(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Annales de géologie et de paléontologie"



^BuÊn&nM HnffrtitnBfXiirtft Hffv i n jj ff XiC l j r C^r? 

§111 H w^^ ^ --' ; 

WÊÊ- BB ^8 

■ 'v. -. fiscal H slBgi 

QlCi! ■■[ DPI 

I HMHBHHfffV 

"■jç ^^^BSI nui 

■ B8HH 

BliÎTffl Bl 

■1 I SU 

I 

' 1 1 1 

■ ■ 

■ ■ I ■ 

■ jpg 
ÎKfe '-^ --" ■ g2§ 

■B ■ jE agi 

H 31 ^ 

,?f ftTrf ITi itL" [\ E? tes 

■W W1 rTi J 3 &I AtSCTi-** XÂW4K 

S Ew M 
':-'oot 1 . S^aSSas IWBi 8BMB 

m^b •-&>•' ■EBBlDnBDSMOHlffiiflBHS > wi ww i i 'f * ^w»w 

Hnnra ^ 1^^^ 

nmrtiiijv n 

^^^^fôi BIM OSlSBt i li lll Ii li yii l f Ji ! Wl %$ 

HlllMMlllHi h MB! 1 1 1 Mmnln §Ë^fô^K 












IUîi 



r 



ANNALES DE GÉOLOGIE 



ET DE PALEONTOLOGIE 



PUBLIEES SOUS LA DIRECTION 



DU 



MARQUIS ANTOINE DE GREGORIO 



±-5:. XjiTrraâson 
(Mars) 



-I ♦ - u^l- 



CHARLES CLAUSEN 
TURIN - PALEEME 



1894. 



ANNALES DE GÉOLOGIE ET DE PALÉONTOLOGIE 

PUBLIÉES À PALERME SOUS LA DIRECTION 

DU MARQUIS ANTOINE DE GREGORIO 
14. Livraison. — Mars 1894. 



DESCRIPTION DES FAUNES TERTIAIRES DE LA VÉN 



Tirn 



fi 



r r 



MONOGRAPHIE DES FOSSILES EOCENIQLES 



(ÉTAGE PARISIEN) 



DE 



MONT POSTALE 



PAR LE 



MARQ. ANTOINE DE GREGORIO 



-^§§0/3^' 



CHARLES CLAUSEN 
TURIN — PALERME 



1894. 



r\ f n ou iojj 



PRÉFACE 



Parmi les faunes du tertiaire inférieur du Vicentin celle de W Postale est très remarquable non à cause du nombre 
de ses espèces, qui est au contraire plutôt restreint, mais à cause de leurs caractères et du " faciès „ tout particulier 
qu'elles présentent. Il me semble que les conditions particulières de cette localité durent avoir causé le développement 
et la différenciation de certains types , d' où la rigidité de certaines formes qui, en changeant de climat et même de 
localité, bientôt s'éteignirent. 

La roche est un calcaire blancheâtre assez dur et consistant qui a une certaine ressemblance avec le calcaire grossier 
de Paris, mais qui est bien plus résistent. C'est par cette raison qu' il s' en faut beaucoup pour extraire les fossiles 
et pour les nettoyer. Souvent on ne peut pas se confier à personne pour rendre visibles les caractères d'une espèce et 
il faut que nous mêmes la dépouillions de la gangue. 

Une autre raison, qui est une preuve des conditions particulières de vie à M* Postale, est aussi le nombre relative- 
ment restreint des espèces, tandis qu' à S. G. Ilarione, Konca etc. il est sans comparaison plus nombreux. 

J' ai visité la localité fossilifère et j'ai recueilli quelques exemplaires;"mais la plupart je les ai achetés chez M r Me- 
néguzzo en le chargeant d' en faire la plus riche collection possible. — Plusieurs espèces je les ai extraites moi même 
des blocs de roche qu' il m' a envoyés. — Je suis sûr de la provenance de tous mes fossiles non seulement, car je lui 
ai recommandé d' éviter regoureusement toute promiscuité, mais aussi parce que la couleur et le port des fossiles et la 
nature de la roche ou pour mieux dire de la gangue sont si caractéristiques qu' il est impossible se mépreser à les 
reconnaître. — Seulemeut j'ai quelques doutes à propos de trois exemplaires de mollusques terrestres, mais il est très 
probable qu' ils proviennent aussi de la même localité. 

Tout ceux qui ont envie d'étudier la faune du M* Postale se trouvent embarassés à décider sur la priorité de 
certains noms d'espèces proposés par M r Charles Mayer Eymar et M r Bayan dans la même année 1870. Ayant étudié 
cette question, je suis venu à la conclusion que ce sont les noms de M r Bayan que doivent être préférés. En effet ç' a 
été celui-ci qui en publia le premier une description sommaire dans le Bulletin de la Société Géologique de France 
(T. 27, 20 Dec. 1869 — 7 Mars 1870). En suite M r Charles Mayer publia une notice des mêmes espèces le 23 Avril 
1870 (Descr. coq. foss.) , et peu après une illustration complète (Descr. coq. foss. ter. tert. inf. Journ. Conch.). 
Cependant M r Bayan de son côté publiait son magnifique ouvrage sur les mêmes fossiles. " Et. faites Coll. Ecole Mines 
1870 ". La publication de ce livre suivit de quelques semaines celle de l'ouvrage de Mayer, qui parut peu avant que 
celui de Bayan fût achevé. M r Bayan se hâta alors dans la dernière page (476) de son ouvrage à citer les espèces 
de Mayer comme synonymes de ses espèces. 



4 ANNALES DE GEOLOGIE ET DE PALEONTOLOGIE 

Les espèces de M' Postale décrites on citées par M r Bayan en son premier ouvrage ■ Sur les ter. tert. de la Vé- 
nétie , (Bull. Soc. Géol. France T. 27, 20 Dec. 1869 — 7 Mars 1870, p. 458) sont les suivantes : 

Turbo Zignoi Bayan. Natica caepacea Lamk. 

Cerithium palaeochroma Bayan. Nerita circumvallata Bayan. 

„ Chaperi Bayan. Bostellaria Postalensis Bayan. 

„ gomphoceras Bayan. Strombus Pulcinella Bayan. 

„ vicetinum Bayan. Terebelluui sp. 

, cf. incomptutn Dixon. Hipponix cornucopiae Lamk. 
Mitra cf. crebricosta Lamk. „ colum Bayan. 

Natica hybrida Desh. Lucina sp. 
M r D'Archiac cite de la même localité les deux espèces suivantes 

Àlveolina longa Gjzek. Alveolina subpyrenaica Leym. 

Les espèces citées par M r Hébert et Munier Chalmas comme provenant du M' Postale (Rech. Ter. tert. Ënrop. Mé- 
■rid. Compt. rendus Académ. des Sciences, v. 85, 30 Jul. 1877 p. 3) sont les suivantes: 

Ceritbium gompboceras Bayan. Natica bybrida Desh. 

„ paleochroma Bayan. Nerita Schmiedelliana Chemu. 

, vicetinum Bayan. Hipponix cornucopiae Defr. 

t Chaperi Bayan. Pyrena sp. 

Trochus Zignoi Bayan. Terebellum sp. 

Strombus pulcinella Bayan. Lucina sp. 

Bostellaria Postalensis Bayan. Cardium sp. 

Natica caepacea Lamk. Avicula sp. 

Les espèces citées par M r Hébert et Munier Chalmas dans leurs " Nouvelles recherches sur les terr. tert. du Vi- 
centin „ (Compt. rendus des séances de l'Acad. des Scienc. Juin 1878) sont les suivantes : 

Cerithium giganteum. Corbis lamellosa. 

Terebellum sopitum. Orbitoides complanata. 

Lucina gigantea. Ovula Hantkeni Héb. et Mun. Ch. 

De ces espèces la dernière n'a pas été décrite ni figurée, de sorte que je ne puis donner aucun renseignement, car 
je ne possède aucune ovula de M 1 Postale. 

M r Hébert et Munier Chalmas retiennent les couches de M* Postale comme appartenant à l'éocène moyen. " Les terr. 
tert. du Vicentin „ (Comptes rend. Ac. des Scienc. Août 1877, extrait p. 6). 

Les espèces M' Postale décrites par M r C. Mayer Eymar (1) dans son ouvrage " Coq. tert. inf. „ inséré dans les 
"volumes du Journal de Conchyliologie sont : 

1870. Lucina Enchéri Mayer v. 18, p. 323, tav. 12, f. 6. 

„ Trochus abavus Mayer v. 18, p. 327, tav. 11, f. 3. 
„ „ Suessi Mayer v. 18, p. 328, tav. 11, f. 4. 

„ Cerithium (Bellardia) fanus Mayer t. 18, p. 329, tav. 11, f. 6. 
„ „ rapum Mayer v. 18, p. 330, tav. 11, f. 5. 

„ „ subalpinum Mayer v. 18, p. 331. 

„ , Gothicum Mayer v. 18, p. 333, tav. 12, f. 2. 



(1) Los espèces du Vicentin décrites par M r Charles Mayer dans les volumes du Journal de Conch. outre celles du 
M 1 Postale, sont les suivantes : Plicatula magnifica Mayer v. 35, p. 216. tav. 11, f. 2 de Lonigo (1877). Perna Réussi 
Mayer v. 38, p. 353, tar. 7, f. 1 de Gichelina di Malo (1890), Ostrea Runcensis Mayer v. 35, p. 311, de Ronca (1887). 
Cette dernière espèce est un synonyme de Ostrea Roncaensis De Greg. qui a le droit de priorité. 



MONOGRAPHIE FOSS. EOC. M 1 POSTALE 5 

„ Triton carens Mayer v. 18, p. 334, tav. 13, f. 5. 

, Purpura (Ricinula) Crossei Mayer v. 18, p. 336, tav. 12, f. 4. 

„ Cyprœa filiola Mayer v. 18, p. 337, tav. 12, f. 3. 
1888. Trochus Eaffaelei Mayer v. 36, p. 320, tav. 14, f. 2. 
1890. Natica (Ampullina) Babylonica Mayer v. 36, p. 321, tav. 14, f. 4. 
En outre il cite l'Alveolina Bosci (1888 Journ. Conch. v. 36, p. 320). 

Les espèces cite'es par M r Ermann Eauff (1884 Ub. die gegenseitigen Altersverhâlt. mittler. Eoc. Monte Postale, 
Eonca, S. Ilarione. Gesellsch. Nat. Heilknnd. Bonn) sont les suivantes: 

Phasianella circumfossa Eauff. p. 1. 
Hipponyx cornucopiae Defr. var. p. 2. 
Cerithium anguloseptum Eauff. p. 4. 

Les espèces citées par le même auteur dans son second mémoire publié dans les comtes rendus de la même So- 
ciété (1885 Einige neue Gastrop. art. vicent. tert. mittl. eoc. var. Eonca und M' Postale) sont les suivantes : 

Cyprsea Duclosiana Bast. aff. p. 29. 
„ sulcosa Lamk ? 
„ Lioy Bayan. 
Conus concinnus Edw. 
, lineatus Sol. 
„ ind. 
Hélix indet. 

Les espèces de M' Postale décrites par Bayan dans son ouvrage " Et. faites Coll. Écol. Mines 1870 „ sont les 
suivantes : 

Trochus Zignoi Bayan p. 16, pi. 1, f. 8-9, pi. 2, f. 9. 
Nerita circumvallata Bayan p. 19, pi. 1, f. 6, pi. 5, f. 3. 
Natica hybrida Desh. p. 27. 
Ceritbium gomphoceras Bayan p. 29, pi. 1, f. 2, pi. 2, f. 3-4. 

„ vicentinum Bayan p. 30, pi. 2, f. 5-7. 

„ palaeochroma Bayan p. 35, pi. 1, f. 1-3. 

„ Chaperi Bayan p. 37, pi. 1, f. 4-5. 
Strombus Pulcinella Bayan p. 44, pi. 1, f. 7. 
Eostellaria Postalensis Bayan p. 47, pi. 2, f. 1-2. 
Hipponix Colum Bayan p. 63, pi. 2, f. 8. 

Comme on peut voir, j'ai retrouvé à M' Postale un nombre de fossiles beaucoup plus grand que celui de tous les 
auteurs ensemble. De l'autre côté j' ai décrit dans ce mémoire toutes les espèces qu' ils ont décrites ou citées. Les seules 
espèces qui me manquent son les suivantes : 

Conus concinnus Sow. Purpura (Eicinula) Crossei Mayer. 

„ lineatus Sow. Ov Hantkeni Héb. Chai. 

Triton carens Mayer. 

Néammoins j'ai bien étudié les caractères de ces espèces (hormis de la dernière) et j'en ai donné la figure et la description. 

Les bibliographies et synonymes des espèces connues ne sont pas copiées d'autres auteurs, mais elles sont originales. 
Quiconque est familiarisé avec ce genre d' études peut bien comprendre combien de travail m'a-t-il coûté. Certes elles ne 
sont pas complètes, mais elles sont suffisament riches et pour les auteurs qui ont étudié le faunes vicentines, sont com- 
plètes. Comme on peut voir d'après le catalogue des ouvrages cités en cette monographie, leur nombre est de 131 ne 
comptant pas tous les autres que j' ai consultés sans les citer. 



6 ANNALES DE GEOLOGIE ET DE PALEONTOLOGIE 

J' ai fait de mon mieux à fin que cette monographie soit la plus complète possible, car l'étude des singles accan- 
tonnements de fossiles pout être de grande utilité et avantage pour l'étude du développement et de la ramification des 
espèces et des faunes d' un étage, pourvu qu' il soit poussé jusqu'au bout, c'est à dire jusqu'à épuisement complet et 
minutieux de toutes les espèces et de toutes leurs mutations. 

On me pourrait critiquer, car j'ai décrit et j' ai figuré même quelques espèces déjà connues , mais j' ai fait cela 
non seulement parce que en général à M' Postale à cause des particularités de ce dépôt, même les espèces connues 
s' y présentent avec quelque variété, mais parce que de cette manière 1' auteur pourra se former une idée beaucoup 
plus exacte du cachet spécial de cette faune et de ses rapports avec les autres faunes éocéniques. 

Le nombre de toutes les espèces que j' ai retrouvées à M' Postale est seulement de 108. Les espèces plus faciles à 
reconnaître sont les gastéropodes; suivent les pélécypodes l'étude desquels est un peu plus difficile à cause de l'altéra- 
tion produite par la fossilisation et à cause de la ténacité de la roche qui empêche souvent d'examiner les dents do 
la charnière qui fournissent un caractère tassonomique de premier ordre. Les polypiers sont plus rares; pour en étudier 
la structure j' ai expérimenté une nouvelle méthode qui m' a donné des résultats vraiment satisfaisants : c'est de net- 
toyer bien la section avec de l'eau savonneuse. 

Les rhizopodes sont rares hormis VAlvcollna JBosci, qui dans certains blocs de roche manque absolument tandis 
qu' en autres blocs elle forme des agglomérations telles qu' elle représente presque exclusivement la roche. Les nummu- 
lites sont très rares ; seulement j' en ai trouvé plusieurs attachées à des branches de coraux. Je rappelle Y attention 
du lecteur à propos de YOrhitolites complanata et une variété relativement énorme de la Alveolina Bosci Defr. très 
allongé (fusulinaeformis). 

Comme j' ai fait dans tous mes autres ouvrages, j'ai disposé toutes les espèces en un grand tableau, de sorte que 
le lecteur avec un coup d'oeil puisse se former une idée exacte de toute la faune et des rapports avec les différents 
horizons. Les rapports intimes entre notre faune et celle du calcaire grossier de Paris me paraissent évidents. 



>-5<33S>ï»— <»>- 



TABLEAU SYNOPTIQUE DE TOUTES LES ESPÈCES 



ESPÈCES DE M* POSTALE 



ESPECES ANALOGUES 



HORIZON OU LOCALITÉ 

DES ESPÈCES DE M 1 

POSTALE ET DES 

ESPÈCES ANALOGUES 



ESPÈCES DE M' POSTALE 



ESPÈCES ANALOGUES 



Kanina sulcata (Denn). 

De Grog 

Cyamocarcinus angu- 

stidens Bittn. . 
Aturia zic-zac Sow. . 



Hipponix cornucopiae 

Defr 

„ Mut. tenui- 
costata De Greg. 
„ Mut. colum. 
Baya n. . . 
Terebellum convolutura 
Lanik. . . 
„ fusiforme 
Lamk. . 
Strombus Pulcinella 

Bayan 

Kostellaria fissurella 
Lamk. . 
„ (Carenrostrina) 
Postalensis Bayan. 
Ovula Hantkeni Cholm. 
Cypraea Lioy Bayan 



„ interposita Desh. 
„ Proserpinae 
Bayan. . . 
Var. 
praegnans De 
Greg. . . . 
„ (Cyprovula) Fa- 
racii De Greg. 
Tur ritella sulciferaDesh 
„ granulosa Desh 
„ „ Yar.Pos- 

talensis. 
Cerithium lamellosum 
Brug. . . 
„ striatumBrua-. 



cochlearFuchs? 
, Var. Pos- 
talensis De Greg. 
decussatumDefr. 
corvinuraBrongt 
pernicum De 
Greg. . . . 
anguloseptum 
Rauf. . . . 
obesum Desb. 
vicetinum Bayan 
„ Mut. nor- 
malis . 
* » Ba- 
yan i- 
„ „ minus- 
costatum 
giganteumLamk 
„ Mut. pro- 
pemarginatum 



E. laovis Bell. 



Cer. globulosum 
Desb 



Avesa Éoc. S. lia 

rione etc. 
Mut. Magrè près de 
f Scbio. 

Éoc. Parisien Cale. 
t gross. 
Éoc. Parisien Cale. 

gross.et sabl moy 



Idem. 

Cale, gross. Sabl. 
moy. sabl. inf. 



Idem. 



Eoc Parisien S. 

Sabl. inf. Paris. 
Éoc. Parisien S. 
Ilarione. 



Idem. 

Sabl. moy. 
Idem. 



Cale, gross. 
Cale, gross. Sabl. 
moy. 



Cale, gross. 
Éoc. Ronca. 

Sabl. moy. 
Sabl. inf. 



Cale, gross. 



Cerithium Catullus De 
Greg. . . 
„ ChaperiBayan 
,, gomphoceras 

Bayan. 
, (Bellardia) pa- 
laeochroma 
Bayan. 
* n. sp. 

n Sp. 

Cyclostoma (Cyclotus) 
antiquum Brongt. . 

Bulimus Montevialensis 
Scbaur 

Hélix declivis Sandb. 

Purpura? Crossei Mayer 

Fusus polygonus Laub. 
„ Var. raricostatus 
, (Pullincola) quin- 
quecostatus De 
Greg. . . . 

Triton carens Mayer . 

Trocbus abavus Mayer. 

„ Zignoi Bayan. 

a Saemanni Ba- 
yan 



Trocbus Bernayi 
Trochus canolicu- 
latus 



Var.Raf- 
faelei . 
Turbo antebicarinatus 
De Greg. . . 
Delphinula ? perdubia 
De Greg. 
„ multisulcata 
Scbaur. . 
Mitra Marsalai De Greg 
Voluta puleinellaefor- 
mis De Greg 
mitrata Desb. . 
Mut. Demidofi 
De Greg. . . 
Phasianella cireumfos 
sa Rauff. 
Syrtica Mayer 
Postalensis De 
Greg. . . 
Natica bybrida Desb. 



Mut.Suessonien- 
sis D'Orb. . 

propehortensis 
De Greg. . . 

grata Desh. . . 

influenza De 
Greg 

pelima De Greg. 

subeuspidata De 

Greg 

caepacea Lamk. 



Turlo jucundus 



M.Barbieri Desb. 

V. Baudoni Desh. 
Cale, gross. . . 



Ph.suturata Fucbs 



Pb.tricostalisDesh 



N. subshortensis 
De Greg. . . . 



N. semipatula 
Desh. . . . 

N. Merciniensis 
Desh. . . . 
N. cuspidata 
Desh. . . . 



HORIZON OU LOCALITÉ 

DES ESPÈCES DE M 4 

POSTALE ET DES 

ESPÈCES ANALOGUES 



Eoc. S. Marcello 



Mainz. tert. 



Eonca 



Cale, gross. 



Castelgomberto 
Cale, gross. 

Sabl. inf. 
Cale, gross. 



Castelgomberto 
Tongrien Tartas 

Sabl. moy. 
Cale, gross. sabl. 
moy. 

Ronca 

Éoc. S. Ilarione 
Sabl. moy. 

Sabl. inf. 

Idem. 

Idem. 
Calc.gross.sabl.moy. 



8 



ANNALES DE GÉOLOGIE ET DE PALEONTOLOGIE 



ESPÈCES DE 1T POSTALE 



ESPECES ANALOGUES 



HORIZON OU LOCALITE 
DES ESPÈCES DE II 1 
POSTALE ET DRS 

ESFÉCES ANALOGUES 



ESFÈCES DE ÎT POSTALE 



ESPECES ANALOGUES 



HORIZON OU LOCALITE 

DES ESPÈCRS DE M* 

POSTALE ET DES 

ESPÈCES ANALOGUES 



Nerita circumvallata. 

Bayan 

Vêlâtes schmideliana 

Chemn 

Oliva (Olivella) Posta- 
lis De Greg 

Conus pertectus De Greg 
„ deperditus Brug 
„ n Var.perdubius 

De Greg. . 
„ „ Var.Postalcn- 
sis. . . . , 
„ concinnus Sow. 
„ lineatus Sol. . . 
Teredo subparisiensis 

De Greg 

Corbis major Bayan. . 
Fimbria Maraschini 
Bayan. . 
„ lamellosa Lamk. 
Lucina elegans Defr. . 
„ planulataDesh. 
„ emendata Desh. 
„ gibosula Lamk. 
„ gigantea Desh. 
„ bipartita Defr. 
„ supragigantea 
De Greg. . . 
Cytherea polita Lamk. 
„ bellovacina 

Desh. . , . 
B lurrularia Desh. 
Venus turgidula Desh. 
Cyrena propeantiqua 

De Greg 

Tellina Postalensis De 

Greg 

Cardium gratum Defr 
Cardita mitis Lamk. 
Lima plicata Lamk. 
, , Var Posta- 
lensis De Greg. 

Avicula sp 

Terebratula Postalensis 

De Greg 

Eabdophyllia tenuis 
Reuss 



N. crassa 



C. Lamarchi, 



T. Parisiensis 
Desh. . . . 



\î 



Caillati . 
Corbiarica 



C. antiqua Fer. 



Éoc. Nice. 

Sbl. inf. 

Éoc. S. Danone. 
Éoc. London clay, 
Cale, gross. 



Eoc. London clay. 
Idem. 

'Cale gross. inf. 
Éoc Ronca. 

Castelgomberto. 
Calcgross.sabl.moy 
Cale, gross. 
Sabl. inf. 
•Cale, gross. 
Idem. 

Cale, gross. sup. 
Cale, gross. 
Idem. 

Mont, noire. 
Cale, gross. 

Sabl. inf. 
Cale, gross. 
Idem. 

Sabl. moy. 



Cale, gross. 
Idem. 
Sabl. moy. 



Castelgomberto. 



Rabdophyllia solena- 
stropsis De Greg. . . 

Trochosmilia Cocchi 
D'Arch 

Turbinolia Postalincola 
De Greg 

Trochosmilia acutimar- 
go Reuss 

Paracyathus Postalen- 
sis 

Placosmilia Postalensis 

Plocophyllia caliculata 

Cat 

Dendracis subnodosa 
De Greg. . 
, mammillosa 

Renss 

Millepora cylindrica 

Beuss 

Stylophora conferta 

Reuss 

Isastraea sp 

Stylocoenia postalensis 

De Greg 

Nummulites Lucasana. 

Defr. . 

„ Héberti 

D'Arch. 

, Beaumonti 

D'Arch, 

Orbitoides dispansa Sow 

„ complanata 

Lamk. . 

Alveolina Boscii Defr. 

„ Mut. normalis 

De Greg. 

„ n globobifusula 

De Greg. 

„ » subasymetri- 

ca De Greg. 

„ „ graniformis 

De Greg. 

„ , pinea De Gre- 

gorio . . . 

, , fusulinaefor- 

mis De Greg. 



T. roncana. 



P. roncaensis 
D'Arch. . . 
PI. eocenica 
Reuss. . . 



D. nodosa Reuss. 



St. microphtalma. 



Éoc. S. Uarione. 
Éoc. Roncà. 
M' Carlotta. 
Éoc. Ronca. 
Éoc. S. Uarione. 

Castelgomberto. 
Idem. 

Idem. 

Idem. 

Éoc. S. Uarione etc. 

Bruxelles. 

Egypt Inde etc. 
Salcedo, Eoc. Pos- 
sagno etc. 

Éoc. 

Éoc. mioc. inf. etc» 



MONOGRAPHIE FOSS. ÉOC. M* rOSTALE 



<r 



C R U S T A C E A 

Ranina suicata (Desm.) De Greg. 

Tav. 1, f. 1. 

1648. Aldrovandi Mus. Metall. p. 451. 

1744. Spada Carp. lapid. agr. Ver. Cat. pi. 8, f. 1. 

1817. Remipes sulcatus Desm. Desmarest Nouv. Dict. Hist. Nat. 2 e éd. t. 8, p. 512. 

1828. Ranina Marestiana Koen. Koenig. Icônes foss. sect. pi. 1, f. 15. 

1820. „ Aldrovandi Ranz. Ranzani Mem. Stor. Nat. p. 73, pi. 5. 

1822. » „ , Desmarest Crust. foss. p. 121, pi. 10, f. 5-7. 

1859. , Marestiana Koenig Reuss Ken. Foss. kraben p. 20, pi. 5, f. 1-2. 

1875. „ , , Bittner Brachyuren Yicent. Éoc. pi. 1, f. 1-2. 

1883. „ , » Bittner Neue Beitr. Bracbyur. Fauna p. 4, pi. 1, f. 1-2. 

1861. „ Aldrovandi Ranz. Sismonda Append. Descr. pesci e crost. foss. p. 17, pi. 1, f. 16-17.. 

1853-57. „ „ „ Pictet Trait. Paléont. 2 e éd. v. 2, p. 436. 

1848. , , * Milne Edwards Hist. Nat. Crust, T. 2, p. 195 in Lamark. 

1848. „ , „ Bronn. Ind. Pal. v. 2, p. 1078. 

1865. „ „ , Scliauroth Coburg p. 261. 

1863. » Helli Schaph. Scbapbautl Kressenberg p. 223, pi. 10. 

Je ne possède qu' un seul exemplaire de cette espèce de M' Postale, un fragment de moule calcaire, la détermi- 
nation duquel me paraît sûre. 

Je ne décris pas cette espèce, qui est bien connue, mais j'en donne une bibliographie exacte, car j'ai été 
embarassé à choisir le nom, qui a le droit de priorité, car une partie des auteurs a adopté le nom de Aldrovandi ,. 
d'autres auteurs celui de Marestiana. — Or en étudiant cette question je suis parvenu à une conclusion inattendue, 
car j'ai trouvé que c'est le nom de suicata qui joue du droit de priorité, quoique il ait été répudié même par l'auteur 
qui l'avait proposé. En effet si le nom générique de remipes était erré, il n'en revient pas qu'on doive changer même 
le nom de l'espèce. M r Desmarest dit très clairement qu' il avait donné ce nom précisément à la même espèce (Crust. 
Foss. p. 120). 

Cette espèce a été retrouvée dans le Yicentin à Avesa, S. G. Ilarione, Malo, dans le Piémont et à Kressenberg, 
La II. ffeïîi Schaph. me paraît en effet la même espèce du Vicentin. 

Cyamocarcinus angustifrons Bittner. 

Tav. 1, f. 2 a-c le même exempl. de trois côtés. 
1883. Neue Beitr. Kennt. Brach. Alt. tert. Vicenza Verona p. 16, pi. 1, f. 8. 



J' ai retrouvé au milieu d'un bloc de roche de M' Postale un carapace de brachyure , qui ressemble beaucoup à 
l'espèce décrite par M r Bittner pour laquelle il a créé le genre Cyamocarcinus. Le type de cet auteur provient de 
Mont Magré près de Schio et est conservé dans le cabinet géologique de l'Université de Vienne; il le considère comme 
provenant de Téocène inférieur. 

Mon exemplaire a une taille un peu plus grande et il manque des trois sillons du dos qui se voient bien dans la 
figure 8 a de Bittner. 



10 ANNALES DE GÉOLOGIE ET DE PALEONTOLOGIE 

MOLLUSCA 

CEPHALOPODA 

Aturia zic-zac Sow. 

Tav. 1, f. 3 a b c. 

Deshayes Coq. Paris v. 2, p. 765 (Nautilus zic-zac). — 2 e éd. Bassin v. 3, p. 628. — De Gregorio Fauna S. G. Ila- 
rione p. 3, pi. 1, f. 235. 

De cette espèce je n'ai examiné que l'exemplaire dont j'ai parlé dans mon ouvrage sur la Faune éocénique de S. 
G. Ilarione. Il manque de la dernière loge, mais il est bien conservé car il laisse voir tous les caractères internes. 

GASTEROPODA 

Hipponix cornucopiae Defr. 

PI. 1, f. 4-13 (f. 4-8 cinque exemplaires de deux côtés, un desquels paraît avoir son support; f. 9-10 deux jeunes 
exemplaires idem, un desquels retient encore la coquille embryonalle; f. 10 bis bloc de roche avec un support; f. 12-13 
Mut. colum. Bayan grand nat. et gross.; f. 11 Mut. tenuicostata De Greg. gr. nat. et gross.). 

1819. Defrance Journ. de phys. Fig. 1 (Hipponix). 

1822. Lamark Ann. Mus. Fig. 1, p. 311, Fig. 6, pi. 23, f. 4. 

1823. Lamark Coq. Paris (Separ.) p. 13, pi. 1, f. 4 (Patella). 
1830. Enc. Méth. v. 2, p. 276 (Hipponix). 

1824. Desbayes Coq. Foss. Paris v. 1, p. 23, pi. 2, f. 13-16. 
1839. Lamarck An. S. Vert. 3 e éd. v. 3, p. 226, pi. 2, f. 13-16. 
1864. Deshayes Bassin, Paris v. 2, p. 269. 

(etiam Pileopsis retortella Lamk et Deshayes Coq. Paris p. 26, pi. 2, f. 17-18). 

C'est une des espèces plus répandues à M' Postale; mais ordinairement on y la retrouve en mauvaise conservation. 
Elle se présente avec une très grande variété et plasticité de caractères , tellement qu' on pourrait croire d'avoir af- 
faire avec plusieurs espèces. Elle est si variable que chaque individus diffère beaucoup de l'autre. — Je suis d'opinion 
que YHip. retortella Lamk. est la même espèce. M r Deshayes croit que c'est le jeune âge; je crois plutôt que c' est 
un " faciès „ de la même espèce, car j'ai examiné plusieurs jeunes exemplaires dans lesquels on n'observe pas ce caractère. 

Le sommet est plus ou moins incliné, plus ou moins érigé selon les individus. Je possède un exemplaire qui res- 
semble extrêmement à celui figuré par Deshayes (pi. 2, f. 13) avec son support. 

Quant à 1' Hip. dilatata Defr. je crois que c' est une variété de la même espèce (ce qui est aussi l'opinion de 
M r Deshayes), qui dépend du milieu. M r Bauff (Alt. mittl. éoc. p. 2) considère les exemplaires de M' Postale comme 
une variété de l'espèce de Paris. 

Le Cerithium vicetinum Bayan représenté par la fig. 53 (PI. 2) porte attaché de flanc un espèce de support qui, 
je crois, appartient à YHip. cornucopiae. La fig. 10 bis représente un petit bloc de roche avec un support (probablement) 
de cette espèce. 

Mut. tenuecostata De Greg. 

PI. 1, f. 11, gr. nat. et gross. 

Costae tenues, regulares, notatae. 

Cette variété ou mutation , est très intéressante; car elle est intermédiaire entre 1' Hip. cornucopiae typique et 
VHip. colum Bayan. Elle se distingue de la précédente à cause des côtes plus marquées et régulières, et de celle-ci 
par ses côtes égales entre elles et pas alternantes. 



MONOGRAPHIE FOSS. ÉOC. M' POSTALE 11 

Mut. colum Bayan. 

PL 1, f. 12-13, gr. nat. et gross. 

1870. Bayan Bull. Soc. Géol. France T. 27. 

1870. Bayan Et. fait. Coll. Ec. Mines p. 63, pi. 2, f. 8. 

Je pense que cette espèce doit être considérée comme une mutation de l'espèce de Defrance ayant environ 15 côtes 
primaires plutôt saillantes et quelques autres côtes plus petites interposées entre elles. 

Terebellum convolutum Lamk. 

PL 1, f. 14-20, plusieurs exemplaires en grand nat. 

1776. Bulla sopita Brand. Brander Solander Foss. Hant. p. 19, pi. 1, f. 29 a. 

n „ volutata Brand. Idem p. 34, pi. 6, f. 75. 

1837. Terebellum convolutum Lamk. Deshayes Coq. Paris, v. 2, p. 737, pi. 95, f. 32-33. 
1802-5. „ convolutum Lamk. Lamark. Ann. Mus. v. 1, p. 390, v. 6, p. 2, f. 3. 

1821. Seraphs convolutus Lamk. Sowerby Min. Conch. pi. 286. 

1866. Terebellum sopitum Brong. Deshayes, Bassin, Paris v. 3, p. 469. 
1870. „ sp. Bayan Sur les terr. tert. de la Vénétie p. 458. 

1877. , sp. Hébert Munier Chalmas Becb. terr. tert. Europ. p. 3. 

1878. » sopitum Brand. Hébert Munier Chalmas Nouv. recherch. Vicent. 
1880. „ sopitum Brand. Var. 

convolutum Lamk. De Gregorio Fauna S. G. Ilarione p. 23, pi. 1, f. 20. 
1891. Seraphs sopitum Sol. Newton Syst. Sist. p. 98. 

1829. Terebellum solutum Brand. Cossmann Cat. 111. Coq. foss. v. 4, p. 96. 

J' ai fait une étude soiggée sur les mutations du T. sopitum Brand. et du T. fusiforme Lamk. dans ma mono- 
graphie sur la faune de S. Ilarione à laquelle je renvoie le auteur. C'est intéressant que tandis que dans cette h> 
calité il y a un grand nombre de formes passant de l'une à l'autre, l'espèce généralement se mantient à M' Postale 
avec le même aspect; elle ressemble beaucoup ou pour mieux dire elle est identique au type de la variété convolutum 
selon les limites que j'y ai assigné en l'ouvrage cité. 

Quant au titre de cette espèce, je dois observer que j'avais adopté celui de sopitum au lieu de convolutum ; car 
il a le droit de la priorité. Mais ayant mieux étudié l'ouvrage de Brander , j' ai trouvé deux individus de la même 
espèce avec un nom différent. Alors j'ai été embarassé quel nom choisir. Dans l'ouvrage de Brander le nom de sopi- 
tum est proposé pour une figure qui précède dans l'ordre des planches. Mais il y a à observer que le type plus dé- 
veloppé de l'espèce est représenté par l'exemplaire nommé B. volutata. Pour éviter tout équivoque je propose de re- 
prendre le nom de Lamark qui d'ailleurs est assez connu dans le monde scientifique. 

Terebellum fusiforme Lamk. 

PL 1, f. 21. 
Deshayes Coq. Paris v. 2, p. 738, pi. 95, f. 30-31. — Deshayes Bassin Paris 2 e éd. v. 3, p. 470. 

Je rapporte à cette espèce un petit exemplaire qui lui ressemble ; mais je ne suis tout à fait sûr si on doive le 
considérer comme une variété de l'espèce précédente. 

Strombus Pulcinella Bayan. 

PL 1, f. 21 bis-29 exemplaires jeunes et adultes. 

1870. Slrombus Pulcinella Bay. Bayan Bull. Soc. géol. Fr. T. 27, p. 480. 

» » » » Bayan Et. fait. coll. Ec. Mines p. 44, pi. 1, f. 7. 

1877. , ... Hébert Munier Chalmas Kech. Tert. Eur. mér. 



12 ANNALES DE GEOLOGIE ET DE PALÉONTOLOGIE 

Testa laevigata, obsolète subvaricosa; spira conoidea saepe irregularis; interdum pemdtimus subcy- 
lindraceus subgibbus, postice saepe sidiangulatus; apertura postice valde incrassata , angulo postico vix 
canaliculata. 

Dans mon ouvrage, (1880 Fauna S. G. Ilarione p. 9, pi. 4, f. 11-13, pi. 5, f. 8) j'ai parlé de cette espèce et de 
son analogie avec le Str. Tornoucri Bayan (Bayan p. 44 , pi. 7 , f. 5-6). J' ai émis 1' opinion que les deux espèces 
doivent être réduites à une seulement et j' ai adopté le nom de Tornoucri pour la désigner. Je suis encore de la 
même opinion , c' est à dire que le Str. Pulcinella doit être considéré comme une mutation ou une phase de déve- 
loppement du Tornoucri, qui représente l'espèce adulte; mais, comme le Pulcinella a l'ouverture assez différente et que 
je ne suis tout à fait sûr de cette identité, j'ai cru le considérer comme une forme différente, en attendant d' avoir 
achevé mon ouvrage sur la faune de Ronca, dans lequel cette question sera étudiée avec soin. 

La Rostellaria ? plamdata Bell, de l'éocène d'Egypte (Bellardi Numra. Egypt. p. 12, pi. 1, f. 5) paraît avoir de 
l'analogie avec l'espèce italienne. 

Rostellaria fissurella Lamk. 

PI. 1, f. 30. 

Deshayes Coq. Paris I e éd. pi. 43, f. 2-4, — 2 e éd. Bassin v. 3, p. 458. — De Gregorio Fauna S. G. Ilarione , 
p. 15. — Yasseur Moll. tert. Zurich, p. 28. — Cossmann Cat. 111. coq. foss. v. 4, p. 90 etc. etc. 

Je rapporte à cette espèce avec quelque hésitation deux exemplaires en partie cassés. Le port des tours et des 
côtes semble identique à celui de l'espèce parisienne; ma détermination est probablement exacte; mais, comme l'ouver- 
ture est cassée et qu'on ne voit par le labre externe, on ne peut pas être sûr de son identification; autant plus qu'ils 
pourraient même appartenir au Strombus canalis Lamk. 

Carenrostrina De Greg. 

Testa laevigata, obsolète varicosa; apertura angusta, antice intégra non canaliculata; labra postice 
potiui callosa, protracta per an fraction prœcedentem. 

Je propose ce noveau sous-genre pour les espèces du type de la Rostellaria Postalensis. Il est probable qu' on 
devra le considérer comme une nouveau genre plutôt que comme un sous genre du genre Rostellaria; car l'absence du 
rostre antérieur est un caractère de premier ordre. Le genre Carenrostrina devrait être rapproché du genre Fortisia 
Bayan. 

Rostellaria? (Carenrostrina) Postalensis Bayan. 

PL 1, f. 31-33 trois exemplaires. 

1870. Rostellaria Postalensis Bayan Bayan Bull. Soc. Géol. France v. 27, 2 sér. (20 Décembre-7 Mars) p. 458-480. 

„ , Escheri Mayer Mayer Descr. Coq. Foss. p. 5. 

B „ Postalensis Bayan Bayan Et. fait. Coll. Min. p. 47, pi. 2, f. 1-2. 

„ „ Escheri Mayer Mayer Descr. Coq. foss. terr. inf. Journ. Conch. p. 335, tav. 12, f. 1. 

1877. „ Postalensis Bayan Hébert et Munier. Rech. terr. tert. Europ. Mérid. (Compte rend. Académie Scienc.) 

Testa elongata, laevigata; spira acuminata paulo irregularis; anfractus piano convexiusculi; aliquando 
irregulariter turgidi, subangulati, aliquibus varicis obsoletis prœditi; ultimus anfractus anterius valde 
productus, subcylindraceus; apertura angusta oblonga, antice vix dilatata, rotundataque postice valde an- 
gusta in fissura m usqae ad dimidium penultimi anfractus producta; labra valde marginata. 

L. 55 mm . 

Ce n'est pas une espèce rare , mais dont il est très difficile d' avoir des exemplaires en bon état de conservation. 
Comme on les trouve ordinairement avec le dernier tour brisé et dépourvu du labre, ii est difficile de les distinguer 
du Strombus Pulcinella, car les caractères de la spire sont presque identiques. 



MONOGRAPHIE FOSS. ÉOC. M* POSTALE 13 

Il n'est pas impossible que l'exemplaire que j'ai référé au Cer. corvinum Brongn. doive être considéré comme une 
mutation de la R. Postalcnsis avec spire très allongée. 

La Rost. laevis Bell. (Bellardi Nice p. 15, pi. 13, f. 17) me semble analogue de l'espèce de Bayan mais assez 
distinguée. L'ouverture de la Rost. laevigata Mell. figurée par Melleville c'est à dire la sublaevigata Desh. ressemble 
beaucoup à 1' espèce de M' Postale mais elle parait dépendre d' un erreur du dessinateur ; car la figure donnée par 
Desbayes (Bassin Paris) pour la Rost. sublaevlgata (1) a le labre et le rostre comme à l'ordinaire et différent de la 
figure de Melleville. 

Ovula Hantkeni Héb. Mun. Ch. 

1878. Hébert et Munier Chalmas Nouvelles recherches sur les terr. tert. du Vicentin p. 2 (extr. compt. rend. Ac. 
se. Juin). 

Je ne possède aucune ovula de M' Postale et je regrette de ne pouvoir donner aucun renseignement à propos de 
cette espèce , car les auteurs n' en donnent aucune description et tant moins aucune figure. Ils disent de l'avoir re- 
trouvée aussi à M' Pulli. 

Cypraea Lioy Bayan. 

PI. 1, f. 34 a-d, quatre exemplaires de deux côté. 
1870. Cypraea Lioy Bayan Bayan Bull. Soc. Geol. France T. 27, p. 481. (Dec. -Mars). 



(1) Je dois rectifier un erreur qui est échappé à M 1 ' Deshayes et à M'' Cossmann à propos de cette intéressante espèce. 

M 1 Melleville (1813 Sables inf. p. 117, pi. 10, f. 10) décrivit cette espèce sous le. titre de Rost. laevigata Mell. et 
non de Rost. laevigata Desh. comme l' indique M r Deshayes (Bassin Paris v. 2, p. 460).— M 1 ' Deshayes cite une cor- 
rectiou de M r D'Orbigny, qui selon lui aurait substitué au nom de laevigata celui de sablaevigata dans son Prodr. de 
Pal. En conséquence il adopte le nom de sublaevigata D'Orb. (Deshayes Bassin Paris v. 3, p. 490, pi. 90, f. 6-6. Mon 
honoré ami M'Oossman, dans son magnifique Catal. ill. Coq. Paris (v. 4, p. 95) adopte aussi ce nom pour désigner cette 
espèce; mais quant au genre il donne la préférence à celui de Gladius; c'est ainsi qu' il nome cette espèce : Gladius 
sublaevigatus D'Orb. sp. 

Or ayant vérifié la citation de Deshayes c'est à dire L'ouvrage de M r D'Orbigny (Prodr. de pal. v. 2, p. 315, N. 322) 
je trouve que cet auteur a conservé le nom de laevigata Mell. et qu' il n'a pas proposé le nom de sublaevigata. 

En faisant des recherches sur le nom de R. laevigata, j'ai trouvé que dans le mémoire de Adam Sedgwich et Ro- 
derick Imp. Murchisou ayant le titre : « A sketch oî' the Structure of the Eastern Alps » insérée daus le vol. 3, Part. 2, 
Traus. Geol. Soc. London p. 419, pi. 48. f. 2-1, paru en l<S:i2 on trouve la Rostellavia laevigata. 

Ce nom a été donnée par Sowerby car à pag. 417 du même mémoire il y a une note dans laquelle on dit : « The 
figures following the species named by Sowerby refer to the plates which accompany this memoir ». 

Or ou doit observer que tandis que dans le texte à pag. 419 on lit Bostellaria laevigata , dans 1' explication des 
planches ou lit Rosi laeviuscula. C'est de là qu'a eu origine l'équivoque où a tombé M 1 ' D'Orbigny (1850 Prodr. 

p. 227), qui n'ayant pas lu le texte mais seulement l'explication des planches, cite cette espèce avec le titre de Rost. 
laeviuscula. Mais M 1 ' Broun (1818 Index Pal. v. 2, p. 1098) avait déjà reconnu le nom de laevigata Sow. et eu suite 
M r Zekeli (1852 De Gasteropoden der Gosau gebilde p. 122, pi. 12. f. 2) adopta aussi le nom de laevigata. — M r Ru- 
pert Jones vient de m'écrire qu' il croit que l'erreur du typographe eût été causé par un équivoque, car dans l'expli- 
cation de la même planche (fig. 20) il y a une TurriteUa laeviuscula; probablement il ne sut pas lire le manuscrit et 
croya que c'était le même nom. 

On doit donc donuer à l'espèce de Sowerby le, nom de R. laevigata Sowerby à celle du Bassiu de Paris le nom de 
sublaevigata Desh. (nou d'Orb.). 

Pour ce qui regarde le genre Gladius adopté par M'" Cossman, je dirai que vraiment il a le droit de priorité sur 
celui de Rostellavia car il a été proposé par Klein en 1753, taudis que celui de Rostellaria a été proposé par Lamark 
en 1799. Mais, comme le nom de Rostellaria est conmi en tout le monde, depuis tant d' années et qu' il a été adopté 
par tous les paléontogues et comme le type du genre gladius est représenté par la fig. 77 (pi. 4) de Klein qui est le 
Gladius fusus, L. taudis que le genre Rostellaria a une étendue bien plus large, je propose de retenir le nom de Ro- 
stellaria « sensu lato » et adopter celui de Gladius comme un sous-genre pour les espèces fusiformes , avec le canal 
antérieur très allongé et rostre; le labre esterne très peu dilaté en aile dont les caractères ont beaucoup d' analogie 
avec le Gladius fusus L. Je rapporte à ce sous-genre le Gl. rectirostris Lamk. le 67. curtus Sow. etc. La définition 
originaire de Klein est la suivante : Gladius est strombus ex ultima spira gibba , in extremitate oris tenue rostrum 
canaliculatum, acutum extendeus per aualogiam cum pisce Gladio hoc uomine salutatur. 



14 ANNALES DE GÉOLOGIE ET DE PALEONTOLOGIE 

1870. Cypraea flliola Mayer Mayer Descr. coq. foss. p. 6 (Avril). 

„ „ , B Mayer Descr. Coq. terr. tert. inf. p. 337, pi. 12, f. 3. 

„ „ Lioy Bayan Bayan Et. fait. coll. Ec. Mines p. 59, pi. 7, f. 7. 

1880. „ „ „ De Gregorio Fauna S. Giov. Ilarione p. 29, pi. 6, f. 1-3. 

Ayant comparé la filiola et la Lioy, je me suis convaincu qu'elles sont la même espèce. Tous les caractères sont 
identiques et il me paraît impossible de les séparer. Quelques nuances de différence peuvent dépendre de la manière 
de dessiner, ou bien de différences individuelles. Tout au plus on peut retenir les exemplaires de M' Postale corne une 
variété. M r Mayer cite comme analogue la C. prisca des sables de Soissons; M r Bayan la exerta Desh. 

Cypraea interposita Desh. 

PI. 1, f. 35-36 gr. nat. et gross. 

1866. Cyprasa interposita Desh. Deshayes Bassin Paris v. 3, p. 505, pi. 105, f. 13-16. 
1880. „ „ De Gregorio Fauna S. G. Darione, p. 33, pi. 6, f. 7. 

1889. Cypraeidia „ Cossmann Cat. ill. coq. foss. v. 4, p. 106. 

Je possède trois jolis exemplaires, qui ressemblent extrêment à 1' espèce de Deshayes, de sorte que j'ai cru devoir 
les rapporter à la même espèce. Ils ne me laissent aucun doute en égard à leur identification. 

Cyprasa Proserpinae Bayan. 

Var. praegnans De Greg. 

PI. 1, f. 37 a b (le même exerapl. de deux côtés). 

1870. Cypraea Proserpinae Bayan Bayan Bull. Soc. Géol. France T. 27, p. 481. 
„ , „ „ Bayan Et. fait. Col. Ec. mines f. 57, pi. 5, f, 4. 

», , , De Gregorio Monogr. Faun. S. G. Ilarione p. 31, pi. 5, f. 14-14. 

„ , Duclosiana Bast. aff. Rauff Einige neue Gast. vicent. tert. p. 29. 

Je ne possède de cette espèce qu'un petit exemplaire; mais il est en bon état de conservation et il ressemble- 
beaucoup aux exemplaires de S. G. Ilarione. 

M r Bayan compare cette espèce de Bonca à la C guttata Gmelin. Je crois que l'exemplaire rapporté par M r Rauff 
à la Duclosiana doit être rapporté à notre variété. Comme j'ai décrit cette espèce dans mon ouvrage sur S. Ilarione, 
il est inutile ici d'en répéter la diagnose. 

Cypraea (Cyprovula) Faracii De Greg.? 

1880. Cypraea Faracii De Greg. De Gregorio Fauna éoc. S. G. Ilarione p. 33, pi. 1, f. 41, pi. 6, f. 7. 
1885. „ sulcosa Lamk ? Rauff Einige neu gast. vicent. p. 29. 

Comme j'ai dit, le manuscrit de cet ouvrage sur les fossiles de M' Postale date depuis plusieurs années. Or j'y trouve 
cité la C. Faracii; mais ayant recherché cette espèce dans ma collection de cette localité, je n'y trouve plus le petit 
exemplaire cité dans mon manuscrit car il a été perdu. C'est par cette raison que je ne puis plus contrôler cette dé- 
termination, qui du reste je crois que devait être exacte. 

M r Rauff cite la sulcosa Lamk. avec un point intérrogatif. Je suis incliné à penser que son exemplaire devait 
être identique à celui que j'ai perdu. 

Turritella sulcifera Desh. Var. b. Desh. 

PI. 2, f. 38. 
Deshayes Coq. Paris l e éd. pi. 36, f. 3-4, 50, 60 — Bassin Paris v. 2, p. 310. 

Je rapporte à cette espèce un exemplaire très usé, qui lui ressemble beaucoup. Auparavant j' hésitais à le référer 



MONOGRAPHIE FOSS. ÉOC. M 1 POSTALE 15 

à cette espèce, mais ayant examiné avec la loupe quelques fragments du test, qui restent attachés au moule, j' y me 
suis décidé, quoique je ne suis par sûr de son identification. 

Turritella granulosa Desh. 

Var. Postalensis De Greg. 

PL 2, f. 39. 

Deshayes Coq. Paris v. 2, p. 375, pi. 37, f. 1-3. — Bassin Paris v. 2, p. 314. 

Testa subulata; anfractus regulariter paulo concavi, septem sulcis subgranulosis ornati; ultinus an- 
fractus ad peripheriam valde angulatus, basi late profunde regulariter sulcatus. 

Je n'en ai qu'un fragment, mais je ne l'ai pas voulu négliger, car il présente des caractères très importants. 

Cerithium lamellosum Brug. 

PL 2, f. 40-41 deux exempl. 

Deshayes Coq. Paris 1" éd. p. 370, pi. 44, f. 8-9 — 2 e éd. v. 3, p. 159. 

Quelques rares exemplaires qui ressemblent beaucoup au type de Bruguière. 

Cerithium striatum Brug. 

PL 2, f. 42-43 deux exempl. 

Deshayes Coq. Paris 1" éd. p. 382, pi. 48, f. 17-20 (Cer. nudum Lamk.). — Idem 2 e éd. Bassin v. 3, p. 150. 

Quelques exemplaires l' identification desquels est certaine. 

Cerithium cochlear Fuchs? 

Var. Postalensis De Greg. 
PL 2, f. 44-45, deux exempl. 
Fuchs Vicent. p. 41, pi. 6, f. 1-4. 

Je ne possède qu'un exemplaire en mauvais état de conservation. Je l'ai fait figurer seulement à cause de sa rareté. 
Ses caractères correspondent très bien à l'espèce à laquelle je 1' ai rapporté. Il en diffère pourtant à cause de son 
ouverture régulièrement arrondie comme dans certains Fibula. Par ce caractère il me fait rappeler le Cer. Defrancei 
Desh. (Coq. Paris l re éd. pi. 57, f. 5). Il rappelle aussi le C. filiferum Desh. (Idem pi. 49, f. 15-16) à cause de son 
ornementation. 

J' ai quelque doute qu'on doive le considérer corne jeune âge du C. cochlear Fuchs , mais je n' en suis pas sûr, 
j'ai cru prudent de le considérer comme sa variété. Certes c'est un exemplaire dont la détermination est probléma- 
tique. Le Cer. Besliayesianum Leym. (Leymerie Mont Noire pi. 16, f. 6) a aussi beaucoup de ressemblance avec lui. 

Cerithium decussatum Defr. 

PL 2, f. 46-47. 

Deshayes Coq. Paris, p. 381, pi. 44, f. 1-2. — Desh. Bassin v. 3, p. 143. 

Je rapporte à cette espèce deux exemplaires qui lui ressemblent beaucoup. Seulement il ont la spire à peine plus 
conoïde et l'ornementation plus effacée. 

Cerithium corvinum Brongt? 

PL 2, f. 52. 



16 ANNALES DE GÉOLOGIE ET DE PALÉONTOLOGIE 

1823. Rostellaria corvina Rrongt. Brongnart Yicent. p. 74, pi. 4, f. 8. 

1831. Cerithium corvinum Brongt. Bronn. It. tert. p. 51. 

1848. Rostellaria dentata Grat. partim Bronn. Ind. Pal. v. 1, p. 266. 

,. , „ D'Orbigny Prodr. Et. 26, N. 412. 

1859. Chemnitzia sp. Peters Jahr. geol. Reichs. p. 504. 

1862. Cerithium corvinum Brongt. Zittel Ob. Numm. Ung. p. 375. 

1870. „ „ „ Bayan Et. faites école min. p. 40, pi. 3, f. 5. 

1877. Pirena sp. ? Hébert et Munier Cbalmas Rech. terr. tert. Europ. Mérid. p. 3. 

Je rapporte à cette espèce un mauvais exemplaire en partie décortiqué et avec le dernier tour antérieurement brisé. 
Par ci par là dans les premiers tours on distingue certains varices analogues à ceux de la Rostellaria Postalensis 
Bayan de sorte que je pense qu' il n' est pas impossible qu' il dût appartenir à une variété allongée de cette dernière 
espèce. 

Les figures de M" Zittel représentent deux variétés du corvinum. La fig. 2 (pi. 2) est la Yar. Zittcli De Greg. 
ayant les premiers tours costulés etc., la fig. 26 est la yar. pleurotomoides De Greg. ayant les tours subanguleux et 
subcarénés avec les stries d'acroissements anguleuses. 

Je rapporte avec hésitation à cette espèce 1' exemplaire rapporté par Hébert et Munier Chalmas avec le titre de 
Pirena sp. 

Cerithium pernicum De Greg. 

(an Cer. anguloseptum Rauff?) 

PI. 2, f. 48. 

Testa borsoniaefosmis, svbfusiformis, paido pupoides; spira acuminata; anfractus convexi, laxe obso- 
lète tenue spiraliter funiculati; ex funiculis duo magis prominuli quanti alii; costae axiales circiter 10, 
potius brèves, subnodosae, interstitiel aequantes, postke attenuatae; ultimus confractus antice abbreviatus 
latere varicosus; apertura satis angusta. 

L. 20"' m . 

Je ne suis pas sûr du genre de nos exemplaires qui ont beaucoup de ressemblance avec certains Fusus.— Ils res- 
semblent au C. cochlear Fuchs Yar. Postalensis De Greg. Ils en diffèrent par les tours plus convexes, les côtes po- 
stérieurement effacées, la forme plus pupoido. Ils diffèrent du Ccr. globulosum Desh. (Coq. Paris l rc éd. pi. 57. f. 113) 
à cause de leur forme plus pupoïde, les cordonnets spiraux moins visibles, l'ouverture plus étroite. Comme la partie 
antérieure de celle-ci est cassée dans tous mes trois exemplaires, je ne puis en donner aucun renseignement. 

Cette espèce me paraît voisine du Cer. anguloseptum Rauff (1884 Altersv. hait, mittl. éoc. M* Postale p. 4) à 
laquelle je l'aurais référée si j'eusse observé le cordonnet suturai dont parle M r Rauff , qui manque dans nos exem- 
plaires. Quoique j' ai reconnu cette espèce dès plusieurs aimées , si on prouvera l' identité d' elle avec l'espèce de 
M r Rauff , c' est le nom de celui-ci qui devra être préféré , cas je n' ai pas publié mon espèce. Mais jusqu'à présent 
1' identification est impossible. 

Cerithium anguloseptum Rauff sp. dub. 

1884. Rauff Altersv. hait, mittl. éoc. M' Postale p. 4. 

Test turrita; anfradus cirdter 12; stricte spirales tenues, circiter 10 ex quibus duo majores quam 
aliiae atque prominulae; costae circiter 8-10, prominulae, denticulatae; funicidus inter costas et suturam 
posteriorem interpositus saepe monili férus, nempe tube radis efformatus; basis concentrice lirata. 

Long. 2.")""". Larg. 10 mm . 

J' ai écrit cette diagnose d' après les caractères principaux que j' ai pu recueillir dans la description donnée par 
M r Rauff. C'est une espèce très douteuse, car l'auteur n'en donne pas la figure et car à M 1 Postale on retrouve plu- 



MONOGRAPHIE FOSS. ÉOC. M 1 POSTALE 17 

sieurs espèces dont les tours (surtout dans le jeune âge) présentent des caractères très analogues. — J' ai été très 
embarassé aussi par cette raison : l'auteur donne comme des espèces analogues le Cer. echinulatum Desh. (Deshayes 
Coq. Paris v. 2, p. 369, pi. 55, f. 3-4) et le Cer. G-uiliclmi Raine. (Raincourt Esp. nouv. Paris p. 331, pi. 4, f.2. 
Cossmann Cat. 111. v. 4, pi. 1, f. 9) qui sont très différentes Y une de V autre. — 11 pourrait arriver que mon Cer. 
pernicum dût être référé à la même espèce; mais, comme M r Rauff ne donne pas la figure de son espèce et il parle 
d'un cordonnet suturai papilleux, qui manque dans nos exemplaires, je n'ai pu les rapporter à la même espèce, autant 
plus que j'ai le doute que M r Rauff ait décrit sous le même titre plus d'une espèce. 

Cerithium obesum Desh. 

Var. rarenodulosum De Greg. 
PI. 2, f. 51. 

Deshayes Coq. Paris p. 378, pi. 56, f. 7-8. — Idem Bassin v. 3, p. 144. 
Differt ab exemplaribus gallicis, costis magis raris nodulosisque. 

Je n'en possède qu'un seul exemplaire cassé, je doute qu'on devrait plutôt le rapporter à une espèce distincte. 

Cerithium vicetinum Bayan. 

Mut. normaiis. 

PI. 2, f. 53-60 (f. 53-54) deux exempl.; — f. 55-56 deux jeanes exempl. gross. trois fois; — f. 57 section d'un autre 
exemp. gr. nat. — 58 exempl. de moy. âge gr. nat. — 59-60 un jeune exempl.gr. nat. et gross. — 61-62 deux 
exempl. Mut. Bayani. — f. 63, Mut. minuscostatum De Greg. 

1870. Cerithium vicetinum Bayan Bayan Bull. Soc. Géol. France v. 27, p. 478 (Dec. -Mars). 

„ „ subalpinum Mayer Mayer Descr. coq. p. 55, p. 4 (Avril). 

„ B , , Mayer Desc. coq. terr. tert. inf. p. 331 (Journ. Conch.). 

„ „ vicetinum Bayan Et. faites coll. écol. mines p. 30, pi. 2, f. 5-7. 

1887. „ „ „ Hébert Munier Chalmas Rech. terr. tert. Eur. Merid. p. 3. 

Testa magna, ehg ans, solida, conoidea; anfractus mimer osi, angusti; primi anfractus (circiter 12) in 
medio carinati ; carina costa Uriformi saepe granulatim crenulata efformata ; suturae primorwm an- 

fractum simplkes, lineares, fere non visibiles; interdum juxta suturant posticam secunda canna decur- 
rens similis, hoc autem non in primissimis anfractibus sed in primis ; anfractus sequentes differentis- 
sime ornati nempe costulis axialibus nodulosis; costae rarae, cire/fer 7, minores i / 2 quant interstitia, in 
séries axiales subregidares dispositae; colu niella solida duabus plieis praedita, quae intusper totam spi- 
ram decurrunt. 

J'ai cru nécessaire de donner une description soignée de cette espèce non seulement car elle présente des impor- 
tantes analogies, mais aussi car on trouve ordinairement les exemplaires en partie cassés, et comme ils sont pourvus 
d'une ornementation absolement dimorfe il n'est pas facile de s'en former une idée précise. D'ailleurs j'ai trouvé que 
c'était nécessaire de donner un petit remaniement à la description de Bayan. Je considère corne type de l'espèce les 
fig. 5 et 5 a de Bayan et comme variété la fig. 6. J'ai donné à mon type le nom de Mut. normaiis car il ne cor- 
respond pas au type de Bayan qui était multiple. 

Mut. Bayani De Greg. 

PI. 2, f. 61-62. 

Bayan Loc. cit. pi. 2, f. 6 tantum. 

Primi anfractus duobus cingulis granulosis praediti; granuli satis notati, subnodulosi; striae spirales 

3 



18 ANNALES DE GÉOLOGIE ET DE PALÉONTOLOGIE 

tenues; in anfractibus sequentibus cingulus posticus major quam anticus; postea cingulus anticus dispa- 
ret dum cingulus posticus transformatur in costas nodulosas axiales. 

Mut. minuscostatum De Greg. 
PL 2, f. 63. 

Costae ultimorum anfractum minus notatae, minus prominulae, magis numerosae , circiter 10 non 
in séries dispositae. 

Cerithium giganteum Lamk. 

PI. 2, f. 64-65 deux exempl. 

Deshayes Coq. Paris p. 300, pi. 42, f. 1-2. — Idem Bassin v. 3, p. 115. 

Je rapporte à cette espèce certains exemplaires en partie cassés, qui lui ressemblent extrêmement. Ils ont pourtant 
en outre beaucoup de ressemblence avec le C. incomptum Dixon (Deshayes Bassin Paris 2 e éd. pi. 77, f. 1). 

Mut. propemarginatum De Greg. 

PI. 2, f. 66-67. 

Testa conoidea; anfractus plani tribus cingulis subgranuliferis ornati ; carina apud suturam posti- 
cam, granulis minimis efformata, vix notata. 

Cette mutation est très intéressante et il peut arriver qu'on doive la rapporter à une espèce différente. Elle se di- 
stingue du type à cause de la carène presque nulle etc. — Cette forme est très voisine du C. emarginatum Lamk. 
(Deshayes Coq. Paris p. 332, pi. 45, f. 12-13, 2 e éd. p. 137) du calcaire grossier. 

Cerithium Catullus De Greg. 

PL 2, f. 68-71 quatre exemplaires. 

Testa conica! bimorfa ; angulus spiralis primorum 8 anfractum minus acutus quam ipse ultimo- 
rum; primi anfractus circiter 8, plani aut vix convexi; régularité)' spiraliter sulcati; porcae sulcorum 
tenue liri formes; suturae lineares; ultimi anfractus plani laevigati. 

C'est une coquille très intéressante dont je regrette de ne posséder que des fragments seulement. 

Cerithium Chaperi Bayan. 

PL 3, f. 72-76 cinque exemplaires. 

1870. Cerithium Chaperi Bayan. Bayan Bull. Soc. Géol. France T. 27, p. 478, (20 Dec-7 Mars). 

„ „ goticum Mayer Mayer Descr. Coq. foss. p. 4 (23 Avril). 

„ , » „ Mayer Descr. Coq. foss. ter. tert. inf. p. 33, pi. 12, f. 2. Journ. Conch. (Juillet). 

„ „ Chaperi Bayan Bayan Et. faites Coll. Écol. Mines p. 37, pi. 1, f. 4-5. 

1877. g „ , Hébert Munier Chalmas Kech. terr. tert. Europ. Mérid. p. 3. 

Testa conoidea, subpupoides, oblonga , apici acuminata , costae axiales subregulares , paulo minores 
quam interstitia, in séries axiales paulo irregulariter dispositae, in ultimo anfractu interdum fere eva- 
nescentes, saepe attenuatae atque numerosiores; funiculi spirales laxe saepe obsoleti; apertura mediocris, 
postice sinuata; labrum columellare postice incrassatum. 

L. 75 mm . 

C'est une espèce assez commune , mais dont il est difficile de se procurer des individus qui ne soient cassés en 
quelque part. C'est une espèce caractéristique. 

Les exemplaires de M. Mayer étaient meilleurs que ceux de Bayan. 



MONOGRAPHIE FOSS. ÉOC. M* POSTALE 19 

Cerithium gomphoceras Bayan. 

PI. 3, f. 77-87 (f. 77-78 deux exempl. de moy-âge; — f. 79-80 deux jeunes exempl.; — f. 81 section d'un autre- 
exempl.; — f. 82-84 exempl. adulte de trois côtés; — f. 85-87 trois exempl.). 

1870. Cerithium gomphoceras Rayan Bayan Bull. Soc. Ge'ol. France 2 e Sér. v. 27, p. 478 (Déc.-Mars). 

„ „ rapum Mayer Mayer Descr. coq. foss. (Avril). 

sa n „ Mayer Descr. Coq. terr. tert. inf. Journ. Conch. p. 330, pi. 11, f. 5. 

„ „ gomphoceras Bayan Bayan Et. faites Coll. Écol. Min. p. 29, pi. 1, f. 2, pi. 2, f. 3-4. 

1877. , » » He'bert Munier Chalmas Bech. terr. tert. Europ. Meïid. p. 3. 

Testa singularis,sublaevigata, antice turgidula, polymorfa secundum aetatem snam; anfractus angusti, 
nitmerosi, circiter 28; primi anfractus (drciier 9) subcylindracei, obsolète bicarinati; anfractus sequentes 
(circiter 10) duplo cingulo tuberculorum, ornati; cingulus posticus major quam anticus, tuberculis costi- 
formibus prœditus; cingulus anticus granuUferus, sutura antlca marg'mata; ultimi anfractus (circiter 9) 
sublaevigati , angusti , plani cum angulo spirali majore ; ultimus anfractus striis accretionis obseletis 
maxime simiosis obliquisque ornatus, intérim angustissimus, canalis anticus subnullus; columella brevis, 
in medio eœcavata; apertura intus angustissima, cum ïabro interno postice xalde et profundo emarginato. 

C'est une espèce extrêmement intéressante non seulement à cause de ses caractères singuliers, mais aussi par son 
développement extraordinaire; car c'est l'espèce plus répandue à M 1 Postale. Néanmoins il est très rare et très diffi- 
cile de pouvoir en avoir des exemplaires qui soient en bon état de conservation; car ordinairement on n'en recueille 
que des fragments. Sans une certaine pratique il n'est pas facile de diviser les fragments de spire de cette espèce de 
ceux du C. polaeochroma Bayan et vicctinum Bayan. — Un des caractères de cette espèce est la grande étroitesse 
de Y intérieur des tours. 

Cerithium (Bellardia) palaeochroma Bayan. 

PI. 4, f. 88-93 (f. 88-89, un exempl. de deux côtés; — f. 90-91, autre exempl. idem; — f. 92, jeune exempl. — 
f. 93, exempl. de moy. âge). 

1870. Cerithium palaeochroma Bayan Bayan Bull. Soc. Géol. France 2 e ser. v. 27, p. 

» „ (Bellardia) Janus Mayer. Mayer Descr. coq. foss. p. 3, (Avril). 

» ., „ „ „ Mayer Descr. coq. terr. tert. inf. Journ. Conch. p. 329, pi. 11, f. 6. 

, „ palaeochroma Bayan Bayan Et. fait. coll. Écol. Min. p. 35, pi. 1, f. 1, 3 (non 2). 

1877. „ n n Hébert Munier Chalmas Eech. terr. tert. Europ. Merid. p. 3. 

Testa magna, singularis; spira conica; anfractus plani, primi (10) axialiter costulati ; sequentes 5 
sulmoduloxi, nain costae in nodulos granuli formes commutantur; penultimus anfractus dorso tuberculis cras- 
sissimis (8-10) rapide crescentibus atque evanescentibus ornatus; apertura ovata , postice canal/cufata ; 
canalis anticus valde contortus; ultimus anfractus basi paulo gïbbm Mère irrégularité)- uni tuberculatus. 

Certes c'est une des espèces plus singulières de l'éocène vicentin. L'ornementation des premiers tours souvent s'ef- 
face, mais les noeuds de l'avant dernier tours atteignent un développement extraordinaire. Je crois que c'est pas cette 
raison que l'ornementation vient à être (pour ainsi dire) réassorbée. Il y a en outre un caractère très important à 
observer: le long des tours à la partie antérieure il y a une espèce de sillon, qui semble plutôt une fente qui se pro- 
longe en crête saillante dans V avant dernier tour c'est à dire correspondant au tubercules. Cette fente est visible en 
deux ou trois tours, mais quelquefois même dans les autres. Comme M r Mayer déjà a observé, elle nous fait rappeller 
celle du genre Triforis. 11 crois que c'est l' indice de fentes temporaires pas lesquelles les branches de l'animal com- 
muniquaient directement avec la mer. Ce caractère n'a pas été bien observé par Bayan. 

M r Mayer compare cette espèce au C. vélïicaium Bell; mais la figure donnée par Bellardi (Nice pi. 15, f. 2-3) 
est tout à fait différente. On devrait faire des recherches de meilleurs exemplaires que celui figuré par Bellardi , et 
observer bien leurs caractères. 



■20 ANNALES DE GÉOLOGIE ET DE PALÉONTOLOGIE 

Les tubercules du dos me font plutôt rappeler le C. combustum Defr. duquel il est du reste tout à fait distingué. 
M r Mayer n'a pas décrit le sous-genre Bellardia à part, mais il l'a proposé expressément pour cette espèce et il 
a eu raison à le faire. M r Fischer en effet le maintient dans son Manuel de conchylyologie. 

Cerithium n. sp. 

PI. 2, f. 50. 

Testa conica, pupoides; anfractm plani laevigati; ultimus ad peripheriam angulatus, basi excavatus. 

C'est une espèce douteuse; probablement elle n'a pas encore été décrite ; mais ce serait téméraire lui donner un 
nom, car je n'en ai qu'un mauvais exemplaire. 

Cerithium sp. 

PI. 2, f. 49. 
Un fragment altéré et très mal conservé qui a une forme de petite nérinée. 

Cyclostoma (Cyclotus) antiquum (Brongt.) Desh. 

PL 4, f. 95. 

1810. Cyclostoma elegans antiquum Brong. Brongnart Sur les terr. form. sous l'eau douce. Ann. Mus. t. 15, 

p. 365, pi. 22, f. 1. 

1811. , „ „ „ Brard. Journ. Physique t. 22, p. 453 (teste Deshayes). 
1826. „ , Desh. Deshayes Coq. Paris 1" éd. p. 75, pi. 7, f. 4-5. 
1852. „ , antiquum Brong. D'Orbigny Prodr. v. 3, p. 3. 

1862. Cyclotus obtusicosta Sandb. Laudeberger Land. Sûssw. Conch. Vorw. p. 241, pi. 12, f. 5. 

1866. Cyclostoma antiquum Brong. Deshayes Bassin Paris p. 881, pi. 58, f. 4. 

1885. Hélix indet? Rauff Gastr. vicent. tert. p. 31. 

1890. Cyclotus obtusicosta Sandb. Oppenheim Sand. Sûssw. Eoc. Vie. p. 18, pi. 18, f. 3. 

1892. Cyclostoma (Cyclotus) antiquum (Brongt) Desh. De Gregorio Foss. extram. Vicent. p. 14, pi. 1, f. 28-32. 
, Cyclotus obtusicosta Sandb. Oppenheim Saud. Sûssw. Vie. Eoc. p. 18, pi. 3, f. 6. 

Testa delphinuliformis, spiraliter dense minute lirata; umbilicus latus,profundus; apertura orbicularis. 

J'ai décrit cette espèce dans l'ouvrage cité et je me rapporte à ce que j'ai dit à propos d'elle. J' ai des raisons 
pour croir que l'exemplaire indiqué par Iff* Rauff sous le titre de Hélix ined. doit être référé à la même espèce. 

J'en possède quatre exemplaires de M' Postale qui ressemblent extrêmement à ceux de S. Marcello et S. Caterina 
décrits dans mon ouvrage et à celui figuré par M r Oppenheim (Sûssw. pi. 3, f. 6). 

Je dois observer que la roche de ces exemplaires est rougeàtre comme celle des couches de M' Postale à Cer. 
gomphoceras. — Mais, comme M' Meneguzzo, duquel je les ai acheté, m'a déclaré qu' ils les avait recueillis à M' Po- 
stale, et comme M' Rauff et même M' Hébert disent d' avoir trouvé dans cette localité même des coquilles non ma- 
rines, je n'ai pas voulu négliger ces fossiles et j'enrichis la liste des espèces de M' Postale. Du reste , lorsque avec 
un canif on décortique la partie externe de la roche, celle qui est interne apparaît plutôt blancheâtre. 

L' identification des l'exemplaire de Rauff est très douteuse , mais comme il dit que c' est une très petite espèce 
ombiliquée, il y a lieu à croire que c'est un exemplaire usé de la même espèce. 

Bulimus Montevialensis Schaur. 

Mut. Catharinensis De Greg. 
PI. 4, f. 94. 

1865. Phasianella Montevialensis Sh. (Shauroth Coburg p. 224, pi. 12, f. 8), Megalostoma (Coptochilus) imbricatum 
Sanlb. (Sandberger Sand. Sûssw. p. 224, pi. 12, f. 3), Bulimulus eoeaenus Oppen. (Oppenheim Sand. sussw. 



MONOGRAPHIE FOSS. ÉOC. M* POSTALE 21 

p. 12, pi. 12, f. 1-4), B. Marcellanus Oppen. (idem p. 12, pi. 2, f. 5), Bulimus (Plectostylus) deperditus Opp. 
(idem. p. 20, pi. 2, f. 6-8) Bul. Montevialensis Schaur. (De Gregorio Nota foss. extram, ven.) , Bul. Monte- 
vialensis Schaur (De Gregorio Descr. foss. extram, vicent. p. 18, pi. 2, f. 10-16). 

Je possède un gros fragment de cette espèce qui ressemble extrêmement à la Mut. Catharinensis décrite dans 
mon ouvrage Descr. foss. extr. eoc. vicent. surtout à l'exemplaire représenté pas la fig. 10. 

La couleur de la roche est rougeâtre, je devrais repéter, à propos de cela, ce que j'ai dit en décrivant le Cyclo- 
stoma antiquum. Je renvoie le lecteur à ce paragraphe. 

Hélix declivis Sandb. 

PL 4, f. 96. 
1872. Sandberger Land. Sûssw. p. 245, pi. 12, f. 12.— 1892. De Greg. Descr. de cert. foss. extramar. p. 9, pi. 1, f. 4-8. 

J'ai décrit cette espèce dans le mémoire cité ; j' ai même observé qu' on doit probablement la considérer comme 
une variété de VH. vicetina Schaur. De M' Postale je n' en possède qu'un mauvais exemplaire, qui ressemble beaucoup 
aux figures 5, 6, 7 de l'ouvrage cité. 

Quant à la roche des couches fossilifères je devrais répéter ce que j' ai dit a propos du Bulimus Montevialensis 
à la diagnose duquel je renvoie le lecteur. 

Purpura (Ricinula) Crossei Mayer. 

PI. 4, f. 97 reprod. 

1870. Mayer Descr. Coq. foss. p. 5. 

m , Descr. Coq. tert. inf. p. 336, pi. 12, f. 4 (Journ. Conch.). 

Testa subovata; spira conoidea; anfractus (7) subplanulati , axialiter obtuse costati , spiraliter laxe 
regulariter sulcati; apertura angusta; labrum internum antice triplicahim,postice uniplicatus;labrum exter- 
num extus marginatus, intus quadridentatum. 

L. 26 mm . 

C'est une des trois expèces qui me manquent, de sorte que j'ai lieu à croire qu'elle doit être très rare. 
Cette espèce me paraît avoir beaucoup de ressemblance avec le Triton cuncatum Cossmann (1889 Cat. 111. Coq. 
foss. v. 4, pi. 4, f. 6. 

Fusus polygonus Lamk. 

Var. raricostatus De Greg. 

PI. 4, f. 131. 

1893. De Gregorio Descr. cert. foss. tert. Bassano pi. 5, f. 112. 

Je possède un petit exemplaire, que j'ai extrait moi même d'un bloc de roche de M 1 Postale, qui ressemble beau- 
coup à la variété de l'espèce de Lamark que j'ai décrite dans l'ouvrage cité. 

Pullincola De Greg. 

Je propose ce nouveau sous-genre pour l'espèce suivante qui présente des caractères très singuliers. Je crois qu' il 
doit être situé tout près du sous-genre Genea (Genea subulata Desh.) mais duquel il reste très distinct. Je 1' ai 
nommé Pullincola, car il se trouve à M' Pulli (incola lat. — habitant). 

Fusus (Pullincola) quinquecostatus De Greg. 

PI. 4, f. 98 - 101 (f. 98-99 exempl. de Ronca gr. nat. et gross.; - f. 100 de M' Postale; — f. 101 de M' Pulli). 
Testa raphitomaeformis, elegans , spiraliter minute dense striata, axialiter costulata, apice acumi- 



22 ANNALES DE GEOLOGIE ET DE PALEONTOLOGIE 

nata; anfractus valde marginati ! plan/, vix convexi pentagonati; costae subnodulosae in 5 séries axiales* 

régularité)' dispositae; sutura postica marginata, obsolète granulosa; apertura angusta oblonga antice an- 

qusta producta. 

L. 23 mm . 

C'est une espèce très intéressante, car elle pre'sente nn aspect singulier. Il nie paraît que quelquefois la columelle 
est ornée antérieurement par quelques granulations. 

J'en possède trois exemplaires identiques, le premier desquels de M' Postale, le second de M' Pulli, l'autre de Eonca. 

L'ornamentation et le port de cette espèce rappellent la C. Maraschini Brongt. de Eonca et il paraît qu' on a 
affaire avec un cas de mymetisme. 

Triton carens Mayer. 

PI. 4, f. 102 reprod. 

1870. Mayer Descr. Coq. foss. p. 4 (Avril). 

„ „ Descr. Coq. terr. tert. inf. p. 334, pi. 12, f. 3. 

Testa ovato-fusiformis; anfractus scalariformes , axialiter tenue plicati , in medio carinati; carina 
nodulis sîtbspinosis efformata ; ultimus anfractus postice notatim carinato, basi septem funiculis spira- 
libus validis praeditus, antice sulcatus. 

L. 27 mm . 

Je ne possède aucun exemplaire de cette espèce et j'ai écrit la diagnose sur les renseignements donnés par l' il- 
lustre prof. Mayer. Je crois qu'elle doit être extrêmement rare. Ce qu'elle a de très caractéristique est l'absence absolue 
de varices. 

Trochus abavus Mayer. 

PI. 4, f. 103-104 reprod. 

1870. Trochus abavus Mayer Mayer Descr. Coq. foss. p. 2, (Avril). 

„ „ „ , Mayer Descr. coq. terr. tert. inf. p. 327, pi. XI, f. 3, (Journ. Conch.). 

Testa conica, apice acuminata; anfractus plant, vix concavi spiraliter obsolète striati, postice subca- 
rinati; ultimus ad peripheriam carinatus basi convexiuculus subumbilicatus; apertura sid)quadrata. 

L. ll mm . 

Cette espèce doit être très rare , car je n' en possède aucun exemplaire. Je donne ces renseignements d' après la 
description donnée par l'auteur. Il la compare au Tr. (Zizyphinus) sulcatus et au Tr. (Zieyphinus) Lamarki. 

Trochus Zignoi Bayan sp. 

PI. 4, f. 105-111 (f. 103 gross. trois fois; — f. 106-111 trois exempl. gr. nat. de deux côtés). 

1870. Turbo Zignoi Bayan Bayan Bull. Soc. Géol. France p. 477 (Déc.-Mars). 

, Trochus Suessi Mayer Mayer Descr. Coq. foss. p. 3 (Avril). 

„ B n ., Mayer Descr. Coq. terr. tert. inf. p. 228, pi. XI, f. 4. 

» „ Zignoi Bayan Bayan Et. fait. coll. Ec. Mines p. 16, pi. 6, f. 8-9, pi. 2, f. 9. 

1877. » » » Hébert Munier Chalmas Eech. tert. Europ. Mérid. p. 3. 

Testa turbiformis; spira apice obtusa; primi duo anfractus laevigati; tertius obsolète spiraliter obso- 
lète biliratas, quartus circiter quadriliratus; quintus circiter sexliratus. seœtus (in parte antica) circiter 
tredecimliratus; lirae tenues costi formes interdum partim obsolète; apertura subrotundata ; basis ultimi 
anfractus convexa, apud columellam vix subumbilicata; sutura canaliculata. 

L. 15 mm . 



MONOGRAPHIE FOSS. ÉOC. M* POSTALE 23 

C'est une des espèces plus caractéristiques de M' Postale. J'ai dû rectifier les diagnoses données par les auteurs, 
car j'y ai trouvé quelques imperfections. M r Mayer et M r Bayan parlent d'une dent coluinellaire que je n' ai point 
constaté dans aucun de mes nombreux exemplaires. En outre l'ombilic, qu' ils décrivent n'est qu' une petite fente ou 
plutôt un faux ombilic , qui dans quelques exemplaires semble manquer presque du tout. Il me paraît qu' il n' y a 
aucun doute sur l' identification de l'espèce de Bayan et celle de Mayer. 

M r Bayan place cette espèce tout près du Tr. Bcrnayi Bayan ( = Turbo annuïatus Desh.). M r Mayer la place 
dans le groupe du Tr. (Monodonta) canal iculatus. 

Trochus Saemanni Bayan. 

Var. Eaffaelei Mayer. 

PL 4, f. 112-115 (f. 112 exempl. cassé. — f. 103-115 un exempl. de deux côtés et gross.). 

1870. Trocbus Saemani Bayan Bayan Bull. Soc. Géol. France, v. 27, p. 477. 

» » » » Bayan Et. fait. coll. écol. Min. p. 13, pi. 5, f. 1. 

1888. „ Eaffaeli Mayer Mayer Descr. coq. foss. tert. inf. p. 320, pi. 14, f. 2. (Journ. Concb. v. 36). 

Testa conica acuminata ; anfractus plani , spiraliter quatuor cinguls granuliferis ornati ; cinguli 
asperulati, crenuli formes, aequidistantes, ex us anticus suturae adnatus , subcariniformis, paulo major 
quant alii; ultimus anfractus ad periphaeriam angulatus, basi 6 l'iris ornatus. 

L. 16 mm . Ang. sp. 40°. 

M r le prof. Ch. Mayer a observé que ses exemplaires étaient intermédiaires entre T. crenuïaris et funiculosus mais 
il a oublié qu' il y avait une espèce bien plus analogue, c'est à dire le Tr. Saemanni Bayan de Eonca qui a tout 
à fait les mêmes caractères. Les exemplaires de M 4 Postale diffèrent de cenx de Eonca seulement par 1' angle de la 
spire un peu plus étroit. 

Turbo antebicarinatus De Greg. 

PL 4, f. 119-123 (f. 119-121 trois exempl. de deux côtés; — f. 122-123 deux exempl. gross.). 

Testa parvula, subtrochiformis, imperforata; anfractus antice convexi, obsolète unicarinati; ultimus 
autem anfractus ad peripheriam notatim bicarinatus; apertura intégra, rotundata. 

L. 7 mm . 

C'est une petite rare jolie espèce , dont j' ai trois exemplaires seulement. La carène , qui est presque effacée dans 
les tours de la spire, devient très marquée dans le dernier tour , tout près d' elle antérieurement apparaît une autre 
carène sur laquelle en suite le tour suivant viendra s'enrouler. 

Dans son ensemble cette espèce a le port du Turbo jucundus Desb. (Desbayes Bassin Paris 2 e éd. v. 2, p. 410, 
^pL 59, f. 25-27) mais elle en est absolument distinguée. La forme des tours et des carènes me fait rappeler la Delphi- 
nula conica Lamk. (Deshayes Coq. Paris pi. 24, f. 14-15 Bassin p. 944). 

Delphinula? perdubia De Greg. 

PL 4, f. 116. 

Testa subvermetiformis, potius rapide crescens, bicarinata; ultimus anfractus antice solutus. 

L. 14 mm . 

Je ne possède de cette espèce qu' un mauvais exemplaire; je l'aurais certainement négligé s' il n'eût pas des ca- 
ractères aussi marqué et si je n'eusse pas telle envie de faire connaître toutes les espèces fossiles de M* Postale. Il 
est en partie rongé et en partie à l'état de moule de sorte qu'on ne peut pas rien assérer et on doit la retenir comme 
une espèce extrêment douteuse. — Son ombilic paraît profond et limité par une espèce d'arête ou de crête qui est 
formée par une diminution d'épaisseur du test. 



24 ANNALES DE GÉOLOGIE ET DE PALÉONTOLOGIE 

Delphinula multisulcata Schaur. 

PI. 4, f. 117-118 un exernpl. de deux côtés. 

1865. Schauroth Coburg. p. 223, pi. 23, f. 3, pi. 24. f. 1. 

Testa orbiculata rapide crescens, spiraliter dense crenulatim sulcata; umbilicus magmis; spira obtusa 
convexa. 

Cette espèce est très voisine de la Del. scobina Brongt. (Brongnart Vicent. p. 223, pi. 24 , f. 1) de laquelle se 
distingue par le manque de la rangée des épines caractéristiques. Schauroth a trouvé cette espèce à Castelgomberto, 
qui est la patrie de la Bel. scobina. L'analogie qui existe entre ces deux espèces me fait douter qu' on doive consi- 
dérer l'espèce de Schauroth comme une variété de celle de Brongnart. 

Mitra Marsalai De Greg. 

PI. 4, f. 129-130 gr. nat et gross. 

(1870. Mitra cfr. crehricosta Lamk. Bayan. Sur les terr. tert. Vénétie p. 458)? 

Testa angusta, elongata, turrita ; anfractus piano convexiusculi , plicis tenuïbus axialïbus confertis 
rvgiformibus ornati; ultimus anfractus cylindraceus, minor quam spira; apertura valde angusta; labrum 
cohnnellare pauio excavatum, quadriplicatum; plicae crassae, conspicuae, majores quam intérêt iti a, ante- 
rius decresccntes; labrum internum arcuato-rotundatum ; suturae simplices. 

L. 24 mm . Ang. sp. 24". 

Cette singulière espèce a quelque faible ressemblance avec la M. crehricosta Lamk. mais elle en est distinguée par 
la forme et par les côtes. Elle ressemble davantage à la Mitra Barhieri Desh. (Deshayes Bassin Paris 2 e éd. v. 3, 
p. 578, pi. 103, f. 20-21); elle en diffère par la taille plus remarquable, les côtes plus fines et plus nombreuses. 

Je rapporte à notre espèce la Mitra cf. crehricosta Lamk in Bayan, mais je ne suis par sûr de cette synonymie 
car elle ne s'appuit pas qu'à une simple citation. 

Voluta? pulcinellaeformis De Greg. 

PI. 4, f. 128. 

Testa laetigata; spira paulo concava, apice acuminata; anfractus vix convexi, sparsim obsolète va- 
ricosi; ultimus anfractus postice cvato-cylindracius; labrum columellare in medto valde biplicatus, antice? 

Je ne possède de cette espèce qu'un exemplaire long 35 mm , antérieurement cassé. Il est très intéressant , car il 
présente une parfaite analcgie avec le Strombus Pulcinella Bayan, tellement que je l'aurais référé à cette espèce s' il 
ne fût pourvu de deux plis columellaires bien marqués, qui ne se trouvent pas dans tous les exemplaires du Pulcinella 
que j'ai examinés. Il ce peut bien qu'il en possédait un plus grand nombre car il est brisé antérieurement. Il res- 
semble aussi à certaines variétés de la Bostellaria Postalensis. Est-ce peut-être un cas de mymetisme ? Je ne sais 
rien affirmer car je n'en ai examiné qu'un seul exemplaire qui du reste est cassé. 

Il ne présente aucune analogie avec aucune espèce du Bassin de Paris; seulement il en a une très faible avec la 
Voluta Baudoni Desh. (Deshayes Bassin Paris v. 3, p. 584, pi. 102, f. 13-14). 

Voluta mitrata Desh. 

Mut. Demidofi De Greg. 
Pi. 4. f. 124-127 deux exempl. de deux côtés v. 3, p. 594. 
Deshayes Coq. Paris cél. pi. 94, f. 1-2. 
Testa ovato-oblonga, crassa; spira subscalarina, conica, régula ris } apici acutiusula; anfractus con- 



MONOGRAPHIE FOSS. ÉOC. M* POSTALE 25 

veœiusuli, postice angulato-subrotiindatls, splraliter laxe funladati, axialiter atriati atque costati; striae 

minutae, confertae, filiformes; costae 7-9, magnae, arcuatœ , angulo postico asperulatae , fere in séries 

dispositae; ultimus anfractus circiter 4 / 7 tôt lus longitudinis; apertura oblonga, angustaque; labrum colu- 

mellare quadriplicatum; plicae vegulares, validae , latae , obsoletae , extus per basim anterius arcuatlm 

decurrentes. 

L. 60""". Ang. sp. 56°. 

C'est une forme extrêmement intéressante à cause de l'analogie qu'elle présente avec la V. Hébcrti Desh. Elle en 
diffère pourtant, car elle manque d' un plis de la columelle, elle a les tours postérieurement presque arrondis et moins 
étages; la spire plus aiguë, les côtes postérieurement subépineuses, le sommet plus aigu. — Par ces caractères elle se 
rapproche davantage de la V. mitrata Desh. à laquelle je l'ai référée. — Elle diffère de la V. subspinosa. Brongt 
par son dernier tour plus conoïde, ses côtes plus épaisses et plus allongées etc. 

Phasianella circumfossa Rauff. 

PI. 5, f. 143-146 deux exempl. de deux côtés. 

1884. Rauff Altersverliâlt mittl. eoc. M 1 Postale p. 2. 

1888. Mayer Coq. foss. terr. tert. inf. Jonrn. Conch. p. 321, pi. 14, f. 4. Natica (Ampullina) Babylonien. 

Testa ovata elongata, pot lus angusta, tennis, imperforata, laevigata; anfractus conveœiuculi; suturae 
impressae, vix subscalari formes; ultimus anfractus oblongus subçylindraceus; apertura ovata, antlce ro- 
tundata. 

L. 40 im ". 

C'est une espèce très caractéristique et pas très rare. Il est très difficile de distinguer les jeunes exemplaires de 
cette espèce de la Bostcllaria Postalensis Bayan et du Strombus Puïcinella Bayan. Ce sont trois espèces très dif- 
férentes, mais qui ont le même aspect lorsque elles sont jeunes. 

La Ph. circumfossa a beaucoup de ressemblance avec la Pli. suturata Fuchs et il peut arriver qu'après une étude 
soignée de cette dernière espèce on devra les considérer comme des mutations du même type. Dans ce cas le nom de Fuchs 
aurait le droit de priorité. Cette espèce diffère de la Ph. syrtica à cause de son angle spiral plus aigu et son ouver- 
ture plus étroite. 

C'est après un longue étude que j'ai pu me convaincre de l'identité des espèces de Rauff et de Mayer. Les dimensions 
données par Rauff sont les suivantes: long. 37 ,um larg. 18""", dernier tour 20""". Il dit que les tours sont étages, la suture 
postérieure étroitement canaliculée, la spire aiguë, l'ouverture à forme d'amande. Tous ces carectères correspondent parfaite 
ment à ceux de l'espèce de Mayer. Vraiment il n'en a donné aucune figure tandis que M r Mayer l'a donné. Mais malgré 
cela, comme il n'y a aucun doute sur l' identification, j'ai cru adopter le nom proposé par M r Rauff, qui a le droit de priorité. 

La Phasianella sp. ind. (Bellardi Nice pi. 12, f. 14-15) me paraît très voisine de l'espèce de M' Postale. 

Phasianella Syrtica Mayer sp. 

PI. 5, f. 135-138 deux exempl. de deux côtés. 
1888. Natica Syrtica Mayer Journ. Conch. p. 322, pi. 14, f. 3. 

L'exemplaire que j'ai dans mes mains ressemble extrêmement à la figure de Mayer. Il rapporte son espèce au gen. 
Natica au lieu qu'au gen. Phasianella. Certes, le genre Natica qui est aussi différent du genre Phasianella, pourtant 
il contient des sous genres ou pour mieux dire des espèces dont le test est très ressemblant au genre Phasianella. 
Comme on ne peut connaître de ces espèces que la forme du test et que tous les caractères zoologiques nous man- 
quent, on ne peut pas se prononcer avec sûreté, si certaines espèces doivent rentrer dans le domaine du genr. Natica 
" sensu lato „ ou bien dans celui du genr. Phasianella. Mais, comme nos exemplaires ressemblent extrêmement à cer- 
taines Phasianella vivantes, j'ai cru préférable le référer à ce genre. 

La Ph. syrtica a été trouvé par le Prof. Mayer dans le Tongrien de Tarifes. Pour ce qui regarde la Phasianella 

4 



26 ANNALES DE GEOLOGIE ET DE PALEONTOLOGIE 

Montevialensis Schaur. (Coburg p. 224 , pi. 22 , f. 8) je crois que c' est identique du Turbo elatus Fuchs (Vicent. 
pi. 2, f. 12); dans ce cas le nom de Schauroth aurait le droit de priorité. Mais quant au genre de cette espèce je 
crois que M r Fuchs a raison de la. référer au genre Turbo, puis que le dernier tour présente des diversités remarquables. 
Cette espèce a une très grande ressemblance avec la Natica jyhasianelloides De Greg. (1880 Fauna S. G. Ilarione 
pi. 3, f. 1), mais notre espèce a la spire moins aiguë et le cachet de Natica plutôt que de Phasianella. Mais après 
tout je ne suis pas sûr qu'on ne doive pas identifier les deux espèces. 

Phasianella Postalensis De Greg. 

PI. 4, f. 133-134 deux exempl. un desquels de deux côtés, f. 133 bis gross. trois fois. 

Testa parvula, elegans, turbiformis, rapide crescem, spiraliter regulariter tenue llrata; Urae in pe- 
nuîtimo anfractu 4, in ultimo autem circiter 8; apertura ovato-rotundata, erecta, paulo declivi*. 

L. 9 mm . 

Cette espèce est très analogue de la Pli. tricostalls Desh. (Deshayes Coq. Paris l re éd. v. 2, p. 268, pi. 34, f. 23- 
25, 2 e éd. Bassin Paris v. 2, p. 362, Littorina tricostaïis). Elle en diffère à cause de la régularité de ses côtes spi- 
rales qui sont plus nombreuses et égales entre elles. 

La forme de notre espèce ressemble extrêmement à celle de la Ph. Pulla L. vivant daus la Méditerranée. 

Natica hybrida Desh. 

PI. 5, 1. 139-142 deux exempl. de deux côtés. 

1804. Ampullaria hybrida Lamk Lamarck Ann. Musée T. 5, p. 33. 

1822. „ „ » Lamarck An. s. vert. T. 5, p. 550. 

1823. „ „ „ Lamarck Mémoire sur les foss. des env. de Paris et Recueil de pi. coq. foss. p. 149. 
1838. „ „ „ ? Deshayes An. sans vert. 2 e éd. v. 8, p. 553. 

1843. Natica „ » ? Nyst Coq. Pol. Belgique p. 438. 

1848. B „ » Bronn. Ind. Pal. v. 2, p. 783. 

1850. „ » „ D'Orbigny Prodr. v. 2, p. 413. 

„ Globulus hyridus Lamk. Dixon. Sussex. p. 97, pi. 7, f. 22. 

1852. Natica hybrida Lamk. Bellardi Nice p. 212. 

1854. „ „ „ Morris Cat. Brit. Foss. p. 261. 

1866. , „ „ Deshayes Bassin Paris p. 75, pi. 71, f. 1-2. 

1870. , „ » Bayan Sur les terr. tert. Vénétie p. 458. 

„ „ „ „ Bayan Et. fait. coll. écol. Mines p. 77. 

1875. „ , „ Hantken Bakony p. 366, pi. 17, f. 2. 

1877. „ „ , Hébert Munier Chalmas Rech. terr. tert. Europe Mérid. p. 3. 

1878. Globulus hybridus Lamk. Dixon Rupert. Jones Foss. Sussex p. 233. 
1888. Arapullina (Euspira) hybrida 

Lamk. Cossman Cat. 111. p. 179. 

1891. Ampullina hybrida Lamk. Newton Syst. Lint. p. 242. 

C'est une espèce très intéressante, signalée pour la première fois par Bayan à M 1 Postale. Elle n' est pas rare et 
on la recueille en bons exemplaires qui correspondent très bien à la figure de Deshayes (Bassin Paris 2 e éd. pi. 71, 
f. 1-2). Quelques-uns se rapprochent de la N. Suessoniensis D'Orb. dont le type est la fig. 17-18 (PI. 19 in Deshayes 
Coq. Paris l re éd. qu' il référa préalablement à la N. hybrida Lamk) tellement que je suis canvaincu qu'on doive con- 
sidérer celle-ci comme une variété de l'hybrida. — Les différences dépendent en partie de l'âge et du degré de déve- 
loppement; on doit ajouter que les conditions du labre de l'ouverture font varier sensiblement l'aspect de la coquille, 
car lorsque celui-ci n'est pas brisé ni usé, donne une autre aspect à l'ouverture et la callosité de la columelle semble 
plus on moins épanchée à la base. — Le deux caractères par lesquels la hybrida se distingue de la Suessoniensis, me 
semblent les suivants : l'ouverture de celle-ci est un peu plus érigée et ovoïdale, et ses tours sent plus profondément 



MONOGRAPHIE FOSS. ÈOC. M 1 POSTALE 27 

excavés près de la suture , tandis que dans la hybrida il y a près de la suture un rampe plane et très peu excavée 
de sorte que les tours sont e'tage's. 

Les deux types sont très rapprochés entre eux, de sorte que je ne crois qu'on doive les considérer comme des mu- 
tations. En effet à M' Postale on trove le type de Desliayes (Bassin PI. 71 , f. 1-2) et en outre une variété qui a 
l'ouverture tout à fait identique de la Suessoniensis, mais qui diffère de celle-ci seulement par les tours postérieure- 
ment moins profondément excavés. Il propose de réunir les initiales du nom de Deshayes et de Lamarck, car celui-ci 
ne figure pas son espèce. 

Je dois observer que M r Cossmann (Cat. 111. p. 179) en parlant de la N. hybrida, dit qu'elle est " creusée d'une 
rampe profondément excavée qui accompagne la suture „ tandis que dans la figure de Deshayes et dans mes exem- 
plaires un voit bien une large rampe plane ou peu excavée. En étudiant la diagnose classique de Lamarck on trouve 
les renseignements suivants. " Ampullaria etc. anfrachmm margine superiorc canali complanato; le bord supérieur 
de chaque tour forme un canal un peu enfoncé mais aplati „. — En outre mon cher et honoré ami dit que la spire 
de la JV. suessoniensis est plus courte. En étudiant mes exemplaires et les figures typiques de Deshayes je n' ai pu 
absolument constater ce caractère. 

Mut. suessoniensis D'Orb. 

1824. Natica hybrida Lamk. Deshayes Coq. Paris v. 1, p. 172, pi. 19, f. 17-18. 

„ „ spirata Lamk. partira Deshayes Idem p. 173, pi. 21, f. 1-2. 

1850 „ SuessoDiensis D'Orb. D'Orbigny Prodr. v. 2, p. 312. 

„ „ hybrida Lamk. Kouault. Pau p. 474. 

1864. „ dissimilis Deshayes Bassin Paris v. 3, p. 76. 

„ „ Suessoniensis Deshayes Idem p. 76. 

1870. „ » Bayan Et. fait. écol. Mines p. 28. 

1888. Ampullina (Euspira) Suessoni- 
ensis D'Orb. Cossmann Cat. 111. v. 3, p. 179. 

Var. suessonihybrida De Greg. 

PI. 5, f. 147-148 un exempl. de deux côtés. 

Differt a « suessoniensi » solum propter canalem poster iorem anfractuum magis latum, minus profundus, 
fere complanatus ut in « hybrida » typica. 

En parlant de l'hybrida j'ai expliqué les raisons qui m'ont persuadé à considérer la Suessoniensis comme une de 
ses mutations, car à M' Postale on trouve des exemplaires qui partagent des deux types. Je les ai considérés comme 
une variété intermédiaire, mais à rigueur ils ne le sont pas car il n' y a pas de limites entre eux. — Comme il est 
bien connu, M r Deshayes même avait dans sa collection rapporté sa N. dissimilis qu' il avait proposée pour son an- 
cienne spirata partim. Cela a été mis en évidence par M r Bayan et accepté par M r Cossman. M r D'Orbigny cite cette 
espèce de Ronca. 

Natica propehortensis De Greg. 

PL 5, f. 149-150. 

Testa globosa, sublaevigata; anfractus convexi; sutura simplex, non canaliculata; umbilicus notatus, 
profundus cercine marginato munitus, labrum columellare, rectum postice ad basim aliquantum callosum; 
apertura semilunaris postice anguste sinuosa. 

L. 60 mm . 

C'est une forme très intéressante , car elle a beaucoup d' affinité avec plusieurs formes et elle me fait supposer 
qu'on doive les considérer comme des débranchrements du même type. L'espèce qui lui est la plus voisine est la N. 
subhortensis De Greg. (De Gregorio Fauna S. G. Harione pi. 3, f. 8) elle s' en distingue à cause de 1' ombilic plus 



28 ANNALES DE GÉOLOGIE ET DE PALEONTOLOGIE 

large et profond , les sutures moins profondes, le bourrelet ombilical plus large. Elle est aussi très analogue de la 
N. Hortensis Bayan (Et. fait. coll. écol. min. p. 26, pi. 9, f. 3) espèce de Eonca. Elle s'en distingue par l'ombilic 
beaucoup plus prononcé, l'ouverture plus érigée. En outre M r Bayan dit que les sutures sont très profondes , tandis 
que dans nôtre espèce ce n'est pas ainsi. Néanmoins il n' est pas impossible qu' on doit finir pour réunir toutes les 
trois dans la même espèce. Dans ce cas le nom de Hortensis aurait le droit de priorité. Je pourrai résoudre bien 
cette question lorsque j'achèverai mon ouvrage sur Eonca. 

La propehortensis a en outre beaucoup de ressemblance avec la N. angustata Grat. in Bayan et plus encore avec 
la N. perusta Bayan non Brongnart in Zittel (Bayan Et. fait coll. écol. mine, pi. 15, f. 7). 

A propos de cette espèce je dois rectifier un erreur : la Ampullaria perusta Brongt est identique à la Natica pe- 
rusta Zittel (Ober. nummulitenform. Ungarn p. 380, pi. 3, f. 1). M r Zittel rapporte à la même espèce la N. Belbosi 
Hôrn. — M r Homes (1854 Leonh. und Br. farb. p. 573) décrivit une espèce avec ce nom, mais, il ne la figura pas; 
M r Bayan, sous 1' autorité de M' Zittel , donne la figure d'une Natica de Piszke. (Et. fait. coll. écol. mine p. 103 , 
pi. 15, f. 7) conservée dans l'école des mines provenant du Musée de Vienne avec le titre de N. Belbosi Horn. Il 
la rapporte à la Nat. perusta Brongt. Or en comparant ces figures, je trouve que l'exemplaire de Bayan, pour lequel 
je propose d'adopter le nom de Belbosi Hôrn., présente des différences notables avec la perusta et je crois qu' il est 
mieux le considérer comme une mutation de la même espèce ou à une espèce à part. La Mut. Belbosi (Hôrn.) De 
Greg. est très intéressante, car elle présente un point de passage entre la N. propehortensis et la perusta type; elle 
diffère de la propehortensis à cause de l'onbilic baucoup plus étroit. 

Natica grata Desh. 

PI. 5, f. 151-152 un exempl. de deux côtés. 

1866. Deshayes Bassin Paris v. 3, p. 69, pi. 71, f. 8-10. 

Je rapporte à cette espèce un échantillon , qui lui ressemble beaucoup. Il a une taille un peu plus grande que 
celle des sables moyens du bassin de Paris, mais ses caractères lui correspondent. Il a la suture étroitement canali- 
culée. L'ombilic est formé par une espèce de fente interposée entre le bord interne de l'ouverture et le bord columel- 
laire ou pour mieux dire la callosité columellaire, qui forme un léger arrêt arrondi, qui se continue avec le bord an- 
térieur de l'ouverture. — Cette espèce me paraît très analogue de la N. Belbosi Hôrn. dont j'ai parlé en décrivant la 
N. propehortensis. 

Natica influenza De Greg. 

PI. 5, f. 161-162 un exempl. de deux côtés. 

Testa suborbicularis, potius tenuis; spira brevis rapide crescens; umbilicus clausus; labrum internum 
duplex a fenditura superficiali umbiliciformi divisum; aperturu ovato erecta; sutura angusta impressa. 

L. 20 mm . 

C'est une petite nouvelle espèce très voisine de la N. suprapatula De Greg. (Monogr. S. G. Ilarione pi. 3, f. 5-6) 
de laquelle elle diffère par la fente ombilicale. Elle rappelle aussi la N, punctura Desh. (Deshayes Bassin Paris v. 3, 
p. 62, pi. 72, f. 14-15) par son ouverture; mais elle en diffère car celle-ci est très ombiliquée. 

Elle est encore plus analogue de la N. semipatula Desh. (Deshayes Bassin Paris pi. 65 , f. 23-25) , de laquelle 
elle diffère par la forme de l'ouverture. Je crois qu'on peut même la considérer comme sa variété. 

Natica pelima De Greg. 

PI. 5, f. 159-160 un exempl. de deux côtés. 

Testa par va, globosa, inumbilicata; spira brevis obtusa ; ultimus anfractus lente crescens; apertura 
satis angusta. 

L. 15 mm . 



MONOGRAPHIE FOSS. ÉOC. M* POSTALE 



29 



Cette petite espèce, dont je regrette de ne posséder qu'un seul exemplaire , me semble analogue de la N. Merci- 
niensis Desh. (Deshayes Bassin Paris pi. 67, f. 3-5; mais elle manque des stries caractéristiques , sa taille est plus 
petite, son ouverture plus étroite. 

Natica subcuspidata De Greg. 

PI. 5, f. 153-158 trois exempl. de deux côtés. 

Testa ovata, laevigata, striis accretionis omata, rapide crescens; ultimus anfractus erectus; apertura 
antice ovata erecta; umbilicus subnullus; sutura angusta impressa. 

L. 20 mm . 



Espèce très analogue de la N. cuspidata Desh. (Deshayes Bassin Paris v. 3, p. 64, pi. 65, f. 26-27) de laquelle 
elle diffère par sa forme plus élancée. Deux de mes exemplaires ont le test près de l'ombilic décortiqué de sorte qu'on 
ne peut pas s'en former un' idée précise; un autre exemplaire plus petit est pourvu encore de la coquille même dans 
la région ombelical et il paraît qu' il ressemble extrêmement à la figure de Deshayes. Celui-ci a le contour identique 
à le Deshayesia fulminea Bayan (Et. fait coll. Écol. Mines p. 22, pi. 3, f. 7) , mais celle-ci appartient à un autre 
.genre à cause des dents columellaires. 

Natica n. sp. 

C'est un petit exemplaire, qui paraît une nouvelle espèce analogue de la N. Forbesi (Deshayes Bassin Paris pi. 17, 
f. 16-17); mais, comme je n'en possède qu'un exemplaire, en mauvais état de conservation je ne puis hasarder aucun 
jugement. 

Natica caepacea Lamk. 

PI. 6, f. 163-171 (f. 163-165 trois exempl. du Bassin de Paris. — f. 166-168 un exempl. de Mont Postale de trois 
côtés, Var. puerpera De Greg.; — f. 169 autre exempl. de M 1 Postale idem; — f. 170-171 autre exempl. de M 1 
Postale de deux côtés idem). 

Lamarck Ann. Mus. p. 96. 

Lamarck. Idem v. 8, pi. 14, f. 5. 

Lamark Mém. sur les foss. env. Paris avec recueil des planches p. 157, pi. 62, f. 5-6. 

Deshayes Coq. Paris v. 2, p. 168, pi. 22, f. 5-6. 

Deshayes Bassin Paris v. 3, p. 59. 

Hébert Munier Chalmas Eech. terr. tert. Europe Mérid. p. 3. 

Bellardi Nice p. 8. 

D'Archiac Inde p. 280, pi. 25, f. 14-15. 

Bronn. Ind. Pol. p. 983. 

D'Orbigny Prodr. Et. 25, N. 110. 

Wise The new Forest. Hist. p. 247-249. 

Schauroth Coburg. p. 252. 

Bayan Sur le terr. tert. Vénetie p. 458. 

Newton Syst. List. p. 238. 

De Gregorio Faunes S. G. Ilarione pi. 3, f. 16. 

Vasseur Rech. Geol. terr. tert. pi. 8, f. 3-6. 

Munier Chalmas Ann. de Mal. p. 335. 

Cossmann Cat. 111. v. 3, p. 108. 



1804. 


Natica 


cepacea Lamk. 


1806. 


» 


» 


» 


1823. 


n 


n 


» 


1824. 


n 


cepacaea 


n 


1866. 


n 


caepacea 


n 


1877. 


n 


» 


n 


1852. 


D 


cepacaea 


» 


1853-54. „ 


3 


n 


1848. 


Pitonillus cepacoeus Lamk 


1850. 


Natica 


caepacea 


n 


1863. 


» 


cepacea 


n 


1865. 


• 


» 


n 


1870. 


» 


caepacea 


» 


1891. 


n 


n 


n 


1880. 


n 


caepacea 


» 


1881. 


n 


cepacaea 


n 


1884. 


Velainia „ 


n 


1888. 


Cepatia „ 


i» 



30 ANNALES DE GÉOLOGIE ET DE PALÉONTOLOGIE 

Var. puerpera De Greg. 

PI. 6, f. 166-171. 

Differt a forma typica propter spiram magis introrsam et callum ombïlici multo magis prominulum, 
turgidum, rotundatum, submarginatum. 

Ayant comparé mes exemplaires de M' Postale avec la figure typique de Lamarck (Lamarck Mém. foss. env. Paris 
pi. 62, f. 5, — Ann. Musée v. 8, pi. 14, f. 5), avec la description de Lamark et avec plusieurs exemplaires du col- 
caire grossier de Paris, que je possède, j'ai observé que la spire de nos échantillons est constamment plus courte et 
la callosité de l'ombilic est plus développée formant un bourrelet arrondi plus saillant et plus délimité que dans les 
exemplaires typiques, — Dans les jeunes exemplaires de Paris (selon les renseignements donnés par Lamarck et même 
par Deshayes) la callosité ne rempli pas l'ombilic, ce que j'ai constaté moi même, tandis que dans nos jeunes exem- 
plaires de M' Postale même dans les jeunes exemplaires la callosité remplit l'ombilic et se mantient proéminent. La 
constance de ces caractères différentiaux pourrait entraîner quelque paléontogue à considérer les exemplaires de M 1 Po- 
stale comme une espèce distinguée. Mais comme les analogies entre les deux formes sont très frappantes , je tiens 
mieux à considérer les exemplaires de M' Postale comme une variété. 

La définition donnée par Lamarck dit : * Nat. ventricosa, globoso depresa, umbilico seniorum obtecto spira brevis- 
sima „. Il est évident qu'en disant " umbilico seniorum obtecto , il entend dire que dans les formes jeunes il est 
ouvert. En effet dans la diagnose il dit : " Dans les jeunes individns l'ombilic est encore apparent, mais daus les plus 
vieux il est tout à fait recouvert par une callosité épaisse. Sur l'avant dernier tour , sous l' insersion du bord droit, 
on voit une petite côte transverse à l'entrée de l'ouverture ,. — J'ai constaté ce dernier caractère dans une grand 
exemplaire (50 mm ) du calcaire grossier de Paris que j'ai acheté chez Damon. — A fin de rendre plus évidentes les dif- 
férences entre les individus typiques et notre variété, j'ai fait figurer même dans ce mémoire quelques exemplaires du 
calcaire grossier de Paris. 

Il me reste maintenant à dire quelque chose sur le nom de l'espèce. Certains auteurs l'appellent cepacca, d'autres 
caepacea, d'autres cepacaea. 

Si on vent se tenir à la priorité, le nom de cepacea devrait être préféré. Mais comme évidemment ce nom est tiré 
du latin caepa (oignon) il est plus correct de l'appeller caepacea. Quant au nom cepacaea il doit être chassé, car il 
est reprochable par plusieurs raisons. 

Je crois qu' il est probable que notre variété doit se retrouver aussi dans le calcaire grossier de Paris , quoique 
je ne l'ai pas constaté. 

Nerita circumvallata Bayan. 

an N. crassa Bell. ? 

PL 6, f. 172-180 cinque exemplaires quatres desquels de deux côtés. 

1870. Nerita circumvallata Bayan Bayan Sur le ter. Venetie p. 458. 

„ , „ » Bayan Et. fait. Coll. M. Mine p. 19, pi. 2, f. 6, pi. 5, f. 3. 

1880. „ », De Gregorio Fauna eoc. S. G. Ilarione pi. 6, f. 59-60. 

Testa ovata; spira introrsa, regularis, visïbilis; labrum internum 6 dentibus validis subirregularibus 
praeditum; ultimus anfractus basi turgidulus, atque m proximitate aperturae exavatus angulatusque. 

Comme même M r Bayan a observé, cette espèce paraît très analogue de la N. crassa Bell. (1852 Bellardi Nice 
pi. 12, f. 9), qui aurait le droit de priorité; mais comme on ne connait pas 1' ouverture de celle-ci on ne pent pas 
identifier les deux espèces. 

Je crois qu' il est probable que 1' excavation de la base du dernier tour, près des dents ait été produite pas l' im- 
pression de l'opercule. 

Cette excavation dans les jeunes individus est quelquefois oblitérée. 

Les dents sont 6, quelquefois sont réduites à 4 seulement, plutôt irregulières; ordinairement celles du milieu sont 



MONOGRAPHIE FOSS. ÉOC. M 1 POSTALE 



31 



plus grandes que les autres de côté. M r Bayan dit que cette espèce est très rare à M r Postale ; je trouve au con- 
traire qu'elle y est commune , en effet j' en possède un grand nombre d'exemplaires. Ordinairement elle se maintient 
avec une petite taille. 

Vêlâtes Schmideliana Chemn. 

PL 6, f. 181. 

? Schmidel. Fort, Yorst. merck. vast. p. 41, pi. 23, f. 1-3. 

Fortis Eonca p. 18. pi. 1, f. 2. 
Hacquet Verstein p. 41, pi. 2, f. 12. 
Gmelin p. 3686. 
Bronn. It. tert. p. 74. 
Brongnart Ann. Se. nat. 
Lamarck Ann. Musée v. 5, p. 93. 
Roissy Hist. Nat. Moll. p. 37">. 
Montfort Conch. Syst. v. 2, p. 355. 

Guerin Icon. règne an. Descr. moll. viv. et foss. pi. 14, f. 7. 
Defrance Dict. Se. nat. v. 34, p. 481. 
Blainville Dict. Se. nat. v. 34, p. 477 (teste Deshayes). 
Bellardi Foss. num. Egitto p. 8. 

: Quenstedt Handbuch p. 637, f. 199. 

Lamarck Hist. nat. An. 5, vert. v. 6, p. 183. 

Chemnitz Conch. Cab. T. 9, p. 130, pi. 114, f. 975-976. 

Brongnart Vicenc. p. 60, pi. 2, f. 22. 

Deshayes Coq. Paris p. 149, pi. 18. 

Sowerby Trans. Géol. Soc. p. 228, pi. 24, f. 9. 

Bronn. Ind. Pol. v. 2, p. 1349. 

D'Orbiguy Prodr. v. 2, p. 312. 

D'Archiac Inde p. 278, pi. 25, f. 4-7, pi. 27, f. 1. 



1778. Helmintholithus 
1780. Nerita (glatte) 
1789. „ perversa Lamk. 
1848. „ 
1831. , 

1804. „ conoidea , 

1805. , 

1810. Yelates couoideus Mont. 
1830. » perversa Cuv. 
1825. Neritina , Lamk. 
. Nerita , „ 

Schmideliana Chumn. 
conoidea Lamk. 
schmideliana Cehmn 

1822. „ perversa L. 

1823. Nerita Schmideliana Chumn. 

1823. n conoidea Lamk. 

1824. , 

1837. Neritina grandis Sow. 
1848. Yelates Scmidelianus 
1850. Nerita Scmideliana Creur. 
1853-54. , 



1854. 

1885. Neritina! 



1865. Yelates Scmidelianus Bronn. Schauroth Coburg p. 22". 

1866. Neritina Schmideliana Chemn. Deshayes Bassin Paris v. 3, p. 18. 
1877. , Hébert Munier Chalmas Rech. Terr. Tert. 

Hantken Sûdl. Bakony p. 367, pi. 18, f. 2. 
De Gregorio Fauna Eoc. S. G. Ilarione pi. 3, f. 4. 
Cossmann Cat. 111. v. 3, p. 92. 
Carez Nord Espergue p. 172. 
Tryon Struct. Syst. v. 2, p. 298, pi. 78, f. 81-82. 
schmideliana Cehmn. Zittell Handbruk v. 2> p. 201, f. 268. 
„ „ Fischer Manuel p. 803, f. 564. 

Dans l'ouvrage classique de Deshayes on trouve des intéressants renseignements à propos de cette espèce. Elle 
est citée par Brongnart et par Schauroth comme provenant de Ronca. 

A M' Postale doit être rare car je n'en possède que trois exemplaires. A S. G. Ilarione elle est commune. J'en 
ai retrouvé un exemplaire avec des traces de couleur à zic-zac. 

Quoique cette espèce est généralement commune, car elle est extrêmement répandue, n'existait jusqu'ici aucune bi- 
bliographie. J'ai cru utile de combler cette lacune en donnant une bibliographie et une synonymie assez riche. Néan- 
moins elle n'est pas complète, car je n'ai maintenant assez de temps pour me dédier davantage à ce genre d' étude 
qui demande une grande perte de temps et de travail. 



1875. Nerita Schmideliana Chemn 

1880. Neritina „ „ 
1888. Vêlâtes „ „ 

1881. „ 

1884. „ perversa L. 

1885. 

1887. . 



32 ANNALES DE GÉOLOGIE ET DE PALÉ0NT0L0GD2 

Oliva (Olivella) Postalis De Greg. 

PI. 6, f. 182-183 le même exempl. de deux côtés. 
1880. Oliva Postalis De Greg. De Gregorio Monogr. Faun. S. G. Ilarione p. 40, pi. 1, f. 36. 

Testa ovato-elongata; sutura anguste canaliculata impressa, anfractus concavi; ultimus magnus cy- 
lindraceus paulo turgidus; sulcus profundus decarrens a dimidio columellae usque ad angulum anti- 
cum lab ri externi. 

J'ai de'crit cette espèce dans 1' ouvrage cité et j'ai figuré le même type de W Postale. C'est une espèce analogue 
de VO. Branderi Sow. 

Je ne donne ici la diagnose détaillée de cette espèce car je l'ai donnée dans l'ouvrage cité. 

Conus pertectus De Greg. 

PL 6, f. 186. 

Testa elegans, paria, angusta, spiràliter undique subregulariter sulcata, axialiter rugosa; rugae acre- 
tionis sulcos subcrenulantes; anfractus angusti, satis concavi, juxta suturam anticam atque posticam paulo 
erecti, antice obsolète tenue nodulosi, postice obsolète tenue costati; ultimus anfractus postice angulatus. 

C'est une petite jolie espèce dont je regrette de ne posséder qu'un exemplaire en partie cassé. Malgré le grand 
nombre des espèces analogues elle me parait qu'elle diffère des espèces voisines par des nombreux caractères et qu'on 
ne puisse pas l' identifier à aucune d'elles. Parmi les espèces analogues je dois citer Conus Defrancei Desh. (Bassin 
pi. 100, f. 7-9). C. incomptus Desh. (Idem f. 12-13) nodulosus Desh. (Idem f. 24-26) ïineolatus Sol. (Edwards Eoc. 
Moll. pi. 24, f. 10), concinnus Sow. (Idem pi. 24, f. 13) etc. Mais parmi ces espèces celle avec laquelle il a la plus 
grande affinité me semble C. Lamarcki Edw. (Edwards Eoc. Moll. p. 194, pi. 25, f. 3). Il diffère de celui ci seule- 
ment à cause des sillons qui occupent toute la surface. 

Conus deperditus Brug. 

Var. perdubius De Greg. 

PL 6, f. 185. 

Testa laevigata ; spira subirregularis ; satis concava ; anfractus convexi , ultimus postice satis an- 
gulatus. 

C'est une petite coquille, qui appartient peut être à une espèce différente ; mais comme mon exemplaire est en 
mauvais état de conservation et qu' il présente une grande analogie avec le deperditus, j'ai cru préférable le consi- 
dérer comme une de ses variétés. 

Conus deperditus Brug. 

Var. Postalensis. 

PL 6, f. 184. 

Bruguière Enc. méth. vers. p. 80, pi. 337, f. 7. - Deshiyes Coq. Paris p. 745 , pi. 98 , f. 1-2. — Deshayes Bassin 
Paris v. 3, p. 421. — Cossmann Cat. 111. coq. foss. v. 4, p. 236. 

Testa arnica ; spira mediocris ; anfractus spiràliter tenue striati , prope suturam anticam angulati 
subicarinatique; carina laevigata in primés autem anfractibus nodulosa; ultimus anfractus antice striatus. 

L. 45 n,m . 

Je n'en possède qu'un seul exemplaire en bonne conservation. Il se distingue du deperditus pas les nodulosités 
de la carène des premiers tours, pas lequel caractère il est intermédiaire entre Con. deperditus Brug. et C. crenu- 



MONOGRAPHIE FOSS. ÉOC. M* POSTALE 33 

latus Desh. Il se rapproche davantage du C. parisiensis Desh. (l re e'd. p. 749, pi. 98, f. 13-14 Conus antedilluvianus 
Lamk., 2 e éd. Desh. v. 3, p. 418) in Deshayes duquel il diffère par la spire moins developpe'e. 

Il est aussi analogue du C. veridicus De Greg. (De Gregorio Fauna S. G. Ilarione p. 67, pi. 5, f. 1), duquel il 
diffère par la spire plus développée et par les tours non crénelés (hormis les premiers). 

Notre variété est en outre très intéressante car elle signe un point de passage du C. diadema (Edwards Eoc. Moll. 
p. 190, pi. 24, f. 8) qui vient rentrer dans le domaine du deperditus Brug. 

Conus concinnus Sow. 

1821. Conus concinnus Sow. Sowerby Min. Conch. p. 180, pi. 302, f. 2. 
1854. „ , , Edwards Eoc. Moll. p. 196, pi. 24, f. 13. 

1885. » , Edw, Eauff Neue gastr. virant, tert. p. 28. 

Cette espèce est comprise parmi celles citées par M r Eauff; mais je n'en possède aucun exemplaire de M* Postale. 

Conus lineatus Sol. 

1766. Conus lineatus Sol. Brander Foss. Hant. p. 15, pi. 1, f. 22. 

1841. ,, corculum Sow. Sowerby Min. Conch. p. 27, pi. 623, f. 8-9. 

1854. „ lineatus Sol. Edwards Eoc. Moll. p. 199, pi. 24, f. 10. 

1885. » » » Eauff Neue Gastr. vicent. tert. p. 28. 

Cette espèce se trouve dans les mêmes conditions de la précédente: je n' en possède aucun exemplaire de M' Po- 
stale et je la cite tout simplement, car elle figure parmi les fossiles indiqués par M r Eauff provenant de M' Postale. 

Conus 8p. ind. 

M r Eauff dans sa note sur les fossiles de M' Postale annonce d'avoir examiné un petit exemplaire (probablement 
jeune âge d'une espèce nouvelle) ayant la spire obtuse, les tours applatis, pourvus de 12-15 larges tubercules arron- 
dies qui se prolongent d'une suture à l'autre. 

Je crois d'après ces renseignements que cet exemplaire devait appartenir au Comis disjunctus Desh. (Bassin Paris 
2 e éd. pi. 100, f. 17-19) ou à une espèce très voisine de celui-ci. 

Je ne possède aucun exemplaire de M* Postale, qui peut lui être référé. 

PELECYPODA 
Teredo subparisiensis De Greg. 

PI. 6, f. 187-188. 

Testa tubulosa oblonga, rotundata, transversim striata, saepe glomerata. 

Cette espèce me parait analogue du T. Parisiensis Desh. (Deshayes Bassin Paris p. 115 , pi. 3 , f. 1) mais 
elle en diffère par son plus grand diamètre et par sa longueur (Deshayes dit que son espèce est plutôt courte). Elle 
me semble en outre très analogue de la T. Tournait Leym. (Leyméiïe Mont, noire pi. 14 , f. 1-4) de laquelle elle 
diffère seulement à cause des riddes transverses, qui manquent dans l'espèce de Leymérie. 

Corbis major Bayan. 

PI. 6, f. 189-190. 

1843. Corbis pectuuculus non Defr. partiin Deshayes Traité élém. p. 805. 

1869. Fimbria subpectunculus non D'Orb. Suess. Att. straord. Vicenza p. 309. 

1870. „ magna non Anton Bayan Bull. Soc. géol. Franc, p. 461. 

„ Corbis major Bay. Bayan Et. fait. coll. Ec. Mines p. 125, pi. 13, f. 7, pi. 14, f. 1-2. 

Testa solida, magna, elegans, subaequilateral/*, turgidula; costae concentricae majores quant intersti- 

5 



34 ANNALES DE GEOLOGIE ET DE PALEONTOLOGIE 

tia minute radiatim striata; margo crenulatus; cardo crassus validus; in valva sinistra duo dentés car- 
dinales ad angulum dispositi, quorum in medio foveola sita est, in qua dens cardinalis posticus valvae 
dexterae immittitur; dens lateralis anticus conicus foveoîae rotundatae approssimatus; dens lateralis po- 
sticus obsoletus, foveola autem notata. 

Cette espèce a été décrite avec tous les détails par M r Bayan. C est lui qui en a donné la synonymie que j 1 ai 
reproduite. Il cite cette espèce de Konca et pas de M' Postale. L'exemplaire que j'ai fait figuré est long. 80 mm larg. 
65 mm . Le grand exemplaire de Konca figuré par Bayan était de 140 mm . 

Fimbria Maraschini Bayan. 
PL 6, f. 191. 

1870. Bayan Et. fait. col. Ec. des mines p. 73, pi. 9, f. 7. 

Testa elliptica, elegans; costae concentricae angulosae, erectae, regulares, 1 / 2 quam interstitia; inter- 
stitia striis radiantïbus minutis densis ornata; margo subcrenulatus ; valva sinistra cum duobas denti- 
bus cardinalibus, quorum anterior est latus complanatusque, posterior angustus, atque acutus; dentés la- 
térales distantes; ex his anterior magis prominulus, posterior magis oblongus atque acutus. 

L. 70 mm . 

C'est une espèce de Castelgomberto que j'ai retrouvée pour la première fois à M' Postale, ce qui est fort intéres- 
sant. Je n'en possède qu' un seul exemplaire ; comme il est attaché à la roche je n' ai pu observer les dents de la 
charnière et je les ai décrites d'après les renseignements donnés par M r Bayan. 

Fimbria lamellosa Lamk. 

1824. Corbis lamellosa Lamk. Deshayes Coq. Paris v. 1, p. 88, pi. 14, f. 1-3. 

1860. Fimbria „ „ Deshayes Bassin Paris v. 1, p. 606. 

1878. Corbis „ „ Hébert Munier Chalmas Nouv. rech. terr. tert. Vicent. 

Je n'ai pas retrouvé cette espèce à M 4 Postale et je ne la cite que sous l'autorité de M r Hébert et de M r Munier 
Chalmas, mais je dois avouer qu'ayant retrouvé la Corbis major Bayan à M' Postale, j'ai beaucoup à souspecter qu' ils 
eurent entre leurs mains quelques fragments de cette espèce et que, n'ayant pas observé la charnière, il crurent que 
c'était la lamellosa Lamk. — M r Deshayes donne une riche synonymie et bibliographie de cette dernière espèce (Bas- 
sin Paris v. 1, p. 606). 

Lucina elegans Defr. 

PI. 6, f. 192-193 deux exempl. 

Je possède quatre exemplaires de M 1 Postale, qui me semblent très ressemblants de l'espèce de Défrance du cal- 
caire grossier de Paris. M r Deshayes dans son second ouvrage donne la bibiographie de cette espèce; il lui rapporte 
la L. mitis Sow. Comme je n'ai pu observer la charnière je ne puis pas être sûr de l'identification de mes exemplaires. 

Lucina planulata Desh. 

PI. 6, f. 194. 

1860. Deshayes Bassin Paris v. 1, f. 655. pi. 40, f. 1-3. 

Je rapporte à cette espèce des sables inférieurs plusieurs exemplaires de M* Postale, qui lui ressemblent beaucoup; 
mais, comme je n'ai pu examiner la lame cardinale, je ne suis pas sûr de cette détermination. 



MONOGRAPHIE FOSS. ÉOC. M* POSTALE 35 

Lucina emendata Desh. 

PL 6, f. 195-196. 
1860. Deshayes Bassin Paris v. 1, p. 653, pi. 40, f. 25-27. 

Je rapporte à cette espèce du calcaire grossier un exemplaire à double valve de M* Postale. Comme je n' ai pu 
vérifier les dents de la charnière je ne puis pas affirmer si sa détermination est exacte. Dans l'explication des planches 
de l'ouvrage de Deshayes cette espèce porte le titre de L. circinaria Lamk. 

Mon exemplaire est bien conservé; il me semble plus renflé que l'espèce de Paris. 

Lucina gibbosula Lamk. 

PL 6, f. 197 un peu gross. 

1824. Deshayes Coq. Paris v. 1, p. 93, pi. 15, f. 1-2. 
1860. Deshayes Bassin Paris v. 1, p. 641. 

Je rapporte à cette espèce du calcaire grossier de Paris un exemplaire en partie rongé la détermination duquel me 
paraît douteuse. M r Deshayes donne la bibliographie de cette espèce dans la seconde édition de son grand ouvrage 
sur les fossiles de Paris. 

Lucina (Miltha) gigantea Desh. 

PL 7, f. 208-216 (f. 208 exempl. du Bassin de Paris; — f. 209 Var. Escheri Mayer;— f. 210-211 Var. subtruncata 
De Greg.; — f. 212-213 Var. Var. obliquopsis un exempl. de deux côtés; — f . 214-216 Var secunda De Greg. 

Deshayes Coq. foss. Paris v. 1, p. 91, pi. 15, f. 11-12. 

Deshayes Enc. méth. p. 573. 

Deshayes Lamarck An. sans vert. v. 6, p. 231. 

Bronn. ind. Pal. v. 1, p. 673. 

D'Orbigny Prodr. v. 2, p. 385. 

Morris Cat. Brit. foss. p. 208. 

D'Archiac Inde p. 238. 

Pictet Trait. Pal. T. 3, p. 496. 

Deshayes Bassin Paris v. 2, p. 634. 

Bayan Sur les terr. tert. Vénétie. 

Mayer Coq. tert. inf. p. 323, pi. 12, f. 6. 

Hébert Munier Chalmas Rech. tert. Eur. Merid. p. 3. 

Hébert Munier Chalmas Nouv. rech. ter. tert. Vicent. 

Zittel Handbuch v. 2, p. 95, f. 133. 

Quenstedt Handbuch p. 837. 

Cossmann Cat. 111. coq. foss. v. 2, p. 30. 

Newton Syst. Sist. p. 44. 

J'ai été beaucoup embarassé à propos de cette espèce car je ne savais pas s' il serait mieux de regarder les exem- 
plaires de M* Postale comme une espèce différente de la gigantea pour lesquels le nom de Escheri Mayer aurait été 
approprié, ou bien si on devait les considérer comme rentrant dans le cercle des mutations de la gigantea. Mais plu- 
sieurs considérations m'y ont persuadé. La différence entre les exemplaires de M' Postale et de Paris paraît réduite en 
l'absence des stries concentriques (d'accroissement) un peu saillantes, et en l'épaisseur moindre de la coquille (à val- 
ves closes). — Or ayant examiné certains exemplaires de la gigantea du Bassin do Paris, que j'ai achetés chez M r Da- 
mon, j'ai aussi vérifié tous ces caractères: les stries rayonnantes y font défaut du tout et les stries concentriques sont 
un peu élevées; quant à l'épaisseur il est le même. J'ai fait figurer expressément un de ces exemplaires. Je dois ajouter 
que dans quelques rares jeunes exemplaires de M' Postale j'ai découvert quelques traces de stries rayonnantes de sorte 



1824. 


Lucina 


gigantea Desh 


1830. 


» 




» » 


1835. 


■n 




» » 


1848. 


n 




y> n 


1850. 


n 




» n 


1854. 


» 




•n y> 


1851. 


n 




n it 


1855. 


n 




n r> 


1866. 


■n 




n n 


1870. 


n 


sp. 


» 


n 


r> 


Escheri Mayer 


1877. 


n 


sp. 




1878. 


y> 


gigantea Desh. 


1885. 


Miltha 




» 


1888. 


n 






1891. 


Lucina 







36 ANNALES DE GÉOLOGIE ET DE PALÉONTOLOGIE 

que je suis dans l' impossibilité de séparer les exemplaires de M' Postale de l'espèce de Paris. D 1 autre côté, comme 
la L. giyantea est une espèce primaire et très répandue, je crois qu' il est plus convenable en élargir les limites plutôt 
que de les restreindre. — Certes elle ne présente dans le bassin de Paris un si grand développement qu'à M' Postale 
et elle est moins plastique; mais il est bien possible qu'une espèce se maintient rigide dans un bassin et devient pla- 
stique dans un autre. Enfin en peut même adopter le nom de L. Eschcri Mayer si on le croit préférable. Certes M r 
Hébert et M r Hunier Chaînas, lorsque ont inséré le nom de L. gigantca parmi les fossiles de M* Postale, ils durent 
avoir entre les mains des exemplaires identiques à ceux que je possède. 

Je disais que cette espèce se présente a M' Postale avec les formes les plus différentes de sorte qu'en ayant sous 
les yeux deux ou trois exemplaires seulement, on pourrait croire qu' ils appartiendraient à des espèces différentes, mais 
lorsque on ait sous les yeux un plus grand nombre d'échantillons, on s'aperçoit que c'est la même espèce tandis que 
chaque exemplaire a un contour assez différent de l'autre. 

M r Mayer dit que les exemplaires de M* Postale rappellent la L. argus et L. Bellardi. Je ne me rappelle pas main- 
tenant de la L. Bellardi, mais quant à la L. argus Mell. (1) (Melleville Table lect. pi. 6, f. 1-2. — 1865 Deshayes 
Bassin Paris p. 637, pi. 39, f. 5-6) elle me paraît en effet très voisine et qu' il est probable qu'on doit la rapporter 
à la même espèce à titre di variété. — Je dois ajouter que la L. Rollei Michtti (Hichelotti Mioc. inf. p. 69, pi. 8 , 
f. 1-2) de Dego me paraît très analogue de nos exemplaires, certaines jeunes exemplaires semblent tout à fait iden- 
tiques. 

Quoique il est impossible de distingues des vraies variétés j'ai pu ranger les différentes formes en 4 sections. 

Var. Eschcri Mayer PI. 7, f. 209. (Mayer loc. cit. pi. 12, f. 6). 

Margo cardinalis subrectus; unibones parum prominuli; striae concentricae tenues, erectae, irregulares. 

L'exemplaire figuré a un diamètre de 85 mm ; mais j'en ai quelques fragments qui doivent surpasser 100 mm . 

Var. secunda De Greg. PI. 7, f. 214-216 deux exempl. un desquels de deux côtés. 

Margo cardinalis subangulatus; unibones paulo prominuli. 

Var. siibtruncatula De Greg. PI. 7, f. 210-211 deux exempl. 

Testa subtrapetioides, postice subangulata. 

Var. obliquopsis De Greg. PI. 7, f. 212-213 un exempl. de deux côtés. 

Testa subrotundata, obliqua; umbones parvuli, antice siti. 

Lucina bipartita Defr. 

PL 6, f. 198. 

1824. Deshayes Coq. Paris pi. 98, pi. 16, f. 8-10. 
1860. Deshayes Bassin v. 1, p. 659. 

Je ne possède qu'un petit exemplaire, que je rapporte à cette espèce du calcaire grossier de Paris , qui lui res- 
semble beaucoup. 

Lucina supragigantea De Greg. 

PL 8, f. 221-222 grand, réduite (0,75 de l'original). 
Testa magna, paulo inflata, subaequilateralis , concentrice subregulariter lamellosa , apud margines 



(1) Cette espèce a été décrite et figurée par M r Melleville, de sorte qu'on devrait l'appeler L. Argus Mell. Cepen- 
dant M r Deshayes l'appelle L. Argus Desh. et, en la citant, il dit L. Argus Desh. in Melleville. 



MONOGRAPHIE FOSS. ÉOC. M* POSTALE 37 

vix nodulosa; umbones vix prominidi; lunida parva, satis impressa, auriculiformis; vulva oblonga, lata, 
paulo impressa; ligamentum validum. 

Diam. antéropost. 110 mm . 

C'est une magnifique espèce qui pourrait être confondue avec la L. gigantea, mais dont elle se distinque aisément 
à cause de la présence de la lunule et da corselet bien marque's et par sa forme un peu plus renflée. J'en possède un 
magnifique exemplaire que j'ai détaché moi même de la roche. Il est en outre très intéressant, car il conserve encore 
le ligament qui est d'une couleur rougeâtre; on le distingue facilement à cause de la différente fossilisation. Certes il 
a dû être substitué par d'autres substances calcaires. J'ai observé cela plusieurs fois dans certaines coquilles du post- 
pliocène, mais je ne l'ai pas observé dans aucune bivalve éocénique. L' espèce de laquelle la nôtre se rapproche da- 
vantage, me paraît sans doute la L. Caillatl Desh. (1860 Deshayes Bassin Paris v. 1, p. 635, pi. 39, f. 1-2) du cal- 
caire grossier de Paris. Elle en diffère 1 par la taille beaucoup plus grande , 2 par le corselet très large et mar- 
qué, de sorte que la coquille paraît subcarénée, 3 par le défaut des stries rayonnantes postérieures. — En outre la Lu- 
cina Corbiarica var. regularis Leym. (Leymerie Mont, noire pi. 14, f. 5) me paraît aussi analogue de notre espèce; 
mais l'espèce de Leymerie en diffère à cause de la carène qui part du crochet et se prolonge à l'extrémité antérieure; 
si c'est une lunule, celle-ci doit être bien plus large que dans notre espèce. 

Cytherea bellovacina Desh. 

PI. 6, f. 206. 

1824. Deshayes Coq. Paris v. 1, p. 141, pi. 23, f. 1-2. 
1860. Deshayes Bassin Paris v. 1, p. 474, pi. 32, f. 15-17. 

Je possède deux exemplaires de M' Postale , qui ressemblent beaucoup à 1' espèce des sables inférieurs de Paris , 
mais je ne suis pas sûr de leurs identification. 

Cytherea lunularia Desh. 

PI. 6, f. 207. 

1824. Deshayes Coq. Paris v. 1, p. 135, pi. 23, f. 6-7. 
1860. Deshayes Bassin Paris v. 1, p. 444. 

Je rapporte à cette espèce du calcaire grossier un exemplaire dont la forme lui ressemble beaucoup, mais dont le 
crochet semble un peu plus saillant. 

Cytherea poiita Lamk. 

PI. 6, f. 202. 

1824. Deshayes Coq. Paris v. 1, p. 139, pi. 33, f. 3-5. 
1860. Deshayes Bassin Paris v. 1, p. 471. 

Je rapporte à cette espèce du calcaire grossier de Paris un exemplaire qui lui ressemble beaucoup. 

Venus turgidula Desh. 

PI. 6, f. 204. 

1824. Deshayes Coq. Paris v. 1, p. 143, pi. 33, f. 14-15. 
1860. Deshayes Bassin Paris v. 1, p. 422. 

Je rapporte à cette espèce du calcaire grossier de Paris certains exemplaires de M 4 Postale l'identification desquels 
n'est pas certaine. 



38 ANNALES DE GÉOLOGIE ET DE PALEONTOLOGIE 

Cyrena propeantiqua De Greg. 

PL 6, f. 205. 

Testa subtriangularis, vix undulosa, subaequilatera concentrice lamellosa; umbo prominulus, angustus,. 
aduncus, paulo anterius approximatifs; cardo angustus. 

L. 18 mm . 

Cette espèce rappelle beaucoup la Cyrena antiqua Fer. (1824 Deshayes Coq. Paris v. 1, pi. 19, f. 19-21. — Bas- 
sin Paris 2° éd. v. 1, p. 509) elle s'en distingue par la forme moins triangulaire, le crochet plus petit, la charnière 
plus faible. On y voit une dent cardinale assez développée; ou n'en voit pas d' autres, mais il est probable qu' elles 
doient être cassées. 

Tellina? Postalensis De Greg. 

PL 6, f. 203. 

Testa maxime depressa, potius tennis, concentrice regulariter valde costulata; umbones parvi, angu- 
lati, depressi; cardo tennis, fere edentuhis. 

L. 30 mm . 

J'ai été embarassé à propos de cette espèce, dont je ne possède que trois exemplaires que j'ai extrait moi même 
de la roche. Ses côtes sont régulières, subimbiïcées, plus larges que les interstices. J'ai tâché d'examiner la charnière en 
hôtant la roche. Il me paraît qu'elle est dépourvue de vraies dents; qu' il existe une petite fossette cardinale et deux 
dents linéaires rudimentaires le long des bords; mais je ne le puis pas assérer, car je n'ai pu examiner bien ce ca- 
ractère; tandis que j'examinais la lame cardinale en la dépouillant de la roche, elle se cassa. 

Cardium gratum Defr. 

PL 6, f. 199-200 deux exempl. un desquels gross. 

1824. Deshayes Coq. Paris v. 1, p. 165, pi. 28, f. 3-5. 
1860. Deshayes Bassin Paris v. 1, p. 557. 

(1877 Cardium sp. Hébert et Munier Chahuas Eech. ter. tert. Eur. Mér. p. 3). 

Je rapporte à cette espèce du calcaire grossier et des sables moyens de Paris plusieurs exemplaires de M' Postale 
qui paraissent intermédiaires entre le C. gratum et le C. semigranosum Sow. (Deshayes Coq. Paris l re éd. pi. 28 , 
f. 6-7). En les regardant sans la loupe ils semblent presque lisses, seulement dans certains exemplaires on distingue 
quelques côtes effacées. Mais en les regardant avec la loupe on voit que toute la surface est pourvue de côtes rayon- 
nantes applaties, séparés par des interstices linéaires. En regardant ceux-ci avec attention on voit qu' il sont traversés 
par un grand nombre de petites lamelles concentriques les interstices desquelles ressemblent à des petits trous. 

Peut être nos exemplaires doivent être considérés comme une variété de l'espèce de Defrance; mais il ne me pa- 
raît possible d'en créer une espèce différente. Le contour de nos exemplaires change sensiblement selon les individus, 
mais l'ornementation est toujours la même. 

Cardita mitis Lamk. 

PL 7, f. 219. 

1824. Venericardia mitis Lamk. Deshayes Coq. Paris v. 1, p. 155, pi. 25, f. 9-10. 
1860. Cardita „ , Deshayes Bassin Paris v. 1, p. 757. 

Je rapporte à cette espèce du calcaire grossier de Paris trois petits exemplaires de M 1 Postale, qui lui ressemblent 
beaucoup. Ils en diffèrent seulement à cause de la taille plus petite. Je ne suis pas sûr de leur identification, car je 
n'ai pu examiner la charnière; mais l'ornementation est la même aussi bien que la forme. M r Deshayes dans son se- 
cond ouvrage donne la bibliographie de cette espèce. 



MONOGRAPHIE FOSS. ÈOC. M 1 POSTALE 39 

Lima plicata Lamk. 

Var. Postalensis De Greg. 

PL 7, f. 217 gr. nat. et gross. trois fois. 

1824. Lima plicata Lamk. Deshayes Coq. Paris v. 1, p. 297, pi. 43, f. 4-5. 
1865. „ „ „ Deshayes Bassin v. 2, p. 66. 

Je possède un bel exemplaire de cette espèce des sables moyens de Paris provenant de M' Postale. Il a la même 
taille et les mêmes caractères de l'espèce typique, il en diffère seulement à cause de sa forme plus syme'trique et presque 
équilaterale, de sorte qu' il est intermédiaire entre la L. plicata Lamk. et la L. spathulata Lamk. 

Avicula sp. 

1877. Hébert Munier Chalmas Rech. terr. tert. Eur. Mérid. p. 3. 

Les auteurs citent une espèce à' Avicula sans en donner le nom. Quant à moi je n'ai retrouvé aucun fossile qui 
puisse être référé à ce genre. 

BRACHIOPODA 

Terebratula (Kingena?) Postalensis De Greg. 

PI. 7, f. 220 un exempl. de trois côtés. 

Testa rotundato-septemangularis laevigata , globosa-compressa ; valva umbonalis paulo major quant 
criptumbonalis; sutura fere recta; umbo minimus, autem valde contortus; foramen minutissimum valvœ 
criptumbonali approximatum. 

Diam. 25 mm . 

C'est une espèce très intéressante, dont la valve criptumlonale paraît composée de 7 côtes, car la suture frontale 
est droite formant deux angles latéraux, la suture latérale forme deux angles emoussés. C'est par sa forme et surtont 
par le crochet et le foramen que je l'ai rapportée au sous-genre Kingena; car elle rappelle la K. lima Defr. espèce 
crétacée. Mais je ne puis pas l'assérer, car je n'ai pu pas vérifier l'appareil apophysaire sans quoi on ne peut pas 
déterminer avec sûreté les genres et les sous genres de brachiopodes. Dans ce cas, comme j'ai eu déjà l'occasion d'ob- 
server, il est mieux de se servir de nom de Terebratula " sensu lato „. 

C'est une espèce très rare à M 4 Postale j'en possède un très bon exemplaire. 

RADIATA 

Rhabdophyllia tenuis Reuss. 

PI. 8, f. 223-225 trois exempl. 

1867. Reuss Pal. Stud. v. 1, pi. 16, pi. 2, f. 5. 

Je possède plusieurs exemplaires qui ressemblent beaucoup à ceux de Castelgomberto décrits par M r Reuss. 

Rhabdophyllia solenastropsis De Greg. 

PI. 8, f. 226-227 deux exempl. 

Je possède quelques exemplaires ayant un diamètre de 12 mm de forme cylindrique, long 40 mm extérieurement lisses; 
à la loupe on y croit des côtes très faibles correspondant aux cloisons. La section transverse d'une extrémité montre 
environ 42 cloisons , celle de 1' autre extrémité environ 35 cloisons. Les cloisons sont presque égaux entre eux arri- 
vant jusqu' au centre qui est dépourvu de columelle. Ce qui est très remarquable est un riche tissus endothécal qui 
consiste en des lamelles transversales presque concentriques, qui ressemblent beaucoup à celles de la Solenastraea cel- 
Mosa Dune, (1866 Duncan Brit. Foss. Cor. Part 1, p. 41, pi. 5, f. 3). 



40 ANNALES DE GÉOLOGIE ET DE PALÉONTOLOGIE 

Trochosmilia Cocchii D'Acch. 

PL 8, f. 231-234 quatre exempl. 
1866. D'Acchiardi Cor. foss. Terr. num. Alp. Yen. p. 34, pi. 3, f. 1. 

Je rapporte à cette espèce plusieurs exemplaires en mauvais e'tat de conservation. J'en ai étudié la section tran- 
sversale, mais les caractères extérieurs et la forme me persuadent à les référer à l'espèce de S. Ilarione illustrée par 
M r D'Archiac. 

Certains exemplaires ressemblent beaucoup à la Turbinolia sinuosa Brongt. (Brongnart Yicent. pi. 6, f. 17. Tro- 
chocyathus sinuosus Edw. Haime An. Se. Nat. Eech. pol. p. 314. — 1858 Fromentel Intr. et. Pol. foss. p. 84. — 
1865 Schaurotb Coburg p. 182, pi. 6, f. 1 etc. etc. Je ne puis rien affirmer la dessus, car nos exemplaires sont in- 
térieurment altérés; quant aux caractères extérieurs ils ressemblent beaucoup si à l'une qu'à l'autre espèce. Leur forme 
est variable. 

Trochosmilia acutimargo Reuss. 

PL 8, f. 228. 

1873. Eeuss Pal. Stud. v. 3, p. 26, pi. 43, f. 3-7. 

Je rapporte à cette espèce de M r Carlotta un exemplaire qui lui ressemble beaucoup. 

Turbinolia Postalincola De Greg. 

PL 8, f. 229-230 un exempl. de deux côtés. 

Polypier étroitement pédicellé, conique, pourvu de 24 côtes bien marquées; calice à peine concave un peu ellipsoï- 
dal; cloisons presque égaux, environ 24, mais il y en a d'autres interposés qui ne se voient pas bien; columelle la- 
minaire très faible presque effacée. 

Cette espèce ressemble beaucoup à la Turbinolia Boncana Scbaur. (Coburg p. 182, pi. 5, f. 7) de Eonca; mais 
la forme de celle-ci est pentagonale et à ebaque interstice des côtes il y a trois côtes plus faibles interposées ce qui 
ne se vérifie pas dans notre espèce. — La Placosmilia strangulata D'Acch. (1874 D'Acchiardi Cor. Eoc. Friuli pi. 1, 
f. 4) me paraît voisine de notre espèce. 

Paracyathus Postalensis De Greg. 

PI. 8, f. 235- 236 le même exempl. de deux côtés. 

Polypier dilaté à la base, étranglé au milieu, recouvert d'épithèque j'usqu'au bord et même au de là, de sorte qu'elle 
paraît débordante en dedans. Le calice est plus petit que 1' extrémité supérieur du polypier. Les cloisons sont très 
nombreux, ils ont le bord granuleux et crénelé, ils sont environ 48, desquels environ 12 sont un peu plus développés 
que les autres. Au centre il n'y a pas de columelle mais plusieurs palis très rapprochés entre eux. 

L. 22 ram . 

Notre exemplaire ressemble beaucoup à la figure donnée par Catullo pour son Caryophyllia subvasiformis (1857 
Cat. Terr. Sed. Sup. p. 47, pi. 6, f. 9) mais je ne puis pas l' identifier, car cet auteur ne donne aucun renseignement 
sur les cloisons etc. Son exemplaire provenait du calcaire grossier de la Yénétie. 

La Parasmilia crassicostata Eeuss (Pal. Stud. pi. 1, f. 6) de Castelgomberto, et la Circophyllia cylindroides Eeuss 
(Pal. Stud. pi. 17, f. 9-10) de Crosara la Trochosmilia profunda Eeuss (Loc. cit. pi. 44, f. 4) de M r Grumi et le 
Paracyathus Boncaensis D'Acch. (D'Acchiardi Corr. Foss. p. 19, pi. 1, f. 5. — Eeuss Pal. Stud. p. 22, pi. 53, f. 6) 
Eonca sont des espèces analogues, mais ne pouvant pas être identifiées avec nos exemplaires. Le Paracyathus caryo- 
phylhis (Edw. Haim. Brit. Foss. Cor. p. 24, pi. 4, f. 2) me parait aussi analogue de notre espèce. 

Comme j'ai dit il paraît que notre exemplaire soit pourvu d'une épithèque très développé, comme dans certains Mon- 
tilivaultia. Mais je ne puis le certifier car ce pourrait être une incrustation calcaire d'autre origine. 



MONOGRAPHIE FOSS. ÉOC. M 1 POSTALE 41 

Firia De Greg. 

Je propose ce sous genre pour 1' espèce suivante. Il diffère du gen. Placosmïlia à cause de la forme du calice 
non elliptique, mais irregulière et par les cloisons qui tout près de la columelle (qui est foliacée laminaire) se font 
un peu épais. 

Placosmïlia (Firia) Postalensis De Greg. 

PI. 8; f. 237-238 un exempl. de deux côtés. 

Très élégant polypier, dont le port nous fait rappeler le genre Plocophyllia Eeuss; il s'accroit rapidement en forme 
évasée. Le calice est assez large, plane, allongé et irrégulier. Les cloisons extrêmement nombreux; ils s'arrêtent tout 
près de la columelle qui est très mince, droite lamellaire, presque non visible. 

Cette espèce est très caractéristique et je ne sais pas à qui la comparer, car la Placosmïlia cocenica Eeuss de 
S. Ilarione (Eeuss Pal. Stud. pi. 38 , f. 6) qui peut être a quelque analogie avec elle , a une forint de calice très 
différente. 

Plocophyllia caliculata Cat. sp. 

PI. 8, f. 239-240. 

Lobophyllia caliculata Catullo Terr. Sed. Inf. p. 52, pi. 4, f. 7. 
Plocophyllia „ Eeuss Pal. Stud. v. 1, p. 17, pi. 3, f. 1-5. 

Je rapporte à cette espèce quelques exemplaires qui lui ressemblent beaucoup. 

Dendracis subnodosa De Greg. 

PI. 8, f. 242-244 (type) trois exempl. — f. 245-250 trois exempl. gr. nat. et gross. 

Je possède plusieurs exemplaires qui ressemblent beaucoup à la D. nodosa Eeuss de Castelgomberto (Eeuss Pal. 
Stud. pi. 15, f. 2), ils en diffèrent pourtant ayant les calices plus petits; moins ronds et plus obliques et n'ayant 
pas la surface disséminée de pores. C'est une espèce douteuse. 

Var. attenuata De Greg. Cette variété diffère du type à cause de sa forme amincie. 

Dendracis mammillosa Reuss. 

PI. 9, f. 259-261 (f. 259 bloc, de roche avec des restes de cette espèce gross. deux fois: — f. 260 tige d'un polypié- 
rite gross.; — f. 261 détail de la surface intérieure du tégument. 

1867. Eeuss Pal. Stud. v. 1, p. 740, pi. 15, f. 3. 

Je possède plusieurs petits blocs de roches dans lequels il y a des empreintes de Dendracis que je rapporte à 
l'espèce de Eeuss. Dans la partie intérieure du moule on voit bien la structure endothécale qui est formée de tissu 
finement poreux, qui est percé par ci par là par l' extrémité des polypiérites dont la tige centrale est la seule qui n'a 
pas été détruite dans la fossilisation. Les tiges sont cylindriques, longitudinalement costulés et papilleux et ressemblent 
à des petits corallium. 

L'altération subie par nos exemplaires en se fossilisant est telle qu'on ne les laisse facilement reconnaître; toute- 
fois je reste douteux de leur identification. 

Millepora cylindrica Reuss. 

PI. 8, f. 239-241 trois exempl. 
Eeuss Pal. Stud. pi. 15, f. 10. 

Je rapporte à cette espèce plusieurs exemplaires non bien conservés dont la détermination n'est pas sûre. 



42 ANNALES DE GÉOLOGIE ET DE PALÉONTOLOGIE 

Stylophora conferta Reuss. 

PL 9, f. 252-256 quatre exempl. et détail. 

1868. Reuss Pal. Stud. v. 1, p. 7, 25 etc. pi. 9, f. 3-6. 

Je possède quelques exemplaires qui ressemblent beaucoup à l'espèce de Reuss, tellement que je considère leur dé- 
termination comme presque sûre. 

Isastrea n. sp. 

PI. 9, f. 251. 

Je possède un petit exemplaire dendritique, dichotome, que je rapporte à ce genre. En le ragardant à la loupe on 
voit des calices applatis , quadrangulaires , avec environ 6 cloisons, qui se rencontrent au milieu. C'est peut être une 
nouvelle espèce; mais ce serait téméraire de lui attribuer un nom spécifique. 

Stylocoenia postalensis De Greg. 

PI. 9, f. 257-258 un exempl. avec détail. 

Polypier massif, très grand (13 cm ), calices ayant un diamètre de 15 mi °; murailles communes, larges environ 75 mm ; 
8 cloisons primaires se rencontrant au milieu, et formant une espèce de columelle; 8 cloisons secondaires presque ru- 
dimentaires. 

Cette espèce est très voisine de la Sty. microphtalma Reuss (Pal. Stud. pi. X , f. 3) de Castelgomberto. Elle en 
diffère par la dimension beaucoup plus grande et par les calices des polypiérites plus larges.— L'Astreopora discoida- 
lis D'Acch. présente quelque ressemblance avec notre espèce (1874 D'Acchiardi Cor. Eoc. Friuli p. 200, pi. 18, f. 5) 
ressemble beaucoup à notre espèce; mais dans l'espèce de D'Acchiardi on ne voit pas la columelle. Dans notre exem- 
plaire les cloisons, se rencontrant au milieu, forment une columelle qui d'ailleurs est beaucoup plus faible que celle de 
l'espèce de Reuss citée avant. L' Astreopora auvertiaca Defr. (1840 Michelin Icon. p. 159, pi. 44, f. 10. — Areacis 
Edw. Haime 1857 Hist. Cor. v. 2, p. 141. — D' Acchiardi loc. cit. p. 199) paraît aussi analogue. — En regardant 
notre polypier sans la loupe, la forme des calices nous fait rappeler tout de suite de YAstrea cylindrica Defr. (Mi- 
chelin loc. cit. pi. 44, f. 4) mais M r Michelin dit que l'espèce de Defrance a 8 cloisons seulement, tandis que notre 
espèce en a, en outre, 8 rudimentaires; la cylindrica provient du Parisien d'Auvert. L'astrocoenia nana Reuss (Pal. 
Stud. pi. XI, f. 4) présente une disposition de cloisons très ressemblante à celle de notre espèce. 

RHIZOPODA 

Nummulites Lucasana (Defr.) D'Arch. 

PL 9, f. 262, gr. nat. et gross. 

1850. D'Archiac Hist. Progr. géol. v. 3, p. 238. — 1853 D'Archiac Inde p. 124, pi. 7, f. 5-12. 

Je ne possède qu'un seul exemplaire de M' Postale. C'est une espèce très répandue dans le tertiaire d'Italie. J'ai 
parlé de cette espèce dans mon ouvrage sur les fossiles tertiaires de Bassano. M r D'Archiac donne une catalogue des 
principales localités, où elle a été trouvée. De l'Asie jusqu'à l'Espagne elle étend son domaine. 

Nummulites Héberti D'Arch. 

PL 9, f. 263-264 quelques exempl. grand nat. et un exempl. gross. 
1853. D'Archiac Inde p. 147, pi. 9, f. 14-15. 

Cette espèce est très voisine de la variolaria (Lamk.) D'Arch. je n'en ai examiné aucun exemplaire avec la spire 
bien visible, je ne suis pas sûr de la détermination de mes exemplaires qui d'ailleurs ressemblent beaucoup aux exem- 
plaires de D'Archiac. M r D'Archiac ne cite comme ■ habitat „ que Laeken et Bruxelles. 



MONOGRAPHIE FOSS. ÉOC. M* POSTALE 43 

Nummulites Beaumonti D'Arch. 

PL 9, f. 265 bloc de roche. 

1853. D'Archiac. Inde p. 133, pi. 8, f. 1-3. 

Je rapporte à cëtt.e espèce plusieurs exemplaires, qui forment une espèce d'agglomération en des petits blocs de 
roche. Je ne suis pas sûr de leur détermination, Il n'est pas impossible qu'on doive les référer à la Biaritzana D'Arch. 
(ce nom, quoique moins propre, a le droit de priorité sur Biaritsensis D'Arch. Je crois même qu' il est probable qu'on 
doive considérer la Beaumonti comme une des variétés de cette espèce. Néanmoins j'ai retenu ce nom, car la section 
transverse de nos échantillons ressemble davantage à la fig. 1 e (pi. 8 de D'Archiac) qu' à la figure 4 c (idem) qui 
représente la Biaritzana. M r D'Archiac l'a retrouvé à M* Carmel en Egypte et dans l'Inde. 

Orbitoides dispansa (Sow.) Gùmb. 

PL 9, f. 266-270 (f. 266, 269 gr. nat.; — f. 267-268 gross. de deux côtés; — f. 270 détail de la surface très gross.) 

Sowerby Geol. Trans. 2 e sér. v. 5, pi. 24, f. 15-16 Lycophris dispansus. — D'Archiac Hist. Progr. géol. p. 230 
Orbitolites dispansa.— farter Ann. Mag. nat. Hist. v. XI, p. 172, pi. 7, f. 23 Lycophris dispansus.— D'Archiac Inde 
p. 349 Orbitoides dispansa.— Gûmbel Beitr. Foramin. p. 123, pi. 40-47.— Trabucco vera pos. terz. bac. Piem. p. 204 etc. etc. 

Cette espèce est très répandue dans les terrains tertiaires de la Vénétie ; je 1' ai retrouvée en plusieurs endroits. 
M r De Zigno en possédait quelques exemplaires de Valle Organa ; M r Munster de Salcedo.— J'ai uni les initiales de 
Sowerby et celles de Gûmbel car cet auteur l'a bien décrite et figurée en précisant bien ses caractères. 

De M* Postale je n'en possède qu'un seul petit exemplaire, qui ressemble beaucoup à la fig. 40 de Gûmbel. 

Orbitolites complanata Lamk. 

PL 9, f. 271-273 (f. 271-272 un exempl. de face et en section; — f. 273 autre exempl.). 

1770. Helicites Guéttard Mém. se. et arts p. 434, pi. 13, f. 30-32. 

1801. Orbitolites complanata Lam. Lamarck. An. sans vert. p. 376. 

1802. Discolites Fortis Mém. Hist. nat. Italie v. 2, p. 111, pi. 3, f. 4. 

1816. Orbulites complanata Lam. Lamarck Hist. An. saur vert. 2 e éd. p. 196. 

1819. , „ „ Schweigger Beob. Nat- pi. 6, f. 60. 

1821. , » » Lamouroux Ex méth. polyp. p. 45, pi. 73, f. 13-16. 

1824. Orbitolites B „ Bronn. Syst. Urwelt pi. 6, f. 18. 

1824. Orbitulites „ , Enc. méth. v. 2, p. 584. 

1825. Orbitolites plana Brongn. Brongnart in Cuvier Oss. foss. v. 2, p. 270 (teste Bronn.). 
„ „ complanata Lamk. Defrance Dict. se. nat. v. 36, p. 294, pi. 47, f. 2. 

1830. „ » , Blanville Man. Actin. p. 411, pi. 72, f. 2. 

1836-37. Orbitulites „ , Bronn. Leth. Geogn. pi. 35, f. 22. 

1845. Orbitolites B , Michelin Iconogr. zooph. p. 167, pi. 46, f. 4. 

1848. „ „ „ Bronn. Ind. Pal. v. 2, p. 849. 

1850. » „ „ Carpenter Quart. Journal p. 39, pi. 6, f. 23, pi. 7, f. 30. 

», » » D'Orbigny Prodr. v. 2, pi. 25, p. 295. 

1853. , „ „ D'Archiac et Haime Inde p. 351, pi. 36, f. 19. 

1857. „ „ „ Catullo Terr. Sed. Sup. p. 26, pi. 1, f. 10. 

1862. „ „ „ Carpenter Intr. Stud. Foramin. p, 105. 

1876. „ , „ Zittel Hândbuch p. 81, f. 16. 

1878. Orbitoides „ „ Hébert Munier Chalmas Nouv. rech. ter. tert. Vicent. p. 2. 

1885. Orbitulites , „ Quenstedt Hiindbuch p. 983. 

J'ai donné la bibliographie de cette espèce car elle est extrêmement intéressante et très répandue dans 1' éocène 



44 



ANNALES DE GÉOLOGIE ET DE PALÉONTOLOGIE 



d'Europe. Quelques auteurs, parmi lesquels le célèbre M r Quenstedt rangent le genr. Orbitolites parmi les Bryozoa ; 
(1881 Quenstedt korallen v. 2, p. 357) mais la plupart, parmi lesquels M r Carpenler qui a étudié avec beaucoup de 
soin ce genre, l' insèrent parmi les foraminifères. M r Zittel aussi le met dans la classe des foraminifères il rapporte seule- 
ment le genr. Orbitulites Eichw, non Lam. partim chez les Bryozoaires. — Je suis aussi de l'opinion de M r Carpenter, 
mais d'autre côté je dois reconnaître l'analogie qu' il présente avec certains bryozoaires. C'est un phénomène très in- 
téressant qui d'ailleurs n'est pas le seul; car il arrive quelquefois que dans la grande échelle des êtres organisés on 
en trouve quelques-uns qui ressemblent beaucoup à d' autres qui appartiennent à un rang beaucoup plus élevé. On 
pourrait attribuer cela à un mimétisme, ou à perfectionnement successif d'un débrenchement spécial ou plutôt (ce qui 
me paraît le plus probable) à notre ignorance des caractères zoologiques des parties qui naturellement ont été dé- 
truites par la fossilisation. 

VOrbit. complanata n'est pas commune à M' Postale ; elle est rare; on la trouve associée à VAlveolina Boscii , 
qui est sans comparaison beaucoup plus répandue. En lubrifiant la surface de quelques exemplaires avec de 1' eau , 
dans laquelle j'ai dissous un peu de savon, j'ai réussi à découvrire la structure qui consiste en des lamelles extrême- 
ment fines qui se croissent un peu obliquemment donnant lieu à des petites espèces quadrangulaires. Il faut une forte, 
loupe pour observer ce phénomène. J'en donne quelques dessins, car les différents auteurs n'en donnent pas; Michelin 
en donne un mauvais essai; mais la figure donnée par Bronn (Leth. Geogn. pi. 35, f. 22) est la meilleure; néanmoins 
elle ne montre pas bien ce caractère car elle n'est pas suffisamment grossie.— La figure de M r D'Archiac (Inde p. 351, 
pi. 36, f. 19) représente une variété bien définie pour laquelle je propose le nom de Var. Darchiaci. 

Alveolina Boscii Defr. 

PI. 9, f. 274-287 (f. 274-277 var. normalis; — f. 277-278 globobifusula; — f. 279-280 subasymetrica; — f. 281-282 
graniformis; — f. 283-284 pinea; — f. 285-287 fusulinaeformis;— f. 288 exempl, de roche gross. trois fois). 

Bosc. Bulletin Soc. philomatique v. 61, f. S ab c (teste Bronn). 

Deluc Journ. Phys. v. 46, p. 173, pi. 1, f. 11-12. 

Fortis Mém. Hist. Nat. Italia p. 113, pi. 3, f. 8. 

Montfort Conch. Syst. p. 175. 

Parkinson Org. Kemains v. 3, p. 158 f. 28-31. 

Defrance Dict. v. 16, p. 104, f. 4 a 6. 

Parkinsen Intr. Study org. p. 167, pi. 6, f. 14. 

Cuvier Oss. foss. v. 2, p. 270 (teste Bronn.). 

D'Orbigny Tabl. méth. Ann. Se. Nat. p. 140, N. 5, Modèles N. 50. 

D'Orbigny Idem N. 3-4. 

Dictionnaire Class, Hist. Nat. Brongnart etc. v. 10, p. 352, 270. 

Idem p. 452. 

Deshayes Enc. méth. vers. v. 2, p. 17. 

Bronn. Leth. geogn. p. 1147, pi. 42, f. 34. 

Sowerby Trans. Geol. soc. p. 329, pi. 24, f. 17. 

Leymerie Bull. soc. géol. p. 18. 

Leymerie Ment. Noive p. 359, pi. 13, f. 10 a c. 

D'Orbigny For. Wien p. 148, pi. 7, f. 17-18. 

Czjzek Foram. Wien p. 43, pi. 12, f. 34-35. 

Bronn Ind. Pal. v. 1, p. 26. 

Bronn Idem p. 27. 

D'Archiac Hist. Progr. Géol. v. 2, p. 191. 

Bronn Idem p. 2. 

Kutimeyer Schveiz Numm. pi. 4, f. 58-60. 

D'Archiac Hist. progrès. Géol. v. 3, p. 245. 

D'Orbigny Proob. v. 2, p. 407. 



? 


Grain de 


festuque 


1802. 






» 


Discolithes 


1808-10. Miliolites sabulosus Montf. 


1811. 


Fasciolites sp. 


1820. 


Oryzaria 


Bosci Defr. 


1822. 


Fasciolites sp. 


1825. 


Alvéolites milium Bosh. Brogn. 


1825-6. Alveolina Boscii D'Orb. 


1825. 


Alveolina ovoidea et oblonga D'Orb. 


1824-38. Melonia Boscii Deshayes 


n 


n 


Fortisii Desh. 


1830. 


Alveolina Boscii 


1833-38. „ 


» 


1837. 


Fasciolites elliptica Sow. 


1844. 


Alveolina 


subpyrenaica Leym. 


1848. 


n 


» » 


1846. 


» 


Hauerii D'Orb. 


1847. 


» 


longa Cz. 


1848. 


» 


Boscii D'Orb. 


1848. 


» 


oblonga D'Orb. 


1847-62. „ 


subpyrenaica Leym. 


1848. 


» 


» n 


1850. 


i> 


sp. 


n 


» 


elliptica D'Arch. 


» 


n 


Boscii D'Orb. 



1852. 


n 


Hauerina D'Orb. 


1850. 


)» 


elongata D'Orb. 


1851. 


» 


acuta D'Orb. 


1862. 


n 


Boscii D'Orb. 


1853. 


n 


ovoidea D'Orb. 


1867. 


n 


Boscii D'Orb. 


1368. 


» 


oblonga Desh. 


1870. 


n 


subpyrenaica Leym. 


1876. 


n 


longa Boscii D'Orb. 


1879. 


n 


sabulosa Montf. 


1881. 


a 


subpyrenaica Leym. 


1882. 


n 


subpyrenaica Leym. 


1881. 


» 


spbaeroidea (Fort) De Greg 
Var. Guardiolae 


1890. 


» 


oblonga D'Orb. 


1883. 


» 


cfr. oblonga D'Orb. 


■ 


n 


oblonga Desb. 


» 


71 


frumentiformis Schw. 


1890. 


n 


oblonga D'Orb. 


1893. 


» 


Boscii D'Orb. 



MONOGRAPHIE FOSS. ÉOC. M 1 POSTALE 45 

D'Orbigny Prodr. v. 3, p. 156. 

D'Orbigny Progr. v. 2, p. 407. 

Savi Menegbini Cons. géol. Tosc. p. 482. 

Carpenter Parker Rup. Intr. Stud. for. p. 103. 

D'Archiac Inde p. 182. 

Quenstedt Hanbucb p. 822. 

Gûmbel Beitr. Foraminif. p. 27, pi. 1, f. 6. 

Bayan Sur les terr. tert. Vénétie p. 458. 

Zittel Handbucb p. 79. 

Seguenza Keggio p. 20.' 

Leymerie Descr. géol. Pal. Pyrén. p. 820, pi. 5, f. 10. 

Carez Nord Espagne p. 224. 

De Gregorio Fauna Argille scagliose p. 46, pi. 3, f. 46. 

Tellini Nemmulitidi Majella p. 47. 

Schwager Foram. Eoc. Lybiscen Wûste pi. 25, f. 5. 

Ciofalo L'Oliyoc. dintorni Termini p. 8. 

Schwayer Foram. Lybich. 

Tellini Num. Majella p. 47. 

Bernard El. Pal. p. 82. 

L'espèce dont nous nous occupont, est extrêmement répandue et ge'neralement connue. Mais jusqu'à présent en n'en avait 
publié aucune bibliographie synomymique. Certains auteurs ont donné quelques citations mais en passant. Celle que j'en 
ai donnée est assez riche et elle m'a coûté beaucoup de travail , mais elle est loin d'être complète , car je n'ai pas 
de temps suffisant; elle me paraît du reste suffisante à la besogue. Comme on voit, je rapporte à la même espèce la 
A. Hauerii D'Orb. quoique provenant du Falunien. — Le type de cette espèce est très plastique et très ancien. Comme 
je dirai après, certains Fusulina du carbonifère ressemblent extrêmement à une variété éocénique dont je parlerai; et 
le type des formes vivantes diffère très peu des formes éocéniques. — Je doute que la A. bulloides D'Orb. (D' Orbi- 
gny Tabl. méth. Ann. Se. nat. p. 140. — 1852 Prodr. v. 3, p. 156) de Dax doit être considérée comme une mutation 
du même type. — J'ai aussi un pareil doute pour ce qui regarde VA. mélo D'Orb. qui n'est probablement qu'une autre 
mutation. Car (par exemple) M r D' Archiac (Inde p. 182) rapporte à VA. mélo la subpyrenaica var. globosa Leym. 
qui évidemment est la même espèce. Mais la figure donnée par D'Orbigny (For. Wien pi. 7, f. 16-17) montre quelques 
différences. La bibliographie de la A. mélo serait la suivante : 1802 Nautiltis mélo Fichtel et Moll. Tert. mioc. 
p. 118, pi. 24, f. a. — 1808 Borélis melanoides Montf. p. 170. — 1808 Clausulus indicator Montf. p. 178 teste 
D'Orbigny.— 1815-22 Mélonites sphaeroidea Lamk. v. 7, p. 615. — Idem Melonites sphaerica Lamk. Idem p. 616.— 
1816. Enc. Méth. PI. 469, f. 1 a-g. — 1825 Melonia sphaerica Blainv. Mal. p. 369. — 1826. Alveolina mélo D'Orb. 
Tabl. méth. Ann. Se. Nat. v. 1, p. 140. — 1830 Alveolina mélo D'Orb. Deshayes Enc. méth. vers. v. 2, p. 16. — 
1846 D'Orbigny Foram. Wien p. 147, pi. 7, f. 15-16. — 1848 Borélis mélo Bronn Ind. Pal. v. 1, p. 170.— 1850 
D'Orb. Prodr. v. 3, p. 24, N. 689 etc. etc. — 1858 Abich. Centr. pal. Asiat. Euss. p. 29 etc. 

Je ne suis pas sûr qu'on doive considérer la A. mélo comme une mutation de la même espèce. Dans ce cas le 
nom de A. mélo Ficht. Moll. sp. aurait le droit de priorité. 

Fortis figura plusieurs formes, mais il n'en donna pas les noms spécifiques; il se servi du nom générique de Di- 
scolites. 

Montfort propose le nom de Mil. sabulosus ; ce nom a été adopté par M r Seguenza pour désigner cette espèce. 
Mais j'ai préféré le nom de Defrance, car Montfort ne figura pas cette espèce et il proposa en outre le nom de Bo- 
rélis melanoides et de Clausulus indicator, qui peut être ce sont des variétés de la même espèce. Dans mon ouvrage 
sur " les argille scagliose „ j'ai proposé d'adopter le nom de Alveolina sphaeroidea Fort.; mais en étudiant mieux cette 
question, j'ai changé d'avis, car Fortis ne donna pas ce nom comme spécifique et il figura plusieurs formes de la même 
espèce avec des mots différents. C'est ainsi que je me suis convaincu que le nom de Defrance est le mieux approprié. 



46 ANNALES DE GÉOLOGIE ET DE PALÉONTOLOGIE 

En comparant les figures de Leymerie, Bronn, Zittel, Giimbel etc. etc. on s'aperçoit très facilement de la grande 
variabilité de cette espèce dont le contour tantôt est ellipsoïde allongé , tantôt il est ovoïdal , tantôt il est presque 
tout à fait arrondi. M r Carpenter dans son " introduction to the study of the foraminifera „ p. 103 parle très clairement 
de cette variabilité. Mais bien plus que par les descriptions et les figures données par les auteurs je m'en ai convaincu 
avec l'examen des exemplaires que j'ai extraits moi même de la roche de M 1 Postale. Dans certains blocs de roche on 
trouve une agglomération de cette espèce présentant des formes les plus différentes, sans qu' il fût possible de séparer 
aucune vraie espèce. 

En étudiant les différentes mutations il me paraît qu' une des plus intéressantes est sans doute la A. longa Cz. 
laquelle est très allongée et provient d'un niveau différent. On pourrait bien la croire une vraie espèce n'étudiant pas 
les formes et les passages intermédiaires. 

Je ne connais pas la A. cretacea D'Arch. (Hist. Progr. Géol. v. 2, p. 191), mais, selon l'auteur, elle ressemble beau- 
coup à la subpyrenaica et par conséquence à la Boscii. Elle est peut être l'ancêtre. 

Quoique je crois qu'on a affaire qu'avec une seule espèce et qu' on ne pent pas en séparer aucune vraie variété 
differentiée , peut être il n' est pas inutile d'en étudier les mutations même en les considérant comme des simples 
passages; autant plus qu'avec cela on peut bien se convaincre de l'unité de l'espèce. C'est pour ça que je me suis engagé 
à passer en revue toutes les principales formes sous lesquelles notre espèce se présente à M 1 Postale. — En étudiant 
les différents exemplaires décrits ou figurés par les différents auteurs, je regrette de ne pouvoir retenir que les formes 
suivantes : subpyrenaica Leym., globosa Leym., longa Cz. — Toutes les autres ne sont pas bien définies par les auteurs. 
Même la Yar. Guardiolae De Greg. que j'ai décrite dans mon ouvrage sur les " Argille scagliose „ ne me paraît pas 
bien définie. 

En étudiant mes nombreux exemplaires de M' Postale je ne trouve aucun caractère différentiel sérieux; car même 
le nombre des loges change selon les individus et dépend de la forme externe. Celle-ci est le seul caractère qui puisse 
en certaine manière aider le paléontogue qui a envie de diviser en des groupes ses différents exemplaires et c'est avec 
cette guide que j' ai divisé mes exemplaires en les groupes suivants. La plus importante est sans donte la A. fusu- 
linaeformis De Greg. car elle est la plus différenciée et caractéristique et atteint une taille relativement énorme, pres- 
que 3 centimètres. 

Mut. normalis De Greg. PI. 9, f. 274-276 (f. 274 plusieurs exempl. gr. nat.;— f. 275-276 deux exempl. gr. nat. 
et gross.) Ovoïdale, renflée, intermédiaire entre la subpyrenaica Leym. et la var. globosa Leym. C'est la forme plus 
répandue à M' Postale. Les diamètres sont 5 mm et 4 mm . 

Mut. globobifusula De Greg. PI. 9, f. 277-278 deux exempl. gr. nat. et gross. Ovoïdale un peu conoïde aux deux 
extrémités. 

Mut. subasymetrica De Greg. PI. 9, f. 279-280 deux exempl. gr. nat. et gross. Un peu asymétrique, avec les deux 
extrémités irrégulièrment conoïdales. 

Mut. graniformis De Greg. PI. 9, f. 281-282 (f. 281 un exempl. gr. nat. et gross.;— f. 282 plusieurs exempl. gr. 
nat. Un peu allongée, subcylindrique ressemblant beaucoup à la fig. 10 (PI. 2 , de Fortis). Les diamètres sont 5 mm 
et 2 V2 mm . 

Mut. pinea De Greg. PI. 9, f. 283-284 (deux exempl. gr. nat. et gross.). Elle est plus allongée que la précédente 
rejoint une taille beaucoup plus grande. Les dimensions sont les suivantes 8 mm et 3 mm . 

Mut fusulinaeformis De Greg. PI. 9, f. 285-287 (f. 185 trois exempl. gr. nat. — f. 286-287 deux exempl. gr. et 
gross.). Elle rejoint une taille relativement très considérable. La forme est très allongée; quelquefois symétrique quel- 
quefois asymétrique et un peu irrégulière; dans ce cas, en la regardant a la hâte, on pourrait croire que c'est une 
Dentalina. Mais en l'étudiant mieux à la loupe, on s'aperçoit que c'est une Alveolina, qui n'est autre chose qu'une 
modification du même type ; dont la pinea n' est peut-être que le jeune âge. Cette mutation atteint une longueur de 
30 mm ; sa largeur est ordinairement de 4 mœ . On pourrait pent être la considérer comme une espèce. Elle rappelle la 
longa Cz. mais elle est encore plus allongée, et elle a une taille beaucoup plus grande, car la A. longa Cz. a une lon- 
.gueur de 5 mm seulement et une largeur de l mm . 



MONOGRAPHIE FOSS. ËOC. M 1 POSTALE 47 

M r Bayan (Sur les terr. tert. Vénétie p. 458) dit que M r D' Archiac a retrouvé à M' Postale la A. longa Cz. et 
la subpyrenaica; j'ai déjà dit qu'elle est un synonyme de la A. Boscii mais c'est celle ci qui a le droit de priorité. 
On peut retenir le nom de subpyrenaica à titre de mutation. J'ai observé que la plupart des individus de M 1 Postale 
appartiennent à un type intermédiaire entre la subpyrenaica et la globosa. Probablement M r D' Archiac avait sous les 
yeux quelques uns de ces exemplaires c' est à dire la mut. normalis. — Quant à la longa Cz. je crois que le même 
auteur avait sous les yeux quelques exemplaires de la pinea ou de la fusulinaeformis et qu' il n'avait pas une idée 
exacte de la taille de la longa, car la figure donnée par l'auteur de cette espèce parait très grande, parce que l'ori- 
ginal est très grossi; la longa type a une longueur de 5 mm seulement. Je dois ajouter que je ne sais pas dans quel 
lieu M r D' Archiac a fait cette citation; peut être dans son livre sur l'Hist. du Progr. de la Géol. 



INDEX DES OUVRAGES CITÉS 



Ce catalogue ne comprend pas les 'ouvrages consultés, mais seulement les ouvrages qui sont cités dans cette mo- 
nographie. Qui aurait envie de lire le catalogue des ouvrages paléontologiques qui traitent de l'éocène, peut bien con- 
sulter le catalogue que j'ai inséré dans ma monographie de la faune éocénique de l'Alabama. 



Abich Beitr. pal. cts. Euss 1858. 
Aldrovandi Mus. Met. 1648. 
Bayan Sur les terr.tert.Vénétie 1869-70. 
, Et. fait. coll. éc. mines 1870. 
Bellardi Nice 1852. 

„ Numul. Egypt. 1854. 
„ Bernard El. Pal. 1893. 
Bittner Brachyuren Vicent. 1875. 

„ Beitr. Brachyur. Fauna 1883. 
Blainville Dict. Se. nat. 1825. 
Bosc Bulletin Soc. philom. 
Brander Foss. Hant. 1876. 
Brard Journ. Physique 1811. 
BroDgnart Sur les terr. form. sous l'ean 
douce 1810. 
, Vicent. 1823. 
„ Ann. Se. nat. tr. Cuvier Oss. 
foss. 1825. 
Bronn Ind. Pal. 1848. 
„ Syst. Urwelt 1824. 
„ Leth. geogn. 1836-37. 
, It. Tert. 1831. 
Bruguière Enc. méth. vers. 
Carez Nord Espagne 1881. 
Carpenter Quart. Journ. 1850. 

„ Intr. Stud. Foram. 1862. 
Carter Ann. Mag. nat. hist. 1853. 
Catullo Terr. sed. sup. 1857. 
Chemnitz Conch. Cabinet 1786. 
Chenu Manuel. 1859. 
Cossmann Cat. 111. coq. foss. 1892. 
Cuvier Oss. foss. 1815. 

„ et Brongnart Descr. géol. env. 
Paris 1825. 
Czizek Foram. Wien 1847. 
D'Acchiardi Cor. éoc. Friuli 1374. 

„ Cor. foss. terr. mem. Alp. 

Ven. 1866. 
D'Archiac Hist. Progr. géol. 1850. 

„ Haime Inde 1853-54. 
Defrance Journ. de Phys. 1819. 

„ Dict. Se. nat. 1815. 
De Gregorio Nota foss. extramar. 1892. 
„ Descr. foss. extramar vi- 
cent. 1892. 
„ Fauna eocenica S. G. Ila- 
rione 1880. 



Deluc. Journ. Phys 1802. 

De Eoissy Hist. Nat. Moll. 1805. 

Deshayes Traité élém. 1843. 

Coq. foss. Paris 1824. 
„ Bassin Paris 1860-66. 
Desmarest Crust. foss. 1822. 

Nouv. Dict. Hist. Nat. 1817. 
Dictionnaire class. Hist. nat. 1824-38. 
Dixon Sussex 1850. 

„ Kupert. Jones Sussex 1878. 
D'Orbigny Tab. méth. ann. se. nat. 
1825-26. 
„ Tabl. méth. se. nat. 1826. 
„ Foram. Wien 1846. 
Prodr. Strat. 1849-52. 
Edwards Haime Brit. foss. cor. 1857. 

Éoc. Moll. 1854. 
Enc. Méth. 1840. 
Fitchel et Moll Tert. 1802. 
Fortis Mém. Hist. nat. Italie 1802. 

„ Koncà 1778. 
Fuchs Vicent. 1872. 
Gmelin 1789. 

Guerin Icon. regn. an. descr. 1820. 
Guettard Mém. se. et art. 1770. 
Gùmbel Beitr. Foram. 1868. 
Hacquet Verstein 1780. 
Hantken Bakony 1875. 

„ Sudl Bakony 1875. 
Homes Leonh. und Br. Jarbuch 1854. 
Hébert Munier Chalmas Kech. terr. tert. 
Eur. Mérid. 1877. 
„ Nouv. recherches 1878. 
Karkinson Org. Kem. 1811. 
Elein Met. ostr. cochl. 1753. 
Koenig Icônes foss. sect. 1828. 
Lamarck Ann. Musée 1802-1805. 
„ An. s. vert. 1801 et 2 e éd. 1816. 
, Coq. Paris 1823. 
„ Ann. Mus. 1804-22. 
Lamoroux Esc. méth. polyp. 1821. 
Leymerie Bull. soc. géol. 1844. 

„ Descr. géol. pol.Pyren. 1881. 
B Montagne noire 1846. 
Mayer Descr. coq. foss. 1870. 

„ Coq. tert. inf. 1870. 
Melleville Sabl. tert. 1843. 



Michelin Icon. 1840. 

Michelotti Mioc. inf. 1861. 

Milne Edwards Hist. Nat. Crust. (in 

Lamark) 1838. 
Montfort Conch. Syst. 1808-10. 
Morris Cat. Brit. Fos. 1854. 
Munier Chalmas Ann. de Mal. 1884. 
Newton Syst. List. 1891. 
Nyst Coq. Pol. Belgique 1843. 
Oppenheim Land. Sussw. éoc. vicent. 

1820. 
Parkinson Intr. Stud. org. 1822. 
Peters Jahr. géol. reichs 1859. 
Pictet Trait. Paleont. 1853-57. 
Quenstedt Handbuch 1885. 
Kanzani Mem. Stor. Nat. 1820. 
Kauff Ub. gegenseit ait. mittl. éoc. 1884. 
„ Einige neue gastr.art.vicent.1885. 
Eeuss Pal. Stud. 1867-73. 

„ Ken. foss. kraben 1859. 
Eouault Pau 1850. 
Eutimeyer Schweiz numm. 1850. 
Sandberger Land Sûssw. conch. vorw. 

1862. 
SaviMeneghiniCons.géol.Toscanal851. 
Schauroth Coburg 1865. 
Schwagcr Foram. Eoc. Lybisc. 1883. 
Schafâutl Kressenberg 1863. 
Schmidel Fort. Vorst. merh. verst. 
Schweigger Beob. nat. 1821. 
Sedgwich Adam , Prod. Imp. Murchi- 
son Asketch struct. Eastern 
Alps 1832. 
Seguenza Eeggio 1879. 
Sowerby Min. Conch. 1821. 

„ ' Trans. Géol. soc. 1832. 
Idem p. 417, 1837. 
Spada Corp. lapid. agri Ver. Cat. 1744- 
Suess Atti straord. Vicenza 1869. 
Tellini Nummulit. Majella 1890. 
, Trabucco Pos. terz. bacin. piem.. 
1894. 
Vasseur Eech. géol. terr. 1881. 

„ Moll. Terr. tert. Zuroch. 
Wise The new forest 1863. 
Zittel Ob. numm. Ung. 1862. 
. Handbuch 1885. 



EXPLICATION DES PLANCHES 



pi. i. 

Fig. 1. Eanina snlcata Desm. (1) De Greg. p. 9. 
Fig. 2. Cyamocarcinus angustifrons Bittner p. 9. 
Fig. 3. Aturia zic-zac Sow. p. 10. 

Fig. 4-10. Hipponix cornucopiae Defr. (2) (f. 4-8) cinqne exemplaires un desquels (f. 40) parait avoir un support;— 
f. 9-10 deux jeunes exempl. un desquels conserve encore la coquille embryonelle p. 10. 
Fig. 11 AB. Idem Mut. tenuicostata De Greg. gr. nat. et gross. p. 10. 
Fig. 12-13. Idem Mut. colum. Bayan gr. nat. et gross. p. 11. 
Fig. 14-20. Terebellum convolutum Lamk. plusieurs exempl. gr. nat. p. 11. 
Fig. 21. Terebellum fusiforme Lamk. p. 11. 

Fig. 21bis-29. Strombus Pulcinella Bayan exemplaires jeunes et adultes p. 11. 
Fig. 30. Eostellaria fissurella Lamk. p. 12. 
Fig. 31-33. Eostellaria (Carenrostrina) Postalensis Bayan p. 12. 
Fig. 34 a-d. Cypraea Lioy Bayan quatre exempl. de deux côtes p. 13. 
Fig. 35-36. Cyprsea interposita Desh. gr. nat. et gross. p. 14. 
Fig. 37 a-b. Idem Proserpinae Bayan Var. praegnans De Greg. p. 14. 

PL 2. 

Fig. 38. Turritella sulcifera Desh. Var. 6. Desh. p. 14. 

Fig. 39. Idem granulosa Desh. p. 15. 

Fig. 40-41. Cerithium lamellosum Brug. deux exempl. p. 15. 

Fig. 42-43. Idem striatum Brug. deux exempl. p. 15. 

Fig. 44-45. Idem cochlear Fuchs? deux exempl. p. 15. 

Fig. 46-47. Idem decussatum Defr. p. 15. 

Fig. 48. Idem pernicum De Greg. p. 16. 

Fig. 49. Idem sp. p. 20. 

Fig. 50. Idem n. sp. p. 20. 

Fig. 51. Idem obesum Desh. var. rarenodulosum De Greg. p. 17. 

Fig. 52. Idem corvinum Brongt ? p. 15. 

Fig. 53-60. Idem vicetinum Bayan Mut. normalis De Greg. f. 53-56 deux exempl.;— f. 55-56 deux jeunes exempl. 
gross. trois fois; — f. 57 section d'un autre exempl.; — f. 58 autre exempl. de moy. âge gr. nat. ; — f. 59-60 jeune 
exempl. gr. nat. et gross. p. 17. 

Fig. 61-62. Idem idem Mut. Bayani De Greg. p. 17. 

Fig. 63. Idem idem Mut. minuscostatum De Greg. p. 18. 

Fig. 64-65. Idem giganteum Lamk. deux exempl. p. 18. 

Fig. 66-67. Idem idem Mut. propemarginatum De Greg. p. 18. 

Fig. 68-71. Idem Catullus De Greg. quatre exempl. p. 18. 



(1) Cette espèce vient d'être citée par M* Trabucco (1894 Sulla vera posiz. dei terr. terziari del bac. piemont. p. 198). 

(2) Par équivoque les exemplaires f. 4-8 ont été représentés d'un côté seulement et le petit bloc de roche avec son 
support indiqué â pag. 10 n'a pas été figuré. 

7 



50 ANNALES DE GEOLOGIE ET DE PALÉONTOLOGIE 

PI. 3. 

Fig. 72-76. Cerithium Chaperi Bayan cinque exempl. p. 18. 

Fig. 77-87. Idem goinphoceras Bayan f. 77-78 deux exempl. de moyen âge; — f. 79-80 deux jeunes exempl.; — 
f. 81 section d'un autre exempl. — f. 82-84 exempl. adulte de trois côtés; — f. 85-87 trois exempl. p. 19. 

PI. 4. 

Fig. 88-93. Cerithium (Bellardia) palaeochroma Bayan (f. 88-89 un exempl. de deux côtés;— f. 90-91 autre exempl. 
idem; — f. 92 jeune exempl.; — f. 93 exempl. de moy. âge) p. 19. 

Fig. 94. Bulimus Montevialensis Schaur. Mut. Catharinensis De Greg. p. 20. 

Fig. 95. Cyclostoma (Cyclotus) antiquum (Brongt.) Desh. 20. 

Fig. 96. Hélix declivis Sandb. 21. 

Fig. 97. Purpura (Ricinula) Crossei Mayer reprod. p. 21. 

Fig. 98-101. Fusus (Pullincola) quinquecostatus De Greg. (f. 98-99 exempl. de Ronca gr. nat. et gross.— f. 100 
de M' Postale. — f. 101 de M 1 Pulli) p. 21. 

Fig. 102. Triton carens Mayer reprod. p. 22. 

Fig. 103-104. Trochus abavus Mayer reprod. p. 22. 

Fig. 105-111. Trochus Zignoi Bayan (f. 105 gross.;— f. 106-111 trois exempl. gr. nat. de trois côtés). 22. 

Fig. 112-115. Trochus Saemanni Bayan Var. Raffaelei Mayer (f. 112 exempl. cassé; — f. 113-115 un exempl. de 
deux côtés et gross.) p. 23. 

Fig. 116. Delphinula? perdubia De Greg. p. 23. 

Fig. 117-118. Idem multisulcata Schaur. un exempl. de deux côtés p. 24. 

Fig. 119-123. Turbo antebicarinatus De Greg. (f. 119-121 trois exempl. de deux côtés;— f. 122-123 deux exempl. 
gross.) p. 23. 

Fig. 124-127. A'oluta mitrata Desh. Mut. Demidofi De Greg. deux exempl. de deux côtés p. 24. 

Fig. 128. Voluta? pulcinellaeformis De Greg. p. 24. 

Fig. 129-130. Mitra Marsalai Do Greg. gr. nat. et gross. p. 24. 

Fig. 131. Fusas polygonus Lamk. Var. raricostatus De Greg. p. 21. 

Fig. 132-134. Phasianella Postalensis De Greg. Deux exempl. un desquels de deux côtés f. 133 bis un exempl. 
gross. p. 26. 

PI. 5. 

Fig. 135-138. Phasianella Syrtica Mayer deux exempl. de deux côtés p. 15. 

Fig. 139-142. Natica hybrida (Lamk.) Desh. (f. 139-142 deux exempl. de deux côtés) p. 26. 

Fig. 143-146. Phasianella circumfossa Rauff deux exempl. de deux côtés p. 25. 

Fig. 147-148. Natica hybrida Suessoniensis D'Orb. Var. suessonhybrida De Greg. un exempl. de deux côtés p. 27. 

Fig. 149-150. Natica propehortensis De Greg. un exempl. de deux côtés p. 27. 

Fig. 151-152. Natica grata Desh. un exempl. de deux côtés p. 28. 

Fig. 153-158. Idem subcuspidata De Greg. trois exempl. de deux côtés p. 29. 

Fig. 159-160. Idem pelima De Greg. un exempl. de deux côtés p. 28. 

Fig. 161-162. Idem influenza De Greg. un exempl. de deux côtés p. 28. 

PI. 6. 

Fig. 163-171. Natica caepacea Lamk. (f. 163-165 trois exempl. du Bassin de Paris; — f. 166-168 Var. puerpera 
De Greg. un exempl. du Mont Postale de trois côtés;— f. 169-170 idem autre exempl. de M* Postale de deux côtés;— 
f. 171 idem autre exempl. p. 29. 

Fig. 172-180. Nerita circumvallata Bayan cinque exempl. quatre desquels de deux côtés p. 30. 

Fig. 181. Vêlâtes Schmideliana Chemn. p. 81. 

Fig. 182-183. Oliva (Olivella) Postalis De Greg. p. 32. 






MONOGRAPHIE FOSS. ÈOC. M 1 POSTALE 51 



Fig. 184. Conus deperditus Buy. Var. Postalensis De Greg. p. 32. 

Fig. 185. Idem Var. perdubius De Greg. p. 32. 

Fig. 186. Conus pertectus De Greg. p. 32. 

Fig. 187-188. Teredo subparisiensis De Greg. p. 33. 

Fig. 189-190. Corbis major Bayan p. 33. 

Fig. 191. Fimbria Maraschini Bayan p. 34. 

Fig. 192-193. Lucina elegans Defr. deux exempl. p. 34. 

Fig. 194. Idem planulata Desh. p. 34. 

Fig. 195-196. Idem emendata Desh. p. 35. 

Fig. 197. Idem gibbosula Lamk. un peu gross. p. 35. 

Fig. 198. Idem bipartil i in. p. 86. 

Fig. 199-201. Cardium gratum Defr. deux exompl. un desquels gross. p. 38. 

Fig. 202. Cytherea polita Lamk. p. 37. 

Fig. 203. Tellina? Postalensis De Greg. p. 38. 

Fig. 204. Venus turgidula Desh. p. 37. 

Fig. 205. Cyrena propeantiqua De Greg. p. 38. 

Fig. 206. Cytherea bellovacina Desh. p. 37. 

Fig. 207. Idem lunularia Desh. un peu gross. p. 37. 



PI. 7. 



Fig. 208. Lucina (Miltha) gigantea Desh. (du Bassin de Paris) p. 35. 

Fig. 209. Idem idem Var. Escheri Mayer p. 36. 

Fig. 210-211. Idem idem Var. subtruncata De Greg. deux exempl. p. 36. 

Fig. 212-213. Idem idem Var. obliquopsis De Greg. un exempl. de deux côtés p. 36. 

Fig. 214-216. Idem idem var. secunda De Greg. deux exempl. un desquels de deux côte's p. 36. 

Fig. 217-218. Lima plicata Lamk. Var. Postalensis De Greg. gr. nat et gross. trois fois p. 39. 

Fig. 219. Cardita mitis Lamk. p. 38. 

Fig. 220. Terebratula (Kingena ?) Postalensis De Greg. un exempl. de trois côte's p. 39. 



PI. 8. 



Fig. 221-222. Lucina supragigantea De Greg. un exempl. de deux côtés en grand, réduite. L'exemplaire orig. est 
Vs plus grand que la figure p. 35. 

Fig. 223-225. Ehabdophillia tenuis Keuss trois exempl. p. 39. 

Fig. 226-227. Idem solenastropsis De Greg. deux exempl. p. 39. 

Fig. 228. Trochosmilia acutimargo Eeuss p. 40. 

Fig. 229-230. Turbinolia Postalincola De Greg. un exempl. de deux côtés p. 40. 

Fig. 231-234. Trochosmilia Cocchii D'Acch. quatre exempl. p. 40. 

Fig. 235-236. Paracyatus Postalensis De Greg. le même exempl. de deux côtés p. 40. 

Fig. 237-238. Placosmilia (Firia) Postalensis De Greg. un exempl. de deux côtés p. 41. 

Fig. 239-240. Plocophillia caliculata Cat. sp. p. 41. 

Fig. 241 a-c. Millepora cylindrica Eeuss ? trois exempl. p. 41. 

Fig. 242-250. Dendracis subnodosa De Greg. (f. 242-244 type trois exempl. — f. 245-250 trois exempl. gr. nat. 
et gross.) p. 41. 



52 



ANNALES DE GÉOLOGIE ET DE PALÉONTOLOGIE 

PI. 9. 



Fig. 251. Isastrea n. sp. p. 42. 

Fig. 252-256. Stylophora conferta Eeuss quatre exemplaires avec détail des calices p. 42. 

Fig. 257-258. Stylocoenia postalensis De Greg. un exempl. avec détail p. 42. 

Fig. 259-261. Dendracis mammillosa Keuss (f. 259 bloc de roche avec des restes de cette espèce gross. deux fois;— 
260 tige d'un polypiérite gross.; — f. 261 détail de la surface intérieure d'un tégument) p. 41. 

Fig. 262. Nummulites Lucasana (Defr.) D'Arch. gr. nat. et gross. p. 42. 

Fig. 263-264. Idem Héberti D'Arch. quelques exempl. gr. nat. et gross. p. 42. 

Fig. 265. Idem. Beaumonti D'Arch. bloc de roche p. 43. 

Fig. 266-270. Orbitoides dispansa (Sow.) Gùmb. (f. 266-269 gr. nat. — f. 267-268 gross. de deux côtés; — f. 270 
détail de la surface très gross.) p. 43. 

Fig. 271-273. Orbitolites complanata Lamk. (f. 271-272 un exempl. de face et en section; — f. 273 autre exempl. p. 43. 

Fig. 274-288. Alveolina Boscii Defr. (f. 274-276 Var. normalis De Greg. gr. nat. et gross. ; — f. 277-278 Var. 
globobifusula De Greg. gr. nat. et gross. ; — f. 279-280 Var. subasymetrica De Greg. Var. gr. nat. et gross. ; — 
f. 281-282 Var. graniformis De Greg. gr. nat. et gross. ; — f. 283-284 Var pinea De Greg. gr. nat. et gross. ; — 
f. 285-287 Var. fusulinaeformis De Greg. gr. nat. et gross.; — f. 288 exempl. de roche gross. trois fois.) p. 44. 



INDEX GENERAL 



PREFACE 

CRUSTACEA 

MOLLUSCA. 

CEPHALOPODA 
GASTEROPODA 
PELECYPODA 
BRACHIOPODA 

RADIATA 

RHIZOPODA 

INDEX DES OUVRAGES CITÉS 

EXPLICATION DES PLANCHES 



ag. 


3. 


V 


9. 


V 


10. 


}> 


10. 


V 


10. 


7) 


33. 


}> 


39. 


}> 


39. 


» 


42. 


1) 


48. 


V 


49. 






INDEX ALPHABÉTIQUE 



Les noms des genres sont suivis indifféremment par ceux des espèces ou des mutations. Les numéros indiquent 
les pages dans lesquelles elles sont citées. Ceux accompagnés par un ! indiquent les pages dans lesquelles elles sont 
décrites ou proposées. 



Alveolina acuta D'Orb. 45. 
Bosci 5, 6, 8, 43 ! 
bulloides D'Orb. 45. 

„ cretacea D'Arch. 46. 

„ elliptica D'Arcb. 44. 

, elongata D'Orb. 45. 

„ frumentiformis Schw. 45. 

„ fusulinaeformis De Greg. 6, 
8, 43, 46! 

„ globobifusula De Greg. 8 , 
43, 46 ! 

„ globosa Leym. 45. 

, Guardiolae De Greg. 45. 

„ graniformisDeGreg.8,43,46! 

„ Hauerina D'Orb. 44. 

„ Hauerii D'Orb. 44, 45. 

„ longa Czjzek 4, 44, 47. 

, melo D'Orb. 45. 

a normalis De Greg. 8, 43, 46 ! 

„ oblonga D'Orb. 44, 44. 

„ ovoidea D'Orb. 44. 

, pinea De Greg. 8, 43, 46 ! 

a sabulosa Montf. 45. 

„ sphaeroidea Fort. 45. 

„ subasymotrica De Greg. 8 , 
43, 46 ! 

„ subpyrenaicaLeym.44,46,47. 
Alvéolites milium Bosh. 44. 
Ampullaria bybrida Desh. 26. 

, perusta Brongt. 28. 
Ampullina Babylonica Mayer 25, 25. 
Astrea cylindrica Defr. 42. 
Astreopora discoidalis D'Acch. 42. 
Astrocoenia nana Keuss 42. 
Aturia zic zac Sow. 6, 10 ! 
Avicula sp. 4, 39. 
Bellardia fanus Mayer 4. 

„ Janus Mayer 19. 

„ palaeochroma Bayan 7, 19 ! 
Bulimus Catharinensis De Greg. 21. 

„ deperditus Opp. 21. 

„ Marcellanus Oppen. 21. 

» Montevialensis Scbaur. 20. 
Borelis melanoides Montf. 45. 
Bulla sopita Brand. 11. 



Bulla volutata Brand. 11. 
Cardita mitis Laink. 8, 38 ! 
Cardium sp. 4. 

„ gratum Defr. 8, 38 ! 
a semigranosum Sow. 38. 
Carenrostrina Postalensis Bayan 12. 
Caryophyllia subvasiformis Cat. 40. 
Cepatia caepacea Laink. 29. 
Cerithium anguloseptum Rauff 5, 16 ! 

a Bayani De Greg. 7, 17! 

„ Catullus De Greg. 7, 18 ! 

a Chaperi Bayan 4, 18 ! 

a cochlear Fuchs? 15! 16. 

„ combustum Defr. 19. 

„ corvinum Brongt. 7, 13, 15 ! 
16. 

a decussatum Defr. 15. 

„ Defrancei Desh. 15. 

a echinulatum Desb. 17. 

a fanus Mayer 4. 

a filiferuin Desh. 15. 

a giganteum 4, 7, 17. 

„ globulosum Desh. 16. 

a gomphoeeras Bayan 4, 5, 7, 
* 18. 

„ Gothicum Mayer 4, 18. 

a Guilielmi Raine. 17. 

a cfr. incomptum Dixon. 4. 

„ lamellosum Brug. 7, 15 ! 

a Maraschini Brongt. 22. 

a minuscostatum De Greg. 7, 
17! 

a normalis De Greg. 7, 17 ! 

„ obesum Desh. 7, 17 ! 

a palaeochroma Bayan 4, 5. 

„ pernicum De Greg. 7, 16, 17. 

a Postalensis De Greg. 15! 

a propemarginatum De Greg. 
7, 18! 

„ rapum Mayer 4, 7, 18. 

a striatum Brug. 7, 15. 

a subalpinum Mayer 4, 17. 

a vellicatum Bell. 19. 

„ vicetinum Bayan 4 , 5 , 7 , 
17! 19. 



Cerithium Zitteli De Greg. 16. 
Chemnitzia sp. 16. 
Clausulus indicator Montf. 45. 
Conus antedilluvianus Lamk. 33. 
a concinnus Sow. 5, 8, 32, 33 ! 
a corculum Sow. 33. 
a crenulatus Desh. 32. 
„ Defrancei Desh. 32. 
„ deperditus Brug. 8, 32 ! 
a diadema Edw. 32. 
a disjunctus Desh. 33. 
a incomptus Desh. 32. 
a Lamarkii Edw. 32. 
a lineatus Sol. 5, 8, 32, 33! 
„ nodulosus Desh. 32. 
„ parisiensis Desh. 32, 33. 
„ perdubius De Greg. 8, 32 ! 
a pertectus De Greg. 8, 32! 
a veridicus De Greg. 32, 33. 
, sp. ind. 33. 
Corbis lamellosa 4. 

a major Bayan 8, 33 ! 
a pectunculus Desh. 33. 
Cyclostoma elegans Brong. 20 ! 
Cyclotus antiquum Desh. 20 ! 

a obtusicosta Sandb. 20. 
Cyamocarcinus angustifrons Bittn. 7, 9. 
Cyclostoma antiquum Brongt. 7, 20 ! 
Cyrena antiqua Fer. 38. 
Cypraea Duclosiana Bast. 5, 14. 
„ exerta Desh. 
a Faracii De Greg. 7, 14! 
a filiola Mayer 5, 14. 
a interposita Desh. 7, 14! 
„ Lioy Bayan 5, 7, 7, 13, 14 ! 
„ praegnans De Greg. 7, 14. 
a prisca 14. 

a Proserpinae Bayan 7, 14 ! 
a sulcosa Lamk 5, 14. 
Cypraeidia interposita Desh. 14 ! 
Cyprovula Faracii De Greg. 7, 14 ! 
Cytherea bellovacina Desh. 8, 37 ! 
a lunularia Desh. 8, 37 ! 
a polita Lamk. 8, 37 ! 
Cyrena propeantiqua De Greg. 8, 38! 



54 



ANNALES DE GEOLOGIE ET DE PALEONTOLOGIE 



Delphinula conica Lamk. 23. 

„ ruultisulcata Schaur 7, 26 ! 
„ perdubia De Greg. 7, 23 ! 
„ scobina Brorigt 24. 
Dendracis attenuata De Greg. 8, 41. 
„ mammillosa Reuss 8, 41. 
, nodosa Eeuss 41. 
„ subnodosa De Greg. 8, 31! 
Discolithcs p. 44. 
Euspira hybrida Lamk. 26! 
Fasciolites p. 44. 
Firia Postalensis De Greg. 8, 42! 
Piiubria larnellosa Lamk. 8, 34 ! 
, magna Bayan 33. 
„ Manischini Bayan 8, 34. 
„ subpectunculus Suess. 33. 
Fusus polygonus Lamk. 7, 21 ! 

„ quinquecostatus De Greg. 7, 21. 
n raricostatus De Greg. 7, 21 ! 
Gladius curtus Sow. 13. 
„ fusus L. 13. 
„ rectirostris Lamk. 13. 
, sublaevigatus D'Orb. 13. 
Globulus bybridus Lamk. 26. 
Hélix declivis Sandb. 7, 21 ! 
„ vicetina Schaur. 7, 21. 
„ ind. 5. 
Helmintholithus sp. 31. 
Hipponix cornucopiae Defr. 7, 10 ! 
, coluni Bayan 4, 5, 11 ! 
„ cornucopiae Defr. 5. 
„ cornucopiae Lamk. 4. 
„ dilatata Lamk. 10. 
B retortella Lamk. 10. 
„ tenuecostata De Greg. 10! 
Isastrea n. sp. 42. 
Lima plicata Lamk 8, 39! 

„ spathulata Lamk. 39. 
Littorina tricostalis Desb. 26. 
Lobophyllia caliculata Cat. 41. 
Lucina argus Desb. 36. 
„ Bellardi 36. 
, bipartita Defr. 8, 36 ! 
, Caillati Desh. 37. 
» circinnaria Lamk. 35. 
„ corbiarica Leym. 37. 
„ elegans Defr. 8, 33! 
„ emendata Desb. 8, 35 ! 
» Erscheri Mayer 4, 8, 35. 
„ gibbosula Lamk. 35. 
„ gigantea Desh. 4, 8, 35 ! 
a obliquopsis De Greg. 8, 35, 36! 
„ planulata Desh. 8, 34 ! 
» regularis Leym. 37. 
„ secunda De Greg. 8, 35, 36! 
» subtruncata De Greg. 8, 35, 36. 
„ supragigantea De Greg. 8, 36! 



Lucina sp. 4. 

Lycophris dispansus Sow. 43. 
Melonia Boscii Desh. 44. 
, Fortisii Desh. 44. 
Melonites sphaerica Lamk. 45. 

n spbaeroidea Lamk. 45. 
Miliolites sabulosus Montf. 8, 44 ! 
Millepora cylindrica Eeuss. 8, 41 ! 
Miltha gigantea Desh. 8, 35 ! 
Mitra Barbieri Desh. 24. 
„ caepacea Lamk. 4. 

„ crebricosta Lamk. 24. 
„ cfr. crebricosta Lamk. 4. 

„ circumvallata Bayan 4. 

n hybrida Desh. 4. 

„ Marsalai De Greg. 7, 24 ! 
Natica angustata Grat. 28. 

„ Babylonica Mayer 5, 25. 

„ cepacea Lamk. 49. 

„ caepacea Lamk. 7, 29! 

„ cuspidata Desh. 29. 

„ Delbosi Horn 28. 

„ dissimilis Lamk. 27. 

„ hybrida Desh. 7, 26! 27. 

, hortensis Bayan 28. 

„ influenza De Greg. 28 ! 

, Merciniensis Desh. 29. 

„ pelima De Greg. 7, 28 ! 

„ perusta Brongt 28 ! 

„ propehortensis De Greg. 27! 

„ puerpera De Greg. 29. 

„ punctura Desh. 28. 

„ semipatula Desh. 28. 

„ spirata Lamk 27. 

„ subcuspidata De Greg. 7, 29 ! 

„ suessonhybrida De Greg. 27! 

B suessoniensis D'Orb. 7^6, 27 ! 

„ suprapatula De Greg. 28. 
Nautilus melo Fitcli. Moll. 45. 
Nerita circumvallata Bayan 8, 30 ! 

„ crassa Bell. 30. 

„ Schmiedelliana Chemn. 4. 

» perversa Lamk. 31. 
Neritina conoidea Lamk. 41. 

, grandis Sow. 31. 

„ perversa Cuv. et Lamk. 31. 

„ schraideliana Chemn. 31. 
Nummulites Beaumonti D'Arch. 8, 43 ! 
„ Biaritzana D'Arch. 43. 

„ Biaritzensis D'Arch. 43. 

„ Heberti D'Arch. 8, 42! 

„ lucasana Defr. 8, 42! 

„ variolaria Lamk. 42. 

Orbitoides complanata 4. 

„ dispansa Sow. 8, 43 ! 

„ complanata Lamk 43. 

Orbulites complanata Lamk. 43! 



Orbitulites complanata Lamk 8, 43! 
„ D'Archiaci De Greg. 43. 

Oryzaria Bosci Defr. 44. 
Oliva Branderi Sow. 32. 

r, Postalis De Greg. 8, 31, 32! 
Olivella postalis De Greg. 8, 32! 
Ostrea Eoncaensis De Greg. 4. 

„ Euncensis Mayer 4. 
Ovula Hantkeni Héb. 4, 5, 7, 13! 
Paracyathus caryophyllus Edw. 40. 
s Postalensis De Greg. 8 ,. 

40! 
„ Eoncaensis D'Arch. 40. 

Parasmilia crassicostata Eeuss. 40. 
Patella cornucopiae Defr. 10. 
Perna Eeussi Mayer 4. 
Phasianella circumfossa EauffS, 7, 25! 
, Montevialensis Schaur. 26. 

» Postalensis De Greg. 26. 

pulla L. 26. 
» sirtica Mayer 7, 25 ! 

, suturata Fuchs 25. 

„ tricostalis Desh. 26. 

sp. 25. 
16. 



Pirena 



sp. 



Pitonillus cepacoeus Lamk. 29. 
Placosmilia eocenica Eeuss 41. 

„ Postalensis De Greg. 8, 41! 

„ strangulata D'Acch. 40. 

Plicatula magnifica Mayer 4. 
Plocophyllia caliculala Cat. 8, 41! 
Pullincola quinquecostatus De Greg. 7, 

21. 
Purpura Crossei Mayer 5, 7, 21 ! 
Eanina Aldrovandi Eauz p. 9. 
„ Marestiana Koen. 9. 
Helli Schaph. p. 9. 
, sulcata (Desm.) De Greg. 6, 9 ! 
Eemipes sulcatus Desm. 9. 
Ehabdophyllia cellulosa Dune. 8, 49 ! 
„ solenastropsis De Greg. 

8, 49! 
Eicinula Crossei Mayer 5, 7, 21 ! 
Eostellaria corvina Brongt 16. 
„ dentata Grat. 16. 

„ fissurella Lamk. 12! 

„ laevigata Mell. 13. 

„ laeviuscula D'Orb. 13. 

„ planulata Bell. 12. 

„ Postalensis Bayan 4, 5, 7, 

7, 12! 16, 24, 25. 
„ sublaevigata Desh. 13! 

Seraphs convolutus Lamk. 11. 

„ sopitum Brand. 11. 
Strombus Pulcinella Bayan 4, 5, 7, 7, 
11 ! 11, 24, 25. 
„ Tornoueri Bayan 12. 



MONOGRAPHIE FOSS. ÉOC. M< POSTALE 



55 



Stylocoenia microphtalma Reuss 42. 

„ postalensis De Greg. 8, 42 ! 
Stylophora conferta Reuss 8, 42 ! 
Tellina postalensis De Greg. 8, 38. 
Terebellum convolutum Lamk. 7, 11 ! 

s solutum Cossm. 11. 

„ sopitum 4. 

Terebratula lima Defr. 39. 

„ postalensis De Greg. 8, 39! 

Teredo Parisiensis Desh. 33. 

„ subparisiensis Desh. 8, 33 ! 
„ Tournali Leym. 33. 
Triton carens Mayer 5. 
Prochosmilia acutimargo Reuss 8, 40 ! 
„ profunda Reuss 40. 



„ sinuosa Brongt 40. 
Trochocyathus sinuosus Edw. 40. 
Trochus abavus Mayer 4, 7, 22 ! 

„ Lamarki 22. 

„ sulcatus 22. 

„ Bernayi Bayan 23. 

„ canaliculatus 23. 

„ crenularis 23. 

, funiculosus 23. 

„ Raffaelei Mayer 5, 7, 23. 

„ Saemani Bayan 7, 23 ! 

„ Suessi Mayer 4, 7, 22. 

„ Zignoi Bayan 7, 22 ! 
Turbinolia Postalincola De Greg. 8, 40! 
. roncana Schaur. 40. 



Turbo annulatus Desh. 23. 

„ antebicarinatus De Greg. 7, 23 ! 
„ jucundus Desh. 23. 
„ Zignoi Bayan 4. 
Turritella granulosa Desh. 6, 15. 
„ sulcifera Desh. 6, 14. 
Velainia caepacea Lamk 29. 
Vêlâtes conoideus Montf. 31. 

„ Schmideliana Chemn. 8, 31 ! 
Venericardia mitis Lamk. 8, 38 ! 
Venus turgidula Desh. 8, 37 ! 
Voluta Demidofi De Greg. 7,24! 25. 
„ He'berti Desh. 25. 
„ mitrata Desh. 7, 24 ! 
B pulcinellaeformis 7, 24 ! 



PI. I 




Roms Fototipia Dancsi 



PI. IL 




Rom* Fototipia Danesi 



PI. III 




Roma Fototipia Danesi 



PI. IV 




Roma Fototipia Danesî 



PI. V 




Roma Futotipia J>an 



PI. VI 




Romi Fototipit D»nesi 



PI. VII 



209 




■ f 




219 



216 



j/ -- 



215 




I 

i 




212 






Roma Fototipia Danesi 



PI. VIII 




Roma Fototipia Danesi 



PI. IX 






-«s Ifi 



258 

p~0 m 

€â %> « 

ft C# e 

.0 0^0 « 

,0*04 




Rama Fototipia Danesi 









Les Annales de Géologie et de Paléontologie paraissent par livraisons à intervalles pendant 
l'année. Le prix de chaque livraison dépend du nombre des planches. 

Pour les souscripteurs il est de 3 fr. à planche, c'est à dire qu'une livraison, qui aura 2 pi. 
coûtera 6 fr., si elle aura 3 pi. coûtera 9 fr. et ainsi de suite. — Si la livraison ne contiendra 
aucune planche, son prix sera de 1 fr. chaque 8 pages. 

Pour les non souscripteurs le prix de chaque livraison est de 4 fr. à 6 fr. à planche , selon 
l' importance de la livraison. Si la livraison ne contiendra aucune planche, son prix sera de 2 fr. 
chaque 8 pages. 

Une fois par an sera publié un bulletin où seront annoncés tous les ouvrages envoyés au 
directeur (à Palerme, Rue Molo) et il sera délivré gratis aux donateurs. 

Les planches seront exécutées toujours avec grand soin et tirées sur de très-beau papier in 4.° 
S' il y en aura in folio a dire doubles) le prix sera proportionnément doublé. 






Depuis le 1 er Janvier 188G jusqu'au mois de Mars 1894 quatorze livraisons- ont été publiées 

1. Monographie des fossiles du sous-borizon ghelpin De Greg., avec 5 pi. 

Prix : 1") fr. pour les abonnés, 20 fr. pour le public. 

2. Monographie des fossiles du sous-borizon grappin De Greg., avec 6 pi. 

Prix: 18 fr. pour les abonnés, 2"), pour le public, 
.'ï. Nouveaux fossiles des « Stramberg Schichten » de Roveré di Vélo, avec 1 pi. in folio. 
Prix : 6 tr. pour les abonnés, 10 fr. pour le publie. 

4. Essai paléontologique à propos de certains fossiles da la contrée Casale-Ciciù, avec 1 pi. 

Prix : 2 fr. pour les abonnés, 5 fr. pour le publie. 

5. Monographie des fossiles de S. Vigilio du sous-borizon grappin De Greg., avec 14 pi. 

Prix : 42 fr. pour les anonnés, 60 fr. pour le public. 
(>. Iconografia Conchiologia Mediterranea gen. Scalaria, avec l.pl. 
Prix: "3 fr. pour les abonnés, 5 fr. pour le public. 

7. Monographie de la Faune éocénique de l'Alabaina. — l. re Partie. — Pag. 1-156, pi. 1-17. ^ 

Prix : f>l fr. pour les abonnés, 68 fr. pour le public. 

8. Idem 2. Partie. — Pag- 157-316, pi. 18-40. 

Prix: 87 fr. pour les abonnés, 116 pour le public. 

9. Iconografia Conchiologia Mediterranea y;vn. Fissurella, Emarginula, Rimula avec 3 pi. 

Prix : ï) fr. pour les abonnés, 12 fr. pour le public. 
10.- Description de certains fossiles extramarins du Vicentin avec 2 pi. 
Prix : <; fr. pour les abonnés, 8 fr. pour le public. 

11. Iconografia Conchiologia Médit, viv. e terziaria, Muricidae l. r0 Partie, Tri toninae l. ro Partie, 

avec 5 pi. ' 

Prix: 1") fr. pour les abonnés, 20 fr. pour le public. 

12. Notes complémentaires Faune Alabama avec 2 pi. 

Prix : (ï fr. pour les abonnés, 8 fr. pour le publie. 

13. Description des faunes tert. Vénerie: Fossiles des environs de Passano avec 5 pi. 

Prix: 1.") fr. pour les abonnés, 20 fr. pour le public. 

14. Description des faunes ter. Vénerie: Monogr. ioc. M 1 Postale avec 9 pi. 

Prix: i ; 7 fr. pour les abonnés, 36 fr. pour le public. 



~ , i ,jj,.ipïïrïïMiwni^B3irii 



r5*3 



l&JM ïH 



■ ■ 









[* " "Wi 








Sa ■ 




- ■ r*-; - ." 








. ■ 1 a. - c - it 




H ■-*«£« 








■ .: 3\^ 








■ '-^j-^S 



-;:«.* 



^B 










■ 



"/-, 



.. ■ 



■ 

I 



i.,1?! 4 



HB 



! 
'•-tnrtt%± 



an 



y-.-.i-^irt: 



§§1 m 
9 Si 

iMCaWTrrjriirCiiigi 



nn 












HfWmmW W I B1 BM