 
Charakteristik der Lamellicornien. 

VI, 22, 1892. F. RiiHL. Neue europaischo Dasypolien. - 
L. GANGLBAUER. Neue Molops-Aneu (aus Die Ka fer von Mitteleu- 
ropa ). A. HRDLICZKA. Zollamtlicho Vorkommnisse. E. FISCHER. 
Lepidopterologische Notiz. J. v. LOMNICKI. Coleopterologische 
Notizen. TIL ANGELE. Ueber Attacus Atlas. F. RUHL. Beitrag 
zur Charakteristik der Lamellicornien. Dio Macrolepidopteren- 
Fauna von Zurich und Umgebung. 

Societe de Physique et d Histoire naturelle de Geneve (Me moircs), volume 
supplementaire. Centenaire de la fondation de la Societe, 1891. Q 



LXVIII Bulletin entomologiquc. 

Societe d e tude des Sciences naturelles de Nines (Bulletin), XIX, 4, 

1801. 
Societe entomologique de Belgique : 1 Compte rendu du 26 decembre 

1891. Tables. 
2 Annales, XXXVI, 1. 1892. F.-J.-M. HEYLAERTS. Heterocera 

exotica, nouvclles especes des Indes orientales neerlandaises (suite). 

J. WEISE. Les Goccinellides du Chota-Nagpore. A. PREUDHOMME 
DE BORRE. Sur le nouvel ouvrage de M. L. Ganglbauer (Die Kafer 
von Mittel* Europa : I. Garaboidea). E. GOUBEAUX. Enumeration 
des Hemipteres de Belgique : II. Homoptera. 

Termeszetrajzi Fiizetek kiadja a magyar nemzeti Museum, 3 et 4, 1891. 

D r J. PADAV. A heidelbergi egyetem zoologiai gyiijtemenyenek 
idegenfoldi Myriopodai (pi.). S. MOGSARY. Tenthredinida3 et Siricidae 
nova). D r E. v. DAD AY, Auslandische Myriopoden der zoologis- 
chen Collection der Universitat zu Heidelberg (pi.). 

U. S. Geological Survey (Tenth Annual Report), 1888-89, I et II. 
C. D. WALGOTT. The Fauna of the lower Cambrian or Olenellus zone, 
144 p., 49 pi. 

Wiener cntomologische Zeitung, XI, 2, 1892. F. KOWARTS. Die euro- 
paischen Arten der Dipterengattung Lispa Latr. J. BIGOT. Note 
dipterologique. J. MIK. Dipterologische Miscellen, XX. E. REIT- 
TER. Fiinfter Beitrag zur Goleopterenfauna des russichen Reiches. 
P. STEIN. Drei neue merkwiirdige Homalomyia- Arten. J. MIK. Zur 
Kenntniss der Dipterengattung Hilara. 



ABEILLE DE PERRIN (E.). Malachiida?. Malachides d Europe et pays voi- 
sins (Ann. Soc. ent. Fr.), 1891, 446 p., 3 pi. * 

ALLUAUD (Gn.). Les Garabes. Travail suivi d une enumeration descrip 
tive des especes du genre Carabus trouves en Limousin (Regne ve 
getal), 1891, 8 p. * 

ID. Considerations philosophiques sur Jos animaux utiles et nuisibles 
ct sur la destruction des Oiseaux (loc. cit.), 1891, 8 p. * 

ANTESSANTY (Abbe G. D ). Catalogue des lle mipte/es He teropteres de 
1 Aube (Soc. Acad. Aube), 1891, 53 p. * 

BEDEL (L.). Sur les mceurs et le developpement des Meloidae (L Abeille), 
1891, 16 p. * 



Seance du 24 fevrier 1892. LXIX 

BIGOT (J.-M.-F.). Voyage de M. Gh. Alluaud dans le territoire d Assinie : 

VIII. Dipteres (Ann. Soc. ent. Fr.), 1891, 22 p. * 
BRONGNIART (Cn.). Collection Pavie. Coleopteres Longicornes (Nouv. 

Arch. Mus.), 1891, 18 p., 1 pi. * 
ID. Monographie du genre Palophus, Orthopteres de la tribu des Phas- 

miens (loc. cit.), 1891, 11 p., 2 pi. * 
ID. Monographie du genre Eumegalodon, Orthopteres de la famille des 

Locustides (loc. cit.), 1891, 9 p., 1 pi. * 
ID. Les metamorphoses du Griquet pelerin (Acridium peregrinum Oliv.) 

(G. R. Acad. Sc.), 1891, 3 p. * 
ID. Les Griquets en Algerie (loc. cit.), 1891, 2 p. * 
ID. Le Gryptogame des Griquets pelerins (loc. cit.), 1891 , 2 p. * 
ID. Communication sur les Champignons parasites des Acridiens (Soc. 

phil. Paris), 1891, 2 p. * 
ID. Les Champignons parasites observes sur les Criquets pelerins en 

Algerie (Soc. nat. Agr. Fr.), 1891, 12 p. * 
ID. Insectes (Ann. geol. univ.), 1889, 9 p. * 
BRONGNIART (GH.) et GAUBERT. Fonctions de 1 organe pectiniforme des 

Scorpions (G. R. Acad. Sc,), 1891, 3 p. * 
DOUMERC (A.). Memoire sur 1 accouplerncnt de quelques Araneides et de 

1 Epeire calophylle en particulier (Mem. Soc. Sc. agr. Metz), 1828, 

16 p., 1 pi. Offert par M. J. de Gaulle. 
FAUCONNET (L.). Faune analytique des Goleopteres de France. Autun, 

1892, 528 p. * 
GALIEN MINGAUD. Liste des Hemipteres captures dans les environs de 

Nimes en 1891 (Soc. d et. Sc. nat. Nimes), 1892, 2 p. * 
GIARD (A.). Le Griquet pelerin (Schistocerca peregrina 01.) et son Gry 
ptogame parasite (Lachnidium acridiormn) (Soc. Biol.), 1892, 3 p. * 
ID. Sur un Diptere Stratyomide (Beris Valletta Forster) imitant une 

Tenthrede (Atlialia annulata Fab.) (loc, cit.), 1892, 2 p. * 
ID. Sur un Hemiptere Heteroptere (Halticus mimetm Reuter) qui ra 
vage les Arachides en Cochinchine (loc, cit.), 1891, 4 p. * 
GUERNE (J. DE). Le Laboratoire de Biologie du lac de Plon (Holslein) 

(Rev. biol. Nord Fr.), 1892, 4 p., 1 pi. * 
HENNEGUY (L.-F.). Contribution a Tembryogenie des Ghalcidieus. Note 

preliminaire (Soc, phil. Paris), 1891, 4 p., fig, * 



LXX Bulletin entomologique. 

HENNEGUY (L.-F.). Rapport stir I histoire naturclle de 1 Anthonome du 
Pommier et sur les moyens proposes pour sa destruction (Bull. 
Minist. Agr.), 1891, 13 p. * 

HERVE. Catalogue des Coleopteres du Finistere, fasc. VI, p. 81-96. 
Morlaix, 1892. * 

LESNE (P.). Collection Pavie. Coleopteres Anthribines (Nouv. Arch. 

Mus.), 1891, 4 p. * 
ID. Les Criquets en Algerie (Journ. Agr. prat.)) 1891, 8 p.,1 pi., fig. * 

OSTEN-SACKEN (C. R.). Additions and corrections to the Catalogue of the 
described species of South American AsilidaB by S. W. Williston in 
the Trans, ent. Soc. Lond., XVIII, 1891 (Bed. ent. Zeit.), 1891, 
12 p. * 

ID. Second Notice of the Apiocerina (loc. cit.), 1891, 3 p. * 

ID. Synopsis of the described genera and species of the Blepharoceridaa, 

7 p. Synonymy of Antocha O.-S. and Orimargula Mik, 4 p. (loc. 

cit.), 1891. * 
RAGONOT (E.-L.). Essai sur la classification des Pyralites, I (Ann. Soc. 

ent. Fr.), 1891, 212 p., 3 pi. * 
SEIDLITZ (D r G.). Fauna baltica. Die Kafer der Ostseeprovinzen Russ- 

lands, VI. Konigsberg, 1891. * 
SIDNEY OLLIFF (A.) Supplementary Appendix to Travels amongst the 

Great Andes of the Equator by E. Whymper : Goleoptera, 1891, 

22 p, fig. * 



A. L. 



Seance du 9 mars 

Presidence de M. C. JOURDHEUILLE 

Assiste a la seance, M. A. Argod-Vallon, de Crest. 

Correspondance. M. le Secretaire donne lecture d une motion envoyee 
par notre collegue M. J. Vachal, d Argentat. Pour honorer la memoire 
de P.-A. Latreille, qui fut un des membres fondateurs et le premier 
President honoraire de la Societe eutomologiquc de France, M. Vachal 
propose a la Societc de reediter un des livres remarquables de Latreille, 
ou sont posees definitivement les bases de I Entomologie systematique : 

Precis des earacteres gene riques des Insectes, disposes dans un ordre 
naturel, par le citoyen Latreille. Brive, F. Bourdeaux. an V (1798). 



Seance du 9 mars 189*2. LXXI 

En 1896, il aura cent ans que ce livre remarquable, devenu fort rare 
en France, aura paru. 

La motion de M. J. Vachal est renvoyee au Gonseil de la Societe. 

A ce sujet, M. le Secretaire dit que, quelle que soil la solution re- 
servee a la motion de M. Vachal, il est un devoir que la Societe ento- 
mologique de France remplira avec une grande reconnaissance, c est 
celui de prendre, a un moment donne, 1 initiative de la restauration du 
tombeau de P. -A. Latreille. P. -A. Latreille repose au Pere-Lachaise 
depuis 1833, date de sa mort ; 1832 est la date de la fondation de la 
Societe entemologique de France. 

M. le Tresorier s excuse de ne pouvoir assister a la seance. 

M. A. Olivier remercie, par lettre, do son admission. 

Admissions. 1 M. Quentin, chimiste au Laboratoire agricole depar- 
temental, rue d llliers, 50, Orleans (Loiret). Col. franc. 

2 M. d Achon, de Janvier a mai, rue Saint-Euverte, 33, Orleans 
(Loiret); de juin a decembre, an chateau de Montevran, par Chanmont- 
sur-Tharonne (Loir-et-Gher). Col. frang. 

3 M. Lucien Blein, avocat, Valence (Drome). Col. franf. 

4 M. J: de Joannis, rue Monsieur, 13. Le p. 

Presentation. M. 0. E. Janson, Little-Russell street, 35, Londres, W. G. 
(Anglcterre), Col., pr. Cetonides, presente par M. A. Salle. Commis- 
saires rapporteurs : MM. M. Sedillot et A. Le veille. 

Prix Dollfus. Conformement a 1 article 59 du Reglement, la Societe 
precede au vote sur les conclusions du rapport redigc par M. J. Gaza- 
gnaire au nom de la Commission du Prix Dollfus, annee 1891 (voir 
le Bulletin pages xxxi, xxxii, xxxm, xxxiv et xxxv). 

Ge rapport, lu a la seance du 10 fe vrier 1892, propose aux suffrages 

de la Societe de partager le Prix Dollfus aux deux ouvrages intitules : 

Essai sur la classification des Pyralites, par E.-L. Ragonot. Paris, 1891 ; 

Malachiidse; Malachides d Europe et pays voisins, par E. Abeille de 

Perrin. Paris, 1891. 

Ginquante-trois membres frangais prennent part au vote, soil directe- 
ment, soit par correspondance : MM. 

A. Argod-Vallon. G.-A. Baer. L. Bedel. P. M. J. Belon. 
J. Bourgeois. Bouzereau-Malifert. H. du Buysson. H. Caillol. 
D r A. Chobaut. J. Croissandeau. F. Decaux. E. Delaby. 



LXXII Bulletin cntomologique. 

A. Delugin. J. Desbrochers des Loges. M. Dolle. E. Donge. 
- M.-L. Fauconnet. P.-A. Finot. H. Gadeau do Kcrville. 
J. Gazagnaire. E. Gounelle. -- M. des Gozis. -- A. Grouvelle. 
J. Grouvelle. P. Grouvelle. J. de Gnenie. F. Guillebeau. - 
G. Janet. G. Jourdheuille. D r A. Laboulbene. A. Lamey. 
G. Leprevost. ~ L. Lethierry. A. Leveiile. H. Lucas. P. Ma- 
bille. M. Maindron. Valery Mayet. G. Millot. J. Migneaux. 
G. Oberthur. R. Oberthur. E. Olivier. J. Perez. 
G.-A. Poujade. D r A. PUTON. A. Raffray. E.-L. Ragonot. 
D r M. Regimbart. G. Roy. ~ M. Sedillot. - - D r H. Senac. 
V.-M. Teinturier. 

Le bulletin binominal indiquait le partage du Prix. 

Le depouillement des votes donne : E.-L. Ragonot et E. Abeille de 
Perrin (bulletin binominal), 27; E. Abeille de Perriu seul, 23; 
E.-L. Ragonot seul, 2 ; bulletin blanc, 1. 

En consequence, le bulletin binominal ayant obtenu la majorite absolue 
des suffrages, le Prix Dollfus est partage aux deux ouvrages. M. le Pre 
sident proclame laureats du Prix Dollfus (annee 1891) : MM. E.-L. Ra 
gonot et E. Abeille de Perrin, membres de la Societe entomologique de 
France. 

Communications. M. J. Dumans signale a la Societe differentes especes 
inleressantes de Microlepidopteres qu il a recoltees dans les environs de 
Pont-1 Eveque (Calvados) et notamment dans la foret de Touques ou 
Saint-Gatien. Quelques-unes sont nouvelles pour la faune franchise 
et n ont ete jusqu ici capture es qu en Angleterre et en Allemagne, 
d autres semblaient jusqu ici appartenir a iiue faune plus meridionale. 
Ce sont : 

Pempelia betulx Goze, fin juin. Grapholita prunivorana Rag., de- 
couvert dans les Landes par M. Lafaury. Phylloporia bistrigella Hw., 
nouveau pour la faune francaise ; fin inai. Depressaria rhodocrella 
H.-S., signale a Cannes par Milliere ; trouve dans tin toit en chaume, 
1 hiver. Doryphora lucidella Steph., fin juillet, nouveau pour la faune 
franchise; espece d Angleterre. Lamprotes unicolorella H.-S., n a 
encore ete trouve en France que par Bruand, dans le Doubs. Cosmo- 
pteryx orichalcea Stt., nouveau pour la faune francaise; milieu de juil 
let, sur les bords d un fosse d une route ; espece trouvee jusqu ici en 
Angleterre ct en Prusse. Elachista chrysodesmella Z., milieu de 
juillet. Micropterysc salopiella Hw., espece jusqu ici exclusivemeiit 



Seance du 9 mars 18&2. LXXIII 

anglaise et qui a ete longtemps confondue avec M. unimaculella Stt. 
Platyptilia Bertrami Roessler, commencement de juillet ; n a encore 
ete trouve en France que par notre regrette collegue Foucard, dans le 
Nord. 

Le D r H. Senac fait la communication suivante : 
M. B. G. Nevinson a donne, en 1889, la description d une espece du 
genre Pimelia recueillie en certain nombre, dans 1 Atlas marocain, par 
M. Jos. Thomson, a une altitude de 6,000 a 10,000 pieds (Glawr.). Gette 
description a paru dans Entomologist s Monthly Magazine, vol. XXV, 
p. 255. 

M. Nevinson ayant eu 1 obligeance de me communiquer treize exem- 
plaires de 1 espece nouvelle, j en donnerai ici la description en la faisant 
preceder par la diagnose de 1 auteur, suivant la methode adoptee dans 
ma Monographic du genre Pimelia. 

PIMELIA THOMSONI Nev. Ovata, nigra, modice* convexa, sub-nitida. 
Capite antice rugoso-punctato, supra leviter punctato, lateribus aspe- 
ratis; thorace transverso, vertice fere impunctato, lateribus confertim 
tuberculatis ; elytris ovatis, tuberculis plus minusve seriatim positis 
obtectis, his tuberculis ad basin ssepius obsoletis. Costis externis denticu- 
latis; sublus omnino granulata, femoribus tibiisqtie dense tuberculatis. 
Long. 1316 mill. 

Noire, brillante, ovale, assez convexe. Tete finement et sparsement 
ponctuee sur le vertex ; a la partie anterieure et sur le labre, la ponc- 
tuation est forte et rugueuse, mais, chez certains individus, elle est 
effacee, quelquefois completement ; les cotes de la tete, pres des yeux, 
sont granuleux. Menton plus ou moins ponctue ; de chacun de ces 
points, qui manquent rarement tout a fait, part un cil assez fort, court, 
noir et dirige en avant. Antennes depassant en arriere le bord poste- 
rieur du pronotum, a articles triangulaires assez epais portant des poils 
courts et raides; 9 e article habituellement plus large- que les autres. 
Pronotum plus de deux fois plus large que long, ayant son maximum 
de largeur apres le milieu de sa longueur ; plus retreci en avant qu en 
arriere ; angles anterieurs peu saillants, angles posterieurs nuls. Dos du 
pronotum presque lisse ou tres finement marque de points ecartes ; sur 
le tiers anterieur existent deux impressions transversales, obsoletes, 
separees par la ligne mediane. Gotes du pronotum portant des granula 
tions tuberculeuses plus ou moins fortes et assez serrees. Prosternum 
reflechi a son extremite posterieure. Elytres ovales, a epaules effacees, 

JOOBJUL BIMENSUEL (Bulletin de la Soctete entomol. de France], t892, n 6. 



LXXIV Bulletin entomologique. 

ayant leur plus grande largeur au milieu ou un peu avant le milieu de 
leur longueur. Cote marginale denticulee : anterieurement, les denti- 
cules sont peu marques, effaces ; posterieurement, ils deviennent de 
plus en plus serres et sont presque dresses en arriere. Gette cote porte 
une rangee de petits poils noirs, courts et dresses, qui manque tres 
rarement d une maniere complete. Cote laterale formee par une rangee 
de tubercules serres, allonges ; elle est plus saillante en arriere, et est 
toujours tres marquee. Les deux cotes dorsales, au contraire, se con- 
f ondent plus ou moins et, parfois, presque completement, avec les tuber 
cules des intervalles. Le 4 e intervalle est couvert de tubercules assez 
petits, dissemines c.a et la, parfois un peu moins nombreux et subseria- 
lement ranges, tout a fait en avant. Le 3 e intervalle porte en avant une 
serie longitudinale de gros tubercules papuleux, qui diminuent de 
grosseur progressivement dans la deuxieme moitie, ou ils sont places 
irregulierement chez un certain nombre d individus. Dans le 2 e inter 
valle, les tubercules Sont disposes a peu pres de me me. II n en est pas 
de meme dans le premier intervalle, ou ils sont plus ou moins obliteres 
en avant, ainsi que les tubercules de la premiere cote dorsale. A la 
partie posterieure de ce meme intervalle, les tubercules sont plus petits 
que dans le 2 e et en serie longitudinale assez reguliere. Les flancs des 
elytres sont converts de tubercules triangulaires assez confluents et assez 
regulierement espaces, plus petits que ceux du 4 e intervalle. Abdomen 
densement granule et ponctue. Pattes assez robustes, couvertes de 
tubercules triangulaires ; la face dorsale des tibias posterieurs est assez 
large, moins profondement excavee que celle des tibias intermediaries. 
Tibias anterieurs peu elargis a leur extremite, termines, en dehors, par 
une tres petite sail lie dentaire, sou vent a peine marquee. Tarses a 
articles triangulaires. 

P. Thomsoni a ete rapprochee par M. Nevinson de P. serrimargo 
Woll. ; elle me parait etre beaucoup plus voisine de P. monticola Ros., 
a laquelle elle ressemble beaucoup, excepte pour la granulation des 
elytres. Or, dans le genre Pimelia, ce caractere parait etre des moins 
importants : il peut varier a 1 infmi pour la meme espece. Je possede 
deux individus de P. monticola, chez lesquels la granulation elytrale 
n est pas effacee comme dans le type de 1 espece ; elle est, il est vrai, 
moins forte, moins ruguleuse et moins en forme de papules que dans 
P. Thomsoni. 

J ajouterai une importance plus grande aux caracteres suivants : Dans 
P. monticola, la cote marginale n est pas denticulee comme dans 
P. Thomsoni; de plus, elle ne porte jamais la rangee de cils noirs, 



Seance du 9 mars 1892, LXXV 

courts et dresses, signalee plus haut. Les cotes dorsales sont tou- 
jours bien distinctes dans 1 espece de Rosenhauer; dans P. Thomsoni, 
elles sont souvent confondues absolument avec les tubercules des inter- 
valles. Dans cette derniere espece, les pattes sont relativement courtes 
et robustes ; elles sont greles et allongees dans P. monticola. Dans 
celle-ci, les tibias anterieurs sont prolonges en dehors a leur extremite 
en une dent longue et aigue, ce qui n existe pas dans la nouvelle 
espece. 

Malgre ces differences, les deux especes me paraissent devoir etre 
placees pres 1 une de 1 autre. 

Types : collections Nevinson, Fairmaire et la mienne. 

M. M. Pic, de Digoin, envoie les notes suivantes : 

1 Anthicus Chobauti, n. sp. Parum elongatus nitidusque, 
holosericeo-flavo pubescens, ater, antennis nigris, tibiis tarsisque plus 
minusve obscure ferrugineis, elytrorum macula anteriore fasciaque 
postica rufo-testaceis. Algiria. 

Moderement allonge, a forme un peu plus ramassee chez le male. 
Antennes noires, assez epaisses et courtes, a premiers articles peu 
allonges, les suivants assez comprimes, a peu pres egaux avec les 
deraiers plus elargis, le terminal long. Tete de la largeur du prothorax, 
legerement tronquee-arrondie a la base, a potictuation fine et pubes 
cence courte. Prothorax noir, a fossettes peu marquees, faiblement 
elargi en avant, moderement court et plus ou moins orne de poils gris 
flavescents qui, plus serres a la base, dessinent quelquefois une sorte 
de bande grise ou flavescente pres des epaules. Epaules arrondies, non 
saillantes. Elytres un peu attenues et plus ou moins termines en pointe 
arrondie a Fextremite, legerement dehiscents vers leur angle sutural, 
bien garnis d une pubescence fine d un cendre flavescent qui s etend, 
plus serree, sur les cotes et les bandes rougeatres dont elle oblitere par- 
fois la nuance fonciere. Deux bandes ou taches sur chaque elytre peu 
variables : la premiere plus ou moins triangulaire aux epaules, n attei- 
gnant pas tout a fait la suture; la deuxieme pres de 1 extremite trans- 
versale, ordinairement un peu eloignee aussi de la suture. Pattes 
courtes, a couleur generale obscurcie, pubescentes, noires, avec les 
tibias et tarses plus ou moins rougeatres, les cuisses etant un peu plus 
epaisses chez le male. Long. 3 a 3 1/2 mill.; larg. 1 mill, environ. 
Algerie, differentes provenances, Kreider (Brisout). 

Rarement cette espece presente sa bande anterieure rougeatre peu 



LXXVI Bulletin entomologique. 

marquee, voilee sous le duvet gris serre qui la recouvre et 1 oblitere en 
partie. 

A. Chobauti ne peut pas se confondre avec A. Oberthuri Baudi, nom 
qu on peut lui attribuer (je 1 ai rec.u sous ce nom), par sa forme moms 
allongee, son prothorax concolore et les bandes, 1 anterieure surtout, 
generalement bien ecourtees au lieu d etre largement transversales ; il se 
rapproche beaucoup aussi de A. Aubei Laf., mais il offre une forme un 
peu plus attenuee en arriere et les elytres moins arrondis a leur extre- 
mite, enfin des bandes rougeatres et non grises. 

J ai recu cette espece de plusieurs entomologistes, je la dedie a mon 
ami le D r Ghobaut, un amateur aussi comme moi d Anthicides et un 
collegue qui promet de nous faire connaitre d interessantes nouveautes 
dans le groupe des Rbipiphorides qu il etudie actuellement avec ardeur. 
J ai vu aussi dans la collection Leveille cette espece. 

J ai de la collection Grilat (provenance Khenchela) une race a dessins 
et coloration generate de A. Chauboti, mais a bandes elytrales rougeatres 
paraissant un peu plus elargies, 1 anterieure surtout non triangulaire, 
avec les antennes plus ou moins rougeatres sur leurs premiers articles ; 
je ne suis pas encore bien fixe sur la valeur de la nuance pour les 
antennes des Antbicides, caractere qui, pour Laferte, a toujours ete 
examine et reconnu avec un soin scrupuleux; aussi, je ne me pronon- 
cerai pas categoriquement sur la valeur de cette modification, peut-etre 
locale, mais je proposerai pour la designer Je nom de v. lucidior, qui 
la fera reconnaitre simplement comme variete de A. Chobauti. 

2 II me semble interessant de publier les renseignements suivants 
que m a procures mon dernier voyage a Paris : 

Aube a connu Liopus Stierlini Ggl., ainsi que je 1 ai constate en visi 
tant la collection de cet auteur chez notre savant bibliothecaire, 
M. A. Leveille ; deux exemplaires de cette espece y sont represented 
sous le nom de nobilis. Dans la meme collection, on retrouve egalement 
Phytoecia erythrocnema Luc. sous le nom de filum. 

Dans la collection propre de M. A. Leveille figure une jolie forme de 
Clytanthus trifasciatus F., presentant la bande de duvet anterieure 
oblique effacee ; j ai vu la meme modification (coll. Bedel) sur un exem- 
plaire de Clytus rahmni Germ. Dans la collection Leveille se trouvent 
aussi des exemplaires de Rhamnusium bicolor Sch. a prothorax plus ou 
moins noir et a tete quelquefois egalement foncee. G est la premiere fois 
que je vois ces formes, qui doivent se rencontrer fort raremerit. 



Seance du mars 1892, LXXVII 

Synonymic : Uytus (Clytanthus) cinctiventris Ghvr., Ann. Soc. ent. 
Fr., 1882, p. 58 = nivipictus Kr. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Bulletin bibliographique 

Acade mie des Sciences (Comples rendus hebdomadaires des seances de I ), 
1892, l er sem. N 8. S. JOURDAN. Sur quelques points de 1 em- 
bryogenie de I Oniscus murarius Guv. et du Porcellio scaber Leach. 
G. HENNEGUY et A. BINET. Structure du systeme nerveux larvaire 
de la Stratiomys strigosa. N 9. Q 

Acade mie des Sciences de Cracovie (Bulletin international), 1892, fe- 
vrier. 

Apiculteur (L )> 36, 3, 1892. E. PIERRARD. Diverses observations sur 
la fecondation. J. FALLOU. Note sur 1 invasion de la Pieris bras 
sier L., pendant les mois d aout, septembre et octobre 1891, dans 
certaines parties du departement de Seine-et-Oise (fig.)- XAMBEU. 
Necrophorus fossor ET. 

Department of Agriculture N. S. Wales, Bulletin n 4. Report of the 
Conference of Fruit-Growers together with appendices, 1891. 

Deutsche entomologische Zeitschri ft (Gesellschaft Iris zu Dresden), 1891, 
IV. 0. STAUDINGER. Eine neue Morpho-Form. W. PETERSEN. 
Die Entwicklung des Schmetterlings nach dem Verlassen der Pup- 
penhulle (fig.). 0. STAUDINGER. Neue afrikanische LycaBniden. 
Neue Arten und Varietaten von Lepidopteren des palaarktischen 
Faunengebiets. 

Entomologische Nachrichten, XVIII, 5, 1892. G. VERHOEFF. Ueber 
einige neue und seltene Fossorien. J. J. KIEFFER. Die Zoocecidien 
Lothringens, III. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, n 257, 1892. J. J. KIEFFER. Les Aca- 
rocecidies de Lorraine. R. MARTIN. Les especes fran^aises de la 
famille des Limnophilines. Station entomologique et zoologique 
de Pointe-de-Grave. 

Natumliste (Le), l er mars 1892. P. DOGNIN. Descriptions de Lepido- 
pteres nouveaux. 



LXXVIII Bulletin entomologique. 

Societas entomologica, VI, 23, 1892. D r M. STANDFUSS. Noch einmal 
Saturnia hybrida minor 0. Riss VON MOORE. Reisebilder vom 
Kap Skagen und die Ausbeute an Goleopteren daselbst. F. SIKORA. 
Der madagassische Seidenschmetterling Borocera madagascariensis. 

R. BERGER. Beitrage zum Melanismus der Schmetterlinge. 
F. RiiHL. Die Macrolepidopteren-Fauna von Zurich und Umgobung. 

Societe entomologique de Belgique (Annales), XXXV, 1891. A. SCHLET- 
TERER. Hymenoptera in expeditione sub auspicio regii imperii bel- 
gici perfecta in regione Africa ad Congo flumen inferius collecta 
determinata sive descripta (2 pi.). J. DESBROCHERS DES LOGES. Ca 
talogue des Curculionides appartenant au genre Zygops et faisant 
partie de la collection du Musee royal de Belgique, suivi de la con 
cordance synonymique des especes du comte Dejean, avec la nomen 
clature actuelle d apres les types, et de diagnoses d especes nouvelles. 

Comptes rendus. Tables. 

XXXVI, 2, 1892. A. FOREL. Notes myrmecologiques. F. J. 
M. HEYLAERTS. Heterocera exotica, nouvelles especes des Indes 
orientates neerlandaises. CH. KERREMANS. Note sur les Chrysode- 
mides africaines attributes au genre Iridotxnia. Diagnoses de 
deux Buprestides de la region du lac Tanganyka. A. DUVIVIER. 
Melanges entomologiques : X. Diagnoses de Coleopleres nouveaux 
du Congo. A. GROUVELLE. Clavicornes du Bengale. A. LA- 
MEERE. Note sur les Fourmis de la Belgique. E. COUCKE. Les Bra- 
chymeres de Belgique et des regions voisines. L. COUCKE. Troi- 
sieme note sur quelques Coleopteres heteromeres de la Belgique. 
E. COUBEAUX. Enumeration des Hemipteres de Belgique. 



BIGOT (J.-M.-F.). The Baluchistan Melon-fly : Carpomyia Pardalina 
et ?, n. sp. (Ind. Mus. Nat.), 1892, 1 p. * 

ID. Note dipterologique (Wien. ent. Zeit.), 1892, 1 p. * 

ID. Voyage de M. Ch. Alluaud aux lies Canaries (nov. 1889 juin 
1890) : Dipteres (Bull. Soc. zool. Fr.), 1891, 5 p. * 

POUJADE (G.-A.). Lepidopteres de la Collection Pavie (Nouv. Arch. 

Mus.), 1891, 22 p. * 

A. L. 



Seance du 23 mars i892. LXXIX 

du 3 mars 1SO2 

Presidence de M. C. JOURDHEUILLE 

MM. M. Pic, de Digoin, J. de Joannis et C. Delagrange assistent a la 
seance. 

Correspondance. Le Tresorier, M. le D r A. Fumouze, s excuse de ne 
pouvoir assister a la seance. 

M. J. de Joannis remercie de son admission. 

M. le Secretaire lit une lettre de notre collegue M. A. Raffray, qui 
a quitte Paris le 17 mars. Nomme consul de France a Tien-Sin (Chine), 
M. A. Raffray se rend a sa nouvelle residence. II fait ses adieux a ses 
collegues et prie ses correspondants d adresser leurs lettres a sa nouvelle 
residence. 

Notre collegue M. P. Vuillot, en voyage dans la region des Chotts 
du Sahara algerien, ecrit de Zeribet-El-Oued, a la date du 9 mars, que 
la partie Est des Zibans, au Sud des monts Aures et designee sous le 
nom de Zab-ech-Chergui, ou il chasse actuellement, est tres fertile 
cette annee par suite des pluies d hiver. La region est riche en Insectes 
de tous les ordres et particulierement en Lepidopteres. Vanessa cardui 
pullule. II a recueilli en abondance des Colias, des Terias, beaucoup de 
Noctuelles et de Phalenes. A son retour, M. P. Vuillot communiquera 
a la Societe la liste des especes recueillies dans cette region, ainsi que 
dans I Oued-Souf, au Sud des Ghotts. 

M. le Secretaire annonce la manifestation projetee par les membres 
de la Societe entomologique de Belgique en 1 honneur de leur President 
honoraire, M. le baron E. de Selys-Longchamps, membre honoraire de 
la Societe entomologique de France. 

Une lettre d adhesion, au nom de la Societe entomologique de France, 
a deja ete adressee au President de la Societe entomologique de Bel 
gique. 

La Societe, consulted, a 1 unanimite, s associe a la manifestation pro 
jetee par la Societe entomologique de Belgique en 1 honneur de M. le 
baron E. de Selys-Longchamps et charge son President de transmettre 
ses felicitations, ses sentiments de sympathie et de reconnaissance a 
1 illustre Entomologiste, membre de la Societe entomologique de France 



LXXX Bulletin entomnlngique. 

depuis 1834 et a qui elle a decerne, en 1885, le litre do Membre hono- 
raire. 

M. le Secretaire donne lecture des deux lettres suivantes : 

Paris, 16 mars 1892. 
Monsieur le President, 

Je viens d apprendre que la Societe, dans la seance du 9 mars, a bien 
voulu couronner le travail que j ai eu 1 honneur de lui presenter sur la 
Classification des Pyralites. 

Je suis tres flatte de cette distinction et heureux de partager le Prix 
Dollfus avec notre savant collegue M. E. Abeille de Perrin. 

Veuillez bien, Monsieur le President, etre mon interprete aupres de 
la Societe pour lui transmettre tous mes remerciements, et agreer 
vous-meme 1 expression de mes sentiments respectueux et devoues. 

E.-L. RAGONOT. 

Marseille, 21 mars 1892. 
Monsieur le President. 

J ai 1 honneur de vous accuser reception de la notification que vous 
venez de me faire. Je saisis cette occasion pour remercier vivement ceux 
de nos collegues qui ont bien voulu me decerner ce temoignage d estime 
et de sympathie ; j y suis d autant plus sensible que le nombre de mes 
electeurs m a non moins surpris que charme. 

Si la somme qui doit accompagner ce prix m est indifferente, il n en 
est pas de meme d un souvenir destine a rappeler une election si flat- 
teuse pour moi : je choisis done la medaille commemorative pour 
laquelle le Reglement me donne le droit d opter. 

Veuillez agreer, Monsieur le President et cher collegue, 1 assurance 
de ma gratitude toute particuliere. 

E. ABEILLE DE PERRIN. 

Presentation des ouvrages. Le Bibliothecaire, M. A. Leveille, apres 
avoir fait le depot des ouvrages rec.us et offerts, presente a la Societe 
1 ouvrage intitule : The Natural History of the rarer Lepidopterous In 
sects of Georgia, collected from the observations of J. Abbott, with the 
plants on which the feed; with a french translat, par J.-E. Smith. 
Londres, 1797, 2 vol. in-folio, 214 pages et 104 planches coloriees. 

Sur les indications de M. le President, il s est empresse d acquerir ce 
magnifique ouvrage, devenu rare, d autant plus que le prix qu il a paye 
est bien au-dessous de sa valeur en librairie. 

La Societe vote des felicitations a M. le Bibliothecaire. 



Seance du 23 wars i89%. LXXXI 

Admission. M. 0. E. Janson, Little-Russell street, 35, Londres W. C. 
(Angleterre). Col., pr. Ce tonides. 

Presentations. 1 M. Charles Delagrange, voyageur naturaliste, rue 
Bersot, 54, Besangon (Doubs), Col. et Le p., presente par M. J. Gazagnaire. 
Commissaires rapporteurs : MM. G.-A. Baer et P. Grouvelle. 

2 M. Joseph-Jean Minsmer, capitaine au 142 e regiment d infanterie, 
Mende (Lozere), Col. de France, presente par M. J. Gazagnaire. Com 
missaires rapporteurs : MM. E. Lefevre et G.-A. Poujade. 

3 M. le D r Richard Henry Meade, Mount Royd, Bradford (Angle 
terre), Dipt, europ., pr. Muscidse, presente par M. J. Gazagnaire. 
Gommissaires rapporteurs : MM. A. Leveille et J. de Gaulle. 

Travaux e crits. M. le Secretaire depose, au nom de M. C. Emery, les 
deux memoires suivants : 1 Voyage de]M. Ch. Alluaud aux iles Canaries 
(novembre 1889 juin 1890) : Formicides, et 2 Notice sur quelques 
Fourmis des iles Galapagos, par M. C. Emery. 

Communications. M. H. Lucas adresse a la Societe les notes suivantes : 

1 Ayant pu examiner des ootheques de Acridium (Schistocerca) pere- 
grinum recueillis par M. Gilbrin dans la province de Constantine, je 
ferai remarquer que les figures 2, 2 a de la planche 8, T. IX, 2 e serie, 
p. 362, 1851, des Annales de la Societe entomologique, ne repre- 
sentent pas la coque ovigere de cette espece, mais bien celle de Stau- 
ronotus maroccanus. 

2 Je communique a la Societe un flacon contenant des Takahout ou 
galles de Tamarix africana ? provenant de Figuig (Maroc) et servant, 
a Figuig et a Tafilet, a la preparation du maroquin. 

J ai exf.mine ces galles, qui m ont ete donnees par M. le D r Bonnet, 
botaniste attache au Museum et mon collegue au Jardin-des-Planles ; 
elles sont de grosseurs diverses, en general irregulierement arrondies 
et quelquefois reunies ; on les rencontre ordinairement placees sur les 
feuilles triangulaires subulees de ce Tamarix, les entourant rneme 
lorsque ces galles sont agglomerees ; elles sont rugueuses, d un blanc 
terreux, et, en les examinant, j ai remarque qu elles presentaient toutes, 
sur le cote, une ouverture circulaire, plus ou moins grande, et dont les 
bords sont assez nettement decoupes. 

Esperant rencontrer le constructeur de ces excroissances ou au moins 
quelques debris pouvant me donner un renseignement, j en ouvris une 



LXXXII Bulletin entomologique. 

assez grande quantite, mais mes recherches ont ete infructueuses. Ge- 
pendant je me demande si ces galles, extre mement abondantes, ne 
seraient pas produites par la piqure d un Insecte appartenant a un Hy- 
menoptere du genre Cynips ; mais je dois dire que c est avec le plus 
grand doute que j emets cette opinion. 

Ces galles sont tres dures ; elles varient beaucoup de taille. Je donne 
ici quelques dimensions : longueur, 16, 14, 11, 9, 8, 7, 5, 4 mill.; lar- 
geur, 14, 13, 10, 8, 7, 6, 4, 3 mill. 

M. E.-L. Ragonot donne les descriptions de trois especes inedites 
de Microlepidopteres (Tineites) prises par M. le capitaine Dattin a Gabes 
(Tunisie) : 

1. Tinea bipartitella, n. sp. 20 mill. Ailes superieures avec 
la moitie basilaire d un brun rouge mele de noir, la moitie apicale d un 
blanc de craie tache de noir a Textremite et tres faiblement reticulee de 
gris de fer sur le bord anal et la cote; un point discoi dal noir. Frange 
blanche, sauf a 1 apex, ou elle est noiratre et traversee par deux filets 
noirs. Tete blanche ; thorax blanc par devant, brun rouge par derriere 
et sur les cote s. 

Se distingue de sa proche voisine T. tapezella L. par les couleurs et 
par la ligne de partage des deux couleurs qui est absolument verticale. 

2. Psecadia lybiella, n. sp. 14 a 17 mill. Ailes superieures 
courtes, blanches ou avec une faible teinte grise le long de la cote et du 
bord interne ; elles sont marquees de quatre points noirs, un peu 
allonges, dont deux, 1 un apres 1 autre, sur le pli dorsal, avant le mi 
lieu, et deux autres un peu au dela, sur la meme ligne : un au milieu, 
1 autre sur la nervure transversale. A 1 apex, en ligne avec ces points, 
se trouve un amas irregulier d ecailles noires. La frange, de la couleur 
des ailes est precedee d une rangee de points noirs, plus gros a Tangle 
anal. 

Ailes inferieures d un gris brunatre clair ; la frange plus pale, jau- 
natre et soyeuse. Tete, thorax, palpes et antennes blancs. 

Tres voisine de P. quadrinotella, mais celle-ci est d un jaune cha 
mois pale ; elle n a pas d ecailles noires au sommet, les points margi- 
naux ne s etendent pas a Tangle anal, les ailes inferieures sont teintees 
de brunatre et distinctement liserees de brun. 

Trois <J pris a Gabes, fin mai. 

3. Potocheuuisa multistrigella, n. sp. 11 mill. Ailes supe- 



Seance du 23 mars i892. LXXXIII 

rieures blanches, finement striees en long, sur et entre les nervures ; les 
stries sont courtes vers le bord interne, longues vers la cote, limitees 
par une bande blanche qui s etend obliquement avant 1 apex, aii milieu 
du bord interne et suivie de deux etroites bandes brunatres, finement 
liserees de noir, dont la premiere s attenue vers la cote, qu elle n atteint 
pas, et la seconde suit le bord externe de 1 aile, formant un crochet dans 
la frange a 1 apex, s elargissant sur le bord interne. 

Ailes inferieures d un gris pale ; la frange teinte de brunatre. Tete et 
thorax blancs, traverses par une strie noire verticale au milieu ; le thorax 
avec une strie noire de chaque cote et parallele a celle du milieu. An- 
tennes blanches, annelees de noir, entierement blanches vers la base, 
sauf un point noir a la base meme. 

Voisine de P. inopella. Prise a Gabes le 6 avril. 

M. F. Meunier, de Bruxelles, signale deux nouveaux genres de 
Leptidae de 1 Ambre tertiaire : 

Les Dipteres appartenant a la f ami lie des Leptidae se rencontrent assez 
frequemment dans la resine provenant des cotes de la mer Baltique. On 
connait actuellement les genres Leptis et Atherix. J ai observe deux 
autres genres dont aucun auteur ne lait mention. Les Chrysopila, de- 
membres des Leptis par Macquart, se distinguent par plusieurs carac- 
teres importants. La cellule anale est ouverte et Pabdomen a des fascies 
de couleur generalement jaune chez les Leptis. Les Chrysopila ont une 
teinte sombre sur tout le corps et la cellule anale distinctement fermee. 
De plus, ces fossiles sont pourvus, comme chez les especes qui habitent 
notre faune, d une pubescence rousse doree, plus ou moins enlevee chez 
les individus ayant subi 1 action d un vol prolonge. Pour avoir la cer 
titude dans les fails que j avance, j ai fait confirmer mes determinations 
par le savant dipteriste le baron Osten-Sacken. 

L autre Leptidae offre encore plus d iatere~t. II est impossible de placer 
ce Diptere dans aucun genre americain ou europeen. II est extremement 
voisin des Chrysopila, et la cellule anale est legerement, mais tres visi- 
blement ouverte (1 mill.). Ge curieux fossile n etant pas dans un e tat de 
conservation assez remarquable, je n hesite pas a dire qu il est prudent 
d attendre de nouveaux echantillons avant de pouvoir resoudre rigou- 
reusement cette question. Neanmoins, je propose de cre er provisoire- 
ment pour ce Diptere le genre Palcochrysopila. 

M. M. Pic communique : 

GORTODERA uMBRiPENNis Reitt., v. Rosti, var. n. Peu allonge, 



LXXXIV Bulletin entomologtque. 

noir, avec les elytres d un jaune testace uniforme ou obscurcis sur leur 
bordure externe et un peu plus largement sur la suture. Antennes 
noires, minces. T^te et prothorax finement et densement ponctues, ce 
dernier offrant une ligne longitudinale sillonnee plus ou moins marquee ; 
les deux sont plus ou moins garnis de poils jaunatres assez longs. 
Elytres moderement etroits et elargis, un peu plus longs que le protho 
rax aux epaules et a peu pres longs trois fois comme lui, assez forte- 
ment ponctues et ornes de poils d un gris jaunatre assez longs et peu 
nombreux. Male un peu moins elargi que la femelle, avec les elytres un 
peu attenues en arriere. Pattes pubescentes, entierement noires ou avec 
les anterieures en partie rougeatres. Long. 910 mill. Elbrouz 
(Gaucase). 

Recueilli et procure par M. Carl Rost, a qui je suis heureux de le 
dedier. La variete C. Rosti se distinguera facilement du type par sa 
forme un peu moins elargie et la nuance generate des elytres moins 
obscurcie. 

LEPTURA UNIPUNCTATA F., v. obscure-pilosa , var. n. Forme 
assez courte et un peu elargie. Noir, avec les elytres d un rouge acajou, 
a tache mediane noire et a suture etroitement obscurcie. Tout le dessus 
du corps revetu de longs poils dresses, noiratres, bien plus longs au 
prothorax et bien plus courts a Pextre mite des elytres ; ceux-ci obtuse- 
menl arrondis. Pattes de dessous du corps noires, pubescentes de gris 
jaune. Long. 1214 mill. Russie. 

Gette variete est caracterisee par sa couleur elytrale moins claire et les 
poils obscurcis herissant son corps ; sa torme parait aussi un peu plus 
ramassee. 

M. le professeur A. Giard ecrit : 

Dans une note communiquee dans le Bulletin du 24 fevrier 1892, 
M. G. Rrongniart me prete bien gratuitement une opinion fantaisiste 
dont je le defie de trouver 1 expression dans mes diverses publications 
relatives au Champignon parasite de Schistocerca peregrina Oliv. 

Jamais, dit M. G. Brongniart, ces Gryptogames n ont donne, a leur 
debut, la forme Botrytis, que M. A. Giard considere comme I e tat jeune 
du Fusarium. 

Jamais, dirai-je a mon tour, pareille idee n a germe dans mon cer- 
veau. J ai seulement constate que Lachnidium m a presente, dans 
certaines cultures (et nullement au debut), des formes Hormodendron, a 



Seance du 23 mars 189%. LXXXV 

petites spores en chapelets, comparables a celles observers par Gostan- 
tin chez Cladosporium herbarum, et j ai ajoute que ces formes corres- 
pondaient sans doute a ce que certains observateurs persistaient a 
nommer Botrytis (1). 

Cette erreur avait ete commise d abord par un botaniste aussi expe- 
rimente que le professeur Trabut, qui, depuis, l a corrigee Iui-m6me 
avec la plus entiere bonne foi. En 1 attribuant egalement a M. G. Bron- 
gniart, je croyais lui offrir une planche de salut qu il eut du saisir avec 
empressement. Mais puisque M. G. Brongniart persiste dans son erreur, 
puisque, apres s etre derobe a 1 Academie des sciences, dans le journal 
La Nature et dans Le Naturaliste, il veut maintenant transporter le debat 
devant la Societe entomologique de France, je dois montrer a nos 
collegues avec quelle le gerete (?) travaille le jeune assistant au Museum 
d histoire naturelle. 

A une epoque ou M. G. Brongniart, stimule par les decouvertes de 
nos collegues MM. J. Kiinckel d Herculais et G. Langlois et de M. le 
D r Trabut, n avait encore reconnu sur les Criquets pelerins qu un seul 
Gryptogame, au lieu des quatre especes qu il pretend avoir trouvees 
depuis (La Nature du 22 aout 1891), a une epoque ou il operait avec 
un Champignon ayant des spores cloisonnees, vivant dans les voies res- 
piratoires de Flnsecte et par consequent bien different des Botrytis 
(Le Naturaliste du l er octobre 1891), M. G. Brongniart ecrivait triom- 
phalement : Nous n hesiterons pas a dire que nous avons obtenu deja 
des resultats positifs dans la nature, c est-a-dire que nous avons pu 
contaminer, au bout de six jours, sur des lieux de ponte, des milliers de 
jeunes Criquets, en repandant sur le sol des Griquets adultes tues par 
le Gryptogame et pulverises et des spores diluees dans 1 eau. 

Mais quelques semaines plus tard (Societe nationale d Agriculture, 
21 novembre 1891), rendu plus prudent par les conseils deM. Delacroix 
et procedant cette fois avec plus de modestie, M. G. Brongiart annonce 
seulement qu il a pu tuer, avec deux Botrytis, 1 un a spores rondes, 
1 autre a spores ovales, dix Griquets recemment arrives a 1 etat adulte 
et quelques jeunes parvenus a la troisieme mue, et il termine sa nou- 
velle communication par ces sages paroles : Des experiences faites en 
Algerie sur les oeufs, sur les jeunes Griquets marocains et pelerins, s il 
y en a, s imposent. 

(l) A. Giard, Sur le Champignon parasite des Criquets pelerins (Comptes 
rendus de 1 Academie des sciences, 7 decenabre 1891). 



LXXXVI Bulletin entomologique. 

S il y en a est joli ! Mais de quo! done sont morts les milliers de 
jeunes Griquets dont 11 etait question dans La Nature du 21 aout, s ils 
ontjamais existe! et les fameuses experiences sur les lieux de ponte 
etaient done insuffisantes ? (2). 

De tout cela il resulte, pour moi comme pour tous les botanistes alge- 
riens qui ont etudie la question, qu il n y a jamais eu sur les Griquets 
pelerins d autres Botrytis que ceux apportes par M. G. Brongniart, le 
B. bassiana et le B. densa correspondant respectivement aux Botrytis 
a spores rondes et a spores ovales de M. G. Brongniart. Ces deux especes 
peuvent, en effet, comme je 1 ai montre a la Societe de biologic, in- 
fester des Orthopteres ; mais, dans ce cas, elles vegetent lentement et 
vivent sur les Griquets sans les momifier, comme elles vivraient sur 
n importe quel substratum organique (meme le liege !). Dans ces condi 
tions, elles ne prenrient jamais le caractere de maladies infectieuses et 
epidemiques qu elles ont sur le Ver a soie (B. bassiana) ou sur le Ver 
blanc (B. densa). 

Encore un mot sur la fagon tres personnelle dont M. G. Brongniart 
en use avec les lois de la nomenclature. Ges lois existent pour la Crypto- 
gamie comme pour 1 Entomologie. Lorsque les especes nouvelles de 
Champignons ont ete decrites sous les noms de Polyrhizium leptophyei 
Giard et de Lachnidium acridiorum Giard, on peut evidemment, si Ton 
a de bonnes raisons pour cela, les placer dans d autres genres ; mais on 
n a pas cependant le droit de les appeler Cladotrichum leptophyei Gorda 
et Fusiarum acridiorum Brongniart et Delacroix, surtout quand il arrive, 
comme dans ce dernier cas, que ni le nom generique ni le nom specifique 
n appartiennent a ceux qui s en attribuent le merite. 

(2) Si M. C. Brongniart travaille souvent trop vite, il est, par moments, beau- 
coup moins prompt dans ses determinations. Apres avoir annonce, par d6pe"che, 
le 19 juin et, par lettre, le 29 juin, a 1 Academie dcs sciences, qu il avail obtenu 
des cultures pures du Champignon des Criquets, il ecrit encore le l er octobre : 
Los cultures que j ai entreprises montreront si ce Champignon est un Botry 
tis, un /sana ou tout autre Champignon. Enfin, le 21 novembre, ces cultures 
pures revelent tout a coup quatre Champignons differeuts ! 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Seance du 23 mars i892. LXXXVII 

Bulletin bibliographique 

Academie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I }, 
1891, l er sem., n os 10 el 11. Q 

Agricultural Gazette of N. S. Wales, II, 12, 1891. A. SIDNEY OLLIFF. 
The Plague Locust in N. S. Wales (fig.). Entomological Notes. 

Akademija umiejetnosci w Krakowie : 1 Pamietnik, 1891. Q 2 Roz- 
prawy, II, 1, 1891. 3 Sprawozdanie Komisyi fiziojogracficznej, 
1890. P. KOTULO. Spis pluskiew z okolic Przemysla (i po czesci 
Livowa). Liste d Hemipteres. A. L. LOMNICKI. Fauna Livowa i 
okolicy : I. Chrzaszcze (Goleoptera). K. BOBEK. Przyczynck do 
fauny muchowek tatrzanskick (Dipteres). 1891. A. M. LOMNICKI. 
Wikaz chrzaszczow nowych dla fauny Galicyi. J. DZIEDZIELEWICZ. 
Przeglad fauny Krajowej Owadow Siatkoskrzydlych (Neuroptera, 
Pseudoneuroptera). 

Entomologische Zeitung (Stettiner), 1878, 1887, 1889. LI, 1890. 
D r H. DOHRN. Zwei neue Paussiden. D r A. SEITZ. Die Schmetter- 
lingswelt des Monte Gorcovado (4 art.). H. LOENS. Zur Psociden- 
fauna Westfalens. D r H. HAGEN. Unsere gegenwartige Kenntniss 
der Ephemeriden. D r 0. NICKERL. Sphyrorrhina Charon, eine 
neue Goliathiden-Gattung und Art (pi.). A. F. NONFRIED. Neue 
exotische Coleopteren. G. VOIGT. Nachtrage zu meinen Wande- 
rungen in der Sierra Nevada (2 art.). G. A. DOHRN. Welsche 
Plaudereien (3 art.). Licet meminisse (2 art.). G. A. TEICH. 
Zwei neue Varietaten von Penthina. H. DISQUE. Ueber das Prii- 
pariren der Raupen. F. EPPELSHEIM. Microlepidopterologische 
Beobachtungen. H. DISQUE. Biologische Notizen iiber einige Mi- 
crolepidopteren -Raupen (2 art.). Maj. D. HERING. Die Raupen der 
Schmetterlinge Europa s von D r E. HOFFMANN. J. FAUST. Russel 
kafer von S. Asien und den Sundainseln. G. A. DOHRN. Paussus 
Sikoranus. Ueber Gonocephalus Guerini. Vergleichende Stu- 
dien ttber Ameisengaste und Termitengaste von E. WASMANN. 
J. FAUST. Notizen iiber Russelkafer. D r A. SEITZ. Eine Sammlung 
in Hong-Kong. H. J. KOLBE. Die entomologische Nomenklatur. 
OMAR WACKERZAPP. Ueber den Simplon zum Monte Rosa. - 
J. FAUST. Neue Russelkafer aller Lander. G. A. DOHRN. Madagas- 
risches. Eine Anpassung. A. RIESEN. Lepidopterologische Mit- 
theilungen aus Ostpreussen. Sammel-Reminiscenzen. D p HOF- 
MANN. Beitrage zur Keimtniss der Butalideu. OMAR WACKERZAPP. 



LXXXVIII Bulletin entomologique. 

Die Fauna des Simplon Gebiets. F. EPPELSHEIM. Zur Nepticula gd 
Wk. H. A. HAGEN. Die ersten Maler nordamerikanischer Insekten. 

G. A. DOHRN. Paussidisches. J. FAUST. Die Gattung Sciaphilus 
Sch. A. v. KRAATZ-KOTSCHLAU. Drei Cm)0/ossws-Varietaten. 
A. SPULER. Zur Phylogenie der einheimischen Apatura-Arten (pi.). 

G. WEYMER. Exotische Lepidopteren, V. D r F. KARSCH. Ueber 
Libellulinen der Sammlung des Herrn D r H. Dohrn. E. WAS- 
MANN. Einige neue Hermaphroditen von Myrmica scabrinodis und 
Ixvinodis. Ueber die verschiedenen]Zwischenformen von Weib- 
chen und Arbeiterin bei Ameisen. 

LII, 1891. E. WASMANN. Eine neue Glavigeride aus Madagaskar 
(Rhynchoclaviger Cremastogastris) mit einigen vergleichenden bio- 
logischen Bemerkungen (pi.). A. v. KRAATZ-KOTSCHLAU. Ceroglos- 
sus Buqueti, var. lepidus. A. RIESEN. Zum Heimaths-Nachweiss 
von Erebia glacialis Esp. und Arctia Cervini Fallou. Zur Syste- 
matischen Stellung von Lyc&na roboris Esp. und Cicadaria badiata 
Hb. Zur Systematischen Stellung der Gattung Namangana Stgr. 
Lokal-Faunistisches. Ein Vorschlag zur Vereinfachung der Be- 
zeichnung der Schmetterlings-Varietaten. H. J. KOLBE. Aufzah- 
lung des von Herrn H. Meyer im Jahre 1889 im Gebiete des Kili- 
mandscharo- und Ugueno-Gebirges gesammelten Coleopteren. 
0. HABIGH. Ueber den Einfluss des Putters auf die Farbung und 
Zeichnung der Baupen des Genus Eupithecia. D r A. SEITZ. Me- 
moires sur les Lepidopteres, rediges par N. M. ROMANOFF, IV und V. 

D r G. HINNEBERG. Zwei duftende Kleinschmetterlinge. A. RIE 
SEN. Einiges iiber Winterschlaf und Winterlager der Ostpreussischen 
Garabicinen. C. A. DOHRN. Literarisches. Maj. E. HERING. 
Saisondimorphismus und ungeloste Rathsel bei der Gattung Graci- 
laria Hw. D r H. REBEL. Meyrick s Pyralidinen Classification. - 
Maj. E. HERING. Nachwort. G. A. DOHRN. Welsche Plaudereien. 

G. STANGE. Biologische Notizen iiber einige Microlepidoptera. - 
Maj. E. HERIMG. Erganzungen und Berichtigungen zu F. 0. But- 
tner s Pommerschen Mikrolepidopteren. 0. STAUDINGER. Bemer 
kungen zu einigen Stellen des vorigen Heftes dieser Zeitung. 
G. A. DOHRN. Lebioderus javanus Dhn. Bericht. Madagasca- 
risches. Ein Reminiscenz. A. SEEMANN. Literatur. Spazier- 
gange eines Naturforschers von W. MARSHALL. - G. A. DOHRN. Fata 
auf einer Excursion. Ein Brief von Germar. Cicindela literata. 

D r E. HOFMANN. Carpocapsa saltitans Westw. aus springenden 
Samen. Zur Heimaths-Nachweiss von Erebia glacialis Esp. und 



Seance du 23 mars 1892. LXXXIX 

Arctia Cervini Fallou. J. FAUST. Curculioniden aus Ost-Indien. 
- D r A. FRITZE. Die Fauna von Jezo im Vergleich zur Fauna des 
ubrigcn Japan. G. A. DOHRN. Literatur. Die zusammengeset- 
zten Nester und gemischten Kolonien der Ameisen. Ein Beitrag 
zur Biologic, Psychologic und Entwickelungs geschichte der Ameisen 
gesellschaften von E. ASSMANN. F. EPPELLSHEIM. Nepticula gei 
Wk., ab. semicolorella Epplshm. H. GROSS. Zur Biologie von 
Erebia pronoe Esp.; Erebia oeme, var. spodia Stdgr.; del. salicata 
Hb., Col. phicomone Esp. und Nachtrag zur Cid. tophaceata S. V. 
A. RIESEN. Zur Lepidopteren-Fauna der Provinzen Ost- und 
Westpreussen. PUNGELOR. Handbuch fur Sammler der europai- 
schen Grossschmetterlinge von D p M. STANDFUSS. Goleoptera trans- 
waalensis. G. A. DOHRN. Bengalische und afrikanische Paus- 
siden. 

Entomologist s Record and Journal of Variation (The}, III, 3, 1891. 
Scientific Notes. Variation. Current Notes. Notes on col 
lecting. 

Frelon (Lc), I, 11, 1892. DESBROCHERS DES LOGES. Revision du groupe 

des Gneorhinides-Barynotides. Diagnoses d especes inedites du 

genre Apion. 
Kaiserlichen ATcademie der Wissenschaften (Sitzungsberichte der), XCIX, 

iv a x, 1890. D r C. GROBEN. Die Antennendriise von Lucifer Rey- 

naudii M.-Edw. 
Naturaliste (Le), lo mars 1892. XAMBEU. Moeurs et metamorphoses 

du Xylopertha pustulata Fabr. L. AUSTAUT. Deux Sphingides 

nouveaux de I Asie orientalo. F. PLATEAU. Les chenilles carnas- 

sieres (fig.). 
Reale Accademia del Lined (Atti), I, 3 et 4, 1892. G. MINGAZZINI. Clas- 

sificazione dei Goccidi e delle Gregarine. 
Revue des travaux scientifiques, XI, n os 9 et 10, 1891. 
Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, V, 3, 1892. 

M. Pic. L Entomologiste, poesie. 
Royal Society (Proceedings), n 30o, 1892. Q 
Sociedad cientifiea Antonio Alzate (Memorias y Revista), V, 3 et 4, 

1892. A. L. HERRERA. Semcjcnza protectora general en los Lepi- 

dopteros mexicanos del genero Ithomia. Los animates transpa- 

rentes (pi.). 



JOURNAL BiMEiNsuEL (Bulletin de la Societe entomol. de France), 1892, n 7. 



xc Bulletin entomoloyique. 

Societa entomuioyica italiana (Bulletino), XXIIi, n os 1 cl 2, 1891. 
E. VERSOX et E. BISSON. Cellule glandular! ipostigmatiche (2 pi.). 
M. BEZZI. Contribuzioue alia fauna ditterologica della provincia di 
Pavia. Dott. LOPEZ CORRADO. Sulla sinonimia di alcune Brachini, 
a proposito di una varieta del Brachymts exhalans Rossi (fig.). 
Una varieta nuova del Carabus Rossii Dej. (fig.). -- G. GRIBODO. 
Contribuzioni imenotterologiche. Sopra alcune specie nuove o 
poco conosciute di Imenotteri Antofili (gencre Ctenoplectra, Xylocopa, 
Centris, Psithyrus, Trigona et Bombus), III. M. BEZZI. Aggiunte 
alia fauna entomologica della provincia di Pavia. F. VITALE. 
Studii sull Entomologia Sicula : IV. I Brachideri Messinesi. 
G. GANO. Sviluppo postembrionale dei Gancridi (2 pi.). C. EMERY. 
Note sinonimiche sulle Formiche. 

Societas entomologica, VI, 24, 1892. D 1 L. v. HEYDEX. Zu den Neu- 
beschreibungen des Herrn von Lomnicki. E. BRENSKE. Ueber die 
Verbreitung der Melolonthiden auf der Erde. F. RUHL. Ueber cine 
zweifelhafte Eupithecia. H. DOMENITZKI. Materialen zu einer 
Schmetterlings- und Kaferfauna Westafrica s. 

Wiener entomologische Zeitung, XI, 3, 1892. K. W. v. DALLA TORRE. 
Hymenopterologische Notizen. E. REITTER. Ueber die Arten der 
Coleopteren-Gattung Leptodes Sol. D. L. v. HEYDEN. Notiophilus 
melanophthalmus Schlosser. E. BERGROTH. Ueber Lasiopsis Er. 
und verwandte Gattungen. E. REITTER. Ueber eine Lasiopsis- 
Arten aus dein Kaukasus. G. STROHL. Interessante osterreichische 
Dolichopoden. D r FR. BRAUER und v. BERGEXSTAMM, Berichtigung. 
J. MIK. Bemerkungen zu dem vorstehenden Artikel. Pr. D r Brauer s 
und v. Bergenstamm s Berichtigung in der Wiener Entomolo- 
gisclien Zeitung. R. H. MEADE. Speciei novaB Tachmidarum des- 
criptio. Prof. J. MIK. Dipterologische Miscellen. 



ABBOTT (J.) et J.-E. SMITH. The Natural History of the rarer Lepidopte- 
rous Insects of Georgia. Londres, 1797, 2 vol. in-folio relies, 214 p., 
104 pi. col. Ouvrage acquis pour la Bibliotheque. 

DELLA TORRE (G.-E.). La Bombyx neustria L. (Bull. Agr., Agron., Ghim 

agr.), 13 p. * 

ID. Lo Zabrus tenebrioides Goeze (Bull. Agr.), 1891, 12 p. * 
ID. II Cossus cossus L. (loc. cit.), 1891, 12 p. * 



Seance du 23 mars ISO). xct 

DELIA TORRE (G.-E.) 11 Khynchites aim Mull. (loc. cit.), 1890.. i>. * 

ID. Sui tegument! clelle crisalidi di Pieris brassiae L. Note prcliminare 
(Bull. Soc. ent. ital.), 1884, 3 p. * 

ID. Anophthalmus Targionii, nuovo Garabide ceco d ltalia (loc. cit.), 
1881, 2 p., -1 pi. * 

FALLOU (J.). Note sur 1 iavasiou de la Pieris brassicx L. pendant les 
mois d aout, septembre, octobre 1891 dans certaines parties du de- 
partement de Seine-et-Oise (Apic.), 1892, o p., fig. * 

KERREMANS (Gn.). Note sur les Ghrysodemides africaines attributes au 
genre Iridolxnia. Diagnoses de deux Buprestides de la region du 
lac Tanganyka. (Ann. Soc. ent. Belg.), 1892, 8 p. * 

ID. Note sur les Chrysochroides (loc. cit.), 1891, 3 p. * 

REGIMBART (D r M.). Description de deux Hydroeoptus (Dytiscidse)* nou- 
veaux (Not. Leyd. Mus.), 1891, 2 p. * 

ID. Description d un Dytiscide nouveau (loc. cit.), 1891, 1 p. * 
ID. Description d un Gyrinide nouveau (loc. cit.), 1891, 2 p. * 
ID. Description d un Dytiscide nouveau (loc. cit.), 1891, 1 p. * 
ID. DytiscidaB et Gyrinidae nouveaux ou rares de la Collection du Muso o 
royal deLeydo (loc. cit.), 1888, 17 p. * 

ID. Quatre especes nouvelles de Gyrinides du genre Orectogyrus (loc. 
cit.), 1891, 5 p. * 

ID. Enumeration des Haliplidoe, 5 Dytiscid# et Gyrinidse recueillis par 
M. le prof. L. Balzan dans 1 Amerique meridionale et descriptions 
de quelques autres especes voisines (Ann. Mus. civ. Gen.), 1889, 
lo p. * 

ID. Viaggio di Leonardo Fea in Birmania e regioni vicine : X. Dytis- 
cidie et Gyrinide, 1888, 15 p. XXXIII. Enumeration des Dytis- 
cida} ct GyrinidaB recueillis par M. L. Fea dans ses voyages en Bir- 
manie et regions voisines, 1891, 18 p. (Loc. cit.) * 

A. L. 



xcn BvMin entomologique. 

Seance (hi i:* avril 

Presidence de M. C. JOURDHEUILLE 
MM. C. Janet, de Beauvais, et P. Thicrry-Mieg assistent a la seance. 

Ne crologie. M. le Secretaire annonce la mort de M. Eugene Lemoro, 
decede a Passy, a Page de 51 ans, le 8 avril. M. E. Lemoro appartenait 
a la Societe entomologique de France depuis 1863. Habitant Passy, 
d une sante delicate, M. E. Lemoro assistait tres rarement a nos seances ; 
il consacrait cependant tout son temps a I ctude des sciences naturelles 
et a reunir avec grand soin des collections importantes de Mollusqucs, 
d Insectes et de Plantes. G etait un entomologiste consciencieux, mo- 
deste, peut-etre trop timide, et attache de coeur a la Societe entomolo 
gique de France et a FEntomologie. II serait a desirer que ses collections, 
dont quelques-unes sont tres inte ressantes, soient recueillies par des 
mains competentes. 

Avis. M. le Secretaire depose sur le bureau le 4 C fascicule des Annales 
de 1891, portant la date d apparition du 13 avril 1892. 

Ge fascicule sera envoye par la poste, dans la quinzaine, a tous les 
membres ayant solde leur cotisation pour 1 annee 1891. 

Le l er fascicule des Annnales de 1892 etant a Fimpression, le Secre 
taire prie ses collegues, qui ne vculent pas subir d interruption dans 
1 envoi des Annales, de vouloir bien adresser leur cotisation, pour 1 annee 
1892, au Tresorier, M. le D r A. Fumouze, rue du Faubourg-Saint- 
Denis, 78. Les Annales sont envoyees seulement aux membres qui 
ont paye leur cotisation. 

Correspondence. M. le Ministre de 1 Agriculture et du Commerce 
donne avis qu il vient de prescrire rordonnancement, an nom de la 
Societe entomologique de France, de la somme de 600 francs pour 
contribuer au developpement de la Societe entomologique de France. 

La Societe vote des remerciements a M. le Ministre de 1 Agriculture 
et du Commerce. 

- Une circulaire dc M. le Ministre de PInstruction publique et des 
Beaux-Arts annonce que le mardi 7 juin prochain, a deux heures pre 
cises, aura lieu, a la Sorbonne, 1 ouverture du Congres des Socie te s 
savantes. dont les travaux se poursuivront durant les journees du mer- 



Seance du 13 avnl i802. xcm 

credi 8, jeudi 9 et vendredi 10 juin. Le samedi 11 juin sera consacre a 
la seance generate, quo M. le Ministre presidera et qui se tiendra dans 
le grand amphitheatre de la Sorbonne. 

La Societe designe MM. A. Lamey et F. Decaux pour suivre les tra- 
vaux du Congres des Socie te s savanles. 

MM. H. d Achon, Quentin, O.-E. Janson, les directeurs de 1 Ecole 
normale primaire d Orleans et du Pensionnat de Saint-Euverte remer- 
cient, par lettre, de leur admission. 

Admissions. 1 M. Charles Delagrange, voyageur naturaliste, rue 
Bersot, 54, Besancon (Doubs). Col. et Le p. 

2 M. Joseph-Jean Minsmer, capitaine an 142 e regiment d infanterie, 
Mende (Lozere). Col. de France. 

3 M. le D r Richard Henry Meade, Mount Royd, Bradford (Angle- 
terre). Dipt, europ., pr. Musrid.T. 

Sur la presentation de M. J. de Gaulle, est inscrit sur la liste des 
membres de la Societe, comme assistant, M. Paul da Silva Paranhos, rue 
de Rennes, 106 bis. Col. de France. 

Presentation. M. Glouet des Pesruches, a Lambusart, pres Lille (Nord), 
Col., pre sente par M. A. The ry. Gommissaires rapporteurs : 
MM. G.-A. Poujade et P. Lesrie. 

Rapport. Au nom de la Commission de publication, qui s est re unie 
le mardi 12 courant, M. G.-A. Poujade, rapporteur, donne lecture du 
rapport ou se trouve consignee la composition du l er trimestre de 1892. 
Ce premier fascicule comprendra 13 feuilles de composition, 3 planches, 
dont une coloriee, et plusieurs figures dans le texte. 

Le prix de ce fascicule est estime environ 2,068 fr. 80. 

Communications. M. M. Pic, de Digoin, communique : 

Dclagrangeus, n. gen. Gavites cotyloi des anterieures fermees 
en dehors ; handles anterieures presque spheriques ; prosternum large. 
Pattes courtes, a cuisses bien renflees, avec les tarses assez courts, a 
l er article tres long. Tete petite, courte, a palpes courts et a dernier 
article peu elargi, tronque ; yeux grands, echancres, finement granules; 
antennes minces, un peu diminue es a 1 extremite, n atteignant pas la 
longueur du corps, bien garnies de cils, plus longs et plus nombreux en 



xciv Riilleiin entomologique. 

dessous. Prothorax long-, etroit, non tubercule et faiblement flargi- 
tirrondi an milieu ; ccusson large et assez court. 

Semble devoir se placer pres du genre Deilus Serv., dont il rappelle 
bien la forme et dont il se se parera facilement par les antennes non 
epaissies a Tcxtrcmite, le prostcrnum un peu plus large et le l er article 
des tarses plus long quo les autres. 

Delagrangeus angustissimus, n. sp. Forme generate tres 
etroite et allongee. Tout le corps entitlement noir, presque mat, a gra 
nulation fine et serree ; pattes et antennes poilues, d un noir plus bril- 
lant. Tete impressionnee et sillonnee entre les antennes, a ponctuation 
un peu plus espacee quo sur le prothorax ; celui-ci, large ct etroit, pre- 
sente une faible ligne mcdiane, lisse, flanquee, pres de la base, de 
chaque cote, d une sorte d impression peu marquee; les deux sont 
ornes, sur les cotes et en dessous, de quelques longs poils. Elytres peu 
plans en dessus, un peu plus longs que le prothorax, un peu attenues 
et faiblement dehiscents, a poils clairs assez nombreux et mi-dresses 
a 1 extremite ; celle-ci obliquement arrondie et en pointe emoussee a 
Tangle sutural. Quelques poils dresses c.a et la sur le dessus du corps; 
dessous garni de quelques poils jaunatres, assez courts. Abdomen 
brillant, ponctue. Long. 9 mill.; iarg. 1 1/2 mill, environ. Haute- 
Syrie (coll. Delagrange). 

Gette espece, par sa forme, rappelle beaucoup, ainsi que je 1 ai dit, 
Deilus fuyax, avec une autre coloration ; elle ressemble un peu egale- 
ment aux Icosium Luc., mais les pattes, plus courtes, ont les cuisses 
bien epaissies, etc. Gette espece semble rentrer dans un genre bien par- 
ticulier par sa forme allongee et tres etroite, plus etroite que celle des 
genres voisins. 

M. E. Lefevre donne la description d une nouvelle espece de Cly- 
trides provenant de Chine : 

Gynandrophthalma mandarina, n. sp. Oblonga, modice con- 
vexa, postice nonnihil ampliata, corpore subtus cum capite cwruleo, vage 
viridi-tincto , pectore viride-aineo , prothorace pedibusque late fulvis, 
scutello nigro-subxneo, elytris saturate cyaneis, nitidis. Long. 8 mill.; 
lat, 3 1/2 mill. 

Hab. Chine (un exemplaire communique par M. M. Pic, de Digoin). 

Caput crebre minute punctatum, inter oculos loveolatum ibique stri- 
gatum, epistomate subarcuatim emarginato, labro, palpis, mandibulis 



Seance du 13 avril 1892. xcv 

antcnnarumque articulis quatuor primis fulvis, harum articulis reliquis 
nigris. Prothorax duplo latior quam longior, superno modice convexus, 
Ic evissimus, in medio postice transversim impressus angulis posticis late 
rotundatis. Scutellum triangulare, teve, nitidum, apice subtruncatum. 
Elytra postice nonnihil ampliata, juxta marginem lateralem utrinque 
concinne canaliculata, crebre undique inordinatim punctata (punctis 
versus apicem minoribus). 

M. A. Leveille communique la description d un Temnochilide nou- 
veau de Rio-Janeiro : 

Leptonyxa Fairmairei, n. sp. Oblonga, subdepressa, postice 
ampliata, nigra, parce fulvo-pubescens ; mandibulis, capite prothora- 
ceque nigro-piceis ; antennarum basi, margins laterali, scutello, maculis 
elytrorum pedibusque testaceis ; mandibulis, capite prothoraceque irre- 
gulariter varioloso-punctatis, hand alutaceis; hoc transverso, antice 
angustato, angulis anticis et posticis rotundatis, margins laterali serrato, 
disco sublxvi, utrinque fortissime varioloso-ptmctato. Scutello trans- 
verso, alutaceo. Elytris confertissime, for tiler et irregulariter striato- 
punctatis, interstitiis 3, 6 et 9 costulatis, punctis striarum apice 
immixtis ; supra vittula intrahumerali, inter strias 6 a et 9* sita, fascia 
media transversa, arcuata, marginem et suturam attingente maculaque 
ante apicem ornata. Long. 7 mill.; lat. 4 mill. Rio-Janeiro, 
1 exemplaire. 

Gette espece ressemble a L. costipennis Rtt., dont elle a 1 aspect ge 
neral. Elle s en distingue par les caracteres suivants : la tete et le pro- 
thorax ne sont pas alutaces, la marge laterale de ce dernier est plus 
fortement dentee en scie ; 1 ecusson est teslace ; les series de points des 
elytres sont plus irregulieres, surtout dans la partie juxta-suturale et 
au sommet ; il n existe, au milieu de chaque elytre, qu une fascie curvi- 
ligne, qui remonte a la marge laterale, divisant ainsi 1 elytre en deux 
parties noires presque egales ; la partie anterieure est marquee d une 
tache subhumerale, subrectangulaire, comprise eatre les 6 e et 9 e inter- 
stries ; la partie posterieure, dont la couleur noire atteint le bord au- 
dessous de la fascie mediane, contient une petite tache testacee, de forme 
irreguliere, situee environ aux trois quarts de la longueur de 1 elytre, 
presque a 1 extremite de la seconde carene. 

Je dedie cette espece a notre savant collegue M. L. Fairmaire, qui a 
bien voulu se defaire en ma faveur de 1 uaique exemplaire qu il pos- 
sedait. 



xcvi Bulletin entomologique. 

M. A. Thery, de Saint-Charles, en Algerie, decrit les Coleopteres 
suivants : 

DOROADION UHAGONI, v. Panteli, var. n. Cette variete parait, 
a premiere vue, une espece distincte. La couleur noire, a 1 inverse de 
ce qui se produit generalement dans cette espece, a une tendance a 
envahir tout 1 elytre. L lnsecte, sur lequel je fais cette description, a les 
elytres entierement noirs, moins une tres fine bordure suturale, une 
tres fine bordure marginale, deux rudiments de bandes blanches a la 
base et au sommet. Sur le prothorax et la tete, les bandes noires olTrent 
le meme developpement que chez Dorcadion molitor, avec lequel cette 
variete offre quelque ressemblance. Je n ai trouve cette variete indiquee 
nulle part. Ucles (Guenca), Espagne. 

Je la dedie au R. P. Pantel, a qui je la dois. 

Clytus (Sphegestes) Reitteri, n. sp. Long. 7 3/4 mill.; larg. 
2 1/4 mill. Noir mat ; forme de Clytus rhamni, dont il parait voisin ; 
tete et prothorax avec de longs poils raides. Tete rugueusement ponc- 
tuee ; antennes brunes. Prothorax globuleux, finement chagrine, une 
bordure posterieure iuterrompue legerement dans son milieu et une 
bordure anterieure peu visible, composee seulement de quelques poils 
jaunes clairsemes. Ecusson en demi-cercle, densement convert de poils 
jaunes. Elytres un peu plus larges a la base que le prothorax, finement 
ponctues, un peu moins finement a la base, ornes de deux bandes 
etroites : la premiere partant du tiers anterieur du bord marginal, des 
cendant d abord un peu obliquement, puis remontant en se courbant 
vers la suture, qu elle suit jusques un peu au-dessous de Fecusson ; la 
seconde au tiers posterieur de 1 elytre, courbee en sens inverse de la 
premiere et ne touchant ni au bord marginal ni a la suture et atteignant 
sa plus grande epaisseur pres de la suture. Pattes brunes, poilues. 
Abdomen avec une epaisse bordure jaune posterieure a chaque anneau 
et deux laches epaisses de la meme couleur sur les flancs. Syrie, 
1 exemplaire (ma collection). 

Je dedie cette espece a M. Edmond Reitter. 

Clytus (Sphegestes) Mayeti, n. sp. Long. 6 mill.; larg. 
1 1/2 mill. Noir terne, etroit, parallele, subcylindrique ; quelques 
poils longs et raides sur la tete, le prothorax et Fecusson. Tete a front 
excave ct tres rugueusement ponctue, avec une carene fine et brillante, 
peu saillante sur le vertex ; yeux et differentes parties de la bouche 
roux ; antennes courtes, epaissies graduellcment de la base a Fextre- 



Seance du 13 avril 1892. xcvn 

mite, rousses, moins le l er article et le sommet, qui sont rembrunis. 
Prothorax globuleux, fortement chagrine, avec une tres fine bordure a 
1 avant et a Parriere, la posterieure interrompue. Ecusson en demi- 
cercle, convert de poils jaunes. Elytres a peine plus larges que le pro- 
thorax, fmement ponctues, plus fortement a la base, ornes d une tache 
jaune un peu oblique pres du calus humeral, d une large bande jaune 
oblique, droite, a sa partie anterieure, commengant un peu au-dessous 
de 1 ecusson, s elargissant subitement en suivant presque la suture, 
atteignant son maximum vers le tiers exterieur de la largeur des 
elytres et se retrecissant brusquement a partir de ce point, sans 
atteindre neanmoins le bord marginal ; d une deuxieme bande d un tiers 
plus etroite, coupant perpendiculairement la suture et n atteignant pas 
non plus le bord marginal, et enfin d une bordure encore plus etroite a 
1 extremite. Pattes mediocrement longues, rousses, avec la massue des 
cuisses rembrunies, Abdomen a anneaux posterieurement hordes de 
jaune ; taches jaunes composees de poils un peu clairsemes sur les epi- 
sternums; pygidium avec quelques poils gris. Siberie, 1 exemplaire 
(ma collection). 

Je suis heureux de de dier cette espcce a mon ami M. V. Mayet. 

M. G. Janet fait une communication sur le mecanisme de la suction 
chez les Hyme nopteres : 

Chez les Fourmis, le pharynx, tres aplati dans le sens dorso-ventral 
et fortement chitinise, emet deux ailes laterales, qui donnent insertion 
a des muscles aboutissant a la partie anterieure de la voute cephalique. 
Un autre muscle, remarquablement developpe, s insere sur la face in- 
fe rieure du pharynx. Le tendon long et puissant qui le termine passe, 
avec I cesophage, dans le collier O3sophagien, qui est extremement etroit 
et va aboutir a la partie mediane du tentorium. 

Le role de ces muscles, et en particulier du dernier, est de produire, 
par la dilatation du sac pharyngicn, 1 aspiration des liquides. Le refou- 
lement de ces liquides vers 1 interieur du tube digestif a lieu par un 
resserrement du meme sac, determine principalement par des muscles 
transversaux. 

M. C. Janet donnera d ailleurs prochainement une description de- 
taillee de cet appareil, dont il vient de terminer 1 etudo par la mcthodc 
des coupes. 

On sait que les Fourmis saisissent delicatement entre leurs mandi- 
bules et transportent tres frequeinment leur progeniture d un poiut a 



xcvni Bulletin cntomologique. 

un autre de leur nid pour la mettre constamment dans les meilleures 
conditions possibles ct en particulier pour la faire profiler chaque jour 
de la chaleur si neccssaire a son developpement. Pour que ces trans 
ports ne prennent pas un temps par trop considerable, les 03iifs et les 
tres jeunes larves sont transposes par paquets, souvent assez volumi- 
neux. Les ceufs se groupent en paquets grace a une substance visqueuse 
qui les recouvre et qui est tres probablement entretenue par la secretion 
des glandes maxillaires ou bnccales des ouvrieres. Pour les larves, 
1 agglutination se fait par Paccrochage d un certain nombre de poils dis 
poses regulierement sur chaque segment, tres longs, termines par des 
crochets ou des ancres et ofTrant une disposition mecanique remar- 
quable. Pour e viter les accidents qui pourraient resulter de la traction 
de ces poils d accrochage sur la delicate cuticule chitineuse qui les 
porle, ils presentent tous, dans lenr partie moyenne, une forte et brusque 
ondulation en forme d un G ou en forme d un S ; le poil jouit, par suite 
de cette forme, d une grande elasticite. Ges poils sont ainsi de veritables 
poils d accrochage a ressort. Les autres poils de la larve, qui ne jouent 
qu un role protecteur, ne sont pas termines par des parties crochues et 
no portent pas de ressort. Cette disposition est constante chez toutes les 
especes qui out ete examinees. 

Au sujet de la communication de M. G. Janet, M. J. Gazagnaire 
donne un apercu rapide de la constitution buccale et de 1 appareii do 
succiori chez les Dipteres. Chez ces Insectes, 1 appareil de succion, tres 
bien adapte a la fonction, presentc une organisation admirablement com- 
pliquee, qui leur impose, d une facon absolue, un regime de succion. 

Avec des differences tres sensibles, une disposition buccale, en vue de 
la succion, se rencontre encore chez les Lepidopteres et les Hemipteres, 
eux aussi Insectes suceurs. Chez les Hymenopteres, ii existe des diffe 
rences beaucoup plus considerables, et le regime, chez ces Insectes, 
n est pas toujours, d une fac.on absolue, un regime de succion. L appa- 
reil de succion des Fourmis, tel que le decrit M. G. Janet, le demontre 
encore ; cet appareil, d une organisation assez simple, peut bien servir 
a la succion, mais ne saurait imposer absolument a ces Insectes un 
regime de succion comme chez les Dipteres, les Lepidopteres et les He 
mipteres, mais bien un regime mixte. 

M. le D r F. Heim communique les deux notes suivantes : 
1 Sur le centre re flexe du saut chez la Sauterelle : 

Le saut, acte defensif, ne peut, evidemment, etre conside re que comme 



Seance du 13 avril i89%. xcix 

un acte reflexe, dont le point de depart so trouve dans 1 excitation d une 
partie quelconque des teguments : en particulicr, le frottement des 
derniers articles du tarse des pattes posterieurcs provoque imrnediate- 
ment un mouvement energique de ces pattes. 

II y avait lieu de se demander quei est le centre ganglioniiaire ou 
1 excitation, partie de la pcripherie, se reflechit vers les nerfs, qui se 
rendent aux muscles moteurs des pattes. Sont-ce les centres ganglion- 
naires thoraciques, ou les ganglions cephaliques qui president a ces 
mouvements ? Si on separe, chez une Sauterelle, la tete du thorax, une 
excitation suffit encore a provoquer le reflexe du saut ; le centre reflexe 
se trouve done dans le thorax. Mais, pour chaque anneau du thorax : 
pro-, meso- et metathorax, il existe deux masses glanglionnaires, 
presque juxtaposees, et la liaison anatomique, eiitre les masses du me- 
sothorax et du metathorax, semble assez intime ; par contre, 1 indepen- 
dance anatomique des masses ganglionnaires du meso- et du prothorax 
est nette. Si on sectionne, par la face ventrale, a 1 aide de fins ciseaux, 
les deux filets nerveux, qui relient les masses prothoraciqucs aux 
masses mesothoraciques, le reflexe continue a se produire facilement. 
Par contre, il no se prodtiit plus si la section a etc faite entre le meso- 
et le metathorax. 

De ces experiences, nous pouvons conclure que le centre reflexe du 
saut reside dans les masses meso- ou mctathoraciques, dont 1 indepen- 
dance physiologique est presque aussi faible que I independance anato 
mique. On considere generalement la chaine iierveuse ventrale des 
Insectes comme analogue, au point de vue physiologique, a la moelle 
des Vertebres, qui peut, sans garder aucune connexion avec le systeme 
nerveux encephalique, presider aux actes reflexes. On sait aussi que, 
chez les Vertebres, la separation des centres medullaires d avec les 
centres encephaliques augmente le pouvoir reflexe des premiers ; il en 
est, jusqu a un certain point, de meme chez la Sauterelle, car, si on la 
laisse reposer quelques instants apres la section, de facon a ne pas 
operer sur 1 animal en etat de shock, une excitation tres faible suffit a 
provoquer un reflexe energique, ce qui temoigrie de 1 hypercxcitabilite 
du centre. 

Le saut d un animal decapite differe cependarit du saut normal, en 
ce qu il n est pas dirige; il ne perd rien de son intensite, et l f animal 
s echappe, mais sa station ventrale est compromise, il part comme un 
ressort et culbute sur le cote. On s explique facilement le phenomene, 
si on admet, comme on le fait generalement dcpuis les recherches de 



c Bulletin entomologique. 

Yersin sur le Grillon, que les ganglions cephaliques, et, en particulier, 
le sous-oesophagien, president a 1 association et a la direction des mou- 
vements, comme le cervelet chez les Vertebres. 

2 Sur les accidents dus a la piqure du Diptere Leptis scolopacea : 

Aucun auteur n a, a notre connaissance, p*arle des effets produits sur 
1 homme par la piqure des Leptis. La piqure d une des especes de ce 
genre, tout au moins, L. scolopacea, sans occasionner d accidents graves, 
n en est pas moins extremement douloureuse. Le Diptere en question se 
tient, pendant les chaleurs de 1 ete, immobile sur le tronc des arbres, 
dans les endroits frais et ombrages ; les allees ou les bois de Coniferes 
sont ses lieux de predilection. II se jette, a Fimproviste, sur 1 homme et 
les animaux, sans qu aucun bourdonnement indique son approche ; il 
s attaque rarement a la face, les mains des promeneurs sont le but qu il 
vise de preference. Nous avons eu plusieurs fois a souffrir de la piqure 
de ce Diptere; nous avions, auparavant, observe les suites de cette 
piqure (toujours au dos de la main, ou a la partie inferieure de 1 avant- 
bras) chez diverses personnes, sans savoir quel devait etre son auteur, 
jusqu au jour ou nous avons pu saisir sur le fait 1 Insecte. Les phe- 
nomenes suivent toujours la meme marche, et leur intensite indique 
une grande energie de la part du venin. Un minuscule point rouge, 
disparaissant bientot, indique le centre meme de la piqure, puis, tout 
autour, se developpe un gonflement qui gagne progressivement et peut 
s etendre, chez certaines personnes, fort loin du centre meme de la piqure. 
Les tissus gonfles sont rouges, brulants, presque oedemateux, et, chez 
les personnes sensibles, toute la partie inferieure du membre peut elre 
engourdie pendant le premier quart d heure qui suit la piqure. Au bout 
d une demi-heure a trois quarts d heure, la douleur s attenue progres 
sivement, et peut completement disparaitre a LI bout d uue heure ou 
deux ; mais le gonflement est tres persistant, et la main, quelquefois 
1 avant-bras, presque en entier, peuvent ne revenir a leur volume 
normal qu au bout d un jour et demi a deux jours ; nous avons vu, une 
fois, le gonflement persister pendant quatre jours. 

On distingue, des le debut, la piqure de Leptis de celle du Cousin 
commun. Le centre de la piqure de ce dernier est entoure d une papule 
blanchatre, qui tranche, par sa paleur, sur la teinte rouge des tissus 
peripheriques injectes, cette tache blanche disparait assez rapidemeut, 
mais jamais elle ne se montre dans le cas de piqure par Leptis. 

Nous n avons pas trouve de moyen capable d enrayer ce gonllement ; 



Seance du i3 avril 1892. ci 

1 immersion dans 1 eau tres froido a, an moins, 1 avantage de diminuer 
la briilure, que Ton ressent pendant la premiere heure. Les lotions 
a 1 ammoniaque ne nous ont donne aucun resultat ; elles ne peuvent 
d ailleurs agir qu au cas ou le liquide venimeux serait acide, en neu- 
tralisant, et nous ne savons pas si le venin de Leptis est dans ce cas. 
Du reste, les accidents ne doivent pas etre uniquement imputables a un 
acide, tel que 1 acide fonnique, mais plutot a un ferment ou a un albu- 
minoide toxique, qu il semble bien difficile de coaguler, et, par suite, 
de rendre inactif , par de simples lotions externes ; la substance toxique, 
versee dans les capillaires, doit etre emportee tres vite par la circula 
tion, d ou le gonflement rapide. Nous serions porte a penser que Faction 
du venin a pour resultat de paralyser les fibres lisses des arterioles, ou 
les terminaisons nerveuses des nerfs vaso-moteurs dans les capillaires, 
d ou injection des tissus et gonflement consecutif ; chez les personnes 
sensibles a ce venin, la duree du gonflement s expliquerait pcut-etre 
par une diapadese des leucocytes dans les tissus envenimes. 

Les Leptis ne s attaquant pas aux cadavres des animaux , nous ne 
pensons pas que les accidents septicemiques ou charbonneux soient a 
craindre. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Bulletin bibliographique 

Academic des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I ), 
1891, l cr sem., Tables. 1892, 2 e sem., n 12. Q N 13. G. GAR- 
LET. Sur le mode d union des anneaux dc 1 abdomen (articulation en 
zigzag) chez les Hymenopteres. F. HEIM. Sur la matiere colorante 
bleue du sang des Grustaces. E.-L. BOUVIER. Sur le developpe- 
ment embryonnaire de Galatheidos du genre Diptychus. P. PEL- 
SENEER. Le sy steme nerveux streptoneure des Heteropodes. 
N 14. M. HORVATH. Sur 1 existence des series paralleles dans le cycle 
biologique des Pemphigiens. 

Apiculteur (U), 1892, n 4. A. WALLES. La Phycide effacee, Ephestia 
elutella Hiibn. J. LIGNIERES. Conference sur la Bombyx neustria. 

Archivio della Suoola d Anatomia patologica, III ct IV, 1885, 1886. Q 

Association francaise pour I avancement des sciences, 1892, n 63. In 
formations et documents divers. 



en Bulletin entomologiquc. 

Berliner entomologische Zeitschrift, 1891, II. - A. F. NONFRIED. Neuc 
afrikanische, central amerikanische und ost-asiatische Melolonthidcii 
und Ruleliden. J. J. KIEFFER. Zur Kenntniss dcr Weidengall- 
miicken (fig., pi.). D r F. KARSCH. Arachniden von Ceylon und 
von Minikoy, gesammclt von den Hcrren Doctoren P. und F. Sa- 
rasin (3 pi.). G. R. OSTEN-SACKEN. Second notice on the Apio- 
cerina. D r F, KARSCH. Arotcfrosaura Karsch (fig.). Uebersicht 
der von Herrn D r Paul Prenss auf der Barombi-Station in Kamerun 
gcsammelten Locustodieu (fig.). A. F. NONPRIED. Verzeichniss 
beschrieben nach der Herausgabe des Munchener Kataloges. Wei- 
tere Beitrage zur Kaferfauiia von Sudasien und Neuguinea. 
E. H. RUBSAAMEN. Ucber Gallmuckenlarven (pi.). Neue Gall- 
muckeu und Gallen. G. R. OSTEN-SACKEN. Synopsis of the des 
cribed genera and species of the BlepharoceridaB. Synonymy of 
Antocha O.-S. and Orimargula Mik. -- Additions and Corrections 
to the Catalogue of the described species of South-American Asiiidaa 
by S. W. Williston in the Trans, ent. Soc., 1891. E. G. HONRATH. 
Neue Rhopalocera, X (pi.). "Wenig bekannte Tagf alter, V. 
Eine neue Notodonta (fig.). -- HEYMONS. Eine Lokalvarietat von 
Biston hirtarius (pi.). A. F. NONFRIED. Nachtrage zum Ruteliden- 
Verzeichniss bis Ende des Jahres 1890. D r F. KARSCH. Zwei neue 
chinesische Libellen aus dcr Familie der Kalopterigen. H. TETEXS. 
Resultate der anatomischen Untersuchung eines lateralen Zwitters 
von Smerinthus populi L. (fig., pi.). E. G. HONRATH. Nekrolog : 
M. Saalmiiller; P. Richter; M. Quedenfeldt. Literatur. 

Cornell University agricultural Experiment Station, Bull. 33, 1891. 
J. H. COMSTOCK and M. V. SLINGERLAND. Wire\vorms. Results of 
Efforts to discover a practicable method of preventing the ravages of 
these Pests, and a Study of the Life History of several common 
Species (fig.) 

Deutsche entomologische Zeitschrift, 1891, II. F. W. KONOAV. Bemer- 
kungeri und Nachtrage zum Gatalogus Tenthredinidarum EuropaB. 
- D r L. VON HEYDEN. Die von Herrn I) 1 A. Stiibel im Hauran und 
Tulul cs Safa in Syrien 1882 gcsammelten Kiifcr. K. ESCHE- 
RICH. Die paliiarktischen Vertreter dcr Goleopteren-Gattung Zonitis 
Fabr. Versuch einer Monographic, I (pi.). F. BAUDI. Mylabridis 
sen Bruchidis alterum supplcmentum. D r G. KRAATZ. Macronnta 
egregia Gory und biplagiata Gory sind nicht identisch ; ebenso egrc- 
gia Gory und egregia Burin. jUcber die afrikanische Ciciude- 



Seance da 13 avril 1892. cm 

lidcn-Gattung Eurymorpha Hope. A. F. NONFRIED. Beitrage zur 
Kenntniss ciniger neuen exotischen Coleoplcrenspezies. Verzei- 
chniss der Lucaniden, bcschrieben von 1875 bis Ende dcs Jahres 
1889. J. WEISE. Neue Goccinelliden. D r K. M. HELLER. Die mil 
Ruteliden Gattung Singhala Bnrm. verwandten Galluiigen und Ar- 
ten (pi.). Weiteres iiber Dorcadion Ixve Fald. G. HOST. Bra- 
chyta fasciata 01., var. caucasica Rost. A. KUWERT. Alindria 
Sikorx. Hcterocerus Beckeri n. sp. und rectus Waterh. Sterno- 
lophus noticollis und Solieri. C. ROST. Bestimmungstabelle der 
Aphaonus-Anm. Harpalus abasinus Rost, n. sp. Plectes praten- 
sus Schaum, var. Plasoni Ganglb. Plectes Reitteri Ret., var. fallax 
Rost. D 1 G. KRAATZ. Chalcothea Fmhstorferi Kr., n. sp. von 
Java. Ueber die Gattung Stalagmosoma Rurm. G. ALBERS. 
War es noting, fiir Platycerus caraboides L. und Genossen einen 
neuen Gattungsnamen zu erfmden ? D P L. v. HEYDEN. Ein 
neuer deutscher Onthophagus. W. HORN. Bemerkungen und 
Nachtrage zu der zusammen mil Herrn Roesclike verfassten Mono 
graphic der palaarktischen Cicindelen. Erster Beitrag zur Kenntniss 
der Cicindeleten. Ueber die Artberechtigung der Cicindela aulica 
Dej. und C. Aphrodisia Baudi. -- J. FAUST. Eine neue Limnobaris 
aus Dalmatien. A. F. NONFRIED. Eine neue Sternocera aus Yemen 
(Sud-Arabien). J. FAUST. Zur Charakteristik der Gattung Omo- 
tenmus Chevr. C. ROST. Plectes Starckianus Ganglb. und impera- 
tor Starck = obtusus. D. G. KRAATZ. Erwiderung auf den Protest 
des Herrn Brenske in der n xiv, 1891, der Entomologischen Na- 
chrichten. Cyphonotus thomcicus Krynicki (1829) das Weib von 
Rhizotrogus vulpinus Gyll. (1817). Chioneosoma, neue Melolon- 
thiden-Gattung, begriindet auf die mil wcissem Reif bekleideten 
Rhizotrogus. Ueber die seidenscbimmernden russischen Rhizotro 
gus, etc. Ueber einige deutsche Rhizotrogus-Arieu. G. ROST. 
Plectes circassicus Ganglb. D r G. KRAATZ. Rhipidius apicipennis, 
n. sp. aus Thuringen (pi.). W. HORN. Einiges iiber Gicindeliden. 

A. KUWERT. Trymochthebius taygctanus, n. sp. von Taygetus. 
Hydr.Tna laticollis. Philydrus carb onarius, n. sp. von Dresden. 

0. SCHWARTZ. Neue Melanotus aus der palaarktischen Zone. 
G. ALBERS. Ein neuer Lucanide von den Philipinen. -- D r L. VON 
HEYDEN. Kurze Notiz zu Tnchius, v. rosaceus Voet. J. WEISE. 
Cnjptocephalw-Arlen aus Westafrika. Bekannte und neue Chry- 
sorneliden aus Spanien, H. Beilrage zur Kenntniss der Gattung 
Orma. Ceutorrhynchus punctiger und Verwandte. Sainnielbe- 



crv Bttlletin entomologique. 

richt : Seltcne oder fur die Mark Brandenburg und Thiiringen neue 
Kafer. Ueber einige Hnltica-Aeten, etc., von Weimar. -- Mono 
graphic der Cassida de France par J. Desbrochers des Loges. 
Ueber die Fundorte verschiedener Chrysomeliden namenllich Hal- 
ticiden. J. GERHARDT. Sammelbericht pro 1891. D r L. VON HEY- 
DEN. Letzneria lineata Letz., var. Weisei Heyden. D r G. KRAATZ. 
Ueber Xylotrechus (Clylus) pantherinus Saven. Neuere Lite- 
ratur. 

Echange (U), VII, n os 85 a 87, 1892. C. KEY. Remarques en passant 
(3 art.). Descriptions et corrections. F. GUILLEBEAU. Rectifi 
cation. D r L. VON HEYDEN. Note sur les dents Ammios et sipylus. 

Catalogue des Coleopteres du departement de 1 Ain (2 art.). 
Cap. XAMBEU. Contributions aux faunes locales des regions de 1 Est 
et du Sud-Est. C. KEY. Degats des Scolytides. F. GUILLEBEAU. 
Description d un Phalacrus nouveau. L. SONTHONNAX. Description 
d une Saturate nouvelle de la Chine : L&pa Dogninia. M. Pic. 
Petite etude sur le genre Stenopterus Steph. Cap. XAMBEU. Moeurs 
et metamorphoses d Insectes. F. GUILLEBEAU. Bibliographic. 
Les Coleopteres de 1 Europe centrale. C. KEY. Notice sur Eugene 
Reveliere. A. VILLOT. Les sous-ordres de 1 ordre des Coleopteres. 

M. Pic. Coleopterologie descriptive. 

Entomological News and Proceedings of the Entomological Section of the 
Academy of Sciences of Philadelphia, III, 2, 3, 1892. G. H. HORN. 
Variations of Color-markings in Coleoptera (pi.). W. J. Fox. Hy- 
menoptcrological Notes, III. H. G. DYAR. Collecting Butterflies in 
the Yosemite Valley. C. A. HART. On the species of OEcanthus 
Serv. (fig.). Prof. J. B. SMITH. Elementary Entomology. 
W. J. Fox. Some of the Insects collected at Jamesburg, N. J. July 4 
1891. Notes and News. Entomological Literature. A. TRUM- 
BULL SLOSSON. A long-lived Basket maker. F. E. BLAISDELL. A 
new species of Coleoptera from California. J. T. MASON. Notes on 
Callimorpha. F. L. HARVEY. An American species of Templetonia 
(fig.). C. V. JOHNSON and W. J. Fox. List of Hemiptera collected 
in Jamaica W. J. 

Entomologische Nachrichten, XVIII, 7, 1892. L. KRULIKOWSKI. Eine 
neue Li/c,Tna- Varietal aus Russland. KRIECHBAUMER. Blattwespcn- 
Studien (16-19). Ein neuer Psilomastax. R. V. STEIN. Ueber 
Tnjphon punctus Grav. A. F. NONFRIED. Beitrage zur Coleopteren- 
fauna von Africa und Madagaskar. 



Seance du 13 avril 189%. cv 

Entomologist s monthly Magazine, n 335, 1892. R. H. MEADE. An 
notated List of British Tachiniidae. CH. FENN. Notes on collecting 
Tortrices (The Pole System). G. LEWIS. On some new species of 
Histerida3, and one new genus. J. W. DOQGLAS. Notes on some 
British and exotic CoccidaB (n 22), fig. E. BERGROTH. On an In 
dian Ant-mimicking Hemipteron. L. J. MORTON, Hydroptila Mac- 
Lachlani Klapalek, a Caddis Fly new to Britain (fig.). G. G. CHAM 
PION. Note on Pentaria badia Rosenh. (= sericaria Muls.), with 
description of a second species from the Pyrenees orientales. 
Notes diverses. 

Entomologist s Record and Journal of Variation, III, 4, 1892. 
D r T. A. CHAPMAN. The genus Acronycta and its allies. Scientific 
Notes. Current Notes. Notes on Collecting. 

Fauna . Socie te des Xaturalistes luxembourgeois, I, 1891. KLOTZ. 
Die Larchenminirmotte und der Fichtennetzwickler (Coleophora 
Laricella Hiibn., Tortrix AZdella Cl.). M. KRAUS. Die Pferdelaus- 

lliege (Hippobosca equina L.). 

Feuille des Jeunes Naturalistes, XXII, n 258, 1892. J. J. KIEFFER. Les 
Acarocecidies de Lorraine. Notes speciales et locales, etc. 

Frelon (Le), I, n 12, 1892. J. DESBROCHERS DES LOGES. Description 
d un Brenthide nouveau des Nouvelles-Hebrides. Especes ine- 
dites de Gurculioriides de 1 ancien monde. 

Psyche, VI, 191, 192, 1892. F. H. SNOW. Experiments for the des 
truction of Chinch Bugs by infection. W. M. WHEELER. Concer 
ning the Blood-tissue of the Insecta. F. M. ALDRIGH. A new genus 
and species of Tabanida? (fig.). Miscellaneous Notes. Procee 
dings of the Cambridge entomological Ciub (2 art.). H. GARMAN. 
American Phytoptocecidii (pi,). Notes (The Gypsy-moth; biology 
of the Chalcididse : Goniops, a correction). G. H. TYLER TOWN- 
SEND. A new genus of Tachinida3. H. G. DYAR. The larva of Nola 
minuscula. A Dipterous Parasite of the Toad. L. A. FORBES. 
Experiments with Chinch-Bugs. 

Reale Accademia del Lincei (Atti), I, 5, 1892. Q 

Report of the State Entomologist on the Noxious and Beneficial Insect of 
the State of Illinois (Seventeenth}. Sixth Report of S. A. FORBES, 
for the years 1889 and 1890 (6 pi.). An analytical List of the En 
tomological Writings of W. Lebaron (portrait). 



JOURNAL BIMENSUEL (Bulletin de la Societe entomol. de France), 1892, n 8. 



cvi Bvlletin entomologique. 

Revue des Sciences naturelles de V Quest, II, n 1, 1892. D r TROUESSART. 
Considerations generates sur la classification des Acariens, suivies 
d un essai de classification nouvelle. 

Revue scientijlque du Bourbonnais et du centre de la France, V, n 4, 
1892. O 

Royal Society of South Australia (Transactions and Proceedings and 
Report), XIV, 2, 1891. Rev. T. BLACKBURN. Further Notes on 
Australian Goleoptera, with Descriptions of New Genera and Spe 
cies (X). 

Sociedad espanola de Historia natural (Anales), XX, 2, 1891. GUND- 
LACH. Fauna Puerto-Riquena. E. DE SELYS-LONGCHAMPS. Additions 
aux Odonates des Philippines. 

Societas entomologica, VII, 1, 1892. L. KROULIKOWSKY, Lycxna Arion 
L., var Ruhli, nova. E. BRENSKE. Ueber die Verbreitung der Me- 
lolonthiden auf der Erde. 

Socie te des Sciences naturelles de I Quest de la France (Bulletin), II, n 1, 
1892. F. CAMUS. Note sur la presence de Geophilus (Schendyla) 
submarinus Grube et de quelques autres animaux marins sur la cote 
de Prefaille, pres Pornic (Loire-Inferieure). 

Socie te Linneenne du Nord de la France (Bulletin mensuel), X, n 232, 
1891. Du ROSELLE. Contributions a la faune locale (Arachnides). 

Universite de Paris (L )> VII, n 47, 1892. Q 



EMERY (C.). Origines de la faune actuelle des Fourmis de 1 Europe (Bull. 

Soc. Vaud. Sc. nat.), 1892, 2 p. * 
FANO (G.). Saggio sperimentale sul mcccanismo dei movimenti volon- 

tari nella Testugginc palustre (Emys europxa). Florence, 1884. Q * 
FORBES (S. A.). Bacteria Normal to Digestive Organs of Hemiptera (Bull. 

III. St. Lab. Nat. Hist.), 1892, 6 p. * 
HULST (Baron). Le contre-amiral Dumont d Urville, 1790-1842 (Soc. 

Geogr.), 1882, 52 p., 2 pi., carte. Offert par M. A. Salle. 
MAGRINI (FR.), PASQUALINI et Rom. Osservazioni continue della elettri- 

cita atmosferica fatte a Firenze negli anni 1883, 1884, 1885, 1886. 

Florence, 1888. Q * 

MAN (D r J. G. DE). Decapoden des Indischen Archipels. Leyde, 1892, 
.^27 p., 15 pi. * 



Seance du 27 avril 1892. CVH 

MOHR (GH.). Traite de la preparation et de 1 emploi des Insecticides. 
Paris, 1892, 31 p., fig. Acquis pour la Bibliotheque. 

NICKERL (D r 0.). Carabus auronitens Fabr. Ein Beitrag zur Kenntniss 
vom Lebensalter der Insecten (Stett. ent. Zeit.), 1889, 11 p. * 

PLATEAU (F.). La ressemblance protectrice dans le Regne animal (Bull. 
Acad. roy. Belg.), 1892, 49 p. * 

ID. La ressemblance protectrice chez les Lepidopteres europeens (Natu- 
ralisle), 1891, 14 p., fig. * 

SIMON (E.). Liste des especes de la famille des Aviculariides qui habitent 
I Amerique du Nord (Soc. Linn. Bord.), 1891, 35 p. * 

WEED (C. M.). Sixth Contribution to a Knowledge of the Life History 
of certain Little-known Aphididae (III. St. Lab. Hist. Nat.), 1891, 
8 p. * 



A. L. 



Seance du 27 avril 

Presidence de M. C. JOURDHEUILLE 

Ne crologie. M. le Secretaire annonce le deces de M. Constant-Emile 
Pissot, a Paris, le 4 avril, a 1 age de 66 ans. M. Pissot s occupait princi- 
palement de 1 etude des Micro-Lepidopteres. II etait membre de la So 
ciete entomologique de France depuis 1885. 

Correspondance. M. le Bibliothe caire s excuse de ne pouvoir assister 
a la seance. 

MM. Charles Delagrange, J.-Jean Minsmer, le D 1 R. Henry Meade 
remercient de leur admission. 

M. C. Delagrange envoie son portrait pour 1 album de la Societe. 

M. le Secretaire annonce qu au mois d aout 1892, du 1022 au 
1830, se tiendra, a Moscou, le second Congres international de Zoo- 
logie, sous la presidence de M. le professeur Anatolc Bogdanov, direc- 
teur du Musee zoologique. 

La Societe imperiale des Amis des Sciences naturelles de Moscou 
continue ainsi 1 ceuvre fondee par la Societe zoologique de France en 
1889. Ce Congres servira les interims de la science et resserrera plus 
encore les liens qui imissent les savants des di verses nations. 



cvin Bulletin enlomologique. 

Les travaux du Congres seront rediges en frane,ais et publics dans le 
format grand in-8. 

La Societe entomologique de France donne son adhesion et decide de 
se faire inscrire comme membre du Gongres zoologique de Moscou. 

Admission. M. Clouet des Pesruches, a Lambersart, pres Lille (Nord). 
Col. 

Rectification. Dans la table du LX e volume des Annales (1891), les 
descriptions des especes de Lepidopteres, donnees par M. L. de Joannis 
au Bulletin, page LXXIX, sont attributes a tort a M. P. Vuillot. 

Envoi. Notre collegue americain M. G. A. French, par 1 intermediaire 
de M. le D r A. Fumouze, envoi e a la Societe entomologique de France 
un lot de cocons de Platysamia (Attacus) cecropia L. Depuis la reception, 
quelques individus sonteclos. Us sont en parfait etat etd une coloration 
magnifique. 

M. J. Fallou est charge de suivre les eclosions de ce beau sericigene. 
La Societe remercie M. G. H. French de son envoi gracieux. 

Communications. M. A. Leveille communique que M. Kuwert a decrit 
(Deutsche ent. Zeits., 1891, II, p. 310) une Alindria SiJcorai dont la 
description se rapporte exactement a A. Sedilloti qu il a publiee en 1881 
dans le Bulletin de la Societe entomologique de France, p. LXVIII ; que, 
par suite, Alindria Sikorai Kuw. doit passer en synonymie. 

M. G. R. Osten-Sacken ecrit de Heidelberg : 

M. E. Abeille de Perrin, dans son travail sur les Malachides d f Europe 
(Annales 1891, p. 363), se plaint de ce qu il n a pu trouver la trace de 
1 ouvrage : Fabr., Spec. Ins., Append. II, n 6, p. 600, qui est meme 
inconnu a tous ses collegues et amis. 

Le fait est qu il existe beaucoup d exemplaires du Spec. Ins. sans 
1 Appendix, qui contient la citation p. 500. On trouvera 1 explication de 
ce mystere dans i article Bibliographisches de M. Schmidt-Goebel, dans 
Stett. ent. Zeitung, 1881, p. 330, qui contient la liste des especes de- 
crites dans [ Appendix. 

M. R. Oberthur fait connaitre qu il vient d acquerir la collection 
de Goleopteres de feu H. W. Bates, Secretaire de la Societe royale de 
Geographic de Londres. 



Seance du 27 avril 1892. cix 

Gette collection renferme une quantite considerable de types et de Ires 
grandes raretes. M. Bates avail d ailleurs, par Petendue de ses relations, 
des facilites toutes particulieres pour se procurer les plus magnifiques 
Insectes. 

Les Cicindelides se composent de plus de 800 especes et les Cara- 
biques de 8,000 especes environ. Les genres Carabus, Coptolabrus, 
Calosoma, Damaster, Cychrus, Agra, Colleida, Pasimachus, Mouho- 
tia, etc., sont specialement representes par de nombreuses series, tant 
en especes qu en individus. Les Larnellicornes ne contiennent pas moins 
de 6,000 especes. Dans les Goprophages, les Heliocopris, les Phanzus, 
les Bolboceras, sont tres remarquables. Dans les Rutelides, outre les 
Plusiotis (23 especes), on remarque 1 une des plus curieuses formes 
connues : Didrepanephorus bifalcifer Wood-Mason. Dans les Melolon- 
thides, on peut citer, en premiere ligne, Burmeisleria mirabilis Schic- 
kand. Quant aux Getonides, M. Bates a decrit une cinquanlaine de 
nouveautes, parmi lesquelles une superbe serie d especes des monts 
Kini-Lalu (N. Borneo), figurees dans le 2 e volume de YAid, edite par 
M. C.-O. Waterhouse. 

Les Lucanides, les Passalides et les Buprestides sont egalement d une 
grande richesse ; mais la famille la plus importante de la collection est 
celle des Longicornes, pour laquelle M. Bates avait une predilection 
constante. 

En dehors de ces groupes, la collection de H. \V. Bates renfermait 
encore tons les uniques rapportes de son voyage aux Amazones, dans 
certaines families, notamment les Dytiscides, Gyrinides, Brenthides, 
Hispides, Gassides, etc., et de nombreux doubles. 

G est assurement plus de 30,000 especes, surtout exotiques, et en 
excellent etat de conservation et de rangement, qui se trouvaient reunies 
par cet infatigable travailleur. 

M. R. Oberthiir ajoute, au sujet de la communication de M. A. Giard 
sur Thaxteria Kilnckeli, que presque tous les exemplaires de Mormolyce 
phyllodes qu il a TCQUS de Perak (presqu ile de Malacca) etaient porleurs 
de ce Champignon, qui certainement s est developpe sur les Insectes 
vivants. 

M. L. Fairmaire adresse a la Societe les descriptions de deux Go- 
leopteres nouveaux : 

1. Eudromus opacus. Long. 25 mill. Oblungus, planiusculus, 



c\ Bulletin entomologique. 

ater, subopacus, subtus cum pedibus sat nitidus ; capite sat lato, basi 
hand attenuate, fere Ixvi, utrinque ad oculos longitudinaliter plicato, 
inter antennas oblonge biimpresso, clypeo antice medio for liter sulcato 
ct foveolato, labro lato, margine antico pluripunctato ; antennis sat va- 
lidis, basin prothoracis vix superantibus, articulis 4 primis nitidis ; pro- 
thorace lato, transverse, antice hand angustiore, lateribus antice rotun- 
datis, basi sinuatis, dorso piano, subtiliter transversim striolato, basi 
medio leviter sinuato, angulis posticis rectis, haud elevatis, intus haud 
impressis, stria dorsali sat impressa ; scutello lato, brevissimo, transver 
sim carinulato ; elytris ovatis, basi truncatis, apice obtusis et utrinque 
obliquatis, integris, utrinque costis 4 sat acutis, 2 primis basi oblitera- 
tis, 3 a Integra apice cum 2 a coeunte, marginali Integra intervallis leviter 
concavis, densissime ac subtilissime aciculato-striolatis ; subtus Ixvis, 
abdomine lateribus subtiliter striolato, pedibus mediocribus, femoribus 
punctis aliquot sat grossis seriatis, tibiis posticis grossius seriatim punc- 
tatis et extus sulcatis, tar sis sat brevibus, subtus breviter setosis. 
Diego-Suarez (coll. Leseleuc). 

Get Insecte s eloigne notablement des autres Eudromus par son corps 
large, plus deprime, ses antennes et ses pattes plus courtes, plus ro- 
bustes et ses elytres non epineuses ni echancrees a 1 extremite et ses 
tarses spinuleux en dessous. Mais peut-e tre trouvera-t-on quelques 
especes de transition. 

2. Kirelas, n. gen. J ai public, il y a quelque temps, dans le 
Bulletin de la Societe, un nouveau genre de Tenebrionide, Azarelius, 
provenant de Sumatra et representant, dans la Malaisie, les Gonocnemis 
d Afrique. Aujourd hui, j adresse a la Societe la description d un nou 
veau genre du memo groupe, ressemblant extremement au genre Aza 
relius, mais en diffe rant notablement par 1 absence d epine aux femurs 
anterieurs. G est la meme forme, avec les elytres moins paralleles. Les 
antennes sont cylindriques, non epaissies vers 1 extremite, le 3 e article 
est egal au 4 e , le dernier est tronque de meme. La tete est assez diffd- 
rente : elle est presque quadrangulaire en avant, relevee, tronquee au- 
dessus des antennes, qui sont a peine separees a la base et sillonnee au 
milieu ; le chaperon est vertical ; le labre grand, transversal, legeremerit 
sinue au bord anterieur ; les yeux sont plus e troits, entoureut la base 
des antennes et ne descendent pas en dessous. Le corselet est presque 
identique, seulement les carenes laterales et posterieures sont plus 
droites, les .inter valles plus finement ponctues. Les elytres sont plus 
larges, moins paralleles, carenees comme le corselet, la l re carene pas 



Seance du %7 avril 1892. cxi 

plus saillante que les autres; les gros points des interstices sont moins 
gros et plus serres. Le prosternum est concave au milieu et se termine 
par une courte pointe ; le mesosternum est faiblement concave ; la saillie 
intercoxale est large, obtusement arrondie. Les tarses sont courts, epais, 
diminuant un peu d epaisseur vers 1 extremite. 

Ge curieux Insecte a 8 mill, de longueur. II est entierement d un 
roux cannelle. II provient de Hue, et m a etc obligeamment communique 
par notre collegue et ami M. A. Salle. 

Je lui donne le nom de Ziaelas insolitus. 

M. M. Pic, de Digoin, communique quelques especes et varietes 
nouvelles de Longicornes, recueillies par M. G. Delagrange dans son 
voyage en Syrie en 1891 : 

1. TOXOTUS? INSITIVUS, v. latus. Grand et large; tout le corps 
revelu d un duvet jaune ou cendre sur fond testace ou rougeatre, avec 
le prothorax et la tete noiratres. Antennes et pattes d un jaune ou rouge 
testace, moins les genoux qui sont plus ou moins noirs. Prothorax assez 
long et etroit, avec une epine courte et des sillons (median et poste- 
rieur) profonds. Elytres larges aux epaules, fortement impressionnes, 
puis assez diminues a 1 extremite, qui est obliquement echancree, reve- 
tus d un epais duvet fin et couche. Antennes robustes, l er , 3 e , 5 e articles 
moins longs que le 4 e . c?, ? Long, li 17 mill.; larg. aux epaules 
68 mill. 

2. CORTODERA SEMiLiviDA (Ann. Soc. ent. Fr., 1891, Bull., p. cxcm), 
v. obscurans. Gette espece passe quelquefois d une coloration d un 
noir gris, moins les pattes anterieures et 1 extremite de 1 abdomen, a 
une coloration d un jaune rougeatre, avec pubescence d un gris jaune. 

3. Callimus akbesianus, n. sp. Niger, par-urn elongatus ; an- 
tennis pedibusque nigris, capite nigro-c&ruleo, elytris (sparse punctatis 
et in apice spinosis) viridi-cxruleis, prothorace abdominisque rufis. 
Long. 8 mill. 1 exempl., coll. G. Delagrange. 

4. GERAMBYX SGOPOLII Fiissl., v. nitidum. Moins fortement gra- 
nuleux et plus brillant que les exemplaires europeens, prothorax a plis 
moins embrouilles que C. Scopolii, moins reguliers que C. multipli- 
catus. 

o. GALLIDIUM? ^ENEUM Deg. ou DILATATUM Payk. Variete a elytres 
fmement granules et ponctues, prothorax court, bien transversal, au- 



CXH Bulletin entomologique. 

tennes noiratres, courtes. Pourra s appeler syriacum. Variation a 
elytres paraissant un peu plus granules aux epaules. 1 ?, coll. G. De- 
lagrange. 

6. Phytaecia (Coptosia) trilinea, n. sp. Lata, nigra, pilis 
nigris hirsuta. Prothorace crebre punctato, nigro, tribm lineis albidi- 
luteis ornato ; elytris profunde punctatis tribus lineis albidis ornatis ; 
sutura scutelloque (rotundato) paulum luteis; antennis pedibusque rufis, 
femoribus obscuris. Long. 910 mill. Coll. G. Delagrange. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Bulletin bibliographique 

Academic des Sciences (Comptes rendm hebdomadaires des seances de V), 
1891, l er sem., n os 15 et 16. Q 

Acade mie des Sciences de Cracovie (Bulletin international), mars 1892. Q 
Academy of natural Sciences of Philadelphia (Proceedings), 1891, III. 

J. E. IVES. Echinoderms and Crustaceans collected by the West 

Greenland Expedition of 1891. 

Agricultural Gazette of N. S. Wales, III, 1 et 2, 1892. D. W. CO- 
QUILLET. History of the Hydrocyanic Acid Gas Treatment for Scale- 
Insects. A. SIDNEY OLLIFF. Entomological Notes. 

Apiculteur (L J, mars 1892. Numero supplemental. 

Cincinnati Society of Natural History (Journal), XIV, 3 et 4, 1891-92. 

CH. DURY. Zoological Notes. 

Entomological Society of London (Transactions), 1891. G. T. BAKER. 
Notes on the genitalia of a gynandromorphous Eronia Hippia (1 pi.). 

T. A. MARSHALL, A Monograph of British Braconida3, IV (1 pl.j. 

Lord WALSINGHAM. African Micro-Lepidoptera (5 pi.). Col. C. 
SWINHOE. New species of moths from Southern India (fig. et 1 pi.). 

F. MERRIFIELD. Conspicuous Effects on the markings and colou 
ring of Lepidoptera caused by exposure of the pupa? to different 
temperature conditions (1 pi.). R. TRIMEN. On some recent addi 
tions to the list of South African Butterflies. H. H. DRUCE. A Mo 
nograph of the Lycaenid genus Hypochrysops, with descriptions of 
new species. G. T. BAKER. Notes on the Lepidoptera collected in 
Madeira by the late T. Vernon Wollaston (1 pi.). H. W. BATES. 



Seauce du 27 avril 1892. cxnt 

Additions to the Carabideous fauna of Mexico, with remarks on some 
of the species previously recorded (2 pi.). W. F. KIRBY. On the 
genus Xanthospilopteryx Wallengren (1 pi.). D. SHARP. The Rhyn- 
chophorous Goleoptera of Japan, II. F. ENOCH. The life-history of 
the Hessian Fly, Cecidumyia destructor Say (1 pi.). C. J. GAHAX. 
Mimetic resemblances between species of the Coleopterous genera 
Lema and Diabrotica (1 pi.). G. C. CHAMPION. A list of the Hete- 
romerous Coleoptera collected by Mr. J. J. Walker, in the region of 
the Straits of Gibraltar, with descriptions of four new species. - 
P. CROWLEY. On a new species of Prothoc (i pi.). -- W. F. KIRBY. 
Notes on the Orthopterous family Mecopodidse. J. 0. WESTWOOD. 
Note on Siphonophora Artocarpi Westw. (fig.). C. J. GAHAN. On the 
South American species of Diabrotica. Col. C. SWINHOE. New Spe 
cies of Heterocera from the Khasia Hills, I (1 pi.). S. ALPHERAKY. 
On some cases of Dimorphism and Polymorphism among Pala3arctic 
Lepidoptera. G. F. MATHEW. Effect of change of Climate upon the 
emergence of certain species of Lepidoptera. R. MAG LACHLAN. 
Descriptions of new species of holophthalmous Ascalaphida?. 
W. L. DISTANT. Descriptions of four new species of the genus Ful- 
gora (1 pi.). C. J. GAHAN. On the South American species of 
Diabrotica. Appendix. Proceedings. 

Insect Life, IV, 7 et 8, 1892. Special Notes. The Potatoe-Tuber 
Moth (Lita solanella Boisd.). fig. A genus of Mantis-egg Para 
sites (fig.)- F. M. WEBSTER. Notes on the Grain Toxoptera (Toxo- 
ptera graminum Rond.). C. V. RILEY. The Larger Digger- Wasp 
(tig.). L. 0. HOWARD. The Habits of Elasmus (fig.). FR. BENTON. 
Bees of great value to Fruit and Seed Growers. A. P. HOPKINS. 
Some bred West Virginia Braconida?. D. W. COQUILLETT. Notes 
on the habits of some California Coleoptera. F. M. WEBSTER. 
Early published references to some of our injurious Insects. 
C. W. STILES et A. HASSALT. The color of a Host and its relation to 
parasitism. Extracts from Correspondence. General Notes. 

Naturaliste (Le), lo avril 1892. E. PISSOT, L Orcheste du Hetrc (fig.). 
K. BRAMSON. Tableaux dichotomiques pour determiner les Le pi- 
dopteres d Europe du genre Colias. 

Records of the Australian Museum, I, 1892. Tables. 

Report of the Board of Regents of the Smithsonian Institution for the 
year 1889 (Annual), 1891. C. V. RILEY. Report on the Depart 
ment of Insects in the U. S, National Museum, 1889. R. RATH- 



JOURNAL BiMENsuiiL (Bulletin de la Societe entomol. de France), 1892, n 9. 



GXJV liullciin eiitomologique, 

jjuux. Report of the Department of Marine Invertebrates in the (". S. 
National Museum, 1889. 

Rochester Academy of Science (Proceedings), I, 2, 189i. Q 

/toyaJ Society (Proceedings), L, 306, 1892. Q 

Societa romana per cjli Studi zoologici (Bolletiuo), I, 1 et 2, 1892. - 
D r G. DE FIORE. Genni su le specie piii important! di Emitted esis- 
tenti nel R. Museo zoologico di Roma. 

Societas entomologica, VII, 2, 1892. E. BRENSKE. Ueber die Verbrei- 
tung der Meiolonthiden auf der Erde. H. DOMENITZKI. Material en 
zu einer Schmetterlings- und Kaferfauna Wcstafrika s. FR. SCHILLE. 
Die Zucht von Cidaria lugubrata Stdgr., luctuata Hb. 

Zoological Society of London : 1 Proceedings, 1881-1890. Index. 

1891, IV. Lord WALSINGHAM. On the Micro-Lepidoptera of the 
West Indies (1 pi.). -- E. SIMON. On the Spiders of the Island of 
S -Vincent, I (1 pi.). E. MARY SHARPS . Descriptions of new But 
terflies collected by Mr. F. J. Jackson, in British East Africa, during 
his recent Expedition (1 pi.). A. D. MICHAEL. On the Association 
of Gamasids with Ants (2 pi.). 
2 Transactions, XIII, 4, 1892. Q 

BUCKTON (G. BOWDLER). Monograph of the British Cicadas or Tetligidti , 

II, 6, 1891, 64 p., 10 pi. col. * 
DISTANT (W. L.}. Descriptions of four new species of the genus Fulgora 

(Trans, ent. Soc. Lond.), 1891, 3 p., 1 pi. * 
ID. On some undescribed Cicadidie, with Synonymical Notes (Ann. 

Mag. Nat. Hist.), 1892, 15 p. * 
HOWARD (L. 0.). The Biology oi the Hymenopterous Insecls of the 

family Chalcididae (Proc, U. S. Nat. Mus.), 1892, 22 p. * . 
MABILLE (P.) et VUILLOT. Novitates Iepidopterologica3, 7, 1892, 9 p., 

2 pi. col. * 
PATOUILLARD (N.). Enumeration des Champignons observes en Tunisia 

(Explor. scient. Tun.), 1892, 19 p., 2 pi. Q * 
PHIPSON (T. L.). De la phosphorescence en general etdes Insectes phos- 

phorescents en particulier (Soc. Sc. med. nat. Brux.), 1858, 16 p. - 

Offcrt par M. J. dc Gaulle. 
SMITH (J. B.). Contributions toward a Monograph of the Jsocluidae of 



Seance da 11. -mai 1892. c\v 

temperate North America. Revision of the species of Mamcstra (Proc. 
U. S. Nat. Mus.), 1891, 80 p.. 3 pi. * 

THOMAS (D r F. A. W.). Beobachtungen iiber Miickcngallen. Gotha, 1892, 
18 p. * 

ID. Die Fichtennestwickler in Tliiiringen (Gar ten flora), 1891, 2 p. * 

I D. Die Blaltflohkrankheit der Lorbeerbaume. Zum Gitterrost dur 
IJimbaumo (loc, cit.), 1891, 6 p. * 

A. L. 



Seance du 91 mat 

Presidence de M. E. LEFfcVRE, vice-president 

Necrologie. M. le Secretaire annonce le deces de M. G. AugusteDohrii, 
President de la Societe entomologique de Stettin. M. C. A. Dohrn, dont 
la reputation scientifique est due a un long et iniatigable labour et qui 
legue a la science entomologique uno eeuvre importante et conscien- 
cieuse, etait ne a Stettin le 27 juin 1806. II est decede, dans sa ville 
nataie, le 4 mai, dans sa 87 e annee. 

M. G. A. Dohrn etait membre de la Societe entomologique de France 
depuis 1851. 

M. L. Fairmaire est charge par la Societe d e crire la notice necrolo- 
giqnc de notre savant et regrotte collegue M. C. A. Dohrn. 

Corrcspondance. M. A. Leveille donne connaissance d une lettre ecrile 
a M. E. Simon par M. Autran, de Geneve, qui demande a recevoir en 
communication le Catalogue manuscrit du D r V. Signoret, appartenant 
a la Bibliotheque de la Societe. 

Apres discussion, la proposition de M. Autran est renvoyee devant le 
Gonseil. 

M. A. Leveille annonce que notre collegue M. C. Alluaud, malgrv 
les fortes chaleurs de 1 epoque, se maintient cu parfaitc sante a Port- 
Victoria, Malie (iles Seychelles). La lettre, datee du 15 avril, donne 
quclques details sur la region, qui. bien que richemcnt boisee etarrosee, 
est d une pauvrete entomologique incroyable. Apres un mois coiuplet 
de recherchcs journalieres, M. G. Alluaud n a pu caplurer que qtielques 
Insectes. La prise d un Coleoptere, ecrit-il, est un evenemenl qui ne 



cxvi Bulletin entomologique. 

ni ai rive pas tons les jours. La chasse a la lumiere est celle qui lui 
donnc Ic plus de resultats I 

Re admission. Sur la proposition de M. A. Leveille, M. Gassini de 
Vuillcfroy, rue Andrienx, i{, est reinscril snr la liste des inembres de la 
Societe. 

Proposition. M. E. Lcfovre depose la proposition suivanle : 

Messieurs, vous coimaissez tous les iinmenses serv ices quenotre vete 
ran et infatigable collogue, M. Leon Fairmaire, a rendu et rend encore 
a I Entoniologie. Aussi avons-nous pense qu il etaii du devoir dc la 
Societe, qui Pa deja admis au nombre dc ses Membres honoraires. de 
lui donner line nouvelle preuve de sympathie et de reconnaissance. 

Nous avons, en consequence, Phoimeur de vous proposer de dccerner 
a M. Leon Fairmaire le titre de President honoraire de la Societe ento- 
mologique de France. 

Cette proposition est signe e de MM. G.-A. Baer, leD r K. Blanchard, 

J. Bourgeois, P. Daguin, F. Decaux, M. Dolle, E. Donge, 

J. Fallen, le D r A. Fumouze, - - J. de Gaulle, J. Gazagnaire, 

E. Gounelle, A. Grouvelle, P. Groiwelle, G. Jourdhcuillc, 

0. Koechlin. J. Kiinckel d Herculais, le D 1 A. Laboulbene, 

L.-A. Lajoye, -- A. Lamey, E. Lefevre, G. Leprevost, - 
A. Levcille, P. Nadar, G. Odier, E.-L. Ragonot, A. Salic, 

- E. Simon. 

La proposition est reuvoyee devant le Gonseil. 

Communications. M. le D 1 R. H. Meade, de Bradford, eiivoie la des 
cription d nn Diptere nouveau de la famille des Anthomyidx : 

Phorbia seneciella. c?. Oblonga; nigro-cinemscem. Caput 
fronte subprominente ; oculis subcontiguis nudis ; vitta frontali nigra 
antice rufa; genis aureis nigro-micantibus ; mento flawscenti albo ; pos- 
tice plumbeo ; epistoma subprominente ; palpis nigris subclavatis ; anten- 
nis brevibus, articulo tertio, secundo vix duplo-longiore, setaque sub- 
pubescente, basi incrassata. Thorax niger subnitidus, antice et lateribus 
cinereo-pubescens ; vittis nigris quatuor. primo distinctis, postice sub- 
confluentibus ; setisque dorso-centralibus postsuturalibus tribus. Scutellum 
fuscum. Abdomen cinereum angustum et depressum; linen dor salt nigra 
interrupta; marginibusque posticis segmentorum linea pallida. Anus 
rotundus inflexus ; venter sty Us duobusparvis nigris. Squamw halteresque 



Seance du II mai 1892. cxvn 

lutese. Pedes nigri parce selosi, pulvillis parvis, sordide albidis. Ala 
levissime fwnatx venis tertiis quartisque parallelis, transversisque ordi- 
nariis rectis. 

?. Tota albida opaca. Caput vitta frontali rufescente, postice nigra; 
Idteribus frontalium genisque albo-flavidis. Thorax sordide-canus, fronte 
el lateribus albidis; dorso leniter substriato. Abdomen oblongo-conictts 
segmentis primis et quartis elongatis, vittaque dorsali brunnea indit- 
tincta. Pedes nigri, pulvillis minutis albidis. 

Long, c? ? 4 5 mill. 

Cette petite espece est tres voisine do Chortophila (Phorbia) rupicapra 
Mik (1) et de A. florilega Zett., avec laquelle je I avais anterieurement 
confondue ; elle differe de la premiere specialement par les pulvilli qui 
sont d une teinte pale et non noirs et aussi par les appendices genitaux 
du male beaucoup plus developpes. Elle se distingue de A. florilega par 
le thorax qui est noir et distinctement marque en avant au lieu d etre 
cendre avec des bandes tres pales ; par la bande mcdiane de Fabdomen 
composee de portions interrompues, ayant la forme de taclies subtrian- 
gulaires au lieu de former une ligno continue tout a fait droite, comme 
chez A. cinerella, et enfin par Fhypopygium qui est beaucoup plus deve- 
loppe chez P. seneciella. 

M. le professeur A. Giard, de Paris, a obtenu Feclosion d une grande 
quantite de ces Dipteres en elevant des larves qui vivent dans les capi- 
tules de Senecio jacobxa. II a bien voulu m en envoyer un certain 
nombre d exemplaires. L examen que j en ai fait m a prouve qu ils 
etaient identiques a d autres que j avais regus, il y a quelques annees, de 
M. Inchbald. Geux-ci provenaient de larves trouvees en Angleterre sur 
Senecio aquations ; je les avais alors rapportes a P. florilega Zett. Mon 
erreur provenait de ce que je n avais pu examiner qu un seul male 
dans un etat imparfait et d une coloration trop pale. M. A. Giard, comme 
M. Inchbald, a remarque que les femelles sont beaucoup plus nom- 
breuses que les males, et il est presque impossible de determiner speci- 
fiquement ces petites especos de Phorbia lorsqu on ne connait que les 
exemplaires femelles. 

- M. le D r A. Giard donne les observations suivantes sur 1 ethologie 
de Phorbia seneciella Meade : 

Depuis plusieurs annees, je rencontre, chaque ote, tres abondam- 
(1) Wiener Entomolog. Zeituiii, , VI, Hoft 10, 1887. 



cxviii Bulletin entomologique. 

ment a Wimereux (Pas-do-Galais), une larve d Anthomyide dont j ai pu 
suivre tout le developpement et obtenir facilement 1 etat parfait. En 
raison meme des conditions bien defmies de cette capture, il m a paru 
interessant de connaitre exactement le nom de ce Diptere qui, par ses 
caracteres generaux, rentre dans le genre Chortophila Macquart, et plus 
specialement dans legroupe des Phorbia Robineau-Desvoidy. Dansl cHat 
actuel de la science, il est a peu pres impossible de determiner une An- 
thomyide avec quelque certitude a 1 aide des ecrits des anciens auteurs. 
Les descriptions sont le plus souvent insuffisantes pour distinguer des 
Insectes dont le fades et 1 ornamentation generate sont tres uniformes, 
et 1 ignorance presque complete ou nous sommes des moeurs de la plu- 
part de ces Mouches ne permet pas de suppleer par des donnees etholo- 
giques a ce que les diagnoses peuvent avoir d errone ou d insuffisant. 
Aussi, les entornologistes les plus competerits he"sitent-ils a so pro- 
noncer lorsqu ils ne peuvent comparer les specimens qu on leur soumet 
avec les types memes des auteurs, ce qui, on le concoit, devient chaque 
jour plus difficile. 

Je tiens a temoigner ici toute ma gratitude a MM. J. Bigot, Osten- 
Sackcn, R. H. Meade, Kowarz, Mik et Schnabl, qui out bien voulu 
examiner les exemplaires de Phorbia que je leur ai eiivoyes ct les 
comparer aux types de leurs collections. Les hesitations de ces maitres 
erninents et consciencieux, le desaccord qui regne entre leurs opinions, 
ont encore augmente ma conviction que 1 etude du developpement est 
indispensable pour fixer d une facon serieuse la taxonomie si llottante 
des Anthomyidac. Aussi, me pcrmettrai-je d ajouter quelques mots sur 
les moeurs de PInsectc dont M. Meade a donnc la description detaillee. 
Cela permettra dc retrouver ce Diptere avec toute certitude quand on le 
voudra. 

Phorbia seneciella apparait dans les dunes du Pas-de-Calais, vers la 
fin de juin, a Fepoque ou commencent a s ouvrir les capitules de 
Senecio jacobsea (1), Les femelles, quatre a cinq fois plus nombreuses 
que les males, deposent generalement un seul ceul par capitule. Les 
ceufs eclosent rapidement. Je decrirai, dans un travail special, la larve 
qui ressemble beaucoup a celle de P. rupicapra Mik, mais en differc 
cependant par quelques caracteres, notamment par la forme des ouver- 
tures stigmatiques. Gette larve passe par les trois stades ordinaires de 

(1) Le Scrie^ou des dunes est Senecio jacobaea, type de Linnc, cespiteux ot 
perennant. Aux environs de Paris, on trouve seulement ,S\ jacobaea, forme 
nemorosa de Jordan. 



Seance du 11 mm 1892. cxix 

devoloppement ot arrive a sa croissance complete au mois d aout. Elle 
est placce au milieu des ileurons lubuleax, la tete vers 1 involucre 
qu clle rouge en partie, Fextremite anale tournee vers la surface libre 
du capitule. Les capitules iufestes se reconnaissent facilernent en ce 
qu ils portent un petit cone d aspect spumeux recouvrant et prote geant 
la partie posterieure de la larve. Ge cone a quelque analogic avec 
1 ecume secretee par les larves de Aphrophora, mais il est d une consis- 
tance plus resistante et d un blanc moins pur ; il est forme d une sub 
stance poisseuse qui pourrait bien n etre quo le latex de S. jacobxa rendu 
mousseux par les mouvements de la larve et coagule a 1 air. Un certain 
nombre de fleurons detaches de 1 involucre sont agglutines par cette 
subtance et ferment, au-dessus de 1 ecume, une gaine protectrice autour 
de la larve. 

Les capitules altaques sont parfois uri peu plus gros que les autres, 
mais ils n atteignent jamais les dimensions de ceux qui sont infestcs par 
les larves gregaires de Diplosis jacobwse H. Loew, pas tres rare a Wi- 
mereux. On les distingue facilement aussi de ceux qui renferment les 
larves de Tephrilis marginata Fall; ces derniers out souvent 1 invo 
lucre colore en rouge. 

La transformation en nymphe peut avoir lieu dans les capitules, 
mais, en general, les larves sortent a maturite, tombent sur le sable et 
y operent leur metamorphose ; d ailleurs, la plupart des capitules sont 
entraines par le vent pendant la mauvaise saison. La nymphe passe 
1 hiver : il n y a qu une generation par an. 

Environ 10 pour 100 des larves de P. seneciella sont attaquees par un 
Bracon appartenant a une des formes comprises sous le nom collectif 
de Bracon variator Nees. Les individus de ce Bracon que j ai obtenus 
d eclosion sont tres semblables entre eux. Jusque dans ces derniers 
temps, il restait quelques doutes sur le parasitisme de B. variator. Mes 
observations viennent completer et expliqucr celles de Snellen von 
Vollenhoven qui a vu sortir cet Hymenoptere des tetes de Senecio (1). 

Phorbia seneciella forme, avec P. rupicapra Mik, parasite de Cineraria 
alpina L. (Senecio cordatus Koch) et P. lactucx Bouche (2), parasite des 

(1) T. A. Marshall in Species des Hymenopteres d Edm. Andre, T. IV, 188 , 
p. 153. 

(2) M. Kowarz croit pouvoir identifier Phorbia laclucac Be et P. incognita 
Rondani, d apres la comparaison avec des types do Loew et de Rondani. 
M. R. H. Meade n accepte pas cette identification. 



cxx Bulletin entoniologiqtw. 

capitules de la Laitue, un petit groupe nettement defmi au point de vue 
biologique comme au point de vue des caracteres des Insectes parfaits. 

II est probable que d autres especes d Anthomyides viendront grossir 
cet ensemble naturel lorsque Ton connaitra mieux leurs metamorphoses. 
Tulles sont : Chortophila angustifrons Rondani, que M. J. Bigot croit 
identique a P. seneciella (1); A. florilega Zett., A. dissecta Meig., 
A. pudica Rondani, etc., elc. 

La recherche des larves d Anlhomyides dans les fleurons des diverts 
Composees donnerait, a coup sur, des resultats interessants, 

M. E. Lefevre communique : 

J ai 1 honneur de laire passer sous les yeux de la Societe qnelques 
exemplaires d un Liosoma decouvert par M. Guston Eyquem aux envi 
rons de Bordeaux que notre savant collegue M. L. Bedel, apres un exa- 
men approfondi, a reconnu etre L. pyrenxum Gh. Bris. (= troglodytes 
Rye). La presence de ce Gurculionide dans la Gironde me parait un 
fait interessant a noter, car 1 espece n etait encore connue que des 
Hautes-Pyrenees (Ch. Brisout), du Calvados (A. Fauvel) et d Angle- 
terre (Rye). 

Comme j ai pu le constater moi-meme dans une excursion que j ai 
faite, le 15 avril dernier, sur les bords de la Garonne, a Begles, en 
compagnie de M. Gaston Eyquem, L. pyrenaeum se prend exclusive- 
ment, aux environs de Bordeaux, en deterrant des pieds de Clandestine 
recliflora Lamk. (Lathrxa dandestina L.). Cette jolie plante, rapportee 
parfois aux Scrophulariacees, forme, avec C. japonica Miq., le petit 
groupe des Clandestinees , intermediaire entre les Gesneriees et les 
Orobanchees (voy. H. Baillon, Hist, des PL, X, p. 72). C. rectiflora est 
une espece vivace, dont la souche souterraine ecailleuse et plus ou 
moins ramifiee donne naissance a des branches annuelles de deux 
sortes : les unes sterfles, couvertes de feuilles reduites a des ecailles 
imbriquees, les autres portant des grappes contractees de grandes fleurs 
d un pourpre violace, a odeur de fleur d oranger. Assez commune dans 
les endroits marecageux, elle vit en parasite sur les racines de divers 

(1) C. angustifrons Rondani parait, en tout cas, different de A. ang-itstifrous 
Meigen, que R. H. Meade identifie ii 1 Anthomyide dont les larves \ivent, en 
Amerique, aux de"pens des O3iifs de Criquets(6 1 a/opfe/m.s sprouts). D apres Meade, 
A. angustifrons Meig. a probablement pom- synonymes A. fuscipes 7ett. et 
Ch. cilicnnra Rondani. 



Se ance ilu 11 mai 1892. cxxi 

arbres, notamment dos Peupliers. G est entre les dcailles de la souche 
souterraine que se tient le plus ordinairement L. pyrenxum, quelque- 
fois par petits groupes. 

A Regies, nous avons trouve C. rectiflora au pied de jeunes Erables 
(Acer campestre L.), dans un petit bois marecageux, ou croit egalement, 
en assez grand nombre, Ficaria ranunculoides Moench., dont les tiges 
s entremelent parfois avec les souches de Clandestina et sur lesquelles 
nous avons capture plusieurs exemplaires de L. pyrenxum. Gomme, 
d apres les observations de Ferris (Larves, 1877, p. 384), Liosoma de- 
flexum Panz. (= ovatulum Glairv.) vit aux depens de diverses Renon- 
culacees, nous avons tout lieu de penser qu il en est de meme pour 
L. pyrenmim et que sa larve doit se trouver dans les fibres radicales 
renflees et charnues des Ficaria. 

M. Gaston Eyquem se propose d ailleurs de laire de serieuses re- 
cherches dans ce sens. 

M. L. Fairmaire adresse les descriptions de quelques Goleopteres 
du Turkestan qui lui ont ete obligeamment communiques par notre col- 
legue M. P. Nadar et dont quelques-uns ont ete rapportes par lui : 

1. GHEIRONITIS STERCULIUS Ratt. Gette espece n a ete decrite que 
sur des femelles ; le male, reste inconnu, a ete rapporte du Turkestan 
par M. P. Nadar ; il porte, a la partie posterieure du sternum, un ap- 
pendice comprime transversalemenl, dont l extremite est plus ou moins 
bifurquee, comme chez C. furcifer. 

2. Lethrus aenescens, n. sp. Long. 19 mill. -- Ovatus, con- 
vexus, postice attenuatus, supra fusculo-seneus, nitidus, subtus cum 
pedibus fusco-cseruleus, nitidus ; capite sat dense punctato, antice densius 
et rugosulo, vertice medio obsolete mlcatulo, fronte media bifoveato, 
sutura clypeali tenuiter elevata, medio interrupta, genis valde angulatis ; 
mandibulis c? subtus longe appendiculatis, appendwibus sequalibus, ar- 
fiuatis, supra ante medium sat fortiter angulatis, ante apicem arcuatis, 
apice levissime latioribus et truncatis ; prothorace lato, antice parum 
angmtato, angulis anticis rotundatis, dorso sat subtiliter dense punc 
tato, disco densius et longitudinaliter impressiusculo, angulis posticis late 
rotundatis; scutello acute triangulari, punctulato ; elytris subtiliter 
coriaceis et rugulosis, obsoletissime costiilalis, <$ postice ab humeris an- 
gustatis; subtus subtiliter coriaceus, femoribus <$ antice inermibus. 
tibiis anterioribus leviter arcuatis. extm et subtus valde dentatix ; 
? latior, prothorace, mngis amplo, medio widentius imprpsso. angulis 



cxxn Bulletin cntomologique. 

posticis minus late rotundatis, elytris latioribus, tibiis anticis breviori- 
bus, latioribus. 

Gette belle espece rentre dans le 2 e groupe de Reitter ; ies appendices 
dcs mandibules sont egaux, 1 angle dentiiorme qu ils presentent, avant 
le milieu, est forme par la carene superieure et pen aigu, et leur extre- 
raite cornprimee est un pen obliquemont tronquee et un peu dilatee en 
dedans. 

Elle se rapproche de L. superbus, mais moins massive, d une colora 
tion metallique, avec Ies joues moins brusquement saillantes en dehors, 
le corselet simplement et fmement ponctue, bien plus arrondi aux angles 
posterieurs ; Ies appendices des mandibules sont tres differents. 

3. Lethrus bradytus, n. sp. Long. 17 a 20 mill. Compactus, 
niger, nitidus ; capite subtiliter punctato, verlice utrinque fortiter im- 
presso, fronte impressa, intervallis convexiusculis, genis late sed non 
abrupte expansis, sutura clypeali transversim impressa, appendicibus 
leviter arcuatis, apice obtuse truncatis, .rqualibus, supra ante medium 
sat fortiter angulatis ; prothorace amplo, antice parum angustato, an- 
gulis anticis lobato-rotundatis, dor so fere lavi, medio sulculo obsolete, 
lateribus punctato impresso, disco utrinque obsolete biimpresso, bast 
marginato, angulis rotundatis ; scutello triangulari, punctato, apice sat 
acuto ; elytris brevibus, a basi arcuatim angustatis subtiliter striatulis, 
intervallis fere planis, subtiliter coriaceis; tibiis anterioribus leviter 
arcuatis extus et sub tus dentatis, femoribus compressis, inermibus; $ ; 
$ magis crassis, elytris postice minus angustatis, fronte evidentius bitu- 
berculata, prothorace magis punctato. 

Ressemble a L. superbus, mais, chez ce dernier, Ies appendices des 
mandibules sont tres differents, Ies joues sont brusquement saillantes et 
le corselet est bien plus ponctue et fmement rugueux. 

4. Lethrus mediocris, n. sp. Long. 12 a 15 mill. -- L. tur- 
kestanico valde affinis, sed paulo minor, magis nitidus ; capite punctu- 
lato, hand rugoso, sutura clypeali utrinque distincta, genis apice fere 
truncatis, labro latins emarginato, mandibularum appendicibus brevio- 
ribus, similiter supra ante apicem angulatis et sinuatis, prothorace 
subtilius punctato, subtilissime rugoso, elytris striis subtilius striatis, 
striis extus obliteratis, intervallis planis, parce punctulatis et subtiliter 
coriaceis. 

5. Bolboceras Gagarinei, n. sp. Long. 20 mill. Ova- 
t/im. raldu convevum, supra rufo-ca&aneurn, mmiirp nitidum. subtus 



Seance du il mai 1S92. cxxm 

cum femoribus paitlo dilutior, dense nifo-villosum, tibiis extus obscurio- 
ribus ; capite sat brevi, lato, antice leviler angustato, apice truncate, 
marginato, dense sat subtiliter punctato-ruguloso, fronte bituberoso, 
dypeo medio tuberculo majors signato, genis raids angulatis, antennis 
basi longe villosis, clava paulo compressa; prothorace elytris ptinlo 
latiore, antice sat angustato, lateribus a basi arcuatis, angulis anticis 
valde obtusis, dorso subtiliter dense punctato, inter dum postice linea 
media leviter impresso, basi sat subtiliter marginata, utrinque late leviter 
sinuata, angulis posticis obtusatis ; scutello sat lato, ogivali, fere Ixvi ; 
elytris striato-punctatis , striis parum impressis, intervallis plants, 
transversim subtilissime plicatulis ; femoribus latis, compressis, anticis 
subtus pone basin dente arcuato valido, et posterioribus basi denticulo, 
apice dente valido acuto armatis, tibiis anticis elongatis, arcuatis, valde 
dentatis, dente apicali majore, apice oblique truncato. 

Ge Bolboceras est curieux par son fades qui le fait ressembler a un 
Geotrypes immature et par la sculpture de la tete qui presente trois 
petits tubercules disposes ea triangle. 

6. Prionus ruficornis, n. sp. Long . 25 (<?) a 37 ($) mill. - 
Oblongus, postice attenuatus, sat convexus, piceo-fuscus, nitidus, anten 
nis basi fuscis, sed gradatim rufis, palpis tarsisque rufis ; capite dense 
rucjoso-punctato, medio sulcatulo, antennis fere 314 corporis attingenti- 
bus, compressis, articulo 1 ultimo vix breviore, articulis 4-10 sat fortiter 
productis, apice obtusis ; prothorace elytris valde angustiore, transverso, 
dorso fortiter fere rugose punctato, lateribus vix trispinosis, spina an- 
tica triangulari brevi, mediana acuta recta, basali brevissima ; scutello 
lato, punctato, apice obtuso ; elytris abdomine hand longioribus, a basi 
postice angustatis, apice fere rotundatis et leviter dehiscentibus, angulo 
suturali brevissimo dentato, dorso dense punctatis, basi subtiliter coria- 
ceis, intervallis alutaceis, utrinque coslulis 3 vix elevatis; subtus niti- 
dior, metasterno convexo, medio fortiter sulcato, dense sat subtiliter 
punctalo-asperato, abdomine fere Issvi ; $ paulo major, antennis graci- 
libus, apice vix rufescentibus, serratis, elytris apice magis divaricatis, 
liaud aitenuatis, abdomine elytra longe superante, metasterno convexo, 
medio sulcato. 

Gette espece rentrerait daus le sous-genre Brachyprionus, ies trochau- 
ters posterieurs etant tres ecartes chez la femelle, et tous Ies articles des 
tarses epineux ; mais Ies epines laterales du corselet sont fort petites, la 
posterieure presque nulle, la mediane plus saillante, droite et aigm s 
1 anterieure extremement courto. C est ce qui separe cet Insocte dr- 



oxxiv Bulletin entomologique. 

P. brachypterus Gebl., qui a, en outre, des nervures assez relevees sur 
les e lytres et le mesosternum ride trausversalement. P. hemipterus Mots, 
est bien distinct par le mesosternum ayant a la base un profond sillon 
qui se transforme presque immediatement en une profonde cavite semi- 
circulaire. 

7. Prionus Nadari, n. sp. Long. 30 mill. Oblongus, postice 
attenuatus, piceo-brunneus, nitidus, clypeo antice cum labro et protho- 
race antice basique fulvo-piloso, subtus magis piceus, pectore solo sat 
dense fulvo-villoso ; capite dense rugoso, inter antennas sulcato, mandi- 
bulis extus angulatis ; antennis crassis, medium elytrorum attingentibus, 
piceis, articulis 4-ii lamellatis, lamellis sat latis, apice attenuate et 
truncato-rotundatis, 12 primo triplo longiore, sat acuminato ; protho- 
racn fortiter ac dense punctato, utrinque acute bidentato, angulis pnsticis 
oblique truncatis, liaud spinosis sed acute angulatis; scutello lato, punc 
tato ; elytris sat subtiliter coriaceo-punclatis, postice haud dehiscentibus, 
dorso obsolete costatis, apice sat rotundatis, ancjulo suturali breviter 
dentiformi; subtus dense punctatus, abdomine medio fere Ixvi, pedibns 
punctato-asperatis, tibiis intus sulcatiilis, tarsorum articulis apice acute 
spinosis; $. 

Par ses anteanes de 12 articles, a lamelles presque arrondies a 1 ex- 
tremite, ce Prionus se rapproche de P. hirticollis, mais les antennes 
n atteignent pas les deux tiers du corps, la tete n est villeuse qu en 
avant et le prothorax qu a la base et au bord anterieur ; ce dernier n a, 
de chaque cote, que deux petites dents, les angles poste rieurs etant 
coupes obliquement de maniere a ne former qu une courte saillie angu- 
leuse, mais non une dent. 

Je donne a cet Insecte le nom de notre collegue comme un faible 
remerciement de toutes ses obligeances. 

- M. P. Vuillot envoie la description d une variete nouvelle de Lr- 
pidoptere : 

ORNITHOPTERA ARRUANA Felder. 0. arruana Felder, Wien. Ent. 
Mon., Ill, p. 391, n 32 (1859). P. arruanus Felder, Reise Novara, 
Lep., I, p. 3, n i, tab. 1 (1865). Var. valentina, var. n. - 
c?. Enverg. 116 mill. Difiere de 0. arruana toutd abord par la taille, 
qui est sensiblement plus petite, et par la bande costale, verte, a beaux 
reflets d un jauno d or, qui est beauconp plus large. 

Ls ailes inferieures ne presontent que trois points noirs, nil lieu de 



Seance du 11 mai 1892. cxxV 

quatre, comine chez 0. arruana, et ces points sont plus petits ; do plus, 
entre ces points et la bordure noire se trouve une se rie de trois autres 
petits points d un jaune d or, paralleles aux points noirs et a leur hau 
teur, et d autant plus petits qu ils sont plus rapproche s de Tangle anal. 
A ce point de vue, 0. Valentino, se rapprocherait de 0. richmondia Grav, 
qui possede egalement ces points dore s, mais au nombre de quatre. 

Le dessous des ailes superieures pourrait se rapprocher, comme dis 
position generate, de 0. richmondia, mais les taclies d un vert emeraude 
sont plus etendues, sauf entre la cellule et la premiere moitie du bord 
costal ; de plus, un grand eclair a reflet vert, qui ne se trouve pas chez 
0. richmondia, longe la deuxieme moitie de la cote dans le 8 e inter- 
valle. 

Aux ailes inferieures, la ressemblance avec 0. richmondia continue, 
avec cette difference que les nervures ne sont pas marquees de noir, 
sauf le long du bord supe rieur de la cellule ; le bord abdominal n est 
pas noir, comine chez 0. richmondia, mais vert pres de la base et jaune 
d or pres de Tangle abdominal. 

$. Enverg. 149 mill. -- Tres voisine de 0. arruana $, tout en pre- 
sentant avec cette espece les differences suivantes : taille generate sen- 
siblement plus petite ; sur le dessous des ailes superieures, la tache 
blanche de la cellule est plus petite, et toutes les tachcs blanches, qui 
J orment une se rie en arc de cercle autour de la cellule, ont leur contour 
plus nettement de fini. 

Les points noirs qui se trouvent sur le cote de Tabdomen, an milieu 
de chaque segment, sont egalement plus nets que chez 0. arruana, oii 
ils sont parfois a peine visibles, surtout vers les derniers segments. 

Nous devons cette varicte nouvelle a M. Tabbe Hartzer, missionnaire 
du Sacre-Coeur, qui Ta capturee sur la cote sud-cst de la Nouvelle- 
Guinee, pres de Port-Moresby, au nord-est du detroit de Torres. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIHE. 



Bulletin bibliographique 

Academe des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I }, 
1892, i cr sem. N 17. N 18. A. GIARD et J. BONNIER. Sur 
le Cerataspis Petiti et sur la position systernatique du genre Cera- 
taspis Gray (Cryptopus Latr.). M CAUSARD. Sur la circulation du 
sang chez les jeunes Araignees. 



cxxvi Itullelin cnlomologiqac. 

Apiculieur (V), XXXVI, no, 1892. J. FALLOU. Sur les Insoctes qui 
attaquent et perlorent, dans les caves, les bouchons de liege. 

A. \VALLES. Le Bombyx cul-brun, Liparis chrysorrkea L., ordre 
des Lepidopteres, famille des Nocturnes, tribu des Bornbycides. 

Entomological News and Proceedings of the entomological Section of the 
Academy of natural Sciences of Philadelphia, III, o, 1892. - - W. H. 
ASHMEAD. Two new and remarkable Ophionids. F. \y. GODING. 
Studies in North-American MembracidaB, I. W. S. BLATCHLEY. 
Enlomologizing in Mexico. J. B. SMITH. Elementary Entomology : 
Lepidoptera Heterocera (Moths.). F. L. HARVEY. A Contribution 
to the Odonata of Maine, If. Entomological Notes. Notes and 
News. 

Entomologische Nachrichten, XVIII, 8, 1892. F. KARSCH. Vorlaufigc 
Beschrcibung von drei neuen Lepidopteren von Bismarckburg in 
Togoland (Deutsch-Westafrika). A. F. NONFRIED. Beitrage zur 
Goleopterenfauna von Afrika und Madagascar. 

Entomologist s monthly Magazine (The), n 336, 1892. J. H. WOOD. 
Our Bush-feeding Coleophorse. G. T. PORRITT. Further Notes on 
Eupithecia extensaria. J. LEWIS. On a new Onthophilus from 
Mexico. ED. SAUNDERS. Note on Orthothylus ochrotrichus Dougl. 
and Scott, E. BERGROTH. Note on Dulichius Wroughtoni. 

B. H. MEADE. Annotated List of British Tachiniidrc. N. MANDERS. 
The Butterflies of Bawal Pindi and the Murree Hills (Punjab). 
Notes diverses. R. NEAVSTEAD. On new or little known Coccidae, 
chieflly English, n 2 (pi.) 

Feuille des Jeunes JSaturalistes, n 259, 1892. A. DOLLFUS. Tableaux 
synoptiques de la faune francaise : le genre Armadillidium (Crustacea 
Isopodes terrestres). - - J. J. KIEFFER. Les Acarocecidies de Lor 
raine. 

Frelon (Le), II, 1, 1892. J. DESBROCHERS DES LOGES. Especes inedites 
de Curculionides de 1 Ancien Monde. Essai d une Revision des 
especes du genre Hyphantus, Curculionide de la tribu des Otiorhyn- 
chidcs. 

Natimiliste (Le), l cr mai 1892. K. BRAMSON. Tableaux dichotomiques 
pour determiner les Lepidopteres nouveaux du genre Colias. 
P. DOGNIX. Descriptions de Lepidopteres nouveaux. 

entamologica, VII, 3, 1892. L. GANGLBAUER. Z\vei neue Bo- 
reaphilinen. FR, BUHL. Die Macrolepidopteren-Fauna von Zurich 



Seance du 11 mat 180.2. cxxvii 

und Umgebung. FR. SCHILLE. Die Zucht von Cidaria lugubmta 
Stdgr., luctuata Hbn. E. FREY-GESSXER. Pelites excursions en 
1891. B. BERGER. Beitrage zur Mclanismus der Schmetterlinge. 

Hiss VOM MOORE. Reisebilder vom Kap Skagen und die Ausbeute 

an Goleopteren daselbst. 



Socie te entomologique de Belgique (Annales), XXXVI, 4, 1892. G. LE 
WIS. Coleopteres du Bengale occidental, 18 e memoire : On a new 
species of Histeridte of Bengal (fig.)- L- FAIRMAIRE. Descriptions 
de Goleopteres des environs d Akbes (Syrie). E. BERGROTH. Rhyn- 
chola /Ethiopica. A. DUVIVIER. Melanges entomologiques, XI : 
Diagnoses de Goleopteres nouveanx du Congo. 

Wiener entomologische Zeituncj, XI, 4, 1892. G. STROBL. Unlersu- 
chungen iiber die Gattung Spania Meig. T. BECKER. Berichtigung 
zu meinem dipterologischen Beitrage im Heft XI, 1891, dcr Wiener 
Entomologischen Zeitung Neues aus Siid-Tirol und Steiermark . 

A. F. NOXFRIED. Beitrag zu einer Monographic der Gattung Plu- 
siotis Burm. K. W. v. DALLA TORRE. Hymenopterologische No- 
tizen. 0. SCIIWARZ. Spheniscosomus, eine neue, bislier verkannte 
Elateriden-GaLtung. E. REITTER. Sechster Beitrag zur Coleople- 
ren-Fauna des Russichon Reiches. Goleopterologische Notizen, 
XLIV. Uebersicht der bekannten Arten der Goleoptercii-Gattung 
Apotomus 111. aus der paliiarktischcn Fauna. 



CHEVHEUX (ED.). Vibilla ermtica, Amphipode pelagique nouvoau du 
liltoral des Alpes maritimes (Bull. Soc. zool. Fr.), 1892, 4 p., lig. * 

ID. Voyage de la goelette Melita aux Canaries et au Senegal, 1889-1890 
(loc/cit.), 1891, 11 p., 1 pi. * 

ID. Quatrieme campagne de VHirondelle, 1888 : Hyale Grimaldii et 
Stenothoe Dollfusi (loc. ciu), 1891, 6 p., fig. ;!: 

ID. Sur quelques Grustaces Amphipodes provenaut d un dragage de 
YHirondelle au large de Lorient (loc. cit.), 1888, 6 p., fig. * 

ID. Microprotopus maculalus et M. longimanus (loc. cit.), 1890, 6 [>., 
fig. * 

ID. Note sur la presence tie YOrclwstia Chevreuxi de Guerne a Tene- 
riffe, description de cette espece et reinarques sur la locomotion de 
YOrchestia littorea Montagu (loc. cit.), 1888, 5 p., fig. * 



fixxvm Bulletin entoniologique. 

GHEVRETJX (En). Troisieme campagne do rilirondella, 1887. Sur 
quelques Crustaces Amphipodes du littoral dcs Azores (loc. cit.), 
1888, 7 p., fig. * 

ID. Description de YOrcliomene Griinaldn, Amphipodc nuuvcau des 
eaux profondes de la Mediterranee (loc. cit.), 1890, 3 p. * 

ID. Amphipodes nouveaux provenant des campagnes de YHirondelle, 
1887-1888 (loc. cit.), 1889, 11 p., fig. * 

ID. Grustaces Amphipodes nouveaux dragues par YHirondelle pendant 
sa campagne de 1886 (loc. cit.), 1887, 15 p. * 

ID. Nouvelles especes de Grustaces Amphipodes du S.-O. de la Bretagne 
(Assoc. fr. av. Sc.), 1887, 4 p. * 

ID. Contribution a Fetude de la distribution geographique des Amphi 
podes sur les cotes de France (Bull. Soc. et. scient. Paris), 1888, 
12 p. * 

CHEVREUX (ED.) et L. BOUVIER. Voyage de la goe lette Melita aux Ca 
naries et au Senegal. Note preliminaire sur les Paguriens (Bull. Soc. 
zool. Fr.), 1891, 5 p. * 

ID. Perrierella crassipes, espece et genre nouveaux d Amphipodes des 
cotes de France (loc. cit.), 1892, 5 p., fig. * 

KRAUSS (D r H.). Systematisches Verzeichniss der canarischen Derma- 
pteren und Orthopteren mit Diagnosen der ncuen Gattungen und 
Arten (Zool. Anzeig.), 1892, 9 p. * 

ID. Die Duftdriise der Aphlebia bivittata Brulle (Blattidae) von Teneriffa 

(loc. cit.), 1890, 4 p., fig. * 

PICTET (Ai,pn.) et H. DE SAUSSURE. Iconographie de quelques Sauterelles 
vertes. Geneve, 1892, 28 p., 3 pi. * 

PREUDHOMME DK BORRE (A.). Materiaux pour la faune entomologique de 

la province d Anvers : Goleopteres, 4 centurie. Braiiie-1 Alleud, 

1891, 58 p. * 
ID. Note sur YAmara conve&ior Steph. ou continua Thorns. (Ann. Soc. 

cut. Belg.), 1891, 4 p. * 
ID. Sur le nouvel ouvrage de M. L. Ganglbauer : Die Kafer von 

Mittel-Europa, I : Familienreihe Caraboidea (loc. cit.), 1892, 

4 p. * 
TYLER TOWNSEND (G. H.). A new Simulium from Southern New Mexico 

(Psyche), 1891, 2 p. * 



Seance du 25 mai 1892. cxxix 

TYLER TOWNSEND (C. H.). A Tachinid bred from a Chrysalis (Ganad. 
Entom.), 1891, 2 p. * 

ID. Notes on North American Tachinida?, with Descriptions of new ge 
nera and species, V (loc. cit.), 1892, 12 p. * 

ID. A remarkable new Hippoboscid from Mexico (Ent. News), 1891, 
2 p. * 

A. L. 



Seance du 5 mai 1892 

Presidence de M. C. JOURDHEUILLE 

MM. Bellevoye, de Reims, et le D r E. Gobert, de Mont-de-Marsan, 
assistent a la seance. 

Ne crologie. M. le Secretaire annonce le deces de M. le D r Gaston Gar- 
let, professeur de zoologie a la Faculte des sciences et a 1 Ecole de mede- 
cine de Grenoble. 

Le D r G. Garlet est mort subitement a Grenoble le 18 mai. II laisse 
un ensemble de publications interessantes sur 1 anatomie entomologique, 
touchant les Hemipteres et les Hymenopteres principalement. Notre 
regrette collegue, qui n etait inscrit que depuis peu sur la lisle de nos 
membres (1891), etait membre correspondent de 1 Academic de me de- 
cine et laureat de i Academic des sciences. 

Correspondance. MM. L. Glouet des Pesruches et Paul da Silva Para- 
nhos remercient, par lettre, de leur admission. 

M. le Secretaire communique une circulaire de M. le Ministre de 
1 Instruction publique et des Beaux-Arts ou se trouve consigne 1 ordre 
du jour des seances du Congres des Socie te s savanles, dont 1 ouverture 
aura lieu, comme il a etc annonce, le 7 juin courant. 

Presentations. 1 M. Rodolphe Sudre, rue Hautefeuille, 19, Col. eur., 
presente par M. A. Leveille. Gommissaires rapporteurs : MM. J. de 
Gaulle et G.-A. Baer. 

2 M. Julio Delahaye, rue Perrot, 4, Malakoff, Paris, Lep., presente 
par MM. P. Mabille et E.-L. Ragonot. Gommissaires rapporteurs : 
MM. G.-A. Poujade et A. Leveille. 



JOURNAL BIMENSUEL (Bulletin de la Societ6 entomol. de France), 1892, n 10. 



cxxx Bulletin entomologique. 

3 M. le D r Paul Marchal, docteur es sc. naturelles, rue Censier, 41, 
Anat., hist., biol. des Insectes; Hym., pre sente par M. J. Gazagnaire. 
Gommissaires rapporteurs : MM. J. Kiinckel d Herculais et P. Leslie. 

Rapport. M. A. Grouvelle, au nom du Conseil, donne lecture du rap 
port suivant : 

Messieurs, a notre derniere seance, vous avez renvoye a 1 examen 
du Gonseil une proposition presentee par vingt-huit de nos collegues, 
demandant a la Societe de couronner la longue carriere entomologique 
de notre eminent membre honoraire M. Leon Fairmaire, en lui decer- 
nant le titre do President honoraire. 

Votre Gonseil, Messieurs, s associe entierement aux sentiments de 
haute estime et d affectueuse sympathie qui ont inspire la proposition 
de nos collegues, et, a 1 unanimite, il est d avis de consacrer par un 
vote public I hommage que nous rendons tous a I oauvre considerable 
de M. L. Fairmaire, a son devouement a la Societe et a 1 accueil si bien- 
veillant que nous trouvons toujours aupres de lui. 

Votre conseil vous propose done d elever M. Leon Fairmaire a la 
dignite de President honoraire de la Societe entomologique de France, 
et, pour donner a cette manifestation de sympathie et de reconnaissance 
toute la valeur et tout 1 eclat qu elle comporte, il vous demande, par 
application des dispositions de Particle 13 du Reglement, relatif a 1 elec- 
tion des membres honoraires, d appeler au vote tous les membres 
frangais de la Societe. 

Avis important. Dans la seance du 22 juin, il sera precede au 
vote sur les conclusions de ce rapport. 

M. le Secretaire rappelle que, conformement a 1 article 13 des Statuts 
et Reglement, tons les Membres franc.ais ont droit de prendre part a ce 
vote, cmi a lieu au scrutin secret et a la majorite absolue, soit directe- 
ment, soit par correspondance. 

Dans ce cas, 1 enveloppe fermee, contenant le bulletin de vote et signe e 
par le Societaire de qui elle emane, devra parvenir entre les mains de 
M. le President (Hotel des Socie te s savantes, rue Serpente, 28), au plus 
tard, le mercredi 22 juin 1892, a huit heures du soir, avant 1 ou- 
verture du scrutin. 

Decision. M. le Secretaire annonce que le Conseil a admis en principe 
la proposition de M. E. Autran, de Geneve, presentee a la derniere 
seance, mais sous certaines conditions. 



Seance du 25 mai 1892. cxxxi 

A ces conditions, qui seront certainement acceptees par M. E. Autran, 
la partie demandee du Catalogue manuscrit du D r V. Signoret sera 
communiquee a M. E. Autran par M. le Bibliothecaire. 

Communications. M. Bellevoye, de Reims, signale la capture de Le istus 
piceus Frol. dans les environs de Rethel (Ardennes) et de Ropalalopus 
(CallidiumJ spinicornis Abeil. dans la montagne de Reims. 

II presente un bel exemplaire de Deliathis vittator F., Longicorne 
trouve vivant a Reims, le 18 juin 1891, dans une buche de bois de 
Campeche venant de Honduras. 

M. E. Lefevre signale aussi la capture a Ghaville, le 22 mai, de 
Melasis buprestoides L., Eucnemide peu commun dans les environs de 
Paris. 

M. Lucas von Heyden adresse la synonymic d un Cerambycide de 
I Asie occidentale : 

Clytus Reitteri Thery, in Ann. Soc. ent. Fr., 1892, p. xcvi, = C. bi- 
farius Heyd., in Deutsche ent. Zeitschr., 1889, p. 329. 

M. G. R. Osten Sacken, de Heidelberg, e crit : 

Je viens de lire dans le Bulletin de la seance du 13 avril 1892 la 
communication de M. le D r F. Heim : Sur les accidents dus a la piqu e 
de Leptis scolopacea . 

Gette observation m interesse d autant plus que j ai ete pique moi- 
meme, en Galifornie, par une espece de Symphoromyia (genre voisin 
des Leptis). J ai rapporte ce fait dans mes Western Diptera, p. 224 
(1877). L Insecte tire du sang comme un Tabanus et la piqure est assez 
douloureuse. 

Un autre Leplide : Trichopalpus Philippi (Verb. z. b. Ges., 1865, 
p. 725) offre un troisieme exemple de ce genre : avide sanguinem 
rostro petit . 

II est singulier que cette propriete des Leptides n ait pas etc observee 
en Europe auparavant. 

Au sujet de la derniere remarque de M. C. R. Osten Saken, 
M. J. Gazagnaire dit que M. J.-M.-F. Bigot, par lettre du 24 mai, lui 
avail deja manifeste son etonnement a 1 endroit de 1 observation de 
M. le D r F. Heim, qui, pour la premiere fois, accusait des Dipteres, 



cxxxn Bulletin entomologique. 

connus, assez re pandus, quo tous les dipte rologues consideraient comme 
absolument inoffensifs. 

M. le D r F. Heim envoic une observation sur une tumeur cutanee 
produite chez une Alouette par une espece nouvelle d Acarien : 

Des tumeurs cutanees, habitees par des colonies d Acariens, ont ete 
deja signalees chez les Oiseaux. A notre connaissance, il en existe trois 
cas dans la science. Nitzch en a signale une chez le Verdier, M. Gorvini 
une sur le Gros-Bec, et, enfm, M. Megnin, dans son ouvrage sur les 
Parasites et maladies parasitaires , a decrit un Acarien, appartenant a 
la tribu des Cheyletides parasites, et qu il a uoinme Harpirynchus 
nidulans. Get animal vivait en colonies dans des tumeurs cutanees de 
1 Alouette. 

Nous avons nous-meme observe une Alouette qui deperissait a vue 
d oail, elle portait deux tumeurs reniformes, symetriques, a la face infe- 
rieure de chacune des ailes. Ghacune de ces tumeurs, d un jaune pale, 
e tait formee aux depens d un follicule plumeux, tres dilate, et commu- 
niquant avec le dehors par un petit orifice. Par la pression, on pouvait 
faire sortir de cette tumeur une masse granuleuse dont chaque grain 
e tait forme par un Acarien. Au centre de la tumeur, on ne trouvait que 
des depouilles dessechees de parasites morts, qui e taient peu a peu 
expulse s au dehors par les tiraillements qu imprimait a la poche le bee 
de 1 Oiseau ; a la peripherie, au contraire, on trouvait des Parasites 
bien vivants de presque tous les ages. L irritation produite par le rostre 
de ces animaux, sur les parois de la poche, amenait une hypersecre- 
tion sebacee, dont ils se nourrissaieut. Des injections a la glycerine 
iodee, et 1 excision progressive de la tumeur, amenerent une guerison 
complete. 

Gette affection ne doit, en somme, pas etre rare, surtout sur les 
Oiseaux de voliere, mais elle passe inaperc.ue. Une extirpation radicale 
s impose, sinon 1 animal mourrait dans le marasme. Ges faits sont a 
rapprocher de ceux ou des Poux ont ete observes, pullulant dans des 
cavites sous-cutanees, chez des Mammiferes et meme chez 1 Homme. 

Le Parasite, cause de la tumeur, se rapproche beaucoup de 1 espece 
decrite par M. Megnin. II appartient au meme genre, mais il presente, 
avec 1 espece decrite par cet auteur, quelques caracteres differentiels. 
Nous ne signalerons id que ces caracteres, renvoyant, pour la descrip 
tion generate, a 1 ouvrage de M. Megnin, p. 244. 

Les dimensions de notre type sont plus grandes que celles de Harpi- 



Seance du 2o mai 189%. cxxxin 

rynchus nidulans. $, long. 0,45 mill., lat. 0,28 mill. ; cT, long. 0,34 
mill., lat. 0,23 mill.; nymphe, long. 0,29 mill, en moyenne, lat. 0,18 
mill. La paire de pattes posterieures de la femelle porte 4 soies au 
lieu de 5, et ce sont les deux plus externes qui sont les plus deve- 
loppees, la troisieme paire est bilobee a son extremite, 1 un de ses lobes 
porte 2 soies inegales et 1 autre 3, le l er article de cette patte porte, 
en outre, une petite soie grele du cote interne. Le dernier article de la 
premiere paire de pattes porte 2 soies de chaque cote, au lieu d une 
seule. Les deux crochets lateraux de 1 armature du tarse sont tres peu 
devcloppes relativement. Ces details s appliquent a la femelle. Chez le 
male, les deux pattes posterieures ont leur dernier article muni de 4 soies 
inegales. 

Ajoutons encore que les crochets du rostre sont tous les trois sensi- 
blement egaux, tandis qu ils sont inegaux dans H. nidulans. 

Enfin, la forme gene rale de la femelle est plus arrondie dans notre 
type; celle du male, plutot quadrilatere qu allongee, la larve est plutot 
obovale que spherique. 

Ces caracteres diffe rentiels sont-ils de nature a faire distinguer une 
espece nouvelle ou seulement une varie te ? Nous laissons a des entomo- 
logistes, plus verses que nous dans 1 e tude de ce groupe particulier, le 
soin de trancher la question. Quelque opinion que 1 on adopte, notre 
type devra etre distingue de H. nidulans, aussi proposons-nous de 
1 appeler Harpirynchus Megnini. 

M. F. Guillebeau, par 1 intermediaire de M. A. Grouvelle, fait de- 
poser les descriptions de deux Coleopteres nouveaux : 

Limnebius (TRICHOLIMNEBIUS Kuwert) Grouvellei, n. sp. 

c?. 6 e segment ventral avec une touffe de poils jaunatres dirige s vers 
les cotes ou vers la base, plus etroite a la base et de la s elargissant gra- 
duellement vers le sommet, les cotes libres du segment, d un noir bril- 
lant et ponctues, le bord posterieur un peu arrondi ; 7 e segment ventral 
ferrugineux, avec une carene bien distincte au milieu. D un noir bril- 
lant, les cotes du corselet et le bord posterieur des e lytres d un brun 
ferrugineux; dessus avec une pubescence grise tres fine, courte et pen 
serree. Tete tres finement ponctuee, le labre legerement echancre an 
milieu. Palpes testaces, le pdnultieme article un peu plus fort que ses 
voisins. Corselet a ponctuation moins fine et moins serree que celle de 
la tete, finement reborde au sommet et sur les cotes, qui sont arrondis ; 
les angles posterieurs droits, obtus, les anterieurs bien arrondis. Elytres 



cxxxiv Rulletin entomologique. 

tres finement alutaces avec des points a peine visibles, attcnues en 
arriere, Tangle externe de la troncaturc bien arrondi. Pygidium ponctuc 
sur les coles. Dessous d tm noir de poix ; carene prosternale longue, la 
mesosternale courte. Metasternum a pubescence courte et serree, bi- 
dente au milieu de son bord posterieur. Ranches mutiques, pubescentcs 
en arriere. Cuisses noiratres, presque lisses ; tibias et tarses ferrugi- 
neux. Soies caudales peu ecartees. Long. 1 3/4 mill. Espagne. 

Gette cspece est bien voisine de L. nitidus Seidlitz, Kuwert ; elle en 
diflere par sa couleur noire, le labre qui est a peine echancre, les cuisses 
a peu pres lisses, la carene du 7 e segment ventral forte et par sa taille 
plus petite. 

Elle est egalement voisine de L. stagnalis Guiil., dont elle differe par 
le 6 e segment ventral du male ; L. stagnalis a aussi les cotes du corselet 
peu arrondis, la carene du 7 e segment plus faible et les soies caudales 
plus ecartees. 

J ai dedie cette espece a notre eminent collegue M. A. Grouvelle, qui 
m en a communique plusieurs exemplaires. 

Famille des PHALACRIDES. 

Grouvelleus, n. g. 2 e article des palpes maxillaires cylindrique, 
deux fois aussi long que le 3 e qui est subtransverse, le 4 e allonge sub- 
securiforme, aussi long que les deux precedents re unis ; epistome dis- 
tinctement echancre au-dessus de Tinsertion des antennes qui est 
visible, vu d au-dessus ; massue antennale triarticulee, le I er article plus 
long que le 2 e qui est subtransverse, le dernier acumine au sommet, 
moins long que les deux precedents reunis ; bord posterieur du pro- 
sternum s avanc.ant au dela des hanches anterieures au-dessus du me- 
sosternum, finement reborde ; mesosternum de prime dans sa par tie 
anterieure qui est relevee au milieu et brievement sillonnee, les bords 
du sillon carenes et les cotes avec une foveole arrondie assez large ; 
dans sa seconde moitie, apparent et careniforme, et se prolongeant en 
arriere entre les hanches intermediaires dans leur premiere moitie; 
celles-ci rapprochees ; prolongement metasternal court, angulaire, ne 
depassant pas la moitie des hanches intermediaires ; tarses posterieurs 
de cinq articles apparents, plus longs que les anterieurs : le i er article 
plus court que le 2 e qui est subegal au 3 e , le 4 e court, bilobe. 

G. prosternalis, n. sp. Forme en ovale, large, arrondie en 
arriere, noir a reflet metallique bleuatre; le bord anterieur de 1 epistome, 
les bords anterieur et posterieur, etroitemcnt, les cotes et les angles 



Seance du 25 mai 1892. cxxxv 

posterieurs du corselet, plus largement, la marge externe et le dernier 
quart des elytres, d un ferrugineux rougeatre. Tete transverse, a ponc- 
tuation tres fine, peu distincte ; palpes ferrugineux ; antennes ferrugi- 
neuses, le l er article de la massue plus long que le 2 e qui est subtrans- 
verse, le dernier moins long que les deux precedents reunis, acumine 
au sommet. Corselet convexe, presque lisse sur le disque, tres fmement 
ponctue sur les cotes, avec quelques points plus gros, tres clairsemes ; 
reborde sur les cotes, non a la base qui est presque droite, le sommet 
avec un rebord fmement ponctue ; les angles posterieurs droits, vifs. 
Ecusson moyen, lisse, les cotes legerement arques. Elytres convexes, 
fortement stric s-ponctues sur toute leur largeur, sans rainure suturale, 
la suture non rebordee, les interstries plans, lisses. Dessous d un ferru 
gineux obscur ; le metasternum noiratre, mat, finement ponctue, cha- 
grine ; les pattes d un ferrugineux plus clair, robustes, les tibias elargis 
a 1 extremite qui a une couronne de soies courtes et serrees, et des 
eperons epais, tres courts, un peu plus longs que les soies de la cou 
ronne ; cuisses ponctuees-reticulees. Long. 3 1/2 mill. Saigon. 

Un exemplaire unique, que j ai le plaisir de dedier a M. A. Grouvelle, 
auquel je dois de bien interessantes communications. 

(II me semble que les cuisses aiiterieures ne sont pas echancrees 
dessous, comme dans Olibrus; je ri ai pu eclaircir ce point dans la 
crainte d endommager cet unique et remarquable exemplaire.) 

Gette espece a quelque ressemblance avec le genre Ochrolitus, de 
Sharp (Biologia Centr. Amer., p. 264) ; elle a, comme lui, les hanches 
intermediaries rapprochees et le prolongement prosternal s etendant au 
dela des hanches anterieures ; elle s en ecarte par le 4 e article des palpes 
maxillaires subsecuriforme, la conformation des tarses posterieurs et 
par ses elytres sans rainure suturale, mais regulieremenl et faiblement 
stries-ponctues. 

M. J. Vachal, d Argcntat, communique la note suivante : 

Parmi les Hyme nopteres recueiilis an ^oudan oriental par M. le 
D r Paul Magretti, se sont trouves quelques Haliclus et une espece de 
Prosopis, que notre savant collegue a bien voulu me confier et qui son 
decrits ci-apres : 

1. Prosopis Magrettii, $, n. sp. Nigra; maculx lobi lateralis 
triangulares, orbitis contigux (cuspide superiors fere tarn longa quam 
inferno,), macula quadrata scuti nasalis, mtta longitudinalis media 
dypei, pronoti angusti linea, calli, tegulse maculzque binx apicales 



cxxxvi Bulletin entomologique. 

scutelli flavi; basis tibiarum posteriorum in posticis ubertus albida ; 
mandibulx, labrum, margo inferior clypei, scapus fere totus, flagellum 
subtus, pedes antici (basi nigrescente excepta), femora intermedia (lineolis 
nigris exceptisj, tibix intermedia^ (macula longa externa nigrescente 
excepta), pedum posticorum genua rufa. Fades latiuscitla vix inferne 
angustata, epistoma crassius punctatum. Caput thoraxque punctulata ; 
spatium cordiforme clathrato-rugosum, area postica segmenti medialis 
lined elevata tenui , ramulum inter aream spiraculiferam ft aream 
pleuralem emittente, circumducta. Mesosternum impressione lata, pone 
pubescens. Abdomen impunctatum, atro-sericeo micans, segmenti primi 
fascia apicali lata nivea late interrupta. Long. 6 mill. Keren, 
26 avril 1883. Mas Met. 

Gette espece, assez voisine, par son colons, de P. heraldica Sm., du 
Gap, en differe a premiere vue par son abdomen d un noir profond 
satine. 

Je la de die au D r P. Magretti, qui 1 a recueillie, en temoignage de ma 
gratitude pour 1 obligeance avec laquelle il m a permis d examiner sa 
collection. 

2. Halictus luridipes, $, n. sp. Niger; flagello apice subtus, 
tarsis pedibusque posticis sordide testaceis; segmentorum dorsalium 1-% 
incisuris anguste, ventralium 3-4 basi late testaceis. Nitidulus, grisco 
pubescens. Caput fere rotundatum; frons mesonolumque subtilissime 
punctulato-rugulosa ; scutum nasale, scutellumque mesothoracis magis 
nitida, polita fere impunctata; clypeus punctis crassis fere confluentibus, 
apice ciliis longis fulvido aureis. Metanotum ( postscutellum ) tomento 
denso griseo. Segmenti medialis area basalts lunulata impressa rimoso- 
scabriuscula, postice Ixvigata; area postica fere l&vis inferne tantum 
marginata, superne angulis diedris nullis. Abdomen tenuiter coriaceum, 
opaculum, segmentis 4-5 crasse sed paulo profunde punctatis; seg~ 
mentis 1-3 basi fascia seu maculis tomenti albi, 4 apice parum albo 
fimbriato, rima nigrescente. Alx sordide hyaline carpo venisque apica- 
libus sordide luteis , subcosta venisque basis piceis ; cellula radialis 
apice paulo truncata fere appendiculata, cellula cubitalis secunda su 
perne parum angustata, paulo minor quam tertia; nervus recurrens 
secundus incidens. Calcar internum tibix posticx basi spinis 3-4 pecti- 
natum, et dente parvo inter spinas et apicem armatum. Long. 8,5 9 
mill. Suakim. Mas perquirendus. 

3. Halictus gibber, ?, n. sp. Niger, flagellum apice tegulxque 



Seance du 25 mai 1892. cxxxvn 

ferruginea, segmentorum duorum primorum depressio apicalis, venterque 
castanei; pedes picei, postici sordide rufescentes. Opaculus, albido pu- 
bescens. Caput nee rotundum, nee elongatum ; frons punctulata ; scutum 
nasale clypeusque nitidiora, punctis in primo crebrioribus tenuioribus 
que, in secundo crassis, apice ciliis longis fulvidis. Mesonotum ante ultra 
prothoracem et magis in medio productum, projectura carenam curvato- 
transversam acutam, in medio truncato-marginatam, prsebens. Mesono 
tum, scutellum abdomenque absque punctura, metanotum (postscutellum) 
tomento griseo denso. Mesopleurss coriacex opacse. Segmentum mediale 
lucidulum postice truncatum; area horizontalis rugulosa, postica an- 
gusta lateribus parallelis, margine tenui circumducta, et sicut areas 
pleurales fere Ixvis. Segmentum primum macula utrinque, 2-3 fascia 
basali, 3-4 fascia apicali tomenti albi. Alx sordide hyaline, carpo sor 
dide luteo, venis piceis; cellula radialis fere appendiculata, cellula cubi- 
talis prima vix supra angustata, nervus recurrens primus incidens. 
Calcar internum tibia posticx spinis tribus basali longiore. Long. 
6 mill. Suakim. Mas latet. 

Ces deux Halictus paraissent faire partie d un groupe propre au nord 
do la zone tropicale de 1 Ancien Monde, caracterise par la cellule radiale 
presqne appendiculee, par la tendance de 1 abdomen a prendre une 
teinte marron clair, et par les fascies abdominales basales a la base, et 
apicales vers le bout de 1 abdomen. Ges caracteres se retrouvent dans 
une espece inedite provenant du voyage de M. Fea en Birmanie. 

4. Halictus Magrettii, <j>, n. sp. Aureo-viridis; ore, dypei 
dimidio apicali, antennis, callis, tegulis, segmentorum dorsalium limbo 
apicali, triumque basalium parte reflexa, rima anali, pedibusque totis 
cum coxis late ferrugineis. Ubique albido puberulus, areis superna et 
postica segmenti medialis tantum nudis. Caput breve latiusculum, dypei 
dimidio apicali tantum orbiculum prxtereunte, ocellis posticis minus 
inter se quam ab oculo remotis. Frons, mesonotum, scutellum, arex 
supernx segmenti medialis basis, et abdominis dorsum tenuissime sea- 
briuscula; area postica segmenti medialis , angusta parallela lateribus 
tantum tenuiter marginata. Segmentis, primo saltern utrinque, secundo 
basi apiceque, 3-4 apice, metanoti ( postscutelli ) dorso fascia tomenti 
squalido-albi. Alis limpidis , carpo venisque pallide flavis , subcostali 
obscuriore ; cellula cubitalis secunda parallela, angustata nervum recur- 
rentem in angulo externo accipiente, Long, o 5,5 mill. Suakim. 
Mas latet. 



cxxxvni Bulletin entomologtque. 

M. P. Mabille dccrit six Lepidopteres Heteroceres d Afrique : 

1. Zygaena octo, n. sp. Ailes superieures noires, luisantes, sans 
reflet metallique, portant trois couples de petites laches blanches, placees 
cornme dans les especes europeennes ; la tache de la base carree, sur- 
monte e d un point minuscule; les deux medianesinegales, rapprochees, 
1 inferieure etant la plus grande ; les deux terminales a peu pres egales, 
ecartees. Ailes infericures rouges de sang, avec une bordure noire, 
sinuee interieurement, tres large a 1 apex, puis amincie pour s elargir 
ensuite et envoyer sur le milieu de 1 ailo une bandelette de sa couleur 
qui coupe le rouge en deux parties ; il y a, en outre, un point noir sur 
le bord anterieur, pres de la base. La tache rouge isolee exterieurement 
a la forme d un 8. Dessous des ailes superieures semblables ; mais les 
deux premiers groupes de taches sont rouges, et les deux terminales 
seules restent blanches. Inferieures semblables. Corselet noir, marque 
en avant de quatre taches blanches et de deux semblables sur la tete. 
Abdomen rouge ecarlate, avec les anneaux hordes de noir sur le dos. 
Ventre noir, avec une rangee de points blancs sur chaque flanc. An- 
tennes un peu greles, noires. d 1 . Enverg. 31 mill. Transvaal (coll. 
D r Staudinger). 

2. Zygaena holoxanthina, n. sp. Ailes d un jaunatre transpa 
rent, avec la partie terminale enfumee. Base des superieures plusjaune. 
Frange noire. Inferieures jaunatres a la base, enfumees sur le restant de 
1 aile. Dessous semblables, avec un ton plus jaune qu en dessus, et lui 
santes. Corselet noir, avec une tache jaune sur chaque epaulette. Abdo 
men jaune des deux cotes, avec le dernier anneau noir. Antennes 
noires. $. Enverg. 34 mill. Afrique : Kitui (coll. D r Staudinger). 

3. Glaucopis iridea, n. sp. Ailes superieures noires, avec tout 
le milieu, au-dessous de la cellule et entre les rameaux, d un jaune sale 
luisant, la frange et le bord interne restent noirs, toute la surface de 
1 aile est glace e de bleuatre; en outre, la cote et les nervures sont par- 
semees d ecailles a reflet metallique. Ailes inferieures hyalines, d un 
blanc irise, avec une faible bordure noire, pre cede e d un lise re bleu 
metallique. Corps noir, avec les anneaux marques d ecailles bleues, 
formant une tache dorsale sur chaque anneau ; flancs marques de la 
meme maniere. Dessous d un bleu noir comme dans les Xylocopa 
(Hym.) d Europe. Palpes porriges, decombents. Antennes longues, 
epaissies au milieu. Enverg. 38 mill. Sierra-Leone (coll. D r Stau 
dinger). 



Seance du 2-5 mai 1802. cxxxix 

4. Syntomis rubicunda, n. sp. Ailes superieures longucs, pro- 
longees a I apex et elargies, d un beau rouge vif a partir du milieu et 
lournant au jaune orange sur la base; elles portent deux groupes de 
laches blanches et hyalines : d abord trois en eventail un peu avant le 
milieu, cerclees et bordees de noir; puis cinq autres au dela de la cel 
lule en deux groupes rapproches, les trois superieures petites, rappro- 
chees de la cote, les deux inferieures accolees, grandes, toutes cerclees 
et bordees de noir ; la cote est noiratre a partir du premier groupe de 
taches ; toute la frange est noire et le bord externe est lisere de la meme 
couieur ; en outre, les nervures sont ecrites en noir quand elles separent 
les taches. Ailes inferieures tres petites, comme atrophiees, d un orange 
lave de rouge. Frange noiratre. Dessous des ailes noir jusqu au premier 
groupe de taches ; la base et les inferieures d un orange rougeatre. Corps 
et pattes oranges. Antennes cylindriques, noires, a extremite d un jaune 
citron. 

5. Synthomis pterophorina, n. sp. Ailes d un gris noiratre ; 
les superieures sinuees et legerement lobces au-dessous de I apex ; la 
portion inferieure elargie. Sur le limbe, on voit des taches d un blanc 
nacre et presque hyalines : une a la base, pres du bord interne ; une 
tres petite un peu au dela sur la cote, et deux autres terminates, un peu 
divergentes et ovales. Ailes inferieures de la meme couieur, avec une 
grande tache blanche, hyaline, partant de la base et venant s ouvrir sur 
le bord abdominal, dont elle occupe le milieu. L aile est tres reduite et 
aigue a son extremite. Corps du meme brun grisatre. Epaulettes striees 
de jaune. Corselet avec un gros point jaune poslerieurement. Abdomen 
d un jaune pale, avec deux rangees de taches brunes formant bande- 
lette, qui s arretent sur 1 avant-dernier anneau. Ventre jaune, avec deux 
bandelettes semblables ; dernier anneau frange de noir. Antennes noi- 
ratres, cyliudriques, a peine renflees. d*. Enverg. 16 mill. Natal 
(coll. D r Staudinger). 

6. Naclia? erythrogaster, n. sp. Ailes d un brun enfume, 
tres etroites. Les superieures offrent quatre taches semi-transparentes 
au dela du milieu : les deux inferieures dans les intervalles 2, 3, et les 
deux superieures plus claires et plus longues. Ailes inferieures du 
meme brun, avec les deux nervures internes tres courtes, pas plus 
longues que les rarneaux de la mediane, et leurs intervalles presque 
hyalins, excepte le deuxieme qui est tres etroit et presque opaque. 
Dessous semblables, avec les taches plus blanches el plus visibles. Corps 
dn meme brun. Abdomen d un rouge ecarlate, avec le dernier anneau 



CXL Bulletin entomologique. 

testace et comme come (peut-etre est-il denude par accident?). Antennes 
longues, fortement pectine es. Front marque d une tache oblongue 
formee d ecailles argentees. Pattes noires. Trompe jaune citron. 
Enverg. 27 mill. Freetown (coll. D r Staudinger). 

M. P. Vuillot envoie les descriptions suivantes de Lepidopteres : 

1. Metagarista Aziyade, n. sp. <. Enverg. 34 mill. --Dessus 
des ailes superieures d un brun chocolat fonce a 1 apex et au bord in 
terne, laissant la partie du limbe, do la base a la fin de la cellule, d un 
vert sale ; sur la partie foncee, on remarque une serie de tres petits 
points et traits blancs, places avant 1 apex et au-dessous, et une trainee 
d ecailles d un gris lilas pale, nacre, descendant en forme de bande le 
long du bord externe jusque un peu avant Tangle. Sur la partie verte, 
on remarque une serie de petits points et taches nacres, places sur les 
nervures et plus serres et plus larges sur la disco-cellulaire. 

Ailes inferieures d un jaune orange clair, avec une tres lage bordure 
d un noir brun ; moitie superieure de la frange blanchatre a I extremitc. 

Dessous : la base des quatre ailes d un jaune orange pale jusqu un 
peu au dela du milieu ; le reste d un gris noiratre faiblement olivatre, 
avec la frange tres noire aux superieures et d un gris blanc dans sa 
moitie superieure aux ailes posterieures. 

Corselet brun et dos des deux premiers anneaux d un brun chocolat 
fonce ; tout le reste de 1 abdomen et tout le dessous du corps est jaune 
orange ; le dernier anneau est pourvu d une touffe de poils d un chocolat 
fonce, melee de poils cendres au milieu. Pattes jaunes. Anteimes se ta- 
cees, noires. 

Sierra-Leone (Preuss, 1887), coll. D r Staudinger. 

Gette espece sera figuree dans la planche xvu des Novitates Lepido- 
pterologicse. 

2. Naclia Aitcha, n. sp. ?. Enverg. 28 mill. Dessus des 
ailes anterieures noir, a reflet bleu me tallique intense ; les nervures sont 
d un noir mat, surtout a la base; a I extremite de Taile, au bout de la 
cellule, sous 1 apex, se trouve une large tache jaune dont les bords, lege- 
rement creneles, sont laves faiblement de bleu violet. 

Le dessus des ailes posterieures est d un bleu tirant sur le violet, 
avec le bord, le tiers posterieur, la frange et un petit trait fermant la 
cellule, noirs. Espace abdominal avec les interyalles 1 et 2 d un blanc 
hyalin a la base. 



Seance du 25 mai 1892. CXLI 

Le dessous des quatre ailes a un reflet bleu violet sur toute la surface, 
et les anterieures ont 1 intervalle 1 d un gris jaunatre. 

Antennes longues, pectinees, noires, a lames fines et appliquees, avec 
leur base d un jaune ocrace. Tete, collier et front d un jaune dore bril- 
lant. Yeux noirs. Corselet et dos de 1 abdomen a reflets d un bleu me- 
tallique. Poitrine jaunatre en avant et anneaux intermediaries du ventre 
d un blanc soufre. Pattes brunes, a reflets bleus sur la face interne. 

Sierra-Leone (Preuss, 1887), coll. D r Staudinger. 

3. Naclia Msila, n. sp. ?. Enverg. 32 mill. Dessus des ailes 
anterieures brun noir, avec un beau reflet d un bleu violace sur toute 
la surface ; la frange est d un brun noir moins fonce que 1 aile et son 
reflet bleu est moins brillant. 

Le dessus des ailes posterieures est de la meme couleur que celui 
des superieures, sauf la cellule, qui est semi-transparente, et 1 espace 
abdominal, qui, ainsi que la moitie basilaire des intervalles 1 et 2, est 
completement transparent. 

Le dessous des quatre ailes est d un noir brillant a reflets d un bleu 
violace, avec la frange d un brun noir brillant, mais sans reflet bleu. 

Antennes d une longueur egale aux deux tiers de la longueur des 
ailes superieures, pectinees, a lamelles nombreuses et fines, fortement 
incline es et couchees les unes sur les autres. Tete noire ainsi que les 
palpes, qui ont un reflet bleu sur le dernier article. Pterygodes et cor 
selet d uu jaune ocrace. Abdomen uoir, avec des bandes a reflets bleus, 
plus clairs que ceux des ailes, sur chaque anneau. 

Sierra-Leone (Preuss, 1887), coll. D r Staudinger. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Bulletin bibliographique 

Academic des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
1892, l er sem. N 20. A. BINET. Les racines du nerf alaire chez 
les Goleopteres. J. GHATIN. Sur Forigine et la formation du revS- 
tement chitineux chez les larves de Libellules. N 21. Q 

Acade mie imperiale des Sciences de Saint-Pe tersbourg (Memoir es), o, VII, 
XXXVIII, 7, 1891. O - XXXIX, 1, 1891. Q 



CXLII Bulletin entomologique. 

Entomologische Nachrichten, XVIII, 9 et 10, 1892. F. KARSCH. Kurze 
Gharakteristik neuer Wanzen und Mantiden aus Kamerun, gesam- 
melt durch Herrn D r P. Preuss. E. BRENSKE. Ueber einige neue 
Gattungen und Arten der Melolonthiden. A. F. NONFRIED. Beitrage 
zur Goleopterenfauna von Africa und Madagascar. 

Entomologist s Record and Journal of Variation, III, 5, 1892. T. A. 
CHAPMAN. The genus Acronycta and its allies. Scientific Notes. 
Current Notes. Notes on Collecting. 

Ministers de I Agriculture. Statistique agricole annuelle, 1890- 

1891. Q 

Naturalista siciliano (II), XI, n os 2, 3 et 4, 1891. - R. PUNGELER. Bes- 
prechung der neuen Schmetterlingsarten aus Sicilien. V. ASSENZA. 
Materiali per una Fauna entomologica dei Dintorni di Noto. 
G. RIGGIO. Correspondenze scientifiche moderns degli animaii figu- 
rati nel Pamphyton siculum del Cupani. E. RAGUSA. Catalogo 
ragionato dei Coleotteri di Sicilia. 

Naturaliste (Le), 15 mai 1892. Cap. XAMBEU. Moeurs et metamor 
phoses de Chrysochus pretiosus Fabr., Coleoptere du groupe des 
Eumolpides, de la famille des Chrysomelides. P. DOGNIN. Des 
criptions de Lepidopteres nouveaux. 

Psyche, VI, 193, 1892. W. M. WHEELER. Concerning the Blood- 
tissue of the Insecta, III. C. H. TYLER-TOWNSEND. Tachinid Para 
site of Eucaterva variaria Grote, and other notes. H. G. DYAR. 
The Larva of Sarrothripa reveyana Mote (A Study of California But 
terflies). W. H. PATTON. Synonymy of Butterfly Parasites. 
Entomological Notes. 

Reale Accademia dei Lined (AttiJ, I, 6, 7 et 8, 1892. 

Report of the Injurious and Other Insects of the State of New York 
(Seventh}, 1891. A. LINTNER. Report of the State Entomologist 
(fig.)- 

Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, V, 2, 

1892. 

Societa entomologica italiana (Bullettino) , XXIV, n os 3 et 4, 1892. 
Dott. S. BERTOLINI. Contribuzione alia Fauna Trentina dei Coleotteri. 
A. BATELLI. Note anatomo-fisiologiche sugli Ixodini (fig.). MILNE- 
EDWARDS et BOUVIER. Adattamento dei Paguri : Paguri dei mari delle 
Ami lie el del golfo del Messico. G. GRIBODO. Contribuzioni ime- 



Seance du 25 mai 189$. CXLIII 

notterologiche. Sopra alcune specie nuove o poco conosciute di 
Imenotteri diplopteri, IV (fig.). 

Societas entomologica, VII, 4, 1892. E. FREY-GESSNER. Petites excur 
sions en 1891. FR. RUHL. Die Macrolepidopteren-Fauna von Zu 
rich und Umgebung. Riss VOM MOORE. Reisebilder vom Kap Ska- 
gen und die Ausbeute an Coleopteren daselbst. R. BERGER. 
Beitrage zum Melanismus der Schmetterlinge. FR. RUHL. Zur 
Schreibweise der Species-Namen. H. DOMENITZKI. Materialen zu 
einer Schmetterlings- und Kaferfauna Westafrika s. 

Societas entomologica Rossica (Horse), XXV, 1890-1891. PORTGHINSKY. 
Lepidopterorum Rossia3 biologia, II (texte russe), fig., pi. B. E. 
JAKOWLEFF. Coleoptera asiatica nova : Description d especes nou- 
velles du genre Sphenoptera Sol., de la faune palearctique. 
T. TSGHITSCHERINE. Remarques sur quelques Feronia de la Faune 
palearctique. Note sur quelques Feronia de 1 Afrique meridionale 
et de Pile de Madagascar. Quelques additions a l Essai sur les 
Feronies de PAustralie et de la Nouvelle-Zelande . Aperc,u sy- 
noptique des sous-genres du genre Feronia Latr. propres a la Nou- 
velle-Hollande. A. SEMENOW. Abia Jakoivlewi, sp. n. D r F. 
MORAWITZ. Ueber Astrachan sche fossoria. General 0. RADOSZ- 
KOWSKI. Etudes hyme nopterologiques : Descriptions d especes nou- 
velles de la Faune russe (pi.). A. SEMENOW. Diagnoses Coleopte- 
rorurn novorum ex Asia centrali et orientali : Ellampus (NotozusJ 
olgx, sp. n. J. FAUST. Beitrage zur Kenntniss der Kafer des Euro- 
paischen und Asiatischen Russlands, mil Einschluss der Kiisten des 
Kaspischen Meeres. R. LANG. Beitrag zur Lepidopteren-Fauna des 
Gouvernement S^Petersbourg. L. GANGLBAUER. Zwei neue Coleo 
pteren. T. TSCHITSCHERINE. Description d une nouvelle espece du 
genre Feronia (Latr.) Dej. A. SEMENOW. Stephanus turcomano- 
rum, sp. n. D r KOSHANTSCHIKOFF. Neue Aphodien. A. SEMENOW. 
Pseudochrysis (Spintharis) virgo, sp. n. GR. GRUM-GRSHIMAILO. 
Lepidoptera nova in Asia centrali novissime lecta. 

Societe imperials des Naturalistes de Moscou (Bulletin}, n os 2 et 3, 1891. 
M me CATHERINE WAGNER. Etudes sur le developpement des Am- 
phipodes, V (fig. et pi.). 

Trinitad Field Naturalist s Club (Journal}, I, 1, 1892. H. CARAGCIOLO, 
Notes on the collecting and rearing of Larvae. W. E. BROADWAY. 
Classification of Insects. T. POTTER. The common Honey Bee. 



CXLIV Bulletin entomologique. 

F. W. URICH. External anatomy of Insects. H. CARACGIOLO. Ura 
nia Leilus. 

Universite de Paris (L ) f VII, n 48, 1892. Q 



BALZAN (L.). Voyage de M. E. Simon au Venezuela (decembre 1887- 
avril 1888), XVI : Arachnides (Pseudoscorpiones) (Ann. Soc. ent. 
Fr.), 1891, 56 p., 4 pi. * 

BEDEL (L.). Supplement au Catalogue des Coleopteres de 1 Yonne. 
Excursions dans I arrondissement d Avallon (Ann. Soc. ent. Fr.), 
1892, 18 p. * 

ID. Synopsis des grands Hydrophiles (Rev. d Ent.), 1892, 18 p. * 
ID. Revision des Scarabxus palearctiques (loc. cit.), 1892, 8 p. * 

EMERY (C.). Voyage de M, Ch. Alluaud dans le territoire d Assinie 
(Afrique occidentale) en juillet et aout 1886, IX : Formicides (Ann. 
Soc. ent. Fr.), 1892, 22 p., 1 pi. * 

FLEUTIAUX (E.). Petite Faune elementaire des Coleopteres de la Guade 
loupe a 1 usage des ecoles de la colonie. Basse-Terre, 1892, 86 p., 
fig. * 

MAGRETTI (Dott. P.). Viaggio di Leonardo Fea in Birmania e regioni 
vicine, XLIII : Imenotteri, I : Mutillidei, Scoliidei, Tifiidei, Tinnidei ; 
colla descrizione di parecchie nuove specie (Ann. Mus. civ. Gen.), 
1892, 70 p., 1 pi. * 

POUJADE (G.-A.). Notes dipterologiques : I. Metamorphoses d un Bom- 
bycide des Basses- Alpes (Rhegmatophila alpina Bell.). II. Note 
sur des aberrations de Thais rumina L. (Ann. Soc. ent. Fr.), 1892, 
6 p., 1 pi. * 

REGIMBART (D r M.). Essai monographique de la famille des GyrinidaB, 
2 e Supplement (loc. cit.), 1892, 90 p., 2 pi. * 

REITTER (Eo.). Revision der mit Stenosis verwandten Coleopteren der 
alten Welt (Deutsch. ent. Zeit.), 1886, 48 p. Offert par M. L. Be 
del. 

REY (CL.). Troisieme note sur le genre Phaleria et description d une 
espece nouvelle ou peu connue, 4 p. Observations sur quelques 
Hemipteres-Homopteres et descriptions d especes nouvelles ou peu 
connues, 17 p. (Rev. d Ent.), 1891. * 



Seance du 25 mai 1893. CXLV 

KEY (GL.). Notes sur quelques He mipteres et descriptions d especes 
nouvelles ou peu connues, 3 parties, fig. Descriptions de deux 
Coleopteres nouveaux. (Loc. cit.), 1888. * 

SIMON (E.). On the Spiders of the Island of S*- Vincent, I (Proc. zool. 
Soc. Lond.), 1891, 27 p., 1 pi. * 



is, sur les fonds Pierret, a la vente Edin. Andre. 



GoRRiz Y Munoz (RTCARDO). Ensayo para la Monografia de los Coleo- 
pteros meloidos indigenos con aplicacion a las ciencias medicas. Za- 
ragoza, 1882, 200 p., 2 pi. 

HUXLEY (Tn.). L Ecrevisse, Introduction a 1 etude de la Zoologie. Paris. 
1880, 260 p., 82 fig. 

JURINE (D r ). Observations sur les ailes des Hymenopteres (R. Accad. 

Torino), 1818, 38 p., 6 pi. 

ID. Nouvelle methode de classer les Hymenopteres et les Dipteres, I. 
Geneve, 1807, 319 p., 14 pi. 

MOGSARY (AL.)> Monographia Ghrysididarum orbis Terrarum universi 
(Acad. hongr. Sc.), 1889, 643 p., 2 pi. 

RABE (D r F.). La question de 1 Ecrevisse. Sezanne, 1890, 86 p., fig. 

SCHRANCK (FR.). Enumeratio Insectorum Austria? indigenorum. Aug. 
Vindelicor, 1781, 548 p., 4 pi. 

SHUCKARD (W. E.). Elements of British Entomology, I. Londres, 1839, 
240 p., fig. 

STOLL (G.). Representation exactement coloree d apres nature des Pu- 
naises et Gigales qui se trouvent dans les quatre parties du monde. 
Amsterdam, 1788, 2 vol., texte et planches. 

TULLBERG (T.). Sveriges Podurider (K. Vet. Akad. Handl.), 1872, 70 p., 
12 pi. 

WITLAGZIL (D r E.). Entwicklungsgeschichte dcr Aphiden (Zeitsch. f. 

Wissensch.), 138 p., 7 pi. 
ID. Die Anatomie der Psylliden (loc. cit.), 70 p., 3 pi. 

A. L. 



JOURNAL BIMENSUEL (Bulletin^de la Soci^le entomol. de France), 1892, n 11. 



CXLVF Bulletin cntomologique. 

Seance <lu * juin 

Providence de M. E. LEFEVRE, vice-president 

MM. E. Olivier, de Moulins, et L. Demaison, de Reims, assistent a la 
seance. 

Avis. M. le Secretaire rappelle qu a la seance prochaine il sera pro- 
cede an vote sur les conclusions du rapport de M. A. Grouvelle, au 
nom du Gonseil, au sujet de la nomination de M. L. Fairmaire comme 
President honoraire de la Societe entomologique de France. (Voir le 
Bulletin precedent.) 

Tous les Membres frangais peuvent prendre part au vote, qui a lieu 
au scrutin secret et a la majorite absolue, soil directement, soil par cor- 
respondance. Dans ce dernier cas, 1 enveloppe fermee, contenant le 
bulletin de vote et signe e par le Societaire de qui elle ernane, devra par- 
venir entre les mains de M. le President (Hotel des Socie tes savantes, rue 
Serpents, 28), au plus tard, lemercredi 23 juin 1892, a huit heures 
du soir, avant 1 ouverture du scrutin. 

Correspondance. M. le Secretaire donne lecture de 1 extrai, du testa 
ment de notre regrette collegue M. Constant-Emile Pissot, dont le deces, 
survenu le 4 avril, a etc annonce au Bulletin de la seance du 23 avril 
1892. Get extrait lui a etc communique par M e Leopold Bailly, notaire a 
Doulevant-le-Chateau (Haute-Marne), au rang des minutes de qui a ete 
depose le testament de M. Pissot. 

Du testament de notre regrette collegue, il a ete extrait litteralement 
ce qui suit : Je legue encore mille francs a la Societe entomologique de 
France. 

M. le professeur A. Giard s est fait inscrire membre a vie de la 
Societe entomologique de France. 

M. le Secretaire annonce que notre savant collegue M. G. R. de 
Osten-Sacken vient de recevoir, de rUniversite de Heidelberg, le di- 
plomo de Doctor philosophic naturalis, honoris cama. Ce diplome est 
ainsi motive : Qui de scientia entomologica excolenda novisque ratio- 
nibus illustranda optime meruit. 

Gette distinction est tres rarement decernee par TUniversite d Heidel- 
berg, qui s honore, dans cette circonstance, en consacrant, avec juste 
raison, le grand savoir de notre eminent collegue. 



Seance du 8 juin 1892. GXLVII 

- M. A. Leveille annonce que M. G. Alluaud cst de retour des lies 
Seychelles. II dit que notre collegue a ete, dans ses chasses, a la fin de 
son sejour, un peu plus heureux qu au debut, et qu il espere, sous pen, 
quand il aura prepare ses recoltes, donner a la Societe le resullat de 
ses recherches entomologiques. 

Admissions. 1 M. Rodolphe Sudre, rue Hautefeuille, 19. Col. eur. 
2 M. Julio Delahaye, rue Perrot, 4, Malakoff, Paris. Lep. 

3 M. leD r Paul Marchal, docteur es sc. naturelles, rue Censier, 41. 
Anat., hist., biol. des Insectes; Hym. 

Communications. M. M. Pic de Digoin ecrit : 

1 Je crois interessant de signaler la capture que j ai faite en cos der- 
niers temps en Algerie (Affreville) de plusieurs exemplaires de Phytceda 
annulicornis Reiche (Ann. Soc. ent. Fr., 1877, Bull., p. CXL), espece 
que je ne connaissais que par le type de la riche collection Sedillot. 

P. annulicornis est tres voisin de P. Gougeleti Fairm. (Ann. Soc. ent. 
Fr., 1880, p. 251), espece marocaine assez connue et repandue. II s en 
distingue par la forme un peu plus elancee, le dessus du corps plus 
nettement ponctue, a reflet un peu brillant, et surtout par les antennes 
ncttement et largement annelecs de gris blanc a la base de tous les 
articles a partir du 3 e . Gette espece presente ordinairement un peu 
de duvet gris en courte ligne mediane a la base du prothorax ; ce duvet 
est parfois epile. La femelle est un peu moins elancee que le male 
et a les antennes plus courtes que le corps. Ainsi que la plupart de 
ses congeneres, P. annulicornis semble affectionner diverses especes de 
C hardens. 

2 De mes chasses algeriennes, je signalerai deux captures interes- 
santes de Longicornes : celte de Agapanthia (Ludwigia) lixoides Luc., a 
Philippeville, et celle de Phytwcia griseipes Pic, a Teniet-el-Haad. 

3 Ayant eu le plaisir de voir chez notre collegue A. Thery, a Saint- 
Charles, pres de Philippeville, Clytus Reitteri Thery, j ai reconnu que 
cette nouvelle espece etait Clytus (Clytantus) ciliciensis Ghevr. 

La rectification inseree par M. Lucas von lleyden dans le dernier 
Bulletin doit etre ainsi modifiee : Clytus Reitteri Thery, in Ann. Soc. 
ent. Fr., 1892, Bull., p. xcvi, = C. bifarim Heyd., in Deutsche ent. 



CXLVIII Bulletin entomologique. 

Zeitschr., 1889, p. 329, = C. ciliciensis Ghevr., in Soc. Liege, XVIII, 
p. 334. 

M. P. Vuillot envoie la description d un Le pidoptere nouveau : 

Junionia touhilimasa, n. sp. Enverg. : aux extremites api- 
cales, 62 mill.; aux dents subapicales, 69 mill. Aspect general de 
/. artaxia Hewitson (Exot. Butt., Ill, tab. 1, fig. 6, 1864), rnais avec les 
differences suivantes : 

Taille legerement plus grande. Ailes anterieures : base a reflet 
bleu metatlique plus fonce, mais les cinq traits, un peu sinues, qui vont 
de la sous-costale a la mediane, sont disposes comme chez /. artaxia ; a 
peu de distance du dernier de ces traits noirs et parallelement a lui, se 
termine le reflet bleu fonce, pour faire place a une large bande d un 
iioir veloute, tres legerement teinte de bleu, qui part du milieu de la 
cote et vient finir en pointe au milieu de la sous-mediane ; cette bande 
noire projette, du cote externe, deux petites dents : la premiere a hau 
teur de la nervure 4, la seconde a hauteur de la nervure 3 ; en dehors 
et le long du bord exterieur de cette bande noire, se retrouve le reflet 
metallique de la base de 1 aile, mais plus clair et plus net entre la cos- 
tale et la nervure 4, plus fonce et moins arrete du cote marginal entre 
la nervure 4 et la sous-mediane. La teinte bleu fonce, veloute, reparait 
alors, allant de la sous-costale au bord interne en une large bande 
s elargissant vers le bas ; noye au milieu de cette bande, entre la 2 e et 
la 3 e nervure, s apergoit vaguement un ceil a la prunelle d un noir bleute, 
entoure d un iris marron, cercle de noir ; ce meme oeil se retrouve sou- 
vent chez /. artaxia, mais un peu moins distinct. Du milieu de la cote, 
et parallelement a elle, part une eclaircie blanchatre, qui, allant d abord 
vers 1 apex, s inflechit ensuite vers Tangle interne, en s elargissant a 
hauteur de la dent subapicale et en prenant une teinte d un bleu cendre 
clair, pour venir se perdre en pointe, pres de Tangle interne ; a egale 
distance entre les nervures 5 et 6, et sur le cote basilaire de cette 
eclaircie bleu cendre, se trouve un petit point noir ; une tache d un brun 
noir, saupoudree de bleu fonce et placee en biais le long de la cote, un 
peu avant Tapex, se prolonge inferieurement en une ligne noire, sinuee, 
qui parcourt dans toute sa longueur la partie bleu cendre, en suivant 
exactement les contours du bord marginal. L apex est d un brun clair, 
plus fonce sur le bord, et cette teinte brune se prolonge aussi, en 
s amincissant, vers Tangle interne, pour former une ligne le gere, sui 
vant le bord marginal. La frange, plus large que chez /. artaxia, est 
d un blanc sale pres de Tapex, devient plus foncee pres de la dent sub- 



Stance du 8 juin 1892. CXLIX 

apicale, redevient d un blanc grisatre dans Techancrure qui se trouve 
au-dessous, et redevient foncee de nouveau avant d arriver a Tangle 
interne. 

Ailes posterieures uu peii plus foncees que chez J. artaxia, mais avec 
im beau reflet bleu metallique, qui, partant de la base, couvre a peu 
pres les trois quarts de la surface totale de 1 aile. Entre les ner- 
vures 6 et 7, aux deux tiers de la distance de la base au bord externe, 
se trouve un ceil ainsi compose : au centre, une pupille formee d un 
petit point bleu violace ; puis un large cercle d un brun rouge mordore/ 
devenant noir au cote externe ; enfm, un trait circulaire, jaune d or 
fonce, entoure d un cercle noir, un peu fondu a Texterieur ; entre les 
nervures 3 et 4 se trouve un second ceil, semblable au premier et de 
taille egale, d ou le nom que nous avons donne a cette espece, signifiant 
en dialecte Jciroua (region du Tanganyika) : yeux egaux (touhili, sem 
blable, et masa, oeil). Chez /. artaxia, ces deux yeux existent egale- 
ment, mais bien differents : 1 oeil superieur est beaucoup plus grand, et 
la pupille est peu nette : 1 oeil inferieur, au contraire, est bien plus 
petit. Une ligne noire, indecise, mais plus marquee que chez J. artaxia, 
suit le bord externe a quelque distance ; une autrc, plus fine, est un 
peu plus rapprochee de la frange, dont elle est separee par une ligne 
Ires legere, d un bleu cendre. Pres de Tangle interne, la ligne noire est 
bordee exterieurement par une eclaircie d un bleu cendre clair. 

Le dessous est tout a fait different de celui de J. artaxia : 

Aux ailes anterieures, on remarque, sur un fond brun, quatre bandes 
d un gris cendre, peu larges, disposers en arc de cercle, et allant de la 
cote au bord interne ; Tapex est d un gris cendre un peu plus clair que 
les quatre bandes ; le point noir du dessus se voit par transparence en 
dessous, en formant une espece de petit ceil peu visible, tandis que Toeil 
place entre la 2 e et la 3 e nervure, peu visible en dessus, est tres net en 
dessous. Un trait noir, sinue, part de la cote, un peu en arriere de 
Tapex, et va rejoindre Tangle interne en suivant les principaux contours 
du bord externe. La frarige est la meme qu en dessous. 

Aux ailes inferieures, les deux premieres bandes en arc de cercle des 
superieures se continuent et viennent aboutir d une facon indistincte 
pres du bord abdominal ; la troisieme bande ne se prolonge pas, mais 
la plus externe se continue tres nettement, en ligne droile, jusqu a 
Tangle interne ; les deux yeux sont semblables a celui des superieures, 
et le trait noir, sinue, des superieures, se continue aux inferieures et 
ne s arrete qu a Tangle interne, qu il colore en noir du cote anal. Exte- 



CL Bulletin entomologique. 

rieurement, ce trait est borde d une eclaircie blanchatre, etroite et pen 
distincte d abord, mais devenant d autant plus claire qu elle se rap- 
proche plus de I angle interne ; une deuxieme eclaircie d un gris cendre, 
plus large et mal definie, court entre les deux yeux et la ligne noire 
sinuee. 

Tete, palpes, corselet et abdomen comme chez /. artaxia. Massue dos 
antennes avec un point blanc a 1 extremite. 

Plusieurs males provenant de M Pala, entre les rivieres Marumbi 
et Lou-Kouga, sur la rive ouest du Tanganyika (juin 1891). Coll. 
P. Vuillot. 

M. P. Mabille presente la note suivante : 

Jusqu a present, la faune lepidopterologique du groupe de la Corse et 
de la Sardaigrie ne comptait qu une seule espece du genre Zygxna. 
J en ai rec,u de M. Damry, naturaliste bien connu, une seconde espece, 
qui semble propre a la Sardaigne. Ge nouveau type n est pas aussi eloi- 
gne des especes continentales que Z. Corsica; il se rapproche beaucoup 
de Z. carniolica, qui se rencontre sur une foule de points de 1 Europe 
et du bassin mediterranean. Gette espece me parait une modification de 
Z. carniolica, mais cette modification affecte si profondement les carac- 
teres de 1 espece, que la Zygene de Sardaigne m a semble digne d etre 
eleve e au rang d espece. 

Je lui donne le nom de Z. sardoa. Les differences qui la feront recon- 
naire au premier coup d ceil sont 1 absence de collier gris cendre, la 
frange gris jaunatre clair aux quatre ailes, et la petitesse de la taille qui 
n excede pas celle de Z. Corsica. 

Zygaena sardoa, n. sp. Ailes d un noir mat, avec des taches 
rouges, ine gales, placees comme chez Z. carniolica; les deux basilaires 
allongees, etroites, accolees, 1 inferieure non ventrue a 1 extremite ; les 
deux mcdianes obliques et se touchant par une liture rouge bordee de 
blanc, qui les reimit, en outre, a la cinquieme, situee a la cote, pres de 
Tapex ; la sixieme est anti terminate, reunie a la cinquieme, elle est en 
ovale allonge, un peu dilatee superieurement. Toutes ces taches sont 
liserees de blanc jaunatre. La tranche est d un g: is jaunatre clair et lui- 
sant. Les ailes infe rieures sont rouges, avec une bordurc noire, e largie 
a Tangle anterieur, qui est obtus; bord externe fortement sinue. Des- 
sous des superieures semblable, d un noir mat, avec les taches a peine 
liseroes de blanc. 



Seance du 8 juin i892. GLI 

Corps entitlement noir. Collier noir, portant deux petits pinceaux 
gris de chaque cote. Pattes d un gris cendre. 
Deux exemplaires. Enverg. 2022 mill. 

M, L. Fairmaire adresse a la Societe les descriptions de trois Co- 
leopteres nouveaux provenant des iles Seychelles, qu il doit a 1 obli- 
geance de M. A. Fauvel, membre correspondant du Museum : 

1. Anisodactylus basicollis, n. sp. Long. 7 mill. Oblon- 
gus, niger, nitidus, labro, ore pedibusque rufo-ferrugineis, antennis 
paulo obscurioribus ; capite lato, Ixvi, antennis crassiusculis, basin pro- 
thoracis haud attingentibus ; hoc transverso, lateribus cum angulis pos- 
ticis rotundato, postice angustiore, bast utrinque transversim impresso 
ct rugoso-punctato, dorso medio sat fortiter striato ; elytris apice abrupte 
rotundatis et leviter sinuatis, dorso sat fortiter punctato-striatis ; subtus 
Isevis, femoribtis validis. 

Differe de 4. Bewsheri Wat., de S.-Johanna, par la taille plus faible, 
le corselet rugueusement ponctue a sa base, avec les angles posterieurs 
arrondis, et les elytres a stries tres ponctuees, avec les intervalles 
lisses. 

2. Alaus mahenus, n. sp. Long. 21 mill. Elongatus, sat 
convexus, niger, indumento farinoso dense vestitus, prothorace medio 
denudato, elytris maculis ad humeros, medio extus et ante apicem et in- 
tervallis primis, denudatis ; capite inter antennas leviter concavo, mar- 
gine antico levissime sinuato ; prothorace latitudine longiore, antice mx 
angustato, angulis rotundatis, disco sat elevato, angulis posticis divari- 
catis, acutis, carinatis ; scutello valde declivi, apice late obtuso; elytris 
postice leviter altenuatis, apice truncatis sed extus rotundatis, parum 
profunde slriatis, intervallis i, 3, 5 subcostulatis, primis 3 basiplanatis 
et latioribus ; subtus squalide farinosus, medio denudatus, abdomine 
subtilissime dense punctato, segmento ultimo fortius punctato, truncato ; 
antennis fortiter serratis. 

Parait voisin de A. polyzonus Gerst., du Massai-Land; en difTere 
par la taille plus forte, le chaperon legerement sinue, le corselet sim- 
plement denude au milieu, mais non en forme de croix, sans litures 
laterales ; les elytres tronquees, a stries non ponctuees, n ayant que de 
faibles laches denudees ; les intervalles des premieres stries sont plus 
convexes a la base, mais non striees. 

3. Cratopus aurostriatus, n. sp. Long. 11 mill. Oblongus, 



CLII Bulletin entomologique. 

convexus, fuscus, impressionibus et punctis viridi-metallicis, antennis 
pedibusque rufis ; prothorace antice angustato, fusco-gmnato, granis 
depressis, disco confluentibus ; elytris ad humeros angulatis, grosse sub- 
striato-punctatis, transversim plicatis, apice breviter acuminatis ; subtus 
carneo-pilosulus. 

Voisin de C. sumptuosus ; mais le rostre n est pas carene, le corselet 
n est pas elargi a la base, les points des elytres sont beaucoup plus gros, 
avec les intervalles larges, plisses ; la coloration est plus brillante, plus 
metallique et uniforme, sans bande laterale. 

M. L. Fairmaire adresse egalement a la Societe les descriptions de 
quelques Coleopteres nouveaux du Turkestan, communiques par notre 
collegue M. P. Nadar : 

1. Julodis cyphodera, n. sp. Long. 17 a 21 mill. Oblonga, 
valde convexa, postice angustata, tola xnea, parum virescens, niiida, 
subtiliter griseo-pubescens ; capite punctulato, antennis xneo-fuscis, valde 
serratis ; prothorace transversim valde convexo, antice angustato, late- 
ribus rotundato, margine postico fortiter arcuatim sinuato et medio an- 
gulatim producto, dorso dense punctato ; elytris basi rotundatis, apice 
obtusis, dense punctato-rugosulis, stria suturali obsoleta, utrinque vittulis 
vix sensim elevatis et paulo densius pubescentibus ; subtus densissime ru- 
gosulo-punctatus, abdomine lateribus impressiusculo, pedibus punctato- 
rugosis. 

Ressemble a J. globithorax, de Perse, qui presente aussi un corselet 
globuleux dont le bord posterieur est fortement prolonge au milieu ; 
mais ce dernier est rugueux, a grosse ponctuation ecartee, son lobe 
posterieur est assez fortement impressionne, avec un sillon median ; les 
elytres ont des cotes larges, grossement ponctuees, peu saillantes, avec 
les intervalles tres densement et fmement rugueux, converts d une pu 
bescence serree. 

2. Chrysobothris nana, n. sp. Long. 5 1/2 mill. Oblonga, 
postice attenuata, seneo-cupreola, sat nitida ; capite sat dense punctato, 
inter oculos transversim sulcato, parte antica inflexa, viridi-senea, basi 
transversim elevata, antennis brevibus, fuscis, articulis 3 primis viridi- 
xneis ; prothorace transverso, elytris angustiore, lateribus fere rectis, 
angulis anticis obtusis, postice fere rectis, dorso dense rugoso-punctato, 
basi fortiter fere angulatim bisinuato, medio faveolato ; scutello minutis- 
simo, acuto ; elytris basi utrinque angulatis et extus obliquatis, postice 
angustatis, apice obtusis, dorso dense punctato-rugosulis , paulo inxqua- 



Seance du 8 juin 1892. CLIII 

libus, bast foveatis, humeris paulo incrassatis, utrinque nervulis 3 parum 
elevatis, spatio suturali postice depresso, margins externo hand denticu- 
lato; subtus punctata, griseo-pilosa, abdomine lateribus mx denticulate, 
pedibus rugosis, fernoribus anticis sat breviter dentatis. 

Remarquable par sa petite taille, ses elytres sans fossettes sur le 
disque, a nervures presque indistinctes, a bords lateraux non denti- 
cules, et sa face fortement renversee en dessous. 

C. Jakowlewi Sem. est plus grand (7 a 8 1/3 mill.), d un vert dore 
brillant, ses elytres sont denticulees et le lobe median du corselet ne 
parait pas foveole. 

3. Sphenoptera latescutata, n. sp. Long. 14 a 16 mill. 
S. Scovitzi simillima, similiter colorata et postice attenuata, sed major, 
minus angusta, capite haud cupreo micante, rugoso-punctato, medio 
leviler sulcato et inter oculos imequali, prothorace magis amplo, elytro- 
rum basin amplectante, paulo fortius punctato, scutello latissimo, longi- 
tudine triplo latiore, fere Ixvi, elytris minus fortiter striatis, sed striis 
grossius punctatis, intervallis, basi prxsertim transversim plicatulis, 
abdomine densius punctato, strigosulo, lateribus sat fortiter impresso, 
coxis posticis parallelis, integris, tibiis anticis c? ante apicem leviter in 
cur vis. 

4. Capnisa cribratella, n. sp. Long. 15 mill. Oblongo-ovata, 
postice ampliata, nigra mx nitidula, undique supra sat subtiliter den- 
sissime punctata ; antennis fusco-piceis, prothoracis basin haud attin- 
gentibus, apice haud dilutioribus, articulis ultimis haud brevioribus, 
3 sat elongato ; prothorace transverso, basi elytris mx angustiore et 
immarginato, antice angustato, lateribus sat rotundatis, basi utrinque 
obsoletissime impresso, angulis fere rectis; scutello indistincto ; elytris 
apice valde declivibus et obtusis, fere rotundatis ; subtus cum pedibus sat 
subtiliter dense rugosula, paulo nitidior, prosterno inter coxas haud 
striato, metasterno antice haud excavato. 

Bien distinct par la ponctuation serree qui couvre tout le corps et 
par son corps ovalaire, elargi en arriere, ce qui lui donne plus de res- 
semblance avec Somocoelia pinguis qu avec les autres Capnisa. 

5. Zonitis quadricollis, n. sp. Long. 10 mill. Oblonga, pos 
tice angustata, sat convexa, rufo-testacea, nitida, elytris paulo minus 
nitidis, subtus cum abdominis basi, tibiis tarsisque nigra, antennis fus- 
cis, articulo i excepto, palpis fuscis; capite convexo, brevi, postice, 



BIMENSUEL (Bulletin de la Societe entomol. de France), 1892, IP 12. 



CLIV Bulletin entomologique. 

utrinque rotundatim ampliato, prothorace paulo latiore, dense rugosulo- 
punctato, fronte plagula media oblonga l;vvi, oculis sat latis, antennis 
gracilibus, medium corporis fere attingentibus, articulo 2 oblongo, 
3 segmenti parum longiore; prothorace transvcrso, subquadrato, elytris 
angustiore, lateribus fere parallelis, ad angulos anticos tantum rotun- 
datis, dorso luxe punctato, medio transversim impresso et longitudina- 
liter breviter impresso, basi marginato, angulis acutiusculis ; scutello 
punctato, apice rotundato ; elytris a medio angustatis et dehiscentibus, 
apice paulo acuminatis, dorso dense sat subtiliter granulatis ; subtus vix 
punctulata. 

Ressemble a Z. pr&usta, mais plus petit, moins mat, avec la tete non 
sillonnee au sommet, les antennes moius longues, ie 3 e article plus long 
que le 4 e , le corselet moins densement ponctue, les elytres sans tache 
apicale, plus acuminees, plus rugueuses, 1 ecusson plus petit. 

6. Zonitis scutellaris, n. sp. Long. 11 mill. Sat elongata, 
sat convexa, postice attenuata, flavido-rufescens, sat nitida, pubescens, 
elytris macula scutellari per suturam anguste prolongata et cum plaga 
magna apicali confusa nigra, meso- et metasterno, abdominis basi, ore, 
tibiis apice, tar sis et antennis fusco-nigris, his articulo 1 basi rufo, 
palpis articulo ultimo fusco ; capite brevi, late triangulari, prothorace 
haud latiore, sat subtiliter sat dense punctato, oculis angustis, antennis 
gracilibus, corporis medium attingentibus, articulo 2 primo parum bre- 
viore, 3 quarto longiore; prothorace transverse, elytris angustiore, a 
medio antice sat fortiter angustato, lateribus postice sinuatis et angulis 
posticis extus sat productis, dorso sat dense punctato, antice transversim 
impressiusculo, medio postice sulcatulo, basi marginato ; scutello obtu- 
sissime triangulari, dense punctulato ; elytris densissime ac subtilissime 
punctulatis, ante medium divaricatis, haud nervulatis, apice angustatis 
et rotundatis ; subtus punctulata, segmento ventrali penultimo late si- 
nuato. 

La coloration des elytres rend cette espece facile a reconnaitre et lui 
donne une certaine ressemblance avec Z. flavosellata, du Yunnan ; mais, 
chez ce dernier, le corselet est different, les antennes sont plus longues 
et les pattes sont noires. 

7. Zonitis sinuatipennis, n. sp. Long. 9 mill. Oblonga, 
postice leviter attenuata, iota aurantiaco-rufa, sat nitida, elytris minus 
nitidis ; capite convexo ; prothorace paulo latiore, sal brevi, rugosulo- 
punctato, mandibulis apice nigris, antennis fusculis, articulis 3 primis 



Seance du 8 juin 1892. CLV 

rufis, apicem versus attenuate; prothorace transverso, elytris angus- 
tiore, antice cum angulis et lateribus rotundato, dorso subtiliter coriaceo, 
stria media antice obsolescente, postice profundiore signato, basi margi- 
nato, angulis paulo productis ; scutello triangulari, apice obtuso, basi 
impressiusculo ; elytris postice leviter attenuatis, apice rotundatis, ante 
medium dehiscentibus, extas hotter sinuatis, dorso alutaceis, sutura et 
utrinque costulis 2 paulo elevatis, postice obsoletis, et costula submargi- 
nali longius prolongata ; subtus Ixvis, nitida. 

Ressemble, pour la coloration, a Z. flava Tans., inais notableineiit 
plus petit, plus rougeatre, avec les antennes bien plus courtes, n attei- 
gnant pas le milieu du corps ; le corselet plus court, fortemenl arrondi 
sur les cote s, et les e lytres legerement sinue es au bord externe, avec des 
nervures un peu saillantes. 

M. G. Leprevost signale que, le 22 mai dernier, dans la prairie 
iongeant le chemin de traverse qui conduit de la station de Saint-Remy 
au village de Chevreuse, il vit, sur des piquets de bois destines a par- 
quer des bestiaux, un certain nombre de Dipteres d assez grande taille, 
poses la tete en bas et les ailes en toit. 

Ayant pris ses pinces et s etant mis en demeure d en capturer 
quelques-uns, il constata que les autres Dipteres places a proximite de 
celui qu il venait de prendre, pret a etre mis dans le flacon, avaient 
quitte, sans bruit et d un mouvement brusque, 1 endroit oii ils se trou- 
vaient. Poses sur lui, ils cherchaient a le piquer a la fagon des Tabanus 
et des Hxmatopota. Ges Insectes etaient peu mefiants, puisqu ils se lais- 
saient prendre a la pince ; c est ainsi qu il captura un de ces Dipteres a 
la base de la troisieme phalange du petit doigt de la main droite. Peu 
de temps apres, il ressentit sur ce point une douleur cuisante, qui dura 
une partie de la journe e ; il constata dans la region tres peu d engour- 
dissement et une le gere enflure, qui disparut le lendemain, en laissant 
une petite elevation d un rouge vif, dure a la pression et de la grosseur 
d une lentille, donnant, quelques jours apres, la sensation d un petit 
durillon sous la peau. 

M. G. Leprevost dit que ces Dipteres etaient en nombre dans toute la 
prairie, qu ils etaient cependant plus nombreux a 1 endroit oii il les a 
chasses. II pense qu ils s attaquent peut-etre aux bestiaux. Depuis, dans 
d autres excursions, il en a vu, sous bois, contre les troncs d arbres ou 
sur des plantes basses, mais presque toujours isole s et en bien moins 
grand nombre que dans la prairie de Saint-Remy-les-Chevreuse. 

Ges Dipteres ont un vol tres court, sans bruil et presque direct; ils se 



CLVI Bulletin entomologique. 

reposent de preference a 1 ombre, tandis qu a Ghevreuse il les a captures, 
entre dix et onze heures du matin, dans un point expose entierement a 
Faction d un soleil tres chaud. 

Le Diptere capture a ete remis a M. J. Gazagnaire, qui a reconnu en 
lui Leptis scolopacea L. 

Au sujet des piqures faites a I Homme par les Leptis, M. J. Gaza 
gnaire fait observer que la communication de M. G. Leprevost est la 
deuxieme observation relatee dans la science. La premiere a ete donnee, 
il y a quelques semaines seulement, par notre collegue M. le D r F. Heim, 
dans le Bulletin du 13 avril, p. o. 

L observation du D r F. Heim a etonne, avec raison, nos savants col- 
legues MM. J.-M.-F. Bigot et G.-R. Osten-Sacken. Ge dernier cependant 
a rappele qu il a ete pique jadis, en Californie. par une espece de Sym- 
phoromyia, genre voisin des Leptis. 

II est surprenant, en eflet, que les Leptis, qui sont des Dipteres de 
forte taille, d une allure speciale facile a reconnaitre, communs partout, 
n aient donne lieu jusqu ici a aucune accusation scientifique. II est fort 
probable que bien des piqures d Insectes, non observes en flagrant delit, 
doivent etre attributes aux Leptis, pour la defense des Cousins ou 
Moustiques, s il est permis de les defendre, que tout le monde connait 
et que Ton accuse volontiers de toute piqure sans gravite, d origine in- 
connue. 

M. J. Gazagnaire fait passer sous les yeux de ses collegues les deux 
Leptis incrimines. Us lui ont ete donnes, pour la determination, par 
MM. le D r F. Helm et G. Leprevost. 

Le Leptide pris par M. le D r F. Heim, frappe en flagrant delit, etait 
entierement aplati, tres mutile. Une determination hatee, en vue de la 
publication rapide de la note interessante de M. le D r F. Heim dans le 
Bulletin de la Societe, le lui a fait denommer a tort Leptis scolopacea L. 
Depuis, reconstitue tant bien que mal et etudie de plus pres, ce Leptide 
a ete reconnu etre Leptis strigosa ? Mg., espece tres voisine de L. scolo 
pacea L. Le Leptide capture par M. G. Leprevost est bien Leptis scolo 
pacea c? L. 

De ces deux observations, il resulte que des especes differentes du 
genre Leptis peuvent piquer I Homme, et que les deux sexes, contraire- 
ment a ce que nous montrent les Tabaniens, dont les femelles seules 
s attaquent a 1 Homme et aux animaux, possedent cette propriete. 

La piqure faite par les Leptis est certainement produite par le iabre, 



Seance du 8 juin 1892. CLVII 

peut-etre aussi par la languette. Le conduit salivaire, qui s ouvre sur la 
ligne mediane de la face dorsale de la languette, donne une goutte de 
liquide qui penetre dans la plaie et determine les phenomenes patholo- 
giques qui sont decrits dans les deux observations de nos collegues. 

Si 1 on ne possede que peu de donnees sur le genre de vie des Leptis, 
cependant leur allure, qui est celle des Dipteres chasseurs, comme les 
Asilides et les Empides, leur armature buccale propre a piquer et a 
sucer, comme le prouvent nettement les deux observations donnees, 
confirment 1 opinion qui considere les Leptides comme des Dipteres 
carnassiers ; mais ce n est qu exceptionnellement sans doute, sous Fac 
tion d une cause accidentelle quelconque qu ils doivent s attaquer a 
1 Homme et probablement aussi aux gros animaux. 

Dans les deux observations rapportees par MM. le D r F. Heim et G. Le- 
prevost, les phenomenes pathologiques determines par la piqure de 
Leptis strigosa $ et de L. scolopacea, <$ sont assez differents. 

Les symptomes observes dans le premier cas sont beaucoup plus 
graves : il est signale un gonflement assez etendu dans la region piquee ; 
les tissus sont rouges, brulants, presque oedemateux, et, chez les personnes 
sensibles, toute la partie inferieure du membre peut etre engourdie 
pendant le premier quart d heure qui suit la piqure ; le gonflement esl 
tres persistant, et la main, quelquefois 1 avaut-bras presque en entier, 
peuvent ne revenir a leur volume normal qti au bout d un jour et demi 
a deux jours, persister meme jusqu a quatre jours. 

Dans le cas de la piqure par Leptis scolopacea, il n y a pas eu de gon 
flement, pour ainsi dire : une douleur cuisante, une petite elevation 
induree, d un rouge vif, de la grosseur d une lentille, et un peu d en- 
gourdissement dans la region voisine. 

Cette difference tient-elle a 1 inoculation d une quantite plus ou moins 
grande de venin, an sexe des Insectes, a la nature des personnes piquees 
ou encore a la nature meme du venin? Des observations ulterieures 
elucideront certainement la question. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Bulletin bibliographique 

Academie des Sciences (Comptes rendm hebdomadaires des seances de V), 
1892, i er sem., n 21. Q N 22. E. CHEVREUX et J. DE GUERNE. 



CLVIII Bulletin entomologique. 

Sur une nouvelle espece de Gammarus du lac d Annecy et sur les 
Amphipodes d eau douce de la France. J. RAULIN. Action de di- 
verses substances toxiques sur le Bombyx Mori. 

Entomologische Nachrirhten, XVIII, 11, 1892. F. KARSCH. Insecten 
von Baliburg (Deutsch-Westafrika) gesammelt von Herrn D r Eugen 
Zintgraff. 

Entomologist s monthly Magazine (The), 337, 1892. Maj. J. N. STILL. 
Demas coryli. G. A. VERRALL. Two new English species of Ho- 
malomyia. R. H. MEADE. Annotated list of British Tachiniid*. 
J. J. WALKER. Entomological Notes from Tasmania. E. BERGROTH. 
A new genus of Eusthenime. D r 0. M. REUTER. A new species of 
Helopeltis. Notes diverses. J. H. WOOD. Our rush-feeding Goleo- 
phorae. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, n 260, 1892. R. MARTIN. Les especes 
franchises de la famille des Limnophilines. J. J. KIEFFER. Les Aca- 
rocecidies de Lorraine. 

Naturalista Siciliano (II), XI, 5, 1892. A. PALUMBO. Note di zoologia 
e botanica sulla plaga selinuntina. 

Naturalists (Le), l er juin 1892. Vente des collections et des livres 
d histoire naturelle de feu Lemoro. A. Goux. Les appendices des 
Arachnides. P. DOGNIN. Descriptions de Lepidopteres nouveaux. 
- P. CHRETIEN. Les Chenilles de 1 Artichaut. 

Schweizerischen entomologischen Gesellschaft (HJittheilungen) , VIII, 9, 
1892. D r A. FOREL. Die Ameisen Neu-Seelands : Attini und Cry- 
ptocerini. Zwei neue Apterostigma-A.rten. Lisle der aus dem So- 
maliland von Hrn. Prof. D r C. Keller aus der Expedition des Prinzen 
Ruspoli im August und September 1891 zuriickgebrachten Ameisen. 
E. WASMANN. Ein neuer Paussus vom Somaliland. D r STIERLIN. 
Beschreibung einiger neuen Russelkafer. FR. RiiHL. Einige fur 
die Schweiz noch neue Lepidopteren. H. KNECHT. Bombyx populi, 
var. alpina Zell. Dold. vom Simplon. Polyommatus dispar Hb., 
var. rutilus an der Schweizergrenze. D r M. STANDFUSS. Neue For- 
men der Macrolepidopteren aus dem Alpengebiet. C. F. LOREZ. 
Hiptelia Lorezi Stdgr. E. FREY-GESSNER. Hymenopterologisches. 
Eine Zwitterbildung. D r STIERLIN. Coleoptera Helvetia?, p. 257- 
288. 

Societas entomologica, VII, o, 1892. L. VON AIGNER. Psyche Ecksteinii 
Lederer. E. FREY-GESSNER. Petites excursions en 1891. 



Seance du 8 juin 1892. CLIX 

FR. RUHL. Die Macrolepidopteren-Fauna von Zurich und Umgebung. 

G. HELD. Aus der Sahara. R. BERGER. Beitrage zum Melanis- 
mus der Schrnetterlinge. FR. RUHL. Hermaphrodit von Aglia tau, 
var. nigerrima. H. DOMENITZKI. Materialien zu einer Sehmetter- 
lings- und Kaferfauna Westafrika s. 

Societe des Sciences historiques et naturelles de I Yonne (Bulletin), XLV, 
1891. Q 

Societe entomologique de Belgique (Annales), XXXVI, o, 1892. GH. KER- 
REMANS. Colc opteres du Bengale occidental, 18 e memoire : Buprestides 
de I Iride. 

Societe linne enne du nord de la France (Bulletin mensuel), X, 233, 234, 
1891. M. DUBOIS. Ghronique et faits divers. 

Termeszetrajzi Fuzetek kiadja a magyar nemzeti Muzeum, 1 et 2, 1892. 

D r DADAY. A mesosegi tavak mikroskopos Allatvilaga (pi.). 

U. S. National Museum (Bulletin), u os 41 et 42, 1891. G. BROWN 
GOOSE. Bibliographies of American Naturalists, V : The published 
writings of D r Gh. Girard (portrait). 



ANDRE (E.). Species des Hymenopteres d Europe et d Algerie, fasc. 41, 

1892, 64 p., 3 pi. * 
FERTON (GH.). Un Hymenoptere ravisseur de Fourmis (Act. Soc. Lin. 

Bord.), 1890, 6 p. * 
ID. Notes pour servir a 1 histoire de 1 instinct des Pompilides (loc. cit.), 

1891, 14 p. * 

GIGLIO-TOS (Dott. E.). Diagnosi di nuove specie di Ditteri, VI, Sirfidi 

del Messico (Boll. Mus. Zool. Anat. comp. R. Un. Tor.), 1892, 7 p. * 

HOFMANN (Prof. E.). Die Raupen der Schrnetterlinge Europas, fasc. 1 

a 17, texte et pi. 
ID. Die Schmetterlinge Europas, 2 e ed., fasc. 1, texte et pi. 

(Ges deux ouvrages acquis pour la Bibliotheque.) 
PICTET (ALPH.) et H. DE SAUSSURE. De quelques Orthopteres nouveaux : 
Pamphagiens, Stenopelmatiens et Gryllacriens (Bull. Soc. ent. Suisse 

1891, 24, 2 pi. * 

A. L. 



CLX Bulletin entomologique. 



Seance <iia $3 juin 

Prudence de M. E. LEFEVRE, vice-president 

Ne crologie. M. le Secretaire annonce le deces de Tun de nos collegues 
bien connu dans le monde des sciences, le D r Carlos German Gonrado 
Burmeister, ne a Stralsund, en 1807. H. Burmeister a succombe, le 
2 mai, a Page de 85 ans, aux suites d une chute qu il avail faite deux 
mois auparavant. 

En 1842, notre collegue e tait professeur a I Universite de Halle. En 1848, 
Burmeister prit part an grand mouvement liberal de 1 epoque. 11 entre- 
prit ensuite deux grands voyages au Bresil et aux Andes. De retour en 
Europe on 1860 et de nouveau elu depute a la Ghambre prussienne, il 
combattit vivcment la politique du futur chancelier, M. de Bismarck ; 
mais impuissant, en butte a d incesSantes vexations, abreuve de degouts, 
notre regrette collegue se vit bientot dans 1 obligation d abandonner 
pour toujours 1 Allemagne, et il alia se fixer a Buenos-Ayres, ou il 
devint directeur du Musee d histoire naturelle. 

Burmeister a surtout attache son nom a 1 etude de la faune fossile 
des Pampas. Avec les debris de ces gigantesques especes eteintes de 
Vertebres, notre collegue a forme, a Buenos-Ayres, une collection 
celebre. 

En Entomologie, Burmeister laisse une oeuvre importante : de nom- 
breux me moires d anatomie, de nombreuses descriptions et des traites 
d Entomologie pleins d observations originales et precises, qui en font 
des ouvrages classiques. 

G. G. G. Burmeister e tait membre de la Societe entomologique de 
France depuis 1867. 



Le Secretaire, M. J. Gazagnaire, annonce son changement 
d adresse : boulevard de Port-Royal, 33. 

Correspondance. MM. le D r P. Marchal et Julio Delahaye remercient, 
par lettre, de leur admission. 

Au nom de M. le D r P. Marchal, M. le Secretaire depose pour la 
bibliotheque de la Societe un certain nombre de me moires. 

M. le Secretaire annonce que notre sympathique collegue M. A. Le- 






Seance du 22 juin 1892. CLXI 

voillc, bibliothecaire de la Societe entomologique do France, vient de 
recevoir les palmes academiques. 

Notre collegue M. le professeur D r Carlos Berg a ete nomme direc- 
teur du Musee national de Buenos-Ayres. 

M. le Ministre de 1 Instruction publique et des Beaux-Arts donne 
avis qu il vient de prescrire 1 ordonnancement, au norn de la Societe 
entomologique de France, d une somme de 500 francs en echange de 
cinq exemplaires de ses publications. 

La Societe vote des remerciements a M. le Ministre de 1 Instruction 
publique et des Beaux- Arts. 

Une circulaire de V Association francaise pour I avancement des 
sciences annonce qu elle tiendra son 21 e Congres a Pan, du 15 au 22 sep- 
tembre 1892, 

La Societe entomologique de France, qui est memhre de I Association, 
aura a nommer prochainement un delegue pour suivre les travaux du 
21 e Congres de I 1 Association francaise pour I avancement des sciences. 

Presentation. M. Manuel Martinez de la Escalera, Quiuta de Cervantes, 
alcala de lleiiares, province de Madrid (Espagne), Col., presente par 
M. Serafin de Uhagon. Commissaires rapporteurs : MM. L. Bedel et 
G.-A. Baer. 

Proposition. M. C. Brongniart annonce que les habitants de Valle- 
raugue, ou est ne M. Armand de Quatrefages de Bre au, ont eu 1 heu- 
reuse pensee d elever un monument a la memoire de letir illustre 
compatriote. 

Un Comite de patronage, sous la presidence de M. A. Milne-Edwards, 
membre de I lustitut, directeur du Museum d histoire naturelle, s est 
constitue pour Terection de ce monument. MM. le D r Verneau el 
C. Brongniart en sont les secretaires. M. C. Brongniart propose que la 
Societe entomologique de France s inscrive commc sonscripteur. 

M. le President renvoie la proposition de M. C. Brongniart au Conseil. 

Travaux e crits. M. E. Simon depose, au nom de M. le D r A. Senna, 
un memoire intitule : Voyage de M. E. Simon au Venezuela fde cembre 
1887avril 1888) : Brenthidx, par le D r A. Senna. 

- M. E. Brabant envoie un travail intitule : Liste de Lppidoptere* 
captures a, Bagneres-dc-Luchon enjuillet 1801, par E. Brabant. 



CLXII Bulletin entomologique. 

Nomination d un President Iwnorairc. II est procede au vote sur les 
conclusions du rapport de M. A. Grouvelle, au nom du Gonseil, lu a la 
seance du 25 mai, au sujet de la nomination de M. Leon Fairmaire 
comme President honoraire de la Societe entomologique de France. 

Ginquante-neuf membres ont pris part au vote. Ce sont : 

MM. E. Allard, G. d Antessanty, A. Argod-Vallon, G.-A. Baer, 

Bellevoye, .1. Bourgeois, C. Brongniart, F.-H. Caignart de 
Saulcy, M. Cayol, E. Courage, P. Daguin, F. Decaux, 
Deharle, H. Desbordes, H. Deyrolle, M. Dolle, E. Donge, 
G. Eyquem, J. Fallou, E. Fleutiaux, le D r A. Fumouze, 
J. Gazagnaire, E. Gounelle, M. des Gozis, A. Grouvelle, 
J. Grouvelle, P. Grouvelle, J. de Guerne, F. Guillebeau, 
le D r F. Heim, le D r L.-F. Henneguy, J. de Joannis, G. Jour- 
dheuiile, J. Kiinckel d Herculais, le D r A. Laboulbene, L. A. La- 
joye, A. Lamey, E. Lefevre, le D r V. Lemoine, G. Leprevost, 

G.-E. Leprieur, A. Leveille, H. Lucas, P. Mabille, 
le D r H.-G. Martin, J. Migneaux, P. Nadar, G. Nodier, 
R. Oberthiir, L. Planet, F.-A.-G. Porte vin, G.-A. Poujade, 
le D r A. Puton, E.-L. Ragonot, G. Rey, A. Salle, E. Simon, 

de Vuillefroy, A. Warnier. 

Le depouillement du vote donne cinquante-huit bulletins favorables 
et un bulletin blanc. 

En consequence, M. le President proclame M. L. Fairmaire President 
honoraire de la Societe entomologique de France. 

Sont arrives, apres le 22 juin, les votes de MM. Abeille de Perrin, 
J. Desbrochers des Loges, G.-A. Fauvel, H. Gadeau de Kerville, 

le D r E. Gobert, A. Lelong, G. Millot. 

Ge retard est du sans doute a i erreur commise dans le dernier Bul 
letin, qui donnait comme jour de vote le 28 juin. Les deux Bulletins 
precedents indiquaient le 22 juin. 

Communications. M. de Vuillefroy donne lecture d un memoire qui 
paraitra ulterieurement dans nos Annales et qui tend a prouver que 
Carabus hispanus Fabricius est bien, comme le dit 1 auteur, une espece 
espagnole, mais que sa description s appliquc a une variete de Carabus 
rutilans Dejean, variete qui habite la province de Huesca, en Aragon. 
Dans ces conditions, le nom de Carabus hispanus Fabr. doit etre reserve 
pour cette derniere espece, dont C. rutilans Dejean ne constitue plus 
qu une variete de couleur. 



Seance du 22 juin 1892. CLXIII 

M. de Vuillefroy propose de dormer le nom de Carabm languedo- 
cianus a 1 espece exclusiveinent francaise qui habile les Cevennes et qui, 
jusqu ici, aurait ete considered a tort comme Carabus hispanus de Fa- 
bricius. 

M. E.-L. Ragonot signale la decouverte, pres de Ghantilly, d une 
Pyrale nouvelle pour la faune franchise : 

En chassant, au commencement du mois de juin, dans les prairies 
tourbeuses traversees par le viaduc, pres des etangs de Gommelle, je fis 
lever un certain nombre d une Pyrale d un blanc jaunatre, qui cherchait 
a se derober en so faufilant entre les grandes herbes et les Cirsium 
palustre. J en pris plusieurs et je remarquai qu elle ressemblait a Bolys 
ruralis Sc. ou plutot a B. pandalis, mais avec une lunule noire bien 
apparente sur le disque. 

J ai trouve cette espece parfaitement represented par Herrich-Schaffer, 
fig. 89, sous le nom de perlucidalis Hub. La figure donnee par Hiibner 
est mauvaise. 

Botys perlucidalis est une espece tres rare, prise seulement, je crois, 
en Dalmatie et au Prater, pres de Vienne. Herrich-Schaffer ne possedait 
quo deux exemplaires, et il est probable qu elle n existe que dans peu 
de collections ; aussi sa decouverte est-elle des plus interessantes. 
M. P. Chretien m en avail soumis un exemplaire pris dans la meme 
localile, mais je n avais pas eu le temps de 1 etudier ; il Pa publiee depuis 
sous le nom de Botys commellulis. II esl probable que la chenille se 
uourril des feuilles de Cirsium palustre. 

J ai pris en meme lemps un exemplaire de Scoparia pallida, espece 
que je n avais pas encore rencontree dans les environs de Paris. 

Un autre coup de filet me donna un beau specimen de Spilosoma ur- 
ticse Esp. 

M. J.-M.-F. Bigot croit ulile de signaler un fail qui, du moins pour 
ce qui regarde les Dipleres, inleresse, avec une foule d aulres exemples 
analogues, ce que Ton qualifie de faunes ou encore de monograpfiies 
locales : 

Dans un lot de Dipteres provenant du Japon, M. J.-M.-F. Bigot a 
trouve huit specimens (7 , 1 $), parfailemenl conserves et facilement 
determinables, d un Bombylius commun dans toute 1 Europe et dans le 
nord de 1 Afrique : Bombylius major L. 



CLXIV Bulletin mtomologique. 

M. le D r V. Lemoine, qui, depuis quelques annees, se livre a des 
recherches sur le developpement, 1 organisation et 1 evolution biologique 
des Insectes Hemipteres parasites des plantes (Pucerons, Phylloxeras, 
Aleurodes, Gochenilles), presente a la Societe le resultat general de ses 
recherches sur le mode de ponte, le developpement des ceufs et les 
metamorphoses de ces parasites. 

II insiste spe cialement sur les points suivants : 

Le mode de developpement des embryons, alors qu il a lieu en dehors 
de toute intervention sexuelle, est absolument comparable chez les formes 
reellement vivipares, comme les Pucerons, et chez les Ovipares, quo 
J oeuf de ces derniers evolue soit completement en dehors du corps de 
la mere, soit dans 1 interieur de celle-ci, soit dans cette touffe de secre 
tions filamenteuses que 1 Orth^sie porte a la partie posterieure de son 
abdomen. 

Toutes les phases sont absolument comparables et les differences que 
Ton peut observer semblent pouvoir s expliquer uniquement par le 
milieu qui doit fournir les substances nutritives, puisque, dans un cas, 
il s agit du corps meme de la mere et que, dans 1 autre, les elements ont 
ete accurnules anterieurement dans I o3uf. 

Les oaufs qui doivent e"tre fecondes se reconnaissent toujours a la pre 
sence d une masse polaire genitale qui peut etre suivie durant tout le 
developpement de 1 embryon et dans le corps meme de 1 Insecte pendant 
les di verses phases de son evolution. 

Cette masse est voisine de 1 extremite inferieure de 1 oeuf et se trouve 
en communication avec 1 exterieur par un pedicule canalicule de forme 
variable et dans lequel on pent suivre la penetration des Spermatozoides. 
Chez les Aleurodes, la masse polaire genitale est remarquable par son 
volume et sa couleur jaune fonce ; le pedicule, d abord mou, acquiert 
ensuite une rigidite toute speciale, et la femellc, a 1 aide d une tariere 
assez compliquee, 1 introduit a travers I epiderme de la feuille, jusque 
dans le parenchyme central. La seve qui penetre dans le pedicule par 
capillarite, parait devoir contribuer a la nutrition de I oeuf dont les 
reserves alimentaires proprement dites sont fort limitees. 

Dans I oeuf d hiver des Phylloxera, la masse polaire genitale est relati- 
vement petite. M. V. Lemoine a pu suivre toutes les phases de la pene 
tration du Spermatozo ide et de la fecondation proprement dite. Consecu- 
tivement, la masse polaire s organise et s entoure d une veritable enve- 
loppe kystique, qui semble expliquer comment le developpement de 



Seance du 22 juin i89%. CLXV 

1 embryon se trouve arrete, bien que la ponte ait eii lieu a un des 
moments les plus chauds de 1 annee, dans le courant d aout. 

Dans 1 oeuf d hiver du Puceron, la masse polaire genitale a ete observee 
depuis longtemps. Elle ne s enkyste pas, car le froid explique 1 arret de 
son developpement qui n est pas, du reste, absolu, car il commence dans 
les oaiifs pondus au dehors et il peut etre pousse assez loin dans une 
chambre chauffee. 

La masse polaire genitale subirait done specialement 1 action de 1 agent 
fecondateur qui renouvellerait ses facuites procreatrices. L evolution des 
aulres parties de 1 embryon serait absolument comparable dans les ceufs 
fecondes et non fecondes. 

Le developpement de 1 oeuf des Phylloxera, qui a pu etre suivi, des son 
debut, par M. V. Lemoine, est d abord absolument normal. Deux petits 
chapelets de quatre globules precedent deux tubes ovariques tout a fait 
egaux, puis 1 un des deux s atrophie de plus en plus. Une masse polaire 
a pu etre observee a Fextremite superieure de 1 oeuf. Elle constitue un 
appareil special d abord en rapport avec les futurs organes genitaux, 
puis avec les ganglions ce phaliques apres le retournement de 1 embryon. 
La crete denticulee, constatee chez les Phylloxera au moment de leur 
eclosion, appartient a cet appareil qui peut-etre aurait des connexions 
avec le vaisseau dorsal. 

Les metamorphoses offrent tous les degres possibles de simpliclte et 
de complication dans le groupe des Insectes Hemipteres parasites des 
plantes. 

Chez les Aspidiotus, ou les changements successifs sont pousses au 
degre extreme, les modifications speciales du systeme nerveux sont 
particulierement interessantes a suivre. Les deux masses ganglionnaires 
centrales, d abord tres eloignees et reunies par des cordons nerveux fort 
longs et fort greles, se rapprochent peu a peu et se fusionnent a un 
degre tel que les portions de nouvelle formation qui fournissent les 
nerfs moteurs de 1 aile se trouvent sur les cotes memes de la masse cere- 
brale, ce qui contribue a expliquer 1 etrangete de sa forme. 

M. J. Fallou envoie quelques details supplementaires sur la ma- 
niere de vivre du Lepidoptere Plusia moneta : 

J ai eu 1 occasion, cette annee, fin avril, dans plusieurs jardins de 
Ghamprosay, de constater la presence de la chenille de Plusia moneta 
dans les jeunes pousses des Aconits (Aconitum napellus), au moment ou 



OLXVI Bulletin entomologique. 

ces pousses sortent de terre, pour ainsi dire, qu elles atteignent environ 
8 a 10 centimetres de hauteur et qu elles commencent a former les bou- 
tons du feuillage. G est dans ces boutons, colles ensemble par un tissage 
blanc semblable a une toile d Araignee, que se rencontre la petite 
chenille. Elle est enroulee, d une couleur grise, avec des points noirs, 
un peu herissee, semblable a celle d une Tortricide. Elle reste dans la 
plante et devore le feuillage jusqu a la 2 e mue; elle devient alors verte 
avec des points noirs. Arrivee a sa derniere periode, elle sort du feuil 
lage et se place en dessous des grandes feuilles, ou elle s enveloppe dans 
une coque legere et transparente, d un jaune citron, quand la chenille 
vit en liberte, blanchatre, quand elle est elevee en captivite. 

L eclosion des Papillons a commence vers le 20 mai et le 8 juin. J ai 
surpris, dans mon jardin, un male au moment de Peclosion. 

Le nombre de chenilles et de cocons que j ? ai pu observer dans Cham- 
prosay est de trente. 

II reste a savoir maintenant si cette espece produit une deuxieme ge 
neration. 

Le fait qui parait bien etabli aujourd hui, saris aucun doute, c est que 
cette espece doit e"tre catalogued dans la faune parisienne. 

M. F. Decaux communique les fails suivants : 

Dans une note pour servir a 1 etude des Insectes nuisibles au Marron- 
nier (Feuille des Jeunes Naturalistes, l er novembre 1888), j ai signale 
Rhamnusium salicis F. cornme ennemi de cet arbre au Bois-de-Boulogne. 
J ai preconise le badigeonnage au goudron mineral, additionne de 5 a 8 
pour 100 de petrole, sur les parties malades des arbres, pour les pre 
server des Insectes en general. 

Grace a I intelligente activite de M. Caillas, conservateur du Bois-de- 
Boulogne, ce procede a etc applique, non seulement pour les Marron- 
niers, mais aussi pour tous les arbres ayant des plaies qui les privaient 
d une partie de leur ecorce. Le succes a ete complet. Les Rhyncolus 
pumtulatm Boh., R. lignarius Marsh., R. reflexus Boh., Mycetochares 
linearis 111., Rhamnusium salicis F., les Fourmis, les Dipteres, Zenzera 
xsculi, etc., ont completement disparu apres le premier traitement. 

En 1891, mon attention fut appelee sur trois ou quatre Marronniers 
dont le tronc, en partie denude et contenant du bois mort (bien que 
badigeonne au goudron seul), laissait voir les traces de sortie des 
Rhamnusiuin salicis. Gonvaincu que de nouvelles pontes avaient eie 



Seance du 22 juin 189%. CLXVII 

faites, j ai choisi un arbre et 1 ai badigeonne, fin avril dernier, avec du 
goudrou. mineral additionne de petrole. Le 28 mai, des eciosions eurent 
lieu sur trois Marronniers : les Insectes sortis des arbres goudronnes 
sans petrole depuis 1889 se sont accouples, et les femelles se dispo- 
saient a pondre, lorsque je les ai detruites. Du Marronnier badigeonne 
par moi, sont sortis, quelques instants apres, deux males et une femelle 
de Rhamnusium; mis en observation, ils sont morts au bout de quinze 
a vingt-quatre heures. 

II ressort de ces observations, que le badigeonnage au goudron addi 
tionne de 5 a 8 pour 100 de petrole doit etre prefere au goudron simple, 
et que cette operation, renouvelee apres deux ou trois ans, peut donner 
de bons resultats. 

En juin 1890, parmi les eciosions de R. saliris obtenus de mes edu 
cations en captivite, se trouvait un male de la variete a elytres rouges, 
qui s est accouple avec une femelle a elytres bleues -, il etait interes- 
sant de connaitre ce qu il adviendrait. J ai prepare une caisse a education 
garnie : 1 de deux buche? (tronc de Marronnier provenant d un arbre 
mort et legerement en decomposition), la premiere conservant de 
Pecorce, la deuxieme Payant perdue ; 2 d une troisieme buche prove 
nant d un tronc de Saule desseche, mais sain. La ponte a eu lieu uni- 
quement sur la buche de Marronnier sans ecorce ; j ai obtenu six In 
sectes : deux males et deux femelles a elytres bleus et deux males a 
elytres rouges. 

J ai tente d obtenir une nouvelle education pour 1892, en enfermant a 
nouveau un male rouge avec une femelle bleue de ma premiere edu 
cation. L accouplement a eu lieu : cinq individus sont nes le 22 juin, 
dorit deux males rouges. 

MOEURS. L accouplemenl est normal et dure plusieurs heures ; il a 
lieu le plus sou vent le matin de 8 heures all heures. Avant de pondre, 
la femelle choisit un arbre ayant une plaie et dont le bois est deja de 
compose par la pluie : Saule, Marronnier, Peuplier, Aune, etc. ; elle 
rentre dans 1 arbre par un trou de sortie ; a defaut, elle depose ses ceufs 
dans une petite fissure. Quelques jours apres, les larves eclosent et 
s enfoncent immediatement dans 1 arbre, qu elles sillonnent de nom- 
breuses galeries. L eclosion de PInsecte parfait a lieu 1 annee suivante, 
du 25 mai au 30 juin. 

En 1878, ayant fait eclore chez moi des Clytus tropicus provenant de 
bois rapportes de Saint-Germain, j ai obtenu une vingtaiue de Braco- 
nites parasites, que j ai mis en liberte au Bois-de-Boulogne. II paraitrait 



CLXVIII Bulletin entomologique. 

qu ils s y sont multiplies, et, a defaut de Clytus tropicus, qui a disparu 
du Bois-de-Boulogne depuis 6 ou 8 ans, ou du moins qui y est devenu 
fort rare, ils vivent aux depens des Rhamnusium; mes eclosions de 
Rhamnusium de 1891 m ont donne, en effet, deux exemplaires de ces 
Braconites. Ge fait me semble bon a signaler. 

M. L. Fairmaire adresse a la Societe" les descriptions de quelques 
Coleopteres de Madagascar, provenant de la region de Diego-Suarez, 
encore peu exploree, et qui lui ont ete communiques par notre collegue 
M. Rene Oberthiir : 

1. Pheropsophus acutecostatus, n. sp. Long. 18 a 22 mill. 
Elongatus, modice convexus, fusco-brunneus, nitidus, capite, ore, an- 
tennis pedibusque rufo-testaceis, subtus rufo-testaceus , lateribm plus 
minusve fumatis, vertice swpius plus minusve infuscato; capite antice 
oblonge biimpresso, vertice dense subtiliter ruguloso, antennis sat validis, 
medium corporis superantibus; prothorace ovato, postice angustato, 
lateribus ante basin sinuatis, hoc late sinuato, dorso medio sulcato et 
laxe punctulato, angulis posticis rectis; scutello apice valde acuto; 
elytris basi angustis, postice gradatim latioribus, apice valde oblique 
truncatis, angulo suturali late, externo minus rotundato, dorso acute 
tenuiter costatis, interstitiis concavis, opaculis ; segmento abdominali su- 
periore penultimo laxe punctato, margins apicali recto. Diego-Suarez 
(coll. Oberthiir). 

Ressemble extremement a P. bipartitus, mais plus grand, plus 
allonge, le corselet surtout, ce dernier brun, ainsi que le sommet de la 
tete, les elytres sont plus longues, plus obliquement tronquees a 1 extre- 
mite, et 1 avant-demier segment dorsal de 1 abdomen est bien moins 
densement ponctue avec le bord apical non sinue au milieu. 

2. Macrochilus ferruginipes, n. sp. Long. 16 a 18 mill. 
Elongatus, fuscus, sat nitidus, pedibus, ore et antennis rufo-testaceis ; 
capite breviter ovato, lateribus punctato, medio convexiusculo Isevi ; an 
tennis validiusculis, basin prothoracis paulo superantibus, sat gracilibus, 
articulo i crasso, 2 tertio parum breviore, 4-11 sub,Tqualibus ; pro 
thorace subcordato, postice leviter angustato, lateribus postice sinuatis, 
angulis anticis obtuse rotundatis, dorso grosse, medio sat laxe punctato 
et longitudinaliter sulcato, margine postico utrinque obliquato, angulis 
paulo obtusis ; elytris ad humeros sat rotundatis, apice separatim rotun 
datis, sat fortiter striatis, striis laxe punctatis, intervallis planis, modice 
punctatis, margine externo rugoso et postice transversim rugato ; subtus 



Seance du 22 juin 1892. CLXIX 

sat dense punctatus, segmento ventrali ultimo subtiliter dense punc- 
tato-rugosulo, late leviter impresso, apice fere truncato, pedibus validis. 
Diego-Suarez (Perrot, coll. R. Oberthur). 

Ressemble assez a P. lugubris, mais bien plus petit, moins noir, 
avec la tete moins large, plus retrecie a la base, les antennes bien moins 
epaisses, le corselet moins large, moins fortement retreci en arriere, a 
angles posterieurs bien plus obtus, presque arrondis, le bord posterieur 
etant coupe obliquement, les elytres bien moins fortement striees, a 
intervalles presque plans, plus fmement ponctues et leur extremite 
arrondie. 

3. Eurydera rotundata, n. sp. Long. 10 mill. Ovata, parum 
convexa, piceo-fusca, modice nitida, fronte, ore, antennis, prothoracis 
lateribus et elytrorum margine externo angusto rufo-piceis, subtus cum 
pedibus magis rufescens et nitidior ; capite basi valde angustato, fronte 
longitudinaliter plicata et medio sulcatula ; prothorace valde transverso, 
antice et basi fere sequaliter angustato, lateribus rotundatis et reflexis, 
dorso medio sulcatulo, utrinque basi sat longe striato, disco subtiliter 
transversim strigosulo ; elytris breviter ovatis, anguste marginatis, apice 
rotundatis, angulo suturali vix producto , dorso sat fortiter striatis, 
striis Ixvibus, intervallis paulo convexis, subtilissime asperulis; subtus 
Isevis, abdomine lateribus impressiusculo. Diego-Suarez (coll. R. Ober 
thur). 

E. inermis Lap. a 17 mill, de longueur, le corselet, en coeur, un 
peu allonge et les elytres allonge es, fortement sinuees en arriere et non 
epineuses. 

4. Chlaenius rudicollis, n. sp. Long. 10 a 11 mill. Oblongus, 
parum convexus, fuscus, capite prothoraceque nitidis, obsolete metalles- 
centibus, elylris fere opacis, fulvo-pilosulis, subtus nitidus, pedibus, an 
tennis et ore pallide fulvis, palpis apice femoribus basi, tarsis genubusque 
paulo infuscatis; capite prothoraceque dense fortiter punctatis, rugosulis, 
fronte medio elevata, Isemore et medio foveolata; prothorace subcordato, 
planiusculo, postice paulo angustato, lateribus acute marginatis, postice 
leviter sinuatis dorso insequali, rugoso, basi utrinque sat forliter striato, 
angulis posticis acute rectis, anticis paulo obtusis; elytris ovatis, ad 
humeros sat rotundatis, apice oblique rotundatis et levissime sinuatis, 
dorso striatis, striis Ixmbus intervallis planis sat subtiliter asperulis ; 
subtus Isevis, abdomine subtilissime coriaceo, femoribus d* inermibus. 
Diego-Suarez (coll. R. Oberthur). 



JOURNAL BIMENSUEL (Bulletin de la Societe entomol. de France), 1892, n 13. 



CLXX Bulletin entomologique. 

Ressemble assez a C. unicolor Ghaud., mais un peu plus large, avec 
les cotes du corselet fmement releves et legerement sirmes vers la base, 
les. angles posterieurs tres droits, les anterieurs un peu obtus et les 
elytres plus fortement rapeuses. La sculpture de la tete et du corselet 
sont assez remarquables. 

5. Hoplolenus atronitens, n. sp. Long. 13 mill. Oblongo- 
ovatus, parum convexus, profunde niger, valde nitidus, politus, anlennis 
rufis, arliculo 1 elongate rufo-piceo ; capite l%vi, labro piceo, antennis 
brevibus, medium prothoracis vix attingentibus ; prothorace amplo, 
elytris haud angustiore, antics angustato, margine postico late sinuato, 
angulis posticis paulo retroversis, sed apice obtusis ; scutello late trian 
gular i; elylris ovatis, basi truncatis, apice later otundatis, dor so politis, 
striis nullis, basi utrinque puncto grosso impressis ; subtus cum pedibus 
piceus, prosterno lateribus irideo-micante, abdomine lateribus subtiliter 
strigosulo, segmento ultimo apice punctis 4 piligeris, impresso. Diego- 
Suarez (coll. R. Oberthur). 

Ressemble extremement a I /f. agaboides, mais bien plus grand, avec 
la tete proportionnellement plus grosse, le l er article des antennes plus 
long, les elytres un peu plus longues, bien plus arrondies a 1 extre- 
mite, sans traces de stries et la saillie prosternale plus attenuee a 1 ex- 
tremite. 

CeKiciiromorpiius, n. g. Rostrum basi capite haud angustius, 
planum, apice truncatum, haud dilatatum. Scrobes late foveatte, regu- 
lares. Oculi leviter emarginati. Antennae elytrorum medium valde 
superantes, basi graciles , apice late clavatx et pilosx, clava quinque 
articulata. Corpus ovatum, valde convexum. Prothoracis carina basali 
margini postico valde approximata et antice longe prolongata. Pedes sat 
validi, femoribus incrassatis. Palpi maxillares articulo ultimo conico, 
valde acuminato. 

Ge genre semblerait voisin des Gorrhecerides a raison de la forme du 
rostre, des scrobes et des yeux, mais il en differe notablement par les 
antennes qui depassent le milieu des elytres et sont terminees par une 
massue allongee de cinq articles. Les tarses sont assez larges, le l er ar 
ticle a peu pres egal au suivant, les crochets sont munis en dedans 
d une tres petite dent. 

6. C. barbicornis, n. sp. Long. 10 mill. Sat breviter ovatus, 
valde convexus, niger, rostro et prothorace pube squalide grisea dense 



Seance du 2%juin 189%. CLXXI 

vestitis, hoc dorso nigro maculoso, intervallis squalidius griseis et antice 
medio macula rufo-castanea sat longe ac dense pilosa signato, elytris 
rufo-castaneis subtiliter pubescentibus, lateribus maculis nigris denudatis 
et maculis griseis pubescentibus marginatis ; rostro lato, antice et late 
ribus nigro, oculis paulo obliquis, antennis nigriSj clava lateribus sat 
longe villosa; prothorace elytris haud angustiore, transverso, antice 
valde angustato, sat subtiliter densissime punctato-rugoso, antice trans- 
versim leviter, impresso et punctulo nigro signato, macula majore ad 
angulum anticum ; elytris brevibus, apice rotundatis, densissime subti 
liter granulatis, sat subtiliter lineato-punctatis, basi utrinque elevatis, 
medio et postice penicillis rufo-castaneis brevibus, ultimo minutissimo ; 
subtus pube grisea variegatus, femoribus apice et tibiarum annulis simi- 
liter griseis. Diego-Suarez (coll. R. Oberthur). 

Vital is, n. g. Rostrum basi capite haudangustius, supra planum, 
antice paulo dilatatum et angulatum, antice leviter sinuatum, medio 
carinatum. Scrobes foveatse, profundse, ab oculis distantes. Oculi breviter 
avati, integri, paulo approximate Carina prothoracis recta. Prothorax 
convexus, lateribus angulatus. Antennas sat breves, basi graciles, arti- 
culis 6 ultimis compressis, clavam oblongam densam efficientibus, arti- 
culis o basalibus fere xqualibus, 6 leviter latiore. Corpus ovato-oblongum, 
convexum. Pedes sat validi, unguibus integris. Palpis maxillaribus arti- 
culo ultimo elongato, gracili, acuminato. 

Ge genre est assez voisin des Platyrhinus, mais le rostre est carene 
au milieu, les yeux sont depourvus d orbites, le corselet est convexe et 
les antennes sont terminees par une longue massue de six articles, com- 
primee, serre e, et s elargissant peu a peu depuis la base. 

7. V. rubricollis, n. sp. Long. 8 mill. Ovato-oblongus, con 
vexus, opacus, atrocyaneus, prothorace rubro-rufo, pedibus cseruleis, ni- 
tidioribus ; capite rostroque densissime subtililer rugosulo - punctatis, 
rostro piano, antice gradatim leviter dilatato, apice angulato, margine 
antico leviter sinuato; prothorace elytris angustiore, antice a carina 
postica angustato, postice breviter angustato, dorso subtilissime ac den 
sissime rugosulo-punctato, carina antice haud prolongata ; elytris sat 
brevibus, basi truncatis et marginatis, leviter substriato-punctatis, apice 
obsoletis, intervallis planis ; subtus subtilissime punctulatus pedibus me- 
diocribus. Diego-Suarez (coll. R. Oberthur). 

Agada, n. g. Ge nouveau genre est tres voisin des Callidium; il 
en differe notablement par les antennes plus courtes que le corps, ayant 



CLXXII Bulletin entomologique. 

les 3 e et 4 e articles subegaux, le 3 e a peine plus long que le 4 e , 
les 6 derniers formant une massue allonge e, le dernier un peu plus 
etroit et plus long que les precedents ; le disque du corselet n a pas de 
callosites, mais il est un peu inegal et presente plusieurs impressions ; 
il est fortement arrondi sur les cotes. Les elytres sont planes sur le 
dos, tres declives sur les cotes. La saillie prosternale est assez large, 
plus convexe, tronquee, le mesosternum est bien plus large, avec une 
petite fossette au milieu, la saillie intercoxale est assez large, obtuse- 
ment arrondie. Les pattes sont courtes, un peu comprimees, les femurs 
peu claviformes. Les palpes maxillaires sont un peu plus longs que 
les labiaux, leur dernier article est un peu elargi vers 1 extremite qui 
est tronquee. 

8. A. clavicornis, n. sp. Long. 10 mill. Oblonga, depressius- 
cula, rufo-testacea, nitida, pilosula, antennis fuscis, articulis 2 primis 
exceptis; capite dense punctato, fere rugoso, fronte hand impressa; an 
tennis medium corporis haud attingentibus, articulis 2-6 fortiter punc- 
tatis et sat dense longe pilosis, 5 ultimis opacis, minus punctatis et fere 
glabris ; prothorace valde transverso, antice et basi fortiter xqualiter 
angustato, lateribus valde rotundato, dorso paulo inxquali, laxe punc 
tato, parum profunde impresso; impressionibus quadratim dispositix, 
parte media longitudinaliter paulo elevata, l&vi, lateribus paulo densius 
punctatis ; scutello brevi, late semicirculari, Isevi; elytris ad humeros an- 
gulatis, postice vix ampliatis, apice conjunctim rolundatis, dorso pla- 
natis, fortiter parum dense punctatis, ad scutellum et basi utrinque 
impressis, costula parum convexa, postice dilatata et obsolescent ab hu- 
mero postice oblique directa, lateribus valde declivibus; subtus laxe 
subtiliter asperulo-punctulato, tibiis tarsisque supra infuscatis. Diego- 
Suarez (coll. R. Oberthiir). 

Get Insecte a le fades d un Callidium deprime avec les antennes 
assez courtes, epaissies a rextremite. 

M. A. Binet envoie une communication sur la structure d un gan 
glion nerveux d Insecte : 

Je me propose d exposer aux membres de la Societe les resultats des 
recherches que je poursuis sur la structure microscopique des centres 
nerveux chez les Insectes. Le but de ces recherches est d eclairer la 
physiologie du systeme nerveux de ces animaux, au moyen de 1 ana- 
tomie comparee. 

Je commencerai par decrire un ganglion nerveux typique, afin de 



Seance du 2% juin 189%. CLXXIII 

donner une base a mes etudes comparatives. Le ganglion choisi pour 
cette description est le deuxieme ganglion thoracique d un Melolonthien ; 
les figures ci-jointes, absolument schematiques, n ont d autre merite que 
de rendre la description plus comprehensible ; ces figures represented 
les trois sections principales qui ont ete pratiquees dans le ganglion ; 
sur chacune d elles on a projete tous les details de structure qu on ren 
contre dans les coupes successives pratiquees suivant une meme direc 
tion ; ainsi la figure 1 est comme la synthese de toutes les coupes longi- 
tudinales, et de meme pour les autres. 

Representation schematique de la structure d un ganglion thoracique d Insecte. 
(Rhizotrogus, 2 e ganglion thoracique.) 



c.d. 



Fig. 2. Coupe transversale. 





Fig. 1. Coupe longitudinale. 



Fig 3. Coupe horizontale. 
(Les connectifs ont e"le seuleraent indiques 
du cote gauche, et les nerfs elytral et 
crural seulement du c6te droit.) 

Legende 

c. v. Colonne ventrale. n. cr. Nerf 
crural. n. al. Nerf alaire. I. d. 
Lobe dorsal. 1. v. Lobe ventral. 
/. cr. Lobe crural. r. d. n. al. Ra 
cine dorsale du nerf alaire. r. v. n. 
al. Racine ventrale du nerf alaire. 
lob. v. inf. Lobule ventral inferieur. 
c. v. a. Commissure ventrale ante- 
rieure. c. v.p. Commissure ventrale 
posterieure. c. d. Connectifs dor- 
saux. rn. cr. Mamelon crural. 



CLXXIV Bulletin entomologique. 

LQ ganglion est constitue par une masse centrale de substance fibril- 
laire et une couche peripherique de cellules nerveuses; les cellules 
nerveuses presentent plusieurs couches sur la face ventrale ; il en existe 
de toutes les dimensions; celles de la face dorsale sont moins nom- 
breuses et generalement de grande dimension. La masse fibrillaire peut 
e~tre considered comme formee par la reunion de trois lobes : un lobe 
dorsal impair et median, un lobe ventral impair et median, et un lobe 
crural, lateral et double (voir fig. 2, /. d., 1. cr. et /. v.). 

Le lobe crural presente, dans la region ventrale, un epaississement 
de substance (colonne crurale) qui se continue directement avec la colonne 
ventrale dont je parlais tout a 1 heure; au-dessus de la colonne crurale 
s isole une autre masse fibrillaire dont 1 extremite (mamelon crural, 
voir fig. 1) est traversee par les connectifs dorsaux inferieurs. 

Le lobe ventral contient deux organes pairs, symetriques, les deux 
colonnes ventrales, qui ont une direction antero-posterieure, et qui sont 
reunies Tune a 1 autre : 1 par une commissure ventrale anterieure, tres 
epaisse ; 2 par une commissure ventrale posterieure, assez grele, en arc 
(voir fig. 2). Les colonnes, dont la coupe est sensiblement circulaire, 
sont formees par une substance fibrillaire tres dense : elles sont par- 
courues dans toute leur longueur par les racines de nerfs que nous 
decrirons plus loin. 

Sur un plan horizontal un peu inferieur a la colonne ventrale, se 
trouve le lobule ventral inferieur, forme de deux masses de substance 
ponctuee, qui sont reunies 1 une a 1 autre par une commissure trans 
verse, et qui sont constitutes principalement par des fibrilles & direction 
transverse. II existe des relations multiples entre la colonne ventrale, le 
lobule ventral inferieur et le lobe crural (voir dans les trois figures le 
lob. v. inf.}. 

La face superieure de la colonne ventrale est longee par des connectifs 
ventraux superieurs, qui se continuent avec les connectifs de meme 
nature, dans les ganglions subsequents (Con. v. s., fig. 1). 

Le lobe dorsal est parcouru par trois systemes de connectifs : 1 les 
connectifs dorsaux superieurs, au nombre d une paire; 2 les moyens, 
au nombre de deux paires ; 3 les inferieurs, qui traversent le mamelon 
crural, et, a ce niveau, sont relies les uns aux autres par deux commis 
sures transverses placees sur le meme plan horizontal, 1 une anterieure, 
1 autre posterieure (voir fig. 1). 

Le ganglion est divise par une colonne de tissu conjonctif, qui unit a 
peu pres le centre de la face dorsale au centre de la face ventrale ; il en 



Seance du 22 juin i892. CLXXV 

resulte qu on peut considerer le ganglion comme comprenant deux 
regions, I une anterieure, 1 autre poste rieure, et nullement symetriques ; 
c est dans la region anterieure que se trouvent le lobule ventral inferieur, 
la commissure ventrale anterieure, et la commissure transverse ante 
rieure des connectif s dorsaux inferieurs. 

Le ganglion mesothoracique est en relation avec deux nerfs impor- 
tants : le nerf elytral et le nerf crural. 

Le nerf elytral penetre par la face superieure du ganglion et longe la 
face anterieure du lobule crural, sans y penetrer. Arrive un peu au- 
dessus de la colonne ventrale, il se divise en deux racines : Tune plonge 
dans la colonne ventrale, qu elle parcourt dans le sens de la longueur, 
et on peut suivre quelques-unes de ses fibres jusque dans la colonne du 
ganglion metathoracique ; c est la ratine ventrale. L autre est la ratine 
dor sale; elle se divise en un tres grand nombre de racines secondaires 
(nous en avons compte cinq); la plus importante de toutes, par ses 
dimensions, passe en dedans du connectif dorsal inferieur, et parcourt 
le lobe dorsal du ganglion dans un plan horizontal qui se confond a peu 
pres avec celui du connectif dorsal moyen; nous avons pu, sur des 
coupes obliques, suivre cette racine jusque dans le ganglion metathora 
cique, oii elle atteint la region dorsale superieure. Une autre des racines 
dorsales se rend dans le premier ganglion thoracique; une troisieme 
longe la face anterieure du lobe dorsal et a un trajet vertical ascendant. 
Nous n avons pu saisir nulle part une continuite entre les fibres du 
nerf elytral et les prolongements axiles des cellules nerveuses qui pene- 
trent dans la substance fibrillaire. 

Le nerf crural presente aussi un grand nombre de racines ; il y a une 
racine speciale pour le lobule ventral inferieur, une autre pour la colonne 
ventrale, et plusieurs se perdent dans le lobe crural. II nous a semble que, 
par la distribution de leurs racines, les nerfs crural et elytral different 
en certains points et se ressemblent en certains autres ; les analogies sont 
relatives a la colonne ventrale, qui rec,oit des racines provenant de ces 
deux nerfs, et leur sert de centre fibrillaire commun ; pour le reste, 
1 aire de distribution est bien different ; car les racines superieures du 
nerf elytral se rendent dans le lobe dorsal, qui parait recevoir peu de 
chose du nerf crural, celui-ci reservant en quelque sorte ses racines 
superieures pour le lobe crural. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



CLXXVI Bulletin entomologique. 

Bulletin bibliographique 

Academic des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I ), 
1892, l cr sem., n os 23 et 24. Q 

Acade mie des Sciences de Cracovie (Bulletin international), mai 1892. 
A. WIERZEJSKI. Siisswasser-Crustaceen- und Rotatorien gesammelt in 
Argentinian. 

Entomological News and Proceedings of the Entomological Section of the 
Academy of Natural Sciences of Philadelphia, III, 6, 1892. G. H. 
TYLER TOWNSEND. New North American TachinidaB. W. S. BLAT- 
CHLEY. Entomologizing in Mexico. - D. BRUCE. On the species of 
Oncocnemis in Colorado. W. J. Fox. Notes on the LarradaB. 
H. F. WICKHAM. Collecting in the Far North. F. E. BLAISDELL. 
Notes on the CoccinellidaB observed in San Diego Co., Cal. S. W. 
WILLISTON. A new species of Criorhinia and Notes on Synonymy. 

C. H. TYLER TOWNSEND. New Jamaica TachinidaB, I. N. BANKS. 
AtypidaB and Theraphosida?. D. W. COQUILLETT. A new Dalman- 
nia from California. Notes and News. Entomological Literature. 

New Species of North American Insects described in the preceding 
Literature. 

Entomologische Nachrichten, XVIII, 12, 1892. F. KARSCH. Insecten 
von Baliburg (Deutsch Westafrika) gesammelt von H. D r E. Zint- 
graff (fig.)- K. M. HELLER. Bin beachtenswerther Fall von Mi 
micry. 

Entomologist s Record and Journal of Variation, III, 6, 1892. 
Scientific Notes. Variation. Current Notes. Notes on Collec 
ting. 

Frelon (Le), II, n 2, 1892. J. DESBROCHERS DES LOGES. Essai d une 
revision du genre Hyphantus. Revision des Baridiides d Eu- 
rope. 

Gesellschaft fur Physiokratie in Bohmen. I. Mitglieder Verzeichniss, 
8 p. II. Thatigkeits-Bericht, 11 p. Prague, 1892. * 

Naturaliste (Le), 15 juin 1892. CH. BRONGNIART. Les Criquets en Al- 
gerie. D r CH. GIRARD. Remarques sur la loi de priorite dans la 
nomenclature zoologique. P. DOGNIN. Descriptions de Lepidopteres 
nouveaux. P. CHRETIEN. La chenille de rAllium porrum. 

Psyche, VI, 194, 1892. S. H. SCUDDER. The Orthopteran genus Hip- 



Seance du 22 juin 189%. CLXXVII 

piscus. G. H. TYLER TOWNSEND. An Aporia Bred from Limacodes 
Sp. G. G. SOULE. The Early Stage of Nerice bidentata. 

Reale Accademia del Lincei (Atti), I, 9 et 10, 1892. Q 

Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, V, n 6, 
1892. O 

Royal Society (Proceedings), L, 308, 1892. W. F. R. WELDON. Certain 
Correlated Variations in Crangon vulgaris. 

Sociedad cientifica Antonio Alzate (Memorias y Revista), V, 5 et 6, 
1892. O 

Societas entomologica, VII, 6, 1892. D r 0. STAUDINGER. Ueber das 
Gross-oder Kleinschreiben der Artnamen. FR. RUHL. Die Macro- 
lepidopteren -Fauna von Zurich und Umgebung. E. FREY-GESSNER. 
Petites excursions en 1891. H. SCHRODER. Gnophria rubricollis L. 
H. DOMENITZKI. Materialen zn einer Schmetterlings- und Kaferfauna 
Westafrika s. R. BERGER. Beitrage zum Melanismus der Schmet- 
terlinge. Anleitung zur Todtung von Insecten (insbesondere von 
Coleopteren und Hymenopteren) mittelst Schwefeldioxyd (= Schwe- 
flige Saure). 

Societe entomologique de Belgique (Annales), XXXVI, 6, 1892. Coleo- 
pteres du Bengale : H. W. BATES, 20 e me moire : Seconde liste des 
Garabidae. J. BOURGEOIS, 21 e memoire : Dascillides et Malaco- 
dermes. Liste des Dascillides et Malacodermes recueillis par le 
R. P. Gardon dans le Ghota-Nagpore. A. BERGE, 22 e memoire : 
Cetonides. L. FAIRMAIRE. Descriptions de quelques Goleopteres 
argentins. 

Societe Linne enne du Nord de la France (Bulletin mensuel), XXI, n os 235 
et 236, 1892. E. DELABY. Contributions a la faune locale (Goleo 
pteres). 

Wiener entomologische Zeitung, XI, 5, 1892. D r FLEISCHER. Eine neue 
Cftn/sow^a-Varietat. E. REITTER. Uebersicht der Arten der Co 
leopteren Gattung Monotropus Er. D r H. KRAUSS. Dermapteren und 
Orthopteren aus Tunis (fig.). E. REITTER. Siebenter Beitrag zur 
Coleopterenfauna des Russichen Reiches. G. SROLL. Zwei alpine 
Sapromyzen. 

ALLUAUD (Cn.). Voyage de M. Qh. Alluaud dans le territoire d Assinie 
(Afrique occidentale) en juillet et aout 1886 : I. Relation du voyage, 
par GH. ALLUAUD, 1886, 6 p. II. Lycides, par J. BOURGEOIS, 1889, 



CLXXVIII Bulletin entomologique. 

10 p. III. Dytiscidse et Gyrinidae, par le D r R. REGIMBART, 1889, 
4 p. IV. Lepidopteres, avec des notes sur quelques autres especes 
d Afrique, par P. MABILLE, 1890, 38 p., 2 pi. V. Eumolpides, 
par E. LEFEVRE, 1889, 3 p. VI. Ghrysomelides, par E. ALLARD, 
1890, 4 p. VII. Dipteres, parJ.-M.-F. BIGOT, 1891, 20 p. (Ann. 
Soc. ent. Fr.). Offert par M. Gh. Alluaud. 

BATES (H. W.). Viaggio di Leonardo Fea in Birmania e region! vicine : 
XLIV. List of the Carabidas (Ann. Mus. civ. Gen.), 1892, 164 p. * 

BIGOT (J.-M.-F.). Voyage de M. Ch. Alluaud aux iles Canaries (nov. 
1889 juin 1890) : Dipteres (Bull. Soc. zool. Fr.), 1891, 5 p. Offert 
par M. Gh. Alluaud. 

DUDA (LADISLAS). Verzeichniss der Insekten Bohmens : I. Schnabel- 
kerfe. Rhynchota; Heterocera, Gicadina, PsyllidaB (Ges. Physiokr. 
Bohm.), 1892, 44 p. * 

GROUVELLE (A.). Gucujides nouveaux ou peu connus, 7 e memoire, con- 
tenant les especes capturees par M. Gh. Alluaud en Assinie (Ann. 
Soc. ent. Fr.), 1889, 8 p. Offert par M. Ch. Alluaud. 

KERREMANS (Cn.). Coleopteres du Bengale occidental : XIX. Buprestides 

de 1 Inde (Ann. Soc. ent. Belg.), 1892, 56 p. * 
MABILLE (P.) et P. VUILLOT. Novitates LepidopterologicaB, VIII, 4 p., 

1 pi. col. * 

MARCHAL (D r P.) Contribution a 1 etude de la desassimilation de 1 azote, 
1 acide urique et la fonction renale chez les Invertebres (These pour 
le doctorat en medecine). Lille, 1889, 70 p. * 

ID. Note preliminaire sur 1 appareil excreteur des Pagurides et des 
Palinurides (Bull. Soc. zool. Fr.), 1891, 3 p. * 

ID. Notes sur la vie et les moeurs des Insectes (Arch. Zool. expe r.), 

1892, 14 p. * 
ID. Recherches anatomiques et physiologiques sur 1 appareil excreteur 

des Crustaces Decapodes (loc. cit.), 1892, 219 p., 9 pi. * 
ID. Sur la morphologic de 1 antenne chez les Crustaces Decapodes (Soc. 

Biol.), 1890, 3 p. * 
ID. Sur la vessie des Brachyures (Bull. Soc. zool. Fr.), 1890, 4 p., 

fig. * 
PUTON (D r A.). Hemipteres de Biskra, provenant des chasses de 

MM. Lethierry, Simon, D rs Martin, Marmottan et Puton. Nancy, 1892, 

8 p. * 



Seance du 13 juillet 1892. CLXXIX 

SCUDDER (S. H.). The Tertiary Rhynchophora of North America (Proc. 

Bost. Soc. Nat. Hist.), 1892, 17 p. * 

THOMSON (G.-G.). Opuscula entomologica, XVI. Lund, 1892, 114 p. * 
TRYON (H.). Zoologie of British New Guinea : II. Hemiptera (Ann. 

Quensl. Mus.). Brisbane, 1892, 12 p. * 
ID. Rhopalocera collected in British New Guinea during year 1889-90 

(Ann. Rep. Adm. Br. N. Guin.). Brisbane, 1890, 7 p. * 
ID. Goleoptera collected by Mr. A. G. English in the St. Joseph River 
district of British New Guinea (loc. cit.), 1890, 8 p. * 

A. L. 



Seance du 13 juillet 

Prtsidence de M. A. GROUVELLE 

Assistent a la seance, MM. le D r A. Giard et Julio Delahaye. 
Correspondance. M. R. Sudre remercie, par lettre, de son admission. 

Au nom de MM. les D rs E. Giglio-Tos, A. Senna et P. Magretti, le 
Secretaire depose, pour la Bibliotheque, un certain nombre de bro 
chures. 

Au nom de M. J. Kiinckel d Herculais : Le Compte des de penses 
concernant I invasion des Sauterelles en Algerie : Campagnes 1888-89, 
1889-90, 1890-91, et le Rapport adresse par notre coilegue a M. le Gou- 
verneur general de 1 Algerie sur la marche des invasions et sur les 
moyens de defenses employe s (1884-1891). 

M. P. Vuillot fait don a la Bibliotheque de la Societe de douze vo 
lumes de nos Annales : 1871 a 1879; 1888; 1890 et 1891. 

La Societe vote des remerciements a M. P. Vuillot. 

M. L. Fairmaire ecrit : 

Albertville, 11 juillet 1892. 
Monsieur le President, 

Je viens d apprendre, par votre lettre, que la Societe entomologique 
de France m a fait i honneur de me nommer President honoraire. 

Cette preuve d affectucuse sympathie me louche profondement, car 
ce que je recherche, c est surtout 1 estime et Tamitie de mes collegues. 



CLXXX Bulletin entomologique. 

C est ce que je vois dans le vote qui me donne cette distinction et me 
fait succeder a trois illustrations : Latreille, Leon Dufour et Dumeril ; 
mais, comme dit Virgile, longo proximus intervallo ! 

Si depuis un demi-sieclo je me suis adonne a 1 EntomoIogie, autant 
que me 1 ont permis les diverses situations dans lesquelles je me suis 
trouve, j en ai e te deja bien recompense par le titre de Membre hono- 
raire. Gelui que vous venez de me decerner devrait m engager a plus 
d efforts pour en rester digne ; mais helas ! maintenant, 1 avenir est bien 
limite pour moi, et je ne puis m appuyer que sur le passe. 

Quoi qu il en soit, je reste toujours a la disposition de nos collegues 
et heureux de leur rendre service autant que ma sante le permet. J en 
suis bien recompense par les interessantes communications qui me sont 
faites et qui me permettent d enrichir ia faune de regions encore peu 
connues. 

Agreez, Monsieur ie President et cher collegue, 1 expression de mes 
sentiments de cordiale sympathie. 

LEON FAIRMAIRE. 

Admission. M. Manuel Martinez de la Escalera, Quinta de Cervantes, 
alcala de Henares, province de Madrid (Espagne). Col. 

Presentation. M. Charles Escherich, Regensburg (Baviere), Anat. ent.; 
Col., pr. Me loides et Clerites, presente par M. L. Bedel. Commissaires 
rapporteurs : MM. A. Leveille et P. Grouvelle. 

Rapport. M. F. Decaux donne un resume des communications ento- 
mologiques presentees au Congres des Societes savantes, dont M. A. La- 
mey et lui ont suivi les travaux comme delegues de la Societe entomo 
logique de France : 

1 M. J. de Guerne resume les travaux recents, publics depuis sept 
ou huit ans, sur la faune des lacs de France. Une cinquantaine de lacs, 
des Vosges, de 1 Auvergne, du Jura, de la Savoie et des Pyrenees, ont 
e te explores. Les faunes sont tres peu variees : les Crustaces, les Roti- 
feres et les Protozoaires composent presque exclusivement la faune 
pe lagique de ces lacs. 

2 M. le D r V. Lemoine expose le resultat de ses recherches sur le 
mode de ponte, le developpernent des oeufs et les metamorphoses des 
Insectes Hemipteres parasites des plantes (Pucerons, Phylloxeras, Coche- 
nilles, etc.). Les points interessants des travaux de notre collegue sont. 
iaseres dans le Bulletin de la seance du 22 juin. 



Seance du 13 juillet 1892. CLXXXI 

3 M. F. Decaux a parle en general des moeurs des Insectes nuisibles 
a { agriculture et de leurs parasites. 

4 Pour repondre a la question n 15 du programme intitulee : In 
sectes qui atlaquent les substances alimentaires, M. F. Decaux a fait 
connaitre les moeurs des Bruchus et le moyen de les detruire. II a decrit 
les mo3urs des Calandres qui devorent les Cereales dans les greniers et 
le moyen d empecher leurs degats. Pour Ephestia kuniella Zeller, qui 
souille la farine, il a indique un moyen d arreter son extension. Enfm, 
il a traite la question du biscuit de troupes et des grands approvision- 
nements de Gereales. II a donne quelques conseils pour mettre ces sub- 
sistances a 1 abri des nombreux Insectes qui les devorent. 

Travaux e crits. M. E. Simon depose, au nom de M. A. Dollfus, un 
memoire intitule : Voyage de M. E. Simon au Venezuela (decembre 1887 
avril 1888) : Isopodes terrestres, par A. Dollfus, 2 planches noires. 

Rectification. M. F. de Vuillefroy a reconnu, depuis la derniere seance, 
que le nom de Carabus cevennicus, cree par le D r E. Jaquet en 1886, 
devait prendre le pas sur celui de C. languedocianus, propose par lui 
pour 1 espece que Ton considerait jusqu ici comme hispanus. 

Communications. M. J. Delahaye dit qu il a pris cette annee, dans 
son jardin, en chassant au crepuscule, six exemplaires de Plusia moneta 
aux dates suivantes : 29 mai, 7, 27 et 28 juin, 5 et 12 juillet. Ces six 
papillons etaient en bon etat. 

M. J. Delahaye n a pas d Aconits (Aconitum napellus) dans son jardin, 
mais il suppose que la chenille vit egalement sur les Thalyctrum aqui- 
legifolium et Delphinium grandiflorum, dont il possede quelques pieds 
tres touffus. 

A. Thery, de Saint-Charles (Algerie), decrit une variete nouvelle 
de Coleopteres : 

ZOPHOSIS ACUTICOSTA Frm., v. Pinardi, var. n. J ai rec,u d Obock 
quatre Zophosis qui doivent etre rapportes a Z. acuticosta Frm., car, 
sauf la taille (11 et 12 mill, au lieu de 7 mill, chez le type), ils possedent 
la totalite des caracteres de cette espece. 

Sur les quatre individus rec.us, trois appartiennent a une variete 
nettement accusee, qui doit etre 1 etat normal de I lnsecte. Elle se 
distingue du type par une cote supplementaire bien marquee, non 
tranchante, situee entre la cote tranchante, qui occupe le milieu du 



CLXXXII Bulletin entomologique. 

disque, et la suture; elle est aussi plus orbiculaire, plus bombee et pins 
courte que le type. Le quatrieme exemplaire repond exactement, a la 
dimension pres, a la description de M. L. Fairmaire. 

Je dedie cette variete a M. le D r Pinard, qui a bien vouiu me recolter 
ces Insectes. 

M. G. Key, de Lyon, envoie la description de la larve de Tachinus 
laticollis Gr. : 

Larve hexapode, allongee, subconvexe, d un roux testace brillant ; 
parsemee de rares soies blondes et redressees, fines et assez longues. 
Long. 46 mill. 

Tete aussi large que le prothorax, en trapeze environ aussi long que 
large, mais sensiblement plus etroit en avant ; subconvexe, d un roux 
testace luisant, paree sur les cotes de 2 ou 3 soies redressees, dont la 
posterieure plus longue. Front marque sur son milieu d un petit 
signe en forme de chevron etroit, a ouverture en avant et a sommet 
emettant en arriere une tres fine ligne longitudinale, peu visible et pro- 
longee sur le vertex jusqu a la rencontre du prothorax. Epistome 
transverse, largement tronque ou a peine echancre a son extremite. 
Labre court, un peu releve en bosse au milieu de son bord anterieur. 
Mandibules peu saillantes, arquees, d un roux de poix. Palpes maxil- 
laires testaces, a articles graduellement plus etroils ; le dernier subule, 
acicule, pourvu d un petit appendice terminal. Palpes labiaux courts, 
pales, a dernier article conique. 

Yeux represented par un groupe de 6 petits ocelles noirs, bien distincts, 
granuliformes, disposes sur ies cotes, derriere les antennes, suivant 
deux lignes transversales et un peu obliques : 4 en avant et 2 en 
arriere, ceux-ci relegues a la partie superieure de la ligne posterieure. 

Antennes peu allongees, pales ; a i tr article court ; les 2 e et 3 e obco- 
niques, assez epais, subegaux ; le 3 e bicilie a son sommet externe ; 
le 4 e subsubule, conique, bicilie avant son extremite, pourvu au bout 
d une petite soie tres courte ; 1 article supplemental tres petit, peu 
distinct, implante au sommet interne de la troncature du 3 e . 

Prothorax presque carre, a peine plus etroit en avant, assez convexe, 
d un roux testace lisse et brillant. Me sothorax et me tathorax transverses, 
graduellement plus courts et plus larges, subconvexes, egalement d un 
roux testace lisse et brillant ; ces trois segments parcourus par un tres 
fin canal longitudinal, peu distinct, et pares sur les cotes de quelques 
rares soies redressees. 



Seance du 13 juillet 1892. CLXXXIH 

Abdomen assez allonge, aussi large a la base que le metathorax et puis 
tres faiblement ou a peine elargi sur les cotes, subconvexe, d un roux 
testace brillant, pare de deux series de longues soies redressees : la pre 
miere sur les cotes memes, 1 autre plus en dedans, representees, a chaque 
segment, par une seule soie subapicale. Les 8 premiers segments tres 
courts, plus ou moins etrangles, rembrunis et slrioles a leurs inter 
sections, marques sur les cotes d une legere impression ; le 9 e plus etroit, 
non resserre a la base, moins large posterieurement, largement tronque 
a son bord apical, ou 11 offre 2 appendices articulcs, un peu cintres en 
dedans, a l er article assez epais, bicilie en dehors, subretreci au sommet, 
plus long que le segment sur lequel il est implante ; le 2 e grele, sub- 
cylindrique, beaucoup plus etroit, termine par une tres longue soie 
pale. 

Dessous du corps testace brillant. Ventre peu convexe, a arceaux for- 
tement cicatrises et eparsement cilies sur les cotes. Tube anal subcylin- 
drique, un peu plus etroit vers son extremite, un peu moins prolonge 
que le l er article des appendices. 

Pattes courtes, testacees, eparsement ciliees. Tibias epineux, termines 
par un onglet tres long, grele, arque, arme vers son milieu de deux cils 
spiniformes. 

J ai capture plusieurs exemplaires de cette larve, avec PInsecte par- 
fait, en avril, parmi des detritus de Ghoux decomposes. 

OBS. Elle ressemble beaucoup a la larve de Tachinus humeralis ; mais 
elle est plus petite, d une couleur generalement plus claire, paree de 
soies moins longues, plus subtiles, plus pales et surtout beaucoup plus 
clairsemees. La structure des antennes, tout autre, est plutot celle de la 
larve de Tachinus flavolimbatus ; mais les soies du corps sont pales, bien 
plus rares et moins longues ; la tete est plus allongee, avec les ocelles 
plus petits et plus noirs, etc. 

M. F. Guillebeau, du Plantay, envoie la description de deux 
especes nouvelles de Goleopteres de la famille des Pselaphides : 

Bibloporus pini ?, n. sp. Long. 1,2 mill. Taille de B. Reyi. 
Noir, elytres chatains, antennes et pattes testacees. 

T6te transverse, sillon transverse anterieur droit, a bords evases, 
confluent avec les foveoles qui sont au-dessus de chacune de ses extre- 
mites ; vertex avec une foveole large et courte. 

Corselet aussi large que long, bien arrondi sur les cotes, finement, 
mais distinclement ponctue, avec un sillon median sur le disque ante- 



OLXXXIV Bulletin entomologique. 

rieur qui laisse libre le quart du sommet, et qui aboutit en arriere dans 
la foveole mediane de la base. 

Elytres avec une ponctuation serree extremement fine, la strie du 
disque atteignant le tiers de leur longueur. Abdomen sans sillons dor- 
saux, le segment anal termine par un tubercule aigu. 

Dessous d un brun de poix ; 5 e segment ventral largement echancre 
en arc ; metasternum avec un sillon large et profond. 

Trouve sous une ecorce de Pin. 

Ce Bibloporus differe de B. Reyi par la forme de la tete et par sa colo 
ration, de B. Chamboveti par sa taille plus grande, sa coloration, par le 
sillon anterieur, qui n est pas confluent avec les foveoles laterales dans 
B. Chamboveti, etc. 

Bibloporus ultimus c?, n. sp. Long. 0,9 mill. Le plus petit 
du genre. Ferrugineux, 1 abdomen d un brun de poix, les antennes et 
les pattes testacees. 

Tete transverse, avec un sillon transverse anterieur droit, surmonte 
a chacune de ses extremites d une foveole isolee bien distincte ; vertex 
foveole. 

Corselet aussi large que long, bien arrondi sur les cotes, avec un 
sillon court, foveiforme au milieu du disque. 

Elytres avec une strie dorsale atteignant le milieu. Abdomen sans 
sillons dorsaux. 

Dessous d un ferrugineux fonce ; metasternum profondement excave 
au milieu, les cotes de 1 excavation nettement limites, brievement care- 
nes entre les hanches posterieures ; 5 e segment ventral fortement echan- 
crd au milieu, fmement foveole au milieu ; le 6 e segment rond, lisse, 
brillant, plat. Guisses intermediaires avec une dent tres fine avant le 
milieu, du cote de la base ; tibias intermediaires anguleusement dilates 
au cole interne, aux deux tiers de leur longueur ; trochanters simples. 

Ges deux especes sont de Corse et font partie de la riche collection de 
de M. J. Groissandeau, auquel j en dois 1 obligeante communication. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Seance du 13 juillet 1892. CLXXXV 

Bulletin bibliographique 

Academie des Sciences (Comples rendus hebdomadaires des seances de I }, 
1892, l er sem. N 25. Q N 26. A. GIARD. Nouvelles remarques 
sur la Poecilogonie. F. HENNEGUY et P. TRELOHAN. Sur un Spo- 
rozoaire parasite des muscles des Crustaces decapodes. 

1892, 2 e sem., n 1. E. BATAILLON. Sur le determinisme phy- 
siologique de la metamorphose chez le Ver a soie. 

Academy of natural Sciences of Philadelphia (Proceedings), 1892, I. 
N. BANKS. The Spider fauna of the Upper Cajuga Lake Basin (4 pi.). 
Rev. H. G. MAG Cook. Droxelia, a New Genus of Spiders. 
W. J. Fox. Report on the Hymenoptera collected in West Green 
land. J. T. YVES. A new Species of Pycnogonum from California 
(pi.). H. SKINNER and L. W. MENGEL. Greenland Lepidoptera. 

Agricultural Gazette ofN. S. Wales, III, 4, 1892. Advice to Econo 
mic Entomologists. A. SIDNEY-OLLIFF. Entomological Notes. 

Apiculteur (L J, 1892, n 7. Les toiles d Araignees peuvent occasion- 
ner le tetanos. Les Punaises, agents de la transmission de la 
tuberculose. Chlorops lineata L. A. WALLES. Les insecticides. 

Entomologische Nachrichten, XVIII, 13, 1892. W. DONITZ. Parnassius 
Delphius Ev. ab. csecus (fig.)- KRIECHBAUMER. Ichneumoniden- 
Studien, 44-48. Ueber Tryphon melanoxanthus und punctus Gr. 
Antwort an Herrn D r R. v. Stein. v. RODER. Ein neuer Fundort 
der Dipteren Neottiophilum pr&ustum~M.g., Neottiophilum Frnfld. und 
Acyglossa diver sa Rond. 

Entomologist s monthly Magazine (The), 338, 1892. G. G. BIGNEL. A 
new species of Cynipida?. R. H. MEADE. Annotated List of British 
Tachiniida3. R. MAC LAGHLAN. Philipotamus montanus Donov., 
var. chrysopterus Morton, in the West of England, with Notes on the 
Neuration. W. M. MASKELL. A new Icerya, and some other new 
Goccids from Australia. H. D. DRUGE. Notes on some LycenidaB from 
West Africa. 0. M. REUTER. Species Capsidarum et Anthocori- 
darum madagascarienses. W. L. DISTANT. Notes on Ethiopian 
Rhynchota. W. WATKINS. Papilio Antimachus, female (Explana 
tion of plate V). Notes diverses. J. J. WALKER. Entomological 
Notes from Tasmania. 

Feuille des Jeunes ISaturalistes, n 261, 1892. A. DOLLFUS. Tableaux 



JOURNAL BIMENSUEL (Bulletin de la Societe cntomol. de France), 1892, n 



CLXXXVI Bulletin entomologique. 

synoptiques de la faune francaise : le genre Armadillidium (Crustaces 
Isopodes terrestres). -- F. DEGAUX. Le Pommier, ses principaux 
ennemis, moyens de destruction. 

Naturaliste (Le), l cr juillet 1892. Gap. XAMBEU. Moeurs ot metamor 
phoses du Malachius inornatus. 

15 juillet 1892. F. DEGAUX. Note pour servir a la destruction 
des Sauterelles : Acridium peregrinum 01. en Algerie et en Tunisic. 
P. DOGNIN. Descriptions de Lepidopteres nouveaux. 

Nouvelles Archives du Museum d Histoire naturelle, ser. Ill, t. Ill, 2 e fasc., 
1892. GH. BRONGNIART. Monographic du genre Palophus. Au- 
RIVILLIUS, LESNE, ALLARD, BRONGNIART et POUJADE. Insectes recueillis 
dans rindo-Chine par M. Pavie, 2 e parlie : Goleopteres et Lepido 
pteres. GH. BRONGNIART. Monographie du genre Eumegalodon. 

Report of the Board of Regents ef the Smithsonian Institution (Annual), 

July 1890. Washington, 1891. Q 

Revue des trdvaux scientifiques, XI, 11, 1891 ; XII, 1, 1892. 
Royal Society (Proceedings), LI, 309, 310, 1892. 
Royal Society of New South Wales (Journal and Proceedings), XXV, 

1891. 

Sociedad cientlfica Antonio Alzate (Memorias y revista), V, 7 et 8, 

1892. A. L. HERRERA. Fauna cavernicola : Gaverna de Cacahua- 
milpa (pi.). 

Societas entomologica, VII, 7, 1892. D r EPPELSHEIM. Bin neues Ges- 
chlechtsmerkmal in der Gattung Geodromicus. F. BROMILOW. Hy 
brid of Thecla spini and ilicis. F. RUHL. Die Macrolepidopteren- 
Fauna von Zurich und Umgebung. DANIEL. Anleitung zur Todtung 
von Insekten (imbesondere von Goleopteren und Hymenoptercn) 
mittelst Schwefeldioxyd (= schweflige Saure). -- R. BERGER. Bei- 
trage zum Melanismus der Schmetterlinge. F. RUHL. Die im Mit- 
telalter gegen Insektenschaden angewendeten Vorkehrungen. 

Socie te des Sciences naturelles de I Ouest de la France (Bulletin), II, n 2, 
1892. J. DOMINIQUE. Catalogue des Hemipteres (Heteropteres, Ho- 
mopteres, Psyllides) recueillis dans le departement de la Loire-Infe- 
rieure. 

Socie te d e lude des Sciences naturelles de Nimes (Bulletin), XX, 1 et 2, 
1892. 



Seance du 13 juillet 189*2. CLXXXVII 

BATES (H. W.). Travels amongst the Great Andes of the Equator by 
Edw. Whymper : Coleopteres. Londres, 1891, 39 p., fig. et pi. 
Ouvrage offert par M. R. Oberthiir de la part de M. E. Whymper. 
DISTANT (W. L.). On some undescribed Cicadidce, with synonymical 

Notes (Ann. Mag. Nat. Hist.), 1892, 12 p. * 
GIGLIO-TOS (D r E.). Parassitismo di una larva tfAricia in un Carabo 

(R. Ace. Agr. Tor.), 1892, 13 p. * 

ID. Sul parassitismo di une larva d Anda in un Garabo. Riassunto e 
nota complementare (Boll. Mus. zool. An. comp. Tor.), 1892, 2 p. * 
ID. Diagnosi di alcuno nuove specie di Ditteri (loc. cit.), 1890, 3 p. * 
ID. Nuove specie di Ditteri del Museo zoologico di Torino, 4 fasc. (loc. 

cit.), 1890-91, 26 p., 1 pi. * 

ID. Di alcune specie del gen. Echinomyia Dum. (loc. cit.), 1891, 
16 p. * 

ID. Diagnosi di quattro nuovi generi di Ditteri (loc. cit.), 1891, 6 p., 
fig. * 

ID. Un nuovo genere di Sirfidi (loc. cit.), 1892, 4 p. * 

ID. Sui due generi di Sirfidi : Rhopalosyrphus ed Omegasyrphus (loc. 

cit.), 1892, 3 p. * 
ID. Le Specie europee del genere Chrysotoxum Meig. (R. Ace. Sc. Tor.), 

1890, 35 p., 1 pi. * 
GOBERT (D r E.). Catalogue raisonne des Insectes Goleopteres des Landes, 

p. 211 a la fm (Bull. Soc. Hist. nat. Tout.). * 
KUNCKEL D HERGULAIS (.!.). Rapport sur I invasion des Sauterelles en 

Algeria : I. Marche des invasions et moyens de defense employes 

(1884-1891). II. Campagnes 1888-89, 1889-90, 1890-91 (Gouv. 

gen. Alg.), 1892. * 
LETHIERRY (L.). Description d un nouveau genre d Homopteres d Eu- 

rope et note sur le Delphax lugubris (Rev. d Ent.), 1892, 2 p. * 
MAGRETTI (D r P.). Di alcune specie d Imenotteri raccolte dalPIng. Bri- 

chetti-Robecchi nel paese dei Somali (Ann. Mus. civ. St. nat. Gen.), 

1892, 11 p. * 
SENNA (D r A.). Contributions to the Knowledge of the Brenthidaj : 

VIII. The Brenthida3 of Java (Notes Leyd. Mus.), 1892, 26 p. * 

A. L. 



GLXXXVIII Bulletin entomologiqnc. 

Seance du 7 juillet 

Presidence de M. E. LEFfiVRE, vice-president 

Avis. M. le Secretaire depose sur le bureau le l cr fascicule des 
Annales de 1892 portant la date d apparition du 20 juillet 1892. Ce 
fascicule a ete euvoye par la poste a tous les membres ayant solde leur 
cotisation pour 1 annee 1892. 

Les Annales sont envoyees seulement aux membres qui ont paye leur 
cotisation. 

Les cotisations sont regues chez le Tresorier, M. le D r A. Fumouze, 
rue du Faubourg-Saint-Denis, 78. 

La 12 e livraison de L Abeille (27 e vol., 1891) a ete envoyee. Les 
abonncs qui veulent recevoir la l re livraison du 28 e vol. (1892), actuel- 
lement a 1 impression, doivent adresser au plus tot leur abonnement a 
M. le Tresorier de la Societe. 

Les auteurs qui desireraient avoir des figures jointes aux commu 
nications qu ils adressent pour le Bulletin bimensuel, sont pries d en- 
voyer les dessins qu ils veulent faire reproduire. Pour tout renseignc- 
ment concernant la fac,on dont ces dessins doivent Sire executes afin 
d etre cliches dans le texte du Bulletin et des Annales .mssi, s adresser 
au Secretaire, M. J. Gazagnaire, boulevard de Port-Royal, 33. 

La prochaine seance de la Societe entomologique de France se 
tiendra le mercredi 12 octobre 1892. 

Correspondance. M. le Secretaire annonce que nos collegues MM. le 
D r P. Brocchi, professeur a 1 Institut national agronomique, et J. Perez, 
professeur a la Faculte des sciences de Bordeaux, ont ete nommes che 
valiers de la Legion d honneur. 

M. le baron E. de Selys-Longchamps ecrit : 

Liege, lo juillet 1892. 
Messieurs et tres honores Confreres, 

Le 3 de ce mois, la Commission de la Societe entomologique de Bel- 
gique m a remis, a 1 occasion d une Reunion fraternelle a laqucile elle 
m a invite, la lettre beaucoup trop flatteuse que vous m avez fait 1 hon- 
neur de m ecrire sous la date du 26 mai dernier. 



Seance du 27 juillet 1892. CLXXXIX 

La Societe entomologique de France est le premier corps savant de 
Fetranger qui m ait fait Fhonncur de m admettre parmi ses membres. 
C etait, comme vous me le rappelez, en 1834 ; et je suis, en effet, un des 
rares survivants de ceux qui en firent partie a cette epoque. 

II y avait alors deja dix ans que, enfant et habitant la campagne, 
j avais essaye de rassembler une petite collection locale de Lepidopteres 
dont la determination etait difficile pour moi, n ayant a ma disposition 
que le volume de Latreille (edition du Buffon, de Sonnini) et un volume 
oblong de Allen (Les Papillons), simple cahier d etrennes illustre de 
quelques figures. 

Depuis ce moment (il y a 68 ans), je n ai cesse de m occuper avec 
passion d Entomologie. En 1831 (Diction, de la province de Liege], je 
publiai un premier essai de quelques pages : une simple enumeration 
des genres de Lepidopteres de la province et les Libellules de la meme 
contree ; essai fort incomplet, j en conviens. 

En meme temps, je m occupais des Vertebres indigenes, ce qui m a 
permis de publier la l re partie de la Faune beige (1842). La Monographie 
des Libellulide es d Europe avait paru deux ans auparavant (1840). En 
1844, c etait I Enumeration des Lepidopteres de la Belgique. 

Depuis lors, je me suis attache de plus en plus a YEtude des Odonates 
du Globe, dont je n espere guere achever les Synopsis, a cause de mon 
age et des materiaux presque trop considerables qui affluent toujours 
da vantage chez moi, et de la necessite de comparer avec soin les tra- 
vaux qui commencent a se multiplier sur ce groupe en Angleterre, en 
Allemagne et en Amerique. 

Vous avez recompense bien largement ma perseverance, Messieurs, 
en me decernant, en 1888, le titre, si hautement prise, de Membre 
honoraire de la Societe entomologique de France. 

Aujourd hui, vous comblez la mesure en m adressant des felicitations 
et des souhaits dont je suis louche au dela de toute expression ! 

II y a une chose dont je puis me feliciter moi-meme : c est d avoir 
toujours cherche, pendant ma vie, a encourager les jeunes Entomolo- 
gistes, et d avoir ete accueilli gracieusement par tous les adeptes et 
par les princes de notre science favorite. 

Agreez, je vous prie, Messieurs, chers et tres honores Confreres, 
Fassurance de ma profonde gratitude et celle de mon entier devoue- 
ment. 

EDM. DE SELYS-LONGCHAMPS. 



cxc Bulletin entomologique. 

Nominations. La Societe nomme delegues M. Ic D r E. Cohort pour 
suivro les travaux du 21 C Congres de i Association pour Pavancoim .ni 
dcs sciences, qui doit se tenir a Pau, du 15 au 22 septembre 1892 ; 

M. A. Janet, ingenieur de la marine, pour suivre les travaux du 
Congres zoologique de Moscou, qui doit se tenir dans cette ville du 
22 au 30 aout. 

Admission. M. Charles Escherich, Regensburg (Baviere). Anat. ent.; 
Col., pr. Mc loides et Cle rites. 

Presentations. 1 M. Henry G. Hubbard, Griswold St., 114, Detroit, 
Michigan; Phiver, Crescent City, Floride (Etats-Unis d Amcrique), Col., 
presente par M. A. Salle. Commissaires rapporteurs : MM. J. Gaza- 
gnaire et A. Leveilie. 

2 M. Jacques Bossion, rue Saint-Guillaume, 19, Co/., presente par 
M. C. Brongniart. Commissaires rapporteurs : MM. G.-A. Poujade et 
P. Lesne. 

Rapport. Au nom de la Commission de publication, qui s est reunie 
le mardi 26 juillet, M. G.-A. Poujade, rapporteur, donne lecture du 
rapport ou se trouve consignee la composition des 2 e et 3 e trimestres 
de 1892 : 

Le 2 e trimestre de 1892 comprendra 15 feuilles de composition, 
3 planches, dont une coloriee, et des figures dans le texte. -- Le prix 
de ce trimestre est estime environ a 2,315 fr. 25. 

Le 3 e trimestre de 1892 comprendra 10 feuilles de composition et 
3 planches. Le prix du 3 e trimestre de 1892 sera environ dc 
1,689 fr. 40. 

Travaux e crits. M. E. Simon depose un memoire intitule : Voyage de 
M. E. Simon aux Ues Philippines (mars et avril 1800) : Arachnides, par 
E. Simon ; dessins dans le texte. 

M. E. Lefevre depose un travail intitule : Contributions a la Faune 
indo-chinoise : Clytrides et Eumolpides (suite), par E. Lefevre. 

Communications. M. P. Vuillot donne les descriptions de six Lepido- 
pteres nouveaux : 

1. Lasiocampa Salammbo, n. sp. -- $. Enverg. 39 mill. - 
Ailes superieures d un gris pale, avec toute la partie interne du disque 
jaune ; sur elles, on voit deux raies blanches partant de la cote et venant 



Seance du 27 juillet i89%. cxci 

so rcunir au bord interne, a egale distance de Tangle et de la base. La 
raie exterieure est ombree en dehors de gris pale ; sur 1 espace terminal 
il y a line troisieme raie, brisee, et deux angles prononces, Tun sous 
Tapex meme et 1 autre sur te deuxieme intervalle, au-dessous duquel la 
meme raie est plus dentee et ombree de gris interieurement. A Tangle 
meme, le jaune du disque s etend au dela de la raie ; un large lisere 
blanc precede la frange, qui est blanche et marquee de petits points gris, 
qui la coupent dans toute sa longueur sur la premiere moitie de sa lar- 
geur. 

Les ailes inferieures ont tout le disque, jusque un peu au dela du 
milieu, jaune, mais le bord interieur est teinte de rougeatre, coupe par 
un commencement de raio blanche, juste au-dessous du point de reu 
nion des deux raies des superieures ; le reste de Taile est gris de lin, 
devenant graduellement blanc vers Tangle anal ; cet espace est precede 
par une raie blanche, anguleuse, qui fait suite a celle des anterieures et 
disparait a Tangle anal. La frange et le lisere sont comme aux ante 
rieures. 

Dessus du corselet jaune. Abdomen jaune, avec le dos des anneaux 

noir sur les anneaux intermediates ; tout le corps est blanc en dessus. 

Plusieurs males, ex larva, provenant de Delagoa-Bay. Coll. P. Vuillot. 

?. Differe du male par une taille plus grande ; les deux raies des ailes 

anterieures sont ombrees au bord interne ; le jaune du disque est en 

partie sali par du gris qui ne laisse que trois espaces ou taches bien 

pures : une sur la cellule, une a la base et la derniere entre la premiere 

raie du disque et Tangle interne. Les ailes inferieures sont plus jaunes. 

Le corps est semblable a celui du male, mais entierement jaune sur le 

dessus. Enverg. de la femelle 48 mill. 

Le dessous des quatre ailes est blanc, chez le male comme chez la 
femelle. Aux ailes anterieures, on voit une nuage gris-perle un peu 
avant Tapex, descendant en forme de bande jusqu au milieu du disque ; 
plus, un petit point cellulaire noir. Les posterieures ont le bord antcrieur 
entaille en angle aigu vers le premier tiers, et, depuis la base jusque 
dans le sinus ainsi forme, le bord meme est frange de poils noirs longs 
et raides. II y a un gros point noir cellulaire ; une bandelette gris-perle, 
assez large et dentee exterieurement, part du meme bord, apres Techan- 
crure, et, decrivant un demi-cercle, va s arreter a Tespace abdominal ; 
on voit, a la partie anterieure, une raie blanche et dentee. 
Plusieurs femelles, ex larva, de Delagoa-Bay. Coll. P. Vuillot. 
2. Dirphia aculea, n. sp. J. Enverg. 57 mill. Ailes supe- 



cxcn Bulletin entomologique. 

rieures : teinte generate d un brim gris lave de lilas violatre sur toute 
la partie centrale. Sur le milieu de 1 aile se trouve une grande tache d uii 
brun fonce, triangulaire, dont les trois angles sont ainsi places : le pre 
mier, peu defini, vers le milieu de la cote ; le second, a la hauteur du 
milieu du bord interne et a peu de distance de ce bord ; le troisieme, 
dans la cellule et tourne vers la base de Paile. Cette tache triangulaire 
est traversee par un dessin jaune clair, en forme d epine, analogue a 
celui qui existe chez D. tarquinia Gram. Un point brun se trouve en 
arriere de Tangle interne, entre Tangle inferieur de la tache triangulaire 
et le bord externe. 

Ailes infcrieures : les deux premiers tiers de Taile, d un brun roux 
clair, sont converts de longs poils chamois du cote abdominal ; cette 
premiere partie de Taile est limitee par une teinte plus foncee, disposee 
en courbe parallelement au bord externe, et le reste de Taile est d un 
brun clair a reflets mordores. 

Le dessous des quatre ailes est uniformement teinte de chamois rose, 
avec des poils roux au bord abdominal. 

Antennes pectinees, d un chamois tres clair; pterygodes et thorax tres 
velus, couverts de poils d un brun fonce ; abdomen moins velu, a poils 
roux, avec deux traits noiratres, transversaux, sur les avant-derniers 
anneaux. 

cf provenant de Manaos (rio Negro et fleuve Amazones), Bresil. 
Coll. Staudinger. 

3. Hylesia muscula, n. sp. Enverg. 47 mill. Ailes supe- 
rieures : noires a la base, elles deviennent peu a peu semi-transpa rentes 
a partir du milieu de la cellule. Le bord interne est convert de petits 
poils d un noir chocolat, qui le rendent opaque, ainsi que la disco-cel- 
lulaire, qui est ombree de noir ; la cote, opaque, est legerement lavee 
de rougeatre. 

Ailes inferieures d un gris noir, semi-transparentes, avec des poils 
noirs, clairsemes, sur toute la region du bord abdominal. 

Dessous des quatre ailes lisse, vitreux, sauf a la cote des superieures, 
qui est lavee de roux, et au bord abdominal des inferieures, oii se 
trouvent quelques poils noirs, petits et rares. 

Antennes noires, fortement pectinees. Thorax tres velu, noir en des- 
sus et en dessous ; Tabdomen, egalement velu, est noir en dessus, avec 
quelques poils roux sur les avant-derniers anneaux ; en dessous, il est 
d un jaune orange clair. 

c?, Bresil. Coll. Staudinger. 



Seance du 27 juillet 1892. cxcm 

4. Ormiscodes eumedidoides, n. sp. Enverg. 62 mill. 
Taille, port et aspect general, comme dessin, de 0. Eumedide Stoll, mais 
avec les traits beaucoup moins accuses. La ligne noire, doublee de 
blanc, qui va du deuxieme tiers de la cote au milieu du bord interne, 
est beaucoup moins large que chez 0. Eumedide, et est en ligne droite, 
au lieu d etre legerement sinuee. L eclaircie qui va de 1 apex a Tangle 
interne, tres sinuee, est a peine visible et se perd dans la teinte gene- 
rale des ailes superieures, qui sont d un brun clair mordore. La petite 
ligne courbe, blanche, bordee de noir, qui, partant de la base de 1 aile, 
va retrouver le bord interne vers son premier tiers, est egalement 
moins large et moins importante, quoique bien visible cependant, que 
chez 0. Eumedide. On remarque, a chaque intersection des nervures 
avec ces deux lignes blanches bordees de noir, une touffe de petits poils 
d un jaune roux, parfois a peine visible. 

Ailes inferieures de la meme teinte generate que les superieures ; la 
premiere moitie, basilaire, est plus velue que 1 autre, qui est d une teinte 
un peu plus foncee et dont elle est separee par une eclaircie, en arc de 
cercle, a peine distincte. 

Dessous des quatre ailes chamois rose, sillonne de deux grandes 
lignes d ombre peu dislinctes. 

Antennes pectinees, noires. Thorax chamois fonce, tres velu. L abdo- 
men, en dessus, est parcouru, du thorax a 1 extremite anale, par une 
large ligne de poils d un jaune orange fonce ; de chaque cote, les an- 
neaux sont egalement recouverts de poils de cette meme teinte, separes 
entre eux par une ligne de poils noirs ; en dessous, 1 abdomen est cha 
mois et, de chaque cote, se remarquent des taches d un blanc sale, 
irregulieres et bordees de noir ; le dernier anneau est garni de poils d un 
orange fonce. 

cT provenant de Teffe (Haul Amazones). Coll. Staudinger. 

5. Ormiscodes Aurora, n. sp. Enverg. 65 mill. Taille, 
port et dessin de 0. eumedidoides Vuill., dont elle differe surtout par 
sa teinte generate d un rose saumone. Aux ailes superieures, le dessin 
est le meme que chez 0. eumedidoides, mais la ligne noire, bordee in- 
terieurement d une ligne blanche, est absolument droite ; de plus, ces 
deux lignes sont larges, bien visibles et distinctes ; il en est de meme 
des deux lignes, semblables, allant en arc de cercle de la base de 1 aile 
au bord interne. Au dela de la ligne noire rectiligne, la teinte rosee se 
forme legerement pour redevenir ensuite plus clairc tout le long du 
bord externe : toute cette partie de 1 aile est remarquable par un beau 



oxciv bulletin entomologique. 

reflet soyeux. Les polls d un jaune orange, qui, chez 0. cumedidoidcs, 
se trouvent a 1 intersection des nervures et des deux lignes des ailes 
superieures, se retrouvent chez 0. Aurora. Mais, dans cette especc, ils 
ne sont pas limites strictement au point de 1 intersection, et ont une 
tendance a s etendre le long des nervures. 

Les ailes inferieures, velues sur leur premiere moitie, ont un ton plus 
franchement rose quo les superieures. 

Le dessous des quatre ailes est concolore, rose saumone, avec les 
nervures marquees en jaune clair, surtout a la cote. 

Antcnnes pectinees, noires. Thorax convert de poils d un jaune clair. 
L abdomen est, en dessus, convert de poils d un jaune orange, avec une 
touffe de poils de meme couleur a Textremite anale ; en dessous, il est 
d un jaune plus clair, et, sur le cote, chaque anneau presente une tactic 
d un jaune rose, peu nette et entouree de noir. 

3 provenant de Bogota. Coll. Staudinger. 

6. Neurophana amatonga, n. sp. Enverg. 43 mill. Le 
dessin de cette espece est tres simple : en dessus, les quatre ailes sont 
d un jaune ochrace et les nervures sont marquees en gris noiratre ; aux 
ailes anterieures, la cote et le bord externe sont longes par une bande 
d un gris noiratre, qui, tres large vers 1 apex, va s amincissant vcrs 
Tangle interne. La meme bande se continue sur le bord externe des 
inferieures et s arrete a Tangle abdominal ; lout le bord externe est borde 
de poils noirs tres fins. 

Le dessous des quatre ailes est semblabie au dessus, sauf en ce que 
les nervures sont moms fortement marquees qu en dessus. 

Antennes filiformes, noires, ainsi que la tete. Collier et ptcrygodes 
d un jaune ochrace, et le thorax est couvert de poils de meme couleur: 
Tabdomen est jaune ochrace, avec des raies noires, transverses, termi- 
nees chacune par un point de meme couleur de chaque cote. 

provenant de la cote orientale d Afrique, a 150 kilom. sud de la 
baie de Delagoa. Coll. P. Vuillot. 

M. E. Simon envoie les descriptions de deux Arachnides nouveaux 
du Portugal : 

Amaurobius occidentalis, n. sp. $. Long. 912 mill. Ab 
A. jugorum L. Koch, cui valde affinis est cephalothorace et oculis fere 
similis, differt plaga genitali anguste tmnsversa et plus quadruple 
latiore quam longiore, leviter procurva et semilunari, ad marginem pos- 
ticum, in medio, levissime angulosa (in A. jugorum plaga cirdter duplo 



Seance du 27 juillet 1892. cxcv 

latiore quam longiore, rufula, postice lemter attenuata el obtusissime 
triquetra). 

Cephalothorax fusco-rufescens vel olivaceus, parte thomcica dilution 
pihs longis cinereis parce vestitus. Abdomen fusco-dnereo-testaceum 
pubescens, in parte secunda arcubus transversis obscurioribus parum 
expressis ornatum. Pedes obscure fulvo-rufuli vel olivacei, ut in A iujro 
rum aculeati. 

Portugal : sierra de Estrella (C. de la Brulerie), La Guarda (P do 
Oliveira). 

Gette espece a ete decouverte par G. de la Brulerie dans la sierra 
d Estrella et retrouvee depuis en Portugal par M. le prof. P. de Oliveira 
Je 1 avais jusqu ici confondue avec A. jugorum L. Koch (cf. Arachnides 
de France, T. I, p. 234), dont elle est en effet tres voisine; elle s en dis 
tingue cependant par la forme de sa plaque genitale, qui rappelle un peu 
celle de A. pallidus L. Koch. 

Titanoeca Sequerai, n. sp. - #. Long. 8 mill.; ?. long. 9 mill. 
-AT. albomaculata Lucas, cui affinis est, differt imprimis clypeo oculis 
anticis plus duplo latiore rm T. albomaculata vix latiore), tibiis meta- 
tarsisque maris simUiter aculeatis sed tarsis aculeis minutissimis Use- 
riatis ut in T. praafica et flavicoma subtus instructis, tibix pedum-maxil- 
larium apophysi interiore ad basin subglobosa (in T. albomaculata antice 
turbinata) ad apicem acuta et antice recte inflexa, apophysi media lamel- 
losa utrinque crasse marginata ad apicem lemter attmuata et obtusa (in 
T, albomaculata ad apicem ample rotunda). 

c?, ?. Cephalothorax, sternum chelxque nigra. Abdomen nigro-opa- 
cum, sericeo-pubescens, sex albo-maculatum : ad marcjinem anticum 
maculis magnis binis inter se appropinquatis et obliquis, prope medium 
maculis binis sat magnis, rotundis, dein maculis parvis binis sxpe obso- 
letis. Pedes femoribus nigris, reliquis articulis fusco-rufescentibus. Ster 
num levissime inxquale. Chelx maris subplanx, extus usque ad apicem 
valde carinatx, dense et subtiliter granulosx, granulis majoribus cons- 
persxet transversim parce striatx, chelx feminx convexiore, haud cari- 
nat& et subtilius coriacea. 

?. Plaga vulva plana, nigra, utrinque subtiliter striata, in medio 
carina lata Ixm divisa. 

Portugal : Regoa (Ed. Sequera). 

M. A. Leveille signalela capture, faite parlui au mois de juin der- 



cxcvi Bulletin entomologique. 

nier, d un exemplaire de Leptura cordigera Gmel. (hastata Sulz.), dans 
la sabliere de Bouray, sur une fleur de Scabieuse. 

Get Insecte, commun dans le centre et le midi de la France, est tres 
rare dans les environs de Paris, et M. L. Bedel, dans la Faune du bassin 
de la Seine, V, p. 59, le considere comme probablement accidentel dans 
notre region. 

M. R. Oberthiir, de Rennes, ecrit : 

Le magnifique Scaritide decrit par Gastelnau sous le nom de Mouhotia 
gloriosa (Rev. Zool., 1862, p. 305) n etait jusqu a present connu que 
par les dix exemplaires recoltes au Laos par Mouhot, sans indication 
de localite. Get Insecte vient d etre retrouve, au nombre de quatre indi- 
vidus, sur les collines de Kiang-Sen, dans le Chan, au nord de Siam. 

Les deux autres especes connues de ce remarquable genre, M. con- 
vexa Lewis et M. Batesi Lewis, proviennent : la premiere, des montagnes 
de Lakhon (D r Harmand), suivant les indications donnees par le Mu 
seum, et la seconde, des monts Dawnah (Birmanie orientale), d apres 
Petiquette de la collection Bates. 

- M. M. Pic, de Digoin, decrit les Goleopteres suivanls : 

1. NEODORCADION FLACHNERI, v. Merkli, var. n. Je viens de recc- 
voir d Edouard Merkl, provenant de ses chasses en Orient de 1 annee, 
une variete remarquable de Neodorcadion Flachneri. La taille forte et 
large, les epaules droites, sont bien celles de N. Flachneri; mais la 
couleur des membres, le dessin different des bandes elytrales, feraient, 
a premiere vue, prendre cette forme pour une autre espece. Void les 
caracteres de cette variete : 

Coloration des membres foncee, generalement d un noiratre uniforme, 
sans transparence roussatre. Pattes revetues d un fin duvet cendre, bien 
marque. Ecusson d un gris blanc. Vertex a faible ligne de duvet gris 
blanc. Prothorax presentant une ligne de duvet semblable, plus ou 
moins nette et assez large. Bordure laterale des elytres formee de duvet 
blanc gris, tres dilatee ; les trois bandes elytrales faites du meme duvet, 
larges ; la 2 e et la 3 e , a leur extremite, plus ou moins reunies a la pre 
miere. Gouleur fonciere plus noire que chez le type. Long. 17 
19 mill.; larg. 7 1/29 mill. 

Le dessin du dessus du corps de IV. Flachneri v. Merkli rappelle un 
peu celui du male de IV. balcanicum Trn. 



Seance du 27 juillet 1892. cxcvn 

2. Anthicus Bedeli, n. sp. Elongatus, nitidulus, nigro-piceus, 

griseo-pubescens ; capite latissimo ; antennis testaceis ; prothorace elonga- 
tulo, anterius rotundato, posterius attenuate ; elytris elongatis, depressis, 
fere parallelis, apice subtruncatis, fascia transversa testacea ante medium 
ornatis, femoribus nigro-piceis, tibiis tarsisque testaceis. Long. 3 1/2- 
4 mill. 

Allonge, d un brun noiratre, a pubescence grise. Tete tres large, 
tronquee en arriere, brillante, presque lisse, tres finement pubescenle 
et herissee de longs polls. Palpes et antennes testaces ; 10 e article des 
antennes ovoi de, ll e oblong, presque piriforme. Prothorax allonge, re- 
lativement etroit, retreci d avant en arriere, arrondi au sommet, assez 
convexe, tres finement et densement ponctue, finement pubescent, 
herisse de quelques longs poils vers les cotes. Elytres longs, presque 
paralleles, deprimes, plus larges que le prothorax, arrondis aux epaules, 
presque tronques a 1 extremite ; d un brun noir, avec une bande trans- 
versale testacee sur leur tiers anterieur; ponctualion moins fine et 
moins serree que celle du prothorax, pubescence peu serree, assez 
longue, presque couchee et surmontee de poils plus longs et a demi 
dresses. Pattes peu robustes ; cuisses noiratres, tibias et tarses testaces. 

Algerie, region des lacs sales : Valmy, pres Oran (A. Bousquet); 
Biskra (L. Bedel) ; Les Lacs, pres Batna (mai 1892 !). 

Gette espece est remarquable par sa coloration, sa taille, etc.; on peut 
la ranger dans le groupe de A. tristis Sch. Je 1 ai dedieo a notre col- 
legue M. L. Bedel, de qui je tiens un des exemplaires de Valmy. 

3. A. carthaginiensis, n. sp. Elongatus, nitidus, tenuiter pu- 

bescens, fusco-niger ; antennis pedibusque rubro-testaceis ; capite (mucro- 
nata) thoraceque subtilissime denseque punctatis , elytris subovatis, leviter 
convexis, parce punctatis et ad apicem rotundatis. Long. 23 mill. 

Tres brillant, surtout sur les elytres ; de nuance variable, ordinai- 
rement d un noir de poix plus ou moins rougeatre sur le prothorax ; 
cette derniere nuance quelquefois vaguement indiquee sur les elytres, 
pres de l extremite, et surtout aux epaules. Pattes et antennes d un rou 
geatre testace, variable; cuisses generalement rembrunies. Quelques 
poils jaunatres, mi-dresses, epars sur les elytres. Ponctuation fine et 
dense sur la tete et lo prothorax, un peu plus forte et espacee sur les 
elytres. Antennes courtes ; les 5 derniers articles un peu epaissis, courts, 
tronques au sornmet ; le terminal ovalaire, un peu plus long. Tete foncee, 
assez longue, retrccie en avant, plus encore en arriere, oii elle se ter- 



CXGVIII Bulletin entomologique. 

mine en un cone court. Prothorax assez long, a goulot bien marque en 
avaut et a fossettes peu visibles a la base, orne de quclques polls courts. 
Elytres ovalaires, un peu plus longs que la tete et le prothorax, Ires 
peu bombes et arrondis a rcxtremite. Pygidium dcpassaut tres peu les 
elytres. Pattes assez longues ; les cuisses un peu epaissies. 

Cette espece, que j ai regue de M. L. Bleuse, provient de Carthagene ; 
elle me parait devoir se placer pros de A. minutus L. Elle a la taille un 
peu plus elancee ; sa nuance est plus foncec et sa tete d une forme diffe- 
rente. 

4. A. Bleusi, n. sp. Magnus et latus, nitidus, holosericeo-flavo- 
pubcscens, ater, elytrorum faciis duabus (anteriore et postica), tibiis tar- 
sisque rufescentibus, antennis nigris, incrassatis. Long. 5 mill.; larg. 
1 1/23 mill. 

Cette espece, voisine de A. Chobauti Pic (Ann. Soc. ent. Fr., 1892, 
Bull., p. LXXV), s en distingue par la taille plus grande et la forme plus 
elargie; son prothorax est large, bien dilate, arrondi en avant. Elle 
differe de A. Aubei Laf. par sa bande anterieure rougeatre et ses an- 
tennes fortement et graduellement epaissies a leur extremite. A. Bleusei 
est d un noir brillant et couvert d une tres fine pubescence d un jaune 
cendre flave (plus marquee sur les bandes) ; sa tete est large, linement 
et densement ponctuee, terminee en arc de cercle a la base ; son protho 
rax finement ponctue et a taches de duvet rougeatre a la base. Les 
elytres sont un peu plans, tres finement et densement ponctues. Les 
pattes sont pubescentes, courtes et peu epaissies, a tibias rougeatres ; 
les posterieures etant plus ou moius obscurcies a leur extremite iu- 
ferieure. Enfm ses antennes sont epaissies et moderement longues 
(a 2-4 articles quelquefois un pen roussatres), graduellement epaissies 
de la base a leur extremite, avec les deruiers articles presque carres 
et le terminal fusiforme, au moins deux fois aussi long que les pre 
cedents. 

Espagne (sierra Nevada). 

Je dois la connaissance de cette espece a M. L. Bleuse, a qui je suis 
heureux de la dedier. J ai vu 5 exemplaires : 3 de la collection de notre 
collegue et 2 qu il a bien voulu me donner. 

M. J. de Guerne donne la distribution geographique de Cypris 
bispinosa Lucas, Ostracode nouveau pour la fauue franc.aise : 

Le 5 juin 1892, MM. le D 1 R. Blanchard et R. Paratre cherchaient des 
Hirudinees aux environs d Amboise, quand leur attention fut attiree 



Seance du %7 juillet 1892. cxcix 

par une quantite de petits corpuscules de couleur foncee, resscmblant a 
premiere vue a des graines : c etaient des Ostracodes, pour la plupart 
desscches amour de mares temporaires a peu pres taries. Ges mares 
soiit formees par les infiltrations des eaux de la Loire, entre ce fleuve 
et la voie ferree, au sud du village de Limeray (Indre-et-Loire). Dans 
les flaques que 1 extreme secheresse de la saison n avait pas encore 
fait entierement disparaitre, vivaient d ailleurs une multitude des memes 
Crustaces. 

II fut aise d y reconnaitre 1 Ostracode que G. S. Brady n hesite point 
a qualifier de noble species : the finest british Cypris! (1). G est en effet 
Cypris bispinosa, ddcouvert eri Algerie, aux environs de Bone, par Du- 
rieu de Maisonneuve et decrit par H. Lucas en 1849 (2). Depuis lors, 
cette curieuse espece n a ete revue que deux fois : a Guernesey et dans 
un ilot du golfe de Valentia (Irlande). 

Ces trois localites sont voisines de la mer, aussi Brady et Norman 
emettent-ils 1 hypothese que Cypris bispinosa (the splendid species) vit 
dans 1 eau quelque peu saumatre (3). Tel n est pas le cas, tres certai- 
nement, en pleine France, aux environs d Amboise. 

L habitat continental semble etre toutefois assez exceptionel cuez cette 
espece, dont le professeur R. Moniez m indique, a 1 occasion memo de 
cette note, trois nouvelles stations littorales : 1 les environs de Philip- 
peville, en Algerie, ou elle a ete retrouvee par feu Letourneux ; 2 Etrc- 
tat (Seine-Inferieure), ou le professeur Moniez Fa recueillie en grand 
nombre, en aout 1891, sur la falaise, dans une petite mare, probablc- 
ment dessechee durant une partie de 1 ete ; 3 enfin, 1 ile de Santa-Maria, 
des Azores, oii le capitaine Ghaves 1 a prise en abondance, 1890. 

La presence de Cypris bispinosa dans cette derniere localite est tout a 
fait digne de remarque. L ile de Santa-Maria, Tune des plus petites et 

(1) G. S. BRADY. Monograph of recent british Ostracoda. Trans. Lin. Soe. 
Lond., vol. XXVI, p. 366, pi. 26, fig. 14-17, 1868. 

(2) H. LUCAS. Histoire naturelle des Animaux articules. Exploration 
sclent, de 1 Algerie, etc., l rc partie, p. 82, pi. 8, fig. 7, 1849. 

(3) G. S. BEADY et A. M. NORMAN. A Monograph of tho marine and fresh 
water Ostracoda of the North Atlantic, etc. Scient. Transac. of the R. Du 
blin Soc. (2 e ser.), vol. IV, p. 82, 1889. 

Dans le tableau de distribution geographique place a la fin de ce memoirs , 
p. 250, Cypris bispinosa est indique corame se trouvant en Egypte. II est 
probable que 1 Egypte aura ete citee par erreur an lieu de 1 Algerie, dont il n est 
pas fait mention. 



cc Bulletin entomologique. 

des moins humides des Azores, se trouve etre la plus orientale de 1 ar- 
chipel, la plus rapprochee egalement des cotes d Europe et d Afrique, 
celle ou peuvent par consequent s arreter d abord les Oiseaux migra- 
tcurs entraines au large par quelque ouragan. 

Je rappellerai, a ce propos, qu un Copepode, Diaptomus serricornis 
Lilljeborg, decouvert dans la province de Kola, en Laponie russe, a etc 
trouve, lui aussi, a Santa-Maria et la seulement (1). G est du reste 
1 unique Calanide actuellement connu aux Azores, dont les eaux douces 
sont pauvres en Entomostraces. 

N est-il pas legitime de chercher 1 explication de ces fails, d apparence 
singuliere, dans les hasards de la dissemination passive, sans cesse pra- 
tiquee par une multitude d Oiseaux (2) ? 

Beaucoup de Palmipedes, qui passent d Europe en Algcrie ou inver- 
sement, ne s ecartent guere du littoral ou des fleuves, c est-a-dire des 
points ou Cypris bispinosa se trouve actuellement signale. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Bulletin bibliographique 

Academic des Sciences (Comptes rendm hebdomadaires des seances de I }, 
1892, 2 e sem. N 2. MAUPAS. Sur le Belisarius Viguieri, nouveau 
Gopepode d eau douce. N 3. P. MARCHAL. La glande coxale du 
Scorpion et ses rapports morphologiques avec les organes excreteurs 
des Crustaces. 

Academic des Sciences de Cracovie (Bulletin international), juin 1892. Q 

Agricultural Gazette of N. S. Wales, III, 5, 1892. A. SIDNEY OLLIFF. 
Entomological Notes (pi.). 

American entomological Society (Transactions), XVIII, 4, 1891. G. H. 
HORN. The species of Agrilus of Boreal America (1 pi.). W. J. 
Fox. On a Collection of Hymenoptera made in Jamaica during April 
1891. G. H. TYLER TOWNSEND. Notes on North American Tachi- 
nidas sens, sir., with descriptions of new Genera and Species, 11. 

(1) Voir J. DE GUERNE et RICHARD, Revision des Calanides d eau douce. Mem. 
Soc. zool. France, vol. II, 1889, p. 163. 

(2) J. DE GUERNE, Excursions geologiques dans les lies de Fayal et de San 
Miguel (Azores), 1888, chap. IX. Sur la dissemination des organismes d eau 
douce par les Palmipedes. Comptes rend, seances Soc. BioL, 24 mars 1888, etc. 



Seance du %7 juillet 1892. cci 

XIX, 1 et 2, 1892. G. H. HORN. Studies in Chrysomelidic. 
Notes on Amara, S.-G. Trisena. A Study of Amara, S.-G. Celia. 
RANDOM. Studies in North American Goleoptera. W. J. Fox. The 
North American species of Ceropales, with a Catalogue of the descri 
bed Species of the World. E. P. VAN DUZEE. A Revision of the 
North American Phlepsius. L B. SMITH. The Mouth Parts of Copris 
Carolina; with Notes of the Homologies of the mandibles (2 pi.). 
G. H. TYLER TOWNSEND. Notes on North American Tachinida? sens, 
str., with Descriptions of new Genera and Species, III. The North 
American Genera of Nemocerous Diptera. P. P. CALVERT. Preli 
minary Notes on some African Odonata. E. BRENDEL. On the Pse- 
laphid genus Trimium. D. W. COQUILLETT. Revision of the species 
of Anthrax from America North of Mexico. G. M. WEED. Des 
criptions of new, or little-known, North American Harvest-Spiders 
(Phalangida3). 

Deutsche entomologische Zeitschrift (Iris zu Dresden), V, 1, 1892. 
D r A. PAGENSTEGHER. Ueber einige neue Arten des Pyralydengenus 
Tetraphana Ragonot. Ueber die Familie der Siculiden (Siculides) 
Guenee (pi.). R. PUNGELER. Ueber zwei Psychiden-Arten aus Si- 
zilien. D r 0. STAUDINGER. Neue Arten und Varietaten von Paliiark- 
tischen Geometriden aus meiner Sammlung. Zwei neue Charaxes- 
Arten. Ueber die Arten der Palla Dedws-Gruppe. Die Weibchen 
von Ornithoptcm Zalmoxis Hw. und Drurya Antimachus Drury. 
G. GARLEPP. Brief aus Bolivien. 

Entomologische Nachrichten, XVIII, 14, 1892. D. ALFKEN. Biologische 
Beobachtungen an Hymenopteren. H. BEUTHIN. Carabus hispamts, 
var. Boudeli, var. nov. KRIECHBAUMER. Xyiomoniden und Pimpli- 
den Studien. 

Entomologist s Record and Journal of Variation (The), III, 7, 1892. - 
T. A. CHAPMAN. The genus Acronycta and its allies. Scientific 
Notes. Variation. Current Notes. Notes on Collecting, etc. 

Frelon (Le), II, 3, 1892. DESBROGHERS DES LOGES. Revision des Bai i- 
diides d Europe. 

Insect Life, IV, 9 et 10, 1892. Special Notes. The Pea and Bean 
weevils (fig.). C. V. RILEY. The Ox hot in the U. States. Habits 
and natural history of Hypoderma lineata (fig.). N. PIKE. The 
Ravages of the Leopard Moth in Brooklyn (fig.). F. BENTON. How 
far do Bees fly? E. BERGROTH. Note on the Water-Bug, found b> 



JOURNVL BIMENSUGL (Bulletin de la Societe cntomol. <le France), tS92, n 15. 



ecu Bulletin entomologique. 

Rev. J. L. Zabriskie. The Locust or Grasshoper Outlook. 

F. M. WEBSTER. Early published references to some of our injurious 
Insects, II. D. A. OWEN. Strange developments of stomata on 
Carya alba caused by Phylloxera. Extracts from Correspondence. 
- General Notes. 

Kaiserlichen Akademie der Wissenschaften (Sitzungsberichte der), C, 1 a 7, 

1891. R. v. STUMMER-TRAUNFELT. Vergleichende Untersuchungen 
tiber die Mundwerkzeuge der Thysanuren und Gollembolen (2 pi.). 

Linnean Society of London : 1 Journal, XXIII, 148, 1891. Q XXIV, 
149 a 151, 1891-92. W. F. KIRBY. Catalogue of the described He- 
miptera Heteroptera and Homoptera of Ceylon. 
2 Proceedings, 1880-1890. 3 List. 

Naturalista Sicilians (II), XI, 6, 7 et 8, 1892. - F. BAUDI. Di una 
nuova specie del genere Tritoma Geoffr. (Mycetophagus Helhv.). 
E. RAGUSA. Catalogo ragionato del Coleotteri di Sicilia (2 art.). 
Due nuovi Curculionidi di Sicilia descritti dal Dott. Stierlin. 

G. RIGGIO. Correspondenze scientifiche moderne degli animali figu- 
rati nel Pamphyton siculum del Cupani. E. RAGUSA. Coleotteri 
nuovi o poco conosciuti della Sicilia. 

Psyche, VI, 195, 1892. A. S. PACKARD. The Rombycine Genus Lagoa, 
Type of a new Family. L. E. HOOD. The Leptidae and Rombylidae of 
the White Mountains. S. H. SCUDDER. The Orthopterous Genus 
Hippiscus, II. W. H. ASHMEAD. Three new Pambolids from the 
U. States. H. G. DYAR. Notes on Cerura, with Descriptions of new 
species. Personal Notes. S. HENSHAW. Bibliographical Notes. 
H. G. DYAR. Cerura modesta. General Notes. 

Reale Acctidemia del Lincei (Atti), Adunanza solenne del 5 giugno 

1892. O 

Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, V, n 7, 
1892. O 

Royal Society (Proceedings), LI, 311, 1892. Q 

Sociedad espanola de Historia natural (Anales), XX, 1, 2 et 3, 1892. - 
Cuaderno adicional 1891. M. MEDINA Y RAMOS, Catalogo provisio 
nal de las Hormigas de Andalucia. Nuevas especies de Eumenidos 
de Andalucia. J. GUNDLACH. Apuntes para la Fauna Puerto-Riquena 
(2 art.). E. DE SELYS-LONGCHAMPS. Additions aux Odonates des 
Philippines. J. GOGORZA Y GONZALEZ. Influencia del agua dulce en 
los animates marines. 



Seance du 27 juillet 1892. ccm 

Societa entomologica italiana (Bullettino), XXIV, 1, 1892. E. VERSON. 
Altre cellule glandulari, di origine postlarvale (pi.). G. SERGI. Ri- 
cerche su alcuni organi di senso nelle antenne delle Formiche (fig. . 

A. SENNA. Contribuzioni allo studio del Brenthidi, IX et X (fig.). 

M. BEZZI. Gontribuzione alia Fauna ditterologica della provincia 
di Pavia, II. A. DE GARLINI. Artropodi di Val Vigezzo (Lepidot- 
teri, Rincoti, Ortotteri, Aracnidi). A. SENNA. Osservazioni da 
aggiungere alia Nota X delle Goiitribtizioni allo studio dei Brentidi. 

Societa romana per gli Studi zoologici (Bollettino), I, 3, 4 et 5, 1892. 
G. Rossi. Gaso di memitismo dovuto al bruco della Acherontia Atro- 
pos. P. LUIGIONI. Coleotteri raccolti nelle inondazioni dell Aniene 
dal 1889 al 1892. Gonte E. BALBI. Descrizione di una nuova specie 
del geriere Hispa e d altra del genere Microtyphlus. 

Societas entomologica, VII, 8, 1892. LANG, Hammaticherus heros als 
Mumie in Eichenstammen aus vorhislorischer Zeit. E. FREY- 
GESSNER. Petites excusions en 1891. R. BERGER. Beitrage zum 
Melanismus der Schmetterlinge. DANIEL. Anleituug zur Todtung 
von Insekten (insbesondere von Goleopteren und Hymenopteren 
mittelst Schwefeldioxyd (= Schweflige Saure). F. RiiHL. Die im 
Mittelalter gegen Insektenschiiden angewendeten Vorkehrungen. 

Socie te entomologique de Belgique (Annales), XXXVI, 7, 1892. A. Fo- 
REL. Critique de : Peter Cameron. Hymenoptera, Formicida?; extrac 
ted from supplementary Appendix to travels amongst the Great 
Andes of the Equator by E. Whymper. -- A. DUVIVIER. II. Notes 
sur les Goleopteres des vallees de PItimbiri-Rubi et de 1 Uelle (re 
gion du Haul Congo) recueillis en 1890 par MM. J. Duvivier et 
Milz. 

Trinidad Field Naturalist s Club, I, 2, 1892. P. L. GUPPY. Hints on 
preserving Insects for the Cabinet. W. G. HEWLETT. The Meta 
morphoses of Insects (Chiefly Butterflies). H. CARACGIOLO. Protec 
tive Resemblance and Mimicry in the- Caligo ilioneus and other 
species of Butterflies. T. J. POTTER. Drones, Part II. W. E. 
BROADWAY. The Mole Cricket (Gryllotalpa vulgaris L.). Small 
Sugar Cane borer. 

Zoological Society of London (Proceedings), 1892, 1. R. J. POCOCK. On 
the Myriopoda and Arachnida collected by D r Anderson in Algeria 
and Tunisia. - - Rev. H. S. GORHAM. Descriptions of Coleoptera 
collected by Mr. J. Whitehead on Kina Balu, Borneo (pi.). - 



cciv Bulletin entomologique. 

A. (T. BUTLER. On a Collection of Lepidoptera from Sandakan, N. E. 
Borneo. 



ALLARD (E.). Melanges entomologiques (Ann. Soc. enl. Belg.), 1808-83, 

42 p.; 52 p. * 

ID. Note sur les Galerucides, Colcopteres Phytophages (loc. cit.), 18 p. * 
ID. Nouvelle note sur les Phytophages (loc. cit.), 16 p. * 
ID. Troisieme note sur les Galerucides (loc. cit.), 13 p. * 
ID. Description de nouvelles especes de Coleopteres Heteromeres. 

Paris, 1886, 6 p. * 
ID. Essai de classification des Blapsides de I Ancien Monde (Ann. Soc. 

ent. Fr.), 1880, 190 p., fig. * 
ID. Classification des Adesmides et Megagenides Lac. (loc. cit.), 1885, 

01 p. * 

ID. Tableau synoptique du genre Sitones (loc. cit.), 1863, 8 p. * 

ID. Note pour servir a la classification des Coleopteres du genre Sitones 

(loc. cit.), 1864, 70 p. * 
ID. Remarques sur le genre Sitones, 3 p. Descriptions de deux 

nouvelles especes du genre Cyclomaurus et d un Trachyphlxus 

nouveau, 2 p. .Note sur les Bruchides, 5 p. (Bed. ent. Zeit.) * 
ID. Revision des Helopides vrais (Mitth. Schw. ent. Ges.), 1877, 256 p. * 
ID. Contributions a la Faune indo-chinoise, V : Galerucides et Alticides 

(Ann. Soc. ent. Fr.), 1889, 10 p. * 
ID. Synopsis des Galerucines a corselet sillonne transversalement (loc. 

cit.), 1888, 28 p. * 
ID. Voyage de M. Ch. Alluaud dans le territoire d Assiuie (Afrique 

occidentale) en juillet et aout 1886 : Chrysomelides (loc. cit.), 1890, 

4 p. * 
ID. Description d une nouvelle espece du genre Lithocharis (loc. cit.), 

1857, 2 p., pi. * 
ID. Description de deux nouvelles especes d Altises (loc. cit.), 1864, 

2 p. * 

ID. Quatre nouvelles especes du genre Erodius (loc. cit.), 1865, 2 p. * 
ID. Tableau synoptique des especes du genre Erodius (ioc. cit.), 18oi, 

10 p. * 
ID. Coleopteres uouveaux (autogr.). Paris, 1868, 15 p. * 



Seance du 27 juillet 189-2. ccv 

ALLARD (E.). Revision des Curculionides Byrsopsides (Bed. ent. Zeit.), 
1860, 28 p., 1 pi. * 

ID. Description de quelques Coleopteres nouveaux (autogr.). Paris, 
1870, 11 p. * 

ID. Diagnoses de Coleopteres nouveaux (Naturaliste), 1888, 8 p., fig. * 

ID. Monographic des especes de Coleopleres du genre Erodius Fabr. 

(Rev. Mag. Zool.), 1873, 113 p. * 

ID. Memoire sur les Coleopteres Tenebrionides formant les genres Se- 
pidium Fabr. et Vieta Cast. (loc. cit.), 1874, 32 p., 1 pi. * 

ID. Collection Pa vie. Coleopteres : Phytophages, Hete rorneres (Nouv. 
Arch. Mus.), 8 p. * 

DISTANT (W. L.). A Monograph of Oriental Cicadida?, V, 1890, 24 p., 
3 pi. * 

FAIRMAIRE (L.) et E. ALLARD. Revision du genre Timarcha (Ann. Soc. 
ent. Fr.), 1873, 60 p. * 

FAUST (J.). Reise von E. Simon in Venezuela : Curculionidae, I (Stett. 
ent. Zeit.), 1892, 44 p. * 

HERVE. Catalogue des Coleopteres du Finistere, p. 97 a la fin (Bull. Soc. 

Et. Finist.). * 
LAMEERE (A.). Esquisse de la Zoologie. Bruxelles, 1892, 301 p. * 

PUTON (D r A.). Descriptions de trois Hemipteres nouveaux (loc. cit.), 
1892, 2 p. * 

ID. Hemipteres nouveaux ou peu conrms et notes diverses (loc. cit.), 
1892 13 p. * 

RILEY (C. V.)- Reports on the damage by the destructive Locusts du 
ring the season .of 1891 (U. S. dep. Agr.). Washington, 1892, 64 p. * 
ID. Reports of Observations and Experiments in the practical Work of 
the Division (loc. cit.). Washington, 1892, 95 p. * 

ROMANOFF. Memoires sur les Lepidopteres, VI, 1892 : S. ALPHERAKY. 
Lepidopteres rapporte s de la Chine et de la Mongolie par G. N. Po- 
tanine (3 pi.). D r 0. STAUDINGER. Die Macrblepidopteren des 
Amurgebiets, I : Rhopalocera, Sphinges, Bombyces, Noctuas (11 pi.). 
D r M. STANDFUSS. Lepidopterologisches (1 pi.). N. ERSCHOFF. 
Verzeichniss von Schmettertingen aus Central-Siberien (1 pi.). * 

A. L. 



ccvi Bulletin entomologiquc. 

Seance <lu l oetobre 1S93 

Pr6sidence de M. E. LEFEVRE, vice-president 

M. J. Bourgeois, de Sainte-Marie-aux-Mines, assiste a la seance. 

Necrologie. M. le President annonce le deces de M. Charles-Eugene 
Leprieur, ancien pharmacien principal de l re classe des armees, officier 
de la Legion d honneur. Notre collegue est decede. dans sa 78 e annee, a 
Bassing (Alsace-Lorraine), le 12 aout 1892. M. G.-E. Leprieur avait ete 
deux fois President de la Societe entomologique de France. Ses travaux 
et ses traductions, son zele et son experience ont rendu de grands ser 
vices a rEntomologie. Notre collegue ctait membre de la Societe 
depuis 1837. 

Admissions. 1 M. Henry-G. Hubbard, Griswold St., 114, Detroit, Mi 
chigan ; 1 hiver, Crescent City, Floride (Etats-Unis d Amerique). Col. 

2 M. Jacques Bossion, rue Saint-Guillaume, 19. Col. 

Travaux e crits. M. le Secretaire depose : 1 un travail intitule : 
Voyage de M. Ch. Alluaud dans le territoire d Assinie (Afrique occiden- 
tale) en juillet et aout 1.882 : Orthopteres, par I. Bolivar. 

2 Un travail intitule : Liste des Orthopteres des Hautes et Basses- Alpes, 
par J. Azam. 

Communications. M. le D r Carlos Berg, de Buenos-Aires, envoie les 
notes suivantes sur AZglea Ixvis Latr. : 

M. H. Lucas a signale, dans le Bulletin des seances, 1876, p. ex, et 
1891, p. LXXXIX, les diffe rentes conditions dans lesquelles a ete rencon 
tre Mglea, Ixms Latr. Dans ces communications, ce Crustace est consi- 
dere comme habitant essentiel lenient 1 eau douce, soit des regions 
elevees, soit des regions basses, particulierement a 1 embouchure d* 
fleuves et des rivieres situes a de tres grandes distances de la mer. 

Dans les conditions ou je me trouve, je puis donner quelques ren- 
seignements complementaires sur le genre de vie de ce Crustace. 

AZglea Iscvis est assez commun dans la Republique Argentine, depuis 
les hauteurs situees pres des Cordilleres de Mendoza jusqu au Bio de la 
Plata, tout pres de Buenos-Aires. Dans ce cas, ce Crustace vit eloigne de 
la mer. 



Seance du 12 octobre 1892. CCVH 

Mais dans PUruguay, ou Pespece me semble plus abondante, elle se 
trouve proche des cotes marines, par exemple, dans les petils fleuves 
Miguelete et Carrasco, meme dans quelques parties ou 1 eau douce 
devient saumatre au moment de la haute maree. 

Comme fait curieux, on peut signaler la presence de ce Crustace a 
une distance environ de 150 kilometres de Montevideo, a Minns, snr une 
petite montagne, dans une source trouvee en faisant Pextraction de 
pierres a chaux. Tres peu de jours apres, le meme Grustace y hit ren 
contre par M. le professeur Arechavaleta. M. Arechavaleta, directeur du 
Laboratoire chimique de la municipality, s etait rendu sur les lieux pour 
examiner 1 eau de cette source, que Ton supposait pouvoir etre utilisee 
pour la ville. Malheureusement M. Arechavaleta, qui cependant connais- 
sait bien Pespece, a omis d observer si ces exemplaires avaient des or- 
ganes de la vue bien developpes ou non. 

Je profile de 1 occasion pour signaler aussi que &glea Odebrechtii Fr. 
Mull. (Jen. Zeitschr. fur Naturwiss., X, p. 13, 1876) n est autre que 
ASglea lewis Latr., espece assez variable. La comparaison des exem 
plaires provenant du Bresil meridional avec ceux du Chili, de Mendoza, 
de Buenos-Aires et de Montevideo, me permet d identifier ces deux 
especes. 

M. F. Meunier, de Bruxelles, ecrit sur deux Dipteres rares : 

1 GHORTOPHILA HISTRIO Zett. Zetterstedt a decrit le premier ce 
rare Anthomyzide en 1845, dans le vol. IV de ses Diptera scandinamx, 
en le placant dans la section B de son grand genre Aricia. Le D r Ron- 
dani a range ce Diptere dans le genre Chortophila de Macquart (Dipt. 
itaL, vol. VI, p. 214, 17). Le genre Chortophila, dont la forme de la 
grande majorite se rapproche beaucoup de celle des Hylemyia, s en dis- 
dingue principalement par le chete des antennes. Ge dernier est tres 
legerement plumeux chez le premier de ces genres et fortement chez le 
second. 

La description de Zetterstedt est bonne, celle de Rondani n est pas 
tres claire. L arrangement des macrochetes sur les segments de Pabdo- 
men n a pas ete assez minutieusement decrit chez cette espece, qui a 
beaucoup d analogie avec Hylemyia [estiva Zett. et hilaris Fallen. II en 
est de meme des poils qui s inserent au peristome et qui ne sont pas 
mentionnes par les auteurs cites. Je crois bien faire en completant ces 
caracteres, afin d eviter des erreurs dans la determination de ces 
especes affines : 



Bulletin entomologique. 

Long. 3 3/i a 4 lignes. Tele argentee. Joues assez fortement eloi- 
gnees de la partie inferieure des yeux. L occiput et le dessous de la 
face sont garnis de polls noirs. Au vertex, il y a plusleurs macrochetes, 
dont deux qui depassent les autres en grandeur. II est evident que le 
noinbre de ces derniers polls n a qu une valeur relative. Les macro 
chetes qui partent du peristome atteignent a peine le tiers de la hauteur 
de la face. Autour de la bouche, les macrochetes sont assez forts et dis 
poses sous la forme d une couronne. Le premier segment de I abdomen 
est plus court que le suivant et couvert de poils noirs. Le deuxieme a 
les cotes de son bord posterieur avec quelques macrochetes. Ceux du 
troisieme segment sont longs et s inserent beaucoup plus pres de la partie 
mediane que ceux du deuxieme. Le bord posterieur des quatrieme et 
cinquieme segments sont garnis de macrochetes, qui ne laissent aucim 
espace vide sur le milieu. Les stylets des organes copulateurs sont tres 
petits, souvent meme ils doivent etre presque invisibles. A 1 insertion 
de la troisiemo et de la quatrieme nervure longitudinale, il y a un 
epaississement tres visible. Je ne dis rien de la conformation speciale 
des tibias, parce que Rondani s est suffisamment appuye sur ce carac- 
tere dans la diagnose du genre. 

Get Anthomyzide est tres rare. Schiner ne 1 a pas conriu. Van der 
Wulp ne le mentionne pas dans le Catalogue des Dipteres de Hollande. 
Enfin, le savant dipteriste anglais, le D r H. R. Meade, qui a examine 
cette espece, m ecrit que, jusqu a present, il ne la possede pas dans sa 
collection de Dipteres indigenes. 

2 EXORISTA VILLICA Zett. (Dipt, scand., vol. Ill, p. 1160, 161). Ce 
Tachinaire est tres rare et peu connu des auteurs. Ge qui le distingue 
assez facilement des especes heterogenes de ce genre, c est la conforma 
tion toute speciale des palpes. Zetterstedt dit : Palpi clavati, flavi . 
Plusieurs especes de Exorista, de Nemorxa, out les palpes un peu di 
lates ; chez E. villica, ces organes sont extraordinairement gros. Ge 
resultat de [ adaptation me semble suffisaut pour demembrer ce Tachi 
naire des Exorista. 

Un caractere inverse s observe chez les Micropalpus, qui les separent 
completement des Nemor&a (en partie) par 1 etat rudimentaire de leurs 
palpes. 

En presence d une difference aussi grande chez un des organes les 
plus importants des Dipteres, il me semble utile de creer pour cette 
curieuse espece un nouveau genre, que j appellerai Hacropalpus : 



Seance du 12 octobre 189%. ccix 

Caracteres. Ges Tachinaires, semblables aux Exorista, se distinguent 
uniquement par leurs palpes, qui sont extraordinairemenl dilates : 

Macropalpus villica Zett. $. Voir Zetterstedt. tf. Inconnu. 

M. J.-M.-F. Bigot ecrit au sujet de son Catalogue des Dipteres de 
la region orientate, publie a Calcutta dans r Asiatic Soc. of Bengal : 

J ai le tres vif regret de constater que, en depit de mes reclamations 
pressantes et reite rees, contrairement d ailleurs a ce qui avail ete 
convenu et consenti des I origine (ce dont les lettres en ma possession 
font foi), on ne s est pas dorme la peine, non seulement de me retourner 
mon manuscrit. au cours de Fimpression, afin de me mettre a meme de 
controler et de corriger la premiere e preuve de mon me moire, mais en 
core de m envoyer cette premiere corrige e (chose qui m e tait due et qui 
m avait e te promise), en meme temps qu une deuxieme e preuve, avant 
1 impression definitive ! 

D ou il re sulte que cette deuxieme partie de mon ouvrage (que je 
rec,ois aujourd hui 27 septembre 1892) est criblee ([ omissions, de 
fautes, etc. 

Au fait, cela se comprend, puisqu on Fa imprimee sans avoir rec,u le 
bon a tirer d usage. 

Done, je declare ici que je n entends pas accepter la responsabilite de 
cette seconde partie (la premiere ayant ete publiee correctement et ne 
ne cessitant consequemment aucune observation de ma part), a moins 
qu on ne publie, a bref delai, les addenda et corrigenda consigned sur 
le cahier que je retourne a Calcutta, et qu on ne m en envoie un nombre 
e gal a celui des separata que je viens de recevoir. 

M. le D r R. Blanchard presente une Note additionnelle stir les 
GEstrides ame ricains dont la larve vit dans la peau de I Homme (1) : 

J ai Fhonneur d offrir a la Societe, de la part de Fauteur, un impor 
tant memoire de M. Pedro-S. de Magalhaes, professeur a la Faculte de 
Rio-de-Janeiro, intitul3 : Subsidio ao estudo dasmyiases (Rio-de-Janeiro, 
in-8 de 82 p., 1892). L auteur fait d abord Fhistoire du bicheiro oo 
myase causee par la Lucilia macellaria Rob.-Desv. (L. hominivorax 
Goquerel), et rapporte un certain nombre d observations nouvelles. II 
passe ensuite a Fhistoire du berne ou myase causee par les Dermatobia; 
il en cite egaiement quelques observations interessantes et tend a con- 

(I) Pour le premier travail de 1 auteur sur cette question, voir les Annales, 
p. 109-154, juillet 1892. 



ccx Bulletin entomologique. 

siderer les nombreux cas de myase inlra-cutanee, observes en Ame- 
rique, comme causes par une seule et unique espece, la D. noxialis 
Goudot. 

Au moment ou M. P.-S. de Magalhaes ecrivait son travail, mon 
memoire sur les Dermatobies n etait pas encore paru. J ai pu cependant 
lui en faire parvenir un exemplaire (en epreuves), avant que 1 impres- 
sion de son travail ne fut achevee. Dans un dernier chapitre, intitule : 
Supplemento ao estudo do Berne, mon savant collegue rend longuement 
compte de mon memoire, avec sa bienveillance habituelle. Appliquant 
la methode que j ai indiquee a 1 examen des larves qu il possede, et 
provenant toutes des provinces de Rio et de Saint-Paul, les unes au 
Tor eel, les autres au Berne, il n y trouve aucun specimen de Ver ma 
caque, mais croit avoir observe deja precedemment une larve avec les 
premiers segments munis de fines spinules; d ailleurs, la larve de 
Gounelle demontre 1 existence de cette espece au Bresil . 

M. de Magalhaes est d accord avec moi pour reconnaitre que le 
nombre des epines varie notablement chez les diverses larves apparte- 
nant a une meme forme ; la situation des rangees d epines et la direc 
tion de celles-ci n en restent pas moins caracteristiques. 

Le nom de Berne etant applique au Bresil a tous les cas de myase 
par Dermatobia, M. de Magalhaes juge arbitraire 1 application restric 
tive de ce meme nom a une seule des formes larvaires observees dans le 
pays. Je crois que c est attacher beaucoup d importance a une denomi 
nation provisoire, qui devra disparaitre le jour sans doute prochain oil 
aura ete faite 1 education de la larve que j ai designee sous ce nom et 
ou, par consequent, son identite ne laissera plus de doute. 

II importait avant tout de distinguer nettement les differentes formes 
larvaires ; c est pourquoi je leur ai applique des noins deja connus, et 
qui, je crois, leur convenaient parfaitement. 

Qu il s agisse d un Ver macaque, d un Torcel ou d un Berne, au sens 
que j attribue a ces mots, pen importe ! La maladie est la meme dans 
tous les cas et le traitement ne varie pas davantage. II appartient au 
naturaliste seul de distinguer entre ces formes ; s il se reporte a mes 
descriptions, il y parviendra sans peine, et c est la ie principal but que 
je m etais propose. 

A ce point de vue, il est vrai, M. de Magalhaes emet son opinion qui, 
si elle se verifiait, renverserait les conclusions de mon memoire : c La 
presence simultanee de< trois principales formes de larves de Derma- 



Seance du 12 octobre 1892. ccxi 

tobia dans une region aussi circonscrite que la zone geographique 
formee par les Etats de Rio-de Janeiro, de Sao-Pauio et de Minas-Geraes, 
ne serait pas un argument contraire a 1 hypothese admettant comme 
possible 1 unite specifique des trois varietes. 

Cette identite, que M. de Magalhaes ne considere d ailleurs que 
comme hypothelique, n est pas pres d etre demontrce : je crois ferme- 
ment avoir distingue avec uno precision suffisante les trois formes 
larvaires indiquees plus haut et avoir demontre du meme coup qu elles 
appartiennent sans conteste a trois especes distinctes. 

Une observation recente vient me confirmer dans cette opinion. Le 
19 aout dernier, j ai vu dans les collections du Musee zoologique do 
1 Universite de Varsovie une larve d OEstride envoyee de Cayenne par 
Elovky : cette larve, non denommee, correspond en tous points a In 
description que j ai donnee du Ver macaque. Provient-elle de 1 Homme 
ou de quelque animal ? Je 1 ignore ; toujours cst-il demontre que la 
Dermatobia noxialis existe a la Guyane franchise, ainsi que je 1 avais 
prevu. 

Quant au Ver moyocuil, dont il n a pas encore ete question ici, j ai 
eu soin d indiquer que je n avais pas eu 1 occasion de 1 observer moi- 
meme, sauf peut-etre la larve, en mauvais etat de conservation, qui 
m a ete communiquee par M. Megnin. J ai note aussi les grandes res- 
semblances qu il presente avec le Torcel, et je I ai conserve comme 
espece distincte uniquement a cause des descriptions, d ailleurs tres in- 
suffisantes, dont il a ete 1 objet. Je ne serai pas surpris, si Ton demontre 
quelque jour son identite avec le Torcel, mais j ai pleine confiance en la 
validite specifique du Torcel, du Ver macaque et du Berne. 

M. M. Pic, de Digoin, envoie quelques notes synonymiques sur 
certains Anthicus (Goleopteres) : 

1 Anthicus pilosus Pic (L Echange, n 88, avril 1892). Ce nom ayant 
deja ete employe par S. de Marseul (Goleopt. du Japon, Ann. Soc. ent. 
Fr., 1876, p. 416) pour designer une espece, asiatique, devra etre change 
en celui de brevipilis. 

2 Anthicus scoticus Mars. (Ann. Soc. ent. Fr., 1876, p. 462) ayant etc 
decrit apres scoticus Rye (Ent. Month. Mag., IX, 1872), je propose de 
changer le premier nom, ce qui, a ma connaissance, n a pas encore ete 
fait, en celui de Marseuli. 

3 Anthicus puberulm Rey (L Echange, n 92, aout 1892). Peut-etre 
n est-ce qu une variete de instabilis Schm.? En attendant la verification. 



ccxii Bulletin entomologiguc. 

je propose de changer ce nom de puberulus, deja employe dans le meme 
memoire de S. de Marseul (p. 467), en celui de Reyi. 

4 D apres une information de M. le D r A. Puton, les noms de An- 
thicus varus et tortiscelis Mars, n ont pas la priori te sur ceux de 
valgus et scaurus Frm., ceux-ci ayant paru le 15 mai 1875 (Petites 
nouv. ent. de Deyrolle); la Nouvelle 10 de L Abeille, oil figurent les des 
criptions de S. de Marseul, n a pas de date precise ; le memoire sur les 
Coleopteres du Japon, ou figurent egalement les memes especes, a bien 
etc presente a la Societe a la seance du 28 Janvier 1875 (et non en Jan 
vier 1874, comme le dit I auteur dans sa Monographic des Anthicides, 
p. 195), mais il n a paru qu en 1877. Peut-etre aussi ce dernier nom 
doit-il passer en synonymic de OEdipus Ghevr. (Rev. et Mag. de Zool., 
1860, et Ann. Soc. ent. Fr., 1877, p. 168) ? J ai d Alger et de Batna, 
lieux d origine des types, plusieurs exemplaires que je ne puis separer 
les tins des autres. Quant a A. sucdnctus Ghevr., je pense qu il a 
pour synonyme tumidipes Mars. On sait que les femelles de deux de 
ces especes, contrairement aux premieres opinions, ont les pattes poste- 
rieures simples. Je ne coimais pas la femelle de OEdipus Ghevr. 
(? scaurus Frm.). 

M. P. Chretien adresse la note suivante sur Botys commellalis : 

J ai etc heureux d apprendre que trois do nos collegues, chassant en 
semble pres des etangs de Commelles, le 5 juin dernier, avaient capture 
plusieurs exemplaires d une espece de Botys que j ai prise pour la pre 
miere fois en juin 1888 et que j ai decrite sous le nom de B. commcllalis 
dans le Naturaliste. La place que j avais indiquee ctait bien le bon 
endroit. 

Mais je ne suis pas encore entierement convaincu quece soit la meme 
espece que B. perlucidalis Hb. Je ne la trouve ni strohgelle comme cou- 
leur, ni etwas geschwungen comme forme des ailes superieures, et je 
n en persiste pas moins a croire qu elle est plus voisine de ruralis que 
de pandalis. Les ailes superieures de pandalis ont trois lignes, sa coude e 
descend de la cote au bord interne en ligne brisee subpavallele au bord 
exterue et sans sinus bien prononce, sa reniforme est a peine indi 
quee. 

Dans B. commellalis comme dans B. ruralis, les ailes inferieures n ont 
que deux lignes, la coudee forme une courbe tres accentuee et reviont 
en dessous de la renilorme pour descendre au bord interne, la reni- 



Seanre du P2 octobre 1892. ccxm 

forme est tres marquee : caracteres plus que sufu sants pour autoriser le 
rapprochement des deux especes. 

Mais j ai hate de dire que ce qu il m importait le plus de connaitre de 
cette nouvelle espece de Botys franchise, ce n etait ni son nom, ni sa 
place dans le genre Botys, pure affaire d appreciation, c etaient ses 
premiers etats, ses moaurs. Et je n y suis pas parvenu sans peine. 

La prairie marecageuse que frequents celto espece de Botys n est pas 
tou jours abordable, et les piqures de Taons et de toute la sequelle des 
Moustiques qui y pullulent, soumetteiit souvent la patience du chasseur 
a de sanglantes epreuves. 

Malgre ces difficultes, j ai pu etudier les premiers etats (oeuf, chenille 
et chrysalide) de Botys commellalis et j en donnerai prochainemcrii la 
description dans le Naturaliste. 

Je me bornerai aujourd hui a dire que la chenille de B. commellalis 
vit stir le Cirsium oleraceum L. et que cetle espece pent avoir deux ge 
nerations par an. 

Dans une autre localite des environs de Paris, j avais remarque, sur 
les feuilles de Cirsium oleraceum, des traces de chenilles de Botys re- 
pondant exactement a celles que laisse la chenille de commellalis, et je 
m etais propose d aller, ceite annee, rechercher cette chenille au moment 
propice. Je n ai pu mettre mon projet a execution. Je tiens cependant a 
m en assurer, non seulement pour signaler une nouvelle localite habitee 
par B. commellalis, mais encore pour voir si ce ne serait pas tout simple- 
ment I oeuvre de la chenille de B. ferrugalis, qui me parait se comporter 
de meme avec les feuilles de certains vegetaux succulents, ainsi que je 
1 ai constate, en 1888, sur des feuilles d Acanthe attaquee par cette fer 
rugalis, que M. A. Olivier, de Bone, avail eu 1 obligeance de m adresser. 

M. A. Thcry, de Saint-Charles (Algerie), decrit uue varieie nou 
velle de Clytus : 

GLYTUS ARIETIS, V. Cloueti, var. n. J ai re<?u de M. L. Glouet des 
Pesruches, qui I a capturee a Lambersart, pres Lille, une curieuse va- 
riete de Clytus arietis, que je nommerai Cloueti. La fascie qui se trouve 
a 1 epaule est divisee en deux par le calus humeral et reduite ainsi a un 
point du cote du bord marginal et a une petite ligne du cote de la su 
ture. Les deux fascies, qui, sur les deux elytres, prennent, par letir 
reunion, la forme d un accent circonflexe, ont completement disparu. 
Ges variations donnent a 1 Insecte un aspect absolument particulier. 



ccxiv Bulletin entomologique. 

M. J. Bourgeois signale, parmi ses recoltes de cette anne e a Berisal 
(Simplon), les especes suivantes, qui offrent un certain interet : 

Nebria cordicollis Chaud. Bord des torrents. Des quatre especes de 
Nebria qui se rencoritrent a Berisal (N. Jockischi, Gyllenhali, castanea, 
cordicollis), c est celle qui vit le plus pres de 1 eau ; les pierres sous 
lesquelles on la trouve sont souvent en partie immergees. Elle a etc 
confondue pendant longtemps avec N. German Heer, qui n a jamais etc 
prise an Simplon et est probablement e trangere a cette region des Alpes. 

Necrophorus nigricornis Falderm. (sepulchralis Heer). Un seul 
exemplaire, sous une dejection. G est pour la quatrieme fois seulement 
que cette rarissime espece est rencontree en Suisse. 

Calitus scabra Thunb. (Peltis dentata .). Plusieurs exemplaires 
dans une vieille souche de Meleze, en compagnie de Ostoma (Peltis) 
ferrugineum et de Thymalus limbatus. 

Ceruchus chrysomelinus Stochw. (tarandus Panz.). - - Trouve les 
elytres de deux individus dans 1 inte rieur d une vieille souche de 
Meleze. 

Leptura hybrida Key. Sur les Ombelliferes et les Composees. Les 
males paraissent plus rares que les femelles. II serait interessant de de 
terminer exactement les limites geographiques de cette espece. 

Leptura simplonica Fairm. Dans les memes conditions que i espece 
precedente, mais plus rare. 

Le %* Secretaire adjoint : J. DE GAULLE. 



Bulletin bibliographique 

Academic des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V) t 

1892, 2 e sem., n os 4 a 13. Q 

Academic des Sciences de Cracovie (Bulletin international), juillet 1892. Q 
Agricultural Gazette of N. S. Wales, I, Tables, 1890. Ill, 6 et 7, 1892. 

A. SIDNEY OLLIFF. Entomological Notes (3 art.), pi. 

Akademii umiejelnosci w KraJcowie : 1 Pamietnik, 1892. Q 2 Roz- 

prawy, ser. II, T. Ill, 1891. Q 
American entomological Society (Transactions), XIX, p. 193-216 (1892). 

G. H. HORN. The Eumolpini ol Boreal America. 



Seance du 12 octobre 1899. ccxv 

Annals and Magazine of Natural History, ser. VI, X, 56 a 58, 1892. 
A. M. NORMAN. On British Mysidse, a Family of Crustacea Schizopoda 
(2 art.), 2 pi. W. F. KIRBY. Descriptions of Three new Species of 
SaturniidaB in the Collection of the British Museum (1 pi.). R. MAC 
LACHLAN. Supplementary Note on the Neuroptera of the Hawaiian 
Islands. G. LEWIS. On the Japanese CleridaB. R. H. F. RIPPON. 
Description of a new Species of Ornithoptera, of the Priamus Group, 
in the Collection of the Hon. L. W. Rothschild. T. SCOTT. On some 
new or rare Crustacea from the Firth of Forth (2 pi.). C. WAR- 
BURTON. Spiders from Madeira (1 pi.). G. LEWIS. On Eretmotus 
and Epiechinus (Histeridas), 1 pi. W. J. HOLLAND. Descriptions of 
some new Species of African Lepidoptera. A. G. BUTLER. Des 
criptions of a new Genus and Species of African Moths. --On the 
Noctuid Genera allied to Hypaetra of Guenee. R. I. POCOCK. Li- 
phistius and its hearing upon the Classification of Spiders (fig.). 
A. G. BUTLER. Revision of Noctuid Genus Melipotis Hiibn., with Des 
criptions of Two new Species. 

Apiciilteur (L ), XXXVI, 8, 9 et 10, 1892. RAWERET-WATTEL. Les 
Insectes au point de vue de la pisciculture. E. BOLLE. Formules 
insecticides contre les Cocky lis. A propos du Carabe dore. Un 
nouvel ennemi des Pommiers. A. WALLES. La Mouche domes- 
tique (Musca domestica L.). 

Association francaise pour I avancement des Sciences, n 64, 1892. 
Informations et documents divers. 

Berliner entomologische Zeitschrift, 1892, I et II. M. ROSTOCK. Cap- 
nodes Schilleri, eine neue deutsche Perlide (1 pi.). C. WERHOEFF. 
Bin Beitrag zur Kenntniss der Gattung Chordeuma (Diplopoda) und 
einige Notizen zur deutschen Diplopoden-Fauna (1 pi.). D r F. 
KARSCH. Eine neue von Herrn D r P. Preuss bei Buca im Kamerun- 
gebirge entdeckte Odonate der Gattung Macromia. A. F. NON- 
FRIED. Monographische Uebersicht der Prioniden Gattung Callipogon 
Serv. (1 pi.). D r E. KARSCH. Ueber Qryptostemma Guer. als einzi- 
gen recenten Auslaiifer der fossilen Arachnoideen-Ordnung der Me- 
ridogastra Thor. (1 pi.). E. BRENSKE. Beitrag zur Kenntniss der 
Gattungen Lepidiota und Leucopholis. C. VERHOEFF. Ueber Sabu- 
licola Cirsii mini (fig.). Nachschrift zu meinem Aufsatze ueber 
Cryptostemma Guer. D r F. KARSCH. Verzeichniss der von Herrn 
D r P. Preuss im Kamerungebirge erbeuteten Orthopteren (fig.). 
E. BRENSKE. Die Arten der Coleoptereu-Gattung Brahmina Bl. 



ocxvi Knltetin entomologique. 

C. RIBBE. Anleitung zum Kafersammeln in tropischen Landern (fig.). 
D r R. HAGEN. Beitrag zur Kenntniss der Rhopalocoren der Insel 
Banka. E. BRENSKE. Neue Arten der Goleopteren Gattimg Holo- 
trichia (Lachnosterna). G. VERHOEFF. Bearbeitung dor von A. F. 
Moller auf der Insel St. Thome gesammelten Chilopoden and Diplo- 
podeu (pi.). - Zur Kenntniss der Analpleurendriisen bei Scolpen- 
driden (pi.)- L. GRAESER. Bcitrage zur Kenntniss der Lepido- 
pteren-Fauna des Amurlandes, V. D r H. STADELMANN. Neue 
Hymenopteren der zool. Sammlung des Kgl. Museums fiir Natur- 
kunde zu Berlin (pi.). H. J. KOLBE. Generalmajor a D. G. Que- 
denfeldt. Notice necrologique. 

Cidre et le Poire (Le), IV, 4, 5 et 6, 1892. P. NOEL. Les ennemis du 
Pommier (2 art.), fig. ID. Les Abeilles et le Pommier. 

Cincinnati Society of Natural History (Journal), XV, 1, 1892. Q 

Congres international de Zoologie de Moscou, I, 1892. A. MJLNE- 
EDWARDS et L. BOUVIER. Note sur un Pagure des grandes proiondeurs 
de la mer (Parapagurus pilosimanusj. L. G. COSMOVICI. Ce qu il faut 
entendre par Systeme aquifere, organes segmentaires, organes 
excreteurs, nephridies . E. CHOLODCHOWSKY. Contributions a la 
theorie du Mesoderrne et de la Metamerie. A. BRANDT. Essai d une 
classification des variations animales selon leurs causes. J. DE 
KENXEL. Reponse a la question proposee par M. L. Cosmovici : Sur 
une division du regne animal en phyla , division basee sur les 
recherches morpho-embryologiques. D r G. GIRARD. Observations 
sur quelques points de la nomenclature zoologique. M me 0. TIK- 
HOMIROWA. Sur 1 histoire du developpement de Chrysopa perla. - 
F. VEJDOVSKY. Sur la question de la segmentation de 1 oeuf et la for 
mation du blastoderme des Pseudoscorpionides. Sur un organe 
embryonnaire des Pseudoscorpionides. G. KOJEVNIKOV. La i aune 
de la mer Baltique orientale et les problemes des explorations pro- 
chaines de cette faune. N. NASSONOV. Position des Strepsipteres 
dans le systeme selon les donnees .du developpement post-embryonal 
et de 1 anatomie. A. KOWALEVSKY. Sur les organes excreteurs 
chez les Arthropodes terrestres (4 pi.). D r H. VON HERING. 
Quelques observations sur les nids d Insectes faits d argile. M. N. 
KOULAGUINE. Notice pour servir a 1 histoire du developpement des 
Hymenopteres parasites. N. ZOGRAF. Note sur 1 origine et les pa- 
rentes des Arthropodes, principalemeut des Arlhropodes tracheates 
(pi.). D r R. BLANCHARD. Deuxieme rapport sur la nomenclature 



Seance du 1% octobre i89%. ccxvn 

des tres organises. J. RICHARD. Sur la distribution geographique 
des Cladoceres. A. TIKHOMIROV. Signification dos recherches em- 
bryologiques par la classification. 

Entomologist s Record and Journal of Variation, III, 8 et 9, 1892. 
Scientific Notes (fig.). Current Notes (2 art.). Variation. 
Notes on Collecting, etc. (2 art.). T. A. CHAPMAN. The Genus Acro- 
nycta and its allies. 

Naturaliste (Le), n os 130 a 134, 1892. A. RAILLIET. Sur la nomen 
clature des Sarcoptides psoriques. L. PLANET. La larve et la 
nymphe de la Harmonia impustulata (fig.). P. DOGNIN. Descriptions 
de Lepidopteres nouveaux. F. DECAUX. Essais pratiques de des 
truction d Insectes nuisibles par des Gryptogames entomophytes. 
Cap. XAMBEU. Moeurs et metamorphoses de YAcinopus picipes 01. 
F. DECAUX. Le fruit de I Hymencea Courbaril L. Les moeurs de son 
ennemi, le Cryptorhynchus stigma L. (du Bresil), comparees a celles 
du Cryptorhynchus lapathi L. (de France) ; moyen de destruction. 
P. CHRETIEN. Les premiers etats de I Erebia melas Herbst (fig.). 
F. DECAUX. La Moucho parasite des Griquets (Acridium peregrinum) ; 
moyen de la propager en Algerie. P. THIERRY-MIEG. Descriptions 
de Lepidopteres nocturnes. REMY SAINT-LOUP. La bouche et les 
organes buccaux chez ies Arthropodes. Forme curieuse de co 
lonies de la Coccinelle a sept points (fig.). P. CHRETIEN. A propos 
de la Cochylis . E.-L. BOUVIER. L origine arachnidienne des 
Vertebres (fig.). 

Reale Accademia del Lined : 1 Atti, 1, 12, 1892. Q II, 1 a 5, 1892. Q 
2 Memorie, VI, 1892. W. SCHIMKEWITSCH. Sur les Pantopodes 
recueillis parM. le lieutenant G. Chierchia pendant le voyage de la 
corvette Vettor-Pisani en 1882-1885 (1 pi.). 

Sociedad cienttfica Antonio Alzate (Memorias y Revista), V, 9 a 12, 
1891-92. A.-L. H EUREKA. Forma especial de sensibilidad observada 
en Insectos decapitados. 

Societas entomologica, VII, 9 a 13, 1892. L. ROTH. Ueber die Erzie- 
hurig der A^ro^ s-Raupen aus dem Ei. J. HABERHAUER. Einige 
lepidopterologische Bernerkungen. E. FREY-GESSNER. Petites ex 
cursions en 1891 (4 art.). Einige Notizeri zum Genus Psyche. 
A. JiiGER. Coleopterologisches von Swinemunde. R. COHN. Bei- 
trag zur Zucht von Telea Polyphemus. H. DOMENITZKI. Oxythyrect 
hemorrhoidalis F. FR. RiiHL. Die Macrolepidopteren-Fauna von 



JOURNAL BIMI-NSUEL (Bulletin de la Sockte entomol. de France) 1892,, n 16. 



ccxvin Bulletin entomologique. 

Zurich und Umgebung (3 art.). GABR. DANIEL. Anleitung zur Tod- 
tung von Insekten (insbesondere von Coleopteren und Hymenopte- 
ren) mittelsl Schwefcldioxyd (= Schweflige Saure). C. SIEHLER. 
Beitrag zur Lebcnsweise der Orectochilus villosus Esch. V. v. R6- 
DER. Ueber die Dipteren-Gattung Lyroneurus Low nebst Beschreibung 
einer neuen Art. F. RUHL. Eine lepidoptcrologische Excursion 
im Juli 1892 in Graubiinden (3 art.). A. SCHNEIDER. Biologisches 
iiber Nonagria gemmipirta Haw. F. SCHMIDT. Nephopteryx spissi- 
cella Hb., roborella S. V. F. RUHL. Einige kurze lepidopterolo- 
gische Mittheilungen (2 art.). FR. BRONSILOW. Rhopalocera in 
the Alpes-Maritimes. K. ESCHERICH. Ucber Ateuchus sacer. Biolo- 
gische Skizze. A. F. NONFRIED. Zwei neue Getonien. Varieta- 
ten. Ueber Thyris fenestrella Hb. 

Societe entomologique de Belgique : Annales, XXXVI, 8 et 9, 1892. 
E. DE SELYS-LONGCHAMPS. Notice necrologique sur Adrien Maurissel. 
F. PLATEAU. Une forme speciale de colonies temporaires de Cocci- 
nella 7-punctata (fig.). A. DUVIVIER. Les Phytophages du Chotah- 
Nagpore, II. A. FOREL. Quelques Fourmis de la faune mediterra- 
neenne. Le male des Cardicondyla et la reproduction consanguine 
perpetuce. A propos de ma critique de M. Cameron. E. et L. 
GOUCKE. Rapport d une excursion dipterologique dans la partie beige 
de 1 Hertogenwald comprise entre Goe, la Baraque-Michel et Eupen. 

2 Memoires, 1892, I. GH. KERREMANS. Catalogue synonymiquc 
des Buprestides decrits de 1758 a 1890. 

Zoological Society of London (Proceedings), 1892, II. G. F. HAMPSON. 
On Stridulation in certain Lepidoptera, and on the distortion of the 
Hind Wings in the Males of certain Ommatophorinae (fig.)- 
A. THOMSON. Report on the Insect-House for 1891. G. BRUNNER 
v. WATTENWYL and Prof. J. REDTENBACHER. On the Orthoptera of 
the Island of Saint- Vincent, West Indies (3 pi.). W. SCHAUS. Des 
criptions of new Species of Lepidoptera Heterocera from Brazil, 
Mexico and Peru, I. 



ARRIBALZAGA (F. LYNCH). Dipterologia argentina (Rev. Mus. Plata), 1891, 
76 p., 5 pi. col. * 

BERGROTH (E.). Viaggio di Leonardo Fea in Birmania e regioni vicine : 
XLVII. Commentarius secundus de Aradidis in Burma et Tenasse- 
rim a L. Fea collectis (Ann. Mus. civ. Gen.), 1892, 8 p. * 



Seance du 12 octobre 1892. cexix 

EBRARD (D r E.). Etudes de moeurs. Nouvelles observations sur les 
Fourmis, les Grillons (Bibl. univ.). Geneve, 1864, 116 p. Offert 
par M. L. Bedel. 

HOFMANN (D r E.). Die Ran pen der Schmetterlinge Europas, livr. 18, 19 
et 20. Stuttgart, 1892. * 

ID. Die Schmetterlinge Europas, 2 e ed., livr. 2 et 3. Stuttgart, 1892. * 

LETHIERRY (L.) et G. SEVERIN. Catalogue general des Hemipteres, I, 
l er fasc. Bruxelles, 1892, 16 p. * 

MABILLE (P.) et P. VUILLOT. No vi tales Lepidopterologicae, fasc. 9, pi. xi 
et xn, 1892. * 

MAGALHAES (P. DE). Subsidio ao estudo das Myases. Rio-de-Janeiro, 

1892, 82 p. * 

OLIVIER (ERN.). Viaggio di Lamberto Loria nella Papuasia oricntale : 
V. Descriptions de deux nouvelles especes du genre Luciola (Ann. 
Mus. civ. Gen.), 1892, 24 p., 2 pi. * 

OSBORN (HERBERT). Lice affecting Domestic Animals (Iowa Agr. Exp. 
St.), 1892, 24 p., 2 pi. * 

RADOSZKOWSKI (Gen. 0.). Essai sur une Classification des Sphegides, in 
sensu Linneano, d apres la structure des armures copulatrices (Bull. 
Soc. imp. Nat. Mosc.), 1891, 26 p., 5 pi. * 

RAGUSA (E.). Coleotteri nuovi o poco conosciuti della Sicilia e note lepi- 
dotterologiche (Nat. Sicil., I a XI). Palermo, 1892, 59 p. * 

RILEY (C. V.). Directions for collecting and preserving Insects (Bull. 
U. S. Nat. Mus.), 1892, 147 p., pi. et fig. * 

SMITH (J. B.). Contributions toward a Monograph of the NoctuidaB of 
Boreal America : Revision of Hie Genus Cucullia; Revision of the 
Dicopinx; Revision of Xylomiges and Morrisonia (Proc. U. S. Nat. 
Mus.), 1892, 54 p., 1 pi. * 

STANDFUSS (D r M.). Handbuch fur Sammler der europaischen Gross- 
schmetterlinge. Zurich, 1891, 153 p. * 

STEPHENS (J. F.). Illustrations of British Entomology : Mandibulata, 1 
etll, 1827-1829. Acquis pour la Bibliotheque. 

THAVROF. Travaux de la Station sericicole du Caucase (texte russe), 
2 vol., 1889-1891. * 

A. L. 



ccxx Bulletin entomologique. 

Seance <lu SO octobre 1S92 

Presidence de M. C. JOURDHEUILLE 

Avis. M. le Secretaire depose sur le bureau le 2 e fascicule des Annales 
de 1892, portant la date d apparilion du 1% octobre 1892. Ce fascicule 
sera envoye par la poste a tons les Membres ayant solde leur cotisation 
pour I annc e 1892. 

Les Annales sont envoyees settlement aux Membres qui ont paye leur 
cotisation. 

Les cotisations sont rec.ues chez le Tresorier, M. le D r A. Fumouze, 
rue du Faubourg-Saint-Denis, 178. 

Correspondance. M. le Ministre de 1 Instruction publique adresso le 
programme du Congres des Socie te s savantes, qui se liendra a la Sor- 
bonne le 4 avril 1893. 

La fixation de cette date, qui coincide avec les vacances de Paqucs, 
est r.n retour a 1 ancienne tradition, qui avait etc abandonnee depuis 
1887. 

Deux des etudes inserees au programme de la section des Sciences se 
rapportent a 1 Entomologie : 

1 Monographies relatives a la faune et a la flore des lacs franc,ais ; 

2 Insectes qui attaquent les substances alimentaires. 

Communications. M. E. Simon offre a la Societe le l er fascicule d une 
nouvelle edition de son Histoire naturelle des Araigne cs (dont la l re edi 
tion date de 1864), paru, le 10 octobre dernier, a la librairie Roret. 

L ouvrage complet, auquel 1 auteur garde la forme concise d un ma- 
nuel, se composera de quatre fascicules formant deux volumes. Ge 
premier fascicule comprend la l re partie, consacree a 1 anatomie exte- 
rieure des Araignees, et le commencement de la seconde. consacree a la 
classification et a 1 histoire des families ; les families qui y sont decrites 
sont celles des Liphistiidx, Avicularidx, Atypidx, Hypochilidx, Ulobo- 
ridse, Psechridse, Zoropsidse, Dictynidx, OEcobiidse, Eresidx et Filis- 
tatidx. 

M. J. Groissandeau envoie la description d une nouvelle espece de 
Thorectes de Corse, confondue dans les collections avec Thorectes latvi- 
gatus : 



Seance du 12 octobre 1892. ccxxi 

Thorectes Cheroni. Marge anterieure de 1 epistome large, in- 
flechie obliqueraent sur les bords lateraux et anterieur ; partie inflechie 
brune et mate. Sculpture de la tete semblable a celle de T. Izvigatus, 
mais rugosites beaucoup plus obsoletes et tegument presque mat. Labre 
beaucoup plus grand et plus profondement varioleux. Dent apicale 
externe des tibias anterieurs tres saillante, droite et tronquee largement 
au sommet ; dent precedenle epaisse et courte, meme lorsqu elle n est 
pas tronquee. 

Chez T. Ixvigatus, la denture des tibias anterieurs est plus accentuee ; 
la dent apicale est recourbee et la dent precedente est plus developpee. 

M. M. Pic, de Digoin, adresse la description de deux Anthicus 
nouveaux : 

Anthicus Demaisoni (Pici Chobaut in litt.}. Petit, peu bril- 
lant, assez large, entierement d un testace rougeatre (plus clair sur les 
el y tres, les antennes et les pattes), moins la partie posterieure des 
elytres qui est noiratre. Yeux noirs, tres saillants. Tete longue et large, 
droite sur les cotes, peu echancree au milieu de la base, a ponctuation 
assez forte, peu serree. Antennes testacees, assez longues et tres epaissies 
a 1 extremite (celle-ci un peu obscurcie), l er article long, 2 e court, ar- 
rondi, 3-6 minces, et suivants de plus en plus elargis, avec le terminal 
assez long et tres epais. Prolhorax court, tres large et arrondi en avant, 
a peu pres de la largeur de la tete, bien retreci en arriere, a ponctuation 
assez forte et peu serree. Elytres courts, pres de deux fois aussi larges 
que le prothorax, assez fortement ou densement ponctues, legerement 
deprimes en dessus et obliquement arrondis a 1 extremite, ornes d une 
pubescence longue, grise; ils sont d un testace rougeatre sur leur pre 
mier tiers et d un roux noiratre sur les deux tiers posterieurs. Pattes 
courtes, testacees. Dessous du corps rougeatre, avec 1 abdomen noiratre. 
Long. 2 mill. 

Egypte (coll. Demaison, Chobaut, Pic). 

Dedie a M. Charles Demaison, de Reims. 

Parait se rapprocher, par la description, de A. infuscatus Laf., dont 
le type m est inconnu, que 1 auteur dit etre glabre. Un exemplaire attri- 
bue a cette espece dans la collection de Marseul est plus large et plus 
grand, avec a peu pres la me"me coloration. D apres mon ami Chobaut, 
cette espece doit se placer pres de A. laticollis mihi. 

Anthicus Lepaumi. Assez grand et allonge, peu brillant, avec 
la majeure partie du corps d un roussatre ou rougeatre obscurci. T6le 



ccxxn Bulletin entomologique. 

et fond des elytres d un noir de poix ; ceux-ci ornes do deux laches 
externes plus ou moins etendues, roussatres, 1 une numerate, 1 autre 
pres le milieu. Tete presque triangulaire, a peine arrondie a la base, 
a ponctuation dense, avec les yeux gros, peu saillants. Antennes d un 
testace rougeatre, assez epaisses, atteignant la base du prothorax ; pre 
mier article court, les articles suivants longs, diminues a la base, avec 
les trois avant-derniers en carre long, larges, le terminal plus long, en 
pointe. Prothorax long, peu dilate, arrondi en avant, a ponctuation 
dense, peu marquee. Elytres a ponctuation moderement forte et peu 
serree a Pextremite (celle-ci quelquefois legerement roussatre), avec les 
cotes presque paralleles. Pygidium saillant, fonce. Dessous du corps et 
pattes rougeatres ; celles-ci assez grandes, avec les cuisses un peu 
epaissies. Long. 3 mill. 

Egypte (coll. Demaison, Chobaut), Syrie (coll. Pic). 

A cataloguer pres de A. ineditus Laf., d apres le D r Chobaut. 

Je signale cette forme avec le nom sous lequel je 1 ai rec. ue de M. J. Des- 
brochers des Loges ; elle ressemble beaucoup a certaines varietes en 
partie claires de A. tristis Sch., var. tristiculus Reitt., parexemple ; elle 
parait d une taille plus avantageuse, d un aspect plus parallele; les an- 
tennes semblent aussi un peu plus epaisses. Peut-etre meme .4. Le- 
paumi ne serait-il qu une race extreme de cette derniere espece, si 
variable ? 

M. G. Delagrange donne les renseignements suivants sur la chasse 
de Saperda phoca Frohl. : 

Ge Cerambycide, considere comme rare, a toujours ete rencontre dans 
les environs de Besangon. II y a une dizaine d annees, son habitat de 
predilection etait aux Glacis, promenade publique avoisinant la gare du 
chemin de fer et plantee de nombreux Saules marceau. Tous ies ans 
on y pouvait facilement, en quelques jours, capturer de 30 a 40 exem- 
plaires. 

Ges Saules, tombant de vetuste et devenus de veritables nids a In- 
sectes, furent supprimes. Pendant plusieurs annees, on ne rcncontra 
plus qne fort rarement, par ci, par la, quelques exemplaires de 
S. phoca : un au mont Bregille, deux a Rosemont et cinq ou six dans la 
foret de Ghalezeule. 

Avant de partir pour 1 Asie Mineure et la Syrie, annees 1888, 1890 et 
1891, j avais charge un de mes amis, amateur d Insectes, de faire des 
recherches dans les endroits que je viens d indiquer ; mais cette per- 



Seance du 1% octobre i89%. coxxm 

sonne, malgre les nombreuses courses qu elle fit a 1 epoque propice, ne 
trouva pas trace de cet interessant Longicorne. 

La foret de Chalezeule cst situee a 4 kilometres de Besanc.on, sur un 
petit plateau dominant la vallee du Doubs ; sur son pourtour, on trouve 
frequemment de vigoureux Saules marceau. G est dans cette foret que 
S. phoca semble avoir fixe son habitat pour 1 avenir, car, cette annee, 
du 28 mai au 2 juin, j ai capture, pendant ces cinq journe es, le nombre 
respectable de 101 individus de ce Longicorne, et, chose remarquable, 
j avais 51 rf et 50 $. 

Je crois interessant de signaler le resultat de cette chasse, car je n ai 
jamais oui -dire que cet Insecte ait ete trouve en aussi grand nombre, 
dans une saison, par une seule personne. J ajouterai que le sixieme 
jour, c est-a-dire le 2 juin, je rentrai chez moi ma boite vide. Gependant, 
le 3 juin, un exemplaire fut encore recueilli au meme endroit par un 
entomologiste bizontin, et ce fut tout. 

Mais apres, dans mes nombreuses courses aux environs de Besanc.on, 
j ai pu me convaincre que cette Saperda avail ete relativement assez 
commune partout ou se trouvent des Saules marceau. Sur le tiers au 
moins des arbres que j ai visites, j ai constate des incisions longitudi- 
nales encore fraiches, faites, dans 1 ecorce du tronc ou des branches, 
par les femelles pour y deposer leurs oeufs. Ges incisions ont d habitude 
de 3 a 4 centimetres de long, et, dans la partie mediane, on remarque 
de quatre a six petites traces contenant chacune un oeuf aplati et presque 
eritierement introduit entre le bois et 1 ecorce. 

II faut sans doute attribuer cette apparition exceptionnelle de S. phoca 
a la grande chaleur du printemps dernier. J ai remarque que les annees 
pluvieuses donnent peu ou point de ces Insectes. 

La duree d apparition de Saperda phoca n est que de huit jours envi 
ron et parfois moins ; c est ce qui expliquo pourquoi on ne le rencontre 
pas plus frequemment et pourquoi il est reste rare dans les collec 
tions. Je 1 ai toujours trouve dans les derniers jours de mai, voire meme 
dans les annees a printemps froid. On le voit courant en tous sens sur 
les grosses et les moyennes branches des arbres. Dans cette chasse, le 
battage au parapluie donne un mediocre resultat. 

M. le D r A. Chobaut, d Avignon, communique : 

1 M. Ravoux. a capture a Nyons (Drome) une rare espece de Mal- 
thodes, M. nigriceps Muls. Elle n avait encore ete prise, en France, que 



ccxxiv Bulletin entomologique. 

par Mulsant aans ies Alpes-Maritimes, au Logis-du-Pin, entre Castel- 
lane et Grasse (Mulsant). M. Baudi 1 a aussi signalee du Piemont. 

A Nyons, cette espece se prend en battant Ies Lierres. La femelle, 
qu apres Mulsant (Ann. Soc. linn. Lyon, 1862, p. 467-469), M. J. Bour 
geois declare inconriue (Rev. d Ent., 1892, n 7, p. 204), y est un peu 
peu plus commune que le male. Elle ne differe de celui-ci que par Ies 
antennes, qui ne vont guere qu aux deux tiers des elytres, sans parler, 
bien entendu, de la forme si differente, selon le sexe, des derniers 
anneaux de 1 abdomen. 

Aux descriptions de cet Insecte de ja publiees, j ajouterai que la partie 
renflee ou sommet du premier article des antennes, Ies tibias et Ies 
tarses sont souvent plus ou moins enfumes chez le male comme chez la 
femelle. 

2 Je signale a la Socie te une espece nouvelle pour la faune francaise : 
Otiorrhynchus Brancsiki Stierl., qui a ete pris dans le massif du Saint- 
Bernard et que Ton ne connaissait encore que de Hongrie. L espece a 
ete determinee par M. le D r Stierlin lui-meme, en sorte qu il ne peut y 
avoir de doute a ce sujet. D ailleurs ce savant m ecrit a ce propos : 
Votre individu ne differe nullement des exemplaires de Horigrie que 
je possede. (Lettre du 4 mai 1892.) 

A ce propos, je ferai remarquer que 0. Putoni Stierl., decrit de Gap 
etd Embrun (Rev. d Ent., 1891, p. 143), se trouve e galement au rnont 
Ventoux (Vaucluse), a partir de 1,500 metres d altitude, mais surtout 
dans le voisinage du sommet. J ai pris cette espece, en juillet, soit sous 
Ies pierres, soit en battant Ies Pins a crochet (Pinus uncinata). 

Le ^ Secretaire adjoint : L DE GAULLE. 



Bulletin bibliographique 

Academie des Sciences (Comples rendus hebdomadaires des seances de I }, 
1892, 2 e sem., n os 14, 15 el 16. Q 

Agricultural Gazette of N. S. Wales, III, 8, 1892. A. SIDNEY OLLIFF. 
Entomological Notes. A. H. BENSON. Principal Insect and Fungus 
Pests, on Fruit and Fruit-Trees, found in N. S. Wales, with a few 
well-known and tested remedies. 



Seance du 26 octobre 189%. ccxxv 

American entomological Society (Transactions), XIX, 2, 1892. C. H. 
TYLER TOWNSEND. The North American Genera of Calyptrate Mus- 
cidae, II. The North America Genera of Nemocerous Diptera. 
P. P. GALVERT. Preliminary Notes on some African Odonata. 
E. BRENDEL. On the Pselaphid Genus Trimium. D. W. COQUILLETT. 
Revision of the Species of Anthrax from America North of Mexico. 

G. M. WEED. Descriptions of new, or little known North Ameri 
can Harvest-Spiders (PhalangidaB), 7 pi. 

Association francaise pour I avancement des sciences, Session de Marseille 
(1891). NICOLAS. Insectes fossiles d Aix (Provence) : Descriptions 
de quelques nouvelles especes. Collection de M. Matheron (fig.). 
Observations entomologiques et autres faites au sommet du mont 
Ventoux. F. HEIM. Contribution a 1 etude du sang des Crustaces 
decapodes. J. DE GUERNE et J. RICHARD. Documents nouveaux 
sur la distribution geographique des Calanides d eau douce. 

Congres international a Arche ologie pre historique et d Anthropologie, 
Moscou, 1892. Q 

Entomological News and Proceedings of the entomological Section of the 
Academy of natural Sciences of Philadelphia, III, 7 et 8, 1892. - 
C. H. TYLER TOWNSEND. Some deformities in the Abdominal Seg 
ments of Tachinid*. H. G. DYAR. A new Gluphisia from the 
Pacific coast. G. A. EHRMAN. A Local List of the Genus Catocala. 

F. L. HARVEY. A new Smynthurus (fig.). W. J. Fox. Descrip 
tion of four new Species of Fossorial Hymenoptera from California. 

J. B. SMITH. Elementary Entomology Lepidoptera-Heterocera 
(Mots.), 2 art. H. SKINNER. A new Species of Pamphila. H. G. 
DYAR. Preparatory Stages of Pamphila errans Skiun. C. H. TYLER 
TOWNSEND. Note on Trichobius Dugesi Twns. Entomological News 
(2 art.). E. J. NOLAN. The Introduction of the Ailanthus Silk 
Worm Moth. R. E. KUNZE. Larva hunting in Winter. W. J. 
Fox. Description of a new Solitary Wasp. P. W. CODING. Studies 
in North American Membracida?, II. T. D. A. COCKERELL. Notes 
on the Entomology of Colorado, I. 

Entomologische Nachrichten, XVIII, 15 a 19, 1892. C. VERHOEFF. 
Einige Worte zu H. Friese s Osmieu-Studien und iiber eiiien Ban 
von Osmick tridentata (fig.). F. KARSCH. Abantis Bismarcki, eine 
neue Hesperiide von Bismarckburg im Togolande (Deutschen West- 
africa). KRIECHBAUMER. Ophioniden-Studien. F. KARSCH. 



JOURNAL BIMENSDEL (Bulletin de la Societe entomol. de France), 1892, n<> 17. 



ccxxvi Bulletin entomologique. 

Caprona angelica, eine neue Hesperiiden von der deutschen For- 
schungsstalion Bismarckburg im Togolande (Westafrica). G. VER- 
HOEFF. Ueber kampfende und gesellige Bienenmiinchen. V. v. RU 
DER. Ueber Apogon Dufourii Ferris nebst einer Berichtigung zu 
Schiner s Fauna (die Fliegen). F. KARSCH. Ueber eine Collection 
durch Herrn Hans Frichstorfer auf Java gefangener ^Eschniden. 
R. LIEBEL. Die Zoocecidien (Pflanzendeformation) der Holzgewachse 
Lothringens. G. VERHOEFF. Eine neue Osmia aus Dalmatien. 
H. BEUTHIN. Ueber die Benennung der Varietaten bei den palaearck- 
tischen Gicindelen. KRIECHBAUMER. Ichneumoniden Studien, 
49-54. G. VERHOEFF. Zur Entwicklung von Hemerobius subnebu- 
losus St. und iiber Verfarbung der Neuropteren. Ueber einige 
Rubus Bewohner. 

Entomologist s monthly Magazine (The), 339 a 341, 1892. F. D. WHEE 
LER. Meliana flammea, etc. Notes of the Season. W. HOLLAND. 
On the Habits of Stauropus fagi. J. W. DOUGLAS. Notes on some 
British and exotic Coccidae, 11 23 (1 pi.). R. H. MEADE. Annotated 
List of British TachinidaB (3 art.). D. SHARP. Concerning Hemime- 
rus talpoides Wlk. W. F. JOHNSON. Notes on Coleoptera in the 
North of Ireland. J. H. WOOD. The Larva of Ditula Woodiana 
Feeds on Viscum album. G. T. PORRITT. A collecting Expedition 
to East Sussex. F. P. PASGOE. The Entomology of a Bayswater 
House. C. D. ASH. Notes on the larva of Danima Banksix Lewin 
(fig.). W. L. DISTANT. Notes on Ethiopian Rhynchota. D. SHARP. 
Descriptions of two new Pselaphida? found by Mr. J. J. Walker in 
Australia and China. Rev. G. FOWLER. Description of the Larva of 
Gnorimus variabilis L. E. SAUNDERS. Elenchus tenuicornis Kirby, 
Parasitic on a Homopterous Insect of the Genus Liburnia. A. E. 
EATON. Notes on Elenchus tenuicornis Kby., with Illustrations (fig.)- 

C. T. GRUTTWELL. Lepidoptera at Aldeburgh. G. T. PORRITT. 
Notes on a probably undescribed form of the Larva of Plusia gamma. 

G. ELISHA. Notes on the Larva? of Swammerdamia apicella (Comp- 
tella). E. SAUNDERS. Psallus albicinctus Kbm. , a new British 
Species of Hemiptera. G. LEWIS. Note on Sternocselis, and on one 
new Species. Notes diverses. W. E. NICHOLSON. Notes on col 
lecting Butterflies in the Soulh-East of France. 

Entomologist s Record and Journal of Variation, III, 10, 1892. T. A. 
CHAPMAN. The genus Acronycta and its allies. Variation. J. A. 
CLARK A melanic race of Liparis monacha (pi.). Scientific Notes. 

Current Notes. Notes on Collecting. 



Seance du 26 octobre 1S92. ccxxvn 

Feuille des Jeunes Naturalistes, XXII, 262 et 263, 1892. F. DECAUX. 
LePommier, ses principaux ennemis, moyens de destruction. 
Notes spe ciales et locales, communications. 

Frelon (Le), II, n 4, 1892-93. J. DESBHOCHERS DES LOGES. Revision 
des Baridiides d Europe. 

Iowa agricultural Experiment-Station (Bulletin), n 18, 1892. H. OS- 
BORN and H. A. GOSSARD. Reports on injurious Insects (fig.). 

K. K. zoologisch-botanischen Gesellschaft in Wien (Verhandlungen), XLII, 
1 et 2, 1892. E. H. RUBSAAMEN. Mittheilungen liber Gallmiicken 
(2 pi., fig.). D r RuGGERO-GoBELLi. Quattro nuove Specie di Ime- 
notteri. D r FR. BRAUER. Ueber das sogenannte Stillstandstadium 
in der Entwicklung der OEstriden-Larven. Prof. GABRIEL STROBL. 
Die OEsterreichischen Arten der Gattung Hilara Meig. (Mit Beriick- 
sichtigung der Arten Deutschlands und der Schweiz). J. RED- 
TENBAGHER. Monographische Uebersicht der Mecopodiden (1 pi.). 
C. ESGHERISCH. Die biologische Bedeutung der Genitalanhange 
der Insekten (Bin Beitrag zur Bastardfrage), 1 pi. 

Kaiserlichen Leopoldinisch-Carolinischen Dcutschen Akademie der Natur- 
forscher : 1 Katalog der Bibliothek, 3, 1891. 2 Verhandlungen, 
LIV, 1890. R. HINTZ. Ueber den mechanischen Ban des Blatt- 
randes mil Berucksichtigung einiger Anpassungserscheinungen zur 
Verminderung der localen Verdunstung (3 pi. ). G. FREIH. v. GUMP- 
PENBERG. Systema Geometrarum zona3 temperatioris septentrionalis, 
III. LV, 1891. A. NALEPA. Neue Gallmilben (4 pi.). LVI, 
1891. O 

Kansas University quaterly (The), I, 1, 1892. W. A. SNOW. Notes and 
descriptions of Syrphida? (1 pi.). V. L. KELLOGG. Notes on Meli- 
tera dentata Grote (1 pi.). S. W. WILLISTON. Diptera brasi- 
liana, II. 

Natural History Society of Glasgow (Proceedings and Transactions), III, 
2, 1889-90; 1892. A. S. WILSON. The Dispersion of Seeds and 
Spores : II. Insects. 

Naturalista siciliano (II), XI, n os 9, 10, 11 et 12, 1892. E. RAGUSA. 
Gatalogo ragionato dei Goleotteri di Sicilia (2 art.). Sopra due 
Specie di Psychidi di Sicilia di R. Piingler (Traduz. dal tedesco). 
F. YITALE. Gatalogo sinonimico e topografico dei Gurculionidi di 
Sicilia (2 art.). E. RAGUSA. Altri due nuovi Gurculionidi di Si- 
cilia descritti dal Sig. DESBROCHERS DES LOGES. Breve gita euto- 



ccxxviu Bulletin entomologique. 

mologica all isola di Lampedusa. Goleotteri nuovi o poco conos- 
ciuti delle Sicilia. E. REITTER. Zwei neue Triplax-Arten. 
E. RAGUSA. Un altro Curculionide nuovo di Sicilia descritto dal 
Sig. DESBROCHERS DBS LOGES. F. VITALE. Studii sull Entomologia 
Sicula : Nota V. Gl Hyperini (Gapiomont) MessinesL 
Naturaliste (Le), 15 octobre 1892. -- P. CHRETIEN. Note sur la Teras 
ferrugana S. V. (Papillon du groupe des Tordeuses). R. SAINT- 
LOUP. La bouche et les organes buccaux chez les Arthropodes (fig.). 
TCHENG-KI-TONG. Les Insectes utiles de la Chine. 

New-York Academy of Sciences (Transactions), X, 7 et 8, 1890-1891 ; 

XI, 1 a 5, 1891-1892. Q 
Nova Scotian Institute of Science (Proceedings and Transactions), ser. II, 

I, 1, 1890-91. 

Psyche, VI, 196 et 197, 1892. Some old Correspondence between 
Harris, Say and Pickering. C. H. TYLER TOWNSEND. Description 
of OEstrid Larva? taken from the Jacket-Rabbit and Cotton-Tail. 
Dohrn and Burmeister. - - S. H. SGUDDER. The Orthopteran Genus 
Hippiscus, III et IV. E. P. VAN DUZEE. The North American Jas- 
sida3 allied to Thamnotettix. C. H. TYLER TOWNSEND. Introduction 
to Brauer and Von Bergenstamm s Vorarbeiten zu einer Monogra 
phic der Muscaria Schizometopa, I. - H. F. WICKAM. Notes on 
some Myrmecophilous Coleoptera. - - H. G. DYAR. Additional Notes 
on Bombycid LavaB. 

Reale Accademia del Lincei (Atti), 1892, II, 6 et 7. Q 
Revue des travaux scientifiques, 1892, XII, 2 et 3. 
Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, V, 8 et 9, 
1892. DUGENEST. Coleopteres de la Creuse. 

Royal Society of London : 1 Philosophical Transactions, vol. CLXXXII, 
A, B, 1892. Q - Liste des membres, 1891. 
2 Proceedings, L, 307 (1892) Q LI, 312, 313 (1892). Q 

Royal Society of South Australia (Transactions), XV, 1, 1892. 0. B. 
LOWER. Descriptions of New South Australian Lepidoptera. Rev. 
T. BLACKBURN. Descriptions of New Genera and Species of Australian 
Coleoptera. J. G. 0. TEPPER. The Phaneropterida? of Australia 
and Polynesia. 

Sociedad cientifica Antonio Alzate (Memorias y revista), VI, 1 et 2, 
1892. Q 



Seance du 26 octobre 1892. ccxxix 

Sociedad espanola de Hisloria natural (Amies), XXI, 1, 1892. B. ZA- 
PATER et MAX. KORB. Catalogo de los Lepidopteros de la Provincia 
de Teruel, y especial mente de Albarracin y su Sierra, II. 

Societa entomologica italiana (Bullettino) , XXIV, 2, 1892. M. BEZZI. 
Contribuzione alia fauna ditterologica della provincia di Pavia, II. 
A. SENNA. Contribuzione alia studio dei Brentidi, XII (pi.). 
R. STAZIONE DI ENTOMOLOGIA AGRARIA. Sulla comparsa delle Cavai- 
lette nelle basse pianure florentine. A. TARGIONI-TOZZETTI. Aoni- 
dia Blanchardi, sp. n. di Gocciniglia delle Palme da Dattero del 
Sahara (fig.). 

Sodetas entomologica, VII, 14, 1892. F. RUHL. Parnassius Delius 
Esp., ab. Leonhardi, n. ab. c?. - R- BENTELI. Lepidopterologische 
Mittheilungen. J. SCHRODER. Ueber central-europaische Pissodes 
Arten. 

Societe des Sciences naturelles de I Ouest de la France (Bulletin), II, 3, 
1892. J. DOMINIQUE. Notes orthopterologiques. 

Societe d etude des Sciences naturelles de Reims (Bulletin), I, 2, 1891. 
H. GOUTHIERE. Gompte rendu de 1 excursion a Rilly-Germaine. 
A. BELLEVOYE. Communication sur le Cemmbyx vittator et quelques 
Longicornes rares ou nouveaux des environs de Reims. Les Cur- 
culionides et leurs degats. Description du Monomorium pharao- 
nis L. (1 pi.). 

Societe a" etudes scientiftques de I Aude (Bulletin), III, 1892. L. GAVOY. 
Liste des Insectes recueillis a Armissan et a La Clape. BARON. 
Liste des Coleopteres recueillis au Mont Alaric. L. GAVOY. Liste 
des Colcopteres recueillis a la Foret des Fanges et aux Gorges de 
Saint-Georges. J. CHALANDE. Contributions a la Faune des Myrio- 
podes de la Foret des Fanges. L. GAVOY. Liste des Insectes re 
cueillis pendant 1 excursion a la Grotle de Limousis, a Lastours et 
dans la haute vallee de 1 Orbie!. De la pretendue utilite des Oi- 
seaux et de 1 influence du froid sur la destruction des Insectes. 
L. CHARTIER. Note sur un Crustace dos Marnes du Turonien infe 
rior de FontEroide, forme voisino des genres Gambarus et Glyphxa 
(pi.). L. GAVOY. Contributions a la Faune du departement de 
I Aude. Liste methodique des ospeces de Dipteres, Hemipteres et 
Hymt3iiopteres recueillis dans le departement et principalement aux 
environs de Carcassonne. 

Societe d Histoire naturelle de Colmar, 1889 et 1890. Materiaux pour 
la Faune entomologique alsato-vosgienne. D r MACKER et abbe FET- 



ccxxx Bulletin entomologique. 

TIG. Deuxieme Supplement au Catalogue des Lepidopteres d Alsace. 

A. CLAUDON. Supplement an Catalogue des Colcopteres de 1 Alsace 
et des Vosges de WENCKER et SILBERMANN. 

Societe imperiale des Naturalistes de Moscou (Bulletin), 1891, IV (1892). 

Gen. 0. RADOSZKOWSKI. Essai sur une classification des Sphegides 
in sensu Linneano d apres la structure des armures copulatrices (5 pi.). 

1892, I (1892). Sphinges etBombyces : Heterocera (texte russe). 

A. BECKER. Neue Pflanzen- und Insektenentdeckungen in der Um- 
gegend von Sarepta und Zusammenstelluug der Raupen und Kafer, 
die nur von einer Pflanzenart, und zwei, drei Pllanzenarten leben, 
die aber zu einer Familie gehoren. 

Societe linneenne du nord de la France (Bulletin mensuel), XI, 237, 238, 
1892. L. CARPENTIER. Contributions a la faune locale. 

Stavanger Museums Aarsberetning for 1891, 1892. HELLIESEN. Bidrag 
til Kundskaben om Norges Coleopterfauna, II (1 pi.). 

Tijdschrift voor Entomologie, XXXIV, 3 et 4, 1890-91. F. M. VAN 
DER WULP. Eenige uitlandsche Diptera (1 pi.). J. R. H. NEERVOORT 
VAN DE POLL. On new or little known Australian Longicornia, I. 
P. C. T. SNELLEN. Aanteekeningen over eene verzameling Lepido- 
ptera in October 1889 van het eiland Flores ontvangen. Deudoryx 
verriculata, n. sp. (pi.). J. ROBER. Beitrag zurKenntniss der Iiido- 
Australischen Lepidopterenfauna Het wijfje van Thestias flavipennis 
Grose-Smith, afgebeeld door K. N. SWIERSTRA (pi. 16) met een bij- 
schrift door P. C. T. SNELLEN. K. N. SWIERSTRA. Pieris rapx var. 
(pi.). Een hermaphrodiet van Aspilates strigillaria Hbn. (pi.). 
P. C. T. SNELLEN. Euploea perdita Bull, var. Swierstrw (pi.). 
Aanteekeningen over Lepidoptera schadelijk voor het suikerriet 
(2 pi.). A. J. F. FOKKER. Catalogus der in Nederland voorko- 
mende Hemiptera : I. Heteroptera, 5. 

Trinitad Field Naturalist s Club (Journal), I, 3, 1892. A. L. Un cas 
de larves de Lucilia hominivorax dans les fosses nasales d une 
femme (fig.). H. CARACCIOLO. Cannibalistic Habits of the Cricket. 

The Ichneumon (fig.). Crotons affected by Scale Insects (fig.). 

A Bullet excavated by a Larva (fig.). Guava attacked by Aley- 
rodes (fig.). -- Orange diseases (fig.). F. E. EAGLE. Gynandro- 
morphism, or the union of both Sexes of Lepidoptera (fig.). J. E. 
TANNER. OEcodoma cephalotes. W. F. KIRBY. Description of a new 
Butterfly from Trinidad. A Cocoanut pest.. 



Seance du 26 octobre 1892. ccxxxi 

Wiener entomologische Zeitung, XI, 6 et 7, 1892. J.-M.-F. BIGOT. 
Nova Genera Dipterorum. E. BERGROTH. Ueber Dialysis disparilis 
Bergr. A. SEMENOW. De Hydrophilo gansuensi m. D r H. ERAUSS. 
Dermaptera oder Dermoptera? Eiue nomenclatorische Erorterung. 
J. MIK. Einige Worte zur Nomenclatur. E. BEBGROTH. Ueber 
Hemidiptera Hxckeli Lin. V. v. RODER, Ein neuer Fundort des 
Leptomorphus Wafer Curt. E. BERGROTH. Plataspinidaa quattuor 
nova3. K. ESCHERIGH. Meloiden Studien, III (fig.). F. SINTENIS. 
Ueber Opomyza punctella Fall. J. MIK. Dipterologische Miscel- 
len, II. E. REITTER. Goleopterologische Notizen, XLV. 
G. STROBL. Zur Kenntniss und Verbreitung der Phoriden OEster- 
reichs. K. W. v. DALLA TORRE. Hymenopterologische Notizen, 
XXIV. D r A. FLEISCHER. Goleopteren, entnommen und gesiebt 
aus einen alten Eichenstamme. Eine neue Varietal von Cymindis 
humeralis Fourcr., var. rubrotestacea m. Anthaxia semilimbata, 
n. sp. Zur Biologie einiger Goleopteren. J. J. KIEFFER. Beo- 
bachtungen iiber Gallmucken mit Beschreibung einiger neuen Arten 
(1 pi.). D r E. BERGROTH. Notes on Mr. Kirby s recent paper on 
the Hemiptera of Ceylon. - K. ESGHERIGH. Studien iiber die Cleri- 
den-Gattung Trichodes. 

Zoological Society of London (Proceedings), 1892, III. W. SCHAUS. 
Descriptions of new Species of Lepidoptera Heterocera from Brazil, 
Mexico and Peru. -- II. H. DRUCE. A List of the Lycsenidaa of the 
South Pacific Islands east of the Solomon Group, with Descriptions 
of several new Species (1 pi.). 



BIGOT (J.-M.-F.). Nova Genera Dipterorum (Wien. ent. Zeit.), 1892, 
2 p. * 

ID. Descriptions de Dipteres nouveaux (Mem. Soc. zool. Fr.), 1892, 
90 p. * 

BOGDANOW (A.). Quelle cst la race la plus ancienne de la Russie centrale ? 
1892, 24 p. Q * 

ID. L Association russe pour Pavancement des sciences physico-chi- 
miques, naturelles et biologiques. Rapport aux Gongres internatio- 
naux de Moscou. Moscou, 1892, 10 p. * 

BOURGEOIS (J.). Dascillides et Malacodermes du Bengale occidental, I, II 
(Ann. Soc. ent. Belg.), 1891-1892, 13 p. * 



CGXXXII Bulletin cntomologique. 

BOURGEOIS (J.). Descriptions dc trois especes nouvelles de Lycides de 
Borneo (Not. Ley. Mus., XIV), 4 p. * 

ID. Lycides nouveaux ou peu connns du Musee civique de Genes, 

2 e mem., II (Ann. Mus. civ. Gen.), 1892, 22 p. * 
BRENSKE (E.). Beilrag zur Kenntniss der Gattungen Lepidista und Leu- 

copholis (Bed. ent. Zeit.), 1892, 30 p. * 
ID. Die Arten der Coleopteren-Gattung Brahmina Bl. (loc, cit.), 1892, 

44 p. * 
ID. Neue Arten der Coleopteren-Gattung Holotrichia (Lachnosterna) 

(loc. cit.), 1892, 34 p. * 
ID. Ueber einige neue Gattungen und Arten der Melolonthiden (Ent. 

Nadir.), 1892, 8 p. * 
ID. Ueber die Verbreitung der Melolonthiden auf der Erde (Soc. Ent,), 

1892, 21 p. * 
CA.RPENTIER (L.). Contributions a la faune locale : Lepidopteres (Bull. 

Soc. Lin. Nord Fr.), 1892, 7 p. * 
DISTANT (W. L.). Descriptions of four new Species of Scutellerinse 

(Entom.), 1892, 2 p. * 
ID. A Monograph of Oriental Cicadidae, II (Ind. Mus. Gale.), 1892, 

24 p., 2 pi. * 
ESCHERICH (K.). Beitrag zur Theorie von der Entwicklung aus constitu- 

tionellen Ursachen (Deulsch. Ent. Zeit.), 1892, 18 p., 1 pi. 

(2 exempl.). * 
ID. Beschreibung einer deutschen Meloe-Art und mehrerer Varietaten 

(Wien. Ent. Zeit.), 1889, 8 p. * 
ID. Die biologische Bedeutung der Genitalanhiinge der Insekten 

(Ein Beitrag zur Bastardfrage) (Verh. K. K. zool. bot. Ges. Wien), 

1892, 18 p. 1 pi. * 
ID. Die palaarktischen Vertrcter der Coleopteren-Gattung Zonitis 

Fab. Versuch einer Monographic, I (Deutsch. Ent. Zeit.), 1891, 

26 p., 1 pi. * 

ID. Meloiden Studien, I, II (Wien. Ent. Zoit.), 1891, 8 p. * 
ID. Nachtrage und Berichtigungen zum Catalogus Coleopterorum von 

Gemminger und Harold betreffend die Gattung Meloe (Deutsch. Ent. 

Zeit.), 1889, 3 p. * 
ID. Revision der behaarten Meloe-Arlen der alien Welt (Wien. Ent. 

Zeit.), 1890, 10 p. * 



Seance du 26 octobre 1802. ccxxxin 

ESCHERIGH (K.). Studien iiber die Cleriden-Gattung Tnchodes Herbst (loc. 
cit.), 1892, 5 p. * 

Fox (W. J.). Monograph of the North American Species of Tachytes 
(Trans. Am. Ent. Soc.), 1892, 19 p. * 

GALEB (OSMAN). Recherches sur les Entozoaires des Insectes, organisa 
tion et developpement des Oxyurides. Paris, 1879, 108 p., 10 pi. 
Offert par M. J. de Gaulle. 

GASPERINI (R.). Prilog K. Dalmatingskoj Fauni : Isopoda, Myriopoda, 

Arachnida. Splitu, 1892, 22 p. * 

CODING (F. W.). A Synopsis of the Subfamilies and Genera of the Mem- 
bracidaa of North America (Trans. Am. Ent. Soc., 1892, p. 233- 

257). * 

HORN (G. H.). North American Coleoptera : Eumolpidas (loc. cit., 1892 
p. 217-234). * 

JANSSEN et LEON BOURGEOIS. Discours prononces a la seance generate du 
Congres (11 juin 1892), 32 p. * 

NERVOORT VAN DE POLL (J. R. H.). Contributions a la faune indo-chi- 
noise : IX. Buprestida3 (Ann. Soc. ent. Fr.), 1892, 4 p. * 

OSBORN (HERBERT). A partial Catalogue of the Animals of Iowa repre 
sented in the Collections of the Department of Zoology and Entomo 
logy of the Iowa Agric. College. Ames, 1891, 39 p. * 

ID. On some Carboniferous Fossils from Jackson County, Iowa. On 
the Orthopterous Fauna of Iowa. Catalogue of the Hemiptera of 
Iowa. (Proc. Iowa Acad. Sc.), 1892, 17 p. * 

ID. Gall and Blister Mites. The Corn Root Worm (Diabrotica lon- 
gicornis). External Parasites of Domestique Animals. The Ash 
Saw-Fly (Selandria barda). Notes on Locust Parasite. Insects 
of the Orchard. The Pine Louse (Chermes pinicorticis). Insec 
ticides and their application. (Bull. Iowa Agric. Coll.), 1884, 
58 p., 3 pi. * 

SAHLBERG (JOHN). Othismoptenjx, ett nytt Genus bland Finlands Coleo 
ptera af Familjeu Colydiidaj, 1892, 4 p. * 

ID. Ilapalus bimaculatm L. och Clytus pantherinus Sav. aterfunnn : 
Finland. Om Larverna af Slagtct Lomechusa (pi.). En ny finsk 
art af Capsidslagtet Atractocomus. Neuraphes coronatus en ny 
fmsh Scydmaenid. Negastrius algidus, en ny hognordisk Elaterid. 
(Soc. Faun. Fl. Fennica), 1883, 17 p. * 



ccxxxiv Bulletin cntomologique. 

SAHLBERG (JOHN). Lynchia fumipennis, n. sp., en pa haliaetus lefvande 
Hippoboscid (fig.)- En ny art af Hemipter-Slagtet Aradus fran 
Ryska-Karelen. En ny fmsk art af Slagtet Scymnus. (Loc. cit,), 
1886, 10 p. * 

ID. Johann Martin Jacob af Tengstrom : Notice necrologique, avec 

portrait (Ent. Tidsk.), 1891, 14 p. * 
ID. Nya bidrag till Kannedom om Solitara Biarters arkitektur. Om 

hannen till Sirex fantoma Fabr. Nya fmska Staphylinider. 

Cecidomyia Strobi Winn. en Skade Insekt uti nordens granskogar. 

(Medd. Soc. Faun. Flor. Fenn.), 1890, 16 p. * 

ID. Enumeratio Goleopterorum Palpicornium FenniaB. Enumeratio 
Goleopterorum Amphibiorum Fenniaa. Synopsis Amphibicorisa- 
rum et Hydrocorisarum Fennia3. (Not. Sallsk. Faun. Flor. Fenn.), 
1875, 112 p. * 

ID. Bidrag till Kannedomen om Finlands Dimorpha Insekt-Arter (loc. 
cit), 1867, 20 p. * 

ID. Anteckningar till Lapplands Coleopter-Fauna (loc. cit.), 1870, 
54 p. * 

ID. Oefversigt af Finlands och den Skandinaviska balfons Gicadariaa 
(Act. Soc. Faun. Flor. Fenn.), 1871, 506 p., 2 pi. * 

ID. Enumeratio Coleopterorum Garnivorum Fennia3 (loc. cit.), 1873, 
58 p. * 

ID. Enumeratio Goleopterorum Brachelytrorum Fenniae, I et II (loc. 
cit.), 1876, 248 et 152 p. * 

ID. Euumeratio Hemipterorum Gymnoceratum Fenniaa (Medd. Soc. 
Soc. Faun. Flor. Fenn.), 1881, 109 p. * 

ID. Bidrag till nordvestra Sibiriens Insekt-Fauna Hemiptera Hetero- 
ptera insamlade under expeditionerna till Obi och Jenesej, 1876 och 
1877 (Kongl. Sv. Vet. Akad. Handl.), 1878, 38 p. * 

SAUSSURE (H. DE). Note supplemental a la Synopsis de la tribu des 
Sagiens, Orthopteres de la famille des Locustides (Ann. Soc. ent. Fr.), 
1892, 12 p. * 

SENAG (D r H.). Voyage de M. Gh. Alluaud aux iles Canaries : Note sur 
les Pimelia des iles Canaries (Ann. Soc. ent. Fr.), 1892, 6 p. * 

SIMON (EuG.). Histoire naturelle des Araignees, 2 e ed., l er fasc. Paris, 
1892, 256 p., fig. * 



Seance du novembre 1802. ccxxxv 

SIMON (Euo.). Voyage auxiles Philippines (mars et avril 1890) : III. Bu- 
prestida?, par Cn. KERREMANS, 6 p. IV. Etudes sur les Arthropodes 
cavernicoles de Tile de Lucon, par A. RAFFRAY, I. BOLIVAR et 
E. SIMON, 23 p., 2 pi. (Ann. Soc. ent. Fr., 1892). * 
ID. Voyage au Venezuela (decembre 1887 avril 1888) : XVIII. Coleo- 
pteres He teromeres, par L. FAIRMAIRE, 22 p. XIX. Coleopteres 
Golydiides, par A. GROUVELLE, 4 p., fig. (Loc. cit., 1892). * 

SMITH (J. B.). Revision of the genus Cucullia; Revision of the Dico- 
pinas ; Revision of Xylomiges and Morrisonia (Proc. U. S. Nat. Mus.), 
1892, 54 p., 1 pi. * 

A. L. 



Seance du 9 novembre 

Presidence de M. C. JOURDHEUILLE 

M. Gh. Alluaud, de Limoges, assiste a la seance. 

Ne crologie. M. le Secretaire annonce la mort de M. le D r II. Senac, 
decede, dans sa soixante-troisieme anne e, a Ussel (Allier), le 23 octobre 
dernier. 

Communications. M. E.-L. Ragonot donne les diagnoses d un genre 
nouveau et de deux especes nouvelles de Phycites provenant de Renter 
(Siberie) : 

Cnephidia, gen. nov. Antennes simples, pubescentes. Palpes 
labiaux courts, ascendants, obliques, le 2 e article aplati, e largi, presque 
lisse, courbe an sommet en dessus, le 3 e article tres court, cylindrique, 
acumine. Palpes maxillaires squameux, aplatis. Corps grele. Ailes su- 
pe rieures lisses, allongees, etroites, a peine dilatees au sommet, avec 
onze nervures, longues, toutes separees, sauf 8 et 9. Ailes inferieures 
avec huit nervures, la cellule assez courte, les nervures longues, 2 bien 
avant Tangle, 3 de Tangle. 

Ce genre est voisin de Selagia; la nervulation est semblable, mais les 
antennes et les palpes sont bien differents. 

C. Kenteriella, n. sp. Enverg. 28 mill. Ailes superieures 
roussdtres; Tespace median plus fonce, d un roux brundtre, ainsi que 
la cote; les nervures brunes. Lignes transversales d un blanc ocrace, 



ccxxxvi Bulletin entomologique. 

interrompues, indistinctes, defmies seulement parlacouleur plus foncee 
de 1 espace median, assez rapprochees, la premiere Ires anguleuse sur 
les nervures et sur le pli dorsal. Deuxieme ligne oblique, rentrant sur 
les plis. Points discoidaux invisibles. Ailes inferieures d un gris bru- 
natre. 

Cremnophila auranticiliella, n. sp. Enverg. 30 mill. Ailes 
superieures tres allongees et etroiles, plus etroites quo chez Sedakovella, 
blanchatres, lavees de gris a la base, sur le pli dorsal el sur le bord 
interne ; les dessins sont semblables a ceux de Sedakovella, mais les 
points sont plus gros, surtout les discoidaux, la 2 e ligne plus distincte, 
large, avec une bordure large, noire, du cote interne. Une tache noire, 
mal definie, sur le bord externe de 1 aile, au milieu ; au dela, dans la 
partie dorsale, le bord de 1 aile est largement jaune orange jusque sur le 
bord interne. Frange jaune orange. Ailes inferieures d un gris jaunatre, 
la frange jaune d or. Tete et thorax d un gris de plomb. 

Je cree un genre Cremnophila pour ces especes, dont la nervula- 
tion se rapproche de celle du genre Adelosemia ; mais la nervure 10 nait 
de 8 aux superieures, et les antennes du male sont armees de dents 
pres de la base. 

M. Elzear Abeille de Perrin de crit deux nouvelles especes do Cle- 
rides mediterraneans : 

Opilo foveicollis, n. sp. Semblable a I Opilo domesticus, dont il 
diifere par sa forme moins parallele et plus elargie posterieurement, par 
la profonde fove ole qui existe au milieu du corselet, par sa ponctuation 
thoracique et frontale lache, enfin par les points des sides espaces et les 
intervalles plans, brillants, a peine visiblement ponctues. 

Front et vertex eparsement ponclues ; deux bossettes entre les youx, 
separees par une legere depression. Corselet seme de points espaces, 
tautot gros, tantot fins ; marque dans son milieu d une grosse foveole 
oblongue et assez large, profondement enfoncee. Elylres bruns, avec la 
racine, une vague bande transverse vers le milieu et I extreme sommel, 
pales ; stries efTacees a partir du cinquieme posterieur. Dessous brim ; 
pattes jaunatres. Long. 7 mill. 

Algerie : Saint-Charles, pres Philippeville, oii 1 a decouvert M. A. 
Thery. 

Tillus pectinicornis, n. sp. Facies de T. transversus; assez 
e pais et dilate dans le bas. Tete et corselet noirs ; elytres rouges dans 



Seance du 9 novembre 1892. 



CCXXXVII 



leur moitie anterieure, cette couleur coupee droit en arriere ; noirs dans 
leur deuxieme moitie, qui est elle-meme partagee dans sa longueur par 
une bande etroite d un blanc jaunatro, arqtiee d arriere en avant, ne 
touchant pas la suture, pres de laquelle elle se termine par une sorte de 
bouton, mais atteignant le bord externe. Villosite forte et herissee, noire 
par dessus, blanchatre par dessous. Tete ponctuee tres densement ; front 
tronque droit en avant ; yeux peu saillants ; antennes a l er article un 
peu renfle, 2 e tres court, nodiforme, 3 e triangulaire, plus de deux fois 
plus long que large, 4 e plus court, fortement clente, les suivants longue- 
ment pectines, leurs dents tronquees chacune obliquement a son som- 
met. Corselet tres etrangle avant la base, multi-impressionne sur son 
disque, qui est tres densement rugueux. Elytres trois fois longs comnie 
le corselet, a points Ires gros et a intervalles rugueux, allant en s aflai- 
blissant a partir de la moitie, puis disparaissant completement au som- 
met. Ventre et pattes noirs, ongles seuls rouges. Long. 8 1/2 mill. 

Syrie : monts Amanus, un seul exemplaire rapporte par M. G. Dela- 
grange. 

Espece bien caracterisee par la forme de ses antennes. M. L. Fair- 
maire a decrit un T. flabellicornis, d Algerie ; mais son espece a des 
antennes flabellees et non pectinees, la couleur noire des elytres n occupe 
que le quart posterieur ; enfln il a la forme allongee de T. unifasdatw, 
qui n est aucunement celle de T. pectinicornis. 

M. J. Groissandeau ecrit : 

II y a deux ou trois ans, j annoncais la capture, a Saint-Gervais, de 
Bryaxis Croissandeaui Rttr., decouverte par moi a Saint-Martin-Lan- 
tosque, J en concluais que cette espece se trouvait dans tout le massif 
des Alpes. 

Or, j ai ete assez heureux pour la reprendre cette annee dans les 
Hautes-Alpes (Briancon), a 2,000 metres d altitude. Los mousses etaient 
extraordinairement seches et pauvres cette annee. Jc n y trouvai abso- 
lument rien en Pselaphides ni en Scydmenides, si ce n est cette Bryaxis. 
Elle est d une extreme rarete, car je n en ai pris qu un seul exemplaire 
a Saint-Gervais dans six grands sacs de mousses et deux exemplaires 
seulemerit a Briangon dans dix-huit sacs. 

Et, chose etrange, la femelle semble toujours inconnue. car je n ai, 
sous le nom de ce sexe, que deux exemplaires, pris ailleurs, a uue 
altitude moindre, et qui sont pour le moins douteux. 



ccxxxvin Bulletin cntomologiquc. 

Je pris egalement a Briancon Amara Schimperi Wcnck. et Anthono- 
mus ater Marsh., tou jours excess! vcment rares. 

D autre part, j avais mis de cole un Saprinus des Pyrenees-Orientales 
que je ne pouvais classer. Je le soumis a MM. Moritz (de Berlin) et 
Schmidt, qui me le nommerent S. Godeti Brulle. Ce serai t une espece 
nouvelle pour notre faunc. 

Enfm, cette annee, en fevrier, la Loire ayant gross! subitement, je re- 
cueillis, a tout hasard, des ecumes, en ayant soin de les prendre a un 
endroit isole, en dehors du lit du fleuve, pour ainsi dire. C etait dans 
une grande flaque d eau formee, au milieu d une prairie sablonneuse, 
par les infiltrations souterraines. Je tenais a n y recucillir que des 
especes locales ; celles entrainees par le courant, dans les flocons 
d ecume, appartenant trop souvent aux regions montagneuses. 

II y avait la une quantite inoui e d Insectcs, malgre la saison, et j y 
recueillis notamment Thinobius diversicornis Fvl. et Acupalpus Lemovi- 
censis. 

M. C. Alluaud decrit deux nouvelles especes de Goleopteres de la 
famille des Tenebrionidse, tribu des Pycnoceridw : 

1. Odontopezus (1) asper, n. sp. Elytres fortement granu- 
leux, avec les cotes (obsoletes chez les autres especes) bien marquees, 
la premiere apres la suture etant plus elevee que les autres. Dessus du 
prothorax densement ponctue. Dessus de la tele granuleux. Ges deux 
dernieres parties ayant seulement une ponctuation faible et espacee chez 
0. cupreus, qui se rapproche le plus de 1 espcce actuelle, et qui a la 
meme taille. Long. 3o mill. 

II est impossible, meme a premiere vue, de coniondre cette espece 
avec ses congeneres, grace surtout a la sculpture des elytres. 

Le seul exemplaire que je connaisse de cette espece fait partie de ma 
collection. II a les elytres d un bleu violace sombre, avec la tete et le 
prothorax presque noirs. J indique pourtant ces couleurs sous toutes 
reserves, car je soupc.onne mon sujet d avoir sejourne dans 1 alcool. Or, 
d apres mes experiences, ce liquide fait passer la belle couleur pourpre 
cuivreuse de 0. cupreus au bleu-vert fonce. 

Get Insecte vient de 1 Usagara (Zanguebar interieur). G est, je crois, la 

(1) Cf. Bull. Soc. ent. Fr., 1389, p. CLV, oil j ai propose le nom d Odontopezus 
pour remplacer celui A Odontopus Silb., deja employe par Laporte pour un genre 
d Hemipleres. 



Seance du 9 novembre 1892. ccxxxix 

premiere fois que 1 existence de ce genre est signalee en Afrique orien- 
tale. 0. asper est evidemment une modification geographique de 0. cu- 
preus, si repandu en Afrique occidentale. J ai juge cette modification 
assez accentuee pour lui donner un nom special. 

2. Catamerus Fairmairei, n. sp. Entierement noir brillant. 
Thorax et abdomen moins globuleux que chez C. Revoili Fairm.; elytres 
plus paralleles ; sculpture moins forte. 

II est impossible de confondre cette espece avec son unique conge- 
nere C. Revoili Fairm., qui est beaucoup plus grande et d un beau vert 
metallique. 

C. Revoili a 23 1/2 mill, de long; decrit de Tabora. 

C. Fairmairei a de 19 1/2 a 22 mill, sur les deux exemplaires de ma 
collection, qui m ont ete donnes comme venant de Zanzibar. Malheu- 
reusement tous les naturalistes savent que ce dernier nom a ete souvent 
e tendu, par des chercheurs peu soucieux des localites exactes, a presque 
toute TAfrique orientale. 

M. G. Alluaud signale ensuite la capture frAnthocharis : 

Au mois de Janvier 1890, traversant la plaine de Triquibijate, dans 
1 lle de Fuerteventura (groupe oriental des Canaries), mon attention fut 
attiree par des Lepidopteres du genre Anthocharis, que je voyais pour 
la premiere fois aux iles Canaries, et qui, a ma connaissance, n y ont 
jamais ete signales. 

Ce sont : 1 A. Levaillanti Luc.; 2 A. Belemia, var. glance Hb. 

Ces deux especes appartiennent a la faune de 1 Afrique bore ale. 

J ai repris la derniere espece, en mars, dans File de Canada (Grande- 
Canarie), ou elle semble plus rare et un peu plus grande qu a Fuerte 
ventura. 

M. 1 abbe J. de Joannis communique une nouvelle liste de Lepido 
pteres de Roumanie : 

Dans le dernier numero du journal Le Naturaliste (l cr novembre 
1892), M. le D r Leon C. Cosmo vici a publie un premier article con te 
nant d interessantes observations sur la faune des Lepidopteres rou- 
mains ; je me permets de faire remarquer a cette occasion que, cette 
annee meme, j ai presente a la Socie te entomologique (seance du 24 fe- 
vrier, Bulletin, p. XLVI) une liste de 101 especes de Lepidopteres re- 
cueillis a Bucarest (B) et Comana (C), par M. A.-L. Montandon. 



CCXL Bulletin entomologique. 

Je dois a Pobligeance de ce dernier de pouvoir donner une seconde 
serie d especes recueillies cette annee dans les memes localites. Parmi les 
Rhopaloceres qu elle contient, sept sont incntionnes deja par M. le 
D r Cosmovici; je les nomme cependant pour la localfte : 

I. MACROLEPIDOPTERES. 

1. Rhopaloceres : Papilio Podalirius L. (B). Aporia cratxgi L. (C). 

Pieris rapx L. (G). Pieris napi L. (C). Lijcsma argyrotoxus 
Bgstr. (Mgon) (B). Argynnis Lathonia L. (G). Agynnis Aglaja L. 
(G). - Argynnis Adippe L. var. Cleodoxa 0. (G). Argynnis Paphia 
L. (G). Satyrus Circe F. (G). Pararge JEgeria L. (G). Syrich- 
thus malvw L. (G). Nisoniades Tages L. (G). 

2. Hete roceres : Callimorpha heraL. (B). Porthesia siniilis Fuessl. 
(auriflua) (B). Ocneria dispar L. (B, C). 

Agrotis obscura Brahm (B). Agrotis baja F. (B). Agrotis segetum 
Sell iff. (B). Agrotis exclamationis L. (B). Agrotis crassa Hb. (B). 

Dypterygia scabriuscula L. (B). Leucania vitellina Hb. (B). 
Caradrina alsines Brahm (B). Dicycla oo L. (B). Plusia ni Hb. (B). 

Heliothis dipsaceus L. (B, C). P$eudophia lunaris Schiff. (B). - 
Catocala elocataEsp. (B). Catocala sponsa L. (G). Catocala pro- 
missa Esp. (G). Catocala electa Bkh. (B). Zanclognatha tarsiplu- 
malis Hb. (B). Rivula sericealis Scop. (B). 

Acidalia herbariata F. (B). -- Acidalia rubiginata Hufn. (B). Ti- 
mandra amata L. (B). Anisopteryx aceraria Schiff. (G). Boannia 
gemmaria Brahm (B). Phasiane glarearia Brahm (B). Phasiane 
clathrata L. (B). Eubolia arenacearia Hb. (B). Lithostege farinata 
Hufn. (B). 

II. MlGROLEPIDOPTERES. 

Aglossa pinguinalis L. (B). Asopia coslalis F. (B). Asopia glauci- 
nalisL. (B). Asopia farinalis L. (B). Stenia punctalis Schiff. (B). 

Calamotropha paludella Hb. (B). Crambus silvellus Hb. (B). 
Crambus tristellus F. (B). Eromene bdla Hb. (B). Nephopteryx 
dahliella Tr. (B). Homaosoma nimbella Z. (B). Ephestia elutella 
Hb. (B). Melissoblaptes bipunctanus Curt. (B). 

Teras lorquiniana Dup. (B). Doloploca punctulana Schiff. (B). 
Cochylis Lathoniana Hb. (B). - - Cochylis hamana L. (B). Cochylis 
woliniana Schleich. (B). Cochylis contmctana Z. (B). Aphelia fur 
fur ana Hw. (B). 

Blabophanes monachella Hb. (B). Tinea ankerella Mn. (B). Tinea 



Seance du 9 novembre 1892. CCXLI 

cloacella Hw. (B). Psecadia pusiella Roem. (B). Ceratophora trian- 
nulella H.-S. (B). Gracilaria phasianipennella Hb. (B). Butalis 
chenopodiella lib. (B). 
Pterophorus monodactylus L. (B). Aciptilia pentadactyla L. (B). 

M, F. Decaux donne les renseignements suivants sur les moeurs 
de Scolytus carpini Ratz. : 

Le 25 juin 1891, mon attention fut appelee sur un taillis de Gharmes 
(Carpimis betulus) du Bois-de-Boulogne, a pen de distance du grand 
lac. Plusieurs de ces arbres etaient complement desseches, d autres, 
maladifs, avaient les feuilles a moitie fletries ; en examinant avec soin, 
je remarqnai un nombre considerable de petits trous sur le tronc et sur 
les grosses branches de ces arbres, et, en projetant de la fumee dans 
ces trous, j en fis sortir des Scolytus carpini Ratz. Je pus constater 
que, pour tous ces arbres (10 a 12), les trous de sortie ne commenc,aient 
qu a environ un metre du sol et allaient toujours en montant, que les 
branches ayant moms de trois centimetres de diametre n etaient pas per- 
forees et que les arbres entierement sees n etaient plus habites par les 
Insectes. 

Gette espece, qui n a pas encore e te signalee au Bois-de-Boulogne et 
qui est considered comme rarissime aux environs de Paris (L. Bedel, 
Fame des Coleopteres du bassin de la Seine), menace tout a coup de de- 
truire les Charmes par son extreme de veloppement, car j ai constate sa 
presence dans diverses parties du Bois-de-Boulogne eloignees les unes 
des autres (1892). 

Dans mon etude sur les moeurs des Scolytus, Hylosinus et Phlososinus 
(Feuille des Jeunes Naturalistes, avril, mai et juin 1890), sur les treize 
especes trouvees par moi, douze ont e te obtenues par eclosion, de parties 
d arbres et de branches provenant du Bois-de-Boulogne ; la treizieme, 
Scolytus carpini seul, avail ete recueillie a Meudon, en battant au pa 
ra pluie. 

Afin de connaitre plus intimement la maniero de vivre de ce Scolyte, 
j ai essaye de le faire pondre en captivite et de Pelever. Voici ce que 
j ai pu constater : 

Ayant prepare une caisse vitree, recouverte d une toile me tallique, 
j y plac.ai des tronQons de grosses branches de Gharme : 1, entierement 
seches et mortes depuis 1 annee derniere ; 2, malades, mais contenant 
encore de la seve; 3, saines et d une vegetation robuste, bien en seve. 
Dans une autre caisse, j avais dispose d autres branches de Gharme 



JOURNAL BIMENSDEL (Bulletin de la Societe entomol. de France), 1892, n n 18. 



CGXLII Bulletin entomologique. 

legerement recouvertes d une couche de goudron mineral, rendu liquide 
par Faddition de 5 a 10 pour 100 de petrole. 

Dans la caisse contenant les branches goudronnees, j ai abandonne 
dix couples et $ de Scolytus carpini; ils sont morts, sans pondre, du 
premier au Iroisieme jour. 

Dans la caisse contenant les branches a Total naturel, j ai depose 
vingt couples cT et $ de Scolytes ; la ponte a eu lieu uniquement sur les 
branches malades contenant encore de la seve. Je n ai pas remarque de 
trous d Insectes sur les deux autres categories de branches. 

Dans le travail cite plus haut (Feuille des Jeunes Naturalistes, avril 
1890), j ai longuement decrit les moeurs des Insectes parfaits, larvcs ct 
nymphes des Scolytus, etc. Qu il me soit permis derevenir sur la ques 
tion de 1 accouplement, que j avais constate uniquement a 1 exterieur 
des arbres, a fac.on normale, contrairement a Fopinion de Ratzeburg et 
du colonel Goureau, qui 1 indiquent comme ay ant lieu a 1 orifice du 
trou d entre e ; la femelle, dans le trou, et le male, a 1 exterieur, se ren- 
contrant a reculons. 

Pour Scolytus carpini Ralz., j ai pu constater, dans mes boites d ele- 
vage, que la femelle travaille seule a percer la galerie de ponte, qu elle 
y travaille sans relache et la termine ge neralement en deux jours ; que 
celte galerie est horizontal ; que les jeunes larves font leurs galeries 
dans le sens des fibres. Pendant que la femelle travaille, le male erre 
sur 1 arbre ; chaque fois qu il rencontre un trou, il y penetre ; mais il ne 
tarde pas a en sortir : soit qu il ne rencontre pas de femelle, ou que 
celle-ci n ait pas encore termine de percer sa galerie ; car, dans ce cas, 
elle le chasse inexorablement. Enfin, il finit par rencontrer une femelle 
prete a pondre; celle-ci s est avancee a reculons jusqu a I aubier; le 
male penetre d abord par la tete ; apres etre resle environ une minute 
ou deux, il ressort, puis se retourne et s enfonce a reculons pour 
rejoindre la femelle ; dans cette position, sa tete atteint 1 orifice du trou, 
le depasse quelquefois. II reste ainsi une heure et quelquefois plus sans 
bouger. 

Ay ant recommence 1 experience. cette annee avec les eclosions prove- 
nant de mes educations, j ai constate les memes fails et remarque, 
comme 1 annee precedente, que certaines femelles avaient un second 
accouplemenl le lendemain. 

Destruction. Le badigeonnage des arbres au goudron mineral pe - 
trole, excellent pour premunir des arbres isoles, n est pas pralique pour 
une forel. Dans ce cas, il faul rcchercher les arbres attaques, reconnais- 



Seance du 9 novembre 1892. CGXLIII 

sables aux petits trous de sortie de 1 Insecte, les faire abattre pendant 
1 hiver et les bruler immediatement, afm d aneantir les colonies de 

Scolytus. 

Le 2 e Secretaire adjoint : J. DE GAULLE. 



Bulletin bibliographique 

Abeillede I Aisne, I, n 1, 1892. Q 

Acade mie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
1892, 2 e sem. N 17. S. JOURDAIN. Sur le mode de fixation des 
larves parasites hexapodes des Acariens. N 18. A. MAGNIN. 
Nouvelles observations sur la sexualite et la castration parasitaire. 

American Association for the Advancement of Science (Proceedings), 1891. 

J. B. SCHMIDT. The mouth of Copris Carolina and notes on the 
homology of the Mandible. Note on the homology of the Hemipte- 
rous mouth. Epipharynx and hypopharynx of Odonata. A. J. 
COOK. Abnormal bees. Enemies of the honey bee. J. A. RYDER. 
On the kinds of motion of the ultimate units of contractile living 
matter. 

Annals and Magazine of Natural History, ser. VI, 10-Liv, 1892. 
F. 0. PICKARD-GAMBRIDGE. New and obscure British Spiders (2 pi.). 

A. G. BUTLER. Description of a new Moth of the Genus Anaphe 
from Madagascar, with a Note of the Natural Position of the Genus. 

W. L. DISTANT. Description of a new Species of the Homopterous 
Family Cicadida?. Contributions to a Knowledge of the Entomo 
logy of the Transwaal. G. 0. WATERHOUSE. Two new Buprestidaa 
from Damma Island. 

Apiculteur (U), XXXVI, 11, 1892. HAGNUS. Moyen de recolter les 
ruches vulgaires sans etouffer les Abeilles. A. WALLES. I Asopia 
farinalis L. La Noctuelle des moissons. Le Morio ( Vanessa 
Antiopa L.). Les insecticides : Gaz cyanhydrique.] 

Association generate des Eludiants de Paris : Annuaire, 1891-1892. Q 
Cincinnati Society of Natural History (Journal), XV, 2, 1892. Q 

Commission de Geologic et d Histoire naturelle du Canada, Rapport annuel, 
IV, 1888-89. 

Department of Agriculture N. S. Wales. Report of the year 1891. 



CCXLIV Bulletin cntomologique. 

A. SYDNEY OLLIFF. Appendix D : First Process Report of the Go 
vernment Entomologist, to the Under Secretary of Agriculture. 

Entomologische Nachrichten, XVIII, 20, 21, 1892. G. v. HORMUZAKI. 
Lepidopterologische Beobachtungen in der Bukovina. P. STEIN. 
Die Anthomyiden der Fallen-Zetterstedt schen Sammlung. H. BEU- 
THIN. Ueber Varietaten palaearctischer Gicindelen. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, n 265, 1892. Notes et communi 
cations. 

Naturalista Sidliano (II), XII, 1 et 2, 1892. E. RAGUSA. Catalogo ra- 
gionato dei Coleottcri di Sicilia. F. VITALE. Studii sull Entomo- 
logia Sicula : N. V. Gl Hyperini (Gapiomont) Messinesi. E. RA 
GUSA. Goleotteri nuovi o poco conosciuti della Sicilia. G. RIGGIO. 
Gorrispondenze scientifiche moderne degli animali figurate nel Pam- 

> phyton siculum del Gupani. L. SPADA. Gontribuzione all Entomo- 
logia Marchegiana : Gli Ortotteri del territorio di Osimo. F. VITALE. 
Gatalogo sinonimico c topografico dei Gurculionidi di Sicilia. 
E. RAGUSA. Gatalogo dei Goleotteri di Sicilia. 

Naturalists (Le), l er novembre 1892. -- D r L. COSMOVICI. Contributions 
a 1 etude de la Faune entomologique roumaine. P. THIERRY-MIEG. 
Descriptions de Lepidopteres nouveaux. 

Psyche, VI, 198, 1892. G. H. TYLER TOWNSEND. Introduction to Brauer 
and von Bergenstamm s Vorarbeiten zu einer Monographia der Mus- 
caria schizometopa, II. S. H. SCUDDER. The Orthopteran genus 
Hippiscus. H. G. DYAR. The number of Larval Stages in the genus 
Nadata. A. S. PACKARD. Notes on the Nesting Habits of certain 
Bees. Entomological Items. 

Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, V, 10 et 13, 
1892. M. Pic. Anthicides recueillis en Alge rie. E. OLIVIER. Les 
Mouches parasites de l Homme. 

Royal Dublin Society : 1 Proceedings, N. S., VII, 304, 1892. G. G. 

CARPENTER. Rhynchota from Murray Island and Mabning (2 pi.). 

2 Scientific Transactions, IV, 8 a 13, 1892. Q 
Royal Society (Proceedings), LI, 314, 1892 : Tables, litres, etc.; LII, 315, 

1892. O 
Societas entomologica, VII, 15, 1892. F. RiiHL. Argynnis Pales Schiff. 

ab. Killiasi n. ab. F. SIKORA. Die Zucht exotischer Kafer. 



Seance du 23 novembre 1892. CCXLV 

F. RiiHL. Eine lepidopterologische Excursion im Juli 1892 im Grau- 
bimden. K. OTT. Ueber Thyris fenestrella Hb. FR. RUHL. Die 
Macrolepidopteren-Fauna von Zurich und Umgebung. 



BENDIRE (G.). Life histories of North American Birds with special refe 
rence to their breeding habits and eggs (U. S. Mus.), 1892, 414 p., 
12 pi. Q * 

HEYDEN (L. VON). Die Ka fer von Nassau und Frankfurt, VI (Jahrb. Nass. 

Ver. Naturk.), 1892, 18 p. * 
TASCHENBERG (D r 0.). Bibliotheca zoologica, II-X, 1892. Acquis pour 

la Bibliotheque. 



A. L. 



Seance du 3 novembre 18O2 

residence de M. C. JOURDHEUILLE 

M. G. Alluaud, de Limoges, assiste a la seance. 
Demission. M. L. Guepratte, de Saint-Mande (Seine). 

Presentations. 1 M. Astic, notaire, a Feurs (Loire), Ent. gen., pre 
sente par M. Valery Mayet. Gommissaires rapporteurs : M. P. Grou- 
velle et E. Lefevre. 

2 M. Paul-Armand Delille, etudiant en medecine, rue Portalis, 7, 
Col. et Macrole p. d Europe, presente par M. L. Bedel. Cornmissaires 
rapporteurs : MM. A. Leveille et G.-A. Poujade. 

3 M. Marquet, rue Saint-Joseph, 15, a Toulouse (Haute-Garonne), 
Col. et Hym. d Europe, presente par M. Valery Mayet. Gommissaires 
rapporteurs : MM. E. Lefevre et J. de Gaulle. 

Changement d adresse. M. J. Delahaye, a Lardy (Seine-et-Oise). 

Travaux e crits. M. E. Simon depose deux memoires intitules : 
1 Etudes arachnologiques, 25 e memoire, par E. Simon ; 
2 Voyage de M. E. Simon a Vile de Ceylan (Janvier et fevrier 1891) : 
Dytiscidse et Gyrinidae, par le D r M. Regimbart. 

M. le D r P. Marchal depose im memoire intitule : Observations sur 
les Bembex, par le D r P. Marchal. 



CCXLVI Bulletin entomologique. 

Communications. M. E. Brabant adresse la communication suivante 
au sujet de Scoria lineata Sc. : 

Le 2 juin dernier, en chassant dans les fosses des fortifications de 
Carnbrai, qui subsistent encore, alors que malheureusement pour 
les entomologistes celles de Valenciennes et de Douai ont disparu, 
j ai trouve plusieurs specimens de Scoria lineata Sc. (delbata L.). Jo 
suis heureux de signaler la capture, dans le departement du Nord, de 
cette espece, qui n est indiquee ni dans le Catalogue de Leroy, ni dans 
celui de Foucart. 

Tout dernierement, je conduisis dans cette memo localite mon collegue 
et ami M. P. Chretien. Apres quelques instants de chasse, nous eumes 
la chance de trouver la chenille de Sc. lineata. 

M. P. Chretien, qui se rappelait 1 avoir trouvee aux environs de Paris 
et 1 avoir elevee de Scabiosa arvensis, 1 a fait tomber dans le parapluie 
en battant des Scabieuses. 

Cette chenille, qui passe 1 hiver a moitie taille, est bien reconnaissable 
a sa teinte argileuse, a la forme de sa tete et a ses pointes anales. 

M. le D r R. Blanchard adresse une note sur la PRESENCE DE LA 
LARVE tfOEstrm ovis CHEZ LA CHEVRE : 

Brauer (1) signale la presence possible de larves d OEstres dans les sinus 
frontaux de la Chevre (Capra hircus L.), mais ajoute qu aucune des 
cription n en a encore ete donnee. JVIon ami M. le professeur A. Railliet 
a reconnu (2), sur des exemplaires recueillis a Alfort, que ces larves 
appartiennent a QEstrus ovis L. (Cephalomyia ovis Macquart), espece qui 
s attaque commimement an Mouton ; Neumann (3) adopte cette opinion, 
dont j ai pu moi-meme verifier 1 exactitude. 

S. A. le prince de Monaco Albert I er a bien voulu soumettre a mon 
examen trois larves d OEstre provenant des fosses nasales de deux 
Chcvres sauvages, ou plutot retournees a 1 etat sauvage, tuees dans 
1 ile Dezerta-Grande (archipel de Madere), le 15 mars 1889. Ces larves 

(2) FR. BIIAUKR, Monographie der GEstriden. Wicn, t863. Voir p. 27G. 

(2) A. RIILLIET, Elements de Zoologie medicale et agricole. Paris, 1886. Voir 
p. 536. 

(3) L. G. NEUMANN, Traite des maladies parasttaires won microbiennes des 
Animaux domestiques. Paris, grand in-8, 2 e Edition, p. 552, 1892. 



Seance du 23 novembre 1892. CCXLVII 

appartiennent surement a 1 espece OEstrus ovis : elles sont identiques 
aux nombreuses larves de provenance ovine, ainsi qu aux cinq ou six 
exemplaires de provenance caprine que possede M. A. Railliet. 
La seule difference appreciable, d ailleurs aisement explicable par 

1 age des individus examines, tient a la taille : 

Longueur. Largeur. 

Individus de provenance ovine (Alfort) 23 mill. 8 mill. 

Individus de provenance caprine (Alfort) 19 8,5 

Id. id (Madere) 178 

Macquart(l) a signale la presence de 1 OEstre du Mouton (OEstrm 
ovis L.) aux Canaries : il y a ete introduit, selon toute vraisemblanco, 
par des Moutons infestes par la larve. L existence de ce meme Diptere 
n avait pas encore ete constatee a Madere, du moins a notre connais- 
sance ; elle est desormais certaine et son introduction s explique egale- 
ment de la fac.on que nous venons de dire. 

OEstrus ovis vient done allonger encore la liste des parasites commims 
a la Chevre et au Mouton ; jusqu a present, c est le seul OEstride dont 
la larve soil connue chez les Ruminants de 1 espece caprine. 

M. G. Janet signale 1 existence, sur la cuticule chitineuse des tibias 
des Hymenopteres et en particulier des Fourmis, de petites marques 
exterieures correspondant aux organes chordotonaux situes dans ces 
tibias. 

La presence d organes chordotonaux dans les tibias des Fourmis a ete 
reconnue par Lubbock (2) et la nature chordotonale de ces organes a ete 
confirmee par Graber (3) ; mais les marques exterieures extremement 
petites et cependant bien nettes que ces organes laissent sur Fenveloppe 
chitineuse du tibia ne paraissent pas avoir ete signalees jusqu ici. 

Ces marques sont bien visibles sur le squelette chitineux isole par 
I ebullition dans une dissolution de potasse a 10 pour 100, pourvu tou- 
tefois que ce squelette soil suffisamment transparent. 

Chez Myrmica rubra L. (race Lvvinodis Nyl. et autres races), qui a ete 
examinee tout particulierement a ce point de vue, ces marques consistent 
en petites laches, ay ant 1 aspect de petites cicatrices, situees sur la face 

(1) P. BARCER-WEBB et BERTHELOT, Histoire naturelle des lies Canaries. Paris, 
3 vol. in-4, 1835-1844. 

(2) On some Points in the Anatomy of Ants, in The month. Microsc. Journ., 
T. XVIII, p. 134, pi. 192, tig. 5. 

(3) The chordoton. Shines organe. 



CCXLVIII Bulletin entomologique. 

du tibia qui est tournee vers 1 extremite .-male du corps. Ges petites 
laches sont situees un peu dorsaloment par rapport a I axe longitudinal 
du tibia ct a peu pres aux 4/10 es de sa longueur a partir de son articu 
lation proximale. Elles existent sur les trois paires de pattes. 

M. G. Janet reviendra avec plus de detail sur la situation et la consti 
tution de ces organes chordotonaux dans un prochain memoire sur 
1 anatomie des Hymenopteres. 

M. J. Fallou soumet a la Societe le resultat obtenu des cocons de 
P. cecropia envoyes par notre collegue M. G. H. French et qui lui ont 
ete confies pour en suivre 1 eclosion. 

Le nombre des papillons sortis des 24 cocons a ete de 19 : 10 males et 
9 femelles. Ges eclosions se sont produites du 23 avril au 18 mai. II n a 
pu etre obtenu que deux accouplements. Chacune des femelles fecondees 
a pondu environ 60 oeufs ; ils ont ete distribues a plusieurs de nos col- 
legues, qui tacheront d en mener a bien le developpement. 

M. J. de Guerne fait la communication suivante : 

M. G. Emery, professeur a 1 Universite de Bologne, m envoie un ren- 
seignement nouveau et fort interessant a propos de la note que j ai 
donnee a la Societe sur la distribution geographique de Cypris bispi- 
nosa Lucas (Bulletin, p. CXCVUE, seance du 27 juillet 1892). Notre col 
legue a trouve cet Oslracode, en abondance, il y a dix ou douze ans, 
dans une petite mare des environs de Gagliari, en Sardaigne. Un certain 
nombre de ces Crustaces ont d ailleurs vecu chez lui, en captivite, pen 
dant plusieurs semaines. 

La Sardaigne se trouve assez rapprochee, au nord-est, du littoral 
algerien, ou C. bispinosa a ete decouvert (Bone) et dernierement retrouve 
(Philippeville). On remarquera que cette ile forme precisement, avec la 
Corse, Tune des lignes les plus suivies par les Oiseaux partant d Afrique 
pour passer en Europe (Ligurie et Provence) ou inversement. La station 
nouvelle de C. bispinosa indiquee par M. G. Emery semble done oflrir 
un interet particulier en ce qui concerne la dissemination des orga- 
nismes d eau douce par les Oiseaux migrateurs. 

Le 2 e Secretaire adjoint : J. DE GAULLE. 



Seance du 23 novembre 1892. CCXLIX 

Bulletin bibliographique 

Abeille (U), Journal d Entomologie, XXVIII, n 1 (nov. 1892). 1 por 
trait. J. WEISE. Goccinellida3 d Europe et du nord de 1 Asie (tra- 
duction complete, avec notes inedites). 

Academic des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
1892, 2 e sem., n os 19 et 20. Q 

Academic des Sciences de Cracovie (Bulletin international), octobre 
1892. Q 

Berliner entomologische Zeitschrift, XXXVII, 3, 1892. A. F.NONFRIED. 
Veraeichniss der seit 1871 neu beschriebenen Glaphyriden, Melo- 
lonthiden und Euchiriden. D r L. MARTIN. Aus meinem Tage- 
buche. L. GRAESER. Neue Lepidopteren aus Central-Asien. 
E. H. RUBSAAMEN. Die Gallmiicken des Konigl. Museums fur Natur- 
kunde zu Berlin (12 pi.). E. BRENSKE. Nachtrage und Berichti- 
gungen zu den Arbeiten iiber Lepidiota, Brahmina und Holotrichia. 

Cidre (Le) et le Poire, IV, 7, 1892. DE LA SIGOTIERE. Protection des 
Oiseaux. F. MULLER. Autour du Congres : Parasites du Pommier ; 
recherche des moyeas pratiques pour les combattre. 

Entomologist s monthly Magazine, 342, 1892. T. A. MARSHALL. On a 
new Genus and Species of BelytidaB from N. Zealand (fig.). G. V. 
HUDSON. Note on Tanysonus bolitophilx Marsh., parasitic in the N. 
Zealand Glow- Worm. J. W. DOUGLAS. Notes on some British and 
exotic Coccidae (n 24), fig. W. BROOKS. Callimorpha hera in South 
Devon. J. H. WOOD. Further Notes on our rush-feeding Coleo- 
phora3 (fig.). W. L. DISTANT. Notes on Ethiopian Rhynchota. 
Notes diverses. 

Entomologist s Record and Journal of Variation, III, 11, 1892. D r T. 
A. CHAPMAN. The genus Acronycta and its allies. Variation. 
Current Notes. Notes on Collecting. 

Naturaliste (Le), 15 novembre 1892. D r LEON-C. COSMOVIGI. Contribu 
tions a 1 etude de la faune entomologique roumaine : Lepidopteres. 

Psyche, VI, 199, 1892. Some old Correspondence between Harris, 
Say and Pickering, VII. S. H. SCUDDER. The Orthopteran genus 
Hippiscus. H. G. DYAR. Preparatory stages of Phcesia portlandia 
Hy. Edw. C. H. TYLER-TOWNSEND. Oviposition of a Homopterous 
Insect in Yucca. 

JOURNAL BIMENSUEL (Bulletin de la Societe entomol. de France), 1892, n 19. 






CCL Bulletin entomologique. 

Reale Academia dei Lined (Atti), 1892, II, 8. Q 
Royal Society (Proceedings), LII, 316, 1892. 

Societus entomologica, VII, 16, 1892. D r H. DE SAUSSURE. Orthoptera 
Centrali-Americana. K. ESCHERICH. Ueber Trichodes syriacus 
Spin. - A. DE GARADJA. Lepidopterologische Mittheilungen aus Ru- 
manien. 

Socie te des Sciences historiques et naturelles de VYonne (Bulletin), XL VI, 

1892. 

Socie te d e tude des Sciences naturelles de Be ziers (Bulletin), XIV, 1891. 
D r VIGUIER. Sur 1 oligocene du bassin de Narbonne. 

Socie te d e tude des Sciences naturelles de Nimes (Bulletin} , XX, 3, 
1892 O 

Socie te entomologique de Belgique (Annales), XXXVI, 10, 1892. E. et 
L. GOUCKE. Rapport d une excursion dipterologique dans la partie 
beige de 1 Hertogenwald, comprise entre Goe, la Baraque-Michel et 
Eupen. G. SEVERIN. Les collections d Articules du Musee royal 
d histoire naturelle de Belgique. 

Socie te Linne enne du Nord de la France (Bulletin), XI, 239, 240, 1892. Q 

Terme szetrajzi Fuzetek kiadja a magyar nemzeti Muzeum, XV, 3, 1892. 
D r DADAY. A Budapest Kornyeken tenyeszo Kagylosrakok (Ostra- 
coda). J. FRIWALDSKY. Coleoptera in expeditione d. comitis Belae 
Szechenyi in China, pra3cipue boreali, a dominis Gustavo Kreitner 
et Ludovico Loczy anno 1879 collecta, II. A. MOCSARY. Hymeno- 
ptera in expeditione comitis Bela3 Szechenyi in China et Tibet a dom. 
G. Kreitner et L. Loczy anno 1879 collecta. J. FRIWALDSKY. Coleo 
ptera duo nova ex Hungaria. D r G. HORWATH. Hemiptera nonnulla 
nova Asiatica. D r E. v. DADAY. Die mikroskopische Thierwelt der 
Mezoseger Teiche. 

Universite de Paris (L ), VII, n 49, 1892. Q 

Wiener entomologische Zeitung, XI, 8, 1892. L. GANGLBAUER. Bin 
neuer Anophthalmus aus der Herzegowina. J. KNOTEK. Zwei neue 
Scolytidse aus dem Occupations-gebiete (pi.). V. v. RODER. Einige 
Bemerkungen zu Bolbodimyia bicolor Big. J. WEISE. Zwei neue 
Cass^a-Arten. E. REITTER. Coleopterologische Notizen, XL VI. 
V. ZOUFAL. Uebersicht der Arten der Coleopterengattuug Gnorimus 
Serv. aus Europa und den angrenzenden Luiidern. K. ESCHERICH. 



Seance du 23 novembre 189"2. ecu 

Ueber Trichodes sipylus L. Prof. J. MIK. Moch einiges iiher die 
Dipterengattung Pachystylum. 



AUBE. Genre Macrodactylus Latr. (Rev. etMag. Zool.), 1844, 2 p., fig. 
ID. Note sur deux especes nouvelles de Brachelytres (Ann. Soc. ent. 

Fr.), 1843, 4 p. 

ID. Note sur le genre Calyptobium (loc. cit.), 1843, 5 p., 1 pi. 
ID. Description de deux Coleopteres nouveaux appartenant a la faune 

parisienne (loc. cit.), 1843, 4 p., pi. 

ID. Note sur une nouvelle espece de Coleoptere tetramere qui devra 
servir de base a une coupe generique nouvelle (loc. cit.), 1843, 
3 p., pi. 

(Les cinq brochures precedentes offertes par M. A. Grouvelle.) 

BONAPARTE (Prince ROLAND). Une excursion en Corse, 1891, 2 e , 3 p., 
heliogr. * 

ID. Les variations periodiques des glaciers framjais (Ann. Cl. alp. 
franc.), 1890, 25 p. Q * 

ID. Assemblies democratiques en Suisse (Figaro), 1890, 27 p. Q * 
ID. Democratic suisse (Evenement), 1890, 26 p. Q * 

GHOBAUT (D r A.) Un nouveau Rhipidius du mont Ventoux (Mem. Ac. 
Vaucl.), 1892, 11 p., 2 pi. * 

DOGNIN (P.). Note sur les Lepidopteres de Loja (Equateur) et description 
d especes nouvelles, I (Natural.), 1887, 24 p., 2 pi. * 

FAIRMAIRE (L.). Goleopteres nouveaux des Indes orientales de la famille 
des Scarabseidae, RhipidoceridaB, Tenebrionida? et OEdemerids (Leyd. 
Mus.), 1892, 40 p. * 

ID. Contributions u Fetude de la Faune entomologique de San-Thome 
(0 Instil.), 1891, 3 p. * 

ID. Descriptions de Goleopteres Heteromeres de 1 ile de Saleyer (Leyd. 
Mus.), 1882, 10 p. * 

ID. Coleopteres nouveaux de PAfrique du Musee de Leyde (loc. cit.), 
1892, 17 p. * 

HKYDEN (D r L. v.). Die Kafer von Nassau und Frankfurt, IV (Jahr. Nass. 
Ver. Nat.), 1892, 14 p. * 



GCLII Bulletin entomologique. 

HOWARD (L. 0.). Insects of the subfamily Encyrtinae with branched An 
tennae (Proc. U. S. Nat. Mus.), XV, 1892, 9 p., 2 pi. * 

PERINGUEY (L. ) Third and fourth Contributions to the south-african Co- 
leopterenfauna. Cape-Town, i892, 134 p. * 

RADOSZKOWSKI (0.). Chrysidiformis, Mutillidaa et Sphegidse (Voy. de 
Fedschensko), 1874, 83 p. p., 8 pi. Offert par M. J. de Gaulle. 

THOMAS (D r F. A. W.). Alpine Miickengallen (Verh. K. K. zool. bot. 
Ges. Wien), 1892, 22 p., 2 pi., fig. * 

A. L. 



Seance du 14 deeembre 

Pr6sidence de M. C. JOURDHEUILLE 

Assistent a la seance : MM. L. de Bony et M. Pic, de Digoin. 

M. le Secretaire, en reprenant ses fonctions, remercie ses collegues 
du Bureau du concours devoue qu ils lui ont prete pendant les deux 
mois que les circonstances Font oblige de passer loin de Paris. II 
annonce que le 3 e troisieme trimestre des Annales de 1892, qui est 
pret, sera depose sur le bureau a la prochaine seance. De ce fait, les 
quatre trimestres reglementaires auront paru dans le courant de Fannee. 

Necrologie. M. le Secretaire annonce la mort de M. Edmond Delaby, 
decede a Amiens, le 4 deeembre 1892, dans sa 54 e anne e. 

Notre collegue s occupait de Fetude des Coleopteres. Son Catalogue 
des Coleopteres du de partement de la Somme date de 1877. Depuis, 
E. Delaby a public de nombreuses contributions a la faune locale relative 
aux Coleopteres de ce departement. 

Le manuscrit d une edition nouvelle de ce Catalogue etait termine 
quand la mort est venue surprendre E. Delaby. II serait a de sirer que 
Foeuvre consciencieuse de notrc collegue, fruit d un long labeur, ne soil 
pas perdue pour la science. 

E. Delaby etait membre de la Societe depuis 1883. 

Avis. Le Tresorier, M. le D r A. Fumouze, rue du Faubourg-Saint- 
Denis, 78, prie instamment les Membres qui n ont pas encore paye leurs 
cotisations de lui on envoyer le montant le plus promptement possible. 



Seance du 14 decembre 1892. CCLIII 

II rappelle que les Membres qui ont trois annees de cotisations en 
retard sont rayes de droit de la Liste des Membres de la Societe entomo- 
logique de France ; que, par suite, s ils ne liquident pas leur situation, 
ils seront inscrits comme Membres rayes dans la Liste de 1892. 

M. le Bibliothecaire prie ceux des Membres de la Societe qui de- 
tiennent en communication des ouvrages de la Bibliotheque de la Societe 
de vouloir bien les rendre au plus tot, afm de lui permettre d en cons- 
tater 1 etat et d en faire, s il y a lieu, son rapport a la Societe dans le 
courant de Janvier. 

Correspondance. M. le Secretaire, au nom de M. L. Fauconnet, depose 
sur le bureau son ouvrage intitule : Faune analytique des Cole opteres 
de France (avec les supplements i et 2), Autun, 1892, pour concourir 
pour le Prix Dollfus 1892. 

A ce sujet, M. le Secretaire invite les auteurs qui desirent concourir 
pour le Prix Dollfus 1892 a lui envoyer sans retard leur demande et 
deux exemplaires de leur ouvrage. Tout ouvrage traitant d Entomologie 
en cours de publication ou paru dans I annee 1892 peut etre presente 
pour le Prix Dollfus 1892. 

De missionnaires pour 1893. MM. le D r E. Joly, E. Thibon de Cour- 
try, Edward Saunders et J.-A. Levoiturier. 

Admissions. 1 M. Astic, notaire, Feurs (Loire). Ent. gen. 

2 M. Paul-Armand Delille, etudiant en medecine, rue Portalis, 7. 
Col. et Macrole p. d Europe. 

3 M. Marquet, rue Saint-Joseph, 15, Toulouse (Haute-Garonne). Col. 
et Hym. d Europe. 

Presentations. 1 M. Paul Bigot, aux Fermes-de-Loisy, pres Laon 
(Aisne), Col, presente par MM. M. Dolle et L. Fairmaire. Gommis- 
saires rapporteurs : MM. E. Lefevre et A. Leveille. 

2 M. Charles Daniel, chimiste, Dachauerstrasse, 41, Munich (Baviere), 
Co/., presente par M. J. Gazagnaire. Gommissaires rapporteurs : 
MM. C.-A. Fauvel et M. Vauloger de Beaupre. 

Travaux e crits. M. le Secretaire, au uom de M. le D r A. Senna, de 
pose un travail intitule : Voyage de M. E. Simon a Vile de Ceylan : Liste 
des Brenthides, par le D r A. Senna. 



CCLIV Bulletin entomologique. 

M. E.-L. Ragonot depose, au nom de M. A. Constant, un travail 
intitule : Descriptions tfespeces nouvelles deMicrolepidopteres, par A. Cons 
tant ; 1 pi. coloriee. 

En son nom, un travail intitule : Notes synonymiques sur les Mi- 
crole pidopteres et descriptions d especes peu connues ou ine dites, par 
E.-L. Ragonot ; 2 pi. coloriees. 

M. M. Pic donne un travail intitule : Sur les Polyarthron d Algerie 
et du Senegal. 

M. E. Lefevre, au nom de M. L. Fairmaire, un travail intitule : 
Contributions a la Faune indo-chinoise : He te romeres, par L. Fairmaire. 

Communications. M. F. Guillebeau envoie la note suivante sur les 
Trachyphloeus scabriculus Lin. et laticollis Boh. (Coleopteres) : 

Cette annee, au commencement de septembre, j ai recueilli, a Tre- 
voux, quelques debris, que j ai tries chez moi a loisir. J y ai trouve 
une centaine de Trachyphloeus appartenant soit au scabriculus Lin., 
soit au laticollis Boh. Dans ce nombre, il y avait une sixaine d accou- 
plements que j ai verifies avec soin. Tous les males de ces accouplements 
etaient des laticollis avec les epines terminales des tibias anterieurs 
faibles ; toutes les femelles etaient des scabriculus avec les epines termi 
nales des tibias anterieurs fortes. Les T. laticollis avaient en outre le 
metasternum et le premier segment ventral deprimes, ce qui n existait 
pas chez les scabriculus. 

J ai verifie les Trachyphloeus qui n etaient pas accouples : tous les 
laticollis, sans exception, etaient conformes a ceux des accouplements, 
c est-a-dire avaient les epines terminales des tibias anterieurs faibles et 
le metasternum ainsi que le premier segment ventral deprimes ; tous 
les scabriculus etaient, de leur cote, enlierement conformes aux six des 
accouplements. 

Quant a la validite des noms de ces Trachyphloeus, scabriculus Lin. 
et laticollis Boh., je dois dire qu ils ont ete vus par M. le D r Stierlin. 
D autre part, j ai envoye deux des accouplemeiits susdits a mon ami 
M. E. Abeille de Perrin, et il me dit que ces deux Trachyphloeus sont 
bien conformes a ceux qu il possede sous ce nom et qui ont ete vus par 
MM. J. Desbrochers des Loges et C. Brisout de Barneville. II ne saurait 
done exister aucun doute sur 1 identite de Pespece. 



Seance du 14 de cembre 189%. CCLV 

De ce qui precede, il resulte que la synonymic de ces deux Trachy- 
phloeus doit etre etablie comme suit : 

Trachyphloeus ? scabriculus Lin. 
cT laticollis Boh. 

M . le D r E. Bergroth, de Tammefors, envoie la description d un 
genre nouveau de la sous-famille des Plataspidinx (Hemipteres) : 

M. C. Alluaud m a communique un certain nombre d Hemipteres 
d Assinie, dont plusieurs sont nouveaux et interessants. Reservant pour 
les Annales un travail complet sur ces Insectes, je ne donne ici que la 
description d un genre nouveau de Pentatomides : 

Pelioderma, n. gen. Corpus modice convexum, subtus planius- 
culum. Caput modice nutans, longitudine paullo latins, antrorsum dila- 
tatum, post oculos angustatum, jugis latis, tylo longioribus et ante hunc 
contiguis, oculis prominulis, ocellis a linea media capitis quam ab oculis 
longius distantibus, rostri articulis secundo et tertio &que longis, quarto 
tertio breviore, antennis paullo intra oculos insertis, articulo primo api- 
cem capitis subattingente, secundo brevissimo. Pronotum apice profunde 
sinuatum, angulis apicalibus productis, marginem anticum oculorum 
fere attingentibus, lateribus ante medium nonnihil explanato-dilatatis, 
disco medio transversim late leviter impresso. Scutellum anguste margi- 
natum. Meso- et metasternum carina media longitudinali instructa. Ostia 
odorifica a coxis ac latere corporis subxque longe distantia, in sulcum 
longiusculum leviter curvatum continuata. Abdomen subtus medio late 
leviter sulcatum, mox intra marginem lateralem sulcato-impressum, spi- 
raculis in carina sulcum lateralem intus terminante positis, margini 
basali segmentorum quam apicali magis approximatis, solum e latere 
externo inspectis distinguendis, segrnento ventrali sexto (saltern in femina) 
antice angulum obtusissimum formante. Pedes breviusculi, coxis leviter 
distantibus, femoribus latera corporis subattingentibus, tibiis superne 
sulcatis. 

La place de ce genre est pres de Coptosoma Lap. 

P. sethiops, n. sp. Late ovatum, subopacum, nigrum, rostro et 
tarsis ferrugineis, tibiis basi et apice fulvis, supra subalutaceum, creber- 
rime subtiliter punctulatum. Caput apice late truncatum, medio levissime 
incisum, jugis radiatim strigosis, exlus rotundatis, articulo quarto an- 
tennarum tertio parum longiore. Pronotum linca media longitudinali 
angustissima Isevigata pone medium evanescente prseditum, margine 



CCLVI Bulletin entomologique. 

apicali levissime elevato. Scutellum ad basin utrinque late oblique leviter 
impressum. Pectus opacum, striolatum, margine explanato laterali pro- 
sterni nitido, dense punctulato. Abdomen subtus sat dense punctulatum, 
segmento sexto ventrali feminx quinto medio duplo longiore. Pedes sub- 
nitidi. Long. $ 7 mill. Guinea superior (Assinie). 

M. le D r P. Marchal communique la note suivante sur la motilite 
des tubes de Malpighi : 

En examinant, cet ete, au microscope, des tubes de Malpighi fraiche- 
ment detaches d une Timarche et d une Locuste et immerges dans de 
1 eau salee a 0,75 pour 100, solution qu on emploie en histologie pour 
1 examen des tissus vivants, je ne fus pas pen surpris de voir les 
tubes de Malpighi s agiter sur la lame porte-objet. Us se contractaient 
avec force et se dilataient tour a tour sur dilferentes portions de leur 
longueur : ces mouvements se succedaient sur certains d entre eux avec 
une grande rapidite et ressemblaient entierement a des pulsations d un 
vaisseau dorsal; en outre, les tubes de Malpighi etaient animes de mou 
vements de translation tres actifs, qui les faisaient se deplacer et se 
contourner brusquement et rapidement sous le champ du microscope, 
leur donnant ainsi entierement 1 aspect d animaux vermiculaires. Ge 
spectacle est des plus curieux a constater. Tous les tubes ne presentent 
pas ces mouvements au meme degre : chez les uns, les mouvemeuts se 
succedent sans interruption ; chez d autres, on constate des poses plus 
ou moins longues ; enfm, il y en a qui paraissent inactifs. J ai vu ces 
contractions persister plusieurs heures sur des tubes de Malpighi deta 
ches et reconverts d une lamelle couvre-objet soutenue par deux mor- 
ceaux de carte. Les vesicules et les granulations qui forment le produit 
d excretion cheminent a 1 interieur des tubes et sont chasses au dehors 
sous 1 influence de ces contractions. 

Lorsque je fus de retour a Paris, je reconnus, en faisant la biblio 
graphic du sujet, que Grandis, dans un interessant memoire sur 1 epi- 
thelium des tubes de Malpighi de 1 Hydrophile (1), avail deja constate 
des mouvements dans les organes excreteurs de cet Insecte, et compris 
leur role dans 1 expulsion des produits excretes. Toutefois, les mouve 
ments observes par cet auteur difTeraient, sous certains rapports, de 
ceux dont je viens de parler : ils etaient inflnement moins rapides et 
moins energiques ; en outre, 1 auteur ne parle que de mouvements de 
systole et de diastole (8 a 10 contractions, au maximum, par minute) et ne 

(l) Archives italiennesde Biologic, 1890. 



Seance du 14 de cembre 189%. CCLVII 

fait en aucune fac,on mention de ces grands mouvements de translation 
qui donnent aux tubes malpighiens 1 apparence de veritables Vers s agi- 
tant sous le microscope. 

II se pent que 1 epoque de 1 annee a laquelle j ai fait cette observation, 
et qui coi ncidait avec les plus fortes chaleurs de 1 ete, ne soit pas 
sans influence sur la grande activite contractile des tubes de Malgiphi 
dont j ai ete temoin. Les mouvements que j ai observes etaient dus, en 
majeure partie, et peut-etre exclusivement, a la contractilite de la tunique 
propre. Gomme Grandis, je n ai rien vu que 1 on put rapporter au tissu 
musculaire strie ou au tissu musculaire lisse, mais de simples reseaux, 
qui, s ils sont de nature musculaire, ne peuvent rentrer dans aucun 
des types connus. 

M. H. du Buysson adresse la communication suivante : 

Attagenus pantherinus Ahr. parait assez rare, cependant j ai pu le 
capturer dans des circonstances qui me font supposer qu il vit des de- 
pouilles des nymphes d Hymenopteres du genre Anthophora. Ce prin- 
temps dernier, en vue de recolter tout ce qui sortirait d une vieille 
muraille criblee de trous par les Anthophora parietina Latr. et pubex- 
cens Fabr., j y avais scelle et applique hermetiquement un cadre vitro 
sous lequel les pauvres be"tes venaient crever au soleil au fur et a me- 
sure de leur naissance. J ai pris, de cette fac,on, trois exemplaires de 
Attagenus pantherinus, espece que je n avais encore recoltee qu acciden- 
tellement a Luchon, sur les fleurs de Chataigners, en juillet 1886. 

Je n ai pas eu le temps de pousser plus loin 1 investigation et de re- 
chercher les larves dans ces nids pour les elever el m assurer de ce 
dont elles se nourrissent. J engage beaucoup ceux qui liront ces lignes 
a user du precede. 

M. J. Groissandeau, d Orleans, ecrit : 

Monsieur le Secretaire, je vous serais bien oblige de publier dans le 
prochain numero du Bulletin : 

1 Bythinus splendidus, que j ai decrit dans le Cole opteriste, 1891, me 
laissait quelques doutes, car je ne connaissais pas B. ursus, espece voi- 
sine, de meme provenance. 

Ayant trouve B. ursus dans la collection Reveliere, le doute n est 
plus permis, les deux especes etant extremement distinctes. 

2 II y a quelques annees, voyant figurer sur un Catalogue allemand : 



CCLVIII Bulletin entomologique. 

Harpalus microthorax, de la France mcridionale, quoique cette 
espece ne fut encore signalee que d Espagne, j en achetai une demi- 
douzaine. 

Je les soumis a un specialiste, qui me repondit : Cette espece n est 
pas franchise, et France meridionals est une indication de provenance 
trop vague pour faire autorite. 

Or, j ai rec.u d un de mes chasseurs des Alpes, cet ele, un lot consi 
derable d Insectes, et, parmi une grande quantite de Garabiques, je fus 
tres etonne de trouver un H. microthorax identique aux six susdits. 

II a ete pris aux environs de Brianc,on (Hautes-Alpcs) entre 1,500 et 
2,000 metres d altitude. 

M. A. Thery, de Saint-Charles (Algerie), envoie la description d un 
Coleoptere nouveau : 

Julodis Abeillei, n. sp. Long. 14 a 19 mill. Oblong, tres 
convexe, d un bronze verdatre brillant, entierement recouvert d une 
pubescence fine et egale, d un gris fauve. Tete ponctuee, finement sil- 
lonnee sur le vertex. Antennes noires, a premiers articles d un brun 
fonce, en scie a dents fort accentuees, de longueur moyenne. Prothorax 
moins long que large, tres convexe, globuleux, a cotes arrondis, retreci 
a la base ; bord posterieur profondement bisinue, avec Je milieu tres 
saillant et aigu, comme dans les autres especes du meme groupe, tres 
brillant, a ponctuation fine, bien marquee et excessivement reguliere. 
Elytres arrondis a la base, attenues en pointes et presque epineuses au 
sommet, ayant la meme ponctuation que le prothorax, mais beaucoup 
moins reguliere, sans aucune trace de cote ni d impression quelconque. 
Dessous finement ponctue, pubescent ; tarses fauves. 

Taurus, 2 exempl. (ma collection). 

Forme, avec Julodis globithorax Stev. et /. cyphodera Fairm., le 
groupe des Julodis a corselet globuleux, retreci a la base. Se distingue 
des deux autres especes par ses elytres uniformement pubescents et 
unis, sans aucune cote ; de globithorax par son prothorax arrondi non 
anguleusement sur les cotes. 

Get Insecte est remarquable par sa petite taille (14 mill.) et son fades, 
qui rappelle le genre Amblysterna, de 1 Afrique australe. 

Je me fais un plaisir de dedier cette interessante espece a M. E. Abeille 
de Perrin, en remerciement de 1 aide qu il a bien voulu me donner dans 
1 etude des Buprestides. 



Seance du 14 de cembre 1892. CGLIX 

M. M. Pic, de Digoin, entretient la Societe sur certaines variations 
artificielles chez les Coleopteres : 

Laissant de cote les changements de coloration que Ton peut produire 
artificiellement, par exemple la couleur rouge changee en jaune ou 
blanc par des acides ou simplement par un sejour prolonge dans 1 eau, 
il attire I attention sur differents sujets a duvet epile de Clytus, genre 
qui se prete bien a 1 experience, grace au duvet jaune ou gris tres 
fugace qui revet certaines parties de la plupart des especes. Si Ton 
gratte le duvet, tantot uniforme, tantot dispose par bandes, qui orne ces 
Insectes, on produit des modifications curieuses de dessin qu un examen 
superficiel peut faire considerer comme naturelles. M. M. Pic montre 
une petite serie de varietes fabriquees de Clytus, et, tout en insistant 
sur la difficulte de distinguer, dans certaines especes au moins, la va 
riete naturelle de 1 artificielle, dit cependant qu avec un pen d atterition 
on doit toujours pouvoir arriver a la distinction. Dans la variete artifi- 
cielle, un examen serieux montre la place des bandes degarnie de duvet 
generalement plus brillante que la couleur fonciere ordinaire et quelque- 
fois on y constate quelques poils epargnes. 

De ce que la variete peut se fabriquer, notre collegue dit qu on ne 
saurait en conclure qu elle n est pas valable, car, si quelques chan>>- 
ments artificiels peuvent tromper de loin en loin, il est des epilations, 
quelque habiles qu elles soient, qui ne modifient pas Faspect de 1 Insecte. 
Gomme demonstration, M. M. Pic montre des Plagionotus arcuatus et 
Clytus arietis dont le duvet jaune enleve met a decouvert une bande 
livide ineffagable imprimee dans 1 elytre de PInsecte. La nature, plus 
habile que nous, a marque naturellement des modifications stables qu il 
faut voir et savoir reconnaitre, comme, par exemple, dans Plagionotus 
armatus, var. interruptus Mors. et Clytus arietis, var. Cloueti Thery, 
decrit dernierement au Bulletin. 

M. M. Pic donne aussi les diagnoses de Polyarthron nouveaux, 
decrits dans un memoire qui doit paraitre dans les Annales, intitule : 
Sur les Polyarthron d Alge rie et du Senegal : 

Polyarthron Desvauxi, $ nov. Moderement court et large, 
d un noir a peine brunatre. Ecusson en angle obtus au sommet. Epine 
mediane prothoracique longue, fine. Elytres dehiscents presque a partir 
de la base. Tibias posterieurs moderement longs, a peine plus gros a 
1 extremite. Pygidium long. Antennes, 32-33 articles. Bou-Saada 
(1 exempl., coll. Renaud). 



CCLX Bulletin entomologique, 

Polyarthron Moissoni, n. sp. ?. Large et moderement allonge, 
d un noir brim assez brillant. Ecusson arrondi aii sommet. Epinc me- 
diane prothoracique large, bien saillante. Elytres un peu dehiscents 
vers 1 extremite seulement. Tibias posterieurs tros longs, droits, un peu 
plus gros a 1 extremite. Pygidium assez court. Antennes, 36 articles. 
Sud Oranais (J ?, coll. Pic, aussi d* $, coll. Moisson). 

d 1 . Noir, assez grand et bien allonge, bien attenue en arriere. Ecusson 
arrondi. Antennes un peu plus longues que la moitie du corps, bipecti- 
nees, foncees. Prothorax a epine mediane bien saillante. Tibias posterieurs 
longs et greles. Antennes, 35 et 36 articles. Sud-Oranais, environs 
d Ain-Sefra. 

M. M. Pic propose un nouveau sous-genre : Monocladum, 

pour designer plus particulierement les Insectes de ce groupe a antennes 
unipectinees et les separer de ceux a antennes bipectinees d 1 , bidentees ?, 
a partir des 4-5 articles ou Polyarthron proprement dits. 

Avis. M. Le Secretaire rappelle qu a la prochaine seance, mercredi 28, 
derniere seance de 1 annee, il sera precede a la nomination du Bureau 
et des differentes Commissions pour 1 annee 1893. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Bulletin bibliographique 

Abeille de VAisne (V), I, 2, 1892. L. GAILLOT. Sur le Ver gris. 

Academic des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
1892, 2 e sem. N 21. Q ~ N 22. A. B. GRIFFITHS. Recherches 
sur les couleurs de quelques Insectes. A. GAUBERT. Sur un gan 
glion nerveux des pattes du Phalangium opilio. N 23. Q 
Tables du l er semestre. 

Academie des Sciences de Cracovie (Bulletin international), novembre 

1892. O 
Agricultural Gazette of New South Wales, II, 1891. Tables. ffl, 9, 

1892. A. SIDNEY OLLIFF. Entomological Notes (fig.). 
Annals and Magazine of Natural History, VI, 6, 35, 1890. Rev. 0. P. 

CAMBRIDGE. On a new Spider from Calcutta (pi. 22). D r A. STRU- 

BELL. On the Development of the Pedipalpi. H. GROSE SMITH. 

Descriptions of Three new Species of Butterflies captured by M. D. 



Seance du i4 decembre 189%. 



GCLXI 



Cator in British North Borneo, in the Collection of Mr. Grose Smith. 

N. GHOLODKOWSKY. On the Morphology and Philogeny of Insects, 

R. S. BERGH. A Criticism of a Modern Hypothesis of the Trans 
mission of Hereditary Characters. 

Apiculteur (U), 1892, 12. A. WALLES. La Bruche du Pois (Bruchus 
pisi Linne). 

Australian Museum of N. S. Wales (Report for 1891), 1892. Liste d ln- 
sectes. 

Amiliaire de I Apiculteur (U), IV, 10 et 11, 1892. G. ULIVI. Notions 
generates sur la nature et la physiologic de 1 Abeille (trad, de BRAN- 
DICOURT). D r BROCGHI. Les Insectes nuisibles aux Pommiers, 
G. ULIVI. Moeurs des Abeilles : Examen critique des theories sur la 
parthenogenese des Abeilles. 

Cidre et le Poire (Le), IV, 8, 1892. Q 

Deutsche entomologische Zeitschrift, 1892, II. J. WEISE. Kleine Bei- 
trage zur Coccinelliden-Fauna Ost-Afrika s. J. FAUST. Die Ancho- 
niden-Gruppe. Einige neue Curculioniden. W. HORN. Fiinf 
Dekaden neuer Cicindeleten. Die Cicindeliden des Wiener Hof- 
Museums. D r L. v. HEYDEN, J. FAUST, A. KUWERT et J. WEISE. 
XIV. Beitrag zur Coleopteren-Fauna von Turkestan. D r L. v. 
HEYDEN. XV. Beitrag zur Coleopteren-Fauna von Turkestan, Turk- 
menien und Siid-West-Sibirien. Interessante persische Coleoptera. 

K. ESCHERISCH. Ueber die Gesetzmassigkeit im Abandern der 
Zeichnung bei Insecten. J. WEISE. Beitrag zur Coleopteren-Fauna 
von Turkestan. Coccinelliden aus Ostsibirien. C. ROST. Ueber 
Plectes platessa Mots., Bibersleini var. adelphus Rost. W. HORN. 
Ueber Cophognathus opacipennis Waterh. und Oxychila Batesi m. 

Die Gicindeliden des Wiener Hof-Museums. 0. SGHWARZ. Re 
vision der palaarktischen Arten der Elateriden-Gattung Melanotus 
Eschsch. (pi.). D r L. v. HEYDEN. Die Amur-Arten der Gattung 
Cephaloon Newm. (Lyttini). Polyarthron unipectinatum White 
(Longicorn.) aus Cairo, ^Egypten. D r G. KRAATZ. Ueber Gnatho- 
cera Schlutteri Nonfr. und hyacinthina Kr. Die Varietaten des 
Dorcadion equestre Laxman. Ueber Athous proximus Hampe und 
spectabilis Hampe. Monographische Revision der Ruleliden-Gat- 
tung Popilia Serv. J. SCHILSKY. Beitrag zur Kenntniss der 
Deutschen Kaferfauna. 

Entomologische Nachrichten, XVIII, 22 et 23, 1892. C. BRUNNER VON 



CCLXII Bulletin entomologique. 

WATTENWYL. Notizen fiber die Orthopteren-Fauna Ceylons. 
KRIEGHBAUMER. Gryptiden-Studien (Lochetica. Phygadeuonen). - 
F. KARSCH. Vorlaufige Beschreibung einer neuen Saturniide aus dem 
Kamerungebirge. C. v. HORMUZAKI. Zur Systematischen Begren- 
zung der Gattungen Satyrus Latr. und Epinephele Hiibn. H. BEU- 
THIN. Ueber Varietaten patearktischer Gicindelen. KRIECHBAUMER. 
Gryptiden-Studien. V. v. RODER. Bemerkung iiber Acyglossa di- 
versa Rond., Brachycer&a n. gen. E. BADE. Carabus irregularis 
im Winterquartier. 

Entomologist s monthly Magazine, 343, 1892. E. SAUNDERS. Elenchus 
tenuicornis Kirby and its host (fig.)- T. A. CHAPMAN. The Life his 
tory of Lampronix capitella. KENNETH J. MORTON. Notes on Tri- 
choptera and Neuroptera from Ireland. A. E. EATON. On two new 
and some other Japanese species of Epherrierida3. W. G. BLATCH. 
Description of a new species of Rhizophagus. W. HOLLAND. Prac 
tical hints of sugaring. W. W- SMITH. Coccids in Ant s nests. 
Notes diverses. 

Entomologist s Record and Journal of Variation, III, 13, 1892. 
T. A. CHAPMAN. The genus Acronycta and its allies (pi.). Variation. 
Notes on collecting. Tables. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, XXII, 266, 1892. - - R. MARTIN. Les 
especes franchises de la famille des Limnophilines. Notes et com 
munications. 

Insect Life, V, 2, 1892. D. S. KELLICOTT. Hypoderas columbx, a 
Note (fig.). G. H. TYLER TOWNSEND. The possible and actual in 
fluence of irrigation on Insect injury in New Mexico. D. S. KEL 
LICOTT. Notes on ^Egeridae of central Ohio, II. M. V. SLINGERLAND. 
The Bean Weevil. Drasteria erechtea. T. D. A. COCKERELL. 
Orthesia insignis as a garden pest. F. M. WEBSTER. Some features 
of apparent joint-worm attack. -- L. 0. HOWARD. A new enemy to 
Timothy-Grass (fig.). F. W. GODING. Food-Plants of some N. A. 
Membracidae. J. B. SMITH. Notes of the year in N. Jersey. 
M. V. SLINGERLAND. The Pear-tree Psylla. The Pear-leaf Blister 
Mite. E. B. SOUTHWIGK. The Parsnip Web-Worm. L. 0. HO 
WARD. An experiment against Mosquitos. H. E. WEED. Notes 
from the Mississipi Station. H. OSBORN. Notes on injurious Insects 
of 1892. V. L. KELLOGG. Kansas Notes. T. D. A. GOCQUERELL. 
Notes on Plant Faunae. F. M. WEBSTER. Spraying with Arsenites 
vs. Bees. C. V. RILEY. An Australian Scymnus established and 



Seance du 14 decembre 1892. CGLXIII 

described in California. F. M. WEBSTER. Further Notes on the 
Food of Limax campestris Binuey. A curious Chrysalis. Ex 
tracts from Correspondence. General Notes. 

Naturalista Siciliano (II), XII, 3, 1892. E. RAGUSA. Un nuovo Larimts 
di Sicilia. L. SPADA. Contribuzioni alia Fauna Marchesiana : 
I Lepidotteri fmora trovati nel territorio di Osimo. F. VITALE. 
Catalogo siuonimico e topografico dei Curculionidi di Sicilia. 

Naturaliste (Le), l er et 15 decembre 1892. D r L. COSMOVIGI. Contri 
butions a 1 etude de la faune entomologique roumaine. L. GUENOT. 
Les Pterophores (fig.). G.-A. POUJADE. Le Papilio Antimachus. 
P. DOGNIN. Descriptions de Lepidopteres nouveaux. Tables du 
vol. VI. 

Psyche, VI, 200, 1892. Some old correspondence between Harris, Say 
and Pickering, VIII. S. H. SCUDDER. The Orthopteren genus 
Hippiscus, VII. A. G. DYAR. Preparatory Stages of Clisiocampa 
erosa Stretch. A Lower Silurian Insect from Sweden. Entomo 
logical Notes. 

Beale Accademia dei Lined (Atti), 1892, II, 9 et 10. Q 

Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, V, 12, 1892. 
M. Pic. Sur les Tomoderus Laf., Coleopteres de la famille des An- 
thicides. 

Sociedad espanola de la Historia natural (Anales), XXI, 2, 1892. 
Catalogo de los Lepidopteros de la provincia de Teruel, II. DOLL- 
FUS. Catalogue raisonrie des Isopodes terrestres de 1 Espagne. 

Societas entomologica, VII, 17, 1892. J. B. SMITH. Pieris rapx in 
North America. H. BEUTHIN. Die Varietaten des Carabus monti- 
cola Dejean. D r HESSLER. Die Behandlung der Atfropos-Puppen. 
J. SCHRODER. Ueber centraleuropaische Pissodes-Arten. F. RUHL. 
Eine lepidopterologische Excursion im Juli 1892 im Graubiinden. 

VII, 18, 1892. A. DE CARADJA. Lepidopterologische Mittheilun- 
gen aus Rumanien. F. RUHL. Ueber Dasypolia templi Thbg. 
F. SIKORA. Die Zucht exotischer Kafer. F. RiiHL. Ueber Bombyx 
lanestris L. und Bombus arbusculx. A. BAU. Nochmals Col. Edusa 
und fernere Miltheilungen. TH. KOHLI. Hydrsecia leucographa. 
F. TOMALA. Parnassius Mnemosyme. STROHMAYER. Deilephila eu 
phorbia. F. RUHL. Die Macrolepidopteren-Fauna von Zurich und 
Umgebung. 



CCLXIV Bulletin entomologique. 

Societe royale du Canada (Memoires et Comptes rendus) pour 1891. Mon 
treal, 1892. 

Societe des Sciences historiques et naturelles de V Yonne ( Bulletin ) , 
1891. Q 

Societe entomologique de Belgique (Annales), XXXVI, 4, 1892. E. CAN- 
DEZE. Insectes du Bengale : XXIV. Deuxieme note sur les Elaterides 
du Chota-Nagpore. E. DE SELYS-LONGCHAMPS. Apparition acciden- 
telle de la Mantis religiosa et de quelques autres Insectes en Belgique. 

E. BERGROTH. Insectes du Bengale : XXV. Aradides du Bengale 
boreal. Nouvelle espece du genre Megymenum Lap. (fig.). 
A. LAMEERE. Nouveaux Lamiides de 1 Afrique tropicale. A. PREU- 
DHOMME DE BORRE. Sur uno capture en Belgique de Pholcus opilio- 
noides Schr. (phalangioides Walck.). 

Societe scientifique du Chili (Actes), II, 1, 1892. F. PUGA BORNE. El 
Latrodectus formidabilis de Chile. 

Station se ricicole du Caucase (Travaux de la}, VI, 1, 1892 (texte russe). 
- Offert par M. le D r R. Blanchard. 

Wiener entomologische Zeitung, X, 4, 1891. K. W. v. DALLA TORRE. 
Hymenopterologische Notizen. L. GANGLBAUER. Fiinfzehn neue 
Trechus-Arten. G. HORVATH. Eine neue Hemipterengattung aus 
der Familie der Lyga3iden. L. GANGLBAUER. Zwei neue Pogono- 
ch&rus-Arlen. Eine neue Art der Melandryiden-Gattung Zilora. 

Nebria complanata Lin., der Typus einer neuen Gattung. 
D r G. KRAATZ. Ueber Melolonthiden-Gattung Microphylla Kr. 

E. REITTER. Nach einige Worte fiber Cyphonotus und Microphylla Kr. 

Ersten Beitrag zur Goleopteren-Fauna des russichen Reiches. 

F. SINTENIS. Ueber Cinochira atra Wahlb. uud Anthomyza pingui- 
cula Zett. E. REITTER. Uebersicht der Arten der Coleopteren- 
Gattung Areolus Esch. 

XI, 9, 1892. Prof. D r A. JAWOROWSKI. Prof. D r Veit-Graber. 
Ein Nachruf (portrait). J. PROCHAZKA. Revision der Arten der Go- 
leopteren-Gattung Hapalus Fabr. aus der palaarktischen Fauna. 
V. v. RODER. Ueber die Dipteren-Gattung Plotyna Wiedl. E. REIT 
TER. Ueber einen neuen Beitrag zur Systematik der Geotrupini. - 
J. MIK. Ueber ein neues hochalpines Dipteren aus der Familie der 
Dolichopodiden. V. ZOUFAL. Uebersicht der mir bekaunten Arten 
der Goleopteren-Gattung Tenebrio L. V. v. RODER. Ueber die 
Dipteren-Gattung Stylogaster Macq. D r EPPELSHEIM. Neue Staphy- 



Seance du 14 decembre 1892. GCLXV 

linen der osterreichisch-uugarischen Monarchic und der angrenzen- 
den Lander, II. 



CASEY (TH.-L.). Goleopterological Notices, IV (Ann. N. Y. Ac. Sc.), 

1892, 364 p. * 
ID. On some new North American Rhynchophora, I (loc. cit.), 1888, 

68 p. Offert par M. L. Bedel. 
GASSING (S. E.). The Scientist s international Directory. Boston, 1892, 

184 p. Acquis pour la Bibliotheque. 

DANIEL (K. et J.). Coleopteren Studien, I. Munich, 1891, 64 p. * 
DECAUX (F.). Le Pommier, ses principaux ennemis, moyens de des 
truction (Feuille Jeun. Nat.), 1892, 20 p. * 
DISTANT (W. L.). A Monograph of Oriental Gicadidae, VII (Ind. Mus 

Calcutta), 1892. * 
FAUCONNET (L.). Faune analytique des Coleopteres de France. Autun, 

1892. Deuxieme exemplaire offert par 1 auteur comme candidat au 

Prix Dollfus a decerner en 1893. 
HEYDEN (D r L. VON). Die Kafer von Nassau und Frankfurt, II, suivi de : 

Beitrag zur Kaferfauna der unteren Lahn (Jarb. Nass. Ver. Naturk.), 

1882, 28 p. * 
KAWALL (J. H.). Die den genuinen Ichneumoniden verwandten Tribus 

in Russland, vorzugsweise in Kurland (Bull. Soc. Nat. Mosc.), 1865, 

50 p. Offert par M. L. Bedel. 
LEACH (W. E.). A general arrangement of the Glasses Crustacea, My- 

riapoda and Arachnides, with description of some new Genera and 

Species (Linn. Trans.), 1815, 95 p. Acquis pour la Bibliotheque. 

Exemplaire ayant appartenu a Latreille, avec autographe d Audouin. 

LERICHE (J.-B.). Emploi du Miel. -- Recueil de recettes pour boissons 

fermentees (Auxil. Apic.), 1892, 32 p. * 
MADELINE (R.) L Ami de 1 Apiculteur ou petit vade-mecum a 1 usage des 

proprietaircs d Abeilles (loc. cit.), 1892, 32 p., fig. * 
ID. Le Miel, son origine, ses proprietes, son usage et son utilite (loc. 

cit.), 1892, 11 p. * 
OSTEN-SACKEN (G. R.). On the characters of the three divisions of Di- 

ptera : Nemocera vera, Nemocera anomala and Eremochseta (Berl. 

ent. Zeit.), 1892, 27 p. * 



JOURNAL BIMENSUEL (Bulletin de la Socle" to entomol. de France), 1S92, n* 20. 



CCLXVI Bulletin entomologique. 

Pic (M.). Anthicides recueillis on Algerie en avrii et mai 1892 (Rev. 

scient. Bourb.), 1892, 11 p. * 
RIGAUD (G.). Memoire pour scrvir a 1 histoirc de quelques Insectes 

connus sous les noms de Terraes ou Fourmis blanches. Paris, 1786, 

63 p., 7 pi. Offert par M. J. de Gaulle. 
SAHLBERG (JOHN). Einige nordische Aberrationen der Schmetterlings- 

gattung Argynnis F. Berlin, 1893, 4 p., 1 pi. col. OfTert par 

M. F. Dames. 

SAUSSURE (H. DE). Histoire pbysique, naturelle et politique de Madagas 
car : XX. Histoire naturelle des Hymenopteres, p. 169 a 590, pi. 22 

a 27. Paris, 1892. Offert par M. A. Grandidier. 
SCUDDER (S. II.). The Orthopteran genus Hippiscus (Psyche), 1892, 

99 p. * 



A. L. 



Seance du 8 <iecembB>e 

Pre"sidence de M. E. LEFfcVRE, vice-president 

M. C.-A. Fauvel, de Caen, assiste a la seance. 

M. le Secretaire depose sur le bureau le 3 e trimestre (les Annales de 
1892, portant la date d apparition du 28 decembre 



M. le Secretaire rappelle la manifestation imposante qui a eu lieu 
mardi 27 decembre, dans le grand amphitheatre de la Sorbonne, en 1 hon- 
neur de M. Pasteur. 

La Section de medecine et de chirurgie de 1 Academic des Sciences 
de riiistitut de France fetait le soixante-dixieme anniversaire de la nais- 
sance de M. Pasteur. 

Le President de la Rcpublique, les ministrcs, des illustrations de 
toutes les University s, plus de cinquante Societes on d Academies etran- 
geres sont venus rcndre hommage a 1 illustre savant dont 1 oeuvre scien- 
tilique, humanitaire, ne rencontre plus de detracteurs. 

La Societe entomologique de France, convoquee, etait representee a 
cetto solennite par son Bureau. 

Avis iB&iportant. La seance d ouverture du Congres annuel 

commemoratif de la fondation de la Societe entomologique de France est 
iixee an mercredi 22 fevrwr 18 r >3. 



Seance du 28 de cembre 189%. CCLXVII 

Le Banquet annuel commemoratif aura lieu le samedi 25 fevrier 
1893. 

MM. M. Sedillot et P. Grouvelle sont charges d en assurer 1 organi- 
sation. 

Une note ulterieure indiquera le prix du Banquet et indiquera le local 
ou il aura lieu. 

M. le Secretaire rappelle qu unc reduction de 50 0/0 sur les prix 
du tarif general des Compagnies des chemins de fer franpais sera pro- 
bablement accordee, comme ])ar le passe, aux Entomologistes frangais et 
etrangers qui viendront a Paris a 1 occasion du 62 e anniversaire de la 
fondation de la Societe. 

La concession accordee par les Gompagnies franchises aura son effet 
probablement du dimanche 19 fevrier au jeudi 2 mars. 

Les Entomologistes francais et etrangers qui desirent suivre les tra- 
vaux du Gongres sont pries d envoyer au plus tot leur adhesion au 
siege social : Hotel des Socie te s savantes, rue Serpente, 28. 

Sur la demande d adhesion doit etre indiquee la ville de depart en 
France. 

Sur la proposition de M. G.-A. Fauvel, la Societe emet le vceu que le 
Bulletin de la seance qui precedera la seance du Congres enumere le 
litre, avec mi court resume, des communications qui doivent y etre 
presentees. 

Les auteurs qui ont 1 intention de faire des communications a la seance 
du Gongres sont done pries d en adresser le titre avec un court resume, 
au plus tot, a M. le Secretaire, Hotel des Sodete s savantes, rue Ser 
pents, 28. 

Necrologie. M. le Tresorier annonce le deces de M. L. Dupont, capi- 
taine en retraite, membre de la Societe depuis 1890. 

Correspondance. M. C. Jourdheuille, President de la Societe, et 
M. Thierry-Mieg s excusent de ne pouvoir assister a la seance. 

- MM. Manuel Martinez de la Escalera, G. Escherich, A. Astic, 
J. Bossion et G. Marquet remercient, par lettre, de leur admission. 

M. Henri-G. Hubbard remercie de son admission et se fait inscrire 
comme membre a vie de la Societe pour 1892. 

Nos collegues MM. G. Fer ton et M. Vauloger de Beaupre se font 
inscrire comme membres a vie pour 1893. 



CCLXVIII Bulletin entomologique. 

M. le President annonce que notre collegue M. M. Maindron a 
obtenu unc mission pour etudier, au point de vue entomologique, Obock 
et les contrees voisines. 

Demission pour 1893. M. G. Ollivry, a La Chapel le-sur-Erdre (Loirc- 
Inferieure). 

Re admission. Sur la proposition de M. J. Gazagnaire, M. Amedee 
Champenois, inspecteur des forets en retraite, boulevard de Port-Royal, 
Col., est reinscrit sur la Liste des Membres de la Societe. 

Admissions. 1 M. Paul Bigot, aux Fermes-de-Loisy, pres Laon 
(Aisne). Col. M. P. Bigot se fait inscrire comme membre a vie. 

2 M. Charles Daniel, chimiste, Dachauerstrasse, 41, Munich (Ba- 
viere). Col. 

Presentations. 1 M. Louis Bourdery, licencie en droit, rue Gay- 
Lussac, 70, Arachnides, presente par M. M. Maindron. Commissaires 
rapporteurs : MM. L. Bedel et P. Francois. 

2 M. Jean Danysz. directeur du Luboratoire de parasitologie, avenue 
Reille, 21, Parasitologie, presente par M. E.-L. Ragonot. Commis 
saires rapporteurs : MM. G.-A. Poujade et P. Lcsne. 

3 M. Tcrtrin, preparateur au Museum, rue Lace pede, 34, Ent. yen., 
presente par M. C. Brongniart. Commissaires rapporteurs : MM. A.-L. 
Clement et C.-A. Fauvel. 

Rapport. Au nom de la Commission de publication, qui s esl re unu. 1 
le mardi 27 dccembre, M. G.-A. Baer donne lecture du rapport sur la 
composition du 4 C trimestre des Annales de 1892. 

Ce trimestre comprendra 17 feuilles de composition el 2 planches 
noires ; son prix de revient est estime a environ 2,362 fr. 

Travaux ecrits. M. A. Grouvelle depose sur le bureau, au nom de 
M. F. Guillebeau, un memoire intitule : Revision des especes du genre 
Phloeophthorus Woll. et Description d un nouveau genre deScoly tides, par 
F. Guillebeau. 

Communications. M. M. Pic, de Digoin, donne les descriptions sui- 
vantes de nouveaux Anthicus (Coleopteres) : 

Anthicus Kraatzi, n. sp. Grand, moderement elance, eiitiere- 
inent d un brun rougealre assez brillant, un peu plus fonce sur la tete 



Seance du 28 decembre 1892. GCLXIX 

qui est petite, conifere, assez densement ponctuee. Yeux grands, a peine 
saillants. Antennes longues, peu greles, 2 e article court, 3-o plus longs, 
assez etroits, les suivants dilates au sommet, courts, epaissis, avec le 
terminal pyriforme. Goulot bien marque ct prothorax moderement 
etroit, a peine dilate et largement arrondi en avant, a ponctuation assez 
forte et espacee; les bossettes sont a peine marquees. Elytres avec les 
epaules elevees, convexes, bien arrondis a 1 extremite, ayant les cotes 
presque paralleles, fortement et peu densement ponctues, et ornes 
de quelques poils jaunatres. Guisses un peu epaissies, tibias posterieurs 
legerement incurves. Pygidium fonce, saillant Long. 3 1/3 mill. 
Syrie. 

A cataloguer pres de A. coniceps Mars. 

J ai 1 honneur de dedier CGtte esnece a noire savant collegue M. le 
D r Kraatz. 

ANTICUS HUMILIS ?, var. n. maroccanus. Moderement court et 
large, d un noir brunatre brillant, plus clair sur les elytres, avec les 
antennes et les pattes rougeatre testace. Tete grosse, prolongee en cone 
court, fortement et peu densement ponctuee. Antennes courtes, un peu 
fortes, a derniers articles a peine epaissis. Prothorax court, bien eiargi 
en avant, a ponctualion assez foric et assez serree. Elytres moderement 
courts, legerement pltius, presqae glabres, assez larges, offrant une 
ponctuation forte, pen serree. Long. 3 mill. Maroc : Casablanca 
(coll. Reitter et Pic). 

Se rapproche de A. Beckeri Desbr., ii est plus fort, plus large etd une 
coloration generale un peu plus foncee. 

Anthicus nitidior, n. sp. Eiitierement d un noir tres brillant 
presque lisse, avec les antennes, les palpes et les tibias testaces. Tete 
fortement ponctuee, retrecie et terminee en cone court. Antennes courtes 
et greies, a i er article grand, retreci a la base, 2 e etroit plus court, 3-5 
un peu moins etroits et plus longs, les suivants graduellement epaissis 
et raccourcis, avec le terminal moins court, en pom to mousse. Prothorax 
court a goulot marque, fortement ponctue et moderement dilate arrondi 
en avant, ome sur sa base de fossettes tres saillantes. Elytres tres lege 
rement plans, avec les cotes presque paralloles et rextremite arroadie, 
ornes d une ponctuation forte peu serree et d urie pubescence grise, 
courte, ecartee et presentant un enfoncement bien marque derriere 
I ecusson sur la suture. Pattes courtes, cuisses brunatres. Long. 
3 1/2 a 3 mill. Turkestan-Margelan (coll. Reitter, Pic). 



CCLXX Bulletin entomologique. 

Gette espece est remarquable par ses bossettes proeminentes au pro- 
thorax et sa depression suturale derriere 1 ecusson. 

A cataloguer pres de A. Morawitzi Desbr. 

Anthicus Sicilise, n. sp. Entierement d un testace rougeatre 
presque mat, moins les yeux noirs. Tete, quelquefois obscurcie, un peu 
diminuee en cone et arrondie en arriere, a ponctuation assez dense. 
Prothorax assez fmement et diversement ponctue. Antennes pas tres 
longues, a 3-4 derniers articles tres epaissis et legerement obsurcis. Les 
elytres sont a peu pres ovalaires, avec les epaules bien saillantes, 1 extre- 
mite est arrondie, la ponctuation assez forte et espacee, la pubescence 
jaunatre et espacee. Pattes moderement fortes, un peu plus claires. 
Long. 2 i/2 mill. Sicile (coll. Reitter, Pic). 

A cataloguer pres de A. incomptus Trq. 

ANTHICUS SCUKRULA Trq. ?, var. n. Brenskei. Assez petit, 
moderement large. Antennes, pattes, prothorax rougeatres. Elytres d un 
rougeatre obscurci. Tete noire ou obscurcie. Ponctuation forte sur les 
elytres, qui sont con vexes, assez courts, pubescents de gris. Prothorax 
presque globuleux en avant, peu diminue a la base, brillant. Tete assez 
grande et large, fortement ponctuec et presentant, au milieu, une partie 
me diane lisse. Antennes longues a derniers articles gros, presque glo 
buleux, le terminal un peu plus long, termine en pointe emoussee. 
Femelle un peu plus large que le male. Long. 2 mill. More e, 
Brenske (coll. Reitter, Pie). 

Anthicus angulifer, n. sp. Entierement d uu rouge testace un 
peu obscurci sur les elytres, moins les yeux noirs. Tres grand et large. 
Tete et prothorax tres denscment et fmement ponctues, la premiere assez 
longue, a cote s presque paralleles, un peu echancree au milieu en 
arriere avec les angles posterieurs arrondis. Goulot a peine marque. 
Prothorax court, plus large que la tete en avant, arrondi dans cette 
partie, assez retreci a la base, revetu d une pubescence courte, jaunatre. 
Antennes longues, minces, l er article long, 2-3 courts, les suivants plus 
longs, oblongs, a peine plus ctroits a la base, avec les derniers plus 
grands, les 2-3 avant-derniers un peu plus epaissis et le terminal long, 
legerement cylindrique, termine en pointe. Elytres un peu plans en 
dessus, a ponctuation a peine marquee et fine, pubescence soyeuse d un 
gris jaunatre, un peu plus etroits vers les epaules qu a Textremite et 
presentant leur plus grande largeur vers le milieu ; ils sont bien ar 
rondis aux epaules, un peu de hiscents a Pextre mite , celle-ci est trian- 



Seance du 28 de cembre i89 2. CCLXXI 

gulaire a Fangle apical. Pattes greles, assez courtes. Pygidium rou- 
geatre, legerement creuse, large, arrondi, bien saillant. Long. 4 1/2 
mill.; larg. 1 1/3 mill. Syrie, Kaifa (1 exempl. communique par 
M. Reitter). 

Rappelle beaucoup la forme de A. Olivieri Desbr. II est remarquable 
par sa grande taille, son prothorax court, fortement dilate, arrondi en 
avant. 

Ges jours derniers, j ai eu en communication un autre exemplaire de 
M. Lucas von Heyden ; il provient des chasses de Hans Simon, en 
Syrie. 

Anthicus Groissandeaui, n. sp. Allonge, etroit, plan sur les 
elytres, ayant la lete noire, le prothorax rougeatre obscurci, les an- 
tennes, pattes et deux fascies elytrales testacees, le fond des elytres est 
d un noir brunatre. Tete large, a peine diminuee et arrondie en arc de 
cercle en arriere, assez fortement et peu densement ponctuee, avec les 
antennes epaisses, courtes, a l er article tres long, derniers legerement 
subglobuleux, courts et larges avec le terminal un peu plus grand, ter- 
mine en pointe. Prothorax long, etroit, bien nettement et assez dense 
ment ponclue, ii est moderement dilate, arrondi en avant, tres etrangle 
et elargi sur la base. Elytres, a cotes paralleles, plans, obliquement 
arrondis a 1 exlremite, a courte pubescence peu serree, d un gris jau- 
natre et poncluation peu nette, moderement fine ; its sont d un noir 
vaguemcnt brunatre, ornes de deux bandes transversales droites : la 
premiere, un peu en dessous de Fecusson; la deuxieme, un peu apres 
le milieu. Pattes courtes, greles. Pygidium tres saillant. Long. 2 3/4 
mill. Corse. 

Espece voisine de A. Ilammami Pic. Par sa forme, ellc en differe par 
les cote s des elytres bien paralleles, les antennes courtes et epaisses, la 
pubescence moins fournie, enfin la premiere bande non e tendue sur les 
epaules en avant. Rappello aussi un peu A. rufithorax Laf., avec une 
forme plus elancee, une coloration gene rale moins accentue e, et surtout 
un prothorax moins etrangle pres do la base. .4. Croissandeaui est bien 
caracterise par sa forme elancee, ses elytres a cotes paralleles et sa colo 
ration, 

Trouve par M. J. Groissandeau dans les doubles de la collection Re- 
veliere, confondu avec A. bifasciatus Ros.; sous 1 etiquette Porto-Vec- 
chio, Lentisques, 21 juillet 1883. 

Je donne a cette nouveaute le nom de l Entomologiste a qui j en dois 
la connaissance. 



CGLXXII Bulletin entomologique. 

Bythinus Croissandeaui, 11. sp. Rouge foncc, un peu plus 
clair sur le milieu des elytres, avec les yeux noirs ; ires brillant, assez 
court et large. Te"te assez longue et etroite, un peu moins large que le 
prothorax, bien dilatee vers les yeux. Palpes grands. Antennes 
moyennes, robustes, a i er article tres grand, en forme de gigot ren- 
verse, muni pres de la partie superieure (naturellement la plus large) 
interne d un petit appendice pustulaire, 2 e oblong, gros, arrondi aux 
angles, pres de la moitie moins large que le l cr dans sa partie ante- 
rieure, 3 e oblong, plus court, etrangle a la base, 4* petit, globuleux, les 
suivants un peu plus etroits, subegaux, moniliformes avec les derniers 
formant une massue tres forte. Prothorax moderement long, tres dilate 
au milieu, paraissant legerement carene. Elytres larges, bien convexes, 
a ponctuation assez marquee, ecartee, offrant les impressions numerates 
fortes et tongues, et une. ligne enfoncee pres de la suture. L Insecte est 
garni d une pubescence jaunatre assez longue, plus fournie sur 1 abdo- 
men. Les pattes sont tongues et assez greles, avec les tibias anterieurs 
paraissant inermes et les tibias posterieurs legerement incurves pres de 
1 extremite, minces, longs. Long. 1 1/2 mill. Algerie : Teniet (1 tf, 
de mes chasses). 

Rappelle B. pyrenaeus Sic., comme fades, couleur et taille, en diflere 
par les formes des premiers articles antennaires, la massue plus 
forte, etc. 

Je dedie ce Bythinus a M. J. Groissandeau, qui a bien voulu m aider 
pour le determiner, en souvenir de son interessante revision des By 
thinus gallo-rhenans et corses, parue recemment. 

M. le D r A. Giard communique : 

1 Dans un travail recent intitule : Zu den Begattungs-Zeichen der 
Insekten (Arb. a. d. Zool-Zoot. Institut Wiirzburg, X, 1891, p. 39-55), 
F. Leydig attire 1 attention sur une plaque membraneuse qui recouvre 
parfois les derniers segments de 1 abdomen chez les femelles de Dy- 
tiscus marginalis et D. latissimus. Les zoologistes allemands nous re- 
prochent trop souvent de ne pas etre sufflsamment au courant des 
travaux anciens pour que nous laissions passer, sans les signaler, les 
omissions que les plus eminents d entre eux commettent, tout comme 
d autres, dans tours indications bibliographiques. Or, il y a vingl-cinq 
ans que Reiche et Felicien de Saulcy out public dans nos Annales 
(4 e serie, t. VII, 1867, Bulletin, p. m et ix-x) la decouverte de cette mem 
brane de copulation, non seulement chez les especes etudiees par 



Seance du 28 de cembre 1892. CGLXXIII 

Leydig, mais aussi chez les Dytiscus punctulatus, circumflexus, dimi- 
diatus et chez la femelle de Cybisteter Roeseli. Probablement cette 
curieuse formation se retrouverait chez d autres Dytisciens apres la 
periode d accouplement automnal. 

2 Le professeur Trabut, de PEcole de medecine d Alger, qui explore 
avec tant de succes, au point de vue botanique, les diverses regions de 
notre colonie, m a fait recemment un envoi tres interessant d animaux 
recueillis dans les for6ts de liege de la province de Gonstantine. 

Grande fut ma surprise en trouvant, dans cet envoi, de fort beaux 
echantillons dc Gossyparia mannifera Hardwick, la Goccine du Ta- 
marix, qui fournit la manne des Hebreux. 

Get Insecte n etait connu, jusqu aujourd hui , que comme habitant 
1 Arable, la Perse et PArmenie. Signoret, dans sa belle Monographic des 
Goccides parue dans nos Annales, declare ne 1 avoir jamais vu, et se 
contente de reproduire la description de King et Ehrenberg. Ehrenberg 
a appele Tamarix mannifera 1 arbre sur lequel vit Gossyparia. Mais le 
Tamarix mannifera ne me parait differer du Tamarix gallica que par 
des particularites tout a fait secondaires et de 1 ordre des modifications 
que j ai attributes d une fac.on generate a la castration parasitaire. 

La manne, que le D r Trabut a observee en abondance, est certaine- 
ment une production de PInsecte et non une secretion du vegetal 
parasite. 

Klug et Ehrenberg ajouterit d ailleurs : 

Cum Tamarids Coccus manniparus in alia ulla terrx regione 
pr aster sinaiticam, non memoretur, idemque nee in jEgypto aliisquc 
terns a nobis ipsis denuo observatus sit, in botanica levi fruticis 
differentia minus quam in Cocculi absentia causam quserendam esse 
crediderim, cur alibi Tamarici gallica? afjines frutices mannam, non 
< edant. 

Grace a cette decouverte interessante, la distribution geographique de 
Gossyparia mannifera se trouve considerablement e tendue, et nous 
pourrons sans doute bientot completer Petude de cette Gochenille, dont 
on ne connait ni le sexe male, ni les diverses phases evolu lives. 

Le nom de Gossyparia mannifera doit etre prefere a celui de G. man 
niparus employe par Signoret, Pespece ayant ete decrite d abord par 
Hardwick, en !822, sous le nom de Chermes mannifer. 

J ajoute que Signoret designe a tort sous le nom de Tamariscus, au 



CCLXXIV Bulletin entomologique. 

lieu de Tamarix, 1 arbre sur lequel vit 1 Insecte producteur de la 
manne. 

M. E.-L. Ragonot fait la communication suivante : 

M. J. Danysz, directeur du Laboratoire de parasitologie a la Bourse de 
commerce de Paris, s occupe avec beaucoup de zele de reunir les mate- 
riaux necessaires pour faire connaitre I histoire, les mceurs et les moyens 
de detruire Ephestia kuehniella Zeller, espece de Lepidopteres qui, dans 
le monde entier, est devenue tres rapidement un veritable fleau pour la 
meunerie et les magasins de grains. La chenille de ce Lepidoptere fait 
des ravages effrayants et cause des pertes incalculables. 

La question de savoir quel est le pays d origine de cette Phycite esl 
toujours tres controversee. Les Anglais Fappellent vulgairement le 
fleau me diterrane en de la farine , alors que, jusqu a present, on avail 
tout lieu de croire que cet Insecte avail ete importe d Amerique dans 
des farines ou des grains : ce que semblent prouver, du reste, divers 
specimens du papillon, pris au vol aux Etats-Unis et dans 1 Amerique 
centrale, que j ai recus des 1880. 

Sans vouloir discuter cette question, je me contenterai d attirer I atten- 
tion de la Societe sur uiie espece de Phycile decouverte dans le district 
de Wollombi (Nouvelle-Galles-du-Sud) et decrite par M. A. W. Scott (1) 
sous le nom de Hyphantidium sericarium. 

Getle espece appartient evidemment au genre Ephestia, et sa descrip 
tion se rapporterait bien a E. kuehniella, si, sur la planche, on n avait 
pas represente deux lignes supplementaires dans 1 espace basilaire etune 
autre au milieu de 1 espace terminal, et enfiu si on n avait pas remplace 
le croissant imparfait par un point rond. Je me demande si ces diffe 
rences ne sont pas dues a 1 inhabilete du dessinateur. 

Quoi qu il en soil, les moeurs des chenilles de cette espece concordent 
absolument avec celles de E. kuehniella. En elTel, ies papillons de Hyphan 
tidium sericarium ont ete eleves de chenilles qui se nourrissaient des 
grains de Mais renfermes dans un magasin dont elles avaient tapisse 
entierement les murs d un tissu e pais, serre et continu de soie blanche, 
recouvrant ainsi une e tendue d environ 80 metres carre s. 

Je ne serais pas e tonne que, plus tard, ces deux especes fussent re- 
connues identiques, et, dans ce cas, 1 Insecte devra porter le nom mieux 
approprie de Ephestia sericaria Scott. 

(i) Proceedings of the Zoological Society of London, 1859, p, 207, pi. LXI. 



Seance du 28 de cembre 1892. CGLXXV 

M. G. Emery, de Bologne, envoie les diagnoses do cinq nouveaux 
genres de Formicides : 

1. lEusphinetus, IL gen. (. Tres voisin de Sphinctomyrmex 
Mayr. Epistome court, transverse, muni de chaque cote d un tubercule 
saillant et, au milieu, d une petite carene ; aretes frontales tres courtes 
et rapprochees, soudees ensemble en arriere ; fosse antennaire limitec 
lateralement par une carene ; mandibules trigones, fmement denticule es; 
antennes epaisses, de onze articles, le dernier fort grand ; thorax sans 
aucune trace de suture ; pedicule epais, insere vers le milieu de la face 
anterieure du l er segment abdominal ; tous les segments de 1 abdomen 
resserres en arriere; pygidium concave, fourchu; ongles simples. 

Genre foude sur une espece nouvelle de Birmanie : E. furcatus, n. sp. 

2. Cryptopoine, n. gen. "". Aspect general de Ponera. Epistome 
a bord anterieur presque droit, tranchant, faiblement carene ; mandi 
bules assez etroites, a bord apical arme de dents fortes et peu nom- 
breuses ; pas d yeux ; pedicule squamiforme, insere assez baut sur la 
face anterieure du segment suivant; pattes robustes a eperons large- 
ment pectine s ; ongles simples. 

J e tablis ce genre sur mi Insecte que je crois etre 1 ouvriere dont 
Motschulsky a decrit la femelle sous le nom de Amblyopone? testacea. 
II differe de Ponera par ses mandibules et par le mode d insertion du 
pedicule sur 1 abdomen ; par ce dernier caractere, il se rapproche de 
Trapeziopelta dont il se distingue surtout par la structure de 1 epistonie 
et des mandibules. 

3. &neuretiis, n. gen. "J. Tele subcordiformo ; epistome grand, 
convexe, echancre au milieu, avec une fossette clypeale distincte de 
cbaque cote; aire frontale distincte; aretes frontales ecartees, peu 
eleve es ; yeux grands, plats ; pas d ocelles ; mandibules trigones, dentees ; 
antennes greles f de douze articles, a funicule faiblement epaissi vers le 
bout, inserees a une distance notable de la bouche ; thorax a sutures 
distinctes ; metanotum bie pineux ; pedicule de 1 abdomen long, subcy- 
lindrique, termine par un nosud arrondi ; abdomen proprement dit a 
l er segment plus court que le suivant, presque pas resserre a son bord 
posterieur; pattes greles, eperons poste rieurs fort petits, a peine den- 
teles ; ongles simples. 

Ge genre singulier parait e tablir un lien entre les Ponerides et les Do- 
lichoderides. La tete est celle d un Dolichoderus ; le corselet rappelle les 



CCLXXVI Bulletin entomologiquc. 

Pheidole, tandis que le pedicule a une forme toutc particuliere. L ai- 
guillon bien developpe le classe parmi les Ponerides. 

L unique espece (A. Simoni, n. sp.) a ete decouverte a Ceylan par 
notre collegue M. E. Simon. 

4. Acantiaomyrmex, n. gen. 5". Antennes inserees tout pres 
de la bouche, de douze articles a massue de trois, un peu plus epaisse 
que le funicule ; mandibules grandes, trigones, faiblement denticulees ; 
epistome avance entre les antennes, tres etroit devant Finsertion de 
celles-ci, a bord anterieur droit, dentele ; aire frontale non distincte de 
Fepistome. Lames frontales reduites a une arete peu elevee, dcpassant 
le milieu de la tete et iimitant un sillon antennaire ; thorax sans su 
tures en dessus, a pronotum et mctanotum armes chacun d une paire 
d epines ; l er segment du pedicule bidente ou biepineux ; tete et thorax 
sculptes de grosses fossettes confluentes ; eperons des quatre libias pos- 
tc rieurs greles et non pectines. 

if. Tete e norme, inseree sur le thorax par sa face inferieure; epis 
tome comme chez Fouvriere ; mandibules convexes, creusees en dessous, 
avec un double bord masticateur, le bord superieur droit et tranchant, 
Finferieur echancre et muni d une forte dent; le sillon antennaire loge 
tout le scape et se replio en avant sous forme d un 2 e sillon qui passe 
au bord interne de Foeil ct logo une partie du funicule; thorax sans 
sutures en dessus, sans epines au pronotum, mais avec deux longues 
epines dressees au metanotum ; l er nceud du pedicule plus faiblement 
bidente que chez Fouvriere. 

Ce genre remarquable se rapproche de Pheidole, dont il differe sur- 
tout par son corselet sans sutures, Finsertion de ses antennes, et le 
mode d articulation de la tete chez le soldat. 

II comprend deux especes inedites : A. ferox, de Malacca, et A. Lu- 
ciolfc, deGeylan ; j y rapporte aussi Pheidok notabilis F. Smith, deBatjan. 
La description du soldat est faite sur A. Luciolae ; celui-ci de A. ferox 
m est inconnu. 

y. Epoecus, n. gen. $. Epistome avance entre ies antennes, im- 
prossionne et bidente en avant ; aire Irontale enfonceo ; lames frontales 
courtes ; mandibules etroites, bidentees au bout ; antennes de onze ar 
ticles, a massue grelc de trois ; mesonotum gibbeux en avant ; meta 
notum inerme ; l cr segment du pedicule petiole, avec un noeud squa- 
miforme ; 2 e subsquamiforme, transverse, avec une dent obtuse en 
dessous ; pattes posterieures sans eperons ; ailes avec une cellule cu- 



Seance du 28 decembre 189%. CCLXXVIF 

bitale, sans discoidale; la nervure transverse s unit a la bifurcation de 
la cubitale. 

c?. Epistome et aire frontale comme chez la femelle ; mandibules 
e troites, pointues; scape des antennes plus court; elles out ordinaire- 
ment douze articles, quelquefois onze seulement ; thorax sans sillons 
parapsidiaux ; pedicule et ailes comme la femelle. 

5". Iiiconnue, probalement absente. 

Les caracteres de i epistome, des antennes et des mandibules rap- 
prochent ce genre de Anergates, quoique le fades soit bien different. La 
grande ressemblance du male avec la femelle est fort remarquable. Les 
mceurs sont probablement analogues a celles de Anergates et, comme 
dans ce genre, 1 ouvriere n existe probablement pas. 

Le genre Epoecus ne comprend jusqu ici qu une espece (E. Pergandei, 
n. sp.), decouverte par M. Th ? Pergande aux environs de Washington, 
oi i elle vit en parasite dans la fourmiiliere de Monomorium minutum 
Mayr. 

Nominations annuelles. La Societe entomologique de France, aux 
termes de divers articles de ses Statuts et de son Reglement, et pour la 
soixante-deuxieme fois depuis sa fondatioii, precede au renouvellement 
annuel de son Bureau, d une partie de son Gonseil et de ses Commissions 
speciales. 

Ont ete nommes pour 1893 : 

MEMBRES DU BUREAU 

President MM. E. LEFEVRE. 

Vice-President F. DE VUILLEPROY. 

Secretaire J. DE GAULLE. 

l er Secretaire adjoint G.-A. BAER. 

2 e Secretaire adjoint P. GROUVELLE. 

Tre sorier le D r A. FUMOUZE. 

Archiviste-bibliolhecaire .... A. LEVEILLE. 

Archiviste-bibliothe caire adjoint. G. LEPREVOST. 

GONSEIL 

MM. G.-A. BAER, A. GROUVELLE, J. KUNGKEL D HERCULAIS 
(membres restants), H. DESBORDES, G. JOURDHEUILLE, E.-L. RA- 
GOXOT (membres nouveaux) et les membres titulaires du Bureau. 



CCLXXVIII Bulletin enlomologique. 

COMMISSION DE PUBLICATION 

MM. L. BEDEL, L. FAIRMAIRE, P. FRANQOIS, A. GROUVELLE, 
G. ODIER et les membres tilulaires du Bureau. 

COMMISSION DE LA BIBLIOTHEQUE 

MM. L. BEDEL, A. SALLE, M. SEDILLOT - et les membres titu- 
laires du Bureau. 

COMMISSION DU PRIX DOLLFUS POUR 1892 

MM. L. BEGUIN-BILLECOCQ, C. BRONGNIART, A.-L. CLEMENT, 
H. DESRORDES, E. DONGE. A. LAMEY, A. LEVEILLE, P. MA- 

BILLEj G.-A. POUJADE. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Bulletin bibliographique 

Abeille(L ), XXVIII, fasc. 2, 1892. J. WEISE. CoccinellidsB d Europe 
et du nord de 1 Asie (suite) (trad. D r A. SICARD et L. BEDEL). 

Academic des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de I ), 
1892, 2 e sem., n os 24 et 25. Q 

Association francaise pour I avancement des sciences, 1892, 11 65. In 
formations et documents divers. 

Entomologiscke Nachrichten, XVIII, 24, 1892. L. KRULIKOWSKY. Ueber 
eine iiberschiissige Generation der Lycxna Icarus Rott. im oestlichen 
Russland. KRIECHBAUMER. Cryptiden Studien (Zur Gattung Lepto- 
cryptus Thorns.). V. v. RODER. Ueber Medoria (Morinia) corvina 
Mg. H. BEUTHIN. Ueber Varietaten palaaarktischer Cicindelen. 

Revue des travaux scientifiques, XI, 12, 1891 ; XII, 4, 5 et 6, 1892. 

Societe cntomologique de Belgique (Annales), XXXVI, 12, 1892. 
A. FOREL. Nouvelles especes de Formicides de Madagascar (re coltees 
par M. Sikora). Rectification a ma communication sur le male des 
Cardiocondyla. W. L. DISTANT. Description of a new species of 
Coreidse contained in the Brussels Museum. W. HORN. Insectes 
du Bengale, 26 e memoire : Cicinde lides. L. BECKER. Sur le Pholcus 
phalangioides Fuessly, 1775. 



Seance dn 28 decembre 1892. CCLXXIX 

Societe linne enne du Nord de la France (Memoires), VJIi, 1889-91, 1892. 
L. GARPENTIER et M. DUBOIS. Materiaux pour la faune des Hemi- 
pteres de 1 Oise. 

Societe nationale d acdimatation de France, 1892. Programme des 
prix fondes par la Societo et encore a decerner. Offert par 
M. J. Fallou. 

Societe scientifique du Chili (Actes), II, 2, 1892. J. RICHARD. Sur les 
Entomostraces des eaux donees du Chili. F. LATASTE. Mode de 
preparation et d emploi d uu ciment adapte au bouchage des collec 
tions d histoire uaturelle conservees dans Palcool, ainsi qu a quelques 
autres usages (Ciment Emzed). I. BOLIVAR. La Langosta migratoria 
de Chile, carta dirigida al sefior don F. Lataste. F. LATASTE. La 
question du Criquet devastateur signale Fan dernier dans les pro 
vinces australes du Chili. EDWYN C. REED. Revision de las Abejas 
chilenas descritas en la obra de Gay. PH. GERMAIN. Notes sur les 
Coleopteres du Chili : renseignements et observations ; descriptions 
d especes nouvelles; rectifications; indications de synonymies (fig.). 
F. BUGA-BORNE. El Latrodectm formidabilis de Chile, III. 

Tijdschrift voor Entomologie, 1891-92, Afl. 1 et 2. P. C. T. SNELLEN. 
Aanteekeningen over exotische Lepidoptera (1 pi.). J. DE VRIES. 
Over eene varieteit van Thamnonoma wavaria (fig.). D r J. TH. 
OUDEMANS. Met prepareeren van rupsen. Jhr. D r E. EVERTS. Ta- 
bellarisch overzicht der in Nederland waargenommeu Donaciini. 
J. Z. KANNEGIETER. Eenege opmerkungen over het verzamelen en 
conserveeren van Insecten in de tropen. P. C. T. SNELLEN. Boek- 
aankondiging. 

BUYSSON (ROB. DU) et T. A. MARSHALL. Voyage de M. E. Simon au Ve 
nezuela (dec. 1887 avril 1888), 17 e memoire : Hymenopteres (Ann. 
Soc. cut. Fr.), 1892, 24 p., 2 pi. * 

CANDEZE (E.). Insectes du Bengale, 24 e memoire : Deuxieme note sur 
les Elateridcs du Chota-Nagpore (Ann. Soc. ent. Belg.), 1892, 16 p. * 

FAIRMAIRE (L.). Voyage de M. E. Simon au Venezuela (dec. 1887 
avril 1888), 18 e memoire : Coleopteres-Heteromeres (Ann. Soc. ent. 
Fr.), 1892, 22 p. * 

FALLOU (J.). Note sur Pinvasion de la Pieris brassias L. pendant les 
mois d aout, septembre et octobre 1891 dans certaines parties du 
departement de Seine-et-Oise (Soc. nat. Acclim.), 1892, 5 p., fig. * 



CCLXXX Bulletin entomologique. Seance du 28 decembre 189%. 

GROUVELLE (A.). Viaggio di L. Fea in Birmania e region! vicine : L. Ni- 
tidulides, Cucujidcs et Parnidcs (Ann. Mus. civ. St. nat. Gen.), 1892, 
36 p. * 

HEIM (D r FR.). Etudes sur le sang des Crustacos decapodes, sniviesd un 
essai sur le role des pigments (Ann. Soc. ent. Fr.), 1892, 116 p. * 

HENNEGUY (F.) et A. BINET. Contribution a I e tude microscopique du 
systeme nerveux larvaire dc Stratiomys longicornis Sc. (loc. cit.), 
1892, 8 p., 1 pi. * 

LESNE (P.). Sur un Braconide du genre Perilitus Nees (P. omophli, n. sp.) 
(loc, cit.), 1892, 4 p., 1 pi. * 

SCHMIDT (J.). Voyage de M. Gh. Alluaud dans ie terriloire d Assiuie 
(Afr. occid.) en juillet et aout 1886, 10 e memoire : llisteridaB (loc. 
cit.), 1892, 3 p. Suivi de : Nitidulidae (fig.), par A. GROUVELLE; 
HelotidaB, par C. RITSEMA; Temnochilida3 (Trogositidse), par 
A. LEVEILLE; Colydida? (fig.), par A. GROUVELLE; Rhysodida) 
(fig.) et CucujidaB, par LE MEME ; Buprestidse, par GH. KERRE- 

MANS. * 

VUILLEFROY (F. DE). Note sur les Carahus hispanus et rutilans ; necessite 
de donner un nouveau nom a ce dernier (loc. cit.), 1892, 4 p. * 

A. L. 



BULLETIN DBS SEANCES 

ET 

BULLETIN BIBLtOGRAPHIQUE 

DE LA 

SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

MEMBRES DU BUREAU POUR 1893 

President MM. E. LEFEVRE. 

Vice-President F. DE VUILLEFROY. 

Secretaire J. DE GAULLE. 

i er Secretaire adjoint G.-A. BAER. 

2* Secretaire adjoint P. GROUVELLE. 

Tre sorier le D r A. FUMOUZE. 

Archiviste-Bibliothe caire A. LEVEILLE. 

Archiviste-Bibliothe caire adjoint. . C. LEPREVOST. 

GONSEIL 

MM. G.-A. BAER, A. GROUVELLE, J. KUNCKEL D HERCULAIS 
(membres restarts), H. DESBORDES, G. JOURDHEUILLE, E.-L. RA- 
GONOT (membres nouveaux) et les membres titulaires du Bureau. 

GOMMISSION DE PUBLICATION 

MM. L. BEDEL, L. FAIRMAIRE, P. FRANQOIS, A. GROUVELLE, 
G. ODIER et les membres titulaires du Bureau. 

GOMMISSION DE LA BIBLIOTHEQUE 

MM. L. BEDEL, A. SALLE, M. SEDILLOT et les membres titu 
laires du Bureau. 

COMMISSION DU PRIX DOLLFUS POUR 1892 

MM. L. BEGUIN-BILLECOGQ, C. BRONGNIART, A.-L. CLEMENT, 
H. DESBORDES, E. DONGE, A. LAMEY, A. LEVEILLE, P. MA- 

BILLE, G.-A. POUJADE. 



JOURNAL BIMENSUEL (Bulletin de la Soctete entomol. de France), 1893, n 1. 



ii Bulletin cntomologique. 

Seance du IB Janvier 

Presidence dc M. E. LEFEVRE 

Apres la lecture et 1 adoption du proces-verbal de la prccedenle seance 
(28 decembre 1892), M. G. Jourdheuille, President sortant, prend la 
parole : 

Mes chers Collegues, 

Pour me conformer a 1 usagc, je devrais, en quittant le siege que 
vous avez bien voulu me confier, faire 1 analyse des travaux accomplis 
dans le cours de cette annee. Permettez-moi de m y soustraire et de 
vous rappeler seulement que nos Annales contiennent, cette fois encore, 
des travaux d un vif interet sur les diflerents ordres, quelques-uns 
meme touchant a 1 anatomie ou a la chimie organique, relevant de la 
science la plus elevee. Trois trimestres seulement sont entre vos mains, 
le dernier est prepare. Quand vous serez en possession du volume com- 
plet, vous serez convaincus que celui-ci n a rien a envier a ceux qui 
1 ont precede. J ajoute qu il existe dans les cartons des mcmoires impor- 
tants, nombreux, qui attendant leur tour d impression. Do ce cote, 
1 avenir est assure, comme il Test, du reste, a tous egards. Jamais la 
Societe n a etc plus prospere, ses finances sont dans uri etat satis- 
faisant, ainsi quo vous le prouvera incessamment le rapport de votre 
Tresorier. Le nombre de vos membres suit une progression regulie- 
rcment croissante. II etait de 416 au l er Janvier 1892, il est aujourd hui 
de 431. 34 membres nouveaux ont etc admis, mais le chiffre d aug 
mentation so re duit a 15 par suite de 7 demissions et de 12 deces. Nous 
avons malheureusement, en effet, subi des pertes cruelles. Parmi les 
membres franc.ais : Garlet, Leprieur, D r Senac, Delaby, Pissot, ce 
dernier, ne 1 oublions pas, a laisse un souvenir important a la Societe. 
Parmi les membres e trangers : Bates, Dohrn, Burmeister, Stainton. La 
perte de ce dernier, toute recente, sera particulierement sensible aux 
microlepidopteristes. 

Si nous examinons ce que j appellerai la vie intime de la Societe, 
nous avons lieu aussi d etre satisfaits. Pour nous, Messieurs, 1 annee 
1892 s est ecoulee calme, et, plus heureux que le laboureur de Virgile, 
nous savons apprecier notre bonheur ! Habitues a la paix par nos etudes 
silencieuses et la vie intime avec la nature, nous n aimons pas a nous 
en ecarter dans nos reunions. Nous savons trop que la prosperite vient 
de 1 ententc commune et nous reussissons presque toujours a rejcter les 



Seance du 11 Janvier 1893. in 

questions qui peuvent nous diviser. Vous avez eu, du reste, pen de 
graves decisions a prendre. Parmi vos actes interieurs, permettez-moi 
de vous rappeler deux mesures approuvees certainement par tous : 
1 une a supprime certaines difficultes en uniformisant le mode d envoi 
de nos Annales; 1 autre a donne a un de vos collegues les plus anciens 
et les plus aimes le juste temoignage de votre reconnaissance pour son 
devouement a 1 Entomologie. 

Le Congres annuel s est ouvert pour la seconde fois, rcunissant uu 
nombre d adherents plus considerable que 1 annee precedente. Nous 
faisons, des a present, un appel a tous nos membres pour le 3 e Gongres, 
qui ouvrira le 22 fevrier prochain. 

Nous ne saurions trop souhaiter le succes de ces grandes reunions, 
qui permettent aux entomologistes de se connaitre et de s apprecier. 
Permettez-moi meme de faire dcs voeux pour voir renaitre ces voyages 
en commun qui n ont cessc qu en 1870. La rapiditc, la facilite des 
transports en general, se sont singulierement accrues, et rien n empe- 
cherait que ceux d enlre nous qui out un peu de liberte en profitassent, 
comme autrefois, pour visiter ensemble tin des sites interessants de 
notre belle France. Peut-etre ne faudrait-il pas trop compter sur les 
succes entomologiques? Mais n est-ce rien que cette vie commune de 
tous les instants pendant ces heures enlevees aux tracas de la vie ordi 
naire et qui laissent dans 1 esprit des souvenirs de confraternite ineffa- 
c,ables. J en appelle a tous ceux qui out pu prendre part aux grandes 
excursions qui ont eu lieu de 1857 a 1870. Les debutants font ainsi 
connaissance avec les anciens. Us voient combien ceux-ci sont disposes a 
aplanir aux jeunes les difficultes et a rendre aux generations nouvclles 
1 affection et le devoument qui leur ont etc prodigues par leurs prede- 
cesseurs. 

Avant de ceder le fauteuil a mon successeur, que vous sercz heureux 
de retrouver, permettez-moi de vous remercier encore line fois de 
1 insigne honneur que vous m avcz fait et de sollicitcr vos remerciements 
pour les membres actifs du Bureau. La Societe pourrait vivrc sans Pre 
sident, mais elle ne pourrait exister sans son Secretaire, son Bibliothe- 
caire et son Tresorier. II faut un devouement bien grand pour se 
consacrer a ces fonctions, qui exigent tine somme de temps et de travail 
dont, je le confesse, je ne me doutais pas. J etais a 1 bonneur pendant 
que mes collegues e taient au travail. Je leur exprime ici toute ma 
reconnaissance. 

Je souhaite la bienvenue a notre nouveau President et iui remets le 
carnet ou se trouve inscrit 1 avoir de la Societe. 



iv; Bulletin entomologique. 

M. G. Jourdheuille cede Ic fautcuil presidentiel a M. E. Lcfevre, le 
nouveau President, clu pour I annee 1893, qui prononcc 1 al locution 
suivante : 

Messieurs et chers Collegues, 

Appele, pour la seconde fois, par vos suffrages, a prendre place au 
fauteuil de la Presidence, c est avec une emotion profonde et un tres 
vif sentiment de reconnaissance que je vous remercie pour cette nou- 
velle marque de confiance, d estimc et de syrnpathie. 

Certes, vous eussiez pu trouver, parmi nous, quelque collegue bien 
plus meritant que moi par scs decouvertes, par ses travaux, par la 
juste autorite de son age et de son talent. G est pourquoi je ne veux 
voir, dans le nouvel et grand honneur que vous avez bien voulu me 
faire, que la recompense de mon zele et de mon devouement pour 1 En- 
tomotogie, a laquelle j ai consacre, depuis plus de vingt ans, tons les 
loisirs que m ont laisscs mes fonctions administratives. Aussi ferai-je 
tout ce qui dependra de moi pour justifier votre choix. Je m efforcerai, 
notamment, de presider vos seances le plus impartialement possible, en 
dirigeant vos debats conformement au Reglement et dans le sens que je 
croirai devoir etre le plus profitable, non seulement a la bonne harmonic 
qui doit re gner dans vos reunions, mais encore a 1 interet. a 1 avenir, a 
la prosperite de la Societe. 

Permettez-moi loutefois d emettre un voeu qui trouvera, je 1 espere, 
quelque echo parmi vous. Notre chore Societe, vous le savez, entre dans 
la 62 e annee de son existence et est actuellement dans une ere de pros- 
perite qu elle n avait pas connue jusqu ici. Gette situation prospere, nous 
la devons incontestablement au devouement infatigable de tous ceux de 
nos collegues qui ont ete appeles successivement a faire partie du 
Bureau, du Gonseil et de nos Commissions diverses ; mais nous la devons 
aussi, et surtout, a notre cordiale confraternite, a 1 accord parfait qui 
n a cesse de re gner parmi nous. Efforgons-nous done de maintenir cet 
accord, cette bonne harmonie, et, a cet effet, evitons soigneusement 
toute cause de discorde, meme la plus legere, car, si 1 union fait la 
force, la division amene fatalement, tot ou tard, la desagregation, puis 
la destruction. 

Mais je lie veux pas retarder plus longtemps la reprise de vos tra 
vaux. Aussi je vous propose, en terminant, de voter des remerciements 
a M. G. Jourdheuille, mon honorable predecesseur, ainsi qu a tous les 
membres du Bureau et des diverses Commissions qui ont etc en fonc 
tions pendant 1 annee 1892. 



Seance du 11 Janvier 1893. v 

La Societe accueille ces deux allocutions par des applaudissements 
unanimes. 

Avant de reprendre 1 ordre du jour, M. le President donne la parole a 
M. J. Gazagnaire. 

Notre collegue ditqu en quittant ses fonctions, il a la conviction d avoir 
servi de son mieux les interets de la Societe et il remercie tous ses 
collegues, principalement ceux du Bureau, du concours devoue qu il a 
toujours rencontre aupres d eux, pendant les trois annees qu il est reste 
Secretaire de la Societe. 

De son cote, M. le President rappelle qu a la derniere seance, M. J. de 
Gaulle, tout en remerciant ses collegues de 1 honneur qu ils venaient 
de lui faire en le nommant Secretaire de la Societe, avail declare ne 
pouvoir accepter ces fonctions, que ses nombreuses occupations ne lui 
permcttaient pas de remplir. Si cette declaration, dont la Societe avail 
simplement pris acte, n a pas ete inserce an Bulletin, c esl que plusieurs 
membres espe raient pouvoir, dans Pinte ret meme de la Societe, faire 
revenir notre collegue sur sa determination. M. le President fait 
connaitre que cet espoir a ete dec,u et que M. J. de Gaulle lui a declare 
formellement maintenir sa demission. 

Dans cette situation, et sur la proposition de son President, la Societe 
decide qu il sera procede, dans la prochaine seance (2o Janvier), a la 
nomination d un Secretaire en remplacement de M. J. de Gaulle. 

- M. H. du Buysson, du Vernet, assiste a la seance. 

Ne crologie. M. le President annonce la mort de M. Henry Ti boats 
Stainton, decode aMountsfield, Lewisham, le 2 decembre 1892, dans sa 
71 C anne e. 

M. Stainton etait un entomologiste tres connu par ses excellents tra- 
vaux, principalement sur les Microlepidopteres (Tineidx et Pteropho- 
ridx). 

Ses Catalogues sont entre les mains de tous les le pidopterologistes ; 
son ouvrage le plus apprecie est Insecta Brilanica : Lepidoplera : Ti- 
neina, 1 vol., 1854. 

II a ete Secretaire de la Royal Society de 1861 a 1872 et fondateur de 
la Zoological Record Association ayant pour but de continuer le Zoolo 
gical Record. 

Notre collegue M. E.-L. Ragonot est charge de faire, pour les Annales, 



vi Bulletin entomologique. 

une notice necrologique sur M. H. T. Stainton, qui faisait partie de notre 
Societe depuis 1850. 

Correspondance. M. F. de Vuillefroy, nomme Vice-President a la der- 
niere seance, remercie de sa nomination. 

M. G. Daniel remercie de son admission et envoie sa photographic 
pour PAlbum de la Societe. 

MM. J. Bossion et P. Bigot remercient de leur admission. 

Une circulaire de M. le Ministre de 1 Instruction publique et des 
Beaux-Arts anrionce que le mardi 4 avril prochain, a deux heures pre 
cises, aura lieu, a la Sorbonnc, I ouverture du Congres des Societc s 
savantes, dont les travaux se poursuivront les journees du mercredi 5, 
jeudi 6 et vendredi 7 avril. Le samedi 8 avril sera consacre a la seance 
generale, que M. le Ministre presidera et qui se tiendra dans le grand 
amphitheatre de la Sorbonne. 

La Societe entomologique de France est invitee a se faire representer 
au Congres. 

Admissions. 1 M. Louis Bourdery, licencie en droit, rue Gay-Lus- 
sac, 70. Arachnides. 

2 M. Jean Danysz, directeur du Laboratoire de parasitologie, avenue 
Reille, 21. Parasitologie. 
3 M. Tertrin, preparateur au Museum, rue Lacepede, 34. Ent.gen. 

Presentation. M. L. Chevalier, membre de la Societe centrale d Api- 
culture ct d Insectologie generale, rue de Lisbonnc, 38, Ent. gen., pre- 
sente par M. J. Fallou. Commissaires rapporteurs : MM. G.-A. Poujado 
et E.-L. Ragonot. 

Travaux cents. M. J. Gazagnaire depose, au nom de M. A. Lameerc, 
professeur a 1 Universite de Bruxelles, les trois memoires suivants : 

1 Voyage de M. Ch. Alhiaud dam le territoire d Assinie (Afrique occi- 
dentale) en juillet et aout 1886 : Longicornes ; 

2 Voyage de M. E. Simon au Venezuela (de cembre 1887 avril 1888) : 
Longicornes ; 

3 Contributions a la Faune indo-chinoise : Longicornes. 

Communications. M. I Archiviste-Bibliothecaire aniioncc que la So 
ciete est entree en possession des Coleopteres que M. Senac fils a bien 



Seance du 11 Janvier 1893. vn 

voulu lui oflrir, en memoirc de notrc regrette collegue M. le D r H. Senac, 
savoir : les Tenebrionides jusqu aux He lopides exclusivement, le groupe 
si precieux des Pimelia, qui a servi a son bel ouvrage, et la collection 
de Reiche, notamment les Blaps, qui ont etc revus tout recemment par 
M. le D r Seidlitz. 

M. le President est charge de remercier M. Senac fils an nom de la 

Societe. 

Par 1 entremise de M. E. Lefevre, M. L. Fairmaire adresse a la 
Societe la diagnose d une nouvelle espece du genre Goliathopsis : 

G. Lameyi, n. sp. Long. 11 mill. Ovatus, supra nigro-fuscus, 
opacus , prothorace obscuro-rufulo , clytris nigro pubesceniibus , his 
utrinque macula marginali paulo post medium macula, anteapicali corn- 
muni et utrinque punctilio pallidis, abdomine dense pallido-luleolo squa- 
moso, utrinque maculis demidatis ; prothorace valde transverse, lateribus 
angulatim rotundato; <$ capite medio concavo, utrinque cornu gracili 
compresso, apice oblique sinuato-truncato et medio unidentato armato. 

Ce joli Insecte, trouve dans le Haut-Tonkin par le neveu de notre col 
legue M. A. Lamey, porte a. trois le nombre des especos du genre Go 
liathopsis. Gelle-ci differe des deux autres par le corselet bien plus 
court, plus angule latcralement et par la coloration. Les comes cepha- 
liques ressemblcnt a celles du G. capreolus Gestro, dc Moulmein ; le 
G. cervus Jans, vient de Siam. 

M. H. du Buysson adresse la description d une nouvelle espece 
d Elalerides : 

Cardiophorus Bonnairei, n. sp. cf. Allonge et parallele; d un 
roux testace tres pale sur les elytres, ceux-ci marques sur les deux tiers 
de la suture d une tache fusiformc d un ferrugineux sombre, assez dis- 
tante de la base et n atteignant pas 1 extremite. Pronotum d un rouge 
ferrugineux, tete Icgereinent enfumee, yeux d un beau noir, plus de ve- 
loppe s quo chez la plupart des autres especes de ce groupe. Pattes aussi 
claires quo les elytres; antennes plus foncees, de la couleur du prono- 
tuni. Pubescence rousse, fine et dense. Bord anterieur du front echancre 
de chaque cote en ligne courbe, obtuse ment arrondi an sommet. Pro 
notum mediocrement convexe, plus elroit que les elytres, manifeste- 
ment plus long que large, subparallele dans son milieu ou tres legere- 
ment arque sur les cote s, retreci assez brievement en avant, plus 
fortement et plus longuement a la base, la plus grande largeur se trou- 



viii Bulletin entomologique. 

vant sur le premier tiers ; angles posterieurs etroits, assez longs, diver- 
gents et non carenes; sillons hasilaires lateraux et median a peine indi- 
ques sur la base; ponctuation tres fine, dense et double. Ecusson 
longuement cordiforme, excave en son milieu, retreci a la base, les cotes 
posterieurs peu arques, presque rectilignes. Elytres allonges, deux fois 
ct deux tiers plus longs que larges, pen con vexes, paralleles sur les deux 
tiers anterieurs ; strics faiblement creusees, marquees par des points 
gros, tres evases et peu profonds, intervalles plans. Antennes filiformes, 
tres longues, depassant de pres do trois articles les angles posterieurs 
du pronotum ; 2 e article obconique, legerement plus long que la moitie 
du 3 e , celui-ci et les suivants longs et filiformes, Ie3 e un peu moins long 
que le 4 C ; ongles simples, tarses tres longs etdclies. Long. 6,0 mill.; 
larg. 1,5 mill. 

Tres voisin de C. flavus Er., mais bien distinct par sa forme generate 
plus etroite, moins convexe, plus parallele, et par son pronotum egale- 
ment plus allonge, moins convexe. La tache suturale venant a dispa- 
raitre, on distinguera encore cette espece par sa forme svelte, par les 
stries des elytres a peine creusees et les intervalles plans. 

Sud Oranais : Ai n-Sefra ; mai 1891 (coll. Bonnaire) ; sous de 1 Alfa 
coupe. 

L exemplaire unique qui a servi de type a la description oflre le pro- 
thorax creuse d un certain nombre de sillons interrompus, de couleur 
plus claire et assez rapproches, s eflac,ant en avant et en arriere a une 
certaine distance de la base ou du sommel; les trois sillons, situes dc 
chaque cote sur le milieu du disque, divergent en arriere, les autres 
ont une direction longitudinale ; les flancs prothoraciques en sont egale- 
ment pourvus, et il est a remarquer que la carene marginale prothora- 
cique, en s inflechissaut en dessous et en les coupant, ne les fait devier 
en rien de leur direction longitudinale. Ces carenes semblent dues a 
une anomalie, car je ne les ai pas observees sur les exemplaires que jc 
viens d examiner dans la collection de M. le D r Martin. 

MM. Henon et le D r Martin ont rapporte un certain nombre d exem- 
plaires de cette espece de Laghouat, de taille plus avantageuse, qu ils 
ont captures en faisant couler le sable des monticules couverts dune 
Graminee (le diss}. Us 1 ont rencontree aussi sous les petites pierres, 
dans les depressions couvcrtes d une legere couche de sable. 

Parmi les exemplaires de la collection de M. le D r Martin, j ai remar- 
que des specimens a elytres depourvus de la tache sulurale. Le deve- 
loppement des yeux indiquerait que cette espece a des habitudes hypo- 
gees, analogues a celles de Iridus Moreli Rev. 



Seance du 11 Janvier 1893. ix 

M. H. du Buysson signalo aussi la capture qu il a faite a Brout- 
Vernet (Allier) du Tcenia stylosa, vivant en parasite dans la Pie com 
mune (Pica caudata}. Les jeunes Pies de 1 annee en sont exemptes, 
tandis que celles d un autre age en sont assez souvent pourvues. Gel 
helminthe a ete determine par un specialiste, M. Neuman, professeur a 
1 Ecole veterinaire de Toulouse. 

M. G. Rey, de Lyon, envoie les descriptions de deux especes nou- 
velles ou peu connues de Coleopteres : 

1. Hydraena sternalis Guillebeau in litteris. Corps oblong, 
subconvexe, d un noir de poix peu brillant, avec les palpes, les antennes 
et les pieds d un roux testace. 

Tete assez fmement ponctuee sur le front, simplement chagrince sur 
1 epistome. Palpes maxillaires d un roux testace, a dernier article noir 
au bout, d un tiers plus long que 1 avant-dernier. 

Antennes courtes, d un roux testace. Yeux assez saillants, noirs. 

Prothorax subtransverse, peu convexe, subangulairement arrondi 
sur les cotes, subretreci en arriere ou il est sensiblement moins large 
que les clytres ; assez fmement ponctue, assez rugueusement a la base 
et sur les cotes, plus lisse et plus brillant sur son milieu qui presente 
un sillon longitudinal obsolete. 

Ecusson tres petit, triangulaire, lisse. 

Elytres oblongs, assez convexes, assez finement et densement ponc- 
tues-stries ; a points oblongs, a interstries presque moins largos quo les 
points; individuellement subarrondis au sommet, laissant parfois (d*) 
apercevoir le pygidium. 

Dessous du corps noir. Pieds roux, avec la partie renflee des cuisses 
un peu plus foncee, la base des libias et les tarses plus pales. Long. 
2 mill. 

c?. Me tasternum entierement d un noir mat, sans plaques lisses; 
celles-ci remplace es par deux aretes obsoletes, subarquees, divergentes 
en arriere et enclosant entre elles une large impression peu pro- 
fonde (1). 

?. Me tasternum ofTrant deux plaques longitudinales lisses, au moins 
aussi larges que le sillon enclos qui est profond. 

PATRIE. Gette cspece m a ete doimee par mon ami Guillebeau, qui en 
a trouve un certain nombre d exemplaires identiques au Pont-de-Ge- 
vrieux, Bas-Bugey (Ain). 

(1) Los autres caracteres sexuels sont ceux des especes afiines. 



x Bulletin entomoloyique. 

OBS. Elle rcssemblo beaucoup a Hydrxna assimilis R. Ellc cst a peine 
plus grande; Ic dernier article des palpes maxillaires est proportionnel- 
lemcnt moins allonge, le prothorax parait un pen moins court, les 
elytres sont un peu plus oblongs et plus paralleles. Enfin, lo metaster- 
num des males est entierement mat et sans plaques lisses, ce qui est 
concluant et qui n a pas lieu chez les especes voisincs, telles que 
H. riparia, assimilis, subdeficiens, subimpressa, nigrita, etc. 

2. Barypithes claviger, n. sp. Corps ovalaire-oblong, convexe, 
presque glabre, d uu noir de poix luisant, avec les pieds et les antennes 
roux, le funicule de celles-ci plus pale et la massue brusque et noiratre. 

Tele a peine oblongue, vertex presque lisse, front marque entrc les 
yeux d une petite fossette profonde. Rostre e pais, noil plus long que le 
reste de la tete, subruguleux, presque plan en arriere, triangulairement 
impressionne en avant, a ptcryges non ou peu divergentcs. Yeux me- 
diocres, peu saillants, d un noir mat. 

Antennes assez tongues, atteignant environ la base du prothorax, le- 
gerement pubescentes, rousses ; a scape arquc, a peine plus long que le 
funicule : celui-ci un peu plus pale, avec la massue brusque, noiratre, 
obturbinee, non retrecie eri arriere, rnais tronquee a la base. 

Prothorax convexe, subtransverse, sensiblement moins large que les 
elytres, retreci en avant, fortement arrondi sur les cotes des son tiers 
anterieur ; presque glabre, assez fortement et subrugueusement ponctue 
sur les cotes, plus eparsement et plus lisse sur son milieu. 

Ecusson petit, triangulaire. 

Elytres subovalaires, tronques a leur base, arrondis aux epaules, 
subarques sur les cote s, declives et obtusement acumines en arriere ; 
assez convexes, presque glabres ou a rare et courte pubescence couchee, 
presque indistincte ; pares de scries striales de points peu profonds, 
environ de la grosseur de ceux du prothorax, mais suboblongs, avec 
ies interstries larges, plans et lisses. 

Dessous du corps d un noir de poix brillant, subdeprime, presque 
glabre, eparsement ponctue, plus fortement sur la poitriue et la base du 
venire. 

Pieds assez allonges, d un roux un peu fonce, legerement pubescerils. 
Omsses sensiblement renflees des avant leur milieu. Tibias anterieur & 
droits. Long. 2 mill. 

PATRIE : Les montagnes de Bargemont, au nord de Fre jus (Var) ; 
1 seul exemplaire. 

OBS. Gette cspece, de la taille de Company oi ou d un petit bnmnipcs 



Seance du 11 Janvier 1893. xi 

(aranaiformis Skrank), ressernble beaucoup a co dernier. Mais, il est 
plus glabre ; le rostre, plus epais et plus court, est moins elargi aux 
pleryges ; le prothorax, plus transverse, est a la fois plus convexe, 
plus fortement arrondi sur les cote s, moins densemenl et moins gros- 
sierement ponctue. La ponctuation des elytres est e galcment moins 
forte, et enfin, les antennes offrent une tout autre structure quant au 
funicule, qui est plus court, imj peu plus grele, moins pubescent, avec 
la massue plus obscure, presque noire, plus brusque, obturbinee et 
tronquee a la base, au lieu qu elle est fusiforme dans brunnipes et brie- 
vement ovalaire dans Campanyoi, etc. 

M. J. Azam, de Digne, cnvoie les notes suivantes : 

1 Fin juillet dernier, j ai trouve une dizaine de Vesperus slrepens 
(4 c? et 6 $), au-dessous d Argens, sur la route qui conduit de ce village 
a Saint- Andre (Basses- Alpes). La route suit im petit ravin, a droite et a 
gauche se trouve une foret de Chenes, pour ainsi dire impenetrable 
(elle est encore habitee par les Lynx). Ges magnifiques Longicornes 
furent pris le soir vers six heures, par consequent avant le coucher du 
soleil : les femelles, a terre, traversant la route et les males volant 
autour. 

En 1881, mon pere signalait la capture du Vesperus, dans les premiers 
jours d aout, aux environs de Draguignan. II en avail trouve un cer 
tain nombre, en plein jour, au pied des Chenes blancs, caches derriere 
les herbes ou sous des pierres. II concluait de sa decouverte que Ves- 
penis strepens pouvait se chasser plus facilement le jour que la nuit; 
et que, de plus, ce Longicorne avail une eclosion au printcmps. Jus- 
qu alors, on ne parlait que d une eclosion en novembre, et plusieurs 
cntomologistes eurent dc la peine a croire a celle du printemps. Pour- 
tant le fait que je signale aujourd hui en est une nouvelle preuve. 

2 J ai capture, en 1892, Amorphocephalus coronatus, dans un nid de 
Lasius niger, aux environs de Ghabrieres, hameau de la commune 
d Entrages, situe sur la roule de Digne ,a Sainl-Andre (Basses-Alpes). 
Ge rare Insecte n avait, je crois, pas encore etc signale dans notre depar- 
tement. 

Decouvert en Italie par Schonherr (1806), il a ete indiquc par 
Jaubert dans son Catalogue des Cole opteres du de partement du Var 
(1861). Jaubert signalait sa capture a Mons (par M. Doublier) et au Luc 
(par M. Robert). En 1884, M. G. Azam, mon pere, annoncait a la 
Societe scientifique et arche ologique de Draguignan sa decouverte aux 



xii Bulletin entomologiquc. 

environs de Draguignan, ou nous en avions pris ensemble plus de 500 
en moins d une heure. Je suis heureux de pouvoir indiquer aujourd hui 
un nouvel habitat de ce curieux Insecte, dont les mceurs et les habi 
tudes sont encore inconnues. 

A la suite de cette communication, M. A. Grouvelle rappelle qu il 
a capture Amorphocephahis coronatus pres d Antibes, dans la foret de 
Vaugranier. 

Au sujet de la communication faile par M. E.-L. Ragonot, seance 
du 28 decembre 1892, sur Ephestia kuenhiella Zeller, M. F. Decaux fait 
remarquer que cette espece nous est venue d Amerique, tres probable- 
ment de la Caroline-du-Sud, du Mexique ou du Chili, avec les farines 
importers ? Depuis, elle s est propagee a. 1 infini en France. 

M. le D r Ch. Decaux, medecin militaire, 1 a ettidice a la Manutention 
militaire de Caen (Les parasites, etc., Archives de medecine et de phar- 
macie militaire, n 8, 1892). Le papillon eclot en juin et juillet; on le 
trouve egalement en novembre et decembre, ce qui laisserait supposer 
une deuxieme generation partielle. Cette derniere edosion est, de beau- 
coup, moins importante que celle de juin. 

M. le D r C. Decaux a experimente divers precedes pour detruire 
Ephestia liuehniella : le plus simple ct le plus pratique consiste a tamiser 
ou bluter la farine contaminee, pour enlever les chenilles, les nymphes 
et leurs toiles, qu on detruit par le feu ou 1 eau bouillante (dans ce 
dernier cas, on peut en nourrir les cochons). II recommande de badi- 
geonner (en mai) les murs des magasins, les piliers de soutien, les pla 
fonds, dans toute leur etendue, avec du coaltar additionne d un pen 
de petrole, 5 a 10 0/0 environ; de laver les parquets avec une forte 
solution de potasse d Amerique. De cette fac.on, on detruira les che 
nilles et les papillons caches dans les fentes et crevasses du magasin. 
On a observe, en outre, que les papillons grimpent apres les murs 
pour s accoupler : ils se trouveront arretes et asphyxies par le coaltar 
petrole. 

A la suite des observations de M. F. Decaux, M. E.-L. Ragonot dit 
que Ephestia kuehniclla, dont la chenille vit dans une substance emi- 
nemment favorable a son existence, ou elle peut se developper avec la 
plus grande facilite, se reproduit indeliniment par une succession de 
generations, les chenilles n arrivant pas toutes a 1 etat adulte a la meme 
fjpoque. Ces eclosions sont plus considerables en mai et juin, puis au 



Seance du ii Janvier 1893. xin 

mois d aout, pour se rcnouveler encore en novembre et decembre. Lcs 
accouplements ont lieu a toute epoque. 

M. E.-L. Ragonot ajoute que M. G.-A. Poujade lui a remis, en de 
cembre 1883, un certain nombre de chenilles de toute taille et des papil- 
lons fraichement e clos. II fit 1 education des chenilles et obtint le papillon 
des le 3 mai et d autres dans le courant du memo mois ; mais certaines 
chenilles, etant plus petites, ne se transformerent qu a la fin du memo 
mois et les papillons ne parurent qu en juin. 

Le 8 novembre dernier, M. J. Danysz lui apporta un bocal contenant 
13 chrysalides et 3 papillons qui venaient d e clore. II conserva le bocal 
dans son cabinet, ou il ne fait du feu que deux heures par jour. Les 
e closions eurcnt lieu pendant les mois de novembre et decembre et la 
derniere le 10 Janvier. Les papillons s etaient accouples et les femelles 
avaient pondu leurs ooufs blancs a meme le bocal, sans les fixer. II est 
evident que les papillons provenant de ces 03ufs ne pourront paraitre 
qu au mois d aout prochain. 

On a preconise 1 emploi d acide sulfureux et le chauflage pour de lruire 
1 Insecte ; mais il a e te reconnu que ces moyens empechaient la panifi- 
cation, car ils detruisent le gluten de la farine. 

M. J. Danysz ayant e tudie avec beaucoup de soin les moeurs de la 
chenille de Ephestia kuehniella, pour chercher a combattre ses ravages, 
M. E.-L. Ragonot 1 a engage a venir a la prochaine seance pour expli- 
quer a la Societe les moyens de destruction qu il croit preferable d em- 
ployer. 

Le 2 C Secretaire : G.-A. BAER. 



Bulletin bibliographique 

Abeille de I Aisne (L ), II, 1, 1893. 

Academia national de Ciencias en Cordoba (Boletin), XI, 4, 1889. 

Acade mie des Sciences (Comples rendus hebdomadaires des seances de I*), 
1892, 2 e sem., n 26. P. BLATTER. Sur 1 histologie des organes 
annexes de 1 appareil male chez la Periplaneta orientalis. 
1893, l ei> sem., n 1. Q 

Academy of Natural Sciences of Philadelphia : 1 Journal, ser. II, IX, 
3, 1892. Q 



xiv Bulletin entomologique. 

2 Proceedings, 1892, II. Q 

Agricultural Gazette of N. S. Wales, III, 10, 1892. A. GALE. Species 
and Varieties of Social Bees. A. SIDNEY OLLIFF. Entomological 
Notes. A. BENSON. The use of Paris Green as an Insecticide. 

Apiculteur (L J, 1893, n 1. A. WALLES. De Faction des Insecles stir 
la fecondation des plantes. Observations et experiences de Darwin. 

E. BALLE. Le Puceron des Groseilliers. A. WALLES. Un remede 
centre la chenille du Chou. 

Amiliaire de I Apiculteur (U), IV, 12, 1892. P. DUBOIS. Le Labora- 
toire regional d Entomologie agricole de Rouen. D r BROGCHI. Les 
Insectes nuisibles aux Pommiers. A. MARQUIS. Insectes protecteurs 
de 1 Agriculture. 

Cidre et le Poire (Le), IV, 9, 1893. LEVESQUE. Les Abeilles et le Poin- 
mier. 

Deutsche entomologische Zeitschrift, II, 1892. D r G. KRAATZ. Paussus 
cermnus, n. sp. W. HORN. Ill, Beitrag zur Kenntniss der Cicin- 
deleten. Drei neue afrikanische Gicindeliden. - Weitere Nach- 
trage zu den alphabetischen Cicindeliden. Listen von Gemm. und 
Har. Demoor und Dokht. D r G. KRAATZ. Monographische Revision 
der Ruteliden-Gattung Popilia Serv. Ueber Cryphxobius Kr. 
und Brahmina rubetra Fald. (pi.). Zwei neue Macronotiden-Gat- 
tungen von Java. Ueber Taeniodera-Anen. von Java und Malacca. 

D r EPPELSHEIM. Zur Staphylinenfauna Turkestan s. E. WASS- 
MANN. Zur Biologic einiger Ameisengaste Atemeles pubicollis Bris., 
var. Foreli, n. var. J. WEISE. Coptocycla catenata Boh. Pachy- 
gnatha, cine neue Ghrysomelen-Gattung. W. HORN. Nachtrage 
zur monographic der Gicindelen-Gattung Collyris (Ghaudoir, 1864). 

Erne neue Cicindela aus Sao Paulo, Einige neue Cicindelen- 
Arten und Varietaten. D 1 G. KRAATZ. Die Gattung Mystrocerus 
Burm. (Spec. Diardi Burm.), errichtet auf Heterorrhina Mac-Leayi 
Gory mit eingesetztem Kopfe eines Diceros Gory. Der Gattungs- 
name Macronota Hofimannsegg hat fiir die bisherigen Arten der 
Gattung Gymnetis Mac Leay einzutreten. - Epistalagma Kr. von 
Nossi-Be, das muthmassliche Weibchen vonEpistal. impressa Fairm. 
(pi.). Hadrosticta nov. gen. Cetonidarum aus Gentral-Amerika, 
Argyripa Lansbergi Salle. Sollen die Namen der Personen, nach 
denen Insekten benanrit wurden, klein gedruckt werden? 
0. SCHWARZ. Neue Cardiophorus-Anen (Elateriden). J. WEISE. 
Chrysomeliden und Goccinelliden von der Inseln Nias, nebst Bemer- 



Seance du 11 Janvier 1893. xv 

kungen iiber andere, meistens Siidostasiatische Arten. C. ROST. 
Plectes polychrous Rost, n. sp. Drapetes sulcatus Rost, n. sp. 
Otiorrhynchus abchasicus Rost, n. sp. J. WEISE. Beschreibung 
einiger Galeruciden. Chrysomelen aus dem hohen Caucasus. 
Malthodes brevicollis Payk., Typ einer Gattung. Ueber Aphthona 
atrovirens Forster. D r G. KRAATZ. Synonymische Bemerkungen. 
W. PAULCKE. Ueber abnorm gefarbte von Plateumaris sericea L. 
Weise (Donacia). 

Deutsche entomologische Zeitschrift (Ges. Iris zu Dresden), II, 1892. 
D r 0. STAUDINGER. Lepidopteren aus Tunis. Lepidopteren des 
Kentei-Gebirges. Ornithoptera Andromache, n. sp. -- H. STEI- 
NERT. Die Macrolepidopteren der Dresdner Gegend. -- Ueber das 
Auftreten von Amphidasys beiularius L., ab. Doubledayarius B. in 
Sachsen. D r 0. STAUDINGER. Neue Papilio. Formen aus Siidame- 
rika. W. ROTHSCHILD. Notes on a Collection of Lepidoptera made 
by William Doherty in Southern Celebes during August and Sep 
tember 1891. D r A. PAGENSTECHER. Nachtrage iiber die Familie 
der Siculiden. D r 0. STAUDINGER. Einige neue Rhopaloceren aus 
Nord-Borneo. D r L. v. HEYDEN. Oberstlieutenant a. D. Max Saal- 
muller f . H. STEINERT. B. Sperrhaken T- 0. HOFMANN. D 1 Ernst 
Hofmann -J-. 

Entomologische Nachrichten, XIX, 1, 1893. F. KARSCH. Wie viel In- 
sectenarten giebt es. J. SCHMIDT. Neue Histeriden. 

Entomologisk Tidskrift, XIII, 1 a 4, 1892. S. LAMPA. Berraltelse till 
Kongl. Landtbruksstyrelsen angaende resor ock Forrattningar under 
ar 1891 af dess Entomolog. Notizer. Statsanlag till Entomolo 
gisk Tidskrift. Roda Tallstckeln (Lophyrus rufus) och dess upp- 
tradande i vara Skogar (fig.). Skydds-och utrotningsmedel. 
Smarre uppsatser : Galeruca ocanthoinelwna Schr. H. VON POST. 
Nagra iaktagelser ofver^Pingborren. laktagelser 6 fver Adimonia 
tanaceti L. C. GRILL. En missbildping (fig.). 0. T. SANDAHL. 
Sitodrepa panicea L. och Gracilia minuta F. S. LAMPA. Halm- 
stekeln (Cephus pygmeus) i Nordamerika. Ytterligare om Botrytis 
tenella. C. H. NEREN. Entomologiska anteckningar. H. KL^R. 
Fortegnelse over nogle for Norges fauna ny artcr af Phytophage 
Hymenoptera. 0. T. SANDAHL. Litteratur : Strom, Danmarks 
Storre Sommerfugle. J. AMMITZBOLL. Alucita dodecadactyla i Sve- 
rige. H. HUITFELDT KAAS. Fortelgnelse over i en havei Christiania 
bemserkede Lepidoptera. S. LAMPA. Fran Hallandsas. F. TRY- 



xvi bulletin entomologique. 

BOM. Mermislarver hos Chironomus. J. ANDERSON. Bidrag till 
kannedomen on nagelspinnarens (Aglia Tau L.) utvccklingshistoria. 

G. H. NAREN. Entomologiska Sommarstudier. S. LAMPA. Agro- 
myza lappae Loew (tig.)- E- HOLMGREN. Histologiska Studier ofver 
nagra Lepidopterlarvers digestionskanal och en del af deras Kortel- 
artade bildmingar (6 pi.). G. AURIVILLIUS. Leddjurens synformiiga 
foredrag i zoologi vid K. Vetenskapsakademiens hogtidsdag den 
31 mars 1892. Vcrzeichniss einer vom Herrn Fr. Theorin aus 
Gabun und dem Gebiete des Camerimflusses heimgebrachten Schmct- 
terlings-Sammlung, II (fig.). S. LAMPA. Vanessa polychloros 
Sason skadedjur. En for var fauna ny vifvel. G. AURIVILLIUS 
Om Slokornflugan (Osdnis frit L.). Ett gif akt till Sveriges korno- 
dlare. 0. BIDENKAP. Undersogelser over Diptera Brachycera i 
Jarlsberg og Laurvigs Ami Sommeren 1891. H. BORRIES. Mutilla 
erythrocephala F. som Parasit hos Crabro (Solenius) rubicolaD. etP. 

S. LAMPA. Colias Werdandi Zett., ab. immacula och lleda, ah. 
Sandahli G. D. E. ROTH. Om stridulationen hos Acherontia Atro- 
pos L. C. H. NEREN. Om nagra skalbaggars lefnadsvanor. 
G. A. ULLMANN. Mere om Gracilia minuta F. og Sitodrepa panicea L. 

G. D. E. ROTH. Ytterligare om Sitodrepa panicea L. S. LAMPA. 
Kornflugan, Chlorops pumilionis Bierk. G. AURIVILLIUS. Eine 
neue palaBarktische Eulengattung. 

Entomologist s monthly Magazine (The}, XXIX 344, 1893. J. W. DOU 
GLAS, R. MAG LACHLAN. Henry Tibbats Stainlon-J-. A.E. EATON. A 
Synopsis of British Psychodida} (fig.). G. A. BRIGGS. Dragon-Flies 
in 1892. F. D. MORIGE. Aculeate Hymenoptera in 1892. F. W. 
HAWES. Notes on the early Stages of Colias hyale L. N. M. RI 
CHARDSON. Blabophanes Heringi at Portland : distinct from B. ferru- 
ginella? Notes diverses. J. J. WALKER. Entomological Notes 
from caster Archipelago. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, 11 267, 1893. R. MARTIN. Les especes 

franchises de la famille des Sericostomatines (Nevropteres). Notes 

et communications. 
Naturaliste (Le), l er Janvier 1893. P. CHRETIEN. La Zygxna anthylli- 

dis B. G.-A. POUJADE. Description d un Coleoptere nouveau 

(Paussiis Grandidieri) , fig. 

Reale Accademia dei Lincei (Atti), II, 11, 1892. 
Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, VI, 1, 1893. 
E. OLIVIER. Biskra. Souvenirs d un naturaliste. 



Seance du 11 Janvier 1893. xvn 

Societas entomologica, VII, 19, 1893. L. KROULIKOWSKY. Les Rhopa- 
loceres du gouvcrncment de Wiatkha (de la Russie orientate). 

F. RiiiiL. Ueber Bombyx lanestris L. und B. arbusculx Ferr. 
Societas pro fauna et flora fennica : 1 Acta, V, 1 et 2, 1888. Q 

VI. 1889-90. J. SAHLBERG. Enumeratio Goleopterorum Brache- 
lytronun Fennia. 1 . Systematik fortecknifig ofver de inom Finlands 
naturhistoriska omrade hiuils funna Goleoptera Brachelytra jemte 
uppgift om arternas utbredning. 

VII, 1890. Q 

2 Meddelanden. XVI, 1888-91. Q 

XVII, 1890-92. J. SAHLBERG. Nya bidrag till kannedom om 
solitara Biarlers arkiteklur. Om hannen till Sirex fantoma F. - 
Nya ilnska Staphylinider. Cecidomyia Strobi Winn. en skade- 
insekt uti nordens granskogar. -- 0. M. REUTER. Collembola in 
caldariis viventia enumeravit novasque Species descripsit (pi.). 
E. REUTER. Nykomlingar for Alands och Abo skargardars Macrole- 
pidopterfauna. Bombyx lanestris L., var. Aavasaksx Teich och 
dess iitvecklingslustoria. A. WESTERLUND. Muutamia eimen Sa- 
vosta timtemattomia Mehilaislajeja. K. J. EHXBERG. Lepidoptero- 
logiska iaktagelser, gjorda vursommaren ar 1889 pa Karelska naset. 
- K. M. LEVANDER. Mikrofaunistiska anteckningar. 0. M. REU 
TER. De Skandina\ iskt-fmska Acanthia (Salda) arterna af Sanatoria- 
gruppen. Thysanoptera, funna i linska orangerier. Nordiska 
Sugfisken (Liparis lineatus Lcp.) fimiicn i Nylands skargard. 

Socie te Linne enne du Nord de la France (Bulletin menstielj, XXI, n os 241 
et 242, 1892. Q 

Wiener entomologische Zeitung, XI, 10, 1892. W. F. KIRBY. Reply 
to D l< Bergroth s Note on Mr. Kirby s recent paper on the Herniptera 
of Ceylon . Prof. J. MIK. Ueber zwei Gecidoniyidon-Gallen aus 
Tirol. D 1 G. HORWATH. Uebersicht der Hemiptercn-Gattung Cam- 
pylostira Fieb. -- L. GANGLBAUER. Ein neues Bembidium aus den 
AIpes-Maritimes. -- G. BECKERS. Ueber Gnorimus variabilis, var. 
Heydcni m. E. WASSMANN. Einiges iiber springende Ameisen. - 

G. BECKERS. Bemerkungen zu Nr. XXIV der hymenopterologischen 
Notizen von Prof. D r von Dalla Torre. 

FLEUTIAUX (ED.). Catalogue systematique des Cicindelida; decrits depuis 
Linne. Liege, 1892, 186 p. * 

JOURNAL BIMENSUEL Bulletin de la Societe entomol. de France), 1893, n 2. 



Bulletin entomologique. 

GIGLIO-TOS (Dott. E.). Un nuovo genere di Goleottero longicorno (Boll. 
Mus. zool. Anat. comp. Univ. Tor.), 1893, 5 p., lig. * 

GODMAN (F. D.). Travels Amongst the Great Andes of the Equator by 
E. Whymper, Appendix : Lepidoptera, 1892, 15 p. * 

HOFMANN (Prof E.). Die Raupen der Schmetterlinge Europa s, livr. 21, 

22et23. Stuttgart. 

ID. Die Schmetterlinge Europa s, 2 e cd., livr. 4 et 5. Stuttgart. 
SCUDDER (S. H.). Contributions to Canadian Paleontology : II. Canadian 

fossil Insects (Geol. Surv. of Can.), 1892, 30 p., 2 pi. * 
SHARP (D e ). Travels Amongst the Great Andes of the Equator by 
E. Whymper, Appendix : Coleoptera, 1891, 5 p., 1 pi. * 

A. L. 



Seance du 25 Janvier 1SO3 

Presidence de M. E. LEFfcVRE 

MM. H. du Buysson (du Vernet), A. Pouillon (de Landroff), A. Cham- 
penois, J. Danysz, P. Armand-Delille, L. Bourdery, Tertrin. assistent a 
la seance. 

Necrologie. M. le President annonce le deces de John Obadiah West- 
wood, 1 un de nos plus anciens membres honoraires. II dit que la mort 
de notre eminent collegue anglais eveillera bien des regrets dans le 
monde entomologique, car I ceuvre scientifique qu il laisse est conside 
rable et d une importance capitale. 

J. 0. Westwood est ne, le 22 decembre 1805, a Sheffield, Yorkshire. 
II appartenait a la Societe entomologique de France depuis 1833. En 
1860, il fut nomme membre honoraire. 

La Societe charge M. J. Gazagnaire d ecrire une notice necrologique 
sur J. 0, Westwood. 

M. le President annonce aussi le deces d un de nos membres a \ ie. 
M. Frederic Monnier, notaire, a Chalon-sur-Saone. Notre regrette col 
legue etait membre de la Societe depuis 1866. 

Avis important. Le Congr6s annuel (62 C commemoratif de la 
fondation de la Societe entomologique de France) tiendra sa seance d ou a 
verture le mercredi 22 fevrier 1893, 



Seance du 2o Janvier 1893. xtx 

Lc Banquet annuel aura lieu le samedi 25 fe vrier 1893, a 7 heures 
du soir, chez Douix, cafe Corrazza, galerie Montpcnsier (Palais-Royal). 
Le prix du Banquet est fixe a 10 fr. 50, ME. M. Sedillot et P. Grou- 
velle sont charges d en. assurer 1 organisation. . - . .- 

Correspondance. MM. P. Arrnand-Delille, Tertrin, rejuercient de leur 
admission. 

M. le President donne lecture d une lettre de . le D r R. Blan- 
chard. Notre colleguc prie la Societe de vouloir bien lui remettre les 
cliches qui ont servi pour le me"moire qu il a public dans le l er trimestre 
des Annales de 1892, cliches qui sont la propriete de la Societe. 

. M. le President renvoie la proposition de M. le D 1 R. Blanchard de- 
vant le Gonseil. 

Demissions pow 1893. MM. Selim H. Peabody, Emile Courage et Oscaf 
Koechlin. 

Admission. M. L. Chevalier, membre de la Societe centrale d Apicul- 
ture et d Insectologie generale, rue de Lisbonne, 38. Ent. gen. 

Presentation. M. le D r Matias Mercado y Gonzalez, Nava-del Rey, Val- 
ladolid (Espagne), Col., presente par M. le D L< A. Fuinouze, au nom de 
M. I. Bolivar. Commissaires rapporteurs : MM. P. Mabille et G.-A. 
Poujade. 

Rapports. M. leD r A. Fumouze, tresorier, depose le rapport suivant 
rclatif a sa gcstion linanciere pour 1 exercice 1892 et le budget qu il a 
dresse pour 1 exercice 1893 : 

REGETTES 

Solde en caisse an l er Janvier 1892 , 189 fr. 30 c. 

Cotisations pendant 1 annee 1892 7,218 

Tirages a part : 406 fr. 15 ; vente & Annales : 627 fr. 40 ; 
abonnements : 782 fr. 25; Tables : 22 fr.; Faune 

Bedel : 82 fr. Total.,...,,,....... 1,919 80 i 

Revenus de la Societe, ....,,..., ..,.., , , . 3^17 ;, 10. , 

Subvention du ministere de rinstruclion publique... .. 500 j> 

de T Agriculture, ; 600 , ; 



A reporter, ; . . ; , i 13,644 fr. 20 c. 



xx Bulletin entomologique. 

Report.. 13,644 fr. 20 c. 

Dons (E.-L. Ragonot, 120 fr.; J. Bourgeois, 100 fr.; 

D r F. Heim, 400 fr.) 620 . 

Annonces 252 

Divers 96 95 

Exonerations (P. Nadard, D r A. Giard, le prince Roland 
Bonaparte, L. Favarcq, M. Vauloger de Beaupre, 
C. Ferton, J. Sahlberg, P. Bigot, H.-G. Hubbard).. 2,700 > 



Total des recettes 17,313 fr. 15 c. 

DEFENSES 

Loyer, impots, assurance, cliauffage, eclairage 1,492 fr. 50 c. 

Frais de publication des Annales et du Bulletin (impres 
sion : 7,383 fr.; planches : 2,282 fr. 45) 9,665 45 

Frais d envois 712 44 

d administration et de correspondance 461 90 

Bibliotheque 934 75 

nstallation du gaz a la Bibliotheque 196 25 

Prix Dollfus 300 

Achat de six obligations Quest ancien a 455 75 : 

2,734 fr. 50 ; timbre et courtage : 4 fr. 30 2,738 80 

Traitement de 1 agent. 799 70 



Total des depenses 17,281 fr. 79 c. 

Total des recettes 17,313 fr. 15 c. 

Total des depenses 17,281 79 

Solde en caisse au l er Janvier 1893 31 fr. 36 c. 



Budget pour I exercice 1893. 
RECETTES 

Revenus , 3,200 fr. 

Gotisations 7,500 

Vente d ouvrages* 1,300 

Subventions ministerielles * 1,100 



Total 13,100 fr. 



Seance du 2$ Janvier 1893. xxi 

DEFENSES 

Lover, impots et assurance , 1,600 fr. 

Agent 800 

Prix Dollfus 300 

Bibliotheque 300 

Entretien de la collection H. Brisout de Barneville 100 

Frais d adminislration, d envois et de correspondance 1,000 

Publication des Annales et du Bulletin 9,000 



Total 13,100 fr. 

La Societe, aux termes des articles 25 et 28 des Statuts et Reglement, 
renvoie I examen des comptes du Tresorier a son Gonseil, qui lui pre- 
sentera un rapport dans sa prochaine seance. 

M. H. Desbordes, au nom de la Commission du Prix Dollfus, lit 
le rapport qui suit : 

Messieurs, 

La Commission du Prix Dollfus s est reunie, le 18 Janvier, sous la 
presidence de M. P. Mabille. 

Etaient presents : MM. C. Brongniart, A.-L. Clement, H. Desbordes, 
E. Donge, A. Leveille, P. Mabille et G.-A. Poujade. t 

La tache de la Commission etait, cette annee, relativement facile. Un 
seul ouvrage a e te en effet presente pour I obtention du Prix en 1893, 
celui de M. L. Fauconnet, ayant pour tilre : Faune analytique des Cole o- 
pteres de France, par L. Fauconnet. Vol. gr. in-8, 519 pages et un 
Index ; 2 supplements (1 et 2). Autun, chez Bligny-Cottot, 1892. 

II y a, Messieurs, diverses manieres, pour les Societes savantes, de 
decerner les prix que de genereuses fondations ont mis a leur disposi 
tion. Dans la plupart des cas, elles se conferment scrupuleusement aux 
intentions des donateurs, en ne recompensant que les seuls ouvrages 
qui remplissent a tous egards les conditions fixees. Mais il arrive par- 
fois et nous en avons vu ici des exemples qu une Societe se voit 
dans la quasi-obligation de couronner des travaux qui ne rentrent pas, 
d une fac,on absolue, dans le cadre de la fondation, soit que, par leur 
merite exceptionnel, ils s imposent aux suffrages, soit qu aucun des 
concurrents n ait presenle une oeuvre qui reponde entierement aux 
vues du donateur. 

Nous pensous, Messieurs, que c est une bonne fortune pour une So- 



xxi i Bulletin entomologiqw. 

ciete 1 lorsqu elle se trouve en presence d un travail dont le plan general 
est entitlement conforme aux conditions exprimees par le fondateur du 
jifix, et dont le iherite, ires reel, justifie [ attribution do cetto recom 
pense. 

Tel est lo cas* de 1 buvrage de M. L. Fauconnet. Vous vous souve- 
ne?, en effet, Messieurs, quo le voeu de Jean Dolllus a ete de voir appli- 
quer le prix fonde par lui a particulierement au travail qui, par sa 
valeur scientiftque et son prix de vente, conviendra le mieux a 1 ins- 
_ truction des debutants en entomologie . A ce dernier point de vue, 
on ne saurait Jrqp louer la Faune de M. L. Fauconnet. 

Qui de nous, Messieurs, ne se souvient qu a ses debuts il etait arre"te, 
pour ainsi dire a chaque pas, par la presque impossibilite de se procu 
rer les divers ouvrages speciaux oii se trouvaient dissemines les docu 
ments necessaires a ses etudes ? Nous avions il est vrai, les Faunes de 
Lacordaire, de Mulsant, de Fairmaire et Labo.tilbene, de divers autres 
encore. Mais 1 oeuvre de Mulsant etait cotee a un prix considerable ; mais 
MM. Fairmaire et Laboulbene n avaient public que la moitic environ de 
leur Faune francaise ; mais celle de Lacordaire etait egalement inachevee 
et ne comprenak du reste qu un nombre d especes tres. restreint. Aussi 
voyait-on souvent des debutants, dont la vocation semblait pourtant 
assuree, se decourager rapidement et abandonner une science pour 
1 ttude de laquelle les instruments de travail leur faisaient defaut. 

11 faut reconnattre que, depuis environ vingt ans, les entomologistes, 
tant Francais qu etrangers, out produit une somme considerable de tra* 
Yaux, et que, specialement, il a ete public, soil dans des periodiques, 
soil dans des ouvrage& speciaux, de nornbreux tableaux de determi 
nation qui ont largement contribue a rendre claire et precise uiw science 
j usqu alors un pen obscure, 

Ce sont ees tableaux que M. L. Fauconnet s est donne a tAche de 
reunir en un volume, et nous ne saur ions mieux mesurer le service 
qu il a ainsi rendu a la vulgarisation de 1 entomologie qu en vous priant, 
Messieurs, de vous reporter pour un instant a 1 epoque dont nous vous 
pat-lions tout a 1 heure, oii vous ne possediez pour toute biWiotheque 
entomologique ; que deux ou trois volumes cherement acquis, et en 
vous demandant si Tapparition d un semblable ouvrage n aurait pas 
ete accueiih e par vous avec une satisfaction bien voisine de 1 enthou- 
siasme h.... 

Ce n est pas, Messieurs, qu aucune critique ne puisse etre adressce a 
1 oeuvre de M. L. Fauconnet. Ahisi que 1 autetir le declare lui-me*me, 



Seance du 23 Janvier 1893. xxm 

son volume cst, a peu de chose pres, une veritable compilation, et cette 
reunion de tableaux, emanes de tant de sources differentes, manque un 
peu d unite, particulierement au point de vue geographique. Jl-faut 
signaler aussi quo cot ouvrage ne permet de nommer un Coleoptere 
francais qu autant qu ou en suppose le genre connu. L auteur n a reuni, 
en efifet, que des tableaux de noms d especes, et son O3uvre eut certai- 
nement gagne a etre completee par un Genera. Nous devons toutefois 
reconnaitre qu il a brievement rappele, en te"te de chaque tableau, les 
caracteres les plus saillants du genre, et que ces indications permettent, 
dans bien des cas, de preciser celui-ci, surtout lorsque la famille a 
laquelle appartient I Insecte etudie est connue, et que Jes recherches 
sont limitees a un nombre restraint de genres. Enfin, la Faune analy- 
lique des Coleopteres de France ne comprend que 7,500 noms environ, 
alors que le nombre des Coleopteres francais decrits a 1 heure actuelle 
est sensiblement superieur a ce chiffre. 

Mais ces critiques legeres n enlevent pas au livre le caractere utilitaire 
et pratique que nous lui reconnaissons hautement. Nous estimons, Mes 
sieurs, qu il est appele a rendre les plus grands services aux jeunes 
entomologistes, et que ceux-la meme dont 1 experience est deja forniee 
s en serviront frequemment comme d un manuel de consultation cou- 
rante. 

Nous pensons done que M. L. Fauconnet a fait oeuvre utile en pu- 
bliant sa Faune analytique des Coleopteres de France, et nous vous pro- 
posons, a 1 unanimite, de lui decerner le Prix Dollfus pour 1892. 

Apres la lecture de ce rapport, M. le President rappelle qu aux termes 
des articles 13 et 59 de son Reglement, la nomination du laureat du 
Prix Dollfus aura lieu dans la seance du mercredi 22 fevrier 1893. 
Tous les membres francais ont droit de prendre part an vote, qui aura 
lieu au scrutin secret et a la majorite des suffrages, soit directement, 
soil par correspondance. 

Les bulletins de vote devront parvenir entre les mains du President 
de la Societe, au siege social (Hotel des Socie te s savantes, rue Ser- 
pente, 28), au plus tard le mercredi 22 fevrier 1893, a huit heures du 
soir, avant 1 ouverture du scrutin. 

Rectification, M. H. du Buysson rectifle une erreur qu il a commise 
dans le Bulletin des seances (p. CCLVII, 1892) a propos de Attagenus 
pantherinus Ahr. Gette espece reste toujours etrangere a la faune fran- 
caise. Un examen insuffisant lui avail fait rapporter a tort a Attagenus 



xxiv Bulletin entomologiqnc. 

pantherinus le petit Dormestide qu il signale dans les nids d Hymeno- 
pteres du genre Anthophora. 

M. L. Bedel a bien voulu etudier 1 Insecte et 1 a determine avec assu 
rance comme etant Trogoderma versicolor, var. meridionale Kr. 

Cette variete, signalee comme habitant 1 Europe meridionale, se ren 
contre le plus souvent, selon M. L. Bedel, dans i interieur des habita 
tions et attaque parfois les collections d histoire naturelle. Elle est assez 
repandue dans le nord de 1 Afrique. 

J espere que le precede que j indique pour recueillir les parasites ou 
commensaux des Hymenopteres facilitera peut-etre la capture d especes 
qu on ne rccolle souvent que par accident. 

Communications. M. le D r R. Blanchard communique une Notesur des 
larves de Dermatobia provenant du Bresil : 

J ai recu rccemment de M. Silva Araujo, professeur a la Faculte de 
medecine de Rio-de-Janeiro, un interessant envoi de larves de Derma 
tobia. Get envoi etait accompagno d une lettre, en date du 11 decembrc 
1892, a laquelle je crois utile d emprunter les passages suivants : 

Je vous adresse une collection de Berne que j ai rapportes de 1 Etat 
de Minas-Geraes, en 1885. Dans cette excursion que j ai faite a Minas- 
Geraes, j ai observe que les Boaufs et les Chiens etaient victimes du Berne. 
J ai demande a 1 un de mes amis, qui etait fazendeiro (agriculteur, 
maitre d une plantation de cafe), et qui etait le pere d un jeune confrere 
chez qui je me trouvais, de m obtenir des larves de ces Berne a difTe- 
rentes periodes de developpement. II a donne ses ordres, et, quand je 
prenais le chemin de fer pour retourner a Rio, il m a envoye un flacon 
rempli de Berne. Je ne peux vous affirmer si tous ces Berne proviennent 
du Boeuf ou s ils ont e te r.ecueillis aussi sur le Ghien. La verification de 
ce fait serait aujourd hui difficile, mais si vous la jugez indispensable, je 
tacherai d ecrire a mon confrere, Je fils du fazendeiro, en lui deman 
dant si ies Berne en question provenaient seulement du Boeuf ou de cet 
animal et du Ghien. 

J ai demande plus tard aquelques amis, de I interieur du Bresil, un 
exemplaire de la Mouche productrice du Berne, et on m a envoye deux 
Insectes tout a fait diffe rents. Je vous envoie ces deux especes d Insecte 
pour les soumettre a votre examen : de 1 une de ces especes, je vous 
envoie deux individus, recus de deux points difTerents et envoyes par 
deux personnes differentes ; de 1 autre espece, je n ai recu qu un seul 
individu, une Mouche. Un pharrnacien habitant 1 Etat de Saint-Paul 



Seance du 23 Janvier 189:1. xxv 

vieat do m aflirmer que la cause du Berne est la Mouclie quo je vous 
cnvoie et nullement le gros Moustique dont je vous envoie deux indi- 
vidus. Ge Moustique ressemble beaucoup aux petits Moustiques que 
nous avons ici a Rio et que nous appelons Mosquitos ou Pernilongos (a 
longues jambes) ; a Bahia, on les appelle Muripocas (denomination em 
ployee par les indigenes). 

J espere pouvoir vous donner d autres renseignements dans un bref 
delai, parce que j ai demande a ce pharmacien de Saint-Paul de m en- 
voyer, dans des flacons separes, les Berne du Boeuf, ceux du Chien, les 
Mouches incriminees, etc. 

Les deux Moustiques dont M. Silva Araujo revoque en doute les rela 
tions avec le Berne, n ont effectivement rien de commun avec celui-ci : 
ce sont deux specimens d une meme espece de Tipula, qu il est inutile 
de determiner avec plus de precision. Quant a la Mouche , dont un 
seul exemplaire m a ete envoye, c est, a n en pas douter, Dermatobia 
cyaniventris (Macquart, 1843) : M. J. Bigot, dont on connait la haute 
competence en ce qui concerne les Dipteres, a bien voulu verifier 
1 exacti tude de cette determination. 

Les larves qui me sont arrivees en meme temps que ces Inscctes sonl 
an nombre de quinze : toutes sont a la troisieme periode larvaire et 
appartiennent an genre Dermatobia, mais parmi elles ne figure aucun 
Berne, dans le sens special que nous avons attribue a ce mot. Un examen 
superficiel permet en efTet d y distinguer un Ver macaque et quatorze 
Torcel, aisement reconnaissables aux caracteres que j ai indiques prece- 
demment (1). 

Le Ver macaque est si parfaitement conforme a la description que j ai 
donnee de cette sorte de larve, que je crois superflu d en reprendre 
1 etude; la seule difference, qui merite d ailleurs d etre passee sous 
silence, tient a rinegalite du nombre des epines dans chacune des ran- 
gees. Quant au Torcel, en raison du grand nombre d exemplaires que 
j avais en ma possession, j ai pu 1 etudier de nouyeau et observer 
quelques details qui ne sont pas sans interet. 

Ces Torcel sont de taille inegale. Le plus petit est long de 12 mill., 
pour une largeur maximum de 6 mill. : il a une forme comparable a 
cell e du Ver macaque (2), c est-a-dire que les huitieme, neuvierne et 
dixieme segments (le onzieine etant retracte dans le dixieme) constituent 

(1) Ann. Soc. ent. Fr., 1892, p. 136-1 u. 

(2) Loc. cit., p. 137, fig. 10. 

Bulletin bimensuel 1893, n 2. b 



xxvi Bulletin entomologiqu-e. 

une sorte d appendice cylindro-conique uotablement plus e troit que la 
partie anterieure du corps. Gette meme forme generate s observe encore 
sur 4 autres larves, puis on voit la partie poste rieure s e largir graduel- 
lernent et passer par I e tat que representent les figures 11 a et b de moii 
travail de ja cite. On assiste ainsi a la maturite progressive de la larve et 
on arrive finalement a des individus longs de 20 mill., larges de 10 mill., 
d ailleurs fortement durcis et retracte s par 1 alcool. 

Sur ces quatorze Torcel, six sont entitlement conformes a ma pre 
miere description ; les huit autres pre sentent certaines variations que 
nous croyons devoir mentionner, car elles vont nous conduire a modi 
fier la diagnose de cette lorme larvaire. Bisons une fois pour toutes qu il 
resulte de nos observations que la variation porte exclusivement sur 
les deuxieme et septieme segments ; nous nous bornerons done a envi- 
sager ces derniers : 

A. Sur ie deuxieme segment, les crochets de la ceinture deviennent 
plus rares a la face ventrale ; ils manquent totalement sur le cote gauche, 
mais on en trouve trois ou quatre sur le cote droit. 

B. Sur le deuxieme segment, les crochets de la ceinture manquent 
totalement a la face ventrale. Sur le septieme segment, la range e sup- 
plemeutaire est represented par un seul crochet en anteversion, inse re 
sur le flanc droit. 

C. Sur le septieme segment, la range e supplementaire est presque 
absente : elle n est representee que par trois ou quatre crochets e pars. 

D. Sur le deuxieme segment, la ceinture manque au venire et sur 
les cotes. Sur le septieme segment, la range e supplementaire compte 
21 crochets a droite et 20 a gauche. 

E. Sur le deuxieme segment, la ceinture prcsente 13 crochets a la 
face ventrale. Sur le septieme segment, la rangee supplementaire compte 
8 crochets a droite et 5 a gauche. 

F. Sur le deuxieme segment, la ceinture est complete et partout 
ininterrompue. Sur le septieme segment, la rangee supplementaire fait 
totalement defaut. 

Q f Sur le deuxieme segment, la ceinture fait defaut aux faces 
ventrale et late rales. Sur le septieme segment, la rangee supplementaire 
est bien marquee et descend jusque sur les parties laterales : elle compte 
16 crochets a gauche et 19 a droite. 

f/. __ Sur le deuxieme segment, la ceinture est bien de veloppi e ;i la 



Seance du 25 Janvier 1893. xxvn 

face ventrale. Sur le septieme segment, la rangee supplementaire n est 
represented que par 3 crochets e pars sur le cote droit. 

Les details ci-dessus peuvent se resumer en cette formule, dont on 
devra tenir grand compte dans la determination de larves d OEstrides 
extraites de la peau de I Homme et des animaux, dans TAmenque du 
Slid : 

La description que nous avons precedemment donnee du Torcel (1) 
est exacte d tine fac.on generate ; toutefois, 1 examen d un plus grand 
nombre de specimens nous a demontre que, suivant les individus, la 
ceinture du deuxieme segment fait autour du corps un anneau complet, 
s eflace sur les cotes ou disparait memo tout a la fois sur les cotes eta la 
face ventrale. De rneme, la rangee supplementaire du septieme segment 
pent etre developpee au point de presenter 30 a 40 crochets en anteversion 
et descendant jusque sur les flancs ; ou bien elle se reduit de plus en 
plus et peut meme disparaitre entierement. 

La presence du Ver macaque dans 1 Etat de Minas-Geraes etait indi- 
quee deja dans notre premier travail ; celle du Torcel en cette meme 
region ctait prevue aussi. II n en est pas moins interessant de constater 
avec certitude que les Dipteres qui produisent ces larves sont bien reel- 
lement capables de s attaquer indifTeremment a I Homme et aux animaux 
(Ghien, Bo3uf). 

Restent a determiner les relations du Torcel avec Dermatobia cyani- 
ventris. II y a.de fortes preemptions a ce que 1 un soit la larvo de 
I autre ; neanmoins la preuve directe, basee sur 1 education de la larve, 
fait encore defaut. Si cette opinion se verifie par la suite, la validite 
specifique de Dermatobia cyaniventris, revoquee en doute par Brauer, 
sera defmitivement etablie ; c est d ailleurs la maniere de voir qui domine 
actuellement parmi les entomologistes. 

En terininant cette communication, je desire signaler des maintenant 
a la Societe 1 occurrence de larves de Dipteres dans la peau de I Homme 
a Natal. J ai regu ces jours-ci, de M. R. Trimen, directeur de South 
african Museum, a Gape-Town, un interessant envoi, qui met la chose 
hors de doute : cet envoi consiste en une larve, une depouille de pupe 
et deux Insectes parfaits, provenant de 1 education de larves semblables. 

Le Diptere dont il s agit est un Muscide, tres probablement du genre 
Ochromyia. Je me propose de presenter ulterieurement a la Societe une 
communication plus etendue sur ce sujet. 

(i) Loc. cit.. p. uo-141. 



xxvin Bulletin entomologique. 

- M. F. Meunier, de Bruxelles, ecrit sur deux Dipteres : 

1 Homalomyia hamata Macquart, Suites a BufTon, II. p. 312, 10, 
pi. 17, fig. 6, d 1 . Zett., Dipt. Scand., V, p. 1760, 144, ? (<?, d apres 
Macquart). Van derWulp, Nieuwe Naamlijst van Inlandsche Diptera, 
2 e partie, p. 1020 (de Herklots, III, 1866). 

?. La fcmelle a etc bien decrite par Zetterstedt, a 1 exception d un 
caractere important pour la distinction specifique. Au milieu de la bande 
cendree du front, on observe un sillon longitudinal de meme couleur 
et allant de la base des antennes aux ocelles. Schiner (Fauna Austriaca, 

I, p. 656) a mentionne 1 existence d une semblable raie mediane chez 
Homalomyia incisurata Zett. L abdomen est cendre, a reflets legerement 
verdatres; les cotes des derniers segments sont fauves. 

Get Anthomyinx est rare. , 

2 Hydrotxa palestrica Meigen, Syst. beschr. Europ. Zweiflugeligen 
Insecten, V, p. 135, 93, d 1 ; VII, p. 324, 6. Van der Wulp, Nieuwe 
Naamlijst van Inlandsche Diptera, 2 e partie, p. 958 (observations sur la 
femelle). Zett., Dipt. Scand., IV, p. 1428, 37, rf. 

$. Void ce que dit Van der Wulp : Ik bezit ook het ?, dat door 
de grijze kleur van bet achterlijf, zonder Aveerschijnvlekken, en door 
de gele vleugelscbubben en wortel der vleugels gemakkelijk van 
Hydrot.va dentipes onderscheiden wordt. II ne dit rien des autres 
caracteres qui separent encore beaucoup plus nettement ^tte espece dc 

II. dentipes. Le front est visiblement moins large et le point blanc de la 
base des antennes est considerablement plus petit, parfois meme presque 
entierement efface. 

Gette forme pout etre facilenicnt confonduc avec Hydrotxa dentipes 
Fabricius pour tous les autres caracteres. 

M. A. Finot envoie les descriptions abregees de quatre especes 

nouvelles d Orthopteres habitant rAlgcrie : 

1. Forficula circinata, n. sp. (Forficules). Pallide testacea. 
abdomine fusco-testaceo, parte anali et pedibus parce pubexccntibus. Ca- 
put rufescens. Oculi nigrl Antenna probabiliter 11-13 articulate (typi 
antennis incompletis 10 articulatis). Pronotum quadrat-urn, angulis pos- 
ticis rotundatis. Elytra perfecte explicata, margine postico oblique trun- 
cato. Al,v radimentarix, laterales, sub elytris totw absconditse. Pedes 
testacei, subtiliter pilosi. Tarsi articulo secundo parvo, cordiformi. Ab 
domen fusco-testawum, segmmtis 3 et 4 Intere pliciferis. 



Seance du 25 Janvier 1893. xxix 

c?. Segmentum anale breve, lateraliter subplicatum et obtuse bituber- 
culatum, margine postico nigro rotundato. Lamina subgenitalis trans 
versa, margine postico triangulariter- rotundato. Pygidium parvum. 
quadratum. Crura forcipis testacea, pronoto duplo xque longa, bast 
contigua, in dimidio tertio basilari latissima, margine interno prope 
basim denticulato, rapide contracta, angulose curvata, dehinc gracillima 
cylindrica recta, apice ipso tantum incurva acuminata subdecussata ; 
margine interno basilari denticulato ; dimidia parte apicali fusco- 
nigra. 

$. Segmentum anale brevissimum, obtuse subbituberculatum. Lamina 
subgenitalis transversa, margine postico triangulariter-rotundato. Pygi 
dium invisum. Crura forcipis testacea, recta, contigua, basi incrassata, 
apice fusco- ferrugineo, incurva subdecussata. 

Long, corporis : d\ 910 mill.; $, 78 mill. Long, pronoti : 
c^, 1,5 mill.; , 1,5 mill. Long, elylrorum : d* ct ?, 1,5 mill. Long. 
forcipis : d*, 3,2 mill.; ?, 2 mill. 

Habitat in Algeria : Oran, 5 exempl. 

Gette espece est voisine des Forficula pubescens Gene et decipiens 
Gene. 

2. Heterochaeta Lemoroi, n. sp. (Mantes). $. Gracilis, tenui- 
ter spinosa. Caput triangulare. Oculi ovati, in spinulam brevem obtusam 
terminati. Pronotum longissimum, supra humeros modice dilatatum, 
anlice attenuatum rotundatum; carina media longitudinaii valde dis- 
tiucta, apice cordiformiter tuberculata ; marginibus denticulatis. Elytra 
dbbredata, marginem posticum tertii segmenti abdominis non attengentia, 
maculis nebulosis fuscis, venis spuriis fusco- fasciatis, stigmate obliterato, 
membrana anali flavo-tincta. Alx fere tot;e subopacw flaw, fasciis nigro- 
c.Trulescentibus interruptis, in campo radiali concentricis. Pedes antici 
graciles. Coxx anticce basi hand incrassatte nee lobatx. Femora antica 
subtus externo margine 4 spinis, interno margine spinis alterne parvis 
et majoribus, spinis discoidalibus 4 (3 in lineam rectam dispositis, ul 
tima duplicata) armata. Pedes intermedii et postici hand lobati, apice 
spinulosi. Lamina supra analis transversa. Cerci ovati, lati, plani, 
foliati. 

r?. Ignotus. 

$. Long, corporis : 4 mill. Long, elytrorum : 19 mill. Long, 
pronoti : 11 mill. 

Habitat in Algeria : Biskra, o exempl. 



xxx Bulletin entomologique. 

Je place cette espece dans le genre Heterochxta Westwood en raison 
de son aspect tres semblable a celui de Heteroch.rta tenuipes Westwood, 
malgre 1 absencc des lobes aux pattcs. Elle est dediee a feu Lemoro, 
notre regrette collegue, qui avait capture le type unique. 

3. Acrotylus errabundus, n. sp. (Acridiens). Differt ab Acro- 
tylo patruele Sturm : <$. Costa frontalis carinula transversali a vcrtice 
separata. Apex verticis truncatus. Tibi.T posticx calcari inferiori interno 
dimidium articuli primi tarsorum vix superanti. ALx basi leviter pur- 
pur eo tinctx, fascia arcuota lata nebulosa et apice nigresccntibus. 

?. Ignota. 

<$. Long, corporis : 17 mill. Long, pronoti : 3 mill. Long, ely- 
trorum : 20 mill. 

Habitat in Algeria : Chabet-el-Ameur, 7 exempt. 

Cette espece est voisine des Acrotylus patruelis Sturm, concinna Ser- 
ville et hottentolus de Saussure. 

4. Odontura terniensis, n. sp. (Locustaires). Differt ab Odon- 
tura algerica Brunner. : Antenn.r vix crassiores, basi articulorum fusco- 
annulat.r. Lobi reflexi pronoti margine postico recto obliquo. Elytra : 
3, nervuris valde distinctis ; $, omnino detects, nervuris valde distinc- 
tis. Lamina subgenitalis : d, longissima, versus apicem valde attenuata, 
margine postico triangular iter triemarginato ; ?, semi-circula, medio 
postico triangulariter parve extenso. Ovipositor pronoto triplo parum 
brevwr, medio contractus et curvatus. 

Long, corporis : ^, 1920 mill.; $, 19 mill. - - Long, pronoti : 
cT, 3,64 mill.; $, 4 mill. Long, femorum anticorum : c?, 910 mill.; 
$, 8,5 mill. Long, ovipositoris : 11 mill. 

Habitat in Algeria : Terni, Sebdou, 7 exempl.; Tlemcen, 8 exempl. 

M. L. Planet fait passer sous les yeux de la Societe un cocon de 
chenille de Saturnia pyri, dont il donne la description. Ge cocon a etc 
obtenu d une chenille qui, au debut de son travail, a plusieurs reprises, 
a ete derangee et inquietee : 

Ce cocon afTecte la forme d une coupe sans pied, a fond parfaitement 
rond. L interieur en est tres lisse, sans solution decontinuite et douxau 
toucher. L exterieur est un pen rude et rappelle assez bien au toucher 
Pexterieur des cocons normaux de S.pyri; il est cependant un peu 
plus grossier. Gela tient sans doute aux nombreux fils de soie qui ratta- 
chaient cette coque au fond de la boite dans laquelle elle se trouvait. 



Seance du 2S Janvier 1893. 

La forme de cette coupe est absolument reguliere. Tout le pourtour 
otfre un rebord egalement regulier, qui s est rnouic sur le pourtour 
rneme do la petite boite de carton. 

Une autre particularite de ce cocon est qu il est reste d un blanc 
presque pur, alors que les cocons habituels de S. pyri prennent, au 
bout de quelques heures d exposition a 1 air, une couleur brune. 

La chenille s est bien transformed dans cette coque ; il est a remar- 
quer toutefois que la chrysalide etait un peu deformee a la partie antr- 
rieure. Je n ai pu la mener a terrne. 

M. E. Fleutiaux depose la note suivante sur des Cicindelidae : 

1 Depuis la publication de mon Catalogue des Cicindelidx, je me 
suis procure un assez grand nornbre d Insectes du genre Manticora, et 
leur examen m a permis de rectifier ainsi la liste des especes : 

MANTICORA LATIPENNIS Waterh. Transvaal, Bechouana, N Gami, Da- 

mara. 

mygaloides L Thorns. 
Livingstoni Cast. 
Gruti Bone. 

HERCULEANA Kl. Delagoa , Mozambique, Bechouana, 
N Gami, Dainara. 

SCABRA Kl. Mozambique, Natal, Chobe. 
MAXILLOSA Boh. Gap. 

Sicheli J. Thorns. 

Ludovici Cast. 
TUBERCULATA De Geer. Gap, Natal. 

gigantea Thunb. 

maxillosa Fabr. 

granulata Kl. 

v. tibialis Boh. 
DREGEI Gast. Cap, Natal. 
CONGOENSIS Pering. Congo. 

Cette derniere espece est facilement reconnaissable a sa forme allon- 
gee; mandibules longues et minces; cotes du corselet tres sinues ; 
elytres plans, declives a partir de la moitie, leur rebord tranchant et 
releve, leur granulation rare en avant, peu serree en arriere. 



xxxn linllHin entomologique. 

Especes omises : 

Omus Xanti Lee., Pr. Ac. nat. Sc. Phil., 1859, p. 69, Galifornie. 
Probablement une variete de californicus. 

Cicindela hamiltoniana (White) J. Thorns., Arch, eut., I, 1857, p. 323, 
= ? flavolineata Ghaud. 

Cicindela Horsfieldi (Hope) J. Thorns., loc. cil., p. 325, = hfemorrhoi- 
dalis Wiedem. 

Cicindela algoensis Pcring., Tr. S. Afr. Phil. Soc., 1888, p. 70, Delagoa, 
= ? Bertoloni Ghaud., Gat. 

Collyris grandis J. Thorns., loc. cit., p. 325, = Dohrni Ghaud. 
2 Descriptions de deux especes nouvelles du genre Cicindela : 

Cicindela congoensis, n. sp. Long. 17 mill. Gonvexe. Labre 
jaune, borde de noir en avant ; mandibules noires, jaunes lateralement ; 
palpes jaunes, dernier article vert brillant. Tete convexe, d un cuivreux 
obscur. Corselet de la meme couleur en dessus, bleu sur les cotes, 
garni de poils blancs. Ecusson cuivreux. Elytres en ovale, 
d un vert sombre opaque, ornes de trois bandes jaunes lon- 
gitudinales : la premiere parallele a la suture, commenc,ant 
au-dessous de la base et n atteignant pas 1 extremite; la 
deuxieme courte, au milieu de la base ; la troisieme plus 
large que les autres, commengant a 1 e paule et dirige e obli- 
quement jusqu a Tangle apical; suture et cote s cuivreux. 
Dessus bleu metallique a reflet verdatre, garni de poils blancs serres 
sur les cotes. Pattes cuivreuses en dessus, bleues en dessous, e gale- 
ment he rissees de poils blancs. Congo. 

Espece voisine de C. Mechowi Qued. et de C. muata Har. (groupe de 
lugubris Dej.). 

Cicindela Brazzai, n. sp. Long. 15 mill. Subparallele. Labre, 
mandibules et palpes comnie i espece pre cedente. Tete d un cuivreux 
obscur avec deux laches bleuatres entre Jes yeux. Corselet cuivreux, 
un peu moins brillant, bleu sur les cotes et dans le fond des 
deux sillons transversaux. Ecusson cuivreux. Elytres allonge s, 
d un vert plus clair que C. congoensis, ornes de bandes jaunes 
longitudinales : la premiere suturale, commenc.ant au-dessous 
de 1 ecusson et s arretant au quart poste rieur; la seconde tres 
courte au milieu de la base ; la troisieme partant de 1 e paule et 



Seance du 2o Janvier 1893. xxxm 

atteignant i angle apical sans toucher le bord externe, tridentee inte rieu- 
rement et elargio a 1 extremite, et d une petite tache oblique au-dessous 
de ia bande suturale. Cote s cuivreux. Dessous d un bleu metallique a 
reflet verdatre et garni late ralement de poils blancs ; e pisternes me ta- 
thoraciques cuivreux. Pattes cuivreuses en dessus, bleues en dessous. 
Congo. 
Forme de C. cincta Fab. 

M. M. Pic, de Digoin, de cril une espece et une variete nouvelles 
de Coleopteres : 

Formicomus Simoni, n. sp. Etroit et allonge, brillant, d un 
brim rouge plus fonce sur les trois quarts posterieurs des elytres. 
Tete longue, e troite, ruguleusement ponctue e, pubescente, a tres fine 
ligne mediane lisse, terminee en cone court en arriere avec les yeux 
gris. Antenries greles, d un testace rougeatre, avec les 3 derniers articles 
peu obscurcis, assez longues, a l er article long, 2 e moitie moins grand, 
les 3 e et 4 e egalant le l er , avec les suivants a peu pres egaux, allonges, a 
peine diminues a la base, les 4 e et o e derniers e tant un peu epaissis, le 
terminal ovoide, pas plus long que le precedent. Prothorax long, large- 
ment dilate arrondi (un peu globuleux dans cette partie) en avant, 
presque lisse avec la base granuleuse, e troite, droite. Elytres en ovale 
tres allonge, obliquement arrondis aux epaules et anguleusement ar- 
rondis a 1 extremite, a ponctuation fme^ ecarte e et pubescence grise tres 
fine, espacee, un peu deprime e. Pygidium long, fonce. Pattes d un brun 
rouge, avec les cuisses fortes, bien renflees, et les tibias posterieurs tres 
legerement sinue s ; l cr article des tarses long. Dessous du corps rou 
geatre, avec 1 abdomen plus fonce. <f. A cnisses ante rieures armees 
d une courte dent interne mediane ; la femelle est un peu moins etroite 
que le male. Long. 3 1/2 a 4 1/4 mill. Aden. 

Se rapprochc de forme de F. Brisouti Pic, encore plus etroit et e lance 
que cette espece ; rappelle bien, de coloration, F. amcenus Laf. Espece 
bien caracterisee, selon moi, par la forme de ses membres et celle de 
son corps etroit, e lance. 

Cette espece provient des chasses de M. E. Simon, 1 cntomologiste bien 
connu, auquel j ai le plaisir de la dedier. Un exemplaire c? de F. Si 
moni m a etc donne par M. L. Bedel ; deux autres exemplaires m ont e te 
communiques par M. A. Leveille, qui a bien voulu m en ceder un 
exemplaire . 

ANTHICUS 4-DECORATUs Ab., var. Leveillei, n. var. Assez grand 



xxxiv nulletin entomologique. 

et large, bombe, entieroment noir. Tele large, le gerement tronque e et 
bien arrondie aux angles. Antennes assez courtes et fortes, a peino 
epaissies sur leurs derniers articles. Prothorax assez court, modercment 
large, bion arrondi en avant, a ponctuation dense bien marquee. Elytres 
a ponctuation forte, moderement ecartee, larges, assez courts, ornes 
d une pubescence courte variee de gris ou jaune roux. Pattes courtes, 
fortes, avec les tibias posterieurs epais, courts, plus forts que chez lo 
male. Long. 2 1/2 a 3 1/2 mill. Corse (types coll. Lcveille, Pic). 

Je dois la connaissance de cette variete a notre honorable bibliothe- 
caire, M. A. Leveille, auquel je suis hcureux de la dedier. 

A> var. Leveillei rappelle beaucoup .4. fuscicornis Laf., mais il est 
d une taille plus grande et d une forme plus epaisse, sa te"te n est pas 
dchancrae en arriere et sa ponctuation elytrale est plus forte. 

M. F. Guillebeau envoie ies descriptions suivantes de quelques 
especes inedites de Coleopteres d Algerie : 

1. Helophorus brevipilis, n. sp. Taille et aspect de H. aqua- 
ticus Lin., dont ii differs par sa tete plus finement ponctuee, par son 
corselet plus lisse dont les intervalles du milieu sont fortement dilates 
an milieu de leur cote cxterne, 1 intervalle lateral est seul fortement et 
rugueusement ponctue ; par les intervalles des stries des elytres, y 
compris le scutellaire et le sutural, ayant au milieu une ligne de poils 
fins, courts, serres et distincts, par 1 abdomen plus grossierement 
ponctue et a pubescence plus grossiere. -- Long. 6 1/2 mill. El- 
Kantara, 1 seul exemplaire. 

2. Helophorus Pici, n. sp. Allonge, peu convexe, dessus d un 
testace brillant vernisse, la tete doree; palpes, antennes et pattes testa- 
ces. Tete tres finement ponctuee, le sillon du vertex profond et large, 
les sillons transverses fins, le dernier article des palpes allonge, cylin- 
drique ; la massue des antennes manque. Corselet trapezoi de, pres d un 
quart plus etroit a la base qu au sommet, une fois et demie aussi large 
au sommet qu il est long au milieu, les sillons intermediaires modere 
ment flexueux, les lateraux larges et droits, tous finement rugueux au 
fond, les intervalles plats, tres finement ponctues, la base sensiblement 
arquee au milieu en arriere, les angles posterieurs droits, le sommet 
bisinue, les angles anterieurs peu avances, obtus. Ecusson brunatre, 
deprime au milieu, triangulaire, plus long que large. Elytres plus longs 
que le pygidium, sans strie scutellaire, a intervalles egaux, avec une 
ligne de points distincts et peu serres au milieu, les stries a points 



Seance du %5 Janvier 1893. xxxv 

serrds et bien distincts, quelques rares poils emergent des points des 
interslries. Dessous d un noir mat, a pubescence assez longue et assez 
fournie, depassant le bord apical des segments ventraux qui est etroi- 
tement testace. Tarses posterieurs avec de longs poils natatoires, le 
4 e article plus long que lo 3. Long. 5 1/2 mill. Saint-Charles, 
1 exemplaire. 

Je dedie avec plaisir cette espece a M- M. Pic. 

3. Helophorus cincticollis, n. sp. Te~te d un bronze metal- 
lique plus ou moins obscur. quelquefois doree, quelquefois noiratre, 
tlnement pouctuee sur 1 e pistome, le sillon du vertex large, profond, 
onguleux, labre d un vert metallique brillant. Palpes testaces, le dernier 
article moderement renfle d un cote. Antennes petites, testacees. Cor 
selet deux tois aussi large que long, plus ou moins largement horde de 
testace sur les cotes et au .sommet, le sillon median etroit, 1 interme- 
diaire assez fortement arque au milieu, plus etroit a la base qu au 
sommet, tons les sillons d un cuivreux brillant, les intervalles avec une 
faible teinte d un bronze verdatre, et des points ocelles fins et plats. 
Ecusson arrondi, foveole au milieu. Elytres depassant le pygidium, a 
stries fortement ponctuees, les intervalles deux fois aussi larges que les 
points et avec une tres fine rangee de points au milieu, varies de 
quelques taches noiratres, la principale, aux deux tiers de la longueur 
au milieu et commune, suivie d un espace pale, carre, limite en arriere 
et sur les cotes par d autres taches moins foncees. Dessous noir, la 
pubescence tres fine melee de poils plus longs. Paltes testacees. Tarses 
posterieurs allonges, munis de quelques poils courts dessous, le 4 e ar 
ticle plus court que le 3 e , les ongles rembrunis. Long. 3 mill. 
4 exemplaires, Lougasse. 

Cette espece offre, pour les elytres, 1 aspect de H. griseus, et, pour le 
corselet, celui de II. puncticollis. 

4. Ochtebius cuprescens, n. sp. Allonge, deprimc , d un 
bronze cuivreux a reflets violaces sur le corselet. Tete distinctement 
ponctuee, avec des fossettes interoculaires rondes et profondes, et une 
autre plus faible au milieu du vertex. Labre noir, entier. Palpes, an- 
tennes et pattes testaces. Corselet avec une fine pubescence blanchatre, 
fortement retreci en arriere, avec une membrane diaphane etroite sur 
les cdtds a partir de 1 oreillette, transversalement impressionnee au- 
devant du sommet, sillonne sur toule sa longueur au milieu et avec un 
sillon post-oculaire oblique separant 1 oreillette ; le disque plan, distinc- 



xxxvi Bulletin entomologique. 

tement ponctue, la ponctuation de 1 oreillette plus forte et tres serree. 
Ecusson petit, noir, triangulaire. Ely tres a stries ponctuees, les stries 
avec des polls blanchatres, les intervalles lisses. Pygidium decouvert. 
Dessous noir a pubescence serree et courte, le dernier segment glabre, 
brillant. Long. 11/2 mill. 1 exemplaire, Lougasse. 

o. Limnobius coxalis, n. sp. Entitlement d un testace un peu 
obscur, avec une fine pubescence jaune. Tete finement et distinctement 
porictuee, les points plus serre s et plus forts vers le vertex, avec une 
petite impression de chaque cote en avant, le sillon transverse interocu- 
laire peu distinct ; labre legerement echancre. Antennes testacees, la 
massue obscure, les palpes maxillaires allonges. Corselet convexe, 
presque deux fois aussi large que long, convert d une ponctuation 
serree et distincte. plus fine sur le disque, les cote s distinctement 
arrondis. les angles anterieurs arrondis et les posterienrs droits. Ecus- 
son triangulaire, lisse, brillant. Elytres un peu moins de deux fois aussi 
longs que larges a la base, tronques au sommet dont Tangle externe est 
arrondi, couverts d une ponctuation fine, serree et distincte, chaque 
point portant un poil, les intervalles tres finement chagrines. Menton 
lisse au milieu, prosternum distinctement carene entre les hanches; 
mesosternum a peine carene en avant; metasternum mat, pubescent, 
avec des points formant des lignes transverses, et une f range de poils 
jaunes enlre les banches posterieures, les 5 premiers segments ventraux 
mats, avec des poils jaunes brillants, le 6 e glabre avec un tubercule 
relevc au milieu de son bord apical et une foveole rondo au-devant du 
tubercule, ie 7 e carene au milieu, 1 anus avec deux soies longues et 
ecartces. Tibias anterieurs elargis au sommet, denticules sur leur cote 
externe, la derniere dent plus forte ; dans les pattes interme diaires, les 
hanches sont grandes, longitudinalement renflees el garnies d une frange 
de poils jaunes eri arriere, les tibias sont droits, les cuisses sont distinc 
tement pointillees, avec une bordure de poils jaunes a leur cote infe- 
rieur ; dans les pattes posterieures, les hanches sont petites, les cuisses 
a peine arquees, les tibias legerement arquc s et garnis dans leur dernier 
tiers, au cote interne, d une longue frange de soies natatoires et, au 
cote externe, d une bordure tres courte de poils couches. Long. 
2 1/2 mill. Lougasse. 

Gette remarquable espece, unique dans ce genre par la conformation 
de ses hanches intermediaires, se rapproche de L. Thenji (Rev. d Ent., 
1891, p. 324) par les soies natatoires de ses tibias posterieurs dont la 
disposition rappelle celle des males du groupe dc Hydncna gracilis. 



Seance du 23 Janvier 1893. xxxvn 

L. Theryi est noir, son labre est entier et ses cuisses posterieures sont 
distinctemeut arquees. 

6. Limnobius Mauritii, u. sp. <?. D un noir brillant, quelque- 
fois d un testace de poix, ovale, uniformement et tres finement alutace, 
tres finemenl pubescent. Tete a peine distinctement pointillee, le sillon 
transversal interoculaire bien marque, le labre a peine e chancre, la base 
des antennes et les palpes ferrugineux. Corselet convexe, couvert d un 
pointille peu distinct, tine Ms et demie aussi large que long, peu 
arrondi sur les cote s, les angles anlerieurs arrondis, les poste rieurs 
droits, un peu obtus, les cotes d un brim de poix. Ecusson petit, trian- 
gulaire. Elytres deux fois aussi longs que larges, convexes, tronques au 
sommet dont Tangle externe est arrondi, sans rebord sutural. Dessous 
noir, menton avec tine impression transversale, finement chagrine ; 
prosternum distinctement carene, la carene prolonged en arriere au 
dela des handles ; mesosternum brievement carene en avant ; metaster- 
num finement chagrine, a pubescence courte. Abdomen finement pubes 
cent, le 6 e segment etroitement glabre a la base, le resle du segment 
couvert d un fetitre fauve dont les poils sont diriges en arriere, e chancre 
au milieu du sommet dont les cote s sont prolonged en arriere en forme 
de dents convergentes ; le 7 e segment feutre au milieu, 1 anusavec deux 
longues soies ecartees. Pattes ferrugineuses, les tibias anterieurs et in- 
termediaires etroits, droits ; les cuisses posterieures renfle es, presque 
droites au cote inferieur, les tibias posterieurs echancres a la base, puis 
brusquement elargis, graduellement attennes dans leur dernier tiers, 
munis au cote interne de petitcs soies courtes peu serrees. Long. 
1 1/2 mill. 

?. De moitie plus petite, les 6 e et 7 e segments 11011 feutres, les cuisses 
et les tibias poste rieurs simples, les soies caudales plus rapprochees. 

4 exemplaires, Lougasse. 

Je dedie cette espece a notre zele collegue, M. Maurice Pic. Elle se 
distingue de tous ses congeneres par le 7 C segment feutre dans le male. 
Elle est bien voisine de L. stagnalis Guilb., mais elle est plus large et 
ses elytres ne sont pas ponctues comme dans L. stagnalis. 

Les especes dont les descriptions precedent out totites ete rectieillies 
par M. M. Pic, de Digoin. 

Nomination du Secretaire. Sur la proposition de son President, la So- 
ciete, a la seance du 11 Janvier 1893, a renvoye a la seance du 25 jan- 



xxxvni Bulletin entomologique. 

vier 1893 la nomination de sou Secretaire en remplacement de M. ,T. de 
Gaulle, demissionnaire. 

Bien qu aucun candidat ne se presente, la Socielc procedc au vote sur 
la nomination de son Secretaire. 

56 membres prennent part au vote. 

Le depouillement des votes donne : 

J. Gazagnaire, 36 ; P. Francois, 19; bulletin blanc, 1. 

M. le President proclame M. J. Gazagnaire Secretaire de la Societe 
entomologique de France. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Bulletin bibliographique 

Acade mie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 
1893, l er sem. N 2. M. DE MKLY. Strabon et le Phylloxera. 

N 3. 

Academe des Sciences de Cmcovie (Bulletin international), decembre 
1892. 

Agricultural Gazette of N. S. Wales, III, 2, 1892. A. SIDNEY OLLIFF. 
Entomological Notes ; A new Longicorn Beetle (Uracanlhuj crypto- 
phagus) attaking Orange Trees (1 pi.). Experiments with Paris 
Green as an Insecticide. A. H. BENSON. How and When to Spray 
for Codling Moth and Aphides on Fruit-Trees. 

Akademii umiejetnosci w Krakowie : 1 Rosprawy, ser. II, T. II, 1892. Q 
2 Sprawozdanie Komisyi fiziograficznej, 1892. Q 

Annali del Museo civico di Storia naturale di Genova, XXX, 1890-91. 
T. THORELL, Aracnidi di Nias et di Sumatra raccolti nel 1886 dal 
Sig. E. Modigliani. Diagnoses Aranearum aliquot novarum in 
Indo-Malesia inventarum. -- R. GESTRO. Viaggio di F^. Fea in Bir- 
mania e regionc vicme : XXVIII. Subgenere Arctolamia (fig.). 
XXIX. Enumerazione delle Hispid,? (fig.). T. THORELL. Aracnidi 
di Pinang raccolti nel 1889 dai Sig. L. Loria e L. Fea. -- R. J. Po- 
COGK. Viaggio di L. Fea in Birmania e region! vicine : XXX. On the 
Myriopoda of Burma : Pt. 1. Report on the Oniscomorpha collected 
by Sig. L. Fea, by Mr. E. W. Oales and by the late Sig, G. B. Co- 
motto (fig.). Res LigusticaB i XV. Descriptions of a new species 



Seance du 25 Janvier 1893. xxxix 

of Polydesmus from Liguria. Viaggio di L. Fea in Birmania e 
region! vicine : XXXI. On the Myriopoda of Burma : Pt. 2. Report 
upon the Chilopoda collected by Sig. L. Fea and Mr. E. W. Gates. 

E. DE SELYS-LONGCHAMPS. Viaggio di L. Fea in Birmania e regioni 
vicine : XXXII. Odonates. D r M. REGIMBART. Viaggio di L. Fea 
in Birmania e regioni vicine : XXXIII. Enumeration des Dytiscidas 
et Gyrinidae recueillis par M. L. Fea dans ses voyages en Birmanie 
et regions voisines. R. GESTUO. Viaggio di L. Fea in Birmania e 
regioni vicine : XXXIV. Materiali per lo studio del genere Ichthyu- 
rus (fig.). E. OLIVIEK. Viaggio di L. Fea in Birmania c regioni 
vicine : XXXV. Lampyrides rapportes de Birmanie par M. L. Fea. 

A. DODERO. Res Ligustica? : XVI. Nota sul genere Trogaster Sharp 
(Heteronyx Saulcy). T. THORELL. Opilioni nuovi o poco conosciuti 
dell Arcipelago Malese (2 pi.). E. GANDEZE. Viaggio xli L. Fea in 
Birmania e regioni vicine : XXXVI. Elaterides recueillis en Bir 
manie, en 1888, par M. L. Fea (2 e art.). -- R. GESTRO. Viaggio di 
L. Fea in Birmania e regioni vicine : XXXVII. Enumerazione delle 
Cetonie (pi.). R. P. M.-J. BELON. Viaggio di L. Fea in Birmania 
e regioni vicine : XXXVIII. Lathridida3. G. RITSEMA. Viaggio di 
L. Fea in Birmania e regioni vicine : XXXIX. The genus Helotd, as 
represented in Civic Museum of Natural History at Genoa, with des 
criptions of the new Species collected in Burma by Mr. L. Fea. 

R. GESTRO. Viaggio di L. Fea in Birmania e regioni vicine : 
XL. Contribuzione allo sludio degli Insetti Termitofili (fig.). 
D re P. MAGRETTI. Di alcune specie d Imenotteri raccolte dall Ing. Bri- 
chetti Robecchi nel paese dei Somali. R. GESTRO. Appunti sul ge 
nere Omophron. D r M. REGIMBART. Viaggio di L. Loria neila 
Papuasia orientate : IV. Haliplidae, Dytiscida? et Gyrinidie. 
R. GESTRO. Viaggio di L. Loria nella Papuasia orientale : VI. His- 
pidte. Appendice ai Materiali per lo studio del genere Ichthyurus, 

XXXI. 1891-92. T. THORELL. Studi sui ragni malesi et papuani : 
P. IV. Ragni dell Indo-Malesia raccolti da 0. Beccari, G. Doria, 
H. Forbes, J. G. H. Kinberg ed altri. 

Entomologische Nachrichten, XIX, 2, 1893. A. v. SGHULTHESS RECH- 
BERG. Die von Furl Ruspoli und Professor Keller in Somaliland erbeu- 
telen Hymenopteren. J. J. KIEFFER. Ueber einige in Lothringen 
gesammelte Cecidien. H. BEUTHIN. Ueber VarieUiten pala3ark- 
tischer Gicindelen. Kleinere Mittheilungen (fig.). 

Entomologist s Record and Journal of Variation (The}, IV, 1, 1893, ~ 



XL Bulletin entomologique. 

D r W. S. RIDING. Life history of Dasycampa rubiginea. Scientific 
Notes. Variation. Current Notes. Notes on Collecting, etc. 

Naturalista siciliano (II), XII, 4, 1893. J. DESBHOCHERS DBS LOGES. Di 
tre Apion di Sicilia. E. VITALE. Catalogo sinonirnico e lopografico 
dei Curculionidi di Sicilia. L. SPADA. Conlribuzioni alia Fauna 
Marchegiana : I Lepidotteri finora trovati nel territori di Osimo. 

Naturalists (Le), 15 Janvier 1893. P. GAUBEIIT. Appareil venimeux 
des Araignees et action de leur vcnin (fig.)- P- DOGNIN. Descrip 
tions de Lepidopteres nouveaux. 

Revue des Sciences naturelles de V Quest, II. 11 3, 1892. Q 
Royal Society (Proceedings), LII, 317, 1893. 

Societa romana per gli Studi zoolocjici (Bollettino), I, 6, 1892. Dotl. E. 
MARCIALIS. Saggio di un Catalogo metodico dei principal! et piu co- 
muni animali invertebrati della Sardegna. 

Societas cntomologica, VII, 20, 1893. Veizeichniss der Literatur der 
Societas entomologica . -- L. KROULIKOWSKY. Les Rhopaloceres 
du Gouvernement de Wiatkha (Russie orient.). F. RUHL. Ueber 
Bombus lanestris L. und B. arbusculv Ferr. 

Socie te des Sciences naturelles de I Quest de la France (Bulletin}, II, 4, 
1892. Q 

Socie te entomologique de Belgique (Annalesj, XXXVI, 13, 1892. Table. 



AGASSIZ (A.). Annual Report of the Curator of the Museum of Compara 
tive Zoology at Harvard College for 1891-92. Cambridge, 1892, 
40 p., pi. 

DISTANT (W. L.). Description of a new Species of the Homopterous Fa 
mily Cicadida? (Ann. Mag. Nat. Hist.), 1892, 1 p, * 

ID. Contributions to a Knowledge of the Entomology of the Transvaal : 
Coleoptera, Lepidoptera (loc. cit.), 1892, 2 p. * 

ID. Description of a new Species of the Cicadan Genus Pcecilopsaltria 
(loc. cit.), 1893, 2 p. * 

ID. Note on two Genera of Coreid;e found in Madagascar (loc. cit.), 
1893, 2 p. * 

ID. Description of a new Species of Coreidie contained in the Rrussels 
Museum (Ann. Soc, ent. Relg.), 1892, 1 p. * 



Seance du 8 fevrier 1893. XLI 

F.... Ucber die Acclimatisation von Clerus formicarius in den Verei- 
nigten Staaten von Nordamerika (Insekt. Borse), 1893, 1 p. * 

GADEAU DE KERVILLE (IF.). Faune de Ja Normandie : III. Oiseaux (Pi 
geons, Gallinaces, Echassiers et Palmipedes) (Bull. Soc. Amis Sc. 
nat. Rouen), 1891, 582 p., 1 pi. * 

PREUDHOMME DE BORRE (A.). Sur une capture du Pholcus opilionoides 
Schr. (phalangioides Walck.) (Ann. Soc. eiit. Belg.), 1892, 3 p. * 

SCUDDER (S. H.). The tropical Faunal Element of our Southern Nympha- 
Iida3 systematically treated (Proc. Am. Ac.), 1892, 16 p. * 

SLINGERLAND (M. V.)- The Pear-tree Psylla (Corn. Un. Agr. Exp. St.), 
1892, 26 p, fig-. * 

TESCHNER (A.). Le mouvement universel. Leipzig, 1893, 18 p. Q * 
A. L. 

Seance du S fevrier f $03 

Presidence de M. E. LEFEVRE 

MM. E. Brabant (d Escandceuvres), H. du Buysson (du Vernet), G. De- 
maison (de Reims), E. Olivier (de Moulins) et R. Sudre assisterit a la 
seance. 

Necrologie. M. G.-A. Poujade annonce a la Societe la mort de M. Eu 
gene Pougnet, ingenieur en chef des mines d or de la Gortava de San- 
Antonio, pres Medellin (Golombie). Notre regrette collegue, membre a 
vie depuis 1881, est decedc en Golombie le 9 mai 1889. 

Avis important. Le Congres annuel commemoratif de la fon- 
dation de la Societe entamologique de France tiendra sa seance d ouver- 
ture^le merer edi 22 fevrier 1893. 

Les communications qui y seront presentees, annoncees au Secretariat 
jusqu a ce jour, sont les suivantes : 

Compte rendu du Congres de Moscou au, point de vue entomoloyique , 
par A. Janet. 

Note sur un Crabronide chasseur de Fourmis, par le professeur 
G. Emery. 

Note sur des Anthiddes; especes nouvelles. Propositions concernant 
cerlaines lois de la nomenclature zoologique, par M. Pic. 
Note sur des Scydnmiida} ; especes nouvelles, par J. Groissandeau. 



JOURNAL BIMENSUEL <Hullctin de la Societe entomol. de France), 1893. n- 3. 



XLII Bulletin entomolocjique. 

Surun proce de de destruction des Frelons (Vespa crabro). Sur un 
Champignon destructeur de la chenille de Gossus ligniperda, par le pro- 
fesseur F. Heim. 

Remarques sur la nomenclature zoolorjique a propos du Congres de 
Moscou, par E. Olivier. 

Sur les Dipteres africains a larve cuticole. Sur des larves d OEstrides 
provenant de V Elephant dAfrique et du sinus frontal d une Antilope, 
par le D r R. Blanchard. 

Note sur la spatula sternalis et les tubes de Malpighi de, larves de Ce ci- 
domyes, par le professeur A. Giard. 

Note sur les mceurs de Crabro cephalotes (Hyme noptere), par le 
D r P. Marchal. 

Etude comparee du developpement de I ceuf chez le Puceron vivipare et 
ovipare, par le D r V. Lemoine. 

Sur les mceurs et les metamorphoses dteMolytes coronalus, par J. Fallou. 

Sur les metamorphoses de Orchestes rufitarsis et ses parasites (Cole o- 
ptere), par F. Decaux. 

Les auteurs qui auraient des communications a presenter au Congres 
sont pries d en envoyer le litre au Secretaire, M. J. Gazagnaire, boule 
vard Port-Royal, 31, avant le 22 fevrier. 

Le Banquet annuel aura lieu le mmedi 25 fevrier 1893, a 7 heures 
du soir, chez Douix, cafe Corrazza, galerie Montpensier (Palais-Royal). 
Le prix du Banquet est fixe a 10 fr. 50. MM. M. Sedillot ct P. Grou- 
velle sont charges d en assurer 1 organisation. 

Prix Dollfus (1892). Dans la seance du mercredi 22 fevrier 1893, 
la Societe procedera au vote sur les conclusions- du rapport de la Com 
mission du Prix Dollfus (Bulletin n 2, pages xxi, xxn et xxm). Tous les 
membres francais, residants ou non, peuvent voter soil directement, soil 
par correspondance. Pour les votes par correspondance, renvclopiu 
fermee contenant le bulletin de vote (qui a lieu au scrutin secret et a 
la majorite des suffrages exprimes) devra parvenir entre les mains du 
President de la Societe, au siege social (Hotel des Societe s savantes, rue 
Serpente, 28), au plus tard, mercredi 22 fevrier 1893, a hull heures du 
soir, avant 1 ouverture du scrutin. 

M. le Secretaire rappelle qu il est urgent de lui indiquer ies chan- 
gements qui doivent etre fails a la Liste des Membres, qui sera publiee a 
la fin du 4 e trimestre de 1892. 



Seance du 8 fevrier 1893. XLIII 

Correspondence. M. le President annonce quo notre collegue M. E. Ous- 
talet a etc nommc President dc la Socicle zoologique de France pour 
1 annee 1893; Quc notrc collegue M. G. Brongmart a etc nommc 
President dc la Societe philomatiquc pour J aimee 1893. 

- M. le President signale quo M. le Ministre de I lnstruction publique 
invite la Societe entomologique de France a lui fa ire parvenir le volume 
de 1891 de ses Annales, pour le faire figurer a 1 Exposition de Chicago 
avcc les publications des Societes savantcs franchises. 

M: le Secretaire est charge de satisfaire d urgence a la demande dc 
M. le Ministre de I lnstruction publiquo. 

M. le President donne lecture dc la lettre quo M. G. Senac lui a 
adressee en reponse a la lettre de remerciemcnt qu il lui a ccrite au 
sujet de la Collection d Heteromeres donne e par la famille Senac a la 
Societe. M. C. Senac termine ainsi sa lettre : En acceptant les diffe- 
rentes parties de la Collection du D 1 H. Senac, la Societe et ses amis 
nous ont permis de remplir ses intentions et de tcmoigner une derniere 
fois ses sentiments a leur egard. 

M. J. Croissandeau, par lettre du 7 fevrier, demande a la Societe 
que les auteurs puissent, le cas echeant, obtcnircomme impression dans 
le Bulletin plus de place que ne leur en accorde le Reglement, a la 
condition que 1 apparition reguliere du Bulletin ne soit point compromise 
et que le supplement de 1 impression soit a la charge des auteurs. 

M. le President renvoie la proposition de M. J. Croissandeau devant 
le Conseil. 

M. L. Chevalier remercie, par icttre, dc son admission. MM. le 
Tresorier et H. Desbordes s excusent de ne pouvoir assister a la seance. 

Admission. M. le D r Matias Mercado y Gonzalez, Nava del Rey, Val- 
ladolid (Espagrie). Col. 

Presentations. 1 M. Leon Carpenticr, rue Laurendon, 172, Amiens 
(Sommc), Col. et Hym. de France, presente par M. L. Bedel. Com- 
missaircs rapporteurs : MM. M. Sedillot et F. de Vuillefroy. 

2 M. Alois Bonncfois, rue du Cardinal-Lemoine, 62, Ent. gen., Le p. 
et chenilles, presente par MM. H. Lhotte et C. Dumont. Commissaires 
rapporteurs : MM. E.-L. Ragonot et G.-A. Poujade. 

Rapports. M. E.-L. Ragonot, au nom du Conseil, donne lecture du 
rapport sur les comptes du Tresorier : 



XLIV Bulletin cntomologique. 

Messieurs et chers collegues, 

Votrc Gonseil, reuni le 3 fevrier, a examine avec soin les comptes 
pour 1 annee 1892 prescntes a la derniere seance par notrc honorable 
Tresorier et imprimcs au Bulletin du 25 Janvier 1893. 

Us out etc trouves parfaitement exacts et appuyes par des pieces 
compiables. 

Le Gonseil a ete hourcux de constater 1 etat de prosperite dans loquel 
se trouve la Societe, et de voir quo, pendant Tannee ccouhjo, les reccltcs 
ont suffi pour couvrir les depenses; les frais non prevus au budget 
ayant etc compcnses par des recettes supplementaires. 

Voici, du reste, un tableau des augmentations et diminutions de 
recettes et depenses sur les chiffres portes en prevision au budget 

de 1892 : 

RECETTES. 

1 Vente ft Annales et autres publications, rernbourse- 

ment des tirages a part des auteurs -j- 619 fr. 80 c. 

2 Subventions des auteurs -\- 620 

3 Annonces sur la couverture du Bulletin + 252 

4 Recettes diverses -f 96 95 

5 Revenus -f- 17 10 

En caisse au l cr Janvier 1892 189 30 

Ensemble l,795fr. 15 c. 

6 Gotisations en moins. . 282 



Augmentation de recettes 1,513 fr. 15 c. 

DEFENSES. 

1 Frais d envoi des Annales et de bureau -j- 174 fr. 34 c. 

2 Bibliotheque -f- 831 

3 Frais d impression des Annales -f- 635 45 

4 Frais d achat de litres -f 38 80 



Ensemble 1,679 fr. 59 c, 

5 Loyer et impots en moins 127 50 

Augmentation de depenses 1,552 fr. 09 c. 

II faut toutefois observer : 

1 Que, si les cotisations sont inferieures aux previsions, il y a, 
comme toujours, beaucoup de cotisations arrierees, dont : 



Seance du 8 fevrier 1893. XLV 

24 d une annee, soit 600 fr. 

7 de deux annces, soit 350 

et 11 dc trois anne es, soit 825 

Ensemble 1,775 fr. 

sans compter 7 de cinq a sept annees, qu il faut probablement considerer 
comme irrecouvrables ; 

2 Que [ augmentation des frais de poste etait prevue, puisque la 
Socie te avail decide de supprimer la distribution des Annales aux 
mcmbres pendant les seances, et que, d autre part, le port franco avail 
ete reduil de moitie ; 

3 Les de pensos pour la Bibliotheque comprennent : 

un achat fr Annales, pour 300 fr. c. 

une note de reliure de 191 

u n memoire pour 1 installalion du gaz. . 196 25 

et le surplus est jusiifie par 1 achat autorise de livres precieux pour la 

Bibliotheque ; 

4 Enfm la depense en plus de 665 fr. 45, pour frais de publication, 
se trouve compense e, et bien au dela, dans les recettes, par le paiement 
des tirages a parl, les annonccs, les subvenlions des auteurs, les recelles 
diverses el les ventes de publications. 

Le nombre des mcmbres, en 1892, s est accru de 17, de facon que le 
nombre de socielaires, au 1" Janvier 1893, s eleve a 432 (430 meinbres 
ordinaires, plus 2 assistants), dont 102 a vie. 

Pendanl 1 annce qui vient de s c couler, 9 membres se soul exo- 
ncres, et le montant integral de leurs versementsa etc employe en achat 
de litres. 

La Socie te possede actuellement : 
270 fr. rentes 4 1/2 ) .. 

25 _ _ 3 o/O ^ J11 1)olllL ^)- 
300 - 3 0/0 (Legs de feu Thibesard). 

200 - 3 0/0 (Legs de II. Brisout dc Barnevillo). 

300 - 4 1/2 (Don de M me V vc Millettes, en souvenir de 

son pere, notre regrette collegue Bellicr 
de la Chavignerie). 

el 154 obligations du chemin de fer de 1 Ouest, dont 9 au porteur. 

En resume, la situation dela Socicte entomologique de France est des 

plus satisfaisanles. Elle a subi une forle crise en renoncanl a 1 usage d une 

salie de reunion raise graluitement a sa disposition el en assumanl un 



XL vi Bulletin entomologique. 

lover bien plus elevo pour sa Bibliotheque, pendant qu elle voyait ses 
revenus diminucr temporairement par suite du nombre considerable 
d exonerations ; mais, grace a I abiicgation de MM. le Secretaire ct le 
Tresorier, les frais generaux sont a peu pres les memes qu autrefois, ct 
des adhesions nombreuses de nouveaux membres, des dons ou des legs 
sont venus accroitre les recettes, en sorte que la force de production de 
la Societe s est maintenue ct est memo en progres : en effet, elle a public, 
pendant 1 annee 1892, 59 feuilles 1/2 de texte et 11 planches, dont 
3 coloriees. 

Votre Gonseil a done 1 honneur de vous proposer : 

1 D approuver les comptes <Je M. le Tresorier ct lui en donncr de- 
charge ; 

2 De voter de vifs remerciements a M. le D r A. Fumouze pour le zele 
et le devouement qu il deploie dans 1 exercice de ses lonctions, pour le 
plus grand bien de la Societe ; 

3 De voter des remerciements aux auteurs qui out genereusement 
coiitribue, pendant 1 annee ecoulee, a I allegcment des charges de la 
Societe ; 

4 D autoriser M. le Tresorier a acheter des obligations pour em 
ployer les fonds disponibles provenant de la vente des publications de 
VAbeille; 

5 Enfm il vous propose de radier les membres suivants, qui, depuis 
des annees, no satisfont pas a leurs engagements : 1 M. Francois Gre- 
nier, boulevard Barbes, 61; 2 M. R. Galichon, boulevard Haussmann, 
169, et 3 M. G. Huberson, rue Saint-Jacques, 328. 

La Societe adopte les conclusions du rapport de son Gonseil sur les 
comptes de M. le Tresorier pour 1 exercice 1892. 

M. le President, au nom de M. H. Desbordes, lit ie rapport sui- 
vant : 

Messieurs, 

Votre Gonseil s est reuni le 3 fevrier 1893 pour examiner : 

1 La proposition de M. le D r Raphael Blanchard, relative a la 
destination a donner aux cliches en zinc accompagnant les memoires 
parus dans nos Anndles; 

2 La proposition presentee par M. Ch. Brongniart, dans la seance 
du 22 juin 1892, tcndant a la participation de la Societe a la souscription 



Seance du 8 fevrier 1893. XLVII 

ouverte pour 1 erection d un monument a la memoire de Armand de 
Quatrcfages de Breau ; 

3 Les mesures a prendre pour la conservation de la collection de 
Tenebrionides vrais du D r H. Senac, donne e a la Societe par la famille 
Senac. 

Sur la premiere question, le Gonseil vous propose de decider qu il y 
a lieu de confier aux auteurs, qui en feront la demande, les cliches en 
zinc dcs figures accompagnant les memoires public s par eux dans nos 
Annules, cette mesure ne pouvant etre qu avantageuse au point de vue, 
notamment, de leur entretien et, partant, de leur conservation. II de- 
meure bien entendu toutefois, d une part, que les cliches originaux 
resteront la propriete litte raire de la Societe ; d autre part, que les 
auteurs ne pourront en faire usage pour unc autre publication qu a la 
condition de mentionner expressement que les figures obtenues sont 
extraitcs dcs Annales de la Societe entomologique de France. 

Sur la deuxieme question, le Gonseil a e mis un avis favorable a la 
proposition de M. Gh. Brongniart, et il estime qu il y a lieu, pour la 
Societe, de participer pour unc somme dc 25 francs a la souscription 
ouverte en vue de 1 erection d un monument a la memoire de Armand 
de Quatrefages de Breau. 

Sur la troisieme question, votre Gonseil considere que la Societe a 
grand interet a 1 entretien et a la conservation de la magnifique Collection 
dc Tenebrionides qui lui a etc si genereusement offerte par la famille de 
notre regrette collegue le D r H. Senac. Cette Collection comprend en effel, 
iion seulementles types de la belle Monographic des Pimelies, mais encore 
ceux des Blapsides de la Collection Reiche, qui viennent d etre examines 
par M. le D r Seidlitz en vue d une revision du groupe. Aussi le Gonseil 
vous propose-t-il de decider, en principe, que cette Collection devra etre 
conficc a Tun des membres de la Societe pour etre conserved dans les 
monies conditions que les Collections de Peyerimhoff et de H. Brisout de 
Barneville. 

La Societe adopte les conclusions de ce rapport. 

Elle decide en outre que M. L. Bedel, conformement a la proposition 
qu il a bicm voulu lui faire, sera charge de conserver la Collection du 
D r II. Senac. 

Travaux em-its. M. le Secretaire depose, au nom de M. F. Guillebeau, 
un travail intitule : Voyage de M. E. Simon au Venezuela (decembre 
1887 avril 1888) : Phalacridx, par F. Guillebeau. 



XL vin Bulletin entomologique. 

Communications. M. le D 1 F. Hcini lit line note sur uu eurioux Cham 
pignon entomophyte : Isaria tenuis, n. sp. : 

Depuis plusieurs annees, notre attention avail etc attire e, an cours 
d excursions botaniques dans 1 Est, par la presence assez frequente, a la 
face inferieure du limbc des feuilles de Noisetier et d Onne, de petites 
masses blanchatres, dont 1 aspect rappelle assez bioii un fragment de 
Lichen frutescent. Nous avons entrepris un cxainen attentif de cette 
production, 1 automne passe, et nos resultats nous ont conduit a des 
conclusions assez inattendues sur sa nature. 

Cette masse est formee par le mycelium d un Champignon, intrique a 
la surface d tnie cuticule d Insecte, qu il maintient accolee a la feuille. 
Cette cuticule, prcsque transparcnte, soluble dans la potasse caustique 
bouillante, ce qni indique bien sa constitution chitineuse, est herissce 
de poils assez courts et aigus. Nous avons en vain cherche a determiner a 
quel Insecte appartenait cette cuticule. L hypothese d une Arane ide nous 
semble devoir etre ccartee iinmediateinent, car sa presence exclusive, a 
la face inferieure d essences forestieres determinees, ne laisserait pas que 
d etre fort etrange. Cette depouille est trop vohimineuse pour appar- 
tenir a un Acarien phytophage, car elle pent mesurer jusqu a 2 centim. 
II nous semble legitime d admettre que nous avons affaire a une larve 
phytophage d un Insecte, parasite du Noisetier et de 1 Ormc. La forme 
des appendices, et surtout de 1 appareil buccal, et la situation des stig- 
malcs permettraient d acquerir des renseignernents assez precis, sur le 
groupc auquel 1 animal se rapporte (Insectes ou Arachnides) ; mais, au 
milieu du feutrage du mycelium, on comprcndra sans peine que nous 
n ayons pu parvenir a los decouvrir. La forme aplatie de la depouille 
pourrait faire songer a une Cochenille, mais nous n avons pas de Coche- 
nille indigene de cette taille; d ailleurs, nous n avons jamais observe, 
dans 1 Est, d especes de ce groupe vivant aux depens de 1 Orme et du 
Noisetier. 

Nous n entrons pas ici dans le detail des caracteres botaniques du 
Champignon. Nous le rapportons an genre harm, suivant en cela 
Fexemple de nombre de mycologucs autorises, qui appellent Isaria tons 
les Champignons entomophytes a forme quelque pen frutescente. II est 
a remarquer, cependant, que ce nom est appele a disparaitre, le jour 
oil Ton connailra la forme parfaite, ascoporee, de ces Isaria ; mais, des 
maintenant, n y aurait-il pas lieu d etablir des couj)es generiques, dans 
ces formes heterogenes de Muce dinees agregees, groupees sous le nom 
d lsaria? Nous ne voulons pas, pour le moment, t randier cette question, 



Seance du 8 fevrier 1893, XLIX 

grosse de difiicultes. II est d ailleurs a remarquer que, si Ton nc tenait 
aucun compte de la forme agregee de noire Mucedinec, elle rentrerait 
assez naturellemeot dans le genre Aspergillm (Sterigmatocystis). Mais 
tel n est point 1 usage en Mycologie. 

Notre Champignon est nettement different de /. arachnophila, espece 
parasite de nombreux Arachnides, et presque cosmopolite. Nous ren- 
voyons ceux que la question specifique pourrait interesser a la discus 
sion des caracteres des deux types, que nous publions ailleurs (Hull. 
Soc. Myc., 1893). Sur toute la surface de la depouille de FInsecte se 
dressent des sortes de cones, irreguliers, formes d hyphes entrelaces. 
Sur toute la hauteur de ces cones, des hyphes s ecartent de la masse 
principale, et chacun se termine par une sphere (conidiophore princi 
pal), porteuse de nombreuses autres spheres (conidiophores secondaires), 
herissces elles-memes de basides, dont Fcxtremite s egrene, pen a peu, 
en un chapelet de spores, legerement acuminees. Nous placant ici sur- 
tout an point de vue entomologiquc, nous nous contenterons de cette 
description sommaire. 

Nous n avons recolte que cinq exemplaires de cette production ; mais, 
dans tons les cas, nous avons trouve, a Finlerieur de la coque, forinee 
par la depouille de FInsecte, revetue de Yharia, une larve parfaitement 
vivante. Cette larve n est nullement attaquee par Yharia; nous avons 
pu la conserver longtemps vivante, mais elle s est dessechee avant 
d effectuer sa nymphose. II est facile de la determiner, comnie une larve 
de Diptere, carnassiere, ainsi que Findique ses deux forts crochets cepha- 
liques retractiles. Sa forme semble la rapprocher des larves d Echi- 
nomyes, et le fait curieux est de voir une larve phytophage attaquee, a 
la fois, par une larve de Diptere et un Isaria. 

La presence simultanee des deux parasites n a pas ete observec dans 
un nombre de cas suffisants pour prononcer, des Finstant, le mot de 
symbiose. Cependant, a priori, ces deux etres pourraient peut-etre pro- 
fiter Fun et Fautre de leur parasitisme sinuiltane. 

Un etre debilite (et c est le cas de la larve, dont le tissu adipeux est 
ronge par la larve de Diptere) est une proie facile pour les parasites. 
L ouverture faite dans les teguments par la tariere du Diptere femelle, 
en y dcposant Fcouf, d ou sort la larve carnassiere, peut servir de porte 
d entree aux spores de risaria. 

D autre part, noire larve de Diplere, an lieu d alleraccomplir sa nym- 
l>hose en terre, trouverait peut-etre un reel avantage a profiler de Fabri, 
aerien et soiide, forme par le stroma du Champignon. Get abri doit ("Jtre 



L Bulletin entomologique. 

durable, car le stade Isaria (Muce diiieo agregce) a sans doutc etc pre 
cede par un stade botrytioi de (Mucedinee simple), a la surface du corps 
de rinsecte parasite. On pourrait penser meme, par analogic avec les 
autres types, que ce developpement exige peut-etre, au moins, une 
annee. 

G est par de nombreuses constatations de la presence constante de 
V Isaria et du Diptere, que la question de symbiose pourra etre traiichee. 

A la suite de la communication de M. F. Heim, M. le D r A. Giard 
rappelle que Maurice Girard a naguere signale la coexistence & Isaria 
et de larves d Hymenopteres, parasites simultanes des chrysalides de 
Vanesses, et en particulicr de Vanessa prorsa. Lui-mcme a observe re- 
cemment un Cryptogamo (Sporotrichum sp.) sur des nymphes de 
Stratiomys longicornis infestees par le Ghalcidien du genre Smicra, si 
bieii etudie par notre collegue M. le D r F. Henneguy. Dans cos cas, il ne 
s agit pas de symbiose, mais d assistance mutuelle entre parasites. Parfois 
meme le parasite vegetal fmit par infester aussi le parasite animal, qui, 
par sa piqure, lui avait fraye le chemin. 

II pent arriver egalcment que des larves de Dipteres vivent en para 
sites aux depens d un Champignon, parasite lui-meme, comme cela a etc 
indique par le D r Giraud pour la larve de Anthomyia spreta Meig., qui 
vit aux depens de Epichloe typhina, Cryptogame epiphyte tres voisin 
des Hypocreacees cntomophytes. Ges larves de Muscides phytophages 
sont armces de crochets semblablcs a ceux des larves carnassicres. La 
larve observee par M. le D r F. Heim pourrait done vivre aux depens du 
sclcrote de Ylsaria tennis. 

Quant au Champignon etudie par M. F. Heim, M. A. Giard le rappro- 
cherait plutot des Sterigmatocystis que des Isaria ty piques. Isaria 
arachnophila Ditm. n est d ailleurs qu un Sterigmatocystis agrege, et il 
en est dc meme d une espece voisine, souvent considcree, a tort, comme 
identique, mais qui infeste les Geometrides et non les Araignees. 

- M. 1 abbc J. de Joannis decrit trois Macrolepidopteres nouveaux 
des iles Scchelles, et donne quelques remarques sur la faune lepidopte- 
rologique de ces iles : 

M. Ch. Alluaud m a pric d examincr les Lepidopteres rectieillis par 
lui aux iles Scchelles ; j y ai joint le produit dc chasses antcricurcs que 
j avais recues du R. P. Philibert, missionnaire a Mahe. Ayant termine 
1 etude des Macrolepidopteres, je presente ici les diagnoses de trois 
especes nou voiles : 



Seance du 8 fevrier 1803. LI 

1. Atella Philiberti, n. sp. Presente certaines analogies avec 
.1. Phalanta Dr. et A. Alcippe Cr., mais s en distingue par plusieurs 
caracteres. 

Ailes anterieures plus triangulaires que chez A. Phalanta, ayant plutot 
la meme forme que chez A. Alcippe, sauf Tangle interne qui est moins 
anguleux que chez celte derniere espece; ailes posterieures moins 
arrondies (jue dans ces deux especes, bord externe droit ou meme un 
peu concave entre les extremites des nervures 4 et 7. 

Dessus d un fauve plus fonce que le type de A. Phalanta, lignes et laches 
noires disposees d une fac,on generate comme chez cette espece, mais 
plus larges. Bord externe des quatre ailes noir continu, la premiere ligne 
feslonnee submarginale louche ce bord noir aux posterieures sur les 
nervures seulement, tandis que, aux anterieures, ces deux lignes se 
fondent, comme dans A. Alcippe, en une bordure noire ou Ton distingue 
a peine quelques legers groupes d ecailles fauves dans chaque intervalle, 
et qui, contournant 1 apex, se prolonge un peu au dela du liers de la 
cote. Base d un brim fauve a reflet verddtre uni, ne presentant ni lignes 
basilaires fines comme A. Alcippe, ni petits traits noirs ou brims comme 
A. Phalanta. Gette teinte, nettement plus foncce que le reste de Taile, ne 
depasse pas la base proprement dite aux anterieures, mais s ctcnd, aux 
posterieures, jusqu un peu au dela du milieu du disque et se terminc 
la, tres nettement, a la ligne sinueuse discoidale ; celle-ci, unique, plus 
forte et plus continue que chez A. Phalanta, s elargit a son cxtremite 
costale et s etale en degrade vers la base, le long de la cote ; exterieure- 
mcnt, elle est suivie, le long de la cote, d uiie tache blanchatre. Entre 
cette ligne discoidale et la scconde submarginale, quatre gros points 
noirs. 

Dessous : base des ailes posterieures d un vert metallique sur la region 
correspondant a la leinte foncee du dessus. Les autres dessins disposes 
comme dans A. Phalanta, mais les teintes violacees que presentc celle-ci 
sont absentes ou remplacees par une teinte blenatre et livide. 

Frange fauve. Abdomen ct thorax, en dessus, d un brun fauve comme 
la base des ailes ; en dessous, blanc jaunatre. 

Envergure : c?, 43 a 48 mill.; ?, 52 mill. Mahe, Praslin. 

Je dedie cette espece au H. P. Philibert, qui, le premier, me 1 a 
communiquee. 

Parmi les individus venaut de Pile Praslin, la teinte metallique du 
dessous est en general un peu jaunalre, leur coloration est egalement 
plus vive que dans ceux que j ai rec,us de Mahe. 



LII Bulletin vntomologique. 

2. Pamphila morella, n. sp. Tres voisin de quelques 

du memo groupe, telles que P. gemella Mab., P. caffraria Plotz, P. Pun- 
t mi i Bd. 

D un brun noir fonce en destus; ailes superieures portant deux points 
transparents dans les intcrvalles 3 et 4 et un plus petit dans le 5 e , ce 
dernier n e tant pas toujours visible dans les exemplaires frais, panv 
qu il est reconvert d ecailles ; enfm, un petit point apical cUins 1 intcr- 
valle 7. Ailes inferieures sans points visibles en dessus. Frange d un 
gris blanchatre, plus fonce aux superieures. 

Dessous des ailes superieures avec le milieu noiratre, et la cote, Fapex 
et le bord couverts d ecailles d un roux jaunatre, tres denses ; les points 
du dessus visibles en dessous, cercles de noir, surtout ceux du 5 e et du 
7 e intervalle; ce dernier et, avec lui, deux petits points noirs, respecti- 
vement places dans les 8 e et 9 intervalles, torment tine petite lignc 
droite, un peu oblique au bord et inclinee vers la base. Ailes infe 
rieures entitlement drapees d ecailles d un roux jaunatre, a reflet lui- 
sant et dore, et offrant trois points blanchatres disposes comme dans 
P. gemella : deux dans les intervalles 4 et 5 et un, isole, dans le 7 e ; 
tons les trois cercles et ombres de noir, parfois rernplaces par une tache 
noire. Ges points ont cela de particulier qu ils ne sont pas transparents 
et disparaissent dans les individus uses. 

Corps brun noiratre en dessus. Poitrine jaunatre, a poils d un jaune 
verdatre. Ventre jaune clair. Palpes jaunes, plus fonces intorieurement. 

Envergure : 36 mill. Mane. 

3. Macroglossa Alluaudi, n. sp. Dessus : ailes superieures 
d un gris legerement violace, traversees de quatre bandes noires : la 
premiere, pres de la base, anguleuse, peu distincte ; la seconde, un pcu 
avant le tiers de la cote, formee (ainsi que les deux suivantes) de deux 
ligncs noires paralleles ; droite pres de la cote, clle se recourbe for- 
tement vers la base pres du bord interne, qui est noir enlre cette 
seconde bande et la base ; la troisieme, au milieu dc la cote, droite, per- 
pendiculaire au bord interne; les deux lignes noires quilaforment vont 
en s epaississant du bord interne a la cute, ct I iiitervalle qui les sopare 
devient presque entierement noir a partir de la nervure 4 ; la quatrieme 
bande presentant une legere concavite vers la base, moins distincte que 
les precedentes ; elle part a toucher Tangle interne pour aboutir stir la 
cote, a egale distance de 1 apcx et de rextremite coslale de la troisirnie 
bande. Exterieurement a cette quatrieme bande et empie tant un peu 
stir elle, vers 1 apex et pres du bord externe, se trouve une tache d un 



Seance du 8 fe vriet 1893. un 

brun noir, particulierement foncee, entre les nervures 6 et 7. Ailes 
inferioures d un jaune d ocre assez vif, ombre de brun rouge sur une 
faible largeur, le long du bord, dej)uis Tangle anterieur jusqu a la 
nervure 2 ; en dec,a et jusqu a Tangle anal, un simple lisere marginal de 
meme couleur. Frange brunatre. 

Dessous : ailes superieures couleur rouille, espace terminal brun sepia 
leger, base eclairee de jaune le long de la cote et du bord interne. Ailes 
inferieures : espace terminal couleur rouille ; la base, jusqu au dela de 
la inoitie du disque, Tangle anal et tout Tespace abdominal, d un jaune 
d ocre un peu fcrrugineux. Les quatre ailes traversees par deux lignes 
rougeatres peu marquees. 

Palpcs longs, d un gris cendre en dessus, gris blanchatre en dessous. 
Antennes grises, sans renflement, beaucoup plus fines que chez M. stel- 
latarum L. Collier gris cendre foncc. Thorax noir brunatre, poitrine 
grise. Abdomen noir en dessus et brun ferrugineux en dessous, mar 
que, de chaquc cote, de laches d un jaune orange sur les trois premiers 
anneaux. Brosse anale noire, avec les ecailles terminates bruncs. Paltes 
brunes. 

Envergure : 48 mill. Une femelle prise par M. Gh. Alluaud au 
printemps de 1892. Mahe. 

M. le D r 0. Staudinger. que j ai consulte, entre autres, sur cette 
espece, m a repondu qu il en possedait un exemplaire pris aux iles 
Sechelles le 31 aout, mais qu il la croyait inedite. 

J ajoutcrai ici quelques remarques au sujet de la faune lepidoptero- 
logique de ces iles, bien que quelques especes restent encore a deter 
miner parmi les Microlepidopteres. Autant que j ai pu m en rendre 
compte, cette faune, tres pauvre, n a pas encore ete etudiee ; je n ai pu 
relever que quatre especes signalecs comme lui appartenant (j en par- 
lerai dans un travail ulterieur) ; les chasses dont j ai eu communication 
contenaient 42 especes de Macrolepidopteres, dont une malheureusemeiit 
indeterminable, et environ 25 Microlepidopteres. En comparant ce 
nombre, encore bien restreint, avec diverses faunes, voici les resultats 
que j ai obtenus, il va sans dire que Tavenir les modifiera et j ignore 
exactement dans quel sens : parmi ces especes, plus de 80 0/0 se 
retrouvcnt a Madagascar, 60 a 65 0/0 sur la cote S.-E. d Afrique, 45 0/0 
environ dans TInde et a Ceylan, enfm 20 a 25 0/0 sur le littoral me di- 
terraneen. 

M. M. Pic, de Digoin, envoie la description do trois Anthicm nou- 
veaux (Goleopteres) : 



LIV Bulletin entomoloyique. 

1. Anthicus Staudingeri, n. sp. Assez ctroit et allonge, un 
peu brillant, avcc Ics antenncs et les pattes roussatres, les cpaules ornees 
ou non d une tache brune. Tete et prothorax a ponctuation pas tres 
forte, assez dense sur la tele, un peu plus espacee sur le prothorax ; la 
premiere moderemont large, le deuxieme assez long, a peine dilalr ct 
peu arrondi en avant. Antennes courtes, assez greles, presque filiformcs 
avec le i er article gros, 2 e un peu plus court, suivants a peu pres 
egaux, avec les 2 e et 3 e derniers seulement un peu plus epais, terminal 
court en pointe emoussee. Elytres un peu plus larges que le prothorax a 
cotes presque paralleles, un peu deprimes, avec les epaules anguleuse- 
ment arrondies, 1 extremite legerement tronquee ; ils ont une ponctua 
tion assez forte et peu serree et sont revetus de quelques poils grisatres. 
Pygidium saillant, assez large, fonce. Pattes claires, avec les cuisses un 
peu epaissies. Dessous du corps fonce. Long. 2 1/2 a 3 mill. 

Margelan, Turkestan (collection Pic). 

A cataloguer pres de A. brunneus Laf., a forme plus gracile, coloration 
plus foncee, etc. 

J ai recu plusieurs exemplaires de cette epece de M. le D r Staudinger, 
le lepidopteris,te bien connu, a qui j ai 1 honneur de la dedier. 

Anthicus fuscomaculatus, n. sp. Assez grand et large, bien 
duvete de gris fin, a peine brillant, noir, a vague reflet bronze, avec 
chaque elytre orne d une tache oblique roussatre, eloignee de la suture 
et situee pres de 1 extremite. Tete large, arrondie en arriere, a ponctua 
tion assez forte, moderement serree. Antennes courtes, epaisses, noircs, 
a premiers articles assez longs, avec les . derniers elargis-tronques au 
sommet, bien diminues a la base; le terminal plus long, en pointe. Pro- 
thorax moderement long, un peu dilate-arrondi en avant, de la largeur 
de la tete, a ponctuation peu forte et peu ecartee. Elytres larges, legere 
ment plans, avec les cotes paralleles, les epaules non saillantes, bien 
arrondies ; 1 extremite est tumefiee et munie d une courle epine ; ils ont 
une ponctuation fine , assez serree et sont garnis d une pubescence 
grise bien fournie, courte. Pygidium dcbordant, arrondi. Pattes courles, 
avec les cuisses moderement fortes ; tarses greles, a l er article poste- 
rieur long. Long. 3 1/2 mill. 

Le Kreder, Algerie (d 1 , collection Gh. Brisout). 

A cataloguer dans le groupe des Tenuicolles Mars., dans le voisinage 
des A. Lederi Mars, vl tangeriamt* Pic. 

3. Anthicus sulcifer, n. sp. D un noir vaguement roussatre 



Seance du 8 fe vrier 1893. LV 

(un peu plus fonce sur la tete), ires pubescent de gris, avec une large 
tache elytrale posterieure, les tibias et tarses jaunatres. Tete courte, mo- 
derement large, diminuee et bien arrondie en arriere, brillante, a ponc- 
tuatiou pen marquee ; yeux tres saillants. Antennes courtes et greles, 
roussatres, obscurcies a Fextremite, a l er article legerement globuleux 
au sommet, 2 e assez large et court, suivants plus ctroits et plus longs, 
avec les derniers un peu comprimes, le terminal tres long, fusiforme. 
Prothorax assez court, moderemeiit elargi en avant, pubescent, a sillon 
transversal posterieur bien marque et ligne nettede poils blancs. Elytrcs 
larges et assez courts, a epaules peu proeminentes, arrondies, avec 
1 cxtremitc anguleusement arrondie; tres pubescents de duvet d un gris 
jaunatre long et ornes, pres de leur extremite, d une grande tache 
jaune elargie sur la suture. Pygidium a peine saillant. Pattes greles, 
claires, a tibias et tarses jaunes, avec les cuisses un peu plus foncees. 
Long. 3 mill. 

Gardai a (collection Gh. Brisout). 

A cataloguer dans le groupe des Aulacoderus Laf., groupe bien ca- 
racterise par son sillon transversal sur la base du prothorax et souvent 
aussi par une ligne de poils gris ou blancs ornant celte meme partie. 

Nominations. Sur la proposition de M. le President, la Societe dclegue 
pour suivre les travaux du Congres des Socie te s savantes, qui se tiendra 
a la Sorbonne le 4 avril 1893, MM. A. Ghampenois, F. Decaux et 

A. Lamey. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Bulletin bibliographique 

Acade mie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V), 

1893, l er sem., n os 4 el 5. Q 
Acade mie imperials des Sciences de Saint-Pe tersbonrg (Me moiresJ, XXXVIII, 

n os 8 a 11, 1892. 
Apiculteur (L J, 1893, 2. A. WALLES. Renseignements statistiques 

sur la sericiculture en France pendant 1 annee 1891. Destruction 

de la Cochylis par des vendanges precoces. 
Auxiliaire (V) de I Apiculteur, 1893, 1. D r BROGGHI. Les Insectes nui- 

sibles aux Poinmiers. A. MARQUIS. La protection des Oiseaux et 

des recoltes. 



LVI llulletin entomologique. 

Entomologische NachHchten, XIX, 3, 1893. C. VERHOEFF. Bemerkun- 
gen zn C. ESCIIERICII Die biologische bedeutung der Gonitalanliiin^c 
der Insectcii . T. GARBOWSKI. Ueber Platychrus und andcre Ca- 
rabon. E. RADE. Zahme Wespen. 

Feuille des Jeunes Naturalistes, n 268, 1893. R. MARTIN. Los especes 
franchises de la famille des Sericostomatines (Nevropteres). Notes 
et communications. 

Naturaliste (Le), l cr fevrier 1893. L. CUENOT. Les moyens de defense 
de quelques Le pidopteres nocturnes (fig.)- THIERRY-MIEG. Des 
criptions de Lepidopteres nouveaux. 

Reale Accademia del Lined (Atti), II, 12, 1892. Tables. I, 1, 1893. Q 

Sociedad cientifica Antonio Alzate (Memorias y Revista), VI, 3 et 4, 
1892. Q 

Societas entomologica, VII, 21, 1893. H. BEUTHIN. Die Varietaten von 
Cicindela gallica Br. L. KROULIKOWSKI. Les Rhopaloceres du Gou- 
vernement de Wiatkha (Russic orientale). F. RUHL. Melitxa 
Parthenie Borkh. ab. und v. Jordisi m. - - F. SIKORA. Ueber die 
Technik des Sammelns in den Tropen, Eutomologic betreffend. 
F. RUHL. Die Macrolepidopteren-Fauna von Zurich und Uingebung. 

Societe d etude des Sciences naturelles de Nimes (Bulletin), XX, 4, 
1892. 

Societe impe riale des Naturalistes de Moscou (Bulletin), 1892, II. Q 



BIGOT (J.-M.-F.). Dipteres nouveaux ou peu connus, 37 C partie (Ann. 

Soc. ent. Fr.), 1892, 56 p. * 
ID. Description de trois nouveaux Dipteres de Flnde (Bull. Soc. zool. 

Fr.), 1892, 3 p. * 
DISTANT (W. L.). A Naturalist in the Transvaal. Londres, 1892, 277 p., 

pi. et fig. Ouvrage acquis pour la Bibliotheque. 
FLEUTIAUX (E.). Note sur les Physodactilini (Ann. Soc. ent. Fr.), 1892, 

10 p., 1 pi. * 

ID. Note sur des CicindelidaB (loc. cit.), 2 p. * 
THOMSON (G. G.). Opuscula entomologica, XVII. Lund, 1892, 110 p. * 

A. L. 



Seance du 22 fevrier 1893. LVII 

Stance d ouverture du Congres annuel 

DE LA 
SOCIETE ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

$$ fevrier 1S93 

Presidence de M. E. LEFEVRE 

MM. C. Alluaud (de Limoges), A. Argod-Vallon (de Crest), J. Azam 
(de Digne), E. Brabant (d Escaudoeuvres), L. Chevalier, J. Croissandeau 
(d Orleans), M. Dolle (de Laon), R. de la Perraudiere (de Jarze}, M. Pic 
(de Digoin), A. The ry (de Philippeville), J. Vachal (d Argentat), assisterit 
a la seance. 

M. E. Lefevre, President, declare ouverte la seance du Congres annuel 
de la Societe entomologique de France pour 1 annee 1893. Au nom c!e 
la Societe, il souhaite la bienvenue aux membres des departements qui 
sont venus a Paris a 1 occasion du 62 e anniversaire de la fondation de la 
Societe entomologique de France. 

Le nombre des membres qui assistent a la seance, les nombreuses 
communications qui sont inscrites a 1 ordre du jour, attestent, dit-il, 
quela Societe fait ceuvre utile en faisant appel, chaque anne e, a meme 
epoque, aux Entomologistes de la province. Resserrer les liens de 
confraternite entre les membres de Paris et de la province, susciter par 
1 emulalion les recherches entomologiques, est un double but, que 
doivent poursuivre avec perseverance tous ceux qui ont a coeur la 
defense de rEntomologie et la prosperite de la Societe entomologique de 
France. 

Correspondence. MM. E. Abeille de Perrin (de Marseille), J. Bourgeois 
(de Sainte-Marie-aux-Mines), L. Carpentier (d Amiens), J. Desbrochers 
des Loges (de Tours), L. Fauconnet (d Autun), H. Gadeau de Kerville 
(de Rouen), le baron J. de Guerne, le D r F. Heim, le D r F. Henneguy, 
le D r L. Huet (de Caen), A. Janet (de Toulon), C. Janet (de Beauvais), 
le D r A. Laboulbeue, Marquet (de Toulouse) et E. Olivier (de Moulius) 
s excusent de ne pouvoir assister a la seance du Congres. 

MM. J. Kiinckel d Herculais et P. Lesne, en mission en Algerie, en 
envoyant des communications pour le Bulletin de la seance du Congres, 



JOURNAL BIMENSUEL (Bulletin de la Societe entomol. de France), 1893, n 4. 



LVIII Riillriin entomnlogiqiw. 

se rappellenl au souvenir do leurs collegues. Us esperent revenir bientot 
suivre les travaux de la Societc. 

M. le President communique la reponse que notre illustre collegue 
M. le professeur Adolf o Targioni-Tozzetti vient de donner a la lettre 
qu il lui avail adressee au nom de la Societe entomologique de France. 

Le 13 fevrier 1893, M. le professeur Adolfo Targioni-Tozzetti accom- 
plissait sa 70 e annee. A cette occasion, les eleves et les admirateurs de 
notre savant collegue out tenu a coeur de lui temoigner leur sympathie 
et leur reconnaissance. 

M. le D r Matias Mercador Gonzalez rcmercie, par lettre, de son 
admission. 

Une lettre de M. le Ministre de I lnstruction publique accuse re 
ception du volume des Annales 1891 qui. Lui a ele adresse pour figurer 
a 1 Exposition de Chicago. 

Notre collegue M. Rene de la Perraudiere fait savoir qu il vient de 
recevoir des Goleopteres des environs de Lang-Son. 11 les tient a la dis 
position de ceux de nos collegues qui s occupent specialement d une 
famille ou d un groupe. 11 a deja offert les Elaterides, les Eumolpides 
et les Glytrides. II prie ses collegues de vouloir bien lui ccrire a Jarze. 
II sera a Paris du l er au 20 avril prochain. 

Admissions. 1 M. Leon Carpentier, rue Laurandeau, 172, Amiens 
(Somme). Col. et Hym. du nord de la France. 

2 M. Aloyse Bonnefois, rue du Cardinal-Lemoine, 61. Ent.ge n.,Lep., 
et chenilles. 

Presentations. 1 M. Emile Martin, naturaliste, rue Royale, 80, Orleans 
(Loire!) , Col. de France, presente par M. J. Groissandeau. Gommis- 
saires rapporteurs : MM. M. Sedillot et E. Donge. 

2 M. le professeur Nicolas Nicolaievitch Chavroff, .directeur de la 
Station sericicole du Gaucase, Tiflis (Russie), Ent. gen.; Lep., pr. especes 
sericigenes, presente par MM. A. Janet et E. Blanc. Gommissaires 
rapporteurs : MM. P. Mabille et G.-A. Poujade. 

3 M. le D r Nicolas Alexandrovitch Gholodkowsky, professeur a 1 Ins- 
titut forestier de Sairit-Petersbourg (Russie), Ent. gen.; Ins. nuisibl** a 
la sylviculture, presente par MM. E. Blanc et A. Janet. Gommissaires 
rapporteurs : MM. A. Lamey et A. Champenois. 



Seance du 22 f evrier 1893. LIX 

4 U M. ie D r Raphael Dubois, professeur de physiologie a 1 Universite de 
Lyon, rue du Juge-de-Paix, 27, Lyon (Rhone), Physiologie ent., presents 
par M. J. Gazagnaire. Gommissaires rapporteurs : MM. le D r R. Blan- 
chard et A. Leveille. 

5 M. Louis Cornplou Miall, professeur de biologie au College de Leeds, 
Yorkshire (Angleterre), Ent. gen., anat. ent., presente par M. J. Gaza 
gnaire. Gommissaires rapporteurs : MM. le D r F. Henneguy et le 
D r A. Fumouze. 

6 M. A.-L. Montandon, directeur de la fabrique Th. Mandrea et G ie , 
strada Viilor-Filarcte, Bucarest (Rou manic), He mipt., pr. He teropteres, 
presente par M. J. Gazagnaire. Gommissaires rapporteurs : MM. G.-A. 
Baer et P. Grouvelle. 

Decision. M. le President annonce que le Gonseil n a pu se reunir 
en nombre, avant la seance, a cause de deuil et dc maladie de plusieurs 
de ses membres. Le Gonseil avail a prendre tine decision au sujet de la 
latitude qui devait etre accordee aux auteiirs, comme impression, dans 
le Bulletin de la seance du Congres et a donner aussi son opinion sur la 
proposition de M. J. Groissandeau, imprime e dans le dernier Bulletin, 
8 fevrier 1893. 

M. le President, vu 1 urgence, demande a la Societe de se prononcer 
sur ces deux points : 

Sur la proposition de M. M. Sedillot, la Societe decide que, pour cette 
annee, les communications depose es par les auteurs pour le Bulletin de 
la seance du 22 fevrier 1893 seront imprimees, et que, Panriee prochaine, 
le Gonseil aura a prendre les mesures qu imposeront les circonstances. 

La Societe, sur la deuxieme question, devant la proposition faite par 
M. J. Groissandeau, decide que notre collegue pourra publier, a ses frais, 
les douze descriptions qu il depose sur le bureau, et ce, sans porter pre 
judice, dans le courant de Pannee, aux droits que lui domic le Reglemeiit 
concernant 1 impression au Bulletin des seances. 

Travaux e crits. M. le Secretaire depose, au nom de M. G. Emery, 
deux memoires : 

1 Voyage de M. E. Simon a rile de Ceylan (Janvier et fevrier 1892) : 
Formicides, par G. Emery. 

Les listes publie es jusqu a ce jour portent a 90 environ (sans compter 
les especes de Walker) le nombre des especes et sous-especes de Fourmis 
connues faisant partie de la faune de Tile de Gey Ian. M. E. Simon a rap- 
it 



LX Bulletin entomologique. 

porte de cette ile 70 especes et varietes, dont 30 n avaient pas encore 
ete signaleos ; 16 cspeces sont inedites et trois d entre elles appartiennent 
a des genres nouveaux. (G. Emery.) 

2 Voyage de M. E. Simon aux lies Philippines (mars et avril 1890) : 
Formicidfis, par G. Emery. 

Au nom de M. le D r F. Heim, un travail intitule : Remarques sur 
les Galles produites par Nematus salicis, par le D r F. Heim. 



Communications presentees a la seance du Congres annuel 
22 FEVRIER 1893 

Compte rendu du Congres de Moscou (aout 1892), au point de vue 
entomologique, par A. Janet : 

Toulon, 21 fevrier 1893. 
Monsieur le President, 

Messieurs et chers Collegues, 

En vertu de la delegation que la Societe entomologique de France 
avait bien voulu me confier, je me suis rendu au Congres international 
de Zoologic qui se reunissait, au mois d aout 1892, a Moscou. 

J ai eu le plaisir de m y rencontrer avec plusieurs de nos collegues : 
MM. Ed. Blanc, le D r R. Blanchard, le baron J. de Guerne et A. Milne- 
Edwards. 

Je me suis fait, bien entendu, un devoir d assister a toutes les seances 
du Congres. Je ne crois pas, toutefois, utile d en donner les ordres du 
jour in extenso, la Societe entomologique de France devant recevoir tons 
les travaux du Congres, auquel elle a souscrit. 

D une maniere generale, I emploi du temps etait le suivant : on se 
reunissait a I Universite, ou Ton pouvait, a loisir, visiter, soil les col 
lections permancntes de eel etablissement, soil une exposition speciale- 
inent rassemblee en vue du Congres. 

Puis venait la seance publique, suivie, quand il y avait lieu, d une 
reunion du Bureau. 

Le plus souvent, un lunch etait offert a 1 Universite meme, pour evi- 
ter que la grosse question du pain quotidien ne soit cause de disper 
sion, apres quoi, 1 apres-midi etait consacre a la visite, tantot des 



Seance du 99 fe vrier 1893. LXI 

curiosites historiques et artistiques de la ville de Moscou, tantot de ses 
collections et elablissements scientifiques. 

Ges visiles, dans lesquelles les congressistes russes n ont cesse d etre 
pour nous des ciceroni dont la competence n etait egalee que par i ama- 
bilite, ont porte, entre autres, sur les etablissements suivants : 

Rucher imperial, Cliniques diverses, Jardin zoologique, 
Musee polytechnique, Academic botanique de Petrow Razoumow, 
etc., etc. 

Parmi les objets figurant a 1 Exposition rassemblec a 1 Universite en 
vue du Congres, je citerai comme touchant plus spe cialement la Societe 
entomologique, mais sans avoir la prevention de citer tout ce qu il y 
avail d interessanl : 

Les vilrines de la Slalion sericicole du Gaucase, monlrant les resul- 
tats obtenus en substituanl a la feuille du Murier divers succcdanes 
plus faciles a obtenir dans le Gaucase, ainsi qu en nourrissanl les Vers 
avec diverses subslances qui influenl plus ou moins sur la leinle de la 
soie ; 

Les collodions reunissant les captures faites par S. A. le prince de 
Monaco au cours de ses explorations maritimes et de ses investigations 
dans les grandes profondeurs ; 

Les collections de 1 Institut forestier de Saint-Pelersbourg, relatives a 
1 histoire des Insectes nuisibles a la sylviculture; 

Des modeles presentant, avec un enorme grossissement, revolution 
de I oeuf des Arachnides ; 

Je signale egalement une piece assez curiense : un crane de Gheval, 
trouve dans les steppes, dont les cavites etaient lilteralement remplies 
de Vanessa Antiopa en etal d hibernation, tellement serrees les unes 
contre les autres qu il avail suffi, apres les avoir luees au chloroforme, 
de maintenir avec un pen de gomme laque les plus rapproches des ori 
fices pour que loutes restassent a leur place. 

Parmi les,travaux d ordre entomologique, qui ont fait 1 objet de com 
munications au Gongres, je cilerai, toujours sans avoir la prelention de 
ne commettre aucune omission : 

Nole sur un Pagure des grandes profondeurs de la mer (Paragurns 
pilosimanus) (A. Milne-Edwards et E. fiouvier) ; 
Distribution geographique des Gladoceres (J. Richard) ; 
Observations sur les nids d liisectes fails d argile (H. de Je hring) ; 



Bulletin entomologique. 

Sur le developpement de Chnjsopa perla (M me Olga Tikhomirova); 

Sur la segmentation de Pceuf et la formation du blastoderme des 
Pseudoscorpionides. Sur un organe embryonnaire des Pseudoscor- 
pionides (Fr. Vejdovsky); 

Note pour servir a 1 histoire des Hymenopteres parasites (N. Koula- 
guine) ; 

Sur les organes excreteurs des Arthropodes terrestres (A. 0. Ko- 
valevsky) ; 

Sur I origine et les parentes des Arthropodes, principalement des 
Arlhropodes tracheates (N. Zograf) ; 

Position des Strepsipteres dans le systeme selon les donne es du deve 
loppement postembryonnaire et de 1 anatomie (N. Nassonov) ; 

Sur les limites et les subdivisions de la region palearctique, basees 
sur 1 etude de la faune des Hemipteres (B. Oschanine); 

Sur le developpement de Foeil compose des Vanessa (H. Johansen); 

Sur le role des Insectes dans 1 etiologie pathologique (G. Dourdoufi) ; 

Sur la faune des lacs sales d Algerie, comparee a colics des lacs sales 
du Turkestan et du sud de la Russie (D r R. Blanchard); 

Etc., etc., etc. 

Ce serait faire preuve d une veritable ingratitude quo de lie pas saisir 
cette occasion pour rendre publiquement hommage aux attentions delir 
cates et flatteuses dont les delegues des diverses Societe s savantes ont 
ete 1 objet, pendant le Gongres de Moscou, de la part du Gouvernement 
imperial russe, de la part de S. A. le grand-due Serge Alexandrovitch, 
gouverneur de Moscou, de S. E. le comte Kapnisl, curateur de 1 Ins- 
truction publique dans 1 arrondissement de Moscou, de M. le professeur 
Anatole Bogdanov, 1 infatigable organisateur du Congres, ainsi que de 
ses collaborateurs, organisateurs des sections : MM. Maklakoff, Tikho- 
mirofT, Ogneff, Morokhcvetz et Zograf. 

Une mention toute speciale est due a ce dernier, comme Secretaire 
general du Gongres. 

Nous devons adresser egalemenl le respectueux bommage de notre 
souvenir a M mes Olga TikhomirofT, Zwetaieff, Zograf, chez qui nous 
avons pu apprecier autant la science zoologique, dont elles ont fait 
preuve an Gongres, que la grace et 1 amabilite avec lesquelles elles out 
contribue a nous faire apprecier I hospitalite que nous oflfrait la ville de 
Moscou. 



Seance du 22 fe vrier 1893. LXin 

N oublions pas non plus de mentionner 1 aimable accueil fait a leur 
compatriote par M. de Kergaradec, consul general de France a Moscou, 
et M me la comtesse de Kergaradec. 

Bien que la politique doive rester etrangere a nos etudes, et que la. 
science, sereine et desinteressee, n ait pas a se preoccuper de la natior 
nalite dcs savants, il est de mon devoir de vous dire que, quelque cour- 
tois qu aient ete les savants russes pour tous les holes du Congres, les 
membres franc,ais ont parfaiternent senti que, dans 1 accueil qui leur 
etait fait, il y avait quelque chose qui passait au-dessus d eux pour 
s adresser a leur patrie. 

C etait la uue sensation que toute espece d analyse ne pourrait que 
diminuer, et au milieu de laquelle nous ri avons cesse de vivre pendant 
notre sejour a Moscou. G est un souvenir que je n oublierai jamais. 

Permettez-moi de terminer en adressant a la Societe entomologique 
de France mes profonds et sinceres remerciements pour 1 honneur 
qu elle m avait fait en me choisissant pour delegue, et veuillez agreer, 
Monsieur le President, , 

Messieurs et chers Collegues, 

Texpression de ma vive reconnaissance. 

A. JANET, 
ancien ingfinieur de la marine. 

Sur un Crabronide chasseur de Fourmis, par G. Emery : 

M. G. Ferton a public, en 1890, ses observations sur un Grabronide 
(Fertonius luteicollis Lep.) observe par lui en Algerie, oii il chasse une 
Fourmi, toujours la meme, Tapinoma erraticum Latr. J ai fait connaitre, 
a peu pres en meme temps, des observations faites par moi autrefois a 
Naples et, plus recemmcnt, aux environs de Bologne, sur un autre Gra 
bronide (Brachymerus curvitarsis H. Sch.), qui chasse, de meme, une 
seule espece de Fourmi, Liometopum microcephalum Panz. J avais vu 
nombre de fois le Crabron voler le long d une file de Fourmis qui, 
paraissant connaitre le peril, se dressaient sur leurs quatre pattes de 
derriere, en ouvrant leurs mandibules menacantes ; puis, soudain, le 
ravisseur fondre sur une Fourmi et s envoler avec sa proie. Malgre des 
recherches assidues, je n avais pu reussir a trouver le nid, et ce n est 
que plus tard, qu un heureux hasard me 1 a fait decouvrir dans le tronc 
d un Figuier, dont une branche, sciee depuis longtemps, offrait de nom- 
breux trous perces par des Longicornes. G est dans ces cavites que le 
Grabron etablit sa progenilure. Le trou, dans lequel j avais vu entrer 



LXIV Bulletin entomologiquc. 

1 Hymenoptere, renfermait une quarantaine de Liometopum imparfaite- 
ment paralyses, quelques-uns capables meme de se trainer sur leurs 
pattes ; 1 im d eux portait 1 oeuf colle sur la poitrine ; la provision etait 
done complete. Je tentai 1 elevage en tube, mais Pceuf se dessecha sans 
eclore. La meme branchc renfermait deux autres trous de Brachymerus ; 
I embouchure de Tun d eux laissait voir le cadavre desseche du Crabron 
et les Fourmis qu il renfermait ctaient mortes. Dans 1 autre, Ton aperce- 
vait les Fourmis remuer au fond ; j attendis en vain que la mere vint 
en achever Papprovisionnement et le fermer. II y a plus d une 
annee que j ai fait cette observation ; je n ai pas eu Poccasion de la com- 
pleter et je la donne telle quelle. 

Brachymerus curvitarsis passe pour rare et n a ete trouve jusqu ici 
qu en Autriche et en Italic, pays ou vit Liometopum microcephalum. II 
esl remarquable que les Fourmis chassees par les deux Crabronides 
myrmecophages sont des Dolichoderides et ont toutes deux la meme 
odeur caracteristique que n ont pas les autres Fourmis d Europe. 

M. Henri Fabre, le maitre observateur de la gente fouisseusse, m e- 
crivait avoir remarque maintes fois des debris de Fourmis comme reliefs 
de table dans les terriers de Crabronides. II serait interessant de savoir 
si les Crabrons frangais, mangeurs de Fourmis, sout aussi rigoureuse- 
ment monophages que leurs confreres d ltalie et d Algerie, et si la 
meme espece chasse, en differents pays, des gibiers differents. 

Notes dipterologiques, par F. Meunier :. 

1 GHORTOPHILA VARICOLOR Meigen, V, 167, 146. - Rondani, VI, 224, 
27. Schiner, I, 637 (Anthomyia). Macquart, II, 325, 7. Le 
premier article du chete des antennes est bien distinct. Le bout des 
palpes est renfle et garni de poils. La tache triangulaire du vertex est 
cendree. Les trois ocelles sont visibles. Les bandes du thorax sont brunes, 
mais la mediane est surtout bien nette. Les epaules sont d un cendre 
plus clair que le reste de la surface du thorax. Les macrochetes du front 
sont assez forts et emergent de points saillants. La bande brune de 1 ab- 
domen est peu accusee. ToutPabdomen est couverl de petits poils, mais 
le bord des deuxieme, troisieme et quatrieme segments est pourvu de 
macrochetes de mediocre grosseur; le dernier segment est egalement 
poilu. Les balanciers bont jaunes et les cuillerons blancs. Le bord aute- 
rieur de 1 aile est cilie et garni d une pointe. L extremite de la 4 e ner- 
vure alaire est tres faiblement marquee. Belgique, rare. 

La description de Meigen est tres incomplete ; celle de Schiner est 
beaucoup plus claire. 



Seance du 22 fevrier 1893. LXV 

Chortophila impudica Rond., IV, 223, 26, est voisin de cette espece. 
J en possede im specimen etiquete par le savant dipterologiste M. H. R. 
Meade. 

2 HOMALOMYIA SUBPELLUCENS Zetterstcdt, IV, 1561, 176. Les Ho- 
malomyia canalicularis Lin., pretiosa Schiner et subpellucens Zett. sont 
des especes tres voisines. La determination des males est simple. Les 
principaux caracteres qui separent les femelles sont les suivants : 

a. Chez H. canalicularis, le front est large et la coloration de 1 abdo- 
men est variable. 

b. Chez H. pretiosa, 1 ecusson du thorax est fauve et les pattes sont 
jaunes. 

c. Chez //. subpellucens, le front est mediocrement large et I abdomen 
plus convexe. II y a une tache triangulaire blanche a la base des an- 
tennes. Zetterstedt dit qu il y a une, deux et plus rarement trois bandes 
jaunes a la base de I abdomen. Les exemplaires que j ai examines 
viennent de Feldkirch (Vorarlberg). Chez les femelles, la base dc I ab 
domen est seulement jaune. Commune sur les montagnes dans tout 
le Tyrol. 

OBS. Homalomyia ornata Meig., V, 191, 188, appartient a ce groupe. 

3 LASIOPS CUNGTANS Meig., V, 133, 89. <. Chez cette espece, en- 
tieremenl semblable a la description de Meigcn ct de Schiner (618), la 
nervure transversale posterieure est legerement sinueuse. Feldkirch, 
tres rare; capture par le R. P. Klene. 

4 COENOSIA MOLLICULA Fallen, Dipt. Suec. Muse., 9, 126. Oplo- 
gaster mollicula Rondani, Dipt. Ital., VI, 248,1. cT ?. Cette espece 
n est pas suffisamment decrile par les auteurs. Les palpes sont blancs, 
mais 1 extremite est parfois legerement obscurcie. Tout au haut du ver 
tex, il y a deux macrochetes tres visibles. Le front a une bande cendree, 
triangulaire et qui atteint la base de la tache rouge qui se trouve au- 
dessus des antennes. L ocelle anterieur est plus grand que les deux 
autres. Les deux bandes du thorax sont peu distinctes. 

Metamorphoses de Rhynchaanus (Orchestes) rulitarsis ; ses parasites, 
par F. Decaux : 

R. rufitarsis Germ, est un Coleoptere de la grande famille des 

Rhynchophora. Cette espece est rare partout ; nous 1 avons cependant 

trouvee, par quelqucs exemplaires, a Chaville, Meudon, Marly-le-Roi, 

Saint-Cucufa, Fontainebleau, la baie de la Somme ; nous 1 avons importee 

(1893) BULL, v 



i AVI Knlletin entomologique. 

an Bois-de-Boulogne ct a Cayeux-sur-Mer, ou die s est developpc e. Kilo 
vit dans les feuilles du Saulc-Marsault ct des Populux tremula L. ct 
canescens Smith. 

Pour conuaitre plus intimement les moours do R. rufitarsis, nous avons 
fait tailler, en temps conveuable, un jcune taillis de Populus canescens 
Sm. (vulgo Grisard, Abele ou Franc-Picard) dans un jardin de Cayeux- 
sur-Mer, de facon a pouvoir le recouvrir d une grande cloche en gaze ; 
ceci prepare, le 8 mai, nous nous sommes procures plusieurs males ct 
femelles de R. rufitarsis, dont un accouplement provcnant de nos edu 
cations precedents. Ges Insectes, deposes sur noire taillis, dont les jeunes 
feuilles etaient arrivees aux trois quarts de leur developpemcnt, ont 
commence a pondre le 12 mai; cette operation s est coritinuee jusqu au 
20 mai; nous avons surpris un second accouplement le 17 mai, et, Je 
27 mai, il nc rcstait plus d Jnscctes vivants sur les feuilles. 

Pour pondre, la fcmelle fait un trou avcc son rostre dans 1 epiderme 
superieur de la feuille, Ires rarement sur I inferieur, et y introduit le 
plus sou vent deux oeufs avcc son oviducte, quelquefois trois ou quatre. 
Gcs oeufs sont presque ronds ct dc couleur d un blanc sale. Les jeunes 
larves eclosent de quatre a sept jours apres la pdnte ; elles se nourrissent 
de la substance interieure de la feuille, qu elles minent en menageant les 
deux membranes. Les endroits ou elles se trouvent placees partcnt du 
milieu de la feuille, a droite et a gauche de la nervure mediane, jus- 
qu aux bords de la feuille ; ils represented comme des laches rentle es. 
Dans ces points, le parenchyma dc la feuille est devore ; les deux sur 
faces cpidermiques sont respectecs ; il s cnsuit que les feuilles se 
dessechent et prcnnent, vers la fin du mois dc juin, unc couleur brune 
ou rouille facile a rcconnaitre. 

Du 15 ati 25 juillct, les larves ont atteint tout leur developpe 
ment. Pour se melamorphoscr en nymphe, elles se construisent, sans 
quitter la feuille, le plus sou vent pres de la nervure mediane, une petite 
coque ovo ide, lisse en dedans, composee d une membrane mince, for- 
mee par une matiere mucilagineuse produite par la larve. Examinee au 
microscope, cette coque se presente sous la forme d un re seau irregulier 
de gros filaments transparents d un blanc jaunalro, enchevetres les uns 
dans les autres et soudes entre eux. 

Ed. Perris (Premieres excursions dans les grandes Landes, Lyon, 1850, 
p. 41) dit : Avant de passer a 1 e tat de nymphe, les larves frOrchestes 
s enveloppenl d une coque soyeuse d un tissu lache. La filiei e <|iii 
produit cette coque se trouvc a 1 extremite posterieure du corps. 



Seance du 22 fevrier 1893. Lxvli 

Cette particular! te, assoz bizarre, n a etc, jc crois, signal 6e nulle 
part. 

Nous avons enleve avec soin la membrane superieure d un grand 
nombrc de feuilles contaminees : la larvc attache les premiers rudiments 
de son cocon a la membrane inferieure de la feuille avec une matiere 
mucilagineuse etendue avec la bouche ; pour ce travail, elle se tient, 
tantot courbee, tantot sur le dos ; nous avons constate qu elle fait ma- 
neuvrer la tete dans tons les sens, deposant chaque fois un pen de mu 
cilage. Malgre tons nos soins, nous n avons pu verifier si cette maliere 
est produite directement par la bouche. 

Toutes les larves mises a nu au moment de construire leur cocon sont 
morles en moins de deux jours. 

La nymphose dure de dix a quinze jours ; 1 Insecte parfait sort au 
commencement d aofil ; vers le 15 septembre, il cherche un abri pour 
passer Fhiver, et ne sortira plus qu au printemps. 

Larve. Long. 3 a 4 mill. D un blanc sale, apode, allongee, un 
peu retrecie en arriere, presque plane en dessus et en dessous. Corps 
de 12 segments, la tete non comprise. Tete brune, rentrant en partie 
dans le l cr segment ; mandibules arquees au cote externe ; levre infe 
rieure demi-circulaire en avant, supportant deux palpes ; antennes tres 
petites, situees a la base des mandibules, formers d un article termine 
par un poil. Stigmates au nombre de 9 paires : le l er au bord posterieur 
du prothorax, pres du 2 e segment, les autres sur les 4 e a ll c segments, 
le 12 e en est depourvu. 

Nymphe. Long. 3 1/2 a 4 mill. D un blanc sale, ovale, allon 
gee, ofTrant, emrnaillotees, les formes de 1 Insecte parfait. Tete debordee 
par le corselet, munie de gros poils ; rostre applique sur la poitrine ; 
yeux brunatres; antennes coudees, s appuyant de chaque cote, en haul, 
sur la l re paire de pattes. Prothorax avec deux fortes saillies supe* 
rieures terminees par un gros poil ; me sothorax ayant ses angles ante- 
rieurs saillants. Pattes a cuisses et jambes repliees, renflees au milieu, 
tarses indiques assez fortement. Ely tres re courbcs, couvrant les cuisses 
posterieures. Ailes debordant les elytres en bas et en dedans. Abdomen 
avec les articles presque droits, peu arrondis sur les cotes ; tcrminr par 
deux saillies offrant chacune tin prolongement articule, aigu ; le dernier 
segment presente, en avant, un espace ovale, muni de 8 saillies poin- 
lues, terminees par un poil court, les deux superieurcs rapprochees, les 
autres obliques, convergeant en bas. 

Pour connaitre les parasites de 7i. mfitarsis, nous avons recherche, au 



LXVIII Bulletin entomolocjique. 

bois do Houdan (bale de la Somme), nn grand nombre de feuilles 
minees ; il en est sorti, au mois d aout : 

1 Un Pteromalus sp.?, voisin de P. elemtus Walk., qui est probable- 
ment nouveau ; il sera decrit plus tard, s il y a lien, sons le nom de 
P. populi. Environ 38 a 40 pour 100 des larves e taient contaminees par 
ce parasite. 

2 Hemiteles fulripes Grav., deux exemplaires. Nous avons lout lieu 
do croire que cet Insecte no vit pas directement aux depens de la larve 
de R. rufilarsis. D apres nos observations, il devore les larves do Pte- 
romalus arrivees aux deux tiers de leur accroissement, et, en outro, ce 
qui reste de la larve de R. rufitarsis. Pour se me tamorphoser, il se 
construit une coque avec les poaux de ses victimes, le plus souvent dans 
I interieur du cocon primitif, quelquefois en dehors, mais toujours dans 
1 interieur de la feuille. A notre avis, il serait parasite au troisieme 
degre ?. 

Nous sommes heureux de remercier ici notre obligeant collegue 
M. L. Fairmaire, qui a bien vonlu revoir la determination de ces para 
sites. 

Note sur la nidification de divers Sphe giens, par P. Marchal : 

M. P. Marchal parle de plusieurs Crabronides, sur lesquels il publiera 
lin prochain memoire dans les Annales de la Societe entomologique de 
France. L un d entre eux, un Lindenius, est un pre cieux auxiliaire de 
1 agriculture : il approvisiotme son nid de Chlorops lineata, Diptere bien 
connu par les degats qu il cause dans nos cereales. 

M. P. Marchal parle, en outre, d un nid de Sphex, trouve a Banyuls- 
sur-Mer, different d une iacon complete de tous les nids de Sphex connus 
jusqu a ce jour. Ce nid, au lieu d etre souterrain, est aerien, et dispose 
dans un roseau dorit la cavite est divisec en compartiments super 
poses a 1 aide de cloisons formees d un feutrage grossier de fibres et 
de poils vegetaux ; chacun de ces compartiments conticnt une grande 
coque brune, habitoe par la larve du Sphex. Get Hymenoptere est voisin 
de Sphex splendidulus Gosta et approvisionne son nid avec un Gryllide : 
OEcanthus pellucens. 

M. P. Marchal fait passer sous les yeux de la Socie tc la planche qui 
doit illustrer son memoire. 

Un genre nouveau et especes nouvelles de Cole opteres, par L. Fair- 
maire : 

Ludioctcnus, n. g. Ce nouveau genre est tres voisin dos Pittonotus 



Seance du %2 fe vrier 1893. LXIX 

dont il presente im pen le facies, mais le corps est moins attenue en 
arriere et les antennes, qui n atteignent pas la base du corselet, sont 
flabellees ; les 2 e et 3 e articles sont egaux et tres courts, le dernier est 
biea plus long que le precedent ; le chaperon est nettement tranche au 
bord antorieur et se pare du labre, qui est inferieur, la mentonniere est 
plus courte et tronquee ; le mesosternum ne forme, au milieu, qu une 
cavite profonde, avec des bords tres releves, qui atteint 1 extremile du 
metasternum ; les hanches posterieures ne sont pas retrecies en dehors, 
les pattes sont semblables. 

L. akbesianus, n. sp. Long. 30 mill. Elongatus, sat fortiter 
convexus. fusco-niger, sat nitidus; capite dense punctato ; prothorace 
elytris hand angustiore, latitudine paulo longiore, antice paulo attenuate, 
angulis anticis valde deflexis, dorso dense sat fortiter punctato, medio 
lineola brevi Item, angulis posticis fortiter carinatis, sat elongatis, apice 
paulo setulosis ; scutello ovato, apice paulo acuminato, dense punctulato, 
convexo; elytris elongatis, apice paulo angustatis, subtiliter pubescen- 
tibus, punctis seriatim impressis, vix striatulis, intervallis plains, dense 
ruguloso-punctulalis ; subtus dense punctatus, pedibus multo subtilius. 
1 cf, Akbes (ma collection). 

Get Insecte ressemble extremement a Adelocera inflata Gand., de Ma 
dagascar ; mais les sillons du prothorax ne sont qu indiques, sans aucune 
profondeur. 

Menephilus cribratellus, n. sp. Long. 17 mill. Elongatus, 
parum convexus, ater, subnitidus, antennis atro-fuscis; capite dense 
punctato-rugosulo, sutura clypeah parum impressa, antennis medium 
prothoracis haud super antibus, articulis 5 penultimis gradatim trans- 
versis, ultimo majore, subtruncato ; prothorace elytris angustiore, trans- 
verso, lateribus postice vix sensim sinuatis, dorso dense punctato, haud 
rugosulo, basi utrinque sinuato, sat fortiter marginato, angulis posticis 
sat acutis, disco linea media obsoletissime impressa; scutello triangu- 
lari, lateribus dense punctato ; elytris fortiter punctato-lineatis, lineis 
basi et ad suturam substriatulis, punctis ovatis, intervallis dense sat 
subtiliter punctatis, planis, apice leviter convexis; subtus cum pedibus 
nitidior, densissime punctatus, prosterno dense rugato. Communique 
par M. Delagrange. 

Ressemble assez a M. curvipes F., mais plus grand, bien plus ponctue 
et rugueux, avec le corselet moins court, les elytres non strides, a lignes 
de gros points, a intervalles plans, plus ponctues, et les tibias anterieurs 
presque droits. 



LXX Bulletin entomologique. 

Notes entomologiques, par E. Olivier : 

1 Mon collegue et ami M. J. Bourgeois vient do me communiquer 
deux Lamprohiza, $ et $, provenant de Tile de Majorque, d ou ils out 
cte envoyes a M. le D r A. Puton. Je reconnus L. Paulinoi c?, que j ai 
de crit, en 1884, dans ina Revision des Lampy rides pale ar cliques. J ai 
ete heureux de voir la femello qui m elait reste e inconnuc et j en donno 
ici la description : 

LAMPHOHIZA PAULINOI E. Oliv., $. D un tlave teslace, avec les 
e lytres, 1 ecusson et le disque du prothorax bruns. Prothorax Ires lege- 
rement bisinue a la base ; angles poslerieurs fortement emousses ; cotes 
arrondis, tres altenue s en avant, tronques au sommet ; ornc antc rieure- 
ment de deux laches translucides ; grossierement ponctue-rugueux sur 
ses marges, presque lisse sur son disque, qui est d un bran brillant ; 
charge sur son milieu d une fine carene longitudinale bien saillante. 
Ecusson triangulaire, cilie. Moignons e lytraux fortement ponctues ru- 
gueux, parsemes d urie pubescence flave, a peine separes entre eux a 
Textremite de 1 ecusson, puis fortement de hiscents, arrondis au sommet, 
charges, chacun, d une cote obscurement saillante. Segments de 1 abdo- 
men arrondis lateralement, les quatre premiers a bord posterieur pres 
que droit, les suivants a bord d autant plus concave qu ils approchent 
de 1 extre mite, de sorte que le pygidium est echancre circulairement. 
Pattes courtcs, legerement rembrunies. Long. 9 mill. 

Bien distincte de toutes les femelles des autres especes du meme 
genre par la forme de son prolhorax atte nue en avant et tronque au 
sommet. 

J ai deja recu L. Paulinoi de Portugal et d Aragon. II doit certaine- 
ment liabitor toute 1 Espagne et est une espece caracteristique do la fauno 
de la peninsule Iberiquo ot des iles Balearos. 

A propos de co genre Lamprohiza, etabli par Motschulsky en 1853 
(Et. ent., p. 47), je dois faire remarquer qu il est synonyme du genre 
Phausis, cre e par Lecoriteen 1852 (Pr. Ac. Phil., 1852, p. 337), et que 
ce dernier, ayant ranteriorite 1 , doit prevaloir, d apres la loi stride de 
priorite. Toutefois, comme je ne suis pas partisan de ces inutiles ques 
tions de nomenclature et que je n admets pas de changements de uoms 
fails en dehors d un travail complet et sc rieux, je conlinuerai a dire 
Lamprohiza jusqu au jour ou, a})res examen plus approfondi, jc me 
croirai autorise a le changer, s il y a lieu, mais seulement dans la Mono 
graphic generate des Lampy rides du globe. 



Seance du 22 fe vrier 1893. LXXI 

2 ELASMOSOMA BEROLINKNSB Rulh. est un petit Hymcnoptere de 
la famille des Braconides, dont 1 illustre D r J. Giraud avail devine les 
moBurs myrmecophiles, parce qu il 1 avait capture plusieurs fois autour 
des fourmilieres. Un de mes amis, entomologiste zele, M. 1 abbe Michel, 
vient de confirmer le parasitisme de cette espece : il a observe une 
femelle de Elasmosoma introduisant successivement sa tariere dans un 
dos derniers anneaux de 1 abdomen de plusieurs individus de Formica 
rufa et y deposant un oeuf a chaque piqure. L oeuf eclot done dans 
1 interieur du corps de la Fourmi et la larve qui en sort vit aux depens 
de I hotesse, qui doit payer de sa vie 1 abri et la protection qu elle 
procure a sou ennemi. G est la un cas de parasitisme bien avere et 
Elasmosoma berolinense doit definitivement etre classe parmi les Insectes 
myrmecophiles. 

Observation biologique sur Timarcha generosa, par P. Lesne : 

Depuis longtemps deja, on a indiquo et mis en evidence tout le parti 
que beaucoup de larves de Ghrysomelides (Griocerides , Cassidides, 
Cryptocephalidcs, Glythrides) savent tirer de leurs excrements pour 
s en recouvrir ou meme s en fabriquer une demeure portative. 

Uri certain nombre d adultes font usage des memes matieres pour 
agglutiner la ponte ou pour fixer les osufs a leurs supports. Le fait est 
connu chez Cassida et Cryptocephalus. L observation suivante montre 
que le meme procedc est employe par des Ghrysomelides d un groupe 
tres different, les Timarcha. 

Timarcha generosa est tres abondant aux environs d Alger pendant 
1 automnc et 1 hiver. On le trouve dans les endroits decouverts, errant 
a la surface du sol. 

Le 6 decembre dernier, j en remarquais qui paraissaient etre en quete 
d un endroit propice a la ponte, et, en effet, beaucoup etaient occupes a 
ce travail. 

Une femelle, arretee au milieu d un sentier, palpait le sol avec ses 
antennes et ses palpes, et essayait de le remuer en y enfoncant la tete 
et en le grattant avec les pattes anterieures. 

Dans le meme sentier, une autre femelie etait en train de pondre ; 
elle avait legerement fouille la terre sur une surface de deux ou trois 
centimetres carres et sur une profondeur de quatre ou cinq millimetres, 
et, l abdomen plongeant dans cette excavation, deposait les 03ufs au 
fond, cote a cote. 



LXXII Btilletin entomologique. 

Uue troisieme fcmelle avail acheve sa ponte; elle s occupait a enduirc 
et a recouvrir la couche d oeufs, qu elle venait dedeposer dans son trou, 
d un liquide brim verdatre, un peu visqueux, qui perlait a 1 anus par 
gouttelettes qu elle dcposait une a une sur les oeufs. Ge liquide n etait 
autre quo ses excrements, contenant de nombreux debris de lissus ve- 
getaux et melanges, probablement, d une secretion anale. Lorsque cette 
operation fut terminee, se cramponnant solidement par les pattes ante- 
rieures et posterieures, elle ramena sous elle, a 1 aide des pattes inter 
mediates les grains de sable environnants et les poussa sur le liquide 
encore frais qui recouvrait les oaufs. Elle continua de rassembler ainsi 
la terre pendant une dizaine de minutes, s aidant, vers la fin, d une des 
pattes anterieures, et dessinant ainsi, plus on moins nettement sur le 
sol du sentier, une petite surface ovalaire balayee. Je la quittai a ce 
moment et, deux heures plus tard, je pus encore reconnaitre 1 emplace- 
ment de la ponte et la recueillir. En se dessechant, le liquide excre- 
mentiel avait etabli une certaine cohesion entre les osufs et agglutine 
des grains de sable a leur surface. 

L epoque du depot des oeufs de Timarcha generosa parait tres variable. 
J ai vu des femelles pondre non seulement en decembre, mais aussi en 
novembre et en fevrier. D autre part, j ai pris, au commencement de 
decembre, une larve de cette espece parvenue au tiers de sa taille en 
viron. L ffiuf dont elle provenait avait probablement ete pondu au mois 
d aout ou de septembre. 

A leur sortie de 1 oviducte, les ceufs ont la couleur rouge brique du 
sang de I lnsecte , ils passent au jaune soufre en peu de jours, et con- 
servent defmitivement cette coloration. Lors de 1 eclosion, la coque se 
rompt suivant une fente semi-elliptique interessant presque toute la 
longueur de 1 ceuf. 

Scydma3nida3 : especes nouvelles, par J. Groissandeau : 

1. Neuraphes Reitteri, n. sp. Moyen, rouge unicolore, ventru, 
mais tres elance, tres convexe, avant-corps etroit. Long. 1 mill, 
environ. 

Tete moyenne, boinbee, aplatie devant ; yeux petits, peu saillants. 

Anlennes longues et greles, a massue indistincte de trois articles : 
1-2 egaux, une fois et demie aussi longs que larges ; 3-7 oblongs, sub- 
egaux; 8 oblong, un peu plus gros que 7 ; 9-10 plus gros que 8, longs 
comme larges; 11 piriforme, moins long que 9-10 re unis. 

Prothorax long, parallele, sillonne transversalement a la base, mais le 



Seance du 22 fevrier 1893. LXXIII 

sillon ne va pas jusqu a la fossette laterale et se compose de deux de 
pressions foveiformes ; la fossette laterale est re duite a un sillon extre- 
mement etroit, peu visible; ponctuation nulle; poils extremement fins 
et serres. 

Elytres ventrus, en ovalo allojige, leur plus grande largeur vers le 
milieu, acumines, tres etrangles a la base; cuvettes basales larges et 
profondes, convergentes, prolongees en une longue gouttiere juxta-su- 
turale obsolete, repli humeral court, peu saillant, legerement divergent ; 
ponctuation extremement fine ; poils courts et serres. 

Syrie, 1 seul exemplaire trouve parmi les trois types de Cyrtoscyd- 
mus leptoderus. 

2. Cyrtoscydmus Fairmairei, n. sp. Taille au-dessus de la 
moyenne, brim, tres convexe, brillant, membrcs rouges. Long. 
1 1/2 mill, environ. Voisin de C. semipiceus. 

Tete large, bombe e, aplatie devant, comme biimpressione e , lisse, 
glabre ; yeux gros et saillants. 

Antennes normales, a massue indistincte, de cinq articles : 1-2 presque 
deux lois aussi longs que larges; 3-6 a peine oblongs, subegaux ; 
7-10 subcarre s, grossissant progress! vement, le 10 e substransverse ; 
ll e piriforme, moins long que 9-10 re unis. 

Prothorax large, cordiforme, long comme large, tres convexe, lisse ; 
poils fins et rares ; les quatre fossettes basales bien marquees, les me- 
dianes reunies en arche. 

Elytres larges, etrangles a la base, subtronques au sommet: cuvettes 
profondes, assez longues, convergentes, etranglant 1 ecusson, 1 affectant 
et le coupant, pour ainsi dire, en deux, isole es, repli humeral assez 
court, tres peu saillant, etroit, tranchant, borde interieurement d une 
gouttiere etroite et profonde a la base, puis s eff ac.ant brusquement, 
ce qui donne 1 illusion d une petite fossette supplementaire entre le repli 
humeral et le vallonnement separatif de la cuvette basale ; sous certain 
jour, le vallonnement disparait, et la cuvette semble extremement large 
et trapezoi dale ; ponctuation grosse, ma,is tres obsolete ; poils longs, 
blanchatres, laineux, ecartes. 

Dessous brun, anus un peu plus clair, sans caractere sexuel apparent. 

Syrie, 1 seul exemplaire. 

3. Cyrtoscydmus Saulcyi, n. sp. Identique a C. picipennis, 
mais d un rouge unicolore, a pubescence tres fine, tres courte et tres 
serree. 

La seule dillerence bien caracterise e, qui separe les deux especes, 



Bulletin entomologique. 

consiste dans Ja base dos < >lytres. Celle-ci a 1 epaule large des Steniclmus, 
lo repli humeral court et e troit, borde interieurement d une goultiere 
courte et tres e"troite. La fossette juxta-scutellaire est a peine plus large 
quo la gouttiere humcrale. 

Peut-etre n est-ce qu une forme particuliere de C. picipennis, et des 
passages viendront-ils demontrer que le petit vallonncment qui separe 
la cuvette do la gouttiere n est autre qu un caractere flottant, tres fre 
quent chez les Tetramelus. 

A la base du prothorax, deux tres petites fossettes rondes separees 
par une carene courte et tres etroite. 

Front plat. 

Mont-Garizim (Syrie), 1 seul exemplaire. 

4. Cyrtoscydmus Mesmini, n. sp. Moyen, bruu, prothorax 
et tete plus clairs jusqu au rouge vif ; arriere-corps large, peu convcxe ; 
antennos et pattes d un rouge vif ; palpes et tarses jaunes. 

Tete large, tres convexe, aplatie devant, lisse; poils tres fins et 
serre s ; yeux gros et saillants. 

Anteunes normales, a massue indistincte, de cinq articles : 1-2 sub- 
cgaux, une fois et demie aussi long que large (l er un peu plus gros) ; 
3-6 subegaux, oblongs; 7 e plus gros que le 6% subspheriquc ; 8 e plus 
petit que le 7 e ou egal, subspherique ; 9-10 gros, substransverses ; ll e 
piriforme, deux fois long comme le 10 e . 

Prothorax aussi long que large, le gerement cordiforme, tres convexe, 
un cinquieme environ plus large que la moitie des elytres ; ponctuation 
nulle; poils fins et serres; les deux fossettes basales externes bien mar 
quees, les mcdianes rapprochees et reunies en arc-he. 

filytres ovaiaires, larges, peu convexes, leur plus grande largeur 
avant le milieu ; epaules tres accentuees ; repli humeral court et saillant, 
borde d une gouttiere profonde, large a la base et separee de la cuvette 
basale par un vallonnement nettemeut accentue ; celle-ci courte, pro 
fonde, divergente, Sf3paree de 1 ecusson par un vallonnement plus ou 
moins sensible et par un sillon etroit, prolonge en une longue gouttiere 
juxta-suturale, tres peu divergente, large et assez profonde; ponctuation 
serree, assez forte ; poils jaunes, assez longs, fins et serres. 

Dessous brun, anus plus clair, sans caractere sexuel apparent. 

Cuisses anterieures du male dilate es en courbe reguliere. 

Madere (Alluaud). 

5. Napochus saulcyanus , 11. sp. Moyen, rouge unicolore. 
peu convexe, assez fortement aplati dessus, large, lisse et glabre. 



Seance du 22 fe vrier 1893. LXXV 

Teto large, subtriangulaire, tres etranglee a la base, convexo, non 
deprimee devant, lisse et glabre ; joues scales garnies d une touffe do 
longs polls jaunes. 

Antennes robustes, nn cinquieme plus longues que la tete et le pro- 
thorax reunis; articles 1-2 subcgaux, unc fois et demie aussi longs que 
larges ; 3-o subcarres ; 6-7 oblongs ; 8 e subspherique, aussi long que 
large; 9-10 plus larges que 8, epais, substransverses ; li e piriforme, 
court et trapu. 

Prothorax trapezoidal, tres large a la base, tres etrangle au sommet ; 
angles anterieurs obtus, emousses, les posterieurs aigus, bordcs d mie 
carene etroite et peu accentuee, puis d une gouttiere longitudinale 
etroite et obsolete ; base non sillonnee. 

Elytres larges et longs, peu ventrus, lenr plus grande largeur avant 
le milieu, fortement etrangle s a la base, largement tronques au sommet, 
chaque oxtremite arrondie en ellipse surbaissee; repli humeral etroit, 
long et vigoureux, borde inte rieurement d une gouttiere tres large ct 
tres profonde, n atteignant pas Pecusson ; celui-ci imperceptible ; gout 
tiere juxta-suturale large et obsolete; ponctuation et pubescence nu lies. 

Dessous rouge unicolore, sans caractere sexuel apparent. 

Syrie, 2 exemplaires. 

6. Euconnus Leveillei, n. sp. Grand, d un rouge fonce unico 
lore, tres convexe, tres large ; palpes et tarses jaunes. 

Tete grosse, a peu pres de la largeur du prothorax, spherique, tres 
convexe, lisse ; poils jaunes, fins et serre s sur le disque, longs sur les 
joues. 

Antennes normales, un cinquieme environ plus longues que la tete et 
lo prothorax reunis, a massue indistincte de cinq articles : 1-2 deux 
fois aussi longs que larges (l cr un peu plus gros et plus long) ; 3-6 
oblongs, subdgaux; 7 e un peu plus gros et plus long quele6 e ; 8-10 
subcarres, grossissant progressivement, mais tres peu; ll e piriforme, 
pres de deux fois long comme le 10 e . 

Prothorax aussi long que large, tres convexe, tres le gerement etran 
gle a la base, subcordiforme, arrondi a peu pres regulierement au 
sommet ; a la base, deux fossettes rondes, grandes, se parees par une 
carene arrondie, interrompue par un sillon profond ; carene et gouttirre 
laterales vigoureusement accusees ; ponctuation excessivernent fine ; 
poils jaunes, tins et serres sur le disque, plus forts et enchevetres sur 
les cote s et au sommet. 

Elytres ventrus, tres etrangle s a la base, tres acumines au sommet, 



LXXVI Bulletin entomologique. 

leur plus grande largeur an milieu, tres convexes ; rcpli humeral court 
et saillant, relie au disque, borde d uti cuvette humero-basale large et 
profonde, separee de 1 ecusson par un vallonnement a peine perceptible 
forman t ime fossette juxta-scutellaire etroite et profonde, prolongee par 
une gouttiere juxta-suturale profonde a la base et faisant saillir energi- 
quement 1 ecusson, mais s attenuant brusquement ; ponctuation fine et 
serree ; poils jaunes fms, et serres. 

Dessous de la couleur du dessus, unicolore, sans caractere sexuel 
apparent. 

Syrie, 1 seul exemplaire. 

7. Euconnus Fauveli, n. sp. Taille au-dessous de la moyenne, 
rouge unicolore, tres elance, etroit, palpes et tarses jaunes. 

Tete norrnale, plutot petite, tres convexe, aussi longue que large ou un 
peu plus longue que large, aplatie en avant, vertex subsillonne ; ponc 
tuation nulle; poils jaunes, fins et ecartes sur le disque, longs sur les 
joues ; yeux moyens, non saillants. 

Antennes normales, un cinquieme a peine plus longues que la tele et 
le prothorax reunis, a massue distincte de quatrc articles : 1-2 sub- 
egaux, a peu pres deux fois aussi longs que larges ; 3-6 oblongs, sub- 
egaux ; 7 e oblong, un peu plus gros que le 6 e ; 8 e subcarre ou subtrans- 
verse, beaucoup plus gros que le 7 e ; 9-10 transverses ; ll e piriforme, 
court, biais, une fois et demie aussi long que le 10 e . 

Prothorax legerement cordiforme, plus long que large, un cinquieme 
plus large que la moitie des elytres, tres convexe ; les deux fossettes 
basales petites, peu profondes, reliees par un sillon transversal ; gout- 
tiere et carene laterales peu sensibles ; ponctuation nulle ; poils jaunes, 
courts et fins sur le disque, laineux, plus longs et enchevetres sur les 
cotes et au sommet. 

Elytres ovales, etroits, assez fortemeiit etrangles a la base, longue- 
ment acumines au sommet ou ils s arrondissent, tres convexes ; repli 
humeral long et saillant, detache du disque, borde d un gouttiere large 
et profonde, surtout a la base, separee de 1 ecusson par un vallonne 
ment etroit et un sillon juxta-scutellaire tres etroit, relie a uue tres 
faible depression juxta-suturale; ponctuation tres fine et serree, parfois 
insensible ; poils jaunes assez forts, laineux, serres. 

Dessous d un rouge unicolore ; metasternum du male assez fortement 
deprime dans toute sa longueur. 

Svrie. 



Seance du 22 fevrier i893. LXXVU 

8. Euconnus Guillebeaui, n. sp. Taille au-dessous de la 
moyenne, rouge unicolore, elance, arriere-corps large ; palpes et tarses 
jaunes. 

Tete grosse, subsphcrique, tres convexe; front aplali; lubercules 
jivxta-antennaires assez bien marques ; ponctuation nulle; poils jaunes, 
fins et ecartes sur le disque, plus longs sur les joues ; yeux gros, non 
saillants. 

Antennes longues, un quart au moins comme la tete et le prothorax 
reunis, amassue indistincte de cinq articles : 1-2 subegaux, a peu pres 
deux fois aussi longs que larges; 3-6 oblongs, subegaux; 7 oblong, 
plus gros que le 6 e ; 8-10 subspheriques; ll e piriforme, trapu, pas deux 
fois long comme le 10 e . 

Prothorax a peu pres aussi long que large, a peine plus large que la 
moitie des elytres, tres convexe, surtout en arriere, non cordiforme, si 
on ne tient pas compte des poils ; les deux fossettes basales petites, peu 
profondes, reliees par un sillon transversal large et profond ; gouttiere 
et carene laterales tres vagues ; ponctuation nulle ; poils jaunes, fins sur 
le disque, epais et enchevetres sur les cotes el an sommct. 

Elytres ovales, longs, tres etranglcs a la base et an sommet ou ils 
s arrondissent, leur plus grande largeur vers le tiers, tres convexes ; 
repli humeral tres court, etroit, saillant, relie au disque, horde d une 
cuvette humero-basale courte et profonde, separee de 1 ecusson par un 
vallonnement etroit, tres peu sensible et une petite fossette juxta-scutel- 
laire tres superficielle ; ponctuation fine et serree, mais visible; poils 
jaunes, comme laineux, longs et et serrcs. 

Dessous d un rouge unicolore, anus plus clair, sans caractere sexuel 
apparent. 

Syrie, 1 seul exemplaire (??). 

9. Euconnus Argodi, n. sp. Petit, brun, elance, tres allonge, 
tres etroit et tres acumine ; pattes et antennes rouges ; palpes et tarses 
jaunes. 

Trie grosse, subspherique, tres convexe, un peu raboteuse, brillantc, 
imponcluee; front depri me ; ponctuation nulle; poils jaunes, courts 
et fins sur le disque, touffus sur les joues ; yeux petits, difficiles a dis- 
linguer. 

Antennes normales, longues a peu pres comme la tete et le prothorax 
reunis, a massue indistincte de cinq articles : 1-2 subegaux, une fois et 
demie aussi longs que larges ; 3-6 oblongs c?, subcarres ?, subegaux ; 
7 C un peu plus gros que le 6 C , subspherique ; 8-10 subtransverses (5*, 



Lxxvin Bulletin entomologique. 

nettemeut transverses ?, grossissanl progressivemcnl ; ll c piriformc, a 
peu pres long comme 9-10 rcunis. 

Prothorax cordiforme, aussi long que large, tres convexe; les deux 
fossettes basalcs assez netteinent delimiters, assez profondes, reliees par 
UQ sillon transversal, la carene mediane tantot ncttement accusee, 
tantot aflaissee an point de former une troisieme fosselle mediane; 
goultiere et carene latc rales bien visibles ; ponctuation nulle ; poils 
jannes, courts et clairsemes snr le disqne, epais et enchevelres sur les 
cotes et au sommet. 

Elytres ovales, Strangles a la base, longuement acumines, en pointc 
au sommet, leur plus grande largeur uri peu avant le milieu, tres con- 
vexes ; repli humeral court, etroit, cintre en dedans, relie au disque, 
borde d une cuvette humero-basale courte, etroite, plus ou moins 
vague, separee de 1 ecusson par un vallonnement peu accentuc et un 
sillon juxta-scutellaire prolonge en une gouttiere juxta-suturale assez 
longue et divergente au sommet; ponctuation nulle ou tres obsolete; 
poils jaunatres, assez longs et serres. 

Dessous d un rouge brim, abdomen plus clair; metasternum du male 
aplati. 

Syrie, 3 exemplaires. 

NOTA. Des materiaux plus nombreux permettront peut-( A tre de reunir 
cette espece a E. styriacus, dont elle esl tres voisinc et qui est extreme- 
ment variable. 

10. Euconnus Eppelsheimi, n. sp. Petit, brim, e lance, avant- 
corps large, tres convexe; pattes et antennes rouges; palpcs et tarses 
jaunes. 

Tete grosse, subspherique, pas tres convexe, raboteuse, parfois exces- 
sivement sur tout le dessus, le dessous et les cotes ; front deprime ; 
poils jaunes, courts et fins sur le disque, courts et enchevelres sur les 
joncs ; yeux existanl probablement, mais impossibles a distinguer parmi 
les rugosites. 

Antennes comme le precedent et comme E. styriacus. 

Prothorax comme le precedent, mais a ponctuation profonde et scrree. 

Elytres ovales, plus on moins veiitrus, acumines, plus ou moins ar- 
rondis au sommet, a cuvettes basales entieres, aussi longues quo larges, 
))icn de limit( es, allant de I epaule a 1 ecusson; repli humeral court, 
cintre en dedans, relie au disque; ponctuation tres nolle, moins pro 
fonde que sur le prothorax ; poils jaunalres, (ins ol serres. 



Seance du 22 fevrier 1893. LXXIX 

Dessous d un rouge bnin, abdomen plus dair; metasternum du male 
plus ou moins creuse. 

Trouves dans les rxcmplaires innomes de la collection de Saulcy 
avec Fetiquette manuscrite : Mollia. Patrie... ? probablement d Espague, 
car ils proviennent des chesses de Piochard de la Brulerie. 

NOTA. Des materiaux plus nombreux permettront peut-etre de reunir 
cette espece a E. styriacus, dont elle est tres voisine et qui est extrOme- 
mei 1 1 variable. 

1-1. Euconnus Grouvellei, n. sp. Petit, bran, a prothorax et 
meme suture parfois jaunatres, tres convexe, elance, subparallele, tres 
acumine : pattes et antennes rouges, souvent jaunes. 

Tete moyenne, subspheriquc, tres epaisse, mais comme aplatie sur le 
disque ; front legerement deprime ; vertex vaguement sillonne ; ponctua- 
tion nulle ; poils jaunes, fins et courts sur le disque, assez longs sur les 
joues ; yeux petits non saillants. 

Antennes comme E. AryodL 

Prothorax plus long que large, cordiforme; les deux fossettes basales 
peu marquees, mal dclimitees et relie es par un sillon; gouttiere et 
carene laterales peu distinctes; ponctuation nulle; poils jaunes, courts 
et fins sur le disque, plus longs et enchevetres sur les cote s et au 
sommet. 

Eiytres ovales, tres allonges, etrangles a la base, tres acumines au 
sommet, leur plus grande largeur vers le milieu ; a la base la plupart 
des exemplaires ne revelent rien, pour ainsi dire, ou quelques vagues 
reflets ; la dissection nous a permis de constater un repli humeral rudi- 
mentaire, borde d une depression insensible; ponctuation extremenient 
fine et serree, mais tres superficielle, rcndant la surface comme rabo- 
teuse ; poils jaunatres, assez longs et serre s. 

Dessous d un rouge brun, abdomen jaunatre; metasternum du male 
longuement et largement creuse, mais peu profondement. 

Pyrcnees-Orientales. 

NOTA. Cette espece, trouvee d abord dans les mousses du Cheval 
rnort , fut rctrouvee en 1890, a Ax, par M. A. Grouvelle. Des mate 
riaux plus nombreux permettront peut-etre de reunir cette espece a 
E. styriacus, dont eile est tres voisinc ct qui est extremement variable. 

12. Euconnus Regimbarti, n. sp. Petit, d un rouge unicolore, 
elance, tres convexe en avant et eu arriere, base des el y tres aplatie ; 
palpes et tarses jaunes. 



LXXX Bulletin entomologique. 

Tele variable, moyonne generalement, subspherique, tres convexe ; 
front deprime en avant, rarement entre les antcnnes; ponctuation nulle; 
polls jaunes, tres fins et clairsemes sur le disque, longs et touffus sur 
les joues ; yeux tres petits. 

Antennes greles, a peine plus longues que la tete et le prothorax 
reunis, a massue distincte de trois articles : 1-2 deux fois aussi longs 
que larges ; 3-7 plus etroits, oblongs, subegaux (3 e un peu plus long) ; 
8 e un peu plus gros, subspherique ; 9-10 aussi longs que larges, a coins 
arrondis; ll e piriforme, elance, moins long que les 9-10 reunis. 

Prothorax un peu plus long que large, cordilorme, -peu etrangle, 
mais tres affaisse a la base, disque tres convexe; les deux fossettes 
basales rondes, profondes; carene mcdiane large, saillante, obsolete- 
ment interrompue par un sillon transversal ; gouttiere et carene laterales 
Men nettes ; ponctuation nulle ; polls jaunes, fins et clairsemes sur le 
disque, plus epais et enchevetres sur les cotes et au sommet. 

Elytres ovales, courts, leur plus grande largeur avant Is milieu, tres 
convenes du milieu au sommet, triangulairement aplatis a la base; repli 
humeral tres court, etroit, saillant, convergent, relie au disque, horde 
d une cuvette basale allant de 1 epaule a 1 ecusson, courte, large, con- 
vergente; sous 1 ecusson, tres etroit, s etend, le long de la suture, une 
depression large, parfois assez profonde, parfois obsolete ou nulle; 
ponctuation nulle; poils jaunes, fins, courts et serres. 

Dessous d un rouge unicolore, sans caractere sexuel apparent ; meta- 
sternum partage du haut en has par une carene tres accentuee au-dessous 
des hanches posterieurs et s affaissant de has en haut. 

Corse. Trouves parmi les exemplaires innomes de la collection Re- 
veliere. 

Note sur I organe appele spatula stcrnalis et sur les tubes de Mai- 
pighi des larves de Ce cidomyes, par A. Giard : 

Au cours de mes recherches sur les phenomenes de castration 
parasitaire determines chez les vegetaux par les larves de Cecidomyes, 
mon attention a ete attiree sur diverses particularites peu connues de 
1 organisation de ces Dipleres. J ai fait notammcnt quelques reman jues 
sur le singulier appareil situe a la face ventrale du segment prothora- 
cique et designe par les auteurs sous les rioms de Spatula sternalis, 
Breastbone, Brustbein, Brustgrfite, etc. 

Les anciens observateurs 1 avaient signale vaguement et appele lame 
brune ou trait brun corne. Ratzeburg (1841) et Leon Dufour (1845) 1 ont 



Se ance du 22 fe vrier 1893. LXXXI 

decril et figure : le premier chez les larves de Cecidomyes du Pin, le 
second chez une larve de Lasioptera. L. Dufour le considerail comme 
un vestige inleressanl des mandibules relractiles dont il avail constate 
1 existence chez les Muscides. 

Cette opinion n est pas admissible, car beaucoup de larves de Ceci- 
domyes presenlenl des pieces buccales completes ou tout au moins des 
rudiments de ces pieces, mais places bien plus haut, dans la tete, tandis 
que la spatule est sous le premier segment thoracique et constitue, 
d aillcurs, un organe impair. 

En 1857, le professeur A. Laboulbene a signale le trait brun chez la 
larve de Cecidomyia papaveris (A. S. E. F., p. 568, pi. xii, fig. 18 et 20). 
La description qu il en donne est passablement obscure : Dessous du 
corps (de la larve) avec un trait brun, visible aussi en dessus et 
tenant a une piece brunatre paraissant a travers les teguments et ap- 
partenant a la partie superieure du tube digestif. 

L explication de la figure 20, qui represente incontestablement la 
spatule, porte : Piece cornee annexee a la partie superieure du tube 
digestif. 11 y a la une confusion singuliere do la spatule sternale avec 
le point oculiforme dorsal, et c est par suite de cette confusion que 
M. Laboulbene ecrit(loc. cit., p. 570) : Bremi le signale (le trait corne) 
pour toutes les larves de Gecidomyes sans preciser la position exacte. 
En se reportant au passage cite de Bremi, on lit : Toules ces larves 
ont sur le premier segment (segment cephalique) en arriere de la tete 
une tache brune visible par transparence. II n est pas douteux que 
Bremi avail en vue le point oculiforme donl il indique bien la posilion 
el non la spalule ventrale. Inutile d ajouter que la spatule n est nulle- 
menl en rapport avec le tube digestif comme le pretend M. Laboulbene. 

G est a Osten-Sacken que revient Fhonneur d avoir indique d une 
fac,on nette 1 exislence generate et la situation precise du breastbone chez 
les larves de Cecidomyidx (Monog. N. Amer. Diplera. vol. I, 1862). 

Mais la fonclion de eel organe demeurail toujours enigmatique. 

Perris, dans son admirable memoire sur les Insectes du Pin maritime 
(A. S. E. F,, 1870, p. 172, pi. 2, fig. 39), figure la spatule et s exprime 
ainsi, a propos d une larve de Gecidomye vivanl sous les ecorces : Je 
ne peux oublicr de dire que le segment prothoraciquc, vu en dessus, 
monire, par Iransparence, une piece line, subcornee, roussatre, un 
peu spatulee el legerement echancrce a 1 extremite anterieure. Gette 
piece doit servir d attache aux muscles qui mettent en mouvement les 
mandibules, la lele et le segment supplemenlaire. Gomme nous le 
(1893) BULL, vi 



LXXXII Jhdli tin <>ntomologique. 

vcrrons ci-dessous, Perris avait fait line observation biologique qui 
aurait pu Famener a la ddcouverte do la vorito, niais, a Fexemple de 
ses predecesseurs, il a considcre la spatule comme un organe tout ;i 
fait interne et s est mepris sur le role des muscles auxquels elle domic 
insertion. 

En 1873, M. A. Laboulbene a public dans nos Annales un travail tms 
instructif sur Diplosis buxi, espece commune dans les jardins et qu on 
pent observer facilemcnt sur les Buis du Luxembourg. Oubliant ses 
recherches antcrieures sur la Cecidomye du Pavot et les travaux de ses 
devanciers sur cTautres especes, notre savant collogue redecouvre la 
piece cornee bifide du premier segment de la larve et la considere 
comme un organe special sans analogue chez les autres larves de Ceci- 
domyes et servant a decollcr, a la maniere d un coin, les parties supe- 
rieures et inferieures de la feuille. En rcalite, 1 armature buccale rudi- 
mentaire suflit parfailement a cette besogne, car la feuille du Buis cst 
une de celles chez lesquelles les deux lames epidermiques se separont 
avec Ja plus grande facilite, ainsi que lo signalait deja le botaniste 
Hecart, en 1795. Mais le meinoire deM. A. Laboulbene et les figures qui 
I accompaguent demontrent, pour la premiere fois, que la spatule ster- 
nale se compose de deux parties : 1 une, generalement bilide, fait saillie 
exterieurement a la partie venlrale de la larvc; 1 autre, formant en 
quelque sorte le manche de 1 appareil, reste interne et donne insertion a 
des muscles puissants dont Faction determine les mouveinenls de la 
portion saillante. 

Cette disposition n est pas speciale a Diplosis buxi : elle se retrouvo 
plus ou moins manifeste chez toutes les larves de Gecidomyes ; mais elle 
est particuliereinent apparente chez les larves de Diplosis. 

Un certain nombre de ces larves (Diplosis loti, /). jacob,T,r. etc.) sont 
douees de la faculte de sauter comme les larves de Muscides du genre 
Piophiln. Ce fait a ete indique depuis longtemps par Winnertz, et Perris 
Fa constate egalement chez la larve de la Cecidomye du Pin, dont nous 
avons parle ci.-dessus. Perris a observe de plus, chez cette larve sau- 
teuse, deux crochets subcornes a Fextremite posterieure du corps. Be 
seinblables crochets, ou tout an moins des papilles chitineuses, existent 
chez toutes les larves sauteuses de Diplosis, et la larve les ramene en 
avant de Fanus, quand elle se recourbe ventralemeut itour se pn ipaivr 
au saut. Nous les reproduisons, fig. 1 ctfig. 2, vus chez Diplosis jacohw. 

D autre part, les deux lames saillantes de Fextremite bifurquee de la 
spatule viennent prendre un point d appui contre ces papilles, puis 



Seance du 22 fe vrier 1803. 



Lxxxnt 



lachent prise, et, le corps se debandant comme un ressort tcndu, la larve 
est projetee au loin. La spatulo joue done, chez les larves de Cecidomyes 



1. Larvc de Diplosis jacobaeac vue 
du cote ventral, 1 extremite posterieure 
recourbee en avant. OB, point oculi- 
forme vu par transparence ; sp, partic 
saillante de la spatule stcrnale ; pc, pa- 
pilles cornees; a, anus; /, poils lac- 
tiles. 






Fig. 2. Partie posterieure de la nie"me larve 
vue dorsalement ct a 1 etat d exten- 
sion. st, stigmates posterieurs; pc, pa- 
pilles cornees; t, poils tactiles. 



dont les pieces buccales sont rudimentaires, le role que les mandibules 
remplissent chez les larves dc Piophila. Ainsi se complete, an point de 
vue ethologique, la convergence qui existe au point de vue morpholo- 
gique enlre les larves des Cecidomyidfc et celles des Muscid.T. Les figures 
1 ct 2, accompagnaut cette note, feront mieux comprendre qu une 
longue description le jeu de spatula sternalis. 

La faculte de sauter est evidemment precieuse pour des larves gre- 
gaires comme celles des Diplosis loti, jacob<T<T, etc. : elle assure la dis 
semination de 1 espece a distance au moment de la nymphose. Si toutes 
les larves se transformaient au memo point, leur posterite perirait par 
la famine, la plaiite nourriciere ayant ete affaiblie et chatree par une 
premiere generation de Dipteres parasites. 

Chez les Gecidomyes ou la metamorphose se fait dans la galle, comme 
chez Diplosis buxi et un grand noinbre d autres formes, la faculte du 
saut disparaissaut, les papilles cornees disparaissent egalement. La 
spatule sternale devieut un organe plus ou inoins rudimentaire adaptc 
peut-etre a d autres fonclions. La partie saillante externe devient souvent 
simple (au lieu d etre bifurquee) : elle est de dimensions tres reduitcs 



LXXXIV Bulletin cntomologiquc. 

et peut meme disparaitre completement, de telle sorte que la spatule, 
n est plus visible que par ecrasement de la larve ou par I action de la 
potasse caustique. Gomme tons les organes rudimentaires, la spalule 
pre sente alors de grandes variations de forme el pent servir a distinguer 
les. races de Cecidomyes. 

J appellcrai aussi 1 attention des entomologistes sur la curieuse dispo 
sition des tubes de Malpighi. Chez toutes les larves de Gecidomyes que 
j ai etudiees, ces tubes, au nombre de deux, sont soude s en une anse 
c legamrnent recourbee et debouchent dans le voisinage de 1 anus, le 
proctodaBum etant excessivement court. La figure 3 represente cette 

disposition chez une larve rouge ap- 
partenant a une Cecidomye d espece 
nouvelle, parasite de Scnecio jacob,T,T, 
mais beaucoup plus rare que Di- 




Fig. 3. Partie terminate de la larve de 
la Cecidomye du Senegon. m, ca- 
naux de Malpighi; a, anus; st, stig- 
mates. 



La parente des Cecidomyidw avec les Mycetophilidx me parait etablie 
de la facon la plus solide par G. R. Osten-Sacken (Berliner ent. Zeit., 
XXXVII, 1892, p. 417 et suiv.), et il n est pas douteux que les Myceto- 
pliilidx, avec leurs larves eucephales, representent la forme primitive 
dont sont derivees, par degradation parasitaire, les Cecidomyidx. Le 
nombre des Cecidomyes parasites des Champignons, et surtout parasites 
des Champignons epiphytes, est, d ailleurs, bien plus considerable 
qu on ne le pense, et un grand nombre de formes, vivant en particulier 
sur les Uredinees, n ont pas encore ete decrites. II est bien probable 
que les larves de Cecidomyidx out ete d abord mycetophages et qu elles 
se sont adaptees pen a peu a la vie de parasites gallicolcs directs par la 
suppression graduelle de 1 hote intermediaire. Nous avons cite ailleurs 
des exemples de faits semhlables chez les Crustaces Bopyriens et chez 
les Isosoma (Hymenopteres gallicoles). La statistique des Uredinees et 
de leurs notes, comparee a celle des Gecidomyes et des plantes qu elles 
infcstcnt, fournit a cet egard de curieuses indications. 



Seance du 22 fe vrier 1893. LXXXV 

A la suite de la note sur les Cecidomyes, M. A. Giard ajoute : 

En lisant, dans le Bulletin de la derniere seance, la communication de 
M. F. Heim, j ai note deux erreurs qu il me parait utile de signaler : 

1 M. F. Heim parle de Vouverture faite dans les teguments d une 
larve d Insecte par la tarter e d un Diptere femelle. Or, les femelles de 
Dipteres Entomobies n ont pas de tariere et leur oviducte, generalement 
tres mou, est bien incapable de percer la peau d une larve quelconque. 
Les oeufs des Entomobies sont deposes a la surface du tegument de 
PInsecte parasite et ce sont les jeunes larves qui, apres leur eclosion, se 
fraient un cheinin a travers ce tegument a Paide de leur armature 
buccale. 

2 M. F. Heim declare aussi que le developpement de la forme Isaria 
d un Champignon entomophyte, ayant passe par un stade Botrytis, 
pourrait peut-etre exiger au mains une anne e. Gette opinion serait sou- 
tenable s il s agissait d une forme ascosporee (Cordyceps, par exemple) ; 
mais pour les formes conidiennes agregees, telles que celle observee 
par M. F. Heim, le developpement est bien plus rapide. En trois se- 
maines au plus, on peut obtenir la transformation de la forme simple 
(botrytioi de) en la forme agregee de Isaria farinosa, soit dans les cul 
tures stir Pomme de terre, soit dans les cultures sur chrysalides de 
Sphinx. 

D ailleurs, le seul fait que le Champignon etudie per M. F Heim a ete 
recueilli sous les feuilles caduques du Noisetier et de 1 Orme indique 
suffisamment que Involution de ce Cryptogame doit se faire en moins 
d une annee. 

Descriptions d especes notivelles de Coleopttres et notes synony- 
miques, par M. Pic : 

STEROPES HUNGARIOUS Hampe (W.z. b. Ges., 1873, p. 16o). Appar- 
tient au genre Macratria; differe de M. Leprieuri Reiche par la forme un 
peu plus forte et surtout par la structure du prothorax, assez court, tres 
large, bien dilate-arrondi en avant. La coloration des deux especes est 
semblable ; les pattes sont peut-etre un pen plus claires, et paraissent 
aussi un peu plus epaisses chez M. hungarica que chez M. Leprieuri. 

J ai dans dans ma collection plusicurs exemplaires de M. hungarica 
venant de Croatie. J en ai soumis un a M. Reitter avant de donner cette 
note. 

TROTOMMIDEA SALONS Reitt. (W. ent. Zcil., 11, 1883, p. 307). Le 



LXXXVI nnllctin entomologique. 

genre Trotommidm, decrit de Dalmatie, est remarquable par la forme 
diflerente des deux sexes : la femelle se rapprochant plutot des Scraptia, 
avec le prothorax plus etroit, une forme plus bombee; le male rappelant 
les Xylophilw, avec un dessus de corps moins bombc, une forme plus 
elancee. Trotommidea Salonx est entierement d un noir de poix, reve tu 
de duvet jaunatre bien fourni. Le male ofTre une structure d antennes 
moins accentue e que chez les Xylophilus; celles-ci, cornposees de 10 ar 
ticles, offreut les 2 premiers courts, globuleux, le i er e tant un pen plus 
gros, le 3 e assez long, un pen plus elargi, dente an sommet, avec les 
suivants un pen plus e troits, d egale longueur, le terminal en ovale 
allonge; ces antennas sotit un peu obscurcies a I extremitc. 

J ai vu quatre exemplaires de cette espece (dont une femelle sou- 
miso a M. Heilter), re coltes a 1 Edough par M. Grilat et acquis par moi 
avec la collection d Antbicides de cet entomologiste. J ai donne une 
femelle a M. L. Bedel, et jc possede actuellement un male et deux femelles 
de celte interessante espece, qui est a ajouter a la faune algerienne. 

TOMODERUS FUNEBRIS Reitt. (Deutch. ent. Zcit., 1884, p. 257). -- Cet 
Insecte me parait etre un Aulacoderus Laf., non un To moderns, d apres 
1 examen de deux exemplaires de cette espece (collection Marseul du 
Museum ot collection Pic); je ne serais meme pas eloigne de croire 
Anthicus ( Tomoderus} funebris Reitt. synonyme de Anthicus Fri- 
valdskyi Laf. 



ANTHICUS TURGA Mars. Pologno (coll. Pic). On dirait une 
Ires grande et moins foncee do .4. gracilis Panz. 

ANTHICUS BRUNNEUS Laf. Localites nouvelles : Sainte-Baume (Var), 
ou j ai pris cette espece en 1889; Frejus et Gollioure, ou 1 a capturee 
M. G. Rey. 

ANTHICUS NIGER Oliv. Martigny (regu de M. C.-A. Fauvel), Brigue 
(F, Guillebeau) ; signale par M. Xambeu a Monte limar (Feuille des Jeunes 
Nat,, u 118, P- 127). 

ANTHICUS VENUSTUS Villa. Hautes-Alpes : Lautaret (Pic) ; Gevennes 
(E. Olivier). 



AMBULATOR Laf. Bien que je ne connaisse pas le type 
unique du Muse e de Berlin, j ai determine, d apres la description qui 
m a paru tres nette, plusieurs exemplaires recus de M. Staudingcr avec 
1 etiquette : Margelan . G est une interessante acquisition pour la 
faune du Turkestan, 1 espece etant decrite des Indes. 



Seance du 2% fevrier 1893. LXXXVII 

Anthicus Baudii, n. sp. Assez petit et allonge, (Tun noir tres 
pubescent de gris ou de jaunatre, avec une tache elytrale posterieure 
jaunatre ou roussatrc (cD, en majeure partie d un jaune rougeatre, a 
macules elytrales bruuos (?). Antennes, au moins a la base, tibias et 
tarses testaces. Tete brillarite, pas tres grosse, bien arrondie en arriere, 
noire (un peu plus claire, ainsi que les anlcnnes et les pattes, chez la 
femelle). Antennes moderement courtes, fortes, assez epaissies a I extre- 
niito, avoc 1 article terminal assez court, en pointe mousse au sommet. 
Prothorax assez long et e troit, a peine dilate-arrondi en avant, a fossettes 
basilaires peu accentuees, noir (c?), rougeatre ($). Ely tres uri peu ova- 
laires, arrondis aux epaules et a 1 extremite, bien pubescents de gris 
jaune, a ponctuation peu marquee; ils sont d un noir gris, largement 
macules de roussatre pres de 1 extremite (c?), d un jaune rougeatre orno 
d une sorte de croix suturale et mediane brune, avec 1 extremite de la 
meme teinte ($). Pattes greles. Long. 2 1/4 a 2 3/4 mill. 

Algerie : Misserghin. 

Du groupe des Bifossicolles Mars. A cataloguer pres de A. andalu- 
xiacus Laf . Plus allonge que les especes voisiries et bien caracterise par 
la difference des males et des femelles. 

Ptinus (S.-G. PSEUDOPTINUS Reitt.) Martini, n. sp. Noir bril- 
lant, moins la tete (quelquefois obscurcie) ; le prothorax, les pattes et 
les antennes rougeatres ; deux fascies grises sur les e lytres. Tete petite, 
pubescente, faiblement sillonnee sur le front, avec les yeux gros, noirs. 
Antennes un peu moins tongues que le corps, assez fortes ; l cr article 
gros, courbe, assez long, 2 C large, Ires court, 3 et 4 e assez larges, un 
peu plus longs, les suivants plus etroits, allonges, avec le terminal 
presque cylindrique. Prothorax etroit, bien etrangle pres de la base, for- 
tement ponctue en avant, un pen impressionne en arriere, avec les 
cotes a peine gibbeux, la base bien ncttement sillonnee. Ecusson assez 
petit, gris. Elytres a cotes paralleles (^), en ovale allonge et bombe s (?), 
fortement ponctues-stries, ayant les epaules obliquement arrondies, 
1 extremite inllechie, arrondie ; ils sont revetus de poils noirs a nioitio 
dresses et offrcnt deux fascies elytrales sinuees, faites de petites ma 
cules tres rapprochees de duvet gris blanc. Pattes assez Jongues, peu 
epaisses. Dessous du corps fonce, avec la poitrine bien rcvetuede duvet 
grisatre. Long. 3 1/4 a 4 1/2 mill. 

Algerie : La Galle (D r G. Martin, A. Henon), Saint-Charles, Safsaf (Pic). 

A cataloguer pres de P. lickenum Marsh. 

Neoxantha immaculata, n. sp. Flara. pilosa; prothorace tu- 



LXXXVIII Bulletin entomoiogique. 

berculis tribus plagaque media nigris; elytris latis, convexis, immaculatis ; 
palpis clavatis ; tarsis nigris. 

D une jaune orange flave, a forme assez courle, robuste, avec les 
e lytres tres largos ; pubescence generate jaune. T6te petite, noire sur 
le vertex, garnie de polls jaunes en avant. Antennes moderement fortes, 
a peu pres de la longueur du corps, noires, a 3 e et 4 e articles tres larges 
et longuement roussatres a la base. Prothorax court et large, a bord 
posterieur legerement tranchant, jaune, moins une lache mediane trian- 
gulaire et trois elevations (une mediane, deux laterales) noires. Ecusson 
saillant, large, creuse au milieu, arrondi au sommet. Ely tres deux fois 
et demie plus longs que le prothorax, convexes, assez courts, ayant 
les epaules droites, 1 extremite legerement anguleuse et arrondie sur la 
suture, celle-ci elevee, surtout en avant ; ils sont unicolores, bien pu- 
bescents de jaune, avec quelques poils clairs, dresses. Pattes courtes, 
mode rement fortes, jaunes, avec les genoux et les tarses (larges et 
courts) noirs. Cotes de la poitrine et partie superieure de 1 abdomon 
plus ou moins noirs (pcut-etre tache ?), le reste jaune. Long. 16 mill.; 
larg. 7 mill. 

Chine orientale : Shanghai, 1 exempl. (ma collection). 

N ayant pas sous la main les materiaux pour etudier suffisamment et 
avec certitude cette forme par comparaison, je n affirmerai pas qu elle 
soil une espece voisine plutot qu urie varie te de N. amicta Pascoe 
(Trans, ent. Soc., ser. IV, p. 45). Espece ou variete, N. immaculata se 
distiuguera nettement de N. amicta par les elytres unicolores ; le pro- 
thorax et la tete sont plus etroits que ceux de la figure (tab. 10, fig. 4) ; 
enfm lo vertex est noir, mais peut-etre par suite d epilation. 

Le genre Neoxantha Pascoe, cre e pour une seule espece de Chine, 
rappelle assez, de forme, le genre europeen Mesosa Serv. 

Je signalerai quelques rectifications a apporter dans 1 indication de 
quelques noms d auteurs changes sur les Catalogues : 

Stenopterus var. ustulatus est decrit par Mulsant, non par Dejean, par 
consequent, doit se cataloguer ainsi : Stenopterus var. ustulatus Muls., 
non Dejean. 

Pour le meme motif, on devra imprimer dorenavant : 
Mecynotarsus Mellyi Mars., non Laf. Mecynotarsus Truquii Mars., 
non Laf. Anthicus Lucasi Mars., non Laf. Anthicus Leprieuri 
Baudi, non Desbr. Anthicus var. incisus Baudi, non Truq. Anthicus 
cantabricus Mars., non Laf. Anthtcus funerarius Mars., non Laf. 



Seance du 22 fevrier 1893. LXXXIX 

Une vieillc publication, qui donne des details fort interessants et 
tout a fait inattendus sur bon nombre d Insectes de tous les ordres, m a 
permis de relever cette courte description sur Cantharis, Gantharide et 
non Telephore (De Insectis, Liber I, p. 77. Mouffet, Theatr. Insect., LI, 
G. 20) : Primx tabulw primo loco depingitur Ganlharis e maximarum 
(( genere, colore viridi, atque aurum lucente in rosa aperta... Gette courte 
diagnose, bien netle, et quelques figures, comme des Pucerons figurant 
sous le nom de Buprestis (table xv), pourrait donner a reflechir sur les 
vicissitudes des noms adoptes en entomologie. On trouvera cet ou- 
vrage, que je crois interessant a consulter, ne serait-ce que pour com- 
battre la priorite par la priorite, chez noire collegue M. G. Delagrange, 
sous le litre : Historic naturalis de quadrupedibus libri cum sneis 
figuris, Johannes Jonstonus, medicine doctor concinnavit ; il porte 
la date de 1657. 

Je ferai remarquer cependant que cet auteur ancien, qui donne une 
diagnose si claire, est bien anterieur aux auteurs qui sont considered 
dans la science comme les createurs de la nomenclature binominale. 

Etude compare e du de veloppement de rceuf chez le Puceron vivipare 
et ovipare, par le D r V. Lcmoine : 

M. le D r V. Lemoine rappelle les nombreuses theories emises au sujet 
des differences constatees deja depuis si longtemps dans le mode de de- 
veloppement des Pucerons vivipares et oyipares. Ges differences avaient 
paru telles qu on avait voulu y voir des corps reproducteurs essentielle- 
ment distincts et qu on leur avait applique des noms speciaux. M. le 
D r V. Lemoine croit pouvoir conclure des etudes qu il poursuit deja de 
puis plusieurs annees, sur ce groupe si interessant, qu il s agit bien, dans 
1 un et 1 autre cas, d un veritable oeuf, que ces oaufs sorit completement 
comparables a tous les moments de leur developpement et que les diffe 
rences constatees peuvent absolument s expliquer par le milieu ou 
1 embryon doit puiser son alimentation. En effet, dans un cas, dans la 
forme vivipare, c est dans le corps meme de la mere, a 1 aide d un 
appareil intermcdiaire tout special, que les substances nutritives lui sont 
successivement transmises, tandis que, dans les types ovipares, ces 
memes elements ont ete anterieurement accumules dans un oeuf muni 
d unc membrane d enveloppe generalement assez resistante. 

L ceuf, dans le type ovipare, peut subir toutes les phases de son de 
veloppement au dehors, qu il soit absolument libre ou fixe par des tils 
agglutinatifs ou des sortes de pedicules pleins chez Adelges du Sapin, 
creux et enfonces dans le parenchyme de la feuille chez Aleurodes. 



xc Bulletin entomologique. 

L d3uf pout, tTautre part, so developper dans un<> secretion speciale- 
inent abondante, fournie par la mere et accumuloe par cello-ci autour 
d elle on memo transported avec olio durant ses displacements. Tel 
semblo etre le role do la longue toufle filamenteu.se qui garnit la partie 
posterieure do rabdoincn do Ortltesia, cet Insecte ne laissant pas quo 
do rappeler a ce point de vue tout special le Mammifere marsupial. 

L oeuf, enfln, peut se developper dans le corps memo de la mere, qui 
est alors simplement ovovivipare. 

Une autro distinction, encore plus importante, consiste dans le fait (hi 
developpement de 1 oeuf avec on sans fecondation. 

On aurait done, par suite, les quatre termes suivants : 

1 Type essentiellement vivipare, ce sont les Pucerons proprernent 
dits dans les formes agames, apteres ou ailees ; 

2 Type ovipare, sans fecondation, represente [)ar la forme agame de 
Phylloxera ; 

3 Type ovipare, avec fecondation, c est la forme dite sexuee du Pu 
ceron et de Phylloxera ; 

4 Type ovovivipare, avec on saps fecondation (Aspidiotus, Leca- 
nium). 

M. le D r V. Lemoine ne s occupera, dans la presente communication, 
qqe du groupe des Pucerons proprement dits. 

Le Puceron viviparo parait comparable an Vertebre vivipare, comme 
le Mammifere. 

Le Puceron ovipare rappellerait, d autre part, le Vertebre ovipare 
(Oiseau, Reptile). Sous un seul aspect et avec les memes dimensions, il 
rendrait done possible cette comparaison si interessante de deux modes 
de developpement toujours separes chez les aiiimaux dits superieurs. 

M. le D r V. Lemoine fait passer sous les yeux de la Societe la serie de 
figures prises, dans le cours de ses etudes, sur le developpement des 
Pucerons. II insiste sur la necessite de bien specifier les types observes, 
car des formes voisines peuvent varier dans les details de leur evolu 
tion et peuvent donner, avec la meme technique, des resultats bien 
difTerents comme nettete de details. 

Le type vivipare, qui lui a donne a ce point de vue les resultats les 
plus favorables, est une forme tres comparable a 1 espece figurce par 
M. Buckton sous le nom de Siphonophora artemisi.T. 

M. le D r V. Lemoine fait remarquer le nombre de chapelets ovariens 



Seance du %2 fevrier 1893. xci 

et la multiplicite dos oeufs successifs d un mSme chapelet (6 dans le type 
en question, 7 a 8 chez le Puceron lanigere), la disproportion absolue 
du volume des formes embryonnaires initiales et des formes evoluees, 
1 abondance des elements nutritifs qui les entourent, que ces elements 
se presentent sous 1 aspect cellulaire ou avec urie apparence relative- 
ment inorganisee, parfois meme comme cristallisee. 
A ces elements nutritifs aboutit le plus riche lacis de trachees. 

II etudie ensuite le mode de distribution des elements pigmentaires 
dans les differentes phases du deveioppement de I embryoii. 

II insiste sur le petit volume des elements de la chambre germigene, 
dans le type vivipare, sur leur isolement reciproque, sur les prolonge- 
ments de I e lement central, un seul de ces prolongements se develop- 
pant pour descendre dans la chambre ovarique, en traversant une zone 
de petits elements epitheliaux, qui concourent sans doute a sa nutrition, 
et, par suite, a son elongation. Parmi les prolongements envoyes isole 
ment par les elements peripheriques de la chambre germigene, quel- 
ques-uns peuvent etre suivis sur la paroi de la chambre ovarique sous- 
jacente. Le noyau de 1 oeuf proprement dit devicnt peripherique dans 
cette chambre ovarique, ii emet son globule polaire unique, qui s arrete 
pres de la paroi laterale de la chambre, loin, par suite, des deux extre- 
mites polaires. Puis, le noyau de Po3uf se divise en deux par des phe- 
nomenes de karyokinese bien appreciables. Des subdivisions successives 
augmentent le nombre des elements (4-6-8, etc.) et ceux-ci finissent par 
se disposer peripheriquemcnt, de facon a constituer le sac blastoder- 
mique continu sur tous les points, sauf an pole inferieur. 

En meme temps que le noyau de I o3uf evolue, on voit se produire, au 
pole inferieur de la chambre ovarique, un mamelon cellulaire nettement 
saillant sur un des points peripheriques. Le role de ce mamelon parait 
capital, car il s accroit successivement et vient, par un pedicule, se 
mettre en rapport avec un sac vitellin inclus dans le blastoderme. Get 
organe polaire inferieur, puisant les (Elements nutritifs dans le corps 
me" me de la mere, les transmetlrait au sac vitellin et preterait, par 
suite, le concours le plus favorable au deveioppement si particuliere- 
ment intensif des embryons de la forme vivipare. M. le D r V. Lemoine fait 
remarquer la situation et la configuration du sac vitellin, qui ne semble 
pas representer la masse totale du vitellus primitif, une portion de 
celui-ci paraissant s isoler et s atrophier consecutivement. II indique la 
forme et la position de la masse genitale primitive, dont le point de 
depart parait etre un epaississement lateral du blastoderme. II suit les 



xon Bulletin entomologique. 

diverses phases de I invagination du blastoderme, do la constitution de 
1 embryon, de son retournement, de la formation et du deveioppement 
de ses divers organes, et il insiste sur 1 e tat specialement avance, au 
moment de son eclosion, de ses organes ge nitaux. 

Les ovaires presentent deja des series de chambres germigenes et 
ovigeres, et, par suite, les premieres phases du deveioppement de 1 oeuf 
se trouvent deja accomplies. C est done avant 1 eclosion et dans les 
formes tout a fait jeunes qu il faut poursuivre 1 etudc de ces phases de 
debut. 

Le Puceron vivipare, quand il e clot, est notablement plus avance dans 
son deveioppement que Phylloxera sortant de 1 ceuf, et qui n a encore, 
de chaque cote de la cavite abdominale, que quatre petites masses ova- 
riennes superposees et indivises. 

Au reste, ce deveioppement plus avance du Puceron vivipare se 
traduit egalement par la complication de ses yeux qui, a mi moment 
donne de revolution intra-maternelle de 1 Insecte, out ete representes 
par trois ocelles simples. Le Puceron vivipare passerait done dans 1 oeuf 
par la phase de Phylloxera. 

Les formes ovipares du Puceron peuvent etre reparties en trois 
groupes absolument caracte rises par la conformation du male ; celui-ci 
etant tantot aile et muni de pieces buccales, tantot aptere, mais avec des 
pieces buccales normales, tantot enfin prive de ces pieces buccales; 
mais, toujours dans cette troisieme forme, le tube digestif a paru bien 
apparent. Seules, les glandes thoraciques, si improprement appelees sa- 
livaires, ont paru faire de faut. Gette absence des glandes thoraciques 
est meme absolument caracteristique dc Foauf de Phylloxera sexue et 
permet de le distinguer des autres formes. 

Ges differences d aspect du male constitueront sans doute un des ca- 
racteres les plus importants pour retablissement des grands groupes de 
cette classe, quand les formes sexuees connues seront plus nombreuses. 

Comme representant special du premier groupe des Pucerons ovi 
pares, M. le D r V. Lemoine a etudie specialement Siphonophora mille- 
folii. II rno ntre le deveioppement si inte ressant des elements de la 
chambre germigene dont le volume, relativement considerable, contraste 
absolument avec celui de la forme vivipare. L element central envoie 
son prolongement dans la chambre ovigere. Les elements lateraux, dans 
leur phase d activite, subissent une evolution karyokinetique, qui a 
comme resultat de laisser une des moilies des filaments chroniatiques 
dans 1 e lement de la chambre germigene et d emettre 1 autre moitie dans 



Seance du 22 fe vrier 1893. xcm 

un long prolongement que Ton pent suivre jusque dans la chambre 
ovigere, oil il se perd dans la masse vitelline de 1 oeuf. Ges divers prolon- 
gemenls des elements de la chambre germigene, marchant parallelement 
les uns aux autres, constituent, par le fait, un faisceau qui va de cette 
chambre a la chambre ovigere et qui differe, par suite, essentiellement 
du cordon unique decrit jusqu ici. 

D une autre part, on peut ainsi bien apprecicr le role reel joue par les 
differents elements de la chambre germigene, 1 un d entre eux formant 
1 oeuf proprement dit, et les autres elaborant les materiaux du vitellus 
si abondant qui s accumule dans celui-ci. 

Les phases de la division karyokinetique du noyau de 1 ceuf sont 
egalement faciles a etudier, ainsi que les prolongements stelliformes de 
la masse protoplasmique circonvoisine. On pent suivre le mode de for 
mation des deux globules polaires qui s appliquent centre la paroi late- 
rale, loin des deux poles. 

M. le D r V. Lemoine so demande si la lenteur relative de revolution de 
1 oeuf dans la forme ovipare n expliquerait pas la production d un double 
corps polaire, alors que ces memes phenomenes, precipites dans le type 
vivipare, pourraient rendre compte de [ expulsion d un seul de ces 
corps, le second ii ayant pas, pour ainsi dire, le temps de se former. 

Les corps polaires, pour lesquels tant de theories ont ete proposees, 
rentreraient, d apres cette maniere de voir, dans un ordre de pheno 
menes biologiques inhe rents a la nature meme du noyau qui doit subir 
pour ainsi dire fatalement un travail karyokinetique, que le resultat de 
ce travail soit mile ou absolument sans valeur comme but final. 

Puis, le noyau de 1 oeuf se divisant et se fractionnant en une multi 
tude de pelits noyaux, ceux-ci viennent en derniere analyse se placer 
dans la zone periphcrique primitivemcnt claire de I oeuf, et le blasto- 
derme se couslitue. Ges diverses phases out pu etre nettement constatees 
par M. le D r V. Lemoine sur 1 oeuf de Phylloxera. Un travail special se 
passe an pole infdrieur de I oeuf du Puceron ovipare, ou une masse ar- 
rondie.ou organe polaire inferieur va se developper avec son prolonge- 
ment canalicule, pour permeltre la penetration du spermatozoi de. C est 
dans cet organe polaire quo M. le D 1 V. Lemoine a pu suivre la fusion du 
noyau male et du noyau femelle. C est egalement en ce point qu appa- 
rait la masse genitale primitive qui s invagine et qui est le point de 
depart de la formation consecutive du corps meme de 1 embryon, dont 
les differentes phases de developpement ont pu etre observees par lui, 
malgre 1 opacite de 1 oeuf. 



XGiv Bulletin cntomulogi<{ti<\ 

Le Pucerou oviparc du deuxieme type que M. le I) r V. Lemoine a pti 
observer est Chaitophorus salicivoi;us. Id, le male, encore pourvu de 
pieces buccales, n a plus d ailes. 

L element central de la charnbre germigene, sur les figures soumises 
a la Socictc, est remarquablc par le volume qu il acquiert et par ses 
prolongemeiits lateraux, veritables pseudopodes, mais paraissant sans 
conlinuitc avec les elements circonvoisins. Ceux-ci se developpent ega- 
lement et se multiplient a tel point que quelques-uns penetrent dans la 
chambre ovigere qui, par suite, coutieiit a la fois un 03uf et des elements 
imtritifs. Ainsi se manifesterait une tendance qui devient la disposition 
normale et constante des tubes ovariques d autres Insectes. 

Une autre partie interessante de 1 oeuf du Pucerou ovipare paralt 
consister dans une masse arrondie qui, le plus souvent, se detache d unc 
facon fort nette au niveau du pole superieur de 1 organe et qui semble 
jouer un role important dans les phenomenes biologiques du develop- 
pement de 1 embryon. G est 1 organe polaire superieur. II peut egale- 
mcnt etre bien etudie dans la forme Phylloxera, notamment an moment 
du retournement de 1 embryon dans 1 oeuf. II contracterait, par suite, des 
rapports plus ou moms immediats tout d abord avec les organes geni- 
taux, durant les premieres phases de leur developpement, puis avec la 
masse ganglionnaire sus-oesophagienne. 

Chez Phylloxera pres d eclore, il forme un petit sac arrondi, sur- 
monte de cette crete noiratre denticulee deja observee depuis long- 
temps. 

Le troisieme type de Puceron ovipare, dont M. le D r V. Lemoine entre- 
tieiit la Socicte, est le Puceron lanigere, Schizoneum lanigem, dont 
raction desastreuse sur les Pommiers est si connue. L auteur a fait une 
etude speciale de i lnsccte sous ses differentes formes agarnes apteres, 
agames ailees et sexuees. 

Le male et la femelle sont de volume fort reduit; ils manquent Pun 
et 1 autre de pieces buccales et de glandes tlioraci<iues, mais ils out mi 
long tube digestif replie sur lui-meme. Celui-ci, du reste, est d un 
diametre fort etroit et il no parait pas avoir de role actif. Le male ct la 
femelle sont Pun et 1 autre reconverts d un secretion assez abondanle, et 
cette derniere forme se fait en outre remarquer par de nombrcux corps 
glandulaires brunatres, dissemines dans 1 intcrvalle des organes et rap- 
pelant les glandes sous-culanees brunatres de la forme agame aptere. 

Les organes genitaux, durant les premieres phases de leur develop 
pement, out la plus grande analogic comme aspect chez le male et la 



Seance du 22 fevrier 1893. xcv 

femelle; celle-ci, tontefois, se distingue toujours facilement par son 
volume plus considerable. Dans cette masse coherente, bilobee, formee 
d elements cellulaires a gros noyaux, un des elements devient prepon 
derant et fink par se transformer en une chambre germigenej a laquelle 
fait suite une chambre ovigere qtii prend un developpement de plus en 
plus considerable, apres 1 eclosion de la femelle, et qui Unit pen a peu 
par occuper toute la capacite du corps de celle-ci, en refoulant en haul 
le tube digestif. Apres leur naissance, le male et la femelle stibissent 
tous deux une mue facile a etudier. 

L oenf pondu par la femelle du Puceron lanigere parait absolument 
comparable a 1 oeuf d hiver de Phylloxera. C est egalement par un pe- 
dicule creux quo penetre le spermatozoi de dans une masse polaire 
inferieure. La masse polaire stiperieurc est egalement bien appreciable. 

L oBuf de Phylloxera prcsonle, il est vrai, un mode devolution assez 
different durant les premieres phases de son developpement que M. le 
D r V. Lemoine a pti etudier assez completement. 

Commc 1 embryon de Phylloxera agame, Phylloxera sexue femelle 
presente tout d abord, de chaqtie cote du corps, quatrc petitcs masse? 
ovariennes simples et superposees, absolument comparablcs les unes aux 
autres sous tous Jes rapports. Puis, une de ces masses se transforme 
siniultanement de chaquc cote en une chambre germigene. L une des 
deux chambres germigenes laterales reste stalionnnire dans son deve 
loppement, tandis que celle de 1 autre cote produit une chambre ovigere 
qui Unit par envaliir la totalite du corps de la femelle, ce qui donne un 
aspect si caracteristique a cette forme de Phylloxera scxue pres de 
pondre. 

Ce mode de developpement de 1 oeuf d hiver peut done caracteriser 
le genre Phylloxera proprement dit et le dislinguerait des genres 
d Aphidiens qui s en rapprochent le plus par la conformation exterieure 
des formes sexuees. 

En resume, dans le groupe des Pucerons, les differences les plus 
frappantes, que Ton peut constater dans le developpement des formes 
vivi pares et ovipares, seraient les suivantes : 

Les elements de la chambre germigene sont beaucoup plus petils chcz 
les vivipares que chez les ovipares. Tous ces elements paraissent rester 
independants les uns des autres. Les elements plus centraux fournissent 
les ceufs proprement dits, qui occiipent les chambres ovigeres, des ele 
ments peripheriques jouent, par rapport aux premiers, un role nutrilif. 



xcvi Bulletin entomologique. 

Us descendent isolement et, dans la forme ovipare, paraissent se perdrc 
dans la masse vitelline de 1 oeuf. Dans la forme vivipare, quelques-uns 
peuvent etre suivis sur les parois de la chambre ovigere et peut-etre 
jouent-ils un role dans le developpement de 1 organe polaire inferieur, 
et dans celle du bourrelet qui produit la masse genitale primitive. 

Cette masse genitale se developpe, en effet, lateralement chez le Puce- 
ron vivipare, laissant ainsi libre 1 ouverture inferieure du sac blasto- 
dermique par laquelle doit penetrer le pedicule de jonction de la masse 
on organe polaire inferieure et du sac vitellin. 

Dans la forme ovipare, cet orifice inferieur du sac blastodermique a 
un autre role, puisque c est la que doit s operer la fecondation. G est 
egalement en ce point que se developpe tout d abord, chez le Puceron 
ovipare, la masse genitale. 

Des traces du pedicule polaire inferieur, dont le role parait si diffe 
rent chez le Puceron ovipare et vivipare, out ete egalement observees 
par M. le D r V. Lemoine dans I o3uf non fecondable de Phylloxera. 

L organe polaire superieur est fort interessant a etudier dans les 
formes ovipares, il parait faire defaut ou rester rudimentaire dans les 
formes vivi pares qui, par suite, manquent de la crete brunatre et chez 
lesquelles la nutrition de 1 embryon s opere d une facon si intensive a 
1 aide de 1 organe polaire inferieur. 

Reciproquement, le sac vitellin, si specialement developpe dans les 
formes ovipares, est beaucoup plus reduit chez les vivipares. It parait 
memo manquer tout d abord, puis il apparait, se met en relation avec 
1 organe polaire inferieur et reeoit, par son intermediaire, les elements 
nutritifs qu il transmet ensuite a l embryon. 

Le globule polaire lateral, unique dans la forme vivipare, double dans 
la forme ovipare, a deja ete note depuis longtemps. 

La fragmentation du noyau de 1 oeuf, relativement reduite comme 
nombre d elements chez le Puceron vivipare, est poussee naturellement 
beaucoup plus loin dans les formes vivipares, mais la constitution du 
blastoderme se fait en realite de meme. 

Le volume relatif de 1 ceuf, en merne temps que le travail de feconda 
tion, necessite, chez le Puceron ovipare, la constitution d une masse 
arrondie speciale au pole inferieur de I o3uf. 

Eu dehors de ces differences toutes faciles a expliquer, si Ton consi- 
dere le milieu ou I o3uf doit se developper, la rapidite plus ou moins 
grande de 1 evolution de l embryon, enfin rintervention speciale de 



Seance du 22 fevrier 1893. xcvn 

I element fecondateur, tout est absolument comparable dans les diffe- 
rcntes phases du developpement de I embryon dans les deux formes. 
Par le fait, ii s agit toujours d un oeuf absolument authentique, et les 
expressions d ovum * et de pseudo-ovum doivent se confondre en 
une seule et meme appellation. 

Mission scientifique de Ch. Alluaud aux lies Sechelles (mars, avril, 
mat 1892). Considerations generates, par Gh. Alluaud : 

A la derniere seance, notre collegue M. 1 abbe J. de Joannis a remis 
a la Societe une note sur les Lepidopteres des iles Sechelles (1), dans 
laquelle il indique avec soin dans quelles proportions les faunes mal- 
gache, africaine, malaise, etc., sont representees dans cet archipel dont 
1 entomologie etait presque entitlement a faire. 

L etude des autres ordres est loin d etre terminee ; je crois, nean- 
moins, pouvoir donner des a present un apergu de la faune coleopte- 
rologique des Sechelles, en joignant a cette note les remarques et desa 
criptions d especes nouvelles que de savants specialistes m ont dej- 
envoyees. 

L hypothese bien connue de 1 Atlantide, a 1 occident du vaste conti 
nent africain, a son pendant a 1 oricnt. Plusieurs naturalistes ont vu, 
dans les iles e parses de 1 Ocean indien, entre Madagascar et Plnsulinde, 
les vestiges d un ancien continent que 1 un d eux a appele Lemuria (2). 
Mais, tandis que ( existence de 1 Atlantide semble uniquement basee sur 
des fables de 1 antiquite, celle de la Lemurie Test, au contraire, sur des 
faits scientifiques. 

Wallace, dans son beau travail sur les faunes insulaires Island life , 
repousse energiquement l utilitede I hypothese d un ancien rattachement 
continental pour expliquer les faits de distribution zoologique dans ces 
regions, mais il accorde que les iles et les grands banes qui existent 
entre 1 Inde, la Malaisie et Madagascar furent probablement a une 
epoque de grandes iles et ont pu avoir de riches flore et faune insu- 
laires de type malgache et indien melange , et que les Sechelles 
ont ete une tres grande ile . 

Continent ou suite de grandes iles, cela revient a peu pres au meme, 
je dirai meme que ces deux manieres de voir sont equivalentes en ce 
qui concerne la faune entomologique. 

(1) Cf. Bull. Soc. ent. Fr., 1893, p. L. 

(2) En se basant sur I airc geographique dcs Singes Lemuriens. 
(1893) BULL, vu 



xcvm Bulletin entomologiquc. 

M. J. de Joaimis a indiquc, chez les Lopidopteres des Seychelles, inn 1 
predominence de formes de Madagascar et d Afriquo orientale. II en est 
de meme chez les Hymenopteres, ainsi quo m en informe M. J. Perez 
(de Bordeaux), a qni j ai communique ma collection de cet ordre. II n en 
sera probablement pas ainsi des Colooptrres ou 1 apport indo-malais 
semble predominant. Cette difference s explique aisement par la puis 
sance de vol bieti plus grande que les deux premiers ordres possedent, 
et qui leur permet de venir des contrces les plus rapprochees. 

En ce qui concerne les Coleopteres, les Sechelles semblent constituer 
plutot une limito occidenlale de la faune malaise qu une lirnitc boreale 
do la faune malgache ; dans tous les cas, elles ne contiennent aucune 
indication d une limite orientale de la faune africaine. 

On pourrait conclure de la opinion que j cmets sous toutes iv- 
serves que, contrairemcnt a ce que pourrait faire croire ( inspection 
de la carte de 1 Ocean iudien, la communication des Sechelles avec la 
Malaisie (soil par contiuuite continentale, soil par des chatnes d iles 
d une certaine etendue), a subsiste plus tard qu avcc Madagascar ; par 
consequent, que I affaissemcnt de 1 Ocean indien (que personne ne 
conteste) aurait eu son maximum d intensite au centre et a Test. 

La collection de Goleopteres que j ai formee aux Secheiles comprend 
environ 150 especes. Pour des terres situees presque sous 1 equateur, 
admirablemenl boisces et arrosees, ces ties sont probablement uniques 
au monde pour la pauvrete de leur faune entomologique. 

Jusqu a Tannee derniere, on n avait encore signale aux Sechelles que 
trois ou quatre especes de Goleopteres. Grace aux chasses du Pere Phi- 
libert, missionnaire apostolique a Mahe (la plus grande ile de 1 archipel), 
ce chitfre a ete porte par notre collegue M. L. Fairmaire a une quiu- 
zaine d especes (1) dernier nombre que j aurai eu 1 avantage de 
decupler. 

Voici les proportions dans lesquelles les di verses families de Goleo 
pteres ilgurent dans ma recolte : 

MIGROGOLEOPTERA (de families diverses), environ 25 especes. 
23 especes (dont 8 nouvelles). 

, SGARAB.EID.E , CURCULIONFD^ , de 10 a 12 especes de 
chaque. 

(I) Cf. Bull, Soc. etit> Fr., 1891 ct 1892. passim. 






Seance du 22 fevrier 1893. xcix 

HISTERID.E, BOSTRYCHID,E, TENEBRIONID^E, CERAMBYCID/L, de 5 a 7 es 
peces de chaquc. 

ELATERID^, CUD,*:, GOCCINELLID^, de 3 a 4 especes de chaque. 
BUPRESTID.&, CLEUID/E, CmiYsoMELiDyE, 2 especes de chaque. 

GlCINDELIDiE, SCYDM^ENIDiE, GOLYDIlD^, ENDOMYCHID.fi, LANGURIID^, LtJ- 

CANID/E, RHIPIPHORID.E, CANTHARID/E, ANTHIGID^;, MORDELLULE, ODE- 
MEiiiD.fi, 1 espece de chaque. 

Je remercie les auteurs des notes et descriptions qui suivent de la 
hate avec laquelle ils onl bien voulu examiner les Insectes que ]e leur al 
communiques. G. ALLUAUD. 

M. G. Brongniart, a la suite de la communication de M. G. Alluaud, 
au sujet de la grande terre supposee qu on a designee sous le nom dc 
Lemurie , fait remarquer que les Orthopteres du genre Phy Ilium 
de la famille des Phasmidcs, qui sont des Insectes dont la femelle ne 
vole pas et dont le male vole a peine, se rencontrent dans des points 
isoles : aux Sechelles, a Java, a Sumatra, a Borneo ; an Labs, a Sylhct, 
dans I Jiide ; a la Nouvelle-Caledonie, aux Celebes, aux Fidji, a la Nou- 
velle-Bretagne, aux Nouvelles-Hebrjdes, montrant par leur presence 
que toutes ces terres ont du etre reliees entre elles a line epoque an- 
cienne. 

Mais les especes du genre Phylliwri offrent entre elles des differences 
assez notables ; et il est a supposer qu il a fallu uii temps fort long pour 
que les variations que presenlent les divers types de Phyllies aient 
acquis assez de fixite pour qu on ait pu les considerer comme caracteres 
specifiques. 

On pent done penscr quo c est aux temps anterieurs a 1 epoque actuelle 
qu il faut remonter pour concevoir 1 existence probable d un continent : 
la Lemurie. 

Histeridso des ties Sechelles, par J. Schmidt : 

M. Gh. Alluaud a bien voulu soumettre a mon examen les Histeridcs 
trouves par lui aux iles Sechelles pendant I anuee 1892. Le nombre des 
especes est fort restreint, mais il y en a cinq nouvelles et tres interes- 
santes par leurs relations intimes avec la faune indieime. 

Voici la liste des especes recueillies : 

1. PLATYSOMA RICHTERI Schm., Entom. Nachrichten, 1889, p. 33o. 
Un seul excmplairc de cctte espece* decrite originairement de Mada- 



c Bulletin entomologique. 

gascar, a ete pris par M. Gh. Alluaud a La Digue. II differe des types 
par les stries internes des elvtres (4 e et 5 e ) plus raccourcies et celles du 
prosternum a peine divergentes a la base. Cependant, la 5 e strie est 
quelquefois obsolete, vers la base, dans les individus venant dc Mada 
gascar, et la 4 e est completes par des points indistincts dans 1 exem- 
plaire trouve aux Sechelles. Les differences me paraissent, en somme, 
trop vagues pour en faire une espece. 

2. Platysoma tenuimargo, 11. sp. Oblongo-ocatum,subparalle- 
lum, depressum, nigrum nitidum, pedibus rufo-brunneis. Clypeo impresso, 
stria frontali Integra subsinuata. Pronoto later ibus postice parallelis, 
antice angustatis, parum distincte punctulatis ; stria laterali tenui, mar- 
gini proxima, pone oculos hand angulata, interrupta. Elytris parallelis, 
apice angustatis ; striis dorsalibus tribus primis integris, 3 a paululum 
sinuata, 4* apicali perbrevi vel fere nulla, 5* inter duin puncto notata. 
Propygidio pygidioque subconvexo disperse punctatis, hoc apice (3 1 ?) 
obsolete foveolato. Prosterno modice lato inter coxas constricto, lobo 
tenuiter marginato; mesosterno late emarginato, stria Integra. Tibiis 
anticis 4-dentatis, intermediis spinulis 3, posticis 2, apicalibus bifidis. 
Long. 33 3/4 mill. 

Hab. La Digue. 

Cette espece ressemble beaucoup a P. conditum Mars., qui vient de 
1 archipel malais ; elle s en distingue par la forme un pen plus etroite, a 
peu pres parallele, par 1 epistome moins concave et la strie frontale 
sinuee au milieu, la laterale du pronotum plus pres du bord et non 
coudee derriere les yeux, enfin par le prosternum plus etroit et le me- 
sosternum plus profonde ment, mais moins largement sinue. 

M. Ch. Alluaud en a trouve plusieurs exemplaires. 

3. Paromalus Alluaudi, n. sp. -- Oblongus, subparallelus, de- 
pressus, niger nitidus, ore pedibusque rufo-brunneis. Capite subtilissime 
punctulato, stria Integra. Pronoto pone oculos impresso, dense subtiliter, 
lateribus magis distincte punctulato, puncto ante scutellum minuto, 
stria marginali pone caput interrupta. Elytris multo, at sparsius punc 
tatis, basi impressis, stria obliqua unica fere dimidiata, sutura postice 
subelemta. Propygidio confertim, pygidio mx minus dense, sed subtilis 
sime punctulatis. Prosterno bistriato, inter coxas paululum constricto, 
mesosterno a metasterno vix distincto, striolis vel punctis transversim 
positis in medio postico ; metasterno subtilissime sparsim punctulato. 
Tibiis anticis 4-denticulatis. Long. 1 i/4 2 mill. 



Seance du 22 fe vrier 1893. ci 

?. Pygidio vermiculato, mlco ambiente. 

Hab. La Digue (sub corticibus). 

Cette espece a le facies des Paromalus indiens, tels que P. oceanitis 
Mars, et ses voisins. Elle a les plus grands rapports avec P. mendicus 
Lew., du Japon, qui se trouve aussi a Java. Elle s en distingue par sa 
forme plus allongee, plus parallele, la ponctuation beaucoup plus mar 
quee, surtout dans le pronotum, la suture metasternale indistincte et 
par le caractere sexuel fort different. 

La strie frontale est entiere, quoique tres fine et memo un peu obso 
lete au milieu du bord anterieur. La ponctuation est tres fine sur la te"te, 
mieux marquee sur le pronotum, bien plus forte, mais plus ecartee sur 
les elytres, tres dense sur le propygidium, egalement dense, mais a 
peine sur le pygidium. Les elytres sont impressionnes au milieu de la 
base, de sorte que la marge est un peu elevee ; a cote de cette impres 
sion, une strie dorsale, bien visible, se pcrdant vers le milieu. Les stries 
prosternales sont un peu sinuees, courbees, mais non reunies aux deux 
extremites. La suture metasternale est seulement indiquce par une 
espece de depression traiisversale et, pres d elle, on voit au milieu 
quelques traces, remplacant sans doute la strie traiisversale ordinaire. 
Le pygidium de la femellc est tout entoure d un sillou suivant les con 
tours et formant un petit angle rentrant au milieu de la marge ante- 
rieure et postcrieure, ne laissant libre qu une marge etroite a la base ; 
1 espace circonscrit par ce sillon est convert de gergures irregulieres. 

Je me fais un devoir de dedier cette espece a M. Ch. Alluaud, qui 1 a 
decouverte en bon nombre sous les ecorces dans 1 ile de la Digue. 

4. SAPRIXUS ERICHSONI Mars., Monogr., 1855, p. 365, tab. 16, fig. 8. 
Un seul exemplaire de Mahe, parfaitement identique aux types de 

Madagascar. Cette espece lie ee retrouve ni dans 1 Afrique continentale, 
ni aux Indes. 

5. Bacanius ambiguus, n. sp. Subrotundatm, sat convexus, 
bnmneo-piceus, nitidtis. Fronte antice plana, subtilissime pnnctulata. 
Thorace marginato, sat dense, elytris cvqualiter etiam fortius puticlulatis ; 
stria dorsali obliqua obsolela, subhumerali interna apicali dimidiata, 
externa postice abbreviata, epipleurali Integra, sutura elevata. Propy- 
gidin pygidioque subtilissime punctulatis. Prosterno brevi, striis paulu- 
lum arcuatis, mesosterno bisinuato punctato, stria marginali interrupta 
lateribus obliqua; metaslerno punctato, medio antico sublwvi. Tibiis 
anticis curvato-dilatatis, denticulatis. Long. 2/34/5 mill. 



cii . Bulletin entomologique, 

Hab. La Digue (sub algis). 

Tellemont voism do B. Gestroi Schm. (Annali Mus. Genov, adliuc 
inedit,), do la Nouvelle-Guinee, quej ai hesite ul enseparer. Cependant, 
U est plus distinctement ponctue, a impressions moins marquees le long 
de la suture, qui est eleve e ; le mesosternum et le bord posterieur du 
metasternum sont ponctues- au milieu et les stries prosternales tant soil 
peu divergentos aux deux bouts. Ces stries sont tout a fait paralleles 
dans B. Gestroi et le mesosternum de ce dernier est ponctue seulement 
aux cotes, ainsi quo le bord posterieur du metasternum. 

M, Gh, Alluaud a recueilli cette espece, en bon nombre, avec Acritus 
algarum, sous les algues, sur la plage de sable. 

6. Bacanius inopinatus, n. sp. Rotundutus, valde convexus, 
brunneus nitidus, thorace capiteque dilutioribus, supra parum dense vix 
perspicue , pronoto distinctius punctulato. Pronoto marginato linea 
basali curvata, crenata, elevata, spatio ante scutellum Lvvi. Elytris 
versus apicem etiam minus punctulatis, basistriolis obliquis compluribus 
obsoletis, stria subhumerali externa depressa internaque margine tho- 
racis continua integris, epipleurtdi postica fere dimidiata. Pygidio subti- 
lissime punctulato. Prosterno subquadrato, lobo punctulato; mesosterno 
valde bisinuato anlice immarginato, striis lateralibus fortiter curvatis, 
suttira meso^metasternali distincta ; meso-metasterno ante coxas tantum 
punctulis sparsis, Tibiis anticis dilatatis denticulatis. Long. 4/5 1 mill, 

Hab. Mane , 

Entierement somblable a B. niponicus Lew., du Japon, mais d une 
taille moindre, un peu plus distinctement pointille sur le pronotum et 
moins sur les elytres ; il s en distingue aise ment par la strie subhume - 
rale interne entiere. 

Le prosternum est a peu pros carre, a stries un peu sinuees. Le me*- 
sosternum est assez profondement bisinue, avance au milieu, a stries 
laterales courbe es, de maniere que les branches anterieures sont paral- 
lelos, Le sternum imponctue, a 1 exception du lobe prosternal et de 
quelques rares points aux cotes du metasternum au-devant des hanches. 
Le premier segment et le prostornum a points rares extr^mement fins, 
visibles seulement a un tres fort grossisscment, 

Jl ressemble aussi a B. lotus Mars., de Java, mais celui-ci est bien plus 
grand, a strio antescutollaire droite. Cette strie est courbee dans B. itw- 
pinatus, suivant un peu le bord posterior, mais cessant bientot. 

Trois individus seulement ont ete pris a Malu ; . 



Seance du %% fevrier 1893. cm 

Le genre Bacunim est repandu dans toutes les parties du globe, Nous 
n en connaissons pas de I Afrique continental, mais c est sans doute 
paree que leur petitesso leur a permis d e chapper aux recberches des 
cntomologistes. Des 23 especes connues, o se iron vent en Europe, 8 eu 
Amerique, 6 en Asie, 2 aux iles de Hawaii et 2 aux .Sechelles. 

7. Acritus algarum, i\. sp. Ovatus, convexus, rufus, nitidus, 
Fronts plana, vix perspicue punctulata. Pronoto marginato elytrisque 
subtiliter punctulatis, sutura subcarinata, striola dorsali obliqua brevi 
basi distincta. Pygidio propygidioque impunctatis, Prosterno basi stib~ 
sinuato, striis antice valde divergentibm ; mesosterno lateribus sinuatis, 
medio obtuse prominente, stria Integra, antice sat distante; meso-meta- 
sterno subtilissime disperse punctulato. Tibiis antids dilatatis, extus 
breviter spinulosis, apice emarcjinatis. Long. 3/4 1 1/5 mill. 

Hab. La Digue, Marianne (sub algis). 

La ponctuation du dessus est tres fine et peu serree, les points des 
e lytres sont un pen avicules posterieurement vers la suture a un tres 
fort grossissement. Les derniers segineuts sont tres fmement alutaces 
avec quelques rares points invisibles a la loupe. ., 

Voisin de 4. punctmn Aube, qui se trouve dans tout le littoral de la 
Mediterrane e et meme au Senegal, mais beaucoup moins ponctue, pas 
oblong, mais ovalairc et a dos beaucoup plus eleve, me me carene 1 a la 
suture. Les inemes ditferences de forme le separent de A. maritimns 
Lee., de 1 Amerique. , ..oo 

Ges trois especes forment un groupe assez different des autres Acritus 
par le mesosternum avance en pointe obtuse et par les jambes ante- 
rieures dilatees, ronge es a Textremite et garnies de spinules courtes, 
EUes devront probablement former un genre compose d especes marines 
(ju on pourra appeler Halacritus . 

Cette espece, trouvee ea abondance sous les algues, frequente aussi 
les c6tes de Geylan, ou elle a ete decouverte dans les m^mes conditions 
a Colombo par Lewis, qui me 1 a envoyee sous le nom que je iui ai 
conserve. 

Buprestidte des Ues Sechelles, par Gh. Kerreinans : 



1. IitiDOTjENiA MAHENA Fairm., Bull. Soc. out. FT. (1891), p. 46, 
La Digue. 

2. Dicercomorpha Alluaudi, n. sp. Supra nigra. nitida, capite 



civ B^lUetin entomologique. 

obscure viridi, aureo vel cupreo bifoveato, ehjtris leviter virescentibus, ad 
later a subviolaceis ; subtus claro ,rneo viridi, prosterni episterno coxis- 
que postids utrinque aureis vel cupreis, femoribv-s virescentibus, tibiis 
tarsisque obscure violaceis ; corporis punctulatis, frontis foveis, margins 
laterali elytrorum , prosterni episterno coxisque postids utrinque ad 
latera ochraceo pulverulentibus ; capite grosse ac irregulariter punctato, 
transverso, prope basin utrinque transversim foveato, medio posteriori 
leviter sulcato, ante scutellum impresso ; scutello minuto ; elytris utrinque 
sexcostatis, costis elevatis et levibus, inter costas longitudinaliter punc- 
tato-striatis, striis geminatis. Subtus grosse et intequaliter punctata; 
pedibus sparsim punctatis. Long. 16,5 26,5; lat. 6,5 11,5 mill. 

D un noir brillant en dessus, la tete d un vert obscur, avec deux im 
pressions frontales dorees ou cuivreuses, les elytres d un noir tres lege- 
rement verdatre a reflets violaces sur les cotes ; dessous d un bronze 
verdatre clair, avec I episternum prosternal ct la region externe des 
hanches posterieures dores ou cuivreux; femurs verdatres, tibias et 
tarses violaces, obscurs ; la ponctuation generate du corps, les impres 
sions frontales, I episternum prosternal et la region externe des hanches 
posterieures converts d une pulverulence jaune orange. 

Tete grossierement et inegalement ponctue e, creusee entre les yeux, 
la depression formee par deux fossettes a fond tres finement et tres 
densement ponctue, reunies en dessous et separees au-dessus par un 
espace careniforme tres irregulier ; e pistome echancre, 1 echancrure 
arquee. 

Pronotum transversal, retreci en avant, la marge anterieure tres lege- 
rement convexe, la marge laterale inflechie en avant, de facon a la 
rendre invisible en dessus, legerement aplanie et arrondie en arriere ; la 
base bisinuee, avec le lobe median tres large, arrondi et peu avance ; 
il est entierement convert d une grosse ponctuation irreguliere et pre- 
sente, a la base, une impression prescutellaire prolongee en un court 
sillon median qui se perd dans la ponctuation generate et, de chaque 
cote, une depression transversale. Ecusson tres petit. 

Elytres un peu plus larges que le pronotum a la base, arrondis a 
1 epaule, legerement sinues a hauteur des hanches, retrecis en arriere, 
faiblement prolonges et acumines, tronques et bidentes au sommet, la 
dent suturale un peu plus forte que la dent externe ; ils sont parcourus 
par six cotes elevees et lisses, y compris la suture et la marge exte- 
rieure, les cinq cotes avoisinant la suture separees 1 une de 1 autre par 
un espace offrant une double serie longitudinale de gros points enfonces, 
souvent reunis, surtout vers les cotes exterieurs de 1 elytre, 1 espace 



Seance du 22 fe vrier 1893. cv 

compris entre la cinquieme et la sixieme cote formant un sillon mar 
ginal a fond rugueux. 

Prosternum trisillonne, les sillons lateraux limites par un bourrelet 
lisse, le sillon median peu accentue et forme par une grosse ponctuation 
irreguliere. 

Dessous grossierement et inegalement ponctue, a 1 exception de 1 epi- 
sternum prosternal et de la region externe des hanches posterieures, qui 
sont tres finement et tres dense ment ponctues; ponctuation des pattes 
peu accentuee et tres eparse. 

La Digue. 

Cette espece est tres voisine, par le fades, de Dicercom. farinosa 
Thorn., des lies Andaman, et etend encore vers 1 ouest les limites de 
1 aire geographique du genre qui se trouve, en majeure partie, confine 
dans les regions indo-malaisienne et malaiso-australienne, avec une 
espece aux iles Viti. 

GerambycidaB des lies Se chelles, par A. Lameere : 

1. MAGROTOMA WRIGHTI G. 0. Waterh., Ann. and Mag. Nat. Hist., 
ser. 5, V, p. 414. 

Mane , 1 exemplaire c?. 

M. Watherhouse indique simplement comme localile : iles Sechelles. 

2. XYSTROCERA GLOBOSA Oliv., Ent., IV, 67, p. 27, tab. 12, p. 81, =.- 
vittata Fabr., Ent. Syst., I, 2, p. 323. 

Mahe, 1 exemplaire c?. 

Cette espece est connue des Indes orientates, de 1 Ile-de-France et du 
Senegal. 

3. GERESIUM SIMPLEX Gyllh., Shonh. Syn. Ins., App. I, 3, p. 178. 
Mahe, 1 exemplaire $. 

Espece repandue dans les regions indienne, malaise et australienne. 

4. CERESIUM ALBOPUBENS Fairm., Ann. Soc. erit. Fr., 1891, Bull., 
p. GLXXXII. 

Mahe, 1 exemplaire ?. 

M. L. Fairmaire a decrit cette espece d apres un individu male des 
iles Sechelles. La femelle capturee par M. C. Alluaud a les antennes a 
peu pres aussi longues <iue le corps ; les espaces lisses lateraux du cor 
selet sont a peine indiques. 



cvi Bulletin entomologique. 

o. COPTOPS HUMEROSA Fairm., Ann. Soc, ent. Fr., 1871, p, 69, 

La Digue, 3 exemplaires : 2 d*, 1 ? 

Cotte magniflque espece, tres caracteristique et decrite de Mahe, semble 
propre aux lies Secholles. 

(i. Tragocephala Alluaudi, n. sp. Nigra, nitida, tomento fere 
ut in T. variogata disposito, sed albo-cretaceo ornata; ab hoc specie tit fieri 
pr mter ea spatiis nigris supra hand ftisco tomenlosis, pronoto depressing 
culo, tuberculo laterali validiore. Long. 2024 mill, 

La Digue, 2 exemplaires $. 

Tres caracteristique par sa coloration dans laquelle la teinte jaune 
des Tragocephala est remplacee par du blanc ; cette espece rappollo 
tout a fait T. variegata Bertol., de Mozambique, par la disposition de 
sa pubescence, et je no 1 aurais considered que comme une varietc de 
cette derniere, n etaient les differences signalees ci-dessus, 

7. OLEXEGAMPTUS BILOBUS Fabr., Syst. EL, II, p. 324. 
Mahe, 1 exemplaire ?. 

Offre la meme distribution gcographiquc que Ceresium simplex, 

8. Apomecyna Secheilarum, n. sp. Fusca, brnnneo tomen- 
tosa, antennarum articulis basi rufescentibus ; prothorace elytris angus- 
tiore, antice attenuato, lateribus fere rectis, disco antice transversim 
depresso, sat grosse minus dense punctato, lineis utrinque lateraliter 
duabus fere confluentibus fulvo pubescentibits, in elytris breviter exten- 
sis; scutello apice rotundato, brunneo tomentoso; elytris elongatis, pa- 
rallelis, singulis apice oblique truncatis, angulo externo producto, grosse 
seriatim punctatis, int& stitiis extus leviter costatis, costa media disci 
majore, humero et macula communi post medio usque ad apicem externe 
fulvo pubescentibus ; pedibus griseo et brunneo variegatis. Long. 
7 mill. 

Mahe, 1 exemplaire ?. 

Communications a" Entomologie applique e, par le D r F, Herm : 
1 Un proce de de destruction des Frelons : 

La destruction des Frelons est un probleme d EntomoIogie appliquee 
qui est loin d etre depourvu d interet. 

Le seul moyen coimu jusqu ici de proteger -les vergers, et surtout les 
treilles, attaques par une colonie de ces Hymenopteres, est do trouvcr lo 



Seance du 52 fevrier 1893. evil 

nid ot de le de trujrc ; a rnoins que Ton ne se resi^ne a mettre dans des 
sacs les grappes do raisins, precede inapplicable, on pen pratique, pour 
des arbres en espaliers, tels que les Pe"chers. 

Voici un procede qui nous a ete suggere par Pobservation des mceurs 
de ces Insectes, et qui nous a doune de bons resultats : 

On sait depuis longtemps que les Frelons empruntent les materiaux 
de leur nid au parenchyme cortical des jeunes branches d arbres. Ges 
arbres sont les Fre"nes, fait deja connu, et surtout les Lilas, lorsqu ils so 
trouvent a portee. Les branches de ces arbres se trouvent decortiquees 
annulairement. On ne pent manquer d etre surpris en entendant le bruit 
que font les Frelons se livrant a la de cortication pendant les belles nuits 
d tHe. 

L klee nous vint alors d enduire d une substance toxique (non repu- 
gnante pour les Insectes) les branches que viennent mastiquer les Fre 
lons, Nous nous sommes arrete au choix du sublime corrosif (bichlo- 
rtire de mercure) inodore, et toxique pour tous les elements anatomiques, 
quels qu ils soient. Lorsqu il n y a pas de ruches dans le voisinage, 
c est-a-dire pas do crainte d intoxication pour les Abeilles, on peut 
end u ire les branches d une solution toxique sucree. Le miel est particu- 
lierement recommandable a cause de son arome, qui ajoute a 1 attrait de 
la plante pour le Frelon. II suffit, par une journee seche, de badigeonner 
les branches avec un pinceau imbibe d une solution de sublime a 2 ou 
3 / 00 ; ce sel etant fort peu soluble dans 1 eau, il faut, au prealable, le 
dissoudre dans une quantitc d alcool suffisante. La nuit venue, 1 evapo- 
ration 4e la solution a eu pour resultat de deposer sur 1 ecorce une 
mince couche de sublime pulverulent, que Ton peut rendre plus adhe- 
rente par I addition d un pen de gomme a la solution. II va sans dire 
que la presence du sucre n est pas necessaire. 

Lo Frelon, en mastiquant et bumectant de salive le parenchyme de- 
venu toxique, absorbe deja une certaine quantitc de poison. Mais c est 
surtout lors du retour au nid, alors que les boulettes de pate sont 
remastiquees a nouveau, que I lntoxication se produit. Elle peut meme 
se declarer sur les larves contenues dans les alveoles, probablement 
par suite du contact incessant avec les parois empoisonnees de I alveole. 
Nous avons pu, en effet, deceler la presence du mercure, a la fois dans 
le papier fabrique par des Frelons s approvisionnant a un Lilas empoi- 
sonne, ainsi que dans le corps de certaines larves. 

II est facile de se convaincre que c est bien par suite de I intoxication 
par le sublime que succombent les Frelons que Ton recueille au-dessous 



CVIH Bulletin entomologique. 

des Lilas et des nids. Pour cela, il suffit de faire un extrait alcoolise des 
Frelons et de le trailer par le reactif par excellence des sels mercu- 
riques, 1 iodure de potassium. Immediatement, il se produit uri precipite 
rouge corail, par formation d iodure de mercure. 

Nous avons pu, par ce precede, detruirc assez rapidement plusieurs 
nids de Frelons. 

On peut ainsi se de barrasser de ces voisins genants, sans courir les 
risques, quelquefois graves, des piqures, en cherchant a detruire bruta- 
lement le liid, qu il est meme parfois fort difficile de decouvrir. 

2 Essais de destruction de Cossus lignipcrda par la Muscardine : 

Nous avons ete consulte, cet automne, sur une maladie qui ravageait 
un canton forestier, dans le d< ; partement de la Meuse. En mettant a nu 
les parties attaquees de 1 ecorce et du bois des arbres ravages, nous 
nous trouvames en presence d un nombre eriorme de chenilles de Cossus 
ligniperda a divers ages. Sur 1 im des arbres, les quelques chenilles 
qui 1 avaient infeste avaient toutes succombe dans leurs galeries, et 
leur corps momifie se trouvait recouvert d une efflorescence blanchatre. 
II etait facile de diagnostiquer une affection due a un Champignon 
entomophyte. Nous ne pumes, en 1 absence d un grossissement suffisant, 
determiner sur place le parasite, mais nous profitames de 1 extreme 
abondance des larves de Cossus pour essaycr leur destruction par le 
Gryptogame. 

On eleve assez facilement ces chenilles en captivite a 1 aide de pommes 
tres vertes et fermes ; nous avons pu de cette facon tenter Pinfestation 
sur divers lots de chenilles, places dans des cases separees: Les spores 
du Champignon furent obtenues, en grande abondance, en placant les 
cadavres momifies en chambre humide et en secouant sur les pommes 
et les chenilles la poussiere blanche formee a la surface des cadavres 
par la fructification du Champignon. 

Sur quelques centaines de chenilles de divers ages que nous avions 
recoltees, pas une seule n echappa a la contamination, dans un laps de 
temps variable de 5 a 6 jours. II suffit d une parcelle de la poussiere des 
spores pour contaminer une chenille. Celle-ci meurt d une facon caracte- 
ristique. Sur plusieurs points du tegument, on observe une teinte noire, 
c est une partie sphacelee, gangrenee, qui a du servir de porte d entree 
au mycelium infectant. Le corps de la chenille, au lieu de subir la pu 
trefaction humide, se momifie et passe a 1 e tat de veritable scle rote, tous 
les organes se trouvant separes par le mycelium du Champignon. C est 



Seance du 22 fevrier 1893. cix 

d ail lours la un fait presque general dans 1 attaque des Insectes par les 
Champignons. Si on place ce cadavre a la chambre humide, on voit 
bientot les hyphcs du Champignon sortir par les stigmates, et, peu a 
pen, les filaments sporiferes recouvrent toute la surface du corps d un 
epais duvet veloute. 

Le precede de destruction se montrait satisfaisant en captivite, il 
s agissait de le tenter dans la nature. Nous n avons pu, a cause de la 
saison avancee (octobre), faire I experieiice que sur un arbrc contamine : 
nous avons injecte, avec un soufflet, un melange de spores et*de poudre 
inerte (talc) dans les galeries creusees par les chenilles, et mises en partie 
a nu. Les galeries creusees par chaque chenille s entrecroisant plus ou 
moins avec les galeries creusees par les autres larves, la contamination 
semble facile a priori, d abord par la diffusion des spores injectees et 
ensuite par le contact des larves saines avec les larves malades. De fait, 
en une semaine, sur les chenilles contenues dans 1 arbre en experience, 
au nombre total de 15, 12 f urent trouvees infestees, mortes ou mou- 
rantes. 

Le parasite destructeur n est que trop connu par les ravages qu il a 
exerce dans nos inagnaneries, c est Botrytis bassiana, qui cause la 
muscardine blanche des Vers a soie. L examen microscopique et les 
cultures permcttcnt cette determination. Ce Champignon a ete observe 
deja sur diverses chenilles, autres que celles de Bombyx mori; il decime 
parfois les chenilles de Gastropacha rubi, ct nous avons vu, au Labo- 
ratoire de pathologie vegetale de 1 Institut agronomiquc, un echantillon 
de chenille de Cossus, trouvee altaquee par lui, il y a quelques annees, 
au bois de Meudou. Le fait n est done pas nouveau, mais nous croyons 
utile d attirer sur son utilisation pratique possible 1 attention du Congres. 

L analyse des resultats obtenus sur le Ver blanc par Botrytis tenella, 
montre bien que, dans les diverses regions, chaque fois que la chaleur, 
I humiditu et le contact des Vers contamines avec les Vers sains se 
trouvent reunis, I epidemie prend une rapide extension. 

Dans le cas de la chenille de Cossus, la chaleur et I humidite sont a 
peu pres constantes au coeur de 1 arbre; la seve epanche e, toujours acide, 
convient au developpcinent du Champignon, car les Botrytis prosperent 
dans les milieux legerement acides. Enfni, 1 agglomeration en un point 
lirnite est un garant de la rapidite de la contagion. 

/?. tenella attaque aussi bien les Hannetons que les Vers ; il est a sup- 
poser qu ici le papillon serait, lui aussi, infeste, si on reppndait sur les 
troncs, ou les femelles so tiennent en mai, des spores destructrices. La 



ex Bulletin entomologique. 

destruction pourrait done porter a la fois sur les larves ct Ics adultes. 
Ge n est que dans les pays meridionaux quo le precede pourrait devenir 
nuisible, par propagation du parasite aux magnancries. 

II va sans dire que ces essais doivent e"tre poursuivis en pU in air. II 
y a loin de la destruction en laboratoire et de la destruction a 1 air libre ; 
mai s nous sommes trop desarmes en face des ravages des Cossus, pour 
renoncer au precede a priori. 

Utfiirs et metamorphoses de Molytes coronatus, par J. Fallou : 

C est en 1882 que j ai remarquo les degats causes a nos cultures de 
Garottes comestibles par le Gharenron bien connu, Molytes coronatus. 

A cette epoque, j ai insere une petite note dans le Bulletin de la So 
ciete entomologique de France, 1882, p. LXXIII. 

En 1884, jc fis de nouvelles remarques sur les moeurs de cet Insecte 
nuisible, que je consignai dans le meme Bulletin, p. GXLV. J y donuai 
aus.si des renseignements pour combattre les degats qu il cause. 

La Societe nationalc d Acclimatation, en 1889, publia, dans sa Revue 
des Sciences naturellesapplique es, le resultat de mes observations jusqu a 
cette date et donna une figure explicative representant le legume ronge 
par les larves et 1 adulte de Molytes coronatus. Ges renseignements, avec 
la figure, parurent aussi dans le livre de notre collegue M. L. Montillot : 
Les Insectes nuisibles, J.-B. Bailliere, 1891. 

En 1888, mes observations sur cet Insecte n etaient point completes 
encore pour en decrire les moBiirs d une facon satisfaisante. 

Je continual done mes investigations chaque annee, et c est de 1891 
a 1892 que je suis arrive a obtenir un resultat aussi coinplet que celui 
que Ton peut desirer des educations faites en plein jardin et surveillees 
le plus consciencieusement possible. 

Je domic done a la Societe le resultat de mes dernieres rccherches, 
qui complete 1 histoire de cet Insecte tres nuisible. 

Molytes coronatus depose ses oeufs a I extrernito des racines des Ga 
rottes et la larve eclot a ce point dans les mois de mai et de juin. Elle a 
acquis toute sa croissance dans les mois d octobre et novembre et son 
developpement s est effectue au detriment du legume qu elle rouge et 
detruit, Les degats produits sur les cultures sont considerables. 

Elle s enfonce alors en terre a une profondeur qui varic de 10 a 
20 centimetres. La, elle agglomere un tas de terre ct se confectionne 



Stance du 22 f wrier 1893. cxi 

line logo arrondie, assez spacieuse pour s y mouvoir facilcment. Kilo se 
transforme en nymphe, et 1 adulte sort de terre dans les mois de juillot 
et d aout. 

L adultc attaque aussi les ratines et les feuilles de Garottes; il s en 
nourrit et penetre en terre, on il reste immobile et engourdi pendant 
Fhiver. Dans les premiers beaux jours du printemps, Molytes coronatus 
reparait, puis, apres avoir assure sa future progeniture, meurt en 
terre. 

Dans mon jardin dc Ghamprosay, les degats faits par Molytes corona 
tus aux Garottes semees en mars 1892 ont ete bien moins grands que 
ceux produits dans I annee 1891 ; ncanmoins, ils etaient encore tres 
sensibles. Une planche de 6 metres de superficie a donne 8 kilogrammes 
de racines dont la moitie etait completement impropre a ralimentation", 
chaque racine ne contenait generalement qu une seule larve. L arrachage 
des Garottes se fit du 10 au 20 septembre. Plus de deux cents larves, 
non adultes encore, et line quarantaine d Insectes parfaits furent de- 
truits. Ces derniers se nourrissent, comme je I ai deja signale, et de la 
racine et aussi des feuilles de Garottes. 

Un fait qui me parait avoir son importance, c est que faction de la 
larvc sur le legume est beaucoup plus desastreuse que Faction de 
Tadulte. Lorsqu une larve de Molytes coronatus penetre dansune racine, 
peu de temps apres on constate que les bords des portions rongees se 
decomposent et que la pourriture envahit aussitot le legume, tandis que, 
si la racine est attaquee par 1 Insecte adulte, les points ronges se des- 
sechent et les plaies se cicatrisent rapidement. 

Je crois bon de preconiser ici les moyens qui me paraissent effu^aces 
pour, je ne dirai pas detruire entierement 1 Insecte, mais lutter avec 
succes contre son action malfaisante. 

L arrachage precoce des Garottes est un excellent palliatif contre 1 ex- 
tension des ravages faits par Molytes coronatus. 

Apres Farrachagc, il est necessaire de faire un labour, profond de 
20 centimetres, afm d alteindre les larves et les Insectes parfaits qui 
restent enterres. 

La rentree des Garottes dans les celliers ou dans les caves ne doit se 
faire qu apres inspection consciencieuse. Les Garottes doivent etre frc- 
quemment visitees, ear il arrive souvent que des jeunes larves passent 
inapercues dans le triage, elles continuent alors a ronger le legume 
jusqu a la fin de novembre, ralterent, le decomposent et en forment des 



cxn Bulletin entomologique. 

debris dans lesquels olios peuvont sc transformer en adultes qui donnent 
une nouvelle generation. 

Je ne puis encore rien preciser sur les ennemis naturels, los parasites 
de ce Charengon, n ayant recuoilli encore sur lui que des larves et 
des cocons, do Dipteres probablement, qui ne m ont pas encore fourni 
des imago. 

M. J. Fallou, comme confirmation a sa communication, fait passer 
sous les yeux de la Societe une vitrine ou sont represented, en nature, 
Molytes coronatus dans toutes les phases de developpement et des echan- 
tillons de Garottes attaquees par 1 Insecte. 

Contributions a I histoire naturelle des larves de Buprestides : la 
premiere larve de Julodis onopordi Fabr., par J. Kiinckel d Horculais : 

M. le capitaine Xambeu a tout dernierement resume, dans son Memoiro 
sur les moeurs et les metamorphoses d Insectes (1), les connaissances 
que Ton possede actuellement sur los premiers etats des Buprestides. 
A propos du genre Julodis, il mentionne la description que notre collegue 
M. H. Lucas a donne des oeufs de J. onopordi et retrace en quelques 
mots le genre de vie de 1 Insecte adulte ; il termine en faisant remarquer 
qu ii serait bien interessant de connaitre sa larve ou celle de 1 une des 
nombreuses especes du genre . 

Ayant re ussi, pendant mon sejour en Algerie, a obtenir une ponte de 
Julodis onopordi, j ai pu faire e clore un certain nombre d oeufs, ce qui 
m a permis d etudier la premiere larve de ce Buprestide ot m a conduit 
a constater certaines particularites d organisation qui pouvent donner 
des indications sur son mode d existence. 

Des oeufs. Les oeufs out c te decrits par M. H. Lucas (2), toutefois 
je ferai observer que ceux que j ai eus sous les yeux sont d une couleur 
differente; ils sont en efTct u ni forme men t d un blanc tres Jegerement 
verdatre au lieu d etre d un jaune pale, apres avoir ete pondus, et d un 
jaune plus ou moins fonce lors de Pe closion ; mais la paroi interne est 
d un jaune orange fonce. Si, a un faible grossissement, la coque parait, 
comme le dit notre collegue, tres finement et tres regulieremont cha- 
grine e, sous une amplification plus considerable, elle prcsente des areoles 

(1) Revue d Entomologie, XI, 1892, n s 8 et 9, p. 221. 

(2) H. Lucas, sur les oeufs du Julodis onopordi Fabr., Ann. Soc. ent. Fr., 
Bull. n 11, H juin 1882, p. cxx. 



Seance du 22 fe vrier 1893. cxm 

ordinairenient hexagonales, quelquefois cependant pentagonales ou hep- 
tagonales. 
Lors de 1 eclosion, la paroi se rompt d une facon tres irreguliere. 

De la larve. La jeune larve, an sorlir de I ceuf, se fait remar- 
quer tout d abord par sa teinte jaunatre a reflet soyeux ; ce reflet est 
determine par une epaisse couche de longs poils roux, qui recouvre 
1 animal comme d une veritable toison ; si la tete et les faces superieures 
et inferieures du prothorax sont prcsque glabres, en revanche les cotes 
de ce dernier et 1 abdomen tout entier sont habilles de telle fac,on que 
les contours reels du corps sont a peine visibles. Elle parlage cette 
extraordinaire villosite avec la larve de Sternocera chrysis dont parle 
Gory (1) : Gette larve, dit-il, est tellement couvertede poils roux qu il 
nous a ete impossible de compter le nombre des segments. 

L aspect du corps de la larve de /. onopordi est celui de \outes les 
les larves de Buprestides ; la region anterieure, c est-a-dire le prothorax, 
est dilatee et aplatie sur la face dorsale et ventrale ; mais ses dimensions 
paraissent moins disproportionnees que chez les larves representees par 
les divers auteurs, par suite de 1 allongement moindre de 1 abdomen. La 
segmentation du corps, etant masquee par le revetement pileux, est a 
peine distincte. 

Tete. La tete est presque entierement retractile, mais les mandi- 
bules sont toujours saillantes au dehors; elle presente, de chaque cote, 
au bord anterieur de la face inferieure et au niveau des machoires, une 
pointe chitineuse brune. 

Les antennes, placees lateralement en arriere de Tinsertion mandibu- 
laire, sont tres developpees et ne comptent que deux articles, tres bien 
de finis, cylindriques et subegaux. Je ferai observer, a ce sujet, que les 
auteurs, notamment Chapuis, Ratzeburg, Ferris, Schiodte et leurs com- 
mentateurs, different d opinion sur le nombre des articles des antennes 
des larves de Buprestides. Schiudte, Chapuis, Ratzeburg leur donnent 
trois articles, Ferris leur en attribue tantot ,deux, tantot trois et definiti- 
vement quatre. II est possible que le nombre de ces articles augmente 
avec 1 age. 

Le labre est transversal, legerement sinueet cilie au bord interne. 

Les mandibules out un developpement considerable et une disposition 
speciale, qu on peut dire presque insolite par rapport a la forme gencrale 
de ces pieces chez les larves ; aussi meriteut-elles une longue description. 

(l) H.-L. Gory, Monographic des Buprestides. 

(1893) BULL, vm 



cxiv Bulletin entomologique. 

Ge sont deux larges pieces verticales puissantes, largement prolongees 
a Tangle apical inferieur en une sorte de soc de charrue excave a la 
face interne ; le bord superieur est epais, surtout a la base, et se termine, 
an sommet, par une dent mousse (fig. 5 et 6); a la face externe (fig. 5), 
on remarquc quelques strioles obliques ; deux scrobes existent a la 
base des mandibules : 1 une a la face superieure, 1 autre a la face infe- 
rieure. 

Les machoires sont tres re duites, comme chez toutos les larves dc 
Buprestides ; le lobe interne est plus court que le palpe, lequel est com 
pose de deux articles a peu pres egaux (fig. 7). 

Le mento.n, tres e troit, est allonge transversalement ; la levre infe- 
rieure, mcmbraneuse, ciliee sur les bords, porte une paire de palpes, 
qui ne sont representes que par de tres petites pieces chitineuses sur- 
montees/Tun poll. 

L ecusson prothoracique dorsal presentc les sillons qui dessinent 
le V renverse caracterisant les larves des Eurylhyrea, Chrysobothris. 
Anthaxia et genres voisins. 

Considerations biologiques. La faciiite avec laquelle les fe- 
melles de J. onopordi abandonnent leurs gros routs en captivite, sur le 
fond meme des boites qui les renferment, sans chercher ; les insinuer 
dans les fcntes, indique que ces femelles, a 1 etat de nature, deposent 
leurs o?ufs sans grande precaution a la surface du sol ; ce sont les larves 
qui doivent penetrer dans la terre pour y chercher un abri et y trouver 
leur nourriture. Cette pre somption est justific e par la structure de la 
larve, qui est merveilleusement adaptee pour penetrer dans les terres 
legeres; les mandibules, ve ritables socs de charrues, sont de remar- 
quables outils propres a fouir le sol, et leur position, ainsi que 1 indique 
la figure 2, representant la larve de profil, demontrent nettement leurs 
fonctions. D autre part, les longs et innombrables poils, qui revtHent le 
corps de l anirnal, sont des mieux appropries pour empecher les par- 
celles de sable de gener les mouvements de 1 Insecte et obturer les 
stigmates. D ailleurs, les larves qui ont une existence souterraine sont 
pareillement convenes de poils ; je citerai, entre autres, celles des V>s- 
pems, des Eumolpus, etc. 

Je rappellerai, en terminant, que Lacordaire, T. 4, p. 6, fait remar- 
quer que la larve figurce par S. de Merian, sous le nom de Euchroma 
gigantea, trouvee au milieu des racines de Palates, est une larve de 
Dvnastide. 



Seance du 22 fe vrier 1893. cxv 

Les dessins quo je donne ci-dcssous ont etc executes par notre aimable 
collegue M. P. Lesne, actuellement en Algerie. Je rne fais un plaisir de 
le remereier. 



Fjg. 5. Fig. 7. Fig. 6. 




Fig. 2. 
EXPLICATION DES FIGURES. 

Fig. 1. Larve de Julodis onopordi Fabr. venant d e clore, vue en dessus. 

2. La meme, vue de prolil. 

3. Partie anteonaire de Ja tete, vue en dessus. 

4. La meme, vue en dessous. 

5 et 6. Mandibule droite. -- Fig. 5. Face externe. Fig. 6. Face 
interne. 

7. Machoire droite, vue en dessous. 

Crustace s et Cirrhipedes commensaux des Torlues marines de la 
Me diterrane e, par E. Chevrcux et J. de Gucrnc (1) : 

L occasion s offre rareinent aux zoologistes d observer, en pleine mer, 
les Vertcbrcs pelagiqucs dans leurs conditions normales d existence 
aussi avons-nous, I un et 1 autre, tant sur r I! irondelle .que sur Jes yachts 
Actif et Melita, examine avec beaucoup de soin tous ceux que le liasard 
amenait a notre porte e, et notamment les Torlues. 

(!) Un extrait de cede communication a ete public, sous le m<5me litre 
dans les Comptes rendiis de 1 Academic des Sciences de Paris seance di 
27 ievrier 1893. 



cxvi Bulletin entomologique. 

Deux de ces animaux, Thalassochclys caretta Liime, ont cte captures 
en 1892, entre 1 Algerie et les Baleares, pendant le dernier voyage 
scientifique de la goelette Melita. 

Le 7 juillet 1892, par 37 55 r lat. N. el 40 long. E., deux Tortues 
elaient signalees. L une flottait sur le dos, battant 1 air de ses pattes; 
1 autre nageait assez vivemcnt, en tournant autour dc sa compagne. A 
Parrivee du canot, elle plongea et disparut, tandis que la premiere se 
laissait prendre sans chercher a fuir. La carapace de la Tortue capturee 
etait assez propre ; seuls, quelques Cirrhipedes y etaient fixes, des Lepns 
HUH Leach, de tres jeunes Conchodenna virgatum Spengler et tin bol 
exemplaire de Platylepas bissexlobata de Blainville. Un certain nombro 
d Amphipodes (16 Hyale Grimaldii Ghevreux, 1 Platophium chdono- 
philum Ghevreux et de Guerne, 1 Caprella acutifrons Latreille) furent 
recueillis au milieu des Lepas; 4 Tanais Cavolinii M. -Edwards se ca- 
chaient dans les interstices des plaques dorsales ; 3 Nautilograpsus minu- 
tus Linne etaient cramponnes a la queue du Chelonien, abrites par la 
partie posterieure de la carapace. 

La seconde Tortue ftit prise dans les memes parages, le 2 aout 1892, 
par 37 26 lat. N. et 50 long. E. Sa carapace c tait amplement garnie 
de Cirrhipedes (memes especes que ci-dessus, en plus grand nombre) et 
d Algues (Polysiphonia sertularioides Grat. , espece mediterranoenne, 
commune sur les cotes d Algerie). Dans les Algues, furent recueillis 
259 Hyale Grimaldii, 1 Platophium chelonophilum et plusieurs centaines 
de Caprella acutifrons. 5 Tanais Cavolinii etaient caches entre les 
plaques de la carapace, et 2 Nautilograpsus minutus se tenaient a 1 ar- 
riere, dans la situation precedemment indiquee. 

Ces Crabes sont adultes et de grande taille ; deux males et une fe- 
melle oviiere se trouvaient sur la premiere de nos Tortues, un male et 
une femelle ovifere sur la seconde. On remarquera la place que ces 
Crustaces semblent occuper constamment sur les Cheloniens. C est la 
seule oii ils soient presque surement a 1 abri des poursuites de letirs 
holes, qui s en nourrissent volontiers ; de meme qu ils se debarrassent 
mutuellement, en les mangeant, des Cirrhipedes pedoncules fixes sur 
leurs carapaces (1). 

L habitude qu ont les Nautilograpsus, tres frequents d ailleurs sur les 
epaves de toutes sortes, de s atlacher aux Tortues, a ete signalee depuis 
longtemps par plusieurs naturalisles. Houx esl le seul, a noire connais- 

(1) G. POUCHET et J. on GUEUNE, Sur V alimentation des Tortues marines 
Comptes reudtis Acad. des Sciences, 12 avril 1886. 



Seance du 22 fevrier 1893. cxvn 

sance, qui ait appele Fattention sur la place choisie par ces animaux. 
Vivant a proximite do Fanus, ils se nourrissent sans doute, dit-il, des 
excrements des Tortues, qui pourraient bien leur convenir, puisqu on 
(( sait que tons les Grapses sont friands de corps morts et des chairs les 
plus corrompues (1). 

Peut-etre la situation occupee par les Crustaces leur permet-elle de 
saisir quelques dechets au passage. Nous croyons toutefois, etant donnees 
la voracite des Cheloniens et la presence constatee dans leur estomac de 
debris de Ncmtilograpsus (2), que ceux-ci cherchent avant tout a se 
mettre en lieu sur. L endroit qu ils paraissent choisir leur est en realite 
impose, comme etant le seul, suivant la remarque faite ci-dessus, ou les 
Tortues ne puissent les atteindre. G est ainsi que des Poissons du genre 
Polyprion. par exemple, resteront indefiniment accoles au cote droit 
d une poutre flottante ou passeront a gauche de celle-ci, selon les mou- 
vements d un Requin pret a les devorer. 

Hyale Grimaldii a ete decrit par Fun de nous (3), d apres deux exem- 
plaires males, recueillis sur une epave, dans des Ulves, durant la der- 
niere campagne de YHirondelle, par 42 9 r 24" lat. N. et 23 33 long. 0. 
G est la seule espece du genre Hyale qui puisse etre considered comme 
exclusivement pelagique en Fetat actuel de la science. M. Th. Barrois (4) 
a trouve, il est vrai, aux Azores, H. camptonyx Heller et H. Stebbingi 
Ghevreux sur une poutre couverte d Anatifes, echouee depuis peu dans 
la baie de Ponta-Delgada, mais ces deux especes sont communes sur les 
rivages de Farchipel ; la premiere abonde en Mediterranee et remonte le 
long des cotes oceaniques d Europe jusqu a Saint-Jean-de-Luz (Basses- 
Pyrenees); Fautre, qui semble devoir etre consideree comme une forme 
insulaire, recueillie pour la premiere Ms par Fun de nous a Fayal, 
en 1887, puis a Fayal, Rosario-de-Gorvo et Flores, en 1888 (troisieme et 
quatrieme campagnes de [ Hirondelle) , a ete retrouvee, durant les voyages 
de la Melita, aux Canaries et en Corse. 

La nombreuse colonie de H. Grimaldii habitant la seconde Tortue 
comprenait des males adultes, des femelles oviferes et des jeunes de 

(1) Roux, Crustaces de la Mediterranee et de son littoral, 1830, Grapsus 
lestudinum et Grapsus pelagicus, pi. vi. 

(2) G. POUCHET et J. DE GUERNE, loc. til. 

(3) ED. CHEVREUX. Hyale Grimaldii et Stenothoe Dollfusi. Bulletin de la Soc. 
zool. de France, decembre 1891. 

(4) TH. BARROIS, Catalogue des Crustaces marins recueillis aux Azores. Lille, 
1888, p. 32. 



cxvin Bulletin entomologique. 

tous los ages. Leur couleur a ete note e immcdiatement : le corps est 
brun orange, les antennes et les pattcs d un rose violace, les yeux 
noirs. 

Platophium (Cyrtophium) chelonophilum, decrit d apres les nombreux 
exemplaires recueillis par YHirondelle (1), n a jamais etc trouvc aiileurs 
que sur des Tortues marines. L Expedition du Challenger en a pris un 
jeune specimen sur un Chelonia imbricata Linne, de I Atlantique (2). 
Une femelle adulte se trouvait sur la premiere de nos Tortues, un male 
adulte sur la seconde. 

Les tres nombreux exemplaires de Caprella acutifrons (males et fe- 
melles adultes et jeunes de toutes tailles) appartiennent a la variete bien 
caracterisee, decrite par Mayer sous le nom de forma Andrew (3), qui 
parait etre exclusivement pelagique; cette forme peut etre qualifiee de 
cosmopolite ; on en connait des specimens provenant du golfe de Naples, 
de I Atlantique Nord, de 1 ocean Pacifique (Voyage de la Galathee), de la 
mer du Japon, du detroit de Coree, tous trouves sur des epaves, en 
compagnie de Lepas et d Hydraires, sauf une femelle recueillie sur une 
Tortue, par 38 10 P lat. N. et 64 W long. 0. (4). 

G est sans doute encore a la meme variete que se rapportent les Ca 
prella acutifrons signales par P. J. van Beneden cornme tres abondants 
sur une Tortue franche jetee a la cote pres d Ostende (5). 

Tanais Cavolinii est au contraire une espece littorale, commune en 

(1) E CHEVREDX et J. DE GUERNE, Sur un Amphipode nouvcav, Cyrtophium 
chelonophilum, commensal de Thalassochclys caretta. Comptes rendus Acad. des 
Sciences, 27 f^vrier 1888. Une Tortue de meme espece, prise le 6 aout 1888, 
par 39 4i 25 rr de lat. N. et 33 24 22" de long. 0., pendant la quatrieme 
campagne de YHirondelle, portait e"galement un tres grand numbre de P. chelo 
nophilum. 

(2) Voir STEBBING, Ampltipoda collected by H. M. S. CIIALLE.NGKR, page 1190, 
pi. cxxx. Platophium Cheloniae. Le point precis n est pas indique, mais, 
d apres la distribution geographique de Chelonia imbricata, il est probable que 
c est la localite la plus meridionale oil P. chelonophilum ait et6 observe. 

(3) MAVER, Nachtrag zu den Capreiliden. Fauna und Flora des Golfes von 
Neapel. xvnr Monographic. Berlin, 1890. 

, (4) MAYER, loc. cit., p. 55. 

(5) P. J. VAN BENEDEN, La Tortue franche (Chelonia Midas) dans la mer du 
Nord, ses commensaux et ses parasites. Bull. Acad. roy. de Beljjique, 2 p ser., 
vol. VI, 1859, p. 78, pi. 1, fig. 9-11. 



Seance du 22 fe vrier 1893. cxix 

Mediterranee. On 1 a signalee aussi dans 1 Adriatique (1) et aux 
Azores (2). 

Lepas HUH et Conchoderma virgatum no donnent lieu a aucune re- 
marque speciale. Le dernier do, ces Cirrhipedes appartient a la variete 
bien connue sous le nom de chelonophilum Leach. 

Platylepas bissexlobata, signale par Bivona, des 1832, sur les Tortues 
de la Mediterranee, n y parait pas avoir etc revu. G est d ailleurs, bien 
qu elle semble avoir etc rarement observec, une espece cosmopolite. 
Darwin (3) Fa considered comme identique a celle que Ton trouve sur 
les Lamantins de 1 Atlantique tropical et sur les Dugongs d Australie. 
Peut-etre meme existe-t-elle en California. II y a quelques annces, 
P. Fischer a indique sa presence sur un Chelonia imbricata, de Poulo- 
Condor (Cochinchine) (4). 

En resume, les commensaux que nous signalous ici sur les Tortues 
de la Mediterranee sont au nombre de huit : 

Un Decapode Nautilograpsus minutiis. 

Un Isopode Tana is Cavolinii. 

Trois Amphipodes . . Hyale Grimaldii. 

Platophium chelonophilwn. 

Caprella acutifrons, var. Andrew. 
Trois Cirrhipedes. . . Lepas HUH. 

Conchoderma mrgatum, var. chelonophilnm. 

Platylepas bissexlobata. 

Deux d entre eux, Tana is Cavolinii et Hyale Grimaldii, n avaient pas 
encore e te rencontres sur les Cheloniens. 

Deux d entre eux egaleinent, Hyale Grimaldii et Platophium chelono- 
philum, sont nouveaux pour la faune mediterrane enne. 

Jl convient d ajouter que plusieurs autres Crustaces et Cirrhipedes 

(1) HELLER, Carcinologische Bcilriigc zur Fauna des Adriatischen Meercs. 
Verandl. der K. K. zool. hot. Gesells. Wien, vol. XVI, 1866. 

(2) TII. BAUROIS, loc. cil., p. CO. 

(3) DARWIN, A Monograph of the subclass Cirripcdia, Balanidae. Londres, 
1854, p. 428. 

(4) P. FISCHER, Description d un nouveau genre de Cirrhipedes (Stephano- 
lepas), parasite des Tortues marines. Actes Soc. linn, de Bordeaux, vol. XL, 
1886. 



cxx Bulletin entomologique. 

ont ete pris sur des Tortues marines. Deux Isopodes y ont ete indiques : 
1 un, Cirolona hirtipes M.-EdAv., par A. Valle, a Trieste (1); 1 autre, 
Tana is Dulongi Audouin, par P. J. van Benedcn, a Ostende (2). 

Ranzani, Poli, Heller (3), Stossich (4) mentionneut la presence de 
Cfwlonobia tesludinaria Linne sur les Tortues de la Mediterrane e. Nous 
ne serions point surpris qu un examen superficiel ait fait parfois con- 
fondre cette espece avec Platylepas bissexlobata, de meme que Lepas 
HUH a pu 1 etre avec Lepas anatifera Linne. Ge dernier se fixe du reste 
sur les Cheloniens (5) comme sur les corps flottants quelconques. II en 
est ainsi de tous les Cirrhipedes pe doncules mentionnes ci-dessus. Mais 
tel ne paratt pas etre le cas pour les formes sessiles qui semblent vivre 
exclusivement sur des animaux. II en est encore de meme pour Ste- 
phanolepas muricata, type d un genre nouveau. voisin des Tubicinella, 
etabli par P. Fischer (6) d apres des specimens trouves sur les ecailles 
d un Chelonia imbricata de Poulo-Gondor (Cochinchine). 

Ajoutons pour finir, en laissant d ailleurs de cote les Entozoaires, que 
plusieurs commensaux ou parasites externes appartenant a la classe des 
Vers sont egalement connus sur les Tortues marines; ce n est point ici 
le lieu d en parler. 



Contributions a r etude des Dipteres parasites, par le D r R. Blan- 
chard : 

1 Sur un Muscide de I Afriqueaustmle, a larve cuticole : 

J ai mentionne dans mon Traite de zoologie medicals (tome II, 
page 521) tous les cas connus en Afrique de parasitisme des larves de 
Dipteres sous la peau de THomme ou des animaux. J ai interpre te 
inexactement ces fails, en les attribuant aux OEstrides ; les observations 
qui vont suivre demontrent, en effet, qu il s agit de Muscides veri- 
tables. 

(1) A. VALLE, Cirolana hirtipes M.-Edw. nella Thalassochelys corticata Ron 
del Bollet. Soc. Adriat. Sc. nat., Trieste, vol. IV, 1878. 

(2) P. J. VAN BENEDEN, loc. oil. 

(3) HELLER, loc. cit. 

(4) STOSSICH, Prospetlo della Fauna del Mare Adriatico, III, Bollet. Soc. 
Adriat. Sc. nat., Trieste, vol VI, 1880-81. II nous parait superflu de donner 
les indications bibliographiqties anterieures a la belle Monographic de Darwin. 

(5) G. POUCHET et J. DE GlEKNE, lOG. Cit. 

(6) P. FISCHER, loc. cit. 



Seance du 22 fevrier i893. cxxi 

M. R. Trimen, directcur du South-african Museum, a Gape Town, 
m a envoye recemment les specimens enumeres ci-dessous, dont 1 in- 
teret est considerable, au point de vue parasitologique : 

1 Une Mouche etsa depouille de pupe, envoyees de d Urban, Natal, 
en aout 1891, par le colonel J. H. Bowker. La Mouche resultait de 1 e- 
ducation d une larve developpee sous la peau d un enfant : Bowker 
ajoutait que ce Diptere est tres commun sur la cote de Natal, et qu on en 
a extrait jusqu a dix exemplaires du bras d un seul enfant. 

2 Une Mouche de meme espece, monte e entre deux verres, et pro- 
venant aussi de d Urban. Elle a ete envoyee au South-african Museum 
par le Rev. G. Pettman, accompagnee de la notice suivante : 

J ai obtenu moi-meme la Mouche d une larve qui avail ete extirpee 
de la jarnbe de ma propre fille. Nous lui avions rnis un cataplasme pour 
ce qui paraissait etre un gros furoncle enflamme ; pendant deux ou 
trois nuits, la douleur la rendit tres fievreuse et lui enleva tout repos. 
Un matin, en enlevant le cataplasme, nous vimes quelque chose qui 
remuait au centre du furoncle. Un autre cataplasme de pain mouille fut 
applique ; en I enlevant, on entraina avec lui une grande larve, longue 
de 1/2 a 3/4 de pouce (12 a 19 mill.). Gette larve avail ete la cause de 
la maladie ; elle etait enfoncee dans les chairs de la jambe, la tete la 
premiere ; c etait la partie abdominale que nous avions vue remuer. Je 
la mis sous un verre et elle se transforma en une pupe d un brun 
sombre, presque noire. 

3 Une larve de Diptere, envoyee au South-african Museum par 
M. Juste de Coster, consul de Belgique a Delagoa Bay, qui 1 avait extraite 
d une tumefaction douloureuse developpee sur le mollet de sa propre 
jambe. 

II est tres vraisemblable que cette larve appartient a la meme espece 
de Diptere que la pupe et 1 imago qui precedent ; tout au moins appar- 
tiennent-elles les unes et les autres a des especes tres voisines, qui 
figurent sans doute dans le meme genre. Je pense done qu on pent 
admettre que nous nous trouvons ici en, presence de revolution com 
plete d un Diptere qui offre cet interet special de s attaquer a 1 Homme, 
sous la peau duquel il depose ses ceufs. Etudions successivement ses 
differents etats de developpement. 

Larve. Elle est longue de 12 mill. (fig. 1), large de o mill, au 
maximum, d un blanc pur, progressivement retrecie en avant sur les 
quatre premiers segments, cylindrique sur les six segments suivants. 
La tete n est pas distincte. Le premier anneau est en partie retracte 



C XXH Bulletin entomologiquc . 

dans le suivant : il presente a la face ventrale une bouche d ou font 
legiToment sail lie deux crochets noirs et que barre en travers une sorte 






Fig. 1. Larve grossie ; A, face dorsale ; B, face ventrale; C, cote gauche; 
a, grandeur naturelle. 

de levre posterieure; la zone mediane post-buccale presente, par trans 
parence, une teinte brune, qui tient e videmment a 1 existence d un 
squelette pharyngien chitineux. Au-dessus de chaque crochet buccai se 
voit une papille arrondie, claviforme, de pourvue de tache oculaire. 

Vus a la loupe, tons les anneaux sont brievement tomenteux; les 
courtes villosites, auxquelles est du cet aspect, sont faiblement bru- 
natres et ne s observent guere que dans les deux tiers anterieurs de 
chaque segment. La face ventrale des anneaux 2 a 10 est divise e en 
trois zones, dc hauteur a pen pres ogale, par deux sillons transversaux 
dont i anterieur est plus court que le posterieur. 

A 1 extremite posterieure, le corps est comme tronque suivant un 
plan oblique de haut en bas et d avant en arriere. La surface plus ou 
moins plane qui en resulte est constituee par I invagination du onzieme 
et dernier anneau dans le dixieme. Elle est marquee concentriqneinent 
de deux cercles irreguliers : le plus grand correspond au sillon passant 
entre les deux anneaux susdits ; le second, beaucoup moins accentue, 
est trace sur le onzieme anneau lui-meme et circonscrit cinq orifices, 
parmi lesquels nous signalerons tout de suite 1 anus, sous forme d une 
fente verticale et mediaue, dejetee a la partie inferieure. 

La larve est amphipneustique, c est-a-dire que ses orifices respira- 



Seance du 22 fevrier 1893. cxxm 

toires ou stigmales ne sont de veloppes qu aux deux extremites du 
corps. Les stigmatcs anterieurs torment une paire d orifices arrondis, 
ponctiformes, perce s au bord poste rieur et sur les parties late rales du 
premier anneau. Les stigmates poste rieurs sont au nombre de, deux 
paires superposees et inscrites dans le cercle interne du dernier anneau : 
les stigmates de la paire supc rieure sont arrondis, larges et bien appa- 
rents ; ceux de la paire inferieure sont egalemt-nt arrondis, mais beau- 
coup plus etroits et pen visibles. 

Pupe. Quand la periode larvaire cst achevee, 1 aiiimal est expulse 
par 1 ouverture spoiitanee de 1 abces qui s est forme autour de lui. II 
tombe sur le sol, peut-e tre meme s y enfonce a une faible profondeur, 
mue et reste cnferme dans sa depouillc : cclle-ci durcit, prend une 
forme cylindrique et s arrondit aux deux extremites, tandis que la Jarve 
qni y est incluse revet les caracteres de la nymphe. On se trouve alors 
en presence d une pupe en forme de tonnelet, immobile, d urie teinte 
noire uniforme. Elle est longue de 11 mill., large de 4 mill. 5, assez nette- 
ment annelee et ornce a sa surface de petites rugosite s lineaires, irregu- 
gulierement transversales. L eclosion de cette pupe se fait par le souleve- 
ment d un clapet qui occupe le pole anterieur et dont la brisure se fait 
en une zone correspondant au quatrieme anneau de la larve. 

Imago. L epingle de la Mouche 11 1, insuffisamment fixe e, se de- 
tacha pendant le voyage et le ^recieux animal me parvint a 1 e tat de 
debris informes. J ai pu ne anmoins en recueillir les fragments et e tudier 
un pied et les deux ailes. On se rappelle, d autre part, que la Mouche 
n 2, ecrasee entre deux lames de verre, ne se laisse etudier que tres 
imparfaitement. Dans des conditions aussi defectueuses, il m est impos 
sible de decrire la Mouche qui produit la myase intra-cutanee de 
1 Afrique australe ; je ne puis donner sur son comple que de breves 
indications, bien que M. J.-M.-F. Bigot, le savant dipterologiste, m ait 
eclaire de sa haute competence, avec sa complaisance accoutumee. Telles 
qu elles sont, ces indications sont pourtant assez precises pour me per- 
mettre de fixer, sinon 1 identite spe ciflque de notre Insecte, du moins 
sa place dans le cadre de la classification. 

Les antennes out le troisieme segment oblong, mediocrement allonge, 
obtus ; le chete est assez longuement plumeux. La trompe est molle, 
retractile, normalement conformee;la face plane, non carenee. L epi- 
stome est sans saillie. Les cotes de la tete sont munis de soies rigides 
jusque vers le milieu de lour hauteur. Le front est large et pourvu de 
soies semblables. Les cuillerons sont bien developpes. Les tibias sont 



CXXIV 



Bulletin entomologique. 



munis, en arriere, (Time Ires courte frange de soies assez denses. Un 
petit nombre de courts macrochetes sont inscres au bord poslerieur 
des segments abdominaux. La teinte generate semble etre jaunatre ou 
fauve. 

L aile presente identiquement la m6me stf-uclure dans les deux exem- 
plaires de la Mouche. La figure ci-jointe (fig, 2) demontre amplement 
que celle-ci appartient au groupe de Calypterees, commo cela ressort 
de la presence du lobule alaire ou cuilleron (14), et particulierement a 
la farnillc des Muscides, qui seule presente cotte meme disposition ge 
nerale des nervures. En etudiant celles-ci de pres, on est amene a re- 
connaitre que la forme particuliere de la nervure discoidale (/) et de la 
nervure transversale posterieure (k) ne s observe, dans cette meme 
famille, que chez un petit nombre de genres, Stomoxys, Lucilia, Ochro- 
myia et quelques autres. 




Fig. 2. Ailc de la Mouche n 1. a, nervure costale ; b, nervure mediastinale; 
c, nervure sous-eostale ; d, nervure radiale; e, nervure cuhitale ; 
f, nervure discoidale, mediane ou externo-mediane ; g, nervure posti- 
cale ou sous-medianf ; /.-, nervure anale , i, nervure axillaire;j, petite 
nervure transversale, re unissant les deux faisceaux de nervures longi- 
tudinales ; fc, nervure transversale posterieure; I, m, grande nervure 
transversale ; n, tronc commun du premier faisceau de nervurcs longi- 
tudinales ; o, tronc d origine des nervures d et e, presentant a sa 
bifurcation un renflement muni d un bouquet de poils ; p, tronc com 
mun du second faisceau de nervures loniiitudinales; q, nervure huine- 
rale, transversale basilaire ou transversale scapulaire. 1, cellule 
mediastinale de Schiner (costale de van der Wulp), divisee en deux 
par la nervure q ; cellule marginale ou costale de Schiner (mediastinale 
de van der Wulp); 3, cellule subcostale; 4, cellule sous-marginale ou 
cubitale; 5, 6, 7, cellules radiales; 5, cellule basilaire anlerieure; 
6. cellule basilaire posterieure; 7, cellule anale; 8, 9, 10. cellules pos- 
terieures ; 8, cellule marginale posterieure; 11, cellule discoidale; 
12, cellule axillaire; 13, cellule posterieure ou lobec ; 14, lobule alaire. 



Seance du 22 fevrier 1893. cxxv 

RAPPORTS ET DIFFERENCES. Reportons-nous aux caracteres invo- 
ques par Brauer pour classer les larves de Dipteres (1), et nous consta- 
terons que la larvc et la pupe rentrent dans la division des Diptera 
cyclorhapha, dans la subdivision des Probosddea et dans la tribu des 
Eumyidte, laquelle ne comprend que Punique famiile des Muscidx, 
demembree en un grand nombre de sous-families . Nous croyons 
inutile de discuter ces affmites, qui sont evidentes. 

Un premier et important resultat est done acquis, a savoir que le 
Diptere de 1 Afrique australe, qui vient pondre ses reufs sous la peau 
de 1 Homme, n est pas un OEstride, mais bien un Muscide. G est a cc 
meme resultat que nous conduiserit, comme nous Pavons vu, les 
quelques details anatomiques qu il nous a ete possible d observer sur les 
Insectes adultes. Ge resultat est done defmitivement acquis. Mais a 
quelle espece ou, du moins, a quel genre appartient notre Diptere ? 

Les Muscides a larve cuticole sont relativement rares ; ceux qu on 
connait rentrent dans des genres assez differents et meritent d etre 
passes en revue. 

Macquart (2) a fait connaitre sous le nom de Aricia pici un Diptere 
provenant de Peducation d une larve recueillie a Saint-Domingue, par 
Salle, dans un furoncle developpe sous la peau de Paile d un Pic. En 
Allemagne, Reibisch (3) a observe sur la peau du con d un jeune Moi- 
noau deux tumeurs, causees chacuue par une larve cuticole; les deux 
larves furent examinees par Kirsch (4), qui constata qu elles etaient de- 
pourvues des couronnes de crochets caracteristiques des OEstrides et 
crut devoir les rapporter a la farnille des Muscides. 

Des faits analogues, dans lesquels il s agit exclusivement de Dipteres 
calypteres, out ete observes dans d autres classes de Vertebrcs. 

Krefft (5) a vu tres frequemment des larves se developper sous la 
peau de plusieurs Batraciens anoures d Australie, notamment derriere 
le tympan ; ces larves donnerent naissance a des Mouches representant 
le nouveau genre Batrachomyia. 

Les observations de Moniez (6), sur Bufo vulgaris. confirmees par 
A. Giard sur Bufo calamita, ne nous semblent pas etre tres difierentes 
de celles-la. Elles out porte sur trois Crapauds, qui presentaient de 
chaque cote, sous les yeux, une ouverture an fond de laquelle grouil- 
laient de nombreuses larves de Diptere. Au bout d un jour, ces larves 
avaient a tel point devore les lissus, que le crane du Batracien ctait 



cxxvi Bulletin entomologique. 

entitlement disseque ; elevees, elles se transformerent en une Mouche 
que Moniez considers cornnie nouvelle et fit connaitre sous le norn dc 
Lucilia bufonivora. 

Cos observations out ete verifiees par Gollin de Piancy (7) et Taton (8). 
Plus recemment, Meinert (9) et Max Weber (10) out constate des fails 
analogues ; ce dernier auteur les attribuo a la larve de Lucilia syl- 
varum. 

II est bien evident qu il s agit, dans tous ces cas, de larves essentiel- 
lement carnivores, se comportant comme celles de Lucilia macellaria 
dans 1 espece humaine, ct non de larves cuticoles, conime celles qui 
font 1 objet du present memoire ou encore comme celles des Derma- 
tobia. 

L observation suivante se rapporte encore aux Batraciens, mais est, 
d ailleurs, de toute autre nature que les precedentes. Chez des Gre- 
nouilles des environs de Paris, Laboulbene et Vulpian (11, 12) ont 
trouve des larves de Muscides enkystc es dans 1 epaisseur des tuniques 
stomacales, dans la paroi abdominale et dans les replis peritone aux. Ces 
larves etaient mortes dans leur kyste; selon toute apparence, elles 
avaient ete avalees par les Batraciens et avaient garde assez de vitalite 
dans 1 estomac de ceux-ci pour pouvoir en percer les membranes. Ici 
non plus, il ne s agit done point d un cas analogue a celui qui fait 
1 objet de notre etude. 

En revanche, voici des faits qui nous interessent plus directement, 
puisqu ils concernent des larves cuticoles, rencontrees dans 1 espece 
humaine. De ces faits, les deux premiers ont ete observes aux Etats- 
Unis ; les autres, en Afrique. 

En 1859, le D r Shaw (13) a presente a la Societe d histoire naturclle 
de Boston des specimens de la larve de quelque espece de Mouche 
(Musca ou OEstrns), qui avaient etc trouves dans le cuir chevelu, aiusi 
que dans la peau de la face, du cou et du dos d un enfant de sept jours. 
Us etaient renfermes dans des pustules larges d environ un huitiemc de 
pouce (3 mill. 17), reposant sur une base enllamme e large d un domi- 
pouce (12 mill. 7) ou da vantage. Le seul specimen conserve fut mis 
dans 1 alcool. Apres y avoir sejourne plusieurs jours, il e tait long d un 
quart de pouce (6 mill. 34) et large d un seizieme (1 mill. 58). Coulcur 
blanche. Corps forme de onze segments, non compris la tete; partic 
ante rieure de chaque segment entouree d une bande de soies ou d epincs. 
Tete armee de deux crochets noirs; pas de bouche visible . 



Seance du 22 fevrier 1893. cxxvn 

Une observation rapportee par Hagen (14) n est pas plus explicite. 
Get entomologiste recut de Toronto (Canada) la depouille d une larve 
extraite d une tumefaction de veloppe e sur le cou d une fillette. La larve 
est attribute par Hagen an genre Sarcophaga, mais sans qu il soil pos 
sible de dire u quelle espece elle appartient. 

Goquerel et Mondiere (15) ont observe plusieurs fois des larves cuti- 
coles chez I Homme et chez le Ghien, a Portudai, localile cotiere 
situe e a uric dizaine de lieues de Goree. Ges larves sontattribuees par les 
indigenes a la piqure d une Mouche qui n est autre que Idia Bigoti, 
mais nos anteurs inclinent plutot a les considerer comrae les larves 
d un OEstride inconnu. La presence d un grand nombre d epines noires, 
en retroversion, sur les neuf premiers anneaux, mais principalement 
sur les anneaux 2 a 7, parle en faveur de cette opinion ; elle indique du 
moins que les larves en question n ont rien de commun avec le Diptere 
qui nous occupe. 

Dans certaines parties du Senegal, notamment au Gayor, on voit fre- 
qu eminent se developper, dans la peau de I Homme ou des animaux 
(Ghien, Ghat, Chevre), des larves de Diptere qui sont precisement con- 
nues sous le nom de Vers du Cayor. La premiere mention en est due a 
Berenger-Feraud (16), qui vit la larve se transformer en chrysalide bru- 
uatre et velue, a peu pres cylindrique, ayant perdu son crochet , puis 
obtint 1 eclosion de 1 Insecte parfait. Celui-ci est une Mouche voisine des 
Lucilies, pour laquelle Em. Blanchard proposa le nom de Ochromyia 
anthropophaga. 

Hailliet (17) et Lenoir (18) ont beaucoup fait progresser notre connais- 
sance de ce meme Insecte. G est, dit Railliet, une Mouche de teinte 
gris jaunatre, mesurant 8 a 9 millimetres de long. La tele est testacee, 
revetue de petits poils noirs ; le style des antennes est plumeux. Le 
thorax offre en avant deux bandes noires longitudinales ; les ailes sont 
legerernent enfume es. L abdomen est couvert de laches noires assez 
e tendues, surtout en arriere . 

Gette description s applique exactement a deux Dipteres legues par 
Davaine a M. le professeur Laboulbene et que mon excellent maitre a 
eu 1 amabilite de me montrer; ils sont etiquetes Ochromyia anthropo 
phaga, du Senegal, mais sans qu on puisse savoir dans quelles condi 
tions Davaine les avail rec,us. Elle s applique egalement aux deux 
Mouches que nous avons recues de M. Trimen, autaut qu on en peut 
juger d apres l examen dc specimens de te riores. 

Pour donner une revue complete des cas ou des larves de Dipteres 



cxxvin Bulletin entomologique. 

out etc observees dans la peau de I Homme, 011 Afrique, ajoutons encore 
quelques mots. 

Gobbold (19) parle d une larve que le D r Kirk a extraite de la jambe 
de Livingstone. Cette larve figure dans les collections du Hunterian 
Museum, a Londres; nous avons pu 1 etudier et nous en donnons ci-apres 
une description sommaire. 

Le D r Dutrieux (20) dit que, dans 1 Uniamwesi, on designe sous le 
nom de founza ia ngombe on Ver du Boeuf une larve d Insecte qui pro- 
duit une eruption furonculeuse chez le Boeuf et chez I Homme; elle 
semble etre incoimue entre le plateau central ou 1 Ugogo et la cote 
orientate. Sa veritable nature est encore indeterminee. 

En fin, je dois a M. le D r A. Gollin, conscrvateur au Musee zoologique 
de Berlin, la notice suivante, qu il m a communiquee par une lettre du 
23 Janvier dernier : Mon collegue, M. Matschie, me dit avoir appris de 
M. Boder, directeur des douanes au Togo, que les Dasselfliegen 
(GEstridte) attaquent I Homme et que les larves se trouvent sous la 
peau des animaux, aussi bien que de I Homme, au Togo. 

CONCLUSIONS. Le Diptere dont la larve se developpe dans la peau 
de 1 Homme, a Natal, appartient sans conteste a la famille des Muscides ; 
les caracteres generaux de 1 adulte, autant que nous avons pu les ap- 
precier, demontrent sa grande aflinite avec les Ochromyia, mais sans 
qu il nous soil possible d affirmer s il fait reellement partie de ce genre. 
Cette opinion, toutefois, est la plus vraisemblable, a cause des observa 
tions si precises de Bcrenger-Feraud, de Railliet et de Lenoir. 

La larve extraite de la jambe de Livingstone appartient egalement a 
une Muscide, et des observations ulterieures donneront probablement 
une demonstration semblable, en ce qui concerne le founza ia ngombe 
de 1 Uniamwesi. 

Les OEstrides ne sont pas rares en Afrique ; ils y sont represented par 
des types dont la larve ofTre souvent un aspect curieux, comme celle 
que nous decrivons plus loin, mais, jusqu a ce jour, aucun cas de 
myase par OEstride cuticole n y a e te observe cbez I Homme, tout au 
moins d une facon indiscutable. On pent penser, toutefois, que les cas 
constates par Coquerel et Mondiere se rapportent reellement a des OEs 
trides et qu il en est de meme pour les cas signales par Boder, bien qu il 
nous paraisse que ces derniers ne soient attribues aux OEstrides que par 
leur analogic evidente avec les cas de myase par Dermatobia ou par 
Hypoderma, plus connus que ceux qui nous occupent ici. 

C est done principalement a la famille des Muscides qu appartiennent 



Seance du 2% fe vrier 1893. cxxix 

les larves cuticoles rencontrees dans 1 espece humaine en diverses contrees 
de 1 Afrique, notamment au Senegal et a Natal : cette constatation pre- 
sente un reel inte ret, quaiid on la met en parallele avec les cas de 
myase intra-cutanee qui s observent dans 1 Amerique intertropicale et 
qui sont tous dus a des OEstrides veritables. 

2 Sur tine larve extraite de la jambe de Livingstone : 

II a ete parle plus haul d une larve de Muscide extraite par le 
D r J. Kirk do la jambe du cclebre explorateur Livingstone, pendant son 
voyage dans le bassin du Zambese. Cette larve, donnee par Kirk a 
Gobbold, a ete deposee par cclui-ci dans la collection du College royal 
des chirurgiens : elle y existe encore (flacon n 196), nous avons pu 1 y 
examiner et nous avons obtenu 1 autorisation gracieuse de la faire des- 
siner (fig. 3). 

Elleest entitlement blanche, longue de 5 mill., large de 2 mill., un 
peu aplatie, depourvue de crochets, aussi bien a la bouche qu a la sur- 




Fig. 3. Larve extraite tie la jambe de Livingstone. A, face dorsale; 
B, face ventrale ; G, cute droit 1 ; a, grandeur naturclle. 

face ou autour des anneaux. Ceux-ci sont parsemes de petites spinules, 
disposees sans ordre apparent et d ailleurs peu nombreuses. La tete est 
peu distincte ; le onzieine et dernier anneau est de petite dimension et 
porte en sa partic mediane deux orifices stigmatiques. 

Evidemment, il s agit id d une larve encore peu avancee dans son 
developpement et appartenant au groupe des Muscides, sans qu il soil 
possible de preciser davantage ses afp.mtes. 

BULL, ix 



cxxx Bulletin entomologique. 

3 Sur Cobboldia elopliantis (Steel), larve d QKstride trouvee dans 
I estomac de Elephas africanus : 

Pendanl Pexpedition de Livingstone dans ie bassin du Zambese, le 
D 1 J. Kirk tua tine femelle (PElephant, dans I estomac de laquelle il 
recueillit plusieurs larves d OEstride. Deux de ces larves furent donnees 
a Cobbold, qui les plac.a dans la collection helminthologique du Hun- 
terian Museum (flacon n 197), en les designant sous le nom de OEstrus 
of the Elephant (19). 

En 1878, plusieurs Elephants des Indes etant morts a Loud res, par 
suite d une epidemic, Steel (21) fit Pautopsie de Pun d eux et recueillit 
dans I estomac un grand nombre de larves, qu il fit connaitre sous le 
nom de OEstrus elephant is. 

Nous ne savons si les larves recueillies par Sleel figurent dans 
quelque collection publique ou prive e; elles n existent ni au College 
royal des chirurgiens, ni au British Museum, ni au College royal des 
chirurgiens veterinaires, dont nous avons examine avec soin les collec 
tions de parasites. Toujours est-il que Cobbold les a eues a sa disposi 
tion et les a comparers aux larves recueillies par Kirk dans PElephant 
d Afrique. De cette etude, Cobbold conclut a Pidentite specifique deces 
deux sortes de larves (22) ; il leur donne le nom de Gastrophilus ele- 
phantis et figure Pune d elles d une facon tres insuflisante. 

La larve gastricole de PElephant d Asie a e te bien etudiee, dans ces 
dernieres annees, par Brauer (23). Le savant entomologiste viennois 
reconnait que cette larve n appartient point au genre Gastrophilus; et, 
comme elle ne saurait rentrer dans aucun des genres connus, il propose 
d ctablir en sa faveur un nouveau genre Cobboldia, qui represente a lui 
soul, parmi les OEstrides gastricoles, un groupe particulier, en opposi 
tion avec le groupe des Gastrophilus et des Gyrostigma. Toutefois, 
Brauer avoue que les metamorphoses de divers OEstrides exotiques sont 
encore ignorees, en sorte que Pun d eux pourrait bien avoir Cobboldia 
elephantis pour etat Jarvaire : tel est le cas, par exemple, pour les Au- 
lacocephala, qui, precisement, sont repandus dans le sud de PAfrique 
ct a Madagascar. 

II est certain que c est une methods peu recommandable, <iue de 
designer par un double vocable, generique et specifique, des animaux u 
Pelat larvaire, dont la forme adulte est probablement connue. Une telh^ 
methode ne pcut que Jeter la confusion dans la nomenclature. Nous ne 
meconnaissons pas la necessite de denommer ces etats larvaires, qu on 
ne sait encore rapporter a aucun Insecte adulte, mais nous croyons qu il 



Seance du 22 fevrier 1893. cxxxi 

est avantageux de se servir alors de noms vulgaires, comme nous 
I avons fait deja dans notre memoire Sur les CEstrides americains dont 
la larce mt dam la peau de VHomme. Quand bien meme on saurait a 
quel Insecte apparUeonent ies larves auxquelles nous avons attribue 
les noms de Torcel et de Berne, par exernple, 11 serait encore commode 
pour le langage couraut d employer ces denominations vulgaires, qui 
gagneraieiit ainsi en precision. La zoologie nous pre sente d ailleurs plus 
d un exemple de ce genre : le Ver macaque est notoirement la larve 
de Dermatobia noxialis, la larve de Desor est I e tat larvaire des 
Ne mertiens du genre Linens, etc. 

Ces critiques ne diminuent d ailleurs en rien le mc rite de la descrip 
tion de Cobboldia elephantis. Gette description est accompagne e d excei- 
lentes figures, et Brauor exprime des reserves au sujet de 1 identite, 
admise par Cobbold, des larves africaines et des larves asiatiques. Nous 
avons e prouve ce meme doute : aussi nous a-t-il semble utile de revoir 
la Iar\ e africaine, d en donner un dessin satisfaisant et de la confronter 
avec la description de la larve asiatique. 

Celle-ci, d apres Brauer, atteint une longueur de 25 mill, et une lar- 
geur de 2 mill. 9. Les flancs sonl ornes chacun de quatre bourrelets 
longitudinaux sur les anneaux 2, 3 et 4, de trois bourrelets seulement 
sur les anneaux 5 a 11 ; eutre les anneaux o et 6, 6 et 7, 7 et 8, 8 et 9, 
on voit, en outre, un bourrelet lateral fusiforme, interpose entre les 
deux bourrelets longitudinaux qui bordent la face dorsale, d une part, 
et le bourrelet longitudinal qui borde la face ventrale, d autre part. Le 
premier anneau est epineux a son bord poste rieur; il est orne en outre, 
sur presque toute sa surface, de petites epines imbriquces. Le deuxieme 
anneau est orne d e pines dedicates a son bord anterieur. Les anneaux 
suivants ont aussi leur bord anterieur occupe par une ceinture de 
petites epines disposers sur ciiui rangs, mais qui diminuent de nombre 
et d importance sur les derniers anneaux. 

La larve extraite de 1 estomac de Elephas afrtcanm ressemble sans 
doute a la prece denle, mais en differe pourtant par des particularity 
importantes. Elle est longue de 14 mill. , et large de o mill. 5 (fig. 4). 
Sur chacun des flancs, on voit trois cretes longitudinales s etendre du 
4 an dernier anneau ; les bourrelets fusiformes n existent point. Le 
I 1 1 anneau porte a son extreinite une demi-couronne d cpines en ante- 
version, qui lui fait une sorte de diademe ou d aureole. Les anneaux 3 
et 4 out leur bord anterieur occupe par un rang d epines en antever- 
sion, qui s atte nuent ou disparaissent meme a la face ventrale. Les an 
neaux o et 6 portent a leur bord anterieur une double couronne 



C XXX II 



Bulletin entomologique. 






Fig. 4. Lam d OEstride de 1 estomac de Elephas africanus. A, face dor- 
sale; B, face ventrale; C. cote gauche; a, grandeur naturelle. 

d epines : la rangee anterieure est en anteversion, la poste rieure est en 
retroversion. L anneau 7 presente la meme disposition, mais seulement 
a la face ventrale ; a la face dorsale, 11 ira qu un rang d epines en retro- 
version. Les aniicaux 8 et suivants portent aussi au bord anterieur une 
rangee d epines en retroversion. 

II nous semble inutile d insister davaritage sur ces differences : il en 
ressort que les deux formes larvaires etudiees ici, tout en apparlenaiit 
a un meme genre, represented deux especes distinctes. Le nom de 
Cobboldia elephantis (Steel) doit done etre attribue exclusivement a la 
larve qui vit dans 1 estomac de 1 Elephant asiatique. 

4 Sur une larve extraite du sinus frontal d une Antilope : 

G est encore an l) r J. Kirk que le Hunterian Museum est redevable 
de la curieuse larve qui va nous occuper mainlenant : les deux excm- 
plaires que possede le Musee (flacon n 198) out ete recueillis dans le 
sinus frontal d un Hartebeest (Boselaphus Lichtensteini], tue en Afriiiue, 
au cours de I expedition de Livingstone dans le bassin du Zambese. 

Gette larve est longue de 20 a 22 mill, et large de 6 a 7 mill. Elle 
presente un aspect et une structure ires particuliers (fig. 5), qui la 
mettent a part dans la famille des OEstrides. 

Ghacun des anneaux 2 a 11 est comme forme de deu\~ parties soudees 
1 une a 1 autre sur la lignc late rale, par une suture ondulee : 1 arceau 
dorsal est bossele, lisse et totalernent depourvu de spinulcs ; 1 arceau 



Seance du 22 fevrier 1893. 



CXXXIII 










B 



Fig. 5. Larve d OEstride extraitc du sinus frontal de Boselaphus Lichtensteini. 
A, face dorsale ; B, face ventrale ; C, cote gauche ; D, cxtremite poste- 
rieure vue de face ; a, grandeur naturelle. 

ventral est aplati et orne d epines, toutes en retroversion et dispose es 
comme suit : 

Deuxieme segment. Son bord anterieur porte line seule rangee 
d epines. 

Troisieme segment. Son bord anterieur porte une seule rangee 
dY pines. 

Quatrieme segment. Son bord anterieur porte une rangee d epines. 
A peu de distance du bord posterieur, on observe en outre deux petites 
rangccs symetriques, 1 une a droite, 1 autre a gauche, partant du bord 
lateral et s arre tant a peu de distance de celui-ci ; chacune d elles ne 
cornprend pas plus de quatre a six opines. 

Cinquieme segment. La disposition est la meme que sur 1 anneau 
precedent. 

Sixieme segment. Meme disposition que sur les deux anneaux pre 
cedents. On observe, en outre, qu une rangee supple mentaire incom 
plete, formee seulement d uno douzaine d epines, s est developpee dans 
la zone mediane, immediatement en arriere de la rangee marginale 
anterieure. 

Septieme-dixieme segments. Meme disposition que sur le sixieme 



cxxxiv Bulletin entomologicjue. 

anneau. si ce ifest que la rangee supplementaire occupe toute !a lar- 
geur de la face ventrale; les opines qui la constituent sont d ailleurs 
plus petites quo colles do la rangee rnarginale antericure. 

Onzieme segment. La rangee marginale anterieure existe, mais la 
rangee supplementaire fait defaut. Sur les cotes se voit une large echan- 
crure qui divise 1 anneau en une portion dorsale arrondie et mame- 
lonnee, et ime portion ventrale plus mince et se prolongeant quelque 
peu en arriere. Le hord posterieur de la portion ventrale est arrondi et 
arme d une rangee de huit epines ; une autre rangee semblable se voit 
a la face posterieure on dorsale de cette portion ventrale. Yue de face, 
1 extremite posterieure est largement beante et laisse voir deux grandes 
plaques stigmatiferes, dont la structure n a pas ete suffisammenl 
e lucidee. 

Brauer (24) a decrit recemment deux nouvelles larves d OEstrides 
africains : d accord avec la me thode critiquee ci-dessus, il etablit pour 
chacune d elles un genre nouveau et une espece nouvelle. Strobilmtrus 
antilopinus vit dans la peau de Oreotragus saltatrix ; Dermatcestnts 
strepsicerontis vit dans la peau de Strepsiceros capensis. Ges deux larves 
cuticoles n ont aucun rapport avec celle qui nous occupe, non plus 
qu aucune autre larve actuellement connue. 

La larve du sinus frontal de Boselaphus Lichtensteini, ou larve de 
Kirk , comme nous proposons de 1 appeler, represente done un type 
nouveau et interessant parmi les OEstrides cavicoles. 

INDEX BIBLIOGRAPHIQUE 

1. FH. BRAUER, Kurze Charakteristik der Dipteren-Larven. Yerhandl. 

der zool.-bot. Ges. in Wien, XIX, p. 843, 1869. 

2. J. MACQUART, Notice siir une nouvelle espece d Aricia, Diptere de la 

tribu des Anthomyides. Annales de la Soc. entom. de France, (3), 
I, p. 657, 1853. 

3. TH. REIBISCH. Sitzungsber. der naturf. Ges. Isis, p. 89, 1866. 

4. TH. KIRSCH, Ueber zwei Fliegenlarven aus dem Nacken eines jungen 

Sperlings. Berliner entornol. Zeitschrift, XI, p. 245, 1867. 

5. G. KREFFT, Notes on the metamorphosis of a dipterous Insect of the 

genus Batrachomyia (Mac Leay), the larva of which is parasitical 
upon various species of Australian Frogs. Transactions of the 
entomol. Soc. of New South Wales, I, p. 100, 1866. 



Seance du 2% fevrier 1893. cxxxv 

6. R. MOXIEZ, Un Diptere parasite, du Crapaud (Lucilia bufonivora, 

n. sp.). Ball, scientif. du departement du Nord, VIII, p. 25, 1876. 
Voir aussi dans le memo recneil : A. GIARD, VIII, p. 171 et 
249, et MOXIEZ, IX, p. 67, 1878. 

7. V. COLLIN DE PLAXCY, Note sur les Insectes dipteres parasites des 

Butraciens. Bull, de la Soc. zool. de France, II, p. 249, 1877. 

8. E. TATOX, Sur IPS Dipteres parasites de la Rana esculenta. Ibidem, 

p. 258, 1877. 

9. FR. MEINERT, Larvae Luciliae sp. in orbita Bufonis vulgaris. Spy- 

fluelarver i oiet af en levende Skrubtudse. Entomol. Meddel., II, 
p. 89, 1890. Analyse sous ce titre : Dipterous larvae in the eye 
of a Toad. Insect life, V, p. 209, 1893. 

10. MAX WEBER. Tijdschrift der nederl. dierkundige Vereeniging, (2), 

III, p. cxxvii, 1892. 

11. AL. LABOULBEXE et A. VULPIAX, Note sur des larves d Insecte diptere 

trouve es dans les tuniques de I estomac, les replis pe ritone aux et 
la paroi abdominale cliez les Grenouilles. Me moires de la Soc. de 
biologie, (3), III, p. 329, 1861. 

12. AL. LABOULBENE, Sur des larves de Dipteres trouve es dans les tu 

niques de I estomac, les replis pe ritone aux et la paroi abdominale 
chez des Grenouilles. Annales de la Soc. entomol. de France, (4), 
III, p. 14, 1863. 

13. Proceedings of the Boston Society of nat. history, VI, p. 281, 1856- 

1859. 

14. H. A. HAGEX, Note on a sarcophagous larva found in a girl s neck. 

Ibidem, XX, p. 409, 1880 (1881). 

15. COQUEREL et MONDIERE, Note sur des larves de Dipteres developpees 

dans des tumeurs d apparence furonculeuse, au Senegal. Annales 
de la Soc. entomol. de France, (4), II, p. 95, 1862. DES MEMES, 
Larves d QEstrides developpees dans des tumeurs d apparence fu- 
ronculeuse, au Senegal, sur rifomme et sur le Chien, Gazette 
hebdoin. de rned. et de chir., IX, p. 100, 1862 (meme note que 
la precedente). 

16. BERENGER-FERAUD, Etude sur les larves de Mouches qui se de ve- 

loppent dans la peau de I Homme, au Senegal. Gomptes rendus de 
I Acad. des sciences, LXXV, p. 1133, 1872. Revue des Societes 
savantes, (2), VI, 1872. Du MEME, Traite clinique des maladies 
des Europeans au Senegal. Paris, 1875. Voir I, p. 225. 



cxxxvi Bulletin entomologiquc. 

17. RAILLIET, La Mouche de Cayor. Bull, de la Soc. centrale de med. 

vete r., p. 77, 1884. 

18. LENOIR, Mouche et Ver du Cayor. Archives voter., p. 207, 1884. 

19. T. SP. COBBOLD, Catalogue of the specimens of Entozoa in the Mu 

seum of the Royal College of Surgeons of England. London, 1866. 
Du MEME, Parasites ; a treatise on the Entozoa of Man and 
animals. London, 1879. Voir p. 271. 

20. P. DUTRIEUX, Apercu de la pathologie des Europeans dans I Afrique 

inter tropicale. These de Paris, 1885. Voir p. 60. 

21. STEEL. Medical Examiner, p. 886, 1878. 

22. T. SP. GOBBOLD, The parasites of Elephants. Journal of the linnean 

Soc., Zoology, XV, p. 333, 1881. Du MEME, The parasites of 
Elephants. Transactions of the linn. Soc,, Zool., (2), II, p. 223, 
1879-1888. Voir p. 246-248, 1882. 

23. FR. BRAUER, Nachtrag zur Monographic der OEstriden : IV. Ueber 

Cobboldia elephantis. Wiener enlomol. Zeitung, VI, p. 217, 1887. 

24. FR. BRAUER, Ueber die aus Afrika bekannt geivordenen Oestriden 

und insbesondere ilber zwei neue von D r Holub aus Sudiifrika 
mitgebracMe Larven aus dieser Gruppe. Sitzungsber. der Kais. 
Akad. der Wiss. in Wien, math.-nat. Classe, CI, p. 4, 1892. 



Prix Dollfus 1892. Conformement a 1 article 59 du Reglemeiit, la 
Societe entomologique de France precede au vote sur les conclusions du 
rapport de M. H. Desbordes au nom de la Commission du Prix Dollfus, 
annee 1892 (voir le Bulletin pages xxi, xxn et xxm). 

Ge rapport, lu a la seance du 25 Janvier 1893 et imprime dans le Bul 
letin de la meme seance, propose aux suffrages de la Societe de de cerner 
le Prix Dollfus, annee 1892, a 1 ouvrage intitule : 

Faune analytique des Cole opteres de France, par L. Fauconnet. Au- 
tun, 1892. 

Soixante-sept membres frangais prennent part au vote, soil directe- 
ment, soil par correspondance : MM. 

E. Abeille de Perrin. G. Alluaud. A. Argod-Vallon. P. Armand- 
Delille. J. Azain. G.-A. Baer. D r R. Blanchard. Bouzereau- 
Malifert. Boyenval. E. Brabant. G. Brongniart. II. Gaillol. 



Seance du m fevrier 1893. cxxxvn 

A. Ghampenois. L. Chevalier. A.-L. Clement. J. Croissandeau. 

P. Dagum. - - F. Decaux. C. Delagrange. A. Delugin. 
H. Desbordes. M. Dolle. E. Donge. C. Dumont. L. FAIR- 
MAIRE. ~ J. Fallou. C. Finot. E. Fleutiaux. D r A. Fumouze. 

H. Gadeau de Kerville. J. de Gaulle. J. Gazagnaire. A. Giard. 

P. Grouvelle. D r F. Heim. E. Herve. C. Janet. J. de Joan- 
nis. G. Jourdheuille. J. Kunckel d Herculais. D 1 A. Laboulbene. 

A. Lamey. E. Lefevre. -- D 1 V. Lemoine. C. Leprevost. 
P. Lesne. A. Leveille. H. Lhotte. P. Mabille. P. Marchal. 
A. Nugue. G. Odier. E. Olivier. 1\. de la Perraudiere. M. Pic. 

H. Pierson. -- L. Planet. G.-A. Poujade. D r A. PUTON. 
E.-L. Ragouot. C. Key. M. Sedillot. R. Sudre. A. Thery. 
E. Traizet. J. Vachal. F. de Vuillefroy. 

Le depouillement dcs votes donne : L. Fauconnet 67 voix. 

M. le President proclame laureat du Prix Dollfus 1892 : M. L. FAU 
CONNET, membre de la Societe entomologique de France, pour son ouvrage 
intitule : Faune analijtique des Coleopteres de France. Autun, 1892. 



Banquet annuel. Le Banquet annuel commemoratif de la fondation 
de la Societe entomologique de France a eu lieu, le samedi 25 fevrier, 
chez Douix, cafe Corrazza, galerie Montpensier (Palais-Royal). 

Trente-cinq membres assistaient au Banquet : 

MM. E. Allard, C. Alluaud (de Limoges), - A. Argod-Vallon (de 
Crest), G.-A. Baer, D r R. Blanchard, E. Brabant (d Escan- 
doeuvres), -- C. Brongniart, A. Ghampenois, G. Ghardon (de 
Tulle), J. Croissandeau (d Orleans), P. Daguin, G. Delagrange, 
H. Desbordes, M. Dolle (de Laon), L. FAIRMAIRE, G.-A. Fau- 
vel, E. Fleutiaux, -- P. Francois, J. Gazagnaire, G. Janet 
(de Beauvais), A. Lamey, E. Lefevre, G. Leprevost, A. Le 
veille, P. Mabille, P. Nadar, .A.Nicolas (de Versailles), - 
G. Odier, E. Olivier (de Moulins), M. Pic (de Digoin), G.-A. Pou 
jade, M. Sedillot, A. Thery (de Philippeville), J. Vachal (d Ar- 
gentat), F. de Vuillefroy. 

Au dessert, le President, M. E. Lefevre, prononce les paroles sui- 
vantes : 

Mes chers Confreres, 
Permettez-moi de constater, avec une reelle et legitime satisfaction, 



c xxxvm Bulletin entomolocfique. 

1 empressemenl que vous avez mis a venir fe"ter aujourd hui, dans ce 
Banquet confraternel, le 61 e annivcrsairo de la fondation de la Societe 
entomologique do France. En vous remerciant tous, aussi chaleureuse- 
nipnt que possible, de cet empressemerit, je liens a rappeler une fois de 
plus comhien Fexcellento coutume qui nous reunit chaque annee a pa- 
reille epoque est de nature a resserrer les liens de solidarite, de sym- 
pathie et d estiine re ciproques qui unissent la grande famille des Ento- 
mologistes francais. 

Je ne veux pas, a cette occasion, m appesantirsur 1 etat prospere dans 
lequel se trouve notre chere Societe. Je ne pourrais que re peter ce que 
vous savez tons, et cet etat prospere, attestc par [ importance de nos 
Publications, par le nombre toujours croissant de nos Membres, vient 
d ailleurs d etre afflrme hautement, il \ a quelques jours a peine, par le 
succes de la seance du Congres, au cours de laquclle out ete faites, 
comme vous avez pu en juger, nombre de communications intcressantes 
et d une grande valeur scientifique. 

Je me bornerai a signaler a votre attention Tinteret qu il y aurait, je 
crois, pour la Societe, a organiser, cette annee et les annees suivantes, 
non seulement de frequentes promenades aux environs de Paris, mais 
encore une ou plusieurs excursions sur diflorents points de la France, 
comme cela se pratiquait autrefois, en compagnie de tant de nos savants 
confreres, notamment des Peyron, Senneville, Aube, Boisduval, Fair- 
maire, Fallou, Ghevrolat, Reiche, Brisout de Barneville, La lirulerie, 
Signoret, Bel Her de la Cbavignerie, Mabille et tutti quanti. Je ne puis 
en ce moment, vous le comprendrez, developper cette proposition, mais 
je compte le faire dans Puiie de nos prochaines seances, et j ose esperer 
qu elle sera favorablement accueillie. 

En terminant, j ai la conviction d etre votre interprete a tous en por- 
tant ce double toste : 

A la Societe entomologique de France ! 

A son President honoraire, M. Leon Fairmaire, que nous avons le 
bonheur de posseder cette annee parmi nous ! 

Le Secretaire, M. J. Gazagnaire, boitaux jeunes Entomologistes. II est 
convaincu qu ils assureront I avenir de la Societe, en lui donnant, 
comme les anciens J ont fait, de vouement et travail. II porte un toste 
a notre collegue M. L. Fauconnet, laureat du Prix Dollfus pour 1892, 
qui a bien servi Jes interets de la Societe, en publiant pour les jeunes 
eritomologistes sa Faune analytique des Coleopteres de France. 

M, L. Fairmaire remercie M. le President du toste qu il vient de lui 



Seance du 22 fe vner 1893. cxxxix 

porter. II boit a la prosperite de la Societe, a son President M. E. Le- 
fevre et aux organisateurs du Banquet : MM. M. Sedillot et P. Grouvelle. 

M. A. Le veille porte un toste a notre membre honoraire M. C. Brisout 
de Barneville, que la maladie a retenu loin de nous. 

M. E. Olivier rappelle qu il y a vingt ans qu eut lieu le premier 
Banquet commemoratif de la fondalion de la Societe : c etait le 28 fevrier 
1873. Nouveau venu a la Societe, il y assistait, Depuis, dit-il, beaucoup 
de ceux qui etaient a ce Banquet ne sont plus, et jo crois de mon de 
voir, dans la circonstance, de leur donner un souvenir. 

M. C. Brongniart portc un toste aux Membres des departements ; il 
transmet les regrets de notre collegue M. H. Gadeau de Kerville (de 
Houen), qui n a pu assister au Banquet. 

M. le President transmet aussi les vil s regrets de notre collegue 
M. J. Bourgeois (de Sainte-Marie-aux-Mines), qui, jusqu au dernier 
moment, espcrait venir n Paris feter 1 anniversaire de la Societe. 

M. H. Desbordes porte un toste a M. M. Maindron. M. M. Maindron 
s est souvenu de la date du Banquet ; il vient de lui ecrire et le prier de 
le rappeler au souvenir de ses collegues. 

M. G.-A. Poujade boit a la sante de nos collegues absents : MM. E. Si 
mon, J. Kiinckel d Herculais et P. Lesne. 

M. le D r R. Blanchard, au nom de la Societe zoologique de France, 
porte un toste a la Societe entomologique de France. II boit aussi aux 
voyageurs naturalistes des deux Societes, a ceux qui sont loin de nous 
et a ceux qui sont a la veille de nous quitter : MM. C. Alluaud et 
F. Francois, ici presents, dont les voyages seront certainement tres 
fructueux pour la Zoologie. 

M. G.-A. Baer dechire quelques papillottes a 1 occasion du Banquet, et, 
gentiment, avec a-propos, effleure 1 epiderme de ses collegues et amis, 
qui le remercient par leurs bravos. 

M. J. Groissandeau (d Orleans) lit une poesie humoristique intitulee : 
Trop d Insectes ! Un coup d Etat chez les Coleopteres. 

M. G.-A. Fauvel (de Caen) lit une poesie intitulee : Ca manque 

d Insectes. 

Finalement M. M. Pic (de Digoin) chante avec conviction les joies de 
1 Entomologiste qui chasse dans les boites des amis et des collegues, 
dans une amusante chansonnetle, qu il a intitulee : L Entomologiste fin 
de sii de. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



CXL Bulletin entomologiquc. 

Bulletin bibliographique 

Acade mie des Sciences (Comples rendus hebdomadaires des seances de V), 
1893, l er sem., n os 6 et 7. Q 

Academie des Sciences de Cracovie (Bulletin international), Janvier 
1893. 

American entomological Society (Transactions) , XIX, 3, 1892. G. H. 
HORN. The Eumolpini of Boreal America. W. J. Fox. Monograph 
of the North American species of Tachytes (I pi.). F. W. GODING. 
A Synopsis of the Subfamilies and Genera of the MembracicLv of 
North America. G. M. WEED. A preliminary Synopsis of the Har 
vest Spiders (Phalangiidae) of New Hampshire (fig. et pi.). G. H. 
TYLER TOWNSEKD. The North American Genera of Caly pirate Mus- 
cidas, III, IV, V. Notes on North American Tachinida?, with des 
criptions of new species, VII. 

Annals and Magazine of Natural History, ser. VI, XI, 61 et62, 1893. 
R. J. POCOGK. On some Points in the Morphology of the Arachnida 
(s. s.), with Notes on the Classification of the Group (2 pi.). H. M. 
BERNARD. Additional Notes on the Origin of the -Trachea? from Seti- 
parous Glands (fig.). On the Terminal Organ on the Pedipalp of 
Galeodes and the Discovery of a Homologous Organ on the Pedipalp 
of Phrynus. G. 0. WATERHOUSE. Some observations on the Month- 
organs of Diptera. W. L. DISTANT. Descriptions of Species of the 
Gicaden Genus Pwcilopsaltria. Notes on two Genera of Coreidae 
found in Madagascar. H. VIALLANES. Comparative Researches 
upon the organization of the Brain in the principal Groups of Ar- 
tropods. M. CAUSARD. On the Circulation of the Blood in young 
Spiders. -- A. BIRULA. A Contribution to the Knowledge of the 
Anatomical Structure of the Sexual Organs in the Galeodid*. 
R. J. POGOCK. Report upon the Myriopoda of the Challenger Expe 
dition, with Remarks upon the Fauna of Bermuda (pi.). A. E. MA- 
LARD. The Influence of Light on the Coloration of Crustaceans. 
C. J. GAHAN. On the probable Sensory Nature of the Appendix 
of the Antennas of Coleopterous Larvaa. J. WOOD-MASON. Natural 
History Notes from H. M. Indian Marine Survey Steamer Investi 
gator , ser. II, 1. On the Results of Deep-Sea Dredging during 
the Season 1890-91 (pi.). A. S. PACKARD. Aglia tau, a connecting- 
link between the CeratocampidaB and Saturniida 1 , and the Type of a 
new Subfamily Agliina?. B. T. LO\V\E. A Reply to some observa- 



Seance du 22 fe vrier 1893. CXLI 

tions on the Mouth-Organs of the Diptera. R. S. BERGH. On the 
Development of the Germinal Streak of My sis. F. HENNEGUY and 
P. THELOHAN. On a Sporozoa parasitic in the Muscles of the Cray 
fish. 

Cidre (Le) ct le Poire, IV, n 18, 1893. G. HEUZE. Causerie agricole. 

Entomologische Nachrichten, XIX, 4, 1893. VERHOEFF. M. Leon 
Dufour : Memoire pour servir a 1 histoire de 1 industrie et des 
metamorphoses des Odyneres ; iibersetzt und mit Anmerkungen 
versehen, I. KRIEGHBAUMER. Gryptidcn-Studien (Spilocryptus, 
Microcryptus). H. BEUTHIN. Ucber Varietaten pala3arktischer Cicin- 
delen. V. v. RODER. Ueber eine Berichligung des novum genus 
Brachyceraa. 

Entomologist s monthly Magazine (The), 343, 1893. A. E. EATON. A 
Synopsis of British Psychodidae (fig.). W. F. JOHNSON. Hemiptera 
in the North of Ireland. G. G. BIGNELL. Pimpla epeirx, n. sp. 
T. D. A. GOGKERELL. West Indian Coccidre. A. G. F. MORGAN. 
Aspidiotus palmx, n. sp. G. T. PORRITT. Description of the larva 
of Orthosia suspecta. Notes diverses. Notice necrologique de 
Westwood, avec portrait. Portrait de Stainton. 

Entomologist s Record and Journal of Variation, IV, 2, 1893. J. W. 
TUTT. The genus Xanlhia, with Notes on Variation, Habits and Affi 
nities (pi.). -- Scientific Notes. Notes on collecting. Current 
Notes. 

Insect Life, V, 3, 1893. Special Notes. The Glassy-winged Sharp 
shooter (Homalodisca coagulata Say), fig. M. E. MURTFELDT. The 
Osage Orange Pyralia (Loxostege maclur.v, n. sp., Riley), lig. 
T. D. A. GOCKERELL. The Food plants of some Jamaican Coccidaj. 
J. B. SMITH. The maxillary Tentacles of Pronuba (fig.). R. A. 
WIGHT. The Potatoe-tuber Moth (Lita solanella Boisd.). -- Food- 
plants of North American Species of Bruchus from our own Records. 
F. H. SCHITTENDEN. The Strawberry Weewil (Anthonomus signa- 
tus Say), fig. A. D. HOPKINS. Damage to Forest by the Destructive 
Pine Bark-beetle (Dendroctonus frontalis Zimm.). An interesting 
Water Bug (Renmatobates RUeyi Bergr.), fig. 

Kaiser lichen AJcademie der Wissenschaften (Sitzungsberichte), G, 8 a 10, 
1891 ; 1 a 6, 1892. D r F. BRAUER. Ueber die aus Afrika bekannt 
gewordenen Oestriden und insbesondere iiber Zwei neue voii 
D r Holub aus Siidafrika mitgebrachtc Larven aus dicser Gruppe 
(1 pi.). A. HANDLIRSCH. Monographie der mit Nysson und Rembex 



CXLII Bulletin entomologique. 

verwandten Grabwespen, VI (3 pi.). D r KAHL GROBBEN. Zur Kennl- 
niss des Slainmhaunies und des Systems dei Crustaceen (tig.). 
D r F. BHAUER. Ansichteu iiber die Gatlung Pachystylum Mcq. 
Naturalista Siciliano (II), XII, o, 1893. L. SPADA. Contribuzione alhi 
Fauna Marchegiana : I Lepidotteri iinora trovati nel territorio di 
Osimo. 

Naturaliste (Le), 15 fevrier 1893. L. PLANET. Larve et nymphe de 

Dytique (fig.). 
Nouvelles Archives du Museum d histoire naturelle, ser. Ill, T. IV, 1892. 

A. RAFFRAY. Recherches anatomiques sur le Pentaplatarthrux 
paussotdes. Coleoptere de la famillc des Paussides. 

Psyche, VI, 201, 1893. C. H. TYLER TOWNSEND. An interesting blood 
sucking Gnat of the family Chironomidce (pi.). L. E. HOOD. Hera- 
elides cresphontes. Ants breeding in and in. \V. F. HOLLAND. 
Descriptions of new species and genera of West African Lepido- 
ptera. W. H. ASMEAD. On the species of the genus Mirax found 
in North America. H. G. DYAR. Notes on the larval Stages of 
Arctia Blakei Grote. A Monograph of North American Tachinidae. 
- Entomological Notes. 

Reale Accademia dei Lincei (Atti), 1893, I, 2. Q 

Rev ue scientifiquc du Bourbonnais et du centre de la France, VI, 2, 1893. 

E. OLIVIER. Souvenirs d un naturaliste (pi.). 

Royal Society of South Australia (Transactions), XV, JI, 1892. 
J. G. 0. TEPPER. The Gryllacrids and Stenopelmatida? of Australia 
and Polynesia. Rev. T. BLACKBURN. Further Notes on Australian 
Goleoptera, with Descriptions of New Genera and Species, XII. 

XVI, I, 1892. 0. B. LOWER. Lepidoptera. Rev. T. BLACKBURN. 
Coleoptera. 

Royal Society (Proceedings), L1I, 318, 1893. E. J. ALLEN. Prelimi 
nary Account of the Nephridia and Body cavity of the Larva of Pa- 
L cmonetes varians. 

Societa enlomologica italiana (Bullettino), XXIV, 3, 1892. D i( S. BER- 
TOLINI. Contribuzione alia fauna treritina dei Coleotteri. T. TIIO- 
RELL. Novas species Aranearum a Cel. Th. Workman in ins. Singa 
pore collect*. D IC A. SELLA. Contribuzione allo studio dei Brentidi. 

E. FICALBI. Revisione delle sit cie europee della famiglia delle 
Zanzare. A. TARUIOXI-TOZZETTI. Cocciniglie nuove, critiche o poco 
note (fig.). C. PARONA. Larva di Dermatobia (Torcel) nell iiomo. 



Seance du %2 fevrier 1893. CXLIII 

Societas entomoloyica, VII, 22, 1893. D 1 F. RUDOW. Nachtliclier In- 
sektenfang. L. KROULIKOWSKY. Les Rhopaloceres du Gouveriiement 
de Wiatka (Russie orientate). F. RiiHL. Uebcr Bombyx lanestris L. 
und B. arbusculx Frr. F. SIKORA. Ueber die Tcchnik des Sarn- 
melns in den Tropen, Entomologie hetre(Tend. F. RIIHL. Die Ma- 
crolepidopteren-Fauna von Zurich und Umgebung. 

Societe d etude des Sciences naturelles de Reims (Bulletin), 11, 1, 1892. 

Proces-verbaux des reunions. -- Travaux. H. NININ. La Taupe. 

Est-elle utile ou nuisible ? 
Societe entomologique de BeJgique (Annales), XXXVII, 1, 1893. 

L. FAIRMAIRE. Note sur les Coleopteres du Clioa. P. MABILLE. 

Descriptions de Lepidopteres nouveaux. 

Societe linneenne du nord de la France (Bulletin mensuelj, XI, 243 et 244, 
1893. L. CARPENTIER. Contributions a la faune locale. 

Wiener entomoloyische Zeitung, XII, 1, 1893. E. REIT.TEH. Reperlo- 
rium meiner coleopterologischen Publicationen bis zum Schlusse des 
Jahres 1892, I. G. MAYR. Erganzende Beinerkungeu zu E. Was- 
mann s Artikel iiber springende Ameisen. F. WACHTL. Ein neuer 
Megustigmus als Samenverwiister von Pseudotsuga Douglasi Carr. 
(pi.). G. STROBL. Beitrage zur Dipterenfauna osterreichischen Lil- 
torale. E. REITTER. Zwei neue Anthracus- (Balnis) Arteu. 

Zoological Record. 1889, 1890, 1891. 



ALFARO (A.). Cn proyecto de Ley presentado al Gongreso nacional de 
Costa-Rica, 1892, Madrid, ID p. * Q 

BARGAGLI (P.). Escursioni nel Tirolo (Bull. Soc. bot. ital.), 1893, 8 p. * 
BREIGNET (F.) et R. BROWN. Contribution a la faune des Lepidopteres du 

sud-ouest de la France (Act. Soc. linn. Bord.), 1892, 45 p. * 
BROCCHI (P.). Note sur un Crustace fossile du calcaire grossier (Bull. 

Soc. phil.), 1876. 3 p. 
CANDEZE (E.). Elaterides recueillis par M. Modigliani dans 1 ile d En- 

gano, en mai et juin 1891 (Ann. Mus. civ. St. nat. Gen.), 1892, 6 p. * 
ID. Viaggio di Lamberto Dorianella Papuasia orientale : VI. Elaterides 

recueillis par M. L. Loria, en 1889-91, dans la Nouvelle-Guinee me- 

ridionale et regions voisines (loc. cit.), 1892, 5 p. * 
ID. Elaterides nouvoaux, V (Mem. Soc. roy. Sc. Liege), 1892, 76 j. * 



CXLIV Bulletin entomologique. 

CATTA. Essai sur quelques Crustaces erratiques (Bibl. EC. haul, et.), 

1876, 33 p., 2 pi. 
GHATIN (J.). Recherches sur le grand sympathique des Insectes, 5 p. 

Contribution a 1 etude de 1 armature buccale chez les Acarions, 3 p. 

(Bull. Soc. phil.), 1880. 
JAGOBY (M.). Supplementary Appendix to travels amongst the Great 

Andes of the Equator by E. Whymper. Goleoptera : Eumolpida?, 

1891, 7 p., 1 pi. 
JOUSSET DE BELLESME. Essai sur le venin du Scorpion (Bibl. EC. haut. 

et.), 1874,36 p., 1 pi. 
MABILLE (P.). Lepidoptera Madascariensia ; species nova? (Bull. Soc. 

phil.), 1879, 13 p. 
MILNE-EDWARDS (A.). Description d un Crustace fossile provenant des 

marnes d Aix (Caridina nitida) (loc. cit.), 1879, 2 p. 
ID. Notes sur les Grabes d eau douce de Madagascar (Bibl. EC. haut. et.), 

1872, 3 p. 

OUSTALET (E.). Sur I empreinte d une aile de Diptere, 3 p. -- Sur 
quelques Libcllules rapportees des iles du Cap-Vert, 3 p. (Bull. 
Soc. phil.), 1892. 

TYLER TOWNSEND (C. H.). An interesting blood-sucking Gnat of the fa 
mily Chironomidae (Psyche), 1892, 3 p., 1 pi. * 

ID. A general Summary of tlie known larval Food-habits of the Aca- 
lyptrate Muscidaa (Canad. Ent.), s. d., 7 p. * 

ID. A preliminary Grouping of the described species of Sapromyza of 
North America, with one new species (loc. cit.), s. d., 4 p. * 

ID. Biologic Notes on New Mexico Insects (loc. cit.), s. d., 8 p. * 

ID. Can the Diptera be considered the highest Insects? (loc. ciu), s. d., 
2 p. * 

ID. Catalogue of the Described South American species of Calyptrate 
Muscidie (Ann. N. Y. Ac, Sc.), 1892, 44 p. * 

ID. Notes on North American Tachinidae, with descriptions of new ge 
nera and species, VI (Canad. Ent.). s. d., 8 p. * 

ID. On biological Nomenclature (Science), 1892, 2 p. * 

A. L. 



Seance du 8 mars 1893. ;CXLV 

, i . ^ . . , - . . . - 

Keance du $ mars 1SO3 

Presidence de M. E. LEFEVRE 

MM. E. Abeille de Perrin (de Marseille) et Aloyse Bonnefois assistant 
a la seance. 

Correspondance. MM. Aloyse Bonnefois et L. Carpentier remercient 
de lenr admission, -/.-i 

M. le President donne lecture de la lettre suivante : 

Autun, 27 fevrier 1893, 
Monsieur le President, 

J apprends, par votre lettre, que la Societe entomologique de France a 
bien voulu, dans sa seance du 22 fevrier 1893, decerner le Prix Dollfus 
a mon ouvrage : Faune analytique des Cole opteres de France. 

G est une recompense bien superieure au merite personnel de mon 
oeuvre, et cette recompense m est d autant plus agreable et precieuse, 
qu elle m a ete accordee par le suffrage unanime de mes collegues, ce 
qui me prouve que j ai a peu pres atteint le but que je m etais propose : 
rendre plus faciles, plus interessants et attrayants les debuts, sou vent 
bien arides, de 1 Entomologie. 

J ai Fhqnneur de vous prier, Monsieur le President, de bien vouloir 
etre, aupres de mes collegues de la Societe entomologique, I interprete 
de ma vive gratitude et de ma profonde reconnaissance, et d agreer, 
vous-meme, 1 expression de mes sentiments les plus distingues. 

L. FAUCONNET. 

Excursion entomologique a Orleans. M. le President annonce 
que, sur sa demande, M. J. Groissandeau a bien voulu preparer une 
Excursion entomologique dans les bois des environs d Orle ans pour la 
journee du dimanche 26 mars. 

Quelques-uns de nos collegues doivent s y rendre. 

Ceux des membres de la Societe qui desireraient y assister doivent 
envoyer leur adhesion au Secretaire M. J. Gazagnaire, boulevard Port- 
Royal, 31, avant samedi 25 mars. 

On se rendra a Orleans dans la nuit de samedi. Le train qui part de 
Paris a 9 heures 35 comporte les trois classes et arrive a minuit 2 mi- 



JOUR.NAL BIMENSUEF. (Bulletin de la Societe entomol. de France), 1893, n 5. 



CXLVI Bulletin entomologitjirf. 

nutes a Orleans. On pourra se rendre directement a Fhotel Saint- 
Aignan. 

Les excursionnistes pouvent cependant Carder Icur libertc pour le 
depart, pour le logement et la nourriture. Le rendez-vous general est 
u Orleans, a I hotel Saint- Aignan, dimancbe -matin "a 6 heur.es,. pour 
FExcursion entomologique. 

Le retour a Paris aura lieu dans la soiree de.dimanche. . 

Admissions. 1 M. Emile Martin, naturalistc, rue Roy ale, 80, Orleans 
(Loiret). Col. de France. 

2 M. le professeur Nicolas Nicolaievitch ChavroflF, directeur de la 
Station se ricicole du Caucase, Tiflis (Russie.). ./. gen.; Le p,, pr. especes 
sericigenes. 

3 M. le D r Nicolas Alexandrovitch Cholodkowsky, professeur a 1 Ins- 
titut forestierde Saint-Pe tersbourg (Russiej. -Ent. gen.; Insectes nnisibles 
a la sylviculture. 

4 M. le D r Raphael Dubois, professeur de physiologic a 1 Univcrsite 
de Lyon, rue du Juge-de-Paix, 27, Lyon (Rhone). Physiologic ent. 

5 M. Louis Cornplou Miall, professeur de biologic au College do 
Leeds, Yorkshire (Angleterre). Ent. gen.; anatomie ent. 

6 M. A.-L. Montandon, directeur de la fabriquc Th. Mandrea et G ie , 
strada Viilor-Filarete, Bucarest (Roumanie). He mipt., pr. Heteropteres. 

Presentation. M. Boucomont, rue StelTen, 20, a Asnieres (Seine), 
Col., pre sente par M. G. Brongniart. Commissaires rapporteurs : 
MM. H. Lucas et P. Tertrin. 

Travaux e crits. M. le Secretaire depose, au nom de M. E. Fleutiaux, 
un memoire intitule : Etudes sur les Cicindelid.T, i re partie, parE. Fleu 
tiaux. 

Communications. M. L. Fairmaire pre sente les descriptions de . 
quelques Coleopteres de 1 Afrique septentrionale : 

Heteronychus cribratellus, n. sp. Long. 20 a 21 mill. Niger- 
rimus, nitidus, subtus cum pedibus plus minusve caslaneus ; capite dense 
rugoso, clypeo apice acute bidenlato, fronte transversim carinulata et 
medio levissime obtuse elevata ; prothorace amplo , sat dense undique 
punctato, angulis posticis rotundatis, basi hand marginata; scutello 
l.vvi, apice valde obtuso ; elytris postice levissime ampliatis, sat subtiltlcr 



Seance du 8 mars 1893. 

lineis punctato-geminatis, postice profundioribus impressis, intevvallis 
parum dense sat subtiliter punctatis, extus paulo rugosulis ; pygidia 
subtiliter sal dense punctato, apice fere Ixm; subtus parce punctatus, 
rufo-pilosulus, pedibus validis, crassis , femoribus posticis latissimis, 
tibiis anticis valde tridentatis, basi crenulatis et inter denies 1 et 2 uni- 
crenatis. Haute-Egypte. -i is<p. 

Je dois cet Insecte a M. Ch. Dcmaison; il est remarquable par sa 
ponctuation, sa forme trapue et ses pattes courtes et robustes ; la double 
serie des organes stridulauts sur le propygidium n est pas tres mar 
quee. 



, iiov. gen. Corpus ovatum, convexum, alatum, minute 
setulosum. Caput convexum, clypeus marginatus, leviier reflexus et fere 
rectus, oculi ylobosi, labrum sat late emarginatum, mentum antice late 
leviter sinuatum, palpi maxillares articulo ultimo elongalo. Antenme 
9-articulatx, articulo 3 elongato, clava sat elongata, trifoliata. Pro- 
thorax transversus, elytrorum basi paulo latior. Scittellum sat magnum. 
Abdomen breve, contraction. Cox. e omnes eontiguw, poster lores extus 
, metapleurx postice angustat.v. Pedes validi, tibix antiex 
, tridendat,T, tarsi modice graciles, sat breves, unguibus apice subtus 
fissis, anterioribus validius arcuatis et evidentius acute appendiculatis. 

Ce nouveau genre se rapproche des Lasiopsis, mais les tibias ante- 
rieurs sont fortement tridentes, les tarses sont assez courts, les crochets 
termiriaux sont fendus en dessous.; aux pattes anterieures, ils sont bien 
nettement appendicules.; 1 abdomeu est contracte. 

. H, Demaisoni, n. s p. Long. 6 mill. Oblongus, piceus, late- 
ribus rufescens, modice nitidiis, fulvo-pilosulus , pedibus antennisque, 
dilutioribus ; capite summo rugosulo-punctaio, infuscato, antice rufes- 
cente, punctulato et leviter biimpresso, ad marginem anticum fere l;vvi f 
sutura clypeali obsoleta ; protfiorace longitudine duplo latiore, antice a 
medio angiistato, dor so dense punctato- lateribus r ufescente, basiutrintfue 
subtiliter marginato, angulis posticis rectis; scutello dense punctato, 
obtuse ogivali; elytris post medium amp liatis,- apice abrupte rolundatis, 
fere truncatis, dense punctato-rugosulis , subtiliter striatulis; subtus 
cum pygidio densissime subtiliter punctatus, longius villosus, magis 
fuscus, pedibus dilutioribus. 

Get Insecte interessant a ete trouvc a H.-Rhira par M. Ch. Demaison 
a qui j en dois la communication. 

uov, gen. Qe no.uyea.u. geijrq a .une Brando aOinite. 



c XL viii Bulletin entomologique. 

avec les Oxycara dont il differe par une forme plus oblongue, le cor 
selet non elargi vers la base qui est notablement plus etroite que celle 
des elytres, par les elytres un peu rebordees a la base, plus angulees 
aux epaules, par le prosternum fortemeut sillonne entre les hanches, le 
mesosternum declive et triangulairement impressionne ; les pattes sont 
aussi plus grelcs, surtout les tarses qui no sont pas garnis de soies 
raides en dessous. 

A. biskrensis, n. sp. Long. 5 mill. Oblongo-ovata, con- 
vsxa, picea, parum nitida, prothorace, antennis pedibusque -piceo-rufls ; 
capite sat magno, dense punctato, ad oculos subtiliter plicatulo, clypeo 
truncato ; antennis prothoracis basin parum superantibus, articulo 3 
clongato, 4 ultimis prxcedentibus paulo lalioribus ; prothorace transverse, 
elytris angustiore, anlice leviter angustato, lateribus vix arcuatis, hand 
marginatis, dorso parum dense punctato, lateribus rugosulo, basi subti 
liter marginato, angulis sat obtusis ; scutello nullo ; elytris ad humeros 
rotundatim lobatis, ovatis, a medio postice angustatis, dorso parum 
dense sat fortiter punctatis, subtililer transversim cicatricosis, prosterno 
asperulo, calcaribus anticis arcuatis. 

Get Insecte se rapproche de Oxycara castanea par la forme du corselet, 
mais le corps est bien plus etroit, les elytres sont largement echancrees 
a la base et le sternum est different. 

J en possede un individu venant de Biskra, et notre collegue, M. M. Pic y 
en a trouve tin dans la meme localite. 

PHOEOTRIBON PULGHELLUM Kr. Cette espece egyptienne parait se re- 
trouveren Algerie, si je m en rapporte a un individu etiquete Oran? 
dans la collection Chevrolat. 

Scelosodis ustus, que j ai decrit de Mogador, me parait devoir rentrer 
dans le genre Phoeotribon. 

Hoplarion melambioide, n. sp. Long. 10 a 12 mill. Ovato- 
oblongum, sat convexum, fuscum, capite prothoraceque subopacis, elytris 
nitidulis, vage interdum plumbeis ; capite sat lato, rugoso, transversim 
leviter biimpreso, clypeo medio sat late leviter sinuate, utrinque rotun- 
dato; antennis br embus, prothoracis medium vix attingentibus, articulo 
3 elongato, ultimis 2 paulo rufescentibus ; prothorace elytris haud an 
gustiore, longitudine fere duplo latiore, lateribus rotundato, sat subtiliter 
densissime rugoso, basi fere recta, angulis anticis paulo prominulis, 
obtusis, posticis obtusis scutello brevissimo, punctato ; elytris ovatis, ad 
humeros obtuse angulatis, subtiliter parum dense granulatis, lineato- 



Seance du 8 mars 1893. 

punctatis, intervallis medio tenuiter costulatis, coslis subtiliter granu* 
latis ; pectore rugoso, abdomine dense punctato, pedibus scabratis, tibiis 
anticis valde bidentatis, dente apicali longiore, el inter dentes valde 
emarginatis. Hauls plateaux de la province d Oran, T. Blanches 
(D r Martin); Saida (D r Vosseler). 

Get Insecte ressemble a celui que j ai decrit sous le nom de Phijlax 
aspcrocostatus, mais il est plus grand, plus ramasse et ses tibias ante- 
rietirs sont conformes comme ceux de Hoplariitm tumidum, avec lequel 
il a peu de rjessemblance. II ressemble encore plus a Micrositus compaclus, 
qui doit rentrer dans le meme genre a cause de ses tibias anterieurs ; 
il en differe, outre la taille, par le corselet a ponctuation non striolec, 
mais tres rapeuse , a angles anterieurs bien plus saillants et par les 
elytres a lignes de points, ne formant pas de stries avec les intervalles 
fmement carenes. 

M. Ch. Brongniart communique une Note sur quelques types de 
Dipteres de la famille des Bibionides : 

A la suite d une note que j avais publiee au commencement de 
1 annee 1876 (1), relativement a un Diptere fossile des marnes tertiaires 
d Auvergne, j ai etc amene a revoir les types de Bibionides fossiles qui 
avaient ete decrits par Oswald Heer, par Uriger et par E. Oustalct. 

Oswald Heer avait cree les noms de Prolomyia et de Bibiopsis pour 
certains Bibionides des marnes d OEningen, de Radoboj et d Aix-en- 
Provence. 

Plusieurs auteurs, apres Oswald Heer, et je fus du nombre, ont fior- 
siste a decrire des especes fossiles de Bibionides sous le nom de Pro- 



En, avril 1878, en rcponse a une note critique de M. le D r A. Giard, 
parue dans le Bulletin scientifique du de partement du Nord, je publiai, 
dans ce meme Recueil, une notice dans laquelle je me suis efforce de 
montrer que les noms de Protomyia et de Bibiopsis, de Oswald Heer, 
devaient disparaitre de la nomenclature et que les Insectes qui avaient 
ete decrits sous ces noms devaient rentrer dans le genre Plecia. Le 
D r Loew s etait occupe de cette question, et Scbiner pensa meme que 
les Plecia et les Crapitula pourraient etre avantageusement re unis aux 

(1) Annalcsdes Sciences geologiques, T. VII, article 4, et Bulletin de la So- 
ci6te geoloyique de France, 3 e serie, T. IV, p. 559. 



* L Bulletin ctitomologique. 

Penthetria. Je me propose d examiner dans un travail ulterieur cette 
opinion, et, aujourd hui, je me contenterai de signaler une recente 
notice de mon ami S. H. Scudder (1), qui de crit quelques especes fos- 
siles. des couches tertiaires .du Colorado, 

Parmi les Dipteres, M. S. H. Scudder cree le nom de Mycetoph<rtm 
pour une empreinte fort Men c onservee qu il designe sous le nom de 
M. intermedius et dori.t il n a qu un specimen. II .range ce.type dans une 
sous-famille nouvelle (Mycetophxtinx), dans la famille des Mycetophi- 
lides. II rapproche son genre nouveau des Sciophilinx et des Myce- 
tobinw. 

Or, 1 examen du dessin qui accompagne son travail prouve que son 
Insecte fossile n est autre chose qu un Plecia representant, avec la plus 
grande nettete, tous les caracteres de la nervation que je rappellerai ici : 

La nervure sous-marginale, reliee a sa base a la marginale par une 
petite nervule transverse, aboutit au bord de 1 aile vers le second tiers. 

L externo-me diaire suit la sous-marginale et aboutit a la marginale un 
peu au dela de 1 extremite de la sous-marginale. De la partie infe rieure 
de 1 externo-mediaire se detache, vers son premier tiers, une nervure 
qui s abaisse d abord, qui se releve ensuite pour aboutir a 1 extre mite 
de 1 aile, et qui est unie a la mediane par une petite nervule transverse ; 
c est de la partie supe rieure de ce rameau que se detache une nervure 
speciale qui aboutit a la niarginale. Elle est plus ou moins courbe, lon- 
geant meme quelquefois le rameau dont elle. nail, 

Une petite nervule transverse, droite ou formant un angle, reunit a 
la. base rexterno-mediaire et rinterno-me diaire, .et de son milieu part 
la nervure mediane qui se bifurque. L interno-mcdiaire se detache de 
la nervule basilaire transverse et fournit egalement un rameau .qui, a 
sa base, s unit a la mediane par une petite nervule transverse. De la 
bfe de rinterno-mediaire se detache la nervure anale, et du point de 
jbiictiori.de .ces deiix , nervures part une nervule tres grfi le qui longe 
1 intcrno-mediaire. Enfin, de la base de 1 aile part la nervure axillaire, 
qui est tres courte: 

En suivant attentivement cette description de la nervation des Plecia 
avec le dessin de M. S. H. Scudder sous les yeux, on pourra facilement 
se convaincre que son interessant fossile se rapporte au genre Plecia et 

,(t) Jjomc Inserts of spe.cial. interest from Florissant and other points in the 
tertiaiies of Colorado and Utah (Bull. ,o/ U>e United States Geol. Suryey. n 9,3)"., 



Stance du 8 mars 1893 > cu 

est tres voisin de Plecia brevicollis, decrit par Oswald Heef sous le n oni 
de Bibiopsis et provenant de Radoboj (1). 

Mycetophxtus intermedius Scudder devra done s appeler Plecia inter 
media. 

Le Secretaire : J. GAZAGNAIRE. 



Bulletin bibliographique 

Acade mie des Sciences (Comptes rendus hebdomadaires des seances de V),< 
.1893, l er sem., 11 8. Q N 9. E. CHEVREUX et J. DE GUERNE. 
Cruslaces et Cirrhipedes commensaux des Tortues marines de la Me- 
diterranee. 

Agricultural -Gazette of N. S. Wales, III, 42, 1892. -^ A. SIDNEY OLLIFF. 
Recent entomological publication. ! General Notes, / //Js V/^isiS; 

Apiculteur (U), 1893, n 3. Compte rendu de deux etudes -envoyees 
par M. le D r Leon, professeur de Zoologie a 1 Universite de Jassy 
(Roumanie), a la Societe centrale d Apiculture et d Insectologie. 
.Les Gigales comestibles. A. WALLES. Les insecticides : Je tabac; 
le coaltar; le sulfure de potassium. Gomparaison du Murier dit 
du Tonkin etautres varietesdu Murier culti.vees en France* 

Association francaise pour I avancement des sciences. Session de Pan, 
1892. 

Boston Society of Natural History : 1 Memoirs, IV, 10 1892. 

2 Proceedings, XXV, 3.et 4, 1891-92. S. H. SCUDDER. The Ser 
vices of Edw. Burgess to natural Science. The Tertiary Rhyncho- 
phora of North America. 

Bulletin from the Laboratories of Natural History of the State University 
of Iowa, II, 3, 1893. H. F. WICKHAM. On the early Stage of three 
North American Goleoptera. Report of an entomological Recon- 
noissance of Southern Alaska. On lw/o Species of GoJeoptera in-: 
troduced from Europe. 

. .-;.- . ; >.r.?; .V. .!./ , . "" .v*i.li,V t*- . 

Bulletin ofliciel de r Exposition de Lyon, universelle, inter Rationale et 
coloniale, I, 2, 1893. 

(1) Ayant eu en communication les types d Oswald Heer, j ai pu dessiner a la 
chambre claire les especes de Protomyia et de Bibiopsis de crites dans son ou-- 
vhige ct me convaincre que toutes celles dont on pouvait bien voir la nervation 
appartenaient au genre 



CLII Bulletin entomologique. 

Entomologist s monthly Magazine (The), 346, 1893. \V. H. B. FLET- 
CHED. Notes on some Experiments in Hybridising Burnet Moths. 
J. W. DOUGLAS. Notes on some British and Exotic Coccidae (n 25), 
fig. J. J. WALKER. Entomological Notes from the Eastern Archi 
pelago. E. BERGROTH. Descriptions of some Rhynchota of Geogra 
phical Interest. Notes diverses. 

Feuilk des Jeunes Naturalistes, 11 269, 1893. R. MARTIN. Les especes 
franchises des Sericostomatines (Nevropteres). Notes et communi 
cations. 

Geological Survey of the State of New York, Albany, 1892, Paleontology, 
VIII. J. HALL et J. M. CLARK. An Introduction to the Study of the 
Genera of Palaaozoic Brachiopoda. Part. I. 

Iowa agricultural Experiment-Station (Bulletin), n 19, 1893. - H. OS- 
BORN. Report of Experiments and Studies in Entomology in Potato 
Stalk- Weevil (Trichobaris trinotata Say), fig. 

K. K. zoologisch-botanischen Gesellschaft in Wien(Verhandlungen), 1892, 
XLII, 3 et 4, 1892-1893. D r A. FOREL. Die Ameisenfauna Bulga- 
riens (5 pi.). D r FR. THOMAS. Alpine Miickengallen (2 pi., fig.). 
D r H. REDELL. Beitrag zur Lepidopteren-Fauna Siidtirols (fig.). 
A. F. ROGENHOFER. Neue Lepidopteren des K. K. naturhistorischen 
Hofmuseums (fig.). Ueberdie taschenformigen Hinterleibsanhange 
der weiblichen Schmetterlinge der Acrasiden. 

Naturaliste (Le), l er mars 1893. Cap. XAMBEU. Entomologie appliquee 
ii r Agriculture. 

New-York State Museum, Report 44, 1891. J. M. CLARKE. Notes on 
the genus Acidaspis (pi.). Note on Coronura aspectans Conrad 
(sp.), The Asaphus diurus Green (pi.). Observations on the Tera- 
taspis grandis Hall, The Largest Known Trilobite. J. A. LINTNER. 
Report of the State Entomologist (pi. et fig.). 

Nederlandsche Enlomologische Vereeniging (Verslag), 16 juillet 1892. 

Psyche, VI, 202. 1893. W. J. HOLLAND. Communal Cocoons and the 
Moths which weawe them (pi.). H. F. WICKHAM. On the attraction 
of Light for the two Sexes of Coleoptera. W. J. HOLLAND. Des 
criptions of new species and genera of West African Lepidoptera, II. 
A. P. MORSE. A melanistic Locust. N. BANKS. A new American 
Lacinius. H. G. DYAR. The larval Stages of Ichthyura multnoma 
Dyar. N. CHOLODKOWSKY. The Morphology and Philogeny of In 
sects. Westwood and Stainton -f-. 



Seance du 8 mars 1893. CLIII 

Revue scientifique du Bourbonnais et du centre de la France, VI, n 3, 
1893. O 

Revue des travaux scientifiques, 1892, XII, 7, 8 et 9. 

Rochester Academy of Science (Proceedings), II, 1, 1892. Q 

Schweizerischen entomologischen Gesellschaft (Mittheilungen), VIII, 10, 
1893. D r A. v. SGHULTHESS-REGHBERG. Tiphia picta, sp. n. aus 
Bulgarien. D r M. STANDFUSS. Ueber die Hybridation bei den In- 
sekten. E. FREY-GESSNER. Orthopteren gesammelt in Bulgarien 
von Hrn. Prof. D r A. Forel. Prof. ED. BUGNION. Resume des re- 
cherches de M. Jules Gonin sur la metamorphose des Lepidopteres. 
D r STIERLIN. Coleoptera Helvetia, 289-320. 

Sociedad cientifica Antonio Alzate (Memorias y Revista), VI, 5 et 6, 
1892-93. 

Sociedad espahola de Historia natural (Anales), XXI, 3, 1893. F. ME 
DINA. Formicides de Pozuelo de Galatrava (Giudad-Real). I. BOLI 
VAR. Lista de la collection de Crustaceos de Espafia y Portugal del 
Museo de Historia natural de Madrid. F. MEDINA. Nuevas especies 
de Vespidos de Espafia. 

Societas entomologica, VII, 23, 1893. G. FRINGS. Smerinthus populi 
Hermaphrodit. F. RUHL. Die Macrolepidopteren-Fauna von Zurich 
und Umgebung. D r F. RUDOW. Nachtlicher Insektenfang. 
F. RUHL. Lycsena Pheretes Hb., ab malayensisn. ab. L. KROULI- 
KOWSKY. Les Rhopaloceres du Gouvernement de Wiatka (Russie 
orientale). F. SIKORA. Ueber die Technik des Sammelns in den 
Tropen, Entomologic betreffend. F. RiiiiL. Ueber Bombyx lanes- 
tris L. und Bx. arbusculx Frr. 

Societas entomologica Rossica (Horse), XXVI, 1 a 4, 1891. A. JAKOW- 
LEW. Diagnoses Tenthredinidarum novarum ex Rossia europoaa, 
Sibiria, Asie media et confmium. J. PORTCHINSKY. Biologic des 
Mouches coprophages et necrophages (texte russe), fig. D r F. MO 
RA WITZ. Hymenoptera aculeata rossica nova. E. JAKOWLEFF. Ge 
neris Lethrus Scop. Species nova3 vel parum cognitae (fig.). 
J. PORTGHINSKY. Diptera europaea et asiatica nuova aut minus co- 
gnita, VII (pi.). R. E. JAKOWLEFF. Die Peritrechus-Aneu der 
russischen Fauna. A. SEMENOW. Note sur la subdivision du genre 
Lethrus Scop, et description de deux especes nouvelles. G. JA- 
GOBSOHN. Beitrag zur Systematik der Geotrypini (fig.). J. PORT 
CHINSKY. Lepidopterorum rossiae biologia : III. Coloration marquante 

JOURNAL BIMENSUEL (Bulletin de la Sociele entomol. de France), 1893, n 6. 



CLIV Bulletin entomologique. 

et taches ocellees, leur origine et leur developpement (fig.)- ~ 
G. JACOBSOHN. Analytische Uebersicht der bekannten Donacia- und 
Plateumaris-Anen der alien Welt. A. SEMENOW. De Brenthidacum 
genere novo palaBarctico. - - S. ALPHERAKY. Lepidoptera nova a 
Gr. Grum-Grshimailo in Asia centrali novissime lecta. -- H. CHRIS- 
TOPH. Arctia turbans, eine neue sibirische Art. G. JACOBSOHN. 
Conspectus specierum generis Haltica Geoffr. ex Asia media hu- 
cusque notarum. A. SEMENOW. Conspectus specierum generis 
Glaresis Er. Notae breves de quibusdam Melolonthidis. Ge 
neris Glaphyrus Latr. Species nova rossica. De genere Pseudo- 
chrysis m. 

Societe Linne enne du Nord de la France (Bulletin mensuelj, XXI, n os 245 
et 246, 1892. 

Societe nationale d Acclimatation de France, 1892. Enumeration des 
prix fondes par la Societe qui sont encore a decerner. (Offert par 
M. J. Fallou.) 

Universite de Paris (Bulletin mensuel), VIII, n 52, 1893. Q 



BOLIVAR (I.). Apuntes acerca de ios aparatos de pesca empleados a bordo 

de la Hirondelle por S. A. S. el Principe di Monaco (An. Soc. esp. 

Hist, nat.), 1891, 40 p., pi. et fig. * 

ID. Enumeracion de Ios Grilidos de Filipinas (loc. cit.), 1889. * 
ID. Especies nuevas 6 criticas de Ortopteros (loc. cit.), 1887, 26 p., 

Ipl. * 

ID. Diagnosis de Ortopteros nuevos (loc. cit.), 1890, 36 p., 1 pi. * 
ID. Les especes du genre Cyrtaspis Fisch. (Rev. d Ent.), 1893, 5 p. * 
ID. Orthopteres provenant des voyages de S. A. le prince de Monaco 

dans les archipels de Madere et des Azores (Bull. Soc. zool. Fr.), 

1892, 4 p. * 

CANDEZE (D r E.). Elaterides nouveaux, IV (Ann. Soc. ent. Belg.), 1889, 

47 p. * 
FAIRMAIRE (L.). Note sur les Coleopteres du Choa (Ann. Soc. ent. Belg.), 

1893, 42 p. * 

ID. Description de quatre especes nouvelles du genre Rhyparus Westw. 

(Scarabaeida? : Coprini) (Not. Leyd. Mus.), 1893, 3 p. * 
GIARD (A.). Nouvelles etudes sur le Lachridiuin acridiorum Gd., Cham- 



Seance du 22 mars 1893. CLV 

pignon parasite du Griquet pelerin (Rev. gen. Bot.), 1892, 7 p., 
ipl. * 

GUERNE (J. DE). Association britannique pour 1 avancement des sciences, 
Congres d Edimbourg (aout 1892) : Compte rendu des travaux de la 
section de Biologic (Rev. gen. Sc. pure et appl.), 1892, 14 p. * 

MEUNIER (FERNAND). Apercu des genres de Dolichopodidoe de PAmbre, 
suivi du Catalogue bibliographique des Dipteres fossiles de cette re- 
sine (Ann. Soc. ent. Fr.), 1892, 8 p., iig. * 

Pic (M.). Sur les Tomoderus Laf., Cole opteres de la famille des Anthi- 
cides (Rev. sc. Bourb.), 1892, 3 p. * 



A. L. 



Seance du 22 mars 1993 

Presidence de M. E. LEFEVRE 

M. M. Pic (de Digoin) assiste a la seance. 

Correspondance. MM. le D r R. Dubois et L. C. Miall remercient de 
leur admission. 

M. M. Pic signale a la Societe qu il vient d acquerir la collection 
de Coleopteres de hotre regrette collegue C.-E. Leprieur. 

II annonce qu il va partir dans quelques jours pour 1 Algerie, en vue 
de poursuivre ses recherches entomologiques. 

Admission. M. Antoine Boucomont, avocat, rue Steffen, 20, Asniercs 
(Seine). Col. 

Travaux e crits. M. le Secretaire depose, au nom de M. G. Janet, un 
travail intitule : Note sur la production des sons chez les Fourmis et sur 
les organes qui les produisent, par G. Janet. 

M. A. Grouvelle depose un travail intitule : Voyage de M. E. Simon 
a I ile de Ceylan (Janvier et fe vrier 1892} : Nitidulidx, Colydiidx, Rhy- 
sodidx et Cucujidx, par A. Grouvelle ; Temnochilidx, par A. Leveille. 

Communications. M. A. Handlirsch (de Vienne) envoie les descrip 
tions de deux especes nouvelles de Gorytes (Hymenopleres fouisseurs) 
d Alge rie : 



CLVI Bulletin entomologique. 

Gorytes Gazagnairei, n. sp., <$ ?. G. punctuoso affinis et si- 
milis. Corpus robustum. Oculi versus clypeum distincte magis conver- 
gentes. Margo anticus clypei in mare lateribus valde sinuatis. angulis 
lateralibus barba brevi sed distinctissima instructis. Antennx maris 
crassiores quam in G. punctuoso, imprimis in parte apicali, articulo 
quinto, octavo et nono infra valde prominentibus. Antennw feminx dis 
tincte clavatx, fere ut in G. punctuoso constructs. Thorax satis crasse 
et crebre punctatus, segmento mediali rugoso-punctato, area mediana Ion- 
gitudinaliter oblique rugosa. Mesosternum in mare dentibus magnis dis- 
tinctissimis lateralibus armatum, in femina denticulis vix conspicuis. 
Alx anticse in parte radiali macula fusca multo obscuriore quam in 
speciebus afjinibus instructs, venis cubitalibus et discoidalibus basim 
versus plus minusve infumatis. Abdominis segmentum primum valde 
convexum et minus dense et crasse punctatum quam secundum. Segmenta 
ventralia distincte magis convexa quam in G. punctuoso. Segmentum 
ventrale sextum maris valde convexum, fere tuberculatum. Corpus ni~ 
grum, orbitis anticis in mare latis, in femina angustis y clypeo (in tf toto f 
in $ solum margine superiorej, margine pronoti cum callis humeralibus, 
macula mesopleurali maris, fascia scutelli fasciisque in segmentis dorsa- 
libus quatuor anticis, quarum ultima in lateribus plus minusve abbre- 
viata est, saturate flavis. Antenna nigrx, scapo infra in mare flavo, in 
femina ferrugineo. Pedes obscure ferruginei, basim versus nigricantes. 
Long. corp. ? 8,5 mill., J 10 mill. 

Gette belle espece a ete trouvee par M. J. Gazagnaire a Nemours, en 
Algerie, vers la fin du mois d avril 1888 ; elle appartient a un groupe 
naturel d especes repandues dans la region mediterraneenne et dans une 
partie de 1 Amerique du Nord. 

Le male se distingue facilement des especes voisines (G. punctuosus, 
latifrons, etc.) par la forme des antennes, du clypeus et surtout par 
la dent mesosternale ; la femelle par les ailes d une couleur bien plus 
foncee et par la face superieure de Fabdomen, qui est moins grossiere- 
ment ponctuee que chez G. punctuosus. 

Je dedie cette espece a M. J. Gazagnaire. C est un souvenir cordial de 
mon sejour a Paris en 1890, qui m a ete rendu si agreable par 1 aimable 
accueil des Entomologistes fran^ais. 

Gorytes Fairmairei, n. sp., rf. G. mystaceo L. affinis sed dis 
tincte gracilior. Antennarum flagelli articuli distincte breviores quam in 
G. campestre, multo breviores quam in G. mystaceo. Segmenti medialis 
area mediana distincte longitudinaliter rugosa. Alx valde lutescentes. 



Seance du 22 mars 1893. CLVII 

Tarsorum anticorum articulus secundus, tertius et quartus breves et 
distinctissime dilatati, longitudine multo latiores ; articulus ultimus 
maximus cochleatus, oblongus et infra excavatus. Tarsi intermedii 
anticis similes sed distincte minus dilatati, articulo ultimo cochleato 
minore articulo primo tribus sequentibus longiore, distincte curvato. 
Tarsi postici graciles, articulo ultimo cochleato sed distincte minore quam 
in tar sis anticis et intermediis. Abdominis segmentum ventrale secundum 
a latere visum angulose productum, foveis nonnullis sat magnis pr%- 
ditum. Corpus wqualiter et mediocriter punctatum, sat sparse fusco pilo- 
sum, nigrum, clypeo, anlennarum articuli primi apice, margine pronoti, 
callis humeralibus, fascia metanoti, fasciis latis segmentorum dorsalium 
quatuor anticorum, maculis magnis in medio marginis postici segmenti 
dorsalis quinti et sexti, fasciis angustis plus minusve interruptis segmenti 
ventralis secundi, tertii et quarti flams; pedes nigri, tibiis tarsisqueflavis, 
articulis ultimis cochleatis nigris. Long. corp. 10 mill. 

M. J. Gazagnaire a trouve cette espece, facile a distinguer do toutes 
les autres par la forme du dernier article des tarses, a Tlemcen, en 
Algerie, au mois de mai 1888. 

Je prie M. L. Fairmaire d en accepter la dedicace ; c est avec plaisir 
que je lui temoigne mon respect et ma reconnaissance. 

M. J.-M.-F. Bigot envoie les deux notes suivantes, en reponse aux 
critiques faites par MM. F.-L. Arribalzaga et J. Mik : 

1 Le savant dipteriste F.-L. Arribalzaga vient de publier, dans les 
Anales de la Soc. Cientifica Argentina (Buenos-Ayres, 1892), un impor 
tant memoire concernant le groupe des Syrphides de la Republique Ar 
gentine. 

Or, fidele aux principes que je me suis imposes, je n entends pas le 
critiquer dans son ensemble ni dans ses details, me bornant uniquement 
a ce qui me concerne, c est-a-dire a mes travaux anterieurs. 

Ge memoire contient un assez grand nombre de synonymies etendues, 
dont on ne donne ni les motifs determinants, ni les explications, et qui, 
j ose le dire, me semblent tout a fait hasardees (car, on nesaurait guere 
etablir de synonymic rigoureuse que d apres la vue et la comparaison 
des Types}. 

Done, contre elles, je me permets de protester jusqu a plus ample 
information, ne les acceptant pas a priori, et pour ainsi dire les yeux 
fermes ! 

L auteur, sans appuyer ses citations sur les moindres preuves, recuse 



CLVIII Bulletin entomologique. 

plusieurs des genres de ma fac.on, qui ne valent, certes, ni plus ni 
moins que la plupart de ceux crees ou adoptes par les auteurs anciens 
et modernes ; tels les genres Ancylosyrphus, Ischirosyrphus, Asemo- 
syrphus, Eurymyia, Doliosyrphus et Atemnocera; d autre part, il adopte 
certains genres, a mon avis, sans valeur : Mesograpta ou Mesogramma 
(Loew), Allograpta et Catabomba (Osten-Sacken). 

Enfin, tou jours sans accompagner ses synonymies d aucune discussion 
qui puisse justifier ses eliminations, il ne considere pas comme valables 
les especes par moi decrites et denommees : Melanostoma pruinosa, 
Priomerus scutellatus, Temnocera fulvicornis et andicola, Phalacromyia 
argentina, Spazigaster bacco ides. Doliosyrphus scutellatus, Eristalis 
rufoscutatus. 

Malgre toute la deference que jo dois a 1 auteur el a son savoir, je 
crois, dis-je, devoir protester ; c est Tunique objet de la presente note. 

2 Je lis dans Wiener entomol. Zeitung (XII, Jarhrg. II Heft., 1893, 
p. 85) une tres breve et beaucoup trop succincte analyse de mon me- 
moire sur le groupe des Bombylidi (voir-Arm. Soc. ent. France, 1892, 
p. 321-356), due a la plume du savant critique J. Mik, et re digee, dans 
son laconisme, avec 1 extreme seve rite dont mes modestes travaux ont 
habituellement le privilege. 

Dans la susdite critique, rien ne motive, rien n explique ses appre 
ciations. Suivant ses dires, j aurais commis nombre d erreurs et de 
contradictions, Widerspruche (ou done ces contradictions ?}. Heureuse- 
ment pour moi, ce ne sont pas la paroles d oracle, et j attendrai, pour 
les comprendre et y repondre, de plus complets developpements. 

Toutefois, si j ai omis le genre Nectaropota (Philippi), j ai commis une 
erreur aisement reparable. J ai omis pareillement le genre Popsia 
(A. Costa), que je ne connaissais pas quand j ai re dige mes tableaux 
synoptiques, et dont mon savant critique ne parle pas. 

M. F. Meunier (de Bruxelles) envoie les descriptions de deux An- 
thomyinse (Dipteres) nouveaux du Tyrol : 

1. Spilogaster Meadei, n. sp. 3. 8 mill. (long, alairc, 6 mill.; 
larg. 4 mill.). 

Tete ceadree, a reflets noiratres. Peristome bien garni de petit ma- 
crochetes. Sommet des palpes densement cilie. Dessous de la tete entie- 
rement cilie, les cils noirs. Troisieme article des antennes deux fois 
aussi long que le deuxieme ; ce dernier fortement cilie en dessus. Ghete 



Seance du 2% mars 1893. CLIX 

mediocrement plumeux. line tache triangulaire blanche au-dessus des 
antennes. Yeux cloignes (1 mill. 1/2). Bande frontale noire, cendree le 
long des yeux. De chaque cote, une bande de macrochetes longs. Vertex 
cendre, les trois ocelles bien visibles. 

Thorax cendre, a trois bandes noires ; la mediane plus visible que 
les deux autres. Derriere [ impression transversale du thorax, de 
chaque cote, deux bandes de macrochetes emergeant de points bien 
saillants. Au milieu, deux bandes de petits macrochetes qui sortent 
de points de mediocre diametre. Ecusson du thorax cendre ; au dela 
du milieu, quelques macrochetes, les deux macrochetes du bout beau- 
coup plus forts. 

Abdomen cendre, a large bande longitudinale de couleur noire. Seg 
ment basal et premier segment cendres. Bord anterieur des deuxieme, 
troisieme et quatrieme segments, avec une tache noire ayant la forme 
d un arc de cercle. Tout 1 abdomen cilie. Bord posterieur des segments 
tin a trois avec des macrochetes longs, mais de mediocre grosseur. 
Quatrieme segment irregulierement pourvus de macrochetes. Dessous 
de I abdomen noir, legerement cendre, cilie. 

Pattes noires. Hanches anterieures garnies de forts macrochetes. 
Guisses bien ciliees. Dessous des tibias posterieurs longuement cilie, le 
dessus tres fmement. Vers le metatarse posterieur, en dessus, un macro- 
chete. 

Ailes hyalines. Nervures jaunatres. Deuxieme nervure transversale 
bisinueuses. Cuillerons blancs, de grandeur mediocre ; 1 interieur de- 
passant tres distincternent le superieur. Tige des balanciers jaunes. 
Massue obscure. 

Feldkirch (Autriche). Cette espece a ete capturee par le Rev. Pere 
H. Klene. 

Je dedie cette espece au savant dipteriste M. le D r R. H. Meade, qui a 
eu 1 obligeance de 1 examiner. 

2. Trichopthicus tyrolensis, n. sp. ?. 10 mill. (long, alaire, 
8 mill.; larg. 4 mill.). 

Tete rentree, a reflets noiratres. Epistome proeminent. Peristome 
garni de macrochetes longs. Gavite buccale carree. Dessous de la tete 
cilie. Deuxieme article des antennes cilie en- dessus, troisieme plus 
grand que le deuxieme et rond a 1 extrcrnite. Ghete a peine epaissi 
jusqu au milieu de sa longueur, tres courtement poilu. Un point trian 
gulaire blanc a la base des antennes. Pipette longue. Palpes densement 
cilies. Bande frontale tres large, noire, cendree autour des yeux. Les 



CLX Bulletin entomologique. 

deux rangees de macrochetes sont bien visibles. Vertex a tache trian- 
gulaire cendree. Le derriere de la tete assez eparsement cilie. Les polls 
des yeux assez courts, de couleur claire. 

Thorax noir, legerement cendre, a trois bandes longitudinales noires, 
faiblement cendre es. Tout le dessus du thorax assez brillant. Apres 
1 impression transversale, de chaque cote et assez rapprochee du milieu 
du thorax, uiie rangee de macrochetes emergeants de points saillants. 
Entre ces deux rangees, a une certaine distance du scutellum, deux 
macrochetes. Enfin, tout a fait a l exte rieur, il y a encore deux autres 
rangees de macrochetes, qui partent de points beaucoup plus petits. Scu 
tellum du thorax noir, a reflets cendres. Toute la surface est inegale- 
ment cilice et, au bout, il se trouve deux longs macrochetes, ainsi que 
deux autres aux trois quarts de la longueur. 

Abdomen noir, a leger reflet cendre. Le segment basal et le premier 
segment courtemenl cilies. Tout le reste de 1 abdomen a cils courts- 
Bord poste rieur du deuxieme segment avec de petits macrochetes. Le 
milieu du troisieme segment avec des macrochetes et ceux de son bord 
posterieur forts, longs. Dernier segment irregulierement pourvu de longs 
macrochetes. Dessous de 1 abdomen cilie. 

Pattes noires. Hanches anterieures avec des macrochetes bien visibles. 
La partie des cuisses anterieures qui avoisine les hanches est ciliee ; le 
reste est muni de macrochetes en dessous. Au-dessus, seulement 
quelques macrochetes. Tibias et larses anterieurs courtement cilies des 
deux cotes. Tibias posterieurs avec quelques macrochetes assez courts 
et irregulierement places des deux cote s. Les cils du metatarse poste 
rieur, et des autres articles, plus forts en dessous que ceux situes aux 
memes endroits pour les deux autres paires de pattes. Le dessus est 
courtement cilie. 

Ailes hyalines, tres legerement brunatres ; la base d un jaune sale. 
La premiere nervure longitudinale plus forte que les autres. Nervure 
transversale anterieure quelque peu epaissie. Deuxieme transversale 
distinctement sinueuse. Bord anterieur de 1 aile courtement, mais dis- 
tinctement cilie et muni de deux pointes egales. Guillerons blancs, a 
bordure jaune. Balanciers d un brun obscur. 

Gette espece a e te soumise a M. Meade. 

Feldkirch (Autriche). Gette espece a e te prise par le R. P. H. Klene. 

Le genre Trichopthicus de Rondani se separe tres nettement des La- 
siops de Meigen par la grandeur des cuillerons. G est aiissi 1 opinion de 
Kowarz, dans sa Monographic des especes du genre Lasiops, et de 
M. Meade dans son travail sur les Anthonomyinx de PAngleterre. 



Seance du 22 mars 1893. CLXI 

M. M. Pic (de Digoin) decfit deux Coleopteres nouveaux : 

1. Dasytes Delagrangei, n. sp. Noir bronze brillant, mode 
rement allonge cT, un peu oblong $, legerement convexe et herisse de 
polls noirs assez nombreux; une bande mediane aux e lytres, large, a 
duvet gris, parseme de points denudes. Tete a ponctuation moderement 
forte, creusee sur le front. Antennes courtes (un peu plus longues et 
plus minces cT), a articles courts, bien dentees sur quelques premiers 
articles. Prothorax transverse, non sillonne, convexe, un peu moins 
large que les elytres, bien retreci en avant, arrondi et elargi en arriere, 
a ponctuation peu marquee. Elytres subparalleles cf, un peu elargis en 
arriere $, arrondis a 1 extremite, fmement et densement ponctues, avec 
des lignes longitudinales de points eleves lisses; ils sont d un noir 
bronze et orne s d une bande mediane et quelquefois d une tache apicale 
de duvet gris. Tarses grSles, un peu moins longs que les tibias, a 
i er article grand, 2 e et 3 C a peu pres egaux, 4 e etroit et Ires court, 
5 e long. Dessous du corps assez pubescent de gris. Long 4 1/2 a 
5 1/2 mill. 

Haute Syrie (Gh. Delagrange). 

Rappelle un peu Dasytes griseus Kiist. Remarquable par ses longs poils 
dresses, sa bande de duvet large et nette, ses points denudes sur les 
elytres et par sa forte taille. Chez les exemplaires frottes, la bande ely- 
trale grise est presque effacee et les poils du dessus du corps sont en 
grande partie enleves. 

2. Anthicus escorialensis, n. sp. Court et large, entierement 
noir, peu brillant, avec les tibias et les tarses vaguement brunatres. 
Tete grosse, large, carre e, a ponctuation tres forte, peu serree. Antennes 
moderement longues et greles, foncees, presque filiformes, a dernier 
article long, en pointe. Prothorax court et large, un peu dilate et bien 
arrondi en avant, a ponctuation forte, assez dense. Elytres courts et 
larges, couvexes, a pubescence d un gris jaunatre, courte, et ponctua 
tion forte et peu e cartee. Pattes courtes et assez fortes, foncees, avec les 
tarses et les tibias a peine brunatres. Long. 2 1/3 mill. 

Espagne : Escorial (coll. Pic). 

Moins allonge, plus trapu que A. angustatus Curt. Tres voisin de 
forme de A. luteicornis Sch., avec la coloration des membres plus 
fonce e, la ponctuation plus forte, la tete plus grosse. A. Lubbocki Woll., 
du meme groupe, est d une forme un peu plus allongee, d une colora 
tion un peu plus claire, avec la tete arrondie en arc de cercle en 
arriere. 



CLXII Bulletin entomologique. 

M. E. Abeille de Perrin (de Marseille) envoie les descriptions de 
quatre nouvelles especes de Malachiidae : 

{. Malachius diversipes, n. sp. Flavo-rufus, capite fore ex- 
cepto) in antennis linea superna, thoracis lata vitta media, macula bre- 
vissima in elytris basalt, ventre, pedibusque ultimis, xneis. c?. Elytris 
apice integris ; 1 antennarum articulo cylindrico incrassato. Long. 
vix 5 mill. 

c?. Avant-corps brillant, elytres mats, pubescence blanche, entremelee 
de soies rigides noires. Corps assez allonge. Tete a pen pres de la lar- 
geur du corselet ; front assez fortement impressionne transversalement, 
assez large entre les antennes, ou il n est nullement carene, construit 
sur un plan beaucoup plus eleve que celui de 1 epistome, qui est brus- 
quement enfonce et uniformement convexe, d un bronze verdatre j usque 
sous les yeux, ou cette couleur s arrete carrement ; le devant du museau 
jaune, palpes compris ; sommet des mandibules noir. Antennes attei- 
gnant a peu pres le premier tiers des elytres ; l er article fortement 
epaissi, subcylindrique, non sinue en dessous, un peu plus epais a sa 
base, moiiis de deux fois plus long que large ; 2 e court, noueux ; 3 e et 
suivants obconiques, fortement evides par dessous et a sommet prolonge 
assez aiguement, rouges, avec le dos de tous les articles e troitement me- 
talliques, le l er largement de cette couleur par dessus. Corselet trans 
versal, a angles tres arrondis, metallique, a cotes irre gulierement et 
e troitement rougeatres, jaunatres anterieurement, cette couleur se pro 
longe tres e troitement sur tout le rebord anterieur. Elytres mats, d un 
roux jaune, entiers au sommet, orne s d une tache basale circa-scutellaire 
re duite a deux fois la longueur de Tecusson. Corps metallique par des 
sous, sauf le bord des segments qui est jaune. Pattes de cette derniere 
couleur ; un trait sombre sur les aretes supe rieure et infe rieure des 
cuisses intermediaires, sur la base des me mes tibias et sur le dos des 
memes tarses; pattes posterieures sombres, un peu rougeatres par 
dessous. 

?. Inconnue. 

Perse (Musee de Vienne). 

Cette espece est tres voisine de mon M. flammeus, le seul de mon 
l er groupe (cardinales) qui ait les antennes en grande partie rouges. 
Elle differe de cette espece par son front large entre les antennes, ou il 
n a pas de carene, bombe, puis brusquement de prime a 1 e pistome, par 
son i er article antennaire epais, court, nullement evide par dessous, par 
tous les autres taches en dessus, par le corselet largement metallique 



Seance du 22 mars 1803. CLXIII 

au milieu, brillant, ainsi que la tete, par la tache scntellaire transver- 
salc et non triangulaire. Tous les autres Malachii cardinales de ma 
l re subdivision (corselet borde lateralement de rouge) ont les antennes 
noires. 

2. Malachius guttifer, n. sp. Viridi-obscurus, capite antice, 
elytrisque apice, testaceis, hisrufis, macula lata basali xnea, juxta su- 
turam descendehte, dein ad ejus medium in forma crucis dilatata. Tho- 
racis lateribus quoque rufis. tf. Latet. Long. 7 mill. 

cT. Inconnu. 

?. Vert obscur, peu brillant, a pubescence grise couchee, melee de 
poils noirs herisses. Corps large. Front transversalement impressionne 
entre les yeux, avec une fossette au milieu; devant de la te*te jaune 
au dela de 1 insertion des antennes, cette couleur s avangant en pointe 
vers le front entre celles-ci ; palpes noirs, ainsi que la derniere moitie 
des mandibules et une raie transversale fine a I intersection de 1 epi- 
stome et du front. Antennes noires, ne depassant guere la base du cor 
selet, assez epaisses, a articles en forme de triangles allonges, dont 
Tangle apical externe est obtus chez les 3 e et 4 e et tres aigu chez les 
suivants; deuxieme article court, noueux. Corselet transversal, a angles 
tres arrondis, depourvu de soies herissees, vert obscur, avec les cotes 
assez largement rouges, entames, vers leur milieu, par la couleur fon- 
ciere. Elytres larges, rouges, avec deux traces de cotes longitudinales ; 
leur angle apical interne largement jaunatre ; une tache basale d un bleu 
fonce embrassant le calus humeral sans atteindre le bord exterrie, deux 
fois environ de la longueur de 1 c cusson, longeant ensuite les cotes de 
celui-ci, puis la suture jusque vers la moitie de celle-ci, ou elle s e largit 
subitement en forme de croix a branches coupees presque droit en 
dessus et en dessous. Pattes et dessous me talliques. 

Perse (Musee de Vienne). 

Si ce n etait les cotes rouges du corselet, on prendrait cette espece 
pour la femelle de M. Fausti, qui a, comme elle, une goutte plus pale 
au sommet des etuis et deux cotes plus prononcees sur ces organes. 
Mais est-il possible d admettre que les cotes du corselet deviennent lar 
gement rouges, que la tache elytrale s e largisse ainsi crucialement, enfm 
que les antennes passent au noir complet? Quoi qu il en soil, si ce 
n est qu une remarquable variete, elle est aisee a separer du type. 

Dans la subdivision I de mo