Skip to main content

Full text of "Scènes comique dan la forêt"

See other formats


Purchased by the 

Mary Stuart 
Boor Futsd 
FoundedA.D. Î893 
Cooper Union Library 



( 



L'ŒIL CREVÉ 2 




— Oui,, j'ai eu un œil crevé le jour de l'ouverture de la chasse. 

— Si tu sommeilles au pied de cet arbre, tu vas te faire crever l'autre ! 

— Sois tranquille, je ne dors que d'un œil. 



AU COIN DU BOIS 



3 





IvE Canard. — Bravo ! Tu as trouvé le moyen de sortir en bateau de ton terrier.. 
IyE IyAPiN. — Oui, je n'ai pas les deux pieds dans le même sabot ! 



. Tu es dégourdi, toi. 





Ou l'ascenseur improvisé. 



LE RENARD ET LE CORBEAU 6 




Si votre ramage ressemble à votre plumage, Le corbeau prend le fromage dans sa patte LE Renard. — Zut!... Il a lu La Fon- 
Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois. et se met à chanter. taine !!! 



4 



/ 




— A merveille... maintenant nos ennemis peuvent rôder près du terrier. 



OURS ET SANGLIER 9 




I,eSanguer. — Sapristi, quels boutoirs ! Vous faites concurrence aux sangliers? 
I/Ours. — Mais non : c'est une chèvre que je ne peux pas arriver à digérer. 



/ 




— Comme tu as grandi, mon vieux mille-pieds? 

— Oui, je ne suis plus un bébé... il y a longtemps que je ne marche plus à quatre pattes ! 



LA GRENOUILLE, LE CANARD ET LE VIEUX LAMPION 




La Grenouii^e. — Un trou, je suis sauvée ! L,E Canard. — Je la tiens... 




L'ACCIDENT DE CHASSE 



12 




IvB I/Apin.^ — Ça, c'est un bon chien : quand il a vu que son maître me visait, il s'est placé entre le fusil et moi 

et c'est lui qui a reçu les petits plombs ! 




I/E Renard. — 



Mais moi, je suis un rude lapin ! 




Ive pauvre petit mulot se lamente parce qu'il 
est tombé de son trou. 



Quatre braves escargots de Bourgogne 
improvisent une échelle... 



. qui permet à l'imprudent mulot de 
regagner le logis paternel. 



I 



4# 



FAÇON DE PARLER 



15 




— Ça va ce matin, le ver? 

— Très bien... j'ai toujours bon pied, bon œil ! 




Poétique idylle. 



/ 



AU FOND D'UN BOIS 



18 





Le passage de la rivière à pied sec. 




JëAnnot, — Ne cours pas si vite, mon vieux Médor... tu pourrais ramasser une pelle ! 




I,a piste perdue. 



L'ÉVENTAIL 



23 




( 



ÉGALITÉ DEVANT LE TRÉPAS 26 




IvE I^apin domestique. — Tu es plus à plaindre que moi, mon pauvre lapin de garenne : l'homme te fait la chasse sans merci : 
moi, il me nourrit abondamment. 

I^E Lapin de garenne. — En attendant que nous nous retrouvions dans un civet. 



LA LANTERNE ALLUMÉE 27 




Le Hibou. — Je ne suis pas content de vous, l'écureuil... Vous faites un peu trop la fête, mon ami. 

^Écureuii,. — Aussi j'ai ramassé une lanterne de bicyclette dans la forêt, dans l'intention de vous obliger à fermer les yeux 
sur mes écarts de conduite 1 

8 



/ 



i 



/ 

\ 




— Pourquoi ne rentres-tu pas les pieds du veau que nous avons mangé hier?... 

— Je ne le connaissais pas assez pour lui permettre de mettre les pieds chez moi ! 



SIMPLE HISTOIRE 



31 




]> lapin, le furet et le pliant du peintre paysagiste. 



/ 



LA CHASSE EST OUVERTE 32 




— Dresse les oreilles, petit, et avertis-moi dès que 
des bruits de chasse frapperont tes oreilles... — Ç a y est... ... Mes oreilles sont frappées !... 



PART A DEUX ! 33 




Le Renard. — Part à deux, le rat, mon vieux furet! 
Le Loup. — Dis donc, renard, part à deux, le furet ! 
L'Ours. — Hé le loup !... part à deux, le renard ! ! 




IyA I,imace. — Ça ne vous gêne pas de promener sur l'échiné cette disgracieuse coquille ? 

L/Escargot. — C'est, au contraire, un doux fardeau quand on songe aux services qu'elle peut nous rendre. 




I/OURS. — 



Maintenant qu'on coupe forêts et bois... il devient presque indispensable que j'apprenne un métier. 




— Kh bien !... Tu es satisfait ! 




— Tiens... un canif !. 



— Allons bon ! voilà les pommes qui 
tombent... 



— Cela va me faire une excellente 
et économique haltère !. . . 



CHAT ET LAPIN 40 




— Une queue de souris dans la gibelotte que j'ai chipée au« Cheval Blanc » ! Qu'est-ce que cela veut dire ?... 

— Cela veut dire que ce lapin digérait bien mal !... 




— Enfin, me voilà en sûreté et à l'abri.. 



y 



LE CHAT FACÉTIEUX OU LE LACET DE BOTTINE IMPROVISÉ 44 




I/E Chat. — l,e voilà satisfait ! 



LE PNEU CREVÉ 



47 




IyE Pneu. — Pan ! ! ! 

IyEs Lapins. — Sauve qui peut... la chasse est ouverte ! ! ! 



13 




IvE I/OUP. — Il avait raison, le petit... Il a bien du mal à passer! 



C'EST MA TOURNÉE 



49 




— Tu paies un ver, ce matin? 



— Si tu veux.. 



— A la tienne !. 



( 




Une idylle familiale à la ferme du garde-chasse. 



Paris. — Imprimerie E. Desfossés, 13, quai Voltaire. — 82956.7-18'